recommandation pro rage pac habitat collectif et tertiaire 01conception reno 2015 09

recommandation pro rage pac habitat collectif et tertiaire 01conception reno 2015 09
P R O G R A M M E D ’ A C C O M P A G N E M E NT D E S P R O F E S S I O N N E L S
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
POMPES À CHALEUR EN HABITAT
COLLECTIF ET TERTIAIRE
Conception
et dimensionnement
SEPTEM
BRE 2015
RRRR

RRRR RR
www.reglesdelart-grenelle-environnement-2012.fr
ÉDITO
L
e Grenelle Environnement a fixé pour les bâtiments neufs et existants
des objectifs ambitieux en matière d’économie et de production
d’énergie. Le secteur du bâtiment est engagé dans une mutation de très
grande ampleur qui l’oblige à une qualité de réalisation fondée sur de
nouvelles règles de construction.
Le programme « Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 » a pour
mission, à la demande des Pouvoirs Publics, d’accompagner les quelque
370 000 entreprises et artisans du secteur du bâtiment et l'ensemble des
acteurs de la filière dans la réalisation de ces objectifs.
Sous l’impulsion de la CAPEB et de la FFB, de l’AQC, de la COPREC
Construction et du CSTB, les acteurs de la construction se sont rassemblés
pour définir collectivement ce programme. Financé dans le cadre du
dispositif des certificats d’économies d’énergie grâce à des contributions
importantes d’EDF (15 millions d’euros) et de GDF SUEZ (5 millions
d’euros), ce programme vise, en particulier, à mettre à jour les règles de l’art
en vigueur aujourd’hui et à en proposer de nouvelles, notamment pour ce
qui concerne les travaux de rénovation. Ces nouveaux textes de référence
destinés à alimenter le processus normatif classique seront opérationnels
et reconnus par les assureurs dès leur approbation ; ils serviront aussi à
l’établissement de manuels de formation.
Le succès du programme « Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
repose sur un vaste effort de formation initiale et continue afin de renforcer
la compétence des entreprises et artisans sur ces nouvelles techniques et ces
nouvelles façons de faire. Dotées des outils nécessaires, les organisations
professionnelles auront à cœur d’aider et d’inciter à la formation de tous.
Les professionnels ont besoin rapidement de ces outils et « règles du jeu »
pour « réussir » le Grenelle Environnement.
Alain MAUGARD
Président du Comité de pilotage du Programme
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
Président de QUALIBAT
P R O G R A M M E
D ’ A C C O M P A G N E M E N T
D E S
P R O F E S S I O N N E L S
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
Ce programme est une application du Grenelle Environnement. Il vise à revoir l’ensemble des règles de construction, afin de réaliser des économies d’énergie dans le bâtiment et de réduire les émissions de gaz à effet de serre.
www.reglesdelart-grenelle-environnement-2012.fr
Les Recommandations Professionnelles « Règles de l’Art Grenelle
Environnement 2012 » sont des documents techniques de
référence, préfigurant un avant-projet NF DTU, sur une solution
technique clé améliorant les performances énergétiques des
bâtiments. Leur vocation est d’alimenter soit la révision d’un NF
DTU aujourd’hui en vigueur, soit la rédaction d’un nouveau NF
DTU. Ces nouveaux textes de référence seront reconnus par les
assureurs dès leur approbation.
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
Afin de répondre au besoin d’accompagnement des professionnels du
bâtiment pour atteindre les objectifs ambitieux du Grenelle Environnement,
le programme « Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 » a prévu
d’élaborer les documents suivants :
PROGRAMME
AVANTPROPOS
Les Guides « Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 » sont
des documents techniques sur une solution technique innovante
améliorant les performances énergétiques des bâtiments. Leur
objectif est de donner aux professionnels de la filière les règles
à suivre pour assurer une bonne conception, ainsi qu’une
bonne mise en œuvre et réaliser une maintenance de la solution
technique considérée. Ils présentent les conditions techniques
minimales à respecter.
Les Calepins de chantier « Règles de l’Art Grenelle Environnement
2012 » sont des mémentos destinés aux personnels de chantier,
qui illustrent les bonnes pratiques d’exécution et les dispositions
essentielles des Recommandations Professionnelles et des
Guides « Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 ».
Les Rapports « Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
présentent les résultats soit d’une étude conduite dans le cadre
du programme, soit d’essais réalisés pour mener à bien la
rédaction de Recommandations Professionnelles ou de Guides.
L’ensemble des productions du programme d’accompagnement des
professionnels « Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 » est mis
gratuitement à disposition des acteurs de la filière sur le site Internet du
programme : http://www.reglesdelart-grenelle-environnement-2012.fr
Rénovation
Les Recommandations Pédagogiques « Règles de l’Art Grenelle
Environnement 2012 » sont des documents destinés à alimenter
la révision des référentiels de formation continue et initiale. Elles
se basent sur les éléments nouveaux et/ou essentiels contenus
dans les Recommandations Professionnelles ou Guides produits
par le programme.
3
PROFESSIONNELS
Slmmaire
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
1 - Domaine d’application............................................ 6
2 - Références................................................................ 7
2.1. • Références réglementaires.......................................................................................... 7
2.2. • Références normatives................................................................................................ 8
2.3. • Autres documents.......................................................................................................11
3 - Définitions............................................................... 12
4 - Pré-diagnostic de l’installation............................. 13
4.1. • Solutions pour la rénovation..................................................................................... 13
4.2. • Principales contraintes d’adaptation........................................................................ 15
4.3. • Exemples de contrôles à mener lors du pré-diagnostic......................................... 15
5 - Diagnostic de l’installation.................................... 18
5.1. • Relevés des caractéristiques de l’enveloppe........................................................... 19
5.2. • Relevés des éléments pour le calcul des déperditions........................................... 20
5.3. • Relevés des émetteurs existants.............................................................................. 20
6 - Description des systèmes de pompe à chaleur... 22
6.1. • Les différents types de pompes à chaleur................................................................ 22
6.2. • Type de compresseur et régulation.......................................................................... 25
6.3. • Caractéristiques générales des PAC......................................................................... 27
6.4. • Caractéristiques thermiques des PAC air/eau.......................................................... 28
6.5. • Caractéristiques thermiques des PAC eau/eau et eau glycolée/eau...................... 30
7 - Dimensionnement de la pompe à chaleur........... 33
7.1. • Calcul des déperditions.............................................................................................. 33
7.2. • Dimensionnement des pompes à chaleur air/eau et de l’appoint.......................... 36
7.3. • Dimensionnement des pompes à chaleur géothermiques..................................... 38
8 - Implantation de la pompe à chaleur..................... 39
Rénovation
8.1. • Emplacement à l’extérieur......................................................................................... 39
8.2. • Pompe à chaleur à l’intérieur : air/eau avec réseau aéraulique, eau
glycolée/eau et eau/eau............................................................................................ 43
8.3. • Spécifications acoustiques réglementaires............................................................. 45
8.4. • Forage pour les PAC géothermiques........................................................................ 47
4
9 - Conception des circuits hydrauliques................... 49
9.1. • Spécificités hydrauliques des pompes à chaleur.................................................... 49
9.2. • Substitution de(s) chaudière(s) existante(s)............................................................ 49
9.3. • Circuits avec pompe à chaleur et chaudière............................................................ 51
Conception : LENOX – Illustrations : COSTIC – Éditeur : AQC – ISBN : 978-2-35443-331-4
10.1. • Disconnecteur........................................................................................................... 56
10.2. • Circulateur................................................................................................................ 58
10.3. • Dimensionnement des vannes de régulation........................................................ 59
10.4. • Système d’expansion.............................................................................................. 59
10.5. • Tuyauteries................................................................................................................ 60
10.6. • Organes de découplage........................................................................................... 64
11 - Régulation et instrumentation............................ 66
11.1. • Régulation de la production par pompe à chaleur................................................. 66
11.2. • Plan de comptage et GTB........................................................................................ 68
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
10 - Sélection des composants hydrauliques............ 55
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
9.4. • Conception du circuit secondaire............................................................................. 53
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
12 - Conception de la partie émission....................... 70
12.1. • Ventilo-convecteurs.................................................................................................. 70
12.2. • Planchers chauffants................................................................................................ 71
12.3. • Radiateur................................................................................................................... 72
13 - Raccordement électrique..................................... 74
13.1. • Règles générales pour la conception des installations électriques..................... 74
13.2. • Courants de démarrage........................................................................................... 75
13.3. • Variation de tension en amont du point de livraison............................................ 76
13.4. • Chute de tension du raccordement........................................................................ 78
13.5. • Harmoniques............................................................................................................ 78
14 - Annexes................................................................. 79
Rénovation
ANNEXE 1 : CALCUL ET EXIGENCES POUR LE COP ET LE SPF....................... 80
ANNEXE 2 : ELEMENTS D’ACOUSTIQUE............................................................ 82
ANNEXE 3 : SOLUTIONS D’IMPLANTATION DES POMPES À CHALEUR......... 83
ANNEXE 4 : DIMENSIONNEMENT DU VASE D’EXPANSION............................. 88
ANNEXE 5 : MéTHODE DE SéLECTION D’UNE VANNE DE RéGULATION
à TROIS VOIES.............................................................................................. 90
ANNEXE 6 : MéTHODE DE SéLECTION DES VANNES DE RéGULATION
à DEUX VOIES.............................................................................................. 91
ANNEXE 7 : LONGUEURS MAXIMALES DES LIAISONS éLECTRIQUES.......... 94
ANNEXE 8 : CHAUDIèRE EN RELEVé DE PAC : LES DEUX MODES DE
FONCTIONNEMENT.................................................................................... 97
ANNEXE 9 : DIMENSIONNEMENT DU VOLUME TAMPON................................ 99
5
Domaine d’application
PROFESSIONNELS
1
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
Ces Recommandations professionnelles concernent les installations
de pompes à chaleur air extérieur/eau, eau glycolée/eau et eau/eau de
puissance calorifique supérieure à 50 kW destinées au chauffage de
l’habitat collectif et des bâtiments tertiaires, lors d’une rénovation.
L’alimentation de locaux à usages spécifiques tels que salle blanche,
process… et les Installations Classées pour la Protection de l’Environnement (puissance utile supérieure à 2 MW) sont exclues.
Les Recommandations professionnelles fournissent les prescriptions
relatives à la conception et au dimensionnement des installations de
pompes à chaleur (PAC) et de leur appoint, intégrant les composants
du circuit hydraulique (disconnecteur, circulateur, volume tampon…)
ainsi que les émetteurs et la régulation.
Deux solutions de rénovation par pompe à chaleur sont possibles :
• la chaudière en appoint : la chaudière existante est conservée.
Elle assure la relève de la pompe à chaleur ;
•La substitution de chaudière : la chaudière existante est remplacée par une pompe à chaleur avec un appoint éventuel centralisé, électrique ou par chaudière.
Rénovation
Les solutions de rafraîchissement par des pompes à chaleur réversibles alimentant des planchers chauffants rafraîchissants, des plafonds chauffants-rafraîchissants ou des poutres ne sont pas l’objet de
ces Recommandations dédiées à la rénovation de l’habitat collectif
existant et du tertiaire existant.
6
Ne sont pas traitées dans ces Recommandations professionnelles :
• la production d’eau chaude sanitaire ;
• les fondations thermoactives et les pieux énergétiques.
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
2
PROGRAMME
Références
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
2.1. • Références réglementaires
■■ Circulaire du 9 août 1978 modifiée relative à la révision
du Règlement Sanitaire Départemental Type (RSDT).
■■ Arrêté du 23 juin 1978 modifié relatif aux installations fixes destinées au chauffage et à l’alimentation en eau chaude sanitaire
des bâtiments d’habitation et de bureaux ou recevant du public.
■■ Arrêtés du 30 juin 1999 relatifs aux caractéristiques acoustiques des bâtiments d’habitation et aux modalités d’application
de la réglementation acoustique.
■■ Décret et arrêté du 24 décembre 2007 relatifs aux niveaux de qualité
et aux prescriptions techniques en matière de qualité des réseaux
publics de distribution et de transport d'électricité.
■■ Article R1334-33 du Code de la Santé publique, relatif à la valeur
d’émergence globale en période diurne et en période nocturne.
■■ Arrêté du 25 juin 1980 modifié – Articles CH, relatif au règlement
de sécurité contre les risques d'incendie et de panique dans les établissements recevant du public.
■■ Décret n°78-498 du 28 mars 1978 modifié relatif aux règles et procédures de demandes de permis de recherches et d'exploitation
de géothermie
■■ Code de l’Environnement – principalement les Articles L. 214-1
à L. 214-60.
■■ Code de la Santé publique.
■■ Code général des collectivités territoriales.
■■ Code du travail.
Rénovation
■■ Code Minier – Articles L. 162-1 L. 411-1.
7
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
2.2. • Références normatives
■■ DTU 43.1, Étanchéité des toitures-terrasses et toitures inclinées
avec éléments porteurs en maçonnerie en climat de plaine.
■■ NF DTU 43.3, Mise en œuvre des toitures en tôles d'acier nervurées
avec revêtement d’étanchéité.
■■ NF DTU 43.4, Toitures en éléments porteurs en bois et panneaux
dérivés du bois avec revêtement d'étanchéité.
■■ DTU 43.5, Réfection des ouvrages d’étanchéité des toitures-terrasses ou inclinées.
■■ NF DTU 58.1, Plafonds suspendus – Travaux de mise en œuvre.
■■ NF DTU 65.14 P1, Travaux de bâtiments – Exécution de planchers
chauffants à eau chaude – Partie 1 : Cahier des clauses techniques –
Dalles désolidarisées isolées.
■■ NF DTU 65.14 P2, Travaux de bâtiments – Exécution de planchers
chauffants à eau chaude – Partie 2 : Cahier des clauses techniques –
Autres dalles que les désolidarisées isolées.
■■ NF DTU 65.14 P3, Travaux de bâtiments – Exécution de planchers
chauffants à eau chaude – Partie 1 : Cahier des clauses spéciales –
Dalles désolidarisées isolées et autres dalles.
■■ Règles N 84, Action de la neige sur les constructions.
■■ Règles NV 65, Règles définissant les effets de la neige et du vent
sur les constructions et annexes.
■■ NF EN 378-1, Systèmes de réfrigération et pompes à chaleur –
Exigences de sécurité et d’environnement – Partie 1 : Exigences
de base, définitions, classification et critères de choix.
■■ NF EN 378-3, Systèmes de réfrigération et pompes à chaleur –
Exigences de sécurité et d’environnement – Partie 3 : Installation in
situ et protection des personnes.
■■ NF EN 378-4, Systèmes de réfrigération et pompes à chaleur – Exigences de sécurité et d’environnement – Partie 4 :
Fonctionnement, maintenance, réparation et récupération.
Rénovation
■■ NF EN 1264-1, Systèmes de surfaces chauffantes et rafraîchissantes
hydrauliques intégrées ­Partie 1 : Définitions et symboles.
8
■■ NF EN 1264-2, Systèmes de surfaces chauffantes et rafraîchissantes
hydrauliques intégrées ­Partie 2 : Chauffage par le sol : méthode
de démonstration pour la détermination de l’émission thermique
utilisant des méthodes par le calcul et à l’aide de méthodes d’essai.
■■ NF EN 1264-3, Systèmes de surfaces chauffantes et rafraîchissantes
hydrauliques intégrées ­Partie 3 : Dimensionnement.
■■ NF EN 1717, Protection contre la pollution de l’eau dans les réseaux
intérieurs et exigences générales des dispositifs de protection
contre la pollution par retour.
■■ NF EN 12828, Systèmes de chauffage dans les bâtiments –
Conception des systèmes de chauffage à eau.
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
■■ NF EN 1264-5, Systèmes de surfaces chauffantes et rafraîchissantes
hydrauliques intégrées ­Partie 5 : Surfaces chauffantes et rafraîchissantes intégrées dans les sols, les plafonds et les murs –
Détermination de l’émission thermique.
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
■■ NF EN 1264-4, Systèmes de surfaces chauffantes et rafraîchissantes
hydrauliques intégrées ­Partie 4 : Installation.
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
■■ NF EN 12831, Systèmes de chauffage dans les bâtiments – Méthode
de calcul des déperditions calorifiques de base.
■■ NF EN 14511-1, Climatiseurs, groupes refroidisseurs de liquide
et pompes à chaleur avec compresseur entraîné par moteur électrique pour le chauffage et la réfrigération – Partie 1 : Termes
et définitions.
■■ NF EN 14511-2, Climatiseurs, groupes refroidisseurs de liquide
et pompes à chaleur avec compresseur entraîné par moteur électrique pour le chauffage et la réfrigération – Partie 2 : Conditions
d’essais.
■■ NF EN 14511-3, Climatiseurs, groupes refroidisseurs de liquide
et pompes à chaleur avec compresseur entraîné par moteur électrique
pour le chauffage et la réfrigération – Partie 3 : Méthode d’essai.
■■ NF EN 14511-4, Climatiseurs, groupes refroidisseurs de liquide
et pompes à chaleur avec compresseur entraîné par moteur électrique pour le chauffage et la réfrigération – Partie 4 : Exigences.
■■ NF EN 14825, Climatiseurs, groupes refroidisseurs de liquide
et pompes à chaleur avec compresseur entraîné par moteur électrique pour le chauffage et la réfrigération des locaux – Essais
et détermination des caractéristiques à charge partielle et calcul
de performance saisonnière.
■■ NF EN 15450, Systèmes de chauffage dans les bâtiments –
Conception des systèmes de chauffage par pompe à chaleur.
■■ NF P 52-612/CN, Systèmes de chauffage dans les bâtiments
– Méthode de calcul des déperditions calorifiques de base –
Complément national à la norme NF EN 12831 – Valeurs par défaut
pour les calculs des articles 6 à 9.
Rénovation
■■ NF EN 15316-4-2, Systèmes de chauffage dans les bâtiments –
Méthode de calcul des besoins énergétiques et des rendements
des systèmes – Partie 4-2 : Systèmes de génération de chauffage
des locaux, systèmes de pompes à chaleur.
9
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
■■ NF X 08-100, Tuyauteries rigides – Identification des fluides par couleurs conventionnelles.
■■ NF X10-970, Forage d'eau et de géothermie – Sonde géothermique
verticale – Réalisation, mise en œuvre, entretien, abandon.
■■ FD X 10-980 – Forage d'eau et de géothermie – Réalisation, suivi
et abandon d'ouvrages de captage ou de surveillance des eaux
souterraines réalisés par forages – Démarches administratives.
■■ NF X 10-999, Forage d'eau et de géothermie – Réalisation, suivi
et abandon d'ouvrages de captage ou de surveillance des eaux
souterraines réalisés par forages.
■■ NF C 14-100, Conception, réalisation des installations électriques
alimentées sous une tension au plus égale à 1000 V en courant
alternatif comprises entre le point de raccordement au réseau
et le point de livraison.
■■ NF C 15-100, Conception, réalisation, vérification et entretien des installations électriques alimentées sous une tension
au plus égale à 1000 volts (valeur efficace) en courant alternatif
et à 1500 volts en courant continu.NF EN 61000-3-3, Compatibilité
électromagnétique. Partie 3 : Limites – Section 3 :Limitation de fluctuations de tension et du flicker dans les réseaux basse tension
pour les équipements ayant un courant appelé inférieur ou égale
à 16 A.
■■ NF EN 15377-1, Systèmes de chauffage dans les bâtiments
– Conception des systèmes de chauffage et refroidissement
par le sol, le mur et le plafond – Partie 1 : Détermination de la puissance de chauffage et de refroidissement théorique.
■■ NF EN 15377-3, Systèmes de chauffage dans les bâtiments –
Conception des systèmes de chauffage et refroidissement par le sol,
le mur et le plafond – Partie 3: optimisation de l'utilisation des énergies renouvelables.
■■ NF EN 15116, Ventilation dans les bâtiments – Poutres froides –
Essais et évaluation des poutres froides actives.
Rénovation
■■ NF EN 61000-3-3, Compatibilité électromagnétique – Partie 3 :
Limites – Section 3 :Limitation de fluctuations de tension et du flicker dans les réseaux basse tension pour les équipements ayant
un courant appelé inférieur ou égale à 16 A.
10
■■ NF EN 61000-3-11, Compatibilité électromagnétique – Partie 3-11 :
Limites – Limitation des variations de tension, des fluctuations
de tension et du papillotement dans les réseaux publics d'alimentation basse tension – Équipements ayant un courant appelé inférieur
ou égal à 75 A et soumis à un raccordement conditionnel.
■■ Cahier des Prescriptions Techniques relatif aux systèmes de canalisations sous pression à base de tubes en matériaux de synthèse :
tubes en couronnes et en barres (cahier du CSTB n° 2808-V2,
novembre 2011).
■■ Référentiel de certification pour le marquage NF PAC, NF 414.
■■ SEQUELEC, La pompe à chaleur, fiche n°21, Séquelec 07/07/2010.
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
■■ Cahier des Prescriptions Techniques relatif à la conception
et la mise en œuvre des planchers réversibles à eau basse température (cahier du CSTB n° 3164, octobre 1999).
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
2.3. • Autres documents
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
■■ Guide de dimensionnement des radiateurs à eau chaude pour accompagner les professionnels de la filière, Energies et Avenir, 2010.
■■ ASHRAE Handbook – System & Equipments.
■■ UTE 15-105 Guide pratique Détermination des sections de conducteurs et choix des dispositifs de protection – Méthodes pratiques,
2003.
■■ Pompes à chaleur géothermiques – Les opérations de forage
et limites de prestations, Rapport, Programme Règles de l’Art
Grenelle de l’environnement 2012, Février 2015.
■■ Les pompes à chaleur avec Inverter, Rapport, Programme Règles
de l’Art Grenelle de l’environnement 2012, Septembre 2013.
Rénovation
■■ Conception et dimensionnement des volumes tampons, Rapport,
Programme Règles de l’Art Grenelle de l’environnement 2012,
Février 2013.
11
Définitions
3
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROFESSIONNELS
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
Fonctionnement simultané
Mode de fonctionnement dans lequel un second générateur de chaleur (par exemple une chaudière) prend en charge la demande de chaleur du système de chauffage, qui ne peut pas être couverte par la
pompe à chaleur, lorsque la température extérieure descend en-dessous de la température d’équilibre (point de bivalence) ; La chaudière
intervient en relève de la pompe à chaleur.
Ce mode de fonctionnement est également désigné bivalent parallèle.
Fonctionnement alterné
Mode de fonctionnement dans lequel un second générateur de chaleur (par exemple une chaudière) prend entièrement en charge la
demande de chaleur du système de chauffage si la température extérieure descend en-dessous de la température d’équilibre (point de
bivalence) ; La chaudière intervient en relève de la pompe à chaleur.
Ce mode de fonctionnement est également désigné bivalent alternatif.
Appoint
Rénovation
Appareil de chauffage supplémentaire utilisé pour produire de la
chaleur lorsque la puissance de la pompe à chaleur est insuffisante.
Si le type d’énergie consommée par l’appoint est identique à celui
consommé par la pompe à chaleur, le système global est du type
mono-énergie. Si le type d’énergie consommée par l’appoint est différent de celui consommé par la pompe à chaleur, le système global est
du type bi-énergie.
12
Volume tampon
Le volume tampon permet d’augmenter la contenance du réseau afin
d’assurer une inertie suffisante et de maintenir un temps de fonctionnement minimal du compresseur, évitant les cycles courts.
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
4
PROGRAMME
Pré-diagnostic
de l’installation
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
4.1. • Solutions pour la rénovation
Deux solutions de rénovation par pompe à chaleur sont possibles :
• la substitution de chaudière ;
• la chaudière en appoint (la chaudière en relève).
4.1.1. • La substitution de chaudière
Une pompe à chaleur installée en substitution de chaudière permet de
couvrir la plus grande partie, voire la totalité, des besoins. Quand un
appoint est présent, généralement électrique, celui-ci est utilisé pour
les jours les plus froids.
Rénovation
Plus la température maximale d’eau produite par la pompe à chaleur
est élevée plus les possibilités de réaliser une substitution directe sont
grandes.
13
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROFESSIONNELS
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
Pompe à chaleur
air extérieur/eau
monobloc
s Figure 1: Exemple de pompe à chaleur air extérieur/eau en substitution de chaudière existante
Commentaire
Certaines machines permettent d’obtenir de l’eau chaude jusqu’à une température de 80°C sans appoint. Elles sont parfois présentées sous le terme de « pompe
à chaleur très haute température ». Cependant, dans la mesure du possible, il
convient de favoriser des actions visant à réduire les pertes thermiques du bâtiment à chauffer, ce qui peut conduire à installer une machine de plus petite taille
travaillant à plus basses températures.
4.1.2. • La chaudière en appoint
La pompe à chaleur est associée à une chaudière qui assure l’appoint.
La PAC fonctionne prioritairement. Pour les températures extérieures
les plus basses, la chaudière fonctionne en relève de la pompe à chaleur pour couvrir le complément des besoins, voire la totalité.
Pompe à chaleur
air extérieur/eau
monobloc
Rénovation
Chaudière
14
s Figure 2 : Exemple de chaudière existante en appoint de pompe à chaleur air extérieur/eau
4.2. • Principales contraintes d’adaptation
Toutes les installations de chauffage ne permettent pas l’intégration
d’une pompe à chaleur dans de bonnes conditions de fonctionnement
et de performance.
Bien qu’il existe des pompes à chaleur permettant d’obtenir des températures d’eau élevées, même à de faibles températures extérieures,
un état de l’existant doit être effectué systématiquement.
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
Il est généralement possible de convertir une installation avec chaudière en une
installation avec pompe à chaleur et chaudière en relève.
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
Commentaire
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
La performance de la pompe à chaleur est directement fonction de
la température d’eau chaude obtenue par rapport à une température
extérieure considérée.
Commentaire
Une pompe à chaleur peut actuellement produire de l’eau à une température
aussi élevée que celle délivrée par une chaudière. Cependant, l’installation
d’une pompe à chaleur est préférable lorsqu’une diminution de la température
d’alimentation des émetteurs est possible.
C’est notamment le cas si les radiateurs existants sont surdimensionnés par rapport aux besoins réels (surpuissance initiale ou suite à une rénovation thermique
du bâtiment).
Dans le cas contraire, un autre générateur (chaudière ou résistance électrique) est
utilisé en appoint.
Commentaire
Dans le cas de la substitution de chaudière, l’option de changer les émetteurs
est envisageable. Ils doivent être dimensionnés pour une basse température
d’eau, obtenue par une pompe à chaleur standard. Cependant, excepté le cas des
ventilo-convecteurs, les émetteurs à basse température présentent des surfaces
d’échange et donc des encombrements plus importants.
Lors d’une substitution de chaudière, un appoint est généralement nécessaire
s’agissant d’une pompe à chaleur air extérieur/eau.
Afin de tenir compte de l’installation existante et d’aider le professionnel dans le choix de la décision, un pré-diagnostic permet de vérifier
rapidement si la rénovation de l’installation de chauffage existante par
pompe à chaleur est possible ou non.
Rénovation
4.3. • Exemples de contrôles à mener lors
du pré-diagnostic
15
PROFESSIONNELS
Les principaux paramètres à prendre en compte sont les suivants :
•Les possibilités d’implantation (cf. 8) :
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
-L’espace disponible pour l’implantation de la pompe à chaleur à l’extérieur ou de l’unité extérieure ;
-Vérifier les intégrations acoustique, technique et esthétique ;
-L’espace disponible pour l’implantation de la pompe à chaleur ou de l’unité intérieure dans un local ;
PROGRAMME
-Vérifier la place disponible pour l’installation de la pompe à
chaleur et de ses accessoires (volume tampon, circulateur,
vase d’expansion…) ;
-Vérifier la place disponible pour l’accès et la maintenance
des différents éléments.
•La compatibilité du réseau électrique existant (cf. 13) :
-Vérifier si la tension est triphasée ;
-Vérifier la protection différentielle et le calibre du disjoncteur ;
-Vérifier la puissance d’abonnement et la puissance électrique
disponible (il est recommandé de prendre contact avec le
distributeur d’énergie) ;
-Prendre connaissance d’éventuelles variations de tension
constatées ;
•La compatibilité des émetteurs existants :
- Relever la loi d’eau du régulateur ;
- Relever éventuellement la température d’eau de départ par
rapport à la température extérieure.
!
Porter une attention particulière à un site isolé ou à bâtiment en bout de réseau électrique.
Repère :
PRE-DIAGNOSTIC
Installation de chauffage existante
Coordonnées installateur :
Ets :
Adresse :
CP + Ville
Rénovation
Description de l’installation
16
Date :
Coordonnées utilisateur :
Nom :
Adresse :
CP + Ville
Site isolé (O / N) :
Site en bout de réseau
électrique (O / N) :
Surface chauffée [m²]
_____
K des murs extérieurs
(Bons/passables/mauvais)
_____
Hauteur Sous Plafond moyenne
[m]
_____
Vitrages
(Simple/double/triple)
_____
Volume chauffé [m3]
_____
Sur terre-plein/vide sanitaire
_____
Nombre de logements/bureaux
_____
Plafond (isolé/non isolé)
_____
Consigne chauffage [°C]
_____
Plancher (Isolé/non isolé)
_____
Nombre d’étages :
Mitoyenneté :
Est / Ouest
N. E / N. O
Nord
Surf vitrée [m²]
Environnement PAC R/O éventuelle :
Espace disponible pour implantation
Extérieur (O/N) :
Intérieur (O/N) :
Contrainte de voisinage
Distance :
Autre :
Réseau électrique :
Puiss abonnement
[kW] :____
Calibre protection
[A] :____
Tension réseau électrique [V]
Monophasé :____
Triphasé :____
Contrainte de raccordement
Distance :____
Autre :____
Chute de tension mesurée [V] :
PROFESSIONNELS
DES
S. E / S. O
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
Sud
Date :
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PRE-DIAGNOSTIC
Installation de chauffage existante
Repère :
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
Installation existante :
Chaudière :
(sol/murale) :
(gaz/fuel/bois) :
Marque :
________
Type :____
________
________
Puissance [kW] :____
________
________
Circulateur :
Marque :
________
Type :
________
Débit [l/h] :____
HMT [mCE] :____
Vanne de régulation :
Marque :
________
Type :
________
DN :____
Vase d’expansion :
Marque :
________
Volume [l] :____
Pression gonfl
[bar] :____
Soupape de sureté :
Marque :
________
DN :____
Raccordé à l’égout
(O/N) :____
Disconnecteur :
Marque :
________
Type :____
DN :____
Bipasse ou bouteille de
découplage (O/N) :____
DN :____
Nombre de circuits
secondaires :____
Régulation (O/N) :____
Compléments :____
Régulation constructeur (O/N) :____
Compléments :____
Selon Temp extérieure :____
Réglage pente :
Selon Temp ambiante :____
Consigne :________
Production ECS :____
Mode :____
Contenance volume tampon [ l] :____
Distribution :____
Bitube :____
Monotube :____
Autre :____
Temp départ eau [°C] pour Temp ext relevée
Mesurée :____
Déclarée :____
Temp départ eau [°C] pour Temp ext de base
Mesurée :____
Déclarée :____
Emetteurs :
Radiateurs fonte :____
Radiateurs
acier :____
Plancher :____
Ventilo-convecteurs :____
Possibilité installation pompe à chaleur (O/N) :____
Modifications à réaliser :
Rénovation
s Figure 3 : Exemple de fiche de pré-diagnostic
17
Diagnostic de l’installation
PROFESSIONNELS
5
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
Un diagnostic permet d’évaluer les besoins à couvrir et de déterminer
les principales caractéristiques des produits à mettre en œuvre. Il permet également au professionnel de vérifier la puissance de la chaudière installée par rapport au calcul des déperditions.
Le diagnostic permet également de vérifier le dimensionnement des
émetteurs et donc de valider ou non la nécessité d’un remplacement.
Commentaire
Il s’agit de vérifier si une installation de chauffage est susceptible de fonctionner
ou non avec une pompe à chaleur soit en substitution du générateur existant ou
bien avec celui-ci en appoint.
Rénovation
Le diagnostic permet également de dresser les actions correctives éventuelles à
réaliser.
18
Repère :
DIAGNOSTIC
Installation de chauffage existante
Coordonnées installateur :
Ets :
Adresse :
CP + ville :
Date :
__________
Coordonnées utilisateur :
Nom :
Adresse :
CP + ville :
PROGRAMME
Il est nécessaire de relever les éléments qualitatifs caractérisant le
bâtiment existant : la zone climatique, l’altitude, la date de construction, la constitution de l’enveloppe avec ses différents matériaux, la
ventilation…
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
5.1. • Relevés des caractéristiques
de l’enveloppe
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROFESSIONNELS
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
Situation :
Département :
T° extérieure de base [°C] :____
Altitude [m] :____
T° extérieure de base corrigée [°C] :____
Description de l’installation
Age de la construction :
Enveloppe :
Paroi
Repère
Isolant
Composition
Type
λ [W/m.K]
RT [m².K/W]
Mur sur extérieur 1
Mur sur extérieur 2
Mur sur local non chauffé
Plancher haut
Plancher bas
Plancher intermédiaire
Fenêtre*
Protection nocturne
Porte d’accès
(*) Pour la structure, prendre en compte la menuiserie. Pour l’isolant prendre en compte la nature
du vitrage (exemple double vitrage 4-12-4).
Ventilation :
Type de ventilation :
(naturelle, VMC autoréglable, hygro A ou B)
Débit d’air [m3/h] :____
Rénovation
s Figure 4 : Relevés concernant le bâtiment
19
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
5.2. • Relevés des éléments pour le calcul
des déperditions
Il est nécessaire de réaliser un calcul de déperditions pièce par pièce
(cf. 7).
Le calcul des déperditions nécessite les informations suivantes :
• le type de pièce ;
• la surface de la zone (ou de la pièce) ;
• la configuration, (plain-pied, étage courant, sous toiture…) ;
• la longueur ou la surface de mur sur l’extérieur ou sur un local
non chauffé ;
• la surface des ouvrants par pièce…
Relevés pour calcul des déperditions
NUMÉRO ÉTAGE
Zone
1
2
3
4
5
6
7
8
Surface [m²]
Hauteur sous
plafond [m]
Température
intérieure [°C]
Longueur mur
sur extérieur [m]
Longueur mur
sur local non
chauffé [m]
Surface porte
sur extérieur
[m²]
Surface vitrage
[m²]
s Figure 5 : Exemple de tableau récapitulatif de relevés pour le calcul de déperditions
5.3. • Relevés des émetteurs existants
Rénovation
Si la puissance des émetteurs est connue, elle est reportée directement à la première ligne du tableau de la (Figure 6).
20
Si ce n’est pas le cas, les caractéristiques des émetteurs en place sont
à renseigner (matériau fonte ou acier, type, nombre d’éléments…) et
peuvent permettre de déterminer la puissance à partir du catalogue
du fabricant ou de la base de données ATITA. Cette puissance évaluée
est alors notée dans le tableau.
A défaut des références des radiateurs installés, la puissance nominale peut être estimée à l’aide du Guide de dimensionnement des
radiateurs à eau chaude (Énergie et Avenir).
Zone
1
2
3
4
5
6
7
8
Puissance émetteur si connue* [W]
∆T installation [K]
Nature radiateur
(fonte, acier, …)
Type ou
épaisseur [mm]
Hauteur [mm]
PROFESSIONNELS
PROGRAMME
Relevés des émetteurs existants
NUMÉRO ÉTAGE
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
Les puissances sont ensuite comparées à celles obtenues par le calcul
de déperditions.
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
Largueur [mm]
Puissance émetteur évaluée* [W]
Nombre
Robinet thermostatique (O/N)
Té de réglage (O/N)
(*) Voir base ATITA, catalogue fabricant ou valeurs du Guide de dimensionnement des radiateurs à eau
chaude.
Rénovation
s Figure 6 : Exemple de tableau récapitulatif de relevés des émetteurs existants
21
Description des systèmes
de pompe à chaleur
PROFESSIONNELS
6
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
Les pompes à chaleur air extérieur/eau regroupent les technologies
suivantes :
• la PAC air extérieur/eau monobloc extérieure ;
• la PAC air extérieur/eau monobloc intérieure ;
• la PAC eau/eau ou eau glycolée/eau monobloc pour une PAC
géothermique.
On distingue les pompes à chaleur air extérieur/eau fonctionnant en
tout ou rien et celles fonctionnant à vitesse variable (cf. 6.2).
Ces machines monoblocs intègrent souvent en option un module
hydraulique qui contient la plupart des éléments hydrauliques. Ce
module peut être déporté à l’intérieur. Elles ne nécessitent pas d’intervention sur le circuit frigorifique lors de l’installation.
En mode chauffage, l’évaporateur de la machine échange :
• sur l’air dans le cas d’une machine air/eau ;
• sur l’eau (glycolée) dans le cas d’une machine eau (glycolée)/
eau.
Rénovation
6.1. • Les différents types de pompes
à chaleur
22
6.1.1. • Pompe à chaleur air extérieur/eau
monobloc extérieure
Ce type de pompe à chaleur est installé soit à l’extérieur, soit dans un
local semi-ouvert.
Les émetteurs sont alimentés grâce à un circulateur qui distribue l’eau
réchauffée lors du passage au condenseur.
PROFESSIONNELS
PROGRAMME
Plancher chauffant
avec circulation d’eau
DES
Ce type de pompe à chaleur intègre généralement un module
hydraulique.
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
Tous les composants frigorifiques sont rassemblés dans l’appareil.
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
Pompe à chaleur
air extérieur/eau
monobloc
Tuyauteries avec
circulation d’eau
s Figure 7 : Utilisation d’une pompe à chaleur air extérieur/eau monobloc extérieure
6.1.2. • Pompe à chaleur air extérieur/eau
monobloc intérieure
Ce type de pompe à chaleur est généralement installé dans un local
spécifique (local technique).
Tous les composants frigorifiques sont rassemblés dans l’appareil.
Ce type de pompe à chaleur intègre généralement un module
hydraulique.
Plancher chauffant
avec circulation d’eau
Pompe à chaleur
air extérieur/eau
monobloc
s Figure 8 : Utilisation d’une pompe à chaleur air extérieur/eau monobloc intérieure
Rénovation
Conduits d'air
23
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
Les émetteurs sont alimentés grâce à un circulateur qui distribue l’eau
réchauffée lors du passage au condenseur.
L’appoint électrique, s’il est présent, est situé en aval de la PAC, généralement dans le module hydraulique.
6.1.3. • Pompe à chaleur avec sonde(s)
géothermique(s)
Ce système nécessite une pompe à chaleur eau/eau installée en local
technique ou un local équivalent et un circuit de tubes dans lesquels
circule de l’eau glycolée grâce à un circulateur qui alimente l’évaporateur de la pompe à chaleur.
Les tubes des capteurs sont généralement en matériaux de synthèses
(par exemple polyéthylène haute densité – PEHD).
Les tubes sont disposés verticalement dans un forage suivant une
configuration 2 tubes (dite en U) ou 4 tubes (dite double U).
Le forage est ensuite rempli d’un mélange ciment et bentonite afin de
stabiliser l’ensemble dans sa géométrie originelle.
L’ensemble est communément appelé sonde géothermique verticale.
Ce type d’installation comporte généralement plusieurs sondes géothermiques verticales.
La conception et la mise en œuvre de cette technique nécessitent une
bonne connaissance du milieu géologique. Ces phases sont généralement réalisées par des prestataires spécialisés (voir le rapport Pompes
à chaleur géothermiques – Les opérations de forage et limites de prestations, Programme Règles de l’Art Grenelle de l’environnement 2012).
Plancher chauffant
avec circulation d’eau
Rénovation
Capteur
vertical
24
Pompes à chaleur
eau glycolée/eau
réversible
s Figure 9 : Exemple de pompe à chaleur eau glycolée/eau avec sondes géothermiques verticales
couplée à un plancher chauffant
L’exploitation des eaux souterraines fait l’objet d’une réglementation
assez stricte et il convient de s’assurer des pérennités du débit et de la
température.
La conception et la mise en œuvre de cette technique nécessitent
une bonne connaissance du milieu géologique et généralement réalisé par des prestataires spécialisés (voir le rapport Pompes à chaleur
géothermiques – Les opérations de forage et limites de prestations,
Programme Règles de l’Art Grenelle de l’environnement 2012).
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
Une pompe à chaleur eau/eau permet de puiser de la chaleur dans une
source froide constituée par l’eau d’un puits ou d’une nappe aquifère.
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
6.1.4. • Pompe à chaleur sur nappe aquifère
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
Plancher chauffant
avec circulation d’eau
Pompes à chaleur
eau/eau
Puisage
Nappe
Pompe
acquifère immergée
Rejet
s Figure 10 : Exemple de pompe à chaleur sur nappe aquifère couplée à un plancher chauffant
6.2. • Type de compresseur et régulation
6.2.1. • Types de compresseur
Différents types de compresseur équipent les PAC :
• les compresseurs à piston(s) ;
• les compresseurs à vis.
Rénovation
• les compresseurs spiro-orbital (communément appelé scroll) ;
25
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
6.2.2. • Classement des fluides frigorigènes
La norme NF EN 378-1 définie un classement des fluides frigorigènes
selon trois catégories. Le classement des fluides frigorigènes, généralement utilisés dans les pompes à chaleur, est donné dans la figure
suivante.
!
Pour les Établissements Recevant du Public (ERP), l’utilisation de fluide de catégorie A3 est interdite.
Désignation du fluide frigorigène
Classement
R404A, R407C, R410A, R417A
R134a
R744 (Dioxyde de carbone)
A1 : non inflammable et toxicité inférieure
R32
R413A
A2 : faible inflammabilité et toxicité inférieure
R290 (propane), R600 (butane)
A3 : inflammabilité élevée et toxicité inférieure
s Figure 11 : Classement des fluides frigorigènes pouvant être utilisés dans les pompes à chaleur
6.2.3. • Régulation en tout ou rien
Dans ce mode de fonctionnement, le principe est de réguler la température d’eau produite par la pompe à chaleur en commandant le compresseur en marche-arrêt.
!
Une attention particulière doit être portée sur les principales contraintes du mode de régulation tout ou rien :
– intensité élevée au démarrage ;
– succession de séquences marche – arrêt.
6.2.4. • Régulation de la puissance
Différents types de dispositif sont proposés par les fabricants pour
moduler la puissance disponible de la pompe à chaleur :
• pompe à chaleur à plusieurs étages de puissance ;
• pompe à chaleur dont le compresseur est régulé à vitesse
variable.
Rénovation
PAC à plusieurs étages de puissance
26
En fonction des types de compresseurs, il est possible de rencontrer différents types d’étage de puissance directement intégré à la
machine :
• cas des compresseurs à piston(s) ou des compresseurs spiroorbital : de nombreux modèles disposent de deux compresseurs
PAC à compresseur à vitesse variable
Dans ce système, il est associé deux composants :
• un variateur de fréquence (ou convertisseur) qui fait varier la fréquence d’alimentation du moteur électrique du compresseur ;
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
• cas des compresseurs à vis : le tiroir de puissance d’un compresseur à vis permet de modifier le volume de compression et
par conséquent la puissance disponible.
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
(ou plus). Ces deux compresseurs peuvent alimenter un ou plusieurs circuits frigorifiques. L’enclenchement d’un étage supplémentaire, c'est-à-dire le démarrage d’un compresseur, s’effectue afin d’adapter la puissance thermique au besoin ;
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
• un compresseur qui est spécifiquement conçu pour fonctionner
à des vitesses de rotation variables.
La variation électronique de vitesse peut être intégrée dès la conception du compresseur. La vitesse évolue de la limite basse, fixée par la
lubrification du compresseur, à la limite haute fixée par la vitesse de
rotation maximale du moteur électrique.
La régulation embarquée module la vitesse de rotation afin d’adapter
la puissance thermique au besoin.
Certaines machines sont équipées avec plusieurs compresseurs à
vitesse variable.
!
A défaut de sélectionner une machine à vitesse variable, il
peut être préférable de sélectionner plusieurs PAC ou une
PAC multi-étagée pour limiter les contraintes des machines
tout ou rien.
6.3. • Caractéristiques générales des PAC
Les éléments suivants doivent être connus pour sélectionner la
pompe à chaleur :
• les températures limites réelles de fonctionnement (températures d’entrée d’air, d’entrée d’eau et de sortie d’eau) ;
• les débits minimal et maximal soit d’air (pour les PAC air/eau)
soit d’eau pour les PAC géothermiques ;
• les pertes de charges sur l’air pour les unités raccordables sur
réseau aéraulique ;
• les sécurités thermiques, électriques et frigorifiques ;
Rénovation
• les pertes de charges sur l’eau ;
27
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
• les performances de la machine aux points de fonctionnement
définis dans le tableau ci-après, à partir du référentiel NF PAC,
selon le type d’émetteur ;
• la présence d’antigel ;
• les niveaux acoustiques ;
• le poids, les dimensions et les moyens de levage ;
• les possibilités locales du constructeur pour la mise au point
éventuelle et l’assistance après vente.
Les performances calorifiques d’une pompe à chaleur annoncées par
le constructeur font l’objet d’une certification (NF PAC, EUROVENT…).
La pompe à chaleur doit répondre aux exigences définies dans la
norme NF EN 14511.
Commentaire
Le référentiel de certification NF PAC peut être utilisé jusqu’à une puissance calorifique de 100 kW.
6.4. • Caractéristiques thermiques des PAC
air/eau
6.4.1. • Points d’essais
En mode chauffage, les caractéristiques d’une PAC air/eau sont les
suivantes :
• puissance thermique dissipée au condenseur ;
• puissance électrique totale absorbée, qui comprend notamment
la puissance électrique du compresseur et du ventilateur et une
partie de la puissance électrique du circulateur.
Point de fonctionnement
Nominal
Supplémentaire
Fluide
Caloporteur
Air extérieur
Rénovation
Eau basse température
application plancher
chauffant
28
Eau basse température
application unité terminale ou radiateur
Température entrée
évaporateur
Temp.
sèche
Temp.
humide
7 °C
6 °C
Temp.
sèche
Temp.
humide
-7 °C
-8 °C
Température entrée
condenseur
30 °C
*
Température sortie
condenseur
35 °C
35 °C
Température entrée
condenseur
40 °C
*
Température sortie
condenseur
45 °C
45 °C
* température fonction du débit pris identique à celui de l’essai en mode chauffage à +7°C extérieur.
s Figure 12 : Points de fonctionnement en mode chaud, selon la certification NF PAC
6.4.2. • Coefficient de performance (COP)
À titre d’exemple, pour la certification NF PAC, le coefficient de performance machine en vigueur en 2012 doit être au moins égal aux
valeurs données dans les tableaux suivants pour différentes conditions de température d’eau en entrée et en sortie.
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
En présence d’antigel, les performances annoncées doivent tenir compte du
pourcentage de concentration en antigel. Il convient de se référer aux fiches techniques du constructeur. A défaut, se référer au tableau (cf. 10.5) dans le cas de
l’utilisation de monopropylène glycol.
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
Commentaire
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
L’[Annexe 1] présente des informations sur le calcul du COP.
Il existe d’autres paramètres permettant de comparer les performances à charges partielles : SCOP (selon NF EN 14825). Le SCOP
représente la performance annuelle de la pompe à chaleur. Il est défini
comme le ratio de la production thermique annuelle de la PAC et de
l’appoint (kWh) sur la consommation électrique annuelle de la PAC
pour les conditions de fonctionnement spécifiées dans NF EN14825.
Commentaire
Le SCOP normatif, calculé selon la norme NF EN 14825 permet de comparer entre
elles des machines.
Par contre, cet indicateur n’est pas une estimation de ce que sera la performance
réelle d’une machine sur site.
Évaporateur
Temp sèche
Temp humide
(°C)
(°C)
Condenseur
Temp entrée eau Temp sortie eau
(°C)
(°C)
COP minimal
7
6
30
35
3,40
-7
-8
*
35
2,10
(*) L’essai est réalisé avec le débit d’eau déterminé lors de l’essai à +7°C.
s Figure 13 : Valeurs minimales de COP pour une température d’entrée d’eau de 30°C et de sortie de 35°C
Évaporateur
Temp sèche
Temp humide
(°C)
(°C)
Condenseur
Temp entrée eau Temp sortie eau
(°C)
(°C)
COP minimal
7
6
40
45
2,70
-7
-8
*
45
1,60
(*) L’essai est réalisé avec le débit d’eau déterminé lors de l’essai à +7°C.
Rénovation
s Figure 14 : Valeurs minimales de COP pour une température d’entrée d’eau de 40°C et de sortie de 45°C
29
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
Évaporateur
Temp sèche
Temp humide
(°C)
(°C)
Condenseur
Temp entrée eau Temp sortie eau
(°C)
(°C)
COP minimal
7
6
55
65
1,90
-7
-8
*
65
1,20
(*) L’essai est réalisé avec le débit d’eau déterminé lors de l’essai à +7°C.
s Figure 15 : Valeurs minimales de COP pour une température d’entrée d’eau de 55°C et de sortie de 65°C
6.4.3. • Facteur total de performance saisonnière
(SPFg,t)
La méthode de calcul d’estimation du SPFg,t figure dans la norme NF
EN 15316-4-2.
A défaut de valeurs nationales, la valeur minimale et la valeur cible
pour les installations de pompe à chaleur pour le chauffage et la production d’eau chaude sanitaire des bâtiments rénovés sont admises
égales à celles indiquées dans la norme NF EN 15450.
L’[Annexe 1] présente des informations sur le calcul du SPFg,t.
Source chaude
Air extérieur/eau
Valeur minimale du SPFg,t
Valeur cible du SPFg,t
2,50
2,8
s Figure 16 : Valeurs minimale et cible du SPFg,t pour les systèmes de chauffage par PAC
6.5. • Caractéristiques thermiques des PAC
eau/eau et eau glycolée/eau
6.5.1. • Points d’essais en mode chauffage
En mode chauffage, la pompe à chaleur est définie par les caractéristiques suivantes :
• la puissance thermique dissipée au condenseur ;
• la puissance électrique totale absorbée, qui comprend notamment la puissance électrique du compresseur et une partie de la
puissance électrique des circulateurs.
Pompe à chaleur eau glycolée/eau
Fluide caloporteur
0°C
Température sortie évaporateur
-3°C
Température entrée condenseur
Eau basse température
application plancher chauffant Température sortie condenseur
30°C
Eau basse température
Température entrée condenseur
application unité terminale ou
Température sortie condenseur
radiateur
40°C
Rénovation
Eau glycolée
30
Point de fonctionnement
Température entrée évaporateur
s Figure 17 : Points de fonctionnement en mode chaud, selon la certification NF PAC
35°C
45°C
18 °C
Température entrée condenseur
30 °C
Température sortie condenseur
35 °C
s Figure 18 : Points de fonctionnement en mode froid, selon la certification NF PAC
Pompe à chaleur eau de nappe/eau
Fluide caloporteur
Eau de nappe
Eau basse température application plancher chauffant
Point de fonctionnement
Température entrée évaporateur
10°C
Température sortie évaporateur
7°C
Température entrée condenseur
30°C
Température sortie condenseur
35°C
Eau basse température
Température entrée condenseur
application unité terminale ou
Température sortie condenseur
radiateur
PROFESSIONNELS
23 °C
Température sortie évaporateur
DES
Température entrée évaporateur
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
Eau basse température
Point de fonctionnement
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
Fluide caloporteur
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
40°C
45°C
s Figure 19 : Points de fonctionnement en mode chaud, selon la certification NF PAC
Fluide caloporteur
Eau basse température
Point de fonctionnement
Température entrée évaporateur
23 °C
Température sortie évaporateur
18 °C
Température entrée condenseur
30 °C
Température sortie condenseur
35 °C
s Figure 20 : Points de fonctionnement en mode froid, selon la certification NF PAC
Commentaire
En présence d’antigel, les performances annoncées doivent tenir compte du
pourcentage de concentration en antigel. Il convient de se référer aux fiches techniques du constructeur. A défaut, se référer au tableau (cf. 10.5) dans le cas de
l’utilisation de monopropylène glycol.
6.5.2. • Coefficient de performance (COP)
À titre d’exemple, pour la certification NF PAC, le coefficient de performance machine en vigueur en 2012 doit être au moins égal aux
valeurs données dans les tableaux suivants pour différentes conditions de température d’eau en entrée et en sortie.
L’[Annexe 1] présente des informations sur le calcul du COP.
Rénovation
Il existe d’autres paramètres permettant de comparer les performances à charges partielles : SCOP/SCOPon/SCOPnet (NF EN 14825).
31
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
Pompe à chaleur avec circulation d’eau glycolée
Le coefficient de performance machine doit remplir les 2 conditions
suivantes :
• être au moins égal à 3,6 pour des températures d’entrée et de
sortie d’eau glycolée à l’évaporateur de 0 et –3°C ainsi que des
températures d’entrée et de sortie d’eau au condenseur de 30 et
35°C ;
• être au moins égal à 2,8 pour des températures d’entrée et de
sortie d’eau glycolée à l’évaporateur de 0 et –3°C ainsi que des
températures d’entrée et de sortie d’eau au condenseur de 40 et
45°C.
Pompe à chaleur sur eau de nappe
Le coefficient de performance machine doit remplir les 2 conditions
suivantes :
• être au moins égal à 4,5 pour des températures d’entrée et de
sortie d’eau à l’évaporateur de 10 et 7°C ainsi que des températures d’entrée et de sortie d’eau au condenseur de 30 et 35°C ;
• être au moins égal à 3,5 pour des températures d’entrée et de
sortie d’eau à l’évaporateur de 10 et 7°C ainsi que des températures d’entrée et de sortie d’eau au condenseur de 40 et 45°C.
6.5.3. • Facteur total de performance saisonnière
(SPFg,t)
La méthode de calcul pour l’estimation du SPFg,t est indiquée dans la
norme NF EN 15316-4-2.
A défaut de valeurs nationales, la valeur minimale et la valeur cible
des systèmes de chauffage par pompe à chaleur, employés pour le
chauffage des locaux et la production d’eau chaude sanitaire dans
les bâtiments neufs, sont admises égales à celles indiquées dans la
norme NF EN 15450.
L’[Annexe 1] présente des informations sur le calcul du SPFg,t.
Source chaude
Eau glycolée/eau
Eau/eau
Valeur minimale du SPFg,t
Valeur cible du SPFg,t
3,50
4,00
3,80
4,50
Rénovation
s Figure 21 : valeurs minimale et cible du SPFg,t pour les systèmes de chauffage par PAC
32
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
7
PROGRAMME
Dimensionnement
de la pompe à chaleur
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
La sélection de la pompe à chaleur s’effectue en fonction du dimensionnement par rapport au calcul de déperditions et des caractéristiques des pompes à chaleur disponibles dans les gammes de matériels des constructeurs.
7.1. • Calcul des déperditions
Les déperditions thermiques sont calculées selon la norme NF EN
12831 et le complément national NF P 52-612/CN.
7.1.1. • Principe du calcul des déperditions
Les déperditions se décomposent en :
• déperditions surfaciques à travers les parois (murs, fenêtres,
portes, toit, plancher) ;
• déperditions linéiques au niveau des liaisons des différentes
parois, comme par exemple le mur et le plancher ;
• déperditions par renouvellement d’air par les bouches d’entrée
d’air par ventilation naturelle ou mécanique ;
• déperditions par les infiltrations : jointures des huisseries des
fenêtres, des portes, par les trous en façade…
Rénovation
Les déperditions sont calculées pour les pièces dont le chauffage est
assuré par la pompe à chaleur.
33
PROFESSIONNELS
7.1.2. • Déperditions surfaciques
par transmission à travers les parois
Les déperditions surfaciques sont calculées à partir de la formule
suivante :
Déperditions surfaciques = Somme de U x A x (Tint-Text)
Avec :
- U : coefficient de transmission surfacique en W/m².K ;
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
-A : surface intérieure de la paroi en m² ;
-Tint-Text : écart de température entre l’intérieur et l’extérieur
en K.
7.1.3. • Déperditions linéiques aux liaisons
des différentes parois
Les déperditions linéiques sont calculées à partir de la formule
suivante :
Déperditions linéiques = Ψ x I x (Tint-Text)
Avec :
- Ψ : coefficient de transmission linéique (psi) en W/m.K ;
-I : longueur des liaisons en m ;
-Tint-Text : écart de température entre l’intérieur et l’extérieur
en K.
Commentaire
La norme NF EN 12831 propose une méthode simplifiée consistant à majorer les
coefficients de transmission surfacique des parois en fonction de leurs liaisons.
7.1.4. • Déperditions par renouvellement d’air
et infiltrations
Le calcul des déperditions s’effectue à partir de la formule suivante :
Déperditions par renouvellement d’air = 0,34 x qv x (Tint-Text)
Avec :
- 0,34 : chaleur volumique de l’air en Wh/m3.K ;
Rénovation
- qv : débit de renouvellement d’air par ventilation et infiltrations en m3/h ;
34
-Tint-Text : écart de température entre l’intérieur et l’extérieur
en K.
7.1.5. • La température extérieure de base
du lieu
Les déperditions sont calculées pour la température extérieure de
base du lieu définie dans le complément national à la norme NF EN
12831, référencé NF P 52-612/CN.
La (Figure 22) présente la carte de France des températures extérieures
de base.
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
Les entrées d’air induites par l’utilisation de hottes en tout air neuf, de cheminées
à foyer ouvert ou de tout autre système ne sont pas prises en compte dans la
formule.
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
Commentaire
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
Des corrections sont à apporter en fonction de l’altitude du lieu considéré, selon le tableau de la (Figure 23).
29
-4
22
50
14
-4
-7
-4
56
-4
76
-7
80
-9
59
-9
-9
60 -7
02
-7
08
-10
55 57
-15 67
51
61
54
-10 -12
77
-7 28
-15 -15
35
10
-7
53
-7
72
-10 52 88 -15 68
-4
-7
45
89
-12
-7
41
-7
-15
70
44
-10
21
49
-7
37
-10
-5
58
-10
18
25 90
-7
-7
-10
-12
-15
36
-7
85
39
71
79 86
-7
-10
-5
03
-10
-7 -7
-8
74
69 01
23
42
87
-10
-10
17 16
-8
63
-10 -10
-8
73
-5 -5
-8
38
19
-10
24
43
-10
-8
15
-5
33
-8
-8
05
07 26
46
-5
-10
48
47
-6 -6
-6
12
-8
04
-5
40
84
-8
-8 06
30
82-5
-6
-5
-6
81
-5
32
83
34
13
31
-5 -5
-5
64
-5
-5 11
-5
-5
2B
65
-5
09
-5
-2
-5
66
2A
-5
-2
27
-7
95
-7 93
92
-7 75 -7
78 -5 94
-7 91 -7
-7
s Figure 22 : Températures extérieures de base non corrigées par l’altitude
Rénovation
62
35
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
Température
extérieure
du site °C
Température extérieure de base au niveau de la mer du site °C
-2
-4
-5
-6
-7
-8
-10
-12
-15
Température
extérieure
du site °C
-2
0 à 200
-2
-3
201 à 400
-3
-4
401 à 600
0 à 200
-5
601 à 700
201 à 400
0 à 200
-4
-5
-6
701 à 800
401 à 500
201 à 400
0 à 200
-6
-7
401 à 600
201 à 400
0 à 200
-8
601 à 800
401 à 500
201 à 400
0 à 200
401 à 500
201 à 400
-9
801 à 1000
501 à 600
-10
1001 à 1200
601 à 700
Prise en compte de l’altitude du lieu en mètre
401 à 500
-8
-9
-10
0 à 200
-11
1201 à 1400
701 à 800
501 à 600
201 à 400
-12
1401 à 1700
801 à 900
601 à 700
401 à 500
-13
1701 à 1800
901 à 1000
701 à 800
-14
1801 à 2000
1001 à 1100
800 à 901
901 à 1000
701 à 800
501 à 600
-15
-7
-11
0 à 200
-12
501 à 600
201 à 400
-13
601 à 700
401 à 500
-14
0 à 400
-15
-16
1001 à 1100
800 à 901
601 à 700
401 à 500
-16
-17
1101 à 1200
901 à 1000
701 à 800
501 à 600
-17
-18
1201 à 1300
1001 à 1100
800 à 901
601 à 700
-18
-19
1301 à 1400
-20
1101 à 1200
901 à 1000
701 à 800
-19
1201 à 1300
1001 à 1100
800 à 901
-20
-21
1301 à 1400
1101 à 1200
901 à 1000
-21
-22
1401 à 1500
1201 à 1300
1001 à 1100
-22
-23
-23
1501 à 1600
1301 à 1400
1101 à 1200
-24
1601 à 1700
1401 à 1500
1201 à 1300
-24
-25
1701 à 1800
1301 à 1500
-25
-26
1801 à 1900
-26
-27
1901 à 2000
-27
s Figure 23 : Corrections de la température extérieure de base en fonction de l’altitude
7.2. • Dimensionnement des pompes
à chaleur air/eau et de l’appoint
La pompe à chaleur et son appoint doivent être capables de fournir la
température d’eau nécessaire pour les conditions extérieures de base
du lieu. Comme la pompe à chaleur n’est pas réversible, le dimensionnement est effectué en mode chauffage.
Pour limiter les contraintes des machines fonctionnant en tout ou
rien (cf. 6.2.3), il peut être envisagé de sélectionner une ou plusieurs
pompes à chaleur multi étagés.
En effet, pour limiter le nombre de démarrages successifs en mi-saison il est conseillé de disposer de deux étages de puissance pour une
installation inférieure à 120 kW puis quatre étages pour les puissances
supérieures.
Rénovation
Commentaire
36
Pour réduire l’indisponibilité du matériel lors de l’exploitation, il est préférable
de sélectionner plusieurs pompes à chaleur ou une pompe à chaleur ayant plusieurs circuits frigorifiques indépendants, plutôt qu’une seule n’ayant qu’un circuit frigorifique.
La puissance calorifique de la pompe à chaleur est comprise entre 70
et 100% des déperditions calculées pour la température extérieure de
base du lieu.
La puissance totale délivrée par la pompe à chaleur et l’appoint est
égale à 120% des déperditions calculées pour la température extérieure de base du lieu.
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
7.2.1. • Dimensionnement de la PAC tout ou rien
et de l’appoint électrique
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
L’appoint peut être constitué par une chaudière ou par un réchauffeur
électrique placé en aval de la pompe à chaleur afin d’assurer le complément de puissance.
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
La température limite de fonctionnement garanti d’arrêt de la pompe
à chaleur est inférieure de 5 K à la température extérieure de base.
Une minoration de l’écart de 5 K est prévue lorsque la température
extérieure de base est inférieure à –10°C.
7.2.2. • Dimensionnement de la PAC
à compresseur à vitesse variable
et de l’appoint électrique
La puissance calorifique de la pompe à chaleur est comprise entre 80
et 100% des déperditions calculées pour la température extérieure de
base du lieu.
La puissance totale délivrée par la pompe à chaleur et l’appoint est
égale à 120% des déperditions calculées pour la température extérieure de base du lieu.
La température limite de fonctionnement garanti d’arrêt de la pompe
à chaleur est inférieure de 5 K à la température extérieure de base.
Une minoration de l’écart de 5 K est prévue lorsque la température
extérieure de base est inférieure à –10°C.
Commentaire
La température limite de fonctionnement garanti est la température extérieure en
dessous de laquelle le constructeur ne garantit pas le fonctionnement satisfaisant
de la pompe à chaleur ni l’obtention des performances attendues.
La chaudière existante (ou les chaudières existantes), est (sont)
utilisée(s) en appoint de la pompe à chaleur, voire fonctionne seule les
jours les plus froids.
Rénovation
7.2.3. • Dimensionnement de la PAC en relève
de chaudière
37
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
!
La compatibilité de la température de retour d’eau maximale admissible au niveau de la pompe à chaleur est vérifiée par rapport à la température de départ d’eau nécessaire
à l’installation.
La somme de la puissance calorifique de la chaudière et de la PAC
est supérieure ou égale à 120% des déperditions calculées à la température extérieure de base, quel que soit le type de pompe à chaleur
installé.
Il revient au concepteur de fournir une solution technico-économique
permettant de couvrir 120% des déperditions à la température extérieure de base tout en optimisant la performance saisonnière.
7.3. • Dimensionnement des pompes
à chaleur géothermiques
7.3.1. • Dimensionnement des PAC eau/eau
ou eau glycolée eau
La puissance calorifique de la pompe à chaleur est comprise entre 80
et 100% des déperditions calculées pour la température extérieure de
base du lieu.
La puissance totale délivrée par la pompe à chaleur et l’appoint est
égale à 120% des déperditions calculées pour la température extérieure de base du lieu.
7.3.2. • Sondes géothermiques
Pour assurer la coordination avec le foreur les éléments suivant
doivent être disponibles :
• la réalisation de l’étude thermique du bâtiment conformément à
la norme NF EN 12831 pour définir les besoins thermiques et le
calcul de la puissance calorifique nominale en kW de la pompe
à chaleur ;
Rénovation
• la détermination de la durée annuelle prévisionnelle en heures
de fonctionnement de la pompe à chaleur.
38
Pour plus de précisions sur les opérations de mise en œuvre des
sondes géothermiques, se référer au rapport du Programme Règles
de l’Art Grenelle de l’Environnement sur ce sujet.
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
8
PROGRAMME
Implantation de la pompe
à chaleur
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
Dès la conception, il est nécessaire d’étudier l’implantation du groupe
monobloc.
Il faut prévoir son intégration à l’extérieur ou dans un local selon le
type choisi et selon les spécifications du fabricant.
L’implantation de la pompe à chaleur se fait :
• à l’extérieur pour une pompe à chaleur air/eau ;
• à l’intérieur pour une pompe à chaleur air/eau avec réseau
aéraulique ;
• à l’intérieur pour une pompe à chaleur eau glycolée/eau ou eau/
eau.
Quelle que soit l’implantation, il convient de s’assurer :
• qu’un accès aisé est possible pour l’entretien et la maintenance
ultérieure de la pompe à chaleur ;
• de la protection des personnes (propagation du fluide frigorigène, risque d’incendie) ;
• de la protection contre les nuisances sonores.
8.1. • Emplacement à l’extérieur
Il convient de s’assurer que l’implantation de la pompe à chaleur n’est
pas contraire aux règles d’urbanisme ou de copropriété.
Les pompes à chaleur air/eau sans réseau aéraulique à l’évaporateur
s’installent toujours dans des endroits non accessibles au public ou
rendu inaccessibles via une clôture d’une hauteur minimale de 2m.
Rénovation
8.1.1. • Dispositions générales
39
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
Dès la phase de conception, il est nécessaire de prévoir les dégagements nécessaires autour de l’unité extérieure ainsi que les vents
dominants qui peuvent entraîner :
• des contraintes mécaniques sur le ventilateur ;
• un recyclage d’air extérieur rejeté par la pompe à chaleur vers
son aspiration ;
• une influence sur les performances des équipements.
En particulier lorsque la pompe à chaleur est implantée au sud (ce qui
facilite le dégivrage), il convient que la sonde de température extérieure de régulation soit placée dans un endroit exempt de toute perturbation, à l’abri du soleil, éloignée des sources chaudes ou froides
du bâtiment (bouches d’aération, fenêtres…).
Des précautions doivent être prises pour intégrer au mieux les unités
placées à l’extérieur vis-à-vis du voisinage :
• placer l’appareil hors de vue du voisinage direct, à partir d’une
terrasse ou à partir de baies vitrées : l’abriter derrière un obstacle naturel formant écran tel qu’un rideau d’arbustes, une
haie, une butte de terre ou un mur de clôture en conservant une
distance minimale ;
• ne pas le placer à proximité des zones occupées ;
• éviter la proximité d’une ou de plusieurs parois fortement
réverbérantes.
Dans certains cas, des précautions complémentaires sont nécessaires
du fait, par exemple, d’une distance trop faible par rapport au voisinage. Il convient alors d’affiner l’étude d’un point de vue acoustique.
Un écran acoustique peut être installé tout en restant vigilant sur
le risque potentiel des ondes sonores réfléchies par une mauvaise
implantation de l’unité extérieure vis-à-vis de l’écran [Annexe 3].
8.1.2. • Spécifications pour une implantation
en toiture terrasse
Type de toiture terrasse
Rénovation
La toiture doit être considérée comme toiture technique ou à zones
techniques. Elle doit en effet pouvoir recevoir une circulation due à la
présence de pompe(s) à chaleur nécessitant certaines interventions et
notamment leur entretien et leur maintenance.
40
Dispositions générales
Pour une implantation en toiture terrasse la pompe à chaleur est toujours solidaire de(s) éléments porteurs :
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
Si les pompes à chaleur ne sont installés que sur une partie de la toiture terrasse,
seule cette partie peut être considérée comme toiture terrasse technique (zone
technique). Les documents particuliers du marché (DPM) fixent l’implantation des
parties de toiture à considérer en zones techniques et définissent les chemins
et aires d’accès à ces zones. Ils définissent également si ces derniers sont assimilés à des chemins de circulation ou à des zones techniques (si utilisés pour
l’entretien).
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
Commentaire
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
• dans le cas d’un un élément porteur en maçonnerie (DTU 43.1) :
la pompe à chaleur est positionnée sur un ou plusieurs massifs
émergents en maçonnerie solidaires de l’élément porteur ;
• dans le cas d’une structure porteuse en bois (NF DTU 43.4). ou
d’une toiture en tôles d’acier (NF DTU 43.3). avec revêtement
d’étanchéité : la pompe à chaleur est positionnée sur dispositifs (potelets et chandelles) reportant directement les charges de
l’équipement sur la structure bois / sur l’ossature.
Commentaire
Un support adapté à la pompe à chaleur peut permettre de répartir la charge sur
les massifs émergents ou les plots.
La mise en place d’un cheminement ou d’une passerelle peut être nécessaire
pour faciliter les opérations de maintenance de la pompe à chaleur.
Commentaire
Il n’est pas possible de poser directement une pompe à chaleur sur une protection
lourde (couche de désolidarisation et béton armé coulé sur place) lorsque l’ensemble pompe à chaleur – support ne peut pas être démonté en sous-ensembles
dépassant 90 kg.
La pose d’une pompe à chaleur en toiture terrasse implique de
refaire le revêtement d’étanchéité existant. Le système d’étanchéité
doit bénéficier d’une évaluation technique telle qu’Avis Technique ou
Document Technique d’Application.
Commentaire
Pour la prise en compte des charges occasionnées, il est rappelé qu’il
appartient au maître d’ouvrage ou à son représentant de faire vérifier
au préalable la stabilité de l’ouvrage dans les conditions du DTU 43.5
en travaux de réfection, notamment en prenant bien en compte les
Rénovation
Pour réaliser l’étanchéité d’une toiture-terrasse, un revêtement étanche doit être
posé sur toute sa surface, de manière continue et sans aucune aspérité.
41
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
charges rapportées permanentes liées aux équipements de production d’énergie.
L’ensemble support-pompe à chaleur doit être fixé à la structure porteuse de façon à résister aux surcharges climatiques extrêmes définies
dans les règles NV 65 (DTU P 06-002) et les règles N 84 (DTU P 06-006).
Il est rappelé également que la destination en toiture technique
implique la prise en compte d’une charge d’entretien majorée
(150 daN/m²), selon la norme NF P 06-001.
Distance minimale autour de la pompe à chaleur
Conformément aux exigences de réalisation d’entretien et de réfection des ouvrages d’étanchéité, l’implantation de pompe(s) à chaleur doit respecter une distance minimale entre ouvrages émergents,
entrées d’eaux pluviales et autres relevés, conformément au DTU
20.12. Cette distance est fonction de la dimension en vis– à-vis de
pompe à chaleur :
• une distance supérieure à 50 cm minimum pour une pompe à
chaleur de dimension inférieure ou égale à 1,2 m ;
• une distance supérieure à 1 m minimum pour une pompe à chaleur de dimension supérieure à 1,2 m.
d
Acrotère
PAC
l
s Figure 24 : Distance minimale entre les ouvrages émergents et la pompe à chaleur (ou l'ensemble de
pompes à chaleur)
Commentaire
Dans le cas d’équipements posés en bandes, si deux équipements distincts sont
distants de moins de 0,80 m, ils sont à considérer comme un seul équipement.
Hauteur minimale entre les équipements et la protection
Rénovation
Pour assurer un accès suffisant pour la réfection de l’étanchéité, il est
nécessaire d’assurer une distance minimale (h) entre la PAC et la protection du revêtement d’étanchéité en fonction de la longueur (L) de la
pompe à chaleur (Figure 25) :
42
• si L ≤ 1,2 m alors h ≥ 0,4 m ;
• si L > 2 m alors h ≥ 0,8 m.
PROFESSIONNELS
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
s Figure 25 : Hauteur minimale sous la pompe à chaleur
Commentaire
Dans le cas d’ensemble pompe à chaleur – support pouvant être démonté en
sous-ensembles ne dépassant pas 90 kg, la hauteur minimale peut être ramenée
à 0,30 m.
8.2. • Pompe à chaleur à l’intérieur : air/eau
avec réseau aéraulique, eau glycolée/eau
et eau/eau
8.2.1. • Spécifications générales
Une pompe à chaleur air/eau peut être installée dans un local fermé
dès lors qu’elle est équipée d’un réseau d’amenée d’air neuf et de
rejet à l’extérieur avec ventilateur spécifique, c'est-à-dire que la
pompe à chaleur est une unité monobloc avec réseau aéraulique.
L’installation de la pompe à chaleur doit tenir compte du voisinage et
en particulier des zones occupées. Le cas échéant, des actions spécifiques sur les locaux et sur la machine peuvent être nécessaires afin
d’éviter la propagation du bruit [Annexe 3].
Le local d’implantation doit être une salle hermétiquement étanche
(salle des machines selon EN 378-3). Un système de ventilation
Rénovation
Une pompe à chaleur eau/eau ou eau glycolée/eau est toujours à intégrer dans un local fermé ou semi-ouvert.
43
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
spécifique doit être installé. Les caractéristiques de ce système de
ventilation sont présentées au (cf. 8.2.2).
La pompe à chaleur doit être implantée dans un local distinct d’un
local contenant un ou des équipements de combustion lorsqu’a
minima l’une des deux conditions est rencontrée :
• l’installation a une puissance utile totale supérieure à 70 kW ;
• le fluide frigorigène utilisé est de catégorie A2 ou A3.
Dans les ERP, l’utilisation des fluides frigorigènes (CH35) :
• de catégorie A2 est autorisée si la quantité totale de fluide frigorigène dans tous les appareils est inférieure à 150 kg ;
• de catégorie A3 est interdite (cf. 6.2.2).
8.2.2. • Ventilation de la salle des machines
La norme NF EN 378-3 impose les exigences suivantes :
• en condition normale ou lorsque le local technique est occupé,
le débit de ventilation minimum doit correspondre à un renouvellement d’air de quatre fois le volume par heure ;
• la ventilation est mécanique ;
• l’aspiration doit s’effectuer immédiatement au-dessus du sol en
son point le plus bas si l’on utilise des fluides frigorigènes plus
lourds que l’air et juste en dessous du plafond si l’on utilise des
fluides frigorigènes plus légers que l’air.
Pour des fluides frigorigènes qui ont un impact sur la couche d’ozone
et/ou un effet de serre, si la charge du système est supérieure à 25 kg,
un système de détection de fluide frigorigène est prévu. Il doit pouvoir activer une ventilation mécanique d’urgence.
Dans ce cas, le débit d’air doit être au minimum de :
Débit d’air = 0,014 x masse de la charge de fluide frigorigène2/3
Avec :
- débit d’air en m3/s ;
- masse de la charge de fluide frigorigène en kg.
Le système de ventilation d’urgence ne doit pas être contraint de fournir plus de quinze renouvellements d’air par heure.
Rénovation
8.2.3. • Spécificités pour les PAC air/eau
avec réseau aéraulique
44
Réseau aéraulique
L’installation des conduits d’air doit être conforme aux préconisations
du constructeur (longueur, section, matériaux absorbants…).
• la vitesse de l’air dans les conduits aérauliques doit être limitée
à 4 m/s.
Les conduits peuvent être de forme circulaire ou rectangulaire.
L’étanchéité de l’installation doit être assurée tout le long du réseau,
en particulier aux raccordements des accessoires.
Le degré d’étanchéité à l’air dans les réseaux de distribution d’air
doit correspondre à minima à celui de la classe A selon la certification Eurovent 2/2.
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
• les grilles de prise et de rejet d’air avec grillage anti-volatiles en
acier galvanisé doivent être dimensionnées sur la section libre
de passage avec une vitesse maximale de 2,5 m/s ;
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
A défaut :
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
Isolation des conduits
Le calorifugeage des conduits en tôle s’effectue côté extérieur avec un
matériau isolant imperméable à la vapeur d’eau pour éviter la condensation entre le conduit aéraulique et l’isolant.
Dans le cas de la laine de verre (aggloméré de fibres de verre et de
résine), l’épaisseur minimale est de 25 mm.
Calfeutrement
L’étanchéité à l’air de tout le périmètre des grilles de prise d’air ou de
rejet d’air doit être respectée.
Une isolation thermique et acoustique est mise en place sur tout le
périmètre des grilles et l’épaisseur du percement mural.
8.3. • Spécifications acoustiques
réglementaires
La pompe à chaleur et ses équipements doivent respecter les réglementations en vigueur sur le bruit intérieur et sur le bruit au voisinage.
L’[Annexe 2] présente des informations complémentaires sur les
niveaux acoustiques à proximité d’une pompe à chaleur.
!
Pour faciliter le respect de ces réglementations, le niveau
de puissance acoustique de la PAC exprimé en dB(A) doit
être choisi en fonction des conditions d’installation.
Rénovation
Elles reposent sur la connaissance des puissances acoustiques des
pompes à chaleur monobloc ou des unités extérieure et intérieure
pour une PAC en éléments séparés. Ces données sont fournies
par le fabricant ou disponibles dans les bases de données NF PAC
ou EUROVENT.
45
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
Commentaire
Le référentiel NF PAC impose des niveaux de puissance acoustique en fonction
des puissances calorifiques de PAC.
8.3.1. • Réglementation sur le bruit intérieur
En habitat collectif
L’installation ne doit pas engendrer de nuisances sonores à l’intérieur
des logements. La réglementation sur le bruit intérieur stipulée par
l’arrêté du 30 juin 1999 concerne les bâtiments nouveaux.
En tertiaire
Les arrêtés et la circulaire du 25 avril 2003 relative à la réglementation
acoustique des bâtiments autres que d’habitation (dans les établissements d’enseignement, dans les établissements de santé, dans les
hôtels) fixent les niveaux de pression acoustique normalisés à ne pas
dépasser par un équipement du bâtiment.
8.3.2. • Réglementation sur le bruit de voisinage
L’article R1334-33 du Code de la santé publique fixe les valeurs limites
d’émergence sonore admises :
• 5 dB(A) en période diurne (de 7 h à 22 h) ;
• 3 dB(A) en période nocturne (de 22 h à 7 h).
L'émergence est définie par la différence entre le niveau de bruit
ambiant, comportant le bruit particulier en cause, et le niveau du bruit
résiduel constitué par l'ensemble des bruits habituels, extérieurs et
intérieurs, correspondant à l'occupation normale des locaux et au
fonctionnement habituel des équipements, en l'absence du bruit particulier en cause.
Le bruit résiduel est le bruit moyen que l’on mesure sur une période
de référence lorsque l’équipement incriminé ne fonctionne pas. Il
s’agit du bruit de fond.
Le bruit ambiant est le bruit mesuré pendant une période équivalente
lorsque l’équipement fonctionne : le bruit ambiant est donc la somme
du bruit de l’équipement seul et du bruit résiduel.
Commentaire
Rénovation
La norme NF S 31-080 fixe des exigences de performance acoustique pour les
bureaux et les espaces associés.
46
8.4.1. • Disponibilité du terrain
Dès la phase de conception, il convient de préciser les caractéristiques
particulières du terrain mis à la disposition du foreur et de désigner
l’intervenant (Maître d’Ouvrage, installateur, voire le foreur lui-même)
qui mènera les travaux d’aménagement.
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
Pour plus de précisions sur les opérations de mise en œuvre des
sondes géothermiques, se référer au rapport du Programme Règles
de l’Art Grenelle de l’Environnement sur ce sujet.
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
8.4. • Forage pour les PAC géothermiques
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
Commentaire
Il peut être nécessaire de défricher le terrain, de mettre en place des buses sur un
fossé, d’éliminer certaines roches, de combler une excavation existante, d’éviter
les risques d’inondation, etc.
Dans la mesure du possible, le terrain concerné doit être de faible
déclivité avec une pente maximale de 4% et une consistance du sol
suffisante pour permettre la mise en place normale du matériel de
forage. Dans le cas contraire, il convient de prévoir la réalisation d’une
plateforme spécifique ou toute autre disposition appropriée.
8.4.2. • Conformités réglementaires
Il convient préalablement de vérifier si l’opération est considérée
comme un gîte géothermique de minime importance selon le décret
du 8 janvier 2015.
Le décret du 8 janvier 2015 modifie le décret du 28 mars 1978 modifié concernant les règles et les procédures relatives aux demandes de
permis de recherches et d'exploitation de géothermie.
Il précise la définition des exploitations géothermiques à basse température qualifiées de minime importance dispensées de permis de
recherche et d’exploitation à condition de ne pas être situées en zone
rouge. Il s’agit des prélèvements de chaleur souterraine :
• soit avec un échangeur géothermique ouvert avec une température d’eau prélevée inférieure à 25°C, un forage d’une profondeur inférieure à 200 m, une puissance thermique maximale
prélevée au sous-sol inférieure à 500 kW et un rejet des eaux
prélevées dans le même aquifère.
Rénovation
• soit par des échangeurs géothermiques fermés dont la profondeur est inférieure à 200 m et la puissance thermique maximale
prélevée au sous-sol inférieure à 500 kW ;
47
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROFESSIONNELS
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
Cas d’un gîte géothermique de minime importance selon
le décret du 8 janvier 2015
Si la puissance maximale extraite est inférieure à 500 kW, une déclaration d’ouverture doit être effectuée (article L. 411-1 du Code Minier)
à la DREAL pour une installation ou sondage de plus de 10 m de profondeur et inférieure à 200 m.
La déclaration d'ouverture d'un gîte géothermique de minime importance est effectuée, soit au nom du déclarant soit par tout sous-traitant intervenant dans l'activité de géothermie.
La personne qui réalise les travaux de forage lors de l'ouverture des
travaux d'exploitation d'un gîte géothermique de minime importance
est tenue de disposer d'une attestation de qualification délivrée selon
les conditions prévues par un arrêté conjoint des Ministres chargés
des mines, de l'environnement et de l'énergie (non publié à ce jour).
Le foreur ou l’installateur s’assurent que le forage, dépassant la
profondeur de 10 m en-dessous du sol naturel, a bien été déclaré a
minima un mois avant sa réalisation.
Commentaire
Le Maître d’Ouvrage doit notamment s’assurer de la présence ou non de réseaux
par l’intermédiaire d’une Déclaration d’Intention de Commencement de Travaux
(DICT). Un repérage des réseaux (câbles électriques, conduites d’eau ou de gaz…)
doit être fait avant l’engagement des travaux.
Cas d’un gîte géothermique n’étant pas de minime
importance selon le décret du 8 janvier 2015
Si la puissance maximale extraite du sol est supérieure à 500 kW ou
si la profondeur est supérieure à 200 m, une autorisation de recherche
de gîte géothermique puis d’ouverture d’exploitation est nécessaire
(articles L. 124-4 à L. 124-9 du Code Minier, article R. 214-1 (5.1.2.0)
du Code de l'Environnement et article 17 du décret du 28 mars
1978 modifié).
!
Si la puissance extraite est supérieure à 500 kW, la préparation de la conformité réglementaire est une étape dont la
durée impacte fortement l’organisation du chantier.
Rénovation
Pour les ouvrages souterrains en lien avec les eaux souterraines, le
prélèvement d’eau et le rejet d’eau, une déclaration ou une autorisation par la préfecture est requise (article R. 214-1 du Code de
l'Environnement).
48
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
9
PROGRAMME
Conception des circuits
hydrauliques
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
9.1. • Spécificités hydrauliques des pompes
à chaleur
Il est nécessaire de respecter les spécifications du fabricant :
• le débit nominal déterminé pour un écart de température d’eau
entre l’entrée et la sortie de 5 K jusqu’à 10 K selon les spécificités du matériel ;
• la stabilité du débit et le débit minimal afin d’éviter des variations importantes de température d’eau au condenseur (pour
les modèles qui n’acceptent pas de débit variable).
Sous réserve de respecter les préconisations du fabricant, certaines
pompe à chaleur peuvent être utilisées avec un débit d’eau variable.
9.2. • Substitution de(s) chaudière(s)
existante(s)
9.2.1. • Circuit de production avec une seule
pompe à chaleur
• le débit qui irrigue la pompe à chaleur n’est pas compatible avec
le débit dans les émetteurs ;
• le réseau de distribution est à débit variable : émetteurs équipés de vannes de régulation à deux voies et circulateur à vitesse
variable ;
Rénovation
La mise en place d’un découplage entre la pompe à chaleur et le circuit secondaire s’impose lorsque :
49
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
• en présence de vannes à trois voies de régulation pour l’alimentation de certains circuits (leur montage en mélange induit un
débit soutiré variable dans la pompe à chaleur).
Ce découplage peut être réalisé par l’installation d’un bipasse ou
d’une bouteille de découplage (cf. 10.6).
Lorsqu’un appoint électrique est requis, il est placé dans le volume
tampon à deux piquages en sortie de pompe à chaleur.
9.2.2. • Circuit de production avec plusieurs
pompes à chaleur
Lorsque la puissance est importante, il est conseillé de prévoir l’installation de plusieurs pompes à chaleur afin de faciliter les opérations de
maintenance et accroitre les performances dans le cas de machines
fonctionnant en tout ou rien (cf. 6).
Dans ce cas, les pompes à chaleur sont raccordées en parallèle et
équipées d’un circulateur individuel en série. Des organes d’équilibrage doivent permettre de régler le débit dans chaque pompe à chaleur selon sa puissance nominale (Figure 26).
La mise en place d’un organe de découplage est nécessaire entre la
production et la distribution afin d’éviter les interférences hydrauliques sur une pompe à chaleur lorsque l’autre est à l’arrêt et n’est
plus irriguée.
Les solutions de découplage sont décrites au (cf. 10.6).
Pour respecter la contenance minimale en eau de l’installation, il est
possible de positionner :
• soit un unique volume tampon placé en série avec les pompes à
chaleur ;
• soit des volumes tampons placés en série avec chacune des
pompes à chaleur.
L’implantation du volume tampon à deux piquages sur la sortie de la
pompe à chaleur est recommandée afin de limiter les incidences du
dégivrage par inversion de cycle du compresseur qui font chuter la
température en sortie de groupe et donc au départ du circuit de chauffage. Cet emplacement s’impose également si le volume tampon
intègre un appoint électrique.
Rénovation
!
50
Dans le cas de plusieurs pompes à chaleur placées en parallèle, la mise en place d’un découplage (bipasse ou bouteille)
est nécessaire entre le primaire et le secondaire.
Si les pompes à chaleur sont identiques (puissances, pertes de charges),
un raccordement en boucle de Tichelmann peut être utilisé. Il évite l’installation de vannes d’équilibrage en série avec les pompes à chaleur.
PROFESSIONNELS
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
s Figure 26 : Exemple du principe de raccordement hydraulique de deux pompes à chaleur
Commentaire
Le schéma de la (Figure 26) n’intègre pas tous les accessoires nécessaires. Les
vannes d’isolement ne sont pas représentées.
Par ailleurs, une vanne d’isolement motorisée ou un clapet anti-retour peut être
installé en série avec chaque pompe à chaleur. Un détecteur de débit peut aussi
être exigé par le fabricant.
9.3. • Circuits avec pompe à chaleur
et chaudière
9.3.1. • Fonctionnement alterné
Dans ce mode de fonctionnement, chaque générateur dispose de sa
propre régulation.
Si les émetteurs sont dimensionnés avec une température d’eau élevée, au-delà de 55°C, et avec une différence de température d’eau
entre le départ et le retour variant de 5 à 20 K, un fonctionnement
alterné est préférable à un fonctionnement simultané.
En effet, une pompe à chaleur est caractérisée, quant à elle, par un
écart de température d’eau entre l’entrée et la sortie de 5 à 10 K. Ainsi,
à puissance identique, le débit d’eau requis dans une pompe à chaleur est bien supérieur à celui irrigant une chaudière.
L’exemple du montage présenté à la (Figure 27) avec un organe de découplage permet de maintenir le débit nominal de la PAC quelles que
soient les conditions de fonctionnement.
Cependant, si les débits des réseaux secondaires sont constants, une
adaptation de ce réseau est nécessaire pour que le débit au primaire
Rénovation
Le réseau hydraulique doit donc prendre en compte ces spécificités.
51
PROFESSIONNELS
soit supérieur au débit secondaire (par exemple par la mise en place
de circulateurs à vitesse variable sur les boucles secondaires).
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
s Figure 27 : Exemple de montage d’une pompe à chaleur sur un réseau de chauffage existant, en
fonctionnement alterné : raccordement en parallèle avec bouteille de découplage
Commentaire
Le schéma de la (Figure 27) peut également être utilisé en fonctionnement simultané sous réserve de veiller à maintenir une température en entrée de la pompe
à chaleur suffisamment faible.
9.3.2. • Fonctionnement simultané
Pour un mode de fonctionnement simultané, la PAC assure seule le
chauffage pour une température extérieure supérieure à la température d’équilibre, variable d’environ 5 à –5°C. En dessous de cette température d’équilibre, la PAC et la chaudière fonctionnent ensemble
pour assurer la totalité des besoins, jusqu'à la température extérieure
d’arrêt de la PAC à partir de laquelle la chaudière assure seule les
besoins.
Afin d’optimiser son fonctionnement, la pompe à chaleur est installée sur le retour du réseau de chauffage. La chaudière assure ensuite
l’appoint en élevant la température d’eau avant d’alimenter le réseau
de chauffage.
Rénovation
Lorsque la chaudière n’est pas sollicitée, elle ne doit pas être irriguée
afin de ne pas engendrer de pertes thermiques inutiles. Il en est de
même pour la pompe à chaleur lorsqu’elle ne fonctionne pas, par
jours de grands froids. La commande de circulateurs ou de vannes
directionnelles permet d’assurer cette fonction.
52
Il convient de vérifier si la régulation existante est compatible avec
le montage choisi (régulation à température variable de la chaudière,
commande du circulateur de chauffage…) et d’assurer les priorités
décrites ci-dessus.
Un exemple de montage hydraulique est proposé en (Figure 28).
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
PROGRAMME
Volume tampon
PAC
s Figure 28 : Exemple de montage d’une pompe à chaleur sur un réseau de chauffage existant, en
fonctionnement simultané
Commentaire
Le schéma de la (Figure 28) s’applique également pour un fonctionnement alterné.
9.4. • Conception du circuit secondaire
Le choix de conception du circuit secondaire est lié à la régulation
adoptée sur les émetteurs.
9.4.1. • Régulation terminale au niveau
des émetteurs
La régulation terminale au niveau de chaque émetteur est généralement une régulation de température ambiante faisant varier :
• le débit traversant l’émetteur ;
• ou la température à l’entrée de l’émetteur.
La variation de débit dans l’émetteur peut être assurée par une vanne
de régulation à trois voies ou à deux voies.
La variation de température en entrée de l’émetteur repose sur une
vanne de régulation à trois voies montée en mélange associée à un
circulateur alimentant l’émetteur.
La régulation des émetteurs par vanne à deux voies de régulation est
conseillée. Elle induit un débit variable dans la distribution qui permet d’installer des circulateurs à vitesse variable et donc de réduire
les consommations électriques.
Rénovation
9.4.2. • Choisir une distribution à débit variable
53
PROFESSIONNELS
Cette distribution à débit variable n’est toutefois pas sans poser
problème :
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
• un découplage hydraulique peut être nécessaire pour maintenir un débit constant dans les pompes à chaleur (lorsqu’il est
imposé par le fabricant) ;
A charge partielle, voire minimale, la stabilité fonctionnelle des
vannes deux voies de régulation est impactée.
PROGRAMME
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
Le rapport de la perte de charge de distribution sur la hauteur manométrique du circulateur permet de prévoir la sensibilité du réseau visà-vis de la stabilité hydraulique.
• l’autorité des vannes de régulation est dégradée à charge partielle.
• si le ratio est inférieur à 0,33, les dérives sont acceptables ;
• si le ratio est supérieur à 0,33, des précautions doivent être
prises pour éviter des dérives. Elles sont listées ci-après ;
• si le ratio est supérieur à 0,66, les solutions décrites ci-dessus
doivent être complétées par dispositifs tels que des régulateurs
de pression différentielle en série ou des vannes d’équilibrage
dynamique.
Les solutions consistent à :
• paramétrer le circulateur à vitesse variable avec une consigne
de hauteur manométrique proportionnelle au débit ;
• réduire les pertes de charges de la distribution, par exemple en
augmentant le diamètre des canalisations ;
• diviser le réseau secondaire en plusieurs circuits avec leur circulateur à vitesse variable ;
• mettre en place des dispositifs de régulation de pression différentielle ou de débit.
9.4.3. • Architecture du circuit secondaire
Afin de faciliter l’exploitation, quelques règles simples sont à observer :
• au-delà de 5 zones thermiques ou logements, prévoir une
seconde gaine palière ;
Rénovation
• la gaine palière doit être au plus près de toutes les zones thermiques. Il est recommandé de ne pas dépasser une distance de
6 m entre la sortie de la gaine et le point d’entrée des tuyauteries de chaque logement ;
54
• entre les différents niveaux, il convient d’éviter les dévoiements
entre les gaines palières ;
• l’accès à la gaine doit être toujours dégagé, un accès de 90 cm
est à prévoir ;
• un écart minimum de 60 mm, calorifuge installé, vis-à-vis des
autres tuyauteries et des parois adjacentes est conseillé.
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
10
PROGRAMME
Sélection des composants
hydrauliques
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
Le constructeur de la pompe à chaleur spécifie la contenance minimale d’eau du réseau auquel doit être raccordée la machine.
Cette contenance minimale en eau doit être respectée pour une
pompe à chaleur air/eau comme pour une pompe à chaleur eau/eau.
Elle permet d’assurer une inertie suffisante et de maintenir un temps
de fonctionnement minimal du compresseur, évitant les cycles courts.
La mise en place d’un volume tampon s’avère nécessaire si la contenance en eau de l’installation est insuffisante.
!
Même dans le cas d’une pompe à chaleur à compresseur à
vitesse variable, il est nécessaire de vérifier si la présence
d’un volume tampon est nécessaire.
Le volume tampon est dimensionné selon les spécificités du constructeur de la pompe à chaleur qui indique le volume minimal du réseau.
Le volume du réseau dépend du type d’émetteur (le volume d’un
réseau de plancher chauffant est plus important que celui d’un réseau
de radiateurs) et de la présence ou non de vannes de régulation sur
les émetteurs. Si les radiateurs sont équipés de robinets thermostatiques ou si les circuits de plancher chauffant sont dotés de vannes
à deux voies asservies à la température ambiante, le volume des
réseaux émetteurs ne doit pas être comptabilisé pour calculer le
volume de l’installation.
Rénovation
A défaut, la formule de calcul de la contenance du volume tampon est
donnée en [Annexe 9]. Elle correspond au volume nécessaire selon
la puissance, auquel est soustrait le volume du réseau et le volume
éventuel intégré au module hydraulique de la pompe à chaleur.
55
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
Si un volume tampon est déjà intégré à la pompe à chaleur, il convient
de vérifier son dimensionnement par rapport aux caractéristiques de
l’installation.
Commentaire
Plus la contenance du volume tampon est élevée, plus le nombre de démarrage
du compresseur est réduit ; Ce qui permet d’augmenter sa durée de vie.
Si le volume tampon est trop important, le temps de fonctionnement de la pompe
à chaleur pour réchauffer le grand volume d’eau pénalise le bilan énergétique de
l’installation.
10.1. • Disconnecteur
L’article 16 de la circulaire du 9 août 1978 modifiée par la circulaire du
26 avril 1982 repris dans le Règlement Sanitaire Départemental Type
(RSDT) indique que l’installation de chauffage ne doit pas permettre la
pollution du réseau d’eau potable par un quelconque retour d’eau des
circuits de chauffage.
Un ensemble de protection doit être mis en place sur l’alimentation
en eau de l’installation de chauffage afin d’éviter tout retour vers le
réseau d’eau potable.
Commentaire
Un ensemble de protection comprend le dispositif de protection (surverse,
disconnecteur…) et les éléments associés (robinets d’isolement, filtre…).
Si l’installation n’est pas raccordée au réseau d’eau potable, un ensemble de protection n’est pas nécessaire.
10.1.1. • Choix du disconnecteur adapté
L’ensemble de protection à implanter est indiqué dans le Guide
technique ASTEE-CSTB de conception et de mise en œuvre des
réseaux d’eau destinée à la consommation humaine et dans la
norme NF EN 1717.
Le dispositif de protection doit être marqué NF Antipollution.
Rénovation
Dans le cas d’une installation de puissance calorifique inférieure
à 70 kW, il dépend du liquide caloporteur utilisé. Il peut s’agir d’un
ensemble de protection de type CA ou de type BA. Le contrôle du type
BA est obligatoire.
56
Dans le cas d’une installation de puissance calorifique supérieure à
70 kW, l’utilisation d’un ensemble de protection de type BA est obligatoire. Un espace suffisant pour assurer le contrôle doit être réservé.
Produit bénéficiant d’un
Disconnecteur de type CA (2)
avis favorable de l’ANSES (1)
Pompe à chaleur assurant
les besoins de chauffage Produit ne bénéficiant
pas d’un avis favorable de
uniquement
l’ANSES (1) – catégorie 4 ou
5 selon NF EN 1717
Disconnecteur de type BA (3) (4)
(1) ANSES : Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail.
Les avis sont disponibles sur le site internet www.anses.fr, thème « alimentation humaine », rubrique
« Avis et publications », sous rubrique « Avis et rapports alimentation humaine », dossier « eaux »
(2) Disconnecteur à zones de pressions différentes non contrôlables
(3) Disconnecteur à zone de pression réduite contrôlable
(4) Disconnecteur de type BA même si la puissance calorifique est inférieure à 70 kW
PROFESSIONNELS
DES
Ensemble de protection sur l’alimentation en eau (conduite de remplissage)
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
Liquide caloporteur
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
Équipement
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
s Figure 29 : Ensemble de protection à implanter sur la conduite d’alimentation en eau de l’installation
de pompe à chaleur à partir du réseau d’eau potable pour une puissance inférieure à 70 kW
s Figure 30 : Exemple d’ensemble de protection de type CA
s Figure 31 : Exemple d’ensemble de protection de type BA
10.1.2. • Implantation du disconnecteur
Selon la norme NF EN 1717, le disconnecteur doit être implanté dans
un lieu aéré et non inondable. Il doit être aisément accessible et protégé contre le gel ou les températures extrêmes.
Il convient de l’installer horizontalement.
Si un compteur d’eau est prévu pour pouvoir quantifier les apports
d’eau, il est situé en amont du dispositif de protection. Un ou des robinets d’isolement sont prévus.
L’ensemble de protection doit être placé à moins de 3 m du piquage
sur le réseau d’eau potable. Un clapet de non-retour de type EA doit
être prévu en complément à une distance inférieure à 3 m du point de
piquage.
Rénovation
Un dégagement suffisant autour du disconnecteur BA doit permettre
son entretien et son contrôle.
57
PROFESSIONNELS
Pompe à chaleur
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
Ensemble
de protection
CA ou BA
EA
Inférieur
à3m
Alimentation en eau
s Figure 32 : Un clapet de non-retour de type EA est à prévoir en complément du dispositif de protection
10.2. • Circulateur
Le circulateur est choisi à partir des données de :
• débit à mettre en circulation ;
• hauteur manométrique nécessaire pour combattre les pertes de
charge du circuit.
Ainsi, le circulateur qui irrigue la pompe à chaleur est caractérisé par
un débit correspondant à la puissance calorifique pour un écart de
température entre l’entrée et la sortie de la PAC.
Le point de fonctionnement du circulateur se situe à l'intersection de
sa courbe caractéristique et de celle du circuit. Lors de la sélection sur
le catalogue du fabricant, il convient de choisir un circulateur dont le
point de fonctionnement est situé dans la partie centrale de la caractéristique. Le rendement est alors optimal.
Le modèle peut être à plusieurs vitesses ou à vitesse variable selon la
conception hydraulique du réseau.
Le circulateur est associé à :
• des vannes d’isolement afin de faciliter la maintenance ;
• une vanne d’équilibrage pour ajuster si nécessaire le point de
fonctionnement.
Commentaire
Rénovation
Une vanne d’équilibrage à mesure de débit permet de contrôler le débit du circuit
lorsqu’elle est munie de prises de pression (la mesure de différence de pression
permet de déterminer le débit à partir de la courbe caractéristique du circulateur).
58
En présence de robinets thermostatiques sur les radiateurs ou des
vannes à deux voies de régulation sur les circuits de plancher chauffant ou de ventilo-convecteurs, des précautions doivent être prises au
niveau du circulateur qui irrigue le circuit.
Deux solutions sont possibles :
• choisir un circulateur à vitesse variable ;
Les vannes de régulation doivent être choisies pour que leur autorité
soit proche de 0,5 [Annexe 5].
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
10.3. • Dimensionnement des vannes
de régulation
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
• mettre en place une soupape de pression différentielle. Elle permet de maintenir le point de fonctionnement du circulateur en
s’ouvrant pour dériver un débit dans la production lorsque les
robinets thermostatiques ou des vannes de régulation se ferment. Il est important qu’elle soit de bonne qualité et présente
une bonne tenue dans le temps.
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
La mise en place d’une vanne d’équilibrage sur le bipasse de la vanne
à trois voies de régulation n’est pas nécessaire si l’autorité est proche
de 0,5 et si la perte de charge du circuit (pertes de charge de l’émetteur et de la vanne) est inférieure à 50 % de la hauteur manométrique
du circulateur.
Les spécificités de dimensionnement des vannes à deux voies de
régulation des émetteurs sont traitées en [Annexe 6].
10.4. • Système d’expansion
Le système d’expansion peut être un vase d’expansion fermé à pression variable ou un système de maintien de pression par compresseur
(pour les installations présentant une importante hauteur statique et
impliquant la mise en place de plusieurs vases d’expansion).
Le dimensionnement d’un système d’expansion consiste à déterminer :
• sa pression de gonflage ;
• sa capacité.
Si un vase d’expansion est intégré à la pompe à chaleur, il convient
de vérifier son dimensionnement par rapport aux caractéristiques de
l’installation.
La pression de gonflage
Elle est exprimée en bar et doit correspondre à la pression statique de
l’installation arrondie au 0,5 bar supérieur. La pression statique équivaut à la hauteur d’eau de l’installation, depuis le système d’expansion jusqu’au point le plus élevé du circuit de chauffage. Sachant que
1 m de colonne d’eau est proche de 0,1 bar.
Rénovation
La pression de gonflage du vase doit être supérieure à la pression statique de l’installation de façon à ce que, à froid, l’eau n’entre pas dans
le vase et que le volume soit maximal pour absorber la dilatation de
l’eau.
59
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
Si le vase d’expansion est en partie haute de l’installation (sous toiture par exemple), la pression de gonflage est de 0,5 bar, sauf si une
pression minimale de fonctionnement plus élevée est demandée par
le constructeur de la pompe à chaleur.
La capacité du vase
La capacité du vase doit être telle qu’elle puisse recueillir le volume
d’expansion de l’installation. La formule de calcul est donnée en
[Annexe 4].
Le tableau suivant fournit la capacité du vase pour une pression de
tarage de soupape de 4 bar, en fonction du volume d’eau d’une installation, de la hauteur statique et de la pression initiale.
Contenance maximale
de l'installation (l)
Capacité du vase d’expansion (en l) pour une hauteur statique
jusqu’à
10
15
20
25
500
14
18
25
38
1000
29
36
49
77
1500
43
54
74
115
2000
58
73
99
153
2500
72
91
123
192
3000
86
109
148
230
3500
101
127
173
268
4000
115
145
197
307
4500
129
163
222
345
5000
144
182
246
383
s Figure 33 : Pré-détermination de la capacité du vase d’expansion pour une pression de tarage de
soupape de 4 bar
10.5. • Tuyauteries
Les tuyauteries de distribution peuvent être :
• en acier tube noir, qualité chauffage, avec un traitement anti
corrosion ;
• en cuivre recuit (dureté préférentielle R220) ou en cuivre écroui
(barres) ;
• en matériau de synthèse.
Les principaux types de matériaux de synthèse utilisés sont :
• le polyéthylène réticulé (PER ou PE-X) ;
Rénovation
• le polybutène (PB) ;
60
• les tubes en composite ou multicouches (EX : PER, aluminium, PE).
Les tubes en matériau de synthèse et les raccords utilisés doivent disposer d’un Avis Technique pour au moins la classe 4 (cahier du CSTB
2808-V2 novembre 2011).
Pour les établissements recevant du public, les canalisations de chauffage sont métalliques ou en matériau classé M 1. Aucune exigence de
réaction au feu n'est exigée pour les systèmes de canalisations à base
de tubes en matériau de synthèse incorporées (encastrées, engravées
ou enrobées, avec ou sans fourreau) dans les dalles ainsi que pour
les piquages et les liaisons d'alimentation des collecteurs destinés à
alimenter les émetteurs de chaleur du local. Aucune exigence de réaction au feu n'est exigée pour les systèmes de canalisations à base de
tubes en matériau de synthèse disposées dans les gaines techniques
de résistance au feu identique à celle des parois traversées avec un
minimum de 30 minutes.
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
La classe de température 4 concerne les tubes utilisés pour l’alimentation de
radiateurs à basse température et le chauffage par le sol.
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
Commentaire
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
Dimensionnement des tuyauteries
Le dimensionnement des tuyauteries proposé dans ce chapitre permet de respecter une vitesse limitée dans les tubes et ainsi un niveau
sonore correct dans les locaux. Il repose sur une perte de charge
linéique comprise entre 10 et 15 mm eau/m.
Les tableaux des (Figure 35) (Figure 36) (Figure 37) fournissent, en guise de prédimensionnent, les diamètres des tuyauteries selon les puissances de
pompe à chaleur pour de l’eau non glycolée à 80 °C pour :
• des tuyauteries en matériau de synthèse (NF EN ISO 15874-2,
NF EN ISO 15875-2 et NF EN ISO 15876-2) ;
• des tuyauteries en cuivre (NF EN 1057) ;
• des tuyauteries en acier (NF EN 10255 et NF EN 10216-1).
Le tableau (Figure 34) présente les températures de protection selon le
pourcentage de monopropylène glycol dans l’installation ainsi que
les coefficients de correction à prendre en compte sur les pertes de
charge et le débit par rapport à de l’eau pure.
Concentration en antigel
(monopropylène glycol)
30%
35%
40%
45%
Température de protection (°C)
-16
-20
-25
-30
Coefficient de correction de perte de
charge
1,15
1,20
1,25
1,30
Coefficient de correction de débit
1,05
1,10
1,10
1,10
Rénovation
s Figure 34 : Coefficients de correction de charge et de débit pour de l’eau glycolée à 30% par rapport à
de l’eau pure à une température moyenne de 80°C
61
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROFESSIONNELS
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
Tuyauteries en matériau de synthèse
DN
(mm)
DN
(pouce)
Eau chaude 80 °C
Appellation
Diam
ext.
(mm)
Diam
int.
(mm)
Ep
(mm)
∆P
Débit
maxi
maxi (l/h)
(Pa/m)
Vitesse
maxi
(m/s)
Puissance
(W) avec
Δt de 5 K
-
-
16x1,5
16
13
1,5
170
150
0,35
986
-
-
20x1,9
20
16,2
1,9
300
150
0,42
1740
-
-
25x2,3
25
20,4
2,3
555
150
0,48
3219
-
-
32x2,9
32
26,2
2,9
1080
150
0,58
6264
-
-
40x3,7
40
32,6
3,7
1950
150
0,67
11310
-
-
50x4,6
50
40,8
4,6
3550
150
0,78
20590
-
-
63x5,8
63
51,4
5,8
6600
150
0,91
38280
-
-
75x6,8
75
61,4
6,8
10750
150
1,04
62350
Vitesse
maxi
(m/s)
Puissance
(W)
avec
Δt de 5 K
s Figure 35 : Pré-dimensionnement des tuyauteries en matériau de synthèse
Tuyauteries en cuivre
DN
(mm)
DN
(pouce)
Diam
Appellation ext.
(mm)
Diam
int.
(mm)
Eau chaude 80 °C
Ep
(mm)
∆P
Débit
maxi
maxi (l/h)
(Pa/m)
14
16x1
16
14
1
200
150
0,37
1160
16
18x1
18
16
1
285
150
0,42
1653
18
20x1
20
18
1
395
150
0,44
2291
20
22x1
22
20
1
520
150
0,48
3016
26
28x1
28
26
1
1050
150
0,57
6090
30
32x1
32
30
1
1550
150
0,64
8990
34
36x1
36
34
1
2200
150
0,69
12760
36
38x1
38
36
1
2550
150
0,71
14790
38
40x1
40
38
1
2950
150
0,75
17110
40
42x1
42
40
1
3400
150
0,78
19720
s Figure 36 : Pré-dimensionnement des tuyauteries en cuivre
Tuyauteries en acier
Rénovation
DN
(mm)
62
DN
(pouce)
15
1/2
Diam
Appellation ext.
(mm)
15x21
21,3
Eau chaude 80 °C
Diam
int.
(mm)
Ep
(mm)
16,6
2,33
∆P
Débit
maxi
maxi (l/h)
(Pa/m)
295
150
Vitesse
maxi
(m/s)
0,39
Puissance
(W)
avec
Δt de 5 K
1711
20
3/4
20x27
26,9
22,2
2,35
650
150
0,48
3770
25
1
26x34
33,1
27,9
2,9
1180
150
0,58
6844
32
1 1/4
33x42
42,7
36,9
2,9
2450
150
0,68
14210
40
1 1/2
40x49
48,3
42,5
2,9
3680
150
0,75
21344
50
2
50x60
60,3
53,8
3,25
6800
150
0,88
39440
65
2 1/2
70x76
76,1
70,3
2,9
13500
150
1,02
78300
s Figure 37: Pré-dimensionnement des tuyauteries en acier
Seules les tuyauteries pré-isolées disposant d’un Avis Technique
peuvent être enterrées et dispensées d’un caniveau.
Les tuyauteries sont disposées dans une tranchée d’une largeur de
0,40 à 0,60 m pour une profondeur de 0,40 à 0,50 m.
Elles reposent sur le sol sur toute leur longueur.
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
Comme le stipule le Cahier de Prescriptions Techniques de mise en
œuvre des systèmes de canalisations sous pression à base de tubes
en matériaux de synthèse (Cahier du CSTB 2808-V2), les canalisations
de chauffage et de conditionnement d’air doivent être mises en œuvre
selon les prescriptions du NF DTU 65.9.
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
Tuyauteries enterrées
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
Le parcours du réseau est signalé par un dispositif tel qu’un grillage
avertisseur, de couleur bleu, placé à une distance de 0,20 à 0,30 m audessus de la génératrice supérieure des tubes.
Tuyauteries apparentes
Les tuyauteries sont calorifugées sur tout leur parcours au moyen
d’un isolant de conductivité thermique inférieure à 0,04 W/m.K et avec
une classe de réaction au feu de type M1. Les principaux isolants utilisés sont :
• coquilles de polystyrène extrudé (tel que styrofoam FB par
exemple) ;
• coquilles de polyisocyanurate ;
• caoutchouc mousse de qualité « froid » ;
• coquilles de laine minérale à fibres concentriques.
L’épaisseur minimale du matériau isolant posé est de:
• 25 mm, pour les tuyauteries jusqu’au DN 50 inclus ;
• 30 mm, pour les tuyauteries jusqu’au DN 80 inclus ;
• 40 mm, pour les tuyauteries jusqu’au DN 150 ;
• 50 mm, pour les tuyauteries de diamètre supérieur.
Pour les diamètres jusqu’au DN 65 : l’isolation peut être réalisée
moyen d’un matériau souple à structure cellulaire fermée et avec une
épaisseur minimale de 13 mm
Les vannes, la robinetterie en général ainsi que les brides et les compensateurs sont calorifugés.
L’isolation est réalisée afin que toutes les parties amovibles puissent
être démontées aisément.
Une protection mécanique de l’isolant est prévue pour les tuyauteries
placées à l’extérieure et à moins de 2 m du sol.
Rénovation
Une marque durable dans le temps (peinture, ruban adhésif…) est
apposée sur l’isolant à l’endroit des raccords afin de les visualiser.
63
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
L’isolation des tuyauteries situées à l’extérieur, en vide sanitaire, caniveau ou plus généralement, dans les ambiances humides, doit être
protégée par un revêtement par vapeur (par exemple bitumineux ou
d’un mastic spécial, multicouches, appliqué sur entoilage croisé).
Les tronçons de réseaux hydrauliques situés dans des locaux ouverts
vers l’extérieur ou en caniveau doivent être pourvus d’un traceur de
mise hors gel sauf si le fluide caloporteur comprend de l’antigel.
Commentaire :
Le calorifugeage peut être de classe M 3 dans les parties du bâtiment non accessibles au public (CH25).
10.6. • Organes de découplage
Lorsqu’un découplage entre la production et les émetteurs est nécessaire, il peut être constitué par :
• une bouteille de découplage (Figure 38) ;
• un bipasse ;
• un collecteur-distributeur en court-circuit (Figure 39).
Il est recommandé de dimensionner la bouteille de découplage selon
la règle des 3 D (Figure 38). Le positionnement des entrées et sorties du
circuit secondaire doit respecter la règle suivante : niveau de température le plus haut en haut, niveau le plus bas en bas.
Ainsi, la bouteille de découplage n’est pas appropriée pour une installation réversible.
Dans le cas d’un collecteur-distributeur en court-circuit, le diamètre du
collecteur et du distributeur est de façon indicative de deux fois le diamètre des canalisations des circuits raccordés.
Rénovation
Quel que soit l’organe de découplage, il est nécessaire de disposer
d’un surdébit au primaire de 10 à 20 %.
64
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
3D
PROFESSIONNELS
D
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
3D
3D
PROGRAMME
3D
6D
3D
3D
3D
s Figure 38 : Bouteille de découplage
Circuits de distribution
(Secondaire)
CHAUD
2 D au
minimum
Distributeur
Circuit
de
production
(Primaire)
Bipasse
Collecteur
Rénovation
s Figure 39 : Collecteur-distributeur en court-circuit
65
Régulation
et instrumentation
PROFESSIONNELS
11
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
11.1. • Régulation de la production
par pompe à chaleur
11.1.1. • Régulation de la pompe à chaleur
La température d’eau délivrée par la pompe à chaleur est variable en
fonction de la température extérieure, selon une loi d’eau. Le régulateur est généralement intégré à la machine.
La régulation est généralement basée sur la mesure de la température
d’eau en entrée de PAC.
La mesure de la température extérieure doit être représentative de
cette grandeur. La sonde doit être placée dans un lieu non ensoleillé,
de préférence en paroi nord ou nord-ouest du bâtiment.
Des fonctions complémentaires peuvent être assurées par la régulation de la pompe à chaleur :
• la gestion de l’appoint (cf. 11.1.2) ;
• la gestion de la cascade de pompes à chaleur (cf. 11.1.3).
Rénovation
Selon les cas (cascade notamment), le circulateur primaire peut être
asservi au fonctionnement de la pompe à chaleur, il est alors commandé par la régulation de la PAC (une temporisation peut être prévue entre l’arrêt du compresseur et l’arrêt du circulateur) ou bien être
en fonctionnement permanent pendant la période de chauffage.
66
La régulation de la pompe à chaleur peut aussi assurer la programmation horaire du chauffage selon l’occupation.
11.1.2. • Régulation de l’appoint
Le fonctionnement de l’appoint de la pompe à chaleur est également
géré par la régulation de la température d’eau en fonction de la température extérieure.
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
Pour le tertiaire, la Réglementation thermique 2012 précise que toute installation
de chauffage desservant des locaux à occupation discontinue comporte un dispositif de commande manuelle et de programmation automatique au moins par une
horloge permettant : une fourniture de chaleur selon les quatre allures suivantes :
confort, réduit, hors gel et arrêt ; une commutation automatique entre ces allures.
Un tel dispositif ne peut être commun qu’à des locaux dont les horaires d’occupation sont similaires. Un même dispositif peut desservir au plus une surface de
5000 m².
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
Commentaire
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
Le fonctionnement de l’appoint est généralement interdit au-dessus
d’un seuil de température extérieure. Se référer au chapitre 9.3 (cf. 9.3)
dans les cas de chaudière en fonctionnement alterné ou simultané.
Dans le cas d’un appoint électrique, l’installation doit comprendre :
• un voyant de visualisation de mise en fonctionnement de
l’appoint ;
• une possibilité de commande manuelle du fonctionnement de
l’appoint, en cas de panne de la pompe à chaleur.
Les résistances électriques peuvent être pilotées par l’intermédiaire
d’une carte électronique intégrée. Plusieurs sorties sont disponibles
pour commander les contacteurs des résistances.
La modulation de la puissance fournie de chaque résistance peut
s’effectuer à l’aide d’un triac (composant électronique composé de
thyristors).
11.1.3. • Régulation d’une cascade de pompes
à chaleur
Dans le cas de plusieurs pompes à chaleur, la commande de mise en
fonctionnement ou à l’arrêt des pompes à chaleur repose généralement sur la mesure de la température d’eau en sortie ou en entrée de
la production.
Une autorisation de fonctionnement pour chaque pompe à chaleur est
généralement réalisée :
• soit par la détection de fin de course de la vanne d’isolement.
Le paramétrage de la gestion en cascade est lié aux caractéristiques des
pompes à chaleur qui impactent les performances à pleine charge et à
charge partielle (voir le rapport du Programme Règle de l’Art Grenelle
de l’Environnement 2012 relatif aux pompes à chaleur avec Inverter).
Rénovation
• soit par un capteur de détection de débit ;
67
PROFESSIONNELS
Dans tous les cas, des temporisations à l’enclenchement et à l’arrêt
des pompes à chaleur doivent être prévues.
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
11.2. • Plan de comptage et GTB
11.2.1. • Comptage de consommations
électriques
Le comptage de la consommation électrique de la PAC doit a minima
être effectué.
La consommation des auxiliaires de distribution et de régulation peut
être intégrée à ce compteur.
11.2.2. • Comptage thermique
Les mesures de l’énergie thermique transférée par les réseaux
hydrauliques sont utilisées à plusieurs fins :
• surveiller les consommations ;
• mener les suivis énergétiques des bâtiments ; analyser les
consommations, enregistrer les historiques, déceler des
dérives, présenter des tableaux de bord, proposer des améliorations basées sur des mesures réelles ;
• individualiser les frais de chauffage des installations collectives
en immeuble d’habitation ou les frais de climatisation chaudfroid dans des ensembles privatifs du secteur tertiaire : galeries
marchandes, immeubles de bureaux, bâtiments dispersés alimentés par un réseau privatif ;
• informer périodiquement les abonnés ou les usagers de leurs
consommations afin de les sensibiliser aux meilleurs usages de
l’énergie.
Pour la mise en place d’un compteur d’énergie thermique, il est nécessaire de prévoir des longueurs droites de canalisation suffisantes dès
la conception.
11.2.3. • Raccordement à une GTB
Rénovation
Les services qui peuvent être intégrés dans une gestion technique du
bâtiment (GTB) sont :
68
Surveillance
Assurer la sûreté, c'est-à-dire sécurité et disponibilité. Elle consiste
à surveiller les fonctionnements et informer les intervenants qui
assurent l’entretien et la maintenance des équipements. Il s’agit principalement d’émettre des signalisations ou des alarmes, d’informer
Satisfaire les qualités d’usages des bâtiments dans les meilleures
conditions de coût et d’efficacité. Il s’agit principalement de mettre à
la connaissance de plusieurs intervenants des états détaillés des équipements au moyen de synoptiques, éditions, enregistrements des
historiques et de faciliter les interventions pour adapter les fonctionnements aux usages : programmes, réglages… Ces fonctions doivent
être entièrement opérationnelles pour mener le suivi énergétique.
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
Supervision
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
les professionnels pour faciliter leurs tâches, de suivre les interventions et de les enregistrer dans un historique. Ces fonctions nécessaires doivent être entièrement opérationnelles pour la supervision.
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
Suivi énergétique
Connaitre en détail des consommations dans le cadre d’un engagement, soit pour un bâtiment neuf, soit pour l’amélioration énergétique d’une partie d’un bâtiment. Il peut aussi s’agir de connaitre les
consommations détaillées dans le cadre d’un plan de suivi, pour un
processus d’amélioration continue ou calculer la performance énergétique du système.
Le système de GTB peut recevoir les informations provenant des différents compteurs (cf. 11.2.1) (cf. 11.2.2).
Le système de GTB fait l’objet d’un guide spécifique dans le cadre du
programme Règles de l’Art Grenelle de l’Environnement 2012.
La procédure d’inspection réglementaire d’une PAC peut être réduite
si la GTB possède les caractéristiques suivantes :
• un enregistrement au moins mensuel du rendement du système
ou de la consommation d’électricité du système par mètre carré
climatisé ;
• un poste de contrôle ou d’un système mensuel d’enregistrement.
Commentaire
Rénovation
Pour la procédure d’inspection, le système comprend tous les composantes
nécessaires pour assurer une forme de traitement de l'air dans laquelle la
température est abaissée et peut être contrôlée.
69
Conception de la partie
émission
PROFESSIONNELS
12
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
Les émetteurs traités dans ces Recommandations sont : les radiateurs,
les planchers chauffants et les ventilo-convecteurs.
Dans le cas d’une installation non réversible, les émetteurs sont
dimensionnés à partir du calcul des déperditions, selon la norme NF
EN 12831 et le complément national NF P 52-612/CN (cf. 8.1).
L’entreprise doit fournir un récapitulatif des notes de calculs des
déperditions par pièce, de dimensionnement et de choix des émetteurs. Ce récapitulatif doit comporter les valeurs des débits et les
positions des organes de réglage.
12.1. • Ventilo-convecteurs
12.1.1. • Dimensionnement
L’unité intérieure est sélectionnée en fonction de la puissance nécessaire en chauffage, correspondant à la pièce.
Rénovation
En chauffage, elle est généralement choisie pour un régime de température d’eau d’alimentation de 45-40 °C (entrée-sortie) et pour un
fonctionnement en moyenne vitesse (ou à défaut en petite vitesse s’il
n’existe que deux vitesses).
70
La sélection de l’appareil doit permettre de respecter une pression
acoustique de 35 dB(A) dans les pièces principales et de 50 dB(A)
dans la cuisine, voire de 40 dB(A) dans le cas d’une cuisine ouverte
sur une pièce principale (Arrêté du 30 juin 1999).
• et/ou les vitesses du ventilateur.
Le régulateur mesure la température en ambiance ou en reprise du
ventilo-convecteur.
Un dispositif doit permettre d’arrêter l’émission à l’arrêt de la ventilation.
Dans le cas de plusieurs ventilo-convecteurs dans une même pièce,
ils doivent être pilotés par un thermostat unique.
PROFESSIONNELS
DES
• la vanne à deux (ou trois) voies du ventilo-convecteur ;
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
La régulation d’ambiance est assurée par un thermostat qui commande :
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
12.1.2. • Régulation
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
12.2. • Planchers chauffants
12.2.1. • Conception
La conception des planchers chauffants repose sur les exigences de la
norme NF EN 1264 complétée par le NF DTU 65.14.
Les préconisations concernant les planchers chauffants en dalle flottante (isolant en sous face, isolant sur le pourtour, treillis métallique
anti-retrait, dalle d’enrobage, revêtement de sol…) sont présentées
dans ces textes.
Les tubes doivent être placés à plus de 50 mm des structures verticales et à plus de 200 mm des conduits de fumée, foyers à feu ouvert,
trémies ouvertes ou maçonnées, cages d’ascenseur.
!
Dans le cas d’un plancher chauffant, la résistance thermique
du revêtement de sol, y compris l’isolation acoustique
éventuelle située au-dessus du tube, ne doit pas dépasser
0,15 m².K/W.
!
Les autres types de plancher chauffant (avec chape fluide
à base de ciment, à base de sulfate de calcium…) doivent
disposer d’un Avis Technique.
Rénovation
Les préconisations concernant les planchers chauffants en dalle pleine
sont présentées dans le NF DTU 65.14 P2. Les tubes doivent être placés à plus de 100 mm d’un mur fini, à plus de 200 mm des conduits
de fumée, cages d’ascenseur… et à plus de 400 mm de la face intérieure des murs extérieurs.
71
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
12.2.2. • Dimensionnement
Pour assurer les performances de la pompe à chaleur, les planchers
chauffants sont calculés pour une température en entrée de l’ordre de
35 à 40 °C avec un maximum de 45 °C et une chute de température de
5 à 7 K en régime nominal.
Ils sont dimensionnés pour une température maximale de sol de 28 °C
(arrêté du 23 juin 1978 modifié).
Ils doivent obligatoirement être équipés d’un thermostat limiteur de
sécurité placé sur le départ du réseau. Ce thermostat électromécanique doit être indépendant de la régulation et à réarmement manuel
(NF EN 1264 et NF DTU 65.14).
Les principaux paramètres devant être définis sur les feuilles de
calculs sont :
• la puissance calorifique de chaque pièce ;
• l’épaisseur et la conductivité thermique de la couche au-dessus
du tube ;
• le diamètre et le pas de pose des tuyauteries ;
• la longueur, le débit et la perte de charge de chaque boucle.
12.2.3. • Régulation
Les différents textes applicables spécifient plusieurs températures à
respecter :
• la température de surface est limitée à 28°C, conformément à
l’arrêté 23 juin 1978 modifié ;
• la température de départ doit être limitée à 50°C selon le DTU
65.14 P1, par un dispositif qui peut être intégré à la régulation ;
• la température dans le plancher doit être limitée à 55°C selon
la NF EN 1264, par un dispositif indépendant de la régulation et
fonctionnant en l’absence de courant.
12.3. • Radiateur
Rénovation
Le dimensionnement d’un radiateur c’est-à-dire le nombre d’éléments
le composant est fonction de la puissance souhaitée, correspondant
aux déperditions de la pièce.
72
Il est choisi selon le régime de température d’eau d’alimentation. Avec
une pompe à chaleur, des régimes à basse température sont privilégiés, tels que 45-38 °C, soit une chute de 7 K entre l’entrée et la sortie
du radiateur.
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
La puissance émise par un radiateur est fonction de sa surface mais aussi de la température d’eau l’alimentant et du
débit le parcourant. Le débit doit être ajusté par un organe
de réglage, si possible avec mémorisation de la position initiale afin de conserver le réglage après manipulation, par
exemple à l’occasion de travaux.
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
!
PROGRAMME
Dans les catalogues des fabricants, la puissance est déterminée en
fonction de l’écart de température entre l’ambiance (par exemple
de 20 °C) et la moyenne de température d’eau du radiateur pour le
régime nominal (par exemple 45-38 °C).
Rénovation
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
73
Raccordement électrique
PROFESSIONNELS
13
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
13.1. • Règles générales pour la conception
des installations électriques
13.1.1. • Caractéristiques de la tension
d’alimentation
Le décret et l’arrêté du 24 décembre 2007 fournissent des prescriptions techniques en matière de qualité des réseaux publics de transport et de distribution d’électricité. Ils définissent notamment les
valeurs extrêmes de la tension délivrée aux utilisateurs du réseau
basse tension :
• la valeur efficace de la tension nominale Un est de 230 V en
monophasé et de 400 V en triphasé ;
• la tension efficace, moyennée sur 10 minutes, doit rester dans la
plage Un±10%.
13.1.2. • Les principaux éléments
du raccordement électrique
Rénovation
L’installation électrique des bâtiments collectif et tertiaire doit respecter les dispositions des normes NF C 14-100 et NF C 15-100 en vigueur
au moment de la demande de permis de construire ou de la déclaration préalable de construction.
74
Le branchement et les raccordements électriques doivent respecter
les exigences de la norme NF C 15-100 et les spécifications du fabricant de la pompe à chaleur.
Le raccordement de la pompe à chaleur doit s’effectuer sur un circuit
d’alimentation spécifique.
• la tension admissible par la pompe à chaleur ;
• la tension admissible par l’appoint électrique ;
• la puissance électrique absorbée par la pompe à chaleur et ses
auxiliaires ;
• la puissance absorbée par l’appoint électrique ;
• la section et la longueur du câble électrique préconisée pour
l’alimentation de la pompe à chaleur ;
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
• la tension du réseau d’alimentation ;
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
Les éléments suivants relatifs à l’installation ou provenant des spécifications du fabricant de la pompe à chaleur doivent être connues pour
réaliser les raccordements électriques :
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
• la section et la longueur du câble électrique préconisée pour
l’alimentation de l’appoint électrique ;
La norme NF C 15-100 précise en particulier la nécessité de protéger le
raccordement :
• des courants de démarrage ;
• des variations de tension ;
• des courants harmoniques.
D’autres dispositifs doivent également protéger l’installation contre :
• les courts circuits ;
• la surcharge, conformément à l’UTE C 15-105.
Nota : Les fusibles aM ne protègent pas contre les surcharges.
13.2. • Courants de démarrage
La norme NF C 15-100 préconise de limiter les intensités de démarrage des moteurs de manière à éviter des perturbations excessives.
Elle ne fournit cependant pas de préconisation spécifique pour garantir un bon fonctionnement des matériels de type PAC qui peuvent
avoir des courants de démarrage importants.
En monophasé
En triphasé
Locaux
Habitation
(branchement à puissance limitée)
45
45
Autre
(branchement à puissance surveillé)
100
200
Habitation
(branchement à puissance limitée)
60
60
Autre
(branchement à puissance surveillé)
125
250
s Figure 40 : Intensités maximales de démarrage des moteurs dans les installations, selon NF C 15-100
Rénovation
Moteur raccordé
Intensité maximale de démarrage
(A)
Réseau
Réseau souterrain
aérien
75
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
Au-delà de ces intensités, l’alimentation électrique est subordonnée à
l’accord préalable du distributeur d’énergie afin que ces dispositions
soient prises pour que leur utilisation reste compatible avec la conservation des installations de distribution et la desserte sans troubles
graves pour les usagers.
Commentaire
Pour respecter ces contraintes, la plus grande partie des PAC certifiées NF PAC
sont équipées d’un dispositif de démarrage progressif (de type Soft Starter).
13.3. • Variation de tension en amont
du point de livraison
Les matériels installés doivent disposer a minima du marquage CE qui
implique en particulier la conformité aux normes d’émissions électromagnétiques des moteurs et des appareils à démarrage progressif.
Cas d’un raccordement à puissance limitée
En matière de fluctuations de tension, pour une installation à puissance limitée, l’application de la norme NF EN 61000-3-3 implique un
courant de démarrage d’une intensité inférieure :
• à environ 30 A pour les PAC alimentées en monophasé ;
• à environ 50 A pour les PAC alimentées en triphasé.
Commentaire
Lorsque seules les résistances d’appoint électrique sont en triphasé, ce sont les
règles du monophasé qui s’appliquent pour le moteur de la PAC.
Dans le cas d’un branchement à puissance limitée, en présence d’une
PAC ayant un courant de démarrage plus élevé, le niveau de perturbations peut encore être maîtrisé si l’impédance du réseau d’alimentation, au point de livraison du client, est suffisamment faible.
Dans ce cas, le fabricant de l’équipement doit déclarer dans le manuel
d’instructions au client les exigences suivantes :
• la PAC ne peut être raccordée qu’à un réseau ayant une impédance inférieure à une valeur maximale ZMAX (valeur à déclarer
par le fabricant) ;
Rénovation
• ou bien, la PAC est réservée aux locaux présentant une capacité
d’alimentation supérieure à 100 A par phase.
76
Les tableaux ci-dessous fournissent des valeurs indicatives de courant nominal et de puissance nominale des PAC pour respecter les
intensités de démarrage préconisées par la norme NF EN 61000-3-3,
selon les systèmes de démarrage utilisés. Elles sont calculées à partir
d’ordres de grandeur de courants de démarrage (Idémarrage) et de courant nominal (Inominal) selon les technologies de démarrage.
Sans système de
démarrage
Id = 5 x In
30
6
≤ 1,2
12
Avec système de
démarrage
Id = 2 x In
30
15
≤3
12
Avec Inverter
30
30
6
12
30 pour
l’ensemble
30 pour l’ensemble
6 pour l’ensemble
12
Moteur + chauffage
d’appoint sur même
départ
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
Puissance* de
Intensité
Intensité nomi- Puissance nomiraccordement
maximale de
nale du moteur nale maximale du
du branchement
démarrage
In (A)
moteur (kVA)
(kVA)
Id (A)
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PAC ou moteur
monophasé
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
(*) La puissance de raccordement doit être déterminée en tenant compte de l’ensemble des besoins
électriques de l’installation
s Figure 41 : Valeurs préconisées d’intensités et puissances des PAC selon NF EN 61000-3-3 – Cas des
PAC ou moteurs monophasés
PAC ou moteur
triphasé
Puissance* de
Intensité
Intensité nomi- Puissance nomiraccordement
maximale de
nale du moteur nale maximale du
du branchement
démarrage
In (A)
moteur (kVA)
(kVA)
Id (A)
Sans système de
démarrage
Id = 5 x In
50
10
6
36
Avec système de
démarrage
Id = 2 x In
50
25
15
36
Avec Inverter
30
30
18
36
30 pour
l’ensemble
30 pour l’ensemble
18 pour l’ensemble
36
Moteur + chauffage
d’appoint sur même
départ
(*) La puissance de raccordement doit être déterminée en tenant compte de l’ensemble des besoins
électriques de l’installation
s Figure 42 : Valeurs préconisées d’intensités et puissances des PAC selon NF EN 61000-3-3 – Cas des
PAC ou moteurs triphasés
Cas d’un raccordement à puissance surveillée
Une demande doit être effectuée auprès d’ERDF.
Rénovation
En matière de fluctuations de tension, pour une installation à puissance surveillée, l’application de la norme NF EN 61000-3-11 est
recommandée.
77
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
13.4. • Chute de tension du raccordement
Les câbles électriques utilisés pour le raccordement de l’installation
provoquent une chute de tension entre le point de livraison et les
équipements.
Des longueurs maximales indicatives de câbles sont données en
annexe en fonction de la section du conducteur pour assurer une
chute de tension de 5%.
13.5. • Harmoniques
L’électronique de puissance intégrée dans les pompes chaleur à compresseur à vitesse variable (« inverter ») peut provoquer l’émission
d’harmoniques dans le réseau.
Si le matériel ne répond pas aux exigences de la norme NF EN 610003-2 ou de la norme NF EN 61000-3-12, il convient par exemple :
• de se rapprocher du fournisseur d’énergie pour examiner la
possibilité contractuelle d’injection d’harmoniques ;
• d’alimenter les charges sensibles (régulation) et les charges polluantes (compresseur) par des circuits séparés ;
Rénovation
• d’intégrer des filtres permettant de réduire les harmoniques.
78
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
14
PROGRAMME
Annexes
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
[ANNEXE 1] : CALCUL ET EXIGENCES POUR LE COP ET LE SPF
[ANNEXE 2] : ELEMENTS D’ACOUSTIQUE
[ANNEXE 3] : SOLUTIONS D’IMPLANTATION DES POMPES À CHALEUR
[ANNEXE 4] : DIMENSIONNEMENT DU VASE D’EXPANSION
[ANNEXE 5] : METHODE DE SELECTION
REGULATION A TROIS VOIES
D’UNE VANNE
DE
[ANNEXE 6] : METHODE DE SELECTION
REGULATION A DEUX VOIES
DES VANNES
DE
[ANNEXE 7] : LONGUEURS MAXIMALES DES LIAISONS ELECTRIQUES
[ANNEXE 8] : PAC EN RELEVE DE CHAUDIERE : LES DEUX MODES
DE FONCTIONNEMENT
Rénovation
[ANNEXE 9] : DIMENSIONNEMENT DU VOLUME TAMPON
79
PROFESSIONNELS
ANNEXE 1 : CALCUL ET EXIGENCES
POUR LE COP ET LE SPF
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
Coefficient de performance (COP)
Le COP sert à évaluer le rendement d’une pompe à chaleur en certains
points de fonctionnement.
COP = Pcalo PAC / (Pabs + Paux)
Avec :
-Pcalo PAC : puissance calorifique pour le chauffage des locaux
et, le cas échéant, la production d’eau chaude sanitaire ;
-Pabs : puissance électrique consommée par le compresseur ;
-Paux : puissance pour compenser la chute de pression dans le
condenseur, le dégivrage et la régulation de la pompe à chaleur conformément à la norme NF EN 14511-1.
Le coefficient de performance machine doit être au moins égal aux
valeurs données dans le référentiel NF PAC (NF 414) rappelées dans
les tableaux suivants :
Évaporateur
Temp sèche
Temp humide
(°C)
(°C)
Condenseur
Temp entrée eau Temp sortie eau COP minimal
(°C)
(°C)
7
6
30
35
3,40
-7
-8
*
35
2,10
(*) L’essai est réalisé avec le débit d’eau déterminé lors de l’essai à +7°C.
s Figure A. 1.1 : Valeurs minimales de COP pour une température d’entrée d’eau de 30°C et de sortie de 35°C
Evaporateur
Temp sèche
Temp humide
(°C)
(°C)
Condenseur
Temp entrée eau Temp sortie eau COP minimal
(°C)
(°C)
7
6
40
45
2,70
-7
-8
*
45
1,60
(*) L’essai est réalisé avec le débit d’eau déterminé lors de l’essai à +7°C.
s Figure A. 1.2 : Valeurs minimales de COP pour une température d’entrée d’eau de 40°C et de sortie de 45°C
Évaporateur
Temp sèche
Temp humide
(°C)
(°C)
Condenseur
Temp entrée eau Temp sortie eau COP minimal
(°C)
(°C)
7
6
55
65
1,90
-7
-8
*
65
1,20
Rénovation
(*) L’essai est réalisé avec le débit d’eau déterminé lors de l’essai à +7°C.
80
s Figure A. 1.3 : Valeurs minimales de COP pour une température d’entrée d’eau de 55°C et de sortie de 65°C
Qchauf+QECS SPFg,t =WPAC+appoint + Waux
Avec :
-SPFg,t : facteur total de performance saisonnière du sous-système de génération ;
-Qchauf : besoin en énergie calorifique du sous-système de distribution du chauffage des locaux ;
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
Le facteur total de performance saisonnière du sous-système de génération (pompe à chaleur et générateur d’appoint électrique inclus)
peut être calculé selon l’équation :
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
Facteur total de performance saisonnière (SPFg,t)
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
-QECS : besoin en énergie calorifique du sous-système de distribution d’eau chaude sanitaire ;
: énergie électrique totale consommée par la
-WPAC+appoint pompe à chaleur et le générateur d’appoint ;
-Waux : énergie totale consommée par les auxiliaires.
Valeurs minimales et cibles du SPFg,t pour les pompes
à chaleur air extérieur/eau
Le système de chauffage par pompe à chaleur doit être conçu pour
atteindre un facteur de performance saisonnière (SPFg,t) élevé.
Le tableau suivant présente la valeur minimale du SPFg,t ainsi que la
valeur cible de ce facteur pour le chauffage des locaux et la production d’eau chaude sanitaire dans les bâtiments rénovés.
Les limites du système sont présentées en A. 1.1. La méthode de calcul
pour l’estimation du SPF doit être tirée de la norme NF EN 15316-4-2.
Sources froide et chaude
Valeur minimale du SPF
Valeur cible du SPF
Air extérieur/eau
2,5
2,8
Rénovation
s Figure A. 1.4 : Valeurs minimale et cible du SPF pour les systèmes de chauffage par pompe à chaleur
employés pour le chauffage des locaux et la production d’eau chaude sanitaire dans les bâtiments
rénovés
81
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
ANNEXE 2 : ELEMENTS D’ACOUSTIQUE
Les performances acoustiques des appareils sont définies par les
grandeurs suivantes :
• Le niveau de puissance acoustique (Lw).
La puissance acoustique exprimée en dB(A) caractérise la
source sonore, indépendamment de son environnement. Elle
permet ainsi de comparer les pompes à chaleur entre elles.
Cette valeur est fournie par Eurovent et les laboratoires de
mesures ;
• Le niveau de pression acoustique (Lp)
La pression acoustique exprimée en dB(A) caractérise le niveau
de bruit que l’oreille perçoit et dépend de paramètres indépendants de la source sonore tels que la distance par rapport à la
source, la taille et la nature des parois du local,… Les réglementations se basent sur cette valeur.
Pompe à chaleur
Lw [dB(A)]
Un appareil a un niveau de puissance
acoustique Lw exprimé en dB(A).
x Lp [dB(A)]
Le niveau de pression acoustique Lp est fonction
d [m]
de l’environnement et de sa distance par rapport
à la source. Il est exprimé en dB(A).
s Figure A. 2.1 : Grandeurs principales utilisées en acoustique
Rénovation
Le tableau suivant permet d’obtenir une approche du niveau de pression acoustique (niveau sonore) obtenu en champ libre en fonction
de la distance à laquelle se trouve l’élément de réception par rapport
à la source, pour un niveau de puissance acoustique de 70 dB(A). Il
concerne les pompes à chaleur en contact avec une paroi réverbérante, par exemple posées sur un socle en béton.
82
s Figure A. 2.2 : Approche du niveau sonore obtenu pour une pompe à chaleur posée sur un socle en
béton : niveau de pression Lp en dB(A) selon la distance d en m pour une puissance acoustique de
70 dB(A)
L’implantation de la PAC doit considérer le sens des vents dominants
qui peuvent entraîner les effets suivants :
•Des contraintes mécaniques sur le ventilateur de l’unité extérieure pouvant aller jusqu’à la destruction du moteur.
Afin d’éviter cet aléa, il convient d’adapter l’orientation de la
PAC par rapport aux vents dominants comme indiqué à la figurer ci-dessous (à gauche mauvaise implantation, à droite bonne
implantation).
PROFESSIONNELS
PROGRAMME
Solutions pour l’intégration technique d’une pompe
à chaleur à l’extérieur
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
ANNEXE 3 : SOLUTIONS D’IMPLANTATION
DES POMPES À CHALEUR
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
Direction du vent
Direction du vent
Mauvaise implantation
Bonne implantation
s Figure A. 3.1 : Action des vents dominants sur le ventilateur de la PAC
• Un recyclage d’air extérieur rejeté par la PAC vers son aspiration.
Lorsque la PAC est exposée au vent, le refoulement d’air peut
être forcé contre le bâtiment et rabattu vers l’aspiration.
Lorsque la PAC est sous le vent, il se crée une zone de pression
négative qui peut forcer l’air de refoulement vers l’aspiration.
Pour éviter tout risque de dysfonctionnement, la PAC est
soit surélevée soit équipée d’un « plénum » de refoulement
afin d’évacuer l’air au-dessus du mur. Dans ce dernier cas, il
convient de vérifier le dimensionnement du ventilateur (pression statique).
Direction du vent
s Figure A. 3.2 : Recyclage parasite d’air extérieur sur la PAC
Rénovation
Direction du vent
83
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROFESSIONNELS
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
PAC surélevée
PAC avec «plénum»
de refoulement
s Figure A. 3.3 : Améliorations de l’évacuation de l’air rejeté par une PAC
• Une influence sur les performances des équipements.
Lorsque la production comprend deux PAC, leur positionnement doit permettre d’éviter que le refoulement de la première
ne soit pas aspiré par la seconde.
Vent dominant
Aspiration d’air
Aspiration d’air
Vent dominant
Aspiration
d’air
Aspiration
d’air
s Figure A. 3.4 : Positionnement de deux PAC
Solutions pour l’intégration acoustique d’une pompe à
chaleur à l’extérieur
Les préconisations suivantes peuvent être formulées pour la mise en
place d’un écran anti-bruit :
•Emplacement
L’écran doit être placé le plus près possible de la source sonore
tout en permettant la libre circulation de l’air dans l’évaporateur
et les interventions d’entretien.
Une attention particulière est portée sur le risque potentiel de
réflexion des ondes sonores par une mauvaise implantation de
l’unité extérieure ;
•Dimensions
Rénovation
La taille de l’écran doit être telle que l’unité ne soit pas visible
par le voisinage.
84
La hauteur de l’écran doit dépasser d’un mètre au moins la
ligne reliant l’habitation la plus haute au point le plus élevé de
la source sonore.
Dans le cas d’une installation au pied d’un immeuble, il peut être
nécessaire de munir l’écran d’un auvent. La hauteur de l’écran
Pompe
à chaleur
Logement
Écran
Ch. 1
Pompe à chaleur
Escalier
Ch. 2
Logement
Écran
Ondes réfléchies
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
De même pour la détermination de sa largeur, des rabats
peuvent s’avérer indispensables, l’écran ayant alors une forme
de « L » ou de « U ».
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
ne pouvant être démesurée, on admet généralement que l’angle
formé par cette ligne et l’horizontale est d’environ 30°.
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
Ondes réfléchies
Mauvaise disposition
Bonne disposition
s Figure A. 3.5 : Exemples de dispositions d’un écran acoustique
1m
30°
1 à 1,50 m
s Figure A. 3.6 : Disposition d’un écran anti-bruit
L’écran anti-bruit doit être peu réverbérant du côté de la source sonore
et peu d’ondes ne doivent le traverser. Il est donc recommandé de le
construire avec des matériaux denses, de préférence en maçonnerie
(exemple : parpaings creux avec alvéoles ouvertes du côté de la PAC
et alvéoles bouchées sur la face opposée).
1m
1m
Bâtiment
à protéger
État de surface
évitant les réflexions
s Figure A. 3.7 : Montage d’un écran antibruit entre la PAC et le bâtiment à protéger
Rénovation
Mur écran
85
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
Solutions pour l’intégration technique d’une pompe
à chaleur à l’intérieur
Les actions spécifiques sur les locaux afin d’éviter la propagation du
bruit :
•Actions sur le local par limitation de la réverbération du local
Si les parois du local sont lisses, les ondes sonores se réfléchissent et ces réflexions multiples contribuent à élever le
niveau sonore dans le local. Il convient de rendre les parois
absorbantes en utilisant des matériaux fibreux anti réverbérants, ou à défaut un enduit fibreux projeté ou floqué.
•Actions sur le local par interposition d’une barrière aux ondes
sonores
C’est le rôle des parois, des cloisons qui suivent la loi de masse,
c’est-à-dire que plus la paroi est dense, plus l’affaiblissement de
transmission est important. A masse égale, cet affaiblissement
est plus élevé dans les fréquences aiguës que dans les graves.
Dispersion
Onde
réverbérée
Onde
transmise
Onde
incidente
Cloison en maçonnerie
s Figure A. 3.8 : Cloison en maçonnerie
Pour les portes dont la masse surfacique est bien plus faible que celle
des cloisons, de bons résultats sont obtenus en créant un sas équipé
de deux portes en application de la loi de masse.
Si on ne peut établir un sas, la porte est alourdie par une feuille de
tôle d’acier si elle est en bois. Pour une porte métallique, celle-ci est
doublée avec des panneaux de particules de plus de 20 mm d’épaisseur et une colle caoutchouteuse.
Dans tous les cas, des bourrelets compressibles en caoutchouc sont
disposés dans les feuillures et le jeu entre la porte et le seuil est réduit
au minimum. Une bavette d’étanchéité peut également être prévue.
Local technique
Rénovation
Porte traitée
acoustiquement
86
s Figure A. 3.9 : Local technique avec sas
Cloison en
maçonnerie
Sas
Porte coupe
feu
•Actions sur la machine par mise en place de grilles acoustiques
de prise ou rejet d’air
Le matériau acoustique doit être imputrescible, de préférence
ininflammable et incombustible (classe M0) tel que la laine de
roche. L’ensemble est protégé par une tôle perforée ;
•Actions sur la machine par mise en place de silencieux
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
Si pour des problèmes sonores particuliers il est nécessaire
d’installer la pompe à chaleur sur plots antivibratiles, les plots
supplémentaires sont soit fournis par le constructeurs, soit calculés ;
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
•Actions sur la machine par mise en place de plots antivibratiles
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
Les ondes sonores sont progressivement dispersées lors de
leur passage entre des aubages parallèles en fibres minérales.
Les baffles acoustiques sont réalisées par exemple avec des
panneaux de laine de verre ou de roche rigidifiés. En pratique,
on trouve des panneaux d’épaisseur de 40 à 50 mm, avec des
écartements de 50 à 100 mm ;
•Actions sur la machine par mise en place d’un capotage du
compresseur si besoin
Il peut s’agir d’une boîte en matériau permettant l’effet de la loi
de masse, revêtue intérieurement de laine minérale.
Rénovation
C’est le plus souvent une jaquette souple composée d’une
housse isophonique recouvrant complètement le compresseur.
Cette housse comprend généralement un capuchon recouvrant la tête du compresseur et une couverture isophonique
entourant le corps du compresseur fixée à l’aide d’un système
réglable utilisant la technologie Velcro. Des constructeurs proposent ce dispositif.
87
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
ANNEXE 4 : DIMENSIONNEMENT DU VASE
D’EXPANSION
Le dimensionnement d’un vase d’expansion consiste à déterminer :
• sa pression de gonflage ;
• sa capacité.
Le dimensionnement est effectué sur la base du mode chauffage.
La pression de gonflage
La pression de gonflage du vase doit être supérieure à la pression statique de l’installation de façon à ce que, à froid, l’eau n’entre pas dans
le vase et que le volume soit maximal pour absorber la dilation de
l’eau.
Elle est exprimée en bar et doit correspondre à la pression statique de
l’installation arrondie au 0,5 bar supérieur. La pression statique équivaut à la hauteur d’eau de l’installation, depuis le vase d’expansion
jusqu’au point le plus élevé du circuit de chauffage. Sachant que 1 m
de colonne d’eau est proche de 0,1 bar.
Si le vase d’expansion est en partie haute de l’installation (sous toiture par exemple), la pression de gonflage est de 0,5 bar, sauf si une
pression minimale de fonctionnement plus élevée est demandée par
le constructeur de la pompe à chaleur.
La capacité du vase
La capacité du vase doit être telle qu’elle puisse recueillir le volume
d’expansion de l’installation. Or, le volume d’eau absorbé par le vase,
encore appelé volume utile, ne peut pas occuper la totalité de la capacité du vase. Le volume utile est fonction des limites de pression entre
lesquelles travaille le vase.
La capacité du vase doit être de :
volume d 'exp ansion x
p . finale x p. remplissage
p. gonflage x ( p. finale − p. remplissage)
Avec :
Rénovation
- p.gonflage : pression de gonflage du vase ;
88
- p.remplissage : pression de remplissage de l’installation, elle
est généralement supérieure d’environ 0,2 bar à la pression
de gonflage du vase pour stocker une petite réserve d’eau, La
pression de remplissage est réglée à froid à l’aide du manomètre placé sur l’installation, à proximité du vase ;
- p.finale : pression finale du vase fixée en général à 90 % de la
pression de tarage des soupapes de sûreté afin que celles-ci
ne s’ouvrent pas en fonctionnement normal de l’installation
(les soupapes du commerce sont tarées à 3 bar).
Le volume d’expansion correspond au volume de dilatation de l’eau
de l’installation. Il est fonction de la température moyenne maximale
de l’installation. Le tableau ci-dessous fournit le coefficient de dilatation de l’eau en considérant que l’installation est remplie avec de l’eau
à 10°C, sans antigel.
Température de l'eau
Coefficient de dilatation (remplissage à
10°C)
80 °C
2,87 %
75 °C
2,55 %
70 °C
2,24 %
65 °C
1,96 %
60 °C
1,68 %
55 °C
1,42 %
50 °C
1,18 %
45 °C
0,96 %
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
Par exemple : une pression relative de 1,5 bar correspond à une pression absolue de 1,5 + 1 bar de pression atmosphérique soit 2,5 bar.
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
Attention, dans cette formule les pressions sont exprimées en valeurs
absolues.
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
s Figure A. 4.1 : Coefficient de dilatation de l’eau sans antigel
La contenance en eau de l’installation correspond au volume d’eau
contenu dans les canalisations, la pompe à chaleur, les émetteurs,…
Elle peut être calculée à partir des données des fabricants.
Elle peut aussi être estimée en fonction de la puissance de l’installation et du type d’émetteurs. Les valeurs suivantes peuvent être considérées : 14 litres par kW pour une installation de radiateurs et 12 litres
par kW pour une installation de planchers chauffants.
Rénovation
Dans le catalogue du fabricant, toujours choisir un vase de capacité
supérieure à la capacité calculée.
89
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
ANNEXE 5 : MÉTHODE DE SÉLECTION
D’UNE VANNE DE RÉGULATION À TROIS VOIES
La méthode de sélection pour les vannes de régulation est la suivante :
• Repérer le circuit à débit variable et calculer la perte de charge
de ses éléments ΔpR100 pour le débit de calcul ;
•Fixer l’autorité à 0,5 soit ΔpV100 = ΔpR100 ;
•Calculer le KVS souhaité tel que :
K vs =
q
∆Pv100
•Choisir le KVS standard le plus proche dans les documents fournis par le fabricant.
Rénovation
Dans la formule, q est le débit de calcul en m3/h et ΔpV100, la perte de
charge dans la vanne ouverte en bar.
90
PROFESSIONNELS
DES
PROGRAMME
La procédure de dimensionnement des vannes à deux voies s’appuie
sur un exemple simplifié, avec quatre circuits.
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
ANNEXE 6 : MÉTHODE DE SÉLECTION
DES VANNES DE RÉGULATION À DEUX VOIES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
s Figure A. 6.1 : Exemple pour un schéma à quatre circuits
Notons que, dans cet exemple simplifié, le dernier circuit est le plus
« défavorisé », il présente les pertes de charge les plus élevées. Dans
une installation quelconque, le circuit le plus éloigné géographiquement du circulateur n’est pas forcément le plus défavorisé. L’ordre de
calcul des circuits est déterminé par le calcul des pertes de charge des
canalisations et de ses accessoires et non pas sa localisation.
Calcul du circuit le plus défavorisé
Sachant le circuit 4 est le plus défavorisé, les notations suivantes sont
utilisées :
• Δp4 : pression différentielle appliquée au circuit 4 ;
• ΔpV(4) : perte de charge de la vanne de régulation ouverte à
100% ;
s Figure A. 6.2 : Désignations pour le circuit 4
Rénovation
• ΔpR(4) : perte de charge du circuit réglé au débit nominal, c’està-dire pour la vanne ouverte à 100%.
91
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
Les pertes de charge ΔpR(4) des canalisations et des accessoires
composant le circuit 4 sont connues, notamment celles de l’organe
d’équilibrage.
L’organe d’équilibrage est facultatif sur le circuit le plus défavorisé
mais sa mise en place est recommandée pour faciliter l’équilibrage du
réseau. Il doit présenter la perte de charge la plus faible possible, celle
préconisée par le fabricant pour garantir la précision des mesures.
On fixe pour commencer une autorité de la vanne de régulation de 0,5
soit ΔpV(4) = ΔpR(4).
Puis on sélectionne la vanne dont le KVS disponible conserve l’autorité
la plus proche possible de 0,5, par excès.
Commentaire
L’organe d’équilibrage du circuit le plus défavorisé permet de faciliter l’opération
d’équilibrage du réseau.
Calcul des circuits courants
Les notations suivantes sont utilisées pour le circuit i (1,2 ou 3) :
• Δpi : pression différentielle appliquée au circuit i ;
• ΔpV(i) : perte de charge de la vanne de régulation ouverte à
100% ;
• ΔpR(i) : perte de charge du circuit réglé au débit nominal, c’est-àdire pour la vanne de régulation ouverte à 100% ;
• Δpéq(i) : perte de charge de l’organe d’équilibrage parcouru par
le débit nominal.
s Figure A. 6.3 : Désignations pour le circuit i
Rénovation
Afin d’équilibrer les circuits entre eux, le circuit i doit avoir une pression différentielle Δpi équivalente à la pression différentielle du circuit 4 à laquelle sont ajoutées les pertes de charge des canalisations
depuis le circuit 4.
92
La vanne de régulation est choisie de façon à ce qu’elle reprenne un
maximum de pression différentielle, c’est-à-dire (Δpi – ΔpR(i)), avec
ΔpR(i), les pertes de charge du circuit émetteur. La vanne étant sélectionnée, sa perte de charge réelle est notée ΔpV(i).
L’organe d’équilibrage est calculé pour que la perte de charge Δpéq(i)
créée permette d’équilibrer la pression différentielle Δpi, soit Δpéq(i) =
Δpi – (ΔpR(i) + ΔpV(i)).
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
On procède ainsi pour tous les circuits courants, en se rapprochant du
circulateur.
PROGRAMME
Cette procédure permet d’assurer une autorité suffisante de la vanne
de régulation à deux voies, supérieure à 0,5.
Rénovation
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
93
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
ANNEXE 7 : LONGUEURS MAXIMALES
DES LIAISONS ÉLECTRIQUES
Les chutes de tension sont déterminées à l’aide de la formule
suivante :
∆U = b × ( ρ1 ×
L
× cos ϕ + λ × L × sin ϕ ) × lB
S
Avec :
- ΔU : chute de tension, en volt ;
- b : coefficient égal à 1 pour les circuits triphasés et égal à
2 pour les circuits monophasés. Attention, les circuits triphasés avec neutre complètement déséquilibré (une seule phase
chargée) sont considérés comme des circuits monophasés ;
- ρ1 : résistivité des conducteurs en service normal, considérée égale à la résistivité à la température en service normal,
soit 1,25 fois la résistivité à 20 °C, soit 0,023 Ωmm²/m pour le
cuivre et 0,037 Ω.mm²/m pour l’aluminium ;
-L : longueur simple de la canalisation, en m ;
-S : section des conducteurs, en mm² ;
-cos φ : facteur de puissance (en l’absence d’indications précises, le facteur de puissance est considéré égal à 0,8 (sin φ
de 0,6)) ;
- λ : réactance linéique des conducteurs (considérée égale à
0,08 10-3 Ω/m en l’absence d’autres indications) ;
Rénovation
-IB : courant d’emploi en ampère.
94
36
119 178 294 463 707 966 1332 1783 2293 2753 3248 3759 4446 5069
30
54
79 119 196 308 471 644 888
1189 1529 1835 2165 2506 2964 3380
40
72
60
89 147 231 353 483 666
891
1147 1376 1624 1879 2223 2535
50
90
48
71 117 185 283 386 533
713
917
1101 1299 1503 1778 2028
60
108
40
59
98 154 236 322 444
594
764
918
1083 1253 1482 1690
70
126
34
51
84 132 202 276 381
509
655
787
928
6
10 16 25 35
1074 1270 1448
80
144
30
44
73 116 177 242 333
446
573
688
812
940
1111 1267
90
162
26
40
65 103 157 215 296
396
510
612
722
835
988
1127
100
180
24
36
59
93 141 193 266
357
459
551
650
752
889
1014
110
198
22
32
53
84 129 176 242
324
417
501
590
683
808
922
120
217
20
30
49
77 118 161 222
297
382
459
541
626
741
845
130
235
18
27
45
71 109 149 205
274
353
424
500
578
684
780
140
253
17
25
42
66 101 138 190
255
328
393
464
537
635
724
150
271
16
24
39
62
94 129 178
238
306
367
433
501
593
676
160
289
15
22
37
58
88 121 167
223
287
344
406
470
556
634
170
307
14
21
35
54
83 114 157
210
270
324
382
442
523
596
180
325
13
20
33
51
79 107 148
198
255
306
361
418
494
563
190
343
13
19
31
49
74 102 140
188
241
290
342
396
468
534
200
361
12
18
29
46
71
97
133
178
229
275
325
376
445
507
210
379
11
17
28
44
67
92
127
170
218
262
309
358
423
483
220
397
11
16
27
42
64
88
121
162
208
250
295
342
404
461
230
415
10
15
26
40
61
84
116
155
199
239
282
327
387
441
240
433
10
15
24
39
59
81
111
149
191
229
271
313
370
422
250
451
10
14
23
37
57
77
107
143
183
220
260
301
356
406
260
469
9
14
23
36
54
74
102
137
176
212
250
289
342
390
270
487
9
13
22
34
52
72
99
132
170
204
241
278
329
376
280
505
9
13
21
33
50
69
95
127
164
197
232
268
318
362
290
523
8
12
20
32
49
67
92
123
158
190
224
259
307
350
PROFESSIONNELS
20
4
DES
(2)
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
section (mm²)
50 70 95 120 150 185 240 300
(1)
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
P (kW) I (A)
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
(1) Puissance nominale en W
(2) Intensité nominale en A
Rénovation
s Figure A. 7.1 Longueurs maximales des liaisons en m pour des conducteurs cuivre compatibles avec
une chute de tension de 5% (400 V, triphasé, cos φ de 0,8)
95
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
P (kW) I (A)
section (mm²)
10 16 25 35 50 70 95 120 150 185 240 300
(1)
(2)
4
20
36
74 111 184 292 450 620 866 1177 1541 1881 2259 2665 3235 3779
30
54
50 74 123 195 300 413 577 785
1028 1254 1506 1776 2157 2519
40
72
37 56
92 146 225 310 433 589
771
940
1130 1332 1617 1890
50
90
30 45
74 117 180 248 346 471
617
752
904
1066 1294 1512
60
108
25 37
61
97 150 207 289 392
514
627
753
888
1078 1260
70
126
21 32
53
83 129 177 247 336
440
537
645
761
924
1080
80
144
19 28
46
73 112 155 217 294
385
470
565
666
809
945
90
162
17 25
41
65 100 138 192 262
343
418
502
592
719
840
100
180
15 22
37
58
90 124 173 235
308
376
452
533
647
756
110
198
14 20
34
53
82 113 157 214
280
342
411
484
588
687
120
217
12 19
31
49
75 103 144 196
257
313
377
444
539
630
130
235
11 17
28
45
69
95 133 181
237
289
348
410
498
581
140
253
11 16
26
42
64
89 124 168
220
269
323
381
462
540
150
271
10 15
25
39
60
83 115 157
206
251
301
355
431
504
160
289
9
14
23
37
56
78 108 147
193
235
282
333
404
472
170
307
9
13
22
34
53
73 102 138
181
221
266
313
381
445
180
325
8
12
20
32
50
69
96
131
171
209
251
296
359
420
190
343
8
12
19
31
47
65
91
124
162
198
238
280
341
398
200
361
7
11
18
29
45
62
87
118
154
188
226
266
323
378
210
379
7
11
18
28
43
59
82
112
147
179
215
254
308
360
220
397
7
10
17
27
41
56
79
107
140
171
205
242
294
344
230
415
6
10
16
25
39
54
75
102
134
164
196
232
281
329
240
433
6
9
15
24
37
52
72
98
128
157
188
222
270
315
250
451
6
9
15
23
36
50
69
94
123
150
181
213
259
302
260
469
6
9
14
22
35
48
67
91
119
145
174
205
249
291
270
487
6
8
14
22
33
46
64
87
114
139
167
197
240
280
280
505
5
8
13
21
32
44
62
84
110
134
161
190
231
270
290
523
5
8
13
20
31
43
60
81
106
130
156
184
223
261
6
(1) Puissance nominale en W
(2) Intensité nominale en A
Rénovation
s Figure A. 7.2 Longueurs maximales des liaisons en m pour des conducteurs aluminium compatibles
avec une chute de tension de 5% (400 V, triphasé, cos φ de 0,8)
96
Deux types de fonctionnement sont possibles : simultané ou alterné.
Fonctionnement simultané
Ce mode de fonctionnement est également désigné bivalent parallèle.
La pompe à chaleur assure seule le chauffage jusqu’à la température
d’équilibre.
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
La pompe à chaleur est utilisée comme générateur principal. La chaudière assure l’appoint ou prend complètement le relais les jours les
plus froids.
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
ANNEXE 8 : CHAUDIÈRE EN RELEVÉ DE PAC :
LES DEUX MODES DE FONCTIONNEMENT
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
En dessous de cette température d’équilibre, la pompe à chaleur et la
chaudière fonctionnent ensemble pour assurer la totalité des besoins,
jusqu'à la température extérieure d’arrêt de la PAC à partir de laquelle
la chaudière assure seule les besoins.
Puissance en kW
Be
Dé
so
ins
pe
rd
th
itio
er
Pu
ns
m
ce
n
issa
C
PA
iqu
CHAUDIÈRE
es
PAC
-5
Tarrêt0
Chaudière PAC et
seule chaudière
Téq 5
10
15 Tnc
20
Température
extérieure en °C
PAC seule
Téq = Température d’équilibre
Tarrêt = Température d’arrêt de la PAC
Tnc = Température de non chauffage
s Figure A. 8.1 : Pompe à chaleur et chaudière en fonctionnement simultané
Fonctionnement alterné
La pompe à chaleur assure seule le chauffage de l’habitation pour
une température extérieure supérieure à la température d’équilibre
variable d’environ 5 à –5°C. C’est la température à laquelle la puissance fournie par la pompe à chaleur est égale aux besoins.
En dessous de la température d’équilibre, la chaudière assure seule
les besoins.
Rénovation
Ce mode de fonctionnement est également désigné bivalent alternatif.
97
Puissance en kW
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROFESSIONNELS
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
Be
Dé
so
ins
pe
rd
th
nce
ssa
Pui
itio
er
ns
m
PAC
iqu
es
CHAUDIÈRE
PAC
-5
0
Téq 5
Chaudière seule
10
15 Tnc
20
PAC seule
Téq = Température d’équilibre
Tnc = Température de non chauffage
Rénovation
s Figure A. 8.2 : Pompe à chaleur et chaudière en fonctionnement alterné
98
Température
extérieure en °C
La contenance du volume tampon doit correspondre au volume d’eau
minimal demandé auquel peut être soustrait la contenance du réseau.
Elle s’exprime par la formule suivante :
PuissancePAC × TempsFonctionnementMini × 1000
- ContenanceRéseau
ρ × Cp × DifférentielRégulation
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
Le volume d’eau du réseau doit pouvoir emmagasiner l’énergie fournie par la pompe à chaleur durant son temps minimal de fonctionnement, fourni dans les notices constructeurs. Ce temps est généralement compris entre 6 et 10 minutes et est de l’ordre de 20 minutes
chez certains constructeurs.
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
ANNEXE 9 : DIMENSIONNEMENT DU VOLUME
TAMPON
PROGRAMME
POMPES À CHALEUR EN HABITAT COLLECTIF ET TERTIAIRE – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT
Avec :
-PuissancePAC : la puissance calorifique du régime le plus
faible de la pompe à chaleur, en kW
-TempsFonctionnementMini : le temps minimal de fonctionnement, en seconde.
-DifférentielRégulation : le différentiel de régulation de la
pompe à chaleur, en Kelvin
-Cp : la capacité thermique massique du fluide caloporteur de
l’installation de chauffage (égale à 4,185 pour de l’eau non
glycolée), en kJ/(kg.K)
- ρ : la masse volumique du fluide caloporteur de l’installation
de chauffage (égale à 1000 pour de l’eau non glycolée), en
kg/m3
-ContenanceRéseau : la contenance de l’installation de chauffage, en litre
La puissance calorifique à prendre en compte pour dimensionner le
volume tampon est celle du premier étage qui fonctionne à une température extérieure de +7 °C afin d’obtenir une température d’eau de
35°C.
La contenance du réseau dépend du type d’émetteur (la contenance
d’un réseau de plancher chauffant est plus importante que celle d’un
réseau de radiateurs) et de la présence ou non de vannes de régulation sur les émetteurs. Si les radiateurs sont équipés de robinets
thermostatiques ou si les circuits de plancher chauffant sont dotés de
vannes à deux voies asservies à la température ambiante, le volume
des réseaux émetteurs ne doit pas être comptabilisé pour calculer la
contenance de l’installation.
Rénovation
A défaut d’une valeur connue, dans le cas d’une pompe à chaleur à
variation de puissance, la puissance calorifique réduite au régime le
plus faible de la pompe à chaleur sera égale à 30% de la puissance
calorifique nominale (limite en dessous de laquelle l’inverter fonctionne en tout ou rien).
99
PARTENAIRES du Programme
« Règles de l’Art Grenelle
Environnement 2012 »
n Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie
(ADEME) ;
n Association des industries de produits de construction
(AIMCC) ;
n Agence qualité construction (AQC) ;
n Confédération de l’artisanat et des petites entreprises
du bâtiment (CAPEB) ;
n Confédération des organismes indépendants de
prévention, de contrôle et d’inspection (COPREC
Construction) ;
n Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB) ;
n Électricité de France (EDF) ;
n Fédération des entreprises publiques locales (EPL) ;
n Fédération française du bâtiment (FFB) ;
n Fédération française des sociétés d’assurance (FFSA) ;
n Fédération des promoteurs immobiliers de France (FPI) ;
n Fédération des syndicats des métiers de la prestation
intellectuelle du Conseil, de l'Ingénierie et du Numérique
(Fédération CINOV) ;
n GDF SUEZ ;
n Ministère de l'Écologie, du Développement Durable et de
l'Énergie ;
n Ministère de l'Égalité des Territoires et du Logement ;
n Plan Bâtiment Durable ;
n SYNTEC Ingénierie ;
n Union nationale des syndicats français d’architectes
(UNSFA) ;
n U
nion nationale des économistes de la construction
(UNTEC) ;
n Union sociale pour l’habitat (USH).
N
BAT I M
D
UR
ENT
PLA
Les productions du Programme « Règles de l’Art Grenelle
Environnement 2012 » sont le fruit d’un travail collectif
des différents acteurs de la filière bâtiment en France.
ABL
E
POMPES À CHALEUR
EN HABITAT COLLECTIF
ET TERTIAIRE
CONCEPTION
ET DIMENSIONNEMENT
JJJJJJJJJJJJ

RRRR
RRRR RR
Ces Recommandations professionnelles concernent les installations de pompes
à chaleur air extérieur/eau, eau glycolée/eau et eau/eau de puissance calorifique
supérieure à 50 kW destinées au chauffage de l’habitat collectif et des bâtiments
tertiaires, lors d’une rénovation.
Elles fournissent les prescriptions relatives à la conception et au
dimensionnement des installations de pompes à chaleur et de leur appoint,
intégrant les composants du circuit hydraulique (disconnecteur, circulateur,
volume tampon…) ainsi que les émetteurs et la régulation.
Deux solutions de rénovation par pompe à chaleur sont traitées :
•La chaudière en appoint : la chaudière existante est conservée. Elle assure la
relève de la pompe à chaleur ;
•La substitution de chaudière : la chaudière existante est remplacée par
une pompe à chaleur avec un appoint éventuel centralisé, électrique ou par
chaudière.
P R O G R A M M E
D ’ A C C O M P A G N E M E N T
D E S
P R O F E S S I O N N E L S
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
Ce programme est une application du Grenelle Environnement. Il vise à revoir l’ensemble des règles de construction, afin de réaliser des économies d’énergie dans le bâtiment et de réduire les émissions de gaz à effet de serre.
www.reglesdelart-grenelle-environnement-2012.fr
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertisement