175 ans

175 ans
ESPRIT
LIBRE
S
P
É
C
I
A
L
1
7
5
e
A
N° 8 - SEPTEMBRE 2009
PÉRIODIQUE - PARAÎT 5 FOIS PAR AN
BELGIQUE-BELGIE
P.P. - P.B.
1099 BRUXELLES X
BC1587
M A G A Z I N E D E L’ U N I V E R S I T É L I B R E D E B R U X E L L E S
N
N
I
V
E
R
S
A
I
R
E
PÉRIODIQUE D’INTÉRÊT GÉNÉRAL
PÉRIODIQUE - PARAÎT 5 FOIS PAR AN
N° d’agréation P201028
Campus du Solbosch CP 130
50, av. F.D. Roosevelt
1050 Bruxelles
Éditeur responsable :
Chantal Zoller,
Département
des relations extérieures
Comité de rédaction :
Alain Dauchot,
Anne-Sophie Devriese,
Nathalie Gobbe,
Dominique Jonckheere,
Isabelle Pollet,
Chantal Zoller
Secrétariat :
Christel Lejeune
Contact rédaction :
Service communication,
ULB: 02 650 46 83
alain.dauchot@ulb.ac.be
Mise en page :
Geluck, Suykens & partners
Chiquinquira Garcia
Impression :
Nevada-Nimifi
Routeur :
The Mailing Factory SA
www.ulb175.be
Esprit libre :
5 euros par numéro
Abonnement: 20 euros
(4 numéros par an)
Esprit libre sur le Web :
ulb.ac.be/espritlibre/
édito
L’ULB a 175 ans
Le 20 novembre 1834, l’ULB ouvrait officiellement sa première année académique dans la Salle gothique de l’Hôtel de Ville de Bruxelles.
Ses fondateurs voulaient une université libre « tant à l’égard du pouvoir religieux qu’à l’égard du pouvoir politique » : une tâche digne à la fois de Prométhée et de Sisyphe dès lors que notre institution est francophone dans un
pays majoritairement néerlandophone, bruxelloise dans une communauté
française principalement wallonne et laïque dans un enseignement libre à
dominance catholique.
Mais si Darwin a dit le Vrai, notre survivance après 175 ans d’immersion dans
cet environnement peu propice indique que nous avons dû faire preuve de
mérites exceptionnels pour triompher des maléfices que quelques diables
jetaient de-ci de-là sur notre route. Et ces embûches d’hier resteront nos défis
de demain…
Quoi qu’il en soit, nous passerons cette année académique à nous rappeler
du passé quelques avatars, faits héroïques, exploits scientifiques, combats
inachevés, mais surtout, à mettre en lumière les jeunes pousses de l’excellence qui assureront notre avenir.
Cet « Esprit Libre, spécial 175e anniversaire » vous donne le programme :
conférences, colloques, expositions, publications, spectacles vous promèneront de la biologie moléculaire au monde de la Raison et de l’Émotion, de
l’Exposition Universelle de 1910 au Bestiaire revisité en passant par les chemins de notre patrimoine sculptural, des mouvements de libération de l’Amérique Latine à notre Faculté de Médecine sous l’occupation (40-45), de Pas
ce soir, Chéri(e) ? au droit au cinéma, de la science politique à l’action syndicale et de l’honnêteté en économie financière aux images transculturelles
d’un monde globalisé.
Vous pourrez aussi assister à la création théâtrale de l’histoire de notre naissance (1834), lire les vicissitudes illustrées de nos 175 ans et retrouver nos
engagements du moment (et sans doute parfois nos errements) à travers les
biographies de nos Docteurs Honoris Causa.
Nous culminerons avec la « semaine des Nobel » : 15 Prix Nobel dialogueront
avec nos chercheurs et recevront les insignes de « Docteur Honoris Causa »
de notre Université.
Enfin, avec nos sœurs chéries, la VUB et la Ville de Bruxelles, nous risquerons
l’oxymore d’une « Nuit des Lumières » ou, par agapes, concerts et danses
nous animerons les pavés de notre bonne ville.
Notre rêve (mais est-ce une inaccessible étoile ?) est d’y retrouver, unis, nos
6 000 membres du personnel, nos 21 000 étudiants et nos 125 000 anciens,
tous généreux cotisants à la « Fondation ULB ».
N° 8 - SEPTEMBRE 2009
04
07
PROSPECTIVES
Philippe Vincke, un recteur fier de l’ULB !
175 ANS D’ESPRIT LIBRE, ÇA SE FÊTE !
L’ULB et l’UAE présentent : 1834
08
Vincere Tenebras… . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 09
Droit au cinéma !
.........................................
Ne dites plus « invertébré » !
Entretien avec Viviane Desmet,
biologiste et conservatrice
du Musée de zoologie de l’ULB
..................
10
11
Pour le plaisir
Votre sexualité a une histoire…
parlons-en ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
¡Libertad! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
Calendrier des événements
du 175e anniversaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
ScULBtures
.................................................
19
Bruxelles 1910
De l’Exposition universelle
à l’Université . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
Semaine des Nobel
...................................
Nuit des Lumières
Nacht van de Verlichting
> Jean-Louis Vanherweghem,
Président du Conseil d’Administration de l’ULB
25
..............................
26
..............................................
27
....................
28
.........................................
30
IBMM : tradition d’excellence
29
22
..........................
Raison et émotion
Trois événements
de la Faculté de Psycho
Ferrer revisité
Quoi qu’il en soit, nous passerons cette
année académique à nous rappeler du
passé quelques avatars, faits héroïques,
exploits scientifiques, combats inachevés,
mais surtout, à mettre en lumière
les jeunes pousses de l’excellence
qui assureront notre avenir.
...............
ÉPINGLÉ POUR VOUS
Nos partenaires
e
Les publications du 175 anniversaire
de l’ULB . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
Philippe Vincke,
un recteur fier de l’ULB !
En 1834, au moment de sa création, l’ULB abrite ses 96 premiers étudiants, place
du Musée, dans l’ancien palais de Charles de Lorraine. Elle compte alors 4
facultés, 38 professeurs, un trésorier et un concierge !
175 ans plus tard, l’Université libre de Bruxelles est devenue une des universités
« phare » européennes. Elle accueille chaque année 21 000 étudiants dans 7
facultés, sur trois campus principaux à Bruxelles mais a également étendu ses
enseignements et recherches en Wallonie : à Charleroi, Gosselies et Mons. Le
recteur de l’ULB, Philippe Vincke, commente le chemin parcouru.
diants et des chercheurs, on
ne peut plus tabler sur une
zone de recrutement spécifique et sur des débouchés
stables auprès d’entreprises
« amies ». Et ce qui est vrai
pour l’enseignement l’est
encore davantage pour la
recherche.
Philippe Vincke
Esprit libre : Quel regard
portez-vous sur ces 175 ans
d’histoire de l’ULB ?
Philippe Vincke : Quand on
regarde dans le rétroviseur,
on est frappé par le fait que
notre institution fait des
bonds en avant chaque fois
qu’elle est confrontée à des
défis. La naissance de l’Université déjà relève d’une
gageure. Ce sont des personnalités privées qui ont créé
l’Université de Bruxelles ;
ce n’est ni l’État, ni une puissante institution. Puis il y a
des crises : à la fin du XIXe
siècle, l’affaire Élisée Reclus
et l’Université Nouvelle
(NDLR : querelle entre anciens
et modernes qui amène à une
scission et à la création de
l’Institut des Hautes Études) ;
la 2e guerre mondiale et la
fermeture de l’Université ;
puis mai 68… À chaque fois,
on constate que ces événements ont agi positivement
sur l’Université, lui faisant
faire un saut significatif en
avant.
Esprit libre : Quel est le défi
majeur aujourd’hui ?
Philippe Vincke : Aujourd’hui,
nous sommes confrontés à
une concurrence effrénée
entre les universités au niveau
mondial. Avec le développement de la mobilité des étu-
ESPRIT LIBRE | SPÉCIAL 175 e ANNIVERSAIRE | N° 8
Le développement
du mécénat
(fundraising)
est un projet
stratégique
majeur. C’est
pourquoi l’ULB
a créé une
Fondation pour
la recherche
“
“
▼
PROSPECTIVES |
04
Si nous voulons garder une
tradition d’excellence et une
place internationale reconnue
– ce qui est bien le cas
aujourd’hui – nous avons
besoin de moyens financiers
pour donner à nos chercheurs
et enseignants des conditions de travail qui peuvent
rivaliser avec ce que d’autres
universités peuvent offrir.
Pour moi, le challenge
consiste donc à trouver, dans
les prochaines années, de
nouvelles sources de financement importantes qui
n’émaneront pas de la Communauté française de Belgique dont on connaît bien la
situation budgétaire…
La solution réside dans le
mécénat et ce n’est pas
neuf… toute notre histoire en
est jalonnée (voir encart).
Aussi, le développement du
fund-raising est-il un projet
stratégique majeur et c’est
pourquoi l’ULB a créé une
Fondation pour la recherche.
Cette fondation est présidée
par Pierre Drion, entouré
notamment de Didier Bellens,
de Philippe Busquin, de
Jacques Brotchi, de JeanPierre Bizet… et a pour objectif de financer des projets de
recherche enthousiasmants.
Une de nos idées est de
fédérer des équipes parfois
dispersées mais excellentes,
comme dans le domaine des
neurosciences par exemple,
et de leur donner les moyens
matériels de se développer.
Dans le même ordre d’idées,
le projet New Bordet est une
opportunité extraordinaire
pour créer, à côté d’Erasme,
un cancéropôle de réputation
internationale. Nous avons
en médecine, à Erasme et à
Bordet, des personnalités de
premier plan qui, rassemblées, seront les moteurs de
ce centre d’excellence. Autre
Esprit libre : La qualité est
aussi au cœur de la stratégie
de l’ULB…
Philippe Vincke : Bien sûr,
je vous le disais. La concurrence augmente et nous devons rester attentifs à offrir
des enseignements et une
recherche de qualité. Voilà
pourquoi nous mettons en
place des procédures d’évaluation qui vont nous permettre de nous améliorer
dans tous les domaines, y
compris au niveau de l’administration.
▼
exemple encore - qui
s’applique à toutes les
disciplines - nous souhaitons
aider, par la Fondation, des
jeunes chercheurs particulièrement brillants à développer
leur équipe de recherche.
Esprit libre : Quel public
visez-vous ?
Philippe Vincke : Cette
fondation va approcher deux
types de publics : les mécènes
potentiels et aussi les Alumni
(NDLR : les diplômés). Pour
atteindre ces derniers, nous
avons entamé un travail de
reconstitution de nos bases
de données qui regroupent
près de 150 000 personnes.
Progressivement, nous allons
les intéresser à ce qui se
passe sur nos campus et travailler à développer l’esprit
«maison». Bien sûr, faire
appel à nos amis pour aider
l’Université à se développer
est un projet de longue
haleine.
En cette rentrée, nous venons
d’accueillir la première année
de notre future Faculté
d’Architecture, issue de
l’intégration entre Horta et la
Cambre. Dans les années qui
viennent, les autres cycles
longs des Hautes Écoles vont
progressivement rentrer dans
les universités. On devra donc
repenser nos structures et réorganiser notre enseignement
et notre recherche pour
accueillir ces nouveaux
publics.
“
“
Esprit libre : L’ULB est
toujours en mutation.
Bologne n’a été qu’une
première phase…
Philippe Vincke : Effectivement. Dans le cadre de ce
processus, le paysage de
l’enseignement supérieur
évolue. En Belgique, il y a des
mouvements de rapprochement entre universités et
d’intégration dans l’université
du supérieur non-universitaire.
En Communauté
française,
nous avons la
volonté d’avoir,
avec nos partenaires, un enseignement ouvert
dans le triangle
Bruxelles, Mons,
Charleroi
Esprit libre : Quels sont vos
objectifs majeurs au niveau
des enseignements ?
Philippe Vincke : Nous
sommes l’université de la
capitale de l’Europe. À ce titre,
nous allons devoir mettre en
Grâce à la Ville de Bruxelles,
l’Université occupe ses
premiers locaux (1834-1842)
dans l’ « Ancienne cour »,
place du Musée
place davantage d’enseignements en anglais si nous
voulons bénéficier de la
mobilité européenne.
À ce propos, notre collaboration avec la VUB dans le cadre
du développement de masters
conjoints multilingues et qui
donnent accès au double
diplôme, est également une
de nos forces.
Nous avons aussi la volonté
d’avoir, avec nos partenaires,
un enseignement ouvert dans
le triangle Bruxelles, Mons,
Charleroi. L’Université organise le BA en droit à Mons.
À Charleroi, nous disposons
d’habilitations dans le domaine biomédical qui s’articuleront autour de notre force
de recherche à Gosselies
(Biopark) où nous sommes
aussi associés au projet de
campus technologique articulé autour des Hautes
Écoles. Dans le cadre de Hainaut Biomed, nous travaillons
en partenariat avec Mons
pour développer l’imagerie
fonctionnelle, toujours à
Gosselies. Par ailleurs, l’ULB
a obtenu des habilitations en
sciences humaines et sociales
à Charleroi où nous venons
d’ouvrir (à la rentrée) un
bachelier dans ce domaine.
Nous y avons également
transféré notre MA en
Sciences du travail organisé
jusqu’ici à Nivelles.
Esprit libre : L’Université a
déjà une démarche « qualité »
dans de nombreux domaines :
la promotion de la réussite,
l’accueil des nouveaux
étudiants… Qu’est ce qui est
nouveau aujourd’hui ?
Philippe Vincke : Le fait que
nous mettions en place des
procédures « qualité » ne
veut pas dire que ce que
nous faisions auparavant
n’était pas bon. Il y a toujours eu d’excellentes initiatives individuelles ici et là.
Mais aujourd’hui, il s’agit
d’une démarche collective,
institutionnelle avec la
création d’une Cellule qualité
de coordination.
Dans le même registre, l’Université s'est engagée dans
l'implantation d'un système
de gestion intégrée. Ce projet
essentiel pour notre avenir
vise à améliorer la qualité
des services rendus et les
conditions de travail, au
moyen de l'implantation d'un
système informatique intégré,
indispensable à la vie de
l'Université dans un environnement de plus en plus
complexe.
Esprit libre : L’accueil est
aussi au centre de vos préoccupations.
Philippe Vincke : Notre objectif est de rendre l’accueil encore meilleur qu’aujourd’hui.
Si tout le monde reconnaît la
chaleur de celui-ci, des améliorations sont encore nécessaires sur le plan logistique.
Nous avons d’ailleurs mené
une expérience pilote pour
améliorer l’accueil aux inscriptions et cela a été une
franche réussite.
ESPRIT LIBRE | SPÉCIAL 175 e ANNIVERSAIRE | N° 8
PROSPECTIVES |
05
Le nouveau bâtiment de la SBS-EM,
qui sera inauguré à la rentrée 2010,
est exemplatif du rôle du mécénat
à l’ULB.
▼
“
PROSPECTIVES |
“
Nous souhaitons
renforcer notre
présence dans le
monde par une
politique internationale centrée
sur un nombre
limité de partenariats solides
Esprit libre : Vous parliez de
notre réputation internationale, au début de cet entretien. Quelle est votre politique
à cet égard ?
Philippe Vincke : Nous souhaitons renforcer notre présence dans le monde par une
politique internationale centrée sur un nombre limité de
partenariats solides. Notre
objectif est de développer nos
activités de recherche dans
les meilleurs réseaux internationaux tout en veillant à intégrer les échanges dans un
véritable projet pédagogique.
À ce jour, nous avons conclu
huit partenariats privilégiés
avec le Collège de France,
l'Université Pierre et Marie
Curie (Paris VI), l'University of
California (Berkeley - USA),
l'Université de Montréal (Canada), l'University of British
Columbia (Vancouver), l’Université Fudan (Shanghai),
l'University of Oxford (UK) et
l’Université de Waseda (Tokyo).
À l’occasion de la Semaine
des Nobel organisée dans le
cadre du 175e anniversaire,
nous inviterons ces partenaires privilégiés à Bruxelles
avec l’objectif de renforcer
nos liens.
Esprit libre : Dans 175 ans,
l’ULB, vous l’imaginez
comment ?
Philippe Vincke : Les technologies de l’information et de
la communication évoluent
tellement vite qu’il est difficile
de se projeter dans l’avenir.
Il y aura probablement une
grande part de virtuel dans
l’acquisition des connaissances dans le futur, mais on
aura toujours besoin de lieux
de rencontre, de débat et de
discussion. L’ULB sera là,
toujours grande et belle !
> Isabelle Pollet
Mécénat
et Université
*
L’histoire de l’Université est étroitement liée au mécénat. Dès 1834, elle
doit sa fondation à des soucriptions lancées dans les milieux libéraux
et maçonniques et à la Ville de Bruxelles qui met à la disposition de la
nouvelle université les locaux nécessaires.
Ernest Solvay joue un rôle fondamental pour notre Université aussi
bien que pour la Belgique en général. L’idée de créer une « Cité scientifique » - dont les Instituts de Physiologie, où se tiendront plus tard les
Conseils de Physique Solvay, d’Hygiène et de bactériologie (1895),
d’Anatomie (1895), de Sociologie (1902) et, en 1904, l’École de commerce Solvay au Parc Léopold - prend corps grâce à son soutien.
Après la première guerre mondiale, la mise sur pied du Comité national
de secours et d’alimentation et de la Commission for relief in Belgium
(CRB) aboutira à l’attribution aux universités belges d’une partie des
fonds collectés pendant le conflit. Grâce à ces ressources, deux projets
vont se concrétiser à l’ULB : l’érection d’une Cité médicale à la Porte de
Hal en 1921 grâce aux efforts conjugués de la Ville, du Conseil des Hospices, de la Rockefeller Foundation et de mécènes privés, et l’implantation de l’Université sur le plateau du Solbosch. Au Solbosch, outre la
construction des bâtiments de Polytechnique et des facultés de
Sciences humaines et de Droit, la construction de la Cité Héger (1933)
est largement financée par l’Union des Anciens Étudiants (plus de 2
millions de francs belges), la CRB, la famille Tournay-Solvay et des
dons anonymes (dont une somme de plus d’un million !).
Aujourd'hui encore, l'Université reçoit l'appui de nombreuses fondations, aides et dons aux Bibliothèques. Et le nouveau bâtiment de la
SBS-EM – qui sera inauguré en 2010 – est exemplatif du rôle du mécénat à l’ULB. Il a pu voir le jour grâce, notamment, aux fonds importants
récoltés auprès de donateurs et de mécènes, dans le cadre d'une vaste
campagne lancée à l'occasion du centenaire de l'École et orchestrée
par son président d'alors, Philippe Biltiau. Gageons que la Fondation
pour la recherche mise en place à l’occasion du 175e a un bel avenir !
175 ANS ! |
07
175 ans
d’esprit libre,
ça se fête !
CRÉÉE LE 20 NOVEMBRE 1834,
NOTRE ALMA MATER ATTEINT
CETTE ANNÉE UN BEL ÂGE,
UN ÂGE QUI SE FÊTE !
Pour ce 175e anniversaire, un
programme de manifestations
exceptionnelles viendra confirmer les apports marquants de
l’ULB à la connaissance, tout
au long de l’année académique
2009-2010. Retrouvez le détail
de ces festivités dans cet
Esprit Libre spécial,
n’en manquez pas une miette
grâce à l’agenda complet
en pages centrales…
et plus encore sur le site
www.ulb175.be.
L’ULB et l’UAE présentent :
1834
1834 de Dominique Jonckheere
Mise en scène Patricia Houyoux
Avec Jean-Marie Pétiniot,
Laure Tourneur et Jacques Viala
Patricia
Houyoux
*
Une réception sera offerte aux spectateurs
à l’issue de la représentation.
L’intégralité des recettes de la soirée
sera versée à la «Fondation ULB».
Comédienne, metteur en scène, enseignante au Conservatoire Royal de
Bruxelles, Patricia Houyoux – premier
prix du Conservatoire de Bruxelles – a
également reçu l’Ève du Théâtre en
1981 et le Challenge Théâtral en 1984.
Elle joue depuis 1975 aux théâtres de
Poche, Royal du Parc, National de Belgique, Rideau de Bruxelles, Océan Nord,
Atelier Théâtre Jean Vilar, Royal des
Galeries, Le Public… à Bruxelles, mais
aussi en France, ainsi qu’à la télévision
et au Cinéma. Depuis 1996, elle a mis
en scène de nombreuses pièces dont
Variations énigmatiques et La Nuit de
Valognes d’E.E. Schmitt, Poil de Carotte
et Le Pain de ménage de Jules Renard,
et Une liaison pornographique de Marc
Fayet. Elle fait également partie du
Groupe de recherche en sémiologie
du spectacle vivant de l’ULB.
ESPRIT LIBRE | SPÉCIAL 175 e ANNIVERSAIRE | N° 8
Lundi 9 novembre 2009 - 19 h
Répétition générale
Auditoire P.E. Janson
Pour les étudiants et le personnel de l’ULB
exclusivement : entrée libre
▼
Les sciences font des progrès considérables, particulièrement dans le domaine du vivant, ce qui a pour corollaire la remise en question de nombre de
préceptes philosophiques et religieux. Les classes laborieuses, enhardies
par des théories économiques et sociales nouvelles, prennent peu à peu
conscience de leur force et de leurs droits. Les antagonismes d’alors méritent
d’être contés car, outre l’ampleur qui fait leur intérêt, ils sont les mêmes, au
fond, que de tout temps ; et face à la connaissance, nos sociétés d'aujourd’hui
restent confrontées aux préjugés, aux obscurantismes et à l’intolérence.
1834
Lundi 16 novembre 2009 - 20 h 15
Palais des Beaux-arts
Salle Henry Lebœuf
Réservations : 02 507 82 00 ou
www.bozar.be
Prix des places : 45 € (étudiants 25 €)
▼
La liberté de conscience et d’opinion sont gravées dans la constitution de notre
jeune pays, au grand dam de l’Église Catholique de Grégoire XVI qui, dans son
encyclique Mirari vos, condamne sans appel cette constitution. Au nom des libertés constitutionnelles, cléricaux et libéraux belges, tous catholiques, s’empoignent sur le champ de bataille de l’enseignement. Les premiers créent ce
qui deviendra l’Université Catholique de Louvain, les seconds ripostent en
ouvrant ce qui deviendra l’Université libre de Bruxelles.
▼
En 1834 en Belgique, le pouvoir est – depuis peu – aux mains d’une bourgeoisie
qui, au sein d'une monarchie constitutionnelle originale, apprend à gouverner.
Informations pratiques :
www.ulb175.be
Dominique
Jonckheere
*
Jusqu’en 1998, Dominique
Jonckheere a mené une double vie
d’ingénieur civil et de musicien.
Depuis lors, il se consacre principalement à la musique.
Il dirige l’Orchestre de chambre
Oratorio depuis 1989 et a longtemps organisé, avec celui-ci,
un cycle de concerts intitulé La
musique racontée. Le spectacle
Bach to Rock a également pris
une place importante dans sa vie
entre 2003 et 2007.
Il compose pour le théâtre, le
cinéma, et prépare actuellement
un album de musique… sénégalaise, avec le chanteur AbdouGuité Seck. Il enseigne à l’ULB
dans les filières « Arts du spectacle
vivant » et « Gestion culturelle ».
infos pratiques
Le coup d’envoi des festivités du 175e anniversaire sera donné le
lundi 16 novembre 2009, lors d’une soirée de gala au Palais des
Beaux-arts. Au centre de cette soirée, la création de Dominique
Jonckheere : 1834. Cette pièce de théâtre évoquera la création
de notre Université au milieu des tensions philosophiques et
politiques agitant la Belgique entre 1820 et 1840.
▼
DÉBUTS ET ENGAGEMENTS PHILOSOPHIQUES |
08
[…] Je respecterai
toutes les personnes,
leur autonomie et leur
volonté, sans aucune
discrimination selon leur
état ou leurs convictions.
J'interviendrai pour les
protéger si elles sont
affaiblies, vulnérables ou
menacées dans leur intégrité ou leur dignité […]
Lorsqu’en mai 1940, les troupes allemandes envahissent la Belgique, beaucoup d’étudiants en médecine
n’ont pas encore prononcé ce serment. Toutefois, fidèles à l’idéal de liberté et d’engagement qui anime
leur Alma Mater, professeurs et étudiants seront nombreux à s’engager – de bien des façons – dans la
lutte contre l’occupant. Par une alternance de petites
anecdotes et de témoignages poignants, l’exposition
La Faculté de Médecine de l’Université libre de Bruxelles
sous l’Occupation en retrace les étapes marquantes,
de 1939 à 1945 ; de l’invasion à la libération.
UNIVERSITÉ ET RÉSISTANCE |
09
Vincere tenebras...
Serment d’Hippocrate.
Dès les années 30, étudiants et professeurs de l’ULB se mobilisent contre la montée des idées fascisantes. 1933, ils dénoncent les exactions nazies à l’encontre
des Juifs allemands. 1936, ils viennent en aide aux Républicains luttant contre
les Nationalistes. En 1939, les professeurs des universités belges, profondément
émus par les violences et les mesures d’exception dont sont l’objet certaines catégories de citoyens allemands et notamment les Juifs, en raison uniquement de
leurs origines, de leurs croyances ou de leurs opinions, expriment leurs sentiments
de vive sympathie aux victimes de ces persécutions. (…) ils ne peuvent s’empêcher de protester contre la violation de l’esprit de tolérance et de justice, la
conquête dont s’honore le plus notre civilisation.
Ce manifeste, signé par 154 professeurs d’universités belges – dont 90 de l’ULB
– leur vaudra bien des représailles. En 1940, ils condamnent l’attitude belliciste
de l’Allemagne suite à l’invasion de la Pologne, du Danemark et de la Norvège. Et
en novembre 1941, en opposition à l’occupant, l’Université ferme ses portes.
UNE FACULTÉ ENGAGÉE
Musée de la Médecine
Route de Lennik, 808
1070 Bruxelles - campus Erasme
du lundi au vendredi de 13 h à 16 h 30 et
le dimanche de 13 h à 17 h
Contact : 02 555 34 31
museemed@erasme.ulb.ac.be
Et cet engagement se prolongera jusqu’après la Libération, où la découverte des
camps de concentration nécessite une nouvelle mobilisation. Conscients de leur
devoir de futurs médecins, des étudiants se portent alors volontaires et partent en
Allemagne pour soigner les victimes survivantes de l’Holocauste aux côtés des
médecins britanniques.
Aux mêmes dates, le Musée de la médecine accueillera
une exposition de prestige consacrée à la médecine
traditionnelle chinoise dans le cadre d’Europalia 2009.
▼
Histoire d’un engagement collectif, l’exposition rend hommage aux médecins et
étudiants de l’ULB qui ont défendu la liberté en mettant leur bravoure, leur
savoir-faire, leur compétence et leur dévouement au service de la société civile.
La Faculté de Médecine
de l’Université libre de Bruxelles
sous l’Occupation
du 17/11/2009 au 19/02/2010
Informations pratiques : www.ulb175.be
> Anne-Sophie Devriese
ESPRIT LIBRE | SPÉCIAL 175 e ANNIVERSAIRE | N° 8
infos pratiques
Divisée en thématiques et en portraits, l’exposition proposée au Musée de la Médecine passe en revue les étapes marquantes de ce conflit, depuis la lutte contre
les totalitarismes, en passant par l’Université bâillonnée, la résistance et les engagements patriotes jusqu’à la célèbre Brigade Piron, la « Relief Mission » et la
Libération. Construite et illustrée autour d’un corpus iconographique original, parfois inédit (Archives de l’ULB et documents privés) et d’un patrimoine d’époque
– illustrations, affiches, matériel médical, uniformes, photographies… – l’exposition fait état de l’engagement particulier du corps médical de la Faculté ; thème
qui n’avait, jusqu’alors, jamais fait l’objet d’une étude spécifique. L’âme de l’exposition repose, quant à elle, sur les témoignages de nombreux acteurs de l’époque
qui redonnent vie à l’histoire, grâce leurs témoignages drôles, poignants… voire
hallucinants !
▼
Qu’ils se battent par les armes, leur science, des publications et cours clandestins
ou des réseaux de résistance, beaucoup y laisseront la vie ou seront déportés.
Droit au cinéma !
Dix films en dix soirs pour aborder et illustrer dix domaines de la vie du droit, depuis
l’obtention du diplôme jusqu’au droit pénal financier. À l’occasion du 175e
anniversaire de l’ULB, le droit et ses représentations se rencontrent à la Cinematek,
pour un festival du film juridique auquel la Faculté de Droit vous convie.
The fortune cookie
Droit au cinéma !
les 30 novembre 2009,
1er, 2, 3, 4, 7, 8, 9, 10
et 11 décembre 2009
à partir de 19 h, à la Cinematek
3, rue Ravenstein à 1000 Bruxelles
1000 Bruxelles
Tél. : 02 551 19 19 - info@cinematek.be
3 € dont 1 € de boisson
Informations pratiques : www.ulb175.be
infos pratiques
▼
▼
▼
FESTIVAL DU FILM JURIDIQUE |
10
Le droit hante notre vie, parfois en silence, souvent avec fracas.
L’art, sous toutes ses formes, s'y intéresse. Le cinéma le met
en scène, dans ses représentations les plus dramatiques
comme les plus quotidiennes. Il arrive que la fiction défigure
la réalité ou – en partie – la cache, innocemment, sans intention particulière, simplement en raison de la sécheresse
rébarbative de la technique juridique, qui tient le non juriste à
l’écart et peut-être en respect.
Mais il arrive aussi que la réalité surpasse la fiction, car
l’aventure humaine, pour tromper la norme, manque moins
d’audace que le meilleur scénario. Lors de chaque projection,
l’analyse du thème abordé par le film sera proposée par des
spécialistes de la matière aux côtés d’un critique artistique,
d’un cinéaste ou d’un réalisateur qui commentera la qualité
cinématographique de l’œuvre.
UN GRAND FILM PAR JOUR, UN CINÉASTE,
UN JURISTE, LE PUBLIC
Le programme vous propose la projection et l’analyse de dix
films abordant et illustrant dix domaines de la vie du droit,
depuis le parcours plein de surprises vers l’obtention du
diplôme jusqu’au droit pénal financier, avec toutes ses implications parfois liées à la survie de l’État, en passant par les
méandres du procès, la confrontation aux compagnies
d’assurance, la lutte pour l’élaboration d’un droit du travail
équilibré, ou encore le combat contre les atteintes dangereuses
à l’environnement …
Vous pourrez donc y voir The Paper-chase de James Bridges,
Erin Brockovich de Steven Soderbegh, La classe ouvrière va au
paradis d’Elio Petri, Silkwood de Mike Nichols, La promesse de
Luc et Jean-Pierre Dardenne, The fortune cookie de Robert
Altman, Brubaker de Stuart Rosenberg, Be kind rewind de
Michel Gondry, Par devant notaire de Marc-Antoine Roudil et
Sophie Bruneau et enfin, L’ivresse du pouvoir de Claude Chabrol.
La soirée consacrée à La Promesse sera animée par Luc Dardenne, lui-même, qui nous fait l’honneur et l’immense plaisir
de participer à notre festival.
Bienvenue dans les nouvelles salles de la Cinematek, où les
étudiants de la Faculté vous attendront au spécial « Brussels
Bar ».
Droit au cinéma ! Pour apercevoir la loi par la rétine de Plateau.
> Michèle Grégoire
ESPRIT LIBRE | SPÉCIAL 175 e ANNIVERSAIRE | N° 8
ÉVOLUTION ET MUSÉOGRAPHIE |
11
Ne dites plus « invertébré » !
Entretien avec Viviane Desmet,
biologiste et conservatrice du Musée de zoologie de l’ULB.
Face à la prolifération des thèses créationnistes, Michel Jangoux, Jean-Christophe
de Biseau, Viviane Desmet et Martine Vercauteren – tous quatre du Département de
Biologie des Organismes (DBO) de la Faculté des Sciences – ont souhaité offrir aux
visiteurs du Musée de zoologie un panorama scientifique poussé de l’Évolution.
Pour l’occasion, le musée fait peau neuve. Il présentera un parcours à la muséographie renouvelée, à l’occasion de l’inauguration de l’exposition Les relations
animales ou le bestiaire revisité.
Cinq kilos de créationnisme... La lettre qui accompagne l’Atlas de la
création d’Harun Yahya l’encense pour ses travaux qui ont révélé au
monde entier l’imposture des évolutionnistes, leurs affirmations
trompeuses et les liens occultes existants entre le darwinisme et les
sanglantes idéologies telles que le fascisme et le communisme. Au
fil des pages, Viviane Desmet pointe les biais et dangereux raccourcis
tendant à prouver à tout prix que « LES ESPÈCES N’ONT JAMAIS
CHANGÉ », ainsi que de nombreuses aberrations scientifiques.
Chris Herzfeld
Humains et grands singes,
regards croisés
le 04/05/2010
Conférence de Pascal Picq et Dominique Lestel.
Studio 4 Flagey.
▼
> Anne-Sophie Devriese
Informations pratiques : www.ulb175.be
infos pratiques
Les relations animales ou le bestiaire
revisité & Selbstdarstellung.
Portraits de grands singes
du 23/04/2010 au 30/06/2010
Gratuit. Musée de Zoologie et d’Anthropologie &
Salle Allende. Campus du Solbosch.
▼
Si vous voulez savoir ce que signifie protostomien et deutérostomien ;
connaître la différence entre un arbre morphologique ou moléculaire
et surtout, comprendre pourquoi on ne dit plus « invertébré », ce
parcours est pour vous !
▼
L’exposition proposée se compose de deux volets. Le premier s’ouvre
à la salle Allende où Chris Herzfeld expose ses photographies de
grands singes sous le titre Selbstdarstellung. Portraits de grands
singes. En partant de l’émotion suscitée chez le visiteur, le parcours
incite à une réflexion sur l’évolution du règne animal. C’est donc
sans heurt qu’il est conduit vers le deuxième volet de l’exposition,
dans un Musée de zoologie rénové et rajeuni.
À un parcours auquel on pouvait parfois reprocher d’être linéaire,
chargé et peu didactique, succède une muséographie moderne faisant écho aux représentations morphologiques et moléculaires de
l’Évolution. Riche patrimoine datant du XIXe siècle, les collections
du Musée couvrent tout le règne animal. Cette actualisation en fait
un outil didactique pour les étudiants en biologie qui pourront y étudier les structures des différents organismes. Reflet des connaissances actuelles, il permet d’effectuer deux parcours sans linéarité
ni notion de finalité. À l’entrée, un écran tactile géant en plexiglas
permettra de zoomer sur des zones particulières et de projeter des
arbres de l’évolution rapidement actualisables. Dans les allées, des
alcôves présentent les sujets de recherche de l’ULB et de l’Université
de Mons Hainaut ; au centre, les grands squelettes et les ordres de
mammifères, pour finir dans la salle d’anthropologie. Il est également
prévu, à terme, d’installer dans les vitrines des écrans programmables,
avec commentaires et images adaptés à différents publics.
Doté, en outre, d’un local supplémentaire qui pourrait permettre
d’entrer par le rue Depage, le Musée pourra dorénavant mettre en
place ateliers et expositions temporaires.
*
Formée à La Cambre dans les ateliers d’art contemporain,
de photographie et de peinture, Chris Herzfeld vit et
travaille entre Bruxelles, Paris et Tampa. Ses portraits de
grands singes ont été plusieurs fois exposés et ont fait
l’objet d’une publication chez Odile Jacob. Également
chercheur en philosophie des sciences, elle fait une thèse
à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales à Paris.
Son atelier est un laboratoire où se mêlent ses recherches
en sciences humaines (philosophie et histoire des
sciences - primatologie, éthologie), son expérience de
terrain avec bonobos, gorilles et orangs-outans, et sa
pratique artistique (vidéo, peinture et photographie).
SEXUALITÉ, REPRÉSENTATIONS ET PRATIQUES |
12
Pour le plaisir
Votre sexualité a une histoire… parlons-en !
La visibilité massive de la sexualité au quotidien, couplée à
l’idée que nous sommes évidemment plus libérés et plus épanouis que nos ancêtres, pourrait nous faire croire qu’oser parler
de sexualité est une grande nouveauté. Il n’en est rien. Questionner la sexualité est une constante des sociétés occidentales. On parle d’elle. Comment parle-t-elle de nous ? Parce que
le sexe concerne à la fois la vie privée et la vie publique, l’intimité des individus et le sort de la population, il est un enjeu de
discours et de régulations sans cesse renouvelés. Il est par-là
même un objet d’histoire, même si les pratiques sexuelles des
individus ne se laissent pas facilement approcher. La sexualité
« banale » du couple hétérosexuel ordinaire, quel intérêt ?
S’agit-il vraiment de ce « lieu sans histoire » dont il n’y aurait
rien à dire, alors même qu’on sait peu de choses sur les diverses
pratiques hétérosexuelles, ni sur la réalité de leur normalité.
Les idées préconçues sont nombreuses et perdurent.
RÉVOLUTIONS ?
Dans les années 1960, la question sexuelle a été posée en
termes de libération. Il s’agissait à la fois d’affranchir le sexe
des contraintes d’une culture puritaine rétive au plaisir et les
femmes, de l’oppression patriarcale…
Depuis, les changements ont été nombreux, laissant penser à une
véritable révolution sexuelle : accès à la contraception, dépénalisation de l’avortement, extension des mouvements militants, reconnaissance des couples homosexuels et des familles
homoparentales, développement des modes de procréation
assistée, possibilité de changer de sexe et d’état civil… Les
débats provoqués par ces mutations ont entraîné des questionnements fondamentaux, des réactions parfois vives et une
remise en cause radicale de ce que certains voient encore
comme des fondements de la société.
ESPRIT LIBRE | SPÉCIAL 175 e ANNIVERSAIRE | N° 8
Par ailleurs, la valorisation de l’épanouissement sexuel, considéré comme une des assises du bien-être individuel, conduit à
un impératif de plaisir qui n’est pas sans contrainte. La performativité est à l’ordre du jour. Le succès du Viagra en est un indice
parmi d’autres, quand la sexualité envahit l’espace public non
seulement grâce à la politisation des questions sexuelles, mais
aussi parce qu’elle représente un marché économique florissant.
Stimulés par les changements qui se sont manifestés depuis la
fin des années 60, les historiens ont montré un enthousiasme
grandissant pour l’histoire des sexualités. Ces quarante dernières années marquent sans conteste cette histoire qui, néanmoins, ne débute pas à la fin des années 60. Questionnée de
tous temps, la sexualité fait souvent peur et le sexe a longtemps
été perçu comme un danger pour les individus et donc, pour la
société. En révélant ces découvertes, Pas ce soir, Chéri(e) ?
montre qu’il n’y a pas eu une, mais des révolutions sexuelles
aux effets ambigus et paradoxaux. Le défi est d’en souligner la
complexité.
Questionner la sexualité
est une constante
des sociétés occidentales.
On parle d’elle.
Comment parle-t-elle de nous ?
PRESCRIRE ET PROSCRIRE
Le sexe est au centre des préoccupations de philosophes, moralistes, théologiens, hygiénistes, anthropologues, sociologues,
historiens, artistes, médecins, psychologues, psychanalystes,
penseurs politiques. Les discours sur la sexualité sont omniprésents. Ils ont longtemps souligné les dangers que la sexualité représentait pour l’ordre social, tentant d’encadrer la vie
des populations. L’Église, puis l’État, soutenus par la science,
ont mis en place de nombreuses formes de régulation, obsédés par l’idée de prescrire et proscrire. En période de crise démographique, l’État soutient le natalisme et entend contraindre
les familles à faire des enfants sains et robustes. Il s’inquiète de
maladies comme la syphilis, s’oppose au libre contrôle des
naissances, souhaite réglementer ou abolir la prostitution –
tenue responsable de tous les maux – et prône une sexualité rationnelle jusque dans les colonies. Le modèle est clair et personne ne devrait pouvoir y échapper : mariage, hétérosexualité,
procréation, mesure en toute chose et sexualité limitée à l’espace privé couronné par une saine répartition des rôles
homme-femme, lui actif et viril, elle, fée du logis passive.
SEXUALITÉ, REPRÉSENTATIONS ET PRATIQUES |
13
Soutenue par les quatre facultés des sciences humaines de
l’ULB, la Réserve précieuse et les Archives et Bibliothèques de
l’ULB, Pas ce soir, Chéri(e) ? se penche sur la sexualité comme
enjeu idéologique et social, sur son apprentissage et sur l’intime, pour évoquer ses différentes représentations et s’interroger sur le futur.
Innovante et sans tabou, vous parcourrez les 19e et 20e siècles
au gré, notamment, des cires anatomiques du Musée de médecine, de la littérature érotique des Bibliothèques, des manuels
d’hygiène conjugale… Car tout cela parle de vous. Du grand
Hall à la salle du Conseil, des expériences individuelles, des
discours, des transgressions et des conformismes viendront interroger cette hétérosexualité que l’on tait si bien… Une exploration qui ne va pas de soi mais combien passionnante !
Ces discours et ces politiques publiques forment-ils un réel carcan conditionnant la sexualité des gens ordinaires? Comment la
vivent-ils? Ont-ils conscience d’en avoir une ? Comment découvrent-ils cette sexualité ? Comment l’apprennent-ils ? Où se
vit-elle ? À qui en parlent-ils ? Quels problèmes identifient-ils ?
Comment cherchent-ils à les résoudre ? Hommes et femmes
pensent-ils et réagissent-ils de la même façon ? Ouvriers et
bourgeois vivent-ils leur sexualité de la même manière ?
Pas ce soir, Chéri(e) ? sera accompagnée par la publication de
plusieurs ouvrages dont un numéro de la collection Historia
bruxellae consacré à l'histoire de la sexualité à Bruxelles (19e 20e siècles) ainsi que de l'ouvrage Révolutions sexuelles qui
rassemblera des contributions de spécialistes actuels de l'histoire de la sexualité, dont certains sont reconnus internationalement. Au printemps 2010, se tiendra également un colloque
pluridisciplinaire et international consacré à la régulation
contemporaine des sexualités en Europe.
Les historiens des sexualités insistant de plus en plus sur l'impérieuse nécessité de construire des réflexions où les questions
de genre, de classe et de race interagissent, l'exposition aura
pour ambition de mettre en lumière les enjeux très diversifiés
des régulations des sexualités et de questionner la réalité et
l'intensité de la révolution sexuelle qui se serait produite dans
les années 60.
www.expopascesoir.be offrira de multiples liens aux visiteurs
désireux de poursuivre et d’approfondir leur visite grâce aux
ressources documentaires, bibliographiques et iconographiques
ainsi qu’aux cahiers pédagogiques développés et rassemblés
par les chercheurs.
> Valérie Piette
Informations pratiques : www.ulb175.be
ESPRIT LIBRE | SPÉCIAL 175 e ANNIVERSAIRE | N° 8
infos pratiques
Pas ce soir, Chéri(e) ?
Pratiques et représentations des
sexualités (19e-20e siècles)
du 21/01/2010 au 30/05/2010
Hall des Marbres – Bâtiment A,
Campus du Solbosch
de 10 h à 17 h
Nocturne tous les mercredis jusqu’à 21 h
Fermé les dimanches et jours fériés
Entrée: 5 € - Tarif réduit: 3 €
ULB: gratuit
Classes : 25 € (guide compris)
Renseignements au 02 650 24 43
▼
Pas ce soir, Chéri(e) ? retrace ces innombrables aspects de
l’histoire de la sexualité : pratiques sexuelles, plaisir et déplaisir, érotisme, puissance et impuissance, virilité, orgasme, masturbation, défloration, nuit de noce, corps, beauté, laideur,
MST, rencontre, pornographie, reproduction, désir d’enfant,
contraception, avortement, mortalité infantile, célibat, adultère,
divorce, flirt, éducation sexuelle, prostitution, drague… tout
cela ne mérite-il pas que l’on en fasse l’histoire ? Un parcours
original et abondamment documenté, enrichi d’images et d’objets posera ainsi de vastes questions sociales, politiques et juridiques. Pratiques, représentations de la sexualité, peurs et
discours que cette sexualité engendre, articulation des domaines privés et publics, caractère politique du contrôle des
sexualités… seront mis en évidence. En interrogeant diverses
thématiques ayant trait à la liberté sexuelle, aux enjeux idéologiques, à la régulation sociale, aux représentations et aux apprentissages individuels, l’exposition s’interrogera sur les
caractéristiques de cette libération. N’est-elle pas plus progressive qu’on le croit ? Enjeux neufs ou déplacement des interdits ? Quelle forme le contrôle sexuel revêt-il?
▼
RENDEZ-VOUS
¡Libertad!
Contribuer à réduire la faille notoire
en histoire comparative via un regard
croisé d’experts européens,
latino-américains et caribéens sur les
événements et les courants d’idées qui
ont secoué l’Amérique Latine-Caraïbes
(ALC) et l’Europe il y a deux siècles ;
tel est l’objectif du colloque
international ¡Libertad!
▼
HISTOIRE COMPARATIVE-COLLOQUE |
14
Francisco de Miranda et Bernardo O'Higgins à Londres 1792,
fondateurs des loges politiques dites «de Lautaro»,
qui préparèrent les mouvements émancipateurs en Amérique latine.
Auteur Christian Ghymers
HISTOIRE MÉCONNUE
En 2010, la commémoration des Bicentenaires des indépendances latino-américaines coïncide avec le 175e anniversaire
de la fondation de l'ULB. Par une volonté de reconnaissance
des valeurs et des idéaux qui ont présidé à l’émancipation
latino-américaine comme à la fondation de l’Université, les
autorités de l'ULB ont souhaité associer ces deux événements.
¡Libertad!
les 11 et 12/02/2010
Château de Val Duchesse
Contact : CERCAL 02 650 31 03
▼
Le colloque sera complété par un Festival de films.
Informations pratiques : www.ulb175.be
infos
pratiques
▼
Le Centre d’Étude des Relations entre l’Union Européenne et
l’Amérique Latine (CERCAL) et l’Institut d’Études Européennes
(IEE), en association avec d’autres universités et centres de
recherche d’Europe et d'Amérique latine, organisent à Bruxelles
un colloque de prestige baptisé ¡Libertad! Amérique Latine /
Caraïbes et Europe : des racines communes à une alliance
pour le XXIe siècle. En jetant un regard historique croisé sur
les bases communes et les différences entre les deux régions, le colloque traitera de cohésion sociale et d’intégration régionale. Ces deux thématiques constituent aujourd’hui
les axes développés par la coopération bi-régionale, sous
l’égide de la diplomatie des Sommets entre l'Union Européenne
et des pays de la région Amérique Latine-Caraïbes (ALC).
¡Libertad! combine deux originalités. À la différence d’autres
colloques sur le régionalisme ou la cohésion sociale, ¡Libertad!
se concentre plus spécifiquement sur les bases historiques –
insuffisamment connues – des idéaux de l’émancipation et
des indépendances latino-américaines. Nés des apports mutuels entre européens et créoles via une synthèse originale
entre les idées des Lumières européennes et les cultures locales et indigènes, ces principes et valeurs prétendaient depuis leurs origines à la réalisation d’une véritable intégration
entre les diverses parties géographiques de l’Empire. Cette
avancée initiale, bien qu’éphémère, de l'Amérique latine sur
l’Europe mérite d’être étudiée conjointement par les historiens, les experts et les responsables politiques des deux régions, afin d’évaluer les apports mutuels, les racines
communes et les différences contextuelles et institutionnelles
qui en résultent. Cet effort de relecture commune et pluridisciplinaire des divers processus d’indépendance et d’intégration
reste peu fréquent et constitue la seconde originalité de ce
colloque. La volonté d’aboutir à une meilleure connaissance
mutuelle des bases historiques des identités et de l’institutionnalisme des deux régions vise donc à fonder et nourrir les
deux axes principaux du processus d’association stratégique
UE/ALC des Sommets bi-régionaux : l’intégration régionale et
la cohésion sociale.
RAPPROCHEMENT ENTRE LES PEUPLES
Lors du Sommet de Vienne en mai 2006, les Chefs d'États et
de Gouvernements des 60 pays des deux régions réunis ont
exprimé leur volonté commune de commémorer les bicentenaires de divers événements historiques et culturels, dans le
but de contribuer au rapprochement entres nos peuples.
Ainsi, à partir des thèmes des bicentenaires et en raison de la
nature identitaire profonde du sujet, le colloque de Bruxelles
œuvre à la réalisation d'un effort commun de mémoire pour
cette partie mal connue de l’histoire au cours de laquelle se
sont croisés les destins de deux régions ; contribuant ainsi au
rapprochement des cultures des peuples d’ALC et de l’Europe,
mais aussi à celui des citoyens.
> Christian Ghymers,
Membre du Conseil d’Administration du CERCAL
Coordinateur du Colloque ¡Libertad!
ESPRIT LIBRE | SPÉCIAL 175 e ANNIVERSAIRE | N° 8
▼
du 175 anniversaire de l’ULB
▼
Calendrier
des
événements
e
Plus d’infos sur www.ulb175.be
les 09/11/2009 et 16/11/2009
1834
▼
Une pièce de Dominique Jonckheere, mise en scène de Patricia Houyoux. 1834 relate les débats philosophiques et politiques ayant eu lieu entre 1820 et 1840 dans le cadre de la création et de l'évolution de l'ULB. Le 9 novembre à l’amphithéâtre Paul-Emile Janson (19 h - réservé aux étudiants et aux membres du personnel - gratuit) et le 16 novembre 2009 au
Palais de Beaux-arts de Bruxelles (20 h 15 - 45 €). Cocktail offert.
du 17/11/2009 au 19/02/2010
La Faculté de Médecine de l’ULB sous l’Occupation
▼
L’exposition retrace les étapes marquantes de la Faculté entre 1939 et 1945 au travers de témoignages, de petites anecdotes
et de récits poignants. Un parcours chronologique abondamment illustré. Musée de la Médecine - Erasme. Du lundi au vendredi
de 13 h à 16 h 30. Le dimanche de 13 h à 17 h. Adulte : 3 €. Pensionné : 2 € Etudiant extérieur : 1 €. Etudiant ULB : gratuit.
Peter J. Katzenstein est President of the American Political Science Association ; Professor of International Studies, Government Department, Cornell University, spécialiste des domaines « économie politique, sécurité et culture dans la politique mondiale ». 18 h - Salle Dupréel. Gratuit. Contact Aline Duvivier : 02 650 39 13 Aline.Duvivier@ulb.ac.be.
▼
C
le 18/11/2009
Grande conférence de Peter J. Katzenstein : Being a political scientist in 2009
les 30/11/2009 ; 1er, 2, 3, 4, 7, 8, 9, 10 et 11/12/2009
Droit au cinéma !
▼
En partenariat avec la Cinémathèque Royale, ce festival de cinéma propose des films grand public à contenu juridique.
Chaque projection sera suivie d'un débat entre un(e) artiste et un(e) juriste. À la Cinematek à partir de 19 h. Rue Baron
Horta, 9 - 1000 Bruxelles. 02 551 19 19. info@cinematek.be. 3 € dont 1 € de boisson.
du 21/01/2010 au 30/05/2010
Pas ce soir, Chéri(e) ?
▼
Cette exposition est un projet transfacultaire organisé en collaboration avec le département des Archives et Bibliothèques
de l’ULB. Elle raconte l'évolution de l’hétérosexualité et de ses représentations depuis le début du 19e siècle jusqu'à nos
jours. Hall des Marbres de l’ULB, de 10 h à 17 h (nocturne tous les mercredis jusqu'à 21 h). Fermé les dimanches et jours
fériés. Entrée: 5 €. Tarif réduit: 3 €. ULB: gratuit. Classes: 25 € (guide compris). Contact Carole Masson 02 650 24 43.
19 h - Auditoire H2215. Gratuit. Contact Aline Duvivier : 02 650 39 13 Aline.Duvivier@ulb.ac.be.
▼
C
le 05/02/2010
Grande conférence de Rajna Gibson : Honesty in Financial Economics
Decision-Making : Experimental Finance
du 05/02/2010 au 03/04/2010
De l’Exposition universelle de 1910 à l’Université
▼
En 1910, l'Exposition Universelle s'est tenue à Bruxelles, précisément sur l’actuel campus du Solbosch. Quantité d'archives
et de photos ont servi de base à une reconstitution du site de l'Exposition universelle, en 3D, par les étudiants ingénieurs.
De nombreux dispositifs techniques permettront donc aux visiteurs de se promener virtuellement dans les pavillons de
l'exposition. Salle Allende. Du lundi au samedi, de 11 h à 16 h. Gratuit. Contact mbrachot@ulb.ac.be 02 650 67 08.
11 et 12/02/2010
¡ Libertad ! colloque
▼
En collaboration avec l'Espagne, de nombreux pays latino-américains et l'Union Européenne ; l'Institut d'Études Européennes de l'ULB et le CERCAL organisent un colloque international consacré aux mouvements d'indépendance nés en
Amérique latine à partir de 1809. Ce colloque réunira universitaires, diplomates et responsables politiques sur le modèle
des séminaires et colloques du CERCAL. Château de Val Duchesse. Contact : CERCAL 02 650 31 03 (secrétariat).
C
le 18/02/2010
Grande conférence de Ulf Hannerz : Images of the World, Now and Next :
Global Scenarios as Texts and Transnational Cultural Phenomena
Ulf Hannerz est professeur émérite de l’Université de Stockholm. Salle Dupréel - 18 h. Gratuit. Contact Aline Duvivier :
02 650 39 13 Aline.Duvivier@ulb.ac.be.
▼
▼
Rick Fantasia est Director of the Kahn Liberal Arts Institute et Professor of Sociology Smith College Northampton. Salle
Dupréel à 20 h. Gratuit. Contact Aline Duvivier : 02 650 39 13 Aline.Duvivier@ulb.ac.be
le 19/03/2010
Émotions et raison : apprendre à vivre ensemble
David Servan Schreiber. Conférence débat avec Monsieur Jean-Louis Vanherweghem, Président du Conseil d’administration,
Professeur émérite en Faculté de médecine. Auditoire Janson, 20 h. Etudiants: 2 €. Personnel ULB: 5 €. Extérieurs: 10 €.
Contact : 02 650 48 51 - psycho175@ulb.ac.be.
▼
C
C
le 16/03/2010
Grande conférence de Rick Fantasia : La question syndicale aux Etats-Unis
du 29/03/2010 au 26/06/2010
Chemins de la mémoire - ScULBtures
▼
L'ULB dispose d'un étonnant patrimoine sculptural comportant des œuvres de grands sculpteurs belges et étrangers. Il
sera exceptionnellement accessible au public entre le 29 mars et le 26 juin 2010. Parcours gratuit. Ouvrage guide 15 €.
Bibliothèque des Sciences humaines, bâtiment NB - campus du Solbosch. Du lundi au vendredi de 8 h à 20 h et le samedi
de 10 h à 17 h. Contact Sébastien Clerbois seclerbo@ulb.ac.be 02 650 43 60.
du 23/04/2010 au 30/06/2010
Le bestiaire revisité et Selbstdarstellung – Portraits de grands singes
▼
Cette exposition proposera – à la salle Allende – une galerie de photos de grands singes et évoquera leur parenté avec
l'homme. Au Musée de Zoologie rénové, le règne animal sera considéré sous différents aspects et revisité sous forme d’arbres
phylogénétiques sur écran tactile, traduisant les proximités zoologiques des principaux ensembles animaux. Salle Allende.
Du lundi au samedi, de 11h à 16h. Gratuit. Musée de Zoologie. Gratuit Groupe: 30 €. Du lundi au vendredi de 13h à 17 h.
Samedi entre 11 h et 16 h sur réservations (min. 12 personnes). Contact Viviane.Desmet@ulb.ac.be 02 650 22 62.
C
le 24/04/2010
Raison et émotion - Colloque
▼
Organisé par la Faculté des Sciences psychologiques et de l’Éducation. Orateurs : A. Cleeremans & B. Dan ; Béa De Gelder
(Université de Tilburg) ; Alain Berthoz (Collège de France) ; François Ansermet (Université de Lausanne) ; Dany Laveault
(Université d’Ottawa) ; Stephan Reicher (Saint Andrew University) et A. Lefèbvre & J. Morais. Salle Dupréel de 9 h à 18 h.
Etudiants: 20 €. ULB: 50 €. Extérieurs : 90 €. Compte N° 310-0150492-34 Code IBAN BE68 3100 1504 9234 Code BIC BBRUBEBB
Compte: EB010.4.R00001 « 175e anniversaire – Journée scientifique du 24/04 ». Inscriptions en Faculté jusqu’au 19 avril
2010. Contact : 02 650 48 51 -psycho175@ulb.ac.be.
le 26/04/2010
Raison et émotion - rencontre avec Denis Podalydès
▼
Conférence de clôture du colloque Raison et émotion, donnée par Denis Podalydès: comment un artiste de théâtre maîtrise-t-il l'analyse, l'expression et la reproduction des sentiments ? Théâtre Le Public, Rue Braemt 64-70, 1210 Bruxelles.
20 h. Etudiants: 8 €. Personnels ULB: 15 €. Extérieurs : 22 €. Prix spécial 175e : 3 spectacles du théâtre Le Public + la conférence 175e de Denis Podalydès: 65 €. Contact : 02 650 48 51 - psycho175@ulb.ac.be. Réservations : 0800 944 44.
du 3 au 07/05/2010
Semaine des Nobel
▼
Dans la grande tradition de nomination de Docteurs Honoris Causa, l'ULB aura l'honneur de décerner cette distinction à 15
Prix Nobel et Médaille Fields, lors d'une cérémonie (le 5 mai) s'inscrivant dans une semaine de conférences données par
ces personnalités et se déroulant au Studio 4 du centre culturel Flagey.
C
le 04/05/2010
Conférence de Pascal Picq et Dominique Lestel : Humains et grands singes, regards croisés
▼
Dans le cadre de l’exposition le Bestiaire revisité / Selbstdarstellung - Portraits de grands singes, Pascal Picq (Collège de
France, Paris), paléo-anthropologue spécialiste des hominidés anciens et de l’évolution de la face, ainsi que le philosophe
Dominique Lestel (École Normale Supérieure et Muséum National d’Histoire Naturelle, Paris), expert des relations entre
humains et animaux, aborderont ces questions majeures et en débattront avec le public. Studio 4 Flagey. Contact Viviane.Desmet@ulb.ac.be 02 650 22 62
le 07/05/2010
Nuit des Lumières - Nacht van de Verlichting
réunira les étudiants, les anciens, les membres du personnel, les sympathisants et le grand public de l’ULB et de la VUB
pour leurs anniversaires ; respectivement 175 et 40 ans. Une grande soirée sur le Mont des Arts avec un village aux couleurs du monde, un grand banquet au Palais des Congrès et des concerts gratuits place des Palais. Entre 19 h et 5 h du
matin, retournez sur les lieux mythiques de la fondation de notre Alma Mater. Réservez dès maintenant vos places en ligne
pour le banquet, il y a même une réduction si vous le faites avant la St V ! www.ulb175.be
SCULBTURES
Adressé à « tous les citoyens, tous les voisins, tous les
curieux », Chemins de la mémoire est un ouvrage qui
vous emmène sur les trois campus pour une balade à
la découverte du riche – et néanmoins méconnu –
patrimoine sculpté de l’Université. Au départ de
l’exposition ScULBtures, qui se tiendra à la Bibliothèque des Sciences Humaines, découvrez les œuvres
de Zadkine, d’Horta, de Van der Stappen… et partez à
la recherche de trésors cachés et de perles rares, pour
une découverte en 3D de l’histoire et des valeurs de
l’ULB.
Chacun garde en mémoire le célèbre monument Verhaegen,
mais qui sait, au-delà des incontournables, que l’Université
possède une œuvre d’Auguste Rodin ? Des bas-reliefs cubistes
d’Ossip Zadkine ? Une œuvre contemporaine du sculpteur
belge Jacques Moeschal ? Dans le cadre d’un projet global,
les étudiants d’art contemporain travaillent depuis près de
cinq ans sur le patrimoine artistique — et plus particulièrement le patrimoine sculpté — de l’Université.
Chaque année apporte son lot de découvertes, certaines
œuvres n’ayant parfois pas été répertoriées à l’époque de
leur acquisition. En 2009 encore, les Archives ont retrouvé un
remarquable portrait de Newton exécuté dans les années 1730
par le sculpteur Laurent Delvaux. Il s’agit d’un des premiers
témoignages du Néo-classicisme dans nos régions. Réalisée
conjointement par le Département de Support aux activités
académiques et le Département d’Histoire de l’art, une iconothèque créée à des fins d’enseignement et de mise en valeur
du patrimoine artistique de l’Université sera également mise
en ligne au moment du vernissage de l’exposition ScULBtures.
Chemins de la mémoire
Parcours à travers le patrimoine sculpté
de l’Université libre de Bruxelles,
Sébastien Clerbois (éd.), Bruxelles.
Faculté de Philosophie et Lettres
Archives, 2009,
15 € en souscription
jusqu’au 28/03/2010.
Salvador Dali disait un jour, la moindre des choses que l’on
doive demander aux sculptures, c’est de ne pas bouger. Pour
le 175e anniversaire de l’Université, Chemins de la mémoire
vous propose – au contraire – de démontrer que le plâtre, le
marbre ou le bronze sont capables de vibrer. Figures, portraits,
témoignages, morceaux de vie, anecdotes ; au fil des années,
la sculpture a gardé l’empreinte de nos pas. Certains y verront
la beauté des formes, d’autres questionneront le temps, les
faits, les destinées. À chacun de faire vivre la matière selon
son imaginaire.
> Sébastien Clerbois
Square du groupe G — Stèle en hommage
au groupe de résistants du même nom
▼
scULBtures
▼
Départ du parcours Chemins de la mémoire
du 29/03/2010 au 26/06/2010
Bibliothèque des Sciences humaines,
Bâtiment NB - campus du Solbosch
Du lundi au vendredi
de 8 h à 20 h
et le samedi de 10 h à 17 h
Gratuit
Informations : Sébastien Clerbois
seclerbo@ulb.ac.be
▼
À travers une sélection des sculptures les plus spectaculaires,
l’ouvrage Chemins de la mémoire, publié à l’occasion du 175e
anniversaire de l’ULB, vous invite à parcourir les campus pour
faire revivre un patrimoine injustement méconnu. Témoins de
leur temps, les œuvres – portraits de professeurs, allégories de
l’enseignement libre ou symboles des valeurs de l’Université
– retendent le fil d’une histoire riche de près de deux siècles.
Figées dans le marbre ou le bronze, les figures surgissent du
passé et nous parlent au présent, car l’histoire de l’Université
n’est pas seulement écrite dans les livres et au travers des mots;
elle est avant tout l’héritage vivant des hommes et des femmes
qui ont porté et défendu les valeurs de la libre pensée, parfois
au péril de leur vie. Là, le visage austère d’Alphonse Rivier,
juriste, précurseur de la défense des « droits des gens », et dont
l’humanisme confine à la grâce sous le ciseau moderniste du
sculpteur Charles Samuel, dans une architecture dessinée par
Victor Horta. Ici, le profil d’adolescent presque timide de
Richard Lipper, étudiant à l’École de Commerce, résistant,
membre du Groupe G, capturé et fusillé par la barbarie nazie
en 1944. À peine âgé de 25 ans il écrivait ces quelques mots
deux heures avant de mourir : Ma petite maman adorée. Je vais
être fusillé dans 2 heures. Ton fils saura mourir dignement
grâce à toi, grâce aux principes élevés que tu lui as inculqués.
Son courage et sa conviction restent gravés dans le métal.
Informations pratiques : www.ulb175.be
infos pratiques
PARCOURIR LES CAMPUS
PATRIMOINE SCULPTÉ ET TRÉSORS CACHÉS |
19
PATRIMOINE URBANISTIQUE ET SYMBOLIQUE |
20
Bruxelles 1910
De l’Exposition universelle
à l’Université
Page essentielle de l’histoire urbanistique et culturelle de Bruxelles, l’Exposition
universelle de 1910 n’a, curieusement, jamais fait l’objet d’une synthèse générale.
Les historiens de la Faculté de Philosophie et Lettres se sont attachés à étudier
ce pan mal connu et pourtant essentiel de l’histoire de la capitale. Un projet mené
en partenariat avec l’Extension de l’ULB et le Mundaneum de Mons.
Les récentes commémorations du cinquantième anniversaire
de l’Exposition universelle de 1958 ne doivent pas faire oublier que la Belgique possédait déjà une longue tradition de
manifestations internationales. Entamé à Londres en 1851,
le grand cycle des expositions de l’avant première guerre
mondiale trouve son aboutissement avec l’Exposition universelle et internationale de Bruxelles de 1910, aujourd’hui
oubliée du grand public.
DU CINQUANTENAIRE AU SOLBOSCH
En 1880, 1888 et 1897, le lieu d’élection pour les grandes
expositions de Bruxelles était l’ancien terrain de manœuvres
militaires, l’actuel Cinquantenaire. Les organisateurs de l’Exposition de 1910, cherchant un site plus vaste, jetèrent leur
dévolu sur les terrains inhabités du Solbosch, lieu de promenade prisé des Bruxellois. Le nouveau site permit de donner
à la manifestation une ampleur jusqu’alors inégalée.
Inaugurée officiellement le 23 avril 1910 par le tout jeune roi
Albert Ier, l’Exposition s’étendait de l’avenue Roosevelt à la
chaussée de Boendael et de l’avenue Jeanne à l’avenue du
Vénézuela, sur 90 hectares. À cheval sur deux communes, des
ponts reliaient Ixelles à Bruxelles, surplombant l’avenue Buyl.
Éclectique, l’architecture usait largement de reconstitutions
historiques, affirmant les identités nationales d’une société
alors en pleine mondialisation. Parmi les rares constructions
à se démarquer, celle de la section allemande affichait son
avant-gardisme. Les pavillons de firmes belges – telle la Fabrique nationale d’Armes de
Herstal ou les Charbonnages
belges – optèrent pour le gigantisme, attestant de la place de
la Belgique comme troisième
puissance commerciale. Outre le
succès de la manifestation, c’est
le terrible incendie qui ravagea
une large partie des bâtiments
dans la nuit du 14 au 15 août qui
marqua les esprits : aucune victime humaine, mais des dégâts
considérables qui obligèrent les
organisateurs à reconstruire à la
hâte une partie des pavillons.
ESPRIT LIBRE | SPÉCIAL 175 e ANNIVERSAIRE | N° 8
FACTEUR DE MODERNITÉ
Par-delà son succès populaire, cette manifestation a joué un
rôle essentiel dans l’expansion de la capitale. Comme prévu,
les bâtiments furent entièrement démontés. Ne subsistent
aujourd’hui que la maison Delune et le cottage de l’architecte
Van de Voorde. Avec le concours financier de la Société des
Tramways bruxellois, l’exposition œuvra à la concrétisation
du projet de prolongation de l’avenue Louise jusqu’à la
chaussée de La Hulpe. Trois lignes de tramway assuraient la
communication entre la ville et l’Exposition ainsi que la circulation in situ. Des travaux de terrassement colossaux et l’installation d’un réseau d’égouts et d’adduction d’eau rendirent
possible une occupation durable du site. Aussi, au début des
années 20, les terrains libres du Solbosch attirèrent-ils l’attention des autorités de l’ULB, lorsque celle-ci fut contrainte
de quitter le centre-ville.
“
> Serge Jaumain,
professeur d’histoire contemporaine,
directeur du Centre d’études nord-américaines et
du Centre interdisciplinaire de recherche
sur l’histoire de Bruxelles.
> Nadine Warzée,
ingénieure civile informaticienne et docteure
en Sciences appliquées de l’ULB.
De l’Exposition universelle de 1910 à l’Université
Ouvrage collectif placé sous la direction de
Serge Jaumain et de Wanda Balcers
L’originalité profonde de ce projet d’exposition réside dans la
collaboration entre les historiens et leurs collègues de la Faculté
de Sciences appliquées. Durant trois ans, ceux-ci ont travaillé
à des modélisations en trois dimensions des pavillons de
l’Exposition 1910, réalisées sur base de plans et de cartes
postales d’époque. Le visiteur d’aujourd’hui peut ainsi visiter
le site virtuellement, sélectionner un pays, visualiser de
manière interactive le pavillon correspondant et obtenir des
informations textuelles ou sonores. Ces modélisations ont mis
en œuvre des technologies de pointe et à partir du modèle
numérique d’un bâtiment on peut, entre autres, présenter un
modèle réduit obtenu sur une imprimante 3D, ou le plan de
montage d’une maquette en carton généré automatiquement
par ordinateur. Il est également possible de faire se succéder
par projections les différentes cartes géographiques du
Solbosch, de 1910 à nos jours.
▼
192 pages, 21 x 29 cm, relié sous jaquette couleur,
plus de 200 illustrations couleur et noir/blanc.
Parution fin janvier 2010.
Prix : 29,95 € TTC prix public, et 24,95 € TTC
en souscription et frais de port inclus en Belgique.
Clôture des souscriptions : 30 novembre 2009.
Souscriptions via mail (cultureline@dexia.be)
ou courrier (Dexia Banque, Service ventes PA 3/13,
bd Pachéco 44 - 1000 Bruxelles).
Paiement à la réception de la facture.
De l’Exposition universelle de 1910
à l’Université
du 05/02/2010 au 03/04/2010
Salle Allende Campus du Solbosch
du lundi au samedi, de 11 h à 16 h
Gratuit
▼
La confrontation entre les documents collectés par l’historien
et leur utilisation concrète par l’ingénieur suscite en outre une
passionnante remise en cause de leur fiabilité : alors que le
foisonnement iconographique relatif à l’Exposition pourrait
laisser croire qu’il ne subsiste aucune zone d’ombre, le passage en 3D révèle des plans officiels trompeurs, des pavillons
impossibles à restituer, des photographies maquillées, etc.
Conçues pour être didactiques et ludiques, les activités en
3D inviteront à leur tour les visiteurs à mener ce travail de
questionnement des sources.
Une centaine de documents originaux (affiches, photographies, films, plans, cartes postales, médailles, objets conçus
pour l’exposition ou achetés à l’époque, partitions illustrées…) seront systématiquement articulés vers leur utilisation en 3D. Un audio-guide « intelligent » – en trois langues –
accompagnera la visite.
L’exposition sera accompagnée par la parution d’un
livre relatant toutes les étapes liées à la réalisation
de cette Exposition universelle, décrivant les heurs
et malheurs des exposants et des visiteurs, présentant l’urbanisation du site, l’implantation de l’ULB et
ce qui subsiste aujourd’hui de l’Exposition de 1910.
Ce livre est édité avec le soutien de Dexia.
Informations pratiques : www.ulb175.be
*
infos
pratiques
En questionnant la symbolique des pavillons, l’approche historique permet de mesurer l’évolution des mentalités depuis
le dernier siècle. Le Palais des travaux féminins, sous ses dehors progressistes, reflète une société patriarcale qui cantonne
les femmes dans leur rôle de mères au foyer. Comment ne pas
être frappé du rapprochement des villages des nains et des
Sénégalais, avec celui des singes ? Attraction incontournable,
le Bruxelles-Kermesse – pastiche du « vieux Bruxelles » –
replongeait les visiteurs dans un passé glorieux et idéalisé.
Tout près s’élevait l’un des tout premiers « Luna Park » avec
« waterchute » et autres attractions curieuses comme la
pêche aux canards vivants… Par la promotion des innovations
scientifiques et techniques, ainsi que par sa forte coloration
commerciale, l’Exposition apparaît comme une formidable
vitrine du développement industriel et commercial. Le recul
historique laisse aussi transparaître certaines tensions,
notamment entre le discours pacifiste qui sous-tend toute
Exposition universelle et la présence massive d’un matériel
militaire qui va rapidement entrer en action.
Lorsque l’Exposition ferma ses portes, le 8 novembre 1910, les objectifs avaient été largement atteints et certaines sources parlent de
13 millions de visiteurs. Malgré ce succès immense eu égard à la taille de la population
belge du temps, cette Exposition universelle a
totalement disparu de la mémoire collective.
“
L’HISTOIRE EN 3D
PATRIMOINE URBANISTIQUE ET SYMBOLIQUE |
21
EXCELLENCE SCIENTIFIQUE |
22
Semaine des Nobel
La science immortelle
éclaire la raison
Depuis 175 ans, la Recherche est au cœur de l’action de notre Université, maintes
fois récompensée pour son excellence scientifique. Sur les cinq Prix Nobel
obtenus par la Belgique au cours de son histoire, l’ULB en compte trois : Jules
Bordet, Albert Claude et Ilya Prigogine.
Du 3 au 7 mai, une quinzaine de personnalités,
mises à l’honneur, seront nommées Docteur
Honoris Causa.
Surnommé l’ « antichambre du Nobel », le prix Wolf a été décerné récemment à plusieurs chercheurs de l’ULB. D’autres ont obtenu la médaille Fields, équivalent d’un « Nobel des mathématiques ». Les
nombreuses publications dans des revues aussi prestigieuses que Nature ou Science reflètent régulièrement l’excellence de la recherche à
l’ULB. La réputation de nos équipes dans le domaine de la biologie moléculaire, des neurosciences, de la santé, des (nano)matériaux, des
études européennes, de l’histoire, de l’intelligence artificielle, de la physique, des sciences économiques et politiques, de la philosophie, du
droit international, de la langue française ... n’est plus à faire.
Pleins feux
sur nos
invités*
AU PROGRAMME…
■
En cette année anniversaire, l’Université a donc naturellement souhaité
honorer ceux qui, par leur démarche scientifique d’exception, ont contribué à faire progresser le Savoir. Le 5 mai 2010, l’ULB décernera les insignes de Docteur Honoris Causa à une quinzaine de personnalités
scientifiques exceptionnelles : Prix Nobel de médecine, chimie, physique, économie, littérature, Médaille Fields, prix Wolf, etc.
Organisée autour de cette cérémonie, une Semaine des Nobel aura lieu
du 3 au 7 mai. Cet événement – unique en Belgique – permettra aux invités de présenter les derniers résultats de la Recherche dans leur domaine et de disserter sur l’avenir de la science ainsi que des grands
problèmes sociétaux de demain. De la médecine à la philosophie du
droit, en passant par les sciences politiques, la chimie, la physique et
les mathématiques, toutes les matières scientifiques seront couvertes.
Le prestigieux studio 4 de Flagey sera le théâtre de ces rencontres ouvertes à la communauté universitaire, ainsi qu’à la société civile. En
marge des conférences plénières, des séminaires plus pointus permettront à nos chercheurs d’interagir avec les invités.
Des conférences de vulgarisation destinées aux élèves de l’enseignement secondaire – données par des orateurs tels Alain Hubert ou Pascal
Picq – seront également au programme de cette semaine. En effet, si
« science » rime avec « excellence », il est plus que jamais essentiel que
celle-ci diffuse largement dans la société. L’Université profitera d’ailleurs
de la visibilité médiatique exceptionnelle de ces événements pour présenter les découvertes les plus marquantes de ses équipes de recherche.
Par l’organisation de cette Semaine des Nobel, l’Université se place dans
la continuité des Conseils internationaux de physique et chimie Solvay,
tout en s’ouvrant plus encore sur la société ; combinant ainsi ses missions de recherche, d’éducation et de service à la communauté.
ESPRIT LIBRE | SPÉCIAL 175 e ANNIVERSAIRE | N° 8
Françoise Barré-Sinoussi
Chercheuse en virologie à l’Institut Pasteur à Paris, Françoise Barré-Sinoussi
(1947) est co-récipiendaire – avec Luc
Montagnier – du Prix Nobel de physiologie et médecine en 2008 pour la découverte (dès 1983) du virus de
l’immunodéficience humaine (VIH) à
l’origine du sida. Françoise Barré-Sinoussi dirige l’unité de régulation des
infections rétrovirales du département
de virologie de l’Institut Pasteur. Depuis
2007, elle est co-présidente du comité
d’éthique de l’Institut Pasteur et très impliquée dans la promotion de l’intégration entre la recherche sur le sida et les
actions dans les pays pauvres, via le Réseau international de l’Institut. Elle dirige également le site « Asie du Sud-est »
de l’Agence française de recherche sur
le sida et les hépatites.
■
Mario Capecchi
Né à Vérone (Italie) en 1937, Mario Capecchi émigre aux États-Unis en 1946,
avec sa mère rescapée de Dachau. Prix
Wolf de médecine en 2003, il reçoit –
avec Evans et Smithies – le Prix Nobel
de physiologie et de médecine en 2007,
pour avoir identifié les modifications génétiques de lignées de souris par intégration de cellules souches embryon-
■
Rolf Zinkernagel
Né à Riehen (Suisse) en 1944, Rolf
Zinkernagel étudie la médecine à l’Université de Bâle et poursuit des études
à Zurich. En 1996, il décroche le Prix
Nobel de physiologie et médecine avec
Peter Doherty. Leurs travaux, centrés sur
des globules blancs – lymphocytes T
cytotoxiques – qui agissent en détruisant
les virus et les cellules infectées, aboutissent à la découverte du système de
reconnaissance par le système immunitaire des cellules infectées par des
virus, parmi les cellules normales.
■
Christian De Duve
Né à Thames-Ditton, près de Londres,
en 1917, Christian De Duve est diplômé
de l’Université catholique de Louvain en
médecine et en chimie. Perfectionnant
les techniques de séparation des
constituants cellulaires par centrifugation mises au point par Albert Claude, il
décrit pour la première fois deux organites cellulaires inconnus jusque là : le
lysosome (1955) et le peroxysome dix
ans plus tard. Il réussit à montrer que
les différentes structures visibles dans
les cellules sont des entités fonctionnelles limitées par une membrane et qui
concentrent en leur sein des enzymes
spécifiques, véritables marqueurs de
ces structures. En 1974, il reçoit – avec
Albert Claude et George Emil Palade – le
Prix Nobel de physiologie et de médecine pour avoir découvert comment la
cellule peut absorber ou détruire les
substances – bonnes ou mauvaises –
sans altérer son fonctionnement.
■
Mario J. Molina
Né à Mexico en 1943, Mario J. Molina
se forme au Mexique, en Allemagne et à
Paris pour finalement reprendre des
études de chimie à Berkeley en 1968.
En 1995, il reçoit – avec Sherwood Rowland – le Prix Nobel de chimie, pour
leurs apports dans la compréhension
des dommages causés à la couche
d’ozone terrestre par les chlorofluorocarbones. Ils montrent que les équilibres
chimiques de l’atmosphère peuvent
être perturbés par des éléments en
quantité infime dans l’air. En prouvant
la responsabilité des polluants d’origine
humaine, ils ont contribué – souligne le
jury Nobel – à éviter un problème
écologique planétaire. Leurs travaux
ont donné ses lettres de noblesse à la
climatologie.
“
naires. Les travaux de Capecchi sur les
souris transgéniques ont contribué à la
connaissance des fonctions et mécanismes de régulation des gènes, mais
aussi à la création de nombreux modèles d’étude de maladies.
1
Jules Bordet (Nobel de Médecine ULB, 1919)
2
Ilya Prigogine (Nobel de Chimie ULB, 1977)
3
Albert Claude (Nobel de Médecine ULB, 1974)
1
■
David J. Gross
Né à Washington en 1941, David J. Gross
est diplômé en physique et mathématiques de la Hebrew University of Jerusalem. En 1969, il rejoint l’Université de
Princeton où il restera 27 ans et travaille
sur la théorie des cordes hétérotiques
dont il est le co-découvreur avec Harvey,
Martinec et Rohm. Avec Politzer et Wilczek – deux de ses anciens étudiants –
David Gross a découvert le fonctionnement du noyau des atomes. À trois, ils
reçoivent le Prix Nobel de physique en
2004 pour leurs travaux sur les particules fondamentales quarks. Leur découverte rapproche la physique du rêve
d’arriver à formuler une théorie qui
engloberait la gravité – une théorie du
tout !
■
2
Alain Connes
Né à Draguignan en 1947, Alain Connes
fait ses études à l’École normale supérieure (ENS). Dans les années 80, il est
directeur de recherche au CNRS et professeur au Collège de France à la Chaire
Analyse et Géométrie depuis 1984. Ses
travaux de recherche révolutionnent la
théorie des algèbres de Von Neumann et
résolvent la plupart des problèmes, notamment la classification des facteurs
de type III. Ils lui valent la Médaille
Fields en 1982, le Crafoord Prize en
2001 et la Médaille d’or du CNRS en
2004. Alain Connes a largement contribué à la création d’une nouvelle branche
des mathématiques : la géométrie différentielle non-commutative. Son travail a
permis de donner un cadre mathématique à des problèmes de mécanique
quantique et à la théorie de la relativité.
3
ESPRIT LIBRE | SPÉCIAL 175 e ANNIVERSAIRE | N° 8
EXCELLENCE SCIENTIFIQUE |
“
23
Si « science » rime
avec « excellence »,
il est plus que jamais
essentiel que celle-ci
diffuse largement
dans la société.
“
L’Université profitera
de la visibilité
médiatique
exceptionnelle de
ces événements
pour présenter
les découvertes
les plus marquantes
de ses équipes
de recherche.
EXCELLENCE SCIENTIFIQUE |
24
“
Eric Maskin
Né en 1950 à New York, Eric Maskin fait
ses études à Harvard où il décroche un
PhD (doctorat) en mathématiques appliquées. Il rejoint Cambridge en qualité
de research fellow en 1976 et enseigne
au MIT de 1977 à 1984 et à Harvard de
1985 à 2000, où il occupe la chaire
Louis Berkman d’économie. En 2000, il
entre à l’Institute for Advanced Study de
Princeton. En 2007, il reçoit, avec Hurwicz et Meyerson, le Prix Nobel d’économie pour ses travaux basés sur la
théorie des jeux, dont les mécanismes
peuvent éclairer le fonctionnement des
marchés. Connu pour ses positions tranchées anti-brevets logiciels à travers le
concept d’innovation incrémentale, ses
recherches actuelles concernent la comparaison de règles électorales, l’examen
des causes d’inégalité et la formation
des coalitions.
■
Ronald Dworkin
Philosophe du droit engagé, né à Worcester (États-Unis) en 1931, Ronald
Dworkin fait ses études à Harvard et à
Oxford en philosophie et en droit. Il travaille pour le célèbre Learned Hand
■
Ronald Inglehart
Né dans le Wisconsin en 1934, Ronald
Inglehart se forme à la science politique
à l’Université du Michigan. Il dirige le
« World Values Survey » : un réseau de
180 sociologues effectuant des sondages dans une centaine de pays afin
de savoir comment les gens appréhendent le monde. Ronald Inglehart a également analysé les changements
culturels et leurs impacts politique et
économique lorsque de jeunes populations remplacent les aînés dans la population adulte. The Silent Revolution
traite des changements affectant les sociétés industrielles avancées. Modernisation et Postmodernisation défendent
l’idée selon laquelle le développement
économique, les changements politiques et culturels vont de pair et sont,
dans une certaine mesure, prédictibles.
En 2004, il réexamine la thèse de la sécularisation et souligne que la religiosité persiste davantage parmi les
populations vulnérables mais constate,
paradoxalement, qu’une part de plus
en plus grande de la population mondiale passe du temps à réfléchir au
sens de la vie et à des préoccupations
spirituelles.
ESPRIT LIBRE | SPÉCIAL 175 e ANNIVERSAIRE | N° 8
Gao Xingjian
■
Écrivain, traducteur, dramaturge, metteur
en scène, critique et artiste, né en 1940
à Gao Ganzhou (province de Jiangxi Chine), Gao Xingjian, est aujourd’hui
citoyen français. Envoyé en camp de rééducation durant la Révolution culturelle
(1966-76), Gao Xingjian ne peut rien publier avant 1979. Ses premiers écrits paraissent dans des magazines littéraires
en Chine entre 1980 et 1987. Un grand
nombre de ses pièces expérimentales et
pionnières – inspirées par Brecht, Artaud et Beckett – sont jouées au Théâtre
d’art populaire de Beijing. Condamné
durant la campagne contre la « pollution
intellectuelle » et suite à la censure qui
frappe ses œuvres, il se réfugie à Paris
en 1987. Déclaré persona non grata
par le Régime, ses œuvres sont interdites. Aujourd’hui traduit dans de nombreuses langues et joué partout dans le
monde, Gao Xingjian a reçu le Prix Nobel
de littérature en 2000 pour « une œuvre
de portée universelle, marquée d’une
amère prise de conscience et d’une ingéniosité langagière, qui a ouvert des voies
nouvelles à l’art du roman et du théâtre
chinois ».
> François Reniers,
Vice-recteur pour la Recherche
et le Développement
Semaine des Nobel
du 03/05/2010 au
05/05/2010
Informations pratiques :
www.ulb175.be
*
infos
pratiques
■
[juge américain défenseur de la liberté
d’expression] à la cour d’Appel des
Etats-Unis et chez Sullivan et Cromwell.
Il enseigne ensuite à Yale – où il occupe
la chaire de jurisprudence – puis à Oxford, Londres et New York, depuis la fin
de la décennie 70. Riche de sa double
formation, il développe sa réflexion en
philosophie politique et théorie du droit
autour de deux axes majeurs : la place
de l’interprétation en droit et la définition d’une forme de libéralisme éthique
et politique, en rupture avec l’utilitarisme et le positivisme juridique. Sa
théorie l’amène à prendre position sur
des questions politiques importantes
telles que la désobéissance civique ou
la discrimination positive au profit des
minorités défavorisées. Il a reçu en
2007 le Holberg International Memorial
Prize.
▼
Pierre Deligne
Né à Bruxelles en 1944, Pierre Deligne
est diplômé en mathématiques de
l’ULB. Récompensé par la Médaille
Fields en 1978 pour sa preuve des
conjectures de Weil en géométrie algébrique, il utilise une nouvelle théorie de
cohomologie appelée « cohomologie
étale » – fondée sur les hypothèses
d’Alexandre Grothendieck – qu’il applique avec succès aux conjectures de
Weil. Il reçoit également le Prix Crafoord
en 1988, le Prix Balzan en 2004 et le
Prix Wolf en 2008. Ses travaux concernent aussi la théorie de Hodge, les fonctions modulaires, les conjectures de
Langlands et la théorie des représentations. Ils apportent un éclairage nouveau sur la relation entre géométrie
algébrique et théorie du nombre algébrique.
▼
■
Les personnes présentées ici sont
celles qui ont confirmé leur présence
lors du bouclage de ce numéro.
En 1834, l’ULB occupait le Palais Charles de Lorraine, place du
Musée. Le 7 mai 2010, notre Alma Mater retourne aux origines et
fête son 175e anniversaire au cœur de Bruxelles. À cette occasion,
l’ULB, la VUB, la Région de Bruxelles Capitale et la Ville de
Bruxelles invitent les étudiants, le personnel, les anciens et les
sympathisants à se rassembler autour d’un triptyque de choc : un
banquet exceptionnel au Palais des Congrès, des concerts gratuits
place des Palais et une performance des écoles d’architecture
Horta et la Cambre.
▼
Tarifs avant la Saint-V :
Étudiant et personnel : 40 €
Anciens : 55 €
Tarifs après la Saint-V :
Étudiant et personnel : 45 €
Anciens : 60 €
UN BANQUET EXCEPTIONNEL ?
Réservations sur www.nuitdeslumières.be
▼
Imaginez plus de trois mille ULBistes dans un Palais des Congrès
fraîchement rénové et d’autres encore, sur le Mont des Arts, déambulant dans un village aux couleurs des deux universités … Pour un
soir professeurs, étudiants, anciens et personnel se réuniront dans
un cadre hors du commun pour fêter comme il se doit les 175 ans
de l’ULB et les 40 ans de sa sœur, la VUB. Accompagnées d’une
troupe de théâtre, les festivités débuteront par un cocktail dans
les jardins du Mont des Arts, paré pour l’occasion de bars et
d’échoppes aux saveurs du monde. Autant d’escales où se sustenter. Pour ceux qui préfèrent se régaler des plats du renommé
traiteur Loriers au Palais des Congrès, constituez votre propre table
en ligne et bénéficiez d’un tarif spécial jusqu’à la Saint-Verhaegen!
Dessert et café vous seront servis dans ce lieu hautement symbolique qu’est la place du Musée.
Nuit des Lumières
Nacht van de Verlichting
le vendredi 07/05/2010
Palais des Congrès et place des Palais
Informations pratiques : www.ulb175.be
ROCK PLACE DES PALAIS !
Après le banquet, les pavés de la place des Palais vibreront au son
d’un concert gratuit. Fermée à la circulation, la place accueillera
donc la suite des réjouissances. De grands noms et de jeunes talents de la chanson vous y feront danser jusqu’au feu d’artifice –
bouquet final d’une soirée qui fera encore longtemps parler d’elle.
DEUX NOUVEAUX VENUS AU DEVANT DE LA SCÈNE
Faisant dorénavant partie intégrante de l’ULB, Horta – côté cour, et
la Cambre – côté jardin – donneront le ton à l’événement avec une
« création improvisée encadrée » réalisée par leurs étudiants –
probablement Place royale ; les créateurs nous le diront !
Rendez-vous le 7 mai 2010 au cœur de Bruxelles pour fêter, (re)découvrir et faire découvrir nos deux universités à la lumière de cette
grande fête.
> Anne-Sophie Devriese et Grégory Ghyssens
ESPRIT LIBRE | SPÉCIAL 175 e ANNIVERSAIRE | N° 8
FESTIVITÉS ET RÉJOUISSANCES |
Nuit des Lumières – Nacht van de Verlichting : n.f. (Loc. universitaire
bruxelloise bilingue). 1- Événement festif du 175e anniversaire de la naissance de l’Université libre de Bruxelles (ULB) et des 40 ans de la Vrije
Universiteit Brussel (VUB). 2- Passé dans le langage courant pour désigner une soirée particulièrement réussie. Ex. « Wat een nacht van de
Verlichting ! ». Ex « Une nuit des Lumières, fieu ! ».
infos pratiques
Nuit des Lumières
Nacht van de Verlichting
25
Raison et émotion
Trois événements de la Faculté de Psycho
le 19/03/2010
Une conférence-débat, intitulée « Émotions et raison :
apprendre à vivre ensemble » avec le Dr David ServanSchreiber, psychiatre et neuroscientifique, et Jean-Louis
Vanherweghem, Professeur émérite en Faculté de Médecine et Président du Conseil d’administration de l’ULB.
20 h Auditoire Janson.
Étudiants: 2 € Personnel ULB 5€ Extérieurs : 10 €
le 24/04/2010
Une journée scientifique pour faire le point sur les apports de la recherche. Raison et émotion – décider, exprimer, soigner, apprendre, agir : cinq éminents scientifiques de renommée internationale exposeront leur
conception de la question.
9 h à 18 h Salle Dupréel.
Étudiants 20 € ULB : 50 € Extérieurs : 90 €
> Cécile van de Leemput
le 26/04/2010
Le public est convié à dialoguer avec Denis Podalydès.
Ce dernier partagera son expérience personnelle des
métiers d’acteur, de comédien, d’écrivain et de metteur
en scène autour du vécu, du ressenti et du contrôlé ; de
l’expression et de la transmission.
20 h Théâtre Le Public.
Entrée 22 € ULB 15 € Étudiant 8 €.
3 spectacles et la conférence, 65 €
http://www.theatrelepublic.be/index.php
Contact : Muriel Constas et Magali Molle
02 650 48 51 - psycho175@ulb.ac.be
Informations pratiques : www.ulb175.be
Denis Podalydès
infos pratiques
▼
Choisir, apprendre, exister… La vie mentale est souvent conçue
dans l’opposition entre le champ du raisonnable et celui de
l’émotionnel. Pourtant, elle se laisse difficilement réduire ou
décomposer. Les émotions qui nous animent sont en partie le
reflet de nos connaissances ; nos rêves, désirs et fantasmes
s'inscrivent dans le contexte de la famille, du groupe ou de l'institution ; la pensée rationnelle se constitue aussi, au moins en
partie, des expériences et émotions tout au long de la vie.
La question de l’articulation entre raison et émotion est centrale pour les sciences de l’homme. Elle est aussi essentielle
pour tout qui, dans sa pratique professionnelle par exemple,
est curieux de mieux comprendre les fonctionnements humains.
L’année académique qui commence est celle du 175e anniversaire de l’Université, mais elle consacre aussi la création de la
« section de pédagogie » à l’ULB en 1919 et le 40e anniversaire
de sa transformation en Faculté. À cette occasion, la Faculté des
Sciences psychologiques et de l’Éducation propose trois événements, trois regards sur cette thématique.
▼
Vous découvrez la Villa-De-Vos-Rêves mais vos finances ne sont pas au mieux et
vous anticipez un futur professionnel difficile. Acheter ou renoncer ? Pierre est brillant
en langues mais c’est le désastre en maths. Anxiété ? Motivation ? Jeanne ne sort
plus de chez elle ; ses lectures l’ont convaincue que la qualité de l’air ambiant ne
pourrait que la rendre gravement malade. Comment choisir ?
▼
PSYCHO-REGARDS |
26
*
est né en 1963 à Versailles. Après des études au Conservatoire National entre 1985 et 1988, il entre à la Comédie-Française en 1997 et en devient sociétaire en 1999. Acteur,
metteur en scène et écrivain, Denis Podalydès a reçu le Molière de la révélation théâtrale pour Le Revizor (Mise en scène
de JL Benoît). En 2007, Cyrano de Bergerac a reçu 6 Molières
dont un pour sa mise en scène à la Comédie-Française.
Après Scènes de la vie d'acteur (Éditions Seuil-Archimbaud)
en 2006, son « Voix off » (Mercure de France) a reçu le prix
Fémina de l’essai en 2008.
27
Ferrer revisité
Programme
du 11/09/2009 au 20/10/2009
Exposition
Francisco Ferrer 100 ans après son exécution,
les avatars d’une image
Salle Allende
▼
Il y a exactement un siècle, le procès expéditif de Ferrer devant une Cour martiale de
Barcelone, sa condamnation à mort et son exécution scandalisent tous les laïques.
Toute la « gauche » de l’époque, des libéraux aux anarchistes en passant par les socialistes, se mobilise. Protestations massives et manifestations enflamment toutes les
villes de quelque importance. À Bruxelles elles durent presque une semaine, les meetings succédant aux cortèges et aux défilés accompagnés de fanfares jouant des
marches funèbres.
▼
Tous ceux et celles qui sont passés par l’ULB ont gardé
ne serait-ce qu’un vague souvenir du nom de Francisco
Ferrer. Depuis 1984, la statue qui lui est dédiée se
trouve avenue Roosevelt et les étudiants y déposent
chaque année des fleurs lors de la cérémonie officielle
de la Saint-Verhaegen. Un auditoire porte aussi son
nom et des dizaines de communes de Wallonie ont une
rue qui lui est dédiée.
MARTYR OU HÉROS ? |
Mais qui était Ferrer ?
Quelles convergences
politiques ont fait de lui
un héros, le martyr de
la Libre-Pensée ?
Comment a-t-on effacé
l’anarchiste pour ne plus
parler que du pédagogue,
bien plus consensuel ?
du 22/09/2009 au 09/10/2009
Quinzaine du film pédagogique à la Cinematek
FERRER REVISITÉ
Pour marquer le centenaire de sa mort, les activités organisées par le Centre Interdisciplinaire d’Étude des Religions et de la Laïcité (CIERL), le Centre d’histoire et de sociologie des gauches et la Haute École Francisco Ferrer ne seront en rien banales.
Un colloque et une exposition consacrés aux « Avatars d’une image » poseront de nombreuses questions sur la manière dont on crée un héros, parfois – comme dans le cas de
Ferrer – contre son gré, et sur notre besoin de lier nos idéaux à une personne précise.
Un colloque pédagogique s’interrogera sur les possibilités et limites de la transformation
de la société par l’école (La pédagogie peut-elle changer le monde ?). Des juristes
belges et espagnols, avec des étudiants en droit de l’ULB, rejoueront publiquement le
procès de Ferrer pour en relever les failles et les anomalies. Un projet d’étudiants de
l’Institut d’architecture Horta revisitera la statue de Ferrer, tandis que sera publiée la
traduction en français de L’École moderne et que, pour démocratiser le savoir, les
mathématiques sortiront dans la rue…
> Anne Morelli,
directeur-adjoint du CIERL
▼
du 13/10/2009 au 23/10/2009
le 13/10/2009
▼
Colloque international
Francisco Ferrer 100 ans après son
exécution, les avatars d’une image
le 14/10/2009
▼
La pédagogie peut-elle changer le monde ?
Espace Magh et Haute École Francisco Ferrer
16/10/2009 et 17/10/2009
Démocratiser le savoir : maths en rue,
maths pour tous
Place de la Monnaie, Hôtel de Ville
Plus de détails sur : www.he-ferrer.eu
Contact : 02/650 35 78 ou
Carmen.Louis@ulb.ac.be
infos pratiques
Exposition
Ferrer, l’École moderne, d’hier à aujourd’hui
Haute École Francisco Ferrer
DEUX ARRESTATIONS, DEUX PROCÈS
Ferrer est arrêté une première fois en Espagne en 1906. Il est accusé de complicité avec
un jeune anarchiste qui a tenté d’assassiner le roi d’Espagne Alphonse XIII, et son École
Moderne, mixte et « sans Dieu », qualifiée par ses détracteurs de nid de terroristes et
d’impies, est irrémédiablement fermée. Après treize mois de détention et une remarquable mobilisation internationale, il est acquitté, relâché et entame une tournée triomphale dans toute l’Europe.
Mais deux ans plus tard – en juillet 1909 – Barcelone est secouée par des mouvements
révolutionnaires. La conscription obligatoire pour la guerre coloniale au Maroc met le feu
aux poudres et la foule incendie notamment couvents et églises, perçus comme les alliés
du pouvoir. Dès la fin de ce qui sera appelé « la Semaine sanglante », une répression
sans pitié frappe les contestataires. Ferrer est « tout naturellement » désigné comme
l’homme dont les idées ont armé le bras des émeutiers anticléricaux. Le roi lui refuse
la grâce et cette fois, même la mobilisation internationale ne pourra le sauver.
Fusillé le 13 octobre à l’âge de cinquante ans, il devient le symbole des victimes de
l’intransigeance catholique.
le 12/10/2009
Révision du procès Ferrer par les Facultés de
Droit de l’ULB et d’Alicante
▼
C’est que ce Catalan – anarchiste ayant abandonné l’action violente pour former les
enfants à la réflexion et à l’insoumission aux diktats de l’ordre social et religieux – a
beaucoup voyagé, donné des conférences, noué des contacts et engrangé des sympathies, réussissant ainsi à créer autour de L’École Moderne, un réseau international.
Or, que ce soit en France, en Belgique, en Espagne ou en Italie, l’Europe d’alors est politiquement divisée entre cléricaux et anticléricaux. Franc-maçon et libre-penseur,
Ferrer s’est clairement engagé dans le camp anticlérical, ce dernier exigeant un État
affranchi de toute influence de l’Église.
▼
UN PÉDAGOGUE ANARCHISTE
LES 10 ANS DE L’IBMM |
28
IBMM :
tradition
d’excellence
Sis rue des professeurs Jeener et Brachet –
pères fondateurs de la biologie moléculaire
à l’ULB – l’Institut de biologie et de médecine
moléculaires (IBMM) fête ses 10 ans cet
automne.
1999, l’Institut de biologie et de médecine moléculaires –
IBMM – est inauguré sur l’Aéropole de Charleroi. Dix ans plus
tard, il a essaimé : l’Institut d’immunologie médicale (IMI) et le
Laboratoire d’agrotechnologie végétale l’ont rejoint. Le centre
collectif de recherche Immune Health (anciennement BioVallée)
s’est implanté ; plusieurs spin-offs sont nées et se développent ; Biopark Formation dédié à la formation continue en
biomédical a vu le jour ; une équipe de valorisation de l’Interface ULB s’y est également installée et prochainement, le site
accueillera un incubateur et un centre multimodal d’imagerie.
Ensemble, ils constituent le Biopark Charleroi Brussels South.
Le pari de l’Objectif 1 et du redéploiement économique est
gagné.
L’ÉPOPÉE DE LA BIOLOGIE MOLÉCULAIRE
▼
Journées scientifiques
organisées par l’IBMM
les 01/10/2009 et 02/10/2009
▼
À l’occasion de son 10e anniversaire, à Charleroi.
Programme sur : www.ulb.ac.be/ibmm
ou auprès de Solange Demeure, IBMM,
02 650 97 17
infos
pratiques
Autre pari gagné, celui de l’excellence de la recherche : un défi
primordial pour les quelque 150 chercheurs inscrits dans la
tradition des « pionniers » de la biologie moléculaire à l’ULB.
Dans les années 30, les professeurs Brachet, Jeener et leurs
collègues créent le Laboratoire du Rouge-Cloître qui acquiert
très vite une réputation internationale. Trop à l’étroit à Auderghem, les chercheurs rejoints par Chantrenne, Wiame, Errera
et Thomas, entre autres, s’installent à Rhode-Saint-Genèse :
un deuxième élan pour cette équipe qui passe de quelques
dizaines à plus de 150 personnes. Les laboratoires « de Rhode »
entretiennent leur renommée internationale. De nouvelles
orientations telles l’immunologie, l’embryologie de mammifères, la virologie, la génétique des procaryotes et des eucaryotes, la parasitologie, l’étude de la structure des protéines
ou la génétique appliquée apparaissent. Les laboratoires de la
Faculté des Sciences ne cessent de prospérer et les locaux de
Rhode deviennent à leur tour trop petits : plusieurs groupes
s’installent à Bruxelles et à Nivelles. Parallèlement, à Bruxelles,
un laboratoire s’est structuré au sein de la Faculté de Médecine. D’abord Laboratoire de médecine nucléaire, il devient
l’Institut de recherche interdisciplinaire en biologie humaine
et nucléaire, puis l’IRIBHM – le « moléculaire » succédant au
« nucléaire » – et acquiert, lui aussi, une dimension internationale. En 1999, les laboratoires « de Rhode », de Nivelles et
de Bruxelles se réunissent pour s’installer sur l’Aéropole de
Charleroi. Ils sont rejoints par plusieurs équipes de l’IRIBHM :
l’Institut de biologie et de médecine moléculaires, IBMM est né.
Les chercheurs de l’IBMM tentent de percer les secrets des
processus biologiques régissant le fonctionnement normal d’un
organisme vivant afin d’établir de nouveaux outils de diagnostic,
de nouveaux médicaments ou des thérapies innovantes.
Leurs travaux se scindent en trois axes. 1er axe, la génétique
fonctionnelle et bioinformatique, soit l’étude de l’expression
et du rôle des gènes visant à mieux comprendre la physiologie
de la cellule, les mécanismes moléculaires du développement
de l’embryon ou encore du cancer et de maladies génétiques
ou infectieuses (par exemple le virus VIH). 2e axe, les relations
hôtes/parasites ou l’observation du fonctionnement normal ou
pathologique (en cas d’allergie, d’inflammation, de cancer) du
système immunitaire, ainsi que des mécanismes par lesquels
les parasites échappent à la surveillance immunitaire de leurs
hôtes. 3e axe, la biologie cellulaire et l’imagerie s’intéressent à
l’organisation de la cellule et à ses différents compartiments.
PARI GAGNÉ !
Dix ans après sa création, le pari de l’excellence est gagné,
en témoignent les nombreuses publications dans des revues
scientifiques internationales : en 2008-2009, pour ne citer que
cette période, pas moins de 10 articles ont été publiés dans
des revues renommées telles Science et Nature. L’IBMM coordonne ou participe également à de nombreux programmes de
recherche régionaux, nationaux ou internationaux : deux Pôles
d’Attraction Interuniversitaires (PAI) – l’un consacré au dialogue
moléculaire entre hôte et parasite à partir du modèle du trypanosome, l’autre dédié à l’immunologie ; plusieurs Actions
de Recherche Concertées (ARC) ; le programme d’excellence
CIBLES – visant à identifier et valider des cibles et des stratégies thérapeutiques innovantes centrées sur les pathologies
liées aux réactions inflammatoires chroniques et nerveuses.
Entre autre exemple, parmi ces différents projets européens et
wallons, le seul belge à avoir été sélectionné par le très prestigieux Human Frontier Science Program est un postdoctorant
de l’IBMM qui s’est classé 1er sur 672 candidats !
> Muriel Moser et Nathalie Gobbe
ESPRIT LIBRE | SPÉCIAL 175 e ANNIVERSAIRE | N° 8
Cultures d’Europe
2009-2010
*
06/10/2009
« Est-il vrai que le temps passe? »
par Étienne Klein
01/12/2009
« La société d'hyperconsommation :
sommes-nous plus heureux ? »
par Gilles Lipovetsky
20/01/2010
« Matériaux pour une philosophie
de la mondialisation »
par Luc Ferry
04/03/2010
« Crise mondiale politico-économique :
quels sont nos choix? »
par Immanuel Wallerstein
Amphithéâtre Paul-Émile Janson,
48 avenue Roosevelt à 20 h
www.ulb.ac.be/culture-europe/
culture-europe
14/09/09
Space Day
Le 14 septembre 2009, l’ULB et la VUB
organisent, à l’initiative de Dirk Frimout
et l’Euro Space Society asbl, le « Space
Day ULB-VUB ». Cet événement est tout à
fait gratuit pour les élèves, les enseignants
et les étudiants. Ils y découviront les formations, métiers et thèmes de recherche
liés au spatial à l’ULB et pourront questionner une dizaine d’astronautes du
monde entier, spécialement invités à
cette occasion (traduction simultanée
Fr/Nl). Enfin, les élèves et étudiants
assisteront à divers ateliers thématiques
où ils interagiront en plus petit comité
avec les astronautes et les scientifiques
de l’ULB.
Amphithéâtre Paul-Émile Janson
à partir de 13 h
25/09/09
Nocturne et
Nuit des chercheurs
Nocturne sur le campus du Solbosch ;
Nuit des chercheurs sur le campus Erasme.
14/10/09
Journée de l’Europe
Cette journée offre un accueil institutionnel aux étudiants notamment Erasmus et aux chercheurs européens ;
informe les étudiants de l’ULB sur les
échanges Erasmus et les Masters européens ainsi que les chercheurs sur les
possibilités de financements européens
et présente les résultats de la recherche
à travers des prix ou projets européens.
Toute la journée, une série d’ateliers
proposeront des thématiques telles
l’emploi, la mobilité étudiante, les
Masters et Doctorats à l’étranger et la
recherche, pour se terminer par un TD
« Europe ».
Campus du Solbosch
du 12/11 au 31/12/09
Les Habits Neufs
de Pékin
Exposition de photographies de Maria
Fialho dans le cadre d’Europalia Chine
sur la transformation de Pékin.
Dans le but de moderniser Pékin, les
ruelles traditionnelles avec leurs
hutongs — les quartiers de maisons
typiquement pékinoises construites
autour de cours carrées — ont été démolies. Le déplacement de la population a sonné la fin progressive d’un
certain art de vivre bien spécifique à
ces hutongs et un changement profond
de la sociologie du vieux Pékin.
Tout ceci n'aurait pu se réaliser sans le
concours de millions de travailleurs
migrants chinois, venus des régions
les plus pauvres de la Chine, souvent
seuls, plongés brutalement dans la
modernité de la capitale et constituant
une main d'œuvre bon marché et sans
droits.
Cette exposition de photos est accompagnée d'interviews d'artistes chinois
sur la transformation de la culture chinoise.
Vernissage le jeudi 12 novembre 2009
à 18 heures, Campus du Solbosch,
Salle Allende, 22 av. Paul Héger
en présence de l’artiste.
10/02/10
Journée Portes ouvertes
du 22 au 28/03/10
Sciences enVie
La 10e édition du Printemps des
Sciences vise à susciter des vocations et
à élargir la culture scientifique de tous,
en faisant découvrir les sciences par
l’expérimentation et le dialogue avec les
scientifiques. Sur le thème « Sciences
enVie », cette exposition sera l’occasion
de mettre en évidence le rôle des différentes disciplines scientifiques dans
l’étude du vivant — de la cellule aux
écosystèmes les plus complexes. Un
grand nombre d’animations expérimentales pour les groupes scolaires, des
concours et des conférences complèteront ce programme.
Plus d’informations sur
www. ulb.ac.be/inforsciences
du 04/03 au 08/03/10
Foire du livre de Bruxelles
Publications
Deux publications liées au 175e anniversaire, parues dans la collection de poche
des Éditions de l’Université de Bruxelles :
La naissance de la physique moderne,
par Pierre MARAGE et
Grégoire WALLENBORN,
préface d’Isabelle STENGERS,
40 pages, illustrations, 9 €.
Modernité du libre examen,
textes de Chaïm PERELMAN
et Jean STENGERS,
préface de Jean-Pierre
DEVROEY, 192 pages, 8 €.
Et l’ouvrage :
Les Musées de l’ULB. L’Université libre
de Bruxelles et son patrimoine culturel,
Nicole Gesché-Koning, Nathalie Nyst (éds.)
Le Réseau des Musées de l’ULB a choisi
de publier un ouvrage tout public présentant non seulement les collections
muséales tangibles de l’Université,
mais également son patrimoine bâti et
un aspect de son patrimoine immatériel.
Chacun des onze responsables du Réseau retrace un bref historique de son
entité avant de décrire ses collections et
de mettre en exergue une ou plusieurs
pièces maîtresses.
En pratique : 18 € frais de port inclus (22 € ensuite)
Date fin souscription : 31 décembre 2009.
Date de parution 20 novembre 2009.
Compte bancaire : 210-0429400-33 de ULB.
Av. F.D. Roosevelt, 50, B-1050 - Bruxelles (Fortis
Banque – Av. du Pesage, 16, B-1050 - Bruxelles)
Code IBAN : BE79210042940033
Code BIC : GEBABEBB. Mention « BR0184000000 Livre Réseau Musées ULB ».
29
ÉPINGLÉ POUR VOUS... |
Autres
événements
de l’année
académique
2009-2010
30
PARTENAIRES |
Dans le cadre du 175e anniversaire,
l’Union des Anciens Étudiants
vous propose :
➔
Les Fleurs du Mâle
Une version de luxe des Fleurs du Mâle rehaussée d’illustrations originales : une occasion rare pour
les collectionneurs et amateurs de chansons estudiantines de posséder un exemplaire unique et
exceptionel. Parution le 20 novembre 2009.
Prix : 65 € - En souscription avant le 30 octobre: 55 €
➔
Ces quelques Fleurs…
Selon l’antique tradition, la Chorale de l’ULB a enregistré une nouvelle version des meilleures chansons des
Fleurs du Mâle. Sortie le 7 mai 2010.
Prix : 20 € - En souscription avant le 30 octobre : 15 €
➔
Une création littéraire originale
Des auteurs racontent leur passage en notre Alma Mater.
Parution fin 2009.
Prix : 25 € - En souscription avant le 30 octobre : 15 €
En souscription le CD Ces quelques Fleurs… et les Fleurs du Mâle avant le 30 octobre : 65 €.
Les souscriptions s’effectuent sur le compte de l’UAE : 676-0903701-15 en mentionnant vos choix
en référence.
Renseignements : Secrétariat de l’UAE : 02/650 51 52 (58 58) – uae@ulb.ac.be
L’ULB remercie l’ensemble de
ses partenaires pour le 175e
anniversaire :
Le Soir, La Première, le Vif/
L’Express, Espace de libertés,
Radio Campus, From Solvay to
business, Lennik Street Journal
Le Grand Orient de Belgique
L’UAE et les associations postfacultaires, l’Extension de l’ULB,
le Centre d’action laïque (CAL)
La Région bruxelloise, la Ville de
Bruxelles et la Ville de Charleroi
Les communes d’Etterbeek et
celles d’Ixelles, de St-Gilles,
de Saint-Josse et d’Uccle
Les Musées royaux des
Beaux-arts, le Mundaneum, le
Théâtre Le Public, la Cinematek
La STIB
Dexia, Mumm, JWT, Sirris, Barco,
Spatial view et Epson
Nous remercions tout spécialement l’imprimerie Nevada Nimifi
pour son soutien dans la publication de ce numéro spécial.
ESPRIT LIBRE | SPÉCIAL 175 e ANNIVERSAIRE | N° 8
UNIVERSITÉ LIBRE DE BRUXELLES - UNIVERSITÉ D’EUROPE
Les publications
du 175e anniversaire de l’ULB
Pour garder trace de cet anniversaire, une série de publications verront le jour :
➔
Les 175 ans de l’ULB
Anne-Sophie Devriese-Marchant, Didier Devriese, Isabelle Pollet.
Ce beau livre, abondamment illustré et truffé de commentaires et chiffres significatifs, retrace les étapes
marquantes de la vie de notre institution en insistant tout particulièrement sur les grands mouvements qui
ont traversé l’ULB durant ces 25 dernières années.
➔
Les DHC de l’Université libre de Bruxelles
Kenneth Bertrams, Didier Devriese, Kim Oosterlinck.
Qu’est ce qu’un Docteur Honoris Causa ? Quel rôle et quelle fonction remplit-il ? Quels sont les DHC de l’ULB ?
Cet ouvrage, superbement illustré retrace l’histoire de l’Université libre de Bruxelles et de ses engagements
au travers de ses DHC, éclairé par plus de 80 biographies originales.
En pratique : Le prix public pour chacun des ouvrages est de 60 € (frais d’expédition et TVA inclus).
La souscription pour l’ouvrage DHC (50 €) sera clôturée le 31 mars 2010 avec un envoi en mai 2010.
Les recettes de la vente des ouvrages seront intégralement versées à la Fondation ULB.
L’ouvrage du 175e sera publié en novembre 2009.
Le compte bancaire à mentionner est : Fortis: 001-5423222-28 ; Code IBAN: BE37 0015 4232 2228 ; Code BIC : GEBA BE BB.
Avec en communication : YB 035 4 R 00002 – 175e et DHC, 175e ou DHC en fonction de votre commande.
➔
Chemins de la mémoire. Parcours à travers le patrimoine sculpté de l’Université libre de Bruxelles
Ouvrage collectif ; Sébastien Clerbois (Éd.).
Chemins de la mémoire vous emmène pour une balade sur les campus, à la découverte du patrimoine sculpté
de l’Université libre de Bruxelles. À la recherche des trésors cachés et des perles rares : une bonne occasion
pour parcourir en images l’histoire et les valeurs de l’Université.
En pratique : 15 € (TVA et frais de port inclus). Clôture des souscriptions : 28 mars 2010.
Le compte bancaire à mentionner est : Fortis: 001-5423222-28; Code IBAN: BE37 0015 4232 2228; Code BIC: GEBA BE BB.
Avec en communication : YB 035 4 R 00005
➔
Le Pôle Santé de l’ULB : histoire de lieux, de personnages et de découvertes
S. Louryan et P. Kinnaert (Éd.).
Les 175 ans de l’Université sont l’occasion de compiler les histoires des institutions réunies au sein du Pôle
Santé, majoritairement situées sur le campus Erasme. Des chapitres inédits côtoient des articles publiés
antérieurement dans la Revue Médicale de Bruxelles, partenaire privilégié de ce projet.
En pratique : 352 pages (17 x 24), couverture rigide et reliure cousue fil de lin. Prix : 30 € TTC prix public.
Le compte bancaire : 132-5168350-37 - Memogrames SPRL - 13, rue des Sept Étoiles - 1082 Bruxelles avec la mention
«Pôle médecine ULB» et l’adresse de livraison.
➔
De l’Exposition universelle de 1910 à l’Université
Ouvrage collectif placé sous la direction de Serge Jaumain et de Wanda Balcers.
Édité avec le soutien de Dexia. Réalisé à l’occasion de l’exposition qui sera organisée sur le site de l’ULB, salle
Allende, du 5 février au 3 avril 2010. Ce livre relate toutes les étapes liées à la réalisation de l’Exposition
universelle du Solbosch de 1910, décrivant les heurs et malheurs des exposants et des visiteurs, présentant
l’urbanisation du site, l’implantation de l’ULB et ce qui subsiste aujourd’hui de cette prestigieuse exposition.
En pratique : 192 pages, 21 x 29 cm, relié sous jaquette couleur, plus de 200 illustrations couleur et noir/blanc. Parution
fin janvier 2010. Prix : 29,95 € TTC prix public, et 24,95 € TTC en souscription et frais de port inclus en Belgique.
Clôture des souscriptions : 30 novembre 2009. Souscriptions via mail (cultureline@dexia.be) ou courrier (Dexia Banque,
Service ventes PA 3/13, bd Pachéco 44 – 1000 Bruxelles). Paiement à la réception de la facture.
➔
La Faculté de Médecine de l’Université libre de Bruxelles sous l’occupation
Chloé Pirson, Lionel Rivière.
Le 24 novembre 1941, après une année de cohabitation forcée avec l’ennemi, le Conseil d’Administration choisit de fermer l’Université. À travers les fonds d’archives de l’ULB, des documents iconographiques inédits et les
récits d’une vingtaine de témoins, la Faculté de Médecine se dévoile, militante et engagée, forte du courage
d’hommes et de femmes auxquels elle rend hommage aujourd’hui.
En pratique : 19 € frais de port inclus. Date fin souscription : 19 novembre 2009.
Date de parution : 1er septembre 2009. Le compte bancaire : 001-2730 801-36 Fortis banque SA 808 route de Lennik 1070
Bruxelles. Code IBAN : BE 46 0012 7308 0136. Code BIC : GEBABEBB. Mention « Livre Faculté de Médecine ».
➔
À paraître également : «Révolutions sexuelles? », Éditions de l’Université de Bruxelles
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising