Installer Debian Linux 3.0 sur PowerPC

Installer Debian Linux 3.0 sur PowerPC
Bruce Perens
Sven Rudolph
Igor Grobman
James Treacy
Adam Di Carlo
version 3.0.24, 18 December 2002
Résumé
Ce document contient les instructions d’installation pour le système Debian GNU/Linux 3.0
sur l’architecture PowerPC (« powerpc »). Il contient aussi des pointeurs vers plus d’informations et sur la manière de tirer le maximum de votre nouveau système Debian.
Copyright
On peut distribuer et modifier ce document selon les termes de la Licence Publique Générale
GNU (GPL).
© 1996 Bruce Perens
© 1996, 1997 Sven Rudolph
© 1998 Igor Grobman, James Treacy
© 1998-2000 Adam Di Carlo
Ce manuel est un logiciel libre ; vous pouvez le redistribuer et le modifier selon les termes de
la Licence Publique Générale GNU telle que l’a publiée la Free Software Foundation (fondation pour le logiciel libre), soit selon la version 2, soit (à votre choix) selon toute autre version
ultérieure.
Il est distribué dans l’espoir qu’il sera utile, mais sans aucune garantie ; sans même une garantie
implicite de qualité loyale et marchande ni aptitude à un quelconque usage. Voyez la Licence
Publique Générale GNU pour plus de détails.
Une copie de la Licence Publique Générale GNU est disponible dans /usr/share
/common-licenses/GPL dans la distribution Debian GNU/Linux ou sur le World Wide Web
sur le site Web GNU (http://www.gnu.org/copyleft/gpl.html). Vous pouvez aussi
l’obtenir en écrivant à la Free Software Foundation, Inc., 59 Temple Place - Suite 330, Boston,
MA 02111-1307, USA.
Nous vous demandons pour tout travail dérivé de ce document d’en attribuer correctement
la paternité à Debian et à ses auteurs. Si vous modifiez et améliorez ce document, nous vous
demandons d’en faire part aux auteurs de ce document, grâce à l’adresse <debian-boot@
lists.debian.org>.
i
Table des matières
1
2
Bienvenue à Debian
1
1.1
Qu’est-ce que Debian ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
1
1.2
Qu’est-ce que GNU/Linux ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2
1.3
Qu’est-ce que Debian GNU/Linux ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3
1.4
Qu’est-ce que Debian GNU/Hurd ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4
1.5
Comment obtenir Debian ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4
1.6
Comment obtenir la version la plus récente de ce document . . . . . . . . . . . .
4
1.7
Organisation de ce document . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4
1.8
Problèmes bien connus de ce document . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
6
1.9
À propos des copyrights et des licences logicielles . . . . . . . . . . . . . . . . . .
6
Configuration nécessaire
9
2.1
Matériel supporté . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
9
2.1.1
Architectures supportées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
9
2.1.2
Support pour les microprocesseurs, cartes mères et cartes vidéos . . . . . 11
2.1.3
Processeurs multiples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
2.2
Médium d’installation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
2.2.1
Systèmes de stockage supportés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
2.3
Besoins en espaces mémoire et disque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
2.4
Matériel de connexion réseau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
2.5
Périphériques et autres matériels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
2.6
Acheter du matériel spécialement pour GNU/Linux . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
2.6.1
Éviter les matériels propriétaires ou fermés . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
TABLE DES MATIÈRES
3
Avant d’installer Debian GNU/Linux
17
3.1
Vue générale de l’installation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
3.2
Sauvegardez vos données ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
3.3
Informations à connaître . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
3.3.1
Documentation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
3.3.2
Trouver les sources d’informations sur le matériel . . . . . . . . . . . . . . 19
3.3.3
Compatibilité matérielle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
3.3.4
Configuration du réseau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
3.4
Prévoir le rôle de ce système . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
3.5
Satisfaire les besoins matériels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
3.6
Partitionnement préalable pour un système multi-amorçage . . . . . . . . . . . . 22
3.6.1
3.7
3.8
4
ii
Partitionnement sous MacOS/OSX . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
Installer Debian GNU/Linux à partir d’un système Unix/Linux . . . . . . . . . . 24
3.7.1
Pour commencer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
3.7.2
Installer debootstrap . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
3.7.3
Lancer debootstrap lorsque l’on est connecté au réseau . . . . . . . . . 26
3.7.4
Lancer debootstrap en utilisant basedebs.tar . . . . . . . . . . . . . 26
3.7.5
Configurer le système de base . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
3.7.6
Installer un noyau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
3.7.7
Configurer le gestionnaire de démarrage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
Configuration matérielle et système avant l’installation . . . . . . . . . . . . . . . 31
3.8.1
Exécuter OpenFirmware . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
3.8.2
Problèmes matériels à surveiller . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
Méthodes pour installer Debian
33
4.1
Jeu de cédéroms Debian GNU/Linux officiels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
4.2
Télécharger les fichiers depuis les miroirs Debian . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
4.3
4.2.1
Options d’installation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
4.2.2
Choisir le jeu d’installation adéquat . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
4.2.3
Où trouver les fichiers d’installation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
Créer des disquettes depuis des images disque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
TABLE DES MATIÈRES
4.4
4.5
4.6
5
4.3.1
Écrire des images disques depuis Linux ou un système Unix . . . . . . . . 38
4.3.2
Écrire des images disques depuis DOS, Windows ou OS/2 . . . . . . . . . 38
4.3.3
Modifier la disquette de secours pour accepter les langages nationaux . . 39
4.3.4
Écrire des images disque depuis MacOS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
Préparer les fichiers pour amorcer depuis un disque dur . . . . . . . . . . . . . . 41
4.4.1
Amorçage de l’installateur sur disque dur pour les Mac OldWorld. . . . . 41
4.4.2
Amorçage de l’installateur sur disque dur pour les Mac NewWorld. . . . 41
Préparer les fichiers pour amorcer depuis le réseau en TFTP. . . . . . . . . . . . . 42
4.5.1
Configurer un serveur BOOTP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
4.5.2
Configurer un serveur DHCP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
4.5.3
Activer le serveur TFTP. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
4.5.4
Mettre les images TFTP en place . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
4.5.5
Installation avec une racine TFTP et NFS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
Installation automatisée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
Amorçage du système d’installation
5.1
iii
47
Arguments des paramètres d’amorçage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
5.1.1
Arguments de dbootstrap . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48
5.2
Amorcer depuis un cédérom . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49
5.3
Amorcer depuis des disquettes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
5.4
Amorçage depuis un disque dur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
5.4.1
Amorcer CHRP à partir d’OpenFirmware (OF) . . . . . . . . . . . . . . . . 50
5.4.2
Amorcer les PowerMAC OldWorld à partir de MacOS . . . . . . . . . . . 50
5.4.3
Amorcer les Mac NewWorld depuis le microprogramme Open Firmware
5.4.4
Amorcer PReP à partir d’OpenBug . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51
51
5.5
Amorcer depuis TFTP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51
5.6
Dysfonctionnement pendant la procédure d’installation . . . . . . . . . . . . . . . 52
5.7
5.6.1
Fiabilité des disquettes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
5.6.2
Configuration d’amorçage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
Comprendre les messages de démarrage du noyau . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
5.7.1
dbootstrap : rapport de problèmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
TABLE DES MATIÈRES
5.7.2
5.8
Soumettre un rapport de bogue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
Introduction à dbootstrap . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54
5.8.1
5.9
iv
Utiliser le shell et visualiser les fichiers-journaux . . . . . . . . . . . . . . . 55
Choisir la langue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55
5.10 Notes sur cette version . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56
5.11 Menu principal d’installation - Debian GNU-Linux . . . . . . . . . . . . . . . . . 56
5.12 Configurer le clavier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56
5.13 Dernière chance ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
6
Partitionnement pour Debian
59
6.1
Décider des partitions et de leurs tailles pour Debian . . . . . . . . . . . . . . . . 59
6.2
L’arborescence des fichiers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60
6.3
Schéma de partitionnement recommandé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
6.4
Nommage des périphériques sous Linux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62
6.5
Programmes de partitionnement de Debian . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
6.6
Partitionnement des nouveaux PowerMacs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64
6.7
Initialiser et activer une partition d’échange . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64
6.8
Initialiser une partition Linux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
6.9
Monter une partition Linux déjà initialisée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66
6.9.1
Précautions pour l’installation de la racine NFS (NFS Root) . . . . . . . . . 66
6.10 Monter des partitions non gérées par dbootstrap . . . . . . . . . . . . . . . . . 68
7
Installation du noyau et du système d’exploitation de base
69
7.1
Installer le noyau et les modules des pilotes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69
7.2
NFS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70
7.3
Réseau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70
7.4
Racine NFS (NFS Root) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70
7.5
Configurer le support PCMCIA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71
7.6
Configurer les modules des pilotes matériels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71
7.7
Configurer le réseau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72
7.8
Installer le système de base . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73
TABLE DES MATIÈRES
8
Démarrez votre nouveau système Debian
8.1
v
75
Rendre le système amorçable . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
8.1.1
PowerMacs « OldWorld » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
8.1.2
PowerMacs « NewWorld » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76
8.2
Le moment de vérité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77
8.3
Paramétrage post-démarrage de Debian (Base) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77
8.4
Configuration du fuseau horaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77
8.5
Mots de passe MD5 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78
8.6
Mots de passe « Shadow » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78
8.7
Mise en place du mot de passe de root . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78
8.8
Créer un utilisateur ordinaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79
8.9
Paramétrage de PPP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79
8.10 Enlever PCMCIA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80
8.11 Configuration d’APT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81
8.11.1 Configurer les sources de paquets réseau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81
8.12 Installation de paquets : simple ou avancée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82
8.13 Sélection simple des paquets — l’installateur de tâche . . . . . . . . . . . . . . . . 82
8.14 Sélection « avancée » de paquets avec dselect . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83
8.15 Affichages lors de l’installation des logiciels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83
8.15.1 Paramètres pour le serveur X . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83
8.16 Se connecter . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83
9
Étapes suivantes et où aller à partir de maintenant
85
9.1
Si vous êtes nouveau sous Unix . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85
9.2
Arrêter le système . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85
9.3
S’orienter à travers Debian . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86
9.3.1
Gestion des versions des applications . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86
9.3.2
Gestion des tâches récurrentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86
9.4
Pour aller plus loin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87
9.5
Compiler un nouveau noyau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87
9.5.1
Gestion des images du noyau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88
TABLE DES MATIÈRES
vi
10 Informations techniques sur les disquettes d’amorçage
91
10.1 Le code source . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91
10.2 La disquette de secours . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91
10.3 Remplacer le noyau de la disquette de secours . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91
11 Annexe
93
11.1 Plus d’informations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93
11.1.1 Plus d’informations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93
11.2 Obtenir Debian GNU/Linux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93
11.2.1 Jeu de cédéroms officiels Debian GNU/Linux . . . . . . . . . . . . . . . . 93
11.2.2 Miroirs Debian . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93
11.2.3 Description des fichiers du système d’installation . . . . . . . . . . . . . . 93
11.3 Périphériques Linux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97
11.3.1 Régler la souris . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98
11.4 Ressources d’espace disque pour les tâches . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99
11.5 Effets des modes verbeux et silencieux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100
12 Administrivia
103
12.1 À propos de ce document . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103
12.2 Pour contribuer à ce document . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103
12.3 Contributions majeures . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104
12.4 Traduction française . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104
12.5 Marques déposées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105
1
Chapitre 1
Bienvenue à Debian
Nous sommes enchantés que vous ayez choisi Debian. Nous sommes sûrs que vous trouverez
cette distribution GNU/Linux de Debian remarquable. Debian GNU/Linux rassemble des logiciels libres de qualité, faits par des gens disséminés aux quatre coins du monde, et les intègre
en un tout cohérent. Nous croyons que vous trouverez ce tout réellement supérieur à la somme
des parties.
Ce chapitre propose un survol du projet Debian et de Debian GNU/Linux. Si vous connaissez
déjà l’histoire du projet Debian et de la distribution Debian GNU/Linux, vous pouvez, si vous
le voulez, passer au chapitre suivant.
1.1 Qu’est-ce que Debian ?
Debian est une organisation composée uniquement de bénévoles, dont le but est de développer le logiciel libre et de promouvoir les idéaux de la « Free Software Foundation ». Le projet
Debian a démarré en 1993, quand Ian Murdock invita tous les développeurs de logiciels à
participer à la création d’une distribution logicielle, complète et cohérente, basée sur le nouveau noyau Linux. Ce petit groupe d’enthousiastes, d’abord subventionné par la Free Software
Foundation (http://www.fsf.org/fsf/fsf.html), et influencé par la philosophie GNU
(http://www.gnu.org/gnu/the-gnu-project.html), a grandi pour devenir une organisation composée par environ 800 développeurs Debian.
Les développeurs Debian s’impliquent dans de multiples activités, par exemple, l’administration des sites web (http://www.debian.org/) et FTP (ftp://ftp.debian.org/), la
conception graphique, l’analyse juridique des licences logicielles, l’écriture de la documentation et, bien sûr, la maintenance des paquets logiciels.
Pour communiquer notre philosophie et attirer des développeurs qui adhèrent à nos principes,
le projet Debian a publié un certain nombre de documents qui mettent en évidence nos valeurs
et expliquent ce que signifie être un développeur Debian :
– Le contrat social Debian (http://www.debian.org/social_contract) est la déclaration des engagements de Debian vis-à-vis de la communauté du logiciel libre. Quiconque est d’accord pour se conformer à ce contrat social peut devenir un développeur
Chapitre 1. Bienvenue à Debian
2
Debian (http://www.debian.org/doc/maint-guide/). Tout développeur Debian
peut introduire des nouveaux logiciels dans Debian, à condition que ces paquets se
conforment à nos critères de liberté et répondent à nos critères de qualité ;
– Les directives Debian pour le logiciel libre (http://www.debian.org/social_
contract#guidelines) (Debian Free Software Guidelines, ou DFSG) sont une déclaration claire et concise des critères Debian en matière de logiciel libre. Ce document a une
grande influence sur le mouvement pour le logiciel libre ; il est à la base de la définition
de l’Open Source (http://opensource.org/docs/definition_plain.html) ;
– La charte Debian (http://www.debian.org/doc/debian-policy/) est une spécification détaillée des standards de qualité du projet Debian.
Les développeurs Debian participent aussi à d’autres projets : certains sont spécifiques à Debian, d’autres concernent tout ou partie de la communauté Linux. Voici quelques exemples :
– Le Linux Standard Base (http://www.linuxbase.org/) (LSB) est un projet dont le
but est de standardiser le système GNU/Linux de base. Les concepteurs de matériel et
de logiciels pourront ainsi plus facilement concevoir des applications et des pilotes de
périphériques pour un système Linux générique plutôt que pour une distribution particulière ;
– Le standard pour l’organisation des systèmes de fichiers (http://www.pathname.
com/fhs/) (FHS) est un effort pour standardiser l’organisation du système de fichiers
Linux. Le FHS permettra aux développeurs de logiciels de se concentrer sur la conception de programmes, sans avoir à se préoccuper de la façon dont le paquet sera installé
dans les différentes distributions GNU/Linux ;
– Debian Jr. (http://www.debian.org/devel/debian-jr/) est un projet interne
dont le but est de s’assurer que Debian a quelque chose à offrir à nos utilisateurs les
plus jeunes.
Pour des informations plus générales sur Debian, voir la FAQ Debian (http://www.debian.
org/doc/FAQ/).
1.2
Qu’est-ce que GNU/Linux ?
Le projet GNU a développé un ensemble complet d’outils libres destinés à Unix™ et aux systèmes d’exploitation à la Unix, tels que Linux. Ces outils permettent aux utilisateurs d’accomplir aussi bien les tâches les plus simples (copier ou effacer un fichier) que les plus complexes
(écrire et compiler des programmes, éditer de façon sophistiquée dans un grand nombre de
formats).
Un système d’exploitation comprend un certain nombre de programmes fondamentaux dont
votre ordinateur a besoin pour échanger des instructions avec les utilisateurs : lire et écrire
des données sur disque dur, sur bandes ou vers des imprimantes, contrôler l’utilisation de la
mémoire, faire tourner d’autre programmes, etc. La partie la plus importante d’un système
d’exploitation est le noyau. Dans un système GNU/Linux, c’est le noyau Linux. Le reste du
système comprend d’autres programmes, dont beaucoup ont été écrits par, ou pour, le projet
GNU. Comme le noyau Linux seul ne forme pas un système d’exploitation fonctionnel, nous
Chapitre 1. Bienvenue à Debian
3
préférons, pour nous référer au système que beaucoup de gens appellent de façon insouciante
« Linux », utiliser le terme « GNU/Linux ».
Le noyau Linux (http://www.kernel.org/) est apparu pour la première fois en 1991,
quand un étudiant en informatique finlandais du nom de Linus Torvalds annonça une version de remplacement du noyau Minix dans le groupe de discussion Usenet comp.os.minix.
Voir la page d’histoire de Linux (http://www.li.org/linuxhistory.php) de Linux International.
Linus Torvalds continue à coordonner le travail de centaines de développeurs, aidé
par quelques personnes de confiance. Un excellent résumé hebdomadaire des discussions de la liste de diffusion linux-kernel se trouve sur Kernel Traffic (http://kt.
zork.net/kernel-traffic/). Des informations supplémentaires sur la liste de diffusion
linux-kernel se trouvent sur la FAQ de la liste de diffusion de linux-kernel (http://www.
tux.org/lkml/).
1.3
Qu’est-ce que Debian GNU/Linux ?
La philosophie et la méthodologie Debian combinées avec les outils GNU, le noyau Linux
et certains logiciels libres importants, forment une distribution logicielle unique appelée Debian GNU/Linux. Cette distribution est faite d’un grand nombre de paquets logiciels. Chaque
paquet de la distribution contient des exécutables, des scripts, de la documentation, des informations de configuration ; il possède un responsable dont la principale charge est de tenir le
paquet à jour, de suivre les rapports de bogues et de rester en communication avec les auteurs
amont du paquet. Notre très grande base d’utilisateurs, combinée avec notre système de suivi
des bogues, fait que les problèmes sont résolus très rapidement.
Le souci du détail nous permet de donner une distribution paramétrable, stable et de grande
qualité. On peut facilement programmer le système d’installation pour qu’il installe aussi bien
un simple pare-feu qu’un poste de travail scientifique ou un serveur réseau.
La fonctionnalité qui distingue le plus Debian des autres distributions GNU/Linux est son
système de gestion des paquets. Ces outils donnent à l’administrateur d’un système Debian
un contrôle complet sur les paquets installés sur le système ; c’est, par exemple, la possibilité
d’installer un seul paquet ou celle de mettre à jour l’ensemble du système. Certains paquets
peuvent aussi être protégés contre une mise à jour. Vous pouvez même dire au système quels
paquets vous avez compilés vous-mêmes et quelles dépendances ils nécessitent.
Pour protéger votre système contre les chevaux de Troie et les logiciels malveillants, Debian
vérifie que les paquets proviennent de leur responsable Debian officiel. Ceux-ci prennent un
grand soin à configurer les paquets d’une manière sûre. Si des problèmes de sécurité apparaissent dans les paquets livrés, des corrections sont en général rapidement disponibles. Grâce
à la possibilité de mise à jour simple, offerte par Debian, vous pouvez récupérer sur Internet et
installer automatiquement les corrections concernant la sécurité.
La première et la meilleure méthode pour obtenir de l’aide pour votre système Debian
GNU/Linux, et pour communiquer avec les développeurs Debian, est d’utiliser les nombreuses listes de diffusion gérées par le projet Debian (il y en a plus de quatre-vingts-dix à
Chapitre 1. Bienvenue à Debian
4
ce jour). La façon la plus simple de s’abonner à une ou plusieurs listes est de visiter la page
d’abonnement aux listes de diffusion Debian (http://www.debian.org/MailingLists/
subscribe) et de compléter le formulaire qui s’y trouve.
1.4 Qu’est-ce que Debian GNU/Hurd ?
Debian GNU/Hurd est le système Debian GNU qui remplace le noyau Linux monolithique
par le noyau GNU Hurd — un ensemble de serveurs tournant au-dessus d’un micro-noyau
GNU Mach. Le Hurd n’est pas encore achevé et ne convient pas à une utilisation quotidienne,
mais le travail est en cours. Le Hurd n’est, pour le moment, développé que pour l’architecture
i386 : des portages vers d’autres architectures seront faits dès que le système sera plus stable.
Pour plus d’informations, voir la page de portage de Debian GNU/Hurd (http://www.
debian.org/ports/hurd/) et la liste de diffusion <debian-hurd@lists.debian.
org>.
1.5
Comment obtenir Debian ?
Pour plus d’informations sur la façon de télécharger Debian GNU/Linux depuis Internet, ou
sur la façon de se procurer les cédéroms officiels de Debian, voyez la page web de distribution (http://www.debian.org/distrib/). La liste des miroirs Debian (http://www.
debian.org/distrib/ftplist) répertorie tous les miroirs officiels Debian.
Après l’installation, Debian peut être mis à jour facilement. La procédure d’installation vous
aidera à configurer le système de façon à ce que vous puissiez faire ces mises à jour une fois le
système installé.
1.6
Comment obtenir la version la plus récente de ce document
Ce document change continuellement. N’oubliez pas de vérifier les informations de dernière minute à propos de la version 3.0 de Debian GNU/Linux sur la page des publications Debian (http://www.debian.org/releases/woody/). Des versions à jour de ce
manuel sont également disponibles sur les pages officielles du manuel d’installation (http:
//www.debian.org/releases/woody/powerpc/install).
1.7
Organisation de ce document
Ce document est fait pour servir de manuel aux personnes qui utilisent Debian pour la première fois. Il tente de faire aussi peu appel que possible à des connaissances avancées de la
part du lecteur. Cependant, il suppose une compréhension élémentaire du fonctionnement de
votre matériel.
Chapitre 1. Bienvenue à Debian
5
Les utilisateurs expérimentés pourront aussi trouver dans ce document d’intéressantes informations de référence, comme la place minimale nécessaire à une installation, des précisions au
sujet du matériel reconnu par le système d’installation de Debian, etc. Nous encourageons les
utilisateurs expérimentés à naviguer dans ce document.
Ce document, organisé de façon linéaire, guide l’utilisateur à travers tout le processus d’installation. Voici les différentes étapes de l’installation de Debian GNU/Linux, et les sections de ce
document qui s’y rapportent :
1 Comment déterminer si votre matériel possède la configuration minimale nécessaire au
système d’installation est expliqué dans : ‘Configuration nécessaire’ page 9 ;
2 Comment faire une sauvegarde de votre système, préparer et configurer le matériel avant
d’installer Debian, est expliqué dans : ‘Avant d’installer Debian GNU/Linux’ page 17. Si
vous prévoyez de pouvoir démarrer plusieurs systèmes, vous aurez besoin de partitionner votre disque dur ;
3 Dans : ‘Méthodes pour installer Debian’ page 33, vous trouverez les fichiers d’installation
nécessaires pour la méthode que vous avez choisie ;
4 La section : ‘Amorçage du système d’installation’ page 47 décrit comment lancer le système d’installation ; ce chapitre contient aussi des procédures de dépannage en cas de
problèmes au niveau du démarrage ;
5 La création de partitions Linux est expliquée dans : ‘Partitionnement pour Debian’
page 59 ;
6 L’installation du noyau et la configuration des modules pour les pilotes de périphériques sont expliquées dans : ‘Installation du noyau et du système d’exploitation de base’
page 69, ainsi que, pour ceux qui ne font pas l’installation à partir de cédéroms, la configuration de votre connexion au réseau, de manière à pouvoir obtenir, directement d’un
serveur Debian, les fichiers d’installation restants ;
7 Comment lancer automatiquement le téléchargement, l’installation et la configuration
d’un système élémentaire en état de marche, est expliqué dans : ‘Installer le système de
base’ page 73 ;
8 Comment démarrer le système de base installé et configurer ce qui doit être configuré est
expliqué dans : ‘Démarrez votre nouveau système Debian’ page 75 ;
9 Comment installer d’autres logiciels est expliqué dans : ‘Installation de paquets : simple
ou avancée’ page 82. On y apprend ainsi comment utiliser tasksel pour installer des
ensembles de paquets, chacun composant une « tâche » informatique, comment utiliser
dselect pour choisir des paquets, au cas par cas, dans une longue liste, et comment
utiliser apt-get pour installer les paquets dont vous connaissez déjà le nom.
Une fois que vous avez installé votre système, vous pouvez lire : ‘Étapes suivantes et où aller à
partir de maintenant’ page 85. Ce chapitre explique où trouver plus d’informations sur Unix et
Debian et comment remplacer votre noyau. Au cas où vous voudriez construire votre propre
système d’installation à partir des sources, jetez un coup d’oeil à : ‘Informations techniques sur
les disquettes d’amorçage’ page 91.
Enfin, des informations à propos de ce document, et comment y contribuer, se trouvent dans :
‘Administrivia’ page 103.
Chapitre 1. Bienvenue à Debian
6
1.8 Problèmes bien connus de ce document
Ce document est encore plutôt un brouillon. On sait qu’il est incomplet et qu’il contient probablement des erreurs, des problèmes de grammaire, etc. Si vous voyez « FIXME » ou « TODO »,
vous pouvez être sûr que nous savons que cette section n’est pas complète. Comme d’habitude,
caveat emptor (que l’acheteur fasse attention) ! Toute aide, suggestions, et surtout des rustines
(patches), seraient très appréciées.
On peut trouver des versions de travail de ce document à http://www.debian.org/
releases/woody/powerpc/install. Vous trouverez là des sous-répertoires contenant les
différentes versions de ce document, classées par architecture et par langue.
La version source est aussi librement disponible. Pour davantage d’informations sur la manière de contribuer, voyez : ‘Administrivia’ page 103. Nous apprécions les suggestions, les
commentaires, les rustines et les rapports de bogue (envoyez le rapport contre le paquet
boot-floppies, mais vérifiez d’abord que le problème ne soit pas déjà connu).
1.9
À propos des copyrights et des licences logicielles
Nous sommes sûrs que vous avez lu les licences fournies avec la plupart des logiciels commerciaux : elles disent que vous ne pouvez utiliser qu’une seule copie du logiciel et sur un seul
ordinateur. La licence du système Debian GNU/Linux est totalement différente. Nous vous
encourageons à copier le système Debian GNU/Linux sur tous les ordinateurs de votre école
ou de votre entreprise. Passez-le à vos amis et aidez-les à l’installer sur leur ordinateur. Vous
pouvez même faire des milliers de copies et les vendre — avec quelques restrictions. C’est parce
que Debian est basé sur le logiciel libre.
Qu’un logiciel soit « libre » ne veut pas dire qu’il est dépourvu de copyright et ne signifie pas
que le cédérom qui contient ce logiciel doit être distribué gratuitement. Cela signifie d’une part
que les licences des programmes individuels ne vous obligent pas à payer pour avoir le droit
de distribuer ou d’utiliser ces programmes. Et cela signifie d’autre part que non seulement on
peut étendre, adapter ou modifier un programme, mais qu’on peut aussi distribuer le résultat
de ce travail1 .
Beaucoup de programmes dans le système Debian sont distribués selon les termes de la licence GNU General Public License, souvent appelée simplement la « GPL ». La licence GPL
oblige à donner le code source du programme lorsque vous distribuez une copie binaire de
ce programme ; cet article assure que tout utilisateur pourra modifier le programme. Et c’est
pourquoi nous avons inclus le code source de tous les programmes présents dans le système
Debian2 .
1
Notez que nous mettons à disposition beaucoup de paquets qui ne satisfont pas à nos critères de liberté —
c’est une concession pragmatique à nos utilisateurs. Ces paquets ne font pas partie de la distribution officielle, et ils
sont distribués dans les parties contrib et non-free des miroirs Debian, ou bien sur des cédéroms vendus par
des tiers ; voyez la FAQ Debian (http://www.debian.org/doc/FAQ/), dans les « archives FTP Debian », pour
plus d’informations sur l’organisation et le contenu des archives.
2
Pour savoir où trouver et comment dépaqueter et construire les paquets sources Debian, voyez la FAQ Debian
(http://www.debian.org/doc/FAQ/).
Chapitre 1. Bienvenue à Debian
7
D’autres formes de copyright et de licences sont utilisées dans le système Debian. Vous
pourrez trouver les copyrights et les licences de chaque programme dans le répertoire
/usr/share/doc/nom-du-paquet/copyright une fois le paquet installé.
Pour en savoir plus sur les licences et comment Debian décide de ce qui est suffisamment libre
pour être inclus dans la distribution principale, consultez les directives Debian pour le logiciel
libre (http://www.debian.org/social_contract#guidelines).
Légalement, l’avertissement le plus important est que ce logiciel est fourni sans aucune garantie.
Les programmeurs qui ont créé ce logiciel l’ont fait pour le bénéfice de la communauté. Il n’est
donné aucune garantie quant à la pertinence du logiciel pour un quelconque usage. Cependant, puisque le logiciel est libre, vous pouvez modifier le logiciel autant que vous le désirez
— et vous pouvez ainsi profiter du travail de ceux qui ont amélioré le logiciel.
Chapitre 1. Bienvenue à Debian
8
9
Chapitre 2
Configuration nécessaire
Cette section contient des informations sur le matériel dont vous avez besoin pour démarrer
sur Debian. Vous trouverez aussi des liens vers des informations supplémentaires concernant
le matériel supporté par GNU et Linux.
2.1 Matériel supporté
En ce qui concerne le matériel, Debian n’a pas plus d’exigences que le noyau Linux et les
outils GNU. Par conséquent, toute architecture ou plate-forme, sur lesquelles le noyau Linux,
la libc, gcc, etc. ont été portés, et pour lesquelles un portage de Debian existe, peuvent faire
fonctionner Debian. Reportez-vous aux pages sur les portages http://www.debian.org/
ports/powerpc/ pour plus de détails concernant les systèmes d’architecture powerpc qui
ont été testés avec Debian.
Plutôt que d’essayer de décrire les différentes configurations matérielles supportées par PowerPC, cette section contient des informations générales et des pointeurs vers des informations
supplémentaires.
2.1.1
Architectures supportées
Debian 3.0 fonctionne sur neuf architectures principales et de nombreuses variations de cellesci, appelées « saveurs ».
Architecture
| Étiquette Debian / Saveur
---------------------+---------------------------Intel x86 & co.
| i386
|
- vanilla
|
- idepci
|
- compact
|
- bf2.4 (expérimental)
Chapitre 2. Configuration nécessaire
|
|
|
|
|
|
|
|
|
DEC Alpha
|
|
|
|
|
Sun SPARC
|
|
|
|
ARM et StrongARM
|
|
|
|
|
|
IBM/Motorola PowerPC |
- CHRP
|
- PowerMac
|
- PReP
|
- APUS
|
|
HP PA-RISC
|
- PA-RISC 1.1
|
- PA-RISC 2.0
|
|
Intel ia64-based
|
|
MIPS (grand-boutien) |
- SGI Indy/I2
|
|
MIPS (petit-boutien) |
- DEC Decstation
|
|
|
IBM S/390
|
|
|
Motorola 680x0 :
- Atari
- Amiga
- 68k Macintosh
- VME
10
m68k
- atari
- amiga
- mac
- bvme6000
- mvme147
- mvme16x
alpha
- generic
- jensen
- nautilus
sparc
- sparc32
- sparc64
arm
-
netwinder
riscpc
shark
lart
powerpc
- chrp
- powermac, new-powermac
- prep
- apus
hppa
- 32
- 64
ia64
mips
- r4k-ip22
mipsel
- r4k-kn04
- r3k-kn02
s390
- tape
- vmrdr
Chapitre 2. Configuration nécessaire
11
|
---------------------+---------------------------Ce document décrit l’installation pour l’architecture powerpc. Des versions pour les autres
architectures disponibles existent sur les pages Debian-Ports (http://www.debian.org/
ports/).
