a i2567f

a i2567f
1
FAO PRODUCTION ET SANTÉ ANIMALES
revues nationales de l’élevage
SECTEUR PORCIN
Burkina Faso
1
FAO PRODUCTION ET SANTÉ ANIMALES
revues nationales de l’élevage
SECTEUR PORCIN
Burkina Faso
ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L’ALIMENTATION ET L’AGRICULTURE
Rome, 2012
Citation recommandée
FAO. 2012. Secteur Porcin Burkina Faso. Revues nationales de l’élevage de la division de la production et de la
santé animales de la FAO. No. 1. Rome.
Détails sur l’auteur
Edoukou G. Djassi est vétérinaire spécialisé en productions animales et consultant international. Il a été
responsable sanitaire et technique de la filière porcine en Côte d’ivoire, puis Directeur de l’abattoir porcin (SIVAC)
d’Abidjan. Impliqué dans la campagne réussie d’éradication de la PPA en Côte d’Ivoire (1996), il s’est investi
depuis plus d’une décennie dans de nombreux projets initiés par la FAO, pour le développement de la production
porcine et le contrôle de la PPA en Afrique de l’Ouest, du Centre et de l’Est.
Les appellations employées dans ce produit d’information et la présentation des
données qui y figurent n’impliquent de la part de l’Organisation des Nations
Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) aucune prise de position quant
au statut juridique ou au stade de développement des pays, territoires, villes ou
zones ou de leurs autorités, ni quant au tracé de leurs frontières ou limites.
La mention de sociétés déterminées ou de produits de fabricants, qu'ils soient
ou non brevetés, n'entraîne, de la part de la FAO, aucune approbation ou
recommandation desdits produits de préférence à d'autres de nature analogue
qui ne sont pas cités.
Les opinions exprimées dans ce produit d’information sont celles du/des
auteur(s) et ne reflètent pas nécessairement celles de la FAO.
E-ISBN 978-92-5-207128-0 (PDF)
Tous droits réservés. La FAO encourage la reproduction et la diffusion des
informations figurant dans ce produit d’information. Les utilisations à des fins
non commerciales seront autorisées à titre gracieux sur demande. La
reproduction pour la revente ou à d’autres fins commerciales, y compris à des
fins didactiques, pourra être soumise à des frais. Les demandes d’autorisation
de reproduction ou de diffusion de matériel dont les droits d’auteur sont
détenus par la FAO et toute autre requête concernant les droits et les licences
sont à adresser par courriel à l’adresse copyright@fao.org ou au Chef de la
Sous-Division des politiques et de l’appui en matière de publications,
Bureau de l’échange des connaissances, de la recherche et de la vulgarisation,
FAO, Viale delle Terme di Caracalla, 00153 Rome, Italie.
© FAO 2012
i
Avant-propos
La production porcine est, avec la production aviaire, le secteur de l'élevage avec la
croissance la plus élevée. Cette tendance devrait être stable dans les années à venir. Cette
croissance est principalement observée dans les pays en développement et en transition
tandis que le nombre d'animaux dans les pays développés reste stable ou diminue
légèrement
La production porcine gagne de l'importance dans les sociétés dans lesquelles s’opère
actuellement une mutation de l’élevage des ruminants vers la production des
monogastriques. Cette évolution s’explique principalement par la croissance de la demande
en viande de porc et par les avantages de la production porcine comme par exemple le
raccourcissement du cycle de production avec des taux de rendement plus élevés et une
efficacité alimentaire plus avantageuse.
Le rôle que joue l’élevage porcin dans certaines communautés, et notamment les petites
exploitations familiales, va bien au-delà de la production de viande et de la génération de
revenus. Les porcs représentent une épargne sur pied ou un filet de sécurité pour les
périodes de crise, sans compter leur rôle irremplaçable au cours de cérémonies
traditionnelles ou de certains actes de la vie courante. Dans certains milieux culturels les
porcs constituent la principale source de revenus pour les femmes ou les groupes
marginalisés de la société.
Le secteur porcin doit faire face à différents défis pour pouvoir se développer. Afin que la
progression de ce secteur soit durable, le développement des infrastructures doit s’opérer au
même rythme que la croissance de la production ce qui n’est malheureusement pas le cas
dans certains pays. Cet écart rédhibitoire, associé au rôle de plus en plus important que joue
la porciculture dans la subsistance d'un nombre croissant de personnes, fait de ce secteur un
maillon vulnérable de la chaîne économique et sociale dans un certain nombre de pays.
L’absence de sécurité alimentaire, l’insuffisance des conditions sanitaires, les mauvaises
pratiques d’élevage de porc, ainsi que l’absence de services vétérinaires et d’inspection
sanitaire efficace des denrées sont autant de facteurs qui débouchent sur de véritables
problèmes de santé publique, animale et environnementale.
Une meilleure compréhension des différents aspects de la production porcine, ainsi que
des dynamiques commerciales et sociales qui y sont liées, permettront d’élaborer des
stratégies appropriées pour le développement du secteur, y compris des mesures de contrôle
des maladies.
Cette revue de la production porcine au Burkina Faso fait partie d’une série de revues à
l’échelle nationale commandées par la Sous-division des systèmes de production animale
(Division de la production et santé animales-AGA) de l’Organisation des Nations Unies pour
l’alimentation et l’agriculture (FAO).
Cette revue est conçue comme un document de référence à l’intention de toute personne à la
recherche d’informations sur le secteur porcin en RDC. Le document n'est pas exhaustif et
certains sujets ne sont que partiellement ou pas du tout couverts; cependant cet exercice
permet de disposer de nouveaux repères sur le secteur porcin, d’identifier et de hiérarchiser
les contraintes qui handicapent l’expansion de ce secteur et de proposer des stratégies pour
un développement durable. Cette revue sera régulièrement complétée, améliorée et mise à
jour. Tous commentaires, contributions et compléments d’informations sont les bienvenus et
peuvent être communiqués à l'auteur et à la FAO/Groupe des systèmes de production
animale (AGAS).
ii
Sommaire
Avant-propos ............................................................................................................ i
Sigles et abréviations............................................................................................... v
Le Burkina Faso en bref ........................................................................................... 1
Profil du secteur porcin ............................................................................................ 5
2.1 LE CHEPTEL PORCIN BURKINABÉ ET SON ÉVOLUTION ............................................... 5
2.2 RÉPARTITION GÉOGRAPHIQUE DU CHEPTEL PORCIN NATIONAL ................................. 6
2.3 PRODUCTION PORCINE AU BURKINA FASO ..............................................................10
2.4 CONSOMMATION ..................................................................................................11
2.5 LE COMMERCE DES PORCS ET DE LA VIANDE PORCINE.............................................13
2.6 PRIX ...................................................................................................................14
2.6.1 Prix de vente de la viande de porc au consommateur ................................15
Systèmes de production porcine ............................................................................ 17
3.1 HISTORIQUE DE L’ÉLEVAGE PORCIN AU BURKINA FASO ...........................................17
3.1.1 Données historiques .............................................................................17
3.1.2 Situation actuelle de la production porcine au Burkina Faso .......................17
3.2 SYSTÈME INDUSTRIEL / PRODUCTION INTÉGRÉE .....................................................18
3.3 SYSTÈME COMMERCIAL INTERMÉDIAIRE (SEMI-INTENSIF OU DE TYPE FAMILIAL) .......18
3.3.1 L’éleveur .............................................................................................18
3.3.2 Les animaux ........................................................................................19
3.3.3 L’habitat ..............................................................................................20
3.3.4 L’alimentation ......................................................................................21
3.3.5 Le suivi sanitaire et zootechnique ...........................................................22
3.3.6 La commercialisation ............................................................................22
3.4 SYSTÈME TRADITIONNEL VILLAGEOIS (PORCS EN DIVAGATION) ........................... 23
3.4.1 L’éleveur .............................................................................................23
3.4.2 Les animaux ........................................................................................23
3.4.3 L’habitat ..............................................................................................23
3.4.4 L’alimentation ......................................................................................24
3.4.5 La conduite d’élevage ...........................................................................24
3.4.6 La commercialisation ............................................................................25
3.5 ÉTUDES DE CAS ..................................................................................................26
3.5.1 Première étude de cas: Koudougou et Réo (P. du Sanguié et Boulkiemdé) ..26
3.5.2 Deuxième étude de cas: Bobo-Dioulasso (Province du Houet) ....................27
3.5.3 Troisième étude de cas: Ouagadougou (Province du Kadiogo) ....................31
3.6 ALIMENTATION DES PORCS ...................................................................................32
3.6.1 Ressources alimentaires locales ..............................................................33
3.6.2 Unités de fabrication d’aliments élaborés .................................................33
iii
3.6.3 Ressources alimentaires importées pour animaux .....................................33
3.6.4 Utilisation des résidus de récolte et sous-produits agro-industriels ..............33
3.6.5 Paniers d’alimentation ...........................................................................34
Commerce, marchés et commercialisation ............................................................. 35
4.1 MARCHÉ INTÉRIEUR .............................................................................................35
4.1.1 Marchés et commerce des porcs vifs .......................................................35
4.1.2 Installations d’abattage et services d’inspection .......................................37
4.1.3 Chaîne de valorisation des porcs et des produits d’origine porcine ..............38
4.1.4 Principales routes commerciales .............................................................39
4.2 IMPORTATION ......................................................................................................39
4.2.1 Importation de porcs et produits d’origine porcine ....................................39
4.2.2 Importation de porcs sur pied ................................................................40
4.3 EXPORTATION......................................................................................................40
Les indicateurs socio-économiques ........................................................................ 41
5.1 INCIDENCES CULTURELLES INCLUANT LES TRADITIONS ET LA RELIGION ...................41
5.1.1 Incidence socioculturelle........................................................................41
5.1.2 Incidence religieuse ..............................................................................41
5.2 ATTRIBUTION DU TEMPS AUX TRAVAUX DE LA PORCHERIE ................................41
5.2.1 Élevage commercial familial ...................................................................41
5.2.2 Élevage traditionnel de porcs en divagation .............................................42
5.3 CONTRIBUTION AU REVENU FAMILIAL / ÉCONOMIE FAMILIALE ...........................42
5.4 ASPECTS LIÉS AU GENRE ...............................................................................43
Races ..................................................................................................................... 45
6.1 RACES EXOTIQUES ...............................................................................................45
6.2 RACES LOCALES...................................................................................................45
Faune ..................................................................................................................... 47
7.1 POPULATION DE SUIDÉS SAUVAGES (SUIDÉS / TAYASSUIDÉS) .................................47
7.1.1 Les phacochères ...................................................................................47
7.1.2 Les hylochères et les potamochères ........................................................47
7.1.3 Collaboration entre la DFC et la DGSV .....................................................47
7.2 CHASSE / CONSOMMATION ...................................................................................48
7.3 INTERACTION ENTRE SUIDÉS SAUVAGES ET PORCS DOMESTIQUES...........................48
Santé animale, santé publique et impact environnemental .................................... 49
8.1 PRINCIPALES MALADIES PORCINES DECLARÉES / PRÉSENTES AU BURKINA FASO .......49
8.2 SANTÉ PUBLIQUE / ASSAINISSEMENT ....................................................................51
8.3 BIOSÉCURITÉ ......................................................................................................51
8.4 IMPACTS DE L’ÉLEVAGE PORCIN SUR L'ENVIRONNEMENT .........................................52
Les politiques actuelles, le cadre juridique ............................................................ 55
9.1 POLITIQUE GÉNÉRALE, MISSIONS ET OBJECTIFS .....................................................55
9.2 LES DÉCRETS, LOIS ET ARRÊTÉS ...........................................................................57
Analyse .................................................................................................................. 59
10.1 FORCES ET FAIBLESSES ACTUELLES DU SECTEUR PORCIN ......................................59
iv
10.1.1 Les forces du secteur porcin burkinabé ..................................................59
10.1.2 Les faiblesses du secteur porcin burkinabé .............................................61
10.2 PERSPECTIVES DU SECTEUR PORCIN POUR LES CINQ PROCHAINES ANNÉES ............64
10.3 POTENTIEL DE LA PRODUCTION PORCINE POUR RÉALISER LES OMD ........................66
Liste de contacts .................................................................................................... 71
Liste des principaux projets dans le secteur porcin ............................................... 75
Références bibliographiques .................................................................................. 79
Cartes .................................................................................................................... 81
v
Sigles et abréviations
ARIOPE
Appui au renforcement institutionnel des organisations professionnelles
d’éleveurs modernes
ASEP
Association des éleveurs de porc
BLAC
Brigade de lutte contre les abattages clandestins
BM
Banque mondiale
BRAKINA
Brasseries du Burkina
CMAP
Centre de multiplication des animaux performants
CMV
Compléments minéraux et vitaminés
DFC
Direction de la faune et de la chasse
DGPN
Direction générale de la protection de la nature
DGPSE
Direction générale de la prospective et des statistiques d’élevage
DGSV
Direction générale des services vétérinaires
DPRA
Direction provinciale des ressources animales
EIU
Economiste Intelligence Unit
EU
Etats-Unis d’Amérique
FAO
Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture
FAOSTAT
Base de données statistiques fondamentales de l'Organisation
FCFA
Franc de la Communauté financière africaine (1 $EU≈ 500 FCFA)
FMI
Fond monétaire international
FND
Fournisseurs Nationaux de Données
FNUAP
Fonds des Nations Unies pour la population
GDS
Groupement de défense sanitaire
Ha
hectare
IDH
Indice de développement humain
INSD
Institut national des statistiques et de la démographie
LNE
Laboratoire national d’élevage
MEF
Ministère de l’économie et des finances
MEP
Maison des éleveurs de porcs
MRA
Ministère des ressources animales
OMD
Objectifs du millénaire pour le développement
ONG
Organisation non gouvernementale
ONU
Organisation des Nations Unies
PAMER
Projet d’appui aux micros entreprises rurales
PAPISE
Plan d’action et programme d’investissement du secteur de l’élevage
adopté en octobre 2000
PIB
Produit intérieur brut
PNUD
Programme des Nations Unies pour le développement
PPA
Peste porcine africaine
vi
PNSA
Programme national pour la sécurité alimentaire
PSSA
Programme spécial pour la sécurité alimentaire
RESUREP
Réseau de surveillance épidémiologique
RGPH
Recensement général de la population et de l’habitation
SICS
Société ivoirienne de charcuterie et de salaison
SN-CITEC
Société Nouvelle CITEC
SNSA
Stratégie nationale de sécurité alimentaire
TCP
Taux de croissance de la population
UNESCO
Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture
ZATE
Zone d’appui technique en élevage
Revue du secteur porcin: BURKINA FASO
1
Chapitre 1
Le Burkina Faso en bref
Pays:
Burkina Faso
Situation géographique:
Afrique de l’Ouest, partage des frontières avec la Côte d’Ivoire, le
Ghana, le Togo, le Bénin, le Niger et le Mali.
Superficie:
274 200 Km²
Capitale:
Ouagadougou
Villes principales:
Ouagadougou, Bobo-Dioulasso, Koudougou, Ouahigouya, FadaGourma, Banfora, Tenkodogo
Langue officielle:
Français
Religions:
Musulmans (50%), Animistes (40%), Chrétiens (10%)
Monnaie:
Franc de la Communauté Financière Africaine (FCFA)
Fête Nationale:
5 Août
Population, total:
15, 224 M hab.
Source:
INSD/RGPH, 2009
Densité Population:
55,5 hab./Km²
Source:
INSD/RGPH, 2009
Espérance de vie:
53 ans
Source:
ONU/FNUAP, 2000-2008
Taux d’alphabétisation:
29%
Source:
UNESCO, 2003-2008
Taux de croissance:
5,2%
Source:
FMI, 2008
Taux d’inflation:
10,7%
Source:
FMI, 2008
Version du 17 novembre 2011
2
Le Burkina Faso en bref
Le Burkina Faso fait partie du groupe des pays les moins avancés avec un revenu national
brut annuel de 480 dollars EU par habitant, largement en deçà du seuil de 935 dollars EU
annuels fixés par la Banque mondiale (BM, 2008). Le pays est 177ème sur 182 dans le
classement 2007 de l’Indice de développement humain (PNUD, 2000). Son indice global de la
pauvreté est de 60,7 pour cent en 2006 (Stratégie de développement accéléré et réduction
de la pauvreté, 2007).
L’agriculture représente 34,2 pour cent du PIB (EIU, 2008) et occupe 86 pour cent de la
population active. Il s'agit principalement des activités d’élevage et des cultures aussi variées
que le sorgho, le mil, le maïs, l’arachide, le riz, le sésame et le coton.
Avec un taux de croissance annuel d’environ 3,3 pour cent par an, la population du
Burkina Faso double tous les 25 ans. Cette population est essentiellement rurale (78 pour
cent de ruraux en 2005 et 74 pour cent en 2010) et la grande majorité est vulnérable. Selon
les projections ci-dessus, le nombre de ruraux passerait de 11,379 millions en 2005 à plus
de 14,247 millions en 2015, ce qui constituerait un défi majeur pour le développement car la
Version du 17 novembre 2011
Revue du secteur porcin: BURKINA FASO
3
majorité de ces populations ne disposeraient pas de revenus suffisants pour sortir de la
pauvreté au rythme actuel de la croissance économique. L’Institut national des statistiques
et de la démographie (INSD) estimait la population du Burkina Faso à 14 902 785 habitants
en 2008, soit une densité moyenne de 54,35 habitants au km². Les femmes en représentent
environ 52 pour cent et fournissent plus de la moitié de la main d’œuvre agricole. La
population du Burkina Faso est composée d’une soixantaine d’ethnies. Les Mossis constituent
l’ethnie majoritaire (environ 53 pour cent) et vivent dans le centre du pays. Les autres
groupes importants sont les Gourmantchés (7 pour cent) à l’est, les Peuls (7,8 pour cent) au
nord, les Gourounsis (6 pour cent) et les Bissas (3 pour cent) au sud, les Samos (2 pour
cent), les Markas (1,7 pour cent), les Bobos (1,6 pour cent), les Sénoufos (2,2 pour cent) et
les Lobis (2,5 pour cent) au sud-ouest. 1
La projection du taux de croissance de la population rurale de 1990 à l’horizon 2030 laisse
apparaitre une baisse continue, passant de 2,62 pour cent à 1,19 pour cent alors que dans le
même temps, la population urbaine affiche des taux de croissance relativement élevés de
l’ordre de 4,5 pour cent à 5 pour cent ce qui représente plus du double de celui du monde
rural. Ces chiffres traduisent l’urbanisation rapide du Burkina Faso avec une explosion
démographique de la ville de Ouagadougou et Bobo-Dioulasso ainsi que de plusieurs chefslieux de province. L’exode rural des jeunes est le premier facteur d’accélération de cette
urbanisation rapide. Le pic de croissance entre 2000 et 2005 s’explique par le reflux massif
de migrants burkinabés (2002-2005) dans le cadre de l’« Opération Bayiri » en provenance
de la Côte d’Ivoire en proie à une crise politico-militaire. Nombreux sont les rapatriés qui se
sont fixés dans les différents centres urbains, mais aussi dans les campagnes en accélérant
ainsi la croissance de la population du Burkina Faso en général. L’urbanisation accélérée
entraîne une augmentation concomitante des besoins en services et en vivres des citadins, et
plus particulièrement en protéines animales facilement disponibles et bon marché comme
celles fournies par l’élevage de porc en zone périurbaine.
1
Monographie du Burkina Faso, janvier 2009.
Le station de recherche du CMAP à Banankélédaga (Bobo-Dioulasso) entreprend des travaux
d’amélioration génétique sur les porcs depuis sa création en 1952 pendant la période coloniale.
2
3
Chiffre d’affaires de la commercialisation de viande de porc pour l’année 2008 correspondant à une
production nationale de 43 771 tonnes avec une hypothèse de calcul de 1 000 FCFA/kg.
Version du 17 novembre 2011
Revue du secteur porcin: BURKINA FASO
5
Chapitre 2
Profil du secteur porcin
2.1 LE CHEPTEL PORCIN BURKINABÉ ET SON ÉVOLUTION
Source: Direction générale de la prospective et des statistiques d'élevage (DGPSE), 2010
FAOSTAT, 2010
Le cheptel porcin burkinabé a connu une croissance exceptionnelle au cours des huit
dernières années. En effet, selon les statistiques de la FAO, le cheptel a plus que doublé en
passant de 141 7000 porcs en 2000 à 303 9000 têtes en 2008 (Base de données
statistiques fondamentales de l'Organisation [FAOSTAT] 2010). Il faut toutefois noter la
différence entre les estimations publiées par la FAO et les statistiques fournies par les
autorités du Burkina Faso au moment de la préparation de ce rapport. Selon les chiffres
fournis par la Direction générale de la prospective et des statistiques d’élevage (DGPSE), le
cheptel était estimé à 584 000 têtes en 1996, puis est passé à 1 778 000 têtes en 2000 pour
se situer à 2 042 000 têtes en 2007, puis à 2 083 000 têtes en 2008.
Depuis le dernier recensement général agricole de 2003 qui a permis d’actualiser les
chiffres sur les populations animales au Burkina Faso, les projections de la DGPSE prennent
en compte un taux de croissance annuel de 2 pour cent pour le cheptel porcin. Les
projections de la FAO à partir de FAOSTAT estiment que le taux de croissance annuel est de
10 pour cent. Quoiqu’il en soit, la croissance observée du cheptel porcin répond à une
croissance très importante de la consommation de viande de porc dans les grands centres
urbains du pays où on constate une multiplication des rôtisseries qui proposent de la viande
de porc cuite au four ou grillée. Cette viande est généralement consommée sur place
accompagnée de la boisson de son choix ou alors elle est emportée pour une consommation
en famille.
Version du 17 novembre 2011
6
Profil du secteur porcin
2.2 RÉPARTITION GÉOGRAPHIQUE DU CHEPTEL PORCIN NATIONAL
TABLEAU 1.1:
Estimation de la répartition du cheptel porcin sur le territoire
Localisation
Porcs exotiques (Commercial)
Reproducteurs
Porcs locaux
(Traditionnel)
Engraissement
Cheptel
Total
Nombre
d’habitants
Bale
87
533
61 359
61 979
213 423
Banwa
55
340
39 120
39 515
269 375
Kossi
30
188
21 621
21 839
278 546
Mouhoun
85
523
60 254
60 862
297 350
Nayala
55
336
38 736
39 127
163 433
Sourou
17
106
12 250
12 373
220 622
329
2 026
233 340
235 695
1 442 749
59
363
41 791
42 213
407 528
Région de la Boucle
du Mouhoun
Comoe
Leraba
6
35
4 053
4 094
124 280
65
398
45 844
46 307
531 808
Kadiogo
680
4 177
157 059
161 916
1 727 390
Région du Centre
680
4 177
157 059
161 916
1 727 390
Boulgou
143
877
100 923
101943
543 570
Koulpelogo
46
281
32 306
32 633
258 667
Kouritenga
77
475
54 633
55 185
329 779
266
1 633
187 862
189 761
1 132 016
Bam
0
0
29 711
29 711
275 191
Namentenga
0
0
5 754
5 754
328 820
Sanmatenga
0
0
31 075
31 075
598 014
Région Centre-Nord
0
0
66 540
66 540
1 202 025
Boulkiemde
252
1 551
178 594
180 397
505 206
Sanguie
193
1 183
136 132
137 508
297 036
Sissili
89
549
63 235
63 873
208 409
Ziro
23
139
15 973
16 135
175 915
557
3 422
393 934
397 913
1 186 566
Bazega
0
0
37 974
37 974
238 425
Nahouri
0
0
40 501
40 501
157 071
Zoundweogo
0
0
30 157
30 157
245 947
Région Centre-Sud
0
0
108 632
108 632
641 443
Gnagna
0
0
13 915
13 915
408 669
Gourma
0
0
25 335
25 335
305 936
Komandjoari
0
0
718
718
79 507
Kompienga
0
0
9 671
9 671
75 867
Tapoa
0
0
63 224
63 224
342 305
Région de l'Est
0
0
112 863
112 863
1 212 284
2 749
22 245
58 321
83 315
955 451
0
0
7 066
7 066
285 695
Région des Cascades
Région Centre-Est
Région Centre-Ouest
Houet
Kenedougou
Tuy
Rég. Hauts-Bassins
0
0
139 968
139 968
228 458
2 749
22 245
205 355
230 349
1 469 604
Version du 17 novembre 2011
Revue du secteur porcin: BURKINA FASO
7
TABLEAU 1.1:
Estimation de la répartition du cheptel porcin sur le territoire
Localisation
Porcs exotiques (Commercial)
Reproducteurs
Porcs locaux
(Traditionnel)
Engraissement
Cheptel
Total
Nombre
d’habitants
Loroum
0
0
516
516
142 853
Passore
0
0
96 868
96 868
323 222
Yatenga
0
0
8 664
8 664
553 164
Zondoma
0
0
12 286
12 286
166 557
Région du Nord
0
0
118 334
118 334
1 185 796
Ganzourgou
0
0
24 905
24 905
319 380
Kourweogo
0
0
54 439
54 439
138 217
Oubritenga
0
0
19 305
19 305
238 775
Région du Plateau
Central
0
0
98 649
98 649
696 372
Oudalan
0
0
36
36
195 964
Seno
0
0
3 367
3 367
264 991
Soum
0
0
66
66
347 335
Yagha
0
0
-
0
160 152
Région du Sahel
0
0
3 469
3 469
968 442
57
350
40 322
40 729
101 479
184
1 136
130 785
132 105
192 321
30
184
21 193
21 407
70 036
Poni
109
668
76 854
77 631
256 931
Région du Sud-Ouest
380
2 338
269 154
271 872
620 767
5 026
36 239
2 001 035
2 042 300
14 017 262
Bougouriba
Ioba
Noumbiel
Total Burkina Faso
Source: DGPSE, 2007
Le cheptel porcin burkinabé est inégalement réparti sur l’étendue du territoire en raison
de spécificités socioculturelles, religieuses et climatologiques. Le plateau central compte
48 pour cent de la population porcine, l'ouest et le sud 39 pour cent et enfin l'est et le nord
respectivement 7 et 6 pour cent (cf. carte n°1 et n°4).
La production porcine est principalement gérée par les femmes qui détiennent 60 pour
cent des élevages du pays. Ce taux peut atteindre 90 pour cent dans les régions ouest et
centre-ouest du pays. Dans ces régions, les femmes éleveuses sont surreprésentées en
raison du christianisme et pour des raisons socio culturelles locales. En effet, la porciculture
est la seule activité d’élevage que les femmes peuvent mener pour leur propre compte.
La taille moyenne des élevages porcins est modeste. En effet, le nombre moyen de porcs
gardés en permanence par les ménages est de 1,17 en 1993 et de 1,21 en 1996. Lors de la
rencontre avec les éleveurs de porcs de Réo (Province de Sanguié), les éleveurs présents
possédaient trois porcs en moyenne. Pour les besoins de notre estimation nous avons retenu
que la taille moyenne d’un troupeau était de trois têtes pour les élevages traditionnels dans
l’ensemble du Burkina Faso même si la taille moyenne du troupeau est sensiblement variable
selon la saison et la région. La réduction de la taille du troupeau avant la mise à l’attache
et/ou en claustration s’explique par le manque de source de nourriture pendant l’hivernage,
ainsi que l’absence de place pour la mise en claustration.
Version du 17 novembre 2011
8
Profil du secteur porcin
TABLEAU 1.2:
Répartition des élevages de porc et de la population humaine
Nombre de fermes selon le
type d’élevage
Localisation
Industriel
(Intégré)
Commercial
Intermédiaire
(Familial)
Traditionnel
divaguant
coureur
Secteurs
commercial et
traditionnel
Nombre
d’habitants
Bale
0
25
20 453
20 478
213 423
Banwa
0
16
13 040
13 056
269 375
Kossi
0
9
7 207
7 216
278 546
Mouhoun
0
24
20 085
20 109
297 350
Nayala
0
16
12 912
12 928
163 433
Sourou
0
5
4 083
4 088
220 622
Région de la Boucle
du Mohoun
0
95
77 780
77 875
1 442 749
Comoe
0
17
13 930
13 947
407 528
Leraba
0
2
1 351
1 353
124 280
Région des Cascades
0
19
15 281
15 300
531 808
Kadiogo
0
194
52353
52547
1 727 390
Région du Centre
0
194
52 353
52 547
1 727 390
Boulgou
0
41
33 641
33 682
543 570
Koulpelogo
0
13
10 769
10 782
258 667
Kouritenga
0
22
18 211
18 233
329 779
Région Centre-Est
0
76
62 621
62 697
1 132 016
Bam
0
0
9 904
9 904
275 191
Namentenga
0
0
1 918
1 918
328 820
Sanmatenga
0
0
10 358
10 358
598 014
Région Centre-Nord
0
0
22 180
22 180
1 202 025
Boulkiemde
0
72
517
589
505 206
Sanguie
0
55
394
449
297 036
Sissili
0
26
183
209
208 409
Ziro
0
6
46
52
175 915
Région Centre-Ouest
0
159
1 140
1 299
1 186 566
Bazega
0
0
0
0
238 425
Nahouri
0
0
0
0
157 071
Zoundweogo
0
0
0
0
245 947
Région Centre-Sud
0
0
0
0
641 443
Gnagna
0
0
0
0
408 669
Gourma
0
0
8 445
8 445
305 936
Komandjoari
0
0
239
239
79 507
Kompienga
0
0
3 224
3 224
75 867
Tapoa
0
0
21 075
21 075
342 305
Région de l'Est
0
0
32 983
32 983
1 212 284
Houet
0
1 016
19 440
20 456
955 451
Kenedougou
0
0
2 355
2 355
285 695
Tuy
0
0
46 656
46 656
228 458
Version du 17 novembre 2011
Revue du secteur porcin: BURKINA FASO
9
TABLEAU 1.2:
Répartition des élevages de porc et de la population humaine
Nombre de fermes selon le
type d’élevage
Localisation
Industriel
(Intégré)
Commercial
Intermédiaire
(Familial)
Traditionnel
divaguant
coureur
Secteurs
commercial et
traditionnel
Nombre
d’habitants
Rég. Hauts-Bassins
0
1 016
68 451
69 467
1 469 604
Loroum
0
0
172
172
142 853
Passore
0
0
32 289
32 289
323 222
Yatenga
0
0
2 888
2 888
553 164
Zondoma
0
0
4 095
4 095
166 557
Région du Nord
0
0
39 444
39 444
1 185 796
Ganzourgou
0
0
8 302
8 302
319 380
Kourweogo
0
0
18 146
18 146
138 217
Oubritenga
0
0
6 435
6 435
238 775
Région du Plateau
Central
0
0
32 883
32 883
696 372
Oudalan
0
0
12
12
195 964
Seno
0
0
1 122
1 122
264 991
Soum
0
0
22
22
347 335
Yagha
0
0
0
0
160 152
Région du Sahel
0
0
1 156
1 156
968 442
Bougouriba
0
16
13 441
13 457
101 479
Ioba
0
53
43 595
43 648
192 321
Noumbiel
0
9
7 064
7 073
70 036
Poni
0
31
25 618
25 649
256 931
Région du Sud-Ouest
0
109
89 718
89 827
620 767
Total Burkina Faso
0
1 668
495 990
497 658
14 017 262
NB: Les données du tableau ne sont pas le résultat d’un recensement agricole. L’estimation du nombre de fermes dans
les différents systèmes de production est obtenue grâce à la ventilation du cheptel porcin en fonction des
caractéristiques numériques des deux systèmes (traditionnels et commerciaux). Grâce à cette méthode de calcul nous
obtenons un total de 497 658 fermes dont 495 990 élevages traditionnels et 1 668 porcheries commerciales. La taille
moyenne des élevages est de 24 porcs pour les fermes commerciales et de trois porcs pour les élevages traditionnels.
Il faut par ailleurs noter que ces chiffres reflètent le nombre de porcs détenus par les
éleveurs pendant l’hivernage, période pendant laquelle les porcs sont mis en claustration ou
à l’attache. En général, le paysan éleveur ne garde que les reproducteurs et les porcelets
trop jeunes pour être commercialisés. Après les mises-bas de la fin de l’hivernage, la taille
du troupeau augmente considérablement. Les jeunes animaux vont être engraissés pendant
la période d’abondance alimentaire et commercialisés avant l’entrée dans l’hivernage
suivant.
Dans la Région du Centre et Centre-Ouest, l’effet des projets semble se traduire par une
augmentation de la taille moyenne du troupeau. En effet, la taille des troupeaux des
élevages commerciaux varie considérablement, allant d’une dizaine de porcs à plus d’une
centaine de porcs par élevage. Pour les besoins de notre calcul nous avons considéré une
taille moyenne de troupeau de 24 porcs par exploitation commerciale.
Ainsi avec environ 0,25 pour cent du nombre d’exploitations, le système commercial
entretient 2 pour cent du cheptel national, les 98 pour cent restants sont détenus à 99 pour
cent par de toutes petites unités d’élevage traditionnelles. Cette estimation permet surtout
Version du 17 novembre 2011
10
Profil du secteur porcin
de constater la grande domination du système d’élevage divaguant sur la pratique de
l’élevage commercial.
2.3 PRODUCTION PORCINE AU BURKINA FASO
Avec un taux de croissance de 10 pour cent par an, la production de viande porcine au
Burkina Faso a plus que doublé en moins d’une décennie, passant de 19 981 tonnes en 2000
à 43 771 tonnes en 2008. Cette croissance est soutenue par une demande de viande de porc
en pleine expansion que le mode de production actuel a du mal à satisfaire. Le tableau cidessus montre que l’accroissement de la production provient essentiellement de
l’augmentation du cheptel et de son taux d’exploitation (60 pour cent), et non de
l’augmentation du poids des carcasses de porcs qui reste invariablement à 24 kg entre 2001
et 2008.
TABLEAU 2:
Évolution des abattages contrôlés au Burkina Faso de 2001 à 2008
Désignation
2001
2002
2003
2004
2005
2006
2007
2008
935
1 029
1 132
1 245
1 370
1 507
1 658
1 823
22 449
24 697
27170
29 891
32 884
36 172
39 792
43 771
24
24
24
24
24
24
24
24
N°porcs abattus
(Milliers)
Quantité de
viande (TM)
Poids moyen
carcasse (Kg)
Source: FAOSTAT, 2010
Cette piètre performance s’explique essentiellement par le fait que l’écrasante majorité
des porcs exploités sont de race locale dont le poids moyen carcasse se situe entre 12 et 35
kg. Il faut tout de même noter que les porcs issus d’élevages commerciaux à Ouagadougou
et surtout à Bobo-Dioulasso affichent un poids moyen carcasse de 75 à 80 kg. Il s’agit en
l’occurrence de porcs de race Large White ou d’hybrides Large White croisés Korhogo. Il
n’existe pas de données officielles sur la répartition de la production porcine entre le secteur
traditionnel et le secteur commercial. Cependant, on peut établir une estimation en se
basant sur la répartition de la production annuelle de viande de porc entre les deux différents
modes de production, en prenant en compte les caractéristiques de chacune d’elle. Les
élevages commerciaux de type familial avec 10 pour cent du cheptel produisent l’équivalent
Version du 17 novembre 2011
Revue du secteur porcin: BURKINA FASO
11
de 15 pour cent de la viande de porc et les élevages traditionnels en divagation avec 90 pour
cent du cheptel produisent 85 pour cent de la viande de porc.
La mutation de certains élevages traditionnels divagants peu productifs vers un système
d’élevage commercial de type familial avec des porcs de race améliorée, ainsi que
l’installation de nouveaux opérateurs dans l’élevage commercial de type familial auront un
impact immédiat sur l’augmentation des quantités de viande de porc produites.
2.4 CONSOMMATION
On note qu’entre 2000 et 2008, la part de l’énergie alimentaire fournie par la viande de
porc a doublé, en passant de 14,6 calories à 23,05 calories par habitant par jour. Cette
augmentation suit la croissance de la quantité de viande de porc disponible pour les
populations. L’énergie fournie par la viande de porc pendant cette période correspond à une
moyenne journalière de 18,68 calories par personne et par jour.
Bien que ces chiffres soient encore faibles comparés à ceux de pays à tradition d’élevage
porcin, la très rapide progression constatée au cours de ces dernières années est une
dynamique très intéressante qui montre la vitalité de ce secteur qu’il convient d’encourager
pour réduire le déficit en protéines animales dans l’alimentation des Burkinabés. De 2002 à
2005, la population burkinabé a enregistré une croissance de 3 pour cent tandis que la
croissance de la production de viande de porc connaissait une hausse annuelle de 10 pour
cent. Cette forte croissance de la production de viande porcine permet d’enregistrer sur cette
période une hausse de la consommation de viande de porc de l’ordre de 7 pour cent par an.
De 2000 à 2008, la quantité de viande porcine consommée par habitant et par an est
passée de 1,72 kg à 2,71 kg soit une augmentation de près de 58 pour cent. La production
de viande de porc est stimulée par une demande très forte dont la marge de progression est
encore très importante.
Ce succès s’explique par le prix relativement faible de cette viande, son mode de
consommation lié aux loisirs et à la convivialité ainsi que par les nouveaux adeptes qui se
lancent dans la consommation de viande de porc, convaincus de la qualité actuelle des
produits d’origine porcine. Cette augmentation de la consommation du porc doit beaucoup au
talent des rôtisseurs de « porc au four » qui redoublent d’imagination pour proposer des
recettes originales qui font l’unanimité auprès des consommateurs.
Version du 17 novembre 2011
12
Profil du secteur porcin
TABLEAU 3:
Caractéristiques de la consommation de porc au Burkina Faso (2002-2005)
ANNEE INDICATEUR
2002
2003
2004
2005
12 184 859
12 566 683
12 962 750
13 373 670
24 694
27 150
29 925
32 912
Consommation de viande de
porc/personne/an (kg)
1,99
2,11
2,25
2,39
Consommation de viande de
porc/personne/jour (gr.)
5,44
5,79
6,17
6,56
Protéines fournies par la viande de
porc /personne/jour (gr.)
0,63
0,67
0,72
0,76
Total population humaine
Production de viande de porc (TM)
Source: FAOSTAT, 2010
Principaux centres de consommation de la viande de porc au Burkina Faso
Le plateau central, l’ouest, le sud-ouest et le centre est du Burkina Faso sont des zones
de forte consommation de viande de porc. Sur la base des chiffres de 2007 de la DGPSE
(Tableau n°4), les villes de Ouagadougou (Kadiogo), Bobo-Dioulasso (Houet) et Koudougou
(Boulkiemdé) ont des pourcentages d’abattages contrôlés supérieurs aux autres villes. Il
s’agit en effet des trois plus grandes villes du pays avec une urbanisation à marche forcée
avec une forte demande en protéines animales à faible coût. Tous les autres chefs lieu de
province représentent des zones de forte consommation de viande de porc avec les
pourcentages d’abattages contrôlés suivants: Ioda (6 pour cent), Comoé (6 pour cent),
Boulgou (4 pour cent), Kouritenga (4 pour cent), Sanguié (3 pour cent), Poni (3 pour cent),
Zoundweogo (3 pour cent), etc. (cf. Cartes n°3 et n°4). Il faut cependant noter que la
grande majorité des porcs consommés au Burkina Faso échappe au circuit des abattoirs et
de l’inspection de salubrité car les porcs sont abattus clandestinement. A Ouagadougou,
Koudougou et Bobo-Dioulasso, la proportion de porcs abattus en dehors des abattoirs est de
l’ordre de 80 pour cent; dans les zones rurales à forte concentration de porcs, notamment
dans l’ouest, la proportion des porcs abattus à domicile atteint aisément 90 à 95 pour cent
des porcs consommés.
TABLEAU 4:
Principaux centres de consommation de viande de porc au Burkina Faso (2007)
Province
Cheptel
porcin
Kadiogo (Région du Centre)
161 916
23 006
14%
83 315
20 070
12%
Boulkiemde (Région du Centre Ouest)
180 398
13 235
8%
Ioda (Région du Sud Ouest)
132 106
9 738
6%
42 213
9 504
6%
Boulgou (Région du Centre Est)
101 942
6 991
4%
Kouritenga (Région Centre Est)
55 185
6 313
4%
137 507
5 652
3%
Poni (Région du Sud Ouest)
77 630
4 917
3%
Zoundweogo (Région du Centre Sud)
30 157
4 448
3%
Houet (Région des Cascades)
Comoe (Région des Cascades)
Sanguié (Région du Centre Ouest)
Abattages contrôlés
(Nombre porcs)
Proportion abattage
contrôlé - cheptel
Source: Calculs réalisés par l’auteur à partir des données 2007 de la DGPSE
Version du 17 novembre 2011
Revue du secteur porcin: BURKINA FASO
13
2.5 LE COMMERCE DES PORCS ET DE LA VIANDE PORCINE
Le système de commercialisation des porcs et de la viande de porc au Burkina Faso fait
intervenir les acheteurs/revendeurs, les charcutiers/transformateurs, les supermarchés, les
rôtisseurs et les vendeurs de viande de porc cuisinée en sauce.
Importation de porcs vifs
Le Burkina Faso n’importe pas traditionnellement des porcs sur pied. Les importations de
porcs vifs mentionnées en 2000 et qui portent sur un effectif de 342 animaux font référence
à des importations de géniteurs de races améliorées dans le cadre de programmes
d’amélioration génétique encadrés par le Centre de multiplication des animaux performants
(CMAP)2 ou par les différents projets d’appui au secteur porcin (Projet d’Appui au
renforcement institutionnel des organisations professionnelles d’éleveurs modernes
[ARIOPE]) pour le compte de la Maison des éleveurs de porcs (MEP), ainsi que des projets
locaux soutenus par la FAO.
Exportation de porcs vifs
Les données de la FAO font état de quelques expériences d’exportation de porcs vifs.
Ainsi, on a enregistré l’exportation de 279 têtes en 2002 et d’une douzaine de porcs en
2003. Les premières expériences d’exportation de porcs charcutiers sur pied vers la Côte
d’Ivoire ont été particulièrement périlleuses, eu égard à la longueur du trajet, au caractère
indocile des porcs, aux conditions difficiles de leur abreuvement et aux températures
élevées; autant de facteurs de stress sources de mortalités. Pour sécuriser ces transactions,
l’exportation des carcasses de porcs à partir de l’abattoir frigorifique de Bobo-Dioulasso s’est
très vite imposée comme la meilleure solution. Face à la pénurie de porcs en Côte d’Ivoire,
les vendeurs de viande de porc d’Abidjan et de Bouaké venaient s’approvisionner au Burkina
Faso. De même, les marchands de bétail du Togo et du Bénin poussaient leurs prospections
dans les zones frontalières, parfois jusqu’à Ouagadougou pour acquérir des porcs qui étaient
ensuite acheminés en camion vers les grands centres de consommation côtiers de la sousrégion (Lomé, Accra, Cotonou, Abidjan, etc.).
Importation de viande de porc
Les importations de viande porcine portent essentiellement sur les produits de charcuterie
(lard, jambon, saucisses et autres préparations à base de viande de porc). Ces importations
répondent à la demande des consommateurs urbains que les rares unités de transformation
du pays n’arrivent pas encore à satisfaire, tant quantitativement que qualitativement. Les
principaux fournisseurs de charcuteries pour le Burkina Faso sont la Côte d’Ivoire (Société
ivoirienne de charcuterie et de salaison [SICS]), la France et d’autres pays européens. Les
importations de charcuterie à base de porc ont enregistré une baisse continue de 2000 à
2003, passant de 52 à 10 tonnes. Cette tendance est liée à la résurgence de la peste porcine
africaine (PPA) dans la sous-région (Togo, Bénin, Ghana) avec pour corollaire des mesures
de restriction des importations ainsi qu’une méfiance des consommateurs vis-à-vis de la
viande de porc et des produits d’origine porcine. Le niveau historiquement bas des
importations en 2003 correspond à l’apparition de l’épizootie de PPA au Burkina Faso et aux
mesures de police sanitaire instaurant une interdiction des importations de produits porcins.
Depuis 2004, les importations connaissent à nouveau une hausse avec une moyenne de 30
tonnes par an et un pic à 52 tonnes en 2007.
Exportation de viande de porc
Le Burkina Faso est exportateur occasionnel de carcasses de porc dont l’essentiel est
destiné au marche ivoirien. En effet, suite à l’épizootie de PPA, qui a décimé le cheptel de
porcs commerciaux de la Côte d’Ivoire en 1996, les industries de la transformation,
notamment la SICS à Abidjan, se sont tournées naturellement vers le Burkina Faso pour
s’approvisionner en viande de porc destinée à la transformation. A la suite de la Côte
d’Ivoire, tous les autres pays de la sous région (Bénin, Togo et Ghana) qui ont à leur tour fait
l’amère expérience de la PPA, ont importé des porcs vifs ou des carcasses du Burkina Faso
alors indemne de la PPA jusqu’en 2003. Le flux des exportations de carcasse de porc vers les
2
Le station de recherche du CMAP à Banankélédaga (Bobo-Dioulasso) entreprend des travaux
d’amélioration génétique sur les porcs depuis sa création en 1952 pendant la période coloniale.
Version du 17 novembre 2011
14
Profil du secteur porcin
marchés de la sous-région ouest africaine s’est arrêté net avec l’avènement de la PPA au
Burkina Faso dans la province de la Kompienga (2003) puis dans la province du Kadiogo
(Ouagadougou) en 2004. Il faut noter qu’actuellement, les capacités de production du
secteur porcin burkinabé ne permettent pas de fournir quantitativement et qualitativement
les carcasses que le marché à l’export serait prêt à absorber. Cela constitue donc une des
perspectives de développement du secteur porcin burkinabé pour les cinq prochaines années.
2.6 PRIX
Profitant de l’embellie offerte par le marché à l’exportation, le prix du porc a doublé en
l’espace de deux ans, passant de 777 dollars EU par tonne en 2000 à 1 403,62 dollars EU par
tonne en 2002. Cette période faste a entraîné l’installation de nombreux éleveurs attirés par
les prix plus rémunérateurs. Cette augmentation des prix a cependant connu un coup d’arrêt
en 2003 avec l’apparition de la PPA pour la première fois de l’histoire sur le territoire
burkinabé. La campagne d’abattage sanitaire d’urgence, les mesures de police sanitaire, la
surmortalité des porcs, les abattages préventifs de porcs et les interdictions d’importation
des pays voisins ont entraîné une surabondance de viande de porc sur le marché avec des
consommateurs tout à coup méfiants vis-à-vis des produits d’origine porcine. Toutes ces
circonstances ont entraîné une baisse du prix d’achat du porc qui est passé de 1 403,62 à 1
160,32 dollars EU par tonne.
Suite à la baisse de 2003, le prix de la viande de porc a repris son ascension normale,
d’abord très rapide jusqu’en 2004 puis plus lente pour atteindre 1 451,93 dollars EU par
tonne en 2007. En dehors des raisons évoquées plus haut, l’augmentation du prix de la
viande de porc s’explique également par une demande en croissance continue supérieure à
la dépassant la production nationale elle-même en stagnation; le surenchérissement des
coûts des facteurs de production (aliment, matériel d’élevage, médicaments vétérinaires,
etc.) et l’inflation du coût de la vie.
2.6.1 Prix de vente de la viande de porc au consommateur
Le prix de vente de la viande de porc au consommateur est lié au prix d’achat de la
carcasse de porc à l’éleveur. Très souvent, les charcutiers et autres détaillants répercutent
les hausses de prix du porc sur le produit fini proposé au consommateur. Par contre, les
éleveurs ne répercutent jamais la baisse des prix du porc sur le prix du produit final.
Version du 17 novembre 2011
Revue du secteur porcin: BURKINA FASO
15
L’observation de la courbe permet de distinguer deux phases: croissance continue mais
modérée durant laquelle le prix du porc est passé de 3 000 à 4 000 dollars EU par tonne
(2000-2005); hausse de prix accélérée entre où le prix du porc est passé de 4 000 dollars EU
par tonne à 6 000 dollars EU/tonne (2005-2008). Cette augmentation brusque du prix
s’explique par une demande très forte que la production n’est pas en mesure de satisfaire au
stade actuel.
A la lumière des relevés de prix sur les marchés traditionnels et modernes de
Ouagadougou et des autres centres de consommation du pays, on peut faire les remarques
suivantes:



Dans les marchés populaires, la vente de la viande de porc se fait au tas et non au
poids. Le prix peut varier d’un acheteur à l’autre selon qu’il s’agisse d’un client
habituel ou pas.
Au marché de Réo, le prix du morceau est marchandé en fonction de plusieurs
critères dont la qualité de la pièce anatomique d’où provient le morceau vendu ainsi
que la présence ou non de peau et de gras de couverture. Les morceaux maigres,
provenant de la cuisse et de la longe sont les plus prisés mais aussi les plus chers.
Les morceaux proposés coûtent généralement 500 FCFA (400 gr.), 700 FCFA (600
gr.) ou 1 000 FCFA (800 gr.). En général, le boucher traditionnel réalise une plusvalue qui se situe entre 10 et 15 pour cent du prix d’achat du kilogramme de
carcasse.
Dans le circuit de distribution moderne, la viande de porc subit une première
transformation qui consiste en une découpe et une production de spécialités fraîches (rôti
ficelé, côtelettes de porc, etc.) ainsi qu’une deuxième transformation (jambon, saucisson,
pâté, etc.), avant d’être proposée au consommateur. Les prix relevés dans les principaux
supermarchés de Ouagadougou (Palais des viandes, SCIMAS, Marina Market, SONACOF,
etc.) sont consignés dans le Tableau n°5.
Version du 17 novembre 2011
16
Profil du secteur porcin
TABLEAU 5:
Prix relevés dans les supermarchés de Ouagadougou
Produits
Prix
Jambon local première prix
4 500 FCFA/kg
Jambon local supérieur
6 500 FCFA/kg
Côte échine
2 350 FCFA/kg
Saucisson de porc
3 300 FCFA/kg
Côtelettes de porc
2 850 FCFA/kg
Source: Observation personnelle
Version du 17 novembre 2011
Revue du secteur porcin: BURKINA FASO
17
Chapitre 3
Systèmes de production porcine
3.1 HISTORIQUE DE L’ÉLEVAGE PORCIN AU BURKINA FASO
3.1.1 Données historiques
De tout temps, les populations du Burkina Faso ont pratiqué l’élevage traditionnel de
porcs pour leur consommation personnelle, les dons ainsi que pour le troc (échange de porc
contre des céréales et biens de toute autre nature). Le porc est particulièrement apprécié
pour la qualité de sa chair, sa prolificité, sa rusticité et sa capacité à valoriser les résidus
domestiques. Le porc joue un rôle socio-économique de premier plan. Dans certains villages
où les populations ne possèdent pas de latrines, le porc est considéré comme l’agent
d’assainissement chargé du nettoyage des déjections humaines. Malgré cette particularité, la
viande de porc est très appréciée pour ses qualités gustatives qui en font un allié privilégié
des moments festifs qui rythment la vie des populations.
A côté de cet élevage traditionnel de porcs en divagation qui semble avoir toujours existé
dans la région, la littérature et la documentation nous apprennent que l’élevage moderne des
porcs au Burkina Faso a été introduit au début du 20 ème siècle par les missionnaires et les
administrateurs européens. Au départ, cette pratique avait pour but de satisfaire les besoins
alimentaires des expatriés. Par la suite, pour gagner l’estime des populations, la porciculture
a été vulgarisée auprès des populations par le biais des catéchistes qui étaient les relais
entre les prêtres et les populations, dans le cadre du développement de la foi chrétienne en
milieu rural. Certains chefs traditionnels convertis au catholicisme ont très vite compris la
portée économique de cette activité et ont joué un rôle majeur dans le développement de
l’élevage de porcs dans leurs communautés, notamment autour des missions catholiques de
Réo et de Tenkodogo. A Réo, capitale de la province du Sanguié, les populations évoquent le
chef de canton Bassolé André Bagnini qui aurait introduit l’élevage amélioré du porc en pays
«Liélé» en 1920 avec l’appui des prêtres et de l’administrateur colonial.
Il faut aussi prendre en compte la forte influence de l’Eglise catholique qui, en
introduisant l’élevage porcin moderne, a mis les hommes et les femmes sur le même pied
d’égalité dans la pratique de cet élevage.
3.1.2 Situation actuelle de la production porcine au Burkina Faso
Avec un chiffre d’affaires de 43 milliards FCFA3, le secteur porcin burkinabé est devenu
aujourd’hui un enjeu économique majeur au regard de l’importance socio-économique de
cette production dans la vie des couches les plus défavorisées de la population, en particulier
les femmes. Selon les données de la FAO, le cheptel porcin du Burkina Faso était estimé à 3
039 500 têtes en 2008, ce qui représente un potentiel de production de viande
extraordinaire et une réelle source de revenus pour les producteurs de porcs ainsi que pour
tous les intermédiaires qui travaillent dans le secteur.
Le cheptel porcin burkinabé est inégalement réparti sur l’étendue du territoire en raison
des spécificités socioculturelles, culturelles et climatologiques. Ainsi, le plateau central
compte 48 pour cent de la population porcine, l'ouest et le sud 39 pour cent et enfin l'est et
le nord, à prédominance musulmane, respectivement 7 et 6 pour cent. L’élevage porcin est
généralisé au Burkina Faso et la consommation de viande porcine en milieu urbain s’est
développé de manière significative en l’espace d’une décennie pour se situer en deuxième
position de la consommation des viandes d’élevage après le bœuf. Dans les localités comme
Réo Koudougou, Fada-Ngourma, une famille sur trois possède une porcherie bâtie à l’entrée
de la concession ou dans un coin de la cour.
3
Chiffre d’affaires de la commercialisation de viande de porc pour l’année 2008 correspondant à une
production nationale de 43 771 tonnes avec une hypothèse de calcul de 1 000 FCFA/kg.
Version du 17 novembre 2011
18
Systèmes de production porcine
La croissance rapide du cheptel porcin au cours de ces dernières années est une réponse
à la forte augmentation de la consommation de la viande de porc dans les grands centres
urbains du pays (Ouagadougou, Bobo-Dioulasso Koudougou, Réo, etc.). Cette augmentation
de la consommation se traduit par une multiplication des rôtisseries qui proposent de la
viande de porc cuite au four à « la mode de REO » qui est le berceau de cette préparation
culinaire très appréciée par les amateurs de viande de porc. Il existe au Burkina Faso une
forte tradition de l’élevage porcin dans beaucoup de régions et le porc coureur (90 pour cent
du cheptel national) joue un rôle considérable dans l’économie familiale notamment en milieu
rural. Il s’agit de petites exploitations familiales qui comptent entre deux et une dizaine de
porcs. Elles valorisent les déchets ménagers, la drêche de dolo (sous-produit de la bière de
sorgho) et les autres déchets et résidus de récoltes que les porcs trouvent en se promenant
autour des villages et dans les champs après les récoltes.
En plus de son rôle reconnu d’épargne sur pied permettant de faire face aux dépenses
urgentes de la famille (scolarisation des enfants, achats d’intrants agricoles, frais de santé,
achat de nourriture en période de soudure, etc.), l’élevage de porc fournit une viande
abondante et abordable. La production porcine burkinabé est donc à plus d’un titre en phase
avec la politique « volontariste » de l’Etat qui, dans le cadre de son désengagement des
secteurs productifs, a fixé les grands axes de développement à moyen et long termes qui
visent notamment: une amélioration des revenus des ménages, une réduction de la
pauvreté, une amélioration de la sécurité alimentaire, une plus grande disponibilité en
protéines et une moindre dépense en matière d’importations d’aliments de base.
3.2 SYSTÈME INDUSTRIEL / PRODUCTION INTÉGRÉE
Il n’existe pas de système industriel intégré dans le secteur porcin burkinabé. Les petits
producteurs traditionnels répandus dans l’ensemble du territoire et les petites et moyennes
exploitations commerciales périurbaines sont responsables de l’essentiel de la production.
3.3 SYSTÈME COMMERCIAL INTERMÉDIAIRE (SEMI-INTENSIF OU DE TYPE
FAMILIAL)
Le système commercial intermédiaire de type familial a une visée résolument
commerciale. Le niveau d’investissement est conséquent, aussi bien en termes
d’infrastructures que de reproducteurs de qualité. La conduite d’élevage est rationnelle. Les
porcs sont entretenus dans des locaux réalisés à cet effet et l’objectif de la production est la
commercialisation des animaux. C’est un système qui recouvre une très grande diversité en
termes de taille et de qualité des infrastructures de l’exploitation. Certaines porcheries sont
de très petites tailles avec 10 à 30 animaux, d’autres détiennent un cheptel de plusieurs
centaines d’animaux. Les animaux élevés en claustration permanente sont de race améliorée
(Large white et Korhogo et leurs divers croisements) qui bénéficient de rations à base
d’aliments industriels, de drêches et autres sous-produits agro industriels apportés dans
l’enclos, ainsi que dans certains cas, de compléments minéraux et vitaminés (CMV).
3.3.1 L’éleveur
Les promoteurs des élevages commerciaux périurbains sont pour la plupart des
investisseurs provenant de divers horizons professionnels. L’exemple des éleveurs membres
de la MEP de Bobo-Dioulasso en est une parfaite illustration. Parmi les 103 membres, on
recense des professions aussi diverses que ferronnier, commerçant, agriculteur, comptable,
pharmacien, restaurateur, mécanicien, fonctionnaire, membre de congrégations religieuses,
salariés du secteur privé, enseignants ou même des chômeurs qui y investissent leur
économies avec la conviction qu’il s’agit du meilleur moyen pour faire fructifier leur épargne
ou se constituer un capital. La charge de travail à la ferme repose généralement sur les
membres de la famille, cependant, pour les éleveurs qui exercent une activité principale
autre que l’élevage, la conduite de l’exploitation est déléguée à un ou plusieurs ouvriers
agricoles employés à plein temps, le propriétaire n’en assurant que la supervision.
Dans le cas particulier de la MEP, les éleveurs bénéficient d’un encadrement de haut
niveau assuré par un personnel bien formé et disponible pour un accompagnement au
quotidien. Ils bénéficient également de l’appui des techniciens des Zones d’appui technique
en élevage ou ZATE (Direction provinciale des ressources animales [DPRA]). Un assistant
vétérinaire ou zootechnicien est en contact permanent avec les éleveurs et il passe
régulièrement dans les exploitations pour le suivi sanitaire du troupeau.
Version du 17 novembre 2011
Revue du secteur porcin: BURKINA FASO
19
PHOTO 1: Photo de groupe avec les membres de la MEP
3.3.2 Les animaux
Reproducteurs / production de porcelets
Le CMAP est un organisme burkinabé chargé de la sélection, la multiplication et la
diffusion d’animaux performants. La station du CMAP de Banankélédaga comporte une
porcherie qui a joué un rôle important dans l’introduction de porcs exotiques au Burkina
Faso. Malgré nos diverses tentatives au cours de notre mission, nous n’avons pas réussi à
rencontrer les responsables de cette institution pour nous rendre compte des acquis et
initiatives en cours dans ce domaine.
Aujourd’hui, il semble qu’il n’y ait aucun programme d’amélioration génétique et de
diffusion du progrès génétique à l’échelle nationale, ce qui complique la tâche des éleveurs
désireux de renouveler leur cheptel. En l’absence d’un tel programme, le choix des
reproducteurs de départ ou de renouvellement n'est pas fait en fonction des valeurs
génétiques reconnues mais supposées; il est surtout tributaire de la qualité des géniteurs à
la portée de l’éleveur. Les géniteurs de haute valeur génétique provenant d’animaux
importés sont vendus à des prix qui sont hors de portée pour la majorité des éleveurs. Face
à cette situation, de nombreux éleveurs pratiquent l’auto-renouvellement des truies et
achètent les verrats à l’extérieur. Dans certains cas, les accouplements successifs par autorenouvellement accentuent le problème de consanguinité et les performances de
l’exploitation se détériorent.
Au Burkina Faso, seule la MEP possède un programme d’amélioration génétique cohérent.
Son suivi rigoureux des générations et des plans d’accouplement permet de garder un niveau
génétique élevé qui explique les résultats technico-économiques très honorables de certains
membres de l’association. Ces éleveurs aux compétences techniques reconnues par leurs
pairs jouent un rôle très important. En tant que « multiplicateurs », ils ont la charge
d’entretenir les reproducteurs de race pure et d’assurer la multiplication des géniteurs
(niveaux d’absorption différents) qui sont ensuite diffusés par la MEP auprès des autres
membres de l’organisation, en fonction de leurs capacités techniques. Afin de renouveler les
lignées de race pure (Large White), la MEP a également recours à l’insémination artificielle
avec de la semence fraîche importée de France chaque fois que cela est nécessaire.
Pour bénéficier du progrès génétique, les éleveurs d’un même groupement dans la même
aire géographique partagent parfois le même verrat améliorateur c’est-à-dire un « verrat
tourneur ». D’un point de vue épidémiologique, la multiplication de cette pratique augmente
le risque de transmission de maladies infectieuses comme la PPA et la brucellose d’un
élevage à l’autre.
La conduite en bande n’est pas pratiquée au Burkina Faso; cependant, la programmation
des saillies et la commercialisation des porcs tiennent compte de la demande sur le marché.
Cette programmation permet de minimiser le phénomène de mévente des porcs au moment
où les élevages traditionnels pratiquent le déstockage des animaux avant l’hivernage.
Version du 17 novembre 2011
20
Systèmes de production porcine
Pendant cette courte période, le cours du porc baisse à cause de l’offre abondante en porcs
locaux sur le marché traditionnel. Dès que les stocks sont épuisés, les prix repartent à la
hausse et cette situation va durer tout l’hivernage puisqu’une pénurie passagère de porcs
s’installe pendant cette période.
Les performances zootechniques des truies sont très variables d’une ferme à l’autre. Elles
sont en général satisfaisantes avec en moyenne huit à douze porcelets nés vifs et sept à neuf
porcelets sevrés entre 6 semaines et 2 mois. Ces performances sont tout à fait honorables
compte tenu des conditions d’élevage.
Les porcelets
Les porcelets sont sevrés à 2 mois avec un poids moyen de 8 à 10 kg. Les porcelets ne
reçoivent pas d’alimentation adaptée à leur âge (aliment démarrage); ce type d’aliment n’est
pas disponible sur le marché local et les prix seraient prohibitifs dans le contexte burkinabé
et donc, hors de portée de la majorité des éleveurs. De ce fait, les lots de porcelets sont très
hétérogènes. Le sevrage intervient dès que les porcelets commencent à consommer des
quantités importantes de la ration de la mère. Les femelles taries sont remises à la saillie
lors des premières ou deuxièmes chaleurs post sevrage. Certains éleveurs qui utilisent des
animaux de haute performance comme le Large White pratiquent le sevrage à 35 voire 42
jours. Les éleveurs de la MEP et de l’association des éleveurs de porcs (ASEP) enregistrent
de très faibles taux de mortalité sous la mère grâce à la maîtrise des soins aux porcelets
(injection de fer, vitamines, détection et traitement des diarrhées) et la surveillance de la
lactation des truies (régime alimentaire, abreuvement, prévention de la constipation,
surveillance de la température centrale post-partum, observation des écoulements vulvaires,
etc.).
Engraissement
L’engraissement dure huit à dix mois. Les têtes de lots atteignent aisément 100 kg de
poids vif à 7 mois mais dans la moyenne, les porcs charcutiers sont abattus vers 12 mois à
90 kg, 100 kg voire 120 kg de poids vif avec des rendements carcasse qui varient de 65 pour
cent à 80 pour cent en fonction du degré d’absorption de la Large White. La moyenne du
poids carcasse se situe autour de 75 kg.
3.3.3 L’habitat
Les porcs sont logés dans des bâtiments dont la qualité de la construction varie
considérablement en fonction du niveau économique de l’éleveur. Les porcheries sont
construites en matériaux locaux plus ou moins durables (briques de terre, parpaings en
ciment ou planches de bois) recouverts d’un revêtement en ciment. Les loges des porcs
disposent d’une courette ou aire d’exercice découverte et d’une partie abritée couverte de
tôles qui sert d’aire de repos. Plusieurs plans de bâtiment existent et ne répondent pas
souvent aux normes des porcheries modernes, mais offrent des conditions de travail
acceptables.
En fonction de la configuration du terrain, les porcheries se présentent sous forme de
deux rangées de loges séparées par un couloir central ou alors d’une enfilade de loges sur
une seule rangée. Les principales caractéristiques des bâtiments de porcheries commerciales
sont les suivantes:







Les murs extérieurs et de séparation des loges sont souvent en parpaings de ciment
ou en blocs de latérite taillée ou de terre battue, avec ou sans revêtement de ciment.
La hauteur des murs est d’environ 1,20 m.
Les sols sont le plus souvent constitués de dalles cimentées avec ou sans pente, plus
ou moins bien réalisés. En effet les sols sont souvent défoncés par les porcs, ce qui
nécessite de très fréquentes réparations.
Les portes sont généralement en bois avec des systèmes de fermeture différents,
souvent très ingénieux.
Les mangeoires sont en ciment et construites sur la dalle bétonnée, elles sont soit
parallèles au couloir, soit perpendiculaires, accolées au mur de séparation des cases.
Le système d’abreuvement est également constitué d’un petit réservoir en ciment
dans le prolongement de la mangeoire.
Les murs extérieurs sont percés d’orifices au ras du sol pour permettre le nettoyage
ou le drainage du lisier, ces ouvertures sont alors connectées à un canal d’évacuation
des déjections à l’extérieur du bâtiment.
Les piliers de soutien de la toiture sont soit en bois, en fer, en béton ou en
maçonnerie.
Version du 17 novembre 2011
Revue du secteur porcin: BURKINA FASO
21
PHOTO 2: Bâtiment d'élevage en forme
de L et avec des dégradations avancées
(Ouagadougou, Province du Kadiogo)
PHOTO 3: Petite porcherie commerciale
constituée d’une enfilade de 4 loges
(Ouagadougou, Province du Kadiogo)
PHOTO 4: Porcherie de taille moyenne en
matériaux durables (Ferme Sanou,
Secteur 13, Bobo-Dioulasso)
PHOTO 5: Petite porcherie urbaine avec 2
rangées de loges en matériaux durables
(Ouagadougou, Province du Kadiogo)
3.3.4 L’alimentation
L'aliment distribué aux porcs est fabriqué sur place à partir de formules alimentaires
fournies par les organismes d’encadrement en fonction des matières premières disponibles.
La grande majorité des éleveurs utilisent les matières premières abondantes localement:
drêches de brasserie, drêches de dolo, graines de soja et tourteaux de coton acquis auprès
des huileries ou chez les fabricants d’aliments ou les marchands, sons de maïs et de mil
achetés auprès des gérants de moulins de quartier, etc.
Certains fabricants d’aliments de Ouagadougou et de Bobo-Dioulasso proposent aux
éleveurs des aliments complets ou des concentrés. Bien que certains éleveurs achètent ces
aliments, ils ne les utilisent presque jamais tels quels; ils les mélangent avec d’autres
matières premières bon marché (drêche de dolo, drêche de brasserie, son de blé, etc.).
Rares sont les éleveurs qui utilisent exclusivement des aliments équilibrés élaborés par les
usines d'aliment du bétail (UAB). Le mode d’approvisionnement en aliments dépend
généralement des moyens financiers du promoteur. Quand le fonds de roulement vient à
faire défaut, l’éleveur passe aisément de l'aliment commercial à la drêche de brasserie et/ou
au son de blé, entraînant ainsi des déséquilibres alimentaires qui provoquent des retards de
croissance marqués.
Pour l’approvisionnement en drêche de dolo, les éleveurs établissent un contrat tacite de
fourniture de drêche avec les « dolotières » pour une exclusivité sur toute sa production ou
alors pour une quantité donnée de paniers de drêche qui sont vendus entre 200 et 500 FCFA
le panier d’environ 10 litres.
Version du 17 novembre 2011
22
Systèmes de production porcine
3.3.5 Le suivi sanitaire et zootechnique
Depuis le désengagement de l’Etat des secteurs productifs pour faire place aux
prestataires de services privés, le suivi sanitaire et zootechnique des élevages urbains et
périurbains connait des difficultés très importantes. Le passage d’un service d’appui
technique gratuit assuré par les services techniques étatiques à un service tarifé à la
demande ne semble pas avoir conquis la grande majorité des producteurs, surtout les petits
exploitants mal préparés à cette nouvelle réalité. Les performances de production et de
reproduction sont recherchées mais la mise en place d’outils de gestion techniques et
économiques est quasi inexistante, à l’exception des éleveurs membres de la MEP dont les
performances techniques sont enregistrées, traitées et analysées. Les résultats techniques et
économiques des élevages commerciaux sont largement supérieurs à ceux enregistrés en
élevage traditionnel, en raison des soins apportés aux animaux, la qualité des reproducteurs,
et des meilleures conditions d’alimentation des animaux. Les performances zootechniques
des élevages membres de la MEP sont les suivantes:





Sept à quinze porcelets nés par mise-bas par truie;
deux à trois morts nés par portée;
huit à dix porcelets sevrés par truie et par portée;
l’âge moyen de sevrage est de 60 jours;
le poids au sevrage des porcelets est de 8 à 10 kg (selon les races et la qualité de
l’aliment de la truie allaitante).
3.3.6 La commercialisation
Les animaux sont vendus à tout âge à partir du sevrage en fonction de la demande du
marché mais également en fonction des besoins urgents des petits producteurs. Des liens
commerciaux sont établis avec des opérateurs en aval pour l’écoulement des porcs
charcutiers. Selon la taille de l’élevage et le rythme de production, ces liens commerciaux
peuvent être ponctuels ou contractuels sur le long terme. A ces circuits de ventes groupées,
il faut ajouter les achats unitaires réalisés par des petits opérateurs qui achètent
occasionnellement un ou deux porcs pour leur transformation artisanale ou pour la
commercialisation. Le paiement se fait en espèces et l’animal est emmené aussitôt par
l’acquéreur. Cependant, quand des liens commerciaux existent de longue date, les éleveurs
consentent des ventes à crédit au boucher qui les paye en retour dès que l’animal est vendu.
La commercialisation des porcs suit en général la loi de l’offre et de la demande en suivant
un rythme cyclique de pénurie (pendant l’hivernage) et d’abondance (en fin de saison
sèche). Cette fluctuation du marché est liée à plusieurs phénomènes dont les plus
significatifs sont:
Le déstockage des porcs en avril-mai avant l’hivernage
Cette pratique permet de résoudre une équation à plusieurs inconnues. En effet à
l’exception des reproducteurs qui seront attachés ou mis en claustration, la vente des porcs
permet de résoudre le problème de place, d’alléger la charge d’aliments des porcs, d’éviter la
destruction des cultures, de générer des fonds pour l’achat de semences pour les cultures et
de nourriture pour la famille pendant la longue période de soudure.
Les vacances scolaires
La consommation en milieu urbain diminue pendant cette période en influant par
conséquent sur la consommation de viande de porc. En effet, la pénurie de porcs sur le
marché entraîne un surenchérissement des prix alors que pendant cette période de soudure
les fonds manquent pour faire face aux dépenses courantes. Il faut également mentionner le
fait que les populations particulièrement occupées dans les travaux champêtres consomment
moins. De même cette période correspond aussi au départ en vacances estivales des familles
expatriées qui sont consommatrices de produits de charcuterie fine dans les grands centres
urbains et leur absence a une incidence négative sur l’activité des charcutiers
transformateurs.
L’abondance de nourriture au moment des récoltes
La libération des porcs correspond à la période d’abondance alimentaire à la fin des
récoltes. Cette période très favorable permet une croissance rapide des porcelets et des
ventes anticipées au moment des fêtes de fin d’année. Certains éleveurs attendront la
période autour de la célébration de pâques pour vendre des porcs plus lourds.
Version du 17 novembre 2011
Revue du secteur porcin: BURKINA FASO
23
3.4 SYSTÈME TRADITIONNEL VILLAGEOIS (PORCS EN DIVAGATION)
3.4.1 L’éleveur
L’élevage traditionnel villageois est constitué de petites fermes familiales ou individuelles.
C’est la pratique d’élevage de porc la plus répandue au Burkina Faso (90 pour cent du
cheptel national). Ce mode d’élevage est présent dans toutes les provinces du Burkina Faso
avec une forte concentration du cheptel porcin dans l’ouest et le sud-ouest ainsi que dans le
plateau central, une concentration moyenne dans l’est du pays et une raréfaction des
effectifs porcins au fur et à mesure que l’on monte vers le nord du pays où la population
musulmane représente une forte proportion des habitants.
L’élevage de porcs fait partie du petit élevage qui est intégré aux activités paysannes en
milieu rural, en complément d’une activité agricole ou artisanale. Autrefois pratiqué pour la
subsistance familiale (consommation personnelle, dons), les petits éleveurs trouvent de plus
en plus de débouchés commerciaux avec les collecteurs et commissionnaires qui sillonnent
les campagnes et les marchés hebdomadaires pour s’approvisionner en porcs. Ces
prélèvements ponctuels pour la commercialisation permettent de générer des revenus et
aident à faire face à tous les besoins de la famille.
Les éleveurs concernés sont en majorité des femmes membres de groupements ou
coopératives locales. Elles exercent cette activité pour générer un revenu dont elles peuvent
disposer librement au contraire des autres types d’élevage (ruminants et volailles) dont la
gestion revient de droit au mari. Les exploitations des femmes chefs de famille représentent
une source non négligeable de revenus qui leur permettent d’avoir une autonomie financière
salutaire pour la prise en charge de leurs enfants.
3.4.2 Les animaux
Les porcs de race locale ont la faveur des exploitants dans le système d’élevage
traditionnel. Les éleveurs choisissent ces animaux en raison de leur faible prix d’achat, leur
rusticité, ainsi que leur grande capacité d’adaptation et de valorisation des déchets
ménagers, des déchets de récolte et même de certains fourrages.
Les essais d’introduction de verrats améliorateurs dans ce système d’élevage aboutissent
très souvent à un échec car les éleveurs traditionnels estiment que les verrats exotiques sont
trop voraces et d’un gabarit trop imposant et incompatible pour la saillie des truies locales de
plus petit format. Il est souvent difficile d’entretenir les verrats au cours des longues
périodes de famine auxquels les porcs locaux sont si souvent exposés. Les verrats meurent
souvent de faim ou sont alors vendus dès que leur condition physique ne leur permet plus
d’assumer la saillie des truies. Enfin, les éleveurs-paysans reprochent à ces animaux d’avoir
une viande peu goûteuse comparée à celles des porcs locaux.
3.4.3 L’habitat
Le logement est très rudimentaire et très souvent construit avec des matériaux locaux à
faible durée de vie mais de réalisation aisée et très peu coûteuse (murs en banco et sol en
terre battue, palissades en bois ou bambou, tiges de roseaux ou palmes tressées, etc.) ou
des matériaux de récupération (planches de bois, morceaux de tôles, parties de carcasses de
voiture, etc.). Quelquefois, un chantier (maison inachevée) ou une pièce contiguë à
l'habitation familiale servent de logement pour les porcs, ce qui pose de vrais problèmes
d’hygiène. La claustration n’est pas permanente, les animaux sont très souvent libérés le
matin ou le soir pour parcourir le village ou le quartier à la recherche de restes de nourriture
et d’autres déchets ménagers et/ou agricoles pour compléter leur alimentation. Les
porcheries sont réintégrées le soir à l’heure où en général l’éleveur distribue le seul repas de
la journée.
Les éleveurs pratiquent l’auto-renouvellement des reproducteurs ou l’échange de
reproducteurs avec leur voisinage pour limiter le phénomène de consanguinité. Cependant
dans un système d’élevage en liberté, les saillies ne sont pas maîtrisées et les porcs issus de
ces croisements désordonnés sont généralement dégénérés avec des performances de
prolificité et de production de viande très médiocres.
Version du 17 novembre 2011
24
Systèmes de production porcine
PHOTO 6: Abri de porcherie traditionnelle
très rudimentaire en brique de terre
(Fada-Ngourma, Province de l’Est)
PHOTO 7: Porcherie traditionnelle très
rudimentaire prenant appui sur le mur de
la maison (Fada-Ngourma, Province de
l’Est)
PHOTO
8:
Porcherie
améliorée
en
parpaings de ciment (Fada-Ngourma,
Province de l’Est)
PHOTO 9: Porc à l’attache sous un abri
sommaire (Fada-Ngourma, Province de
l’Est)
3.4.4 L’alimentation
La ration est déséquilibrée. En effet, elle est essentiellement à base de drêche de bière
artisanale de sorgho, de son de maïs et de mil et sans apports de CMV. Pendant la période
de soudure, les restes de repas et quelques fourrages récoltés çà et là sont parfois les seuls
repas à la portée des animaux. Ces élevages sont généralement considérés par leurs
propriétaires comme une « épargne sur pied » et les ponctions se font en fonction des
événements (rentrée scolaire des enfants, mariage ou hospitalisation d'un membre proche
de la famille, achat de semences pour les cultures, achat de compléments alimentaire pour la
période de soudure, etc.). Les animaux ne font l'objet d'aucun suivi sanitaire. Ce type
d’exploitation où règne un manque d’hygiène manifeste, sans soins et où la divagation est de
règle paye un lourd tribut aux maladies porcines, aux parasitoses et aux maladies
infectieuses graves comme la PPA. En matière de santé publique, le porc divaguant joue un
rôle majeur dans le cycle du ténia or la consommation de viande de porc ladre peut entraîner
des syndromes épileptiformes graves chez l’Homme.
3.4.5 La conduite d’élevage
La conduite d’élevage n’est pas une priorité pour les propriétaires. L’animal est en
divagation pendant toute l’année à l’exception des périodes d’hivernage où il est enfermé
dans des enclos insalubres ou attaché sous un arbre, un grenier ou un appentis. Les saillies
se font au gré de la divagation sans gestion raisonnée de la reproduction.
Performances zootechniques
Le potentiel de reproduction est très limité ainsi que les indices de performance (indice de
consommation élevé, potentiel de croissance journalière très réduit, gain moyen quotidien
faible). Ce mode d’élevage est surtout considéré comme une sous production de l’activité
Version du 17 novembre 2011
Revue du secteur porcin: BURKINA FASO
25
principale des ménages au regard de son mode de conduite alimentaire: consommation des
résidus alimentaires de la famille comme les drèches de dolo et le son de mil, de maïs ou de
sorgho. Ce mode d’élevage ne coûte aucun frais d’entretien et de soin (aliments,
médicaments vétérinaires, etc.) à leurs propriétaires. Les paysans rechignent à engager la
moindre dépense pour améliorer les conditions d’exploitation des porcs. Ils n’administrent
jamais de médicaments, de vermifuges, de fer, de vitamines et d’antibiotiques. En dehors
des foyers d’épizootie comme la PPA qui décime de temps à autre des populations entières
de porcs villageois, les techniciens d’élevage ne prêtent aucune attention à l’élevage
traditionnel des porcs. La taille des portées est de quatre à huit porcelets nés vifs avec un
rythme de 1,8 mise-bas par an. En raison des conditions d’élevage difficiles, notamment
pendant l’hivernage, le taux de mortalité des porcelets avant le sevrage est très élevé et
peut atteindre 50 à 80 pour cent des porcelets nés vivants. Le nombre de porcelets sevrés
est de l’ordre de deux à quatre par portée.
Le porc est cependant considéré comme une épargne mobilisable en cas de besoin
ponctuel. En effet, malgré les piètres performances de l’élevage traditionnel, le simple fait
que l’éleveur ne réalise aucun investissement financier pour l’alimentation et les soins de ses
porcs en fait une opération rentable.
Engraissement
Les pénuries d’aliments associées au déséquilibre des rations hypothèquent la croissance
des animaux. On observe ainsi une croissance très lente avec des gains de poids très faibles.
Le poids carcasse des porcs adultes de plus d’un an atteint à peine 35 kg. On observe par
ailleurs qu’une alimentation trop calorique des porcs locaux entraîne un développement
adipeux (sous cutané, musculaire et intra péritonéal) trop important qui dénature la qualité
de la carcasse.
3.4.6 La commercialisation
Les animaux sont soit vendus sur pied dans le quartier ou le voisinage pour une
cérémonie soit abattus pour commercialiser la viande sur le marché local. Les éleveurs
traditionnels sont rarement structurés en association villageoise. Ils intègrent généralement
les organisations locales ou les regroupements villageois de cultivateurs.
Les ventes ont lieu tout au long de l’année et, compte tenu des modes de conduite
alimentaire et de logement, on assiste à un déstockage massif entre les mois de mai et juillet
avant les semis (période de travaux agricoles), ce qui nécessite la mise en claustration ou à
l’attache des porcs sous les greniers ou les arbres pour éviter la destruction des champs.
Les porcs sont vendus à tout âge. Les porcelets sont achetés par les éleveurs qui les
destinent à l’engraissement, à la reproduction ou à la consommation. Les porcs adultes sont
quant à eux destinés à l’abattoir et sont le plus souvent valorisés par le circuit traditionnel de
consommation (viande fraîche vendue à l’étal dans les marchés populaires ou viande cuite au
four).
A l’exception des transformateurs et des charcutiers du secteur moderne qui achètent les
porcs au poids carcasse, tous les autres intervenants (rôtisseurs, bouchers et particuliers)
achètent les porcs à l’estime. Le prix du porc est marchandé entre l’éleveur et l’acheteur
jusqu’à ce qu’un accord soit trouvé. Les éleveurs isolés loin des centres de consommation
sont le plus souvent à la merci des acheteurs qui imposent leurs prix. Les éleveurs qui sont
membres de groupements ou d’associations et qui établissent une plateforme commune de
commercialisation obtiennent de meilleurs prix de vente plus stables et des délais de
paiement raisonnables.
Version du 17 novembre 2011
26
Systèmes de production porcine
3.5 ÉTUDES DE CAS
3.5.1 Première étude de cas: Koudougou et Réo (Provinces du Sanguié et
du Boulkiemdé)
Date de l’étude de cas:
09 août 2010
Localisation de la zone:
Ville de Koudougou (Province du Boulkiemdé)
Ville de Réo (Province du Sanguié)
Région du Centre Ouest de Burkina Faso
Coordonnées:
Koudougou: 12°15’.056’’N - 02°22’.929’’O (DPRA)
Réo: 12°19’.074’’ N - 02°27’.481’’ O (DPRA)
Population humaine:
Provinces de Boulkiemdé: 505,206 habitants
Province de Sanguié: 297,036 habitants
Cheptel porcin:
Province de Boulkiemdé: 180 398 porcs
Province de Sanguié: 137 507 porcs
Description de la localisation:
Koudougou est la troisième ville du Burkina
Faso et est située à 100 km de Ouagadougou
et à 15 km de Réo. La région du centre-ouest
du Burkina Faso s’étend sur une superficie de
21 714 km², à l’ouest de Ouagadougou, et fait
frontière avec les régions Nord et Centre à
l’ouest, avec la boucle du Mohoun à l’ouest et
le Ghana au sud. Cette région compte quatre
provinces qui sont: le Boulkiemdé, le Sanguié,
le Sissili et le Ziro.
La province du Sanguié couvre une superficie de 5 178 km² et a pour capitale Réo. La province est
majoritairement peuplée de Gourounsi. La principale religion du Sanguié est le catholicisme. Le
Sanguié est une zone de forte concentration de petits élevages porcins et aussi une zone de
consommation de viande porcine, ce qui vaut à Réo sa réputation de « capitale du porc au four ».
Cette réputation dépasse aujourd’hui les frontières du Burkina Faso et la sous-région d’Afrique de
l’Ouest. La spécialité du porc au four consiste à cuire une carcasse entière de porc plusieurs heures
dans un four traditionnel en terre. La province du Boulkiemdé couvre une superficie de 4 269 km² et
a pour capitale Koudougou. La province est majoritairement peuplée de Mossi. Comme le Sanguié
voisin, on y recense un dense réseau d’élevages porcins commerciaux de type familial et une forte
concentration de porcs locaux en divagation. Grâce à sa proximité géographique, cette province est
également une source d’approvisionnement en porcs pour la capitale Ouagadougou.
Description du secteur porcin dans cette localité:

L’élevage traditionnel villageois:
L’élevage traditionnel est de loin la pratique dominante dans les provinces du Boulkiemdé et du
Sanguié. Ce mode d’élevage représente 98 pour cent des effectifs. L’unité de production moyenne a
un effectif de 10 à 15 porcs dont deux truies et un verrat. Les porcs engraissés sont vendus au fur et
à mesure pour s’adapter aux contraintes d’espace mais aussi aux disponibilités alimentaires. Les
porcs sont en divagation la plupart du temps. Leur habitat est sommaire et constitué d’une zone
ombragée sous les greniers ou d’un enclos fait de branchages, de tôles de récupération ou en terre
battue. Il est recouvert de paille tissée ou d’une terrasse en terre battue. Cet abri sert de refuge aux
animaux la nuit ou aux heures chaudes de la journée. L’approvisionnement en aliment est rare,
irrégulier et parfois quasi inexistant, car il est tributaire de la disponibilité en déchets ménagers et
agricoles. Les animaux ne reçoivent jamais de soins. Dans certaines localités où les latrines font
défaut et où les populations font leurs besoins dans la brousse aux alentours des villages, les porcs
en divagation jouent aussi le rôle d’éboueurs, ce qui explique la forte prévalence de cysticercose et
les nombreuses saisies de carcasses dans les abattoirs pour ce motif. Une étude récente du Ministère
de la santé du Burkina Faso aurait relevé un taux d’infestation au ténia très élevé avec des
syndromes épileptiformes qui seraient liés aux migrations larvaires erratiques au niveau du système
nerveux central. C’est dire à quel point la divagation des porcs associé à des problèmes manifestes
d’hygiène peut conduire à de graves problèmes de santé publique.
Version du 17 novembre 2011
Revue du secteur porcin: BURKINA FASO
PHOTO 10: Porcherie améliorée contiguë au
bâtiment d’habitation (Koudougou, Province
du Boulkiemdé)

27
PHOTO 11: Porcherie améliorée, intégrée
dans le périmètre d’habitation (Koudougou,
Province du Boulkiemdé)
L’élevage commercial de type familial:
Dans les deux provinces, les élevages commerciaux de type familial sont regroupés dans les
communes de Koudougou et de Réo. Ces élevages représentent 2 pour cent de l’effectif porcin local.
Il s’agit d’élevages en cours d’intensification avec des porcheries en matériaux durables où les
animaux de races améliorées (Large White et Korhogo) sont maintenus en claustration toute l’année.
Ces éleveurs regroupés en associations professionnelles bénéficient de l’encadrement des agents
techniques des ZATE/DPRA.
Organisation des opérateurs du secteur porcin:
Les éleveurs de porcs du Sanguié et du Boulkiemdé sont organisés en petites associations locales et
en groupements provinciaux. Si les organisations provinciales sont peu actives, les associations ou
coopératives locales en revanche débordent d’activité. En général elles associent une autre activité
rémunératrice pour financer l’achat des aliments pour les porcs. Voici quelques-unes des activités
associées à la porciculture: fabrication de dolo;agriculture; fabrication de savon; fabrication de beurre
de karité; fabrication de Soumbala (mélange d’épices) par l’association NONG’TAABA.
Conduite d’élevage:
Pour éviter ou réduire les risques de consanguinité, les éleveurs achètent toujours les reproducteurs
mâles dans les villages voisins ou procèdent à des échanges de reproducteurs avec d’autres éleveurs.
Avant d’acheter un reproducteur chez un autre éleveur, l’acquéreur effectue en général une visite
préalable pour s’assurer de la qualité des animaux et de l’hygiène des locaux et du matériel.
L’élevage familial sert de caisse d’épargne pour les ménages et sa contribution aux charges familiale
est très déterminante car elle intervient au moment où aucune autre source de revenus n’est
disponible pour faire face aux urgences.
Cheptel (reproducteurs):
Les élevages traditionnels exploitent des porcs locaux alors que les élevages commerciaux
entretiennent des porcs de race Large White et Korhogo ainsi que leurs croisements. Les jeunes
cochettes sont mises à la reproduction à 10 ou 12 mois quand leur poids atteint 70 à 80 kg. Les
femelles sont saillies en moyenne 2 à 3 fois pendant la période des chaleurs jusqu’à ce que la truie
refuse l’accouplement. En moyenne 6 à 8 porcelets naissent. Les futurs reproducteurs (10 à 15 kg)
de races locaux coûtent 4 000 à 6 000 FCFA et les porcs exotiques 12 000 à 20 000 FCFA.
Principales pathologies rencontrées:
Les principales maladies d’élevage rencontrées par les éleveurs sont les suivantes:

La PPA est apparue pour la première fois dans les provinces en mai 2009. Malgré les
tentatives de contrôle des foyers, la maladie est devenue endémique. Des foyers sporadiques
ont été recensés sur les porcs divagants dans les villages des deux provinces en 2010.

Les parasitoses internes sont une constante pathologique dans ces exploitations compte tenu
du mode d’élevage et de l’absence d’un plan de prophylaxie rigoureux.

Des cas de cysticercose sont observés sur les carcasses de porcs divagants, c’est du reste le
premier motif de saisie totale de carcasses de porc.

La gale est la principale parasitose externe des porcs enregistrée dans la zone.

Les intoxications d’origine alimentaires (sel, aflatoxines etc.).
Version du 17 novembre 2011
28
Systèmes de production porcine
En dehors de l’appui technique que peut offrir les techniciens des ZATE/DPRA, de nombreuses
officines vétérinaires privées dirigées par des Docteurs vétérinaires sont réparties sur l’étendue du
territoire dans les principaux centres urbains. A Koudougou, le cabinet vétérinaire LAPHAVET du Dr
Constant ZOMBRE appui les éleveurs qui font appel à ses services. Cependant il faut noter que seule
une minorité d’éleveurs de porc le font.
Les bâtiments d’élevage:
La plupart des élevages visités dans les provinces du Boulkiemdé et du Sanguié comportent des
porcheries traditionnelles améliorées. Le bâtiment est constitué d’une succession de trois à quatre
loges de 2 à 3 m en façade et de 3 m de profondeur. Le fond de la loge est couvert et sert d’aire de
repos et d’abri contre la pluie et le soleil, la partie avant non couverte sert d’aire d’activité et
comporte l’abreuvoir et la mangeoire (quand il en existe). En général un trou dans le mur ou un
tuyau permet d’évacuer le lisier vers une fosse. Les déchets solides sont ramassés et stockés sur une
aire, dans une fosse ou un silo aménagé à cet effet. Une fois le lisier séché, il est conditionné en sacs
ou ramassé à la charrette et vendu aux maraîchers et aux agriculteurs pour la fumure organique.
Alimentation:
Les matières premières qui composent la ration alimentaire sont le son de blé; son de mil et de maïs;
tourteau de coton; drêche de dolo (bière artisanale de mil); drêche de brasserie; mélasse et les
fourrages (pourpier, feuilles de patate, etc.). La ration de base est composée comme suit: 50%
drêche; 40% son (maïs et mil); 8% son de blé; 2% sel et farine de poisson. La distribution de
l’aliment se fait en général dans la matinée après le nettoyage des loges. Dans l’après-midi, l’éleveur
procède à un second nettoyage des loges et au renouvellement de l’eau de boisson avant la
distribution de fourrages (herbes récoltées par l’éleveur surtout pendant l’hivernage quand le
fourrage abonde).
Chaîne de valorisation de la viande de porc à Réo et Koudougou:
Il existe deux modes de valorisation de la viande de porc produite à Koudougou et Réo, un circuit
court ainsi qu’un circuit intermédiaire pour l’approvisionnement de Ougadougou.

Circuit direct court:
Les éleveurs vendent leurs porcs aux artisans charcutiers et rôtisseurs localement. Les animaux sont
achetés à l’estime par des rabatteurs qui parcourent les villages pour s’approvisionner avant de
vendre les animaux aux bouchers. Un animal de 6 mois qui pèse environ 25 kg a un prix d’achat qui
se négocie entre 12 000 et 15 000 FCFA. Des animaux d’un an qui pèsent 55 à 60 kg de poids vif
sont achetés à l’éleveur entre 35 000 et 50 000 FCFA selon sa conformation. A Koudougou comme à
Réo, les porcs sont abattus à domicile et présentés à l’abattoir pour inspection. La taxe d’inspection
est de 500 FCFA par carcasse (quand l’inspection à lieu sur le site de vente ou au bureau de
l’inspecteur) ou 200 FCFA par carcasse (quand l’inspection a lieu à l’abattoir).
La commercialisation locale de la viande de
porc se fait selon deux modes différents: la
viande cuite au four et la viande fraîche
vendue aux ménagères pour la confection des
repas de famille. La viande fraîche tout
comme la viande cuite au four est vendue en
morceau de 200, 500 et 1 000 FCFA. La tête,
les pieds, les oreilles et les abats rouges
(cœur, poumon, rein) sont débités en petits
morceaux et vendus aux tenancières de bar
pour la préparation de la soupe de porc aux
épices.

PHOTO 12: Porc entier cuit au four à la mode Réo
Circuit moyen:
Le circuit moyen fait intervenir les marchands de bétail qui travaillent en collaboration avec des
collecteurs locaux qui parcourent les villages et les élevages des deux provinces pour repérer,
acheter et collecter des dizaines de porcs qui sont ensuite convoyés par camion vers Ouagadougou.
Les animaux sont alors vendus sur pied aux opérateurs de « porc au four » de la capitale. Certains
animaux, surtout ceux de races exotiques, sont destinés au circuit de distribution moderne
(restaurateurs, charcutiers, transformateurs, super marchés, etc.). Dans le circuit moderne, les
carcasses de porcs sont achetées entre 600 FCFA et 1 000 FCFA/kg à l’éleveur selon la période de
l’année. Les animaux destinés à l’élevage (engraissement et futurs reproducteurs) sont vendus au
sevrage à environ 2 mois au prix unitaire de 6 000 à 8 000 FCFA ou 12 000 à 20 000 FFCFA selon la
race du porcelet.
Version du 17 novembre 2011
Revue du secteur porcin: BURKINA FASO
29
3.5.2 Deuxième étude de cas: Bobo-Dioulasso (Province du Houet)
Date de l’étude de cas:
12 au 13 août 2010
Localisation de la zone:
Ville de Bobo-Dioulasso (Province du Houet)
Région des Hauts Bassins de Burkina Faso
Coordonnées:
11°13’.612’’ N - 04°16’.282’’ O (DGSV)
Secteur 13, Ferme de Mme Cécile Yaméogo
Population humaine:
Province du Houet: 995 451 habitants (TCP 4,4%)
Bobo-Dioulasso: 459 261 habitants (TCP 7,02%)
Cheptel porcin:
Province du Houet: 83 315 porcs
Bobo-Dioulasso: 24 995 porcs
Description de la localisation:
La province du Houet a été créée le 15
septembre 1983 et fait partie des 45
provinces que compte le Burkina Faso. Elle se
situe à l'ouest du pays et couvre une
superficie de 11 540 km2 soit 4,21 pour cent
du territoire national. Elle couvre trois
bassins versants internationaux (Comoé,
Volta et Niger) et est l’une des provinces les
plus arrosées du Burkina Faso. L’agriculture
occupe 60 à 70 pour cent de la population.
Son chef-lieu Bobo-Dioulasso est la deuxième ville du pays et se situe à 365 km de la capitale
Ouagadougou. C’est une ville carrefour où se croisent les principaux axes routiers en provenance de
la Côte d’Ivoire, du Mali, du Ghana et de la capitale Ouagadougou. D’un point de vue administratif, la
Province du Houet est composée de 13 départements qui totalisent 205 villages et deux communes
dont une commune urbaine (Bobo-Dioulasso) et une commune rurale (Toussiana). La commune de
Bobo-Dioulasso compte trois arrondissements: Dafra, Dô et Konsa avec 25 secteurs. Le secteur 13
est dédié à l’élevage dans le plan d’occupation de l’espace de Bobo-Dioulasso.
Industries agro-alimentaires:

JOSSIRA: huile, tourteaux de coton;

SOFIB: huile, savon, tourteaux.
Description du secteur porcin dans cette localité:
L'élevage constitue la seconde activité du monde rural et se pratique souvent en corrélation avec
l'agriculture. La Province du Houet est le siège de la Direction régionale de l'élevage qui encadre les
éleveurs et mène la lutte contre les épizooties. La province du Houet compte un cheptel porcin de
83 315 têtes (2007). On y rencontre deux principaux modes de production:

L’élevage traditionnel villageois:
L’élevage traditionnel, à l’instar de toutes les provinces du Burkina Faso, est de loin la pratique
dominante dans la province du Houet. Ce mode d’élevage représente 70 pour cent des effectifs soit
58 321 porcs de race locale. Ce mode d’élevage présente les mêmes caractéristiques que les
élevages décrits dans les provinces du Boulkiemdé et du Sanguié (voir étude de cas 1).

Elevage commercial de type familial:
Au cours des 20 dernières années, un réseau d’élevages commerciaux de type familial s’est
développé dans la province et particulièrement dans la commune de Bobo-Dioulasso et ses environs.
Les animaux:
Le mode d’élevage qui entretient des animaux de race améliorée (Large White et Korhogo) ainsi que
leur croisement représente 30 pour cent du cheptel de la province soit 24 995 porcs. L’élevage porcin
dans la province est caractérisé par des élevages naisseurs-engraisseurs de plus ou moins grande
Version du 17 novembre 2011
30
Systèmes de production porcine
taille qui se subdivisent en quatre collèges (MEP): premier collège (1-4 truies), deuxième collège (5-9
truies), troisième collège (10-19 truies) et quatrième collège (20 truies et plus). La diffusion de races
porcines exotiques performantes dans les élevages commerciaux de Bobo-Dioulasso est à mettre à
l’actif du CMAP à travers le programme d’amélioration et de vulgarisation du progrès génétique initié
à la ferme de Banankélédaga (Bobo-Dioulasso). Ce centre a permis la diffusion de porcs de race
Large White et Korhogo dans l’ensemble du pays.
Organisation des opérateurs:
La création de la MEP4, avec l’appui technique du projet ARIOPE5 a permis la dynamisation du secteur
porcin dans les domaines de: l’amélioration génétique, l’alimentation, l’habitat, le suivi sanitaire et
enfin la commercialisation. Les résultats de ces années de travail sont aujourd’hui visibles en termes
de performances technico économiques.
Analyse de la chaîne de valorisation de la viande de porc dans cette localisation:
Pour l’exploitation du cheptel, trois débouchés possibles s’offrent aux producteurs de porcs de la
province du Houet:

Circuit direct court:
Les éleveurs vendent leurs porcs aux artisans charcutiers et rôtisseurs au niveau local. Les animaux
sont achetés au prix de 600 FCFA le kg de poids carcasse. Les abattages ont lieu à l’abattoir
frigorifique de Bobo-Dioulasso après acquittement d’une taxe de 1 000 FCFA. Une fois les animaux
abattus, dépouillés et inspectés, la carcasse est entreposée en chambre froide pour la réfrigération et
le ressuyage. Les opérateurs bouchers et rôtisseurs locaux viennent ensuite récupérer leurs carcasses
qu’ils emportent par leurs propres moyens, en taxi, en charrette, à moto en brouette ou même à
vélo. La plupart du temps la commercialisation se fait sous la forme de viande cuite au four mais le
rôtisseur consent toujours à commercialiser des morceaux de viande fraîche aux ménagères qui le
souhaitent. Le prix du morceau est alors équivalent au prix du même morceau cuit soit 1 000, 500,
ou 200 FCFA. La tête, les pieds, les oreilles et les abats rouges (cœur, poumon, rein) sont débités en
petits morceaux et vendus aux tenancières de bar à bière de sorgho (dolotières) pour la confection de
la soupe de porc aux épices qui accompagne la dégustation du dolo ou toute autre boisson de son
choix.

Circuit moyen:
Le circuit moyen concerne les livraisons de carcasses aux charcutiers, aux transformateurs, aux
supermarchés et aux restaurateurs de Ouagadougou. Il s’agit du marché de la transformation et de la
distribution dans le secteur moderne. En dehors du marché à l’exportation, ce circuit est le plus
porteur du moment car le prix d’achat du porc aux éleveurs est plus rémunérateur grâce à la bonne
valorisation des carcasses par le circuit de la transformation soit 1 000 FCFA par kg de carcasse. Ce
circuit autorise parfois la sous-traitance de la collecte, du transport, de l’abattage et de la livraison
des carcasses par les charcutiers et transformateurs à des commissionnaires qui travaillent soit avec
une clause d’exclusivité pour un client soit pour plusieurs opérateurs de Ouagadougou. Les carcasses
à destination de Ouagadougou sont transportées par camions réfrigérés. Le poids moyen des
carcasses de porc charcutier est de 75 à 80 kg. Après abattage et préparation des carcasses, celles-ci
sont placées en chambre froide pour réfrigération et ressuyage pendant 24 heures. C’est après cette
étape que les carcasses sont emportées à Ouagadougou pour les ateliers de transformation. Après
découpe, les morceaux nobles (rôtis, longes, côtelettes, rouelles, etc.) sont commercialisés dans les
supermarchés. Le reste de la carcasse est valorisé soit pour la fabrication de charcuteries fines ou
populaires (pâtés, saucissons).

Circuit long:
Le circuit commercial long dans la province du Houet concerne l’exportation de carcasses de porc à
destination de la Côte d’Ivoire. L’une des plus importantes sociétés de charcuterie et de salaison
d’Abidjan s’approvisionne occasionnellement auprès des éleveurs de la MEP à partir de l’abattoir
frigorifique de Bobo-Dioulasso. Ce flux d’exportation a été amorcé dans les années 2000 à destination
d’Abidjan, d’abord sous forme de porcs vifs et par la suite de carcasses réfrigérées expédiées par
l’abattoir de Bobo-Dioulasso à bord de camions frigorifiques. Ce partenariat a très bien fonctionné et
de nombreuses livraisons ont été réalisées. L’avènement de la crise militaro politique survenue en
Côte d’ivoire à la fin de l’année 2002 a ralenti puis interrompu ces transactions. En 2008, la
réactivation de cette filière d’exportation a permis l’expédition d’une première cargaison d’une
centaine de carcasses de porc à destination d’Abidjan, malheureusement cette opération a coïncidé
avec l’avènement de l’influenza pandémique AH1N1 qui a conduit à la fermeture de la frontière
ivoirienne aux produits d’origine porcine en empêchant ainsi la reprise des exportations.
4
Maison des Eleveurs de Porcs) le 24 janvier 2001
ARIOPE: Appui au Renforcement des Initiatives des Organisation Professionnelles d’Eleveurs est un
projet d’appui au secteur élevage financé par la coopération française.
5
Version du 17 novembre 2011
Revue du secteur porcin: BURKINA FASO
31
3.5.3 Troisième étude de cas: Ouagadougou (Province du Kadiogo)
Date de l’étude de cas:
18 au 20 août 2010
Localisation de la zone:
Ville de Ouagadougou (Province du Kadiogo)
Région du Centre de Burkina Faso
Coordonnées:
12°22’ 36.59’’ N - 01°30’ 36.46 O (DGSV)
Population humaine:
Province du Kadiogo: 1 727 390 (80 hab./km²)
Cheptel porcin:
Province du Kadiogo: 161 916 porcs
Description de la localisation:
La province du Kadiogo couvre une
superficie de 2 826,28 km2 pour une
population estimée en 2007 à 1 727 390
habitants. Située sur le plateau central au
cœur géographique du pays, elle a
l'avantage d'abriter la capitale politique
Ouagadougou qui demeure également le
siège des institutions républicaines, des
principales entreprises industrielles et des
services du pays.
La province du Kadiogo est caractérisée par un climat soudano-sahélien et un relief de plateau, des
sols pauvres, un réseau hydrographique quasi temporaire et une végétation de savane. La province
est densément peuplée avec une population extrêmement jeune et une croissance très rapide. Les
populations rurales du Kadiogo ont comme activité principale l'agriculture céréalière, les cultures de
rente et l'élevage. Ouagadougou est la capitale du Burkina Faso.
Ouagadougou c’est une grande mégalopole de 1 500 000 habitants et la plus grande ville du pays. La
ville héberge aussi les institutions nationales et internationales ainsi que les principaux services et
industries.
Description du secteur porcin dans cette localité:
L’élevage porcin à Ouagadougou est caractérisé par des petites unités de production commerciales de
type familial. La taille moyenne des exploitations est de 30 porcs dont cinq à 10 truies suitées et un
verrat.
L’objectif des exploitants de ces porcheries est de commercialiser leurs porcs afin d’engendrer une
partie ou la totalité des revenus du ménage. Les animaux sont de race Large White ou croisés avec la
race Korhogo.
L’élevage de porc est très souvent complémentaire d’un emploi salarié. Certains éleveurs ont
démissionné de leur activité salariée pour s’occuper exclusivement de la production porcine. D’autres
éleveurs sont des retraités qui investissent dans cette activité pour faire fructifier leur pension de
retraite.
Organisation des éleveurs de Ouagadougou:
Les éleveurs commerciaux de Ouagadougou sont organisés en association de producteurs au sein de
l’ ASEP6. L’association compte une soixantaine de membres dont une vingtaine actifs ayant payé leurs
cotisations.
Depuis l’arrêt de l’appui du projet ARIOPE, l’association est entrée dans une phase léthargique par
manque de moyens propres pour financer des activités aux profits de ses membres.
Ce manque de moyens s’explique par l’absence de cotisations professionnelles et de motivation de
certains membres qui n’y adhèrent que pour obtenir d’hypothétiques sources de financement.
6
ASEP du Kadiogo. Cette organisation professionnelle a été portée sur les fonds baptismaux le 20
janvier 2004 (loi 10/92/ADP du 15/12/92).
Version du 17 novembre 2011
32
Systèmes de production porcine
Analyse de la chaîne de valorisation de la viande de porc dans la localité:
La chaîne de valorisation de la viande de porc à Ouagadougou comporte le circuit traditionnel animé
par les rôtisseurs de « porc au four » et le secteur moderne des charcutiers transformateurs qui
valorisent la carcasse de porc à travers la découpe et la première transformation ainsi que la
charcuterie fine. Les porcs produits à Ouagadougou alimentent le marché local. Cette production est
insuffisante et la capitale importe également des porcs provenant des provinces limitrophes et même
lointaines. La consommation journalière de viande de porc au four à Ouagadougou est importante. La
majorité des porcs destinés à la consommation dans le circuit traditionnel est abattue
clandestinement. Le chiffre des abattages contrôlés pour le compte du circuit moderne fait état de
7 570 porcs pour Ouagadougou (2009). Dans le circuit traditionnel, la consommation est
probablement plus élevée et estimée comme étant 10 fois plus importante que les chiffres du circuit
contrôlé. Par conséquent, d’énormes quantités de viande (environ 200 carcasses) sont consommées
chaque jour sans la moindre inspection de salubrité.
Dans le circuit traditionnel, le porc est acheté à l’estime après négociations entre l’éleveur et son
client. Le paiement se fait en espèces au moment de la transaction. Quand les liens commerciaux
sont établis de longue date, l’éleveur accepte un paiement différé, auquel cas le boucher vend
l’animal avant de venir payer l’éleveur au bout d’une semaine voire plus. Les opérateurs du secteur
moderne prennent eux aussi généralement les porcs à crédit, les éleveurs sont payés une semaine
après que l’animal ait été vendu.
3.6 ALIMENTATION DES PORCS
Exception faite des CMV, il existe au Burkina Faso une grande variété de sous-produits et
de matières premières qui suffiraient à établir des rations alimentaires équilibrées pour les
porcs.
3.6.1 Ressources alimentaires locales
La plupart des matières premières proviennent des industries agro-alimentaires et de
l’artisanat de la transformation du Burkina Faso:
Le tourteau de coton est un sous-produit de la trituration des graines de coton pour
produire de l’huile de table et du savon. Les principaux producteurs et fournisseurs de
tourteau de coton au Burkina Faso sont:






SN-CITEC à Bobo-Dioulasso;
SOFIB à Bobo Dioulasso;
JOSSIRA à Bobo-Dioulasso;
ETAB F à Bobo-Dioulasso;
SOPRIMO à Dédougou;
SATOL à Ouagadougou.
Les tourteaux sont vendus à des grossistes officiellement agréés qui en exportent la plus
grande partie et en vendent localement une partie aux usines de fabrication d’aliments du
bétail ou directement aux éleveurs. Les éleveurs privés n’ont pas accès au marché directs
des tourteaux à la sortie des usines. Le fait d’imposer un intermédiaire dans le circuit de la
vente des sous-produits agroindustriels entraine une hausse de leur prix final. Sur le marché
de la vente au détail, le tourteau coûte 60 à 75 FCFA le kg.
Le son de blé, qui est le sous-produit de la production de farine de panification, est
produit et distribué par les grandes meuneries du pays à un prix de cession de 70 à 75 FCFA
le kg:



Grands Moulins de Banfora (GMB);
MINOR à Ouagadougou;
Société industrielle pour la transformation et la commercialisation des céréales
(SITRAC).
La drêche de brasserie est fournie par la BRAKINA. Il s’agit d’une source facilement
disponible et bon marché pour les exploitations situées à proximité. C’est un sous-produit
accessible toute l’année. Par manque d’installation pour son pressage ou sa déshydratation,
la drêche est livrée à l’état frais et humide. Bien que ces issues soient une bonne source
d’alimentation, l’approvisionnement doit se faire très fréquemment car le produit est
hautement putrescible et il perd ses qualités nutritives assez rapidement. Le chargement de
drêche coûte 17 500 FCFA transport compris; cette quantité correspond à 5 à 6 charretées.
La mélasse est fournie par la SN-SOSUCO (Société sucrière de la Comoé) qui se trouve à
Banfora.
Version du 17 novembre 2011
Revue du secteur porcin: BURKINA FASO
33
Les sons de céréales (maïs, sorgho et mil) proviennent des moulins de quartiers où les
femmes vont faire moudre les céréales dont la farine est destinée à la préparation des repas
de la famille. Le son est vendu à des prix variant de 50 à 75 FCFA/kg.
Une minorité de paysans éleveurs cultivent le soja qui est incorporé dans les rations des
porcs après torréfaction et broyage. Le soja torréfié coûte 270 FCFA le kg sur le marché.
La drêche de dolo (bière artisanale de mil) est la matière première la plus abondante et
de loin la plus utilisée en alimentation porcine au Burkina Faso. La production porcine est
très souvent une activité annexe de la production de bière de mil. La drêche de dolo se vend
en gros (sous contrat) par panier de décantation entre 200 et 500 FCFA ou alors au détail à
100 FCFA le seau de 10 litres.
3.6.2 Unités de fabrication d’aliments élaborés
Il existe des petites unités de fabrication d’aliments
unités produisent presque exclusivement des aliments
fabriquer des aliments pour les porcs mais compte tenu
production d’aliments destinés aux porcs est irrégulière et
composés à travers le pays. Ces
pour la volaille. Elles pourraient
de la faiblesse de la demande, la
pratiquement inexistante.
L’usine d’aliment du bétail du PDAV produit de l’aliment pour porc à la demande, elle
propose deux types d’aliments:


L’aliment complet « porcs » qui est utilisable en l’état.
L’aliment « concentré pour porcs » qui doit être complété au niveau des élevages par
des drèches de brasserie ou autres ingrédients (sons, issus divers, sang, légumes,
etc.) à disposition chez l’éleveur.
Une unité opère à Bobo-Dioulasso pour la production d’aliment « porcs ». Son promoteur
est membre de l’interprofession de la production porcine. Cette unité propose des formules
alimentaires pour les éleveurs:


Le pré-mélange qui coûte 250 FCFA/kg sert à la confection d’aliments complets et
équilibrés avec un taux de mélange différent en fonction du stade physiologique des
animaux.

mélange à 25 pour cent de concentré pour 75 pour cent de drêches et/ou sons,
pour les porcs en engraissement;

mélange à 30 pour cent de concentré pour 70 pour cent de drêche et/ou sons
pour les truies et les porcelets.
Il propose en outre un « aliment complet reproducteurs » et un « aliment complet
engraissement » qui coûte 170 FCFA/kg.
Les éleveurs rechignent à acheter les aliments complets qu’ils trouvent généralement trop
chers. Quand ils consentent à en acheter, ils le diluent avec des matières premières de
moindre qualité nutritive, comme les drêches ou les sons.
3.6.3 Ressources alimentaires importées pour animaux
Les ressources alimentaires importées sont essentiellement composées de:




CMV qui contiennent des acides aminés essentiels (lysine, méthionine, etc.) importés
d’Europe par les entreprises spécialisées et les vétérinaires privés (le prix de vente
des CMV est de l’ordre de 3 500 à 5 000 FCFA/kg selon le type de produit proposé);
farine de poisson qui constitue la principale source de protéine de la ration est
importée du Sénégal (son prix de vente sur le marché est de 300 FCFA/kg);
sel également importé du Sénégal et conditionné dans des sacs de 5 et 10 kg qui
coûtent respectivement 500 et 1 000 FCFA/sac;
poudre d’os produite à la demande à l’abattoir frigorifique de Bobo-Dioulasso.
3.6.4 Utilisation des résidus de récolte et sous-produits agro-industriels
L’utilisation des résidus de récolte participe dans une large part à l’alimentation des porcs.
Bien que ces derniers soient attachés ou mis en claustration pendant toute la période
d’hivernage au moment où les cultures poussent et sont récoltées, les porcs sont laissés en
liberté dès que les récoltes sont terminées. Les animaux envahissent alors les champs pour
glaner les grains, tubercules et autres fruits dont la qualité défectueuse, la souillure par la
terre ou la maturité tardive n’ont pas permis le ramassage pour la commercialisation,
l’alimentation humaine ou la conservation. De même pour les animaux en claustration
Version du 17 novembre 2011
34
Systèmes de production porcine
permanente, certains éleveurs récoltent les déchets (feuilles, fruits et légume) dans les
marchés de gros ou à la fin du marché hebdomadaire pour les distribuer aux porcs.
3.6.5 Paniers d’alimentation
Les matières premières suivantes sont incorporées dans l’alimentation des porcs:












maïs en grain: 150 à 200 FCFA/kg;
tourteau de coton: 60 à 75 FCFA /kg;
son de blé: CIMAO 61 250 FCFA/tonne ou 70 à 75 FCFA/kg (vente au détail);
son de céréales (maïs, mil): 50 à 75 kg;
drêche de bière locale (Dolo): 100 FCFA le seau de 10 litres;
drêche de brasserie: 17 500 à 20 000 FCFA/chargement six charretées;
farine de déchets de poisson: 300 à 350 FCFA/kg;
graine de soja: 250 FCFA/kg;
CMV: 3 500 à 5 000 FCFA/kg
coquille d’huître: 100 à 150 FCFA/kg
sel:500 FCFA /sac de 5 kg
verdure (nombreux fourrages locaux qui ne font pas l’objet de culture et qui sont
récoltés dans la nature par les éleveurs).
La composition de l’aliment en temps normal est présentée dans le Tableau 7.
Généralement la composition de la ration distribuée aux porcs est déséquilibrée car elle ne
correspond pas aux formules préconisées par les services techniques. Les éleveurs font leur
mélange en fonction des matières premières dont ils disposent en faisant en sorte que la
formule revienne le moins cher possible, même si l’efficacité alimentaire d’une telle formule
est faible.
TABLEAU 7:
Panier d’alimentation des porcs au Burkina Faso
Matière Première
Pourcentage de la Ration
Drêche de Dolo/Drêche de brasserie
50 pour cent
Son de céréales artisanal (Maïs, mil)/ Son de blé industriel
20 pour cent
Tourteau de coton
15 pour cent
Farine de poisson
8 pour cent
Poudre de calcaire (poudre d’os calcinée)
2 pour cent
Sel
Poignée
Verdure (nombreux fourrages locaux récoltés dans la nature)
A volonté selon disponibilité
Source: Déclaration des éleveurs
Les difficultés d’accessibilité aux tourteaux et autres sous-produits agro-industriels
illustrent clairement le manque d’organisation des éleveurs de porcs qui ne possèdent
aucune capacité corporatiste de négociation ni aucune capacité financière et de gestion pour
anticiper leurs besoins et constituer des stocks stratégiques. On note:



l’absence de volonté organisationnelle des éleveurs pour constituer une force de
réaction vis-à-vis des commerçants (groupage des commandes, achat collectif en
période de « prix plancher »);
les lacunes dans la planification des besoins chez les éleveurs en raison de leur
capacité financière réduite, de leur fonds de roulement insuffisant, de l’absence de
crédit relais, des lacunes organisationnelles dans le groupage et la planification des
besoins mais aussi des déficiences de gestion économique des ateliers;
l’incapacité d’établir un partenariat économique.
Version du 17 novembre 2011
Revue du secteur porcin: BURKINA FASO
35
Chapitre 4
Commerce, marchés et commercialisation
4.1 MARCHÉ INTÉRIEUR
4.1.1 Marchés et commerce des porcs vifs
Le circuit de commercialisation des porcs fait intervenir plusieurs opérateurs: l’éleveur, les
commissionnaires, les rabatteurs, les marchands de bétail, les artisans charcutiers ou
rôtisseurs et les industries de la transformation.
Le circuit court
Le particulier s’adresse directement à l’éleveur pour acheter un porc pour sa
consommation personnelle à l’occasion d’un événement exceptionnel. La transaction se fait
en général dans le voisinage (quartier ou village) et le paiement se fait immédiatement lors
de la cession de l’animal. Le porc est très souvent abattu clandestinement dans la ferme et
échappe ainsi à l’inspection sanitaire ante et post mortem. Les clients peuvent aussi choisir
de faire abattre et préparer la carcasse à l’abattoir avec une inspection en bonne et due
forme pour s’assurer de la qualité de la carcasse.
Le circuit intermédiaire
L’acheteur qui est en général un artisan charcutier ou un restaurateur achète les porcs
directement à l’éleveur et les fait traiter à l’abattoir pour la préparation de ses charcuteries
ou la confection des plats proposés ensuite à sa clientèle. Le consommateur final se trouve
en troisième position dans ce circuit qui fait intervenir l’éleveur, le transformateur et le
consommateur final. Le rayon d’action de ce circuit n’excède pas 50 km pour limiter les frais
d’approche (transport, frais d’abattage et d’inspection) afin que l’opération reste rentable. Le
paiement des porcs se fait généralement au comptant au moment de l’enlèvement des porcs.
Pour les marchands de bétails ou les rôtisseurs qui ont des liens anciens avec l’éleveur, le
règlement des sommes dues n’intervient qu’une fois les porcs vendus par le charcutier,
généralement au bout d’une à deux semaines. Quand les porcs se font rares, le rayon
d’action des marchands de bétail peut s’étendre sur plusieurs centaines de kilomètres afin de
trouver des animaux et maintenir ainsi leur niveau d’activité.
Le circuit long
Ce circuit fait intervenir l’éleveur, des rabatteurs, des commissionnaires (marchands de
bétail), les abatteurs ou transformateurs et enfin le consommateur final, qui est parfois à
l’extérieur du pays (exportation vers la Côte d’Ivoire). Ce circuit long permet de convoyer un
nombre important de porcs sur de très longues distances, depuis les zones de production
jusqu’aux centres de consommation. Sur ordre des commissionnaires (marchands de bétail),
les rabatteurs parcourent les élevages et les villages pour repérer, acheter et rassembler les
porcs commandés par le commissionnaire (dans une porcherie de transit). Une fois le
nombre souhaité d’animaux atteint, il les achemine par route jusqu’à Ouagadougou où les
porcs sont soit revendus directement soit transitent par des porcheries de rassemblement ou
des marchés à bétail où les clients viennent faire leurs achats en fonction de leurs besoins.
Les paiements se font au comptant ou à crédit selon le degré de confiance établi entre les
différents opérateurs. En règle général, les éleveurs installés dans des zones difficiles d’accès
et qui n’ont pas d’autres alternatives pour la commercialisation de leur production, subissent
le diktat des marchands de bétail tant sur la fixation du prix que sur le délai de paiement de
la créance. Dans certains cas les porcs prennent le chemin de l’exportation sous forme de
porcs vifs ou de carcasses réfrigérées.
L’approvisionnement en porcs vifs
En raison de la croissance très rapide de la consommation de viande de porc grillée et
cuite au four, l’offre de porcs coureurs est largement inférieure à la demande des rôtisseurs
de «porc au four». Les collecteurs sont obligés de parcourir des distances de plus en plus
longues en élargissant leur rayon de prospection pour assurer l’approvisionnement en
Version du 17 novembre 2011
36
Commerce, marchés et commercialisation
animaux de leurs installations dans les villes et les gros villages. Les rayons d’action peuvent
atteindre quelques fois plus de 100 km.
La situation n’est guère plus facile pour les principaux bouchers charcutiers de la capitale
(Marina Market, Palais des viandes, Sipal) qui éprouvent des difficultés pour s’approvisionner
en carcasses lourdes qu’ils valorisent à travers la première et la seconde transformation. Il y
a lieu de déterminer exactement l’adéquation entre l’offre et la demande car les éleveurs de
la MEP émettent quelques doutes quant à la capacité d’absorption des carcasses lourdes par
le marché national (le marché à l’exportation étant limité pour des raisons de respect de
cahier des charges), notamment les doutes sur la persistance de la PPA et l’incapacité du
Laboratoire national d’élevage (LNE) de certifier l’absence d’infection dans les bassins de
production.
La commercialisation de la viande de porc
Au Burkina Faso, le marché traditionnel est le plus dynamique pour la distribution de
viande de porc. La viande fraîche est proposée à la vente par les rôtisseurs de « porc au
four » ou des charcutiers installés dans les marchés. La viande est vendue par morceaux
dont le prix varie de 500 à 1 000 FCFA. Les ménagères y font généralement leurs courses
dans la matinée avant que les morceaux ne soient enfournés.
Il faut cependant noter que dans les centres urbains l’essentiel de la viande de porc grillée
ou cuite au four est vendue par morceaux de 500 FCFA ou 1 000 FCFA.
Une très grande proportion des porcs commercialisés est abattue à domicile. Les
carcasses et abats sont soumis aux agents des ZATE/DPRA pour être inspectés dans leurs
locaux administratifs, à l’abattoir, ou sur le lieu de vente de la viande. Cette pratique favorise
les abattages clandestins qui atteignent des proportions très inquiétantes à Ouagadougou.
Les prix de vente des porcs et de la viande de porc
Dans le circuit traditionnel, la vente des porcs vifs se fait à l’estime et non au poids de
l’animal. Le prix du porc est fixé en se basant sur la taille et la conformation de l’animal. Le
prix est marchandé jusqu’à ce que l’un des protagonistes cède. Le plus souvent, le marchand
de bétail réussit à faire plier le vendeur.
Pour les porcs échangés dans le circuit traditionnel, le tableau qui suit donne une
indication sur la moyenne des prix pratiqués:
TABLEAU 8:
Prix de vente approximatif des porcs sur pied
Caractéristiques du porc
Porcelets au sevrage
Prix moyen de vente (FCFA)
4 000 - 8 000
Porcelet sevré de 7 à 15 kg
8 000 - 12 000
Porc de 6 mois 15 à 20 kg
15 000 - 25 000
Porc adulte de 1 an 35 kg - 40 kg
30 000 - 45 000
Porc adulte de 1 an 40 kg -50 kg
45 000 - 55 000
Porc adulte de 1 an 50 kg -60 kg
60 000 - 75 000
Source: Déclaration des éleveurs et rôtisseurs
Dans le circuit moderne, la vente des porcs se fait sur la base du poids carcasse, une fois
l’animal abattu, dépouillé et fendu. Les prix pratiqués varient en fonction de l’offre et de la
demande et tiennent également compte de la qualité de la carcasse, les carcasses lourdes et
maigres étant mieux valorisées que les carcasses grasses. Pendant l’année scolaire, les prix
sont particulièrement intéressants pour les éleveurs compte tenu de la forte demande et de
la concurrence entre les différents charcutiers pour acquérir les meilleures carcasses.
Pendant ces périodes fastes, les carcasses de qualité sont vendues à 1 000 FCFA/kg et les
carcasses de moins bonne qualité s’échangent à 800 FCFA/kg. Pendant la période de
déstockage, au moment où le marché est particulièrement bien approvisionné en porcs, les
prix baissent jusqu’à 800 FCFA et 600 FCFA/kg respectivement pour les carcasses de très
bonne qualité et celle de moindre qualité.
Version du 17 novembre 2011
Revue du secteur porcin: BURKINA FASO
37
4.1.2 Installations d’abattage et services d’inspection
Le Burkina Faso dispose de deux abattoirs frigorifiques, l’un à Ouagadougou et l’autre à
Bobo-Dioulasso. En dehors de ces deux villes, tous les chefs-lieux de province et les grandes
villes sont équipés de 27 abattoirs en plus d’une multitude d'aires d'abattage publics dont la
gestion est du ressort des autorités communales qui perçoivent les taxes d’abattage (1 000 à
1 500 FCFA par tête de porc). Les abattoirs frigorifiques de Ouagadougou et de BoboDioulasso sont sous la tutelle administrative du Ministère du commerce et sous la tutelle
technique du Ministère des ressources animales. L’abattoir de Ouagadougou a bénéficié
d’une réhabilitation en 2003 dans le cadre du Programme national pour la sécurité
alimentaire (PNSA). En ce qui concerne l’abattoir frigorifique de Bobo-Dioulasso, son
transfert en dehors des limites de la ville n’est toujours pas à l’ordre du jour. A l’exception du
nouvel abattoir de Dédougou (Mouhoun), tous les autres abattoirs et aires d’abattage sont
vétustes (certains datant de la période coloniale) et ne répondent plus aux normes
internationales admises pour l’abattage et la préparation des carcasses destinées à la
consommation.
L’inspection des carcasses fait partie des fonctions de la DGSV qui est représentée sur
toute l’étendue du territoire burkinabé par les Directions régionales des ressources animales
(DRRA) et les DPRA dont les agents assurent l’inspection des animaux abattus dans les
différents abattoirs et les aires d’abattage officiels.
Les conditions d’abattage des porcs
De façon générale, les conditions d’abattage des porcs sont déplorables car, pour des
considérations religieuses, les porcs sont systématiquement relégués dans un coin de
l’abattoir ou de l’aire d’abattage pour éviter tout contact avec les ruminants qui font l’objet
d’un abattage rituel islamique. La présence des porcs dans les abattoirs n’est donc que
tolérée et rien n’est vraiment mis en œuvre pour l’amélioration des conditions d’abattage et
de préparation des carcasses de porc. Dans de nombreuses localités, il n’est même pas
permis d’abattre les porcs dans l’enceinte même de l’abattoir. Les opérateurs du secteur
porcin sont obligés d’abattre leurs porcs à domicile, les carcasses étant ensuite présentées
aux services d'inspection pour expertise dans des lieux indiqués et autorisés (lieu de vente
ou bureau de l’inspecteur). Il est évident qu’une telle procédure laisse la porte ouverte à
toute sorte de dissimulation de carcasses suspectes et même à l’éventuelle dissémination de
produits insalubres. Cela pose réellement la question de la fiabilité de l’inspection sanitaire
dans le secteur porcin et laisse craindre un risque important en matière de santé publique.
Les abattages clandestins
De nombreux rôtisseurs profitent de ces conditions désastreuses d’abattage pour
pratiquer des abattages clandestins qui faute de réelle répression ont pris une forte ampleur
à Ouagadougou. En effet, il suffit de jeter un coup d’œil sur les chiffres des abattages
contrôlés dans ce haut lieu de consommation de viande de porc pour se rendre compte qu’ils
ne correspondent pas au grand nombre de porcs débités chaque jour dans les points de
vente de porc au four. Ainsi, on note que les abattages contrôlés de porcs sont en forte chute
depuis 2005 passant de 10 505 porcs à 7 570 têtes en 2009. Ce chiffre correspond à
l’abattage de 20 porcs par jour en moyenne alors que les rôtisseries traitent
quotidiennement plus de 200 porcs.
On peut aisément conclure que les abattages clandestins de porcs sont la règle à
Ouagadougou et que l’abattage contrôlé à l’abattoir frigorifique constitue une exception. Les
rôtisseurs rencontrés au cours de la mission abattent tous leurs porcs à domicile et feraient
faire l’inspection sanitaire sur le lieu de vente, ce qui va à l’encontre de la loi et est
formellement démenti par les services de l’inspection de la DGSV. Bien qu’ils prétendent
subir une inspection à posteriori, aucun des rôtisseurs visités n’a été à mesure de nous
présenter le quitus délivré par l’agent inspecteur ni l’estampille réglementaire sur la
carcasse. On estime que 80 à 85 pour cent des porcs consommés à Ouagadougou sont
abattus clandestinement. Cette situation est très répandue au niveau national et mérite une
réaction adaptée des services en charge de l’inspection pour préserver la santé publique.
La répression des abattages clandestins
La Brigade de lutte contre les abattages clandestins (BLAC) a bien été mise en place mais
elle n’a jamais vraiment fonctionné par manque d’une réelle volonté politique, illustrée par la
modicité des moyens financiers et logistiques mis à disposition. La brigade se composait de
Version du 17 novembre 2011
38
Commerce, marchés et commercialisation
représentants de différentes administrations: DGSV, Mairie, Police municipale,
nationale, etc.
Police
Face au constat d’échec de la BLAC, une nouvelle structure vient de voir le jour avec la
signature en juillet 2010 d’un arrêté interministériel (Ministère des ressources animales
[MRA], Ministère du commerce et Ministère de l’administration territoriale). Elle est placée
sous l’autorité du Maire de Ouagadougou. Les activités n’ont pour l’instant pas démarré, il
est donc trop tôt pour savoir si cette structure sera efficace et si les rôtisseurs prendront à
nouveau le chemin de l’abattoir pour la santé de leurs clients.
En attendant, des centaines de porcs sont abattus et consommés chaque jour par la
population sans qu’aucun contrôle sanitaire ne soit effectué, constituant ainsi un facteur de
risque majeur pour la santé publique.
4.1.3 Chaîne de valorisation des porcs et des produits d’origine porcine
La chaîne de valorisation des porcs comporte une multitude d’intervenants:
Les éleveurs
Les éleveurs membres d’une organisation professionnelle (groupement ou association
d’intérêt économique) commercialisent leurs porcs ensemble pour s’assurer un débouché
fiable et obtenir des bons prix de vente et de meilleures conditions de paiement. En général,
les groupements établissent des contrats de livraison avec les charcutiers ou les marchands
de bétail qui achètent des lots de porcs sur la base d’un cahier de charges précisant les
caractéristiques des porcs/carcasses et leurs prix de vente; c’est le cas de la MEP avec
Marina Market. Certains charcutiers exigent l’exclusivité de la production du groupement en
contrepartie de leur fidélité et de la garantie de leur prix d’achat. Certains éleveurs dont la
production est d’un bon niveau qualitatif et quantitatif établissent eux aussi des contrats
d’exclusivité ou libres avec des charcutiers ou des marchands de bétail.
Certains groupements, tout comme les éleveurs non affiliés à un groupement, vendent
leurs porcs au plus offrant quand le marché permet de faire jouer la concurrence. Cependant,
cette liberté devient préjudiciable pour ces éleveurs quand le marché arrive à saturation et
que les porcs ne trouvent plus preneurs. Les prix sont alors revus drastiquement à la baisse
et les délais de paiement s’allongent.
D’une façon générale la clientèle de l’éleveur est variée, en effet ce dernier fait appel à
tous types d’acheteurs aussi bien les particuliers, les rabatteurs /collecteurs, les marchands
de bétails les commissionnaires, les bouchers traditionnels, ainsi que les charcutiers
transformateurs. Seuls les éleveurs sous contrat d’exclusivité réservent leurs porcs à un
client donné. Ceci dit, en fonction de la taille de l’exploitation et surtout de la qualité des
porcs produits, l’éleveur peut choisir de vendre en lot ou en détail au type de client qu’il aura
choisi. En réalité, c’est l’acheteur qui fixe la plupart du temps les conditions du marché et les
petits éleveurs isolés ont très peu de marge de manœuvre pour inverser cette tendance.
Les rabatteurs/collecteurs
Le rabatteur/collecteur est le premier intermédiaire qui met en relation, moyennant
rémunération, les marchands de bétail et les éleveurs intermédiaires. Il sillonne les élevages
et les villages à la recherche de porcs qu’il répertorie, négocie et collecte dans une porcherie
de transit avant leur transfert dans le chef-lieu de district ou de province où il les cède à des
marchands rôtisseurs et des charcutiers. Les prix des porcs sont négociés à l’estime et non
au poids vif. Il arrive aussi que le rabatteur achète et revende des animaux lorsqu’il dispose
d’un fonds de roulement suffisant. Parfois les éleveurs confient leurs porcs au rabatteur ou
directement au marchand de bétail qui les commercialise au marché hebdomadaire du
département ou de la province avant de reverser à l’éleveur le prix convenu.
Les acheteurs revendeurs (marchands de bétail)
Ces opérateurs sont toujours à l’affût des bonnes affaires, ils achètent les porcs repérés
et rassemblés par les rabatteurs/collecteurs pour ensuite les transférer dans des porcheries
de transit au niveau des chefs lieu de province.
L’avènement du téléphone portable a rapproché les différents opérateurs qui peuvent se
tenir informés presqu’en temps réel des disponibilités de porcs sur le terrain et ainsi mieux
préparer les tournées d’achat. Le paiement des achats de porcs auprès des éleveurs dans les
villages ainsi que dans les marchés hebdomadaires se fait au comptant. Les transactions
entre les collecteurs et les marchands de bétail dans les villes sont souvent basées sur des
contrats tacites et des relations commerciales anciennes. Les paiements entre ces acteurs
Version du 17 novembre 2011
Revue du secteur porcin: BURKINA FASO
39
s’effectuent le plus souvent après la vente des animaux reçus. Les pertes au cours du
transport sont soit endossées par le commerçant lorsque ce dernier est à l’origine de la
commande soit par le fournisseur s’il est à l’origine de l’expédition. Les risques sont partagés
si la responsabilité de l’expédition incombe aux deux protagonistes. Chaque intermédiaire
s’accorde en général entre 10 et 15 pour cent de marge.
Les bouchers charcutiers
Ces sont les opérateurs du secteur moderne, ils valorisent les carcasses qui proviennent
des abattages contrôlés de Ouagadougou et de Bobo-Dioulasso. Ces opérateurs proposent
des produits de deuxième et troisième transformation à leur clientèle. Installés à
Ouagadougou et Bobo-Dioulasso, ils ne travaillent qu’avec des carcasses saines qui ont subi
l’inspection sanitaire avant la mise à la consommation. Ce sont les seuls établissements dans
le secteur porcin qui bénéficient de l’ inspection des services officiels pour s’assurer de
l’hygiène des locaux, du personnel, du matériel et de la qualité des produits transformés.
4.1.4 Principales routes commerciales
Les flux de carcasses et de porcs vifs partent des principales zones de production vers les
centres de consommation dont le plus important est Ouagadougou. Les voies suivies sont la
route nationale Bobo-Dioulasso vers Ouagadougou, ainsi que la route nationale de
Koudougou à Ouagadougou. La majorité des porcs sont transportés vifs pour être abattus à
l’abattoir de Ouagadougou. Une infime partie de ce flux se fait sous forme de carcasses de
porcs abattus dans l’abattoir frigorifique de Bobo-Dioulasso qui sont ensuite transportées par
camion frigorifique jusqu’à Ouagadougou. À l’extérieur du territoire burkinabé, la ville
d’Abidjan était la principale destination des carcasses en provenance de l’abattoir frigorifique
de Bobo-Dioulasso (cf. Carte 3).
Le transport des porcs utilise des moyens sommaires, ainsi il n’est pas rare de voir quatre
ou cinq porcs entassés et attachés dans un panier de fortune pour être remorqués sur un
vélo, une mobylette ou dans un pickup et être transportés au marché hebdomadaire le plus
proche ou vers des destinations plus lointaines. Certains animaux meurent parfois
d’étouffement et de soif au cours du transport. Le propriétaire du cadavre de porc le cèdera
à un rôtisseur à prix coutant et la viande sera discrètement mélangée à celle des autres
porcs et vendue aux consommateurs qui n’ont aucun moyen de vérifier la qualité de la
viande.
PHOTO 13: Transport de porcs par avec des
vélos (Réo, province du Sanguié)
PHOTO 14: Transport de porcs par camionnette
(Koudougou, province du Boulkiendé)
4.2 IMPORTATION
4.2.1 Importation de porcs et produits d’origine porcine
A l’exception des importations occasionnelles de porcs exotiques destinées
l’amélioration génétique, le Burkina Faso n’importe pas de porcs sur pied (cf. Figure 7.1).
à
Les importations de produits d’origine porcine concernent les charcuteries fines: jambon,
saucissons et pâtés, etc. Ces importations proviennent essentiellement d’Europe (France)
mais aussi de Côte d’Ivoire à travers l’entreprise SICS-Sahel. En 2007, les importations de
Version du 17 novembre 2011
40
Commerce, marchés et commercialisation
charcuteries de porc, de bœuf et de volaille ont atteint un total de 24 761 kg (statistiques du
Secteur de l’élevage, 2007). Ces importations permettent de combler le déficit de production
des ateliers de charcuterie et de salaison locaux dont les capacités de transformation sont
limitées face à une demande de charcuteries fines en pleine croissance notamment dans les
centres urbains.
4.2.2 Importation de porcs sur pied
Le Burkina Faso est autosuffisant en viande porcine. Le pays n’importe pas officiellement
de porcs sur pied à l’exception d’importations occasionnelles de porcs exotiques destinés à
l’amélioration génétique.
4.3 EXPORTATION
Le Burkina Faso exporte occasionnellement des carcasses de porc dont l’essentiel est
destiné au marche ivoirien.
La Côte d’ivoire constituait la principale destination d’exportation des porcs en provenance
de Bobo-Dioulasso. En effet, depuis l’avènement de la PPA en Côte d’Ivoire en 1996 qui a
stoppé l’élan de développement de cette filière et anéanti la production locale, les opérateurs
de la transformation d’Abidjan ont diversifié leurs sources extérieures d’approvisionnement
en viande de porc pour satisfaire la demande croissante des consommateurs. Les élevages
commerciaux de Bobo-Dioulasso (MEP) se sont très vite révélés être une bonne source
d’approvisionnement de porcs vifs et de carcasses de qualité. L’exportation de la viande
porcine a été amorcée dans les années 2000 vers la Côte d’Ivoire. Ce partenariat a très bien
fonctionné et de nombreuses livraisons ont été réalisées, malheureusement ces exportations
de carcasses réfrigérées ont cessé avec l’avènement de la crise militaro politique qu’a
traversé la Côte d’ivoire en 2002 (voir Carte n°3).
Tous les autres pays de la sous-région (Bénin, Togo et Ghana) ont à leur tour fait l’amère
expérience de la PPA et ont importé des porcs vifs ou des carcasses du Burkina Faso qui est
resté indemne de la PPA jusqu’en 2003. Le flux des exportations de carcasse de porc vers les
marchés de la sous-région ouest africaine s’est arrêté net avec l’avènement de la PPA au
Burkina Faso dans la province de la Kompienga (2003) puis dans la provoince du Kadiogo
(Ouagadougou) en 2004 comme le montre la Figure 7.2.
La dernière tentative pour remettre en route cette filière d’exportation en 2009 a coïncidé
avec l’épidémie de la grippe A (H1N1) qui a entraîné une série de mesures préventives dont
la fermeture de la frontière ivoirienne aux produits d’origine porcine.
A terme, le secteur porcin burkinabé a pour ambition de trouver des débouchés à
l’exportation en Côte d’Ivoire, au Mali, au Togo, au Bénin et au Ghana. Il existe en effet un
marché porteur sur ces destinations; cependant les critères pour les conquérir sont
nombreux et exigeants. Les transformateurs cherchent des fournisseurs réguliers qui ont une
capacité opérationnelle à fournir durablement la qualité souhaitée. Les produits plébiscités
sont des carcasses lourdes de très bonne qualité destinées à la transformation en produits de
charcuterie fine.
Actuellement, les capacités de la production porcine burkinabé ne permettent pas de
fournir quantitativement et qualitativement les carcasses que le marché à l’export serait prêt
à absorber. Cela représente donc une des principales perspectives de développement du
secteur porcin burkinabé pour les années à venir.
Commerce transfrontaliers de porcs
Dans les zones frontalières, il existe des échanges informels qui échappent aux
enregistrements dans les services de douanes. A l’occasion des marchés transfrontaliers et
surtout des échanges intracommunautaires entre les mêmes populations installées de part et
d’autres des frontières, les échanges de biens et services échappent complètement aux
services officiels. C’est ainsi que des porcs sont achetés dans les zones frontalières les jours
de marché hebdomadaire puis transférés dans les pays voisins pour l’abattage et la
consommation.
Version du 17 novembre 2011
Revue du secteur porcin: BURKINA FASO
41
Chapitre 5
Les indicateurs socio-économiques
5.1 INCIDENCES CULTURELLES INCLUANT LES TRADITIONS ET LA RELIGION
5.1.1 Incidence socioculturelle
Dans la société traditionnelle Gourounsi (Sanguié), la femme n'est pas autorisée à élever
les ruminants et la volaille pour son propre compte. Cependant, elle peut pratiquer cet
élevage au nom de ses fils. Généralement la femme sert de main-d'œuvre pour aider le mari
à exercer les activités pastorales. La gestion des produits d'élevage relève de la compétence
exclusive de l'homme. Dans les situations où la femme devient chef de ménage (absence
prolongée ou décès du mari), elle gère les ressources agro-pastorales sous le couvert d'un
homme notamment son fils et ce quel que soit son âge (monographie de la province du
Boulkiemdé). Dans un tel contexte, la porciculture est la seule activité d’élevage que les
femmes peuvent pratiquer en leur propre nom et dont elles peuvent disposer des revenus à
leur guise. C’est donc pour s’affranchir de cette tutelle masculine et acquérir une
indépendance financière légitime qu’une grande majorité des femmes de la province du
Sanguié et du Plateau central ont saisi cette opportunité pour atteindre leur objectif
d’émancipation économique.
Le porc joue un rôle essentiel dans la société Gourounsi car il est omniprésent dans tous
les actes socioculturels. Le jour des fiançailles, le porc est l’animal de choix pour préparer le
repas de bienvenue pour la belle-famille. De même le jour de la célébration du mariage, le
succès de l’événement sera jugé en fonction du nombre de porcs abattus pour la confection
du festin nuptial.
Dans la société traditionnelle, quand un patriarche décède, l’abattage d’un ou plusieurs
porcs (selon les moyens des enfants) précède l’annonce du décès à la communauté et donne
le coup d’envoi des cérémonies funéraires. Les animaux abattus serviront à préparer le repas
pour recevoir les parents, amis et connaissances qui viendront s’incliner sur la dépouille de
l’illustre disparu(e) et présenter les condoléances à la famille éplorée.
5.1.2 Incidence religieuse
La surreprésentation des femmes dans l’élevage de porcs trouve certainement son
explication dans l’avènement du christianisme qui dans son approche d’évangélisation des
populations dans les régions de Réo et Tenkodogo a encouragé et développé la pratique de
l’élevage porcin en pays Mossi et Gourounsi avec l’introduction d’animaux exotiques plus
performants que les races locales. Puissant vecteur de bien être nutritionnel et économique,
la pratique de l’élevage de porc a servi de viatique pour l’instauration de relations de
confiance entre les prêtres, les catéchistes et les chefs de communautés nouvellement
convertis au christianisme. C’est aussi au nom de cette même liberté de la femme que prône
l’Eglise que ces dernières saisissent l’opportunité de se lancer avec succès dans l’élevage des
porcs.
5.2 ATTRIBUTION DU TEMPS AUX TRAVAUX DE LA PORCHERIE
La durée quotidienne consacrée aux activités de la ferme familiale est variable en fonction
du mode d’élevage. On peut distinguer l’élevage commercial familial et l’élevage traditionnel.
5.2.1 Élevage commercial familial
Le temps dédié quotidiennement aux activités de la porcherie est d’environ 4 heures. Les
activités quotidiennes des éleveurs consistent en deux interventions dans l’exploitation, le
matin et le soir. La durée du travail dans la ferme est en moyenne de 3 heures le matin et de
30 minutes à 1 heure le soir.
Version du 17 novembre 2011
42
Les indicateurs socio-économiques
Activités de la matinée
Les trois heures de la matinée sont consacrées aux activités suivantes:





le ramassage des déjections des porcs;
le balayage de la porcherie et ses environs et le lavage des loges;
la distribution d’eau et de nourriture;
les activités de conduite d’élevage (saillie des truies, castration des mâles, coupe de
dents de porcelets, mise en lots, etc.);
le repérage et les soins des animaux malades.
Activités de l’après-midi ou du soir:
En fin d’après-midi, l’éleveur procède généralement à la récolte de fourrages qu’il
distribue aux porcs après un nettoyage sommaire des loges et un remplissage des
abreuvoirs. L’activité du soir occupe l’éleveur environ 1 heure à 1 heure 30 minutes.
5.2.2 Élevage traditionnel de porcs en divagation
Très peu de temps est consacré aux animaux dans les élevages traditionnels de porcs en
divagation. Le matin les femmes procèdent au nettoyage des aires de couchage des animaux
ou des abris, plus pour une question d’hygiène générale de l’habitat familial que pour le seul
confort des animaux. Les déjections collectées sont directement jetées sur les parcelles
cultivées ou stockées dans une fosse creusée à cet effet pour être utilisées ultérieurement
comme fumure organique.
Le récipient qui sert de mangeoire et/ou d’abreuvoir est sommairement nettoyé avant la
distribution de la ration de la journée. Cette ration est constituée des restes du repas familial
de la veille ainsi que ceux collectés dans le proche voisinage, mélangés à la drêche de dolo et
au son de maïs et de mil. C’est le seul repas de la journée, le complément alimentaire sera
glané par les porcs dans les environs au cours de leur divagation à travers le village. Les
seules interventions systématiques des éleveurs sur les porcs sont:


l’identification des porcelets par la réalisation d’encoches dans le pavillon auriculaire,
avec le symbole ou le code distinctif familial;
la castration des jeunes mâles au moment du sevrage entre deux et trois mois avant
leur puberté.
5.3 CONTRIBUTION AU REVENU FAMILIAL / ÉCONOMIE FAMILIALE
Dans la majorité des ménages vulnérables en milieu rural et dans les zones périurbaines,
les revenus du mari très souvent ouvrier, cultivateur ou artisan, sont insuffisants pour
couvrir les besoins de la famille. La femme est souvent impliquée dans de multiples activités
rémunératrices dans le but de constituer un appoint aux revenus du mari. Au Burkina Faso,
l’élevage des porcs est généralement une activité annexe à d’autres petites activités comme
la préparation et la vente de dolo (la bière du mil rouge), la fabrication de savon artisanal, la
production de beurre de karité ou la fabrication de soumbala7. L’argent généré par les petites
activités annexes permet d’acheter des porcs à engraisser ou des truies à mettre à la
reproduction, ainsi que des compléments alimentaires pour les porcs. Dans de nombreuse
familles burkinabé, c’est le supplément de revenus générés par l’élevage de porcs qui permet
d’acheter les compléments de nourriture, payer les frais de scolarité des enfants et tous les
frais imprévus de la famille. Bien qu’il soit difficile de quantifier la contribution de l’élevage
de porc à l’économie familiale, on peut affirmer qu’il s’agit d’une activité essentielle dans la
stratégie de lutte contre l’extrême pauvreté pour les familles modestes.
Les petites exploitations commerciales de type familial jouent un rôle essentiel dans la
formation du budget familial. Les revenus tirés de la vente des porcs sont des apports
complémentaires dans les revenus des ménages. Il s’agit d’une source de revenus stable et
facilement mobilisable. L’élevage contribue pour une part très importante au budget de la
famille. Le plus grand intérêt de l’élevage porcin réside dans la flexibilité des revenus qu’elle
7
Le soumbala est un condiment culinaire issu des graines du Néré fermentées et agglomérées en
boules vendues sur les marchés. Caractérisée par une odeur très forte le Soumbala est à la base de
très nombreuses recettes de cuisine très appréciées au Burkina Faso et en Afrique de l’Ouest en
général.
Version du 17 novembre 2011
Revue du secteur porcin: BURKINA FASO
43
procure au ménage, car elle peut être mobilisée très rapidement et à tout moment, ce qui en
fait un allié de taille pour la gestion des coups durs dans un ménage.
5.4 ASPECTS LIÉS AU GENRE
Les femmes représentent 57,8 pour cent des actifs du secteur de l’agriculture et de
l’élevage au Burkina Faso. Elles sont présentes à tous les niveaux: production,
transformation, commercialisation. Cependant, les statistiques permettant de mesurer la
contribution des femmes dans le sous-secteur de l’élevage et les bénéfices qu’elles en tirent
sont difficiles à obtenir dans la pratique.
La conduite de l’élevage familial dans la société traditionnelle burkinabé est sous la
responsabilité de l’homme qui est chef de famille, même si la gestion du petit élevage de
subsistance est assurée par l’épouse. Les femmes jouent un rôle déterminant dans la
pratique de l’élevage de porc de type traditionnel et l’élevage commercial de type familial. En
effet à travers leurs activités domestiques (préparation des repas, fabrication de farines de
maïs, de bière de sorgho, les cultures vivrières, le maraîchage, etc.), elles génèrent des
déchets qu’elles valorisent dans l’élevage de porcs.
En plus de leur contribution dans la prise en charge de l’alimentation et l’abreuvement
des animaux, les femmes sont également responsables de l’entretien des porcheries, des
soins aux animaux, de leur transformation et leur commercialisation.
Le petit élevage en général et l’élevage de porcs en particulier sont des activités
complémentaires à la production végétale pour la majorité des femmes en milieu rural. Au
niveau national, elles représentent 60 pour cent des éleveurs de porcs et atteignent 90 pour
cent des éleveurs de porcs dans les provinces du Boulkiemdé et du Sanguié. Cette activité
complémentaire fait partie de la stratégie de sécurité alimentaire des femmes; elles
entretiennent deux ou trois truies dont la progéniture leur procure des porcs
commercialisables à tout moment. Cette production est destinée à la consommation
familiale, sans compter que la vente d’une partie des animaux assure un revenu
complémentaire pour le ménage (frais de scolarité, soins de santé primaire, etc.).
Version du 17 novembre 2011
Revue du secteur porcin: BURKINA FASO
45
Chapitre 6
Races
6.1 RACES EXOTIQUES
Les principales races porcines exploitées au Burkina Faso sont les suivantes:
La race Korhogo
Issue du métissage entre la Large White et la race locale ivoirienne. Elle a été introduite
au Burkina Faso par le CMAP pour satisfaire la demande des éleveurs modernes de porcs.
C’est un animal qui allie les performances zootechniques très appréciables des races
exotiques à la rusticité des races locales. D’assez grand format, c’est un animal très apprécié
par les éleveurs dont les moyens financiers et les compétences techniques ne permettent pas
d’acquérir et d’entretenir des animaux exotiques (voir Photos n°14 et 15 page 66).
La race Large White
Introduite au Burkina Faso par l’administration coloniale en 1952 dans le cadre d’un
processus d’amélioration génétique et de diffusion du progrès génétique à travers le pays.
Pour promouvoir l’élevage de cette race après l’indépendance de la Haute volta, le Ministère
des ressources animales a décidé de continuer les travaux initiés à la station d’élevage de
Banankélédaga à quelques kilomètres au nord de Bobo-Dioulasso d’où s’approvisionnaient
les éleveurs commerciaux de porcs. Ce sont des animaux de grande taille, bien appréciés
pour leur adaptation aux dures conditions du climat tropical ainsi que leur prolificité et leurs
qualités maternelles. Cette race a beaucoup contribué à l’amélioration des races locales
grâce à de multiples croisements (voir photos n°18 et 19 page 66).
En plus de ces deux races très répandues, on trouve aussi la race Landrace qui est
généralement utilisée en croisement avec la Large White. On note également la présence de
la race Hampshire autrefois importée du Ghana, ainsi que la race Duroc que l’on rencontre
de façon plus anecdotique.
6.2 RACES LOCALES
La race locale est un animal rustique de type ibérique qui est très largement répandu en
Afrique. C’est l’animal de choix dans le système de production extensif en divagation où il est
exploité en race pure et parfois croisé avec des animaux améliorés. Peu productive et avec
une prolificité médiocre, la race locale bat tous les records en terme de rusticité et de
capacité d’adaptation aux conditions d’élevages extrêmes. C’est le porc le plus répandu au
Burkina Faso où il représente près de 90 pour cent du cheptel.
Le porc traditionnel local est similaire à celui que l’on rencontre dans à peu près tous les
pays africains. De type coureur et longiligne, le porc local est de petit format et la hauteur au
garrot est de 40 à 60 cm. La tête longue présente un front court, presque plat, un chanfrein
rectiligne et un groin allongé. Les oreilles sont petites, épaisses et horizontales ou dressées.
Le cou est court, le dos légèrement convexe est étroit et long. La croupe est inclinée avec le
jambon peu fourni sur des membres grêles et peu musclés. Les tétines sont souvent au
nombre de 10. Les soies sont longues et forment une robe noire mais qui peut être pie noire,
grise ou rousse.
Version du 17 novembre 2011
46
Races
PHOTO 15: Verrat de race améliorée, issu du
croisement Large white Korhogo (ferme
SANOU membre de la MEP, Bobo-Dioulasso)
PHOTO 16: Cochette de race améliorée, issue
du croisement Large white Korhogo (ferme
SANOU membre de la MEP, Bobo-Dioulasso)
PHOTO 17: Personnel et bâtiment de la
porcherie SANOU (membre de la MEP, BoboDioulasso)
PHOTO 18: Porcs de race améliorée en préengraissement, ferme SANOU (membre de la
MEP, Bobo-Dioulasso)
PHOTO 19: Truie Large White et ses porcelets
24 heures après mise-bas.
PHOTO 20: Truie Large White allaitante et ses
12 porcelets
Version du 17 novembre 2011
Revue du secteur porcin: BURKINA FASO
47
Chapitre 7
Faune
7.1 POPULATION DE SUIDÉS SAUVAGES (SUIDÉS / TAYASSUIDÉS)
Un point de situation succinct sur la population des suidés sauvages au Burkina Faso et
leurs interactions avec les porcs domestiques a été établi avec la collaboration de M. Urbain
Belemsobgo, Directeur général de la Conservation de la nature et de M. Georges Namoano
de la Direction de la faune et de la chasse (DFC). A la lumière des discussions que nous
avons eues avec les experts du Ministère de l’environnement et de la conservation de la
nature, nous avons relevé les points importants suivants.
7.1.1 Les phacochères
On trouve une forte population de phacochères (Phacochoerus africanus) au Burkina Faso,
répartie sur toute l’étendue du territoire jusqu’aux portes du désert dans le nord. Les
phacochères étant savanicoles et sédentaires avec un faible rayon d’action, on les trouve
dans la quasi-totalité des provinces du pays. Le plateau central est moins pourvu en
phacochères à cause de l’activité humaine qui a réduit son habitat, ainsi que les
prélèvements incontrôlés liés au braconnage.
Une étude conduite par la FAO entre 1982 et 1983 a permis d’établir le cheptel de
phacochères au Burkina Faso à 60 000 têtes. Depuis, il n’y a pas eu d’évaluation au niveau
national. Par contre, des comptages réguliers sont réalisés au niveau local dans certaines
aires protégées. Ainsi depuis 1979, un inventaire annuel des phacochères est réalisé dans la
réserve cynégétique de Nazenga. Grâce à ce travail, une série de données sur les 30
dernières années est disponible dans les archives de la DFC. A la lumière de ces données
brutes, les experts donnent les indications suivantes: on observe une croissance
exponentielle du troupeau de phacochères jusqu’en 1990, puis une stagnation durant une
décennie, et enfin une légère décroissance due à la régulation interspécifique. En 2010, on
estime la population de phacochères de Nazenga autour de 5 000 têtes.
Les plus grandes concentrations de phacochères se trouvent dans la zone du Wapok à
cheval sur trois pays (Burkina Faso, Bénin et Togo), à laquelle s’ajoutent les aires protégées
non frontalières du Togo. Cet ensemble d’aires protégées, qui constitue un véritable « havre
de paix » pour la faune, couvre plus de 50 000 km² dont près de 10 000 km2 sont situés sur
le territoire burkinabé.
7.1.2 Les hylochères et les potamochères
Les hylochères et les potamochères qui vivent plutôt dans les forêts humides n’ont pas
été signalés récemment au Burkina Faso. Pour le cas particulier des potamochères, il est fort
probable qu’il n’en existe pas au Burkina Faso; cependant sans une étude spécifique, il serait
hasardeux de trancher sur la présence ou non de l’une ou l’autre de ces espèces de suidés
sauvages. Dans l’hypothèse d’une étude plus approfondie sur le sujet, il faudrait rechercher
ces deux espèces dans le sud du pays dans les forêts classées et les zones cynégétiques en
partage avec la Côte d’Ivoire.
7.1.3 Collaboration entre la DFC et la DGSV
Depuis 1990, une tradition de collaboration étroite s’est établie entre la DFC et la DGSV.
Cette collaboration a été amorcée dans le cadre de la Campagne panafricaine de lutte contre
les épizooties (notamment dans le cadre de l’éradication de la peste bovine), puis du Réseau
de surveillance épidémiologique (RESUREP) avec notamment la pleuropneumonie
contagieuse bovine, et enfin dans le cadre du plan de lutte contre la grippe aviaire. Cette
collaboration peut être mise à profit dans le cadre de la surveillance épidémiologique de la
PPA au sein de la population de suidés sauvages ainsi que dans la recherche et la récolte
éventuelle de tiques molles du genre Ornithodorus.
Version du 17 novembre 2011
48
Faune
Projet à moyen termes de la DFC
Dans la perspective du renforcement de ses capacités opérationnelles, la DFC envisage la
création en son sein d’une unité vétérinaire chargée de la surveillance de la faune sauvage.
Cette unité aurait pour mission le suivi des mortalités enregistrées sur la faune; l’inspection
sanitaire avant la mise à la consommation des animaux chassés; l’utilisation des drogues
dans le cadre de l’immobilisation et la capture des animaux; et la récolte et la valorisation
d’informations épidémiologiques. Au regard des missions respectives de la DGSV et de la
Direction générale de la protection de la nature (DGPN), il serait souhaitable d’envisager la
création d’une unité vétérinaire commune dédiée à la faune sauvage. Cette unité s’inscrirait
dans le cadre d’un renforcement de la coopération entre les deux directions générales par la
définition d’un cadre de travail organisationnel et technique.
7.2 CHASSE / CONSOMMATION
La gestion rationnelle des zones cynégétiques fait l’objet d’une réglementation dont la
base est la loi n° 006/97/ADP du 31 janvier 1997, portant sur le code forestier au Burkina
Faso et ses différents décrets d’application. Cette règlementation établit une période de
chasse au Burkina Faso qui s’étend de début décembre à fin mai chaque année. En ce qui
concerne les phacochères, les abattages autorisés sont de 10 spécimens pour 50 000 ha, ce
qui correspond à 2 à 3 pour cent de la population totale. Ce chiffre est légèrement inférieur
au taux de croissance naturel annuel qui s’établit entre 4 et 5 pour cent de la population,
laissant ainsi une marge de manœuvre pour le maintien de la population à un niveau
compatible avec une gestion durable de la faune.
Le phacochère est l’une des espèces les plus chassées pour la consommation au Burkina
Faso. A titre d’exemple le plan de tir pour la saison de chasse 2002-2003 accordait un quota
de 154 phacochères pour les zones de chasses concédées et 197 phacochères hors quota
pour les nationaux au titre de la chasse traditionnelle, soit un total de 351 animaux
autorisés. A côté de la chasse réglementée, il faut noter que le braconnage existe et
contribue, dans des proportions mal connues, à la fourniture de protéines animales aux
populations rurales. Les données disponibles ne permettent pas d’établir avec précision la
quantité de viande de suidés sauvage consommée par habitant chaque année.
La viande de phacochère est consommée fraîche ou boucanée dans les villages et toutes
les zones en périphérie des réserves de chasse où la viande des animaux chassés est cédée
à bas prix. Une grande partie de cette viande de gibier est boucanée ou séchée, avant d’être
expédiée vers les centres urbains où elle est vendue sur les marchés de quartier ou aux
tenancières de restaurants traditionnels. La viande de gibier est rare dans les villes car c’est
un produit de luxe dont le prix n’est pas à la portée de la majorité de la population. Sur les
marchés, les petits morceaux (150 grammes environ) sont proposés à 500 FCFA et dans les
restaurants le même morceau en sauce est vendu 1 000 à 1 500 CFA.
7.3 INTERACTION ENTRE SUIDÉS SAUVAGES ET PORCS DOMESTIQUES
Le mode d’élevage dominant au Burkina Faso est l’élevage traditionnel extensif, avec des
porcs qui divaguent dans le village et la brousse environnante pendant la majeure partie de
l’année. Pendant la saison sèche, au moment où la nourriture et les points d’eau se font
rares, les phacochères s’approchent des habitations ou des villages pour glaner des restes de
nourriture et trouver des points d’eau. Les phacochères peuvent donc aisément entrer en
contact avec des porcs domestiques.
Par ailleurs, pendant la saison de chasse, les phacochères abattus par les chasseurs
traditionnels ou achetés dans les réserves de chasse, sont dépouillés dans les villages; à
cette occasion, les débris et déchets de gibier sont consommés par les animaux domestiques
dont les porcs. Bien entendu il n’a jamais été prouvé que les phacochères au Burkina Faso
soient porteurs de virus de la PPA, ni qu’un porc domestique puisse être infecté par la PPA
dans ces circonstances. Cependant, cette situation mérite d’être considérée dans l’analyse du
risque épidémiologique vis-à-vis de la PPA.
D’un point de vue épidémiologique, la période de chasse offre pendant six mois la
possibilité de prélever des suidés sauvages chassés dans l’ensemble du pays. Ces
prélèvements peuvent permettre d’entreprendre des recherches sur le portage viral au sein
de la population de suidés sauvage de la PPA, de l’influenza A (y compris l’influenza H1N1 de
2009) et bien d’autres investigations épidémiologiques au Burkina Faso. Il s’agit là d’une
autre sphère technique où les moyens de la DGSV et de la DGPN peuvent se complémenter
pour obtenir des résultats prometteurs.
Version du 17 novembre 2011
Revue du secteur porcin: BURKINA FASO
49
Chapitre 8
Santé animale, santé publique
impact environnemental
et
8.1 PRINCIPALES MALADIES PORCINES DECLARÉES / PRÉSENTES AU
BURKINA FASO
La situation zoo-sanitaire des élevages porcins du Burkina Faso est dominée depuis 2003
par la PPA qui sévit de façon endémique dans le pays et qui à ce jour s’est propagée sur les
deux tiers du territoire burkinabé. Le statut sanitaire par rapport aux autres pathologies
porcines considérées comme prioritaires par l’Organisation mondiale de la santé animale est
très mal connu car aucune enquête n’a été conduite à ce jour dans ce but.
La PPA
La PPA est endémique au Burkina Faso et chaque année plusieurs foyers sont répertoriés
sur toute l’étendue du territoire. Le Burkina Faso a enregistré son premier foyer de PPA en
août 2003 dans la Province de la Kompienga. Après une année d’accalmie, la maladie a fait
sa réapparition à Ouagadougou (Kadiogo). Elle n’a pu être contrôlée malgré les efforts des
services techniques et depuis cette date des foyers sporadiques ont été enregistrés dans de
nombreuses autres provinces dont le Boulkiemdé, le Sanguié, le Houet en 2009, et la
province du Gourma en avril 2010. La PPA qui sévit principalement dans le cheptel porcin
divaguant constitue aujourd’hui la principale contrainte sanitaire du secteur porcin.
La peste porcine classique:
Aucun cas de peste porcine classique n’a été observé, rapporté ou diagnostiqué au
Burkina Faso.
La brucellose porcine
La brucellose porcine est une pathologie observée dans toutes les provinces du Burkina
Faso. Elle est responsable d’avortements et d’infertilité sans qu’il soit possible aujourd’hui de
faire le point sur l’étendue de cette pathologie au niveau national. Le LNE et les laboratoires
vétérinaires provinciaux réalisent le test de dépistage pour les reproducteurs commercialisés
à la demande des acheteurs. Aucune mesure de prophylaxie ni de plan de contrôle de la
maladie n’est mis en œuvre.
Le rouget
Aucun cas de rouget n’a été observé, rapporté ou diagnostiqué au Burkina Faso.
Le charbon bactérien
Des cas de charbon bactérien ont été répertoriés dans les motifs de saisie des viandes
porcines contrôlées à l’abattoir. Cette situation est liée au mode d’élevage traditionnel du
porc divaguant qui peut entrer en contact avec d’éventuels champs maudits évoqués par D.
8
Rouillé . En l’absence d’une étude exhaustive sur les pathologies porcines au Burkina Faso, il
est difficile d’établir le réel impact de cette pathologie dans le secteur porcin.
La trypanosomiase
La trypanosomiase à Trypanosoma brucei gambiense provoque principalement des
avortements et des baisses de productivité très importantes dans les zones infestées. Bien
que des cas sporadiques existent, cette hémoparasitose ne constituerait pas un problème
pathologique majeur du secteur porcin au Burkina Faso. On sait par contre que le porc joue
8
D. Rouillé (1988), Fiches techniques de pathologies des animaux domestiques au Burkina Faso,
p 19
Version du 17 novembre 2011
50
Santé animale, santé publique et impact environnemental
le rôle d’écran entre l’homme et la mouche tsé-tsé; ainsi, en cas de survenue de foyers de
PPA qui décime le cheptel porcin, les mouches tsé-tsé se rabattent sur l’homme pour leurs
repas de sang, au point où la pression parasitaire sur l’homme croît considérablement en
entraînant ainsi un problème de santé publique.
La tuberculose porcine
La tuberculose porcine est la maladie infectieuse la plus communément observée. Elle
représente 8 pour cent des motifs de saisie des carcasses contrôlées au Burkina Faso.
La cysticercose
La cysticercose est un véritable fléau de santé publique, il s’agit du motif de saisie totale
et partielle le plus courant au Burkina Faso (environ 10 pour cent) au niveau des abattages
contrôlés. Les conséquences sanitaires de l’infestation humaine par le tænia peuvent parfois
être dramatiques et se manifester sous forme de crises épileptiformes causées par la
neurocysticercose. Une étude conduite dans la province du Sanguié (Réo) confirme la
présence de très nombreux cas de neurocysticercose dans cette zone de forte concentration
de porcs divagants et de grande consommation de viande de porc. Cette observation
corrobore les résultats observés dans d’autres provinces du pays concernant la prévalence de
cysticercose observée chez les porcs lors de l’inspection à l’abattoir. En l’absence de latrines,
les porcs en divagation jouent le rôle d’éboueurs en ingérant les déjections humaines et en
perpétuant ainsi le cycle tænia-cysticercose. L’homme s’infecte en consommant de la viande
parasitée insuffisamment cuite.
Les diarrhées
Les diarrhées et infections chez les jeunes porcelets sont responsables de taux de
mortalité élevés si les traitements ne sont pas mis en place rapidement.
Le syndrome MMA (Métrite, Mammite, Agalactie)
Quelques cas d’agalaxie chez les femelles sont enregistrés parmi les truies de race
améliorée, ce qui cause des problèmes de survie chez les porcelets notamment ceux qui
n’ont pas bu du colostrum et qui de ce fait se trouvent exposés à tous les germes
pathogènes.
Les carences alimentaires
Les carences alimentaires, l’anémie ferriprive ainsi que le cannibalisme chez les jeunes
sont des affections observées autour du sevrage (45 à 60 jours) qui ont une grande
incidence sur le taux de mortalité et donc sur la productivité numérique des exploitations.
Les autres maladies porcines
D’autres pathologies comme la maladie d’Aujezsky, la gastro entérite transmissible, le
syndrome dysgénésique respiratoire porcin, l’influenza porcine, la parvovirose, la fièvre
aphteuse, l’actinobacillose, les mycoplasmoses à M. Hyopneumoniae ne semblent pas sévir
au Burkina Faso, du moins dans le cheptel porcin ou alors leur expression se ferait à bas
bruit. Ces différentes maladies représentent des risques potentiels pour le cheptel porcin et
doivent inciter à beaucoup de prudence sur le choix et l’origine des géniteurs importés afin
d’éviter l’introduction d’une nouvelle maladie dont les conséquences économiques pourraient
être désastreuses.
Les parasitoses
Les infestations parasitaires sont très courantes en élevage porcin. Les verminoses sont
très présentes dans le secteur porcin burkinabé en raison du grand nombre de porcs
divagants. La gale est fréquemment observée chez les porcs au Burkina Faso. Bien que cette
pathologie n’entraîne pas de mortalité directe, elle est responsable d’importantes pertes
économiques en raison du prurit intense qui n’accorde aucun répit à l’animal non traité.
A terme, une enquête exhaustive sur les pathologies porcines devra être conduite. Une
stratégie de lutte contre la présence de zoonoses parasitaires graves en lien avec le mode
d’élevage devra être élaborée. De même, l’importance des aspects sanitaires dans le secteur
porcin doit être traité avec la plus grande attention dans la perspective de l’exportation de
porcs et de carcasses de porcs dans la sous-région, en établissant des liens sociaux et
économiques transfrontaliers avec la Côte d’Ivoire, le Benin, le Mali, le Togo et le Ghana.
Version du 17 novembre 2011
Revue du secteur porcin: BURKINA FASO
51
8.2 SANTÉ PUBLIQUE / ASSAINISSEMENT
Dominé par un système traditionnel divagant à 90 pour cent, l’élevage porcin burkinabé
peut être non seulement source de pollution et de nuisances diverses mais certaines
insuffisances en matières d’assainissement et d’hygiène sont également responsables de
problèmes de santé publique extrêmement graves.
Seulement 66,3 pour cent de la population burkinabé dispose d’eau potable, le reste de la
population s’approvisionne en eau dans les puits, les cours d’eau et les sources. L’élevage
porcin produit de grandes quantités d’effluents qui peuvent polluer les eaux de surfaces, les
puits, ainsi que les nappes phréatiques situées non loin des fosses à lisier ou de leurs aires
de stockage. La promiscuité, hélas fréquente, entre ces points d’eau et les porcheries
entraîne très souvent la contamination de l’eau par les germes fécaux, sources de maladies
hydriques particulièrement redoutables pour les enfants et les personnes fragiles.
Par ailleurs, les nitrates dont le taux est très élevé dans le lisier de porc constituent une
source de pollution importante qui se concentre par infiltration dans les eaux souterraines et
les eaux de surface par ruissellement et drainage. A long terme, les nitrates fragilisent les
populations qui consomment les eaux polluées.
Le taux moyen d’accès à l’assainissement en milieu urbain est de 30 pour cent, alors
qu’en milieu rural, il tourne autour de 1 pour cent à certains endroits. Par conséquent, une
infime partie de la population burkinabé a accès aux latrines. Cette situation somme toute
très répandue au Burkina Faso est une source de problèmes majeurs de santé publique liés à
la cysticercose.
8.3 BIOSÉCURITÉ
Les éleveurs connaissent très peu les maladies classiques rencontrées en élevage porcin
du fait d’un manque de formation ou d’information. Il faut noter que l’encadrement technique
à ce niveau est très faible voire inexistant. Dans ces conditions, aucun plan de prophylaxie ni
plan sanitaire d’élevage rationnel n’est appliqué au niveau des petits élevages.
Le manque de connaissance des mesures de biosécurité par les opérateurs du secteur
porcin, (éleveurs, marchands de bétail, boucher charcutiers, transporteurs, rôtisseurs,
provendiers, etc.) constitue un facteur de risque dans le cas de maladies comme la PPA.
Une infime minorité des élevages commerciaux dispose de pédiluves et les rotoluves sont
inexistants. Quand les pédiluves existent, ils sont très souvent mal conçus et peuvent être
facilement contournés ou alors ils sont peu fonctionnels (dilution du désinfectant non
conforme, fréquence de renouvellement de la solution désinfectante non respectée, pédiluve
à sec, etc.). L’environnement immédiat des élevages est toujours souillé de déchets divers,
envahi par l’herbe folle ou encombré par toute sorte d’objets hétéroclites usagés qui sont
autant de repères pour les parasites et les rongeurs. Les déjections et le lisier de porc
s’écoulent trop souvent dans l’environnement immédiat de la porcherie sans aucun dispositif
de recueil et de stockage, causant des nuisances et de la pollution environnementale.
Les animaux domestiques divaguent dans les exploitations et cohabitent avec les porcs. Il
s’agit aussi bien d’animaux de compagnie que d’animaux de basse-cour, sans compter les
oiseaux et les rongeurs qui peuvent servir de vecteurs de germes pathogènes.
La disposition des bâtiments ne respecte pas les normes zootechniques. Les déplacements
des personnes et des véhicules de livraison du matériel et des aliments (drêche, son, etc.)
ainsi que des commerçants/intermédiaires d’une exploitation à une autre ne sont pas
réglementés ni contrôlés.
En ce qui concerne l’élevage traditionnel, la conduite des porcs en divagation est un
facteur de risque permanent. En effet, les porcs divaguent toute la journée, se nourrissent
dans les poubelles et les broussailles autour du village, pataugent dans les marres et entrent
en contact avec de nombreux germes dont certains peuvent éventuellement provoquer de
graves troubles, sans compter le fait qu’ils peuvent constituer un réservoir de germes pour
les animaux élevés en claustration dans les élevages commerciaux.
Version du 17 novembre 2011
52
Santé animale, santé publique et impact environnemental
8.4 IMPACTS DE L’ÉLEVAGE PORCIN SUR L'ENVIRONNEMENT
L'accroissement de la taille des villes s’accompagne de la mise en place d’un plus grand
nombre d’élevages traditionnels de porcs en claustration (90 pour cent de la production) qui
nécessitent de faire face à de nouvelles contraintes d’hygiène, d’alimentation et de santé.
La concentration des élevages de porc en milieu urbain et périurbain et plus généralement
dans les zones à forte concentration humaine génère des nuisances importantes pour les
populations ainsi qu’une pollution importante du milieu naturel (sols, eau, air ou milieux
naturels fragiles).
Les nuisances pour les populations
Les porcs sont des animaux bruyants et leurs déjections (lisier) deviennent très
rapidement envahissantes; elles attirent les mouches et dégagent une très forte odeur qui
incommode le voisinage.
Impact sur l’environnement
Il n’existe pas de réglementation spécifique à l’implantation des porcheries, cependant, vu
leur niveau de nuisance, les municipalités de Ouagadougou et de Bobo-Dioulasso
découragent toute installation de porcheries en milieu urbain. Les porcheries sont reléguées
dans des zones dédiées à cette activité. De nombreuses porcheries ont déjà été fermées
mais la mise en œuvre de la réglementation se heurte à de nombreuses difficultés et il
persiste encore une multitude d’élevages de porcs dans ces deux grandes agglomérations.
Dans les villes de moindre importance comme Fada Gourma, Réo, Koudougou, l’implantation
des porcheries dans les concessions et dans l’environnement immédiat des maisons est une
pratique généralisée (voir photos n° 6 à 11).
Dans de nombreuses zones, l’accumulation trop importante de lisier de porc entraîne la
pollution aussi bien des eaux de surface que de la nappe phréatique. Les déjections sont
directement charriées par la pluie vers les eaux de surface (rivières, étangs, sources, etc.)
avec une forte charge de coliformes fécaux mais aussi de salmonelles, streptocoques,
staphylocoques et autres pathogènes potentiellement à l’origine de maladies hydriques
graves pour les personnes qui n’ont pas accès à l’eau potable et qui consomment ces eaux
souillées.
Le lisier de porc contient une forte concentration en nitrates qui s’infiltre dans le sol et
s’accumule dans les nappes phréatiques peu profondes, en contaminant ainsi les puits qui y
sont reliés. La consommation de l’eau polluée par des doses élevées de nitrates cause
d’importants problèmes de santé publique sur le long terme.
Valorisation des déjections de porcs
L’implantation d’une porcherie doit prendre en compte un plan de gestion des effluents
d’élevage afin d’éviter leur accumulation dans le milieu naturel et les différentes formes de
pollution qui en résultent. Une gestion durable des effluents d’élevage de porc permet de
valoriser les déjections comme source d’énergie grâce à l’installation d’un bio-digesteur et un
système de récupération et d’utilisation du biogaz à des fins d’énergie domestique (voir
photo n°21).
Les effluents d’élevage de porc sont aussi une source de fumure organique très
intéressante dans un pays où les sols s’appauvrissent très vite et où les engrais chimiques ne
sont pas accessibles à toutes les bourses. La fumure organique représente la meilleure
alternative pour obtenir de bons rendements sur des terres de plus en plus pauvres (voir
photo n°s20, 22 et 23).
Dans la plupart des élevages commerciaux urbains et périurbains visités au Burkina Faso,
des systèmes de récupération des déjections des porcs sont en place. Les déjections solides
sont utilisées comme engrais pour la culture des céréales, de bananiers ainsi que pour le
maraîchage ou l’horticulture. Quand l’éleveur ne pratique pas lui-même l’agriculture, il vend
les déchets à 600 FCFA la charretée aux paysans ou aux maraîchers du voisinage. Certains
fermiers arrivent à réaliser ainsi un chiffre d’affaires de 600 000 FCFA sur la vente du lisier
produit par un cheptel de 22 porcs adultes.
Version du 17 novembre 2011
Revue du secteur porcin: BURKINA FASO
53
PHOTO 21: Épandage de lisier de porc sur une
culture de patates douce dans la ferme de
Coulibaly ALLADOUIN à Bobo-Dioulasso.
PHOTO 22: Construction d'un digesteur de
biogaz dans la ferme de Coulibaly ALLADOUIN
à Bobo-Dioulasso.
PHOTO 23: Épandage de lisier de porc pour la
culture de patates douces dans la ferme de
Coulibaly ALLADOUIN à Bobo-Dioulasso.
PHOTO 24: Épandage de lisier de porc pour la
culture de sorgho dans la ferme de Coulibaly
ALLADOUIN à Bobo-Dioulasso.
Version du 17 novembre 2011
Revue du secteur porcin: BURKINA FASO
55
Chapitre 9
Les politiques actuelles, le cadre
juridique
9.1 POLITIQUE GÉNÉRALE, MISSIONS ET OBJECTIFS
Les grandes orientations en matière de politiques sectorielles agropastorales sont
déclinées dans un certain nombre de documents de politique générale élaborés par les
différents ministères impliqués dans le secteur agricole. Parmi ces énoncés de politiques,
certains traitent de façon spécifique des questions d’intérêt pour le développement de
l’élevage.
Au cours des années 90, les secteurs de l’élevage et de l’agriculture ont fait l’objet de
beaucoup de réaménagements dans la conduite des actions de développement. On note qu’à
partir de 1997, il y a eu respectivement:
Note d’orientation plan d’action de la politique de développement de l’élevage
Cette note approuvée par le Gouvernement en 1997 a permis de définir clairement les
grands axes à explorer pour parvenir à un développement de l’élevage qui serait en
adéquation avec les ressources naturelles et en cohérence avec les orientations politiques et
économiques nationales. Le rapport à ce référentiel d’orientation politique est le Plan d’action
et programme d’investissement du secteur de l’élevage adopté en octobre 2000 (PAPISE) qui
établit le diagnostic de l’ensemble du secteur de l’élevage et indique les grands axes de
développement à travers les neufs programmes suivants:









Le Programme d’appui au développement de l’élevage traditionnel et à la valorisation
des zones pastorale;
le Programme d’appui au développement de l’aviculture villageoise;
le Programme de lutte contre les trypanosomiases animales;
le Programme de lutte contre les épizooties et la veille sanitaire;
le Programme d’appui à la privatisation des professions de vétérinaire et de
zootechnicien;
le Programme d’amélioration de la productivité animale;
le Programme d’appui à la professionnalisation de l’élevage et au soutien du secteur
privé;
le Programme d’appui à l’alimentation et à l’hydraulique pastorale;
le Programme d’appui à la filière lait.
Document d’orientation stratégique
Cet document de 1997 à l’horizon 2010 précise les grandes orientations stratégiques de
développement des deux secteurs de l’agriculture et de l’élevage qui s’articulent autour des
sept points fondamentaux suivants:







Favoriser le développement d’une économie de marché en milieu rural;
moderniser les exploitations agricoles et celles pratiquant l’élevage;
favoriser la professionnalisation des acteurs économiques;
assurer une gestion durable des ressources naturelles;
accroître la sécurité alimentaire;
améliorer significativement le statut économique de la femme rurale;
préciser le rôle de l’Etat.
Plan d’actions et programme d’investissements du secteur de l’élevage (PAPISE)
Adopté en octobre 2000 établit les grands axes pour le développement cohérent du
secteur de l’élevage à savoir:


Améliorer la gestion des ressources et valoriser les zones à vocation pastorale;
améliorer l’alimentation et l’abreuvement;
Version du 17 novembre 2011
56
Les politiques actuelles, le cadre juridique





améliorer la productivité des animaux;
améliorer la santé animale;
améliorer la compétitivité et l’accès aux marchés des produits d’origine animale;
appuyer l’organisation des éleveurs;
adapter les fonctions d’appui.
L’ensemble des orientations ainsi définies montre la complémentarité entre l’agriculture et
l’élevage et les retombées de leurs interactions réciproques (l’homme, l’animal et leur
environnement naturel commun).
Depuis 1990, le Gouvernement burkinabé a mis en œuvre une série de réformes parmi
lesquelles:
Stratégie nationale de sécurité alimentaire (SNSA)
La finalité de la SNSA, adopté en 2000, est de: « réunir à terme les conditions permettant
à l'ensemble des ménages burkinabé d'accéder à tout moment, à une alimentation
suffisante, saine et équilibrée’’ et de contribuer structurellement à réduire les inégalités et la
pauvreté. Ce cadre est doté d’un ensemble de structures et d’outils dont le Plan national
d’organisation et de coordination des secours d’urgence et de réhabilitation, le Plan d’actionSystème d’information sur la sécurité alimentaire et le Stock national de sécurité géré par la
Société nationale de gestion du stock de sécurité alimentaire.
Plan d’action pour le développement de la filière porcine
Le plan d’action pour le développement de la filière porcine s’inscrit dans les grandes
orientations stratégiques retenues par le Gouvernement dans le cadre du Document
d’orientation stratégique pour les secteurs de l’agriculture et de l’élevage, et sont précisées
davantage dans le PAPISE à savoir:







Contribuer à une croissance des revenus des exploitants agricoles et des éleveurs
d’au moins 3 pour cent par personne et par an;
créer les conditions favorables à la disponibilité et à l’accessibilité des populations à
une alimentation suffisante et équilibrée;
valoriser les produits de l’agriculture et de l’élevage à travers des industries modernes
et artisanales de transformation, de conservation et de conditionnement ;
augmenter sensiblement le niveau des investissements privés dans la production et la
valorisation des produits de l’agriculture et de l’élevage;
développer les filières animales (lait, viande, animaux à cycle court, cuirs et peaux,
etc.) et végétales;
favoriser la professionnalisation des acteurs du secteur privé en matière
d’approvisionnement, de commercialisation, de transformation et de financement;
déterminer le rôle de l’Etat.
Ce plan n’a jamais été mis en en œuvre faute de financement.
Stratégie de développement rural
Cette stratégie adopté en 2004 est désormais le cadre de référence de toutes les
interventions en faveur du développement rural.
Cadre stratégique de mise en œuvre de la décentralisation
Approuvé en 2007, il est un document issu des travaux de concertation à tous les niveaux
se voulant comme cadre unique de référence pour la promotion du développement local et
de la démocratie à la base.
Programme national pour la sécurité alimentaire (PNSA)
Approuvé en juin 2008, il fait suite à la phase pilote du Programme spécial pour la
sécurité alimentaire (PSSA). Il vise à créer les conditions nécessaires pour une sécurité
alimentaire durable. Ce programme intégrera les stratégies nationales de développement et
sera ancré dans le dispositif institutionnel existant de pilotage de la sécurité alimentaire.
Version du 17 novembre 2011
Revue du secteur porcin: BURKINA FASO
57
9.2 LES DÉCRETS, LOIS ET ARRÊTÉS
TABLEAU 10:
Législation burkinabé en relation avec le secteur porcin
Nature du texte, n° intitulé et date
Dispositions principales
ZATU AN VI I- 0016 22-11-1989
Portant sur le code de la santé animale




l’organisation vétérinaire;
l’exercice de la médecine vétérinaire;
la pharmacie vétérinaire;
mesures générales de protection des animaux, de
préservation et lutte contre les maladies animales.

autorisation de l’exercice à titre privé de la
profession vétérinaire;
les soins vétérinaires;
la pharmacie vétérinaire;
les analyses médicales.
KITI AN VII-0112 FP/AGRI-EL 22-11-1989
Portant sur l’autorisation et l’organisation
l’exercice à titre privé de la profession vétérinaire
de



KITI AN VII-0113/FP/AGRI-EL 10-06-1991
Portant sur la réglementation de la police zoosanitaire au Burkina Faso



police zoo-sanitaire visant les mesures de textes
en vigueur pour arrêter l’extension des maladies
contagieuses, éteindre leurs foyers et s’opposer à
leur entrée / sorties à travers les frontières;
nomenclature
des
maladies
réputées
transmissibles;
mesures spéciales pour chacune des maladies
transmissibles réputées contagieuses.
KITI AN VII -0114/FP/AGRI-EL 22-11-1989
Portant sur la réglementation de la santé publique
vétérinaire au Burkina Faso




détermination de la réglementation de la santé
publique vétérinaire au Burkina Faso;
organisation de l’inspection sanitaire;
organisation de la profession de boucher;
établissements soumis à l’inspection vétérinaire.



création de l’Ordre national des vétérinaires
organisation de l’ONV;
conditions d’inscription à l’ONV.




dispositions générales du code de déontologie;
devoirs généraux;
exercice de la profession vétérinaire a titre libéral;
honoraires et vétérinaires salariés du secteur
privé;
vétérinaires exerçant à titre libéral ou contractuel
de la fonction publique;
discipline.
KITI AN VIII-0329/FP/AGRI-E 10-06-1991
Portant sur la création et l’attribution de l’Ordre
national des vétérinaires (ONV).
Décret 96-130 PRES/PM/MAR 25/04/1996
Portant sur le code de déontologie de la profession
vétérinaire


Arrêté 98-00011/MRA 12/12/1998
Portant sur la suppression de la concurrence du
secteur public dans le domaine de la fourniture de
biens et services aux éleveurs





réservation des soins aux animaux et la vente de
médicaments vétérinaires non obligatoires aux
vétérinaires exerçant en clientèle privée;
profession vétérinaire;
clinique urbaine et rurale;
vaccinations non obligatoires;
vente des produits vétérinaires et des vaccins non
obligatoires.
Décret 98-107/PRES/PM/MRA 27-03-1998
Portant sur l’attribution et l’exercice du mandat
sanitaire vétérinaire
Version du 17 novembre 2011



conditions d’attribution du mandat sanitaire;
exercice du mandat sanitaire;
discipline.
58
Les politiques actuelles, le cadre juridique
TABLEAU 10:
Législation burkinabé en relation avec le secteur porcin
Nature du texte, n° intitulé et date
Dispositions principales
Arrêté 005 MRA/SG/DSV 09/02/1999
Portant sur la composition du dossier de candidature
à un mandat sanitaire au Burkina Faso


composition du dossier de candidature pour
l’exercice d’un mandat sanitaire;
Ministère chargé de l’étude du dossier.
Arrêté 010 /MRA/ 24/02/1999
Portant sur la création, l’attribution et le
fonctionnement de la commission de tarification des
mandats sanitaires.


création de la commission de tarification des
mandats sanitaires;
procédures de fixation des tarifs des mandats
sanitaires.
Décret 98-132/PRES/PM/MRA du 06/04/1998
Portant sur le règlement de la pharmacie vétérinaire.








réglementation de la pharmacie vétérinaire;
autorisation de mise sur le marché;
importations;
préparations industrielles, vente et distribution en
gros;
vente et distribution au bétail;
préparation extemporanée;
contrôle et inspection;
pénalités.
Version du 17 novembre 2011
Revue du secteur porcin: BURKINA FASO
59
Chapitre 10
Analyse
10.1 FORCES ET FAIBLESSES ACTUELLES DU SECTEUR PORCIN
Le secteur porcin burkinabé connait une croissance fulgurante depuis une quinzaine
d’années et dispose d’une marge d’évolution importante, pour peu que les différents acteurs
directs et indirects (pouvoirs public, opérateurs du secteur, organismes d’aide au
développement) s’investissent dans son développement. Bien que de nombreuses
contraintes handicapent le secteur porcin dans le contexte actuel, on peut s’accorder sur le
fait que la porciculture dispose des meilleurs atouts pour obtenir une production animale
abondante et de qualité dans un laps de temps très court. A ce titre, l’élevage porcin
demeure un des meilleurs leviers du Gouvernement burkinabé pour la réalisation des
Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) à l’horizon 2015, à condition que des
appuis à la hauteur des enjeux soient apportés pour lever les contraintes et renforcer les
atouts du secteur porcin.
10.1.1 Les forces du secteur porcin burkinabé
Les forces actuelles du secteur porcin peuvent être répertoriées comme suit:
Atouts de la production
Le cheptel porcin burkinabé connait une forte croissance depuis les quinze dernières
années, de 584 000 têtes en 1996, il est passé à 2 042 000 têtes en 2007 et 3 039 500 têtes
en 2008. Il est constitué à près de 90 pour cent de porcs villageois élevés en mode extensif
et 10 pour cent de porcs exotiques entretenus dans des exploitations commerciales
familiales.
La viande de porc se situe au troisième rang des productions animales au Burkina Faso et
sa part dans la fourniture de protéines animales toutes espèces confondues était estimée à
4 080 tonnes9 en 2007, soit 11 pour cent de la production nationale. Cette consommation
qui est en constante augmentation est associée à la détente et aux loisirs, surtout avec la
consommation de la viande de porc au four. La production actuelle n’est pas à mesure de
satisfaire la demande intérieure.
Selon les statistiques d’abattages publiés par la FAO pour 2008, le Burkina Faso a produit
43 000 tonnes de viande de porc, ce qui représente environ 1 823 800 porcs de 24 kg. Sur la
base de cette estimation et selon les hypothèses, le chiffre d’affaires des éleveurs se situe
entre 26 milliards de FCFA, avec un prix de vente de 600 FCFA le kg de carcasse (hypothèse
basse), et 43 milliards de FCFA, avec un prix de vente de 1 000 FCFA le kg de carcasse
(hypothèse haute).Si on considère le prix de vente au consommateur qui est d’environ 1 500
FCFA/kg, le chiffre d’affaires atteint 64,5 milliards FCFA.
Le potentiel de développement de la production porcine burkinabé offre d’énormes
perspectives. Le marché national est en progression continue et l’export de viande porcine à
destination des marchés de la sous-région ouest africaine est très prometteur car la
demande atteint des chiffres vertigineux.Le secteur porcin burkinabé est un véritable
gisement d’emplois rémunérateurs, compte tenu de la multiplicité des intervenants
(éleveurs, marchands de bétail, charcutiers, rôtisseurs, transformateurs, etc.). C’est donc un
domaine à encourager, structurer et accompagner afin qu’il joue pleinement son rôle
d’amortisseur social et d’absorption du chômage des femmes et des jeunes.
9
La production de viande porcine dans le secteur contrôlé atteint 4 080 tonnes, ce qui correspond
grossièrement à 10 pour cent de la production annuelle réelle. Pour 2008, l’estimation des
statistiques de la FAO pour la production totale de viande de porc est de 43 000 tonnes, ce qui
représente environ 1 823 800 porcs de 24 kg la carcasse.
Version du 17 novembre 2011
60
Analyse
La majorité des personnes impliquées dans la production porcine sont des femmes rurales
vulnérables qui drainent d’importants flux financiers des centres de consommation urbains
vers les campagnes grâce à cette activité. Ce transfert de fonds permet aux familles rurales
d’améliorer leurs conditions de vie, de sortir de l’extrême pauvreté, d’améliorer le taux de
scolarisation des enfants, de faire face à leurs besoins de santé et d’avoir accès à une
meilleure alimentation qualitative et quantitative.
Au Burkina Faso, la production porcine commerciale est portée par un réseau dense de
petits élevages concentrés autour des grands centres urbains (Ouagadougou, BoboDioulasso, Koudougou, Réo, etc.). Certains de ces éleveurs, membres de la MEP et de
l’ASEP, ont une solide expérience de la production et peuvent la partager et la vulgariser
dans de nouveaux pôles de développement de l’élevage porcin.
Dans certaines zones du pays, notamment dans les provinces du Sanguié et du
Boulkiemdé, l’élevage des porcs est traditionnellement la seule production d’élevage
disponible pour les femmes. Elles peuvent utiliser les revenus engendrés à leur guise pour
les besoins de la famille.
Les éleveuses de Réo, de l’ASEP à Ouagadougou et de la MEP à Bobo-Dioulasso
confirment la rentabilité de l’élevage commercial de porc et l’importance de cette production
pour l’économie familiale. De nombreux éleveurs commerciaux vantent les mérites de leur
activité qui a permis à certains de faire de grandes réalisations (immobilier, matériel de
transport) et à d’autres soit de se constituer une épargne confortable soit de faire face aux
besoins du ménage sans aucune difficulté. Le porc constitue aussi bien une source de
revenus qu’une source de viande de qualité au moindre coût.
Les atouts en lien avec les aspects sanitaires
Les services techniques du MRA ont acquis une bonne expérience en matière de lutte
contre les maladies animales transfrontières (stamping-out à Kompienga, investigations
épidémiologiques, etc.).
Le Burkina Faso dispose du RESUREP opérationnel pour lutter contre les maladies
animales. Grâce à la mise en place d’outils ingénieux cette structure assure avec efficacité la
collecte et le traitement des informations zoo-sanitaires ainsi que la collecte et la gestion des
échantillons destinés aux tests de laboratoire.
Les techniciens du LNE sont formés pour la mise en œuvre de techniques de diagnostic de
la PPA, préalable à l’installation d’une capacité de diagnostic pour la PPA et d’autres maladies
porcines.
Les élevages en claustration stricte ont récemment échappé à la PPA dans les foyers du
Sanguié, du Kadiogo et du Boulkiemdé et du Gourma. Le même constat s’est vérifié dans les
derniers foyers de la province du Gourma.
Un fonds destiné à faire face aux urgences zoo-sanitaires existe légalement au Burkina
Faso mais il n’est pas approvisionné et sa mobilisation s’avère donc difficile.
Les atouts en lien avec la commercialisation
Sur la base des chiffres de l’exploitation des porcs au Burkina Faso (43 771 tonnes en 2009),
on peut estimer le chiffre d’affaires de la commercialisation de la viande porcine entre 26 et
43 milliards FCFA selon que l’on considère un prix de vente de 600 ou 1 000 FCFA/kg. Le
chiffre d’affaires global réel de la filière (amont et aval compris) devrait correspondre au
moins au triple du chiffre d’affaires de la production.
Le secteur commercial de porcs vifs est très dynamique au Burkina Faso, notamment dans la
région des grands centres de production, de consommation et d’exportation de porcs vers
Ouagadougou, comme Bobo-Dioulasso, Réo et Koudougou.
Les points de vente de porcs se multiplient dans la ville de Ouagadougou, ainsi qu’à
Koudougou, Bobo-Dioulasso, Fada Gourma et d’autres grands centres urbains du Burkina
Faso, en matérialisant ainsi la demande croissante en viande porcine et la forte activité des
rôtisseurs et charcutiers traditionnels.
Le secteur de la transformation moderne est en expansion avec la création de nouveaux
ateliers de charcuterie/salaison qui ont atteint un niveau technique et qualitatif très
satisfaisant, même si la consommation de charcuteries fines reste pour l’instant un
phénomène urbain. Les principaux transformateurs sont: Marina market, SOPROCA, Belle
Viande, MVO, Générale des Viandes, etc.
Version du 17 novembre 2011
Revue du secteur porcin: BURKINA FASO
61
Les essais d’exportations de carcasses réfrigérées de porcs à destination de la Côte
d’Ivoire à partir de l’abattoir frigorifique de Bobo-Dioulasso pour l’industrie de la
transformation se sont avérés concluants. D’autres pays de la sous-région comme le Ghana,
le Togo et le Bénin sont demandeurs de porcs vifs ou de carcasses à partir du Burkina Faso.
Ces demandes ne sont pas encore satisfaites par le Burkina Faso. En effet, le pays n’est pas
encore aujourd’hui en mesure de satisfaire la demande nationale et à fortiori le marché à
l’export.
Les atouts en rapport avec l’environnement institutionnel du secteur porcin
Le Gouvernement du Burkina Faso, la FAO et les ONG souhaitent soutenir la relance de
l’élevage porcin et mènent des actions dans ce but. Cette étude du secteur porcin est une
initiative de la FAO et s’inscrit dans cette volonté de mieux connaitre la production porcine et
l’accompagner efficacement le cas échéant. Un « Plan d’action porc » existe pour le Burkina
Faso mais les activités n’ont jamais démarré par manque de financements.
Des initiatives concluantes d’appui aux éleveurs de porc initiées par ARIOPE ont permis un
début de structuration de la filière porcine burkinabé, notamment avec la MEP à BoboDioulasso et l’ASEP à Ouagadougou. L’accompagnement des opérateurs par un agent
compétent détaché par le MRA semble être une expérience efficace qui a fait ses preuves
avec la MEP à Bobo-Dioulasso. Grâce à un appui spécifique du MRA, d’autres provinces
(Kadiogo, Boulkiemdé, Sanguié etc.) devraient pouvoir bénéficier du même dispositif.
Une réglementation a été mise en place pour interdire l’installation des élevages en milieu
urbain et des exploitations ont déjà dû fermer à Ouagadougou, mais tous les éleveurs n’ont
pas bénéficié de solutions de relocalisation et de sécurisation foncière. Il faut trouver une
solution pour la sécurisation du foncier afin que les opérateurs puissent investir dans des
porcheries durables sur des terrains définitifs dans des zones dédiées à l’élevage.
Un réseau de vétérinaires privés offre une variété d’intrants (aliments, matériel, CMV,
etc.) et de services. En complément des activités assurées par les techniciens des DPRA, ces
spécialistes privés sont à même d’assurer un service de conseil de formation et d’appui dans
le domaine sanitaire si le cadre de leur intervention et le mode de leur rémunération sont
adoptés.
Les éleveuses de porcs du Département du Sanguié commencent à s’organiser sous
l’impulsion de l’association des femmes du département. De nombreuses autres associations
d’éleveurs de porcs sont évoquées dans d’autres provinces du pays, en montrant ainsi
l’évolution positive dans la structuration des organisations professionnelles d’éleveurs.
10.1.2 Les faiblesses du secteur porcin burkinabé
Contraintes du secteur productif
Il n’existe pas au niveau national de réseau organisé de diffusion de géniteurs porcins de
qualité pour répondre aux besoins croissants de reproducteurs performants pour les
éleveurs.
L’élevage d’Etat de CMAP-Banankélédaga qui jouait autrefois un rôle essentiel dans la
multiplication et la diffusion du progrès génétique ne serait actuellement pas fonctionnel et
ne détiendrait que quelques animaux acquis auprès de la MEP. Les organisations
professionnelles comme la MEP assurent elles-mêmes tant bien que mal la fourniture de
géniteurs de qualité pour leurs membres.
L’implantation des élevages se fait généralement sans autorisation préalable et sans
respect des normes hygiéniques et de biosécurité. On assiste ainsi à l’installation anarchique
de porcheries dans des zones écologiquement fragiles ou interdites pour l’élevage (zones
d’habitation) sans le moindre système de traitement des effluents d’élevage, ce qui entraîne
souvent des nuisances et de la pollution.
On note l’absence d’identification et de traçabilité sur les animaux vifs et les denrées. Il
n’existe pas de documents d’accompagnement (certificat ou laissez-passer sanitaire) lors des
déplacements des porcs commerciaux, ce qui rend inopérant les mesures de suivi des
mouvements des porcs en cas de foyer de maladie.
En raison du manque de compétence des opérateurs, très peu d’intrants de qualité sont
utilisés d’où des mauvaises performances techniques et économiques. Les infrastructures et
équipements d’élevage sont dans un état sommaire. Les éleveurs ne suivent pas de
formation initiale ou continue et manquent pour la plupart de professionnalisme.
Version du 17 novembre 2011
62
Analyse
Pour les petits éleveurs qui exploitent les porcs locaux, il n’existe aucun circuit sécurisé
d’approvisionnement en géniteurs locaux ou métissés et il n’existe aucun moyen de tester les
porcs vis-à-vis de la PPA avant leur introduction dans les fermes.
Le partage de verrat au sein des groupements ou d’un village est un système très
répandu du fait du coût élevé d’entretien d’un verrat pour une exploitation de petite taille. La
mauvaise maîtrise de cette pratique accentue le phénomène de consanguinité dans les
élevages, c’est aussi un facteur de risque potentiel pour l’introduction de maladies
contagieuses comme la PPA dans les exploitations.
Les contraintes liées aux aspects sanitaires
La PPA sévit dans la quasi-totalité des provinces du pays de manière enzootique. Les
derniers foyers sont apparus en mai 2010 dans la province du Gourma. La mortalité
importante et le déstockage des animaux en début d’hivernage ainsi que la mise au piquet et
en claustration des porcs ont entraîné une accalmie sur le front de l’épidémie. Cependant, les
éleveurs détiennent de nombreux porcs qui ont survécu à la maladie et qui hébergent
toujours le virus. On observera probablement de nouveaux foyers de PPA à la fin des
récoltes, au moment où les animaux seront à nouveau en nombre important et que la
divagation des porcs reprendra.
Le cheptel de porcs villageois divagants à travers tout le pays représente 90 pour cent du
cheptel national. Ce mode d’élevage favorise la diffusion du virus de la PPA mais aussi le
développement de zoonoses parasitaires liées à la cysticercose (les porcs jouent le rôle
d’éboueurs dans de nombreuses localités du pays).
Il existe une forte population de suidés sauvages (phacochère) au Burkina Faso. Il n’est
pas exclu qu’ils entrent régulièrement en contact avec des porcs domestiques divagants dans
certaines régions reculées, ce qui constitue un facteur de risque important de transmission
du virus de la PPA d’une population à l’autre (le statut de la faune sauvage vis-à-vis du virus
de la PPA est inconnu à ce jour).
Il n’existe pas de fonds destiné à la lutte contre les épizooties (aucune capacité financière
d’intervention en cas d’urgence zoo-sanitaire). Il existe cependant une procédure
parlementaire en cas de catastrophe naturelle, mais elle est complexe et longue à mettre en
œuvre, ce qui est incompatible avec les urgences zoo-sanitaires.
Il n’existe pas à ce jour de plan d’intervention d’urgence opérationnel pour la PPA. A
l’exception du foyer de la Kompienga en 2003 et du Kadiogo en 2004, les foyers de PPA ne
sont jamais traités dans l’urgence. Les opérateurs sont réticents à alerter les services
techniques en cas de foyer et les délais de réaction sont longs (manque de capacité de
diagnostic de confirmation, manque de moyens d’intervention d’urgence). On note un
manque de moyens techniques, humains et financiers pour les enquêtes épidémiologiques et
opérations d’assainissement des foyers de PPA. Les moyens sont également limités pour les
activités de terrain du laboratoire.
Pour les zones où les foyers de PPA apparaissent de façon récurrente, les vétérinaires et
techniciens de terrain ne sentent plus la nécessité de solliciter les laboratoires pour la
confirmation de suspicion de foyers de maladies porcines, convaincus qu’aucune action
urgente ne sera prise pour le contrôle du foyer.
Le niveau d’intervention des services techniques de terrain dans l’appui conseil aux
éleveurs de porcs est très faible. L’importance du secteur est souvent ignorée et le personnel
technique affecté à cette tache manque souvent de compétence en la matière.
On note une grande insuffisance d’intégration des connaissances sur la PPA et des
mesures de biosécurité dans la pratique professionnelle de tous les acteurs de la filière. La
plupart des opérateurs du secteur ne mettent pas en œuvre des mesures de protection
sanitaire (biosécurité) individuelles ou collectives aussi bien au niveau des élevages, du
transport que de la commercialisation des porcs; seul un élevage sur la vingtaine d’élevages
visités possède un pédiluve.
La grande majorité des porcs est abattue à domicile avec parfois une inspection à
l’abattoir. A Ouagadougou, plus de 80 pour cent des carcasses de porc consommées dans le
circuit traditionnel de distribution (porc au four, viande fraîche) proviennent d’abattages
clandestins sans aucune inspection sanitaire ante et post mortem ou de viande foraines
provenant d’abattoirs des communes périphériques et non autorisées à entrer sur le
territoire de Ouagadougou.
Version du 17 novembre 2011
Revue du secteur porcin: BURKINA FASO
63
On constate une absence généralisée de traitement des effluents d’élevage, d’où les
problèmes de pollution et surtout de nuisances dans certaines zones avec une forte
concentration de porcheries. Le phénomène est plus sensible dans les zones où il n’existe
pas de possibilités d’épandage des déjections comme fumure organique.
Il n’y a pas de contrôle de la conformité des installations d’élevage, d’abattage et de
distribution de la viande porcine. Certains points de vente de viande de porc au four sont
particulièrement insalubres avec un faible niveau d’éducation sanitaire des opérateurs.
Les enquêtes épidémiologiques et les opérations d’assainissement des foyers de PPA
manquent de moyens techniques, humains et financiers. Les moyens sont également limités
pour les activités de terrain du laboratoire.
Les contraintes en lien avec la commercialisation
On note l’absence de structures interprofessionnelles destinées à mettre en relation la
production et la demande afin d’éviter les goulots d’étranglement et fluidifier le marché du
porc au Burkina Faso.
Malgré la présence d’abattoirs et d’aires d’abattage, de nombreux abattages clandestins
persistent dans la majorité des localités du pays surtout pour les animaux malades ou
suspects qui sont ainsi livrés à la consommation sans aucune inspection.
De nombreux flux commerciaux incontrôlés de porcs vifs s’opèrent à travers le pays sans
qu’il soit possible de les quantifier et les caractériser par manque de documents
d’accompagnement et de contrôles.
Il n’y a pas de contrôle de la conformité des installations d’élevage, d’abattage et de
distribution de la viande porcine. Certaines installations de transformation et de distribution
de la viande de porc sont particulièrement insalubres et sont tenus par des opérateurs avec
très peu de connaissances sur les mesures sanitaires.
Il n’existe pas de répression des abattages clandestins. D’importantes quantités de viande
sont livrées à la consommation sans être soumises à l’inspection.
L’absence de crédit à l’élevage, la surenchère des coûts de facteurs de production
(aliments, équipements, etc.) et la faible capacité financière des éleveurs ne permettent pas
aux éleveurs d’investir pour augmenter leur capacité de production.
Le prix relativement faible de la viande de porc (en comparaison aux autres viandes) en
fait un allié de taille pour les ménages à faibles revenus qui peuvent ainsi avoir accès à des
protéines animales de qualité au moindre coût.
Les contraintes liées à l’environnement institutionnel
Les besoins en formation des opérateurs du secteur porcin ne sont pas satisfaits
(éleveurs, vendeurs, charcutiers, etc.) dans les domaines de la biosécurité, la gestion
technique et technico-économique et de la zootechnie. Ces formations normalement
assurées par les services techniques sur le terrain ne sont pas organisées par manque de
moyens logistiques ou de compétences dans le domaine porcin.
L’encadrement technico-économique des élevages est faible voire inexistant. En plus du
manque de personnel de terrain et de moyens suffisants pour l’appui conseil aux éleveurs,
on rencontre peu de techniciens compétents dans le domaine porcin.
Il n’existe pas ou peu de fonds pour les opérations d’urgence (recensement,
communication, sensibilisation, extinction des foyers de PPA, etc.). Il n’existe pas non plus
de fonds pour la compensation des animaux abattus pour cause de PPA, ni pour le
repeuplement et le redémarrage de la production dans les zones sinistrées.
Les systèmes de financement pour la production animale et l’élevage porcin sont
inexistants ou ne répondent pas aux besoins des éleveurs. Les mauvais résultats passés en
matière de crédit à l’élevage ont créé une culture de l’échec.
L’installation des élevages n’est soumise ni à déclaration ni à autorisation, on note que les
élevages sont installés sans normes de biosécurité édictées par les services techniques.
La réglementation actuelle n’est pas appliquée et certains cadres réglementaires sont
inexistants (abattage de porcs, inspection sanitaire des carcasses de porc, etc.).
Version du 17 novembre 2011
64
Analyse
Des initiatives concluantes d’appui aux éleveurs de porc initiées par le projet ARIOPE ont
permis un début de structuration de la filière porcine burkinabé, notamment à BoboDioulasso avec la MEP et l’ASEP à Ouagadougou.
Les opérateurs du secteur porcin manquent d’organisation. Il n’existe pas au niveau
national et même provincial d’organisations professionnelles structurées capables de
défendre les intérêts des opérateurs.
Les organisations locales d’éleveurs sont précaires et disposent d’une faible capacité
financière, en raison de la faiblesse/absence de cotisations professionnelles d’où un niveau
d’activité quasi nul.
Les fonds publics sont insuffisants voire absents pour soutenir l’appui à la structuration
ainsi que les actions des organisations professionnelles dans le secteur porcin. Malgré le
dynamisme et le potentiel de ce secteur, un très faible niveau d’appui lui est consacré.
Il n’existe pas d’opérateur ou d’agence expérimentée dotés de moyens adéquats et
chargés de la structuration et du développement du secteur porcin.
10.2 PERSPECTIVES DU SECTEUR PORCIN POUR LES CINQ PROCHAINES
ANNÉES
La stabilité politique et économique du Burkina Faso crée un environnement de qualité
pour les affaires qui favorise l’implantation à Ouagadougou des plus grandes entreprises
internationales de services, de l’agro-industrie, des télécommunications, des grands
chantiers d’infrastructures routières, ainsi que de grands groupes spécialisés dans
l’exploration et l’exploitation minière (aurifère notamment).
Toutes ces entreprises et ces chantiers à forte utilisation de main d’œuvre sont autant
d’opportunités d’emploi offertes aux burkinabés pour s’insérer dans le monde du travail, sans
compter les débouchés pour les petites et moyennes entreprises, les prestataires de
services, l’artisanat et l’agriculture. Cet environnement favorise l’émergence d’une classe
moyenne burkinabé dont le niveau de vie s’est amélioré avec un pouvoir d’achat en nette
progression. On note aussi qu’en plus des nombreux touristes qui visitent le Burkina Faso à
l’occasion des manifestations culturelles, l’installation des entreprises internationales et des
projets fait appel à un afflux de personnel expatrié en provenance de tous les continents.
Cette population internationale constitue un groupe de nouveaux consommateurs dont le
pouvoir d’achat est relativement élevé. Il faut enfin noter qu’avec une croissance
démographique d’environ 3,3 pour cent par an, la population burkinabé atteindra
18,5 millions d’habitants dans cinq ans.
La croissance de la population a pour conséquence une augmentation notable des besoins
en protéines animales, notamment pour l’approvisionnement des villes qui connaissent une
explosion démographique. Cette population doit avoir accès à des protéines animales
d’excellente qualité et en quantité suffisante. Le secteur porcin burkinabé doit s’adapter à
cette demande au niveau du marché intérieur tout en envisageant les opportunités
d’exportation de viande porcine dans la sous-région ouest africaine.
Etant donné les caractéristiques des différents systèmes actuels de production porcine au
Burkina Faso, les évolutions citées ci-dessous sont probables.
Le système traditionnel divagant
Le système de production extensif se trouve de plus en plus confronté à des difficultés
compte tenu de la dégradation progressive mais sensible des conditions zoo-sanitaires,
climatiques et environnementales qui entraînent une détérioration rapide de la productivité
de ce système. En effet la résurgence de la PPA dans le système de production extensif et
l’amplification des problèmes de santé publique comme les neurocysticercoses risquent
d’influencer négativement les quantités de viande de porc produites ainsi que l’image de
marque de cette production.
Malgré les quelques programmes d’intensification et d’amélioration des techniques de
production porcine, force est de constater que l’évolution des élevages porcins de type
traditionnel sera longue et laborieuse puisque l’existence même de ce mode d’élevage ne se
justifie que par l’absence d’investissements. Il faut par ailleurs noter qu’en dehors d’un plan
coordonné de contrôle de la PPA, l’élevage porcin de type traditionnel en divagation
continuera de subir des pertes importantes qui vont réduire drastiquement ses capacités de
production de viande.
Version du 17 novembre 2011
Revue du secteur porcin: BURKINA FASO
65
Le système d’élevage villageois qui représente 90 pour cent du cheptel ne maîtrise pas les
différents paramètres de l’élevage car il repose essentiellement sur un système de cueillette.
Compte tenu de son incapacité à intégrer de nouvelles techniques et de se préserver contre
le risque zoo-sanitaire, notamment la PPA, ce mode d’élevage constitue un risque sanitaire
potentiel pour le cheptel commercial burkinabé. Par ailleurs, les revenus des élevages
traditionnels étant très faibles et les capacités d’investissement des éleveurs d’un très faible
niveau, toutes les innovations préconisées dans ce système doivent avoir un impact
immédiat sur la productivité numérique et économique. Aussi, bien que jouant un rôle socioéconomique très important, les perspectives d’évolution du système de production porcine
traditionnel restent particulièrement limitées pour les années à venir.
Dans le court terme des actions vigoureuses devront être conduites pour former, informer
et sensibiliser les populations villageoises sur l’importance en matière de santé publique de
l’utilisation de latrines et du maintien en claustration des porcs. Il faut espérer que la
multiplication des actions d’information et de sensibilisation des paysans éleveurs permettra
d’obtenir:


La construction de latrines dans les villages associée à l’éducation et à la
sensibilisation des populations afin qu’elles les utilisent, ce qui réduira de facto
l’incidence de la neurocysticercose;
la mise en claustration d’environ 50 pour cent du cheptel de porcs divagants afin de
réduire les surmortalités dues à des pathologies dévastatrices comme la PPA.
Le système commercial de type familial
L’intensification des élevages porcins commerciaux de type familial autour de BoboDioulasso et Ouagadougou s’accompagne d’une amélioration de la qualité zoo-sanitaire des
produits et de l’augmentation sensible des productions mises sur le marché. Cette
amélioration de la qualité des produits attire de nouveaux consommateurs de viande de
porc, jusque-là méfiants à cause de la mauvaise image de marque que véhicule le porc
divaguant et ses conditions de production.
La demande des consommateurs en viande de porc sera influencée par deux facteurs: les
prix et la qualité zoo-sanitaire des produits. Compte tenu du faible niveau de revenu de la
grande majorité de la population, les consommateurs se tourneront vers les produits les
moins chers mais qui offrent une garantie de bonne qualité sanitaire. Seul le système de
production commercial est à même de satisfaire ces deux exigences tout en assurant au
promoteur des revenus substantiels.
De plus en plus de nouveaux acteurs investissent dans l’élevage et le pratiquent de façon
améliorée. Cependant, en observant le rythme de mutation des élevages traditionnels ou
extensifs en élevages commerciaux et la vitesse de progression du nombre de nouveaux
acteurs, on est amené à croire que les deux systèmes coexisteront encore pendant de
nombreuses années. Le système traditionnel restera longtemps encore dominant même si sa
part dans la production de viande de porc se réduira progressivement sous les effets
conjugués de l’arrivée de nouveaux opérateurs dans l’élevage commercial et d’une
amélioration des performances des exploitations existantes. L’intérêt d’un plan de
développement de l’élevage porcin au Burkina Faso réside donc dans l’accélération du
processus de multiplication des élevages commerciaux sur le modèle des réalisations de la
MEP à Bobo-Dioulasso, ainsi que l’appui et le renforcement des capacités de production des
élevages commerciaux existants.
L’élevage commercial semi-intensif qui représente 10 pour cent du cheptel porcin possède
de loin le plus gros gisement d’amélioration et de croissance de la production. En effet, ce
segment compte de nombreuses petites porcheries familiales ou individuelles, dont la
mutation vers des unités de production de taille moyenne, utilisant des animaux et des
intrants de qualité, permettra d’assurer une production rationnelle et plus rentable avec pour
corollaire une augmentation très rapide de la production de viande de porc à l’échelle
nationale. Les efforts devront être concentrés en priorité sur ce segment très prometteur.
Les opérateurs de ce niveau sont très ouverts et disposés à améliorer profondément leurs
conditions de travail pour peu que les appuis nécessaires leur soient apportés. Cette
évolution devrait permettre l’émergence de pôles de développement d’élevages commerciaux
autour de Ouagadougou, Réo, Koudougou, Tenkodogo, Fada-Gourma, Nouna, Houndé,
Gaoua, Boromo, Dano et bien d’autres localités à fort potentiel de production porcine. La
capacité de production de ces élevages pourrait être doublée dans les cinq prochaines
Version du 17 novembre 2011
66
Analyse
années, passant de 30 pour cent à plus de 50 pour cent de la production de viande de porc
au Burkina Faso.
Le système commercial de type industriel
Le système d’élevage commercial de type industriel n’existe pas au Burkina Faso. Compte
tenu du coût d’implantation de telles structures et le niveau élevé des charges d’exploitation,
ce modèle n’a jamais été envisagé dans le contexte burkinabé. Des études plus poussées
devront précéder l’implantation éventuelle d’une telle structure.
Conclusions
Bien qu’aucune étude socio-économique ne le confirme aujourd’hui, les éléments
répertoriés dans cette revue du secteur porcin au Burkina Faso démontrent que le poids
économique du secteur porcin est énorme et que ses perspectives de développement
représentent un potentiel inestimable.



Les débouchés du marché traditionnel de viande fraîche et de viande grillée sont
encore sous exploités.
Le secteur de la transformation n’est qu’à ses débuts avec une très
importante marge de progression.
Le vaste marché à l’exportation dans la sous-région ouest africaine est à peine
exploré.
La mise en place d’organisations professionnelles représentatives au niveau des différents
opérateurs du secteur (éleveurs, marchands de bétail, bouchers, charcutiers, etc.) permettra
à terme de fédérer toutes les énergies pour la création d’une interprofession qui sera un
cadre de concertation et de prise de décisions communes sur les questions d’intérêt pour la
filière. Cette interprofession s’imposera naturellement comme l’interlocuteur privilégié des
pouvoirs publics et des institutions d’aide au développement pour toutes les questions
touchant au secteur porcin burkinabé. Au vu de tout ce qui précède, les perspectives du
secteur porcin pour les cinq prochaines années sont très bonnes pour peu que la volonté
politique affichée par le Gouvernement burkinabé se traduise par des appuis nécessaires à la
création et au développement d’une filière porcine burkinabé moderne et performante. A ce
titre, le Gouvernement devra chercher les ressources et les appuis techniques nécessaires à
la mise en œuvre du Plan d’action de la filière porcine élaboré de longue date par la MRA. Les
initiatives gouvernementales devront être limitées dans le temps, avec comme objectif la
création des conditions pour l’amorce de la production grâce à un appui massif au secteur.
Ce processus permettra à terme aux opérateurs du secteur privé et aux organisations
professionnelles de prendre progressivement le relai et d’assurer la réalisation des objectifs
du secteur porcin à plus long terme.
10.3 POTENTIEL DE LA PRODUCTION PORCINE POUR RÉALISER LES OMD
La revue du secteur porcin burkinabé met en lumière sa croissance fulgurante dont les
résultats actuels dépassent de loin les prévisions les plus optimistes. Traditionnellement
ancrée dans l’histoire des populations burkinabé, la production porcine a su s’enrichir des
apports extérieurs insufflés par les missionnaires catholiques et les colons français.
Aujourd’hui plus que jamais, le porc est considéré comme une épargne sur pied qui permet
de faire face aux urgences familiales (scolarisation des enfants, achats d’intrants agricoles,
frais de santé, etc.). Il représente également une source abondante de viande de qualité et à
bas coût. Dans le même temps, le secteur porcin prend en compte tous les enjeux du
moment en contribuant efficacement à la réalisation des OMD. La production porcine
burkinabé est donc à plus d’un titre en phase avec la politique volontariste de l’Etat qui, dans
le cadre de son désengagement des secteurs productifs, a fixé les grands axes de
développement à moyen et long termes suivants:





Une amélioration des revenus des ménages;
une réduction de la pauvreté;
une amélioration de la sécurité alimentaire;
une plus grande disponibilité en protéines; et
une moindre dépense en matière d’importations de produits de consommation
humaine de base.
Au terme de cette revue, nous pouvons affirmer que le secteur porcin burkinabé possède
des potentialités inestimables dont l’exploitation contribuera à la réalisation des OMD. Pour
que cette contribution soit la plus efficace possible, les recommandations suivantes sont
formulées.
Version du 17 novembre 2011
Revue du secteur porcin: BURKINA FASO
67
Renforcement des capacités du LNE
Le rôle du LNE est très important dans la connaissance et le suivi du statut zoo-sanitaire
du secteur porcin. Il s’agit d’un outil indispensable dans le diagnostic précoce des pathologies
porcines, en particulier la PPA pour laquelle le temps de réaction conditionne le succès des
opérations techniques de lutte. Le LNE de Ouagadougou, bien qu’ayant du personnel formé
et
possédant
les
équipements
adéquats
(lecteur
ELISA
et
microscope
à
immunofluorescence), n’est pas à mesure de conduire les tests de confirmation par manque
de réactifs.
Le renforcement des capacités du LNE devra comprendre:



La fourniture de réactifs et consommables pour permettre la conduite des tests de
diagnostic de la PPA;
le renforcement des capacités des laboratoires provinciaux avec la formation initiale
et la formation continue des agents;
la fourniture de moyens logistiques pour faciliter les interventions sur le terrain.
Ces appuis permettront d’atteindre les objectifs suivants:





Raccourcir les délais de diagnostic et de prise de décision pour contrôler les foyers de
PPA et autres maladies porcines;
conduire des sondages sérologiques pour établir le taux de prévalence de la PPA au
Burkina Faso.
mettre en place un contrôle sérologique et établir le statut sanitaire des porcheries
qui fournissent les reproducteurs sains aux éleveurs;
collaborer avec la DFC pour établir le statut sanitaire vis-à-vis de la PPA des suidés
sauvages (échantillon d’animaux chassés);
soutenir l’exportation de carcasse de porc par la mise en place d’un protocole de
contrôle et de certification de zones indemnes de PPA, susceptibles d’exporter des
animaux sur pied et des carcasses en Afrique de l’Ouest.
Restauration de la capacité de production porcine post-épizootie de PPA
Le Burkina Faso est en proie à des épisodes récurrents de PPA qui causent des ravages de
très grande ampleur sur les porcs divagants depuis la réapparition de la maladie en 2004.
Pour contrôler ce fléau et préserver le secteur porcin, des mesures d’envergure nationale
doivent être prises. A ce titre, il est recommandé de restaurer et de renforcer la production
porcine dans les provinces sinistrées par la PPA au Burkina Faso. Ces activités permettront
en outre de renforcer la surveillance active de la maladie dans les provinces du Sanguié, du
Boulkiemdé, de la Boucle du Mouhoun, du Gourma et dans toutes les autres provinces où le
cheptel porcin est à risque.
La situation épidémiologique qui prévaut actuellement dans le Gourma est
particulièrement inquiétante malgré l’accalmie observée pendant la période d’hivernage. On
risque d’observer une nouvelle flambée de PPA lorsque les porcs seront à nouveau en liberté.
Afin de prévenir l’extension rapide de la PPA, il est recommandé aux autorités sanitaires
burkinabé de préparer et de lancer une grande campagne d’information et de sensibilisation
de tous les opérateurs du secteur porcin ainsi que du grand public pour la prévention du
risque sanitaire lié à la PPA dans la province du Gourma et les provinces limitrophes.
Programme sous-régional de contrôle de la PPA
Vu l’importance de la filière porcine au Burkina Faso et la place prépondérante qu’elle
occupe dans les stratégies de développement des productions animales, toutes les initiatives
doivent être prises pour la préservation de cette ressource. Au vu de la menace que
constitue la PPA pour la filière porcine en Afrique de l’Ouest, les autorités burkinabé doivent
agir de concert avec les autres nations de la sous-région en proie à cette pathologie pour la
conception et la mise en œuvre d’un programme sous-régional de contrôle de la PPA.
Conduite d’une étude socio-économique pour le secteur porcin burkinabé
Il est recommandé aux autorités burkinabés de conduire une étude socio-économique sur
le secteur porcin afin de cerner l’impact social et tous les paramètres économiques de la
filière porcine. Cette approche permettra d’appréhender l’importance du secteur porcin pour
le Burkina Faso et justifiera l’affectation de ressources très importantes pour le
développement de ce secteur.
Version du 17 novembre 2011
68
Analyse
Appui à l’amélioration génétique
Un accent particulier doit être mis sur l’amélioration génétique. Il faut particulièrement
renforcer la création au niveau local d’une solide capacité de production, de diffusion et de
suivi des reproducteurs à fort potentiel génétique, notamment les porcs Large White et
Korhogo. Dans ce domaine les actions suivantes seront conduites:



La mise en place d’un dispositif permettant de faire l’inventaire des ressources
génétiques existantes et bâtir un schéma génétique cohérent et durable, basé sur le
cheptel disponible et l’importation de ressources nouvelles.
L’organisation pyramidale des élevages spécialisés en « élevages de sélection » et
« élevages de multiplication » ainsi que la création de centres d’insémination
artificielle répartis sur l’ensemble du territoire national.
Les croisements par absorption avec des verrats améliorateurs et l’insémination
artificielle permettront de palier à l’insuffisance de verrats améliorateurs et d’avoir
une meilleure adaptation des sujets issus de ces croisements.
Création d’une filière porcine Burkinabé
Afin que le secteur porcin burkinabé puisse jouer pleinement son rôle dans la réalisation
des OMD, nous préconisons la mise en place d’un programme d’appui et de relance du
secteur porcin dont la gestion sera confiée à une structure nationale chargée de la mise en
œuvre du programme de développement. Ce programme s’inspirera en l’actualisant de
l’excellent Plan d’action filière porcine qui a été élaboré par les services techniques du MRA.
Pour accompagner la production porcine dans un processus de développement global, il
est recommandé aux autorités burkinabé de définir les axes d’appui au secteur porcin et
attribuer les moyens adéquats pour la création d’une véritable filière porcine burkinabé,
faisant intervenir tous les acteurs directs et indirects du secteur (organisations d’éleveurs et
autres opérateurs, pouvoirs publics, prestataires de services, bailleurs de fonds, etc.) autour
de points d’intérêt communs et un objectif de développement partagé.
Le recensement préalable au niveau des ZATE de tous les opérateurs du secteur porcin
(amont, production et aval) ainsi que les différentes associations ou organisations
professionnelles du secteur, vise à créer au niveau local, départemental, provincial et
national, des plates-formes d’échange et de proposition. Cette approche devrait permettre
d’avoir une meilleure vision sur les différents métiers du secteur porcin et d’identifier des
axes de développement pertinents pour chaque strate de la filière porcine.
Sécurisation du cadre sanitaire du secteur porcin
La sécurisation du cadre sanitaire vis-à-vis des épizooties passe par un ensemble
d’actions cohérentes visant à réduire l’incidence de la PPA et des autres maladies porcines
émergentes, grâce à la mise en place de mesures de biosécurité et zootechniques, le
renforcement du RESUREP ainsi que l’implication effective, mais progressive, des opérateurs
à travers la création de Groupements de défense sanitaire (GDS) et la mise en œuvre des
actions suivantes:





Conduire une enquête épidémiologique sur les pathologies porcines au Burkina Faso,
connaître la situation sanitaire des élevages pour les principales maladies du porc et
appliquer des plans de prophylaxie appropriés;
mettre en place un cadre juridique spécifique adapté aux épizooties et en particulier à
la lutte contre la PPA ainsi qu’un plan d’intervention d’urgence à appliquer en cas
d’épizootie de PPA;
faire concevoir, diffuser et appliquer par les éleveurs et autres opérateurs des
« guides de bonnes pratiques de biosécurité » dans la conduite de leurs activités
professionnelles;
mettre en place des GDS officiellement reconnus et fonctionnels sur le terrain;
faire bénéficier aux exploitations un appui-conseil adapté en matière de santé animale
et de technique d’élevage par les services techniques ZATE /DPRA, ainsi que de la
part de prestataires de services privés (vétérinaires privés) rémunérés par les soins
des opérateurs.
Résolution du problème alimentaire
Les actions en matière d’alimentation ont pour objet de s’assurer de la disponibilité en
matières premières agricoles locales et de l’efficacité des rations distribuées aux animaux.
Cette efficacité alimentaire associée à la productivité numérique conditionne le prix de
revient du porc. L’alimentation a aussi un impact direct sur la composition corporelle de la
carcasse et la qualité finale des produits transformés. Une production porcine intensive ne
Version du 17 novembre 2011
Revue du secteur porcin: BURKINA FASO
69
peut se concevoir sans la résolution du problème de l’approvisionnement des éleveurs en
aliments, tant en termes de quantité que de qualité. La mise en œuvre d’un programme dans
ce domaine visera les objectifs suivants:




Appuyer le développement de la culture de matières premières agricoles utilisables
par le porc, en particulier sur les terrains disponibles à proximité des élevages et plus
généralement augmenter les cultures agricoles pour dégager des excédents
facilement orientables vers l’alimentation animale;
appuyer la mise en place de structures de stockage gérées par les organisations de
producteurs ou les utilisateurs de matières premières agricoles et sous-produits agroindustriels;
fournir un appui conseil en nutrition animale aux éleveurs et/ou à leurs organisations;
réaliser des essais visant à l’élaboration et la diffusion de formules alimentaires
techniquement et économiquement adaptées au contexte burkinabé.
Amélioration de la productivité des élevages
Il s’agit d’un nombre d’actions et la généralisation de pratiques permettant la remise à
niveau technique des élevages, la professionnalisation accrue des producteurs et autres
opérateurs de la filière, ainsi que l’amélioration de l’encadrement technique et du conseil aux
opérateurs à travers le renforcement des capacités des services techniques chargés de
l’appui au secteur. Dans ce domaine, les actions concernent toute la conduite d’élevage. Ces
actions devront permettre d’atteindre les résultats suivants:






Créer et tenir à jour les registres d’élevages et les documents de gestion technicoéconomique tenus dans les élevages commerciaux;
mettre en place un réseau dense d’exploitations commerciales de type familial
performantes autour des centres urbains;
faire bénéficier aux exploitations un appui conseil adapté répondant aux différents
besoins d’amélioration de la productivité: génétique, bâtiment, alimentation, santé,
conduite de troupeau, gestion technico économique de l’élevage, comptabilité et
gestion financière des petites et moyennes entreprises agricoles;
octroyer des crédits adaptés à l’élevage grâce à l’appui d’organismes bancaires ou de
micro finance et mettre en place de systèmes de cautionnement mutuel des éleveurs
et autres opérateurs;
informer et sensibiliser les éleveurs traditionnels sur l’intérêt de la mise en
claustration des porcs avec comme objectif un taux de mise en claustration des porcs
dans les villages pouvant atteindre 50 pour cent à l’horizon 2015;
informer les populations villageoises sur la cysticercose dans le cadre de campagnes
d’information et de sensibilisation organisées conjointement par le MRA et le Ministère
de la santé.
Amélioration des conditions d’abattage, de transformation et de commercialisation
de la viande de porc
Il s’agit de s’assurer que l’augmentation de la demande en viande de porc et l’existence
d’un réseau de mise en marché efficace s’accompagne d’un bon niveau de qualité et de
salubrité des denrées conformes aux normes en vigueur.





Connaître la demande actuelle et future grâce à un observatoire de la production
porcine (publication régulière d’informations sur la situation de la filière);
augmenter la proportion des abattages contrôlés et réprimer les abattages clandestins
de façon durable (l’idéal serait d’inverser la tendance en obtenant par exemple 80
pour cent des abattages de porcs dans le circuit contrôlé à Ouagadougou);
installer des abattoirs porcins spécialisés dans les grands centres urbains et/ou
réhabiliter les outils existants, et adopter un plan national pour l’équipement en
abattoirs des localités qui en sont dépourvues;
mettre en place un réseau salubre de points de vente de viande fraîche et de
rôtisseries « porc au four » autonomes et rentables ainsi que recenser, mettre aux
normes et contrôler périodiquement les ateliers de charcuteries artisanaux et
industriels;
organiser une campagne de promotion durable pour la viande de porc et les produits
dérivés.
Version du 17 novembre 2011
70
Analyse
Renforcement des organisations professionnelles du secteur porcin
Le rôle des organisations professionnelles d’opérateurs de la filière porcine est
déterminant dans la planification et la mise en œuvre d’actions de développement au
bénéfice du secteur. Leur rôle dans la prévention et le contrôle des maladies graves dont la
PPA est tout aussi crucial. Il est urgent de susciter l’émergence d’organisations
professionnelles dans les zones où elles n’existent pas et d’appuyer les structures déjà
opérationnelles sur le terrain, afin qu’elles jouent pleinement leur rôle dans l’application des
mesures de biosécurité dans les villages et les exploitations et qu’elles prennent une part
active dans le réseau d’alerte précoce.
Les organisations professionnelles ont pour finalité la création d’une interprofession à
même de piloter et gérer de façon durable le secteur porcin. Compte tenu du faible niveau
d’organisation du secteur porcin, une équipe technique expérimentée devrait être chargée
d’accompagner les opérateurs afin que ces derniers deviennent maîtres de leur propre
développement.
Version du 17 novembre 2011
Revue du secteur porcin: BURKINA FASO
71
Annexe I
Liste de contacts
FAO
M. RASOLO François
Représentant FAO Burkina Faso
Courriel: FAO-BF@fao.org
M. KONTONGMDE Daouda
FAO Chargé des programmes
Courriel: FAO-BF@fao.org
M. KONDE Boubacar
FAO Chargé de l’administration
Courriel: Boubacar.Konde@fao.org
M. SAWADOGO Saidou
FAO Administration
Courriel: Saidou.Sawadogo@fao.org
GOUVERNEMENT
M. TAMINI Josué
Secrétaire général du Ministère des ressources animales
Tel: +226 50 30 85 65 / 70 39 20 98
Courriel: taminij@yahoo.fr
Dr OUATTARA Lassina
Directeur LNE de Ouagadougou
Tel:+226 70 28 83 80
Courriel: sielouattara@hotcourriel.com
Dr NAGALO Marcel
Directeur de la DGSV
Tel: +226 70 20 06 70 / Tel: + 226 50 32 45 84
Courriel: marcel.nagalo@mra.gov.bf
M. NYAMBRE Jaques
LNE
Courriel: nyambre-sand@yahoo.fr
Mme FORO Laëtitia
Directrice de la promotion des filières animales
Tel: +226 70 23 85 79
Version du 17 novembre 2011
72
Mme GNOUMOU Ahoua
Liste de contacts
Directrice des la production animale
Tel: +226 70 73 16 01
Dr KANYALA Estelle
Directrice de la santé animale (en formation)
Tel: +226 70 13 74 37
Dr BATIEBO
Responsable de l’inspection/DGSV
Dr BATIONO N. Timothée
Service de l’inspection/DGSV
Tel : +226 70 62 66 48
Courriel: Btinos2002yahoo.fr
M. BELEMSOGO Urbain
Directeur général Conservation de la nature
M. NAMOANO Georges
Directeur intérimaire Santé animale (DSA)
Dr SIDIBE Mamadou
Responsable du RESUREP
Tel: +226 70 74 56 36
Courriel:mamadouhsidibe@hotcourriel.com
Mme OUEDRAOGO Victorine
LNE
Courriel: victooued@yahoo.fr
Dr MINOUNGOU Germaine
Responsable du service de virologie (LNE)
Tel: +226 71 94 55 72
Courriel: minoungou.germaine@hotcourriel.com
M. DA Marcel
Ingénieur d’élevage, Directeur provincial du Boulkiemdé
(KOUDOUGOU)
M. SAWADOGO Sabila
Chef ZATE-KOUDOUGOU
Tel: +226 70 45 23 48
M. SAWADOGO Moré
Directeur provincial du Sanguié (REO)
Courriel: sawadmore@yahoo.fr
Dr NANEMA Michel
Directeur de l’abattoir frigorifique de Bobo-dioulasso
M. BONKOUNGOU J. François
Secrétaire exécutif de l’ASEP
Version du 17 novembre 2011
Revue du secteur porcin: BURKINA FASO
M. BASSOLE Désiré
Technicien / DPRA SANGUIE
Mme BONKOUNGOU Chantal
Technicien / DPRA SANGUIE
M. DJISSOU Beba
Technicien / DPRA SANGUIE
M. GAMPENI Philippe
Directeur régional ressources animales (Région Est)
M. MILLOGO Lagassani
Directeur provincial, DPRA du Gourma
Dr BAGAYOKO A.
Responsable laboratoire vétérinaire provincial FadaGourma
M. LOMPO T. Omer
Technicien spécialisé/DPRA Gourma
73
ENTREPRISES PRIVEES DE TRANSFORMATION ET COMMERCIALISATION
M. TINDNOMA Toussaint
Rôtisseur à Ouagadougou (Gounguin face au lycée mixte)
Tel: +226 71 76 87 41
M. NAMOANO Michel
Charcutier- rôtisseur à Fada-Ngourma (Province de l’Est)
Tel: +226 70 19 38 87
M. BATIONO Théophile
Charcutier-rôtisseur à Fada-Ngourma (Province de l’Est)
(dit OGARA)
Tel: +226 70 11 10 58
M. GARBO Emile
Charcutier-rôtisseur à Fada-Ngourma (Province de l’Est)
Tel: +226 7036 60 97
M. ILBOUDO Paul
Rôtisseur à Ouagadougou
Tel: +226 76 00 94 52 / + 226 76 4 15 77 70
ORGANISATIONS PAYSANNES
M.NIKIEMA Aimé
Eleveur, Président de l’ASEP (Ouagadougou)
Tel: +226 70 23 97 03
M.SIMPORE Jacques
Eleveur, Secrétaire général de l’ASEP (Ouagadougou)
Tel: +226 70 75 96 29
M.TENDREBEOGO François
Eleveur, Trésorier de l’ASEP (Ouagadougou)
Tel: +226 76 81 78 23
Version du 17 novembre 2011
74
M. ZONGO Noufou
Liste de contacts
Eleveur, Resp. Organisation de l’ASEP (Ouagadougou)
Tel: +226 76 60 59 27
BATIONE Rosalie
Présidente Association des éleveurs de porc du Sanguié
Tel: +226 50 44 50 41
Mme TOMBIANO Née et BASSOLE
Marguerite
Eleveurs à Fada-Ngourma
M PIME Jérôme
Eleveur à Fada-Ngourma
Tel: +226 70 01 98 20
Tel: +226 70 38 25 50 / +226 40 77 04 69
M. IDO Joseph
Eleveur au secteur 13 à Bobo-Dioulasso, membre MEP
Mme YAMEOGO Cécile
Eleveuse au secteur 13 à Bobo-Dioulasso, membre MEP
M. COULIBALY Alladoin
Eleveur au secteur 13 de Bobo-Dioulasso, membre MEP
M. SANOU Alfred
Eleveur au secteur 13 à Bobo-Dioulasso Député,
Pharmacien
M. SANOU Noël
Eleveur au secteur 12 SCABI à Bobo-Dioulasso
Version du 17 novembre 2011
Revue du secteur porcin: BURKINA FASO
75
Annexe II
Liste des principaux projets dans le
secteur porcin
Plusieurs programmes de développement locaux et des projets de terrain ont été mis en
œuvre pour soutenir les producteurs de base et plus particulièrement les groupements
féminins. Ces activités portent sur les actions de formations qualifiantes en élevage porcin.
Les programmes soutiennent par ailleurs la construction de porcheries, la constitution du
cheptel de base avec des porcs de race améliorée et l’octroi de crédits. Les projets et
programmes ci-dessous constituent des supports pour les actions futures de développement
du secteur porcin.
Projet:
GCP/BKF/050/ITA
Objectif:
Projet d’appui à l’amélioration et à la gestion durable du
petit élevage en zones périurbaines
Bailleur:
CTI
Agence d’exécution:
FAO
Durée:
2008 - 2011
Zone géographique:
Province des Hauts bassins et Kossi
Bénéficiaires directs:
Eleveurs périurbains à Bobo-Dioulasso (Houët) et Nouna
(Kossi).
Situation:
En cours d’exécution
Initié en 2008, le projet GCP/BKF/050/ITA est le fruit des efforts conjugués du MRA, de la
FAO et de la Coopération italienne qui a financé sa réalisation à hauteur de 274 000 000
FCFA. D'une durée de trois ans, ce projet vise à promouvoir l'amélioration et la gestion
durable du petit élevage auprès des couches défavorisées afin de réduire la pauvreté et
l'insécurité alimentaire dans sa zone d'intervention. Les localités bénéficiaires du programme,
Bobo-Dioulasso et Nouna (Province de la Kossi), ont été identifiées par la Coopération
italienne comme étant des « zones à risque écologique et socio-économique ». Il s'agit, entre
autres, de la mise en place de 200 unités ou microprojets individuels en vue d'améliorer les
revenus d'environ 1 000 bénéficiaires et du renforcement des capacités techniques,
économiques et organisationnelles de ces mêmes bénéficiaires
Projet:
Appui au renforcement institutionnel des organisations
professionnelles d’éleveurs modernes (ARIOPE)
Bailleur:
610 000 euros
Agence d’exécution:
Administrations
nationales
professionnelles d’éleveurs
Durée:
36 mois à partir de décembre 2001
Zone géographique:
Provinces du HOUET et KADIOGO
Bénéficiaires directs:
Eleveurs périurbains membres de la MEP et membres de
l’ASEP.
Situation:
Clôturé
Version du 17 novembre 2011
et
organisations
76
Liste des principaux projets dans le secteur porcin
Ce projet est élaboré en concertation étroite avec les services du MRA et les organisations
professionnelles d’éleveurs, suite aux demandes adressées par ces partenaires à
l’Ambassade de France. Les actions proposées répondent à plusieurs des quatre priorités
adoptées par la VIème Commission mixte franco-burkinabé dans le domaine du
développement rural, notamment la dynamisation des filières productives et des
organisations du monde rural; le soutien au recentrage de l’État sur ses domaines de
compétences et la prise des mesures nécessaires pour créer un environnement incitatif.
Ce projet suit également la stratégie sectorielle reprise par le Cadre stratégique de lutte
contre la pauvreté au Burkina Faso, en particulier: encourager et intensifier le
développement d’un élevage moderne hautement productif pouvant intéresser de
nouveaux acteurs et créer des emplois; offrir les meilleures conditions possibles à la prise
en charge du développement par le secteur privé et les organisations d’éleveurs. Ce projet
est complémentaire des interventions de la France et des autres partenaires en matière de
développement agricole; mais il est unique du fait qu’aucun projet d’appui spécifique aux
filières à cycles courts en zones périurbaines ne lui préexiste.
Projet:
PDL/SAB
Objectif:
Appui conseil pour la mise en œuvre du Programme de
développement local du Sanguié et du Boulkiemdé dans la
Province du Boulkiemdé (construction des porcheries;
embouche porcine; approche participative)
Budget:
643 453 dollars EU
Bailleur:
Coopération néerlandaise
Durée:
Janvier 2002 à décembre 2005
Zone géographique:
Provinces du Sanguié et du Boulkiemdé
Bénéficiaires directs:
Femmes organisées en groupements d’éleveurs de porcs
agréés par l’administration
Situation
Clôturé
Projet:
PDL-Ouest: Projet de développement local
Objectif:
Maîtrise d’ouvrage déléguée du Projet de développement
local de l’ouest (PDL-Ouest) dans la Province des Banwa
Budget:
961 993 dollars EU
Bailleur:
Coopération Française
Durée:
Janvier 2004 à décembre 2008
Zone géographique:
Provinces du Houet, du Tuy, du Banwa, des Balé et du
Mouhoun (population totale d'environ 850 000 habitants)
Le projet cherche de promouvoir la responsabilisation des populations pour la mise en œuvre
du développement local, en cohérence avec le processus de décentralisation; renforcer les
équipements sociaux d'utilité publique; promouvoir les activités économiques productives et
marchandes; promouvoir la gestion durable des ressources naturelles et la sécurisation
foncière; renforcer la maîtrise d'œuvre locale; assurer une gestion efficiente du projet;
garantir une bonne articulation avec la politique nationale de développement rural et avec les
autres projets.
Version du 17 novembre 2011
Revue du secteur porcin: BURKINA FASO
Projet:
Projet d’appui aux micro-entreprises rurales
Objectif:
Projet d’appui à la micro entreprise rurale (PAMER)
Budget:
115 406 dollars EU
Bailleur:
BM
Durée:
Septembre 2005 à juin 2008
77
Les objectifs immédiats sont développer et mettre en œuvre un mécanisme de
décentralisation durable en vue d’appuyer la promotion et le développement des micros
entreprises rurales; créer des opportunités d’emploi additionnelles dans le secteur non
agricole de sorte à initier de nouvelles sources de revenu pour les populations rurales;
accroître la production des biens et services dans l’économie rurale, particulièrement ceux en
lien avec la production agricole; réduire l’exode rural, particulièrement des jeunes en créant
des opportunités d’emploi local attractif dans le secteur para agricole.
PSSA / FAO: Programme spécial pour la sécurité alimentaire (PSSA)
Le PSSA a été mis en œuvre au Burkina Faso en 1995. La FAO a initié le PSSA en réponse à
la déclaration du Sommet mondial de l’alimentation. Ce programme vise de manière
générale à l’amélioration de la situation alimentaire des Pays à faibles revenus et à déficit
vivrier. De manière plus spécifique, le PSSA élabore une stratégie durable et prépare des
programmes pour lever les contraintes, y compris des mesures politiques et la mobilisation
des ressources pour la promotion de la productivité des systèmes de production agricoles.
L’exécution du PSSA au Burkina Faso a bénéficié du soutien de la FAO, de la Belgique, de la
Jamahiriya arabe libyenne et de la Coopération Sud-Sud (sous la forme d’un Accord tripartite
FAO - Maroc – Burkina Faso). Les résultats probants obtenus par la mise en œuvre de la
phase pilote du PSSA en matière de maîtrise et gestion de l’eau, d’intensification durable de
la production végétale, de diversification de la production/activités génératrices de revenus
et d’analyse des contraintes socio-économiques, ont montré qu’il existe au Burkina Faso des
potentialités permettant la réalisation des objectifs des Sommets de l’alimentation et des
OMD, en particulier celui relatif à la réduction de la faim.
Actions conduites au bénéfice du secteur porcin: appui individuel; système de rotation des
animaux au bénéfice des femmes du site retenu; formation; construction de porcheries;
fourniture de noyaux de reproducteurs et appui à l’acquisition des SPAI.
Version du 17 novembre 2011
Revue du secteur porcin: BURKINA FASO
79
Annexe III
Références bibliographiques


Institut national de la statistique et de la démographie. 2008. Annuaire statistique,
Burkina Faso.
Direction générale de la prévision et des statistiques de l’élevage. 2003. Enquête
nationale sur les effectifs du cheptel, estimations 2005 à 2007.

D'Orgeval Dubouchet R. Le développement de l'élevage porcin en Afrique et
l'analyse des systèmes d'élevage du porc local africain au sud-Bénin.

Edoukou G.D. Juillet 2009. Rapport de mission de la FAO sur le Projet de programme de
contrôle de la peste porcine en Afrique de l’Ouest: Côte d’Ivoire, Benin, Togo, Ghana et
Burkina Faso.
Porphyre V. Septembre 2009. Enjeux et contraintes des filières porcines en Afrique de
l'Ouest,
http://www.inter-reseaux.org/revue-grain-de-sel/46-47-repondre-auxevolutions/article/enjeux-et-contraintes-des-filieres
Ministère de l’agriculture et des ressources animales. Document d’orientation
stratégique à l’horizon 2010. Burkina Faso
Gouvernement du Burkina Faso. 1997. Note d’orientation du plan d’action de la
politique de développement du secteur élevage au Burkina Faso, Version officielle finale,
MRA
Gouvernement du Burkina Faso. 2000. Plan d’actions et programmes
d’investissements du secteur de l’élevage au Burkina Faso, Document principal, MRA
Monographie de la province du Boulkiemdé.
http://www.inforoute-communale.gov.bf/prov-new/bulkiemde/mono-boulkiende.htm
Monographie de la province du Houet.
Monographie du Burkina Faso
FONAENF. 2006. Monographie du Burkina Faso.
PNSA. 2008. Résumé exécutif. Burkina Faso
Projections démographiques de 2007 à 2020 par région et province.
Rapport national sur l’état des ressources génétiques animales au Burkina Faso.











Version du 17 novembre 2011
Revue du secteur porcin: BURKINA FASO
81
Annexe IV
Cartes
CARTE 1: Répartition du cheptel porcin au Burkina Faso selon les différents régions
administratives (2007)
Sahel
3 469
Nord
118 334
Centre Nord
66 540
Boucle du Mohoun
Plateau central
Centre
161 916
235 697
98 649
Est
112 863
235 697
Hauts Bassins
Centre-Ouest
397 913
230 349
Cascades
Sud Ouest
46 307
271 872
Centre Est
Centre-Sud
108 632
189 759
Source carte vierge: http://johan.lemarchand.free.fr/cartes/img/ (personnalisation par l’auteur)
Version du 17 novembre 2011
82
Cartes
CARTE 2: Principaux flux de porcs vifs et de produits d’origine porcine
Flux commerciaux intérieurs de porcs vifs
Flux commerciaux à l’exportation
Flux commercial de carcasse à l’exportation
Source carte vierge: http://www.geographicguide.net/africa/burkina.htm (personnalisation par l’auteur)
Version du 17 novembre 2011
Revue du secteur porcin: BURKINA FASO
83
CARTE 3: Distribution du cheptel porcin au Burkina Faso
400 000 porcs
250 000 porcs
100 000 porcs
50 000 porcs
Source carte vierge: http://www.geographicguide.net/africa/burkina.htm (personnalisation par l’auteur)
Version du 17 novembre 2011
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising