TABLE DES MATIERES
INTRODUCTION
UTILISATION DE CE MODE D'EMPLOI
|
PREPARATION A L'UTILISATION
1 Description du PC-1600...................................................................
Notice de déballage......................................................................
Vue d'ensemble du matériel..........................................................
Le clavier du PC-1600 ..................................................................
Vue d'ensemble du logiciel ...........................................................
|| FONCTIONNEMENT
1
3
3
3
6
8
9
2 Alimentation du PC-1600 .................................................................
Mise en place des piles .................................................................
Témoin d'épuisement des piles .....................................................
Branchement sur le secteur...........................................................
>
11
11
12
13
3 Mise sous et hors tension.................................................................
Mise sous tension..........................................................................
Mise hors tension ..........................................................................
Réinitialisation de l'ordinateur ........................................................
15
15
19
20
4 L'affichage du PC-1600 ...................................................................
Réglage du contraste d'affichage .................................................
Symboles de la ligne d'état ...........................................................
Mode d'exploitation .......................................................................
Fonctions des touches d'édition.....................................................
Réglage de l'heure et de la date ...................................................
25
25
26
27
28
31
5 Calculs sur le PC-1600..............-......................................................
Spécification du mode ..................................................................
Fonctions des touches ..................................................................
Exemples de calculs ....................................................................
Calculs en série ............................................................................
Fonction de rappel.........................................................................
Codes d'erreur...............................................................................
Opérations des fonctions BASIC...................................................
35
35
35
36
37
38
39
40
UTILISATION DES INTERFACES ET DES
EQUIPEMENTS E/S EN OPTION
41
6 Elargissement du PC-1600...............................................................
Vue d'ensemble du système ........................................................
Module d'expansion de RAM ........................................................
Interfaces série .............................................................................
Port série RS-232C.....................................................................
Port série optique........................................................................
Port d'entrée analogique ..............................................................
Imprimante avec interface à cassette ...........................................
Utilisation d'un enregistreur à cassette......................................
43
43
45
49
49
53
56
58
61
Unité de disque............................................................................. 65
7 Utilisation des périphériques du PC-1500..........................................
IV SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
71
73
»
8 Concept de base de programmation..................................................
Introduction des instructions en BASIC............................................
Exécution d'un programme.............................................................
Affectation de la mémoire .............................................................
Fichiers en exécution automatique ...............................................
75
75
76
78
80
9 Modes de fonctionnement en langage BASIC ..................................
Manipulation du clavier .................................................................
Modes d'affichages .......................................................................
Mode d'édition...............................................................................
Mode de réserve ..........................................................................
83
83
87
89
91
10 Représentation des données........................................................... 97
Types de données ........................................................................ 97
Constantes.................................................................................... 98
Variables ...................................................................................... 100
Expressions et opérateurs ..............................................................105
11 Fichiers............................................................................................. 111
Descripteurs de fichiers ..................................................................111
Stockage et extraction du fichier.....................................................113
Protection du fichier ...................................................................... 115
Création d'un fichier....................................................................... 116
Accès au fichier............................................................................. 118
Mise à jour du fichier .....................................................................119
12 Accès aux ports série ....................................................................... 121
Spécification du port........................................................................121
Paramètres de communication ..................................................... 122
Sortie à un port série.......................................................................122
Entrée par un port série .................................................................124
13 Mise au point.................................................................................... 125
Erreurs de syntaxe.........................................................................125
Mode d'analyse .............................................................................125
Programmes de traitement d'erreurs..............................................126
14 Dictionnaire des commandes BASIC ................................................127
V ANNEXES
343
A. REMPLACEMENT DES PILES..........................................................345
B. REMPLACEMENT DES MODULES DE RAM ..................................347
C. TABLEAU DES CODES DE CARACTERES ......................................349
D. TOPOGRAPHIE MEMOIRE...............................................................351
E. PROGRAMMES LANGAGE MACHINE............................................354
F. CODES ERROR POUR LE PC-1600 ..................................................356
G. LISTE DES COMMANDES BASIC .................................................. 363
H. COMPATIBILITE AVEC LE PC-1500 ET SES PERIPHERIQUES..........368
I. ENTRETIEN ET PANNES ................................................................372
J. SPECIFICATIONS ............................................................................375
INTRODUCTION
Nous vous remercions d'avoir choisi l'ordinateur de poche SHARP PC-1600. Le
PC-1600 vous offre le maximum dans la portabilité et la souplesse d'utilisation. Le
PC-1600, seul, tient dans la paume de votre main, mais est doté de la même
puissance de calcul qu'un ordinateur de taille beaucoup plus grande que lui. Connecté
avec une gamme complète d'équipements en option, spécialement conçus, qui sont
eux aussi de format réduit tout en offrant les fonctions et les caractéristiques des
périphériques standards, votre PC-1600 se transforme alors en un système compact,
pour répondre à une grande variété de besoins.
Voici quelques-unes des caractéristiques standards qui font de votre PC-1600 le choix
parfait, aussi bien pour les utilisateurs expérimentés que pour les débutants ou
presque débutants.
•Microprocesseur puissant à 8 bit avec MOS complémentaire, équivalent au Z-80
A
•Mémoire vive standard (RAM) de 16 k-octets, extensible jusqu'à 80 K
•Affichage à cristaux liquides de 4 lignes et 26 caractères par lignes avec une
matrice de caractères de 5 x 7
•Graphiques de 156 x 32 points, tous les points étant adressables
•Horloge en temps réel avec fonctions de réveil-matin et d'alarme
Votre PC-1600 fonctionne avec une version spécialement adaptée du langage BASIC
qui est dans la mémoire de l'ordinateur et vous permet d'écrire vos propres
programmes facilement et rapidement.
Le PC-1600 est alimenté par piles pour favoriser la mobilité et dispose également d'un
adaptateur secteur pour son utilisation à la maison ou au bureau.
Vous pouvez également connecter directement le PC-1600 sur des équipements E/S
externes via les trois ports incorporés des interfaces: les ports série E/S optiques et
RS-232C et le port d'entrée analogique.
Le PC-1600 peut être utilisé avec les accessoires optionnels suivants:
•Le module de programme CE-1600M qui procure une extension de la RAM de
32 K avec système de sauvegarde sur pile pour la mémorisation des
programmes, l'extension de l'espace alloué à la mémoire ou la création d'un
disque de RAM.
•L'imprimante CE-1600P avec interface à cassette pour une impression en
quatre couleurs des textes et graphiques et qui permet la connexion d'un
enregistreur à cassette pour stocker les programmes et données sur bandes.
•L'unité de disque CE-1600F pour disques de poche à double face de 2 W
pouvant enregistrer 61 K par face.
Le PC-1600 est également compatible avec la gamme des options du SHARP
PC-1500 qui comprend une imprimante, un enregistreur à cassette, des modules de
RAM, des interfaces et des programmes BASIC.
UTILISATION DE CE MODE D'EMPLOI
Pour favoriser l'accès aux informations concernant votre ordinateur de poche SHARP
PC-1600, nous avons découpé ce mode d'emploi en cinq parties :
La partie I, Préparation à l'utilisation, donne une description d'ensemble du PC-1600,
pour vous familiariser avec ses éléments composants et ses caractéristiques. Il est
indispensable de lire cette partie.
La partie II, Fonctionnement, vous assiste depuis la préparation initiale du PC-1600, y
compris l'installation des piles, la mise sous ou hors tension de l'ordinateur et le
réglage de l'heure et de la date de l'horloge en temps réel incorporée. Elle vous montre
aussi comment utiliser les touches d'édition quand vous introduisez des données et
conclut sur un chapitre de l'utilisation du PC-1600 en tant que calculatrice.
La partie III, Utilisation des interfaces et des équipements E/S en option, décrit
l'utilisation des trois ports d'interface et des logements des modules de mémoire du
PC-1600. Elle vous procure aussi les informations sur l'utilisation du PC-1600 avec
son imprimante, son unité de disque et son enregistreur à cassette en option.
La partie IV, Section de référence du langage BASIC, décrit le BASIC, le langage de
programmation incorporé qui gère le PC-1600, vous permet d'écrire vos propres
programmes et commande les équipements en option. Cette section introduit
simplement les concepts généraux du BASIC et son utilisation sur le PC-1600, mais
n'a pas pour but de vous enseigner les "bases du BASIC". Nous vous suggérons de
vous reporter à l'un des excellents livres disponibles sur ce langage, à la portée de
tous. Cette partie comprend un dictionnaire complet des commandes et instructions du
BASIC qui sont utilisées dans le PC-1600.
La partie V, Annexes, comprend les informations sur le changement des piles et des
modules de RAM. Elle procure également diverses informations techniques et le
résumé des codes des erreurs, les spécifications, les topographies mémoire et une
liste des commandes BASIC.
Nous vous conseillons de vous familiariser avec ce manuel avant d'utiliser votre
ordinateur, afin d'éviter des problèmes ultérieurs. La partie I, Préparation pour
l'utilisation, est particulièrement importante car elle présente toutes les caractéristiques
du PC-1600. Les autres parties doivent être examinées, puis utilisées au fur
et à mesure en tant que référence.
PARTIE I
PREPARATION A
L'UTILISATION
Nous commençons cette partie par une description
d'ensemble du PC-1600, après que vous ayez déballé
l'ordinateur et ses accessoires et vérifié que le
contenu du carton est bien complet.
Puis, les caractéristiques propres du PC-1600 sont
alors introduites en accentuant sur le clavier et les
fonctions des touches.
Enfin, la dernière section se termine par une vue
d'ensemble du logiciel d'exploitation et du rôle du
langage BASIC du PC-1600.
1
DESCRIPTION DU PC-1600
3
1 Description du PC-1600
Nous savons que vous désirez vous servir de votre PC-1600 immédiatement. Afin de
l'utiliser d'une manière correcte et d'éviter des problèmes ultérieurs, prenez quelques
minutes pour parcourir les pages suivantes et regarder votre PC-1600, avant de passer
aux autres sections de ce manuel.
Notice de déballage
Après avoir déballé votre PC-1600 et ses accessoires, contrôlez le contenu avec la
liste suivante pour vous assurer que votre lot est bien complet.
Si un élément était manquant ou endommagé, contactez immédiatement votre
concessionnaire SHARP.
Le lot de votre PC-1600 comprend:
•L'ordinateur de poche SHARP PC-1600
•Un étui souple
•Deux grilles de clavier
•Quatre piles AA
•Ce manuel d'utilisation
Après avoir terminé cette vérification, remettez les matériaux d'emballage dans leur
paquet et conservez-les en vue d'une utilisation ultérieure. Vous pouvez avoir besoin
d'emballer à nouveau votre PC-1600 pour l'expédier ou pour le ranger pendant une
longue période.
Vue d'ensemble du matériel
Le PC-1600 se distingue par son clavier QWERTY, similaire à celui des machines à
écrire habituelles, son affichage à cristaux liquides (LCD) avec contraste réglable, ses
deux logements de modules pour l'extension de mémoire et ses trois connecteurs
d'interface pour raccorder les divers équipements en option.
Les pages suivantes décrivent les composants propres au PC-1600, pour vous
familiariser avec leurs emplacements et leurs fonctions.
4
PREPARATION A L'UTILISATION
Vue frontale du PC-1600
1Le clavier Avec sa configuration standard du type machine à écrire, le clavier dispose
de 69 touches et offre un certain nombre de touches de fonctions programmables à
usage spécial.
2L'écran LCD L'affichage sur l'écran du PC-1600 est de quatre lignes de 26 caractères
par ligne et son contraste est réglable pour ne pas fatiguer la vue.
3Molette de contraste LCD Lorsque la position d'utilisation de l'ordinateur ou les
conditions de luminosité changent, cette molette permet d'éclaircir ou d'assombrir l'écran,
pour faciliter la lecture.
4Port série E/S optique Utiliser ce connecteur pour brancher le câble à fibres optiques
d'un équipement extérieur pour des communications séquentielles ultra-rapides et
antiparasitées.
5Port d'entrée analogique Ce port permet au PC-1600 de recevoir des données en
provenance des sources analogiques telles que les capteurs et les lecteurs des
codes à barres.
6 Port RS-232C Pour connecter un câble à ce port, en provenance d'un autre
ordinateur, d'un modem ou d'une imprimante, pour envoyer ou recevoir des données
en série.
DESCRIPTION DU PC-1600 5
Vue arrière du PC-1600
1 Jack d'adaptateur CA Lors de l'utilisation du PC-1600 à l'intérieur ou pour
économiser les piles, cet adaptateur (EA-160 ou EA-150) est branché sur ce
connecteur afin que l'ordinateur soit alimenté à partir d'une prise électrique murale
normalisée.
2 Bus de système Le connecteur de bus procure une liaison directe avec le système
de l'ordinateur pour raccorder les interfaces et l'imprimante en option et contrôler la
transmission des données entre celles-ci et l'ordinateur.
Vue arrière du PC-1600
1 Touche de réinitialisation Si le PC-1600 se bloque pour une raison quelconque,
l'écran et le clavier seront inopérables. Vous ne pourrez pas utiliser les touches
et
pour relancer l'ordinateur. La pression de la touche de réinitialisation vide la
mémoire du PC-1600 et remet l'ordinateur à la condition qui est juste après la mise
sous tension. Utilisez cette touche avec la plus grande prudence car vous pouvez
perdre vos programmes et données. Reporte z-vous à la partie 3 -Réinitialisation de
l'ordinateur - avant de l'utiliser.
6
PREPARATION A L'UTILISATION
2 Logement des piles Quand le PC-1600 n'est pas raccordé à l'alimentation secteur par
l'adaptateur en option, il est alimenté par quatre piles de format AA qui sont placées dans ce
logement. Reportez-vous au chapitre 2 - Alimentation du PC-1600.
3 Logements des modules Les modules d'extension de RAM en option peuvent être enfichés
dans ces deux logements pour augmenter la capacité de la mémoire, des programmes de
sauvegarde et de chargement ou créer une disquette de RAM.
Le clavier du PC-1600
Cette section présente certaines des caractéristiques importantes du clavier du
PC-1600. Les fonctions des touches se rapportant au BASIC seront décrites
ultérieurement dans ce manuel, au chapitre 9, les modes d'exploitation en BASIC,
dans la section Fonctionnement des touches et l'utilisation de la touche
(contrôle) dans la section Mode d'édition. La visualisation d'une simple image-écran
est également décrite dans le chapitre 4 sur l'Affichage du PC-1600.
Le clavier du PC-1600
1Touches alphabétiques Les touches alphabétiques sont identiques à celles d'une
machine à écrire habituelle et sont utilisées pour introduire les programmes et les
données. Ces touches ont une fonction d'autorépétition qui répétera continuellement
le caractère de la touche que vous maintiendrez enfoncée. Une commande BASIC
vous permet de mettre en ou hors circuit cette fonction. Se reporter à KEYSTAT dans
le Dictionnaire des commandes.
2Touche des minuscules (Bas de casse) La touche
(minuscules) vous permet
de commuter la valeur par défaut des majuscules en minuscules lorsque vous tapez
sur les touches alphabétiques. Cette touche inverse également la
DESCRIPTION DU PC-1600 7
fonction de la touche
comme décrit ci-dessus. Après avoir pressé la touche
et que vous êtes en mode des minuscules, il faut presser la touche avant
chaque entrée de caractères pour produire un caractère en majuscule.
3 Touches des majuscules/de décalage (Haut de casse) Pour une grande praticité, le
PC-1600 est équipé de deux touches
elles ont toutes deux des fonctions
identiques. Comme sur une machine à écrire, une pression sur la touche avant de
presser une autre touche donne un autre caractère, une autre fonction ou un
autre symbole. Normalement, le PC-1600 imprime les caractères en majuscules. Il
s'agit d'une valeur par défaut de l'ordinateur, à moins que vous ne le spécifiiez
autrement. Vous pouvez obtenir les minuscules en pressant la touche avant d'appuyer
sur chaque touche de caractère. (Reportez-vous à la description de la touche
(minuscules) qui précède. Les touches sont également d'autres fonctions spéciales
quand elles sont utilisées en combinaison avec d'autres touches dans le BASIC. Ces
fonctions sont décrites dans la section Référence du langage BASIC.
4 Touches de fonctions Ces six touches sont en haut du clavier, juste en-dessous de
l'affichage et sont utilisées pour assigner ou rappeler avec quelques mots-clés ou
commandes utilisés fréquemment dans les manipulations. L'utilisation de ces touches
et leurs combinaisons avec d'autres touches s'y rapportant sont décrites dans la
section des Fonctions des touches en BASIC.
5Touches de mise sous/hors tension Ces touches sont utilisées pour mettre
l'ordinateur sous et hors tension. Quand l'ordinateur fonctionne, la touche
est
utilisée en tant que touche BREAK qui a pour but d'interrompre l'exécution d'un
programme.
6Touche d'effacement Cette touche efface la ligne sur lequel le curseur est placé et
dispose également d'autres caractéristiques quand elle est changée en touche
en
BASIC. Se reporter à la description des touches dans la section Référence du langage
Basic.
7 Touche de mode Cette touche est utilisée pour passer du mode d'exploitation
PROGRAM au mode d'exploitation RUN du PC-1600. Le troisième mode, RESERVE, est sélectionné quand la touche
est spécifiée
8 Touches des opérations arithmétiques et numériques Ces touches sont utilisées
pour exécuter des calculs directs et pour introduire des données numériques dans les
programmes. Les signes
sont équivalents à l'addition, la multiplication
et la division. L'utilisation de ces touches est expliquée d'une manière plus détaillée
dans le chapitre 5, Calculs sur le PC-1600.
9 Touche d'introduction. La pression de la touche
après d'autres
manipulations signale à l'ordinateur la fin de l'entrée. La fonction de cette touche peut
être comparée à la touche Retour utilisée sur les machines à écrire.
8
PREPARATION A L'UTILISATION
Vue d'ensemble du logiciel
Votre ordinateur de poche PC-1600 est basé sur une version proche du Z-80A. Ce
microprocesseur fonctionne à partir de commandes écrites en code machine. Les instructions
de programmation BASIC que vous écrivez et introduisez dans le PC-1600 sont traduites
internement ligne par ligne tandis que votre programme est exécuté. Ce procédé est effectué
par l'interpréteur BASIC incorporé dans la mémoire morte (ROM) de l'ordinateur. Sauf en ce qui
concerne quelques commandes et fonctions de calculs internes qui travaillent directement dans
les sous-programmes du code machine, le BASIC est le langage avec lequel vous
communiquerez vos instructions au PC-1600.
La version du langage BASIC utilisée dans le PC-1600 est le développement par SHARP d'un
BASIC spécialement perfectionné pour les ordinateurs de poche.
Les programmes écrits en BASIC pour les autres ordinateurs peuvent habituellement, par une
adaptation avec de petites modifications et un peu d'ingéniosité, être exécutés sur le PC-1600.
Il y a une section séparée dans ce manuel sur la compatibilité avec la version du BASIC utilisée
sur le PC-1500, ainsi que la liste des commandes qui doivent être modifiées ou changées.
Votre PC-1600 ne fera pas office de traitement de texte dans sa présentation de la feuille, mais
les descriptions des instructions LOAD* et SAVE* comprennent des recommandations sur la
manière d'utiliser les lignes de programme BASIC pour mémoriser un texte plutôt que les
programmes. Dans ce sens, le PC-1600 constitue une base de données compacte et
puissante. Naturellement, un programme éditeur de texte en BASIC vous permettra d'éditer un
texte aussi bien que de le mémoriser. Il y a de nombreux livres excellents de disponibles dans
le commerce avec des idées sur des projets de programmation utiles en addition aux
programmes d'exemples compris dans ce manuel.
Pour les programmeurs chevronnés, il est possible d'annuler la fonction de l'interpréteur
BASIC et d'écrire les programmes directement dans le langage machine. Il y a un certain
nombre de commandes dans cet ensemble qui vous permettent de manipuler les programmes
en langage machine (PEEK, POKE, CALL, BLOAD, BSAVE, etc.). Ces commandes doivent
être utilisées avec précautions et seulement par ceux qui ont une compréhension totale de
l'allocation mémoire du PC-1600.
PARTIE II
FONCTIONNEMENT
Le premier chapitre de cette partie commence par les
aspects pratiques d'utilisation de votre PC-1600.
Vous apprendrez comment alimenter votre ordinateur,
ce qu'il se passe lorsque vous le mettez sous ou
hors tension, comment le remettre à zéro pour
initialiser le système et en cas de problème.
Le chapitre suivant traite des caractéristiques de
l'affichage du PC-1600 et vous montre comment
régler la date et l'heure de l'horloge en temps réel
incorporée.
Le dernier chapitre décrit comment utiliser le
PC-1600 en tant que calculatrice et exécuter de
simples opérations.
2
ALIMENTATION DU PC-1600 11
2 Alimentation du PC-1600
Votre PC-1600 peut fonctionner sur piles comme sur secteur avec un adaptateur CA en
option.
Mise en place des piles
Quatre piles de 1,5 V, taille AA sont comprises en tant qu'accessoire standard avec le
PC-1600. Ce sont des piles sèches ordinaires qui ne sont pas rechargeables.
La longévité des piles dépend de la fréquence avec laquelle vous utilisez votre
ordinateur et dans quelles conditions.
Habituellement, en faisant normalement 50 mn d'affichage et 10 mn de programmation
par heure, les piles durent environ 25 heures à 20°C.
Pour mettre en place les piles
1Enlevez le couvercle du logement des piles en le faisant glisser dans le sens de la
flèche.
2Insérez les piles en respectant la polarité +/- comme indiqué sur l'illustration.
Dépose du couvercle et mise en place des piles
3Remettez en place le couvercle du logement des piles.
4Reportez-vous à la section Réinitialisation de l'ordinateur du chapitre 3 et suivez la
procédure de ALL RESET pour initialiser l'ordinateur.
12
FONCTIONNEMENT
Pour toute information sur le remplacement des piles, voyez l'Annexe A.
Témoin d'épuisement des piles
Un témoin d'épuisement des piles apparaît sous le symbole
dans la ligne d'état
en haut de l'affichage du PC-1600 dès que la puissance des quatre piles devient faible.
Le symbole BATT peut également être affiché quand l'ordinateur est connecté a un
périphérique alimenté par piles, tel que l'imprimante CE-1600, dont les piles sont
épuisées.
Si l'imprimante est connectée au PC-1600 quand le symbole BATT apparaît, vous
pouvez savoir si les piles déficientes sont celles de l'ordinateur ou de l'imprimante, en
pressant
o Si le symbole BATT est encore affiché après cette opération, les piles de
l'ordinateur sont déficientes.
Vous devez alors remplacer les piles du PC-1600 le plus tôt possible. Reportez-vous à
l'Annexe A, Remplacement des piles. Attention : le remplacement des piles implique
un risque de perte des programmes et des données. Lisez attentivement cette section.
Vous pouvez également, à ce moment, choisir d'utiliser un adaptateur CA pour
alimenter l'ordinateur si le remplacement des piles n'est pas possible. L'utilisation de
l'adaptateur est décrite dans la section suivante, comme dans les pages sur le
remplacement des piles. Si vous essayez d'utiliser l'ordinateur tandis que le témoin
BATT est affiché, le PC-1600 sera automatiquement commuté hors tension.
ALIMENTATION DU PC-1600
13
o Si le symbole BATT n'est plus affiché après que vous avez pressé
Les piles déficientes sont celles de l'imprimante (ou tout autre périphérique connecté).
En plus du symbole BATT, votre PC-1600 dispose également de deux autres sortes
d'avertissements d'épuisement des piles quand les équipements en option sont connectés à
l'ordinateur :
• Quand l'ordinateur est mis sous tension, un message, CHECK ______________,
Apparaît sur l'écran suivi du code numérique de l'équipement suspect.
• Durant l'exécution d'un programme, un code ERROR (d'erreur) est émis,
là encore avec un chiffre identifiant la cause du problème.
Les messages CHECK sont traités dans la section de la Mise sous tension au Chapitre 3 et les
codes ERROR pour les équipements E/S individuels, sont décrits dans la PARTIE III, Utilisation
des interfaces et des équipements E/S en option. Les codes ERROR sont aussi résumés dans
un tableau de référence de l'Annexe F.
Si l'imprimante est en cause, ses piles au nickel-cadmium incorporées doivent être rechargées.
Référez-vous aux instructions du manuel de l'imprimante pour recharger les piles.
Vous pouvez voir par une double vérification que les piles déficientes sont dans l'imprimante et
non pas dans l'ordinateur lui-même, en essayant d'obtenir un message CHECK sur l'affichage
en mettant l'ordinateur hors tension, puis sous tension à nouveau. Quand le message CHECK
apparaît, reportez-vous aux pages mentionnées ci-dessus.
Branchement sur le secteur
En utilisant un adaptateur CA connecté sur le jack au dos du PC-1600, l'ordinateur peut être
alimenté en intérieur à partir d'une prise électrique murale normalisée ou pour économiser les
piles.
Deux adaptateurs CA sont disponibles en tant qu'option individuelle ou en tant qu'accessoires
standard avec les imprimantes suivantes:
•EA-160 (avec l'imprimante CE-1600P)
•EA-150 (avec l'imprimante CE-150)
14
FONCTIONNEMENT
Connexion du PC-1600 au secteur par adaptateur
Pour raccorder le PC-1600 au secteur
1Mettez le PC-1600 et les équipements périphériques qui lui sont raccordés hors
tension.
2Tout d'abord branchez le cordon de l'adaptateur CA dans la prise électrique murale.
3Puis raccordez le cordon de l'adaptateur au jack situé au dos du PC-1600.
4Assurez-vous de bien procéder en sens inverse en déconnectant l'adaptateur de
l'ordinateur. Ne débranchez jamais l'adaptateur directement du jack de l'ordinateur
lorsque l'ordinateur est encore sous tension.
5Débranchez l'adaptateur de la prise électrique murale en cas de non utilisation.
IMPORTANT: Si les piles de l'ordinateur sont épuisées ou absentes quand
l'adaptateur CA est déconnecté de l'ordinateur, toutes les données
restant dans la mémoire de l'ordinateur sont perdues.
L'adaptateur CA est également utilisé pour recharger les piles NiCad incorporées dans
l'imprimante et les autres équipements et l'utilisation d'un adaptateur CA est un moyen de
préserver les données dans la mémoire de l'ordinateur quand vous remplacez les piles.
Reportez-vous au Remplacement des piles, de l'Annexe A.
MISE SOUS ET HORS TENSION
15
3 Mise sous et hors tension
Ce chapitre décrit les méthodes pour mettre votre PC-1600 sous et hors tension. Vous
verrez également des exemples de l'affichage LCD après la mise sous tension, dans
diverses conditions de fonctionnement.
La section suivante mentionne l'utilisation de modules d'extension de RAM et autres
équipements périphériques E/S avec l'ordinateur PC-1600.
Ces équipements et modules de mémoire sont couverts dans la Partie III, Utilisation
des interfaces et des équipements E/S en option. Une section sur le Remplacement des
modules de RAM est incluse dans l'Annexe B. De plus, référez-vous toujours aux
manuels, accompagnant toutes les options disponibles pour cet ordinateur, pour des
informations détaillées spécifiques.
Mise sous tension
Vous pouvez mettre votre PC-1600 sous tension de trois manières différentes:
•Manuellement, en pressant la touche
•En utilisant la commande WAKE$ en BASIC pour commuter l'ordinateur à une
date et une heure spécifiées. (Reportez-vous à WAKE$ dans le Dictionnaire des
commandes.)
•A nouveau à l'aide de la commande WAKES, en programmant le PC-1600 pour
se commuter lui-même quand un signal Cl est reçu, via le port série RS-232C
de l'ordinateur en provenance d'un équipement extérieur tel qu'un téléphone
avec modem. (Reportez-vous à la commande WAKES et
aux spécifications d'interface en série.)
Ce que vous voyez sur l'écran, lorsque vous mettez votre PC-1600 sous tension,
dépend si votre ordinateur est utilisé individuellement ou avec des modules de RAM
en option montés dans les logements d'extension, ou avec d'autres équipements E/S
connectés. Votre PC-1600 est doté de messages et de symboles d'avertissement pour
vous alerter de l'épuisement des piles et des autres problèmes à la mise sous tension.
Les exemples suivants montrent l'écran LCD, après la mise sous tension, dans ces
différentes conditions.
16
FONCTIONNEMENT
• Utilisation du PC-1600 sans options, dans une condition de
mise sous tension normale...
Quand vous pressez la touche
l'écran affiche ceci :
Tout en haut de l'affichage se trouve la ligne d'état qui montre les fonctions et le mode
d'exploitation que vous avez sélectionnés. Quand vous mettez votre PC-1600 sous
tension pour la toute première fois ou après une réinitialisation, la ligne d'état affiche
DEG (degrés), RUN (mode d'exploitation RUN) et I (Mode I de RESERVE).
Ces caractéristiques sont également décrites dans les sections BASIC et Affichage du
PC-1600.
La ligne d'état apparaît chaque fois que l'ordinateur est mis sous tension et reste
affichée pendant le fonctionnement. Les symboles de cette ligne montrent les valeurs
en vigueur la dernière fois que l'ordinateur a été mis hors tension, par conséquent
elles peuvent être différentes chaque fois que vous mettez votre PC-1600 sous
tension.
Le symbole > est appelé caractère de sollicitation du système et indique que
l'ordinateur attend que vous tapiez sur cette ligne. Le caractère de sollicitation est
remplacé par le premier caractère que vous introduisez sur la ligne.
Après installation ou remplacement d'un module de RAM...
Vous devez mettre l'ordinateur hors tension avant d'installer ou de remplacer les
modules de RAM en option. Quand vous mettez à nouveau l'ordinateur sous tension,
l'écran affiche :
MISE SOUS ET HORS TENSION
17
Ce message vous indique que l'ordinateur reconnaît la mémoire additionnelle et attend
que vous effaciez dans la zone mémoire toutes les fausses données restantes. Il est à
noter que ce message n'apparaît que lorsque les modules de mémoire sont montés
comme mémoire d'extension. Le message n'est pas affiché si un module de
programme s'articule en tant que disque de RAM ou en mémoire de programme.
L'utilisation de ces modules est décrite dans la PARTIE III de ce manuel.
Pour vider la mémoire de l'ordinateur et restaurer les valeurs par défaut, ou pré
spécifiées, pressez la touche
(remise à zéro). Assurez-vous que le mode
d'exploitation est positionné sur PROgramme. Pressez la touche
si
nécessaire. Puis tapez N E W 0 et pressez
L'affichage doit alors revenir sur le caractère de sollicitation > indiqué sur l'illustration
précédente et vous pouvez alors commencer à utiliser l'ordinateur.
Quand les modules de RAM ne sont pas installés
correctement...
Il y a deux logements d'extension, S1 et S2, au-dessous du PC-1600, dans lesquels vous
pouvez connecter les modules de RAM en option pour l'adjonction supplémentaire de
mémoire dans l'ordinateur ou de stockage des programmes et données. Ces modules
sont décrits en détails dans la PARTIE III, Utilisation des interfaces et des
équipements E/S en option, et dans l'Annexe B pour leur remplacement.
Trois de ces modules en option, le CE-151, le CE-155 et le CE-159 ne peuvent être
utilisés que dans le logement 1. Comme les deux logements sont identiques dans leur
dimension comme dans leur forme, si vous connectez par inadvertance l'un de ces
modules dans le logement 2, l'ordinateur ne pourra pas l'identifier. Lors de la mise
sous tension, l'affichage indiquera :
Ce message CHECK est une caractéristique particulière au PC-1600 pour vous alerter
que quelque chose ne va pas et vous dire de vérifier la cause suspecte du problème.
18
FONCTIONNEMENT
Le nombre suivant le mot CHECK est un code signalant les problèmes des équipements. Le 0
dans ce cas signifie le logement 2. Un tableau de ces codes CHECK est donné dans la section
suivante.
Vous devez éliminer le problème signalé par le message CHECK avant de continuer à
utiliser l'ordinateur.
Quand des équipements E/S avec des piles déficientes sont
connectés...
Certains des équipements périphériques en option qui sont connectés sur votre PC-1600 ont
leurs propres piles incorporées. Si les piles sont déficientes dans l'équipement connecté à
l'ordinateur, les messages suivants apparaîtront lorsque vous mettrez votre PC-1600 sous
tension.
N E W 0 ? vous avertit que l'ordinateur reconnaît un changement dans la mémoire et est un
caractère de sollicitation pour vider la mémoire.
Ou, en tant qu'autre possibilité.
Ces messages CHECK vous disent que les piles des équipements connectés ont besoin
d'être rechargées ou remplacées. De plus, comme décrit dans la section précédente, CHECK
0 est un avertissement que le mauvais module mémoire est connecté dans le logement 2.
Reportez-vous au tableau suivant pour la signification de ces messages CHECK illustrés cidessus et des autres codes CHECK qui peuvent apparaître. Les numéros de code manquant
dans la liste sont réservés pour les équipements ultérieurs, qui peuvent être disponibles dans
l'avenir.
MISE SOUS ET HORS TENSION 19
Code CHECK
0
Equipement connecté Cause
Logement de
module 2
2
Unité de disque
CE-1600F
4
CE-151, CE-155 ou CE-159 incorrectement
montés. Utiliser seulement le logement 1 pour
ces modules.
Se connecte sur l'imprimante CE-1600P. Les
piles niCad incorporées sont déficientes ou le
matériel de l'imprimante est défectueux.
Imprimante CE-1600P Les piles NiCad incorporées sont déficientes ou le
matériel de l'imprimante est défectueux.
6
Imprimante CE-150
Les piles NiCad incorporées sont déficientes ou
le matériel de l'imprimante est défectueux.
8
Interface parallèle/
séquentielle CE-158
Les piles NiCad incorporées sont déficientes.
Mise hors tension
Votre ordinateur PC-1600 dispose de deux caractéristiques de mise hors tension automatique,
pour s'éteindre de lui-même. La caractéristique Sauvegarde de mémoire du PC-1600 préserve
toutes les données sur lesquelles vous avez travaillé quand l'ordinateur est mis hors tension,
que ce soit manuellement ou automatiquement.
Le PC-1600 se met automatiquement hors tension dans les conditions suivantes :
Pour économiser les piles, le PC-1600 se met lui-même hors circuit quand il
n'y a eu aucune introduction de touche pendant dix minutes. Ceci ne se
produira pas si vous exécutez un programme durant cet intervalle de temps.
Pressez simplement la touche
pour recommencer. Cette
fonction peut être invalidée par l'instruction POWER du BASIC.
Si vous essayez de continuer à faire fonctionner l'ordinateur après que le
témoin de piles déficientes BATT apparaît, le PC-1600 s'éteint de lui-même
pour éviter des erreurs de traitement et une perte éventuelle des données.
Quand BATT est affiché, vous devez mettre l'ordinateur hors tension et
remplacer les piles ou utiliser l'adaptateur CA en option aussitôt que
possible.
20
FONCTIONNEMENT
Dans des conditions normales de fonctionnement, vous disposez de deux manières
pour mettre votre ordinateur PC-1600 hors tension:
•Manuellement, en pressant la touche
•En utilisant la commande POWER du BASIC. Reportez-vous au Dictionnaire
des commandes en BASIC pour les détails.
Réinitialisation de l'ordinateur
Il arrive des moments où il est nécessaire de vider la mémoire de l'ordinateur, de
réinitialiser ses valeurs par défaut ou préspécifiées et de remettre l'ordinateur en
condition exploitable.
Cette action est appelée réinitialiser l'ordinateur et il y a deux niveaux de réinitialisation
pour votre PC-1600: simple et ALL RESET (réinitialisation générale).
La réinitialisation simple est réalisée en pressant le bouton RESET sous l'ordinateur.
La commande ALL RESET est exécutée en pressant et maintenant la touche
(BREAK) tout en enfonçant le bouton RESET.
La réinitialisation est principalement nécessaire dans deux conditions:
•Pour initialiser l'ordinateur et le préparer à l'exploitation après la mise en place
ou le remplacement des piles.
•Pour restaurer l'ordinateur dans une condition d'exploitation normale après qu'il
se soit "bloqué".
Si l'ordinateur est soumis à un fort parasitage électrique ou s'il fonctionne dans les
conditions instables qui peuvent conduire à des erreurs de traitement, il peut se
"bloquer" et cesser de fonctionner normalement.
Les effets peuvent varier, mais l'écran sera "gelé" ou sera effacé, l'opération des
touches peut provoquer des caractères bizarres et incohérents, ou les touches
peuvent être complètement inopérables. La simple mise hors tension puis sous
tension de l'ordinateur n'est pas possible si les touches
et
ne
fonctionnent pas.
Un bouton RESET figure à l'arrière de l'ordinateur pour libérer cette condition. Ce
bouton est profondément encastré pour éviter son utilisation accidentelle car la
fonction de réinitialisation est très puissante et doit être utilisée avec précaution.
ATTENTION: Les programmes et données peuvent être détruits!
MISE SOUS ET HORS TENSION
21
Utilisez un objet pointu comme la pointe d un stylo a bille pour enfoncer le bouton
RESET. N'utilisez pas de pointes qui se cassent facilement comme des mines de
crayons noirs ou des épingles.
Si votre ordinateur est connecté à l'imprimante CE-1600P en option, vous n'avez pas
besoin de débrancher l'ordinateur pour accéder au bouton RESET situé derrière. Un
bouton RESET identique figure également à l'arrière du berceau de l'imprimante et
peut être utilisé à la place, pour la procédure qui suit.
Pression sur le bouton RESET
Les instructions suivantes donnent les phases à suivre et montre l'état de l'affichage
quand vous réinitialisez votre ordinateur PC-1600.
Si l'ordinateur se "bloque", essayer tout d'abord la réinitialisation simple, car son effet
est identique à la mise hors et sous tension et, dans la plupart des cas, les
programmes et données seront récupérés en toute sécurité, sinon dans leur totalité. La
procédure ALL RESET est générale et ne doit être utilisée qu'en dernier ressort, quand
toutes les autres mesures ont échoué.
ALL RESET est également utilisé pour initialiser l'ordinateur après avoir installé et
remplacé les piles.
Le tableau suivant donne la comparaison des différents effets des actions de
réinitialisation simple et ALL RESET sur les valeurs par défaut et les paramètres du
système de l'ordinateur.
22
FONCTIONNEMENT
Résumé des paramètres de réinitialisation
ALL RESET
Mise sous tension auto.
(WAKES)
Mise hors tension auto.
TITLE
Date/heure
Touches de fonction
Mot de passe
Accès séquentiel RS-232C
Zone langage machine
Cliquetis de touche
BEEP
Répétition de touche
Instructions d'interruption
Mode
BREAK ON/OFF
LOCK/UNLOCK
Mode 0/1
MAXFILES
Module extension de
mémoire
Module programme
Module disque de RAM
RAM interne
OFF
10 mn
S0:
KM) 1(J)0(H)0(mr i) 0(sec)
Effacées
Annulé
COM1
1200,8,N,1,X,S
—
COM2
38400,7,E,2,X,S
—
0
OFF
ON
OFF
Invalide
RUN DEG I
ON
UNLOCK
Mode 0
0
Mémoire effacée
Mémoire préservée
Mémoire préservée
Mémoire effacée
Réinitialisation simple ou
mise sous tension
Valeur préservée
V a l e u r préservée
Valeur préservée
Valeur préservée
Valeur préservée
Valeur préservée
Valeur préservée
Valeur préservée
Valeur préservée
Valeur préservée
Valeur préservée
Valeur préservée
Préservé ou changé après
que l'erreur est générée
Valeur préservée
Valeur préservée
Valeur préservée
Valeur préservée
Mémoire préservée
Mémoire préservée
Mémoire préservée
Mémoire préservée
Pour exécuter une réinitialisation simple
1 Repérez le bouton RESET sur le dos de l'ordinateur et enfoncez-le pendant deux
secondes.
2 L'écran doit être nettoyé et afficher le caractère de solicîtation du système >,
comme illustré ci-dessous :
MISE SOUS ET HORS TENSION
23
3Le caractère de sollicitation signifie que l'ordinateur est prêt à recevoir votre
introduction. Si l'ordinateur n'est pas vidé et s'il n'y a aucun changement sur l'écran,
enfoncez à nouveau le bouton RESET.
4Après avoir pressé le bouton RESET, l'affichage est quelques fois le suivant lorsque
l'ordinateur est utilisé avec les équipements E/S en option :
5 Pour vider l'ordinateur de cet écran, pressez la touche
(nettoyage). Puis assurezvous que le mode d'exploitation est spécifié sur PROgramme. Pressez la touche
si nécessaire. Puis tapez N E W 0 et pressez la touche
L'affichage doit alors revenir sur le caractère de sollicitation du système > indiqué sur
l'illustration précédente et vous pouvez commencer à utiliser l'ordinateur à nouveau.
Pour exécuter une réinitialisation générale (ALL RESET)
Après avoir mis en place ou remplacé les piles, procédez comme suit.
Dans tous les autres cas, lisez les paragraphes suivants avant de continuer :
IMPORTANT: Si l'ordinateur s'est bloqué durant son fonctionnement, essayez la
réinitialisation simple avant d'aborder les phases suivantes. ALL RESET
est une action complète qui peut détruire les données et les programmes.
Vérifiez le tableau des paramètres de réinitialisation dans cette section
et assurez-vous que vous pouvez prendre ce risque. Les données et
programmes dans la mémoire d'extension et dans la mémoire interne
RAM sont complètement remis à zéro après ALL RESET
1Tenez l'ordinateur de façon à avoir un accès facile à la touche
Notez que lorsque l'ordinateur est sous tension, la touche
touche BREAK.
2Pressez et maintenez la touche
l'arrière de l'ordinateur.
à droite du clavier.
fonctionne en tant que
(BREAK), puis enfoncez le bouton RESET à
24
FONCTIONNEMENT
3 Relâchez le bouton RESET tout d'abord, puis relâchez la touche EEJ (BREAK), comme
illustré ci-dessous.
ALL RESET à l'aide du bouton RESET et de la touche
(BREAK)
4 L'écran doit afficher le caractère de sollicitation > comme illustré ci-dessous:
5 Le caractère de sollicitation signifie que l'ordinateur est prêt à l'utilisation et attend que vous
procédiez à une entrée. Si le caractère de sollicitation n'est pas affiché, enfoncez le bouton
RESET et la touche
(BREAK) à nouveau, comme
décrit aux phases de 1 à 3.
IMPORTANT: Si vous ne pouvez pas réinitialiser l'ordinateur après avoir essayé soit la
réinitialisation simple ou ALL RESET ou ies deux, contactez votre
concessionnaire SHARP immédiatement.
.AFFICHAGE DU PC-1600 25
4 L'affichage du PC-1600
L'affichage sur votre ordinateur PC-1600 est un affichage à cristaux liquides (LCD) de
26 caractères x 4 lignes, avec contraste réglable pour une lecture optimale.
Deux modes écran peuvent être spécifiés par commande BASIC. En MODE 0, l'écran
peut être complètement utilisé sur 4 lignes, affichant 26 caractères par ligne. Le MODE
1 est une émulation de l'affichage à 1 ligne de l'Ordinateur de poche PC-1500 lors de
l'utilisation des instructions PRINT et GPRINT pour la compatibilité avec ses
programmes et données. Quand la longueur de l'introduction excède la longueur
physique de la ligne en ce mode, l'écran roule vers le haut à partir de la dernière ligne.
Le MODE 0 permet à l'affichage d'être utilisé en mode graphique dans lequel un
écran total de 156 x 32 points est disponible pour l'affichage des données graphiques
d'images binaires.
Ces modes sont décrits en détail dans le chapitre Référence du language BASIC de
ce manuel.
Réglage du contraste d'affichage
Lorsque les conditions de luminosité changent ou que vous changez l'orientation de
l'ordinateur en lui connectant l'imprimante en option, vous pouvez avoir besoin de
régler le contraste de l'affichage pour une meilleure vision.
La molette de réglage de contraste est située à gauche de l'ordinateur, just en
dessous de l'accès séquentiel RS-232C.
Molette de réglage du contraste de I affichage
26 FONCTIONNEMENT
Tournez la molette comme désiré pour éclairer ou assombrir l'écran jusqu'à ce que vous
puissiez lire facilement. Réglez la molette à nouveau quand vous
déplacez l'ordinateur ou que vous changez son orientation.
Symboles de la ligne d'état
Une ligne d'état spéciale figure tout en haut de l'écran du PC-1600, au-dessus de la première
des quatre lignes d'affichage, qui affiche les symboles pour l'épuisement des piles, le mode
d'exploitation et les fonctions que vous avez sélectionnées ou
qui sont actuellement utilisées.
La ligne d'état vous permet une vérification rapide, d'un simple coup d'œil, des fonctions que
vous avez sélectionnées si vous les avez spécifiées correctement et
de ce que fait l'ordinateur en ce moment.
Symboles de la ligne d'état de l'affichage
Les symboles dans la ligne d'état de l'affichage ne changent pas, parce que ce sont des
valeurs qui restent effectives lorsque vous remettez votre ordinateur sous tension après l'avoir
mis hors tension. Ceci vous permet de continuer avec les
valeurs précédentes telles quelles, ou après avoir vérifié la ligne d'état, de faire le
vJ
changements nécessaires pour continuer à partir de ce moment.
Voici une liste des divers symboles qui sont affichés dans la ligne d'état et leur signification.
BUSY
Affiché tandis que l'ordinateur exécute un programme ou une commande.
Une autre introduction de touche n'est pas possible à ce moment.
SHIFT
Affiché à chaque pression de la touche
l'introduction de la touche suivante.
DEG
Indique que le mode Degré est sélectionné pour une fonction angulaire.
RAD
Indique que le mode Radian est sélectionné pour une fonction angulaire.
S'efface lors de
L'AFFICHAGE DU PC-1600
GRAD
27
Indique que le mode Gradient est sélectionné pour une fonction
angulaire.
RUN
Affiché lorsque l'ordinateur est en mode RUN pour effectuer des calculs
directs ou exécuter un programme.
SMALL
Affiché quand l'ordinateur est en mode des minuscules pour
taper les caractères en minuscules sur l'écran.
PRO
Affiché quand l'ordinateur est en mode PROgramme pour la création,
l'édition ou le listage des programmes.
RESERVE
Affiché quand l'ordinateur est en mode RESERVE pour assigner
et éditer des chaînes de caractères aux touches de fonction.
DEF
Affiché lors de chaque pression de la touche
(de définition). S'efface lors de l'introduction de la touche suivante.
I
Indique la sélection de la chaîne de caractères dans le menu I du mode
RESERVE.
Il
Indique la sélection de la chaîne de caractères dans le menu II du mode
RESERVE.
III
Indique la sélection de la chaîne de caractères dans le menu II du mode
RESERVE.
Affiché lors de chaque pression de la touche
(touche de
service). S'efface lors de l'introduction de la touche suivante.
Indique l'épuisement des piles dans l'ordinateur PC-1600 ou dans le
périphérique connecté.
Indique la sélection du mode II du clavier (KB II) pour l'utilisation de la
grille du jeu de caractères internationale.
Mode d'exploitation
Votre PC-1600 dispose de trois modes d'exploitation: RUN, PROGRAMME et RESERVE. Pour
sélectionner le mode RUN ou le mode PROGRAMME, pressez la touche
pour
basculer, ou commuter par intermittence, d'un mode à l'autre.
Le mode RESERVE est sélectionné en pressant les touches
Le symbole de chaque mode que vous sélectionnez est affiché dans la ligne d'état en haut de
l'écran.
28
FONCTIONNEMENT
Vous pouvez aussi spécifier le mode d'exploitation avec deux commandes BASIC, LOCK et
PASS, lors de la programmation sur votre ordinateur. Reportez-vous le Dictionnaire des
commandes pour voir comment elles se rapportent à l'utilisation des touches.
L'utilisation de ces modes d'exploitation est décrit dans la section de Référence du langage
BASIC. Voici une brève description de chacun des modes et quand il est
utilisé:
RUN
Le mode RUN est pour les calculs manuels, ou directs, sur
l'ordinateur. Ceci permet au PC-1600 de fonctionner en tant que
calculatrice. Ce mode est également utilisé pour dérouler ou exécuter les
programmes engendrés dans le mode PROGRAMME ou chargés dans la
mémoire de l'ordinateur à partir d'un équipement de stockage externe.
PROGRAMME Le mode PROGRAMME est utilisé pour la création, l'édition et le listage des
programmes. Pour exécuter le programme, vous devez ensuite
commuter au mode RUN.
RESERVE
Le mode RESERVE est utilisé pour la création et l'édition des
chaînes de caractères assignées pour les touches de fonction
programmables. Il y a trois modes de menus disponibles, I, Il et III, dans
le mode RESERVE.
Quel que soit le mode que vous avez sélectionné, lorsque vous mettez l'ordinateur hors
tension puis sous tension, l'ordinateur restera dans le même mode que celui qui était en
vigueur lors de la mise hors tension. Son symbole sera affiché dans la ligne d'état en haut de
l'écran du PC-1600.
Assurez-vous de bien procéder à une double vérification du symbole de mode dans la ligne
d'état si vous avez quelques difficultés pendant la manipulation de votre PC-1600. Si vous
n'avez pas spécifié le mode correct pour les opérations que vous désirez exécuter, l'ordinateur
renverra un code d'erreur sur l'écran. Comme ces messages utilisent un code numérique pour
identifier les problèmes, vérifiez la liste des codes d'erreur dans l'Annexe F, pour trouver la
signification de l'erreur.
Fonctions des touches d'édition
Cette section décrit brièvement dans les paragraphes suivants de ce chapitre, l'utilisation des
touches d'édition pour commander le curseur et procéder à des corrections simples en mode
RUN quand vous réglez l'heure et la date et que vous effectuez des calculs.
Les fonctions avancées, utilisant d'autres combinaisons de touches, sont couvertes dans la
description du mode EDIT de la section de Référence du langage BASIC.
L'AFFICHAGE DU PC-1600 29
Voici les touches et fonctions que vous utiliserez dans ce chapitre :
Touche du curseur avec flèche vers la gauche
C'est l'une des deux touches du curseur pour le déplacement sur
une ligne. Quand vous pressez cette touche, le curseur se déplace
d'un caractère sur la gauche. Si cette touche est pressée et
maintenue enfoncée, le curseur continuera à se déplacer jusqu'à
ce qu'il atteigne le début de la ligne logique sur la gauche de
l'écran. Utilisée seule, cette touche n'efface pas les caractères, mais
fait passer le curseur en-dessous d'eux.
Touche d'effacement
Quand vous pressez cette combinaison de touches, le caractère ou
l'espace au-dessus de la position du curseur est effacé et tous les
caractères situés à droite du curseur, se déplacent d'un caractère
vers la gauche. La touche
ne fonctionne que pour un seul
caractère. Vous devez presser la touche
chaque fois que
vous désirez effacer un caractère.
Touche du curseur avec flèche vers la droite
Une pression sur cette touche déplace le curseur d'un caractère
sur la droite. Si vous pressez et maintenez cette touche enfoncée,
le curseur continuera à se déplacer vers la fin de la ligne physique
sur l'écran et descendra se positionner au commencement de la
ligne suivante .à gauche de l'écran. Comme sa touche de
contrepartie, la touche de la flèche gauche, cette touche seule ne
peut effacer les caractères, mais fait passer le curseur en-dessous
d'eux.
Touche d'insertion
Lorsque vous pressez cette combinaison de touches, un espace
est inséré à l'emplacement du curseur et tous les caractères à
partir du curseur se déplacent d'un caractère vers la droite. La
touche
ne fonctionne que pour un seul caractère. Vous
devez presser la touche
chaque fois que vous
désirez insérer un caractère.
Touche d'espacement arrière
La touche QE| (espacement arrière) déplace le curseur vers le
caractère de gauche, efface le caractère ou l'espace situé à cet
emplacement et rapproche tous les caractères suivants jusqu'à
la position du curseur.
30 FONCTIONNEMENT
Touche de nettoyage
Une pression sur la touche
(nettoyage) efface la ligne
complète où le curseur est positionné et affiche le caractère de
sollicitation du système au début de la ligne en tant que signal pour
que vous commenciez à taper à nouveau. Le curseur réapparaît
après le premier caractère que vous tapez.
Mode INSERT/OWERWRITE
d'écriture)
(Mode
insertion/superposition
La combinaison de ces touches de service commute à volonté les modes
d'édition de texte INSERT ou OVERWRITE. La valeur par défaut à la
mise sous tension est en mode OVERWRITE dans lequel les caractères
à partir de la position du curseur vers la droite sont effacés tandis que
vous tapez par-dessus. Lorsque vous appelez le mode INSERT, les
caractères rajoutés seront "insérés" dans la ligne à la position précédent
le curseur. Tous les caractères à droite du curseur seront déplacés en
conséquence pour faire place aux caractères insérés. Notez que le
curseur clignote plus rapidement lorsque le mode INSERT est spécifié.
Voici quelques points à garder à l'esprit lorsque vous avez des problèmes en tapant ou en
éditant :
Les fonctions secondaires qui sont imprimées dans les cases de l'ordinateur
au-dessus des touches elles-mêmes ne sont effectives que lorsque la touche
est tout d'abord enfoncée. Donc, si vous oubliez par erreur
d'enfoncer la touche
par exemple avant INS (insertion) ou DEL
(effacement, l'utilisation de ces touches ne fera que de déplacer le curseur
vers la droite ou vers la gauche. Vérifiez la ligne de statut pour vous assurer
de la présence du symbole SHIFT.
La pression sur la touche
affecte seulement la frappe du caractère
suivant. Pour insérer ou effacer une série de caractères (telle qu'un mot
complet), vous devez presser la touche
pour chaque
caractère ou utiliser la touche
Une fois que vous commencez à taper, le curseur se positionne de lui-même à
l'emplacement suivant après chaque caractère tapé. Ainsi, le caractère que vous
vous préparez à taper commence toujours à la position occupée par le curseur.
Autrement dit, lorsque vous déplacez le curseur avant un effacement ou une
insertion, ces actions commenceront à partir de la nouvelle position du curseur.
L'AFFICHAGE DU PC-1600 31
•Pour une correction rapide des introductions courtes, repositionnez simplement
le curseur au commencement de la partie inutile et retapez par-dessus. Retaper
par-dessus efface seulement les caractères aux endroits recouverts. Cette
manipulation n'insère ou n'efface automatiquement aucun espace et ne déplace
pas d'un caractère le reste de la ligne que vous retapez.
•La pratique de la frappe et de l'édition est la meilleure manière de connaître
son clavier. Utilisez les notes de ces pages pour vous rafraîchir
la mémoire lorsque vous avez des difficultés.
Réglage de l'heure et de la date
L'horloge en temps réel dans le PC-1600 vous permet d'utiliser les commandes BASIC
pour mettre l'ordinateur sous tension à une heure et un jour précis, faire retentir une
alarme ou afficher un message sur l'écran.
Cette section vous montre comment régler l'heure et le jour réels. Ultérieurement, vous
pouvez afficher l'heure chaque fois que vous le désirez ou que vous voulez écrire des
programmes qui impliquent l'heure exacte pour exécuter des opérations.
Les commandes BASIC qui sont utilisées pour les fonctions se rapportant à l'heure sont
TIME, TIME$, DATES, WAKE$ et ALARM$. Voyez le Dictionnaire des commandes
BASIC pour la description complète de ces commandes.
Une de ces commandes, TIME, est utilisée dans les phases suivantes pour régler l'heure
et la date à l'origine. Vous utiliserez également cette commande chaque fois que vous
voudrez simplement voir l'heure exacte.
Pour régler l'heure et la date réels:
1Avec l'ordinateur sous tension, assurez-vous tout d'abord que le mode d'exploitation
est spécifié sur RUN ou PROgramme. Utilisez la touche
si nécessaire.
2Quand le caractère de sollicitation du système > apparaît, tapez TIME=. N'utilisez pas
d'espaces et n'oubliez pas le signe égal (=). L'ordinateur est maintenant prêt à
accepter les chiffres de la date et de l'heure.
3Le format des nombres correspondant à la date et à l'heure est de deux chiffres pour
le mois, le jour, l'heure, les minutes et les secondes. Remarquez le point décimal entre
les heures et les minutes sur l'illustration.
32
FONCTIONNEMENT
4Vous devez inclure un 0 avant chaque chiffre pour tous les nombres de 1 à 9 (donc, tapez 01
à 09). N'oubliez pas le point décimal entre les heures et les minutes et ne laissez aucun
espace. Utilisez l'affichage officiel à 24 heures où minuit est 00, midi est 12, 6 heures du soir
18, etc.
5L'illustration suivante vous montre un exemple du réglage de l'heure et de la date pour le mois
de mai (05), le 24e jour (24), à 2 heures de l'après-midi (14), 10
minutes (10) et 40 secondes (40). L'année ne peut être spécifiée.
6 Tapez maintenant de 01 à 12 pour le mois, de 01 à 3.1 pour le jour, de 00 à 23 pour les
heures, un point pour introduire le point décimal, de 00 à 59 pour les
minutes et finalement de 00 à 59 pour les secondes.
7 L'ordinateur affichera l'heure à la seconde où vous pressez la touche
Vous
pouvez trouver plus facile de synchroniser la pression de la touche
avec le 4e top de l'horloge parlante. Toute autre horloge ou montre suffira si vous
n'êtes pas très exigeant sur la précision des secondes.
8 Maintenant, quand vous êtes prêt, pressez la touche
l'heure et la date.
pour spécifier
9 Toutes les fois que vous désirez lire l'heure, tapez simplement T I M E et pressez la
touche
Le signe égal (=) n'est pas nécessaire. Quand vous procédez à cette
opération, l'écran se présente d'une manière un peu différente, avec l'heure et la date
affichées sur la ligne suivante à l'extrême droite de l'écran. Pour les autres utilisations
de l'heure et de l'horloge, voyez les commandes mentionnées dans le Dictionnaire des
commandes. Voici à quoi l'écran ressemble quand vous affichez l'heure et la date
réelles.
L'AFFICHAGE DU PC-160C
CALCULS SUR LE PC-1600 35
Calculs sur le PC-1600
Ce chapitre vous indique comment exécuter une variété de calculs sur votre ordinateur
PC-1600. Avec son clavier numérique séparé, le PC-1600 vous permet de faire des calculs
simples rapidement, comme si vous utilisiez une calculatrice de poche. Et, quand l'ordinateur
est connecté à l'une des imprimantes en option, CE-1600P ou CE-150 (avec le MODE 1), la
commutation d'un interrupteur situé sur l'imprimante vous permet d'imprimer vos calculs et leurs
résultats tandis que vous travaillez. Dans ce sens, cette combinaison de votre ordinateur
PC-1600 et son imprimante ressemble davantage à une machine à additionner avec une sortie
imprimée. Egalement à des niveaux avancés, les opérations de fonctions du langage de
programmation BASIC incorporé dans l'ordinateur vous permettent d'effectuer des calculs
dans les programmes.
Si vous faites des fautes de frappe, reportez-vous à la section Fonctions des touches d'édition
du chapitre 4.
Spécification du mode
Spécifiez le mode RUN pour utiliser l'ordinateur d'après ce chapitre. Lorsque vous écrirez
ultérieurement vos programmes en utilisant les fonctions de calculs du PC-1600 en
BASIC, vous spécifierez le mode PROgramme. Voyez la section de
Référence du langage BASIC pour ce niveau avancé d'opérations.
Vérifiez la ligne d'état au sommet de l'écran pour vous assurer que le symbole RUN
est bien affiché. Pressez si nécessaire la touche
pour spécifier le
mode RUN.
Fonctions des touches
Cette section introduit l'utilisation des touches numériques et décrit leurs fonc
tions et caractéristiques spéciales.
Touche ENTER
La touche
comme vous l'avez appris dans les sections
précédentes, est un signal à l'ordinateur qu'une séquence
d'introduction est complète et qu'il doit prendre l'action ou
l'exécution de la donnée qu'il a reçue. Dans les calculs simples, la
touche
est utilisée à la place du signe "égal", ce qui
signifie, retourner le résultat de l'expression. Ne pressez pas la
touche
(égal) pour exécuter des calculs car cette fonction de
touche est réservée à un usage spécial en BASIC.
36 FONCTIONNEMENT
Touche astérisque
La touche astérisque renvoie la fonction de multiplication,
habituellement indiquée par le symbole arithmétique x.
Touche barre oblique
La touche barre oblique renvoie la fonction de division, indi quée
autrement par le symbole arithmétique -s-.
e
Touche E
La touche
de caractère est utilisée pour introduire les
nombres en représentation scientifique avec les exposants
Exemples de calculs
Voici quelques exemples de calculs sur le PC-1600. Ils montrent la représentation
conventionnelle des expressions, les touches nécessaires pour les introduire dans
l'ordinateur et les résultats affichés sur l'écran. Essayez-les sur votre PC-1600 pour
vous familiariser avec les touches et leurs fonctions. Le dernier exemple montre
comment les opérations en BASIC incorporé fonctionnent avec l'ordinateur. Après
avoir exécuté ces calculs, essayez-en quelques-uns des vôtres. Notez qu'après qu'une
équation est exécutée et son résultat affiché, l'équation suivante que vous introduisez
apparaît sur la ligne suivante tandis que l'écran roule vers le haut.
Exemple 1
2 + 3x4 = ?
2 + 3*4
Pressez
:
Résultat:
14
Exemple 2
36 -î- (1 + 2 ) = ?
Pressez
:
36/(1 +
2)
Résultat
12
CALCULS SUR LE PC-1600 37
Exemple 3
Pressez:
5E3 / 4E - 3
Résultat:
1250000
Exemple 4
sin2 30° = ?
Pressez:
Résultat:
0,25
Calculs en série
Comme vous l'avez remarqué à partir des exemples précédents, l'expression que vous
introduisez apparaît sur la ligne supérieure de l'écran. Quand vous pressez la touche
le résultat est affiché sur la droite, à la fin de la ligne suivante.
Vous pouvez utiliser ce résultat en tant que première introduction du calcul suivant en
pressant une touche de fonction numérique, sans retaper ce résultat.
L'illustration ci-dessous montre ce qui se produit sur l'écran lorsque vous enchaînez
les résultats en des calculs en série. Notez que vous n'avez pas besoin de retaper le
résultat, il apparaît automatiquement au commencement de la ligne suivante tandis
que vous introduisez les fonctions numériques. Lorsque vous atteignez la ligne du bas,
l'écran roule d'une ligne vers le haut pour laisser un espace pour l'expression ou le
résultat suivant.
Essayez d'introduire les mêmes nombres dans l'illustration et regardez ce qui
arrive dans votre PC-1600.
Lorsque vous pressez ces touches
Pressez:
12/6
L'écran se présente comme cela ...
38
FONCTIONNEMENT
Fonction de rappel
Dans le chapitre 4 vous avez appris comment utiliser les touches fléchées à droite et à
gauche pour déplacer le curseur et éditer vos entrées. Il y a deux autres usages
pratiques de ces touches durant les calculs directs,
La fonction de rappel vous permet d'afficher à nouveau et de revenir à une équation
exécutée pour réintroduire les valeurs ou faire d'autres changements.
Cette caractéristique peut également être utilisée d'une manière légèrement
différente après qu'un code ERROR est affiché. Vous trouverez plus d'informations sur
les codes ERROR dans la section suivante.
Vous pouvez revenir à tout moment à une équation après avoir vu le résultat, et
apporter quelques changements dans les entrées. Ceci peut être pratique pour
essayer quelques modifications "WHAT IF" simples pour voir quels effets ont les
nouvelles valeurs sur les résultats des calculs. Ou, quand les résultats produits ne
semblent pas corrects, il se peut qu'une valeur erronée ait été introduite à un point de
l'équation et nécessite une correction.
Après que vous avez pressé la touche
pour exécuter un calcul, le résultat est
affiché à la fin de la ligne suivante. Si vous désirez revenir à l'équation elle-même,
pressez la touche
(flèche à droite) pour afficher à nouveau l'équation avec son
curseur positionné sous le premier caractère. Autrement, la pression de la touche
(flèche à gauche) positionne le curseur sous le dernier caractère.
Vous pouvez alors déplacer le curseur à l'aide des touches
ou
à la position que
vous désirez et suivre les procédures que vous avez apprises dans la section
sur les Fonctions des touches d'édition, dans le chapitre 4.
CALCULS SUR LE PC-1600 39
Vous avez maintenant apporté les changements nécessaires pour afficher à
nouveau l'équation, pressez
pour l'exécuter à nouveau. Cette fois, le
résultat sera affiché sur la ligne après la ligne sur lequel le curseur était durant l'édition.
Le résultat se superposera à une partie de l'équation occupant la ligne.
Codes d'erreurs
Tandis que l'ordinateur essaye d'exécuter l'équation que vous avez introduite, il va tout
d'abord vérifier que l'introduction de l'expression est bien validée. Si votre entrée est
incorrecte, l'ordinateur n'exécutera pas le calcul, mais affichera un code ERROR sur la
ligne suivante, à la place du résultat.
Tout d'abord, vérifiez la liste des codes ERROR dans l'Annexe F pour trouver sa
signification et vérifiez également l'équation elle-même.
Une erreur typique très simple est l'omission des parenthèses ( ) dans un calcul
composé. Si un code d'erreur est affiché, vous devez procéder au vidage avant de
continuer à utiliser l'ordinateur.
Choisissez une de ces deux manières pour traiter une erreur :
• En tant que variation de l'utilisation des touches fléchées de la précédente section
sur la Fonction de rappel, pressez
ou soit
vider le code ERROR et afficher à
nouveau l'équation. Cette fois le curseur sera positionné au point où l'erreur se
trouve.
Vous pouvez alors corriger l'erreur et ré-exécuter le calcul en pressant la touche
Ou si, après avoir vérifié l'équation, vous désirez la réintroduire complètement, une
pression sur n'importe laquelle des touches suivantes videra le code ERROR
comme l'équation de l'écran et de la mémoire de l'ordinateur.
Rappelez-vous que vous devrez alors introduire l'équation à nouveau. Ceci peut
être un inconvénient pour les équations longues et compliquées, aussi, décidez
pour quelle procédure vous désirez opter. Si vous désirez la réintroduire, pressez :
Puis tapez l'équation à nouveau et exécutez-la en pressant la touche
40 FONCTIONNEMENT
Les codes ERROR dont il est question dans ce chapitre concernent la validité ou
l'inconsistance des introductions durant les calculs. Rappelez-vous que le PC-1600
peut afficher au même moment d'autres codes ERROR pour des raisons diverses
telles que l'avertissement de l'épuisement des piles. Vérifiez toujours la liste du code
des erreurs pour en trouver la signification avant d'entreprendre quoi que ce soit.
Opérations des fonctions BASIC
Votre PC-1600 dispose d'un nombre de fonctions incorporées qui apportent une
réduction des calculs en mode direct comme dans les programmes. Deux de ces
fonctions, Sinus et Degré, ont été brièvement introduites dans les exemples de calculs.
La liste qui suit montre toutes les fonctions qui sont disponibles dans le BASIC de
l'ordinateur. Pour une description complète de chacune d'elles, voyez le Dictionnaire des
commandes BASIC, dans la partie IV de ce manuel. Vérifiez aussi les chapitres se
rapportant à la section de Référence du langage BASIC pour plus de détails sur
l'utilisation de ces expressions et opérateurs et sur l'évaluation prioritaire des
expressions arithmétiques.
Les fonctions suivantes sont incorporées dans le BASIC de votre PC-1600:
ABS
ACS
ASN
ATN
COS
DEG
DMS
EXP
INT
Valeur absolue
Arc cosinus
Arc sinus
Arc tangente
Cosinus
Décimal/degré
Degré/décimal
Exposant
Nombre entier
LN
LOG
PI
RND
SGN
SIN
SQR
TAN
Logarithme neperieu
Logarithme décimal
Valeur de pi
Nombre aléatoire
Signe
Sinus
Racine carrée
Tangente
Les valeurs introduites pour les fonctions trigonométriques peuvent être des valeurs en
degrés, radians ou gradients selon la spécification de DEG, RAD ou GRAD.
UTILISATION DES INTERFACES ET
DES EQUIPEMENTS E/S EN OPTION
La clé de la flexibilité de votre ordinateur de poche
PC-1600 est son aptitude à s'élargir en un système à
caractéristiques complètes, compact, utilisant une
variété équipements E/S en option.
Les sections de cette partie offrent une description
introductive des équipements individuels, des
références aux commandes BASIC utilisées pour les
faire fonctionner et des notes spéciales sur les
connexions et la gestion des erreurs.
Le chapitre 7 est une description de la compatibilité
des équipements périphériques de l'ordinateur
PC-1500 qui peuvent être utilisés avec le PC-1600.
41
ELARGISSEMENT DU PC-1600 43
6 Elargissement du PC-1600
Ce chapitre vous indique comment constituer votre système à partir de votre ordinateur
de poche PC-1600, en utilisant les nombreux équipements en option de SHARP. Vous
pouvez utiliser ces adjonctions pour créer le système compact décrit dans les pages
suivantes.
Vue d'ensemble du système
Votre ordinateur SHARP PC-1600 renferme une grande puissance et de nombreuses
caractéristiques pour sa taille. Il est même encore plus universel quand il est raccordé à
un ensemble d'équipements en option spécialement conçus, aussi bien qu'aux options
compatibles du PC-1500. A partir de votre ordinateur PC-1600, vous pouvez constituer
un système compact pour manipuler une variété de besoins de traitement des
données, de stockage et de sorties.
Cette section du manuel vous présente brièvement les options disponibles et
mentionne les points-clés que vous devez garder à l'esprit en utilisant ces
équipements. Pour des explications détaillées, référez-vous toujours aux manuels de
fonctionnement accompagnant ces équipements individuels.
L'ordinateur lui-même est caractérisé par trois ports d'interfaces standards : série
RS-232C, série optique et entrée analogique. Ces ports sont utilisés pour connecter
l'ordinateur directement sur des équipements externes comme les imprimantes,
modems ou détecteurs.
L'addition des modules de RAM dans l'un ou les deux logements au dos du PC-1600
vous permet d'élargir la mémoire interne de 16 K à un maximum de 80 K et, avec le
choix d'un module de programme, vous pouvez écrire et stocker vos programmes et les
connecter dans l'ordinateur selon vos besoins.
L'ordinateur PC-1600 est conçu pour une connexion directe sur l'imprimante
CE-1600P en option pour les sorties sur papier des programmes, des textes et des
graphiques en quatre couleurs. L'unité intégrée, ordinateur et imprimante, fournit la
base sur laquelle les autres options viennent se connecter.
L'unité de disque CE-1600F est un une adjonction utile pour un grand stockage des
programmes et données et se monte directement sur le corps de l'imprimante pour
donner forme à une configuration de base de votre système compact.
Une autre caractéristique clé de votre ordinateur PC-1600 est sa compatibilité avec
l'ordinateur de poche SHARP PC-1500. Cela signifie qu'il ne partage pas seulement les
programmes et commandes BASIC du PC-1500, mais aussi qu'il est connectable
44 UTILISATION DES INTERFACES ET DES EQUIPMENTS E/S EN OPTION
sur ses équipements E/S en option. Ces derniers comprennent un enregistreur à
cassette, des modules de RAM, une imprimante et des interfaces parallèle et série.
Cette illustration montre la variété des connexions possibles pour constituer votre
système d'ordinateur de poche. Les équipements compatibles du PC-1500 sont décrits
dans le chapitre 7, Utilisation des périphériques du PC-1500.
Configuration du système ordinateur
de poche SHARP PC-1600
ELARGISSEMENT DU PC-1600 45
Module d'expansion de RAM
Vous pouvez élargir la mémoire interne RAM de 16 K de votre PC-1600 en enfichant
des modules RAM dans les deux logements situés dessous l'ordinateur. Cette section
décrit les types et l'utilisation de ces modules, donne les points-clés pour la connexion et
l'utilisation et liste les commandes BASIC et les codes ERROR s'y rapportant.
LOGEMENT 1
LOGEMENT 2
Logements 1 et 2 des modules dessous le PC-1600
Les modules RAM sont disponibles sous deux formes : les modules de mémoire, qui
sont des mémoires d'extension pour la RAM incorporée de l'ordinateur et les modules de
programmes qui ont une touche de protection en écriture et une pile de sauvegarde
interne. Les modules de programmes vous permettent d'utiliser la mémoire en tant que
mémoire de programme pour écrire et stocker les programmes que vous pouvez
connecter sur l'ordinateur quand c'est nécessaire. Une des caractéristiques des
modules de programmes CE-161 et CE-1600M est qu'ils peuvent être utilisés en tant
que disque RAM sur lesquels vous pouvez écrire et lire des fichiers de données comme
sur un disque.
Le tableau suivant compare les caractéristiques des modules RAM disponibles pour
votre ordinateur PC-1600.
CE-151
CE-155
CE-159 CE-161 CE-16QQM
Type de module:
Module mémoire
Module programme
Capacité Utilisation:
Mémoire d'extension
Mémoire de programme
Disque de RAM
Sauvegarde par pile Touche
protection écriture Utilisé en
logement 1/2
46
UTILISATION DES INTERFACES ET DES EQUIPMENTS E/S EN OPTION
Points-clés
1 Mise hors tension Mettez toujours
ou de remplacer les modules de RAM.
l'ordinateur
hors
tension
avant
d'installer
Quand l'ordinateur est hors tension, la caractéristique sauvegarde de mémoire protège le
contenu de la mémoire des modules d'extension de RAM aussi bien que de la RAM interne de
l'ordinateur.
2Mise sous tension N'enlevez jamais un module de RAM quand l'ordinateur est sous tension.
Lorsque vous mettez l'ordinateur sous tension après avoir monté un module de RAM pour la
mémoire d'extension, l'ordinateur affiche un message vous rappelant de vider et de
réinitialiser la zone mémoire modifiée. Ce message n'est pas affiché pour les modules de
programmes utilisés en mémoire de programme ou disque de RAM. Reportez-vous à la section
Mise sous tension du chapitre 3.
3Logements des modules II y a deux logements de modules de RAM en dessous de
l'ordinateur. Notez que vous devez utiliser le logement 1 quand vous ne montez qu'un module
de RAM pour la mémoire d'extension. Reportez-vous à la section Mise sous tension du
chapitre 3.
4Manipulation des modules Ne touchez jamais les connecteurs sur les modules ou à l'intérieur
des logements. L'électricité statique présente un danger réel pour la mémoire de l'ordinateur.
Dans les pièces moquettée et quand l'hiver est sec, assurez-vous de bien de bien libérer la
charge statique en touchant le bouton d'une porte ou tout objet similaire en métal avant de
manipuler les modules.
5 Touche protection d'écriture Les modules de programme ont une touche
protection en écriture pour éviter les changements des données ou programmes
dans la mémoire.
Positionner cette touche sur OFF avant d'utiliser un module de programme pour la mémoire
d'extension.
6Sauvegarde sur pile Les modules de programme ont des piles au lithium pour préserver les
données et les programme en mémoire quand le module est enlevé de l'ordinateur. Les
modules de mémoire qui ne disposent plus de cette pile de sauvegarde perdent le contenu de
la mémoire quand le module est remplacé.
7Commande IIMIT Les modules de RAM peuvent être utilisés de trois manières : les modules
de mémoire pour élargir la zone mémoire de l'utilisateur et les modules de programmes en
tant que mémoire programme exclusive ou disque RAM. Utilisez la commande INIT en BASIC
pour désigner l'utilisation de ce module.
ELARGISSEMENT DU PC-1600
47
8 Pour référence
Référez-vous au manuel de fonctionnement du module pour toute information
sur:
Les instructions détaillées sur l'utilisation et les soins à apporter; les spécifications;
le remplacement de la pile dans les modules de programmes.
Voyez ce manuel de fonctionnement pour les informations sur:
Les commandes se rapportant au BASIC; les conditions de mise sous ou hors
tension; les logements des modules; les notes de remplacement.
Commandes des fichiers sur disque de RAM
Les commandes suivantes sont pour utiliser un module de programme comme disque
de RAM. Notez que ces commandes sont les mêmes que les commandes de fichiers
utilisées pour les disques. Notez que TITLE, la dernière commande de la liste, est
utilisée pour sélectionner un module de programme mais ne peut être utilisée quand le
module est un disque de RAM. Pour une description complète de chaque commande,
reportez-vous au Dictionnaire des commandes BASIC à la PARTIE IV de ce manuel.
Commande
Description
BLOAD
Charge le programme langage machine du disque de RAM en
mémoire.
BSAVE
Sauvegarde le programme langage machine de la mémoire au
disque de RAM.
CLOSE
Termine l'accès à un fichier.
COPY
Copie un fichier vers ou d'un disque de RAM et un équipement E/S
externe.
EOF
Renvoie la valeur indiquant la fin du fichier durant une introduction à
partir d'un fichier en série.
FILES
Affiche les informations de répertoire pour les fichiers spécifiés.
INIT
Initialise et spécifie l'usage des modules de RAM.
INPUT#
Lit les articles à partir d'un fichier en série.
KILL
Efface un fichier sur le disque de RAM.
LFILES
Liste les informations du répertoire sur des fichiers spécifiés sur disque
de RAM vers l'imprimante CE-1600P ou les accès séquentiels.
48 UTILISATION DES INTERFACES ET DES EQUIPMENTS E/S EN OPTION
LOAD/LOAD*
Charge un fichier d'un disque de RAM en mémoire.
LOC
Renvoie le nombre d'enregistrements lus ou écrits depuis l'ouverture
du fichier.
LOF
Renvoie la taille du fichier en octets.
MAXFILES
Spécifie un nombre maximum de fichiers qui peuvent être ouverts
en même temps.
NAME
Change le nom d'un fichier
OPEN
Valide l'entrée et la sortie des données vers ou en provenance d'un
fichier sur disque de RAM.
Print# SAVE/
Inscrit une donnée dans un fichier en série sur disque de RAM.
SAVE*
Sauvegarde les fichiers de données ou de programmes sur disque
de RAM.
SET
Met en ou hors fonction la protection de fichier pour les fichiers sur
disque de RAM.
TITLE
Sélectionne le module de programme dans le logement 1 ou 2 pour
l'introduction ou l'exécution d'un programme. Invalide la commande
quand le module de programme est utilisé en tant que disque de
RAM.
Codes ERROR
Il s'agit d'une liste de codes ERROR qui se rapporte directement à l'utilisation des
modules de RAM. Reportez-vous aussi aux codes ERROR des disques et fichiers
dans la section sur l'unité de disque. Les codes des erreurs sont résumés dans
l'Annexe F.
Codes
Description
27
Commande illégale. Le périphérique adressé n'est pas connecté.
101
Invalide le nom de l'équipement spécifié par les instructions TITLE
ou NEW.
102
Invalide la sélection de l'équipement, (l'équipement n'est pas
connecté).
103
La mémoire du module de RAM est pleine. Les paramètres INIT ne
peuvent être spécifiés.
ELARGISSEMENT DU PC-1600 49
Interfaces série
Le PC-1600 est doté de deux interfaces série incorporées :
RS-232C et optique. Les sections suivantes décrivent l'utilisation des port série,
donnent les listes des spécifications et des brochages de connecteurs, puis donnent
un résumé des commandes BASIC et des codes ERROR s'y rapportant.
Port série RS-232C
Le port série RS-232C répond aux normes ElA pour la transmission des données
asynchrones entre votre ordinateur de poche PC-1600 et les autres équipements tels
qu'une imprimante série, un modem, ou un autre ordinateur.
En commandes BASIC, le port RS-232C est désigné sous C0M1: et ne peut être
utilisé en même temps que le port série optique, COM2 :.
Le port série RS-232C sur votre PC-1600 supporte le signal Cl d'un modem
téléphonique pour mettre automatiquement sous tension l'ordinateur, ou recevoir une
interruption.
Port série RS-232C
Points-clés
1Mise hors tension Avant d'effectuer les connexions, mettez toujours l'ordinateur et les
équipements externes hors tension.
2Manipulation Ne touchez jamais les broches des connecteurs sur l'ordinateur, les
câbles ou les équipements externes. Remettez les couvercles des connecteurs quand
ceux ci ne sont pas utilisés.
3Protocole de transmission La transmission des données entre cet ordinateur et les
autres équipements doit être faite selon des paramètres compatibles. Ces paramètres
de transmission sont habituellement spécifiés en commandes BASIC. Voyez la liste
résumée dans cette section et la description complète de chaque commande dans le
Dictionnaire des commandes BASIC.
50 UTILISATION DES INTERFACES ET DES EQUIPMENTS E/S EN OPTION
4Connexion des équipements Assurez-vous qu'un équipement est bien connecté au
port désigné avant de tenter la transmission. Si vous envoyez les données sur un
équipement non existant, l'ordinateur se "bloquera". Pressez la touche
(rupture)
pour réinitialiser sans perdre le fichier.
5Pour référence :
Référez-vous aux manuels de fonctionnement des équipements connectés (autre
ordinateur, imprimante, modem) et les câbles, pour toute information sur :
La communication des paramètres; les spécifications des câbles; les brochages
des connecteurs; les procédures de transmission et de réception des données.
• Voyez ce manuel de fonctionnement pour les informations sur :
Les commandes BASIC en relation; les paramètres et protocoles de
transmission de votre ordinateur PC-1600; les brochages du connecteur
RS-232C; les codes ERROR.
Les valeurs par défauts de l'interface RS-232C
La liste suivante vous donne les valeurs par défaut, ou pré spécifiées des paramètres
de transmission pour l'accès RS-232C, COM1:. Ces valeurs peuvent être changées
par deux commandes BASIC : SETCOM ou PCONSOLE. Voir le Dictionnaire des
commandes BASIC pour les instructions détaillées sur l'utilisation de ces
commandes.
Commande___________Paramètre________________________Valeur par défaut
SETCOM
PCONSOLE
Débit binaire (bps)
Longueur de mot (5-8 bits)
Parité (paire, impaire, non)
Bits d'arrêt (1 ou 2)
Protocole X-ON/OFF
Protocole normal/spécial
(7 bits de données seulement)
Longueur de ligne
Fin du code de ligne
1200
8
Non
1
Oui
Oui
Illimitée
CR
Brochages du connecteur RS-232C
Le tableau suivant liste le nombre de broches RS-232C, les noms des signaux et
symboles avec leur description.
ELARGISSEMENT DU PC-1600
Broche n°_______
Signal__________Symbole____________Description__________
2Transmission des
TXD (SD)
données (sortie)
3Réception des
4Demande de
Ligne de données en série d'un
équipement externe à l'ordinateur.
RTS (RS)
Signal d'intervention de l'ordinateur.
CTS (CS)
Signal d'intervention d'un équipement extérieur à l'ordinateur.
DSR (DR)
Signal d'intervention d'un équipement extérieur à l'ordinateur.
SG
*
Signal d'intervention d'un équi-la
pement extérieur à l'ordinateur.
transmission (sortie)
5Remise à zéro pour
transmission (entrée)
6Ensemble des
données prêt (entrée)
7Signal de mise à
masse
Ligne de données en série depuis l'ordinateur.
RXD (RD)
données (entrée)
8Détection de porteuse CD
Signal d'intervention d'un équipement extérieur à l'ordinateur.
(entrée)
9
51
Indicateur d'appel
(entrée)
Cl
Signal d'intervention d'un équipement extérieur à l'ordinateur.
10
Tension logique
(sortie)
Vcc
Quand l'ordinateur est ON, la
tension logique Vcc (4 à 4,7 V)
est continue.
14
Terminal des
données (sortie)
DTR (ER)
Signal d'intervention d'un équipement extérieur à l'ordinateur.
NOTES:
1 Les signaux d'intervention de sortie RTS et DTR peuvent être spécifiés rapides ou lents par
commande BASIC. Voyez OUTSTAT dans le Dictionnaire des commandes.
2 Les états rapides ou lents des signaux d'intervention d'entrée CTS, DSR, CD et Cl peuvent
être lus à l'aide de la commande BASIC INSTAT. Voyez INSTAT dans le
Dictionnaire des commandes.
3 Le signal d'intervention d'entrée Cl peut interrompre l'ordinateur quand il est sous tension
comme hors tension. Ce signal commute l'ordinateur sous tension quand celui-ci est arrêté.
Voyez ON PHONE GOSUB, PHONE ON/OFF/STOP et WAKE$ dans le Dictionnaire des
commandes.
52 UTILISATION DES INTERFACES ET DES EQUIPMENTS E/S EN OPTION
Commandes E/S RS-232C
Les commandes suivantes sont pour l'utilisation du port RS-232C, désigné sous
COM1: pour les transmissions des données en série. Pour une description complète
de chaque commande, reportez-vous au Dictionnaire des commandes BASIC à la
partie IV de ce manuel.
Commande
Description
COM$
Renvoie la chaîne des valeurs de paramètres de transmission
spécifiées dans l'instruction SETCOM.
COMn ON/OFF/STOP
INIT
INSTAT
Valide ou invalide les interruptions reçues.
Spécifie la taille du tampon receveur. Renvoie les
valeurs des signaux d'intervention.
ON COMn GOSUB
Provoque l'exécution d'un saut à la ligne spécifiée d'un
Sous-programme quand l'interruption est reçue.
ON PHONE GOSUB
Provoque l'exécution d'un saut au numéro ligne spécifié
quand l'entrée est reçue de la ligne téléphonique.
OUTSTAT
Spécifie l'état rapide ou lent des signaux d'intervention
PCONSOLE
Spécifie la longueur de la ligne et le code EOL.
PHONE ON/OFF/STOP Valide ou invalide les interruptions reçues du modem télé
phonique.
PZONE
Spécifie la zone d'impression pour la sortie avec l'instruction
LPRINT.
RCVSTAT
Spécifie le protocole de liaison reçu et la valeur de temporisation.
SETCOM
Spécifie le protocole de transmission.
SETDEV
Spécifie le port RS-232C pour l'entrée et la sortie.
SNDBRK
Envoie les codes de rupture pour la transmission à deux
entrées.
■•>
SNDSTAT
Spécifie le protocole de liaison envoyé et la valeur de
temporisation.
Codes ERROR
Voici la liste des codes ERROR qui se rapportent directement à l'utilisation des deux
interfaces série : les ports RS-232C (COM1:) et série optique (COM2:) durant la
transmission des données. Les codes ERROR sont résumés dans l'Annexe F.
ELARGISSEMENT DU PC-1600
Code
53
Description
140Paramètre invalide spécifié dans l'instruction SETCOM.
141La taille du tampon receveur spécifiée dans l'instruction INIT est trop large
(supérieure à 16383 octets ou à la mémoire disponible).
142Erreur durant la réception des données (erreur de parité, erreur de dépassement,
erreur de bloc et erreur complète de tampon receveur).
143Erreur de temporisation. Aucune réponse de l'autre partie pour une durée plus
longue que la valeur de temps spécifiée dans les instructions RCVSTAT ou SNDSTAT.
144Le port série spécifié dans l'instruction SETDEV est déjà ouvert.
Port série optique
Votre PC-1600 supporte la transmission des donnée par port série optique vers et en
provenance d'un équipement externe via un connecteur à 5 broches, étiqueté SIO, sur
la droite de l'ordinateur.
Port série optique (SIO)
Cette section décrit les broches du connecteur, donne un résumé des commandes
BASIC et la liste des points-clés pour la connexion et l'utilisation.
L'utilisation du port série optique est identique au port série RS-232C de la norme EIA,
mais il apporte des avantages distincts. L'un d'eux est une vitesse de
transmission plus grande jusqu'à 38400 bauds en mode semi-duplex pour votre
PC-1600.
La transmission optique offre également le moyen d'envoyer et de recevoir des données
série dans les environnements adverses car le câble à fibres optiques, CE-1600L
optique, permet un transfert des données sans parasitage, isolé
électriquement.
54 UTILISATION DES INTERFACES ET DES EQUIPMENTS E/S EN OPTION
En commande BASIC, le port série optique est désigné sous COM2: et ne peut être
utilisé en même temps que le port RS-232C, C0M1 :.
Points clés
1Mise hors tension Avant d'effectuer les connexions, mettez toujours l'ordinateur et les
équipement externes hors tension.
2Manipulation Ne touchez jamais les broches des connecteurs sur l'ordinateur, les
câbles ou les équipements externes. Remettez les couvercles des connecteurs quand
ceuxci ne sont pas utilisés. Les fibres optiques dans le câble sont endommagées quand
le câble est plié, provoquant des erreurs de données et des pertes de transmission. S'il
n'est pas possible d'éviter cette situation, il est préférable d'enrouler le câble plutôt que
de le plier.
3Protocole de transmission La transmission des données entre cet ordinateur et les
autres équipements doit être faite selon des paramètres compatibles. Ces paramètres
de transmission sont habituellement spécifiés en commandes BASIC. Voyez la liste
résumée dans cette section et la description complète de chaque commande dans le
Dictionnaire des commandes BASIC.
4Connexion des équipements Assurez-vous qu'un équipement est bien connecté au
port désigné avant de tenter la transmission. Si vous envoyez les données
sur un équipement non existant, l'ordinateur se "bloquera". Pressez la touche
(BREAK) pour réinitialiser sans perdre le fichier.
5 Pour référence:
• Référez-vous aux manuels de fonctionnement des équipements connectés
(autre ordinateur, etc.) et les câbles, pour toute information sur:
La communication des paramètres; les spécifications des câbles; les brochages
des connecteurs; les procédures de transmission et de réception des données.
• Voyez ce manuel de fonctionnement pour les informations sur:
Les commandes BASIC en relation; les paramètres et protocoles de
transmission de votre ordinateur PC-1600; les brochages du connecteur
RS-232C; les codes ERROR.
Les valeurs par défauts du port série optique
La liste suivante vous donne les valeurs par défaut, ou pré spécifiées des paramètres
de transmission pour le port série optique COM2:. Ces valeurs peuvent être changées
par deux commandes BASIC : SETCOM ou PCONSOLE.
ELARGISSEMENT DU PC-1600
55
Voir le Dictionnaire des commandes BASIC pour les instructions détaillées sur l'utilisation de ces
commandes.
Commande
Paramètre
SETCOM
Débit binaire (bps)
Longueur de mot (5-8 bits)
Parité (paire, impaire, non)
Bits d'arrêt (1 ou 2)
Protocole X-ON/OFF
Protocole normal/spécial (7 bits de
données seulement)
Longueur de ligne
Fin du code de ligne
PCONSOLE
Valeur par défaut
38400
7
Paire
2
Oui
Oui
Illimitée
CR
Brochages du connecteur séquentiel optique
L'illustration suivante montre le câble à fibres optiques CE-1600L et les brochages du
connecteur à 5 broches utilisé pour l'accès séquentiel E/S optique. Le tableau suivant liste le
nombre de broches RS-232C, les noms des signaux et symboles avec leur description.
Brochage du connecteur et du câble à fibres optiques
Description des brochages et des signaux
Broche n°________Signal________Symbole_____________Description____________
1Réception des
(entrée)
2Signal de mise
RD Ligne de données série d'un équipe-données
ment externe à l'ordinateur.
GND
Mise à la terre habituelle. à la terre
3Emission des
SD
Ligne de données série de i'ordina-données
(sortie) teur d'un équipement externe.
4Tension logique
Vcc Quand l'ordinateur est ON, la tension (sortie)
logique Vcc (4 à 4,7 V) est continue.
5Tension logique
Vcc
Identique à ci-dessus.
56 UTILISATION DES INTERFACES ET DES EQUIPMENTS E/S EN OPTION
Commandes E/S série optique
Les commandes suivantes sont pour l'utilisation du port série optique COM2: dans les
transmissions des données série. Pour une description complète de chacune des
commandes, reportez-vous au Dictionnaire des commandes BASIC à la PARTIE IV de
ce manuel.
Commande
Description
COM$
Renvoie la chaîne des valeurs de paramètres de transmission
spécifiées dans l'instruction SETCOM.
COMn ON/OFF/STOP
INIT
ON COMn GOSUB
Valide ou invalide les interruptions reçues.
Spécifie la taille du tampon receveur.
Provoque l'exécution d'un saut à la ligne spécifiée d'un
sous-programme quand l'interruption est reçue.
PCONSOLE
Spécifie la longueur de la ligne et le code EOL.
PZONE
Spécifie la zone d'impression pour la sortie avec l'instruction
LPRINT.
RCVSTAT
Spécifie le protocole de liaison reçu et la valeur de temporisation.
SETCOM
Spécifie le protocole de transmission
SETDEV
Spécifie le port RS-232C pour l'entrée et la sortie.
SNDBRK
Envoie les codes de rupture pour la transmission à deux
entrées.
SNDSTAT
Spécifie le protocole de liaison envoyé et la valeur de
temporisation.
Codes ERROR
La liste des codes ERROR communiquée dans le paragraphe concernant le port
RS-232C couvre les erreurs pouvant survenir pour les ports série RS-232C (COM1 :)
et optique (COM2:) Voyez cette liste des codes ERROR quand vous utilisez le port
série E/S optique pour les transmissions de données. Les codes ERROR sont
résumés dans l'Annexe F.
Port d'entrée analogique
Votre ordinateur PC-1600 peut recevoir des signaux analogiques d'équipements
externes tels que des capteurs via un port d'entrée analogique, étiquetée ANALOG
IN, sur la droite de l'ordinateur.
ELARGISSEMENT DU PC-1600 57
Port d'entrée analogique (ANALOG IN)
Cette section décrit les spécifications du port d'entrée analogique et les commandes BASIC s'y
rapportant.
A l'aide des commandes BASIC, vous pouvez convertir les signaux analogiques dans un
niveau numérique équivalent pour enregistrer les mesures en provenance des sources
analogiques et pour initialiser l'exécution des sous-programmes dans un programme.
Caractéristiques électriques
L'utilisation effective du port d'entrée analogique dépend de la combinaison de l'équipement de
la source du signal analogique et de la commande de logiciel en BASIC (ou langage machine)
pour convertir précisément en valeur numérique équivalente. Le tableau suivant liste les
spécifications électriques du port analogique.
Spécifications d'entrée analogique
Tension d'entrée maximum
Plage de tension d'entrée
Niveau numérique converti
4V
de 0 à 2.495 V
de 0 à 255 (8 bits)
(Toute tension d'entrée supérieure à 2.495 V est
convertie à 255.)
Erreur de conversion
3 % ± 2 chiffres
Impédance d'entrée
100 Kohms ± 2%
58 UTILISATION DES INTERFACES ET DES EQUIPMENTS E/S EN OPTION
IMPORTANT: Pour éviter d'endommager l'ordinateur et le port d'entrée analogique, assurezvous de la tension d'entrée est située dans une plage de 0 à 4V.
Commandes d'entrée analogique
Les commandes suivantes sont destinées à l'utilisation du port d'entrée analogique pour
recevoir des données d'un équipement analogique externe. Pour une description
complète
des commandes, reportez-vous au Dictionnaire des commandes BASIC à la partie IV de
ce manuel.
Commande
Description
ADIN ON/OFF/STOP
Valide et invalide les interruptions reçues.
AIN
Retourne une valeur correspondante pour entrer un niveau de tension
analogique.
ON ADIN GOSUB
Provoque l'exécution d'un branchement à un numéro de ligne spécifié
quand la tension d'entrée est en dehors de la plage fixée.
Imprimante avec interface à cassette
L'imprimante CE-1600P apporte à votre ordinateur de poche la capacité d'impressions en
quatre couleurs des textes et graphiques et est une base sur laquelle
vous pouvez connecter d'autres options.
Connexion à l'imprimante CE-1600P
Cette section décrit les points clés pour utiliser l'imprimante et son interface à cassette
incorporée et liste les commandes BASIC et les codes ERROR s'y
rapportant.
ELARGISSEMENT DU PC-1600
59
L'imprimante CE-1600P est conçue pour accepter l'ordinateur PC-1600 selon une
connexion à glissière pour un profil intégré régulier. L'unité de disque CE-1600F en
option est également connectable sur le berceau de l'imprimante de la même manière,
pour compléter votre système de base d'ordinateur de poche.. La connexion directe de
l'imprimante au bus du système de l'ordinateur et la connexion de l'unité de disque
éliminet la nécessité de câbles séparés entre les équipements.
L'imprimante est alimentée par des piles NiCad rechargeables qui alimentent
également l'unité de disque et l'ordinateur aussi, si nécessaire. Un adaptateur CA, le
EA-160, est un accessoire standard pour opérer l'imprimante à partir d'une prise
électrique murale en intérieur ou pour économiser les piles.
Points-clés
1Mise hors tension L'imprimante ne dispose pas d'interrupteur de mise sous et hors
tension. Lorsqu'elle est connectée à l'ordinateur, l'imprimante est alimentée ou non
quand l'ordinateur est mis sous/hors tension. Avant d'effectuer les connexions ou les
déconnexions, mettez toujours l'ordinateur hors tension.
2Manipulation Ne touchez jamais les broches du connecteur de l'imprimante ou le bus
de système de l'ordinateur. Lorsque l'électricité statique devient un problème, éliminezIà en prenant en main un objet métallique. Replacez les couvercles des connecteurs
lorsqu'ils ne sont pas utilisés.
3Piles déficientes Utilisez un adaptateur CA pour recharger les piles de l'imprimante à
l'utilisation initiale. Votre ordinateur PC-1600 dispose de trois moyens pour vous
prévenir que les piles sont déficientes : le symbole BATT sur la ligne d'état de
l'affichage, un message CHECK lors de la mise sous tension et les codes ERROR
durant l'exécution.
4Bouton RESET Lorsque l'ordinateur est connecté à l'imprimante, le bouton RESET
situé sous l'ordinateur n'est plus accessible. Un bouton RESET est équipé au dos du
berceau de l'imprimante pour remplir la même fonction. Reportez-vous au chapitre 3,
Réinitialisation de l'ordinateur.
5 Interface à cassette L'interface à cassette incorporée permet la connexion d'un
enregistreur de données tel que l'enregistreur à cassette CE-152 SHARP en option.
La commande à distance sur l'imprimante vous permet de contrôler la puissance
de l'enregistreur par une commande BASIC. Voyez la section suivante, Utilisation
d'un enregistreur à cassette.
60 UTILISATION DES INTERFACES ET DES EQUIPMENTS E/S EN OPTION
6 Pour référence
Référez-vous au manuel de fonctionnement de l'imprimante CE-1600P pour des
informations sur:
Détails d'utilisation et de soins; remplacement des stylos, mise en place du
papier et réglages; spécifications générales et listes des accessoires.
Voyez ce manuel de fonctionnement pour les informations sur:
Les commandes BASIC se rapportant à l'imprimante; les codes ERROR;
spécification des modes graphique et texte.
Commandes de l'imprimante
Les commandes suivantes sont utilisées pour écrire les données sur l'imprimante,
spécifier diverses valeurs de format d'impression et spécifier les modes d'impres-sin.
Pour une description complère de chaque commande, reportez-vous au Dictionnaire
des commandes BASIC à la PARTIE IV de ce manuel.
Commande
Description
COLOR
Spécifie la couleur du stylo.
CSIZE
Spécifie la dimension des caractères pour l'impression.
GLCURSOR
Déplace le stylo à une position spécifiée en mode graphique.
GRAPH
Spécifie l'imprimante en mode graphique.
LCURSOR
Déplace le stylo à une colonne spécifiée en mode texte.
LF
Alimente le papier le nombre spécifié de lignes.
LLINE
Tire une ligne ou une série de segments de lignes entre des
coordonnées absolues.
LLIST/LLIST*
Liste les lignes de programme à l'imprimante
LPRINT
Sort les données pour l'imprimante.
PAPER
Spécifie la gamme d'impression verticale et le type de papier.
PCONSOLE
Spécifie le format d'impression et le code EOL pour les données à
l'imprimante.
PITCH
Spécifie l'espacement des caractères et la densité verticale des
lignes en mode texte.
PZONE
Spécifie la zone d'impression pour la sortie avec l'instruction
LPRINT.
RLINE
Tire une ligne ou une série de segments de ligne-entre des
coordonnées relatives.
ELARGISSEMENT DU PC-1600
ROTATE
Spécifie l'orientation d'impression des caractères.
SORGN
Spécifie la position du stylo réel en tant qu'origine.
TAB
Déplace le stylo jusqu'à la colonne spécifiée dans le mode texte
TEST
Exécute un essai d'impression en quatre couleurs.
TEXT
Spécifie l'imprimante en mode texte.
61
Codes ERROR
Voici une liste des codes ERROR qui est en relation directe avec l'utilisation de
l'imprimante. Pour le résumé général des codes ERROR, voyez l'Annexe F.
Code
Description
70Le stylo est hors gamme X=-2048, Y-2047
71La forme inverse alimente plus de 10,24 cm dans le mode texte (CE-150
seulement).
72Spécification incorrecte du paramètre TAB.
73Commande interdite dans le mode réel. Commande graphique utilisée en mode texte
et vice-versa.
74Trop de paramètres dans les instructions LLINE et RLINE.
76
Essai de LLIST (lister) une ligne de programme plus longue que
la valeur PCONSOLE de 17 ou moins.
78Piles déficientes, stylo non en place, ou imprimante bloquée. Ne peut exécuter les
commandes LPRINT ou LLINE.
79Signaux couleurs non sortis sur l'imprimante (CE-150 seulement).
80Piles déficientes, imprimante bloquée.
Utilisation d'un enregistreur à cassette
Vous pouvez connecter et exploiter un enregistreur des données, tel que l'enregistreur
à cassette SHARP CE-152, via l'interface sur l'imprimante CE-1600P. L'illustration
suivante montre la connexion du câble sur l'imprimante comme sur l'enregistreur.
Cette section décrit les commandes BASIC pour l'écriture et la lecture des données
vers et en provenance de la bande, et liste les codes ERROR et les points-clés pour la
connexion et l'utilisation.
62 UTILISATION DES INTERFACES ET DES EQUIPMENTS ES EN OPTION
Connexion d'un enregistreur à cassette sur l'imprimante CE-1600P
Pomts-cles
1Mise hors tension Assurez-vous de bien mettre l'ordinateur et l'enregistreur hors
tension avant d'effectuer la connexion des câbles.
2Connexion des câbles L'imprimante CE-1600P dispose de trois jacks sur son côte
gauche pour connecter les câbles en provenance d'un enregistreur à cassette. Les
jacks sont étiquetés : REM (Remote) pour commander à distance de l'alimentation de
l'enregistreur, MIC (Microphone) pour l'écriture, ou l'enregistrement des données de
l'ordinateur sur bande, et EAR (Earphone) pour la lecture, ou reproduction des
données de la bande vers l'ordinateur. Le câble qui vient avec l'enregistreur à cassette
SHARP CE-152 est doté de codes colorés pour faciliter les connexions. Les mini
fiches qui s'adaptent dans les jacks EAR et MIC sont de même dimension. Vérifiez
que vous n'avez pas interverti leurs branchements si vous avez des problèmes.
3Commande à distance Vérifiez que le commutateur REMOTE sur l'imprimante est
bien sur ON si vous voulez pouvoir mettre l'enregistreur sous/hors tension à l'aide de
la commande BASIC RMT ON/OFF.
4Les enregistreurs à cassette autres que SHARP Les enregistreurs à cassette autres
que le SHARP CE-152 peuvent avoir une sortie incompatible avec l'ordinateur
PC-1600. En tant qu'information sur le problème, le code ERROR 44 est alors affiché
durant une tentative de lecture des données en provenance de la bande. Pour
permettre à l'ordinateur de lire à partir de la bande avec l'enregistreur connecté,
introduisez la commande suivante:
POKE&F1A9, 0ËZHH3
ELARGISSEMENT DU PC-1600 63
IMPORTANT: Faites très attention lorsque vous entrez la commande parce que vous effectuez
des changements dans les données du système. Si vous faites une erreur de
frappe et pressez la touche
vous pouvez exécuter une réinitialisation
ALL RESET de l'ordinateur, ce qui remettrait à zéro toutes les mémoires des
programmes et données réels.
Pour restaurer l'ordinateur dans sa capacité d'utilisation du CE-152, introduisez la commande
suivante:
POKE & F1A9, 128
Si vous ne restaurez pas l'ordinateur et essayez d'utiliser l'enregistreur CE-152, le
codes ERROR 44 sera affiché à nouveau.
5 Pour référence:
• Référez-vous aux manuels de fonctionnement de l'imprimante CE-1600P, de
l'enregistreur CE-152 et des autres enregistreurs de données pour des informa
tions sur :
Les connexions et câbles de l'enregistreur, les spécifications, l'entretien et les soins
d'ensemble et les procédures d'exploitation.
• Voyez ce manuel pour les informations sur:
L'utilisation des commandes BASIC pour écrire et lire les données sur et de
la bande; les codes ERROR.
Commande E/S de la bande de cassette
Voici une liste des commandes BASIC que vous pouvez utiliser pour lire et écrire des données
sur et de la bande, vérifiez l'exactitude des données enregistrées sur la bande et mettez
l'enregistreur sous/hors tension à distance, à partir de
l'ordinateur. Pour une description détaillée de chaque commande, voyez le Dictionnaire des
commandes à la PARTIE IV de ce manuel.
Commande
BLOAD
Description
Charge le programme langage machine de la bande en mémoire.
BSAVE
Sauvegarde le programme langage machine de la mémoire sur la bande.
CHAIN
Permet à un programme BASIC de charger et exécuter un autre
programme sur la bande.
CLOAD
Charge en mémoire un programme ou un programme à usage de touche
de fonction à partir de la bande.
64 UTILISATION DES INTERFACES ET DES EQUIPMENTS E/S EN OPTION
CLOAD?
Vérifie l'absence d'erreur d'enregistrement du programme sur la
bande.
CLOADM
Charge le programme langage machine en mémoire à partir de la
bande.
CLOSE
Termine l'accès à un fichier.
COPY
Copie un fichier sur ou depuis une bande et un équipement E/S
externe.
CSAVE
Sauvegarde le programme entier ou en partie de la mémoire sur la
bande.
CSAVEM
Sauvegarde le langage machine de la mémoire sur la bande.
EOF
Retourne la valeur indiquant la fin de fichier durant l'introduction
d'un fichier séquentiel sur la bande.
INPUT#
Lit les items en provenance d'un fichier séquentiel sur la bande.
LOAD/LOAD*
Charge un fichier de la bande en mémoire.
MAXFILES
Spécifie un nombre maximum de fichiers qui peuvent être
ouverts en même temps.
MERGE
Fusionne le programme sauvegardé sur la bande avec un
programme en mémoire.
OPEN
Valide l'entrée et la sortie des données vers ou en provenance d'un
fichier sur la bande.
PRINT#
Ecrit les données sur un fichier à sortie séquentielle sur la bande.
RMT ON/OFF
Valide ou invalide la télécommande d'alimentation de l'enregistreur
à cassette.
SAVE/SAVE#
Sauvegarde les fichiers de données ou de programmes sur la
bande.
Codes ERROR
Voici une liste des codes ERROR qui se rapportent directement à l'utilisation de
l'enregistreur à cassette pour stocker et charger les données. Pour une description
complète de tous les codes ERROR, consultez l'Annexe F.
Code
40
42
Description
Erreur de syntaxe dans la commande de bande.
Mémoire insuffisante pour charger le programme.
ELARGISSEMENT DU PC-1600
43
65
Erreur de vérification de bande. Après avoir exécuté CLOAD?, la copie en
mémoire ne correspond pas à l'original de la bande. Erreur de lecture de
bande possible. Chargez et vérifiez à nouveau.
La frappe ne correspond pas à l'instruction INPUT#. Le type de variable
et le type de donnée ne sont pas compatibles. Essayez de lire une donnée
alphanumérique en donnée numérique ou vice-versa.
Sortie incompatible de l'enregistreur à cassette ou erreur de
lecture de bande.
44
Unité de disque
L'addition de l'unité de disque CE-1600F en option à votre combinaison ordina
teur-imprimante complète le système de base de votre ordinateur de poche.
Connexion d'une unité de disque CE-1600F sur l'imprimante CE-1600P
Cette section décrit les points clés pour la connexion et l'utilisation de l'unité de disque et liste
les commandes BASIC et les codes ERROR s'y rapportant.
Les disques de poche CE-1650F à double face utilisés dans l'unité peuvent stocker jusqu'à 61
K de données sur chaque face, f aisa nt d'eux un outil efficace pour travailler sur un grand
volume de données qui limite l'utilisation de la bande ou des modules programme de RAM.
Même si les disques sont dans un petit format de 2V2", leur large capacité de stockage et les
commandes BASIC similaires les rendent aussi faciles à utiliser que ceux des formats plus
grands.
L'unité de disque elle-même est connectée directement sur l'imprimante, éliminant ainsi les
câbles. Lorsque l'ordinateur et l'unité de disque sont connectés sur l'imprimante, l'unité
complète a alors une apparence intégrée, d'un seul bloc.
■
66
UTILISATION DES INTERFACES ET DES EQUIPMENTS E/S EN OPTION
Points clés
1Mise hors tension Assurez-vous de bien mettre l'ordinateur sous/hors tension avant
d'effectuer la connexion ou la déconnexion de l'unité de disque. Ne touchez jamais les
broches des connecteurs et remettez toujours les couvercles des connecteurs lorsque
ceux-ci ne sont pas utilisés.
2Formatage des disques Les nouveaux disques doivent être mis en format. Les
disques sont à double face et chaque face doit être mise en format séparemment. La
face du disque qui fait face est celle qui est sollicitée. Le disque doit être éjecté puis
retourné pour que l'autre face puisse être sollicitée. Pour mettre le disque en format,
tapez :
INIT"X:" et pressez
Le formatage des disques prend moins d'une minute par face. Quand le témoin
lumineux vert s'éteint, éjectez le disque, retournez-le et répétez la même opération sur
l'autre face.
3Manipulation du disque Tandis que le disque est sollicité, un témoin lumineux vert
s'allume en haut de l'unité. Ne jamais éjecter le disque pendant ce moment, car la
rotation de la tête de l'unité peut endommager le disque et toutes les données
stockées dessus, sans oublier le mécanisme lui-même. De plus, n'éjectez pas un
disque quand un fichier est ouvert.
4Alimentation L'unité de disque n'est pas dotée d'une alimentation autonome et son
courant est fourni par les piles rechargeables de l'imprimante. Si les piles déficientes
font s'allumer le témoin d'avertissement BATT sur la ligne d'état de l'écran, n'utilisez
plus l'ordinateur et connectez l'adaptateur CA pour le rechargement ou directement.
Une utilisation prolongée de l'unité de disque après que le témoin BATT est allumé,
peut engendrer des erreurs et des pertes de données.
5Fichiers Les disques CE-1650F peuvent stocker jusqu'à 48 fichiers, ou 61 K, sur
chaque face. Tous les fichiers sont fermés quand l'ordinateur est mis hors tension,
manuellement en pressant sur la touche
ou en envoyant l'instruction POWER en
BASIC.
6Disques de sauvegarde La version du BASIC utilisée sur votre ordinateur de poche
SHARP PC-1600 reconnaît les noms de deux aiguillages pour l'unité de disque, X:, Y:.
Le nom par défaut est X:, mais vous pouvez spécifier l'autre. A l'aide de ces deux
noms, vous pouvez facilement copier les disques contenant des programmes et
données importants. Notez que vous devez copier les fichiers un par un et spécifier le
nom du fichier d'extension. Le nom du fichier d'extension* ne peut être utilisé pour
spécifier tous les fichiers sur disque pour la copie. Supposons que vous ayez un
disque dans l'unité et que vous l'avez spécifié sur X:. Pour copier un fichier de ce
disque sur un autre disque, tapez la commande suivante :
ELARGISSEMENT DU PC-1600 67
COPY "X: <nom du fichier. * >" TO "Y: <nom du fichier. * >"
Quand vous pressez la touche
cette commande dit à l'ordinateur de
copier le fichier spécifié sur le disque de X: sur le disque de Y:. Comme X: et Y: peuvent
être utilisés dans la même unité de disque, l'ordinateur copiera le fichier
du disque réel en mémoire, puis vous demandera d'insérer le nouveau disque par la
phrase de sollicitation suivante :
Set diskette for Y: (ou vice-versa)
Lorsque vous voyez ce message, éjectez le disque utilisé, insérez le nouveau disque et
pressez
Le fichier spécifié sur le disque d'origine est maintenant
copié de la mémoire sur le nouveau disque de sauvegarde. Quand un fichier est
complètement copié, l'unité de disque cesse de fonctionner, le témoin vert s'éteint et le
caractère de sollicitation > apparaît sur l'écran. Continuez à copier les autres fichiers à
partir du disque d'origine. Quand vous avez terminé, vous pouvez éjecter le disque de
sauvegarde, le mettre de côté et continuer à utiliser l'ordinateur. Voyez COPY et FILES
dans le Dictionnaire des commandes BASIC pour plus d'information sur la copie des
fichiers.
7 Pour référence:
• Référez-vous aux manuels de fonctionnement de l'imprimante CE-1600P et de
l'unité de disque CE-1600F pour les informations sur:
La connexion de l'unité; l'insertion, l'éjection des disques; la protection de
l'écriture; les spécifications; les procédures d'exploitation et les soins généraux.
• Voyez ce manuel de fonctionnement pour les informations sur:
Les commandes. BASIC pour écrire et lire des données sur disque; les codes
ERROR; la création et l'édition des fichiers en BASIC.
Commandes E/S de disque
Voici la liste des commandes BASIC qui sont utilisées pour lire et écrire des fichiers à
partir du et sur le disque. Pour une description détaillée de chaque commande, voyez le
Dictionnaire des commandes BASIC à la PARTIE IV de ce manuel.
68 UTILISATION DES INTERFACES ET DES EQUIPMENTS E/S EN OPTION
Commandes des fichiers de disque
Commande
Description
BLOAD
Charge du disque en mémoire le programme langage machine.
BSAVE
Sauvegarde le langage machine de la mémoire sur le disque.
CLOSE
Termine l'accès à un fichier.
COPY
Copie un fichier sur depuis un disque et un équipement E/S
externe.
EOF
Retourne la valeur indiquant la fin de fichier durant l'introduction
d'un fichier séquentiel sur la bande.
FILES
Affiche les informations de répertoire pour les fichiers spécifiés.
INIT
Initialise et met en format un disque vierge.
INPUT #
Lit les items en provenance d'un fichier séquentiel sur la bande.
KILL
Efface un fichier sur le disque.
LFILES
Liste les informations de répertoire sur un fichier spécifié sur
disque à l'imprimante ou port série.
LOAD/LOAD*
Charge un fichier du disque en mémoire.
LOC
Renvoie le nombre d'enregistrement écrits ou lus depuis que le
fichier a été ouvert.
LOF
Renvoie la taille d'un fichier en octets.
MAXFILES
Spécifie le nombre maximum de fichiers qui peuvent être
ouverts en même temps.
NAME
Change le nom d'un fichier.
OPEN
Valide l'entrée et la sortie des données vers ou en provenance
d'un fichier sur disque.
PRINT#
SAVE/SAVE*
SET
Ecrit les données pour un fichier séquentiel sur disque.
Sauvegarde les fichiers des programmes ou des données sur
disque.
Valide et invalide la protection des fichiers sur disque.
ELARGISSEMENT DU PC-1600
69
Codes ERROR
Voici une liste des codes ERROR qui se rapportent directement à l'utilisation d'une
unité de disque pour stocker et charger les données. Pour une description complète de
tous les codes ERROR, consultez l'Annexe F.
Code
Description
150Trop de fichiers spécifiés dans l'instruction MAXFILES.
151Le fichier existe déjà. Utilisez un autre nom de fichier.
152Fichier non trouvé. Vérifiez encore la spécification du nom du fichier.
153Numéro de fichier incorrect dans l'instruction lecture ou écriture de fichiers. Le
fichier spécifié n'est pas encore ouvert.
154
Le fichier est déjà ouvert. Fermez-le et ouvrez-le à nouveau dans
un autre mode.
155Nom d'unité de disque interdit, ou unité de disque non connectée.
156Spécification de paramètre incorrecte dans l'instruction SET.
157Nom de fichier interdit, ou spécification incorrecte.
158Commande non soutenue. Commande invalide pour l'unité de disque.
159Tentative pour écrire sur un disque à l'écriture protégée.
160Le disque n'est pas dans l'unité de disque spécifiée.
161Le disque n'est pas mis en forme avec l'instruction INIT.
162Erreur de lecture ou d'écriture de disque.
163Mauvais disque dans l'unité de disque. Les disques ont été changés quand le
fichier était ouvert.
164Erreur de disque plein.
165Fin du fichier atteinte avec l'instruction du numéro INPUT. Toutes les données ont
été lues.
166Mémoire insuffisante pour la zone de travail du disque. L'espace libre n'est pas
suffisant dans la mémoire interne de l'ordinateur pour le système E/S de l'unité de
disque.
167Erreur fatale au disque. Tout le contenu est détruit ou altéré.
168Pile déficientes sur l'imprimante ou faute du matériel de l'unité
de disque.
UTILISATION DES PERIPHERIQUES DU PC-1500 71
Utilisation des périphériques du
PC-1500
La clé de la flexibilité de votre PC-1600 est sa compatibilité avec l'ordinateur de" poche SHARP
PC-1500. Cela signifie qu'il peut partager la plus grande partie des équipements périphériques
du PC-1500. Ces options sont rapidement décrites dans les pages qui suivent. Consultez votre
concessionnaire SHARP pour la disponibilité et les conseils sur leur fonctionnement. Tous les
équipements en option sont pourvus de manuels. Lors de l'utilisation de ces équipements avec
votre PC-1600, vérifiez bien tous les détails dans les manuels.
Dans ce manuel, nous avons déjà fait référence à certaines de ces options, les modules de
RAM et l'enregistreur à cassette. Notez que votre PC-1600 peut fonctionner comme le PC-1500
lorsqu'il est spécifié en MODE 1. Pour toute information complémentaire, voyez le chapitre 9
dans la section de Référence du langage BASIC.
Consultez aussi l'Annexe H sur la compatibilité des commandes BASIC et des périphériques
entre le PC-1600 et le PC-1500.
Voice une liste des périphériques du PC-1500 que vous pouvez utiliser avec votre PC-1600.
CE-150
Imprimante avec interface à cassette
Une version plus petite de l'imprimante CE-1600P; Offre une impression
des textes et des graphiques à quatre couleurs; l'interface à cassette
permet la connexion de deux enregistreurs à cassette.
CE-151
Module de RAM
Module de mémoire de 4 k pour élargir la zone mémoire de l'utilisateur.
CE-152
Enregistreur à cassette
Se connecte sur les interfaces à cassette des imprimantes CE-1600P ou
CE-150, ou sur les unités d'interfaces parallèle ou à cassette CE-162E.
CE-153
Clavier de logiciel
Permet l'assignement des touches de fonctions pour une entrée plus facile
des introductions clavier répétitives du bloc de contact de matrice 10 x 14.
72 UTILISATION DES INTERFACES ET DES EQUIPMENTS E/S EN OPTION
CE-155
Module de RAM
Module de mémoire de 8 k pour élargir la zone mémoire de
l'utilisateur.
• CE-158
Unité d'interface série-parallèle
Fournit l'interface série RS-232C pour la transmission avec les
équipements externes tels qu'un autre ordinateur, modem ou
imprimante. L'interface parallèle Centronics permet la connexion
d'une imprimante parallèle.
• CE-159
Module de RAM
Module de mémoire de 8 k avec commutateur de protection écriture
et pile de sauvegarde.
• CE-161
Module de RAM
Module de mémoire de 16 k avec commutateur de protection
écriture et pile de sauvegarde.
• CE-162E
Unité interface à cassette et parallèle
Permet la connexion d'une imprimante parallèle et d'un enregistreur
des données.
• EA-160
Adaptateur CA
Accessoire standard avec l'imprimante CE-1600P.
• EA-150
Adaptateur CA
Accessoire standard avec l'imprimante'CE-150.
SECTION DE REFERENCE DU
LANGAGE BASIC
Cette partie décrit, sous tous ses aspects, la version
spécialement adaptée du langage BASIC de SHARP,
qui est indispensable pour une polyvalence
incomparable de l'ordinateur de poche PC1600.
Le chapitre 8 présente certains éléments fondamentaux de programmation. Le chapitre 9 donne un
aperçu des différents modes dans lesquels le PC-1600
fonctionne en BASIC. Le chapitre 10 concerne le
concept de traitement général des données et les
fonctions disponibles.
Le chapitre 11 concerne les techniques plus avancées de gestion de fichiers. Le chapitre 12 couvre une
communication sérielle avec d'autres dispositifs. Le
chapitre 13 explique certaines des techniques de mise
au point plus simples.
Le chapitre 14 énumère toutes les commandes et
fonctions en langage BASIC dans un ordre alphabétique.
73
CONCEPT DE BASE DE PROGRAMMATION
75
8 Concept de base de
programmation
Le programme est une série logique d'instructions qui régnent sur le fonctionnement d'un
ordinateur. Ces instructions doivent être écrites en un langage que l'ordinateur est
conçu pour comprendre.
Au niveau le plus complexe, le PC-1600 comprend un langage appelé le "code
machine". Toutefois, grâce au "traducteur" intégré dans le PC-1600, il est possible de
dialoguer avec un langage plus compréhensible pour les utilisateurs et de convertir,
d'une façon automatique et interne, les instructions en code machine pour son propre
usage. Il est aussi possible, pour les utilisateurs avancés, de programmer l'ordinateur
directement par le code machine.
Pour la plupart des gens, le BASIC est cependant un langage de programmation. Le
BASIC comprend environ 200 instructions individuelles référencées en tant que
commandes, instructions ou fonctions. Les règles de grammaire (ponctuation et structure
de phrase) régnant sur la combinaison des instructions individuelles sont appelées
"syntaxe".
Introduction des instructions en BASIC
Il existe deux modes d'introduction pour la plupart des instructions BASIC; le mode
direct et le mode indirect ou programme. En mode direct, les commandes sont
introduites dans l'ordinateur par clavier et exécutées immédiatement après que la
touche
ait été enfoncée. Le résultat d'exécution est immédiat. A l'issue de
l'exécution de la commande, l'ordinateur se trouve prêt à recevoir une autre
commande directe.
Ce mode est similaire au mode de calcul direct décrit dans le chapitre 5 et utile pour un
calcul simple non itératif. Il est aussi utilisé pour délivrer des instructions de
commande aux dispositifs périphériques, tels l'unité de disques. Certaines commandes
ne sont pas disponibles en mode direct. De même, ce mode ne permet d'introduire
qu'une seule commande en une fois. Si plus d'une commande est introduite avant
d'appuyer sur la touche
une erreur en résulte (code d'erreur 1) ou, dans
certains cas, seule la première commande est acceptée.
En mode programme, les commandes sont introduites ensemble de façon à former
quelques lignes, chacune desquelles est affectée, à sa tête, par un numéro dans l'ordre
selon lequel elles doivent être exécutées. Ces lignes de programme sont stockées dans
l'ordinateur en tant que programme, mais non exécutées avant que l'utilisateur ne
spécifie la commande RUN. Une fois la commande RUN.
76 SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
Spécifiée, l'ordinateur commence l'exécution par la ligne de programme d'un numéro
le plus jeune, passe ensuite aux lignes suivantes dans l'ordre et continue de cette
sorte jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de lignes restant à exécuter.
L'encombrement d'un programme, c'est-à-dire le nombre de lignes de programme, est
limité seulement par la capacité de la mémoire de votre ordinateur. Certaines
commandes ne sont pas disponibles en mode programme.
Voici un simple programme en BASIC dont chacune des lignes est numérotée par
palier de 10. C'est une bonne méthode de programmation, car elle permet, si
nécessaire, d'insérer ultérieurement des lignes supplémentaires entre les lignes
existantes.
10 PRINT "CE PROGRAMME EST UN EXEMPLE"
20 PRINT "PROGRAMME BASIC A EXPLIQUER"
30 PRINT "L'UTILISATION DES NUMEROS DE LIGNE"
40 LET A = 2
50 LET B = 4
60 LET C = A + B
70 PRINT C
80 END
La seule différence entre le mode direct et le mode indirect ou programme réside en
pratique dans le fait qu'en mode programme, toutes les commandes et instructions
doivent être précédées d'un numéro de ligne. L'ordinateur exécute automatiquement
la commutation entre les deux modes selon qu'il y a ou non un numéro de ligne.
Cependant, pour exécuter un programme introduit en mode programme, l'ordinateur
doit être réglé au mode RUN par la touche
L'ordinateur signale, par l'affichage
d'un caractère de sollicitation (>) au début de la ligne sur l'écran, qu'il est prêt à
accepter une tâche prochaine soit en mode direct, soit en mode
programme.
Exécution d'un programme
Les programmes ne peuvent être exécutés que lorsque l'ordinateur est sur le mode
RUN. Plusieurs méthodes sont disponibles pour l'exécution d'un programme qui
réside dans la mémoire de l'ordinateur. La méthode la plus courante est de spécifier la
commande RUN. Lorsque cette commande est introduite et que la touche
est enfoncée, l'ordinateur commence l'exécution du programme par sa ligne dotée
d'un numéro le plus jeune dans la mémoire.
Pour le programme donné à titre d'exemple, l'exécution commence par la ligne 10 et
passe à 20, 30 et ainsi de suite, jusqu'à l'instruction END de la ligne 80.
CONCEPT DE BASE DE PROGRAMMATION 77
Introduisez les lignes de programme de 10 à 80 en mode PRO à partir du clavier et
déroulez le programme en permutant le mode en RUN. A noter que si, durant la
programmation, vous appuyez sur la touche
à la fin de chaque ligne,
l'ordinateur insère une colonne après le numéro de ligne.
D'autres méthodes sont disponibles pour commencer l'exécution d'un programme par
une ligne spécifique ou reprendre l'exécution après l'arrêt de l'ordinateur pour une raison
quelconque (voir la description des commandes CONT, GOTO et ARUN sur le
Dictionnaire des commandes).
Etiquettes de programme et touche
Une autre façon très souple de commencer l'exécution du programme est d'utiliser la
touche
située à gauche des touches de fonction, en haut du
clavier. Cette touche permet d'exécuter un programme à partir de l'étiquette
positionnée à sa première ligne. L'étiquette doit être soit une lettre majuscule
correspondant aux touches des deux rangées de fond du clavier
(ASDFGHJKLZXCVBNM), soit
ou
La ligne de programme dotée d'une étiquette apparaît comme suit: 10:
"A"
A noter que l'étiquette A est mise entre guillements et vient juste après le numéro
de ligne.
Le programme qui commence par une étiquette à la première ligne, peut être exécuté
en appuyant d'abord sur la touche
et puis sur la touche correcte de
l'étiquette. Pour le programme donné à titre d'exemple, introduisez à nouveau le numéro
de ligne 10 à partir du clavier. Pour cela, remettez d'abord l'ordinateur en mode PRO,
puis entrez:
10: "A":PRINT "CE PROGRAMME EST UN EXEMPLE"
Lorsque vous appuyez sur la touche
la nouvelle ligne 10 remplace
automatiquement la ligne 10 existante. Maintenant, rétablissez le mode RUN ei
exécutez le programme en appuyant sur les touches
Cette méthode d'exécution d'un programme permet de retenir plusieurs programmes
dans la mémoire de l'ordinateur, ces programmes ayant chacun leui propre étiquette à
la première ligne. Un programme particulier peut être exécuté en spécifiant
correctement son étiquette. Les étiquettes peuvent aussi être utilisées dans de
nombreuses commandes en BASIC pour obtenir rapidement les lignes de programme
spécifiques. Pour de plus amples détails au sujet dt l'utilisation de l'étiquette, se référer
à la description réservée aux commandes LIST, DELETE et MERGE dans le
Dictionnaire des commandes.
78 SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
Affectation de la mémoire
Les zones de la mémoire du PC-1600, mises à la disposition de l'utilisateur pour le
stockage et l'exécution des programmes BASIC, peuvent être affectées et supprimées
par les commandes BASIC. Les commandes correspondantes sont:
CLEAR, ERASE, MEM, NEW, STATUS, TITLE
Quant à l'affectation de la mémoire, se référer également à l'image mémoire dans
l'annexe D.
Zones de mémoire disponibles
La RAM (mémoire vive) intégrée dans le PC-1600 lui-même fournit une zone de 11834
octets, au maximum, à l'utilisateur pour la programmation en BASIC (ou langage
machine). Le PC-1600 possède évidemment d'autres zones de mémoire interne qui
sont cependant utilisées par le système dont le rôle est de gérer le fonctionnement du
PC-1600, de l'unité de disques et des autres dispositifs. Elles ne sont pas
normalement disponibles pour l'utilisateur, sauf pour certaines applications très
spéciales.
1 Zone réservée à l'utilisateur
La zone réservée à l'utilisateur comprend un espace de stockage des variables
utilisées dans un programme et des programmes ayant été chargés dans la mémoire
à partir du disque ou de la bande ou introduits par le clavier. S'il n'y a
aucun module dans le logement d'extension 1 ou 2, la capacité de la zone réservée à
l'utilisateur est de 11834 octets.
CONCEPT DE BASE DE PROGRAMMATION 79
Lorsqu'un module de RAM est inséré soit dans le logement 1, soit dans le logement 2,
pour l'extension de la mémoire, la zone réservée à l'utilisateur est accrue; la zone interne
pour l'utilisateur s'étend dans le module de mémoire. Il en est de même pour le module
de programme qui est inséré en utilisant seulement une partie en tant que mémoire
extensible.
Afin de trouver à tout moment dans quelle mesure est libre la zone réservée à
l'utilisateur, avant ou durant le fonctionnement, utilisez la commande MEM. Cette
commande vous informe seulement de l'espace libre restant encore dans la zone
réservée à l'utilisateur. Ainsi, l'espace restant non occupé dépend de l'encombrement
des programmes stockés dans l'ordinateur même. Si, par exemple, vous avez un
module de mémoire de 4K dans le logement 1, la capacité de la zone réservée à
l'utilisateur est augmentée de 12K à 12K + 4K = 16K. Dans cette condition, quand un
programme BASIC de 3K est chargé dans l'ordinateur à partir du disque, l'espace libre
est réduit à 16K - 3K = 13K. La commande MEM fait alors ressortir la capacité restante
en octet, à savoir 13000 octets environ.
Lorsque l'unité de disques miniature CE-1600F est reliée à l'ordinateur, une partie de la
zone de l'utilisateur est attribuée au système d'entrée/sortie de disques. Il en
résulte que la zone réservée à l'utilisateur pour le stockage des programmes est
réduite à 10810 octets.
2 Zone de stockage des variables
Tant qu'il y a un programme dans la zone réservée à l'utilisateur, il est impossible de
calculer exactement sa capacité restante du fait qu'une certaine partie de la mémoire
est utilisée pour le stockage des variables du programme et que sa taille dépend du
programme lui-même. Toutefois, si vous désirez vider la zone affectée pour le
stockage de ces variables (après avoir exécuté, par exemple, un programme qui
utilise un grand nombre de rangées), spécifiez la commande CLEAR. Pour les détails,
référez-vous au Dictionnaire des commandes.
3 Zone pour le langage machine
Une partie de la zone réservée à l'utilisateur peut aussi être affectée aux programmes
spéciaux en langage machine. Ceci ne concerne cependant que les utilisateurs
avancés; la taille de la partie correspondante est définie par la
commande NEW. Si vous tapez NEW0 après la remise à l'état initial de l'ordinateur, la
zone réservée à l'utilisateur est totalement réinitialisée et aucun espace n'est attribué
aux programmes en langage machine.
Dans ce cas, la commande MEM doit indiquer une zone de l'utilisateur de 11834
octets, exactement.
80 SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
4 Zone pour l'exploitation du système
La zone d'exploitation n'est pas accessible à l'utilisateur. C'est la zone dans laquelle
l'ordinateur suit les étapes d'exécution spécifiées par votre programme.
5 Zone de réserve pour le programme
Cette zone est utilisée pour le stockage des contenus de chaque touche de fonction
programmable. Lorsque l'ordinateur est mis en mode RESERVE par les touches
les programmes spécifiés par les touches de fonction sont
directement chargés dans cette zone spéciale ou peuvent être sauvegardés dans un
dispositif depuis cette zone. La taille de la zone de réserve est fixe.
Fichiers en exécution automatique
La fonction Auto-Run (exécution automatique) permet au langage BASIC, sauvegardé
sur le disque de l'unité CE-1600F ou sur le disque de RAM dans le PC-1600, d'être
exécuté automatiquement lors de la mise sous tension. Afin qu'un programme puisse
être exécuté automatiquement à l'aide de cette fonction, il doit être sauvegardé sous le
nom de AUTORUN.BAS. En ce qui concerne les renseignements détaillés sur les
noms des fichiers, référez-vous au chapitre 11 -Fichiers.
Un programme peut également être exécuté automatiquement à l'aide de la
commande ARUN en BASIC (voir page 135). La différence entre les deux fonctions
est que pour ARUN, le programme doit déjà être dans la mémoire interne du PC-1600
et peut se voir attribuer n'importe quel nom, tandis que pour la fonction AUTORUN, le
programme doit être sur disque ou sur le disque de RAM et doit s'appeler
AUTORUN.BAS.
Afin que votre PC-1600 puisse permettre l'exécution automatique des fichiers,
procédez de la manière suivante :
1.Sauvegardez un programme sous le nom de AUTORUN. BAS soit sur le disque, soit
sur le disque de RAM.
2.A l'aide de la touche
mettez le PC-1600 en mode RUN.
3.Vérifiez que les affichages SMALL et
MODE ne sont pas allumés sur la ligne
d'état. Sinon, la fonction Auto-Run ne pourra être lancée.
4.Mettez hors tension comme d'habitude.
Lorsque vous mettrez l'appareil sous tension la fois suivante, ce message
s'affichaera :
LOAD"X:AUTORUN.BAS",R (si ce fichier est sur disque)
CONCEPT DE BASE DE PROGRAMMATION
81
comme si vous l'aviez tapé vous-même sur le clavier et le fichier sera chargé (voir la
commande LOAD page 228) et le programme exécuté automatiquement. Si le fichier
est sur disque de RAM, S1 ou S2 sera alors affiché à la place de X :
Différents fichiers AUTORUN peuvent être stockés sur un disque et le disque et le
disque de RAM en même temps. Dans ce cas, un fichier AUTORUN sur disque aura
priorité sur tous les fichiers AUTORUN sur disque de RAM. De plus, un fichier
AUTORUN dans le logement S1: aura priorité sur un fichier AUTORUN dans le
logement S2:
Lorqu'un fichier AUTORUN est chargé dans la mémoire interne du PC-1600, il est
chargé dans la même zone de mémoire ou la même zone d'extension de mémoire qui
était sélectionnée avant la mise hors tension.
MODES DE FONCTIONNEMENT EN LANGAGE BASIC 83
Modes de fonctionnement en
langage BASIC
Manipulation du clavier
Les touches, sur l'ordinateur, sont disposées de la même façon que pour une machine à
écrire ou les autres ordinateurs. Il y a cependant certaines touches et combinaisons de
touches qui sont particulièrement utiles dans le BASIC. De plus, certaines touches et
leurs fonctions peuvent être contrôlées dans le cadre d'un programme BASIC.
Touches alphanumériques
Les touches alphanumériques sont disposées comme le clavier d'une machine à écrire
normale et peuvent être réglées pour une répétition automatique, c'est-à-dire que le
caractère est reproduit d'une manière itérative tant que la touche reste enfoncée. La
fonction de répétition automatique est validée ou invalidée par la commande
KEYSTAT. Cette commande permet également de régler toutes les touches du clavier
de façon à émettre un cliquetis au moment de l'enfoncement, si cela s'avère nécessaire.
Les touches numériques sont disposées comme le clavier numérique, à droite du
clavier.
Touches de commutation
Les touches de commutation permettent aux touches normales de pratiquer plus d'une
fonction. La plus courante d'entre elles est ta touche
qui se retrouve
sur la plupart des machines à écrire pour sélectionner les majuscules ou les
minuscules. La fonction de la touche
sur l'ordinateur est un peu différente.
Le clavier de l'ordinateur possède huit touches de commutation.
La touche de mode permute l'ordinateur entre les modes RUN
et PROgramme. Le mode RUN est le mode direct pour
l'exécution des programmes et commandes en BASIC. Le mode
PROgramme est le mode d'instruction dans lequel les
programmes sont introduits, listés et édités. En outre, il y a un
mode RESERVE qui est utilisé exclusivement pour les touches
de fonction programmable.
L'ordinateur entre en mode de programmation RESERVE. Dans
ce mode, les contenus des touches de fonction programmable
peuvent être définis, modifiés et édités.
84 SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
Appuyez uniquement sur la touche
RESERVE.
pour sortir du mode
La touche
est un interrupteur à bascule; une fois pressée,
elle reste effective et le mot SHIFT est affiché en haut sur l'écran
jusqu'à ce qu'elle soit enfoncée encore une fois. La seconde
pression rend effective la fonction écrite en orange au-dessus de
la touche à la place de la fonction normale et l'affichage SHIFT
disparaît. Pour utiliser séquentiellement la fonction supplémentaire
de plusieurs touches, la touche
doit être enfoncée
avant de manipuler chacune de ces touches.
La touche de service
est utilisée avec les touches
et
pour les fonctions
d'édition (voir le mode édition). Elle fonctionne comme un
interrupteur à bascule, de même que la touche
Une fois
pressée la touche
le message CTRL apparaît en haut de
l'écran et disparaît lorsqu'elle est enfoncée encore une fois.
La touche de menu fait périodiquement la commutation entre les
trois modes RESERVE dans l'ordre I, Il et III en recommançant
toujours par I. Chacun des trois modes de réserve permet de
délivrer différent jeu de chaînes de menus des touches de
fonction, procurant au total 18 chaînes possibles des touches de
fonction.
La touche (minuscules)
fait la commutation entre les lettres
majuscules et minuscules du clavier. En mode minuscules, le
message SMALL est affiché en haut de l'écran.
La touche (définition)
a les deux fonctions suivantes; i)
en mode RUN, elle permet de lancer le programme à partir d'une
étiquette définie (voir le chapitre 8) et ii) en mode RESERVE, elle
permet de définir une chaîne des touches de fonction. Lorsque la
touche est pressée, le message DEF est affiché en haut de l'écran
et persiste jusqu' à ce qu'elle soit appuyée encore une fois.
La touche (rappel)
a pour rôle de visualiser le menu des
touches de fonction de
à
en mode RESERVE. L'affichage est effacé lorsqu'elle est pressée une seconde fois.
L'affichage du menu des touches de fonction correspond à celui
en mode RESERVE I, Il ou III selon ce qui est actuellement
effectif.
MODES DE FONCTIONNEMENT EN LANGAGE BASIC
85
Cette touche a pour rôle d'activer et désactiver la fonction
"cliquetis", lorsqu'elle est pressée après la touche
Utilisée toute seule, cette touche permet
de sélectionner le clavier II (KBII) pour le jeu des caractères
internationaux.
Touches spéciales
En bas du clavier et à droite des touches numériques, est disposée une variété de
touches, dont certaines possèdent de fonctions spéciales dans le BASIC ou
commandent le mouvement du curseur.
La touche
a les trois fonctions suivantes: i) en mode
PROgramme, cette touche, lorsqu'elle est pressée sans aucune
ligne de programme sur l'écran, permet d'afficher la première
ligne du programme résidant alors en mémoire. Lorsqu'elle est
enfoncée encore une fois, l'image de l'écran est déplacée jusqu'à
la ligne subséquente du programme et ainsi de suite; ii) en mode
PRO, si une erreur d'exécution est déclarée ou que le
programme est interrompu par la commande BREAK, STOP ou
INPUT, cette touche
permet d'afficher la ligne dernièrement
exécutée sur l'écran pour le but de l'édition; iii) en mode RUN, si
une commande TRON (mode d'analyse) est spécifiée pendant
l'exécution du programme ligne par ligne ou que l'exécution est
interrompue par la commande BREAK ou STOP, la touche
permet de reprendre l'exécution à partir de la ligne suivante.
La touche
a les quatre fonctions suivantes: i) en mode PRO,
cette touche, lorsqu'elle est pressée sans aucune ligne sur l'écran,
permet d'afficher la dernière ligne du programme résident alors
en mémoire. Enfoncée deux fois, cette touche permet de
déplacer l'image de l'écran et d'afficher la ligne précédant la
dernière indiquée, en haut de l'écran; ii) en mode RUN, si
l'exécution d'un programme est arrêtée par une erreur ou avec
un message "BREAK IN <numéro de ligne>", la ligne, à laquelle
l'exécution est arrêtée, est affichée tant que cette touche est
maintenue enfoncée; iii) si une erreur est déclarée ou qu'un
programme est interrompu par la commande BREAK, STOP ou
INPUT, la touche
possède la même fonction que la touche
iv) en mode
RUN, si une commande TRON (mode d'analyse) est spécifiée
pendant l'exécution du programme ligne par ligne, la touche
permet d'afficher le contenu entier de la ligne en cours
d'exécution.
86 SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
Introduit le symbole
(pi) en MODE 1.
Possède un même effet que la touche
en MODE 0.
Introduit le symbole V (racine carrée) en MODE 1.
Possède un même effet que la touche
en MODE 0.
La touche
est utilisée pour signaler la fin d'une entrée
lorsqu'une séquence de caractères est introduite dans
l'ordinateur. Les caractères ne sont pas transférés du tampon du
clavier à l'ordinateur proprement dit, à moins que la touche
ne soit pressée. En d'autres termes, l'ordinateur attend
que la touche
soit pressée, avant de commencer
l'exécution de la commande ou des données spécifiées.
Supprime le caractère immédiatement à gauche de la position
du curseur et déplace le reste de cette ligne logique d'un
caractère à gauche. Si le curseur est situé sur le premier
caractère d'une ligne physique, la touche
supprime le
caractère ou l'espace à cette position et déplace le reste de la
ligne d'un caractère à gauche. Pour une ligne logique, la touche
déplace le curseur à gauche en supprimant les caractères
jusqu'au début de cette ligne logique.
Met l'ordinateur hors tension.
Met l'ordinateur sous tension. A la mise sous tension, la ligne de
sommet apparaissant sur l'écran représente les modes qui ont
été actifs lors de la dernière mise hors tension. Après la mise
sous tension, la touche
travaille comme la touche
Pressée une fois, la touche
interrompt l'exécution du
programme ou d'une commande en cours. Sur l'écran apparaît
le message 'BREAK IN <numéro de ligne>'. La fonction de
rupture
peut être validée et invalidée par l'instruction
BREAK ON/OFF.
La touche
supprime de l'écran, la ligne où le curseur est
positionné, quand elle est pressée avant la touche
En
mode RUN, si un programme est terminé avec une erreur, la
touche
efface le message de l'erreur sur l'écran.
La touche
efface l'image de l'écran et
remet les drapeaux internes de l'ordinateur à l'état "prêt à
exécuter".
MODES DE FONCTIONNEMENT EN LANGAGE BASIC 87
La touche
a les deux fonctions suivantes: i) en mode PRO,
lorsque le curseur se trouve sur une ligne de programme, cette
touche permet de le déplacer d'une position à droite. Si le
curseur est au bout de la ligne logique, cette touche n'a aucun
effet; ii) en mode de calcul direct, cette touche permet de
rappeler, sur l'écran, l'expression de calcul spécifiée avant sa
pression S'il y a une erreur de syntaxe dans l'expression et que
le message de l'erreur est affiché, il est possible de rappeler,
avec cette touche, l'expression avec le curseur clignotant à la
position de l'erreur.
La touche
a les deux fonctions suivantes: i) en mode PRO,
lorsque le curseur se trouve sur une ligne de programme, cette
touche permet de le déplacer d'une position à gauche. Si le
curseur est au début de la ligne logique, cette touche n'a aucun
effet; ii) en mode de calcul direct, cette touche possède un
même effet que la touche
La touche de suppression
supprime le
caractère de la position actuelle du curseur et serre l'espace
correspondant.
La touche d'insertion
ménage un nouvel
espace pour introduire un seul caractère immédiatement à
gauche de la position du curseur et déplace le curseur à cet
espace. La touche
ne permet d'insérer qu'un seul
caractère chaque fois qu'elle est pressée. Pour insérer une
série de caractères, la touche
doit être pressée avant de
taper chaque caractère.
Modes d'affichage
Cette section concerne les deux modes d'affichage du PC-1600 ainsi que la façon
dont ils sont utilisés et, de même, explique les systèmes de coordonnées utilisés pour
spécifier les emplacements des caractères et graphiques dans ces deux modes.
Les deux modes d'affichage sont référencés comme MODE 0 et MODE 1. L'utilisation
de la commande MODE en rapport avec les modes d'affichage ne doit pas être
confondue avec les modes de fonctionnement (RUN, PRO, RESERVE) de l'ordinateur.
Pour une description totale de la méthode de spécification du mode d'affichage, se
référer à l'article relatif à la commande MODE dans le répertoire des commandes. Le
mode d'affichage par défaut est MODE 0 (le mode qui intervient après avoir réinitialisé
l'ordinateur en spécifiant la commande ALL RESET).
88 SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
MODE 0 (26x4)
Dans ce mode d'affichage, le nombre de lignes disponibles sur l'écran est fixé à 4 et le
nombre de colonnes, à 26. Ceci procure, au maximum, 26 caractères ASCII par ligne.
Chaque caractère est affiché en tant que matrice de points de 5 x 7.
Coordonnées de caractères en MODE 0
En mode graphique (voir les commandes GCURSOR, GPRINT, UNE, POINT,
PRESET et PSET), il apparaît des données binaires de l'image sur l'écran, dans une
matrice de 156 x 32, plutôt que les co'des caractères ASCII. Par exemple, avec
l'instruction PSET, un point d'affichage peut être visualisé ou masqué à n'importe
quelle position sur l'écran en spécifiant ses coordonnées X (allant de 0 à 155) et Y
(allant de 0 à 31).
Coordonnées de graphiques en MODE 0 et MODE 1
MODE1 (26x1)
Dans ce mode d'affichage, le nombre de lignes sur l'écran est fixé à 1 et le nombre de
colonnes, à 26. Ce mode a pour rôle fondamental de procurer la compatibilité avec
l'affichage de l'ordinateur PC-1500 de Sharp. La ligne effective est limitée à la ligne de
fond sur l'écran. Les autres trois lignes ne sont pas effectives pour les commandes
PRINT et GPRINT, mais en mode PRO ou en cas d'utilisation de l'instruction INPUT,
l'image sur l'écran est déplacée d'une ligne à la fois. Dans ce mode, le symbole pi
(code ASCII &5D) et le symbole racine carrée (code ASCII &5B) sont affichés
respectivement par "rc" et "\/~" sur le PC-1500. Le jeu de caractères effectifs est aussi
le même que pour le PC-1500. En MODE 1, il apparaît des données binaires de
l'image sur l'écran, dans une matrice de 156 x 32, comme en MODE 0.
MODES DE FONCTIONNEMENT EN LANGAGE BASIC 89
Coordonnées de caractères en MODE 1
Les instructions des graphiques dans le langage BASIC permettent à l'utilisateur de
programmer une ample variété d'affichages personnalisés. Les instructions POINT et
PSET permettent de visualiser les configurations réelles de points sur l'écran à partir
d'un programme. Les commandes d'affichage graphique suivantes sont disponibles:
GCURSOR, GPRINT, UNE, POINT, PRESET et PSET.
Mode d'édition
Une ligne d'instructions BASIC peut être d'une longueur de 80 caractères au
maximum. Toutefois, étant donné que l'écran de l'ordinateur ne peut tenir que
seulement 26 caractères par ligne, une ligne du BASIC peut occuper plus d'une ligne
sur l'écran.
Pour distinguer une ligne en BASIC d'une ligne sur l'écran, les termes "ligne logique"
et "ligne physique" sont utilisés. Une ligne logique est une ligne des instructions BASIC
qui commence par un numéro de ligne et contient au maximum 80 caractères
valables. D'autre part, une ligne physique est une ligne de 26 caractères au maximum
apparaissant sur l'écran. Une ligne logique pourrait donc s'étendre sur quelques lignes
physiques. Les fonctions d'édition en BASIC ne savent faire la distinction des lignes
physiques.
Les lignes de programme ne peuvent être éditées qu'en mode PROgramme. Plusieurs
méthodes sont disponibles pour l'édition des lignes d'un programme déjà introduit par
le clavier.
La plus simple méthode est de retaper la ligne logique entière en utilisant un même
numéro de ligne. Avec la commande LIST, vous pouvez facilement passer à une ligne
et utiliser les fonctions d'édition pour positionner le curseur sur la ligne à laquelle vous
désirez apporter des changements. L'ordinateur remplace automatiquement l'ancienne
ligne par la nouvelle ligne, lorsque la touche
est pressée. Faute d'appuyer sur
la touche
les changements ne sont pas stockés et la ligne reste inchangée
dans la mémoire.
Après l'exécution d'arrêt par un code d'erreur ou après la spécification de la
commande BREAK, STOP ou INPUT, la touche
une fois pressée, permute
l'ordinateur en mode PRO. Ensuite, appuyez sur la touche
ou
alors, la
dernière ligne est affichée avec le curseur placé à la position de rupture, signalant
ainsi l'état prêt à l'édition.
90 SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
Si, dans cette condition, vous appuyez sur la touche
les lignes de
programme subséquentes apparaissent sur l'écran. Pour les lignes non affichées, vous
pouvez les avoir sur l'écran en manipulant la touche
ou
de façon habituelle. Cet
état est annulé en appuyant sur les touches
La touche
utilisée avec les touches BASIC normales énumérées ci-dessous,
vous permet d'entrer et éditer les lignes d'un programme BASIC avec facilité, en
passant directement aux lignes désirées d'un long programme sans avoir à progresser
d'une ligne à l'autre à travers un long listage. La commande GOTO peut être utilisée
avec une étiquette pour l'édition d'un seul des programmes résidant conjointement
dans la mémoire. D'autre part, les commandes LIST, RENUM et DELETE vous
permettent de manipuler les lignes sélectionnées d'un programme.
Cette combinaison de touches permet d'effacer l'image en
cours et d'afficher la première ligne du programme avec le
curseur au début de cette ligne.
Cette combinaison de touches permet d'effacer l'image en
cours et d'afficher la dernière ligne du programme avec le
curseur au début de cette ligne.
Cette combinaison de touches permet de déplacer le curseur à
la position suivant le dernier caractère de la ligne logique
en cours de manipulation.
Cette combinaison de touches permet de déplacer le curseur au
début de la ligne logique sur laquelle il est alors placé. De
même, cette combinaison supprime tous les caractères
existant entre la position réelle du curseur et la fin de la ligne
logique correspondante.
Cette combinaison de touches permet de commuter le mode
entre INSERT et OVERWRITE pendant l'édition d'une ligne de
programme. En mode INSERT, les caractères introduits par le
clavier sont insérés dans la ligne, à la position juste avant le
curseur et les caractères existants sont repoussés à droite. En
mode OVERWRITE, le caractère introduit par le clavier est
superposé sur le caractère de la position du curseur sans changer
la longueur de la ligne correspondante. Lors de la mise sous
tension de l'ordinateur, celui-ci est automatiquement mis en
mode OVERWRITE.
Le curseur clignote par intervalle plus réduit lorsque le mode
INSERT est choisi.
MODES DE FONCTIONNEMENT EN LANGAGE BASIC
91
Cette combinaison de touches supprime tous les caractères
existant entre la position réelle du curseur et la tête de la ligne
correspondante, y compris le numéro de ligne.
Cette combinaison de touches annule tous les caractères à
partir de la position actuelle du curseur jusqu'à la fin de la ligne
logique.
Cette combinaison de touches permet de déplacer le curseur à
droite jusqu'au premier caractère du mot suivant sur la même
ligne.
Cette combinaison de touches supprime le caractère immédiatement à gauche du curseur et déplace le reste de la ligne
logique d'une position de caractère à gauche. Si les touches sont
pressées avec le curseur positionné au premier caractère d'une
ligne logique, le caractère ou l'espace de cette position est
supprimé et le reste de la ligne est déplacé d'un caractère à
gauche. Pour une ligne logique, ces touches permettent de
déplacer le curseur à gauche le long de cette ligne jusqu'à son
début, tout en effaçant les caractères et, si nécessaire, en passant
par dessus les lignes physiques. La touche de rappel arrière
fonctionne de la même façon.
Cette combinaison des touches met en circuit et hors circuit
la fonction de répétition de touche, de même que la commande
KEYSTAT.
Cette combinaison des touches supprime tous les caractères de
la ligne logique sur laquelle le curseur est positionné. La touche
possède le même effet.
Mode réserve
En mode RESERVE, l'ordinateur permet l'accès à une zone spéciale de la mémoire
qui stocke les chaînes de caractères affectées aux touches de fonction situées en haut
du clavier, juste au-dessous de l'écran et marquées par les étiquettes !, ", #, $, %, &.
La chaîne de caractères spécifiée par l'une des touches de fonction peut être changée
ou modifiée par l'utilisateur. Les chaînes peuvent aussi être stockées sur un
périphérique de la même façon que pour un programme normal et chargées à tout
moment dans l'ordinateur pour programmer les touches de fonction pour une certaine
application particulière.
92 SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
Sélection du mode RESERVE
Appuyez sur les touches
A la ligne d'état, au sommet de l'écran,
est affiché le message RESERVE. Vous pouvez sortir du mode RESERVE en
pressant encore une fois sur la touche
Lorsque le message RESERVE est affiché sur la ligne d'état, il est possible de choisir
l'un des trois modes RESERVE, soit le mode RESERVE I, le mode RESERVE Il ou le
mode RESERVE III. Le mode I, Il ou III est sélectionné par la touche de menu
et
indiqué sur la ligne d'état adjacente au message RESERVE. La touche de menu
permute périodiquement les trois modes RESERVE dans l'ordre I, il et III en
recommençant par I. Chacun des trois modes RESERVE permet de sortir un différent
jeu de chaînes de caractères affectées aux touches de fonction, d'où la possibilité de
spécifier au total 18 chaînes de caractères.
Programmation des chaînes de caractères sur les touches de
fonction.
1Sélectionnez d'abord le mode RESERVE en appuyant sur les touches+
Tapez NEW à partir du clavier et appuyez sur la touche
Ceci efface
toutes les chaînes existant dans la mémoire RESERVE pour les trois modes. Si vous
désirez conserver les contenus des touches de fonction ou modifier seulement
certaines touches, sautez cette étape.
2Sélectionnez le mode I pour définir les contenus des touches de fonction de
à
3 Appuyez sur la touche
et tapez la chaîne de caractères que vous voulez faire
apparaître sur l'écran en pressant
pendant les opérations normales. Tous les
caractères alphabétiques et numériques, de même que les symboles, peuvent être
utilisés. Appuyez ensuite sur la touche
4 Répétez les opérations de l'étape 2 afin de programmer les chaînes de
caractères pour les touches de fonction de
à
5Sélectionnez le mode II en appuyant encore une fois sur la touche de menu
6Répétez encore six programmations pour les six touches de fonction en mode II (étapes
3 et 4).
7Sélectionnez le mode III avec la touche de menu et répétez encore six
programmations.
Maintenant, vous devez avoir affecté 18 chaînes de caractères aux touches de fonction
dans les modes I, Il et III.
MODES DE FONCTIONNEMENT EN LANGAGE BASIC 93
La programmation possible pour les touches peut comprendre les mots des
commandes BASIC et les noms de fonction ou même les expressions de calcul réel.
Exemple de programmation des touches de fonction:
Touche
F1
F2
F3
F4
F5
F6
SIN
COS
TAN
LOG
EXP
INT
MODE I
FOR
TO
STEP
NEXT
GOTO
RUN
MODE II
MODE III
PRINT
LIST
AUTO
LOAD
SAVE
LLIST
La longueur maximale de la chaîne de caractères affectée à une touche de fonction est
de 110 octets. Une commande ou une fonction BASIC (par exemple, RUN, PRINT,
SIN, COS) occupe 2 octets. Un numéro, une lettre ou un symbole occupe 1 octet. Par
conséquent, une touche de fonction peut stocker une phrase plus longue qu'une simple
commande. Par exemple,
pourrait être programmé de façon à retenir
l'instruction suivante en BASIC:
FOR I = 1 TO 100STEP5
Vous pouvez réduire considérablement le temps de programmation en choisissant les
commandes et instructions que vous utilisez le plus fréquemment au cours de la
programmation.
Rappel des chaînes des caractères affectées aux touches de
fonction
La chaîne de caractères de la touche de fonction stockée dans la mémoire RESERVE
pour le mode I, Il ou III peut être rappelée en mode RUN ou PRO pendant
l'introduction directe ou l'écriture du programme. Sélectionnez le mode nécessaire par
la touche
et appuyez sur la touche de fonction appropriée. Les contenus sont alors
affichés sur l'écran, à la position du curseur. Si, dans l'exemple donné ci-dessus, la
touche
est pressée avec le mode III spécifié, le mot PRINT apparaîtra sur l'écran.
La zone de la mémoire utilisée pour le stockage des chaînes de caractères des
touches de fonction en mode II, est aussi utilisée pour retenir le message optionnel
pour une commande ALARM$. Si une alarme est définie avec un message, celui-ci est
affiché et écrit dans la mémoire à la place de la chaîne de caractères affectée à la
touche de fonction.
94 SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
Menus des touches de fonction
Etant donné que les contenus programmés des touches de fonction ne sont pas
affichés avant qu'elles ne soient pressées, le PC-1600 dispose d'une fonction
permettant de faire apparaître sur l'écran le menu à simple ligne pour chaque touche
de fonction en modes I, Il et III.
Le menu peut être affiché en appuyant sur la touche de rappel
. Ce menu peut, à
titre d'exemple, indiquer le contenu de chaque touche sous une forme abrégée. Le
menu est stocké dans l'ordinateur en une chaîne de 26 caractères et son seul rôle est
de signaler à l'utilisateur quel affichage donne chaque touche de fonction lorsqu'elle est
pressée.
Création d'un menu:
1 Placez d'abord l'ordinateur en mode RESERVE en appuyant sur les touches
2 Sélectionnez le mode pour lequel vous désirez introduire le menu par la touche de
menu
3 Tapez la chaîne de menu dans une limite de 26 caractères au maximum, en la
mettant entre guillemets ("), et appuyez sur la touche
Le menu est stocké dans une partie de la mémoire de réserve pour le rappel ultérieur.
Il est à rappeler que la longueur maximum de la chaîne de menu est de 26 caractères
(correspondant à la largueur de l'écran). De plus, aucun article du menu ne doit
excéder 4 caractères, si vous désirez affecter correctement l'article à la touche de
fonction correspondante.
Dans l'exemple précédemment donné, le menu des chaînes de caractères affectées
aux touches de fonction en mode III peut apparaître comme suit:
Affichage du menu:
Le menu donné à titre d'exemple peut être affiché en mode RUN ou PRO en
sélectionnant le mode III par la touche de menu et appuyant sur la touche
Si
vous appuyez sur la touche
une seconde fois, le menu est effacé. De cette
sorte, les menus pour les modes I et II peuvent être affichés pour rappeler à
l'utilisateur les chaînes de caractères attribuées aux touches de fonction.
Le menu d'exemple pour le mode III apparaît sur l'écran de PC-1600, aux positions
correspondant aux touches de fonction comme suit:
REPRESENTATION DES DONNEES
95
Sauvegarde et chargement des programmes de touches de
fonction:
La chaîne de caractères attribuée à chaque touche de fonction peut être sauvegardée
et chargée sur cassette de la même façon que pour un programme ordinaire en BASIC.
D'abord, mettez l'ordinateur dans le mode RESERVE en appuyant sur les touches
+
puis spécifiez la commande CSAVE ou
CLOAD comme en cas de sauvegarde ou chargement d'un programme BASIC. Il n'est
pas possible d'utiliser un disque ou la mémoire RAM pour stocker les spécifications des
touches de fonction.
REMARQUE: Pour le chargement d'un programme de la touche de fonction, il est
important de vérifier le mode de l'ordinateur qui doit être le mode
RESERVE; si en mode PRO, le programme est chargé dans la zone
réservée au programme normal BASIC, détruisant ainsi tous les
programmes BASIC déjà existants.
Mots clés préaffectés
Quelques mots le plus souvent utilisés dans les instructions BASIC sont attribués en
permanence à chacune des touches alphabétiques dans la rangée la plus haute du
clavier (QWERTYUIOP). Ces mots clés peuvent être extraits en n'importe quel mode en
appuyant sur la touche
suivie de la touche alphabétique correspondante. Les mots
clés disponibles et les touches alphabétiques correspondantes sont:
96
SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
Touche
Q
W
E
R
T
Y
U
1
0
p
Mot clé
1NPUT
PRINT
USING
GOTO
GOSUB
RETURN
CSAVE
CLOAD
MERGE
LIST
Les mots clés CSAVE, CLOAD et MERGE peuvent être utilisés seulement lorsqu'un
enregistreur à cassette est connecté avec l'unité interface de cassette par
l'intermédiaire de l'imprimante CE-1600P.
Ces mots clés sont mis en relief sur la grille fournie avec votre ordinateur. Placez-la
sur les touches correspondantes du clavier pour faciliter les opérations.
De plus, la touche
suivie d'une touche de fonction permet d'extraire encore
six mots clés suivants:
REPRESENTATION DES DONNEES
97
10 Représentation des données
Les données à l'intérieur de l'ordinateur sont traitées en unités de nuits chiffres binaires.
Une unité de huit bits est appelée un "octet". Dans le système de numération binaire, il
est possible de représenter tous les nombres, allant de 0 à 225, par huit bits. Par
exemple, le nombre 0 est exprimé par 00000000, 17 par 00010001 et 255, par
11111111.
Normalement, pour simplifier l'écriture de ces chaînes de huit bits dans les tables et
graphiques, elles sont converties en valeurs hexadécimales équivalentes. La
représentation hexadécimale est toujours plus courte que la représentation binaire d'un
même octet. Pour la distinction entre les systèmes décimal et hexadécimal, un "&" est
placé avant le nombre hexadécimal. Par conséquent, &27 signifie 27 dans le système
de numération hexadécimale.
Types de données
Ensemble de données texte et jeux de caractères
Afin d'utiliser ce système à huit bits pour représenter les caractères alphabétiques et les
symboles, tels le signe de ponctuation et les parenthèses, un code standard est utilisé
avec chaque caractère représenté par un nombre binaire de huit bits.
Il existe actuellement trois codes principaux standard, à savoir le code ASCII (USA), le
code EBCDIC (Europe) et le code J!S (Japon)/En ce qui concerne les principaux
caractères alphabétiques et les autres caractères d'usage commun, ces trois codes
standard sont totalement interchangeables. Il y a cependant une certaine différence,
entre ces trois codes, dans les symboles graphiques et spéciaux (le symbole de devise
par exemple). Le PC-1600 utilise un jeu de codes caractères similaire à celui des
ordinateurs individuels IBM.
Le jeu de caractères utilisé dans le PC-1600 est un peu différent de celui pour le
PC-1500. Ceci signifie que certains caractères d'affichage du PC-1600 varient entre le
MODE 0 et le MODE 1 (voir les modes d'affichage). Les différences se situent dans les
caractères représentés par &5B (symbole de la racine carrée), &5D (symbole Pi) et
certaines sortes de parenthèses. Voyez les tableaux dans l'Annexe C.
Chaînes de caractères
La chaîne de 80 caractères au maximum peut être traitée en tant qu'ensemble unique
par l'ordinateur. Sa façon de traitement est différente de celle pour les données
numériques et les calculs numériques ne peuvent pas être exécutés avec
98
SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
les chaînes de caractères, alors celles-ci acceptent une certaine manipulation; de
manière concise, elles peuvent être ajoutées de façon à former de plus longues chaînes
ou partiellement extraites.
Données numériques
Toutes les données numériques sont converties en forme binaire pour le stockage ou le
calcul dans l'ordinateur. De plus, l'ordinateur accepte l'entrée numérique soit en notation
numérique normale, soit en notation en virgule flottante. Dans certains cas particuliers,
l'entrée et la sortie peuvent être spécifiées sous forme hexadécimale (voir la description
des commandes HEX$).
L'ordinateur utilise la représentation en virgule flotante pour les calculs numériques; un
nombre est intérieurement représenté sous une forme exponentielle par 12 chiffres
multipliés par la puissance 10. Cependant, la valeur est arrondie à 10 chiffres pour la
sortie. C'est ainsi que l'ordinateur entre et sort les nombres allant de ± 9,999999999 x
10"" à ± 9,999999999 x 10"". Cet arrondissement donne une erreur opérationnelle de ±
1 au dixième chiffre (ou strictement, ± 1 dans la mantisse).
Constantes
Constantes alphanumériques
Une constante alphanumérique peut être une suite quelconque de caractères
alphanumériques, délimitée par les guillemets. Les exemples suivants représentent
quelques constantes alphanumériques qui sont toutes valables:
"SHARP PC-1600"
"ABCDEF"
"Ordinateur de poche révolutionnaire"
"1.256 à 84.4"
L'ordinateur ne peut pas distinguer les caractères numériques de ceux alphabétiques, à
moins qu'ils ne soient délimités par les guillemets. Une paire de guillemets
spécifiée en séquence, à savoir " ", est considérée comme une chaîne nulle de
longueur zéro. Ceci a cependant certaines applications dans la programmation (voir
INKEY$).
La longueur maximale d'une constante alphanumérique est de 30 caractères.
REPRESENTATION DES DONNEES
99
Constantes numériques
Les constantes numériques peuvent être un nombre positif, ou négatif. Quatre types
de constantes numériques sont disponibles:
1 Constantes entières
Les nombres disponibles en tant que constante entière vont de -32768 à +32767. Ils
peuvent être précédés soit par un signe +, soit par -. S'il y a aucun signe, le nombre
donné est considéré comme étant positif.
Exemple: 123, +2, -57, 1024
2 Constantes à virgule fixe
Il y a des nombres positifs ou négatifs comprenant une fraction décimale. Ils peuvent
être précédés soit par un signe +, soit par -. A défaut de signe, le nombre donné est
considéré comme étant positif.
Exemple: 12.7, +1.345,0.222232, -67.9888
3 Constantes à virgule flottante
Il y a des nombres positifs ou négatifs représentés sous forme exponentielle. Ils sont
composés d'une constante entière ou à virgule fixe suivie de la lettre E et d'un
exposant. La mantisse ou l'exposant peut être positif ou négatif. A défaut du signe, la
partie concernée est considérée comme étant positive.
Exemple: 2.43E9, +1.99E-3, +50.23E+2
4 Constantes hexadécimales
Il y a des constantes représentées selon le système de numération hexadécimale.
Pour distinguer ces constantes des constantes entières décimales, elles sont
précédées par le signe "&".
Exemple: &23, &8000, &2B, &FFFF
Les constantes hexadécimales peuvent se trouver sur une fourchette de &0 (zéro en
décimale) à &FFFF (65535 en décimale). Les nombres négatifs ou fractionnels ne
sont pas valables.
100
SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
Variables
Les variables sont des zones définies dans la mémoire de l'ordinateur, auxquelles des noms
sont attribués par l'utilisateur pour retenir les valeurs pendant l'exécution d'un programme. Les
valeurs retenues en variables peuvent être spécifiées par l'utilisateur ou écrites
automatiquement par le programme lui-même.
Deux types de variables sont utilisés dans le langage BASIC de Sharp, à savoir la variable
numérique et la varibale alphanumérique. La variable numérique est utilisée pour stocker les
nombres à utiliser dans les calculs ou les résultats de calculs. Elle est traitée sous forme virgule
flottante dans l'ordinateur et peut être sortie sous forme virgule fixe ou flottante selon le type
de calcul exécuté. Le BASIC convertit automatiquement d'un type à l'autre selon la nécessité.
Les variables numériques peuvent être introduites dans l'ordinateur soit sous forme virgule fixe,
soit sous forme virgule floattante.
Exemple: A = 12.6043, VA = 1.2345436687E-3
La variable alphanumérique peut être utilisée pour le stockage des chaînes de caractères
ASCII valables.
En plus d'affecter un nom à chacune des variables, il faut attribuer à certaines variables une
partie de la mémoire dont la grandeur dépend de la taille des données devant être stockées.
Ceci est exécuté par l'instruction BASIC, DIM. Une variable numérique reste zéro, à moins
qu'une certaine valeur n'y soit stockée; il en est de même pour une variable alphanumérique.
Nom de variable
Le nom d'une variable numérique est composé de 2 caractères au maximum. Le premier
caractère peut être l'une quelconque des lettres majuscules, allant de A à Z. Le seconde
caractère peut être soit l'une des lettres majuscules de A à Z, soit l'un des chiffres de 0 à 9.
Le nom de variable peut aussi contenir plus de deux caractères; cependant, les caractères
situés à droite des deux premiers caractères sont ignorés au niveau de l'identification de la
variable. Par exemple, les noms TOTAL et TOP sont considérés comme un même nom par le
BASIC. Par contre, A et AB sont différentes variables.
Exemple: A, AB, C1, D9, @G, RE(6), X2(l)
REPRESENTATION DES DONNEES
101
Le nom de variable alphanumérique est assujetti aux mêmes règles fixées pour les
variables numériques et, en plus, doit avoir le symbole "$" pour le dernier caractère.
Exemple: CC$, B$, D4$, NO$(4), TR$(12)
Types de variables
Dans le BASIC de Sharp, les variables sont classées en trois types pour
l'affectation de la mémoire. Les trois types de variables sont:
i) variables fixes ii)
variables simples iii)
variables composées
Certaines lettres sont réservées pour les types de variables spécifiques.
Le schéma donné ci-dessous représente ces trois types de variables avec leurs noms
affectés dans le BASIC de Sharp.
1 Variables numériques fixes
Les emplacements de stockage des variables numériques et alphanumériques fixes
sont déterminés sur la zone particulièrement affectée dans la mémoire (voir l'annexe
D, Image mémoire).
102
SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
Ces emplacements sont toujours disponibles pour stocker le nombre maximum de
variables fixes qui peuvent être identifiées par le nom. La zone pour les variables fixes
peut être utilisée en tant que tableau à une dimension avec le symbole @ pour le nom
et un indice de 1 à 26. Ainsi, @(1) est stocké dans l'emplacement A et @(26), dans
l'emplacement Z.
Les variables fixes peuvent être effacées de la mémoire par l'instruction CLEAR.
Les variables simples et composées peuvent également être effacées en même
temps. Pour effacer seulement les variables simples et composées, mais non les
variables fixes, utilisez l'instruction ERASE.
2 Variables numériques simples
Les variables numériques simples sont stockées dans une partie de la zone réservée
au programme BASIC et la taille de cette partie affectée varie en fonction du nombre
de variables utilisées.
La mémoire pour le programme de vient d'autant plus limitée que les variables sont
utilisées; au contraire, lorsque le programme est plus encombrant, la zone disponible
pour le stockage des variables simples est réduite d'autant. Lorsqu'il ne reste qu'un
espace insuffisant pour stocker les variables simples produites par le programme du
fait de sa staille très importante, élargissez la zone mémoire de l'ordinateur en ajoutant
un module RAM (référez-vous au chapitre 6).
Le premier caractère du nom de variable simple doit être une lettre majuscule.
3 Variables numériques composées
Le tableau (ou matrice) est un ensemble de variables référenciées par un nom
commun. Chaque membre du tableau est référencé par un indice spécifié en nombre
entier juste après le nom de tableau.
Exemple: A(2) est le second membre du tableau A(X).
A(15) est le quinzième membre.
Le tableau peut être soit à une dimension (telle qu'indiquée dans l'exemple ci-dessus),
soit à deux dimensions dans lesquelles deux indices sont requis pour spécifier un
membre particulier du tableau correspondant.
Exemple: X(3,4), AB(4,12)
Un même nom ne peut pas être utilisé pour les tableaux à une dimension et à deux
dimensions à la fois.
Le tableau à une dimension est une liste et le tableau à deux dimensions, une
matrice. Etant donné que le tableau est une liste ou une matrice de membres, le
REPRESENTATION DES DONNEES
103
nombre total de membres dans un certain tableau spécifique doit absolument être connu
afin de déterminer la grandeur de l'espace à réserver pour retenir tous les membres.
L'instruction DIM est spécifiée toutes les fois que les tableaux sont utilisés dans un
programme pour définir ou dimensionner le nombre maximum de membres envisagés.
Voici tous les membres du tableau A(X,Y):
Colonne 0
Rangée
Rangée
Rangée
Rangée
0
1
2
3
Rangée X
Colonne 1
Colonne 2
Colonne 3 ... Colonne Y
A(0,0)
A(1,0)
A(2,0)
A(0,1)
A(1,1)
A(2,1)
A(0,2)
A(1,2)
A(2,2)
A(0,3)
A(1,3)
A(2,3)
A(3,0)
A(3,1)
A(3,2)
A(3,3)
A(X,0)
A(X,1)
A(X,2)
A(X,3)
A(0,Y)
A(1,Y)
A(2,Y)
A(3,Y)
A(X,Y)
Il est à noter que dans l'ordinateur, la première rangée est la rangée 0 et la première
colonne, la colonne 0. Par conséquent, le tableau dont le membre le plus grand est
A(3,3) est un tableau à deux dimensions (une matrice en fait) avec 16
membres, dont chacun a son propre nom de tableau. L'espace doit donc être réservé
dans la mémoire pour chacun des 16 membres possibles. Référez-vous à l'instruction
DIM dans le Dictionnaire des commandes, pour une description détaillée.
Les noms de tableaux peuvent être attribués de la même façon que pour les noms de
variables simples et, en plus, doivent être suivis d'un ou plusieurs indices, lesquels
peuvent être eux-mêmes une variable. Ceci permet d'utiliser un programme simple de
bouclage pour traiter automatiquement tous les membres d'un tableau dans l'ordre
(voir l'exemple de programmation, pour les instructions READ...DATA dans le
Dictionnaire des commandes).
A(X,Y), KA(J), B1(J,K) sont tous les variables composées qui peuvent représenter un
membre quelconque dans le tableau. A(1,3), KA(6), B1(5,7) sont tous les membres
particuliers de ce tableau.
De même que pour les variables numériques simples, les nombres stockés en tant que
membre d'un tableau numérique peuvent être soit sous forme virgule flottante, soit
sous forme virgule fixe.
Le nombre maximum de membres dans un tableau est de 65535. Pour un tableau à
deux dimensions, il est fixé à 255 colonnes x 255 rangées.
L'espace de la mémoire réservé aux membres d'un tableau peut être remis à zéro par
l'instruction ERASE qui, cependant, maintient toutes les variables fixes telles quelles. La
taille maximum pour un tableau quelconque est de 64K octets.
104
SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
4 Variables alphanumériques fixes
Les noms de variables alphanumériques fixes sont assujettis aux mêmes règles
prévues pour les variables numériques fixes et, en plus, doivent avoir le symbole $
pour le second caractère.
Exemple: A$, C$ P$, @$(2)
Une variable alphanumérique fixe peut être d'une longueur de 16 caractères au
maximum.
5 Variables alphanumériques simples
Les noms de variables alphanumériques simples sont assujettis aux mêmes règles
que les noms de variables numériques simples et, en plus, doivent avoir le symbole $
pour dernier caractère.
Exemple: AB$, C7$, Z9$, XX$
Une variable alphanumérique simple peut être d'une longueur de 16 caractères
aux maximum.
6 Variables alphanumériques composées
Les noms des variables alphanumériques composées répondent aux mêmes règles
que les variables numériques composées mais, en plus, sloivent avoir le symbole $
pour dernier caractère.
Exemple: A1$(3), KS$(5,5), C9$(J), JH$(P,Q)
De plus, au moment de spécifier le nombre de membres dans un tableau de
caractères à l'aide de l'instruction DIM, la longueur maximum de chaque membre du
tableau doit aussi être spécifiée pour réserver un espace suffisant dans la mémoire.
Faute de spécification de la longueur, l'espace réservé alors à chaque membre est
pour 16 caractères. Le tableau à multi-membres peut parfois conduire à réserver une
majeure partie de la mémoire et n'est jamais utilisé. Ceci est le cas, lorsque les
membres d'un tableau de caractère sont d'une longueur de plus de 3 caractères. S'il
existe 25 membres dans le tableau (par exemple, AB(4,4)) et que chaque membre a
une longueur de 3 caractères au maximum, la négligence de spécification de la
longueur de chaîne alphanumérique a pour résultat de réserver la mémoire non
utilisée pour retenir 325 espaces de caractères non utilisés dont la décomposition est
de 16 - 3 = 13 caractères pour chaque membre x 25 membres
Le nombre maximum de membres dans un tableau de caractères est de 65535. Pour
un tableau à deux dimensions, il est fixé à 255 colonnes x 255 rangées.
L'espace de mémoire réservé aux membres d'un tableau peut être remis à zéro par
l'instruction ERASE.
REPRESENTATION DES DONNEES
105
Expressions et opérateurs
Dans un programme, toute combinaison de variables, constantes numériques et
constantes alphanumériques est appelée "expression". Une expression peut aussi
contenir seules les variables ou constantes.
Les opérateurs sont des symboles servant à indiquer les opérations, mathématiques
ou logiques, devant être exécutées dans l'expression ou dans un.e partie de
l'expression. Les opérations exécutées dans BASIC sont divisées en quatre catégories
fondamentales: (1) opérations arthmétiques, (2) opérations de relation, (3) opérations
logiques et (4) opérations fonctionnelles.
Opérations arithmétiques
Les opérations sont exécutées dans l'ordre prioritaire fixé par le BASIC lui-même Dans
une simple expression arithmétique^ l'ordre prioritaire est le suivant:
Opérateur
Opérations exécutées
Exemple
*,/
MOD
V
+,-
Elévation à une puissance
Négation (signe de changement)
Multiplication, division
Arithmétique de module
Division en nombre entier
Addition, soustraction
X*3
-X
X*2, X/Y
A MOD B
A\ B
X+A, Y-B
Les opérations arithmétiques énumérées ci-dessus priment sur les opérations de
relation ou logiques.
L'ordre dans lequel sont évaluées les expressions arithmétiques peut être changé en
mettant certaines parties de l'expression entre parenthèses ( ), en respectant les
règles normales de l'algèbre. Dans ce cas, les parties mises entre parenthèses sont
évaluées avant les autres. Les expressions algébriques ordinaires sont transformées
en celles équivalentes de BASIC comme suit:
Expression algébrique ordinaire
x2
(x + 3)4
2(x + y)
bX2
Expression en BASIC
x"2
(x + 3) " 4
2 * (x + y)
b"x"2
REMARQUE: • Les opérations exponentielles consécutives dans une même
expression sont exécutées de droite à gauche:
Exemple: 3 " 4 " 2 -> 342
106 SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
Lorsqu'une puissance et une négation apparaissent dans une même
expression, l'évaluation est exécutée de droite à gauche:
Opérations de relation
Les opérateurs de relation permettent de comparer deux valeurs. Le résultat de comparaison
est représenté soit par "vrai" (1), soit par "faux" (0). Ce résultat peut être utilisé dans un
programme pour prendre une décision au cours de son déroulement subséquent, en utilisant les
instructions IF..THEN..ELSE et IF..GOTO.
Les opérateurs de relation suivants peuvent être utilisés:
Opérateur
Opérations exécutées
Exemple
=
<>
<
>
<=
>=
Egalité
Inégalité
Inférieur à
Supérieur à
Egal ou inférieur à
Egal ou supérieur à
A = B X<> Y
A< B B> A Y<
= 3 X> = 1
REMARQUE: • Le signe "=" est utilisé
aussi bien dans les
expressions
de
comparaison que dans
les expressions d'affectation avec l'instruction LET. Toutefois, la
signification n'est pas la même dans ces deux cas.
Les comparaisons peuvent être exécutées entre deux expressions ou
variables numériques (soit, X et Y) ou encore entre deux expressions ou
variables alphanumériques (soit, A$ et B$). Toutefois, les expressions
numériques ne peuvent pas être comparées avec les expressions
alphanumériques.
Deux chaînes de caractères sont comparées, caractère par caractère, de
gauche à droite, sur la base de leurs valeurs de code caractère (voir
l'annexe C). Si deux chaînes comportent les mêmes caractères et que
chacune des chaînes est d'une même longueur, elles sont égales.
Pour les chaînes d'une même longueur qui présentent cependant une
discordance dans une paire de caractères, le code caractèrs de la première
paire de caractères non conformes est comparé et la chaîne contenant le
caractère de discordance dont la valeur de
REPRESENTATION DES DONNEES
107
code est la plus grande, est considérée comme étant plus
importante. Si une courte chaîne est comparée avec une longue
chaîne et que tous les caractères de la courte chaîne sont conformes
à ceux testés dans la longue chaîne, cette dernière est considérée
comme étant plus importante.
Un espace ménagé dans la chaîne de caractères est assimilé à un
caractère sur la base de sa valeur de code caractère. La chaîne la
plus courte est la chaîne "nulle" avec sa valeur de code caractère
égale à 0.
• Les opérateurs arithmétiques priment sur les comparaisons dans
l'ordre d'évaluation.
Opérations logiques
Les opérations logiques utilisent les fonctions de l'algèbre de Boole, AND, OR et NOT
pour établir les connexions entre les expressions de relation. Les opérations logiques
dans une simple expression sont évaluées suite aux opérations arithmétiques et de
relation.
De cette façon, les opérateurs logiques peuvent être utilisés pour prendre les décisions
au niveau du programme sur la base de différentes conditions, à l'aide des instructions
IF..THEN..ELSE et IF..GOTO.
Exemple
IF A < = 32 AND B > = 90 THEN 150
Cette instruction permet de sauter jusqu'à la ligne 150 lorsque la valeur de la variable
numérique A est égale ou inférieure à 32 et que la valeur de la variable
numérique B est égale ou supérieure à 90.
I F X< > 13 OR Y = 0THEN 50
Cette instruction permet de sauter jusqu'à la ligne 50 à moins que la variable X ne soit
égale à 13 ou lorsque la variable Y est égale à 0.
Dans une opération logique impliquant deux nombres de -32768 à 32767, ces deux
nombres sont convertis en nombres binaires entiers à 16 bits (forme de complément à
deux) et la connexion logique est ensuite évaluée pour chaque paire correspondante
de bits dans les deux nombres.
Les résultats renvoyés par les opérateurs logiques pour ces évaluations de bits
sont tels qu'indiqués ci-dessous:
108 SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
Après que chaque paire de bits ait renvoyé le résultat correspondant (soit 1 ou 0) selon
les tables données ci-dessus, le nombre binaire à 16 bits résultant est converti en une
valeur décimale, laquelle est le résultat de l'opération logique.
Exemple:
41 = 101001
AND
27 = 011011
^-001001
41 AND
27
égal
9
41 OR 27
-
41 - 101001
OR
27 = 011011
<-111011
égal
59
NOT 3
ega
-4 (forme de
complément à deux)
3 = 0000000000000011
NOT
1111111111111100
NOT X peut généralement être calculé par l'équation, NOT X = -(X + 1)
Opérations fonctionnelles
Les fonctions sont des opérations consistant à calculer une valeur spécifique à partir
d'un simple opérande intégré dans les programmes BASIC. Les fonctions sont
généralement décrites ensemble avec les instructions BASIC dans le Dictionnaire des
commandes. Les fonctions suivantes sont intégrées dans le BASIC de Sharp:
ABS
ACS
ASN
ATN
COS
DEG
Valeur absolue
Arc cosinus
Arc sinus
Arc tangentiel
Cosinus
Décimal/degré
DMS
EXP
INT
LN
LOG
PI
Degré/décimal
Exposant
Nombre entier
Logarithme naturel
Logarithme commun
Valeur de pi
REPRESENTATION DES DONNEES
RND
SGN
SIN
Nombre aléatoire
Signe
Sinus
SQR
TAN
109
Racine carrée
Tangente
Les arguments peuvent être spécifiés ou renvoyés en degrés, radiants ou valeur
de gradients en sélectionnant le mode avec les commandes DEGREE, RADIAN et
GRAD.
Dans les calculs impliquant des fonctions et des opérations arithmétiques, toutes deux
en programmes BASIC et en mode calculatrice, la priorité d'exécution est la suivante :
L'exponentiation a priorité sur les fonctions. Par conséquent, dans certaines
expressions des parenthèses doivent être utilisées pour garantir une évaluation
correcte.
Exemple:
Forme algébrique normale
sin2 30°
(sin 30°)2
cos4(A+B)
'
Expression PC-1600
(SIN 30)A 2
SIN 30 * 2
(COS(A+B)) *4
Outre les fonctions mathématiques et trigonométriques, il y a une certaine gamme de
fonctions qui peuvent être utilisées pour exécuter une variété d'opérations sur les
chaînes de caractères. Pour les détails, référez-vous à la description des
commandes.
FICHIERS 111
11 Fichiers
Un fichier est un ensemble de données structuré qui peut être conservé dans une unité
extérieure (comme l'unité de disques par exemple). L'ensemble de données peut être
lu dans la zone de travail pour le traitement et écrit à nouveau sur le fichier selon la
nécessité en utilisant un simple identificateur: soit le nom de fichier.
Un fichier peut contenir les données de texte en forme de codes représentatifs de
caractères dans les lignes d'un programme BASIC, ainsi que les données binaires. Les
fichiers peuvent être stockés sur le disque RAM, la bande cassette ou le disque souple
et échangés entre différents dispositifs. Ils peuvent aussi être envoyés, à travers les
ports série d'E/S, à ou par autres ordinateurs.
Tous les fichiers dans le PC-1600 sont des fichiers séquentiels, c'est-à-dire que les
données sont écrites et lues du fichier de manière séquentielle, article par article. Un
accès aléatoire aux données au milieu du fichier n'est pas possible dans le PC-1600.
Descripteurs de fichier
Les fichiers sont identifiés par un "descripteur". Le descripteur du fichier spécifie le
nom de dispositif (d:), le nom de fichier et l'extension (.ext) par le format suivant:
d: nom de fichier.ext
Nom de dispositif
Le nom de dispositif spécifie sur quel dispositif le fichier doit être stocké en tant que
nouveau fichier ou sur quel dispositif Je fichier existe. Le nom de dispositif doit être
suivi d'un deux-points, à savoir :. A titre d'exemple, les noms de dispositifs suivants
sont utilisés:
Nom
Dispositif
S1 :
S2:
COM1 :
COM2:
COM:
Module de mémoire dans le logement 1
Module de mémoire dans le logement 2
Port série RS-232C
Port série optique
Port série en cours d'utilisation
112
SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
CAS:
X:, Y:
Lecteur à cassette connecté à l'unité
traceur/imprimante CE-1600P
Unité de disques souples de 2,5"
optionnelle
Nom de fichier
Tous les fichiers doivent avoir un nom pour la sauvegarde dans un dispositif (seule
exception faite des fichiers stockés sur la bande cassette en mode compatible avec
PC-1500 par l'instruction CSAVE). Le nom de fichier peut être spécifié sans aucune
contrainte par huit caractères au maximum, y compris les caractères suivants:
Un seul nom peut être attribut à un fichier.
Extension
L'extension est une façon supplémentaire d'identifier le type de fichier (par exemple, le
fichier de programmes BASIC, le fichier de programmes en langage machine, le
fichier de texte).
L'extension est composée de trois caractères au maximum ajoutés après le nom de
fichier avec un point intercalé. L'utilisateur peut spécifier n'importe quelle extension
valable à un fichier lors de sa sauvegarde. A titre d'exemple, tous les fichiers de
programmes relatifs à la comptabilité peuvent avoir une extension, .FIN. Par ailleurs,
l'extension .BIN pourrait être utilisée pour tous les fichiers binaires en langage
machine. Il est facile d'identifier les contenus du fichier en regardant le répertoire d'un
disque.
Lorsqu'un fichier de programme BASIC est sauvegardé dans un dispositif par la
commande SAVE, le PC-1600 affecte automatiquement une extension à trois lettres, à
savoir .BAS, au nom du fichier pour l'identifier comme programme BASIC. Lorsque le
fichier est chargé à nouveau dans la mémoire par la commande LOAD, il n'est pas
nécessaire de spécifier l'extension .BAS; l'ordinateur peut alors deviner que l'extension
est .BAS, même si elle n'est pas spécifiée.
Lorsque la commande FILES ou LFILES est utilisée pour lister le répertoire des
fichiers sur un dispositif, les fichiers de programmes BASIC apparaissent sur la liste
imprimée avec l'extension .BAS, à moins qu'une certaine autre extension n'ait été
spécifiée lors de leur sauvegarde. L'extension .BAS doit être toujours spécifiée en cas
d'utilisation de la commande COPY.
FICHIERS 113
Stockage et extraction du fichier
Les fichiers peuvent être stockés sur une bande cassette, un disque souple et un disque
RAM.
Fichiers sur bande cassette
Les fichiers sont séquentiellement stockés sur bande cassette, c'est-à-dire que les
fichiers sont retenus sur la bande dans l'ordre de stockage. Ceci signifie que, pour
obtenir le cinquième fichier stocké sur la bande, il est nécessaire d'enrouler la bande
d'une longueur correspondant aux quatre premiers fichiers à compter de sa tête.
Chaque fichier sur la bande possède une étiquette portant le nom de fichier. Si
vous spécifiez la commande LOAD pour charger un fichier de la bande, l'ordinateur
contrôle le défilement de la bande de lecteur de façon à retrouver l'étiquette portant le
nom de fichier ayant été spécifié en introduisant la commande LOAD et le charge.
Comparée avec le disque souple ou le disque RAM, cette méthode nécessite plus de
temps pour rechercher le fichier y étant stocké.
Les commandes suivantes sont disponibles pour créer, rappeler et mettre à jour les
fichiers chargés sur la bande cassette:
BLOAD, BSAVE, CHAIN, CLOAD, CLOAD?, CLOAD M, CLOSE, CSAVE, CSAVE «M,
INPUT#, LOAD, MAXFILES, MERGE, OPEN, PRINT#, RMT ON/OFF, SAVE
Les commandes CLOAD, CLOAD?, CLOAD M, CSAVE et ÇSAVE M sont pour une
compatibilité descendante avec l'ordinateur de poche PC-1500 et n'ont aucune
fonction spéciale pour le PC-1600.
Le nombre de fichiers pouvant être stockés sur une bande cassette est déterminé par
la longueur de la bande et la taille des fichiers eux-mêmes.
Fichiers sur disque
Les fichiers sont stockés sur le disque souple ou RAM en secteurs miniatures qui peuvent
être positionnés n'importe où sur le disque (ou en RAM). L'ordinateur es1 capable
d'accéder à un point quelconque sur le disque (ou dans la RAM), d'une façon à la fois
directe et immédiate. Ceci signifie que tous fichiers stockés sur le disque souple ou le
disque RAM peuvent être instantanément chargés dans la mémoire de l'ordinateur.
114
SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
Répertoire
Pour savoir où en est le fichier sur le disque, l'ordinateur tient un répertoire de tous les
fichiers et leurs tailles, avec autres informations nécessaires pour l'accès.
Le répertoire est affiché sur l'écran soit pour le disque souple, soit pour le module
RAM, à l'aide de la commande FILES ou sorti sur l'imprimante à l'aide de la
commande LFILES. (Cette fonction est indisponible pour la bande cassette, car les
fichiers y étant stockés ne sont pas répertoriés.) Le répertoire contient les informations
sur le ou les fichiers spécifiés selon le format suivant:
Les commandes suivantes sont disponibles pour créer, rappeler ou mettre à jour les
fichiers stockés sur le disque souple ou le disque RAM:
BLOAD, BSAVE, CLOSE, COPY, FILES, INIT, INPUT#, KILL, LFILES, LOAD, MAXFILES, NAME, OPEN, PRINT#, SAVE, SET
Nombre de fichiers par dispositif
Le nombre de fichiers qui peuvent être stockés sur un disque souple ou RAM dépend
de la taille du bloc répertoire; de façon concise, le nombre de fichiers pouvant être
répertoriés sur un disque souple est de 48. Le nombre maximum de fichiers pouvant
être retenus dans le module RAM optionnel CE-1600M est de 48.
REMARQUE: Le module de programmes CE-159 ne peut être utilisé seulement que
pour le stockage d'un seul programme, lequel n'est cependant pas sous
la forme du fichier portant son nom. Après que le module a été inséré
dans l'un des logements à l'arrière de l'ordinateur, le logement
considéré est rendu actif par la commande TITLE. Le programme dans
ce module est alors exécuté par introduction de RUN comme s'il était
chargé dans la mémoire intérieure de
Noms de fichier ambigus - "Wildcards"
Un groupement de fichiers peut être spécifié par un nom de fichier ambigu qui est
satisfait par tous les noms de fichiers du groupement. Ceci est effectué en utilisant les
caractères "wildcard" pour certains caractères de la chaîne constitutive du nom de
fichier ambigu. Le caractère "wildcard" est soit le point d'interrogation ? qui
FICHIERS 115
peut remplacer un nombre quelconque de caractères simples composant le nom de
fichier, soit l'astérisque * qui peut remplacer n'importe quel nom de fichier et/ou
n'importe quelle extension dans leur ensemble.
Exemple:
Nom de fichier ambigu
Noms de fichiers
correspondant au nom ambigu
?ET
?PT?
?????
SET, MET, RET, (5ET, 4ET
RPT1, RPT2, SPTM, (PT), -PTS
Tous les noms de fichiers à cinq
caractères
REP1.BAS, DAT1.BIN, LET1.BKK
Tous les noms de fichiers à 8 caractères
Tous les noms de fichiers avec une
extension quelconque
???1.B??
*
* .*
Lorsqu'un nom de fichier ambigu est spécifié avec des caractères "wildcard" à l'aide de la
commande FILES ou LFILES, tous les fichiers dont le nom a trait au nom ambigu sont
listés sur l'écran ou l'imprimante. Le format * . * permet de lister tous les fichiers
répertoriés dans le dispositif sur l'écran ou l'imprimante. La description de la commande
FILES dans le répertoire des commandes porte également sur l'utilisation des
caractères "wildcard" * et ? dans la spécification des noms de fichiers. Le caractère
"wildcard" ? peut aussi être utilisé pour programmer l'heure de signalisation sonore
avec l'instruction ALARM$.
Protection du fichier
Chacun des fichiers stockés sur le disque souple ou le disque RAM peut être protégé
avec la commande SET en BASIC. Une fois protégé, le fichier ne peut plus accepter
l'écriture, ni être détruit. Pour les détails concernant les types de protection, référezvous à la description de la commande SET.
De plus, les fichiers pourront être protégés de manière matérielle. Ceci se matérialise,
pour le disque souple, par une languette de protection contre l'écriture, qui située au
bord du disque, protège tous ses contenus contre l'effacement ou l'édition. Pour le
disque RAM, les contenus peuvent être protégés en mettant au travail l'interrupteur de
protection en écriture placé sur la face frontale du module. Dans ce cas, l'ordinateur
doit être hors tension. Les contenus du disque sont alors protégés contre l'effacement
ou l'édition.
De même, les contenus de la mémoire peuvent être protégés contre tout accès non
autorisé en spécifiant un mot de passe à l'aide de la commande PASS. Une fois
protégés, ils ne peuvent plus être effacés, édités ou listés, à moins que l'utilisateur
n'entre le mot de passe correct.
116 SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
Création d'un fichier
Pour la création d'un fichier, il faut suivre les quatre étapes suivantes dans l'ordre correct:
1 Exécutez l'instruction MAXFILES pour définir le nombre de fichiers devant être ouverts.
2Exécutez l'instruction OPEN pour définir le nom du fichier et le numéro correspondant,
puis ouvrir le fichier en mode OUTPUT.
3Ecrivez les données sur le fichier avec l'instruction PRINT#.
4 Exécutez l'instruction CLOSE pour fermer le fichier. Cette instruction doit être spécifiée avant
de rouvrir le fichier pour entrer les données en mode INPUT.
Exemple:
Le court programme donne ci-dessous permet de créer, sur le disque souple, un fichier dont
les données nom et adresse peuvent servir de base pour un petit carnet d'adresses
informatisé.
5 MAXFILES = 1
10 OPEN "X:ADDRESS" FOR OUTPUT AS #1
20 INPUT "ENTER NAME?";N$
30 IF NS = "END" THEN 100
40 INPUT "ENTER CITY?";C$
50 INPUT "ENTER TEL NUMBER?";T$
60 PRINT #1, N$;",";C$;",";T$
70 PRINT
80 GOTO 20
100 CLOSE #1
110 END
Affecte 1 au nombre de fichiers
devant être ouverts.
Ouvre le fichier pour la sortie.
Stocke les données concernant le
nom de ville et le numéro de
téléphone, introduites par le
clavier.
Ecrit les données sur le fichier 1.
Curseur à la ligne suivante
Entre les données consécutives.
Ferme le fichier.
Entrez le programme dans le PC-1600 et tapez RUN. Le message de sollicitation suivant
apparaît alors sur l'écran:
ENTER NAME?
Tapez le nom d'une personne dont vous désirez stocker l'adresse et le numéro de
téléphone, puis appuyez sur la touche
Maintenant, vous aurez sur l'écran
le message de sollicitation suivant:
ENTER CITY?
FICHIERS 117
Tapez le nom de la ville et appuyez sur
apparaîtra.
Le message de sollicitation suivant
ENTER TEL NUMBER?
Tapez le numéro de téléphone et appuyez sur la touche
. Le premier
message de sollicitation apparaît à nouveau pour vous inciter à entrer les trois données
sur la deuxième personne. A partir des données suivantes, créez un fichier exemple
d'adresses:
M.JONES
T.SMITH
M.BERRY
N.ITO
S.SHARP
P.PETERS
NEW YORK
LONDON
NEW YORK
TOKYO
NEW YORK
LONDON
212-758-0354
01-634-4431
212-432-0012
03-927-1345
212-124-5364
01-433-0056
Lorsque vous aurez terminé l'entrée de toutes les données, tapez END en réponse au
caractère de sollicitation ENTER NAME?. Ainsi, le programme est terminé et le fichier
de données, fermé.
Si vous regardez le répertoire du disque souple avec la commande FILES en utilisant
le nom de fichier ambigu * . *, vous pouvez confirmer que le fichier "ADDRESS" est
ajouté au répertoire par ce programme. Ce fichier contient toutes les données
introduites dans le programme dans la même séquence d'entrée.
IMPORTANT: Si vous déroulez le programme encore une fois, le fichier ADDRESS est
rouvert pour la sortie à la ligne 70. Le procédé de réouverture du fichier
pour la sortie efface toutes les données précédemment stockées et
laisse un fichier vide, appelé adresse, prêt à l'écriture.
La seule méthode d'addition d'une nouvelle information aux données existant dans un
fichier est de rouvrir ce dernier en mode APPEND. Un programme séparé doit être créé
à cet effet avec le fichier ouvert, par l'instruction suivante:
OPEN "X:ADDRESS" FOR APPEND AS #1
Pour un fichier séquentiel, les données peuvent seulement être ajoutées en fin du fichier.
Ceci signifie que les articles ne peuvent pas être insérés en position alphabétique avec
APPEND. Pour résoudre ce problème, il suffit cependant d'écrire un autre programme
qui permet de faire lire à l'ordinateur toutes les données du fichier, de mettre les
additions en position alphabétique correcte et ensuite de récrire l'ensemble de
données sur le fichier dans le nouvel ordre. APPEND ne peut être utilisé que pour les
fichiers résidant sur le disque souple ou dans le module RAM.
118 SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
Accès au fichier
Pour l'accès au fichier, il faut suivre les quatre étapes suivantes dans l'ordre correct:
1 Exécutez l'instruction MAXFILES pour désigner le nombre de fichiers devant être ouverts.
2 Exécutez linstruction OPEN pour ouvrir le fichier "X:ADDRESS" en mode INPUT.
3 Faites tire à l'ordinateur les données du fichier pour les mettre en mémoire de variables à
l'aide de l'instruction INPUT#.
4 Exécutez l'instruction CLOSE pour fermer le fichier. Ceci est à exécuter avant que le fichier ne
soit rouvert en mode OUTPUT ou APPEND.
Chaque fois que le fichier est ouvert, les, données sont lues dès le début. A chaque exécution
de l'instruction INPUT#, les données suivantes dans le fichier sont stockées dans le
programme. Lorsque le fichier arrive à sa fin et qu'il n'y a aucune instruction dans le programme
pour arrêter la lecture du fichier, le code d'erreur 165 est affiché.
Exemple:
Le programme indiqué ci-dessous permet de lire les données stockées sur le fichier ADDRESS
créé avec le programme précédemment décrit et d'afficher sur l'écran toutes les personnes
habitant à NEW YORK:
5 MAXFILES = 1
10 OPEN "X:ADDRESS" FOR INPUT AS #1
20 PRINT "NEW YORK"
30 PRINT:PRINT "NAME", "TEL NUMBER"
40 IFEOF(1)THEN 100
50 INPUT #1,N$, C$, T$
60 IF C$ = "NEW YORK" THEN 80
70 GOTO 40
80 PRINT N$, T$
90 GOTO 40 100
CLOSE #1 110
END
Désigne le nombre de fichiers
devant être ouverts. Ouvre le
fichier pour l'entrée. Imprime le nom
de ville et les
en-têtes. Contrôle la fin du fichier.
Lit les articles du fichier. Compare la
ville. Revient pour lire l'article suivant
Imprime le nom et le numéro.
Revient pour lire l'article suivant,
Ferme le fichier.
Entrez le programme dans le PC-1600 et tapez RUN. Alors, sur l'écran apparaissent
les informations suivantes:
FICHIERS 119
NEW YORK
NAME
M.JONES
M.BERRY
S.SHARP
TELNUMBER
212-758-0354
212-432-0012
212-124-5364
Pour la comparaison dans la ligne 60 pour la chaîne "NEW YORK", il faut que
l'orthographe et l'espacement de la chaîne soient exactement les mêmes avec les
lettres majuscules.
Ce programme peut être facilement modifié pour permettre à l'utilisateur de choisir la
ville à rechercher, en ajoutant ou remplaçant les lignes suivantes:
15 INPUT "WHICH CITY";S$
20 PRINT S$
60 IF C$ = S$ THEN 80
Mise à jour du fichier
Comme il a été précédemment décrit, les données ne peuvent être ajoutées ou
annexées qu'en fin du fichier lorsque celui-ci est rouvert en mode APPEND. Pour
insérer les articles dans un fichier existant, un programme plus sophistiqué est requis
pour lire toutes les données et les mettre à jour dans la mémoire de PC-1600 et pour
les récrire sur le fichier dans un nouvel ordre.
L'information supplémentaire sur le nom peut être ajoutée à la queue du fichier
ADDRESS existant en remplaçant la ligne 10 du premier programme comme suit:
10 OPEN "X:ADDRESS" FOR APPEND AS #1
Les commandes DSKF, EOF, LOC, LOF et MAXFILES sont disponibles pour un
programme de traitement de fichiers plus évolué afin de vérifier la taille de chaque
fichier ou cours de sa création et de s'assurer de l'absence d'erreur au niveau du
dispositif et des fichiers.
ACCES AUX PORTS SERIE
121
12 Accès aux ports série
Deux ports série de communication intégrés au PC-1600 permettent de connecter
celui-ci avec autres ordinateurs et dispositifs servant à soutenir l'accès à l'interface
RS-232C ou ayant un port à fibres optiques compatible. Les deux ports, RS-232C et
optique, sont traités par BASIC comme dispositifs d'entrée/sortie séquentielle et
identifiés par les noms de dispositif, à savoir COM1: et COM2:. COM: spécifie le port en
vigueur.
Spécification du port
Les deux ports sont ouverts pour la communication de données par l'instruction
SETDEV. Une fois spécifié COM:1 ou COM2: avec SETDEV, le port considéré est utilisé
pour l'entrée et la sortie de commandes BASIC tout au long de la communication, à
moins qu'une autre commande SETDEV ne soit exécutée. Pour la gestion des deux
ports série, les commandes suivantes sont disponibles:
COMn ON/OFF/STOP, PCONSOLE, INIT, INSTAT, ON COMn GOSUB, ON PHONE
GOSUB, OUTSTAT, PHONE ON/OFF/STOP, RCVSTAT, SETCOM, SETDEV,
SNDBRK, SNDSTAT, PZONE
De plus, certaines commandes d'impression peuvent être utilisées pour l'entrée par
l'un des deux ports série. Suite à la mise sous tension, la sortie par les commandes
LLIST, LFILES et LPRINT est normalement dirigée à l'imprimante. La commande
SETDEV possède trois options qui conduisent la sortie de ces commandes au port
sélectionné. SETDEV est aussi utilisé pour renvoyer la sortie à l'imprimante, fermant
effectivement les deux ports série. L'accès en vigueur pour la commande SETDEV peut
être affiché en utilisant la fonction DEV$. Les commandes SAVE et LOAD sont
disponibles pour envoyer ou recevoir l'ensemble de de fichiers par l'intermédiaire des
ports série.
Options de protocole
Avant la réception ou la transmission des données par un port série, le protocole de
communication régissant les états de signaux de commande doit être choisi selon le
dispositif avec lequel le PC-1600 entre en communication. Le protocole de liaison est
spécifié avec la commande SNDSTAT pour la transmission et avec la commande
RCVSTAT pour la réception. Pour la transmission, les états de tous les signaux de
commande peuvent être individuellement spécifiés avec la commande OUTSTAT.
122
SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
La spécification du protocole nécessite une connaissance approfondie dans le
domaine des signaux de commande utilisés pour la transmission de données;
toutefois, le PC-1600 est réglé pour la transmission simple de données si les
paramètres OUTSTAT ne sont pas spécifiés. Le protocole de réception en vigueur
peut être affiché en utilisant la commande INSTAT.
Paramètres de communication
Pour la communication avec un autre ordinateur ou dispositif, le débit et le mode de
transmission de données doivent être compatibles entre les deux unités. Les
paramètres programmables sont les suivants:
1Débit de transmission (débit en bauds) variable de 50 à 38400 bauds
2Longueur de mot variable de 5 à 8 bits
3Parité, telle que paire, impaire, nulle
4Nombre de bits de stop, 1 ou 2
5protocole X-ON/OFF, valable ou non
6protocole de décalage, valable ou non
Ces paramètres sont spécifiés par la commande SETCOM. Les paramètres en
vigueur peuvent être affichés par la fonction COM$.
En cas d'utilisation des commandes SAVE, LOAD, BSAVE, BLOAD ou de la
commande COPY pour le transfert de fichiers entre le disque RAM et l'un quelconque
des ports, le débit en bauds maximum est fixé à 9600 bauds pour l'accès RS-232C
(COM1:) et à 38400 bauds pour le port optique (COM2:). D'autre part, en cas
d'utilisation des commandes INPUT, INPUT#, PRINT#, LLIST et LPRINT, le débit en
bauds est limité à 4800 bauds pour les deux ports.
Tampon de réception
L'information reçue par l'un des deux ports série est d'abord stockée dans le tampon
de réception. La taille de ce tampon peut être définie par l'utilisateur avec la
commande INIT de manière appropriée au type de l'information devant être reçue.
Sortie à un port série
Les commandes et fonctions pouvant être utilisées pour la sortie à l'un des ports série
sont les suivantes:
CHR$, LFILES, LLIST, LPRINT/LPRINT USING, OPEN, PCONSOLE, PRINT#/PRINT#
USING, PCONSOLE, PZONE, SAVE
ACCES AUX PORTS SERIE 123
Transmission des programmes et données
Les données produites par un programme ou les listes de programmes peuvent être
transmises directement à un port série en procédant comme suit:
1Ouvrez le port avec l'instruction SETDEV en spécifiant l'option PO pour sortir les
commandes LPRINT, LLIST et LFILES à cet accès.
2Utilisez la commande PZONE pour définir le format de sortie des commandes
LPRINT.
3 Utilisez la commande PCONSOLE pour définir la longueur appropriée de ligne et
la fin du code ligne.
Ainsi, le fichier de programme peut être transmis à un autre ordinateur. D'abord,
chargez le fichier dans la mémoire à l'aide de la commande LOAD. Ensuite,
conduisez la sortie au port série RS-232C en utilisant la commande SETDEV. Enfin,
tapez LLIST pour sortir les lignes de programme, une par une, au port série.
Pour le fichier et les données séquentiellement écrits, le port peut aussi être ouvert
avec l'instruction PRINT# en procédant comme suit:
1Définissez le nombre de fichiers devant être ouverts, en utilisant la commande
MAXFILES.
2Ouvrez le port pour la sortie et spécifier son numéro avec la commande OPEN.
3Utilisez la commande PRINT# ou RPINT# USING dans un programme pour écrire les
données élémentaires à destination du port de la même façon que pour un fichier
ordinaire.
4Fermez le port avec l'instruction CLOSE comme pour un fichier ordinaire.
Transmission des fichiers de programme
Le fichier existant sur un disque souple, un disque RAM ou une bande peut être
directement transmis à l'un des ports série à l'aide de la commande SAVE dans un
but de sauvegarde comme pour le disque souple ou RAM.
124 SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
Transmission des codes de contrôle
La fonction CHRS peut être utilisée pour envoyer les codes de caractères spéciaux à
l'un des ports de la même façon que pour leur envoi à une imprimante. Par exemple,
le code de contrôle ASCII 4 est utilisé, dans nombreux ordinateurs, pour dire le fin du
texte (EOT). Ce code peut être transmis au port série en spécifiant l'instruction du
format suivant après avoir ouvert le port pour la sortie à l'aide de SETDEV.
10 LPRINT CHR$(4)
Entrée par un port série
Les commandes et fonctions pouvant être utilisées pour l'entrée par l'un des ports
série sont les suivantes:
INIT, !NPUT#, LOAD, OPEN, PCONSOLE/RXD$, SNDBRK
Réception des données
Les données reçues par l'un des ports série peuvent être stockées dans un
programme en procédant comme suit:
1Définissez le nombre de fichiers à ouvrir à l'aide de la commande MAXFILES.
2Définissez la taille du tampon de réception selon la nécessité par la commande INIT.
3Ouvrez le port pour l'entrée du fichier par la commande OPEN.
4Stockez les données du port en utilisant la commande INPUT# de la même façon
que pour un fichier ordinaire.
5Fermez le port avec l'instruction CLOSE.
Réception des fichiers
Le fichier peut être reçu par l'intermédiaire d'un port série et stocké dans la mémoire
en spécifiant la commande LOAD comme pour charger un fichier du disque souple ou
RAM.
MISE AU POINT 125
13 Mise au point
Il est pratiquement impossible d'écrire un programme impeccable en une seule fois. Des
fautes de frappe ou erreurs de syntaxe (erreurs de grammaire) peuvent se glisser au
cours de la programmation, lorsque vous spécifiez vos instructions en BASIC. Même un
contrôle méticuleux suivant l'entrée ne permettra pas de trouver toutes les erreurs,
particulièrement celles au niveau de la conception logique d'un programme. La mise au
point signifie le procédé d'élimination. Systématique de différents types d'erreurs
permettant d'obtenir le programme conforme aux conditions de la conception.
Erreurs de syntaxe
Lorsque vous exécutez votre programme pour la première fois, des erreurs, à
commencer par les erreurs de syntaxe, sont détectées, ligne par ligne, au fur et à mesure
du déroulement du programme.- L'exécution est arrêtée à la première erreur qui se
glisse dans le programme et le code d'erreur et le numéro de ligne correspondants
sont affichés sur l'écran.
Dans ce cas, vous devez vous référer à la liste des codes d'erreurs et, pour leur
signification, à l'annexe F. Si l'erreur détectée est une erreur de syntaxe (code d'erreur
1), tapez la commande LIST <numéro de ligne> pour lister la ligne comportant l'erreur.
Ou, alternativement, appuyez sur la touche
pour effacer le code d'erreur, puis sur la
touche
pour changer le mode PRO et puis sur la
touche
La ligne sera affichée avec le curseur indiquant l'erreur. Utilisez ensuite les
touches d'édition pour corriger l'erreur et tapez encore une fois RUN pour relancer le
programme. L'ordinateur arrête l'exécution du programme lorsqu'une erreur suivante est
détectée. Répétez cette procédure chaque fois que l'exécution est interrompue par le
code d'erreur 1.
Les autres types d'erreurs doivent être traités selon le cas. Certaines erreurs peuvent
se glisser dans votre conception logique, alors qu'autres sont faciles à corriger; par
exemple, spécifier une commande FOR..TO sans définir l'instruction NEXT
correspondante. A travers une pratique intensive, vous pourrez établir la meilleure
approche systématique pour la mise au point de vos programmes au-delà de l'étape de
syntaxe.
Les erreurs de syntaxe et les fautes de frappe peuvent être corrigées grâce aux
fonctions d'édition décrites à la section "Mode d'édition" dans le chapitre 9. Vous
trouverez qu'au bout de la pratique, les lignes peuvent être corrigées avec le minimum
de frappe de ces touches.
Mode d'analyse
Les commandes TRON (mode d'analyse au travail) et TROFF (mode d'analyse au
126
SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
repos) peuvent être utilisées pour suivre l'exécution d'un programme, ligne par
ligne.
Lorsque le mode d'analyse est activé par la commande TRON, l'ordinateur exécute
une ligne de programme et arrête l'exécution 0,5 seconde en affichant le numéro de
ligne correspondante à droite de l'écran, avant de passer à la ligne suivante. Ce mode
est utile pour l'analyse du déroulement de votre programme. Assurez-vous que le
programme saute aux endroits corrects au bon moment et ainsi de suite.
Le mode d'analyse peut aussi être spécifié pour exécuter une ligne simple; dans ce
cas, pour passer à la ligne suivante, pressez sur la touche de flèche orientée vers le
bas, soit
Cette façon d'analyse vous donne un temps plus ample pour examiner la
séquence d'exécution du programme. Le mode d'analyse persiste jusqu'à ce que la
commande TROFF soit exécutée. Pour de plus amples détails, référez-vous à la
description sur le répertoire des commandes.
Les commandes STOP peuvent être insérées, de manière stratégique, dans votre
programme en phase de mise au point pjour arrêter l'exécution par l'ordinateur à un
certain point et imprimer les résultats intérimaires de contrôle. L'exécution du
programme peut ensuite être reprise au même point en utilisant la commande CONT.
Programmes de traitement d'erreurs
Il est possible d'empêcher les messages d'erreur d'interrompre l'exécution du
programme, s'ils sont dûs à une situation prévisible. Si, par exemple, vous répondez à
l'instruction INPUT en tapant une fausse donnée dans votre programme. Utilisez la
commande ON ERROR GOTO ensemble avec les fonctions ERL et ERN pour continuer
l'exécution du programme.
La commande ON ERROR GOTO est spécifiée au début du programme et signale où
se trouve la première ligne du programme de traitement d'erreur. Après l'exécution de
cette instruction, toutes les erreurs dans le programme causent le branchement avec
la première ligne du programme de traitement d'erreur, lequel est conçu soit pour
corriger l'erreur, soit pour vous permettre de retaper une information correcte, avec
pour résultat de relancer le programme sans qu'il ne soit interrompu par le message
d'erreur.
Dans le cadre du programme, les fonctions ERL et ERN sont utilisées pour déterminer
de quel type d'erreur s'agit-il et sur quelle ligne se trouve-t-elle dans le programme.
Le programme de traitement d'erreur permet de reprendre l'exécution du programme
au point considéré avec l'instruction RESUME ou de terminer l'exécution avec un
message convenable pour l'utilisateur.
Pour un exemple simplifié du programme de traitement d'erreur, se référer à la
description de la commande ON ERROR GOTO.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC
127
14 Dictionnaire des commandes
BASIC
Le Dictionnaire des commandes comprend toutes les commandes et fonctions BASIC
valables pour le PC-1600. Certaines commandes sont incluses pour assurer une parfaite
compatibilité avec le PC-1500 en MODE 1 et ne sont pas donc si utiles en mode
PC-1600.
Les symboles énumérés ci-dessous sont utilisés tout au long de la description des
commandes pour identifier les modes dans lesquels elles peuvent être spécifiées, ainsi
que les dispositifs périphériques nécessaires.
Peut être directement introduit en mode PRO
Peut être directement introduit en mode RUN
Utilisé pour programmer les touches de fonction en mode RESERVE.
Peut être introduit comme ligne de programme.
Commande de disque souple. L'unité à disques de poche, CE-1600F, doit
être en connexion.
Commande de bande cassette. Un enregistreur à cassette doit être
connecté à travers l'interface cassette CE-1600P.
Commande d'imprimante. Le PC-1600 doit être installé dans l'interface
imprimante/cassette CE-1600P (ou dans le CE-150).
Commande de communication. Utilisé avec l'un des deux ports série.
Un dispositif sériel adéquat doit être connecté au port série spécifié.
Commande de disque RAM. Le module de programme CE-1600M ou
CE-161 doit être installé et initialisé dans la fente 1 ou 2.
Les symboles suivants sont utilisés dans le format de commande tout au long de la
description des commandes:
Le paramètre mis entre crochets carrés est optionnel. Les crochets euxmêmes ne font pas partie de la commande à entrer.
128
SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
<
(
>
)
Utilise pour indiquer la valeur en vigueur du paramètre à entrer. Les
crochets eux-mêmes en font pas partie de la commande à entrer.
Utilisé pour délimiter la valeur du paramètre dans certaines
commandes et doit être entré en tant qu'une partie de commande.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC
129
FORMAT: 1. ABS(X)
Abréviation: AB Voir
également:
BUT:
Renvoie la valeur absolue du nombre X.
REMARQUES:
Le nombre X est une expression numérique quelconque
EXEMPLE:
>
ABS
N O M B R E
-2
-1
0
1
2
ABSOLUE
2
1
0
1
2
130
SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
ACS
FORMAT: 1. ACS(X)
Abréviation: AC.
Voir également: ASN, ATN, COS
BUT:
Renvoie l'arc cosinus de X.
REMARQUES:
Cette fonction renvoie le cosinus inverse de l'expression en degrés,
radians ou gradients selon laquelle le mode de l'ordinateur est
spécifié par la commande de DEGREE, RADIAN ou GRAD. La
valeur de X est limitée à
EXEMPLE:
En mode DEG, ACS(X),est renvoyée dans une gamme de 0 à 180°.
En mode RAD, ACS(X) est renvoyée dans une gamme de 0 à n
radians. En mode GRAD, ACS(X) est renvoyée dans une
gamme de 0 à 200.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC
131
ADIN ON/OFF/STOP
FORMAT: 1. ADIN ON
2.ADIN OFF
3.ADIN STOP
Abréviation: AD.
Voir également: AIN, ON ADIN GOSUB
BUT:
Valide ou invalide les interruptions reçues par l'intermédiaire du
plot d'entrée analogique.
REMARQUES: Les interruptions sont reçues par le plot d'entrée analogique sous
forme de tension d'un certain niveau. Pour les détails des niveaux
de tension applicable, voir la description de l'instruction AIN.
ADIN ON valide les interruptions reçues par l'intermédiaire du plot
analogique. L'instruction ON ADIN GOSUB peut alors être utilisée
pour exécuter par branchement un programme correspondant à
l'interruption. ADIN OFF invalide les interruptions provenant du plot
d'entrée analogique. ADIN STOP invalide les interruptions provenant
du plot d'entrée analogique mais enregistre la demande
d'interruption reçue en dernier. Si ADIN ON est exécutée
subséquemment, cette demande d'interruption sera immédiatement
réalisée. La valeur implicite (valeur par défaut) est ADIN STOP.
EXEMPLE:
Voir ON ADIN GOSUB.
132 SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
AIN
FORMAT: 1. AIN
Abréviation: Al.
Voir également: ADIN ON/OFF/STOP, ON ADIN GOSUB
BUT:
Renvoie une valeur correspondant au niveau d'entrée de tension
analogique.
REMARQUES
,
AIN est une variable de système qui maintient le résultat de
conversion du niveau de tension d'entrée analogique en niveau
numérique dans une gamme de 0 à 255. En ce qui concerne les
détails des niveaux de tension admissibles pour le signal d'entrée
analogique, voyez le chapitre 6.
EXEMPLE:
Imprime la tension analogique exprimée en valeur numérique
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC
133
ALARM$
n
FORMAT: 1. ALARM$="MM/DD/HH/mm[;<chaîne de messages>]
2.ALARM$=""
3.ALARM$
Abréviation: AL.
Voir également: TIMES, DATE$, POWER
BUT:
Spécifie l'heure d'alarme et une chaîne optionnelle de messages
REMARQUES:
ALARM$="MM/DD/HH/mm" désigne l'heure d'alarme, où,
MM: mois
DD: jour HH:
heure
mm: minute
(01 à 12)
{01 à 31)
(00 à 23)
(00 à 59)
' Séparés par une barre oblique (/)
A l'heure spécifiée, l'alarme interne de l'ordinateur retentir avec des
bips répétés pendant 1 seconde. Des caractères facultatifs "?"
peuvent être utilisés dans la spécification du mois et jour pour
désigner l'alarme mensuelle ou journalière. Par exemple,
"??/??/13/30" permet à l'alarme de retentir journellement à 13:30.
La <chaîne de messages> optionelle peut être d'une longueur de 26
caractères au maximum. Le message sera affiché sur l'écran
lorsque le l'heure d'alarme est atteint. ALARM$= " " supprime et
désigne à nouveau l'heure d'alarme et la chaîne de messages
optionnelle. ALARM$ utilisée comme une variable renvoie l'heure
d'alarme actuellement désigné.
NOTE:
La chaîne de messages spécifiée recouvrira le contenu de. la
chaîne de caractères des touches de fonction pour mode II. Pour les
détails, voir le chapitre 9, Mode de réserve.
EXEMPLE:
Cela imprimera le message "JOYEUX NOËL!" à 8 heures le jour Noël
134 SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
AREAD
FORMAT: 1. <étiquette>[:]AREAD<nom de variable>
Abréviation: A.
Voir également: RUN
BUT:
Permet à l'article affiché sur l'écran d'être introduit dans une
variable de programme.
REMARQUES: La commande AREAD ne peut être utilisée qu'immédiatement après
l'étiquette sur la première ligne d'un programme et est effective
seulement si l'exécution du programme est lancée par
l'enfoncement de la touche DEF suivi par l'étiquette. Dans tous les
autres cas, AREAD sera ignorée.
Lorsque AREAD est effective, elle prend les chiffres ou caractères
affichés sur l'écran au moment où elle est exécutée et, les attribue à
la variable spécifiée dans le <nom de variable>. Le nom de variable
doit correspondre au type d'information: une variable numérique
pour chiffres et une variable alphanumérique pour caractères. Si
l'affichage contient des chiffres, 10 chiffres et 2 exposants au
maximum peuvent être introduits dans la variable. Si l'affichage
contient des caractères, le nombre de caractères pouvant être
introduits est égal à la longueur de la variable alphanumérique
comme déclaré dans l'instruction DIM. La valeur implicite est de 16
caractères. Si seulement le caractère de sollicitation de BASIC (>)
est affiché lorsque AREAD est exécuté, le contenu du <nom de
variable> sera remis à zéro.
EXEMPLE:
10 : "A" : A R E A D
N
[10] Lorsque le programme est exécuté, le chiffre, (s'il ya), actuellement affiché sur l'écran sera introduit
dans la variable de programme "N".
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC 135
FORMAT: 1. ARUN
; ARU.
Voir également: RUN
ARUN
BUT:
Permet à l'ordinateur de commencer automatiquement l'exécution
d'un programme par suite de la mise sous tension.
REMARQUES
Lorsque ARUN est incluse en tant que première instruction de
programme (c'est-à-dire avec le numéro de ligne le plus jeune dans
le programme) lors de la mise sous tension, le programme sera
exécuté comme lorsqu'une commande RUN a été introduite à partir
du clavier. L'ordinateur doit être mis hors tension en mode RUN.
ARUN est ignorée si elle n'est pas la première instruction.
NOTE:
Si des unités périphériques quelconques (imprimante, enregistreur à
cassette, unité de disque souple et modules de mémoire) sont
remplacées pendant que l'alimentation est coupée, l'ordinateur peut
renvoyer un code d'erreur pour indiquer que les unités
périphériques ne sont pas prêtes à fonctionner et n'exécutent pas
le programme. Dans ce cas, lancer l'exécution avec la commande
RUN. L'exécution d'ARUN par suite de la mise sous tension ne
supprime pas de variables ou paramètres comme la commande
RUN le fait. Utiliser l'instruction CLEAR dans le programme pour le
faire.
EXEMPLE:
Le programme est automatiquement déroulé à la mise sous tension.
136 SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
ASC
FORMAT: 1. ASC {<variable alphanumérique>) 2.
ASC ("<chaîne>")
Abréviation:
Voir également: CHR$
BUT:
Revoie l'élément de code ASCII pour le premier caractère dans la
chaîne spécifiée.
REMARQUE
S
La chaîne peut être spécifiée comme contenu d'une variable
alphanumérique sous forme de X$ ou comme chaîne actuelle
bornée entre guillement, "XXXX". Seule la valeur du premier
caractère dans la chaîne est renvoyée indépendamment de la
longueur. Pour les tables de code de caractères, voir l'annexe C.
EXEMPLE:
[10]
[20]
[30]
[40]
L'utilisateur appuie sur une touche pour introduire un caractère quelconque.
ASC trouve le numéro de code pour ce caractère.
Imprime la réponse.
Répète jusqu'à ce que l'utilisateur interrompt le programme en appuyant sur la touche de rupture.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC
137
FORMAT: 1. ASN(X)
Abréviation: AS.
Voir également: ACS, ATN, SIN
ASN
BUT:
Renvoie l'arc sinus de X.
REMARQUES:
Cette fonction renvoie le sinus inverse de l'expression en degrés, radians
ou gradients selon lequelle le mode de l'ordinateur est
spécifié par la commande de DEGREE, RADIAN ou GRAD. La valeur de X
est limitée à -1=X^1.
EXEMPLE:
En mode DEG, ASN(X) est renvoyée dans une gamme de -90 à 90°. En
mode RAD, ASN(X) est renvoyée dans une gamme de -TT/2 à TÎ/2 radians.
En mode GRAD, ASN(X) est renvoyée dans une gamme de -100 à 100.
138
SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
ATN
FORMAT: 1. ATN(X)
Abréviation: AT.
Voir également: ACS, ASN, TAN
BUT:
Renvoie l'arc tangente de X.
REMARQUE
S
Cette fonction renvoie la tangente inverse de l'expression en
degrés, radians ou gradients selon laquelle le mode de l'ordinateur
est spécifié par la commande DEGREE, RADIAN ou GRAD.
EXEMPLE:
En mode DEG, ATN(X) est renvoyée dans une gamme de -90 à
90°. En mode RAD, ATN(X) est renvoyée dans une gamme de -xr/2
à 7r/2 radians. En mode GRAD, ATN(X) est renvoyée dans une
gamme de -100 à 100.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC
139
FORMAT:
1.AUTO
2.AUTO <numéro de ligne>
3.AUTO <numéro de ligne>, <incrément>
4.AUTO, <incrément>
AUTO
Abréviation: AU.
Voir également: RE N U M
BUT:
Lance la génération automatique du numéro de ligne de programme
pour faciliter l'introduction au clavier du programme en mode PRO.
REMARQUE
S
Une fois AUTO introduite, chaque fois que la touche ENTER est
enfoncée après l'introduction au clavier d'une ligne de programme,
la ligne d'entrée suivante apparaît avec le curseur mis à la position
prête à l'introduction après le numéro de la nouvelle ligne. Si une
instruction existe déjà en mémoire avec ce numéro de ligne, la ligne
existante est affichée.
L'introduction de AUTO sans aucun paramètre engendre les
numéros de ligne commençant à 10 par incréments de 10.
L'introduction de AUTO <numéro de ligne> engendre les numéros
de ligne depuis le numéro spécifié à des incréments de 10.
L'introduction de AUTO <numéro de ligne>, <incrément> engendre
les numéros de ligne à partir du numéro spécifié à des incréments
spécifiés.
Pour annuler la commande AUTO, appuyer sur la touche
ou la touche
ou enfoncer la toucheà
deux reprises.
EXEMPLE:
>AUT0
Engendre les numéros de ligne 10, 20, 30, 40 ....
> A U T 0 10 0
Engendre les numéros de ligne 108, 110, 120, 130 ...
>AUTO
4 00,2 0
Engendre les numéros de ligne 400, 420, 440, 460 ....
140 SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
BEEP
FORMAT: 1. BEEP <nombre>
2. BEEP <nombre>[,<ton>[,<durée>]]
Abréviation: B. Voir
également:
ON/OFF
BUT:
Engendre les bips à une tonalité et une durée spécifiées par
l'intermédiaire du haut-parleur intégré à l'ordinateur.
REMARQUES:
Le paramètre <nombre> spécifie le nombre d'émissions du signal
sonore dans une gamme de 0 à 65535.
L'option <ton> spécifie l'élévation de la tonalité (fréquence) du bip
dans une gamme de 255 à 0. 255 correspond à une fréquence de
230 Hz environ, 0 à 7 kHz environ. La valeur par défaut pour <ton>
donne une fréquence de 4 kHz environ.
L'option <durée> spécifie la durée du bip. La consigne de la durée
du bip varie selon le paramètre <ton>. Même si une valeur <durée>
est spécifiée, la durée est d'autant plus longue que la fréquence est
plus basse. La valeur par défaut est 160.
EXEMPLE:
[10] Cette boucle externe est utilisée pour changer le nombre de bips de 1 à 3.
[20] Le compteur de boucle interne est utilisé pour changer la tonalité.
[30] L'instruction BEEP est exécutée 15 fois. Noter que la durée du bip devient plus longue suivant
l'abaissement du ton même si la valeur par défaut de <durée> est utilisée chaque fois.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC
FORMAT: 1. BEEP ON
2. BEEP OFF
Abréviation: B.
Voir également: BEEP
BUT:
141
BEEP ON/OFF
Invalide ou valide à nouveau la commande BEEP.
REMARQUES: BEEP OFF invalide la commande BEEP. Elle invalide également les
tonalités de contrôle produites lorsque l'ordinateur est en train de lire
un fichier en cassette.
BEEP ON valide à nouveau l'instruction BEEP après la désignation
de BEEP OFF.
EXEMPLE:
[101 Emet le signal sonore 4 fois.
[20] Toutes les instructions subséquentes BEEP seront invalidées jusqu'à ce que BEEP ON soit exécutée.
[30] Lorsque le programme est déroulé, seuls 4 bips de ligne 10 sont entendus.
[40] En principe, il convient de rétablir les valeurs par défaut pour le logiciel. Ici, BEEP est validée à
nouveau à la fin du programme.
142 SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
BLOAD
FORMAT: 1. BLOAD "<d:nom de fichier>"[,#<bloc de mémoire>#<adresse>]
Abréviation: BL.
Voir également: BSAVE, CLOAD, NEW, SET
BUT:
Charge un programme de langage machine dans la mémoire à
partir du disque souple, du module de disque RAM ou d'une
cassette.
REMARQUES:
Le paramètre <d:nom de fichier> spécifie l'unité et le nom de fichier.
Les unités suivantes peuvent être spécifiées:
S1:, S2:
X:, Y:
COM1 :, COM2:
CAS:
Modules de disque RAM
Unité de disque souple
RS-232C et accès séquentiel E/S optique
Bande cassette
Le paramètre <bloc de mémoire> spécifie un bloc de mémoire de 0
à 7 en tant que destination pour le programme de langage
machine.
Le paramètre <adresse> spécifie une adresse dans le bloc de
mémoire spécifié en système hexadécimal. Il s'agit de l'adresse à
partir de laquelle le stockage du programme commencera. Si les
deux paramètres ne sont pas spécifiés, le programme sera remis à
l'adresse dans le bloc de mémoire depuis laquelle il a été conservé
dans l'unité.
Si le programme est sauvegardé à l'origine en spécifiant une adresse de lancement
automatique (voir l'instruction BSAVE), il sera chargé et exécuté automatiquement à
partir de cette adresse. Pour les détails concernant les blocs de mémoire et les
adresses, voir l'annexe D, blocs de mémoire et adresses. EXEMPLE:
> BLOAD " X : RXOUT "
Charge le programme de langage machine RXOUT sur l'unité de disque souple X: dans la même adresse
de mémoire depuis lequel il a été conservé.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC
FORMAT: 1. BREAK ON
2. BREAK OFF
Abréviation: BR.
Voir également: CONT
143
BREAK ON/OFF
BUT:
Utilisée pour invalider ou valider à nouveau la touche BREAK.
REMARQUES
BREAK OFF invalide la touche BREAK. Cela signifie qu'un
programme ne peut être interrompu à partir du clavier pendant
l'exécution. BREAK ON valide à nouveau la touche BREAK. Durant
l'exécution du programme, si la touche BREAK est enfoncée,
l'exécution estjnterrompue, et le message "BREAK IN <numéro de
ligne>" est affiché sur l'écran. L'exécution peut être reprise avec la
commande CONT.
En principe, il convient de désigner BREAK OFF lors du lancement
des programmes longs avec un petit affichage sur l'écran ou
impression; ordinairement les programmes de calcul. Cependant,
BREAK ON doit être spécifiée à la fin du programme pour valider à
nouveau la touche BREAK pour usage normal. Si un programme est
interrompu dans une boucle infinie lorsque la touche BREAK est
mise hors fonction, l'exécution ne peut être arrêtée que par
l'enfoncement de la touche RESET. Le mieux est donc de mettre
complètement au point les programmes avant incorporation de
l'instruction BREAK OFF.
EXEMPLE:
> B R E A K OFF
>R U M
>B R E A K ON
RUN lance l'exécution d'un programme long. Afin d'éviter toute interruption du programme par
enfoncement de la touche de rupture, BREAK OFF est introduite au clavier avant le passage du programme.
A la fin du programme, BREAK ON est introduite au clavier pour valider à nouveau la touche de rupture.
BREAK OFF et BREAK OFF pourraient être alternativement incluses dans le programme même,
repectivement près du début et de la fin, permettant ainsi d'éviter l'introduction au clavier de BREAK ON à la
fin du programme.
144 SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
BSAVE
FORMAT: 1. BSAVE "<d:nom de fichier>",#<bloc de mémoire>,
Odresse de lancement>,<adresse de fin>
[,<adresse de lancement automatique>]
Abréviation: BS.
Voir également: BLOAD, CSAVE M
BUT:
Conserve un programme de langage machine sur un disque
souple ou module de disque RAM
REMARQUES:
Le paramètre <d:nom de fichier> spécifie l'unité et le nom de fichier. Les
unités suivantes peuvent être spécifiées:
S1:, S2:
X:, Y:
COM1 :, COM2:
CAS:
Disques RAM
Unité de disque souple
Ports E/S série optique et RS-232C
Bande cassette
Si l'unité spécifiée est protégée en écriture, la commande engendrera
un code d'erreur.
Le paramètre <bloc de mémoire> spécifie un bloc de mémoire de 0 à 7 où
le programm de langage machine est stocké.
Le paramètre odresse de lancement> spécifie l'adresse inférieure dans le
bloc de mémoire spécifié où le programme est
stocké.
Le paramètre odresse de fin> spécifie l'adresse supérieure dans le bloc de
mémoire spécifié où le programme est stocké.
Le paramètre odresse de lancement automatique> spécifie l'adresse
depuis laquelle l'auto-exécution doit être mise en marche après que le
programme a été chargé à la même adresse de mémoire avec la
commande BLOAD. Lorsqu'aucun paramètre Odresse de lancement
automatique> n'est spécifié, la valeur implicite &FFFF arrête la fonction de
lancement automatique.
Pour les détails concernant les blocs de mémoire et les adresses, voir
l'annexe D.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC
A la différence de la commande SAVE, aucun nom d'extension de
fichier n'est automatiquement ajouté au nom de fichier.
EXEMPLE:
> B S A V E " S 1 : T R I A G E ",#1.& 3000,& 3 A F F
Conserve le programme de langage machine dans le bloc de mémoire 1 depuis l'adresse &8000 jusqu'à l'adresse
&8AFF sur le disque RAM dans le logement 1 avec nom de fichier TRIAGE.
145
146
SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
CALL
FORMAT: 1. CALL [#<bloc de mémoire>,]<adress>[,<nom de variable>]
Abréviation: CA.
Voir également: NEW, POKE, XPOKE
BUT:
Utilisée pour appeler et exécuter un programme de langage
machine à partir d'un programme BASIC.
REMARQUES: L'instruction CALL appelle un programme de langage machine ou un
sous-programme stocké en mémoire. Lorsque le programme est
appelé, une variable simple peut être passée depuis le programme
BASIC en cours au programme de langage machine, et lorsque
L'exécution du programme de langage machine est terminée, la
même variable simple sera renvoyée au programme d'appel. Le
registre B et la paire de registres DE sont utilisés dans ce but. Le
programme de langage machine doit être introduit de mémoire en
utilisant l'instruction POKE ou XPOKE avant qu'il ne puisse être
appelé.
Le paramètre <bloc de mémoire> spécifie un bloc de mémoire de 0
à 7 où le programme de langage machine est stocké. Si ce paramètre
n'est pas spécifié, le bloc de mémoire implicite est bloc 0.
Le paramètre <adresse> spécifie l'adresse inférieure dans le bloc
de mémoire spécifié où le programme de langage machine est
stocké dans une gamme de 0 à 65535 (&0 à &FFFF).
Le paramètre <nom de variable> spécifie la variable dont la valeur
doit être passée au programme de langage machine à l'entrée, et
renvoyé au programme d'appel BASIC à la sortie si le drapeau de
report est élevé. Si le paramètre <nom de variable> spécifie une
variable numérique, la valeur doit être un nombre entier dans une
gamme de -32768 à 32767. La valeur est passée à la paire de
registres DE à l'entrée et les contenus de la paire de registres DE
sont renvoyés au programme d'appel comme valeur BCD avec le
même nom de variable à la sortie. Si le paramètre <nom de variable>
spécifie une variable alphanumérique, la paire de registres DE
maintient l'adresse de lancement du lieu de chaîne, et le registre B
maintient la longueur de la chaîne.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC
147
EXEMPLE:
[400] Dirige les passages au langage machine maintenu dans le bloc de mémoire 3 avec lancement
d'exécution à l'adresse de mémoire &8000.
[410-420] La commande CALL est passée à travers la variable numérique "X" et ia valeur renvoyée est
imprimée ici.
148
SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
CHAIN
FORMAT: 1. CHAIN
2. CHAIN [<nom de fichier>"][,<numéro de ligne>]
Abréviation: CHA.
Voir également: CSAVE, MERGE
BUT:
Permet à un programme BASIC de charger et d'exécuter un
programme sur la bande cassette.
REMARQUES:
Le programme à chaîner doit être sur la bande.
La commande CHAIN charge le premier programme sur bande dans
la mémoire et L'exécute à partir du premier numéro de ligne. CHAIN
<numéro de ligne> charge le programme sur bande dans la
mémoire et l'exécute à partir du numéro de ligne spécifié. CHAIN
<nom de fichier> recherche le programme appelé <nom de fichier>
sur la bande, l'introduit en mémoire et l'exécute à partir du premier
numéro de ligne. Si l'option <numéro de ligne> est également
spécifiée, l'exécution est mise en marche à partir de ce numéro de
ligne.
L'utilisation de l'instruction CHAIN permet aux programmes plus
grands que la capacité de la mémoire d'être divisés en sousprogrammes qui tiendront dans la mémoire, pour être chargés et
exécutés d'une façon séquentielle. Si un mot de passe est désigné
avec la commande PASS, CHAIN engendrera une erreur.
EXEMPLE:
RUN lance l'exécution de PROG1 qui se trouve actuellement dans la mémoire. La ligne finale [400] est
enchaînée au programme de continuation PROG2 conservé sur la bande cassette. PROG2 est chargé à partir
de la bande dans la mémoire et l'exécution se continue.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC 149
FORMAT: 1. CHR$ (<expression nombre entier>) 2.
CHR$ (<nombre entier>)
Abréviation: CH. Voir
également: ASC
CHR
$
BUT:
Renvoie le caractère dont le code ASCII est égal à la valeur de
l'<expression nombre entier> ou la valeur du <nombre entier>.
REMARQUES
La fonction CHR$ peut être utilisée pour envoyer des caractères de
commande spéciaux au terminal ou à un port série, ou pour
imprimer les caractères graphiques qui ne sont pas sur le clavier
à partir d'un programme .BASIC. Pour les tables de de code
caractère, voir l'annexe C.
EXEMPLE:
[20] Imprime les caractères de table de code ASCII sur l'écran.
150
SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
CLEAR
FORMAT: 1. CLEAR
Abréviation: CL.
Voir également DIM, ERASE, TITLE
BUT:
Efface toutes les variables de la mémoire, y compris les variables
fixes.
REMARQUES
CLEAR libère la place utilisée par toutes les variables comprenant
les variables fixes A-Z, A$-Z$, ou @(1)-@(26) qui ne nécessitent
pas d'instruction DIM, car elles sont affectées en permanence, et
remet les valeurs numériques à zéro et les variables
alphanumériques à nulle chaîne (code ASCII 0).
La commande CLEAR peut être également utilisée dans un
programme. Elle est utilisée pour récupérer la place occupée dans la
mémoire afin de stocker les variables lorsqu'elles ne sont plus
nécessaires; par exemple, lorsque les variables utilisées dans la
première partie d'un programme ne sont pas nécessaires dans la
seconde partie et que l'espace mémoire disponible est limité.
CLEAR peut être également utilisée au début d'un programme
lorsque certains programme sont résidants en mémoire et que vous
voulez libérer l'espace mémoire utilisé par exécution de programmes
précédents.
EXEMPLE:
[51 Spécifie le temps d'attente pour afficher l'impression.
[10] Dimensionne un tableau C (N).
[20-40] Introduit les nombres de la ligne de donnée dans les éléments de C (N) et imprime.
[60] Libère la place affectée à C(1) à C(5) et remet A à 1.
[70] Imprime la valeur effacée pour A.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC
151
FORMAT: 1. CLOAD ["<nom de fichier>"][,R]
Abréviation: CLO.
Voir également: CLOAD?, CSAVE, MERGE
CLOAD
BUT:
Utilisée pour charger dans la mémoire un programme ou un
programme d'utilisation de touche de fonction conservé par
l'instruction CSAVE en mode PC-1500.
REMARQUES
CLOAD efface toutes les lignes de programme en cours d'exécution
dans la mémoire et charge le premier programme à partir de la
bande commençant par la position de bande actuelle. CLOAD
"<nom de fichier>" efface toutes les lignes de programme en cours
d'exécution dans la mémoire, explore la bande pour rechercher le
programme avec le nom spécifié et le charge dans la mémoire.
En modes PRO et RUN, le programme est chargé dans une
mémoire, tandis qu'en mode RESERVE, le programme d'utilisateur
de touche de fonction est chargé dans une mémoire de réserve. Il
est nécessaire de veiller à ce que les programmes ne soient pas
chargés dans une mémoire inapropriée par erreur, en vue d'éviter
une destruction des contenus en cours.
Si l'option R est spécifiée, le fichier sera chargé dans la mémoire et
exécuté automatiquement comme si RUN est introduit. Si le
fichier ne contient pas de programme BASIC, une erreur d'exécution aura lieu.
Si le mot de passe est désigné avec la commande PASS, CLOAD
engendrera une erreur.
CLOAD chargera seulement les programmes qui ont été conservés
sur la bande à l'aide de la commande CSAVE.
EXEMPLE:
>CLOAD
Charge dans la mémoire le premier programme trouvé sur la bande à partir de la position de tête de
bande en cours.
> C L 0 A D " P R O G 0 1"
Recherche sur la bande le programme "PROG01" à partir de la position de tête de bande en cours et le
charge dans la mémoire.
152
SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
CLOAD?
FORMAT: 1. CLOAD? ["<nom de fichier>"]
Abréviation: CLO.?
Voir également: CLOAD, CSAVE, MERGE
BUT:
Utilisée pour vérifier qu'un programme a été enregistré sur la
bande cassette sans aucune erreur en mode PC-1500.
REMARQUES: Le programme vérifié peut être celui utilisé à la fois en mode RUN et
en mode PRO, ou en mode RESERVE le programme d'utilisateur
de touche de fonction.
Lors de l'utilisation de la commande CLOAD? seule, la bande doit
être manuellement rembobinée au commencement du programme
avant l'introduction de la commande. Le programme sera alors lu à
nouveau de la bande et comparé bloc par bloc avec la version dans
la mémoire. S'il y a une erreur quelconque, un code d'erreur sera
engendré. S'il n'y a aucune erreur, le caractère de sollicitation (>)
réapparaîtra.
CLOAD? "<nom de fichier>" explore la bande pour rechercher le
programme spécifié et le vérifier avec les contenus de mémoire.
EXEMPLE:
>CL0AD
>CL0AD ?
Charge et vérifie le premier programme trouvé sur la bande à partir de la position de tête de bande cours.
>CLOAD"PROG0 1" >CL0
AD ? " P R O G 0 1 "
Recherche sur la bande le programme "PROG01" à partir de la position de tête de bande en cours, le
charge et le vérifie.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC
153
CLOAD M
FORMAT: 1. CLOAD M ["<nom de fichier>"][;#<bloc de mémoire>,<adrésse>]
Abréviation: CLO. M
Voir également: BLOAD, CALL, CSAVE M, NEW
BUT:
Utilisée pour charger dans la mémoire un programme de
langage machine sur bande cassette en mode PC-1500.
REMARQUES
Des programmes de langage machine sont chargés dans une zone
de mémoire autre que celle pour les programmes normaux BASIC.
Et, le format utilisé pour leur conservation sur la bande est différent.
Un programme de langage machine ne peut être chargé avec la
commande CLOAD"normale.
Le paramètre <bloc de mémoire> spécifie un bloc de mémoire de 0
à 7 comme la destination pour le programme de langage machine.
Le paramètre <adresse> spécifie une adresse dans le bloc de
mémoire spécifié en système hexadécimal. Il s'agit de l'adresse à
partir de laquelle le stockage du programme sera commencé. Si ces
deux paramètres ne sont pas spécifiés, le programme sera chargé à
nouveau à l'adresse dans le bloc de mémoire depuis lequelle il a été
sauvegardé dans l'unité. Si le programme est sauvegardé à l'origine
avec une adresse de lancement automatique spécifiée (voir la
commande CSAVE M), il sera automatiquement chargé depuis cette
adresse et exécuté.
EXEMPLE:
>CLOADM"MAC 1
Charge le programme de code machine MAC1 sur bande dans le même bloc de mémoire et l'adresse depuis laquelle il
a été stocké avec CSAVE M, Les informations sur le bloc de mémoire et l'adresse sont maintenues avec programme
de langage machine sur bande.
154 SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
CLOSE
FORMAT: 1. CLOSE
2. CLOSE #<N° de fichier>[,#<N° de fichieo ....]
Abréviation: CLOS.
Voir également: END, OPEN
BUT:
Termine l'accès à un fichier sur l'unité en cours de sollicitation.
REMARQUES: La commande CLOSE spécifiée, seule, ferme tous les fichiers ouverts.
Le paramètre <n° de fichier> est le numéro sous lequel le fichier a
été ouvert avec l'instruction OPEN.
Une fois ouvert, un fichier doit être fermé avant qu'il ne puisse être
ouvert à nouveau dans un but différent (c'est-à-dire l'entrée, sortie
ou addition). Si une tentative est faite pour ouvrir un fichier qui est
déjà ouvert, un code d'erreur sera engendré.
Tous les fichiers sont automatiquement fermés lors de l'exécution
des commandes END, NEW, RUN et LOAD, lorsque le programme
est mis en forme ou que l'ordinateur est mis hors tension.
EXEMPLE:
5 : . M A X F I L E S =2
I O : Û P E N "X:PA I E M E N T * F O R I N P U T
2 0 : 0 P E N "C AS : .M IS E A J O U R " F O R
40 0 : C LOS E * 1 ,#2
[400] Ferme les deux fichiers après exécution.
AS
#I
OUTPUT
AS
*2
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC
155
_________________________CLS
FORMAT: 1. CLS
Abréviation: Voir
également:
BUT:
Efface l'écran.
REMARQUES:
CLS efface toutes les lignes de l'écran et met le curseur à la
position d'origine (0,0) en MODE 0 en haut à gauche de l'écran.
EXEMPLE:
>CLS
Efface l'écran et remet le curseur à la position d'origine.
156 SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
COLOR
FORMAT: 1. COLOR <numéro>
Abréviation: COL.
Voir également:
BUT:
Désigne la couleur de stylo pour l'imprimante.
REMARQUES:
Quatre couleurs peuvent être spécifiées par l'instruction COLOR
0-noir 1bleu 2vert 3rouge
Lors de la mise sous tension, la couleur par défaut est le noir (0)
EXEMPLE:
>C0LOR
3
Choisit le stylo rouge.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC
157
______________________
COM$
FORMAT: 1 COM$ "COMn:"
Abréviation: COM.
Voir également: SETCOM
BUT:
Renvoie une chaîne contenant les valeurs désignées pour les
paramètres de communication pour le port spécifié dans la
commande SETCOM.
REMARQUES: La chaîne contient les paramètres dans le même ordre comme spécifié
dans la commande SETCOM: <BR>, <WL>, <PR>, <ST>, <XO>,
<SI>.
COM$ "COM1:" renvoie les valeurs pour le port série RS-232C. COM$
"COM2:" renvoie les valeurs pour le port série E/S optique. COM$
"COM:" renvoie les valeurs pour le port en cours d'ouverture.
EXEMPLE:
1 0 : S E T C O M "COM 1 :", 3 00,3,M, l . X . S
2O:PRINT
COMS ' CÛMI :*
(10] Désigne les paramètres pour l'interface série RS-232C.
[20] Imprime la chaîne contenant les paramètres désignés dans la ligne 10.
158 SECTION DE REFERENCE OU LANGAGE BASIC
COMn ON/OFF/STOP
FORMAT: 1. COMn ON
2.COMn OFF
3.COMn STOP
u Abréviation:
Voir également: ON COMn GOSUB, SETCOM
BUT:
Valide ou invalide les interruptions reçues par l'intermédiaire des
ports de communication.
REMARQUES:
Le paramètre n spécifie le port RS-232C (n=1) ou le port E/S
optique (n = 2).
COMn ON valide les interruptions à recevoir par l'intermédiaire du
port spécifié. L'instruction ON COMn GOSUB peut être alors utilisée
pour exécuter par branchement un programme correspondant à
l'interruption. COMn OFF invalide les interruptions provenance du
port spécifié. COMn STOP invalide les interruptions provenant du
port spécifié, mais retient la plus récente des demandes
d'interruption reçues. Si COMn ON est subséquem-ment exécutée,
cette demande d'interruption sera immédiatement réalisée. La valeur
implicite est COMn STOP.
EXEMPLE:
ÎOICOMI
ON
20: 30:
40:COM1
OFF
[10] Valide les interruptions au port de RS-232C. [40|
Invalide les interruptions au port de RS-232C,
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC
159
FORMAT: 1. CONT
Abréviation; C.
Voir également: RESUME, RUN, STOP, WAIT
BUT:
CONT
Reprend l'exécution d'un programme qui a été interruompu par une
instruction STOP, une instruction PRINT ou une touche BREAK.
REMARQUES:
Cette commande est souvent utilisée pendant la mise au point d'un
programme avec STOP. Lorsque l'exécution est interrompu par
STOP ou en appuyant sur la touche BREAK, l'introduction de CONT
au clavier reprendra l'exécution du programme au point où il a été
terminé, à condition qu'aucun changement de programme ne soit
effectué durant l'interruption. (La commande GOTO <numéro de
ligne> peut être introduite au clavier pour résumer l'exécution à un
numéro de ligne différent.) Noter que CONT ne reprendra pas
l'exécution après END ou lorsque l'exécution est interrompue par un
cas d'erreur. Pour cela, voir RESUME.
Après que ARRET termine le programme, CONT est utilisée pour continuer le déroulement du
EXEMPLE:
programme depuis une ligne suivant la ligne où la rupture a eu lieu.
160 SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
COPY
FORMAT: 1. COPY "<d1:nom de fichier1.ext>" TO "<[d2:j nom de fichier2.ext>"
Abréviation: COP. Voir
également: SET
BUT:
Copie un fichier depuis une unité à une autre unité.
REMARQUES:
La commande COPY peut être utilisée pour copier des fichiers entre
deux unités. Le paramètre <d1:nom de fichier1.ext> spécifie l'unité
et le nom de fichier pour copier depuis la (source). Le paramètre
<d2:nom de fichier2.ext> spécifie l'unité et le nom de fichier pour
copier à la (destination). L'extension du fichier doit être toujours
donnée lors de la reproduction d'un fichier.
Si l'unité destination n'est pas spécifiée, l'unité source est utilisée.
La commande COPY ne peut être utilisée pour copier depuis un port
série à un disque ou une bande.
Le fichier ne sera pas copié si le nom de fichier2 existe déjà sur
l'unité de destination.
La commande COPY peut être également utilisée pour changer le
nom d'unité de disque souple. Le nom d'unité est initialement
spécifié à X: Cependant, PC-1600 peut adresser le nom d'unité Y:
Cela permet des copies de sauvegarde de vos disques avec l'unité
simple. Pour copier d'un disque à un autre, voir le paragraphe
concernant l'unité de disque souple au chapitre 6.
EXEMPLE:
>COPY"S1:RICH.
BAS* TO
*s 2 : R I c H . BAS
Copie le fichier RICH.BAS depuis le module de disque RAM dans le logement d'extension 1 au même
nom de fichier dans le module de disque RAM dans le logement d'extension 2.
>COPY*X:HAC.
BAS* TO
"HACOPY.
BAS*
Copie le fichier HAC.BAS sur un disque souple sur un nouveau fichier HACOPY.BAS sur le même disque
souple.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC
161
FORMAT: 1. COS(X)
Abréviation:
Voir également: ACS, SIN, TAN
co
s
BUT:
Renvoie le cosinus de l'angle X.
REMARQUES:
Cette fonction renvoie le cosinus de l'angle X; X est exprimé en
degrés, radians ou grandients. Selon cette expression, le mode de
l'ordinateur est spécifié par la commande DEGREE, RADIAN ou
GRAD.
EXEMPLE:
162
SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
CSAVE
FORMAT: 1. CSAVE
2. CSAVE ["<nom de fichier>"][,A][;<numéro de ligne>,<numéro de
ligne>]
Abréviation: CS.
Voir également: CLOAD, CLOAD?, LLIST, MERGE
BUT:
Sauvegarde un programme ou une partie d'un programme
mémorisés, sur la bande cassette en mode PC-1500.
REMARQUES
:
Le programme conservé deviendra un programme normal en mode
RUN ou PRO, ou un programme d'utilisateur de touche de fonction
en mode RESERVE.
CSAVE en elle-même conserve le programme entier commençant
par la position de bande en cours, et sans nom de programme
spécifié.
CSAVE "<nom de fichier>" conserve le programme sous le nom de
fichier spécifié. Lorsque l'option [,A] est spécifiée, le fichier est
conservé en format ASCII; autrement il est conservé en forme
binaire. L'option <numéro de ligne>, <numéro de ligne> permet une
spécification d'une séquence quelconque de numéros de ligne de la
même manière que pour, la commande LLIST.
Si un mot de passe est spécifié par la commande PASS, le
programme ne peut être conservé par CSAVE avant que le mot de
passe ne soit supprimé.
Lors du chargement d'un programme qui a été conservé sur la
bande par la commande CSAVE, la commande CLOAD doit être
utilisée.
EXEMPLE:
>CSAVE"PROG0 l " ; 2 O O , 3 3 0
Sauvegarde les lignes 200 à 380, du programme en cours d'exécution, en mémoire sur la bande sous le nom de fichier
"PROG01".
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC
163
CSAVE M
FORMAT: 1. CSAVE M "<nom de fichier>";#<bloc de mémoîre>,
odresse de lancement>,<adresse de fin>
Lodresse de lancement automatique>]
Abréviation: CS. M
Voir également: CLOAD M, CALL, BSAVE
BUT:
Sauvegarde un programme de langage machine mémorisé, sur la
bande cassette en mode PC-1500.
REMARQUES:
Le paramètre <bloc de mémoire> spécifie un bloc de mémoire de 0
à 7 où le programme de langage machine est stocké. Le paramètre
odresse de lancement> spécifie l'adresse inférieure dans le bloc de
mémoire spécifié où le programme est stocké. Le paramètre odresse
de fin> spécifie l'adresse supérieure dans le bloc de mémoire
spécifié où le programme est stocké. Le paramètre odresse de
lancement automatique> est optionnel et spécifie l'adresse à partir
de laquelle l'exécution doit être lancée après rechargement. La
valeur implicite est &FFFF, qui bloque la fonction de lancement
automatique.
EXEMPLE:
>CSAVEM"MAC 1";*2,&3000,&3AFF
Sauvegarde le programme de langage machine "MAC1" sur la bande qui est actuellement affecté dans le
bloc de mémoire 2 depuis («adresse &800O à &8AFF (32768 à 35583). Les informations sur le bloc de
mémoire et l'adresse sont stockées avec le programme lui-même sur la bande. Si CLOAD M est utilisée
ultérieurement pour recharger le programme dans la mémoire sans spécifier explicitement ces valeurs,
les valeurs sur la bande seront automatiquement lues et utilisées.
164
SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
CSIZE
FORMAT: 1. CSIZE <taille>
Abréviation: CSI.
Voir également: PCONSOLE
BUT:
Spécifie la taille des caractères sortis sur papier.
REMARQUES: Le paramètre <taille> spécifie la taille de caractère dans une gamme
de 1 à 9. La taille de caractère spécifiée pour la valeur du paramètre
<taille> est donnée dans le tableau suivant:
NOTE:
Les tailles de caractère correspondant aux valeurs de paramètre <taille> données
dans le tableau ci-dessus sont avec la longueur de ligne spécifiée à l'infini avec
l'instruction PCONSOLE, <longueur>=0. EXEMPLE:
>CS I ZE
2
Spécifie la taille des caractères à imprimer à la consigne 2.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC 165
FORMAT: 1. CURSOR <colonne> [,<ligne>]
Abréviation: CL).
Voir également: PRIN T
CURSO
R
BUT:
Met le curseur à une position quelconque sur l'écran.
REMARQUES
La commande CURSOR positionne le curseur sur une ligne
quelconque dans une gamme de 0 à 25 prête à afficher les
données. La ligne est spécifiée dans une gamme de 0 (sommet) à 3
(fond). La valeur implicite correspond à la ligne actuelle sur laquelle
est mis le curseur.
EXEMPLE:
Ce programme affichera le message Bonjour! au milieu de l'écran avec chaque caractère subséquent recouvrant le
caractère précédent.
[10] WAIT crée un retard court d'impression de caractères de afin que la séquence soit facile à lire.
[20] Tourne sur une boucle des 6 caractères.
(30] Lit le caractère suivant.
[40] Déplace le curseur à la position de caractère 12 le long de la seconde ligne à partir du sommet de l'écran.
[50] Imprime le caractère et recouvre tout caractère existant.
166 SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
DATA
FORMAT: 1. DATA liste des constantes
Abréviation: DA.
Voir également: READ, RESTORE
BUT:
Liste les données élémentaires à mémoriser par l'instruction READ.
REMARQUES: Une instruction DATA peut contenir des constantes numériques ou
alphanumériques quelconques séparées par des virgules. Les
constantes de chaîne doivent être comprises entre guillements.
Une fois que les données élémentaires sur une ligne de données
ont été mémorisées, elles ne peuvent être stockées jusqu'à ce
qu'une instruction RESTORE soit exécutée.
Les instructions de données ne sont pas exécutables et peuvent
donc être rangées à n'importe quelle partie d'un programme,
souvent comme les dernières lignes où elles peuvent être facilement
trouvées pour la modification ultérieure. Un programme peut
contenir un nombre quelconque de lignes de données, et celles-ci
seront mémorisées dans l'ordre de numéro de ligne par les
instructions READ. Une seule instruction READ n'a pas besoin de
correspondre à une seule instruction DATA.
EXEMPLE:
>
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC
FORMAT: 1. DATES-"MM/DD" 2.
DATES
167
DATE$
Abréviation: DATE.
Voir également: TIMES, ALARM$
BUT:
La commande DATES est une variable de système qui contient la
date de l'horloge en temps réel, intégrée à l'ordinateur.
REMARQUES
Dans le premier format, en tant qu'instruction, la commande DATES
désigne la valeur de l'horloge temps réel. MM est un nombre de
deux chiffres entre 01 et 12 indiquant le mois. DD est un nombre de
deux chiffres entre 01 et 31 indiquant le jour.
Dans le second format, la commande DATES renvoie la date de
l'horloge temps réel dans un format MM/DD au programme comme
variable alphanumérique. La variable jour avance d'un jour lorsque
l'heure interne maintenu dans la variable TIMES passe de 23:59:59
à 00:00:00.
EXEMPLE:
> D A T E $ = " 1 2/2 5
Spécifie la date de l'horloge en temps réel au 25 décembre.
450:PRINT " A U J O U R D ' H U I
NOUS S O M M E S
(4501 Imprime le jour actuel de l'horloge temps réel.
LEH;DATK$
168 SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
DEG
FORMAT: 1. DEG <dd.mmssrr>
Abréviation:
Voir également: DM S
BUT:
Pour un angle spécifié en degrés, minutes et secondes, la
commande DEG convertit la valeur en degré décimal.
REMARQUE
S
L'angle doit être exprimé dans le format dd.mmssrr où dd
représente le degré (gamme non limitée), mm la minute dans une
gamme de 00 à 59, ss la seconde dans une gamme de 00 à 59 et rr
le reste dans une gamme de 00 à 99. Notez que la partie en degrés
(dd) est séparée d'avec le reste par un point décimal. DEG renverra
l'angle en degrés et les degrés décimaux à 10 chiffres significatifs.
EXEMPLE:
>RUN
>
5 0.5
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC
169
FORMAT: 1. DEGREE
Abréviation: DE.
Voir également: RADIAN, GRAD
DEGRE
E
BUT:
Met l'ordinateur en mode degrés.
REMARQUES:
En mode degrés, DEG est affichée sur la ligne au sommet de
l'écran. L'introduction des arguments de SIN, COS et TAN doit être en
degrés. Les valeurs renvoyées par les fonctions ASN, ACS et ATN
seront en degrés décimaux.
EXEMPLE:
Essaye de lancer ce programme et compare les résultats avec ceux de GRAD et RADIAN
[10] Choisit le mode DEGREE.
[30—50] Imprime certaines valeurs d'essai.
170
SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
DELETE
FORMAT: 1. DELETE <numéro de ligne>
2.DELETE <numéro de ligne>
3.DELETE <numéro de ligne>, <numéro de ligne>
4.DELETE ,<numéro de ligne>
Abréviation: DEL. Voir
également: NEW
BUT:
Supprime les lignes de programme spécifiées dans la mémoire.
REMARQUES: La commande DELETE <numéro de ligne> supprime seulement la
ligne de programme spécifiée. DELETE <numéro de ligne>,
supprime les lignes déprogramme depuis le numéro de ligne spécifié
jusqu'au numéro de ligne de programme le moins jeune dans la
mémoire. DELETE <numéro de ligne>, <numéro de ligne> supprime
toutes les lignes de programme entre le premier numéro de ligne
spécifié (valeur inférieure) et le second numéro de ligne spécifié
(valeur supérieure). DELETE ,<numéro de ligne> supprime les
lignes de programme depuis le numéro de ligne le plus jeune dans la
mémoire jusqu'au numéro de ligne spécifié.
Pour supprimer le programme entier, utiliser la commande NEW.
EXEMPLE:
Supprime la ligne 150 seulement.
Supprime depuis la ligne 200 jusqu'au numéro de ligne le moins jeune.
Supprime toutes les lignes entre la ligne 50 et la ligne 150.
Supprime depuis le numéro de ligne le plus jeune jusqu'à la ligne 35.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC
171
DIM
FORMAT: 1. DIM nom de variable numérique (<taille>)
2.DIM nom de variable alphanumérique (<taille>)[* <longueur>]
3.DIM nom de variable de tableau numérique (<rangées>,<colonnes>)
4.DIM nom de variable de tableau alphanumérique (<rangées>,<colonnes>) [*
<longueur>]
Abréviation: D.
Voir également: CLEAR, ERASE
BUT:
Utilisée pour réserver la place en mémoire pour les variables
numériques, alphanumériques, de tableaux numérique et alphanumérique
et pour spécifier le nombre d'indices inférieurs dans chaque tableau.
REMARQUES: Sauf les variables de valeur simple A-Z, A$-Z$, @(1)-@(26), et @$(1)-@$(26),
tous les variables doivent être déclarées par une instruction DIM avant
utilisation dans un programme, pour attribuer une place de stockage
suffisante.
Le nom de variable numérique DIM (<taille>) spécifie le nombre
d'éléments dans une variable numérique à une dimension dans une
gamme de 0 à 255.
Le nom de variable de chaîne DIM (<faille>) [* <longueur>] spécifie le
nombre d'éléments dans une variable alphanumérique à une dimension
dans une gamme de 0 à 255. Le nombre maximum de caractères dans
chaque élément est spécifié par le paramètre optionnel* <longueur> dans
une gamme de 1 à 80. Si la longueur n'est pas spécifiée, la valeur par
défaut est 16 caractères.
DIM nom de variable de tableau numérique (<rangées>, <colonnes>)
spécifie le nombre de rangées et de colonnes dans un tableau numérique
à deux dimensions dans une gamme de 0 à 255.
Le nom de variable de tableau alphanumérique DIM (<rangées>,
<colonnes>) [* <longueur>] spécifie le nombre de rangées et de colonnes
dans un tableau alphanumérique à deux dimensions dans une gamme de
0 à 255. Le paramètre optionnel * <longueur> spécifie le nombre maximum
de caractères dans chaque élément dans une gamme de 0 à 80.
172
SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
La valeur minimum d'un indice inférieur quelconque est zéro, cela
signifie que le nombre de rangées ou de colonnes dans un tableau
est supérieur d'un à celui dans l'instruction DIM. Ainsi, par exemple,
DIM A (2,3) déclare un tableau avec trois rangées et
4 colonnes:
Rangéel
Rangée2
Rangée3
Col. 1
A(0,0)
A(1,0)
A(2,0)
Col. 2
A(0,1)
A(1,1)
A(2,1)
Col. 3
A(0,2)
A(1,2)
A(2,2)
Col. 4
A(0,3)
A(1,3)
A(2,3)
Le nombre total d'éléments est de 12.
Une fois un tableau dimensionné, il ne peut être redimensionné
jusqu'à ce que cette taille soit réinitialisée par l'instruction CLEAR,
NEW ou RUN ou sélectivement réinitialisée par l'instruction ERASE.
Initialement, les éléments dans un tableau alphanumérique sont
désignés à des chaînes vides.
Des codes d'erreur sont engendrés lorsqu'un programme cite un
tableau non déclaré dans une instruction DIM, qu'une instruction
DIM déclare un tableau déjà déclaré dans une instruction DIM
précédente, et qu'un indice inférieur excédant la valeur spécifiée
dans l'instruction DIM est cité.
EXEMPLE:
[10] Spécifie une variable numérique C avec 14 éléments.
[20] Spécifie une variable alphanumérique F$ avec 11 éléments.
[30] Spécifie un tableau numérique (5 rangées x 7 colonnes) de 35 éléments.
[40] Spécifie un tableau alphanumérique (8 rangées x 6 colonnes) de 48 éléments; chacun d'une
longueur de 25 caractères.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC
173
FORMAT: 1. DMS <angle>
Abréviation: DM. Voir
également: DEG
DM
S
BUT:
Convertit un angle spécifié en degrés décimaux en valeur en
degrés, minutes et secondes.
REMARQUE
S
L'angle est renvoyé sous le format dd.mmssrr où dd représente les
degrés (gamme non limitée), mm, les minutes dans une gamme de
00 à 59, ss, les secondes dans une gamme de 00 à 59 et rr, le reste
dans une gamme de 00 à 9. Noter que la partie en degrés est
séparée du, reste par une virgule décimale. Le paramètre <angle>
doit être introduit en degrés sous forme de dd. décimaux avec une
virgule décimale.
EXEMPLE:
174 SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
DSKF
FORMAT: 1. DSKF "d:"
Abréviation: DS.
Voir également:
BUT:
Renvoie la quantité d'espace libre sur l'unité spécifiée.
REMARQUES:
Les noms d'unité suivants peuvent être spécifiés.
S1: Unité dans le logement d'extension 1 S2:
Unité dans le logement d'extension 2 X:, Y:
Unité de disque souple
La quantité d'espace libre sur l'unité disponible pour le stockage des
fichiers ou programmes est renvoyée sous forme d'un nombre entier
en octets.
EXEMPLE:
Renvoie l'espace disponible en octets sur le module dans le logement d'extension 1 (par exemple, module de
disque RAM).
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC 175
FORMAT; 1. END
Abréviation: E.
Voir également: STOP
EN
D
BUT:
Arrête l'exécution du programme en cours, ferme tous les
fichiers, et l'interface sérielle d'E/S si elle est ouverte.
REMARQUES:
L'instruction END ne doit pas nécessairement se trouver sur la
dernière ligne du programme. En cas de programmes contenant des
sous-programmes en particulier, l'instruction END peut être placée
avant les modules de sous-programme, de sorte que l'exécution ne
continue pas dans le sous-programme lorsque la partie principale a
été exécutée. Si END est omise, l'exécution se termine lorsqu'il ne
reste aucune ligne de programme à exécuter, et les fichiers seront
fermés.
EXEMPLE:
176
SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
EOF
FORMAT: 1. EOF(<numéro de fichier>)
Abréviation: EO.
Voir également:
BUT:
Renvoie une valeur qui indique quand la fin d'un fichier est
atteinte en cours d'introduction depuis un fichier séquentiel.
REMARQUES:
Le paramètre <numéro de fichier> est le numéro sous lequel le
fichier a été ouvert par la commande OPEN.
La valeur renvoyée sera 0 si la fin du fichier n'est pas atteinte, ou 1 si la fin du fichier
est atteinte. EXEMPLE:
[10| Fait un branchement sur la ligne 100 lorsque la fin du fichier n° 1 est atteinte.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC
177
FORMAT: 1. ERASE <liste des noms de variables>
Abréviation: ERA. Voir
également: CLEAR
ERASE
BUT:
Efface-les variables et tableaux spécifiés.
REMARQUE
S
ERASE efface les variables numériques et alphanumériques et les
tableaux, mais n'efface pas les variables fixes A-Z, A$-Z$, @(1) à
@(26) et @$(1) à @$(26). Il n'est pas possible d'effacer les
éléments individuels d'un tableau; l'ensemble de tableau est
effacé. Un tableau est effacé en spécifiant le nom de tableau suivi
de deux parenthèses ( \.
EXEMPLE:
Le paramètre <liste des noms de variables> spécifie les noms de
variable, séparés par des virgules.
178 SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
ERL
FORMAT: 1. ERL
Abréviation:
Voir également: ERN, ON ERROR GOTO, RESUME
BUT:
Renvoie le numéro de ligne auquel une erreur s'est produite en
cours d'exécution.
REMARQUES: La fonction ERL est utilisée avec la fonction ERN et l'instruction ON
ERROR GOTO dans les sous-programmes de traitement d'erreurs
pour commander le déroulement du programme lorsqu'une erreur
est produite. Un numéro de ligne est seulement désigné dans ERL
si l'ecreur se produit en cours d'exécution du programme.
EXEMPLE:
Voir ERN.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC
179
FORMAT: 1. ERN
Abréviation:
Voir également: ERL, ON ERROR GOTO, RESUME
ER
N
BUT:
Renvoie le numéro de code d'erreur de la dernière erreur
d'exécution.
REMARQUES
:
La fonction ERN est utilisée avec la fonction ERL et l'instruction ON
ERROR GOTO dans les sous-programmes de traitement d'erreurs
pour commander le déroulement du programme lorsqu'une erreur
est produite.
EXEMPLE:
180 SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
EXP
FORMAT: 1. EXP(X)
Abréviation: EX. Voir
également: LN
BUT:
Renvoie la valeur de la fonction exponentielle "e" élevée à la
puissance de X.
REMARQUES: L'expression X doit être comprise dans une gamme de +230,2585092
à -227,9559242. Pour les valeurs inférieures à cette gamme, 0 est
renvoyé. Pour élever une autre base de numération à une
puissance, utiliser la fonction "A". L'ordinateur maintient la valeur de
"e" comme 2,718281828.
EXEMPLE:
Imprime la valeur de "e" élevée à la puissance de 10.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC 181
FORMAT: 1. FILES "<d:>"
2.FILES "<d:nom de fichier>"
3.FILES "<d:nom de fichier ambigu>
FILES
Abréviation: FI.
Voir également: LFILES, SET
BUT:
Affiche le répertoire des fichiers spécifiés sur le disque souple ou le
disque RAM.
REMARQUE
S
La commande FILES affiche le nom de fichier, l'extension .BAS, la
protection "P" (voir la commande SET) et les date et heure de
création. Le paramètre d: spécifie l'unité.
1. Si aucun nom de fichier n'est spécifié, tous les fichiers dans
l'unité spécifiée sont listés sur l'écran, une rubrique à la fois. Pour
faire défiler l'image jusqu'à la rubrique suivante, appuyez sur la
touche
Pour suspendre le listage, appuyez sur n'importe quelle touche sauf les touches
et
2.Si un seul nom de fichier est spécifié, l'information de répertoire
est affichée pour ce fichier.
3.Un nom
de fichier ambigu peut être spécifié pour lister
l'information de répertoire sur les groupes de fichiers ayant les
formes de nom communes. Il existe deux caractères facultatifs à cet
effet. L'astérisque "* " représente un nombre quelconque de
caractères (y compris 0) dans le nom de fichier. Le point
d'interrogation "?" représente un seul caractère dans le nom de
fichier. Des exemples d'utilisation de ces caractères facultatifs sont
indiqués ci-dessous.
Spécification du
nom de fichier
TEST?
T??T
S7MPLE
A?????
R*
Fichiers satisfaisant à la
spécification
TEST, TESTS, TEST1, TESTA
TEST, TEXT, TORT, TXYT
SIMPLE, SAMPLE, S2MPLE, SOMPLE
ABCEDF, APPEND, APPLES, A12345
RATES R1, RETURNS, RAND2, R, ROBERT
182 SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
EXEMPLE:
Liste tous les fichiers dans l'unité de disque souple X: sur l'écran.
Affiche sur l'écran le fichier nommé DATA contenu dans le module de disque RAM dans le logement 1.
Liste sur l'écran tous les fichiers contenus dans le module de disque RAM dans le logement 2 qui ont les noms à 4
lettres se terminant par 1.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC
183
FOR.. N EXT
FORMAT: 1. FOR <compteur>=<valeur initiale> TO <valeur finale> [STEP
<incrément>] NEXT <compteur> 2. FOR <compteur> =
<expression1> TO <expression2> [STEP<expression3>] NEXT
<comoteur>
Abréviation: F. N. Voir
également:
BUT:
Permet l'exécution des lignes de programme entre FOR et NEXT
à répéter un nombre spécifié de fois.
REMARQUES: L'instruction FOR..NEXT fait itérer l'exécution sur la même partie du
programme à un nombre spécifié de reprises. Le paramètre
<compteur> est un compteur qui maintient un enregistrement du
nombre d'itérations qui ont été effectuées. Dans le format 1, les
paramètres <valeur finale> et <incrément> sont des valeurs en
nombres entiers compris dans une gamme de -32768 à +32767 (le
paramètre <incrément> ne doit pas être zéro). Dans le format 2, ils
peuvent se présenter sous forme d'expressions dont les valeurs
servent de valeurs de compteur initiale et finale. Les combinaisons
de ces deux formats sont admissibles. Les valeurs fractionnaires
seront tronquées. Les lignes de programme qui suivent l'instruction
FOR sont exécutées jusqu'à la rencontre de l'instruction NEXT, et le
compteur est alors augmenté de la valeur spécifiée dans
<incrément>, ou de 1 si aucun incrément n'est spécifié.
Ensuite, la valeur du compteur est comparée avec le paramètre
<valeur finale>. Si la valeur du compteur est inférieure au paramètre
<valeur finale>, l'exécution fait un branchement en amont sur
l'instruction qui suit l'instruction FOR, et la séquence est répétée.
Lorsque le paramètre <variable> est égal ou supérieur au paramètre
<valeur finale>, l'exécution continue à partir de l'instruction qui suit
l'instruction NEXT. Le paramètre <incrément> peut être une valeur
numérique positive ou négative comprise dans une gamme de
-32768 à +32767. S'il est négatif, le paramètre <va!eur finale> doit
être inférieur au paramètre <valeur initiale>. Si le paramètre <valeur
finale> est inférieur au paramètre <valeur initiale> pour un
<incrément> positif, ou l'inverse pour un <incrément> négatif, la
boucle
184
SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
FOR..NEXT sera exécutée seulement une fois et l'exécution
continuera à partir de la ligne qui suit l'instruction NEXT.
Les boucles FOR..NEXT peuvent être emboîtées; c'est-à-dire, une
boucle FOR..NEXT peut être contenue dans une autre boucle. Ceci,
en se combinant avec le second format de l'instruction qui utilise les
expressions pour la spécification du compteur, peut rendre
l'instruction FOR..NEXT la plus importante et la plus souple de
toutes les commandes BASIC. Les instructions FOR-..NEXT doivent
être appariées. Si une instruction NEXT est rencontrée avant
l'instruction FOR correspondante, ou que les boucles sont
emboîtées au-delà de la capacité de l'ordinateur, un code d'erreur
sera produit.
EXEMPLE:
[5] Spécifie le temps d'attente pour la sortie sur papier de l'affichage. [10]
Imprime les nombres 1, 2, 3, 4, 5.
[40' Décompte de 10 à 0 pour échelons de 1.
[70] Calcule et imprime la valeur de N factoriel par des nombres de 1 à 10.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC
185
FORMAT: 1. GCURSOR X [,Y]
Abréviation: GC. Voir
également:
GCURSO
R
BUT:
Positionne le curseur graphique au point (X,Y) sur l'écran
REMARQUES:
En mode graphique, l'écran est traité comme une matrice de 156 x
32 points. Le curseur graphique peut être positionné à n'importe quel
point compris dans ces valeurs de coordonnées, ou même à
l'extérieur de ces valeurs quoique, dans ce cas, le résultat ne soit
pas visible, Après le positionnement du curseur graphique, l'instruction
GPRINT peut être utilisée pour la sortie à cet emplacement sur
l'écran.
La coordonnée X est normalement comprise dans une gamme de 0
à 155, et la coordonnée Y, dans une gamme de 0 à 31. Les deux
coordonnées doivent, cependant, être comprises dans une gamme de
-32768 à 32767. Si la coordonnée Y est omise, la coordonnée Y
actuellement sélectionnée sera supposée.
NOTE:
NOTE:
En MODE 1 (mode PC-1500), le paramètre Y n'a pas de sens et ne
doit pas être spécifié.
EXEMPLE:
GCURSOR est utile pour le positionnement du curseur sur l'écran avant de dessiner le symbole ou la
configuration spécifiés.
[300-320] Fixe l'emplacement sur l'écran du symbole à dessiner et appelle le sous-programme pour
dessiner le symbole.
[600] Positionne le curseur aux valeurs XY spécifiées dans le corps principal du programme.
[610] Imprime le symbole. Ici, le symbole est un seul bloc de caractère d'une hauteur de 8 points et
d'une largeur de 4 points.
186
SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
GLCURSOR
FORMAT: 1. GLCURSOR (X,Y)
Abréviation: GL.
Voir également: LCURSOR
BUT:
Déplace, en mode graphique, le stylo de l'imprimante à la position
spécifiée.
REMARQUES
:
La commande GLCURSOR est similaire à la commande LCURSOR,
mais déplace le stylo aux valeurs de coordonnées de graphique
données sous forme de X, Y où X et Y sont des distances
horizontale et verticale à partir de l'origine en vigueur comprises
dans une gamme de -2048 à 2047. Le stylo est soulevé durant le
mouvement.
EXEMPLE
:
Voir LLINE.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC
187
GOSUB..RETURN
FORMAT: 1. GOSUB <numéro de ligne/etiquette>
RETURN
Abréviation: G OS. RE.
Voir également: GOTO, ON..GOSUB, ON..GOTO
BUT:
Les instructions GOSUB et RETURN sont utilisées pour sauter
aux sous-programmes BASIC ou pour en revenir.
REMARQUES: Un sous-programme est un groupe de lignes de programme ou un
'module' de programme conçu pour remplir une fonction spécifique
de façon itérative, à des moments différents dans le programme. Au
lieu de répéter ces lignes chaque fois que la fonction est nécessaire,
l'instruction GOSUB saute à la ligne de départ du sous-programme
spécifié par le numéro de ligne ou l'étiquette. Elle se présente
typiquement à la fin du programme principal, après l'instruction END,
où elle ne sera pas rencontrée en cours d'exécution normale. La
dernière instruction dans le sous-programme doit être une instruction
RETURN. Les instructions dans le sous-programme sont exécutées
et lorsque l'instruction RETURN est rencontrée, l'exécution fait un
branchement amont sur la ligne dans le programme principal qui suit
la ligne GOSUB. Le même sous-programme peut-être appelé à
n'importe quel nombre de reprises à partir des GOSUB différentes,
et un sous-programme peut être appelé par un autre.
188 SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
[5] Spécifie le temps d'attente pour la sortie sur papier de l'affichage. [101 Appelle le
sous-programme principal pour la première fois. [30] Appelle le sous-programme
principal pour la seconde fois. [70-90] Sous-programme principal appelé par le
programme principal [100-120] Sous-programme emboîté appelé par le sousprogramme principal
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC
189
FORMAT: 1. GOTO <numéro de ligne/étiquette>
Abréviation: G.
Voir également: GOSUB..RETURN, ON..GOTO
GOT
O
BUT:
Transfère inconditionnellement l'exécution au numéro de ligne
spécifié.
REMARQUES
L'instruction GOTO est utilisée pour faire un branchement inconditionnel d'un point dans un programme à un autre. A la différence
de l'instruction GOSUB..RETURN, l'instruction GOTO ne 'se
rappelle pas' l'emplacement auquel l'exécution a fait un
branchement. Si l'instruction sur la ligne spécifiée n'est pas
exécutable (c'est-à-dire, une instruction DATA ou une ligne REM),
l'exécution commence par la première ligne exécutable après celleci. Si une ligne non existante est spécifiée, un code d'erreur se
produit. GOTO peut également être utilisée pour continuer
l'exécution après l'apparition d'une BREAK (voir CONT). GOTO
seule fait commencer l'exécution à partir de la première ligne dans le
programme.
EXEMPLE:
Imprime OUI si un O est introduit par clavier, et imprime NON si n'importe quoi d'autre est introduit.
190
SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
GPRINT
Abréviation: G P.
Voir également: G C U R S 0 R
PROGRAM
FORMAT: 1. GPRINT[SET/OR/XOR,]<vaieur d'image binaire>;
<valeur d'image binaire>;.........
2.GPRINT[SET/OR/XOR,]"<chaîne d'image binaire hexadécimale>"
3.GPRINT
BUT:
Trace les configurations graphiques sur l'écran.
REMARQUES: GPRINT affiche sur l'écran une colonne ou une série de colonnes des
données d'image binaire à partir de la position actuelle du curseur
graphique. Les données d'image binaire peuvent être spécifiées de
trois manière; sous forme d'une liste des valeurs décimales ou des
valeurs hexadécimales séparées par des points-virgules, ou sous
forme d'une seule chaîne hexadécimale. De chacune de ces
manières, chaque article de données est converti en nombre binaire
à 8 bits équivalent, et chacun des huit bits est utilisé pour mettre un
point en circuit (noir) ou hors circuit (clair). Donc, un article de
données d'image binaire désigne sur l'écran les huit points dans une
seule colonne dont la hauteur est égale à une ligne de caractères.
Une liste ou chaîne des articles de données d'image binaire
désignera les points le long d'une ligne sur l'écran ayant la même
hauteur qu'une ligne en mode de texte:
Exemple 1 :
Exemple 2:
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC 191
X
X
X
X
- bit 3 =* 1
- bit 4 = 0
- bit 5 = 1
- bit 6 = 0
- bit 7 = 1
- bit 8 = 1
Si la valeur d'article de données d'image binaire est donnée en
hexadécimal, elle doit être précédée par un signe "&" (c'est-à-dire,
&D6, &FF) sauf lorsqu'elle est spécifiée sous forme d'une chaîne
hexadécimale de format 3. Sous cette forme, la gamme est de &00
à &FF. Si la chaîne contient un nombre impair de caractères, le
dernier caractère de la chaîne sera ignoré.
Exemple 3:
La colonne 1 ne contient aucun point, et la donnée est donc
00000000 = &0.
La donnée d'image binaire est 00011100 pour les colonnes
2 à 10 = &1C
01111111 pour la colonne 11 = &7F
00111110 pour la colonne 12 = &3E
00011100 pour la colonne 13 = &1C
et
00001000 pour la colonne 14 = &08
Per conséquent, l'instruction suivante imprimera une grande
flèche graphique sur l'écran:
GPRINT&0; &1C; &1C; &1C; &1C; &1C; &1C; &1C; &1C;
&1C;&7F;&3E;&1C;&08
Les instructions suivantes spécifient les mêmes configurations de
points pour les formats 1 et 2:
192
SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
GPRINT 16;40;18;253;18;40;16
GPRINT &10;&28;&12;&FD;&12;&28;&10
GPRINT "102812FD122810"
(Format 1, décimal)
(Format 1,
hexadécimal)
(Format 2, chaîne
hexadécimale)
Les paramètres SET, OR et XOR sont spécifiés de la façon
suivante:
SET — La configuration de points est désignée tel que spécifié dans
l'image binaire.
OR — Les désignations des points spécifiés dans l'image binaire
seront soumises à l'opération OR avec les désignations de
points existants à cet emplacement sur l'écran (voir la
description de l'opérateur OR).
XOR — La désignation de point spécifié dans l'image binaire sera
soumise à l'opération OR exclusive avec les désignations
des rJoints existantes à cet emplacement sur l'écran.
L'option SET est la commande par défaut.
GRPINT seule déplacera le curseur graphique d'une ligne vers le
bas sans effacer aucun affichage existant sur cette ligne.
EXEMPLE:
[10J Efface l'écran.
[20] GPRINT définit deux valeurs d'image à 8 bits et chaque fois que la ligne 30 est exécutée, une zone
de 8 x 2 (hauteur x largeur) est affichée sur l'écran. La largeur d'écran étant de 156 bits ou points,
l'exécution de ce programme remplira une seule ligne sur l'écran sauf pour les deux dernières colonnes
à 8 bits. Noter que la ligne 20 se termine en un point-virgule. Ceci est important pour empêcher les
retours chariots d'être ajoutés après l'exécution de chaque GPRINT qui réalise l'impression de
configuration sur 77 lignes différentes.
[30] Les mêmes configurations que celles décrites ci-dessus dans les exemples de commande 1 et 2
sont répétées 77 fois.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC
193
FORMAT: 1. GRAD
Abréviation: GR.
Voir également: DEGREE, RADIAN
GRA
D
BUT:
Met l'ordinateur en mode gradients.
REMARQUE
S
En mode gradients, GRAD s'affiche à la ligne la plus haute de
l'écran. Les arguments de SIN, COS et TAN doivent être introduits
sous forme d'une valeur de gradient. Les valeurs renvoyées par les
fonctions ASN, ACS et ATN seront des valeurs de gradients.
EXEMPLE:
Exécutez ce programme et comparez les résultats avec ceux pour DEGREE et RADIAN.
[10] Sélectionne le mode GRAD.
[30-50] Imprime quelques valeurs d'exemple.
194 SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
GRAPH______________________
FORMAT: 1. GRAPH
Abréviation: GRAP. Voir
également: TEXT
BUT:
Met l'ordinateur en mode graphique.
REMARQUES: Lorsque GRAPH est exécutée, les paramètres de gamme d'impression
de la commande PAPER <limite en sens inverse> et <limite en sens
direct> sont remis à leurs valeurs par défaut.
EXEMPLE:
>GRAPH
L'ordinateur sélectionne le mode GRAPH pour l'imprimante.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC
FORMAT: 1. HEX$(<nombre décimal>)
2. HEX$(&<nombre hexadécimal)
Abréviation: H. Voir
également: VAL
195
HEX
$
BUT;
Renvoie une chaîne de caractères représentant une valeur hexa
décimale.
REMARQUES
:
Le <nombre décimal> spécifié doit être compris dans la gamme
allant de 0 à 65535. La chaîne de caractères renvoyée sera
comprise dans la gamme allant de &0 à &FFFF. Les nombres non
entiers seront arrondis au nombre le plus proche avant le renvoi de
la chaîne. Pour convertir un nombre hexadécimal en sa chaîne
équivalente, utiliser "&" avant la valeur.
EXEMPLE:
196
SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
IF.THEIM
FORMAT: 1. IF<condition>THEN<numéro de ligne/étiquette/instruction> 2.
IF<condition>THEN<numéro de ligne/étiquette/instruction>
ELSE<numéro de ligne/étiquette/instruction>
Abréviation: IF
-Voir également:
T. ~ EL.
BUT:
Change l'ordre d'exécution du programme, suivant les résultats de la
condition spécifiée au moment où le programme est exécuté.
REMARQUES
La paire IF..THEN permet de prendre les décisions dans un
programme BASIC. La clause THEN suivant la condition IF est
exécutée si le résultat de la condition est vrai. S'il est faux, la clause
THEN est ignorée et la clause ELSE est exécutée. S'il n'existe
aucune clause ELSE, l'exécution continue à partir de la ligne
suivante. Le paramètre <condition> peut être une égalité simple telle
que X = 1 ou une expression logique plus complexe. La clause
THEN ou ELSE peut spécifier n'importe quelle instruction BASIC
(ordinairement une instruction d'affectation ou de branchement
GOTO).
Les instructions IF..THEN..ELSE peuvent être emboîtées sur une
ligne de programme jusqu'à la longueur maximum de ligne de
programme (80 caractères).
EXEMPLE:
Le programme persiste à demander "A CONTINUER?" tant que OUI est introduit; il s'arrête si NON est
introduite et réclame autrement.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC
FORMAT: 1. INIT "Sn:" ,
197
"F"
"M"
"P"
2.INIT"X:"
3.INIT "COMn:",<capacité du tampon>
INIT ™
Abréviation: INI.
Voir également: SETCOM, SETDEV, TITLE
BUT:
1. Initialise les modules dans les logements d'extension 1 ou 2 et
spécifié l'usage.
2. Initialise et prépare un disque souple vierge.
3. Désigne la capacité du tampon de réception pour les deux
ports série.
REMARQUES:
Format 1 :
Sn: initialise le module de disque RAM dans le logement
d'extension S1: (logement 1) ou S2: (logement 2).
Ce format n'est effectif qu'en MODE 0.
Le module dans le logement d'extension spécifié peut être initialise
comme un disque RAM, une mémoire de programme ou une
extension de mémoire de la façon suivante:
198 SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
Paramètre
Usage
"F"
Prépare le module comme un disque RAM.
Ceci permet aux programmes et fichiers d'être
mémorisés de la même manière que sur le
disque souple. Voir Chapitre 11-Fichiers, pour
plus de détails sur la mémorisation des fichiers
sur le disque RAM.
"M"
Initialise le module comme une extension de
la zone utilisateur intérieure de PC-1600. Ceci
permet l'exécution des programmes d'encombrement plus important.
P"
Initialise le module comme une zone de
stockage de programme. Un seul programme
peut être écrit sur le module et sera conservé
par là batterie de secours même lorsque le
module est extrait de l'ordinateur.
La commande INIT ne peut pas être exécutée sur un module qui
contient déjà des programmes ou fichiers, ou lorsque l'interrupteur
d'interdiction d'écriture est mis en position ON.
Format 2:
INIT "X:" initialise et prépare un disque souple vierge. Tous tes
nouveaux disques doivent être préparés par cette commande avant
leur utilisation. Si un disque dispose déjà de quelque information
mémorisée, l'exécution de la commande INIT effacera effectivement
tous les contenus.
Format 3:
La capacité du tampon de réception pour un port série peut être
désignée dans une gamme de 80 à 16383 octets, ou à une valeur
minimum de 40 octets en spécifiant 0 comme capacité du tampon.
Les ports suivants peuvent être spécifiés par COMn:
COM1 : Port série RS-232C
COM2: Port série optique
COM:
Port actuellement
SETDEV.
sélectionné
par
l'instruction
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC
199
La valeur de <capacité du tampon> est remise à 0 (40 octets) lors
de la mise sous tension ou après une opération de remise à zéro.
Si les fichiers sont en cours d'échange entre deux ordinateurs qui
sont câblés ensemble (c'est-à-dire, sans impliquer aucun modem ni
ligne téléphonique), un grand tampon de réception accélérera le
transfert de fichier. D'autre part, si les fonctions de communication
ne sont pas utilisées, la désignation de la capacité du tampon à la
valeur minimum (0 = 40 octets) libérera l'espace mémoire pour
d'autres buts. La moyenne type de capacité du tampon pour la
désignation est de 256 octets.
S'il existe une mémoire insuffisante disponible pour la capacité
du tampon spécifiée ou qu'un fichier est actuellement ouvert
sous l'option APPEND de l'instruction OPEN, un code d'erreur se
produit.
j
EXEMPLE:
Initialise le module dans le logement 1 comme un module de disque RAM.
> I M I T"X:"
Initialise le disque souple dans l'unité de disque souple en te préparant. Toute donnée existante sur le
disque souple est perdue.
200
SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
INKEY$
__________________
FORMAT: 1. <variable alphanumérique>-INKEY$
2.<variab!e alphanumérique>=INKEY$(0)
3.<variable alphanumérique>=INKEY$(1)
Abréviation: INK.
Voir également:
BUT:
Contrôle le tampon du clavier durant l'exécution du programme,
et introduit un seul code de touche dans le programme.
REMARQUES: INKEY$ et INKEY$(0) ont le même sens. INKEY$ ou INKEY$(0) lit le
dernier caractère de touche par le tampon de clavier et l'affecte au
paramètre <variab|e de chaîne>. Si aucune touche n'est enfoncée,
INKEY$ renvoie une chaîne vide (code 0 d'ASCII). Si le tampon du
clavier contient plusieurs introductions au clavier, INKEY$(1) peut
être utilisée pour lire à partir de celle la plus ancienne. Le caractère
lu depuis le tampon du clavier n'est pas affiché comme un caractère
sur l'écran.
Seuls les caractères listés dans la table peuvent être lus en utilisant la
commande INKEY$:
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC 201
EXEMPLE:
Cette partie du programme est similaire à l'utilisation de l'instruction INPUT. Le programme attend l'enfoncement
d'une touche par l'utilisateur. L'instruction INKEY$ diffère de l'instruction INPUT par le fait qu'elle n'utilise pas
l'écran pour l'introduction. Le programme maintient l'itération jusqu'à ce qu'une touche soit enfoncée.
[300]
[310]
[320]
[330]
Lit un caractère du tampon de clavier et l'affecte à la variable de chaîne A$.
Maintient le contrôle du tampon de clavier jusqu'à l'enfoncement d'une touche.
Fait un branchement sur la ligne 500 si "0" est introduit.
Fait un branchement amont sur la ligne 300 si un caractère quelconque sauf "0" est introduit.
202
SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
INP
FORMAT: 1. INP(<adresse d'accès>)
Abréviation:
Voir également: OUT
BUT:
Renvoie une valeur correspondant à l'entrée du port du micro
processeur Z-80A directement.
REMARQUES:
INP renvoie la valeur d'une configuration binaire introduite
directement à un port d'entrée de machine.
Le paramètre <adresse d'accès> spécifie le port d'entrée de
machine sous forme d'une adresse à 16 bits comprise dans une
gamme de 0 à 65535 (&0 à &FFFF) et renvoie un octet de données
à partir de l'adresse du port.
EXEMPLE:
Renvoie l'entrée de valeur à l'adresse du port de machine 20 (&14).
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC 203
INPUT
FORMAT: 1. INPUT["<chaîne de message>"( ; l ]<!iste des variables>
2. INPUT <chaîne de message>"
; l<vanable>,"<chaîne
de message>"j ; l<variable>,...
Abréviation: I.
Voir également:
BUT:
Permet aux valeurs d'être introduites par l'intermédiaire du
clavier dans les variables du programme.
REMARQUES
Lorsque INPUT est rencontrée, l'exécution s'arrête et affiche la
chaîne de message éventuelle. Les données peuvent alors être
introduites par le clavier ou à travers un port série E/S si ainsi désigné
par SETDEV, et seront affectées au(x) nom(s) de variable spécifié(s)
dans la <liste des variables>. Les variables dans la <liste des
variables> doivent être séparées par des virgules. Les valeurs
introduites par clavier doivent être introduites une à une en les
séparant par ENTER.
S'il n'existe aucune chaîne de message, un point d'interrogation est
affiché pour indiquer à l'utilisateur d'introduire les données. Si la
chaîne de message est suivie par un point-virgule, aucun point
d'interrogation n'est affiché, et le curseur est positionné après le
dernier caractère de la chaîne de message. Si la chaîne de message
est suivie par une virgule, le curseur se déplace à la position avant de
la ligne au-dessous de la chaîne de message et attend l'introduction
de données.
Les données peuvent également être introduites à partir de
l'accès RS-232C par la commande INPUT sous le format suivant:
INPUT<variable>[,<variable>] ....
Aucune chaîne de message ne peut être spécifiée et aucun point
d'interrogation n'est affiché.
204
SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
EXEMPLE:
1 0 I P R I N T " V O L U M E DE S O L I D E "
2 0 : i N P U T " I N T R O D U I R E L.B.H "L.B.H 3
0:V = L * B*H
4 0 : P R I N T "LE
5O:END
VOLUME
EST"IV
>RUN
V O L U M E DE S O L I D E
I N T R O D U I RE L.B.H
3ENTER
4ENTRE
5ENTER
LE V O L U M E EST 60 >
[20] Demande à l'utilisateur d'introduire trois valeurs numériques. Le message ci-dessus apparaît sur
l'écran lorsque le programme est exécuté. Dans l'exemple de RUN, l'utilisateur introduit 3, 4 et 5 comme
valeurs.
[30-40] Calcule le volume et imprime la réponse.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC 205
INPUT#
FORMAT: 1. INPUT#<numéro de fichier>,<liste des variables> 2.
INPUT#["<nom de fichier>";]<liste des variables>
: l.# Voir également: DIM, INPUT, OPEN,
PRINT#, SET
BUT:
Utilisée pour lire les articles d'un fichier séquentiel sur le disque
souple, le module de disque RAM ou la bande cassette.
REMARQUES:
1. Disque ou module de disque RAM
Le paramètre <numéro de fichier> est le numéro affecté au fichier
lorsqu'il a été ouvert pour l'introduction par l'instruction OPEN. Une
tentative d'introduction des articles d'un fichier qui n'a pas été ouvert
produira un code d'erreur.
2. Fichiers sur bande cassette
La valeur par défaut lorsque le "<nom de fichier>" n'est pas
spécifié pour la bande cassette est le premier fichier à partir de la
position actuelle de la tête de la bande.
Le paramètre <liste des variables> spécifie les noms des variables
dans lesquelles les articles de données seront écrits lorsque
l'instruction INPUT# est exécutée. La liste peut contenir les
variables fixes, variables simples et variables composées délimitées
par des virgules. L'ordre dans lequel les variables sont spécifiées
dans la liste, doit correspondre à l'ordre dans lequel les données
apparaissent dans le fichier; chaque type de variable doit avoir un
type de données correspondant.
Les variables alphanumériques doivent également avoir une
longueur suffisante pour enregistrer les articles de données. Si les
tableaux sont enregistrées par l'instruction INPUT#, l'espace
mémoire nécessaire doit être déclaré dans le programme par DIM.
Si le nombre d'articles de données enregistrés à partir du fichier est
inférieur au nombre de variables dans la liste, l'exécution s'arrête en
état d'attente. Terminer cet état en appuyant sur la touche BREAK.
Si le nombre d'articles de données dans le fichier est supérieur au
nombre de variables dans la liste, les articles de données en excès
ne seront pas enregistrés.
206 SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
En format 2 pour les fichiers sur bande cassette, les variables
composées doivent être spécifiées sous la forme A(*) en utilisant un
astérisque pour l'élément. Les éléments simples d'un tableau ne
peuvent pas être spécifiés. Cette forme ne peut pas être utilisée
dans le format 1.
EXEMPLE:
Voir OPEN.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC 207
FORMAT: 1. INSTAT "COM1:
INSTAT
Abréviation: INSTA.
Voir également: OUTSTAT
n
BUT:
Renvoie les désignations des signaux de commande pour le port
série RS-232C.
REMARQUES: Les désignations des signaux de commande sont renvoyées sous
forme d'un nombre binaire à 8 bits. Chaque bit représente la valeur
d'un signal de commande de la façon suivante:
7
8
Bit
Valeur
1
0
,
Condition de signal
1
DTR est haut.
DTR est bas.
2
0
RTS est haut.
3
1
0
RTS est bas.
CTS est haut.
4
1
0
1
CTS est bas.
CD est haut.
CD est bas.
5
0
DSR est haut.
6
1
0
1
DSR est-bas.
Cl est haut. Cl
est bas.
toujours 0
toujours 0
EXEMPLE:
> I N S T A T "COM1I"
Renvoie les désignations des signaux de commande pour le port série RS-232C. Ici, un nombre décimal
de 63 correspond à un nombre hexadécimal de 3F et à la configuration binaire suivante:
Tous les six signaux sont alors spécifiés comme bas (le bit 1 est le bit de poids fort), soit la condition par
défaut.
208 SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
PRO
RUN
INST
R
PROGRAM
FORMAT: 1. INSTR([<colonne>,]X$,Y$)
2. INSTR([<colonne>,]"<chaîne>","<caractère>")
Abréviation: INS.
Voir également:
BUT:
Explore la chaîne X$ pour chercher la première apparition du
caractère Y$ et renvoie la position sous forme d'un nombre
entier.
REMARQUE
S
Si Y$ ne peut pas être trouvé ou que XS est une chaîne vide, la
valeur 0 est renvoyée. Dans le format 2, le caractère réel est spécifié
avec une chaîne, réelle, délimités tous les deux par des guillemets.
Le paramètre <colonne> est la colonne de départ pour la recherche.
La valeur par défaut est la colonne 1.
EXEMPLE:
Ce programme cherche 'A' dans un mot.
[10] L'utilisateur introduit un mot quelconque par clavier. [201
L'instruction INSTR cherche tout 'A' dans le mot. [40-50]
L'emplacement du premier 'A' est imprimé. [601 Aucun 'A' n'a
été trouvé dans le mot.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC 209
FORMAT: 1. INT(X)
IN
T
Abréviation: Voir
également:
BUT:
Tronque la partie décimale d'un nombre réel et renvoie un
nombre entier.
REMARQUES: La valeur X est arrondie au nombre entier inférieur. Le nombre entier
obtenu est toujours égal ou inférieur à X indifférement à ce que X
est positif ou négatif. Pour les valeurs négatives, le nombre entier
absolu obtenu sera alors égal ou supérieur à la valeur absolue.
210 SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
KBUFF$
FORMAT: 1. KBUFF$=<chaîne de caractères>
Abréviation: KB.
Voir également: INKEY$
BUT:
Introduit une chaîne de caractères dans le tampon de clavier.
REMARQUES
:
La commande KBUFFS peut être utilisée pour faire fonctionner
l'ordinateur en mode "séquentiel". Les commandes du système
peuvent être introduites dans un fichier des commandes dans l'ordre
de leur exécution, et enregistrées dans le tampon de clavier par
KBUFF$. Ceci permet aux commandes d'être exécutées comme si
elle avait été introduites directement au clavier.
Les fichiers des commandes ou fichiers séquentiels peuvent être
utilisés pour exécuter automatiquement une série de commandes
pour une certaine tâche. Par exemple, un fichier des commandes
peut être introduit pour remettre la mémoire à zéro, charger un
programme spécifique, exécuter le programme et récrire les
résultats dans un fichier.
La longueur de la chaîne de caractères peut être de 32 caractères
au maximum. La chaîne recouvrera tout contenu existant du
tampon.
EXEMPLE:
[200] Introduit 45 dans le tampon de clavier comme si vous aviez introduit par clavier le nombre en cours d'exécution
du programme.
[210] INPUT attend l'introduction d'un nombre par l'utilisateur, mais cette opération a été déjà effectuée "a l'aide de la
commande KBUFF$. Notez qu'il n'existe aucun retour chariot introduit avec la chaîne KBUFF$. Lorsque le programme
est exécuté, 45 apparaît automatiquement sur l'écran, mais vous devrez encore appuyer sur la touche d'introduction.
Voir CHRS et les tables de code ASCII pour introduire dans les variables alphanumériques les caractères de touche
qui ne s'impriment pas. (220) Imprime la valeur de A.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC
211
KEY ON/OFF/STOP
FORMAT: 1. KEY(<numéro de touche>)ON
2.KEY(<numéro de touche>)OFF
3.KËY(<numéro de touche>)STOP
Abréviation:
Voir également: ON KEY GOSUB
BUT:
Valide ou invalide la touche de fonction spécifiée utilisée pour
causer un branchement du programme durant l'exécution.
REMARQUES:
Cette instruction commande l'action de l'instruction ON KEY
GOSUB.
KEY(<numéro de touche>) OFF invalide l'une des touches de
fonction F1 à F6 spécifiée par le <numéro de touche> compris dans
une gamme de 1 à 6. L'enfoncement de la touche n'exercera
aucun effet sur une instruction ON KEY GOSUB après
l'exécution de ladite instruction. KEY (<numéro de touche>) ON
valide une touche de fonction qui a été invalidée par l'instruction
KEY(<numéro de touche>) OFF/STOP. Ces deux commandes
peuvent être émises dans un programme afin d'éviter les
interruptions du programme.
KEY(<numéro de touche>) STOP invalide une touche de fonction.
Cependant, si une instruction KEY ON est exécutée plus tard
lorsque la touche de fonction a été enfoncée durant la période où
KEY OFF était effective, l'exécution fera imédiatement un branchement suivante l'instruction ON KEY GOSUB. La commande par
défaut est KEY STOP.
Une touche qui est affectée dans une instruction ON KEY GOSUB
ne peut pas servir de touche de fonction normale pour introduire les
chaînes ou commandes prédéterminées.
EXEMPLE:
10:KEY(3)
390:KEY(3)
OFF
ON
[101 Invalide la touche de fonction F3 durant l'exécution du programme.
[390] Revalide la touche de fonction F3 pour l'utilisation normale.
212 SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
KEYSTAT
FORMAT: 1. KEYSTAT, [< para m être 1>][,<paramètre 2>]
Abréviation: KE.
Voir également: IN KEY$
BUT:
Pour commander l'introduction par clavier, spécifie l'unité d'entrée standard, active/désactive la fonction de répétition de touche et
la fonction de cliquetis de touche.
REMARQUES:
Le <paramètre 1> active/désactive la fonction de répétition:
0— répétition de touche désactivé
1— répétition de touche activée
Le <paramètre 2> met le cliquetis de touche en/hors action:
0— cliquetis de touche hors action
1— cliquetis de touche en action
Lors de la mise sous tension, la désignation de la valeur par défaut
conserve toujours les dernières valeurs spécifiées. Après une ALL
RESET, la désignation par défaut est KEYSTAT,0,0.
EXEMPLE:
> K E Y S T A T , 1,1
Active à la fois la fonction de répétition de touche et la fonction de cliquetis de touche.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC 213
_________________________KILL
FORMAT: 1. KILL "<d:nom de fichier>"
Abréviation: K.
Voir également: SAVE, SET
BUT:
Utilisée pour supprimer un fichier dans le disque souple ou le
module de disque RAM.
REMARQUES: Le paramètre <d:nom de fichier> spécifie l'unité et le nom de fichier. Dans le cas
d'un fichier BASIC, l'exécution de .BAS doit être spécifiée avec le nom de
fichier. Si le fichier est protégé par l'attribut "P" de l'instruction SET ou
que l'interrupteur d'interdiction de l'écriture du module RAM est mis en
circuit, un code d'erreur se produit. Un fichier qui est actuellement ouvert ne
peut pas être supprimé jusqu'à ce qu'il soit fermé.
EXEMPLE:
Efface le fichier OLDATA contenu dans le module de disque RAM dans le logement d'extension 1.
214 SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
LCURSOR
FORMAT: 1. LCURSOR <colonne>
Abréviation: LC.
Voir également: GLCURSOR, PCONSOLE, TAB
BUT:
Déplace, en mode de texte, le stylo d'imprimante jusqu'à la
colonne spécifiée.
REMARQUES: La commande LCURSOR est similaire à la commande GLCUR-SOR,
mais déplace le stylo jusqu'à la colonne d'impression spécifiée dans
la gamme allant de 0 à la longueur maximum de ligne désignée par
l'instruction PCONSOLE en cours d'exécution.
EXEMPLE:
Ce programme n'est exécuté qu'en mode TEXT.
[10] Déplace le chariot porte-stylo au milieu du papier.
120] Ce message fera commencer l'impression à partir de la position actuelle de l'imprimante au milieu
de la page.
[30] Après la dernière LPRINT, la tête d'imprimante recule vers la gauche. Ainsi, cette ligne s'imprime en
position normale cadrée à gauche.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC
FORMAT: 1. LEFT$(X$,N)
2. LEFT$("<chaîne>",N)
Abréviation: LE F.
Voir également: MID$, RIGHT$
215
LEFT$
BUT:
Renvoie N caractères à partir de l'extrémité gauche d'une chaîne
quelconque, X$.
REMARQUES
:
La valeur de N doit être comprise dans une gamme de 0 à 80. Les
fractions seront arrondies à l'unité inférieure (tronquées). Si N est
inférieur à 1, une chaîne vide est renvoyée. Si N est supérieur au
nombre de caractères flans X$, la chaîne entière est renvoyée.
EXEMPLE:
10:X$="SHARP"
20 : F 0 R N = 1 TO 6
3O:LET
S$ = LEFT$
4 0 I P R I N T S$ 5
OI NE XT N
>RUN
S
SH
SHA
SHAR
SHARP
SHARP
>
216
SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
LEN
FORMAT: 1. LEN(X$)
2. LEN("<chaîne>")
Abréviation: Voir
également:
BUT:
Renvoie le nombre de caractères dans la chaîne X$.
REMARQUES:
Le nombre de caractères dans la chaîne comprend tout espace ou
caractère qui ne s'imprime pas tel que le code de commande
ou le retour chariot.
EXEMPLE:
[10] Introduit un mot. Dans cet exemple, l'utilisateur introduit "CERISE". [20]
Trouve la longueur du mot. [30] Imprime la réponse.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC 217
FORMAT: 1. [LET]<variable>=<expression>
[,<variable> = <expression>].........
Abréviation: LE.
Voir également:
BUT:
LE
T
Affecte une valeur a une variable.
REMARQUES: Le mot [LET] est optionnel sauf dans les instructions incluses dans une
clause THEN ou ELSE de l'instruction IF.THEN..ELSE. Le type
d'expression doit correspondre au type de variable. Seules les
expressions numériques peuvent être affectées aux variables
numériques, et; seules les expressions alphanumériques peuvent
être affectées aux variables alphanumériques.
EXEMPLE:
218
SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
LF
FORMAT: 1. LF [<lignes>]
Abréviation:
Voir également: CSIZE
BUT:
Fait avancer le papier dans l'imprimante, du nombre spécifié de
lignes.
REMARQUES
En mode de texte, LF toute seule fait avancer le papier d'une ligne
chaque fois qu'elle est exécutée. Le paramètre <lignes> spécifie le
nombre de lignes compris dans la gamme spécifiée par l'instruction
PAPER en cours d'exécution. Si le paramètre <lignes> est positif,
le^papier se déplacera en sens direct, et s'il est négatif, le papier se
déplacera en sens inverse.
La hauteur de ligne effective pour la commande LF dépend de la
taille de caractère sélectionnée par CSIZE.
EXEMPLE:
Fait avancer le papier de trois lignes
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC
FORMAT: 1. LFILES "<d:>"
2.LFILES "<d:nom de fichier>"
3.LFILES "<d:nom de fichier ambigu>"
219
LFILES
Abréviation: LF.
Voir également: FILES, SETDEV
BUT:
Liste l'information de répertoire sur les fichiers spécifiés pour l'unité
spécifiée sur l'imprimante ou sur l'un des ports série.
REMARQUES:
Les options pour la commande LFILES sont spécifiées de la même
manière que la commande FILES, mais l'information de
répertoire est envoyée qu port série ou à l'imprimante au lieu d'être
envoyée à l'écran.
L'accès utilisé sera celui spécifié dans la commande SETDEV en
cours d'exécution, à savoir COM1: (port RS-232C) ou COM2: (port
optique SIO). Si SETDEV n'est pas utilisée, l'unité par défaut est
l'imprimante.
EXEMPLE:
Voir FILES.
220 SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
LINE
ion: LIN. Voir
également: LLINE
BUT:
Trace une ligne entre deux points sur l'écran graphique.
REMARQUES
La commande LINE trace une ligne à partir du point spécifié par les
valeurs de coordonnées X1,Y1; ou à partir de la position actuelle du
curseur graphique si les valeurs X1 et Y1 ne sont pas spécifiées,
jusqu'au point spécifié par les valeurs de coordonnées X2,Y2. Les
valeurs de coordonnées sont des distances à partir de la position
d'origine, à l'extrémité gauche en haut sur l'écran (0,0). Le
paramètre optionnel <basculement de points> change la
configuration des points spécifiée dans le paramètre <configuration>
de la façon suivante:
basculement de points>
Effet
S
Spécifie que les bits mis à 1 dans le paramètre <configuration> mettent les points en
circuit (noirs) et que les bits mis à 0 mettent les
points hors circuit.
R
Spécifie que les bits mis à 1 dans le paramètre <configuration> mettent les points hors
circuit et que les bits mis à 0 mettent les points
en circuit. Ceci est l'inverse de l'option S et
peut être utilisé pour tracer une ligne en vision
inverse sur un écran noir (tous les points en
circuit).
X
Inverse l'état de tous les points le long de la
ligne.
Le paramètre de basculement par défaut est S.
Le paramètre optionnel <configuration> spécifie la configuration des
points utilisée pour tracer la ligne sous forme d'un nombre compris
dans une gamme de 0 à 65535. La valeur décimale est alors
convertie en nombre binaire à 16 bits, dont chacun représente la
présence (1) ou l'absence (0) d'un point
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC 221
dans cet emplacement. La valeur peut être spécifiée sous forme d'un
nombre hexadécimal précédé par un signe "&", compris dans une gamme
de &0000 à &FFFF.
Exemple 1
<configuration> = 65535 en valeur décimale ou &FFFF en
valeur hexadécimale Valeur binaire = 1111111111111111
Configuration de ligne: xxxxxxxxxxxxxxxx —
Ceci est une ligné pleine.
<configuration> = 43690 en valeur décimale ou &AAAA
Exemple 2
en valeur hexadécimale Valeur binaire =
1010101010101010 Configuration de ligne:
xxxxxxxx —
Ceci est une ligne pointillée.
Exemple 3:
<configuration> = 26214 en valeur décimale ou &6666 en
valeur hexadécimale Valeur binaire = 0110011001100110
Configuration de ligne: xx xx xx xx —
Ceci est une ligne discontinue.
La configuration par défaut est une ligne pleine. L'option B trace une case
sur la ligne sous forme d'une diagonale. L'option BF trace une case et la
remplit.
NOTE:
Les valeurs de coordonnées X et Y pour la commande LINE peuvent être
spécifiées dans la gamme allant de -32768 à 32767. Mais seules les
valeurs de coordonnées comprises dans une gamme de 0 à 155 pour X et
dans une gamme de 0 à 31 pour Y seront affichées sur l'écran.
EXEMPLE:
[10] Efface l'écran.
[20] Tourne sur une boucle pour répéter le tracé de chaque case. Quatre cases apparaîtront en lignes à
travers l'écran.
(30] Trace une case rectangulaire remplie.
222
SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
LIST
FORMAT: 1. LIST
2. LIST<numéro de ligne>
Abréviation: L.
Voir également: LLIST
BUT;
Affiche tout ou une partie d'un programme en mémoire.
REMARQUES
L'exécution de LIST sans spécifier un numéro de ligne listera un
écran complet du programme en cours d'exécution en partant du
numéro de la ligne le plus bas. La touche H fera remonter la ligne
suivante dans le listage.
LIST <numéro de ligne> affiche la ligne de programme spécifiée sur
l'écran. Si le numéro de ligne spécifié est supérieur à tout numéro de
ligne existant, un code d'erreur sera produit.
EXEMPLE:
>L I ST
Affiche les lignes du programme dans l'ordre
>L I ST
100
Affiche la ligne 100 du programme
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC 223
LUNE
FORMAT: 1. LL!NE[(X1,Y1)]-(X2,Y2)[-(X3,Y3)..],[<type>],[<couleur>][,B]
Abréviation: LLIN.
Voir également: COLOR, RLINE, SORGN
BUT:
Trace une ligne ou une série de segments de ligne entre les
points spécifiés par les coordonnées absolues sur l'imprimante.
REMARQUES
,
En mode graphique, la commande LLINE trace un segment de ligne
à partir du point spécifié par les coordonnées X1, Y1 ou à partir de
la position actuelle de la plume si les valeurs X1 et Y1 ne sont pas
spécifiées, jusqu'au point spécifié par les coordonnées X2,Y2. Les
valeurs X et Y doivent être comprises dans une gamme de -2048 à
2047. Les valeurs de coordonnées sont absolues, c'est-à-dire,
qu'elles représentent les distances à partir du point désigné en tant
qu'orgine (0,0) par l'instruction SORGN en cours d'exécution. Cinq
segments de ligne contigùs subséquents peuvent être spécifiés.
Le paramètre optionnel <type> spécifie le type de ligne dans la gamme
allant de 0 à 9.
Le paramètre optionnel <couleur> spécifié la couleur de stylo dans
la gamme allant de 0 à 3 (voir commande COLOR). Si les
paramètres <type> et <couleur> ne sont pas spécifiés, les valeurs
actuellement désignées seront utilisées.
224 SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
Lors de l'exécution de LLINE ou RLINE, immédiatement après une
commande LPRINT en mode graphique, le paramètre type doit être
spécifié; le type de ligne par défaut ne s'applique pas dans ces cas.
Ceci est également valable pour les programmes transférés depuis
le PC-1500, impliquant la commande LINE du PC-1500.
L'option B spécifie un rectangle à tracer sur la diagonale
spécifiée par X1,Y1 et X2,Y2 comme indiqué ci-dessous:
Pour la commande LLINE (X1,Y1) - (X2,Y2),„B
X1.Y1
X2.Y2
EXEMPLE:
Ceci tracera un triangle éloigné du coin de la page.
[10] Met la machine en mode graphique.
(20) Déplace le stylo d'imprimante jusqu'à la position spécifiée éloignée du coin de la page.
[30] Met l'origine à zéro en utilisant la position actuelle du stylo comme la position 0,0. Tous les tracés
subséquents utiliseront ce système de coordonnées.
[40] Trace le triangle en trois mouvements aboutissant à l'origine.
[50] Maintenant que le tracé est terminé, remet la machine en mode de texte.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC 225
LLIST / LLIST*
FORMAT: 1. LLIST[*J
2.LLIST[*]<numéro de ligne>
3.LLIST[*]<numéro de ligne>,<numéro de ligne>
4.LLIST[*]<numéro de ligne>,
5.LLIST[*],<numéro de ligne>
Abréviation: LL. Voir
égaiement: LIST
BUT:
Liste les lignes de programme en mémoire sur l'imprimante
optionnelle ou sur l'interface sérielle d'E/S si celle-ci est ouverte.
REMARQUES: La commande LLIST est utilisée de la même manière que LIST, mais
la sortie est dirigée'vers l'imprimante ou l'interface sérielle d'E/S au
lieu de l'écran. Elle est plus souple que la commande LIST.
Sur l'imprimante:
LLIST sans aucun paramètre liste le programme entier.
LLIST <numéro de ligne> liste seulement la ligne spécifiée du
programme.
LLIST <numéro de ligne>, <numéro de ligne> liste les lignes du
programme partant du premier numéro de ligne spécifié et se
terminant par le second numéro de ligne spécifié.
LLIST <numéro de ligne>, liste les lignes du programme partant
du numéro de ligne spécifié jusqu'à la fin du programme.
LLIST, <numéro de ligne> liste les lignes du programme
jusqu'au numéro de ligne spécifié inclus.
Lors de l'utilisation de LLIST pour envoyer les lignes à l'imprimante,
la sortie sur l'imprimante est affectée par le paramètre <longueur de
ligne> désigné par l'instruction PCONSOLE en cours d'exécution. Si
le paramètre <longueur de ligne> est fixé à 18 ou plus, les lignes
seront imprimées et continuées à la ligne suivante lorsqu'elles sont
trop longues. Si le paramètre <longueur de ligne> est fixé à 17 ou
16, ERROR 76 s'affichera lorsque la ligne à imprimer est plus
longue qu'au paramètre <longueur de ligne> et aucune impression
ne sera obtenue.
Sur l'interface sérielle d'E/S:
Si l'interface sérielle d'E/S est ouverte pour la sortie par SETDEV
utilisant le paramètre PO, la commande LLIST enverra la sortie
des lignes du programme à l'interface au lieu de l'envoyer à
l'imprimante.
226 SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
Chaque ligne dans le programme contiendra le nombre de
caractères spécifié dans la commande PCONSOLE. Chaque ligne
se terminera par CR, LF ou LF+CR suivant la spécification dans la
commande PCONSOLE.
Si un mot de passe est désigné, LLIST est ignorée. LUST* toute
seule fait sortir les lignes de commentaires commençant par une
apostrophe ('). Le numéro de ligne et l'apostrophe seront supprimés.
Les commentaires ne partant pas de la tête d'une ligne et tous les
commentaires REM seront ignorés. Ceci est utile pour faire sortir
simplement l'information descriptive d'un programme contenu dans
les instructions de commentaires. Si la fin (80ème colonne) d'une ligne
de commentaire se termine en point-virgule, tout commentaire
apparaissant sur la ligne suivante ne sera pas imprimé sur une
nouvelle ligne dans le listage mais continuera la ligne précédente.
Lors de l'utilisation de LLIST* pour le port série, les lignes de
programmes disposant de numéros de lignes à 3 chiffres (c'est-àdire 100 et plus) seront tronqués quelque part dans le listage au port
à cause des limites de l'espace tampon. Par conséquent, pour
obtenir des listages complets, assurez-vous de n'avoir que des
numéros de lignes à deux chiffres seulement (de 0 à 99).
Si la taille de caractère actuelle sélectionnée par CSIZE est 1, le
programme sera sorti en caractères de taille 1. Pour toutes les
autres tailles de caractère (2 à 9), le listage sera effectué en
caractères de taille 2. LLIST/LLIST* sélectionne automatiquement le
mode de texte avant le listage.
EXEMPLE:
>LL I ST
Liste le programme entier.
>LL I ST
100,200
Liste les lignes du programme 100 à 200 incluse.
>LLIST
150. Liste à partir de la ligne 150 jusqu'à la fin du
programme.
>LL I ST ,40
Liste le programme du début à la ligne 40 incluse.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC 227
FORMAT: 1. LN(X)
Voir également: EXP
LN
BUT:
Renvoie le logarithme naturel (de base 'e') des expressions X.
REMARQUES:
La valeur spécifiée pour X doit être supérieure à zéro. Pour trouver
l'antilog d'un nombre, utiliser la fonction EXP.
228
SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
LOAD/LOAD*
FORMAT: 1. LOAD"<d:nom de fichier>[,R] 2.
LOAD*"<d:nom de ficheier>"
Abréviation: LOA.
Voir également: CHAIN, LLIST* , MERGE, REM, RUN, SAVE
BUT:
Charge un fichier dans la mémoire depuis une unité de disque
souple, un module de disque RAM, une bande ou un des ports
série.
REMARQUES: Le paramètre <d:nom de fichier> spécifie le nom de l'unité et le nom
du fichier à charger. Les noms d'unité suivants peuvent être
spécifiés.
S1:,S2:
X:,Y:
COMn:
CAS:
Logements de modules 1 et 2
Unité de disque souple
Port série
Bande cassette
Le nom de fichier spécifié doit exister sur l'unité.
Si l'option R est spécifiée après le chargement en mémoire d'un
fichier à l'aide de la commande LOAD, il sera immédiatement
exécuté comme si la commande RUN avait été introduite. L'option R
est également utilisée avec les fichiers AUTORUN (voyez la page
80) pour permettre à un fichier d'être chargé et exécuté
automatiquement. Si le fichier ne contient pas de programme
BASIC, une erreur d'exécution se produira. Tous les fichiers ouverts
quand LOAD est exécutée sur un autre fichier seront alors fermés
sauf quand l'option R est spécifiée.
Lorsqu'un astérisque (*) est placé après LOAD dans le format 2,
chaque ligne sera précédée par un numéro de ligne et une
apostrophe (') après chargement en mémoire. Ceci a pour effet de
faire de chaque ligne une ligne de commentaire BASIC (voir
l'instruction REM). Les lignes sont numérotées à partir de 10, par
échelons de 10. L'utilisation de la forme LOAD* permet aux fichiers
ASCII d'être chargés dans la mémoire sous forme des lignes de
commentaire BASIC. Ceci est le seul moyen pour que les données
de texte en lignes puissent être traitées par le PC-1600 au niveau
du fichier. La commande LLIST* peut alors
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC 229
être utilisée pour lister le fichier. Par exemple, un fichier contenant
les données de texte suivantes sera chargé sous la forme indiquée
par l'option LOAD*.
10 '
20
30 '
40 '
50
60 '
L'instruction LOAD* valide les données de texte
' devant être chargées dans l'ordinateur au
niveau BASIC et affichées comme
information sur l'écran. Celle-ci peut
' être utilisée pour des notes simples, ou des
listes des adresses, etc.
Cette option LOAD* ne nécessite pas les fichiers de programmes
BASIC, qui contiennent déjà les numéros de ligne.
EXEMPLE:
Charge le programme en mémoire actuellement contenue sous le nom "BIOCALC" dans la mémoire de
l'utilisateur et déclenche l'exécution du programme.
230
SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
LOC
FORMAT: 1. LOC(<numéro de fichier>)
Abréviation: Voir
également:
BUT:
Renvoie le nombre des enregistrements qui ont été lus ou écrits
depuis l'ouverture du fichier.
REMARQUES: LOC ne peut être utilisée que pour les fichiers sur le disque souple ou
sur un module dans les logements 1 ou 2. Une instruction LOC peut
être utilisée pour commander le déroulement du programme suivant
le nombre des enregistrements qui ont été sollicités par un
programme depuis l'ouverture du fichier.
EXEMPLE:
Ce programme contrôle le nombre d'enregistrements dans un fichier sur le disque souple.
[5] Affecte un espace en mémoire pour le fichier 1.
[10] Ouvre le fichier FICHIER 01 pour l'introduction.
[20] Examine si la fin du fichier est atteinte.
[30] Introduit l'enregistrement suivant. Le fichier se compose simplement des enregistrements numériques.
[40] Passe à l'enregistrement suivant et le lit.
[50-60] La fin du fichier est atteinte et LOC contient le nombre d'enregistrements lus. [70]
Ferme le fichier.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC 231
FORMAT: 1. LOCK
2. UNLOCK
Abréviation: LOC./UN.
Voir également:
BUT:
LOCK / UNLOCK
Invalide et revalide l'utilisation de la touche MODE.
REMARQUES: LOCK invalide la touche MODE, évitant le changement accidentel du
mode. L'ordinateur est verrouillé en mode en cours. UNLOCK
revalide la touche MODE pour l'utilisation normale.
EXEMPLE:
î O:LOCK
[10] Invalide la touche MODE au début
du programme. [90] Revalide la touche
MODE à la fin.
232
SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
LOF
FORMAT: 1. LOF(<numéro de fichier>)
Abréviation:
Voir également: DSKF
BUT:
Renvoie le volume d'un fichier en octets.
REMARQUE
S
LOF renvoie le volume d'un fichier sur le disque souple (X:,Y:) ou sur
le module dans des logements d'extension 1 (S1:) ou 2 (S2:) en
octets après qu'il a été ouvert en cours d'exécution du programme.
Le paramètre <numéro de fichier> est le numéro sous lequel le
fichier a été ouvert par la commande OPEN.
Ce programme contrôle le volume du fichier FILE01 sur le disque souple
EXEMPLE:
15] Affecte un espace en mémoire pour le fichier 01.
[10] Ouvre le fichier FILE01 pour l'introduction.
[20-30] Trouve le volume du fichier et imprime la valeur.
[40] Ferme le fichier.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC
233
FORMAT: 1. LOG(X)
Abréviation: LO. Voir
également:
BUT:
LO
G
Renvoie le logarithme commun (de base 10) de l'expression X.
REMARQUES: Pour obtenir un logarithme d'une base autre que 10, utiliser la formule
de conversion suivante: Log de base B de X = LOG(X)/ LOG(B).
Pour obtenir l'antilog d'un logarithme commun, élveer 10 à la
puissance du logarithme en utilisant l'opérateur "A".
EXEMPLE:
234 SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
LPRINT / LPRINT USING
FORMAT: 1. LPRINT[<liste des expressions>][;]
2.LPRINT USING <chaîne de format>;<liste des expressions>
3.LPRINT TAB<colonne>;<expression>;TAB<colonne>;
<expression>;TAB<...............
Abréviation: LP.
Voir également: PCONSOLE, PRINT, PZONE, TAB.
BUT:
Utilisée pour sortir les données sur l'imprimante ou sur un port
série.
REMARQUES: Les instructions LPRINT et LPRINT USING sont utilisées de la même
manière que les instructions PRINT et PRINT USING, mais elles
dirigent la sortie vers l'imprimante (ou l'un des ports série E/S) au
Heu de l'écran.
LPRINT, utilisée sans aucun paramètre spécifié, fait sortir une ligne
en blanc sur l'imprimante; ceci exerce le même effet qu'un
changement de ligne. Cette commande peut être utilisée plusieurs
fois successives pour faire avancer le papier sur l'imprimante.
LPRINT <liste des expressions> imprime les valeurs des expressions dans le paramètre <liste des expressions>. Les expressions
dans la liste peuvent être des variables numériques ou
alphanumériques, ou des chaînes réelles si elles sont délimitées par
des guillemets. Le format exact d'impression dépend du séparateur
utilisé entre les articles dans le paramètre <liste des expressions>.
Si un point-virgule (;) est utilisé pour délimiter les articles dans la
liste, ceux-ci sont imprimés l'un immédiatement après l'autre. Si une
virgule (,) est utilisée, les articles sont imprimés à l'état positionné
dans chaque zone d'impression tel que spécifié dans l'instruction
PZONE. Voir la description de l'instruction PZONE pour l'explication
des zones d'impression.
Si la liste des expressions est terminée par un point-virgule, la sortie
suivante sur l'imprimante continuera sur la même ligne tandis que, si
la liste est terminée sans un point-virgule, la sortie suivante sera
imprimée sur une nouvelle ligne.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC
235
L'option USING <chame de format> est spécifiée de la même façon
que pour l'instruction PRINT USING. Se référer à la description pour
l'explication détaillée de la méthode de spécification des chaînes de
format.
L'option TAB spécifie la colonne réelle dans laquelle l'article suivant
doit être imprimé. Si la colonne TAB est supérieure à la largeur
d'impression spécifiée dans l'instruction PCQNSOLE en cours
d'exécution, un code d'erreur sera produit.
Si l'unité spécifiée dans l'instruction SETDEV en cours d'exécution est
l'un des ports série, l'instruction fera sortir sur le port au lieu de
l'imprimante.
Lorsque LPRINT est spécifiée en mode graphique, les lignes ne sont
pas terminées par CR et LF.
Voir PRINT USING et PZONE.
236 SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
^
MAXFILES
FORMAT: 1. MAXFILES = <nombre de fichiers>
Abréviation: MA.
Voir également: CLOSE, OPEN
BUT:
Spécifie le nombre maximum de fichiers pouvant être ouverts à la
fois.
REMARQUE
:
Tous les fichiers doivent être fermés au moment où la commande
MAXFILES est exécutée. Le paramètre <nombre de fichiers> est 0
juste après la mise sous tension et MAXFILES doit donc être
spécifiée avant qu'un fichier quelconque ne puisse être ouvert. Le
<nombre de,fichiers> maximum est 15. S'il existe une mémoire
insuffisante pour affecter le nombre spécifié de fichiers, une erreur
sera produite. Le volume de chaque fichier affecté par MAXFILES
est de 313 octets. Ce volume sera augmenté selon la nécessité
dans un programme.
EXEMPLE:
>MAXFILES-=3
Permet l'ouverture simultanée de trois fichiers au maximum.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC 237
_______________________MEM
FORMAT: 1. MEM
Abréviation: M.
Voir également: STATUS
BUT:
Renvoie le volume de l'espace mémoire non utilisé dans la zone
utilisateur.
REMARQUES: Le volume de l'espace mémoire non utilisé est indiqué en octets, y
compris la zone de mémorisation des variables (même que
STATUS 0).
EXEMPLE:
>MEM
238
SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
MERGE
FORMAT: 1. MERGE
2. MERGE"<nom de fichier>"
Abréviation: MER. Voir
également: CLOAD
BUT:
Utilisée pour charger un programme conservé sur la bande
cassette avec un autre programme actuellement en mémoire.
REMARQUES:
Les programmes interclassés en mémoire peuvent avoir les mêmes
numéros de ligne que les programmes existants. Chaque
programme est affecté à une zone exclusive en mémoire. Seule
GOTO<étiquette> ou LlST<étiquette> permettra le déplacement
entre programmes. LIST listera seulement le dernier programme
MERGE (interclassé). Pour lister les autres programmes, utiliser
l'option <étiquette> avec LIST. Ceci signifie que tous les programmes interclassés en mémoire devront avoir les étiquettes sur
leurs premières lignes.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC
239
De plus, faites attention lorsque les programmes d'interclassement contenant des
instructions READ et DATA. Afin que l'instruction READ accède aux instructions
DATA correctes après l'interclassement, faites précéder la ligne DATA d'un
paramètre <étiquette>. Ensuite, insérer une ligne avant l'instruction READ en y
spécifiant <étiquette> RESTORE comme le montre l'exemple ci-dessous:
10
20
30
40
RESTORE "A"
READX,Y,Z
PRINTX;Y;Z
"A":DATA 3,4,5
MERGE seule interclasse le programme suivant sur bande depuis la position
actuelle de la bande dans la mémoire. Le paramètre <nom de fichier> spécifie lequel
des fichiers contenus sur bande doit être MERGE 1 (interclassé).
EXEMPLE:
>MERGE
"PROFIT"
Recherche le programme "PROFIT" sur la bande en partant de la position actuelle de la bande et le
charge dans la mémoire d'utilisateur en cours.
240
SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
MID$
FORMAT: 1. MID$(X$,N,M)
2. MID$("<chaîne>",N,M)
Abréviation: Ml.
Voir également: LEFT$, RIGHT$
BUT:
Renvoie une chaîne de M caractères depuis la chaîne intérieure
X$ partant du Nème caractère dans la chaîne X$.
REMARQUES
:
Si N est inférieur à 1 ou supérieur au nombre de caractères dans
X$, une chaîne vide sera renvoyée. M doit être compris dans une
gamme de 0 à 80 et N, dans une gamme de 1 à 80. Les fractions
seront arrondies à l'unité inférieure (tronquées).
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC 241
FORMAT: 1. <n>MOD<m>
Abréviation:
Voir également: INT
MO
D
BUT:
Renvoie le reste de la division de <n> par <m> où n et m sont des
nombres entiers décimaux. Si n ou m ne sont pas des entiers, ils
seront arrondis au nombre entier le plus proche avant la division.
[10-20] Introduit les paramètres.
[30] Calcule le reste. [40] Imprime
la réponse.
[50] Répète le processus. L'utilisateur doit appuyer sur la touche BREAK pour arrêter le programme.
242
SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
MODE
FORMAT: 1. MODE [0] 2.
MODE 1
Abréviation: MO.
Voir également:
BUT:
REMARQUES:
Sélectionne le mode d'écran.
La commande MODE ne peut pas être spécifiée sur une ligne de programme;
elle doit être introduite en mode direct.
Si MODE ou MODE 0 est spécifiée, toutes les quatre lignes sur l'écran sont
en activité, et l'ordinateur peut être utilisé avec CE-1600P et d'autres
périphériques pour PC-1600. Le caractère désigné pour PC-1600 est
sélectionné.
MODE 1 sélectionne le mode PC-1500. En ce mode, seule la ligne
inférieure de l'écran est en activité, mais l'écran fait défiler les lignes une à
une vers le haut lorsque l'ordinateur se trouve en mode PRO pour
l'introduction ou l'édition d'un programme ou lors de l'utilisation de la
commande INPUT. La longueur de la ligne sur l'écran est fixée à 26
caractères, et l'ordinateur peut être utilisé avec les périphériques PC-1500.
Le caractère désigné pour PC-1500 est également sélectionné. Voir
l'Annexe C pour les tables de code de caractères dans les deux modes
susmentionnés. Il n'est pas possible d'exécuter les programmes qui ont été
créés sur PC-1500 en MODE 0; ils doivent être exécutés en MODE 1.
En MODE 0, les instructions PRINT affichent les données sur les lignes
consécutives de l'écran jusqu'à remplir l'écran. Ensuite, l'écran réalise un
défilement d'une ligne à la fois. Les articles plus longs qu'une ligne de
l'écran (26 caractères) sont portés à la ligne suivante.
En MODE 1, les instructions PRINT affichent les données sur la ligne
inférieure de l'écran. Les lignes comportant plus de 26 caractères seront
tronquées, et la partie tronquée est perdue. Les instructions PRINT
subséquentes recouvrent chaque fois l'affichage existant. L'écran ne peut
pas réaliser le défilement sauf lors de l'introduction ou de l'édition d'un
programme ou lors de l'utilisation d'une instruction INPUT.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC
243
NOTE:
Après le passage d'un mode à l'autre, le caractère de sollicitation
sera affiché à la gauche de l'écran en mode RUN, et le curseur sera
affiché en position d'origine (0,0) sans effacer l'écran en modes
PRO et RESERVE. En mode PRO, toutes les quatre lignes de
l'écran sont en activité tant en MODE 0 qu'en MODE 1.
EXEMPLE:
>M0DE
Sélectionne le mode PC-1600.
>MODE
1
Sélectionne le mode PC-1500.
244 SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
FORMAT: 1. NAME "<d:ancien nom de fichier>"
AS"<d:nouveau nom de fichier>"
Abréviation: NA.
Voir également: COPY, FILES
BUT:
Change le nom d'un fichier sur le disque souple ou le disque
RAM.
REMARQUES:
Le paramètre <d:ancien nom de fichier> doit être le nom d'un fichier
qui existe sur l'unité spécifiée, par d:. Le paramètre <d:nouveau nom
de fichier> doit être un nom de fichier qui n'est assigné à aucun
autre fichier sur l'unité d:.
Le même nom d'unité doit être spécifié pour le fichier doté d'un
nouveau nom.
Le changement de nom de fichier n'est pas effectif dans les cas
suivants:
(1)Le disque souple dans l'unité spécifiée dans d: a son encoche de
protection en écriture couverte.
(2)Le fichier spécifié avec le paramètre <d:ancien nom de fichier> a
été protégé en écriture par l'option P de la commande SET.
(3) Le fichier spécifié est actuellement ouvert.
(4) L'interrupteur de protection en l'écriture est mis en position
ON sur le module de disque RAM.
EXEMPLE:
>NAME " X I A M C I E M
MO M" " N O U V E A U
NOM"
Change le nom de fichier OLDNAM sur le disque souple en NEWNAM.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC 245
FORMAT: 1. NEW
2.NEW "Sn:"[,<adresse>]
3.NEW <adresse>
4.NEW 0
Abréviation:
Voir également: DELETE, STATUS, TITLE
BUT:
Efface toutes les lignes de programme actuellement en mémoire, et/ou
affecte l'espace mémoire pour les programmes de code machine.
REMARQUES
Si elle est utilisée en mode RESERVE, elle efface toutes les
affectations des touches de fonction de la mémoire de réserve. Si un
programme est introduit en mémoire par clavier avant d'effacer les lignes
de programme existantes, celles portant les numéros différents de celles
introduites par clavier seront maintenues telles quelles, causant des
problèmes graves au niveau de la programmation. L'utilisation de NEW
évite cet inconvénient en premier lieu.
Mode PC-1600 (MODE 0)
La zone accessible en mémoire de l'ordinateur est désignée comme la
"zone de l'utilisateur". La zone de l'utilisateur dans le PC-1600 est d'un
volume de 11834 octets, et inclut la zone de programme BASIC, la zone
de stockage des variables et la zone libre. Toute mémoire affectée aux
programmes de langage machine par la commande NEW réduit le volume
utile de la zone de l'utilisateur. Les adresses utilisées sont des adresses
relatives par rapport au haut de la mémoire (0).
NEW efface tous les programmes BASIC et machine dans la mémoire en
cours qui a été spécifiée en utilisant TITLE et laisse la zone affectée aux
programmes de langage machine à la valeur préalablement désignée.
NEW "Sn:" efface tous les programmes dans la zone en
mémoire désignée par Sn, où:
246 SECTION OE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
S
est la zone principale en mémoire de l'ordinateur.
0
est le module de programme actuellement dans le logement 1
S
est le module de programme actuellement dans le logement 2
1
S
2
et laisse la zone affectée aux programmes de langage machine à la valeur
préalablement désignée.
NEW "Sn:",<adresse> efface tous les programmes dans la zone en
mémoire désignée par Sn et affecte l'adresse supérieure de la zone
de
programme de langage machine au paramètre
<adresse>. L'adresse inférieure est 197. L'adresse supérieure est 65535.
Affectation de la RAM interne:
NEW 0 efface tous les programmes BASIC et de langage machine dans la
zone en mémoire spécifiée par la commande TITLE et désigne la zone
affectée au programme de langage machine à 0 (adresse = 197).
Mode PC-1500 (MODE = 1)
NEW efface tous les programmes dans la zone utilisateur et laisse la zone
affectée aux programmes de langage machine à la valeur préalablement
désignée.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC 247
NEW <adresse> efface tous les programmes dans la zone utilisateur
et affecte l'adresse supérieure de la zone de programme de langage
machine au paramètre <adresse>. L'adresse inférieure est de 197.
NEW 0 efface tous les programmes dans la zone utilisateur et
désigne la zone affectée aux programmes de langage machine à 0
(adresse = 197).
EXEMPLF-
NEW efface la mémoire, et le programme est perdu. '
Ceci efface également la mémoire en cours mais réserve 'es adresses 197 a 1000 pour les programmes de lanaaqe
machine.
248 SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
ON ADIN GOSUB
FORMAT: 1. ON ADIN(<niveau 1>,<niveau 2>)
GOSUB<numéro de ligne/étiquette>
Abréviation: 0. AD. GOS.
Voir également: ADIN ON/OFF/STOP, AIN, RETI
BUT:
Provoque le branchement de l'exécution sur le numéro de ligne spécifié
lorsque la tension d'entrée à la borne d'entrée analogique dévie d'une
gamme désignée.
REMARQUES:
Les paramètres <niveau 1> et <niveau 2> spécifient la gamme entre 0 et
255 à l'extérieur de laquelle l'entrée produira une interruption de la façon
suivante:
Se référer à la Section 6 de la 3ème partie en ce qui concerne les détails des
niveaux d'entrée.
L'introduction d'une interruption dans l'instruction ON ADIN GOSUB
peut être commandée par l'instruction ADIN ON/OFF/ STOP. Si l'instruction
ADIN ON n'est pas spécifiée dans le programme après l'instruction ON
ADIN GOSUB, la désignation par défaut est ADIN STOP, et celle-ci sera
effective après l'exécution de l'instruction invalidant toutes les interruptions.
Le sous-programme indiqué dans cette instruction doit être terminé par une
instruction RETI.
Le maximum d'interruptions autorisées dans un programme est de 8.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC
249
[20] Définit l'endroit où s'effectue un branchement lors de la réception d'un signal à la borne d'entrée
non compris dans la gamme spécifiée.
EXEMPLE:
[30-480] Programme principal. Lorsque l'interruption a lieu en cours d'exécution de ces lignes, un branchement
s'effectue immédiatement sur le début du sous-programme sur la ligne 500. [500-600] Sous-programme d'interruption
de l'entrée de borne. L'action est prise suivant l'interruption. Le sous-programme se termine en instruction RETI. Son
effet est équivalent à RETURN dans un
sous-programme normal.
250
SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
ON COMn GOSUB
FORMAT: 1. ON COMn GOSUB<numéro de ligne/étiquette>
Abréviation: 0. COM GOS.
Voir également: COMn ON/OFF/STOP, RETI
BUT:
Cause un branchement de l'exécution sur la ligne spécifiée d'un
sous-programme lorsqu'une interruption est reçue au port spécifié.
REMARQUES
Le paramètre n spécifie le port RS-232C (n = 1) ou port série optique
E/S (n=2). L'introduction d'une interruption dans l'instruction ON
COMn GOSUB peut être commandée par l'instruction COMn
ON/OFF/STÇP. Si l'instruction COMn ON n'est pas spécifiée dans le
programme après l'instruction ON COMn GOSUB, la désignation par
défaut est COMn STOP, et celle-ci sera valide après l'exécution de
l'instruction, invalidant toutes les interruptions.
L'indication du sous-programme dans cette instruction doit se
terminer dans une instruction RETI. Le maximum d'interruptions
autorisées dans un programme est de 8.
NOTE:
Voir la Partie III, Chapitre 6 pour les détails d'utilisation des
signaux de commande pour les interruptions aux deux ports
série.
EXEMPLE:
(20] Définit où s'effectue un branchement lors de la réception d'une interruption COM1. [20-480] Programme principal.
Si une interruption C0M1 quelconque est reçue en cours d'exécution de ces lignes, un branchement s'effectue
immédiatement sur le début du sous-programme sur la ligne 500. [500-600] Sous-programme d'interruption du port
série COM1 ou RS-232C. L'action est prise suivant l'interruption de COM1. Le sous-programme se termine dans
l'instruction RETI. Son effet est équivalent à RETURN dans un sous-programme normal.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC 251
ON ERROR GOTO
FORMAT: 1. ON ERROR GOTO <numéro de ligne/étiquette>
Abréviation: 0. ER. G.
Voir également: RESUME, ERL, ERN
BUT:
Provoque le branchement de l'exécution sur la ligne spécifiée
(ordinairement sur la première ligne d'un sous-programme de
traitement d'erreurs) lorsqu'une erreur se produit.
REMARQUES
Les sous-programmes de traitement d'erreurs peuvent être écrits par
l'utilisateur pour évaluer quel type d'erreur s'est produit (par exemple,
une erreur de syntaxe ou une erreur de format de données) ou pour
recherqher l'apparition éventuelle d'un certain type d'erreur et pour
ensuite reprendre l'exécution à un point différent dans le programme
suivant le type d'erreur. S'il existe une erreur dans le programme de
traitement d'erreurs lui-même, BASIC revient à l'instruction ON
ERROR GOTO, affiche le code d'erreur et termine l'exécution.
Le sous-programme de traitement d'erreurs doit se terminer sur
RESUME, STOP ou END. Il n'existe aucune limite pour le nombre
d'instructions ON ERROR GOTO dans un programme. Lorsqu'une
erreur est produite, l'exécution passe suivant la spécification de la
dernière instruction ON ERROR GOTO qui a été exécutée. ON
ERROR GOTO 0 revient au traitement d'erreurs normal en BASIC.
L'effet de ON ERROR GOTO est annulé par l'exécution de RUN et
END ou par l'opération de suppression totale par les touches Miliai +
El mais non au début de l'exécution par GOTO ou DEF.
EXEMPLE:
(100-140) Sous-programme de traitement d'erreurs pour rechercher l'Erreur 160.
252
SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
ON..GOSUB/ON..GOTO
FORMAT: 1. ON <expression numerique> GOTO <liste des numéros de ligne/ étiquettes> 2.
ON <expression numérique> GOSUB <liste des numéros de ligne/ étiquettes>
Abréviation: 0. GOS./O.G.
Voir également: GOSUB...RETURN, GOTO
BUT:
Cause un branchement de l'exécution inconditionnellement sur
l'une des plusieurs lignes de programme suivant la valeur simple d'une
expression lors de l'exécution.
REMARQUES :La valeur d'<expression numérique> au moment de l'exécution détermine à
quel numéro de ligne hors de la <liste des numéros de ligne> l'exécution
fera un branchement. Si la valeur d'<expression numérique> est 1,
l'exécution fera un branchement au premier numéro de ligne dans la liste; si
elle est 2, l'exécution fera un branchement au second numéro de ligne dans
la liste, et ainsi de suite. Si la valeur d'<expression numérique> est
supérieure au nombre d'articles dans la <liste des numéros de ligne> ou
inférieur à 1, l'exécution passe à la ligne de programme suivante.
Avec la forme ON..GOSUB, chacun des.numéros de ligne dans la liste doit
être la première ligne d'un sous-programme.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC
253
EXEMPLE:
[101 Introduit un nombre de 1 à 3. Noter qu'ici, il n'existe aucun contrôle de ce que la valeur introduite par clavier est
comprise dans cette gamme. Il serait prudent d'inclure une instruction IF immédiatement
après cette ligne pour assurer ce contrôle.
[20] L'exécution fait maintenant un branchement sur l'une des trois lignes suivant la valeur de N.
[30] Fait un branchement ici lorsque N est 1.
[50] Fait un branchement ici lorsque N est 2. [70] Fait
un branchement ici lorsque N est 3.
Le principe d'utilisation de ON GOSUB est le même que ON GOTO à l'exception du fait que l'exécution passe au
début d'un sous-programme.
254
SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
ON KEY GOSUB
FORMAT: 1. ON KEY GOSUB <liste des numéros de ligne/étiquettes>
Abréviation: 0. KEY G OS.
Voir également: KEY ON/OFF/STOP, RETI
BUT:
Cause un branchement de l'exécution du programme lorsque
l'une des touches de fonction F1 à F6 est enfoncée en cours d'exécution.
REMARQUES: La touche de fonction enfoncée détermine sur quel numéro de ligne de ceux de
la <liste des numéros de ligne/étiquettes> l'exécution fera un branchement.
Si la touche F1 est enfoncée, l'exécution fera un branchement sur le sousprogramme du premier numéro de ligne listé dans les <numéros de ligne/
étiquettes>. Si la F6 est enfoncée, l'exécution se branchera sur le sousprogramme du sixième numéro de ligne cité dans la liste. Si la <liste des
numéros de ligne/étiquettes> contient plus de six articles, les sousprogrammes des numéros de ligne dans les articles en excès ne seront
jamais sollicités par cette instruction. Si la <liste des numéros de ligne/
étiquettes> contient moins de six articles, l'enfoncement d'une touche de
fonction qui n'a aucun numéro de ligne correspondant n'exercera aucun
effet sur l'ordre d'exécution des programmes.
Chaque sous-programme doit se terminer par une instruction RETI pour
renvoyer l'exécution à l'instruction immédiatement après l'instruction ON
KEY GOSUB. L'utilisation des touches de fonction en tant qu'interruptions
du moment de l'exécution n'est effective que pendant l'exécution du
programme. L'exécution de la commande RUN ou de l'instruction END
supprime toutes les affectations des touches de fonction par ON KEY
GOSUB et renvoie les fonctions des touches aux désignations originales. Si
une instruction KEY ON n'est pas spécifiée dans le programme après une
instruction ON KEY GOSUB, la désignation par défaut est KEY STOP, et
celle-ci entrera en vigueur après l'exécution de l'instruction, invalidant
toutes les interruptions.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC
EXEMPLE:
20: ON KRY G 0 S U B
1 ) ON • t n : K E Y ( 2 )
400, S 0 0 , 6 0 0 3 0 : K E Y (
ON 5 0 I K E Y ( 3 ) ON
39 0 : E N D
40 0 :R E M
SOUS-PROGRAMME
D ' I N T E R R U P T IO N
PAR
LA
TOUCHE
1
5 0 0 :R E M S O U S - P R O G R A M M E
D ' IN T E R R U P T IO N
PAR
LA
TOUCHE
2
D ' IN T E R R U P T IO N
PAR
LA
TOUCHE
3
•t 9 0 : R E T I
59 0 : R F. T I
60 0 :R E M
SOUS-PROGRAMME
690:RETI
[20-50] Définit où la commande se branche lorsque qu'une touche est enfoncée.
[60-390] Le programme principal. Si toute interruption de touche est reçue pendant l'exécution de ces
lignes, la commande fera immédiatement un branchement au commencement du sous-programme
correspondant.
'
[400-690] Sous-programme d'interruption par touche. Les mesures sont adoptées suivant l'interruption
de touche. Le sous-programme se termine par l'instruction RETI. Son effet équivant à RETURN (retour)
dans un sous-programme normal.
255
256
SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
ON PHONE GOSUB
FORMAT: 1. ON PHONE GOSUB <numéro de ligne/étiquette>
Abréviation: O. PH. GOS.
Voir également: PHONE ON/OFF/STOP, RETI
BUT:
Cause un branchement de l'exécution sur le numéro de ligne
spécifié lors d'une introduction à l'ordinateur depuis un modem
téléphonique via le port RS-232C.
REMARQUE
S
L'introduction d'une interruption dans l'instruction ON PHONE
GOSUB peut être commandée par l'instruction PHONE ON/OFF/
STOP. Si une instruction PHONE ON n'est pas spécifiée dans le
programme après une instruction ON PHONE GOSUB, la désignation par défaut est PHONE STOP, et celle-ci sera valide après
l'exécution de l'instruction, invalidant toutes les interruptions.
Le sous-programme cite dans cette instruction doit se terminer dans
une instruction RETI. Le nombre maximum d'interruptions
dans un programme est de 8.
NOTE:
Le signal réel appelé par l'ordinateur en utilisant cette instruction est
le signal Cl à la broche 9 de l'interface RS-232C. Ce signal est
soutenu par des modems de quelques types. Voyez le Chapitre 6 de
la 3 ème partie en ce qui concerne les détails des signaux de
commande pour le port série RS-232C.
EXEMPLE:
6 0 OiRET I
[20] Définit où l'exécution fait un branchement lors de la réception d'une interruption téléphonique. [30-480]
Programme principal. Si une interruption téléphonique quelconque est reçue en cours d'exécution de ces
lignes, l'exécution fait un branchement immédiatement sur le début du sous-programme sur la ligne 500.
[500-600! Sous-programme d'interruption téléphonique. L'action est prise suivant l'interruption téléphonique. Le
sous-programme se termine dans l'instruction RETI. Son effet est équivalent à RETURN dans un sous-programme
normal.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC 257
ON T1ME$ GOSUB
FORMAT: 1. ON TIME$="MM/DD/HH/mm" GOSUB <numéro de ligne/étiquette>
Abréviation: 0. Tl. GOS.
Voir également: RETI, TIMES, TIME$ ON/OFF/STOP
BUT:
Cause un branchement de l'exécution sur un sous-programme
lorsque l'heure spécifiée est atteinte.
REMARQUES:
L'horloge temps réel incorporée fournit l'entrée avec laquelle l'heure
désignée dans le paramètre TIME$="MM/DD/HH/mm" est
comparée. Lorsque l'heure désignée est atteinte, l'exécution fait un
branchement sur la première ligne d'un sous-programme. Le sousprogramme dojt être terminé sur la dernière ligne contenant
l'instruction RETI.
En ce qui concerne le format sous lequel l'heure est spécifiée, se
référer à la description de l'instruction TIMES.
L'instruction ON TIMES GOSUB peut être invalidée et revalidée par
l'instruction TIMES ON/OFF/STOP. Si l'instruction TIMES ON n'est
pas spécifiée dans le programme après l'instruction ON TIMES
GOSUB, la désignation par défaut est TIMES STOP, et celle-ci sera
valide après l'exécution de l'instruction, invalidant toutes les
interruptions. Le nombre maximum d'interruptions dans un
programme est de 8.
EXEMPLE:
(10] Fait un branchement sur le sous-programme d'interruption de la ligne 500 aux date et heure
spécifiées en cours d'exécution.
258 SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
OPEN______________________
FORMAT: 1. OPEN "<d:nom de fichier>" FOR
AS #<numéro de fichier>
Abréviation: OP.
Voir également: CLOSE, INPUT#, MAXFILES, PRINT#
BUT:
Valide l'entrée et la sortie des données d'un fichier sur le disque
souple ou une autre unité.
REMARQUES:
Cette commande affecte à un fichier de données un numéro par
lequel le fichier est spéoifié dans les instructions subséquentes
de lecture ou d'écriture (voir descriptions de INPUT# et PRINT#).
Après l'exécution de cette commande, le fichier est dit "ouvert".
Un fichier peut être ouvert en trois modes; INPUT, OUTPUT et
APPEND. En mode INPUT, les données sont lues à partir du fichier
par l'instruction INPUT#. En mode OUTPUT, les données sont
écrites dans le fichier par l'instruction PRINT#. En mode APPEND,
les données sont ajoutées à la fin des données du fichier existant
par l'instruction PRINT#.
Le mode OUTPUT ne peut pas être utilisé pour ajouter les données
à un fichier existant; il permet seulement d'écrire les données dans
un nouveau fichier. Si un fichier existe déjà sous le même nom sur
l'unité, il sera complètement recouvert.
Le paramètre <d:nom de fichier> spécifie le nom d'unité suivi par le
nom de fichier. La valeur de <numéro de fichier> est un nombre
quelconque entre un et le nombre maximum de fichiers
désigné par la commande MAXFILES en cours d'exécution.
Un fichier ne peut pas être ouvert à la fois pour l'entrée et la sortie;
il doit premièrement être fermé, puis ouvert à nouveau. Un fichier ne
peut pas être ouvert dans les cas suivants:
(1)Le mode OUTPUT est spécifié pour un fichier qui a été protégé
en écriture par l'option P de la commande SET.
(2)Le fichier devant être ouvert se trouve sur un disque souple dont
l'encoche d'interdiction de l'écriture est couverte.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC
259
(3)Le fichier devant être ouvert se trouve sur un module de disque RAM
dont l'interrupteur d'interdiction de l'écriture est mis en position "ON".
(4)COM1: ou COM2: (ports série E/S) sont spécifiées pour l'unité en mode
APPEND.
EXEMPLE:
5 : M AX F I L E S =1
10IOPEN "XIDOMNEE'FOR
OUTPUT
AS #1
2 0:FOR J = 1 TO 5
30:?R I NT * 1 , J
4O:NEXT
J
5 0 :C L O S E *1
6 0 : 0 ? E N " X I D O N M E E " FOR I N P U T AS *1
7 0:1 F EOF ( l ) T H E M 1 1 0
8 0 I I N P U T *1,J
90:?R I NT J
10OIGOTO 70
110: REM LA FIN DU F I C H I E R EST A T T E I N T E
12OiCLOSE
130:END
#1
[5] Espace affecté a un fichier en mémoire
[10] Crée un nouveau fichier sur le disque.
[30] Ecrit les numéros 1 à 5 consécutivement sur le fichier.
[60] Ouvre le fichier à nouveau.
[70] Recherche la fin du fichier.
[80] Lit et imprime les numéros 1 à 5.
260 SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
OUT
FORMAT: 1. OUT <adresse d'accès>,<liste des expressions>
Abréviation:
Voir également: INP
BUT:
Fait sortir une configuration binaire directement sur le port de
sortie du microprocesseur Z-80A.
REMARQUES: OUT fait sortir la configuration binaire pour les valeurs des expressions dans la
<liste des expressions> directement sur le port de sortie machine spécifié.
Le paramètre odresse du port> spécifie le port de sortie machine spécifié
sous forme d'une adresse à 16 bits comprise dans une gamme de 0 à
65535 (&0 à &FFFF). Le paramètre <liste des expressions> spécifie une
liste d'une ou plusieurs expressions, séparées par des virgules, dont les
valeurs comprises dans une gamme de 0 à 255 (&0 à &FF) sont envoyées
aux ports concécutifs en partant de l'adresse du port spécifié.
EXEMPLE:
> C 'J T
8 0,137
Fait sortir le code binaire pour 187 (&BB) à l'adresse d'accès 80 (&50). La configuration binaire &BB
apparaît de la manière suivante:
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC
261
FORMAT: 1. OUTSTAT "COM1:"[,<désignations>]
OUTSTAT
Abréviation: OU.
Voir également: INSTAT
BUT:
Désigne les états des signaux de commande pour le port série
RS-232C.
REMARQUES: OUTSTAT désigne les états des signaux RTS (demande d'envoi) et
DTR (terminal de données prêt) pour le port RS-232C, de la façon
suivante:
<désignation>
0Haut
1Haut
2Bas
3Bas
RTS
Haut
Bas
Haut
Bas
DTR
Si le paramètre <désignation> n'est pas spécifié, les états des
signaux RTS et DTR restent hauts tandis qu'une commande de port
série est en cours d'exécution ou que le port est en cours de
réception de données, mais se trouvent bas à d'autres moments.
Lorsque le débit de données en entrée rend le tampon de réception
saturé, RTS passe à l'état bas afin d'arrêter temporairement la
transmission de données et de permettre de vider le tampon.
EXEMPLE:
Désigne RTS bas et DRT haut pour le port RS-232C.
262 SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
PAPER
FORMAT: 1. PAPER <type>[,<limite en sens inverse>][,<limite en sens direct>]
Abréviation: PAP.
Voir également: GRAPH, TEXT
BUT:
Désigne le type de papier et la gamme d'impression dans la
direction verticale pour l'imprimante.
REMARQUES:
Le type de papier est spécifié de la façon suivante:
C pour les feuilles coupées R
pour le papier en rouleau
Les deux paramètres de limitation d'impression en option <limite en
sens inverse> et <limite en sens direct> désignent la zone
imprimable dans la direction Y (verticale) à des échelons de 0,2 mm.
L'enfoncement de la touche
j sur l'imprimante, la
mise sous tension ou l'exécution de TEXT, GRAPH ou PAPER
désignent les limites d'impression dans l'instruction PAPER à partir
des positions actuelles du paper et du stylo. Lors de la mise sous
tension, les dernières valeurs désignées sont effectives. Après une
ALL RESET, le paramètre <type> revient à R.
Le paramètre <limite en sens inverse> spécifie la limite de la
gamme d'impression en amont comprise dans une gamme de 30 à
2047. La valeur par défaut est de 30 (6 mm) pour la feuille coupée
et de 999 (199,8 mm) pour le papier en rouleau. Le paramètre
<limite en sens direct> spécifie la limite de la gamme d'impression
en aval comprise dans une gamme de 30 à 2047. La v aleur par
défaut est de 1354 (272,8 mm) pour la feuille coupée et de 999
(199,8 mm) pour le papier en rouleau.
Les paramètres <limite en sens inverse> et <limite en sens direct>
sont remis à leurs valeurs par défaut lorsque la commande GRAPH
ou TEXT est exécutée. De plus, en mode TEXT, la valeur par défaut
pour le paramètre <limite en sens direct> devient infinie lorsque le
papier en rouleau est spécifié.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC
263
NOTE:
En mode graphique, une instruction pour déplacer le stylo à
l'extérieur de la gamme spécifiée dans l'instruction PAPER trace
la réflexion du tracé projeté lors de la désignation des limites
d'impression.
EXEMPLE:
>PAPER C
Désigne l'imprimante pour l'utilisation des feuilles standard de format A4. Les valeurs par défaut de <limite en sens
inverse> et de <limite en sens direct> seront utilisées.
264
SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
FORMAT: 1. PASS "<chaîne>"
Abréviation: PAS.
Voir également: CLOAD, CSAVE
BUT:
Désigne et annule les mots de passe tuilisés pour limiter l'accès
aux programmes.
REMARQUES: La commande PASS est utilisée pour permettre à l'ordinateur de ne
fonctionner qu'en mode RUN afin de protéger les programmes
contre les accès non autorisés. Un mot de passe se compose d'une
chaîne de caractères délimitée par des guillemets de 8 caractères
au maximum comportant toute combinaison des caractères de
clavier plus les numéros 0 à 9, à l'exception du symbole''.
Une fois un mot de passe désigné, l'ORDINATEUR ne peut pas
passer aux modes PRO ou RESERVE. Les opérations suivantes ne
sont pas effectives et les lignes ne peuvent pas être ajoutées ou
supprimées: LIST, LLIST, (C)SAVE, (C)LOAD, NEW, TITLE,
MERGE, CHAIN et l'utilisation des touches
et
S'il existe plusieurs programmes en mémoire lorsque le mot de
passe est désigné, tous les programmes en mémoire sont protégés.
Le seul moyen pour enlever la protection est d'exécuter une autre
commande PASS avec le même mot de passe.
La commande ne peut pas être utilisée s'il n'existe aucun
programme en mémoire. Pour changer le mot de passe, introduisez
d'abord la commande avec l'ancien mot de passe, puis réintroduisez
la commande avec le nouveau mot de passe.
EXEMPLE:
>PASS
"SECRET"
Désigne le mot de passe "SECRET" pour tous les programmes en mémoire.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC 26B
PAUSE
FORMAT: 1. PAUSE [<liste des expressions>
2. PAUSE USING <chaîne de format>;<liste des expressions>
Abréviation: PA.
Voir également: PRINT, WAIT
BUT:
Affiche les données sur l'écran pendant une période de temps
fixe.
REMARQUES: L'instruction PAUSE est identique à l'instruction PRINT sauf le fait que
lorsqu'elle est utilisée en MODE 1, les données sont affichées sur
l'écran pendant une période de temps fixe (0,85 seconde) et
disparaissent de l'écran. Voyez la description de l'instruction PRINT.
L'utilisation de la commande PAUSE est similaire à celle d'une
commande WAIT précédant une commande PRINT.
En MODE 1, la <liste des expressions> peut contenir au
maximum 2 articles si le séparateur est une virgule.
EXEMPLE:
[10] Imprimé le message qui est remplacé en moius de'une seconde.
266
SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
PCONSOLE
FORMAT: 1. PCONSOLE "LPT1:",[<longueur de ligne>M<code EOL>],[<décalage>]
2. PCONSOLE "COMn:'\[<longueur de ligne>],[<code EOL>]
Abréviation: PCONS. Voir
également:
BUT:
1. Désigne le format d'impression et le code de fin de ligne pour
l'imprimante.
2. Désigne la longueur de ligne et le code de fin de ligne pour la
communication à travers les ports série.
REMARQUES: 1. Dans le premier format, PCONSOLE "LPT1:" désigne le format pour
l'imprimante connectée au port de l'imprimante actuellement en
activité. Le paramètre <longueur de ligne> désigne la longueur de
chaque ligne imprimée de façon à coïncider avec le nombre de
colonnes imprimables par l'imprimante en cours d'utilisation. S'il est
fixé à 0, la longueur de ligne n'est pas limitée. Autrement, il est fixé à
une valeur comprise dans une gamme de 16 à 255. Le paramètre
<code EOL> désigne le code de fin de ligne qui est émis à
l'imprimante chaque fois qu'un code de retour chariot est rencontré
en cours d'exécution de l'instruction LLIST, LPRINT ou LFILES de la
manière suivante:
<Code EOL>
Code de fin de ligne
0CR (&0D)
1LF (&0A)
2CR + LF
Toute autre valeur produira un code d'erreur. Le paramètre
<décalage> désigne le décalage de page pour l'imprimante, c'est-àdire le nombre de colonnes vierges imprimées en tête de chaque
ligne. La désignation doit être égale ou inférieure à la valeur de
<longueur de ligne> -4. Les valeurs par défaut sont toutes 0.
(longueur de ligne infinie, CR, décalage nul).
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC
267
NOTE:
Lorsque le nombre de caractères imprimés par LPRINT déplace le stylo de
moins de 4 mm (c'est-à-dire lorsque les caractères sont très petits comme
en cas de CSIZE1), le stylo ne revient pas à la marge de gauche après un
changement de ligne. Afin d'éviter cet inconvénient, lors de l'impression
dans cette situation, remplissez l'instruction d'impression d'espaces de
sorte que le stylo soit déplacé d'au moins 4 mm lors de l'impression de E,
G, LPRINT "A
2. Dans le second format, PCONSOLE "COMn:" désigne la longueur de
ligne et le code de fin de ligne lors de l'émission d'un fichier par l'un des
deux ports série.
COM1: Port série RS-232C.
COM2: Port série optique
COM:
Port actuellement sélectionné par l'instruction SETDEV.
Le paramètre <longueur de ligne> désigne la longueur de chaque ligne du
texte envoyée au port délimité par le code de fin de ligne tel que désigné
dans le paramètre <code EOL>. S'il est fixé à 0, le texte envoyé au port
n'est pas délimité en lignes. Autrement, il est fixé à une valeur comprise
dans une gamme de 16 à 255.
Le paramètre <code EOL> désigne le code de fin de ligne qui est envoyé
au port chaque fois qu'un code de changement de ligne est rencontré. Les
valeurs désignées sont de 0,1 ou 2 dans le format 1. Lorsqu'un fichier est
reçu à travers un accès séquentiel par la commande INPUT, le code de fin
de ligne désigné ici sera interprété comme un simple retour chariot lorsqu'il
est rencontré dans le fichier en cours de réception.
Les valeurs actuellement désignées
pour tous
les
paramètres dans
l'instruction PCONSOLE sont maintenues jusqu'à ce
qu'elles soient changées par une autre instruction PCONSOLE.
Si la taille de caractère est changée en utilisant CSIZE, la
longueur de ligne spécifiée par PCONSOLE changera dans la même
proportion, mais le décalage restera inchangé.
EXEMPLE:
>PCONSOLE
"LPT 1 I" ,4 2 , 2 , 3
Fixe la longueur maximum de ligne à imprimer à 42 caractères, et termine chaque ligne dans un retour
chariot et un changement de ligne (CR + LF). Fixe la marge de gauche à la position 4, c'est-à-dire, les 3
premières colonnes sont vierges et l'impression commence à la colonne 4.
268
SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
PEEK
FORMAT: 1. PEEK (<adresse>)
2. PEEK #(<bloc de mémoire>,<adresse>)
Abréviation: PE.
Voir également: POKE, XPEEK, XPOKE
BUT:
Renvoie un octet de données depuis l'adresse spécifiée en
mémoire.
REMARQUE
S
Le paramètre <adresse> spécifie l'adresse en mémoire comprise
dans une gamme de 0 à 65535 (&0 à &FFFF). Le paramètre <bloc
de mémoire> spécifie un bloc de mémoire compris dans une gamme
de 0 à 7 où l'octet de données requis est mémorisé. Dans le format
1, le bloc de mémoire est le bloc 0. Pour d'autres détails, référezvous à la topographie mémoire dans les Annexes.
EXEMPLE:
Renvoie les données à l'adresse en mémoire 100 (&64) dans le bloc de mémoire 0. La valeur en vigueur est
17.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC 269
_________PHONE
QN/QFF/STOP
FORMAT: 1. PHONE ON
2.PHONE OFF
3.PHONE STOP
Abréviation: PH.
Voir également: ON PHONE GOSUB
BUT:
Valide ou invalide les interruptions reçues à travers le port
RS-232C via un modem téléphonique.
REMARQUE
S
PHONE ON valide les interruptions à recevoir à travers le port
RS-232C. L'instruction ON PHONE GOSUB peut alors être utilisée
pour brancher l'exécution sur le sous-programme de traitement
d'interruption concerné.
EXEMPLE:
PHONE OFF invalide les interruptions provenant du port RS-232C.
PHONE STOP invalide les interruptions provenant du port RS-232C,
mais enregistre la demande d'interruption la plus récente de celles
qui sont reçues. Si PHONE ON est exécutée par la suite, cette
interruption est traitée immédiatement. La commande par défaut est
PHONE STOP.
270 SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
PITCH
FORMAT: 1. PITCH [<pas de caractères>](,<interlignage>]
Abréviation: PI.
Voir également: CSIZE
BUT:
Désigne le pas de caractères et l'interlignage pour l'imprimante en
mode de texte.
REMARQUE
S
Les interlignages désignés par la commande PITCH sont les
suivants:
Paramètre <pas
de caractères>
Pas de caractères réel
Valeur par défaut
4-240
6 x CSIZE <taille> x 0,2 mm <pas
de caractères> x 0,2 mm
Paramètre
<interlignage>
Interlignage réel
Valeur par défaut
4-255
12 x CSIZE <taille> x 0,2 mm
<interlignage> x 0,2 mm
Les désignations PITCH sont remises aux valeurs par défaut après
l'exécution de TEXT, GRAPH, CSIZE, LUST, TEST et PCONSOLE.
La commande PITCH peut être utilisée en mode graphique, mais le
paramètre <interlignage> est ignoré.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC
[10] Fixe le pas de caractères pour l'imprimante à 30 et l'interlignage à deux.
[20-40] Ces lignes seront sorties sur l'imprimante conformément à la spécification ci-dessus. Changez
les paramètres de PITCH et voyez l'effet obtenu.
271
272
SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
POINT
FORMAT: 1. POINT (X,Y) 2.
POINT (Xcol)
Abréviation: POI.
Voir également: GPRINT, PRESET, PSET
BUT:
Renvoie la désignation de ia colonne à points ou à image binaire en
position spécifiée sur l'écran
REMARQUE
S
Dans le format 1, la fonction renvoie 1 ou 0 indiquant que le point en
position spécifiée (X,Y) est désigné (1) ou n'est pas désigné (0). Les
valeurs pour X sont normalement comprises dans une gamme de 0
à 155 (une ligne sur l'écran graphique) et les valeurs pour Y, dans
une gamme de 0 à 31 (hauteur de l'écran).
Dans le format 2, la fonction renvoie un nombre décimal de 0 à 255
représentant la valeur de donnée d'image binaire dans la colonne à
8 points à l'emplacement horizontal spécifié (Xcol) sur la ligne en
cours d'exécution de la manière suivante:
POINT (25) renverra la valeur en nombre décimal de donnée
d'image à 8 bits dans la 25 èrne colonne à points à partir de la gauche
de l'écran dans la ligne en cours d'exécution. Si la valeur renvoyée
est 98 par exemple, celle-ci se convertit en 01100010 en nombre
binaire. La colonne à 8 points est alors:
X
X
X
-0
-1
-0
-0
-0
-1
-1
-0
Référez-vous à la description de GPRINT en ce qui concerne les
détails de représentation d'image binaire.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC 273
NOTE:
Bien que les valeurs de coordonnées X et Y doivent être comprises dans
une gamme de 155 x 31 afin de renvoyer un point sur l'écran réel, elles
peuvent être spécififiées dans la gamme allant de -32768 à 32767 sans
produire d'erreur. Le nombre renvoyé dans ce cas est 0 pour les deux
formats.
EXEMPLE:
300:N = P O I N T ( 7 7 , 1 5 ) 3 1 0 :
I F N=l GOTO 500
[3001 Contrôle le point au milieu de l'écran à l'emplacement 77,
15 pour examiner s'il est en circuit
(noir).
[310) Commande un branchement sur la ligne 500 si le point est en circuit. L'instruction POINT peut être
utilisée de cette façon, afin de détecter les configurations sur l'écran et d'utiliser cette information pour
faire un branchement du programme.
274 SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
POKE
FORMAT: 1. POKE [#<bloc de mémoire>,]<adresse>,<liste des entiers>
Abréviation: PO.
Voir également: PEEK, XPEEK, XPOKE
BUT:
Ecrit un octet ou une série d'octets de données en adresse(s) spécifiée(s)
de mémoire.
REMARQUES
Le paramètre <adresse> spécifie l'adresse en mémoire compris dans une
gamme de 0 à 65535 (&0 à &FFFF).
Le paramètre <bloc de mémoire> spécifié un bloc de mémoire compris
dans une gamme de 0 à 7 où l'octet de donnée requis doit être mémorisé.
Si aucun bloc de mémoire n'est spécifié, le bloc de mémoire par défaut est
celui contenant l'étiquette début du fichier de programmes pour le
programme en cours d'exécution.
Le paramètre <liste des nombres entiers> spécifie une liste d'un ou
plusieurs octets de données sous forme de nombres entiers compris dans
une gamme de 0 à 255 (&0 à &FF) séparés par des virgules, qui sont écrits
dans les adresses consécutives en mémoire en partant de l'adresse
spécifiée. Si la mémoire disponible est insuffisante pour contenir toutes les
données dans la liste, un code d'erreur est produit. Pour les détails, se
référer à la topographie mémoire dans les Annexes.
EXEMPLE:
En partant de l'adresse de mémoire &FF00 (65280) du bloc de mémoire 2, les deux valeurs, 255 et 255, sont
introduites en mémoire. 255 est &FF. Ceci aura comme résultat de fixer 16 bits de mémoire à "1". Ne pas
pratiquer l'utilisation de cette commande sans étudier la topographie mémoire et sans savoir où il faut écrire.
Cet exemple n'étant qu'une démonstration, soulèvera des problèmes au niveau de l'exécution. Toutefois,
une 'ALL RESET' permettra le rétablissement après la production des erreurs dues à un mauvais relevé de la
mémoire
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC 275
FORMAT: 1. POWER OFF
2. POWER AOFF [(n)]
Abréviation: POW.
Voir également: ALARMS, ARUN, WAKE$
POWE
R
BUT:
Désigne la fonction de mise hors tension automatique et/ou permet
de couper l'alimentation par l'intermédiaire d'un programme.
REMARQUE
S
POWER OFF met immédiatement l'ordinateur hors tension, par
l'introduction directe ou par l'intermédiaire d'un programme.
En cas de POWER AOFF(h), si la valeur n est égale à zéro ou est
omise, la mise hors tension automatique est fixée à 10 minutes
après la dernière introduction par clavier ou la phase de traitement.
Si la valeur n est égale à 1, la mise hors tension automatique est
invalidée. La commande n'exercera aucun effet pour les valeurs
autres que 0 ou 1. La désignation par défaut après une ALL RESET
est la mise hors tension automatique après 10 minutes et la remise
sous tension automatique par un modem téléphonique ou à l'heure
spécifiée (voir la commande WAKE$).
EXEMPLE:
Désigne la mise hors tension automatique au bout de 10 minutes.
276
SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
PRESET
FORMAT: 1. PRESET (X,Y)
Abréviation: PRE.
Voir également: PSET, LINE
BUT:
Remet le point aux valeurs de coordonnées spécifiées sur l'écran.
REMARQUES: La commande PRESET remet (met hors circuit) le point en position
spécifiée par les valeurs de coordonnées (X,Y) comprises dans la
gamme de l'écran graphique (155 x 31).
NOTE:
Bien que les valeurs de coordonnées X et Y doivent être comprises
dans une gamme de 155 x 31 afin de remettre un point sur l'écran,
elles peuvent être spécifiées dans la gamme allant de -32768 à
32767 sans produire une erreur.
EXEMPLE:
Voir PSET.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC 277
FORMAT: 1. PRINT [<liste des expressions>]
Abréviation: P.
Voir également: MODE, PRINT USING, WAIT
PRIN
T
BUT:
Fait sortir les données sur l'écran.
REMARQUES:
Les positions dans lesquelles les articles de données de l'instruction
PRINT sont affichés sur l'écran sont déterminées par le signe de
ponctuation utilisé pour séparer les expressions dans la <liste des
expressions>. Le point-virgule ou la virgule peut être utilisé, mais l'effet est
différent. En MODE 1, la <liste des expressions> peut contenir au
maximum 2 articles si le séparateur est une virgule.
BASIC divise d'écran d'affichage en zones composées chacune de 13
espaces. Lorsque les articles dans une liste d'impression sont délimités
par des virgules, les articles sont affichés suivant ces zones fixées.
PRINT <liste des expressions> affiche sur l'écran les valeurs des
expressions dans la <liste des expressions>. Les expressions dans la liste
peuvent être des variables numériques ou alphanumériques, ou des
chaînes réelles si elles sont délimitées par des guillemets. Le format exact
d'affichage dépend des séparateurs utilisés entre les articles dans la <liste
des expressions>. Si un point-virgule (;) est utilisé pour délimiter les articles
dans la liste, les articles sont affichés immédiatement l'un après l'autre. Si
une virgule (,) est utilisée, chaque article affiché est positionné en face
d'une zone d'impression d'une longueur fixe de 13 espaces. Les données
numériques et alphanumériques sont cadrées à gauche. Ceci signifie en
effet que la donnée est affichée tous les 13 espaces, d'une façon
équivalente aux tabulations posées toutes les 13 colonnes. En MODE 1,
l'instruction PRINT arrête l'exécution et attend une ENTER avant de
reprendre l'exécution du programme. En MODE 0, l'écran continuera à
afficher tout ce qui apparaît sur l'écran pendant la durée définie par la
dernière instruction WAIT avant la reprise de l'exécution. Voir la
description de la commande WAIT en ce qui concerne les détails.
278
SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
A la différence de l'instruction LPRINT, l'option TAB n'est pas
disponible dans une instruction PRINT, mais les données peuvent
être affichées dans les positions prédéterminées sur l'écran en
utilisant l'instruction CURSOR, ou dans les formats spéciaux en
utilisant l'option USING (voyez la description de PRINT USING).
Si la <liste des expressions> se termine par un point-virgule, la
sortie suivante sur l'écran se continue sur la même ligne, tandis que
si la liste se termine par sans un point-virgule, la sortie suivante est
portée sur une nouvelle ligne.
L'utilisation de la commande PRINT toute seule fait sortir une ligne
blanche sur l'écran; ceci est équivalent à un changement de ligne.
EXEMPLE:
[40] PRINT seule imprime une ligne blanche.
[50] Utilise des point-virgules pour séparer les valeurs. Un seul espace précède l'impression de chaque
valeur.
[60] Utilise des virgules pour séparer les valeurs. Les valeurs sont imprimées dans les zones
d'impression fixes.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC 279
_______PRI1MT# / PRIIMT# USING
FORMAT: 1. PRINT#<numéro de fichier>,<liste des expressions>
2. PRINT#<numéro de fichier>,USING<chaîne de format>,
<liste des expressions>
3. PRINT#["<nom de fichier>";]<liste des variables>
Abréviation: P.#/P.#U.
Voir également: INPUT#, OPEN, PRINT USING
BUT:
Utilisé pour écrire les données dans un fichier séquentiel de
sortie sur le disque souple, le module de disque RAM ou la
bande cassette.
REMARQUES:
1&2. Disque souple ou module de disque RAM
#<numéro de fichier> est le numéro affecté au fichier lorsque celui-ci a été
ouvert pour la sortie par l'instruction OPEN. Une tentative d'écriture sur un
fichier qui n'a pas été ouvert produira un code d'erreur. En ce qui concerne
la spécification de USING <chaîne de format>, réferez-vous à la
description de l'instruction PRINT USING.
Si les articles dans la <liste des expressions> sont délimités par des
points-virgules " ; ", les articles de données sont écrits sur le fichier
sans aucun espace entre articles. Si les articles sont délimités par des
virgules " , ", les articles de données sont écrits sur le fichier avec un
espace entre articles. La virgule de séparation doit être écrite sur le fichier
comme article de donnée lui-même, délimité par des guillements. Voyez le
programme d'exemple dans la section relative à la Création d'un fichier
dans le Chapitre 11.
3. Bande cassette
Lorsque le paramètre <"nom de fichier"> n'est pas spécifié pour la bande
cassette, les données sont écrites à partir de la position actuelle de la tête
de bande et le fichier n'est doté d'aucun nom. Dans le format 3, seule la
virgule peut servir de séparateur dans la <liste des variables>.
280 SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
La <liste des variables> peut contenir des variables numériques ou
alphanumériques. Dans les deux cas, un soin doit être apporté à
utiliser des séparateurs corrects lors de l'écriture sur le fichier,
autrement des problème peuvent se présenter lorsque les données
du fichier sont lues plus tard par l'instruction INPUT#. Les variables
composées ne peuvent pas spécifier les éléments individuels; le
tableau entier doit être spécifié sous forme A( * ).
EXEMPLE:
Voir OPEN et PRINT.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC
281
PRINT USING/USING
FORMAT: 1. PRINT USING <chaîne de format>;<liste des expressions> 2. USING
<chaîne de format>
Abréviation: P.U./U.
Voir également: PRINT, LPRINT USING
BUT:
Imprime les données numériques ou alphanumériques en utilisant le format spécifié dans le paramètre <chaîne de format>.
REMARQUES: La <chaîne de format> se compose des caractères spéciaux délimités par des
guillements qui déterminent la taille et le format de la zone dans laquelle
les expressions sont affichées. La <liste des expressions>-se compose des
expressions numériques ou alphanumériques qui doivent être affichées.
Chaque expression dans la <liste des expressions> doit être séparée de
celle qui suit par un point-virgule.
Les caractères utilisés pour constituer la <chaîne de format> lorsque
l'expression dans la <liste des expressions> est numérique, diffèrent de
ceux lorsque l'expression est alphanumérique. Pour les expressions
numériques, le signe # est utilisé pour constituer la chaîne de format,
tandis que pour les expressions alphanumériques, le signe & est utilisé.
Il existe huit formats possibles indiqués dans les huit exemples suivants:
Format en nombre entier: Un nombre
entier de deux chiffres ou un nombre entier
de deux chiffres avec un signe - (un signe
+ ne sera pas affiché).
Format (en nombre entier) en virgule
fixe:
Un nombre entier de deux chiffres (ou de
deux chiffres et un signe —) suivi par la
virgule décimale.
Format en virgule fixe: Partie entière de
deux chiffres (ou de deux chiffres et un
signe -) plus partie fractionnaire de deux
chiffres.
282 SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
Format en virgule flottante: Mantisse en
virgule fixe plus le caractère exponentiel Eplus un exposant de deux chiffres (ou d'un
chiffre et un signe -). Le caractère exponentiel
plus l'exposant lui-même occuperont toujours 4
colonnes au minimum.
Format en nombre entier en unité de
mine:
Un nombre entier de cinq chiffres (ou de cinq
chiffres et un signe -) avec un point à la
position de mille et une virgule
décimale.
Format en nombre entier avec signe: Un
nombre entier de trois chiffres précédé par un
signe + ou -.
Format en nombre entier rempli: Un nombre
entier de quatre chiffres au maximum (ou de
quante chiffres et un signe -) dont les espaces
éventuels en tête sont remplis d'astérisques,
suivi par une virgule décimale. S'il est négatif,
un signe - apparaîtra dans le premier espace,
avant tout astérisque.
Format en chaîne de caractères: Une chaîne
de six caractères au maximum, cadrée à
gauche.
Le nombre total des caractères de format numérique (# ou * ) qui peuvent
être placés dans une chaîne de format est de 11 dans les formats (1), (2),
(3), (4), (6) et (7), et est de 14 dans les formats (5). PC-1600 fait sortir les
données sous forme de 10 chiffres significatifs si aucune chaîne de format
n'est spécifiée (voir Section 4.1.4 "Types de données"). L'instruction USING
peut être utilisée toute seule. Sous cette forme, le paramètre <chaîne de
format> spécifié dans l'instruction USING reste valide pour toutes les
instructions PRINT subséquentes jusqu'à rencontrer une autre instruction
USING.
Pour effacer le paramètre <chaîne de format> en vigueur, exécuter une
instruction PRINT USING ou USING sans spécifier aucune chaîne de
format.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC
EXEMPLE:
[40] Définit le format pour l'impression des données numériques; deux chiffres plus un signe avant la
virgule décimale et deux chiffres après celle-ci.
[50] Fait sortir sur l'écran les valeurs conformément au format spécifié.
283
284
SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
PSET
FORMAT: 1. PSET (X,Y) [,<code fonctionnel]
Abréviation: PS.
Voir également: PRESET, UNE
BUT:
Met ou remet le point aux valeurs de coordonnées spécifiées sur
l'écran.
REMARQUES
:
La commande PSET positionne (met en circuit) le point aux valeurs
de coordonnées spécifiées par (X,Y) dans la gamme de l'écran
graphique (155 x 31). L'option <code fonctionnel> est spécifiée sous
forme d'une majuscule X. Une fois PSET spécifiée, elle inverse l'état
aux valeurs de coordonnées spécifiées. Si le point est en circuit, il
est mis hors circuit et vice versa.
NOTE:
Bien que les valeurs de coordonnées X et Y doivent être comprises
dans une gamme de 155 x 31 pour positionner un point sur l'écran
réel, elles peuvent être spécifiées dans la gamme allant de -32768 à
32767 sans produire une erreur.
EXEMPLE:
Ceci tracera une grille ou des points à travers l'écran, puis les supprimera.
[10] Désigne la boucle pour les rangées.
[20] Désigne la boucle pour les colonnes.
[30] Chaque fois que cette instruction est exécutée, un seul point sur l'écran est mis en circuit ( n o i r ) .
[60-100] Répète le processus des lignes 10-50 mettant chaque point hors circuit.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC
FORMAT: 1. PZONE "COMn:",<largeur> 2.
PZONE "LPT1:",<largeur>
Abréviation: PZ.
Voir également: LPRINT
285
PZON
E
BUT:
Désigne la zone d'impression lors de la sortie sur l'imprimante ou
sur un port série par l'instruction LPRINT.
REMARQUES,
Dans BASIC, l'impression par l'instruction LPRINT est divisée en
zones composées chacune d'un nombre fixe d'espaces. Les
articles imprimés par la commande LPRINT en utilisant la virgule
comme séparateur sont imprimés dans ces zones en cadrant à droite
les articles numériques et les données alphanumériques dans chaque
zone. L'instruction PZONE spécifie la largeur de ces zones.
Les données peuvent également être envoyées à un port série par
l'instruction LPRINT. Dans ce cas, PZONE spécifie le découpage en
zones des articles envoyés au port de la manière exactement la
même que pour l'imprimante.
L'un des ports série suivants peut être spécifié:
COM1: Port série RS-232C
COM2: Port série optique
COM: Port actuellement sélectionné par la dernière instruction
SETDEV
Pour C0M1 :, la gamme de <largeur> est de 8 à 255. Pour
LPT1 :, la gamme de <largeur> est de 8 à 80.
La désignation par défaut pour le paramètre <largeur> lors de la
mise sous tension est 20.
[40] Fixe les largeurs de zone pour l'imprimante à 10.
[50] Fait sortir sur l'imprimante les trois valeurs dans les colonnes spécifiées par PZONE.
286 SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
RADIAN
FORMAT: 1. RADIAN
Abréviation: RAD.
Voir également: DEGREE, G RAD
BUT:
Met l'ordinateur en mode radians.
REMARQUES: En mode radians, RADIAN est affiché sur la ligne supérieure de l'écran.
L'introduction des arguments de SIN, COS et TAN doit être effectuée
en radians. Les valeurs renvoyées par les fonctions ASN, ACS et
ATN seront en radians.
EXEMPLE:
Exécutez ce programme et comparez les résultats avec ceux pour DEGREE et GRAD.
(10) Sélectionne le mode RADIAN.
[30-50] Imprime quelques valeurs d'exemple.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC
287
FORMAT: 1. RANDOM
Abréviation: RA. Voir
également: RND
BUT:
RANDOM
Change la série des nombres aléatoires à produire par la fonction
RND.
REMARQUES: L'utilisation de RANDOM au début d'un programme change la
séquence de production des nombres aléatoires chaque fois que
l'ordinateur est mis sous tension.
EXEMPLE:
>R A N D O M
>R U N
Change la série des nombres aléatoires qui seront produits par RND dans le programme avant
l'exécution de ce dernier.
288 SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
RCVSTAT
FORMAT: 1. RCVSTAT "COMn:",[<protocole>],[<temporisation>]
Abréviation: RC.
Voir également: INSTAT, SNDSTAT
BUT:
Désigne le protocole de connexion de réception et la valeur de
temporisation pour le port RS-232C.
REMARQUES:
L'un des ports série suivants peut être spécifié:
COM1 : port série RS-232C
COM2: port série optique
COM: port actuellement sélectionné par la dernière
instruction SETDEV
La commande RCVSTAT établit les conditions de signal pour la
réception de données à travers le port RS-232C. Si les conditions
désignées sont satisfaites, les données peuvent être reçues à travers
le port. Ceci s'appelle la "connexion". Les états de signaux auxquels
les données seront reçues sont désignés par la valeur du nombre
décimal spécifié pour le paramètre <protocole>. Ce nombre est
intérieurement converti en nombre binaire à 8 bits et chaque bit
désigne la condition d'un signal de commande pour effectuer la
connexion. Si toutes les conditions sont satisfaites, la connexion est
terminé et la réception de données peut être effectuée.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC 289
La désignation par défaut pour le paramètre <protocole> est 63
(00111111), qui permettra la réception de données sans aucun signal
de commande. L'option protocole n à aucune signification pour le port
série optique.
La temporisation est la durée pendant laquelle l'ordinateur attend
l'introduction sur un port jusqu'à décider que l'unité faisant l'objet de
l'attente n'est pas prêteou n'est pas disponible. Le paramètre
<temporisation> optionnel désigne la temporisation dans une
gamme de 0 à 255, à des échelons de 0,5 secondes. Une
temporisation de 0 invalide la désignation de temporisation
(temporisation infinie) et est la valeur par défaut.
EXEMPLE:
> R C V S T A T " C O M 1 '.", 4 5
Désigne les conditions de signal pour le port série RS-232C spécifiant que les états de RTS et de DSR doivent être
hauts pour permettre la réception de données. La valeur de temporisation est infinie. Le nombre 45 en valeur décimale
correspond à 2D en valeur hexadécimale et représente la configuration
binaire suivante:
Notez que le bit le plus significatif ou de poids fort MSB est le bit 8, tandis que le bit le moins significatif ou de poids
faible LSB est le bit 1.
290
SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
READ .. DATA
FORMAT: 1. READ <liste des variables>
DATA <liste des constantes>
Abréviation: READ. DA.
Voir également: DATA, RESTORE
BUT:
Lit les valeurs d'une instruction DATA et les affecte aux variables.
REMARQUES: L'instruction READ doit toujours être accompagnée d'au moins une instruction
DATA. Chaque article dans la <liste des constantes> est affecté à chaque
article dans la <liste des variab!es> sur une base d'article à article, bien
qu'une seule instruction READ ne corresponde pas nécessairement à une
seule instruction DATA.
Les articles dans la <liste des constantes> sont séparés par des virgules.
Le type de variable doit coïncider avec le type de constante pour la lecture
de chaque article. Voir l'instruction DATA. Une fois les articles de DATA
lus, ils ne peuvent pas être relus à moins qu'une instruction RESTORE ne
soit exécutée.
Si le nombre de variables dans la <liste des variables> est supérieur au
nombre d'articles dans la<liste des constantes>, un code d'erreur se
produit. Si le nombre de constantes est supérieur au nombre de variables,
les constantes en excès sur la
ligne de données resteront non lues.
Référez-vous à la commande MERGE en ce qui concerne les détails
d'utilisation des commandes READ et DATA lors de l'interclassement
des programmes.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC 291
EXEMPLE:
[5] Spécifie le teur d'attente pour I affichange de l'écran. [10] Réserve l'espace pour un tableau à une
dimension. [20] Lit les valeurs des instructions DATA, B(1) est 10, B(2) est 20, B{3) est 30, etc., et
imprime les
valeurs.
292 SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
REM
FORMAT: 1. REM «digne de remarque> 2.
' <ligne de remarque>
Voir également: LIST, LLIST
BUT:
Utilisée pour inclure les commentaires dans un programme.
REMARQUES
Une apostrophe (') BUILU + Q peut être utilisée à la place du motclé REM. Les lignes de remarques sont ignorées par BASIC durant
l'exécution du programme, mais apparaissent exactement comme
elles sont écrites lorsque le programme est LISTé. Les
commentaires sur ce que le programme effectue sont extrêmement
utiles pour d'autres personnes qui peuvent désirer utiliser ou
modifier le programme. Si une GOTO, ou d'autres instructions de
branchement similaires, réalise un branchement sur une ligne de
REM, l'exécution recommencera par la première ligne subséquente
contenant une instruction exécutable. Les remarques peuvent être
ajoutées aux lignes contenant déjà des instructions exécutables en
utilisant des deux-points et ensuite REM, suivie par la remarque.
Aucune autre instruction ne peut être placée après l'instruction
REM sur la même ligne. L'apostrophe (') ne peut pas être utilisée
dans la forme d'addition.
EXEMPLE:
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC 293
RENUM
FORMAT: 1. RENUM [<nouveau numéro de ligne>],[<ancien numéro de ligne>],
[<incrément>]
Abréviation: REN.
Voir également: DELETE, EDIT, LIST
BUT:
Renumérote les lignes d'un programme.
REMARQUES:
Les numéros de lignes sont changés de l'oncien numéro de ligne>
au <nouveau numéro de ligne> avec l'<incrément> spécifié. Si le
<nouveau numéro de ligne> n'est pas spécifié, les lignes sont
renumérotées en partant de 10 par incréments de 10. Tous les
numéros de ligne cités dans GOTO, GOSUB et d'autres instructions
de branchement sont changés par la suite. Lorsque le numéro de
ligne cité dans une instruction GOTO ou GOSUB ne peut pas être
trouvé dans le programme en cours de renumérotation, le
programme n'est pas renuméroté et un message "non défini dans le
<numéro de ligne>" est affiché. Si une instruction GOTO indique
une expression au lieu d'un numéro de ligne, la renumérotation n'est
pas effectuée. Le plus haut numéro pouvant être affecté est 65279.
294 SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
RESTORE
FORMAT: 1. RESTORE
2. RESTORE <numéro de ligne/étiquette>
Abréviation: RES.
Voir également: READ, DATA
BUT:
Permet la relecture des instructions DATA en partant de la ligne
spécifiée.
REMARQUES
Normalement, l'instruction READ lit les articles des lignes DATA à
partir du premier article sur la ligne DATA portant le numéro le plus
bas. Elle continue ce processus en succession pour chaque
instruction READ subséquente dans le programme. La position en
cours de lecture est retenue par un "indicateur" stocké en
mémoire..RESTORE remet l'indicateur au premier article dans la
première ligne de données dans le programme. RESTORE <numéro
de ligne/étiquette> remet l'indicateur au premier article du numéro
de ligne spécifié. Si le numéro de ligne spécifié ne contient pas une
instruction DATA, l'indicateur est remis au premier article de
données sur la première ligne de données qui suit le numéro de
ligne spécifié.
EXEMPLE:
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC
> RUN
PRUNE
PECHE
BRUGNON
PRUNE
PECHE
BRUGNON
>
[10] Détermine les dimensions des deux t a b l e a u x de chaînes.
[20-50] Lit les trois chaînes de données, les affecte dans le tableau à trois éléments A1$ et les imprime.
[60] Rétablit toutes les instructions de données de sorte qu'elles puissent être relues.
[70-100] Lit les mêmes chaînes de données, les affecte dans le second tableau à trois éléments A2$ et
le imprime. Les deux tableaux contiennent maintenant les données identiques.
295
296
SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
RESUME
FORMAT: 1. RESUME [<numéro de ligne>] 2.
RESUME NEXT
Abréviation: RESU.
Voir également: ON ERROR GOTO, ERL, ERN
BUT:
Utilisée pour reprendre l'exécution normale d'un programme
après qu'en présence d'une erreur, l'exécution a fait un branchement sur le sous-programme de traitement d'erreurs d'utilisateur.
REMARQUES: La commande RESUME exerce le même effet sur un sous-programme
de traitement d'erreurs que l'effet exercé par l'instruction RETURN
sur un sous-programme.
RESUME <numéro de ligne> fait reprendre l'exécution de
l'instruction ayant le numéro de ligne spécifié. RESUME fait
reprendre l'exécution de l'instruction qui a causé l'erreur. RESUME
NEXT fait reprendre l'exécution de la ligne qui suit la ligne contenant
l'erreur. L'instruction RESUME ne peut pas être utilisée n'importe où
dans un programme sauf dans un sous-programme de traitement
d'erreurs.
EXEMPLE:
Voir ON ERROR GOTO.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC 297
RETI
FORMAT: 1. RETI
Abréviation:
Voir également: ON ADIN GOSUB, ON COMn GOSUB, ON KEY GOSUB, ON
PHONE GOSUB, ON TIMES GOSUB
BUT:
Rétablit l'exécution de programme à la place d'un sous-pro
gramme d'interruption.
REMARQUES
:
RETI est utilisée de la même manière que RETURN pour renvoyer à
une ligne suivante, la ligne qui a spécifié un appel de sousprogramme. La différence est que RETI est utilisée avec des sousprogrammes lancés par les interruptions: ON ADIN GOSUB, ON
COMn GOSUB, ON KEY GOSUB, ON PHONE GOSUB et ON TIME$
GOSUB. Lorsque RETI est exécutée, la dernière interruption est
exécutée dans le cadre du programme d'exécution d'interruption.
EXEMPLE:
298
SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
RIGHT$
FORMAT: 1. RIGHT$(X$,N)
2. RIGHT$("<chaîne>",N)
Abréviation: RI.
Voir également: LEFT$, MID$
BUT:
Renvoie les caractères N de l'extrémité droite d'une chaîne X$
quelconque.
REMARQUES:
La valeur de N doit être comprise entre 0 et 80. Les fractions
seront arrondies à l'unité inférieure (tronquées). Si N est inférieur à
1, une chaîne vide est renvoyée. Si N est supérieur au nombre de
caractères dans X$, Ja chaîne entière est renvoyée.
EXEMPLE:
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC
299
RLINE
FORMAT: 1. RLINE [(X1,Y1)]-(X2,Y2) [-(X3,Y3)..],[<type>],[<couleur>][,B]
Abréviation: RL.
Voir également: COLOR, LLINE
BUT:
Trace un trait ou une série de segments de trait entre les points
spécifiés dans les coordonnées relatives sur l'imprimante.
REMARQUES: En mode de graphique, la commande RLINE trace un segment de trait
à partir du point spécifié par les coordonnées X1, Y1 ou à partir de la
position actuelle du stylo si X1 et Y1 ne sont pas spécifiées, jusqu'au
point spécifié par les coordonnées relatives X2, Y2. A la différence
de la commande LLINE, les coordonnées dans la commande RLINE
sont toutes relatives par rapport à la dernière position du stylo en
tant que point d'origine. C'est-à-dire que les coordonnées (X2,Y2)
sont mesurées à partir du point (X1,Y1) comme point d'origine.
I
^____I
T (X2, Y2)
Y2
Cinq segments de trait
contigus subséquents au
maximum peuvent être spécifiés avec les coordonnées de chaque
point neuf en cours de mesure à partir du dernier point comme point
d'origine.
Le paramètre optionnel <type> spécifie le type de trait dans une
gamme de 0 à 9. (Voir la commande LLINE.) le paramètre optionnel
<couleur> spécifie la couleur du stylo dans une gamme de 0 à 3
(Voir la commande COLOR). Si les paramètres <type> et <couleur>
ne sont pas spécifiés, les valeurs actuellement désignées seront
utilisées. L'option B spécifie un rectangle à tracer sur la diagonale
spécifiée par XI, Y1 et X2, Y2 comme suit:
300 SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
Pour la commande RLINE (X1,Y1)-(X2,Y2),„B
X1.Y1
X2, Y2
EXEMPLE:
5IPAPER R
10 : G R A P H
20 : G L C U R S O R (4 0,4 0)
30:RL I NE - ( 1 0 0 , 0 ) - ( ~ 1 0 0 , 1 0 0 ) - ( 0 , - 1 0 0 )
40ITEXT
5 0:END
Trace un triangle éloigné du coin de la page. Le programme aboutit au même résultat que l'exemple
pour LLINE.
[10] Met l'unité en mode de graphique.
(20] Déplace le stylo d'imprimante à la position spécifiée éloignée du coin de la page.
[30] Trace le triangle par tois mouvements et renvoie le stylo à la position initiale. Noter qu'à la
différence de l'exemple de LLINE, tous les mouvements de la plume pour RLINE sont relatifs par rapport
à là dernière position du stylo.
(40] Une fois le traçage terminé, rétablir le mode de texte.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC
FORMAT: 1. RMT ON
2. RMT OFF
Abréviation: RM.
Vb/r également:
BUT:
301
RMT ON/OFF
Valide et invalide la télécommande d'alimentation de l'enregistreur à cassette.
REMARQUES: RMT ON permet à l'enregistreur à cassette d'être mis sous tension par
le signal RMT provenant de l'ordinateur durant une opération E/S de
bande et autrement d'être mis hors tension.
RMT OFF invalide la télécommande d'alimentation de l'enregistreur
à cassette; le courant restera indépendamment de l'opération E/S de
bande
La fonction de télécommande est possible seulement lorsque
l'interrupteur REMOTE ON/OFF sur l'unité CE-1600P est enclenché.
EXEMPLE:
>RMT
ON
Valide la commande par ordinateur de l'enregistreur à cassette.
> R M T OFF
Invalide la commande par ordinateur de l'enregistreur à cassette.
302
SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
RIMD
FORMAT: 1. RND(X)
Abréviation: RN.
Voir également: RANDOM
BUT:
Renvoie un nombre aléatoire dans une gamme spécifiée par le
nombre X.
REMARQUES:
L'ordinateur engendre un nombre aléatoire à l'aide d'un générateur
de nombres aléatoires incorporé. La même séquence de nombres
aléatoires est engendrée chaque fois qu'un programme
contenant RND est exécuté après la mise sous tension.
EXEMPLE:
Si X est inférieur à 0, le générateur de nombres aléatoires répète la
même séquence de nombres aléatoires chaque fois que RND est
exécutée. Si X est une valeur décimale supérieure à 0 et inférieure à
1, le nombre aléatoire est engendré dans une gamme de 0 à 1 (1
non compris), Si X est supérieur à 1, le nombre aléatoire est
engendré dans une gamme de 1 à X en nombres entiers.
Tous les nombres aléatoires sont engendrés en 10 chiffres
significatifs.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC
303
[10] Boucle externe pour chaque ligne de nombres aléatoires.
[20] Boucle interne pour génération de 10 nombres aléatoires.
[30] Engendre un nombre aléatoire compris entre 1 er 9.
Ici, le programme est passé trois fois. Noter qu'une séquence différente de nombres aléatoires est
engendrée à chaque fois.
304
SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
ROTATE
FORMAT: 1. ROTATE <position>
Abréviation: RO. Voir
également:
BUT:
Spécifie l'orientation de l'impression de chaque caractère.
REMARQUES: Le paramètre <position> spécifie l'orientation des caractères à
imprimer sous forme d'un nombre de 0 à 3. L'effet du paramètre
<position> lors de l'impression est donné sur les deux illustrations
suivantes:
Les valeurs par défaut sont celles spécifiées par la dernière
commande ROTAtE.
EXEMPLE:
Le passage de ce programme démontrera toutes les 16 combinaisons possibles pour valeurs d'impression
ROTATE.
[5] Spécifie le mode graphique.
[10] Déplace la tête d'imprimante au milieu du papier.
[30] Tourne sur une boucle par les 4 positions possibles de caractère.
[40] ROTATE (oriente) suivant les valeurs de boucle.
[50] Fait sortir la chaîne simple sur imprimante.
[60-70] Répète la boucle.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC 305
FORMAT: 1. RUN
2. RUN <Numéro de ligne/étiquette>
Abréviation: R.
Voir également: CONT, GOTO, LOAD, MERGE
BUT:
RU
N
Lance l'exécution d un programme tenu en mémoire.
REMARQUES: La commande RUN lance l'exécution du programme en mémoire à
partir de l'instruction du numéro le plus jeune. RUN <n° de ligne/
étiquette> lance l'exécution à partir du numéro de ligne spécifié ou
de l'étiquette spécifiée. L'exécution d'un programme par l'instruction
RUN efface toutes les va-rialbles, range et remet le pointeur de
données sur une ligne DATA (données) pour le lancement.
EXEMPLE:
>RUM
Lance l'exécution d'un programme à partir de la linge d'un numéro le plus jeune.
>RUN 10 0
Lance l'exécution d'un programme à partir de la ligne 100.
>RUN "F"
Lance l'exécution d'un programme à partir d'une ligne avec l'étiquette "F".
306 SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
RXD$
FORMAT: 1. RXD$
Voir également.
BUT:
Renvoie les données introduites dans le port série actuellement
choisi, lors de l'exécution.
REMARQUES:
L'octet de données introduites dans le port actuellement choisi par
l'instruction SETDEV est renvoyé sous forme d'une chaîne
hexadécimale. S'il n'y a pas de données actuellement introduites,
deux octets de données, &20 + &20 sont renvoyés. S'il y a une
erreur de communication lors de l'exécution, trois octets de
données, &3F + &20 + &20 sont renvoyés.
EXEMPLE:
Fait sortir l'octet de données actuellement introduites au port série actif,
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC
307
FORMAT: 1. SAVE "<d:nom de fichier>"[,A] 2.
SAVE* "<d:nom de fichier>"
Abréviation: S.
SAVE/SAVE*
Voir également: LOAD, MERGE
BUT:
Utilisée pour conserver le programme ou le fichier de données
sur le disque souple ou module de disque RAM, bande, ou l'un des ports
série.
REMARQUES: SAVE conserve le fichier sur une unité spécifiée sous le nom de fichier spécifié.
Si l'option A est spécifié, le fichier est conservé dans un format ASCII,
autrement il est conservé dans un format binaire comprimé. <d:nonn de
fichier> spécifie l'unité et le nom
de fichier.
SAVE* conserve seulement les lignes comentaires (préfixées par REM ou
une apostrophe ('); voir l'instruction REM) sous le nom de fichier spécifié.
D'autres lignes sont ignorées. Cela donne une méthode simple de stockage
du texte dans un fichier pour un affichage ultérieur sur l'écran. Pour les
détails concernant le stockage et l'extraction du texte, voir la description de
l'instruction LOAD*.
Si aucune extension n'est spécifiée pour le nom de fichier, SAVE
connectera automatiquement .BAS. d'extension.
Si le nom de fichier spécifié existe déjà, le fichier existant sera recouvert, à
moins qu'il ne soit protégé par l'option P de la
commande SET ou que le disque ou le module ne soit protégé en
écriture.
EXEMPLE:
>s A V E " X : E C H E C S "
Conserve le programme en mémoire sur le disque souple sous le nom de ECHECS.
>SAVE*"S2:iNFO"
Conserve simplement les lignes commentaires du programme en mémoire sur le module de disque RAM
dans le logement d'extension 2. Le fichier est appelé INFO.
308
SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
SET
FORMAT: 1. SET "<d:nom de fichier>","P" 2.
SET "<d:nom de fichier>"," "
Abréviation: Voir
également:
BUT
Spécifie et supprime la protection de fichier pour les fichiers sur
le disque souple ou le disque RAM.
REMARQUES: La commande SET est utilisée pour spécifier les paramètres afin de
protéger un fichier contre un port non admissible ou une élimination
accidentelle. Le paramètre <d:nom de fichier> spécifie l'unité et le
nom de fichier.
Une fois l'option P, protection en écriture, spécifiée, le fichier est
protégé comme suit:
(1)Aucune donnée ne peut être écrite sur le fichier. Le fichier ne peut
être ouvert eh mode APPEND ou OUTPUT.
(2)Le fichier ne peut être effacé par la commande KILL.
(3)Il n'est pas possible de donner au fichier un nouveau nom par la
commande NAME.
Pour annuler l'état de protection P sur un fichier, exécutez la
commande SET pour le nom du fichier avec un espace à la place
du paramètre "P" (format 2).
EXEMPLE:
Protège le programme SALAIRES tenu sur le disque souple contre l'écriture, l'effacement ou le
changement de nom.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC 309
SETCOM
FORMAT: 1. SETCOM ''COMn:'',[<BR>],[<WL>],[<PR>],[<ST>],[<XO>],[<SI>]
Abréviation: SETC.
Voir également: COM$, SETDEV
BUT:
Spécifie le protocole de transmission pour les port série.
REMARQUES:
L'un des ports série suivants peut être spécifié:
COM1: Port série RS-232C
COM2: Port série optique
COM: Port actuellement choisi par la dernière instruction
SETDEV
Le protocole de transmission est spécifié sous forme d'une chaîne
de six options, séparées par virgules. Les options sont:
<BR>
Débit: 50 à 38400 bauds <WL>
Longueur de mot: 5 à 8 bits <PR>
Parité: E-Parité paire
O-Parité impaire N-Sans parité <ST>
Bit
d'arrêt: 1 ou 2 <XO>
Protocole X-ON/OFF:
X-Oui
N-Non
<SI>
Protocole code normal/spécial
Pour 7 bits utiles seulement: S-Oui
N-Non
La consigne par défaut pour le port série RS-232C est
1200,8,N,1,X,S. La valeur par défaut pour le port série optique est
38400,7,E,2,X,S.
NOTE:
Lorsque les commandes SAVE, LOAD, BSAVE ou BLOAD sont
utilisées pour tranférer des fichiers par un port, la longueur de mot
doit être spécifiée à 8 bits, et le protocole de code normal/spécial
doit être spécifié à N. Cependant, lors de la conservation d'un fichier
ASCII dans un port par SAVE, ou lors de l'utilisation PRINT# ou
INPUT# avec un port, la spécification des paramètres de
communication (ou de transmission) est illimitée.
310
SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASI
EXEMPLE:
La première ligne renvoie la valeur de communication actuelle du port série RS-232C, SETCOM est
utilisée pour changer la valeur de parité de "sans parité" à "parité". PRINT COM3 est alors introduite au clavier
pour vérifier que le changement a été effectué. Notez que le troisième paramètre est maintenant E au lieu de
N.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC 311
_____________________SETDEV
FORMAT: 1. SETDEV "COMn:" [,PO][,KI]
Abréviation: SE. Voir
également:
BUT:
Spécifie un des ports série pour entrée et sortie avec certaines
commandes BASIC.
REMARQUES: La commande SETDEV ouvre fondamentalement un accès pour entrée et
sortie. De plus, deux paramètres optionnels peuvent être spécifiés pour
définir le mode d'entrée ou de sortie. Les accès sont spécifiés comme suit:
COM1 : Port série RS-232C COM2: Port
série optique COM: Port actuellement
ouvert.
Les deux paramètres optionnels sont spécifiés comme suit (dans n'importe
quel ordre):
PO
Dirige la sortie depuis les commandes LPRINT,
LLIST et LFILES au à port spécifié.
Kl
Utilise le port spécifié po.ur introduction de données par une commande INPUT.
La spécification de la commande SETDEV sans aucun paramètre annule
les consignes en cours de l'unité et permet à nouveau une sortie sur
imprimante et une introduction au clavier.
EXEMPLE:
312
SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
SGN
FORMAT: 1. SGN(X)
Abréviation: SG. Voir
également:
BUT:
Renvoie le signe d'expression X.
REMARQUES
:
X est une expression numérique quelconque. SGN(X) renvoie 1,0
ou -1 selon le signe d'expression X comme indiqué ci-dessous:
Valeur de X
X>0
X=0
X<0
EXEMPLE:
>
Valeur renvoyée par SGN(X)
1
0
-1
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC 313
FORMAT: 1. SIN(X)
aviation: SI. Voir également:
ASN, COS, TAN
SI
N
BUT:
Renvoie le sinus de l'angle X.
REMARQUES:
Cette fonction renvoie le sinus de l'angle X, où X est exprimé en
degrés, radians ou grandients. Selon cette expression, le mode de
l'ordinateur est spécifié par la commande DEGREE, RADIAN ou
GRAD.
EXEMPLE:
314
SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
SNDBRK
FORMAT: 1. SNDBRK "COMn:",<nombre>
Abréviation: SNDB.
Voir également:
BUT:
Envoie un nombre spécifié de codes d'interruption au port série
spécifié pour arrêter la transmission d'entrée depuis un autre
ordinateur.
REMARQUES:
Les ports sont spécifiés comme suit:
COM1: Port série RS-232C
COM2: Port série optique
COM: Port spécifié par la dernière commande SETDEV
Le paramètre <nombre> spécifie le nombre de caractères
d'interruption à envoyer sous forme d'une chaîne continue au port
dans une gamme de 1 à 255.
EXEMPLE:
Enverra le caractère d'interruption 20 fois au port RS-232C afin d'arrêter la transmission de données. Il est
souvent conseillé d'envoyer plus d'un caractère d'interruption, car l'autre ordinateur peut ne pas
recevoir avec succès le premier caractère d'interruption.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC 315
SNDSTAT
FORMAT: 1. SNDSTAT "COMn:",[<protocole>],[<temporisation>]
Abréviation: SN.
Voir également: RCVSTAT
BUT:
Spécifie le protocole de connexion d'émission pour le port
RS-232C et la valeur de temporisation pour les deux ports série.
REMARQUES:
L'un quelconque des ports suivants peut être spécifié:
COM1: Port série RS-232C
COM2: Port série optique
COM: Port actuellement choisi par la dernière instruction
SETDEV
Les états de signaux auxquels seront envoyées les données sont
spécifiés par la valeur du nombre décimal (0 à 255) désigné pour
le paramètre <protocole>. Le nombre est intérieurement converti en
nombre binaire de 8 bits et chaque bit spécifie la condition pour un
signal de commande pour la connexion à exécuter. Si toutes les
conditions sont satisfaites, la connexion est complet et la
transmission de données peut être effectuée. Les bits 7 et 8 sont
toujours programmé à 0 lorsqu'ils ne sont pas utilisés.
316
SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
7Non utilisé; programmé à 0
8Non utilisé; programmé à 0
(bit le plus significatif)
La valeur par défaut (valeur implicite) pour <protocole> est 59
(00111011), qui est le signal CTS est haut.
La temporisation correspond à la durée que l'ORDINATEUR attendra avant
de décider que l'unité en attente n'est pas prête ou n'est pas disponible.
Le paramètre optionnel <temporisation> spécifie la temporisation dans une
gamme de 0 à 255, à des échelons de 0,5 seconde. Une temporisation de
0 invalide la temporisation de consigne (temporisation infinie) et est la
valeur par défaut.
EXEMPLE:
Etablit les conditions de signal pour le port série RS-232C spécifiant que RTS et DSR doivent être hauts
pour les données à envoyer. La valeur de temporisation est indéfinie. 45 en valeur décimale est 2D en hex et
représente la configuration binaire suivante:
Notez que le bit le plus significatif ou le bit le plus à gauche est un bit 8, tandis que le bit le moins
significatif ou le bit le plus à droite est un bit 1.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC 317
FORMAT: 1. SORGN
Abréviation: SO.
Voir également: LUNE, GLCURSOR
BUT:
SORG
N
Détermine la position actuelle du stylo en tant que point
d'origine.
REMARQUES: En mode de graphique, SORGN spécifie la position actuelle du stylo
comme point d'origine (0,0) pour toutes les commandes de
graphique qui suivent. La position implicite (position par défaut) pour le
point d'origine est la position d'origine gauche pour X et la position
actuelle du papier spécifiée par les touches d'imprimante
et
pour Y.
EXEMPLE:
Voir LUNE.
318
SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
SQR
FORMAT: 1. SQR(X)
Abréviation: SQ. Voir
également:
BUT:
Renvoie la racine carrée d'expression X.
REMARQUES:
Si l'expression a un nombre négatif, SQR(X) engendre un code
d'erreur.
EXEMPLE:
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC
319
[PRO J
STATUS ™
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
|PRQGRAM]
FORMAT: 1. STATUS <valeur>
|
]
\ZZ3
Abréviation: STA.
Voir également: MEM, NEW
I
I
l
BUT:
Renvoie la place disponible et d'autres informations pour différentes zones de mémoire.
REMARQUES:
Le paramètre <valeur> spécifie la zone de mémoire et les
informations renvoyées comme suit:
<valeur>
Informations renvoyées
0Mémoire disponible dans la zone d'utilisateur en octets (zone
disponible + zone de variables).
1Encombrement en octets d'un ou plusieurs programmes en cours de
chargement
2Adresse inférieure dans la mémoire de la zone d'utilisateur
disponible.
3Adresse supérieure dans la mémoire de la zone d'utilisateur
disponible.
4 à 255
Dernier numéro de ligne exécuté pour le pro
gramme en cours d'exécution.
256Numéro de bloc dans lequel existe l'adresse inférieure de la zone
d'utilisateur disponible.
257Numéro de bloc dans lequel existe l'adresse supérieure de la zone
d'utilisateur disponible.
258Mémoire non affectée dans la zone d'utilisateur en octets (zone
disponible).
259Mémoire non utilisée dans le module de programme dans le
logement 1 en octets.
260Mémoire non utilisée dans le module de programme dans le
logement 2 en octets.
J
320
SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
Topographie mémoire: RAM interne et logements d'extension
La topographie mémoire suivante représente l'affectation de la
Topographie mémoire: Zone d'utilisateur RAM interne
mémoire avec:
(1)Un module CE-1600M dans le logement 1 avec la partie affectée
seulement pour stockage de programme; la place restante est
affectée pour extension de RAM interne (zone disponible).
(2)Un module CE-1600M dans le logement 2 avec la place
affectée seulement pour stockage de programme.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC 321
EXEMPLE:
La mémoire disponible est de 10789 octets.
322 SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
STOP
FORMAT; 1. STOP
Abréviation: ST.
Voir également: CONT, END
BUT:
Utilisée pour arrêter l'exécution, ordinairement durant la mise au
point.
REMARQUES
.
L'instruction STOP est ordinairement introduite dans un programme
à la phase de mise au point pour arrêter l'exécution, afin de
permettre aux contenus de variables d'être examinés ou changés
par entrée directe. Le message suivant est affiché:
BREAK IN <numéro de ligne>
L'exécution peut être recommencée par la commande CONT, à
condition qu'aucune modification ne soit apportée au programme
durant l'interruption. A la différence de l'instruction END, les fichiers
ne sont pas fermés lorsqu'une instruction STOP est exécutée.
EXEMPLE:
[25J Met la ligne au point, compte tenu de la valeur de S.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC
323
FORMAT: 1. STR$ (<va!eur numérique>)
Abréviation: STR. Voir
également: VAL
STR$
BUT;
Convertit les données numériques en données de chaîne.
REMARQUES:
La fonction STR$ change un nombre entier en une chaîne. La
chaîne sera constituée par les mêmes chiffres en tant que nombre
original, mais celui-ci est traité sous forme d'une chaîne de
caractères SHARP ASCII dans un traitement subséquent. La
fonction STR$ a un effet opposé à celui de la fonction VAL.
Si les données numériques sont négatives, la chaîne sera précédée
par un signe "-". Si la <valeur numérique> est trop grande pour être
maintenue dans la variable alphanumérique, elle est représentée
dans une notation à virgule flottante.
EXEMPLE:
[110] Le programme effectue certains calculs sur la variable numérique N.
[120] La variable numérique N est convertie en variable de chaîne A$. Les variables alphanumériques
sont plus faciles à manipuler que les variables numériques. Dans cet exemple, imaginer que le premier
chiffre du nombre est requis. C'est peut-être un code pour certains traitements subséquents. Une fois le
nombre converti en chaîne, nous pouvons utiliser n'importe laquelle des commandes de manipulation
de chaîne: INSTR, LEFT$, RIGHT$, MID$.
[130] Stocke seulement le premier chiffre du nombre, ou caractère car il est maintenant traité par le
programme, dans la variable alphanumérique B$.
[140] Le monochiffre est reconverti en variable numérique de sorte qu'il puisse être traité par le
programme en tant que nombre.
324
SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
TAB
FORMAT: 1. TAB <colonne>
Abréviation:
Voir également: LCURSOR, LPRINT
BUT:
En mode de texte, met le stylo d'imprimante sur la colonne
spécifiée.
REMARQUES:
La commande TAB est similaire à la commande LCURSOR; elle
déplace le stylo à la colonne d'impression spécifiée dans la gamme
allant de 0 à la longueur de ligne maximum spécifiée par l'instruction
PCONSOLE en cours. L'emplacement de la colonne
d'impression change sujvant la taille de caractère spécifiée par la
commande CSIZE. TAB peut être également utilisée dans une
instruction LPRINT.
Ce programme sera passé seulement en mode TEXT.
EXEMPLE:
(10] Met le chariot du stylo au milieu du papier.
(20] Ce message lancera l'impression à partir de la position actuelle de l'imprimante au milieu de la
page.
[30] Après la dernière LPRINT, la tête d'imprimante revient à la gauche. Ainsi, cette ligne est imprimée
dans la position normale gauche justifiée.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC 325
FORMAT: 1. TAN(X)
Abréviation: TA.
Voir également: ATN, COS, SIN
TAN
BUT:
Renvoie la tangente de l'angle X
REMARQUE
S
Cette fonction renvoie la tangente de l'angle X, où X est exprimé en
degrés, radians ou gradients. Selon cette expression, le mode de
l'ordinateur est spécifié par la commande DEGREE, RADIAN
ou GRAD. Un code d'erreur est engendré si X est 90°.
EXEMPLE:
326
SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
TEST
FORMAT: 1. TEST
Abréviation: TE.
Voir également:
BUT:
Effectue un essai sur l'imprimante dans toutes les couleurs.
REMARQUES: TEST émet des commandes à l'imprimante pour dessiner quatre cases
avec quatre couleurs disponibles dans l'ordre de numéro de couleur
(0 à 3): noir bleu vert rouge. L'ordinateur est alors mis en
mode de texte. Pour interrompre l'essai, appuyez sur la touche
EXEMPLE:
> T ES T
Commence l'essai de l'imprimante pour dessiner les 4 cases.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC 327
FORMAT: 1. TEXT
Abréviation: TEX.
Voir également: GRAPH
TEX
T
BUT:
Met l'imprimante en mode de texte.
REMARQUES:
La taille de caractère est spécifiée à 2 en mode de texte, et le point
d'origine est réglé à ia position gauche du stylo.
L'exécution de la commande TEXT remet la commande PAPER et
les paramètres <limite en sens inverse> et <limite en sens direct> à
leurs valeurs par défaut.
EXEMPLE:
>TEXT
L'ordinateur choisît le mode TEXT pour l'imprimante.
328 SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
TIME
FORMAT: 1. TIME
2. TIME = MMDDHH.mmss
Abréviation:
Voir également: TIMES
BUT:
Spécifie et renvoie la date et l'heure pour l'horloge intégrée à
l'ordinateur.
REMARQUES
:
La commande TIME renvoie l'heure actuelle dans le format
MMDDHH.mmss où MM est un nombre de deux chiffres entre 01 et
12 représentant le mois, DD un nombre de deux chiffres entre 01 et
31 représentant le jour, HH un nombre de deux chiffres entre 00 et
23 représentant l'heure, mm un nombre de deux chiffres entre 00 et
59 représentant les minutes et ss un nombre de deux chiffres entre
00 et 59 représentant les secondes. L'horloge n'est pas affectée par
la coupure d'alimentation. Elle n'indique pas l'année.
TiME=MMDDHH.mmss spécifie l'heure et la date actuelles sur
l'horloge intégrée dans le même format que celui précité.
EXEMPLE:
Spécifie l'heure et la date actuelles à 8:32 et 15 secondes de l'après-midi du 12 mars.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC 329
TIME$
FORMAT: 1. TIME$ = "HH:MM:SS" 2.
TIME$
Abréviation: Tl.
Voir également: DATES, TIME$ ON/OFF/STOP, ON TIMES GOSUB
BUT:
TIME$ est une variable de système qui contient l'heure de
l'horloge incorporée dans l'ordinateur.
REMARQUE
S
Dans le premier format, en tant qu'instruction, TIME$ spécifie la
valeur de l'horloge temps réel. HH est un nombre de deux chiffres
entre 00 et 23 représentant l'heure. MM est un nombre de deux
chiffres entre 00, et 59 représentant les minutes. SS est un nombre
de deux chiffres entre 00 et 59 représentant les secondes. Les
deux-points sont utilisés pour séparer les trois introductions.
Dans le second format, TIME$ renvoie l'heure de l'horloge temps
réel dans un format de HH:MM:SS au programme sous forme d'une
variable de chaîne.
EXEMPLE:
Spécifie l'heure et puis l'imprime.
330
SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
TIME$ ON/OFF/STOP
FORMAT: 1. TIMES ON
2.TIME$ OFF
3.TIMES STOP
Abréviation: Tl.
Voir également: TIMES, ON TIME$ GOSUB
BUT;
Invalide ou valide à nouveau l'instruction ON TIME$ GOSUB.
REMARQUES:
TIME$ OFF invalide toutes les instructions ON TIMES GOSUB de
telle façon que les appels de sous-programme ne puissent jamais
être effectués.
TIMES ON valide à nouveau toutes les instructions ON TIME$
GOSUB.
TIMES STOP invalide également toutes les instructions ON TIMES
GOSUB mais lorsque TIMES ON est subséquemment exécutée. Si
l'heure spécifiée dans TIMES = d'une instruction ON TIMES GOSUB
est atteinte pendant que l'instruction TIMES STOP est valide, un
renvoi sera immédiatement fait sur le sous-programme. La
commande par défaut est TIMES STOP.
EXEMPLE
:
Voir ON TIMES GOSUB
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC 331
_______________________TITLE
FORMAT: 1. TITLE "S0:"
2.TITLE "S1:"
3.TITLE "S2:"
Abréviation: TIT.
Voir éaalement:
BUT:
Choisit le module de programme dans le logement 1 ou le
logemet 2.
REMARQUES: Deux modules au maximum peuvent être montés dans les fentes sur le
dos de l'ordinateur. Cette commande détermine quel logement est
actuellement choisi.
TITLE :"S0:" choisit RAM interne de l'ordinateur. Il s'agit de la
commande par défaut après une ALL RESET.
TITLE "S1:" choisit le module dans le logement 1. TITLE "S2:"
choisit le module dans le logement 2.
Si le logement de module contient un module de disque RAM au lieu
d'un module de programme, un message de code d'erreur est
affiché.
NOTE:
Dans certaines situations après exécution de TITLE durant l'arrêt de
l'exécution d'un programme principal de mémoire, les touches
et
ne listeront pas le programme dans le module spécifié. Dans ce
cas, utiliser LIST ou terminer d'abord l'exécution du programme
principal de mémoire.
EXEMPLE:
> T I T L E "SOI"
>
Choisit la mémoire principale de l'ordinateur pour usage après utilisation d'un module de mémoire dans
l'un des logements.
332
SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
TRON/TROF
F
Abréviation: TR./TROF.
Voir également: CONT, STOP
PftOGRAM
FORMAT: 1. TRON
2. TROFF
BUT:
Utilisée pour faire effectuer l'analyse par programme de mise au
point ou pour l'annuler.
REMARQUES: L'analyse est effectuée avec des programmes de mise au point.
Lorsque l'analyse est lancée, l'ordinateur s'arrête pendant 0,5
seconde après l'exécution d'une ligne de programme et l'affichage
du numéro de ligne sur le côté droit de l'écran.
Si la touche
est enfoncée pendant que le numéro de ligne est
affiché, l'ordinateur passe à l'exécution en pas à pas. Et la touche
doit être enfoncée chaque fois pour exécuter la ligne suivante.
Si la touche
est maintenue enfoncée, l'exécution est continuée
de ligne en ligne sans affichage du numéro de ligne. L'instruction
venant d'être exécutée peut être explorée sur toute sa longueur en
appuyant sur la touche
ou
L'enfoncement de la touche
rétablit une exécution continue (attente de 0,5 s
ec. entre lignes).
Lorsque l'exécution est arrêtée à une instruction PRINT ou
INPUT, l'enfoncement de la touche
reprendra l'exécution.
Si l'exécution est interrompue par une instruction STOP ou par
enfoncement de la touche
l'exécution de l'analyse
continue peut être recommencée par enfoncement de la touche
ou l'exécution de l'analyse en pas à pas par enfoncement de la
touche
L'analyse peut être également lancée ou arrêtée par un programme. Après TRON, l'analyse reste pour toute l'exécution
subséquente jusqu'à ce que TROFF soit exécutée.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC 333
Le déroulement de ce programme après lancement de l'analyse affichera les numéros de ligne sur l'écran
lorsque les lignes sont exécutées. TROFF arrête l'analyse, de sorte que les numéros de ligne ne sont plus
EXEMPLE:
indiqués dans un déroulement subséquent de programmes.
334 SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
VAL
FORMAT: 1. VAL(X$)
2. VAL("<chaîne>")
Abréviation: V.
Voir également: HEX$, STR$
BUT:
Convertit une chaîne de caractères numériques en valeur déci
maie.
REMARQUES:
La fonction de VAL est l'inverse de celles de STR$. Elle change une
chaîne composée de caractères en valeur numérique qui peut être
utilisée en tant que nombre dans un traitement subséquent.
Si la chaîne est décimale, elle doit être composée de caractères
0-9, avec point décimal optique et signe. Dans cette forme, la
fonction de VAL est opposée à celle de STR$. Si la conversion n'est
pas possbile du fait de l'inclusion de caractères interdits, la valeur 0
est renvoyée.
[10] Introduit une chaîne à convertir en valeur numérique.
EXEMPLE:
[20] La chaîne est convertie en valeur numérique équivalente. L'introduction d'un nombre sous forme d'une
chaîne donne l'occasion au programmateur de vérifier que la chaîne introduite est du type correct ou est
comprise dans la gamme correcte dans le programme lui-même.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC 335
FORMAT: 1. WAIT <durée> [,P]
2.WAIT <durée> [,S]
3.WAIT
WAIT
Abréviation: W.
Voir également: PRINT, GPRINT, LINE
BUT:
Spécifie la durée pendant laquelle l'exécution est arrêtée après
exécution d'une instruction PRINT, GPRINT ou LINE.
REMARQUES:
WAIT est utilisée pour afficher les données sur l'écran pendant une
durée fixée avant de continuer l'exécution.
WAIT <durée> arrête l'exécution après une instruction PRINT,
GPRINT ou LINE pendant une durée spécifiée dans une gamme de
0 à 65535, à des échelons d'environ 1/64e de seconde. WAIT 64
arrête l'exécution et il en résulte que l'instruction est affichée sur
l'écran pendant environ 1 seconde.
Les options P et S peuvent être spécifiées seulement en MODE 0
(mode PC-1600).
L'option P met l'exécution en attente après l'instruction PRINT,
GPRINT ou LINE pendant la durée spécifiée. L'option S spécifie que
la durée de WAIT est appliquée au roulement des informations sur
l'écran: une fois l'écran complet des données (4 lignes) imprimé,
l'écran ne commencera pas à faire rouler l'image jusqu'à ce que la
durée spécifiée soit terminée. La valeur par défaut est P.
La spécification de WAIT seule détermine la durée d'attente à l'infini;
l'ordinateur arrêtera l'exécution jusqu'à ce que la touche soit
pressée.
Lorsque l'exécution est lancée par une commande RUN, les
valeurs par défaut sont les suivantes:
0 en MODE 0 (mode PC-1600); aucun arrêt dans l'exécution
suivant une instruction PRINT.
INFINITY en MODE 1 (mode PC-1500); exécution arrêtée
jusqu'à ce que la touche
soit pressée.
336
SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
EXEMPLE:
[20] Spécifie la temporisation pendant laquelle l'exécution s'arrête (environ 3 secondes) après chaque
PRINT.
[30] Imprime en trois secondes le message qui est superposé à la ligne 50.
[40] Réinitialise les conditions WAIT aux valeurs par défaut.
[50] Le second message se superpose au premier et reste sur l'écran (valeur par défaut de WAIT).
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC
337
FORMAT: 1
WAKE$ (0)
WAKE$(1)
3
WAKE$ (0)
4
WAKE$(1)
WAKE$
H
H
Abréviation: WAK. Voir
également: KBU F F$
<heure>:<chaîne de commande>
<chaîne de commande>"
n
an
nn
BUT:
Spécifie l'heure de réveil et la chaîne de commande pour la mise
sous tension automatique.
REMARQUES:
Dans le premier format, WAKE$ permet à l'ordinateur d'être
programmé pour se mettre sous tension à l'heure spécifiée et
exécuter une commande lors de la mise sous tension. Combinée
avec la commande KBUFF$, la commande WAKE$ permet une
exécution automatique de fichiers séquentiels à l'heure spécifiée.
L'<heure> est spécifiée dans le format MM/DD/HH/mm.
Dans le second format, WAKES permet à l'ordinateur d'être
programmé pour se mettre sous tension et d'exécuter une
commande lorsque la ligne de signal Cl (broche 9) provenant de
l'interface RS-232C devient "haute", et exécute la <chaîne de
commande> spécifiée. Voir la partie III du chapitre 6 concernant
l'interface RS-232C.
La ligne <cfiaîne de commande> doit être terminée par le code
hexadécimal pout la touche d'introduction; c'est-à-dire, CHR$(&0D)
comme dans l'exemple:
WAKES (0) - " 10/03/08/00; RU N" + CHRS (&0D)
La longueur maximum de la commande est de 26 caractères. Les
formats 3 et 4 annulent la spécification des formats 1 et 2
respectivement.
EXEMPLE:
WAKES mettra l'ordinateur sous tension à 7:30 la matin du jour de Noël et exécutera le programme actuellement en
mémoire. Ici, le programme imprimera les bons roeux, etc.
338
SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
XCALL
FORMAT: 1. XCALL <adresse> [,<nom de variable>]
Abréviation: XC.
Voir également: NEW, POKE, XPOKE
BUT:
Utilisée pour appeler un programme de langage machine.
REMARQUES: L'instruction XCALL est essentiellement identique à l'instruction CALL
et appelle un programme ou sous-programme de langage machine
stocké en mémoire.
La différence est que cette commande est compatible avec la
commande spécifiée danp le PC-1500. Lorsque le programme est
appelé, une valeur de variable simple peut passer du programme
BASIC en cours d'exécution en programme de langage machine. Et
lorsque l'exécution du programme de langage machine est
terminée, la même variable simple sera renvoyée au programme
d'appel. Les registres A et X sont utilisés à cet effet, la variable à
passer doit avoir été affectée avant l'exécution de XCALL. Le
programme de langage machine doit avoir été introduit en mémoire
par l'instruction XPOKE avant qu'il ne puisse être appelé.
Le paramètre <adresse> spécifie l'adresse inférieure dans le bloc
de mémoire actuel où le programme de langage machine est
stocké.
Le paramètre <nom de variable> spécifie la variable dont la valeur
est passée au programme de langage machine à l'entrée, et
renvoyée au programme d'appel BASIC à la sortie si le drapeau de
report est élevé.
Le paramètre <nom de variable> spécifie une variable numérique,
et doit être un nombre entier dans une gamme de -32768 à 32767.
La valeur est amenée au registre X, et le contenu du registre X est
ramené au programe d'appel avec le même nom de variable à la
sortie. Si un nom de variable de deux caractères est utilisé, il doit
avoir été déclaré par l'instruction DIM ou un code d'erreur sera
engendré.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC 339
EXEMPLE:
cernent de variable alphanumérique et le registre A maintient la
longueur de chaîne.
[400] Appelle le programme de langage machine maintenu en mémoire en lançant l'exécution à
l'adresse de mémoire 80.
[400-420] XCALL passe à travers la variable numérique "X" et la valeur renvoyée est imprimée ici.
340
SECTION DE REFERENCE DU LANGAGE BASIC
XPEEK________
FORMAT: 1. XPEEK <adresse> 2.
XPEEK #<adresse>
Abréviation: XP.
Voir également: PEEK, POKE, XPOKE
BUT:
Renvoie un octet de données depuis l'adresse spécifiée dans la
mémoire.
REMARQUES:
La commande XPEEK est essentiellement identique à la
commande PEEK, mais le format est compatible avec la commande
désignée dans PC-1500.
Le paramètre <adresse> spécifie une adresse dans la zone de
mémoire 0 (ME 0) à solliciter.
Le paramètre #<adresse> spécifie une adresse dans la zone de
mémoire 1 (ME 1) à solliciter. Le bloc mémoire utilisé est le bloc
actuellement sollicite.
Pour de plus amples détails, voir la topographie mémoire en
annexe.
EXEMPLE:
Renvoie les données à l'adresse de mémoire 100 (&64). La valeur actuelle est 37.
DICTIONNAIRE DES COMMANDS BASIC 341
XPOKE
FORMAT: 1. XPOKE odresse de début>,<liste de nombres entiers> 2.
XPOKE #<adresse de début>,<liste de nombres entiers>
XPO Voir également: PEEK,
POKE, XPEEK
BUT:
Introduit un ou plusieurs octets de données en mémoire en
commençant par l'adresse spécifiée.
REMARQUES: La commande XPOKE est essentiellement identique à la commande
POKE, mais le format est compatible avec la désignation de
commande de PC-1500.
Le paramètre odresse de début> spécifie l'adresse où le premier
octet sera introduit dans la zone de mémoire 0 (ME 0). Les octets le
suivant seront introduits aux adresses subséquentes.
Le paramètre #<adresse de début> spécifie l'adresse dans la zone
de mémoire 1 (ME 1).
Le paramètre <liste de nombres entiers> spécifie la liste de valeurs
entières dans une gamme de 0 à 255 (&0 à &FF) à introduire aux
adresses consécutives depuis l'adresse spécifiée. Les articles dans
la liste sont séparés paç des virgules.
Le bloc de mémoire utilisé est le bloc actuellement sollicite.
Pour de plus amples détails, voir la topographie mémoire en
annexe.
EXEMPLE:
>X PO KE 10 0, 255, 255
>
En partant de l'adresse de mémoire 100 (&64), les deux valeurs 255 sont introduites en mémoire. 255 est &FF. Ceci
aura comme résultat de fixer 16 bits de mémoire à "1". Ne pas pratiquer l'utilisation de cette commande sans étudier la
topographie mémoire et sans savoir où il faut écrire. Cet exemple n'étant qu'une démonstration, soulèvera des
problèmes au niveau de l'exécution. Toutefois, une 'ALL RESET permettra le rétablissement après la repoduction des
erreurs dues à un mauvais relevé de la mémoire.
PARTIE V
ANNEXES
A. REMPLACEMENT DES PILES
B. REMPLACEMENT DES MODULES DE RAM
C. TABLEAU DES CODES DE CARACTERES
D. TOPOGRAPHIE MEMOIRE
E. PROGRAMMES LANGAGE MACHINE
F. CODES ERROR POUR LE PC-1600
G. LISTE DES COMMANDES BASIC
H. COMPATIBILITE AVEC LE PC-1500 ET SES PERIPHERIQUES
I. ENTRETIEN ET PANNES J. SPECIFICATIONS
REMPLACEMENT DES PILES 345
Annexe A
Remplacement des Piles
Vous pouvez savoir de
pratiquement épuisées:
deux
manières que
les piles de votre PC-1600 sont
•Un témoin lumineux d'épuisement des piles, symbole BATT, s'allume sur la
ligne d'état de l'écran du PC-1600. Le symbole BATT peut également
apparaître si les piles de l'imprimante sont faibles, quand celle-ci est connectée
à l'ordinateur. Reportez-vous à la section BATT.
•Durant l'exécution, l'ordinateur peut afficher un code ERROR sur l'écran pour
indiquer l'épuisement des piles. N'oubliez pas que les codes ERROR sont
également affichés si les pUes de l'équipement connecté, comme l'imprimante
par exemple, sont faibles. Voyez le résumé des codes ERROR dans l'Annexe F
et les listes des codes ERROR dans les sections des équipements en option au
Chapitre 6.
Notez aussi que la caractéristique Sauvegarde de mémoire, qui préserve toutes les
données dans la mémoire de l'ordinateur au moment où vous mettez l'appareil hors
tension, n'est pas valable lorsque les piles sont mortes ou remplacées. Ceci concerne
aussi bien les données des modules mémoires lors de leur montage que celles de la
mémoire interne de l'ordinateur. Les modules de programmes sont protégés de cette
perte de données à cause de leurs piles de sauvegarde incorporées.
Si vous n'avez actuellement aucune donnée que vous ne désiriez conserver en
mémoire, reportez-vous à la section sur la mise en place des piles. Remplacez les
piles en respectant les instructions, puis voyez la section sur la réinitialisation de
l'ordinateur et suivez la procédure ALL RESET pour réinitialiser l'ordinateur et
nettoyer la mémoire.
Si vous avez des données en mémoire que vous désirez conserver, vous disposez de
deux manières pour éviter la perte des données lors du remplacement des piles:
• Connectez un adaptateur CA sur l'ordinateur pour maintenir l'alimentation
tandis que vous remplacez les piles. Procédez de la manière suivante:
346 ANNEXES
1Mettez l'ordinateur hors tension
2Branchez l'adaptateur CA tout d'abord dans la prise murale, puis sur
l'ordinateur
3Remplacez les piles
4Débranchez l'adaptateur CA
5Remettez l'ordinateur sous tension et reprenez lès opérations. Les
données et programmes sont intacts. Il n'est pas nécessaire que vous
réinitialisiez l'ordinateur.
La seconde procédure est un peu plus compliquée.
• Sauvegardez les données et programme sur un disque, une cassette ou un
disque RAM avant de remplacer les piles. Après la mise en place des
nouvelles piles, rechargez données ou programmes dans la mémoire pour
continuer à travailler. Suivez les phases mentionnées ci-dessous:
1Si aucun équipement externe n'est connecté, mettez l'ordinateur hors
tension.
2Connectez l'unité de disque, l'enregistreur de données ou le module
programme (disque RAM) optionnels.
3Mettez l'ordinateur sous tension et utilisez la commande SAVE (voir le
Dictionnaire des commandes BASIC) pour écrire les données en
mémoire dans l'un des équipements mentionnés.
4Mettez hors tension et remplacez les piles.
5Reportez-vous à la section sur la Réinitialisation de l'ordinateur et
suivez la procédure pour réinitialiser l'ordinateur.
6Utilisez les commandes LOAD pour recharger les données depuis
l'équipement externe dans la mémoire de l'ordinateur, afin de continuer
les opérations.
*
REMPLACEMENT DES MODULES DE RAM 347
Annexe B
Remplacement des Modules de RAM
Il y a deux types de modules de RAM: les modules de programmes avec leur pile de
sauvegarde incorporée pour préserver le contenu des mémoires lorsqu'ils sont enlevés
et les modules de mémoires qui ne sont pas sauvegardés et sont utilisés pour agrandir
la zone utilisateur de la mémoire interne de l'ordinateur.
Les modules de programmes ne nécessitent pas de précautions spéciales lors de leur
remise en place et peuvent être enlevés ou installés à volonté.
Quand les modules de mémoire sont enlevés de l'ordinateur, les données sont alors
perdues.
Après avoir mis en place un module de mémoire et mis l'ordinateur sous tension, le
message N E W © ? : C H E C K s'affiche sur l'écran pour vous dire que l'ordinateur
reconnaît un changement dans la capacité de la mémoire, par l'addition de ce module.
Pour nettoyer la mémoire entière, du module de RAM comme de la RAM interne de
l'ordinateur, pressez la touche H et assurez-vous que le mode spécifié est
PROgramme. Sinon, pressez la touche Ml- Puis tapez N E W 0 et pressez la touche | |.
Ce message n'est pas affiché et le vidage n'est pas nécessaire lorsque le module mis
en place est un module de programme. Notez que la commande N E W vide le
contenu de la mémoire mais ne vide pas les chaînes des touches de fonctions du
mode RESERVE si exécutées en mode PROgramme. Par conséquent, après avoir mis
en place un module, la zone RESERVE peut contenir des chaînes de touches de
fonctions non nettoyées. Remettez-les à zéro en exécutant la commande NEW en
mode RESERVE.
A moins qu'ils ne soient spécifiés avec la commande TITLE, les modules de
programmes sont indépendants de la RAM interne de l'utilisateur lors de leur mise en
place.
348 ANNEXES
Vous pouvez utiliser l'instruction MEM en BASIC pour afficher la capacité disponible
dans la mémoire libre de l'utilisateur après avoir mis en place un module de RAM, ou
en n'importe quelle circonstance. Tapez MEM puis pressez la touche
Un
chiffre s'affiche alors à l'extrême droite de la ligne suivante,
indiquant le nombre d'octets disponibles dans la mémoire libre de l'utilisateur. Par
exemple, quand il n'y a pas de module dans les logements, l'entrée de M E M donne
en réponse 11834, le nombre d'octets disponibles dans la RAM interne de l'ordinateur
sans données.
Quand un module d'extension de mémoire est installé, un texte BASIC est écrit dans
les zones de mémoire d'extension comme suit: S2: -* S1: -» RAM interne
TABLEAU DES CODES DE CHARACTERS
349
Annexe C
Tableau des Codes de Caractères
Tableau des codes de caractères en mode 0
En mode 0, le jeu des caractères comprend les graphiques, les symboles grecs et les
caractères internationaux en plus des symboles et caractères habituels en majuscules
et minuscules. Ce jeu de caractères est similaire au jeu de caractères de l'ordinateur
individuel IBM.
\
Tableau des codes de caractères du PC-1600
*Ces caractères ont une rotation sur 90° durant l'impression verticale spécifiée avec la
commande ROTATE.
Pour trouver le code hexadécimal correspondant à un caractère dans le tableau,
écrivez le nombre en tête de la colonne dans laquelle le caractère apparaît, suivi du
nombre à gauche de la rangée dans lequel ce caractère est. Le code hexadécimal
pour "a" est par conséquent &61.
Tout caractère dans ce tableau peut être imprimé sur l'écran à l'aide de la fonction
CHR$ (<code de caractère>) en BASIC. Pour de plus amples détails, voyez CHR$
dans le Dictionnaire des commandes.
350 ANNEXES
Jeu des caractères internationaux
Dans le tableau des codes de caractères, des caractères internationaux, de la valeur
de code &80 à la valeur de code &A8, sont assignés aux touches alphanumériques du
clavier en pressant la touche KBII, à droite des six touches de fonctions. Un guide des
caractères internationaux figure en dessous des touches correspondantes.
Tableau des codes de caractères en mode
En mode 1, le jeu de caractères du PC-1600 est modifié pour être compatible avec le
jeu plus limité des caractères du PC-1500. Le tableau ci-dessous donne la valeur
hexadécimale de position des caractères et le caractère correspondant pour le mode
1.
TOPOGRAPHIE MEMOIRE 351
Annexe D
Topographie Mémoire
Le PC-1600 peut adresser 8 banques de mémoire (banques de 0 à 7). Les quatres
premières banques sont allouées à la RAM. Les banques de 4 à 6 sont occupées par
les ROM de système et la mémoire périphérique. La banque 7 est inoccupée mais
adressable.
Adresses
Zone de l'utilisateur
de 11834 octets
RAM interne [vu du processeur Z-80A]
Sans module dans les logements d'extension, la RAM interne dispose de 11834 octets
pour la zone de l'utilisateur. La topographie mémoire ci-dessus montre une partie de la
zone de l'utilisateur allouée aux programmes langage machine. Cette zone de langage
machine peut être spécifiée à 0 par la commande NEW.
352 ANNEXES
Logements de RAM interne et d'extensions (blocs mémoire 0 à 3) [vu
du processeur Z-80A]
Topographie mémoire générale [vu du processeur principal Z-80A]
TOPOGRAPHIE MEMOIRE
Topographie mémoire générale [vu du processeur secondaire LH-5803]
/
353
354 ANNEXES
Annexe E
Programmes Langage machine
\
■
Le PC-1600 peut être programmé directement dans un code assembleur Z80A par
un programmeur avancé
Commandes se rapportant au langage machine
BASIC
Le BASIC supporte un certain nombre de commandes pour charger, sauvegarder,
accéder et appeler les programmes langagemachine, ou pour commander les ports E/
S machine directement. Certaines désignent le processeur principal Z80A et certaines,
le processeur secondaire Ltf-5803. Ce sont:
BLOAD, BSAVE, CALL, CLOADM, CSAVEM, INP, OUT, PEEK, POKE, XCALL,
XPEEK, XPEEK#, XPOKE, XPOKE#
Voyez le Dictionnaire des commandes pour les descriptions détaillées.
Affectation mémoire des programmes
langage machine
La RAM interne peut être affectée aux programmes langage machine avec la
commande NEW, qui positionne l'adresse la plus basse de la zone programme du
BASIC. Vous pouvez également accéder aux programmes utilitaires du système dans
d'autres zones de mémoires ou sur les ROM des équipements périphériques, mais
ceci demande une connaissance détaillée de l'allocation mémoire du PC-1600,
supérieure à celle couverte par ce manuel. Référez-vous aux Topographies mémoire
de l'Annexe D.
PROGRAMMES LANGAGE MACHINE
355
Compatibilité avec le PC-1500
Le tableau suivant liste les commandes se rapportant au langage machine du
PC-1600 qui sont différentes celles du PC-1500:
COMMANDE
PC-1600
XCALL
PC-1500
CALL
CALL
XPOKE
Exécute le programme langage machine pour le
processeur secondaire LH-5801/3
Exécute le programme langage machine dans
le processeur principal (Z80A) du PC-1600
POKE
POKE
XPEEK
FONCTION
Ecrit les données dans l'espace mémoire du
LH-5801/3
Ecrit les données dans l'espace mémoire du
processeur principal Z80A
PEEK
PEEK
Lit les données depuis la zone mémoire du
LH-5801/3
Lit les données depuis la zone mémoire du
processeur principal Z80A
XPOKE#
POKE#
Envoie les octets de données au port E/S
machine du LH-5801/3
XPEEK#
PEEK#
Renvoie les octets de données du port E/S
machine du LH-5801/3
356 ANNEXES
Annexe F
Codes Error pour le PC-1600
Codes des erreurs
Description
ERREURS AVEC LES PROGRAMMES
1
Erreur de syntaxe. L'instruction n'est pas conforme aux
règles du BASIC Sharp.
Commande de programme utilisée en mode direct ou vice-versa
lors de l'utilisation des périphériques du PC-1500 (CE-150,
CE-158, CE-162E) en mode 1. Numéro de ligne hors gamme.
Le numéro de ligne dans le programme dépasse-65279.
2
NEXT sans FOR. Une instruction NEXT est rencontrée sans
l'instruction FOR correspondante. Ceci peut provenir d'un
mauvais emboîtement des boucles FOR/NEXT, la variable
dans l'instruction NEXT n'étant pas identique à la variable
spécifiée pour l'instruction FOR, ou, plus d'une instruction
NEXT a été spécifiée pour une seule instruction FOR.
4READ sans DATA. Une instruction READ est rencontrée mais sans
instruction DATA dans le programme. Indisponibilité de donnée. Il n'y a plus
aucune donnée à lire sur la ligne DATA.
5Variable en tableau déclarée deux fois. La variable en tableau déclarée
maintenant l'a déjà été précédemment.
6Variable en tableau non déclarée. La variable en tableau recontrée dans le
programme n'a pas été déclarée avec l'instruction DIM.
7Erreur d'assortiment. Le type de variable ne concorde pas avec le type de
donnée. Une tentative a été faite pour assigner une valeur numérique à une
variable alphanumérique ou vice-versa.
8
Plus de deux dimensions déclarées pour une variable en
tableau.
9
Index hors limite. L'index spécifié dans l'instruction n'est pas
dans la limite spécifiée par l'instruction DIM.
CODES ERROR POUR LE PC-1600 357
Codes des erreurs
Description
10Zone mémoire de variables pleine. Impossible de stocker plus de
variables.
11Numéro de ligne non défini dans les instructions* GOTO, ON..GOSUB ou
ON..GOTO. Le numéro de ligne spécifié pour
le branchement n'existe pas.
12Chaîne alphanumérique de format incorrect, spécifiée dans l'instruction
USING.
13Mémoire pleine. Mémoire utilisateur insuffisamment disponible
pour la
taille du programme ou le stockage des
variables alphanumériques dans le programme.
14
Pile pleine. Les boucles FOR/NEXT sont emboîtées trop
profondément dans le programme.
Pile pleine durant le calcul d'une fonction.
15
Pile pleine. Les sous-programmes sont emboîtés trop profon
dément dans le programme.
Longueur de la chaîne supérieure à 80 octets.
16Présence d'un exposant supérieur à 99.
17Types
de données illégales en instruction arithmétique. Essayez
d'exécuter les opérations arithmétiques en variable alphanumérique.
18Spécification incorrecte des paramètres dans une fonction.
19Paramètre hors limite.
20Spécification incorrecte du nom de la variable fixe.
21Expression numérique utilisée au lieu d'une variable.
22Mémoire pleine. Ne peut charger le programme.
23Spécifications incorrectes en temps dans la chaîne TIME.
24Tentative effectuée pour sauvegarder, lister ou éditer un programme sur
lequel un mot de passe a été spécifié à l'aide de la commande PASS.
ANNEXES
Codes des erreurs
Description
25Adresse invalide spécifiée avec l'instruction NEW.
26Mode invalide. Ne peut exécuter la commande dans le mode
actuel.
27Commande illégale. Le périphérique adressé par cette commande n'est
pas connecté.
28Une instruction INPUT ou AREAD a rencontré une donnée de chaîne
illégale qui recopie le nom d'une commande ou le nom d'une fonction.
30
Numéro de ligne hors limite. Le numéro de ligne dans le
programme excède 65539 quanol le PC-1600 est utilisé en
mode 1 avec les périphériques du PC-1500.
32
La position du curseur spécifiée par GCURSOR empêche
l'affichage de la donnée introduite en réponse à l'instruction
actuelle INPUT.
35Le périphérique PC-1500 n'est pas connecté.
36Incapable d'afficher la donnée comme spécifié dans le format d'édition à
l'aide de l'instruction USING.
37Dépassement de capacité. Le résultat du calcul excède 9,999999999E99.
38Division par zéro. Zéro est utilisé comme diviseur parce que la variable
ou l'expression était zéro à cet endroit du
programme.
Variable non définie utilisée comme diviseur.
39
Appel de fonction illégal. Un nombre négatif est spécifié en
tant que nombre de la fonction SQR ou LN; Un nombre
décimal est spécifié au lieu d'un nombre entier dans cer
taines fonctions.
100Renumérotation impossible avec la commande RENUM.
101Nom d'unité invalide spécifié avec les instructions TITLE ou NEW.
102Sélection d'uniré invalide (équipement non connecté).
CODES ERROR POUR LE PC-1600 359
Codes des erreurs
Description
103Mémoire pleine pour le module de RAM. Les paramètres INIT ne peuvent
être spécifiés.
104Plus de huit interruptions de programme spécifiées*dans le programme
(instructions ON GOSUB).
105Trop de niveaux d'interruptions de programme.
106L'instruction RETI est trouvée sans l'instruction correspondante
ON..GOSUB..
107L'instruction RESUME est trouvée sans l'instruction correspondante ON
ERROR GOSUB.
108Le mot de passe ne peut être supprimé.
109Nom de variable illégal dans l'instruction ERASE.
110Ne peut spécifier le MODE 1 (mode PC-1500). Commande invalide en
MODE 0. Les commandes associées avec les périphériques du PC-1500 ne
fonctionnent qu'en MODE 1.
111Mode invalide sur le PC-1600.
112Ligne trop longue. Durant l'édition du programme, la longueur de la ligne
logique excède 80 caractères.
131
Donnée de chaîne précédée du signe + ou -.
ERREURS AVEC LES CASSETTES
40
Erreur de syntaxe dans la commande de bande.
42Mémoire disponible insuffisante. Pas assez d'espace mémoire pour
charger le programme.
43Erreur vérification de bande. Après l'exécution de CLOAD?, la copie en
mémoire n'est pas conforme avec l'original sur la bande. Erreur de lecture
de bande possible. Chargez et vérifiez à nouveau. Erreur d'assortiment de
type avec l'instruction INPUT#. Le type de variable et le type de donnée ne
correspondent pas. Tentez de lire les données en chaîne dans une variable
numérique ou vice-versa.
360 ANNEXES
Codes des erreurs
44
Description
Erreur de bande. Enregistreur incompatible; erreur de lecture
de bande; ajustez les réglages de l'enregistreur (tonalité et
volume).
ERREURS AVEC L'IMPRIMANTE
70Stylo hors des limites -2048 à 2047 pour X ou Y.
71Alimentation en papier inversée sur plus de 10,24 cm en mode TEXT.
(Seulement pour l'interface à cassette et l'imprimante CE-150).
72Spécification incorrecte du paramètre TAB.
73Commande illégale en mode actuel. Commande graphiques utilisée en
mode TEXT ou vice-versa.
74
Paramètres trop nombreux dans l'instruction LLINE ou
RL1NE.
76
La sortie de ligne sur l'imprimante dépasse la longueur de
ligne spécifiée avec PCONSOLE, ou le résultat d'un calcul
numérique est trop long pour tenir sur une ligne en mode TEXT.
78Ne peut exécuter les commandes LPRINT ou LLINE. Le stylo n'est pas en
position ou l'imprimante est bloquée à cause d'une tension trop basse des
piles.
79Les signaux couleurs ne sont pas transmis à l'imprimante. (Seulement
pour l'interface à cassette et l'imprimante CE-150).
80Piles épuisées. L'imprimante est bloquée à cause d'une tension trop
basse des piles.
PORTS SERIE E/S [COM1: et COM2:]
140Paramètres invalides spécifiés dans l'instruction SETCOM.
141La capacité du tampon de réception spécifié dans l'instruction INIT est
trop large (supérieure à 16383 octets ou supérieure à la mémoire
disponible).
CODES ERROR POUR LE PC-1600 361
Codes des erreurs
Description
142Erreur dans la réception de donnée par le port série (erreur de parité,
erreur de dépassement, erreur de synchronisation, erreur intégrale de
tampon de réception).
143Erreur de délai d'attente. Aucune réponse d'une autre partie pendant une
durée plus longue que la valeur de (temporisation) spécifiée dans les
instructions RCVSTAT.
144Le port série spécifié dans l'instruction SETDEV est déjà ouvert.
ERREURS AVEC LES FICHIERS
150Trop de fichiers spécifiés dans l'instruction MAXFILES.
151Le fichier existe déjà. Utilisez un autre nom de fichier.
152Le fichier n'est pas trouvé. Vérifiez que le nom du fichier spécifié est
correct.
Erreur de disque plein lors de la sauvegarde sur le disque avec
la commande SAVE.
153
Spécification du numéro de fichier incorrecte dans l'instruction écriture ou lecture de fichier. Le fichier avec le numéro
spécifié n'a pas été ouvert.
154
Fichier déjà ouvert. Fermez-le d'abord et rouvrez-le dans le
nouveau mode.
155
Nom d'unité de disque illégal, ou unité de disque non
connectée.
156
Spécification de paramètre incorrecte dans l'instruction SET.
158
Commande non prise en charge. Commande illégale pour
l'unité de disque.
159
Tentative d'écrire sur un disque protège en écriture.
160Disque non inséré dans l'unité de disque spécifiée.
161Le disque n'a pas été mis en forme par l'instruction INIT.
362 ANNEXES
Codes des erreurs
Description
162Erreur écriture-lecture de disque.
163Mauvais disque dans l'unité. Les disques ont été changés
quand un fichier était ouvert.
164Erreur de disque plein.
165Fin de fichier atteinte avec l'instruction INPUT#. Toutes les données ont été
lues.
166Espace mémoire insuffisant pour la zone de travail interne du disque. Pas
assez d'espace libre dans la zone mémoire du PC-1600 pour le système E/S
de l'unité de disque.
167Erreur fatale de disque. Le contenu est détruit ou endommagé.
168L'unité de disque CE-1600F ne fonctionne pas correctement. Défaut du
matériel ou épuisement des piles.
LISTE DES COMMANDES BASIC 363
Annexe G
Liste des Commandes BASIC
Nom de la commande
ABS
ACS
ADIN ON/OFF/STOP
AIN
ALARM$
AREAD
ARUN
ASC
ASN
ATN
AUTO
BEEP
BEEP ON/OFF
BLOAD
BREAK ON/OFF
BSAVE
CALL
CHAIN
CHR$
CLEAR
CLOAD
CLOAD?
CLOADM
CLOSE
CLS
COLOR
COM$
COMn ON/OFF/STOP
CONT
COPY
COS
CSAVE
Description
Renvoie la valeur absolue de X
Renvoie la valeur de l'arc cosinus de X
Valide/invalide les interruptions analogiques
Renvoie le niveau d'entrée analogique
Spécifie la durée d'alarme et le message
Lit une variable de l'écran
Commence automatiquement l'exécution d'un
programme
Renvoie le code caractère pour une chaîne
Renvoie l'arc sinus de X
Renvoie l'arc de tangente de X
Commute le numérotage automatique des lignes
Génère un bruit par le haut-parleur interne
Valide/invalide la génération du son
Charge un programme de langage machine à partir du
disque ou de la bande
Valide/invalide la touche BREAK
Sauvegarde un programme de langage machine sur un
disque ou une bande
Appelle un programme langage machine
Charge et exécute un programme-BASIC sur une bande
Renvoie un caractère de son code ASCII
Efface toutes les variables en mémoire
Charge un programme BASIC à partir d'une bande
(Mode PC-1500)
Vérifie le chargement à partir de la bande
(Mode PC-1500)
Charge un programme langagemachine à partir d'une
bande. (Mode PC-1500)
Ferme un fichier périphérique
Nettoie l'écran d'affichage
Spécifié la couleur du stylo pour l'imprimante
Renvoie les paramètres de transmission
Valide/invalide les interruptions de transmission
Reprend l'exécution après STOP ou BREAK
Copie un fichier sur le disque ou la bande
Renvoie le cosinus de X
Sauvegarde un programme BASIC sur bande
(Mode PC-1500)
364 ANNEXES
Nom de la commande
CSAVEM
CSIZE
CURSOR
DATA
DATES
DEG
DEGREE
DELETE
DIM
DMS
DSKF
END
EOF
ERASE
ERL
ERN
EXP
FILES
FOR..NEXT
GCURSOR
GLCURSOR
GOSUB..RETURN
GOTO
GPRINT
GRAD
GRAPH
HEX$
IF..THEN
INIT
INKEY$
INP
INPUT
INPUT$
INSTAT
INSTR
INT
KBUFF$
KEY ON/OFF/STOP
Description
Sauvegarde un programme langage machine sur bande
(Mode PC-1500)
Spécifié la taille des caractères à l'imprimante
Positionne le curseur sur l'écran
Liste les items de données pour l'instruction READ
Renvoie la date
Convertit les degrés en décimaux
Spécifié l'ordinateur en mode DEGREE
Annule les lignes d'un programme
Réserve l'espace mémoire pour les variables/tableaux
Convertit les degrés décimaux en deg/mn/sec
Renvoie l'espace libre sur un périphérique de disque
Arrête l'exécution du programme en cours
Renvoie la valeur montrant la fin du fichier
Efface les variables et tableaux spécifiés
Renvoie le numéro de ligne d'une erreur
Renvoie le numéro de code d'erreur d'une erreur
Renvoie l'exposant élevé à la puissance X
Affiche le répertoire d'un disque
Permet l'exécution réitérée des lignes de programme
Positionne le curseur pour les graphiques sur l'écran
Positionne le stylo de l'imprimante dans le mode
graphiques
Branche sur un sous-programme
Branchement inconditionnel à un numéro de ligne
Dessine des graphiques en images binaires sur l'écran
d'affichage
Spécifie l'ordinateur en mode GRADIENT
Spécifie l'imprimante en mode graphique
Renvoie la chaîne hexadécimale pour un numéro
Branchement conditionnel
Initialise un module, un disque; spécifie le tampon
récepteur
Lit un caractère à partir du tampon du clavier
Renvoie la donnée du port du microprocesseur
Introduit les données du clavier dans un programme
Lit les enregistrements d'un fichier
Renvoie les états du signal de commande pour le port
série
Recherche un caractère dans la chaîne
Tronque la partie décimale d'un nombre
Ecrit les caractères dans le tampon du clavier
Valide/invalide les touches de fonction
LISTE DES COMMANDES BASIC 365
Nom de la commande
KEYSTAT
Description
Spécifie la répétition de touche, les fonctions de
cliquetage des touches
KILL
Efface un fichier sur le disque
LCURSOR
Déplace le stylo de l'imprimante à une position spécifiée
LEFT$
Renvoie les caractères de l'extrémité gauche d'une
chaîne
LEN
Renvoie le nombre de caractères dans une chaîne
LET
Assigne une valeur à une variable
LF
Alimente le papier dans l'imprimante
Imprime le répertoire sur sortie papier
LFILES
Tire un trait entre des points sur l'écran
UNE
Liste un programme sur l'écran
LIST
Tire un trait entre des points sur sortie papier
LUNE
Renvoie le logarithme naturel de X
LN
Charge un fichier du disque en mémoire
LOAD
Renvoie un numéro d'enregistrement sollicité dans un
LOC
fichier
Valide/invalide la touche MODE
LOCK/UNLOCK
Renvoie la capacité d'un fichier sur le disque
LOF
Renvoie le logarithme commun (base 10) de X
LOG
Sort la donnée sur l'imprimante ou le port série
LPRINT
Spécifie le nombre maximal de fichiers pour un
MAXFILES
programme
Renvoie l'espace mémoire inutilisé dans la zone
MEM
utilisateur
Classe un programme sur bande en mémoire
MERGE
Renvoie une chaîne de l'intérieur d'une autre chaîne
MID$
Renvoie le reste d'une division
MOD
Sélectionne le mode écran pour la compatibilité du
MODE
PC-1500
Renomme un fichier sur le disque
NAME
Vide la mémoire/assigne un espace pour le code
NEW
machine
Branche sur une interruption analogigue
ON ADIN GOSUB
Branche sur une interruption en port série
ON COMn GOSUB
Branche sur à un programme de traitement des erreurs
ON ERROR GOTO
sur une erreur
ON..GOSUB/ON..GOTO Branchement conditionnel multiple
Branche sur l'introduction d'une touche de fonction
ON KEY GOSUB ON
Branche sur l'introduction d'un modem téléphone
PHONE GOSUB ON
Branche à une durée spécifiée
TIMES GOSUB OPEN
Ouvre un fichier pour l'accès
OUT
Ecrit une donnée dans l'accès du microprocesseur
366 ANNEXES
Nom de la commande
OUTSTAT
PAPER
PASS
PAUSE
PCONSOLE
PEEK
PHONE ON/OFF/STOP
PITCH
POINT
POKE
POWER
PRESET
PRINT
PRINT#
PSET
PZONE
RADIAN
RANDOM
RCVSTAT
READ..DATA
REM
RENUM
RESTORE
RESUME
RETI
RIGHT$
RLINE
RMT ON/OFF
RND
ROTATE
RUN
RXD$
Description
Spécifie les états du signal de commande pour le port,
série
Spécifie le type de papier et la gamme d'impression
verticale
Valide/invalide le mot de passe
Affiche les données sur l'écran pour une durée fixe
Spécifie le format d'impression/le code EOL pour
l'imprimante/les ports
Renvoie l'octet de donnée de la mémoire (mode PC1600)
Valide/invalide les interruptions RS-232C
Spécifié l'espacement des caractères/l'interlignage pour
l'imprimante
Renvoie la valeur des commandes par points à un
endroit sur l'écran
Ecrit un octet de donnée en mémoire (mode PC-1600)
Spécifie la mise hors tension automatique
Réinitialise une commande par point à un endroit sur
l'écran
Sort une donnée sur l'écran
Ecrit une donnée sur un fichier
Spécifie/respécifie une commande par point sur l'écran
Spécifie une zone d'impression pour l'imprimante ou le
port série
Spécifie l'ordinateur en mode RADIAN
Initialise la génération de nombres aléatoires
Spécifie le protocole de réception/le dépassement pour
le port série
Lit les données des lignes DATA dans un programme
Utilisée pour inclure un commentaire dans un
programme
Numérote à nouveau les lignes d'un programme
Utilisée pour relire les données des lignes DATA
Reprend l'exécution d'un programme après une erreur
de programme
Renvoie d'un sous-programme d'interruption
Renvoie les caractères de l'extrémité droite d'une chaîne
Tire une ligne en coordonnées relatives sur l'imprimante
Valide/invalide la télécommande de bande
Génère un nombre aléatoire
Spécifie l'orientation de l'impression et le déplacement
de la tête imprimante.
Lance l'exécution d'un programme
Renvoie les données réelles du port série
LISTE DES COMMANDES BASIC 367
Nom de la commande
SAVE
SET
SETCOM
SETDEV
SGN
SIN
SNDBRK
SNDSTAT
SORGN
SQR
STATUS
STOP
STR$
TAB
TAN
TEST
TEXT
TIME
TIMÈ$
TIME$ ON/OFF/STOP
TITLE
TRON/TROFF
VAL
WAIT
WAKE$
XCALL
XPEEK/XPEEK#
XPOKE/XPOKE#
Description
Sauvegarde un programme BASIC sur un disque
Spécifié la protection en écriture sur le fichier d'un
disque
Spécifie le protocole de transmission pour les ports série
Sélectionne un port série pour la sortie
Renvoie le signe d'une expression X
Renvoie le sinus d'une expression X
Envoie les caractères de rupture à un port série
Spécifie le protocole d'émission/le dépassement pour le
port série
Spécifie la position du stylo actuel en origine
Renvoie la racine carrée de X
Renvoie la capacité de l'espace libre pour les zones
mémoire
Arrête l'exécution durant la mise au point d'un
programme
Convertit les données numériques en données
alphanumériques
Déplace le stylo de l'imprimante à une colonne
spécifique
Renvoie la tangente de X
Lance un essai sur l'imprimante
Spécifie l'imprimante en mode TEXT
Spécifie/renvoie l'heure de l'horloge incorporée
Renvoie l'heure de l'horloge incorporée sous forme
d'une chaîne alphanumérique
Valide/invalide les interruption d'horloge
Sélectionne la zone mémoire de l'ordinateur
Spécifie/annule les traces de mise au point d'un
programme
Convertit des chaînes numériques en valeurs décimales
Spécifie la durée d'attente après l'instruction PRINT
Spécifie la chaîne alphanumérique heure/commande
pour la mise sous tension automatique
Appelle un programme langage machine (mode PC-1500)
Renvoie un octet de donnée de la mémoire (mode
PC-1500)
Ecrit un octet de donnée en mémoire (mode PC-1500)
368 ANNEXES
Annexe H
Compatibilité avec le PC-1500 et ses
PERIPHERIQUES
Les programmes écrits en BASIC sur le PC-1500 peuvent en général être lancés sur le
PC-1600 en MODE 1. La plus grande partie des noms des commandes BASIC sont
identiques entre les deux modèles, mais il y a des différences dans les valeurs par
défaut pour la largeur du papier de l'imprimante, qui doivent être rectifiées dans les
programmes qui sortent sur imprimante. Les commandes du PC-1600 qui sont
associées avec un disque et des fichiers RAM sur disques, ainsi que les commandes
d'interruption en port série ne sont pas prises en charge sur le PC-1500. Les
programmes du PC-1500 stockés sur bandes peuvent être chargés sur le PC-1600.
Cependant, vous devez garder quelques points à l'esprit, particulièrement en ce qui
concerne les commandes qui accèdent directement à la mémoire. Les commandes qui
suivent sont différentes entre les deux modèles:
Equivalences entre les commandes
PC-1600
PC-1500
TAB
LCURSOR.
LLINE
UNE
XCALL
CALL
XPOKE
POKE
XPEEK
PEEK
XPOKE#
XPEEK#
UNE
pas d'équivalence
CALL
pas d'équivalence
POKE
pas d'équivalence
PEEK
pas d'équivalence
POKE#
PEEK#
Note: Reportez-vous à l'Annexe E pour les détails sur les commandes concernant le
langage machine et leur compatibilité.
Il n'est pas possible de spécifier TIME=0 sur le PC-1600 bien que cette instruction soit
couramment utilisée dans les programmes du PC-1500 pour réinitialiser le compteur
de temporisation.
COMPATIBILITE AVEC LE PC-1500 ET SES PERIPHERIQUES 369
Emulation du PC-1500
Quand le PC-1600 est spécifié en MODE 1 par la commande MODE,'il se comporte
comme le PC-1500; seule la ligne du bas de l'écran est active et l'écran est commandé
comme pour le PC-1500. Le jeu de caractères est également différent entre le jeu de
caractères du PC-1600 et celui du PC-1500; il n'y a pas de caractères graphiques,
internationaux ou grecs disponibles pour les codes &80 et &FF et les symboles
correspondants aux codes &27 et &5B changent. Voyez l'Annexe C pour les tableaux
des codes de caractères.
Introduction d'un programme BASIC du PC-1500 dans le
PC-1600
1Tapez le programme en mode PRO comme d'habitude, en vous assurant que la
commande UNE est bien changée en commande LLINE à chaque fois que vous
procédez à cette opération.
2Sauvegardez le programme sur un équipement périphérique, tout en ajoutant par
prudence, une ligne de commentaires en tête du programme pour vous souvenir qu'il
s'agit d'un programme du PC-1500.
Programmes stockés sur cassettes
Les programmes du PC-1500 stockés sur cassette via l'imprimante CE-150/ interface
à cassette du PC-1500 peuvent être chargés dans le PC-1600 en MODE 1 sans
modification avec la commande CLOAD.
Cependant, les programmes du PC-1600 stockés sur cassette par l'imprimante
CE-1600P avec unité interface de cassette, ne peuvent être chargés dans le PC-1500.
Ceci, parce que le format de bande est différent sous certains aspects et que
l'allocation mémoire des deux ordinateurs est différente.
Lancement d'un programme BASIC PC-1500 sur le PC-1600
1Assurez-vous qu'il y a un module dans le logement 1 ou le logement 2. Ceci pour
vous assurer que l'espace mémoire est suffisant. Utilisez l'un des types suivants:
CE-151, CE-155, CE-159, CE-161 et la capacité doit être inférieure à 16K octets. S'il
n'y a pas de module dans aucun des logements, un code d'erreur sera alors affiché.
2Spécifiez le PC-1600 en MODE 1 avec la commande MODE
370 ANNEXES
3 Lancez le programme de la manière habituelle. Les résultats seront affichés sur
l'écran exactement comme sur le PC-1500.
Sortie imprimée sur l'imprimante CE-1600P
Toutes les commandes de l'imprimante du PC-1500 fonctionnent sur l'imprimante du
PC-1600, mais du fait de la différence dans la largeur du papier entre les imprimantes
CE-1600P et CE-150, si vous voulez que la largeur de la sortie papier soit identique à
celle du CE-150, vous devez spécifier la largeur du papier. Tapez les commandes
suivantes en mode direct ou ajoutez-les en haut de votre programme:
CSIZE 2
PZONE "LPT1:",18
PCONSOLE "LPT1:",18,0,0
Les programmes stockés sur bande utilisant le PC-1500 avec l'unité interface CE-150
peuvent être chargés sur le PC-1600 par l'unité interface CE-1600P et pourront être
exécutés sans problème. Mais, si le programme original contient les instructions
LCURSOR, lors de la sortie du listage sur la CE-1600P, LCURSOR apparaîtra sous le
symbole ~. Pour contourner ce problème, vous pouvez éditer le programme sur le
PC-1600 en remplaçant l'instruction LCURSOR par la fonction TAB.
Utilisation du PC-1600 avec l'imprimante CE-150/înterface à
cassette
Le PC-1600 peut être monté sur l'imprimante CE-150/interface à cassette ou avec les
unités d'interface CE-158 et CE-162E du PC-1500. Spécifié en MODE 1, l'ordinateur
fonctionnera exactement comme le PC-1500. Cependant, quand les programmes du
PC-1600 sont listés via ces périphériques, les noms des commandes du PC-1600
seront imprimés dans leurs équivalents du PC-1500. Ceci parce que le logiciel interne
incorporé dans ces unités ne contient que les noms des commandes du PC-1500.
Ceci signifie, par exemple, que les commandes LLIST dans un programme seront
imprimées sur le listage du programme en tant que LIST. Lors de l'impression sur
l'imprimante CE-150, l'interrupteur PRINT doit être positionné sur le côte •. Les calculs
directs ne seront pas imprimés.
Compatibilité du PC-1500 A
La zone dans la RAM interne (7C00 à 7FFF) qui est la zone libre de l'utilisateur dans
le PC-1500A n'est pas disponible pour l'utilisateur du PC-1600; elle est utilisée par le
système. Pour cette raison, le PC-1500A n'est pas compatible avec le PC-1600.
COMPATIBILITE AVEC LE PC-1500 ET SES PERIPHERIQUES
371
Compatibilité avec des modèles plus anciens du PC-1500
Dans des modèles plus anciens du PC-1500, la valeur maintenue dans le compteur
FOR..NEXT donne un résultat 1 supérieur à celui obtenu sur le PC-1600, après
l'exécution d'une boucle FOR..NEXT. Par exemple la boucle suivante:
10 FOR K=1 TO 10
20 NEXT K 30
PRINT K
La valeur de K imprimé sera de 11 sur le PC-1600 mais de 10 sur les modèles plus
anciens du PC-1500.
De même, dans l'exemple suivant:
10 S=0
20 FOR K=1 TO 10 STEP 4
30 S=S+1
40 NEXT K
50 PRINT S
La valeur de S sera de 3 sur le PC-1600 et de 4 sur le modèle plus ancien du
PC-1500.
Le modèle plus ancien du PC-1500 évalue également l'instruction IF..THEN
différemment. La valeur de l'expression dans l'instruction IF..THEN est évaluée
comme TRUE (vraie) ou FALSE (fausse)
MODELE •
PC-1600
PC-1500
Ancien modèle
PC-1500
Evaluée comme
TRUE
FALSE
*0
0
>0
<0
Pour déterminer si un PC-1500 est l'un de ces anciens modèles, regardez dans
l'adresse &C5C0 à l'aide de la commande PEEK: PEEK&C5C0. Si la valeur renvoyée
est 6, vous avez alors un modèle ancien du PC-1500. Il n'y a donc aucun problème
pour les boucles FOR..NEXT.
372 ANNEXES
Annexe I
Entretien et Pannes
Votre ordinateur de poche SHARP PC-1600 est un équipement de précision qui
nécessite constamment les plus grands soins. Tout au long de ce manuel, nous vous
avons fourni un certain nombre de notes et d'avertissements, anticipant les points où
vous pouviez éprouver des difficultés. Ces points couvrent une grande plage de sujets
durant l'exploitation, la manipulation et la programmation.
Cette section vous offre quelques conseils pour conserver votre PC-1600 en bon état
de fonctionnement — et que faire dans le cas contraire.
Voici la liste des points clés sur l'entretien général de votre PC-1600.
1 Affichage L'écran LCD de votr PC-1600 est en verre. Il est fragile et peut se
casser si vous n'en prenez pas soin. Lorsque vous ne l'utilisez pas, conservez votre
ordinateur dans son étui souple protecteur. Faites particulièrement attention à ne pas
heurter l'écran avec les connecteurs des câbles et les accessoires, quand vous utilisez
les équipements périphériques.
2Endroits de rangement et de travail Evitez les endroits aux températures et à
l'humidité extrêmes. La chaleur engendrée par une exposition prolongée sous les
rayons du soleil peut endommager sévèrement votre ordinateur. L'humidité sous
toutes ses formes est également une ennemie. Quand le temps est sec, faites
attention à l'électricité statique, accumulée dans les moquettes, qui peut détruire la
mémoire.
3Nettoyage Utilisez seulement un chiffon sec et doux pour nettoyer l'ordinateur et ses
périphériques. N'utilisez jamais de savon, de produits de nettoyage commerciaux ou
tout autre liquide.
4Fuite des piles Enlevez toujours les piles avant de ranger pendant un long moment
votre ordinateur, afin d'éviter les dommages provoqués par la fuite des piles et les
réactions chimiques.
5Réparations Si votre PC-1600 a besoin d'être réparé, contactez votre conces-
sionnaire SHARP ou un centre de réparation. Une réparation effectuée par une
personne non compétente ou une altération de votre ordinateur peuvent provoquer
des problèmes supplémentaires.
ENTRETIEN ET PANNES 373
Votre PC-1600 répond de différentes manières pour éviter les problèmes ou
alerter d'érentuels problèmes par les codes ERROR, les messages CHECK, la
hors tension automatique, la sauvegarde mémoire et l'avertissement des
épuisées. Consultez ce manuel et les manuels des équipements en option que
utilisez, si des problèmes surgissaient.
vous
mise
piles
vous
La liste de vérification suivante est un guide qui vous permettra de détecter les
problèmes les plus courants. Voyez également le chapitre 13 sur la Mise au point du
langage BASIC lorsque vous avez une difficulté quelconque avec les programmes.
Nous suggérons que vous essayiez de résoudre vous-même vos problèmes et ne
consultiez votre concessionnaire qu'en dernier recours. Vous pouvez avoir provoqué
le problème par inadvertance et le résoudre vous-même est une autre
manière d'en apprendre plus sur votre SHARP PC-1600.
Conseils en cas de pannes
Si ceci se produit...
Faites ceci...
L'ordinateur est sous tension mais
1. Pressez les touches
l'écran est blanc
et
à nou-
veau pour vérifier que l'appareil est
vraiment sous tension
2.Vérifiez le témoin de l'état des piles
3.Si vous utilisez l'adaptateur CA, vérifiez
qu'il est bien branché
4.Réglez
la molette de commande du
contraste.
L'affichage
est
bien
mais
les
1. Pressez
pour remettre à zéro
touches sont inopérables
2.Mettez l'ordinateur hors et sous tension à
nouveau
3.Pressez la touche RESET seule pour une
réinitialisation simple
4.Pressez la touche
et la touche
RESET pour ALL RESET (réinitialisatior
générale)
374 ANNEXES
Les calculs introduits sont affichés
en format d'instruction BASIC avec
les deux points (:) après le premier
nombre
Pressez la touche
pour passer du
mode PROgramme au mode RUN pour les
calculs directs.
SPECIFICATIONS
375
AnnexeJ
Spécifications
Microprocesseurs
UC principale
Unité esclave
Sous UC
Affichage Caractères
alphanumériques
Graphiques
Clavier
Mémoire
ROM
RAM
Extension de RAM
SC7852 (Z-80A CMOS compatible; 3,58 MHz)
LH5803 (compatible PC-1500; 1,3 MHz)
LU57813P (307,2 kHz)
A cristaux liquides; Contraste réglable 26
colonnes x 4 lignes 156 x 32 points
63 touches alphanumériques; 6 touches de
fonction
96K octets
16K octets (extensible jusqu'à 80K octets)
Zone utilisateur —11834 octets
2 logements à l'arrière pour les modules
d'extension
Interfaces
E/S série RS-232C, E/S séquentielle optique, entrée
analogique
Caractéristiques
Affichage de l'épuisement des piles horloge en
temps réel incorporée fonctions mise sous/hors
tension automatique et alarme Interruptions
externes prises en charge fonctions de
transmissions
Alimentation
6VTTT-(CC)
Quatre piles sèches (SUM-3,AA ou R6)
Adaptateur CA (EA-160 ou EA-150)
0,48W
25 heures à 20°C (68°F): 10mn d'exploitation,
50 mn d'affichage par heure
Consommation
Piles
Dimensions
195(L) x 86(P) x 25,5(H) mm 7
11/16"(W) x 3 3/8"(D) x 1"(H)
Poids
390g env. (0,86 Ibs) (avec les piles)
Température
0°C à 40°C (32°F à 104°F)
Accessoires
Etui souple
Deux grilles de clavier
Quatre piles
Manuel de fonctionnement