30 décembre 1932 - Presse régionale

ESS
L'EX
ABONNEMENTS
41 e ANNEE - N 3 14.539
F™*. .« CoUie.
« IUU t> Km t 11
22b 43(, 821*
j pkio uribotul 60 fr 100tr200fr
Un Hommage
au
célèbre
peiL
V *»ea*
et les
Idées
/
;
•
|
l
i
/
7
Le cabinet Paul-Boncour débute mal.
Avant hier, il réclamait à la Chambre
l'autorisation d'émettre cinq milliards de
bons du Trésor Ajuourd'hui, il réclame
la permission de verser à l'Autriche 350
millions de francs, en conformité avec
l'article 11 du fameux protocole de Lausanne. Ce n'est vraiment pas de chance !
Avant d'aller plus loin, il convient de
considérer le réjouissant paradoxe qu'offre
au pays cette Chambre cartellisle. Pendant
la dernière campagne électorale, on sait
avec quelle âpreté les candidats radicaux et
socialistes ont critiqué les emprunts consentis par le cabinet Tardieu à des nations
amies comme la Pologne, la Roumanie ou
la Tchécoslovaquie. Six mois plus tard, ces
admirables défenseurs de l'épargne française sollicitent l'octroi d'un beau crédit
de 350 millions à un pays qui ne compte
pas spécialement parmi nos meilleurs
amis ; c'est-à-dire qu'ils continuent — en
plus mal naturellement.— la politique
dont ils ne voulaient plus.
Reste à savoir si c'est très malin et
fort opportun. La question peut évidemment se discuter puisqu'au sein même du
groupe radical-socialiste les avis sont très
partagés. Mais il convient de faire quel- j
ques remarques.
Est-il très opportun, tout d'abord, de
verser une si grosse somme dans un panier
à demi percé, alors que notre propre
budget est en déficit de 17 milliards et
que nous refusons de payer les Américains
en leur disant que nous ne le pouvons pas ?
Est-il très opportun, en second lieu, de
verser 350 millions d'argent frais, alors
qu'il apparaît nettement que l'Allemagne
et l'Angleterre, inscrits par l'acccid de
Lausanne pour une somme égale, paraissent disposés partout à sauver simplement
leurs crédits « gelés » ?
Enfin, les garanties sont.elles si fortes
que nous puissions investir de nouveau
des crédits en Autriche ? Il convient de
rappeler ici que l'Autriche ne peut plus
assurer le service de l'emprunt qui lui a
été imprudemment consenti en 1922 et
que de toute manière cette carence nous
obligera à intervenir puisque nous l'avons
garanti. Mais rien ne nous dit que cette
nouvelle avance nous dispensera de garantir le service du dit emprunt ! Et le refus
du gouvernement tchécoslovaque de s'abstenir en cette affaire est un élément d'apprédation qu'on ne saurait négliger, puisque nos amis tchèques sont les premiers
Intéressés au relèvement économique de
l'Autriche,
25, Rue Roquelaine, TOULOUSE - Téléphone 2-12, Chèque Postal 4.936
SOm REÇUES, A >'Agence HAVA& ?À
^iwce-^mî/we. * ft»«»ue,
# ^«ce HAVAS, 62t me Kichemu, à Paris. Dans toute» ses Sucamates^ct^u, nos Correspondants^
e 4 mars prochain
Vers un pacte de non-agression
russo-japonais
Tokio, 29 décembre.
M. Saito, président du conseil japonais a annoncé que dans l'intérêt de
la paix en Extrême-Orient, le Japon
avait l'intention de conclure un pacte
de non-agression avec la Russie soviétiaue.
« Mais, a-t-il ajouté, aucune négociation n'est encore entamée. La Chine désire un rapprochement avec l'U.
R. S. S., mais elle est effrayée par le
péril rouge qui menace les vastes
provinces du Kan Su et de Szechuouan.
Si le Japon conclut un pacte de
non-agression, a ajouté le prés'lent
du conseil, il exigera, qu'une clause
interdisant toute propagande communiste soit insérée dans le traité. »
M. Saito a terminé en déclarant
qu'un tel pacte devait, au préalable,
faire l'objet d'une étude très approfondie.
Le Conflit
Sino- Japonais
Dans la Diplomatie |
Au Maroc Espagnol
Tokio, 29 décembre.
Une entente asiatique en face de l'Europe tel serait l'objectif que se sont
assignés M Litvinoff, commissaire des
Affaires étrangères du gouvernement
des Soviets et se" collègues.
Lorsque le gouvernement des Soviets
renoua les relations diplomatiques r.vec
la Chine, cette initiative fut interprétée
comme une mesure d'hostilité à l'adresse de la politique japonaise en Mandchourie
M Litvinoff estimant que tes décisions prises à Genève causent aussi
peu de satisfaction au Japon qu'à la
Chine, se propose de substituer à la médiation avortée de la S.D.N. celle de la
Russie soviétique.
.
Ce projet accompli, M. Litvinoff chercherait ensuite à réaliser une triple entente entre la Russie la Chine et le
Japon. Ce bloc asiatique tendrait à résister à 1' « impérialisme européen et
américain » comme l'on dit à Moscou.
Mais qu'en pensent les Japonais 7 II
semblerait que devant les rêves des
diplomates rouges, le s Japonais ne réagissent pas comme on aurait pu s y M. MOLE-, gouverneur civil de Bar
attendre si l'on en juge par les récen- oelone, qui serait nommé haut-comtes déclarations du président du Conmissaire au Maroc Espagne!.
seil japonais.
iPhoto wide worid).
Rien à faire avec les. Etats-Unis,
jusqu'au A mars, date de Ventrée en
charge de M. Roosevelt. Il aura fallu, pour en arriver à reconnaître cet
état de fait, de vains essais de renouer avec M. Hoover la conversation sur les dettes de guerre par l'intermédiaire de M. Walter Edge,
D'ailleurs, selon l'usage, U est probable que le titulaire de l'ambassade
des Etats-Unis à Paris, nommé pat
l'administration républicaine^ sera
changé par l'administration démocrate. C'est pour nous l'occasion de
dire que', dans des circonstances qui
rendaient, sa . mission particulièrement délicate, M. Walter Edge a toujours montré la plus parfaite courtoisie.
Quant au gouvernement français,
il n'a plus qu'à s'abstenir de négociations sans objet, puisque la partie avec laquelle il traiterait est dépourvue de pouvoirs. La querelle de
j£ Hoover et de M. Roosevelt dicte
notre conduite. Tout ce qui serait
dit à M. Hoover retarderait et tout
ce qui serait dit à 'M. Roosevelt serait prématuré. L'un ne peut plus
rien faire. L'autre ne peut rien faire
encore. A bavarder, nous compromettrions notre situation qui est très
bonne, car c'est à nous que l'an a à
demander quelque chose.
M. SUmson, en réponse aux ouvertures, inconsidérées qui sont venues de Paris, fait savoir qu'avant
tout la France doit acquitter l'échéance du 15 décembre. C'est le chant du
cygne de l'administration Hoover.
Le secrétaire d'Etat, avant de s'en
aller, veut pouvoir dire qu'il a maintenu jusqu'au bout la créance des
Etats-Unis. Mais c'est encore une
preuve que la conversation est totalefnent inutile. Le vote de la Chambre française a ce sens : « Commencez par reconnaître la liaison des réparations et des dettes. » M. Stimson répond : « Payez d'abord. »
Alors, il n'y a qu'à raccrocher le récepteur.
'
M. Roosevelt n'attendra pas le
4 mars pour étudier le problème. On
On comprend d'ailleurs ce refus. Poli- dit qu'il feuillette le dossier avec M.
tiquement et économiquement, il n'y a pas Owen 7X Young. Il parait impossible
«n pays où l'on trouve plus d'incertitude que M. Young ait oublié que son
flu 'en Autriche.
plan établissait une corrélation étroiPolitiquement, si l'on veut mesurer la te entre les versements de V Allemabonne volonté de l'Autriche, il faut
rappeler
ce
fait
que
le
conseil gne aux alliés européens et les vernational n'a voté, le 23 août, le protocole sements de ceux-ci aux Etats-Unis.
de Lausanne — qui devait relever le pays Que M. Roosevelt entends, aussi des.
— qu'à une voix de majorité, tandis que survivants du personnel démocrate
le conseil fédéral le rejetait, ce qui néces- qui entourait le président Wilson.
sita un second vote du conseil national.
Il; l'édifieront. Par exemple, M e BaQuant à la situation économique, elle est ruch pourra lui lire les passages de.
dominée par le fait particulièrement élo- son livre où il rapporte comptent, à
quent de l'emprise socialiste. Depuis la
guerre, l'Autriche, ruinée et mutilée, a Versailles, la délégation américaine
pratiqué une politique somptueuse de conçut des réparations « élastiques »
retraites et de grand urbanisme, sans se "t non rigides, afin que l'Allemagne,
préoccuper de savoir si elle en avait les en fût soulagée un jour.
moyens. On a appliqué aux employés
Nous voyons repara e une autre
l'usage des « quatorze mois », qui con êminence grise du président Wilson.
siste, pour l'employeur à payer et pour
l'employé à recevoir quatorze mois de trai Le colonel House comprend que, toutement pour onze mois de présence. On a te question de justice et d'équité
revisé les lois sociales de telle manière mise à part, la France, l'Angleterre,
qu'au bout de dix ans de travail un etc., ne peuvent payer le: Etatsouvrier peut toucher une retraite de mille Unis. Les débiteurs doivent avoir la
francs français et que les suppressions faculté de s'acquitter en marchandid'emploi sont devenues pratiquement im- ses et en « services », dit le colonel
possibles.
House. En marchandises ï Les tarifs
Vienne s'est offert d'opulentes cités oudouaniers
les proscrivent. La prohivrières, des palaces sociaux, les fameuses
Wohnhausanlage, qui n 'ont pas coûté bition, qui subsiste, ne nous, permet
moins de 2 milliards, et qui sont mu- pas de payer en vins. Restent les
nies de tout le confort et de tous les « services ». Nous libérerons-nous en
perfectionnements. Et pour arriver à ce billets d'entrée aux Folies-Bergère
beau résultat, on a ruiné la bourgeoisie, pour les touristes américains ?
en lui imposant le fameux « impôt des
Jacques BAINVILLE.
loyers », qui lui prenait plus de 98 % de
ses revenus, tout simplement !
Aujourd'hui,
et tout naturellement,
• Autriche est sans le sou. Les capitaux
détruits ou investis en travaux improducLa Crîsejîufgare
tifs ne se retrouvent plus. A qui la faute
si la cigale se trouve ainsi dépourvue du
nécessaire?
M. MOUCH ANOFF
Et sommes-nous obligés de payer les
FORME LE NOUVEAU CABINET
fautes du socialisme autrichien et de payer
les I arsesses folles du peuple le plus obéré
Sofia, 29 décembre.
de l'Euro pe parce qu'il a voulu jouer au
A l'issue des consultations, le roi a
confié
au
président
du Conseil démisgrand seigneur ?
sionnaire, M. Mouchanoff, la mission
Roger PARANT.
de former le nouveau cabinet.:
L'indigent grand seigneur
*
LA POUTIQUEJÉTRANGSRE
Faits Rien à faire avant
L'Emprunt Autrichien
t
^ A WONŒS
1 Un bloc asiatique
en faee da l'Europe
K. ..^EMMNT dépose une -*rbe au pied du monument Watteau, au
Luxembourg, m On reconnaît à droite : MM. LE SiDANER et SICARD.
[Cliché Record.)
Les
DIRECTION
Au Jouxte Jour
LES BOMBES DE LA LIBERTÉ
M. Cassagneau, préfet des Landes, vient
d'être nommé préfet du Tarn.
Il doit cette faveur a son goût très vif
pour les radicaux-socialistes socialisants.
Successivement sous-préfet de Dax puis
préfet des Landes, M. Cassagneau s'est
distingué par un attachement éhonté pour
le trio cartelliste qui, dans ce département,
exerce sur tous les services publics la plus
odieuse des pressions.
Aux dernières élections sénatoriales,
croyant jouer sur le velours^ M. Cassagneau alla même jusqu'à accompagner M.
Léo Bouyssou, candidat au Luxembourg,
dans ses tournées électorales. L'affaire fit
du bruit, malgré les démentis du député et
du préfet. Seule la défaite des poulains de
ce curieux administrateur départemental
arrêta des suites possibles.
Depuis, la situation du petit tyranneau
n'était plus brillante, car ses qualités se
résumaient en la crainte qu'il inspirait. Son
crédit fuyait tout comme ses pressions,
et ses manœuvres restaient sans effet.
Paris vient de le sauver.
Si Albi ignore encore de quel personnage
il hérite, voici qui le fixera :
« Le maire de Dax, sénateur des Landes, pense être agréable à la population
dacquoise en lui apprenant que M. le ministre de l'Intérieur vient de nommer un
nouveau préfet à la tête de l'administration des Landes.
« C'est en l'honneur de cette nomination
que des bombes ont été tirées, pour expri.
mer la joie des Dacquois, animés par
l'esprit d'indépendance et de liberté.
« Une distribution de pain et de viande
sera faite, à cette occasion, par le Bureau
de Bienfaisance, le samedi 31 décembre. »
Le document est officiel. Il vaut de
longs discours.
Autrefois, M. Cassagneau aurait été
chassé ; aujourd'hui on lui donne de
l'avancement.
Effet des temps. N'en voulons tout de
même pas trop à cet étrange préfet, puisque son départ est la cause d'une bonne
action — sa première peut-être : grâce à lui
des pauvres auront du pain ! — C. F.
M. DE JOUVENEL
AMBASSADEUR DE FRANCE A ROME
Paris, 29 décembre
Sur la proposition de M. PaulBoncour, le conseil de cabinet a décidé
de demander au gouvernement italien
son agrément pour la nomination de
M Henry de Jouvenel, sénateur dé la
Corrèze ancien ministre, en qualité
d'ambassadeur à. Rome, en mission extraordinaire de six mois, conformément
à la loi sur les incompatibilités parlementaires.
La nomination de M. de Jouvenel a
Rome n'est pas le point de départ du
mouvement diplomatique actuellement
en préparation au Quai d'Orsay.
L'ancien haut-commissaire en Syrie
étant parlementaire, ce ne sont pas les
règles habituelles qui régissent des nominations de ce genre. Toutefois, nous
croyons savoir que ledit -louvement
sortira sous peu sans doute à l'issue
de l'un des conseils de minisires qur le
gouvernement tiendra pendant la « trêve des confiseurs ».
Depuis quelque temps, des informations ont été publiées à ce sujet mais
il paraît qu'elles étaient prématurées.
Cependant, on chuchote que les futures nominations dans notre haut personnel diplomatique affecteraient les
ambassades d'Angleterre, de Pologne et
peut-être des Etats-Unis.
D'autre part, des décisions seraient
prises eii ce qui concerne la résidence
générale de Tunisie et le gouvernement
à*. l'Algérie.
Nous pouvons ajouter à ces bruits
que M Lucien Saint, devenu sénateur
au mois d'octobre dernier, sera maintenu dans les hautes fonctions qu'il occupe au Maroc.
M. VON PAPEN
AMBASSADEUR D'ALLEMAGNE
A PARIS
Berlin, 29 décembre.
Suivant la Gazette de Voss, on aurait
l'intention dans les milieux gouvernementaux de Berlin, de remplacer, dans
un avenir assez proche, l'actuel ambassadeur d'Allemagne à Paris, M Von
Koester, par l'ancien chancelier Von
Papen.
M. Koester serait nommé ambassadeur à New-York.
A TOUS LES COLONIAUX
L'Union nationale des anciens combattants coloniaux, présidée par les généraux
Marchand et de Trentinian, le médecin
général inspecteur Emily, le gouverneur
des colonies Bobichon et le lieutenantcolonel Ferrandi, conseiller municipal de
Paris et conseiller général de la Seine,
avise tous les coloniaux ayant combattu
aux colonies et durant la guerre 1914-18
dans une unité coloniale, ainsi que les
combattants des T. O. Ë. de toutes arM. YEN, chef de la délégation chi- mées, qu'elle n'a qu'un siège social,
noise à Genève, vu par le caricatu- Paris, 9, rue Castex <IV«), et que c'est à
riste Red.
M. YEN est nommé cette adresse qu'ils doivent se faire con
ambassadeur à Moscou.
naître pour l'examen et la défense de leurs
(Photo WiHe World.)
droits.
« Mêhariste hors pair. Officier modèle en qui revivaient l'héritage d'un
grand nom et la tradition des méharistes de l'époque héroïque. Est tombé glorieusement à la tête de ses gardes, le 18 août 1932, à Mountounssi
(Mauritanie), au cours d'un combat
ach mé avec un ennemi supérieur
en nombre. »
Telle est la page héroïque dont
vient de s'enrichir le palmarès de
nos officiers méharistes.
L'histoire parle peu des méharistes, ces éternels nomades qui montent la garde du désert, dans des zones imprécises que le public serait
bien en peine de situer. Ils sont au
Sahara, depuis l'Atlantique jusqu'au
Tchad, dans le désert de Syrie aussi,
dans ces régions limitées où peut
vivre le « méhari », le pur-sang des
chameaux, ce prodigieux eoursier
qui leur sert de monture.
Une unité mêhariste — peloton ou
groupe mobile — est constituée par
des tirailleurs réguliers, en général
de Sénégalais, auxquels sont ad
jci
» es éléments auxiliaires re
crutés parmi les races nomades du
désert. Ce sxmt des offViers des troupes colonu.les qui les encadrent
Vivant parmi les nomades - M au-
VENDREDI 30 DECEMBRE 1932
GRAND DEBAT A LA CH JBRE
LA DISCUSSION SUR LE PROJET
D EMPRUNT AUTRICHIEN
Paris, 29 décembre.
SEANCE DU MATIN
Cette journée, assurément humiliante
pour le gouvernement, niais non mortelle, puisque à seule fin de vivre
quelques jours il préférera donner la
mesure de son impuissance en ne jetant
pas la question de confiance dans la
balance, commence sous la présidence
de M. Fernand Bouisson, devant des
travées décemment garnies.
MM. Chéron et Paul-Boncour sont au
banc du gouverneinnet. Après avoir
validé l'élection de M. Brocard, député
de Grenoble, la Chambre aborde la
discussion de l'emprunt autrichien..
M. MARIN
POSE LA QUESTION PREALABLE
M. Louis Marin pose aussitôt la
question préalable.
M. Louis Marin. — Il s'agit de donner la garantie de l'Etat 5 Un emprunt
autrichien, alors que les coupons des
précédents emprunts sont moratoriéf i
Qui oserait donner à un citoyen frar çais le conseil de souscrire à cette opération ? Et alors que la rente française
4 \ baisse à la Bourse, pense-t-on émettre cet emprunt autrichien a un taux
supérieur ? Ce serait monstrueux. Cette
année une dizaine de milliards d'emprunts français seront nécessaires. Estil donc possible de donner la garan'ie
de l'Etat à un emprunt étranger ? On
objecte que les coupons des porteurs
français de l'emprunt précédent ne seront pas payés si cette garantie n'est
pas accordée. Mais a-t-on l'assurance
qu'ils le seront dans le cas contraire? »
Puis M. Marin souligne qu'il serait
monstrueux de favoriser l'emprunt d'un
ex-ennemi alors que la France vient de
refuser de payer un pays allié, les
Etats-Unis.
Il souligne également que cette opération ne profiterait qu'aux banques et
que ces 100 millions de schillings serviront d'abord à rembourser un prêt
consenti l'an dernier par l'Angleterre
à l'Autriche. Enfin, il brosse un pittoresque tableau de la chasse éperdue au
rapporteur, que nous avons précédemment relatée.
M. Marin. — Le projet de 350 millions
ne permettra pas à l'Autriche de sortir
de la crise financière qui l 'agite à
l'heure actuelle, puisque pour la plus
grande part ils serviront à dégeler les
crédits et que seuls des étrangers, et
même des gouvernements étrangers, en
profiteront.
Pouvons-nous au moins avoir l 'espérance d'être payés en marchandises
malgré nos sacrifices au point de vue
douanier ? Il suffit de lire les rapports
financiers de la S. D. N. pour être
persuadés du contraire.
D'ailleurs, tous les emprunts émis
sous l'égide de la S.D.N. sont moratoriés. On prétend que nous allons favoriser l'Anschluss ? Les, promesses de
l 'Autriche à cet égard sont illusoires,
car le conseil national d'Autriche n'a
approuvé le projet actuel qu'à une voix
de majorité ».
Ein terminant, M. Marin fait justice
des autres objections : union de l'Italie avec les pays de l'Europe centrale,
rupture probable du front de Lausanne,
accords de- Strcsa. et il conclut, très vigoureusement applaudi par la droite,
que. vis-à-vis des contribuables français, la Chambre ne peut prendre une
telle responsabilité et que, même vis-àvis de l'Autriche, ce serait une mauvaise opération, car elle ne ferait qu'aggraver sa situation.
M, Schumann. — Je demande à la
Chambre de ne pas voter la question
préalable, car. les adversaires et les
partisans du projet doivent pouvoir
faire connaître leur opinion sur cette
grave question qui met en. jeu toute notre politique en Europe centrale », (Vifs
applaudissements.")
Devant cet argument, M. Marin retire
M. Alfred MINTUS, de Berlin, avec
sa demande de question préalable et M.
son nouvel appareil de radio portatif, Lamoureux,
rapporteur malgré soi, incomposé d'une canne à laquelle sont vite la Chambre hâtivement et sans auréunis deux écouteurs, ce c,ui lui per- cune conviction à voter la ratification
met d'entendre les postes émetteurs de l'accord.
Puis M. Viennot, rapporteur pour
en piquant l'extrémité de sa canne avis, de la commission des affaires
en terre.
étrangères, s'applique laborieusement
à réfuter les arguments de M. Marin.
Le communiste Péri, fervent partisan
de l'Anschluss, déclare que son parti ne
votera pas un projet qui s'oppose à
l'union de l 'Autriche et die l'Allemagne,
et M. P.-E. Flandin monte à la tribune.
Un poste de T. S. F.
dans une canne
Voilà donc la véritable origine des
besoins da l'Etat auiriciiien (Très uieu i
très bien 1).
En réalité, on demande au Parlement
de sanctionner une opération de rentiouement d'une banque étrangère
M. Nogaro,
— Vous êtes orfèvre,
monsieur Flandin.
M. P.-E. Flandin. — Je rappellerai
simplement à M Nogaro que le gouvernement de M. Laval, dont je fa s
partie, s'est refusé, en juin, à se prêter
a l'opération d'emprunt qui était proposée à ce moment à 1 la France.
J'ajoute que depuis cette position a
été modifiée et je ne sais si cette situation de détail a été exposée à mes
successeurs.
M. Herriot, en proie à une vive irritation. — On vous le dira !
M. P.-E. Fiandin. —Je reconnais que
l'opération n'est pas ouvertement présentée comme je l'indique. Mais da
l'analyse même <iu protocole, il résulte
très nettement, à mon avis, que l'emprunt doit servir & alléger la situation
débitrice du Crédit Anstalt. L'Autriche,
telle qu'elle vit à l'heure actuelle, n'est
pas viable. Sa dette extérieure se
monte à 270 milions de schillings par
an • pour un pays de sept millions
d'habitants sans industrie c'est une
charge formidable.
Et n'a-t-on pas le sentiment qu'en
augmentant chaque jour sa dette on
aggrave sa situation ? Est-ce là faire
œuvre de solidarité internationale que
de consentir cet emprunt ? Est-ce cela
que l'Autriche attend ? Non. En réalité
on ne peut restaurer isolément chaque
puissance de l'Europe Centrale sans
toucher à la formule politique du traité de paix. Il faut, à mon avis, aménager une formule économique qui put
permettre de restaurer ces puissances. »
P-is, M. Flandin s'attache à réfuter les arguments politioues qui militent en faveur du projet ; il réédita
en grande partie le discours de M,
Marin.
M. P.-E. Flandin. — Enfin, c . a dit t
L'Autrichj est en état de moratoire ;
sans afflux nouveau, elle na pourra
payer les arrérages de l'emprunt de
1922 que ii France a garanti. Mais
ignore-t -on que la France a un recours 7 Ignore-t-on que nous avons
reçu en gage les douanes et ]P? tabacs de l'Autriche î Qui nous prnpêchera de nous en saisir et de trouver)
là une faculté de transfert 9
M. Nogaro. — Vous le feriez, vous î,
M. P.-E. Flandin. — Pourquoi pas î
Pourquoi la France est-elle tenue de;
faire honneur à sa signature et pour-i
quoi ne peut-elle pas user de ses gages, lorsqu'on ne fait pas honneur &
la signature donnée î (Vifs applaudissements au centre et à droit3.)
J'ai relu les débats sur l'emprunt
tchécoslovaque. M. Léon Meyer, menu
bre du gouvernement actuel, combattait, au nom du parti rs lical, l'opération projetée. Comme lui, je dirai
qu'avec de l'argent français, on renfloue une banque étrangère au bénéfice de la finance internationale. »
M. Léon Meyer
proteste dans le*
bruit, mais M. Flandin le calme aussitôt en déclarant qu'il pourrait parler du renflouement de la Compagnie;
Transatlantique.
M. Flandin achève son discours efl
se refusant 4 s'associer à un acte quî
comporte les pires dangers pour demain et les pires déceptions.
La péroraison de l'orateur est accueillie par de chaleureux applaudissements au centre et à droite et la!
suite de la discussion est renvoyée à
cet après-midi.
PROJETS DIVERS
La Chambre adopte divers projets ef
propositions de loi. Notons :
Un projet de loi portant ouverture de
crédits destinés a. couvrir pendant
l'exercice 1932 les dépenses nécessitées
par la participation de la France à là
Conférence générale de limitation et
de réduction des armements ; un projet de loi ayant pour objet d'augmenter,
le contingent de promotions et nominations dans Tordre de la Lêgionl
d'honneur accordé au ministère des
Pensions ; deux propositions de loi relatives au règlement des billets de.
fonds de commerce.
Sur demande de discussion immédia,
te et à l'unanimité des 350 votants, la
Chambre adopte une proposition de lot
de MM. François Peissel et Marcel Ulrich, tendant à la revision du tarif
DISCOURS DIE M. P.-E. FLANDIN
douanier en ce qui concerne les cha -i
peaux
de paille.
rès, Touaregs ou autres •— nos. offi- eau et nues, mais viennê le crépusL'orateur prend aussitôt position
Prochaine séance à 15 heures ét deciers méharistes ont dû adopter leur cule et tout s'apaise, vienne la nuit contre le projet, tout en affirmant sa mie.
manière de vie : ils errent à travers et tout repose, vienne l'aurore et sympathie pour l'Autriche, et esquisse
tragique évolution des finances auSEANCE DE L'APRES-MIDI
le désert ; leur mission est de se dé- tout espère : le désert est un ami. » la
trichiennes.
placer pour assurer à travers d'imM. P.-E. Fiandin. — En Autriche, un
Rappellerons-nous ici la mémoire seul édifice était resté debout après le
L'Emprunt Autrichien
menses étendues la politique de la
présence, déjouer les attaques des d'Ernest Psichari, le petit-fils de traité de Saint-Germain. La banque le
Kreditanstalt,
en
particulier,
offre
un
Cet après-midi la Chambre cède la
Renan, qui, servant aux méharistes
dissidents, poursuivre les rezzous.
exemple caractéristique de cet état de pas au Sénat, non pas que les débats
de Mauritanie, trouva, dans les éten- choses
:
avec
des
dépôts
étrangers,
il
soient
dépourvus d'intérêt, mais si, au]
Le mêhariste demeure quelquefois dues désertiques d'Atar, son chemin
put mettre la main sur la plupart Palais-Bourbon le cabinet risque en*
plusieurs jours sans revenir à son de Damas, et qui mourut d'une mort (60 %) des industries autrichiennes.
partie, de perdre son prestige car on
port d'attache. Il ne doit plus alors sublime, son chapelet à la main, auEn mars 1931 survînt le fameux ac- incline toujours à croire ^ue la quescord
austro-allemand,
qui
rencontra
la
tion de confiance ne sera pas posée, au]
compter que sur lui-même, que sur près de sa batterie hâchée sous un
résistance des gouvernements français Luxembourg, il est exposé à des coups
les provisions, les armes et les mu- tir de barrage infernal î
et anglais et se traduisit par une ag- peut-être mortels.
'
nitions qu'il a emportées. Cette vie
gravation de la situation financière et
C'est pourquoi de nombreux députés
g
Nulle
part,
—
écrivait
Psichari,
économique de i'Autricne.
vagabonde dans le désert exige des
se sont dirigés vers la Haute Assemblée'
C'est aloïs que la bourrasque com- et la séance est ouverte, à 15 h 30 par
corps endurcis, et on s'imagine vo- — on ne prend possession de soi- mence
•
les
dirigeants
du
Kreditanstalt
président Bouisson devant 'd»s txa^
lontiers nos officiers méharistes même comme dans le désert. Je sens annoncent qu'ils vont cesser de publier le
vées fort clairsemées."
comme des « sportifs » aocomplis de vieilles choses qui remontent en leur bilan.
MM. Boncour, de Momzie, Sarraut el
Je montrerai que l'opération d'au- Pierre Cot sont au banc du gouverneau sens restrictif du mot. Mais il moi de mon enfance, de plus loin
jourd'hui n'est en réalité que le ren- ment.
peut-être.
Je
sais
qui
je
suis....
Nous
faut les avoir approchés pour saisir
flouement d'une banque privée (MouLa, ChambTe adopte un projet de lotquelles âmes solidement trempées aussi, nous nous purifions, épurons, vements divers-.
approuvant deux
conventions entra
loin
des
pourritures
modernes,
loin
M.
Chéron,
explosant.
—
C'est
coml'Etat d'une part et le Crédit Foncier
sont celles de ces hommes ; ces
plètement faux I
et
le
Crédit
National
d'autre part, puis
c'a
la
misère,
de
la
laideur,
de
l'inamoureux de la solitude ont une vie
P.-E. Flandin. — Je démontrerai reprend la discussion générale du prodigence... On a marché tout le jour, le M.
intérieure intense.
bien fondé de mon affirmation et je jet de loi portant ratification de l'emon campe dans le plus sombre lieu continue mon exposé :
prunt autrichien.
Le colonial de la forêt vit dans de ce pays misérable. Mais qu'imLe gouvernement autrichien InterM. Schumann monte à la tribune et
vient
pour
venir
en
aidi
a
la
banque
;
une ambiance qui anémie qui brise porte ? Tous les jours, je suis pris
se déclare favorable à la ratification.
mais
I9
retrait
des
capitaux
étrangers
Suivant M. Schumann, la France, par
les énergies les plus solides C'est le un peu plus. Le silence où je m'en- continue. Au bout de quelques jours,
fait du Traité de Saint-Germain a
type du Fabre, le héro3 û'Erroman- fouis, je sens que rien ne pourra nouvelle intervention, qui se traduit le
une part de responsabilité dans l'état
par l'aval du gouvernement autrichien actuel de l'Autriche, qui s'est loyale,
C , vaincu par la forêt. Mais, comme plus m'en détacher, n
à tous les créanciers du Kreditantstalt ment soumise aux mesures de contrôle
1 a écrit 1 un de nos auteurs coloTels sont nos « Sahariens ». La vie grftce à quoi il obtient un prêt dé
D'ailleurs, aux yeux de M. Srhumanrî
niaux
« le désert élève, ennoblit,
du désert développe, comme aucune 150 millions de shillings de la Banque l'intérêt politique de la ratification
console, pousse à l'action. Tous les v ie peut-être, la personnalité et l'ini- d'Angleterre.
l'emporte de beaucoup sur ses risuuea
Ce sont ces 100 millions — les 50 pécuniaires.
Sahariens furent des hommes vigoutiative, trempe l'énergie et favorise n 'ayant, pu être utilisés _ qui vont être
M. Schumann. — L'Autriche ne peut
reux et des réalisateurs ; jamais! Os la réflexion. Faite d'isolement, de remboursés par remDrnnt d'aujour
attendre. Voulons-nous que l'Allernaana
n- se laissèrent aller au pessimisme. responsabilités, d'embûches, elle a, d'hui (Mouvements divers).
et
l'Italie viennent offrir leurs boni
L'endettement; de l'Etat vis-à-vis de
Le dé
offices à l'Autriche ? Notre relus com
rt 0us
"
f
7
bouscule parfois — a-t-on pu dire, — « façonné une la banque passe alors de 90 millions promettrait tout le projet de recons i,
classe d'hommes qui honore l'humaavec ses tempêtes de sahl
la- 1 de shillings à 660.
>NNE
n
T
-,
' 1 Suisse a sou*
F.st-il besoin de souligner qu'une opû- l"M° i AU ML ' 1 '
câblants r^d^^ea"^^^ 8^ nité »,
s'est, abstenue rotia
rat .on de ce genre n 'est pas faite pour ent, 1 Allemagne
doit
clle
Henri-Paul EYUOUX
i,as iious
.1 raifermir la confiance envers un pays ï rênéchiïT
'
Les Gardiens du Désert
Ce petit filet, dans L'Officiel ?
« Est nommé au grade de chevalier dans l'Ordre de la Légion d'honneur, à titre posthume, le lieutenant
d'infanterie coloniale de Mac-Manon,
du groupe nomade de Trarza. (Mauritanie).
centimes
1
Bibliothèque municipale de Toulouse - Tous droits réservés
VENDREDI 30 DECEMBRE 1932
AU SENAT
Le Douzième provisoire
est voté par 242 voix contre 6
Paris, 89 décembre.
La séance est ouverte à 15 heures,
sous la présidence de M. Jeanneney.
MM. Mlellet, Laurent Eynac et Israël
sont au banc du gouvernement.
Le Sénat s'attendait à discuter le douzième provisoire, mais le président du
Conseil et le ministre des Finances
étant retenus à la Chambre par la discussion de l'emprunt autrichien, l'assemblée doit s'occuper de projets divers.
Elle adepte, en vrac, le projet relatif
a la circulation des wagons-poste, le
projet augmentant la participation de
l'Etat aux travaux du port de Cherbourg, le projet relatif au classement
des routes nationales en Algérie.
La séance est ensuite suspendue à
15 h. 35.
Soupir ministériel
de satisfaction
ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT
ET LA COMMISSION DES FINANCES
Iviulant la suspension, on apprend
que M. chéron, qut vient de conférer
avec ta commission des finances, a
Obtenu de celle ci le rétablissement des
Ciny milliards de Bons du Trésor qu'elle lui avait refusés hier.
Tout conflit est donc écarté et aucun
daifgér ne menace plus, pour le moment du moins, la galère ministérielle
Le Douzième provisoire
La séance est reprise à 15 h. 40.
Après l'adoption de deux projets relatifs aux voies ferrées d'intérêt local
luofoseant pour ces voies l'application
du régime provisoire, M. Henri Roy,
îMpporiem général, monte à la tribune
e', expose l'avis de la Commission des
finances sur le projet de douzième provisoire.
.
.
Il n'est plus trace de la moindre més'utéLligenre entre le Gouvernement et
la Commission. M. Chéron ne reçoit
d"s compliments
M. Henri Roy. - En ce qui concerne
la Facilité d'émission des bons du Trésor, la Commission avait décidé de
ramener do 5 à
milliards le montant
<lo cette faculté. Ce n'est certes pas par
défiance envers le président du Conseil
et encore moins par défiance envers
M, le ministre des Finances, dont nous
sommes les élèves et je dirai presque
les enfants. (Rires).
H me permettra donc de lui dire, en
toute amitié, que notre attitude a été
dictée par un souci de précaution à
I «raid de certaines facilités.
.le comprends qu'un ministre ait le
désir de n'être pas sans cesse harcelé
par la crainte des échéances. Il a besoin do facilités ; mais ce qui nous
sépare, c est lu mesure de ces facilités.
II ne veut pas être corseté, il n'a besoin que d'une «aine qui lui laisse Une
(Plia lue souplesse.
Nous voulons que cette gaine ne son
jte'i trop floue. Voilà tout ce qui nous
se uai e t Rires)
Mais la question n'est plus entière
depuis que M. le ministre des finances
a cru deVo li\ a la Chambre, poser la
question de confiance.
si la question de confiance est toujours posée à la Chambre, que deviendrous-neuï au Sénat î (Applaudissements). Et puis la question de confiante est une arme qui s 'émousse lorsqu'on t'emploie trop souvent.
Eu ue déférant pas tout de suite, la
commission a voulu non ébranler voire autorité, mais l'étayer pour vous
donner plus de force dans ce redressement financier qui est une œuvre capitule pour notre pays. » (Vifs applaudissements!.
M. H. Chéron, tout épanoui, monte à
la tribune et réplique sur le même ton
de feinte bonhomie.
M. le ministre des finances. — Comment peurrais-ja dire à quel point je
suis touché des paroles de votre rapporteur générai ? Je né lui ferai qu'un
reproche : ii m'a prêté des sentiments
de paternité que l'âge des membres de
la commission m'interdit de revendiquer (Sourires}.
J'auràM voulu pouvoir apporter immédiatement un programme massif
d'économies et de ressources permettant d'arrêter l'hémorragie du Trésor ;
mais le temps manquait pour établir
un plan d'ensemble.
Le gouvernement a tenu à ne solliciter qu'un douzième pour s'obliger a
apporter a la rentrée un programme
dont la partie essentielle sera insérée
dans le prochain douzième, et sur ce
programme, le gouvernement engagera
nettement sa responsabilité (Très bien !
très bien !)
La défectuosité de la comptabilité uu.
blique est telle que l'Etat ne peut savoir jamais ou il en est
Une réforme
,
s'impose qui perm ^^I. de se rendre
compte à tout monljlt de la situation
financière de l'Etat ; mais, en attendant cette réforme, il faut établir le
point t
Quant au reste, le ministre des finances reproduit les explications qu'il a
déjà données à la Chambre.
M, Chéroi termina ainsi :
M. Chéron. — Ay
posé la question ds confiance à la Chambre, je ne
pouvais ?as accepter une diminution
de nos moyens de Trésorerie, mais
-ela m'eût été cruel.
Pour faire de- écc mies opérantes, j'ai fait venir les contrôleurs des
dépenses engagées et je leur ai
demandé de me signaler les économies
possibles.
Je leur ai signalé les abus auxquels
donne lieu l'application de la loi de
1921 sur les avances à régulariser.
J'ai demandé à mes collègues de
supprimer toutes les dépenses nouvelles.
Le problème
de la restauration
financière est moins
un
problème
1
techniou qu'un problème politique et
de volonté où l'équilibre budgétaire
sera rétabli ou je ne serai plus ministre D.
il, James Hennessy se déclare peu
disposé à voter les crédits demandés ;
il déclare que notre système d'impôts
est absurde et ajoute du reste qu'il
ne sollicitera pas le renouvellement de
son mandat de sénateur ce qui
lui
donne une certaine liberté.
M. Memiessy. — Il y a un grand danser : c'est que vous ne trouviez pas à
emprunter. Vous devrez supprimer la
taxe de transmission sur la premièie
mutation. DéDêchez-vous d'emprunter -.
sans cfuoi les gens n'auront plus d'argent (Sourires.)
Suivez la voie que je vous indique,
emprunt et compressions, et ne laissez
pas dévaluer le franc, comme certains
y sont disposés.
M. le ministre des financée. — Cela,
jamais ! »
La, discussion générale est alors
close.
lirnée Parlementaire
AU LUXEMBOURG
LES
LOCATAIRES COMMERÇANTS
MENACÉS D'EXPULSION
Paris, 29 décembre.
La commission de législation, réunie sous la présidence de M. Penaneier, uprès avoir entendu M. le président qui a exposé l'insistance de
M. le garde des Sceaux pour que soit
accordée une nouvelle prorogation de
trois mois aux locataires commerçants
menacés d'expulsion, n'a pas cru devoir adopter cette disposition qui
constituerait un neuvième sursis à
l'application de la loi concernant la
propriété commerciale.
La commission a du reste décidé
d'examiner, dès sa première séance
de janvier, le texte transmis, le 22 décembre au Sénat, sur les modifications apportées par la Chambre aux
dispositions de la loi du 30 juin 1926,
de façon à ce qu'au plus tôt soit établi un texte définitif d'accord entra
les deux Assemblées.
M. Morand a été chargé de déposer
un rapport sur la première question
et de préparer l'étude ds la seconde.
Une vague de grippe
L'ÉPIDÉMIE QUI SÉVIT
EN ANGLETERRE ET EN AMÉRIQUE
VIENDRAIT-ELLE EN FRANCE ?
Faits Divers
New-York, 29 décembre.
Paris, 29 décembre.
On a enregistré 45.000 cas de grippe
Devant la Cour d'assises ont comparu
dans 35 Etats américains.
La ville de New-York en compte à quatre jeunes bandits qui. en février et
mars dernitrs, pendant lanuit, dévalielle seule 10.000.
sèrent, à main ar née, une quinzaine
do passants, parmi lesquels le cemte
EN ANGLETERRE
Michel Tolstoï.
Londres, 29 décembre.
La Cour a prononcé les condamraPlusieurs journaux signalent qu'une tions
suivantes :
épidémie de grippe sévit actuellement
Gaston Astier, dix ans de réclusion et
en Grande-Btetagne.
ans d'interu ction de séjour.
A Portsmoutli notumment, 'es servi- vingt
Gaston L/odon, trois ans de prison et
ces postaux ont été désorganisés a cinq
ans
d'interdiction de séjour.
cause du grand nombre d'employés
René Léguiffand, sept ans de réclugrippés.
sion et vingt ans d'interdiction de séjour.
TRENTE DÉCÈS A BIRMINGHAM
Roger Laronco a été -'cquitté et renvoyé dans une colonie pénitentiaire
Birmingham, 29 décembre.
jusqu'à
sa majorité.
L'épidémie d'influenza qui sévit à
Birmingham a pris des proportions
DES INVITÉE A UNE NOCE
considérables.
SONT VICTIMES D 'UN ACCIDENT
on annonce officiellement, ce matin,
D'AVIATION
que trente personnes ont succombé a
la maladie dans le courant de la seMadrid, 29 décembre.
maine dernière.
Un avion, à bord duquel rvaient pris
Parmi ceux qui n'ont pu se rendre
place
le»
invités
d'une noce, est tombé
à leurs occupations aujourd'hui se
trouvaient 600 employés de la Compa- en flammes dans un champ.
Le pilote et un de s témoins ont é'.é
gnie des autobus et tramvays, 100 potués sur le coup
iicemen et 300 facteurs.
L'une des passagères a été grièveDans la plupart des cas, la maladie
ment blessée.
tourne à la pneumonie.
EN FAVEUR DE L'EMPRUNT
AUTRICHIEN
La c ..nmlssion des Finances du Sénat s'est prononcée officieusement, en
faveur du projet dé loi relatif à l'emprunt autrichien. Elle a ensuite adopté
le rapport dj 61. Henry Roy, favorable
à l'adoption du projet de loi prolon- CC QUE DISENT M. LOUIS MOURIER
geant jusqu'au U février 1SC3. la faCT LE DOCTEUR TANON
culté d'emploi du crédit de Ho millions
accordé par la loi du 3 mars 1932. au
L'épidémie de grippe qui désole
ministère de la Marine Marchande, l'Amérique et l'Angleterre s'abattrapour le fonctionnement des lignes de t-elle aussi sur le continent ?
la Compagnie Transatlantique.
Le temps humide et brumeux que
nous avons subi ces semaines dernièLA COMMISSION AJOURNE I
"M EN res pouvait faire craindre une telle
malchance, et d'autre pan, un certain
DU PROJET DE LOI RELATIF
A LA DÉFTNSE DU MARCHÉ DU BLÉ nombre de cas étaient signalés de part
et d'autre.
Poursuivant ensuite l'examen du projet relatif à la défense du marché du
blé, elle a adopté l'article premier du
projet. Cet article nous l'avons signalé
Alouveiles iaxpress
dans nos éditions antérieures, met h la
disposition des caisses régionales de
crédit agricole, par l'intermédiaire de
Du 29 décembre.
la caisse nationale, une somme de
Les autorités ayant été avisées de
300 millions, fournis à l'Etat par la
Caisse des Dépôts et Consignations, et déplacements d'agents appartenant, à
sans qu'il en résulté aucune charge une organisation anarchiste étrangère,
pour le Trésor, en vue de faciliter le gui viendraie.ni en Grèce afin d attenfinancement de la récolte dé céréales ter à la vie de M. Zatmis, président de
la Bêpublique ordre a été donne, aux
de 1932.
Il a paru à la Commission ru'une autorités des frontières de redoubler ta
étude complémentaire s'imposait pour surveillance.
la mis* au point des articles suivants
> La Chambre criminelle de la
du projet do loi. Il y sera procédé dès Cour de cassation a rejeté le pourvoi
la rentrée de janvier.
formé Par Norbert Mouvault et Bené
Pltiset. condamnés par la Cour d'asLA DEFENSE DU MARCHÉ DU BLÉ sises de la Seine du 15 octobre 1932 ; le
premier, à la veine de mort ; le second,
Paris, 30 décembre.
La Commission sénatoriale de i'agri- à cinq ans de travaux forcés pour
culture, après avoir entendu M. Queuil- assassinat du typographe Brunei.
ie. ministre de l'Agriculture, sur le
projet de loi relatif à la défense du
marché du blé, a conclu favorablement
h l'adoption du projet et elle a chargé
M. Donon de rédiger un avis dans ce
sens.
Elle a exprimé le désir que les achats
avec paiements différés, prévus par
l'article 2 qu'elle considère comme le
GRANDS MORNES
seul moyen d'améliorer le marché du
blé. soient réservés aux agriculteurs et
à leurs associations.
G ET FRÈRES
A REVEL (MÏGARONNE)
•POINTS
QUATRE JELNES 3ANDITS
DEVANT LES ASSISES
UN JARDINIER BERLINOIS A VÉCU
ONZE ANS SANS ESTOMAC
Berlin, 29 décembre.
Un jardinier berlinois, Johann Neubauer, vient de mourir à Bemberg,
après avoir vécu onze ans sans estomac.
Depuis l'opération qui eut lieu en
1921, il avait toujours été en excellente
santé et le seul inconvénient que l'abla.
tion ae cet organe essentiel entraînait,
était la nécessité, pour lui, de ne prendra qu'une nourriture très légère.
LA RANDONNÉE D'UNE JEUNE
AUTOMOBILISTE SUÉDOISE
P "»X D'AUMALE
(Attelé) îu.txio fr.j
2.ait mètres
Gamine (H .c
Sinmnurd)
c
a M. V. Cave y
COURSES
Cuiuité de la Société des Courses
d>> Toulous-e a fixé, sous réserve de
l'approbation ministérielle, aux dates
cl-dessous les réunions de courses de
tm :
26 mars , 2, 9 et 17 avril ; 7, H, 25
et 2« mai ; 11 et 25 juin ; 1", 15 et 22
octobre ; 5, 11 et 12 novembre.
A
M. (.h. Prlasco
Genèse .A Viel>""a M
Gamure ...
•
Vingt-quatre puiian'ts ' ' ' "
à
p - 21 50
P. 20 *
• aida „ Garde-Bu, G V ù& ,UU
l fax, Grauves, (iranien,,
ri? ?' v,,a"
Gaetane, Gondolier \\\
r,nmlahu < h«.
fi)S
nenr V, Géomine B , Golden »
1 0r '' r<>raL
tanna, Gange.
I
Gamine (Uhn et Sarah III entrai
Ui$
Par v. Cavey.
''
VMCENNE8
Paris, 29 décembre.
PRIX DE SAINT-MAURICE
(Monté) 10.000 fr.j 2.250 mètre*.
t. Harrls (Buisson), a M A. G. 61 50
W'isklrchei
.. p. ]a »
2. Harcourt èChrétlen), à M.
P. Godet
p,
<i
3. Hermès >Reneuud), à M.
L. Rattl
p. n 50
*. Haut Qailly |A. Choisselet)
Durées : 3' 33" 1/2: 3' 37": -' 40" 4/5
Quinze partants.
Non placés • Hotot, Hinc, Héros de
Bony, Héritot Heureux. Haut-Clos. He.
liotropo V, Hiérophante, Harmonieux
Herlingnt, Hamlet VI
Harris (Templier et Aline-Harris' en
traîné par B. Koch.
75
PRIX 02 L'OISE
(Attelé;
12.000 frnes. — 2.600 mètres.
Friedland II (A. D'Haène) G 16 m
à M. A. D'Haène
p 8 50
Féniina lil (E-egou)
à Mme C. Bégou
P 29 50
Fidus-Achatès (R, CéranMaillard;
H. CéranMaiilard
P 11 »»
Fanfaron II (Bourdage).
Durées : 4' 3/5 — 4' 1" — 4' 3" 4/5.
Non placés : Flossie-Worthv, Fiorata
Foltawa, Fontenay-les-I.ouvëts. Foly]
Faradypile. Flamengrie. Famine A, Fairy-Port. Fontanès, Féline, Fille-de-Joie.
Martre de-France, Foggia.
Friedland II (Ouo-Vadis-Sarreguemin)
Entraîné par D'Haène.
PRIX D'AVRANCHEA
(Monté,
ïr-s *.%U mètre
Cigoiette IV (E. Marie), â
218 50
M. H jaidin.;
£
Galihotte (E, Carré) à M.
A. Lahalette
P. 21
8, Gitane XI (Neveux).' Y
M.
H. Lefèvre
P.
Huit partants
Non placés • Gosse du Vaumirpi ,-,
UKny il, Gin II, Gigolo M , Géolp G1(U
Cigoiette IV
Di m Ut
emraine par Verl &père.
* - *>.
30.000
A
NICE
Demain, courses à Nice
Partants et montes orobables
PRIX DE BIOT
1. Forli (Mercuri). 2 Bien-Aimi
srer 3 Mosca (Lambert) 4 Tin JcV,
U (Fngou . 5 Maestro Bonaventme)'
6 Concordia (Lemaire).
«"mire),
(Lemaire).
PRIX DE LA SOCIETE DES STEEPI ES
10. Palermo (Dalre), 12. Titus iw;..
nfW 6 ' r-« Trois Epis (Lock) 7 Rht
ne (Bonaventure), 18. Duumvir -u*
!Hr>
wes), 19. Baoule (Dubus), 21.
Debal
(Dume).
Alger, 29 décembre.
Une jeune Suédoise de 25 ans. Mlle
Eva Dickson, est arrivée à Alger, venant en automobile de Nairobi, capitale
PRIX DE VALLAURIS
de la coionle anglaise de Kenya (Afrique occidentale anglaise).
30. Saint-Moritz (Emmerv) • 31 r ivr .
Elle a effectué ce raid formidable,
des-Rois (Peron) ; 32. Le Firmament
uniquement pour mettre à l'épreuve, à
34 Dunphail (Bellhouse) ; 36 Machiné
la suite d'un par», sa résistance physi(Feger) : 37. Roi-de-Pavie (Frigouil 4
que misa en doute par un de ses amis.
Prior (Kalley) : 39. Savonnette Hart
Seule au volant de sa voiture, avec
velrl) ; 40. Ol'Man-River (Bonaventure)
pour toute compagnie un jeune nègre
Partant douteux : 33. Symbole (X
de 15 ans, elle traversa le nord du Congo belge. l'Oubangui et atteignit FortPRIX DU CAP-SAINT-JEAN
Lamv près du lac Tchad.
Après avoir été en difficulté dans la
50.
Mirage
III (Dubus), 53 Kami fPas
PRIX DE SUCY
région du Bornou. par suite des inon?ès), 54. Sortilège (Brlère). 55 Domird
dations, qui avaient rompu les ponts,
(monté)
ça.in (Hartveld), 56 Fatalités (Gav^ e
elle continua sa randonnée par Zinder
12.000 francs, 2.250 mètres.
57. Titus (Warren). 58. Le Soleil (Fa
et Niamey, atteignit Gao et. par Insa59 Les Trois-Epis (Loch), 61 D«
lah, El Goléa et Ghardaïa, toucha Alger J. Hague-Dyck (Choisselet). G €6 £3 ger)
Les Achats de Blé
bat (Kalley).
terme de son raid.
à M. D. Jeanne
P 19 *>
Pronostics :
Sur l'article premier, M. Henri Roy,
Mlle Eva Dickson s'est embarqué à
Hélas (Maheu),
rapporteur général, expose que la combord de l'« El-A.lkani.ara » pour MarLa Veine (Augure) : Bien-Aimé, Mot
à Mme D. Victor H
P 15 .1
mission a opéré une réduction corresseille.
ca — Rhône, Duumvir ~ Le-Firmat
3. Hallali II (Gayet),
pondant aux dix millions prévus pouf
à M. A. Bourras
-.- P 48 »> ment, Prior — Kami, Sortilège.
achat de blé, considérant que l'Etat
UNS AUTOMOBILE TOMBE
4. Houbigant (E. Picard).
Auteuil.Lonmchamp : Bien-Aimê corâ
était pou apte aux opérations de comDANS UN RAVIN DE 50 MÈTRES
Non placés : Honag, Hilcte H, Har- cordia — Duumvir, Rhône — Livr'e-dea
merce et qu'il vaudrait mieux, étendre
Rois
— Saint-Moritz - Titus, Kami.
gival,
Hariey-Wilkes,
Hommage.
de dix millions le pouvoir d'achat de
Avignon, 29 décembre.
Le Jockey (Vigilant). — Bien-Aim«
l'intendance, habituée à ces marchés.
Sur la route d'Aubenas à AntrrïDurées : 3' 34" 2/5 ; 3' 36" 1/5.
Moyennant cette transaction, la comMosca. — Ecurie Veil-Picard, Duumvin
gues, une automobile, occupée par
Hague-Dyck, par Perdreau et Betti- — Le Firmament. Symbole. — Ecurii
mission acceptera le chiffre de la
MM. René Merlin et Joseph Giraud, na. Entraîneur : A. Choisselet./
Veil-Picard, Kami.
'
Chambre. M. le ministre des finances a kU PALAIS BOURBON
employés des P. T. T., a dérapé au
déclaré se rallier à la commission.
tournant du pont de la Tourane.
Intransigeant. — Maestro, Forli 4
PRIX
DE
LIBOURNE
M Serre demande néanmoins la disL'EMPRUNT AUTRICHIEN
Projetéi contre un poteau télégraRhône, Ecurie Veil-Picard. — Le Firmai
jonction du crédit.
attelé. 20.000 francs, 2.800 mères
ARÔME PUISSANTj
phique elle roula dans un ravin, proment, Ecurie Hennessy. — Titus, Kam|
ET LES GROUPES
M. Queufrlê, ministre de l'Agriculture
fond de 50 mètres, en boriure de la 1. Firminy (P. Forcinal)
G 75 »»
£r DEUCAT
Ami du Peuple. — Bien-Aimé, Maes
explique qu'il s'agit d'un système très
Paris, 29 décembre
route.
à Mme P. Olivero
P 29 J» tro — Duumvir. Rhône — Le Firma'
simple, qui consiste à soutenir les cours
A une forte majorité, re groupe raLes deux occupants furent précipi 2. Frenich.es (A. Dezieray)
ment,
Livre-des-Rois — Titus, Kami.
du blé en «'adressant a l'Intendance.
dical-socialiste, réuni pendant l'intertés hors de la voiture et tombèrent
à M. O. Derossy
,3 p U »
M. le ministre des Finances.
— La ruption de la séance, a décidé de voter
Les Débats. — BienHAimé, Fort! 4
dans le canal de l'usine de Laznel.
3. First (Neveux)
Rhône — Prior Livre -des-Roli
Commission consent à rétablir le chif- la projet relatif à l'emprunt autrichien.
M. Merlin, indemne, réussit à la
à M. A. Bezière...
P 13 Baoule,
»» Mirage
—
III, Kami. "
fre de 10 millions, à condition que ce
Précisons que le groupé socialiste
UNE ViLitiE MAISON nage à sauver son compagnon blessé. 4. Féerie (P. Viel).
crédit soit inscrit, non eu chapitre de a mis comme condition à son vote masCelui-ci, la jambe gauche brisée, put
La Liberté. — Bien-Aimé, Brin-d'Or
Durées
:
417'
'
4/5
;
4'18"
2/5.
l'Agriculture, mais à un chapitre de la sif en faveur du même projet, que !î
être difficilement transporté sur la
Non placés : Franc-Picatd-II, Ga- Baoule, Duumvir — Le Firmament B
Guerre concernant l'Intendance. Nou s gouvernement pose la question de
route et amené à l'hôpital d'Aubenas, gnant-H. Gorgona, Fragilité, Fripon, de-Pavie — Ecurie Picard. Titue.
sommes bien d'accord.
confiance.
Flavigny-Il. Gavroche-IV, Fantaisie-II.
ETRENNES POUR LES MAMANS
LE VOTE DE L'ENSEMBLE
Ffminy, gar^ Uruguay et Rosette, en.
La Terre tremble
traîné par H. 'Masson,
Lunettes de chez ROUZIL
L'article 1« est adopté avec le chiffre
27 TUÉS — 50 BLESSÉS
de la Chambre.
Mexico. 29 décembre.
Les articles suivants ne soulèvent auDes informations parvenues du vilcune discussion, y compris l'article 13,
lage Tomatlan, province de Jalisco, anrelatif aux cinq milliards de bons.
noncent que ce village a été détruit
LES RÉPERCUSSIONS
L'ensemble est voté par 242 voix conpar un tremblement de terre survenu
tr„ 6.
SUR LE MARCHÉ DE : OR
k
le 19 décembre.
NAISSANCES
Le Sénat adopte ensuite le projet tenLondres, 29 décembre1.
27 personnes ont péri et 50 ont été
dant à compléter le contingent do proOn mande dê Johannesburg à i'agenMonsieur et Madame Ernest Dufer blessées.
motions dans la Lêcrion d'honneur pour ce Reuter ;
sont heureux de vous faire part de la
lé ministère des Pensions.
« Les producteurs d'or du Rand ont naissance de leur fille Françoise.
UNE ŒUVRE ARDUE
La concorde s'imagine tant àoutk
Il s'ajourne alors à demain vendredi, provoque, à Johannesburg, une vive
que notre situation à nous est exempt
La
Commanderie,
par
Puylaroque
10 heures.
Explosion de grisou
sensation, cette nuit, en annonçant
de
périls et que notre politique ewa
C'est celle qui consiste à assainir nos
(Tarn-et-Garonne).
La séance est levée à 18 hêufes.
qu'ils considéraient que l'action du goupéenne de ces dix dernières années mé\
13
VICTIMES
malheureuses
finances,
à
combler
le
vernement au sujet de la monnaie a
déficit du budget à remettre un peu rite, malgré ses échecs constants, au»
FIANÇAILLES
Budapest. 2-9 novembre.
annulé les accords relatifs aux ventes
lui sacrifions le peu qui novk
Treize mineurs ont été tués pat une d'or qui ne s* volatilise pas dans les nous
d'or à la Banque de réserve,
reste, t Largesse imbécile ». écrit EmtU
Nous avons le plaisir d'apprendre les explosion qui s'est produite dans une coffres publics.
« Les mines d'or cesseraient, alors, fiançailles
Buré. dans l 'Ordre.
de Mlle Bernadette Gay, mine, près de Nagymanick.
énements
a'être tenues d'offrir leur or à la Ban- fille du regretté
Etienne Cay,
N'allons pas nous imaginer, écrit
Les mineurs travaillaient dans le
que de réserve et se considéreraient et de Madame, Docteur
née Laffargue, avec puits Hirsch, à 150 mètres de profon- M. de La Palisse, au Petit Journal, que
comme libres de l'écouler sur le mar- M. Yves Vassal, externe des hôpitaux,
M. HERRIOT 8E DEFEND
d'Allemagne
deur, quand la déflagration s'est pro D'homme le plus subtil puisse rétablir
ché mondial.
fils du Colonel breveté Vassal et de dnite.
'équilibre
budgétaire en souriant,
« Il est possible qu'un nouvel accord Madame, née Denys.
Les
discours
ne suffisent plus 'à H
La direction de la mine croit qu'il comme ces prestidigitateurs de music- Herriot pour se défendre et défendre e\
soit signé. Dans ce cas, les ventes d'or
hall
qui,
après
avoir
retroussé
leurs
BEAUCOUP
DE
COMMUNISTES
s'agit
d'un
coup
de
grisou
ou
de
l'inVENDETTA HITLERIENNE
se poursuivraient dans les mêmes conmêm? temps son indéfendable thèse sut
flammation de poussières de charbon. manches, trouvent dans leur chapeau le paiement à l'Amérique. Voici que^
ONT COMBATTU
ditions que par le passé. »
On
nous
prie
de
communiquer
les
tout
ce
que
le
public
désire
;
quoi
que
Dr esdes, 29 décembre.
DU OOTÉ DES INSURGÉS
l'Ere Nouvelle, U répond à M. Léon
L'ABANDON EST OFFICIEL
fiançailles de Mlle Andrée Loze, fille
l'on dise et quoi que l'on fasse, le re- dans
lîn Hitlérien, nommé Heutsch, chef de
Blum qut lui avait posé, dans Le PoptN
Paris, 29 décembre.
de M. Emile Loze, inspecteur principal
dressement de nos finances est une opé- laire.
troupes d'assaut, disparu depuis lé quaPrétoria, 30 décembre.
deux questions embarrassantes,
ration qui ne s'accomplira pas sans douLe ministère des Affaires étrangères
tre novembre, a été assassiné par venUn communiqué officiel annonce que des Agences de Paris et de banlieue
on trouvera ci-dessous quelQues w
leur et il ne sera pas inutile de réveiller —
geance de la main même des partisans. de Berlin vient de recevoir, de ses ser- le gouvernement de l'Union sud-afri- d u Comptoir National d'Escompte de
l'esprit de sacrifice en mêm© temps gnes di cet article — l'ancien président
Son cadavre a été retrouvé enveloppé vices eu U. R. S. S., un rapport dé- caine a décidé d'abandonner l'étalon-or. Paris, décédé, et de Madame, née HéParis, 29 décembre.
ron, avec M. Paul Cha.poton, ingénieur
que la confiance dans le sacrificateur. du conseU écrit :
dans des sacs, caché sous le sable d'une taillé sur l'insurrection des cosaques
Ce
communiqué
ajoute
que
la
livre
M Bracfc, juge d'instruction, a rejeté
du Kouban, qui a eu lieu à la fin de sud-africaine ne sera toutefois pas liée des Arts et Manufactures, ingénieur
vailôe des environs de Dresde.
Avec certaine ironie, que Je trouv*
Tachons aussi de n© pas nous perMines de Dourges, fils de M. Cha- la demande de mise en liberté proviLes assassins présumés du chef de novembre et au début de décembre.
à la livre anglaise, et il souligne que la aux"
peu opportune (nous reprendrons ce«j
soire
Le rapport confirme pleinement les décision prise est entièrement due à des poton, ingénieur civil des Mines, sous- font. présentée par M. Bouilloux-La- suader qu'il suffirait de beaucoup plus tard). M Léon Blum me demandj
troupes d'assaut hitlériennes Heutsch,
d'imagination pour résoudre le prose Seraient, d'après le journal libéral renseignements fournis par le consul circonstances sur lesquelles le gouver- directeur des Mines de Dourges, et de
blème. L'imagination est la folle du lo- ce que j'aurais proposé si la résoiutiofi
Vossische Zeilung, réfugiés en Italie, allemand à Rostov-sur-le-Don. que nous nement n'avait aucun contrôle. Aucune Madame, née Lherm.
gis. Pour remettre les choses en place, anglaise avait été de ne pas payer â
Toulouse, 3, allées Alphonse-Peyrat.
où ils auraient été envoyés soi-disant avons publiés dans un précédent numé- cotation officielle n'a eu lieu hier sur
mieux 'Vaut sans doute une sagesse ar- l'échéance. Nous quittons le terrain des
ETRENNES POUR LES MAMANS
en mission par le parti raciste, et d'où ro, et il ajoute quelques précisions im- les devises étrangères. De ce fait, le
mée de patience et de courage que faits pour' entrer dans le domaine des
ils ne pourraient être extradés, en rai- portantes.
MARIAGES
Lunettes
de
chez
ROUZIL
commerce extérieur de l'Union sud-afrisi, des mais et des car. Je ne sais pas.
l'Imagination avec ses grelots.
Les pertes subies oar l'armée rouge came se trouve pratiquement suspendu.
son du caractère politique de leur
ce qui s'est passé à l'intérieur du ca*
ont été très graves. Elles ont largement
crime.
Les banques ont été assiégées hier
Mercredi 28 décembre a été célébré le
binet anglais. Je sai que, dans les en»
H s'agirait de trois membres du ser- dépassé un millier d'hommes.
Bien sûr. mais le cabinet Boncour- tretiens de Paris, M.s Neville Chamberj
par de nombreux déposants qui dési- mariage, dans l'église Sainte-Germaine
Les autorités soviétiques ne cachent raient effectuer des transferts à l'étran- ds PiDrac, de M. Emilien Maux, fils de
vice des renseignements des troupes
Chéron peut-Il nous inspirer confiance ? lain m'a fortement exposé l'horreur as
pa s que les insurgés ont livré une véri- ger. Quand ils apprirent que ces trans- M Maux de Bruguère. décédé, et ds
d'assaut hitlériennes de Dresde.
Sa déclaration ministérielle a déçu les l'opinion anglaise pour le « défaut » j
table bataille, menée selon toutes les ferts étaient revenus illégaux, ils se Madame née Rivais, avec Mlle Blanche
bonnes volontés, les Plus indulgentes, il avait raison, car j'observe que i»j
règles de l'art militaire.
FUSILLADE DANS LA NUIT
lea plus généreuses. 7j n'y a que les travaillistes anglais ont soutenu ta
ruèrent vers les bureaux de poste pour de Llobet, fille de M. Joseph de Llobet
C'est ce qui leur a permis, du reste, expédier des mandats ordinaires ou et, dp, Madame, née d'Auderic. La bénésocialistes qui se frottent les mains, ce thèse du paiement. (Que devient 1 u"3114
de tenir durant douze jours devant des. pour télégraphier, mais à onze heures 1 diction
qui est toujours mauvais signe pour de l'internationale !).
Berlin, 29 décembre.
nuptiaie leur a été donnée par
LA TEMPÉRATURE
forces
rouges
de
beaucoup
supérieures.
la prospérité nationale. Camille AyCe matin à 2 heures, une nouvelle
du matin ces opérations furent arrêtées Mgr de Llobet. chevalier de la Légion
Je sais que, renseigné sur l'état d'«*
DU 29 DÉCEMBRE 1932
Un détachement des troupes à desti- D'autre part, par suite de l'interdiction d'honneur. Croix de guerre, archevêque
mord dans la Liberté, demande au peurixo s'est produite à l'est de la ville,
du Parlement, et averti de ma
pie, pour sauver la France, de faire prit
entre deux détachements de communis- nation spéciale (unités composées ex- de l'exportation de l'or, les actions des d'Avignon, oncle de la mariée.
Le
régime
des
basses
pressions
s'est
chute
prochaine, je n'ai pas demande
de
communistes),
qui compagnies aurifères ont accusé, hier,
appel
à
la
génération
des
combattants.
tes et d'hitlériens, ces frères ennemis. clusivement
La cérémonie a eu lieu dans la plus étendu à tout le Nord de l'Europe. La
à M. Chamberlain d 6 se solidanse*
Oui,
mais
lu
avaient
Joffre
et
Foch
Plus de quarante coups de feu ont été comptait plus de 300 hommes, a été une nouvelle hausse.
pression
reste
élevée
sur
l'Espagne
et
stricte Intimité.
avec moi dans une politique de
pour les conduire.
tiiés et les devantures des établissements entièrement anéanti par les cosaques
De la part des familles Maux de Bru- dans l'Est du continent.
faut. Je me suis solidarisé avec J«i
de nuit fréquentés par les nationaux insurgés.
Les
pluies
ont
repris
sur
la
France,
guère
et
Joseph
de
Llobet.
dans
la politique de paiement. Je ma
D'autres unités de destination spésocialistes et les communistes, portent
où elles sont particulièrement abonrappelle lui avoir dit (M. Germain M"'
L'EMPRUNT
AWTRIOHIEN
ciale ont perdu plus de la moitié de
d'innombrables traces de balles.
dantes
sur
places.
La
température
s'est
NECROLOGIE
tin pourrait en témoigner) : «
On entendit, dans les rues avoisinaru leurs hommes.
VÉRITÉ EN DEÇA DES PYRÉNÉES
relevée dans l'Ouest • elle est basse
avez devant vous un Gouvernement y»
Un fait important et fort désagréabe
tes, les cris de douleur des blessés.
C'est avec un vif regret que nous ap- dans l'Est et sur le Plateau Central.
sensible à toute autre notion que reuj
L'union se fit, pourtant, entre les pour le gouvernement soviétique, c'est
On note . — 3 à Clermont ; 0 à
prenons la mort de Mme Paul Touzé,
Paris,
29
décembre.
Quand les républicains nationaux dé- do son devoir, et résolu à faire l*-«
er jan- décédée à la suite d'une douloureuse Paris ; — 1 à Dijon, Nancy ; 1 à Sète,
combattants, au moment où arriva, à que beaucoup de cosaaues. membres du
Sont
institués,
à
compter
du
1
à l'échéance ». En aucune hypothèse je
tenaient
le
pouvoir
il
était
criminel,
setoute allure, une camionnette chargée parti communiste, ont adhéré, dès la vier 1933. agrégés des Facultés de Droit crise cardiaque.
Perpignan ; 2 au Havre ; 4 à Cher- lon les gauches, d'accorder des em- n'aurais renié la politique des con»
première heure, au soulèvement, et (section de Droit public) et attachés aux
de Policiers
Jeanne Larivière de Carmentran avait bourg ; 3 à Bordeaux ; 8 a Nice.
prunts aux nations étrangères. Mainte trats, qui fut et, demeure la m. iennh*
Ue toutes les fenêtres des immeubles même ont pris part aux combats du Facultés de Droit ci-après désignés :
A Toulouse :
reçu au Sacré-Cœur de Layrao cette
nant tout est changé ci le gouverne- celle que j'ai soutenue lors de 1 An^.u
côté
des
insurgés.
Temps pluvieux le matin, nuageux ment
de la rue sanglante on lança sur la voiforte culture et cette éducation monPaul-Boncour, soutenu par les luss. malgré des attaques pareilles t
M
Delbez.
né
le
18
décembre
1895.
à
Dès
que
l'insurrection
se
trouva
étoufl'après-midi
;
on
relève
4
mm.
de
pluie.
tur P des pots de fleurs et des contredaine qui sont l'apanage de ces maisocialistes,
réclame 300 millions en fa- celles d'aujourd'hui J'ai en llorreu C nî .
Montpellier,
attaché
à
la
Faculté
de
fée,
ces
communistes
ont
été
fusillée
en
Pression
barométrique
:
763.
vents.
sons d'enseignement très supérieur.
veur des Autrichiens Naturellement, la théorie du chiffon de papier. Je la croi
Température minima : 5.
Les schupos durent se défendre re- premier lieu et sans aucun discerne- Droit de l'Université de Toulouse
Grâce à cette formation précoce, la
mortelle.
concorde, pousse à l'opération.
M. Bastid né le 17 mai 1892, à Paris, jeune femrru» put rester ferme et droite
ment.
Température maxima : 14.
volver au poing.
Aucun journal soviétique n'a soufflé attaché à la Faculté de Droit de l'Uni- au milieu des orages. Entln elle trouva
Vent à midi : Sud-Est, faible.
Ils illuminèrent la rue avec des proCe gui pourrait être mortel wssi.
Soleil : Lev., 7 h. 26; couch., 16 h. 21.
La question qui se pose aujourd'hui, c'est le mal que M. Kerrioi est en tram
jecteurs et donnèrent l'ordre aux ci- mot de ces événements, qui durant, plu- versité de Lyon
bonheur, ce bonheur frais et limMlle Basdevant, née le iô août 1906. à le
Lune
:
Premier
quartier
le
2.
toyens paisibles d'éteindre les lumières sieurs 1OUTS inspirèrent une forte inécrit-elle n'est pas seulement celle d'un de faire à la France en répétant
pide qui jaillit d'une ftme semblable à
quiétude aux milieux dirigeants du Rennes attachée à la Faculté de Droit la sienne. Cette âme d'élite fut celle
Probabilités : Temp s nuageux, bru- emprunt, mais la continuation ou tous les tons et contre toute justice, conet de fermer leurs fenêtres
de l'Université de Lvon
meux, un peu froid.
L'échauffoufée fut très vive ; les bal- parti.
l'abandon dp, notre politique euro- tre toute vérité nue dans l'affaire <i«>
de
Paul
Touzé
qui,
lui
aussi,
désabusé
jfi. Blonde], né le 26 décembre 1902. à de la vie, n'aspirait qu'a la douceur
les crépitèrent, mais aucun blessé ne
péenne de ces dix dernières années, échéances américaines, nous aL . '
Aix-en-Provence,
attaché
à
la
Faculté
BULLETIN
MÉTÉOROLOGIQUE
se présenta dans les hôpitaux berlinois.
qui eut parmi ses objectifs essentiels, manqué à notre parole, nous avons rede l'existence calme et familiale.
de Droit de l'Université de Dijon.
La police, qui avait arrêté hier quala
sauvegarde de l'économie autri- nié notre signature. Ce ménaloma"
DE
LA
TOUR
EIFFEL
Pendant que les deux époux goûM. Rousseau, né le 18 février 1902, à taient
chienne et de son indépendance.
rante personnes dans une bâtai lia anapleinement les délices de l'intiéprouve le besoin de parler de lui- •>
pour le 30 décembre
Melle.
attaché
à
la
Faculté
de
Droit
de
logue, ne put faire cette huit, aucun
mité, la mort vint disjoindre ce que la
son « moi » toujours en
'
Massif Central et régions Sud-Ouest
l'UniveisRé de Rennes.
L'emprunt a été stipulé dans l'accord mettre
prisonnier.
.
destinée avait si étroitement uni.
Seul, il rst probe, seul U a de Vnorrn e< r
et Sud — Ciel trois quarts couvert,
M Adolf Hitler ne sait imposer 1»
Sont institués, à compter du t* janRestée encore une fois seule, Mme brumeux, &e couvrant par l'Ouest, avec de Lausanne, la garantie française et en France « L'honneur, c'est moi .
britannique y fut engagée respectiveParis, 29 décembre.
vier 1933. agrégés des Facultés de Droit Touzé se consacra tout entière aux
discipline, ni à ses lieutenants, ni à ses
chutes de pluie ou de neige ment pour trois cent millions de Et il plastronne devant l'étranger, »
Le grand hebdomadaire parisien (section des Sciences économiques) au- œuvres charitables de Saint-Etienne et, quelques
venge de son échec, en insultant soi'
soldats.
et
pluie
mêlées
:
vent
de
Sud
faiblo,
Candide a fondé un prix de 10.000 fr. près des Facultés ci-après désignées :
à mesure qu'elle perdait une partie de puis modéré ; minimum de tempéra- francs : celle dp l'Italie pour quatre- pays.
vingt-dix millions : celle de la Belgidestiné à récompenser l'auteur de la
M. Bye. né le 30 novembre 1905, à ces charmes éphémères qui séduisent, ture stationnaire.
que pour quinze millions : trois cents
meilleure thèse soutenue devant une Marseille, attaché à la Faculté de Droit elle se parait de ces qualités de ces
millions étant couverts par différents
de l'Université de Toulousp.
des Facullés des letres de France.
vertus qui attachent. Perdre ainsi,
Pour tes inondés ou Midi
autres Etats.
M. Bousquet, né le 21 juin 1900. à n'est-ce pas gagner ?
A l'unanimité, le jury a attribué ce
prix à M. Pierre Poirier pour son Essai [ Meudon, attaché à la Faculté de Droit
C'est dans cet esprit qu'à une famille
M. Daniélou, ministre de la Santé puLe Gouvernement autrichien actuel a
sur quelques caractères ; des notions de l'Université d'Alger.
désolée, à une sœur incomparable, blique, vient de charger M. le profesGRANDE CHARTREUSE
un gros effort de compression des
d'espace et 'le temps.
M. Hornbostel. né le 16 septembre 1894 Mme Lestrade, qui, secondée par son seur Lafforgue, de Toulouse, de véri- fait
et il est parvenu à réaliser
Le prix des t Presses Modernes », à Paris, attaché à la Faculté de Droit mari le chirurgien d'Auch, a pu éolat- fier et de provoquer, le cas échéant, dépenses,
En offrant deux houtellles de '^[j
l'équilibre
budgétaire
mais
la
situa
d'une valeur do 5.000 francs, fondé en d--> l'Université de Poitiers
rer d'un dernier rayon le crépuscule les mesures d'hygiène nécessitées par
une Jaune et une
économique n'en demeure oas Itratue
M Fourge-aud. né le 23 juillet 1894. à de la malade et adoucir ses derniers les inondations récentes dans les dé- lion
mémo
a été décerné, également
moins des plus alarmantes, et. seule êtes sûrs de faire P»' 1 " '^/f, ^ « je
ti l'unanimité, à M. George? \dfien ! Pérlgiieux. attaché à la Faculté de Droit moments, nous offrons l'expression, de partements de l'Aude, do l'Hérault et i' l'assista ne-.! financière proletép reut plaisir et vous vous classez homme
Mânes pour les Etrangers en nance. Ida l'Université de Toulouse,
nos sentiments attristés.
goût.
des Pyrénées-Orientales.
permettre un redressement cffleace.
dire
3
RLHUM
UNE GRANDE MARQUE
La Suppression de l'Etalon Or
dans le Sud Afrioain
Carnet de r«Expressi
TRAVERS LES JOURNAUX
L'Insurrection cosaque
étouffée
Le Scandale de l'Aéropostale
Agrégés des Facultés de Droit
Prix de la meilleure thèse
N0D
EX PORT
0t
tèmpS,
1
Bibliothèque municipale de Toulouse - Tous droits réservés
VENDREDI 30 DECEMBRE 193JS
eurG
•B SPORTS D'HIVER :
A
L'EPISCOPAT EN DEUIL
L'Evêque de Perpignan
est mort
CHAMBRE
LA
La baisse des produits
Le Projet d'Emprunt autrichien
IDIflBllll
unmt
S*StS>3BC*-
agricoles
ETAT D'ENNEICEMENT
Journée du 29 décembre.
LUCHON-SUPERBAGNERES (Altitude
1-80" mètres). — Température maxoma,
— 3° ; minima, — 7° ; épaisseur de
la neige. 0 m. 40 ; état de l'atmosphère, neigeux ; patinoire bonne.
FONT-ROMEU (altitude 1.800 mètres).
— Température maxima + 3° : minima, — 7° ; épaisseur de la neige, 0 m 40;
état de l'atmosphère beau ; patinoire
bonne.
COL DE PUYMORF.NS (Altitude 1.918
mètres). — Température maxima. + 3°;
minima, — 6° ; épaisseur de la neige,
0 m. 70 ; état de l'atmosphère, couvert;
CRIPP-ARTIGUES (Altitude 1 200 m ).
— Température maxima, + 3° : minima, 0° ; épaisseur de la neige, 0 m. 15;
état de l'atmosphère, nuageux.
B \REGES (Altitude 1.233 m.). — Température maxima, + 3"; minima, — 2»;
épaisseur de la neige. 0 m. 05 ; état de
l'atmosphère, couvert.
VOS PLUS
BEAUX
BSPAGNI
SOUVEN 1RS
DE VOYAGE
CULTIVATEURS LIMOUSINS
PROTESTENT
Limoges, 30 décembre
Les cultivateurs de la Haute-Vienne
est
contre
et
des
départements
limitrophes
Perpignan, 29 décembre.
avaient organisé au cirque municipal,
On annonce ia mort de l'évêoue de
une réunion pour protester contre la
peipio-nan Mgr de Carsalade du Pont.
baii-'S des produits agricoles, environ
Mgr de 'Carsalade du Pont était âgé
Le
Gouvernement
avait
posé
la
question
ée
confiance
2
000 agriculteurs étaient présents.
de 85 ans. Né à Simorre (Gers), il avait
'Après avoir entendu plusieurs oraété ordonné prêtre en 1871. Il avait fait
teurs les assistants ont adopté un orsa carrière ecclésiastique à Audi et il
avait été nommé évéque de Perpignan (Suite de la Séance de l'après-midi) i s'agit plus en l'occurrence de prêts dre du jour qui sera transmis au gou"d'Etat
à
Etat,
mais
de
toute
une
pqlitivernement.
le 8 décembre 1S99.
que internationale de soutien. Si le Par[1 s'était occupé d'archéologie et
L' INTERVENTION DE M. HERRIOT
lement
ne
ratifiait
pas
le
protocole
de
avait publié plusieurs volumes.
il était le restaurateur de la célèbre
M Herriot, qui avait éprouvé ce ma- juillet, j'aurais une grande confusion à
abbaye de Saint-Martin-du-Canigou.
tin une irritation visible de l'interven- aller à 'Genève parler au nom de la
Mgr de Carsalade du Pont était le tion de M. Flandin, vient vider son France qui a toujours soutenu contre
les autres pays les demandes de l'Audoyen de l'épiscopat français et un des cœur une fois de plus à la tribune.
derniers évêques concordataires.
Les gauches, pour s'excuser sans tricîîs
Sans faire montre d'un optimisme
doute de leur trahison récente, lui font
Douai, 30 décembre
Paris, 30 décembre.
à chaque instant des ovations bruyan- puéril et présenter les garanties d'auLe tribunal de Cambrai avait admis
On annonce la création dans les pretes M Herriot ne dissimule pas que jourd'hui comme un placement de père dans un cas récent qu'une femme était mières
semaines de l'année 1933, d'une
pendant la période électorale il a critiqué de familie, il faut reconnaître qu'en aé- en droit de quitter son mari atteint de
les prêts des précédents gouvernements, finitive, les risques de l'opération qui maladie contagieuse, en l'espèce, la organisation entièrement neuve de la
propagande française à l'étranger.
La Jeornee Parlementaire notamment le prêt à la Hongrie, mais est nécessaire sont moindres que tou- tuberculose.
Pour tous renseignements, s'adresser c
La direction du nouveau service sera
suivant lui le problème est tout diffé- tes celles qui l'ont précédée. (ApplauLa
première
Chambre
de
la
Cour
de
confiée à M. Pierre Comert qui fut pendissements
à
gauche).
Nécessaire
en
efrent aujourd'hui. (Sourires à droite et
fet, car elle est un anneau de la chaîne Douai vient de reformer ce jugement dant douze ans le chef de la section
L'OFFICE NATIONAL DU TOURISME ESPAGNOL
AU PALAIS BOURBON auM.cGntr©)
Herriot. — Il faut aider l'Autriche qui, en se brisant, romprait tout ce qui qui estimait que ce départ n'était pas d'information de la Société des Nations
à sortir des misères où elle se débat. Il a précédé et qui peut suivre. Cette ga- une injure.
et qui vient de recevoir à cet effet, le
12, Boulevard de la Madeleine - Paris
La Cour estime, au contraire, que la titre de chargé de mission au minisA LA COMMISSION DES FINANCES
y a deux solutions : d'un côté, Ans- rantie est la suite de l'emprunt de 1922.
maladie
d'un
des
époux
ne
saurait
seul doit suffire à calmer toutes
La commission des finances a auto- chluss, l'incorporation de l'Autriche Cela
être cause d'une rupture des liens du tère des Affaires étrangères.
dans la grande unité germanique. les inquiétudes.
irsé M- Marquet à présenter un avis D'ailleurs
mariage, qu'il est inadmissible qu'une
De
même,
le
proocole
de
juillet
1932
un
article
de
la
constitution
favorable à la proposition adoptée par
est la suite nécessaire du protocole de épouse abandonne son conjoint dans
le «énat et relative à la titularisation du Reich prévoit ce rattachement.
M Herriot agite longuement le spec- 1922 qui lui-même est la garantie que ces conditions cette attitude est injudes instituteurs et institutrices pourvus
tre de l'unité austro-allemande et la France a dû demander en contre-par- rieuse à l'égard de l'époux malade, et
seulement du brevet élémentaire.
contraire à l'obligation d'assistance qui
Sur la proposition de M. Lassalle, et s'étonne de l'aide si facilement appor- tie de l'aide financière que demandait persiste malgré la maladie. En conséaprès observations de MM .Malvy et tée en 1931 à la grande Allemagne et l'Autriche. Est-ce parce que le gouverne quence la Cour a prononcé la séparaet la majorité ont changé de bancs
Petsche, qui ont fait valoir que les po- du refus que l'on veut opposer aujour- ment
ce qui était bon hier est devenu tion d'e corps entre les conjoints en
pulations agricoles de nombreux dé- d'hui a la petite Autriche. Puis, il re- que
aujourd'hui ? ( Interruption, cause dans ce procès, et ce, au profit
partements attendent encore les répa fait une histoire de la tragédie finan- mauvais
rations promises, la commission a dé- cière autrichienne, un peu différente protestations au centre et à droite, ap- du mari.
à gauche). Si le protocole de juilcidé d'insister auprès du gouvernement de celle esquissée par M, P.-E. Flandin pels
let 1932 n'est pas ratifié, il faut renon,
. _
pour lui demander de faire voter les ce matin.
cer
à
la restauration économique de
M. Herriot. — En 1931. la Kreditanssible sur ce qui avait été réalisé dans
lois permettant la réparation des domOUF le Jour de l'An
ce but par d'autres grandes villes.
mages causés par les calamités publi- talt contrôle 63 % de l'industrie autri- l'Europe centrale et redouter les tentations
belliqueuses
d'un
peuple
victime
A
la
suite
d'une
étude
approfondie
il
chienne
et
tient
sous
sa
dépendance
la
M.
le
préfet de la Haute-Garonne a
LA
JCVRNÊE
ques en 1931-1932.
a été pris un arrêté qui sera mis en ap- l'honneur de faire connaître qu'il ne
Sur la proposition de M. Patenôtre- plupart des grandes entreprises indus- de la famine ; il devrait y avoir aujourplication dans la première quinzaine recevra pas à l'occasion du 1er janDesnoyers rapporteur, la commission a trielles danubiennes, si bien qu'on di- d'hui unanimité pour le vote et j'estiDU 30 DÉCEMBRE 1932
Vienne. ,30 décembre.
de janvier 'et qui réglementera la cir- vier 1933.
enfin adopté avec une légère modifica- sait de cet établissement qu'il pouvait mais encore récemment qu'il n'était pas
On mande de Gratz que, depuis
nécessaire de jeter dans la balance la
culation et le stationnement des véhition le projet de loi tendant à autori- être identifié à l'Autriche.
Saint du jour : Saint Roger.
quelque
temps,
des
troubles
se
produiquestion
de
confiance,
mais
après
l'apEn
1931,
la
Kreditanstalt
s'effondre
et
cules de transport en commun des
ser le ministre de l'intérieur, à engaFête
à
souhaiter
:
Saint
Cylvestre.
s'ent
quotidiennement
dans
la
région
pel
de
M.
Schumann
et
le
réquisitoire
le
gouvernement
autrichien
est
obligé
voyageurs et des marchandises.
ger jusqu'à concurrence de la somme
Cet arrêté précise que ces véhicules
de 4.500.000 fr. les dépenses nécessaires de se substituer à cette banque défail- de M. Flandin, le gouvernement se doit de Vorau, en Styrie.
Le Recteur de l'Académie de Toulouse
Plusieurs centaines de paysans, ar»-» 21 h. : Société Charles-Bordes. 72, devront stationner dans l'intervalle des
pour la préparation du projet d'aména- lante. Alors l'Autriche s'adresse à d'engager sa responsabilité et poser la
er
l'étranger et en particulier à la Banque question de confiance. (Vifs applaudis- més de bâtons, de fourches et d'armes boulevard, du Strasbourg .• soirée dan départs et des arrivées dans les « Parcs- ne recevra pas à l'occasion du 1 jangement de la région parisienne.
à feu ont tenté à diverses reprises de santé.
Internationale des Réparations.
sements à. gauche).
Gares » déterminés d'après la direction vier 1933.
prendre d'assaut le palais de justice
L'Etat autrichien a lutté depuis le
d'arrivée ou de départ et fixés par
lendemain de la guerre dans des con- M. MARCEL KÉRAUD A LA TRIBUNE pour délivrer un certain nombre de
l'administration municipale. Ils auront
paysans
écroués
pour
délit
de
pourditions tragiques. La France sera-t-elle
la faculté de se rendre sur un point de
M Marcel Héraud s'étonne de voir
Pour les Chômeurs
sans pitié pour ses misères épouvanta- aujourd'hui les socialistes et les radi- suites pour dettes.
la ville, accepté par l'administration,
Feuillets
La gendarmerie, réduite à l'impuisbles et si dangereuses pour le main- caux parfaitement d'accord sur une
pour prendre ou laisser des voyageurs
Nous recevons de la mairie :
tien de la paix î (Applaudissements à question qui les avait toujours divisés. sance, a demandé des renforts à la
ou des marchandises, sans que cependirection de la police de Gratz. qui a
i'extrême-gauche) .
dant la durée de l'arrêt puisse excéder
Des démarches ont été faites par
Il
rappelle
les
diatribes
de
M.
Léon
Toulousains 15 minutes, conformément à l'arrêté du l'administration
Paris, 30 décembre
Le refus de la France ferait échouer Meyer contre l'emprunt tchécoslovaque envoyé un fort contingent de gendarmunicipale auprès des
Service de Santé. — Les élèves tout le système organisé par la S.D.N. et lui demande s'il a changé d'avjs. mes sur les lieux.
1er juillet 1932.
pouvoirs publics intéressés pour prenDurant la journée d'hier, plusieurs
do l'Ecole du Service de Santé (M. Herriot donne la nomenclature de Mais M Léon Mever ne répond pas.
dre des mesures relatives aux chôrencontres se sont produites entre maMilitaire ci-après, désignés au ser- tous les pays qui ont participé à l'emmeurs qui ont atteint leur limite de
M. Marcel Héraud. — Nous avons dit nifestants et la force publique. On sivice à l'hôpital militaire die Tou- prunt). Ce prêt n'a été consenti qu'à la aux
secours au 31 décembre et qui nVUeEtats-Unis
que
nous
étions
dans
gnale
plusieurs
blessés.
louse sont nommés au grade de méde- condition d'être accompagné d'un pro- l'impossibilité de payer (protestations
Pour tes Enfants des Taudis mentairement devraient être rajés a
cin-lieutenant : MM. Nougues, Pcy- gramme de réformes. Ces réformes à gauche), et nous allons prêter de
cette date. Nous croyons savoir qu'une
Nos bazars, regorgent de jouets.
LECTRICES ET LECTEURS,
ronel, Carreau Rescamères, Sillion, sont en voie de réalisation. Il s'agit de l'argent à l'Autriche. En vérité, est-ce
j décision interviendra prorogeant par
C'est bien h. moment entre la Noël
ON ATTEND VOS ENVOIS
Gaud Géraud, Blancardi, à l'hôpital tout un grand plan d'ensemble qui sérieux ? (Applaudissements au centre
décret ce délai de secours.
Ces' officiers sont affectés à l'Ecole pourrait être renversé par le vote do
et le Premier de l'An.
En attendant, la commission de chôà droite). On a, dit que cet emprunt
Comme les années précédentes, l'Œud'Application du Service de Santé mi- la Chambre. Ce serait extrêmement et
mage,
qui se réunira dans le plus 1 et
En dehors des jouets du premier vre des Taudis fait appel à la générolitaire, pour accomplir un stage.
grave dans l'ordre politique et surtout était une garantie pour la paix. Perdélai,
procédera à l'examen des d
dge, ces pacifiques animaux en pe- sité de nos lecteurs pour qu'ils enAffectations. — Ces officiers en ser- dans l'ordre économique. (Applaudisse- mettez-moi d'en douter. D'ailleurs,
voient au siège de l'œuvre, à la Paix siers avec la plus grande biènveiliài
c l'emprunt tchécoslovaque et l'emprunt
vice provisoirement : MM. Nougues, ments à gauche).
l.A
CHAMBRE
VOTE
LA
LOI
luche,
oursons
et
chiens-chiens
artiSociale, 64, rue de la Pomme, des dons et le plus parfait esprit d'équilé.
Pevronel Carreau, Rescanières Sillion
De nouveau, M.. Herriot évoque la de la Hongrie n'ont-ils pas été défenculés, mais incassables, qui sont des- en espèces, des vêtements chauds pour
Gaud Géraud, Blancardi, è l'hôpital menace de l'avènement d'un gouverne- dus par nous, dans un but de paix et SUR LE CONTINGENT DE L'ARMÉE
tinés à subir tant de martyres, on fillettes et garçonnets, des lainages, des
Bruxelles, 30 décembre.
militaire de Toulouse.
ment pangermaniste en Autriche -et lan- cependant... (ifs applaudissements au
F-.tat-nta.jor général de l'Armée. — Le ce l'anathème contre le nationalisme centre et à droite).
La Chambre des Représentants a remarque que les jouets actuels sont couvertures, des bas, des gants, des
M. Marcel Héraud se déclare l'ami de voté, par 94 voix contre 69. la loi sur
articles de literie, des bonbons, des
colonel d'infanterie Cornet a été nom- « étroit » qui marquerait la fin de l'insurtout scientifiques.
jouets, etc.
Promotion dans la ré&srve
mé au grade de général de brigade et fluence française en Europe centrale. la culture autrichienne, mais il appré- le contingent de l'armée pour 1933 Le
cie
moins
son
impéritié
financière.
On n'a pas idée de l'étendue des dracontingent, comprendra 61.500 hommes,
admis a la retraite.
M. Herriot dit qu'on va à rencontre du
Ce sont des phonos, des jouets élecD'ailleurs,
selon
l'ortaeur,
ce
ne
sera
mes
dont
le
sinistre
taudis
est
le
théâdont 34.200 musiciens.
plan danubien
C'est avec satisfaction que nous releLa Chambre a également adopté une triques, des chemins de fer perfec- tre dans le silence et dans la nuit.
ETAT MAJOR DE LA MARINE
M. Herriot. — On a dit que ce plan pas l'Autriche qui sera bénéficiaire de
vons parmi U= promotions de fin u anl'emprunt,
mais
l'Angleterre.
tionnés,
des
autos
de
toutes
dimenj
Lectrices
et
lecteurs
faites-le
comloi
refusant
l'admission
de
nouveaux
avait écarté de nous l'Angleterre ; de
née des officiers de réserve, au «rade
Paris, 30 décembre.
M. Henri Haye combat également le agents de change auprès des bourses sions et de toutes formes, marchant prendre aux charmants petits êtres de chef d'escadron, le nom de M. i-éiix
oe côté, le' gouvernement français a
M. la vice-amiral Herr a été nommé reçu de l'Angleterre les plus expresses projet de ratification.
de fonds publics du pays jusqu'en 1935,
qui vous entourent.
Pourailly.
me pour l'année 1933 inspecteur géné- assurances. (Applaudissements k gauAprès quoi la discussion générale est et s'est ensuite ajournée au 18 janvier. avec des moteurs de plus en plus inDites-leur qu'à côté d'eux, dans la
Nous sommes heureux de lui adresser
ral des forces maritimes de la Médi- che.) La conférence de Stresa s'est te- close. On passe à la discussion de l'argénieux et parfaits et même de pe- proche mansarde, dans le taudis voisin, nos félicitations car nous savons tout
terranée. M. le lieutenant de vaisseau nue dans une atmosphère de grande ticle unique. M. Marin défend un
LE SÉNAT APPROUVE
il
y
a
des
enfants
qui
se
plaignent,
qui
tits cinémas qui n'ont guère à envier
l'intérêt aussi actif que dévoue rpfè i -st
Derrien, du port de Brest a été nommé cordialité. On a commencé la consti- amendement tendant à n'accorder la
gémissent, qui pleurent et qui souf- officier de réserve ne cesse de porter
LES PROJETS FINANCIERS
aux grands.
au commandement du sous-marin de tution du fonds commun.
garantie de l'Etat français que pour le
frent.
aux questions touchant la défense naLe Sénat a approuvé les projets fipremière classe « Le Glorieux ».
Ils ont froid et ils ont faim.
M. Flandin. — Je né poserai qu'une taux de 4 J % au pair.
tionale.
Que sont devenus les jouets ingénus
nanciers du gouvernement par 94 voix
M le vice°amiral Herr a été nommé question : quel engagement l'AngleterPour eux, l'Œuvre des Taudis vous
contre 1, une socialistes ayant quitté de naguère qui firent la joie des en- tend la main.
INTERVENTION DE M. MARIN
pouf l'année 1933 inspecteur général re a-t^elle pris à cet égardl ? »
la salle des séances.
fants devenus les pères et déjà les
des forces maritimes du Nord,
Tous les dons en espèces et en nature,
M. Herriot avoue avec modestie qu'il
M. Marin. — Après le vote des conLa Haute-Aassemblêe a voté à son
ne s'agit que d'un projet dont, évidem- versions, l'Etat français ne peut accor- tour
grands-pères d'aujourd'hui, — ces dont la liste sera publiée par le Journal
le
contingent
de
l'armée
pour
1933.
de Toulouse, sont reçus au siège de
il ne garantit pas le succès. Puis, der sa garantie à un emprunt dont le
Un Incendie détruit
panthu composés de deux planchet- l'Œuvre
Dans îa Légion d'Honneur ment
abordant sa péroraison, il clame que taux d'intérêt dépasse celui des derdes Taudis (à la Paix Sociale),
tes
de
bois
peint
dont
une
ficelle
faiune terme
l'on ne doit pos hésiter à faire des nières conversions (Vifs applaudisse64, rue de la Pomme, Toulouse.
POUR LES MUTILÉS DE 100 %
amis à la France et qu'il convient de ments à droite).
sait monter et descendre les bras et
montrer que notre pays n'est pas insenUn incendie d'une grande violence
M. Paul-Boncour pose aussitôt la
les jambes ; ces polichinelles, bossus
Le Journal officiel publie une promos'est déclaré mercredi mutin, . vers
à l'appel qu'on lui adresse en fa- question de confiance contre l'adoption
tion dans la Légion d'honneur en fa- sible
et
joyeux,
vêtus
de
rouge
'
de
gaL'Incendie
4
h. 35, dans une ferme Isuice de ,a
veur
de
la
réconciliation
et
die
la
paix.
veur de militaires titulaires d'une pen- Les gauches applaudissent avec fréné- de l'amendement Marin
lons d'or, que l'on ne rencontre de la Faeulté des Sciences commune de Cugnaux. Mlle l.ast>x
M. Lamourtux. rapporteur. — L'asif i d'invalidité de 100 %. Cette pro- sie M. Herriot qui, ayant regagné sa
possède a cet endroit, au hameau dit
Paris, 30 décembre.
mendement Marin sera inopérant, car
plus, sauf le rouge et les galons, que
motion comprend :
place, est littéralement submergé par
Il paraît se confirmer que la proSelon les premières constatations, les Hautpoul, une métairie affermée a une
autrichien est libre de fixer le
dans
le
monde
politique
;
les
chevaux
Trois grands officiers : MM. Roujou, la marée de ses admirateurs qui se l'Etat
dégâts causés par l'incendie survenu famille d'Italiens, nommée Galupuni.
montant du taux de l'intérêt de son chaine nomination de M. Henri de
ancien chef de bataillon au Ci» d'Infan- pressent vers on banc.
rélégués
maintenant vendredi dernier 23 décembre, à la F'a- ie feu prit dans un hangar pour une
Jouvenel à l'ambassade de France au- mécaniques,
emprunt.
terie ; Izaac, ancien capitaine au 2»
près
du
Quirinal
sera
la
préface
d'un
M. Marin. — Avez-vous calculé les
danc les greniers, et ces lapins bat- culté des sciences, qui sont malheureu- cause encore inconnue. Ces pompiers
L'A S DE A LA TRANSATLANTIQUE
Zouaves , Laurent, ancien capitaine au
important diplomatique, qui portera
sement très importants, restent d'une de la caserne de Toulouse se rendirent
commissions
formidables
que
vont
tou7e bataillon de Chasseurs Alpins.
Après une brève suspension de séance
sut les ambassades de Londres, Wa- tant des deux pattes sur un timbre
générale d'ordre purement maté- immédiatement sur les lieux et sous
Trois commandeurs : MM. Gayerde, la Chambre adopte le projet de loi re- cher les banques internationales ? Il shington. Tokio, Ankara, Varsovie, que Von ne trouve plus aujourd'hui façon
la direction du lieutenant Baure, metriel.
ancien sous-lieutenant au 25o bataillon portant au 28 février 1933, la limitation faut enfin protéger les épargnants fran- Berne, Madrid, et sur un certain nomAinsi que nous l'avons rapporté, l'in- taient une meto-pompe et, deux lances
que dans les coffres des banques
ds Chasseurs ; Henry, ancien sous- d'utilisation du crédit de 110 millions çais. (Violents tumultes à gauche.) bre de délégations importantes.
tervention rapide, puissante et efficace en batterie : mais le feu avait déjà en
lieutenant au 128» d'Infanterie ; Lalle- mis à la disposition du ministre de la Oui. je ne veux pas que l'épargne fran11 n'est pas impossible ou'en raison quand les agents du fisc vont y faire des pompiers, a maîtrisé en peu de partie fait son œuvre. Les dégâts conment, ancien médecin aide-major de marine marchande pour assurer le fonc- çaise soit dépouillée et ridiculisée par des négociations sur les dettes le poste des ouvertures de successions y
temps le feu, qui détruit seulement la sistant en 1.000 quintaux 0e fourrage,
vifs
1" classe et 95 croix dl' officier.
tionnement de la Compagnie Transat- vous. (Longs tumultes à gauche
Washington soit confié à un homme
Dans ces temps révolus, peu de toiture et les locaux situés immédiate- 3aO mètres de toiture et 300 mètres de
au centre et à droite.) de
lantique. Après quoi elle reprend la apnlaudissements
M. Flandin. — Vous allez prendre un politique qui recevrait une mission chose suffisait aux enfants pour les ment à son contact, sur un peu plus de plancher, ont été brûlés. Trois chevaux
discussion du projet de ratification.
engagement dont vous ignorez les li- temporaire de six mois.
amuser. Maintenant, étant à la page, la moitié du bâtiment en façade le long et un taureau, qui s e trouvaient dans
l écurie, ont péri asphyxiés.
de l'allée Saint-Michel.
mites.. Vous ne savez ni à quel taux, ni
DISCOURS DE M. CHÉRON
<WWil sont devenus plus difficiles.
Dans les 1 étages inférieurs, les dégâts
Les pertes sont évaluées à 80 000 fr
dans quelle monnaie cet emprunt va
M. Chéron qui vient de quitter le Sé- êtr» émis. On dit déjà oue le schillingA voir combien le choix s'est res- causés pa. l'eau sent considérables, environ et sont convertes par une assunat, gravit la tribune.
rance.
mais,
fort
heureusement,
grâce
au
déor sera pris pour base, c'est-à-dire qu'on
treint, dans le genre des soldats de
M. Chéron. — Je m'excuse de n'avoir négociera sur la base du schilling au
vouement de tous les membres du perplomb et des panoplies, on se rend sonnel enseignant, administratif et
pu
assister
au
début
de
la
séance,
mais
pair
de
3
francs,
alors
qu'il
ne
coûte
L'ARRÊT SERA RENDU
je m'efforçais d'obtenir du Sénat 5 mil- que 2 fr. 30. On dit encore que des pricompte qu'ils sont pe^i demandés et auxiliaire et des étudiants présents,
LE 19 JANVIER
liards, (Rires prolongés.) et je les ai mes de plus de cent francs seront acc'est un signe que les « jeux de la d'énormes quantités d'eau menaçant
ramassés
!
Je
suis,
en
principe,
opposé
très gravement de précieuses et impor- Un tra'n heurte un vieillard
cordées par titre vendu. Jamais on n'a
Paris, 29 décembre.
guerre » n'ont pas gardé beaucoup tantes collections ont été rapidement
à
toute
avance
de
l'Etat
français
à
voté
dans
de
conditions
plus
obscures,
s
A la demande des défenseurs d'Ous- un Etat étranger, mais il s'agit ici de
UN AVION COMMERCIAL TOMBE
r aits pour les Français de notre évacués par l'escalier principal, tandis
d'e
Mercredi matin, au point kilométrt.
plus
dangeureuses
et
plus
malhonnêeiic et de Gualino, trois experts-comp- faire honneur à un engagement qui
EN FLAMMES
tes.
applaudissements à droite et
que des documents et objets scientifi- que 4.100. le train express n<> 506 veépoque. Cela se comprend assez.
tables ont comparu hier, à la barre de intéresse l'ordre européen .»
au centre : longues protestations à
Il y aurait trois victimes
irremplaçables étaient mis à nant de Pau, a heurte M. Pierre Genla 1™ Chambre de la Cour, où se pourAu contraire, ces soldats de plomb ques
Puis, M. Chéron, après M. Herriot,
dre, âgé de 71 ans, 4, rue Elvire, qui
l'abri.
suivent depuis plusieurs semaines les s'efforce de réfuter le discours prononcé gauche.)
étaient
très
répandus
sous
NapoM.
Lamoureux,
rapporteur.
—
L'-îmMadrid 30 décembre
Les mesures nécessaires de préserffc- longeait la voie ferrée entre le passage
débats de l'affaire de la Holfra.
ce matin par M. Flandin.
L
avion
qui
avait
quitté
Barcelone
er
prunt sera émis en francs français et
provisoire ayant été prises tout de à niveau de la rue Saint-Roch et ceiut
M° Bizos. défenseur d'Oustric, tout en
Suivant lo ministre de s Finances il je ne comprends pas l'émotion de' M. hier, à destination de Toulouse aurait léon III et sous Napoléon I . A l'Ex- tion
suite par la Compagnie d'Assurances de Saint-Agne. M. Gendre, qui est dur
reconnaissant qu'il y a eu des simula- ne s'agit pas d'un prélèvement
à 'de- Flandin, puisque l'emprunt de 1922 a heurté une montagne et serait tombé position actuelle du Ttoi de Borne, Générales et la ville de Toulouse, agis- d oreilles, n'entendit pas les coups de
tions de souscription, a demandé aux mander au Trésor, ni d'un crédit à
à Paris, on voit, au premier rang de sant comme propriétaire de l'immeuble, sifflet et fut happé, a hautetr de
experts s'il n'était pas établi par leurs ouvrir au budget, mais seulement d'un été émis dans des conditions sembla- en flammes près de Lerida
L'appareil transportait ie pilote et ses jouets, de petits canons et de pe- ayant par la rapidité des travaux de 1 épaule droite par le marchepied de
travaux, que la Holfra avait à sa dis- crédit qui peut éviter un déboirs beau- bles.
deux
passagers
qui
effectuaient
un
M. Flanrlin. — Pardon, l'emprunt de
déblaiement et d'adaptation entrepris la machine. 11 reçut les premiers soins
position, dès sa constitution, le mon- coup plus considérable résultant du
1922 a été émis à 13 %. C'est tout dire ! voyage de noces ; le pilote et la jeune tits soldats de tous les régivienls de d'urgence par elle, montre, une fois de de M. le médecin-capitaine Icart, du
tant du capital social.
remboursement éventuel de l'emprunt
la Grande Armée.
M.
Paul-Boncour,
—
Toutes
précaufemme
sont
morts
carbonisés
l'autre
Le premier président a fait observer de 1922. D'autre part les fonds de l'emplus, sa sollicitude pour l'Université. U" d'infanterie, et de M. le doeteu'On ferait toute l'hisoiré de l'esprit M. le doyen espère que les services d'en- Boué, 46, rue du Fêretra, médecin de
que ce fait même s'il était purement et prunt ne doivent pa s faire face au tions sont prises pour que l'emprunt voyageur serait grièvement blessés.
On ignore encore l'identité des et des mœurs en France — et par- seignement pourront tous reprendre dès la famille.
simplement établi, n'empêcherait pas renflouement du Crédit Anstalt et autrichien soit émis à un taux raison- victimes.
nable. Le gouvernement est dans l'obliLes deux médecins conclurent à une
rentrée qui reste fixée au mardi
qu'il y ait eu violation de la loi.
la dette de l'Etat autrichien doit être
tout — avec un musée des jouets, 3la janvier.
fracture de la base du crâne, une frac« La Holfra est une Société française, remboursée par le moyen d'emprunts gation de poser la question de confiance
contre
l'amendement
de
M.
Marin
qui serait très souhaitable, s'il n'exisa-t-il dit, elle doit se soumettre aux intérieurs.
ture du bras droit et de nombreuses
(Anplaurtissêmènts à gauche.)
te pas déjà.
contus.ons sur tout le corps.
prescriptions de la loi française. »
M. Chéron, — M. Flandin m'a accusé,
M.
Joseph
Denais.
—
Nous
no
vouDans
le
Service
de
Santé
Son état est très grave
Puis le premier président a déclaré les ce matin, de vov'oir renflouer une
la Hongrie, nous avions encore l'espé
On pourrait même y placer, en
lons
pas
que
les
souscripteurs
bénéfidébats clos.
rance
que
l'Allemagne
paierait
les
ré
banque étrangère, reproche inattendu cient d'un? situation privilégiée dont
Remarqué
dans
l'Officiel,
sur
le
tatôle, ce petit canot de bois monté par
parations, et aujourd'hui
L'arrêt sera rendu le 19 janvier.
en vérité.
d'avancement 1933, le nom du
n'ont pas bénéficié les épargnants franM. Ernest Lafont, interrompant. — huit rameurs, qui est au Musée du bleau
Ni. P, E Flandin. _ N'étiez-voug pis çais dans les autres emprunts, car ne
docteur Maurice Besnoit, du Val-deCet argent ne sera pas pour les mar- Louvre et qui date des Pharaons.
dans le Cabinet Stceg qui a renfloué l'oublions pas. l'emprunt autrichien ne chands
Grâce.
de canons I
la Banque d'Alsace-Lorraine ? (Vifs sera pas souscrit par de petits éparNos vives félicitations au jeune docÉLECTRIOITÉ CRACCHI
On verrait ainsi que les jouets sont
M .Philippe Henriot. — Qu'en savezapplaudissements au centre).
(Vifs applaudissements à droite vçnis ? Le gouvernement autrichien est presque aussi anciens que les hom- teur, chevalier de la Légion d'honneur,
Clôture définitive 31 décembre
M. Chéron. —Je prends la. responsa- gnants.
qui
ost
le
fils
du
si
regretté
directeur
et au centre.)
SOLDES A TOUS PRIX
Plus que fragile, et déjà l'Autriche et mes et que ce n'est pas d'aujourd'hui
bilité de cette opération.
de l'Ecole vétérinaire de Toulouse,
Lustres, Vasques, Appliques
la Bulgarie préparent un front unique
Passant des considérations techniM.
Ch.
Besnoit
et
de
Mme
Ch.
Besnoit,
seulement
qu'une
partie
de
l'humaL'AMENDEMENT
MARIN
pour réclamer ie réarmement. Alors,
Abct-jour, Lampes portatives.
aues aux considérations politiques, M.
née de Vais.
1 argent français que vous allez donner nité monte des bateaux à Vautre.
Cadeau à tout acheteur
EST REPOUSSÉ
ENCORE UN ATTENTAT TERRORISTE Chéron réédite les arguments précé1 Autriche ira peut-être aux marà.
demment founulés par M. Herriot.
L'amendement Marin, contre lequel le chands de canons. Enfin nous laissons
LE GUETTEUR DU DONJON.
Barcelone, 30 décembre.
la majorité la responsabilité de sa
.Hier après-midi, une forte explosion LE PLAIDOYER DE M. P. BONCOUR gouvernement pose la question de con- àdécision.
fiance, est repoussé par 387 voix cons est produite dans une maison. Au
tre 189.
Elle va une fois de plus immoler
même, instant quatre inconnus en sont
Voici
maintenant
le
président
du
conPOUR VO/
On passe aux explications du vote. Le se s principes démocratiques sur l'auService des Transports
sortis et se sont enfuis en automobile, seil à la tribune. 11 déclare que sa seule
ues policiers, montés dans un taxi, prétention est de mettre ses pas dans socialiste Longuet déclare sans ambage tol de la question de confiance
en Commun
que son parti votera l'emprunt pour seNous ne nous
associerons pas à
«nt essayé de les poursuivre mais sans les pas de M. Herriot.
courir les camarades autrichiens.
cette comédie. (Vifs applaudissements
CADEAUX
résultat.
M, Paui-sonceur. — Après l'exposé
au
centro
et
à
droite).
M.
Philippe
Henriot
a
la
parole.
En
raison
du nombre sans cesse
Une perquisition opérée dans la mai- du ministre des finances personne ne
croissant
des
services
d'autobus
qui
son a fait découvrir plus de mille bom- peut douter que l'opération d'aujour- « !L NOUS FAUT TOUJOURS PAYER »
LA QUESTION DE CONFIANCE
correspond, il est vrai, aux besoins de
bes. Cinq caisses étaient déjà embal- d'hui n'a rien de commun avec les opéM. Philippe Henriot, — Mes amis et
L'ensemble du projet est mis aux vitesse, do confort et de commodité de
lées prêtes à partir et portaient l'ins- rations précédentes dont le public c'est
wption « fragile ». On a trouvé éraie- ému. (Murmures a d.oite et au centre.) moi avuiis décidé .te ne pas voter le yeux, la question de confiance est po- notre époque, l'administration municipale toulousaine s'est préoccupée d'ap«ent une grande quantité de potidre. Sans élever la moindre critique contre projet. Certes tout te qui a été dit sur
des munitions et des armes. La cuisine
en ce qui la concerne, un peu
la misère rie l'Autriche, le désir de
Aprôs pointage, le projet ds ratifica- porter,
ceux
qui
1er,
ont
effectuées,
je
puis
afd'ordre dans une circulation jusqu'à ce
113 ' 5011 était transformée en un
paix, etc . , nous le faisons nôtre bien
vS.'^J
firmer qu'il y a entre celle-ci et les :.u volontiers Mais nous sommes étonnés tion est adopte par 352 voix contre 188 jour un peu anarchique et de plus en
rentable laboratoire.
..o socialiste Barthélémy
me la plus difficile.
eu plus tard !a garde civile a très des différences essentielles. Il ne que I on évoque dos périls comme ce- discussion immédiate dp s
WA ?.
terpels'agit plus ici de vider le Trésor, mais lui de l'Anschluss, par exemple, chaque
Soucieuse cependant de ne léser aud
lation
sur
la
fermeture
iwi
arrêter, sur la route de Valence d'une carantie éventuelle qui peut-être
usines cun des intérêts qui sont en jeu et
lois qu'on veut nou 5 soutirer do l'ar- Blériot à Puteaux.
OMOBILE QUi avai
FABRIQUENT
r1n,„ -J re
» été reconnue n'aura pas à se produire.
gent
cherchant,
dans l'intérêt de tous, à bécelLe avani emporté le, inA la demande du
gouvernement, néficier de l'expérience des adminis« Ce matin, certains membres de la
ém,n,
57 AlW.es Chartes de Fifla. î
Oui, nous sommes désireux que la l'interpellation
Bartt
wnnus
au
moment
de
l'explosion
mais
îoiemy
est
renle occupants réussirent à prendre la Chambre ont paru taire bon marché du Franco ait des amis : mais, hélas I il voyée à la suite
trateurs oui avaient eu à prendro déjà
VENDENT
contrôle
financier
de
la.
S.
D.
N.
Ce
faut 1ou jour s les payer, payer poui
arrêtés pour éviter l'envahissement
pr s avoir
6 ^ a " c.e vendredi 16 heu des
Darf
f
abandonné la voiture contrôle existe et il a déjà donné des désarmer nos ennemis, payer pour sou- res'n^r'V,
do leurs rues, places et boulevards par
ce te (1eniif r,î
r
, Ptl0n d11
1.RUE ALSACE
0I> a t|- ouvé un re résultats. D'autre part, nous sommes tenir l'amitié ; comme résultat : zéro !
re
VoivL
l J
'
les
services
lihros et inorganisés de
I
™™
*-oivei et des caisses de munitions.
solidaires de beaucoup de pays. Il ne Quand nous avons prêté de l'argent à four7,' s'én 1 ,r
transports
en
commun,
elle
n'a
rien
néSéance levée à
h.
gligé pour se documenter le plus pos-
voté
par
351
voix
LES
ALLEZ CHERCHER EN
187
La Propagande française à l'étranger
1
P
Des troubles en Syrie
ouvelles Militaires
JOUETS
Âu Pariemeat Belge
Le Mouvement Diplomatique
L'Affaire de ia Holfra
airs Divers
(Vifs
j
j
En Espagne
21
30
Bibliothèque municipale de Toulouse - Tous droits réservés
VENDREDI 30 DECEMBRE 1932
HAUTES-PYRÉNÉES
Marché du 48 décembre _ Marche
o ra.rb «s.
ASPET
ponant. - Cours pratiqués .
»nLE BAL DE LA PHARMACIE
Veaux, même cours, 4 t r ',.,
STA t" M c TOULOUSE-P . rifcNÉES »
orc;,elets .
Cette brillante soirée aura lieu le
nombreux
.vente
plus
carne
=
*?
Nous avons le plaisir d'Informer nos auFootball. — Dimanche prochain, sur
Rédaction Départementale i Allées de Villotc, à F0IX I
samedi 14 janvier, à 22 heures, dans
PUPILLES DE LA NATION
Blé, 80 â 90 fr. ; avoine.™ â ^ tr Yà ,3° "'•
diteurs qu'Us pourront écouter ce soir, 30 noue terrain aura lieu une palrtie qui
les Salons du Grand-Hôtel.
71 a, 80 fr. : haricots, 230
o.-in a* 240 tr - ; m "ts
BUHKAt
OIIVKK1
du
1!»
»
I»
hearc*
Mme
Marsaud
donnera
une
conféL' e attraction sensationnelle émer- rence sur l'Enseignement familial mé- décembre, au cours de l'entr'acte de notre no manquera pas d'intérêt. En effet,
dé
terre.
30
à
35
fr.
;
châtaigne* ii^TT?
Téléphone
UAWAC
veillera tout ie Toulouse monda'n nager, le mercredi 4 janvier, à 20 h. 30, concert de gala, vers 21 n. 50, un Intermè- c'est l'U. S. de Soueich qui nous rend
orge, 60 a 65 fr. ; le tout fe tac
"° Ji
qui assistera à cette fête :
bureau au secrétariat de l'Office, 15, rue Cons- de de chant assuré avec le concours de M. visite.
Poules,
35
à
40
tr.
, poulets 22 à
^
Gabriel
Cousinou,
baryton
du
Lycéo
de
Favori
du
championnat
de
troisième
de l'Association des Etudiants en tantine.
rou eus. « A 35 fr. . dindes.»
& :
Barcelone
et
de
la
Gaieté
Lyrique,
et
de
série,
ayant
gagné
tous
sus
ri.atcîiOS
pal
Pharmacie est, en effet, en pourpar;
COMITE DEPARTEMENTAL
19 tout la paire. Oiesgrasses H à it
PAMIKRS
Cette conférence, au cours de laquelle
lers avec une célébrité actuelle. Sous Mme Marsaud montrera le rôle de la Mm*- Moraldl, soprano de 1 Opéra-Comique. de scores impressionnants, cfctté équip-3
canards, 14 a H fr. 50 ; i 9 tout le kilo 1* '
DES MUTILES ET BEFOBMKS
M. Darquier, professeur de piano, donnera pratique un jeu rapidel, et malgré leurs
peu, dî nouveaux détails.
A la gare.
— C'est avec peine que «M*. 25 à « fr. , lapins «a W t M
femme et la place importante qu'elle également une audition.
P * fe !
ET OFFICE DU COMBATTANT
moyens physiques d'une correction
nous avons appris le départ au premier œhfs, 7 à s fr. la douzaine
v i'our éviter une trop giande affluen- doit occuper au foyer, sera suivie de
Ces artistes sont en ce moment en repré- exemplaire.
'ce, le nombre des cartes a été limité. projections cinématographiques et de
janvier, de M. Dusseau, notre sympaCommandés par le Sfymîiiitlilqut) ta
L'Office National du Combattant thique chef de gare.
L©s personnes titulaires de cartes démonstrations pratiques qui la ren- sentation chaque soir nu grand café Barrie,
LOT-ET-GARONNE
à Toulouse.
fosse, Burgalat, écussa'nt ont Juré de nous communique la note suivante.
d'invitation sont priées d'aller dès a dront particulièrement vivante.
Mis à la retraite sur sa demande, M.
vaincre les joueurs de l'Eoile.
présent, retirer leurs cartes d'entrée
Dussc.au
quitte
notre
ville
après
avoir
L'Office départemental invite les JeuFoire du » décembre. - Cours du*?^.,
Nos joueurs auront à faire pour résisaux adresses suivantes :
Les Films de la Semaine
nes filles pupilles de la nation, même
Après audition d'une communica- dirigé pendant plus de 6 ans, les servi- de boucherie : Bœuf, 3 fr. 40 - veau * t. 50;
ter avec succès à leurs brillants adverPharmacie Duffilhot. 54. rue C • Ré- celles ayant dépassé la majorité à, venir
mouton,
; agneau, 3 fr.' 75 le tout ii
ces
de
la
Compagnie
des
chemins
de
fer
saires, et un moment de défaillance de tion faite le 16 décembre 1932 par un du Midi, à Pamiers. Doué d'une affabi- kilo poids4 fr.
AU PARAMOUNT
mnsaf ; Pharniacip du Soleil, place nombreuses à cette soirée II est inutile
vif.
leur part pourrait être un désastre.
des
postes
de
T.
S.
F.
de
Paris,
Wilson .: Pascal, chemi.'ier, rue La- d'insister sur l'intérêt que présente
lité à laquelle nous nous plaisons à
< Sa Meili.ure Cliente »
Nous leur faisons confiance, car voupeyrouse ;
Martin-Gautié, rue d'Al- cette question h l'heure actuelle, et nous
OORDOCNE
l'Office National du Combattant met rendre hommage, aussi courtois avec le
Un film, dont le principal clou, consiste loir, c'est pouvoir.
sace. '
/
sommes rr-p vaincus que toutes les pu- dans la mise en scène caricaturale d'un
L'équipe 2 rencontrera Montastruc en en garde les anciens militaires dési- personnel sous ses ordres qu'avec le puPérieueu,
pilles auronl à cœur de répondre à l'ap- Institut da beauté. SI J on ne savait a lever de rideau, jouant au complet, nos reux d'obtenir la carte du combat- blic, il en était aimé.
Marché du 28 décembre. — Cours
Sa
justice
et
son
impartialité
le
faiquéa
;
- *
pel de l'Office qui, après avoir aidé â quelles sinistres absurdités la tyrannie de joueurs doivent vaincre.
estimer de tous, aussi est-ce avec
Poulets. 5 â 5.50 poules, coqs, « » Ug .
la formation professionnelle ou intellec- ta mode peut pousser la partie la plus
Nous espérons qu'un nombreux pu tant en application de l'article 4 du saient
grasses s fr. . ..'
tuelle de ses jeunes protégées, se préoc- aimahle de l'humanité, on trouverait tout blic viendra applaudir aux efforts de décret du 1er Juillet 1930 contre toute un profond regret que, personnel de la dindes 5 à 5.50 ;
gare, usagers des chemins de fer, eu 1 nards. fi â 6.50, le tout la Uvre
'
cupe maintenant de faciliter leurs dé- cela simplement Idiot et invraisemblable : tous les joueurs, sans exception.
erreur d'Interprétation.
simplement
appahiêens,
nous
le
voyons
| Pommes de terre, 0.40 ; carottes 070,
buts dans la vie.
mais il paraît qu'au fond, il y a do vrai.
L'information dont il s'agit est d'i- quitter notre ville.
choux de Bruxe.les. 2.25 a 2.50, le tout la
Quant au reste, l'intrigue est fort déconDANS LA RUE...
nitiative exclusivement privée.
Membre du conseil paroissial de No- j livre
poireaux, 0 50 pièce • «aiades
certante. La jalousie y pousse la principale
<: n1
M. Janket Tabaeznik, 25 ans, mécatre-Dame
du
Camp,
son
dévouement
ne
ie paquet ; choux-fleurs 3 k s» "'/"
Les
demandes
de
cartes
ne
peuprotagoniste à une singulière démarche ;
't !
L'ISLE-EN-DODON
nicien, demeurant rue Héliot, a porté
connut
pas
de
borne,
admirablement
.
salsifis,
a
« 3,50 la botte • céleri 2
heureusement, vers la fin, tout s'arrange
vent, en droit et en fait, être utile- secondé par Mme Dusseau, sa digne 1 3- fr. la pomme.
plainte, au quatrième arrondissement, wks sas sootTK Hïwrm si l'on peut appeler ce'a s'arranger.
<5 4
contre le conducteur de la camionment examinées que par ta commis- compagne.
Foies d'oies. 30 à 35 fr. ; foies
Au milieu d'un tas d'extravagances Mme
ra
nette appartenant à la Société ComMalgré son départ, M. Dusseau ne nards. m à 20 fr. ; truffes. 30 A 35 t r
Elvire Popesco est drôle et charmante ;
siun de l'article 4 siégeant à l'Office
merciale et Industrielle, boulevard de
nous
oubliera
pas,
pus
plus
que
imus
MM.
André
Lefaur
et
René
Lefêvre
lui
tout
la
livre
;
neufs.
8.50
,1
9
fr
la
douzaine*
ACADÉMIE DES SCIENCES
National du Combattant, Hôtel des
Une bonne nouvelle pour les
jl'Embr-chure, qui, le 27 courant, vers
ne l'oublierons. Il se retire à Bergerac
de bonnes répliques. A noter une
Pommes à couteau, 3 à 3.50 n douiai ue
l'ISLOlS...
INSCRIPTIONS ET BELLES-LETTRES donnent
Invalides, à Paris.
17 h.. 30, l'aurait heurté et blessé.
réapparition de M. Prince, gl< *re des premais des liens trop étroits de famille et
M. Tabaezhik, qui est atteint d'une
Demain
samedi,
à
l'occasion
du
miers films comiques muets et des Pièces
Cet établissement public statue, en d'amitié le rattacnent i ' j"'ie
Séance du 22 décembre 1932
Nouvel An, La Révolution Comluxation de l'épaule gauche et d'une
de MM. de Fiers et de Catllavet ; on lui
Nous sommes sûrs, et en cela nous
GERS
ce qui le concerne, en toute indépenfracture de la base du troisième mémerciale, avantageusement conavons sa promesse, que nous le reverM. Jean Donat fait une communica- a donné ici un rôle répugnant, et il ne
Glmont
dance et en dehors de toute inter- rons à Pamiers, et nous l'assurons détatarsien, a été hospitalisé à l'Hôtel- tion sur le sujet suivant : Une appli- travaille pas à le rendre sympathique.
nue, vous offrira une GRANDE
Foire du 2S décembre. - Cours pratiqué". ;
VENTE-RÉCLAME sensationnelle.
Dieu.
La première partie comprend un sketch
cation du calendrier républicain aux
vention. Tous lee intéressés peuvent jà que ce sera avec joie qu'il nous sera Uiufs, 8 fr. la douzaine ; poulets de
»
Une enquête est ouverte au troisiè- inscriptions à l'état civil.
Trois camions de marchandises
marseillais assez spirituel, le Mystère d't
3ii fr. ; poules, de 35 è 40 fr. ; dindons a2
s'adresser à lui, ainsi qu'aux Comi- donné de le retrouver. - l. 1..
me arrondissement.
de
toutes
sortes
seront
mis
en
Château
dit,
où
l'on
hlague
assez
drôleAprès un rapide historique du calenUd à 120 fr. : dindes, de 60 à 70 ir - D,n
Groupe cantonal des anciens combat- Uides,
tés départementaux chargés de l'insvente à des Prix inconnus à ce
drier de Fabre d'Eglantine, inspiré de ment. Marcel Pagnol. et un documentaire
35 fr ; chapons, de 45 à 55 tr ' • r a "
jour. Il y aura de TOUT ..
celui que Sylvain Maréchal avait déjà sur le cheval a travers les âges, qui pastruction et du premier avis. Tous tants et victimes de la guerre. — Le nards, de 30 à. 35 fr. , pigeons, aé io i.
bureau du groupe cantonal a le regret
COLLISION
conçu en 1787 et de celui de la Société sionnera les fervents du sport hippique.
On lot formidable de costumes
renseignements et conseils utiles de faire connaître qu'il lui a été maté- 12 fr., te tout la paire.
des Philanthropes, ainsi que du projet
Oies grasses, do 12 à i3 fr. le kilo . fo|.
complets et pardessus drap sera
sont donnés gratuitement.
riellement impossible d'organiser cette d oie. de 40 â 45 fr. pièce.
Mercredi, à 15 heures, une collision élaboré par le Comité d'instruction
Croii de Mme.
'
sacrifié a 50 et 60 francs.
année la fête traditionnelle de l'Arbre
s'est produite, rue des Gestes, angle
publique
créé
par
la
Convention,
Veaux, de 8 50 à 4 fr. 50 ; vaches de bou
C'est inimaginable !
de Noël des anciens combattants. Les chérie,
rue Gambetta, entra l'auto N° 9. />58 M Donat en a présenté une curieuse
COOPERATIVE AGRICOLE
do 2 50 â 3 fr., le tout le kilo .
Y S, conduite par M. Jacques Viala application à l'état civil dans la comrecettes insuffisantes réalisées au cours boeufs et vaches de travail, néant bres'it
MUSIC-HALLS ET CINÉMAS
Afin d'encourager la vente, il
DJ L'ARIEGE
des représentations données récem- et génisses, de 2.000 a 2.500 fr. la pair»
ret, demeurant à Caussade, et l'auto mune de Saint-Antonin
(Tarn-et-Gasera offert à tout acheteur d'une
N° 3.294
I, conduite par M. Louis rone).
somme supérieure à 20 francs un
La Coopérative agricole de l'Ariège ment au Théâtre municipal, ne lui perNOUVEAUTES. — En soirée à 20 h. 45
Blé. de 85 A 88 fr. : fèves, 70 fr. • avoine
pas de donner à cette manifes- 45 fr. ; avoine noire, 42 fr. ; 'tiarl-.'.tj'
Chabrillac, demeurant 21, rue Saint
Il distingue dans ce fait trois pé- Femmes de paris, revue.
quart d'excellent café » ROB »,
informe ses adhérents et membres mettent
tation d'aide matérielle et morale, l'am- 11* fr., le
Rome.
et à tout acheteur d'une somme
riodes .
tout l'hectolitre ; luzerne WVr '.
du Syndicat des agriculteurs qu'elle pleur qu'elle devrait avoir.
Pas d'aciedent de personne. Dégâts
supérieure à 30 francs 1 kilo de
lautler 245 fr.
' '
'
PARAMOUNT. — Spectacle permaT
De
novembre
179S
à
février
1794.
Le
bureau
compte
marquer
cependant
matériels seulement.
sucre. Et malgré les gros sacrifipeut livrer des pommes de terre de
— C'est l'acheminement, la première nent h partir de t* heures et soirée »
Eauze.
sa
sollicitude
aux
pupilles
de
la
nation
ces que la Révolution CommerBretagne calibrées logées Beauvais et enfants d'anciens combattants, en Foire du 29 décembre. — Cours pratlétape, celle de la foi et de l'enthou- 21 heures : Sa Meilleure Cliente.
ciale s'impose, les 2 % de la resiasme, au moment du redressement
blanches pour semences, au prix de aidant pécuniairement à la. constitution ques :
cette
seront
réservés
aux
pauvres
LES VARIÉTÉS.
A 15 h. et à 21 t)-.
drt la France contre l'Europe coalisée.
Blé, 85 à 88 fr. ; mais, 70 à 75 fr. . avoine
imminente de leur groupement.
francs les 100 kilos.
Kin
;
Le
Mille
de
Ladoumègue,
documende
la
ville.
Aux prénoms de l'ancien calendrier
42 à 45 fr. ; fèves, 70 à 75 fr. -, pommes dé
taire
sportif
et
L'Atelier
du
Père
Noël.
Se faire inscrire avant le 10 janN'ACHETEZ RIEN, SAMEDI,
grégorien s'adjoignent déjà des dénoterre, 35 à 40 fr. ; le tout l'hectolitre.
AVANT D'AVOIR VISITÉ LE
minations à caractère politique et
Voin. 24 â 25 fr. ; paille, 18 a. 20 tr. •
vier, aux bureaux de la Coopérative,
SAVERDUN
GAUMONT-PALACE, — A 15 et 21 >..
GRAND DÉBALLAGE DE
LA
patriotique : Louis-Républicain, Jeanle tout les lOO kilos rendu.
à Pamiers et à Mirepoix.
RÉVOLUTION COMMERCIALE î
Pierre-Patriote, Marie-Patriote-Républi- Occupe-lot d'Amélie.
Œufs, 7 fr. ta douzaine ; dindes. To \
80 fr. ; dindons, 100 a 120 tr. ; canards
caine, etc..
TRIBUNAL CORRECTIONNEL
TRIANON.
—
A
15
h.
et
à
21
heures
:
L'ouverture du Café de l'INDUSTRIE, 3D à 35 fr. ; pintades, 30 à 35 fr." ; oies de
2' De février 1794 à février 1795. —
ali. du Balouard, aura lieu le 1 er iaiiv. Guinée, 50 à «0 fr. ; chapons, 70 à' 80 fr. •
La violence révolutionnaire a atteint M on Curé chez les niches.
Audience du 25 décembre
rioules, 35 à 40 fr. : poulets et poularde»
à son paroxysme : les prénoms inscrits
Contrairement à la journée d'hier, le
ROY AL-PATHE. — A 15 h. et â 21 h.,
20 1 30 fr. ; pigeons. 13 a 14 fr. -, le tout là
registre des naissances sont emrôle de la correctionnelle est assez au
pruntés a peu près exclusivement au Ma Femme.... Homme d'Affaires.
paire. Lapins domestiques, 10 à 15 fr. ; H*.
AURIGNAC
TEILHET
Le 1er janvier. — Le premier janchargé. Surtout, il y a eu une grosse calendrier de Fabre. Aux noms de
vres, 3!) à 35 fr. ; lapins de garenne, ifl à
« affaire » sur laquelle, en raison des plantes, de matières, quelquefois d'anivier 1933, il n'y aura aucune récepOLYMPIA. - Soirée, à 20 II. 15 :
12 tr. -, perdreaux. 10 a 12 fr. : le tout la
Prix du pain. — Le prix du pain est tion, ni à la préfecture, ni à la maicondamnations prononcées, nous al- maux, sont fréquemment jointes d'au- Un Homme sans nom.
FSte locale, — C'est dimanche et lundi Pièce. Oies et canards gras, 12 fr 511 4
lons nous étendre plus longuement que tres dénominations tirées des noms
fixé à 1 franc 75 le kilo, à partir du
prochains
1er
et
i
ju*m«ir,
que
la
vil13 fr. 50 le kUo : foies d'oie 40 à 45 fr 'e
rie de Foix, ni au Palais de justice.
d'habitude.
G AL LIA-PALACE. — A 14 h. 15. B 29 déçembrei
lage de Teiliiet céieureia sa
locale. kilo.
des grands personnages de l'antiquité
Comme chaque année, la commission
Boucherie. — Baufs, 3 * 3 fr. 25 ; vaches
ou des temps modernes, des événe- ia h. 30 et à 21 heures : La Douceur d'Aïdes fêtes n'a rien négligé pour que ces 2 S 2 fr. 50
veaux, 3 fr. 25 à 3 fr. Vi ;
ments contemporains, parfois de la mer j
deux jours de fêtes ne manquent pas paorcs, 6 fr. 5o â 7 fr. 50, le tout le mio
mythologie. Le secrétaire-greffier se
MURET
COSMOGRAPH.
—
Ce
soir
S
9
h.,
de réjouissances et d'un éclat tout par- poids vif.
contente ordinairement d'accoler au
ticulier.
Lait, 1 fr. 40 le litre pris au déDût 1
nom patronymique celui qui corres- l'émouvante vedette Olga Tcrtelsowa et l'excellent
artiste
Henri
Bandin.
dans
l'Enfer
Pour rehausser 1 éclat des fêtes, le l fr. 50 a domicile.
pond
à
ia
date
de
la
naissance
;
plein
ûoe ûaoûe lie jeunes gens
Séance récréative. — Retenez votre
Docteur DOURLHES, Touirusa
comité a fan appel au orillant orchesVins et Armagnacs, peu d achats.
lui-même des souvenirs de l'antiquité, de l'Amour, magnifique superproduction soirée du 31 décembre prochain peur
tre du maestro Vitrou.
Vins petits degrés. 22 de 9" au des.?us,
il lui arrive d'y ajouter quelques noms dramatique.
la séance artistique organisée par
10, rua d'AIsace-Lorrame
27 â 2 7fr. ; baisse de 2 fr. par degré sur
Voici la programme :
de son cru ; et l'on obtient des préEN QUATRE MOIS
l'Amicale Sportive Muretaine, dans la
A
PAMJER8,
chaque
samedj
FANTASIO-CINÉ. — Demain samedi
Dimanche, 1er janvier, à six heures ces derniers.
de ce genre : Champignon-lasalle des nouvelles écoles. Bureau :
ELLES LEUR AVAIENT RAPPORTÉ noms
HOTEL DU GRAND BOLEIIi ]
Armagnac de l'année, 2 20» * 2.400 tr, i&
du matin sonnerie des cloches ; à onze
Bose, Persil, Bouleau, Céleri, Pigeon, Le Chanteur inconnu.
20 heures. Rideau : 20 h. 45 précises.
PLUSIEURS CENTAINES
Scipion-Tilleul, Platon-Tabac, Socrateheures,
passe-ville en musique -, cuba- Pièce dp 400 litres, le tout nu et pris à a
Prix de s places : premières numérotées,
OOÉON-CINÉMA, rue des Potiers. — 5 francs ; secondes numérotées, 3 fr.;
DE MILLE FRANCS Safran,
Poire-Iphigénie,
Xénophondes aux autorités ; apéritif d'honneur ; propriété.
Navet, Amour-Granit, Descartes-Etain, A 21 heures : Le Sergent X, avec Yvan enfants, demi-tarif à toutes les places.
de 16 à 18 heures, grand bal ; à 21 heuMOsjouktne, ,tea n Angélo, Suzy Yernon. —
res, illumination féérique de la placé
etc., etc.
LANDES
Révision
de§
listes
électorales
en
Voici d'abord le peu édifiant qua3° Après février 1795. — De loin en La Terreur des Batlgnoiles.
Rugby. — Avant le grand match. du village ; bal jusqu'à minuit.
1933.
—
Le
maire
informe
les
électeurs
Jtuor :
Peyrehorade.
Lundi 2 janvier : Continuant les bonloin, on revient aux prénoms de
—
L'Union
Sportive
Fuxéenne
fera,
que 'la revision annuelle des listes élecHenri Lacroix, né en 1908, à Sainte- l'ancien calendrier, et l'on rentre ainsi
Marché du 2S décembre, — Cours pratlnes traditions, une messe solennelle de
er
torales aura lieu du 1 au 15 janvier. dimanche prochain, à la Condamme, neguicm sera célébrée pour les héros qués :
Menehould était employé aux Assu- peu a peu dans les us traditionnels.
A cet effet, tout électeur nouveau qui son dernier entraînement tvant la de la grande guerre et pour les défunts
rances
sociales, mais ne travaillait que
Un fait de cette nature est intéresBlê 70 à 80 fr. ; maïs. 70 à 78 fr. : hariÉTAT
CIVIL
TOULOUSE
désire se faire inscrire doit fournir à
très Irrégulièrement. Fréquentant, à sant h signaler, d'abord parce qu'il se
cots plats, 200 à 250 fr. -, haricots lingots,
de la paroisse.
grande
rencontre
du
8
janvier.
l'appui
de
sa
demande
un
certificat
de
Paris, des cafés louches, il avait déjà présente assez rarement, ensuite parce
Toute la journée, bal de jour et de 120 fr. i haricots cocos, 120 fr., le tout
radiation de la liste électorale de la
Nous aurons le plaisir de voir évoété condamné, en 1928, à quatre mois que, bien que d'ordre secondaire parmi
; à une heure du matin, farandole. l'hectolitre.
Publications de marlaeg
commune où il était précédemment luer l'équipe de l'Olympique de Per- nuit
les événements de premier plan qui,
'do prison pour vol.
Bœuf, 3 50 ; veau, 3.7S à 4.50 i porc. 7.40
Le meilleur accueil est réservé à la
des n et 28 décembre
inscrit.
jéan-Baptiste Colombiès, appelé « -De. pendant la grande tourmente de 1793
à 8.25, le tout le kilo ; bœufs de travail,
jeunesse
dos environs.
pignan,
champion
du
Roussillon
de
Le
maire
insiste
particulièrement
audé », originaire de l'Aveyron, ne tra- et de 1794, bouleversèrent profondément
Auguste Hervy. ajusteur, rue saint-Geor4.500 à 5.200 fr. ; vaches de travail, 4.000 A
3e série, et disputant actuellement
vaillait, plus depuis de longs mois, la France, il en éclaire certains as- ges, s, et Emilie Garnêir, ménagère, rue près des maîtres-valets et bord < ers ar5.000 fr. ; vaches bretonnes, 1.000 a, 1.750 f r. ;
MIREPOIX
rivés dans la commune depuis le 1 er les championnats de 2e,
mais continuait — par quel mystère ? pects, no serait-ce que pour montrer Saint-Georges, 8.
génisse» bouvlllons. 1,000 A 1.S00 fr.. le
— a fournir de l'argent à sa femme.
une fois de plus l'intensité, la proAntoine Guiraud, maçon, barrière de la novembre dernier, qui n'ont pas enComposée d'éléments jeunes, mais
Nécrologie. — Nous apprenons ave tout la paire : pourceaux. 150 ft 250 fr. t
Octave Tarallo, ouvrier plombier, fondeur, l'unité et surtout l'organisa- Pescadoure, et Anna Bonafous, route de core demandé leur inscription. Il les
porcs de lait. 80 A 120 fr.. le tout l'unité.
invite à se présenter sans délai au combien souples et adroits, l'équipe tristesse le décès de Mme veuve Lin'était pas plus recommandable.
tion savamment établie d'un mouve- Launaguet.
Poules, 30 A 40 fr. ; poulets, 25 A 32 fr. ï
sette
Saint-Félix,
née
Labatut,
à
l'âge
Quant à Husson, le chef de la bande, ment dont les effets se manifestèrent
secrétariat
de
la
mairie
perpignanaise prodigue un jeu des
Albert Peyronnet, tourneur sur métaux,
pintades, 42 fr. ; pigeons. 12 tr. ; canards
de 84 ans.
dénommé « Jacques », il sera successive- jusque dans les coins les plus reculés place Lucas, 6, et Juliette Monfralx, culotplus agréables. Aussi le public fera,
En cette pénible circonstance, nous communs. 30 à. 40 fr. : canards mulets, 45
ment transféré, après une difficile cap- de nos provinces.
tière, rue des Blanchers, 23.
MONTESQUIEUVOLVESTRE
dimanche, le déplacement à la Con- prions la famille Saint-Félix et. toutes A 55 fr. ; dindes, 60 A 70 tr. : dindons, 75 A
ture, à Lyon, Bouen, Nancy, StrasIsidores Darollcs, chef de service du Tréfr. ; châtions, 60 à 70 fr , le tout la
atteintes par ce deuil 80
bourg, etc..
damine pour assister à cette partie las familles
sor, a. Carcassorine, et Anne Le Pelley, rue
pn ire
d'agréér
nos
plus
sympathiques
condu Rempart Saint-Etienne.
Foie d'oie, 45 A 50 fr. : <oie de canard,
Une punition volontaire et peu d'entraînement.
doléances.
Alban Lacaxe, peintre, rue Mage, 10, et banale, — Poursuivant un lièvre, M.
25 A 28 fr. : oies grasse, 12 A 13 fr. ; caPrix d'entrée, prix unique, 3 fr. ;
Les
obsèques
auront
lieu
aujourCOMMENT ILS OPÉRAIENT
gras, 12 A 13 fr., le tout le kilo j
Nativad Campo, rue Arnaud-Vidal, 23.
Merly l'un de ces dimanches, franchit
d'hui vendredi 30 décembre à 9 h. 30 nard
Jean Alby, boucher à Auterive. et Julie la limite sud de l'Union net pénétra sur supplément tribunes, 2 fr.
beurre. 15 fr. Je blio ; lapins domestiques,
sur la cathédrale Saint-Maurice.
Chez les Enfant» de l'Aude. — L'Associa- Gi>eyzes employée, chemin de la Gloire, 35. un terrain non unioniste. Bien qu'il
L'un de ces individus se présentait
La partie commencera à 14 h. 30.
12 à 16 fr. l'un ; œufs, 8 A 8.50 la douzaine,
Anrré Tapie, entrepreneur, à Salies-du- n'y eut, de ce fait aucun délit, pour
Chez des commerçants comme démar- tion informe ses membres que pour fêter
Conseil municipal. — Nos édiles se
Montfort-en-Chalosse.
cheur d'une maison de renseignements dignement la fin de l'année 1932, elle don- Salat, et Marie Albert couturière, rue Tra- bien montrer que M Merly, chasseur,
réunirort en séance ordinaire dimanMarché du 28 décembre. — Cours praticommerciaux et se faisait aussi don- nera Une soirée dansante le samedi 31 dé- verslère de Bayonne, 8.
che prochain l« janvier, à 14 heun'a aucun lien avec M. Merly, présiAX-LES-THERMES
qués :
ner .'adresse des banquiers et fournis- cembre à 21 heures dans la salle des Fêtes
res.
Jean Pailloux.
céramiste, place Saint- dent d e l'U. P. C. P. M... et qu'il y a
Canards gras, il à 13 fr. le kilo : oie»
sieurs de ces maisons. En outre, il se du café Faget avec Je concours du fidèle et Georges, 15, et Noële Janet, dactylo, 15, ici deux
personnalités bien distinctes,
Aux
fervents
du
rugby.
—
Ils
sont
Fête
looaie
1933.
—
Suivant
une
faisait donner aussi un spécimen de célèbre Jazz Carrière. Intermèdes de mu- place Saint-Georges.
en une seule personne ; pour l'exemple vieille coutume, les jeunè gens d no- nombreux à Mirepoix ; nous leur fai- grasses, 11 & 12 fr. ie kilo ; foie de cas
e
nard gras, 26 A 27 fr. ie kilo ; foie d'oie
la signature de la personne autorisée sique et de chant. Cotillon avec farandole,
CamiUie Muratet, ébéniste, rue Croix-Ba- après échange de vues, très courtoises
ville se sont réunis mardi soir, 27 sons savoir qu'ils trouveront des cho- gTasse, 46 A 50 fr. le kilo.
bataille de serpentins, boules, etc.
& signer les traites
ragnon, 17, et Paule Olive, ménagère, rue avec le propriétaire ; Merlv A., prési- tre
ses
intéressantes
et
écrites
spécialedécembre,
dans
une
salle
de
la
mairie,
Muni de ces indications, l'un des
A 24 heures précises, souhaits de nouvel Tournante de Luppé.
Poulets. 26 A 30 tr. : pgéons. 12 A 13 fr. 1
dent, inflige à Merly A , clusseur, une sous la présidence de M. Rouaix, ad- ment pour eux dans l'almanach de
canards, 30 A 40 fr. ; chapons, 50 i 60 fr. ï
(Complices téléphonait à la. banque d'un an. Vente de billets de tombola de la granpunition de 24 francs, non pour chasse, joint au maire, assisté de M. Gleize, « l'Express du
Midi > de 1933, qui dindons, 70 à 90 fr.. le tiut la paire ; lacommerçant et, au nom de ce dernier, de fête anniversaire du 5 février prochain.
Naissances du 27 et 28 décembre
niais pour avoir traversé, sans y être conseiller municipal, délégués à la comporte une quantité d'articles sur
pins, 14 à 18 fr. pièce ; œufs, 8 fr. la doula. priait de remettre un carnet de chè
Le dîner amical traditionnl aura rieu au Henriette Brieu, chemin de la Butle.
autorisé, un ebamp appartenant a au commission permanente des fêtes.
tous les sujets en même temps qu'un zaine.
«Bés au porteur d'un reçu sianè de lui. restaurant du Bon Pasteur, 85, rue PargaAime Lacoste, rue de Kegroneys, 72 bis.
trui.
La réunion avait pour objet la forma- bon nombre de contes et de pages huPeu après, un jeune homme, qui, minlères, le même soir a. 19 heures.
Blé, 72 A 75 ff. /hectolitre ; maïs, 80 fr.»
Le propriétaire, refusant toute indemPierre Barat, rue Sainte-Croix, 7.
de la commission chargée de l'or- moristique.
haricots ronds, 120 lr„ le tout l'hectolitre.
toujours, est un commissionnaire de
Les adhésions seront reçues Jusqu'à sanité, la somme a été versée par le chas- tion
Noël le Vieu, boulevard Bonrepos, H.
L'almanach de 1' « Express du Miganisation des réjouissances de la Stbonne foi, se présentait à la banque et medi à midi chez M. Laffon, trésorier géseur Merly A. à la caisse de « l'Union » Vincent. Cette commission a été ainsi di » est en vente chez M. Fournii, déHagetmau.
Jeannlr.0 Cassaèt, rue de l'Etoile, 17.
montrait un reçu signé d'un comme r néral, 41, rue de la Concorde.
Simonne Sutra. avenue de Launaguet, 9. au titre de repeuplement.
constituée :
positaire, rue des Pénitents-Blancs, au
Marché du 28 décembre. — Cours pratiçant, contre lequel un carnet de chèChorale des Minimes. — Au cours de l'asCertifié exact. - MERLY A , pr^siChristiane Soula, rue Hê*iot, U.
Président d'honneur : M. le maire, prix de 3 fr. 75.
qués :
ques lui est, remis. Ce carnet de chè semblée générale tenue le samedi 21 décemdent de l U. P. C. P. M.
docteur
Bonafous ;
vice-présidents
Poules 30 fr ; poulets, 20 à 30 fr. >
ques était alors donné, dans ia rue, a bre, la Chorale des Minimes a procédé au
Réunion générale. — Tous les diriDécès des 27 et 28 décembre
La chasse. — Il y a tout de même q'honneur : MM. Rouaix et Abat ad geants et membres actifs de l'Union pigeons. 11 A 12 fr. la paire ; lapins. M
l'un des escrocs, lequel tirait un chè- renouvellement de son bureau pour l'année
Adelle Barthélémy,
épouse Lacrampe, quelque chose de changé... Oui. de mé joints au maire ; président : Pierre As Sr irtive Mirapieienne se réuniront ce A 16 fr. pièce : canards gras, 13 fr. :
que rie 19.300 trancs environ, portant, 1933. Sa composition est la suivante :
moire de Montesquivien, on n'avait en trié ; vice-présidents . Henri Francal et soir au siège, café Doutre, â 20 h. 30. oies grasses. 12 fr. ; foies de canards, 23
avenue Honoré Serres, 44.
bien entendu, la signature imitée du
P/irecteur . M. Chaynes.
à 25 fr. ; r'oies. 40 à 46 fr. -o kilo.
Ernestine Barbes, 84 ans rue des Chan- core Jamais vu les chasseurs faire bé- Jean Papy ; trésorier : René Portet ;
T
:nt de la banque. Le chèque encais
Président : M. Bourbaln.
Porcs gras, 7 A 8 fr. ; veaux de bouchenéficier les propriétaires d'une partie trésorier adjoint : Pierre Aliot ; secrésu, tout ce joli monde disparaissait.
ges, 28.
Vice-président : M. Passeman.
rie, 4 â 5 fr. le kilo.
Louise Poulet, 49 ans, barrière Ginestous. de leurs chasses. Or. nous avons vu taire : Joseph Pascal ; secrétaires adC'est ainsi que des escroqueries -fuTrésorier : M .Olivier.
cette année grâce à « l'Union », neuf iomts : Raymond Péricotn et Fernand
Louis Charles, 86 ans, rue Champêtre, 9.
VI1 leneu ye-de-Marsan .
rent commises à Reims, a Nancv deux
Secrétaire : M. Elves.
Ounos Garcia, 67 ans, rue Bernard-Mulet. propriétaires recevoir des mains du Francal.
fois, à Saint-Etienne a quatre reprisas,
Marché du 28 décembre. — Cours V™ a'
Archiviste : M. Pelleflgue.
Quoique formée de jeunes éléments,
enfin deux tentatives le 23 juillet derCommission : MM. Fourrdê, Loupias, Ber- Marie Lafforgue, 71 ans, COte-Pavée, 126. président, trente et un lapins, pris sur
quéS :
,
Elise Combarieu, 73 ans. rue du Prin- leurs terres, sur leur demande, en leur la commission, qn-imée des plus loua
nier, l'une à la Banque Adam, ia se nadet, Gautier.
Poulets, 25 â 35 fr.; poules, 35 à 45 «»
bles
intentions,
n'ayant
en
vue
que
l'in
présence
et
en
celle
des
autorités,
en
temps, 18.
coude a la Banque Nationale rie Crédit,
pintades, 28 A 35 fr.; dindes, 65 A *
des battues au furet faites au grand | té-ret général, pour maintenir au plus
nu cours desquelles. Lacroix fut arrête
dindons, 80 à 110 fr. ; pigeons, 12 à 14 fr-<
jour, sans que cla leur coûte un renti- haut degré le bon renom de la fête
et, plus tard, «es complices.
le tout la paire; lapins, 12 à 18 fr. pièce !
HAUTE-GARONNE
me
Seuls
les
fureteurs
clandestins
et
.
locale,
demande
aux
Axéens
et.
aux
ruCette redoutable bande avait réussi,
œufs, 7.50 à 8 fr. la douzaine ; oies grasTOURNEFEUILLE
professionnels trouvent cela ignoble., raux do bien vouloir réserver un bon
en moins de quatre mots, à escroquer Sbotîs
ses. 12,50 A 13,50 ; canards gras, 1250 »
Auripnac.
accueil
à
ceux
de
ses
membres
qui
paset pour cause.
les établissements de crédit, de plu
Foire du 28 décembre. — Cours pratiqués 14 fr. ; foies d'oies, 42 à 47 fr. ; foies <w
Automobilistes.
—
U
est
rappelé
aux
proseront,
pour
recueillir
les
souscriptions,
n
si urs centaines de mille francs. Leur
Poulardes, 32 à. 34 fr. ; pintades. 30 à canards. 22 A 25 fr. ; porcs gras, 7 à 8
afin de faire, si possible, mieux que les
aventure se termine aujourd'hui de REVEIL BOULISTE DE LA PATTE D'OIE priétaires d'automobiles qu'ils doivent laire
32 fr. ; dindons. 80 à 95 fr. ; poulets, 20 veaux, 3,50 à 5,50. le tout le kilo.
leur
déclaration
de
possession
de
voiture
du
années
précédentes
et
célébrer,
avec
]e
vant le tribunal de Toulouse.
plein d'éclat et de brio la fête patrona'r? à 28 fr. ; canards, 32 à, 34 fr. ; pigeons,
Dimanche dernier, le Réveil Bouliste de 1er au 15 janvier prochain. Ceux qui sont
si chère au cœur des Axéens, et qui, 12 â 14 fr. ; petits poulets, 20 à 22 fr. ;
ta Patte d'Oie, cette jeune société qui de- possesseurs du certificat d'inaptitude (cerdepuis de longues années est la vraie dindes. 65 à 70 fr., » tout Ja paire ; laLES CONDAMNATIONS
puis sa fondation ne cesse do montrer um- tificat jaune) en sont dispensés. Se prépins, 12 à 16 fr. pièce ; foies d'oies, 45 tr.;
fête de fan: 1-e de notre petite cité.
activitè déjà grande, avait déplacé 3 de ses senter à la mairie pour se procurer la déMairie de Toulouse
oies gr-asses, 14 à 15 fr. ; canards gtàs,
nécessaire.
urne
ur
Malgré d'éloquentes défenses, Husson quadrettes, au concours qu'organisait l'Ami claration
13,50
& 14,60 ; foies de canards, 45 fr., le
DECLARATIONS
DE DÉCÈS
Des
sanctions
seraient
appliquées
contre
eue bouliste de Fontalne-Lestang.
est condamné à trois ans de prison
to'at le kilo ; oeufs, 8 fr. la douzatnè ;
LAVELANET
Favorisées par une température 'dêate, les personnes ne se confonnant pas a ces
CONVOIS FUNEBRES
Tarallo, deux ans ; Lacroix et Colomlièvres,
45
fr.
;
lapins
sauvages,
12
à.
14
fr.;
les parties furent animées a souhait, et sur Instructions ou qui feraient de fausses débiès, un an.
merles. 2 fr. ; grives, 3 fr. ; tourdes, 8,50,
Le maire de ta ville de Toulouse 1 *
tout Jouées dans le meilleur esprit et la plus clarations.
Accident. — Le tragique accident de
tout l'unité.
l'honneur de rappeler a ses adm01'' .»
la circulation, brièvement relaté aux le Porcelets,
parfaite correction
de
3
mois,
200
à
250
fr.
;
truies
LARDENNE
tr,'-\
afin de les mettre en garde c "*™
Si un<î qnadrette ne fut battue que d'ex
F. D. dans notre numéro i.'hier, est
la production, 300 à 600 îr. /unité. des erreurs regrettables que les d eci *i
survenu à un camion de la maison Sê- pour
trème justesse 112 à 13), les deux autres,
Porcs
de
charcuterie,
7,25
à
7,75
le
kilo
" nié, transports à Lavelanet qui, chaque
rations de décès no peuvent être reÇHff
après avoir éliminé d'excellentes quadrettes,
Bal. — Dimanche prochain en l'honneur m
u, rue d'Al33ce-L0rralne
vif.
que dans tes bureaux de l'état C'y'j
Ceux gui aiment les voyages gratis connurent la iole de louer le quart et u- du premier Janvier, grand bal à 15 heures, m
semaine fait le trafic entre Bordeaux poids
Bœufs
do
travail,
6.500
à
7.500
fr.
;
bœufs
A la mairie conformément aux * n } c -ri
— Albert Uayet, 32 ans, plongeur, sans demi f Inalel.
salle Brousse-Forestié, avec deux orebestres. "
a reprend toui stylo, même cassé, 2
_ et notre ville. 1
moyens
,5.000
à.
6.000
fr.
;
génisses,
1.S00
Par ce résultat acquis, le Réveil Boullstt U sera offert une surprise à tous les danCette nouvelle a douloureusement à 2.000 fr. ; breaux, 900 à 1.000 fr., le tout 77 et 73 du Code civil et du décret an
domicile fixe : Louis Pltlnet, 21 ans
t*» avril 1919
Esacliir, 24 ans manœuvre, et Boulier mérite les plus vives louanges 0(1 font le- seurs.
» ayant une plume en or, en J ému ia population.
la paire.
II rappelle en outre qru'aux lermes °»
récoltent chacun 50 francs d'amende joueurs firent preuve de belle décision, de
Le soir à 21 heures, une brillante soirée
Aviation. — Nous avons reçu de nos
Bœufs
de
boucherie,
3,25
;
veaux,
4,50,
le
échange,
avec
25
%
de
remise
l'article 97. chapitre 7, de I» loi ^m'
pour avoir emprunté le train sans désir de bien faire et d une volonté de grand dansante sera offerte gracieusement à toute
- o
jeunes amis, Marcel et Emile Manra- kilo poids vif.
cii>ale
du 5 avril im. l'autorité mum
progrès, qui en feront sous peu t'égale des a jeunesse et aux Lardemiais.
payer
m SUT U prix d'un stylo plume or « reau, un intéressant communiqué en
Blé, 85 fr. ; avoine, 42 fr. ; seigle, 48 fr.; clnale règle le mode de transport a«j
meilleures.
Ttespect à l'autorité. — François Bosc
maïs. 65 fr. ; fèves, 95 ir. ; pommes de oersonnes décédées, les tnbtrrfisttons «t
loule marque.
m faveur de l'aviation.
Il est rappelé à tous les membres et 1
a
et Oermain Ricauri, l'un pour outrages toutes
Nous lus félicitons pour les nobles terre, 38 fr., le tout l'hectolitre.
exhumations et qu'er» conséquence e
m
f
désirant adhérer a ce clur,
AUSSONNE
et la représentante du sexe faible pour que la personnes
sentiments
qu'ils
expriment
fyriquet seule le droit de fixer les heures ac
réunion aura Heu leudl 29 courant
Caraman.
une solide paire ds gifles à un agent, a 21 heures,
ment,
mais
nous
regrettons
que
leur
convoi, funèbres
„.nts
raté
Larroque,
place
de
!
Travaux.
—
C'est
avec
un
vif
plaisir
ont, le premier, six jours par défaut : Patte-d Ole.
envoi ne puisse trouver une place dans Marché eu 29 décembre. — Cours pratiS'adresser pour tous renseumemei
que nous voyons terminer les tiavaux
la deuxième, 16 francs d'amende avec
la rubrique ariêgeoise.
qués :
*onremant (es convois funèbr *~, n èOrdre du Jour : Congrès, licences, compte de la place de l'Eglise ; sous peu nous a J5, ru» d'Alsaca — TOULOUSE
Veaux, de 5 à 5,50 le kilo.
sursis.
servic? municipal des Pompes
r«
dendu du concours. Présence indispensable verrons érigée sur un nouveau piédesCristal-Palace. — Programme : Actua
Dindons, 120 à 140 fr. ; dindes, 100 à tvres. 34, rue Pargumlntères tél^'f10 ^
HALL DE L 'EXPRESS
I.a mésaventure d'un vendeur de
lités
Fox-Movietone.
Chariot
dons
:
tal notre belle Croix presque centenaire. S
a
a
110
fr.
;
poules,
40
fr.
;
{K>ulcts,
25
il
H
40
qui
eft
chartrA
de
toutes
le'
V
journaux. — Mésaventure il y a, car il
« L'Afrique vous barbe » et « Mam'zelle
Union Sportive Aussonnaise. — Di- "S'SSBSÎBSïSBBeïIBBBSSaHE* Nitouche », la délicieuse opérette fran- 35 fr. ; pintades 40 fr. ; pigeons, 14 tr.; narrhes- auprès des ministres aet
comparaît pour la ...nième fois devant
canards, 35 fr. ; musqués mâles 40 fr. ; vers cultes.
manche prochain 1 er janvier. l'U. S. A.
le tribunal. Donc, Charles-Armand Gelçaise, avec Itaimii et Janie Marlse.
musqués femelles, 30 tr., le tout la pâlie
rencontrera en match amical, sur le
ger. â^é de 42 ans. vend sur les places
Cinéma
Abellan.
—
Actualités,
docuœufs, S.50 la douzaine ; cantrds gras, 13 fr.;
terrain de M. Lafage, l'équipe' de Baset dans les rues le journal de •< Mimentaire, et un grand film français : oies grasses, 12 k 13 fr. le kho ; lapins,
ket-ball de Beauzelle
nuit ». Un soir de novembre, aperce« La Douceur d'Aimer », de la grâce, 12 i 16 fi. ; petits lapins, 10 A. 12 fr.. le
vant, dans la cour de l'immeuble oti
du sentiment, de l'émotion.
tout la pièce ; lapins sauvages. 10 fr. ;
MM THEATRE 01 UWl
se fait rette publication, il s'empara
THEATRE DU CAPITOL!
lièvres, 50 fr.
d'un imperméable. Hélas! on l'avait vu
LA PLUS
Graisse
6,50
â
7
fr.
;
lard,
8
fr.
;
jambon
et le Iribunal tnfligo nu récidiviste
Samedi a 20 h. 30. Carmen, avec Muie.TARASCON
22 fr. le tout le kilo.
trois mois et, un jour de prison et dix Marguerite Pascal, Mârt-ha Maj'o, de KK
CR EN A DE-SUR-GARONNE
Vendredi 20 h, 30 ta »* de B/*^
(ANCIENS COLONIAUX)
Blé, 90 fr. jès 80 kilts ; maïs, 60 fr. les
ans d'interdiction de séjour.
more, île LavarelUo, MM. Théo Beets, Savl
Mme Izarié Oalliot. M Mcaïde de i*<;uéf c75
kilos
;
avoine,
38
A
40
fr.
les
60
Kilos.
Cinéma-Théâtre.
—
Demain
en
soirée
nillets
verts,
3"
série,
en
vente
â
gnol. Moucèhz, AUr-ony, Lichardos, Pôttctll.
Le marché de ce Jour a vu de nombreuses de Milan, MM De.ldi. Hernascom. ISOlO'P •
l'Agence HaVus, 73, rue d 'Alsace, Tou- et diniaii'.-he en matinée et soirée, le cé- affaires
Dimanche â 14 heures. f.a Veuve iàytme
se traiter sur le marché aux veaux. Mlle Chevrel. MM Burk. Ma.ssart
lèbre chanteur Lucien Muratore vous
Sn'ioine M
Dans le écuries SI0ARD et DENUX, louse . '1 rois francs.
A 20 h. 30 : Rigoletto et le ballet La A'Kït
tiendra sous le charme 1 ; - . r:i< -mit 011 1 affluenre était, grande ; beaucoup d ap- dansé par N Can)*ré, V
rue de la République, un lot de bncuts
d.i yaipurgis
Coiahes.
Envol
par
poste
contre
i
Ir.
50.
ports
également
au
marche*
A
la
volaille
;
que
voix,
dans
son
premier
fiim
parla
(irande [««'"'» 4
a 14 heures. Tournées nnret, Gat Jeunes de toute beauté est disponible
Samedi A 20 h. 30,
'«prise dès «ours au marché nu Nbft où il
' Le Premier Président et le Procureur M Lundi
lant
et,
chantant
à
grand
succèo
.
«
Le
I.a
date
du
prochain
tirage
Pst
offl
à
îles
prix
intéressants.
Acheteurs,
lie
art on s- nous :
rf-ï Cérulsteln,
/ avait beaucoup de marchandise.
général ne recevront pas à l'occasion
Chanteur Inconnu ».
cieilenieiu fuèe au 10 avril 1933.
vous retardez pas 1
A 20 n, 30, Monsieur Btaucaire.
du l»r Janvier 1933.
Cours st Conta
Les Soirées
Location ouvert? pour samedi et dimanche.
tour lundi, samedi matin à 10 heures.
SAIN T-GAUDENS
te
^T*
Faits Diwrs
GO
Judiciaire
FOIX
lève
Les Escroqueries
Maladie des yeux
de
AVIS ET CONVOCATIONS
Foires et Marchés
st Préparation Militaire
I
: La Papeterie :
ï - Centrale - ï
: Papeterie Centrale â
Courrier Artistique
GRANDE FRANCE
Bibliothèque municipale de Toulouse - Tous droits réservés
VENDREDI 30 DECEMBRE 1932
Informations Commerciales
COURS
LACES
La Crise Economique Mondiale
Le Remède
contre les Inondations Méridionales
Chronique Maritime
LISTE DES MOUVEMENTS
Annoncés par les différents Services
réguliers au départ de Bordeaux,
à la date du 31 décembre 1932,
DES CHANGES
UKITÉ
fslaur
ÉtWNtEBES DE CHANCE •nu Frais»»
pair
Londrtt
t livre
124 21
New-York.. ..
100 dollere 2562 M
100 marks
Allemegne.
eot 01
Argentin!.. .
100 pesos
10» 48
Btlglqt
glqut .. .
100 Iclgat
35* (0
Brésil .
100 milrtle
105 14
Bulgarie
100 lave
18 44
Canada
100 dollars
2562 18
Danemark .. ,
00 couronnes «84 02
1 livre
Egypt»
,
I2S
17
Espagne.
100 pesetas
492 49
Finlande . . . ,
100 marks
«4 28
100 drachmes
Srèce
as 12
Hollande ...
100 florins
1026 85
Hongrie. ....
100 pengoe
448 41
Italie
100 lire
134 84
100 yen
Japon
1272 28
100 pesos
Mexique.
1372 28
100 couronnes 884 02
Norvège.. ..
Pétrograd...
100 zlotys
211 »
Pologne....
100 escudos 2758 02
Portugal . . .
100 couronnes
76 (2
P.-ague
100 lel
IS 27
Roumanie ..
100 dinars
412 44)
Ïougo-Slavie
ICO couronnes 814 02
Suide
100 francs
402 41
Sulne
101 pesés
2131 78
Uruguay.. . .
110 schilling
K« IS
V)ea»e
OOURS
DU
JOUR
65 07
25 62
610 25
Néanmoins, dans l'ensemble la clôture
s'est effectuée sur une note plutôt soutenue.
Keschlbank, 145 3/8 ; Deutschbank, 76 t
Hapag, no 1/4 ; Gesfuerel, 76 3/8 i Siemens
122 ; Deseauer Gas, 108 1/2 ; Relntsche
Braunk, 203 ; Gelensklrcb, 51 ; Ver Stahlwer, 36 • Farhen Inr., 97 1/4 ; SalzdetfurtD,
173 i Sohulthelss, 100 7/8 ; 6 1/2 1930, Toung.
77 10,
7 fr. • devis. 9 à 10 fr.. 1» tout 1* kU> «
huîtres, «rte.. 2 à 4.S0 :
»f £
6 fr. ; portugais», 1.75 à 2 90, 1»
'»
1
douzaine ; lavagnons. 4 A 4.50 »
à 1.50 ! palourdes, 0.80 A 3 fr. t; pétoncles,
1.50 à 4 fr,
FRUITS. — Bordeaux. 28 decsmbrs. —
Châtaignes Périgord, 0.80 à 1,60 (i
1.50 A 1.80 ; mandsrln»*, 1 * «.60 j m»mn».'
1 80 à 2 fr. : noix sécHs». 9.80 à 4.50 i oranges, i,20 à S.75 : poires diverse*. 3.80 à 4 a.H
pommes, grisas. 0.7« 4 3 fr. % à coutseuv,
1.60 à 2 fr. s raUlns Mslag», 1 A 3.30. leV
tout lo kilo » poires AJMérioJli»» s» t». M
prunes d'Amérique, 66 A 70 lr., 'm tant* 8*
caisse.
355 25
LE CANAL DES DEUX-MERS
POISSONS Ot Mtft. —
la circulation pour créer des crises éconoBOURSE DE BRUXELLES
cembre. — Anguille*, petites, 3 k t fir, fl
Les inondations qui viennent d avoir
miques à l'intention des goim. »
SA CAUSE • SES AGENTS
A.
Ligne
postale
de
Bordeaux
au
Bré440
2
5
moyennes,
4 A 8 lr. ; grote*». 10 A 13 tt, m
Du 29 décembre».
« Ayant organisé une crise économique lieu dans l'Aude, l'Hérault et M sil et au Rio de la Plata. — Le paqueAprès avoir ouvert en reprise générale, le barbues. 6 A 15 fr. f; carrelets, « A 9 fr. )J
S'il est une crise qui préoccupe tout le générale par toutes sortes de moyens Pyrénées-Orientales, semant sur leur bot de grand luxe i Massllla • (16.050
209 12
murent a accentué sa fermeté dans la suite, cétaux. s A 12 fr. i- crevettes • Arcachon y j
inonde, agriculteurs et commerçants, pa- occultes et grâce à l'or qui est entièrement passage la misère et le deuil, ont tonnes, 26.000 HP, 4 hélices/, de la Comnotamment, sur les Canadiennes et les va- 15 à 16 fr. -. crevettes « Santé », 80 A as ftr.g
ravivé l'inquiétude des riverains de la pagnie de Navigation Sud-Atlaniique,
tions et ouvriers, rentiers et épargnants, dans nos mains, nous jetterons d'immenses
eperlans ou trognes, 8 A 8 f*. t gttmdins*
IÔ2V 7i
leurs communes avec Paris.
Garonne et de ses affluents.
quittera Bordeaux-quai le 25 janvier
c est bien celle-là, car elle s'aggrave tous foules de travailleurs dans la rue, simultaLes transactions, qui étalent déjà plu» moyens (gris), 1.50 à a.to « erras (roug«a)J
Lo fléau allait-il ajouter un nouveau
ni
20
actives qu« la veille» dés l'ouverture, ae 2 .50 à 1 .50 ; homards, 27 A 99 fr. IJ langonetles jours et elle se double de la « débâcle nément dans tous les pays d'Europe... » feuillet au livre des catastrophes ae 1993 à 3 h. 30, pour Vitro. Lisbonne,
Rio de Janeiro, Santos, Montevideo et
sont assez sensiblement développées en tes, 32 A 34 fr. | marrwroaui, 5 4 10 fr. g
de nos finances » et du terrible déficit du
Il s'agit donc, pour la haute finance, 1875 et de 1930?
martrames, 4 A 8 fr. ; merlans, v.v) a 4 .aoe>
Buenos-Ayres. (Passagers luxe, 1 e8. 2« et
séance
436
50
La
dernière
a
atteint,
en
effet,
une
pour la finance Internationale,
dont la
3 e classes. Cabines et dortoir. Marchanb
En clôture, des DOus-values assez sensibles merlus, 11 A 17 fr. |; merluchon, s A 9 fr. y
mulets, 11 A 14 fr. ; ratas. 9.50 A fl fr. : rouUuelie est donc la cause de cette crise puissance financière n'est que le moyen, ampleur telle qu'on ne saurait de long- dises).
son souvent enregistrées.
gets barbets, 8 A 10 lr. i; rousm&nx, 8 A?
ou, personne ne pouvait prévoir il y a peu alors que le but est la puissance politique, temps l'oublier.
B. Ligne régulière de Bordeaux au SéComptant
également
ferme,
mais
Plu»
Les vignobles du Languedoc, les ri75 90
0 fr. ; soles, petites, 38 fr, u mornumv
d'années qui a commence aux Etats-Unis, de rafler une bonne partie de la monnaie
nègal. au Brésil et au Rio de la Plata,
calme.
15 20
ches industries du Tarn, les planta28 fr. ; grosses, 30 fr.,' le tout > kUo.
Toutefois, les titres en vue sont assez larpays dont la prospérité était phénoménale, en circulation ; il suffira pour cela de jeter tions du Tarn-el-Caronne, les plaines — Le paquebot « Kergruelen » (10.700 tonPOISSONS D'EAU DOUCE. — BordedUr*»
gement échangés.
et 'qui, peu à peu, s'est étendue dans le sur le marché d'énormes quantités de luxuriantes
du
Lot-et-G-axoime,
les nes 7.500 HP. 2 hélices), de la Compa467 .
gnie des Chargeurs Réunis, quittera
Terme i Barzelona Traction, 437 50 ; 28 décembre. — Anguille», 9 A 10 fr. g as»
monde entier ?
valeurs que l'on réalise en monnaie. Ainsi, vignobles de la Gironde ont été, en Bordeaux-quai le 20 janvier 1933, à
49.) 25
Brazlllaa Traction, 830 75 ; Heliopolts. 1 47»; sèges. 4 A 5 fr. ; barbota. I à I tfi | broAprès la guerre, ce fut un essor mer- tout d'abord, cette monnaie manque ; et moins d'une semaine, ravagés et dé- 22 h. 30, pour Leixoës, Lisbonne, Rio de
Hyd SI. Secur, 291 25 : Sidro Prlvlliflé. chet», 10 A 12 fr. 1 carpes. 8 A 8 tr. if csrtruits.
.
veilleux d'activité :
on construisait, on ensuite, par diverses manoeuvres, les
et Buenos51 750 ; Scengol TJp., 496 • Tublze. 302 50 ; rslets, 10 A 12 lr. \ esturgeons, 13 A 15 tr. a
La statistique, qu'on ne saurait trop Janeiro. Santos. Montevideo
e
rs
e
mules, il A 14 fr. ; saumons congelés, 9 eV
Union Minière Prlvlligêe, 3.265.
achetait, on échangeait, et ce formidable valeurs jetées sur le marché baissent, dé- souvent rappeler, est tristement élo- Ayres. (Passagers l , 2 et 3 classes.
Comptant i Generalel Belgique, 4.80O; Elec 17 fr. la tanches, 7 A 8 fr. :; truites, 30 A
mouvement économique ne fut même pas faillent, et c'est une série de krachs de quente : 206 victimes, 2.693 immeubles Cabines et dortoir. Marchandises).
trobel, Incoté ; Soflna. 10.600 ; Ouerree Ma- 40 fr. <i thon, BAS fr., le tout 1* Wo.
C Ligne postale de Bordeaux à la
ébranlé par certaines étranges maladies Bourse qui arrêtent la circulation, ruinent détruits, 143.000 hectares inondés.
ria, 1.525 ; Arbed, 2.50O ; Azote Belge, 600,
Car, pas plus aujourd'hui qu'hier, la Côte Occidentale d'Afrique et au Congo,
de multiples entreprises, arrêtent la proLÉGUMES. — Bordeaux. 38 décembre. —
monétaires.
leçon' n'a servi et les méridionaux de — Le paquebot « Foucauld • (11.030 tonAil, de 3 A 4 fr. le kilo ; artichaut* d'EspaLes Etats-Unis, surtout, connurent une duction et accroissent le chômage.
Paris, 29 décembre.
nes.
7.000
HP,
2
hélices),
d
la
Compae
gne, de 6 A 13 fr. ; d'Algérie, de 8 A 14 fr..
Si par une série de procédés de ce Guyenne, de Gascogne ou du Langueprospérité inouïe. Et puis, tout d'un coup,
La séance d'aujourd 'hui a été caracMARCHES COMMERCIAUX
doc ne se sentent pas protégés contre gnie des Chargeurs Réunis, quittera térisée par Ta faiblesse des mines d'or
le tout la douzaine - truffes, 100 fr. la
il y a quatre ou cinq ans, le monde genre, la circulation réelle de l'argent en
Bordeaux-quai le 7 janvier 1933, à
le
retour
inopiné
du
fléau.
kilo ; endives, de S A 4 fr. 50 le kilo ;
retentit d'un krach de Bourse formidable France qui, officiellement, devrait être de
MÉTAUX. — Londres, 29 décembre. •» 1*
12 h. 30, pour Madère, Dakar, Gonakry et la hausse de la plupart des groupes
Les dégâts ont été réparés mais l'in- et les ports de la Côte, jusqu'à Matadi d'arbitrage. Les valeurs françaises con- tonne de 1.016 kilos, en livres sterling «t choux-fleurs du pays, de 10 A 15 fr. ; du
84
milliards,
est
réduite
de
plusieurs
dans ce pays privilégié. Il fut suivi de plusécurité demeure, les mesures de sau8
servent a reu de chose près leurs ni- shiJlng. — Antimoine i comptant, 4î à 42 10. Midi, d» 10 A 26 fr. ; d» Bretagne, ds 8 A
sieurs autres ; les valeurs s'effondraient, dizaines de milliards, il n'est pas surpre- vegarde préconisées : reboisement, éta- inclus. (Passagers 1". 2 et 3" classes.
25 tr. le tout la douzaine 1 choux de
veaux antérieurs. Quelques titres mêEntrepont.
Marchandises).
Cuivre t comptant, 28 18/1 i ; à trois
les banques sautaient, les usines se fer- nant que les affaires soient paralysées, blissement de réservoirs, aménagement
me, soutenus par les achats de la mois, 29 5/7 4 j Best selécted, SI 5 i M 10 ; Bruxelles, d» l 90 A S fr. le kilo ; Choux
D.
Ligne
postale
de
Bordeaux
aux
Anmaient, le chômage sévissait, la prospérité que les banques réduisent ou annulent de zones d'expansion, amélioration des
pommés petit», d» 6 A 8 fr. ; moyens, de
tilles, à la Côte Ferme et au Canal de clientèle au comptant, gagnent quel- Electroiytlque, 34 7/10 * 34 10.
13 A 18 fr. ; gros, de 18 A 25 fr., le tout la
taisait place au marasme. De l'Amérique leurs crédits et que les échanges soient cours des rivières et endiguement des Panama. — Le paquebot t Pellerin-de- ques fractions. La discussion a la
Etaln
:
comptant,
149
3/9
i
A
trois
mois,
douzaine
carottés maraîchères, de 0 71 A
le mal gagnait l'Europe : l'Angleterre, ralentis ou arrêtés. Sans compter que berges, n'étant restées qu'à l'état de la-Touche i
(8.200 tonnes, 7.500 HP, Chambre d'aujourd 'hui et la décision 150 6/3.
projet.
Il
ne
peut
en
être
autrement.
3 fr. le paquet ; carottes maraîchères, de
toutes ces monnaies-papier sont soumises à
l'Allemagne, l'Italie et enfin la France.
2 hélices), de la Compagnie Générale de la commission des finances du SéPlomb : comptant, 10 15 î étranger li- 9 A 5 fr. ; céleri petits, de 8 A 4 fr. ;
Des populations entières ne peuvent Transatlantique, quittera Bordeaux-quai nat n'ont pas eu grande portée, non
la spéculation et peuvent, selon l'intérêt
vraison éloignée, il 2/6 | anglais, 12 6.
Que s'était-il donc passé et quelle était
moyens, d» 8 A 8 fr. ; gros, de 8 A 10 fr. â
ou le bon plaisir des gros détenteurs dont pas vivre ainsi dans l'inquiétude lors- le 10 janvier 1933 pour Pointe-à-Pitre, plus que les avis transmis par les plaZinc : comptant, 15 6/3 j livraison éloila cause d'une si étrange et si soudaine
chicorée, de 4 A 6 fr., le tout 1A douzaine ;
que
la pluie et la fonte des neiges, Fort-de-France. Trinidad. Carupano, La ces étrangères, sauf ceux de Londres
nous parlons, subir de graves dépréciagnée,
15
7/6.
cresson, de 6 A 8 fr, les 13 paquets ; épimaladie ? Car, enfin, personne n'a pu
faisant grossir torrents et rivières dans
et sur les minas d'or.
Argent
:
comptant,
la
3/8
i
»
dajis
moi».
tions, comme cela s'est déjà produit pour des proportions énormes, menacent pé- Guayra, Curaçao, Puerto-Colombia
nard», de 6 A 8 fr. las 13 bottes t escarolle,
Les matières premières sont meilleudiscerner une tause nettement économiCristobal. (Passagers l re 2" et 3 9 clas16
7/16.
la livre sterling.
riodiquement les maisons et les terres. ses. Entrepont Marchandises).
res, sauf Tétain, un peu touché par ie
de 4 A 7 fr. la douzaine ; haricots secs, de
que. La surproduction peut gêner et ruiner
Or
i
123/11.
La crise économique actuelle est une
Les pouvoirs publics, quelles que
2 50 A 4 fr. 50 lel kilo s laitues du pay»,
E. Ligne commerciale régulière de démenti d'un bruit de réduction de proun certain nombre de producteurs et cauMercure : 10 A 10 15,
« crise d'anémie indubitablement voulue soient leurs préoccupations, ne sau- Bordeaux à La Guyane. — Le vapeur duction qui avait couru à Amsterdam.
3 â 5 fr. ; d'Espagne, ds 4 A 5 fr. ; navets
ser cinq, dix, vingt catastrophes particupetite, de 0 75 A 1 fr. ; moyens, de 1 50 A
et provoquée, obtenue par la raréfaction raient rester indifférents à l'appel des de charge * Caraïbe », de la Compagnie
Principales fluctuations des cours à
SUCRES. — Paris, 29 décembr». — Clôlières qui, peu à peu, se tassent, se guéde la circulation monétaire successivement régions menacées.
Générale Transatlantique, quittera Bor- terme : 3 %, 76,60 (— 0,05) ; 4 1/2 %, ture 1 Courant, 208.50 payé i prochain t fr. 60 • gros, de 3 à 4 tr., le tout la
rissent et n'affectent pas l'ensemble de
Il faut qu'on sache que le remède deaux-quai le 15 janvier 1933 pour 93.20 (— 0,10) • Banque de France, 12.120
douzaine ; oignons, de 1 40 A 1 fr. 75 le
dans les principaux Etats. »
210 à 210.50 payés i 3 Janvier, 211 payé II
qui doit juguler le terrible fléau existe :
l'économie. Mais que la totalité de l'actikilo ; Oseille, de 9 A 2 fr. 50 les 13 paqueM;
Comment cela a-t-il été possible ? Grosse c'est la construction du Canal des Cayenne et Saint-Laurent-de-Miaroni. f+ 120) ; Banque de Paris, 1.718 (+26);
février, 212 A 212.50 ; 3 mars, 912.60 A poireaux petits, de 6 A 7 fr. : moyens, de 9
vité humaine soit atteinte dans le monde
(Marchandises).
Crédit Lyonnais, 2.145 (+20) ; Courriè- 213 payés Cote officielle, 208.50 à 209. Ten
question qui demande à être étudiée à part, Deux-Mers.
A 9 fr. ; gros, de 10 A 13 fr.. le tout la1
entier et que le malaise soit devenu rapiF. Ligne postale de Bordeaux aux An- res, 388 (— 3) ; Electricité de Paris, dance caime.
La vérité est que « nous sommes en écodouzaine ; pommes de terre blanches, ds
Dans le remarquable rapport qu'il a tilles. — Le paquebot « Garimare ». de 1.180 (-1-15) ; Dsitribution, 2.190 (— 30);
dement universel, voilà ce qui n'a pas
nomie juive, économie dite capitaliste, éco- lu au Congrès de Toulouse des 9 et la Compagnie Transatlantique, quittera Nord-Lumière, 1.990 (inchangé) ; Nord
CAOUTCHOUCS. — Courant, 245 nominal ; 0 80 A 1 fr. ; Jaunes, de 0 50 A 0 fr. 65, Y»
d'explication plausible au point de vue éco.
nomie de la suprématie de l'argent, de la 10 juillet dernier, M. Augustin Mes- Bordeaux-quai le 1 er janvier 1933, poul- et Est, 546 (- 1) ; Citroën. 607 (+7) ; prchaln. 260 vendeurs ; 3 Janvier, 550 ache- tout le kilo ; raves petites, de 0 50 A
nomique.
supériorité du simple signe de la richesse nagex, inspecteur général des Ponts et ies Antilles Françaises Puerto-Rico, St- Air Liquide, 865 (+9) ; Kuhlmann, 542 teurs : février, 250 A 265 ; 3 avril, 200 à 0 fr. 75 ; moyenne», ds 1 75 A 2 fr. 50 j
Y a-t-il moins d'argent ? Mais en 1926,
Chaussées (R.), vice-président de l'Aca- Domingue, Haïti et Santiago-de-Cuba. (+3) ; Pechiney. 1.150 (- 32) ; Azote, 280 ; mai. 260 à 280 ; 3 JUUjiet, 275 A 290 ; grosses, de 3 A 4 fr., le tout la douzaine j
sur la richesse véritable. »
année de l'inflation et de la crevaison du
9
salslfl» petits, ds 1 75 A S fr. 5o ; moyen?,
Cette étude, que nous avons résumée de démie des Sciences, a lumineusement (Passagers 1", 2 et 38 classes. Marchan- 791 (+5) ; Suez, 17.160 (+15) ; Rio Tin- août, 275 A 290.
plafond, il n'y avait, en France, que
Marché nul.
de 3 A 3 fr. ; gros, de 3 50 A 4 fr., le tout
expliqué que les dispositions prévues dises).
to. 1.543 (+68) : Vieille Montagne, 1.147
notre mieux et que nous croyons suscepla botte ; tomates d'Algérie, d» 2 50 i * fr;
54 milliards en circulation ; aujourd'hui
pour l'alimentation en eau du Canal
BESTIAUX. — La Villetts, 29 décembre.
Le paquebot t Saint-Domingue » quit- (+6) : Penarrova, 318 (+7) ; Padang,
tible
d'intéresser
tous
nos
lecteurs,
puispermettaient
de
donner
une
solution
er
le
lklo.
il y en a 84 milliards. Et pourtant l'argent
tera Bordeaux-quai le 1
février pour 297 (— 1) ; Crown Mines, 577 (— 15) ; — Cours officiels de clôture, viande liett».
manque pour acheter, pour prêter, pour que tous les Français, plus ou moins, sont définitive au problème des crues de la les mêmes destinations. (Passagers et Geduld, 476 (—10) ; de Beers, 456 (+6), — Bœufs : amenés, 1 .209 s invendus, 13.
ŒUFS . — Pans, 29 décembre. — Voie*
marchandises).
Prix : lre qualité, 750 ; 9 qualité, 610 i 1s cours des ceufs ce matin aux Halles : 868
-produire.
Où donc passe cet argent ? atteints par la crise ou menacés de l'être, Garonne.
OOURS DE CLOTURE
En effet, le Canal, ayant une section
G. Ligne régulière de Bordeaux à l'Inqualité, 480.
A 860 fr. le mllls.
Voilà la vraie question à élucider.
Car nous l'empruntons à la Revue Internatiominimum
de
1.115
mètres
carrés
et
à
dochine.
—
Le
paquebot
•
Cap-Padanale
des
Sociétés
Secrètes
(1),
numéro
du
Vaches : amenées, 604
Invendues, 50.
DE LA DEUXIÈME SÉANOE
l'argent Joue, dans l'organisme économicertains endroits de plus de 2,500 mè- ran > (8.000 tonnes, 4.500 HP), de la
Prix
:
ira
qualité,
730
1 9" qualité, 550 ;
1er
décembre
1932.
Son
point
de
vue
peut
que, le même rôle que le sang dans l'orDU MARCHÉ OFFICIEL
tres carrés, pourra écouler, avec une Compagnie des Chargeurs Réunis quitqualité, 420.
ganisme humain ou animal : il est l'agent être discuté avec réserves ; mais il est de vitesse d'eaii de 1 m. 50-seconde un tera Bordeaux-quai le 9 janvier 1933, à
Paris, 29 décembre
Taureaux : amenés, 280 T Invendus, néant.
nature
à
faire
réfléchir
très
sérieusement
principal et nécessaire de tous les échanMétropolitain
1311
;
Canadian
Pacidébit de 3.300 mètres cubes-seconde sur 15 heures, pour Marseilles. Part-Saïd,
Prix : lre qualité, 580 ; 2» qualité, 490 i»
ges sans lesquels le corps entier dépérit beaucoup d'esprits, et ce résultat est d'une les deux versants.
Djibouti. Colombo. Singapore, Saigon, fic 369 ; Central Minning, 1043 Young, 3» qualité, 450.
grande importance.
,e
650
;
Rio
Tinto,
1561
;
Geduld,
475
;
Touraine,
Haïphong
(Passagers
l
et
Veaux : amenés, 1 .719 ; Invendus, 59. Prix
et meurt.
3.300 mètres cubes-seconde pourront
Nous croyons, en tout cas, avec son au- donc être prélevés à Toulouse sans in- 2« classes. (Entrepont. Marchandises).
Royal Dutch, 1560.
lre qualité, 1 .100 ; 2» qualité, 800 ; 3" quaOr, l'argent fait défaut pour ces échanH. Ligne régulière de Bordeaux à l'A.
lité, 640.
ges : Voilà le fait brutal. Que devient-il ? teur, que pour conjurer le danger pressant fliger une gêne quelconque à la naviqui nous menace, le moyen le plus efficace gation, puisque 1 m. 50-saconde ne O. F. — Le vapeur de charge « Fort-deMoutons : amenés 10.380 1 Invendus, 600,
Qui l'accapare et le cache ?
Vaux », de la Compagnie des Chargeurs
Prix : lre qualité, 1 .640 i 2" qualité, 1 .060 ,
SONT
AVISES
PAR L'ENVOI
Pour répondre à cette question trou- « est avant tout politique et moral ». — représente que 5 km. 40o-heure, soit la Réunis, quittera Bordeaux-quai le 22
3' qualité, 600.
vitesse d'un homme au pas.
D'UN CHEQUE POSTAL, DE LA
blante, ceux qui ont en mains les Protocols Joseph GÉRAUD.
janvier, pour Dakar, Tabou et les ports
Porcs
:
amenés,
1
.645
;
invendus,
néant.
Paris. 29 décembre.
Cette vitesse sera encore plus faible de la Côte jusqu'à Kribi inclus. (MarDATE D'EXPIRATION DE LEUR
publiés par Serge Nilus en 1903, trouvent
Le bilan de la Banque de France, Prix : lro qualité, 1 .100 -, 2- qualité, 1 .014 i
dans toutes les sections où. le Canal chandises).
ABONNEMENT.
les deux textes suivants :
2»
quaUté,
1.014
;
3"
quadté,
742.
pour la semaine du 16-23 décembre 1932
aura une largeur plus grande, c'estNOUS LES PRIONS DE NOUS
(D 11 bis. rue Portails, Paris.
I. Ligne régulière de Bordeaux au fait ressortir une encaisse or de 83 mil« Il nous a suffi de retirer l'argent de
Vente bonne, cours en hausse sur le gros
à-dire sur plus de la moitié de sa
Maroc. — Par les paquebots de la Com- liards 119.500.173 fr. 10. en diminution bétail et veaux ; vente calmé, cours mainADRESSER, SANS RETARD, LE
longueur.
pagnie
Générale
Transatlantique
MONTANT DE L'ABONNEMENT
de 140.364.459 fr. 15 sur la semaine pré- tenus sur moutons et porcs.
On voit donc qu'en cas de catastro— Bordeaux, 29 décembre. — Boeufs : «n
OU DE PREVENIR LE FACTEUR,
phe c'est un total de plus de 5.625 mè- « Meknès ». le 3 .janvier 1933 à 10 heu- cédente.
res ; « Marrakech », le 10 janvier 1933
Les engagements à vues, sur lesquels réserve A l'abattoir, 238 ; exposés en vents,
S'ILS NE DESIRENT PAS RENOUl'existence de la société pour ne déclarer tres cubes-seconde que pourrait évacuer à 15 heures. (Passagers 1" 2« et 3e cl les billets en circulation figurent, pour 40 ; vendus, 31, invendus 9. Prix : lr»
le Canal, dont 1.650 vers la MéditerCHRONIttUEFISCALE
VELER.
(Entrepont. Marchandises).
taxables que les bénéfices réellement pré- ranée.
qualité,
360
A
420
;
2»
qualité,
300
A
360
;
81565.447.023 fr., en augmentation de
J. Ligne régulière de RcrdeaUs h 350.173.860 fr. sur la semaine précéden- 3" qualité, 240 A 300. Prix extrêmes : 170
levés chaque année.
Or, le débit de la Garonne à Bar— Le patttipbot « y
à 440.
Dans le cas d'une société en commandite deaux n'a vraisemblablement pas dé- l'Océan Indien
te, représentent 106.951.186.611 fr. 06.
Vacaes : en réserve A l'abattoir, 31 > exL'ASSEMBLÉE GÉNÉRALE
La proportion de l'encaisse or aux en
simple qui se transforme en société à res- passé 8.000 mètres cubes-seconde ; c'est d'Arras ». de la Société d'E-vplottaiiO't
de la Compasmie Ha vrai se Pénin«ulal-i gagements à vue est de 77,72 %, contre posées en vente, 3 ; vendues, 1 ; Invendu**
Dl
ponsabilité limitée, il a été décidé que les donc la presque totalité de la crue qui re, quittera Rbrdeaux-Pauillac le 10 Jan2. Pas de prix.
L'ASSOCIATION DES ACTIONNAIRES
78,16 la semaine précédente.
sommes désormais attribuées à l'ancien pourrait être évacuée par le Canal.
vier 1933. pour Oran. Alger, Marseille,
Veaux
:
en
réserve
A
l'abattoir,
33
':
exET
OBLIGATAIRES
Enfin, il faut remarquer que les in- Port-Saïd. Djibouti et les ports de Magérant, sur les réserves constituées antéposés em venta, 38 ; vendus, 88 -, Invendus, DES CHEMINS DE FBR FRANÇAIS
rieurement à la transformation, doivent nombrables rectifications du lit de la dagascar, La Réunion et Maurice
BOURSE DE TOULOUSE
18. Prix : lrê qualité, 700 à 750 ; 21 qualité,
Garonne que nécessiterait la construcéchapper à toute nouvelle taxation au titre
650 A 700 ; 3" quadté, 600 A 650. Prix extion du Canal auraient une influence
Du 29 décembre,
trêmes : 500 A 1.100.
de l'impôt général sur le revenu comme
L'Association des actionnaires et
extrêmement favorable sur l'écoulement
VALEURS LOCALES. — Actions : Société
Moutons : en réserve A l'abattoir : 774 '; obligataires des chemins de fer franLes questions suivantes ont été posées ayant déjà supporté cet impôt ; cette solu- des crues.
la Rucfie du Midi, act. ex-coupon 34, 660
exposés
en
vente.
29
;
vendus,
12
;
Invençais, 4, rue Lallier, a tenu le 16 dé<
pu ministre du Budget, au Journal Officiel tion est logique.
Société Méridionale Transport de Force, sé dus, 17.
« On peut donc dire, dit M. Augustin
cembre son assemblée générale, aji
du 14 novembre 1931 : 1° Si un associé
C. FRANK.
Trafic do Port Autonome
rie A, ex-coupon 54 , 705 ; Distributions
Mesnager, que le Canal des Deux-Mers
Agneaux : exposés en vente 225 ; vendus, siège de la Chambre syndicale dés
iqui, lors de la liquidation d'une société à
Electriques
du
Midi,
ex-coupon
10,
33.
représente un remède définitif contre ce
225, Prix : de 500 à 1 .100 la pièce.
propriétés immobilières de la ville de(
responsabilité limitée, reçoit 1.800 francs
Obligations : Etablissements Brusson Jeu
fléau des crues qui ravage la région en
de Bordeaux
Paris, 274, boulevard Saint^Germain,
ne, 4 1/9 %i 340 ; obligations 6 1/2 1923,
pour chacune des parts lui appartenant,
détruisant les propriétés et les vies
VINS. — Sète, 28 décembre. — Vins du sous la présidence de M. Chapuis.
490 ; oblig. de 1.000 fr., 5 1/8 %, 805
humaines. »
pays, rouge ordinaire, 6* A 8 *5, de 10 à
est passible de l'impôt général sur le Renseignements
NOVEMBRE 1932
M. de Traversay, secrétaire général,
Société MéridionaJel Transport de Force 115 fr. l'hectolitre, nu, pris A la propriété,
revenu pour la différence existant entre
En dehors des avantages économiques
Oblig. 4 1/2 %, de l .OOO fr. 1930, 835 ; 1931 tous autres frais en sus ; rosée, blanc, pas a présenté le rapport moral de 1932,
la valeur de remboursement (1.800 fr.)
du Canal pour le Sud-Ouest et la
qui
souligne les intéressants résultats
Navires entrés : français, 110 ; étran- 83 5 ; Etablissements Laporte, 6 1/2 %, 376
d 'affaires ; Algérie rouge, rosé, blanc OrdiFrance, cette considération, d'une vaet la valeur nominale des parts (500) ou,
Tramways Pons, ancienne teinte jaune naire, de 17 50 A 18 fr. ; rouge, rosé, blans obtenus par l'Association, dans la
gers, 109 ; ensemble. 219.
leur considérable tant au point de vue
campagne d'ôpinion
poursuivie de
au contraire, pour la différence existant
Marchandises reçues : sous pavillon 4 %. 375 ; T. C. R. T., 5 %, 1/2 net, d supérieure, de 18 50 à 19 fr. ; mutes, 10US concert avec la Fédération des porPour adresses et renseignements, sVdies- humain qu'au point de vue matériel,
entre la valeur de remboursement (1.800
1.000 fr. 1930, P36 ; 1931, 940.
français,
82.504
tonnes
;
sous
pavillon
cépage,
de
15
50
à
13
fr.,
le
tout
le
degré,
ser ou écrire s
suffirait à justifier sa création.
teurs de valeurs mobilières, campaçne
francs) par lui obtenue et le prix par lui
étranger, 178.663 t.; ensemble, 261.167 t.
suivant degré, qualité ©t quantité, nu, quai qui a abouti notamment à la création
Va-t-on le construire enfin?
dont : charbons, 117/723 t.; pétroles,
yersé lors de l'acquisition des dites parts A Toulouse s à .j'Agence Régionale de l 'OffiSête, plein fait fûts, acheteur comptant net. de 81 comités de défense de l'épargne.
Il
faut
que
l'opinion
publique,
et
surBOURSE DE BORDEAUX
ce National du Commerce Extérieur, io,
— Alger, 29 décembre. — Récolte 1932 .
(1.200 francs)
tout celle du Sud-Ouest, manifeste vi- 45.065 t.; céréales, 12.419 t.; arachides,
rue Tolosane, — Tél. 8.34.
Rouge extra, de 15 50 à 15 fr. 75 ; rouges
*
Il a été répondu que l'administration
goureusement en faveur d'une œuvre 10.651 t.; vins, 7.788 t.; sucres 5.202 t •
Du 29 décembre.
•*
pyrites,
3.585
t.;
bananes,
2.000
t
;
mo1er
choix, de 14 26 à 15 fr. 50 • 2e choix,
A
Montpellier
:
à
l'Agence
Régionale
de
qui doit lui donner sécurité et prospéfcdmet, en principe, que, dans le cas de
Cle Nouvelle d'Eclairage par le gaz 4 %,
rues, 1.865 t.; laines et peaux, 1.540. ; j BT*
de 13 à 14 fr. ; 3e choix, de 13 A 14 fr. ,
l'Office National du Commerce Extérieur, rité.
10 i Trams de Bordeaux, 287 ; Pcyrlssac,
dissolution d'une société à responsabilité
A la suitô de la lecture du rapport,
Hôtel Salnt-COme. — Tôï. 6.76.
Intéressée plus que toute autre à sa rhums, 1.325 t.; bois merrains, 1.000 t.; ' 299 ; Tékka (actions), 733 ; (parts), 2.236 ; cle blancs, de 13 50 à 15 fr. 50, le tout le la motion suivante a été votée à l'unalimitée, la fraction du boni de liquidation
do blancs, de 13 50 A 15 fr. 50, lel tcut le
bois
coloniaux.
972
t.;
cafés
904
é;
réalisation,
elle
doit
sans
se
lasser,
par
Banque Soula, 355 -, Energie Electrique du
nimité par l'Assemblée :
qui revient à chaque associé n'est imposa- A Bordeaux : A l'Office de Renseignements
degré ; distillerie, pas de cote.
de la Région Economique, palais de la la voix de ses représentants, réclamer phosphates, 900 t.; tabacs, 524 t ; caout- S.-O., ((actions), 1.510 j Familida 5 %, 695.
ble qu'à concurrence de l'excédent du prix
Les actionnaires et obligataires
— Narbonne, 29 décembre. — Les cours
choucs, 333 t.; cacaos 62 t.; divers
pour une région déshéritée au point de 46.220
Bourse. — Tél. 73.93.
é.
......
restent fermes, nous dit la Chambre d'agri- des chemins de fer français, réunis la
de remboursement sur le prix d'acquisition
vue de son outillage l'instrument de
culture qui cote les vins rouges 1932, de 16 décembre en assemblée générale!
sécurité auquel elle a droit.
des parts sociales, lorsque ce prix est supéPassagers débarqués : 1.315.
ARTICLES DEMANDES
de leur Association ;
I8U1SE DE LONDRES
13 50 à 16 fr. le degré.
Il faut, en un mot, que le Midi bouge
rieur à la valeur nominale.
« Conscients des danger» que fait
Navires sortis : français, 105 : étranLa Chambre de commerce donne 6'5 à 8*.
comme il sait le faire quand son intérêt
2° Si la même solution vaut pour l'as- 6262. Farine de bananes pour Paris.
Du 29 décembre.
gers, 109 ; ensemble, 214.
6272. Savon et savon mou, bois mer- est en jeu.
courir
au crédit des Rénaux et aui
de 70 à 100 fr ; 8" i 9". de 100 à 135 îr. t
socié commanditaire, membre d'une société
Les affaires continuent à se mouvoir dans 9' à 10*. de 135 1 150 fr., le tout le degré, crédit de 1 Etat le retard mis par les
rains pour Brest.
Il
faut
qu'il
appuie
de
toute
la
force
Marchandises
expédiées
:
sous
pavilen commandite simple.
6278. Tartre brut et mi-raffiné pour la de sa volonté le vœu émis par le lon français, 43.744 tonnes ; sous pa- un cadre restreint, mais xa tenrance d'en- par hecto nu, pris A la propriété.
Pouvoirs publics à prendre les mesusemble est lerme.
La réponse a été affirmative.
Suisse.
Alcools, pas d'affaires.
res propres à rétablir l'équilibre fiCongrès dè Toulouse du Canal des villon étranger. 17.85 tonnes • ensem0
Seules,
ies
Mines
d'Or
Sud-Africaines
se
3 Si, du fait de la transformation d'une 6312. Crin animal (de bœuf notamment) Deux-Mers :
nancier des Réseaux, dans le cadre
ble, 61.597 tonnes, dont :
poteaux de présentent en baisse ici, alors qu'elles sont
pour
l'Italie.
ALCOOLS LIBRES. — Paris, 29 décembre. des conventions en vigueur ;
société en commandite simple en une
' Que les pouvoirs publics prennent mines. 7.300 t.; vins, 3.997 tt.; cendres plus lermes à la bourse de Johanesburg.
— Tous cours cotés. Clôture : Courant,
« Approuvent la position prise par
société en nom collectif, chacun des asso- 6330. Produits chimiques pour le tatoutes mesures utiles pour accélérer de pyrites, 2.900 t.; eaux-de-vie et liLes valeurs industrielles locales attirent 875 payé 1 prochain, 875 A 895 : 3 Janvier, le Comité directeur de l'Association à
misage
des
vins,
robinets
en
bois
ciés commanditaires devient ipso facto,
queurs, 2.453 t.; produits résineux, davantage l'attention. Influencée favorablede rose, boucheuses à main en rinstruction du projet du Canal des
incoté
;
février
890
à
905
;
3
février,
915
légard d'une fusion éventuelle des
Deux-Mers,
I. 459 t. (essence de térébenthine, 19 t.; ment par les arrangements intervenus dans
passible de l'impôt général sur le revenu
bois pour la Californie.
payé ; 3 mars, 915 ach. ; 3 avn], «20 ach. ; Réseaux, telle qu'elle est définie dans
produits secs. 1.440 t.); noix et cerpour le montant de sa part dans les béné3 mal, 925 ach. Tendance soutenue.
« Et, saisissant le Parlement, dans neaux, 973 t. : talc, 893 t.; ciment, 630 t • l'industrie cotonnière du Lancasblre.
la lettre que le président de l'AssoAGENTS
fices sociaux réalisés au cours des exerciLes Chemins de Fer Anglais ont réalisé
I avenir le plus proche, d'un projet de traverses de chemins de fer, 179 t. ; sua adressée, le 9 novembre
CAFÉS. — Le Havre, 29 décembre. — clô- ciation
DEMANDANT REPRÉSENTATION
ces antérieurs et affectés à la constitution
ries
progrès
sensibles,
les
recettes
hebdomaloi qui permettra la réalisation de perphosphates, 33 t.; divers, 40.780, dont
ture • Janvier. 204 50 ; février, 201.50 ; dernier, au président du Conseil, aux
daires
accusant
une
augmentation,
fait
qui
d'un fonds de réserve.
G246. Vins pour les Etats-Unis (New- cette œuvre grandiose, du plus haut II. 270 t. soutes et provisions de bord.
du Budget
mars, 199.50 ; avril, 199 ! mal, 195 ; Juin, ministres des Finances,
ne s'était pas produit depuis longtemps.
intérêt économique et social. »
York).
La réponse a été affirmative, la fraction
des Travaux Publics,
ainsi qu'aux
Passagers embarqués : 2.132.
Il y a lieu de signaler, d'autre part, la 193.25 ; juillet, 193.50 ; août, 192.75 ; sep- présidents et aux rapporteurs des
qui revient aux commanditaires dans les 6253. Noix et amandes en coques pour
fermeté des rentes allemandes et des va- tembre, 193 ; octobre, lac, • novembre, commissions des Travaux Publics et
la Suède.
bénéfices réservés devant être considérée
inc. ; décembre, 210.50. Tendance ferme.
leurs de pétrole.
6283.
Huile
minérale,
auto
et
industrie
des Finances des deux Chambres •
comme étant à la disposition des intéressés
En revanche, les fonds anglais ont perdu Ventes, 2.000 sacs.
pour la Haute-Vienne.
« Font confiance au Comité général
du jour où ceux-ci, devenant associés en
un
peu
de
terrain.
6292. Conserves de poissons et de léguOOTONS. — Le Havre, 29 décembre
— de l'Association pour que, fort des ennom indéfiniment responsables, leur patrimes ; pâtes alimentaires et tous
War Loan 3 i %. 98 11/16 '; Consolidated, Clôture 1 Janvier, 212 j février, 213 ; mars, gagements qu'il a obtenus d'un très
moine n'est plus distinct de celui de la
articles d'alimentation pour Bor2 i %. 74 1 /4 ; Lond Midi. 16 ; Canadian 214 ; avril, 215 ; mal, 216 ; Juin. 216 ;
grand nombre de membres de la nousociété.
deaux et environs.
Pacific, 20 7 /8 ; Young, 84 i ; Shawlnigan, juillet. 217 ; août, 217 ; septembre, 219 • oc- velle Chambre, il ne laisse prescrire)
Meubles
4° Si un commanditaire d'une société 6301. Résine pour savonnerie pour la
13 1/4 ; Intern Nickel, u 15/16 ; Gevern tobre. 920 ; novembre. 220 ; décembre '1933, en aucun cas les droits que les porPologne.
North Tel, 27 1 /4 ; Coats 47/9 ; Courtaulds 221. Tendance calms. ventes. 2.350 balles.
en commandite simple, qui est nommé géteurs de titres — durement atteints
31/3 ; Jmp. Tobacco, 4 7 /8 ; Guinness, 8 0 /3— New-Orléans, 29 décembre. — Clôture • déjà par la dévalorisation monétaire
rant indéfiniment responsable devient ipso J 6315. Bonneterie courante, rachel, pantoufles,
charentais
et
fafiots,
Mexican
Eagle,
7/3
;
Royal
Dutch,
18
3 /8 : Disponible, 6.05 ; décembre, Incité <; Janet 1 excès de la fiscalité — tiennent,
facto passible de l'impôt général sur le
d'Acier
chaussures, article courant, pour
Voc, 1 5/8 ; ShelA 48 /1 J ; central Mining' vier, 5.91 ; mars, 6.04-6.05 ; mat, 6.18-6.19 ; des contrats, et, qu'en particulier il
revenu pour le montant de sa part dans
la Tunisie.
12 1/4 ; Rand Mines, 4 5 /16 ; Gold Fiêlds Juillet, 6 .31 ; octobre, 6 .50 -6 .52 ; décembre s'oppose énerglquement à la modifiles bénéfices sociaux réalisés au cours 0331. Liqueurs fines, conserves alimen40 ; Johannes, 33/1 t ': East Rand, 17/3 • 1933, 6.60.
cation des dispositions contractuelles
des exercices antérieurs et affectés à la
taires et produits d'alimentation
POUR BUREAUX
Crown Mines, 6 3/4 ; Chartered, 16/4 t •
que ie s actionnaires n'auraient pas
en général pour l'Algérie.
constitution d'un fonds de réserve.
De Beers, 5 3/8 ; Rio Tinto, n 1 /4 ; Kualaété appelés à ratifier. »
CEREALES. — Paris, 29 décembre. — clô6333. Vins de Porto pour le Nord de la
La réponse a été affirmative.
lump, 13/10 ; Malacca 10/7 i.
ture : Blés : courant, 111,50 payés •• proET USINES
France.
Ainsi qu'on peut s'en rendre compte, la
chain, 112,75 A 112,50 payés s lévrier. 113,75
transformation d'une société de personnes 6336. Produits alimentaires, foies gras,
a 114 payés ; 3 Janvier 114,25 payés ; 3
entremets, saucissons, etc. pour
ou même le changement de qualité d'un
février, 115,75 payés ; 3 mars, 116,75 A 117;
BBliSE §E NEWla Belgique
RAYONNAGES
associé ont des répercussions fiscales
3 d'avril, 117.50 payés. Cote officielle, 108
La réunion a pris fin sur une brilN. B. — Ces demandes sont publiées
Tendance faible.
lante et substantielle conférence de
assez importantes. On peut d'ailleurs se sous toutes réserves.
Du 29 décembre.
Avoines
:
courant,
81,50
payés
;
prochain,
M.
Léon Baréty, député, anci-n minisdemander si la théorie administrative ne
Le marché fait montre d'une bonne résisDACIER
BULLETIN D'INFORMATIONS N" 330
82,50 payés ; février. 83.50 payés • 3 Jan- tre, sur le « déficit des chnnins de
tance aujourd'hui A l'ouverture
soulève pas quelques critiques.
fer
».
ARTICLES OFFERTS
U. S. Steel, 25 1/4; General Electr., 14 3 /8- vier, 83,50 payés ; 3 février, 85 payés
La distribution des réserves d'une société
M. Baréty a montré que si la Con3 mars. 85,75 à 86,25 ; 3 d'avril. 80 75 à
General
Motors,
12
1/4
,
Amerlc
Canadian'
6261.
Paniers
à
huîtres
ou
de
vannerie
POUR BIBLIOTHÈQUES - ARCHIVES
constitue, en droit, une distribution en
vention de 1921, dont il n'avait pas
54 ; Amerlc Telep.. 101 7 /8 . Consolidated 86.50 payés. Tendanco faible.
en tous genres pour transport de
capital et non en revenu qui doit, normaFarines : courant, 145 vendeurs ; prochain cependant, approuvé toutes les clauGas, 57 3/4 ; Radio, 4 1/4 . Vestern Union,
marchandises.
lement, bénéficier au nu-propriétaire et 6271. Tissus de coton pour l'A.O.F.
145
vendeurs.
Février,
3
janvier,
3
février
ses,
avait été toujours respectée là
25 7/8 ; Westinghouse, 26 ; Canadian PaATELIERS - GARAGES - MAGASINS
3 d'avril 155 ven- situa.lon financière des chemins' de
non à l'usufruitier, de sorte que celui-ci se 6273. Tissus de coton pour l'A.O.F. (recific, 13 3/4 ; Ny Central, 16 i/.', . Pensylva- 3 mars, tous incotés
fer n'aurait Pas^atteim le caractère
trouve taxé pour un revenu qu'il ne recenia, 13 ; Union Pacific, incotê • Atctiison, deurs. Tendance sans affaire»
présentant demandé).
BllllsiBBII| BSaBBBaBa
Maïs, orges, seigles, tous Incotés.
de gravité qu'elle revêt, aujourd'hu'C
38 1 /4 ; Standard N. D„ 29 1 /2 ; Royal
(représentant
devra peut-être pas. La même solution que 6287. Phospharine
Le conférencier ne crott pas ou'o
mandé).
Dutch, lncotô ; Anaconda, 5 5/8 • Ken'neon
ci-dessus a déjà été attribuée à la distriLAINES. — Roubaix, 28 décembre — Cote puisse trouver un remède sérieux a
cott. 7 : Bethlelbem, 12 5/8 ; Mr.n'tgomm
bution du boni de liquidation aux membres 6295. Capsules métalliques, de fabricaofficielle
de
ta.
laine
peigné»,
le
kilo
:
Jancette
situation
dans
la
fusion
dos
12
3/4
;
Alliert
Chem,
81
1/2
.
Dupont]
tion danoise
(représentant ded'une société anonyme.
35 S/8 ; Internation Harvest, 20 3/4 • U. S. vier, 18 ; février et mars, îs.io • avril Grands Réseaux.
mandé).
La solution adoptée pour les associés 6299. Vins de Bordeaux (représentant
18,20 ; mai, 18,30 ; Juin, 18,40 : Juillet, 18,50;'
Le rétablissement de l'équilibre du
Case, 39 1/8 ; Amértcan Tobacco B, 56 1 /3.
août, 18.60 ; septembre, 18,60 ; octobre' fonds commun peut, par contre s'efcommanditaires qui deviennent gérants ne
demandé pour Bordeaux et dépar- |
18.70
;
novembre,
18,80.
Ventes,
70000
kilos'
fectuer parfaitement, dans le respect
manque pas d'être assez injuste, car ceuxtements).
48, Rue de Languedoc
Tendance soutenue.,
des engagements contractuels conclus
ci vont être taxés en une seule' fois pour 1 6300 - r>ois - haricots, pommes de terre, '
TOULOUSE
de
Hollande.
entre l'Etat et les Compagnies à conleur part sur des réserves accumulées de
OE BERLIN
R
1N EU
-f !
,'
^' - Londres, 29 décembre. dition d'appliquer les recommandaPms plusieurs années et ce mode d'impo- 6334. Kapok gris et blanc Togo, kapok
tions un Conseil supérieur des cln>
- térébenthine : Calme, disponible
blanc flaiite-Volta.
Du 29 décembre.
sition leur sera préjudiciable en raison des 6346. Pommes
L activité s'est encore concentrée !>ur les 88 VZ. [lésine, tendance calme , améri min» do fer et de procéder, dan
de terre de Hollande.
a U ii
taux progressifs, donc de plus en plus éle- 6357. Carburants
Valeurs
a
rondement
lixe.
came
B
12
3/4,
F
14
1/4,
G
et
H
14
"J
esprit de arge entente, à une érmiiahuileux
(agents deVf, s. de l'impôt général. C'est là encore
Certains emprunts d'Etat et de villes ont
mandés).
ble répartition du trafic entre l'an o
été recherchés A telle enseigne qu'il a été
mobile et le chemin dé fer ainsi o ' A
des Machines à Ecrire
«n* conséquence de cette erreur fiscale 6356. Pull-overs et gilets, hommes et
Impossible de fixer les cours.
taXer ,6S associ
— Savannah, 29 décembre — Téré- une meilleure coordination des 1er
dames (dépositaires et représen- .
\.
^
^""t*
36
la clientèle a effectué des opérations de
6 b<? éfifes mis en r6
résine F 26 WG
tants demandés).
vices des Héseaux, que rendront nos"
d
ih ?
"
*'ve et non
'-'
W> libta une plus grande liberté ter mi"
change remployant en obllRattons le pr<> ww "o
N. B. — Ces offres sont publiées sous
attribués ; il devrait être tenu compte de
dult
actions
réalisées.
UnC P $
toutes réserves.
Me Hberté
1
Aussi celles-ci montrent-elles parfois de
merclale
*™
COQUILLAGES. — Bordeaux, 28 décembre
l 'irrégularité.
La
conférence
de
M.
Léon Bar***,
.
- Bigorneaux. 250 A 4 fr.
«aquess 8 À
m
été très applaudie,
- V »
Bulletin Financier
NOS ABONNÉS
Le bilan de la Banque de France
Impôt oénér
sur ie
FORGES DE STRASBOURG
Bibliothèque municipale de Toulouse - Tous droits réservés
VENDREDI 80 DECEMBRE 1932
d'beure des auditeurs • : Sérénade Ohl- 1
noise (I* Slede) ; Danse Japonaise des Lanternes (Yoshltomo) ; Il est une maison (M.
Cazes) ; La Petite Tonkinoise (V. 6cotto) ;
J'ai deux Amours (V. Scotto). — 19 h. 55 ;
— 20 heures : Opéra» : LA Flûte enchanté; Résultat* du tirage des primes. — 20 heuSlgurd ; L'Attaque du Moulin. — 20 h. 16 :
res : Cours de langue espagnole. — 20 h.
Soll divers. — 20 h. 30 i Balalaïkas et 51 : Dernières nouvelles. — 20 h. 30
Conchants russes.
20 h. 45 : Quelques ex- cert. Programme : Symphonie l'Ecarpolette
traits de films sonores. — 21 heures :
'Mozart) j Peer Gynt ; Pastorale (Plerné);
Grand festival des œuvres de Gounod. —
S1a n Slu, ballet (Hue). Intermèdes de chants
21 h. 45 : Quelques morceaux d'accordéon. par M. André Balbon.
— 22 heures : Chansonnettes. — 22 h. 15 :
Le journal
sans papier de l'Afrique du
BORDEAUX-SUD-OUEST
Nord.
2? h. 30 : La demi-heure res auditeurs marocains — 23 heures : Orchestre
A 11 h, 30 : Accordéon. — A 11 h. (fi i
symphonique ; Danses allemandes (Mozart). Humour. — 15) heures : Orchestre. Al*s
— 23 h. 15 : Chœurs : Tout doux (Brak- d opéras. — A 12 h. 15 : Piano. — A 12 b.
mann) ; Dans la montagne (Cras) ; Le 39 : Cours de la Bourse de Bordeaux. —
beau Danube bleu (Strauss). — 23 h. 30 : Al 2h. 45 : Musique militaire. Dernières
La demi-heure des auditeurs anglais. — nouvelles. Cours des changes. Fête du jour.
24 heures : Etat du ciel. Température. Fête Fête à. souhaiter. — A 18 h. 30 : Concert de
à souhaiter. Calendrier du jour. Fin de musique enregistrée. Cours d'anglais, par
l'émission.
M. Pardanaud, professeur aux collèges de
Bordeaux. — A 18 h. 15 : Cours d'allemand
par M le professeur de l'Ecole Berlitz,
TOULOUSE-PYRENEES
Bordeaux. — A 2o h. IS : Prévisions météo8 h. 30 : Dernières nouvelles de la nuit rologiques. Heure exacte. Fin de l'émission
et premières nouvelles de la matinée, com- — A 22 b. 30 : Heure des auditeurs.
muntgrjjées par l'Agence Havas et présentées
par M. Louis Lesplne. — 12 heures : « La
demi-heure Ultraphone >. Concert de musique enregistrée. — 12 h. 30 : « Journal
Parlé » (2« édition). Dernières nouvelles de
sa. matinée,
communiquées par l'Agence
rA TOULOUSE
Havas et présentées par M. Louis Lesplne.
12 h. 45 : Concert symphonique Programme : La déesse du berger, ouverture
(Duprato) ; Chanson de la cigarette (Mouton) ; Musette ; Suite Algérienne (SaintGRAND LOCAL à usage
Saëns) ; Pastorale d'Eté (Honegger) ; Danse
religieuse des ssclaves
(Aymé Kuncl ; La
industriel
ou commercial
Navarralse,
sélection
(Massenet-Tavan) ;
Zorrlca, divertissement, 2» suite (Bousquet).
au Centre de la Ville
17 heures : Concert de musique enregisdonnant sur deux rues.
trée. — 17 h. 30 : Causerie du Comité national de propagande en faveur du vin. —
Cave, Rez -de- Chaussée,
18 h. 12 : Mercuriales. — 18 h. 15 : Relais
er
me
de Paris-Ecole Supérieure des P. T. T., —
1
étage, 2
étage man19 h. 50 ; Changes, cours officiel des vasardé.
leurs
locares,
communiqués
divers. —
19 h. 55 : « Journal Parlé » (3" édition),
mm
présenté par M. Louis Lesplne. — 20 h. 15 :
Vastes Sallss : USB
entent
Conférence et causeries, direction : M. Jean
Douyau « Le ski et les stations d'hiver
S'adresser : Bureau du Journal
pyrénéennes », par M. le docteur îArlaud,
S», rue Roquelaine,
président du Ski-Club. — 20 h. 35 : Cours
de langue espagnole par M. Bouche, professeur à l'Ecole Supérieure de Commerce. —
20 h. 50 : Musique enregistrée
21 heures :
SolTée de gala. Programme ; Ouverture de
GuL'hvumo Tell ; Symphonie n* 3 (4* mouvement) (Schumann) ; L'Arléstenne,
suite
d'orchestre ; Sicilienne
(Aymé Kunc) ;
Grand ballet d'Henry-VTII ; Scènes pittoresNaissanceS
ques ; Rapsodte sur des airs du pays d'Oo
(Paul Lacorobe).
LES DISQUES
LES A VimïCNS,PAR'T.-S. F.
PROGRAMMES DU 30 DECEMBRE
RADIO-PARI8
12 heures i Causerie Israélite, — 12 t. 30 :
Orchestre i
Concerte: pour trois violons
(Vivaldi) ; Premier snlo du septième concerto (Ballot). — 18 h. 05 : Orchestre tzigane :. Princesse Czardas (Salinan) ; Les
Yeux noirs ; Rhapsodie (Liszt) ; Le Beau
Danube BJou (Strauss).
. 13 h. 35 : Menuet
(Eethoven) ; Ouverture de Rosamonde (Schu
bert) ; Lento du Ulo ILalo) ; Mazurka
(Chopin) ; Valse en îé bémol (Chopin). —
él h. 30 ; Courrier des livres : « L'HumaBisme de Diderot ..
19 heures : Oauser ,e :
» L 'Art de préparer un dîner •.
19 h. 20 :
Ncfil Pastoral (L. Auberti ; Berceuse (Gaubert) ; La Veillé ; Menuet gothique (Boelmann) ; Marche du Synode. (Salnt-Saëns).
— 30 heures : Théâtre : L'Homme qui lait
pleurer les dactylos (Nlno) ; Le Portefeuille
(O. MIrbeau). — 21 h. 80 : Quatuor en ta
majeur (Haydn) ; Mélodies : Maman ditesmot ; O rai tendre musette (Weckerlin) ;
La fi-êdeuse ; Chanson Louis XIII (Couporia) ; L'Ile heureuse (Chabrler) ; Almonsous (Gounod) ; Ror-ots (Mayer) i Trio pour
hautbois et basson (PotJenc).
—
:
—
1
:
;
—
TOUR EIFFEL
12 b. 30 : Armide (Gluck) ; Les Sourires
(Waldteutel)
; Crépuscule (Doret), etc. —
17 h. -45 : Le journal parlé.
19 b. 30 :
Concert symphonique : Fedora (Giordano ;
Die Feen (Wagner) ; Ballltlna (Flament) i
L'Enfant Prodigue (Wormser).
20 h. 40 ;
L'heuTe musicala et littéraire des jeunes.
—
—
POSTE PARISIEN
91 h. 10 i Chansons : J'suis
content,
content
(Bousquet) ;
Adieu
mon
Rêve
(Scotto "; La Java du crochet (Morettl) ;
j'suis bête (Chartron) ; Le tanga do Lola
(Scotto) ; LA Chanson d'autrefois CJekyll), ;
Tout le Pays l'a su (Borel-Clerc). — 12 b.
35 : Musique légère.
20 heures : C.
Franck : Le Chasseur maudit. Béatitude,
Panis Angelicus, Rédemption, Cantabile. —
SO h, 3C : Concert, orchestre symphonique,
Ciauâo Terrasse. Sélections sur !e Sire de
Vergy et Monsieur de La Pallss».
—
PARIS-P. T. T.
—
12 heures '-. Disques.
12 b. 15 : Chronique du tourisme.
13 h. 30 : Disques, —
19 h. 45 : Musique enregistrée.
20 h. 30 :
Concert des Maîtres de Chapelle et Organistes : Prélude en ml bémol (Bacih) ; Messe
du Centenaire de l'Ecole Centrale ; Kyrie ;
tînt tollis ; Sanctus ; Improvisation au
grand orgue ; Deux Noël, de E. Mlgnan ;
Douces et Belles sont les Fleurs (Marcilly) ;
I .e Repos en Egypte (Gallen) ; Fantaisie
pour grand orgue
(Salnt-Safins), etc. —
21 h, 45 ; Trompes do France,
—
—
—
—
A LOUER
f
MariageS
lias
«Ti
s
n
Les avis de faire part sont
publiés «n « CARNET DE
V « EXPRESS » toutes éditions
au prix de 60 francs l'insertion,
quel que soit le nombre de
lignes.
—
—
—
—
partie
m
FiançailleS
BORDEAUX-LAFAYETTE
—
Les
—
—
tout on
—
12 heures î Relais de Parls-P. T. T.- —
12 h. 45 : Concert : ta Forge dans la Foret
RADIO-TOULOUSE
(Michaells) ; Chez l'Horloger (Orth) ; La
Tulipe noire, Chanson du Prisonnier (Tiarko
12 h. 15 : Nouvelles do minuit à midi de
Rlchepin) ; Ne dis pas toujours.,. (J. Lel 'agence Fournler, Couirs des changes de la
nolr) ; Ah l je l'attend» (Boussagnol) !
matinée.
12 h,' 30 : Orchestre symphonlQuerelles «'Oiseaux (Pandera) ; La Légende
cjue : Fra Dlavolo, ouverture (Auber) i; Rapdes Etoiles et Je veux t'aimer ÇWal Berg) ;
odle norvégienne (Lalo).
12 b. 45 : L» Sélection ds danses et de chansons de
quart d'heure des auditeurs de la région
films sonores ; LA Route du Bonheur et
du Sud-Ouest : Défilé des bataillons (BléDanseur mondain {Heymann) ; Personne
mant) ; Avoir un copain (Heymann) • Ça
(Morelll) . Jamais (E. Hivaz) ; Mosaïque,
tourne (Gallhard) ; Sur un marché persan
pot pourri OZimmer). — 14 heures : Toncert :
(Kételby).
13 h. 05 : Quelques mélorles. —
Etienne Mlarcei fantaisie (Saint-Saêns)
;
Ï3 b. 15 : Orchestre de bal musette. —
Sérénade (Lêoncavallo) ; Largo cantahfle
13 h.. 30 : Musique militaire.
15 b. 15
(Paul Rauehey) - Souvenir et Simplicité
Informations de dernière heure de l'agence (Ourd! ne) ; Phllfe (de Séverac-Ohapeller) ;
Fournler.
17 heures : Guitare hawaïenne,
Les Contes
d'Hoffmann,
fantaisie. — 17
— 17 h. 30 : Musique de danse.
17 h. 45
heures : « L'heure littéraire ». Conférence
Chansonnettes.
18 h. 15 : Orchestres di- Illustrée de diction ; conférencier, M. Pavers.
18 h. 30 : Orchestre argentin. — lauqwl, rédacteur 1 La France, secrétaire
.Musique militaire.
19 heures : Opérettes
général an Syndicat de la Presse bordePaganinl -, La Fille de Madame Angot
laise ; Sujet : « Maurice Maure, poète et
Les Cloches de Cornevlla». — 19 h, 15 : Inphilosophe ; ses vues sur le problème de la
itormations de dernière heure «te l'agence mort ». — 19 hi 30 s Informations de 3a
Fournler.
19 b. 30 : Orchestre viennois, dernière heure. — 19 h. 40 : « le quart
—
m
être
communications
adressées/
doivent j
accompagnées
du montant, à VAgence Havas,
—
73 t Rue
Toulouse^
Alsace-Lorrain.ei
à
—
39
Après quelques mois de fléchissement, où l'on sentait comme une
sorte de lassitude, comme une dépression venant à la suite d'un effort
longtemps soutenu, la production
phonographique s'est ressaisie et
tend de nouveau vers le progrès et
vers la recherche des œuvres susceptibles de parfaire l'éducation Musicale du public. Au début même de la
période difficile actuelle, de nouvelles marques se sont lancées à Paris,
non sans succès du reste, mais sans
éclipser leurs devancières. Parmi
celles-ci, il faut rendre hommage à
la Compagnie du Gramophone, qui,
ayant été des premières è prendre
son essor, a su conserver sa place
privilégiée, malgré le flot toujours
accru des concurrences redoutables.
Elle reste à la tête de la production par la qualité de ses enregistrements et la sélection de ses artistes.
La moyenne de ses réalisations se
maintient à un niveau nettement supérieur.
La sonate en si mineur de Chopin,
mérite, à elle seule, une étude particulière bien qu'elle ne soit pas une
des meilleures œuvres du génial
compositeur. Elle est, au contraire,
de celles qui lassent relativement
vite l'attention, sauf en sa dernière
partie où elle rebondit avec d'autant
plus d'éclat que sa pâleur commençait à décevoir. Ce qui est intéressant dans ces quatre disques, c'est
qu'ils marquent la première réussite
phonographique de M. Alfred Cortot.
Le jeu, sans contredit plus intellectuel que sensuel du grand pianiste,
est sans doute beaucoup plus difficile à capter dans la cire que ceux
d'un Braïlowsky ou d'un Rutoinstein. Il reste, d'ailleurs, toujours
plus discret et ne déborde pas avec
la même généreuse ardeur de la machine sonore. Mais il résonne enfin
avec pureté, exactitude et ressemblance. Le toucher célèbre de M. Cortot y sera reconnu avec ravissement
par ses admirateurs. J'aime à croire
que ce succès n'est pas accidentel,
mais restera un résultat acquis grâce
aux efforts conjugués dss ingénieurs
et du virtuose.
A signaler une interprétation correcte mais peut-être pas strictement
wagnérienne de deux grands airs de
la Walkyrie, par M. César Vezzani
(Gr.). De la même maison, les mélodies japonaises chantées par Mme
Oghino, sont parfaitement réalisées,
mai» leur principal attrait, qui est
leur exotisme, s'il séduit au premier
moment par. sa nouveauté, ne saurai procurer à nos oreilles Occidentales un plaisir: longtemps renouvël-
Feuffiwtatt du 90 dée*Htjbr«; 1932.
trop de précautions pour la sûreté de la
procédure qu'il instruit & l'occasion de l'assassinat de Mme la présidente d 'Entrecasteaua;. On a été obligé de faire mettre des
barreaux de fer à une fenetie, et l'on a
emprunté un coffre-fort dans lequel la procédure est disposée, lorsque les commissaires cessent d 'y travailler. On a fait faire
EEEEES2 par Armand Praviel rS^SS!^
de plus une boîte de fer-blan<? pour contenir tous les papiers qui y ont rapport. M.
le procureur général a arrêté un état de
CHAPITRE VI
San* ce temple* respectante, foui est pesé cette dépense, qui monte à cent livres
au poids du sanctuaire. La justice y est quinze sols... »
LA JUSTICE POURSUIVANT LE CRIME
administrée sans distinctioja de personnes,
Minimes sacrifices, s'ils avaient "servi à
et les témoins qui pourraient être intimi- porter en pleine lumière les circonstances
De plus;, pour s'assurer de n'être point dés en d'autres lieux déposent avec controublés dans leur mission par quelqufi fiance et avec sincérité entre les mains du mystérieuses qui avaient abouti à regorgeantative des intéressés, ils obtinrent que juge ce que leur conscience les oblige de ment de la nuit de Pentecôte ! Mais, en
pareille matière, lé jour ne s'établit que
\ salle du couvent des Prêcheurs, où ils révéler »»
peu à peu comme une aube sinistre qui
procédaient ordinairement à leur intenoD'autre part, le premier président des se dégage lentement d 'épaisses brumes.
atoire, fût solidement protégée par des
Galois dé la Tour, continuant sa politique
grilles placées à son unique croisée.
Pourtant, au cours de patients interrode prudence sournoise, s'était bien gardé gatoires, les langues se déliaient. Les doEt, pour que la procédure ne risquât
de venir se mêler à une enquête où dans le
point d'être enlevée, ils ordonnèrent qu'à sein même du Parlement, se heurteraient mestiques avaient hâte de se libérer.
On apprenait que, dès le premier mol'issue de chaque audience on enfermât de puissantes influences. Mais, de ses terBoigneusement les dépositions reçues et les res de Saint-Aubin-sur-Loire, le iusé ma- ment, ils n'avaient pas hésité, entre eux,
Dauphiné, pour' lequel la maison n'avait
cahiers de l'information.
gistrat suivait avec attention le dérouleQue l'on ne s'étonne pas de ces précau- ment de cette grave affaire. Il veillait à ce guère de secrets, ne s'était pas gêné pour
tions minutieuses. Elles étaient absolu- qu'elle fût menée avec toutes lés garanties dire à Marie :
— Le coupable, c'est M. le marquis. On
ment conformes à l'esprit des règlements de discrétion et d'impartialité.
fera bien de se rendre dans ses appartequi dirigeaient nos parlementaires. « L'inLe 9 août, il écrivait à M. Bonnaire de ments pour perquisitionner, car, s'il joue
formation, a écrit l'un d'eux, doit être faite Forges, conseiller d'Etat :
l'étonné, il sait bien qui a commis le criau Palais, car c'est l'asile des opprimés ;
« Le Parlement a cru ne penser' prendre me, ce jacquant-là !
Bourse de Pari
VALEURS
Cours Cours
précéd. du jour
Ou jeudi 29 décembre.
VALEURS
Cours
arécéd.
PARQUET
Marche a terme
Franc. 3% perp. .
— 3% amort. ..
— 4% 1917....
— 4% 1918.,..
- 5% 1920....
— 4% 1925....
Caisse aulomone.
Banque de F-ancc
— Algérie
— Nat. Crédit. .
Cle Algérienne. . .
Compt. Nat Esc.
Compt. Com. Fr. .
Crédit Foncier. . .
Créd. Fonc. ind. .
-— Lyonnais . . .
— Mobilier ....
Son. Franç. Col..
— Générale ....
Rente Foncière. .
Soe r:A nér. Fonc.
— soc. civile. . .
Ce. de fer Est. . .
— Lyon
— Nord
Métropolitain. . . .
Ttamw. Shang. . .
Distr. Electr ....
Electr. Pans ....
— Gaz
Nord...
Générale Klecîr. .
Energ. Litt. Méd.
Enerp. Electr. Fr
Nord Lumière. . .
1 noms. -Houston .
Union F.tectric. . .
Aciér. Firminy. . .
Elect Met. D;...
Aciér. N.-E
Tréfilerlef Hnvre.
Vlcolpte N
76 65
88
88
117
107
957
12000
10140
50
10
30
60
..
.
.
68
83
117
107
955
12120
10190
17iè
520
485
1700
1200
718
4640
138
2125
1196
720
4936
135
2145
iii
|1Q3
055
175
'7'45
15250
4150
774
1018
862
M80
950
1008
,310
944
2415
22:0
1165
..
..
..
..
..
..
.
..
..
..
..
..
..
..
..
..
606 ..
6d4
2290
995
641
(990
4i,8
6i>0
54
297
565
5t>4
391
510
bîu
..
..
.
..
..
.
.
.
..
..
..
n
Cr, Gai. Pétr. ..•
l'oiei Matét.... •
Kchlmann
R. « * % S. A...
—
S. B...
76
1692 ".
523 ..
479 ..
1695 .
.,
..
..
..
..
Gafsa Fhosp. ....
41» .
Alais Pechmey.. . 1182 ..
220 ..
Chargeurs Réunis.
Transat, ord
63 50
Voitures Paris. ..
182 ,
856 ..
Air Liquide
206 .
Caout. Indochine.
Citroën
60G ..
108 .
Ford
101 ..
Fa thé jouiss
60
— capital
U8 50
Peugeot
284 ..
50 Say ordin
1944 ..
12 Union Europ. ...
430 ..
.. Russe consolidé. .
4 07
20 Russe 5 % 1908. .
1 85
. Serbe 1895
30 15
.. Turc 4% unit. .. . 27 90
— 5 % 1914....
25 20
182 50
Banque Nat. Mex.
— Ottomane.
497 .
.. Fonc. Egyptien
2 >60 ..
.. Canad. Pac. R.
364
.. Wagons-Lits . .
81 ..
Central Mining
1052 ..
„' Montecatini . . .
133
.. Rio Tinto
1475
. Nord. Azote
786 ..
.. Lautaro Nitrate .
54 50
.. Orient. Corp
121 ..
Pétrofina
420 ..
Royal Dutch 1 /10 1534 ..
.. Port Tobaco
130 ..
.. Suc. Egypt. Or. . .
528 ..
.. Kreuger Toll
..
..
BANQUE
..
COUTS
lu jour
i2î
1105
650
1/8
17175
15150
4175
1018
870
|485
941
|0J1
1310
945
24/u
219J
ll'O
68J
60/
2^0
997
633
tvyo
414
615
54
306
J64
i&&
Jiia
5u6
6/9
u
311 50
318
Î06
238
559
93 30
D3 12
103
2-0
542
93
93
415
1150
221
63
180
865
210
607
107
101
128
290
1970
445
3
1
30
27
24
183
503
2i59
368
81
1041
134
1435
791
54
112
425
1569
130
528
'
..
.
.
..
..
50
50
50
..
..
..
90
95
05
-.
90
..
..
..
50
50
..
..
..
..
..
..
..
..
,
..
A TERME
"
..
Mexicain 6%....
— 3%
Bons 6%
.. Mines d'Aïbi
.. Aréas consolidé. .
.. Act. Romana. . . .
,. Balia
B. Nat. Egypte. .
..
.. Bienhoa
.. Brak Mines
.. Bruay
.. Cairo capital
.. Cambodge
.. Canad, Eagle. . . .
.. Caoutchoucs
— action V. . . .
..
.. Chartercd
Colombia
..
.. Conccrdia
Crown Mines . . . .
..
. PeBccrz ordin. . .
— préfér
. Dong Tricu
Eastern
..
East. G
Band
.. East
Ekaterin
. Caout. Equat. . . ,
Estr. MJning . . . ,
50 FIxtr. Orient .
.. Franco-Polonaise
Eco Wyom
20 Gedul
..
1
1
192
51)
187
77
30
-4
27
417
254
103'
87
42
..
..
..
25
50
93
25
iu
/u ..
»6
|Uo
3^8
/4
03
4a
59:
4JO
679
lit
^8
3«J
;5
.
..
50
..
5*
..
.
.
.
..
il .
07 50
61 ..
109 ..
210 .
6o 73
1
14
199
514
183
77
30
24
27
406
255
1045
70
z6
109
26
23
64
50
572
45J
6li>
113
9»
3/2
76
67
61
10'
212
67
97
75
..
50
75
25
8u
50
..
50
25
.
..
75
50
,.
.
.
..
.
75
.
23
75
2.
,
..
3o
VALEURS
I
General Mining. .
Goldflelds
Grammont
Gula kal
Hotchldss .......
Huanchaka .....
Huelva Cop
Huiles Pétrole. . .
Hydro-Cère
Jagersf ontein ....
Johannesburg , • •
Kuala
Langlaate
Liévin
London Tin
— préfér. ......
Line Dietrich....
Main Reef
Malacca
— préfér
Malopolska
Mexican Eagle. . .
Michelin
Mines et Minerais.
Gnome
Maghreb
Mozambique ....
M'Zaïta
Naraguta
Navig. Afr. Nd. .
Padang
Pena Copper ....
Pbosp. Constant.
— M'Dilla
— Tunis
Plakanitza ......
Randfontein
Rand Mines
Roumano-Belge . .
Shansi
Shell
Silva Plana
Spring
Steaua Franç. . . .
— Sub
Tanganyika
Tavoy-Tin
Terres Rouges. . .
Tharsis
Transvaal
Tubes Sosnowice.
Tubize privil ....
Union Corpor. . . .
Haut Katang pr.
— canital
— c'iv
Union Tropicale .
Urlkany
Verminck
Vieille-Montagne.
Villemagne
Vins et Spiritueux
Viscose
West Rand
PA ROUET
COMPTANT
Fonds
«('Etat Traitçnle
3% perpétuel. . . .
8% amortissable.
3 7»'/o a.nort
Cour»
du Jota
Cours
précéd.
117 ..
181 ..
71 ".
1184 ..
08 75
5! ..
335 ..
114 50
112 50
146 50
108
107
303
44 75
53
n
150
106
122
18 50
37
1189 ..
151 .
501 ..
66
31
44
53
152
298
90
324
95
87
32
203
376
»
22
208
28
.16
92
2
529
60
24
146
50
75
25
.
25
50
5
..
75
75
50
50
.
50
m ..
;u7 ..
03 ..
211
291
2274
24o7
2400
4o
128
30
1443
31
113
463
84
50
.
..
.
75
VALEURS
114 .
176 50
Cours
Cours
4% 1917
4% 1918
5% 1920
77 .'. 4% 1925
1192 . P.T T. 5 % 192S. .
69 ..
- 4%% 1929..
52 75 Bons Trésor 1924
339 ..
- 1926
115 .. Décenn, 5% 22-82
I |2 50 Sexenn. aoOt 1931
146
— lévr. 1932. . .
109 ..
— août 1932...
105 -.
— fév. 1933...
soi ; . Caisse Autonome.
44 25 Créd. Nat. 1919.
34 50
— 1920
96 .
— 1921
148 50
— lévr. 1922..
106 50
— Julll. 1922...
125
— Janv 1923...
18 75
— Juin 1923...
37
— janv. 1924..
1244
R. * i % S. A..
150
—
S. B..
525
65
31 50
VIIU d* Paris
43 50
55 50
V de Paru 1871.
153
— 1875
297
— 1892
,
102 50
— 1894-96 ....
322
—
1898
91
— 1899
85 25
— 1904
33 75
— 1905
213
— 1910 2 3/4%
370
— 1910 3% ...
9 75
— 1912
23
— 1919
210
— 1923
29 50
— 1924
402
— 1928
291
— 1929
503 .
63 75
— 1930
24 50 Communales 1879
145 50 Foncières 1S79...
283 .
— 1883
107 .
— 1885
62
Communales 1891
213 50
— 1892
290
Foncières 1895. . .
,325 .. Communales 1899
:585 .. Foncières 1603...
;525 M Conimunaies 1906
' 46 25 Foncières 1909. . .
126 .. Communaîe-s 19151 .. Fonc 1913 3 y, %
,457 .
— 191 3 4%
1 30 75
Communales 192t
112 .
— 1927
463 ..
— H130 4%
85 .. Fonc. 1930 4 y2 %
Comro 4% 1931
— 1932
88
88
117
107
496
480
748
547
45
45
25
55
50
.
50
50
102
956
610
529
520
546
520
520
559
93
10
50
..
..
..
..
.
..
30
93 i 5
395
493
284
284
325
324
417
50
.
.
.
.
305 .
288 .
2o6 .
515
522
990
988
875
519
520
322
350
315
3/7
371
356
395
382
194
191
393
452
696
566
852
930
915
946
'.
,
,
,
68
88
117
107
499
480
746
545
76 50
Abeilîe (accid.) .
Ass. Génér. (vie).
Sole J (v,e;
600
4340
195
30
20
02
15
..
.
50
50
Urbaine rvie). . . .
Prévoyance (ace.)
Soc Marseillaise .
S.-Compt. Entrep.
Fonc Lyonnaise.
520
517
535 ..
93 25
93 ..
..
..
..
..
..
.
..
302 "
287 ..
266 50
515
521
986
968
B60
519
520
324
..
..
..
..
.
..
50
354 50
322
380 .
350
392
.
192
19i 50
393
4.0
69U
507
1,67
925
906
940
611
4305
197
263
705
258 ..
705 .
3150
750
674
204
575
601
731
1490
740 ..
• .*
674 r!
217 ..
575 .
604 ..
726 ..
1084 .
!.'
50
..
..
..
Canaux
Suez jouissance. . 15475 .
Chemins de fer
Tramways
544 ;:
395
495
285
283
321
327
426
Cours | Cours
précéd. | du Jour
Buenos-Ayres. . . .
Dakar à St-Louis.
Est jouissance. . .
Indochine Yunn . .
Lyon jouissance. .
Midi jouissance. .
Nord jouissance. .
N.-S. Nord-Sud..
Orléans jouiss...
R.-Puerto Belg. a.
Tramw. de Bordx.
830
1590
391
550
636
417
1070
.
.
..
..
..
..
..
895
1600
391
579
635
411
788
241
259
267
.
.
.
.
.
.. .
.. •
«Ô ..
..
..
..
..
620
780 .
240 .
2>9 .
289
Docks.. Eaux
Magas. Généraux.
Eaux (Cie Gle)...
2365 ..
1770 ..
2365
1795
Electricité
Cables Télégraph.
340
Elect. de Limoges.
50 .
Elect. industr...
1170 ..
— de Paris act.
— de Paris parts 16200 ..
En. Electr. S.-O. . 1510 ..
Energ. Industr. . .
187 .
Est Electr. ord. . .
600 ..
520 ..
Fore. Mot. Khône. 1710 ..
— vallée Alpes.
174 .
Havraise Energie. 1295 ..
Indocb. Electr. . .
850 ..
Maroc de Distrib. 1041 ..
Ouest Lumière...
400 .
Pyrén. En. Electr. 1705 .Radio-France. . . .
435 .
405 ..
615 ..
Tse Bazaclt pr. n.
934 ..
Force et Lumière.
350
50
1170
15925
1505
189
6:0
520
.. .
1295
815
1060
397
1720
445
4u6
620
940
Cours
précéd.
Cours
du jour
Forges
et Fonderies
Firminy
Longwy
Nord (Aciée. du).
Chant, de la Loire.
— de Bretagne.
Constx. Mécaniq.
Fives-Lille
Pontgibaud
Marine
Jeumont
Métaux
Saut du Tarn. . . .
Creusot
55 .
476 .
'.
.
.
.
.
.
.
18
6795
310
.
815
Eclair, de Bordx.
125
Fusion des Gaz. .
1C90
Gaz et Eaux
1000
| 470
..
..
16
6645
350
Qaz
..
..
820
130
IL9I
1095
471
«.aBi
500.000 !eri*»S
de V Association syndicale de la Presse Quotidienne de Bordeaux
Autres lots ds 250.000, 150.000, 100.000,
Au
total
1.521
5' . 000, eic.
lots en Rente Française
d'une valeur de UN MILLION 600.000 fr
Souscription autorisée par décision ministérielle
TIRAGE : 15 AVRIL
1933
PRIX DU BILLET : 50 fr. - Le dixième lie billet ; 5 fr.
En vente aux sièges de journaux, bureaux de tabacs et librairies
Les demandes pour envois par poste peuvent être également adressées
A la
Société Françase de Crédit
8. Cours du Chapeau-Rouge, 8, BORDEAUX
mandat 50 fr. 75 pour un billet entier
Joindre
ou 5 fr. 50 pour un dixième de billet
Il n'est pas fait d'envois contre remboursement
La liste de tirage paraîtra sur les journaux du Sud'Ouest
Envoi sur
demande
—
Nombre de billets très limité
^5
«0
168 ,
268
1063
1790
515
510
1870
525
1360
Toikin (Ch. du)..
Ankhe
Anzin
Blanzy
Carnuux action. .
— jouissance. . .
Loire (Mines de la)
Maries
Ostricourt
3460
1899 .
1255
620
821
590
3450
1908
1250
625
836
590
174
570
1335
164
565
1345
Souscrivez dés aujonra'hui
.
52
1640
1 25
169Î
45
1116
3090
2740
262
670
734
2235
25
.
.
.
.
.
.
54
IO8J
1 25
1725
43
1123
3220
2600
262
.'.
..
..
.
.
..
715 ..
760 ..
228J .
Pétroles
Prod. Chimlq.
Salines
Créd. Pétr. parts.
Lille-Bonn ordin.
Pechelbronn
Bord. Prod. Ch. .
Kali Ste-Thérèse.
Rhône-Poulenc. .
Richer
Saint-Gobain ....
Verr. Carmaux. . .
Salins du Midi act.
6o0
445
324
lui .
'306
1340
243
970
Port du Rosario.
21000
21500
Chai. Indochine. .
Charg. Béun. pr. .
Havr. Pén. act. A.
Messag. Mar. ord.
Omnibus
Alimentation
Bénédictine act. .
— jouissance. . .
Urass. Qulimés. . .
FRIANDISE EXQUISE !
Ave* m, nt natuèet, M eoUctutê
Dépôt fanerai î
C'EST UNE
»-t
TOUTES PKAB&UCîES
57
59
6190
5%5
3910
oïOO
5715
3930
I
PRÊTS HYPOTHÉCAIRES
" " *w • **
«a» Commun..
•«a «msttuwaeat. iatiita de eu la S */a
f* gratuite tt raotj* ef.» dtm.»a,<a .'
•ABSO, n. f.» t. «ut.
wmi
SOCIÉTÉ DE PRÊT QRATUIT, fondée à Toulouse en 1828. Bureaux situés
13 rue ds Languedoc, Toulouse. Ouverts lundi, mercredi, vendredi!. Prêts
sur gagesj
VALEURS
PETERIE GEHTMLE
«s. Rue d'Alsace Lorrains
TOULOUSE
Imprimerie spécial».
gérant t G. LAGARDB.
1
Cours I Cours
précéd. I du jour
Bon Marché
Gai. Lafayette ac.
— parts
Nouv. Galeries. . .
Paris-France ....
Printemps
225
3320 .
630
415
184
144
6069
235
228
3320
605
420
182
145
6060
25
3800
308
685
3775
3C8
890
410
97
49400
550
1133
440
Hall de l'Express»
marche inconsidérée. Il prit donc le parti
d'écrire d'abord à celui qu'il avait choisi
comme correspondant à Lisbonne, au consul silicien Vincent Mazziotti. Il s'assurerait ainsi, dès le débarquement, un appui
précieux.
Il prit sa plus belle plume et rédigea le
billet suivant, qu'un matelot se chargea
de porter aussitôt à son adresse :
« Quoique je n'aie pas l'honneur d'être
connu de Votre Seigneurie, je prends la
liberté de vous écrire pour vous rendre mes
devoirs.
« Je viens de Gênes où j'ai eu l'honneur
de voir le Seigneur Jioa Piaggio, consul de
Sa Majesté Très Fidèle à Gênes ; je lui ar
demandé quelques lettres de recommandation pour Lisbonne, et il a eu la born é
de me recommander à Votre Seigneurie.
Je suis porteur d'une lettre pour vous que
j'aurai l'honneur de vous porter m ^i* .
même.
c Assuré par la recommandation du «-eigneur Piaggio, j'ai pris la liberté de me
faire adresser les lettres qui m'arriveraient
de France à votre adresse. Je vous demande paidon de tant de hardiesse, mais
n'ayant aucune connaissance à Lisbonne,
je me suis cru assez autorisé par la recommandation du seigneur Piaggio.
(A suure.)
VALEURS
Bulgarie 1907....
Chine 1895.
Egypte Unifiée . .
Espagne Extér.. .
Italien 3%% ...
Japon 1907
Mexique 1910 . . .
Roumain 1922. . .
Russe 1880
— 1889
Serbe 1906
— 1910
— 1911
Valeurs étrang.
Banques
Cr. Fonc Fr .-Cana.
410
96
.
.. 43325 .
553 ..
..
.. 1120 ..
451 .
.
Chem. de fer. Tram
Nord Espagne. . .
Orient (Ch. de fer)
Saragosse
Inform. publ.
Cours
précéd
Cours
du jour
195
67 10
'67 50
77 75
39 75
2 90
190 .
39
3 17
190
1 60
1 5.
135 ,
135
131
#
135 "
140 ..
142
4975
4965
431
503 ..
520
iiô .
Fcrges, MInta
Agence Havas. . .
900
.
900
Ast. des Mines. . .
Rouina
Sosnovice
Tritail
Zinc Silésie ordin.
Divers
Afr. Occidentale.
Air liquide parts.
Bergougnan
Chapal
Compt. mat. à gaz
Compt. Sénégal . .
Consort. du Nord.
Indus. (Cie Gén.) .
Magondeaux ....
Maréchal action. .
— parts
Ouest Africain. . .
Peugeot action. . .
Pevrissac
St-Didier Auto. . .
Sangha Oubangui.
Tabacs (Cie Gén.).
Roquefort
..
..
..
..
..
1620
3uiw
710
1060
1369
..
..
300 . .
222 ..
5 75
"315
222
5
179
70
1*0
29o
2&o
130
24
.'
..
5o
..
50
..
.
1815
2980
703
Iu95
1555
'ï)
194
292
269
130
24
Panama
Est 6 %
— 3%
— 6% 1921 A..
Etat 6% 1921 A.
P. L. M. 6%
— 3%
— 6% 1921 A. .
Midi 6%
50
..
..
..
50
118 50
474 50
373 ..
463 ;
373
454 .
473 .
371 ..
482 ..
39u
3 o.-
.
— 8% 1921 'À!.
— 5% 1921 A. .
Orléans 6 %
— 6% 1921 Â"
— 5% 1921 A. .
Médoc 3%
En. S.-O. 5 % (500)
..
..
Your.g
Brésil 1889
120 ..
474 ..
ilL ..
'468
3/2
434 50
4 /5 . .
3/5 .
436
39i ..
ni ..
804 .
0J6 ..
314
65!
2
.
4 U2 . .
433 .
640
"
47/
Il 2
.
123 .
398 ..
73 ..
97 ..
398 '
76
95
122
Divers
..
..
795 !
478 .
39vl .
453
Fonds d : Etats
Etrangers
1
Bibliothèque municipale de Toulouse - Tous droits réservés
S-*
CADEAUX
Ne manquez pas.
toutes les
lois qu'un cadeau s'impose, de
visiter les étalages et consulter
le personnel de la PAPETERIE
CENTRALE, 35, rue d'Alsace, qui
mettra toute sa complaisance a
vous guider
dans votre choix
parmi une grande variété d articles utiles et agréables :
Porte-plumes, stylos plpme or,
depuis 18 francs. Jusqu'aux mode,
les les plus luxueux,
encriers,
trarnitures de bureaux. serre-Uvres marbre et bronze, maroquinerie serviettes, porte-musique,
portefeuilles,
sous-mains
cuir
d'art " Tous articles
d'écolier,
trousses garnies, boites à compas, boîtes à peinture, crayons
ds çouleur, etc., etc.
ljkb*f*totrw8 Mm M
MONTAI» SAN
(TiuraH»M>&roBn»l
30/ ........
913
f-
Adwms, Enfanta i 1 fr.
Nord 6°%'
Porta
?°"t'.'. """" *'•'""«• R.nirtfnemenfi a D'
Purgatif JEHAN
Obligations
Chemins de fer
670
435
313 .
101 ,
1125
793
665
1325
243
584
pour 1 an 1 10. InUrêl 6 "'o l'an
en 1" Hypothèque dana votre région
par BONS NOTARIÉS délivré, .an, frai.
P«XCr«6ja TOUS)
Ode magasina
.
.
..
.
50
PUCEZ»e. CAPITAUX «SÛRETÉ
! |M 12. me Helder.àPARIS (Opé„).
""M AMI -ARSO H.ria.tUH: TQOioîst
Ciments français.
— Indochine . . .
Poliet et Chausson
.
PLUS SUR de. PLACEMENTS ~
ptui inléreis.nt que le, .nciem
Boni défecie nationale i 1 an
P. M. D.
Ciments
Mines
Métalliques
Aguilas
Bor ordinaire. . . .
Grande Ile act. . .
— parts
Guergour
Min. Congo act. .
— parts
M. El Hadid act.
— jouissance . .
Nickel
Ouenza
Tekkah act
— parts
ments est bien distincte. La rondeur,
la plénitude des sons est admirable
et rien ne ternit la pureté de la gravure. Mieux que n'importe quel cantique, une telle audition est susceptible d'élever l'âme en un jour de
fête religieuse.
Chap. Gend. act. .
— parts
Dist. Indochine. .
Duval
Grand Hôtel
Félix Potin
Saint-Raphaël . . .
Suer. Brésilien, . .
55
475 ,
264
445
169
268
1053
1785
502
511
1695
525
1350
Transports
Filatures
Cotonniére Niger.
VALEURS
Houillères
15450
matin et soir vos fosses nasales et Totre bouche au savon. LSUCM clmque
iquo Jjour une dlTiir» ^
Dnpeyronx | voua erapècberez les microbes d'mtecter vos voies respiratoires
M pirat
et
i'î 1
*«eua
ainsi de la tirlppe, des Rhume», nroncltUeft, Maux de Gorge et de i ~ TO
le et de 1» Pi»eâmanî« f„I,res<!
"'" >»
Prenez-en «1 vous tonssex. La boite *.50, dans toutes les bonn
ur '""
mes
ptaarm.cle»!
K.?«,
f,
6 ^'»»^''.
contre 4.M> par les Laboratoires Uupeyroux, 5, Square de Messine,
M
1 6,* l'arù^^
l6 ' avec ouvragé»
thérapeutique et d'hygiène, iichantillon gratuit sur demande.
ca
tement, mais sûrement, vers le terme de
sa traversée. Après avoir franchi sans encombre le détroit de Gibraltar et passé sous
la perpétuelle menace des eanons anglais,
elle commença à remonter vers Lisbonne.
Le 16 juillet, la ville apparut, bâtie en
amphithéâtre sur les collines qui bordent
l'embouchure immense du Tage. De loin, à
écouter le capitaine Perichwich, elle rappelait Constantinople. A la vérité, elle présentait un aspect oriental, avec ses vieilles
tours, ses coupoles, ses maisons recouvertes de plaques de faïence, qui étincellent
au soleil, le grouillement de ses constructions étagées sur des pentes verdoyantes.
A distance, nul ne pouvait deviner qu'elle
était encore couverte des ruines de l'affreux tremblement de terre qui l'avait détruite de fond en comble quelque trente
ans auparavant.
On continua à se bercer de l'illusion
d'une cité féerique, car la force du courant
ne permettait pas de pénétrer tout de go
dans sa rade de quatre lieues de large, un
des plus beaux mouillages de l'Europe,
tout fourmillant d'une multitude de vaisseaux. Pour avancer entre les forts San
Juliaô et la Tour de Bugio, il fallut attendre un pilote jusqu'au lendemain.
M. d'Entrecasteaux n'avait aucune hâte
dé descendre à terre. Jusqu'ici la prudence lui avait trop bien réussi pour qu'il
risquât de tout compromettre par une dé-
Pendant ce temps, Bruno d'Entrecasteaux traversait sans trop d'encombre la
Méditerranée. Trente-quatre jours de solitude, de calme, de repos, après les émotions diverses qui l'avaient bouleversé.
Aucune mauvaise rencontre : ni corsaires barbaresques, ni vaisseaux de guerre
du roi. « La « Parthénope » avançait len
3150
Comm. Africaine.
Afriq. Occidentale
Industr. de Chine.
Comm. Extérieur.
Cr. Fonc. Algérie.
faudrait corriger ce que sa voix a
d'un peu aigre au phonographe.
Si l'on ne veut pas acheter tous
les disques de V Auberge du Cheval
Blanc, il faut choisir parmi ceux qui,
chez Polydor, sont chantés par les
créateurs de l'opérette, au moins celui qui présente l'attrait indéniable
de la tyrolienne si bien exécutée par
Mme R-everelly : Ait Joyeux Tyrol.
Nous sommes dans le mois où se
publient des chants religieux et nombre de Noëls classiques et anciens.
Le catalogue de Columbia en est particulièrement riche. S'il me fallait
marquer une préférence, elle serait
pour le disque LFX 2/3 qui porte sur
une face l'admirable Agnus Dei de
Bizet, et sur l'autre, le fameux Minuit Chrétiens. La voix au timbre
pur et chaleureux de M. Georges
Thill y fait merveille.
Mais si vous voulez, discophiles
amateurs de belle musique, connaître des minutes délectables, enfermez-vous et mettez pieusement sur
votre plateau les deux disques du
Concerto en Ré mineur pour deux
violons, de Bach, enregistré par
Georges Enesco gt Yehudi Menuhin
(Gr.). Vous ne vous lasserez pas de
l'entendre. Les deux artistes le
jouent en communion parfaite et nul
ne saurait décider lequel des deux
est le maître, lequel est l'élève. Leur
compréhension musicale est identique si la sonorité de leur* testru-
e
|
H
Devant le bazar aux jouets ; Mon
bon chien (Columbia) ; mais il lui
a•
Banquet
102 10
955
609 50
530 .
521 .
Assurance i
76 60
VALEURS
I précéd. du jour
wmw wrrj
MI i
LAVEZ, LAVEZ, L
lable. Après trois ou quatre auditions, la monotonie de ces mélopées
plaintives, n'aura plus, je le crains,
beaucoup de charme et le disque dormira, vite oublié, dans sa chemise
de papier.
Les Pêcheurs de Perles, ayant reparu sur l'affiche de l'Opéra-Comique, devaient fatalement se retrouver dans les pages des suppléments.
Chez Polydor, c'est un air de ténor :
De mon amie..., chanté par M. Giuseppe Lugo, d'une voix aux sonorités italiennes et avec toutes les traditions du bel canto. Chez Gramophone, c'est un duo dont s'acquittent
excelleraient MM. Vezzani et Musy.
La gravure de ces deux disques est
également satisfaisante. Les voix de
femmes sont moins favorisées cette
fois par la reproduction mécanique.
Le soprano, pourtant léger de Mlle
Clairbert, offre un médium cotonneux et un aigu parfois strident dans
Il bacio et Villanelle (Polydor).
Mlle Yvonne Gall chante avec une
netteté parfaite et un sentiment très
juste d'exquises mélodies de Bûsser :
Pour ta fête ; Du haut de l'arbre ;
Mais la haute société parlementaire, déliée, par l'ordre de la justice et de l'Eglise, du secret professionnel de courtoisie
qui doit entourer les intrigues mondaines,
apportait bien d'autres éclaircissements.
Au début, elle n'avait pu admettre la
culpabilité de ce jeune président si sémillant, si plein de charme et d'esprit : maintenant que de lourdes charges l'accablaient, finissaient par rendre vraisemblable ce qui tout d'abord avait paru impossible, elle apportait les éléments épars qui
permettaient de reconstituer le drame intime où la tendre Angélique avait été sacrifiée.
Les deux commissaires, en voyant revivre sous leurs yeux, patiemment évoquée
jour par jour, l'histoire de cette longue
fatalité, en étaient pénétrés d'épouvante
et d'horreur. A tel point qu'avant la conclusion de l'affaire ils reculeraient, se déclareraient incapables de poursuivre, demanderaient à être relevés de leurs fonctions.,
Angélique et Sylvie
Tolci la Grippe !
Est Asia. Danois.
Kreuger et Toll . .
Royal Dutch
Snia Viscosa
Suc. Egypte parts
Tabacs Portugal.
1515
5320
1510
50
'. 15643
.
414
414 ..
140
Chemins de fer
Obligations
Port. 3% 1" rang.
Reunis4y2 %1914
Saragosse 3% 1".
Tanger à Fez 5 % .
— 4 %%
— 4%
210 .
15) .
449 ..
971 .
947 .
639 .
150
4o9
986
934
830
BANQUE
COMPTANT
Eanq. Nat. Egyp.
Rente Fonc. parts
Thorenc parts. . .
248)
742
.
25SO
/il
520
2)0
37)
.
52!
235
306
330
640
1100
2)4!
17950
670
1060
2)40
17950
72
78
140
.
66 25
210
•
55
106 .
55 .'.
187 50
;85
84
106
9:
100
223
659
2!6
690
'
•
9 75
Mines
Métalliques
Douaria action .. .
Kinta iouissance.
Mines diverses
Talcs de I.uzonac.
Produits
Clîim-qiies
Az. Franç. parts.
Expi. Min. parts.
Hyuroc. St-Denis.
Coloniale»
Caoutchouc?
Cambodge pavls.
Franco - Javanaise
Hutchinson ora . .
Kong
Pacouda cai
Pointe il Pitre act.
Sumatra cap ....
Sumatra div
Tananoclie cap. .
— div
Than-tuy-Ha a-t.
—
— parts;
795
86
Savannah
Viscose Franc, net
22 J -
-83)
_950 .
131J
3 2
98 5
243
99.
47)
3*9
151
1-4
Biarritz viarllon. .
Cercle Monaco ».
Valeurs clivaracs1
U- .
IJUJ
tOJ .
3»j .
3,0 .
3*)
t4j .
79 .
66SU
/9J0
132
322
^.qi.»urs
Pernod
Vieille Cure parts
67 ..
2^0
i46)
3U0
Casinos
335
Pôtrol Hères
i\stra Romana. . .
143 50
31 25
66 ..
2 .7
Cours
du jour
Mines d'Or
Areas
Chatelet ordin. . .
Golden H. Shoc. .
Lucette
Zambcze
Suberbie
Régina net
— parts
Charbonnages
Dong-Trieu
Gelsenkirchen . . .
Harpener
Héraclée parts. . .
Bakou
Malopolska
Mexieai' Ea gie pr.
Omniuin Vëtroles.
Shell
Silva p £i .-rs
Steaua Romana. .
Victoria
— P arts
Hôtels
Métallurgiques
Chili acier ord
Soudure autog. . .
Cours
orécéd .
Industries
Textiles
Eaux, Electricité
Oaz
Cab. Télég. 1" s.
— 1' s
Pyrén. (El. et G.).
Granoux
Sidro
.
VALEURS
1170
6o)J ,
,75J
|33
.34
;;55
)U0