Test AP130 de Astrophysics

INSTRUMENTS
ET TECHNIQUES
Marc Khatchadourian
et Toni Heidemann
marc.katchadourian@orange.fr
http://astrosurf.com/heidemann/
Astrophysics 130 : Gran Turismo
...
44 - l’ASTRONOMIE – Mai 2009
A
strophysics renouvelle depuis maintenant 2 ans
sa gamme de réfracteurs. Les 4 modèles de
lunettes connus restant au catalogue sont remplacés par de nouvelles versions :
– la 155 Starfire EDFS F/d = 7 (crémaillère de 2,7’’) et
la 155 Starfire EDF F/d = 7 (crémaillère de 4 ‘’) ont été
remplacées par une 160mm à F/d = 7,5 avec crémaillère de 4 ‘’ ;
– un nouveau diamètre intermédiaire est également
disponible : la 140 F/d = 7,5 (crémaillère de 4 ‘’) ;
– la 130 Starfire EDF F/d = 6 est remplacée par la 130
Starfire EDF Gran Turismo F/d = 6,3 ;
– la Traveler 105 F/d = 6, quant à elle, n’a pour l’instant
pas de remplaçante.
Nous nous intéresserons dans ce test à la 130 Starfire
EDF Gran Turismo.
Ce nouveau modèle se démarque du précédent par :
– un nouveau Triplet super ED sans bain d’huile identique aux caractéristiques des 140 et 160 mm qui proposent une correction optimale grâce, notamment, à
l’utilisation de nouveaux traitements de surface ;
– une crémaillère de même dimension (2,7 pouces)
mais disposant des derniers raffinements devenus
aujourd’hui des standards. Démultiplication
Feather touch de rapport 9/1 et rotation sur
360° ;
– un nouveau pare-buée rétractable coulissant ;
– un nouveau tube démontable en 3 parties.
Toujours livrée dans sa mallette grise (un peu austère) mais très efficace contre les chocs (fig. 1), celleci est compartimentée en deux afin de séparer le
tube optique des 4 bouchons dont la fonction est
décrite plus loin. À la manière des emballages visant
à protéger du matériel High-tech, le matériau principal n’est autre que du bois (excellent absorbeur de
chocs) recouvert d’une protection de vinyle.
D’un poids de 6,8 kg, le tube est à la fois compact et
massif. La marque reste fidèle à la peinture granitée, à
la longueur conséquente du pare-buée extrêmement
efficace sur les modèles antérieurs. Bouchon d’objectif
en aluminium anodisé. Deux vis permettent le montage d’un chercheur (optionnel).
Pas de place pour les colliers ni un chercheur ; c’est
dommage car le tube ayant subi une cure
d’amaigrissement par rapport à l’ancienne version
(fig. 2) les deux colliers auraient aussi pu loger dans la
mallette. Pour ceux qui le souhaitent, ils peuvent
découper la mousse de façon à les insérer, sachant
que la mallette ne sera plus considérée comme
d’origine en cas de vente.
2. L’ancien et le nouveau modèle de la Starfire.
Caractéristiques
Correction colorimétrique
Moins de 0.006 % de variation au foyer
entre 706 nm et 430 nm.
Diamètre
130 mm.
Long .Focale
819 mm.
F/d
6,3.
Résolution théorique
0,87 seconde d’arc.
Coatings
Multi-couches, transmission supérieure à 97 %.
Grossissement
de 22 x à 500 x.
Blanc granité de Ø 119 mm, 155 mm pour le
pare buée, entièrement bafflé, démontable en 3
parties.
2.7" avec rotation sur 360°. mise au point,
FeatherTouch Micro 9 : 1, 112 mm de course.
Tube
Crémaillère
Longueur
698 mm avec pare buée rétracté
Poids avec pare buée
6,8 kg
1. La 130 Starfire EDF dans son étui.
Un petit clin d’œil pour les constructeurs qui, d’un point
de vue pratique et ergonomique, pourraient nous proposer 2 colliers montés sur une double platine ayant
une poignée sur le dessus (un peu comme le font
notamment Vixen, Takahashi, Kepler,… sur certains
modèles) avec la platine inférieure au standard de la
marque. À chacun de remplacer cette dernière par celle
qui se monte sur sa propre monture.
L’extraction du tube de la mallette, le montage sur une
monture et le rangement en seraient facilités.
Tube en trois parties
Outre-atlantique la généralisation des lunettes transportables par avion comme bagage accompagné s’est
considérablement développé ces dernières années.
Pour satisfaire l’astronome voyageur
les lunettes ont adopté des tubes de
plus en plus courts et des artifices
qui permettent de réduire encore
l’encombrement. Les tubes optiques
proposés sont démontables en plusieurs
parties (Concept utilisé par le fabricant
BORG qui pousse ce concept jusqu’à
proposer le tube central de même
diamètre modulable avec différents diamètres d’objectifs).
Mai 2009 – l’ASTRONOMIE - 45
3. Le tube optique en 3 parties.
5. La crémaillère.
Cette lunette suit ce standard avec un tube optique en 3
parties. La crémaillère (intérieur entièrement bafflé), le
tube central (également bafflé sur toute sa longueur) et
l’objectif muni de son pare-buée (fig. 3). Chaque composant possède des bouchons filetés en aluminium anodisé
noir le mettant à l’abri de toute intrusion malvenue.
Pour que l’alignement soit parfait, les usinages doivent
être concentriques les uns aux autres. Mécaniquement parlant, les tolérances doivent être très serrées et réalisées sur
les meilleurs moyens d’usinage CNC. Sur la figure 4 on peut
observer le principe retenu : le diamètre (1) permet de
faciliter le pré-centrage des deux parties. Les deux cônes
de faible pente (2) assurent l’alignement par contact
mutuel lorsque l’on serrera l’énorme écrou moleté (3).
Les techniciens ont même pensé aux réductions des frottements et au risque éventuel de grippage des deux cônes
(le premier sans revêtement et le deuxième anodisé donnent respectivement deux coefficients de frottements différents). Malgré ces précautions un film de graisse serait le
bienvenu.
Afin de vérifier si le fait de démonter et remonter le tube
allait permettre de garder un parfait alignement de
l’optique nous avons procédé à son démontage remontage. Toutes les photos de ce test ont été prises de cette
manière.
Crémaillère
Par rapport aux précédents modèles, le corps principal
coulissant ne contient plus de graisse. Bon point, on évite
que les particules poussiéreuses ne viennent s’y coller et
4. Le dispositif d’adaptation du tube sur la crémaillère.
on évite de mettre de la graisse sur tout ce que l’on peut
toucher par la suite. Prévu pour supporter des charges
très importantes, son diamètre de 2,7’’ assure une rigidité
exemplaire. En cherchant la petite bête, il lui manquerait
une règle graduée bien utile pour se souvenir de la position de la focalisation approchée surtout si l’on a, en plus
d’un boîtier APN, une caméra CCD.
La bague au coulant 50,8 mm qui est munie de 3 vis à
120° à tête large avec insert laiton permettra de serrer
fermement tous les accessoires,même les + lourds. Un
tube allonge de 80 mm (bafflé) est livré avec l’ensemble
ainsi qu’une bague 2’’.
NB : Cette crémaillère est utilisée par de grandes
marques telles que RCOS sur leurs Ritchley Chrétien.
Nouvelle mise au point démultipliée de rapport 9:1 du
fournisseur Feather touch (fig. 5) fabriquée pour
Astrophysics. Cet ensemble est esthétiquement et mécaniquement une réussite. Elle n’offre aucun jeu ce qui est
très utile lorsque l’on a dépassé la bonne mise au point
et qu’il faut revenir en arrière. Très bonne ergonomie
avec des molettes larges. La mise au point est rapide,
précise et une vis de serrage sur le côté l’immobilise. Sa
course est de 112 mm.
NB : Tous les modèles antérieurs dont nous avons parlé
au début de ce test peuvent recevoir ces nouvelles crémaillères
Tests sur le ciel
Les tests ont été effectués avec le correcteur (aplanisseur) 2,7” Astrophysics (fig. 6).
Ce correcteur, à la taille respectable, possède des lentilles
toutes traitées multi couches. Il est dédié spécifiquement
à cette nouvelle lunette mais s’applique également au
précédent modèle. Son coût est situé aux alentours des
850-900 €.
Avec le F/d de 6,3, cet accessoire est indispensable et corrige l’intégralité du champ. Sans ce correcteur vous obtenez des étoiles ponctuelles sur le format APS uniquement*.
Comme nous l’avions dit dans un autre test (lire
l’Astronomie d’octobre 2008), nous effectuons les tests des
instruments avec les correcteurs, ceci afin de s’affranchir
de la courbure de champ inévitable et d’autant plus
importante que l’optique est ‘’rapide’’, indépendamment
de la qualité et de la renommée des constructeurs (fig. 6).
* – Les photos sont visibles sur le site http://astrosurf.com/heidemann/
46 - l’ASTRONOMIE – Mai 2009
INSTRUMENTS
ET TECHNIQUES
Région du ciel photographiée : Auriga (Le cocher).
Matériel : Camera SBIG STL 11000M, 60 s pour chacune des
couches (L, R, G, B) avec 3 images sur (LGB) et 4 images sur R.
Objet : M38, Vérification du chromatisme du triplet dans les différentes longueurs d’onde.
6. Le correcteur (aplanisseur) 2,7” Astrophysics.
Côté crémaillère, la fixation s’effectue par le filetage standard de la marque (69 mm) avec la bague d’arrêt et de
réglage (4). Côté opposé, la fixation du matériel photo
est assurée par une bague crénelée épaulée (5) qui permet de recadrer angulairement. L’ensemble est parfaitement rigide et la nouvelle crémaillère supporte allègrement cette charge (pour notre montage, environ 2,5 kg).
Le seul souci que nous ayons rencontré se situe au niveau
de la rotation de l’ensemble complet (crémaillère, correcteur, CCD) assuré par la bague (6). Lors d’un recadrage le
desserrage de cette bague, par le jeu nécessaire qu’elle
dégage, arc-boute l’ensemble et il devient délicat de
maintenir le tout, de le tourner et de resserrer la bague,
d’autant plus que son resserrage assez énergique favorise
le déplacement du tube. L’alternative consiste à passer
par la bague (5) mais de toutes façons dès qu’il s’agit
d’immobiliser une rotation par un élément à visser ce n’est,
mécaniquement, pas la meilleure solution. Les colliers rotatifs dont le serrage-desserrage s’effectue par 1 où 2 freins,
offrant une rotation ‘’onctueuse’’ sans amener de contrainte
où d’effort radial, restent la meilleure solution.
L’objectif que nous nous étions fixé portait essentiellement
sur la correction du chromatisme. Concernant la valeur de la
FWHM (Full Width Half Maximum), respectable mais qui peut
paraître un peu élevée, elle était directement liée à la turbulence du moment pour la prise de la photo.
Celle-ci est inférieure lors de bonnes conditions météo, lors
d’une autre nuit nous avons obtenu entre 2,15 et 2,47 sur
NGC 2244 (voir plus loin).
Les valeurs du tableau ci-dessous correspondent à des
moyennes sur 3 clichés sur chacune des 3 couleurs.
Le travail accompli par les opticiens dans l’élaboration de ce
nouveau triplet confirme la réputation de la marque dans ce
domaine : la correction est d’un très haut niveau.
Pour les perfectionnistes qui visent à obtenir des photographies où la taille des étoiles est réduite au minimum, ils disposeront d’un outil répondant à leur attente (nul besoin de
refaire la focalisation sur une des couleurs).
FWHM
Pixels Taille pixel
capteur STL
Taille étoile
en microns
LUMINANCE (moyenne)
3.27
1.57
13.5
ROUGE (moyenne)
3.22
1.55
BLEU (moyenne)
3.57
1.72
15.48
VERT (moyenne)
3.34
1.61
14.5
9µ
13.95
Mode d’emploi en français : www.skyimaging.com/techniques/dsi.rdf ; Documentation : http://www.meade.fr/catalogues/PBLDSIFR0908MEADE.PDF ;
www.astronome.fr/produit-camera-meade-dsi-pro-iii-846.html
Mai 2009 – l’ASTRONOMIE - 47
IC 405 : 300 secondes pour les couches (R, G, B) x1, 10* 600s econdes
pour le Hα.
même avec le f/d de 6,3. Pour les amas ouverts, les amas
globulaires, les champs d’étoiles et les objets du ciel profond accessibles, le piqué vous comblera.
Afin de répondre aussi aux astronomes qui ne disposent pas
de capteur plein format, il peut leur sembler superflu de
constamment tester le matériel avec les capteurs onéreux.
En fait, l’ère numérique, qui propose des capteurs de taille
APS (taille d’environ15 x 22 mm) ou le 4/3 (13 x 17 mm),
tronque les véritables qualités du matériel astronomique.
L’argentique, qui était Le standard 24 x 36 même sur les boîtiers bas de gamme, était un test redoutable. La démocratisation des capteurs pleins format devrait logiquement de
nouveau revenir à ce standard.
Digne héritière des versions précédentes déjà excellentes
cette 130 se bonifie encore en apportant les dernières évolutions mécaniques qui manquaient : le pare-buée rétractable, les colliers en alu anodisé, une nouvelle crémaillère et
surtout l’évolution du triplet bain d’huile au profit de l’air
avec une transmission encore améliorée et un chromatisme
absent. Le barillet est réglable comme sur toutes les
lunettes de la gamme. L’aplanisseur de champ est manifestement une très belle pièce optique qui remplit parfaitement son rôle en donnant de superbes images.
Cette photo a été prise lors d’une deuxième nuit dégagée
mais la lune gênante nous a contraint de limiter les poses
RGB + Luminance.
La FWHM est très bonne (valeur entre 2,15 et 2,47, qui,
converties en micron donnent une taille d’étoile de11 µ !)
pour une longueur focale de 890 mm .La longueur focale
initiale de 819 mm est en fait majorée par l’ajout du correcteur. Le nouveau rapport F/d passe de 6,3 à 6,85. Ceci permet, malgré tout, de cadrer plein champ la cible sur le capteur 24 x 36.
Nous en profitons pour vous montrer visuellement les
résultats sur la figure 10. On ne peut que confirmer
l’excellente qualité de cette lunette.
Pas de doute, Astrophysics perpétue la tradition en proposant de nouveaux triplets avec la qualité légendaire que
l’on connaissait sur les modèles précédents.
7. Schéma donné sous CCD Inspector : Collimation impeccable.
Rappel : Le tube avait été démonté et remonté avant les prises de
vues. La rotondité des étoiles (nommée curvature) est également
excellente avec des valeurs de 7,5 %.
Conclusions
Lors de ce test essentiellement centré sur les résultats photographiques certains se sentiront frustrés de ne pas trouver de notions visuelles.
Pour être un habitué de ces lunettes, je puis leur assurer
que, pour l’observation visuelle, ce diamètre conséquent
offre un vaste champ d’investigation.
Pour le planétaire la correction et la luminosité permettent
des visions extraordinaires. Les planètes sont tranchées, très
définies et donnent l’impression de relief. N’hésitez pas à
utiliser une binoculaire et n’hésitez pas à grossir l’image
48 - l’ASTRONOMIE – Mai 2009
8. Très peu de Vignettage : < à 13% pour le format 24 x 26 qui
disparaîtra lors du traitement.
INSTRUMENTS
ET TECHNIQUES
Région du ciel photographiée : Monoceros (La Licorne).
Objet : NGC 2244 (Rosette). Matériel : Caméra SBIG STL 11000M
(600 secondes pour les couches L, R,G, B et 1200 secondes pour le Hα).
tantes du cours du dollar ont une influence sur le prix de
façon non négligeable. 2008 était une année propice
aux achats de matériel US et japonais (jusqu’à –12 %).
Au moment de la rédaction de ce test le prix, qui est de
6 800 € auquel il faut ajouter 270 € pour les colliers,
850 € pour le correcteur plus un éventuel chercheur,
représente un budget sensiblement équivalent aux
autres marques réputées. ■
Remerciements au Magasin LE TELESCOPE pour le prêt du matériel.
9.
Des bagues spécialement adaptées aux boîtiers numériques sont
disponibles au catalogue. Il existe également un réducteur 0,75 x
(prix env. 380 €) qui ramène le F/d à 4,7 (manque de temps matériel pour le tester ici). On dispose alors d’un tube polyvalent
ayant une focale de 611 à 890 mm. Sur le plan des accessoires,
Astrophysics possède une gamme extrêmement fournie (dont
de très bons chercheurs 8 x 50 réticulés éclairés) qui permettent
de faire évoluer les versions antérieures. Le fait que le tube soit
démontable reste une alternative intéressante pour le baroudeur
d’autant qu’il ne dégrade pas la qualité d’image.
L’autre avantage réside dans le fait que le nettoyage du Triplet
coté intérieur est grandement facilitée. Les fluctuations impor-
– Qualité optique sans concessions
(chromatisme, planéité).
– Aplanisseur de champ parfaitement
adapté pour le 24x36.
– Qualité mécanique générale
(Tous les accessoires sont en aluminium
anodisé).
– Crémaillère excellente.
– Tube bafflé ainsi que tous les éléments
entrant dans le trajet lumineux.
– Finition très soignée.
– Polyvalence.
+
–
– Colliers vendus séparément
– Rotation du porte-oculaire perfectible
Mai 2009 – l’ASTRONOMIE - 49