2.1.2
Support pour les microprocesseurs, cartes mères et cartes vidéos
Il y a quatre variantes principales de powerpc supportées : CHRP, PMac (Power-Macintosh),
PReP et Apus. Des portages vers d’autres architectures powerpc, telles que Be-Box et MBX sont
en cours, mais pas encore supportées. Nous aurons peut-être aussi un portage 64-bits (Power3)
dans l’avenir.
Apple (et quelques autres constructeurs — Power Computing, par exemple), produit une série
d’ordinateurs Macintosh basés sur le processeur PowerPC. Afin de simplifier le support, on
dénote trois catégories : Nubus, OldWorld PCI et NewWorld.
Les ordinateurs Macintosh utilisant la série des microprocesseur 680x0 ne font pas partie de
la famille des PowerPC mais sont dans celle des machines m68k. Ces modèles ont débutés
avec les « Mac II » ou bien ont un numéro de modèle à trois chiffres comme « Centris 650 » ou
« Quadra 950 ». Les numéros de modèles PowerPC pré-iMac de chez Apple ont quatre chiffres.
Les systèmes Nubus ne sont pas supportés par debian/powerpc pour le moment. L’architecture monolithique de noyau Linux/PPC ne supporte pas ces machines ; à la place, il faut utiliser le micro-noyau MkLinux Mach, que Debian ne supporte pas encore. Ceci inclut les modèles
suivants :
–
–
–
–
Power Macintosh 6100, 7100, 8100
Performa 5200, 6200, 6300
Powerbook 1400, 2300, and 5300
Workgroup Server 6150, 8150, 9150
Il existe un noyau Linux pour ces machines et on trouve un support limité à http://
nubus-pmac.sourceforge.net/.
Les systèmes OldWorld représentent la plupart des Power Macintoshs qui possèdent un lecteur de disquettes et un bus PCI. La plupart des Power Macintoshs 603,603e,604 et 604e, en
incluant les 7200, 7300, 7500, 7600, 8500, 8600, 9500 et 9600 sont des machines OldWorld. Les
systèmes G3 de couleur beige sont aussi des OldWorld.
Les machines appelées PowerMacs NewWorld sont les PowerMacs avec un boîtier en plastique de couleur translucide : tous les iMacs, iBooks, G4, G3 de couleur bleue et la plupart des
PowerBooks fabriqués à partir de 1999. Les PowerMacs NewWorld sont aussi connus pour
utiliser le système « Rom en Ram » de MacOS et ont commencé à être fabriqués à partir de
mi-1998.
Les systèmes Macintosh récemment introduits ont un matériel bien mieux supporté par la
version 2.4 du noyau Linux. Certains ne fonctionnent simplement pas avec un noyau 2.2. La
Chapitre 2. Configuration nécessaire
12
nouvelle saveur new-powermac, qui utilise le noyau 2.4 a été ajoutée, afin de correspondre
au matériel. La saveur new-powermac peut aussi être installée sur les machines OldWorld
et NewWorld. Les machines pour lesquelles new-powermac est fortement recommandée sont
marqués d’un astérisque ci-dessous.
Les spécifications pour le matériel Apple sont disponibles sur AppleSpec (http://www.
info.apple.com/support/applespec.html), et pour le matériel plus ancien, AppleSpec
Legacy (http://www.info.apple.com/support/applespec.legacy/index.html).
Modèle/Numéro
----------------------------------------------
Architecture
---------------
Apple
iMac Bondi Blue, 5 Flavors, Slot Loading
iMac Summer 2000, Early 2001
* iBook, iBook SE, iBook Dual USB
* iBook2
Power Macintosh Blue and White (B&W) G3
* Power Macintosh G4 PCI, AGP, Cube
* Power Macintosh G4 Gigabit Ethernet
* Power Macintosh G4 Digital Audio, Quicksilver
PowerBook G3 FireWire Pismo (2000)
PowerBook G3 Lombard (1999)
* PowerBook G4 Titanium
powermac-NewWorld
powermac-NewWorld
powermac-NewWorld
powermac-NewWorld
powermac-NewWorld
powermac-NewWorld
powermac-NewWorld
powermac-NewWorld
powermac-NewWorld
powermac-NewWorld
powermac-NewWorld
Performa 4400, 54xx, 5500
Performa 6300, 6360, 6400, 6500
Power Macintosh 4400, 5400
Power Macintosh 7200, 7300, 7500, 7600
Power Macintosh 8200, 8500, 8600
Power Macintosh 9500, 9600
Power Macintosh (Beige) G3 Minitower
Power Macintosh (Beige) Desktop, All-in-One
PowerBook 2400, 3400, 3500
PowerBook G3 Wallstreet (1998)
Twentieth Anniversary Macintosh
Workgroup Server 7250, 8550, 9650, G3
powermac-OldWorld
powermac-OldWorld
powermac-OldWorld
powermac-OldWorld
powermac-OldWorld
powermac-OldWorld
powermac-OldWorld
powermac-OldWorld
powermac-OldWorld
powermac-OldWorld
powermac-OldWorld
powermac-OldWorld
Power Computing
PowerBase, PowerTower / Pro, PowerWave
PowerCenter / Pro, PowerCurve
powermac-OldWorld
powermac-OldWorld
UMAX
C500, C600, J700, S900
powermac-OldWorld
APS
Chapitre 2. Configuration nécessaire
13
APS Tech M*Power 604e/2000
powermac-OldWorld
Motorola
Starmax 3000, 4000, 5000, 5500
Firepower, PowerStack Series E, PowerStack II
MPC 7xx, 8xx
MTX, MTX+
MVME2300(SC)/24xx/26xx/27xx/36xx/46xx
MCP(N)750
powermac-OldWorld
prep
prep
prep
prep
prep
IBM RS/6000
40P, 43P
Power 830/850/860 (6070, 6050)
6030, 7025, 7043
p640
B50, 43P-150, 44P
prep
prep
prep
prep
chrp
Amiga Power-UP Systems (APUS)
A1200, A3000, A4000
apus
Cartes graphiques
Le support qu’offre Debian pour les interfaces graphiques dépend du support offert par le
système X11 de XFree86 sous-jacent. Le nouvel emplacement vidéo AGP est en fait une modification de l’emplacement PCI, et la plupart des cartes AGP fonctionnent sous XFree86. Des
détails sur les bus graphiques supportés, les cartes, les moniteurs et les souris sont disponibles
sur http://www.xfree86.org/. Debian 3.0 est fourni avec la version 4.1.0 de X11.
2.1.3
Processeurs multiples
Le support multi-processeurs — qu’on appelle aussi « multi-processeurs symétriques » (« symmetric multi-processing » ou SMP, NdT) — est supporté pour cette architecture. Cependant,
l’image standard du noyau Debian 3.0 ne supporte pas SMP. Ceci peut être gênant, mais ne
devrait pas empêcher l’installation, puisque le noyau standard, non SMP, devrait démarrer sur
les systèmes SMP (le noyau n’utilisera que le premier CPU).
Afin de tirer profit de plusieurs processeurs, vous devrez remplacer le noyau Debian standard. Vous trouverez une discussion sur la façon de faire dans : ‘Compiler un nouveau noyau’
page 87. Aujourd’hui (version 2.2.20 du noyau) la façon d’activer SMP est de choisir « symmetric multi-processing » dans la section « General » quand on configure le noyau.
Chapitre 2. Configuration nécessaire
14
2.2 Médium d’installation
Dans beaucoup de cas, vous devrez effectuer votre premier amorçage depuis un lecteur de
disquettes, en utilisant la disquette de secours (« rescue floppy »). En général ce dont vous
avez besoin est une disquette haute densité (1440 kilo-octets) de 3,5 pouces. Pour CHRP, le
support disquette est actuellement défectueux.
L’installation à partir d’un cédérom est aussi supportée pour certaines architectures. Sur les
ordinateurs qui supportent de démarrer sur cédérom (cédérom amorçable), vous devriez pouvoir faire une installation entièrement sans disquettes. Même si votre système ne peut pas démarrer à partir d’un cédérom, vous pouvez utiliser le cédérom en même temps que les autres
techniques pour installer votre système, une fois que vous avez démarré par d’autres moyens ;
voyez : ‘Amorcer depuis un cédérom’ page 49.
L’installation à partir d’un disque local est une autre option pour beaucoup d’architectures.
Vous pouvez aussi démarrer votre système sur le réseau. L’installation sans disque, en utilisant
le démarrage par réseau et le montage par NFS de tous les systèmes de fichiers locaux, est une
autre option — vous aurez probablement besoin, pour cela de 16 Mo de mémoire.
Après l’installation de votre système de base, vous pouvez installer le reste de votre système
grâce à toute connexion réseau (y compris PPP), via FTP, HTTP ou NFS.
2.2.1
Systèmes de stockage supportés
Les disquettes de démarrage Debian contiennent un noyau construit pour permettre de faire
tourner un maximum de systèmes. Malheureusement, ceci en fait un noyau plus grand, avec
beaucoup de pilotes qui ne seront jamais utilisés (voyez : ‘Compiler un nouveau noyau’ page 87
pour apprendre à construire le vôtre). Cependant, le support du plus grand nombre de périphériques possible est voulu afin de s’assurer que l’on puisse installer Debian sur le plus de
matériel possible.
Tout système de stockage supporté par le noyau Linux est aussi supporté par le système de
démarrage. Il faut remarquer que le noyau Linux actuel ne supporte pas du tout les disquettes
sur les systèmes CHRP.
2.3 Besoins en espaces mémoire et disque
Vous devez posséder au moins 16 Mo de mémoire vive et 110 Mo d’espace disque. Pour un
système minimal en mode console (tous les paquets standard), 250 Mo seront nécessaires. Si
vous voulez installer un nombre raisonnable de logiciels, y compris le système X Window, des
programmes et bibliothèques de développement, il vous faudra au moins 400 Mo. Pour une
installation plus ou moins complète, vous aurez besoin d’environ 800 Mo. Pour installer tout ce
qui est disponible sous Debian, vous aurez probablement besoin d’environ 2 Go. En fait, tout
installer n’a même pas de sens, puisque certains paquets entrent en conflit avec d’autres.
Chapitre 2. Configuration nécessaire
15
2.4 Matériel de connexion réseau
Toute carte réseau (NIC) supportée par le noyau Linux devrait aussi être supportée par les
disquettes de démarrage. Vous pourriez avoir besoin de charger votre pilote réseau en tant
que module.
2.5 Périphériques et autres matériels
Linux supporte une large gamme de périphériques comme les souris, les imprimantes, les
scanners, les modems, les cartes réseaux, les périphériques PCMCIA et USB, etc. Cependant
aucun de ces périphériques n’est requis lors de l’installation du système. Cette partie contient
des informations à propos des périphériques spécifiquement non supportés par le système
d’installation, même s’ils sont supportés par Linux.
2.6 Acheter du matériel spécialement pour GNU/Linux
Il y a plusieurs vendeurs, actuellement, qui livrent des systèmes en préinstallant Debian ou
d’autres distributions de GNU/Linux. Vous paierez peut-être plus cher pour avoir ce privilège,
mais ça vous évitera des surprises, puisque vous serez certain que le matériel est bien supporté
par GNU/Linux.
Que vous achetiez ou non un système livré avec Linux, ou même un système d’occasion, il est
important que vous vérifiiez que votre matériel est supporté par le noyau Linux. Vérifiez si
votre matériel est listé dans les références ci-dessus. Indiquez à votre revendeur (s’il y en a un)
que vous recherchez un système Linux. Soutenez les revendeurs de matériel amis avec Linux.
2.6.1
Éviter les matériels propriétaires ou fermés
Certains constructeurs refusent simplement de fournir les informations qui permettraient
d’écrire des pilotes pour leurs matériels. D’autres ne nous autorisent pas l’accès à la documentation sans accord de confidentialité, ce qui nous empêche de distribuer le code source
pour Linux. Le système sonore DSP pour portable d’IBM utilisé dans les systèmes Thinkpad
récents est un exemple : certains de ces systèmes couplent aussi le son et le modem. Un autre
exemple est le matériel propriétaire dans les anciennes gammes Macintosh.
Puisque nous n’avons pas été autorisés à accéder à la documentation sur ces périphériques,
ils ne fonctionneront simplement pas sous Linux. Vous pouvez nous aider en demandant à
ces constructeurs de distribuer la documentation sur de tels matériels. Si suffisamment de personnes font cette demande, ils réaliseront que la communauté du logiciel libre est un marché
important.
Chapitre 2. Configuration nécessaire
16
17
Chapitre 3
Avant d’installer Debian GNU/Linux
3.1 Vue générale de l’installation
Voici la liste des étapes qui composent le processus d’installation :
1 libérer de l’espace pour Debian sur le disque dur ;
2 situer ou télécharger le noyau et les modules (sauf pour les utilisateurs de cédérom Debian) ;
3 configurer les disquettes d’installation ou placer les fichiers de démarrage (sauf pour la
plupart des utilisateurs de cédérom Debian qui peuvent démarrer directement depuis un
des cédéroms) ;
4 démarrer le processus d’installation ;
5 configurer le clavier ;
6 créer et monter les partitions Debian ;
7 indiquer à l’installateur l’emplacement du noyau et des modules ;
8 choisir les pilotes de périphériques à charger ;
9 configurer l’interface réseau ;
10 lancer le téléchargement, l’installation et la configuration du système de base ;
11 configurer le démarrage de Linux ou d’autres systèmes d’exploitation ;
12 démarrer le nouveau système et mettre la touche finale à la configuration ;
13 installer des tâches et des paquets supplémentaires, selon votre envie.
3.2 Sauvegardez vos données !
Avant de commencer, assurez-vous d’avoir effectué une sauvegarde de chaque fichier qui se
trouve actuellement sur votre système. Si c’est la première fois que vous installez un autre
système d’exploitation sur votre machine, il est probable que vous devrez repartitionner votre
Chapitre 3. Avant d’installer Debian GNU/Linux
18
disque dur afin de faire de la place à Debian GNU/Linux. À chaque partitionnement, il y a un
risque de perdre toutes les données du disque, quel que soit le programme utilisé pour cette
opération. Les programmes utilisés à l’installation sont assez fiables et la plupart ont été utilisés
pendant des années, mais ils sont très puissants et un faux mouvement peut vous coûter cher.
Même après la sauvegarde, soyez attentif et réfléchissez à vos réponses et à vos actions. Deux
minutes de réflexion peuvent vous épargner des heures de travail inutile.
Si vous installez un système multi-amorçage, assurez-vous que vous disposez du support de
distribution des autres systèmes d’exploitation présents. Surtout si vous repartitionnez votre
disque dur d’amorçage, vous pourriez avoir à réinstaller le chargeur de votre système d’exploitation, ou dans certains cas, le système d’exploitation en entier et tous les fichiers sur les
partitions touchées.
3.3 Informations à connaître
3.3.1
Documentation
Manuel d’installation :
Le fichier que vous êtes en train de lire, au format texte, HTML ou PDF ;
– install.fr.txt
– install.fr.html
– install.fr.pdf
Didacticiel dselect
Le didacticiel pour utiliser le programme dselect, qui est un des moyens d’installer des paquets supplémentaires, après l’installation du système de base ;
– dselect-beginner
Pages de manuel des programmes de partitionnement :
Les pages de manuel des programmes de partitionnement utilisés pendant le processus d’installation.
– cfdisk.txt
– mac-fdisk.txt
Sommes de contrôle MD5
La liste des sommes de contrôle MD5 des fichiers binaires. Si vous avez le programme md5sum,
vous pouvez vérifier que vos fichiers ne sont pas corrompus en exécutant md5sum -v -c
md5sum.txt.
Chapitre 3. Avant d’installer Debian GNU/Linux
19
– . . ./current/md5sum.txt
(http://http.us.debian.org/debian/dists/woody/
main/disks-powerpc/current/md5sum.txt)
3.3.2
Trouver les sources d’informations sur le matériel
Les informations sur le matériel peuvent être trouvées à partir de plusieurs sources :
– Les manuels accompagnant chaque élément ;
– Les informations sur la configuration du BIOS de votre ordinateur. Vous pouvez accéder
à ces écrans pendant le démarrage de l’ordinateur en appuyant sur une combinaison de
touches. Consultez votre manuel pour connaître cette combinaison. Il s’agit souvent de la
touche « Suppr » ;
– Les boîtes et cartons de chaque pièce ;
– Les commandes système ou les outils d’un autre système d’exploitation, incluant les affichages d’un gestionnaire de fichiers. Cette source est particulièrement utile pour trouver des
informations sur les mémoires vive et de masse ;
– Votre administrateur système ou votre fournisseur d’accès à Internet. Ces sources peuvent
vous indiquer les réglages nécessaires à la configuration du réseau et du courriel.
Informations sur le matériel nécessaires pour l’installation
+---------------------------------------------------------------------+
|Matériel |
Informations dont vous pouvez avoir besoin
|
|----------+----------------------------------------------------------|
|
| * Leur nombre
|
|
| * Leur ordre dans le système
|
|Disques
| * S’ils sont IDE ou SCSI (la plupart sont en IDE)
|
|durs
| * Espace disque disponible
|
|
| * Partitions
|
|
| * Partitions où sont installés d’autres systèmes
|
|
|
d’exploitation
|
|----------+----------------------------------------------------------|
|
| * Modèle et marque
|
|
| * Résolutions supportées
|
|Moniteur | * Taux de rafraîchissement horizontal
|
|
| * Taux de rafraîchissement vertical
|
|
| * Profondeurs de couleurs supportées
|
|
| * Taille de l’écran
|
|----------+----------------------------------------------------------|
|
| * Type: série, PS/2 ou USB
|
|Souris
| * Port
|
|
| * Marque
|
|
| * Nombre de boutons
|
|----------+----------------------------------------------------------|
|Réseau
| * Modèle et marque
|
|
| * Type de l’interface
|
Chapitre 3. Avant d’installer Debian GNU/Linux
20
|----------+----------------------------------------------------------|
|Imprimante| * Modèle et marque
|
|
| * Résolutions d’impression supportées
|
|----------+----------------------------------------------------------|
|
| * Modèle et marque
|
|Carte
| * Mémoire vidéo disponible
|
|vidéo
| * Résolutions et profondeurs de couleurs supportées
|
|
|
(à choisir parmi celles supportées par le moniteur)
|
+---------------------------------------------------------------------+
3.3.3
Compatibilité matérielle
Beaucoup de produits de marques marchent sans problèmes sous Linux. De plus, le matériel
pour Linux est amélioré chaque jour. Cependant, Linux ne peut pas utiliser autant de matériels
que d’autres systèmes d’exploitation.
Voici quelques pistes pour vérifier la compatibilité de votre matériel :
– Cherchez de nouveaux pilotes sur le site web des fabricants ;
– Cherchez des informations pour une possible émulation sur les sites web ou les manuels.
Des marques moins connues peuvent parfois fournir des pilotes ou des réglages pour des
marques plus connues ;
– Vérifiez les listes de matériel compatible avec Linux sur les sites web dédiés à votre architecture ;
– Cherchez sur Internet l’expérience d’autres utilisateurs.
3.3.4
Configuration du réseau
Si votre machine est connectée à un réseau 24h/24 (i.e. avec une connexion Ethernet ou équivalente — pas une connexion PPP), vous devriez demander à votre administrateur système
les informations suivantes. D’un autre côté, s’il vous dit qu’un serveur DHCP est disponible
et doit être utilisé, alors vous n’avez pas besoin de ces informations, car le serveur DHCP les
fournira directement à votre ordinateur pendant le processus d’installation :
–
–
–
–
–
–
–
–
–
–
le nom de votre machine (vous pouvez peut-être le choisir vous-même) ;
le nom de votre domaine ;
l’adresse IP de votre machine ;
l’adresse IP de votre réseau ;
le masque de sous-réseau à utiliser pour votre réseau ;
l’adresse de multidiffusion (broadcast address) à utiliser sur votre réseau ;
l’adresse IP de votre passerelle par défaut, si votre réseau en possède une ;
la machine de votre réseau utilisée comme serveur de noms DNS (Domain Name Service) ;
Si vous vous connectez à ce réseau en utilisant Ethernet ;
Si votre interface Ethernet est une carte PCMCIA ; et dans ce cas, le type du contrôleur PCMCIA utilisé.
Chapitre 3. Avant d’installer Debian GNU/Linux
21
Si la seule connexion de votre ordinateur à un réseau se fait via une liaison série, en utilisant
PPP ou une connexion téléphonique équivalente, vous ne pourrez pas installer le système de
base à travers le réseau. Dans ce cas, pour installer le système, vous devez utiliser un cédérom,
pré-charger les paquets de base sur une partition de votre disque dur, ou préparer des disquettes contenant les paquets de base. Voyez : ‘Paramétrage de PPP’ page 79 ci-dessous pour
des informations sur la configuration de PPP avec Debian une fois le système installé.
3.4
Prévoir le rôle de ce système
Il est important de décider à l’avance quel type de machine vous allez créer. Ceci déterminera
les impératifs de place disque pour votre système Debian.
3.5
Satisfaire les besoins matériels
Une fois glanées les informations sur votre matériel, vérifiez que votre matériel vous permet
de faire le type d’installation souhaité.
Selon vos besoins, vous pouvez continuer avec du matériel inférieur au matériel recommandé
dans le tableau ci-dessous. Cependant, la plupart des utilisateurs seront frustrés s’ils ignorent
ces suggestions. N’importe quel PowerPC OldWorld ou NewWorld convient parfaitement
pour une machine de bureau. Pour un serveur, un processeur d’au moins 132 Mhz est recommandé.
Configuration matérielle minimale recommandée
+----------------------------------+
|Type d’inst.| RAM
| Disque dur |
|------------+--------+------------|
|Sans X11
| 16 Mo |
450 Mo
|
|------------+--------+------------|
|Avec X11
| 64 Mo |
1 Go
|
|------------+--------+------------|
|Serveur
| 128 Mo |
4 Go
|
+----------------------------------+
Voici quelques exemples typiques de configuration de systèmes Debian. Vous pouvez aussi
vous faire une idée de l’espace disque nécessaire à certaines tâches en lisant ‘Ressources d’espace disque pour les tâches’ page 99.
Serveur standard C’est un profil de petit serveur : serveur minimaliste et sans utilitaires sophistiqués pour les comptes utilisateur. Il contient un serveur FTP, un serveur web, DNS,
NIS et POP. Pour ces services, 50 Mo d’espace disque devraient suffire, il faut ensuite
compter la place nécessaire aux données ;
Chapitre 3. Avant d’installer Debian GNU/Linux
22
Machine personnelle Une machine de bureau classique, comprenant l’interface graphique X
Window, des applications multimédia, des éditeurs, etc. La taille des paquets devrait être
d’environ 500 Mo ;
Travail en mode console Une machine de bureau minimaliste, sans interface graphique X
Window ni applications graphiques. Peut convenir sur un portable ou un ordinateur
mobile. La taille est d’environ 140 Mo ;
Développeur Une configuration avec tous les paquets pour faire du développement, comme
Perl, C, C++, etc. La taille est d’environ 475 Mo. En supposant que vous installerez X11
et d’autres paquets supplémentaires, une taille de 800 Mo est à prévoir pour ce type de
machine.
Faites attention que ces tailles ne comptabilisent pas tous les fichiers, comme les fichiers des
utilisateurs, la messagerie et les données. Il vaut toujours mieux prévoir large quand il s’agit de
ses propres fichiers et données. En particulier, la partition /var dans Debian contient beaucoup
d’informations sur l’état du système. Les fichiers de dpkg (contenant des informations sur tous
les paquets installés) peuvent facilement atteindre 20 Mo ; avec les journaux et le reste, 50 Mo
devraient être attribués à /var.
3.6
Partitionnement préalable pour un système multi-amorçage
Partitionner votre disque dur est simplement le fait de le diviser en plusieurs sections. Chaque
section est alors indépendante des autres. C’est en gros équivalent à ajouter des cloisons dans
une maison : ajouter des meubles dans une pièce n’affecte pas les autres pièces.
Si vous avez déjà un système d’exploitation sur votre machine et désirez placer Linux sur le
même disque, vous devrez repartitionner ce disque. Debian a besoin d’outils de partitionnement spécifiques. Il ne peut pas être installé sur des partitions Windows ou MacOS. Il peut
partager des partitions avec d’autres systèmes Linux, mais ce point n’est pas abordé ici. Vous
devez attribuer au moins une partition à la racine du système Debian.
Vous pouvez trouver des informations sur le partitionnement actuel en utilisant un outil approprié pour votre système d’exploitation actuel, tel que Drive Setup, HD Toolkit ou MacTools.
Les outils de partitionnement permettent toujours de montrer l’état actuel sans faire de changement.
En général, modifier une partition contenant déjà un système de fichiers va détruire des fichiers. Vous devriez donc toujours faire des sauvegardes avant tout partitionnement. En continuant l’analogie avec la maison, avant d’abattre une cloison, vous voudrez certainement déplacer les meubles, afin de ne pas les endommager.
Si votre ordinateur possède plus d’un disque dur, vous pouvez souhaiter en dédier un à Debian. Ainsi, vous n’aurez pas besoin de partitionner le disque avant de commencer l’installation ; le programme de partitionnement inclus dans l’installateur fera très bien l’affaire.
Si votre ordinateur ne possède qu’un seul disque, et si vous désirez remplacer complètement le
système d’exploitation actuel par Debian GNU/Linux, vous pouvez aussi attendre d’être dans
Chapitre 3. Avant d’installer Debian GNU/Linux
23
le processus d’installation pour partitionner le disque (‘Partitionnement pour Debian’ page 59).
Cependant, cela ne marchera que si vous commencez l’installation à partir de disquettes, d’un
cédérom ou de fichiers sur une machine connectée. En effet, si vous démarrez à partir de fichiers sur le disque dur, puis partitionnez ce disque dur pendant l’installation, vous effacerez
les fichiers de démarrage, et il vaut alors mieux que l’installation se déroule sans accroc. Si
vous voulez vraiment faire ainsi, vous devez vous assurer qu’il existe un moyen de ressusciter
la machine en cas de problème, par exemple avec les disquettes ou les cédéroms d’installation
du système actuel.
Si votre machine possède déjà plusieurs partitions, et si suffisamment de place peut être obtenue en effaçant ou remplaçant une ou plusieurs de ces partitions, alors vous pouvez aussi
attendre et utiliser le programme de partitionnement de l’installateur Debian. Vous devriez
néanmoins continuer de lire les paragraphes suivants, car il existe certains cas qui obligent à
effectuer la partition avant de démarrer l’installation.
Dans tous les autres cas, vous aurez besoin de partitionner votre disque dur avant de démarrer
l’installation afin de créer de l’espace disponible dans lequel les partitions pour Debian seront
créées. Si certaines de ces partitions sont attribuées à un autre système d’exploitation, il vaut
mieux utiliser le programme de partitionnement de ce système d’exploitation. Dans ce cas,
nous vous recommandons de ne pas essayer de créer des partitions Linux Debian avec ces
outils. Il faut seulement créer les partitions dédiées à l’autre système d’exploitation.
Si vous installez plus d’un système d’exploitation sur la même machine, vous devriez commencer par les autres OS avant d’installer Linux. Windows ainsi que d’autres installateurs
d’OS peuvent vous empêcher de démarrer Linux, ou vous encourager à reformater les partitions non reconnues.
Vous pouvez annuler l’effet de ces actions, ou les éviter, mais commencer par installer les autres
OS est le meilleur moyen d’éviter ces ennuis.
Pour qu’OpenFirmware puisse démarrer automatiquement Debian GNU/Linux, les partitions
Linux doivent apparaître avant toute autre partition sur le disque, en particulier avant les partitions d’amorçage de MacOS. Il faut absolument garder ceci à l’esprit lorsque l’on partitionne
le disque ; vous devez créer une place pour les partitions Linux avant les autres partitions amorçables du disque (les petites partitions dédiées aux contrôleurs de disques Apple ne sont pas
amorçables). Vous pourrez supprimer cet espace libre avec les outils de partitionnement Linux
durant la phase d’installation, et le remplacer par des partitions Linux.
Si vous avez actuellement un disque dur avec une seule partition (ce qui est courant pour des
ordinateurs de bureau), et si vous voulez pouvoir démarrer Debian ainsi que d’autres systèmes
d’exploitation, vous aurez besoin de :
1 sauvegarder tout ce qui se trouve sur l’ordinateur ;
2 démarrer depuis le support d’installation (du système d’exploitation actuellement installé), par exemple un cédérom ou des disquettes (si vous démarrez depuis un cédérom
MacOS, maintenez la touche c appuyée pendant le démarrage pour forcer le cédérom à
devenir le système actif pour MacOS) ;
3 utiliser les outils de partitionnement natifs pour créer soit de nouvelles partitions, soit de
l’espace libre pour Debian GNU/Linux ;
Chapitre 3. Avant d’installer Debian GNU/Linux
24
4 installer le système d’exploitation natif sur sa nouvelle partition ;
5 démarrer ce système pour vérifier que tout fonctionne, et pour télécharger les fichiers de
démarrage pour l’installateur de Debian ;
6 démarrer l’installateur de Debian pour commencer à installer Debian.
3.6.1
Partitionnement sous MacOS/OSX
L’application Apple Drive Setup se trouve dans le dossier Utilitaires (Utilities)
sur le cédérom MacOS. Il ne permet pas d’ajuster des partitions existantes ; il se contente de
créer une partition unique occupant tout le disque, et ne montre pas les partitions existantes.
N’oubliez pas de créer la place pour les partitions GNU/Linux, de préférence au début du
disque. Le type de cette partition importe peu, il sera changé pendant l’installation de Debian.
Si vous prévoyez d’installer MacOS 9 et OS X, il vaut mieux créer des partitions distinctes pour
les deux systèmes. S’ils sont installés sur la même partition, Startup Disk (et redémarrer)
doit être exécuté pour choisir entre les deux, ce choix ne peut être fait lors du démarrage. Avec
des partitions distinctes, des options différentes pour OS 9 et OS X apparaitront en appuyant
sur la touche Option pendant le démarrage, et des options différentes peuvent aussi être installées dans le menu de démarrage yaboot. Aussi, Startup Disk va « désacraliser» (de-bless)
toutes les autres partitions montées, ce qui peut perturber le démarrage de GNU/Linux. Les
partitions d’OS 9 et OS X seront accessibles indifféremment depuis OS 9 et OS X.
GNU/Linux est incapable d’aller chercher les informations sur des partitions NFS+ (aussi appelées MacOS étendues) ou UFS. OS X a besoin d’un de ces types pour sa partition de démarrage. MacOS 9 peut être installé soit sur HFS (aussi appelé MacOS standard), soit sur
HFS+. Pour partager des informations entre les systèmes MacOS et GNU/Linux, une partition d’échange est très pratique. Les partitions HFS et MS-DOS FAT sont reconnues par les
deux systèmes.
3.7
Installer Debian GNU/Linux à partir d’un système Unix/Linux
Cette partie explique comment installer Debian GNU/Linux à partir d’un système Unix ou
Linux existant, sans utiliser le système d’installation basé sur ncurses, tel qu’expliqué dans le
reste de ce manuel. Ce mode d’emploi d’installation croisée a été réclamé par des utilisateurs
qui changeaient leurs distribution Redhat, Mandrake et Suse pour Debian GNU/Linux. Dans
cette partie, on suppose que le lecteur est familiarisé avec les commandes *nix et qu’il sait
parcourir le système de fichiers. Dans cette partie, $ symbolise une commande qui devra être
entrée par l’utilisateur dans le système actuel, alors que # fera référence à une commande qui
devra être entrée dans le chroot Debian.
Une fois que vous aurez configuré le nouveau système Debian à votre goût, vous pourrez y
migrer les données utilisateurs existantes (s’il y en a), et continuer normalement à les exploiter.
Il n’y aura aucun temps d’indisponibilité lors de l’installation ; c’est l’installation « zero downtime » Debian GNU/Linux. C’est également une façon intelligente de résoudre les problèmes
Chapitre 3. Avant d’installer Debian GNU/Linux
25
d’équipements qui d’ordinaire donnent du fil à retordre aux systèmes d’installation et autre
systèmes d’amorce.
3.7.1
Pour commencer
Avec votre outil habituel de partitionnement *nix, re-partitionnez le disque dur pour vos besoins. Créez au moins un système de fichiers ainsi qu’une zone d’échange (swap). Vous devez
disposer d’au moins 150 Mo pour l’installation d’un système en mode console et d’au moins
300 Mo si vous avez l’intention d’installer X.
créez un système de fichiers sur vos partitions. Par exemple, pour créer un système de fichiers
ext3 sur la partition /dev/hda6 (ce sera la partition root dans notre exemple), il suffit de faire :
$ mke2fs -j /dev/hda6
Pour créer un système de fichier ext2, il suffit d’enlever le -j.
Initialisez et activez la zone d’échange (swap) (modifiez le numéro de la partition en fonction
ce celui que vous souhaitez utiliser avec Debian) :
$ mkswap /dev/hda5
$ sync; sync; sync
$ swapon /dev/hda5
Attachez une partition sur /mnt/debinst (le point d’installation, qui deviendra le système
de fichier root (/) sur votre nouveau système). Le point de montage est totalement arbitraire,
c’est de cette façon qu’on y fera référence pour la suite.
$ mkdir /mnt/debinst
$ mount /dev/hda6 /mnt/debinst
3.7.2
Installer debootstrap
L’outil que le logiciel d’installation de Debian utilise, qui est connu pour être le moyen officiel
d’installation d’un système Debian élémentaire, est debootstrap. Il utilise wget, à part cela,
il dépend uniquement de la glibc. Installez wget s’il n’est pas d’ores et déjà installé sur votre
système, puis téléchargez et installez debootstrap.
Si vous possédez un système basé sur rpm, vous pouvez utiliser alien pour convertir le .deb
en .rpm, ou télécharger une « version rpm-isée » depuis http://people.debian.org/
~blade/install/debootstrap
Ou, vous pouvez utiliser la procédure qui suit pour l’installer manuellement. Créez un répertoire pour y décompresser le .deb :
Chapitre 3. Avant d’installer Debian GNU/Linux
26
$ mkdir work
$ cd work
Le binaire debootstrap se trouve dans l’archive Debian (assurez-vous d’avoir sélectionné
le fichier correspondant à votre architecture). Téléchargez le debootstrap .deb à partir de
pool (http://ftp.debian.org/debian/pool/main/d/debootstrap/), copiez le paquet dans le répertoire work, et décompressez les fichiers binaires. Vous aurez besoin d’avoir
les permissions de root pour installer le binaire.
$ ar -xf debootstrap_0.X.X_arch.deb
$ cd /
$ zcat < /chemin-complet-vers/work/data.tar.gz | tar xv
L’actuelle version de debootstrap, du tout moins sur la plateforme i386, a été compilée avec
la glibc 2.3. Cependant, si vous êtes en train de réaliser une mise à jour depuis une Redhat 6.0,
vous devrez vous procurer les fichiers sources et vous devrez ensuite les recompiler.
3.7.3
Lancer debootstrap lorsque l’on est connecté au réseau
debootstrap peut télécharger les fichiers nécessaires directement depuis l’archive debian.
Vous pouvez remplacer toutes les références à http.us.debian.org/debian dans les commandes ci-dessous, par un miroir de l’archive Debian qui se trouve à proximité de vous relativement au réseau. Les miroirs sont listés sur http://www.debian.org/misc/README.
mirrors.
Lorsque vous êtes en train d’exécuter debootstrap, la variable d’environnement PATH doit
contenir /usr/sbin et /sbin afin de pouvoir faire appel à d’autres programmes.
Si vous possédez une version cédérom de Debian GNU/Linux Woody, attachée sur /cdrom,
vous pouvez remplacer l’url http par l’url d’un fichier : file:/cdrom/debian/
Dans la commande debootstrap, replacez ARCH par l’une des expressions suivantes : alpha,
arm, hppa, i386, ia64, m68k, mips, mipsel, powerpc, s390, or sparc.
$ /usr/sbin/debootstrap --arch ARCH woody \
/mnt/debinst http://http.us.debian.org/debian
3.7.4
Lancer debootstrap en utilisant basedebs.tar
debootstrap peut se servir du fichier basedebs.tar, si vous l’aviez téléchargé auparavant.
Le fichier basedebs.tar est systématiquement généré en une seule fois, ainsi, vous obtiendrez la dernière version d’un système de base en faisant pointer debootstrap directement
sur une archive Debian comme nous l’avons évoqué dans la partie précédente.
Chapitre 3. Avant d’installer Debian GNU/Linux
27
Le fichier basedebs.tar se situe dans le répertoire base-images-current de l’archive
Debian correspondante à votre architecture, par exemple : http://http.us.debian.org/
debian/dists/woody/main/disks-i386/base-images-current/basedebs.tar
Dans la commande debootstrap, replacez ARCH par l’une des expressions suivantes : alpha,
arm, hppa, i386, ia64, m68k, mips, mipsel, powerpc, s390, or sparc.
$ /usr/sbin/debootstrap --arch ARCH --unpack-tarball \
/path-to-downloaded/basedebs.tar woody /mnt/debinst
3.7.5
Configurer le système de base
Maintenant, que vous disposez d’un vrai système Debian, autant l’utiliser. Lancez-y le programme chroot :
$ chroot /mnt/debinst /bin/bash
Attacher les partitions
Vous devrez créer /etc/fstab.
# editor /etc/fstab
Voici un exemple que vous pouvez modifier à votre convenance :
# /etc/fstab: static file system information.
#
# file system
mount point
type
options
/dev/XXX
/
ext2
defaults
/dev/XXX
/boot
ext2
ro,nosuid,nodev
dump pass
0
0
0
2
/dev/XXX
proc
none
/proc
swap
proc
0
0
0
0
/dev/fd0
/dev/cdrom
/mnt/floppy
/mnt/cdrom
auto
noauto,rw,sync,user,exec 0
iso9660 noauto,ro,user,exec
0
0
0
/dev/XXX
/dev/XXX
/dev/XXX
/dev/XXX
/tmp
/var
/usr
/home
ext2
ext2
ext2
ext2
2
2
2
2
sw
defaults
rw,nosuid,nodev
rw,nosuid,nodev
rw,nodev
rw,nosuid,nodev
0
0
0
0
Chapitre 3. Avant d’installer Debian GNU/Linux
28
Utilisez mount -a pour attacher l’ensemble des systèmes de fichiers que vous avez indiqué
dans votre fichier /etc/fstab, ou alors pour attacher de façon individuelle chaque système
de fichiers utilisez :
# mount /chemin
# par ex.~:
mount /usr
Vous pouvez attacher le système de fichiers proc plusieurs fois et à divers endroits, ainsi /proc
ne pose pas de soucis. Si vous n’utilisez pas mount -a, assurez-vous d’avoir attaché proc
avant d’aller plus loin :
# mount -t proc proc /proc
Configurer le clavier
Pour configurer votre clavier exécutez :
# dpkg-reconfigure console-data
Configurer le réseau
Pour configurer le réseau, éditez les fichiers /etc/network/interfaces, /etc
/resolv.conf, et etc/hostname.
# editor /etc/network/interfaces
Voici quelques exemples simples qui proviennent de /usr/share/doc/ifupdown
/examples :
######################################################################
# /etc/network/interfaces -- configuration file for ifup(8), ifdown(8)
# See the interfaces(5) manpage for information on what options are
# available.
######################################################################
# We always want the loopback interface.
#
auto lo
iface lo inet loopback
# To use dhcp:
#
# auto eth0
Chapitre 3. Avant d’installer Debian GNU/Linux
29
# iface eth0 inet dhcp
# An example static IP setup: (broadcast and gateway are optional)
#
# auto eth0
# iface eth0 inet static
#
address 192.168.0.42
#
network 192.168.0.0
#
netmask 255.255.255.0
#
broadcast 192.168.0.255
#
gateway 192.168.0.1
Entrez vos serveurs de nom et la directive search dans le fichier /etc/resolv.conf :
# editor /etc/resolv.conf
Voici un exemple simple de fichier /etc/resolv.conf :
# search hqdom.local\000
# nameserver 10.1.1.36
# nameserver 192.168.9.100
Entrez le nom d’hôte de votre système (de 2 à 63 caractères) :
# echo DebianHostName > /etc/hostname
Si vous possédez plusieurs interfaces réseau, faîtes en sorte d’indiquer par ordre les modules
que vous voulez charger dans le fichier /etc/modules. De cette façon, lors du démarrage,
chaque carte sera associée avec le nom d’interface (eth0, eth1, etc.) que vous souhaitiez.
Configurer le fuseau horaire, les utilisateurs et APT
Configurez le fuseau horaire, ajoutez un utilisateur normal, et choisissez vos sources apt en
exécutant
# /usr/sbin/base-config
Configurer les locales
Pour configurer les paramètres locaux, pour l’utilisation d’une autre langue que l’anglais, installez le paquet de support des locales puis configurez-le :
Chapitre 3. Avant d’installer Debian GNU/Linux
30
# apt-get install locales
# dpkg-reconfigure locales
NOTE : Vous devez au préalable configurer apt, c’est à dire lors de l’étape de configuration du
système de base. Avant d’utiliser les locales avec un jeu de caractère différent de l’ASCII ou de
latin1, veuillez consulter les HOWTO qui s’y rapportent.
3.7.6
Installer un noyau
Si vous avez l’intention de démarrer ce système, vous aurez vraisemblablement besoin
d’un noyau Linux ainsi que d’un gestionnaire de démarrage. Identifiez les versions « prépackagées » des noyaux avec :
# apt-cache search kernel-image
Puis installez celui de votre choix en utilisant son nom de paquet.
# apt-get install kernel-image-2.X.X-arch-etc
3.7.7
Configurer le gestionnaire de démarrage
Pour que votre système Debian GNU/Linux puisse démarrer, configurez le gestionnaire de
démarrage pour qu’il charge le noyau installé avec votre nouvelle partition root.
Consultez le man yaboot.conf pour les instructions de configuration du gestionnaire de
démarrage. Si vous souhaitez conserver le système dont vous vous êtes servi pour installer
Debian, ajoutez simplement une entrée pour l’installation de Debian dans votre yaboot.conf
actuel. Vous pouvez également le copier sur le nouveau système et l’éditer. Une fois que vous
l’aurez édité, lancé ybin (souvenez-vous qu’il utilise le yaboot.conf qui se trouve dans le système à partir duquel vous lui faites appel).
Voici un exemple simple de fichier /etc/lilo.conf :
boot=/dev/hda2
device=hd:
partition=6
root=/dev/hda6
magicboot=/usr/lib/yaboot/ofboot
timeout=50
image=/vmlinux
label=Debian
Sur certaines machines, vous devrez utiliser ide0: au lieu de hd:.
Chapitre 3. Avant d’installer Debian GNU/Linux
31
3.8 Configuration matérielle et système avant l’installation
Cette section va parcourir les réglages matériels que vous devrez peut-être effectuer avant
d’installer Debian. En général, cela implique de vérifier, et parfois de modifier, des réglages du
micrologiciel (BIOS, etc.) sur votre système. Le micrologiciel est le logiciel de base utilisé par
le matériel ; il est plus spécifiquement exécuté pendant le processus d’amorçage (après la mise
sous tension). Les problèmes matériels connus qui affectent la fiabilité de Debian GNU/Linux
sur votre système sont aussi mis en lumière.
3.8.1
Exécuter OpenFirmware
Il n’y a normalement pas besoin de configurer le BIOS (appelé OpenFirmware) sur les systèmes
PowerPC. PReP et CHRP sont équipés avec OpenFirmware, mais, malheureusement, les méthodes utilisées pour l’invoquer varient d’un constructeur à l’autre. Vous devrez consulter la
documentation du matériel livrée avec votre machine.
Pour invoquer OpenFirmware sur les Macintosh PowerPC, appuyez sur Command-option-O-F
pendant l’amorçage. Généralement, cette combinaison de touches est testée après le carillon,
mais le moment exact du test varie selon les modèles. consultez http://www.netbsd.org/
Ports/macppc/faq.html pour obtenir davantage de conseils.
L’invite d’OpenFirmware ressemble à ceci :
ok
0 >
Notez que sur les anciens modèles de Macs PowerPC, les entrées-sorties pour l’interaction
avec OpenFirmware se font par défaut à travers un port série (modem). Si vous appelez OpenFirmware depuis une de ces machines, vous n’aurez droit qu’à un écran noir. Dans ce cas, un
programme lancé sur une autre machine et se connectant sur le port modem est nécessaire
pour interagir avec OpenFirmware.
Sur les machines OldWorld Beige G3, les OpenFirmware versions 2.0f1 et 2.4 sont bogués. Ces
machines ne seront certainement pas capables d’amorcer depuis le disque dur à moins que le
microprogramme ne soit corrigé. Une rustine pour le microprogramme est incluse dans l’utilitaire System Disk 2.3.1, disponible chez Apple à ftp://ftp.apple.com/developer/
macosxserver/utilities/SystemDisk2.3.1.smi.bin. Après avoir désarchivé l’utilitaire sur MacOS, et l’avoir lancé, choisissez le bouton Save pour installer les routines pour le
microprogramme dans la nvram.
3.8.2
Problèmes matériels à surveiller
Beaucoup de personnes ont essayé de faire fonctionner leur processeur 90 MHz à 100 MHz,
etc. Cela fonctionne parfois, mais le système devient sensible à la température et à d’autres
facteurs et cela peut réellement l’endommager. Un des auteurs de ce document a changé la
Chapitre 3. Avant d’installer Debian GNU/Linux
32
fréquence de son propre système pendant un an et puis le système a commencé à interrompre
le programme gcc par un signal inattendu pendant qu’il compilait le noyau du système d’exploitation. Baisser la vitesse du processeur à sa valeur de départ a résolu le problème.
Le compilateur gcc est souvent le premier à subir des dysfonctionnements à cause d’une mauvaise mémoire RAM (ou d’autres problèmes matériels qui changent les données de manière
imprévisible), parce qu’il construit des structures de données gigantesques qu’il traverse plusieurs fois. Une erreur dans ces structures de données le fera exécuter une instruction illégale
ou accéder à une adresse inexistante. Le symptôme de ceci sera la mort de gcc par un signal
inattendu.
33
Chapitre 4
Méthodes pour installer Debian
4.1 Jeu de cédéroms Debian GNU/Linux officiels
La méthode la plus aisée pour installer Debian GNU/Linux est sûrement celle à partir du jeu
de cédéroms officiels (cf. la page des revendeurs de cédéroms (http://www.debian.org/
CD/vendors/). Vous pouvez aussi télécharger les images ISO à partir d’un miroir de Debian
et fabriquer votre propre jeu, si vous avez une connexion rapide et un graveur (cf. la page
des cédéroms Debian (http://www.debian.org/CD/) pour des instructions détaillées). Si
vous possédez un jeu de cédéroms et que votre cédérom est amorçable sur votre machine, vous
pouvez aller directement à ‘Amorcer depuis un cédérom’ page 49 ; un effort particulier a été
apporté pour s’assurer que les fichiers dont la plupart des gens ont besoin sont présents sur le
cédérom. Cependant l’ensemble des paquets binaires nécessite sept cédéroms, ce n’est pas très
pratique, vous aurez besoin de paquets sur le troisième cédérom et les cédéroms précédents.
Si votre machine ne supporte pas l’amorçage à partir du cédérom, vous pouvez utiliser une
autre stratégie (disquettes, disque dur ou bien amorçage depuis le réseau) pour initialiser le
système d’installation. Les fichiers requis pour amorcer de ces autres façons sont aussi sur le
cédérom ; l’archive réseau de Debian et l’organisation des répertoires du cédérom sont identiques. Ainsi, lorsqu’un chemin d’archive est demandé pour un fichier particulier requis pour
amorcer, cherchez ce fichier dans le même répertoire ou sous-répertoire de votre cédérom.
Une fois l’installateur amorcé, il est capable d’obtenir tous les autres fichiers nécessaires à partir
du cédérom.
Si vous n’avez pas de jeu de cédéroms, il vous sera nécessaire de télécharger les fichiers du
système d’installation et de les placer soit sur votre disque dur ou sur une disquette, soit sur
un ordinateur connecté que vous pourrez utiliser pour amorcer l’installateur.
4.2
Télécharger les fichiers depuis les miroirs Debian
Lorsque vous téléchargez les fichiers depuis un miroir Debian, assurez-vous de bien être en
mode binaire et non en mode texte ou en mode automatique. C’est très important pour re-
Chapitre 4. Méthodes pour installer Debian
34
produire fidèlement la structure des répertoires qui se trouve sur le miroir afin de créer un
« sous-miroir » local. Il n’est pas vraiment nécessaire de faire cela si vous placez ces fichiers
sur une disquette ; mais cela facilite la recherche des fichiers dont vous avez besoin. Vous devrez commencer votre structure de répertoire local au niveau inférieur à disks-powerpc, par
exemple :
current/sous-architecture/images-1.44/saveur/rescue.bin
Il n’est pas nécessaire de télécharger tous les fichiers à partir de ce niveau, juste ceux qui vous
concernent (vous trouverez plus loin comment les déterminer). Il faut simplement que les répertoires aient le même nom que ceux du miroir et garder chaque fichier dans son répertoire
d’origine.
Si votre machine est configurée pour décompresser ou décoder automatiquement les fichiers
téléchargés, vous devez annuler cette option lorsque vous téléchargez les fichiers d’installation. Ils seront décompressés quand il le faudra. Les installer décompressés vous ferait perdre
de la place sur votre système et, si les archives compressées originales sont effacées par le
programme de décompression, elles manqueront lorsque l’installateur en aura besoin.
4.2.1
Options d’installation
Les fichiers nécessaires peuvent se diviser en trois catégories
1 les fichiers nécessaires à l’amorçage du système d’installation (par exemple,
rescue.bin, linux.bin et root.bin)
2 les fichiers que le système d’installation peut demander après avoir amorcé pour installer le noyau du système d’exploitation et les pilotes de périphérique (par exemple,
rescue.bin et drivers.tgz).
3 les fichiers d’installation du système de base (par exemple, basedebs.tar)
Si vous avez une connexion réseau Ethernet fonctionnelle et que votre carte Ethernet est une de
celles incluses dans le noyau d’installation, vous n’aurez besoin que des fichiers d’amorçage de
l’installation. L’installateur est capable d’installer le noyau et les pilotes depuis le réseau pour
les cartes Ethernet communes.
Si vous avez une connexion Ethernet non reconnue nativement par l’installateur, vous aurez
alors à installer à la fois les fichiers d’amorçage du système, le fichier noyau et les fichiers
d’installation des pilotes de périphériques.
Si vous installez Debian GNU/Linux sur un ordinateur sans connexion réseau fonctionnelle,
ou bien si votre connexion réseau se réduit à celle de PPP (via un modem) plutôt qu’à une
connexion Ethernet, il vous sera alors nécessaire de télécharger les trois types de fichiers avant
de commencer l’installation.
Si vous n’êtes pas sûr de savoir quels fichiers il vous faut, commencez simplement par les
fichiers d’amorçage système. Si votre première tentative pour configurer le réseau avec l’installateur échoue, vous pouvez tout simplement arrêter, aller chercher les fichiers manquants
puis redémarrer l’installation.
Chapitre 4. Méthodes pour installer Debian
35
le fichier d’installation du système de base basedebs.tar fait aujourd’hui environ 27 Mo.
Il serait préférable d’utiliser un cédérom ou bien de configurer votre réseau avant d’installer
le système de base ; dans ce cas, il n’est pas nécessaire de récupérer ce fichier. L’emplacement
sur le réseau où vous pourrez le trouver se trouve dans l’annexe (‘Les fichiers d’installation du
système de base de Debian’ page 97).
4.2.2
Choisir le jeu d’installation adéquat
Les fichiers d’installation comprennent des images du noyau qui sont disponibles sur différentes sous-architectures. Chaque sous-architecture accepte un jeu différent de matériel. Les
sous-architectures disponibles pour PowerPC sont :
« powermac » C’est le noyau à utiliser pour la plupart des ordinateurs Power Macintosh ; c’est
une version 2.2 du noyau Linux.
« new-powermac » Utilisez ces noyaux pour les ordinateurs Macintosh les plus récents ; ils
sont basés sur la série des noyaux Linux 2.4. Si vous souhaitez installer la version pour
les powermacs récents sur une machine « OldWorld », vous serez contraint d’utiliser
BootX pour lancer le programme d’installation le noyau est trop gros pour tenir sur une
disquette et les cédéroms Debian ne s’amorcent pas sur les machines « OldWorld ». Vous
pourrez également changer pour un noyau 2.4.18 une fois que vous aurez fini l’installation de la saveur (flavor) powermac.
« apus » Utilisez ces noyaux pour les systèmes basés sur Amiga (« Amiga Power-UP Systems ») ; c’est une version 2.2 du noyau Linux.
« chrp » Utilisez ces noyaux pour les ordinateurs embarqués CHRP c’est une version 2.2 du
noyau Linux.
« prep » Utilisez ces noyaux pour les ordinateurs Motorola et IBM RS/6000 PreP ; c’est une
version 2.2 du noyau Linux.
Les fichiers de configuration pour ces saveurs peuvent être trouvés dans leur répertoire respectif dans un fichier appelé config.gz.
4.2.3
Où trouver les fichiers d’installation
Le lieu où vous pouvez télécharger les fichiers d’installation est écrit dans l’annexe. Ceci inclut :
– Image de secours
– . . ./current/apus/images-1.44/rescue.bin (http://http.us.debian.org/debian/
dists/woody/main/disks-powerpc/current/apus/images-1.44/rescue.
bin)
– . . ./current/chrp/images-1.44/rescue.bin (http://http.us.debian.org/debian/
dists/woody/main/disks-powerpc/current/chrp/images-1.44/rescue.
bin)
– . . ./current/new-powermac/images-2.88/rescue.bin
(http://http.us.debian.
org/debian/dists/woody/main/disks-powerpc/current/new-powermac/
images-2.88/rescue.bin)
Chapitre 4. Méthodes pour installer Debian
–
–
–
–
36
– . . ./current/powermac/images-1.44/rescue.bin
(http://http.us.debian.org/
debian/dists/woody/main/disks-powerpc/current/powermac/images-1.
44/rescue.bin)
– . . ./current/prep/images-1.44/rescue.bin (http://http.us.debian.org/debian/
dists/woody/main/disks-powerpc/current/prep/images-1.44/rescue.
bin)
Image(s) root ou archive tar
– . . ./current/apus/images-1.44/root.bin
(http://http.us.debian.org/debian/
dists/woody/main/disks-powerpc/current/apus/images-1.44/root.bin)
– . . ./current/chrp/images-1.44/root.bin
(http://http.us.debian.org/debian/
dists/woody/main/disks-powerpc/current/chrp/images-1.44/root.bin)
– . . ./current/new-powermac/images-1.44/root.bin
(http://http.us.debian.
org/debian/dists/woody/main/disks-powerpc/current/new-powermac/
images-1.44/root.bin)
– . . ./current/powermac/images-1.44/root.bin
(http://http.us.debian.org/
debian/dists/woody/main/disks-powerpc/current/powermac/images-1.
44/root.bin)
– . . ./current/prep/images-1.44/root.bin
(http://http.us.debian.org/debian/
dists/woody/main/disks-powerpc/current/prep/images-1.44/root.bin)
Noyau binaire
– ‘Images de noyau Linux’ page 95
Images des pilotes ou archive tar
– ‘Fichiers de pilotes’ page 95
Image du système de base ou archive tar
– ‘Les fichiers d’installation du système de base de Debian’ page 97
Les deux images de disquette boot-floppy-hfs et rescue.bin contiennent un noyau Linux d’amorçage compressé. La disquette boot-floppy-hfs est utilisé pour amorcer le système d’installation tandis que celle de rescue.bin sert comme source lors du processus d’installation du noyau sur votre machine. La disquette rescue.bin n’est pas amorçable sur PowerPC. Une troisième image non compressée, appelée simplement linux.bin, est utilisée
lors de l’amorçage de l’installateur depuis un disque dur ou bien un cédérom. Elle n’est pas
nécessaire lors de l’amorçage pour une installation par disquettes.
Il y a deux versions des disquettes de démarrage hfs. La standard, boot-floppy-hfs.img,
qui est adaptée aux anciennes machines telles que les 7200 et les 8500 sans carte vidéo supplémentaire. Si la disquette standard vous donne un écran noir lors du démarrage, essayez
la disquette, boot-video-ofonly.img, en ajoutant video=ofonly comme paramètre de démarrage.
Reportez-vous à ‘Créer des disquettes depuis des images disque’ page ci-contre pour obtenir
des informations importantes sur une création correcte des disquettes d’amorçage à partir des
images de disquettes.
L’image de la disquette root contient un système de fichiers compressé sur un disque virtuel
qui se charge en mémoire après le démarrage de l’installateur.
Les pilotes de périphériques peuvent être téléchargés en tant qu’images de disquettes ou bien
sous forme d’archive tar (drivers.tgz). Le système d’installation aura besoin d’accéder à ces
Chapitre 4. Méthodes pour installer Debian
37
pilotes durant l’installation. Si vous avez une partition de disque dur ou bien un ordinateur
connecté qui pourrait être accessible depuis l’installateur (voir plus bas), l’archive tar sera plus
facile à manipuler. Les fichiers d’image de disquettes ne seront nécessaires que si vous devez
installer les pilotes à partir de disquettes.
Lorsque vous téléchargez les fichiers, et à moins d’utiliser des disquettes pour le noyau et les
pilotes, vous devez prendre garde au type de système de fichiers sur lequel vous téléchargez le
noyau et les pilotes. L’installateur sait lire des fichiers sur un très grand nombre de systèmes
de fichiers, notamment FAT, HFS, ext2fs et Minix. Lorsque vous téléchargez les fichiers depuis
un système de fichier *nix, choisissez les fichiers les plus gros de l’archive.
L’installateur ne peut pas accéder aux fichiers placés sur un système de fichiers HFS+ ; les MacOS System 8.1 et au-dessus peuvent utiliser HFS+, et les PowerMac NewWorld l’utilisent
par défaut. Pour savoir si votre système de fichier en cours est HFS+, sélectionnez Lire les
informations sur le volume en question. Le système de fichier HFS apparaît comme Mac
OS Standard alors que HFS+ renvoie Mac OS Étendu.
Pendant l’installation, vous effacerez la partition sur laquelle vous installerez Debian, juste
avant de commencer l’installation. Tous les fichiers téléchargés doivent se trouver sur une autre
partition que celle sur laquelle vous avez décidé d’installer le système.
Fichiers d’installation pour MacOS NewWorld
Pour l’installation sans disquette sur les Mac NewWorld, il est peut-être plus simple
d’obtenir tous les fichiers nécessaires, empaquetés dans une archive Stuffit, à partir
de http://debian-imac.sourceforge.net/ (des instructions distinctes sont jointes
dans l’archive). Sinon, récupérez les fichiers normaux d’installation présentés précédemment. Déposez-les sur une partition HFS (et pas HFS+) de votre système. Vous
aurez aussi besoin de yaboot et du fichier yaboot.conf placés dans le dossier
archive new-powermac (http://http.us.debian.org/debian/dists/woody/main/
disks-powerpc/current/new-powermac/) ou powermac (http://http.us.debian.
org/debian/dists/woody/main/disks-powerpc/current/powermac/). Cependant,
les PowerMacs G4 les plus récents, et ceux qui fonctionnent sans MacOS 9 nécessitent la toute
dernière version de yaboot ; celle disponible dans l’archive ne suffit pas. Vous pouvez obtenir
une version plus récente depuis http://penguinppc.org/projects/yaboot/.
4.3
Créer des disquettes depuis des images disque
Les disquettes d’amorçage sont la plupart du temps utilisées pour amorcer le système d’installation sur des machines qui possèdent un lecteur de disquettes. On peut aussi les utiliser
pour installer le noyau et les pilotes sur la plupart des systèmes. On note que l’amorçage par
disquette sur Mac échoue sur les lecteurs de disquettes USB.
Les images disque sont des fichiers contenant l’ensemble du contenu d’une disquette en mode
raw (ou copie brute des secteurs physiques). Les images disques, comme rescue.bin, ne
peuvent pas être simplement copiées sur une disquette. Un programme spécial est utilisé pour
Chapitre 4. Méthodes pour installer Debian
38
copier les fichiers images sur des disquettes en mode raw. C’est obligatoire car ces images sont
une représentation brute du disque ; il faut donc recopier les données par copie de secteurs du
fichier vers la disquette.
Il y a différentes méthodes pour créer des disquettes à partir d’images disque ; elles dépendent
de votre plate-forme. Cette partie décrit comment le faire sur les différentes plates-formes.
Quelle que soit la manière dont vous les obtiendrez, n’oubliez pas de verrouiller les disquettes
créées de façon à vous assurer qu’elles ne seront pas endommagées par mégarde.
4.3.1
Écrire des images disques depuis Linux ou un système Unix
Pour écrire une image disque vers une disquette, vous aurez certainement besoin d’un accès
super-utilisateur (root) sur votre système. Placez une disquette vierge non défectueuse dans le
lecteur. Ensuite, tapez la commande suivante :
dd if=fichier of=/dev/fd0 bs=1024 conv=sync ; sync
où fichier est un des fichiers images disques de disquette. /dev/fd0 est généralement le nom
utilisé pour le lecteur de disquette. Cela peut être différent sur une station de travail (sur Solaris, c’est /dev/fd/0). Il se peut que vous récupériez la main avant que votre système Unix
n’ait fini d’écrire la disquette, aussi, assurez-vous que le signal lumineux, activé lors du fonctionnement du lecteur, soit bien éteint, et que la disquette ne tourne plus avant de la sortir. Sur
certains systèmes, vous devez utiliser une commande pour éjecter la disquette du lecteur (sur
Solaris, utilisez eject et lisez la page de manuel associée).
Certains systèmes tentent de monter automatiquement la disquette lorsque vous la placez dans
le lecteur. Vous devrez désactiver cette option sinon la station de travail ne vous permettra
pas d’écrire des données brutes (« raw mode ») sur la disquette. Malheureusement, la façon
de le faire varie considérablement suivant le système d’exploitation. Sur Solaris, vous pouvez
configurer le gestionnaire de volumes pour autoriser les accès directs sur les disquettes (utilisez
volcheck ou une commande équivalente dans le gestionnaire de fichiers). Ensuite, utilisez
la commande dd avec la forme donnée au-dessus en remplaçant simplement /dev/fd0 par
/vol/rdsk/floppy_name, où floppy_name est le nom donné au lecteur de disquettes lors de
sa création (les lecteurs non nommés ont un nom générique unnamed_floppy). Sur les autres
systèmes, voyez avec votre administrateur système.
Si vous écrivez une disquette pour un powerpc, vous devrez pouvoir l’éjecter. Le programme
eject s’en chargera très bien ; vous devrez l’installer.
4.3.2
Écrire des images disques depuis DOS, Windows ou OS/2
Si vous avez accès à une machine i386, vous pouvez utiliser l’un des programmes suivants pour
copier les images sur les disquettes. Une liste non-exhaustive de ces programmes est disponible
à l’emplacement suivant : http://www.fdos.org/ripcord/rawrite/readme.txt.
Chapitre 4. Méthodes pour installer Debian
39
Les programmes FDVOL, WrtDsk ou RaWrite3 peuvent être utilisés sous MS-DOS.
http://www.minix-vmd.org/pub/Minix-vmd/dosutil/
Pour utiliser ces programmes, assurez-vous d’abord d’amorcer votre système sous DOS. Essayez de les utiliser depuis une fenêtre DOS sous Windows, car double-cliquer dessus depuis
l’explorateur de Windows ne devrait pas les faire fonctionner. Si vous ne savez pas amorcer
DOS, tapez simplement sur F8 lors de l’amorçage du système.
NTRawrite est un essai pour créer une version moderne de Rawrite/Rawrite3 qui serait compatible à la fois sous WinNT, Win2K et Win95/98. C’est une application graphique autodocumentée ; vous sélectionnez le lecteur de disquettes sur lequel écrire, puis vous sélectionnez
l’image disque que vous désirez placer à cet endroit et vous appuyez sur le bouton d’écriture.
http://sourceforge.net/projects/ntrawrite/
4.3.3
Modifier la disquette de secours pour accepter les langages nationaux
Les messages affichés par la disquette de secours (avant de charger le noyau Linux) peuvent
être écrits dans votre langue maternelle. Pour ce faire, si vous n’êtes pas anglophone, après
avoir écrit le fichier image, vous devez copier les fichiers de messages ainsi qu’une police sur la
disquette. Pour les utilisateurs de MS-DOS et Windows, il y a un fichier batch setlang.bat
dans le répertoire dosutils pour copier les bons fichiers. Entrez simplement dans le bon
répertoire, i.e.,
cd c:\debian\dosutils
et exécutez tout simplement après l’invite de commandes Windows setlang lang, où lang
est le code à deux lettres de votre langue en minuscule. Par exemple, setlang pl sert à configurer le polonais. Voici la liste des codes des langues actuellement disponibles :
ca cs da de eo es fi fr gl hr hu it ko ja pl pt ru sk sv tr zh_CN
Remarquez que les indications de ce manuel sont basées sur une installation en français ; sinon,
les noms des menus et boutons différeront de ce que vous verrez sur votre écran.
4.3.4
Écrire des images disque depuis MacOS
Un script Apple (« AppleScript »), Make Debian Floppy, est disponible pour écrire les
disquettes à partir des fichiers images disques disponibles. Vous pouvez le télécharger
à partir de ftp://ftp2.sourceforge.net/pub/sourceforge/d/de/debian-imac/
MakeDebianFloppy.sit. Pour l’utiliser, décompressez-le sur votre bureau et glissez n’importe quelle image dessus. AppleScript doit être installé et configuré dans votre gestionnaire
d’extensions. « Disk Copy » vous demandera une confirmation si vous désirez écraser le
contenu de la disquette et écrire le fichier image dessus.
Vous pouvez aussi utiliser l’utilitaire MacOS Disk Copy directement ou bien le graticiel
suntar. Le fichier root.bin est un exemple d’image de disquette. Utilisez une des méthodes
suivantes pour créer une disquette à partir des images de disquettes avec l’un de ces utilitaires.
Chapitre 4. Méthodes pour installer Debian
40
Écrire des images disque avec Disk Copy
1 Si vous êtes en train de créer l’image de la disquette à partir des fichiers placés sur le
cédérom officiel de Debian GNU/Linux alors le « Type » et le « Creator » sont déjà ajustés
correctement. Ces étapes Creator-Changer ne sont nécessaires que si vous téléchargez
les images depuis un miroir Debian.
1 Téléchargez
Creator-Changer
(http://hyperarchive.lcs.mit.edu/
HyperArchive/Archive/disk/creator-changer-284.hqx) et utilisezle pour ouvrir le fichier root.bin.
2 Changer le « Creator » en ddsk (Disk copy) et le « Type » en DDim (image de disquette
binaire). Ces champs sont sensibles à la casse.
3 Important : Dans le Finder, utilisez Obtenir des informations pour afficher
les informations du Finder au sujet des images de disquettes et utilisez « X » dans la
boîte de dialogue Fichiers bloqués sinon MacOS ne sera pas capable de retirer
les secteurs d’amorçage si l’image est montée par accident.
2 Téléchargez Copie disque ; si vous avez un système MacOS ou un cédérom,
il devrait déjà être présent, sinon essayez http://download.info.apple.
com/Apple_Support_Area/Apple_Software_Updates/English-North_
American/Macintosh/Utilities/Disk_Copy/Disk_Copy_6.3.3.smi.bin.
3 Lancez Copie disque puis sélectionnez « Fabriquer une disquette » dans le menu
Utilities. Sélectionnez ensuite le fichier image bloqué à partir de la fenêtre résultante. Il vous sera demandé ensuite d’insérer une disquette puis si vous voulez l’effacer.
Lorsque l’opération est terminée, la disquette sera éjectée.
Écrire des images disque avec suntar
1 Téléchargez suntar à partir de http://hyperarchive.lcs.mit.edu/
HyperArchive/Archive/cmp/suntar-223.hqx. Lancez ensuite le programme
suntar et sélectionnez « Réécrire sur les secteurs. . . » à partir du menu Spécial.
2 Insérez ensuite la disquette comme demandé puis tapez sur la touche Entrée (cela commence au secteur 0).
3 Sélectionnez le fichier root.bin dans la boîte de dialogue de sélection des fichiers.
4 Après que les disquettes ont été créées avec succès, cliquez sur « éjection » dans le menu
Fichier. S’il y a des erreurs lors de la copie de la disquette, jetez-la et essayez avec une
autre.
Avant d’utiliser la disquette que vous venez de créer, assurez-vous de bien la protéger contre
l’écriture ! Sinon, si vous la montez accidentellement sous MacOS, ce dernier l’abîmera irrémédiablement.
Chapitre 4. Méthodes pour installer Debian
41
4.4 Préparer les fichiers pour amorcer depuis un disque dur
L’installateur peut être amorcé depuis les fichiers d’amorçage placés sur une partition existante
de votre disque dur, ou bien lancé depuis un autre système d’exploitation ou en invoquant un
chargeur d’amorçage depuis le BIOS.
Une installation complète via le réseau (« pure network ») peut s’effectuer en utilisant cette
technique. Cela évite les manipulations pénibles des supports amovibles, comme trouver puis
graver des images de cédérom ou manipuler un nombre faramineux de disquettes peu sûres.
L’installateur ne peut amorcer depuis ces fichiers à partir d’un système de fichiers HFS+. Ce
système de fichiers peut être utilisé par le système MacOS 8.1 et suivants ; les PowerMac NewWolrd utilisent tous HFS+. Pour savoir quel type de système de fichiers est présent sur votre
système, sélectionnez Lire les informations sur le volume en question. Les systèmes
de fichiers HFS apparaissent alors comme Mac OS Standard tandis que ceux en HFS+ renvoient Mac OS Étendu. Vous devez avoir une partition HFS pour échanger des fichiers entre
MacOS et Linux, en particulier les fichiers d’installation que vous avez téléchargés.
On utilise différents programmes pour l’installation sur disque dur suivant que votre système
est un modèle « NewWorld » ou un modèle « OldWorld ».
4.4.1
Amorçage de l’installateur sur disque dur pour les Mac OldWorld.
la disquette boot-floppy-hfs utilise le programme miBoot pour lancer l’installation de
Linux mais on ne peut pas l’utiliser facilement pour amorcer depuis le disque dur. Le programme BootX (http://penguinppc.org/projects/bootx/) lancé depuis MacOS accepte l’amorçage depuis des fichiers situés sur un disque dur. On peut aussi utiliser BootX
pour charger au choix MacOS et Linux après que votre installation de Debian a été terminée.
Pour le Performa 6360, il semble que quik ne parvienne pas à rendre le disque dur amorçable.
Vous devrez donc utiliser BootX pour ce modèle.
Téléchargez et décompactez la distribution BootX que vous pouvez obtenir à partir de http:
//penguinppc.org/projects/bootx/ ou bien dans le répertoire dists/woody/main
/disks-powerpc/current/powermac sur un des miroirs http/ftp ou sur les cédéroms officiels de Debian. Utilisez Stuffit Expander pour l’extraire de son archive. À l’intérieur de
ce paquet, vous trouverez un dossier vide appelé LinuxKernels. Téléchargez linux.bin
et ramdisk.image.gz depuis le dossier disks-powerpc/current/powermac et placezles dans le dossier LinuxKernels. Placez ensuite le dossier LinuxKernels dans le dossier
système actif.
4.4.2
Amorçage de l’installateur sur disque dur pour les Mac NewWorld.
Les PowerMac NewWolrd acceptent l’amorçage depuis le réseau ou bien depuis un cédérom
ISO9660 aussi bien que depuis le chargement de binaires au format ELF depuis le disque dur.
Ces machines amorceront Linux directement depuis yaboot qui accepte le chargement du
Chapitre 4. Méthodes pour installer Debian
42
noyau et du ramsdik directement depuis une partition ext2 aussi bien qu’un amorçage multiple avec MacOS. La possibilité de démarrer l’installateur depuis un disque dur est particulièrement approprié pour les nouvelles machines dépourvues de lecteur de disquettes.BootX
n’est pas supporté et ne doit pas être utilisé pour les PowerMac NewWorld.
Copiez (et non pas déplacez) les quatre fichiers que vous avez téléchargés depuis les archives
Debian à la racine de votre disque dur (ceci peut se faire par glisser de chaque fichier sur l’icône
du disque dur) :
–
–
–
–
linux.bin
root.bin (depuis le dossier images-1.44 folder)
yaboot
yaboot.conf
Notez quelque part le numéro de partition MacOS sur laquelle vous avez placé ces fichiers. Si
vous possédez le programme MacOS pdisk, vous pouvez utiliser la commande L pour vérifier
le numéro de partition. Vous aurez besoin de taper ce numéro à l’invite de Open Firmware
lorsque vous amorcerez l’installateur.
Pour amorcer l’installateur, procédez comme suit ‘Amorcer les Mac NewWorld depuis le microprogramme Open Firmware’ page 51.
4.5
Préparer les fichiers pour amorcer depuis le réseau en TFTP.
Si votre machine est connectée à un réseau local, vous pouvez l’amorcer directement à travers le réseau à partir d’une autre machine en utilisant TFTP. Si vous décidez de le faire, les
fichiers d’amorçage doivent être placés à un endroit spécifique sur cette machine et elle doit
être configurée pour supporter l’amorçage de votre propre machine.
Vous devez configurer un serveur TFTP et pour les machines CATS, un serveur BOOTP ou un
serveur DHCP.
BOOTP est un protocole IP qui indique à un ordinateur quelle est son adresse IP et lui dit où
obtenir sur le réseau une image d’amorçage. Le protocole DHCP (« Dynamic Host Configuration Protocole » ou Protocole de configuration dynamique des hôtes, NdT) est une extension
bien plus flexible de BOOTP (mais respectant la compatibilité ascendante). Certains systèmes
ne peuvent être configurés que via DHCP.
Pour les PowerPC, si vous avez une machine Power Macintosh NewWorld, il vaut mieux utiliser DHCP plutôt que BOOTP. Certaines de ces dernières sont incapables d’amorcer en utilisant
BOOTP.
Le protocole de transfert de fichiers trivial (« Trivial Transfert File Protocol » ou TFTP, NdT)
est utilisé pour transférer l’image d’amorçage au client. Théoriquement, n’importe quel serveur sur n’importe quelle plate-forme qui implémente ces protocoles peut être utilisé. Dans les
exemples qui vont suivre dans cette partie, on donnera les commandes pour SunOS 4.x, SunOS
5.x (mieux connu sous le nom de Solaris) et GNU/Linux.
Chapitre 4. Méthodes pour installer Debian
4.5.1
43
Configurer un serveur BOOTP
Il y a deux serveurs BOOTP disponibles pour GNU/Linux, bootpd CMU et l’autre est en fait
un serveur DHCP, dhcpd ISC, que l’on peut trouver dans les paquets bootp et dhcp dans
Debian GNU/Linux.
Pour utiliser bootpd CMU, vous devez commencer par décommenter (ou ajouter) la ligne
adéquate dans /etc/inetd.conf. Dans Debian GNU/Linux, vous pouvez tout simplement
lancer update-inetd --enable bootps suivi de /etc/init.d/inetd reload pour le
faire. Sinon, la ligne en question devrait ressembler à
bootps
dgram udp wait root /usr/sbin/bootpd
bootpd -i -t 120
Maintenant, vous devez créer le fichier /etc/bootptab. C’est le même genre de format familier et cryptique que ceux des bons vieux fichiers BSD printcap(5), termcap(5) et
disktab(5). Allez voir la page de manuel bootptab(5) pour avoir plus d’informations.
Pour bootpd CMU, il vous sera nécessaire d’obtenir l’adresse matériel (MAC) du client. Voici
un exemple :
client:\
hd=/tftpboot:\
bf=tftpboot.img:\
ip=192.168.1.90:\
sm=255.255.255.0:\
sa=192.168.1.1:\
ha=0123456789AB:
Vous devrez changer au moins l’option « ha » qui spécifie l’adresse matériel du client. L’option
« bf » spécifie le fichier que le client devra récupérer via TFTP ; cf. ‘Mettre les images TFTP en
place’ page 45 pour plus de détails.
En comparaison, configurer BOOTP avec dhcpd ISC est très facile parce qu’il traite les clients
BOOTP comme des clients DHCP légèrement spéciaux. Quelques architectures requièrent une
configuration complexe pour amorcer des clients via BOOTP. Si la vôtre en fait partie, lisez
la partie ‘Configurer un serveur DHCP’ de la présente page. Sinon, vous devriez être capable
de vous en sortir en ajoutant simplement la directive allow bootp au bloc de configuration
pour le sous-réseau contenant le client puis de redémarrer dhcpd avec /etc/init.d/dhcpd
restart.
4.5.2
Configurer un serveur DHCP
À l’heure où ces lignes sont écrites, il n’existe qu’un seul serveur DHCP libre appelé dhcpd ISC.
Dans Debian GNU/Linux, il est disponible dans le paquet dhcp. Voici un extrait du fichier de
configuration (habituellement /etc/dhcpd.conf) :
Chapitre 4. Méthodes pour installer Debian
44
option domain-name "example.com";
option domain-name-servers ns1.example.com;
option subnet-mask 255.255.255.0;
default-lease-time 600;
max-lease-time 7200;
server-name "servername";
subnet 192.168.1.0 netmask 255.255.255.0 {
range 192.168.1.200 192.168.1.253;
option routers 192.168.1.1;
}
host clientname {
filename "/tftpboot/tftpboot.img";
server-name "servername";
next-server servername;
hardware ethernet 01:23:45:67:89:AB;
fixed-address 192.168.1.90;
}
Dans cet exemple, il y a un serveur « servername » qui joue le rôle de serveur DHCP, serveur
TFTP et passerelle réseau. Vous devrez certainement changer les options de domain-name ainsi
que le nom du serveur et les adresses matérielles du client. L’option « filename » devrait être
le nom du fichier extrait via TFTP.
Après avoir édité le fichier de
/etc/init.d/dhcpd restart.
4.5.3
configuration
de
dhcpd,
relancez
dhcpd
par
Activer le serveur TFTP.
Pour s’assurer du bon fonctionnement du serveur TFTP, vous devez vous assurer au préalable
que tftpd est activé. Ce dernier est généralement activé grâce à la ligne suivante dans /etc
/inetd.conf :
tftp dgram udp wait root /usr/sbin/tcpd in.tftpd /tftpboot
Jetez un oeil dans ce fichier et rappelez-vous le répertoire passé en argument de in.tftpd ;
vous en aurez besoin ultérieurement. L’option -l autorise certaines versions de in.tftpd à
journaliser toutes les requêtes vers le journal du système ; c’est extrêmement pratique en cas
d’erreur d’amorçage. Si vous devez changer /etc/inetd.conf, vous devrez le signaler au
processus inetd. Sur une machine Debian, lancez /etc/init.d/netbase reload (pour
une Potato 2.2 et système plus récent, utilisez /etc/init.d/inetd reload) ; sur les autres
machines, retrouvez le numéro de processus de inetd et tuez-le avec la commande kill
-HUP inetd-pid.
Chapitre 4. Méthodes pour installer Debian
4.5.4
45
Mettre les images TFTP en place
Ensuite, placez les images TFTP dont vous avez besoin (décrites dans la ‘Description des fichiers du système d’installation’ page 93) dans le répertoire des images d’amorce de tftpd.
Généralement, ce répertoire s’appelle /tftpboot. Vous aurez à faire un lien depuis ce fichier
vers le fichier que tftpd utilisera pour amorcer un client particulier. Malheureusement, le
nom du fichier est déterminé par le client TFTP et il n’y a pas vraiment de standard.
Sur les machines Power Macintosh NewWorld, vous devrez configurer le chargeur d’amorçage « yaboot » comme une image d’amorçage TFTP. Yaboot chargera les images du
noyau et du disque virtuel à travers TFTP. Pour amorcer à travers le réseau, utilisez
yaboot-netboot.conf. Renommez-le simplement en yaboot.conf dans le répertoire tftp.
NOT YET WRITTEN
4.5.5
Installation avec une racine TFTP et NFS
C’est très proche de l’installation pour système avec peu de mémoire parce que vous ne voulez
pas charger le disque virtuel mais amorcer depuis le système de fichier nfs-root créé il y a peu.
Vous n’avez qu’à remplacer le lien vers l’image tftpboot par un lien vers l’image du noyau
(i.e linux-a.out). Mon expérience de l’amorçage à travers le réseau est basée exclusivement sur
RARP/TFTP qui requièrent que tous les démons tournent sur le même serveur (la station de
travail SPARC envoie une requête TFTP en retour au serveur qui répondait à sa précédente
requête RARP). Dans tous les cas, Linux reconnaît aussi le protocole BOOTP mais je ne sais
pas comment le configurer :-(( Est-ce que cela doit être documenté dans ce manuel ?
Pour amorcer la machine cliente, allez à ‘Amorcer depuis TFTP’ page 51.
4.6
Installation automatisée
Pour installer sur de nombreux ordinateurs, il est possible d’utiliser l’installation complètement automatisée appelée FAI (pour « Fully Automatic Installation », NdT). Le paquet Debian
fai doit être installé sur un ordinateur appelé le serveur d’installation. Ensuite, tous les clients
à installer s’amorcent depuis leur carte réseau ou une disquette et installent Debian sur leur
disque local.
Chapitre 4. Méthodes pour installer Debian
46
47
Chapitre 5
Amorçage du système d’installation
Avec des limitations dans certains cas, vous pouvez amorcer le système d’installation à partir
d’un cédérom Debian GNU/Linux, de disquettes, d’une partition de disque dur ou d’une autre
machine à travers un réseau local.
5.1 Arguments des paramètres d’amorçage
Les paramètres d’amorçage sont ceux du noyau Linux et sont utilisés généralement pour s’assurer que ces périphériques seront traités correctement. Dans la plupart des cas, le noyau peut
auto-détecter l’information sur vos périphériques. Parfois, dans certains cas, vous aurez à l’aider un petit peu.
Toutes les informations nécessaires sur les paramètres d’amorçage sont disponibles
dans le HOWTO Linux BootPrompt (http://www.freenix.org/unix/linux/HOWTO/
BootPrompt-HOWTO.html) ; la présente section contient seulement un résumé des paramètres les plus utilisés.
Si vous installez le système pour la première fois, utilisez les paramètres par défaut (c’est-àdire, n’ajoutez aucun paramètre) et voyez si cela fonctionne correctement. Cela sera vraisemblablement le cas. Sinon, vous pourrez redémarrer ultérieurement avec les paramètres appropriés à votre matériel.
Lorsque le noyau démarre, un message
Memory:
availk/totalk available
doit être affiché assez tôt durant le processus. total doit correspondre à la quantité de mémoire
vive (exprimée en kilo-octets) que contient votre machine. Si la quantité de mémoire vive détectée ne correspond pas à la quantité de mémoire contenue dans votre machine, vous devrez
utiliser le paramètre mem=ram, où ram est la taille mémoire de votre machine, suivie par « k »
pour kilo-octets ou « m » pour méga-octets. Par exemple, mem=65536k et mem=64m sont équivalents pour forcer l’utilisation de 64 Mo de mémoire vive.
Chapitre 5. Amorçage du système d’installation
48
Si vous avez un PowerMac avec un disque IDE et si vous recevez des messages d’erreurs mystérieux du noyau lors de l’accès au disque, vous êtes en droit de penser qu’il s’agit d’un bogue
du noyau lors de l’utilisation des pilotes IDE sur votre matériel. Essayez d’utiliser l’argument
d’amorçage suivant, en supposant que votre lecteur IDE est /dev/hda : hda=noautotune.
De nombreux moniteurs Apple utilisent un mode 640x480 67Hz. Si l’affichage est oblique sur
un vieux moniteur Apple, essayez d’utiliser l’argument d’amorçage video=atyfb:vmode:6,
qui choisira ce mode pour la plus part des cartes vidéo Mach64 et Rage. Pour les cartes à base
de Rage 128, il s’agit de video=aty128fb:vmode:6.
Si votre moniteur est noir & blanc, utilisez le paramètre mono. Sinon, votre installation se fera
en couleur, ce qui est l’option par défaut.
Si vous démarrez à travers la console série, en général, le noyau la détecte automatiquement.
Si vous avez une carte vidéo (« framebuffer ») et un clavier également connectés à l’ordinateur que vous voulez démarrer à l’aide de la console série, vous devrez peut-être passer l’option console=device au noyau, où device est votre interface série, c’est-à-dire quelque chose
comme « ttyS0 ».
De nouveau, tous les détails sur les paramètres d’amorçage peuvent être trouvés
dans le HOWTO Linux BootPrompt (http://www.freenix.org/unix/linux/HOWTO/
BootPrompt-HOWTO.html), y compris les astuces pour le matériel peu courant. Quelques
pièges courants sont inclus ci-dessous dans la section : ‘Dysfonctionnement pendant la procédure d’installation’ page 52.
5.1.1
Arguments de dbootstrap
Le système d’installation reconnaît quelques arguments qui peuvent s’avérer utiles. Les effets
de quiet et verbose sont décrits dans : ‘Effets des modes verbeux et silencieux’ page 100.
quiet (silencieux) Oblige le système d’installation à supprimer les messages de confirmation
et à essayer de faire les choses correctement sans faire d’histoires. Si vous êtes familier et
à l’aise avec ce que le système d’installation va faire alors c’est une option intéressante
pour rendre silencieux le processus ;
verbose (verbeux) Pose encore plus de questions qu’habituellement ;
debug (déboguer) Émet des messages de débogage supplémentaires dans le journal du
système d’installation (consultez : ‘Utiliser le shell et visualiser les fichiers-journaux’
page 55), incluant toutes les commandes exécutées ;
bootkbd=. . . Présélectionne le
bootkbd=qwerty/us ;
clavier
que
vous
voulez
utiliser,
par
exemple
mono Utilise le mode monochrome plutôt que couleur.
nolangchooser Certaines architectures utilisent le framebuffer du noyau afin d’offrir l’installation en un certain nombre de langues. Si le framebuffer provoque des problèmes sur votre
système, vous pouvez utiliser cette option pour le désactiver. Les symptômes de ce problème sont des messages d’erreur au sujet de bterm ou bogl, un écran noir, ou un blocage
quelques minutes après le début de l’installation.
Chapitre 5. Amorçage du système d’installation
49
5.2 Amorcer depuis un cédérom
La manière la plus facile pour la plupart des gens est d’utiliser le jeu de cédéroms Debian
(http://www.debian.org/CD/vendors/). Si vous avez un jeu de cédéroms, et si votre
machine supporte l’amorçage depuis un cédérom, ce sera parfait ! insérez simplement votre
cédérom, réamorcez et sautez au chapitre suivant. Aujourd’hui, les seules sous-architectures
PowerPC qui supportent l’amorçage depuis le cédérom sont les PReP et les PowerMac NewWorld. Sur les PowerMac, appuyez sur la touche « c », ou bien la combinaison des touches
Command, Option, Majuscule, et Suppr, lors de l’amorçage pour amorcer sur le cédérom. Cependant, les nouveaux PowerMacs G4, et ceux qui fonctionnent sans MacOS 9, nécessitent la
dernière version de yaboot celle qui se trouve sur le cédérom ne fonctionnera pas. Vous pourrez obtenir la dernière version à l’adresse http://penguinppc.org/projects/yaboot/.
Les Powermacs « OldWorld » ne s’amorceront pas depuis un cédérom Debian, car les ordinateurs « OldWorld » ont besoin d’un pilote de cédérom MacOSROM sur le cédérom, et une
version libre de ce pilote n’est pas disponible. Tous les systèmes « OldWorld » possèdent un
lecteur de disquettes, vous devrez par conséquent l’utiliser pour lancer le programme d’installation, et ensuite indiquer à ce programme d’utiliser le cédérom.
Si votre système ne s’amorce pas à partir d’un cédérom, vous pouvez quand même l’utiliser
pour installer votre système. Sur les machines « NewWorld » Vous pouvez aussi utiliser une
commande du microprogramme pour amorcer le cédérom manuellement. Suivez les instructions de ‘Amorcer les Mac NewWorld depuis le microprogramme Open Firmware’ page 51
pour amorcer depuis le disque dur à l’exception de l’utilisation du chemin vers yaboot sur le
cédérom à l’invite de OF, comme :
0 > boot cd:,install\powermac\yaboot
Notez que certains lecteurs de cédéroms peuvent demander des pilotes particuliers, et sont
donc inaccessibles au tout début de l’installation. Si cette façon d’installer, en amorçant depuis
un cédérom échoue, veuillez relire ce chapitre et la partie sur les autres noyaux et sur d’autres
méthodes d’installation susceptibles de fonctionner chez vous.
Les lecteurs de cédéroms USB sont supportés par la saveur « bf2.4 ». Les périphériques FireWire qui sont gérés par les pilotes ohci1394 et sbp2 devraient également être utilisables avec la
saveur « bf2.4 ».
Même si vous ne pouvez amorcer depuis un cédérom, vous pouvez probablement installer les
composants du système Debian et n’importe quels paquets à partir du cédérom. Amorcez simplement à partir d’un autre support, comme les disquettes. Lorsqu’arrivera le moment d’installer le système d’exploitation, le système de base et n’importe quel paquet supplémentaire,
faites pointer le système d’installation sur le lecteur de cédérom.
Si vous avez des problèmes lors de l’amorçage, voyez : ‘Dysfonctionnement pendant la procédure d’installation’ page 52.
Chapitre 5. Amorçage du système d’installation
50
5.3 Amorcer depuis des disquettes
Amorcer depuis des disquettes est supporté pour PowerPC, bien que cela ne soit généralement
appliqué que pour les systèmes OldWorld. Les systèmes NewWorld ne sont habituellement pas
équipés de lecteurs de disquettes.
Vous aurez besoin d’avoir déjà téléchargé les images de disquettes dont vous aurez besoin à
partir des images présentes dans ‘Créer des disquettes depuis des images disque’ page 37.
Pour amorcer à partir de la disquette boot-floppy-hfs.img, placez-la dans le lecteur de
disquettes après avoir coupé le système et avant d’avoir pressé le bouton de mise en route.
Pour les personnes qui ne seraient pas habituées à manipuler des disquettes Macintosh : une
disquette présente dans la machine avant le démarrage sera considérée comme prioritaire lors
du lancement du système. Une disquette sans système de démarrage valide sera éjectée, et la
machine recherchera alors les partitions amorçables du disque dur.
Après l’amorçage, la disquette root.bin est requise. Insérez la disquette Root et pressez Entrée. Le programme d’installation dbootstrap est automatiquement lancé à la suite du chargement en mémoire du système de root.
Si vous avez des problèmes d’amorçage, voyez : ‘Dysfonctionnement pendant la procédure
d’installation’ page 52.
5.4
Amorçage depuis un disque dur
Dans certains cas, vous pourriez avoir envie de démarrer le système à partir d’un autre système
d’exploitation existant. Sur certains systèmes, c’est même la seule méthode d’installation.
Pour amorcer l’installateur depuis un disque dur, vous devrez avoir déjà téléchargé complètement et déposé les fichiers nécessaires dans : ‘Préparer les fichiers pour amorcer depuis un
disque dur’ page 41.
5.4.1
Amorcer CHRP à partir d’OpenFirmware (OF)
Not yet written.
5.4.2
Amorcer les PowerMAC OldWorld à partir de MacOS
Si vous configurez BootX dans ‘Amorçage de l’installateur sur disque dur pour les Mac OldWorld.’ page 41, vous pouvez l’utiliser pour amorcer le système d’installation. Double-cliquez
sur l’icône de l’application BootX. Cliquez sur le bouton de l’option « Options » et sélectionnez
« Utiliser un disque virtuel spécifié ». Cela vous laissera la possibilité de sélectionner le fichier
ramdisk.image.gz. Il se peut que, suivant votre matériel, vous ayez à sélectionner l’option
« Pas de pilote vidéo ». Ensuite, cliquez sur le bouton « Linux » pour éteindre MacOS et lancer
l’installateur.
Chapitre 5. Amorçage du système d’installation
5.4.3
51
Amorcer les Mac NewWorld depuis le microprogramme Open Firmware
Vous devez déjà avoir placé les fichiers linux.bin,yaboot,yaboot.conf et root.bin de
‘Amorçage de l’installateur sur disque dur pour les Mac NewWorld.’ page 41 à la racine de
votre partition HFS. Redémarrer votre ordinateur et immédiatement après le carillon, appuyez
simultanément sur les touches « Option », « Command » (touche trèfle/Apple), « o » et « f ».
Vous aurez l’invite du microprogramme Open Firmware au bout de quelques secondes :
0 >
À l’invite, tapez
0 > boot hd:x,yaboot
en remplaçant x par la numéro de la partition HFS où se trouvent le noyau et les fichiers de
yaboot, le tout suivi par Entrée. Sur quelques machines, vous devrez utiliser ide0: à la place
de hd:. Après quelques secondes, vous devriez voir apparaître l’invite de yaboot.
boot:
À l’invite boot: de yaboot, tapez soit install soit install-safe suivi d’un retour chariot.
L’option « safe » utilise l’argument video=ofonly pour une compatibilité maximale ; vous
pouvez l’essayer si l’argument install échoue.
5.4.4
Amorcer PReP à partir d’OpenBug
Not yet written.
5.5 Amorcer depuis TFTP
Amorcer depuis un réseau suppose que vous ayez une fonction de connexion réseau supporté par les disquettes d’amorçage, à la fois pour une adresse réseau statique ou un serveur
DHCP, un serveur DHCP et un serveur TFTP. Aujourd’hui, les systèmes PReP et PowerMac
NewWorld supportent l’amorçage depuis le réseau. La méthode d’installation pour supporter
l’amorçage depuis TFTP est décrite dans : ‘Préparer les fichiers pour amorcer depuis le réseau
en TFTP.’ page 42. Sur les machines avec Open Firmware, comme les Macs NewWorld Power, entrez simplement dans le moniteur d’amorçage (cf. ‘Exécuter OpenFirmware’ page 31) et
utilisez la commande
boot enet:0
. Les boîtes PReP et CHRP peuvent avoir une façon différente d’adresser le réseau. De plus
amples informations de la part des utilisateurs de ces machines est nécessaire. Sur une machine
PReP, vous pouvez essayer boot server_ipaddr,file,client_ipaddr.
Chapitre 5. Amorçage du système d’installation
52
5.6 Dysfonctionnement pendant la procédure d’installation
5.6.1
Fiabilité des disquettes
Le plus gros problème pour les gens qui installent Debian pour la première fois semble être la
fiabilité des disquettes.
La disquette de secours est celle qui pose le plus de problème car c’est elle qui accède directement au matériel avant que Linux ne se charge. Souvent, le matériel n’est pas détecté aussi
sûrement qu’avec un lecteur de disquette Linux et peut s’arrêter sans message d’erreur quand
il lit des données incorrectes. Il peut aussi y avoir des erreurs dans les disquettes de pilotes et
la plupart d’entre elles peuvent se deviner à cause d’erreurs disque d’entrées/sorties.
Si vous êtes bloqué pendant l’installation avec une disquette particulière, la première chose
à faire est de télécharger à nouveau l’image de la disquette et de la réécrire sur une nouvelle
disquette. Reformater simplement l’ancienne disquette peut être insuffisant, même si la disquette est reformatée et écrite sans erreur. Il est parfois utile d’écrire les disquette sur un autre
système.
Un utilisateur a rapporté une fois qu’il a dû réécrire les images sur la disquette trois fois avant
qu’elle fonctionne ; ensuite, tout s’est bien déroulé avec cette troisième disquette.
D’autres utilisateurs ont signalé qu’en redémarrant un certain nombre de fois avec la même
disquette, on arrive parfois à faire amorcer le système avec succès. Tout cela est dû à des défaillances matérielles ou à des défaillances du micro-programme de contrôle des lecteurs de
disquettes.
5.6.2
Configuration d’amorçage
Si vous avez des problèmes et que le noyau se bloque pendant la phase d’amorçage, qu’il ne
reconnaisse pas vos périphériques ou bien que les pilotes ne soient pas parfaitement fonctionnels, la première chose à faire est de vérifier les paramètres d’amorçage, ainsi qu’il a été discuté
dans : ‘Arguments des paramètres d’amorçage’ page 47.
Si vous amorcez avec votre propre noyau plutôt que celui fourni par l’installateur, assurezvous que CONFIG_DEVFS ne soit pas dans le noyau. L’installateur n’est pas compatible avec
CONFIG_DEVFS.
Les problèmes peuvent être souvent résolus en retirant périphériques et rajouts et en essayant
d’amorcer de nouveau.
Il existe en tout état de cause des limitations dans notre jeu de disquettes d’amorçage en ce qui
concerne le matériel. Certaines plateformes supportées par Linux ne le seront pas directement
par nos disquettes. Si c’est le cas, vous aurez à créer votre propre disquette de secours (voir :
‘Remplacer le noyau de la disquette de secours’ page 91) ou rechercher vers une installation en
réseau.
Si vous avez une machine avec beaucoup de mémoire, plus de 512 Mo, et si l’installateur se
bloque lors de l’amorçage du noyau, vous serez amené à inclure comme argument d’amorçage
la limite du total de la mémoire que le noyau devra voir, comme mem=512m.
Chapitre 5. Amorçage du système d’installation
53
5.7 Comprendre les messages de démarrage du noyau
Durant la séquence de démarrage, vous pourriez voir beaucoup de messages du genre can’t
find something, ou something not present, can’t initialize something, ou
même this device driver depends on something. La plupart de ces messages sont
sans conséquence. Vous les voyez parce que le noyau du système d’installation est conçu pour
tourner sur des ordinateurs avec un grand nombre de périphériques très différents. Évidemment, aucun ordinateur ne possède tous les périphériques possibles, et le système d’exploitation pourrait se plaindre parce qu’il recherche un périphérique que vous ne possédez pas. Vous
pourriez également voir le système s’arrêter pendant un moment. Cela arrive quand il attend
une réponse d’un périphérique qui n’est pas présent sur votre système. Si vous trouvez le
temps de démarrage du système exagérément long, vous pourrez créer un noyau personnalisé
plus tard (voyez : ‘Compiler un nouveau noyau’ page 87).
5.7.1 dbootstrap : rapport de problèmes
Si vous parvenez à la fin de la phase d’amorçage mais que vous ne parveniez pas à la fin de
l’installation complète, le menu « Rapport de problèmes » de dbootstrap peut vous aider.
Il crée un fichier dbg_log.tgz sur une disquette, un disque dur ou un système de fichier
monté. dbg_log.tgz détaille l’état du système (/var/log/messages, /proc/cpuinfo
etc.). dbg_log.tgz peut fournir des indications sur ce qui s’est mal déroulé et comment le
résoudre. Si vous soumettez un rapport de bogue, vous devrez attacher ce fichier au rapport.
5.7.2
Soumettre un rapport de bogue
Si vous avez toujours des ennuis, veuillez soumettre un rapport de bogue. Envoyez un courriel à <submit@bugs.debian.org>. Vous devez inclure les lignes suivantes en tête de votre
message :
Package: boot-floppies
Version: version
Assurez-vous que le champ version soit bien identique à la version des disquettes d’amorçage
que vous utilisez. Si vous ne connaissez pas la version, donnez la date du téléchargement des
disquettes et indiquez la distribution à partir de laquelle vous les avez obtenues (par exemple,
« stable », « frozen » ou « woody »).
Vous devrez aussi inclure les informations suivantes dans votre rapport de bogue :
architecture:
model:
memory:
scsi:
powerpc
votre modèle et fabricant de matériel
quantité de RAM
adapteur SCSI, s’il y en a
Chapitre 5. Amorçage du système d’installation
cd-rom:
network card:
pcmcia:
54
modèle de cédérom et type d’interface, par exemple atapi
carte d’interface réseau, si nécessaire
détails des périphériques PCMCIA
Suivant la nature du bogue, il peut être souhaitable d’indiquer si vous installiez sur des disques
IDE ou SCSI ou bien les autres périphériques comme l’audio, la taille des disques et le modèle
des cartes vidéo.
Dans le rapport de bogue, décrivez le problème en incluant les derniers messages visibles du
noyau dans le cas d’un gel du noyau. Décrivez les étapes que vous avez effectuées pour arriver
dans cet état.
Veuillez dans la mesure du possible rédigez le rapport de bogue en anglais.
5.8 Introduction à dbootstrap
dbootstrap est le nom du programme qui est lancé après que vous soyez entré dans l’installation du système. Il est responsable de la configuration initiale du système et de l’installation
du « système de base ».
Le principal travail de dbootstrap et l’objectif principal de la configuration initiale de votre
système est d’en configurer les éléments essentiels. Par exemple, il se peut que vous ayez à
utiliser certains modules du noyau, alors même que ces pilotes sont liés dans le noyau. Ces
modules comptent parmi les pilotes de matériel de stockage, les pilotes de réseau, le support
d’un langage donné et le support pour d’autres périphériques qui ne sont pas automatiquement inclus dans le noyau que vous utilisez.
Le formatage et le partitionnement du disque, ainsi que la configuration du réseau, sont facilités par dbootstrap. Ce réglage fondamental est fait en premier car il est souvent nécessaire
au bon fonctionnement de votre système.
dbootstrap est une application simple, orientée caractères et conçue pour offrir un maximum
de compatibilité dans toutes les situations (comme une installation depuis une ligne série). Il
est très facile à utiliser. Il vous guidera pas à pas dans chaque étape du processus d’installation.
Vous pouvez aussi revenir en arrière et répéter des étapes si vous pensez avoir fait une erreur.
Pour vous déplacer à l’intérieur de dbootstrap, utilisez :
– La flèche de droite ou la touche de tabulation pour aller en avant et la flèche gauche ou la
touche Shift-tab pour vous déplacer en arrière entre les boutons et les sélections dans l’écran
courant ;
– Les flèches haut et bas permettent de sélectionner différents éléments dans une liste à défilement et de faire défiler la liste elle-même ;
– La barre d’espacement permet la sélection d’articles comme dans une boîte de sélection ;
– La touche Entrée sert à valider les choix.
Chapitre 5. Amorçage du système d’installation
5.8.1
55
Utiliser le shell et visualiser les fichiers-journaux
Si vous êtes un utilisateur expérimenté d’Unix ou de Linux, pressez Left Alt-F2 pour obtenir
une seconde console virtuelle. C’est la touche Alt placée à gauche de la barre d’espacement et la
touche de fonction F2, pressées en même temps. C’est une fenêtre distincte dans laquelle tourne
un clone de shell Bourne appelé ash. À ce moment, vous avez amorcé à l’intérieur du disque
virtuel et vous avez à disposition un nombre limité d’outils Unix. Vous pouvez connaître les
programmes disponibles en tapant ls /bin /sbin /usr/bin /usr/sbin. L’éditeur de
textes est nano-tiny.
Utilisez les menus pour exécuter une tâche qui est prévue pour — l’interpréteur de commandes
et les applications ne sont là qu’au cas où quelque chose tournerait mal. En particulier, vous
devez toujours utiliser le menu, et non pas le shell, pour activer une partition d’échange parce
que le logiciel sous le menu n’est pas capable de détecter que vous l’avez fait depuis l’interpréteur de commandes. Pressez Left Alt-F1 pour revenir aux menus. Linux fournit jusqu’à 64
consoles virtuelles mais la disquette de secours n’en utilise qu’une partie.
Les messages d’erreur sont redirigés vers la troisième console (connue comme tty3). Vous pouvez y accéder en pressant Left Alt-F3 (gardez la touche Alt enfoncé pendant que vous appuyez
sur la touche de fonctionF3). Revenez en arrière sur dbootstrap avec Left Alt-F1.
Ces messages se retrouvent aussi dans /var/log/messages. Après l’installation, ce fichierjournal est copié dans /var/log/installer.log sur votre système.
Pendant l’installation de base, les messages de dépaquetage des paquets et de configuration
sont redirigés vers tty4. Vous pouvez y accéder en tapant Left Alt-F4Revenez en arrière sur
dbootstrap avec Left Alt-F1.
Ces messages sont ensuite sauvegardés par debootstrap dans /target/tmp
/debootstrap.log lorsque l’installation est achevée depuis une console série.
5.9 Choisir la langue
Votre architecture peut être internationalisée. Ainsi, comme première étape de l’installation, sélectionnez la langue dans laquelle le processus d’installation va se dérouler.
Certaines langues ont des variantes disponibles et vous verrez apparaître l’invite « Choisir la
variante de langue » après avoir sélectionné votre langue. Sélectionnez la variante adéquate à
votre région géographique.
Les réponses que vous avez données aux deux questions précédentes vont être utilisées pour
sélectionner la langue que l’installateur utilisera, pour installer un bon clavier et, plus tard
dans le processus, pour sélectionner le serveur miroir Debian par défaut en fonction de votre
situation géographique. Dans tous les cas, vous pouvez passer outre ces réglages si vous le
désirez.
Chapitre 5. Amorçage du système d’installation
56
5.10 Notes sur cette version
Le premier écran après « Choisir la langue » que dbootstrap vous présentera est les « Notes
sur cette version ». Cet écran donne la version du logiciel boot-floppies que vous utilisez
et fournit une brève introduction sur les développeurs Debian.
5.11 Menu principal d’installation - Debian GNU-Linux
Il se peut que vous voyiez une boîte de dialogue indiquant : « Le programme d’installation
est en train de déterminer l’état actuel de votre système et la prochaine étape de l’installation
qui doit être effectuée. ». Sur certains systèmes, cela passe trop rapidement pour être lisible.
Vous verrez cette boîte de dialogue entre chaque étape dans le menu principal. Le programme
d’installation, dbootstrap, vérifiera l’état du système à chaque étape. Ces vérifications vous
permettent de redémarrer votre machine sans perdre le travail que vous avez déjà fait au cas
où vous auriez à arrêter votre système en cours d’installation. Si vous avez à redémarrer votre
système, vous aurez à relancer l’installation, à configurer votre clavier, réactiver la partition
d’échange et remonter les disques qui ont été initialisés. Tout ce que vous avez déjà fait avec le
système d’installation a été sauvegardé.
Pendant tout le processus d’installation, vous verrez dans le menu principal : « Menu principal d’installation - Debian GNU-Linux ». Les choix en haut du menu changeront pour indiquer la progression dans l’installation du système. Phil Hughes écrivait dans le Linux Journal
(http://www.linuxjournal.com/) qu’un poussin bien éduqué pourrait installer Debian !
Il voulait dire que l’installation se résume la plupart du temps à appuyer machinalement sur la
touche Entrée Le premier choix dans le menu d’installation représente l’action suivante car le
système détecte ce que vous avez déjà fait. Il devrait dire « Suivant » et à ce moment, l’étape
suivante d’installation sera choisie.
5.12
Configurer le clavier
Assurez-vous que la mise en relief est sur l’élément « Suivant » et pressez sur Entrée pour
aller dans le menu de configuration du clavier. Sélectionnez un clavier conforme à l’usage
de votre langue nationale ou bien sélectionnez quelque chose d’approchant s’il n’existe rien
d’exactement conforme. Une fois l’installation du système terminée, il vous sera proposé une
disposition de clavier à partir d’un choix très large (lancez kbdconfig en tant que root lorsque
vous avez terminé l’installation).
Déplacez la mise en relief vers la sélection de clavier qui vous convient et pressez sur Entrée.
Utilisez les flèches du clavier pour déplacer la mise en relief ; elles sont à la même place pour
toutes les dispositions de clavier et sont donc indépendantes de sa configuration. Un clavier
« étendu » est un clavier possédant les touches F1 à F10 sur la rangée du haut.
Il y a deux dispositifs de clavier pour les claviers US ; le dispositif qwerty/mac-usb-us (Apple
USB) positionne la fonction ALT sur la touche Command/Apple (dans le dispositif du clavier,
Chapitre 5. Amorçage du système d’installation
57
c’est juste après la barre d’espacement, comme la touche ALT des claviers de PC) alors que le
dispositif qwerty/us (Standard) positionne la fonction ALT sur la touche Option (surgravé par
« alt » sur la plupart des Mac). Sur les autres aspects, les deux dispositions sont similaires.
Si vous installez un poste de travail sans disque, les deux étapes suivantes seront supprimées
car il n’y a pas de disque local à partitionner. Dans ce cas, votre étape suivante sera : ‘Configurer le réseau’ page 72. Après cela, on vous demandera de monter votre partition NFS racine,
voyez : ‘Monter une partition Linux déjà initialisée’ page 66.
5.13
Dernière chance !
Avons-nous dit que vous deviez sauvegarder vos disques ? C’est la dernière occasion de le
faire. Si vous n’avez pas sauvegardé tous vos diques, retirez la disquette du lecteur, remettez à
zéro le système et lancez vos sauvegardes.
Chapitre 5. Amorçage du système d’installation
58
59
Chapitre 6
Partitionnement pour Debian
Le menu « Partitionner un disque dur » vous présente la liste des lecteurs que vous pouvez
partitionner et exécute un logiciel de partitionnement. Vous devez créer au moins une partition
« Linux native » (type 83) et vous voudrez probablement au moins une partition « Linux Swap »
(type 82).
6.1 Décider des partitions et de leurs tailles pour Debian
Au strict minimum, GNU/Linux a besoin d’une partition pour lui-même. Vous pouvez avoir
une seule partition contenant le système entier, les applications et vos fichiers personnels. La
plupart des gens pensent qu’une partition d’échange (swap) est nécessaire, bien que ce ne soit
pas tout à fait vrai. Le « Swap » est l’espace de travail du système d’exploitation ; il lui permet
d’utiliser de l’espace disque comme « mémoire virtuelle ». En le plaçant sur une partition
séparée, Linux peut en faire un usage bien plus efficace. Il est possible de forcer Linux à utiliser
un fichier normal comme espace d’échange, mais ce n’est pas recommandé.
La plupart des gens choisissent d’utiliser plus de partitions que le minimum requis pour
GNU/Linux. Il y a deux raisons pour que vous ayez envie de diviser le système de fichiers
en de nombreuses petites partitions. La première concerne la sécurité. Si le système de fichiers
est corrompu, en général une seule partition est affectée. Donc, vous n’avez à remplacer (à
partir des sauvegardes que vous avez soigneusement conservées) qu’une partie de votre système. Au minimum, vous devriez envisager la création de ce qui est communément appelée
la « partition racine ». Elle contient les composants les plus essentiels du système. Si une autre
partition est corrompue, vous pourrez toujours amorcer Linux pour réparer le système. Cela
peut vous épargner le désagrément d’avoir à réinstaller le système entier.
La seconde raison est généralement plus importante pour une entreprise, mais cela dépend
vraiment de l’utilisation de votre machine. Supposons que quelque chose commence à consommer de l’espace disque de façon incontrôlée. Si le processus à l’origine du problème possède
des droits de super-utilisateur (le système interdit un pourcentage du disque aux utilisateurs),
vous pourriez soudainement vous trouver à court d’espace disque. Ce n’est pas bon car l’OS
a besoin d’utiliser des fichiers réels (en dehors de l’espace d’échange) pour de nombreuses
Chapitre 6. Partitionnement pour Debian
60
tâches. Cela pourrait même ne pas être un problème provenant de votre machine locale. Par
exemple, recevoir des envois en nombre de messages électroniques peut facilement remplir
une partition. En utilisant plusieurs partitions, vous protégez le système de beaucoup de ces
problèmes. Pour reprendre encore l’exemple du courrier, en plaçant /var/mail sur sa propre
partition, la majeure partie du système marchera même si vous êtes submergé de courrier non
sollicité (spam).
Le seul inconvénient qu’il y a à utiliser plusieurs partitions est qu’il est souvent difficile de
connaître ses besoins à l’avance. Si vous faites une partition trop petite, vous aurez soit à réinstaller le système soit à déplacer constamment des fichiers pour faire de la place sur la partition
trop petite. D’un autre côté, si vous faites une partition trop grande, vous aurez perdu de l’espace pouvant être utile ailleurs. L’espace disque est bon marché de nos jours, mais pourquoi
jeter votre argent par les fenêtres ?
6.2 L’arborescence des fichiers
Debian GNU/Linux adhère à la norme sur la hiérarchie du système de fichiers (http://www.
pathname.com/fhs/) pour le nommage des fichiers et des répertoires. Cette norme permet
aux utilisateurs et aux logiciels de prévoir l’emplacement des fichiers et des répertoires. Le
répertoire racine est simplement représenté par la barre oblique /. Au niveau de la racine, tous
les systèmes Debian incluent ces répertoires :
bin
boot
dev
etc
home
lib
mnt
proc
root
sbin
tmp
usr
var
opt
Binaires (exécutables) des commandes essentielles
Fichiers statiques pour le chargeur d’amorçage (boot)
Fichiers des pilotes de périphériques
Configuration système propre à la machine
Répertoires personnels des utilisateurs
Bibliothèques partagées et modules noyaux essentiels
Point de montage pour les montages temporaires
Répertoire virtuel pour les informations systèmes
Répertoire personnel de l’utilisateur root
Exécutables système essentiels
Fichiers temporaires
Hiérarchie secondaire
Données variables
Suites applicatives additionnelles
La liste suivante décrit quelques caractéristiques importantes des répertoires et des partitions :
– La partition racine / doit toujours contenir les répertoires : /etc, /bin, /sbin, /lib et
/dev, sinon votre système ne pourra pas démarrer. En général, 100 Mo sont nécessaires,
mais cela peut varier ;
– /usr : tous les programmes utilisateurs (/usr/bin), les bibliothèques (/usr/lib), la documentation (/usr/share/doc). . . sont dans ce répertoire. C’est cette partie du système de
fichiers qui a besoin du plus d’espace. Vous devriez disposer d’au moins 500 Mo d’espace
Chapitre 6. Partitionnement pour Debian
61
disque. Si vous voulez installer plus de paquets, vous devriez augmenter l’espace disque
attribué à ce répertoire ;
– /home : chaque utilisateur mettra ses données dans un sous-répertoire de ce répertoire. La
place nécessaire dépend du nombre d’utilisateurs sur le système, et du genre de fichiers
qu’ils devront stocker. Selon l’utilisation du système, vous devriez réserver environ 100 Mo
par utilisateur, à adapter selon vos besoins ;
– /var : toutes les données variables comme les articles des forums usenet, les messages électroniques, les sites web, le cache d’APT, etc. seront placées dans ce répertoire. La place nécessaire dépend énormément de l’usage que vous faites de votre ordinateur, mais pour la
plupart des administrateurs, elle sera dictée par la charge due aux outils de gestion des paquets. Si vous envisagez de faire une installation complète de tout ce que Debian peut vous
offrir en une seule fois, réserver 2 ou 3 Go d’espace pour /var devrait suffire. Si vous préférez installer le tout en plusieurs étapes (p. ex., d’abord les services et utilitaires, puis les outils
texte, puis X11. . .), vous pouvez vous contenter de 300 Mo pour /var. Si l’espace disque est
une contrainte majeure et que vous ne voulez pas utiliser APT, ou du moins pas pour des
mises à jour majeures, vous pouvez vous en tirer avec 30 à 40 Mo dans /var ;
– /tmp : si un programme crée des données temporaires, elles seront probablement placées
dans /tmp. 20 à 50 Mo devraient suffire.
6.3
Schéma de partitionnement recommandé
Pour les nouveaux utilisateurs, les machines Debian personnelles ou familiales, et autres systèmes mono-utilisateurs, une simple partition / (plus celle d’échange) est sans doute la solution la plus simple. Cette idée peut cependant poser problème si vous possédez un gros
disque, par exemple un disque dont la taille est supérieure ou égale à 20 Go. Les partitions
ext2 connaissent des problèmes de performances dégradées lorsque l’on contrôle l’intégrité du
système de fichiers dans le cas où les partitions ont une taille de plus de 6 Go.
Pour les systèmes multi-utilisateurs, ou les systèmes avec beaucoup d’espace disque, il vaut
mieux placer les répertoires /usr, /var, /tmp, et /home chacun sur une partition distincte de
la partition /.
Dans certains cas, vous pourriez avoir besoin d’une partition /usr/local distincte si vous
prévoyez d’installer beaucoup de programmes qui ne font pas partie de la distribution Debian.
Si votre machine est destinée à être un serveur de courrier, vous pourriez avoir besoin de
mettre /var/mail sur une partition distincte. Parfois, mettre /tmp sur sa propre partition,
par exemple 20 à 50 Mo est une bonne idée. Si vous mettez sur pied un serveur avec beaucoup
de comptes utilisateurs, il est généralement intéressant d’avoir une grande partition distincte
pour /home. En général, la méthode de partitionnement varie d’un ordinateur à l’autre, en
fonction de son usage.
Pour des systèmes très complexes, consultez le HOWTO Multi Disk (http://www.freenix.
org/unix/linux/HOWTO/Multi-Disk-HOWTO.html). Il contient des informations très
précises qui intéresseront les fournisseurs d’accès à Internet et les personnes installant des
serveurs.
Chapitre 6. Partitionnement pour Debian
62
En ce qui concerne la taille de la partition d’échange (swap), les avis sont partagés. Une règle
traditionnelle, qui fonctionne bien, est d’utiliser autant d’espace d’échange que de RAM. Dans
la plupart des cas, cette taille ne devrait pas être inférieure à 16 Mo. Bien sûr, il y a des exceptions. Si vous essayez de résoudre 10000 équations simultanément sur une machine avec
256 Mo de RAM, vous pourriez avoir besoin d’un giga octet (ou plus) d’échange.
Sur les architectures 32 bits (i386, m68k, SPARC 32 bits et PowerPC), la taille maximale d’une
partition d’échange est de 2 Go (sur les Alpha et les Sparc 64, elle est si grande qu’elle est
virtuellement infinie). Cela devrait suffire pour presque tous les systèmes. De toute façon, si
vos besoins en espace d’échange sont aussi importants, vous devriez probablement essayer de
disperser les partitions d’échange sur des disques différents (appelés aussi « spindles ») et, si
possible, sur des canaux IDE ou SCSI différents. Le noyau équilibrera l’utilisation de l’espace
d’échange entre les différentes partitions, afin d’obtenir de meilleures performances.
Comme exemple, la machine de l’un des auteurs possède 32 Mo de RAM et un disque IDE de
1.7 Go sur /dev/hda. Il y a une partition de 500 Mo pour un autre système sur /dev/hda1
(qui aurait dû être créée de 200 Mo puisqu’elle n’est jamais utilisée). Une partition d’échange
de 32 Mo est utilisée sur /dev/hda3 et le reste (environ 1,2 Go sur /dev/hda2) est la partition
Linux.
Pour d’autres exemples, reportez-vous à un exemple de partitionnement (http://www.
tldp.org/HOWTO/Partition/partition-5.html#submitted). Pour avoir une idée de
la place nécessaire pour les tâches que vous pourriez avoir envie de rajouter à la fin de votre
installation, consultez : ‘Ressources d’espace disque pour les tâches’ page 99.
6.4
Nommage des périphériques sous Linux
Le nom des disques et des partitions sous Linux est différent des autres systèmes d’exploitation. Vous devez connaître les noms utilisés lors de la création et du montage de partitions.
Voici les principales conventions de nommage :
–
–
–
–
–
–
–
–
Le premier lecteur de disquette est nommé « /dev/fd0 » ;
Le second lecteur de disquette est nommé « /dev/fd1 » ;
Le premier disque SCSI (selon l’ID SCSI) est nommé « /dev/sda » ;
Le deuxième disque SCSI (selon l’ID) est nommé « /dev/sdb », ainsi de suite ;
Le premier cédérom SCSI est nommé « /dev/scd0 », ou encore « /dev/sr0 » ;
Le disque maître sur le contrôleur IDE primaire est nommé « /dev/hda » ;
Le disque esclave sur le contrôleur IDE primaire est nommé « /dev/hdb » ;
Les disques maître et esclave sur le deuxième contrôleur sont nommés respectivement
« /dev/hdc » et « /dev/hdd ». Les nouveaux contrôleurs IDE peuvent avoir deux canaux
fonctionnant comme deux contrôleurs distincts ;
Les partitions sur chaque disque sont représentées en ajoutant un numéro au nom du disque :
« sda1 » et « sda2 » représentent la première et la seconde partition du premier disque SCSI du
système.
Voici un exemple concret. Supposons que vous ayez deux disques SCSI, l’un à l’adresse SCSI 2
et l’autre à l’adresse 4. Le premier disque (à l’adresse 2) est nommé « sda », et le second « sdb ».
Chapitre 6. Partitionnement pour Debian
63
Si le disque « sda » a 3 partitions, elles s’appelleront « sda1 », « sda2 » et « sda3 ». La même
convention s’applique au disque « sdb » et ses partitions.
Notez que si vous avez deux adaptateurs SCSI (c.-à-d. des contrôleurs), l’ordre de nommage
des disques peut-être embrouillé. La meilleure solution est de regarder les messages au démarrage, en supposant que vous connaissiez les modèles ou les tailles des disques.
6.5 Programmes de partitionnement de Debian
Plusieurs sortes d’utilitaires de partitionnement ont été adaptés par les développeurs Debian pour tourner sur différents types de disques et d’architectures matérielles. Voici les programmes qui sont disponibles sur votre architecture :
cfdisk Un partitionneur simple à utiliser, fonctionnant en mode plein écran, pour nous
autres. Lisez la page de manuel de cfdisk (cfdisk.txt).
Remarquez que cfdisk ne comprend pas du tout les partitions FreeBSD et, de nouveau,
les noms de périphériques peuvent varier.
mac-fdisk Version de fdisk pour Mac. Lisez la page de manuel de mac-fdisk (mac-fdisk.
txt)
L’un de ces programmes sera lancé par défaut quand vous sélectionnerez : « Partitionner un
disque dur ». Si ce n’est pas celui que vous souhaitez utiliser, quittez le programme de partitionnement, allez à la console 2 (tty2) en appuyant simultanément sur les touches Alt et F2, et
tapez manuellement dans le shell le nom du programme que vous voulez utiliser (et ses arguments, si nécessaire). Ensuite, sautez l’étape : « Partitionner un disque dur » de dbootstrap
et continuez à l’étape suivante.
Si vous souhaitez que cela fonctionne avec plus de 20 partitions sur votre disque ide, vous
devrez créer manuellement les périphériques pour les partitions 21 et supérieures. L’étape suivante d’initialisation de la partition échouera sauf si le bon périphérique est présent. Comme
exemple, voici les commandes que vous pouvez utiliser dans tty2 ou sous Exécuter un shell,
pour ajouter un périphérique de telle sorte que la 21e partition puisse être initialisée :
cd /dev
mknod hda21 b 3 21
chgrp disk hda21
chmod 660 hda21
Le démarrage sur le nouveau système échouera sauf si les bons périphériques sont présents
sur le système en question. Après avoir installé le noyau et les modules, exécutez :
cd /target/dev
mknod hda21 b 3 21
chgrp disk hda21
chmod 660 hda21
Chapitre 6. Partitionnement pour Debian
64
Lisez la page de manuel de mac-fdisk (mac-fdisk.txt) pour savoir comment créer des partitions. Un point important est que la partition d’échange (swap) est identifiée sur les disques
de type Mac par son nom : ce doit être « swap ». Toutes les partitions Mac linux sont identifiées sous le même type de partition, Apple_UNIX_SRV2. Veuillez lire le manuel approprié.
Nous vous suggérons aussi de lire le guide d’initiation à mac-fdisk (http://penguinppc.
org/projects/yaboot/doc/mac-fdisk-basics.shtml), qui décrit les étapes que vous
devez suivre si vous voulez partager votre disque avec MacOS.
6.6
Partitionnement des nouveaux PowerMacs
Si vous faites l’installation sur un PowerMac NewWorld, vous devez créer une partition bootstrap spéciale pour contenir le chargeur de démarrage. Sa taille doit être de 800 Ko et son type
de partition, Apple_Bootstrap. Si la partition n’est pas créée avec ce type précis, votre machine
ne pourra pas démarrer à partir du disque dur. Cette partition peut facilement être créée dans
mac-fdisk avec la commande b.
Le type spécial de partition Apple_Bootstrap est nécessaire pour empêcher MacOS de monter
et d’endommager la partition bootstrap, car elle contient des modifications spécialement faites
pour permettre à Open Firmware de la démarrer automatiquement.
Notez que cette partition bootstrap n’est supposée contenir que 3 petits fichiers : le binaire
yaboot, son fichier de configuration yaboot.conf, et un premier niveau du chargeur OpenFirmware, ofboot.b. Il est inutile de la monter dans votre système de fichiers (et elle ne doit
pas l’être), ni d’y copier un noyau ou quoi que ce soit d’autre. Les utilitaires ybin et mkofboot
servent à manipuler cette partition.
Afin qu’Open Firmware démarre automatiquement Debian GNU/Linux, la partition bootstrap
doit apparaître sur le disque avant toute autre partition, et surtout, avant les partitions de
démarrage de MacOS. Vous devriez créer en premier la partition bootstrap. Cependant, si vous
ajoutez une partition dbootstrap plus tard, vous pouvez utilisez la commande r de mac-disk
pour ré-ordonner les partitions, de sorte que celle de dbootstrap suive immédiatement la table
(qui est toujours la première partition). C’est l’ordre logique de la table qui compte, pas l’ordre
des adresses physiques sur le disque.
Les disques Apple ont habituellement plusieurs petites partitions pour les pilotes. Si vous envisagez un double boot sur votre machine MacOS X, vous devriez garder ces partitions et une
petite partition HFS (800 Ko au minimum). Ceci parce que MacOS X, à chaque démarrage, vous
propose d’initialiser chaque disque qui n’a pas de partition MacOS active ou pas de partition
pour les pilotes.
6.7
Initialiser et activer une partition d’échange
Cette action sera l’étape suivante, une fois créées les partitions sur le disque. Vous avez le choix
entre initialiser et activer une nouvelle partition d’échange, activer une partition précédemment initialisée, ou continuer sans partition d’échange. Il est toujours permis de réinitialiser
Chapitre 6. Partitionnement pour Debian
65
une partition d’échange, choisissez donc : « Initialiser et activer une partition d’échange » à
moins que vous ne soyez sûr de ce que vous faites.
Ce menu doit d’abord vous présenter la boîte de dialogue indiquant : « Veuillez choisir la
partition à activer comme périphérique d’échange. ». Le périphérique présenté par défaut devrait être la partition d’échange préalablement définie ; si c’est bien le cas, pressez simplement
Entrée.
Ensuite, il y a une demande de confirmation puisque l’initialisation détruira toutes les données
déjà présentes sur la partition. Si vous êtes sûr de vous, choisissez : « Oui ». L’écran va changer
pendant que le programme d’initialisation s’exécute.
Une partition d’échange est fortement recommandée, mais vous pouvez faire sans si vous êtes
sûr de ce que vous faites, et si votre machine a au moins 16 Mo de RAM. Si c’est vraiment
ce que vous voulez, sélectionnez l’entrée : « Continuer sans partition d’échange (swap) » du
menu.
6.8 Initialiser une partition Linux
A cette étape l’option suivante du menu devrait être : « Initialiser une partition Linux ». Si ce
n’est pas le cas, c’est parce que vous n’avez pas terminé la phase de partitionnement du disque
ou que vous n’avez pas choisi l’une des options du menu concernant votre partition d’échange.
Vous pouvez initialiser une partition Linux, ou bien en monter une déjà initialisée. Notez que
dbootstrap ne mettra pas à jour un ancien système sans le détruire. Pour une mise à jour,
Debian dispose d’autres moyens et n’utilise pas dbootstrap. Pour des instructions sur la
mise à jour vers un système Debian 3.0, voyez les instructions de mise à jour (http://www.
debian.org/releases/woody/powerpc/release-notes/).
Donc, si vous utilisez d’anciennes partitions qui ne sont pas vides, c.-à-d. si vous acceptez
de perdre ce qu’il y a dessus, vous devez les initialiser maintenant (ce qui supprime tous les
fichiers). Vous devez initialiser toutes les partitions créées lors de l’étape de création des partitions. Une des seules raisons qui justifierait le montage d’une partition sans l’initialiser serait
le montage d’une partition sur laquelle une partie de la procédure d’installation aurait été effectuée, avec le même jeu de disquettes d’installation.
Choisissez l’option : « Initialiser une partition Linux » du menu pour initialiser et monter la
partition /. La première partition que vous montez ou initialisez sera celle montée sous /, la
« racine ».
Il vous sera proposé de conserver la Compatibilité avec les noyaux antérieurs à 2.2 ?, c.-à-d. la
compatibilité avec les noyaux antérieurs à 2.2. Répondre Non signifie que vous ne pourrez pas
faire tourner de noyau plus ancien que 2.2 sur votre système, puisque le système de fichiers
ajoute quelques fonctionnalités qui ne sont pas supportées dans le noyau 2.0. Si vous savez que
vous n’aurez jamais besoin de faire tourner un noyau 2.0 ou antérieur, vous pouvez profiter de
quelques améliorations mineures en répondant Non.
Il vous sera également proposé de vérifier la présence de blocs disque défectueux. La réponse
par défaut est de passer outre ce test, car il peut prendre un certain temps, et d’autre part, les
Chapitre 6. Partitionnement pour Debian
66
contrôleurs de disques modernes possèdent des systèmes internes de contrôle et de gestion
des blocs défectueux. Par contre, si vous n’êtes pas certain de la qualité de votre disque dur,
ou que vous possédez un système un peu vieux, il vaut peut-être mieux faire ce test des blocs
défectueux.
Les questions suivantes sont simplement des points de confirmation. Il sera demandé de confirmer chaque action, étant donné que l’initialisation est destructive pour les données sur la partition, et vous serez informé que la partition est montée en tant que /, la partition racine 1 .
Une fois que vous avez monté la partition /, si vous avez des systèmes de fichiers supplémentaires que vous voulez initialiser et monter, vous devrez utiliser l’option de menu : Autre choix.
C’est nécessaire à ceux qui ont créé des partitions distinctes pour /var, /usr ou d’autres systèmes de fichiers : elles devraient être initialisées et montées maintenant.
6.9
Monter une partition Linux déjà initialisée
Une alternative à ‘Initialiser une partition Linux’ page précédente est l’étape : « Monter une
partition Linux déjà initialisée ». Utilisez celle-ci si vous reprenez une installation qui a planté,
ou si vous voulez monter des partitions qui ont déjà été initialisées, ou qui contiennent des
données que vous voulez préserver.
Si vous installez un poste de travail sans disque, vous devez maintenant monter en NFS votre
partition racine, à partir du serveur NFS. Spécifiez le chemin du serveur NFS en suivant la syntaxe NFS standard, c’est-à-dire nom-ou-IP-du-serveur:répertoire-partagé. Si vous
voulez monter des systèmes de fichiers supplémentaires, vous pouvez le faire maintenant.
Si vous n’avez pas encore configuré votre réseau comme décrit dans : ‘Configurer le réseau’
page 72, le choix d’une installation NFS vous le proposera.
6.9.1
Précautions pour l’installation de la racine NFS (NFS Root)
Malheureusement, la version des boot-floppies contenue dans Woody ne tolère pas les verrous du programme dpkg pour l’installation de la racine NFS. Pour contourner ce problème,
suivez les indications qui suivent, après avoir monté votre partage NFS sur /target. Cet
exemple prend en considération l’installation à partir d’un cédérom, mais il peut tout aussi
être appliqué pour une installation à partir de fichiers qui se trouveraient sur un partage NFS,
monté sur /instmnt (qui est l’endroit où le logiciel d’installation monte généralement les
supports d’installation).
Pour activer le verrouillage NFS, prenez vos pré-dispositions pour que cette séquence de commande soit disponible sur le partage NFS, ou bien créez-la en utilisant nano-tiny.
#!/bin/sh
1
Techniquement, elle est montée en tant que /target. Quand vous redémarrez le système en lui-même, elle
devient /.
Chapitre 6. Partitionnement pour Debian
67
mount /dev/hdc /instmnt # échange votre lecteur de cédérom pour /dev/hdc
cd /target
mkdir x
cd x
for i in g/glibc/libc6 t/tcp-wrappers/libwrap0 p/portmap/portmap n/nfs-utils/n
s-common
do
ar -x /instmnt/pool/main/$i’’_*.deb
zcat data.tar.gz | tar x
done
umount /instmnt
mkdir -p /var/lib/nfs
for i in portmap rpc.statd
do
LD_LIBRARY_PATH=lib sbin/$i
done
Installez maintenant le système de base comme d’ordinaire. Puis installez le paquet
nfs-common :
$
$
$
$
umount /instmnt
chroot /target /bin/sh
apt-cdrom add
apt-get install nfs-common
Le message d’avertissement sur l’abscence de /proc peut être ignoré, étant donné que
portmap et statd tournent déjà.
Vous aurez besoin d’un noyau compilé avec CONFIG_ROOT_NFS. Celui qui se trouve sur le
cédérom d’installation ne l’est pas. Si vous n’en possédez pas et que nous ne pouvez pas le
construire sur une autre machine, vous devez en construire un maintenant, dans le chroot.
$ apt-get install gcc make libc6-dev kernel-source-2.4.18 less screen links ly
x wget ftp # etc.
Lorsque vous aurez fait ce qu’il faut pour amorcer le nouveau noyau, utilisez le partage NFS
comme périphérique racine (root device), et quittez proprement :
$
$
$
$
exit # du shell en environnement chroot
cd /
killall portmap rpc.statd
umount /target
Puis redémarrez. Si cela échoue, lancez l’installation à partir du cédérom, attachez le partage
NFS sur /target, activez le verrouillage NFS, exécutez
Chapitre 6. Partitionnement pour Debian
68
chroot /target
, et faites ce que vous avez oublié de faire, quittez proprement. Si cela échoue, essayez encore,
bonne chance.
6.10
Monter des partitions non gérées par dbootstrap
Dans certains cas particuliers, dbootstrap pourrait ne pas savoir comment monter votre système de fichiers (que ce soit la racine ou un autre). Il vous est possible, si vous êtes un utilisateur expérimenté de Linux, de passer en tty2, en appuyant simultanément sur les touches
Alt et F2, et d’exécuter manuellement les commandes nécessaires pour monter la partition en
question.
Si vous désirez monter la partition racine de votre nouveau système, montez-la sur /target,
retournez sur dbootstrap, et reprenez le processus (éventuellement en lançant l’étape : « Regarder la table des partitions », qui permet à dbootstrap de se recaler dans le processus
d’installation.
Pour les partitions autres que la racine, vous devez vous rappeler que vous devez modifier manuellement votre nouveau fichier fstab de manière à ce que vos partitions soient montées au
démarrage. Attendez bien sûr que le fichier /target/etc/fstab soit écrit par dbootstrap
avant de l’éditer.
69
Chapitre 7
Installation du noyau et du système
d’exploitation de base
7.1 Installer le noyau et les modules des pilotes
L’étape suivante est l’installation d’un noyau et de ses modules sur votre système.
On vous proposera une liste de périphériques à partir desquels vous pourrez installer le
noyau ; vous avez aussi la possibilité d’utiliser le réseau. Vous pouvez utiliser tous les périphériques auxquels vous avez accès, vous n’êtes pas restreint à utiliser les supports que vous
avez l’habitude de monter (lisez : ‘Méthodes pour installer Debian’ page 33).
Remarquez que les options qui vous sont présentées varient en fonction du matériel (hardware)
que dbootstrap a détecté. Si vous procédez à une installation à partir d’un cédérom officiel, le programme s’acquittera de cette tâche automatiquement, sans même vous demander
le périphérique d’installation (à moins de démarrer avec l’option verbose). Lorsqu’on vous
demandera le cédérom, assurez-vous d’insérer le premier cédérom dans le lecteur.
Si vous procédez à une installation à partir d’un système de fichiers local, vous avez le choix
entre 2 options : sélectionnez « harddisk » (disque dur) si ce périphérique n’est pas monté, ou
« mounted » (monté) s’il est d’ores et déjà monté. Dans les deux cas, le système tentera de localiser certains fichiers dans dists/woody/main/disks-powerpc/current. Si le système ne
trouve pas ces fichiers, il vous demandera : « Sélectionnez le chemin de l’archive Debian » — il
s’agit du répertoire sur le disque dur où vous avez placé les fichiers nécessaires à l’installation.
Si vous avez une archive Debian en miroir local, vous pouvez l’utiliser à condition d’indiquer
le répertoire où elle se trouve, souvent /archive/debian. Ce genre d’archive est caractérisée par une structure de répertoire du genre debian/dists/woody/main/disks-powerpc
/current. Vous pouvez taper le chemin à la main, ou utiliser le bouton <... > pour naviguer à travers l’arborescence du système de fichiers.
Pour continuer la discussion sur l’installation à partir d’un disque local ou d’un support similaire (tel que NFS), il vous est demandé ensuite d’indiquer le chemin où sont installés les
fichiers nécessaires (il peut dépendre de votre sous-architecture). Notez que le système peut
Chapitre 7. Installation du noyau et du système d’exploitation de base
70
insister sur le fait que les fichiers apparaissent bien à l’endroit indiqué, y compris les sousrépertoires. Lisez les fichiers-journaux sur tty3 (voir : ‘Utiliser le shell et visualiser les fichiersjournaux’ page 55) où dbootstrap note l’endroit où il recherche les fichiers dont il a besoin.
Si l’option « default » apparaît, alors vous devriez l’utiliser. Dans le cas contraire, essayez l’option « list » pour permettre à dbootstrap d’essayer de retrouver les fichiers par lui-même
(mais il faut signaler que cela peut être très lent si vous utilisez un montage en NFS). En dernier ressort, utilisez l’option « manual » pour spécifier le répertoire manuellement.
Si vous installez à partir de disquettes, vous aurez à fournir la disquette de secours (qui est
probablement déjà dans le lecteur), suivie des disquettes des périphériques.
Si vous installez le noyau et les modules via le réseau, vous pouvez le faire en utilisant les
options « network » (HTTP) ou « NFS ». Vos interfaces réseau doivent être supportées par
le noyau standard (voir : ‘Périphériques et autres matériels’ page 15). Si les options « NFS »
n’apparaissent pas, vous devez sélectionner l’étape : « Annuler », puis retourner en arrière et
sélectionner l’étape : « Configurer le réseau » (voir : ‘Configurer le réseau’ page 72), et ensuite
relancer cette étape-ci.
7.2
NFS
Sélectionnez l’option « NFS », et indiquez à dbootstrap le nom de votre serveur NFS et le
chemin à utiliser. Si vous avez placé les images de la disquette de secours et des disquettes de
modules sur le serveur NFS au bon endroit, ces fichiers devraient être disponibles pour installer le noyau et les modules. Le système de fichier NFS sera monté sous /instmnt. Sélectionnez
l’emplacement des fichiers de la même façon que pour « harddisk » et « mounted ».
7.3
Réseau
Sélectionnez l’option « réseau », et ensuite indiquez à dbootstrap l’URL et le chemin de
l’archive Debian. La valeur par défaut fonctionnera en général et, de toute façon, la partie
concernant le chemin est probablement correcte pour n’importe quel miroir Debian officiel,
même si vous modifiez la partie d’identification se rapportant au serveur (l’URL). Vous pouvez
choisir de récupérer les fichiers à travers un serveur mandataire (proxy) ; entrez simplement
l’adresse du serveur . . . cette phrase est à compléter. . .
7.4
Racine NFS (NFS Root)
Si vous installez un poste de travail sans disque, vous devrez déjà avoir configuré votre réseau
comme indiqué dans : ‘Configurer le réseau’ page 72. On devrait vous proposer comme option
d’installer le noyau et les modules à partir de NFS. Procédez comme décrit plus haut avec
l’option « NFS ».
D’autres étapes peuvent être nécessaires, si on utilise d’autres supports d’installation.
Chapitre 7. Installation du noyau et du système d’exploitation de base
71
7.5 Configurer le support PCMCIA
Ceci est une étape optionnelle, à choisir avant le menu : « Configurer les modules des pilotes
matériels », appelée : « Configurer le support PCMCIA ». Ce menu sert au support PCMCIA.
Si vous avez un contrôleur PCMCIA, mais que vous ne l’utilisez pas pour installer votre système Debian (ce qui serait le cas pour une installation à partir d’une carte Ethernet PCMCIA),
alors vous n’avez pas besoin de configurer le support PCMCIA à ce stade. Vous pourrez facilement configurer et activer le support PCMCIA ultérieurement, une fois l’installation terminée.
Mais, si vous installez le système par le biais d’un périphérique réseau PCMCIA, cette option doit être sélectionnée et le support PCMCIA doit être activé avant de configurer le réseau.
Cette étape alternative est suffisante pour charger le pilote du périphérique de la carte ethernet
PCMCIA.
Si vous avez besoin d’installer le support PCMCIA, sélectionnez l’option : « Configurer les
modules des pilotes matériels ». Il vous sera demandé quel contrôleur PCMCIA est disponible
dans votre système. Dans la plupart des cas, ce sera le i82365. Dans certains cas, ce sera
le tcic ; les spécifications fournies par le fabricant de votre portable devraient donner cette
information en cas de doute. Les options suivantes peuvent généralement être laissées vides.
Là encore, certains matériels ont des besoins particuliers ; le HOWTO Linux PCMCIA (http:
//www.tldp.org/HOWTO/PCMCIA-HOWTO.html) contient une mine d’informations au cas
où le choix par défaut ne fonctionnerait pas.
Dans certains cas inhabituels, vous devrez lire et modifier le fichier /etc/pcmcia
/config.opts. Vous pouvez ouvrir votre second terminal virtuel (LeftAlt-F2), modifier le
fichier, puis reconfigurer votre contrôleur PCMCIA, ou manuellement forcer un rechargement
des modules en utilisant insmod et rmmod.
Une fois le support PCMCIA correctement configuré et installé, vous devrez revenir en arrière
et configurer les pilotes de périphériques comme décrit dans le chapitre suivant.
7.6
Configurer les modules des pilotes matériels
Sélectionnez l’option du menu : « Configurer les modules des pilotes matériels » pour configurer les pilotes de périphériques qui sont présents sur votre système, c.-à-d. les modules du
noyau.
On vous demandera en premier lieu si vous voulez charger des « modules » additionnels depuis une disquette de fournisseur. La plupart d’entre vous sauteront cette étape, dans la mesure
où elle n’est indispensable que dans le cas où vous auriez besoin d’un pilote propriétaire ou
non standard pour votre matériel (par exemple, un contrôleur SCSI spécifique). Le programme
recherchera les modules sur la disquette dans des répertoires tels que /lib/modules/misc
(où misc représente l’emplacement dans un noyau classique). Ces fichiers seront copiés sur le
disque où l’installation se déroule, et ils pourront donc être paramétrés à l’étape suivante.
Ensuite, le programme modconf sera exécuté. C’est un programme très simple qui affiche tous
les modules du noyau et les dispose en plusieurs sections : vous pouvez ainsi sélectionner ceux
que vous voulez installer.
Chapitre 7. Installation du noyau et du système d’exploitation de base
72
Nous vous recommandons de sélectionner uniquement les modules, nécessaires à l’installation,
mais qui n’ont pas été préalablement détectés par le noyau. La plupart des gens n’ont pas du
tout besoin de s’occuper des modules.
Par exemple, vous pouvez avoir besoin de charger explicitement un pilote de carte réseau depuis la section net, le pilote d’un disque SCSI depuis la section scsi, ou un pilote propriétaire
pour cédérom depuis la section cdrom. Les périphériques que vous déclarez seront automatiquement activés pendant le démarrage de votre système.
Certains modules peuvent nécessiter des paramètres. Pour savoir quels paramètres appliquer
à un module, vous devrez consulter la documentation relative à son pilote.
Une fois l’installation du système terminée, vous pourrez à tout moment reconfigurer vos modules à l’aide du programme modconf.
Pour les powerpc, certains modules, tirés de la liste des modules du noyau 2.4, sont très pratiques (quelques modules pour les noyaux 2.2 le sont aussi). La plupart de ces modules ne
nécessitent pas de paramètres.
–
–
–
–
–
–
–
–
–
–
–
–
kernel/net/appletalk (partage de fichiers avec des Macintoshes utilisant MacOS)
kernel/fs/smbfs (communication LAN avec des réseaux de PC)
kernel/drivers/usb/hid (support de claviers USB)
kernel/drivers/usb/storage (disques dur USB)
kernel/drivers/dmasound/dmasound_core (module sonore principal)
kernel/drivers/dmasound/dmasound_pmac (module sonore des Powermac)
kernel/drivers/pcmcia/pcmcia_core (module principal pour le PC Card des ordinateurs
portables)
kernel/drivers/pcmcia/yenta_socket (PC Card des ordinateurs portables)
kernel/drivers/net/wireless/net/airport (ordinateurs portables Airport)
kernel/drivers/macintosh/macserial (ports série Powermac)
kernel/drivers/macintosh/rtc (horloge temps réel)
kernel/drivers/input/joydev (joystick)
7.7
Configurer le réseau
Si le système d’installation ne détecte pas le périphérique réseau que vous avez, il vous présentera la boîte de dialogue : « Choisir un nom pour la machine ». Même si vous n’avez pas
de réseau, ou si votre connexion est temporaire (i.e. vous passez par une ligne téléphonique),
votre machine doit avoir un nom propre.
Si le système d’installation détecte bien un périphérique réseau, il vous affichera la boîte de
dialogue : « Configurer le réseau ». Si le système ne vous permet pas d’exécuter cette étape,
cela signifie qu’il ne parvient pas à localiser de périphérique réseau. Si vous disposez bel et
bien d’un périphérique réseau, cela signifie que vous avez probablement échoué dans le paramétrage du périphérique concerné, voyez : ‘Configurer les modules des pilotes matériels’ page
précédente. Revenez en arrière et cherchez dans les périphériques net.
Dans l’étape : « Configurer le réseau », si le système détecte plus d’une interface réseau, vous
serez invité à choisir celle que vous désirez initialiser. Vous n’avez besoin que d’en configurer
Chapitre 7. Installation du noyau et du système d’exploitation de base
73
une seule. Après l’installation, vous pourrez vous occuper des autres interfaces, pour cela lisez
la page de manuel interfaces(5).
Si dbootstrap détecte que vous avez configuré PCMCIA (‘Configurer le support PCMCIA’
page 71), il vous demandera de confirmer que votre carte réseau est une carte PCMCIA. Ceci
définit où et comment l’initialisation réseau est effectuée.
le programme dbootstrap vous demandera ensuite si vous préférez utiliser un serveur
DHCP ou un serveur BOOTP pour paramétrer votre réseau. Si vous le pouvez, choisissez Oui :
cela vous permet d’échapper aux questions suivantes. Avec un peu de chance, vous devriez
avoir la réponse : Le réseau a été configuré avec succès par DHCP/BOOTP.. Passez dans ce
cas-là à : ‘Installer le système de base’ de la présente page. S’il y a échec, vérifiez votre câblage
et les messages sur tty3, ou continuez et paramétrez votre réseau manuellement.
Pour paramétrer votre réseau manuellement, dbootstrap va vous poser un ensemble de
questions en rapport avec votre réseau ; complétez les réponses en vous aidant de : ‘Informations à connaître’ page 18. Le système va également résumer les paramètres de votre réseau
et vous demandera de confirmer. Puis, vous devrez spécifier le périphérique réseau utilisé par
votre connexion principale. Typiquement, il s’agit de « eth0 », à savoir le premier périphérique
Ethernet.
Quelques détails techniques, qui peuvent s’avérer utiles : le programme considère que l’adresse
IP du réseau est le résultat d’un « ET logique bit à bit » de l’adresse IP de votre système et du
masque de réseau (netmask). Il supposera que l’adresse de diffusion (broadcast) est un « OU
logique bit à bit » entre votre adresse IP et un « NON logique bit a bit » du masque de réseau.
Il supposera que votre routeur par défaut est également votre serveur de noms (DNS). Si vous
ne savez pas répondre à ce genre de questions, laissez les valeurs par défaut du système ; vous
pourrez les modifier une fois l’installation terminée, en modifiant le fichier /etc/network
/interfaces. Alternativement, vous pouvez installer etherconf, qui vous aidera à mettre
en place votre configuration réseau.
7.8
Installer le système de base
La prochaine étape est l’installation du système de base. Le système de base est le plus petit
ensemble de paquets nécessaires au fonctionnement d’un système élémentaire et mono-bloc.
Sa taille est inférieure à 70 Mo.
Au cours de l’étape : « Installer le système de base », si vous ne procédez pas à une installation à
partir d’un cédérom, on vous proposera une liste de supports pour installer le système de base.
Vous devrez sélectionner le support approprié. Si vous procédez à une installation à partir d’un
cédérom officiel, on vous demandera tout simplement de l’insérer dans le lecteur.
Si vous installez le système de base via le réseau, il est à noter que certaines étapes peuvent
s’avérer longues et que la progression ne sera peut-être pas décelable. En particulier, la récupération du fichier Packages.gz, ainsi que l’installation du système de base et des paquets
essentiels, tout cela pourrait sembler bloqué ; soyez patients. Vous pouvez utiliser df -h dans
le second terminal pour vous assurer que le contenu de votre disque est effectivement en train
de changer.
Chapitre 7. Installation du noyau et du système d’exploitation de base
74
Cependant, si l’installation échoue directement après avoir récupéré un fichier appelé
Release, vous pouvez en déduire que l’archive réseau n’a pas été trouvée ou qu’elle pose
problème.
Si vous installez le système de base depuis votre disque dur, indiquez au programme d’installation l’emplacement du fichier basedebs.tar, comme vous avez pu le faire pour l’installation
du noyau et des modules.
75
Chapitre 8
Démarrez votre nouveau système
Debian
8.1 Rendre le système amorçable
8.1.1
PowerMacs « OldWorld »
Le chargeur d’amorçage pour les machines Power Macintosh d’antan est quick. Vous pouvez
également l’utiliser avec CHRP. Le programme d’installation essayera de configurer quick
automatiquement au moment de l’étape : « Rendre le système amorçable » Cette configuration
fonctionne sans problème sur les Powermacs 7200, 7300 et les 7600, et sur certains clones Power
Computing.
Sur les G3 beiges, un module first.b modifié pour quik est disponible sur http://www.
cpu.lu/~mlan/ftp/quik-first.b-g3. Pour pouvoir utiliser cette version modifiée, suivez les étapes suivantes. Après avoir réamorcé sur le logiciel d’installation, rendez-vous sur
la console n°2. Copiez ce fichier dans votre répertoire /target/boot et renommez-le sous le
nom first.b pour qu’il se substitue au fichier first.b qui s’y trouve déjà. Lancez ensuite
les commandes suivantes :
chroot /target /bin/bash
mount -t proc proc /proc
quik -v
exit
Pour tous les autres PowerPC OldWorld, tel qu’Apus, Be-Box, MBX et PReP, il faudra utiliser
un chargeur d’amorçage générique.
Si vous souhaitez utiliser BootX pour amorcer le système installé, sélectionnez simplement le
noyau que vous souhaitez dans le répertoire LinuxKernels, dé-sélectionnez l’option ramdisk, et ajoutez un périphérique racine (root device) correspondant à votre installation ; p. ex.
/dev/hda8.
Chapitre 8. Démarrez votre nouveau système Debian
76
Pour les machines sur lesquelles l’on ne souhaite pas installer le BootX de MacOS et
sur lesquelles quik ne fonctionne pas, une dernière possibilité est d’appliquer une rustine sur l’image de la disquette de sorte qu’elle devienne une disquette d’amorcage.
Utilisez ResEdit dans MacOS pour modifier la ressource cmdl du système, ou utilisez un éditeur binaire tel que beav pour modifier l’image directement afin d’enlever
les paramètres ramdisk et substituer un argument root=/dev/xxx qui convienne. Un
script perl (http://cvs.debian.org/boot-floppies/powerpc-specials/miBoot/
patch-floppy-image.pl) est également disponible pour cette tâche.
Si la machine ne démarre pas quand l’installation est terminée et s’arrête avec un invite du
type « boot : », tapez linux suivi de la touche Entrée (la configuration de démarrage par défaut contenue dans quik.conf est étiquetée linux). Les étiquettes définies dans quik.conf
seront affichées si vous pressez la touche Tab à l’invite « boot : ». Vous pouvez aussi essayer de démarrer sur le programme d ’installation et modifier le fichier /targer/etc
/quick.conf qui aura été placé à cet endroit au cours de l’étape précédentes : « Rendre
le système amorçable » Des informations pour travailler avec quick sont disponibles à
http://penguinppc.org/projects/quik/.
Pour démarrer de nouveau sous MacOS sans réinitialiser la nvram, tapez « bye » à l’invite de
l’Open Firmware (en supposant que MacOS n’a pas été enlevé de la machine). Pour obtenir
une invite OpenFirmware, appuyez simultanément sur les touches « command option o f »
lors d’un démarrage à froid de la machine. Si vous devez réinitialiser les changements de
l’OpenFirmware en nvram, appuyez simultanément sur les touches « command option p r »
lors d’un démarrage à froid de la machine.
8.1.2
PowerMacs « NewWorld »
Les PowerMacs récents (à partir de 1998) utilisent yaboot comme chargeur d’amorçage. Le
programme d’installation configurera yaboot automatiquement ; aussi, tout ce que vous avez
à faire, c’est d’exécuter l’étape : « Rendre le système amorçable ». Si elle s’achève avec succès,
votre système devrait alors être capable de démarrer et l’OpenFirmware sera configuré pour
lancer Debian GNU/Linux.
Sur les machines de type G4 et iBook, vous pouvez maintenir la touche « option » enfoncée
pour obtenir un écran graphique, avec un bouton pour chaque système d’exploitation bootable ; pour Debian GNU/Linux il s’agit d’un bouton avec une icône de petit pingouin.
Si vous avez conservé MacOS et qu’à un moment ou à un autre la variable de l’OpenFirmware
qui détermine le périphérique de démarrage a été modifiée, vous devrez restaurer sa configuration. Pour cela, maintenez enfoncées les touches « command option p r » lors du démarrage
à froid de la machine.
Les étiquettes définies dans yaboot.conf seront affichées si vous appuyez sur la touche Tab
à l’invite « boot : ».
La ré-initialisation de l’OpenFirmware sur les matériels G3 et G4 les fera démarrer par défaut
sur Debian GNU/Linux (à condition d’avoir effectué un partitionnement correct et d’avoir
placé la partition Apple_Bootstrap en premier). Si Debian GNU/Linux se trouve sur un disque
Chapitre 8. Démarrez votre nouveau système Debian
77
SCSI et que MacOS se trouve sur un disque IDE, il se pourrait que cela ne fonctionne pas et que
vous deviez lancer l’OpenFirmware et déclarer le périphérique de démarrage manuellement ;
en principe, ybin le fait automatiquement).
Après avoir lancé Debian GNU/Linux pour la première fois, vous pourrez ajouter autant d’options que vous le souhaitez (telles que les options de démarrage double) dans le fichier /etc
/yaboot.conf et démarrer ybin pour mettre à jour votre partition de démarrage avec la
nouvelle configuration. S’il vous plaît, lisez le HOWTO yaboot (http://penguinppc.org/
projects/yaboot/doc/yaboot-howto.shtml/) pour plus d’informations.
Si vous installez un poste de travail sans disque, démarrer depuis le disque local n’a évidement
pas de sens, et cette étape sera sautée.
8.2
Le moment de vérité
Voici ce que les ingénieurs en électronique appellent le test de la fumée : c’est ce qui se passe
lorsque l’on démarre un nouveau système pour la première fois. Si une disquette se trouve
dans votre lecteur de disquette, enlevez-la et sélectionnez ensuite l’option : « Réamorcer le
système » dans le menu.
Si vous démarrez directement sur Debian, et que le système ne démarre pas, utilisez le support
d’installation d’origine (par exemple la disquette de secours), ou insérez la disquette « Démarrage personnalisé » si vous l’avez créée, puis relancez votre système. Si vous n’utilisez pas la
disquette « Démarrage personnalisé », il est probable que vous deviez ajouter quelques arguments de démarrage : si vous démarrez à partir de la disquette de secours ou que vous utilisez
une technique similaire, vous devrez spécifier rescue root=root, où root est votre partition
racine, par exemple : /dev/sda1.
Debian devrait démarrer, et vous devriez voir défiler les mêmes messages que lorsque vous
avez démarré pour la première fois votre système, suivis de quelques nouveaux messages.
8.3
Paramétrage post-démarrage de Debian (Base)
Après le démarrage, on vous demandera de terminer la configuration de votre système de base,
et ensuite de sélectionner les paquets supplémentaires que vous souhaitez installer. L’application qui vous guidera au cours de cette étape est appelée base-config. Si vous souhaitez
relancer le programme base-config une fois l’installation terminée, lancez base-config
en tant qu’utilisateur root.
8.4
Configuration du fuseau horaire
On vous demandera en premier lieu de configurer votre fuseau horaire. Après avoir décidé
entre une configuration d’horloge GMT ou locale, vous devrez sélectionner une région puis
Chapitre 8. Démarrez votre nouveau système Debian
78
une ville de cette région qui se trouve dans le même fuseau horaire que vous. Lorsque vous
sélectionnez dans la liste, vous pouvez taper simplement la première lettre de la section qui
vous intéresse.
8.5 Mots de passe MD5
On vous demandera d’abord si vous souhaitez installer les mots de passe MD5. C’est une autre
méthode de stockage des mots de passe sur votre système ; elle est plus sûre que la méthode
standard (appelée « crypt »).
La configuration par défaut est « Non », mais si vous n’avez pas besoin de NIS et que vous êtes
très préoccupé par la sécurité, vous devriez répondre « Oui ».
8.6 Mots de passe « Shadow »
À moins que vous ayez répondu « Oui » à la section Mots de passe MD5, le système vous
demandera si vous souhaitez activer les mots de passe « shadow ». C’est un système qui rend
votre système GNU/Linux plus sûr. Dans un système dépourvu de mots de passe « shadow »,
les mots de passe sont stockés (chiffrés) dans un fichier lisible par tous les utilisateurs :/etc
/passwd. Ce fichier doit être lisible par toutes les personnes qui peuvent se connecter sur le
système, car il contient des informations vitales pour ces utilisateurs, par exemple, comment
associer des identifiants numériques d’utilisateurs et des noms d’utilisateurs. Partant de là,
quelqu’un pourrait raisonnablement récupérer votre fichier /etc/passwd/ et lancer une attaque brutale (c’est-à-dire tester systématiquement toutes les combinaisons possibles de mots
de passe pour essayer de les retrouver).
Si vous avez activé les mots de passe « shadow », les mots de passe seront stockés dans /etc
/shadow, qui ne peut être lu et modifié que par l’utilisateur root, et n’est lisible que par le
groupe shadow. Par conséquent, nous vous recommandons d’activer les mots de passe « shadow ».
Une reconfiguration des mots de passe « shadow » peut être effectuée à tout moment à l’aide du
programme shadowconfig. Après l’installation, lisez le fichier /usr/share/doc/passwd
/README.debian.gz pour de plus amples informations.
8.7 Mise en place du mot de passe de root
Le compte root est aussi appelé super-utilisateur ; c’est un compte qui contourne toutes les protections de sécurité présentes sur votre système. Le compte root doit être uniquement utilisé
pour administrer le système, et pour une durée aussi courte que possible.
Chaque mot de passe que vous créez devrait contenir de 6 à 8 caractères et devrait aussi combiner des lettres majuscules et des lettres minuscules ainsi que des caractères de ponctuation.
Chapitre 8. Démarrez votre nouveau système Debian
79
Portez une extrême attention au choix de votre mot de passe root, étant donné qu’il s’agit d’un
compte puissant. Évitez les mots du dictionnaire ou des informations personnelles qui pourraient être facilement devinées.
Si quelqu’un vous dit qu’il a besoin du mot de passe root, soyez extrêmement prudent. Vous
ne devriez normalement jamais donner votre mot de passe à quiconque, à moins que vous
n’administriez une machine qui a plus d’un administrateur système.
8.8 Créer un utilisateur ordinaire
Le système vous demandera si vous souhaitez aussi créer un utilisateur ordinaire. Ce compte
devrait être votre principal accès personnel. Vous ne devriez pas utiliser le compte root pour
une utilisation quotidienne ou comme compte personnel.
Pourquoi ? Et bien, une des raisons pour éviter d’utiliser les privilèges de root est qu’il est très
facile de causer des dommages irréparables. Une autre raison est que vous pourriez lancer,
sans le savoir, un programme cheval de Troie— programme qui tire profit des avantages du
super-utilisateur pour compromettre à votre insu la sécurité du système. N’importe quel livre
sur l’administration système UNIX traite de ce sujet de manière plus détaillée— si ce sujet est
inconnu pour vous, envisagez d’en lire un.
Nommez le compte utilisateur comme vous voulez. Par exemple, si votre nom est Jean Dupont,
vous pouvez utiliser « dupont », « jdupont » ou « jd ». On vous demandera aussi le nom de
l’utilisateur, et, comme précédemment, un mot de passe.
Si, après l’installation, vous souhaitez créer un nouveau compte utilisateur, utilisez la commande adduser.
8.9 Paramétrage de PPP
On vous demandera si vous souhaitez installer le reste du système au moyen de PPP. Si vous
faites une installation à partir d’un cédérom ou si vous êtes connectés à un réseau, vous pouvez
en toute sécurité répondre « Non » et sauter cette section.
Si vous choisissez de configurer PPP, un programme nommé pppconfig sera lancé. Ce programme vous aidera à configurer votre connexion PPP. Assurez-vous, quand on vous demandera
le nom de votre connexion, de l’appeler « provider ».
Le programme pppconfig vous guidera et facilitera la configuration de PPP. Néanmoins, si
cela ne marche pas, regardez ci-dessous pour des instructions détaillées.
Pour configurer PPP, vous devez connaître les bases de l’affichage et de l’édition de fichiers
sous GNU/Linux. Pour afficher les fichiers, vous pouvez utiliser le programme more, et le
programme zmore pour les fichiers compressés dont l’extension est .gz. Par exemple, pour
afficher le fichier README.debian.gz, tapez zmore README.debian.gz. Le système de
base est fourni avec un éditeur nommé nano, très simple d’utilisation mais qui possède peu de
Chapitre 8. Démarrez votre nouveau système Debian
80
fonctions. Vous souhaiterez probablement installer des éditeurs et des afficheurs plus complets,
comme jed, nvi, less et emacs.
Éditez le fichier /etc/ppp/peers/provider et remplacez /dev/modem par /dev/ttyS#
où # correspond au numéro de votre port série. Sous Linux, les ports série sont dénombrés
à partir de 0 ; votre premier port série est /dev/ttyS0 sous Linux. L’étape suivante consiste
à éditer le fichier /etc/chatscripts/provider et d’y ajouter le numéro de téléphone de
votre fournisseur d’accès, votre identifiant de connexion et votre mot de passe. S’il vous plaît,
n’effacez pas le « \q » qui précède le mot de passe. Il évite que le mot de passe n’apparaisse
dans les journaux de connexion.
De nombreux fournisseurs d’accès utilisent PAP ou CHAP pour la séquence de connexion, à
la place d’une authentification en mode texte. D’autres utilisent les deux. Si votre fournisseur
requiert PAP ou CHAP, vous devrez suivre des procédures différentes. Commentez tout ce qui
se trouve après la chaîne de numérotation (celle qui débute par « ATDT ») dans le fichier /etc
/chatscripts/provider, modifiez le fichier /etc/ppp/peers/provider tel que décrit
plus haut, et ajoutez user nom où nom correspond à l’identifiant que vous utilisez pour vous
connecter à votre fournisseur d’accès. Éditez ensuite /etc/ppp/pap-secrets ou /etc/ppp
/chap-secrets et insérez votre mot de passe.
Vous aurez aussi besoin de modifier le fichier /etc/resolv.conf et d’y ajouter les
adresses IP des serveurs de noms (DNS) de votre fournisseur d’accès. Les lignes de /etc
/resolv.conf sont dans le format suivant : nameserver xxx.xxx.xxx.xxx où un x est
un chiffre de l’adresse IP. Vous pouvez éventuellement ajouter l’option usepeerdns au fichier /etc/ppp/peers/provider, ce qui permettra de choisir automatiquement les serveurs DNS appropriés et d’utiliser les réglages normalement fournis par la machine distante.
À moins que votre fournisseur d’accès n’utilise une séquence de connexion différente de la
majorité des autres FAI, l’affaire est réglée ! Lancez la connexion PPP en tapant pon en tant que
root et suivez l’exécution avec la commande plog. Pour déconnecter, utilisez poff, aussi en
tant que root.
Lisez le fichier /usr/share/doc/ppp/README.Debian.gz pour de plus amples informations sur l’utilisation de PPP sous Debian.
Pour les connexions SLIP statiques, vous devez ajouter la commande slattach (depuis le paquet net-tools) dans le fichier /etc/init.d/network. Les connexions SLIP dynamiques
nécessitent l’utilisation du paquet gnudip.
8.10 Enlever PCMCIA
Si vous n’avez pas besoin du PCMCIA, vous pouvez choisir de l’enlever à ce point. Ceci permettra un meilleur démarrage ; de plus, il sera plus facile de remplacer votre noyau (PCMCIA
nécessite de nombreuses corrélations entre les versions des pilotes PCMCIA, les modules du
noyau, et le noyau lui-même).
Chapitre 8. Démarrez votre nouveau système Debian
81
8.11 Configuration d’APT
Le principal outil utilisé pour installer des paquets sur les systèmes Debian est un programme
appelé apt-get, il est inclus dans le paquet apt 1 . APT doit cependant être configuré, pour
qu’il sache où récupérer les paquets. L’application qui vous aidera dans cette tâche s’appelle
apt-setup.
L’étape suivante dans le processus d’installation consiste à indiquer où trouver les autres paquets Debian. Remarquez que vous pouvez exécuter à nouveau cet outil à n’importe quel moment une fois que l’installation est finie, en tapant apt-setup ou en modifiant manuellement
le fichier /etc/apt/source.list.
Si vous démarrez depuis un cédérom officiel, alors ce cédérom sera automatiquement défini
comme une source APT. Vous le saurez en voyant que ce cédérom est lu ; puis on vous demandera si vous avez d’autres cédéroms à déclarer. Si vous possédez un jeu de plusieurs cédéroms
— c’est le cas pour la plupart des gens — vous devez les faire explorer un par un.
Pour les utilisateurs qui ne disposent pas d’un cédérom officiel, un ensemble de choix sur la
manière d’accéder aux paquets Debian leur sera proposé : HTTP, FTP, cédérom, ou système
de fichiers local. Les utilisateurs de cédéroms, pourront accéder à cette étape en demandant
explicitement l’ajout d’une autre source.
Vous devriez savoir qu’il est parfaitement acceptable d’avoir plusieurs sources APT, y compris
pour une même archive Debian. apt-get ira chercher automatiquement le paquet portant le
numéro de version le plus élevé parmi les sources disponibles. Ou, par exemple, si vous possédez à la fois une source HTTP et une source cédérom, apt-get utilisera automatiquement le
cédérom local lorsque c’est possible, et n’utilisera la source HTTP que si une nouvelle version y
est disponible. Néanmoins, il n’est pas judicieux d’ajouter des sources inutiles, dans la mesure
où cela aura tendance à ralentir le processus de sélection des nouvelles versions sur le réseau.
8.11.1
Configurer les sources de paquets réseau
Si vous prévoyez d’installer le reste de votre système via le réseau, l’option la plus commune
est de sélectionner la source « http ». La source « FTP » est aussi acceptable, mais a tendance à
être légèrement plus lente dans l’établissement des connexions.
Ensuite, on vous demandera si vous voulez utiliser des logiciels qui ne sont pas libres. Ceci
englobe des logiciels commerciaux ou d’autres logiciels qui ne répondent pas aux critères définis dans les principes du logiciel libre selon Debian (http://www.debian.org/social_
contract#guidelines). Il est intéressant de répondre : « Oui », mais prenez garde en installant de tels logiciels, car vous devrez vous assurer que vous respectez leurs licences.
L’étape suivante, dans la configuration des sources réseau, consiste à dire à apt-setup dans
quel pays vous vivez. Ceci configure le miroir réseau Debian officiel que vous allez utiliser. En
1
Notez que le programme réellement utilisé pour installer les paquets est dpkg. Néanmoins, ce paquet est
plutôt un outil de bas-niveau. apt-get utilise dpkg quand il en a besoin ; il s’agit d’un outil de haut niveau car il
sait aussi bien installer les paquets nécessaires à l’installation du paquet que vous voulez installer, que récupérer le
paquet à partir de votre cédérom, du réseau, ou d’ailleurs.
Chapitre 8. Démarrez votre nouveau système Debian
82
fonction du lieu sélectionné, une liste des machines disponibles vous sera proposée. Il suffit
généralement de choisir celle qui se situe en haut de la liste, mais n’importe laquelle devrait
fonctionner.
Si vous êtes en train de procéder à une installation via HTTP, on vous demandera de configurer votre serveur mandataire (« proxy »). C’est parfois nécessaire pour les personnes qui se
trouvent derrière des pare-feux, ou des réseaux d’entreprise, etc.
Enfin, votre nouvelle source de paquets va être testée. Si tout va bien, on vous demandera si
vous souhaitez ou non recommencer l’opération pour une autre source.
8.12 Installation de paquets : simple ou avancée
On vous demandera ensuite si vous voulez ou non installer les paquets par une méthode
simple ou par une méthode avancée, plus fine. Nous vous recommandons de commencer par
la méthode simple, dans la mesure où vous pourrez toujours recourir à la méthode avancée
ultérieurement.
Sachez que pour une installation simple, base-config utilise principalement le programme
tasksel. Pour une installation de paquets avancée, c’est le programme dselect qui sera
exécuté. Chacun de ces programmes peut être utilisé, à tout moment une fois l’installation
terminée, pour installer davantage de paquets. Une fois que l’installation est finie, si vous
voulez un paquet particulier, tapez simplement apt-get install paquet, où paquet est
le nom du paquet désiré.
8.13 Sélection simple des paquets — l’installateur de tâche
Si vous choisissez une installation « simple », vous serez dirigé sur l’installateur de tâche
(tasksel). À travers cette technique, Debian propose un ensemble de configurations logicielles prêtes à l’emploi. En outre, vous pouvez toujours choisir de procéder à une installation
de paquet au cas par cas. C’est le rôle du programme dselect, décrit plus bas. Mais, avec près
de 8000 paquets disponibles, cela peut être long !
C’est aussi pour cette raison que vous pouvez d’abord choisir les tâches, et, par la suite ajouter
des paquets au cas par cas. Ces tâches représentent, approximativement, les diverses choses
qu’on peut faire avec un ordinateur, par exemple, « bureautique » , « développement en C » ou
« serveur de fichiers ».
Chaque tâche peut être mise en surbrillance et grâce à « Task Info » vous pouvez obtenir plus
d’informations. Une description détaillée ainsi que les listes de paquets qui seront installés sont
affichées. Un tableau répertoriant la taille approximative de l’ensemble des tâches proposées
se trouve dans : ‘Ressources d’espace disque pour les tâches’ page 99.
Une fois que vous avez choisi les tâches, sélectionnez « Finish ». À ce moment là, apt-get
installera les paquets que vous avez sélectionnés. Notez que si vous n’avez sélectionné aucune
tâche, tous les paquets standards, importants ou nécessaires qui ne sont pas encore installés
Chapitre 8. Démarrez votre nouveau système Debian
83
seront installés. Cette fonctionnalité est la même que celle qui est réalisée par la commande
tasksel -s en ligne de commande, et qui représente pour le moment 37 Mo d’archives. On vous
montrera le nombre de paquets qui seront installés, ainsi que, si besoin est, la quantité de
données en kilo-octets, qui devra être téléchargée.
Des 8000 paquets disponibles dans Debian, seule une petite minorité est traitée par les tâches
proposées dans l’installateur de tâches. Pour obtenir des informations sur les paquets supplémentaires, utilisez soit apt-cache search chaîne-de-recherche pour une chaîne
de caractères donnée (regardez le page de manuel apt-cache(8)) ou bien le programme
dselect comme décrit ci-dessous.
8.14 Sélection « avancée » de paquets avec dselect
Si vous avez choisi la sélection avancée des paquets, vous allez être dirigé sur le programme
dselect. Il est nécessaire d’avoir lu le guide de dselect (dselect-beginner) avant de lancer
dselect. dselect permet de sélectionner les paquets à installer sur votre système. Vous devez
être le super-utilisateur (root) pour exécuter dselect.
8.15
Affichages lors de l’installation des logiciels
Chaque paquet que vous avez sélectionné avec tasksel ou dselect est dépaqueté et installé
au moyen des programmes apt-get et dpkg. Si un programme particulier requiert plus d’informations de l’utilisateur, il vous le demandera. Vous pourrez aussi garder un oeil sur ce qui
se passe lors du processus d’installation, pour voir des éventuelles erreurs d’installation (dans
ce cas, on vous demandera d’acquiter les erreurs pour éviter l’installation d’un paquet)
8.15.1
Paramètres pour le serveur X
Sur les iMacs et aussi sur quelques vieux Macintoshs, le logiciel X server ne parvient pas à
calculer les paramètres d’affichage adéquats. Vous devrez sélectionner l’option « Avancée »
pendant la configuration de vos paramètres vidéo. Pour la fréquence horizontable de votre
moniteur (monitor’s horizontal sync range), entrez 59-63. Vous pouvez conserver la fréquence
verticale (vertical refresh range) par défaut.
La souris se trouve sur /dev/input/mice.
8.16
Se connecter
Après avoir installé les paquets, vous vous retrouvez face à l’invite de connexion (login).
Connectez-vous en utilisant le nom d’utilisateur et le mot de passe que vous avez choisi. Votre
système est maintenant prêt à être utilisé.
Chapitre 8. Démarrez votre nouveau système Debian
84
Si vous êtes un nouvel utilisateur, vous voudrez peut-être parcourir la documentation qui sera
installée sur votre système quand vous commencerez à l’exploiter. Il existe plusieurs systèmes
de documentation ; un travail est actuellement en cours afin de les intégrer dans un tout cohérent. Vous trouverez ci-dessous quelques points de départ.
La documentation qui accompagne les programmes que vous avez installés se trouve dans
le répertoire /usr/share/doc/, dans un sous-répertoire qui porte le nom du programme.
Par exemple, le Guide de l’utilisateur d’apt, programme qui installe d’autres programmes sur
votre système, se situe dans le fichier /usr/share/doc/apt/guide.html/index.html.
De plus, il y a quelques répertoires particuliers dans la hiérarchie /usr/share/doc/.
Les HOWTOs Linux sont installés au format .gz dans les répertoires /usr/share/doc
/HOWTO/en-txt/ et /usr/share/doc/HOWTO/en-txt/mini/. Le fichier /usr/share
/doc/HTML/index.html contient des index, que l’on peut parcourir, sur le contenu de la
documentation installée par dhelp.
Un moyen facile de consulter ces documents est d’exécuter cd /usr/share/doc/, puis de
taper lynx suivi d’un espace et d’un point (le point représente le répertoire courant).
Vous pouvez aussi taper info (commande) ou man (commande) pour obtenir des informations sur la plupart des commandes disponibles depuis l’interpréteur de commandes. En
tapant help, vous afficherez l’aide sur les commandes de l’interpréteur de commandes. Et
si vous tapez une commande suivie par --help, un court résumé sur l’usage de cette commande sera affiché. Si le résultat d’une commande défile au-delà du haut de l’écran, tapez |
more après la commande de façon à provoquer une pause entre chaque écran. Pour voir une
liste de toutes les commandes disponibles qui commencent par une lettre donnée, tapez cette
lettre, suivie de deux fois la touche de tabulation.
Pour une introduction plus complète sur Debian et GNU/Linux, regardez /usr/share/doc
/debian-guide/html/noframes/index.html. Notez que cette documentation existe
aussi en français, dans le paquet doc-debian-fr. /usr/share/doc/LANG/fr/debian/html
/index.html
85
Chapitre 9
Étapes suivantes et où aller à partir de
maintenant
9.1 Si vous êtes nouveau sous Unix
Si vous êtes nouveau sous Unix, vous devriez probablement acheter et lire quelques livres
sur le sujet. La Foire Aux Questions UNIX (ftp://rtfm.mit.edu/pub/usenet/news.
answers/unix-faq/faq/) contient un certain nombre de références à des livres et à des
groupes de discussion Usenet qui pourront vous aider. Vous pouvez également regarder
la FAQ User-Friendly Unix (http://www.camelcity.com/~noel/usenet/cuuf-FAQ.
htm).
Linux est une implémentation d’Unix. Le projet de documentation Linux (LDP) (http://
www.freenix.org/unix/linux/) rassemble un certain nombre de HOWTO et de livres en
ligne relatifs à Linux. La plupart de ces documents peuvent être installés sur votre machine ;
il suffit d’installer le paquet doc-linux-fr, et de consulter les documentations disponibles
dans le répertoire /usr/share/doc/LANG/fr/HOWTO. La version originale en anglais des
HOWTOs du LDP est également disponible dans les paquets doc-linux-html (documentation au format HTML) et doc-linux-text (documentation au format ASCII), et s’installe
dans /usr/share/doc/HOWTO. D’autres versions traduites des HOWTOs du LDP sont également disponibles sous forme de paquets Debian.
Les informations spécifiques à Debian se trouvent ci-dessous.
9.2
Arrêter le système
Pour arrêter un système Linux en marche, vous ne devez pas redémarrer en appuyant sur le
bouton-poussoir « reset » sur le devant de votre ordinateur, ni simplement arrêter l’ordinateur.
Linux doit être arrêté de la bonne manière, sinon des fichiers pourraient être perdus et le disque
pourrait être endommagé. Vous pouvez appuyer sur la combinaison de touches Ctrl-Alt-Suppr.
Chapitre 9. Étapes suivantes et où aller à partir de maintenant
86
Vous pouvez aussi si vous le préférez vous connecter en tant qu’utilisateur privilégié, et taper
shutdown -h now, reboot, ou halt.
9.3 S’orienter à travers Debian
Debian est un peu différente des autres distributions. Même si vous êtes habitué à travailler
avec d’autres distributions Linux, il y a quelques détails que vous devez connaître à propos de
Debian pour garder votre système en bon état. Le contenu de ce chapitre vous aidera à vous
orienter ; ce n’est pas un didacticiel sur l’utilisation de Debian, mais un bref coup d’oeil sur le
système, pour les gens pressés.
Le concept le plus important à assimiler est le système de gestion des paquets Debian. La plus
grande partie de votre système est sous le contrôle du système de gestion des paquets. Cela
inclut :
–
–
–
–
–
/usr (à l’exception de /usr/local)
/var (vous pouvez créer un /var/local et l’utiliser en toute tranquillité)
/bin
/sbin
/lib
Par exemple, si vous remplacez /usr/bin/perl, cela fonctionnera, mais lors de la prochaine
mise à jour du paquet perl, le fichier que vous avez modifié sera remplacé. Les experts évitent
cela en marquant le paquet comme suspendu (hold) avec l’application dselect.
L’une des meilleures méthodes d’installation est la méthode apt. Vous pouvez l’utiliser depuis dselect, ou en version ligne de commande (lire la documentation sur apt-get). Notez
qu’apt vous permet de fusionner plusieurs sources d’approvisionnement pour les paquets :
main, contrib et non-free, si bien que vous avez accès aussi bien aux paquets soumis à des
restrictions d’export qu’aux versions standard.
9.3.1
Gestion des versions des applications
Les différentes versions des applications sont gérées par update-alternatives. Si
vous utilisez plusieurs versions de vos applications, lisez les pages de manuel de
update-alternatives.
9.3.2
Gestion des tâches récurrentes
Les actions répétées à heure ou à date fixe sont appelées en anglais des cron jobs. Celles dont
l’administrateur a la responsabilité devraient se trouver dans le répertoire /etc, car ce sont
des fichiers de configuration. Si un travail doit être répété chaque jour, semaine ou mois,
mettez simplement un script ou une application exécutant cette action respectivement dans
/etc/cron.daily. /etc/cron.weekly et /etc/cron.monthly. Ils seront appelés depuis /etc/crontab, et lancés consécutivement par ordre alphabétique.
Chapitre 9. Étapes suivantes et où aller à partir de maintenant
87
D’un autre côté, si vous avez une tâche qui doit être lancée par un utilisateur particulier, ou à
une heure ou à une fréquence bien précise, vous pouvez utiliser /etc/crontab, ou, mieux
encore, /etc/cron.d/votre_choix. Ces fichiers possèdent aussi un champ supplémentaire
qui permet de spécifier sous quelle identité l’action sera exécutée.
Dans tous les cas, vous n’avez qu’à modifier les fichiers, et cron le remarquera automatiquement. Vous n’avez pas à lancer de commandes spéciales. Pour plus d’informations, lisez
cron(8) et crontab(5), ainsi que /usr/share/doc/cron/README.Debian.
9.4 Pour aller plus loin
Si vous avez besoin d’informations à propos d’un programme particulier, vous devriez d’abord
essayer man programme ou info programme.
Vous pourrez également trouver beaucoup de documentation utile dans /usr/share/doc.
En particulier, /usr/share/doc/HOWTO et /usr/share/doc/FAQ contiennent beaucoup
d’informations intéressantes. Pour signaler des bogues, regardez les fichiers /usr/share
/doc/debian/bug*. Pour connaître des informations spécifiques à Debian pour un programme particulier, lisez /usr/share/doc/(nomdupaquet)/README.Debian.
Le site web Debian (http://www.debian.org/) contient beaucoup de documentation
sur Debian. Plus spécialement, consultez la FAQ Debian (http://www.debian.org/doc/
FAQ/) et les archives des listes de diffusion Debian (http://lists.debian.org/). La
communauté Debian s’entraide ; pour vous abonner à une ou plusieurs listes de diffusion
Debian, voyez la page d’abonnement aux listes de diffusion (http://www.debian.org/
MailingLists/subscribe).
9.5
Compiler un nouveau noyau
Pourquoi un utilisateur voudrait-il compiler un nouveau noyau ? Ce n’est en général pas nécessaire, étant donné que le noyau par défaut de Debian reconnaît la plupart des configurations.
Cependant, il peut être utile de compiler un nouveau noyau dans les cas suivants :
– gérer des périphériques spéciaux, ou des conflits de périphériques dans les noyaux par défaut ;
– gérer des périphériques ou activer des options qui ne sont pas incluses dans le noyau par
défaut, tel que l’APM ou le SMP ;
– optimiser le noyau en enlevant les pilotes inutiles, ce qui peut accélérer le démarrage de la
machine ;
– utiliser des options du noyau qui ne sont pas supportées par le noyau par défaut, telles que
les pare-feux (firewall) réseau ;
– utiliser une version de développement du noyau ;
– impressionner vos ami(e)s, essayer de nouvelles choses.
Chapitre 9. Étapes suivantes et où aller à partir de maintenant
9.5.1
88
Gestion des images du noyau
N’ayez pas peur de compiler un nouveau noyau. C’est amusant et vous apprendrez de nouvelles choses.
Pour compiler un noyau « façon Debian », vous avez besoin des paquets suivants :
kernel-package, kernel-source-2.2.20 (la version la plus récente lors de la rédaction
de ce document), fakeroot et quelques autres qui sont probablement déjà installés sur votre
machine (pour la liste complète, voir /usr/share/doc/kernel-package/README.gz).
Cette méthode va créer un .deb à partir des sources de votre noyau, et si vous utilisez des modules non standard, va aussi incorporer ces dépendances dans le .deb. C’est une bonne solution
pour gérer les images du noyau ; le répertoire /boot va contenir le noyau, le System.map, et
une sauvegarde du fichier de configuration utilisé pour ce paquet.
Il faut remarquer qu’il n’est pas obligatoire de compiler votre noyau « à la Debian » ; mais vous
vous rendrez compte qu’utiliser le système de gestion des paquets pour gérer les noyaux rend
leur installation plus simple et plus sûre. En fait, vous pouvez utiliser directement les sources
de Linus et ne pas utiliser kernel-source-2.2.20, tout en utilisant la méthode de compilation kernel-package. Bien que le noyau 2.2.20 soit toujours utilisé pour l’installation
de Woody, des noyaux de la série 2.4 plus récente sont disponibles sous la forme de paquets
kernel-images.
Notez que vous trouverez une documentation complète sur l’utilisation de kernel-package
dans le répertoire /usr/share/doc/kernel-package. Cette section-ci ne contient qu’un
bref didactitiel.
Dans ce qui suit, nous supposerons que les sources de votre noyau sont situées dans /usr
/local/src/ et qu’il s’agit du noyau version 2.2.20. En tant que super-utilisateur, créez
un répertoire dans /usr/local/src et changez le propriétaire de ce répertoire en votre
compte utilisateur non-root habituel. En utilisant ce compte, allez dans le répertoire où
vous voulez désarchiver les sources (cd /usr/local/src) et désarchivez-les (tar xIf
/usr/src/kernel-source-2.2.20.tar.bz2), et déplacez-vous dans ce répertoire (cd
kernel-source-2.2.20). Maintenant, vous pouvez configurer votre noyau. Exécutez make
xconfig si X11 est installé, configuré et lancé, make menuconfig dans le cas contraire (vous
aurez alors besoin de ncurses-dev installé). Prenez le temps de lire l’aide en ligne et de choisir judicieusement les options à activer. En cas de doute, il est souvent préférable d’inclure
les pilotes de périphériques (tels que les contrôleurs SCSI, cartes Ethernet, etc. . .) que vous ne
connaissez pas bien. Faites attention : les autres options, non spécifiques au matériel, doivent
être laissées à leur valeur par défaut si vous ne les comprenez pas. N’oubliez pas de sélectionner « Kernel module loader » dans la section « Loadable module support » (elle n’est pas
sélectionnée par défaut) sinon votre système Debian risque d’avoir des problèmes.
Nettoyez l’arborescence des sources et réinitialisez les paramètres de kernel-package. Pour
ce faire, tapez make-kpkg clean.
Maintenant, compilez votre noyau : fakeroot make-kpkg --revision=custom.1.0
kernel_image. Bien sûr, le numéro de version « 1.0 » peut être changé ; il s’agit juste d’un
moyen de suivre vos différentes versions du noyau. De la même façon, vous pouvez remplacer
Chapitre 9. Étapes suivantes et où aller à partir de maintenant
89
le mot « custom » par ce que vous voulez (par exemple le nom d’une machine). La compilation
d’un noyau peut être assez longue selon la puissance de votre machine.
Si vous avez besoin du support PCMCIA, vous devrez installer le paquet pcmcia-source.
Désarchivez le fichier tar comprimé, en tant que super-utilisateur, dans le répertoire /usr
/src (il est important que les modules soient à l’endroit où ils sont supposés être, c’està-dire dans /usr/src/modules). Ensuite, en étant super-utilisateur, tapez make-kpkg
modules_image.
Une fois la compilation terminée, vous pouvez installer votre noyau personnalisé comme n’importe quel autre paquet. En étant super-utilisateur, tapez dpkg -i
../kernel-image-2.2.20-subarchitecture_custom.1.0_powerpc.deb. La partie
subarchitecture est une sous-architecture optionnelle, suivant les options de compilation que
vous avez définies. dpkg -i kernel-image... installera votre noyau ainsi que les
autres fichiers qui lui seront nécessaires. Par exemple, le fichier System.map sera installé
correctement (très utile pour le débogage des problèmes de noyau) et un fichier /boot
/config-2.2.20 sera installé, qui contiendra votre configuration noyau. Votre nouveau paquet kernel-image-2.2.20 est tellement malin qu’il utilise automatiquement le chargeur
de boot de votre plateforme pour mettre à jour l’information sur l’image de noyau utilisée
pendant le démarrage, sans qu’il soit nécessaire de re-exécuter le chargeur de boot. Si vous
avez créé un paquet pour les modules, par exemple PCMCIA, vous devrez installer celui-ci
également.
Vous devez maintenant redémarrer votre système : lisez attentivement les éventuels avertissements durant les étapes précédentes, puis tapez shutdown -r now.
Pour plus d’informations sur kernel-package, lisez la documentation dans /usr/share
/doc/kernel-package.
Chapitre 9. Étapes suivantes et où aller à partir de maintenant
90
91
Chapitre 10
Informations techniques sur les
disquettes d’amorçage
10.1 Le code source
Le paquet boot-floppies contient le code source et la documentation des disquettes d’installation.
10.2 La disquette de secours
La disquette de secours possède un système de fichiers ext2 (ou FAT, en fonction de votre
architecture) et vous devriez pouvoir y accéder à partir de tout système capable de monter des
disques ext2 ou FAT. Le noyau Linux est dans le fichier linux.bin. Le fichier root.bin est
une image compressée par gzip d’un système de fichiers Minix 1.4MB ou ext2 ; elle est chargée
sur un disque virtuel (RAM disk) et utilisée comme système de fichiers racine.
10.3 Remplacer le noyau de la disquette de secours
S’il vous paraît nécessaire de remplacer le noyau qui se trouve sur la disquette de secours,
vous devez configurer votre nouveau noyau en incluant les options suivantes dans le nouveau
noyau, et non sous forme de modules :
–
–
–
–
–
Disque virtuel (RAM disk support) (CONFIG_BLK_DEV_RAM) ;
Disque virtuel de démarrage (initrd) (CONFIG_BLK_DEV_INITRD) ;
Exécutables ELF (CONFIG_BINFMT_ELF) ;
« Loop device » (CONFIG_BLK_DEV_LOOP) ;
Systèmes de fichiers FAT, Minix et ext2 (certaines architectures n’ont pas besoin de système
de fichiers FAT ou Minix — voyez les sources). Pour PowerPC, le système de fichiers Minix
n’est pas nécessaire, mais les systèmes HFS et ext2 le sont ;
Chapitre 10. Informations techniques sur les disquettes d’amorçage
92
– « Socket filtering » pour DHCP (CONFIG_FILTER) ;
– « Packet socket », aussi pour DHCP (CONFIG_PACKET) ;
– « Unix domain sockets » pour syslogging (CONFIG_UNIX).
Assurez-vous que le noyau choisi n’utilise pas l’option CONFIG_DEVFS. Elle n’est pas compatible avec le programme d’installation.
Récupérez un jeu des disquettes de démarrage, disquette racine, disquette de secours et disquette de pilotes. Vous avez besoin du paquet hfsutils.
Vous appellerez votre noyau quelque chose comme vmlinux, quand la compilation sera terminée. Vous devrez le compresser avec gzip -9.
Mettez à jour l’image disque boot-floppy-hfs.img pour le premier démarrage.
hmount boot-floppy-hfs.img
hcopy -r vmlinux.gz :zImage
humount
Mettez à jour la disquette de secours puisque l’installation se fait à partir d’elle. Montez l’image
de la disquette de secours,
mount -t auto -o loop rescue.bin /mnt
et, en supposant que vous utilisez le répertoire /mnt comme point de montage, copiez votre
nouveau noyau dans le fichier /mnt/linux.bin.
Pour être tout à fait complet, on peut compresser le System.map du nouveau noyau et le mettre
dans /mnt/sys_map.gz, et compresser .config et le placer dans /mnt/config.gz.
Vous pouvez maintenant démonter votre image disque et copier les disquettes. Vous passerez
sans doute à l’étape : « Installer le noyau et les modules des pilotes » en utilisant les disquettes
créées pour mettre le noyau personnalisé sur le disque dur.
Vous pourrez également remplacer le fichier modules.tgz sur la disquette de
pilotes. Ce fichier contient une image tar compressée par gzip des répertoires
/lib/modules/kernel-version ; Créez le nouveau fichier depuis le répertoire racine, afin
que tous les chemins de répertoires se retrouvent dans le fichier tar également.
93
Chapitre 11
Annexe
11.1 Plus d’informations
11.1.1
Plus d’informations
Une source d’information générale sur Linux est le projet de documentation Linux (http://
www.freenix.org/unix/linux/). Vous trouverez là les HOWTO et des liens vers d’autres
documentations utiles sur les différentes parties d’un système GNU/Linux.
11.2
Obtenir Debian GNU/Linux
11.2.1
Jeu de cédéroms officiels Debian GNU/Linux
Si vous voulez acheter un jeu de cédéroms d’installation de Debian GNU/Linux, jetez un oeil
à la page des revendeurs de cédéroms (http://www.debian.org/CD/vendors/). Vous y
trouverez une liste d’adresses de revendeurs de cédéroms. La liste est triée par pays ; vous ne
devriez donc pas avoir de problèmes pour trouver un vendeur proche de chez vous.
11.2.2
Miroirs Debian
Si vous vivez hors des États-Unis et si vous voulez télécharger des paquets Debian, vous pouvez également utiliser un des nombreux sites miroir qui se trouvent ailleurs. Une liste des pays
et des miroirs se trouve sur le site web des serveurs FTP Debian (http://www.debian.org/
distrib/ftplist).
11.2.3
Description des fichiers du système d’installation
Cette section contient une liste annotée des fichiers que vous trouverez dans le répertoire
disks-powerpc. Vous n’aurez pas forcément besoin de tous les charger ; tout dépend du
Chapitre 11. Annexe
94
support de démarrage et d’installation du système de base que vous avez choisi.
La plupart des fichiers sont des images de disquettes, c’est-à-dire un fichier unique que l’on
transfère vers une disquette pour en faire une disquette complète. Ces images, évidemment,
dépendent de la taille de la disquette cible. Par exemple, 1,44 Mo est la taille normale pour
les disquettes standards de 3,5 pouces. C’est la seule taille de disquette supportée par votre
architecture. Les images des disquettes 1,44 Mo se trouvent dans le répertoire images-1.44.
Si vous utilisez un navigateur web sur un ordinateur en réseau pour lire ce document, vous pouvez probablement récupérer les fichiers en sélectionnant leur nom dans
votre navigateur web. En fonction de votre navigateur, vous aurez peut-être à effectuer une manipulation spécifique pour télécharger directement un fichier en mode binaire. Par exemple, avec Netscape, vous devez maintenir la touche MAJ. (Shift) enfoncée quand vous cliquez sur l’adresse pour récupérer le fichier. Les fichiers peuvent être
téléchargés depuis les liens de ce document, vous pouvez aussi les récupérer depuis
le répertoire . . ./current (http://http.us.debian.org/debian/dists/woody/main/
disks-powerpc/current/), ou par ftp depuis ftp://ftp.debian.org/debian/
dists/woody/main/disks-powerpc/current/. Vous pouvez également utiliser le répertoire adéquat d’un des nombreux miroirs Debian (http://www.debian.org/distrib/
ftplist).
Fichiers pour le démarrage initial du système
Images de la disquette de secours : Ce sont les images de la disquette de secours (Rescue
Floppy). Celle-ci est utilisée pour l’installation initiale et, ensuite, en cas d’urgence, si, pour une
raison ou pour une autre, votre système ne s’amorce pas. Ainsi il est vivement recommandé de
créer cette disquette même si vous n’utilisez pas de disquettes pour l’installation du système.
– . . ./current/apus/images-1.44/rescue.bin
(http://http.us.debian.org/debian/
dists/woody/main/disks-powerpc/current/apus/images-1.44/rescue.bin)
– . . ./current/chrp/images-1.44/rescue.bin
(http://http.us.debian.org/debian/
dists/woody/main/disks-powerpc/current/chrp/images-1.44/rescue.bin)
– . . ./current/new-powermac/images-2.88/rescue.bin
(http://http.us.debian.
org/debian/dists/woody/main/disks-powerpc/current/new-powermac/
images-2.88/rescue.bin)
– . . ./current/powermac/images-1.44/rescue.bin
(http://http.us.debian.org/
debian/dists/woody/main/disks-powerpc/current/powermac/images-1.
44/rescue.bin)
– . . ./current/prep/images-1.44/rescue.bin
(http://http.us.debian.org/debian/
dists/woody/main/disks-powerpc/current/prep/images-1.44/rescue.bin)
Image(s) racine : Ce fichier contient une image du système de fichiers temporaire qui est
chargé en mémoire lorsque vous amorcez la disquette de secours. Il est utilisé pour les installations à partir d’un cédérom, d’un disque dur et de disquettes.
– . . ./current/apus/images-1.44/root.bin
(http://http.us.debian.org/debian/
dists/woody/main/disks-powerpc/current/apus/images-1.44/root.bin)
Chapitre 11. Annexe
95
– . . ./current/chrp/images-1.44/root.bin
(http://http.us.debian.org/debian/
dists/woody/main/disks-powerpc/current/chrp/images-1.44/root.bin)
– . . ./current/new-powermac/images-1.44/root.bin
(http://http.us.debian.
org/debian/dists/woody/main/disks-powerpc/current/new-powermac/
images-1.44/root.bin)
– . . ./current/powermac/images-1.44/root.bin (http://http.us.debian.org/debian/
dists/woody/main/disks-powerpc/current/powermac/images-1.44/root.
bin)
– . . ./current/prep/images-1.44/root.bin
(http://http.us.debian.org/debian/
dists/woody/main/disks-powerpc/current/prep/images-1.44/root.bin)
Images de démarrage TFTP : Images de démarrage utilisées pour démarrer par le réseau ;
consultez : ‘Préparer les fichiers pour amorcer depuis le réseau en TFTP.’ page 42. En général,
elles contiennent le noyau Linux et le système de fichiers racine root.bin.
– . . ./current/prep/images-1.44/boot.bin
(http://http.us.debian.org/debian/
dists/woody/main/disks-powerpc/current/prep/images-1.44/boot.bin)
Images de noyau Linux
C’est l’image du noyau Linux à utiliser pour l’installation à partir d’un disque dur. Vous n’en
avez pas besoin si vous utilisez des disquettes.
– . . ./current/apus/linux.bin (http://http.us.debian.org/debian/dists/woody/
main/disks-powerpc/current/apus/linux.bin)
– . . ./current/chrp/linux.bin (http://http.us.debian.org/debian/dists/woody/
main/disks-powerpc/current/chrp/linux.bin)
– . . ./current/new-powermac/linux.bin
(http://http.us.debian.org/debian/
dists/woody/main/disks-powerpc/current/new-powermac/linux.bin)
– . . ./current/powermac/linux.bin
(http://http.us.debian.org/debian/dists/
woody/main/disks-powerpc/current/powermac/linux.bin)
– . . ./current/prep/linux.bin (http://http.us.debian.org/debian/dists/woody/
main/disks-powerpc/current/prep/linux.bin)
Fichiers de pilotes
Ces fichiers contiennent les modules du noyau ou les pilotes, pour tous les types d’équipements qui ne sont pas nécessaires à l’amorçage initial du système. L’installation des pilotes
dont vous avez besoin se fait en deux étapes : d’abord vous identifiez l’archive de pilotes que
vous souhaitez utiliser, puis vous sélectionnez les pilotes que vous voulez.
Les disquettes de pilotes ne sont pas utilisées avant que le disque dur n’ait été repartitionné
et que le noyau ait été installé. Si vous avez besoin d’un pilote spécifique pour le démarrage
initial de la machine, pour votre sous-architecture ou pour pouvoir accéder au disque dur,
Chapitre 11. Annexe
96
choisissez un noyau qui inclut déjà le pilote nécessaire et passez-lui les paramètres corrects au
démarrage. Reportez-vous à : ‘Arguments des paramètres d’amorçage’ page 47.
Rappelez-vous que votre archive de pilotes doit être cohérente avec le choix de votre noyau
initial.
Images des disquettes de pilotes :
– . . ./current/apus/images-1.44/driver-1.bin (http://http.us.debian.org/debian/
dists/woody/main/disks-powerpc/current/apus/images-1.44/driver-1.
bin)
– . . ./current/chrp/images-1.44/driver-1.bin (http://http.us.debian.org/debian/
dists/woody/main/disks-powerpc/current/chrp/images-1.44/driver-1.
bin)
– . . ./current/chrp/images-1.44/driver-2.bin (http://http.us.debian.org/debian/
dists/woody/main/disks-powerpc/current/chrp/images-1.44/driver-2.
bin)
– . . ./current/new-powermac/images-1.44/driver-1.bin
(http://http.us.debian.
org/debian/dists/woody/main/disks-powerpc/current/new-powermac/
images-1.44/driver-1.bin)
– . . ./current/new-powermac/images-1.44/driver-2.bin
(http://http.us.debian.
org/debian/dists/woody/main/disks-powerpc/current/new-powermac/
images-1.44/driver-2.bin)
– . . ./current/new-powermac/images-1.44/driver-3.bin
(http://http.us.debian.
org/debian/dists/woody/main/disks-powerpc/current/new-powermac/
images-1.44/driver-3.bin)
– . . ./current/new-powermac/images-1.44/driver-4.bin
(http://http.us.debian.
org/debian/dists/woody/main/disks-powerpc/current/new-powermac/
images-1.44/driver-4.bin)
– . . ./current/new-powermac/images-1.44/driver-5.bin
(http://http.us.debian.
org/debian/dists/woody/main/disks-powerpc/current/new-powermac/
images-1.44/driver-5.bin)
– . . ./current/powermac/images-1.44/driver-1.bin
(http://http.us.debian.org/
debian/dists/woody/main/disks-powerpc/current/powermac/images-1.44/
driver-1.bin)
– . . ./current/powermac/images-1.44/driver-2.bin
(http://http.us.debian.org/
debian/dists/woody/main/disks-powerpc/current/powermac/images-1.44/
driver-2.bin)
– . . ./current/prep/images-1.44/driver-1.bin (http://http.us.debian.org/debian/
dists/woody/main/disks-powerpc/current/prep/images-1.44/driver-1.
bin)
Archive des disquettes de pilotes Si vous n’êtes pas restreint à l’emploi de disquettes, choisissez l’un de ces fichiers.
– . . ./current/apus/drivers.tgz
(http://http.us.debian.org/debian/dists/
woody/main/disks-powerpc/current/apus/drivers.tgz)
Chapitre 11. Annexe
97
– . . ./current/chrp/drivers.tgz (http://http.us.debian.org/debian/dists/woody/
main/disks-powerpc/current/chrp/drivers.tgz)
– . . ./current/new-powermac/drivers.tgz
(http://http.us.debian.org/debian/
dists/woody/main/disks-powerpc/current/new-powermac/drivers.tgz)
– . . ./current/powermac/drivers.tgz (http://http.us.debian.org/debian/dists/
woody/main/disks-powerpc/current/powermac/drivers.tgz)
– . . ./current/prep/drivers.tgz
(http://http.us.debian.org/debian/dists/
woody/main/disks-powerpc/current/prep/drivers.tgz)
Les fichiers d’installation du système de base de Debian
Ces fichiers ne sont nécessaires que pour les ordinateurs sans connexion à un réseau fonctionnel ou ceux qui n’en ont pas les ressources matérielles. Ils contiennent les programmes
nécessaires pour le système GNU/Linux le plus basique. La plupart du temps, le contenu de
ces fichiers peut être obtenu automatiquement par le programme d’installation à travers une
connexion réseau en état de marche.
Archive tar du système de base :
sissez ce fichier.
Si vous n’êtes pas restreint à l’emploi de disquettes, choi-
– . . ./base-images-current/basedebs.tar
(http://http.us.debian.org/debian/
dists/woody/main/disks-powerpc/base-images-current/basedebs.tar)
11.3
Périphériques Linux
Sous Linux, vous disposez de fichiers spéciaux dans /dev. Ces fichiers sont appelés fichiers de
périphériques (devices files). Dans le monde Unix, l’accès au matériel se fait de façon différente.
En effet, vous utilisez un fichier qui commande un pilote, qui à son tour accède au matériel. Le
fichier de périphérique est une interface au composant système. Les fichiers sous /dev se comportent différemment des fichiers ordinaires. Ci-dessous sont repris les fichiers périphériques
les plus importants.
fd0 1er lecteur de disquette
fd1 2e lecteur de disquette
hda Disque dur IDE ou cédérom sur le premier port IDE (maître)
hdb Disque dur IDE ou cédérom sur le premier port IDE (esclave)
hdc Disque dur IDE ou cédérom sur le second port IDE (maître)
hdd Disque dur IDE ou cédérom sur le second port IDE (esclave)
hda1 1re partition sur le premier disque dur IDE
hdd15 15e partition sur le quatrième disque dur IDE
Chapitre 11. Annexe
98
sda Disque SCSI avec l’identificateur SCSI le plus bas (par ex., 0)
sdb Disque SCSI avec l’identificateur suivant (par ex., 1)
sdc Disque SCSI avec l’identificateur suivant (par ex., 2)
sda1 1re partition du premier disque SCSI
sdd10 10e partition du quatrième disque SCSI
sr0 cédérom SCSI avec l’identificateur SCSI le plus bas
sr1 cédérom SCSI avec l’identificateur SCSI suivant
ttyS0 Port série 0 (COM1: sous DOS)
ttyS1 Port série 1 (COM2: sous DOS)
psaux port souris PS/2
gpmdata pseudo-périphérique, répétiteur du démon GPM de souris
cdrom Lien symbolique vers le lecteur de cédérom
mouse Lien symbolique vers le fichier de périphérique de la souris
null tout ce qui pointe vers ce fichier disparaît
zero fichier qui fabrique continuellement des zéros
11.3.1
Régler la souris
La souris peut être utilisée aussi bien dans une console Linux (avec gpm) qu’en environnement
X Window. Les deux modes sont compatibles entre eux si le répétiteur gpm est utilisé afin de
permettre au signal de suivre le parcours suivant :
souris => /dev/psaux => gpm => /dev/gpmdata => /dev/mouse => X
/dev/ttyS0
(répétiteur)
(lien symbolique)
/dev/ttyS1
Ajustez le protocole de répétition sur « raw » (dans /etc/gpm.conf) tandis que vous réglerez
X pour utiliser le protocole original de la souris dans /etc/X11/XF86Config ou /etc/X11
/XF86Config-4.
Cette approche qui préconise l’utilisation de gpm même sous X a des avantages, si par exemple
vous déconnectez la souris non intentionnellement. Il suffit de redémarrer gpm par
user@debian:# /etc/init.d/gpm restart
et la souris recommencera à fonctionner sous X sans qu’il y ait besoin de redémarrer le serveur.
Si gpm est désactivé ou n’est pas installé, assurez-vous que X est réglé de façon à
lire directement la souris à travers par exemple /dev/psaux. Pour plus de détails,
Chapitre 11. Annexe
99
reportez-vous au mini-Howto « Souris Série 3 Boutons » dans /usr/share/doc/LANG
/fr/HOWTO/mini/3-Button-Mouse.html (la version originale se trouve dans /usr
/share/doc/HOWTO/en-txt/mini/3-Button-Mouse.gz), man gpm, /usr/share/doc
/gpm/FAQ.gz, et README.mouse (http://www.xfree86.org/current/mouse.html).
Pour les PowerPC, dans /etc/X11/XF86Config ou /etc/X11/XF86Config-4, réglez le
périphérique de souris sur /dev/input/mice.
Les noyaux modernes vous offrent la possibilité d’émuler une souris 3 boutons quand votre
souris n’en a qu’un. Ajoutez simplement les lignes suivantes au fichier /etc/sysctl.conf :
# Émulation souris 3 boutons
# Activer l’émulation
/dev/mac_hid/mouse_button_emulation = 1
# Envoyer le signal de bouton du milieu avec la touche F11
/dev/mac_hid/mouse_button2_keycode = 87
# Envoyer le signal de bouton de droite avec la touche F12
/dev/mac_hid/mouse_button3_keycode = 88
# Pour des touches différentes, utilisez showkey pour en connaitre
# le code.
11.4
Ressources d’espace disque pour les tâches
L’installation de base de Woody sur votre ordinateur demandera 117 Mo. La quantité d’espace
pour tous les paquets de base est de 123 Mo avec un téléchargement de 38 Mo ; il est ainsi
nécessaire d’avoir au moins 278 Mo pour installer le système de base ainsi que les paquets
standard.
Le tableau suivant montre les tailles rapportées par aptitude (un programme très sympathique, soit dit en passant) pour les tâches affichées dans tasksel. Tous les paquets standard ont
été installés sur le système pour lequel ces chiffres sont rapportés. Remarquez que certaines
tâches ont des constituants redondants, et donc la taille totale affichée pour ces deux tâches
peut être moindre que le total obtenu en additionnant les deux tailles.
Tâche
environnement bureautique
système X Window
jeux
Debian Jr.
système connexion
système portable
applications scientifiques
Installé
taille (Mo)
345
78
49
340
28
3
110
Téléchargé
taille (Mo)
118
36
14
124
8
1
30
Espace requis
pour installer (Mo)
463
114
63
464
36
4
140
Chapitre 11. Annexe
100
C et C++
Python
Tcl/Tk
fortran
32
103
37
10
15
30
11
4
47
133
48
14
1
4
6
48
55
4
3
2
18
19
1
1
7
8
66
74
5
environnement TeX/LaTeX
171
64
235
environnement
environnement
environnement
environnement
environnement
environnement
environnement
environnement
environnement
environnement
80
166
29
60
31
110
178
58
12
15
29
68
13
18
9
53
72
27
6
4
109
234
42
78
40
163
250
85
18
19
serveur
serveur
serveur
serveur
serveur
serveur
11.5
de fichiers
de courriels
de news Usenet
d’impression
conventionnel Unix
web
chinois simplifié
chinois traditionnel
cyrillique
francisé
allemand
japonais
coréen
polonais
russe
espagnol
Effets des modes verbeux et silencieux
Les effets de l’argument verbose lors de l’amorçage de Woody sont :
–
–
–
–
–
Pour cédérom, autorise le choix d’un autre médium d’installation ;
Lors du montage des volumes, demande toujours quel est le point de montage ;
Prévient lorsque les noyaux précédents ne supportent les nouveaux systèmes de fichiers ;
Prévient lorsque le noyau pre-2.4.1 ne supporte pas ReiserFS 3.6 ;
Confirme le chemin des fichiers d’installation même en cas de chemin unique.
Les effets de l’argument quiet lors de l’amorçage de Woody sont :
–
–
–
–
–
–
–
–
–
Suppression de la demande de confirmation avant d’écrire sur le chargeur d’amorçage ;
Suppression de la demande de confirmation avant d’écraser le MBR ;
Suppression de l’« information importante au sujet du MBR » ;
Pas de proposition pour installer des modules additionnels depuis la disquette ;
Ne mentionne pas que le réamorçage des s390 n’est pas supporté ;
Suppression de la confirmation que l’interface détectée est une PCMCIA ;
Suppression du message du succès de la configuration de DHCP ;
Suppression du long message sur lilo et le support des grands disques ;
Suppression du long message sur PALO et le support des grands disques ;
Chapitre 11. Annexe
–
–
–
–
–
–
–
–
Suppression de la remarque sur le label des disques SGI de la part de Dvhtool ;
Ne parle pas de la quantité d’espace disque que requiert ReiserFS ;
N’explique pas ce qu’est Apple_Bootstrap ;
Monte la première partition initialisée sur / sans rien demander ;
Ne propose pas d’examiner les blocs défecteux ;
Ne demande rien avant d’initialiser la zone d’échange, XFS, ext2/3 et ReiserFS ;
Évite de persuader qu’une zone d’échange est nécessaire ;
Ne fait pas de sermon avant de réamorcer.
101
Chapitre 11. Annexe
102
103
Chapitre 12
Administrivia
12.1 À propos de ce document
Ce document est écrit en SGML, à l’aide de la DTD « DebianDoc ». Les formats de sortie sont
fabriqués par les programmes du paquet debiandoc-sgml.
Afin d’augmenter la facilité de maintien à jour de ce document, nous utilisons un certain
nombre de fonctionnalités SGML, telles qu’entités et sections marquées. Celles-ci jouent le
même rôle que les variables et les conditions dans les langages de programmation. La source
SGML de ce document contient des informations pour chaque architecture différente — les
sections marquées sont utilisées afin d’isoler certaines parties du texte qui sont spécifiques à
une architecture donnée.
12.2 Pour contribuer à ce document
Si vous avez des problèmes ou suggestions à propos de ce document, vous devez soumettre
un rapport de bogue concernant le paquet install-doc. Voyez le paquet bug ou le paquet reportbug ou lisez la documentation en ligne disponible dans le système de suivi des
bogues Debian (http://bugs.debian.org/). Ce serait bien si vous pouviez vérifier dans
les bogues ouverts à propos d’install-doc (http://bugs.debian.org/install-doc) que
votre problème n’a pas déjà été rapporté. Si c’est le cas, vous pouvez confirmer le bogue ou soumettre des informations complémentaires à l’adresse <XXXX@bugs.debian.org>, où XXXX
est le numéro du bogue en question.
Encore mieux, procurez-vous une copie des sources SGML de ce document et fabriquez une rustine. Les sources SGML sont disponibles avec les boot-floppies ;
essayez de trouver la version la plus récente dans la distribution unstable (ftp:
//ftp.debian.org/debian/dists/unstable/). Vous pouvez également consulter les sources via CVSweb (http://cvs.debian.org/boot-floppies/) ; pour des
informations sur la façon de se procurer les sources via CVS, voyez le README-CVS
(http://cvs.debian.org/cgi-bin/viewcvs.cgi/~checkout~/boot-floppies/
README-CVS?tag=HEAD%26content-type=text/plain).
Chapitre 12. Administrivia
104
Veuillez ne pas contacter les auteurs de ce document directement. Il existe une liste de diffusion
pour le paquet boot-floppies qui inclut les discussions à propos de ce manuel. L’adresse de
la liste de diffusion est <debian-boot@lists.debian.org>. Les instructions pour s’abonner sont disponibles à la page d’abonnement aux listes de diffusion Debian (http://www.
debian.org/MailingLists/subscribe) ; une copie de cette liste peut être consultée en
ligne dans les archives des listes de diffusion Debian (http://lists.debian.org/).
12.3
Contributions majeures
Beaucoup, beaucoup d’utilisateurs et de développeurs Debian ont participé à ce document.
Une mention particulière doit être attribuée à Michael Schmitz (pour le support m68k), Frank
Neumann (auteur à l’origine du guide d’installation de Debian sur Amiga (http://www.
informatik.uni-oldenburg.de/~amigo/debian_inst.html)), Arto Astala, Eric Delaunay/Ben Collins (informations sur les SPARC), Tapio Lehtonen et Stéphane Bortzmeyer
pour de nombreux ajouts et éditions.
Des informations extrêmement utiles pour la rédaction de ce guide ont été trouvées dans le
HOWTO démarrage réseau de Jim Mintha (pas d’URL disponible), la FAQ Debian (http:
//www.debian.org/doc/FAQ/), la FAQ Linux/m68k (http://www.linux-m68k.org/
faq/faq.html), la FAQ sur Linux pour processeurs SPARC (http://www.ultralinux.
org/faq.html), la FAQ Linux/Alpha (http://linux.iol.unh.edu/linux/alpha/
faq/), entre autres. Que les auteurs de ces sources d’informations riches et librement accessibles en soient remerciés.
12.4 Traduction française
Les personnes suivantes ont contribué à la traduction de ce document en français :
Guillaume Allègre <gallegre@april.org>
Denis Barbier <barbier@linuxfr.org>
Philippe Batailler <pbatailler@teaser.fr>
Éric Van Buggenhaut <Eric.VanBuggenhaut@AdValvas.be>
Éric Jullien <ejullien@tuxfamily.org>
Sébastien Kalt <ustilago@bigfoot.com>
Patrice Karatchentzeff <p.karatchentzeff@free.fr>
Pierre Machard <pmachard@tuxfamily.org>
Thomas Marteau <marteaut@tuxfamily.org>
Christophe Martin <cmartin@ipnl.in2p3.fr>
Les personnes suivantes ont contribué aux traductions des précédentes versions de ce document en français :
Chapitre 12. Administrivia
Laurent Jourden <jourde_l@cnam.fr>
Christophe Le Bars <clebars@debian.org>
Laurent Pelecq <pelecq@col.bsf.alcatel.fr>
Vincent Renardias <vincent@debian.org>
Olivier Tharan <olive@laria.u-picardie.fr>
12.5 Marques déposées
Les marques déposées citées dans ce document appartiennent à leur propriétaire respectif.
105