Télécharger (fichier pdf, 181 ko)

Télécharger (fichier pdf, 181 ko)
Rapport semestriel
Au 30 juin 2008
Comptes consolidés
Annexe aux comptes consolidés
Rapport semestriel d’activité
Rapport des commissaires aux comptes
Attestation des comptes
Compte de Résultat Consolidé
(en millions d'euros sauf le résultat par action)
1er semestre
2008
Chiffre d'affaires
(note 13)
Coûts des ventes
Marge brute
Recherche et développement
(note 14)
Frais généraux et commerciaux
Autres produits et charges d'exploitation
(note 15)
EBITA
Amortissements et dépréciations des incorporels liés aux acquisitions
1er semestre
2007
Exercice 2007
8 945,5
8 254,1
17 308,6
(5 274,8)
(4 876,4)
(10 210,0)
3 670,7
3 377,7
7 098,6
(199,2)
(204,1)
(417,1)
(2 065,6)
(1 936,4)
(3 978,1)
(59,7)
(62,3)
(141,7)
1 346,2
1 174,9
2 561,7
(49,4)
(26,6)
(78,6)
Résultat d'exploitation
1 296,8
1 148,3
2 483,1
Coût de la dette financière nette
(128,1)
(114,7)
(246,8)
Autres produits et charges financiers
9,1
7,4
(19,1)
(119,0)
(107,3)
(265,9)
5,7
0,3
4,3
1 183,5
1 041,3
2 221,5
(313,0)
(292,4)
(600,0)
Résultat net consolidé
870,5
748,9
1 621,5
-dont part du Groupe
851,1
729,4
1 583,1
-dont intérêts minoritaires
19,4
19,5
38,4
Résultat net (part de Schneider Electric SA)
par action (en euros/action)
3,56
3,16
6,78
Résultat net (part de Schneider Electric SA)
après dilution (en euros/action)
3,54
3,13
6,70
Résultat financier
(note 16)
Quote-part de résultat des sociétés
mises en équivalence
Résultat avant impôts
Impôts sur les sociétés
L'annexe fait partie intégrante des comptes consolidés.
(note 17)
Tableau des flux de trésorerie consolidés
1er semestre
2008
1er semestre
2007
Exercice 2007
Résultat net - part du groupe
851.1
729.4
1,583.1
Part des minoritaires
Perte/(profit) des sociétés mises en équivalence net des dividendes
reçus
Produits et charges n'ayant pas entraîné de flux de trésorerie :
Amortissements des immobilisations corporelles
Amortissements des immobilisations incorporelles
Perte de valeur des actifs non courants
Augmentation/(diminution) des provisions
Variation des impôts différés
(Plus) ou moins-values sur cessions d'actifs immobilisés
Autres éléments
19.4
19.5
38.4
(5.7)
(0.3)
(4.3)
153.5
104.6
0.3
59.7
19.0
(6.7)
4.2
158.5
79.4
8.6
(11.1)
36.1
0.7
12.0
309.4
184.9
41.2
100.8
11.3
(80.7)
26.6
Autofinancement d'exploitation
1,199.4
1,032.8
2,210.7
Diminution/(augmentation) des créances d'exploitation
Diminution/(augmentation) des stocks et travaux en cours
(Diminution)/augmentation des dettes d'exploitation
Autres actifs et passifs courants
(269.1)
(127.9)
137.2
49.4
(441.7)
(132.9)
119.8
(3.6)
(367.1)
(44.0)
150.6
139.9
(210.4)
(458.4)
(120.6)
989.0
574.4
2,090.1
Acquisitions d'immobilisations corporelles
(190.1)
(199.7)
(403.0)
Cessions d'immobilisations corporelles
Acquisitions d'immobilisations incorporelles
Cessions d'immobilisations incorporelles
15.3
(139.9)
0.6
15.3
(113.5)
0.2
78.7
(232.7)
(3.1)
(en millions d'euros)
I - Trésorerie provenant des activités d'exploitation :
Variation du besoin en fonds de roulement
Total I
II - Trésorerie (affectée aux) produite par des
opérations d'investissement :
Investissement net d'exploitation
(314.1)
(297.7)
(560.0)
(170.4)
(10.0)
(0.5)
(4,356.5)
(174.6)
(3.0)
(5,291.1)
(0.3)
(25.1)
(180.9)
(4,534.1)
(5,316.5)
Total II
(495.0)
(4,831.8)
(5,876.5)
(note 10)
Total III
1,091.8
(884.3)
(44.6)
0.0
5.4
(795.9)
(14.8)
(642.4)
3,420.9
(1,031.1)
(3.8)
0.4
1,056.6
(667.8)
(21.0)
2,754.2
707.7
(5,159.8)
14.7
6,386.0
1,270.8
(670.4)
(28.8)
2,520.1
Total IV
(26.8)
37.0
(1.6)
Variation nette de trésorerie : I + II + III + IV
(175.2)
(1,466.2)
(1,267.9)
Trésorerie nette en début de période
Variation de trésorerie
1,158.3
(175.2)
2,426.2
(1,466.2)
2,426.2
(1,267.9)
983.1
960.0
1,158.3
Investissement financier net
Autres opérations financières à long terme
Actifs de retraite à long terme
(note 2)
Sous-total
III - Trésorerie (affectée aux) produite par des
opérations de financement :
Emission d'emprunts
Remboursement d'emprunts
Vente/(achat) d'actions propres
Augmentation/(diminution) des autres dettes financières
Augmentation/(réduction) de capital en numéraire
Dividendes versés : Schneider Electric SA
Minoritaires
IV - Effet net des conversions :
Trésorerie nette en fin de période
L'annexe fait partie intégrante des comptes consolidés.
(note 10)
Bilan consolidé
(en millions d'euros)
ACTIF
30.06.2008
31.12.2007
Actifs non courants :
Ecarts d'acquisition, nets
(note 3)
7 820,1
8 141,2
Immobilisations incorporelles, nettes
Immobilisations corporelles, nettes
Immobilisations corporelles et incorporelles nettes
(note 4)
(note 4)
3 579,0
1 851,8
3 714,4
1 856,1
5 430,8
5 570,5
Participations dans les entreprises associées
(note 5)
175,5
171,9
Actifs financiers disponibles à la vente
Autres actifs financiers non courants
Actifs financiers non courants
(note 6)
(note 6)
339,3
100,9
440,2
322,5
124,1
446,6
Actifs d'impôt différé
(note 17)
707,1
687,7
14 573,7
15 018,0
2 539,3
3 663,7
987,8
2,3
121,5
1 053,8
2 480,8
3 463,2
950,4
2,5
83,9
1 268,9
8 368,4
8 249,7
22 942,1
23 267,7
Total actifs non courants
Actifs courants :
Stocks et en-cours
Clients et créances d'exploitation
Autres créances et charges constatées d'avance
Immobilisations destinées à la vente
Actif financier courant
Trésorerie et équivalents de trésorerie
Total actifs courants
Total de l'Actif
L'annexe fait partie intégrante des comptes consolidés.
(note 6)
(note 10)
Bilan consolidé
(en millions d'euros)
PASSIF
Capitaux propres
Capital social
Primes d'émission, de fusion, d'apport
Réserves consolidées et autres réserves
Réserves de conversion
31.12.2007
1 963,2
5 258,9
3 881,5
(1 401,2)
1 962,4
5 254,3
3 930,7
(962,9)
9 702,4
10 184,5
119,0
129,2
9 821,4
10 313,7
969,4
260,6
996,3
264,1
1 230,0
1 260,4
(note 7)
Total capitaux propres (part de Schneider Electric SA)
Intérêts minoritaires
Total capitaux propres
Provisions non courantes
Provisions pour retraites et engagements assimilés
Autres provisions non courantes
30.06.2008
(note 8)
(note 9)
Provisions non courantes
Dettes financières non courantes
Emprunts obligataires
Dettes financières à plus d'un an
Dettes financières non courantes
(note 10)
(note 10)
3 238,1
939,6
4 177,7
3 195,6
589,8
3 785,4
Passifs d'impôt différé
Autres dettes à long terme
(note 17)
(note 12)
819,9
36,6
909,7
76,7
Total passifs non courants
6 264,2
6 032,2
Dettes courantes
Fournisseurs et dettes d'exploitation
Dettes fiscales et sociales
Provisions courantes
Autres dettes courantes
Dettes financières courantes
2 293,3
1 307,2
488,0
689,0
2 079,0
2 132,9
1 305,0
445,5
637,2
2 401,3
6 856,5
6 921,8
22 942,1
23 267,7
Total passifs courants
Total du Passif
L'annexe fait partie intégrante des comptes consolidés.
(note 9)
(note 10)
Variation des capitaux propres consolidés
et des intérêts minoritaires
(en millions d'euros sauf nombre d'actions)
Nombre
d'actions
(milliers)
1er janvier 2007
227 698,3
Capital
1 821,6
Primes
Réserves
Réserves
d'émission consolidées d'actions
de fusion
propres
d'apport
4 121,0
Résultat net de l'exercice
3 200,2
(264,9)
Autres
Réserves
réserves
de
(Note 7) conversion
(9,4)
(152,0)
729,4
Variations de valeur reconnues directement
en capitaux propres (Note 7)
69,6
Différences de conversion
Total des produits et charges comptabilisés
(résultat complet)
107,3
13,4
69,6
Intérêts
minoritaires
(188,5)
861,9
74,6
TOTAL
8 716,5
121,6
8 838,1
729,4
19,5
748,9
69,6
(188,5)
729,4
Capitaux
propres
(part du
Groupe)
(188,5)
610,5
2,0
21,5
(186,5)
632,0
Augmentation de capital
Plans de souscription d'actions
Dividendes distribués (1)
Variation de l'auto détention
Stock options
Autres (2)
13 413,0
1 674,0
15,2
5,4
13,0
11,4
0,6
969,2
88,0
(691,5)
5,4
13,0
27,2
30 juin 2007
242 785,3
1 942,3
5 057,5
3 274,3
(235,1)
60,2
(340,5)
9 758,7
122,7
9 881,4
1er janvier 2008
245 299,3
1 962,4
5 254,3
4 131,8
(204,0)
2,9
(962,9)
10 184,5
129,2
10 313,7
851,1
19,4
(670,5)
Résultat net de l'exercice
Variations de valeur reconnues directement
en capitaux propres (Note 7)
Différences de conversion
Total des produits et charges comptabilisés
(résultat complet)
Plans de souscription d'actions (Note 7)
Dividendes distribués
Variation de l'auto détention
Stock options (Note 7)
Autres (3)
30 juin 2008
969,2
88,0
(670,5)
5,4
13,0
26,6
69,6
851,1
(81,4)
(81,4)
(438,3)
851,1
97,9
0,8
(81,4)
(438,3)
4,6
(44,6)
15,0
6,6
1 963,2
5 258,9
4 187,0
(227,0)
(438,3)
331,4
5,4
(795,9)
(44,6)
15,0
6,6
(795,9)
245 397,2
(78,5)
(1 401,2)
9 702,4
(1) Dont 667,8 millions d'euros versés aux actionnaires de Schneider Electric SA au 30 juin 2007.
(2) Dont 12 millions d'euros liés au plan d'actionnariat salarié et 5,6 millions d'euros au titre de la reclassement des plus-values sur actions propres.
(3) Dont 4,8 millions d'euros liés au plan d'actionnariat salarié et 1,8 millions d'euros au titre du reclassement des plus-values sur actions propres.
L'annexe fait partie intégrante des comptes consolidés.
(21,0)
870,5
(81,4)
(1,2)
18,2
(439,5)
349,6
(0,5)
5,4
(823,8)
(44,6)
15,0
6,1
119,0
9 821,4
(27,9)
Annexe aux comptes consolidés
Les montants sont exprimés en millions d’euros sauf mention contraire.
L’annexe fait partie intégrante des comptes consolidés.
Note 1 - Principes comptables
1.1
Base de préparation et référentiel comptable
Les états financiers consolidés du Groupe Schneider Electric, établis pour la période de six mois close au
30 juin 2008, ont été préparés en conformité avec les dispositions de la norme IAS 34 – Information
financière intermédiaire. S’agissant de comptes résumés, ils n’incluent pas toute l’information requise par le
référentiel IFRS et doivent être lus en relation avec les états financiers consolidés annuels du Groupe pour
l’exercice clos le 31 décembre 2007, inclus dans le document de référence déposé à l’AMF sous le numéro
D.08-0112, sous réserve des particularités propres à l’établissement des comptes intermédiaires décrites
ci-après.
Les principes comptables retenus pour la préparation des comptes consolidés semestriels sont conformes
aux normes et interprétations IFRS telles qu’adoptées par l’Union Européenne au 30 juin 2008. Ces
principes comptables retenus sont cohérents avec ceux utilisés dans la préparation des comptes
consolidés annuels pour l’exercice clos le 31 décembre 2007, à l’exception de l’adoption de l’interprétation
IFRIC 11 – Actions propres et transactions intra-groupe, d’application obligatoire, sans impact sur le
Groupe.
Ces principes ne diffèrent pas des normes IFRS telles que publiées par l’IASB dans la mesure où
er
l’application, obligatoire à compter des exercices ouverts à compter du 1 janvier 2008, des normes et
interprétations suivantes non encore adoptées par l’Union Européenne, serait sans incidence significative
sur les comptes du Groupe :
- IFRIC 12 – Contrats de concession,
- IFRIC 14 – Ecrêtement d’un actif de retraite.
Enfin, le Groupe n’a pas anticipé de normes et interprétations dont l’application obligatoire est postérieure
au 1er janvier 2008 :
- Améliorations des IFRS,
- IAS 1 R Présentation des états financiers,
- IAS 23 R Coûts d’emprunt,
- IFRS 8 Secteurs opérationnels,
- IFRIC 13 Programmes de fidélisation clients,
- IFRS 3 R Regroupements d’entreprises,
- IAS 27 A Etats financiers consolidés et individuels,
- IFRS 2 A Conditions d’acquisition et annulations,
- IAS 32 A Instruments financiers.
Le processus de détermination par Schneider Electric des impacts potentiels sur les comptes consolidés du
Groupe est en cours. Le Groupe n’anticipe pas, à ce stade de l’analyse, d’impact significatif sur ses
comptes consolidés, à l’exception des deux normes suivantes :
- IFRS 8 qui induira une modification de la présentation de l’information sectorielle,
- IFRS 3 R qui modifiera de façon prospective les modalités de comptabilisation des regroupements
d’entreprises.
Saisonnalité des activités
Le Groupe constate des variations saisonnières sur ses activités qui peuvent affecter, d’un trimestre à
l’autre, le niveau du chiffre d’affaires. Ainsi, les résultats intermédiaires ne sont pas nécessairement
indicatifs de ceux pouvant être attendus pour l’ensemble de l’année 2008.
Impôt sur les bénéfices
Pour les comptes intermédiaires, la charge d’impôt (courante et différée) est calculée en appliquant au
résultat comptable de la période le taux moyen annuel estimé pour l’année fiscale en cours.
Note 2 - Evolution du périmètre de consolidation
2.1
Variations de périmètre
Les principales variations de périmètre de la période de six mois close au 30 juin 2008 sont les suivantes :
Acquisitions réalisées
Le Groupe a finalisé les acquisitions d’Arrow au Japon, d’Intelligent Motion Systems et ECP Tech
Services aux Etats-Unis, et de Marisio au Chili.
Acquisitions en cours
Le Groupe a signé un accord portant sur l’acquisition du Groupe russe Wessen, spécialisé dans
l’appareillage électrique. Wessen sera consolidée sur le second semestre 2008.
Le montant total des acquisitions du semestre s’élève à 185 millions d’euros.
2.2
Impact des variations de périmètre
L’impact des variations de périmètre intervenues en 2007 et en 2008 sur les états financiers du Groupe au
30 juin 2008 est le suivant :
Effets sur le chiffre d’affaires et le résultat net
1er semestre 2007
Publié
Chiffre d'affaires
EBITA
Taux d' EBITA
Résultat net - Part du Groupe
8 254,1
1 174,9
14,2%
729,4
1er semestre 2008
Hors
Contribution
acquisitions
des
acquisitions
et cessions
8 585,9
1 324,8
15,4%
842,8
359,6
21,4
6,0%
8,3
Publié
8 945,5
1 346,2
15,0%
851,1
Effets sur la trésorerie du Groupe
Les variations de périmètre au 30 juin 2008 représentent un décaissement de (170,4) millions d’euros, qui
se détaillent comme suit :
1er semestre 2008
Acquisitions
(182,1)
Trésorerie décaissée
Trésorerie acquise
(185,4)
3,3
Cessions
Autres opérations
Investissement financier net
11,7
(170,4)
Note 3 - Ecarts d’acquisition
3.1
Principaux écarts d’acquisition
Les écarts d’acquisition du Groupe sont présentés ci-dessous.
APC
Groupe LEXEL
Square D Company
Telemecanique
TAC/Andover/Abacus/Applied Control Technology/Yamas/HGA
Pelco
MGE UPS
IBS
Clipsal
Juno Lighting Inc.
BEI Technologies
Crouzet Automatismes
Power Measurement Inc.
ABS
Positec
Merlin Gerin
OVA
Kavlico
Digital Electronics
Ritto
Citect
Elau
Federal Pioneer
Crydom
Infra +
PDL
AEM
GET
Mita Holding
Marisio
IMS
Arrow
Grant
Autres filiales (2)
TOTAL
Année
d'acquisition
Actifs de
rattachement (1)
30.06.2008
Net
31.12.2007
Net
2007
1999
1991
1988
2003 à 2008
2007
2000 à 2006
2006
2004 à 2006
2005
2005
2000
2005
2005
2000
1992
2006
2004
2002
2007
2006
2004 & 2005
1990
2006
2000 à 2004
2001
2006
2006
1999
2008
2008
2008
2007
CP
EOD
(A)
(A)
BA
BA
CP
BA
APOD
NAOD
CST
CST
PW
BA
EOD
(A)
EOD
CST
APOD
EOD
APOD
EOD
NAOD
CST
EOD
APOD
EOD
EOD
EOD
IOD
BA
APOD
EOD
1 880,8
876,2
874,2
462,6
411,1
327,9
323,1
273,3
262,7
251,5
246,8
155,4
123,4
109,3
105,2
87,2
79,5
70,3
67,7
59,7
57,5
55,6
51,7
43,6
43,1
30,6
30,4
29,9
29,4
23,1
21,1
10,5
1,9
343,8
2 064,6
875,4
934,0
462,6
425,8
352,0
333,4
292,6
263,7
269,3
264,3
155,8
129,7
112,7
105,9
87,2
79,5
74,3
68,4
59,4
56,2
55,6
57,1
46,7
43,1
32,4
30,4
32,3
31,8
2,1
342,8
7 820,1
8 141,2
(A) Les écarts d’acquisition de Square D, Télémécanique et Merlin Gerin ont été affectés selon une clé
représentant les résultats opérationnels par zone à la date d’acquisition :
Square D
Télémécanique
Merlin Gerin
3.2
Europe
9%
71%
62%
Amérique du Nord
80%
0%
10%
Asie Pacifique
10%
20%
20%
Reste du
Monde
1%
9%
8%
Mouvements de la période
Les principaux mouvements de la période sont récapitulés dans le tableau suivant :
1er semestre
2008
Année
2007
1er semestre
2007
Ecarts d'acquisition nets à l’ouverture
8 141,2
6 185,7
6 185,7
Acquisitions
Cessions
Perte de valeur
Effet des variations de change
Reclassement / Affectation
73,7
(5,9)
(340,1)
(48,8)
2 885,2
(221,0)
(660,3)
(48,4)
2 671,2
(212,3)
(36,8)
Ecarts d'acquisition nets à la clôture
7 820,1
8 141,2
8 607,8
(14,3)
(8,4)
(8,9)
Pertes de valeur cumulées à la clôture
Acquisitions
Les principales acquisitions du premier semestre 2008 sont listées en note 2.
Le Groupe dispose d’un délai de douze mois après la date d’acquisition pour finaliser l’affectation des
écarts d’acquisition de ces entités. Les écarts d’acquisition correspondants sont donc provisoires.
Conformément aux principes du Groupe, décrits dans les comptes annuels, les écarts d’acquisition sont
soumis à des tests de dépréciation au niveau des Unités Génératrices de Trésorerie au minimum une fois
par an et dès lors qu’un indice de perte de valeur est identifié.
Au 30 juin 2008, aucun indice de perte de valeur n’a été identifié.
Autres variations
Les autres variations s’expliquent principalement par les variations de taux de change constatées sur les
écarts d’acquisition libellés en dollars américains et par une perte de valeur de 6 millions d’euros constatée
sur une activité peu significative localisée en Chine. Par ailleurs, la finalisation de l’affectation du prix
d’acquisition d’APC a conduit à modifier l’écart d’acquisition correspondant de (50) millions d’euros en
contrepartie de la réduction de l’impôt différé passif constaté sur les actifs incorporels.
Note 4 - Immobilisations incorporelles et corporelles
La variation des immobilisations incorporelles et corporelles entre le 31 décembre 2007 et le 30 juin 2008
est la suivante :
Marques
Projets de
développement
(R&D)
Autres
incorporels
Logiciels
Immobilisations
corporelles
Total
2 352,7
9 429,4
VALEURS BRUTES
Situation au 31.12.2007
429,2
1 184,2
519,1
4 944,2
Acquisitions
90,3
34,6
15,0
208,8
348,7
Cessions / mises au rebut
(0,2)
(0,3)
(1,3)
(44,7)
(46,5)
Ecarts de conversion
Reclassement
(112,6)
(5,5)
(67,7)
(7,6)
(92,8)
(286,2)
1,0
3,6
(10,3)
8,6
(4,9)
(2,0)
1,4
(1,1)
8,6
8,9
517,4
1 141,9
532,7
5 019,2
9 452,3
(105,5)
(89,1)
(188,6)
(387,7)
(3 088,1)
(3 859,0)
(1,7)
(26,3)
(43,7)
(32,9)
(154,8)
(259,4)
1,8
31,6
33,5
1,8
8,9
6,0
48,0
64,8
Variation de périmètre et divers
Situation au 30.06.2008
2 241,1
AMORTISSEMENTS ET PERTES
DE VALEUR
Situation au 31.12.2007
Dotations aux amortissements et
pertes de valeur
Reprises d’amortissements
0,1
Ecarts de conversion
0,1
Reclassement
0,4
Variation de périmètre et divers
Situation au 30.06.2008
0,7
1,7
0,3
3,1
(0,8)
0,7
(4,4)
(4,5)
(107,0)
(113,2)
(223,5)
(410,4)
(3 167,4)
(4 021,5)
Au 31 décembre 2007
2 247,2
340,1
995,6
131,4
1 856,1
5 570,5
Au 30 juin 2008
2 134,1
404,2
918,4
122,3
1 851,8
5 430,8
VALEURS NETTES
Selon les mêmes principes que pour les écarts d’acquisition, les marques non amorties sont soumises à
des tests de dépréciation au minimum une fois par an et dès lors qu’un indice de perte de valeur est
identifié. Au 30 juin 2008, aucun indice de perte de valeur des marques n’a été identifié.
Les développements réalisés au cours de la période sur le système SAP commun à l’ensemble du Groupe
se traduisent par la capitalisation de 24,4 millions d’euros de coûts à fin juin 2008. Ces en-cours de
développements sont présentés en autres incorporels.
Les immobilisations destinées à la vente, présentées séparément pour une valeur nette de 2,3 millions
d’euros, correspondent à certains bâtiments mis en vente, dont la cession devrait être effective au second
semestre 2008. Les reclassements correspondent principalement aux mises en service d'immobilisations.
Note 5 - Participations dans les entreprises associées
Le détail des participations dans les entreprises associées s’analyse comme suit :
% de détention
Participation
nette
Quote-part de
résultat
30.06.2008
31.12.2007
30.06.2008
31.12.2007
30.06.2008
31.12.2007
Delixi Electric
50,0%
50,0%
155,1
151,8
5,9
2,0
Delta Dore Finance
20,0%
20,0%
14,2
14,1
0,1
0,9
Möre Electric Group
34,0%
34,0%
4,4
4,5
(0,1)
1,4
Autres
N/A
N/A
1,8
1,5
(0,2)
(0,0)
Total
-
-
175,5
171,9
5,7
4,3
Note 6 - Actifs financiers
6.1
Actifs financiers disponibles à la vente
Les actifs financiers disponibles à la vente, essentiellement constitués de titres de participation, sont
détaillés ci-dessous :
% détenu
Valeur
brute
30.06.2008
Réévaluation/
Dépréciation
Juste valeur
31.12.2007
Juste valeur
AXA
0,47%
101,5
83,3
184,7
268,3
Gold Peak Industries Holding Ltd
6,29%
6,7
2,7
NS
-
(4,9)
-
1,8
-
-
-
0,4
(0,2)
0,3
0,4
108,6
78,2
186,8
271,4
I – Titres cotés
Legrand
Autres
Total titres cotés
II – Titres non cotés
Pisara AB (Acquisition Wessen) (1)
100,00%
71,1
0,0
71,1
-
ECP Tech Services (1)
100,00%
42,7
0,0
42,7
-
Tecame Nord Est, Analyse et Energie, Septra Tecame (1)
100,00%
3,5
3,5
-
Profiluks (2)
99,99%
-
0,0
-
-
12,2
Polam BV (3)
100,00%
21,1
0,0
21,1
25,7
Eb@se France (3)
100,00%
20,7
(20,7)
0,0
-
Thorsman Ireland (3)
100,00%
7,0
(7,0)
0,0
0,2
Senside (3)
100,00%
5,2
(5,2)
0,0
-
Easy Plug SAS (4)
50,00%
8,8
(8,8)
0,0
-
Simak (4)
98,52%
5,5
(0,5)
5,0
5,0
Comipar
4,15%
16,4
(16,4)
0,0
-
100,00%
6,6
(6,6)
0,0
-
Autres (5)
21,2
(12,1)
9,1
8,0
Total titres non cotés
229,8
(77,3)
152,5
51,1
Actifs financiers disponibles à la vente
338,4
0,9
339,3
322,5
SE Venture
(1) Acquisitions de la période, consolidées sur le 2ème semestre 2008
(2) Participation consolidée depuis le 1er janvier 2008
(3) Participations déconsolidées - en cours de liquidation
(4) Société sans activité
(5) Valeur brute unitaire inférieure à 5 M€
La juste valeur correspond au cours de clôture pour les titres cotés sur un marché actif et à la valeur nette
comptable pour les titres non cotés.
6.2
Autres actifs financiers non courants
30.06.2008
Brut
Disponibilités bloquées sur l’acquisition de Clipsal
Créances rattachées à des participations et prêts
Autres
Autres actifs financiers non courants
6.3
31.12.2007
Dépréciation
17,9
13,3
73,3
104,5
0,0
(1,1)
(2,5)
(3,6)
Net
Net
17,9
12,2
70,8
100,9
54,0
0,0
70,1
124,1
Actifs financiers courants
Placements de trésorerie non monétaires
Actifs de couverture sur avantages au personnel
Autres
Total actifs financiers courants
30.06.2008
67,9
34,0
19,6
121,5
31.12.2007
51,9
32,0
0,0
83,9
Note 7 - Capitaux propres
7.1
Paiements sur la base d’actions
Au titre des levées d’options de souscription des plans d’options en cours, Schneider Electric SA a créé
97 895 actions au cours du premier semestre 2008 pour un montant de 5 millions d’euros.
Sur la base des hypothèses décrites dans les comptes annuels 2007, la charge comptabilisée en frais
généraux et commerciaux au titre des plans d’options mis en place postérieurement au 7 novembre 2002
s’élève à 15,0 millions d’euros pour le premier semestre 2008 (13 millions d’euros pour le premier semestre
2007). Cette charge trouve sa contrepartie au sein du poste « réserves d’actions propres » dans les
capitaux propres.
7.2
Plan mondial d’actionnariat salarié
Le Groupe Schneider Electric offre à ses employés la possibilité de devenir actionnaires grâce à des
émissions d’actions qui leur sont réservées. Dans les pays qui satisfont aux exigences légales et fiscales,
deux possibilités d’investissement sont proposées : le plan d’actionnariat classique et le plan avec effet de
levier.
Dans le plan classique, les employés investissent dans des actions du Groupe à un cours préférentiel par
rapport aux actions libres (décote de 15 %). Ces actions ne peuvent être cédées par le salarié pendant une
période incompressible de 5 années, sauf cas de sortie anticipée prévus par la loi. La charge IFRS 2
mesurant « l’avantage » offert aux salariés est évaluée par référence à la juste valeur d’une décote offerte
sur des actions non cessibles. Le coût d’incessibilité est valorisé comme le coût d’une stratégie en deux
étapes consistant dans un premier temps à vendre à terme les actions incessibles à cinq ans, et à acheter
dans un deuxième temps un même nombre d’actions au comptant (donc par définition cessibles à tout
moment), en finançant cet achat par un prêt amortissable in fine.
Cette stratégie vise à refléter le coût subi par le salarié sur la période d’indisponibilité pour se libérer du
risque de portage des actions souscrites dans le cadre du plan classique. Le coût d’emprunt est celui
auquel ont accès les employés, seuls acteurs potentiels de ce marché : il repose sur un taux moyen offert
par différents organismes de crédit pour des crédits de trésorerie prenant la forme d’un prêt personnel
ordinaire non affecté sans faculté de renouvellement pour une durée maximum de cinq ans, octroyé à un
client personne physique présentant un profil de risque moyen.
Dans le plan avec effet de levier, le Groupe offre également la possibilité d’une souscription à un cours
préférentiel par rapport aux actions libres (décote de 15 %). Ces plans proposent cependant un profil de
gain différent dans la mesure où une banque tierce complète l’investissement de l’employé de telle sorte
que le montant investi au total est un multiple du montant payé par l’employé. Le total est investi dans des
actions du Groupe à un cours décoté. La banque transforme ainsi la décote cédée par le salarié en
ressource pour lui offrir un profil de gain particulier, consistant à sécuriser l’apport personnel du salarié et à
lui offrir une indexation à la hausse sur un nombre leveragé d’actions auxquelles le salarié souscrit
directement.
Pour les plans à effet de levier, la charge IFRS 2 est évaluée, comme pour les plans classiques, par
référence à la juste valeur d’une décote sur titres incessibles (voir modalités ci-dessus), complétée par
l’avantage que constitue l’intermédiation de l’émetteur dans l’appel d’offre des plans à effet de levier.
L’intermédiation de l’émetteur permet en effet aux salariés de bénéficier de cotations de volatilité de type
institutionnel et non de cours « au détail » de volatilité que le salarié aurait obtenu auprès de sa banque de
détail pour répliquer le montage financier. Ce différentiel de volatilité est traduit en équivalent décote : il
mesure le gain d’opportunité offert au salarié sur les plans à effet de levier.
er
En ce qui concerne la période du 1 janvier au 30 juin 2008, le Groupe a proposé le 30 mai 2008 à ses
salariés, au titre de la politique d’actionnariat salarié du Groupe, de souscrire à une augmentation de capital
réservée à un cours de 67,00 euros (décoté de 15 % par rapport au cours de référence de 78,82 euros
calculé sur une moyenne des cours d’ouverture sur les 20 jours précédant la date de décision du
Directoire).
2 millions d’actions ont été souscrites, soit une augmentation de capital de 134 millions d’euros réalisée le
17 juillet 2008. Cette opération représente une charge globale de 4,8 millions d’euros, après prise en
compte de la durée légale d’incessibilité des titres pendant 5 ans.
Les tableaux ci-dessous présentent les principales caractéristiques des plans, les montants souscrits et les
hypothèses de valorisation, ainsi que le coût des plans pour les exercices 2008 et 2007.
Plans classiques
Année 2008
En %
Valeur
Caractéristiques des plans
Maturité des plans (en années)
Prix de référence (en euros)
Prix de souscription (en euros)
Décote faciale
Hypothèses de valorisation
Taux d'emprunt du participant au marché (in fine) (1)
Taux d'intérêt sans risque à cinq ans (zone euro)
Taux d'emprunt des titres annuel (repo)
(a) Valeur de la décote
(b) Valeur d'incessibilité pour le participant au marché
Coût global pour le groupe (a-b)
Sensibilités
- diminution du taux d'emprunt du participant au marché (2)
5
5
78,82
67,00
103,59
88,06
15,00%
Montant souscrit par les salariés (en millions d'euros)
Montant global souscrit (en millions d'euros)
Nombre total d'actions souscrites (millions d'actions)
Année 2007
En %
Valeur
15,00%
45,8
45,8
0,7
6,90%
5,20%
1,15%
64,1
64,1
0,7
5,97%
4,47%
0,95%
15,00%
13,69%
8,1
7,4
15,00%
11,85%
11,3
8,9
1,30%
0,7
3,15%
2,4
(0,50%)
1,35
(0,50%)
1,89
(1) Taux moyen offert pour des crédits de trésorerie sous la forme d'un prêt personnel ordinaire non affecté, sans faculté de renouvellement,
pour une durée de cinq ans à une personne physique présentant un profil de risque moyen
(2) Une diminution du taux d'emprunt du participant au marché diminue le cout d'incessibilité et de ce fait augmente la
charge comptable pour l'émetteur
Plans à effet de levier
Année 2008
En %
Valeur
Caractéristiques des plans
Maturité des plans (en années)
Prix de référence (en euros)
Prix de souscription (en euros)
Décote faciale
5
5
78,82
67,00
103,59
88,06
15,00%
Montant souscrit par les salariés (en millions d'euros)
Montant global souscrit (en millions d'euros)
Nombre total d'actions souscrites (millions d'actions)
Année 2007
En %
Valeur
15,00%
8,9
88,6
1,3
Hypothèses de valorisation
Taux d'emprunt du participant au marché (in fine) (1)
Taux d'intérêt sans risque à cinq ans (zone euro)
Taux de dividende annuel
Taux d'emprunt des titres annuel (repo)
Spread de volatilité détail / institutionnel
6,90%
5,20%
4,50%
1,15%
5,00%
(a) Valeur de la décote
(b) Valeur d'incessibilité pour le participant au marché
(c) Valeur du gain d'opportunité (2)
Coût global pour le groupe (a-b+c)
Sensibilités
- diminution du taux d'emprunt du participant au marché (3)
- augmentation du spread de volatilité détail / institutionnel (4)
14,2
142,2
1,6
5,97%
4,47%
3,00%
0,95%
5,00%
15,00%
13,69%
2,69%
15,6
14,2
2,8
15,00%
11,85%
2,54%
25,1
19,8
4,3
3,99%
4,1
5,69%
9,5
(0,50%)
0,50%
1,35
0,22
(0,50%)
0,50%
1,89
0,42
(1) Taux moyen offert pour des crédits de trésorerie sous la forme d'un prêt personnel ordinaire non affecté, sans faculté de renouvellement,
pour une durée de cinq ans à une personne physique présentant un profil de risque moyen
(2) Calculé à partir d'un modèle binomial
(3) Une diminution du taux d'emprunt du participant au marché diminue le cout d'incessibilité et de ce fait augmente la
charge comptable pour l'émetteur
(4) Une augmentation du spread de volatilité détail / institutionnel augmente le gain d'opportunité pour le salarié et de ce fait augmente la
charge comptable pour l'émetteur
7.3
Autres réserves
L’évolution des autres réserves se détaille comme suit :
Ecarts de réévaluation
31 décembre 2007
- Gains (pertes) nets latents sur titres disponibles à la
vente (1)
- Gains (pertes) nets sur couverture de change
- Gains (pertes) nets sur couverture de taux
- Gains (pertes) nets sur couverture métaux
- Gains (pertes) actuariels sur avantages du personnel
postérieurs à l'emploi
- Autres
30 juin 2008
Couverture Couverture Titres disponibles
de change
métaux
à la vente
(172,9)
(6,4)
140,6
Ecarts
actuariels
Total
42,4
2,9
(55,0)
(55,0)
(43,0)
9,4
(43,0)
9,4
8,8
8,8
(206,5)
2,4
85,6
5,7
5,7
48,1
(7,3)
(78,5)
(1) Dont (83,9) millions d'euros de pertes latentes et 28,9 millions d'euros d'impôt différé
Les montants ci-dessus sont présentés nets d’impôt.
Les principaux impacts de la période concernent les variations de valeur des couvertures (Note 11), la
réévaluation des titres AXA (Note 6) et la variation des écarts actuariels (Note 8).
Note 8 - Provisions pour retraites et engagements assimilés
La variation des provisions pour retraites et avantages assimilés se détaille comme suit :
31.12.2007
Charge de la période
Prestations versées
Cotisations versées
Eléments actuariels reconnus en capitaux
propres
Ecart de conversion
Variations de périmètre
Autres variations
30.06.2008
Engagements dont US
de retraite et
indemnités de
départ
565,0
58,4
30,5
1,7
(16,7)
(6,3)
(0,5)
Autres avantages
dont US
postérieurs à l’emploi et
avantages à long terme
399,2
9,9
(0,5)
(8,6)
342,5
8,5
(8,6)
Provisions pour
retraites et
avantages
assimilés
(*)
964,2
40,4
(17,2)
(14,9)
(0,3)
-
-
-
(0,3)
(6,0)
(4,4)
(4,1)
557,7
(3,6)
(21,2)
(1,1)
377,7
(20,7)
(1,9)
319,8
(27,2)
(4,4)
(5,2)
935,4
(10,6)
45,4
(**)
* dont 32,1 millions d'euros d'actifs de couverture présentés à l'actif du bilan en "actif financier courant "
** dont 34,0 millions d'euros d'actifs de couverture présentés à l'actif du bilan en "actif financier courant"
La charge nette enregistrée en résultat d’exploitation, au titre du premier semestre 2008 se décompose
comme suit :
1er semestre 2008
Engagements de
Autres avantages
retraite et
postérieurs à l’emploi
indemnités de
et avantages à long
départ
terme
Coût des services rendus
Coût financier (actualisation)
Rendement attendu des actifs
des régimes
25,2
48,7
Total
1er semestre 2007
Engagements de
Autres avantages
retraite et
postérieurs à l’emploi
indemnités de
et avantages à long
départ
terme
2,0
8,9
27,2
57,6
27,6
45,6
Total
2,7
10,6
30,3
56,2
(44,4)
0,0
(44,4)
(50,5)
-
(50,5)
Coût des services passés
0,2
(1,0)
(0,8)
-
(1,7)
(1,7)
Effet des liquidations /
réductions de régimes
0,8
0,0
0,8
0,1
-
0,1
Charge nette de la période
30,5
9,9
40,4
22,8
11,6
34,4
Note 9 - Provisions
31.12.2007
dont part LT
Dotations
Effet d'actualisation
Reprises pour utilisation
Provisions devenues sans objet
Ecarts de conversion
Variations de périmètre et autres
30.06.2008
dont part LT
Risques
économiques
Risques
commerciaux
Risques
sur produits
Risques
environnementaux
Restructurations
Autres
risques
Provisions
308,9
85,0
37,5
(0,3)
(21,5)
(0,1)
0,0
(2,8)
321,7
86,6
53,0
44,8
6,2
0,0
(8,0)
(3,4)
(2,8)
(0,1)
44,9
40,8
164,5
25,4
35,9
0,0
(20,3)
(4,3)
(4,8)
1,0
172,0
26,2
43,0
29,9
0,4
0,0
(0,7)
0,0
(1,8)
0,0
40,9
28,4
55,5
7,4
41,6
(0,3)
(26,6)
(1,8)
(1,1)
6,7
74,0
13,7
84,6
71,6
25,0
0,1
(5,9)
(0,6)
(2,8)
(5,4)
95,1
64,9
709,6
264,1
146,6
(0,5)
(83,0)
(10,2)
(13,3)
(0,6)
748,6
260,6
Les dotations aux provisions pour risques et charges produits intègrent la mise à jour des risques
techniques pour 20,7 millions d'euros.
Les dotations aux provisions pour restructurations de 41,6 millions d’euros comprennent l’essentiel des
charges de restructurations mentionnées en note 15.
Note 10 - Endettement financier net
L’endettement financier net s’analyse de la façon suivante :
Emprunts obligataires
Autres emprunts auprès d'établissements de crédit
Financement des locations financières
Participation des salariés
Part court terme des emprunts obligataires
Part court terme des dettes long terme
Dettes financières non courantes
Billets de trésorerie
Intérêts courus non échus
Autres dettes
Tirage de lignes de crédit
Découverts et encours bancaires
Partie court terme des emprunts obligataires
Partie court terme des dettes long terme
Dettes financières courantes
Valeurs mobilières de placement
Titres de créances négociables et dépôts court terme
Disponibilités
Trésorerie et équivalents de trésorerie
Endettement financier net
30.06.2008
4 098,1
998,6
19,5
5,5
(860,0)
(84,0)
4 177,7
111,0
119,6
107,0
726,7
70,7
860,0
84,0
2 079,0
(396,7)
(32,1)
(625,0)
(1 053,8)
31.12.2007
3 945,6
669,1
19,6
4,8
(749,2)
(104,5)
3 785,4
79,9
116,6
1 240,9
110,2
749,2
104,5
2 401,3
(510,9)
(72,2)
(685,8)
(1 268,9)
5 202,9
4 917,8
La trésorerie nette des découverts et encours bancaires s’élève à 983 millions d’euros. Elle représente le
montant de trésorerie présenté au tableau des flux de trésorerie consolidés.
Les valeurs mobilières de placement sont constituées d’instruments négociables, très liquides à court
terme, facilement convertibles en un montant connu de trésorerie, tels que billets de trésorerie, fonds
communs de placement ou équivalents.
Note 11 - Instruments financiers
Le Groupe utilise des instruments financiers afin de gérer son exposition aux risques de taux, de change, et
de variation des cours de métaux.
11.1 Valeurs d’inventaire et valeurs nominales des instruments financiers dérivés
31.12.2007
Qualification
IFRS
Valeur
d’inventaire
Change
Contrats à terme en couverture de flux
CFH*
13,0
futurs
Autres contrats à terme en couverture
Trading
25,4
d’éléments bilantiels
Options et autres instruments de
Trading et
3,2
couverture
CFH*
Métaux
Couvertures fermes et optionnelles
CFH*
(9,6)
Taux
Swaps sur des lignes de crédit
Trading
Autres swaps de taux d’intérêt
CFH/FVH*
(1,1)
Instruments financiers dérivés
30,9
* Cash flow hedge (couverture de flux futurs) / Fair value hedge
30.06.2008
1er semestre 2008
Résultat
financier
(1)
Capitaux
Propres (2)
75,6
(2,5)
Trésorerie
Valeur
d’inventaire
(31,1)
30.06.2008
Nominal des
contrats
Achat
Vente
86,1
1 044,0
(5,7)
1 087,2
865,0
3,2
13,9
44,5
14,8
26,2
(1,0)
(1,0)
4,3
230,0
12,7
100,6
940,0
-
-
(1) Les effets sur le résultat de la période sont compensés par les variations de juste valeur des éléments sous-jacents
également enregistrées en résultat financier.
(2) Ces éléments sont présentés sur une ligne distincte des capitaux propres « Autres réserves ».
La valeur de marché des instruments financiers, qui correspond à leur valeur d’inventaire, est estimée soit
en interne par la méthode des flux de trésorerie actualisés au taux du marché, soit auprès des banques.
11.2 Valeur d’inventaire et valeur de marché des instruments financiers hors dérivés
30.06.2008
Valeur
Juste valeur
notionnelle (1)
31.12.2007
Valeur
Juste valeur
notionnelle (1)
Titres de participation non consolidés
339,3
339,3
322,5
322,5
Autres actifs financiers non courants
100,8
100,8
124,1
124,1
Valeurs mobilières de placement
396,7
396,7
510,9
510,9
Emprunts obligataires
(4 098,1)
(3 886,8)
(3 945,6)
(3 795,5)
Autres dettes financières courantes et non courantes
(2 158,6)
(2 158,6)
(2 241,1)
(2 241,1)
Instruments financiers hors dérivés
(5 419,9)
(5 208,6)
(5 229,2)
(5 079,1)
(1) La valeur notionnelle correspond au coût amorti ou à la juste valeur.
Note 12 - Autres dettes à long terme
30.06.2008
17,8
1,3
17,5
36,6
Dette sur acquisition de Clipsal
Dette sur acquisition de Delixi Electric
Dette sur acquisition de Elite Engineering Limited
Dette sur acquisition de Din Elektro Kraft
Autres
Autres dettes à long terme
31.12.2007
54,1
15,3
1,4
1,0
4,9
76,7
La variation de la période concerne essentiellement la réduction de la retenue d’une partie du prix
d’acquisition de Clipsal ainsi que le reclassement de la dette sur acquisition de Delixi Electric (15,3 millions
d’euros) en Autres dettes courantes ; celle-ci a pour échéance le deuxième semestre 2008.
Note 13 - Information sectorielle
L’information sectorielle de premier niveau se décline selon les quatre divisions géographiques du Groupe
sur la base de l'implantation des actifs. L’évaluation de la performance de ces secteurs et les décisions de
gestion reposent notamment sur le résultat opérationnel (EBITA).
Les données par zone géographique sont présentées après répartition de l’activité d’énergie sécurisée.
Les charges relatives à la Direction Générale du Groupe et non rattachables à un secteur en particulier sont
isolés dans une ligne « holding ».
Ces informations sont commentées dans le rapport semestriel d’activité au 30 juin 2008 du Directoire.
1er semestre 2008 1er semestre 2007
Europe
4 086
3 818
Amérique du Nord
2 394
2 287
Asie-Pacifique
1 636
1 477
Reste du Monde
830
672
Chiffre d'affaires
8 946
8 254
775
677
Europe
Amérique du Nord
343
345
Asie-Pacifique
252
181
Reste du Monde
134
109
Holding
(158)
(137)
EBITA
1 346
1 175
Europe
19,0%
17,7%
Amérique du Nord
14,3%
15,1%
Asie-Pacifique
15,4%
12,3%
Reste du Monde
16,1%
16,2%
-
-
15,0%
14,2%
Holding
Taux d'EBITA
Le second niveau d’information sectorielle est décliné selon les trois branches d’activité suivantes :
1er semestre 2008 1er semestre 2007
Distribution Electrique
4 979
4 728
Automatismes et Contrôle
2 700
2 405
Energie Sécurisée
1 267
1 121
Chiffre d'affaires
8 946
8 254
Distribution Electrique
930
848
Automatismes et Contrôle
412
341
Energie Sécurisée
162
123
Holding
(158)
(137)
EBITA
1 346
1 175
Distribution Electrique
18,7%
17,9%
Automatismes et Contrôle
15,3%
14,2%
Energie Sécurisée
12,8%
11,0%
-
-
15,0%
14,2%
Holding
Taux d'EBITA
Note 14 - Recherche et développement
Les frais de recherche et développement de la période se répartissent comme suit :
1er semestre
2008
1er semestre
2007
- inclus dans les coûts des ventes
- inclus dans les coûts commerciaux
- isolés en frais de recherche et développement
82
6
199
75
9
204
Frais de recherche et développement comptabilisés en charges
287
288
Projets de développement capitalisés
dont classés en logiciels
95
Total des frais de recherche et développement de la période
382
62
5
3
350
Par ailleurs, le montant des amortissements des projets de développement capitalisés s’élève
respectivement à (26) et (23) millions d’euros au 30 juin 2008 et 2007. Aucune dépréciation exceptionnelle
de projets de développement capitalisés n’a été comptabilisée sur la période (6 millions d’euros
comptabilisés sur le premier semestre 2007).
Note 15 - Autres produits et charges d’exploitation
Les autres produits et charges d’exploitation se décomposent de la façon suivante :
1er semestre
2008
(51,9)
1er semestre
2007
(53,0)
(1,1)
(7,9)
1,3
3,5
Moins value sur cessions d'actifs et mises au rebut
(1,9)
(3,2)
Autres
(6,1)
(1,7)
Autres produits et charges d'exploitation
(59,7)
(62,3)
Restructurations
Perte de valeur des actifs corporels et incorporels
Plus value sur cessions d’actifs
Les coûts de restructuration sont principalement liés à la réorganisation des activités de APC et MGE dans
l’Energie Sécurisée pour 9 millions d’euros, à l’intégration de Pelco pour 8 millions d’euros, à la
rationalisation des implantations de Clipsal en Asie-Pacifique pour 10 millions d’euros et à la poursuite des
réorganisations industrielles en Europe (France, Danemark, Allemagne) sur les activités historiques du
Groupe pour 16 millions d’euros.
Note 16 - Résultat financier
1er semestre
2008
62,9
(205,1)
14,1
1er semestre
2007
14,8
(151,6)
22,1
(128,1)
(114,7)
Dividendes reçus
Résultat de change, net
Perte de valeurs des actifs financiers
Effet de l'actualisation des actifs et passifs non courants
Plus ou moins values sur cessions de titres de participation
Autres charges financières nettes
17,2
(12,9)
2,6
1,2
10,0
(9,0)
10,8
2,4
(0,2)
0,7
(6,3)
Résultat financier
(119,0)
(107,3)
Produits d’intérêt
Charges d’intérêt
Plus ou moins values sur cessions de titres de placement
Coût de la dette financière nette
L’augmentation des charges et produits d’intérêt s’explique par les intérêts versés et reçus sur les cross
currency swaps mis en place sur le second semestre 2007 dans le cadre des acquisitions d’APC et de
Pelco.
Note 17 - Impôt sur les sociétés
Dès que les conditions réglementaires sont réunies, les sociétés du Groupe recourent à l'intégration fiscale
des entités qu'elles détiennent. Schneider Electric SA a choisi cette option vis-à-vis de ses filiales
françaises détenues directement ou indirectement par l'intermédiaire de Schneider Electric Industries SAS.
17.1 Analyse de la charge d’impôt
1er semestre
2008
1er semestre
2007
Impôt courant
France
Etranger
Total
(23,4)
(270,6)
(294,0)
10,2
(266,5)
(256,3)
Impôts différés
France
Etranger
Total
Produit /(Charge) d’impôt
(4,5)
(14,5)
(19,0)
(313,0)
(101,4)
65,3
(36,1)
(292,4)
17.2 Rapprochement entre impôt théorique et impôt effectif
Résultat net (part du Groupe)
(Charge) Produit d'impôt
Intérêts minoritaires
Résultat des sociétés mises en équivalence
Résultat avant impôt
Taux d'impôt théorique
Charge d'impôt théorique
Eléments en rapprochement :
Ecart de taux France/Etranger
Crédits d’impôt et autres réductions d'impôt
Effets des déficits fiscaux
Autres différences permanentes
(Charge) Produit net d'impôt réel
Taux effectif d’impôt
1er semestre
2008
851,1
(313,0)
(19,4)
5,7
1 177,8
34,43%
(405,5)
1er semestre
2007
729,4
(292,4)
(19,5)
0,3
1 041,0
34,43%
(358,4)
73,2
46,0
(0,5)
(26,2)
(313,0)
26,6%
35,0
34,2
(3,2)
(292,4)
28,1%
17.3 Impôts différés
Les impôts différés nets s’élèvent à (112,8) millions d’euros et présentent une variation de 109,2 millions
d’euros par rapport au 31 décembre 2007. La variation du semestre s’explique principalement par la
réduction des passifs d’impôts différés dans le cadre de la finalisation de l’affectation du prix d’acquisition
du groupe APC, ainsi que par des effets de conversion des impôts différés en devises.
Note 18 - Engagements et passifs éventuels
18.1 Cautions, avals et garanties
Les garanties, cautions et avals, donnés d’une part et reçus d’autre part s’établissent respectivement à
428 et 41 millions d’euros au 30 juin 2008.
18.2 Engagements d’achats
Titres de participation
Les engagements d’achats de titres de participation représentent les engagements contractuels pris par le
Groupe pour l’achat de minoritaires de sociétés consolidées, ou pour le complément de prix éventuel pour
des opérations réalisées. Au 30 juin 2008 comme au 31 décembre 2007, le montant de ces engagements
n’est pas significatif.
Prestations de services informatiques
En 2004, le Groupe a signé avec la société CAPGEMINI un accord visant à l’externalisation (Infogérance)
de ses fonctions informatiques en Europe, au développement d'un système d'applications de gestion
communes sous le progiciel SAP et à son déploiement sur le territoire européen. La première version de ce
système global a été mise en place en Inde (premier pilote) en avril 2007 et la deuxième version devrait
être déployée sur le second semestre 2008 dans plusieurs pays européens.
Les prestations payées à CAPGEMINI au titre de l'Infogérance se substituent aux coûts de la fonction
informatique auparavant gérée en interne. L'engagement réciproque qui lie CAPGEMINI et Schneider
Electric d’une durée initiale de 10 ans a été prolongé de 2 ans suite à la signature d'un accord début 2006.
Des discussions engagées en 2007 entre CAPGEMINI et Schneider Electric se sont poursuivies début
2008 afin d'ajuster le contrat dans un souci d'amélioration constante de la qualité et de son économie
globale pour les deux parties et sont actuellement mises en œuvre. A ce titre, une partie des activités
antérieurement gérées par CAPGEMINI (quelques pays européens et les activités de réseau) font l'objet en
2008 d'une réintégration chez Schneider Electric.
Au titre de l’exercice 2008, les coûts relatifs à l'Infogérance s’élèvent contractuellement à 133 millions
d’euros (147 millions d’euros en 2007) hors effets volumes et indexation prévus au contrat et hors impacts
de la renégociation entamée fin 2007.
18.3 Passifs éventuels
D’une manière générale, la direction considère que les provisions constituées au bilan, au titre des litiges
connus à ce jour et auxquels le Groupe est partie, devraient être suffisantes pour qu’ils n’affectent pas de
manière substantielle la situation financière ou les résultats du Groupe. Il en est en particulier ainsi pour les
conséquences possibles du litige impliquant actuellement en Belgique d’anciens dirigeants et cadres du
Groupe.
Les contrats d’emprunts ne contiennent pas de clauses en cas de dégradation de la notation de la dette
long terme du Groupe.
Le Groupe a conclu un accord d’entreprise relatif au Droit Individuel à la Formation. Les droits acquis par
les salariés à ce titre ne sont pas estimables de façon fiable et n’ont donc pas fait l’objet de provision dans
les comptes du Groupe.
Note 19 - Opérations avec des parties liées
19.1 Entreprises associées
Il s’agit essentiellement des sociétés sur lesquelles le Groupe exerce une influence notable, comptabilisées
selon la méthode de mise en équivalence. Les transactions avec ces parties liées sont réalisées à des prix
de marché et sont non significatives sur la période.
19.2 Parties liées exerçant une influence notable
Au cours de la période, aucune opération non courante n’a été réalisée avec les membres des organes de
direction.
Note 20 - Evénements postérieurs à la clôture
Augmentation de capital réservée aux salariés
Le 17 juillet 2008, le montant de l’augmentation de capital réservée aux salariés, décrite en Note 7.2, s’est
élevé à 134 millions d’euros pour 2 millions d’actions émises.
Acquisition de Xantrex
Le 28 juillet 2008, Schneider Electric a annoncé l’acquisition de la société canadienne Xantrex, l’un des
leaders mondiaux du marché des onduleurs utilisés dans les installations solaires et éoliennes. Le montant
de l’acquisition a été fixé à 415 millions de dollars canadiens avant cession de la branche Essais et
Mesures. L’accord d’acquisition doit être entériné par un vote favorable à une majorité des deux tiers de
l’assemblée générale de la société.
RAPPORT SEMESTRIEL D’ACTIVITÉ AU 30 JUIN 2008
Commentaires sur les comptes consolidés
Commentaires sur l'activité et le compte de résultat consolidé
Evolution du périmètre de consolidation
Acquisitions de la période
Le 11 janvier 2008, le Groupe a acquis la société américaine Intelligent Motion Systems, spécialisée dans
le contrôle des mouvements.
Le 31 janvier 2008, le Groupe a acquis la société japonaise Arrow, l’un des leaders dans la fabrication des
produits de signalisation.
Le 13 avril 2008 ont été acquis les actifs de la société texane ECP Tech Services, spécialisée dans la
pétrochimie.
Le 7 mai 2008, le Groupe a réalisé l’acquisition au Chili de Marisio. Cette société produit et commercialise
des composants pour les Systèmes d’Installation et de Contrôle.
Enfin le Groupe a acquis le 17 juin 2008 le groupe russe Wessen, spécialisé dans l’appareillage électrique.
Acquisitions et cessions réalisées en 2007 et ayant un effet sur les comptes du premier semestre 2008
Les entités suivantes ont été acquises en cours d’exercice 2007 et leur consolidation en année pleine sur
l’exercice 2008 constitue un effet de périmètre par rapport à l’exercice 2007 :
- American Power Conversion (APC), consolidée à compter du 15 février 2007,
- Ritto GmbH & Co KG, consolidée à compter du 25 mai 2007,
- Atos Automacão Industrial Ltda, Grant et Yamas, consolidés à compter du 31 juillet 2007,
- Pelco, consolidé à compter du 17 octobre 2007.
Le 31 octobre 2007, le Groupe a finalisé le désinvestissement de MGE Office Protection Systems (l’activité
petits systèmes de moins de 10kVA de MGE) à Eaton Corp. conformément à la demande des autorités de
la concurrence de la Commission Européenne.
L’impact de ces variations de périmètre est de 360 millions d’euros soit +4,4 % sur le chiffre d’affaires et de
21 millions d’euros soit un effet de +1,8% sur le résultat d’exploitation EBITA par rapport au 30 juin 2007.
(*) Les dates indiquées correspondent aux dates de prise de contrôle des sociétés acquises.
Evolution des taux de change
L'évolution des devises par rapport à l'euro a un impact significatif sur le premier semestre 2008. En effet,
cet impact s’élève à (481) millions d'euros sur le chiffre d'affaires consolidé et à (51) millions d’euros sur le
résultat d’exploitation EBITA.
En revanche, grâce à une répartition géographique équilibrée des charges et produits du groupe dans les
différentes devises, l’impact de l’évolution des taux de change sur le taux de marge opérationnelle EBITA
est quasi-nul (+ 0.2 point).
Chiffre d'affaires
Au 30 juin 2008, le chiffre d'affaires consolidé de Schneider Electric s'élève à 8 946 millions d'euros, en
progression de 8,4 % à périmètre et taux de change courants par rapport au 30 juin 2007.
La croissance du premier semestre 2008 se décompose en une croissance organique de 10,6 %, une
contribution des acquisitions nette des cessions pour 4,4 % et un effet de change de (6,6 %).
Evolution du chiffre d'affaires par zone géographique
Le chiffre d'affaires de l'Europe s'élève à 4 086 millions d'euros au 30 juin 2008, en progression de 7,0 %
en données courantes. A périmètre et taux de change constants, le chiffre d'affaires augmente de 9,0 %
par rapport au 30 juin 2007.
La zone Europe de l’Est / Russie se confirme comme un moteur de développement particulièrement
important, avec une croissance de l’ordre de 20 % ; l’Allemagne et les pays nordiques affichent une
croissance à deux chiffres sur le premier semestre.
En Amérique du Nord, le chiffre d'affaires s'élève à 2 394 millions d'euros, soit une croissance de 4,7 % en
données courantes et 5,7 % à périmètre et taux de changes constants. La zone réalise de solides
performances en Solutions et Services permettant d’effacer la baisse du marché de la construction
résidentielle.
Le chiffre d'affaires de la zone Asie-Pacifique s'élève à 1 636 millions d'euros, en progression de 10,8 %
en données courantes et de 16,6 % à périmètre et taux de change constants. La région reste portée par la
croissance soutenue de la Chine sur les activités historiques du Groupe (croissance supérieure à 25 %).
La zone Reste du Monde réalise un chiffre d'affaires de 830 millions d'euros au 30 juin 2008, en
progression de 23,5 % en données courantes et de 21,6 % à périmètre et taux de change constants.
L’activité reste forte dans l’ensemble des régions, notamment au Moyen Orient et en Afrique, grâce au
dynamisme du secteur pétrolier et gazier mais aussi plus généralement de la construction et des
infrastructures.
Evolution du chiffre d'affaires par activité
L'activité Distribution Electrique représente un chiffre d'affaires de 4 979 millions d'euros, soit 55,6 % du
chiffre d'affaires du Groupe. Ce chiffre d'affaires a progressé de 10,9 % en données constantes.
Le chiffre d'affaires de l'activité Automatismes et Contrôle s'élève à 2 700 millions d'euros (30,2 % des
ventes du Groupe), en progression de 8,3 % en données constantes.
L'activité Energie Sécurisée a généré un chiffre d’affaires de 1 267 millions d’euros, en croissance
organique de 14,5%. Elle représente 14,2 % du chiffre d’affaires du Groupe.
Résultat d'exploitation
Le résultat d’exploitation (EBITA) s’élève à 1 346 millions d’euros sur le premier semestre 2008 contre
1 175 millions d’euros sur le premier semestre 2007, en progression de 14,6 % à périmètre et taux de
change courants et de 17,1 % à périmètre et taux de change constants. La marge opérationnelle (EBITA en
pourcentage du chiffre d’affaires) du Groupe progresse de 0,8 point, de 14,2 % à 15,0 %.
Le résultat d'exploitation après amortissements et dépréciations des incorporels et acquisitions (EBIT)
comprend 49 millions d'euros de charges d'amortissement et de dépréciation d'actifs incorporels liés à la
comptabilisation des regroupements d'entreprises contre 27 millions d’euros au premier semestre 2007.
La marge brute du Groupe est en progression de 0,1 point par rapport au premier semestre 2007. Cette
hausse s’explique principalement par l’augmentation des prix de vente des produits qui a légèrement
dépassé la hausse des coûts des matières premières et de la main d’œuvre de production.
Le résultat d’exploitation du Groupe intègre 60 millions de coûts non récurrents liés essentiellement à des
programmes de restructuration (52 millions d’euros). Au 30 juin 2007, ces coûts non récurrents s’élevaient
à 62 millions d’euros dont 53 millions d’euros de restructurations.
Au premier semestre 2008, les coûts de restructuration sont principalement liés à la réorganisation des
activités de APC et MGE dans l’Energie Sécurisée pour 9 millions d’euros, à l’intégration de Pelco pour 8
millions d’euros, à la rationalisation des implantation de Clipsal en Asie-Pacifique pour 10 millions d’euros
et à la poursuite des réorganisations industrielles en Europe (France, Danemark, Allemagne) sur les
activités historiques du Groupe pour 16 millions d’euros.
Au 30 juin 2008, la capitalisation et l’amortissement de coûts relatifs à des projets de développement ont un
impact positif net de 65 millions d’euros sur le résultat d’exploitation (36 millions au premier semestre
2007).
EBITA par zone géographique
L’EBITA de la division Europe s’élève à 19,0% au 30 juin 2008, en progression de 1,3 point en données
courantes.
La division Amérique du Nord réalise un taux d’EBITA de 14,3% au 30 juin 2008, en baisse de 0,8 point.
La division Asie Pacifique réalise un taux d’EBITA de 15,4% au 30 juin 2008, en forte progression de
3,1 points par rapport au 30 juin 2007.
La division Reste du Monde réalise un taux d’EBITA de 16,1% au 30 juin 2008, en légère baisse de
0,2 point par rapport au 30 juin 2007.
EBITA par activité
L'activité Distribution Electrique réalise un taux d’EBITA de 18,7%, en progression de 0,8 point par rapport
au 30 juin 2007.
L'activité Automatismes et Contrôle réalise un taux d’EBITA de 15,3%, en progression de 1,1 point par
rapport au 30 juin 2007.
L’activité Energie Sécurisée réalise un taux d’EBITA de 12,8%, en progression de 1,8 point par rapport au
30 juin 2007.
Résultat financier
Le résultat financier s'élève à (119) millions d'euros au 30 juin 2008 contre (107) millions d'euros au 30 juin
2007. Cette variation s’explique par la hausse de la charge d'intérêt nette qui s'élève à (128) millions
d'euros au premier semestre 2008 contre (115) millions d’euros au premier semestre 2007, elle-même liée
à la hausse de la dette nette sur la période.
Impôts
Le taux effectif d'impôt au 30 juin 2008 s'élève à 26,6% contre 28,1% au 30 juin 2007.
Intérêts minoritaires
Les intérêts des actionnaires minoritaires dans le résultat net du premier semestre 2008 s'élèvent à
19 millions d'euros. Ils représentent la quote-part de résultats bénéficiaires attribuables principalement aux
associés minoritaires de Feller AG, STIE et de certaines sociétés chinoises.
Résultat net part du Groupe et Résultat net par action
Le résultat net part du Groupe s'élève à 851 millions d'euros au premier semestre 2008, en progression de
16,7 % par rapport au 30 juin 2007, générant une augmentation du résultat net par action de 3,16 à
3,56 euros soit une progression de 12,7 %.
L’augmentation est inférieure à celle du résultat net en raison de l’augmentation du nombre moyen
d’actions suite aux augmentations de capital réalisées en 2007 ainsi que des levées d’options sur la
période.
Commentaires sur le bilan et le tableau de flux de trésorerie consolidés
Le total du bilan consolidé s'élève à 22 942 millions d'euros au 30 juin 2008, stable (-1,4%) par rapport au
31 décembre 2007. Les actifs non courants s’élèvent à 14 574 millions d’euros, soit 63,5 % du total de
l’actif. Ils représentaient 64,5 % de l’actif au 31 décembre 2007.
Ecarts d’acquisition
Les écarts d’acquisition s'élèvent à 7 820 millions d'euros, en diminution de 321 millions d’euros par rapport
au 31 décembre 2007 en raison principalement des variations de change sur les écarts d’acquisition libellés
en dollars américains.
Au 30 juin 2008, aucun indice de perte de valeur n’a été identifié.
Immobilisations corporelles et incorporelles
Les immobilisations corporelles et incorporelles s'élèvent à 5 431 millions d'euros, soit 23,7 % du total de
l'actif, en diminution de 140 millions par rapport au 31 décembre 2007.
Actifs incorporels
Les marques représentent 2 134 millions d'euros au 30 juin 2008, en baisse de 113 millions par rapport au
31 décembre 2007 en raison des variations des taux de change.
Les projets de développement de produits inscrits à l’actif du Groupe s’élèvent à 404 millions d’euros au 30
juin 2008. Au cours du premier semestre le Groupe a capitalisé des coûts relatifs à des projets en cours
pour 90 millions d’euros (hors logiciels pour 5 millions d’euros) et reconnu des amortissements pour
26 millions d’euros.
Les autres immobilisations incorporelles nettes ainsi que les logiciels et brevets diminuent de 86 millions
d’euros par rapport au 31 décembre 2007. Cette variation s'explique principalement par des effets de
change pour (60) millions d’euros, par des dotations aux amortissements pour (77) millions d’euros et par la
capitalisation des développements réalisés sur le système informatique commun SAP pour 24 millions
d’euros.
Actifs corporels
Les immobilisations corporelles nettes représentent 1 852 millions d'euros (1 856 millions d'euros au 31
décembre 2007). Les investissements nets de l’exercice s'élèvent à 164 millions d’euros.
Actifs financiers non courants
Les actifs financiers non courants, essentiellement constitués de titres de participation cotés et de titres de
participation acquis sur la période non encore intégrés au périmètre de consolidation, s’élèvent à
440 millions d’euros, en diminution de 7 millions d'euros par rapport au 31 décembre 2007. La variation de
juste valeur négative des titres Axa est compensée par les nouvelles acquisitions en cours d’intégration
dans le groupe.
Trésorerie et endettement financier net
La capacité d'autofinancement dégagée par l'exploitation s'élève à 1 199 millions d'euros au 30 juin 2008 ;
elle progresse de 16,1 % et représente 13,4 % du chiffre d'affaires.
Les opérations d'exploitation génèrent une trésorerie positive de 989 millions d'euros au premier semestre
2008, comparée à 574 millions d’euros au premier semestre 2007.
Les investissements industriels nets du Groupe, qui incluent les projets de développement capitalisés,
représentent un décaissement de (314) millions d'euros soit 3,5 % du chiffre d'affaires (3,6% du chiffre
d’affaires pour le premier semestre 2007).
Les opérations d’acquisition de l’exercice représentent un décaissement de (170) millions d'euros, net de la
trésorerie acquise et des cessions.
Par ailleurs, les acquisitions d’actions propres ont généré un décaissement de trésorerie de (45) millions
d'euros sur la période (4 millions d'euros sur le premier semestre 2007). Les dividendes payés sur la
période s'élèvent à (811) millions d'euros (dont 15 millions d'euros versés aux intérêts minoritaires des
sociétés détenues).
L’endettement financier net s’élève à 5 220 millions d’euros (y-compris 17 millions d’euros de dettes sur
acquisitions) au 30 juin 2008, soit 53,8 % des capitaux propres du Groupe. L’endettement financier net est
en hausse de 284 millions d’euros par rapport au 31 décembre 2007, principalement en raison des
dividendes versés sur la période.
La trésorerie (1 054 millions d'euros) comprend les disponibilités (625 millions d’euros), les valeurs
mobilières de placement (397 millions d’euros) ainsi que des titres à court terme négociables sur des
marchés officiels (32 millions d’euros), constitués d'instruments tels que billets de trésorerie, fonds
communs de placement monétaires ou équivalents.
Les dettes financières (6 273 millions d’euros) comportent essentiellement des emprunts obligataires
(4 098 millions d’euros), des emprunts auprès d’établissements de crédit (999 millions d’euros) ainsi que
les dettes sur acquisitions pour 17 millions d'euros (nettes du placement sur compte séquestre
correspondant à la dette sur l'acquisition de Clipsal). Les dettes financières exigibles à moins d’un an
s’élèvent à 2 094 millions d’euros au 30 juin 2008 et sont essentiellement constituées de crédits relais, de
concours bancaires courants et intérêts courus ainsi que de la part courante des emprunts obligataires pour
860 millions d’euros.
Capitaux Propres
Les capitaux propres, part du Groupe, s'élèvent à 9 702 millions d'euros au 30 juin 2008, soit 42,3% du total
du bilan. Ils diminuent de 482 millions d'euros par rapport au 31 décembre 2007, compte tenu :
o
o
o
o
o
du versement du dividende 2007 pour (796) millions d’euros,
du résultat du premier semestre pour 851 millions d'euros,
de la variation de l'autodétention pour (45) millions d'euros,
de l’effet des variations de change sur les réserves de conversion pour (438) millions d'euros,
de la réévaluation des instruments financiers (couvertures et titres disponibles à la vente) pour
(81) millions d’euros.
Les intérêts minoritaires s'élèvent à 119 millions d'euros.
Provisions
Les provisions, courantes et non courantes, s'élèvent à 1 718 millions d'euros, soit 7,5 % du total bilan, dont
488 millions d’euros présentent une échéance prévisionnelle de décaissement inférieure à un an.
Ces provisions sont majoritairement constituées des engagements vis-à-vis du personnel concernant les
retraites et soins médicaux pour 969 millions d'euros. Les effets des évolutions des cours de change
génèrent une diminution de l’engagement pour (27) millions d’euros.
Les provisions, hors avantages du personnel, s’élèvent à 749 millions d'euros au 30 juin 2008. Ces
provisions sont notamment destinées à couvrir les risques liés aux produits (garanties, litiges nés de
produits défectueux identifiés) pour 172 millions d’euros, les risques économiques pour 322 millions d’euros
(risques fiscaux, risques financiers correspondant généralement à des garanties d’actif ou de passif), les
risques commerciaux pour 45 millions d’euros (litiges clients et pertes sur contrats à long terme) et les
opérations de restructuration pour 74 millions d’euros.
Les principales variations de la période sont liées aux plans de restructurations annoncées dans le cadre
de la réorganisation des activités de APC et MGE dans l’Energie Sécurisée, à l’intégration de Pelco, à la
rationalisation des implantations de Clipsal en Asie-Pacifique et à la poursuite des réorganisations
industrielles en Europe (France, Danemark, Allemagne) sur les activités historiques du Groupe.
Impôts différés
Les impôts différés nets s’élèvent à (113) millions d’euros et présentent une variation de 109 millions
d’euros par rapport au 31 décembre 2007. La variation du semestre s’explique principalement par la
réduction des passifs d’impôts différés dans le cadre de la finalisation de l’affectation du prix d’acquisition
du groupe APC, ainsi que par des effets de conversion des impôts différés en devises.
Perspectives sur le second semestre 2008
La marge brute devrait continuer à être affectée par la hausse du coût des matières premières qui devrait
être compensée par la répercussion sur les prix de vente des produits et par les gains de productivité
réalisés au niveau des opérations industrielles. Concernant les coûts des fonctions support, le Groupe
devrait les stabiliser dans les marchés matures et poursuivre ses investissements en ressources dans les
pays émergents.
Compte tenu des conditions économiques actuelles, Schneider Electric révise en hausse son objectif pour
l’année 2008 à un minimum de :
- 8% de croissance organique du chiffre d’affaires (contre 6% à 8% auparavant),
- 15,0% de marge EBITA.
Le lecteur est invité à se reporter au chapitre 1 – Facteurs de Risques du Document de Référence du 31
décembre 2007 déposé à l’AMF sous le numéro D.08-0112.
Rapport des commissaires aux comptes sur l'information
financière semestrielle
Mesdames, Messieurs les Actionnaires,
En exécution de la mission qui nous a été confiée par votre assemblée générale et en application des
articles L. 232-7 du Code de commerce et L. 451-1-2 III du Code monétaire et financier, nous avons
procédé à :
• l'examen limité des comptes semestriels consolidés résumés de la société Schneider Electric S.A.,
er
relatifs à la période du 1 janvier au 30 juin 2008, tels qu'ils sont joints au présent rapport ;
•
la vérification des informations données dans le rapport semestriel d'activité.
Ces comptes semestriels consolidés résumés ont été établis sous la responsabilité du directoire. Il nous
appartient, sur la base de notre examen limité, d'exprimer notre conclusion sur ces comptes.
1.
Conclusion sur les comptes
Nous avons effectué notre examen limité selon les normes d’exercice professionnel applicables en France.
Un examen limité consiste essentiellement à s’entretenir avec les membres de la direction en charge des
aspects comptables et financiers et à mettre en œuvre des procédures analytiques. Ces travaux sont moins
étendus que ceux requis pour un audit effectué selon les normes d’exercice professionnel applicables en
France. En conséquence, l’assurance que les comptes, pris dans leur ensemble, ne comportent pas
d’anomalies significatives obtenue dans le cadre d’un examen limité est une assurance modérée, moins
élevée que celle obtenue dans le cadre d’un audit.
Sur la base de notre examen limité, nous n'avons pas relevé d'anomalies significatives de nature à remettre
en cause la conformité des comptes semestriels consolidés résumés avec la norme IAS 34 – norme du
référentiel IFRS tel qu'adopté dans l’Union européenne relative à l’information financière intermédiaire.
2.
Vérification spécifique
Nous avons également procédé à la vérification des informations données dans le rapport semestriel
d'activité commentant les comptes semestriels consolidés résumés sur lesquels a porté notre examen
limité.
Nous n'avons pas d'observation à formuler sur leur sincérité et leur concordance avec les comptes
semestriels consolidés résumés.
Courbevoie et Neuilly-sur-Seine, le 31 juillet 2008
Les Commissaires aux Comptes
Mazars & Guérard
Ernst & Young et Autres
Pierre Sardet
Pierre Jouanne
Attestation
Je soussigné Jean-Pascal TRICOIRE, président du directoire de Schneider Electric SA, atteste, qu’à ma
connaissance les comptes semestriels du 30 juin 2008 sont établis conformément aux normes comptables
applicables et donnent une image fidèle du patrimoine, de la situation financière et du résultat de
l’ensemble des sociétés comprises dans la consolidation de Schneider Electric SA, et que le rapport
semestriel d’activité présente un tableau fidèle des informations mentionnées à l’article 222-6 du Règlement
Général de l’AMF.
.
Fait à Rueil-Malmaison le 29 juillet 2008
Jean-Pascal TRICOIRE
Président du directoire.
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising