religion rognon

religion rognon
Profil Notions Philosophiques
Collection dirigée par Laurence Hansen-Løve
Frédéric Rognon
La religion
Textes expliqués – sujets analysés
(Première édition : mars 1996)
PhiloSophie
© octobre 2008
Texte sous droits d’auteur
Table des matières
Introduction .............................................................................. 6
Les difficultés d’une définition .................................................... 6
Le contenu des croyances ........................................................... 6
L’attitude religieuse .................................................................... 8
Le recours à l’étymologie ........................................................... 10
Philosophie et religion : la religion des philosophes .................. 11
Quelques problèmes philosophiques sur la religion ................. 13
La délimitation de la religion ................................................... 13
La religion comme objet de dispute ......................................... 13
La religion comme objet d’analyse ........................................... 14
La religion comme élément des mutations modernes.............. 14
1. Foi et raison : qu’est-ce que croire ? ................................... 15
Croire ou savoir ? ....................................................................... 15
Le statut de la raison ................................................................. 16
Fidéisme ou rationalisme ? ........................................................17
Le fidéisme ................................................................................17
Le rationalisme ..........................................................................17
Une synthèse entre foi et raison ................................................17
Texte 1 : Le pari, expression d’une foi raisonnable, B. Pascal
(1623-1662)................................................................................ 18
Pour mieux comprendre le texte .............................................. 20
Texte 2 : La foi ne vise pas à la vérité, B. De Spinoza (16321677) .......................................................................................... 21
Pour mieux comprendre le texte .............................................. 22
Texte 3 : La religion naturelle, indépendante de toute
révélation, J.-J. Rousseau (1712-1778) ...................................... 23
Pour mieux comprendre le texte .............................................. 25
Texte 4 : La foi, un saut irrationnel, S. Kierkegaard (18131855) .......................................................................................... 25
Pour mieux comprendre le texte .............................................. 26
Texte 5 : La conversion, retournement vers le dedans, L. Del
Vasto (1901-1981) ...................................................................... 27
Pour mieux comprendre le texte .............................................. 29
Texte 6 : Le bouddhisme est-il une religion ? Dalaï-lama (né
en 1935) ..................................................................................... 30
Pour mieux comprendre le texte .............................................. 31
2. Le débat sur l’existence de Dieu ......................................... 33
Texte 7 : La preuve ontologique de l’existence de Dieu, Saint
Anselme (1033-1109) ................................................................. 34
Pour mieux comprendre le texte .............................................. 36
Texte 8 : La preuve cosmologique de l’existence de Dieu, Saint
Thomas D’Aquin (1227-1274).................................................... 37
Pour mieux comprendre le texte .............................................. 39
Texte 9 : La version cartésienne de l’argument ontologique, R.
Descartes (1596-1650) ............................................................... 40
Pour mieux comprendre le texte .............................................. 41
Texte 10 : La possibilité logique de l’existence de Dieu, G. W.
Leibniz (1646-1716) ................................................................... 42
Pour mieux comprendre le texte .............................................. 43
Texte 11 : L’existence de Dieu : une nécessité morale, E. Kant
(1724-1804) ............................................................................... 44
Pour mieux comprendre le texte .............................................. 46
3. Critiques de la religion ........................................................48
Texte 12 : La religion est strictement humaine, L. Feuerbach
(1804-1872) ............................................................................... 50
Pour mieux comprendre le texte .............................................. 51
Texte 13 : L’opium du peuple, K. Marx (1724-1804) ................. 51
Pour mieux comprendre le texte .............................................. 52
–3–
Texte 14 : Dieu est mort, F. Nietzsche (1844-1900) .................. 53
Pour mieux comprendre le texte .............................................. 55
Texte 15 : La sublimation de la figure du père, S. Freud (18561939) .......................................................................................... 56
Pour mieux comprendre le texte .............................................. 57
Texte 16 : Sans Dieu, l’homme est condamné à être libre, J. P. Sartre (1905-1980) ................................................................ 59
Pour mieux comprendre le texte .............................................. 60
4. Religion, culture et société .................................................. 62
Texte 17 : Pour une définition sociologique de la religion, É.
Durkheim (1858-1917)............................................................... 64
Pour mieux comprendre le texte .............................................. 65
Texte 18 : Il n’y a pas une religion, mais des phénomènes
religieux, M. Mauss (1872-1950) ............................................... 66
Pour mieux comprendre le texte .............................................. 67
Texte 19 : Éthique religieuse et mentalité économique,
M. Weber (1864-1920) .............................................................. 68
Pour mieux comprendre le texte .............................................. 70
Texte 20 : La dialectique des hiérophanies, M. Éliade (19071986) ...........................................................................................71
Pour mieux comprendre le texte .............................................. 72
Texte 21 : La religion canalise la violence, R. Girard (né en
1923) .......................................................................................... 73
Pour mieux comprendre le texte .............................................. 74
5. La religion face aux défis de la modernité .......................... 76
Texte 22 : La dynamique du religieux, R. Bastide (1898-1974) 78
Pour mieux comprendre le texte .............................................. 79
Texte 23 : Les mutations du religieux en régime d’ultra
modernité, J.-P. Willaime (né en 1947) .................................... 81
Pour mieux comprendre le texte .............................................. 82
–4–
Sujets analysés ........................................................................84
Premier sujet : La foi doit-elle rendre intolérant ? ................... 84
Deuxième sujet : Les religions peuvent-elles être objet de
science ? ..................................................................................... 86
Glossaire ..................................................................................89
À propos de cette édition électronique ................................... 99
–5–
Introduction
Traiter en quelques dizaines de pages une notion aussi
vaste que la religion conduit fatalement à la réduire. Il convient
donc de ramener l’ambition d’un tel projet aux approches suivantes : délimiter le sujet et poser à son endroit quelques problèmes philosophiques, afin d’esquisser les termes du débat.
Les difficultés d’une définition
Qu’est-ce que la religion ? L’article défini singulier n’est pas
anodin. Il ne s’agit pas ici de traiter d’une seule religion mais
d’envisager la réalité commune aux faits religieux dans leur globalité. On empruntera donc des exemples à divers contextes
religieux.
C’est alors que commencent les difficultés : qu’y a-t-il de
commun à toutes les religions ? Quel est le critère du fait religieux ?
Le contenu des croyances
Dégager un élément universel dans le contenu des
croyances s’avère vite une gageure. Enumérons ainsi quelques
points communs à toutes les croyances, au risque de les récuser
l’un après l’autre.
– Un Dieu éternel et créateur.
Toutes les religions n’en conçoivent pas un. Le culte des
ancêtres, par exemple en Mélanésie, ne reconnaît comme dieux
–6–
que des morts qui ont connu la condition humaine et ses limites, avant d’être divinisés.
– Une divinité, puissance surnaturelle (personnelle ou
impersonnelle).
Même ce critère plus large ne convient pas. Le bouddhisme
est une religion sans divinité, tandis que certaines philosophies
non religieuses admettent l’existence d’une ou de divinité (s). La
notion de religion déborde donc le concept de divinité, et réciproquement.
– Un arsenal de dogmes, quels qu’ils soient.
La « religion naturelle » de Voltaire et Rousseau n’admet
pas de dogmes. (La pertinence du terme de « religion » pour
désigner cette philosophie est cependant contestée.)
– La réalité d’un au-delà.
La « religion philosophique » de Spinoza la récuse. (Là encore, l’emploi du terme de « religion » ne va pas de soi.)
– Le refus d’assimiler le réel à ce qui apparaît immédiatement aux organes des sens.
Ce critère est trop large car la philosophie platonicienne,
qui n’est pas une religion, adopte la même attitude.
– Un système de représentations productrices de
sens pour la vie du croyant.
Ce critère beaucoup trop large assimile le fait religieux à un
ensemble hétéroclite de phénomènes sociaux et idéaux (conceptions du monde, idéologies, systèmes symboliques, « philosophes » au sens courant et médiocre du terme).
–7–
L’attitude religieuse
Plutôt que de définir la religion par le contenu des
croyances, il pourrait être plus judicieux d’examiner et de déterminer l’attitude religieuse.
– La prière (relation verbale avec la divinité).
Elle n’existe pas dans le bouddhisme ; cette religion est
centrée sur la pratique de la méditation, car la qualité d’un être
ne dépend pas de son pouvoir sur les choses, mais de son degré
d’avancement sur le chemin spirituel. Voltaire et Rousseau ne
prient pas non plus – au sens usuel de ce terme -, bien qu’ils
admettent l’existence d’un Dieu.
– Les rites (pratiques répétitives de louange, d’offrande,
de sacrifice, de communion, ou de passage à un nouveau stade
de l’existence humaine).
Il existe des religions sans rites (le baha’isme, le quakerisme, fondés sur la seule foi), ainsi que des rites séculiers (par
exemple le mariage civil).
– La délimitation du monde en un domaine sacré et un
domaine profane.
Cette opposition structurale semble universelle. Pourtant,
certains ethnologues ont pu soutenir la théorie d’une coïncidence entre le réel et le sacré (entre le social et le religieux),
sans espace à proprement parler profane, dans le cas de certaines sociétés traditionnelles : en Afrique, par exemple, les divinités seraient présentes dans le moindre comportement, la
moindre parole, la moindre pensée des hommes. On a pu ainsi
qualifier la notion de « profane » de catégorie ethnocentrée illégitimement projetée sur des réalités culturelles différentes. Par
ailleurs, en Occident chrétien, la Réforme protestante a désacra-
–8–
lisé le monde et récusé la dichotomie entre sacré et profane :
l’homme protestant ne conçoit de sacré qu’en Dieu, et non dans
sa créature (le pain et le vin de communion), ni dans les
hommes (les saints), ni dans les productions humaines (le
temple, l’Église-institution). Enfin, définir le religieux par le
sacré ne fait guère progresser la réflexion, mais opère seulement
un glissement stérile d’une notion vers une autre.
– Une organisation institutionnelle, ou du moins collective, rassemblant dans un culte les croyants qui adhèrent à
une même vérité.
Ce critère présente l’avantage de distinguer la religion de la
magie. Certaines religions n’ont cependant aucun caractère
institutionnel (le quakerisme), ou du moins aucune structure
cléricale (le mennonisme).
– Une activité sociale régulière mettant en jeu une relation avec un pouvoir charismatique.
Cette définition, proposée par le sociologue Jean-Paul Willaime1, met l’accent sur la dimension collective du fait religieux,
sans préciser son degré d’organisation formelle, et sur le caractère charismatique du pouvoir exercé (selon une expression
empruntée à la typologie de Max Weber). Le fait religieux se
trouve néanmoins réduit à sa dimension socio-politique.
L’anthropologue Marcel Mauss soutiendra par ailleurs, comme
pour anéantir tout espoir présent d’une définition légitime,
l’impossibilité de dégager aujourd’hui un principe transculturel
de la religion : il n’y aucun point commun entre tous les phénomènes religieux qui se rattachent chacun à un contexte culturel particulier (texte 18). Devant un objet aussi fugace, trouverons-nous quelque secours en nous tournant vers l’étymologie ?
1
Jean-Paul Willaime, Sociologie des religions, coll. « Que saisje ? », éd. PUF, 1995, p. 122.
–9–
Le recours à l’étymologie
Le terme « religion » provient soit du verbe latin religare
(lier, attacher), soit du nom latin religio (intégrité, scrupule à
remplir ses devoirs). Dans le premier cas, il ferait référence à un
phénomène qui unit des hommes entre eux (c’est sa dimension
horizontale, sociale et éthique), et à une instance supérieure
(c’est sa dimension verticale, subjective et mystique). Toute réduction de la religion à l’une de ces deux dimensions (lien social
et attitude morale, ou foi personnelle) constituerait une amputation : la religion doit être considérée dans sa globalité.
La seconde hypothèse étymologique renvoie à une attitude
de vénération, de révérence craintive. Elle concerne l’attitude
strictement humaine, sans prise en compte de l’objet surnaturel
ou divin de la vénération. On saisit ici à quel point l’adoption
d’une définition induit les modalités de la réflexion. Cette dernière étymologie nous conduirait à négliger toute interrogation
sur les propriétés de la divinité (sur ses prédicats, notamment
sur son existence), pour nous limiter à l’analyse du « pourquoi »
et du « comment » du comportement croyant.
Nous adopterons donc la définition suivante : la religion
est un système de croyances et de pratiques qui, dans le
respect et la vénération, relie des hommes entre eux et
avec une instance non sensible, et donne sens à
l’existence subjective. Cette définition présente l’avantage de
prendre en compte le caractère systémique de la religion, mis en
valeur par Mircea Éliade ; de mettre l’accent sur sa double dimension, subjective et sociale ; d’employer des termes relativement peu connotés (« pratiques » plutôt que « rites », « instance non sensible » plutôt que « divinité » ou « Dieu ») ; enfin,
d’intégrer un dernier critère : la fonction sémiologique de la religion.
– 10 –
L’appréhension de phénomènes religieux modernes inédits
nous contraindra plus loin (pp. 61-62) à tenter de redéfinir la
notion de religion. En vue de mieux cerner le fait religieux sous
ses divers angles, et afin d’élargir et d’alimenter les débats, nous
adopterons plusieurs approches : métaphysique, éthique, théologique, sociologique, psychologique, anthropologique. Il reste
encore à lever une ambiguïté : qu’est-ce qui distingue religion et
philosophie ?
Philosophie et religion : la religion des philosophes
Nous avons déjà mentionné la difficulté que soulève
l’emploi du terme « religion », pourtant revendiqué, chez certains philosophes. Si elles convergent sur quelques points (interrogations sur l’au-delà du sensible, l’immortalité de l’âme, le
destin de l’humanité et la finalité de l’existence), la religion et la
philosophie ne se fondent pas sur les mêmes sources. La religion admet une Révélation ; la philosophie, au contraire, soumet toute affirmation à la critique rationnelle, par exemple au
doute méthodique. Même si Descartes et Leibniz identifient le
Dieu métaphysique (être souverainement parfait et infini) avec
le Dieu personnel de la Révélation chrétienne, il convient donc
de distinguer nettement le Dieu des philosophes (notamment
celui des philosophes des Lumières) du Dieu de la foi chrétienne. Celui-ci peut en effet être caractérisé par quelques critères spécifiques :
– il est annoncé par des prophéties dans les Écritures ;
– il intervient parmi les hommes pour y accomplir des miracles ;
– il est prié et répond aux croyants comme un père à
l’égard de ses enfants ;
– 11 –
– il fait vivre le fidèle par son amour et sa grâce (dons gratuits offerts en abondance) ;
– et les dogmes qui le concernent sont des mystères inaccessibles à la raison (Trinité, Incarnation, Rédemption, résurrection, présence réelle dans l’eucharistie, etc.).
Aucune de ces cinq caractéristiques du Dieu chrétien ne
peut être admise par un philosophe rationaliste du siècle des
Lumières. Celui-ci limitera son Dieu à quelques principes métaphysiques : son existence, son statut de créateur et de régulateur du monde, mais aussi son effacement. Voltaire, par
exemple, refusait la notion d’un Dieu-Providence pour ne retenir que celle d’un suprême architecte de l’univers : « L’univers
m’embarrasse et je ne puis songer que cette horloge existe et
n’ait point d’horloger », écrivait-il (« Les Cabales », 1772). On
qualifiera une telle position philosophique de déiste, plutôt que
de religieuse.
La frontière entre philosophie et religion n’est cependant
pas toujours aussi nette. Certains théologiens ou penseurs religieux, tels que saint Augustin, saint Anselme, saint Thomas
d’Aquin, Pascal ou Kierkegaard, ont parfois vu leur statut de
philosophes mis en cause. En tant qu’auteurs chrétiens, ils partaient d’une foi préalable, d’un a priori favorable à une vérité
religieuse. Or, tout raisonnement présupposant une prémisse
religieuse ne pouvait être considéré comme relevant de la philosophie, puisque seul un croyant était susceptible de l’admettre.
Cependant, plusieurs de leurs écrits font abstraction de tout
parti pris, et peuvent être reçus par n’importe quel lecteur. Surtout, à partir du moment où ils se confrontent à la philosophie,
y compris lorsqu’ils entretiennent avec elle un rapport conflictuel en se fondant sur des prémisses religieuses, on ne peut nier
– 12 –
qu’ils « philosophent »2. Une fois menée à bien cette clarification conceptuelle, il convient de poser quelques problèmes philosophiques sur la religion, que les textes d’auteurs classiques
proposés par la suite contribueront à traiter.
Quelques problèmes philosophiques sur la religion
La délimitation de la religion
Il ne suffit pas de définir la religion. Encore s’agit-il de discerner ce qui la distingue de disciplines et d’attitudes voisines.
Qu’est-ce que croire ? Qu’est-ce que savoir ? Qu’est-ce qui différencie la religion, la métaphysique et la science ? Quels sont les
statuts respectifs de la raison et de la foi ? Sont-elles mutuellement exclusives ou peut-on les associer ? (textes 1 à 11).
La religion comme objet de dispute
À l’instar de la raison et du langage, la religion est un fait
élémentaire qui distingue l’homme de l’animal. Mais à rencontre de ces deux fondements, la religion est devenue, à partir
d’un certain seuil de l’évolution socio-historique, l’objet d’un
choix personnel, et par conséquent de débats et de polémiques,
entre positions apologétiques et positions critiques. Les quatre
principaux thèmes de dispute sont ceux qui concernent
l’existence de Dieu (textes 1 et 7 à 11), la légitimité de la
croyance (textes 4,5 et 12 à 16), la tolérance (textes 2 et 3), et
enfin la liberté (textes 14 et 16).
2
Cf Pascal, Pensées (sur la religion), coll. « Profil », éd. Hatier,
1992, pp. 32-34.
– 13 –
La religion comme objet d’analyse
Les sciences humaines ont proposé plusieurs approches
positives de la religion. Ces tentatives soulèvent divers problèmes d’ordre épistémologique : comment définir scientifiquement la religion ? Ne risque-t-on pas de réduire une réalité
complexe à un phénomène unidimensionnel ? Peut-on dégager
des principes universels ? Comment appréhender les relations
entre la religion et les autres instances du réel ou du social ?
Comment rendre compte du caractère dynamique de la religion ? (textes 17 à 21).
La religion comme élément des mutations modernes
Le déclin de la religion est-il inéluctable ? Quelles sont les
modalités de la croyance religieuse dans le contexte moderne,
notamment celui de la sécularisation et de la laïcité ? La religion
subit une vigoureuse perte de pertinence sociale, politique, culturelle et institutionnelle ; mais elle resurgit sous d’autres
formes, disséminées dans toutes les instances de la société, et
surtout en tant qu’option privée, en tant que pratique du « selfservice » dans le supermarché de la croyance. S’agit-il encore de
religion ? Comment reformuler les problèmes philosophiques à
son sujet ? (textes 22 et 23).
– 14 –
1. Foi et raison : qu’est-ce que croire ?
L’attitude religieuse a beau être universelle, elle ne va pas
de soi. Qu’est-ce qui est en jeu lorsqu’un homme croit, lorsqu’il
adopte une attitude de croyance religieuse ?
Croire ou savoir ?
Il est toujours plus aisé de définir une notion négativement, par contraste avec ses notions voisines. Croire, ce n’est
pas savoir ou connaître (saisir ou détenir la vérité) ; ce n’est pas
non plus vérifier ou expérimenter (soumettre une hypothèse à
des tests ou à un contrôle scientifique) ; c’est encore moins douter ou critiquer (suspendre le jugement, ou évaluer une assertion sans jugement a priori).
On peut également distinguer les différents sens du terme
que l’on cherche à cerner. Dans son acception courante, la
croyance est une adhésion mal assurée à une opinion peu fondée. Dans son acception philosophique, c’est une disposition de
l’esprit à être convaincu, sans contrôle scientifique, par une vérité (qui donne sens et cohérence à l’expérience subjective dans
le cas de la croyance religieuse).
Le recours à un déterminant indéfini pour qualifier le concept de vérité est ici capital : il ne saurait y avoir de vérité
unique, objective (propre à l’objet, indépendante du sujet
croyant) et universelle (reconnue par toute l’humanité), en matière de croyance religieuse. C’est ce qui distingue une vérité
religieuse de la vérité scientifique, qui, quoique généralement
provisoire, offre des garanties d’objectivité et d’universalité.
– 15 –
Le caractère subjectif de la croyance religieuse doit cependant être relativisé : il convient mieux au contexte de la société
moderne sécularisée (texte 23) qu’à celui des sociétés traditionnelles. En effet, dans ces dernières, les limites d’une vérité religieuse coïncident avec les frontières ethniques ou culturelles, et
il n’émerge aucune légitimité pour la mise en doute ou le choix
personnel en matière de religion. Réduire la croyance religieuse
à une attitude purement subjective reviendrait donc à parler du
seul point de vue occidental moderne.
Il n’en reste pas moins que l’approche philosophique de la
religion n’a pu se développer que dans un cadre culturel marqué
par une autonomie du savoir autorisant une relative distance
critique vis-à-vis de l’objet de la réflexion. Car ce n’est qu’à cette
condition que l’on peut s’interroger sur l’attitude du sujet
croyant.
Le statut de la raison
Le premier problème qui découle d’une définition de la
croyance religieuse telle que nous l’avons proposée est celui du
statut de la raison, et partant, de ses pouvoirs. La raison intervient-elle dans l’attitude religieuse ? Si oui, est-elle souveraine,
ou doit-elle composer avec une autre faculté ? Si non, quelle est
cette faculté qui gouverne le comportement du croyant ? C’est
ici qu’intervient la foi. « La foi est différente de la preuve : l’une
est humaine, l’autre est un don de Dieu », disait Pascal pour
situer d’emblée la foi comme relevant de l’ordre de la grâce. On
peut même dire, avec Octave Mannoni3 -dans une perspective
psychologisante et non plus, comme chez Pascal, interne à la
croyance -, que la croyance aveugle ne fait que s’affermir devant
les démentis de l’expérience pour devenir foi. Ainsi, à la diffé3
Octave Mannoni, Clefs pour l’imaginaire ou l’autre scène, éd. du
Seuil, 1969.
– 16 –
rence de la crédulité, la foi est une croyance consciente d’ellemême, et elle engage une décision de la volonté.
Fidéisme ou rationalisme ?
Ces interrogations sur le statut de la raison, et donc sur celui de la foi, débouchent sur trois types de réponses et de positions philosophiques.
Le fidéisme
La raison n’intervient pas, seule la foi permet d’accéder à
une vérité religieuse (généralement à Dieu). Cette réponse repose sur l’expérience subjective de la conversion : renversement
interne à la personne, rupture radicale dans sa vie, re-naissance.
Une telle position peut conduire le sujet à admettre ce qui
semble absurde à la raison (textes 4 et 5).
Le rationalisme
La raison seule nous permet de connaître Dieu. L’homme
doit se défier d’une foi aveugle, qui l’écarterait de la vérité et le
mènerait au fanatisme. Ni révélation ni dogmes n’ont donc ici
droit de cité. Cette voie pourrait sembler plus proche de la spéculation métaphysique que de la démarche religieuse.
Ses auteurs la définissent cependant eux-mêmes comme
une « religion philosophique » (texte 2) ou comme la « religion
naturelle » (texte 3).
Une synthèse entre foi et raison
Elle a été tentée à diverses reprises, selon des approches
différentes. Dans une perspective chrétienne, la raison peut être
considérée comme devant se soumettre à la foi, et être sollicitée
– 17 –
dans le cadre d’une stratégie de dialogue avec des non-croyants
(texte 1) ; elle peut se mettre à son service tel un outil obéissant
et efficace (texte 7) ; ce peut être la foi, au contraire, qui vient
consolider une raison quasi souveraine (texte 8). Dans une
perspective bouddhiste, enfin, la foi est fondée sur la raison, et
éprouvée par elle (texte 6).
Si croire est le principe de l’attitude religieuse, il peut englober, comme on le voit, une multitude de modalités et de
nuances. Au risque de renoncer à toute formule ultime, par nature réductrice, pour le cerner philosophiquement, nous appréhendons ici l’ampleur et la richesse d’un tel domaine.
Texte 1 : Le pari, expression d’une foi raisonnable,
B. Pascal (1623-1662)
Blaise Pascal, homme de sciences (mathématicien et physicien), est d’abord un chrétien qui récuse la prétention de la
raison à connaître la vérité en matière religieuse. Il n’en rejette
pas pour autant la raison (si ce n’est la raison métaphysique
orgueilleuse), mais l’associe à la foi à laquelle elle doit se soumettre.
Pesons le gain et la perte en prenant croix que Dieu est. Estimons ces deux cas : si vous gagnez vous gagnez tout, et si vous
perdez vous ne perdez rien : gagez donc qu’il est, sans hésiter.
Cela est admirable. Oui, il faut gager, mais je gage peut-être
trop. Voyons puisqu’il y a pareil hasard de gain et de perte, si
vous n’aviez qu’à gagner deux vies pour une, vous pourriez encore gager, mais s’il y en avait trois à gagner ?
Il faudrait jouer (puisque vous êtes dans la nécessité déjouer) et vous seriez imprudent lorsque vous êtes forcé à jouer
de ne pas hasarder votre vie pour en gagner trois à un jeu où il y
a pareil hasard de perte et de gain. Mais il y a une éternité de vie
– 18 –
et de bonheur. Et cela étant quand il y aurait une infinité de hasards dont un seul serait pour vous, vous auriez encore raison
de gager un pour avoir deux, et vous agirez de mauvais sens, en
étant obligé à jouer, de refuser déjouer une vie contre trois à un
jeu où d’une infinité de hasards il y en a un pour vous, s’il y avait
une infinité de vie infiniment heureuse à gagner : mais il y a ici
une infinité de vie infiniment heureuse à gagner, un hasard de
gain contre un nombre fini de hasards de perte et ce que vous
jouez est fini. Cela ôte tout parti partout où est l’infini et où il
n’y a pas infinité de hasards de perte contre celui de gain. Il n’y
a point à balancer, il faut tout donner. Et ainsi quand on est forcé à jouer, il faut renoncer à la raison pour garder la vie plutôt
que de la hasarder pour le gain infini aussi prêt à arriver que la
perte du néant.
(…) Et de là vient que s’il y a autant de hasards d’un côté
que de l’autre le parti est à jouer égal contre égal. Et alors la certitude de ce qu’on s’expose est égale à l’incertitude du gain, tant
s’en faut qu’elle en soit infiniment distante. Et ainsi notre proposition est dans une force infinie, quand il y a le fini à hasarder, à un jeu où il y a pareils hasards de gain que de perte, et
l’infini à gagner.
(…) Or quel mal vous arrivera-t-il en prenant ce parti ?
Vous serez fidèle, honnête, humble, reconnaissant, bienfaisant,
ami sincère, véritable... À la vérité vous ne serez point dans les
plaisirs empestés, dans la gloire, dans les délices, mais n’en aurez-vous point d’autres ?
Je vous dis que vous y gagnerez en cette vie, et que, à
chaque pas que vous ferez dans ce chemin, vous verrez tant de
certitude du gain, et tant de néant de ce que vous hasardez, que
vous connaîtrez à la fin que vous avez parié pour une chose certaine, infinie, pour laquelle vous n’avez rien donné.
– 19 –
Blaise Pascal, Pensées (sur la religion) (1657-1662), coll.
« Profil », éd. Hatier, 1992, pp. 56-58.
Pour mieux comprendre le texte
Pascal s’adresse ici à des agnostiques, et notamment à des
libertins grands amateurs de jeux. Il se place sur leur terrain
afin de leur montrer que croire en Dieu est raisonnable.
Or, croire, c’est parier que Dieu existe, et ne pas croire, c’est
parier qu’il n’existe pas. Et parier, c’est prendre des risques calculés, en fonction des espérances mathématiques de gain.
L’existence de Dieu n’est ni évidente ni exclue : on ne peut donc
pas ne pas parier.
Pascal rentre ainsi dans le jeu de ses adversaires : quel est
le pari le plus avantageux ? Il démontre que c’est le pari sur
l’existence de Dieu. En effet, si l’on calcule le produit du gain
possible (c’est-à-dire le Salut, qui est de l’ordre de l’infini) par la
probabilité de l’obtenir (soit une chance sur deux), on constate
qu’il est infiniment supérieur à la mise (c’est-à-dire vivre en
chrétien, ce qui est de l’ordre du fini).
Second argument : on peut même dire que la mise est
nulle, car selon Pascal la vie chrétienne est encore plus heureuse
que la vie libertine, faite de plaisirs éphémères et médiocres. Le
pari ne peut donc être refusé. Enfin – dernier argument -, en
pariant pour Dieu, on se prépare à recevoir les preuves d’un
Dieu qui se cache (le « dessous du jeu », dit Pascal, que la foi
révèle) : dès lors (« en cette vie »), le pari s’annule comme pari
et laisse place à la certitude.
L’intention de Pascal est propédeutique : en convaincant
les non-croyants de se dégager des passions qui les détournent
de la foi, il les rend disponibles et réceptifs à la grâce de Dieu, et
prépare ainsi le terrain de la conversion. Ce faisant, Pascal dessine une synthèse originale de la raison et de la foi : la
– 20 –
raison autonome ne permet pas de connaître Dieu, mais,
muselée par la foi, elle nous éclaire dans nos décisions, et les
rend raisonnables (plutôt que rationnelles). Quant à la foi, elle
est une ferme assurance guidée par l’amour chrétien, c’est-àdire la charité : « C’est le cœur qui sent Dieu et non la raison.
Voilà ce que c’est que la foi. Dieu sensible au cœur, non à la raison. »
Texte 2 : La foi ne vise pas à la vérité, B. De Spinoza
(1632-1677)
Vivre selon la raison : telle est pour Spinoza la voie qui
mène à la vérité, et donc à Dieu. Mais quel Dieu ? Et s’agit-il
d’une religion ?
Il reste à montrer enfin qu’entre la Foi ou la Théologie et la
Philosophie il n’y a nul commerce, nulle parenté ; nul ne peut
l’ignorer qui connaît le but et le fondement de ces deux disciplines, lesquels sont entièrement différents.
Le but de la Philosophie est uniquement la vérité ; celui de
la Foi, comme nous l’avons abondamment montré, uniquement
l’obéissance et la piété. En second lieu, les fondements de la
Philosophie sont les notions communes et doivent être tirés de
la Nature seule ; ceux de la Foi sont l’histoire et la philologie et
doivent être tirés de l’Ecriture seule et de la révélation (…).
La Foi donc reconnaît à chacun une souveraine liberté de
philosopher ; de telle sorte qu’il peut sans crime penser ce qu’il
veut de toutes choses ; elle condamne seulement comme hérétiques et schismatiques ceux qui enseignent des opinions
propres à répandre parmi les hommes l’insoumission, la haine,
l’esprit combatif et la colère ; elle tient pour fidèles, au contraire, ceux-là seulement qui, dans la mesure où leur Raison et
– 21 –
leurs facultés le leur permettent, répandent la Justice et la Charité.
Baruch de Spinoza, Traité théologico-politique (1670),
trad. Ch. Appuhn, in Œuvres, t. 2, éd. Garnier Flammarion,
1965, p. 246.
Pour mieux comprendre le texte
Spinoza oppose foi et philosophie, tant en ce qui concerne leurs fondements que leur finalité. La foi repose sur la
révélation et vise à l’obéissance, et non à la vérité :
l’Écriture ne condamne pas l’ignorance mais l’insoumission.
Devant ces deux voies, le choix de Spinoza apparaît entre les
lignes : seule la philosophie conduit au salut, c’est-à-dire à la
libération à l’égard de la servitude des peurs et des passions.
Cette voie repose sur le gouvernement de la raison, et non sur
la soumission de celle-ci à la croyance et aux préjugés. De plus,
si elle mène à la vérité, elle mène aussi à Dieu.
Mais le Dieu de Spinoza n’est pas celui des religions historiques, chrétienne ou autres : il n’est ni transcendant (extérieur
et supérieur au monde), ni providentiel (bon et justicier), ni anthropomorphe (sujet personnel, doué de volonté, et que l’on
peut prier). Il est au contraire immanent, c’est-à-dire confondu avec le monde : « Deus sive Natura » (« Dieu, ou bien la Nature »). Dieu est une substance infinie et éternelle, constituée par une infinité d’attributs. Tout « objet », y compris l’être
humain, est un mode, une manière d’être de cette substance
infinie. Dieu est également présenté comme cause de soi, une
essence qui se confère à elle-même sa propre existence.
C’est à tort que les juifs et les chrétiens de son époque (notamment Pascal) accuseront Spinoza d’athéisme. Sa philosophie est plutôt de type panthéiste, puisque, selon lui, Dieu est
partout présent, les choses produites par Dieu sont en Dieu, et
– 22 –
non en dehors de lui. Le monde est soumis au déterminisme :
il n’y a ni liberté ni hasard dans l’univers, mais un enchaînement nécessaire de causes et d’effets. Et c’est en accédant à la
connaissance de ces lois que l’homme parvient à la libération,
au bonheur et au salut. En ce sens, même si la pensée de Spinoza ne laisse aucune place pour l’au-delà, on peut la considérer
comme une religion philosophique.
Pour avoir nettement distingué foi et philosophie, le texte
se termine par des allusions à la tolérance : on doit pouvoir
librement philosopher, sans égard pour les dogmes. Le propos
de l’ouvrage est en effet, comme l’indique son titre, autant politique que théologique ou philosophique : il plaide pour la liberté
de penser dans un État libre4.
Texte 3 : La religion naturelle, indépendante de
toute révélation, J.-J. Rousseau (1712-1778)
Ce texte est extrait de la célèbre « Profession de foi du vicaire savoyard » : Rousseau y développe la notion de religion
naturelle.
Vous ne voyez dans mon exposé que la religion naturelle : il
est bien étrange qu’il en faille une autre. Par où connaîtrai-je
cette nécessité ? De quoi puis-je être coupable en servant Dieu
selon les lumières qu’il donne à mon esprit et selon les sentiments qu’il inspire à mon cœur ? Quelle pureté de morale, quel
dogme utile à l’homme et honorable à son auteur puis-je tirer
d’une doctrine positive, que je ne puisse tirer sans elle du bon
usage de mes facultés ? Montrez-moi ce qu’on peut ajouter,
pour la gloire de Dieu, pour le bien de la société, et pour mon
propre avantage, aux devoirs de la loi naturelle, et quelle vertu
4
Cf. Spinoza, Traité théologico-politique, coll. « Profil », éd. Hatier, 1993.
– 23 –
vous ferez naître d’un nouveau culte, qui ne soit pas une conséquence du mien. Les plus grandes idées de la Divinité nous
viennent par la raison seule. Voyez le spectacle de la nature,
écoutez la voix intérieure. Dieu n’a-t-il pas tout dit à nos yeux, à
notre conscience, à notre jugement ? Qu’est-ce que les hommes
nous diront de plus ? Leurs révélations ne font que dégrader
Dieu, en lui donnant les passions humaines. Loin d’éclaircir les
notions du grand Être, je vois que les dogmes particuliers les
embrouillent ; que loin de les ennoblir, ils les avilissent ; qu’aux
mystères inconcevables qui l’environnent ils ajoutent des contradictions absurdes ; qu’ils rendent l’homme orgueilleux, intolérant, cruel ; qu’au lieu d’établir la paix sur la terre, ils y portent le fer et le feu. Je me demande à quoi bon tout cela sans
savoir me répondre. Je n’y vois que les crimes des hommes et
les misères du genre humain.
On me dit qu’il fallait une révélation pour apprendre aux
hommes la manière dont Dieu voulait être servi ; on assigne en
preuve la diversité des cultes bizarres qu’ils ont institués, et l’on
ne voit pas que cette diversité même vient de la fantaisie des
révélations. Dès que les peuples se sont avisés de faire parler
Dieu, chacun l’a fait parler à sa mode et lui a fait dire ce qu’il a
voulu. Si l’on n’eût écouté que ce que Dieu dit au cœur de
l’homme, il n’y aurait jamais eu qu’une religion sur la terre.
Il fallait un culte uniforme ; je le veux bien : mais ce point
était-il donc si important qu’il fallût tout l’appareil de la puissance divine pour l’établir ? Ne confondons point le cérémonial
de la religion avec la religion. Le culte que Dieu demande est
celui du cœur ; et celui-là, quand il est sincère, est toujours uniforme.
Jean-Jacques Rousseau, Emile ou de l’éducation (1762), in
Œuvres complètes, t. 3, éd. du Seuil, 1971, pp. 204-205.
– 24 –
Pour mieux comprendre le texte
Rousseau appelle Dieu la « volonté puissante et sage » qui
« meut l’univers et ordonne toutes choses ». Il en conçoit
l’existence nécessaire par l’usage de sa raison ; il le discerne
dans « le spectacle de la nature » ; il s’adresse à lui mais ne le
prie pas, car lui demander quelque chose reviendrait à contester
l’ordre du monde établi par sa sagesse, plutôt que de changer la
volonté de l’homme ; enfin, il lui rend un culte par l’ouverture
de son cœur : sa pratique religieuse se réduit à une morale du
sentiment.
Telle est la religion naturelle ou théisme : elle consiste
à remonter, par les lumières de la raison, depuis l’ordre de
l’univers jusqu’à son auteur, l’« architecte », l’« horloger » dont
parle Voltaire. Cet Être suprême, le Dieu des philosophes, a peu
à voir avec le Dieu des religions historiques ; il est d’ailleurs accessible sans la médiation d’une révélation, d’un arsenal de
dogmes, ou d’une Église, qui ont pour seul effet de répandre
l’intolérance, « les crimes des hommes et les misères du genre
humain ».
L’audace de telles affirmations, sous l’Ancien Régime, explique la condamnation de l’Emile par l’archevêque de Paris, et
sa censure par les docteurs de la Sorbonne.
Texte 4 : La foi, un saut irrationnel, S. Kierkegaard
(1813-1855)
Søren Kierkegaard, philosophe danois, luthérien de tendance piétiste et même mystique, s’oppose vigoureusement tant
à la métaphysique qu’au formalisme sclérosé des Eglises établies. Seule la foi authentique et personnelle permet, selon lui,
de rencontrer le Dieu vivant.
– 25 –
Subjectivement le fait d’être un chrétien se détermine de la
façon suivante : la décision réside dans le sujet, l’appropriation
est l’intériorité paradoxale qui est spécifiquement différente de
toute autre intériorité. Être chrétien n’est pas déterminé par le
quoi du christianisme mais par le comment du chrétien. Ce
comment ne peut s’adapter qu’à une chose, au paradoxe absolu.
Il n’y a donc là aucun discours indéterminé, d’après quoi être
chrétien signifierait accepter ceci et accepter cela et accepter de
telle et telle façon, s’approprier, croire, s’approprier dans la foi
de telle et telle façon (déterminations purement rhétoriques et
fictives) : mais croire est une opération spécifiquement et nettement différente de toute autre assimilation et intériorité. La
foi est, dans le scandale de l’absurde, l’incertitude objective
maintenue fermement dans la passion de l’intériorité, laquelle
passion est justement le rapport de l’intériorité à la plus haute
puissance. Cette formule ne convient qu’au croyant et à nul
autre, non à un amant, ni à un homme enthousiaste, ni à un
penseur, mais uniquement au croyant qui se rapporte au paradoxe absolu.
Il suit de là que la foi ne peut pas non plus être une fonction provisoire. Qui veut se représenter sa foi comme un moment aboli au sein d’une connaissance plus élevée, il a eo ipso
cessé de croire. La foi ne peut pas se satisfaire avec
l’incompréhensibilité ; car c’est justement le rapport avec
l’incompréhensible, l’absurde (qui scandalise) qui est
l’expression de la passion de la foi.
Søren Kierkegaard, Post-scriptum final non scientifique
aux Miettes philosophiques (1846), trad. P. Petit, coll. « Tel »,
éd. Gallimard, 1949, pp. 414-415.
Pour mieux comprendre le texte
Kierkegaard conteste la prétention de la métaphysique
(et notamment de celle de Hegel) à enfermer Dieu dans un sys-
– 26 –
tème rationnel : seule la foi me révèle le sens de mon existence singulière et concrète, toute vérité objective et abstraite a
besoin d’une appropriation subjective pour être vraie « pour
moi ».
Or, qu’est-ce que la foi ? C’est un saut dans le vide, un saut
irrationnel dans l’Absolu : « plonger en Dieu », dit Kierkegaard. La part de rationnel que conservait le pari pascalien est
évacuée de cette attitude fidéiste. À l’image d’Abraham5, qui
obéit sans comprendre lorsque Dieu lui demande de sacrifier
son fils, le croyant sait que la transcendance à laquelle il confronte sa propre subjectivité est inintelligible aux catégories
humaines. Comprendre est « le rapport de l’homme à
l’homme », tandis que croire est « le rapport de l’homme au divin ». Kierkegaard se révèle en ce sens héritier de Tertullien,
Père de l’Église qui affirmait : « Credo quia absurdum », c’està-dire « je crois parce que c’est absurde ». Tel est le « paradoxe absolu » qui fait de la foi une passion scandaleuse, irréductible à toute autre attitude humaine.
Texte 5 : La conversion, retournement vers le
dedans, L. Del Vasto (1901-1981)
Disciple chrétien de Gandhi, Lanza del Vasto propose une
expérience de conversion qui peut s’inscrire dans toute tradition religieuse.
Remémorez une de vos journées. Le réveil sonne, il est 6 h
3. Vous ouvrez l’œil et vous pensez : « Ah ! aujourd’hui mercredi : il ne faut pas que j’oublie le rendez-vous que j’ai au café du
5
Selon la tradition biblique (Genèse, chapitre 22), Dieu éprouve la
fidélité d’Abraham en lui demandant de sacrifier son fils unique Isaac.
Abraham obéit, prépare l’holocauste et lève le couteau sur son fils, lorsqu’un ange met fin à son épreuve.
– 27 –
Progrès à 4 heures du soir avec celui-là… » Vous n’avez pas encore ouvert le second œil et vous vous trouvez déjà projeté à
l’autre bout de la ville et dix heures en avant, avec celui-là ! Mais
revenons à nous : vite au bain. Le petit déjeuner : le journal
pour savoir ce qui se passe en Cochinchine ou au Nicaragua. 7 h
20, j’allais oublier l’heure ! Un regard à l’entour avant de quitter
la chambre. Je n’ai rien oublié ? Le portefeuille ? La cravate ?
Les clefs ? Non, rien. Si. Quoi ? – Toi-même. Mais l’important,
c’est de ne pas perdre l’autobus. Je l’attrape de justesse. J’arrive
au bureau, je dépêche le courrier, je réponds au téléphone. Je
reçois deux visites. Je signe un contrat. Midi, je rentre. Je déjeune. Je repars, le courrier, le téléphone, le contrat, la visite.
Enfin le soir vient. Je tombe de fatigue : allons au cinéma voir
des galopades dans les montagnes Rocheuses, courons endosser
plusieurs vies à la place de la nôtre. Je rentre tard, je me couche.
J’éteins. Cette fois, je suis seul avec moi-même ou du moins j’ai
failli l’être pour un instant, mais à l’instant je me suis endormi…
Voilà l’enchaînement : la chaîne des devoirs, des travaux,
des tracas, des habitudes, des nécessités, des vanités qui nous
attachent dehors, à l’Autre. Mais comment en sortir ? Oui,
comment sortir de l’extérieur ? Tu me le demandes ? C’est pourtant simple : en te retournant. Cet acte simple et décisif
s’appelle en esprit conversion. La Conversion, c’est se libérer et
se détacher du monde et diriger l’intelligence, le cœur, les goûts,
les forces vers le Dedans. (…)
L’attitude dominante, en ce monde, c’est l’ignorance de soi,
c’est-à-dire des choses de l’âme, l’oubli, la distraction,
l’indifférence constante à l’égard des choses de l’âme, conséquence d’une inversion de l’intellect vers le profit, vers
l’appropriation et domination du monde extérieur, choses et
gens.
La Conversion, ou Renversement de ce que le Péché avait
renversé, autrement dit le Redressement, la Conversion consiste
– 28 –
à sortir du Monde, à sortir de l’extérieur, à rentrer en soi. A y
porter d’abord attention. L’âme, de vaporeuse et vague qu’elle
était, se fait dense et vivante par l’effet de cette attention,
s’éclaire par le rayon de cette attention et devient consciente,
devient source de paroles et d’actes originaux et significatifs. La
connaissance de soi est unifiante et rayonnante, à la différence
de la connaissance de n’importe quoi d’autre.
Lanza del Vasto, Approches de la vie intérieure (1962), éd.
Denoël, 1962, pp. 44-45 et 75.
Pour mieux comprendre le texte
Pour Lanza del Vasto, la religion, la croyance, Dieu, ne sont
pas seulement des concepts, mais renvoient à une expérience
vécue. Il est vain de chercher des preuves de l’existence de
Dieu : « À celui qui démontrait que le mouvement n’existait pas,
écrit-il, en dissertant sur les contradictions que ce concept implique, le sage6 répondit sans parler : en marchant7. » Lanza del
Vasto invite donc l’homme en quête de spiritualité à « rencontrer » Dieu, à éprouver sa présence au-dedans de soi. Il prolonge en ce sens l’enseignement de Gandhi, selon lequel « Dieu
n’est ni au ciel ni aux enfers mais en chacun de nous8 ».
Pour ce faire, l’auteur propose dans son livre un certain
nombre d’exercices spirituels visant à reconstruire l’unité intérieure de la personne, d’ordinaire éclatée et entraînée vers le
dehors par l’enchaînement et l’attachement aux objets extérieurs et aux obligations sociales. L’attention à soi-même est
la règle d’or de ces exercices : se rendre régulièrement « présent
6 Allusion à Diogène.
7
Lanza del Vasto, Principes et préceptes du retour à l’évidence, éd.
Denoël, 1945, p. 89.
8 Gandhi, Tous les hommes sont frères, coll. « Idées », éd. Gallimard, 1969, p. 114.
– 29 –
au présent », dans le silence et la méditation. Cette expérience
de vie intérieure permet la connaissance de soi, puis la maîtrise
de soi, et enfin le don de soi, car la spiritualité ne se réalise que
dans la relation.
La notion centrale est ici celle de conversion : retournement, renversement, rupture qui concerne la vie de toute la personne. La conversion ne peut donc être un choix de dilettante,
mais, selon l’auteur, un « retour à l’évidence » : Lanza del Vasto
s’est lui-même converti, à 24 ans, « par contrainte logique ».
Enfin, le terme de péché, qui apparaît dans le texte, ne
doit pas être envisagé dans son acception strictement chrétienne (au sens de faute, mauvaise action, ou plus généralement
de rupture de relation avec Dieu). L’auteur l’entend plutôt
comme l’expression de « l’esprit de profit et de domination ».
La conversion, qui est renoncement à ce « péché », conduit
au contraire à « l’esprit de service » : servir le prochain au lieu
de se servir soi-même, car la finalité de la conversion est le don
de soi.
Texte 6 : Le bouddhisme est-il une religion ? Dalaïlama (né en 1935)
Tout regard sur une religion non monothéiste nous oblige
à élargir notre conception du fait religieux. C’est ce à quoi nous
convie le dalaï-lama, chef spirituel du bouddhisme tibétain.
Dans l’approche bouddhique, la raison et la foi sont intimement liées puisque la foi elle-même naît sur la base de la raison ou d’une compréhension logique. Il y a plusieurs façons de
procéder à une analyse logique selon qu’il s’agit de l’un ou de
l’autre des trois types d’objet d’analyse. Dans le premier cas,
l’objet d’analyse sera un phénomène manifeste. Dans le second,
– 30 –
il sera caché et dans le troisième, très caché. Ces trois sortes
d’objet correspondent aux trois types existants. Les phénomènes manifestes seront appréhendés par des perceptions initiales avérées directes, les phénomènes cachés par des perceptions type inférences basées sur des preuves irréfutables et les
phénomènes très cachés par des inférences fondées sur la confiance accordée aux écritures canoniques. La signification d’un
phénomène très caché ne peut être immédiatement établie par
un raisonnement logique et encore moins par une perception
sensorielle. On ne peut alors comprendre son sens qu’en se fondant sur la parole d’une tierce personne fiable et infaillible en
qui on a confiance. Pour que ses dires soient crédibles, il faut
qu’ils soient logiques et ne se contredisent pas. La raison, qui
n’intervient pas directement pour établir l’existence d’un phénomène du troisième type, a pourtant son rôle à jouer dans la
mesure où l’on s’en sert pour déterminer si la personne révélant
le phénomène très caché est fiable. Tout ceci prouve que la raison est toujours impliquée dans la foi « fondée ». C’est un sujet
que j’ai souvent l’occasion d’exposer : par rapport aux voies essentiellement fondées sur la foi (aveugle), le bouddhisme n’est
pas une religion, mais plutôt une science de l’esprit, une forme
d’athéisme. En revanche, comparé au matérialisme radical, il
est indiscutablement une voie spirituelle. Cela dépend de quel
point de vue on se place. En somme, on pourrait dire soit que le
bouddhisme est distinct de ces deux approches, soit qu’il établit
un pont entre elles.
Dalaï-lama, Au-delà des dogmes (1994), trad. Rosemary
Patton, coll. « Spiritualités vivantes », éd. Albin Michel, 1994,
pp. 215-216.
Pour mieux comprendre le texte
La foi bouddhiste n’est pas une foi aveugle ni une foi
fondée sur des conventions, mais une foi rationnelle, qui est
fondée sur la raison.
– 31 –
Celle-ci est en effet sollicitée pour examiner les fondements
de la foi, pour assurer la compréhension logique des phénomènes auxquels on croit, pour tester la fiabilité des sources
(humaines ou scripturaires) auxquelles on fait confiance. C’est
pourquoi le statut de religion a pu être contesté en ce qui
concerne le bouddhisme. Sagesse, science de l’esprit, et même
athéisme au sens strict (puisqu’il ne reconnaît ni Dieu éternel et
créateur, ni âme immortelle), pour les théologiens ; voie spirituelle (puisqu’il repose sur la méditation), pour les matérialistes.
Le dalaï-lama y voit un pont entre ces deux positions extrêmes. Plus précisément, il conçoit le bouddhisme comme une
religion du point de vue de la conduite et comme une philosophie eu égard à sa vision du monde : la première concerne la
non-violence9 et la seconde, l’interdépendance de tous les phénomènes, dont la compréhension conduit au bonheur. En effet,
chemin pragmatique avant tout, le bouddhisme n’en développe pas moins une doctrine (le Dharma), et n’en vise pas
moins à un résultat au-delà de cette vie : la Voie spirituelle
doit mener, par purification de l’esprit, à l’Éveil, au Nirvana,
qui est la cessation du désir et de l’attachement, l’extinction de
la soif d’existence, et de ce fait l’abolition de tout trouble et de la
souffrance. Il entraîne la libération définitive à l’égard du cycle
des morts et des renaissances.
9 Selon le
dalaï-lama, la conduite idéale est d’apporter du bien à autrui (non-violence active). Si cela s’avère difficile, au moins faudrait-il
éviter de causer du tort (non-violence passive).
– 32 –
2. Le débat sur l’existence de Dieu
Bien qu’elle ne constitue, strictement parlant, qu’un élément parmi d’autres d’une interrogation philosophique sur la
religion, la question de l’existence de Dieu a offert matière à un
débat récurrent tout au long de l’histoire de la philosophie.
Nombre de métaphysiciens se sont efforcés de démontrer rationnellement que Dieu existe, soit à partir de son concept, soit
à partir de l’ordre du monde, soit enfin à partir de la contingence de l’univers.
Emmanuel Kant a proposé un classement de ces preuves de
l’existence de Dieu, qui a été adopté depuis : ces preuves ne sont
plus qualifiées de « physiques », « métaphysiques » et « morales », mais de « physico-théologiques », « cosmologiques » et
« ontologiques ». La preuve ontologique a connu la plus grande
fortune, dans sa version anselmienne (texte 7), comme dans ses
versions cartésienne (texte 9) et leibnizienne (texte 10). Saint
Thomas d’Aquin, pour sa part, a préféré défendre un argument
cosmologique, qui greffe un contenu dogmatique chrétien sur le
modèle d’argumentation aristotélicien (texte 8). Kant, cependant, a définitivement mis fin à toute tentative de traitement
métaphysique de la question de l’existence de Dieu : une telle
prétention est illusoire, compte tenu de nos capacités limitées
de connaissance. La grande porte de la métaphysique ayant été
refermée et condamnée de manière irrévocable, seule semblerait rester ouverte la fenêtre de la religion. C’est pourtant par
une réflexion éthique que Kant pose sur de nouvelles bases le
problème de l’existence de Dieu (texte 11).
Paradoxalement, malgré son statut privilégié parmi les débats classiques de la philosophie, l’examen de la question de
l’existence de Dieu se situe à la marge d’une approche philoso-
– 33 –
phique de la religion : son propos concerne en effet moins le
pourquoi de l’attitude humaine qu’est la religion, que le quoi de
la causalité du monde. En un mot, son enjeu est d’ordre métaphysique. Et en tant que tel, ce débat subira, au cours de
l’histoire de la philosophie, les aléas qui affecteront tous les
questionnements métaphysiques. Il ne sortira pas indemne,
notamment, de la révolution kantienne. Justement parce que le
problème de l’existence de Dieu ne peut être tranché par la métaphysique de manière irréfutable, et ne le pourra jamais, il
laisse le champ libre aux choix proprement humains, soit strictement subjectifs, soit à prétention universelle comme l’exigent
les principes de la morale kantienne. Le problème philosophique de l’existence de Dieu ne disparaît donc nullement, mais
se déplace : quel(s) choix faut-il faire, face à une question qui
demeurera fatalement sans réponse positive, qui ne pourra jamais être tranchée sans contestation possible ? Et comment justifier ce(s) choix ? Au nom de quoi faut-il en décider et s’y engager ?
Texte 7 : La preuve ontologique de l’existence de
Dieu, Saint Anselme (1033-1109)
Saint Anselme, moine en Normandie (à l’abbaye du Bec),
puis archevêque de Cantorbéry, cherche à démontrer
l’existence de Dieu. Il élabore à cet effet un argument que l’on
appellera métaphysique, jusqu’à ce que Kant le nomme ontologique.
Donc, Seigneur, toi qui donnes intellect à la foi, donne-moi,
autant que tu sais faire, de comprendre que tu es, comme nous
croyons, et que tu es ce que nous croyons. Et certes, nous
croyons que tu es quelque chose de tel que rien ne se peut penser de plus grand. N’y a-t-il pas une nature telle parce que
– 34 –
l’insensé a dit dans son cœur : « Dieu n’est pas10 » ? Mais il est
bien certain que ce même insensé, quand il entend cela même
que je dis : « quelque chose de tel que rien ne se peut penser de
plus grand », comprend ce qu’il entend, et ce qu’il comprend est
dans son intellect, même s’il ne comprend pas que ce quelque
chose est. Car c’est une chose que d’avoir quelque chose dans
l’intellect, et autre chose que de comprendre que ce quelque
chose est. En effet, quand le peintre prémédite ce qu’il va faire,
il a certes dans l’intellect ce qu’il n’a pas encore fait, mais il
comprend que cette chose n’est pas encore. Et une fois qu’il l’a
peinte, d’une part il a dans l’intellect ce qu’il a fait, et d’autre
part il comprend que ça est. Donc l’insensé aussi, il lui faut convenir qu’il y a bien dans l’intellect quelque chose de tel que rien
ne se peut penser de plus grand, puisqu’il comprend ce qu’il entend, et que tout ce qui est compris est dans l’intellect. Et il est
bien certain que ce qui est tel que rien ne se peut penser de plus
grand ne peut être seulement dans l’intellect. Car si c’est seulement dans l’intellect, on peut penser que ce soit aussi dans la
réalité, ce qui est plus grand. Si donc ce qui est tel que rien ne se
peut penser de plus grand est seulement dans l’intellect, cela
même qui est tel que rien ne se peut penser de plus grand est tel
qu’on peut penser quelque chose de plus grand ; mais cela est à
coup sûr impossible.
Il est donc hors de doute qu’existe quelque chose de tel que
rien ne se peut penser de plus grand, et cela tant dans l’intellect
que dans la réalité.
Saint Anselme, Proslogion (1077), trad. B. Pautrat, éd.
Garnier Flammarion, 1993, chap. II, pp. 41-42.
10 Psaumes 13, 1 ; 52, 1.
– 35 –
Pour mieux comprendre le texte
Saint Anselme voit dans la raison un appui pour la foi,
une foi à la recherche de l’intelligence d’elle-même (« fides
quaerens intellectum »). La philosophie est donc au service de
la théologie, les prémisses et les finalités de son raisonnement sont religieuses (l’auteur dit à plusieurs reprises : « nous
croyons »). Cependant la définition qu’il donne de Dieu doit
pouvoir être admise par tous, y compris par « l’insensé » évoqué
dans les Psaumes, celui qui soutient que Dieu n’existe pas. Cette
définition est la suivante : Dieu serait « quelque chose de tel que
rien ne se peut penser de plus grand ». Tout homme, même
athée, peut concevoir un tel être.
À partir de cette définition, saint Anselme développe
l’argument suivant : un tel être ne peut pas exister seulement
dans l’intelligence (« l’intellect »), car s’il n’était qu’un concept
(et n’existait donc pas dans la réalité), on pourrait concevoir un
autre être qui, lui, existerait aussi dans la réalité (et non seulement dans l’intelligence), et qui par conséquent serait plus
grand que le premier. Pour être vraiment « tel que rien ne se
peut penser de plus grand », il doit donc exister non seulement
dans l’intelligence, à titre de concept, mais aussi dans la réalité.
Dire que « Dieu n’existe pas », c’est donc se contredire ; car
comment penser un être infiniment grand (ce que chacun peut
faire), et lui refuser en même temps l’existence (ce que font les
athées) ?
Cette preuve de l’existence de Dieu est dite ontologique
car elle part de son essence et de son concept, et non cosmologique (elle partirait de la contingence du monde pour remonter
jusqu’à l’existence d’un être nécessaire), ou physico-théologique
(elle partirait de l’ordre régnant dans le monde pour remonter
jusqu’à sa cause).
– 36 –
L’argument ontologique sera critiqué par le moine Gaunilon, du vivant même de saint Anselme qui lui répondra ; puis il
sera critiqué par saint Thomas, repris et transformé par Descartes et Leibniz, à nouveau critiqué par Kant…
Texte 8 : La preuve cosmologique de l’existence de
Dieu, Saint Thomas D’Aquin (1227-1274)
Théologien dominicain, saint Thomas d’Aquin veut concilier philosophie et théologie. Il fait donc appel à la raison pour
démontrer l’existence de Dieu.
Cinq voies sont possibles pour prouver que Dieu existe.
La première et la plus manifeste part du mouvement. II est
certain, d’une certitude sensible, qu’il y a du mouvement ou du
changement dans le monde. Or tout ce qui est mû, est mû par
autre que soi. En effet, rien ne se meut qu’en étant en puissance
par rapport au terme du devenir ; et ce qui meut est en acte,
puisque mouvoir n’est rien d’autre qu’élever un être de la puissance à l’acte : un être ne peut être porté à l’acte que par un être
en acte (…). Mais il est impossible qu’un être soit, à la fois et
sous le même rapport, en acte et en puissance (…). Impossible
donc d’être, sous le même rapport et identiquement, moteur et
mû, c’est-à-dire de se mouvoir soi-même absolument. Donc ce
qui est mû est mû par autre que soi. Si donc le moteur est mû,
ce ne peut être que par un autre, et cet autre par un autre. Mais
on ne peut remonter à l’infini (…). Il faut donc en venir à
quelque premier moteur qui ne soit mû par aucun autre : ce que
tout le monde entend par Dieu.
La deuxième voie s’appuie sur la notion de cause efficiente.
Nous trouvons, dans ce monde sensible, un ordre de causes efficientes. On ne voit pas, et il est impossible, qu’un être soit sa
propre cause efficiente : il existerait avant lui-même. Impos-
– 37 –
sible, ici encore, de remonter à l’infini. (…) Par conséquent il est
nécessaire de poser une cause efficiente première. C’est elle que
tous appellent Dieu.
La troisième voie se réfère aux notions du possible et du
nécessaire. Nous trouvons, dans la nature, des êtres qui peuvent
exister ou ne pas exister (…). Mais (…) il existe, immanente au
monde, quelque nécessité. Mais ce qui est nécessaire tient, d’un
autre ou de soi-même, la raison de sa nécessité. Et comme pour
la série des causes efficientes, il est impossible, pour les êtres
nécessaires qui n’ont pas en eux-mêmes la cause de leur nécessité, de remonter à l’infini. Il faut donc poser un premier terme
nécessaire par lui-même, et qui donne aux autres leur nécessité : ce que tous appellent Dieu.
La quatrième voie part des degrés constatés dans l’ordre
même du réel. On constate, dans le monde, du plus et du
moins : degrés de bonté, de vérité, de perfection, etc. Le plus et
le moins désignent divers termes par la distance différente qui
les sépare d’un absolu. Il existe donc un absolu dans l’ordre du
vrai, du bon, du parfait, et par conséquent de l’existence (…). Il
existe donc pour tous les êtres une cause de leur existence, de
leur bonté, de toutes leurs perfections. Nous l’appelons Dieu.
La cinquième voie part de la considération de l’ordre qui
règne dans le réel. Nous voyons des êtres dépourvus de connaissance agir en vue d’une fin (…). Il existe donc un principe
intelligent qui oriente vers leur fin toutes les réalités naturelles.
Nous l’appelons Dieu.
Saint Thomas d’Aquin, Somme théologique, I, question 2,
article 3 (1266-1274), trad. J. Rassam, in L’Etre et l’Esprit.
Textes choisis, éd. PUF, 1964, pp. 30-32.
– 38 –
Pour mieux comprendre le texte
Aux preuves a priori de l’existence de Dieu (telles que
l’argument ontologique), saint Thomas d’Aquin préfère une
démonstration a posteriori, c’est-à-dire qui remonte des effets à
la cause. Ses cinq preuves sont dites cosmologiques, car elles
partent d’observations faites dans le monde. Elles suivent toutes
un même schéma logique d’argumentation, hérité d’Aristote : le
principe de l’impossibilité de la régression à l’infini.
L’être à partir duquel on remonte jusqu’à Dieu peut être considéré comme en mouvement (première voie), comme causé
(deuxième voie), comme contingent (troisième voie), comme
relatif et dépendant (quatrième voie), et comme dépourvu
d’intelligence (cinquième voie). Face à l’impossibilité de remonter à l’infini les chaînes de causalité, on doit donc définir Dieu
comme premier moteur, comme première cause efficiente,
comme être nécessaire, comme être absolu et souverain, et enfin comme être intelligent. Saint Thomas d’Aquin cherche à
harmoniser la métaphysique d’Aristote et la doctrine chrétienne : c’est l’entreprise dite de la scolastique Mais cette tentative se heurte à de nombreux obstacles, car les deux visions du
monde sont irréductibles l’une à l’autre. Pour ce qui concerne la
démonstration de l’existence de Dieu, saint Thomas contourne
la difficulté en adoptant les principes aristotéliciens de la première voie : la preuve par le mouvement, la distinction entre un
être en puissance (un être virtuel) et un être en acte (un être
réalisé), la définition de Dieu comme premier moteur ; et en
appliquant aux quatre autres voies (dont le contenu est plus
chrétien qu’aristotélicien) la structure formelle d’argumentation
d’Aristote : l’impossibilité de la régression à l’infini, et la déduction logique de l’existence de Dieu qui en découle.
– 39 –
Texte 9 : La version cartésienne de l’argument
ontologique, R. Descartes (1596-1650)
René Descartes construit à son tour un argument de type
ontologique. Cependant, il ne réitère pas la preuve de saint Anselme (texte 7), il la travestit. À un argument par la grandeur il
substitue un argument parla perfection, et il lui donne une
forme mathématique.
Si de cela seul que je puis tirer de ma pensée 1’idée de
quelque chose, il s’ensuit que tout ce que je reconnais clairement et distinctement appartenir à cette chose, lui appartient en
effet, ne puis-je pas tirer de ceci un argument et une preuve démonstrative de l’existence de Dieu ? Il est certain que je ne
trouve pas moins en moi son idée, c’est-à-dire l’idée d’un être
souverainement parfait, que celle de quelque figure ou de
quelque nombre que ce soit. Et je ne connais pas moins clairement et distinctement qu’une actuelle et éternelle existence appartient à sa nature, que je connais que tout ce que je puis démontrer de quelque figure ou de quelque nombre, appartient
véritablement à la nature de cette figure ou de ce nombre. Et
partant, encore que tout ce que j’ai conclu dans les Méditations
précédentes ne se trouvât point véritable, l’existence de Dieu
doit passer en mon esprit au moins pour aussi certaine, que j’ai
estimé jusques ici toutes les vérités des mathématiques, qui ne
regardent que les nombres et les figures : bien qu’à la vérité cela
ne paraisse pas d’abord entièrement manifeste, mais semble
avoir quelque apparence de sophisme. Car, ayant accoutumé
dans toutes les autres choses de faire distinction entre
l’existence et l’essence, je me persuade aisément que l’existence
peut être séparée de l’essence de Dieu, et qu’ainsi on peut concevoir Dieu comme n’étant pas actuellement. Mais néanmoins,
lorsque j’y pense avec plus d’attention, je trouve manifestement
que l’existence ne peut non plus être séparée de l’essence de
Dieu, que de l’essence d’un triangle rectiligne la grandeur de ses
trois angles égaux à deux droits, ou bien de l’idée d’une mon– 40 –
tagne l’idée d’une vallée ; en sorte qu’il n’y a pas moins de répugnance de concevoir un Dieu (c’est-à-dire un être souverainement parfait) auquel manque l’existence (c’est-à-dire auquel
manque quelque perfection), que de concevoir une montagne
qui n’ait point de vallée. (…)
De cela seul que je ne puis concevoir Dieu sans existence, il
s’ensuit que l’existence est inséparable de lui, et partant qu’il
existe véritablement : non pas que ma pensée puisse faire que
cela soit de la sorte, et qu’elle impose aux choses aucune nécessité ; mais, au contraire, parce que la nécessité de la chose
même, à savoir de l’existence de Dieu, détermine ma pensée à le
concevoir de cette façon. Car il n’est pas en ma liberté de concevoir un Dieu sans existence (c’est-à-dire un être souverainement
parfait sans une souveraine perfection), comme il m’est libre
d’imaginer un cheval sans ailes ou avec des ailes.
René Descartes, Méditations métaphysiques (1641), in
Œuvres philosophiques, t. 2, éd. Garnier, 1967, pp. 472-474.
Pour mieux comprendre le texte
Descartes avait tout d’abord, dans son Discours de la méthode (1637), montré que les idées que nous concevons clairement et distinctement, qui s’imposent donc à nous avec évidence, sont innées (antérieures à notre propre naissance) et
vraies (auxquelles par conséquent nous pouvons nous fier). Par
la suite, dans les Méditations métaphysiques (1641), l’auteur
avait avancé un argument a posteriori de l’existence de
Dieu : j’ai en moi l’idée (claire et distincte) de parfait ; moi qui
suis un être imparfait, je ne peux l’avoir posée en moi-même ;
seul un être parfait peut donc être la cause de la présence en
moi de cette idée de parfait (IIIe Méditation).
Dans le présent texte (Ve Méditation), Descartes double cet
argument a posteriori d’un argument ontologique, purement
– 41 –
conceptuel. Parmi les idées innées, se trouvent les nombres et
figures mathématiques, mais aussi l’idée de Dieu, que l’auteur
définit comme « un être souverainement parfait et infini » (et
non comme « quelque chose de tel que rien ne se peut penser de
plus grand », selon la formule de saint Anselme). Cette définition est donc relative à l’objet lui-même (au contenu de l’idée
de Dieu), et non plus à ma connaissance de l’objet (à ce que je
peux ou ne peux pas penser). Il s’agit d’une définition positive,
et non plus, comme chez saint Anselme, comparative.
À partir de cette définition, Descartes développe sa version
de l’argument ontologique : il déduit l’existence de Dieu de
son essence même. En effet, Dieu est par définition doté de
toutes les perfections ; or l’existence est une perfection :
l’existence en tant que perfection fait partie de sa définition.
Dieu ne peut donc pas ne pas exister. La distinction entre essence et existence ne convient pas au sujet de Dieu.
Descartes associe ces deux arguments, l’un qui remonte de
l’effet à la cause, l’autre qui déduit l’existence de l’essence, pour
démontrer l’existence de Dieu, « être parfait ».
Texte 10 : La possibilité logique de l’existence de
Dieu, G. W. Leibniz (1646-1716)
Tout en assumant l’héritage cartésien, Leibniz le soumet à
diverses transformations : son approche est formaliste et non
intuitive, sa démonstration de l’existence de Dieu est amplifiée,
et son Dieu même semble différent.
Quoique je sois pour les idées innées et particulièrement
pour celle de Dieu, je ne crois point que les démonstrations des
cartésiens, tirées de l’idée de Dieu, soient parfaites. (…) Celle
que M. Descartes a empruntée d’Anselme, archevêque de Cantorbéry, est très belle et très ingénieuse à la vérité, mais il y a
– 42 –
encore un vide à remplir. Ce célèbre archevêque, qui a sans
doute été un des plus capables hommes de son temps, se félicite, non sans raison, d’avoir trouvé un moyen de prouver
l’existence de Dieu a priori, par sa propre notion, sans recourir
à ses effets. (…) Ce n’est pas un paralogisme, mais c’est une démonstration imparfaite, qui suppose quelque chose qu’il fallait
encore prouver pour le rendre d’une évidence mathématique ;
c’est qu’on suppose tacitement que cette idée de l’être tout
grand, ou tout parfait, est possible et n’implique point de contradiction. Et c’est déjà quelque chose que par cette remarque
on prouve que, supposé que Dieu soit possible, il existe, ce qui
est le privilège de la seule divinité. On a droit de présumer la
possibilité de tout être et surtout celle de Dieu jusqu’à ce que
quelqu’un prouve le contraire. De sorte que cet argument métaphysique donne déjà une conclusion morale démonstrative, qui
porte que suivant l’état présent de nos connaissances il faut juger que Dieu existe, et agir conformément à cela. Mais il serait
pourtant à souhaiter que des habiles gens achevassent la démonstration dans la rigueur d’une évidence mathématique, et je
crois avoir dit quelque chose ailleurs, qui y pourra servir.
Gottfried Wilhelm Leibniz, Nouveaux Essais sur
l’entendement humain (1704), trad. Jacques Brunschwig, éd.
Garnier Flammarion, 1990, pp. 345-346.
Pour mieux comprendre le texte
Leibniz ne veut ni réfuter (en tant que « paralogisme »,
c’est-à-dire que raisonnement faux), ni admettre telle quelle la
version cartésienne de l’argument ontologique (texte 9), mais
l’amender et la compléter. Il lui manque en effet, selon l’auteur,
la preuve que l’idée de Dieu (c’est-à-dire du plus grand des
êtres, selon saint Anselme, ou du plus parfait, selon Descartes)
est « possible » : cette possibilité logique désigne le fait
qu’elle « n’implique point de contradiction », que ses éléments
constitutifs sont compatibles. Car une notion quelle qu’elle soit
– 43 –
n’est réelle, et donc ce qu’elle désigne existe, que si l’on démontre sa non-contradiction, sa cohérence interne : si
Dieu est possible, alors nécessairement il est. Dans un premier
temps, Leibniz pose la possibilité (et donc l’existence) de Dieu,
« jusqu’à ce que quelqu’un prouve le contraire » : il semble que
l’on ne puisse trancher « suivant l’état présent de nos connaissances ». Mais l’auteur espère y parvenir un jour.
Dans ses écrits postérieurs11, Leibniz démontrera la possibilité logique de Dieu : les éléments constitutifs de l’idée de
Dieu sont les idées des diverses perfections (sagesse, bonté,
puissance, entendement, etc.) ; or ces qualités étant simples et
absolues, c’est-à-dire indécomposables, elles ne se recoupent
pas et sont compatibles. Cette compatibilité des perfections
dans un seul et même sujet permet de dire que l’idée de Dieu est
logiquement possible et que, par conséquent, Dieu est. En détaillant ainsi les divers attributs (les « perfections ») de Dieu,
Leibniz se rapproche de la conception chrétienne d’un Dieu personnel, et s’éloigne du même coup du Dieu cartésien.
Texte 11 : L’existence de Dieu : une nécessité
morale, E. Kant (1724-1804)
Kant réfute toutes les preuves métaphysiques de
l’existence de Dieu : après lui, on ne pourra plus les admettre
comme convaincantes. En revanche, il affirme la nécessité morale de postuler l’existence de Dieu. Ainsi la perspective se renverse, et le problème de Dieu se trouve posé sur des bases renouvelées.
Le bonheur est l’état dans le monde d’un être raisonnable,
à qui, dans tout le cours de son existence, tout arrive suivant
11
Cf. Bernard Sève, La Question philosophique de l’existence de
Dieu, éd. PUF, 1994, pp. 38-48.
– 44 –
son souhait et sa volonté ; il repose donc sur l’accord de la nature avec le but tout entier qu’il poursuit, et aussi avec le principe essentiel de détermination de sa volonté. Or la loi morale,
comme une loi de la liberté, ordonne par des principes déterminants qui doivent être tout à fait indépendants de la nature et de
l’accord de cette dernière avec notre faculté de désirer (comme
mobiles). Mais l’être raisonnable, qui agit dans le monde, n’est
pas cependant en même temps cause du monde et de la nature
elle-même. Donc, dans la loi morale, il n’y a pas le moindre
principe pour une connexion nécessaire entre la moralité et le
bonheur qui lui est proportionné, chez un être appartenant
comme partie au monde et par conséquent en dépendant, qui
justement pour cela, ne peut, par sa volonté, être cause de cette
nature et ne peut, quant à son bonheur, la mettre par ses
propres forces complètement d’accord avec ses principes pratiques. Cependant dans le problème pratique de la raison pure,
c’est-à-dire dans la poursuite nécessaire du souverain bien, on
postule une telle connexion comme nécessaire : nous devons
chercher à réaliser le souverain bien (qui doit donc être possible). Ainsi on postule aussi l’existence d’une cause de toute la
nature, distincte de la nature et contenant le principe de cette
connexion, c’est-à-dire de l’harmonie exacte du bonheur et de la
moralité. Mais cette cause suprême doit renfermer le principe
de l’accord de la nature, non seulement avec une loi de la volonté des êtres raisonnables, mais aussi avec la représentation de
cette loi en tant que ceux-ci en font le principe suprême de détermination de leur volonté ; partant non seulement avec les
mœurs d’après la forme, mais aussi avec leur moralité comme
principe déterminant, c’est-à-dire avec leur intention morale. Le
souverain bien n’est donc possible dans le monde qu’en tant
qu’on admet une cause suprême de la nature qui a une causalité
conforme à l’intention morale. Or un être qui est capable d’agir
d’après la représentation de lois est une intelligence (un être
raisonnable), et la causalité d’un tel être, d’après cette représentation des lois, est sa volonté. Donc la cause suprême de la nature, en tant qu’elle doit être supposée pour le souverain bien,
– 45 –
est un être qui, par l’entendement et la volonté, est la cause,
partant l’auteur de la nature, c’est-à-dire Dieu. Par conséquent
le postulat de la possibilité du souverain bien dérivé (du meilleur monde) est en même temps le postulat de la réalité d’un
souverain bien primitif, à savoir de l’existence de Dieu. Or,
c’était un devoir pour nous de réaliser le souverain bien, partant
non seulement un droit, mais aussi une nécessité liée comme
besoin avec le devoir, de supposer la possibilité de ce souverain
bien, qui, puisqu’il n’est possible que sous la condition de
l’existence de Dieu, lie inséparablement la supposition de cette
existence avec le devoir, c’est-à-dire qu’il est moralement nécessaire d’admettre l’existence de Dieu.
Emmanuel Kant, Critique de la Raison pratique (1788),
trad. F. Picavert, coll. « Bibliothèque de philosophie contemporaine », éd. PUF, 1965, pp. 134-135.
Pour mieux comprendre le texte
Dans sa Critique de la Raison pure (1781), ouvrage critique
sur les conditions de la connaissance, Kant réfutait la preuve
ontologique, et par elle toutes les preuves de l’existence de
Dieu : toute connaissance commence par les sens, or l’existence
de Dieu (ou sa non-existence) ne peut jamais apparaître dans
l’expérience, elle ne sera donc jamais prouvée ou démontrée.
Mais dans sa Critique de la Raison pratique (1788), ouvrage qui concerne la conduite morale et non plus la connaissance, Kant prolonge sa réflexion : ce que nous ne pouvons
connaître, nous pouvons y croire ; et même, nous devons
croire, ou plutôt postuler l’existence de Dieu. En effet, le respect d’une loi morale n’a de sens que s’il existe un Dieu juste
accordant le bonheur aux hommes vertueux (car si la vertu ne
nous rend pas heureux, c’est que la Loi morale que l’on suit est
fausse : la vraie vertu nous permet d’accéder au bonheur et non
simplement d’en être dignes). Par conséquent, s’il est impos-
– 46 –
sible de savoir si Dieu existe ou non, et de démontrer son
existence, il est moralement nécessaire de l’admettre. Il
s’agit d’un postulat, c’est-à-dire d’une proposition théorique,
théoriquement indémontrable, mais pratiquement (moralement) nécessaire.
Cependant, la morale kantienne ne se fonde pas sur la
religion, sous peine d’hétéronomie (c’est-à-dire de dépendance
du sujet à l’égard d’une instance extérieure à lui-même) ; elle se
fonde au contraire sur l’autonomie de la volonté. Si elle conduit à la religion, puisqu’elle exige la croyance en Dieu, elle doit
néanmoins la maintenir sous son contrôle rationnel : toute
croyance n’est admissible que si elle est compatible avec la morale, avec la recherche du « souverain bien ».
La foi aveugle d’Abraham, par exemple, qui sacrifie son fils
Isaac par obéissance à Dieu, est condamnable comme contraire
à la loi morale. Ainsi une croyance non rationnelle (la foi en une
Révélation) peut être dangereuse pour la moralité : la religion
doit demeurer « dans les limites de la simple Raison12 ».
12
Emmanuel Kant, La Religion dans les limites de la simple Raison (1793), trad. J. Gibelin, éd. Vrin, 1943.
– 47 –
3. Critiques de la religion
Critiquer la religion, c’est, au sens strict, l’évaluer sans a
priori, en vue de porter sur elle, au terme de l’évaluation, un
jugement favorable ou défavorable. Nous nous limiterons cependant ici aux jugements négatifs, dont les auteurs s’affirment
comme des contempteurs de la religion. Nous avons rencontré
ou rencontrerons des approches plus favorables, parfois même
de type apologétique, dans les textes 1, 3 à 8 et 21. De plus, si
Kierkegaard, dans son plaidoyer pour la foi subjective contre la
religion sclérosée des institutions (texte 4), a développé une critique interne de la religion, c’est à une série de critiques externes que nous aurons maintenant affaire : Feuerbach, Marx,
Nietzsche, Freud et Sartre peuvent être considérés comme des
auteurs matérialistes, c’est-à-dire qui ne conçoivent d’autre réalité que la matière sensible.
La religion, qui proclame l’existence d’une réalité non sensible, au-delà de la matière, est donc une production purement
humaine (texte 12), un opium (texte 13), une invention des
faibles (texte 14), une illusion issue du désir (texte 15), ou une
entrave à la liberté et à la responsabilité de l’homme (texte 16).
En un mot, dans une perspective matérialiste, la religion est au
mieux un leurre innocent, et au pire une escroquerie volontairement entretenue. Il s’agit là des critiques les plus radicales,
qui visent à déconstruire ou à détruire la religion.
D’autres auteurs (Voltaire, Rousseau), plus modérés dans
leurs options, n’ont critiqué que certains aspects, certes fondamentaux, de la religion (la Révélation, les dogmes, les mystères,
l’institution ecclésiastique), tout en soutenant l’idée d’un Dieu
au-delà de la matière (texte 3).
– 48 –
D’autres encore (Auguste Comte, Alain) ont associé leurs
critiques à une attitude de sympathie, notamment à l’égard de
l’éthique religieuse.
Ce n’est pas le cas des philosophes dont il est question ici.
Seul Feuerbach, quoique foncièrement matérialiste et athée,
s’attaque moins à la religion qu’à l’existence de Dieu, et refuse
même de « jeter le bébé (la religion) avec l’eau du bain
(Dieu) » : il prône une religion sans Dieu, une religion de
l’homme et de la nature, qui assumerait son statut de « production humaine » (texte 12). Marx, Nietzsche et Freud, en revanche, sont connus comme les trois « maîtres du soupçon » :
rien ne doit échapper à leur mise en doute et à leurs accusations. Celles-ci varient cependant d’un auteur à l’autre : Marx
réduit la religion à ses effets socio-politiques et à sa fonction
d’attestation de l’ordre social, de caution fournie aux pouvoirs
établis ; elle masque la réalité de l’exploitation économique en
incitant les exploités à s’évader dans l’imaginaire symbolique et
à espérer un monde meilleur post mortem (texte 13). Nietzsche
réduit la religion chrétienne à sa morale apollinienne, marquée
par la dualité du bien et du mal, le ressentiment et le renoncement ; il lui oppose une morale dionysiaque, fondée sur la volonté de puissance, la créativité, l’enthousiasme, la joie, la plénitude de l’être. Le passage d’une morale à l’autre implique la
mort de Dieu (texte 14). Quant à Freud, il réduit la religion à un
phénomène psychique : une névrose obsessionnelle à l’échelle
universelle. Sa critique de la religion a donc une finalité thérapeutique : l’abandon de la religion est une condition de guérison
pour l’humanité, et un signe de son accession à l’âge adulte
(texte 15). Les trois « maîtres du soupçon » semblent donc devoir procéder à une réduction particulière de l’objet de leur critique pour mieux en saper les fondements : idéologie sociopolitique, morale dualiste, ou phénomène psychique, la religion
est présentée comme une duperie pour les hommes crédules. Sa
disparition, constatée ou annoncée, sonne l’heure d’une libération, politique, éthique ou psychique.
– 49 –
Cette même exigence de liberté se trouve amplifiée chez
Sartre. Ses conclusions éthiques quant à la responsabilité de
l’homme découlent d’une réflexion d’ordre métaphysique, et
même ontologique, sur les rapports entre essence et existence
(texte 16). Le caractère fort diversifié de ces critiques est à la
hauteur de leur objet : phénomène multidimensionnel et malaisément saisissable dans sa globalité.
Texte 12 : La religion est strictement humaine, L.
Feuerbach (1804-1872)
Avant d’émettre une critique radicale de la religion en
tant que telle, les auteurs matérialistes vont nier l’existence de
Dieu. C’est cette première étape que franchit Feuerbach.
L’opposition du divin et de l’humain est une opposition illusoire, elle n’est, autrement dit, rien d’autre que l’opposition
entre l’essence humaine et l’individu humain, et par suite l’objet
et le contenu de la religion chrétienne sont eux aussi humains
de part en part.
La religion, du moins la religion chrétienne, est le rapport
de l’homme avec lui-même, ou plus exactement avec son être,
mais un rapport avec son être qui se présente comme un être
autre que lui. L’être divin n’est rien d’autre que l’être humain,
ou plutôt, que l’être de l’homme, débarrassé des bornes de
l’homme individuel, c’est-à-dire réel et corporel, puis objectivé,
c’est-à-dire contemplé et adoré comme un être propre, mais
autre que lui et distinct de lui : c’est pourquoi toutes les déterminations de l’être divin sont des déterminations de l’être humain.
– 50 –
Ludwig Feuerbach, L’Essence du christianisme (1841),
trad. L. Althusser, in Manifestes philosophiques, éd. PUF, i960,
pp. 72-73.
Pour mieux comprendre le texte
Feuerbach développe une critique matérialiste du
christianisme, et par-delà, de toute religion pourvue d’un ou de
plusieurs dieux : le divin n’existe pas hors de l’humain, il
n’est que la projection imaginaire que l’homme fait de sa propre
espèce. Tout dieu est anthropomorphe, car c’est l’homme qui
l’a créé à son image.
En Dieu l’homme se reproduit, enrichi des attributs de perfection et d’infini : « La conscience de Dieu est la conscience de
soi de l’homme », mais de cela l’homme n’a pas conscience ! Il
croit en ce Dieu (ou ces dieux) illusoire(s). Sa conscience est
donc aliénée, c’est-à-dire dépossédée au profit d’un autre être
(alius : autre), d’ailleurs imaginaire. L’homme se pense luimême, mais comme un être autre que lui. Le christianisme
est la plus aliénante et la dernière des religions : la religion la
plus aliénante, car la notion inédite de l’homme-Dieu (le Christ
est à la fois homme et Dieu) dépouille totalement l’homme de la
conscience de son statut réel, au profit d’une représentation
imaginaire de lui-même ; et la dernière des religions, parce
qu’elle annonce la mise à jour de la vraie nature de la religion :
une nature purement et strictement humaine. Tels sont les
principes du matérialisme athée.
Texte 13 : L’opium du peuple, K. Marx (1724-1804)
Le premier des « maîtres du soupçon », Karl Marx, va radicaliser la critique de la religion au moyen d’une formule devenue depuis célèbre : « l’opium du peuple ».
– 51 –
La religion est la théorie générale de ce monde, sa somme
encyclopédique, sa logique sous forme populaire, son point
d’honneur spirituel, son enthousiasme, sa sanction morale, son
complément solennel, sa consolation et sa justification universelles. Elle est la réalisation fantasmagorique de l’essence humaine, parce que l’essence humaine ne possède pas de vraie
réalité. Lutter contre la religion, c’est donc indirectement lutter
contre ce monde-là dont la religion est l’arôme spirituel.
La détresse religieuse est, pour une part, l’expression de la
détresse réelle, et, pour une autre, la protestation contre la détresse réelle. La religion est le soupir de la créature opprimée,
l’âme d’un monde sans cœur, comme elle est l’esprit de conditions sociales d’où l’esprit est exclu. Elle est l’opium du peuple.
L’abolition de la religion en tant que bonheur illusoire du
peuple est l’exigence que formule son bonheur réel. Exiger qu’il
renonce aux illusions sur sa situation, c’est exiger qu’il renonce
à une situation qui a besoin d’illusions. La critique de la religion
est donc en germe la critique de cette vallée de larmes dont la
religion est l’auréole.
Karl Marx, Critique de la philosophie du Droit de Hegel
(1844), in Critique du droit politique hégélien, Editions sociales, 1975, p. 198.
Pour mieux comprendre le texte
La Critique de la philosophie du Droit de Hegel (1844) est
un écrit de jeunesse. Marx n’y développe pas encore son analyse
scientifique de l’exploitation économique, ce qu’il fera dans la
seconde phase de son itinéraire intellectuel ; il mène une critique politique de la religion comme idéologie, une critique
de son instrumentalisation politique, et notamment de sa
fonction d’aliénation : l’homme devient étranger à luimême, au lieu de réaliser son essence. Mais le matérialisme
– 52 –
abstrait et statique de Feuerbach ne lui suffit pas ; Marx veut
expliquer pourquoi l’homme s’aliène dans la projection religieuse : c’est parce que sa vie réelle est invivable. Si la religion
est une conscience inversée du monde, cette inversion n’est pas
due à la conscience elle-même, mais est produite par un monde
social qui est lui-même à l’envers. C’est donc en partant de la
réalité matérielle que Marx déploie sa critique, et en mettant
à jour les contradictions inhérentes aux conditions sociales de vie : son matérialisme est par conséquent concret et
dialectique.
La religion reçoit dans ce texte de nombreux qualificatifs :
en résumé, elle peut être définie par son effet
d’assouplissement de conscience, d’oubli de soi et de sa
propre réalité. Elle prêche en effet aux pauvres la résignation
à leur condition misérable, dans l’attente d’un au-delà meilleur ;
et cette double fonction de consolation et de production d’une
espérance entrave leurs luttes pour un changement réel de la
société.
Marx ne se contente pas de critiquer les effets sociopolitiques de la religion : il prône la mise en pratique des conditions de son abolition. Mais – nouvelle divergence avec Feuerbach – il lui semble vain de lutter contre la religion qui n’est
elle-même qu’un effet de la misère : mieux vaut lutter directement contre la société qui engendre cette misère, afin que la
religion tombe comme un fruit mûr lorsqu’on n’aura plus besoin
d’elle.
Texte 14 : Dieu est mort, F. Nietzsche (1844-1900)
Tout autant que « l’opium du peuple » de Marx, le « Dieu
est mort » de Nietzsche est une expression qui est restée célèbre. Le philosophe allemand cherche à tirer du constat de la
mort de Dieu les conséquences qui s’imposent quant au destin
– 53 –
de l’humanité : l’homme n’est-il pas appelé à prendre la place
de Dieu ?
Hommes supérieurs, apprenez de moi ceci : sur la place
publique personne ne croit à l’homme supérieur. Et si vous voulez parler sur la place publique, à votre guise ! Mais la populace
cligne de l’œil : « Nous sommes tous égaux. »
« Hommes supérieurs, – ainsi cligne de l’œil la populace, –
il n’y a pas d’hommes supérieurs, nous sommes tous égaux, un
homme vaut un homme, devant Dieu – nous sommes tous
égaux ! »
Devant Dieu ! – Mais maintenant ce Dieu est mort. Devant
la populace, cependant, nous ne voulons pas être égaux.
Hommes supérieurs, éloignez-vous de la place publique !
Devant Dieu ! – Mais maintenant ce Dieu est mort !
Hommes supérieurs, ce Dieu a été votre plus grand danger.
Vous n’êtes ressuscites que depuis qu’il gît dans la tombe.
C’est maintenant seulement que revient le grand Midi, maintenant l’homme supérieur devient – maître !
Avez-vous compris cette parole, ô mes frères ? Vous êtes effrayés : votre cœur est-il pris de vertige ? L’abîme s’ouvre-t-il ici
pour vous ? Le chien de l’enfer aboie-t-il contre vous ?
Eh bien ! Allons ! Hommes supérieurs ! Maintenant seulement la montagne de l’avenir humain va enfanter. Dieu est
mort : maintenant nous voulons – que le surhomme vive.
Friedrich Nietzsche, Ainsi parlait Zarathoustra (18831885), in Œuvres, coll. « Bouquins », éd. Robert Laffont, 1993,
p. 510.
– 54 –
Pour mieux comprendre le texte
Ce texte est une prédication de Zarathoustra, personnage
fictif qui ne partage guère que son nom avec le fondateur du
zoroastrisme dans la Perse antique. À la manière du Bouddha
ou du Christ, mais dans un sens bien différent, Zarathoustra
prêche un nouveau message pour l’humanité.
Nietzsche avait déjà annoncé la mort de Dieu dans Le
Gai Savoir (1882), et notamment dans son aphorisme n° 125.
Affirmer que Dieu est mort peut sembler paradoxal, si l’on considère que l’immortalité est l’un des attributs de Dieu. N’est-ce
pas plutôt la croyance des hommes en Dieu qui a disparu, étant
donné que Dieu n’existerait que par notre foi ? Mais Nietzsche
ne se contente pas du constat sociologique de cette désaffection
des hommes envers la religion : il rend ceux-ci déicides, c’està-dire acteurs responsables de leur nouvelle condition.
Pourtant les hommes ne réalisent pas immédiatement les
conséquences de leur acte fondamental, puis ils sont partagés
entre un sentiment de liberté et une immense inquiétude. C’est
ici qu’intervient Zarathoustra : la crainte des hommes risque de
déboucher sur la résurgence de Dieu à travers un nouvel avatar
(la science, le progrès, la démocratie, la vérité), ou pour le
moins de conduire l’humanité au nihilisme (le refus de toute
valeur, y compris des valeurs supérieures). C’est donc le soulagement qui doit l’emporter sur l’inquiétude, et avec lui la libération des ressources insoupçonnées de l’homme : ses
aptitudes à la joie et à la plénitude.
Tandis que les vertus chrétiennes ne servaient qu’à la survie des faibles et des malades, les nouvelles valeurs à naître
(« par-delà le bien et le mal ») doivent être celles du Surhomme : l’affirmation de soi (et non plus le renoncement ascétique ou l’abandon), l’autodépassement de l’homme qui
surmonte sa propre humanité et ses aspirations et désirs
– 55 –
« trop humains ». Les hommes sont appelés à devenir des
maîtres, non au sens politique de « dominateurs » (le surhomme n’est pas Superman) mais au sens moral d’« hommes
supérieurs », riches de leurs potentialités créatrices.
La valeur suprême de cette nouvelle morale est la volonté
de puissance, force de création et d’innovation que l’homme
découvre en lui-même et qui le dépasse. L’heure est désormais
au « grand Midi » : ce temps de clarté où la conscience est enfin
devenue consciente d’elle-même et reconnaît sa propre volonté
de puissance. Et, comme le dit Heidegger, le règne sur la terre
passe « aux mains d’un nouveau vouloir de l’homme déterminé
par la volonté de puissance13 ».
Texte 15 : La sublimation de la figure du père, S.
Freud (1856-1939)
Sigmund Freud demeure une figure marquante du xx9
siècle, dont l’impact de la pensée n’est pas seulement sensible
dans les théories des initiés, mais sur les mentalités et les comportements quotidiens au sein de la société moderne. En un
sens, le recours aux professionnels de la psychologie s’est aujourd’hui substitué aux pratiques religieuses. Freud annonce la
percée des sciences humaines, et de leur approche qui se veut
objective et critique.
Représentons-nous la vie psychique du petit enfant. (…) La
libido suit la voie des besoins narcissiques et s’attache aux objets qui assurent leur satisfaction. Ainsi la mère, qui satisfait la
faim, devient le premier objet d’amour et certes de plus la première protection contre tous les dangers indéterminés qui me-
13
Martin Heidegger, Chemins qui ne mènent nulle part (1949),
coll. « Idées », éd. Gallimard, 1962, p. 307.
– 56 –
nacent l’enfant dans le monde extérieur ; elle devient, peut-on
dire, la première protection contre l’angoisse.
La mère est bientôt remplacée dans ce rôle par le père plus
fort, et ce rôle reste dévolu au père durant tout le cours de
l’enfance. Cependant la relation au père est affectée d’une ambivalence particulière. Le père constituait lui-même un danger,
peut-être en vertu de la relation primitive à la mère. Aussi inspire-t-il autant de crainte que de nostalgie et d’admiration. Les
signes de cette ambivalence marquent profondément toutes les
religions (…). Et quand l’enfant, en grandissant, voit qu’il est
destiné à rester à jamais un enfant, qu’il ne pourra jamais se
passer de protection contre des puissances souveraines et inconnues, alors il prête à celles-ci les traits de la figure paternelle, il se crée des dieux, dont il a peur, qu’il cherche à se
rendre propices et auxquels il attribue cependant la tâche de le
protéger. Ainsi la nostalgie qu’a de son père l’enfant coïncide
avec le besoin de protection qu’il éprouve en vertu de la faiblesse humaine ; la réaction défensive de l’enfant contre son
sentiment de détresse prête à la réaction au sentiment de détresse que l’adulte éprouve à son tour, et qui engendre la religion, ses traits caractéristiques.
Sigmund Freud, L’Avenir d’une illusion (1927), trad.
M. Bonaparte, coll. « Bibliothèque de psychanalyse », éd. PUF,
1971, p. 33.
Pour mieux comprendre le texte
La religion n’est pas l’objet central de l’investigation freudienne : l’auteur étend à ce champ du réel les conséquences de
son interprétation des maladies psychiques et du fonctionnement de l’inconscient. C’est ainsi que la religion se trouve englobée dans sa théorie du déterminisme psychique.
– 57 –
Freud lui consacre tout de même trois ouvrages, dont deux,
Totem et Tabou (1913) et Moïse et le monothéisme (1939), développent une hypothèse, aujourd’hui fort contestée, de la genèse
du phénomène religieux : à l’origine de l’humanité, le meurtre
du père par ses fils aurait fait naître chez ceux-ci un sentiment
de culpabilité, qui n’aurait trouvé d’issue que dans le culte voué
au père défunt, et divinisé. Le troisième livre de Freud, L’Avenir
d’une illusion (1927), porte, comme son titre l’indique, un
double regard, synchronique et diachronique, sur la nature de
la religion, et sur son destin historique.
Freud conçoit la religion comme une illusion, c’est-à-dire
comme une croyance fondée sur la réalisation d’un désir
(et non sur une connaissance objective de la réalité). Elle est
une réponse à une situation de détresse : lorsque l’enfant constate que ses parents, qu’il croyait parfaits, s’avèrent faillibles,
son désarroi l’incite à projeter dans l’au-delà les attributs de
toute-puissance et de toute-tendresse qu’il désirait (et donc
croyait) les voir assumer jusqu’alors. La religion a donc pour
effet de reproduire à l’échelle sociale les relations de l’enfant à
l’autorité parentale, dans leur double fonction de protection et
de répression.
Plus précisément, Freud assimile la religion à une névrose
obsessionnelle, c’est-à-dire à l’expression symbolique d’un
conflit psychique, en l’occurrence à un mécanisme de défense
contre l’angoisse par la pratique répétée de rites et de prières.
C’est ainsi que le psychisme gère ses propres tensions internes,
nées de la déception, de la culpabilité et de la souffrance. La religion permet au croyant de sublimer la figure du père. La sublimation est un travestissement et un détournement de pulsions moralement inacceptables (et donc censurées) vers des
activités socialement valorisées : arts, travail, effort intellectuel,
religion, etc. La pulsion orientée vers le père, double désir inconscient de le supprimer et d’en prolonger la présence protectrice au-delà de l’enfance, n’est ici ni satisfaite ni refoulée, mais
– 58 –
se trouve transfigurée et canalisée dans un cadre que légitime la
conscience morale (le sur-moi) : le Père divin se substitue au
père humain.
Quant au destin de cette illusion religieuse, il consiste à
s’effacer devant les progrès de l’humanité et son accession à
l’âge adulte : l’humanité doit pouvoir surmonter sa détresse
infantile et assumer la réalité de sa condition.
Texte 16 : Sans Dieu, l’homme est condamné à être
libre, J. -P. Sartre (1905-1980)
Sans Dieu, que devient l’homme ? Sartre revendique la liberté absolue du sujet. En ce sens, l’athéisme sartrien n’est pas
un athéisme du système (le monde serait déterminé par des
structures), mais un athéisme de la subjectivité : la liberté de
l’homme dépasse toute situation concrète.
Dostoïevski avait écrit : « Si Dieu n’existait pas, tout serait
permis. » C’est là le point de départ de l’existentialisme. En effet, tout est permis si Dieu n’existe pas, et par conséquent
l’homme est délaissé, parce qu’il ne trouve ni en lui, ni hors de
lui une possibilité de s’accrocher. Il ne trouve d’abord pas
d’excuses. Si, en effet, l’existence précède l’essence, on ne pourra jamais expliquer par référence à une nature humaine donnée
et figée ; autrement dit il n’y a pas de déterminisme, l’homme
est libre, l’homme est liberté. Si d’autre part, Dieu n’existe pas,
nous ne trouvons pas en face de nous des valeurs ou des ordres
qui légitimeront notre conduite. Ainsi nous n’avons ni derrière
nous ni devant nous, dans le domaine lumineux des valeurs, des
justifications ou des excuses. Nous sommes seuls sans excuses.
C’est ce que j’exprimerai en disant que l’homme est condamné à
être libre.
– 59 –
Si j’ai supprimé Dieu le père, il faut bien quelqu’un pour
inventer les valeurs. Il faut prendre les choses comme elles sont.
Et par ailleurs, dire que nous inventons les valeurs ne signifie
pas autre chose que ceci : la vie n’a pas de sens a priori. Avant
que vous ne viviez, la vie, elle, n’est rien, mais c’est à vous de lui
donner un sens, et la valeur n’est pas autre chose que ce sens
que vous choisissez.
Jean-Paul Sartre, L’Existentialisme est un humanisme
(1946), coll. « Pensées », éd. Gallimard, 1970, pp. 36-37.
Pour mieux comprendre le texte
Dans La Nausée (1938), Sartre témoignait de sa découverte
de l’absurde : il n’y a pas d’être nécessaire, tout ce qui est contingent et absurde n’a ni signification ni finalité, est « de trop ».
Dans ce texte, l’auteur tire les conséquences éthiques de cet
athéisme : l’existence humaine, le vécu subjectif de chacun, ne
peut se réduire à une essence déterminée, à une « nature humaine » définie a priori, par exemple par un principe divin.
C’est ce qu’exprime la formule : « L’existence précède
l’essence. » Sartre dit également : « Il n’y a pas de nature humaine puisqu’il n’y a pas de Dieu pour la concevoir. »
Il n’y a donc pas non plus de valeurs a priori : c’est
l’homme qui décide lui-même du sens qu’il entend donner à son
existence. Et ce sens découle de ses propres choix et de ses
actes : l’homme n’est rien d’autre que la somme de ses actes,
qu’il décide librement d’accomplir. La morale sartrienne est une
morale de la liberté et de l’action : l’homme a la capacité
de choisir, à tout instant, son comportement, sans déterminations extérieures, ni « justifications » ni « excuses ». Il ne peut
d’ailleurs échapper à cette liberté, car, dans une situation donnée, le refus de choisir et de s’engager est aussi un choix et un
engagement. C’est en ce sens que « l’homme est condamné à
être libre ». Mais à cette liberté infinie correspond une respon-
– 60 –
sabilité infinie : chacun doit assumer ses choix et ses actes,
devant l’humanité entière et devant l’Histoire.
– 61 –
4. Religion, culture et société
En rupture tant avec les spéculations métaphysiques sur
l’existence de Dieu qu’avec les polémiques sur le statut de la
religion, les sciences humaines chercheront à promouvoir une
approche positive (c’est-à-dire scientifique, fondée sur des faits)
de ce phénomène. Pour ce faire il était nécessaire de prendre
des distances à l’égard du prisme chrétien et de son regard ethnocentrique, pour aborder la religion dans toutes ses dimensions et sous toutes ses formes, monothéistes et polythéistes.
La sociologie, tout d’abord, s’est détachée d’une démarche
subjective et de la méthode d’introspection, en réduisant la religion à un phénomène social, et en privilégiant par conséquent
les pratiques et représentations collectives ainsi que les institutions (texte 17). Le principe de base de la méthode sociologique
étant d’expliquer (et non de comprendre) des faits sociaux par
d’autres faits sociaux, les chercheurs ont essayé de dégager les
fonctions sociales de la religion. Pour Durkheim, la religion
permet à la société de s’attester elle-même ; elle a une fonction
d’intégration et de conservation de l’ordre social. L’auteur
cherche chez les peuples dits primitifs (en l’occurrence, chez les
Aborigènes d’Australie) des « formes élémentaires de la vie religieuse », et établit la portée universelle de la classification sacré/profane. Ces deux derniers points seront contestés par Marcel Mauss, qui va plus loin dans la démarche antiethnocentrique de son maître (et oncle) Durkheim : les religions
des sociétés primitives ne sont pas plus simples que les nôtres ;
la catégorie de sacré n’est pas un invariant culturel ; et la notion
même de religion doit être remise en cause par la confrontation
empirique aux faits (texte 18).
– 62 –
C’est aux rapports entre religion et économie que
s’intéressera un autre maître fondateur de la sociologie moderne, Max Weber. Sa démarche s’apparente à un renversement
de celle de Marx, pour lequel les infrastructures technoéconomiques déterminaient les superstructures idéologiques
(dont la religion). Mais un regard attentif permet de comprendre qu’il n’y a là aucun retour à l’idéalisme pré-marxien :
l’analyse de Weber est bien plus nuancée, et repose sur une
quantité considérable de faits observés (texte 19).
L’étude des phénomènes religieux s’affine encore avec la
prise en compte de leur fondement dynamique. Mircea Éliade
revient à la classification dualiste entre sacré et profane, mais
montre qu’elle n’a rien de statique, que la frontière qui les sépare varie selon les époques et les lieux. Les rapports que ces
deux notions entretiennent entre elles sont contradictoires, c’est
pourquoi on peut parler à leur sujet de mouvement dialectique
(texte 20). Là encore, les monothéismes sont déchus par les
sciences sociales de leur statut privilégié, pour ne plus constituer que quelques cas parmi d’autres de systèmes religieux : le
mystère chrétien de l’Incarnation, par exemple, n’est qu’une
forme particulière de hiérophanie.
D’un regard dynamisant porté sur la religion, on peut passera une interrogation sur la gestion religieuse de la violence et
du conflit. C’est René Girard qui s’y emploiera : toute société
est, selon lui, confrontée à sa propre violence interne, qui peut
la menacer dans ses fondements, voire dans sa survie. À cet
égard, la religion remplit une fonction sociale capitale, si ce
n’est vitale (texte 21). Ces considérations nous introduiront au
cœur des problèmes de la modernité : qu’adviendrait-il d’une
société post-religieuse ?
– 63 –
Texte 17 : Pour une définition sociologique de la
religion, É. Durkheim (1858-1917)
Le sociologue Emile Durkheim cherche à élaborer une définition de la religion qui soit applicable à toute culture, y compris aux sociétés dites primitives (aujourd’hui, on dira plutôt :
sociétés traditionnelles).
Toutes les croyances religieuses connues, qu’elles soient
simples ou complexes, présentent un même caractère commun :
elles supposent une classification des choses, réelles ou idéales,
en deux genres opposés, désignés généralement par deux
termes distincts que traduisent assez bien les mots de profane
et de sacré. La division du monde en deux domaines comprenant, l’un tout ce qui est sacré, l’autre tout ce qui est profane, tel
est le trait distinctif de la pensée religieuse (…). Les choses sacrées sont celles que les interdits protègent et isolent ; les
choses profanes, celles auxquelles ces interdits s’appliquent et
qui doivent rester à distance des premières. Les croyances religieuses sont des représentations qui expriment la nature des
choses sacrées et les rapports qu’elles soutiennent soit les unes
avec les autres, soit avec les choses profanes. Enfin, les rites
sont des règles de conduite qui prescrivent comment l’homme
doit se comporter avec les choses sacrées. (…)
Les croyances proprement religieuses sont toujours communes à une collectivité déterminée qui fait profession d’y adhérer et de pratiquer les rites qui en sont solidaires. Elles ne
sont pas seulement admises, à titre individuel, par tous les
membres de cette collectivité ; mais elles sont la chose du
groupe et elles en font l’unité. Les individus qui la composent se
sentent liés les uns aux autres, par cela seul qu’ils ont une foi
commune. Une société dont les membres sont unis parce qu’ils
se représentent de la même manière le monde sacré et ses rapports avec le monde profane, et parce qu’ils traduisent cette représentation commune dans des pratiques identiques, c’est ce
– 64 –
qu’on appelle une Eglise. Or, nous ne rencontrons pas, dans
l’histoire, de religion sans Église. (…)
Nous arrivons donc à la définition suivante : une religion
est un système solidaire de croyances et de pratiques relatives
à des choses sacrées, c’est-à-dire séparées, interdites,
croyances et pratiques qui unissent en une même communauté
morale, appelée Eglise, tous ceux qui y adhèrent.
Emile Durkheim, Les Formes élémentaires de la vie religieuse (1912), coll. « Bibliothèque de philosophie contemporaine », éd. PUF, 1968, pp. 50-51, 56, 60 et 65.
Pour mieux comprendre le texte
Le projet scientifique de Durkheim consiste à analyser la
religion en déterminant ses formes élémentaires, qui seraient
selon lui plus faciles à atteindre dans les religions dites primitives, telles que celle des Aborigènes d’Australie. L’auteur se
refuse à définir la religion de façon substantive, c’est-à-dire en
elle-même : par exemple par la présence d’éléments surnaturels
(car la distinction entre naturel et surnaturel est contemporaine
des progrès scientifiques), ou par celte de dieux ou d’éléments
spirituels (puisque certaines religions comme le bouddhisme
n’ont pas de divinités). Il propose donc, dans un premier temps,
de la caractériser par la classification bipartite entre sacré et
profane, qu’il considère comme universelle : toute religion distingue ce qui est de l’ordre du quotidien, et ce qui lui est mis à
distance, bien que les deux sphères puissent communiquer.
Durkheim dégage ensuite le caractère collectif de la religion, qui a pour fondement un groupe défini, au contraire de la
magie, pratique individuelle. L’auteur nomme ce groupe
Église, non pas au sens occidental d’institution cléricale, mais
en tant que communauté morale.
– 65 –
Durkheim parvient ainsi à une définition sociologique de
la religion, qui lui semble la plus appropriée à une appréhension
objective. Il prolonge en cela la règle de méthode qu’il avait luimême forgée : « considérer tes faits sociaux comme des
choses14 ».
Texte 18 : Il n’y a pas une religion, mais des
phénomènes religieux, M. Mauss (1872-1950)
Ethnographe, membre de l’École française de sociologie
(durkheimienne), Marcel Mauss conteste la prétention spéculative de la philosophie religieuse à rendre compte de la réalité.
La religion dont parle le philosophe n’est ni telle religion
déterminée, ni l’ensemble des systèmes religieux entre lesquels
se sont partagés ou se partagent encore les hommes. Le concept
qu’il s’en fait correspond à ses sentiments propres ; il est formé
d’après des impressions toutes subjectives. Aussi le voit-on souvent varier, au cours d’une même discussion, suivant les impressions du moment Kant lui-même, ce rigoureux scolastique,
n’est pas exempt de reproches de ce genre. Non seulement le
concept philosophique de religion n’est pas vraiment constitué,
il est encore tout idéal et ne correspond que de très loin à la réalité. Il n’y a pas, en fait, une chose, une essence, appelée Religion ; il n’y a que des phénomènes religieux, plus ou moins
agrégés en des systèmes qu’on appelle des religions et qui ont
une existence historique définie, dans des groupes d’hommes et
dans des temps déterminés. Que tous ces phénomènes et ces
systèmes aient, entre eux, des ressemblances suffisantes pour
qu’on puisse tous les appeler du même nom, et en faire l’objet
d’une étude unique, c’est ce qui a été démontré ici. Mais ces ressemblances ne constituent pas une chose à proprement parler,
14
Les Règles de la méthode sociologique (1895), coll. « Quadrige »
éd PUF, 1986.
– 66 –
une substance, dont l’essence puisse être soit devinée par intuition, soit atteinte par déduction, de manière à ce que la réflexion
du philosophe puisse s’y appliquer immédiatement. Est-ce à
dire que nous nous désintéressions complètement de toute recherche d’ensemble sur la religion, c’est-à-dire sur le total des
phénomènes religieux ? Nous ne pouvons penser ainsi, parce
qu’alors nous tomberions dans un nominalisme pur, un historicisme que nous combattons précisément. Il n’y aurait que des
phénomènes isolés, sans lien rationnel, dont on ne pourrait
faire que la description, jamais la théorie. Tout au contraire,
nous estimons qu’entre la philosophie et la simple histoire, il y a
place pour une sévère discipline inductive. Chaque phénomène
étant mis à sa place propre, on remonterait, de caractères généraux en caractères généraux, jusqu’à obtenir des faits tellement
universels, tellement constants dans toute religion possible, que
l’on fût assuré d’être en présence, sinon d’une essence proprement dite, du moins d’un phénomène ou d’un groupe de phénomènes indispensables pour qu’il y ait religion.
Marcel Mauss, Philosophie religieuse, conceptions générales (1904), in Œuvres, tome 1, éd. de Minuit, 1968, pp. 93-94.
Pour mieux comprendre le texte
Le souci de Mauss est d’abord d’ordre méthodologique :
il participe à la constitution d’une nouvelle discipline scientifique, la sociologie religieuse, qu’il veut nettement distinguer de la philosophie et de l’histoire.
Il refuse donc toute approche intuitive, qu’il assimile à
une introspection, plus révélatrice de la subjectivité de l’auteur
que de la réalité religieuse observée. Il conteste également toute
démarche déductive, qui prétendrait partir de lois générales a
priori pour redescendre aux faits particuliers. La sociologie religieuse doit adopter la méthode inverse : l’induction, qui remonte des phénomènes empiriques vers l’établissement de lois
– 67 –
permanentes et universelles. Mais cette démarche se doit d’être
prudente : toute synthèse hâtive serait prématurée. La comparaison dans le temps et dans l’espace ne peut s’effectuer
qu’après l’élaboration de monographies restreintes et détaillées.
Et pour ce faire, l’observateur considère les faits religieux, à
l’instar de tous les faits sociaux, comme des « choses » objectives, qui existent en dehors de lui-même et de ses propres représentations. Mauss privilégie d’ailleurs la dimension collective et la fonction sociale de ces phénomènes, pour mieux en
saisir l’objectivité.
C’est en ce sens qu’il nie la réalité d’une religion en tant
qu’essence : « il n’y a que des phénomènes religieux », que
l’on doit restituer dans leur cadre historico-culturel. La portée
transhistorique et transculturelle de la notion de religion est
ainsi foncièrement relativisée. Un tel rejet n’est cependant que
provisoire : la clarification conceptuelle qu’opère Mauss répond
à une préoccupation de méthode, et à son souci de procéder par
étapes, afin de ne pas trahir le réel. L’auteur espère bien en effet
parvenir un jour à une synthèse de la religion, sous peine de
défendre une position nominaliste, selon laquelle aucune loi
générale ne peut jamais être dégagée.
Texte 19 : Éthique religieuse et mentalité
économique, M. Weber (1864-1920)
Le sociologue allemand Max Weber cherche à savoir si et
comment certaines croyances religieuses déterminent
l’apparition d’une mentalité économique. Pour ce faire, il choisit l’exemple du calvinisme ascétique et puritain, et de l’esprit
capitaliste moderne.
L’homme n’est que le régisseur des biens à lui confiés par
la grâce de Dieu. Tel le serviteur de la Parabole, il doit rendre
– 68 –
compte de chaque sou à lui confié et qu’il serait pour le moins
scabreux de dissiper dans un dessein qui ne vise point à la gloire
de Dieu, mais à une jouissance toute personnelle. (…) Comme
tant d’éléments de l’esprit du capitalisme moderne, par certaines de ses racines, l’origine de ce style de vie remonte au
Moyen Âge. Mais ce n’est que dans l’éthique du protestantisme
ascétique qu’il a trouvé son principe moral conséquent. Sa signification pour le développement du capitalisme est évidente. (…)
L’ascétisme protestant, agissant à l’intérieur du monde,
s’opposa avec une grande efficacité à la jouissance spontanée
des richesses et freina la consommation, notamment celle des
objets de luxe. En revanche, il eut pour effet psychologique de
débarrasser des inhibitions de l’éthique traditionnelle le désir
d’acquérir. Il a rompu les chaînes qui entravaient pareille tendance à acquérir, non seulement en la légalisant, mais aussi,
comme nous l’avons exposé, en la considérant comme directement voulue par Dieu. Comme l’a dit expressément Barclay, le
plus grand apologiste des quakers, et en accord avec les puritains, la lutte contre les tentations de la chair et la dépendance à
l’égard des biens extérieurs ne visait point l’acquisition rationnelle, mais un usage irrationnel des possessions.
(…) L’évaluation religieuse du travail sans relâche, continu,
systématique, dans une profession séculière, comme moyen ascétique le plus élevé et à la fois preuve la plus sûre, la plus évidente de régénération et de foi authentique, a pu constituer le
plus puissant levier qui se puisse imaginer de l’expansion de
cette conception de la vie que nous avons appelée, ici, l’esprit du
capitalisme.
Si pareil frein de la consommation s’unit à pareille poursuite débridée du gain, le résultat pratique va de soi : le capital
se forme par l’épargne forcée ascétique. Il est clair que les obstacles qui s’opposaient à la consommation des biens acquis fa-
– 69 –
vorisaient leur emploi productif en tant que capital à investir.
(…)
En Hollande, pays qui pourtant ne fut assujetti à un strict
calvinisme que sept années durant, l’absolue simplicité de
mœurs des cercles les plus strictement religieux, qui allait de
pair avec la possession d’énormes richesses, porta jusqu’à la
démesure le goût de l’accumulation capitaliste.
Max Weber, L’Éthique protestante et l’Esprit du capitalisme (1905), trad. J. Chavy, éd. Pion, 1964, pp. 229-234.
Pour mieux comprendre le texte
Max Weber met en évidence le rôle qu’a pu jouer un certain
type de religion dans l’émergence de la modernité. Le calvinisme ascétique et puritain a développé une éthique religieuse rationnelle : travail, sobriété, épargne ou investissement, plutôt qu’oisiveté, luxe et consommation. La rationalité
exprime une adéquation entre les moyens et la fin : les richesses
doivent avoir un usage utilitaire et efficace, c’est-à-dire répondre strictement aux besoins ; une attitude irrationnelle est à
l’inverse un comportement sans but calculé. Weber met en
garde contre une assimilation du religieux à
l’irrationnel : le calvinisme peut au contraire se définir
comme une systématisation rationnelle de la conduite éthique.
La branche puritaine du protestantisme est également
marquée par la doctrine de la prédestination : Dieu a choisi
parmi les hommes des élus qui seront sauvés, tandis que les réprouvés seront damnés ; et la réussite des activités économiques
est interprétée comme une preuve de bienveillance divine,
d’élection et donc de salut.
L’esprit du capitalisme peut être résumé par une recherche de profit, qui implique une organisation rationnelle du
– 70 –
travail, et par une accumulation sans jouissance : le gain
est une fin en soi, non un moyen de consommation. Le lien
entre cette… raie religieuse et ce comportement économique est
aisé à faire. Mais quelle est sa nature ? Contrairement aux apparences, Weber ne substitue pas une interprétation spiritualiste
unilatérale à une interprétation causale exclusivement matérialiste (de type marxiste) : il se contente d’émettre l’hypothèse
d’un lien de parenté (plutôt que de causalité ou de détermination) entre l’ascétisme puritain et le capitalisme.
Texte 20 : La dialectique des hiérophanies,
M. Éliade (1907-1986)
Historien des religions, Mircea Éliade cherche à dégager,
à partir d’un nombre considérable de faits observés dans
toutes les religions (monothéistes et autres, passées et présentes), des structures qui rendent compte des diverses modalités du sacré.
S’il est vrai que n’importe quoi peut devenir une hiérophanie, et qu’il n’existe probablement aucun objet, ou être, ou
plante, etc., qui n’ait été à un certain moment de l’histoire, en
un certain lieu de l’espace, revêtu du prestige de la sacralité, il
reste tout de même vrai qu’on ne connaît aucune religion ou
race qui ait cumulé, au cours de son histoire, toutes ces hiérophanies. Autrement dit, il y a toujours eu, dans le cadre de
n’importe quelle religion, à côté des objets ou des êtres profanes, des objets ou des êtres sacrés. (…) H faut aller plus loin :
quoiqu’une certaine classe d’objets puisse recevoir la valeur
d’une hiérophanie, il y a toujours des objets dans cette classe
qui ne sont pas investis de ce privilège. Là où l’on parle du prétendu « culte des pierres », par exemple, toutes les pierres ne
sont pas considérées comme sacrées.
– 71 –
Nous rencontrerons toujours certaines pierres vénérées en
raison de leur forme, de leur grandeur ou de leurs implications
rituelles. Nous verrons d’ailleurs qu’il ne s’agit pas d’un culte
des pierres, que ces pierres sacrées ne sont vénérées que dans la
mesure où elles ne sont plus de simples pierres, mais des hiérophanies, c’est-à-dire autre chose que leur condition normale
« d’objets ». La dialectique de l’hiérophanie suppose un choix
plus ou moins manifeste, une singularisation. Un objet devient
sacré dans la mesure où il incorpore (c’est-à-dire révèle) « autre
chose » que lui-même. (…) Une hiérophanie suppose un choix,
un net détachement de l’objet hiérophanique par rapport au
reste environnant. Ce reste existe toujours, même lorsque c’est
une région immense qui devient hiérophanique : par exemple,
le Ciel, ou l’ensemble du paysage familier, ou la « patrie ». Le
détachement de l’objet hiérophanique se fait en tout cas au
moins au regard de lui-même, car il ne devient une hiérophanie
qu’au moment où il a cessé d’être un simple objet profane, où il
s’est acquis une nouvelle « dimension » : celle de la sacralité.
Mircea Éliade, Traité d’histoire des religions (1949), coll.
« Bibliothèque historique », éd. Payot, 1987, pp. 24-25.
Pour mieux comprendre le texte
L’auteur s’efforce de montrer qu’il n’y a aucune contradiction entre la dichotomie sacré/profane (présente dans toute
société humaine), et le fait que toute chose peut être, un jour,
quelque part, transfigurée en hiérophanie (c’est-à-dire en
manifestation du sacré). Car, d’un côté, il est vrai que
l’extension du domaine sacré, dans les sociétés traditionnelles,
peut réduire considérablement les zones profanes : le sacré est
alors identifié au réel, et le profane à l’illusion sensible, c’est-àdire à ce que l’on perçoit (faussement) par les organes des sens.
Tout acte est ainsi susceptible de devenir un acte religieux : la
vie dans son ensemble se transforme en rituel, en sacrifice. Mais
de l’autre côté, un reste profane, séculier, se maintient nécessai-
– 72 –
rement, sous peine d’abolir la dualité sacré/profane, et par conséquent la notion même de sacré. Le sacré ne se définit en effet
que par opposition au profane.
Éliade décrit alors le processus de sacralisation, qui conduit paradoxalement un objet profane, par exemple une simple
pierre, à manifester du sacré : telle est la dialectique des hiérophanies, qui fait que cet objet ne se réduit plus à lui-même
(jusqu’à ce qu’un iconoclasme lui retire sa fonction religieuse, et
le ramène au statut de simple objet profane). L’attitude religieuse peut ainsi se résumer au refus de confondre le réel et le
sensible.
Texte 21 : La religion canalise la violence, R. Girard
(né en 1923)
Anthropologue, psychiatre et théologien, René Girard
porte sur la religion un regard original, issu d’une analyse renouvelée du phénomène de la violence.
Si la crise mimétique et le lynchage fondateur se produisent réellement, s’il est vrai que les communautés humaines
peuvent se dissoudre et se dissolvent périodiquement dans la
violence mimétique pour se tirer d’affaire, in extremis, par la
victime émissaire, les systèmes religieux, en dépit des transfigurations qui viennent de]’interprétation sacrée, reposent réellement sur une observation aiguë des conduites qui entraînent les
hommes dans la violence ainsi que du processus étrange qui
peut y mettre fin. Ce sont ces conduites, grosso modo, qu’elles
interdisent, et c’est ce processus, grosso modo, qu’elles reproduisent dans leurs rites.
Derrière les déguisements surnaturels, la sagesse empirique des interdits se laisserait aisément repérer si la fade démagogie moderne de la transgression ne contraignait pas,
– 73 –
même les meilleurs esprits, à isoler de leur contexte les aspects
les plus absurdes des interdits pour mettre sur eux l’accent. Les
déguisements surnaturels eux-mêmes contribuent à protéger les
hommes de leur propre violence. En affirmant que l’infraction
débouche sur la vengeance d’une divinité plutôt que sur des rivalités intestines, le religieux travaille doublement à les décourager, et en les enveloppant d’un mystère qui glace les hommes
et en libérant la communauté de la méfiance et des soupçons
que nourrirait inévitablement une vue moins mythique de la
menace. (…)
Le religieux violent n’aurait pas conservé jusqu’à ces dernières années l’emprise prodigieuse qu’il a exercée sur
l’humanité pendant la quasi-totalité de son histoire, s’il n’y avait
rien d’autre en lui que les balivernes auxquelles on l’a ramené,
des philosophes rationalistes à la psychanalyse. Sa puissance
vient de ce qu’il dit réellement aux hommes ce qu’il faut faire et
ne pas faire pour que les rapports restent tolérables au sein des
communautés humaines, dans un certain contexte culturel.
Le sacré, c’est l’ensemble des postulats auxquels l’esprit
humain est amené par les transferts collectifs sur les victimes
réconciliatrices, au terme des crises mimétiques. Loin de constituer un abandon à l’irrationnel, le sacré constitue la seule hypothèse possible, pour les hommes, tant que ces transferts subsistent dans leur intégrité.
René Girard, Des choses cachées depuis la fondation du
monde (1978), éd. Le Livre de Poche, 1978, pp. 62-63.
Pour mieux comprendre le texte
Toute société, selon René Girard, fonctionne sur la base
d’une crise mimétique : conflit entre des individus qui désirent la même chose, plus exactement dans lequel chacun désire
imiter (mimesis : imitation) son rival, dans son désir. Et cette
– 74 –
crise est gérée par le mécanisme du bouc émissaire : une victime innocente est sacrifiée pour réconcilier les adversaires…
jusqu’à la prochaine crise. Ce fonctionnement universel se
trouve structuré par les religions traditionnelles, que l’on peut
donc décrire comme des systèmes susceptibles de canaliser la violence. Ainsi la religion protège les hommes de leur
propre violence : elle instaure des relations sociales vivables ;
elle proclame des interdits, et met en œuvre des rites sacrificiels, d’expiation et de réconciliation ; enfin, elle légitime, par le
recours au surnaturel, le transfert de la violence vers la victime émissaire.
Une telle analyse confère à la religion un statut privilégié
parmi les facteurs de régulation sociale. Le reflux des croyances
dans le monde moderne risque donc de provoquer un déferlement incontrôlé de violence. René Girard analyse par ailleurs le
christianisme comme étant la seule religion de caractère non
sacrificiel : son message de non-violence consisterait à exhorter
les hommes à se réconcilier sans avoir recours au mécanisme de
la victime émissaire.
– 75 –
5. La religion face aux défis de la modernité
Qu’advient-il de la religion dans le monde moderne ? Un
anthropologue et un sociologue apportent quelques éléments de
réponse. Tout d’abord, qu’entend-on par « modernité » ? Il
s’agit de l’état d’un monde « désenchanté » (l’expression est de
Max Weber) par la rationalisation, le changement permanent et
le déclin des mythes. Il s’agit surtout de la condition de l’homme
qui confère à ses choix subjectifs et à ses émotions instantanées
une primauté absolue sur l’obéissance à des normes héritées du
passé. C’est dans un tel contexte que s’est imposé le constat de
la « mort de Dieu » (textes 14 et 16). Sur un plan philosophique,
cette expression désigne l’oubli ou le meurtre symbolique de
Dieu par l’homme moderne ; et sur un plan socioculturel, le déclin et la perte d’influence des religions dans la société unidimensionnelle.
Cependant, après avoir enterré Dieu, on assiste aujourd’hui
au retour du religieux. Réveils et renouveaux, fondamentalismes et intégrismes, ésotérisme et parapsychologie, syncrétismes et millénarismes, sectes et nouveaux mouvements religieux, sans parler de la nébuleuse du New Age, le religieux resurgit sous de nouvelles formes, que les chercheurs en sciences
humaines s’efforcent de cerner (textes 22 et 23). Un problème
d’ordre méthodologique se pose alors : la dissémination du religieux dans toutes les sphères de la société (politique, économie,
sport, musique, etc.) brouille les pistes. Après avoir cru pouvoir
proclamer la fin de la religion, on affirme que tout est religieux.
L’objet d’analyse risque de se dissoudre. D’où la nécessité de
redéfinir strictement la religion, et de distinguer en conséquence ce qui est de l’ordre de la religion de ce qui n’en est pas.
Entre une définition restrictive par le contenu des croyances
(par exemple, la croyance en une puissance surnaturelle) qui
– 76 –
exclut les phénomènes religieux inédits, et une définition extensive par la production de sens, qui inclut tous les « systèmes de
significations » sous l’expression de « religions analogiques »,
Danièle Hervieu-Léger15 propose de caractériser la religion selon un nouveau critère : la référence à l’autorité d’une tradition
(à condition bien entendu d’adopter une conception dynamique
de la tradition). Elle la définit donc comme un « dispositif idéologique, pratique et symbolique par lequel est constituée, entretenue, développée et contrôlée la conscience (individuelle et
collective) de l’appartenance à une lignée croyante particulière16 ». Cette définition lui permet d’admettre certaines utopies politiques et certains phénomènes de vénération de vedettes disparues, comme des religions séculières, mais de rejeter hors du domaine proprement religieux, le sport, les concerts
rock, la science ou le New Age, qui ne cherchent pas à s’inscrire
dans une continuité avec le passé, ni à reconnaître une mémoire
autorisée.
Une dernière question se pose alors : malgré la fin du
mythe du progrès et des idéologies politiques, et la perte des
repères qui s’ensuit somme-nous encore dans la modernité ?
Plusieurs auteurs ont proposé de parler désormais de « postmodernité », d’« hyper-modernité » ou de « haute modernité ».
Jean-Paul Willaime suggère pour sa part le terme
d’« ultramodernité », afin de signifier l’accélération des bouleversements de la vie des hommes (texte 23). La religion ne peut
sortir indemne d’un tel régime ; elle n’en disparaît pas pour autant, contrairement aux prévisions de Marx et de Freud, et aux
constats Je Nietzsche et de Sartre. Elle nous conduit et nous
conduira donc à renouveler nos interrogations sur elle-même et
sur la condition humaine qu’elle symbolise.
15
Danièle Hervieu-Léger, La Religion pour mémoire, éd. du Cerf,
1993.
16 Ibid, p. 119.
– 77 –
Texte 22 : La dynamique du religieux, R. Bastide
(1898-1974)
L’anthropologie religieuse s’efforce de décrire, au-delà ou
en deçà des religions particulières, les règles de production
symbolique qui déterminent le comportement de l’« homo religiosus ». Confrontée tout autant que son objet aux bouleversements modernes, cette discipline a dû prendre en compte de
nouveaux phénomènes. Roger Bastide en fait l’inventaire.
La religion comme tous les faits sociaux change tout en résistant et résiste tout en changeant. D’abord, au fur et à mesure
que les civilisations se rencontrent, les religions qui les soutiennent se heurtent ou s’entrecroisent. Elles peuvent se hiérarchiser, lorsqu’un peuple vainqueur impose ses lois à un peuple
vaincu ; dans ce cas, la religion du vainqueur devient la religion
officielle et la religion du vaincu tend à se transformer en magie
ou sorcellerie (…). À côté de ce premier processus, historiens
comme ethnologues ont insisté sur le phénomène des syncrétismes religieux (…) ; naturellement le syncrétisme prendra des
formes différentes suivant les religions en contact : islamisme,
catholicisme ou protestantisme d’un côté, religions africaines ou
asiatiques de l’autre. Ce qu’il est important de noter, c’est qu’il
tend partout, au-delà du simple rapprochement ou de la pure
réinterprétation d’une des deux religions en contact à travers
l’autre, à la création de systèmes unifiés originaux qui ne sont
plus ni chrétiens, ni musulmans, ni bouddhistes, ni animistes,
ni non plus une simple addition de ces divers ingrédients, mais
des réalités « sui generis17 ». (…)
Le temps des institutions religieuses est un temps « au ralenti » par rapport à celui des autres institutions ; il arrivera par
conséquent un moment où le décalage de la religion par rapport
17 Sui generis : spécifiques, originales (mot à mot : de son espèce).
– 78 –
au reste de la société sera ressenti par les consciences des
croyants. Nous voyons alors apparaître divers phénomènes,
comme ceux du messianisme, du réveil ou de la réforme. Mais
tous ces mouvements se présentent non pas avec une idéologie
de renouvellement ou de « rééquilibration », mais au contraire
avec une idéologie de retour au passé (…). Tout se passe comme
si les prophètes ou les prêtres voulaient rassurer les consciences
affolées par l’affirmation que l’on veut « maintenir » alors qu’il
s’agit au contraire de « transformer ».
À la loi de différenciation sociale se rattache une autre loi
(…) : celle de la sécularisation progressive de nos connaissances
comme de nos activités. Nous ne devons pas penser qu’à cause
de cela la religion est actuellement moribonde ; elle change seulement pour reprendre des formes parfois inattendues ;
l’anthropologue la découvre souvent là où il ne s’attendait vraiment pas à la rencontrer, comme d’ailleurs il découvre souvent
à l’intérieur des Églises historiques, au lieu de l’appréhension
du sacré qu’il espérait y trouver, un ensemble de masques,
d’apparence certes religieuse, mais qui couvrent de leurs mensonges des faits d’indifférence, voire de négation du pur religieux. Nous avons donné un peu plus haut des exemples de ce
jeu de cache-cache de l’homme avec le sacré : prolifération des
mythologies, innovations du cérémonial dit laïque, transfert du
religieux dans l’expérience politique au moment où, de son côté,
le politique se déguise en religieux pour ne plus dire son nom.
Roger Bastide, « Anthropologie religieuse » (1968), in Encyclopaedia Universalis, vol. 2, 1968, pp. 65-69.
Pour mieux comprendre le texte
Bastide s’oppose ici à une conception statique de la religion, qui viserait à en définir l’essence et à constater sa disparition dans le monde moderne. En réalité, les phénomènes religieux répondent à une dynamique interne qui leur confère
– 79 –
une grande capacité d’adaptation. Le religieux ne disparaît pas,
mais se déplace, se métamorphose, ressurgit là où on ne
l’attendait pas.
En situation d’acculturation (assimilation d’un mode
de vie et de valeurs exogènes par un groupe ethnique dominé),
l’imposition d’une religion étrangère – christianisation en Amérique latine ou islamisation en Afrique noire – ne signifie pas la
mort de la religion autochtone, mais son changement de statut.
Les contacts religieux, qui se multiplient avec l’expansion occidentale, engendrent. des phénomènes de syncrétisme : mélange de deux systèmes religieux, non pas par simple superposition de croyances, mais par une refonte globale de chacun des
systèmes, au moyen d’une double réinterprétation des
croyances traditionnelles et des conceptions nouvelles. Le processus de syncrétisation donne par conséquent naissance à des
« traditions religieuses » inédites.
L’évolution culturelle, l’urbanisation, l’entrée dans le salariat, le progrès scientifique et technique, la scolarisation et
l’accès au savoir, bouleversent les conceptions religieuses des
peuples du tiers-monde, comme ils ont bouleversé les systèmes
de représentations et l’imaginaire des sociétés européennes.
Bastide y distingue divers phénomènes d’adaptation, de rééquilibrage et de restructuration : le messianisme, attente d’un
envoyé divin, qui restaurera l’Âge d’Or et inaugurera une ère de
prospérité ; le réveil, exhortation des fidèles à un renouveau
des croyances et des pratiques, après une période
d’assoupissement spirituel ; la réforme, initiative de type
schismatique, ou interne aux traditions religieuses, visant à les
restructurer et à les revivifier, en réaction aux tendances décadentes.
Enfin, dans un contexte social pourtant marqué par la sécularisation (c’est-à-dire par le reflux des incidences sociopolitiques des religions historiques), des transferts réci-
– 80 –
proques entre le politique et le religieux donnent lieu à
des phénomènes inédits : rapports de croyance face aux idéologies politiques, politisation des Églises et des mouvements religieux, investissement politique des discours religieux et investissement religieux des discours politiques.
Texte 23 : Les mutations du religieux en régime
d’ultra modernité, J.-P. Willaime (né en 1947)
Le sociologue Jean-Paul Willaime s’Intéresse au présent
de la situation religieuse : assistons-nous à une disparition,
comme certains l’avaient prédit, ou au contraire à un retour
des religions dans la société moderne ? La réalité est plus complexe.
La question se pose (…) de savoir ce qu’il advient du religieux en régime d’ultramodernité. Dans une telle situation, le
religieux tend à être réinvesti comme lieu de mémoire au niveau
sociétal et individuel (comme s’il s’agissait de répondre à la déstructuration des espaces et des temps) et comme pourvoyeur
d’identités collectives et individuelles, de fêtes et de rites. Si la
modernité conquérante tendait à dissoudre les cultures, elle n’a
pas tout digéré et la réalité sociale ne s’est jamais réduite aux
effets de la froide rationalité instrumentale. Il y a tout d’abord
tout ce qui est révélé inassimilable : les émotions et passions, les
dimensions imaginaires des liens sociaux, les traditions et coutumes.
On peut aussi se demander si les traditions, en particulier
religieuses, ne digèrent pas la modernité autant que la modernité les digère : quand on pense à la sécularisation interne du
christianisme, à certaines de ses productions théologiques et à
l’évolution de certaines de ses pratiques, le changement proprement religieux y apparaît considérable et montre la capacité
dynamique des religions à se maintenir tout en se renouvelant.
– 81 –
Mais le fait particulièrement marquant est la démythologisation de la modernité elle-même. La modernité se désenchante
en appliquant à elle-même sa capacité autoréflexive, sa dynamique critique : la modernité est devenue critique du modernisme, de sa propre utopisation et absolutisation. Cette critique
se déploie dans le domaine politique avec la crise du marxisme
et l’effondrement des régimes communistes. Elle se manifeste
aussi dans les rapports modernité – religion avec une modernité
qui tend moins à se concevoir comme une alternative à la religion, que comme un cadre pluraliste où diverses expressions
religieuses peuvent se déployer. C’est dans une telle perspective
que nous avons pu parler de « laïcisation de la laïcité » et de
« sécularisation de la science ». Le désamorçage de la modernité
dans sa capacité philosophique et politique à produire des conceptions alternatives de l’homme et du monde, constitue, en
tant que sécularisation des utopies séculières, une radicalisation
de la sécularisation. Une radicalisation qui se traduit, paradoxalement, par une certaine revalorisation socioculturelle du religieux.
Jean-Paul Willaime, Sociologie des religions (1995), coll.
« Que sais-je ? », éd. PUF, 1995, pp. 106-107.
Pour mieux comprendre le texte
L’auteur distingue modernité et ultramodernité. La modernité définit les mutations socioculturelles qui ont été accompagnées par une croyance missionnaire dans le progrès : car
la modernisation ne s’identifie pas à la rationalisation absolue,
mais véhicule la croyance au salut de l’humanité par la rationalité. En régime de modernité, le religieux institutionnel reflue,
mais il se trouve remplacé par des utopies séculières : des
idéologies politiques (communisme, nazisme, nationalisme,
tiers-mondisme, etc.) ou socioculturelles (scientisme, libéralisme, voire sport ou musique, etc.), qui sont alors investies de
– 82 –
croyances, parfois de type millénariste : elles s’absolutisent au
point de devenir des conceptions de l’homme et du monde, embrassant tous les aspects de l’existence et prescrivant une morale.
Nous sommes aujourd’hui passés du régime de la modernité au régime de l’ultramodernité. L’auteur préfère employer
ce dernier terme à celui, adopté par Jean-François Lyotard, de
« postmodernité », afin d’insister sur la relation de continuité,
plutôt que de rupture, qu’elle entretient avec la modernité.
L’ultramodernité définit en effet la poursuite des mutations socioculturelles en cours, mais qu’accompagne le déclin de la
croyance au progrès. Les utopies séculières se trouvent à leur
tour sécularisées. Et dans ce monde désenchanté, en quête de
sens, de normes et de repères, on assiste à un certain retour du
religieux. Non plus, cependant, sous forme institutionnelle, car
la modernité n’a pas engendré seulement la sécularisation,
mais la laïcisation. Le retour du religieux se manifeste par une
dissémination de la croyance et une subjectivisation du sentiment religieux. L’expérience vécue et l’émotion personnelle
l’emportent sur toute appartenance à un groupe ou adhésion à
un dogme ; la validité d’une croyance s’éprouve aux bienfaits
immédiats qu’elle apporte.
– 83 –
Sujets analysés
Nous proposons ici deux sujets de dissertation relatifs à la
question de la religion. Chaque sujet renvoie à différents problèmes abordés dans les chapitres de ce livre, et, à chaque fois,
les textes et commentaires qui peuvent aider à le traiter seront
indiqués. Un autre ouvrage de la même collection a déjà proposé le sujet suivant, relatif aux rapports entre philosophie et
religion : « La croyance religieuse implique-t-elle nécessairement une démission de la Raison ?18 »
Premier sujet : La foi doit-elle rendre intolérant ?
• Problème
La question est celle des relations entre foi et intolérance :
la première conduit-elle nécessairement à la seconde, ou peuton déterminer les conditions d’une foi tolérante ? Cette question
touche aux domaines de la vérité, de la liberté, du pouvoir et de
l’État, d’autrui…
• Formulations voisines
– « C’est la foi chancelante qui fait les fanatiques » (Bernanos). Qu’en pensez-vous ?
– Peut-on et doit-on imposer la vérité par tous les
moyens ?
• Chapitres du livre concernés
– introduction générale.
18
Jean Lefranc, La philosophie, coll. « Profil notions philosophiques » éd. Hatier, 1994, pp. 72-73.
– 84 –
– chapitre 1 : introduction, texte 2, 3 et 6.
• Glossaire
Anticléricalisme, déisme, dogme, fanatisme, foi, laïcité, Révélation, sécularisation, théisme.
• Éclaircissements
Définition des termes du sujet
A. Il faut d’abord préciser les sens de « foi » (à distinguer
de « raison », de « croyance » et de « crédulité ») et
d’« intolérance » (refus d’admettre l’expression, sinon
l’existence, d’une vérité autre que la sienne). Parler
d’intolérance, c’est donc poser le problème d’une pluralité de
vérités, hiérarchisées ou non. En examinant soigneusement la
formule : « doit-elle », on voit qu’il s’agit ici plutôt d’un questionnement sur la nature propre à la foi (la logique qui lui est
inhérente) que d’une interrogation d’ordre juridique ou même
moral (sur le devoir de tolérance ou d’intolérance).
L’intolérance, fille de la foi
B. Y a-t-il une relation de cause à effet entre foi et intolérance ? C’est la position antireligieuse, ou du moins rationaliste,
notamment celle de Spinoza et des philosophes des Lumières en
lutte contre l’obscurantisme (Voltaire, Rousseau). Toute Révélation, tout dogme et toute Église conduisent au fanatisme et à la
guerre (problème toujours actuel des « guerres de religions »).
De ce constat découle l’intérêt du déisme (chez Voltaire) ou du
théisme (chez Rousseau), qui se tiennent à l’écart des dogmes.
Cependant, peut-il y avoir une foi sans dogmes ? Plus moderne,
bien que déjà préconisé par Spinoza, le souci d’un État laïc,
comme garant de pluralisme et de tolérance, situe résolument le
problème sur un plan politique.
Une foi tolérante
– 85 –
C. Il convient de reformuler le type de relation entre foi et
tolérance, afin de nuancer la position : la foi peut être compatible avec la tolérance, et peut même l’alimenter. Si l’on admet
la citation de Bernanos (« C’est la foi chancelante qui fait les
fanatiques »), c’est que l’on considère que l’adhésion ferme à
une vérité conduit à une confiance en l’autre et en l’avenir ; c’est
au contraire le doute, l’incertitude, l’ébranlement des repères,
qui crispe les positions et engendre le sectarisme et le rejet de
l’autre. L’intolérance dans sa forme la plus extrême (fanatisme,
terrorisme) ne peut dériver de la seule foi : elle dépend d’un
faisceau de facteurs (psychologie perturbée, intérêts socioéconomiques, idéologie politique, éducation…).
Pour conclure, cherchons à déterminer les conditions d’une
foi tolérante (on peut s’inspirer de l’exemple du bouddhisme, ou
de celui des avancées œcuméniques).
Deuxième sujet : Les religions peuvent-elles être
objet de science ?
• Problème
La question est celle des capacités des sciences de l’homme
à atteindre la vérité, de leurs conditions de possibilité, à partir
de l’exemple particulier des religions. Il s’agit donc d’un problème d’épistémologie. Il concerne à la fois le domaine religieux
et les différentes branches des sciences de l’homme (sociologie,
psychologie, anthropologie).
• Formulations voisines
– Doit-on considérer les faits sociaux (ou les faits religieux)
comme des choses ?
– Qu’est-ce que croire ?
• Chapitres du livre concernés
– introduction générale.
– 86 –
– chapitre 4 : introduction, textes 17 à 21.
– chapitre 5 : introduction, textes 22 et 23.
• Glossaire
Charismatique, croyance, dieu, divinité, doute, magie, religion, rite, sacré.
• Éclaircissements
L’approche scientifique des religions
A. Le succès des sciences de l’homme, au XXe siècle, a renforcé leur ambition de soumettre la totalité des phénomènes
humains à leur regard objectivant. Pour qu’un phénomène aussi
fortement marqué et subjectif que la religion devienne un « objet » (étymologiquement « jeté devant ») de science, il convient
de prendre un certain nombre de précautions méthodologiques : distance critique entre sujet et objet, neutralité du chercheur, observation froide de l’extérieur, rigueur de l’analyse,
refus ascétique de « comprendre » pour mieux « expliquer »,
etc. Les sociologues (Durkheim) ont considéré les religions
« comme des choses », et les ont réduites à des représentations
collectives ; les psychologues (Freud) les ont analysées dans le
cadre des pathologies, en les comparant aux névroses ; les anthropologues et les historiens (Éliade, Bastide) en ont mis à jour
le caractère systématique et dynamique. Les garde-fous épistémologiques semblaient ainsi assurés. S’agit-il d’une illusion ?
L’irréductibilité des religions à la science
B. Les sciences humaines n’ont pu échapper, pour cerner et
soumettre les religions à leur regard objectivant, à un certain
réductionnisme : sans doute ont-elles atteint une vérité sur leur
objet, mais non la vérité absolue, unique et définitive. Les désaccords entre les diverses analyses suffiraient à le montrer. Les
religions semblent irréductibles à une approche scientifique : en
tant qu’expérience humaine fondamentale, constitutive de la
– 87 –
condition de l’homme, elles échappent toujours, au moins partiellement, à une prétention d’objectivité.
Il conviendrait d’identifier et de déterminer la nature de ce
« résidu » inaccessible.
On peut aussi se demander si les sciences de l’homme ont
pour finalité d’expliquer l’essence de la totalité des phénomènes
humains, ou bien d’ajuster leurs résultats à l’objet conceptuel
qu’elles ont elles-mêmes préalablement construit : dans le premier cas, leur ambition serait d’atteindre la vérité sur l’homme
tel qu’il est ; mais dans le second cas, elles se contenteraient de
décrire un modèle théorique d’homme, distinct de l’homme
concret. Elles reconnaîtraient donc ainsi leurs propres limites.
– 88 –
Glossaire
Agnosticisme, agnostique
Du grec a, sans, et gnostos, connu. Position philosophique
qui consiste à affirmer que les capacités de l’homme ne lui permettent pas de savoir si Dieu existe ou non. À la différence de
l’athée, l’agnostique ne nie donc pas l’existence de Dieu, mais
met l’accent sur les limites de l’homme dans le domaine de la
connaissance.
Aliénation, aliéné
Dérivé du latin alius, autre. Processus de dépossession de
soi au profit d’un autre. Employé par les tenants du matérialisme athée, pour nourrir leur critique de la religion : Feuerbach
soutient que la production humaine d’un être fictif (Dieu) aliène
la conscience du croyant ; Marx montre que l’homme oublie sa
propre réalité, en s’aliénant par la religion, comme un drogué
devient dépendant de l’opium.
Analogique (religion)
Terme utilisé par les sociologues pour décrire des faits sociaux qui, dans la société moderne, semblent remplir les mêmes
fonctions qu’une religion (notamment la constitution d’une
identité culturelle, et la production de sens). Ces faits sociaux
peuvent être par exemple une utopie politique, la vénération
d’une vedette disparue, un rassemblement sportif, un concert de
rock, la foi dans le progrès scientifique, ou la mouvance dite du
New Age.
Anticléricalisme, anticlérical
Position philosophique ou politique caractérisée par une
opposition vigoureuse à l’influence du clergé et des Églises dans
– 89 –
la sphère publique. Le combat anticlérical est généralement
mené au nom de la tolérance et de la liberté de conscience et
d’expression. L’anticléricalisme en France a connu son apogée à
la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, dans les années
qui ont précédé la séparation de l’Église et de l’État.
Apologétique
Qualifie une entreprise de justification de la religion. Pour
désigner l’attitude plus particulière de défense de la notion de
bonté divine, on emploiera le terme technique de théodicée (du
grec théos, dieu, et dikè, justice).
Athéisme, athée
Du grec a, sans, et théos, dieu. Position philosophique consistant à nier l’existence de Dieu. À la différence de l’agnostique,
l’athée adopte une attitude nette quant au statut divin : l’idée de
Dieu doit être récusée. Elle ne serait qu’une invention destinée à
masquer l’exploitation économique selon Marx, la justification
d’une morale de renoncement selon Nietzsche, une illusion issue du désir selon Freud, et pour Sartre un obstacle à la liberté
et à la responsabilité de l’homme.
Charismatique
Qualifie une personne, un mouvement ou une autorité, qui
est (ou se prétend) doté de dons spirituels particuliers, conférés
par grâce divine. Ces dons peuvent concerner la guérison, la
prophétie, ou, plus fréquemment, la persuasion (on parlera d’un
dirigeant charismatique, y compris en politique).
Clérical
Ce qui concerne le clergé et l’Église, au sens occidental du
terme, c’est-à-dire l’institution rassemblant tous les chrétiens
dans la communion d’une même foi. L’excès de considération
(si ce n’est de vénération) envers les structures ecclésiastiques,
notamment lorsqu’elles sont considérées comme médiatrices
– 90 –
entre les hommes et Dieu, est qualifié péjorativement de cléricalisme, et l’attitude inverse est dite anticléricale.
Croyance
Sens courant (négativement connoté) : adhésion mal assurée à une opinion plus ou moins fondée.
Sens philosophique : disposition de l’esprit à être convaincu par un dogme ou une représentation (qui, dans le cas de la
croyance religieuse, donne sens et cohérence à l’expérience subjective).
Déisme, déiste
Position philosophique rationaliste qui affirme, sans prétendre la comprendre, l’existence d’un Être suprême unique
(commun à tous les hommes), créateur et conservateur de
l’ordre du monde, indépendamment de toute révélation, de
toute Église et de tout dogme. Le déisme et le théisme se rejoignent dans leur commune opposition à la démarche religieuse
de la foi en un Dieu personnel (que l’on peut prier), mais ils doivent être distingués si l’on considère le rôle joué par la raison :
elle devrait se contenter de poser l’existence de Dieu pour le
déiste, tandis qu’elle pourrait en connaître les attributs selon la
perspective théiste. C’est en ce sens que l’on qualifiera Voltaire
de déiste, et Rousseau de théiste.
Démiurge
Du grec dêmiourgos, architecte. Entité créatrice du monde,
mais qui n’intervient plus directement, par la suite, dans sa
création. On peut identifier un démiurge, par exemple, dans la
philosophie platonicienne, ou dans les mythologies polynésiennes.
Dieu ou divinité
Être parfait, supérieur aux hommes, doté de pouvoirs surnaturels, susceptible d’intervenir dans le monde (dont il est
– 91 –
souvent l’auteur et le créateur). Ses formes et ses attributs sont
multiples, selon les religions et les philosophies.
Divin
Qui concerne un dieu ou une puissance transcendante, qui
en provient ou qui la manifeste, qui est éventuellement doté
d’une puissance surnaturelle. On parlera par exemple d’essence
divine, de loi divine, de culte divin, ou de volonté divine.
Dogme
Point de doctrine qui doit être admis sans critique. Seules
les religions ont développé des dogmatiques, c’est-à-dire des
entreprises d’élaboration de dogmes. La démarche philosophique, au contraire, puisqu’elle repose sur la pensée critique,
ne devrait pas produire de dogmes. C’est pourquoi des philosophes tels que Voltaire et Rousseau ont récusé tout dogme.
Doute, douter
Suspension du jugement devant ce qui se présente – peutêtre à tort – comme une vérité. Le doute s’oppose donc à la
croyance (dans les deux sens du terme).
Église
Sens général : communauté morale, collectivité qui se
construit et élabore son identité autour de représentations
communes, et qui célèbre un même culte.
Sens occidental : institution cléricale fortement structurée,
qui organise l’expression et le témoignage d’une communion de
foi. Certaines confessions chrétiennes (catholique, orthodoxe)
considèrent qu’une Église joue également un rôle de médiation
entre les hommes et Dieu.
Eschatologie
Du grec eschatos, dernier, et logos, discours. Partie de la
théologie qui traite des fins dernières de l’homme et du monde.
– 92 –
Essence
Ce qui définit une chose ou un être de façon intemporelle et
universelle. L’essence doit être nettement distinguée de
l’existence. Sartre nie la réalité d’une essence humaine immuable, ce qui revient à dire que l’homme est fondamentalement libre.
Existence
Situation concrète et particulière d’une chose ou d’un être
temporel et fini. À la différence de l’essence, l’existence – en ce
qui concerne les êtres humains – renvoie au vécu subjectif et
absolument unique de chacun. En attribuant à l’existence une
priorité radicale par rapport à l’essence, Sartre s’inscrit dans le
courant dit « existentialiste ».
Fanatisme, fanatique
Attitude intolérante de celui qui adhère aveuglément à des
dogmes ou à une idéologie, et s’emploie avec ferveur ou même
violence à les défendre. Les adversaires de la religion considèrent souvent qu’elle est l’antichambre du fanatisme ; foi et tolérance peuvent néanmoins s’harmoniser.
Fidéisme
Position philosophique et religieuse qui affirme que l’on ne
peut accéder à une vérité religieuse que par la seule foi, sans
aucun recours à la raison : celle-ci en effet éloigne de Dieu. Le
croyant doit donc totalement s’abandonner aux seuls principes
de la révélation. Kierkegaard défend cette thèse radicale.
Foi
Principe de confiance absolue, d’adhésion ferme à une idée,
un homme, une doctrine, sans recours aux arguments rationnels ou aux preuves. Le croyant n’admet que des signes que lui
seul perçoit ou dont lui seul interprète la signification. La foi
n’exclut toute association avec la raison que dans le cas du fidéisme : la plupart des auteurs (Pascal, saint Anselme, saint
– 93 –
Thomas d’Aquin, etc.) ont tenté de faire une synthèse de ces
deux principes.
Hiérophanie
Du grec hiéros, sacré, et phaineîn, apparaître. Manifestation du sacré dans un objet profane (un élément matériel, un
être vivant, un principe cosmique, etc.).
Immanence, immanent
Sens général : caractère de ce qui est situé dans un sujet ou
une réalité, qui l’anime de l’intérieur.
Sens particulier : caractère d’intériorité de la divinité à
l’égard du monde, dont elle ne se distingue pas. Le principe
d’immanence est développé dans les philosophies et religions
panthéistes. Il s’oppose radicalement au principe de transcendance, mais peut néanmoins se conjuguer avec lui, comme c’est
le cas dans le dogme et le mystère chrétiens de l’Incarnation
(Jésus-Christ est à la fois vrai Dieu et vrai homme).
Laïcisation, laïcité
Processus qui se manifeste, dans le contexte des sociétés
modernes, par un amenuisement du rôle institutionnel des religions établies. La laïcité est le résultat de ce processus sociohistorique, sur le plan juridique et constitutionnel : les lois garantissent la non-intervention des institutions religieuses dans
la sphère publique (politique, judiciaire, scolaire, etc.). La religion est alors réduite au statut d’affaire privée ; elle n’est plus
l’objet que de choix purement individuels, son évolution est indifférente à la bonne marche de la société. Le concept de laïcisation se distingue de celui de sécularisation, sans pour autant s’y
opposer.
Magie
Pratique individuelle qui se situe en marge des rites collectifs de la religion, et qui consiste à manipuler les forces surnaturelles (par le truchement d’objets et de formules spécifiques), en
– 94 –
vue d’une efficacité matérielle immédiate. Le magicien cherche
moins à communiquer avec la divinité, qu’à influer sur le cours
des événements du monde (par exemple en provoquant la pluie,
ou une récolte abondante). Si la magie vise un résultat bénéfique, la sorcellerie (ou magie noire) est un acte surnaturel
d’hostilité vis-à-vis d’un ennemi (pour le faire mourir par
exemple).
Matérialisme
Position philosophique qui réduit la réalité à la matière
sensible, aux rapports matériels entre les hommes ; les phénomènes non matériels (les idéologies, par exemple) ne sont qu’un
produit des rapports matériels. Le matérialisme s’oppose à
l’idéalisme. Feuerbach et Marx sont des auteurs matérialistes,
qui ne voient dans l’au-delà qu’une chimère, et dans la religion
qu’une construction purement humaine.
Mystère
Vérité religieuse inaccessible à la raison, qui doit donc être
admise sans être vraiment pénétrée par l’intelligence. La Trinité, l’Incarnation, la Rédemption, la résurrection, la présence
réelle dans l’eucharistie, sont des mystères de la religion chrétienne.
Mystique
Recherche d’une relation intime et immédiate (sans intermédiaire), d’une fusion avec la divinité. La plupart des mystiques se dispensent donc de la médiation d’une institution cléricale, afin de favoriser une relation de proximité avec la divinité. Le mystique soufi (musulman) al-Hallâj, au Xe siècle, affirmait que son âme était « habitée » par Allah.
Panthéisme, panthéiste
Du grec pan, tout, et théos, dieu. Position philosophique ou
religieuse qui affirme que Dieu est immanent au monde, confondu avec lui, et donc présent partout et en tout : dans chaque
– 95 –
élément de la nature et de la matière, et dans chaque être humain. Le panthéisme peut caractériser les religions dites « animistes » (la moindre parcelle de matière est « animée » de présence divine). Mais il peut également découler d’une démarche
purement rationnelle (si Dieu est infini, il n’a pas pu créer un
monde extérieur à lui-même).
Profane
Du latin pro, devant, hors de, et fanum, temple. Tout ce qui
est de l’ordre du quotidien, de la vie courante, par opposition à
ce qui est sacré. Chacune de ces deux catégories de « profane »
et de « sacré » n’existe d’ailleurs que dans la contradiction à
l’égard de l’autre.
Religion
Système de croyances et de pratiques qui, dans le respect et
la vénération, relie des hommes entre eux et avec une (ou des)
instance (s) non sensible (s), et donne sens à l’existence subjective. Selon la sociologue Danièle Hervieu-Léger, la religion est
un dispositif idéologique, pratique et symbolique par lequel est
constituée, entretenue, développée et contrôlée la conscience
(individuelle et collective) de l’appartenance à une lignée
croyante particulière.
Révélation
Vérité religieuse consignée dans des textes sacrés ou
transmise par la tradition orale, et qui n’est jamais remise en
cause par le croyant. Dans le judaïsme. Dieu révèle à Moïse son
nom, son alliance avec le peuple hébreu, et ses commandements
(le Décalogue). Pour les musulmans, le Coran est la Parole de
Dieu révélée à son prophète Mahomet.
Rite
Pratique répétitive de louange, d’offrande, de sacrifice, de
communion, ou de passage à un nouveau stade de l’existence
humaine. La circoncision et l’eucharistie sont des rites religieux.
– 96 –
On peut repérer également des rites séculiers dans les religions
analogiques : les célébrations du 14 juillet, par exemple, constituent une commémoration rituelle des mythes fondateurs de la
République française.
Sacré
Caractère de ce qui est mis à distance, qui échappe à l’ordre
du quotidien, et qui implique respect et précaution rituelle dans
les rapports des hommes avec lui. Le crâne d’un ancêtre, en Mélanésie, est considéré comme sacré, car il met celui qui s’en approche en contact avec l’au-delà. Le sacré est le contraire du
profane.
Sécularisation, sécularisé
Processus qui s’exprime par la perte de pertinence sociale,
l’amenuisement des effets d’attraction sur les individus, et
d’emprise sur la société, des croyances religieuses. La sécularisation doit être nettement distinguée du processus de laïcisation, qui concerne la dimension institutionnelle des religions, et
non l’influence de leurs croyances. Mais les deux phénomènes
ne s’opposent pas pour autant : la France est un pays laïc et sécularisé, l’Iran un pays non laïc et non sécularisé, le Danemark
un pays non laïc et sécularisé, et la Turquie un pays laïc et non
sécularisé.
Séculier (rite)
Voir rite ; analogique (religion).
Théisme
Position philosophique rationaliste qui affirme l’existence
d’un Dieu bon, dont la nature est accessible à la raison. Le
théisme doit être distingué du déisme, bien qu’il concerne
comme lui le « Dieu des philosophes ».
Théologie
– 97 –
Du grec théos, dieu, et logos, discours. Discipline qui consiste en une étude de Dieu et des principes d’une religion particulière, selon une double démarche rationnelle et de foi, mais à
partir d’un a priori croyant.
Transcendance, transcendant
Sens général : caractère de ce qui est supérieur et extérieur
à un objet.
Sens particulier : caractère de supériorité et d’extériorité de
la divinité à l’égard du monde. La transcendance s’oppose radicalement au principe d’immanence. Le Dieu des juifs comme
celui des musulmans est strictement transcendant.
– 98 –
À propos de cette édition électronique
1. Élaboration des livres électroniques :
Corrections, édition, conversion informatique et publication par
le site :
PhiloSophie
Responsable de publication : Pierre Hidalgo
N’hésitez pas à le contacter pour lui signaler d’éventuelles coquilles ou erreurs.
Les ebooks que nous mettons à votre disposition, sont disponibles dans trois formats :
1. pdf (Adobe), sans doute le plus universel, lisible avec
Adobe reader et tous ses dérivés avec un très bon confort
de lecture sur les ordinateurs pourvus d’un écran d’au
moins 15 pouces. Pour un confort de lecture maximal, nous
vous conseillons vivement l'affichage « Plein écran »
dans Acrobat Reader (touche ctrl+L sur un PC), car nos
ebooks sont prévus spécialement pour offrir un confort de
lecture maximal dans cet affichage.
2. epub, le nouveau format destiné aux liseuses de type Sony
reader mais aussi les téléphones portables de type iPhone.
Le format ePub est le format de l'avenir, parce que c'est un
format libre, aux spécifications précises, et de par les possibilités typographiques qu'il offre.
3. Mobipocket, format très répandu sur Palm Pilot, Pocket
PC et Système Symbian pour les PDA et smartphones. Il
est à noter que le Cybook utilise ce format.
Bien que réalisés avec le plus grand soin, les textes sont livrés
tels quels sans garantie de leur intégrité parfaite par rapport
à l’original.
2. Textes libres de droits
La plupart des textes disponibles sur le site sont des textes
libres de droits, que vous pouvez utiliser sans contraintes, à une
fin non commerciale et non professionnelle à condition de tou-
jours indiquer la source. Il est exclu et rigoureusement interdit
de les reprendre sur un site sans indiquer la provenance même
sous la forme d’un simple lien.
3. Mémoires, thèses et ouvrages soumis à copyright
Les mémoires, thèses universitaires et ouvrages soumis à copyright, sont utilisables par tous ceux qui manifestent un intérêt
pour la philosophie. Quand les ouvrages ne sont pas libres de
droits, mention en est faite explicitement sur la page de garde
de l’ebook. Les fichiers ne sont pas protégés et donc c’est à
chaque utilisateur d’en faire un usage mesuré à des fins
d’information, de travail personnel ou éducatif.
Il est rigoureusement interdit, sous peines de poursuites d’en
faire commerce sous quelque forme que ce soit. Les liens sur
d’autres sites doivent toujours clairement indiquer la provenance à savoir le site PhiloSophie.
– 100 –
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising