Promouvoir la croissance et le développement des petites entreprises semencières pour

Promouvoir la croissance et le développement des petites entreprises semencières pour
Promouvoir la croissance et
le développement des petites
entreprises semencières pour
les principales cultures de
sécurité alimentaire
Bonnes pratiques et options
pour le processus de prise de décisions
Promouvoir la croissance et
le développement des petites
entreprises semencières pour
les principales cultures de
sécurité alimentaire
Bonnes pratiques et options
pour le processus de prise de décisions
Paul J.H. Neate
Rédacteur scientifique
Robert G. Guei
Fonctionnaire agricole, Production et conditionnement des
semences
Division de la production végétale et de la protection des
plantes
Les appellations employées dans ce produit d’information et la
présentation des données qui y figurent n’impliquent de la part de
l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture
(FAO) aucune prise de position quant au statut juridique ou au stade
de développement des pays, territoires, villes ou zones ou de leurs
autorités, ni quant au tracé de leurs frontières ou limites. La mention
de sociétés déterminées ou de produits de fabricants, qu’ils soient ou
non brevetés, n’entraîne, de la part de la FAO, aucune approbation ou
recommandation desdits produits de préférence à d’autres de nature
analogue qui ne sont pas cités.
Les opinions exprimées dans ce produit d’information sont celles du/des
auteur(s) et ne reflètent pas nécessairement celles de la FAO.
ISBN: 978-92-5-206683-5
Tous droits réservés. La FAO encourage la reproduction et la
diffusion des informations figurant dans ce produit d’information.
Les utilisations à des fins non commerciales seront autorisées à titre
gracieux sur demande.
La reproduction pour la revente ou à d’autres fins commerciales,
y compris à des fins didactiques, pourra être soumise à des frais.
Les demandes d’autorisation de reproduction ou de diffusion de
matériel dont les droits d’auteur sont détenus par la FAO et toute
autre requête concernant les droits et les licences sont à adresser par
courriel à l’adresse copyright@fao.org ou au Chef de la Sous-Division
des politiques et de l’appui en matière de publications, Bureau de
l’échange des connaissances, de la recherche et de la vulgarisation,
FAO, Viale delle Terme di Caracalla, 00153 Rome, Italie.
© FAO 2011
Promouvoir les petites entreprises semencières
Table des matières
1.
2.
3.
4.
5.
Avant-propos
5
Remerciements
7
Introduction
9
Adapter les politiques aux différents stades de développement
de l’industrie semencière
Stades de développement du secteur semencier
Quels sont les éléments clés pour la réussite des petites
entreprises semencières?
13
15
21
Environnement politique propice
23
Existence d’une demande durable en semences de qualité
24
Disponibilité de variétés améliorées et de semences de base
et de prébase
25
Esprit d’entreprise, compétences techniques et capacités
26
Accès au crédit à faible taux d’intérêt
28
Propriété de l’entreprise et rentabilité
28
Infrastructures
28
Liens entre les secteurs semenciers formel et informel
29
Stratégies de communication et marketing
29
Conclusion
31
Références
35
Liste des tableaux
Tableau 1: Les stades de développement du secteur semencier
et leurs caractéristiques principales
16
Tableau 2: Adaptation du soutien politique aux différents
stades de développement du secteur semencier
18
Tableau 3: Vue d’ensemble des dimensions du renforcement
des capacités dans le secteur semencier
27
Promouvoir les petites entreprises semencières
Avant-propos
Au cours des dernières années, les gouvernements de plusieurs pays en
développement ont réduit les investissements publics dans le secteur semencier,
en espérant que le secteur privé prenne la relève. Cependant, le secteur privé n’a
pas souvent relevé le défi comme prévu. Par conséquent, les agriculteurs ont un
accès difficile aux semences de variétés nouvelles et améliorées. Cette situation
est particulièrement critique pour les cultures autogames ou à pollinisation libre
et les cultures multipliées par voie végétative qui n’attirent pas les investissements
du secteur privé.
Il s’agit d’un problème grave qui entrave le développement agricole, surtout dans
la perspective de l’adaptation au changement climatique qui nécessitera l’accès
à des variétés nouvelles et à la diversité génétique. Les pays demandent souvent
à l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) des
conseils en matière de politiques ou de techniques permettant d’accroître de
façon durable l’approvisionnement en semences de qualité, dont l’importance est
extrême pour la sécurité alimentaire.
Ce guide a été conçu en réponse aux demandes, de la part des gouvernements
et des décideurs des pays en développement, de lignes directrices sur le
développement de systèmes efficaces d’approvisionnement en semences qui
soient adaptées à leur niveau de développement agricole. Ce guide n’est pas, ou ne
devrait pas être considéré comme une panacée aux problématiques associées aux
semences auxquelles sont confrontés les différents pays, néanmoins la FAO espère
qu’il permettra de mieux comprendre les problèmes de ce secteur pour mieux les
gérer, et qu’il apportera, par conséquent, une contribution au développement
d’industries semencières nationales dynamiques dans les pays en développement,
permettant d’améliorer la sécurité alimentaire.
Shivaji Pandey
Directeur, Division de la production végétale et de la protection des plantes
Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture
5
Promouvoir les petites entreprises semencières
Remerciements
Ce document a bénéficié des connaissances de terrain de plusieurs experts en
semences provenant d’Asie, d’Afrique et d’Amérique, et de l’expérience sur le
terrain de collègues qui s’occupent du développement du secteur semencier au
sein de l’équipe des semences et des ressources phytogénétiques de la Division de
la production végétale et de la protection des plantes (AGP) de la FAO.
Les études de cas de réussite de petites entreprises semencières ont été préparées
avec diligence et engagement par José Francisco Ferraz de Toledo au Brésil, par
Vilas Tonapi en Inde et par Berté Kama en Côte d’Ivoire, en collaboration avec les
parties prenantes locales et les autorités nationales. Paul Neate a fourni un soutien
formidable pour l’édition de la publication.
Un remerciement particulier est adressé à mes collègues Thomas Osborn, Philippe Le
Coënt, Sally Berman, Kakoli Ghosh et Michael Larinde pour leurs contributions, leur
attention et leurs encouragements. Des remerciements sont également présentés
à Modibo Traoré, Sous-Directeur général du Département de l’agriculture et de la
protection des consommateurs de la FAO, et à Shivaji Pandey, Directeur, AGP, dont
la vision et l’engagement en faveur des petits producteurs ont inspiré ce travail.
7
1.
Introduction
Promouvoir les petites entreprises semencières
1.
Introduction
Les systèmes de production végétale du monde entier sont basés sur l’accès des
agriculteurs à des semences de qualité. L’accès aisé à ces semences ne peut être
atteint et assuré qu’en présence d’un système d’approvisionnement en semences
viable qui soit en mesure de multiplier et de distribuer les semences ayant été
produites ou conservées.
Dans de nombreux pays en développement, plus de 90 pour cent des cultures
sont encore plantées avec des semences de ferme et des variétés locales. Les
sociétés semencières privées ont tendance à se concentrer sur la production de
semences hybrides et sur des cultures à haute valeur ajoutée, et à destination
des grands exploitants et des zones plus favorables. En fait, ces sociétés ciblent
les clients qui sont le plus en mesure de payer les semences. Elles ont tendance à
éviter les cultures autogames, notamment celles qui sont cultivées par de petits
exploitants, qui sont pourtant fondamentales pour la sécurité alimentaire. En
outre, les opportunités de production semencière commerciale pour ces cultures
sont très limitées car, grâce à la biologie, les agriculteurs peuvent facilement
conserver leurs propres semences pour les resemer.
Auparavant, le secteur public (universités, organisations gouvernementales et
organisations internationales de recherche) était la source principale des nouvelles
variétés et des semences de qualité des cultures vivrières pour le secteur de
l’agriculture familiale, surtout pour les cultures autogames. Cependant, au cours
des dernières années, plusieurs pays, donateurs et organisations internationales
ont encouragé la privatisation du secteur semencier. Ce phénomène, auquel
s’ajoutent les réductions dans le budget des organisations internationales de
recherche agricole, a eu pour résultat la diminution des investissements du secteur
public dans la sélection végétale et dans la production semencière. Cette situation
a gravement entravé les progrès en faveur de la sécurité alimentaire dans de
nombreux pays en développement.
Compte tenu du faible intérêt des moyennes et grandes entreprises semencières,
la création de petites entreprises semencières efficaces et efficientes, qui ont des
besoins plus faibles en investissements et des dépenses réduites, est l’alternative la
plus efficace. Ces entreprises, souvent constituées d’organisations d’agriculteurs,
sont fréquemment situées dans les communautés agricoles, proches des petits
exploitants, et devraient être en mesure de distribuer, de façon efficace et efficiente,
les semences de qualité des variétés améliorées et locales des principales cultures
11
Promouvoir les petites entreprises semencières
essentielles pour la sécurité alimentaire. Elles sont de plus primordiales pour relier
les secteurs semenciers formel et informel.
Ce guide est basé sur l’expérience acquise par la FAO dans le secteur semencier
et présente les conditions nécessaires et les préalables fondamentaux au
développement de ces petites entreprises semencières dans les pays en
développement. Il indique également comment ces processus peuvent être
soutenus. Il décrit en outre les besoins en renforcement de capacités pour la mise
en place de petites entreprises semencières (tableau 3).
12
2.
Adapter les politiques aux différents stades de
développement de l’industrie semencière
Promouvoir les petites entreprises semencières
2.
Adapter les politiques aux différents stades de
développement de l’industrie semencière
Stades de développement du secteur semencier
Le stade de développement du secteur semencier, tel que décrit par de nombreux
auteurs (Pray et Ramaswami, 1991; Morris et al., 1998; Maredia et al., 1999;
Tripp, 2003; Kosarek et al., 1999) est une considération de base pour planifier
toute intervention. La section ci-après décrit les différents stades de l’évolution
du secteur semencier et les interventions qui peuvent être nécessaires. Pour simplifier, il y a généralement une transition d’un secteur public fort qui prend en
charge la production et le contrôle des semences vers une situation où le secteur
privé, sous forme de petits exploitants locaux, relève ces fonctions. Les politiques
et les législations nationales doivent soutenir cette transition en encourageant la
création de liens entre la recherche, la vulgarisation, le contrôle de la qualité et les
petits exploitants, et en établissant des systèmes de crédit, des allégements fiscaux
et/ou des subventions, selon les besoins. Les tableaux 1 et 2 présentent une vue
d’ensemble des principales caractéristiques et des principales mesures politiques
de soutien nécessaires à chaque stade de cette évolution.
15
Promouvoir les petites entreprises semencières
Tableau 1: Les stades de développement du secteur semencier et leurs
caractéristiques principales
Stade
Caractéristiques principales
Stade
préindustriel
Agriculture de subsistance, variétés traditionnelles ou locales
cultivées à partir des semences de ferme ou des semences obtenues
par l’échange avec d’autres agriculteurs.
L’amélioration variétale est sous le contrôle des agriculteurs.
Aucun enregistrement formel ni aucune norme de contrôle de la
qualité.
Aucune législation, ni politique en matière de semences ou loi en
matière de propriété intellectuelle applicable aux semences.
Émergence
L’agriculture est encore principalement de subsistance, mais les
excédents peuvent être vendus dans des marchés émergents.
Quelques agriculteurs adoptent des variétés améliorées autogames
et à pollinisation libre, un nombre inférieur d’agriculteurs font
encore des essais avec des hybrides.
Les organisations du secteur public commencent à entreprendre des
activités de sélection végétale et de production semencière. La plupart
des semences proviennent encore de la ferme, mais un nombre
croissant d’agriculteurs achètent des semences commerciales.
Les services publics de vulgarisation exercent une fonction
fondamentale dans l’information fournie aux agriculteurs sur les
caractéristiques et sur les bénéfices des nouvelles variétés, et en
reliant les agriculteurs aux sources des semences.
Le cadre juridique concernant le contrôle de l’industrie semencière
commence à prendre forme, souvent par l’adoption de normes
provenant des pays plus développés et des organisations
internationales.
Le besoin de droits de propriété intellectuelle est encore faible, car la
source primaire des semences est encore sous le contrôle du secteur
public.
16
Promouvoir les petites entreprises semencières
Expansion
La production agricole est de plus en plus commerciale et les récoltes
sont en majorité plutôt vendues qu’utilisées pour la consommation
familiale.
De nombreux agriculteurs ont adopté les semences hybrides pour les
cultures principales, et utilisent très peu les semences de ferme de
ces cultures.
Les variétés à pollinisation libre prévalent encore sur moins de
cultures commerciales et de cultures ‘orphelines’, et les semences de
ferme continuent à l’emporter pour ces variétés.
Le secteur privé s’engage dans la sélection végétale et dans la
production de semences, et il est de plus en plus impliqué dans la
fourniture d’informations techniques et de ‘vulgarisation’.
Le contrôle de la qualité se renforce, mais la protection des variétés
végétales reste faible.
Maturité
L’agriculture est largement commerciale, les hybrides dominent dans
les cultures à haute valeur ajoutée.
La plupart des agriculteurs achètent des semences chaque année.
La sélection végétale est de plus en plus réalisée par le secteur privé,
bien que les variétés à pollinisation libre de faible valeur et à volume
élevé restent encore largement du domaine de la sélection du
secteur public et des petites et moyennes entreprises semencières.
La production semencière est entièrement réalisée par le secteur
privé qui représente de plus en plus la source des informations
techniques fournies aux agriculteurs.
Les normes du contrôle de la qualité sont largement appliquées et
la protection des obtentions variétales est mise en œuvre de façon
efficace.
17
Promouvoir les petites entreprises semencières
Tableau 2: Adaptation du soutien politique aux différents stades de
développement du secteur semencier
Stade
Bonnes pratiques
Stade
préindustriel
Attirer l’attention sur les pratiques agricoles améliorées, sur
l’importance des variétés améliorées et sur la qualité des semences.
Soutenir la production et l’approvisionnement en semences de
qualité par la promotion des meilleures variétés locales ou des
variétés améliorées provenant d’ailleurs et adaptées aux conditions
agroclimatiques locales.
Relier les agriculteurs-producteurs de semences aux sources de
semences de variétés améliorées.
Mettre à disposition les semences par le biais des agents de
vulgarisation et des agriculteurs leaders, et soutenir des systèmes
appropriés pour la commercialisation des semences produites par les
agriculteurs.
Développer l’évaluation participative des variétés améliorées et
locales par les agriculteurs. Investir dans la collecte ainsi que dans
la caractérisation des variétés locales traditionnelles et des cultivars
modernes potentiellement appropriés, et dans la formation sur tous
les aspects de la production et du stockage des semences, ainsi que
sur les questions phytosanitaires.
Élaborer une politique nationale, un programme et une législation
souple en matière de semences afin d’assurer un encadrement
institutionnel pour la production, le contrôle de la qualité et le
commerce des semences.
Élaborer des politiques basées sur les conditions et intérêts propres,
et éviter d’emprunter les politiques non adaptées à des industries
semencières matures.
Émergence
Concentrer l’attention sur le renforcement des bases établies lors du
stade préindustriel.
Promouvoir la demande en semences améliorées, y compris les essais
multilocaux de variétés et les démonstrations.
18
Promouvoir les petites entreprises semencières
Renforcer les services de vulgarisation pour s’assurer que les
agriculteurs seront au courant des nouvelles variétés et de leurs
caractéristiques.
Mettre en place des organismes dans le secteur public pour la
production, la certification et le contrôle de la qualité des semences,
et des laboratoires d’essai pour servir de base au nouveau secteur
semencier.
Soutenir des programmes de crédit à faible taux d’intérêt pour
mettre en place des installations de conditionnement et de contrôle
de la qualité des semences, et pour faciliter la création de petites
entreprises semencières.
Soutenir les universités agricoles et les centres de recherche du
secteur public en matière de sélection végétale, de recherche sur les
semences et de gestion commerciale des entreprises semencières.
Renforcer le système semencier informel par le biais des banques de
semences villageoises.
Organiser des cours de formation en matière de production, de
contrôle de la qualité et de certification des semences.
L’environnement politique devrait soutenir les petits producteurs de
semences et le secteur semencier informel.
Il faudrait introduire les droits des obtenteurs en tant que base pour
l’engagement du secteur privé dans le secteur semencier, mais ces
politiques devraient assurer le ‘privilège des agriculteurs’.
Expansion
Continuer à créer la demande en semences et à assurer un
environnement politique qui encourage l’engagement du secteur
privé dans la production et la commercialisation des semences.
Le secteur public pourrait réduire son engagement direct dans
des activités comme la production, le contrôle de la qualité, la
certification des semences et les systèmes d’approvisionnement en
semences. Il pourrait permettre au secteur privé d’en assumer la
responsabilité tout en continuant à le suivre.
Le secteur public sera encore l’acteur principal de la sélection et de
l’amélioration des cultures autogames et à pollinisation libre.
19
Promouvoir les petites entreprises semencières
Soutenir le développement des infrastructures pour la production
semencière (traitement et stockage), pour la distribution (réseau de
transports) et pour la commercialisation.
Les politiques devraient viser à garantir la disponibilité de crédits à
faible taux d’intérêt tant pour les entreprises semencières (et pour les
exploitants sous contrat) que pour les agriculteurs, pour leur permettre
d’acheter des semences.
Maturité
Prévoir un environnement politique qui encourage l’équilibre entre les
investissements dans le secteur semencier des secteurs public et privé.
Les systèmes de droits de propriété intellectuelle devront être mis en
place pour stimuler les investissements du secteur privé dans les activités
de sélection végétale et de vulgarisation.
Le secteur public devra rester engagé dans les cultures autogames ou à
pollinisation libre de faible valeur qui n’offrent pas de bénéfices suffisants
pour les investissements du secteur privé.
Les politiques en matière de certification des semences et
d’homologation des variétés peuvent être appliquées de façon plus
rigoureuse à ce stade. Plusieurs activités associées sont privatisées,
mais les normes sont établies et surveillées par les organismes
gouvernementaux.
Le gouvernement devrait poursuivre ses investissements dans la
recherche et l’enseignement de base, mais la formation en matière de
compétences techniques dans la production et dans le traitement des
semences peut passer progressivement sous la responsabilité du secteur
privé.
20
3.
Quels sont les éléments clés pour la réussite des petites
entreprises semencières?
Promouvoir les petites entreprises semencières
3.
Quels sont les éléments clés pour la réussite des petites
entreprises semencières?
Dans la plupart des pays en développement, le secteur semencier se trouve à un
des deux premiers stades indiqués ci-dessus (stade préindustriel et émergence). Ces
deux stades sont principalement caractérisés par une agriculture de subsistance
et par l’adoption de variétés améliorées autogames et à pollinisation libre. Les
institutions du secteur public commencent par s’intéresser à la sélection végétale
et à la production semencière. Bien que la plupart des semences soient encore de
ferme, un nombre croissant d’agriculteurs achètent des semences commerciales
de leurs cultures vivrières aux petites entreprises semencières émergentes. Par
conséquent, leur développement et leur efficacité devraient être d’une importance
capitale pour les gouvernements, car elles gèrent mieux les semences des cultures
autogames et à pollinisation libre, qui ne sont pas assez rentables pour les
entreprises plus grandes.
Plusieurs facteurs influencent le développement des petites entreprises semencières.
Ci-après sont présentées quelques-unes des conditions clés spécifiques pour leur
établissement et pour leur fonctionnement durable.
Environnement politique propice
Des politiques nationales spécifiques en matière de semences sont cruciales pour
le développement d’entreprises semencières de tous les niveaux. Les éléments
fondamentaux d’une politique nationale en matière de semences sont:
 l’amélioration des plantes et le développement variétal; l’évaluation,
l’homologation et la diffusion des variétés; un plan national de production et
de commercialisation des semences; la production semencière, notamment
des semences de première génération;
 le contrôle de la qualité et la certification, le stockage et la commercialisation;
la production semencière communautaire;
 la promotion de la production et de la commercialisation de semences de
haute qualité;
 les droits sur les variétés végétales; une législation souple en matière de
semences; et des mesures d’incitation, notamment en terme d’impôts et
d’accès au crédit.
23
Promouvoir les petites entreprises semencières
Dans l’ensemble, l’environnement politique doit être adapté à la nature et à la taille
des entreprises semencières visées. Ceci comprend la reconnaissance du privilège
de l’agriculteur (le droit de conserver, d’échanger et de vendre les semences, même
celles des variétés commerciales) pour les agriculteurs-entrepreneurs semenciers,
le soutien à la privatisation et à la commercialisation des services agricoles et
également la reconnaissance des droits des obtenteurs.
Limiter l’importance à attribuer aux règlements formels lors des premiers stades du
développement est souvent encouragé. On considère que les politiques devraient
plutôt affecter davantage de ressources pour renforcer les capacités en matière de
contrôle de la qualité des producteurs de semences, et ainsi aider les agriculteurs à
reconnaître les variétés qui satisfont au mieux leurs besoins et à apprécier la valeur
des semences de qualité.
Existence d’une demande durable en semences de qualité
La première question à se poser lors du développement des entreprises semencières
est de savoir s’il existe une demande qui assurera la survie commerciale de
l’entreprise à long terme. L’existence d’une demande durable est largement
reconnue comme un élément de succès tandis que la faiblesse de la demande en
semences est considérée comme une contrainte au développement des entreprises
semencières.
L’accroissement des marchés pour les produits des petits agriculteurs demeure
probablement la mesure la plus efficace pour stimuler le développement des
entreprises semencières. Cependant, des efforts importants restent nécessaires
pour sensibiliser les agriculteurs aux bénéfices associés à l’utilisation des
semences de haute qualité. Le manque d’informations et la faiblesse des services
de vulgarisation limitent l’utilisation des variétés améliorées dans les pays en
développement. Les gouvernements devront probablement prévoir des mesures
d’incitation pour encourager le développement des circuits de commercialisation
pour les semences dans les zones moins favorisées.
Là où le secteur semencier se trouve au stade ‘préindustriel’ de développement,
une meilleure approche serait de renforcer les systèmes semenciers locaux,
en particulier en favorisant les nouvelles variétés, en mettant en relation les
agriculteurs-producteurs de semences avec les sources de semences des variétés
24
Promouvoir les petites entreprises semencières
améliorées, en rendant disponibles les semences par les agents de vulgarisation
et les agriculteurs leaders, et en soutenant les systèmes appropriés pour la
commercialisation des semences produites par les agriculteurs. Cette approche
stimulera l’utilisation des variétés améliorées et représentera la base de la demande
future en semences.
Disponibilité de variétés améliorées et de semences de base et de
prébase
La disponibilité des variétés améliorées provenant des programmes de sélection
du secteur public est l’un des éléments clés pour le succès de la croissance
des petites entreprises semencières dans de nombreux pays. Les petites et
moyennes entreprises dépendent d’habitude du secteur public, des institutions
gouvernementales et des universités pour les nouvelles variétés et même pour les
semences de base et de prébase. L’investissement constant du secteur public dans
ces activités est donc nécessaire pour les cultures autogames, à pollinisation libre
ou multipliées par voie végétative.
Un système efficace de distribution de semences de base est également essentiel,
car ceux qui sont intéressés par la commercialisation des variétés doivent pouvoir
accéder facilement à des quantités adéquates de ces semences. Cependant, la
production et la distribution de semences du secteur public sont souvent coûteuses
et inefficaces, et le gouvernement devrait prévoir des mesures d’incitation pour
stimuler l’engagement du secteur privé.
Les programmes de sélection participative et d’essais en milieu paysan sont de
plus en plus recommandés pour générer les nouvelles variétés de cultures à faible
valeur ajoutée et pour accroître leur adoption par les petits agriculteurs. Il est
nécessaire de développer ces activités dans les programmes de sélection et de
vulgarisation du secteur public, ainsi que de renforcer les liens avec les systèmes
de production semencière des petits agriculteurs, afin d’assurer le succès et la
disponibilité des nouvelles variétés.
25
Promouvoir les petites entreprises semencières
Esprit d’entreprise, compétences techniques et capacités
Pour assurer le développement du secteur semencier national, il faudra que les
capacités adéquates soient en place aux niveaux individuel et institutionnel dans
un environnement politique favorable. La production des semences de qualité
nécessite un éventail de compétences et de capacités de nombreux acteurs et à
différents niveaux, de la planification et de la gestion de la production semencière
aux opérations agricoles spécialisées. Ceci requiert la présence de personnes
qualifiées et bien informées à tous les échelons de la ‘filière’ semencière et,
par conséquent, une formation à tous les niveaux, des agriculteurs jusqu’aux
scientifiques et aux décideurs (tableau 3). Le soutien technique à la production
semencière par les services de vulgarisation est essentiel au cours des premiers
stades de développement des entreprises semencières. L’amélioration des
compétences et des connaissances des agriculteurs en matière de stockage et
de gestion de la qualité des semences, de commercialisation, de comptabilité et
d’accès aux nouvelles variétés pourrait améliorer l’utilisation et la diffusion des
nouvelles variétés et des pratiques améliorées. Ces formations permettront aux
petites entreprises semencières de devenir économiquement viables.
26
Promouvoir les petites entreprises semencières
Tableau 3: Vue d’ensemble des dimensions du renforcement des
capacités dans le secteur semencier
Dimension
Acteurs principaux
Capacités principales à renforcer
Individuelle
Agriculteurs, personnel
technique dans les
entreprises semencières,
personnel technique
dans les institutions de
recherche et services
semenciers nationaux
des ministères
Capacités techniques concernant la
production, le conditionnement, le
contrôle de la qualité et la certification
des semences
Institutionnelle
Entreprises semencières,
organisations
d’agriculteurs,
institutions de recherche,
services semenciers
Capacités techniques concernant la
production et le conditionnement des
semences
Planification et gestion
Compétences en gestion d’entreprise;,
comptabilité
Bonnes pratiques en matière de
distribution des semences
Bonnes pratiques en matière de
subventions et de crédit
Partage des connaissances entre
la recherche, la vulgarisation et les
agriculteurs
Environnement
Ministères
politique favorable
Comment mieux élaborer et appliquer
les politiques et les législations en
matière de:
 homologation des variétés et
production et commercialisation des
semences;
 contrôle de la qualité et certification
des semences;
 financement et mesures d’incitation;
 protection des obtentions végétales.
27
Promouvoir les petites entreprises semencières
Accès au crédit à faible taux d’intérêt
L’accès au crédit à faible taux d’intérêt est crucial pour le développement des
entreprises semencières, surtout des petites entreprises. Ces crédits sont
particulièrement utiles pour l’achat d’intrants, d’équipements agricoles et
d’équipements pour le traitement et le conditionnement des semences. Les
distributeurs ont également besoin d’avoir accès à des crédits pour financer
l’achat de semences nouvelles et améliorées jusqu’au moment où ils ont généré
suffisamment de bénéfices pour s’autofinancer. La disponibilité de crédits, surtout
à des taux d’intérêt bonifiés par le gouvernement, est considérée comme un
élément clé du succès des entreprises semencières, tandis que le manque de crédit
représente une contrainte majeure à leur développement.
Propriété de l’entreprise et rentabilité
Les entreprises semencières doivent être basées sur l’appropriation et la rentabilité
au niveau local (en termes financiers ou selon d’autres déterminants socioéconomiques) pour assurer leur développement et une croissance durables. De
nombreuses petites entreprises semencières ont été développées avec le soutien
extérieur, soit des bailleurs de fond soit des organisations non gouvernementales
(ONG). Si ces initiatives se sont révélées efficaces pour l’introduction de variétés
améliorées au niveau des agriculteurs de subsistance et aux habitants des zones
reculées, elles n’ont pas toujours eu des résultats durables et engendrent très
souvent une dépendance continue de l’aide.
Infrastructures
Les coûts des infrastructures, en particulier des installations de traitement, de
conditionnement et de stockage, peuvent représenter une contrainte majeure,
bien que dans certains pays, des mesures politiques soient en place pour
subventionner ces coûts. Les gouvernements devraient prévoir des subventions
ou autres soutiens et services similaires pour le renforcement des infrastructures
des entreprises semencières, surtout lors des premiers stades de développement
du secteur semencier.
28
Promouvoir les petites entreprises semencières
Liens entre les secteurs semenciers formel et informel
Des liens dynamiques entre les secteurs semenciers formel et informel améliorent
l’efficacité du fonctionnement des deux secteurs et favorisent l’évolution du
secteur semencier en général. Le secteur semencier formel est la source principale
de nouvelles variétés et réunit les principales capacités en matière de sélection
végétale ‘scientifique’, de services de vulgarisation et de crédit. Le secteur informel
est le lien principal avec les connaissances traditionnelles et des agriculteurs, surtout
pour la détermination des besoins en matière de nouvelles variétés, d’intrants et de
services. De petites entreprises semencières solides peuvent exercer une fonction
fondamentale dans le renforcement des liens entre les deux secteurs, si elles ont
un accès constant aux variétés améliorées provenant des programmes de sélection
végétale du secteur public.
Stratégies de communication et de marketing
Une stratégie de communication efficace est essentielle pour que les petites
entreprises semencières puissent prospérer dans un marché compétitif et pour
garantir une demande soutenue de leurs produits. Une stratégie cohérente qui,
par exemple, annonce en même temps l’inscription d’une nouvelle variété et les
caractéristiques de cette variété, devrait se trouver au centre du fonctionnement
d’une petite entreprise semencière. Les stratégies de communication de masse, y
compris l’utilisation des radios rurales, peuvent être utilisées selon le pays, mais les
informations devraient se concentrer sur les semences améliorées, pour créer de
la transparence et de la confiance dans le secteur et pour laisser assez d’espace à
l’innovation et à la créativité de tous les acteurs.
29
4.
Conclusion
Promouvoir les petites entreprises semencières
4.
Conclusion
Partout, les agriculteurs ont besoin d’accéder facilement aux semences de haute
qualité de variétés productives et bien adaptées pour pouvoir ainsi produire les
meilleures cultures possibles. Mais les initiatives entreprises pour encourager le
secteur privé à produire et distribuer des semences dans les pays en développement
ont eu des résultats variés. Les problèmes à affronter sont complexes car ils sont
liés au mode de reproduction des cultures essentielles pour la sécurité alimentaire
(surtout cultures autogames, à pollinisation libre ou à multiplication par voie
végétative) et au stade de développement agricole du pays.
Ce guide démontre clairement que la meilleure approche pour garantir la production
et la distribution des semences de qualité dans les pays en développement est le
soutien aux petites entreprises semencières qui ont des besoins en investissement
plus faibles et opèrent avec des coûts réduits. Toutefois, ces petites entreprises
pourront prospérer uniquement si un environnement politique favorable et les
capacités nécessaires sont mis en place.
33
5.
Références
Promouvoir les petites entreprises semencières
5.
Références
Kosarek, J., Morris, M.L. et Garcia, P. 1999. Factors explaining the diffusion of
hybrid maize: evidence from Latin America and the Caribbean in support of the
life cycle theory of seed industry development. Document présenté à la Réunion
annuelle de l’American Agricultural Economics Association (AAEA), Nashville,
Tennessee, 8-11 août 1999. Disponible, en anglais, à l’adresse électronique:
http://ageconsearch.umn.edu/ bitstream/21596/1/sp99ko01.pdf (accès 17
novembre 2009).
Maredia, M., Howard, J., Boughton, D., Naseen, A., Wanzala, M. et
Kajisa, K. 1999. Increasing seed system efficiency in Africa: Concepts, strategies
and issues. MSU International Development Working Paper. Department of
Agricultural Economics, Michigan State University, East Lansing, Michigan,
États-Unis d’Amérique. Disponible, en anglais, à l’adresse électronique: http://
ageconsearch.umn.edu/bitstream/54578/2/idwp77.pdf (accès 2 novembre 2009).
Morris, M.L., Smale, M. et Rusike, J. 1998. Maize seed industries: A
conceptual framework. Dans: Morris, M.L., éditeur. Maize Seed Industries in
Developing Countries. Lynne Rienner, Boulder, Colorado, États-Unis d’Amérique.
Pray, C.E. et Ramaswami, B. 1991. A Framework for Seed Policy Analysis
in Developing Countries. Institut international de recherche sur les politiques
alimentaires, Washington D.C., États-Unis d’Amérique.
Tripp, R. 2003. How to cultivate a commercial seed sector. Document présenté
au symposium ‘Sustainable Agriculture for the Sahel’, Bamako, Mali, 1-5
décembre 2003. Disponible, en anglais, à l’adresse électronique: http://www.
syngentafoundation.org/ db/1/447.pdf (accès 17 novembre 2009).
37
Crédits photo:
Couverture:
Page 15:
Page 26:
Page 33:
AfricaRice
FAO photo library
FAO photo library
FAO photo library
L’agriculture est le pilier de l’économie de nombreux pays en
développement et le moyen d’existence principal pour la majorité
de leurs populations. Dans cette perspective, il est crucial que les
performances de l’agriculture permettent d’atteindre la sécurité
alimentaire et de mettre en place des bases économiques stables.
Les semences améliorées sont largement reconnues comme un
ingrédient clé pour l’augmentation de la productivité et de la
production agricoles, nécessaire pour atteindre l’objectif de la
sécurité alimentaire.
Toutefois, jusqu’à présent les moyennes et grandes entreprises
semencières n’assurent pas la production et la distribution des
semences des principales cultures vivrières (variétés non-hybrides)
dans les pays en développement. Des études de cas, menées en
Afrique, en Asie et en Amérique Latine indiquent que les petites
entreprises semencières pourraient représenter une alternative valide,
si elles sont soutenues.
Cette publication a pour objectif d’informer les décideurs politiques
et de fournir des recommandations sur les bonnes pratiques et les
options politiques pour promouvoir et soutenir la croissance et le
développement des petites entreprises semencières.
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising