Keazor Mieux que loriginal 2013

Keazor Mieux que loriginal 2013
Originalveröffentlichung in: Huesca, Roland ; Goetz, Olivier (Hrsgg.): Chefs-d'oeuvre !/? : essais,
Paris 2013, S. 119-124
HENRY KEAZOR
"Mieux q u e l'original"
Le chef-d'œuvre falsifié
Certaines acceptions du mot chef-d'œuvre vont de soi : il est visité, appré­
cié, célébré et médiatisé, ou encore questionné, contesté, attesté et légitimé.
Pour le sens commun, toutes ces formes sont habituelles.
Mais si nous abordons maintenant la notion de chef­d'œuvre falsifié, on
peut se demander immédiatement : un chef­d'œuvre falsifié ? Comment
est­ce que possible ? Vu que le chef­d'œuvre est souvent considéré comme
l'expression intime de l'artiste, sinon comme l'acmé de son développement
et de sa créativité, comment peut­on donc « falsifier » un chef­d'œuvre ?
Mais rappelons­nous la fameuse sentence du philosophe Ernst Bloch : « Une
falsification se distingue de l'original parce qu'elle a une allure plus vraie et
plus authentique. 1 » Cependant, comment une falsification, un faux, peut­il
avoir l'air et l'allure plus vraie et authentique qu'un original?
Pour répondre à cette question, il est nécessaire de prendre en compte le fait
que toutes les falsifications sont, d'une certaine manière, des tentatives visant
à améliorer la réalité: les fausses interviews de stars, comme celles publiées
par le journaliste suisse Tom Kummer en 2000 dans la presse allemande,
étaient des essais pour rendre passionnant des instants de vies de personnes
reconnues. Ainsi, l'acteur américain Nicolas Cage, peu au fait de la culture
cinématographique allemande, se révèle être, sous la plume de Tom Kum­
mer, un grand connaisseur des films de Rainer Werner Fassbinder. Ce qui le
rendait évidemment plus intéressant aux yeux du lectorat !2 Les scientifiques
aussi (comme ceux engagés dans la thérapie génique ou dans la recherche des
cellules souches) falsifient parfois les résultats de leurs recherches dans le but
de les magnifier au regard de la réalité et gagner ainsi gloire et argent.1
Alors, le faux: mieux que l'original ? Un chef­d'œuvre falsifié, aurait­il une
allure plus vraie et plus authentique que l'original ?
Pour comprendre, braquons nos feux sur des chefs­d'œuvre falsifiés et
étudions les enjeux, parfois fascinants, parfois inquiétants, de ces objets
singuliers (comme le montre le scandale actuel de la fantasmatique collection
« Werner Jàgers » en Allemagne, une copieuse série d'œuvres fausses) qui
incitent les marchés de l'art à vouloir sans cesse débusquer des chefs­d'œuvre
jusqu'à présent inconnus. 4
119
HENRY KEAZOR
Pour exemple, explorons l'histoire des faux, peints entre 1936 et 1945 par
l'artiste hollandais Han van Meegeren. Né à Deventer en 1889, il mena tout
d'abord une lutte contre son père qui voulait toujours que son fils devienne
architecte alors que lui­même songeait plutôt à devenir peintre et avoir du
succès.5 Aussi, une part de l'étrange carrière artistique de van Meegeren doit
être perçue comme une lutte psychologique avec son père. Presque toute sa
vie, van Meegeren essaya de prouver que dans le domaine des Beaux­Arts il
était tout autre chose qu'un « raté », une « nullité » (comme son père le lui
signifiait) et, qu'au contraire, il était capable de produire des chefs­d'œuvre.
Après avoir quitté la Haute École Technique de Delft, contre la volonté
de son père furieux, van Meegeren se heurta de nouveau à de multiples
réserves. Dans l'esprit des remarques faites par son père, des critiques d'art
lui reprochaient d'être trop conservateur. En fait, sous l'influence de son
professeur Bartus Korteling, Han van Meegeren méprisait l'art de son
époque. Il le trouvait « décadent ». Aussi, orientait­il ses œuvres dans l'esprit
des tableaux de l'art néerlandais d'avant Vincent Van Gogh. Par conséquent,
les critiques lui reprochaient une orientation trop proche des vieux maîtres ;
ils blâmaient son manque de talent et d'originalité et critiquaient sa simple
recherche de l'effet.
Dans ce contexte, Han van Meegeren voulait montrer à son père et aux
critiques que son art pouvait impressionner même si, essentiellement tourné
vers le passé, il faisait fi du présent et du futur comme le faisait les avant­gar­
des artistiques du moment. Cependant, son dénigrement de l'art contempo­
rain et son besoin d'une vengeance envers les critiques l'incitaient à se lancer
dans une polémique agressive contre ses adversaires. Ce qui, bien entendu,
ne faisait qu'aggraver sa situation ! Han van Meegeren se voyait maintenant
exposé aux violentes contre­attaques de critiques qui prononçaient le ver­
dict dévastateur sur son art. Selon eux, il n'était qu'un simple imitateur de
maîtres. Ces reproches incitaient van Meegeren à réfuter leurs analyses. Il
démontrerait qu'il était non seulement aussi talentueux techniquement que
les maîtres qu'il vénérait, mais qu'il possédait, également, une originalité et
imagination aussi fécondes que la leur. Son but, alors : duper les critiques et
les experts en faisant entrer un faux dans un musée néerlandais.
En 1931, Han van Meegeren commence à chercher des recettes originales
pour produire des couleurs qui paraissent patinée par le temps. Il étudie les
techniques d'antan. Un an plus tard, il se rend à Roquebrune­Cap­Martin
où il fera de multiples expériences en peignant des faux « à la manière de »
Gérard Ter Borch et Frans Hais6. Han van Meegeren cependant, ne vend
pas ces œuvres puisqu'il les considère seulement comme des « exercices de
120
CHEFS-D'ŒUVRE !/?
style ». En fait, son objectif premier est d'imiter Vermeer. Il avait choisi cet
artiste, d'une part parce qu'il était très prisé dans les années 30, et, d'autre
part, parce qu'il y avait dans sa biographie une période picturale jusqu'alors
fort peu connue où - peut-être sous l'influence du Caravage - il avait créé des
œuvres religieuses, lesquelles auraient, selon les historiens d'art, disparues
(on connaît seulement deux tableaux de Vermeer qui ne correspondent pas
aux sujets qui lui sont normalement associés : le tableau mythologique Diane
et ses compagnes et le tableau religieux Le Christ dans la maison de Marthe
et Marié). Han van Meegeren ambitionne donc de donner à l'histoire de
l'art ce qui semble lui manquer ! L'entreprise devait être d'autant plus aisée,
que recherchées et espérées depuis longtemps, ces faux déjoueraient plus
aisément le scepticisme des experts et des historiens d'art, heureux d'avoir
retrouvé ces chefs-d'œuvre inconnus.
Ainsi, après de multiples expérimentations sur les motifs et le style de
Vermeer, van Meegeren peint, en sept mois, entre 1936 et 1937, son chefd'œuvre (ou bien un chef-d'œuvre, apparemment, de la main de Vermeer) :
Le Christ et les disciples d'Emmaiis.
Peint sur la surface craquelée d'un tableau du xvn e siècle représentant
un Lazare, ce tableau utilise judicieusement la palette de couleurs chères
à Vermeer (le jaune, le bleu et le blanc). Dans le même temps, la scène de
la toile renvoie clairement aux motifs fournis par Le Caravage. Combinés
aux informations fournies par van Meegeren selon lesquelles ce tableau
proviendrait d'une vieille collection italienne, ces savoirs et ces savoir-faire
suffisent à piéger les historiens d'art. Spécialiste renommé de Vermeer,
Abraham Bredius est tout de suite informé. Il vient, inspecte le tableau et
conclut qu'il ne s'agit pas seulement d'une des œuvres de la période italienne
de Vermeer, depuis longtemps recherchée, mais d'un chef-d'œuvre du
maître, voire de « son » chef-d'œuvre. Daté, par Bredius, de 1660, le tableau
est présenté par lui en 1937 dans un article pour le Burlington Magazine. On
peut lire : « It is a wonderful moment in the life ofa lover ofart when hefinds
himself suddenly confronted with a hitherto unknown painting by a great
master, untouched, on the original canvas, and without any restoration, just
as it left the painter's studio! Neither the beautiful signature ï V. Meef, nor
the pointillé on the bread, which Christ is blessing, is necessary to convince us
that we have here a masterpiece -Iam inclined to say: THE masterpiece - of
Johannes Vermeer of Delft [...]'•»
Fin 1937, l'Association Rembrandt achète l'œuvre pour la Fondation
Boymans pour un prix de 550 000 Gulden (dont 20000 Gulden donnés
par Bredius lui-même !) En tant qu'intermédiaire, van Meegeren reçoit
121
H E N R Y KEAZOR
340000 Gulden (donc plus de la moitié), le reste va aux marchands d'art.
Belle affaire !
Élaborée avec beaucoup de soin par van Meegeren, la toile passe avec suc­
cès tous les tests techniques. En 1938, elle est présentée au Musée Boymans
à Rotterdam (le moment semble propice puisque l'on fête le jubilé de la
régence de la Reine Wilhelmina). Exposée parmi 450 autres chefs­d'œuvre
de l'art néerlandais, l'œuvre soulève l'enthousiasme de la critique qui fait
de ce tableau la pièce majeure de toute l'exposition.
Avec ce succès, van Meegeren obtient ce qu'il désirait. Non seulement il
avait dupé le grand public, mais aussi (et surtout) les experts, notamment
Bredius. Serait­ce le moment idéal pour avouer et montrer ainsi la vacuité
du jugement de critiques ? Évidemment, non seulement Han van Meegeren
ne dit rien, mais il continue à produire des faux jusqu'en 1945, année où il
vendit son dernier « Vermeer » : Le Christ et la femme adultère au banquier
allemand Alois Miedl, qui l'acheta pour le compte d'Herman Goering.
Après la guerre, en 1945, le tableau fut découvert par les Américains parmi
les collections d'art de Goering. On chercha comment l'œuvre était arrivée
jusque­là. C'est ainsi que l'on remonta jusqu'à van Meegeren. Le 29 mai
1945, l'homme reçoit la visite de deux officiers de l'administration militaire,
venus l'interroger. Pendant l'interrogatoire, van Meegeren s'enlise de plus
en plus dans de multiples contradictions. Il est accusé de collaboration et
de trahison de la patrie. Se rendant compte que la punition serait ou la
mort ou emprisonnement à vie, van Meegeren décida de tout avouer. Il
ajoute même qu'il avait produit le tableau seulement pour duper Goering.
Cependant, malgré les parallèles stylistiques entre le Repas d'Emmaùs et
Le Christ et la femme adultère, les experts refusent de le croire. Pour prou­
ver sa bonne foi de faussaire, Han van Meegeren doit alors produire, en
présence de témoins, d'experts, de photographes et de policiers, un autre
« Vermeer ». À l'issue de cette épreuve, la majorité des experts, comme le
public, voit en Han van Meegeren un faussaire spécialiste du maître de Delft.
Sûr de son fait, cependant, Bredius reste convaincu jusqu'à la fin que van
Meegeren met en scène cette histoire simplement pour « sauver sa peau »,
et ce, malgré le fait que bon nombre d'examens ultérieurs révélèrent que
ces toiles furent partiellement produites avec des matériaux modernes,
comme la bakélite utilisée par van Meegeren pour accélérer le procédé du
séchage des couleurs.
Accusé, non plus de collaboration et de trahison, mais de falsification
(article 326 du droit pénal néerlandais : « application d'un faux nom avec
intention frauduleuse »), le peintre sera condamné, le 12 novembre 1947,
122
CHEFS-D'ŒUVRE !/?
à un an de prison. De plus, il devra rembourser les acheteurs. Cependant,
épuisé, le peintre meurt quatre semaines plus tard d'une crise cardiaque.
Après l'aveu, la réaction du public envers le peintre est ambiguë : dans un
premier temps, il fut célébré non seulement pour avoir dupé les experts et
Goering, mais aussi pour son talent, sa maîtrise technique, son usage savant
des couleurs et son savoir­faire pour magnifier l'expression de ses visages.
Lorsque, après sa mort, on mit sur le marché ses biens au cours d'une vente
le 5 et 6 septembre 1950, ses œuvres se vendirent plus cher que les « origi­
naux » de sa collection privée. L'idée générale était : « Nous avons perdu des
Vermeer, mais nous avons trouvé un van Meegeren. » Ensuite, ses œuvres,
d'abord célébrées et glorifiées, furent enlevées puis bannies et cachées dans
les dépôts des musées (c'est seulement en 1996 et récemment, en été 2010,
au cours des expositions dédiées à van Meegeren, qu'elles furent à nouveau
présentées au public ­ l'exposition de 1996 portait d'ailleurs le titre Han van
Meegeren et son chef-d'œuvre de Vermeer).
Pourquoi cette ambiguïté ? Elle est certainement due au fait que Han
van Meegeren avait produit des œuvres d'art qui, si elles avaient été de
la main de Vermeer, auraient été considérées comme des chefs­d'œuvre.
Si le faux ravit, une fois découvert en tant que faux, il déçoit. Car lorsque
nous rencontrons une œuvre d'art, nous nous attendons à ce qu'elle nous
mette en contact avec son créateur, qu'elle nous fasse traverser les abîmes
de l'Histoire. Ce contact semble encore plus étroit et intense s'il s'agit d'un
« chef­d'œuvre » puisque ce dernier concentre et exalte tout le talent de l'ar­
tiste et de son époque. Si l'œuvre d'art est un objet fabriqué, un artefact, elle
est aussi un document, un témoignage, une trace. Elle représente quelque
chose qui nous plonge dans un monde singulier, celui que l'artiste a révélé
et offert sur sa toile. Lorsque le chef­d'œuvre, cependant, s'avère être un
faux, nous nous sentons dupés parce que ­ à tort ­ nous avons construit
une proximité affective avec une époque. Comme dans le cas de Han van
Meegeren, la duperie est d'autant plus douloureuse que le faussaire est un
de nos contemporains ! 8
Étudiant le cas des faux de van Meegeren, on comprend aussi pourquoi
Ernst Bloch pouvait dire qu'une falsification se distinguerait de l'original par
le fait qu'elle a une allure plus vraie et authentique : falsifiés, ces Vermeer
se montraient capables de traduire le style « Vermeer » dans un idiome
moderne et contemporain. D'une certaine manière, donnant une version de
Vermeer, il nous offre aujourd'hui la vision qu'avait le début du xx e siècle
du peintre et du xvn e siècle. C'est pourquoi, aujourd'hui, ces faux peinent à
nous convaincre, parce que nous savons que ce sont des faux, bien sûr, mais
123
HENRY KEA20R
aussi, et surtout, parce que notre regard sur Vermeer et l'esthétique de son
temps a changé.
Reste que, même si Han van Meegeren avait offert à ses contemporains
des Vermeer adaptés au goût de l'époque, la crédibilité de ses chefs-d'œuvre
présumés étaient forcement limitée dans le temps. Ceci nous révèle, ce que
nous pressentions déjà: les faux Vermeer de van Meegeren n'ont jamais
été des vrais chefs-d'œuvre puisque, selon les paroles de Victor Hugo: « Le
chef-d'œuvre d'aujourd'hui sera le chef-d'œuvre de demain. » « Un chefd'œuvre existe une fois pour toutes. »9
L « Die Fâlschung unterscheidet sich vom Original dadurch, dali sie echter aussichl. » Il semble que même cette citation
soit une sorte de « faux ».
2. Concernant les falsifications de Kummer, voir p.e. l'article de Gunter Reus. « Mit doppelter Zunge. Tom Kunimer und
der New Journalism », dans Joan Kristin Bleicher/Bernhard Pôrksen : Grenzgdnger. Formen des New Journalism. Wiesbaden
2004, p. 249-266. Hntre-temps, le directeur Miklos Gimes a tourné un film documentaire : Bad Boy Kummer sur ce cas (www.
kummer-film.ch) en mai 2011 en Allemagne.
3. Voir les cas de Robert Mertelsmann (manipulation des résultats de recherche de la thérapie génique) ou de Hwang Woosuk (manipulation des résultats de recherche des cellules souches).
4. Voir Stefan Koldehoff et Tobias Timm, Fakche Bilder - Fchtes Gcld: Der Fàlscherœup des Jahrhunderts - und wer ailes
daran verdienie, Berlin 2012.
5. Voir les biographies de Sepp Schùller, Falsch oder echt ? Der Fall Van Meegeren, Bonn 1953, de Lord Kilbracken (John
Raymond Godley), Van Meegeren. A Case Hislory, Uindres 1967 et de Frank Wynne, / was Vermeer, hmdres 2006, du
catalogue dirigé par Diederik Kraaijpoel et Harry van Wijncn, Han van Meegeren (1HH9-1947) en zijn meesterwerk van
Vermeer, Zwolle 1996 et du livre de Susanna Partsch, 7'alor! Kunst. Ober Fàlschungen, Betriïger und Betrogene, Munich 2010.
p. Il 5-127. Instructif aussi, le livre de Luigi Guarnieri, La Doppia vita di Vermeer, Milan 2004 : quoique s'il définit son œuvre
comme « roman », il la pense « rigoureusement fidèle aux sources, aux dates, aux documents » p. 211. Une comparaison
avec le livre de Lord Kilbracken démontre clairement qu'il en a copié des pages et paragraphes entiers. Voir Henry Keazor,
« Gefàlscht! », Frankfurter Rundschau, n° 84,12 avril 2005, Forum Humanwissenschajten, p. 16.
6. Arthur K. Wheelock, « The Story of Two Vermeer Forgeries », dans Shop Talk. Studies in Himor ofSeymom Slive, dirigé
par Cynthia P. Schneider, Cambridge, Mass. 1995, p. 271 -275 et lonathan Lopo, Ihe Man Who Made Vermeer. Unvamishing
the Legend o/MasIer Forger Han van Meegeren, Orlando, 2008, ont proposé de voir également « du » van Meegeren dans
d'autres faux Vermeer.
7. « C'est un moment merveilleux dans la vie d'un amateur d'art quand il se trouve tout d'un coup face à un tableau jusqu'ici
inconnu et de la main d'un grand maitre, intact sur la toile originale et sans restauration, tel qu'il a quitté l'atelier du peintre.
Ni la belle signature I.V. meer' ni le pointillé sur le pain béni par le Christ est nécessaire pour nous convaincre que nous
avons ici un chef-d'œuvre. le suis même porté à dire : le chef-d'œuvre de lohannes Vermeer de Delft [...].»
8. L'article de Alfred L e s s i n g W h a t 1s VVrong with A Forgery? » dans lhe Journal o) Aeslhctics and Art Crilicism, vol. 23,
n°4, (été 1965), p. 461-471 laisse à l 'écart toutes ces implications.
9. Victor Hugo, William Shakespeare, première partie : Livre III, L'An et la science, 3. Paris 1864, p. 135 et 136.
124
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising