recommandation-pro-rage-vmc-double-flux-habitat-individuel-neuf-2015

recommandation-pro-rage-vmc-double-flux-habitat-individuel-neuf-2015
P R O G R A M M E D ’ A C C O M P A G N E M E NT D E S P R O F E S S I O N N E L S
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
www.reglesdelart-grenelle-environnement-2012.fr
R
O
C
E
A N D AT I O N
M
M
S
PR
O
FE
SS
ION
INDIVIDUEL
CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT, INSTALLATION
EN SERVICE, ENTRETIEN ET MAINTENANCE
MAI 2015
NEuF
ET MISE
NELLES
VMC DOUBLE FLUX EN HABITAT
ÉDITO
L e Grenelle Environnement a fixé pour les bâtiments neufs et existants
des objectifs ambitieux en matière d’économie et de production
d’énergie. Le secteur du bâtiment est engagé dans une mutation de très
grande ampleur qui l’oblige à une qualité de réalisation fondée sur de
nouvelles règles de construction.
Le programme « Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 » a pour
mission, à la demande des Pouvoirs Publics, d’accompagner les quelque
370 000 entreprises et artisans du secteur du bâtiment et l'ensemble des
acteurs de la filière dans la réalisation de ces objectifs.
Sous l’impulsion de la CAPEB et de la FFB, de l’AQC, de la COPREC
Construction et du CSTB, les acteurs de la construction se sont rassemblés
pour définir collectivement ce programme. Financé dans le cadre du
dispositif des certificats d’économies d’énergie grâce à des contributions
importantes d’EDF (15 millions d’euros) et de GDF SuEZ (5 millions
d’euros), ce programme vise, en particulier, à mettre à jour les règles de l’art
en vigueur aujourd’hui et à en proposer de nouvelles, notamment pour ce
qui concerne les travaux de rénovation. Ces nouveaux textes de référence
destinés à alimenter le processus normatif classique seront opérationnels
et reconnus par les assureurs dès leur approbation ; ils serviront aussi à
l’établissement de manuels de formation.
Le succès du programme « Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
repose sur un vaste effort de formation initiale et continue afin de renforcer
la compétence des entreprises et artisans sur ces nouvelles techniques et ces
nouvelles façons de faire. Dotées des outils nécessaires, les organisations
professionnelles auront à cœur d’aider et d’inciter à la formation de tous.
Les professionnels ont besoin rapidement de ces outils et « règles du jeu »
pour « réussir » le Grenelle Environnement.
Alain MAUGARD
Président du Comité de pilotage du Programme
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
Président de QuALIBAT
P R O G R A M M E
D ’ A C C O M P A G N E M E N T
D E S
P R O F E S S I O N N E L S
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
Ce programme est une application du Grenelle Environnement. Il vise à revoir l’ensemble des règles de construction, afin de réaliser des économies d’énergie dans le bâtiment et de réduire les émissions de gaz à effet de serre.
www.reglesdelart-grenelle-environnement-2012.fr
Les Recommandations Professionnelles « Règles de l’Art Grenelle
Environnement 2012 » sont des documents techniques de
référence, préfigurant un avant-projet NF DTu, sur une solution
technique clé améliorant les performances énergétiques des
bâtiments. Leur vocation est d’alimenter soit la révision d’un NF
DTu aujourd’hui en vigueur, soit la rédaction d’un nouveau NF
DTu. Ces nouveaux textes de référence seront reconnus par les
assureurs dès leur approbation.
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
Afin de répondre au besoin d’accompagnement des professionnels du
bâtiment pour atteindre les objectifs ambitieux du Grenelle Environnement,
le programme « Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 » a prévu
d’élaborer les documents suivants :
PROGRAMME
AVANTPROPOS
Les Guides « Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 » sont
des documents techniques sur une solution technique innovante
améliorant les performances énergétiques des bâtiments. Leur
objectif est de donner aux professionnels de la filière les règles
à suivre pour assurer une bonne conception, ainsi qu’une
bonne mise en œuvre et réaliser une maintenance de la solution
technique considérée. Ils présentent les conditions techniques
minimales à respecter.
Les Calepins de chantier « Règles de l’Art Grenelle Environnement
2012 » sont des mémentos destinés aux personnels de chantier,
qui illustrent les bonnes pratiques d’exécution et les dispositions
essentielles des Recommandations Professionnelles et des
Guides « Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 ».
Les Rapports « Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
présentent les résultats soit d’une étude conduite dans le cadre
du programme, soit d’essais réalisés pour mener à bien la
rédaction de Recommandations Professionnelles ou de Guides.
Les Recommandations Pédagogiques « Règles de l’Art Grenelle
Environnement 2012 » sont des documents destinés à alimenter
la révision des référentiels de formation continue et initiale. Elles
se basent sur les éléments nouveaux et/ou essentiels contenus
dans les Recommandations Professionnelles ou Guides produits
par le programme.
NEuF
L’ensemble des productions du programme d’accompagnement des
professionnels « Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 » est mis
gratuitement à disposition des acteurs de la filière sur le site Internet du
programme : http://www.reglesdelart-grenelle-environnement-2012.fr
3
PROFESSIONNELS
Slmmaire
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
VMC DOUBLE FLUX EN HABITAT INDIVIDUEL – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT, INSTALLATION ET MISE EN SERVICE, ENTRETIEN ET MAINTENANCE
1 - Domaine d’application................................................................ 7
2 - Références............................................................................................. 8
2.1. • Références réglementaires.......................................................................................... 8
2.2. • Références normatives................................................................................................ 9
2.3. • Autres documents........................................................................................................ 9
3 - Principe, réglementation et systèmes
de VMC double flux.............................................................................11
3.1. • Principe de la VMC double flux..................................................................................11
3.2. • La fonction de la VMC double flux............................................................................ 12
3.2.1. • Le confort et l’hygiène.................................................................................. 12
3.2.2. • La préservation du bâti................................................................................ 13
3.2.3. • Les économies d’énergie............................................................................. 13
3.3. • Les différentes architectures de réseau.................................................................... 13
3.4. • Les textes réglementaires......................................................................................... 14
3.4.1. • Sanitaire......................................................................................................... 14
3.4.2. • Acoustique..................................................................................................... 15
3.4.3. • Sécurité incendie.......................................................................................... 16
3.4.4. • Accessibilité aux personnes handicapées.................................................. 16
3.5. • Les différents types d’échangeurs............................................................................ 16
3.5.1. • Les échangeurs statiques et rotatifs............................................................ 17
3.5.2. • Les échangeurs thermodynamiques........................................................... 18
4 - Conception et dimensionnement.................................... 20
Neuf
4.1. • Les bouches de soufflage.......................................................................................... 20
4.1.1. • Les caractéristiques des bouches de soufflage........................................... 20
4.1.2. • Le dimensionnement en débit des bouches de soufflage......................... 21
4.1.3. • L’implantation des bouches de soufflage.................................................... 22
4.2. • Les passages de transit............................................................................................. 23
4.3. • Les bouches d’extraction........................................................................................... 24
4.3.1. • Les caractéristiques des bouches d’extraction........................................... 24
4.3.2. • Le dimensionnement des bouches d’extraction........................................ 25
4.4. • Le réseau de conduits................................................................................................ 25
4.4.1. • Les différents types de conduits.................................................................. 25
4.4.2. • La conception et le dimensionnement du réseau...................................... 26
4.4.3. • Le calorifuge des conduits........................................................................... 27
4.5. • L’unité de ventilation.................................................................................................. 28
4.5.1. • La marque NF VMC....................................................................................... 28
4.5.2. • L’implantation et l’accès............................................................................... 29
4.5.3. • Le dimensionnement aéraulique................................................................. 29
4.6. • La prise d’air neuf et le rejet de l’air extrait............................................................. 30
4.7. • Le système de surventilation..................................................................................... 30
4
Conception : LENOX – Illustrations : COSTIC – Éditeur : AQC – ISBN : 978-2-35443-344-4
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
5.1. • Les bouches de soufflage.......................................................................................... 32
5.2. • Les passages de transit............................................................................................. 33
5.3. • Les bouches d’extraction........................................................................................... 34
5.4. • Les conduits et leur calorifuge.................................................................................. 34
5.4.1. • Pose des conduits......................................................................................... 34
5.4.2. • Raccords........................................................................................................ 35
5.4.3. • Pose du calorifuge........................................................................................ 35
5.5. • L’unité de ventilation.................................................................................................. 36
5.5.1. • Pose de l’unité de ventilation....................................................................... 36
5.5.2. • Raccordement électrique............................................................................. 36
5.5.3. • Raccordement des condensats.................................................................... 37
5.5.4. • Raccordement de l’unité de ventilation à la prise d’air neuf et au rejet..... 37
5.6. • Autocontrôle de l’installation.................................................................................... 37
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
5 - Installation.......................................................................................... 32
PROGRAMME
VMC DOUBLE FLUX EN HABITAT INDIVIDUEL – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT, INSTALLATION ET MISE EN SERVICE, ENTRETIEN ET MAINTENANCE
6 - Mise en service et mise en main...................................... 38
7 - Entretien et maintenance....................................................... 40
7.1. • Les spécifications réglementaires............................................................................. 40
7.2. • L’entretien de l’installation de VMC double flux...................................................... 40
7.2.1. • Les bouches de soufflage.............................................................................. 40
7.2.2. • Les bouches d’extraction.............................................................................. 40
7.2.3. • Les conduits................................................................................................... 41
7.2.4. • L’unité de ventilation..................................................................................... 41
8 - ANNEXES............................................................................................ 43
Neuf
ANNEXE 1 : EXEMPLES DE SOLUTIONS ACOUSTIQUES
DU CSTB POUR LES BOUCHES D’EXTRACTION..................................... 44
ANNEXE 2 : EXEMPLE DE FICHE D’AUTOCONTROLE
DE FIN DE CHANTIER.................................................................................. 45
5
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
1
PROGRAMME
Domaine d’application
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
VMC DOUBLE FLUX EN HABITAT INDIVIDUEL – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT, INSTALLATION ET MISE EN SERVICE, ENTRETIEN ET MAINTENANCE
Ces Recommandations professionnelles traitent des systèmes de ventilation mécanique contrôlée (VMC) double flux autoréglables mis en
œuvre dans l’habitat individuel neuf.
Elles spécifient les règles techniques :
• de conception et de dimensionnement ;
• de mise en œuvre ;
• de maintenance.
En présence d’appareils de combustion, ces Recommandations professionnelles ne s’appliquent que dans les cas où l’installation de ventilation coexiste avec :
• tout type d’appareil à circuit de combustion étanche ;
• tout type d’appareil à combustion installé dans un local spécifique ;
• tout type d’appareil à combustion couvert par la réglementation relative aux règles techniques et de sécurité applicables
aux installations de gaz combustibles et d’hydrocarbures liquéfiés situées à l’intérieur des bâtiments d’habitation ou de leurs
dépendances.
Il est conseillé que l’appareil à combustion localisé dans
une pièce desservie par le système de VMC double flux soit
étanche afin de garantir la performance attendue.
Neuf
!
7
Références
PROFESSIONNELS
2
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
VMC DOUBLE FLUX EN HABITAT INDIVIDUEL – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT, INSTALLATION ET MISE EN SERVICE, ENTRETIEN ET MAINTENANCE
2.1. • Références réglementaires
■■ Circulaire du 9 août 1978 modifiée relative à la révision
du Règlement Sanitaire Départemental Type (RSDT)
■■ Arrêté du 24 mars 1982 modifié relatif aux dispositions relatives
à l’aération des logements
■■ Arrêté du 31 janvier 1986 modifié relatif à la protection contre l’incendie des bâtiments d’habitation
■■ Arrêté du 30 mai 1996 modifié relatif aux modalités de classement des infrastructures de transports terrestres et à l’isolement
acoustique des bâtiments d’habitation dans les secteurs affectés
par le bruit
■■ Arrêté du 30 juin 1999 relatif aux caractéristiques acoustiques
des bâtiments d'habitation
■■ Arrêté du 1er août 2006 fixant les dispositions prises pour l’application des articles R. 111-18 à R 111-18-7 du Code de la construction
et de l’habitation relatives à l’accessibilité aux personnes handicapées des bâtiments d’habitation collectifs et des maisons individuelles lors de leur construction
■■ Décret du 31 août 2006 relatif à la lutte contre les bruits de voisinage et modifiant le code de la santé publique
Neuf
■■ Arrêté du 26 octobre 2010 relatif aux caractéristiques thermiques
et aux exigences de performance énergétique des bâtiments nouveaux et des parties nouvelles de bâtiments (RT 2012)
8
■■ NF C 15-100 – Installations électriques à basse tension
■■ NF EN 12097 – Ventilation des bâtiments – Réseau de conduits –
Exigences relatives aux composants destinés à faciliter l'entretien
des réseaux de conduits
■■ NF EN 12236 – Ventilation des bâtiments – Supports et appuis
pour réseau de conduits – Prescriptions de résistance
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
■■ NF DTU 68.3 P1-1-1 – Installations de ventilation mécanique–
Partie 1-1-1 : Règles générales de calcul, dimensionnement et mise
en œuvre
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
2.2. • Références normatives
PROGRAMME
VMC DOUBLE FLUX EN HABITAT INDIVIDUEL – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT, INSTALLATION ET MISE EN SERVICE, ENTRETIEN ET MAINTENANCE
■■ NF EN 12792 – Ventilation des bâtiments – Symboles, terminologie
et symboles graphiques
■■ NF EN 13141-2 – Ventilation des bâtiments – Essais des performances des composants/produits pour la ventilation des logements
– Partie 2 : bouches d'air d'évacuation et d'alimentation
■■ NF EN 13141-4 – Ventilation des bâtiments – Essais des performances des composants/produits pour la ventilation des logements
– Partie 4 : ventilateurs utilisés dans les systèmes de ventilation
des logements
■■ NF EN 13141-7 – Ventilation des bâtiments – Essais de performances des composants/produits pour la ventilation des logements
– Partie 7 : Essais de performance des centrales double flux (y compris la récupération de chaleur) pour les systèmes de ventilation
mécaniques prévus pour des logements individuels
■■ NF EN 15242 – Ventilation des bâtiments – Méthodes de calcul
pour la détermination des débits d'air dans les bâtiments y compris
les infiltrations
■■ NF EN 15251 – Critères d’ambiance intérieure pour la conception et l’évaluation de la performance énergétique des bâtiments
couvrant la qualité de l’air intérieur, la thermique, l’éclairage
et l’acoustique
■■ NF EN ISO 7730 – Ambiances thermiques modérées – Détermination
des indices PMV et PPD et spécifications des conditions de confort
thermique
■■ Ventilation – Guide d’accompagnement et fiches d’autocontrôle
en habitat collectif – FFB, Ministère de l’égalité des territoires
et du logement, Ministère de l’écologie, du développement durable
et de l’énergie – 2013
Neuf
2.3. • Autres documents
9
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
Neuf
10
VMC DOUBLE FLUX EN HABITAT INDIVIDUEL – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT, INSTALLATION ET MISE EN SERVICE, ENTRETIEN ET MAINTENANCE
■■ Exemples de solutions acoustiques – Réglementation acoustique
2000 – Mai 2002
■■ Référentiel de certification Ventilation mécanique contrôlée –
N° d’application : NF 205
■■ Rapport Règles de l’Art Grenelle Environnement – Solutions de diffusion d’air en ventilation double flux dans l’habitat – Juin 2014
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
3
PROGRAMME
Principe, réglementation
et systèmes de VMC double
flux
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
VMC DOUBLE FLUX EN HABITAT INDIVIDUEL – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT, INSTALLATION ET MISE EN SERVICE, ENTRETIEN ET MAINTENANCE
3.1. • Principe de la VMC double flux
Le principe de la ventilation double flux est d’insuffler de l’air neuf
dans les pièces principales par des bouches de soufflage et d’extraire
l’air vicié par des bouches d’extraction dans les pièces de service (cuisine, WC, salle de bains).
Une unité de ventilation double flux comprend :
• un ventilateur d’extraction et un ventilateur d’insufflation ;
• des filtres ;
• éventuellement, un récupérateur de chaleur (échangeur statique
à plaques, rotatif) ;
• éventuellement, une pompe à chaleur sur l’air extrait (double
flux thermodynamique) ;
• éventuellement, un bipasse permettant qu’au moins un des flux
ne transite pas par l’échangeur.
Ces différents éléments peuvent être combinés en un seul ensemble
ou en plusieurs blocs.
Neuf
La (Figure 1) présente le principe de la ventilation double flux.
11
PROFESSIONNELS
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
VMC DOUBLE FLUX EN HABITAT INDIVIDUEL – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT, INSTALLATION ET MISE EN SERVICE, ENTRETIEN ET MAINTENANCE
s Figure 1 : Principe d’une installation de VMC double flux en habitat individuel
3.2. • La fonction de la VMC double flux
Le système de ventilation a pour rôle d’apporter des conditions d’ambiance intérieure permettant d’assurer le confort et la santé des occupants tout en préservant le bâtiment.
Les missions fondamentales de la ventilation sont :
• apporter l’air hygiénique nécessaire aux occupants ;
• évacuer les odeurs et les polluants accumulés par l’activité
humaine ;
• éliminer l’excès d’humidité.
Ces fonctions de base sont à compléter par des contraintes :
• limiter les consommations énergétiques ;
• éviter la propagation du bruit.
On peut classer ces points en trois catégories : la première concernant
l’hygiène et le confort des occupants, la deuxième orientée sur la préservation du bâtiment et la dernière sur les économies d’énergie.
3.2.1. • Le confort et l’hygiène
Il s’agit là de la fonction première de la ventilation.
Neuf
De la simple présence humaine aux activités domestiques en passant
par l’utilisation de certains produits et matériaux, tout est source de
pollution au sein d’un local.
12
Pour le confort des occupants, il est indispensable de maintenir
une humidité relative minimale de 30% afin d’éviter les effets désagréables de dessèchement des muqueuses nasales et des lèvres.
Du point de vue de la préservation du bâtiment, la ventilation permet
de « réguler » l’humidité dans les pièces. On estime que l’humidité
relative de l’air ramenée à la température intérieure de la paroi doit
rester, en moyenne, inférieure à 75% pour éviter le développement de
moisissures et réduire au minimum celui des acariens.
3.2.3. • Les économies d’énergie
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
3.2.2. • La préservation du bâti
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
Le confort des occupants est aussi dépendant de la vitesse de l’air circulant dans les pièces. Il est important que le renouvellement de l’air
se fasse sans courant d’air.
PROGRAMME
VMC DOUBLE FLUX EN HABITAT INDIVIDUEL – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT, INSTALLATION ET MISE EN SERVICE, ENTRETIEN ET MAINTENANCE
Dans le contexte énergétique actuel, la ventilation prend une place
de plus en plus importante. En effet, elle est d’un côté indispensable
au confort et de l’autre énergivore. Ces consommations doivent être
maîtrisées.
Afin d’éviter un impact thermique négatif lié au déséquilibre des
débits ne passant pas par l’échangeur, l’équilibre des débits par logement doit être recherché. Ce point sera développé dans le chapitre
conception et dimensionnement.
!
L’enjeu de la ventilation est de concilier la qualité de l’air
intérieur à la performance énergétique.
3.3. • Les différentes architectures de réseau
Deux architectures de réseau sont distinguées :
• pieuvre : chaque bouche est raccordée directement à l’unité
double flux ou à l’échangeur. Ce type de montage exclut les
réglages de débit au niveau de l’unité de ventilation. La régulation s'effectue à l'aide de composants disposés dans les
conduits ou sur les bouches ;
Neuf
• branche : plusieurs bouches sont raccordées sur un même
conduit. La régulation s'effectue à l'aide de composants disposés au niveau de l’unité double flux, dans les conduits ou sur
les bouches.
13
PROFESSIONNELS
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
VMC DOUBLE FLUX EN HABITAT INDIVIDUEL – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT, INSTALLATION ET MISE EN SERVICE, ENTRETIEN ET MAINTENANCE
s Figure 2 : Architectures d’une installation de VMC double flux en habitat individuel
3.4. • Les textes réglementaires
Les bâtiments doivent répondre à la réglementation en vigueur au
moment du dépôt de leur permis de construire.
Outre la réglementation thermique, la ventilation doit satisfaire à trois
exigences réglementaires:
• sanitaire ;
• acoustique ;
• accessibilité aux personnes handicapées.
3.4.1. • Sanitaire
La VMC doit permettre d’extraire les polluants de l’air intérieur pour
maintenir une ambiance saine et agréable.
L’arrêté du 24 mars 1982 modifié, actuellement en application, fixe les
débits que doivent pouvoir extraire les dispositifs de ventilation. Ces
valeurs sont répertoriées à la (Figure 3).
Neuf
Nombre
de pièces
principales
du logement
14
Global
mini
Débits à extraire
pouvant être atteints simultanément ou non (m3/h)
Cuisine
Salle de bains
WC
ou
Autres
de douches
salles
mulmini maxi commune ou non d'eau unique
tiples
avec les WC
1
35
20
75
15
15
15
15
2
60
30
90
15
15
15
15
3
75
45
105
30
15
15
15
4
90
45
120
30
15
30
15
5
105
45
135
30
15
30
15
6
120
45
135
30
15
30
15
7
135
45
135
30
15
30
15
s Figure 3 : Débits à extraire imposés par l’arrêté du 24 mars 1982 modifié
Le schéma de la (Figure 4) présente les différentes sources de bruits
d’une installation de VMC double flux :
• 1 et 2 : bruit généré par l’unité de ventilation et ses moteurs ;
• 3 : bruit rayonné par l’unité de ventilation à l’extérieur ;
• 4 : bruit transmis par l’unité de ventilation à la structure.
En ventilation double flux, l'absence d'entrée d'air en façade supprime la transmission des bruits extérieurs.
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
Un grand nombre de points est à considérer pour réaliser une installation de ventilation double flux.
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
3.4.2. • Acoustique
PROGRAMME
VMC DOUBLE FLUX EN HABITAT INDIVIDUEL – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT, INSTALLATION ET MISE EN SERVICE, ENTRETIEN ET MAINTENANCE
s Figure 4 : Niveaux sonores transmis au logement
Bruit généré au niveau des bouches d’extraction
et de soufflage (bruits 1 et 2)
L’arrêté du 30 juin 1999 relatif aux caractéristiques acoustiques de
bâtiments d’habitation précise les niveaux à ne pas dépasser.
Le niveau de pression acoustique normalisé, LnAT, du bruit engendré par une installation de ventilation mécanique en position de débit
minimal est limité à 30 dB(A) dans les pièces principales et 35 dB(A)
dans la cuisine du logement.
Bruit rayonné par le caisson d’extraction à l’extérieur
(bruit 3)
• 5 dB(A) en période diurne (de 7 h à 22 h) ;
• 3 dB(A) en période nocturne (de 22 h à 7 h).
Neuf
Le décret du 31 août 2006 relatif à la lutte contre les bruits de voisinage modifiant le Code de la santé publique fixe les limites du bruit
du voisinage qui se caractérise par une émergence sonore maximale
par rapport aux bruits dits « résiduels » de :
15
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
VMC DOUBLE FLUX EN HABITAT INDIVIDUEL – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT, INSTALLATION ET MISE EN SERVICE, ENTRETIEN ET MAINTENANCE
Un terme correctif variant de 0 à 6 peut s’ajouter en fonction de la
durée cumulée d’apparition du bruit particulier (Figure 5).
Durée cumulée d’apparition du bruit généré
par l’équipement : T
Terme correctif en dB(A)
T ≤ 1 minute
6*
1 minute < T ≤ 5 minutes
5
5 minutes < T ≤ 20 minutes
4
20 minutes < T ≤ 2 heures
3
2 heures < T ≤ 4 heures
2
4 heures < T ≤ 8 heures
1
T > 8 heures
0
* La durée de la mesure du niveau de bruit ambiant est étendue à 10 secondes lorsque la durée cumulée
d’apparition du bruit particulier est inférieure à 10 secondes.
s Figure 5 : Terme correctif en fonction de la durée cumulée d’apparition du bruit
3.4.3. • Sécurité incendie
Conformément à l'arrêté du 31 Janvier 1986 modifié, les habitations
individuelles sont classées en 1ère et 2ème famille. Pour ces deux familles,
il n’existe aucune exigence vis-à-vis de la propagation du feu.
3.4.4. • Accessibilité aux personnes handicapées
Conformément aux exigences de l’arrêté du 1er août 2006, tous les
dispositifs de commande et de manœuvre doivent être :
• situés à une hauteur comprise entre 0,90 et 1,30 m du sol ;
• manœuvrables en position « debout » comme en position
« assise ».
3.5. • Les différents types d’échangeurs
Le récupérateur de chaleur d’une ventilation double flux est l’élément
central qui permet l’échange de chaleur entre l’air extrait et l’air neuf.
Les performances de l’échangeur sont variables selon les technologies utilisées. Actuellement, il existe plusieurs technologies de récupérateurs de chaleur pour une ventilation double flux :
• les échangeurs statiques et rotatifs ;
• les échangeurs thermodynamiques.
Neuf
Il existe également des échangeurs enthalpiques, non décrits ici.
16
PROFESSIONNELS
PROGRAMME
Les échangeurs statiques sont des échangeurs à plaques pouvant être
à courants croisés, à contre-courants croisés ou encore à contre-courants (Figure 6). Le principe repose sur l’échange de chaleur entre deux
fluides à travers une paroi. Leur mélange est ainsi évité.
DES
Les récupérateurs de chaleur à échangeur statique
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
3.5.1. • Les échangeurs statiques et rotatifs
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
VMC DOUBLE FLUX EN HABITAT INDIVIDUEL – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT, INSTALLATION ET MISE EN SERVICE, ENTRETIEN ET MAINTENANCE
s Figure 6 : Les différents types d’échangeurs statiques
Les différences d’efficacité des échangeurs présentés en (Figure 6) s’expliquent par la longueur de contact entre les deux flux d’air (air extrait
et air neuf). Dans le cas de l’échangeur à courants croisés, les flux ne
font que se croiser, tandis que pour l’échangeur à contre-courants
croisés, ils sont en contact sur une longueur l de l’échangeur avant de
se croiser. De ce fait, leur efficacité est supérieure.
L’échangeur à contre-courants ne permet pas le croisement des flux
mais privilégie la surface de contact entre les deux flux de sorte que le
rapport l/b soit supérieur à 2.
Commentaire
Les échangeurs statiques à plaques permettent uniquement le transfert de chaleur sensible.
Les récupérateurs de chaleur à échangeur rotatif
Comme le récupérateur à échangeur statique, l’échangeur rotatif permet un échange de chaleur sensible entre l’air extrait et l’air neuf mais
en complément, il peut également transmettre l’humidité entre les
flux d’air.
Neuf
Le principe de récupération de chaleur consiste à faire circuler l’air
extrait à travers la roue (Figure 7). Le médium traversé par ce flux se
charge en chaleur et en humidité. Le mouvement de rotation de la
roue est lent et continu, l’air neuf traverse alors la partie du médium
chargée en chaleur et en humidité qui lui sont restituées. Le médium
se décharge et le mouvement de rotation de la roue permet la régénération de la partie de l’élément déchargée.
17
PROFESSIONNELS
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
VMC DOUBLE FLUX EN HABITAT INDIVIDUEL – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT, INSTALLATION ET MISE EN SERVICE, ENTRETIEN ET MAINTENANCE
s Figure 7 : Principe d’un échangeur rotatif
!
L’échangeur rotatif sans secteur de purge peut entraîner un
mélange entre l’air extrait et l’air neuf.
3.5.2. • Les échangeurs thermodynamiques
La ventilation mécanique contrôlée double thermodynamique ne se
compose pas d’un récupérateur de chaleur comme présenté précédemment mais d’une pompe à chaleur air extrait/air neuf, comme le
montre la (Figure 8).
Les circuits d’extraction et d’insufflation sont séparés. L’échange de
chaleur s’effectue uniquement par le système thermodynamique.
La pompe à chaleur est équipée d’une vanne d’inversion de cycle afin
d’assurer la réversibilité des échangeurs et permettre les deux modes
de fonctionnements selon la saison :
• mode préchauffage : il est utilisé en hiver ou en mi-saison. La
pompe à chaleur récupère la chaleur de l’air extrait par l’intermédiaire de l’évaporateur et la transfère à l’air neuf à l’aide du
condenseur ;
• mode rafraîchissement : il est utilisé en été. Par la réversibilité
du cycle thermodynamique, l’évaporateur soustrait la chaleur
de l’air neuf pour la restituer à l’air extrait du bâtiment.
En mi-saison, la pompe à chaleur peut être inutile. Elle est mise à l’arrêt et seuls les ventilateurs d’extraction et d’insufflation fonctionnent.
Neuf
Les performances de ces systèmes sont déterminées par le coefficient
de performance (COP) de la pompe à chaleur en mode préchauffage.
18
PROFESSIONNELS
Neuf
s Figure 8 : Schéma de principe de la ventilation double flux thermodynamique
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
VMC DOUBLE FLUX EN HABITAT INDIVIDUEL – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT, INSTALLATION ET MISE EN SERVICE, ENTRETIEN ET MAINTENANCE
19
Conception
et dimensionnement
PROFESSIONNELS
4
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
VMC DOUBLE FLUX EN HABITAT INDIVIDUEL – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT, INSTALLATION ET MISE EN SERVICE, ENTRETIEN ET MAINTENANCE
L'installation est dimensionnée de façon à satisfaire les exigences
réglementaires définies au chapitre 3 (cf. 3), notamment en matière de
débits et d'acoustique (limitation du bruit propre des bouches et du
bruit de l’unité de ventilation transmis par les conduits). En particulier,
la différence de pression de part et d'autre de chaque bouche doit rester comprise, quelles que soient les conditions de fonctionnement de
l'installation, dans la plage de différence de pression définie, en soufflage comme en extraction.
!
L’accès à l’installation doit être prévu dès la conception,
notamment pour la maintenance de l’unité de ventilation
et le remplacement des filtres. Les ventilateurs, purges
éventuelles d'eau et organes de réglage doivent être accessibles. Les accès ne doivent pas présenter de risque pour la
sécurité des intervenants et être suffisamment éclairés.
4.1. • Les bouches de soufflage
4.1.1. • Les caractéristiques des bouches
de soufflage
Les bouches de soufflage sont caractérisées par les paramètres
suivants :
• le débit d’air nominal ;
Neuf
• la portée de jet libre ;
20
• la perte de charge ;
• le niveau de puissance acoustique.
La perte de charge de la bouche de soufflage est utilisée pour le calcul
des pertes de charge du réseau et la détermination de la pression disponible du ventilateur d’insufflation. Elle est généralement exprimée
en Pascal (Pa).
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
La portée de jet libre est la distance entre la bouche de soufflage et le
point où le centre du jet d’air est à une vitesse inférieure à la vitesse
terminale (généralement comprise entre 0,25 et 0,5 m/s). Elle est donnée pour un jet libre isotherme c’est-à-dire à la même température
que l’ambiance et sans perturbation extérieure (adhérence à une
paroi…).
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
Le débit d’air nominal de la bouche est exprimé en m3/h. Il doit correspondre au débit de dimensionnement (cf. 4.1.2).
PROGRAMME
VMC DOUBLE FLUX EN HABITAT INDIVIDUEL – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT, INSTALLATION ET MISE EN SERVICE, ENTRETIEN ET MAINTENANCE
Le niveau de puissance acoustique pondérée Lw (en dB(A)) est donné
afin de respecter la réglementation sur le bruit généré par l’installation de ventilation (cf. 3.4.2).
Il convient de choisir des bouches adaptées à un usage en insufflation.
Les modèles à ailettes mobiles légèrement inclinées vers le plafond
(de l’ordre de 30°) sont conseillés.
La bouche de soufflage doit présenter une plage de débits adaptée au
dimensionnement, tout en étant la plus restreinte possible (et proche
des débits souhaités).
Afin de favoriser le brassage du volume, le choix doit se porter vers
des bouches de soufflage présentant des portées de jet élevées, dans
la limite de la longueur de la pièce.
Les bouches de soufflage ne doivent pas être obturables.
!
Il est important de choisir des bouches de soufflage spécifiques à un usage en insufflation.
4.1.2. • Le dimensionnement en débit
des bouches de soufflage
La (Figure 9) propose des valeurs de débit minimal insufflé dans les
pièces principales (séjour, chambres) afin d’assurer un équilibre avec
le débit extrait minimal réglementaire du logement selon l’arrêté du
24 mars 1982 modifié (cf. 3.4.1).
Neuf
Ces valeurs reposent sur le principe de desservir chaque pièce principale selon les besoins.
21
PROFESSIONNELS
DES
Nombre
de pièces
Type de Global Global
princisanitaires mini
maxi
pales du
logement
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
VMC DOUBLE FLUX EN HABITAT INDIVIDUEL – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT, INSTALLATION ET MISE EN SERVICE, ENTRETIEN ET MAINTENANCE
Débits insufflés
en m3/h
Débits extraits en m3/h
1
2
3
4
5
6
Cuisine
(mini/
maxi)
Salle
de
bains
WC
Séjour Chambre
(mini)
(mini)
1 Sdb /WC
35
90
20/75
15
-
35
-
1 Sdb 1 WC
50
105
20/75
15
15
50
-
1 Sdb / WC
60
120
30/90
30
-
30
30
1 Sdb 1 WC
60
120
30/90
15
15
30
30
1 Sdb 2 WC
75
135
30/90
15
15
45
30
2 Sdb 1 WC
75
135
30/90
15
15
45
30
2 Sdb 2 WC
90
150
30/90
15
15
60
30
1 Sdb / WC
75
135
45/105
30
-
35
20
1 Sdb 1 WC
90
150
45/105
30
15
30
30
1 Sdb 2 WC
105
165
45/105
30
15
45
30
2 Sdb 1 WC
120
180
45/105
30
15
60
30
2 Sdb 2 WC
135
195
45/105
30
15
75
30
1 Sdb / WC
90
165
45/120
30
-
30
20
1 Sdb 1 WC
105
180
45/120
30
30
45
20
1 Sdb 2 WC
105
180
45/120
30
15
45
20
2 Sdb 1 WC
135
210
45/120
30
30
45
30
2 Sdb 2 WC
135
210
45/120
30
15
45
30
1 Sdb 1 WC
105
195
45/135
30
30
25
20
1 Sdb 2 WC
105
195
45/135
30
15
25
20
2 Sdb 1 WC
135
225
45/135
30
30
55
20
2 Sdb 2 WC
135
225
45/135
30
15
55
20
1 Sdb 1 WC
105
195
45/135
30
30
40
20
1 Sdb 2 WC
105
195
45/135
30
15
40
20
2 Sdb 1 WC
135
225
45/135
30
30
55
20
2 Sdb 2 WC
135
225
45/135
30
15
55
20
2 Sdb 3 WC
150
240
45/135
30
30
30
30
3 Sdb 2 WC
165
255
45/135
30
15
45
30
s Figure 9 : Propositions de débits insufflés dans les pièces principales
4.1.3. • L’implantation des bouches de soufflage
Les bouches de soufflage sont disposées dans les pièces principales,
sur une paroi verticale ou au plafond, en fonction des dispositions
prévues dans les notices des fabricants.
Neuf
Il convient de positionner la bouche de soufflage de façon à assurer le
balayage le plus complet du local, en tenant compte de la portée de
jet et de la localisation de la sortie d’air.
22
La bouche de soufflage doit être installée à une distance relativement faible du plafond (inférieure à 30 cm) afin de bénéficier de l’effet
Coanda.
Bien qu’il existe une hauteur critique en dessous de laquelle le phénomène est plus atténué, la ventilation de pièces avec de tels obstacles
doit faire l’objet d’une étude spécifique.
Dans le cas d’une pièce en forme de L, l’amenée d’air peut être assurée :
• soit en plaçant une bouche dans l’angle de la pièce, en séparant
le jet d’air de façon à ventiler chacune des branches ;
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
La présence d’obstacles au plafond (poutres apparentes par exemple)
le long du développement du jet d’air peut perturber fortement sa
propagation et l’effet Coanda d’adhérence à la paroi.
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
L’implantation doit être telle que, dans la zone d’occupation, conformément à la norme NF EN ISO 7730, la vitesse d’air ne dépasse pas
0,2 m/s (valeur pour une personne au repos).
PROGRAMME
VMC DOUBLE FLUX EN HABITAT INDIVIDUEL – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT, INSTALLATION ET MISE EN SERVICE, ENTRETIEN ET MAINTENANCE
• soit en plaçant plusieurs bouches d’insufflation, chacune permettant la ventilation d’une partie du volume.
4.2. • Les passages de transit
Afin de respecter la règle dite du « balayage » définie dans l’arrêté
du 24 mars 1982 modifié, il est nécessaire de ménager des passages
de transit permettant la circulation de l’air depuis les pièces principales (séjour, chambres) vers les pièces humides (cuisine, salles de
bains, WC).
Les transferts d’air se font généralement sous les portes intérieures
qui doivent être détalonnées.
Ils doivent être dimensionnés de façon à ce que la différence de
pression de part et d'autre de la porte en position fermée soit inférieure à 5 Pa.
Les valeurs de détalonnage sont rappelées en chapitre 5.2 (cf. 5.2).
Une autre solution consiste à placer des grilles de transfert d’air. Elles
doivent être correctement dimensionnées pour ne pas créer de pertes
de charge excessives ; Mais la contrainte acoustique est d’autant plus
forte que l’on augmente la dimension des grilles.
Neuf
Dans le cas spécifique de la surventilation décrite en chapitre 4.7
(cf. 4.7), les passages de transit doivent être dimensionnés en prenant
en compte le débit nominal entrant ou sortant de la pièce.
23
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
VMC DOUBLE FLUX EN HABITAT INDIVIDUEL – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT, INSTALLATION ET MISE EN SERVICE, ENTRETIEN ET MAINTENANCE
4.3. • Les bouches d’extraction
4.3.1. • Les caractéristiques des bouches
d’extraction
Les bouches d’extraction extraient l’air vicié des pièces de service
(cuisine, salle de bains, WC) de la maison. Elles sont fixes ou autoréglables. En complément, elles peuvent également répondre aux
objectifs d’atténuation acoustique et de non propagation du feu.
Les bouches d'extraction autoréglables permettent de réguler le débit
d’air en fonction de la différence de pression à laquelle elles sont
soumises. Cette fonction se juge par la conformité à la norme NF E
51-713. Elles font l’objet d’un droit d’usage de la marque NF 205 1.
Les bouches d’extraction autoréglables sont caractérisées par :
• leurs débits types ;
• leurs plages de pression ;
• leurs caractéristiques acoustiques.
Elles sont disponibles en deux versions :
• bouches à double débit pour les cuisines : 20/75, 30/90, 45/105,
45/120, 45/135 m3/h ;
• bouches à un seul débit d'extraction pour les salles de bains,
WC : 15, 30 m3/h.
La (Figure 10) montre par exemple que la bouche 45/135 m3/h est autoréglable entre 50 et 160 Pa.
Neuf
s Figure 10 : Exemple de plage d’utilisation d’une bouche d’extraction autoréglable
24
■ 1 La certification est une démarche volontaire non obligatoire.
Pour faciliter le respect des exigences acoustiques réglementaires, le
CSTB propose des exemples de solutions de choix des bouches d’extraction. Voir en [Annexe 1].
4.4. • Le réseau de conduits
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
L’arrêté du 24 mars 1982 modifié fixe les valeurs de débits à extraire
dans les différentes pièces de service du logement. Elles sont indiquées en (Figure 9).
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
4.3.2. • Le dimensionnement des bouches
d’extraction
PROGRAMME
VMC DOUBLE FLUX EN HABITAT INDIVIDUEL – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT, INSTALLATION ET MISE EN SERVICE, ENTRETIEN ET MAINTENANCE
Cette partie concerne les réseaux d’insufflation et d’extraction qui
doivent être distincts pour éviter tout échange ou recyclage direct
d’air, interdit en habitat.
4.4.1. • Les différents types de conduits
Les conduits aérauliques utilisés sont des conduits souples, rigides ou
semi-rigides, généralement en matériau plastique. Ils peuvent être circulaires, rectangulaires ou carrés.
Le tableau de la (Figure 11) montre la sensibilité des différents conduits
aux paramètres suivants : pertes de charges, acoustique, mise en
œuvre et entretien.
Les conduits souples
Les conduits souples sont largement utilisés en maison individuelle et
bénéficient d’une facilité d’installation. Le calorifuge de ces conduits
(épaisseur de l'isolant de 25 ou 50 mm) permet leur utilisation en
comble non chauffé.
Les conduits rigides
L’utilisation de conduits rigides permet de s’assurer de la qualité du
réseau installé puisque les changements de direction sont effectués
par des accessoires. Néanmoins, le raccordement à l’unité double flux
est réalisé en conduit souple afin de limiter la propagation acoustique.
Les conduits semi-rigides
Neuf
Les conduits en PEHD 2 sont robustes et permettent d'obtenir une
bonne isolation acoustique. La mise en œuvre est simple et rapide et
ne nécessite pas de coude pour effectuer les changements de direction.
■ 2 Polyéthylène haute densité.
25
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
VMC DOUBLE FLUX EN HABITAT INDIVIDUEL – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT, INSTALLATION ET MISE EN SERVICE, ENTRETIEN ET MAINTENANCE
Pertes de charge
Acoustique
Mise en œuvre
Entretien
Conduits
souples
Conduits
rigides
Conduits
semi-rigides
s Figure 11 : Avantages et inconvénients des différents types de conduits
4.4.2. • La conception et le dimensionnement
du réseau
Le réseau doit être conçu en réduisant les pertes de charge et donc le
nombre de coudes et de dévoiements.
Il est recommandé de rechercher un tracé limitant le croisement des
réseaux de soufflage et de reprise.
Lorsque les réseaux sont installés en faux-plafond, il est recommandé
de rassembler toutes les distributions au même endroit de manière à
limiter les zones du logement où le plafond est abaissé.
Le dimensionnement des conduits consiste à déterminer leur diamètre en fonction du débit d’air et de la vitesse. Plus le diamètre est
faible, plus l’installation est aisée en faux-plafond. Par contre, plus la
vitesse est élevée, ce qui risque d’engendrer des nuisances sonores
au niveau des bouches de soufflage.
Dans le cadre d’un dimensionnement simplifié du réseau pour la maison individuelle, les tableaux suivants donnent les diamètres hydrauliques à utiliser selon les débits véhiculés, pour les conduits rigides et
semi-rigides (Figure 12) et pour les conduits souples (Figure 13). Les pertes
de charge linéaires sont indiquées à titre informatif.
Le diamètre hydraulique (Dh) d’un conduit rectangulaire correspond
au diamètre d’un conduit circulaire fictif engendrant les mêmes
pertes de charge, à vitesse d’air identique. Il est défini par la relation
suivante :
Dh= 2.a.b/(a+b)
Pour des raisons acoustiques, la vitesse d’air ne doit pas excéder les
valeurs suivantes :
• 4 m/s lorsque le conduit véhicule le débit d’une seule bouche ;
• 5 m/s lorsque le conduit véhicule le débit de plusieurs bouches.
Neuf
Le réseau doit être dimensionné pour le débit requis (cf. 4.1.2) majoré
des fuites (valeur de 12 %).
26
30
2,4
80
50
1,9
100
85
1,7
125
150
1,7
150
200
1.2
160
270
1,5
200
420
1,1
63
30
2,4
80
50
1,9
100
85
1,7
125
195
2,7
150
285
2,3
160
320
2,0
200
500
1,6
4
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
63
Vitesse (m/s)
PROGRAMME
Pertes de charge linéaires
Diamètre
Débit maximal recom- (Pa/m) pour un conduit rigide
hydraulique (mm)
mandé (m3/h)
ou semi-rigide à intérieur
lisse
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
VMC DOUBLE FLUX EN HABITAT INDIVIDUEL – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT, INSTALLATION ET MISE EN SERVICE, ENTRETIEN ET MAINTENANCE
5
s Figure 12 : Diamètre hydraulique selon le débit pour des conduits rigides et semi-rigides
Diamètre
hydraulique
(mm)
Débit maximal
recommandé (m3/h)
Pertes de charge linéaires
(Pa/m) pour un conduit
souple
80
30
2,2
100
75
4
125
135
4
150
230
5
160
260
4
200
400
3,1
80
30
2,2
100
75
4
125
135
4
150
280
7
160
320
6
200
500
4,7
Vitesse (m/s)
4
5
s Figure 13 : Diamètre hydraulique selon le débit pour des conduits souples
!
Le dimensionnement des conduits doit tenir compte de la
possibilité de surventilation. Si ce n’est pas le cas, le niveau
sonore dans les pièces sera trop élevé au moment de la
mise en route de cette fonctionnalité.
Les conduits d’air doivent être calorifugés selon les indications de résistance thermique de l’isolant données en (Figure 14) selon leur localisation.
Neuf
4.4.3. • Le calorifuge des conduits
27
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
VMC DOUBLE FLUX EN HABITAT INDIVIDUEL – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT, INSTALLATION ET MISE EN SERVICE, ENTRETIEN ET MAINTENANCE
Pour un isolant de conductivité λ de 0,04 W/m.K et en considérant une
continuité de l’isolant, une résistance thermique de 1,2 m².K/W est
obtenue avec une épaisseur d’isolant d’environ 50 mm et une résistance de 0,6 m².K/W avec une épaisseur d’environ 25 mm.
Les gaines techniques doivent être prévues en prenant en compte la
dimension extérieure des réseaux, incluant leur calorifuge.
Localisation
des réseaux
Type de flux
Exigence de résistance
thermique R de l’isolant du
conduit en m².K/W
Justification
Hors volume
chauffé
Air neuf et air
rejeté
Minimum 0,6
Evite la condensation
Hors volume
chauffé
Extraction et
soufflage
Minimum 1,2
Limite les déperditions
En volume
chauffé
Air neuf et air
rejeté
Minimum 0,6
Limite les transferts vers
l’intérieur
En volume
chauffé
Extraction et
soufflage
Aucune exigence
-
s Figure 14 : Exigences de résistance thermique des conduits en m².K/W
4.5. • L’unité de ventilation
4.5.1. • La marque NF VMC
Le référentiel de certification NF Ventilation Mécanique Contrôlée
(NF VMC) créé en 1998 couvre depuis décembre 2009 les systèmes de
ventilation double flux.
L’objectif est de valoriser l’offre double flux en certifiant l’efficacité
énergétique annoncée par les fabricants. Sont concernées les unités
de ventilation double flux avec échangeur statique pour l’habitat individuel, monobloc ou multibloc, avec une régulation du débit intégrée
ou non à l’unité. Il s’agit d’unités à haute performance à moteur basse
consommation, dotées d’un échangeur haute efficacité.
Les unités avec échangeur thermodynamique sont pour le moment
exclues de la certification. Cette certification porte sur les caractéristiques d’efficacité thermique (récupération de chaleur), de performance aéraulique et de puissance électrique, selon la norme NF EN
13141-7. Une des exigences du référentiel NF est d’avoir une efficacité
thermique supérieure ou égale à 85 %.
Neuf
Par ailleurs, la puissance électrique pondérée (exprimée en W-Th-C)
pour les deux ventilateurs doit rester inférieure aux valeurs de références indiquées dans le référentiel.
28
À cela s’ajoute la conformité des performances aérauliques à différents points de fonctionnement. Également, parmi les conditions
d’admission, sont vérifiés les taux de fuite, le lien entre régulation et
commande, la sécurité électrique et les caractéristiques acoustiques.
PROFESSIONNELS
L’unité de ventilation doit être accessible (par un panneau amovible
par exemple) afin de réaliser l’entretien et la maintenance (dont le
remplacement régulier des filtres). L’accès doit être aisé et sans danger. Le lieu doit être suffisamment éclairé.
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
L’unité de ventilation ne peut être installée en combles sous toiture
inclinée que si des dispositions sont prises en vue d’en permettre
l’accessibilité.
PROGRAMME
Selon les configurations, il est recommandé de positionner les ventilateurs au-dessus des zones de circulation ou des sanitaires pour
réduire les risques de gêne acoustique.
DES
4.5.2. • L’implantation et l’accès
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
VMC DOUBLE FLUX EN HABITAT INDIVIDUEL – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT, INSTALLATION ET MISE EN SERVICE, ENTRETIEN ET MAINTENANCE
Elle est implantée de préférence en volume chauffé.
4.5.3. • Le dimensionnement aéraulique
Le choix de l’unité de ventilation consiste à dimensionner le ventilateur d’extraction et le ventilateur d’insufflation. Il s’agit de déterminer
le débit et la pression disponible pour chaque ventilateur.
Le dimensionnement des ventilateurs, notamment au soufflage, doit
tenir compte des pertes de charge des filtres et de leur évolution dans
le temps liée à l’encrassement.
Le ventilateur d’extraction
Les débits d’extraction doivent respecter les exigences de l’arrêté du
24 mars 1982 modifié (cf. 4.1.2).
Le dimensionnement de l’extraction est réalisé conformément au
NF DTU 68.3.
Le ventilateur d’insufflation
Afin de garantir les débits réglementaires d’extraction en tenant
compte des éventuelles fuites du bâtiment, les débits de soufflage
doivent être dimensionnés pour respecter à tout moment et notamment au débit maximal, la règle suivante :
« Le débit de soufflage est compris entre le débit extrait majoré du
débit de fuite du NF DTU 68.3 1-1-1, utilisé sous une dépression maximale de 20 Pa et le débit extrait minoré du débit de fuite du NF DTU
68.3 1-1-1, utilisé sous une dépression maximale de 20 Pa ».
Si la compensation par les fuites est insuffisante en cas de débits
déséquilibrés, le passage en débit maximal à l’extraction doit être
asservi à une augmentation du débit insufflé, ceci peut être réalisé par
des organes de régulation dits « bi-débits ».
Neuf
L’emploi de registres ou des régulateurs de débit autoréglables permet d’assurer une correcte répartition des débits de soufflage dans les
pièces principales de la maison.
29
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
VMC DOUBLE FLUX EN HABITAT INDIVIDUEL – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT, INSTALLATION ET MISE EN SERVICE, ENTRETIEN ET MAINTENANCE
Le chapitre 4.1.2 (cf. 4.1.2) propose des valeurs de répartition des
débits insufflés par pièce principale selon le nombre de pièces de la
maison.
4.6. • La prise d’air neuf et le rejet de l’air
extrait
La prise d’air neuf doit se faire à l’extérieur, dans une zone éloignée
des sources de pollution et des rejets d’air.
L'air extrait doit être rejeté à l'extérieur, soit directement depuis l’unité
de ventilation, soit par l'intermédiaire d'un conduit de refoulement, à
un endroit qui ne permette pas la reprise d’air vicié par les ouvrants
ou la prise d’air neuf de la VMC.
Le rejet d'air ne doit pas constituer une gêne pour le renouvellement
d’air de la maison et le voisinage. Le conduit de refoulement doit être
conçu de façon à ce qu'il ne puisse pas y avoir recirculation d'air vicié
vers les locaux.
Le rejet doit :
• être espacé le plus possible de toute prise d’air et de tout
ouvrant avec un minimum de 0,6 m ;
• tenir compte des vents dominants et des hauteurs des bâtiments.
Si ces dispositions ne peuvent pas être respectées, une note technique doit justifier l’implantation respective des prises et des rejets
d’air.
4.7. • Le système de surventilation
En surventilation, le débit d’extraction est généralement d’environ
350 m3/h.
Lors du passage en mode surventilation, les mêmes ratios d’extraction qu’en ventilation courante sont conservés. Le débit de surventilation d’une pièce d’extraction est donc égal au débit de base de la
pièce divisé par le débit total d’extraction et multiplié par le débit de
surventilation.
Neuf
Le débit de surventilation insufflé dans les pièces principales du
logement est égal au débit d’extraction de la surventilation. Un sous
dimensionnement du débit d’insufflation de la surventilation provoquerait une dépression dans le logement favorisant un débit traversant parasite à travers les défauts d’étanchéité de l’enveloppe.
30
Les réseaux d’insufflation et d’extraction doivent être dimensionnés
pour les débits de surventilation en respectant les vitesses maximales
définies au chapitre 4.4.2 (cf. 4.4.2).
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
Une partie seulement du réseau peut être dédiée à la surventilation. Cette partie
comporte alors un registre de compensation qui s’ouvre uniquement en cas de
besoin de surventilation. Le reste du réseau est dimensionné conventionnellement.
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
Commentaire
PROGRAMME
Les paramètres de confort doivent être respectés pour les débits de
surventilation. En particulier, il est recommandé de ne pas dépasser
une pression acoustique de 30 dB(A) dans les pièces principales.
Neuf
VMC DOUBLE FLUX EN HABITAT INDIVIDUEL – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT, INSTALLATION ET MISE EN SERVICE, ENTRETIEN ET MAINTENANCE
31
Installation
PROFESSIONNELS
5
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
VMC DOUBLE FLUX EN HABITAT INDIVIDUEL – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT, INSTALLATION ET MISE EN SERVICE, ENTRETIEN ET MAINTENANCE
5.1. • Les bouches de soufflage
Les indications d’implantation des bouches de soufflage sont données
au chapitre 4.1.3 (cf. 4.1.3).
Les bouches de soufflage sont installées :
• à une distance de 20 à 30 cm des parois (Figure 15) ;
• dans un endroit où elles sont facilement nettoyables et
démontables.
Leur installation derrière un meuble est proscrite.
On rappelle qu’afin de bénéficier de l’effet Coanda, la bouche de soufflage doit être installée à une distance relativement faible du plafond
(inférieure à 30 cm).
Neuf
Les ailettes de la bouche de soufflage ne doivent pas être orientées
vers le sol afin de ne pas créer de gêne pour les occupants. Il est
conseillé d’orienter les ailettes mobiles vers le plafond (de l’ordre
de 30°).
32
PROFESSIONNELS
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
VMC DOUBLE FLUX EN HABITAT INDIVIDUEL – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT, INSTALLATION ET MISE EN SERVICE, ENTRETIEN ET MAINTENANCE
s Figure 15 : Exemple d’installation d’une bouche de soufflage
5.2. • Les passages de transit
Les transferts d’air se font généralement sous les portes intérieures
qui doivent être détalonnées.
Les exigences relatives au dimensionnement des passages de transit
sont satisfaites si leur dimensionnement est effectué conformément à
la (Figure 16).
La modification des menuiseries de portes sur le chantier est à éviter.
Dans le cas spécifique de la surventilation décrite en chapitre 4.7
(cf. 4.7), les passages de transit doivent être dimensionnés en prenant
en compte le débit nominal entrant ou sortant de la pièce.
Commentaire
La hauteur de détalonnage est définie par rapport au sol fini. Il est recommandé
de la contrôler après la pose du revêtement de sol.
Détalonnage pour une porte
Section minimale de la grille
de 83 cm minimum
de transfert (cm²)
de largeur (cm)
15
25
22
30
35
1
45
45
65
60
85
Neuf
Débit (m3/h)
33
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
VMC DOUBLE FLUX EN HABITAT INDIVIDUEL – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT, INSTALLATION ET MISE EN SERVICE, ENTRETIEN ET MAINTENANCE
Débit (m3/h)
Détalonnage pour une porte
Section minimale de la grille
de 83 cm minimum
de transfert (cm²)
de largeur (cm)
75
110
90
105
130
2
150
120
170
135
190
s Figure 16 : Exemples de dimensionnement des passages de transit
5.3. • Les bouches d’extraction
Les bouches d’extraction sont installées conformément au NF DTU 68.3 :
• au minimum à 20 cm des parois et 1,80 m du sol (Figure 17) ;
• dans un endroit où elles sont facilement nettoyables et démontables.
Leur installation derrière un ballon électrique ou dans un placard est
proscrite.
s Figure 17 : Exemple d’installation d’une bouche d’extraction
5.4. • Les conduits et leur calorifuge
5.4.1. • Pose des conduits
Neuf
La mise en œuvre des conduits souples est rapide mais de nombreuses précautions sont à prendre afin de réaliser une installation de
qualité.
34
Les conduits doivent être tendus lors de la pose en évitant toutes longueurs excessives. Une longueur limitée à 1 ou 2 m pour desservir
une bouche est recommandée. Les changements de direction doivent
• création de pertes de charges non contrôlées ;
• risque de condensation aux points bas avec la réduction de la
vitesse d’air, d’où un encrassement accéléré ;
• entretien peu efficace car le conduit n’est pas lisse.
Les conduits rigides ou semi-rigides ne nécessitent aucune spécification particulière de mise en œuvre.
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
• diminution du renouvellement d’air ;
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
être réalisés en ménageant des rayons de courbure importants. Il faut
également veiller à ce que ces conduits ne soient ni écrasés, ni déchirés pour ne pas générer différents problèmes :
PROGRAMME
VMC DOUBLE FLUX EN HABITAT INDIVIDUEL – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT, INSTALLATION ET MISE EN SERVICE, ENTRETIEN ET MAINTENANCE
s Figure 18 : Mise en garde à l’installation des conduits souples
Commentaire
L’utilisation de conduits rigides ou semi-rigides est préférable à celle des conduits
souples.
5.4.2. • Raccords
L‘étanchéité des réseaux est nécessaire pour assurer un bon contrôle
de la ventilation. Elle implique un soin tout particulier au niveau des
raccords : entre conduits, entre les conduits et les bouches et entre les
conduits et les piquages de l’unité double flux.
Les coudes et pièces de confluence mis en œuvre ne doivent pas présenter de changements de direction de l'écoulement supérieurs à 90°
environ.
La colle ainsi que le ruban adhésif utilisés doivent conserver leurs
caractéristiques dans le temps et pour les températures d’utilisation.
L’isolant doit recouvrir l’intégralité de la surface extérieure des
conduits, y compris les trappes de visite et les bouchons démontables. Il doit être continu lors des traversées de plancher.
Neuf
5.4.3. • Pose du calorifuge
35
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
VMC DOUBLE FLUX EN HABITAT INDIVIDUEL – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT, INSTALLATION ET MISE EN SERVICE, ENTRETIEN ET MAINTENANCE
Les exigences de résistance thermique de l’isolant sont traitées au
chapitre 4.4.3 (cf. 4.4.3).
L’isolant ne doit pas être écrasé, perforé ou dégradé lors de sa mise
en œuvre afin de maintenir de manière pérenne ses performances
thermiques et acoustiques.
La fixation de l’isolant sur le conduit est réalisée soit de manière
mécanique soit par collage. Le percement des conduits lors de la mise
en œuvre de l’isolant est proscrit.
En cas d’implantation dans un endroit soumis aux intempéries,
l’isolant doit être protégé par une double peau ou par l’application
d’un enduit.
5.5. • L’unité de ventilation
5.5.1. • Pose de l’unité de ventilation
Les indications d’implantation de l’unité de ventilation sont données
en chapitre 4.5.2 (cf. 4.5.2).
Afin de limiter la propagation des vibrations, l’unité de ventilation doit
être désolidarisée du support (sol, mur, plafond…) en intercalant un
matériau élastique (plots ou tapis par exemple).
Afin de réduire le bruit transmis, les conduits peuvent être reliés à
l’unité par un conduit souple ou des manchettes adaptées.
Le raccordement à l’unité de ventilation ou au bloc échangeur doit
être étanche. Cette étanchéité peut être obtenue au moyen de bandes
adhésives en aluminium dans le cas de colliers.
5.5.2. • Raccordement électrique
Les exigences de la norme NF C 15-100 doivent être respectées.
Un dispositif de commande spécifique doit être installé en aval du
disjoncteur de branchement à l'origine du circuit d'alimentation de
l’unité de ventilation.
Ce dispositif se trouve sur le tableau général de commande et de protection de l'installation électrique du logement.
C O M M E N TA I R E
Neuf
Le dispositif de sélection du débit de l’extracteur ne doit pas comporter de position « arrêt ».
36
PROFESSIONNELS
PROGRAMME
Une inclinaison de l’échangeur doit être effectuée si nécessaire selon
les indications du fabricant. Une pente de 3% minimum est recommandée pour un bon écoulement sur le tuyau d’évacuation des condensats.
DES
Excepté pour les échangeurs rotatifs, il faut impérativement raccorder
l’évacuation de condensats aux eaux pluviales ou aux eaux usées, via
un siphon. Si l’évacuation passe hors du volume chauffé, il faut la calorifuger pour éviter tout risque de gel. Un traçage en terrasse est à réaliser.
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
5.5.3. • Raccordement des condensats
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
VMC DOUBLE FLUX EN HABITAT INDIVIDUEL – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT, INSTALLATION ET MISE EN SERVICE, ENTRETIEN ET MAINTENANCE
s Figure 19 : Raccordement des condensats
5.5.4. • Raccordement de l’unité de ventilation
à la prise d’air neuf et au rejet
Les dispositions propres à la conception sont définies au chapitre 4.6
(cf. 4.6).
L'air extrait doit être rejeté à l'extérieur de l'immeuble, soit directement depuis le caisson d'extraction, soit par l'intermédiaire d'un
conduit de refoulement.
Les conduits de refoulement sont notamment utilisés dans le cas
d’une VMC inversée ou pour assurer la traversée de toiture lorsque
l’unité de ventilation est implantée en combles.
Lorsque l'air est évacué par l'intermédiaire d'un conduit de refoulement, ce conduit doit être disposé de façon à ce qu'il ne puisse pas y
avoir diffusion d’air vers les locaux en cas de défaut d'étanchéité.
Une solution consiste à disposer le conduit de refoulement dans une
gaine sans communication avec l'intérieur, débouchant sur l'extérieur
de la maison.
Le rejet de l'air extrait doit s'effectuer de façon à ce que le vent dominant ne crée pas de surpression dans le réseau.
L'installation étant réalisée, une vérification des points clefs est effectuée par l’entreprise avant la mise en service pour contrôler ses
propres travaux.
Un exemple de fiche d'autocontrôle est donné en [ANNEXE 2].
Neuf
5.6. • Autocontrôle de l’installation
37
Mise en service et mise
en main
PROFESSIONNELS
6
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
VMC DOUBLE FLUX EN HABITAT INDIVIDUEL – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT, INSTALLATION ET MISE EN SERVICE, ENTRETIEN ET MAINTENANCE
La mise en service doit consister, en particulier, à vérifier :
• le fonctionnement de l’unité double flux et ses connections
électriques ;
• l’absence de bruit et de vibration de l’unité de ventilation ;
• l’extraction et l’insufflation de l’air aux bouches (par vérification
quantitative par mesure de débits).
La mise en main de l’installation de VMC au maître d’ouvrage a pour
objectif de lui transmettre les informations permettant une utilisation
garante de son confort.
Elle débute par une description technique et une explication du fonctionnement de l’installation et de ses différents composants : bouches
de soufflage, bouches d’extraction, unité double flux.
La présentation doit insister sur le caractère permanent de la ventilation, en indiquant :
• de ne pas obstruer les bouches de soufflage et les bouches
d’extraction ;
• de ne jamais arrêter la ventilation, au moins pendant la période
où la température extérieure oblige à maintenir les fenêtres
fermées ;
• de veiller à ce que les passages de transit restent dégagés
(absence de moquette rapportée par exemple) ;
Neuf
• de nettoyer régulièrement les bouches de soufflage et les
bouches d’extraction ;
38
• de remplacer les filtres et de nettoyer le récupérateur de chaleur, dans le cadre d’une maintenance périodique.
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
Un soin tout particulier est porté à la transmission de ces données au
maître d’ouvrage.
PROGRAMME
La mise en main se termine par la remise au maître d’ouvrage d’un
dossier technique comportant au minimum les notices des matériels
installés (contenant les indications de fonctionnement et d’entretien).
Neuf
VMC DOUBLE FLUX EN HABITAT INDIVIDUEL – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT, INSTALLATION ET MISE EN SERVICE, ENTRETIEN ET MAINTENANCE
39
Entretien et maintenance
PROFESSIONNELS
7
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
VMC DOUBLE FLUX EN HABITAT INDIVIDUEL – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT, INSTALLATION ET MISE EN SERVICE, ENTRETIEN ET MAINTENANCE
7.1. • Les spécifications réglementaires
Les spécifications générales d’entretien des systèmes de VMC sont
récapitulées ici :
• l’article 31.2 du RSDT (circulaire du 9 août 1978 modifiée) stipule que « Les conduits de ventilation doivent être en bon état
de fonctionnement et ramonés chaque fois que nécessaire » ;
• l’article 16 de l’arrêté du 24 mars 1982 modifié précise que « Les
dispositifs d'entrée et de sortie d'air doivent pouvoir être facilement nettoyés ».
7.2. • L’entretien de l’installation de VMC
double flux
7.2.1. • Les bouches de soufflage
Les bouches de soufflage doivent être nettoyées par l’occupant selon
la notice du fabricant et au minimum une fois par an.
Dans le cas d’un entretien par le technicien, ce dernier profitera de sa
visite pour en vérifier l’état général (fixations, raccordements souples).
Neuf
7.2.2. • Les bouches d’extraction
40
Les bouches d’extraction peuvent être le lieu d’un encrassement
important. Elles doivent être nettoyées et dégraissées régulièrement :
au minimum deux fois par an pour les bouches des sanitaires et une
fois par trimestre pour les bouches de cuisine.
Les hottes motorisées ne peuvent pas être raccordées sur
le réseau de VMC.
Elles doivent être installées sur un réseau spécifique comportant une amenée d’air spécifique automatiquement
obturée en cas d’arrêt et un conduit de rejet comportant un
clapet obturant en cas d’arrêt de la hotte.
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
!
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
Dans le cas d’un entretien par le technicien, ce dernier profitera de
sa visite pour en vérifier l’état général (fixations, raccordements
souples).
PROGRAMME
VMC DOUBLE FLUX EN HABITAT INDIVIDUEL – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT, INSTALLATION ET MISE EN SERVICE, ENTRETIEN ET MAINTENANCE
7.2.3. • Les conduits
La pérennité des installations dépend des possibilités de maintenance. Le nettoyage de la surface intérieure des conduits nécessite
qu’ils soient suffisamment rigides car les poussières se trouvent piégées dans les irrégularités.
L’entretien des conduits rigides et semi-rigides peut se faire facilement
avec les brosses standards du marché. Par contre, l’entretien des
conduits souples nécessite le recours à des techniques spécifiques
particulières telles que l’aérocurage. Ce système se présente sous la
forme d’un module de nettoyage en caoutchouc équipé de filaments
en silicone qui diffuse de l’air sous pression.
Le module permet un dépoussiérage efficace quelle que soit la
taille du conduit et permet de passer dans des coudes étranglés.
Néanmoins, cette technique est lourde à mettre en place et nécessite
le recours à un compresseur.
7.2.4. • L’unité de ventilation
Avant tout entretien sur l’unité double flux, elle doit être mise hors
tension.
Les caissons d’extraction et d’insufflation doivent être accessibles
(par un panneau amovible par exemple) afin de réaliser l’entretien et
la maintenance :
• des caissons ;
• de l’échangeur ;
• des filtres.
Le changement des filtres est réalisé de 1 à 2 fois par an, selon les
zones et le besoin et a minima après la saison des pollens.
Neuf
L’entretien des réseaux aérauliques est réalisé suivant la périodicité
réglementaire ou contractuelle.
41
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
Neuf
42
VMC DOUBLE FLUX EN HABITAT INDIVIDUEL – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT, INSTALLATION ET MISE EN SERVICE, ENTRETIEN ET MAINTENANCE
Le nettoyage des aubes et du pavillon d’aspiration est effectué avec
un aspirateur ou une brosse plutôt qu’avec un chiffon. En cas de fort
encrassement, un goupillon peut être utilisé pour gratter le dépôt.
!
Une fois l’entretien de l’unité double flux réalisée, il est
impératif de la remettre en fonctionnement.
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
8
PROGRAMME
ANNEXES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
VMC DOUBLE FLUX EN HABITAT INDIVIDUEL – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT, INSTALLATION ET MISE EN SERVICE, ENTRETIEN ET MAINTENANCE
[ANNEXE 1] : EXEMPLES DE SOLUTIONS ACOUSTIQUES DU CSTB
POUR LES BOUCHES D’EXTRACTION
Neuf
[ANNEXE 2] : EXEMPLE DE FICHE D’AUTOCONTROLE DE FIN
DE CHANTIER
43
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
VMC DOUBLE FLUX EN HABITAT INDIVIDUEL – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT, INSTALLATION ET MISE EN SERVICE, ENTRETIEN ET MAINTENANCE
ANNEXE 1 : EXEMPLES DE SOLUTIONS
ACOUSTIQUES DU CSTB POUR LES BOUCHES
D’EXTRACTION
Les exemples de solutions du CSTB constituent des propositions de
réponses aux exigences de la réglementation acoustique concernant
l’extraction. Ils ne traitent pas du soufflage.
Ces exemples fournissent en particulier les performances acoustiques
des bouches d’extraction.
Elles se traduisent par les indices Lw en dB(A) et Dn,ew + C en dB et
Ils résultent d’une mesure en laboratoire.
Les performances considérées dans le tableau sont les valeurs maximales sur la plage d’utilisation faisant l’objet de la certification ou de
l’essai type.
Neuf
Type
44
Produit caractérisé au choix par :
Certification
Essai de type de moins de
10 ans
ESA 4
Lw≤38
55≤Dn,ew + C
Lw≤36
57≤Dn,ew + C
ESA 5
Lw≤36
55≤Dn,ew + C
Lw≤34
57≤Dn,ew + C
ESA 6
Lw≤34
59≤Dn,ew + C
Lw≤32
61≤Dn,ew + C
ESA 4+
Lw≤38
58≤Dn,ew + C
Lw≤36
60≤Dn,ew + C
ESA 5+
Lw≤36
58≤Dn,ew + C
Lw≤34
60≤Dn,ew + C
ESA 6+
Lw≤34
62≤Dn,ew + C
Lw≤32
64≤Dn,ew + C
Coordonnées de l’entreprise :
Coordonnées du client :
Date de l’intervention :
BOUCHES DE SOUFFLAGE
Chaque pièce principale est équipée d’au moins une amenée d’air
¨ oui
Les amenées d’air sont installées en partie haute
¨ oui
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
FICHE D’AUTOCONTROLE DU SYSTEME DE VENTILATION MÉCANIQUE DOUBLE FLUX
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
ANNEXE 2 : EXEMPLE DE FICHE
D’AUTOCONTROLE DE FIN DE CHANTIER
PROGRAMME
VMC DOUBLE FLUX EN HABITAT INDIVIDUEL – CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT, INSTALLATION ET MISE EN SERVICE, ENTRETIEN ET MAINTENANCE
BOUCHES D’EXTRACTION
Chaque pièce de service est équipée d’une bouche d’extraction
¨ oui
Les débits des bouches d’extraction sont ceux donnés dans l’arrêté du 24/03/82
modifié
¨ oui
La commande du double débit en cuisine est opérationnelle
¨ oui
Les bouches d’extraction sont installées à plus de 1,8 m du sol (paroi ou plafond)
¨ oui
Les bouches d’extraction sont distantes d’au moins 20 cm des angles de la paroi
¨ oui
Chaque bouche est correctement raccordée au réseau
¨ oui
RÉSEAU D’EXTRACTION ET DE SOUFFLAGE
Des passages de transit sont assurés au droit de toutes les portes intérieures
du logement (détalonnage, grille…)
¨ oui
L’isolant recouvre l’intégralité de la surface extérieure des conduits,
sans discontinuité
¨ oui
Le réseau est visitable
¨ oui
Aucune communication n’existe entre les réseaux d'air extrait et d'air insufflé
¨ oui
Les conduits souples ne sont pas écrasés
¨ oui
VENTILATEURS DE L’UNITÉ DOUBLE FLUX
L’unité est désolidarisée de la structure du bâtiment
¨ oui
Dans le cas où deux unités assurent la VMC du logement, leur fonctionnement est
simultané
¨ oui
Aucun dispositif mécanique individuel (hotte…) n’est raccordé sur le réseau de VMC
¨ oui
Le bac de récupération des condensats est raccordé au réseau d’évacuation
¨ oui
PRISE D’AIR ET REJET D’AIR
Le conduit de refoulement du caisson d’extraction est raccordé à l’extérieur
¨ oui
Le rejet d’air s’effectue loin de toute prise d’air et de tout ouvrant avec un minimum
de 0,6 m
¨ oui
La prise d’air se fait directement sur l’extérieur en évitant tout court-circuit
avec le rejet
¨ oui
La prise d’air est protégée des eaux de pluie et espèces animales
¨ oui
La liste des points à vérifier dans cet exemple de fiche n’est pas
exhaustive.
Neuf
Cette fiche est un outil à l’attention de l’entreprise, à utiliser pour
contrôler ses propres travaux. Si l’installation a été correctement mise
en œuvre, toutes les réponses doivent être « Oui ».
45
PARTENAIRES du Programme
« Règles de l’Art Grenelle
Environnement 2012 »
■■ Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie
(ADEME) ;
■■ Association des industries de produits de construction
(AIMCC) ;
■■ Agence qualité construction (AQC) ;
■■ Confédération de l’artisanat et des petites entreprises
du bâtiment (CAPEB) ;
■■ Confédération des organismes indépendants de
prévention, de contrôle et d’inspection (COPREC
Construction) ;
■■ Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB) ;
■ Électricité de France (EDF) ;
■ Fédération des entreprises publiques locales (EPL) ;
■ Fédération française du bâtiment (FFB) ;
■■ Fédération française des sociétés d’assurance (FFSA) ;
■ Fédération des promoteurs immobiliers de France (FPI) ;
■■■Fédération des syndicats des métiers de la prestation
intellectuelle du Conseil, de l'Ingénierie et du Numérique
(Fédération CINOV) ;
■ GDF SuEZ ;
■ Ministère de l'Écologie, du Développement Durable et de
l'Énergie ;
■ Ministère de l'Égalité des Territoires et du Logement ;
■ Plan Bâtiment Durable ;
■ SYNTEC Ingénierie ;
■■ union nationale des syndicats français d’architectes
(uNSFA) ;
■ union nationale des économistes de la construction
(uNTEC) ;
■ union sociale pour l’habitat (uSH).
N
BAT I M
D
UR
ENT
PLA
Les productions du Programme « Règles de l’Art Grenelle
Environnement 2012 » sont le fruit d’un travail collectif
des différents acteurs de la filière bâtiment en France.
ABL
E
R
O
EC
MMA
N D AT I O
NS
PR
O
F
ES
SI
ON
LES
CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT,
INSTALLATION ET MISE EN SERVICE,
ENTRETIEN ET MAINTENANCE
NEL
VMC DOuBLE FLuX EN HABITAT
INDIVIDuEL
MAI 2015
NEuF
Ces Recommandations professionnelles traitent des systèmes de ventilation
mécanique contrôlée (VMC) double flux autoréglables mis en œuvre en habitat
individuel neuf.
Elles spécifient les règles techniques :
• de conception et de dimensionnement ;
• d’installation et de mise en service ;
• d’entretien et de maintenance.
Chaque composant constituant le système de VMC double flux est traité :
bouches de soufflage, passages de transit, bouches d’extraction, réseau de
conduits, caisson d’extraction et de soufflage et rejet d’air.
P R O G R A M M E
D ’ A C C O M P A G N E M E N T
D E S
P R O F E S S I O N N E L S
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
Ce programme est une application du Grenelle Environnement. Il vise à revoir l’ensemble des règles de construction, afin de réaliser des économies d’énergie dans le bâtiment et de réduire les émissions de gaz à effet de serre.
www.reglesdelart-grenelle-environnement-2012.fr
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertisement