FORMER A PARTIR D’UNE INSTITUTION DU CHAMP SOCIO-EDUCATIF : L’APPRENTISSAGE D’ASSISTANT-E SOCIO-EDUCATIF-VE,

FORMER A PARTIR D’UNE INSTITUTION DU CHAMP SOCIO-EDUCATIF : L’APPRENTISSAGE D’ASSISTANT-E SOCIO-EDUCATIF-VE,
FORMER A PARTIR D’UNE INSTITUTION
DU CHAMP SOCIO-EDUCATIF :
L’APPRENTISSAGE
D’ASSISTANT-E SOCIO-EDUCATIF-VE,
EN FILIERE DUALE
Département de l'instruction publique
Enseignement postobligatoire
Centre de formation professionnelle santé-social
École d'aide familiale et d'assistant-e-s socio-éducatif-ve-s
25, rue des Caroubiers ● 1227 Carouge
Tél. +41 (22) 388 72 80 ● Fax +41 (22) 388 72 99 ● eaf@etat.ge.ch ● www.geneve.ch/cefops
Table des matières :
1.
Aperçu général
4
1.1
Remarques introductives
4
1.2
Bases légales
4
1.3
Procédure pour engager une personne qui veut suivre la
formation duale
2.
page
5
Les trois lieux de formation
6
2.1
L'employeur ou l'institution formatrice
6
2.2
La personne en formation
8
2.3
Les cours interentreprises
8
2.4
L'école professionnelle
8
3.
Les principes et la démarche pédagogique de l’école professionnelle
4.
Organisation de la formation
10
4.1
Organisation des classes
10
4.2
Les domaines d'apprentissage
10
4.3
La logique des compétences en salle de classe
11
4.4
Répartition des jours d'école
12
5.
9
Modèle retenu pour l'apprentissage en voie duale selon l’option
généraliste : un employeur principal et deux stages complémentaires
de 4 mois chacun
13
6.
Cours professionnels et cours interentreprises
14
7.
Programme des cours sur trois ans
15
7.1
Programme des cours de 1ère année en école professionnelle
16
7.2
Programme des cours de 2ème année en école professionnelle
17
7.3
Plan général des cours interentreprises assistant-e
socio-éducatif-ve
18
Page 3 / 19
1. Aperçu général
1.1. Remarques introductives
La formation dans une institution socio-éducative constitue la partie principale de la
formation professionnelle initiale. L’ordonnance fédérale de la formation professionnelle dit
à ce sujet à l’article 9 al.1 : « La formation à la pratique professionnelle s’étend sur toute
la durée de la formation professionnelle initiale, à raison d’au moins 3,5 jours par semaine
en moyenne. » Le formateur à la pratique professionnelle est, avec l’employeur, le
principal responsable de la formation des apprenants. Le formateur à la pratique
professionnelle s’acquitte en particulier des tâches suivantes :
•
•
•
il planifie et structure la formation dans l’institution,
il élabore, à l‘aide du guide méthodique type, un plan de formation individuel,
il forme les apprenants : il leur donne des directives, leur montre ce qu’il faut faire et
comment, les observe, assure le suivi, leur apporte soutien et un feed-back, il évalue
leurs résultats au moyen d’appréciations régulières.
1.2. Bases légales
Le cadre légal est constitué par :
•
l’ordonnance fédérale sur la formation professionnelle initiale d’assistant socioéducative/assistant socio-éducatif du 16 juin 2005,
•
le plan de formation d’assistant-e socio-éducatif-ve du 16 juin 2005, conçu par
l’organisation faîtière suisse du monde du travail du domaine social,
•
la loi fédérale du 13 décembre 2002 sur la formation professionnelle (LFPr),
•
l’ordonnance du 19 novembre 2003 (OFPr),
•
l’OrTra national recommande en outre aux institutions formatrices d’acquérir « le
manuel pour la formation en entreprise », édition Conférence des offices de la
formation professionnelle de suisse alémanique,
•
le classeur « Assistante socio-éducative/assistant socio-éducatif » élaboré par
l’organisation faîtière suisse du monde du travail du domaine social (OrTra faîtière
suisse). Il contient tous les documents concernant la formation professionnelle initiale
en institution et sert de point d’appui.
Page 4 / 19
1.3. Procédure pour engager une personne qui veut suivre la formation duale
Annoncer l’institution auprès de l’office de la formation professionnelle et remplir le dossier
d’inscription.
Les autorités cantonales examinent l’octroi de l’autorisation à former en fonction des critères
et des conditions fixés par la loi pour former des apprentis.
Obtention de l'autorisation à former.
Déterminer le nombre de places d’apprentissage et publier les annonces pour les places
d’apprentissage.
Sélectionner l’apprenti. L’accès à la formation professionnelle initiale présuppose que le
candidat a terminé la scolarité obligatoire. L’OrTra faîtière Social a émis des recommandations
à l’intention des employeurs au sujet des critères d’aptitudes des candidats à la formation
professionnelle initiale. Ils concernent les aptitudes à la communication et à l'établissement
des contacts, à la créativité et à l’intérêt, à la motivation, à l'esprit pratique, à la maturité et au
bon sens, un esprit d’initiative et à la ténacité, de la résistance et des aptitudes cognitives. Un
stage d’orientation d’au moins une semaine est suggéré.
Signature du contrat d'apprentissage par l'employeur et l'apprenant.
L’envoyer en 3 exemplaires à l’office de la formation professionnelle pour approbation.
1.4. Procédure de recherche d’une place d’apprentissage
Choisir le domaine de formation :
• orientation accompagnement des personnes handicapées,
• orientation accompagnement des enfants et des jeunes,
• orientation accompagnement des personnes âgées,
• orientation variante généraliste.
Chercher une place d’apprentissage en s’adressant directement à une institution socioéducative ou en répondant à une annonce. L'office de la formation professionnelle peut offrir
son soutien.
Rédiger la lettre de candidature pour les places sélectionnées et le cas échéant se présenter
aux tests d’aptitude.
L’institution formatrice examine si la personne possède les qualités et aptitudes requises pour
la profession et l’entrée en apprentissage et organise éventuellement un stage d’orientation.
Page 5 / 19
2. Les trois lieux de formation
COURS
INTERENTREPRISES
PERSONNE
EN
FORMATION
ECOLE
PROFESSIONNELLE
INSTITUTION
FORMATRICE
BASES JURIDIQUES
2.1. L’employeur ou l’institution formatrice
Au sens de la loi, l’employeur est responsable de la formation de l’apprenant. Il l’engage
selon ses propres critères tout en respectant le cadre des conditions d’admission en ce qui
concerne l’âge et l’exigence de la scolarité obligatoire.
L’institution formatrice veille à dispenser une formation de qualité aux apprenants ; elle en
contrôle régulièrement le bon déroulement. L’ordonnance sur la formation professionnelle
initiale et le guide méthodique en constituent le fondement. Lorsqu’elle planifie la formation
à la pratique professionnelle, l’institution tient compte des matières dispensées à l’école
professionnelle et dans les cours interentreprises.
L’employeur veille à ce que la formation soit dispensée par une personne qualifiée ayant
les capacités professionnelles et les qualités personnelles nécessaires.
Les formateurs qualifiés (jusqu’ici appelés maîtres d’apprentissage) instruisent l’apprenant.
Ils détiennent un certificat fédéral de capacité dans le domaine ou une qualification
équivalente, disposent de deux ans d’expérience professionnelle dans le domaine et
justifient d’une formation pédagogique professionnelle en général acquise dans un cours
prévu et dispensé à cet effet par l’office de la formation professionnelle.
Références légales : LFPr art. 20, 45 ; OFPr art. 44 ; CO art. 345 a, al. 1
Certains aspects de la formation peuvent être dispensés dans d’autres institutions. Si
plusieurs institutions assument ensemble la responsabilité de la formation à la pratique
professionnelle, les institutions peuvent s’associer dans un réseau. Lorsque la
formation professionnelle initiale se déroule dans un réseau, l’institution principale conclut
le contrat d’apprentissage avec la personne à former. Elle remplit les obligations
contractuelles.
Références légales : LFPr art. 16, al. 2, lettre a ; OFPr art.8 ; Loi cantonale de la formation
professionnelle du 15 juin 2007, article 12
Page 6 / 19
Les institutions associées en un réseau s’entendent pour garantir une formation
systématique et le respect du plan de formation. Elles fixent dans une convention la
matière et la durée de chacun des éléments de formation.
Références légales : OFPr art. 14, al 1 ; Loi cantonale de la formation professionnelle du 15 juin
2007, article 12
Si la formation à la pratique professionnelle se déroule successivement dans plusieurs
institutions, chacune d’entre elles est responsable comme institution formatrice pour
une partie seulement de l’apprentissage, le contrat peut être conclu pour la durée de
chaque partie de l’apprentissage. Le temps d’essai dure en règle générale un mois pour
chaque partie. Les différentes institutions formatrices doivent avoir conclu les contrats
d’apprentissage au début de la formation professionnelle initiale.
Références légales : LFPr art. 14, al. 2 ; OFPr art.8, al. 3
Les recommandations salariales de l’OrTra faîtière pour l’apprentissage en dual
d’assistants socio-éducatifs sont :
1ère année : F 650.2ème année : F 900.3ème année : F 1200.L’institution formatrice s’engage à former selon les objectifs et les exigences présentés en
termes de compétences professionnelles, de compétences méthodologiques, de
compétences sociales et personnelles.
Les compétences professionnelles concernent les compétences relatives aux domaines
suivants :
• travail avec les personnes accompagnées,
• exercice du rôle professionnel et collaboration,
• connaissance de l’institution et du contexte.
Les compétences méthodologiques concernent les domaines suivants :
• techniques de travail,
• approche et action interdisciplinaire axées sur le processus,
• stratégie d’apprentissage,
• flexibilité,
• pensée systémique.
Les compétences sociales et personnelles comprennent les domaines suivants :
• autonomie,
• discrétion,
• empathie,
• apprentissage la vie durant,
• aptitude à la communication,
• capacité de gérer les conflits,
• aptitude au travail en équipe,
• civilité et présentation adaptées à la situation,
• résistance physique et psychique.
Page 7 / 19
2.2. La personne en formation
La personne en formation (jusqu’ici l’apprenti) a des droits et des devoirs.
« La personne en formation fait tous ses efforts pour atteindre le but de l’apprentissage ».
Elle fréquente l’école professionnelle, ainsi que les cours interentreprises et se présente à
la procédure de qualification au terme de la formation professionnelle initiale. Le temps
passé à l’école professionnelle est considéré comme temps de travail ; l’institution
formatrice doit également être informée des absences à l’école et des résultats scolaires.
2.3. Les cours interentreprises
La responsabilité de cours interentreprises (CIE) est assumée par l’organisation faîtière du
monde du travail dans le domaine social. Celle-ci a délégué l’organisation des CIE, pour
les cantons romands, à la FOR’s romande.
Les CIE comprennent au total 20 jours de formation répartis sur trois ans. Ils se distribuent
entre 8 jours de cours interentreprises généraux (obligatoires pour toutes les options) et 12
jours de cours interentreprises spécifiques à l’option choisie. La fréquentation des CIE est
obligatoire.
Les thèmes abordés dans les cours communs à toutes les options sont :
•
méthodes créatives dans le travail socioprofessionnel, 4 jours en 1ère année,
•
situations d’accompagnement difficile, 4 jours en 2ème année.
2.4. L’école professionnelle
Le mandat de l’école professionnelle est de dispenser un enseignement professionnel et
un enseignement de culture générale et de sport. Elle transmet aux apprenants les
connaissances théoriques de base nécessaires à l’exercice de leur profession. Elle
favorise aussi l’épanouissement de la personnalité et le développement des compétences
sociales des personnes en formation. Les matières enseignées sont approfondies et
consolidées par leur application dans la pratique.
Bases légales : LFPr art. 16. al. 2, lettre b, art. 21
Quelque soit l'option choisie par la personne en formation, l'école professionnelle dispense
un enseignement de type général, suivant le plan d'étude unifié. La spécificité de l'option
choisie est mise en évidence dans les cours interentreprises et dans la formation pratique.
L’école professionnelle désigne un interlocuteur à même d’apporter son aide et ses
conseils à l’apprenant et à l’institution formatrice.
Bases légales : OFPr art. 17, al.2
En vertu de cet article, l’école professionnelle est mandatée pour assumer un rôle
déterminant pour promouvoir et garantir la cohérence dans le processus
d’apprentissage à travers du plan d'étude global, ainsi que de favoriser les
processus d'apprentissage des personnes en formation. Ceci en étroit partenariat
avec les employeurs, particulièrement avec les formateurs à la pratique
professionnelle et les autorités cantonales.
Page 8 / 19
3. Les principes et la démarche pédagogique de l’école professionnelle
Un cursus de formation implique nécessairement des positions pédagogiques soutenues
par quelques grands principes généraux qui conduisent la logique du cursus.
Ainsi, nous admettons que la formation professionnelle des assistants socio-éducatifs
passe par les quatre grands principes suivants :
Le métier s’acquiert principalement sur les terrains de l’exercice professionnel par
l’accompagnement des formateurs à la pratique professionnelle. Cette position légitime et
renforce, d’un point de vue pédagogique, la proportion entre les temps d’apprentissage en
pratique professionnelle et les temps scolaires.
Le métier s’acquiert en parallèle et simultanément par des informations théoriques et
scientifiques présentées en salle de cours. Il s’agit d’une formation en alternance. Les
connaissances scientifiques, dispensées à travers les cours et les séminaires, traitent de
l’ensemble des problématiques liées à chaque aspect de la profession.
Le métier s’acquiert en cours et sur les terrains de pratique à travers un processus
progressif de formation qui va des éléments simples à la plus grande complexité. Des
étapes sont formalisées de telle manière qu’elles représentent un passage progressif vers
une acquisition complète des capacités à exercer la profession.
Le métier s’acquiert par la mise en place d’un modèle pédagogique spécifique. Des
mineurs, des jeunes adultes et des adultes seront engagés en voie duale ; d’emblée ils
seront immergés dans l’apprentissage du métier. La formation se développe sur quelques
considérations pédagogiques fondamentales dont les principaux axes sont les suivants :
• tout processus d’apprentissage doit tenir compte d’une réminiscence des formes
antérieures de pédagogie et d’éducation vécues par la personne en formation en hétéro
ou en autoformation à travers l’ensemble des cursus de formations. Ce sont souvent des
trajets d’apprentissages construits sur une forme de pédagogie directive à l’intérieur de
laquelle l’apprenant n’a pu faire valoir, que très partiellement sa parole, son point de vue.
La formation duale impose au formateur et à la formatrice à la pratique professionnelle de
laisser des temps d’expression sous forme d’interrogations, de réflexions, de
questionnements. Pour lui montrer son métier et instruire son apprenti, le formateur à la
pratique professionnelle aura besoin d’un temps spécifique,
• tout processus de formation « baigne » dans un champ émotionnel. Le fait de tenir
compte des émotions vécues par les personnes en formation facilite leurs
apprentissages. L’idée forte est ici que la formation atteint son objectif lorsqu’elle est
prise en charge conjointement par l’apprenti et son formateur à la pratique
professionnelle. Celui-ci tentera de comprendre ce qui se passe lorsque la personne en
formation donne des signes de faiblesse, de décrochage, d’absences répétées, avant de
poser une sanction,
• tout processus pédagogique entraîne l’identification à des images symboliques. Les
formateurs et formatrices à la pratique professionnelle jouent un rôle déterminant dans la
construction de l’identité professionnelle. En se reconnaissant en eux et en elles, la
personne en formation prend la mesure d’elle-même et peut s’identifier aux rôles et
fonctions professionnels. Le formateur aura pour sa part joué sa fonction de transmetteur
et de passeur. Il joue un rôle particulier dans l’aspect éducatif de la formation. L’objectif
final est l’acquisition du niveau d’expertise, sanctionné par le Certificat Fédéral de
Capacité.
Page 9 / 19
Les principes pédagogiques définis ci-dessus rejoignent les recommandations émises par
l’OrTra nationale en ce qui concerne la nécessité de :
• intégrer les matières enseignées,
• diversifier les moyens pédagogiques et didactiques,
• privilégier l’enseignement interdisciplinaire ciblé sur des thématiques issues de situations
professionnelles types,
• utiliser le groupe classe comme support au processus d’apprentissage,
• collaborer étroitement avec les différents lieux où s’élaborent du savoir, du savoir faire et
du savoir-être : école professionnelle - cours interentreprises - pratique professionnelle.
Les trois entités traitent de nombreux points communs, chacune partant de sa mission
spécifique; il est nécessaire de se mettre d’accord et de rendre visible cette
complémentarité aux yeux des apprenants pour assurer la cohérence du programme et
pour développer une dynamique réussie du processus d’apprentissage dans ses aspects
globaux.
4. Organisation de la formation
4.1. Organisation des classes
Les classes sont constituées d'apprenants issus de lieux d’apprentissage différents. Ce
modèle nous semble particulièrement adapté au développement de compétences générales
et transversales, tout en faisant découvrir aux personnes en formation d’une seule classe
des publics cibles de différents champs professionnels.
Cette option s’avère pertinente également dans l’optique de renforcer l’enseignement à
dimension générale, selon les récents travaux menés dans le cadre du groupe Reforme de
l'Institut Fédéral des Hautes Études en Formation Professionnelle (IFFP), sous l'égide de la
Conférence Romande des Ecoles d’Assistants socio-éducatifs (CROASE).
4.2. Les domaines d’apprentissages :
L’ordonnance fédérale distingue quatre grands domaines d’enseignements :
• enseignement professionnel général
• enseignement professionnel spécifique
• enseignement des branches de culture générale
• sport
Se référant à cette distribution générale l’ordonnance identifie cinq domaines thématiques
pour l’enseignement professionnel général et spécifique :
• accompagnement, appui éducatif au quotidien
• communication et collaboration
• l’être humain et son développement
• rôle professionnel, éthique, condition cadre
• organisation, technique de travail, qualité
• culture générale
• sport
Page 10 / 19
A l’intérieur de chacun de ces domaines thématiques nous identifions des unités de
formation composées d’un ou de plusieurs enseignements (cours, séminaires ou ateliers
pratiques).
Du temps de travail personnel fait partie intégrante de la formation en école.
Chaque domaine thématique est soumis à une évaluation notée. Les différents
enseignements contenus dans chacun des domaines font l’objet d’une évaluation formative
et/ou sommative. Les modalités sont précisées d’emblée.
Un carnet semestriel de notes est établi pour chaque apprenant, ainsi qu’un relevé de ses
absences.
La moyenne des notes annuelles obtenue dans chacun des domaines thématiques doit être
suffisante, 4 sur une échelle de notes allant de 1 à 6, pour être promu-e au degré supérieur.
4.3. La logique des compétences en salle de classe
Le niveau de compétences attendu pour l’enseignement professionnel à l’école est défini
dans l’ordonnance fédérale par ses objectifs évaluateurs.
Pour le développement de ces compétences en salle de classe nous postulons sur :
• un apport de connaissance : entrée théorique,
• un travail illustratif à partir de situations professionnelles types (situations emblématiques)
utilisées par les enseignants ou des situations réelles rapportées par les apprenants :
entrée pratique,
• un travail intégratif des diverses données dans les séminaires d’«Apprendre pour
entreprendre » : entrée intégration,
• le développement des compétences qui s’envisage sur les trois ans d’études et qui tient
compte d’un processus allant du niveau « collaborer à » jusqu’à « autonome » en
troisième année d’études,
• la pédagogie développée par chaque enseignant qui mettra l’apprenant et le groupe
classe au centre, chaque entité contribuant de façon significative et différenciée au
processus d’apprentissage,
• la désignation de « Responsables de volées » en charge d’accompagner le processus
d’apprentissage à travers un tutorat individuel et de groupes, ainsi qu’à travers des
contacts avec les lieux de pratiques professionnelles et l’OFPC.
Page 11 / 19
4.4. Répartition des jours d’école
1ère année
lundi
mardi
mercredi
jeudi
vendredi
Classe A
+ 1 semaine bloc de cours après les vacances scolaires de février
Classe B
+ 1 semaine bloc de cours avant les vacances scolaires de février
2ème année
lundi
mardi
mercredi
jeudi
vendredi
Classe A
+ 1 semaine bloc de cours après les vacances scolaires d'octobre
+ 1 semaine bloc de cours après les vacances scolaires de février
Classe B
+ 1 semaine bloc de cours avant les vacances scolaires d'octobre
+ 1 semaine bloc de cours avant les vacances scolaires de février
3ème année
lundi
mardi
mercredi
jeudi
vendredi
Classe A
+ 1 semaine bloc de cours avant les vacances scolaires d'octobre
+ 1 semaine bloc de cours avant les vacances scolaires de février
Classe B
+ 1 semaine bloc de cours après les vacances scolaires d'octobre
+ 1 semaine bloc de cours après les vacances scolaires de février
Page 12 / 19
5. Modèle retenu pour l'apprentissage en voie duale selon l’option généraliste :
un employeur principal et deux stages complémentaires de 4 mois chacun
En choisissant l’option de généraliste et en obtenant le titre professionnel d’assistant socioéducatif, la personne en formation se profile à partir d’un champ professionnel privilégié. Ce
modèle avantage la voie d’une institution formatrice principale en répondant aux
exigences posées par la variante du généraliste dans l’ordonnance fédérale de la formation
professionnelle initiale d’assistant socio-éducatif en organisant des stages dans deux
champs professionnels complémentaires. Certains aspects de la formation sont ainsi
dispensés dans d’autres lieux. Plusieurs institutions assument ensemble la responsabilité
de la formation à la pratique professionnelle ; elles s’associent alors dans un réseau ce
qui implique une excellente coordination. Lorsque la formation professionnelle initiale se
déroule dans un tel réseau, c’est l’institution principale qui conclut le contrat d’apprentissage
avec la personne à former. C’est elle qui remplit les obligations contractuelles et qui
représente le réseau auprès de l’OFPC et de l’école professionnelle. Les institutions qui
dispensent les compléments de formation sont désignées à la signature du contrat
d’apprentissage qui les mentionne. Les attributions et les responsabilités de chaque
institution sont définies au préalable dans une convention écrite.
Références légales : LFPr art. 16, al. 2, lettre a ; OFPr art.8 ; Loi cantonale sur la formation
professionnelle du 15 juin 2007, article 12
Les institutions associées en un réseau s’entendent pour garantir une formation
systématique et le respect du plan de formation. Elles fixent dans une convention la matière
et la durée de chacun des éléments de formation.
Références légales : OFPr art. 14, al 1 ; Loi cantonale sur la formation professionnelle du 15 juin
2007, article 12
Page 13 / 19
6. Cours professionnels et cours interentreprises
Année
Jours
Semaine
Total jours Total jours Total jours Total leçons Jours
école/semaine bloc/année école/année école bloc école/année école/année** CIE*
Leçons
CIE*
Total jours Total leçons
école/ CIE* école/CIE*
1ère
2
1
76
5
81
729
4+7
99
92
828
2ème
1
2
38
10
48
432
4+3
77
55
495
3ème
1
2
38
10
48
432
0+3
27
51
459
5
158
25
177
1’593**
21
189
198
1’782
TOTAUX
* CIE : Cours interentreprises
** Total leçons école/année : y compris temps de travail personnel
Répartition des heures d'enseignement :
Connaissances professionnelles générales
660
Connaissances professionnelle spécifique
380
Total connaissances professionnelles
1040
Culture générale
360
Sport
160
TOTAL
1’560
Page 14 / 19
7. Programme des cours sur trois ans
SPORT
ACCOMPAGNEMENT, APPUI EDUCATIF AU
QUOTIDIEN
Exemple de cours :
¾ Le vieillissement de l’être humain
¾ L’alimentation
¾ La connaissance du corps
¾ Santé et soins coutumiers
¾ Le handicap mental
¾ L’accompagnement socio éducatif
¾ L’entretien de l’habitat et des textiles
¾ Les premiers secours
420 heures
CULTURE GENERALE
360 heures
¾ Exploration corporelle
160 heures
ORGANISATION, TECHNIQUE DE
TRAVAIL, QUALITE
Exemple de cours :
¾ Gestion de projet
¾ Informatique - Bureautique
80 heures
ASE DUAL
3 ans
Total : 1'560 heures
L’ÊTRE HUMAIN ET SON DEVELOPPEMENT
Exemple de cours :
¾ Psychologie
¾ Sociologie
¾ Écologie
220 heures
COMMUNICATION, COLLABORATION
Exemple de cours :
¾ Communication
¾ Observation
160 heures
ROLE PROFESSIONNEL,
ETHIQUE, CONDITIONS CADRES
Exemple de cours :
¾ Éthique
¾ A la découverte des sens
¾ Connaissances
professionnelles :
Apprendre pour Entreprendre
¾ Histoire de la profession
160 heures
Page 15 / 19
7.3.
Programme des cours de 1ère année en école professionnelle
Domaines
Accompagnement, appui éducatif au quotidien
244 heures
Communication et collaboration
60 heures
L'être humain et son développement
102 heures
Organisation, technique de travail, qualité
56 heures
Rôle professionnel, éthique, condition cadre
64 heures
Sport
24 heures
Culture générale
108 heures
Cours
Alimentation
Entretien habitat et textiles
Attitudes et activités :
- Petite enfance : 8 heures
- Enfants : 8 heures
- Jeunes : 8 heures
- Personnes âgées : 8 heures
- Personnes handicapées : 8 heures
Santé et soins coutumiers
Le vieillissement de l'être humain
Introduction au handicap :
- physique : 12 heures
- mental : 12 heures
Premiers secours
Communication
Observer pour entreprendre
Psychologie
Sociologie : Habitudes et représentations
Sociologie : La quotidienneté
Écologie
Informatique, bureautique
Gestion d'un projet
Éthique
Les sens
Apprendre pour entreprendre :
Les outils professionnels
Histoire de la profession
Nb. d'heures
36
20
40
80
24
24
20
40
20
56
36
4
6
24
32
8
12
36
8
Exploration corporelle
24
Culture générale
108
658
Page 16 / 19
7.3.
Programme des cours de 2ème année en école professionnelle
Domaines
Accompagnement, appui éducatif au quotidien
112 heures
Communication et collaboration
20 heures
L'être humain et son développement
80 heures
Organisation, technique de travail, qualité
12 heures
Rôle professionnel, éthique, condition cadre
48 heures
Sport
24 heures
Culture générale
105 heures
Cours
Attitudes et activités :
- Petite enfance : 8 heures
- Enfants : 8 heures
- Adolescents : 16 heures
- Personnes âgées : 8 heures
- Personnes handicapées : 8 heures
Créativité: Contes et livres
Nb. d'heures
48
4
Premiers secours : sauvetage piscine
4
Santé et soins
16
Le vieillissement de l'être humain
12
Le handicap physique
12
Créativité: Jeux sensoriels
4
Le handicap mental
12
Communication
20
Psychologie
48
Sociologie
32
Système qualité
4
Projet service individualisé
4
Interdisciplinarité
4
Apprendre pour entreprendre
20
Politique sociale
20
Éthique
8
Sport d'équipes et jeux
12
Exploration corporelle: Postures et gymnastique du dos
12
Culture générale
105
401
Page 17 / 19
Plan général des cours interentreprises assistant-e socio-éducatif-ve
Option
Généraliste
Méthodes créatives :
Option
Enfance
Méthodes créatives :
4 jours
Option Accompagnement Option Accompagnement
personnes âgées
personnes handicapées
Méthodes créatives :
4 jours
Travailler avec des enfants
0 à 24 mois :
4 jours
8 jours
Introduction au domaine
Acc. PA :
1 jour
Introduction au travail avec
des personnes âgées: 3 jours
8 jours
10 jours
1ère année
Introduction au domaine
enfance :
1 jour
Méthodes créatives :
4 jours
Deuil, séparation, décès :
1 jour
Introduction au domaine
Acc. PH :
1 jour
Alimentation et économie
familiale :
4 jours
Aide et soutien des personnes
accompagnées dans des
situations particulières :
4 jours
Concept visant à améliorer la
motricité :
4 jours
Aide et soutien des personnes
accompagnées dans des
situations particulières :
4 jours
9 jours
8 jours
7 jours
Pédagogie du vécu et
dynamique de groupe : 3 jours
Aide et soutien des personnes
accompagnées dans des
situations particulières :
4 jours
Dépendance, pouvoir et abus
de position dominante dans le
travail socio-éducatif : 3 jours
Démence et dignité, nouveaux
concepts d'accompagnement
des personnes âgées : 4 jours
Deuil, séparation, décès : 1 jour
3 jours
Travailler avec des enfants
ayant des besoins spécifiques :
4 jours
4 jours
Dépendance, pouvoir et abus
de position dominante dans le
travail socio-éducatif : 3 jours
4 jours
Animation au moyen du jeu, du
théâtre, de la musique et de la
nature :
2 jours
ère
(3 jours à organiser entre la 1
ème
année)
et 2
3 jours
2ème année
Aide et soutien des personnes
accompagnées dans des
situations particulières :
4 jours
3ème année
Animation au moyen du jeu, du
théâtre, de la musique et de la
nature :
1 jour
ère
(3 jours à organiser entre la 1
ème
année)
et 2
3 jours
8 jours
Soins :
4 jours
Introduction au travail avec des
personnes handicapées :
3 jours
8 jours
7.4.
Nouveau concepts dans
l'accompagnement des
personnes handicapées :
2 jours
Page 18 / 19
\A-COMMUN\ASE\ASE DUAL\Descriptif dual/Apprentissage ASE filière dual 05.2008.doc 09.06.2008
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising