batiment_chauffage_b25

batiment_chauffage_b25
B2.5 MAITRISE DES CONSOMMATIONS DE CHAUFFAGE ET D’ECS
Objectifs
Tendre vers des bâtiments passifs en restant dans les standards de confort d’aujourd’hui : accroître l’efficacité des
installations techniques
Préconisations
Adopter une stratégie diversifiée mais ordonnée qui permette d’atteindre dès aujourd’hui un niveau de
consommation d’énergie pour les usages réglementaires inférieur ou égal à 50 kWh/m2 SHON/an (hors correction
climatique).
Prévoir des moyens qui permettent d’ajuster la température des locaux au plus près des besoins et qui gèrent
l’intermittence.
Pourquoi ?
•
Le Grenelle de l’Environnement a fixé des objectifs de performance énergétique ambitieux qui ont été
traduit par la loi Grenelle 1 du 21 octobre 2008 : un niveau de consommation d’énergie pour les usages
réglementaires équivalent au label BBC (Bâtiment Basse Consommation) ou Effinergie dès la fin 2010
pour les bâtiments publics, le tertiaire et fin 2012, pour les autres bâtiments. Il s’agit donc de se préparer à
ce qui deviendra la loi très prochainement pour tous les concepteurs
•
Le chauffage des locaux et l’eau chaude sanitaire (ECS) représentent 89% de la consommation d’énergie
du secteur résidentiel et 68% dans le secteur tertiaire ; ils génèrent une partie importante de nos
émissions de gaz à effet de serre. On notera que dans un bâtiment basse consommation, l’ECS
représente un poste de consommation souvent plus important que le chauffage.
•
Chauffage et l’eau chaude sanitaire représentent toujours un poste important dans le budget des
ménages. La maîtrise des consommations permet de réduire les charges qui incombent aux usagers et
une limitation des impayés lorsqu’il s’agit de bailleurs sociaux.
Comment ?
D’abord, construire des bâtiments performants
•
Commencer par travailler sur les enveloppes en assurant un bon niveau d’isolation pour limiter les
déperditions thermiques tout en préservant l’inertie des structures qui permet de conserver une ambiance
confortable à l’intérieur des locaux (cf Bâtiment neuf/Isolation thermique et inertie).
•
Optimiser les baies vitrées en fonction de leur orientation et des apports solaires escomptés (cf Bâtiment
neuf /Isolation thermique et inertie).
•
Choisir des systèmes énergétiques performants (cf Bâtiment neuf/Production et distribution de et Bâtiment
neuf/Etanchéité à l’air et ventilation).
Ajuster la température des locaux au plus près des besoins
•
Adopter une température de consigne de 19°C dans les locaux occupés, de 16°C pour la nuit et les locaux
inoccupés, de 8°C pour le hors gel ou les absences prolongées.
•
Concevoir une installation qui permette l’adaptation de la température à chaque pièce, en fonction de son
orientation (Nord/Sud), de son occupation (présence/absence) et des besoins de ses occupants (les
personnes âgées et les jeunes enfants exigent en général une température plus élevée que les autres
classes d’âge).
•
Choisir une régulation performante : sondes de température réactives (avec un faible différentiel), vannes
thermostatiques, sondes de température pilotant des robinets électrothermiques sur les radiateurs,
•
Préférer des programmations simples à utiliser, qui gèrent l’intermittence, dont tout le monde peut comprendre
aisément le fonctionnement.
1
Réduire les consommations de production et de distribution de chaleur
•
Maximiser le rendement global des équipements de production et de distribution de chaleur. On se
rappellera que la consommation d’énergie finale est le rapport entre les besoins de chaleur du bâtiment et
le rendement global, le rendement global étant le produit des différents rendements suivants :
-
rendement de génération de chaleur
-
rendement de stockage (pour l’ECS par exemple)
-
rendement de distribution
-
rendement de régulation
-
rendement d’émission
Réduire les consommations d’eau chaude sanitaire
•
Dans le cas d’une installation collective, stocker l’eau chaude afin de réduire la puissance des chaudières,
dans un ballon bien isolé (constante de refroidissement faible) pour réduire les pertes de stockage. La
température optimum de stockage est entre 55 et 60°C. Préférer une production d’ECS instantanée dans
le cas de chaudières individuelles.
•
Veiller à ce que la puissance des générateurs soit basée sur un dimensionnement des besoins de chaleur
qui ne soit pas excessif de manière à ce que les générateurs puissent travailler au plus près de leur
rendement nominal.
•
Dessiner des réseaux de distribution les plus courts possibles pour réduire les pertes de distribution et les
volumes d’eau soutirés, ce qui implique une position plutôt centrale de la production d’ECS et un
regroupement des points de puisage dans les logements.
•
Adapter la température de puisage aux besoins et faire passer le plus souvent possible le réseau d’ECS à
l’intérieur du volume chauffé.
•
Mettre en oeuvre une installation solaire thermique pour couvrir une part significative des besoins d’ECS
lorsque le site est favorable (cf Bâtiment neuf/Solaire thermique).
•
Poser des réducteurs de débit sur les robinets et des pommes de douches à turbulence afin de diviser par
2 ou 3 la consommation pour les activités «au fil de l’eau» (cf Bâtiment neuf/Maîtrise des consommations
d’eau). Généraliser la pose de mitigeurs thermostatiques à double-débit sur les robinets, à la fois pour des
raisons de sécurité (brûlures) et pour réduire les volumes d’eau soutirés.
Informer et sensibiliser les usagers
•
Si des compteurs de chauffage et d’ECS sont prévus, préférer une implantation en évidence (cuisine par
exemple) ou en report, et non en fond de gaine ou dans un placard. A défaut, relayer les consommations
par des afficheurs.
•
Offrir information et conseils aux usagers pour limiter leur consommation d’énergie (cf. Bâtiment
neuf/Comportement des usagers).
•
Encourager le respect des consignes de températures d’ambiance, voire les rendre possibles de par la
conception.
Le saviez-vous ?
•
L’énergie finale est l’énergie au compteur utilisée effectivement par le consommateur. Elle est obtenue à
partir d’énergie primaire, disponible dans la nature à laquelle on soustrait toutes les pertes dues aux
rendements de production, transport, distribution, conversion... Il faut ainsi consommer 3,23 kWh dans une
centrale électrique pour disposer d’1 kWh d’électricité dans le logement (le coefficient de conversion
2
officiel énergie primaire/énergie finale pour l’électricité en France est 2,58, mais celui-ci traduit mal la
réalité).
•
Des labels de performance énergétique HPE, THPE, BBC (cf illustration 1) issus de la RT 2005 ne
subsistera à terme que le label BBC puisque lui seul deviendra bientôt la norme pour tous les bâtiments.
•
Le label français Effinergie (équivalent BBC), le label suisse Minergie et le label allemand Passivhaus ne
comptabilisent pas tous les mêmes consommations d’énergie (cf illustration 2). En outre, ils utilisent des
coefficients de conversion énergie primaire/énergie finale différents puisque ceux-ci sont propres au mode
de production d’électricité de chaque pays.
•
Les maisons passives ne comportent pas de chauffage principal. La température de confort est assurée
uniquement par l’isolation, les apports solaires et les apports dus aux occupants. Une ventilation doubleflux avec récupération de chaleur est dans ce cas nécessaire (cf B2.6 Ventilation double flux et puits
canadien).
•
Au-delà de 19°C, chaque degré supplémentaire dans les locaux entraîne une surconsommation d’énergie
de 7%.
Aller plus loin...
•
Association Effinergie : www.effinergie.org
•
Association Envirobat-Méditerranée/VAD : www.envirobat-med.net
•
La maison des (néga)watts, Thierry Salomon et Stéphane Bedel, Éditions Terre vivante, 2005.
•
L’entretien des chaudières, guide pratique ADEME, www.ademe.fr
•
•
•
Logements à faibles besoins en énergie, guide de recommandation et d’aide à la conception, Cabinet
Olivier Sidler, mars 2000.
Les économies d’énergie dans le bâtiment : www.rt-batiment.fr
ÎTRISE DES CONSOMMA
•
L’entretien des chaudières, guide pratique ADEME, www.ademe.fr
3
Illustration 1
•
Légende : Synthèse des différents labels de performance énergétiques
•
Source : tekhne
4
Illustration 2
•
Légende : Les labels Effinergie, Minergie et Passivhaus ne prennent pas en compte les mêmes
consommations d’énergie
•
Source : Le Moniteur du 20 avril 2007 - page 54
5
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertisement