rapport_rage_pac_geothermiques_operations_forage_limites_prestations_2014_07

rapport_rage_pac_geothermiques_operations_forage_limites_prestations_2014_07
P R O G R A M M E D ’ A C C O M P A G N E M E NT D E S P R O F E S S I O N N E L S
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
www.reglesdelart-grenelle-environnement-2012.fr
R A P P O RT
PomPEs À ChAlEur
géothErmiquEs
LES
OPÉRATIONS DE FORAGE ET LIMITES DE PRESTATIONS
JUILLET 2014
ÉDITO
L e Grenelle Environnement a fixé pour les bâtiments neufs et existants
des objectifs ambitieux en matière d’économie et de production
d’énergie. Le secteur du bâtiment est engagé dans une mutation de très
grande ampleur qui l’oblige à une qualité de réalisation fondée sur de
nouvelles règles de construction.
Le programme « Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 » a pour
mission, à la demande des Pouvoirs Publics, d’accompagner les quelque
370 000 entreprises et artisans du secteur du bâtiment et l'ensemble des
acteurs de la filière dans la réalisation de ces objectifs.
Sous l’impulsion de la CAPEB et de la FFB, de l’AQC, de la COPREC
Construction et du CSTB, les acteurs de la construction se sont rassemblés
pour définir collectivement ce programme. Financé dans le cadre du
dispositif des certificats d’économies d’énergie grâce à des contributions
importantes d’EDF (15 millions d’euros) et de GDF SUEZ (5 millions
d’euros), ce programme vise, en particulier, à mettre à jour les règles de l’art
en vigueur aujourd’hui et à en proposer de nouvelles, notamment pour ce
qui concerne les travaux de rénovation. Ces nouveaux textes de référence
destinés à alimenter le processus normatif classique seront opérationnels
et reconnus par les assureurs dès leur approbation ; ils serviront aussi à
l’établissement de manuels de formation.
Le succès du programme « Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
repose sur un vaste effort de formation initiale et continue afin de renforcer
la compétence des entreprises et artisans sur ces nouvelles techniques et ces
nouvelles façons de faire. Dotées des outils nécessaires, les organisations
professionnelles auront à cœur d’aider et d’inciter à la formation de tous.
Les professionnels ont besoin rapidement de ces outils et « règles du jeu »
pour « réussir » le Grenelle Environnement.
Alain MAUGARD
Président du Comité de pilotage du Programme
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
Président de QUALIBAT
P R O G R A M M E
D ’ A C C O M P A G N E M E N T
D E S
P R O F E S S I O N N E L S
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
Ce programme est une application du Grenelle Environnement. Il vise à revoir l’ensemble des règles de construction, afin de réaliser des économies d’énergie dans le bâtiment et de réduire les émissions de gaz à effet de serre.
www.reglesdelart-grenelle-environnement-2012.fr
Les Recommandations Professionnelles « Règles de l’Art Grenelle
Environnement 2012 » sont des documents techniques de
référence, préfigurant un avant-projet NF DTU, sur une solution
technique clé améliorant les performances énergétiques des
bâtiments. Leur vocation est d’alimenter soit la révision d’un NF
DTU aujourd’hui en vigueur, soit la rédaction d’un nouveau NF
DTU. Ces nouveaux textes de référence seront reconnus par les
assureurs dès leur approbation.
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
Afin de répondre au besoin d’accompagnement des professionnels du
bâtiment pour atteindre les objectifs ambitieux du Grenelle Environnement,
le programme « Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 » a prévu
d’élaborer les documents suivants :
PROGRAMME
AVANTPROPOS
Les Guides « Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 » sont
des documents techniques sur une solution technique innovante
améliorant les performances énergétiques des bâtiments. Leur
objectif est de donner aux professionnels de la filière les règles
à suivre pour assurer une bonne conception, ainsi qu’une
bonne mise en œuvre et réaliser une maintenance de la solution
technique considérée. Ils présentent les conditions techniques
minimales à respecter.
Les Calepins de chantier « Règles de l’Art Grenelle Environnement
2012 » sont des mémentos destinés aux personnels de chantier,
qui illustrent les bonnes pratiques d’exécution et les dispositions
essentielles des Recommandations Professionnelles et des
Guides « Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 ».
Les Rapports « Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
présentent les résultats soit d’une étude conduite dans le cadre
du programme, soit d’essais réalisés pour mener à bien la
rédaction de Recommandations Professionnelles ou de Guides.
Les Recommandations Pédagogiques « Règles de l’Art Grenelle
Environnement 2012 » sont des documents destinés à alimenter
la révision des référentiels de formation continue et initiale. Elles
se basent sur les éléments nouveaux et/ou essentiels contenus
dans les Recommandations Professionnelles ou Guides produits
par le programme.
L’ensemble des productions du programme d’accompagnement des
professionnels « Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 » est mis
gratuitement à disposition des acteurs de la filière sur le site Internet du
programme : http://www.reglesdelart-grenelle-environnement-2012.fr
3
PROFESSIONNELS
Slmmaire
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
POMPES À CHALEUR GÉOTHERMIQUES – LES OPÉRATIONS DE FORAGE ET LIMITES DE PRESTATIONS
Introduction................................................................................................. 5
1 - Tâches et limites de prestations............................ 6
1.1. • Conception et dimensionnement de l’installation..................................................... 6
1.2. • Opérations préalables au forage................................................................................. 7
1.3. • Réalisation d’une sonde géothermique verticale...................................................... 9
1.4. • Réalisation d’un forage sur eau de nappe............................................................... 15
2 - Fiches de coordination........................................... 22
3 - Lexique.................................................................... 35
4 - Annexes................................................................... 37

ANNEXE 1 : Paramètres caractéristiques des principaux sols rencontrés....... 38
ANNEXE 2 : Critères d’évaluation de qualité d’eau pour les échangeurs
thermiques................................................................................................... 40
4
Conception : LENOX – Illustrations : COSTIC – Editeur : AQC – ISBN N° : 978-2-35443-193-8
PROFESSIONNELS
PROGRAMME
Introduction
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
POMPES À CHALEUR GÉOTHERMIQUES – LES OPÉRATIONS DE FORAGE ET LIMITES DE PRESTATIONS
Ce document présente les différentes étapes de la réalisation d’un
chantier de forage pour la mise en place de sondes géothermiques
verticales ou de forages sur nappe aquifère.
Dans une première partie, les tâches de chaque intervenant (installateur, foreur, maître d’ouvrage) sont décrites pour chacune des étapes
de réalisation. Cet état permet ainsi d’établir les responsabilités.
Dans une seconde partie, des exemples de fiches sont proposés afin
de faciliter les coordinations techniques entre les différents intervenants et d’attester des tâches réalisées :
• Fiche récapitulative des opérations à réaliser pour les sondes
géothermiques verticales ;
• Fiche récapitulative des opérations à réaliser pour les forages
sur nappe ;
• Rapport de forage ;
• Profil de forage ;
• Protocole de pompage ;
• Fiche descriptive des travaux réalisés pour les sondes géothermiques verticales en individuel ;

• Fiche descriptive des travaux réalisés pour les forages sur
nappe en individuel.
5
1
Tâches et limites
de prestations
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROFESSIONNELS
POMPES À CHALEUR GÉOTHERMIQUES – LES OPÉRATIONS DE FORAGE ET LIMITES DE PRESTATIONS
1.1. • Conception et dimensionnement
de l’installation
Actions menées par l’installateur
L’installateur conçoit et dimensionne l’installation de chauffage par
pompe à chaleur souvent en concertation avec le constructeur de la
pompe à chaleur, éventuellement avec un bureau d’études. Il effectue
les opérations suivantes :
• la réalisation de l’étude thermique du bâtiment conformément à
la norme NF EN 12831 pour définir les besoins thermiques ;
• le calcul de la puissance calorifique nominale en kW de la
pompe à chaleur ;
• la détermination de la durée annuelle prévisionnelle en heures
de fonctionnement de la pompe à chaleur, donnée à fournir au
foreur ;
• le calcul de la puissance frigorifique nominale en kW (puissance
à soutirer au terrain), donnée à fournir au foreur.
N°
1
Désignation
Maître
Installateur
d’ouvrage
Conception et dimensionnement
Réalisation de l’étude thermique
¨
Puissance calorifique nominale de la pompe à
chaleur
¨
Durée prévisionnelle de fonctionnement*
¨
Puissance frigorifique nominale de la pompe à
chaleur *
¨

(*) Données à communiquer au foreur
6
s Figure 1 : Récapitulatif des opérations de conception et dimensionnement
Foreur
Actions menées par le foreur
Avant toute opération, le foreur effectue une recherche documentaire
sur le site internet Infoterre du Bureau de Recherche Géologique et
Minière (BRGM) pour obtenir des renseignements sur d’éventuels
forages ou carottages réalisés à proximité du site. Il est par exemple
possible d’obtenir des coupes géologiques ou de forage.
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
Au stade des opérations préalables au forage, le maître d’ouvrage et le
foreur sont assignés à un certain nombre de tâches. Les autres actions
à mener nécessitent d’être identifiées et attribuées après concertation
entre les intervenants. Cette répartition doit contractualisée.
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
1.2. • Opérations préalables au forage
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR GÉOTHERMIQUES – LES OPÉRATIONS DE FORAGE ET LIMITES DE PRESTATIONS
Le tableau donné dans l’[Annexe 1] présente les valeurs courantes de
paramètres caractéristiques du sol (conductivité thermique, capacité
thermique volumique et masse volumique). Ces valeurs peuvent être
utilisées en absence de données plus précises concernant le site.
Le foreur vérifie l’accès au site pour le passage du matériel de forage
et prend les précautions nécessaires pour éviter les nuisances : bruit,
odeurs, stockage des hydrocarbures, produits éventuellement utilisés
pour les traitements chimiques…
Il effectue les prestations suivantes :
• il fournit au maître d’ouvrage les plans d’exécution, notes de
calcul, études de détail avec notamment les indications de longueurs des tubes en fonction de la puissance thermique à soustraire du sol. Si des tests de réponses sont réalisés, les températures d’eau aller et retour doivent être spécifiées ;
• il présente à l’installateur et au maître d’ouvrage le matériel et
la (ou les) méthode(s) de forage la (ou les) mieux adaptée(s) aux
conditions géologiques du sous-sol et aux objectifs assignés à
l’ouvrage ;
• il informe l’installateur et le maître d’ouvrage du type de fluide
qu’il compte utiliser pour chaque phase de forage, avec l’indication prévisionnelle du dosage des produits entrant dans sa
composition.
Commentaire

A ce stade, les profondeurs indiquées pour les ouvrages, notamment pour les
forages de reconnaissance hydrogéologique, ne sont qu’indicatives. Leur détermination exacte ne pouvant être faite qu’en cours de travaux.
7
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR GÉOTHERMIQUES – LES OPÉRATIONS DE FORAGE ET LIMITES DE PRESTATIONS
Actions menées par le maître d’ouvrage
Le maître d’ouvrage détermine l’emplacement du forage en accord
avec le foreur et l’installateur. L’implantation peut être matérialisée
sur le terrain par un piquet ou par un périmètre à l’intérieur duquel le
foreur doit réaliser l’ouvrage.
Le maître d’ouvrage indique à l’installateur ou/et au foreur les moyens
en énergie électrique et en eau présents à proximité du chantier avec
leurs caractéristiques techniques (distance, puissance électrique et
intensité disponibles, débit d’eau disponible…) et les conditions de
leur utilisation.
Le maître d’ouvrage s’assure de la présence ou non de réseaux
(câbles électriques, conduites d’eau ou de gaz, épandage éventuel…)
par l’intermédiaire d’une Déclaration d’Intention de Commencement
de Travaux (DICT). Un repérage de ces réseaux doit être fait avant
l’engagement des travaux.
Si l’ouvrage dépasse la profondeur de 10 m en-dessous du sol naturel, il doit être déclaré à l’ingénieur des mines. Cette déclaration, faite
en application de l’article L. 411-1 remplaçant l’article 131 de l’ancien
Code minier, impose la déclaration préalable à la DREAL par le maître
d’ouvrage (ou par le foreur), au moins un mois avant sa réalisation.
Actions à contractualiser
Il convient de désigner l’intervenant pour les opérations suivantes :
• les travaux d’aménagement : lors de la phase de préparation de
chantier, il convient de préciser les caractéristiques particulières
du terrain mis à la disposition du foreur et de désigner l’intervenant (maître d’ouvrage, installateur, voire le foreur lui-même)
qui mènera ces travaux d’aménagement ;
• la vérification de la déclaration en cas de profondeur supérieure
à 10 m : après accord contractuel, soit le foreur, soit l’installateur ou bien les deux s’assurent que le forage dépassant la profondeur de 10 m en-dessous du sol naturel, a bien été déclaré à
l’ingénieur des mines par le maître d’ouvrage ;

• la vérification des déclarations ou des demandes d’autorisation en cas de prélèvement d’eau de nappe : après accord
contractuel, soit le foreur ou soit l’installateur ou bien les
deux s’assurent que toutes les procédures de déclarations ou
de demandes d’autorisation ont bien été réalisées (voir les
articles R. 214-1 à R. 214-5 du Code de l’environnement).
8
2
Maître
Installateur
d’ouvrage
Préparation du chantier
Aménagement du terrain
¨
Disponibilité des moyens (électricité, eau…)
¨
Recherche documentaire sur le site infoterre
¨
Déclaration Intention Commencement Travaux
(DICT)
¨
Déclaration de l’ouvrage
¨
¨
PROFESSIONNELS
¨
Plans d’exécution, notes de calcul, études de
détail
¨
Méthode de forage
Présentation du matériel et de la (ou des)
méthode(s) de forage
5
¨
¨
Elaboration et présentation des documents
4
¨
Vérifications des accès
Vérification de la déclaration de l’ouvrage
3
Foreur
DES
Désignation
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
N°
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
La (Figure 2) présente un récapitulatif des opérations à réaliser avant
l’opération de forage.
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR GÉOTHERMIQUES – LES OPÉRATIONS DE FORAGE ET LIMITES DE PRESTATIONS
¨
Fluide de circulation
Information du type de fluide et des additifs
utilisés
¨
Prévention des incidents (risques d’utilisation,
pertes)
¨
s Figure 2 : Récapitulatif des opérations à mener avant l’opération de forage
1.3. • Réalisation d’une sonde géothermique
verticale
Cette prestation regroupe un ensemble d’opérations réalisé par le
foreur.
1.3.1. • Forage
Le forage de mise en œuvre d’une sonde géothermique verticale est
réalisé conformément à la norme NF X 10-970.
Les travaux sont menés en fonction :
• des connaissances géologiques acquises sur le sous-sol par le
foreur complétées par les informations dont dispose éventuellement le maître d’ouvrage ;
Le foreur prélève des échantillons (cuttings) des terrains traversés
en cours de forage afin d’établir un relevé des coupes géologique et
lithographique.

• des objectifs à atteindre et des conditions d’utilisation de
l’ouvrage.
9
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR GÉOTHERMIQUES – LES OPÉRATIONS DE FORAGE ET LIMITES DE PRESTATIONS
Une prise d’échantillon est effectuée pour chaque forage. Elle est
réalisée à chaque changement de faciès ou a minima tous les cinq
mètres. Pour les ouvrages dans lesquels est réalisé un ou des tests de
réponse thermique, un échantillonnage métrique est effectué. Dans
tous les cas :
• la profondeur de chaque échantillon est repérée par rapport à la
surface du sol ;
• le volume de chaque échantillon est de l’ordre de 0,5 à 1 dm3 ;
• chaque échantillon est entreposé sans avoir été préalablement
lavé soit dans un flacon, soit dans un sac étanche, soit dans
un casier fermé portant l’indication indélébile de la profondeur
forée et des références du forage ;
• le foreur est responsable des échantillons jusqu’à leur remise
au maître d’ouvrage qui les conserve ;
• l’absence de remise d’échantillons peut entraîner l’exécution
d’un autre forage par le foreur à la demande de l’installateur ou
du maître d’ouvrage.
!
En cas de perte totale ou partielle du fluide de forage utilisé lors de la réalisation de l’ouvrage, le foreur prend les
mesures voulues pour les limiter. Il en avise aussitôt l’installateur et le maître d’ouvrage.
1.3.2. • Mise en place des boucles de sonde
Le foreur réalise les opérations suivantes :
• préparation des boucles comprenant le contrôle du marquage
et du référencement de la sonde, la mise en place d’un bouclier
de protection du pied de sonde et d’écarteurs.
Il est recommandé de mettre en place un bouclier de protection
du pied de sonde principalement dans les terrains compétents
et fissurés afin de protéger le pied de sonde et de rigidifier la
boucle.
Dans le cas de boucles de géométrie en U ou multi-U, il convient
de les équiper d’écarteurs de tubes permettant d’assurer un
espacement correct entre les tubes aller et retour. Ils sont placés
tous les mètres, afin de minimiser le contact entre ces tubes ;
• mise en place de la sonde à l’aide d’un treuil hydraulique, touret
ou dérouleur à axe horizontal de préférence.

Un dérouleur à axe horizontal permet le déroulage de la boucle
de sonde verticalement mais aussi la possibilité de retirer la
boucle de sonde du forage en cas d’anomalie.
10
En présence d’eau souterraine, la sonde est remplie d’eau pour
la lester et faciliter sa descente dans le forage. Des lests sont
• cimentation afin d’assurer un remplissage homogène sur toute
la hauteur du forage.
Quelques cas mentionnés dans la norme NF X 10-970 peuvent
légitimer une impossibilité de cimenter sur toute la hauteur
d’une manière continue (roches ou calcaires fissurés, zones
karstiques, carrières souterraines…). Le foreur doit en informer
l’installateur et le maître d’ouvrage et le mentionner dans son
rapport. Dans le cas le plus défavorable, en accord avec l’installateur et le maître d’ouvrage, il est procédé à l’abandon du
forage.
!
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
• contrôle de la mise en place par un essai de pertes de charge et
un essai de débit de circulation d’eau claire ;
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
également prévus à la base de la sonde pour faciliter la descente en assurant une tension de l’ensemble ;
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR GÉOTHERMIQUES – LES OPÉRATIONS DE FORAGE ET LIMITES DE PRESTATIONS
La cimentation est effectuée sans vide d’air, par injection
d’un coulis de remplissage sous pression par la base du
forage et par méthode ascendante à l’aide d’un tube perdu,
jusqu’à une profondeur d’environ 1 m du terrain naturel.
Le gravillonnage est proscrit dans tous les cas, même en
présence d’eau souterraine.
N°
6
Désignation
Maître
Installateur
d’ouvrage
Foreur
Forage
Prélèvement d’échantillons :
7
Sans test de réponse, à chaque changement de
faciès ou a minima tous les 5 mètres.
¨
Avec test de réponse, à chaque mètre
¨
Mise en place des boucles de sonde
Préparation de la boucle :
Contrôle du marquage et du référencement
¨
Disposition des écarteurs
Mise en place des boucles de sonde :
Descente facile de la sonde
¨
Contrôle de la mise en place par essais de pertes
de charge et de débit de circulation
¨
Cimentation :
Injection de coulis de remplissage
¨
s Figure 3 : Récapitulatif des opérations à mener lors du forage pour une sonde géothermique verticale

11
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR GÉOTHERMIQUES – LES OPÉRATIONS DE FORAGE ET LIMITES DE PRESTATIONS
1.3.3. • Raccordement à la pompe à chaleur
L’installateur réalise le raccordement des sondes géothermiques à la
pompe à chaleur.
Le foreur doit les prestations minimales suivantes :
• identification des tubes aller et retour pour faciliter leur
raccordement ;
• découpe des tubes avec une longueur suffisante pour permettre
la liaison jusqu’au premier raccord ou jusqu’au collecteur principal. Ce dernier peut être situé dans le terrain ou à l’intérieur
du local technique. Les tubes et le collecteur présents dans le
local technique sont calorifugés ;
• pose d’un bouchon pour éviter l’introduction de particules et
d’une protection mécanique en tête de forage.
La prestation de découpe des tubes en tête de sondes par le foreur
doit être précisée. Deux solutions sont possibles :
• les tubes sont coupés en laissant une longueur suffisante permettant ainsi la liaison jusqu’au premier raccord ou jusqu’au
collecteur principal ;
• les tubes dépassent le terrain naturel pour permettre le raccordement direct au collecteur principal situé dans le terrain ou
dans le local technique.
L’installateur réalise les opérations suivantes :
• raccordement en tête de sonde (mécanique, électrosoudé ou
par polyfusion) avec la tuyauterie de liaison à la pompe à chaleur (distribution en Tichelmann) ou avec la tuyauterie de raccordement au collecteur principal ;
• disposition des tuyauteries de liaison en tranchée à environ 1 m
de profondeur ;
• disposition d’un grillage avertisseur à une distance minimale de
30 cm au-dessus des tuyauteries.
Après accord contractuel, ces opérations peuvent être réalisées par le
foreur.

!
12
Les tubes ne doivent en aucun cas se toucher dans la tranchée, une distance minimale de 0,50 m est prévue entre
l’aller et le retour. A défaut, les tubes sont placés de préférence dans des fourreaux indépendants et éventuellement
dans des fourreaux isolés.
Identification des tubes et bouchons
¨
Protection mécanique des tubes en tête de
forage
¨
DES
Raccordement à la pompe à chaleur
PROFESSIONNELS
Foreur
Découpe des tubes avec longueur suffisante
pour liaison au premier raccord ou au collecteur
principal
¨
¨
Raccordement en tête de sonde avec tuyauterie
de liaison avec la pompe à chaleur ou tuyauterie
de raccordement au collecteur
¨
¨
Disposition des tuyauteries en tranchée
¨
¨
Disposition d’un grillage avertisseur
¨
¨
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
8
Maître
Installateur
d’ouvrage
Désignation
PROGRAMME
N°
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
POMPES À CHALEUR GÉOTHERMIQUES – LES OPÉRATIONS DE FORAGE ET LIMITES DE PRESTATIONS
s Figure 4 : Récapitulatif des opérations de raccordement à la pompe à chaleur pour une sonde
géothermique verticale
1.3.4. • Finalisation de l’ouvrage
Le foreur prévoit d’évacuer l’excédent de déblais ainsi que les boues
de forage et de remettre en état le terrain avant de le restituer au
maître de l’ouvrage.
Selon les clauses définies dans le contrat, l’installateur ou le foreur
réalise le remplissage de la sonde en vue de sa mise en exploitation
en utilisant un liquide caloporteur biodégradable du type mélange
eau et monopropylène glycol. Il est recommandé d’utiliser un produit
formulé prêt à l’emploi.
N°
9
Désignation
Maître
Installateur
d’ouvrage
Foreur
Finalisation de l’ouvrage
Remise en état des lieux avec évacuation des
déblais et des boues de forage
¨
Remise en état du terrain
¨
Remplissage de la sonde en liquide caloporteur
¨
¨
s Figure 5 : Récapitulatif des opérations de finalisation de l’ouvrage pour une sonde géothermique
verticale
1.3.5. • Equilibrage des pertes de charge
• la distribution est réalisée en Tichelmann afin de faciliter l’équilibrage hydraulique avec le raccordement de chaque sonde sur la
boucle de distribution en tranchée à une profondeur d’environ
1 m ;

L’installateur réalise l’équilibrage du circuit hydraulique desservant
les sondes. Afin de faciliter cette opération, il est nécessaire de prévoir la localisation des sondes et leurs raccordements dès la phase de
conception et de collaborer avec le foreur lors de la phase de mise en
œuvre. Deux solutions techniques sont possibles :
13
• l’alimentation de chaque sonde s’effectue en parallèle à partir d’un collecteur disposé soit en local technique, soit dans un
regard accessible dans le sol à une profondeur d’environ 1 m.
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROFESSIONNELS
POMPES À CHALEUR GÉOTHERMIQUES – LES OPÉRATIONS DE FORAGE ET LIMITES DE PRESTATIONS
Dans les deux cas, des éléments permettant l’équilibrage sont prévus : robinet d’équilibrage de préférence avec prises de pression,
débitmètre…
N°
10
Désignation
Maître
Installateur
d’ouvrage
Foreur
Equilibrage des pertes de charge
Réalisation d’un équilibrage hydraulique
¨
s Figure 6 : Récapitulatif des opérations d’équilibrage hydraulique pour une sonde géothermique
verticale
1.3.6. • Remise du dossier technique
Le dossier technique réalisé par le foreur est remis au maître d’ouvrage lors de la réception de l’ouvrage. Il comprend a minima les
documents suivants :
• le descriptif des travaux réalisés ;
• le rapport ou protocole de forage avec notamment le relevé
d’avancement (précisant en particulier les dates de chaque
phase importante des travaux) et le relevé des prises
d’échantillons ;
• le rapport de fin de travaux ;
• le procès-verbal de réception des sondes géothermiques
verticales.
Plusieurs de ces documents sont proposés en chapitre 2 (cf. 2).
N°
11
Désignation
Maître
Installateur
d’ouvrage
Foreur
Dossier technique
Descriptif des travaux réalisés
¨
Rapport de forage (avec relevés d’avancement et
de prises d’échantillons)
¨
Rapport de fin de travaux
¨
Procès-verbal de réception
¨
¨
¨

s Figure 7 : Récapitulatif des éléments minimaux composants le dossier technique pour une sonde
géothermique verticale
14
Les opérations citées concernent l’ouvrage de prélèvement d’eau
ainsi que l’ouvrage de rejet d’eau.
!
Le rejet doit être réalisé dans l’aquifère d’origine, c'est-àdire dans la même nappe que celle où a lieu le prélèvement.
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
Cette prestation regroupe un ensemble d’opérations réalisé par le
foreur.
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
1.4. • Réalisation d’un forage sur eau
de nappe
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR GÉOTHERMIQUES – LES OPÉRATIONS DE FORAGE ET LIMITES DE PRESTATIONS
Il est nécessaire de calculer la distance entre les ouvrages afin d’éviter
des interférences thermique et hydraulique entre le puits de prélèvement et le puits de rejet. Il convient de tenir compte de l’écoulement
naturel de la nappe d’eau souterraine.
Dans l’individuel, la distance minimale entre le puits de prélèvement
et le puits de rejet généralement admise est de 15 m.
Le rejet des eaux en surface doit être exceptionnel et nécessite des
autorisations spécifiques. Cette solution entraîne le paiement de taxes
et de redevances supplémentaires.
1.4.1. • Forage
Le forage pour captage d’eau souterraine est réalisé conformément à
la norme NF X 10-999.
Les travaux sont menés en fonction :
• des connaissances géologiques acquises sur le sous-sol par le
foreur complétées par les informations dont dispose éventuellement le maître d’ouvrage ;
• des objectifs à atteindre et des conditions d’utilisation de
l’ouvrage.
Le foreur prélève des échantillons (cuttings) des terrains traversés
en cours de forage afin d’établir un relevé des coupes géologique et
lithographique.
Une prise d’échantillon est effectuée tous les mètres ainsi qu’à chaque
changement de faciès. Dans tous les cas :
• la profondeur de chaque échantillon est repérée par rapport à la
surface du sol ;
• chaque échantillon est entreposé sans avoir été préalablement
lavé soit dans un flacon, soit dans un sac étanche, soit dans
un casier fermé portant l’indication indélébile de la profondeur
forée et des références du forage ;

• le volume de chaque échantillon est de l’ordre de 0,5 à 1 dm3 ;
15
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROFESSIONNELS
POMPES À CHALEUR GÉOTHERMIQUES – LES OPÉRATIONS DE FORAGE ET LIMITES DE PRESTATIONS
• le foreur est responsable des échantillons jusqu’à leur remise
au maître d’ouvrage qui les conserve ;
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
• l’absence de remise d’échantillons peut entraîner l’exécution
d’un autre forage par le foreur à la demande de l’installateur ou
du maître d’ouvrage.
PROGRAMME
!
En cas de perte totale ou partielle du fluide de forage utilisé lors de la réalisation de l’ouvrage, le foreur prend les
mesures voulues pour les limiter. Il en avise aussitôt l’installateur et le maître d’ouvrage.
Le foreur réalise les opérations suivantes :
• le soutènement des terrains par une ou plusieurs colonnes
télescopées de tubes pleins ;
• la cimentation autour des tubes de soutènement pour assurer
notamment l’étanchéité des terrains superficiels. Il définit les
zones et la hauteur de cimentation ;
• la mise en place de la colonne captante et éventuellement d’une
fermeture de fond pour la crépine et d’une colonne de tubes
pleins pour prolongement de la crépine.
N°
6
7
Désignation
Maître
Installateur
d’ouvrage
Forage sur nappe
Prélèvement d’échantillons à chaque mètre
¨
Remise des échantillons au maître d’ouvrage
¨
Réalisation de l’ouvrage
Réalisation du soutènement des terrains
¨
Cimentation autour des tubes de soutènement
¨
Mise en place de la colonne captante
¨
Mise en place d’une fermeture de fond pour
crépine
¨
Mise en place d’une colonne de tubes pleins
pour prolongement de la crépine
¨

s Figure 8 : Récapitulatif des opérations à mener lors d’un forage sur nappe
16
Foreur
Lavage du puits de captage
Dans le cas d’un forage à la boue, le puits est lavé à l’eau claire par
injection directe à la base de la colonne captante, aussi longtemps
que l’eau en sort chargée.
Le lavage peut s’accompagner d’un traitement chimique pour défloculer la boue minérale ou pour accélérer la biodégradation de la boue
organique.
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
Les opérations préalables à la mise en service sont assurées par le
foreur.
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
1.4.2. • Opérations préalables à la mise
en service
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR GÉOTHERMIQUES – LES OPÉRATIONS DE FORAGE ET LIMITES DE PRESTATIONS
Nettoyage du puits à l’émulsion
Le nettoyage du puits à l’émulsion s’effectue par injection d’air à
la base d’un tube descendu au fond du puits ou à l’intérieur de la
colonne captante. La pression d’air est supérieure d’au moins 10%
à la pression exercée par la hauteur d’eau équivalente au-dessus de
l’injecteur.
Développement du puits de captage
Les méthodes de développement d’un puits peuvent être dynamiques
(pistonnage, pompages) ou chimiques (traitement à l’acide ou aux
polyphosphates). Elles peuvent être combinées les unes avec les
autres pour obtenir le meilleur résultat.
Les méthodes de développement sont les suivantes :
• par pistonnage ;
• par pompage (sur-pompage continu, à débit progressif…) ;
• par acidification ;
• par traitement aux polyphosphates.
Pompages d’essais et détermination des caractéristiques
hydrodynamiques
Les pompages d’essais doivent permettre la détermination des pertes
de charge dans le puits (essai de puits) et le calcul des caractéristiques
hydrodynamiques de la nappe (essai de nappe) en vue de connaître le
débit réellement exploitable dans l’ouvrage.
Prélèvements d’eau et analyses

L’objectif des prélèvements d’eau et de leurs analyses est de vérifier la compatibilité de l’eau avec l’usage prévu. Les résultats sont
17
PROFESSIONNELS
communiqués à l’installateur. Ils conditionnent la mise en place d’un
échangeur intermédiaire et les matériaux utilisés.
Le tableau en [Annexe 2] donne à titre indicatif les valeurs limites des
différents critères d’évaluation de qualité d’eau.
!
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
POMPES À CHALEUR GÉOTHERMIQUES – LES OPÉRATIONS DE FORAGE ET LIMITES DE PRESTATIONS
Le choix d’un échangeur intermédiaire entre le puits et la
pompe à chaleur doit être validé par le constructeur de la
pompe à chaleur.
Commentaire
Dans la plupart des cas, l’eau souterraine n’est pas corrosive. Toutefois, l’apport
de matières organiques ou d’oxygène par l’infiltration des eaux de surface peut
modifier la qualité des eaux souterraines.
N°
8
Désignation
Maître
Installateur
d’ouvrage
Foreur
Opérations préalables à la mise en service du
forage sur nappe
Lavage du puits de captage
¨
Traitement chimique éventuel
¨
Nettoyage du puits à l’émulsion d’air
¨
Développement du puits de captage
¨
Pompages d’essais
¨
Prélèvements d’eau et analyses
¨
Communication des résultats à l’installateur
¨
s Figure 9 : Récapitulatif des opérations préalables à la mise en service d’un forage sur nappe
1.4.3. • Protection de l’ouvrage
Cette prestation regroupe un ensemble d’opérations réalisé par le
foreur pour protéger l’ouvrage de forage sur eau de nappe.
Le foreur réalise une fermeture efficace de la tête de forage ou prend
les mesures utiles pour que l’ouvrage ne soit ni endommagé ni pollué. Le forage ne peut être réceptionné par le maître d’ouvrage sans la
fermeture de tête de puits.
La protection de l’ouvrage doit répondre aux objectifs suivants.
Protection des eaux superficielles

Il s’agit d’empêcher les eaux superficielles (par ruissellement ou lors
d’inondations) de rejoindre la nappe par le tube lui-même ou par l’espace annulaire.
18
Le tubage de forage doit être étanche et scellé dans une margelle
bétonnée (dalle de propreté étanche). Cette dalle possède une surface
minimale de 3 m² et une hauteur minimale de 30 cm au-dessus du
Si la tête de forage est située dans un local, la margelle en béton reste
nécessaire. L’accès au local est cadenassé.
Protection de la tête de forage
L’objectif est d’éviter l’introduction d’objets divers, de substances ou
des actes de vandalisme. Il est nécessaire de verrouiller les protections en tête de forage. Par exemple, les capots métalliques peuvent
être fermés à l’aide de cadenas de type « artilleur ».
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
La tête de forage est d’au moins 50 cm au-dessus du terrain naturel.
Le capot de tête de forage est constitué d’un bouchon étanche.
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
terrain naturel. Les faces présentent une pente suffisante pour évacuer l’eau de pluie vers l’extérieur du tubage.
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR GÉOTHERMIQUES – LES OPÉRATIONS DE FORAGE ET LIMITES DE PRESTATIONS
Protection physique de l’ouvrage
L’objectif est de protéger le tube en cas de choc. Différentes solutions
peuvent être retenues. Les plus courantes sont les suivantes :
• tube métallique scellé à l’intérieur duquel se trouve la tête de
forage ;
• barrière de protection située à une distance de 2 m de la tête
de l’ouvrage, indéformable, en tube métallique par exemple.
La barrière de protection s’ajoute au tube métallique cité
précédemment.
Protection contre les eaux de remontées artésiennes
En cas d’artésianisme, le tube de tête est équipé d’un capot étanche
sur brides avec manomètre et vanne de décharge et d’un guide sonde.
N°
9
Désignation
Maître
Installateur
d’ouvrage
Foreur
Protection de l’ouvrage en cas de forage sur
nappe
Protection des eaux superficielles (réalisation
d’une aire bétonnée autour du tube de tête…)
¨
Protection de la tête de forage
¨
Protection physique de l’ouvrage
¨
Protection contre les eaux de remontées artésiennes
¨
s Figure 10 : Récapitulatif des opérations de protection de l’ouvrage de forage sur eau de nappe
1.4.4. • Raccordement à la pompe à chaleur

L’installateur réalise le raccordement depuis la tête de forage jusqu’à
la pompe à chaleur.
19
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR GÉOTHERMIQUES – LES OPÉRATIONS DE FORAGE ET LIMITES DE PRESTATIONS
Il descend la pompe dans le forage par une corde nylon ou par un
câble inox selon le cas. Le cordon de descente et de suspension de la
pompe immergée est relié à un voire deux anneaux d’ancrage fixés à
la pompe.
!
Dans tous les cas, l’accès aux éléments permettant le retrait
de la pompe dans le cadre de la maintenance doit être prévu
(portique, chèvre support, palan…).
L’installateur prévoit a minima un robinet d’isolement en attente pour
le raccordement.
Il réalise les opérations suivantes :
• raccordement en tête de forage avec la tuyauterie de liaison à la
pompe à chaleur ;
• disposition de la tuyauterie de liaison en tranchée à environ 1 m
de profondeur ;
• disposition d’un grillage avertisseur à une distance minimale de
30 cm au-dessus de la tuyauterie.
Après accord contractuel, ces opérations peuvent aussi être réalisées
par le foreur.
N°
10
Désignation
Maître
Installateur
d’ouvrage
Foreur
Raccordement à la pompe à chaleur
Robinet d’isolement en attente
¨
Descente de la pompe dans le forage
¨
Raccordement en tête de forage avec tuyauterie
de liaison avec la pompe à chaleur
¨
¨
Disposition de la tuyauterie de liaison en tranchée
¨
¨
Disposition d’un grillage avertisseur
¨
¨
s Figure 11 : Récapitulatif des opérations de raccordement à la pompe à chaleur pour un forage sur
nappe
1.4.5. • Finalisation de l’ouvrage
Le foreur prévoit d’évacuer l’excédent de déblais ainsi que les boues
de forage et de remettre en état le terrain avant de le restituer au
maître de l’ouvrage.

Toute opération complémentaire du foreur doit être spécifiée dans le
contrat avec l’installateur. Les limites de prestations doivent être clairement définies.
20
11
Maître
Installateur
d’ouvrage
Foreur
DES
Finalisation de l’ouvrage
PROFESSIONNELS
Désignation
Remise en état des lieux avec évacuation des
déblais et des boues de forage
¨
Remise en état du terrain
¨
Toute opération complémentaire doit être
contractualisée
¨
¨
PROGRAMME
s Figure 12 : Récapitulatif des opérations de finalisation de l’ouvrage pour un forage sur nappe
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
N°
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
POMPES À CHALEUR GÉOTHERMIQUES – LES OPÉRATIONS DE FORAGE ET LIMITES DE PRESTATIONS
1.4.6. • Remise du dossier technique
Le dossier technique réalisé par le foreur est remis au maître d’ouvrage lors de la réception de l’ouvrage. Il comprend a minima les
documents suivants :
• le descriptif des travaux réalisés ;
• le rapport ou protocole de forage avec notamment le relevé
d’avancement (précisant en particulier les dates de chaque phase
importante des travaux) et le relevé des prises d’échantillons ;
• le profil de forage avec notamment un profil géologique associé à la coupe technique, le(s) type(s) d’aquifère(s) traversé(s) et
une diagraphie éventuelle ;
• le protocole de pompage avec notamment les mesures effectuées lors des pompages d’essais ;
• l’analyse d’eau ;
• le rapport de fin de travaux avec un récapitulatif des travaux
effectués et un descriptif de l’ouvrage réalisé. Un examen éventuel de l’état du forage par caméra immergée (si la prestation
est prévue dans le contrat) peut être joint ;
• le procès-verbal de réception du forage sur nappe.
Plusieurs de ces documents sont proposés en chapitre 2 (cf. 2).
N°
Maître
Installateur
d’ouvrage
Foreur
Dossier technique
Descriptif des travaux réalisés
¨
Rapport de forage (avec relevés d’avancement et
de prises d’échantillons)
¨
Profil de forage (profil géologique, coupe technique, type(s) d’aquifère(s) traversés(s), diagraphie éventuelle)
¨
Protocole de pompage
¨
Analyse d’eau
¨
Rapport de fin de travaux
¨
Procès-verbal de réception
¨
¨
¨
s Figure 13 : Récapitulatif des éléments minimaux composants le dossier technique pour un forage sur nappe

12
Désignation
21
Fiches de coordination
PROFESSIONNELS
2
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
POMPES À CHALEUR GÉOTHERMIQUES – LES OPÉRATIONS DE FORAGE ET LIMITES DE PRESTATIONS
Cette partie présente des documents permettant de faciliter la coordination des opérations d’un forage et d’attester des tâches menées. Ils
sont destinés aux différents intervenants : foreur, installateur…
Les exemples de fiches proposés :
• Fiche récapitulative des opérations à réaliser pour les sondes
géothermiques verticales ;
• Fiche récapitulative des opérations à réaliser pour les forages
sur nappe ;
• Rapport de forage ;
• Profil de forage ;
• Protocole de pompage ;
• Fiche descriptive des travaux réalisés pour les sondes géothermiques verticales en individuel ;
• Fiche descriptive des travaux réalisés pour les forages sur
nappe en individuel.
Fiche récapitulative des opérations à réaliser pour les
sondes géothermiques verticales

Elle présente un tableau reprenant les opérations citées précédemment de réalisation d’une installation comprenant des sondes géothermiques verticales. Elle permet de répartir les opérations entre les
différents intervenants : maître d’ouvrage, installateur et foreur. Le
but est d’identifier les prestations et de contractualiser les tâches de
chacun.
22
2
Réalisation de l’étude thermique
¨
Puissance calorifique nominale de la pompe à
chaleur
¨
Durée prévisionnelle de fonctionnement
¨
Puissance frigorifique nominale de la pompe à
chaleur
¨
Préparation du chantier
Aménagement du terrain
¨
Disponibilité des moyens (électricité, eau…)
¨
Recherche documentaire sur site infoterre
¨
Déclaration Intention Commencement Travaux
(DICT)
¨
Déclaration de l’ouvrage
¨
6
¨
¨
Plans d’exécution, notes de calcul, études de
détail
¨
Méthode de forage
Présentation du matériel et de la (ou les)
méthode(s) de forage
5
¨
¨
Elaboration et présentation des documents
4
¨
Vérifications des accès
Vérification de la déclaration de l’ouvrage
3
DES
Conception et dimensionnement
PROGRAMME
1
Foreur
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
N°
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
EXEMPLE DE FICHE RECAPITULATIVE
DES OPERATIONS A REALISER
POUR LES SONDES GEOTHERMIQUES VERTICALES
Maître
Désignation
Installateur
d’ouvrage
PROFESSIONNELS
POMPES À CHALEUR GÉOTHERMIQUES – LES OPÉRATIONS DE FORAGE ET LIMITES DE PRESTATIONS
¨
Fluide de circulation
Information du type de fluide et des additifs
utilisés
¨
Prévention des incidents (risques d’utilisation,
pertes)
¨
Forage
Prélèvement d’échantillons :
¨
Avec test de réponse, à chaque mètre
¨
Mise en place des boucles de sonde
Préparation de la boucle :
Contrôle du marquage et du référencement
¨
Disposition des écarteurs
¨
Mise en place des boucles de sonde :
Descente de la sonde sans difficulté
¨
Contrôle de la mise en place par essais de pertes
de charge et de débit de circulation
¨
Cimentation :
Injection de coulis de remplissage
¨

7
Sans test de réponse, à chaque changement de
faciès ou à minima tous les 5 mètres.
23
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROFESSIONNELS
POMPES À CHALEUR GÉOTHERMIQUES – LES OPÉRATIONS DE FORAGE ET LIMITES DE PRESTATIONS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
N°
PROGRAMME
8
9
EXEMPLE DE FICHE RECAPITULATIVE
DES OPERATIONS A REALISER
POUR LES SONDES GEOTHERMIQUES VERTICALES
Maître
Désignation
Installateur
d’ouvrage
Raccordement à la pompe à chaleur
Identification des tubes et bouchons
¨
Protection mécanique des tubes en tête de
forage
¨
Découpe des tubes avec longueur suffisante
pour liaison au premier raccord ou au collecteur
principal
¨
¨
Raccordement en tête de sonde avec tuyauterie
de liaison avec la pompe à chaleur ou tuyauterie
de raccordement au collecteur
¨
¨
Disposition des tuyauteries en tranchée
¨
¨
Disposition d’un grillage avertisseur
¨
¨
Finalisation de l’ouvrage
Remise en état des lieux avec évacuation des
déblais et des boues de forage
¨
Remise en état du terrain
¨
Remplissage de la sonde en liquide caloporteur
10
¨

24
¨
Dossier technique
Descriptif des travaux réalisés
¨
Rapport de forage (avec relevés d’avancement et
de prises d’échantillons)
¨
Rapport de fin de travaux
¨
Procès-verbal de réception
¨
Equilibrage des pertes de charge
Réalisation d’un équilibrage hydraulique
11
Foreur
¨
¨
¨
EXEMPLE DE FICHE RECAPITULATIVE
DES OPERATIONS A REALISER
POUR LES FORAGES SUR NAPPE
Maître
Désignation
Installateur
d’ouvrage
N°
2
Réalisation de l’étude thermique
¨
Puissance calorifique nominale de la pompe à
chaleur
¨
Durée prévisionnelle de fonctionnement
¨
Puissance frigorifique nominale de la pompe à
chaleur
¨
Préparation du chantier
Aménagement du terrain
¨
Disponibilité des moyens (électricité, eau…)
¨
Recherche documentaire sur site infoterre
¨
Déclaration Intention Commencement Travaux
(DICT)
¨
Déclaration de l’ouvrage
¨
6
¨
¨
Plans d’exécution, notes de calcul, études de
détail
¨
Méthode de forage
Présentation du matériel et de la (ou les)
méthode(s) de forage
5
¨
¨
Elaboration et présentation des documents
4
¨
Vérifications des accès
Vérification de la déclaration de l’ouvrage
3
DES
Conception et dimensionnement
¨
Fluide de circulation
Information du type de fluide et des additifs
utilisés
¨
Prévention des incidents (risques d’utilisation,
pertes)
¨
Forage sur nappe
Prélèvement d’échantillons à chaque mètre
¨
Remise des échantillons au maître d’ouvrage
¨

1
Foreur
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
Elle présente un tableau reprenant les opérations citées précédemment de réalisation d’une installation comprenant des forages sur
nappes aquifères. Elle permet de répartir les opérations entre les différents intervenants : maître d’ouvrage, installateur et foreur. Le but est
d’identifier les prestations et de contractualiser les tâches de chacun.
PROGRAMME
Fiche récapitulative des opérations à réaliser pour les
forages sur nappe
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROFESSIONNELS
POMPES À CHALEUR GÉOTHERMIQUES – LES OPÉRATIONS DE FORAGE ET LIMITES DE PRESTATIONS
25
N°
7
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROFESSIONNELS
POMPES À CHALEUR GÉOTHERMIQUES – LES OPÉRATIONS DE FORAGE ET LIMITES DE PRESTATIONS
8
9
EXEMPLE DE FICHE RECAPITULATIVE
DES OPERATIONS A REALISER
POUR LES FORAGES SUR NAPPE
Maître
Désignation
Installateur
d’ouvrage
Réalisation de l’ouvrage
Réalisation du soutènement des terrains
¨
Cimentation autour des tubes de soutènement
¨
Mise en place de la colonne captante
¨
Mise en place d’une fermeture de fond pour
crépine
¨
Mise en place d’une colonne de tubes pleins
pour prolongement de la crépine
¨
Opérations préalables à la mise en service du
forage sur nappe
Lavage du puits de captage
¨
Traitement chimique éventuel
¨
Nettoyage du puits à l’émulsion d’air
¨
Développement du puits de captage
¨
Pompages d’essais
¨
Prélèvements d’eau et analyses
¨
Communication des résultats à l’installateur
¨
Protection de l’ouvrage en cas de forage sur
nappe
Protection des eaux superficielles (réalisation
d’une aire bétonnée autour du tube de tête…)
10
11

¨
Protection de la tête de forage
¨
Protection physique de l’ouvrage
¨
Protection contre les eaux de remontées artésiennes
¨
Raccordement à la pompe à chaleur
Robinet d’isolement en attente
¨
Descente de la pompe dans le forage
¨
Raccordement en tête de forage avec tuyauterie
de liaison avec la pompe à chaleur
¨
¨
Disposition de la tuyauterie de liaison en tranchée
¨
¨
Disposition d’un grillage avertisseur
¨
¨
Finalisation de l’ouvrage
Remise en état des lieux avec évacuation des
déblais et des boues de forage
¨
Remise en état du terrain
¨
Toute opération complémentaire doit être
contractualisée
26
Foreur
¨
¨
DES
Descriptif des travaux réalisés
¨
Rapport de forage (avec relevés d’avancement et
de prises d’échantillons)
¨
Profil de forage (profil géologique, coupe technique, type(s) d’aquifère(s) traversés(s), diagraphie éventuelle)
¨
Protocole de pompage
¨
Analyse d’eau
¨
Procès-verbal de réception
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
Dossier technique
Rapport de fin de travaux
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
12
Foreur
¨
¨
¨
¨

N°
PROGRAMME
EXEMPLE DE FICHE RECAPITULATIVE
DES OPERATIONS A REALISER
POUR LES FORAGES SUR NAPPE
Maître
Désignation
Installateur
d’ouvrage
PROFESSIONNELS
POMPES À CHALEUR GÉOTHERMIQUES – LES OPÉRATIONS DE FORAGE ET LIMITES DE PRESTATIONS
27
Rapport de forage
Il est appelé également protocole de forage et permet de reporter les
résultats des différentes opérations : caractéristiques des échantillons
(cuttings) récupérés en cours de forage, arrivées d’eau, difficultés lors
du forage (pertes de fluide de forage, pertes à l’injection…), difficultés
lors de la mise en place de la boucle de sonde…
EXEMPLE DE
RAPPORT DE FORAGE
Repère :
Date début forage :
Date fin forage :
Coordonnées chantier :
Coordonnées foreur :
Ets :
Adresse :
CP + ville :
Date :
Visa :
Nom :
Adresse :
CP + ville :
Date :
Visa :
Ets :
Adresse :
CP + ville :
Date :
Visa :
Déclaration
Autorisation n°
Forage n° _______ de __________
Maître foreur :
Profondeur
Coordonnées installateur :
Description des cuttings
Humidité du
sous-sol 1
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR GÉOTHERMIQUES – LES OPÉRATIONS DE FORAGE ET LIMITES DE PRESTATIONS
Forage 2
Remarques ou
observations
Jusqu’à Type, caractéristiques couleur M H S B/A M/S
…….
Incidents importants 3
VE PF PI C G
Profondeur
finale
Echantillons :
Tous les : _______________
m
Tubage (diamètre) :
Jusqu’à :
de profondeur (m)
Foreuse :
Cote de forage :
Marteau (type 4 et
diamètre) :
_______________

(1)Humidité du sol : mouillé (M), humide (H) ou sec (S)
(2)Type de forage : forage à la boue (B), à l’air comprimé (A), avec addition d’eau (M), à sec (S)
(3)Incidents : veine d’eau (VE), pertes de fluide de forage (PF), pertes à l’injection (PI), cavités (C), gaz
soupçonné (G)
(4)Type de marteaux : marteau fond de trou (MFT), marteau excentré (MEX), trilame (MTL) ou tricône
(MTC)
28
Prof
(m)
Repère :
EXEMPLE DE
PROFIL DE FORAGE
Date :
Coordonnées installateur :
Coordonnées chantier :
Coordonnées foreur :
Ets :
Adresse :
CP + ville :
Nom :
Adresse :
CP + ville :
Ets :
Adresse :
CP + ville :
Description
lithologique
Description
Profondeur Diagraphie
technique
Identification
géologique
Profondeur
PROFESSIONNELS
PROGRAMME
En effet, les coupes lithologique (géologique) et stratigraphique (succession des différentes strates) des terrains traversés sont établies à
partir de l’observation des déblais de forage (rapport de forage) ainsi
que des diagraphies réalisées après le sondage de reconnaissance.
DES
Davantage destiné au forage sur nappe, le profil de forage permet de
reporter le profil du sous-sol obtenu lors du forage, notamment les
coupes géologique et technique du forage.
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
Profil de forage
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
POMPES À CHALEUR GÉOTHERMIQUES – LES OPÉRATIONS DE FORAGE ET LIMITES DE PRESTATIONS
Remarques
Réf n°
Indice

Signé
29
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR GÉOTHERMIQUES – LES OPÉRATIONS DE FORAGE ET LIMITES DE PRESTATIONS
Protocole de pompage
Destiné au forage sur nappe, le protocole de pompage permet de
recueillir les opérations de développement par pompage. Pour
mémoire, le but est d’obtenir de l’eau claire en démarrant avec un
petit débit puis en l’augmentant progressivement jusqu’à une valeur
légèrement supérieure au débit d’exploitation envisagé.

Date :
Coordonnées installateur : Coordonnées chantier :
Coordonnées foreur :
Ets :
Adresse :
CP + ville :
Ets :
Adresse :
CP + ville :
Nom :
Adresse :
CP + ville :
Déclaration
Forage n° __________
Autorisation n° : ________
Maître foreur :
Pompe :
Marque :_____________
Type :________________
Foreuse :
Marque :________________
Type :___________________
Date
30
EXEMPLE DE
PROTOCOLE DE POMPAGE
Repère :
Heure
Niveau statique :
Origine cote :
Temps
h min s (min)
Niveau
Rabattement
Débit
(m3/h)
Observations
La conception de cette fiche repose sur le principe de résumer les opérations réalisées et de les contractualiser.
Cette fiche comprend, en particulier, les différents renseignements
communiqués par l’installateur au foreur :
• la puissance frigorifique nominale à soutirer ;
• le nombre d’heures de fonctionnement de la pompe à chaleur ;
• le diamètre des tuyauteries des sondes pour limiter les pertes
de charge…
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
Cette fiche reprend les principales opérations effectuées pour une installation comprenant des sondes géothermiques verticales.
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
Fiche descriptive des travaux réalisés pour les sondes
géothermiques verticales en individuel
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR GÉOTHERMIQUES – LES OPÉRATIONS DE FORAGE ET LIMITES DE PRESTATIONS
Elle comprend également les différentes actions importantes du
foreur sur la mise en œuvre des sondes géothermiques verticales et la
finition de l’ouvrage.
Repère :
EXEMPLE DE
FICHE DESCRIPTIVE DES TRAVAUX
REALISES POUR LES SONDES
GEOTHERMIQUES VERTICALES EN
HABITAT INDIVIDUEL
Date :
Coordonnées installateur : Coordonnées chantier :
Coordonnées foreur :
Ets :
Adresse :
CP + ville :
Ets :
Adresse :
CP + ville :
Nom :
Adresse :
CP + ville :
Déclaration
Forage n° __________
Autorisation n° : ________
Maître foreur :
Dimensionnement des capteurs
Puissance frigorifique nominale à soutirer aux terrains
(déterminée par l’installateur et communiquée au foreur)
__________ (kW)
Durée annuelle prévisionnelle de fonctionnement de la PAC (détermi__________ (h)
née par l’installateur et communiquée au foreur)
Longueur totale des capteurs suivant la puissance frigorifique
(dimensionnée par le foreur)
__________ (m)
Diamètres des tubes de sonde pour limiter les pertes de charge et
optimiser le dimensionnement du circulateur
(déterminés en concertation avec l’installateur)
__________ (mm)
Ajustement de la longueur totale des capteurs en cours de forage, en
¨ Oui ¨ Non
tenant compte des terrains réellement forés
__________ (m)
(réalisé par le foreur)
Intervention d’un bureau d’études pour optimiser le dimensionnement ¨ Oui ¨ Non
Plan de situation des sondes Plan réalisé par : Installateur ¨ Foreur ¨
Désigner le point de référence
Indiquer la profondeur de chaque forage et l’écartement
¨ Rotary
¨ marteau fond de ¨ marteau fond de trou
trou
tubé à l’avancement

Technique de forage :
31
PROFESSIONNELS
Repère :
EXEMPLE DE
FICHE DESCRIPTIVE DES TRAVAUX
REALISES POUR LES SONDES
GEOTHERMIQUES VERTICALES EN
HABITAT INDIVIDUEL
Date :
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
POMPES À CHALEUR GÉOTHERMIQUES – LES OPÉRATIONS DE FORAGE ET LIMITES DE PRESTATIONS
Mise en œuvre des sondes réalisée par le foreur :
Type de sonde posée :
Marque ______________________ Référence :
Diamètre :
Cimentation totale et type de ciment
Marque :
Référence :
Prélèvement, en cours de cimentation, au minimum de 2 échantillons Nombre d’échantillons
témoins de ciment (par chantier)
prélevés :
Prélèvement des échantillons de ciment en présence du maître
d’ouvrage
¨ Oui ¨ Non
Test des sondes réalisé par le foreur :
Essais de pression
________ (bar)
¨ Sous eau
Durée des essais
Essais de pertes de
charge
¨ Sous air comprimé
________ (h)
________ (bar)
Débit : ________ (l/s)
Jonction de la tête de sonde (boucle) :
Prestations minimales du foreur :
¨ Oui ¨ Non
Bouchons en tête de sonde et sécurisation avant raccordement
Tubes de sonde coupés avec protection mécanique en tête de forage
¨ Oui ¨ Non
et avec une longueur suffisante pour permettre la liaison jusqu’au
premier raccord ou collecteur
Extensions contractuelles possibles :__Prestation : Installateur ¨______Foreur ¨
¨ mécanique
Raccordement en tête de sonde
¨ électrosoudé
¨ polyfusion
Tranchée réalisée avec grillage avertisseur
Tranchée réalisée avec liaison
¨ Oui ¨ Non
¨ tête de forage – collecteur extérieur – local technique
¨ tête de forage – local technique
Finalisation de l’ouvrage : __________Prestation : Installateur ¨______Foreur ¨
Remplissage définitif de la sonde en fluide caloporteur de qualité
alimentaire (exemple : mono-propylène glycol)
________ (%)
Information ou prestations complémentaires (optionnel) :

Equilibrage des pertes de charge :____Prestation : Installateur ¨______Foreur ¨
32
La conception de cette fiche repose sur le principe de résumer les opérations réalisées et de les contractualiser.
Cette fiche comprend, en particulier, les différentes actions importantes du foreur sur la mise en œuvre du forage et la finition de
l’ouvrage.
Repère :
EXEMPLE DE
FICHE DESCRIPTIVE DES TRAVAUX
REALISES POUR LES FORAGES SUR
NAPPE EN HABITAT INDIVIDUEL
Date début forage :
Date fin forage :
Coordonnées installateur : Coordonnées chantier :
Coordonnées foreur :
Ets :
Adresse :
CP + ville :
Date :
Visa :
Ets :
Adresse :
CP + ville :
Date :
Visa :
Nom :
Adresse :
CP + ville :
Date :
Visa :
Déclaration
N° BSS :
Autorisation n° : ________
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
Cette fiche reprend les principales opérations effectuées pour une installation comprenant des forages sur nappe.
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
Fiche descriptive des travaux réalisés pour les forages sur
nappe en individuel
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR GÉOTHERMIQUES – LES OPÉRATIONS DE FORAGE ET LIMITES DE PRESTATIONS
Maître foreur :
Description de l’ouvrage
Simple forage : ____________¨ Oui ¨ Non
Dans le cas d’un simple forage de prélèvement, indiquer le mode de rejet :
Doublet de forage : _____________¨ Forages séparés________¨ Forage unique avec déviation
Plan de situation des forages Plan réalisé par : Installateur ¨______Foreur ¨
Désigner le point de référence
Indiquer le sens d’écoulement de la nappe, la profondeur de chaque forage et leur écartement
Réalisation de l’ouvrage par le foreur
Technique de forage :
(Rotary, marteau fond de trou, battage…)
Crépine :____________________¨ acier ou inox ¨ PVC
Type :
(Fentes continues, nervures repoussées, trous oblongs…)__________________________

Fluide de forage :_____________¨ boue ¨ air
¨ mousse ¨ autre : ____________________
33
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR GÉOTHERMIQUES – LES OPÉRATIONS DE FORAGE ET LIMITES DE PRESTATIONS
Repère :
EXEMPLE DE
FICHE DESCRIPTIVE DES TRAVAUX
REALISES POUR LES FORAGES SUR
NAPPE EN HABITAT INDIVIDUEL
Date début forage :
Date fin forage :
Massif de graviers : ¨ massif filtrant____¨ massif de soutènement
Volume injecté : ________ m3 Hauteur : ________ m
Cimentation :
Volume injecté : ________ m3 Hauteur : ________ m
Méthode :
Développement du forage :
Méthode :
(Air lift, développement à la pompe…)
Protection de l’ouvrage
Margelle bétonnée de surface minimale 3 m² (dalle de propreté étanche
de hauteur minimale 30 cm) :
¨ Oui ¨ Non
Tête de forage au-dessus du terrain naturel d’une hauteur minimale de
50 cm
¨ Oui ¨ Non
Protection tête de forage verrouillable :
¨ Oui ¨ Non
Protection physique de l’ouvrage :
Type : ________________________________________________
(tube métallique scellé, barrières de protection…)
¨ Oui ¨ Non
Protection par capot étanche (en cas d’artésianisme )
¨ Oui ¨ Non
Dossier technique réalisé par le foreur avec a minima
Protocole de forage (relevé d’avancement, relevés prises d’échantillons…) :
¨Oui ¨ Non
Profil de forage (profil géologique associé à la coupe technique, type(s)
d’aquifère(s) traversé(s) et diagraphie éventuelle…) :
¨ Oui ¨ Non
Protocole de pompage (mesures des pompages d’essais…) :
¨ Oui ¨ Non
Analyse d’eau :
¨ Oui ¨ Non
Descriptif des travaux réalisés :
¨ Oui ¨ Non
Rapport de fin de travaux :
¨ Oui ¨ Non
Jonction de la tête de forage
Prestations minimales du foreur
Installation robinet d’isolement en attente pour raccordement
¨ Oui ¨ Non
Extensions contractuelles possibles Prestation : Installateur ¨ ___Foreur ¨
Tranchée réalisée avec grillage avertisseur
¨ Oui ¨ Non
Mise en tranchée tuyauterie liaison PAC ou échangeur intermédiaire
¨ Oui ¨ Non
Raccordement tuyauterie liaison PAC ou échangeur intermédiaire sur
robinet d’isolement en attente
¨ Oui ¨ Non

Information ou prestations complémentaires (optionnel)
34
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
3
PROGRAMME
Lexique
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
POMPES À CHALEUR GÉOTHERMIQUES – LES OPÉRATIONS DE FORAGE ET LIMITES DE PRESTATIONS
Aquifère
Milieu souterrain constitué de roches perméables et/ou fissurées ou
fracturées. Ce milieu est suffisamment conducteur d’eau souterraine
pour permettre l’écoulement significatif d’une nappe souterraine et le
captage de quantités d’eau appréciables.
Artésianisme
Phénomène de jaillissement d’eau souterraine à la surface du sol dû à
une nappe captive dont la surface piézométrique se trouve au dessus
du sol.
Cuttings
Déblais du forage obtenus notamment par remontée des sédiments
lors du forage.
Diagraphie
Résultat de mesures, à l'aide de différentes sondes, des caractéristiques des roches traversées lors d'un forage.
Faciès
Aspect que présente une roche ou un ensemble de couches géologiques, par exemple faciès granitique, calcaire. Dans un bassin, les
faciès varient en fonction de conditions de sédimentation telles que la
profondeur, l’énergie, la proximité du rivage...
Nappe peu profonde atteinte par les puits ordinaires. En pratique, il
s’agit d’une nappe généralement libre à surface proche du sol dont
l’alimentation et la qualité sont influencées par les activités de surface.

Nappe superficielle ou phréatique
35
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR GÉOTHERMIQUES – LES OPÉRATIONS DE FORAGE ET LIMITES DE PRESTATIONS
Numéro BSS
Le numéro de la Banque du Sous Sol (BSS) est celui attribué par le
BRGM (Bureau de Recherches Géologiques et Minières) qui gère la
banque du sous-sol. Il permet de localiser l’ouvrage sur le fond topographique au 1/50000.
Zone (ou relief) karstique
Cavités naturelles formées par l’action de l’eau infiltrée dans le soussol (principalement calcaire mais aussi craie, marbre…) de certaines
régions. Cette eau va, dans un premier temps, dissoudre la roche puis
dans un second temps, redéposer cette matière dissoute en créant
des formations caractéristiques.
Roches compétentes

Roches naturelles, de type solides élastiques à comportement fragile.
36
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
4
PROGRAMME
Annexes
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
POMPES À CHALEUR GÉOTHERMIQUES – LES OPÉRATIONS DE FORAGE ET LIMITES DE PRESTATIONS
[ANNEXE 1] : Paramètres caractéristiques des principaux sols
rencontrés

[ANNEXE 2] : Critères d’évaluation de qualité d’eau pour les échangeurs thermiques
37
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR GÉOTHERMIQUES – LES OPÉRATIONS DE FORAGE ET LIMITES DE PRESTATIONS
ANNEXE 1 : Paramètres caractéristiques
des principaux sols rencontrés
Le tableau ci-dessous présente les valeurs courantes de paramètres
caractéristiques du sol (conductivité thermique, capacité thermique
volumique et masse volumique). Ces valeurs peuvent être utilisées en
l’absence de données plus précises concernant le site.
Ces trois grandeurs permettent de déterminer les caractéristiques
thermiques d’un sol :
• la conductivité thermique λ, en W/(m.K)
C’est le flux de chaleur transmis au travers d’un corps soumis à
un gradient de température de 1 K/m. La conductivité thermique
est, de préférence, au moins de 1,3 W/(m.K) et si possible supérieure à 1,8 W/(m.K).
• la capacité thermique massique volumique Cv, en J/(m3.K)
C’est la quantité de chaleur nécessaire à l’élévation de température de 1 K d’un volume de 1 m3.
• la diffusivité thermique α, en m²/s
Elle caractérise la vitesse de pénétration et l’atténuation d’une
onde thermique dans un milieu, selon les influences des cycles
quotidiens et mensuels. Plus la diffusivité du sol est élevée, plus
faible est l’amortissement de température.
Type de roche

Terrains meubles
Argile sèche
Argile saturée d’eau
Sable sec
Sable saturé d’eau
Gravier/pierres, sec
Gravier/pierres, saturé
d’eau
Moraine compacte
Tourbe
38
Conductivité thermique
W/(m.K)
mini maxi nominale
Masse voluCapacité thermique
mique 103 kg/m3
volumique MJ/(m3.K)
mini maxi nominale mini
maxi
0,4
0,9
0,3
1,5
0,4
1
2,3
0,8
4
0,5
0,6
1,4
0,5
2,3
0,4
1,5
2
1,3
2,2
1,3
1,6
2,8
1,6
2,8
1,6
1,5
2,3
1,4
2,4
1,4
1,8
2
1,8
1,9
1,8
2,0
2,2
2,2
2,3
2,2
1,6
2
1,7
2,2
2,6
2,3
1,9
2,3
1,7
0,2
2,4
0,7
1,8
0,4
1,5
0,5
2,5
3,8
2
1,6
1,9
0,5
2,5
0,8
2,3
2,3
2,3
2,6
2,5
2,8
2,6
2,6
2,6
2,7
2,7
2,9
2,9
3,3
3,2
2,7
2,7
2,9
2,8
2,6
3
2,7
2,4
2,3
2,4
2,7
2,7
2,8
2,8
3,2
2,3
2,4
2,5
2,9
2,2
3,1
2,4
1,1
3,5
1,3
1,5
2,5
5,1
3,5
4
1,9
2,3
2,6
2,1
2,8
1,3
2,8
1,6
2,1
2
4,1
2,9
2,8
2,3
gabbro
Schistes argileux
Marbre
1,7
2,5
2
1,5
2,6
1,9
1,3
3,1
Quartzite
Micaschistes
Gneiss
Amphibolite
Matériaux divers
Mélange de ciment/
bentonite (remplissage
durci)
béton
5
1,5
1,9
2,1
6
3,1
4
3,6
Molasse marine
supérieure
2,6
2,1
2,4
2,7
2,1
1,8
1,8
2,2
2,1
2,4
2,6
2,6
2,3
2,4
2,2
2,1
2,1
2,2
2,2
2,4
2,2
2,2
2,3
2,4
2,6
2,7
2,7
2,6
2,7
2,4
2,7
2,4
2,9
3
3
2,6
2,8
3,1
2,3
2,4
2,7
1,9
2
2,5
2,8
5,3
2
2,6
2,6
2,1
2,3
2
2,1
2,5
2,4
2,4
2,6
2,8
2,7
2,7
2,9
0,8
3
1,2
1,2
1,4
1,8
2
2,42
Glace (-10°C)
2,32
1,87
0,91
0,91
Polyéthylène (PE100)
0,4
1,63
0,96
0,96
Air (0°C – 20°C)
0,02
0,0012
Acier
60
3,12
7,8
7,8
Eau (10°C)
0,6
4,15
0,99
0,99
métamorphes
magmatiques
Molasse d’eau
douce inférieure
1,8
0,9
2
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
2,4
2,4
2,6
2,8
Molasse d’eau
douce supérieure
2,3
2,3
2,3
2,5
Masse voluCapacité thermique
mique 103 kg/m3
volumique MJ/(m3.K)
mini maxi nominale mini
maxi
PROGRAMME
Roches sédimentaires
Argilite-pélite
Pélite
Grès fin
Grès moyen
Grès grossier et
conglomérat
Argilite-pélite
Pélite
Grès fin
Grès moyen
Grès grossier et
conglomérat
Argilite-pélite
Pélite
Grès fin
Grès moyen
Grès grossier et
conglomérat
Argilite
Grès
Conglomérat/brèche
Roche marneuse
Roche calcaire
Roche sulfatée (anhydrite, gypse)
Roches de fond
Granite
Diorite
Conductivité thermique
W/(m.K)
mini maxi nominale
2
2,1
2,2
2,2
1,8
2,
s Paramètres caractéristiques des principaux sols rencontrés
3
2,5
2,4
2,4
2,3
0,00124 0,00124

Type de roche
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
POMPES À CHALEUR GÉOTHERMIQUES – LES OPÉRATIONS DE FORAGE ET LIMITES DE PRESTATIONS
39
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR GÉOTHERMIQUES – LES OPÉRATIONS DE FORAGE ET LIMITES DE PRESTATIONS
ANNEXE 2 : Critères d’évaluation
de qualité d’eau pour les échangeurs
thermiques
Le tableau donne, à titre indicatif, les valeurs limites de différents
critères d’évaluation de qualité d’eau et les risques induits pour les
échangeurs thermiques intégrés aux pompes à chaleur. S’agissant
de valeurs couramment admises, il convient de se rapprocher du
constructeur de la pompe à chaleur pour les valider et faire le choix
éventuel d’un échangeur intermédiaire entre le puits et la pompe à
chaleur.
Critère d’évaluation
Concentrations (mg/l)
<2
Ammoniaque (NH3)
de 2 à 20
> 20
Chlorure
Fer (Fe) dissous
< 300
> 300
< 0,2
> 0,2
<5
Acide carbonique (agressif)
de 5 à 20
> 20
Manganèse (Mn) dissous
Nitrate (NO3) dissous
< 0,1
> 0,1
< 100
> 100
<1
Chlore
de 1 à 5
>5
Teneur en O2
Sulfure d’hydrogène (H2S)
Bicarbonate (HCO3-)/ Sulfate (SO4²-)
<2
>2
< 0,05
> 0,05
<1
>1
< 70
Bicarbonate (HCO3-)
de 70 à 300
> 300

Aluminium (Al) dissous
40
< 0,2
> 0,2
Résultat
Sulfate
DES
< 70
de 70 à 300
> 300
Sulfite (SO3) libre
<1
Critère d’évaluation
Valeurs
Résultat
< 10 μS/cm
Conductivité
PROFESSIONNELS
Résultat
de 10 à 500 μS/cm
> 500 μS/cm
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
Concentrations (mg/l)
PROGRAMME
Critère d’évaluation
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
POMPES À CHALEUR GÉOTHERMIQUES – LES OPÉRATIONS DE FORAGE ET LIMITES DE PRESTATIONS
<7
Acidité (pH)
de 7 à 9
>9
Faible risque de corrosion
Certains problèmes de corrosion peuvent survenir, surtout
si d’autres facteurs sont assortis d’un symbole identique
Cette eau n’est pas adaptée aux échangeurs intégrés aux
pompes à chaleur

s Valeurs indicatives de critères d’évaluation de qualité d’eau de nappe et conséquences sur les
échangeurs thermiques des pompes à chaleur
41
PARTENAIRES du Programme
« Règles de l’Art Grenelle
Environnement 2012 »
■ Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie
(ADEME) ;
■ Association des industries de produits de construction
(AIMCC) ;
■ Agence qualité construction (AQC) ;
■ Confédération de l’artisanat et des petites entreprises
du bâtiment (CAPEB) ;
■ Confédération des organismes indépendants de
prévention, de contrôle et d’inspection (COPREC
Construction) ;
■ Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB) ;
■ Électricité de France (EDF) ;
■ Fédération des entreprises publiques locales (EPL) ;
■ Fédération française du bâtiment (FFB) ;
■ Fédération française des sociétés d’assurance (FFSA) ;
■ Fédération des promoteurs immobiliers de France (FPI) ;
■ Fédération des syndicats des métiers de la prestation
intellectuelle du Conseil, de l'Ingénierie et du Numérique
(Fédération CINOV) ;
■ GDF SUEZ ;
■ Ministère de l'Écologie, du Développement Durable et de
l'Énergie ;
■ Ministère de l'Égalité des Territoires et du Logement ;
■ Plan Bâtiment Durable ;
■ SYNTEC Ingénierie ;
■ Union nationale des syndicats français d’architectes
(UNSFA) ;
■ Union nationale des économistes de la construction
(UNTEC) ;
■ Union sociale pour l’habitat (USH).
N
BAT I M
D
UR
ENT
PLA
Les productions du Programme « Règles de l’Art Grenelle
Environnement 2012 » sont le fruit d’un travail collectif
des différents acteurs de la filière bâtiment en France.
ABL
E
R A P P O RT
POMPES À CHALEUR
GÉOTHERMIQUES
LES OPÉRATIONS DE FORAGE
ET LIMITES DE PRESTATIONS
JUILLET 2014
Ce document présente les différentes étapes de la réalisation d’un chantier de
forage pour la mise en place de sondes géothermiques verticales ou de forage
sur nappe aquifère.
Dans une première partie, les tâches de chaque intervenant (installateur, foreur,
maître d’ouvrage) sont décrites pour chacune des étapes de réalisation. Cet état
permet ainsi d’établir les responsabilités.
Dans une seconde partie, des exemples de fiches sont proposés afin de faciliter
les coordinations techniques entre les différents intervenants et d’attester des
tâches réalisées :
- Fiche récapitulative des opérations à réaliser pour les sondes géothermiques
verticales ;
- Fiche récapitulative des opérations à réaliser pour les forages sur nappe ;
- Rapport de forage ;
- Profil de forage ;
- Protocole de pompage ;
- Fiche descriptive des travaux réalisés pour les sondes géothermiques
verticales en individuel ;
- Fiche descriptive des travaux réalisés pour les forages sur nappe en
individuel.
P R O G R A M M E
D ’ A C C O M P A G N E M E N T
D E S
P R O F E S S I O N N E L S
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
Ce programme est une application du Grenelle Environnement. Il vise à revoir l’ensemble des règles de construction, afin de réaliser des économies d’énergie dans le bâtiment et de réduire les émissions de gaz à effet de serre.
www.reglesdelart-grenelle-environnement-2012.fr
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertisement