Manual 18106975

Manual 18106975
Établir les liens dans les cas de violence familiale :
Collaboration entre les systèmes de droit de la
famille, de protection de la jeunesse
et de justice pénale
VOLUME I
Rapport du Groupe de travail spécial fédéralprovincial-territorial sur la violence familiale
Novembre 2013
•
Le contenu de cette publication peut être reproduit en tout ou en partie, par quelque
moyen que ce soit, à des fins personnelles ou publiques non commerciales, et ce, sans
frais ni autre autorisation, à moins d’avis contraire.
•
On demande seulement :
•
-
de faire preuve de diligence raisonnable en assurant l’exactitude du matériel
reproduit ;
-
d’indiquer le titre complet du matériel reproduit et le nom de l’organisation
qui en est l’auteur ;
-
d’indiquer que la reproduction est une copie d’un document officiel publié par
le gouvernement du Canada et que la reproduction n’a pas été faite en
association avec le gouvernement du Canada ni avec l’appui de celui-ci.
La reproduction et la distribution à des fins commerciales est interdite sans l’autorisation
écrite de l’administrateur des droits d’auteur de la Couronne du gouvernement du
Canada, le ministère de la Justice du Canada. Pour de plus amples renseignements,
veuillez communiquer avec le ministère de la Justice du Canada à l’adresse suivante :
www.justice.gc.ca.
©Sa Majesté la Reine du chef du Canada
représentée par le ministre de la Justice et procureur général du Canada, 2013
ISBN 978-0-660-21282-1
Cat. No. J2-385/2013F-PDF
i
Table des matières
Avant-propos ................................................................................................................................................ 1
Résumé ......................................................................................................................................................... 3
Chapitre 1
Contexte .............................................................................................................................. 16
1.1 Pourquoi mettre l’accent sur la violence familiale? ..................................................................... 18
1.2 Qu’entend-on par violence familiale? .......................................................................................... 20
1.2.1 Typologies de la violence entre partenaires intimes ............................................................. 23
1.3 Que savons-nous de la violence familiale au Canada? ................................................................. 26
1.4 Que savons-nous de la fréquence des interventions de secteurs de justice parallèles dans les cas
de violence familiale? ......................................................................................................................... 29
1.5 Quelles sont les principales différences entre les secteurs du système de justice? .................... 31
1.6 Allégations de violence familiale .................................................................................................. 34
Chapitre 2
Évaluation du risque ........................................................................................................... 40
2.1 L’importance de l’évaluation du risque ........................................................................................ 41
2.2 Terminologie : « dépistage », « évaluation de la menace » et « évaluation du risque » ............. 43
2.3 Objet : Qu’est-ce que les évaluations du risque révèlent? ........................................................... 44
2.3.1 Évaluation du risque de violence familiale ou de létalité ...................................................... 45
2.3.2 Évaluation du risque par les policiers chargés d’intervenir ................................................... 47
2.3.3 Dépistage dans le contexte du droit de la famille ................................................................. 47
2.3.4 Évaluation du risque pour les enfants de familles où sévit la violence conjugale ................. 51
2.3.5 Outils d’évaluation du risque et clientèle diversifiée ............................................................ 52
2.4 Gestion du risque : Comment les renseignements sont-ils utilisés? ............................................ 53
2.5 Communication du risque ............................................................................................................. 55
2.6
Quels sont les défis et les obstacles liés à la communication des évaluations du risque? ..... 56
2.7 Pratiques prometteuses ................................................................................................................ 57
2.7.1 Cadre de coordination des cas à risque élevé et comités sur les protocoles ........................ 57
2.7.2 Centres intégrés d’évaluation des menaces et des risques ................................................... 59
2.7.3 Comités d’examen des décès dus à la violence familiale ...................................................... 61
Chapitre 3
Répercussions des instances et des ordonnances antérieures .......................................... 63
3.1 Ordonnances pénales antérieures ................................................................................................ 64
ii
3.1.1 Politiques relatives à l’inculpation dans les cas de violence conjugale ou entre partenaires
intimes ............................................................................................................................................ 64
3.1.2 Mise en liberté par la police et mise en liberté provisoire (cautionnement) ........................ 65
3.1.3 Conditions habituelles de la mise en liberté sous caution .................................................... 66
3.1.4 Incidence des ordonnances de mise en liberté et de mise en liberté sous caution sur la
garde des enfants et les responsabilités parentales....................................................................... 67
3.1.5 Signalements tardifs............................................................................................................... 69
3.1.6 Manque de communication et questions de sécurité ........................................................... 70
3.1.7 Engagements de ne pas troubler l’ordre public..................................................................... 71
3.1.8 Détermination de la peine ..................................................................................................... 73
3.2 Ordonnances civiles antérieures................................................................................................... 74
3.3 Pratiques prometteuses ................................................................................................................ 75
3.3.1 Élimination des entraves à la communication entre les secteurs ......................................... 75
3.3.2 Protocoles et politiques de la Couronne pour obtenir les ordonnances antérieures avant
une audience de mise en liberté sous caution ............................................................................... 76
3.3.3 Conditions de mise en liberté sous caution qui tiennent compte des répercussions sur les
instances devant un tribunal de la famille ...................................................................................... 77
3.3.4 Ordonnances normalisées en droit de la famille ................................................................... 79
3.3.5 Bases de données d’ordonnances ......................................................................................... 81
3.3.6 Dispositions législatives portant sur les conflits entre les ordonnances ............................... 85
Chapitre 4
Repérage d’instances multiples .......................................................................................... 88
4.1 Pratiques prometteuses ................................................................................................................ 90
4.1.1 La désignation des affaires de violence familiale .................................................................. 91
4.1.2 Obliger les parties à communiquer l’information sur les instances et ordonnances connexes
........................................................................................................................................................ 91
4.1.3 Obligation du tribunal de se renseigner sur la violence familiale.......................................... 95
4.1.4 Coordonnateurs judiciaires .................................................................................................... 95
4.1.5 Innovations technologiques ................................................................................................... 96
4.1.6 Autres approches ................................................................................................................... 97
Chapitre 5
Coordination entre les instances judiciaires ....................................................................... 98
5.1 Obstacles ....................................................................................................................................... 98
5.2 Pratiques prometteuses .............................................................................................................. 104
5.2.1 Une famille, un juge ............................................................................................................. 104
iii
5.2.2 Un juge pour chaque dossier de droit de la famille ............................................................. 105
5.2.3 Un juge pour tous les dossiers de droit civil ........................................................................ 108
5.2.4 Un juge pour les dossiers de droit civil et pénal – Tribunaux intégrés pour l’instruction des
causes de violence familiale.......................................................................................................... 110
5.2.5 La communication judiciaire ................................................................................................ 115
5.2.6 Modèles de coordination judiciaire ..................................................................................... 117
5.2.7 Programme d’assistance parajudiciaire aux Autochtones ................................................... 119
Chapitre 6
Questions liées à la preuve ............................................................................................... 121
6.1 Éléments de preuve présentés devant une autre instance ........................................................ 121
6.1.1 Procès en matière pénale .................................................................................................... 123
6.1.2 Communication de la preuve à l’accusé dans un procès pénal, et aux parents dans le cas
d’instances relevant de la protection de la jeunesse.................................................................... 124
6.1.3 Procès en matière de droit de la famille et de protection de la jeunesse ........................... 127
6.1.4 Questions pratiques ............................................................................................................. 128
6.1.5 Examen judiciaire d’ordonnances et d’éléments de preuve non versés au dossier............ 129
6.2 Pratiques prometteuses .............................................................................................................. 129
6.2.1 D P c. Wagg .......................................................................................................................... 129
6.2.2 Loi uniforme sur la production des documents de poursuite ............................................. 132
6.2.3 Utilisation de la Loi sur l’accès à l’information .................................................................... 134
6.2.4 Protocoles de l’Ontario ........................................................................................................ 134
Chapitre 7
Protection de la vie privée ................................................................................................ 136
7.1 Obstacles ..................................................................................................................................... 136
7.2 Pratiques prometteuses .............................................................................................................. 141
7.2.1 Divulgation de renseignements par les services de police aux victimes actuelles ou
éventuelles de violence familiale .................................................................................................. 141
7.2.2 Services de police et services aux victimes .......................................................................... 143
7.2.3 Modifications législatives ..................................................................................................... 144
7.2.4 Collaboration multidisciplinaire ........................................................................................... 146
7.2.5 Coordination des cas présentant un risque élevé ............................................................... 147
7.2.6 Autres modèles de pratique ................................................................................................ 149
Chapitre 8
Règlement extrajudiciaire des différends ......................................................................... 151
8.1 Médiation et autres modes de règlement des différends .......................................................... 153
iv
8.2 Pratiques prometteuses .............................................................................................................. 156
8.2.1 Normes de formation et de pratique ................................................................................... 156
8.2.2 Formulaires d’évaluation normalisés ................................................................................... 157
8.2.3 Préoccupations au sujet de la médiation touchant la protection de la jeunesse – Normes de
pratique et garanties..................................................................................................................... 157
Chapitre 9
Services destinés aux familles aux prises avec un problème de violence ........................ 159
9.1 Services offerts par le système de justice pénale ....................................................................... 159
9.2 Services offerts par le système de justice familiale .................................................................... 161
9.3 Services offerts par le système de protection de la jeunesse..................................................... 162
9.4 Problèmes liés à l’absence de coordination ............................................................................... 163
9.5 Pratiques prometteuses .............................................................................................................. 164
Chapitre 10
Modèles de collaboration intersectorielle ........................................................................ 169
10.1 Défis et obstacles liés à la coordination des interventions ....................................................... 170
10.2 Pratiques prometteuses ............................................................................................................ 171
10.2.1 Modèles étrangers ............................................................................................................. 171
10.2.2 Modèles canadiens ............................................................................................................ 172
Conclusion ................................................................................................................................................. 179
Remarque : Le genre masculin est utilisé dans le présent document comme genre neutre, sauf
lorsqu’il est clair que les personnes visées ne sont que de sexe féminin.
1|Page
Avant-propos
Avant-propos
En février 2009, le ministère de la Justice du Canada a tenu un symposium intitulé Violence
familiale : recoupement entre les interventions en droit de la famille et en droit pénal. Il
s’agissait du premier symposium national visant à cibler les problèmes que posent les différents
objectifs et normes juridiques des systèmes de droit de la famille, de protection de la jeunesse1
et de justice pénale, sur le plan des interventions. Environ 300 fonctionnaires, professionnels,
universitaires et intervenants de première ligne dans les secteurs du droit de la famille, de la
protection de la jeunesse et de la justice pénale, de partout au pays, étaient présents. Le
symposium a donné l’occasion aux participants de discuter de mécanismes novateurs et
prometteurs en vue d’améliorer la collaboration entre divers secteurs du système de justice et
de trouver des solutions à l’égard de certains des problèmes ciblés.
Après le symposium, des fonctionnaires fédéraux, provinciaux et territoriaux (FPT) de partout
au Canada se sont réunis afin de poursuivre la discussion et d’examiner les incidences directes
de ces problèmes dans leurs secteurs respectifs. Lors de cette réunion, il a été recommandé de
créer un groupe de travail (FPT) conjoint sur la justice familiale et la justice pénale. En
janvier 2011, les sous-ministres FPT responsables de la justice et de la sécurité publique ont
confié à un groupe de travail spécial FPT sur la violence familiale le mandat suivant :
1. Définir les problèmes que pose le recoupement des interventions en droit de la famille
(y compris la protection de la jeunesse) et en droit pénal à l’égard de la violence
familiale;
2. Cibler les besoins et les difficultés en matière d’évaluation des risques;
3. Repérer les obstacles à la mise en commun des renseignements (y compris les
préoccupations liées à la protection des renseignements personnels);
4. Établir les pratiques prometteuses permettant d’éliminer ces obstacles (y compris les
technologies facilitant la communication des renseignements);
5. Déterminer les outils types d’évaluation des risques, les lignes directrices et les
protocoles de mise en commun de l’information susceptibles de régler certains
problèmes créés par les interventions contradictoires ou incompatibles du système de
justice en matière de violence familiale;
6. Communiquer les pratiques prometteuses et les résultats de la recherche au sein de
leurs domaines d’expertise respectifs.
1
L’expression équivalente « protection de l’enfance » est utilisée à l’extérieur du Québec. Sauf indication
contraire du contexte, l’expression « protection de la jeunesse » est utilisée dans ce rapport.
2|Page
Avant-propos
Des représentants de l’ensemble des provinces et des territoires du Canada ont participé à la
préparation du présent rapport, qui met en évidence quelques-uns des problèmes issus du
recoupement des systèmes de droit de la famille, de protection de la jeunesse et de justice
pénale, sur le plan des interventions en matière de violence familiale. En outre, le rapport
présente des outils, des protocoles et des pratiques qui sont utilisés au Canada ou ailleurs pour
régler ces problèmes. Bien qu’il ne contienne aucune recommandation précise, il faut espérer
que le rapport servira à orienter les mesures qui seront prises pour améliorer la collaboration à
l’égard de cette problématique importante.
Établir les liens dans les cas de violence familiale :
Collaboration entre les systèmes de droit de la famille, de protection de la
jeunesse et de droit pénal
Résumé
En janvier 2011, les sous-ministres des gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux (FPT)
responsables de la justice et de la sécurité publique ont approuvé la création d’un groupe de
travail spécial sur la violence familiale, regroupant des spécialistes du droit de la famille et du
droit pénal, chargé d’examiner comment les secteurs de la justice familiale, de la protection de
la jeunesse et de la justice pénale interagissent dans les cas de violence familiale. Des
représentants de toutes les provinces et de tous les territoires canadiens ont participé à
l’élaboration du présent rapport. Ce dernier cible certaines des difficultés qu’éprouvent les
parties à des litiges aux prises avec la violence familiale, lesquelles doivent composer
simultanément avec les différents secteurs du système de justice. En outre, le rapport présente
des outils, des protocoles et des pratiques qui sont utilisés au Canada ou ailleurs pour
surmonter ces difficultés.
Le présent rapport s’adresse aux professionnels et à ceux qui œuvrent au sein des systèmes de
justice pénale, de justice familiale et de protection de la jeunesse. Cela comprend les
fonctionnaires fédéraux, provinciaux et territoriaux, les procureurs de la Couronne, les avocats
du secteur privé spécialisés en droit de la famille et en droit pénal, les avocats des enfants, les
membres de la magistrature, les fonctionnaires de la Cour, les intervenants des services de
protection de la jeunesse, les évaluateurs spécialisés dans la garde d’enfants, les médiateurs,
les coordonnateurs des responsabilités parentales, les responsables de l’application de la loi, les
représentants des services correctionnels, les intervenants des services d’aide aux victimes et
les intervenants de services de première ligne. Les annexes du rapport (Volume II) contiennent
une mine de renseignements sur les cadres de travail en matière de justice, de politiques et de
services à l’égard de la violence familiale mis en place dans l’ensemble du pays. Chaque
province ou territoire étant unique, il n’existe pas une seule approche pour traiter ces
problèmes; les pratiques prometteuses ne seront donc pas toutes applicables dans certaines
régions éloignées ou rurales ou dans des collectivités autochtones. Notons que les
renseignements contenus dans ce rapport relatifs au milieu autochtone sont parcellaires et ne
peuvent être considérés comme représentant l'ensemble des besoins et des principaux enjeux
de cette population à l'égard de la problématique abordée dans celui-ci. Bien que le rapport ne
contienne aucune recommandation précise et que les pratiques exemplaires ne règlent pas
nécessairement toutes les lacunes relevées, il faut espérer que ce rapport servira à orienter les
mesures qui seront prises pour améliorer la collaboration à l’égard de cette problématique
importante.
4|Page
Résumé
Pourquoi mettre l’accent sur la violence familiale et le système de justice?
La violence familiale afflige un grand nombre de Canadiennes et de Canadiens de tous les
milieux socioéconomiques et de tous les horizons culturels. Elle englobe diverses formes de
sévices, de mauvais traitements ou de négligence dont peuvent être victimes des enfants ou
des adultes qui se trouvent ,selon le cas, dans une relation familiale, intime ou de dépendance.
En fait, en 2009, près du cinquième des Canadiennes et des Canadiens (17 %) ont déclaré avoir
été victimes de violence physique ou sexuelle de la part d’un ancien époux ou conjoint de fait.
La violence familiale peut être la cause, un facteur ou la conséquence de l’éclatement de la
famille. Des études révèlent que la séparation et le divorce peuvent exacerber des rapports
déjà violents, et que la période qui suit la rupture familiale représente un risque accru pour les
membres de la famille. Les études révèlent que la maltraitance des enfants et l’exposition à la
violence conjugale peuvent avoir de lourdes conséquences à long terme pour les enfants. En
2011, la violence familiale représentait un peu plus du quart (26 %) des crimes violents déclarés
à la police; près de la moitié (49 %) des victimes ont indiqué avoir subi de la violence de la part
de leur conjoint ou d’un ex-conjoint, tandis que l’autre moitié (51 %) était des enfants, des
frères ou des sœurs, ou des membres de la famille élargie. En 2011, près du tiers (32,6 %) des
cas d’homicide élucidés ont été commis au sein de la famille, et près du quart (22 %) des
victimes étaient des enfants.
Les répercussions de la violence familiale sur la société canadienne sont considérables. Selon
une étude du ministère de la Justice du Canada publiée en 2013, le coût économique lié à la
violence conjugale au Canada en 2009 s’élevait à 7,4 milliards de dollars, soit 220 $
par habitant. La violence familiale est une préoccupation pour l’ensemble de la population
canadienne, mais les femmes signalent à la police des agressions aux mains de leur partenaire
intime près de quatre fois plus souvent que les hommes, et elles sont près de trois fois plus
susceptibles que les hommes d’être tuées par un conjoint ou un ancien conjoint. Près de la
moitié (48 %) des femmes ont affirmé craindre pour leur vie à la suite des actes de violence
dont elles sont victimes après leur séparation. En outre, la violence familiale a des
répercussions disproportionnées sur les Canadiennes autochtones, qui sont près de deux fois
plus susceptibles que les Canadiennes non autochtones de déclarer être victimes de violence
conjugale (10 %, comparativement à 6 %). Le taux de victimisation des femmes autochtones est
presque trois fois plus élevé que celui des femmes non autochtones, et la violence peut être
grave, puisque les femmes autochtones sont plus susceptibles d’être blessées ou de craindre
pour leur vie. Les enfants autochtones sont surreprésentés dans le réseau des foyers d’accueil,
et le nombre d’enquêtes corroborées de mauvais traitements infligés à des enfants est
quatre fois plus élevé chez les enfants autochtones que chez les enfants non autochtones.
De plus en plus d’études mettent en lumière les répercussions néfastes de la violence familiale
et les facteurs de risque de violence grave et d’homicide dans les familles en proie à la violence.
Parallèlement, on tend de plus en plus à favoriser la coparentalité et le maintien de relations
entre les enfants et leurs parents après une séparation ou un divorce. Ces tendances distinctes
peuvent mener à des issues divergentes en matière de justice pour une même famille, car, une
fois révélée, la violence familiale constitue un facteur pertinent pour les interventions de
5|Page
Résumé
plusieurs secteurs du système de justice. Elle peut contribuer à déterminer l’intérêt supérieur
de l’enfant en ce qui concerne les ententes de garde, d’accès et de responsabilités parentales
dans des affaires de droit de la famille. Elle peut aussi servir à établir si l’enfant doit être placé
sous la surveillance d’un organisme de protection de la jeunesse, elle peut justifier la délivrance
d’une ordonnance de protection civile ou pénale et conduire à l’arrestation, voire peut-être à
l’inculpation et à l’incarcération, du délinquant présumé au sein du système de justice pénale.
Un grand nombre d’études, d’enquêtes et de rapports du coroner sur des décès attribuables à
la violence familiale indiquent que le manque de coordination entre les intervenants des divers
secteurs est un facteur qui contribue aux homicides tragiques se produisant en milieu familial.
Sans mécanismes pour assurer la coordination et la communication entre ces secteurs, il arrive
que les familles doivent composer avec des ordonnances susceptibles d’être différentes ou
contradictoires, ce qui peut nuire à la sécurité des membres de la famille, y compris les plus
vulnérables, c’est-à-dire les enfants. Et la confiance du public à l’égard de l’administration de la
justice risque d’être minée.
Quelles sont les difficultés qu’éprouvent les familles qui ont affaire au système de justice et
les pratiques prometteuses qui permettront de les surmonter?
Les secteurs du droit pénal, du droit de la famille et de la protection de la jeunesse ont tous des
mandats, des cultures, des normes juridiques et des procédures distincts. Le droit pénal est une
partie du droit public, et il veille avant tout à la protection de la sécurité des personnes. Les
crimes font l’objet de poursuites intentées au nom de l’État, et les droits de l’accusé, garantis
par la Charte, ont une incidence importante sur la conduite des enquêtes, les procédures et les
règles de la preuve en matière pénale. En revanche, le droit de la famille est une partie du droit
privé dont l’objet est de régir les droits et responsabilités des membres d’une famille au
moment de la rupture d’une unité familiale. Le système de droit de la famille est axé sur
l’intérêt supérieur de l’enfant, sur le rétablissement des relations et sur les contacts aussi
fréquents que possible entre l’enfant et ses deux parents. Le droit de la famille a pour objet le
règlement de différends entre des particuliers, et ce sont presque toujours les parents, plutôt
que l’État, qui sont les instigateurs des procédures juridiques. On dit souvent que le système de
protection de la jeunesse est une composante du système de justice familiale, mais il comporte
des poursuites intentées par l’État, et sa priorité est la sécurité des enfants. L’État défend les
intérêts des enfants, et les décisions sont prises uniquement en fonction de l’intérêt supérieur
de l’enfant. Dans ces poursuites, les droits des parents garantis par la Charte peuvent entrer en
jeu.
Malgré ces différences, tous ces systèmes de justice traitent de la question de la violence
familiale. Lorsque les familles ont affaire à ces systèmes de justice, parfois simultanément, elles
doivent composer avec les différents objectifs, mécanismes et délais propres à chacun d’eux. Le
fait qu’il n’y ait souvent aucune coordination entre ces systèmes de justice pose une difficulté
supplémentaire pour ces familles, ainsi que pour les intervenants qui y travaillent. Le présent
6|Page
Résumé
rapport met en lumière un grand nombre de ces difficultés et signale des pratiques
prometteuses qui pourraient aider à les surmonter.
Évaluation du risque (chapitre 2)
Tous les secteurs du système de justice, ainsi que les fonctionnaires assurant la bonne marche
de ces secteurs ont au moins un objectif commun, mettre un terme à la violence. Les familles
ayant affaire au système de justice participeront donc probablement, à un moment ou un
autre, à un processus d’examen visant à déterminer s’il y a violence familiale. Elles pourraient
aussi devoir se soumettre à une « évaluation des risques », à caractère plus officiel, qui vise à
déterminer, d’une part, si la violence familiale risque de se reproduire et, d’autre part, quelle
est la meilleure manière de gérer ce risque. Le fait que l’information ne soit pas correctement
communiquée entre les systèmes de droit pénal, de protection de la jeunesse et de droit de la
famille nuit à la conduite d’une évaluation parfaitement éclairée du risque, évaluation qui peut
être essentielle pour prévenir des conséquences fatales. Au Canada, le recours aux outils
d’évaluation du risque varie d’une province et d’un territoire à l’autre. Le rapport signale aussi
qu’il faut un dépistage plus régulier de la violence familiale dans le système de droit de la
famille afin de déceler les risques pour la sécurité des parties et d’orienter celles-ci vers les
services appropriés.
Voici quelques exemples de pratiques prometteuses

Protocoles, cadres ou comités de coordination des cas à risque élevé, afin de gérer la
communication confidentielle, et dans les meilleurs délais, de l’information sur
l’évaluation du risque, la gestion du risque et la planification de la sécurité (soussection 2.7.1).

Des centres intégrés d’évaluation de la menace et du risque chargés de réaliser des
évaluations professionnelles à la demande des services de police, et dont les
représentants peuvent témoigner aux audiences de droit de la famille ou de protection
de la jeunesse (sous-section 2.7.2).

Des comités d’examen des décès attribuables à la violence familiale chargés de dépister
des facteurs de risque permettant de prévoir une issue fatale à la lumière d’affaires
antérieures (sous-section 2.7.3).
Répercussions des instances et des ordonnances antérieures (chapitre 3)
Les membres de la famille peuvent présumer qu’un secteur du système de justice sait que
d’autres instances sont en cours ou que celui-ci a facilement accès à l’information que
possèdent ces instances, mais très souvent, ce n’est pas le cas. Par exemple, dans bien des
régions du Canada, il n’est pas rare qu’un tribunal pénal impose un engagement de ne pas
troubler l’ordre public dans le cadre d’une libération conditionnelle ou de la détermination
7|Page
Résumé
d’une peine, sans savoir qu’une instance est en cours simultanément entre les mêmes parties
ou qu’une ordonnance a déjà été rendue par un tribunal de la famille. De la même façon, si les
parties ne font pas connaître certains renseignements, un tribunal de la famille pourrait ignorer
que des instances sont en cours ou que des ordonnances ont été rendues à l’égard des parties
en cause par un tribunal pénal ou par un tribunal de protection de la jeunesse. Si la police ou le
tribunal pénal ne sont pas au courant des ordonnances civiles antérieures, ils pourraient
imposer des conditions à l’accusé qui l’empêchent d’avoir des contacts avec la victime ou les
enfants et qui pourraient aller à l’encontre d’ordonnances d’accès rendues antérieurement par
les tribunaux de la famille. De la même façon, lorsqu’un tribunal de la famille n’est pas au
courant d’ordonnances connexes rendues dans les systèmes de justice pénale ou de protection
de la jeunesse, il risque de rendre des ordonnances contradictoires susceptibles de mettre des
membres de la famille en danger.
Voici quelques exemples de pratiques prometteuses

Des protocoles de mise en commun de l’information, qui aident les procureurs de la
Couronne à obtenir copie des ordonnances connexes rendues dans des instances
antérieures ou parallèles en matière de droit de la famille ou de protection de la
jeunesse avant une audience de mise en liberté sous caution (sous-section 3.3.2).

Des politiques relatives aux poursuites, qui favorisent le recours à des conditions
progressives de mise en liberté sous caution en fonction de l’évolution des risques et
des questions familiales concernant un prévenu (sous-section 3.3.3).

Des dispositions types dans les ordonnances en matière de droit de la famille, pour
repérer plus facilement les affaires dans lesquelles il y a de la violence familiale, et
faciliter ainsi les recoupements dans les cas d’instances parallèles (sous-section 3.3.4).

Des bases de données sur les ordonnances judiciaires qui contiennent toutes les
ordonnances de protection, au civil comme au pénal, rendues dans la province ou le
territoire. Avant de remettre en liberté une personne accusée de violence familiale, la
police a avantage à savoir si cette personne est visée par une ordonnance de protection
de la jeunesse, une ordonnance civile de protection contre la violence familiale, une
ordonnance de non-communication ou une ordonnance de garde ou d’accès d’un
tribunal de la famille (sous-section 3.3.5).
Repérage d’instances multiples (chapitre 4)
La coordination au sein des systèmes judiciaires n’est possible que lorsque les différentes
personnes qui y participent – les parties, le personnel judiciaire, les juges, les avocats – savent
qu’il y a plusieurs instances ou ordonnances liées l’une à l’autre. De plus, étant donné que de
nombreuses personnes sont non représentées devant le système judiciaire, les tribunaux ne
peuvent pas toujours compter sur les avocats pour leur signaler l’information pertinente au
8|Page
Résumé
sujet d’instances parallèles. Idéalement, des bases de données judiciaires informatisées
pourraient permettre de repérer les instances parallèles qui mettent en cause les mêmes
parties. Toutefois, des tribunaux distincts peuvent être saisis d’une affaire (par exemple, cour
provinciale ou cour supérieure) et utiliser des plateformes technologiques qui ne peuvent
communiquer entre elles. Au Canada, aucune province ni territoire ne possède actuellement la
capacité technique nécessaire pour faire ce repérage systématique en permanence.
Voici quelques exemples de pratiques prometteuses

Une désignation uniforme des cas de violence familiale dans chaque système judiciaire,
en vue de faciliter le repérage entre les systèmes judiciaires et d’améliorer la recherche
manuelle dans les différentes bases de données. Les coordonnateurs judiciaires
comparent les données afin de repérer les familles qui ont affaire simultanément aux
systèmes de droit de la famille, de protection de la jeunesse et de droit pénal (soussections 4.1.1 et 4.1.4).

Des modifications législatives obligeant les parties devant un tribunal de la famille à
fournir de l’information sur les instances et ordonnances connexes d’autres tribunaux
(sous-section 4.1.2).

En Australie, des modifications législatives exigent des tribunaux de la famille qu’ils
demandent à chaque partie si elles sont victimes de violence familiale, ou si les enfants
le sont (sous-section 4.1.3).

L’établissement des bases en vue de la mise en œuvre éventuelle d’un système
électronique complet de gestion des affaires avec la participation de la plupart des
tribunaux permettant au personnel de faire des comparaisons entre les affaires (mais
non entre les parties) répertoriées dans le système (sous-section 4.1.4).
Coordination entre les instances judiciaires (chapitre 5)
Le manque de coordination entre les différentes instances judiciaires entraîne un certain
nombre de conséquences pratiques du point de vue de la sécurité, de l’accès à la justice et du
respect de l’administration de la justice. Sur le plan des délais dans les affaires pénales, en
2010-2011, il a fallu en moyenne 118 jours pour régler une cause devant les tribunaux de droit
pénal pour adultes au Canada. Les causes comportant certains types d’accusations (notamment
l’agression sexuelle) ou des accusations multiples ont pris beaucoup plus de temps. Cependant,
plusieurs échéances différentes sont fixées dans le contexte du droit de la famille et de la
protection de la jeunesse. Dans le contexte du droit de la famille, des décisions provisoires
concernant les ententes parentales (garde et accès) seront probablement prises en attendant
l’issue d’une poursuite pénale. De la même façon, un calendrier très serré doit être respecté
dans le contexte de la protection de la jeunesse, surtout si l’enfant a été retiré à ses parents par
l’État ou par un organisme mandaté par celui-ci. Pendant que ces instances multiples suivent
9|Page
Résumé
leur cours, l’affaire pénale non résolue peut poser un problème pour la famille. On peut penser
surtout que l’accusé ne voudra pas participer ou fournir certaines preuves, de crainte que cela
ait des répercussions sur le dénouement de la poursuite pénale. Les parties au litige pourraient
aussi devoir assister à différentes audiences à différents moments, souvent pour répéter la
même histoire. En outre, l’absence de coordination entre les ordonnances de protection
pourrait faire en sorte que l’une (par exemple, un engagement de ne pas troubler l’ordre
public) arrive à expiration avant qu’une autre ne soit rendue dans le cadre d’une poursuite
civile. Ainsi, il pourrait arriver qu’aucune mesure de protection ne s’applique pendant certaines
périodes où elles seraient néanmoins nécessaires.
Voici quelques exemples de pratiques prometteuses

Des modèles de tribunal intégré pour les cas de violence familiale qui permettent à un
même juge ou à une même cour de se saisir des questions de droit de la famille et de
droit pénal qui concernent une même famille. Ainsi, on garantit la cohérence des
ordonnances, une sécurité accrue, une orientation coordonnée vers les services et
l’efficacité du processus, tant pour le tribunal que pour les parties, qui comparaissent
moins fréquemment (sous-section 5.2.4).

La communication judiciaire lorsque des instances parallèles sont en cours relativement
à la même famille. La communication entre les juges a trait uniquement au processus et
non pas au bien-fondé de chaque affaire, et elle vise à simplifier et à coordonner le
processus afin d’améliorer l’accès des familles à la justice (sous-section 5.2.5).

Des modèles de coordination judiciaire, qui prévoient qu’un coordonnateur attitré aux
cas de violence familiale assure la liaison entre les différents tribunaux (droit de la
famille, protection de la jeunesse, droit pénal) et les responsables des services
(par exemple, services aux victimes et aux témoins, intervenants, agents de probation)
qui interviennent auprès de chaque famille (sous-section 5.2.6).

Le programme d’assistance parajudiciaire aux Autochtones (APA), qui aide les
Autochtones aux prises avec le système de justice pénale à obtenir un traitement juste,
équitable et adapté à leur culture. Certains programmes APA fournissent des
renseignements, du soutien et une orientation vers les services en matière de droit de la
famille, de protection de la jeunesse et de droit pénal (sous-section 5.2.7).
Questions liées à la preuve (chapitre 6)
Les familles ayant affaire aux différents secteurs du système de justice risquent d’être perplexes
en découvrant que les divers tribunaux peuvent arriver à différentes conclusions quant à savoir
s’il y a eu violence familiale. Il y a plusieurs raisons à cela. Le système de justice pénale utilise la
norme de preuve la plus élevée, c’est-à-dire qu’il faut présenter une preuve au-delà de tout
doute raisonnable, tandis que les instances civiles (famille, protection de la jeunesse,
10 | P a g e
Résumé
ordonnances de protection en raison de violence familiale) se fondent sur la norme de preuve
fondée sur la prépondérance des probabilités. Par conséquent, la preuve peut être suffisante
dans le contexte civil et ne pas l’être dans le contexte pénal. De plus, étant donné les différents
échéanciers applicables aux instances, aux règles de la preuve et aux procédures relatives à la
communication et à la production, des éléments de preuve différents peuvent être présentés
devant différentes instances judiciaires. Par exemple, même si l’accusé à un procès pénal a
accès aux dossiers de la poursuite grâce à son droit garanti par la Constitution à la
communication des documents, la victime aura du mal à obtenir les mêmes dossiers pour une
instance simultanée tenue devant un tribunal de la famille.
Voici quelques exemples de pratiques prometteuses

L’adoption de procédures pour régir la communication des documents de la poursuite
dans le cas d’instances simultanées en matière de droit de la famille et de protection de
la jeunesse. Par exemple :
o Dans l’affaire D P c. Wagg, en 2004, la Cour d’appel de l’Ontario a adopté un
processus de sélection qui a depuis été utilisé lorsque la preuve documentaire de
la poursuite est demandée dans une instance civile. Ce processus de sélection a
été mis en place en Ontario au moyen de protocoles, pour faciliter la
communication de l’information aux personnes parties à une affaire ainsi qu’à
des entités publiques, comme les services de protection de la jeunesse (soussection 6.2.1).
o En 2010, la Conférence pour l’harmonisation des lois au Canada a adopté une loi
uniforme pour fournir un ensemble cohérent de règles sur l’admissibilité de la
preuve documentaire de la poursuite dans les instances civiles et
administratives. La Loi uniforme sur la production des documents de poursuite
appliquerait les principes adoptés dans l’arrêt D P c. Wagg de la même manière
à l’échelle du pays (sous-section 6.2.2).
Protection de la vie privée (chapitre 7)
Pour assurer la coordination des services, il faut un échange de renseignements en temps
opportun entre les secteurs du système de justice. Toutefois, la divulgation de renseignements
personnels et confidentiels est régie par une foule de dispositions législatives, de règlements,
de lignes directrices et de codes déontologiques fédéraux, provinciaux et territoriaux. Bien que
la protection de la vie privée doive généralement être subordonnée au devoir de divulguer
toute information permettant de protéger contre les préjudices, il existe de nombreux
obstacles liés à la protection de la vie privée qui empêchent la communication de
renseignements dans le contexte d’une collaboration intersectorielle. Or, en l’absence de lois,
de directives ministérielles ou de protocoles d’entente précisant clairement dans quels cas il y a
lieu de divulguer des renseignements personnels, les détenteurs de renseignements prudents
11 | P a g e
Résumé
pourraient malheureusement hésiter à divulguer des renseignements pertinents, voire d’une
importance vitale, même lorsqu’ils peuvent être autorisés à le faire.
Voici quelques exemples de pratiques prometteuses

Au Royaume-Uni, dans le cadre de la « Clare’s Law », un projet pilote de 12 mois, la
police est chargée, dans certains ressorts, de communiquer aux victimes de violence
familiale ou aux personnes susceptibles de l’être de l’information sur le passé violent de
leur partenaire (sous-section 7.2.1).

Des modifications législatives qui précisent qu’il est acceptable de recueillir, d’utiliser et
de communiquer des renseignements expressément pour réduire le risque qu’une
personne soit victime de violence familiale, s’il est raisonnablement probable que cette
violence se produise (sous-section 7.2.3).
Règlement extrajudiciaire des différends et services (chapitres 8 et 9)
La grande majorité des affaires se règlent sans procès, au sein des systèmes de justice pénale,
de justice familiale et de protection de la jeunesse. En fait, on encourage fortement les familles
à régler rapidement les conflits pour différentes raisons. Cependant, même si une affaire se
règle hors cour, cela ne veut pas nécessairement dire que toutes les questions liées à la
violence familiale ont été réglées ou que tout risque a disparu, ni qu’il n’est plus nécessaire
d’assurer la coordination. Il arrive que des intervenants chargés du règlement des différends
n’aient pas une formation suffisante sur les risques et les conséquences de la violence familiale
ou ne cherchent pas à les déceler. Il importe toujours d’assurer la communication de
renseignements entre les différents secteurs du système de justice pour que toutes les parties
comprennent les conséquences qu’un règlement conclu dans un secteur aura sur les autres
secteurs. De surcroît, beaucoup de services sont offerts au sein des systèmes de justice pénale,
de justice familiale et de protection de la jeunesse pour aider les familles. Toutefois, là encore,
on constate parfois un manque de coordination. Par exemple, chaque secteur du système de
justice peut diriger les familles vers différents services. Les membres de ces familles peuvent
courir d’un rendez-vous à l’autre sans qu’un véritable encadrement soit prévu.
Voici quelques exemples de pratiques prometteuses

Des règlements en droit de la famille qui établissent des normes minimales en matière
de formation et d’exercice pour les praticiens chargés de régler les différends familiaux
– médiateurs et arbitres en matière familiale, coordonnateurs des responsabilités
parentales (sous-section 8.2.1).

Des normes de pratique, des politiques et des garanties pour répondre aux
préoccupations relatives aux indicateurs de violence familiale, et des mécanismes pour
assurer la sécurité dans le cadre de la médiation en matière de protection de la jeunesse
(sous-section 8.2.3).
12 | P a g e
Résumé

Des centres de justice familiale qui dirigent les victimes de violence familiale vers divers
services, dont les services d’aide aux victimes, les services aux nouveaux arrivants et les
services de droit de la famille (sous-section 9.5).

Des centres d’appui aux enfants qui offrent une gamme de services afin d’atténuer le
traumatisme chez les enfants victimes ou témoins de violence et leur famille, et de les
aider à s’orienter dans le système de justice pénale et les services connexes (soussection 9.5).
Collaboration intersectorielle (chapitre 10)
La coordination est nécessaire non seulement entre les systèmes de droit pénal, de droit de la
famille et de protection de la jeunesse, mais aussi entre le secteur de justice et d’autres
secteurs publics, comme les services sociaux et les services de santé mentale et de traitement
des toxicomanies. Le présent rapport traite de la nécessité et du caractère souhaitable de la
collaboration entre les divers secteurs pour lutter contre la violence familiale, et il décrit
certaines des difficultés à surmonter pour appliquer une approche de coopération plus large.
Voici quelques exemples de pratiques prometteuses

Des comités de coordination et des modèles de collaboration entre organismes qui
aident à coordonner les mesures publiques contre la violence familiale, et établissent
des liens entre les secteurs du droit de la famille et du droit pénal (sous-section 10.2.2).

Des stratégies et des plans d’action gouvernementaux qui établissent un cadre de
responsabilisation précis pour les interventions coordonnées entre organismes contre la
violence familiale (sous-section 10.2.2).

Des tribunaux pour l’instruction des causes de violence familiale et des tribunaux avec
option de traitement en matière de violence familiale qui offrent un ensemble de
services de soutien spécialisés aux victimes, aux enfants témoins et aux délinquants au
sein du système de justice pénale. Ils permettent aussi d’établir des liens avec les
systèmes de protection de la jeunesse et de justice familiale (sous-section 10.2.2).
Conclusion
Compte tenu de la diversité des objectifs, des mécanismes, des normes de preuve et des délais
associés à chacune des interventions des systèmes de droit de la famille, de protection de la
jeunesse et de droit pénal, les familles peuvent devoir composer avec des interventions
fragmentaires, incohérentes et déroutantes. Les divers secteurs du système de justice
fonctionnent indépendamment et ont chacun leurs propres experts, évaluateurs et services. Le
manque de communication entre les intervenants en matière de violence familiale augmente la
13 | P a g e
Résumé
probabilité que les risques associés aux conflits familiaux ne soient pas toujours dépistés ou
évalués de manière exhaustive. En ce qui concerne l’échange de renseignements, le présent
rapport aborde aussi l’aspect complexe, mais très important, de l’établissement de la preuve
dans le cadre d’instances en matière de violence familiale. Il faut espérer que quelques-unes
des pratiques prometteuses signalées dans le présent rapport pourront aider à surmonter les
obstacles qui existent entre les secteurs.
Membres du système de justice susceptibles d’intervenir auprès des membres d’une famille
Diagramme simplifié
En matière familiale
Protection civile
En matière pénale
Protection de la jeunesse
Entrée dans le système
 Demande
Services de
protection
de la
jeunesse
Police
relative à un
enfant qui a
besoin de
protection dont
la sécurité ou le
développement
est compromis
 Retrait
 Offre de services
de soutien
(entente
volontaire)
 Arrestation
 Si arrêté – mise
en liberté possible
 Accusation/
rapport à la
poursuite /autres
mesures
 Renvoi/
aide
Demande au tribunal
présentée par la victime
présumée (ou par une
personne agissant en
son nom, p. ex. la
police)
Possibilité de
représentation
par un avocat†
*
Services
Programme de traitements
Ententes parentales
Counseling
Refuges
Visites
supervisées
Soutien à
domicile
Avocat pour les
enfants
Avocat pour les services
de protection de la
jeunesse
Règlement de différends
Conseillers parajudiciaires
autochtones
Décisions/
Ordonnances relatives
 à une prise en
charge concernant
un enfant qui a
besoin de
protection et de
mesures de
protection (p. ex.,
supervision,
interdiction de
communiquer et le
retrait du parent
agresseur du
domicile)
Décisions
/Ordonnances
Avocat de la
défense
Refuges


Services aux victimes
Procureur de la
Couronne
Programmes pour les
conjoints violents
Avocat pour la
victime présumée
Services aux victimes
Avocat pour
le défendeur
Renseignements destinés aux parents
Demande présentée au
tribunal par une des
parties ‡
Avocat(s) pour les
membres de la
famille
Tribunaux
Avocat pour
le parent
Counseling
Avocat pour
l’enfant
Règlement des différends
Visites supervisées
Centres d’information en droit
de la famille/ sélection préalable
Responsables de l’évaluation
relative à la garde des enfants
Avocat pour
le parent


Tribunaux
provinciaux
Cour supérieure
Mise en liberté
provisoire
(cautionnement)
Engagement de
ne pas troubler
l’ordre public
Condamnation
ou acquittement
Détermination
de la peine
Décisions/
Ordonnances
 Ordonnances
provisoires et
définitives sur :
le rôle parental,
la pension
alimentaire, les
ordonnances de
noncommunicationdans les cas du
divorce ou de
conjoints de fait
avec enfant
Tribunal
spécialisé
en VF (pas
le cas au
Qc)
Cour
provinciale
Décisions/ Ordonnances
 Ordonnances de
protection d’urgence
(court terme)
 Aide aux victimes,
prévention, ordonnances
de la Cour du Banc de la
Reine
††
§
Cour
supérieure
Tribunal
unifié
de la
famille
(Pas le
cas au
Québec)
Cour
supérieure
Cour
provinciale
Juge de
paix
Cour
supérieure
Tribunal
unifié
de la
famille
**
Cour provinciale
Membres du système de justice susceptibles d’intervenir auprès des membres d’une famille
Diagramme simplifié
* Il importe de noter que les membres de la famille peuvent accéder à des services à différents moments dans les
divers secteurs du système de justice. Par exemple, dans le système de justice familiale, les parents peuvent
participer à une séance d’information avant la tenue de leur première audience judiciaire. Il sera possible d’accéder
à d’autres services ultérieurement. Il est également important de noter que les services de libération conditionnelle
et les services correctionnels participent à la coordination des services destinés aux accusés. Toutefois, étant donné
la portée du rapport, ils ne figurent pas dans ce diagramme.
† Dans le diagramme, on fait état de la « possibilité de représentation par un avocat », parce que le Groupe de
travail reconnaît qu’un bon nombre de parties à un litige ne sont pas représentées.
‡
Au Québec, pas nécessairement 2/3 des médiations sont faites sans demander au tribunal.
§
Au Québec, les responsables de l’évaluation relative à la garde des enfants ont une expertise psychosociale.
** Tribunal unifié de la famille : pas le cas au Québec.
†† Soulignons que le divorce et les mesures accessoires, par exemple une ordonnance parentale ou de garde, ne
peuvent être accordés que par une cour supérieure.
16 | P a g e
Chapitre 1
Chapitre 1 Contexte
Les professionnels du système de justice sont de plus en plus conscients que beaucoup de
problèmes sociaux importants, y compris la violence familiale, nécessitent une cohésion, une
coordination et une réceptivité accrues. Cette prise de conscience se manifeste par
l’augmentation du nombre de tribunaux spécialisés ayant recours à une approche
thérapeutique axée sur la résolution des problèmes. Elle se manifeste aussi par le nombre
important de comités de coordination interministérielle et interorganisationnelle, et de
protocoles de communication de renseignements qui sont établis entre divers organes du
secteur public. Ces changements se justifient en bonne partie par la nécessité d’améliorer
l’accès à la justice des Canadiennes et des Canadiens.
La plupart des couples qui se séparent ou divorcent parviennent à s’entendre sur les conditions
de leur rupture en ayant peu ou modérément recours aux tribunaux. Cependant, lorsqu’une
famille est en proie à la violence – que ce soit la violence d’un partenaire intime, actuel ou
ancien, ou la maltraitance d’un enfant – elle peut devoir composer avec les divers secteurs du
système de justice, principalement ceux du droit pénal, du droit de la famille et de la protection
de la jeunesse. Chacun de ces secteurs se distingue par un mandat, une culture, des normes
juridiques et des procédures qui lui sont propres. Et en raison des différences entre les secteurs
quant aux objectifs, aux mécanismes et aux délais, l’information pertinente risque de ne pas
circuler adéquatement.
De plus en plus d’études mettent en lumière les répercussions néfastes de la violence familiale
et indiquent un risque accru de violence grave et d’homicide dans les familles en proie à la
violence. Parallèlement, on tend de plus en plus à favoriser la coparentalité et le maintien de
relations entre les enfants et leurs parents après une séparation ou un divorce. Ces tendances
distinctes sont apparentes dans différents secteurs du système de justice. Une fois que le
délinquant a purgé sa peine, le système de justice pénale n’a normalement plus aucune relation
avec la famille. Il met l’accent sur l’évaluation et la gestion du risque et sur la planification de la
sécurité des victimes. Bien que le système de protection de la jeunesse mette l’accent, lui aussi,
sur la sécurité, il est axé sur l’intérêt supérieur de l’enfant. Il peut entretenir des relations à plus
long terme avec la famille de l’enfant. Toutefois, les services de protection de la jeunesse
peuvent être réticents à intervenir lorsque des allégations de violence familiale sont
susceptibles d’être traitées dans un litige en cours en droit de la famille opposant les parents2.
Le système de droit de la famille est également axé sur l’intérêt supérieur de l’enfant,
2
Voir ministère de la Justice du Canada, Conclure les bonnes ententes parentales dans les cas de violence familiale :
recherche dans la documentation pour déterminer les pratiques prometteuses par Peter G Jaffe, Claire V Crooks et
Nick Bala, Rapport de recherche 2005-FCY-3F, Ottawa, Section de la famille, des enfants et des adolescents, 2006,
aux pp 29-30, en ligne : <http://www.justice.gc.ca/fra/pr-rp/jp-cj/vf-fv/2005_3/2005_3.pdf> [Justice Canada,
« Ententes parentales »].
17 | P a g e
Chapitre 1
notamment sur sa sécurité, mais aussi sur le rétablissement des relations par des contacts aussi
fréquents que possible entre l’enfant et ses deux parents3.
Un grand nombre d’études, d’enquêtes et de rapports du coroner sur des décès attribuables à
la violence familiale indiquent que le manque de coordination entre les intervenants des
systèmes de droit de la famille, de protection de la jeunesse et de justice pénale est un facteur
de risque d’homicide en milieu familial4. Sans mécanismes pour assurer la coordination et la
communication entre ces systèmes, il arrive que les familles aient affaire à des ordonnances
susceptibles d’entrer en conflit l’une avec l’autre, ce qui peut nuire à la sécurité des membres
de la famille, y compris les plus vulnérables, c’est-à-dire les enfants. Et la confiance du public à
l’égard de l’administration de la justice risque d’être minée.
Une approche globale en matière de violence familiale nécessite des liens entre de multiples
secteurs, notamment les services de santé, les services de santé mentale, les services sociaux et
communautaires, les refuges, le logement, l’emploi, l’aide sociale, l’éducation, la protection de
la jeunesse, le droit civil (y compris le droit de la famille, le droit en matière d’immigration et le
droit en matière de dommages-intérêts) ainsi que le système de justice pénale (y compris les
services aux victimes, la police, les services des poursuites, les tribunaux et les services
correctionnels). Bien qu’il soit sans aucun doute important d’intervenir aussi hors de la sphère
3
Voir ministère de la Justice du Canada, Les politiques et les dispositions législatives concernant la violence
conjugale : Rapport final du Groupe de travail fédéral-provincial-territorial spécial chargé d’examiner les politiques
et les dispositions législatives concernant la violence conjugale, Ottawa, Section de la famille, des enfants et des
adolescents, 2003, aux pp 43-44, en ligne : <http://www.justice.gc.ca/fra/pr-rp/jp-cj/vf-fv/pol/spo_e-con_a.pdf>
[Justice Canada, Politiques concernant la violence familiale]; Marcie Campbell, Évaluation des menaces et gestion
des risques dans les cas de violence familiale : Un aperçu de la collaboration entre le système judiciaire et les
organismes communautaires en Ontario pour 2010 et à l’avenir dans « Réduire le risque de violence meurtrière.
Collaboration à l’évaluation des menaces et à la gestion des risques : De la théorie à la pratique » tenu du 7 au
9 février 2010 à Hamilton (ON), Centre for Research and Education on Violence Against Women and Children,
2010, aux pp 9-10, en ligne : <http://www.learningtoendabuse.ca/sites/default/files/risk%20assessment%20%20french%20report.pdf>.
4
Voici des exemples de rapports relevant le manque de communication ou de coordination entre les partenaires
du système judiciaire en tant que facteur dans les homicides. Bien que nombre de recommandations aient été
suivies, cette liste constitue une indication de la fréquence à laquelle ce problème se produit. Des
recommandations visant l’amélioration de la coordination dans le système judiciaire sont contenues dans les
rapports suivants : Report to the Minister of Justice and Attorney General, Public Fatality Inquiry: Blagica and Alex
Fekete (Alberta, Cour provinciale, mai 2005); Honoring Christian Lee – No Private Matter: Protecting Children Living
with Domestic Violence (représentant pour l’enfance et la jeunesse en Colombie-Britannique, septembre 2009);
Honouring Kaitlynne, Max and Cordon: Make Their Voices Heard Now (représentant pour l’enfance et la jeunesse
en Colombie-Britannique, mars 2012); Commission of Inquiry into the deaths of Rhonda Lavoie and Roy Lavoie: A
Study of Domestic Violence and the Justice System in Manitoba (Manitoba, Cour provinciale, 1997); Report
Respecting the deaths of Doreen Leclair and Corrine McKeown (Manitoba, Cour provinciale, 2002); Comité
d’examen des décès dus à la violence familiale, Rapport annuel 2011 (Ontario, Bureau du Coroner en chef,
septembre 2011); Jury Inquests into the deaths of Jared and Andrew Osidacz (Ontario, Bureau du Coroner en chef,
avril 2009); Hadley Inquest Jury Recommendations (Ontario, Bureau du Coroner en chef, février 2002); Arlene May
and Randy Iles Inquest (Ontario, Bureau du Coroner en chef, juillet 1998); Rapport d’enquête publique sur les
causes et les circonstances des décès de Françoise Lirette, Loren Gaumont-Lirette et René Gaumont (Québec,
Bureau du Coroner, 1997).
18 | P a g e
Chapitre 1
judiciaire, ces interventions ne font pas partie du sujet du présent rapport, qui porte sur le
recoupement des interventions de certains secteurs de la justice en matière de violence
familiale, notamment les services de droit de la famille, les tribunaux de la famille, les services
de protection de la jeunesse et les services de justice pénale (principalement les services aux
victimes, les poursuites et les interventions des tribunaux). Un autre facteur s’ajoute au
recoupement de ces secteurs, soit la violence familiale subie par les résidents des réserves5,
mais n’est pas abordé dans ce rapport. Notons que les renseignements contenus dans ce
rapport relatifs au milieu autochtone sont parcellaires et ne peuvent être considérés comme
représentant l'ensemble des besoins et des principaux enjeux de cette population à l'égard de
la problématique abordée dans celui-ci. Le présent rapport ne traite pas non plus des questions
de droit civil liées aux instances en matière d’immigration, aux litiges civils non familiaux
(comme les poursuites en dommages-intérêts) et le partage des biens matrimoniaux.
1.1 Pourquoi mettre l’accent sur la violence familiale?
La violence familiale afflige un grand nombre de Canadiennes et de Canadiens de tous les
milieux socioéconomiques et de tous les horizons culturels. Elle peut être la cause, un facteur
ou la conséquence de l’éclatement de la famille. En outre, comme on le verra plus loin, des
études révèlent que la séparation et le divorce peuvent exacerber des rapports déjà violents et
que la période qui suit la rupture familiale représente un risque accru pour les membres de la
famille. La violence familiale constitue une problématique pour tous les groupes sociaux, mais
les Autochtones sont presque deux fois plus nombreux que les non-Autochtones à déclarer être
victimes de violence conjugale (10 % comparativement à 6 %)6. Le taux de victimisation est
presque trois fois plus élevé chez les femmes autochtones que chez les autres femmes, et la
violence qu’elles subissent peut être grave : en effet, elles sont plus susceptibles d’être blessées
ou de craindre pour leur vie7.
Les victimes de la violence familiale, laquelle, dans le présent rapport, comprend la violence à
l’endroit des partenaires intimes et la maltraitance des enfants, peuvent être traumatisées8 et
hésiter à révéler ce qu’elles vivent. En outre, les rapports avec les systèmes de droit de la
famille, de protection de la jeunesse et de justice pénale peuvent être en soi traumatisants, et
5
Statistique Canada, La victimisation avec violence chez les femmes autochtones dans les provinces canadiennes,
o
2009, par Shannon Brennan, Juristat, mai 2011, n 85-002-X au catalogue, en ligne :
<http://www.statcan.gc.ca/pub/85-002-x/2011001/article/11439-fra.pdf> [Statistique Canada, « Victimisation
chez les femmes autochtones »].
6
Statistique Canada, La violence familiale au Canada : un profil statistique (2009), Centre canadien de la statistique
o
juridique, janvier 2011, n 85-224-X au catalogue, à la p 12, en ligne <http://www.statcan.gc.ca/pub/85-224-x/85224-x2010000-fra.pdf> [Statistique Canada, « Violence familiale au Canada 2009 »].
7
Statistique Canada, « Victimisation chez les femmes autochtone », supra, note 5, aux pp 5, 7, 10-11.
8
Certains peuvent souffrir de l’état de stress post-traumatique (ESPT), trouble psychologique qui est susceptible
de se manifester à la suite d’un événement traumatisant qu’on a vécu ou dont on a été témoin et qui
s’accompagne d’une peur intense, de désespoir ou d’horreur. Ce trouble peut également entraver la divulgation de
la violence, la retardant parfois considérablement, et nuire au témoignage de la victime, qui peut faire une crise de
nerfs ou éprouver des pertes de mémoire. Voir Mary Ann Dutton, « Pathways Linking Intimate Partner Violence
and Posttraumatic Disorder » (2009) 10:3 Trauma, Violence & Abuse, aux pp 211; Michelle Dennis et al,
« Posttraumatic Stress Disorder or Major Depressive Disorder » (2009) 15:5 Violence Against Women 618.
19 | P a g e
Chapitre 1
intensifier l’expérience pénible que constitue l’exposition à la violence familiale. Les membres
des familles où règne la violence ont souvent besoin d’un soutien social considérable et
peuvent avoir besoin de services de santé mentale.
Une fois révélée, la violence familiale constitue un facteur pertinent pour les interventions de
plusieurs secteurs du système de justice. Elle peut contribuer à déterminer l’intérêt supérieur
de l’enfant en ce qui concerne les ententes de garde, d’accès et de responsabilités parentales à
l’égard des questions relevant du droit de la famille. Elle peut aussi servir à établir si l’enfant
doit être placé sous la surveillance d’un organisme de protection de la jeunesse, tout comme
elle peut justifier la délivrance d’une ordonnance de protection en matière civile ou pénale et
conduire à l’arrestation, voire peut-être à l’inculpation et à l’incarcération, du délinquant
présumé dans le cadre du système de justice pénale.
Malheureusement, pour certaines familles aux prises avec de la violence, l’expérience du
« système de justice » peut être extrêmement stressante et déroutante. Les parties peuvent
présumer, par exemple, que le juge du tribunal de la famille est au courant d’une
condamnation pénale antérieure ou d’une ordonnance de protection en matière civile qui
peuvent être importantes pour l’intérêt supérieur de l’enfant. Si ce n’est pas le cas et que le
tribunal ne dispose pas de ces renseignements, il se peut que l’ordonnance familiale qui sera
formulée mette le parent ou l’enfant en danger. Les membres de la famille peuvent aussi devoir
faire face à une ordonnance pénale ou à une ordonnance de protection la jeunesse qui semble
contredire une ordonnance familiale. Une telle situation peut prêter à confusion et amener les
membres de la famille à enfreindre l’une des ordonnances sans le faire exprès. Pour que les
familles qui ont affaire simultanément à ces différents secteurs du système aient un accès
adéquat à la justice, il faut que les professionnels du système de justice et les intervenants des
différents systèmes en cause conjuguent leurs efforts afin d’assurer une réponse concertée et
coordonnée à l’égard de ces questions sociales importantes. Comme le souligne le président de
l’Initiative de réforme de la justice en Colombie-Britannique :
[TRADUCTION] Au cours des consultations, j’ai souvent entendu parler de la nécessité de
mettre fin au cloisonnement qui existe au sein du système de justice. Les établissements
doivent travailler en collaboration. Il leur faut notamment discuter de la relation entre leurs
diverses responsabilités et de l’utilisation de leurs budgets de façon synergique.
L’intégration et la coordination stratégique au sein du système de justice pénale exigent
qu’on se demande comment les ressources peuvent être le mieux partagées entre les
différents intervenants. Ceux-ci doivent en outre discuter franchement de l’effet de leurs
politiques sur les autres et de la façon dont ils doivent rendre des comptes au système dans
son ensemble9.
9
D Geoffrey Cowper, président de l’initiative de réforme de la justice en Colombie-Britannique, A Criminal Justice
st
System for the 21 Century, Final Report to the Minister of Justice and Attorney General Honourable Shirley Bond, à
la p 70, en ligne : <http://www.ag.gov.bc.ca/justice-reform/pdf/CowperFinalReport.pdf>.
20 | P a g e
Chapitre 1
1.2 Qu’entend-on par violence familiale?
Dans son sens le plus large, la violence familiale englobe diverses formes de sévices, de mauvais
traitements et de négligence dont peuvent être victimes des adultes ou des enfants qui se
trouvent, selon le cas, dans une relation familiale, intime ou de dépendance. La définition de
l’expression continue d’évoluer au fur et à mesure qu’on comprend mieux la nature et
l’ampleur de la violence au sein des relations intimes et familiales. Certaines formes de violence
familiale sont manifestement de nature pénale et seraient également examinées dans le
contexte d’instances relevant de la protection de la jeunesse ou de la famille. En revanche, la
famille peut connaître d’autres formes de violence qui ne constituent pas une infraction
criminelle, mais qui pourraient entraîner la délivrance d’une ordonnance de noncommunication ou de protection d’urgence ou être prises en considération dans le contexte
d’une audience relevant du droit de la famille ou de la protection de la jeunesse.
Dans le présent rapport, l’accent sera surtout mis sur la violence entre partenaires intimes
(c’est-à-dire les personnes légalement mariées, séparées ou divorcées, les anciens ou actuels
conjoints de fait, les partenaires amoureux et les autres partenaires intimes) et sur la
maltraitance des enfants (soit la négligence et la violence physique, sexuelle et psychologique).
À certains endroits dans le rapport, il sera question de « violence conjugale », de
« violence domestique » ou de « violence familiale » : ce sont des expressions utilisées dans les
sources de données statistiques ou les sources documentaires consultées ou dans le titre de
politiques, de lois ou de programmes particuliers.
Même si le Code criminel ne prévoit pas explicitement d’infractions de violence familiale, une
grande variété d’infractions liées au recours à la violence physique ou sexuelle peuvent
s’appliquer à la violence familiale, notamment les voies de fait, les voies de fait graves,
l’agression armée, l’agression sexuelle, l’agression sexuelle grave, l’agression sexuelle armée, la
séquestration, les menaces, le harcèlement criminel, l’omission de fournir les choses
nécessaires à l’existence, l’homicide et la tentative de meurtre. Les dispositions relatives à la
détermination de la peine tiennent compte du préjudice particulier lié à la violence familiale :
ainsi, aux termes de l’article 718.2, est considéré comme une circonstance aggravante aux fins
de la détermination de la peine le fait que l’infraction est commise à l’égard d’un enfant, d’un
époux ou d’un conjoint de fait ou encore constitue un abus de la confiance de la victime ou un
abus d’autorité à son égard.
La violence psychologique ou affective comprend l’utilisation de paroles ou d’actions visant à
contrôler, à isoler, à intimider, à dénigrer ou à déshumaniser quelqu’un. Certaines formes de
violence psychologique ou affective au sein de la famille peuvent constituer un comportement
criminel, notamment la cruauté envers les animaux, l’endommagement ou la destruction de
biens, les menaces et le harcèlement criminel. Cette dernière forme de violence, qu’on appelle
souvent la traque, consiste généralement à répéter pendant un certain temps un
comportement qui amène la victime à craindre raisonnablement pour sa sécurité personnelle
ou celle d’un proche. Par ailleurs, d’autres formes de violence psychologique ou affective, qui
constituent bel et bien de la violence et sont souvent des signes précurseurs de violence
21 | P a g e
Chapitre 1
physique ou sexuelle, ne seraient pas considérées comme un comportement criminel : tourner
en ridicule, insulter, hurler, critiquer constamment, faire systématiquement des demandes
déraisonnables, être excessivement jaloux, ne pas permettre à la personne de rencontrer des
gens ou menacer d’expulsion10. De tels comportements peuvent néanmoins être pris en compte
dans le contexte du droit de la famille ou de la protection de la jeunesse ou pour l’obtention
d’ordonnances de protection civile dans certaines provinces et certains territoires11.
De même, de nombreuses formes d’exploitation financière au sein de la famille, comme le vol
et la fraude, constituent un comportement criminel. Constitue également de l’exploitation
matérielle ou financière le fait d’agir sans autorisation d’une façon qui avantage financièrement
une personne au détriment d’une autre. D’autres formes de contrôle économique, notamment
le fait de suivre de près la façon dont un membre de la famille dépense la moindre somme qui
lui est allouée, ne seraient cependant pas considérées comme criminelles. Bien que ces
comportements puissent ne pas constituer une infraction criminelle, ils doivent être pris en
compte dans le cadre d’une poursuite pénale et ils sont souvent utilisés par les poursuivants
pour établir le contexte de la relation. Ils constituent également des circonstances aggravantes
dans le cadre de la détermination de la peine. Ce genre de comportement peut aussi être pris
en considération dans les contextes du droit de la famille et de la protection civile.
La négligence au sein de la famille peut constituer un comportement criminel, notamment
l’omission de fournir les choses nécessaires à l’existence, l’abandon d’un enfant et la négligence
criminelle causant des lésions corporelles ou la mort. Au fédéral ainsi que dans toutes les
provinces et tous les territoires, la négligence à l’égard d’un enfant justifie une intervention des
autorités gouvernementales pour le protéger.
Pour ce qui est des répercussions de la violence familiale sur les enfants, des études révèlent
que les mauvais traitements qui leur sont infligés peuvent avoir des répercussions à long terme
sur leur santé comportementale, développementale, affective et physique12. Il a été établi que
10
Il importe de signaler que des instances en immigration peuvent se dérouler en même temps que des instances
de justice pénale ou de protection de la famille ou de la jeunesse. Cette question déborde cependant du cadre du
présent rapport.
11
Voir par exemple, la Victims of Family Violence Act, LRPEI 1988, c V-3.2; la Loi sur la violence familiale et le
harcèlement criminel, SM 1998, c 41, CPLM c D93 (qui inclut, elle aussi, la « violence affective ou psychologique »
dans la définition de la violence familiale).
12
Holly Johnson et Myrna Dawson, Violence Against Women in Canada: Research and Policy Perspectives, Don
Mills, Ontario, Oxford University Press, 2011; Joseph Murray et David P Farrington, « Risk factors for conduct
disorder and delinquency: Key findings from longitudinal studies » (2010) 55:10 Canadian Journal of Psychiatry
633; Howard Meltzer et al, « The mental health of children who witness domestic violence » (2009) 14:4 Child and
Family Social Work 491; David W Brown et al, « Adverse Childhood Experiences and the Risk of Premature
Mortality » (2009) 37:5 American Journal of Preventive Medicine 389; James C Spilsbury et al, « Clinically significant
trauma symptoms and behavioural problems in a community-based sample of children exposed to domestic
violence » (2007) 22:6 Journal of Family Violence 487; Shanta R Dube et al, « The impact of adverse childhood
experiences on health problems: evidence from four birth cohorts dating back to 1900 » (2003) 37:3 Preventive
Medicine 268; Organisation mondiale de la santé, Rapport mondial sur la violence et la santé, par Etienne G Krug et
al, Genève, Organisation mondiale de la santé, 2002.
22 | P a g e
Chapitre 1
les enfants qui sont exposés à la violence13 d’un parent à l’endroit de l’autre connaissent
souvent des problèmes d’ordre affectif, social, cognitif et comportemental. Ils peuvent, par
exemple, éprouver des troubles affectifs ou anxieux, être agressifs et s’adonner à la
délinquance14. Il a également été prouvé que cette violence a des conséquences
intergénérationnelles. Exposés à la violence, les garçons risquent davantage d’être violents
envers leur partenaire une fois adultes, et les femmes qui ont été témoins de violence durant
leur enfance risquent davantage d’être victimes de violence dans leurs relations intimes à l’âge
adulte15. L’exposition d’un enfant à la violence d’un partenaire intime peut justifier
l’intervention des services de protection de la jeunesse16 et être prise en considération dans les
instances devant un tribunal de la famille.
13
Par « enfants exposés à la violence entre partenaires intimes » on entend ceux qui sont les témoins oculaires ou
auditifs d’une telle violence ou qui en constatent les répercussions (p. ex., blessures et dommages matériels).
14
Andrée Fortin, « L’enfant exposé à la violence conjugale : quelles difficultés et quels besoins d’aide? » (2009)
73:1 Empan 119; David A Wolfe et al, « The Effects of Children’s Exposure to Domestic Violence: A Meta-Analysis
and Critique » (2003) 6:3 Clinical Child and Family Psychology Review 171; Peter G Jaffe, David A Wolfe et Susan
Kaye Wilson, Children of Battered Women, Newbury Park, CA, Sage Publications 1990; Gayla Margolin, « Effects of
Domestic Violence on Children » dans Penelope K Trickett et Cynthia J Schellenbach, dir, Violence against Children
in the Family and the Community, Washington (DC), American Psychological Association, 1998, 57-101; Penelope K
Trickett et Cynthia J Schellenbach, dir, Violence against children in the family and the community, Washington (DC),
American Psychological Association, 1998; Georges W Holden, Robert A Geffner et Ernest N Jouriles, Children
Exposed to Marital Violence: Theory, Research, and Applied Issues, Washington (DC), American Psychological
Association, 1998.
15
Statistique Canada, Les enfants témoins de violence familiale par Mia Dauvergne et Holly Johnson, 2001, Juristat
o
21:6, juin 2001, n 85-002-XIF au catalogue, aux pp 6-8, en ligne : <http://publications.gc.ca/CollectionR/Statcan/85-002-XIF/0060185-002-XIF.pdf>; Shanta R Dube et al, « Exposure to Abuse, Neglect, and Household
Dysfunction Among Adults Who Witnessed Intimate Partner Violence as Children: Implications for Health and
Social Services » (2002) 17:1 Violence and Victims 3; Rolf Loeber et Dale Hay, « Key Issues in the Development of
Aggression and Violence From Childhood to Early Adulthood » (1997) 48 Annual Review of Psychology 371;
John W Fantuzzo et Wanda K Mohr, « Prevalence and Effects of Child Exposure to Domestic Violence » (1999) 9:3
Domestic Violence and Children 21.
16
De nombreuses lois prévoient que l’exposition à la violence familiale est un motif de protection. La Child, Youth
and Family Enhancement Act, LRA 2000, c C-12, par. 1(3), dispose qu’ [TRADUCTION] « Aux fins de la présente loi,
a) un enfant est blessé psychologiquement […] (ii) s’il existe des motifs raisonnables et probables de croire que la
blessure psychologique résulte de […] (C) l’exposition à la violence conjugale ou à un milieu familial peu
harmonieux »; la Loi sur les services à la famille, LN-B 1980, c F-2.2, par. 31(1), prévoit que « La sécurité ou le
développement d’un enfant peuvent être menacés lorsque […] f) l’enfant vit dans une situation marquée par des
actes de violence domestique »; la Loi sur les services à l’enfance et à la famille, LTN-O 1997, c 13, par. 7(3), prévoit
qu’« un enfant a besoin de protection […] j) lorsqu’il a subi un préjudice corporel ou affectif du fait de son
exposition répétée à de la violence familiale dont son père ou sa mère est l’auteur ou la victime, et que son père
ou sa mère fait défaut ou refuse d’obtenir les services, les traitements ou les moyens permettant de prévenir le
préjudice »; la Children and Family Services Act, SNS 1990, c 5, par. 22(2), dispose qu’ [TRADUCTION] « Un enfant a
besoin de services de protection […] i) lorsqu’il a subi un préjudice physique ou affectif du fait de son exposition
répétée à de la violence familiale dont l’un de ses parents ou la personne qui en a la garde est l’auteur ou la
victime et que le parent en question ou la personne qui a la garde de l’enfant néglige ou refuse d’obtenir les
services ou les traitements permettant de prévenir le préjudice »; la Child Protection Act, LRPEI 1988, c C-5.1, art 9,
dispose qu’ [TRADUCTION] « Un enfant a besoin de protection […] m) lorsqu’il a subi un préjudice physique ou
affectif du fait de son exposition à de la violence familiale dont l’un de ses parents est l’auteur ou la victime »; la
Child and Family Services Act, SS 1989-90, c C-7.2, art 11, prévoit qu’ [TRADUCTION] « un enfant a besoin de
protection lorsque a) par suite d’une action ou d’une omission de la part d’un de ses parents, […] (vi) il a été
23 | P a g e
Chapitre 1
1.2.1 Typologies de la violence entre partenaires intimes
De plus en plus de recherches en sciences sociales font état de différents types de violence
entre partenaires intimes, que l’on peut différencier en fonction de la dynamique de couple, du
contexte et des conséquences. Cette distinction aura des répercussions sur la détermination de
la pertinence des diverses réponses juridiques et sociales, surtout en ce qui a trait à l’évaluation
du risque. Bien que différents types de violence aient été décrits de plusieurs façons, les
quatre grands types suivants reviennent souvent17.
1. Contrainte violente à des fins de contrôle ou terrorisme intime – se caractérise par une
violence psychologique systématique visant à intimider, à contraindre ou à contrôler,
souvent accompagnée de violence physique entre partenaires18. Le contrôle est le but
premier de ce type de violence et des tactiques non physiques comme la violence émotive
ou la surveillance sont parfois employées pour y parvenir19. Ce type de violence est
principalement perpétrée par des hommes; dans les cas de terrorisme intime, la violence
est souvent plus fréquente et grave. C’est ce type de violence qui entre en jeu lorsqu’on
parle des batteurs de femmes, et on estime qu’il y a de fortes chances qu’elle motive la
majorité des cas signalés à la police et des homicides. Ce type de contrainte violente à des
fins de contrôle est également souvent associé à la violence envers les enfants20. Il est établi
que la violence émotive ou psychologique est l’un des facteurs prédictifs les plus importants
de la violence physique et sexuelle dans les relations. En 2009, 19 % des femmes victimes de
exposé à de la violence familiale ou à un milieu familial peu harmonieux qui risque d’entraîner pour lui un
préjudice physique ou affectif »; la Loi sur la protection de la jeunesse, LRQ, c P-34.1, art 38, prévoit que « la
sécurité ou le développement d‘un enfant est considéré comme compromis lorsqu‘il se retrouve dans une
situation d‘abandon, de négligence, de mauvais traitements psychologiques, d’abus sexuels ou d‘abus physiques
ou lorsqu‘il présente des troubles de comportement sérieux »; la Children and Youth Care and Protection Act, LNL
2010, c C-12.2, par. 10(1) prévoit qu’ [TRADUCTION] » Un enfant a besoin de protection lorsqu’il […] l) vit dans une
situation de violence ou comportant un risque de violence ».
17
Johnson et Dawson, supra note 12 : Il convient de signaler que la terminologie employée dans le document a été
modifiée en partie à la lumière des discussions qui ont eu lieu lors de la « Wingspread Conference on Domestic
Violence and Family Courts » de 2007, organisée par l’Association of Family and Conciliation Courts et le United
States Family Violence Department of the National Council of Juvenile and Family Court Judges.
18
Joan B Kelly et Michael P Johnson, « Differentiation Among Types of Intimate Partner Violence: Research Update
and Implications for Interventions » (2008) 46:3 Family Court Review 476, à la p 478.
19
Michael P Johnson, A Typology of Domestic Violence, Lebanon (NH), Northeastern University Press, 2008, aux
pp 26-29.
20
Lundy Bancroft, Jay G Silverman et Daniel Ritchie, The Batterer as Parent : Addressing the Impact of Domestic
e
Violence on Family Dynamics, 2 éd, Thousand Oaks (CA), Sage, 2012; Lundy Bancroft et Jay G Silverman, Assessing
Risk to Children From Batterers (2006) 4 Commission on Domestic Violence E-Newsletter; Écosse, Literature
Review: Better Outcomes for Children and Young People Experiencing Domestic Abuse – Directions for Good Practice
par Cathy Humphreys, Claire Houghton et Jane Ellis, Édimbourg, gouvernement de l’Écosse, 2008, en ligne :
<http://www.scotland.gov.uk/Publications/2008/08/04112614/0>; Alison Cunningham et Linda Backer, What
About Me? Seeking to Understand a Child’s View of Violence in the Family, London (ON), Centre for Children &
Families in the Justice System, 2004, en ligne : <http://www.lfcc.on.ca/what_about_me.pdf>; Linda C Neilson,
Enhancing Safety: When Domestic Violence Cases are in Multiple Legal Systems (Criminal, Family, Child Protection)
A Family Law, Domestic Violence Perspective (30 juin 2012), en ligne :
<http://www.learningtoendabuse.ca/sites/default/files/Enhancing_Safety.pdf>.
24 | P a g e
Chapitre 1
violence psychologique ou d’exploitation financière par un conjoint actuel ont déclaré avoir
été victimes d’agression physique ou sexuelle aux mains de ce dernier, comparativement à
2 % des femmes qui n’ont pas été victimes de violence psychologique ou d’exploitation
financière. Le risque accru était également observé lorsque la violence était infligée par des
ex-conjoints (32 % par rapport à 4 %)21.
2. Résistance violente – constitue la réponse à la contrainte violente à des fins de contrôle ou
au terrorisme intime. Elle survient souvent en réponse à une agression et a pour but la
protection de soi ou d’autrui (donc principalement à des fins défensives). La Cour suprême
du Canada a tenu compte de ce type de violence dans sa décision de 1990 dans l’affaire R c.
Lavallee; notamment, elle a tenu compte du « syndrome de la femme battue » afin de
mettre en contexte le recours à la force létale par la victime de terrorisme intime22. Comme
la contrainte violente à des fins de contrôle ou le terrorisme intime sont surtout commis par
des hommes, la résistance violente est principalement l’affaire des femmes et elle est
relativement rare.
3. Violence conjugale situationnelle (ou courante) – constitue un type de violence non liée au
désir de contrôler son partenaire; elle survient plutôt lorsqu’un incident ou une dispute en
particulier dégénère et donne lieu à de la violence physique, comme des gifles ou des
poussées. Elle semble être liée à des situations où les personnes concernées n’ont pas les
moyens de gérer un conflit ou leur colère et, en règle générale, la violence est moins grave
et moins fréquente que dans les cas de contrainte violente à des fins de contrôle ou de
terrorisme intime. Il convient toutefois de signaler que la violence situationnelle peut être
assez grave et donner lieu à des blessures23. Il semble que la violence conjugale
situationnelle est perpétrée autant par les femmes que par les hommes24. Ce type de
violence est peut-être plus généralisé que les autres, et découle d’interactions et de
disputes courantes; il se traduit probablement par une apparence de parité hommesfemmes dans les données tirées des enquêtes sociales générales25. Cependant, en 2009, les
femmes victimes de violence conjugale étaient deux fois plus susceptibles que les hommes
21
Statistique Canada, Mesure de la violence faite aux femmes : tendances statistiques, 2011, publié sous la
o
direction de Maire Sinha, Juristat, février 2013, n 85-002-X au catalogue, à la p 69, en ligne :
<http://www.statcan.gc.ca/pub/85-002-x/2013001/article/11766-fra.pdf> [Statistique Canada, « Violence faite aux
femmes »].
22
R c. Lavallee, [1990] 1 RCS 852 (La Cour a admis des témoignages d’experts concernant le syndrome de la femme
battue, fondé sur le travail du Dr Lenore Walker, qui a cerné trois phases dans le cycle de la violence conjugale : la
première, l’accroissement de la tension, est caractérisée par une série d’agressions mineures et de violence
verbale. Dans la deuxième phase, appelée l’incident de violence grave, l’agresseur est incapable de contrôler sa
rage et bat sa femme brutalement. Vient ensuite la troisième phase, la contrition assortie de manifestations
d’amour, durant laquelle l’agresseur fait preuve de tendresse à l’égard de sa femme, lui demande pardon et
promet de ne plus lui faire de mal. Cette dernière phase donne de bonnes raisons à la femme de maintenir sa
relation. Afin d’expliquer pourquoi les femmes demeurent dans des relations violentes après que le cycle a été
répété plus d’une fois, le Dr Walker fait valoir qu’elles sont psychologiquement paralysées parce que les maints
abus qu’elles ont subis leur confirment qu’elles ne peuvent contrôler leurs circonstances).
23
Johnson, supra note 19, à la p 62.
24
Kelly et Johnson, supra note 18 à la p 486.
25
Johnson et Dawson, supra note 12.
25 | P a g e
Chapitre 1
de subir des blessures corporelles, trois fois plus susceptibles d’interrompre leurs activités
quotidiennes et près de sept fois plus susceptibles de craindre pour leur vie 26.
4. Violence provoquée par la séparation – constitue un type de violence qui se produit au
moment de la séparation, ou peu de temps avant ou après, et qui ne se produit en général
qu’une ou deux fois; sa nature peut varier entre relativement mineure à grave 27. Elle semble
être une réaction à la séparation et elle survient dans des couples jusqu’alors non violents. Il
importe de souligner, cependant, que ce ne sont pas tous les cas de violence perpétrée au
moment de la séparation qui appartiennent à cette catégorie28.
Ces typologies ont beau être plutôt claires en théorie, mais leur application pratique n’est pas
toujours aussi claire29. La recherche met néanmoins en évidence le fait qu’il existe différents
types de violence. La violence entre partenaires causée par de graves troubles de santé mentale
constitue également un autre type de violence que la recherche a permis de cerner30. Il
demeure alors important de recueillir le plus de renseignements possibles au sujet de la
violence (la violence est-elle le résultat de tentatives de contrôle ou de violences
psychologiques, quelle est sa fréquence, sa gravité, et son incidence sur les victimes), que ce
soit dans le contexte de la justice familiale, pénale ou autre.
En effet, connaître le type de violence est l’un des facteurs qui permettra de déterminer la
réponse juridique indiquée. Par exemple, dans le contexte du droit de la famille, il est très
important de comprendre les typologies de violence entre partenaires intimes afin de prendre
les arrangements adéquats en matière de responsabilités parentales, de garde ou d’accès. Il
conviendrait notamment de tenir compte des divers types de violence afin de déterminer
l’existence de dynamiques de contrôle ou de pouvoir, ce qui augmenterait le risque de
préjudice et renforcerait la nécessité de prendre des arrangements parentaux qui confèrent
une protection suffisante aux membres de la famille. Il faut toutefois demeurer prudent parce
que, pour appliquer correctement cette typologie dans le contexte du droit de la famille, il faut
que les tribunaux ou les décideurs aient suffisamment de preuves de la violence familiale et de
ses conséquences à l’égard des membres de la famille. Le partage des responsabilités
parentales peut fonctionner dans les cas d’actes de violence mineurs et isolés, mais une
évaluation adéquate doit être faite dans chaque cas pour déterminer si certains éléments de
pouvoir ou de contrôle font que le partage des responsabilités est contre-indiqué. Comme les
victimes de violence aux mains de leur partenaire intime appellent rarement la police lors d’une
26
Statistique Canada, « Violence faite aux femmes », supra note 21 à la p 9.
Kelly et Johnson, supra note 18 à la p 478.
28
Johnson, supra note 19 aux pp 46-47, 102-104, M. Johnson aborde la question de la contrainte et du contrôle
non violents, qui affichent maintes caractéristiques de la contrainte violente à des fins de contrôle, comme le
contrôle notamment des finances, la violence émotionnelle, les menaces et l’intimidation, sans qu’il n’y ait d’actes
de violence en tant que tels. Il affirme néanmoins que, dans ce type de dynamique, le premier acte de violence
pourrait avoir lieu au moment de la séparation.
29
Par conséquent, il est essentiel d’avoir les connaissances et l’expérience nécessaires pour reconnaître les
différents types de violence. Nancy VerSteegh et Clare Dalton, « Report from the Wingspread Conference on
Domestic Violence and Family Courts » (2008) 46:3 Family Court Review 454, à la p 459.
30
Ibid.
27
26 | P a g e
Chapitre 1
première agression, les évaluateurs doivent se montrer prudents avant de conclure que le
premier signalement représente un cas isolé. Par exemple, sans cette information contextuelle,
des cas de terrorisme intime pourraient être catégorisés comme une autre forme de violence,
telle que la violence conjugale situationnelle, ce qui entraînerait une protection insuffisante
pour les membres de la famille. En outre, l’application de cette typologie exige qu’on tienne
compte de l’état d’avancement des procédures (décision provisoire ou finale) ainsi que des
services dont bénéficient les membres de la famille31.
1.3 Que savons-nous de la violence familiale au Canada?
Cette section présente un bref aperçu des données de recherche sur la violence familiale et sur
les systèmes de droit pénal, de protection de la jeunesse et de droit de la famille, ainsi que sur
les ordonnances de protection contre la violence familiale. Pour un examen plus détaillé des
données, voir l’annexe 1, dans le Volume II.
 Selon l’Enquête sociale générale (ESG) de 2009 sur la victimisation32, 6 % des répondants
ayant vécu avec un conjoint ou un ancien conjoint ont affirmé qu’ils avaient été agressés
physiquement ou sexuellement par celui-ci au cours des cinq années précédentes, et 2 % au
cours de l’année précédente33.
 Dans l’ensemble, les femmes signalent des formes plus graves de violence que les hommes.
En 2009, trois fois plus de femmes que d’hommes ayant signalé avoir été victimes de
violence conjugale ont indiqué qu’elles avaient été agressées sexuellement, battues,
étranglées ou menacées au moyen d’une arme à feu ou d’un couteau par leur partenaire au
cours des cinq années précédentes (34 % de femmes et 10 % d’hommes). Une proportion
plus grande de femmes (54 %) que d’hommes (27 %)E ayant été victimes de violence après la
séparation34 ont indiqué qu’elles avaient subi des lésions corporelles par suite de la
violence35. Près de la moitié (48 %) des femmes ont dit craindre pour leur vie après avoir été
victimes de violence après leur séparation36.
31
Justice Canada, « Ententes parentales », supra note 7 aux pp 50, 51 et figure à la p 52.
L’ESG sur la victimisation est menée aux cinq ans; le dernier cycle a eu lieu en 2009. Comme elle ne permet pas
de distinguer les actes de violence posés par une victime de violence conjugale pour se défendre, il se peut que
certains actes de violence dont les répondants se sont déclarés victimes soient en fait des actes d’autodéfense. Les
données qui doivent être interprétées avec prudence sont marquées d’un « E ».
33
Statistique Canada, « Violence familiale au Canada 2009 », supra note 6; Statistique Canada, « Victimisation chez
les femmes autochtones », supra note 5 aux pp 8, 9.
34
Il importe de souligner que, dans le présent rapport, les données tirées de l’ESG de 2009 portant sur la violence
commise par un ancien conjoint ou la violence après la séparation comprennent les cas où les victimes ont été en
contact avec un ancien conjoint ou ancien partenaire au cours des cinq années précédentes et qui ont été victimes
de violence physique ou sexuelle aux mains de leur ancien conjoint ou ancien partenaire au cours de cette période.
35
Statistique Canada, Centre canadien de la statistique juridique (CCSJ), Enquête sociale générale (ESG). Demande
spéciale de données, août 2012.
36
Mentionnons que le nombre d’hommes ayant dit craindre pour leur vie en raison de la violence suivant une
séparation était trop faible pour permettre la production d’estimations statistiquement fiables. Statistique Canada,
Centre canadien de la statistique juridique (CCSJ), Enquête sociale générale (ESG). Demande spéciale de données,
août 2012.
32
27 | P a g e
Chapitre 1
 Selon l’ESG, moins du quart des victimes de violence conjugale déclarent ces incidents à la
police. Près des deux tiers des victimes de violence conjugale (63 %), ont indiqué avoir été
victimes de plus d’un acte de violence avant de communiquer avec la police. Près de
trois victimes sur dix (28 %) ont indiqué avoir été victimes d’un incident de violence plus de
dix fois avant de communiquer avec la police37.
 En 2011, 69 % des victimes de violence familiale déclarées par la police étaient des filles ou
des femmes. Les femmes constituaient 80 % de toutes les victimes de violence conjugale
déclarées par la police38.
 Selon les données de la police pour 2011, près de 95 000 victimes de violence familiale ont
signalé des incidents à la police, au Canada; ce qui représente le quart de l’ensemble des
victimes des crimes violents déclarés par la police. Près de la moitié (49 %) des victimes de
violence familiale avaient été victimes de leur conjoint ou d’un ancien conjoint, tandis que
l’autre moitié (51 %) était des enfants, des frères ou des sœurs, ou des membres de la
famille élargie39.
 En 2009, 10 % des victimes de violence conjugale ont obtenu une ordonnance de noncommunication ou de protection visant leur agresseur40.
 Selon l’ESG de 2009, environ 15 % des femmes autochtones ayant vécu un conjoint ou un
ancien conjoint ont indiqué avoir été victimes de violence conjugale au cours des
cinq années précédant l’enquête. Plus précisément, près de la moitié (48 %) de ces femmes
ont déclaré les formes les plus graves de violence, comme le fait d’avoir été agressées
sexuellement, battues, étranglées ou menacées au moyen d’une arme à feu ou d’un
couteau41.
 Selon une étude récente du coût économique de la violence conjugale au Canada,
l’incidence économique totale de la violence conjugale en 2009 s’élevait à 7,4 milliards de
dollars, c’est-à-dire 220 $ par habitant. L’incidence économique la plus directe est celle subie
par les victimes immédiates. Sur le total du coût estimatif, 6 milliards de dollars
correspondent au coût subi par les victimes qui découle directement de la violence
conjugale, pour des éléments comme les visites chez le médecin, les hospitalisations, la
rémunération perdue, les jours d’école perdus, ainsi que les biens volés ou endommagés.
L’appareil de justice a subi 7,3 % (545,2 millions de dollars) de l’incidence économique
37
Statistique Canada, « Violence familiale au Canada 2009 », supra note 6 à la p 13.
o
Statistique Canada, La violence familiale au Canada : un profil statistique, 2011, Juristat, juin 2013, n 85-002-X
au catalogue, à la p 9, en ligne : <http://www.statcan.gc.ca/pub/85-002-x/2013001/article/11805-fra.pdf>
[Statistique Canada, « Violence familiale au Canada 2011 »].
39
Ibid à la p 8.
40
Statistique Canada, « Violence familiale au Canada 2009 », supra note 6 à la p 13.
41
Statistique Canada, « Victimisation chez les femmes autochtones », supra note 5 aux pp 10, 11.
38
28 | P a g e
Chapitre 1
totale, le système de justice pénale ayant subi un coût de 320,1 millions de dollars et le
système de justice civile, un coût de 225,1 millions de dollars42.
 Entre 2001 et 2011, 34 % de la totalité des homicides résolus étaient des homicides en
milieu familial. En 2011, 31 enfants ont été tués par un membre de la famille, et 59 femmes
et 7 hommes ont été tués par leur conjoint ou ancien conjoint43.
 En Ontario, 72 % de tous les cas d’homicide familiaux commis entre 2003 et 2011 et
examinés par le Comité d’examen des décès dus à la violence familiale de l’Ontario
mettaient en cause des agresseurs et des victimes qui étaient déjà séparés ou en instance de
séparation. On constate donc que la séparation est le facteur de risque le plus courant 44.
 Selon les données du Programme de déclaration uniforme de la criminalité (Programme
DUC 2), les corps policiers du Québec ont enregistré, en 2011, 19 373 infractions contre la
personne commises dans un contexte de violence conjugale, c’est-à-dire que la victime était
une conjointe, une ancienne conjointe, une amie intime ou une ancienne amie intime de
l’agresseur présumé45.
 Selon ces mêmes données, les corps policiers du Québec ont enregistré 4 958 infractions
d’ordre sexuel en 2011, soit 3 749 agressions sexuelles et 1 209 autres infractions d’ordre
sexuel. Comme dans les années précédentes, les infractions sexuelles enregistrées en 2011
ont été plus fréquentes chez les jeunes, et l’agresseur était le plus souvent un membre de la
famille (48 %), soit un parent ou un beau-parent (23 %), un autre membre de la famille
immédiate (19 %) ou un parent éloigné (6 %)46.
 Au Québec, les homicides au sein de la famille représentaient 35 % du total des homicides
perpétrés en 201147.
 Pour ce qui est de la violence envers les enfants signalée aux autorités responsables de la
protection de la jeunesse au Canada48, les deux catégories les plus courantes de mauvais
42
Ministère de la Justice du Canada, Une estimation de l’incidence économique de la violence conjugale au Canada,
2009 par Ting Zhang et al, Ottawa, Justice Canada, 2012, en ligne : <http://www.justice.gc.ca/fra/pr-rp/jp-cj/vffv/rr12_7/rr12_7.pdf>.
43
Statistique Canada, « Violence familiale au Canada 2011 », supra note 38 aux pp 19, 61, 81.
44
Ontario, Comité d’examen des décès dus à la violence familiale, Rapport annuel au coroner en chef, Toronto
(ON), Bureau du coroner en chef, 2012, aux pp 8, 15, en ligne :
<http://www.mcscs.jus.gov.on.ca/stellent/groups/public/@mcscs/@www/@com/documents/webasset/ec160943
.pdf>
45
Ministère de la Sécurité publique, Québec, Faits saillants/Statistiques 2011 sur la criminalité commise dans un
contexte conjugal.
46
Ministère de la Sécurité publique, Québec, Statistiques 2011 sur les agressions sexuelles au Québec.
47
Ministère de la Santé et des Services sociaux, Rapport du Comité d’experts sur les homicides intrafamiliaux remis
au ministre de la Santé et des Services sociaux et ministre responsable des aînés, Québec, Novembre 2012, à la p 6.
48
Agence de santé publique du Canada, Étude canadienne sur l’incidence des signalements de cas de violence et de
négligence envers les enfants – 2008 : données principales, Ottawa, Ministère des Travaux publics et Services
29 | P a g e
Chapitre 1
traitements confirmées statistiquement, en 2008, étaient l’exposition à la violence entre
partenaires intimes (34 %) et la négligence (34 %). La violence physique était la principale
forme de mauvais traitement dans 20 % des enquêtes corroborées, menées en 2008. La
violence psychologique représentait 9 % des cas, et les agressions sexuelles constituaient la
principale préoccupation dans 3 % des cas.
 L’examen des décisions relatives à la garde des enfants de parents ayant divorcé entre 2010
et 2012, rendues par certains tribunaux canadiens, révèle ce qui suit49 :


Garde physique (là où l’enfant habite) : dans 62,2 % des cas, les enfants habitent
principalement avec leur mère; dans 9,4 % des cas, principalement avec leur père; dans
21,3 % des cas, il y a une entente de garde partagée, en vertu de laquelle l’enfant habite
chez chaque parent au moins 40 % du temps; dans 5 % des cas, il y a une entente de
garde exclusive en vertu de laquelle au moins un enfant habite avec chaque parent;
Garde juridique (qui prend les principales décisions relatives à l’enfant) : dans 74,8 % des
cas, il y a une entente de garde conjointe en vertu de laquelle les deux parents prennent
ensemble les décisions importantes relatives à l’enfant. Dans 19,5 % des cas, la mère a la
responsabilité exclusive de prendre les décisions importantes, et dans 2,9 % des cas,
cette responsabilité incombe au père.
 Les statistiques provenant d’une analyse des données extraites des dossiers de certains
tribunaux révèlent que la violence familiale est mentionnée dans 8 % des cas de divorce50.
1.4 Que savons-nous de la fréquence des interventions de secteurs de justice
parallèles dans les cas de violence familiale?
On possède peu de renseignements concluants de source canadienne sur la fréquence des
instances parallèles en matière de protection de la jeunesse, de droit de la famille et de droit
pénal concernant une même famille, et des recherches additionnelles doivent être effectuées
sur cette question et sur les caractéristiques des affaires où il y a recoupement. Il existe
toutefois des renseignements provenant de différentes sources, ce qui nous donne une idée de
l’étendue de la question :
gouvernementaux Canada, 2010, à la p 33, en ligne : <http://www.phac-aspc.gc.ca/cm-vee/csca-ecve/2008/indexfra.php>.
49
Enquête sur les tribunaux de la famille et Examen des dossiers des tribunaux, analyse interne (ministère de la
Justice du Canada, avril 2013). Ces chiffres sont fondés sur des données limitées et, par conséquent, ils peuvent ne
pas être représentatifs de l’ensemble de la population des parents divorcés. La somme des totaux peut ne pas être
égale à 100 % à cause de l’exclusion de la catégorie « Autres » : 2,2 % pour la garde physique et 2,8 % pour la garde
juridique.
50
Examen des dossiers des tribunaux, analyse interne (ministère de la Justice du Canada, avril 2013). Ces données
proviennent d’un examen des dossiers de certains tribunaux, dans lesquels le tribunal a rendu une décision
définitive sur la garde des enfants entre 2000 et 2005.
30 | P a g e
Chapitre 1
 On trouve des données dans une évaluation en cours sur des affaires traitées par le tribunal
intégré pour l’instruction des causes de violence familiale, à Toronto, en Ontario (dont il est
question en détail au chapitre 5). Afin de fournir un groupe de comparaison des affaires non
entendues par ce tribunal, l’étude a porté sur des dossiers judiciaires de 2003 à 2010;
11 154 dossiers familiaux51 ont pu être examinés sur place au palais de justice situé au
311, rue Jarvis. Les chercheurs ont examiné un dossier sur trois et ont constaté que 398 de
ces dossiers étaient ou avaient été traités par le tribunal intégré pour l’instruction des causes
de violence familiale. C’est donc dire qu’il y avait aussi, dans environ 10,7 % des dossiers
relevant du droit de la famille, une instance pénale relative à la violence familiale.
 Plus du tiers (38 %) des avocats interrogés en 2010 au Colloque national sur le droit de la
famille ont indiqué que, dans les situations mettant en cause de la violence familiale, leurs
clients sont souvent ou toujours parties à une poursuite pénale en même temps que les
instances relatives au droit de la famille suivent leur cours. Des rapports empiriques
d’avocats spécialisés en droit de la famille montrent aussi que cette situation se produit dans
un grand nombre de cas52.
 L’Étude canadienne sur l’incidence des signalements de cas de violence et de négligence
envers les enfants fournit de l’information sur les cas de maltraitance d’enfant en 200853 :

Il y a eu 50 304 affaires dans lesquelles la violence exercée par le partenaire intime
était un motif principal, secondaire ou tertiaire d’une enquête sur la maltraitance
d’un enfant. Dans 36 % de ces cas, des accusations ont été déposées dans le dossier
relatif à la violence familiale, ce qui représente 18 010 dossiers dans lesquels il y a eu
une enquête sur la maltraitance d’un enfant et une poursuite pénale;
 Des accusations criminelles ont été déposées dans 28 % des affaires dans lesquelles il
y a eu une enquête sur la maltraitance et un différend au sujet de la garde de
l’enfant, ce qui représente 2 049 dossiers dans lesquels un travailleur de la protection
de la jeunesse a indiqué que les systèmes pénal, familial et de protection de la
jeunesse étaient tous intervenus auprès de la famille;
 Dans 6 % des cas dans lesquels une enquête sur la maltraitance a été menée
relativement à un adolescent âgé de 12 à 15 ans, celui-ci a aussi été accusé, incarcéré
ou assujetti à des mesures de rechange au sein du système de justice pénale pour les
jeunes au cours des six mois précédents.
51
Dans certaines affaires, une demande a été présentée à la fois en vertu de la Loi portant réforme du droit de
l’enfance, LRO 1990, c C.12 et de la Loi sur le droit de la famille, LRO 1990, c F.3.
52
Ministère de la Justice Canada, Supporting Families Experiencing Separation and Divorce Initiative, Survey of the
Practice of Family Law (Ottawa, non publié, 2010) [Justice Canada, « Supporting Families »].
53
Ministère de la Justice Canada, Malicious Referrals, Custody Disputes and Police Involvement in the Canadian
Child Welfare System: Data Tables from the CIS2008 par Barbara Fallon, Rachael Lefebvre, Meghan Seto et
Melissa Van Wert, 2013 [non publié].
31 | P a g e
Chapitre 1
Lors de l’évaluation du nombre de dossiers qui se recoupent, il importe de garder à l’esprit que
ces affaires mettent en cause des familles qui auront besoin à la fois d’une intervention
importante des tribunaux et d’un grand soutien des services liés aux systèmes de justice pénale,
de justice familiale et de protection de la jeunesse. Pour cette raison, même si le nombre n’est
pas particulièrement élevé, du point de vue tant des familles que du système de justice, il est
essentiel de bien coordonner ces cas de recoupement.
1.5 Quelles sont les principales différences entre les secteurs du système de justice?
Les objectifs et les processus des divers secteurs du système de justice applicables à la violence
familiale sont très différents les uns des autres. L’annexe 2, dans le Volume II, présente un
aperçu global du droit pénal, de la justice pénale pour les adolescents, des systèmes de droit de
la famille et de protection de la jeunesse, ainsi que des procédures pour l’obtention
d’ordonnances civiles de protection en cas de violence familiale. Pour les lecteurs qui ne
connaissent pas beaucoup l’un ou l’autre des secteurs du système de justice (également
appelés systèmes) examinés dans le présent rapport, cette annexe constitue un cours de base
sur le système de justice.
Malgré leurs différences, tous ces systèmes traitent de la violence familiale. Lorsque les familles
ont affaire à des systèmes différents, parfois simultanément, elles doivent composer avec les
différents objectifs, mécanismes et délais propres à chacun d’eux. Le fait qu’il n’y ait souvent
aucune coordination entre ces systèmes pose une difficulté supplémentaire pour ces familles,
ainsi que pour les intervenants de ces différents systèmes. La présente section met en lumière
les principales circonstances qui peuvent poser problème.
L’objectif du système de justice pénale est de maintenir une société juste, paisible et
sécuritaire. Le droit pénal s’intéresse donc essentiellement à la protection de la sécurité des
personnes, de leurs biens et de leurs droits fondamentaux. Pour des raisons d’intérêt public, les
criminels font l’objet de poursuites au nom de l’État.
Une personne accusée d’un acte criminel risque d’être privée de sa liberté, d’avoir un casier
judiciaire et de traîner avec elle le stigmate négatif associé à une condamnation criminelle, si
elle est reconnue coupable. Par conséquent, les personnes accusées bénéficient d’une gamme
de protections en vertu de la Charte canadienne des droits et libertés54 qui ont une grande
incidence sur les enquêtes, les procédures et les règles de la preuve en matière pénale.
Comme le système de justice pénale, le système de protection de la jeunesse relève de l’État.
L’objectif de ce système est toutefois différent. Il vise à garantir que les parents et les autres
54
Partie I de la Loi constitutionnelle de 1982, constituant l’annexe B de la Loi de 1982 sur le Canada (R-U), 1982,
c 11; cela comprend la protection contre les fouilles, les perquisitions ou les saisies abusives, et contre la détention
arbitraire durant l’enquête (articles 8 et 9); le droit d’être informé des motifs de sa détention et le droit à
l’assistance d’un avocat (article 10); ainsi que le droit à un procès juste avec présomption d’innocence et le droit
d’être jugé dans un délai raisonnable (articles 7 et 11).
32 | P a g e
Chapitre 1
personnes qui s’occupent d’enfants respectent une norme minimale en matière de soins 55.
L’État défend les intérêts des enfants et, dans le cadre du système de protection de la jeunesse,
les décisions sont prises en fonction de l’intérêt supérieur de l’enfant. La législation peut varier
un peu d’une province ou d’un territoire à l’autre, mais les différents comportements qui sont
jugés inquiétants en vertu de la législation sur la protection de la jeunesse ont une portée
beaucoup plus large que dans le cadre du système de justice pénale. Par exemple, dans
certaines circonstances, l’exposition à la violence conjugale peut constituer un motif suffisant
pour justifier une intervention en vue de protéger un enfant.
Même si les procédures liées à la protection de la jeunesse sont de nature civile, les droits des
personnes en cause doivent être soupesés au regard de l’objectif de l’État de protéger les
enfants vulnérables. En outre, si, en dernier recours, l’État demande qu’un parent perde la
garde de son enfant, l’intervention doit se faire conformément aux principes de la justice
fondamentale, parce que les droits du parent garantis par la Charte peuvent s’appliquer56. Les
enfants sont considérés comme des personnes titulaires de droits, et les droits que la Charte
leur confère peuvent aussi entrer en jeu dans ce contexte57.
Neuf provinces et territoires ont aussi adopté des lois civiles sur la violence conjugale ou
familiale58, et cette législation prévoit généralement deux types d’ordonnances préventives :
une intervention d’urgence à court terme, ou ordonnance de protection, et une ordonnance à
long terme d’aide à une victime, parfois appelée ordonnance de protection, de prévention ou
de non-communication59. Cette législation met donc l’accent sur la sécurité, et bon nombre de
55
Jeffrey Wilson, Wilson on Children and the Law, Markham, Lexis Nexis, 1994, recueil de feuillets mobiles,
mars 2012, §3-1.
56
Nouveau-Brunswick c. G(J), [1999] 3 RCS 46; Office des services à l’enfant et à la famille de Winnipeg c. K L
W, 2000 CSC 48, [2000] 2 RCS 519. Toutefois, dans le contexte de la protection de la jeunesse, une violation des
droits garantis par la Charte n’entraînera pas une suspension de l’instance ou le rejet des éléments de preuve.
57
B (R) c. Children’s Aid Society of Metropolitan Toronto, [1995] 1 RCS 315; R T, Re, 2004 SKQB 503.
58
Victims of Domestic Violence Act, SS 1994, c V-6.02; Victims of Family Violence Act, LRPEI 1988, c V-3.2; Loi sur la
prévention de la violence familiale, LRY 2002, c 84; Loi sur la violence familiale et le harcèlement criminel, LM 2004,
c 13, CPLM 1998, c D93; Protection Against Family Violence Act, LRA 2000, c P-27; Domestic Violence Intervention
Act, SNS 2001, c 29; Loi sur les mesures de protection contre la violence familiale, LTN-O 2003, c 24; Family Violence
Protection Act, SNL 2005, c F-3.1; Loi sur l’intervention en matière de violence familiale, LNu 2006, c 18; Il importe
de souligner que, dans les autres provinces et territoires, les lois en matière de droit de la famille prévoient des
ordonnances de protection ou de non-communication, voir par exemple Family Law Act, SBC 2011, c 25 et Loi sur
le droit de la famille, LRO 1990, c F.3; La plupart des lois provinciales sur la violence familiale s’appliquent aux
personnes vivant ensemble, aux membres d’une même famille ou à des personnes vivant ensemble au sein d’une
famille, aux relations conjugales et aux parents, peu importe leur situation conjugale, et qu’elles vivent ensemble
ou non.
59
La loi de la Nouvelle-Écosse ne prévoit que les ordonnances de protection d’urgence à court terme. La loi du
Manitoba permet à un juge de rendre une ordonnance de protection si le défendeur exerce du harcèlement
criminel à l’endroit de la personne visée, et il n’est pas nécessaire que ces personnes vivent dans une relation
conjugale (article 6). La définition du harcèlement criminel a presque le même libellé que celui qui se trouve aux
paragraphes 264(1) et (2) du Code criminel. La loi de la Nouvelle-Écosse prévoit ce qui suit dans sa définition de
« violence familiale » : [TRADUCTION] « une série d’actes qui, ensemble, font que la victime craint pour sa sécurité, y
compris le fait qu’on communique avec elle, qu’on l’observe ou qu’on l’enregistre » (alinéa 5(1)e)). Pour plus
33 | P a g e
Chapitre 1
ces ordonnances offrent aux plaignants des recours additionnels qui ne sont pas disponibles
dans le cadre du système de justice pénale, par exemple la possession exclusive du foyer
matrimonial pour une période précise, des ordonnances exigeant qu’un agent de la paix
accompagne une personne à sa résidence pour qu’elle puisse aller chercher ses effets
personnels et des ordonnances demandant qu’un agent de la paix oblige un agresseur présumé
à quitter la résidence. Des ordonnances provisoires de garde pourraient également être
disponibles.
Une ordonnance rendue en vertu d’une loi civile sur la violence familiale vise deux parties
privées, une personne ayant besoin d’une mesure de protection et la personne contre qui cette
ordonnance est rendue. Il s’agit donc d’une procédure privée dans le cadre de laquelle la
victime, ou une autre personne pour son compte (habituellement un policier), demande
l’ordonnance. Même si les tribunaux ont souvent des formules types qui indiquent le genre de
renseignements ou d’éléments de preuve que les parties doivent leur présenter, il appartient
au bout du compte aux parties de déterminer quelle preuve sera présentée à la cour.
L’objectif du système de droit de la famille est de régir les droits et responsabilités des
membres d’une famille au moment d’une rupture. Ce système traite en particulier des cas de
séparation et de divorce, des arrangements parentaux (garde et accès) pour les enfants, des
pensions alimentaires pour enfants et pour époux, du partage des biens familiaux et de la
possession du foyer familial60.
Comparativement au droit pénal et aux procédures de protection de la jeunesse, le droit de la
famille porte sur le règlement des conflits entre des parties privées, et les procédures sont
presque toujours engagées par les parents, plutôt que par l’État. Comme l’État n’est pas une
partie en cause, s’il y a des renseignements qu’aucune des parties ne transmet au tribunal de la
famille, le juge n’en sera pas informé. Par exemple, si une victime de violence entre partenaires
intimes préfère ne pas faire part d’un incident de violence, cette information ne sera
probablement pas soumise au tribunal, même s’il peut y avoir beaucoup d’éléments de preuve
de son existence (par exemple, des appels au numéro d’urgence 911, des photos, des rapports
médicaux, etc.).
Comme les procédures en droit de la famille sont de nature privée, les parties en cause ne
bénéficient pas des mêmes protections garanties par la Charte que les accusés dans le cadre
d’un procès pénal ou, dans une moindre mesure, que les parents faisant l’objet de procédures
de protection de la jeunesse. Le droit de la famille comporte toutefois un aspect public, en ce
d’information sur la législation concernant la violence familiale, voir Justice Canada, « Politiques concernant la
violence familiale », supra note 3.
60
La protection de la jeunesse est aussi considérée comme une question de droit de la famille mais, dans le
présent rapport, cette question est traitée séparément. Ce rapport ne porte pas sur le partage des biens ni sur les
pensions alimentaires.
34 | P a g e
Chapitre 1
sens que la société a intérêt à garantir que les décisions prises dans le cadre du droit de la
famille soient justes et servent l’intérêt supérieur des enfants61.
En ce qui a trait aux arrangements parentaux (garde et accès), la cour fonde ses décisions sur
l’intérêt supérieur de l’enfant; elle doit ainsi tenir compte de nombreux facteurs, notamment la
sécurité des membres de la famille, le bien-être affectif de l’enfant ainsi que la volonté générale
de favoriser une relation significative entre l’enfant et chacun de ses parents62.
Un rapport de consultation préparé en avril 2012 pour l’Institut national de la magistrature
souligne la position délicate dans laquelle les systèmes et leurs différents objectifs peuvent
placer les familles. C’est particulièrement vrai lorsqu’il y a absence de coordination entre les
systèmes :
[TRADUCTION] Les cours pénales ordonnent l’absence de contact, les autorités responsables
de la protection de la jeunesse disent que les enfants seront retirés en cas de contact, et le
tribunal de la famille fonde ses décisions sur le fait que le contact est dans l’intérêt supérieur
de l’enfant et accorde un accès non supervisé63.
Ce rapport porte principalement sur les recoupements entre les systèmes de justice familiale,
de protection de la jeunesse et de justice pénale pour adultes. Toutefois, il convient de
reconnaître qu’un jeune faisant l’objet de procédures judiciaires devant un tribunal de la famille
ou le système de protection de la jeunesse peut aussi avoir affaire au système de justice pénale
pour les adolescents64. Le système de justice pénale pour les adolescents est examiné plus en
détail à l’annexe 2 du Volume II.
1.6 Allégations de violence familiale
Dans de nombreux cas, la violence familiale existe sans toutefois être portée à l’attention de la
police ou des tribunaux en raison de différents facteurs, notamment la honte, la conviction que
61
Harvey Brownstone, Tug of War: A Judge’s Verdict on Separation, Custody Battles, and the Bitter Realities of
Family Court, Toronto, ECW Press, 2009, à la p 128.
62
Il est pertinent de souligner que l’alinéa 18(2)a) de la Family Law Act de l’Alberta, SA 2003, c F-4.5, prévoit que la
cour, en déterminant ce qui est dans l’intérêt supérieur d’un enfant, doit [ TRADUCTION] « [...] garantir la plus grande
protection possible de la sécurité physique, psychologique et émotionnelle de l’enfant [...] ». Une disposition
semblable se trouve aussi dans la nouvelle Family Law Act, SBC 2011, c 25 de la Colombie-Britannique, qui exige
que les parties, dans les affaires mettant en cause des problèmes de coparentalité, fournissent à la cour
l’information relative à [TRADUCTION] « toute procédure civile ou pénale concernant la sécurité ou le bien-être de
l’enfant ou d’un autre membre de la famille » (art 37(2)j)).
63
L’honorable Donna Martinson, British Columbia Community Consultation Report, Institut national de la
magistrature, avril 2012, à la p 5, en ligne : <http://fredacentre.com/wp-content/uploads/2010/09/The-Hon.-D.Martinson-National-Judicial-Institute-April-2012-B.C.-Community-Consultations-on-Family-Violence-Report.pdf>
64
Plus précisément, en vertu de l’article 31 de la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents, LC 2002,
c 1 (LSJPA), un jeune peut être placé sous la garde d’une personne digne de confiance. Il serait très utile que le
tribunal sache si d’autres ordonnances au criminel ou au civil, ou en vertu du droit de la famille ou du système de
protection de la jeunesse, ont été rendues pour interdire la communication entre la « personne digne de
confiance » et le jeune en question.
35 | P a g e
Chapitre 1
la victime ne sera pas crue ou la crainte d’être perçu comme un « parent insensible » par le
tribunal de droit de la famille. Comme nous l’avons vu, moins du quart des victimes de violence
conjugale font un signalement à la police, et la plupart de celles qui le font ont été agressées
plus d’une fois avant de le signaler à la police. La professeure Linda C Neilson explique les
nombreuses raisons pour lesquelles la violence familiale peut ne pas être portée à l’attention
d’un ou de plusieurs secteurs du système de justice :
[TRADUCTION] Des études empiriques menées dans tous les pays occidentaux de common
law révèlent l’absence de documentation et d’éléments de preuve concernant les incidents
de violence conjugale et familiale durant la médiation, les audiences et les procès, dans les
affaires de droit de la famille. Cette situation serait attribuable, entre autres, au fait que les
allégations relatives à toute forme de violence familiale sont retirées au cours des
négociations en échange de concessions de l’autre partie (par exemple, une partie accepte
de payer une pension alimentaire pour enfants ou renonce à demander la garde conjointe)
ou au fait que le parent qui est non violent cède sous la pression exercée pour qu’on arrive à
un règlement, cette pression venant de professionnels qui ne comprennent pas que la
violence conjugale fait un tort énorme aux enfants. Cela peut être aussi attribuable au fait
de ne pas présenter d’éléments de preuve si le juge manifeste de la résistance à tenir
compte de ce genre de preuves ou est réputé pour pénaliser les parents qui cherchent à
restreindre l’accès de l’autre parent aux enfants, ou à un manque de compréhension des
intervenants des systèmes de justice familiale et de protection de la jeunesse en ce qui a
trait à la dynamique et aux conséquences de la violence conjugale [...] Il y a d’autres facteurs
d’exclusion, dont le manque de ressources financières et psychologiques nécessaires pour
mener à bien les poursuites et engager des spécialistes de la violence conjugale, la crainte
de représailles, la gêne, la protection de l’« honneur » familial ou culturel, l’incapacité
émotionnelle de présenter un témoignage cohérent en raison des dommages causés par la
violence conjugale, ou des préoccupations concernant la sécurité des enfants (par exemple
la possibilité que le parent violent se venge sur les enfants). On constate régulièrement,
dans tous les États juridiques occidentaux, que l’information sur la violence conjugale n’est
pas entièrement présentée au cours des audiences.
Dans le contexte pénal, Statistique Canada nous apprend que la grande majorité des actes
criminels liés à la violence conjugale ne sont pas déclarés à la police et qu’il est donc encore
bien plus rare qu’ils fassent l’objet de poursuites devant une cour de justice pénale. Les
personnes qui sont visées par des actes criminels de violence conjugale peuvent avoir
plusieurs raisons valables de ne pas coopérer pendant un procès pénal, certaines ayant trait
à la sécurité de la famille. Des recherches ont montré que ceux qui ont une expérience
négative du système de justice pénale (par exemple des personnes ayant été victimes de
violentes représailles, qui n’étaient pas protégées parce que la peine imposée garantissait
peu de sécurité et de protection, ou qui ont subi la rage du conjoint violent et ont été
victimes de mauvais traitements et de violence accrus à la suite d’une déclaration de
culpabilité) pourraient ne pas appeler la police à la prochaine occasion. Si des avocats et des
tribunaux de la famille ne se préoccupent pas des incidents de violence conjugale ou font fi
de comportements violents types et ne retiennent pas les accusations à cet égard, la grande
majorité des actes criminels de violence conjugale ne seront pas pris en compte dans les
litiges en matière de droit de la famille et de protection de la jeunesse.
Les personnes qui ont été menacées, ou qui ont appris à craindre la police ou les autorités
responsables de la protection de la jeunesse (par exemple les nouveaux arrivants au Canada
36 | P a g e
Chapitre 1
en provenance de pays oppresseurs), et ceux qui craignent les représailles du conjoint
violent, peuvent éviter le système de justice pénale, mais avoir quand même recours à des
mesures prévues en droit de la famille en vue de protéger les enfants. Les affaires de droit
de la famille dans lesquelles il y a de la violence familiale ne sont pas nécessairement moins
graves ou moins dangereuses que les affaires pénales. Certaines peuvent même être plus
dangereuses65.
Pourtant, comme le font remarquer trois chercheurs et universitaires reconnus :
Les allégations de violence familiale invoquées dans le contexte d’une séparation sont
souvent accueillies avec scepticisme et l’on craint qu’elles ne soient utilisées que pour
limiter la participation de l’autre parent, particulièrement si la police et le système de justice
pénale n’ont pas joué un rôle important. Formuler des allégations de violence peut être une
arme à deux tranchants pour les victimes de violence. Si les allégations sont établies selon la
prépondérance de la preuve, la victime et ses enfants peuvent ressentir une certaine
impression de sécurité, les récentes réformes judiciaires et les améliorations apportées aux
ressources communautaires offrant maintenant plus de sécurité que dans le passé.
Toutefois, si les allégations semblent sans fondement et que le juge estime qu’elles ont été
formulées avec malveillance, la victime de violence pourrait perdre la garde. Dans certains
de ces cas, les mères sont accusées d’aliénation volontaire66 des enfants à l’endroit de leur
père.67
65
Neilson, supra note 20 à la p 15.
Dans certains cas, un enfant s’éloigne de l’un de ses parents. L’enfant peut exprimer le désir de ne pas voir ce
parent à cause de sentiments négatifs hors de proportion avec le vécu réel de l’enfant avec le parent. La
compréhension de l’aliénation de l’enfant dans le domaine des sciences sociales a évolué : d’une vision de l’un des
parents ayant la garde qui « lave le cerveau de l’enfant » contre le parent ayant un droit de visite, l’analyse actuelle
plus nuancée insiste sur le fait que les deux parents de même que l’enfant peuvent contribuer à une situation dans
laquelle un enfant refuse tout contact avec un parent. Bien qu’on utilise souvent l’expression
« aliénation parentale » dans le cas d’enfants qui refusent de façon déraisonnable la visite d’un parent, cette
attitude de l’enfant peut être fondée sur de nombreux motifs légitimes, entre autres l’étape de développement de
l’enfant qui peut engendrer, par exemple, une angoisse de séparation, ou chez des enfants plus âgés, un désir
moins grand de passer du temps avec l’un ou l’autre des parents, les pratiques parentales du parent avec lequel
l’enfant n’habite pas, l’exposition à des conflits intenses, la crainte de laisser seul un parent ayant la garde
souffrant de problèmes psychologiques et, fait important pour le présent rapport, l’exposition à la violence
familiale. Ces situations nécessitent une évaluation individuelle puisqu’il est essentiel de déterminer ce qui soustend le rejet d’un parent par un enfant et de comprendre le contexte familial afin de déterminer l’intervention
pertinente. Il est important de prendre en compte les points de vue de l’enfant et les raisons qu’il donne pour
s’opposer au contact. Pour en savoir davantage sur ces questions, voir : Joan B Kelly et Janet R Johnson, « The
Alienated Child: A Reformulation of Parental Alienation Syndrome » (2001) 39:3 Family Court Review 249; Peter G
Jaffe, Nancy K D Lemon et Samantha E Poisson, Child Custody and Domestic Violence (Thousand Oaks, Californie :
Sage Publications, 2003), aux pp 52-54; Carol S Bruch, « Parental Alienation Syndrome and Parental Alienation:
Getting it Wrong in Child Custody Cases » (2001) 35:3 Family Law Quarterly 527; Carol Smart et Bren Neale, « “It’s
My Life Too” – Children’s Perspectives on Post-Divorce Parenting » (2001) 30 Family Law 163; Rhonda Freeman et
Gary Freeman, Gérer les difficultés de contact : une approche axée sur l’enfant (ministère de la Justice du Canada,
2003), en ligne : <http://www.justice.gc.ca/fra/pr-rp/lf-fl/famil/2003_5/2003_5.pdf>; Barbara Jo Fidler et Nicholas
Bala, « Children Resisting Postseparation Contact with a Parent: Concepts, Controversies, and Conundrums »
(2010) 48:1 Family Court Review 10; Nicholas Bala et Nicole Bailey, « Enforcement of Access & Alienation of
Children: Conflict Reduction Strategies & Legal Responses » (2004) 23:1 Canadian Family Law Quarterly 1.
er
Depuis le 1 décembre 2012, l’American Psychiatric Association (APA) rejette l’inclusion du « syndrome
d’aliénation parentale » à titre de trouble de la personnalité dans le Diagnostic and Statistical Manual of Mental
66
37 | P a g e
Chapitre 1
Lorsque les systèmes de justice pénale ou de protection de la jeunesse sont sollicités et qu’il y a
un litige en cours relatif à la garde des enfants et au droit de visite, on soupçonne parfois
qu’une partie utilise les autres systèmes de façon stratégique afin d’obtenir un avantage dans
l’affaire de droit de la famille.
Les fausses allégations de violence familiale, comme les allégations de violence faite aux
enfants, peuvent envenimer des situations déjà tendues lors de conflits hostiles concernant
l’accès aux enfants et leur garde, et avoir de lourdes conséquences à l’égard de l’enfant et du
parent accusé à tort. Toutes les lois provinciales et territoriales sur la protection de la jeunesse
prévoient cependant l’obligation de signaler les cas de maltraitance d’un enfant, et une
évaluation des allégations est alors nécessaire pour s’assurer qu’un enfant n’est pas en danger.
Des études ont révélé que les fausses allégations faites délibérément sont très rares et que la
plupart des allégations non fondées résultent d’erreurs de bonne foi, de l’anxiété d’un parent
ou d’une mauvaise interprétation d’affirmations faites par les enfants, et qu’il ne s’agit pas de
mensonges intentionnels68. Par exemple, l’Étude canadienne sur l’incidence des signalements
de cas de violence et de négligence envers les enfants de 2008 indique que 10 % des
signalements de maltraitance d’enfant faits lors d’un différend entre les parents au sujet de la
garde étaient intentionnellement faux69. Par contre, dans 60 % des cas où il y avait aussi un
différend relatif à la garde, le signalement de maltraitance d’un enfant était étayé ou l’on
soupçonnait que l’enfant était victime de maltraitance. Dans 18 % des cas, on a jugé que le
signalement de maltraitance n’était pas fondé, mais que l’auteur du signalement n’avait pas
d’intention malveillante70. Il faut donc faire la distinction entre une fausse allégation faite
délibérément pour se placer en position avantageuse dans un litige en droit de la famille et une
allégation non fondée attribuable à un malentendu et motivée par une crainte quant à la
sécurité de l’enfant.
Il n’existe pas de statistiques similaires à grande échelle sur les taux de corroboration des
allégations de violence aux mains d’un partenaire intime dans le contexte du droit de la famille.
Il y a toutefois des cas dans lesquels des juges concluent que l’une des parties a exagéré les
Disorders (DSM-5). Le DSM est le manuel définitif utilisé pour classer les troubles mentaux. Les professionnels de la
santé mentale aux États-Unis et ailleurs l’utilisent. Il est possible de consulter le communiqué de presse relatif au
DSM sur le site Internet de l’American Psychiatric Association, en ligne : <http://www.psychiatry.org/advocacy-newsroom>.
67
Justice Canada, « Ententes parentales », supra note 2 à la p 24.
68
Ministère de la Justice du Canada, Allégations de violence envers les enfants lorsque les parents sont séparés :
document de travail par Nicholas M C Bala et al, Ottawa, 2001, en ligne : <http://www.justice.gc.ca/fra/pr-rp/lffl/divorce/2001_4/2001_4.pdf>; Nicholas Bala et John Schuman, « Allegations of Sexual Abuse When Parents Have
Separated » (2000) 17 Canadian Family Law Quarterly 191; Nico Trocmé et Nicholas Bala, « False allegations of
abuse and neglect when parents separate » (2005) 29:12 Child Abuse & Neglect 1333.
69
Soixante-cinq pour cent de ces allégations ont été faites par un parent ayant ou non la garde plutôt que par
d’autres personnes (p. ex. un voisin); il est impossible de déterminer quel parent (ayant la garde ou non) a fait
l’allégation.
70
Justice Canada, “2008 Canadian Incidence Study”, supra note 53. Les statistiques contenues dans l’Étude
canadienne sur l’incidence des signalements de cas de violence et de négligence envers les enfants de 2008 sont
fondées sur le jugement clinique du travailleur à la protection de la jeunesse qui a mené l’enquête.
38 | P a g e
Chapitre 1
allégations de violence d’un partenaire intime71. Comme pour les allégations de maltraitance
d’un enfant, il est important de faire la distinction entre les allégations non fondées, lorsque le
tribunal conclut que la preuve est insuffisante pour établir la présence de violence familiale, et
une allégation intentionnellement fausse.
Comme nous l’avons mentionné ci-dessus, aucune province ni territoire ne prévoit de
dispositions particulières pour les fausses allégations dans sa législation sur la garde et l’accès
(responsabilités parentales)72. De fausses allégations faites devant un tribunal civil pourraient
cependant entraîner une accusation d’outrage au tribunal, et le parent accusé à tort pourrait
aussi réclamer des dommages-intérêts au civil73. En outre, un certain nombre d’infractions
prévues au Code criminel pourraient aussi s’appliquer, bien que le recours à ces dispositions
puisse être inapproprié, comme nous le faisons remarquer ci-dessous74. En guise de conclusion
sur ce point, bien que dans un petit nombre de cas de fausses allégations soient faites
intentionnellement, il importe de ne pas oublier le grand nombre de cas dans lesquels des
allégations sont étayées ou dans lesquels la violence familiale est présente, mais n’est pas
71
Voir par exemple Martha Shaffer et Nicholas Bala, « Wife Abuse, Child Custody and Access in Canada », dans
Robert A Geffner, Robyn Spurling Igelman et Jennifer Zellner (dir), The Effects of Intimate Partner Violence on
Children, New York, Hawthorne Press, 2003) 253. Sur 42 cas dans lesquels la violence conjugale avait été soulevée
(la mère ayant allégué avoir été maltraitée par son mari), le tribunal a conclu dans 11 cas que les allégations de la
mère étaient exagérées ou sans fondement; dans une proportion beaucoup plus importante, soit 30 cas, la Cour a
retenu les allégations de la mère concernant la violence subie.
72
L’Australie a adopté, en 2006, une disposition concernant les peines pour fausses allégations dans sa législation
sur le droit de la famille. Cependant, celle-ci s’est révélée inefficace et rarement invoquée, et nombreux sont ceux
qui ont jugé qu’elle créait un effet dissuasif qui empêchait les gens de signaler des préoccupations réelles
concernant un cas de violence envers les enfants par crainte d’être accusés si jamais ils se trompaient ou s’il était
impossible de prouver l’allégation. Cette disposition a été abrogée en 2011.
73
Dans les cas de signalement trompeur et malveillant de violence envers les enfants, les lois provinciales et
territoriales sur la protection de la jeunesse permettent que des poursuites au civil soient intentées (sur
autorisation en Saskatchewan et au Nouveau-Brunswick) contre la personne en cause, et certaines lois créent une
infraction spécifique.
74
Par exemple, une personne qui fait sciemment une fausse déclaration à un policier, accusant une autre personne
d’avoir commis un crime (y compris la maltraitance d’un enfant) commet un méfait public aux termes de
l’article 140 du Code criminel. Si un parent persuade son enfant ou une autre personne de faire une fausse
déclaration, cela peut être considéré comme une entrave à la justice (article 139), comme le fait de conseiller une
infraction qui n’est pas commise (article 464) ou comme un complot (alinéa 465(1)b)). Si la fausse allégation
intentionnelle donne lieu à des poursuites au civil ou au criminel où la personne ayant fait l’allégation est amenée
à témoigner, d’autres infractions peuvent être commises, y compris le parjure (le fait de faire une fausse
déclaration sous serment, article 131) et la présentation d’un faux affidavit (article 138). Dans la récente décision
R c. Randell Wagnies-Lyons (11 janvier 2012), Fredericton (Cour provinciale du Nouveau-Brunswick), l’accusé a été
déclaré coupable de parjure, plus précisément pour avoir menti sous serment avec l’intention de tromper. Dans ce
cas, l’accusé avait fait une affirmation fausse par la voie d’un affidavit, dans le contexte de procédures en droit de
la famille devant la Division du droit de la famille de la Cour du Banc de la Reine du Nouveau-Brunswick. Dans
l’affidavit en question, il était indiqué que le médecin de l’enfant avait affirmé que l’enfant avait une infection à un
pied attribuable aux conditions de vie malsaines dans lesquelles il vivait chez l’autre parent. La cour a jugé qu’il
s’agissait d’une fausse preuve présentée intentionnellement. Elle a rejeté l’idée d’une peine avec sursis et a
imposé une peine d’emprisonnement de trois mois. Des poursuites intentées contre les présumées victimes sont
rares : elles ne sont intentées que si les circonstances l’exigent, car elles peuvent avoir pour effet de victimiser à
nouveau la victime.
39 | P a g e
Chapitre 1
portée à l’attention de l’un ou plusieurs des secteurs du système de justice. Une meilleure
coordination entre ces secteurs pourrait aider les membres de la famille qui ont subi la violence
à obtenir les recours dont ils ont besoin. Par ailleurs, cette coordination pourrait aider à repérer
les cas où l’on tente d’utiliser un ou plusieurs secteurs de façon stratégique.
40 | P a g e
Chapitre 2
Chapitre 2 Évaluation du risque
Les personnes qui travaillent avec des victimes de violence familiale craignent souvent qu’un
sort horrible n’attende celles qui ont échappé à ces situations et leurs enfants. Le présent
chapitre porte sur les outils qui permettent d’évaluer le risque et de l’atténuer.
Étude de cas – différents systèmes pourraient détenir de l’information pertinente pour l’évaluation du
risque
Le 31 juillet 2007, la voiture que conduit Peter Lee, à Victoria, en Colombie-Britannique, percute un poteau
de téléphone. Son épouse, Sunny Park, qui est à bord du véhicule, est blessée. Le service de police locale fait
enquête sur l’accident. Pendant qu’elle est à l’hôpital, en raison de ses blessures, Sunny Park allègue que
Peter Lee a intentionnellement causé l’accident.
Lorsque la police l’interroge, Sunny Park indique qu’au fil des ans, la violence familiale n’a fait que s’aggraver.
Elle avance que Peter Lee a causé intentionnellement l’accident après qu’elle lui a annoncé vouloir divorcer.
Peter Lee avait déjà dit qu’il la tuerait et se suiciderait si elle mettait un terme à la relation. Elle craint qu’il
s’en prenne à leur fils, Christian Lee, ainsi qu’à ses parents, et même qu’il attente à leur vie. Les policiers
donnent de l’information à Sunny Park sur l’aide aux victimes et sur les refuges; elle indique toutefois qu’elle
souhaite continuer d’habiter à son domicile.
Peter Lee est détenu par la police jusqu’au 2 août 2007. Le service de police recommande au procureur de la
Couronne de le garder en détention et de ne pas le libérer sous caution, par crainte pour la sécurité de Sunny
Park et de sa famille. Au moment de l’accident, Peter Lee est déjà en liberté sous caution. Il est accusé d’avoir
proféré des menaces à l’encontre d’une personne ne faisant pas partie de la famille et d’avoir séquestré
celle-ci illégalement. Les accusations d’infliction illégale de lésions corporelles et de conduite dangereuse
causant des lésions corporelles sont admises. Peter Lee est libéré sous caution avec le consentement du
procureur de la Couronne après avoir souscrit à un engagement de 5 000 $ et aux conditions suivantes :




Communiquer régulièrement avec le surveillant de liberté sous caution, lui fournir une adresse
domiciliaire et ne pas changer d’adresse sans autorisation écrite;
Ne pas communiquer directement ou indirectement avec Sunny Park;
Ne pas se rendre au domicile familial;
Ne pas être en possession d’une arme blanche, d’une arme à feu ou de toute autre arme
mentionnée dans l’engagement.
Il n’y avait pas de conditions concernant Christian Lee ou les parents de Sunny Park.
Le 3 août, la police communique avec le ministère du Développement de l’enfance et de la famille (MDEF),
qui intervient dans le dossier. Ce dernier recommande à plusieurs reprises à Sunny Park de faire ajouter le
nom de Christian à l’ordonnance de non-communication. Le MDEF parle à Sunny Park d’un plan d’urgence;
elle indique toutefois se sentir en sécurité à son domicile depuis qu’elle a changé les serrures et le code du
41 | P a g e
Chapitre 2
système d’alarme. Le MDEF conclut que Christian est en sécurité puisque ses parents ne sont plus ensemble
et que sa mère est en sécurité.
Jusqu’au 15 août, Peter Lee n’a pas d’adresse fixe. C’est à cette date qu’il fournit une adresse à son
surveillant de liberté sous caution. Le 15 août, la condition de non-communication de la mise en liberté est
modifiée pour permettre les communications par l’entremise d’un avocat.
Sunny Park prévient la police à plus d’une reprise que les conditions de la mise en liberté sous caution ont été
enfreintes, mais rien n’est fait. Par exemple, elle les informe que Peter Lee lui a téléphoné pour parler à
Christian.
Il est maintes fois question du droit de visite. Le procureur de la Couronne recommande notamment à
Sunny Park de demander conseil à un avocat en droit de la famille au sujet de la garde de Christian et du droit
de visite. En outre, Peter Lee téléphone au MDEF au sujet de son droit de visite à Christian. On lui répond
qu’il devrait consulter un avocat, car les questions touchant la garde et le droit de visite ne sont pas de la
compétence du MDEF. Il semble que Peter Lee ait aussi tenté de voir Christian par l’intermédiaire d’une autre
personne.
Sunny Park retient les services d’un avocat en droit de la famille. Ce dernier lui indique qu’il présentera une
demande d’ordonnance de non-communication, mais que son évaluation du risque le porte à croire qu’elle
devrait aussi avoir un plan d’urgence et ne pas retourner au domicile familial. Selon l’avocat de Sunny Park, il
s’agissait d’un cas extrêmement grave; et il a mentionné au personnel de bureau qu’il craint que Peter Lee ne
s’arrête qu’après avoir tué Sunny Park.
Le 4 septembre 2007, le service d’urgence 911 reçoit un appel en provenance du domicile de Sunny Park. La
police découvre les corps sans vie de Sunny Park, de ses parents et de son fils. Ils ont été tués par Peter Lee
qui s’est ensuite suicidé.
Le bureau du protecteur de l’enfance et de la jeunesse de la Colombie-Britannique a fait remarquer que, dans
cette affaire, le système de justice pénale, le système de protection de la jeunesse et le système de justice
familiale disposaient de différents éléments d’information concernant la situation, mais comme ils
travaillaient en vase clos, aucun n’a pu mener une évaluation du risque globale ou élaborer un plan d’urgence
adéquat75. Par exemple, le bureau du protecteur de l’enfance et de la jeunesse a indiqué que le système de
justice familiale n’a pas de procédures clairement établies permettant aux avocats des victimes de violence
conjugale de participer à un plan d’urgence global.
2.1 L’importance de l’évaluation du risque
Le système de justice pénale doit trouver un juste équilibre entre la protection des victimes de
violence familiale et le respect des droits de l’accusé ou du délinquant. Le défi se pose dans
toute son acuité lorsque la liberté de l’accusé est en jeu, notamment lors de la mise en liberté
75
Colombie-Britannique, Honouring Christian Lee – No Private Matter: Protecting Children Living with Domestic
Violence, Victoria, Representative for Children and Youth, septembre 2009, en ligne :
<http://www.rcybc.ca/Images/PDFs/Reports/RCYChristianLeeReportFINAL.pdf> [BCRCY, « Honouring Christian
Lee »].
42 | P a g e
Chapitre 2
sous caution, de la détermination de la peine et de la libération conditionnelle76. Dans le
système de justice familiale, il faut accorder une importance particulière au problème de la
violence familiale quand vient le temps de prendre une décision concernant la garde et l’accès,
afin de déterminer ce qui sera dans l’intérêt des enfants qui sont touchés. Dans le cas du
système de protection de la jeunesse, il s’agit plutôt d’établir si les enfants ont besoin des
services de protection de la jeunesse. Lorsque l’un des parents risque de se montrer violent
envers l’autre, il faut déterminer si le fait de permettre des contacts entre le parent
prétendument violent et l’enfant représente un risque pour l’autre parent. Il convient aussi de
se demander si la violence manifestée par l’un des parents envers l’autre risque de mettre les
enfants en danger quand ils sont avec le parent violent. Comme l’affaire de Sunny Park le
montre, les enfants peuvent aussi être en danger lorsqu’ils ne sont pas sous la garde du parent
violent. Malheureusement, ces craintes reflètent la triste réalité car, trop souvent, la violence
en milieu familial se poursuit après l’intervention du système judiciaire, parfois avec des
conséquences fatales. Ainsi, en 2011, au Canada, 89 personnes ont été victimes d’homicide aux
mains d’un partenaire intime77. Près de la moitié de ces victimes avaient déjà signalé de la
violence conjugale (44%)78. Au cours de la même année, il y a eu 31 homicides d’enfants
commis par un membre de la famille79.
Au fil des ans, les personnes qui travaillent avec les victimes et les auteurs d’actes de violence
conjugale et avec les enfants de ceux-ci ont élaboré différentes stratégies pour prévoir qui sont
les victimes les plus à risque de se faire tuer ou de continuer à subir de la violence, éviter que
les événements ne prennent une tournure tragique et utiliser de manière optimale un
personnel et des ressources limités. Il n’est possible d’établir le niveau ou le type d’intervention
approprié à la situation qu’après avoir effectué une évaluation de la menace ou du risque.
Divers acteurs du système de justice peuvent effectuer différents types d’évaluation du risque.
Ces évaluations peuvent être informelles – elles sont alors parfois effectuées au moyen d’une
liste de vérification – ou bien être structurées et fondées sur un système d’évaluation en bonne
et due forme. Il importe de se rappeler qu’il n’existe pas une méthode d’évaluation du risque
qui s’applique à l’ensemble du système et que certaines administrations se servent d’outils
d’évaluation très formels alors que d’autres utilisent des méthodes plus informelles.
76
Ministère de la Justice Canada, Outils d’évaluation du risque de violence envers le partenaire intime : un examen,
par Melissa Northcott, Ottawa, ministère de la Justice Canada, 2012, à la p 5, en ligne :
<http://www.justice.gc.ca/fra/pr-rp/jp-cj/vf-fv/rr12_8/rr12_8.pdf> [Justice Canada, « Outils d’évaluation du
risque »].
77
o
Statistique Canada, L’homicide au Canada, 2011, n 85-002-X au catalogue (Juristat, décembre 2012), à la p 11.
78
Ibid à la p 13; l’Enquête sur les homicides permet de saisir de l’information au sujet des antécédents ou des
comportements de violence familiale entre l’auteur présumé et la victime. Au cours des dix dernières années, plus
de la moitié (65 %) des auteurs présumés d’homicide d’un conjoint avaient des antécédents de violence conjugale
contre la victime. Cela s’appliquait surtout aux cas où la victime et son partenaire étaient désunis, ce qui comprend
les personnes divorcées et les personnes séparées d’un époux ou d’un conjoint de fait. Plus précisément, pour plus
des deux tiers (72 %) des personnes ayant tué un ancien conjoint, la police a déclaré des antécédents de violence
familiale. Par comparaison, la proportion s’élevait à 62 % dans le cas des auteurs présumés d’homicide d’un époux
ou d’un conjoint de fait actuel.
79
Statistique Canada, « Violence familiale au Canada 2011 », supra note 38 à la p 81.
43 | P a g e
Chapitre 2
2.2 Terminologie : « dépistage », « évaluation de la menace » et « évaluation du
risque »
Bien que les termes « dépistage », « évaluation de la menace » et « évaluation du risque »
soient souvent utilisés indifféremment, ils n’ont pas le même sens. Normalement, le
« dépistage » constitue la première étape de l’évaluation d’un cas de violence familiale.
Linda Neilson définit ce terme du point de vue de son utilisation dans le système de justice
familiale : dépistage s’entend des processus servant à détecter et à déterminer la présence et le
type de violence familiale, sa fréquence, ses caractéristiques, sa récurrence et sa gravité. Le
dépistage vise d’abord et avant tout à utiliser des interventions, des processus et des méthodes
adaptés au niveau et au type de violence80.
En outre, la Politique québecoise d’intervention en matière de violence conjugale81 et les
Orientations gouvernementales en matière d’agression sexuelle82 indiquent que le dépistage
consiste à reconnaître les indices de ces formes de violence et à créer un climat de confiance
apte à amener les victimes à dévoiler leur situation. Le dépistage permet d’offrir aux victimes
toute l’aide dont elles ont besoin et contribue à prévenir l’agravation possible des
conséquences néfastes des agressions qu’elles ont subies.
Le dépistage s’effectue souvent à l’aide de formulaires prescrits qui peuvent ne pas exiger de
connaissances très spécialisées sur le phénomène de la violence familiale de la part des
utilisateurs. Ils peuvent être conçus pour recueillir d’autres renseignements, sans lien avec la
violence familiale, et être fondés ou non sur des indicateurs de risque reconnus83. De nombreux
services de police utilisent aussi des outils ou des listes de contrôle lorsqu’ils interviennent dans
des cas de violence familiale, car ces outils sont plus simples et faciles à utiliser sur le terrain
que des grilles d’évaluations plus formelles. L’information recueillie à l’aide de ces listes de
contrôle peut servir à déterminer si la situation semble comporter un risque élevé, nécessitant
une évaluation du risque plus complète et plus formelle.
L’expression « évaluation de la menace » est très souvent employée par les responsables de
l’application de la loi. Elle désigne le processus d’évaluation du risque de violence que le
suspect fait courir au plaignant et d’évaluation de l’incidence que les types d’intervention
envisagés peuvent avoir sur la sécurité de ce dernier.
L’expression « évaluation du risque » désigne plus précisément un éventail de travaux de
recherche et d’outils visant à améliorer la capacité de divers professionnels des systèmes de
justice civile et pénale (secteur médico-légal) à [TRADUCTION] « évaluer des personnes pour
a) déterminer le risque qu’elles commettent des actes de violence et à b) mettre au point des
80
Neilson, supra note 20 à la p 8.
Prévenir, dépister, contrer la violence conjugale, Gouvernement du Québec, 1995, à la p 40.
82
Orientations gouvernementales en matière d’agression sexuelle, Gouvernement du Québec, 2000, à la p 57.
83
Consulter le rapport de la professeure Neilson, supra note 20 aux pp 9-10, pour une liste d’outils de dépistage
spécialement conçus pour les situations de violence familiale, plus particulièrement dans le contexte du droit de la
famille et de la protection de la jeunesse.
81
44 | P a g e
Chapitre 2
méthodes d’intervention afin de gérer ou d’atténuer ce risque […] »84. Ces évaluations
requièrent généralement une formation plus poussée et davantage de ressources, de sorte
qu’elles sont souvent réservées aux cas perçus comme présentant un risque plus élevé.
Il est possible que les outils d’évaluation utilisés pour un type d’infraction ne puissent pas servir
pour un autre type. L’évaluation de la menace doit comporter une analyse de tous les éléments
de preuve disponibles ainsi que de tous les dossiers des mesures prises par la police. Elle doit
tenir compte des conclusions de recherches pertinentes, par exemple le fait que le risque de
préjudice physique à la victime fuyant une situation de violence familiale est plus élevé au cours
des trois premiers mois suivant la séparation, et le fait que cette violence est souvent le point
culminant de problèmes qui existent depuis longtemps ou d’antécédents de violence85.
2.3 Objet : Qu’est-ce que les évaluations du risque révèlent?
Chaque cas doit être traité comme s’il s’agissait d’un cas grave jusqu’à preuve du contraire. Il
est crucial de se rappeler que les évaluations du risque ou de la menace dépendent de leur
contexte86 et que leurs résultats deviennent rapidement désuets. Il faut mettre à jour les
facteurs établis et les réévaluer au besoin pour les décisions subséquentes. De plus, bien que ce
processus puisse aider les parties à prendre des décisions, l’absence d’ « indicateurs de risque
reconnus » ne signifie pas qu’il n’y aura pas de violence87.
Des évaluations du risque sont effectuées au sein de nombreux secteurs du système de justice
et à l’extérieur de celui-ci. Elles peuvent être menées, par exemple, par des policiers, des
responsables de la protection de la jeunesse, des intervenants auprès des victimes, des
médiateurs familiaux, des responsables de visites supervisées, des agents de probation et de
libération conditionnelle et des travailleurs dans des refuges. Les victimes peuvent donc avoir à
répondre plusieurs fois aux mêmes questions concernant le risque qu’elles courent, ce qui peut
être agaçant.
Une fois l’évaluation du risque terminée, les renseignements recueillis servent à gérer tout
risque décelé. Les quatre principaux volets de la gestion du risque sont le suivi, le traitement, la
supervision et la planification de la sécurité de la victime88.
84
P Randall Kropp, Stephen D Hart et David R Lyon, « Risk Assessment of Stalkers: Some Problems and Possible
Solutions » (2002) 29:5 Criminal Justice Behavior 590 à la p 599.
85
Pour en savoir plus sur l’évaluation du risque en ce qui concerne le harcèlement criminel, y compris la
pertinence de la typologie pour l’évaluation et le processus d’élaboration d’une liste des facteurs de risque, voir
ibid.
86
Ibid à la p 600.
87
Justice Canada, « Politiques concernant la violence conjugale » supra note 3 aux pp 83-84.
88
P Randall Kropp, « Intimate Partner Violence Risk Assessment and Management » (2008) 23:2 Violence and
Victims 202 à la p 214 [Kropp, « Risk Assessment and Management »].
45 | P a g e
Chapitre 2
2.3.1 Évaluation du risque de violence familiale ou de létalité
Plusieurs outils d’évaluation et de gestion du risque sont actuellement utilisés au Canada. Le
rapport du ministère de la Justice Canada, Recensement des outils d’évaluation des risques de
violence conjugale utilisés au Canada89, publié en 2009, présente ces outils ainsi que des listes
de vérification et des protocoles d’enquête utilisés au pays dans les cas de violence familiale90.
Il faut faire preuve de prudence lorsqu’on choisit les outils et les protocoles dont on se servira
pour évaluer et gérer le risque de violence familiale et ses conséquences, car chaque
instrument a été conçu pour permettre de prévoir la probabilité d’un certain résultat dans un
contexte particulier. En réalité, bon nombre des outils utilisés au Canada ont été mis au point
expressément pour servir dans les cas de violence entre partenaires intimes. Ainsi, le guide
d’évaluation du risque de violence conjugale (Spousal Assault Risk Assessment Guide ou SARA) a
été élaboré pour faciliter l’évaluation du risque de violence d’une personne à l’égard de son
conjoint. De son côté, l’outil d’évaluation du danger (Danger Assessment) comporte
deux volets : le premier est un instrument qui vise à sensibiliser la victime à la gravité du danger
auquel elle est exposée et le second [TRADUCTION] « présente un système de notation pondérée
servant à faire le compte des facteurs de risque liés à l’homicide par un partenaire intime »91.
La professeure Neilson souligne qu’il est important de prendre en considération la nature du
risque que chaque outil est censé permettre de prévoir :
[TRADUCTION] [I]l importe de distinguer les faits et les caractéristiques qui se rapportent au
début de la violence familiale des faits qui indiquent que celle-ci se poursuivra probablement
et de ceux qui sont liés à la possibilité d’une issue fatale. […] Par exemple, les travaux de
recherche révèlent que la dépression et les pensées suicidaires sont liées à la possibilité d’un
décès, mais pas nécessairement à la probabilité d’actes répétés de violence familiale;
l’exposition à la violence familiale pendant l’enfance est liée à la probabilité que la personne
commette au moins un acte de violence familiale à l’âge adulte, mais ne semble pas
permettre de prévoir si celle-ci conservera son comportement violent envers sa famille92.
Les méthodes servant à déterminer le degré de risque varient grandement selon l’outil
employé. Les plus courantes sont les suivantes : 1) les décisions fondées sur un jugement
clinique non structuré, 2) le jugement clinique structuré, et 3) l’approche actuarielle. D’autres
approches d’évaluation du risque de violence aux mains d’un partenaire intime existent,
89
Ministère de la Justice Canada, Recensement des outils d’évaluation des risques de violence conjugale utilisés au
Canada par Allison Millar, Ottawa, ministère de la Justice, 2009, en ligne : <http://www.justice.gc.ca/fra/pr-rp/jpcj/vf-fv/rr09_7/rr09_7.pdf> [Justice Canada, Recensement des outils].
90
Pour de plus amples renseignements sur la valeur prédictive des outils d’évaluation des risques, voir Sécurité
publique Canada, La validité des évaluations du risque de violence envers la partenaire intime : une méta-analyse
par R Karl Hanson, Leslie Helmus et Guy Bourgon, Ottawa, Sécurité publique, 2007, en ligne :
<http://www.securitepublique.gc.ca/cnt/rsrcs/pblctns/ntmt-prtnr-vlnce/index-fra.aspx>.
91
Danger Assessment, en ligne : <http://dangerassessment.org>.
92
Neilson, supra note 20 aux pp 48-49.
46 | P a g e
Chapitre 2
notamment : 4) la consultation de la victime et 5) l’utilisation d’outils d’évaluation du risque
qu’une infraction générale ou violente soit commise93. Une telle variété des approches
possibles et des outils disponibles94 oblige les professionnels à prendre en considération un
certain nombre de facteurs pour déterminer l’outil à employer dans telle ou telle circonstance.
Il faudra notamment tenir compte des éléments suivants :
 Le genre de renseignements dont dispose la personne chargée de l’évaluation (par exemple,
s’agit-il de renseignements fournis par la victime ou par l’auteur des actes de violence?);
 Les compétences professionnelles requises pour se servir de l’outil;
 Le groupe ciblé (par exemple, le sexe de l’auteur de la violence et de la victime, l’application
de l’outil aux relations intimes ou non intimes ou à un groupe culturel ou ethnique donné, le
type de résultat à évaluer ou à gérer).
Attention : signification de la cote « faible risque de violence familiale »
[TRADUCTION] Que signifie l’obtention de la cote « faible risque » d’un outil reconnu d’évaluation du risque
de violence familiale […]? Elle signifie simplement que d’autres personnes ayant commis des actes de
violence familiale, présentant des caractéristiques semblables et s’étant trouvé dans des situations
comparables à celle du sujet concerné n’ont en général pas récidivé. Elle signifie également que la plupart
des personnes qui récidivent ont des caractéristiques et une situation différentes de celles du sujet. Il ne
s’agit donc pas d’une conclusion absolue. Et comme le risque est lié à la situation, il peut changer rapidement
selon l’évolution des circonstances. La cote « faible risque » ne signifie pas que l’auteur de la violence
continuera à présenter un faible risque si la situation change. En outre, la cote « faible risque » n’exclut pas la
possibilité que l’auteur de la violence familiale soit confronté à des circonstances inhabituelles qui ne sont
pas mesurées par les outils d’évaluation du risque. L’évaluation du risque et de la sécurité ne devrait pas être
menée une seule fois, mais avoir lieu périodiquement.
De plus, dans le contexte du droit de la famille, comme les outils d’évaluation du risque mettent en général
l’accent sur la violence physique par opposition aux autres formes de violence familiale, l’obtention de la cote
« faible risque» n’est pas forcément très rassurante pour ce qui est des autres formes de violence familiale,
notamment les formes de coercition liées à la maltraitance des enfants et aux compétences parentales
insuffisantes.
Tiré de : Linda C Neilson, Enhancing Safety: When Domestic Violence Cases are in Multiple Legal Systems
(Criminal, Family, Child Protection) A Family Law, Domestic Violence Perspective (30 juin 2012), aux pp 56-57,
en ligne : <http://www.learningtoendabuse.ca/sites/default/files/Enhancing_Safety.pdf>.
93
Pour une description de ces différentes méthodes ainsi que des facteurs à prendre en considération dans le
choix d’un instrument d’évaluation du risque et pour une analyse des points forts et des limites des différentes
formules, voir Justice Canada, « Outils d’évaluation du risque », supra, note 76 aux pp 9-15.
94
Pour un aperçu général des différentes méthodes d’évaluation et de gestion du risque dans les cas de violence
entre partenaires intimes, voir Kropp, « Risk Assessment and Management », supra note 88.
47 | P a g e
Chapitre 2
2.3.2 Évaluation du risque par les policiers chargés d’intervenir
Les outils d’évaluation du risque de violence familiale actuellement utilisés sur place par les
policiers lorsqu’ils répondent à un signalement de violence familiale sont des instruments de
dépistage ou des listes de vérification spécialisées moins structurés. Normalement, une
évaluation du risque en bonne et due forme n’est effectuée que si les agents de première ligne
ont déterminé, d’après l’évaluation préliminaire, que la situation pouvait présenter un risque
élevé.
Par exemple, tous les services de police de l’Alberta se servent du rapport d’enquête sur la
violence familiale (FVIR), qui n’est pas un outil d’évaluation du risque, mais plutôt un rapport
que les agents répondant à un appel concernant une affaire de violence familiale sont tenus de
remplir. Le FVIR est utile aux policiers, car il renferme les questions qui doivent être posées
pour garantir une enquête complète et dépister les facteurs de risque.
Pour certains dossiers présentant un risque élevé ou lorsque les policiers ont besoin d’une
évaluation plus précise, les services de police de l’Alberta consulteront le centre intégré
d’évaluation des menaces et des risques (I-TRAC), une unité mixte multidisciplinaire qui offre
aux organismes responsables de l’application de la loi et de la justice pénale des services
d’évaluation des menaces et des méthodes proactives pour réduire les actes de violence ciblée
dans leur collectivité (voir la sous-section 2.7.2 pour une description détaillée de l’I-TRAC).
De même, en Ontario, certains cas présentant un risque élevé sont renvoyés à l’Unité de
l’évaluation des menaces de la Section des sciences et de l’analyse du comportement de la
Police provinciale de l’Ontario. Quelques services de police municipaux ont leur propre équipe
d’évaluation des menaces, notamment, les services de police régionaux de Peel, de York et de
Durham. L’Unité de l’évaluation des menaces de la Section des sciences et de l’analyse du
comportement de la Police provinciale de l’Ontario a formé les agents qui font partie de ces
équipes et travaille en collaboration avec eux, par exemple au moyen de conférences
préparatoires. À d’autres endroits où de tels services spécialisés n’existent pas, les cas
présentant un risque élevé sont normalement confiés à des agents chevronnés qui ont appris à
utiliser les outils officiels d’évaluation du risque.
Au Québec, des travaux visant à intégrer l’outil Prévenir l’homicide de la conjointe –
Aide-mémoire au Guide de pratiques policières95 sont en cours. Cet outil permet de décrire de
façon plus précise les risques d’homicide dans les cas de violence conjugale.
2.3.3 Dépistage dans le contexte du droit de la famille
Dans divers programmes du droit de la famille, on commence par vérifier la présence
d’indicateurs de violence familiale chez les demandeurs. Ainsi, en Colombie-Britannique, pour
toutes les personnes qui communiquent avec un centre de justice familiale, on procède à une
95
Ce guide est un document mis à la disposition de tous les services policiers au Québec.
48 | P a g e
Chapitre 2
vérification préliminaire de la présence de violence familiale lors de la détermination initiale
des besoins. Les personnes qui sont dirigées vers des conseillers en justice familiale pour
obtenir plus de renseignements ou vers des services de règlement des différends remplissent
un questionnaire d’évaluation exhaustif qui vise à détecter des problèmes relatifs à la violence
familiale, à la protection des enfants, à la santé mentale, à la consommation de drogue et
d’alcool et des problèmes financiers. Cette évaluation sert à établir si la médiation est le
processus de règlement des différends approprié pour une famille donnée et facilite
l’orientation de celle-ci vers les services qui pourront répondre à ses besoins. Ce questionnaire
exhaustif est aussi utilisé par les conseillers en justice familiale qui préparent les rapports sur la
garde et l’accès exigés par le tribunal. Dans ce contexte, l’évaluation vise à déceler les
problèmes de violence familiale et attire l’attention sur d’autres problèmes qui peuvent influer
sur la capacité des parties à s’occuper de leurs enfants. Au Manitoba, les médiateurs et les
responsables de l’évaluation en matière de garde et d’accès qui travaillent au bureau des
Services de conciliation familiale, au gouvernement, effectuent des évaluations pour déceler les
problèmes de violence familiale, tout comme l’avocat et le travailleur social qui forment équipe
pour assurer une comédiation complète. L’outil le plus couramment utilisé par ces intervenants
est le modèle de dépistage de Tolman.
Les médiateurs agréés par les organismes directeurs de la médiation et ceux qui œuvrent dans
des organismes rattachés à un tribunal ou des programmes financés par l’État sont tenus de
vérifier la présence de violence familiale96. Plusieurs outils peuvent être utilisés à cette fin.
Certains ont laissé entendre que les avocats spécialisés en droit de la famille devraient vérifier
la présence de violence familiale chez leurs clients. De leur point de vue et de celui de leurs
clients, cette vérification est importante pour plusieurs raisons :

Aider le client à établir un plan de sécurité;

Diriger le client vers les ressources appropriées et les formes de règlement des
différends qui conviennent à sa situation;

Déterminer le recours (le cas échéant) à demander au tribunal en ce qui concerne la
violence familiale (par exemple, ordonnance de non-communication, ordonnance de
garde et d’accès).
Au Canada, les avocats spécialisés en droit de la famille ne sont généralement pas tenus de
vérifier la présence de violence familiale chez leurs clients. D’ailleurs, la plupart d’entre eux ne
font pas de dépistage pour déterminer si leurs clients ont été victimes de violence familiale. Il
existe cependant une pratique prometteuse en Colombie-Britannique : en vertu de la Family
Law Act97, qui est entrée en vigueur en mars 2013, tous les professionnels du règlement des
96
Hilary Linton, « When Knowing is Half the Battle », JUST. Magazine – Association du Barreau de l’Ontario,
octobre 2012, en ligne : <http://www.justmag.ca/oct2012/feaHLintoni_Oct2012.html>.
97
SBC 2011, c 25.
49 | P a g e
Chapitre 2
différends en matière familiale, y compris les avocats, les médiateurs, les coordonnateurs des
responsabilités parentales et les arbitres, doivent procéder à un dépistage de la violence
familiale pour déterminer si les processus de règlement des différends sont appropriés et
sécuritaires pour la famille.
Aux termes du règlement d’application, les normes minimales de formation et de pratique des
médiateurs et des arbitres familiaux, ainsi que des coordonnateurs des responsabilités
parentales comportent au moins 14 heures de formation sur la détection de la violence
familiale et sur les mesures à prendre, le cas échéant. Les normes de pratique du Barreau de la
Colombie-Britannique prévoient des exigences semblables pour les avocats agissant à titre de
médiateurs familiaux, de coordonnateurs des responsabilités parentales et d’arbitres familiaux;
le Barreau recommande fortement à tous les avocats spécialisés en droit de la famille de suivre
une formation sur la violence familiale.
Cette formation doit permettre de reconnaître, d’évaluer et de gérer la violence familiale et la
dynamique du pouvoir au sein de la famille afin que les méthodes utilisées conviennent à la
situation de la famille concernée. Les professionnels apprendront à déceler la violence familiale
de manière à déterminer s’il est possible d’utiliser ou d’adapter des méthodes de règlement
des différends de manière à tenir compte des risques pour la sécurité ou des déséquilibres de
pouvoir.
Le domaine évolue rapidement. Bon nombre d’organismes de réglementation disposent d’une
certaine souplesse pour ce qui est de l’approche utilisée; le processus de dépistage peut ainsi
suivre l’évolution du domaine et être adapté aux besoins des diverses professions tout en
assurant aux professionnels concernés la formation voulue pour s’occuper comme il se doit de
la question de la violence familiale. Par exemple, le Barreau du Haut-Canada offre une
formation facultative sans frais sur l’évaluation du risque dans le contexte de la violence
familiale.
Le Québec dispose également d’un Guide de normes de pratique en médiation familiale98 et
d’un Guide relatif à l’organisation de la supervision des droits d’accès99. Ces guides comportent
des sections qui visent à sensibiliser les intervenants au sujet des personnes aux prises avec de
la violence conjugale, afin d’adapter l’intervention en conséquence et de mener une évaluation
continue du risque.
Il existe aussi de bons exemples de listes de vérification élaborées pour aider les avocats
spécialisés en droit de la famille à déceler les cas de violence familiale. En voici quelques-uns :
98
Comité des organismes accréditeurs en médiation familiale, Guide de normes de pratiques en médiation
familiale, 2012, en ligne : <https://www.barreau.qc.ca/pdf/mediation/familiale/guide-pratique-mediationfamiliale.pdf>.
99
Ministère de la Famille et des Aînés, Gouvernement du Québec, 2008, en ligne :
<http://www.mfa.gouv.qc.ca/fr/publication/Documents/guide-acces_vfinale_04-10.pdf>.
50 | P a g e



Chapitre 2
L’une des listes de vérification établies par le Barreau de la Saskatchewan porte
précisément sur le droit de la famille100, et fournit aux avocats des conseils sur le type de
renseignements à demander aux clients pendant l’entrevue. La question de la sécurité
physique du client et des enfants ainsi que des mauvais traitements à leur endroit y est
abordée. La liste de vérification est considérée uniquement comme un point de départ,
et les praticiens du droit de la famille sont tenus, dans chaque cas, d’effectuer des
analyses juridiques plus poussées à la lumière des faits;
Meilleures pratiques de représentation d’un client dans un dossier de violence familiale
élaboré par le ministère de la Justice Canada101;
Votre cliente est-elle en sécurité? Guide pour avocats en matière de violence dans les
relations amoureuses, conçu par la Legal Services Society of British Columbia en
collaboration avec la Ending Violence Association of British Columbia102.
Une autre pratique prometteuse en matière de dépistage a trait à l’arbitrage familial en
Ontario, lequel est régi par la Loi de 1991 sur l’arbitrage103. Lorsqu’un couple en instance de
séparation décide de soumettre ses questions juridiques à un arbitre, il faut évaluer chacune
des parties pour détecter toute forme de violence familiale. L’évaluateur devra déterminer si un
obstacle empêche une des parties de participer pleinement à l’arbitrage familial ou s’il y a lieu
d’imposer des mesures de sécurité (par exemple, que les parties ne se trouvent pas ensemble
sans la présence d’un tiers) avant que commence l’arbitrage. Il remet son rapport à l’arbitre,
qui s’en sert pour déterminer le processus à adopter. Même si aucune méthode d’évaluation
particulière n’est prescrite, il a été indiqué que celles qui sont utilisées pour la médiation
familiale pourraient être adaptées à l’arbitrage familial.
Enfin, l’Australie a récemment adopté un cadre global de détection des risques (Detection of
Overall Risk Screen, ou DOORS), qui est utilisé par tous les intervenants du système de droit de
la famille. Ce cadre, qui permet de détecter les risques menaçant le bien-être et la sécurité des
familles, était destiné à l’origine aux anciens conjoints qui continuent ou veulent continuer à
jouer un rôle parental après la séparation. Une autre version existe maintenant pour les clients
qui n’ont pas d’enfant. Le cadre DOORS définit le risque comme un [ TRADUCTION] « préjudice
physique ou psychologique touchant la personne concernée et d’autres membres de la famille
et, dans le cas d’un enfant, comme un préjudice nuisant à son développement ». Le
cadre DOORS a été mis à la disposition de tous les professionnels du système de justice
familiale de l’Australie, comme les avocats, le personnel des tribunaux et les spécialistes du
règlement des différends familiaux. DOOR 1 est un questionnaire d’évaluation du risque que
doivent remplir les clients; DOOR 2 est un questionnaire de suivi sur les aspects du risque
100
Le Barreau de la Saskatchewan, Practice Checklist: Support, Custody and Access, Regina, 2012.
Ministère de la Justice du Canada, Meilleures pratiques de représentation d’un client dans un dossier de violence
familiale, par Cynthia Chewter, Ottawa, 2012, en ligne : <http://www.justice.gc.ca/fra/df-fl/epoux-spousal/themetopic/viol3.html>.
102
Legal Services Society of British Columbia et Ending Violence Association of British Columbia, Votre cliente estelle en sécurité? Guide pour avocats en matière de violence dans les relations amoureuses, février 2012, en ligne :
<http://resources.lss.bc.ca/pdfs/pubs/Is-Your-Client-Safe-fra.pdf>.
103
LO 1991, c 17.
101
51 | P a g e
Chapitre 2
décrits dans DOOR 1 que remplissent les intervenants. Quant à DOOR 3, il sert à indiquer les
ressources nécessaires pour répondre au risque décrit dans DOOR 1104.
2.3.4 Évaluation du risque pour les enfants de familles où sévit la violence
conjugale
Les outils d’évaluation du risque dans les cas de violence entre partenaires intimes
actuellement utilisés dans le système de justice pénale au Canada mesurent généralement le
risque de violence continue ou de létalité pour la conjointe d’un agresseur. Ils ne devraient
donc pas servir à déterminer si les enfants des partenaires intimes évalués sont eux-mêmes à
risque. Dans le contexte actuel du droit pénal ou du droit de la famille, il ne semble pas exister
d’outil d’évaluation du risque de violence familiale axé exclusivement sur le risque que courent
les enfants. Même si les outils d’évaluation du risque dans les cas de violence conjugale
comportent des indicateurs qui ont trait à la sécurité des enfants, ces indicateurs ne sont pas
nécessairement ceux qui ont été déterminés comme permettant de déceler si le parent
agresseur présente un risque pour l’enfant. Par conséquent, lorsque des enfants sont en cause,
les outils d’évaluation du risque dans les cas de violence entre partenaires intimes ne
permettent pas, à eux seuls, de déterminer si les accusés devraient avoir des contacts ou
communiquer avec leurs enfants pendant les procédures pénales et ne devraient pas non plus
être utilisés [TRADUCTION] « dans le contexte du droit de la famille, pour évaluer la sécurité des
enfants, pour justifier le refus, la réduction ou le report de l’aide ou pour remplacer une analyse
approfondie des données factuelles »105. En outre, même s’il importe de prendre en
considération le fait que l’enfant risque ou non d’être victime de violence physique pour
déterminer si le maintien du contact entre le parent et l’enfant est dans l’intérêt supérieur de
ce dernier, ce n’est pas le seul élément qui entre en ligne de compte dans le contexte du droit
de la famille106. D’autres facteurs psychologiques, comme le traumatisme continuel que l’enfant
subit et l’intensité du conflit qui oppose les parents, méritent qu’on s’y arrête.
Même s’il ne semble pas exister, dans le système de justice familiale, d’outils officiels mesurant
le risque que courent les enfants, de nombreuses provinces, notamment la Saskatchewan, ont
des évaluateurs en matière de garde et d’accès qui se servent de leur jugement clinique pour
déterminer les besoins de l’enfant et établir le meilleur plan parental (précisant, entre autres, si
l’enfant doit passer du temps avec ses deux parents). Il importe de souligner la mise en garde
de la professeure Neilson, qui signale que les enfants vivant dans des foyers où règne la
violence familiale doivent être évalués par des spécialistes qui sont certes compétents dans les
domaines d’expertise traditionnels, entre autres le développement de l’enfant, comme
l’exigent les évaluateurs en matière de garde et d’accès, mais qui connaissent aussi très bien la
dynamique et les répercussions de la violence familiale. La professeure fait remarquer que
[TRADUCTION] « les professionnels qui évaluent l’intérêt supérieur de l’enfant dans le contexte de
la protection de la jeunesse ou du droit de la famille peuvent avoir une expertise considérable
104
Jennifer E McIntosh et Claire Ralf (2012). The DOORS Detection of Overall Risk Screen Framework, ministère du
Procureur général, gouvernement de l’Australie, Canberra.
105
Neilson, supra note 20 à la p 57.
106
Ibid à la p 26.
52 | P a g e
Chapitre 2
en ce qui concerne le développement de l’enfant, mais une compréhension limitée de la façon
dont la violence familiale influe sur la manière dont les parents jouent leur rôle auprès de leurs
enfants »107.
Dans cinq provinces canadiennes108, les autorités responsables de la protection de la jeunesse
utilisent actuellement un outil de prise de décisions structurées élaboré par le Wisconsin
Children’s Research Centre, aux États-Unis. Cet outil électronique se fonde sur les données d’un
cas pour évaluer le risque qu’un enfant soit maltraité par la personne ou les personnes qui en
ont la garde. Si les parents sont accusés de crimes violents ou poursuivis à ce titre, chacun fait
l’objet d’une évaluation individuelle. L’outil varie légèrement d’une province à l’autre, puisqu’il
est adapté aux lois provinciales. Les deux indices tiennent compte des enquêtes qui ont été
menées précédemment au sujet de la négligence et de la maltraitance des enfants. Pour sa
part, l’indice de maltraitance tient aussi compte de la présence de violence familiale dans le
foyer en question au cours de la dernière année.
2.3.5 Outils d’évaluation du risque et clientèle diversifiée
On ne peut pas sans difficulté ni prudence prendre des outils d’évaluation du risque conçus
principalement pour des populations d’hommes caucasiens et validés auprès de ces groupes,
puis les utiliser à l’égard de clients d’autres collectivités, par exemple des Autochtones. En effet,
les outils peuvent comporter une subjectivité inhérente qui désavantage les Autochtones, les
femmes et les membres d’autres groupes marginalisés.
Certains éléments peuvent rendre subjectifs les outils d’évaluation du risque, notamment la
supposition d’une applicabilité universelle, sans égard à l’âge, à la race, à l’ethnicité, à la classe
et au sexe; le choix des indicateurs de besoins et de risques; et l’accent mis sur l’individu, sans
tenir compte du contexte social, de l’histoire et de la situation. Les résultats de l’évaluation sont
aussi influencés par l’attitude et les compétences de l’évaluateur. Le processus peut donc
présenter une subjectivité109.
Par exemple, on a fait valoir que certains indicateurs utilisés dans les outils, comme le niveau de
scolarité, le dossier d’emploi et la toxicomanie, s’inscrivaient dans le contexte de la classe
moyenne. Dans le cas des Autochtones, la présence de ces éléments (tels qu’un faible niveau de
scolarité ou de longues périodes de chômage) illustre la réalité générale de ces collectivités
plutôt que des caractéristiques et penchants individuels. Des recherches ont démontré que,
dans les établissements correctionnels canadiens, un nombre disproportionné de détenus
autochtones sont considérés comme présentant des risques élevés parce que les évaluations
107
Ibid aux pp 58-59.
La Colombie-Britannique, la Saskatchewan, le Manitoba, l’Ontario et le Nouveau-Brunswick utilisent
actuellement des outils de prise de décisions structurées.
109
Sécurité publique et protection civile Canada, Évaluation du risque présenté par les délinquants autochtones de
sexe masculin : Une perspective 2006, par Tanya Rugge, Ottawa, Sécurité publique et protection civile, 2006, en
ligne : <http://www.securitepublique.gc.ca/cnt/rsrcs/pblctns/rsk-ssssmnt-ml/index-fra.aspx>.
108
53 | P a g e
Chapitre 2
actuarielles utilisées ne tiennent pas compte de la situation et des besoins particuliers des
délinquants autochtones110.
Il existe des risques semblables quand on utilise, pour l’évaluation du risque et la planification
de la sécurité, des outils fondés sur la situation des victimes. Les approches conçues pour le
grand public ne prennent pas toujours adéquatement en considération la situation d’un groupe
précis. En Ontario, par exemple, le contexte particulier des collectivités des Premières Nations
vivant en région éloignée exige des stratégies distinctes en matière de planification de la
sécurité; dont il manque actuellement les outils adaptés à leur réalité. Par exemple, si aucun
policier n’est en service le soir, l’outil de planification de la sécurité qui suppose une présence
policière sera inefficace.
2.4 Gestion du risque : Comment les renseignements sont-ils utilisés?
Comme toute évaluation du risque a pour objectif principal de prévenir de nouveaux incidents
violents ou meurtriers, les résultats de l’évaluation servent à gérer les risques qui ont été
cernés. La gestion du risque comprend quatre activités principales : le suivi, le traitement, la
supervision et la planification de la sécurité de la victime111.
Par « suivi », on entend une forme de surveillance continue et non intrusive qui sert à voir où se
situe l’auteur de la violence par rapport aux facteurs de risque variables au moyen d’une
évaluation continuelle du risque. Il peut comprendre des rencontres avec l’auteur de la
violence, la victime ou d’autres personnes clés qui ont des contacts avec l’auteur de la violence
(thérapeutes, agents de correction, membres de la famille, collègues, etc.)112.
Le « traitement » s’appuie sur un plan qui vise à réduire les facteurs de risque variables associés
à l’auteur de la violence, notamment à l’aide des méthodes suivantes : « [TRADUCTION]
Psychothérapie individuelle ou de groupe, programmes psychoéducatifs conçus pour modifier
l’attitude d’une personne à l’égard de la violence; programmes de formation visant à améliorer
les habiletés interpersonnelles, les compétences professionnelles et la maîtrise de la colère;
médicaments psychoactifs, tels que les antipsychotiques et les régulateurs de l’humeur; et
programmes de toxicomanie. Une autre forme de traitement efficace consiste à réduire les
facteurs de stress aigus, comme les maladies physiques, les conflits interpersonnels, le
chômage, les problèmes juridiques et ainsi de suite »113.
110
Centre canadien de la statistique juridique, 1999, Profil instantané d’une journée des détenus dans les
o
établissements correctionnels pour adultes du Canada, Statistique Canada, n 85-601-XIF au catalogue; Bureau de
l’enquêteur correctionnel, Rapport annuel du Bureau de l’enquêteur correctionnel 2005-2006, Ottawa, Enquêteur
correctionnel, 2006; Service correctionnel Canada, Profil des délinquants autochtones du nord sous responsabilité
fédérale par Joseph C Johnston, Ottawa, Service correctionnel, 1994.
111
Kropp, « Risk Assessment and Management », supra note 88 à la p 214.
112
Ibid à la p 212.
113
Ibid aux pp 214-215.
54 | P a g e
Chapitre 2
La « supervision » consiste à limiter la liberté d’une personne pour qu’il lui soit plus difficile de
commettre d’autres incidents violents. Poussée à un degré extrême, la supervision prend la
forme d’une incarcération ou d’un internement civil dans un établissement de santé mentale.
D’autres formes de supervision supposent généralement de [TRADUCTION] « permettre à la
personne d’habiter dans la collectivité tout en étant restreinte dans ses activités, ses
déplacements, ses relations et ses communications »114; ces restrictions peuvent découler d’un
engagement de ne pas troubler l’ordre public, des conditions de la mise en liberté sous caution
ou de la libération conditionnelle, ou d’une ordonnance civile de non-communication. Les
services de police et les procureurs utilisent souvent des outils de dépistage, d’évaluation de la
menace et d’évaluation du risque pour déterminer si l’accusé pourra rester en liberté jusqu’à
son procès et, si oui, quelles conditions seraient appropriées. Dans le cadre des rapports
présentenciels, ces mêmes outils servent aussi à formuler des recommandations sur les
probations, les sursis et les conditions de traitement. Les agents des services correctionnels
utilisent des évaluations du risque pour « élaborer des plans de traitement et […] déterminer le
caractère approprié de différentes conditions »115. Enfin, lorsque les délinquants sont remis en
liberté, les évaluations du risque servent à « fixer des conditions à la libération et à élaborer des
plans de traitement »116.
La « sécurité de la victime » constitue le but ultime de l’évaluation et de la gestion du risque.
Planifier la sécurité des victimes représente donc une facette essentielle de la gestion du risque.
[TRADUCTION] La planification de la sécurité de la victime vise à améliorer les ressources de
la victime en matière de sécurité active et statique, un processus parfois appelé
« renforcement de la cible ». L’objectif vise à s’assurer qu’en cas de violence – malgré tous
les efforts de suivi, de traitement et de supervision – toute conséquence négative sur le
bien-être psychologique et physique de la victime soit minime117.
La planification de la sécurité de la victime est souvent faite par des intervenants, soit par
l’entremise des services de police ou d’organismes non gouvernementaux, tels que les refuges.
Ces services sont aussi offerts par les policiers, les agents de probation et de libération
conditionnelle, les services aux familles, les services de protection de la jeunesse et les
représentants de la justice familiale, y compris les avocats en droit de la famille. En général, la
planification de la sécurité consiste à informer la victime pour qu’elle soit davantage consciente
des risques possibles et des mesures à prendre pour les réduire118. Cette planification peut
aussi porter sur la sécurité des enfants de la victime et du délinquant. On pourrait par exemple
recommander d’évaluer les risques que courent les enfants, puis interdire les contacts entre les
enfants et le délinquant ou exiger que ces contacts soient supervisés jusqu’à ce qu’on ait évalué
si les enfants seraient en sécurité en sa compagnie.
114
Ibid à la p 215.
Justice Canada, « Outils d’évaluation du risque », supra note 76 à la p 9.
116
Ibid.
117
Kropp, « Risk Assessment and Management », supra note 88 à la p 215.
118
Justice Canada, « Outils d’évaluation du risque », supra note 76 à la p 9.
115
55 | P a g e
Chapitre 2
2.5 Communication du risque
Il est essentiel de déterminer si le système de justice pénale et le système de justice civile ont la
possibilité, voire le devoir, de se communiquer les évaluations du risque. Randy Kropp fait
remarquer ceci :
[TRADUCTION] Une communication du risque efficace peut prévenir la violence et devrait le
faire. Quand on examine les décès liés à la violence familiale, on constate que, dans bien des
cas d’homicide conjugal, de nombreux indicateurs de risque avaient été repérés, mais que
personne ne les avait documentés ni communiqués à ceux qui auraient dû en être informés :
victimes, intervenants auprès du délinquant, policiers, organismes correctionnels, etc.119
Pour qu’une évaluation du risque soit efficace, ses conclusions et les recommandations qui en
découlent doivent être communiquées aux diverses personnes qui interagiront avec le
délinquant, la victime et leurs enfants et s’occuperont de leurs dossiers. Il est aussi essentiel
que les renseignements utilisés pour l’évaluation du risque soient aussi exacts et complets que
possible.
Randy Kropp propose les lignes directrices qui suivent pour la communication efficace du
risque120 :
1. Les avis sur le risque doivent s’appuyer sur une justification claire et concise fondée sur
des données probantes.
2. Les avis sur le risque devraient être communiqués aux victimes possibles de la personne
évaluée, de façon à ce qu’elles soient bien informées de la nature et de la gravité du
risque qu’elles pourraient courir et puissent planifier leur sécurité en conséquence.
3. Les avis sur le risque doivent indiquer clairement ce qui a été et n’a pas été évalué, et
préciser les limites de l’évaluation. Par exemple, s’il manquait certains éléments, comme
les commentaires de la victime, l’avis devrait le mentionner.
4. Les évaluations du risque devraient être aussi précises que possible. Par exemple, l’avis
devrait, dans la mesure du possible, indiquer « la nature, la fréquence, la gravité, la
probabilité et l’imminence » des actes violents prédits.
Les avis sur le risque devraient aussi indiquer ce qui rend l’évaluateur apte à mener une
évaluation de ce genre. Cette information pourra aider ceux qui utilisent l’avis à déterminer
l’importance qu’il convient de lui accorder.
119
Kropp, « Risk Assessment and Management », supra note 88 à la p 213.
P Randall Kropp, « Some Questions Regarding Spousal Assault Risk Assessment » (2004) 10:6 Violence Against
Women 676, aux pp 688-689.
120
56 | P a g e
Chapitre 2
On ne le répétera jamais assez : la sécurité des victimes de violence et de leurs enfants dépend
de la qualité des renseignements utilisés dans l’outil d’évaluation du risque et de l’efficacité
avec laquelle les avis fondés sur l’évaluation sont communiqués. L’exactitude de l’avis, sa
validité et l’efficacité des stratégies de gestion du risque ne peuvent que s’accroître quand on
communique les renseignements sur les indicateurs de risque et qu’il existe une bonne
coordination entre toutes les personnes qui participent à la gestion du risque lorsqu’une famille
est aux prises avec un problème de violence : système de justice pénale (dont le système
correctionnel), justice familiale, protection de la jeunesse, système de santé, services sociaux et
organismes s’occupant de la santé mentale des enfants, des jeunes et des adultes.
2.6 Quels sont les défis et les obstacles liés à la communication des évaluations du
risque?
La communication efficace de renseignements entre les organismes et les disciplines pose
plusieurs défis. Bon nombre de ces défis touchent le respect de la vie privée des victimes, les
codes de déontologie professionnelle, la confidentialité et le fait que les divers professionnels
utilisent souvent des outils de dépistage et d’évaluation différents, en fonction des objectifs
visés.
Quand des représentants du système de justice se transmettent des évaluations du risque, il
devient plus probable que celles-ci devront aussi être communiquées aux délinquants. Dans le
contexte pénal, l’accusé peut obtenir la communication des documents que la poursuite a en sa
possession; il peut aussi avoir accès à une partie des documents détenu par des tiers. Des
exigences de divulgation semblables, fondées sur la Charte, s’appliquent aussi au système de
protection de la jeunesse (cette question est analysée en détail à la sous-section 6.1.2.). Les
victimes peuvent hésiter à fournir des renseignements complets et précis si elles croient que
lorsqu’ils seront divulgués au délinquant, ce dernier disposera alors d’éléments additionnels
qu’il ignorait et qui pourraient compromettre la sécurité des victimes (par exemple le
délinquant pourrait réagir violemment en constatant que les victimes ont transmis certains
renseignements)121. Les victimes peuvent aussi hésiter à participer au processus d’évaluation
du risque pour les mêmes raisons que lorsqu’il s’agit de participer au système de justice pénale.
Elles peuvent craindre, par exemple, que les services de protection de la jeunesse leur retirent
la garde des enfants ou que le délinquant perde son emploi122. Il est donc essentiel que les
personnes qui interrogent les victimes soient sensibles à leurs besoins et établissent avec elles
un lien de confiance et de respect.
La confidentialité professionnelle et le respect de la vie privée posent souvent des défis. Ainsi,
en Colombie-Britannique, les dispositions de la Family Law Act123 indiquent que les
121
Kropp, « Risk Assessment and Management », supra note 88 à la p 212.
Ibid; Colombie-Britannique, Honouring Kaitlynne, Max and Cordon: Make Their Voices Heard Now, Victoria,
Representative for Children and Youth, mars 2012, en ligne : <http://www.rcybc.ca/Images/PDFs/Reports/RCYSchoenbornReportFINAL%20Feb%2027.pdf> [BCRCY, « Honouring Kaitlynne, Max and Cordon »]; BCRCY,
« Honouring Christian Lee », supra note 75.
123
SBC 2011, c 25.
122
57 | P a g e
Chapitre 2
renseignements concernant l’évaluation du risque recueillis par les conseillers en droit de la
famille sont confidentiels, sauf les éléments qui soulèvent des inquiétudes pour la protection
des enfants ou suggèrent un risque de préjudice grave. Ces dispositions protègent la
confidentialité du processus de médiation tout en autorisant le conseiller en droit de la famille
à signaler les risques pour un enfant ou les risques graves pour d’autres personnes. Toujours en
Colombie-Britannique, la politique d’accès aux dossiers judiciaires de la province limite l’accès
aux rapports médicaux, aux déclarations des victimes et aux rapports présentenciels. Sauf
ordonnance contraire de la Cour, seules les personnes suivantes peuvent y avoir accès : le
procureur de la Couronne, l’accusé, l’avocat de la défense, la victime et les agents des services
correctionnels qui en ont besoin pour préparer les rapports présentenciels ou les audiences de
libération conditionnelle. Malgré les défis que pose cette situation, la Colombie-Britannique a
modifié sa Freedom of Information and Protection of Privacy Act124 en 2011 afin que les
organismes publics puissent autoriser la collecte, l’utilisation et la divulgation de
renseignements dans le but de réduire le risque qu’une personne soit victime de violence
familiale, s’il est raisonnable de penser que cela pourrait se produire.
Au Québec, la Loi modifiant diverses dispositions législatives eu égard à la divulgation de
renseignements confidentiels en vue de protéger des personnes125 ajoute, notamment dans les
lois concernant les ordres professionnels et les lois relatives à la protection des renseignements
personnels, des dispositions qui permettent la communication de renseignements confidentiels
sans le consentement de la personne concernée, en vue de prévenir un acte de violence. Pour
en savoir plus sur les dispositions législatives en matière de protection des renseignements
personnels, voir le chapitre 7.
L’autre défi qui se pose dans certaines provinces ou certains territoires, c’est qu’aucun
mécanisme ou processus officiel ne favorise la mise en commun des renseignements. Par
exemple, dans certains cas, la communication des renseignements se fait au cas par cas; il
pourrait donc être nécessaire d’établir des protocoles pour clarifier les paramètres et
déterminer quels renseignements peuvent être communiqués, à qui et à quelles fins.
2.7 Pratiques prometteuses
2.7.1 Cadre de coordination des cas à risque élevé et comités sur les protocoles
Après un meurtre-suicide dans un contexte de violence familiale survenu au début de l’an 2000,
le gouvernement de la Nouvelle-Écosse a réexaminé son cadre d’action contre la violence
familiale (Framework for Action against Family Violence), un ensemble intégré de politiques et
de procédures visant à lutter contre la violence familiale mises en place au milieu des
années 1990. Cet examen126 a mené à plusieurs recommandations destinées à améliorer les
124
RSBC 1996, c 165.
LQ 2001, c 78.
126
Ministère de la Justice de la Nouvelle-Écosse, Framework for Action Against Family Violence – 2001 Review, par
Dawn Russell et Diana Ginn, 31 mai 2001, en ligne :
<http://www.gov.ns.ca/just/publications/docs/russell/toc.htm>.
125
58 | P a g e
Chapitre 2
interventions dans les cas de violence familiale. On recommandait notamment d’améliorer la
communication entre les partenaires du système de justice, les partenaires communautaires et
les intervenants dans les cas présentant un risque élevé, de manière à réduire les risques grâce
à une coordination et à une planification plus efficaces.
Le cadre de coordination des cas à risque élevé (High Risk Coordination Protocol Framework),
inspiré par les recommandations, a été élaboré et signé en 2004 grâce à une collaboration avec
des intervenants communautaires et du système de justice. Il désigne
six [TRADUCTION] « principaux intervenants » pour la mise en commun de renseignements
essentiels : les services de police et les coordonnateurs de cas de violence familiale travaillant
pour la police, les services aux victimes, les services correctionnels, la protection de la jeunesse,
les organismes membres de la Transition House Association de la Nouvelle-Écosse (refuges pour
les femmes victimes de violence et leurs enfants) et les programmes d’intervention destinés
aux hommes.
Au fil des ans, grâce à de nouvelles recherches et de nouveaux outils, on a pu constater une
évolution dans les méthodes d’évaluation du risque qui servent à déterminer si un cas fera
l’objet d’une coordination. En 2008, la Nouvelle-Écosse a adopté pour tous ses services de
police l’Évaluation du risque de violence conjugale de l’Ontario (Ontario Domestic Assault Risk
Assessment ou ODARA). Quand un cas obtient, avec cet outil, la cote la plus élevée quant au
risque d’actes violents, il devient un « cas à risque élevé » aux fins de l’orientation proactive et
de la coordination du cas. Par ailleurs, l’outil Jacqueline Campbell Danger Assessment est
toujours utilisé par les organismes qui fournissent des services directs (maisons de transition,
programmes d’intervention destinés aux hommes, services aux victimes, etc.). Les cas qui
obtiennent la cote de risque la plus élevée avec cet outil d’évaluation du danger peuvent faire
l’objet d’une coordination. Lorsqu’aucun outil d’évaluation du risque n’est disponible ou ne
serait adéquat, les services de police peuvent désigner un cas comme étant « à risque élevé »,
en autant qu’ils puissent justifier cette décision.
Le cadre de coordination des cas à risque élevé définit les renseignements jugés essentiels.
Ceux-ci sont fondés sur les facteurs de risque associés à la violence familiale (séparation ou
retrouvailles entre la victime et le délinquant, etc.) ou sur les données qui permettent une
meilleure planification de la sécurité (conditions de mise en liberté, etc.).
La Nouvelle-Écosse a jugé qu’il était essentiel, pour la réussite du cadre de coordination, de
favoriser la mise en commun de renseignements et la coordination des cas à l’échelle locale. On
a donc établi, dans chacun des 18 comtés de la province, un comité du protocole composé des
principaux intervenants. Chaque comité avait pour mandat d’établir des procédures qui
faciliteraient la mise en commun de renseignements essentiels. Après ce travail initial, certains
comités ont fusionné pour mieux tenir compte de la réalité de leur région. Les comités sont
devenus des lieux d’acquisition d’un savoir-faire en matière de violence familiale dans les
régions. Ils constituent une porte d’accès vers les intervenants directs et jouent un rôle
précieux dans l’élaboration et la communication de politiques, de programmes et de
recherches sur la violence familiale.
59 | P a g e
Chapitre 2
D’autres provinces ont établi des protocoles semblables. Par exemple, en ColombieBritannique, la révision de la politique sur la violence faite aux femmes dans des relations
intimes (Violence Against Women in Relationships, ou VAWIR)127, en 2010, a donné lieu à
l’élaboration d’un protocole pour les cas à risque élevé (Protocol for Highest Risk Cases)128. Ce
dernier vise à améliorer la façon dont le système de justice et la protection de la jeunesse
traitent les cas présentant les risques de violence familiale les plus élevés, grâce à une meilleure
mise en commun des renseignements, à une planification détaillée et concertée de la sécurité
et à des stratégies d’atténuation du risque.
Il convient toutefois de souligner que, dans la plupart des cas, aucun représentant du système
de justice familiale ne siège aux comités ayant pour mandat de coordonner et de gérer les
différents cas présentant des risques élevés. Comme aucun organe de l’État ne s’occupe des
affaires de droit de la famille, il est difficile de déterminer qui devrait siéger à un tel comité. À la
lumière des observations du protecteur des enfants et des jeunes de la Colombie-Britannique
sur la nécessité d’améliorer la coordination avec le système de justice familiale pour ce qui est
de la planification de la sécurité, la question demeure difficile.
Lorsque des comités de coordination se penchent sur des problèmes systémiques plutôt que
sur des dossiers particuliers, on tente d’intégrer le système de justice familiale. Par exemple en
Alberta, le Comité consultatif de la police sur la violence familiale a reconnu la nécessité
d’obtenir la contribution des représentants du système de justice familiale et il les invitera à
participer à ses travaux. Pour obtenir plus de détails sur ce point, voir l’annexe 4 du Volume II.
2.7.2 Centres intégrés d’évaluation des menaces et des risques
En Alberta, quand des dossiers présentent un risque élevé ou que des membres ont besoin
d’une évaluation plus précise, ils peuvent consulter le centre intégré d’évaluation des menaces
et des risques (Integrated Threat and Risk Assessment Centre ou I-TRAC). L’I-TRAC est une unité
mixte multidisciplinaire qui offre aux autorités policières et aux organismes de justice pénale
des services d’évaluation des menaces ainsi que des stratégies proactives afin de réduire les
actes de violence ciblée dans les collectivités. L’I-TRAC offre notamment les services suivants :
évaluer le risque qu’une personne pose un geste de violence ciblée; fournir des stratégies de
gestion de cas, de la formation, des services de planification de la sécurité et des témoignages
judiciaires d’experts; faciliter l’accès à des organismes externes spécialisés en santé mentale et
à d’autres unités spécialisées en application des lois et en justice pénale.
L’I-TRAC est l’une des nombreuses unités intégrées relevant des équipes d’intervention des
forces de l’ordre de l’Alberta (ALERT, pour Alberta Law Enforcement Response Teams). En 2007,
le gouvernement albertain avait formé I-TRAC pour se pencher sur les menaces dans des
127
Colombie-Britannique, Ministry of Public Safety and Solicitor General, Attorney General et Ministry of Children
and Family Development, Violence Against Women in Relationships Policy, Victoria, décembre 2010, en ligne :
<http://www.pssg.gov.bc.ca/victimservices/publications/docs/vawir.pdf> [VAWIR].
128
Ibid à la p 59.
60 | P a g e
Chapitre 2
relations de violence présentant un risque élevé et des situations de harcèlement criminel,
notamment le risque d’homicide et de suicide. La violence conjugale et le harcèlement criminel
demeurent les grandes priorités d’I-TRAC, mais le Centre a élargi son mandat à différentes
menaces et aux actes de violence ciblés, notamment la violence au travail et à l’école ainsi que
la violence sexuelle.
Tous les évaluateurs des menaces de l’I-TRAC sont des policiers ou d’anciens policiers
nouvellement retraités qui ont une solide expérience dans le secteur des enquêtes criminelles,
où leurs responsabilités consistaient spécifiquement à enquêter sur des crimes violents ou
d’autres crimes dits « de référence ». Avant de devenir évaluateurs des menaces, les candidats
font un stage de formation de 18 mois. Chaque candidat est jumelé à un mentor qui supervise
ses progrès pendant le stage. Les candidats participent à diverses séances de formation; ils sont
aussi tenus d’étudier, de faire des lectures, de passer des tests et de traiter des dossiers actifs.
À la fin du stage, le candidat doit réussir un examen oral et écrit exhaustif devant un jury et
traiter efficacement un scénario proposé, de manière à démontrer qu’il connaît les concepts et
théories utilisés à l’I-TRAC et les comprend.
Les rapports de l’I-TRAC ne peuvent être communiqués qu’aux secteurs suivants, sauf si l’I-TRAC
consent par écrit à ce qu’ils soient transmis à d’autres destinataires : police, procureurs de la
Couronne, services des ressources humaines, probation (ministère de la Justice et Solliciteur
général de l’Alberta), libération conditionnelle (Service correctionnel du Canada) et
professionnels de la santé mentale (sur ordonnance de la Cour).
Les rapports de l’I-TRAC sont utilisés dans des procédures pénales, dans le contexte des
demandes de mise en liberté provisoire (audiences de justification et enquêtes sur le
cautionnement)129 et de détermination de la peine130. Dans les procédures civiles et familiales,
les rapports de l’I-TRAC sont utilisés dans les audiences sur la tutelle des enfants dans un
contexte de protection, en vertu de la Child, Youth and Family Enhancement Act131 dans les
demandes d’ordonnance de protection d’urgence, ou de révision d’une telle ordonnance, en
vertu de la Protection Against Family Violence Act132, et dans les audiences sur l’accès aux
enfants et leur garde, en vertu de l’Alberta Family Law Act133.
L’évaluateur des menaces de l’I-TRAC doit obligatoirement être présent lors de l’audience dans
le cas des demandes soumises à un tribunal civil ou de la famille; il reçoit à cet effet une
assignation à témoigner. L’avocat qui représente les services à l’enfance et à la jeunesse peut
être dispensé de cette exigence. Les tribunaux accueillent très favorablement les rapports
d’évaluation des menaces de l’I-TRAC, dans l’ensemble. Dans le contexte d’enquêtes sur le
129
Conformément aux alinéas 518(1)c), d.2) et e) du Code criminel, LRC 1985, c C-46 et à la décision R c. E M B,
2000 ABQB 46, [2000] AJ No 91.
130
Conformément à l’article 726.1 du Code criminel, ibid, sous réserve des limites prévues à l’article 725, « Autres
infractions ».
131
LRA 2000, c C-12.
132
LRA 2000, c P-27.
133
LA 2003, c F-4.5.
61 | P a g e
Chapitre 2
cautionnement ou de questions sur la protection de la jeunesse, l’évaluateur témoigne parfois
devant la Cour, ou encore son rapport est remis à la Cour, qui en fait la lecture.
2.7.3 Comités d’examen des décès dus à la violence familiale
Le processus d’examen des décès s’appuie sur des recommandations faites lors d’enquêtes
publiques portant sur des situations où la victime avait été tuée par une personne avec qui elle
entretenait (ou avait déjà entretenu) des liens intimes. Le processus d’examen des décès dus à
la violence familiale de l’Ontario s’appuie sur le travail mené dans plusieurs États américains,
qui ont mis sur pied des comités d’examen des homicides en contexte de violence familiale et
dont le travail porte sur la coordination, la collaboration et la communication au sein des
organismes et de la collectivité134.
En Ontario, le Bureau du coroner en chef a formé, en 2003, le Comité d’examen des décès dus à
la violence familiale sur la base des recommandations découlant de deux enquêtes publiques
importantes sur les meurtres d’Arlene May et de Gillian Hadley, victimes de violence familiale.
Les comités d’examen des décès dus à la violence familiale visent, entre autres, à dépister des
indicateurs de risque qui pourront servir à prévoir les risques d’actes meurtriers, et à formuler
des recommandations afin de prévenir d’autres décès dans des circonstances semblables. Ces
examens annuels ont fait ressortir la nécessité de mieux harmoniser, dans les systèmes de
justice et de soutien communautaire, les stratégies et les compétences concernant l’évaluation
du risque de violence familiale et la gestion du risque135.
L’Alberta, la Colombie-Britannique136, le Manitoba et le Nouveau-Brunswick137 ont aussi des
comités d’examen des décès attribuables à la violence familiale ou sont en voie d’en créer.
Les analyses menées par les comités d’examen des décès en contexte de violence familiale
révèlent un constat commun : une communication du risque efficace peut permettre de
prévenir la violence. Comme l’expérience l’a trop souvent démontré, s’il n’y a pas de
communication efficace des renseignements entre le système de justice pénale, la protection
de la jeunesse et le système de justice familiale, il est impossible d’évaluer correctement le
risque. Une bonne collaboration parmi les intervenants du système juridique permet de mieux
134
United States Department of Justice, The National Domestic Violence Fatality Review Initiative, en ligne :
<http://www.ndvfri.org/>.
135
Ontario, ministère de la Sécurité communautaire et des Services correctionnels, Comité d’examen des décès dus
à la violence familiale, en ligne :
<http://www.mcscs.jus.gov.on.ca/french/DeathInvestigations/office_coroner/PublicationsandReports/DVDR/DVD
R_fr.html>.
136
Colombie-Britannique, Ministry of Public Safety and Solicitor General, Report to the Chief Coroner of British
Columbia: Findings and Recommendations of the Domestic Violence Death Review Panel, Victoria, mai 2010, en
ligne : <http://www.pssg.gov.bc.ca/coroners/reports/docs/stats-domestic-violence.pdf>.
137
Nouveau-Brunswick, Bureau du coroner en chef, Homicides conjugaux au Nouveau-Brunswick 1999-2008,
Fredericton, octobre 2012, en ligne : <http://www2.gnb.ca/content/dam/gnb/Departments/pssp/pdf/Publications/1999-2008DomesticHomocideInNB.pdf>.
62 | P a g e
Chapitre 2
repérer les risques et, du fait même, de mieux planifier la sécurité et d’éviter une conclusion
fatale.
63 | P a g e
Chapitre 3
Chapitre 3 Répercussions des instances et des ordonnances antérieures
Le présent chapitre s’intéresse aux difficultés auxquelles sont confrontés les professionnels du
système de justice et, au bout du compte, les parties à un litige, lorsque les instances ou les
ordonnances connexes d’un autre secteur du système de justice ne sont pas connues. Il traite
de ce vaste sujet en examinant l’incidence d’une ordonnance antérieure, rendue par un secteur
du système de justice civile ou pénale, sur des instances concernant les membres d’une même
famille qui relèvent d’un autre secteur du système de justice. Lorsque les décideurs ne sont pas
au courant de ces instances ou ordonnances antérieures ou connexes, ils peuvent rendre des
ordonnances qui sont en conflit avec celles-ci. Par exemple, une ordonnance pénale concernant
la mise en liberté provisoire (ou cautionnement) d’un parent accusé d’un crime commis dans un
contexte de violence familiale peut avoir d’importantes répercussions sur l’accusé en question
ainsi que sur les autres membres de la famille dans une poursuite civile relevant du droit de la
famille. Par ailleurs, le manque de communication des renseignements entre les divers secteurs
du système de justice contribue à la frustration et à la confusion des familles victimes de
violence et peut même compromettre la sécurité des parties.
Le schéma suivant illustre certains scénarios possibles lorsqu’une ordonnance concernant les
membres d’une famille donnée précède d’autres instances mettant en cause les membres de la
même famille :
Ordonnance pénale
Ordonnance familiale
Mise en liberté, sous
caution par la police
Engagement de ne pas
troubler l'ordre public
Détermination de la peine
garde et accès /
responsabilités parentales
OU
Ordonnance visant la
protection de l'enfant
ou
Ordonnance civile de
protection contre la
violence familiale
Ordonnance familiale
garde et accès / responsabilités
parentales
ordonnance de noncommunication
ordonnance de noncommunication
Ordonnance visant la
protection de l'enfant
ou
Ordonnance civile de
protection contre la
violence familiale
Ordonnance pénale
Ordonnance familiale
Mise en liberté, sous
caution
Engagement de ne pas
troubler l'order public
OU
Détermination de la peine
garde et
accès/responsabilités
parentales
Ordonnance visant
la protection de
l'enfant
OU
Ordonnance en
matière civile visant
la violence familale
Ordonnance pénale
ordonnance de noncommunication
Mise en liberté, sous
caution
Engagement de ne pas
troubler la paix
Détermination de la
peine
Idéalement, les ordonnances antérieures sont prises en compte par les décideurs dans toute
instance subséquente. Cependant, ce n’est pas toujours le cas, car il arrive que les tribunaux ne
soient pas au courant de l’existence de telles ordonnances. Les parties devraient savoir si une
ordonnance pertinente existe, mais des problèmes pourraient se poser au sujet de la capacité
64 | P a g e
Chapitre 3
de comprendre l’ordonnance ou, pour certaines personnes, de transmettre l’information au
tribunal, surtout si elles supposent que l’autre tribunal connaît l’existence de l’ordonnance
antérieure. Dans certains cas, les tribunaux pourraient ne pas être informés des ordonnances
en vigueur ou de détails importants parce que les parties choisissent de ne pas les en informer.
Sans se pencher sur tous les scénarios possibles, le présent chapitre explore néanmoins les
situations où le manque de communication entre diverses instances judiciaires pose problème
et où l’existence d’une ordonnance antérieure interfère considérablement avec une instance
subséquente, et propose ensuite certaines solutions prometteuses.
3.1 Ordonnances pénales antérieures
Lorsqu’une infraction est commise dans un contexte de violence familiale, une série de
scénarios peuvent se poser dans le cas de la mise en état d’arrestation, de la mise en liberté, de
la détention préventive et de la détermination de la peine de l’accusé. Ces différentes
ordonnances pénales peuvent influer sur les instances liées à la garde de l’enfant et aux
responsabilités parentales. Subsidiairement, lorsque le tribunal de la famille n’est pas au
courant de l’ordonnance pénale antérieure, il peut ne pas évaluer correctement le risque lié
aux contacts qui ressort des instances pénales subséquentes. Le fait que le tribunal pénal peut
ne pas être au courant de l’ordonnance rendue en matière familiale et ne peut donc, en
conséquence, prévoir dans son ordonnance la façon dont les deux ordonnances s’appliqueront
simultanément ou préciser clairement que son ordonnance aura priorité sur l’ordonnance
familiale ou l’ordonnance de protection de l’enfant suscite les mêmes préoccupations (voir la
section 3.2 ci-dessous).
3.1.1 Politiques relatives à l’inculpation dans les cas de violence conjugale ou
entre partenaires intimes
Au milieu des années 1980, parce que certains policiers et certains procureurs avaient
considéré les actes de violence conjugale et entre partenaires intimes comme des affaires
« privées » et fait preuve de moins de rigueur que pour les voies de fait commises par un
étranger, toutes les provinces et tous les territoires du Canada se sont dotés de politiques
traitant expressément de la violence conjugale. Les politiques138 visent à faire en sorte qu’en
matière pénale la même norme s’applique aux infractions d’ordre conjugal qu’à tout autre
crime contre la personne139. Elles visent non pas à restreindre le pouvoir discrétionnaire des
138
Souvent appelées « politiques favorisant la poursuite » ou « politiques de poursuite obligatoire ». L’Alberta
emploie plutôt le terme « total enforcement » (politique d’application totale), plutôt que « politique favorisant la
poursuite » car sa politique favorise l’application totale de la loi étant donné que la province a déjà été aux prises
avec des recours abusifs au pouvoir discrétionnaire dans des affaires de violence conjugale.
139
Justice Canada, « Politiques concernant la violence familiale », supra note 3 à la p 12 : en Colombie-Britannique,
au Nouveau-Brunswick et au Québec, toute dénonciation doit être approuvée ou filtrée au préalable par le
procureur de la Couronne. Dans certaines administrations, ces politiques accordent aux policiers et aux procureurs
de la Couronne un pouvoir discrétionnaire un peu plus limité dans les cas de violence conjugale que dans les autres
cas.
65 | P a g e
Chapitre 3
policiers, mais à garantir que les critères régissant le dépôt d’accusations qui sont définis dans
le Code criminel sont bel et bien appliqués. Les politiques favorisant la poursuite en matière de
violence conjugale exigent habituellement que les affaires de cet ordre fassent l’objet de
poursuites lorsque, à la lumière de l’ensemble de la preuve, il y a une probabilité raisonnable
que le procès se conclura par une déclaration de culpabilité et qu’il est dans l’intérêt public de
le enclencher140. Les politiques sont essentiellement destinées à faire appliquer la même norme
aux actes de violence conjugale qu’aux voies de fait commises par un étranger, à éviter qu’un
conjoint exerce des pressions sur sa victime afin qu’elle retire ses accusations ainsi qu’à
protéger les victimes contre toutes représailles pour avoir dénoncé leur agresseur. Dans
l’ensemble, elles visent donc à favoriser le signalement des cas de violence conjugale, à
criminaliser nommément la violence conjugale, à assurer aide et protection aux victimes et, au
bout du compte, à réduire la fréquence des cas de violence conjugale. Bien que l’analyse des
politiques d’inculpation pour violence conjugale excède la portée du présent rapport, il n’en
reste pas moins que l’application de certaines d’entre elles a été critiquée dans divers
contextes141.
3.1.2 Mise en liberté par la police et mise en liberté provisoire (cautionnement)
Les dispositions du Code criminel portant sur la comparution d’un prévenu et la mise en liberté
provisoire accordent aux agents de la paix et aux juges toute une série de pouvoirs en matière
de libération et de détention d’un prévenu. Toutefois, tout inculpé a le droit de ne pas être
privé sans juste cause d’une mise en liberté assortie d’un cautionnement raisonnable142, et les
agents de la paix et les procureurs de la Couronne doivent justifier toute mesure ayant pour
effet de priver l’inculpé de sa liberté, jusqu’à la détention en tant que telle143.
Actuellement, les agents de police ont diverses façons de mettre un prévenu en liberté ou
d’exiger sa comparution en cour (citation à comparaître, promesse de comparaître,
engagement). Les circonstances déterminent le type d’ordonnance rendue, notamment si
l’inculpé est en état d’arrestation, si l’arrestation a été faite avec ou sans mandat, la catégorie
de l’infraction commise, ou encore si la personne autorisant la mise en liberté est l’officier
responsable du cas ou bien l’agent qui a procédé à l’arrestation. De plus, la forme de la mise en
liberté utilisée dépend souvent du casier judiciaire de l’accusé, notamment de ses
condamnations précédentes pour violence, et du respect des conditions de sa libération sous
caution dans le passé. Dans un cas de violence commise dans un contexte familial, il est peu
140
Ibid à la p 14 : dans le cas du Québec, les critères applicables au dépôt d’accusations sont la suffisance de la
preuve et à l’opportunité de la poursuite.
141
Les politiques favorisant l’inculpation et la poursuite sont l’objet de critiques portant sur plusieurs points,
notamment : 1) elles retireraient tout sentiment d’autonomie et d’indépendance aux victimes de violence
conjugale alors même qu’elles doivent se reprendre en main, 2) elles auraient un effet délétère sur les groupes de
population marginalisés et surcriminalisés, comme les Autochtones et les collectivités marginalisées en raison de
leur race, 3) en l’absence de directives relatives à l’agresseur principal, elles peuvent mener à l’inculpation de
victimes agissant en légitime défense et 4) des services policiers ont émis des réserves à propos de celles qui, en
apparence, restreignent leur pouvoir discrétionnaire (voir Johnson et Dawson, supra note 12 aux pp 162-165).
142
Charte, supra note 54, al 11e).
143
Stephen Coughlan, Criminal Procedure, Toronto, Irwin Law, 2008, aux pp 161-162.
66 | P a g e
Chapitre 3
judicieux de délivrer une citation à comparaître ou une assignation étant donné l’impossibilité
d’imposer des conditions à un accusé144.
La première fois que l’accusé se présente en cour, le procureur peut soit s’opposer à la mise en
liberté de l’accusé ou encore y consentir, avec conditions145. Aux termes de l’article 515 du
Code criminel, un prévenu est mis en liberté en attendant le procès à moins que le procureur
« fasse valoir des motifs » justifiant la nécessité de le détenir146. Aux termes de ce même article,
le prévenu peut également être mis en liberté sur engagement (avec ou sans conditions) ou
sous caution. Trois motifs peuvent être invoqués par la Couronne pour demander la détention
du prévenu :
1) Pour assurer sa présence au tribunal (le motif « principal »);
2) Pour la protection ou la sécurité du public (le motif « secondaire »); ou
3) Pour ne pas miner la confiance du public envers l’administration de la justice (le motif
« tertiaire »).
Dans les cas de violence familiale, le motif secondaire, soit la protection ou la sécurité du
public, notamment de la partie plaignante, est particulièrement important147.
3.1.3 Conditions habituelles de la mise en liberté sous caution
Même s’il est incapable de présenter des motifs justifiant la détention du prévenu, le procureur
de la Couronne peut demander que des conditions soient assorties à la mise en liberté du
prévenu148. Il est essentiel que le procureur soit en mesure d’informer la cour de toute
condition assortie à la liberté sous caution et de toute ordonnance en matière familiale ou de
144
La mise en liberté par les policiers peut être assortie de conditions, en vertu de la formule 11.1 du
Code criminel. Toutefois, une libération sous caution n’est disponible que si le délinquant est détenu pour une
audience de justification.
145
Joseph Di Luca, Erin Dann et Breese Davies, Best Practices where there is Family Violence (Criminal Law
Perspective), ministère de la Justice, non publié, 2012, à la p 10. Les auteurs font également remarquer que les
accusés passent parfois plus de temps en détention lorsqu’ils sont arrêtés la fin de semaine ou s‘il leur faut du
temps pour retenir les services d’un avocat ou obtenir une caution.
146
Dans certaines situations précises prévues dans le Code criminel, la charge est inversée et c’est le prévenu qui
doit présenter des motifs pour lesquels il ne devrait pas être mis en détention. C‘est notamment le cas lorsque
l‘infraction a été commise avec une arme à feu ou une autre arme à autorisation restreinte ou prohibée, lorsque le
prévenu est accusé d’avoir enfreint les conditions d‘un engagement ou d’une caution, ou encore lorsque le
prévenu est accusé d’avoir commis un acte criminel après avoir été libéré à l‘égard d‘une autre infraction
(para 515(6)). À l’étape de la mise en liberté sous caution, le fardeau de présentation du procureur de la Couronne
est la prépondérance des probabilités : R c. Julian (1972), 20 CRNS 227 (CSNS).
147
Voir Tracey Vogel, « Family Law Concerns at the Initial Release/Bail Hearing: Crown Policy & Considerations »
présenté durant la conférence intitulée « Crime in the Family: Navigating the Intersection between Criminal and
Family Law, Part II: Criminal Focus », Toronto, Association du Barreau de l’Ontario, 5 mai 2007.
148
Lorsque la charge revient à la Couronne, des conditions peuvent être imposées seulement si la Couronne est en
mesure de les justifier. Lorsqu’une personne a été menacée ou agressée, ou encore a été victime de harcèlement
criminel, le juge émet une interdiction de posséder une arme, à moins qu’il estime que la sécurité publique,
notamment celle de toute victime ou tout témoin, n‘est pas menacée (para 515(4.1)). Dans de tels cas, le juge peut
également rendre une ordonnance de non-communication (para 515(4.2)).
67 | P a g e
Chapitre 3
protection de la jeunesse en vigueur qui pourrait entrer en conflit avec les conditions de mise
en liberté qui sont demandées, afin de pouvoir garantir la clarté des conditions imposées pour
l’accusé ainsi que les membres de la famille et les victimes. À cette étape-ci, il y a un risque
élevé d’incompatibilité entre les ordonnances, parce que la mise en liberté sous caution est
souvent déterminée avant que les policiers ou le procureur n’aient eu le temps de procéder à
un examen complet (des ordonnances antérieures).
Dans les cas d’allégation de violence entre partenaires intimes, les conditions les plus souvent
imposées à la mise en liberté sont : l’interdiction d’avoir tout contact avec le plaignant et
parfois avec les enfants issus de l’union149; l’interdiction de s’approcher à moins d’une certaine
distance du domicile du plaignant, de son lieu de travail ou de l’école des enfants; des
restrictions à l’accès aux enfants du plaignant; l’interdiction de consommer des drogues et de
l’alcool; et l’interdiction de posséder une arme. Le Code criminel permet également d’ordonner
un ajournement maximal de trois jours afin qu’une enquête plus poussée puisse être menée.
Cette mesure permet d’obtenir des ordonnances du tribunal de la famille si cela est nécessaire.
3.1.4 Incidence des ordonnances de mise en liberté et de mise en liberté sous
caution sur la garde des enfants et les responsabilités parentales
Les circonstances et les conditions de la mise en liberté provisoire d’un prévenu accusé d’une
infraction liée à la violence familiale peuvent avoir une incidence sur toute affaire en instance
relevant du droit de la famille. Les conditions imposées peuvent rester en vigueur pendant
longtemps; compte tenu des rôles, il peut s’écouler de huit à douze mois avant le début d’une
procédure pénale, période durant laquelle les conditions demeurent en vigueur150. Qui plus est,
il n’est pas inhabituel qu’une procédure civile relevant du droit de la famille commence après
une procédure pénale.
Toutes ces décisions sont prises dans des moments de grande confusion pour toutes les parties
concernées. On a remarqué que les prévenus acceptent parfois des conditions très restrictives
pour la simple raison qu’ils veulent sortir de prison151. De surcroît, il est difficile pour les
prévenus d’avoir une nouvelle audience pour changer leurs conditions; pour ce faire, ils doivent
démontrer que leurs circonstances ont changé ou obtenir l’autorisation du procureur de la
Couronne. Il faut noter cependant que les ordonnances pénales visent à réduire le risque de
récidive et à protéger la victime.
149
En Ontario, il n’est pas courant d’obtenir des ordonnances interdisant de communiquer avec les enfants, sauf si
la preuve démontre que le délinquant est susceptible de leur causer un préjudice. L’ordonnance la plus souvent
rendue en Ontario est celle qui prévoit l’accès aux enfants par l’entremise d’un tiers.
150
Exposé de Joseph Di Luca au symposium du ministère de la Justice Canada, « Violence familiale : recoupement
entre les interventions en droit de la famille et en droit pénal », Ottawa, le 26 février 2009.
151
Exposé du juge Bruce E Pugsley, Cour de justice de l’Ontario, au symposium du ministère de la Justice Canada,
« Violence familiale : recoupement entre les interventions en droit de la famille et en droit pénal », Ottawa, le
26 février 2009.
68 | P a g e
Chapitre 3
La victime peut changer d’idée ou être prise dans le cycle de la réconciliation et vouloir faire
lever les conditions imposées à l’accusé afin de permettre la réconciliation. Elle peut ensuite
revenir sur ses allégations. Les conditions interdisant les contacts posent donc un défi à la fois
au système de droit de la famille et au système pénal.
Les conditions assorties à la mise en liberté sous caution interdisant tout contact entre l’accusé
et son ou sa partenaire intime actuel(le) ou ancien(ne) peuvent nuire à la capacité de l’accusé
de passer du temps avec ses enfants étant donné la nécessité de communiquer avec l’autre
parent pour arranger une visite. Une interdiction totale d’entrer en contact avec l’autre parent
peut ainsi limiter considérablement le contact entre l’accusé et ses enfants. L’accès restreint
d’un parent à son enfant peut créer un « statu quo » dans le contexte du droit familial152.
Toutefois, les conditions de la mise en liberté sous caution qui limitent les contacts entre
l’accusé et l’autre parent peuvent être appropriées selon l’évaluation du risque effectuée par la
police. Plusieurs rapports sur les décès attribuables à la violence familiale ont encouragé
l’imposition de conditions plus strictes en raison du risque accru de violence, notamment de
violence causant la mort, à la suite d’une séparation.
L’un des facteurs généralement pris en compte dans la détermination des modalités de garde
et d’accès qui sont dans l’intérêt supérieur de l’enfant est la stabilité du milieu de vie de
l’enfant, ou « statu quo », surtout lorsqu’il s’est avéré bénéfique pour le bien-être de l’enfant153,
lequel est particulièrement important dans les audiences concernant la garde provisoire154.
L’ordonnance de garde provisoire n’a aucune incidence sur les décisions finales concernant la
l’accès aux enfants et leur garde, et ses modalités peuvent être modifiées sans avoir à
démontrer un changement important de la situation155. Néanmoins, en pratique, il peut
s’avérer difficile de modifier ces modalités si l’arrangement provisoire convient aux enfants; en
effet, les ordonnances provisoires ont tendance à créer un statu quo, et la stabilité est
reconnue comme étant importante pour les enfants. Il arrive également que les parties en
viennent à se contenter d’une ordonnance provisoire au lieu de lancer les démarches pour
obtenir une ordonnance permanente. Quoiqu’il en soit, s’il y a un risque qu’une décision
concernant la garde ou l’accès prise en fonction du statu quo mette un enfant en danger, la
sécurité et l’intérêt supérieur de l’enfant s’imposeront en tant que facteurs prioritaires dans la
décision156.
152
En Saskatchewan et en Ontario, les tribunaux compétents en matière de violence familiale contournent ce
problème en faisant appel à une tierce partie.
153
e
Marshall c. Marshall (1998), 42 RFL (2 ) 48 (CANS).
154
L‘ordonnance de garde provisoire établit les modalités de garde et de droit de visite en vigueur jusqu‘à la
conclusion de l’affaire.
155
Voir, par ex., T C H c. C M, 2006 NSCA 111.
156
Voir, par ex., G G c. H D, 2009 YKSC 52 (dans cette affaire, le juge de première instance a déterminé qu‘il était
prématuré de rendre une ordonnance provisoire exigeant que les visites soient surveillées avant qu‘un rapport sur
la garde et le droit de visite ait été dressé et que la cour ait été saisie d’éléments de preuve démontrant quelles
étaient les répercussions de la violence familiale sur l’enfant et sur son bien-être.)
69 | P a g e
Chapitre 3
On a fait valoir, dans quelques affaires relevant du droit de la famille, qu’on aurait décidé de
prendre des actions au pénal dans le but d’obtenir un avantage stratégique. Dans l’affaire Shaw
c. Shaw157, par exemple, le juge Pugsley a annulé une ordonnance provisoire ex parte accordant
au père la garde des enfants pendant que la mère était en liberté sous caution pour une
allégation d’agression qui aurait eu lieu un mois avant sa mise en arrestation et à laquelle les
enfants n’auraient pas assisté. Afin d’obtenir provisoirement la garde des enfants, le père a
cherché à profiter du statu quo, situation dans laquelle la mère ne pouvait accéder à la
résidence familiale et avait un accès limité à ses enfants à cause des conditions assorties à sa
mise en liberté sous caution. Le juge Pugsley a dénoncé le fait que les conditions sur le
cautionnement ont habituellement pour effet d’exclure un parent du domicile, accordant un
net avantage à l’une des parties, au détriment de l’autre, dans toute affaire future ou en
instance relevant du droit de la famille.
Cependant, à la lumière des nombreuses recherches indiquant que la grande majorité des
affaires de violence entre partenaires intimes ne sont pas signalées à la police et que, lorsque
les victimes signalent la violence exercée contre elles, elles sont susceptibles d’avoir fait l’objet
de nombreux autres actes de violence, la sous-utilisation du système de justice pénale semble
être un problème beaucoup plus important que sa mauvaise utilisation occasionnelle. En outre,
la police ne peut arrêter une personne sans mandat en l’absence de motifs raisonnables de
croire qu’une infraction a été ou est sur le point d’être commise (article 495). Comme il a été
mentionné précédemment, la police doit appliquer la même norme aux affaires de violence
conjugale qu’aux affaires de violence commise par un étranger.
De plus, de graves conséquences peuvent toucher les enfants si une ordonnance pénale
antérieure visant à les protéger n’est pas prise en compte dans le cadre d’une affaire familiale
ou de protection de la jeunesse. Par exemple, lorsque le tribunal de la famille ou de la
protection de la jeunesse permet au parent accusé d’avoir des contacts avec l’enfant qui s’est
plaint d’avoir été agressé physiquement ou sexuellement, la sécurité de celui-ci peut être
sérieusement compromise, en particulier si l’accusé est autorisé à vivre avec l’enfant. L’enfant
est également susceptible de retirer sa plainte, auquel cas les accusations seront abandonnées
et l’enfant n’aura pas accès aux services offerts aux victimes, ce qui ébranlera sa confiance dans
le système de justice et réduira les chances qu’il porte à nouveau plainte dans l’avenir.
3.1.5 Signalements tardifs
Bien que le signalement tardif de l’agression alléguée n’ait pas joué un rôle déterminant dans
l’affaire Shaw, les retards peuvent malgré tout avoir un effet sur la crédibilité du plaignant
devant les tribunaux pénaux et de la famille. Par exemple, dans l’affaire R c. Jenkins158, le fait
qu’une agression grave ait seulement été signalée au début du litige familial a donné lieu au
retrait de toutes les accusations. La plaignante dans l’affaire a affirmé que son ancien conjoint
de fait l’avait agressée à répétition; au fil des années, elle a eu le poignet cassé et des côtes
157
Shaw c. Shaw, [2008] OJ No 111 (CJO); voir aussi Ffrench c. Williams, 2011 ONCJ 406 (CanLII).
R c. Jenkins, 2010 ONSC 6751, [2010] OJ No 5422.
158
70 | P a g e
Chapitre 3
fracturées, et elle a perdu des dents. Elle a indiqué qu’elle n’avait pas signalé les agressions à
l’époque car elle craignait que ses enfants soient confiés à la Société d’aide à l’enfance.
Cependant, à la lumière du signalement tardif de ces agressions graves, le juge a dû reconnaître
la possibilité que la partie plaignante mentait pour obtenir un avantage dans l’instance relevant
du droit de la famille, et a acquitté l’accusé159.
Toutefois, tel qu’il est indiqué au chapitre 1 du présent rapport, il est bien établi que les
victimes de contrainte familiale violente tardent à signaler la situation et subissent parfois
maintes agressions avant de communiquer avec la police. La peur, le traumatisme et la
dépendance envers l’agresseur figurent au nombre des facteurs qui contribuent au retard dans
le signalement des incidents de violence de la part d’un partenaire intime. Les parties peuvent
également être réticentes à signaler la violence familiale en raison du risque lié au fait de
soulever cette question et de l’incidence de celle-ci sur la possibilité de s’entendre sur les
modalités concernant les enfants. L’affaire Jenkins illustre également comment les craintes de
déclencher l’intervention de la société d’aide à l’enfance retardent elles aussi le signalement.
Certaines pratiques prometteuses visant à encourager le signalement sont décrites dans la
sous-section 3.1.1.
3.1.6 Manque de communication et questions de sécurité
Pour comprendre les risques associés à la mise en liberté sous caution et l’éventuelle incidence
des conditions assorties à cette mise en liberté sur l’accusé dans les instances en matière
familiale, et vice-versa, la communication entre la famille et le système de justice pénale est
essentielle. Dans beaucoup de rapports d’enquêtes sur les décès attribuables à la violence
familiale et de rapports du coroner, on reproche aux tribunaux de la famille d’avoir rendu des
ordonnances sur la garde et l’accès et sur les responsabilités parentales sans avoir pleine
connaissance des risques dont l’existence avait été établie à l’intention d’un juge d’un tribunal
pénal qui a rendu antérieurement une ordonnance de non-communication160. Dans les
instances pénales, le procureur de la Couronne a l’obligation de s’assurer que le tribunal est
saisi de toute l’information dont il a besoin pour rendre une décision sur la mise en liberté.
Comme l’a indiqué le juge présidant l’affaire R c. E M B161 :
[TRADUCTION] La bonne administration de la justice exige que le juge fixe les modalités de la
mise en liberté sous caution comprenne les circonstances de l’infraction et les antécédents
du délinquant avant de déterminer la probabilité qu’il commette d’autres actes de violence
ou qu’il ait recours à l’intimidation s’il est mis en liberté. Il faut que l’information ait été
recueillie dans le cadre de l’enquête et communiquée au bureau du procureur, et que celui159
Dans R c. Jenkins, ibid, Le juge mentionne, au paragraphe 69 : « [TRADUCTION] […] il est très courant que des
allégations criminelles de violence conjugale au moment de la rupture d’un couple donnent lieu à des procédures
parallèles devant le tribunal pénal et le tribunal de la famille. On ne peut certainement pas affirmer que ces
allégations sont toujours inventées de toutes pièces pour aider la cause d’un conjoint devant le tribunal de la
famille. »
160
Peter G Jaffe et Marcus Juodis, « Children as Victims and Witnesses of Domestic Homicide: Lessons Learned
from Domestic Violence Death Review Committees » (avril 2006) 57:3 Juvenile & Family Court Journal 13.
161
R c. E M B, supra, note 129 au para 9.
71 | P a g e
Chapitre 3
ci en ait saisi le tribunal pour qu’elle soit prise en compte durant l’audience sur la mise en
liberté sous caution. Malheureusement, ce n’est pas toujours le cas. Par conséquent,
certaines décisions concernant la mise en liberté des personnes accusées d’avoir agressé
leur partenaire ne sont pas aussi éclairées qu’elles devraient l’être. Malheureusement,
l’histoire juridique canadienne est ponctuée de cas où des délinquants accusés de violence
conjugale agressent leur victime de plus belle après avoir été mis en liberté sous caution. […]
Dans les cas de violence conjugale ou d’agression par un partenaire intime, la Couronne ne
peut prendre position sur le cautionnement en l’absence de certains renseignements vitaux,
qui viennent s’ajouter aux circonstances mêmes de l’infraction et aux antécédents criminels
du prévenu. Elle doit notamment :
1. Savoir s’il existe des antécédents de violence ou de comportements violents et,
dans l’affirmative, prendre connaissance des détails pertinents;
2. Savoir si le plaignant craint que l’accusé l’agressera de nouveau s’il est mis en liberté
et, dans l’affirmative, prendre connaissance des motifs de sa crainte;
3. Connaître l’opinion du plaignant quant à la probabilité que l’accusé respectera les
modalités de sa mise en liberté, tout particulièrement l’interdiction de contact;
4. Savoir si l’accusé est toxicomane ou alcoolique et s’il a déjà souffert de maladies
mentales.
Sans cette information, le tribunal ne peut prendre une décision éclairée en matière de
cautionnement. Il ne peut que s’en remettre au hasard et prendre le risque de refuser, à
tort, la mise en liberté sous caution ou, inversement, d’exposer la victime à d’autres
préjudices. Un système de justice qui requiert le respect et la confiance de la société, y
compris des accusés, et qui a pour principal objectif la protection du public ne peut rendre
de telles décisions fondamentales sans cette information.
La Couronne pourrait également chercher à savoir si l’accusé a eu des idées suicidaires, si la
situation de ce dernier en matière d’emploi ou sa relation a récemment changé et s’il existe des
ordonnances antérieures d’un service de police ou d’un tribunal pénal ou de la famille.
3.1.7 Engagements de ne pas troubler l’ordre public
Un engagement fixé en vertu de l’article 810 du Code criminel162 est une ordonnance préventive
obligeant le défendeur à « ne pas troubler l’ordre public » et à respecter certaines conditions
pendant au plus douze mois. Essentiellement, un engagement de ne pas troubler l’ordre public
est fixé soit à la demande de la partie intéressée, quand aucune accusation n’est portée au
pénal (en l’absence de preuve suffisante), soit à la demande du procureur de la Couronne, qui
préfère cette solution à l’alternative, qui consisterait à donner suite à des accusations pénales
déjà portées. Cependant, il n’est pas recommandé d’émettre un engagement de ne pas
troubler l’ordre public au lieu d’intenter une poursuite dans les cas de violence entre
partenaires intimes163. Certains tribunaux, comme la Calgary Domestic Violence Courtroom
162
Un engagement de ne pas troubler l’ordre public est fixé aux termes de l’article 810 du Code criminel lorsqu’une
personne a des motifs raisonnables de craindre qu’une autre personne ne lui cause ou cause à son époux ou
conjoint de fait ou à son enfant des lésions personnelles. Un tel engagement peut aussi être fixé en vertu de la
compétence du tribunal en matière de common law.
163
Justice Canada, « Politiques concernant la violence conjugale », supra note 3 à la p 29.
72 | P a g e
Chapitre 3
(également appelée Homefront), utilisent de tels engagements quand le risque de récidive est
faible ou le défendeur est disposé à participer à un programme de counseling 164. L’engagement
de ne pas troubler l’ordre public est une solution intéressante, car il n’entraîne pas la création
d’un casier judiciaire, à moins d’infraction à l’engagement.
L’existence d’un engagement de ne pas troubler l’ordre public peut avoir une incidence sur
toute instance parallèle ou subséquente relevant du droit de la famille. Elle peut contribuer à
l’établissement d’un statu quo aux fins des ordonnances en matière de garde, de droit d’accès
et de responsabilités parentales. Les dispositions de l’engagement limitant la communication
peuvent compliquer la communication entre les parents, ce qui pourrait influencer les décisions
sur les modalités de garde et les responsabilités parentales. Cependant, ces dispositions font
généralement suite à des inquiétudes exprimées par le plaignant afin de gérer le risque de
préjudice éventuel. Lorsque des communications sont nécessaires, l’ordonnance prévoit
généralement que les parties doivent communiquer par l’entremise de leurs avocats ou par un
autre moyen.
Même si un tribunal civil doit accepter une déclaration de culpabilité comme une preuve du
comportement à la source de la déclaration de culpabilité165, la situation n’est pas la même
quand il est en présence d’un engagement de ne pas troubler l’ordre public, car la présomption
d’innocence est conservée166. Toutefois, un engagement de ne pas troubler l’ordre public peut
être imposé lorsque le plaignant a des craintes raisonnables pour sa sécurité ou celle de son
enfant. Dans l’affaire Otis c. Gregoire167, au lieu de porter des accusations de harcèlement
criminel contre le mari, un engagement de ne pas troubler l’ordre public a été délivré, et le
tribunal a souligné qu’[TRADUCTION] « [en] l’espèce, le mari a reconnu, bien qu’avec réticence, les
faits de l’accusation [de harcèlement criminel] »168. Pour évaluer la pertinence d’un
engagement de ne pas troubler l’ordre public dans le cadre de la détermination de la garde et
de l’accès, le juge de première instance a conclu que c’était :
[…] une preuve convaincante que le mari était responsable d’un comportement criminel
assez grave pour justifier les conditions imposées. J’accepte la prémisse selon laquelle le
mari est à blâmer et que son épouse a des raisons de craindre pour sa sécurité. Une telle
ordonnance n’est pas imposée à la légère ou sans éléments de preuve suffisants169.
Même si, dans l’affaire Otis, l’engagement de ne pas troubler l’ordre public n’a pas eu
d’effets sur la décision relative à la garde parce que le juge du procès a conclu que
l’inconduite avait été abordée dans le cadre du processus pénal, cette affaire démontre
164
Ibid à la p 53.
Une déclaration de culpabilité pénale pour une infraction de violence familiale est exécutoire pour les tribunaux
civils. Un délinquant ne peut pas utiliser les procédures de droit de la famille ou de protection de la jeunesse afin
de tenter de démontrer qu’il a été condamné à tort par un tribunal pénal.
166
Di Luca, Dann et Davies, supra, note 145 à la p 59.
167
Otis c. Gregoire, [2008] OJ No 3860 (CSJ).
168
Ibid au para 13.
169
Ibid au para 14.
165
73 | P a g e
Chapitre 3
qu’un engagement en vigueur peut éventuellement être pris en compte dans une affaire
familiale170.
En revanche, si les tribunaux de la famille ne connaissent pas l’existence d’un engagement de
ne pas troubler l’ordre public lorsqu’ils rendent des ordonnances relatives à la garde des
enfants ou des ordonnances parentales, ils pourraient imposer une ordonnance qui mettra en
danger le partenaire intime ou les enfants. Toutefois, il y a lieu de mentionner que, dans de
nombreux cas, les tribunaux de la famille n’accordent pas une grande valeur probante à un
engagement de ne pas troubler l’ordre public qui est invoqué à l’appui d’allégations de violence
familiale171.
3.1.8 Détermination de la peine
Lors de la détermination de la garde et de l’accès, beaucoup de tribunaux exigent la divulgation
automatique des antécédents judiciaires relatifs à la violence familiale172. La Cour suprême du
Canada énonce les principes généraux à suivre dans la décision Colombie-Britannique
(Procureur général) c. Malik173 :
Un jugement rendu dans une affaire civile ou criminelle antérieure est – si le tribunal le juge
pertinent - admissible en preuve dans des procédures interlocutoires subséquentes et fait
foi de ses conclusions, dès lors que les parties sont les mêmes ou qu’elles ont pris part à une
instance antérieure concernant les mêmes questions ou des questions connexes. Le poids
devant être attribué à la décision antérieure tiendra non seulement à l’identité des
participants, à la similitude des questions en litige, à la nature des procédures antérieures et
à la possibilité donnée à la partie lésée de la contester mais aussi à toutes les circonstances
différentes de chaque cas.
Toutefois, comme le note le tribunal, la décision d’admissibilité est différente de la décision
relative au caractère concluant du jugement rendu dans une affaire antérieure parce que la
partie lésée aura l’occasion de présenter une preuve visant à contredire la décision antérieure
(sauf si des doctrines de res judicata, une préclusion découlant d’une question déjà tranchée ou
un abus de procédure l’en empêchent)174. Néanmoins, la preuve qu’une partie a plaidé
coupable ou qu’elle a été reconnue coupable d’un acte criminel est une preuve suffisante à
première vue d’un écart de conduite. Dans certaines circonstances, elle peut être réfutée 175.
170
Ce fut le cas dans les affaires suivantes : M J B c. S A A, 2003 BCSC 286 (CanLII); Walters c. Walters, 2012 ONSC
1845 (CanLII); P V c. D B, 2007 BCSC 237 (CanLII); Robinson c Robinson, 2011 BCSC 787 (CanLII); Bains c. Bains, 2009
BCSC 1666 (CanLII); Haigh c. Spence, 2010 BCSC 270 (CanLII).
171
Voir par exemple, Reid c. Mulder, 2005 CanLII 38108 (CS ON); Philips c. Mayers, 2009 ONCJ 680 (CanLII), A L c. C
C, 2011 ABQB 819 (CanLII); Klebanowski c. Fischer, [2008] AJ No 1201.
172
Neilson, supra note 20 à la p 73; ces relevés peuvent être obtenus sur consentement ou en vertu d’une
sommation (voir les articles 12 et 23 de la Loi sur la preuve au Canada, LRC 1985, c C-5; la plupart des lois
provinciales et territoriales sur la preuve renferment des dispositions similaires).
173
Colombie-Britannique (Procureur général) c. Malik, 2011 CSC 18, [2011] 1 RCS 657.
174
Neilson, supra note 20 à la p 79.
175
Voir par exemple, Ontario c. S E E F P O, 2003 CSC 64, [2003] 3 RCS 149; McGowan c. Toronto (City), 2010 ONCA
362 (CanLII); Hill c. Kilbrei, 2005 MBCA 81, 195 Man R (2d) 76 au para 51-53; Newfoundland and Labrador (Treasury
74 | P a g e
Chapitre 3
3.2 Ordonnances civiles antérieures
Lorsque la police ou un tribunal tente de déterminer s’il faut libérer l’accusé avec ou sans
conditions ou le garder en détention, l’existence d’ordonnances civiles de protection ou
d’ordonnances en matière familiale ou de protection de la jeunesse (et les conditions dont elles
sont assorties) rendues à l’égard l’accusé est importante. S’ils ne sont pas au courant des
ordonnances civiles antérieures, la police ou les tribunaux pénaux ne sont pas en mesure de
déterminer comment concilier les différentes ordonnances, ou ils peuvent ne pas disposer de
renseignements essentiels pour évaluer pleinement le risque de préjudice auquel sont exposés
les membres de la famille. Il existe un certain nombre de raisons pour lesquelles il pourrait être
pertinent pour un tribunal pénal d’être au courant des procédures ou des ordonnances en
matière familiale ou de protection de la jeunesse :

À tout le moins, le tribunal doit savoir s’il rend une ordonnance allant à l’encontre d’une
ordonnance rendue par un autre tribunal. Une ordonnance d’un tribunal pénal pourrait
rendre inopérantes certaines dispositions des ordonnances des tribunaux de la famille.
De plus, d’un point de vue pratique, des ordonnances contradictoires pourraient semer
la confusion chez les membres de la famille. Par exemple, si une ordonnance du tribunal
de la famille permet l’accès à l’enfant et qu’une ordonnance du tribunal pénal empêche
les contacts avec l’autre parent, l’accusé pourrait involontairement enfreindre
l’ordonnance du tribunal pénal en accédant à l’enfant grâce à un contact indirect avec
l’autre parent. En outre, sur le plan de la sécurité, des ordonnances contradictoires
pourraient créer une certaine confusion en ce qui concerne les restrictions réelles en
matière de contact. L’accusé pourrait utiliser cette confusion à son avantage pour entrer
en contact avec un plaignant, qui ne sait pas si l’accusé est en train d’enfreindre l’une
des ordonnances contradictoires.

Le tribunal pourrait considérer l’existence d’une ordonnance de protection civile d’un
enfant ou d’une famille, qui interdit tout contact entre l’accusé et un enfant, comme un
facteur dont il doit tenir compte pour déterminer si l’accusé constitue un risque pour la
sécurité;

Si l’accusé a des antécédents de violation d’ordonnances civiles de non-communication
ou d’ordonnances lui interdisant toute visite d’un enfant ou autorisant uniquement
l’accès surveillé, il est moins susceptible d’obéir aux conditions de sa remise en liberté;

Si des audiences importantes doivent se tenir bientôt dans une procédure en matière
familiale ou de protection de la jeunesse, il est utile pour le tribunal de le savoir, puisque
la possibilité que la victime et l’accusé aient des contacts et le contexte particulièrement
émotif peuvent augmenter le risque.
Board) c. Newfoundland and Labrador Assn of Public and Private Employees, 2004 NLCA 58, 245 DLR (4th) 234;
W H c. H C A, 2006 CanLII 27865 (CA ON); Children’s Aid Society of Toronto c. C (S A), 2005 ONCJ 274.
75 | P a g e
Chapitre 3
Lorsqu’une famille est visée par des ordonnances conflictuelles de plusieurs secteurs du
système de justice, elle se demande naturellement quelle ordonnance doit avoir la priorité sur
l’autre. C’est particulièrement vrai lorsqu’un tribunal rend une ordonnance sans être au courant
de l’existence ou du contenu d’une autre ordonnance. La sous-section 3.3.6 ci-dessous présente
des moyens de résoudre ce problème.
3.3 Pratiques prometteuses
Certains problèmes indiqués ci-dessus – lorsqu’une ordonnance antérieure nuit à une
procédure parallèle ou n’est pas portée à l’attention des décideurs dans une autre procédure,
ce qui pourrait avoir des effets dévastateurs – ont engendré le développement de pratiques
prometteuses. Étant donné que, dans la plupart des cas, ce ne sera pas le même juge qui
présidera l’audience de mise en liberté sous caution et l’audience concernant la garde des
enfants ou les responsabilités parentales, les mesures suivantes seraient utiles : les greffiers des
tribunaux devraient transmettre les ordonnances des tribunaux de la famille à la police, pour
qu’elles soient inscrites dans la base de données du Centre d’information de la police
canadienne (CIPC), ce dont il est question ci-dessous; les services de police devraient avoir
comme politique d’inclure les ordonnances dans leurs rapports; les procureurs de la Couronne
devraient adopter, à titre de pratique exemplaire, une méthode facile pour demander les
documents des tribunaux de la famille, comme cela s’est fait en Alberta.
3.3.1 Élimination des entraves à la communication entre les secteurs
Pour remédier au problème des partenaires intimes victimes de violence qui sont réticents à
appeler la police par crainte que les responsables de la protection de la jeunesse interviennent
et leur enlèvent leurs enfants, certaines administrations ont établi des politiques et des plans
d’action en conséquence. Par exemple, dans le cadre du Plan d’action contre la violence
familiale de l’Ontario (ministère des Affaires civiques et de l’Immigration, 2005), le ministère
des Services à l’enfance et à la jeunesse a élaboré une approche plus apte à soutenir les enfants
et les familles aux prises avec de la violence familiale. Il s’agit d’une approche plus souple, qui
permet que les enfants ayant été victimes ou témoins d’actes de violence reçoivent une aide
mieux adaptée à leurs besoins particuliers. En Ontario, de nombreux services d’aide à l’enfance
ont formé des équipes de lutte contre la violence familiale pour qu’on puisse mieux collaborer
avec les parents victimes de violence. La politique sur l’entente de collaboration entre les
sociétés d’aide à l’enfance et les organismes de prévention de la violence faite aux femmes
indique comment le secteur de la lutte contre la violence faite aux femmes et le secteur de la
protection de la jeunesse doivent collaborer, dans les situations où une femme est victime de
violence. L’un des principaux objectifs de cette politique est de fournir une assistance et une
sécurité adéquates aux femmes subissant la violence de leur partenaire intime, de telle sorte
que les enfants soient en sécurité, eux aussi. La politique vise aussi à réduire les obstacles
empêchant les victimes de la violence de leur partenaire intime de porter plainte, notamment
parce qu’elles hésitent à communiquer avec la police par crainte de déclencher une
intervention des services de protection de la jeunesse.
76 | P a g e
Chapitre 3
3.3.2 Protocoles et politiques de la Couronne pour obtenir les ordonnances
antérieures avant une audience de mise en liberté sous caution
Il n’existe pas de procédure normalisée à l’échelle du Canada pour les procureurs de la
Couronne qui veulent obtenir les ordonnances antérieures des tribunaux de la famille. Dans
certains cas, le plaignant ou la police fourniront au procureur les ordonnances en question.
Dans d’autres cas, le procureur s’adressera lui-même au tribunal de la famille ou au tribunal
civil concerné pour obtenir les ordonnances. Étant donné que les ordonnances des tribunaux de
famille sont souvent modifiées, il est important que le procureur obtienne, avant chaque
audience de la procédure pénale, la version la plus récente de l’ordonnance rendue par le
tribunal de la famille176.
En comptant sur la victime pour produire l’ordonnance judiciaire la plus récente, on risque de
placer sur celle-ci un fardeau dont elle pourrait ne pas être en mesure de s’acquitter si elle a fui
sa maison en période de crise. Le fardeau imposé aux victimes est moins lourd si les
ordonnances sont obtenues par d’autres moyens. En Ontario, les enquêteurs peuvent indiquer
dans le Rapport supplémentaire sur la violence conjugale si l’accusé fait l’objet d’autres
ordonnances judiciaires.
Avant de rendre une ordonnance de mise en liberté sous caution, le juge du tribunal pénal peut
demander aux parties d’obtenir de l’information concernant les procédures parallèles devant
un tribunal de la famille. Or, les procureurs de la Couronne peuvent plus aisément obtenir cette
information s’il existe un protocole de communication des renseignements. Par exemple, en
Colombie-Britannique, les politiques de la Direction générale de la justice pénale contiennent
des lignes directrices pour l’exercice du pouvoir discrétionnaire du procureur. Ces lignes
directrices se trouvent dans le manuel des politiques sur les poursuites pénales de la Direction
générale177. La politique sur la violence conjugale, qui date du 18 mars 2013, énonce
l’engagement de la direction générale à œuvrer efficacement et en collaboration avec ses
partenaires du système de justice178. Au sujet des mises en liberté sous caution, la politique
indique ceci :
176
Susan Goldberg, La résolution de problèmes dans les salles d’audience du Canada : La justice thérapeutique : un
guide, Ottawa, Institut national de la magistrature, 2011, aux pp 56-57.
177
Dans d’autres provinces, le guide des poursuites contient une section sur la violence familiale, notamment sur
les politiques sur les mises en liberté sous caution. Pour obtenir de plus amples renseignements, consulter les
annexes du présent rapport consacrées aux provinces (volume II).
178
Ministère du Procureur général de la Colombie-Britannique, Direction générale de la justice pénale, SPO1,
Spousal Violence Crown Counsel Policy Manual, 18 mars 2013, à la p 2, en ligne :
<http://www.ag.gov.bc.ca/prosecution-service/policy-man/pdf/SPO1-SpousalViolence.pdf>.
77 | P a g e
Chapitre 3
[TRADUCTION] Le rapport destiné au procureur de la Couronne devrait contenir des
renseignements concernant toute autre ordonnance rendue par un tribunal à l’égard de
l’accusé, y compris les ordonnances rendues sous le régime de l’ancienne Family Relations
Act, de la Family Law Act, de la Child, Family and Community Service Act et de la Loi sur le
divorce. Ces ordonnances peuvent être assorties de conditions relatives au partage des
biens, à la garde des enfants, à l’accès, à la tutelle, aux responsabilités parentales, au temps
passé avec les enfants, aux contacts avec les enfants ou au bien-être des enfants. Le
procureur de la Couronne devrait fournir au tribunal l’information pertinente concernant
ces ordonnances afin de réduire au minimum le risque que celles-ci entrent en conflit avec
une condition imposée à l’accusé lors de l’audience de mise en liberté sous caution179.
Il peut être difficile d’obtenir cette information dans les provinces et les territoires où les
procédures en matière familiale sont confidentielles, sauf si la victime ou l’accusé est au
courant des procédures.
À Edmonton, le procureur de la Couronne fait parvenir une note de service ou une lettre au
greffier du tribunal afin d’obtenir une copie authentifiée (portant le sceau du tribunal) de tous
les documents dont il a besoin. Le greffier prépare une copie des documents et y appose le
sceau du tribunal. Les documents sont ensuite ramassés par le messager du tribunal et
retournés au bureau des procureurs de la Couronne en vue d’être utilisés dans le cadre de la
poursuite. Dans la mesure où il est au courant de la procédure connexe, le procureur de la
Couronne peut demander des copies sans frais. Les documents sont utilisés devant le tribunal
conformément à la Loi sur la preuve au Canada180.
3.3.3 Conditions de mise en liberté sous caution qui tiennent compte des
répercussions sur les instances devant un tribunal de la famille
Les conditions de mise en liberté concernant la communication avec des enfants et l’accès sont
sans doute les plus difficiles à établir. Ce sont elles qui ont les répercussions les plus
importantes sur les instances parallèles devant un tribunal de la famille. Le tribunal de la famille
doit pouvoir réagir aux changements dans la situation d’une famille de manière opportune,
particulièrement lorsqu’on sait que les conditions de mise en liberté interdisant toute
communication peuvent demeurer en vigueur pendant un an ou plus, dans certains cas 181. S’il
est si difficile d’établir les conditions de telles ordonnances, c’est qu’on doit protéger les
plaignants tout en permettant aux parents (l’accusé et le plaignant) de communiquer entre eux,
puisqu’ils doivent le faire dans de nombreux cas au sujet des questions de garde et d’accès
relevant du tribunal de la famille.
179
Ibid à la p 5.
LRC 1985, c C-5; voir R c. Tatomir, 1989 ABCA 233 (CanLII), 99 AR 188; [1990] 1 WWR 470; 69 Alta LR (2d) 305.
181
Joseph W Bovard, Some Judicial Comments from the Family Court Bench on Bail Orders that Conflict with Family
Law proceedings, Justice of the Peace Conference II: Intersection of Family and Criminal Law, 2009.
180
78 | P a g e
Chapitre 3
Mettre fin à toute communication entre les parents et leurs enfants peut avoir des effets graves
et éventuellement néfastes sur leurs relations à long terme182. De plus, les ordonnances de noncommunication peuvent nuire au travail des conseillers et aux autres efforts pour résoudre les
problèmes sous-jacents auxquels fait face la famille. Elles peuvent empêcher toute évaluation
valable visant à déterminer s’il est dans l’intérêt supérieur de l’enfant de communiquer
régulièrement avec son père ou sa mère183.
Les politiques sur les poursuites pénales en Alberta privilégient l’assouplissement graduel des
conditions de mise en liberté sous caution, selon l’évolution du risque et des affaires en matière
familiale de l’accusé. En tenant compte des besoins de la victime et du niveau de risque, les
procureurs de la Couronne peuvent proposer des conditions taillées sur mesure prévoyant un
assouplissement graduel. Au début, aucune communication n’est permise. Ensuite, la
communication est permise au téléphone uniquement pour discuter des enfants. Puis, l’accusé
obtient un droit de visite des enfants en public, et ainsi de suite.
Dans les situations où l’évaluation du risque indique clairement que le danger est faible,
certains sont d’avis qu’on pourrait tailler sur mesure des conditions de mise en liberté
permettant à un tribunal de la famille de déterminer subséquemment si un droit de visite doit
être accordé et d’en fixer les modalités. Cependant, ce point de vue pourrait soulever des
objections. Il y a lieu de se demander s’il est acceptable que le tribunal chargé d’entendre la
demande de mise en liberté sous caution délègue à un tribunal de la famille ses responsabilités
concernant la sécurité publique et la sécurité de la victime.
Compte tenu du mandat et des ressources des tribunaux pénaux, il ne serait peut-être pas
approprié qu’ils précisent, dans les conditions de mise en liberté sous caution, que toute
communication devrait être supervisée par un organisme de protection de la jeunesse ou
conformément aux instructions de ce dernier184. Il ne serait probablement pas souhaitable non
plus que les tribunaux pénaux précisent que l’agent de probation doit approuver par écrit la
182
Goldberg, supra note 176 aux pp 57-58.
Ibid.
184
Kate Kehoe, Intersection of criminal and family proceedings in domestic violence cases: Suggestions for Criminal
Court Judges, Ottawa, Institut national de la magistrature, 2008, à la p 4 : [TRADUCTION] « La loi confère aux
organismes de protection de la jeunesse le mandat d’assurer la sécurité et le bien-être des enfants. Ils peuvent
fournir aux familles des services visant à les rassurer et à les protéger. Cependant, les ordonnances qui se bornent
à prévoir des visites selon les instructions de l’organisme de protection de la jeunesse n’autorisent aucune
modulation, même si le juge du tribunal de la famille est d’avis que les décisions prises par l’organisme de
protection de la jeunesse, dans l’exercice de son pouvoir discrétionnaire, ne sont pas dans l’intérêt supérieur de
l’enfant. En outre, les ordonnances prévoyant un droit de visite “sous la supervision d’un organisme de protection
de la jeunesse” peuvent mettre cet organisme dans une position difficile. Dans certains cas, bien que l’organisme
n’ait aucun motif réel de s’adresser à la justice et bien qu’il soit d’avis que la sécurité de l’enfant peut être assurée
sans ordonnance (par exemple, avec la supervision d’un membre de la famille ou du centre de visites surveillées), il
se verra obligé d’entreprendre une procédure judiciaire pour pouvoir exécuter l’ordonnance du tribunal pénal
parce qu’il ne reçoit aucun financement pour superviser les visites sauf lorsque celles-ci sont prévues dans une
ordonnance d’un tribunal de la famille. »
183
79 | P a g e
Chapitre 3
désignation d’un tiers comme intermédiaire dans la communication. À cet égard, la professeure
Linda Neilson fait remarquer ceci :
[TRADUCTION] Les dispositions générales contenues dans les ordonnances rendues par les
tribunaux pénaux, les tribunaux civils ou les tribunaux de la famille, dispositions qui
interdisent toute communication entre les parents « sauf concernant les enfants » ou « sauf
pour prévoir les visites des enfants », sont trop vagues et, de surcroît, créent une situation
propice tantôt à la surveillance constante, au harcèlement et à l’intimidation, tantôt à la
violation involontaire des conditions, ce qui rend ces ordonnances difficiles, sinon
impossibles, à appliquer.
Pour éviter les problèmes, il vaut mieux que l’ordonnance précise exactement comment la
communication devra se faire pour prendre des dispositions concernant les enfants (par
exemple, en ayant recours à un intermédiaire désigné ou en laissant, sur un répondeur
téléphonique ou par courriel, un message ayant trait uniquement aux dispositions à prendre
pour une visite des enfants…). Voir, par exemple, Naylor c Malcolm, 2011, ONCJ 629 (CanLII),
Cour de justice de l’Ontario. Si le conjoint victime s’inquiète des risques pour sa sécurité
pouvant découler des communications avec son conjoint, il faut examiner ces risques et
prendre des mesures en conséquence.
En outre, les avocats spécialisés en droit de la famille devraient songer à tenir compte des
répercussions possibles de telles ordonnances sur des procédures subséquentes, donc à
prévoir des dispositions comme celles-ci : « sous réserve de toute ordonnance rendue
subséquemment par un tribunal pénal en réaction à des faits survenus après la date de la
présente ordonnance »; « sous réserve de toute ordonnance rendue subséquemment par un
tribunal pénal, après avoir pris en compte le présent accord ou la présente ordonnance »;
« sous réserve des dispositions relatives à la communication prises après la date de la
présente ordonnance, par l’organisme de protection de la jeunesse »; « sous réserve des
dispositions relatives à la communication contenues dans une ordonnance rendue par un
tribunal de la famille après la date de la présente ordonnance de protection civile »185.
3.3.4 Ordonnances normalisées en droit de la famille
Il faut que les ordonnances soient claires lorsqu’il y a des allégations de violence familiale. Il est
primordial que l’accusé, les membres de la famille et ceux qui sont appelés à les aider
comprennent ce qui est permis et ce qui ne l’est pas, en particulier lorsqu’il s’agit des
communications éventuelles entre un agresseur présumé et ses victimes. Il sera beaucoup plus
facile de tenir compte d’une ordonnance en matière de droit de la famille ou de protection de
la jeunesse qui régit l’accès et le temps passé par chaque parent avec l’enfant si elle est claire,
et non ambiguë. Si l’ordonnance est claire, la tâche est plus facile pour le policier chargé de
mettre un accusé en liberté, le procureur de la Couronne cherchant à déterminer quelles
conditions seraient appropriées ou le juge ayant le pouvoir d’ordonner une mise en liberté sous
caution. De plus, des dispositions normalisées claires dans les ordonnances de noncommunication et dans les ordonnances familiales ou de protection de la jeunesse pourraient
être beaucoup plus faciles à comprendre et plus faciles à appliquer.
185
Neilson, supra note 20 à la p 73.
80 | P a g e
Chapitre 3
Par ailleurs, lorsqu’un incident de violence familiale vient de se produire et qu’il est nécessaire
de rendre rapidement une ordonnance temporaire, des dispositions normalisées pourraient
accélérer la procédure civile. Un système d’ordonnances normalisées permettrait de les rendre
rapidement après une décision, plutôt que d’avoir à attendre les négociations entre les parties
quant aux modalités de l’ordonnance, avant que celle-ci puisse être mise au dossier. La
coordination entre les secteurs du système de justice pourrait en être facilitée, puisque les
décisions prises dans un secteur seraient transmises plus rapidement aux autres secteurs, ce
qui favoriserait directement la sécurité. Une fois une ordonnance rendue, elle pourrait être
exécutée.
L’utilisation de dispositions normalisées pourrait en outre aider les intervenants à repérer les
instances parallèles devant plusieurs tribunaux. Lorsque des données signalétiques comme le
nom et la date de naissance ne suffisent pas, il est plus facile de faire des recherches par motclé si les formulations sont uniformisées.
Dans plusieurs provinces et territoires au Canada, on a recours à diverses formes de
dispositions ou d’ordonnances normalisées186. Par exemple, le Manitoba s’est doté d’une
banque exhaustive de dispositions normalisées pour les affaires de droit de la famille. Cette
banque est accessible électroniquement. L’utilisation de ces dispositions est obligatoire, sous
réserve de certaines exceptions prévues par les règles de pratique. Les dispositions ont été
rédigées grâce à la coopération entre la magistrature, le barreau, les fonctionnaires du
gouvernement et d’autres intervenants.
Dans les situations de violence familiale, on ne peut s’attendre à ce qu’une approche unique
puisse s’appliquer à toutes les ordonnances de droit de la famille. Par exemple, la nature d’une
ordonnance appropriée peut varier selon des facteurs comme le type et la gravité de la
violence, les ressources disponibles dans la collectivité (par exemple, la présence d’un centre de
visites supervisées) ainsi que les particularités de l’enfant. En définissant toute une variété de
dispositions normalisées convenant aux divers types de situation de violence familiale qu’on
peut rencontrer, on arrivera néanmoins à se simplifier la tâche, en particulier dans le cas des
enfants187. Le Groupe de travail sur les arrangements parentaux du Comité de coordination des
hauts fonctionnaires – Justice familiale examine actuellement des dispositions normalisées
utilisées dans les provinces et les territoires et compte proposer des dispositions types
applicables à divers domaines.
186
Cox et Palmer, ministère de la Justice et de la Consommation du Nouveau-Brunswick, Formules types
d’ordonnances – L’expériences des tribunaux de la famille canadiens et les options dont dispose le NouveauBrunswick (Fredericton, non publié, 7 mars 2011).
187
Voir par exemple, Justice Canada, « Ententes parentales », supra note 2.
81 | P a g e
Chapitre 3
3.3.5 Bases de données d’ordonnances
Il est crucial que les représentants du système de justice puissent obtenir les ordonnances
antérieures visant les mêmes parties pour éviter que les ordonnances entrent en conflit les
unes avec les autres et atténuer les risques. Par conséquent, les bases de données
d’ordonnances constituent un outil prometteur pour les représentants du système de justice
qui doivent intervenir dans les cas de violence familiale. Par exemple, avant de remettre en
liberté une personne accusée de violence familiale, la police aurait avantage à savoir si cette
personne est visée par une ordonnance de protection de la jeunesse, une ordonnance de
protection civile contre la violence familiale, une ordonnance de non-communication rendue
par un tribunal de la famille ou une ordonnance de garde ou d’accès.
a) Centre d’information de la police canadienne (CIPC)
Le Centre d’information de la police canadienne (CIPC) a été créé en 1966. Il s’agit d’un système
informatique qui permet à tous les organismes canadiens d’application de la loi d’obtenir de
l’information pour les aider à lutter contre le crime. Le CIPC est géré par la GRC, dans le cadre
des Services nationaux de police, au nom de l’ensemble des organismes canadiens d’application
de la loi. Il est utilisé par 3 185 organismes et comprend plus de 80 000 utilisateurs.
Le système du CIPC comprend quatre bases de données : 1) données d’enquête; 2) données de
l’identité judiciaire; 3) renseignements criminels; 4) données auxiliaires. Les quatre bases de
données contiennent chacune un type distinct de renseignements saisis et gérés par des
sources distinctes. La base de données d’enquête est divisée en quatre catégories : personnes,
véhicules, biens et navigation. Les données sont entrées dans cette base par l’organisme qui
mène une enquête. La base de données de l’identité judiciaire contient les casiers judiciaires, y
compris les empreintes digitales. Les données sont entrées dans cette base par les services de
police, mais elles sont gérées par les Services canadiens d’identification criminelle en temps
réel (SCICTR). La base des renseignements criminels contient de l’information entrée par les
policiers. La base de données auxiliaire contient de l’information fournie par les services de
police et par d’autres organismes, comme les bureaux provinciaux des véhicules automobiles,
INTERPOL ou la Société Alzheimer du Canada.
Les renseignements de base sur une personne sont entrés dans le système du CIPC, puis un
organisme peut y associer de nouveaux éléments d’information, par exemple, « décision
judiciaire », « accusé » ou « intérêt particulier pour la police ». Le dossier d’une personne au
CIPC (base de données d’enquête) commence par les renseignements de base : nom de famille,
prénoms, date de naissance, apparence physique, adresse, mises en garde (personne violente,
violence familiale, maladie contagieuse, personne armée et dangereuse), et d’autres
renseignements.
L’élément « décision judiciaire » comprend le numéro de l’affaire, la date d’expiration, le
territoire d’intervention (le Canada ou la province), une note indiquant si l’affaire est liée aux
armes à feu, les conditions applicables, les infractions commises et le « code des conditions ».
82 | P a g e
Chapitre 3
Ce code renvoie au type de décision judiciaire : mesures de rechange, ordonnance de sursis,
condamnation avec sursis, absolution sous conditions, ordonnance de mise en liberté sous
conditions (paragraphe 42(2) de la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents),
garde en milieu ouvert (Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents), probation,
engagement de ne pas troubler l’ordre public, engagement, promesse, décision concernant la
santé mentale (où l’accusé reçoit un verdict de non-responsabilité criminelle pour cause de
troubles mentaux et est soumis aux conditions établies dans l’ordonnance décisionnelle d’une
commission d’examen), ordonnance de non-communication ou ordonnance de garde (où le
sujet a la garde juridique d’un enfant conformément à une ordonnance d’un tribunal pénal ou
civil).
L’élément « accusé » indique les accusations pénales dont fait l’objet la personne. Il s’agit
habituellement d’infractions prévues dans le Code criminel, mais il peut aussi s’agir d’une
infraction prévue dans une loi provinciale ou un règlement municipal, si le tribunal a noté ces
infractions dans les conditions. L’élément « accusé » peut aussi indiquer que la personne a reçu
une citation à comparaître ou qu’elle a été remise en liberté par un officier responsable. Les
infractions présumées et les conditions (véritablement applicables) sont inscrites dans le
système du CIPC.
L’élément « intérêt particulier pour la police » sert à consigner l’information sur une personne à
laquelle la police s’intéresse pour diverses raisons, notamment parce que : 1) la personne
constitue un danger pour la police, pour elle-même ou pour d’autres personnes (dans les cas de
violence familiale, par exemple); 2) la personne est soumise à un engagement de ne pas
troubler l’ordre public qui est arrivé à terme; 3) la personne est menacée de violence familiale.
L’élément « intérêt particulier pour la police » est utilisé dans les cas où une personne souffre
d’un trouble affectif ou d’un autre problème de santé mentale apparent et qu’il y a des motifs
raisonnables de croire que cette personne peut constituer un danger pour elle-même ou pour
les autres en raison de ce problème.
Donc, le CIPC est disponible pour consigner les ordonnances de non-communication, les
ordonnances de protection rendues par les tribunaux de la famille ainsi que les autres décisions
des tribunaux de la famille susceptibles de présenter un intérêt en matière de violence
familiale, c’est-à-dire toute forme d’information permettant à la police d’agir. Le CIPC ne peut
pas inscrire dans sa base de données une ordonnance qui lui est envoyée par la victime ou par
une partie. L’ordonnance doit provenir d’un tribunal ou d’un service de police. Il y a parfois des
conflits entre les décisions des tribunaux pénaux et celles des tribunaux de la famille, ce qui
constitue un problème pour les intervenants du système de justice. La police s’intéresse surtout
aux ordonnances rendues par les tribunaux pénaux, et une procédure efficace existe déjà pour
que ces ordonnances soient envoyées par les tribunaux à la police et soient consignées. En
revanche, on consacre moins d’effort aux ordonnances des tribunaux civils, ce qui fait que la
base de données du CIPC n’est pas toujours fiable à cet égard; les services de police peuvent ne
pas être informés des changements apportés à des ordonnances civiles, en particulier s’ils ne
sont pas intervenus dans l’affaire.
83 | P a g e
Chapitre 3
On constate toutefois des exemples prometteurs de transmission systématique des
ordonnances civiles au CIPC. Au Manitoba, le tribunal envoie toutes les ordonnances de
protection à la police pour qu’elles soient saisies dans le CIPC. En Ontario, les greffiers des
tribunaux transmettent toutes les ordonnances de non-communication prononcées par les
tribunaux de la famille au service de police local, qui s’occupe de les inscrire dans la base de
données du CIPC. Ainsi, le CIPC offre des possibilités considérables pour aider la police à repérer
les ordonnances antérieures rendues par des tribunaux civils (ordonnances en matière
familiale, ordonnances de protection de la jeunesse ou ordonnances civiles de protection), qui
pourraient ensuite être portées à l’attention des procureurs de la Couronne dans les affaires de
violence familiale.
b) Registre des ordonnances de protection de la Colombie-Britannique
Le registre des ordonnances de protection de la Colombie-Britannique, une base de données
confidentielle contenant toutes les ordonnances de protection rendues par les tribunaux civils
et pénaux de cette province, est un autre exemple de pratique prometteuse. Ce registre a pour
fonction de faciliter l’exécution des ordonnances civiles et pénales qu’il contient et de
contribuer à la réduction de la violence contre les femmes, les adultes vulnérables, les
adolescents, les enfants et les autres victimes. Il a été créé en 1995, à l’appui de la politique du
procureur général sur la violence conjugale contre les femmes et en réponse aux
préoccupations grandissantes de la police concernant l’absence d’une base de données fiable
et accessible lui permettant de vérifier les ordonnances de protection et de prendre des
décisions éclairées pour faire respecter ces ordonnances dans les meilleurs délais. En 1998, un
protocole d’entente a été conclu entre la Direction générale des services judiciaires, la Direction
générale de la sécurité publique et de la surveillance, la Direction générale des services
correctionnels et la Direction générale de la justice communautaire concernant la mise en
œuvre du registre des ordonnances de protection et d’un mécanisme d’avis aux victimes.
Le registre des ordonnances de protection est une base de données complète d’images qui
fournit aux utilisateurs la copie papier de chaque ordonnance, de même que les
renseignements sur les défendeurs et les personnes que l’ordonnance vise à protéger. Les
renseignements sont conservés indéfiniment. L’information envoyée au registre est disponible
dans les 24 heures, et il est possible de faire des recherches parmi les ordonnances consignées
en se servant, comme critère, du nom d’une personne protégée. Le système fournit une
réponse instantanément lorsqu’on l’interroge, ce qui permet aux policiers de déterminer si une
personne est protégée par une ordonnance avant d’entrer dans des locaux ou d’intervenir en
réponse à un appel. Le personnel chargé du registre répond à 51 demandes d’interrogation de
la base de données chaque jour en moyenne.
Le registre des ordonnances de protection contient toutes les ordonnances rendues par les
tribunaux pénaux et civils qui contiennent une disposition de protection. Ces ordonnances sont
versées dans le registre de diverses manières. Quand la police enregistre une promesse faite à
un agent de la paix, celle-ci est envoyée par télécopieur aux responsables du registre pour qu’ils
la consignent dans les 24 heures. Toute décision rendue par un tribunal pénal qui contient des
84 | P a g e
Chapitre 3
conditions de protection est automatiquement consignée dans le registre par voie électronique
au moment où elle est entrée dans la base de données des tribunaux, y compris les
ordonnances de probation, les engagements de caution, les promesses faites à un juge, les
ordonnances de sursis, les engagements de ne pas troubler l’ordre public en vertu de la
common law, les engagements de ne pas troubler l’ordre public à la suite d’une dénonciation,
les ordonnances de participation à un programme d’assistance et de surveillance intensives et
les ordonnances différées de placement sous garde et de surveillance. Les ordonnances
rendues par la commission d’examen et la cour d’appel de la Colombie-Britannique sont
envoyées directement, par télécopieur, aux responsables du registre pour y être consignées.
Les ordonnances civiles des tribunaux de la famille, comme les ordonnances rendues en
matière de droit de la famille et de protection de la jeunesse, sont également envoyées par
télécopieur pour qu’elles soient consignées sans délai dans la base de données. L’intégration
avec le système informatique de la justice civile est en cours pour accélérer et simplifier le
traitement des ordonnances civiles. En outre, les tribunaux préviennent les responsables du
registre lorsqu’une ordonnance civile ou pénale de protection est modifiée ou annulée pour
qu’ils mettent à jour le registre.
L’accès complet à la base de données est réservé aux agents qui doivent utiliser le registre des
ordonnances de protection dans le cadre de leur travail. Les autres utilisateurs se voient
accorder des autorisations d’accès qui dépendent des besoins précis de leur organisme.
L’organisme chargé des mesures d’urgence en Colombie-Britannique offre une plateforme pour
accéder à la base de données. Il a un accès direct, en lecture seule, aux ordonnances en
vigueur, et peut ainsi relayer à d’autres intéressés des renseignements à jour. Les services de
police de la province envoient des données aux responsables du registre et ont accès, en
lecture seule, à la base de données, qu’ils peuvent interroger par l’intermédiaire du CIPC. De
plus, les services de police de tout le Canada ont un accès au registre, par l’entremise du CIPC,
également en lecture seule. C’est le cas aussi d’autres organismes de soutien à l’application de
la loi.
Les tribunaux de tous les niveaux rendent des ordonnances qui peuvent être ajoutées dans la
base de données, de même que les autres renseignements qu’ils fournissent. Le service
correctionnel de la Colombie-Britannique et le Service correctionnel du Canada peuvent
consulter le registre en interrogeant manuellement la base de données dans l’optique de la
gestion des délinquants qui leur sont confiés et de ceux dont la libération approche. Les agents
de probation du service correctionnel de la Colombie-Britannique ont un accès direct, en
lecture seule, au registre des ordonnances de protection. C’est également le cas du personnel
du Registre canadien des armes à feu, qui se sert du registre des ordonnances de protection
pour déterminer si les demandeurs de permis d’armes à feu ont des antécédents de violence
avant de leur délivrer un permis. L’unité de la sécurité des victimes a accès à la base de
données pour que son personnel puisse identifier et localiser les victimes et les prévenir de la
mise en liberté imminente d’un délinquant. VictimLink BC est un service téléphonique
confidentiel et sans frais offert dans plus de 110 langues aux victimes de crime partout en
Colombie-Britannique et au Yukon, service qui leur permet d’obtenir de l’information et d’être
guidées vers les ressources dont elles ont besoin. Une victime peut notamment obtenir
85 | P a g e
Chapitre 3
confirmation qu’une ordonnance la concernant a été saisie dans la base de données du registre
des ordonnances de protection.
Le registre des ordonnances de protection facilite l’exécution des ordonnances civiles et
pénales de protection, ce qui permet de réduire la violence contre les femmes, les adultes
vulnérables, les adolescents, les enfants et les autres victimes. Lorsque cet outil est employé
judicieusement, il est utile pour aider la police à mener ses enquêtes et à produire des rapports
destinés aux procureurs de la Couronne.
3.3.6 Dispositions législatives portant sur les conflits entre les ordonnances
Des dispositions législatives spécifiques ou la création de lois et de principes constitutionnels
peuvent contribuer à résoudre les contradictions expresses entre des ordonnances rendues en
vertu de lois différentes à l’égard des mêmes parties. La doctrine de la prépondérance des lois
fédérales peut entrer en ligne de compte si des ordonnances rendues l’une en vertu d’une loi
fédérale et l’autre en vertu d’une loi provinciale ou territoriale entrent nettement en conflit.
Voici ce que Peter Hogg écrit à ce sujet :
[TRADUCTION] La prépondérance est une caractéristique propre du pouvoir fédéral de
légiférer. Elle devrait selon moi être réservée aux lois adoptées par le Parlement fédéral
(ainsi qu’aux règlements et aux décrets qui en découlent)188.
Ainsi, par exemple, conformément à cette doctrine, il faut donner la prépondérance à une
ordonnance rendue en vertu du Code criminel si elle entre en conflit avec une ordonnance
rendue en vertu d’une loi provinciale, la rendant inopérante, peu importe le niveau des
tribunaux concernés. Cependant, la prépondérance des lois fédérales s’applique uniquement
s’il est impossible de se conformer en même temps aux deux ordonnances ou si, en respectant
une ordonnance, on va à l’encontre de l’effet recherché avec l’autre189.
Un autre moyen de dissiper la confusion entourant des ordonnances susceptibles d’être
incompatibles ou contradictoires consiste à apporter des précisions dans la législation pour
déterminer quel type d’ordonnances est prépondérant. Par exemple, en Colombie-Britannique
l’article 189 de la nouvelle Family Law Act190 prévoit des règles sur les conflits entre les
ordonnances, lorsque l’une des ordonnances est une ordonnance de protection qui est liée à la
sécurité (y compris des conditions de mise en liberté sous caution, une ordonnance de
protection civile ou un engagement de ne pas troubler l’ordre public) et l’autre ordonnance est
188
e
Peter Hogg, Constitutional Law of Canada, 5 éd, Carswell, 2007, mis à jour en décembre 2011, note de bas de
o
page n 9, p 16-3 (édition sur feuilles mobiles). Toutefois, certains tribunaux ont conclu qu’une ordonnance rendue
en vertu d’une loi provinciale en matière de protection de la jeunesse aura la priorité sur une ordonnance rendue
en vertu d’un loi fédérale, comme la Loi sur le divorce, parce que le tribunal exerce sa compétence de protection;
voir, par exemple, Children’s Aid Society of the Regional Municipality of Waterloo c. B A, 2005 ONCJ 220, [2005] OJ
2844; cite Re J D (1978), 8 RFL (2d) 209 (C prov ON); et cite Re Fortowsky, [1960] OWN 235, 23 DLR (2d) 569
(CA Ont).
189
Voir Multiple Access Ltd c. McCutcheon, [1982] 2 RCS 161; Banque de Montréal c. Hall, [1990] 1 RCS 121.
190
SBC 2011, c 25.
86 | P a g e
Chapitre 3
issue d’un tribunal de la famille, comme une ordonnance sur la garde ou le temps passé avec
les enfants. En pareil cas, c’est l’ordonnance de protection qui a la priorité sur l’autre
ordonnance tant qu’une solution n’a pu être trouvée pour résoudre le conflit, ce qui signifie
que l’application de toute ordonnance d’accès entrant en conflit avec une ordonnance de
protection sera suspendue tant que l’ordonnance de protection ne sera pas arrivée à échéance
ou n’aura pas été modifiée pour éliminer l’incompatibilité.
En Alberta, en Ontario et en Saskatchewan, la législation sur la protection de la jeunesse prévoit
explicitement que les ordonnances de protection ont la priorité sur toute ordonnance de
garde191. À Terre-Neuve-et-Labrador, une partie à une affaire concernant la protection d’un
enfant peut demander au tribunal de fusionner cette affaire avec une affaire distincte
concernant la garde du même enfant, de manière à ce que les deux affaires soient tranchées en
même temps192.
Actuellement, au Canada, aucune disposition législative civile sur la violence familiale ne
restreint ou n’interdit à un tribunal de rendre une ordonnance de protection, de prévention,
d’intervention ou d’assistance au motif qu’une ordonnance pénale ou civile connexe a déjà été
rendue. Cela dit, les provinces et les territoires s’y prennent de manières différentes pour
résoudre les problèmes d’ordonnances connexes qui pourraient se chevaucher. À l’Île-duPrince-Édouard, une ordonnance de protection d’urgence ou une ordonnance d’aide à la
victime est modifiée automatiquement par toute ordonnance semblable subséquente ou par
toute autre ordonnance rendue en vertu d’une autre loi provinciale ou fédérale193.
En Alberta, la législation sur la violence familiale prévoit qu’une ordonnance de protection peut
être rendue même si une ordonnance de protection, une injonction ou une ordonnance de
non-communication a été accordée précédemment par un tribunal, quel qu’il soit194. À TerreNeuve-et-Labrador195, en Nouvelle-Écosse196 et au Nunavut197, la législation sur la violence
familiale prévoit que les ordonnances de protection ou d’intervention ont la priorité sur toute
ordonnance préalable ou subsistante concernant l’accès aux enfants ou leur garde198, y compris
les ordonnances rendues en vertu de la Loi sur le divorce fédérale, mais à l’exclusion des
décisions visant à confier des enfants aux services de protection de la jeunesse. Dans certains
cas, les dispositions législatives précisent qu’une ordonnance en vertu du Code criminel annule
toute ordonnance rendue en vertu des dispositions législatives sur la violence conjugale. C’est
notamment ce que prévoit la Loi sur les mesures de protection contre la violence familiale des
191
Child, Youth and Family Enhancement Act, LRA 2000, c C-12, art 39; Loi sur les services à l’enfance et à la famille,
LRO 1990, c C.11, art 57.2; Child and Family Services Act, SS 1989-90, c C-7.2, par. 37(8).
192
Children and Youth Care and Protection Act, SNL 2010, c C-12.2, art 59.
193
Victims of Family Violence Act, RSPEI 1988, c V-3.2, par. 10(5).
194
Protection Against Family Violence Act, LRA 2000, c P-27, par. 2(2.1), 2(3).
195
Family Violence Protection Act, SNL 2005, c F-3.1, par. 13(1).
196
Domestic Violence Intervention Act, SNS 2001, c 29, par. 8(4).
197
Loi sur l’intervention en matière de violence familiale, LNu 2006, c 18, par. 9(1), 9(2).
198
Cette règle ne s’applique pas normalement aux ordonnances subséquentes.
87 | P a g e
Chapitre 3
Territoires du Nord-Ouest relativement aux armes à feu et aux autres armes199. Au Manitoba,
toute personne demandant une ordonnance de protection doit communiquer au tribunal la
totalité des ordonnances et des ententes ayant un lien avec sa demande d’ordonnance et
opposant la victime présumée à l’intimé, y compris les ordonnances alimentaires, les
ordonnances de garde, les ordonnances d’accès ainsi que les autres ordonnances de protection
ou de prévention200. Néanmoins, si le demandeur ne s’acquitte pas de cette obligation, sa
demande n’est pas nécessairement rejetée201. Enfin, la Loi sur la prévention de la violence
familiale du Yukon encourage le regroupement des procédures judiciaires opposant les mêmes
parties, sur un même sujet, de manière à éviter que soient rendues des ordonnances
contradictoires202.
199
Loi sur les mesures de protection contre la violence familiale, LTN-O 2003, c 24, par. 4(6).
Loi sur la violence familiale et le harcèlement criminel, CPLM, c D93, art 22.
201
Hitch c. Nickarz, 2005 MBQB 25, MJ No 33 au para 26, confirmé par la décision 2005 MBCA 111.
202
Loi sur la prévention de la violence familiale, LRY 2002, c 84, par. 8(5), 8(6).
200
88 | P a g e
Chapitre 4
Chapitre 4 Repérage d’instances multiples
La coordination au sein des systèmes judiciaires n’est possible que lorsque les différents
intervenants concernés – le personnel judiciaire, les juges, les avocats – savent qu’il y a
plusieurs instances ou ordonnances liées l’une à l’autre. Cependant, il arrive souvent qu’un
tribunal ignore que des instances sont en cours devant un autre tribunal203.
Dans certains cas, les membres de la famille concernés peuvent savoir qu’il y a un lien entre ce
qui se passe dans une instance pénale et dans une instance relative au droit de la famille ou à la
protection de la jeunesse et le signaler aux tribunaux. Toutefois, pour diverses raisons, il peut
arriver que ce ne soit pas le cas, surtout lorsque ces personnes ne sont pas représentées dans
une partie ou la totalité des instances :

Les membres de la famille peuvent supposer que toutes les composantes du système
judiciaire sont liées et que l’information sur les affaires est automatiquement mise en
commun;

Les membres de la famille peuvent ne pas savoir que les instances ou les ordonnances
ont un lien l’une avec l’autre. Par exemple, une personne qui a été agressée et dont le
partenaire intime est sous le coup d’accusations pénales pourrait ignorer que les
tribunaux tiendront compte de ce facteur pour déterminer l’intérêt supérieur de
l’enfant dans une instance de droit de la famille ou de protection de la jeunesse;

Les membres de la famille peuvent simplement ne pas être au courant du déroulement
des autres instances ou ne pas les comprendre suffisamment pour pouvoir fournir des
renseignements utiles. Surtout dans une période de crise, il peut être très difficile de
comprendre le système de justice et ses différentes composantes.
La représentation des parties par un avocat peut avoir un effet positif sur la coordination,
puisque cela peut augmenter les chances que l’existence de plusieurs instances soit portée à
l’attention du tribunal. Même dans une telle situation, des difficultés demeurent possibles.
Chaque partie peut être représentée par plus d’un avocat, par exemple différents avocats
peuvent intervenir dans les instances en matière pénale et familiale. Un enfant peut aussi être
représenté par un avocat des enfants lorsque les circonstances justifient la protection de ses
203
Voir Martinson, supra note 63 : Ce rapport souligne qu’il n’y a pas de communication organisée des
renseignements, que les tribunaux ne présentent pratiquement pas de demandes pour obtenir des
renseignements sur d’autres instances dans des causes individuelles et que les parties ne fournissent pratiquement
aucun renseignement sur d’autres instances. Par ailleurs, les renseignements fournis par les parties en cause
peuvent être inexacts.
89 | P a g e
Chapitre 4
intérêts204. Dans une telle situation, ceux-ci doivent se parler et se concerter. Dans d’autres cas,
les parties peuvent être représentées dans certaines instances seulement. Dans l’un ou l’autre
scénario, les avocats devront posséder une connaissance suffisante des autres instances pour
reconnaître les situations où cette communication et cette coordination s’imposent.
La réalité est que beaucoup de personnes qui ont affaire au système judiciaire ne sont pas
représentées par des avocats. Dans ce contexte, il est important que le système judiciaire
puisse déterminer si plusieurs instances existent concernant les mêmes parties. Dans un monde
idéal, cela signifierait que, de façon permanente et systématique, les systèmes informatiques
pourraient repérer les dossiers de différents systèmes judiciaires mettant en cause la totalité ou
quelques-unes des mêmes parties et établir des liens entre de tels dossiers.
Au Canada, aucune province ni territoire ne possède la capacité technique nécessaire pour faire
ce repérage systématique en permanence. Les systèmes de gestion de l’information des
différents tribunaux du pays n’ont pas été conçus en vue de faire ce type de jumelage. Les
bases de données, les systèmes de gestion des cas et les plateformes technologiques des
tribunaux canadiens diffèrent, mais certains défis communs se posent pour mettre en œuvre
cette capacité de repérage systématique.
Les dossiers des affaires civiles (droit de la famille, protection de la jeunesse, ordonnance de
protection) et pénales sont généralement hébergés dans différents systèmes. Dans bien des
cas, ceux-ci utilisent des plateformes technologiques distinctes et, par conséquent, il est
impossible, du point de vue technologique, que les deux systèmes se parlent. Qui plus est, les
bases de données informatisées des cours provinciales et supérieures sont parfois
indépendantes, ce qui complique encore les choses. Par exemple, il peut ne pas y avoir de
jumelage automatique des affaires de droit de la famille dont les cours provinciales et
supérieures sont saisies et qui mettent en cause les mêmes parties205.
Il est possible de faire une recherche manuelle dans les différentes bases de données. Par
exemple, cela pourrait consister à prendre une liste d’affaires pénales et à les comparer
individuellement, selon le nom et la date de naissance, avec les dossiers de droit de la famille et
de protection de la jeunesse. Cette tâche est toutefois très fastidieuse et, dans les territoires
plus grands, plusieurs heures pourraient être nécessaires pour chercher les nouvelles affaires
inscrites au rôle dans une seule journée. Dans les plus petits territoires ou dans des régions
données, la tâche peut être plus réaliste, et nous en avons des exemples au Canada. Entre
autres, comme nous le verrons plus loin, le tribunal chargé des causes de violence familiale à
Moncton, au Nouveau-Brunswick, utilise les recherches manuelles pour établir des liens entre
les affaires.
204
Par exemple, Loi sur les services à l’enfance et à la famille, LRO 1990, c 11, art 38, 39; et Child, Family and
Community Service Act, LRBC 1996, c 46, art 33.1. Les questions relatives au rôle d’un avocat des enfants et à la
représentation des enfants par un avocat dépassent la portée du présent rapport.
205
Cela n’est bien sûr pas le cas lorsqu’il existe un tribunal unifié de la famille, étant donné que toutes les affaires
relatives à la famille sont entendues à un même niveau (cour supérieure).
90 | P a g e
Chapitre 4
Que la recherche soit faite manuellement ou automatiquement, des défis d’ordre pratique se
posent aussi. Premièrement, il faut tenir compte de l’erreur humaine dans la saisie des
données : les noms ou les dates de naissance mal saisis ou erronés peuvent nuire à la
recherche. Dans le système de justice pénale, il est aussi assez fréquent qu’un accusé soit
identifié au moyen de plusieurs alias ou dates de naissance. Deuxièmement, si les recherches se
font par mots clés, par exemple « violence familiale », il est possible de manquer des dossiers,
puisque les juges et les juristes n’utilisent pas toujours des expressions ou des termes
normalisés. Troisièmement, divers greffes peuvent consigner différents renseignements sur les
causes. Par exemple, des affaires de droit de la famille peuvent être consignées sous le nom des
parents tandis que, dans le contexte de la protection de la jeunesse, l’affaire peut n’être
consignée que sous le nom de l’enfant. Au minimum, il devrait y avoir deux identificateurs
communs pour les membres de la famille : un nom et un autre élément d’information comme
une date de naissance. Si ces deux mêmes identificateurs ne sont pas recueillis dans tous les
greffes, le repérage se complique. Quatrièmement, il y a le problème de savoir quels
fonctionnaires ont accès à quelles bases de données. Dans certaines provinces, le personnel
judiciaire provincial ne pourra consulter que les dossiers de la Cour provinciale et il en ira de
même pour les dossiers de la Cour supérieure. Dans d’autres cas, l’accès peut être limité au
point où les greffiers du Tribunal de la famille dans un endroit donné ne pourront consulter que
les dossiers dans cet endroit et non dans l’ensemble de la province. Cette situation peut aussi
se répéter dans le système judiciaire. Lorsque l’accès est limité de cette façon, le nombre de
dossiers qu’il est possible de chercher s’en trouve réduit. Enfin, il convient de souligner que ces
problèmes se présentent lorsque des recherches sont effectuées à l’intérieur d’une même
province. Dans les situations où des membres de la famille ont traversé les frontières
provinciales ou territoriales, il peut y avoir plusieurs instances dans différentes provinces. Les
recherches faites dans une province permettront pas de repérer les dossiers dans un autre. Des
investissements substantiels de ressources financières, techniques et humaines sont
nécessaires pour surmonter ces obstacles techniques.
Quelques considérations relatives à la protection des renseignements personnels entrent aussi
en jeu dans ce contexte. La communication de renseignements entre des greffes ne posera pas
problème dans la plupart des cas. Cependant, il faut prendre des précautions particulières pour
protéger la vie privée et se conformer aux dispositions législatives pertinentes dans les affaires
de justice pour les adolescents, de protection de la jeunesse et dans les cas d’ordonnance
d’interdiction de publier ou de dossiers judiciaires scellés. Cela devient une préoccupation
particulière lorsque d’autres personnes, qui ne sont pas des employés du tribunal, peuvent
avoir accès aux dossiers. Pour en savoir plus sur les facteurs liés à la protection des
renseignements personnels, voir le chapitre 7.
4.1 Pratiques prometteuses
Malgré l’absence de repérage automatique des affaires, il y a néanmoins plusieurs exemples
d’initiatives au Canada et ailleurs qui contribuent à faire en sorte que les différents systèmes
judiciaires soient au courant des instances ou des ordonnances d’autres systèmes judiciaires.
91 | P a g e
Chapitre 4
4.1.1 La désignation des affaires de violence familiale
Pour relever les défis pratiques qui se posent lorsque l’on tente de déterminer s’il y a plusieurs
instances mettant en cause les mêmes parties, une solution consisterait à désigner les affaires
pertinentes de façon uniforme dans tous les tribunaux. Même si les affaires dites de violence
familiale sont limitatives (ce qui est probable au tribunal de la famille, où les parties peuvent ne
pas divulguer des incidents de violence familiale), le fait de désigner adéquatement les fichiers
et les dossiers de violence familiale peut faciliter la comparaison des cas entre les tribunaux et,
le cas échéant, améliorer les résultats des recherches faites manuellement dans diverses bases
de données. Dans le contexte des poursuites pénales, plusieurs provinces et territoires
canadiens signalent les affaires comportant de la violence familiale et, bien entendu, le
signalement est automatique au sein des tribunaux spécialisés en violence conjugale. Par
contraste, le signalement d’affaires dans le système du droit de la famille est rare.
Grâce au signalement systématique des causes de violence familiale, il est facile de repérer ces
causes et d’en faire le suivi dans le système, ainsi que de recueillir et de recenser les données et
les renseignements pertinents. Étant donné la complexité de ces affaires, il est nécessaire de
créer des définitions et des directives communes, pour veiller à ce que la désignation soit
adéquate, et de former tous les employés pour garantir l’uniformité des pratiques. Le
signalement de dossiers judiciaires peut être une façon de favoriser la coordination entre les
systèmes, mais à lui seul, il n’est pas suffisant. Les renseignements sur les affaires signalées
dans un système doivent être communiqués aux autres systèmes.
4.1.2 Obliger les parties à communiquer l’information sur les instances et
ordonnances connexes
En Ontario, plusieurs modifications concernant la communication de renseignements sur les
ordonnances judiciaires sont entrées en vigueur le 1er mars 2010, lorsque la Loi de 2009
modifiant des lois en ce qui concerne le droit de la famille206 a modifié la Loi portant réforme du
droit de l’enfance207. Les modifications ont été apportées en réaction à la mort d’un enfant en
Ontario que sa mère avait volontairement confié à une amie qui a ensuite demandé une
ordonnance de garde. L’amie et son conjoint ont été ensuite accusés du meurtre de l’enfant. La
demande d’ordonnance de garde fournissait très peu de renseignements. La requête indiquait
que la mère avait un problème de dépendance à la drogue et avait perdu la garde d’autres
enfants qui avaient été confiés à la Société d’aide à l’enfance (SAE). La transcription montre que
le juge a posé quelques questions à la mère sur sa connaissance de la gardienne de son enfant,
son amie depuis de nombreuses années, et au sujet du partenaire de cette dernière. Les
renseignements ont été donnés verbalement en réponse aux questions du juge. Il n’y a pas eu
de témoignage sous serment.
206
207
LO 2009, c 11.
LRO 1990, c C.12.
92 | P a g e
Chapitre 4
Depuis le 1er mars 2010, quiconque (y compris les parents) demande la garde ou le droit de
visite d’un enfant doit remplir un affidavit sur le rôle parental. (On peut obtenir une version
électronique à www.ontariocourtforms.on.ca sous Règles en matière de droit de la famille —
Formulaire 35.1 : Affidavit à l’appui d’une demande de garde ou de droit de visite). La partie A
du formulaire 35.1 oblige toute personne qui demande la garde ou un droit de visite (y compris
les parents) à fournir des renseignements sur :
o Tout alias ou autre nom utilisé, notamment le nom de jeune fille;
o Si le demandeur a agi comme parent d’autres enfants (sauf dans le cadre d’une famille
d’accueil);
o Les affaires portant sur la garde d’un enfant ou un droit de visite, ou si elles ont été
chargées des soins à donner à un enfant dans des affaires relevant de la protection de la
jeunesse;
o Si elles ont été reconnues coupables d’infractions pénales pour lesquelles la
réhabilitation n’a pas été accordée, ou si elles sont actuellement accusées d’infractions
pénales;
o Les actes de violence contre un conjoint, un parent de l’enfant ou un membre du
ménage;
o Les endroits où un enfant a habité depuis sa naissance;
o Un programme parental détaillé.
La partie B du formulaire, que doit remplir la personne qui n’est ni le père ni la mère208,
demande les renseignements supplémentaires ci-dessous concernant :
o Les enfants visés par des affaires relevant de la protection de la jeunesse;
o Une vérification des dossiers de police (équivalant à une vérification policière pour le
secteur vulnérable);
o L’endroit où la personne a habité en Ontario depuis sa majorité ou depuis qu’elle est
devenue père ou mère (afin qu’on puisse envoyer des avis aux différentes agences des
SAE dans l’ensemble de la province).
Le demandeur qui n’est ni le père ni la mère doit signer un formulaire autorisant chacune des
SAE dans les régions de l’Ontario où il a habité à fournir un rapport indiquant si elles détiennent
des dossiers le concernant (comme responsable des soins à donner à un enfant et non alors
qu’il était enfant lui-même) et les dates d’ouverture ou de fermeture des dossiers. Il y a 53 SAE
indépendantes en Ontario, ce qui signifie qu’il se peut qu’on demande la confirmation de
plusieurs sociétés. Les différentes SAE ne mettent pas en commun leurs documents et, dans
certaines régions, plusieurs services fonctionnent en parallèle. Par exemple, si une partie habite
ou a habité Toronto, les demandes de dossiers doivent être envoyées à la Children’s Aid Society
of Toronto, la Catholic Children’s Aid Society of Toronto, aux Jewish Family and Children’s
Services et aux Native Child and Family Services.
208
Les parents sont définis comme le père ou la mère biologique, le père adoptif ou la mère adoptive de l’enfant,
le père ou la mère de l’enfant déclaré par un tribunal ou le père présumé.
93 | P a g e
Chapitre 4
Lorsqu’une personne qui n’est ni le père ni la mère demande la garde d’un enfant, le personnel
judiciaire interroge la base de données afin de déterminer si la personne était en cause dans
d’autres affaires familiales (y compris les affaires de protection de l’enfant) devant leur tribunal
local ainsi qu’à la grandeur de la province.
Compte tenu des renseignements supplémentaires qui peuvent désormais être versés dans les
dossiers des tribunaux, notamment les vérifications des dossiers de police, les documents des
SAE, des documents des services de santé mentale, etc., un nouvel article a été ajouté à la Loi
portant réforme du droit de l’enfance209 pour protéger la vie privée. Cette modification permet
d’obtenir une ordonnance de non-publication visant une partie ou la totalité du dossier du
tribunal qui serait autrement du domaine public, pour toute personne mentionnée dans ces
documents (il s’agit de l’ordonnance au titre de l’article 70). Le tribunal doit tenir compte de la
nature et du caractère délicat des renseignements lorsqu’il rend une ordonnance limitant
l’accès à l’information.
L’affidavit, établi par la formule 35.1, offre plusieurs avantages. Premièrement, l’affidavit exige
la divulgation de renseignements personnels qui peuvent déclencher des signaux d’alarme et il
encourage toutes les parties à établir un plan. Deuxièmement, les tribunaux auront accès à une
quantité considérable de renseignements sur les personnes qui ne sont ni le père ni la mère :
l’affidavit, une vérification policière récente des dossiers, les rapports des SAE actifs en Ontario
et un rapport qui indique quels sont les liens des dossiers avec le tribunal de la famille
concernant ces familles. Cette vérification des dossiers vise les tribunaux de la famille mais, à la
demande du juge, elle peut aussi englober les cours pénales, par exemple, s’il y a des raisons de
croire qu’il manque des éléments dans la vérification du casier judiciaire. En disposant de tous
ces renseignements, un parent qui consent au transfert de la garde à une personne qui n’est ni
le père ni la mère pourra réévaluer sa position en se fondant sur un dossier plus complet.
Certains inconvénients découlent toutefois de l’obligation de produire l’affidavit.
Premièrement, la définition de « parent » n’englobe pas un partenaire de même sexe qui n’a
pas adopté l’enfant. Les personnes dans cette situation peuvent s’adresser à la cour pour lui
demander de les déclarer parents, mais cela ajoute une étape au processus. Le processus
comporte aussi certains inconvénients pour les personnes qui ne sont ni le père ni la mère. La
recherche des dossiers des SAE peut être lourde. Le personnel judiciaire doit déterminer lequel
des SAE a compétence, et, dans une ville comme Toronto, cette recherche n’est pas simple
compte tenu du nombre d’organismes et de systèmes de données différents. En outre, la
procédure prend du temps. Les policiers peuvent prendre 60 jours pour vérifier les casiers
judiciaires. Les SAE ont 30 jours pour répondre aux demandes en indiquant l’existence de
documents sur cette personne, les dates d’ouverture et de fermeture des dossiers et s’il y a des
dossiers en instance. Si la vérification des documents ne révèle rien, cette information est
insérée dans une enveloppe mise sous scellé, mais s’il existe des dossiers, ce fait est
communiqué au demandeur qui a alors 20 jours pour dire au tribunal pourquoi il estime que les
209
Supra, note 204.
94 | P a g e
Chapitre 4
renseignements que ces dossiers renferment ne devraient pas faire partie du dossier judiciaire.
Après ce délai de 20 jours, l’existence d’un dossier des SAE est communiquée aux parents qui
autorisent le transfert de garde et enregistrée dans le dossier judiciaire. Si une partie souhaite
consulter le dossier des SAE, elle devra présenter une requête aux fins de production.
Au Nouveau-Brunswick, l’article 7 de la Loi sur les services à la famille210 précise que dans tous
les dossiers de droit de la famille où il y a une demande de garde, que ce soit en application de
cette même loi ou de la Loi sur le divorce211, le tribunal doit demander au ministre du
Développement social s’il compte intervenir.
Au Québec, le Règlement de procédure en matière familiale212 prévoit que la partie qui
demande la garde ou la tutelle d’un enfant doit attester qu’il n’est l’objet ni d’une décision d’un
tribunal ni d’une instance en cours devant un tribunal, ni d’une entente avec le directeur de la
protection de la jeunesse ou, le cas échéant, fournir les détails de telle décision, instance ou
entente.
En Colombie-Britannique, la Family Law Act213 (FLA) prévoit que, quiconque présente une
demande de tutelle d’un enfant à la cour (essentiellement des personnes qui ne sont pas les
parents de cet enfant) devra produire un affidavit (aux termes de l’article 51 de la FLA et des
règles de pratique) afin de fournir des preuves que la désignation de cette personne en tant
que tuteur est dans l’intérêt supérieur de cet enfant. L’affidavit doit comprendre des copies des
éléments suivants : vérification des dossiers de protection de la jeunesse, vérification du
registre des ordonnances de protection et vérification du casier judiciaire.
D’autres approches obligeant les parties à fournir des renseignements au sujet d’instances
connexes sont prévues par les lois civiles en matière de violence conjugale et familiale. Au
Manitoba, la Loi sur la violence familiale et le harcèlement criminel214 oblige le demandeur
d’une ordonnance de protection ou de prévention à communiquer les détails de toute
ordonnance ou de tout accord auquel le demandeur et l’intimé sont parties, y compris les
ordonnances ou les accords de garde ou d’accès et les autres ordonnances de protection et de
prévention. En Australie, la Family Law Act, 1975 oblige une partie à une instance visant
l’obtention d’une ordonnance parentale à informer le tribunal de l’existence d’ordonnances en
matière de violence familiale (ordonnances de protection civile) qui se rapportent à l’enfant ou
à un membre de la famille de l’enfant215. Par ailleurs, une partie qui sait qu’un enfant visé par
210
LNB 1980, c F-2.2.
e
LRC 1985, c 3 (2 supp).
212
c C-25, r 13, art 18.
213
SBC 2011, c 25.
214
LM 1998, c 41, CPLM, c D93, art 22.
215
Lorsqu’une ordonnance relative à la violence familiale s’applique, pour déterminer l’entente parentale qui
correspond à l’intérêt supérieur de l’enfant, le tribunal doit déterminer s’il est possible de tirer des conclusions
pertinentes de l’ordonnance en tenant compte de la nature de l’ordonnance, des circonstances dans lesquelles elle
a été rendue, des éléments admis en preuve dans l’instance en question et des conclusions que le tribunal a
évoquées dans l’ordonnance ou dans l’instance en question. Voir la Family Law Act, 1975 (Cth), alinéa 60CC(k).
211
95 | P a g e
Chapitre 4
une demande d’ordonnance parentale ou un autre enfant de cette famille est sous la garde
d’une personne aux termes des lois sur la protection de la jeunesse doit en informer le tribunal.
En outre, une partie à une instance doit informer le tribunal de tout avis ou signalement fait à
un organisme de protection de la jeunesse ou de toute enquête menée par un organisme de
protection de la jeunesse au sujet d’un enfant visé par une demande d’ordonnance parentale
ou d’un autre enfant de la famille216.
4.1.3 Obligation du tribunal de se renseigner sur la violence familiale
En plus d’obliger les parties à communiquer des renseignements sur des ordonnances relatives
à la violence familiale et des ordonnances, des signalements et des enquêtes en matière de
protection de la jeunesse, la Family Law Act, 1975 de l’Australie oblige aussi les tribunaux à
s’enquérir de l’existence de violence familiale ou de mauvais traitements. Dans des instances
relatives à des enfants, le tribunal doit demander à chaque partie si elle entretient des craintes
au sujet de la violence familiale ou de mauvais traitements, pour elle-même ou pour l’enfant217.
Ces dispositions visent à favoriser la divulgation de renseignements sur la violence familiale ou
des mauvais traitements de sorte que les tribunaux puissent établir des ententes parentales qui
sont dans l’intérêt supérieur de l’enfant et assurent sa sécurité. En répondant à ces questions
du tribunal, les membres de la famille peuvent porter à son attention d’autres instances ou
ordonnances pertinentes.
4.1.4 Coordonnateurs judiciaires
Comme nous l’avons vu, le Tribunal de la violence conjugale à Moncton, au NouveauBrunswick, a établi des rapports avec les tribunaux de la famille afin de procéder au repérage
des dossiers pertinents. Le Tribunal de la violence conjugale de Moncton est le premier du
genre à l’est de l’Ontario. Bien que le Tribunal soit une cour provinciale saisie exclusivement
d’affaires pénales, il a réussi à combler une lacune en fait de mise en commun des
renseignements entre les systèmes de justice pénale et familiale.
Un coordonnateur judiciaire rassemble les renseignements tirés des dossiers judiciaires de la
Division de la famille, notamment les affaires de protection de la jeunesse (ministère du
Développement social) et les affaires de droit de la famille privées. Les renseignements sont
transmis au procureur de la Couronne avant les séances du Tribunal de la violence conjugale.
Les principaux partenaires immédiats du Tribunal de la violence conjugale se consultent
régulièrement, notamment les policiers, les procureurs de la Couronne, les avocats de l’aide
juridique, les agents de probation et le coordonnateur des services d’aide aux victimes. Le
coordonnateur judiciaire et le sténographe du Tribunal de la violence conjugale envoient par
216
Une personne qui n’est pas partie à l’instance, mais qui sait qu’une ordonnance relative à la violence familiale
s’applique à un enfant ou à un membre de la famille de l’enfant; qu’un enfant est sous la garde d’une personne
aux termes des lois sur la protection de la jeunesse; ou que des organismes de protection de la jeunesse ont fait un
signalement ou un rapport ou ont mené une enquête concernant un enfant ou un membre de la famille de
l’enfant, peut en informer le tribunal. Voir les paragraphes 60CF et 60CH de la Family Law Act, 1975.
217
Family Law Act 1975 (Cth), art 69ZQ.
96 | P a g e
Chapitre 4
courrier électronique le rôle hebdomadaire du Tribunal aux principaux partenaires immédiats
(notamment la GRC, le bureau du substitut du procureur général, les services de probation, les
services d’aide aux victimes et le ministère du Développement social). Les services de
protection de la jeunesse utilisent ces renseignements pour signaler les dossiers d’intérêt qui
figurent au rôle du Tribunal. Afin d’éviter que des ordonnances contradictoires soient rendues
entre les systèmes de justice pénale et familiale, le coordonnateur consulte chaque semaine le
système d’information du Tribunal de la famille afin de faire un repérage des affaires de
violence conjugale qui pourraient se chevaucher. Pour ce faire, il utilise les données
d’identification des délinquants et des victimes devant comparaître au cours de la semaine
devant le Tribunal de la violence conjugale. Si les documents versés au dossier du Tribunal de la
famille révèlent l’existence d’une affaire relative à l’accès aux enfants et leur garde, des copies
des ordonnances judiciaires sont transmises au procureur de la Couronne. Les intervenants des
services de protection de la jeunesse informent le coordonnateur judiciaire de leur
participation au dossier et, en conséquence, le coordonnateur fait le point sur les dossiers dont
le Tribunal de la violence conjugale est saisi pour le bénéfice des intervenants des services de
protection de la jeunesse et des coordonnateurs des services aux victimes.
En outre, le rôle du coordonnateur judiciaire comprend la transmission de renseignements sur
les ordonnances rendues par la Cour provinciale aux victimes de violence conjugale et aux
travailleurs sociaux des services de protection de la jeunesse. L’affectation dans chaque secteur
d’une personne chargée des dossiers de violence conjugale est un facteur qui aurait amélioré la
communication de renseignements entre les principales parties concernées. Les protocoles de
communication de renseignements établis entre la GRC et les services aux victimes améliorent
la sécurité des victimes au Tribunal de la violence conjugale. En outre, les coordonnateurs des
services aux victimes peuvent informer les victimes de violence conjugale des déplacements de
leur agresseur, si elles s’inscrivent au service. En Saskatchewan, les coordonnateurs du tribunal
chargé des causes de violence familiale communiquent avec les services de protection de la
jeunesse avant les dates de comparution, et des représentants de ces services participent
activement aux travaux du comité directeur de chaque tribunal.
4.1.5 Innovations technologiques
Depuis 2010, la province du Nouveau-Brunswick met graduellement en œuvre un système
complet de gestion électronique des affaires judiciaires pour la plupart des tribunaux de la
province, notamment la Cour du Banc de la Reine, y compris la Division de la famille et la
Division de première instance (affaires civiles seulement) ainsi que le Tribunal successoral, le
Tribunal de la faillite et la Cour des petites créances. Le nouveau système s’appelle NOTA. Le
personnel des services judiciaires utilise une base de données en matière pénale, le Système
d’information sur la justice Nouveau-Brunswick (SIJNB), pour consigner les renseignements sur
les clients et les instances du système de justice pénale de la province, de même que certains
renseignements sur des poursuites pénales à la Cour du Banc de la Reine (cour supérieure).
97 | P a g e
Chapitre 4
Les nouvelles fonctionnalités de NOTA comprennent la production et la gestion des documents,
l’historique de l’affaire, la mise au rôle (y compris l’affectation des juges et des rôles pour les
shérifs, les procureurs de la Couronne en droit de la famille et les sténographes judiciaires),
certains renseignements sur les décisions et un index électronique. La phase finale de la mise
en œuvre de NOTA comprendra un accès amélioré pour le public. Ainsi, à l’aide d’un numéro de
dossier et d’un NIP, les plaignants, les demandeurs, les requérants, les intimés, les témoins ou
les jurés pourront consulter les renseignements pertinents dans leur propre dossier, en
particulier leur horaire et les exigences qui leur sont imposées.
Quant à la coordination entre les systèmes en matière civile et pénale, on examine la faisabilité
d’incorporer, par voie électronique, la base de données sur les affaires pénales dans NOTA. À
terme, cela permettrait au personnel de faire des recherches manuellement et de recouper des
affaires apparentées en établissant un lien entre les causes (mais non les parties) inscrites dans
le système. Le personnel des services judiciaires peut actuellement chercher n’importe quelle
affaire non pénale dans NOTA en utilisant le nom des parties, la région ou la nature de l’affaire.
Si une audience est prévue, il est aussi possible de faire une recherche à l’aide du nom d’un
avocat.
D’autres provinces envisagent aussi d’apporter des améliorations technologiques. Par exemple,
à l’Île-du-Prince-Édouard, un comité examine actuellement la faisabilité de créer une base de
données des ordonnances en droit de la famille et en droit pénal.
Il y a aussi quelques bons exemples sur la scène internationale. L’État de New York a un
système automatisé d’identification des causes (ACIS, pour Automatic Case Identification
System). Ce système analyse quotidiennement les causes inscrites dans les bases de données
des cours pénales et des tribunaux de la famille et fait les jumelages. La base de données des
tribunaux de la famille comprend des affaires de protection civile, des demandes de garde et de
droit de visite, des dossiers de pension alimentaire pour enfants et, dans environ la moitié des
régions de l’État, des affaires de protection de la jeunesse. Après le repérage automatique, un
préposé parcourt la liste pour la vérifier. Lorsqu’un jumelage est confirmé, on lui attribue un
numéro de famille qui sert à suivre la famille au cours de toutes les instances.
4.1.6 Autres approches
D’autres approches sont possibles pour aider les tribunaux à connaître l’existence de dossiers
connexes. Par exemple, un tribunal intégré pour l’instruction des causes de violence familiale
(TIICVF), qui entend à la fois des causes familiales et des causes pénales, a été mis en œuvre
dans le comté d’Erie dans l’État de New York, en décembre 2003. Depuis, dans leur démarche
visant à repérer les dossiers pouvant être entendus par le TIICVF, les policiers de Buffalo
demandent aux parties en cause dans des délits mineurs de violence conjugale si elles ont
d’autres affaires de divorce ou de droit de la famille en instance. Par la suite, les policiers
versent dans le dossier de l’affaire un formulaire de transfert au TIICVF pour aviser le personnel
du tribunal pénal et du tribunal de la violence conjugale de Buffalo de vérifier les dossiers
connexes en matière familiale ou matrimoniale.
98 | P a g e
Chapitre 5
Chapitre 5 Coordination entre les instances judiciaires
5.1 Obstacles
Comme il est mentionné ailleurs dans le présent rapport, les personnes aux prises avec la
violence familiale peuvent être parties à plus d’une instance. Étant donné la structure et
l’organisation des tribunaux, les familles ont affaire à divers secteurs du système de justice
chacun ayant un rôle, une procédure et des échéances propres. En outre, le tribunal compétent
peut être soit une cour provinciale ou une cour supérieure et, par conséquent, être financé par
un gouvernement différent même si l’une et l’autre se trouvent dans la même province ou le
même territoire218. Ces facteurs posent un obstacle à l’accès à la justice pour les membres
d’une famille qui cherchent à régler concrètement leurs problèmes.
Ce problème est exacerbé par les taux élevés de parties qui se représentent elles-mêmes qui ne
peuvent profiter de l’aide d’une personne ayant une formation en droit pour les guider dans le
cadre des divers systèmes et instances. Par exemple, entre 2006 et 2010, lors du dépôt de l’acte
introductif d’instance, plus de la moitié des parties aux affaires de droit de la famille en Ontario
se représentaient seules219.
Tribunaux et instances spécialisés en violence conjugale
En ce qui concerne l’amélioration du système judiciaire en matière de violence familiale, l’établissement de
tribunaux et d’instances spécialisés en violence conjugale, entre autres, a été l’objet d’un travail considérable.
Dans les faits, les tribunaux provinciaux traitent la vaste majorité des affaires de violence familiale. La
réticence de certaines victimes à témoigner contre un conjoint constitue l’un des principaux obstacles dans les
poursuites pour violence familiale (conjugale). Divers facteurs peuvent justifier cette réticence, notamment la
crainte de la victime pour la sécurité de ses enfants ou la sienne, son amour ou son affection pour l’accusé, sa
dépendance financière envers ce dernier et sa crainte des répercussions d’une condamnation pénale sur
l’emploi ou le statut d’immigrant de celui-ci.
Dans le but d’améliorer le traitement accordé à la violence conjugale au sein du système pénal, neuf provinces
et territoires canadiens ont créé des tribunaux ou des instances spécialisés en violence conjugale : le Manitoba
(1990), l’Ontario (1996), l’Alberta (2000), le Yukon (2000), la Saskatchewan (2003), le Nouveau-Brunswick
218
Les provinces ont compétence sur les cours provinciales en matière civile et pénale. Les territoires ont aussi des
cours similaires aux cours provinciales. Bien que les provinces et les territoires administrent les cours supérieures,
les juges sont nommés et rémunérés par le gouvernement fédéral.
219
Rachel Birnbaum et Nicholas Bala, « Views of Ontario Lawyers of Family Litigants Without Representation »,
(2012) 63 UNBLJ 99 à la p 101.
99 | P a g e
Chapitre 5
(2007), le Nunavut – Rankin Inlet (2002); les Territoires du Nord-Ouest (2011) et la Nouvelle-Écosse (2012).
Ceux-ci reposent généralement sur l’un des trois modèles suivants : la prise en charge rapide, parfois pour les
délinquants à faible risque, le tribunal thérapeutique et la poursuite énergique des auteurs d’actes graves et des
récidivistes. Cependant, quel que soit le modèle qu’ils adoptent, ces tribunaux ont des objectifs semblables :
proposer des mécanismes conçus pour tenir compte de la nature unique de la violence familiale ou conjugale,
faciliter l’intervention et la poursuite relativement aux infractions liées à la violence familiale, fournir du
soutien aux victimes, accroître la responsabilité des délinquants, accélérer le processus judiciaire et offrir un
service de coordination pour les programmes et services aux victimes et aux délinquants. Certains tribunaux
assurent par ailleurs la spécialisation des policiers, des procureurs de la Couronne et des juges.
Certains tribunaux spécialisés en violence conjugale, notamment ceux de la Saskatchewan et du NouveauBrunswick, sont dotés d’un juge attitré (et, en Saskatchewan, de procureurs de la Couronne, d’avocats commis
d’office ainsi que d’agents de probation attitrés220) pour une période donnée, ce qui assure une uniformité. Les
policiers renvoient automatiquement à ces tribunaux toute personne accusée de violence conjugale. Cependant,
dans d’autres tribunaux spécialisés en violence conjugale, de même que dans les tribunaux pénaux non
spécialisés, un même accusé peut, en cours d’instance, comparaître successivement devant divers juges.
Les tribunaux canadiens spécialisés en violence conjugale ont fait l’objet de diverses évaluations221. Ainsi, une
étude a révélé que la création de celui de Winnipeg a entraîné une augmentation des taux de dénonciation par
les victimes et de déclarations de culpabilité ainsi qu’une hausse de la proportion des déclarations de
culpabilité aboutissant à une supervision sous probation, à une incarcération ou à l’imposition d’un traitement
au délinquant222. De plus, le projet pilote de gestion initiale des causes de violence familiale de la cour
provinciale du Manitoba a remporté, en 2006, le prix des Nations Unies pour le service public afin de souligner
l’amélioration de la prestation des services. Des études sur le récidivisme menées en Saskatchewan ont par
ailleurs montré que les délinquants qui entament un programme de traitement avant la détermination de leur
peine et le terminent sont moins susceptibles de récidiver que ceux qui suivent le même traitement après la
détermination de leur peine ou de leur propre chef223.
220
En Saskatchewan, les préposés à la protection de la jeunesse jouent un rôle direct au sein des tribunaux
spécialisés en violence conjugale, et il incombe aux policiers de faire respecter les interdictions de communication
imposées à tout accusé mis en liberté.
221
Voir par ex. Centre Muriel McQueen Fergusson pour la recherche sur la violence familiale, Projet pilote de
tribunal de la cour provinciale chargé de violence conjugale de Moncton : étude comparative par Carmen Gill et
Lanette
Ruff,
Fredericton,
novembre
2010,
en
ligne :
<http://www.gnb.ca/0012/womensissues/DomesticViolenceCourt/2010-03ProjetPiloteViolence.pdf>; Canadian Research Institute for Law and Family,
The Domestic Violence Treatment Option (DVTO) Whitehorse, Yukon: Final Evaluation Report, Calgary,
octobre 2005, en ligne : <http://people.ucalgary.ca/~crilf/publications/Final_Outcome_Analysis_Report.pdf>; « A
case study of the K Court in Toronto, Ontario » dans Susan Eley, « Changing Practices: The Specialised Domestic
Violence Court Process » (2005) 44:2 The Howard Journal 113; des renseignements relatifs à l’efficacité d’autres
modèles de tribunaux spécialisés en violence familiale sont fournis dans Jane Ursel, Leslie M Tutty et
Janice LeMaistre, What’s Law Got To Do With It? The Law, Specialized Courts and Domestic Violence in Canada,
Markham (ON), Cormorant Books, 2008 aux pp 197-227; Ministère de la Justice du Canada, Rankin Inlet Spousal
Assault Counselling Pilot Program, Final Evaluation (Ottawa, 2007), en ligne :
<www.uregina.ca/resolve/PDFs/Rankin%20Inlet%20Evaluation.pdf>
222
Jane Ursel et C Hagyard, « The Winnipeg family violence court », 2008, dans Jane Ursel, Leslie M Tutty et
Janice LeMaistre, What’s Law Got To Do With It? The Law, Specialized Courts and Domestic Violence in Canada,
Markham (ON), Cormorant Books, 2008 aux pp 95-119.
223
Politique, planification et évaluation, ministère de la Justice et Procureur général de la Saskatchewan, 2009.
100 | P a g e
Chapitre 5
Le manque de coordination entre les divers secteurs du système de justice (pénale, familiale,
protection de la jeunesse) peut avoir de nombreuses répercussions sur les familles touchées
par la violence familiale.
224

Elles peuvent être tenues d’assister à de nombreuses audiences à différentes dates,
probablement devant différents tribunaux. Dans certains centres, les tribunaux chargés
des affaires familiales et pénales ne sont même pas situés dans le même bâtiment. Ces
personnes doivent donc raconter leur histoire à de nombreuses reprises, devant
différents tribunaux, et ce, au cours d’une période très stressante de leur vie.

Lorsque différents tribunaux sont en cause, chacun n’a qu’une vision partielle des faits.
En conséquence, leurs décisions respectives sont souvent prises sans qu’on ait saisi tous
les tenants et les aboutissants du dossier d’une famille, une situation qui est aggravé par
l’absence de système de gestion des dossiers dans chacun des systèmes de justice
(par exemple, familiale ou pénale).

Comme le juge qui préside un tribunal pénal n’est souvent pas au fait des ordonnances
rendues ou des éléments de preuve produits dans le cadre d’une audience en matière
de droit de la famille ou de protection de la jeunesse, et vice-versa, les ordonnances
rendues peuvent être contradictoires. Ainsi, il peut rendre une ordonnance
d’interdiction de communication avec tout membre de la famille alors qu’un juge
siégeant à un tribunal de la famille rend une ordonnance d’accès supervisé. Les
membres de la famille et les responsables de l’application de la loi peuvent alors ne pas
savoir laquelle des ordonnances appliquer. De telles incohérences peuvent mettre en
danger la sécurité des personnes. En effet, cette situation ouvre parfois la porte à des
agressions subséquentes.

De plus, le peu de coordination, si tant est qu’il y en ait, relativement à la durée de
validité des ordonnances peut aboutir à une protection incomplète. Par exemple, les
conditions associées à un engagement de ne pas troubler l’ordre public peuvent venir à
échéance avant qu’une ordonnance d’injonction civile soit rendue.

Les instances en matière familiale ou de protection de la jeunesse sont parfois retardées
par des instances pénales. Ainsi, lorsque des accusations pénales sont portées après
qu’une instance a été introduite en matière de protection de la jeunesse, l’avocat du
parent accusé peut recommander à celui-ci de ne pas mentionner l’incident allégué à
qui que ce soit jusqu’à la conclusion du procès ou à la négociation d’un plaidoyer de
culpabilité. En 2011-2012, la durée médiane du règlement des causes par les tribunaux
de juridiction pénale pour adultes au Canada était de 117 jours224. Le traitement des
causes relatives à certains types d’accusations a pris plus de temps que d’autres, par
Statistique Canada, Statistiques sur les tribunaux de juridiction criminelle pour adultes au Canada, 2011-2012,
o
n 85-002-X au catalogue (Juristat : 13 juin 2013), à la p 19. Cette durée de traitement variait toutefois beaucoup
d’une province et d’un territoire à un autre en 2011-2012.
101 | P a g e
Chapitre 5
exemple l’homicide (386 jours), la tentative de meurtre (259 jours) et l’agression
sexuelle (308 jours) ou les affaires dans lesquelles plusieurs accusations étaient portées
(147 jours)225, ce qui peut avoir de graves incidences sur les instances en matière de
protection de la jeunesse. Celles-ci sont régies par des échéances rigoureuses, sans
compter qu’à certains endroits au pays, un enfant placé en famille d’accueil doit, à
l’échéance d’un délai prescrit, soit être rendu à sa famille, soit être déclaré pupille de
l’État/pupille sous tutelle judiciaire. Lorsque des parents se réconcilient et que l’accusé
en instance pénale refuse d’admettre le moindre acte de violence familiale, il ne sera
probablement pas possible d’aborder les questions de protection de la jeunesse dans les
délais prescrits, auquel cas l’enfant en cause pourra devenir pupille de l’État/pupille
sous tutelle judiciaire alors que cette solution n’aurait peut-être pas été retenue
autrement226.
225

Le recours aux services de consultation et parfois même à la négociation peut être exclu
d’emblée dans le contexte familial en raison de dispositions d’interdiction de
communication contenues dans une ordonnance de cautionnement.

Les parties à un litige en droit familial peuvent craindre d’aborder certaines questions
en instance parce qu’elles en redoutent les répercussions sur une affaire pénale.

Certains services sont associés à la fois aux tribunaux chargés des affaires pénales et
familiales ainsi qu’aux instances en protection de la jeunesse. L’absence de coordination
entre les instances peut entraîner un dédoublement des efforts et, par conséquent,
nuire à leur efficience.

Les victimes peuvent être déconcertées par les diverses instances et les mesures de
protection que leur offre chaque système judiciaire. Par exemple, le Code criminel
définit les circonstances dans lesquelles un juge peut nommer un avocat pour qu’il
procède au contre-interrogatoire d’une victime lorsque l’accusé se représente seul227.
Toutefois, la situation est tout autre devant un tribunal de la famille. Une étude menée
dernièrement en Ontario au sujet des parties à des litiges en droit de la famille qui se
représentent seules a révélé que celles-ci sont en cause dans une proportion
appréciable d’affaires impliquant des actes de violence familiale (26 % pour les hommes
et 31 % pour les femmes). Le malaise que suscite chez les juges le fait que l’auteur
allégué d’une agression puisse contre-interroger directement une victime présumée
constitue l’un des problèmes que des magistrats ont mis en lumière dans ce contexte228.
Ibid à la p 26.
Kehoe, supra note 184.
227
L’article 486.3 du Code criminel, supra note 129, permet au tribunal de nommer un avocat pour qu’il procède au
contre-interrogatoire des victimes de harcèlement criminel ainsi que des victimes ou des témoins ayant démontré
qu’ils ne pourraient pas fournir un récit complet et franc des faits si l’accusé s’en chargeait.
228
Rachel Birnbaum, « Experiences of Ontario Family Law Litigants with Self-Representation and Representation »,
Exposé présenté au Sommet annuel en droit de la famille, Toronto (Ontario), 10 mai 2012.
226
102 | P a g e
Chapitre 5

Les facteurs de stress que risquent de subir les membres d’une famille se multiplient à
mesure qu’augmente le nombre d’instances auxquelles ceux-ci sont parties, ce qui, dans
certains cas, peut accroître le risque de conflit229.

L’absence de coordination peut avoir des répercussions très concrètes sur la vie des
gens hors des instances judiciaires. Lorsque les familles aux prises avec des problèmes
de violence conjugale se heurtent également à d’autres obstacles sociaux, comme le
chômage ou la précarité d’emploi, le manque de coordination entre les systèmes et la
multiplication des audiences devant les tribunaux peuvent avoir des conséquences
socioéconomiques particulièrement néfastes pour les membres de la famille.
Le Groupe de travail sur le droit de la famille du Comité d’action sur l’accès à la justice en
matière civile et familiale230 a souligné l’importance du triage  [TRADUCTION] « l’évaluation
initiale et continue d’un cas afin de déterminer notamment le degré d’urgence, les besoins
urgents et la façon la plus efficace et adéquate de régler le différend »  et des renvois vers les
services appropriés. Il mentionne qu’un triage efficace peut réduire la possibilité de lacunes et
de chevauchements dans les services et, par conséquent, engendrer des gains d’efficacité pour
le système de justice. L’évaluation de la sécurité est un élément important du triage. Une
formation plus approfondie et de meilleure qualité, le renforcement du dépistage et des
interventions adaptées dans les affaires mettant en cause la violence familiale sont largement
recommandés231. Bien que le triage semble être particulièrement pertinent lorsque des familles
ont affaire à plusieurs secteurs du système de justice, la plupart du temps, il n’existe pas de
système de triage à guichet unique pour ce type d’affaires dans les différents secteurs du
système de justice. Comme nous l’avons mentionné ailleurs dans le rapport, différents échelons
du système judiciaire peuvent être en jeu dans les différentes interventions des secteurs du
système de justice, et il peut arriver que chaque secteur ait son propre processus d’évaluation
initiale.
229
Martinson, supra note 63.
Groupe de travail sur le droit de la famille du Comité d’action sur l’accès à la justice en matière civile et
familiale, Des changements concrets en matière de droit de la famille : au-delà des sages paroles (avril 2013), en
ligne : <http://www.cfcjfcjc.org/sites/default/files/docs/Report%20of%20the%20Family%20Law%20WG%20Meaningful%20Change%20Ap
ril%202013%20french.pdf>.
231
Groupe de travail sur le droit de la famille du Comité d’action sur l’accès à la justice en matière civile et
familiale, Family Justice Reform A Review of Reports and Initiatives (15 avril 2012) par Erin Shaw à la p 30, en ligne :
<http://www.cfcj-fcjc.org/sites/default/files/docs/2012/Family%20Justice%20Reform%20Review%20%20April%2015%20Final.pdf>.
230
103 | P a g e
Chapitre 5
Étude de cas – Le tribunal intégré pour l’instruction des causes de violence familiale, Toronto,
juin 2012
Un homme qui est partie depuis deux ans à un litige en droit de la famille fait l’objet d’une demande
d’engagement de ne pas troubler l’ordre public à la suite d’allégations de son ex-conjointe. Même si le
dossier n’a pas été transféré au tribunal intégré pour l’instruction des causes de violence familiale (TIICVF)
étant donné que l’instance en matière de droit de la famille est presque terminée, c’est le juge siégeant au
TIICVF qui fixe la prochaine date de comparution pour l’instance pénale. L’homme fait remarquer qu’il était
au chômage jusqu’à tout récemment et qu’il doit prendre congé chaque fois qu’il doit comparaître. Il se
plaint au juge que son affaire en droit de la famille s’ajoute à celle en droit pénal et qu’il a l’impression de
« venir au tribunal toutes les semaines ».
Étude de cas – Société d’aide à l’enfance du comté de Huron c. R G (2003), 124 ACWS (3d) 712
R. G. et S. R.(1) ont deux enfants. En juillet 2000, ils se séparent après que S. R.(1) a agressé R. G. S. R.(1) est
ensuite inculpé pour ces voies de fait, et la Société d’aide à l’enfance commence à s’occuper de la famille.
R. G. finit par emménager avec un nouveau conjoint. En décembre 2000, un voisin entend le conjoint
agresser un des enfants de R. G., S. R.(2). Le voisin conduit ce dernier à l’hôpital, où l’on constate des
marques rouges sur les jambes de l’enfant. En conséquence, la Société d’aide à l’enfance se rend au domicile
de la mère pour prendre en charge son autre enfant (K. R.). On découvre que K. R. a subi des blessures graves
sur le côté du visage et qu’il saigne même près de l’oreille. Après la prise en charge des enfants, le conjoint de
R. G. et R. G. elle-même sont inculpés pour voies de fait respectivement envers S. R.(2) et K. R.
R. G. nie avoir agressé K. R., expliquant à sa décharge qu’elle était partie magasiner lorsque les blessures ont
été infligées à l’enfant.
Finalement, le conjoint plaide coupable de voies de fait envers S. R.(2). Les accusations portées contre la
mère relativement à l’agression de K. R. sont retirées au moment du procès, en novembre 2001, et la mère
plaide coupable de voies de fait mineures envers S. R.(2). Entre-temps, les instances en protection de la
jeunesse ont suivi leur cours, mais la mère hésite à coopérer pleinement, car elle craint qu’elles ne lui soient
préjudiciables auprès du tribunal pénal. Ses progrès sont quasi nuls relativement aux problèmes à l’origine du
placement de ses enfants.
En cours d’instance en matière de protection de la jeunesse, on ordonne qu’une évaluation des compétences
parentales soit effectuée. Une fois cette évaluation terminée, des accusations pénales pèsent toujours contre
la mère relativement au motif même pour lequel les enfants ont été pris en charge. Dans son analyse de
l’efficacité de l’évaluation, la juge Glenn souligne :
[TRADUCTION] En de telles circonstances, le fait pour la mère de se prévaloir du droit de garder le
silence empêchait l’évaluateur d’obtenir l’information nécessaire sur la manière dont les enfants ont
été blessés. Or, il faut honnêtement admettre qu’il y avait un risque que les déclarations soient
104 | P a g e
Chapitre 5
produites au cours du procès en tant que confession. C’est le psychologue Walter J. Friesen qui a
procédé à l’évaluation des compétences parentales de la mère et du père en mars 2001. Pendant
l’évaluation, la mère s’est montrée remarquablement sur la défensive dans ses réponses. Elle s’est
décrite comme une citoyenne exemplaire, une excellente mère et une personne sans lacune sur les
plans psychologique, interpersonnel et moral. On ne saura jamais dans quelle mesure cette partie de
l’évaluation aurait pu différer si les instances pénales s’étaient déjà conclues et si le tribunal s’était
déjà prononcé sur les questions de protection.
Aux yeux de la société, la mère s’est dépeinte sous un faux jour à l’évaluateur, ce qui lui a été
préjudiciable jusqu’à la conclusion des instances en matière de protection de la jeunesse, car on a
cru qu’elle n’avait pas conscience de ses lacunes en tant que parent, ce qui constitue l’un des
principaux motifs invoqués par le psychologue pour conclure qu’elle ne changerait probablement
pas.
Dans le cadre d’une instance en matière de protection la jeunesse, la meilleure tactique pour un parent
consiste généralement à discuter ouvertement de ses lacunes sur le plan parental et à coopérer avec les
autorités chargées de la protection de la jeunesse. Cependant, la dynamique d’une affaire pénale exige
parfois l’approche inverse. La juge Glenn formule deux suggestions en vue d’améliorer les choses et d’éviter
que les instances en matière de protection de la jeunesse ne soient paralysées jusqu’au règlement des
accusations pénales parallèles :
[TRADUCTION] Tout d’abord, les criminalistes doivent prendre conscience des conséquences possibles
des retards et des silences sur les instances en matière de protection qui sont en cours. Ensuite,
toutes les parties devraient envisager la possibilité de combiner la conférence de règlement et la
conférence préparatoire au procès pénal afin de régler les questions communes à chaque affaire. Si
le règlement d’un dossier en matière de protection est retardé à cause d’accusations portées au
pénal, il faut le signaler en prévision de la prochaine instance de contrôle afin de résoudre la
question dès que possible.
Tiré de : Joseph DiLuca, Erin Dann et Breese Davies, Best Practices Where there is Family Violence (Criminal
Law Perspective), (soumis au ministère de la Justice du Canada], 2012 aux pp 31-32.
5.2 Pratiques prometteuses
Plusieurs pratiques prometteuses qui pourraient aider à résoudre ces problèmes ont été
recensées, notamment les variantes du concept « une famille, un juge », la communication
entre les instances et les modèles de coordination des instances judiciaires. L’annexe 3, dans le
Volume II, fournit des renseignements sur l’évaluation de certains de ces modèles de
coordination.
5.2.1 Une famille, un juge
Le concept « une famille, un juge » s’interprète à divers degrés, soit un juge pour chaque
dossier de droit de la famille privé, un juge pour tous les dossiers de droit civil connexes, ou
encore un juge pour tous les dossiers de droit civil et de droit pénal connexes. Examinons
chacune de ces approches.
105 | P a g e
Chapitre 5
5.2.2 Un juge pour chaque dossier de droit de la famille
Actuellement, dans bien des tribunaux de la famille au pays, des membres d’une même famille
peuvent être appelés à comparaître devant un grand nombre de juges. En l’absence d’une
gestion de dossier, dans les cas où le conflit se poursuit, il n’est pas rare que les membres d’une
famille doivent comparaître devant cinq à dix juges distincts relativement à une affaire de droit
de la famille privé dont le tribunal est saisi. Cela complique particulièrement les choses dans les
cas de violence familiale, où il est essentiel d’assurer la protection des victimes et d’agir dans
l’intérêt supérieur des enfants.
Étude de cas – Intervention d’un grand nombre de juges et secteurs du système de justice
Les faits entourant Ridehalgh c. De Melo, [2012] OJ 3385 (QL) (CS ON), une affaire de droit de la famille,
montrent combien de parties du système de justice peuvent être appelées à intervenir en cas d’allégations
de violence familiale. L’affaire résumée ici concerne la résolution de problèmes relevant du droit de la famille
privé entre les parties – garde et accès relativement aux deux enfants et questions d’ordre financier. Les faits
entourant l’affaire indiquent également la participation des systèmes de justice pénale et de protection de la
jeunesse.
Selon le juge saisi de cette affaire, les parents des enfants avaient une relation tumultueuse et se sont
séparés alors qu’ils cohabitaient en décembre 2008. En mars 2009, ils se sont physiquement séparés à la
suite d’une intervention policière à leur domicile en réponse à un appel reçu. Le père a fait l’objet de
trois chefs d’accusation pour voies de fait et d’un chef d’accusation pour voies de fait ayant causé des lésions
corporelles. Le père a nié toutes les allégations, mais a finalement plaidé coupable à l’un des chefs
d’accusation pour voies de fait.
Peu de temps après l’inculpation du père, l’instance en droit de la famille a été amorcée, laquelle visait
notamment des demandes conflictuelles pour la garde de l’enfant présentées par chacun des parents. Le
père n’a eu aucun droit de visite auprès de l’aîné pendant environ quatre mois; ensuite, ce droit de visite a
été graduellement augmenté, mais les visites devaient toujours avoir lieu sous la supervision des parents du
père. Les conditions de la mise en liberté sous caution de ce dernier interdisaient tout contact avec la mère.
Or, alors que le père était en liberté sous caution, il y a eu contact avec la mère et un deuxième enfant a été
conçu.
La décision mentionne à maintes reprises le rôle de la protection de la jeunesse auprès des parents. Le
chevauchement des systèmes de protection de la jeunesse et de justice pénale a influencé le moment où le
père a accédé aux services. Dans son témoignage, le père a indiqué qu’il était tenu de participer à un
programme de lutte contre la violence destiné aux hommes dans le cadre de sa probation, de même qu’à un
programme de traitement de la toxicomanie et de sensibilisation à celle-ci. Lors du contre-interrogatoire, il a
admis que les agents de la protection de la jeunesse lui avaient précédemment demandé de participer à ces
mêmes programmes, mais qu’il voulait attendre la conclusion des procédures pénales avant de le faire.
Le juge de première instance a finalement jugé que le père avait commis de la violence familiale et que son
refus de reconnaître ses problèmes de colère et de violence conjugale était problématique. La garde a été
confiée à la mère, et un droit de visite raisonnable a été accordé au père. Le tribunal a conclu que la
supervision des visites n’était plus nécessaire. Les parties ont été invitées à convenir elles-mêmes d’un
106 | P a g e
Chapitre 5
horaire, mais le tribunal a établi des heures de visite par défaut advenant que les deux parties ne parviennent
pas à s’entendre.
Du point de vue de la gestion et de la coordination du dossier, il est pertinent de noter que six différents
juges ont rendu des ordonnances relativement à ce dossier de droit de la famille. Trois années se sont
écoulées entre le début de l’instance de droit de la famille et le procès, et plusieurs ordonnances temporaires
de droit de la famille ont été rendues dans l’intervalle.
L’intervention d’un grand nombre de juges peut entraîner certaines difficultés, notamment les
suivantes :
232

Le processus peut parfois prendre du temps puisque aucun juge ne surveille la
progression du dossier ni ne veille à ce que les parties franchissent rapidement les
étapes du processus. Il appartient souvent aux parties de choisir la fréquence de leurs
comparutions et la vitesse à laquelle les choses progresseront.

La façon de traiter des problèmes semblables peut varier d’un juge à l’autre, ce qui crée
des incohérences. Par exemple, un juge peut considérer comme très grave le nonrespect d’une ordonnance et imposer une peine, alors qu’un autre, saisi d’une requête
relative à une violation supplémentaire, peut adopter une approche différente. Ce
manque d’uniformité peut nuire à la sécurité et laisser perplexes les membres de la
famille, qui ne savent plus à quoi s’en tenir.

Un tel manque d’uniformité peut également encourager une prolifération de requêtes,
les plaignants n’ayant rien à perdre en présentant les mêmes arguments à un autre juge
dans l’espoir d’obtenir un résultat différent. En outre, à défaut d’un juge surveillant le
nombre total de requêtes, leurs fréquences ou leur nécessité, les litiges vexatoires
peuvent donner aux malfaiteurs un moyen de se servir du système pour perpétuer
l’abus de la victime. C’est ce qu’on appelle le « harcèlement papier » ou le
« harcèlement procédural »232.

Toutes les difficultés mentionnées ci-dessus peuvent prolonger le traitement du dossier
de droit de la famille et le conflit et entraîner des coûts supplémentaires pour les
deux parties, de même que pour le système de justice dans son ensemble233. Par
exemple, chaque fois qu’un cas est présenté à un nouveau juge, ce dernier doit prendre
connaissance de toute l’affaire depuis le début.
Voir Linda C Neilson, Best Practices Where there is Family Violence (Family Law Perspective) (soumis au
ministère de la Justice en mars 2012); S L Miller et N L Smolter, « Paper abuse: when all else fails, batterers use
procedural stalking », (2011) 17:5 Violence Against Women 637.
233
Nicholas Bala, Rachel Birnbaum et Donna Martinson, « One Judge for One Family: Differentiated Case
Management for Families in Continuing Conflict », 2010, 26 Can J Fam L 395 à la p 402.
107 | P a g e
Chapitre 5
La coordination entre les divers secteurs du système de justice est certes plus difficile et plus
complexe dans ce contexte. Selon certains commentateurs, le processus de justice familiale au
Canada nécessite, idéalement, un système dans lequel un premier juge gèrerait et entendrait
toutes les comparutions préalables au procès, alors qu’un second juge présiderait le procès et
entendrait toute affaire subséquente à la décision234. On justifie cette solution comme étant
conforme au rôle moderne des juges tant dans les affaires de droit de la famille en général que
dans les affaires portées devant les tribunaux spécialisés en violence conjugale, où les juges
adoptent une approche de résolution de problèmes à l’égard de la famille en plus d’assumer
leur rôle de décideur neutre235. On soutient également qu’il est essentiel de mettre l’accent sur
le règlement des différends subséquents à la décision. En raison de la nature des procès
relevant du droit de la famille, les questions sont souvent non définitives. Par conséquent,
même si une cause est résolue par un procès, la famille devra peut-être, à plus d’une reprise, se
présenter à nouveau devant les tribunaux en raison d’un changement de circonstances.
Parmi les avantages du modèle « une famille, un juge » dans le contexte des affaires de
violence familiale, mentionnons le fait que le juge peut236 :
234

Assumer la gestion complète du dossier et veiller à ce que le nombre d’instances
soit approprié, réduisant ainsi le risque de « harcèlement papier »;

Surveiller, pendant toute la durée des instances, les actions posées par les
parents et intervenir rapidement pour obliger ceux-ci à rendre des comptes en
cas de violation d’une ordonnance de la cour. Cela est d’autant plus important
dans le contexte de la violence familiale, notamment en ce qui concerne les
dispositions relatives à l’interdiction de communication;

Déceler des indices importants qui l’aideront à déterminer vers quels
programmes et services la famille devrait précisément être aiguillée. Puisque le
juge est en contact avec la même famille pendant un certain temps, il peut
apprendre à connaître la dynamique de la famille et ses habitudes, ce qui peut
éclairer ses décisions à savoir quels types de solutions pourraient s’avérer
appropriées pour la famille;

Faire valoir constamment la nécessité, pour les parents, d’adopter un
comportement approprié, notamment voir avant tout aux intérêts des enfants et
décourager les comportements violents. Une relation adroite entre le juge et les
membres de la famille peut avoir pour effet de motiver un changement de
Ibid.
Voir notamment Michael S King et Becky Batagol, « Enforcer, Manager or Leader? The Judicial Role in Family
Violence Courts », (2010) 33 Family Court Review 406.
236
Bala, Birnbaum et Martinson, supra note 233 à la p 402.
235
108 | P a g e
Chapitre 5
comportement237. Cela va bien au-delà de la capacité des juges à rendre des
ordonnances.
Il existe de bons exemples d’utilisation du modèle « une famille, un juge » au Canada. Par
exemple, la Cour du Banc de la Reine de l’Alberta s’est dotée d’un système de gestion des cas
applicable aux affaires de droit de la famille. À la demande de l’une des parties, un même juge
peut être désigné pour entendre toutes les requêtes se rapportant à une action en justice, sauf
le procès. Afin de renforcer la gestion des cas, la Cour du Banc de la Reine l’Alberta exécute un
projet pilote d’avocats chargés de la gestion de l’instance. À Edmonton et à Calgary, ces avocats
offrent leur soutien aux parties ou au juge, s’il y a lieu. Entre autres responsabilités, ils aident à
cibler les points en litige ou à les régler, orientent les parties vers les services et les recours
appropriés, notamment les mécanismes de règlement de différends, et leur donne des conseils,
entre autres en les dissuadant de présenter des requêtes inutiles ou non pertinentes.
Bien que le modèle « une famille, un juge » puisse être instauré dans différentes instances
(tribunal unifié de la famille, cour supérieure, cours provinciales), cela risque d’être impossible
dans les centres plus petits compte tenu de leur situation et du manque de ressources. En
outre, le modèle « une famille, un juge » peut engendrer des inconvénients puisque dans
certains cas, il peut créer des délais pour les familles qui doivent attendre que « leur » juge
puisse instruire leur affaire. Par contre, il a été suggéré d’utiliser d’autres approches, telles que
« une famille, une équipe » pour favoriser l’uniformité; l’équipe unique pourrait, par exemple,
être composée de deux juges de même que d’un gestionnaire de dossier et d’un médiateur 238.
Les avantages de la coordination dans les cas de violence familiale sont les suivants : une cause
gérée avec soin et uniformément au sein du système de justice familiale se coordonnera plus
facilement avec les causes parallèles dans les autres secteurs du système de justice.
5.2.3 Un juge pour tous les dossiers de droit civil
Une autre interprétation possible du concept « une famille, un juge » est illustrée par l’État du
Kentucky, qui adopte une telle approche à l’égard des dossiers de droit civil. Née d’un projet
pilote mené à Louisville, au Kentucky, en 1991, cette approche est devenue la pratique
constitutionnelle établie pour l’ensemble de l’État en 2001. Le principe de base de cette
approche est que toutes les causes de droit civil concernant une même famille sont instruites
par le même tribunal et le même juge; cela comprend les affaires relatives au divorce, à la
garde, à la pension alimentaire, à la protection de la jeunesse et à la protection civile. Bien que
toutes les causes ne soient pas instruites la même journée, l’approche du juge unique permet
un traitement cohérent. Le juge du tribunal civil n’entend pas les causes de droit pénal, mais un
protocole d’entente entre les instances civiles et pénales prévoit que les tribunaux pénaux s’en
237
King et Batagol, supra note 235.
Alfred A Mamo, Peter G Jaffe et Debbie G Chiodo, Recapturing and Renewing the Vision of the Family Court,
Toronto, ministère du Procureur général, 2007 aux pp 97-98.
238
109 | P a g e
Chapitre 5
remettent généralement aux tribunaux civils pour ce qui est des dispositions visant
l’interdiction de communication entre les membres de la famille.
Un aspect particulièrement important de ce système est le fait que chaque juge est appuyé par
un employé du tribunal appelé «spécialiste du dossier ». Ce dernier joue un rôle très important
du point de vue des cas de violence familiale. Premièrement, il est une source neutre pour
l’orientation vers les services communautaires. Deuxièmement, il est responsable de faire des
recherches à l’égard de chacune des causes présentées au juge afin de déterminer s’il existe
d’autres causes en lien avec celles-ci. Le spécialiste du dossier cherche à la fois les causes civiles
et pénales et a accès à toutes les bases de données qui pourraient contenir les renseignements
criminels. Ainsi, même si le juge du tribunal civil ne prend pas de décision liée à la cause pénale,
cela facilite la coordination avec les poursuites et les ordonnances pénales. La jurisprudence
aux États-Unis autorise les tribunaux à prendre connaissance d’office de décisions et
d’ordonnances judiciaires antérieures (voir à la sous-section 6.1.5 une discussion de la
connaissance d’office dans le contexte canadien). Ces recherches sont aidées par le fait que les
parties qui prennent part à un litige civil sont tenues de remplir un formulaire d’accueil dans
lequel on demande leur date de naissance et leur numéro d’assurance sociale, tout comme les
accusés au pénal, ce qui crée des identificateurs communs.
Ces recherches réalisées par le spécialiste du dossier peuvent grandement éclairer la cour, voire
parfois les parties. Par exemple, dans un cas hypothétique, si les parents sont parties à une
cause en matière de protection de la jeunesse, le spécialiste du dossier serait en mesure
d’informer la cour et les parties de l’existence d’une cause antérieure de protection de la
jeunesse ayant fait intervenir le père et un autre enfant, d’une mère distincte, où l’enfant avait
été maltraité. Cette information pourrait avoir une incidence sur la décision de la cour dans la
cause entendue. Toutefois, cela pourrait également modifier la position de la mère, notamment
si elle ignorait la cause antérieure relative à la protection de la jeunesse et son résultat. Autre
exemple, si une demande d’ordonnance de protection civile a été déposée, les recherches du
spécialiste du dossier pourraient aider la cour à mieux comprendre le contexte. Dans un cas où
un agresseur cherche à obtenir une ordonnance de protection civile contre une victime, la
recherche d’ordonnances antérieures pourrait révéler que l’agresseur a déjà été visé par des
ordonnances de protection demandées par différentes victimes. Cette information, combinée
aux autres éléments de preuve, pourrait amener la cour à douter qu’une ordonnance de
protection soit justifiée dans le cas présent et à se demander s’il ne s’agit pas plutôt d’une
tentative visant à utiliser le système judiciaire pour contrôler ou harceler la victime.
Un autre aspect novateur de l’approche du Kentucky concerne la procédure d’évaluation
initiale. Lorsqu’il y a déclaration de violence familiale, plusieurs personnes sont présentes à la
rencontre d’évaluation initiale avec la présumée victime : un policier, un procureur, un
représentant des services aux victimes et un greffier du tribunal civil. La rencontre permet,
entre autres, de discuter de la coordination des divers mécanismes civils et pénaux, de sorte
que le procureur puisse procéder avec les mandats pénaux, et le greffier du tribunal civil,
entamer les démarches en vue d’obtenir une ordonnance de protection civile.
110 | P a g e
Chapitre 5
Le comté de Coconino, en Arizona, possède un tribunal intégré de la famille (TIF), lequel vise
avant tout à aider les familles à trouver une solution à long terme grâce à une approche axée
sur la résolution de problèmes. Un projet pilote du TIF évalué en 2008 révèle que celui-ci avait
atteint ses objectifs. Le tribunal a compétence pour toutes les causes connexes de la famille qui
relèvent du droit civil, mais non pour celles qui relèvent du droit pénal. Il fonctionne d’après le
modèle « une famille, un juge », associé à un grand éventail de services à la famille spécialisés,
notamment le dépistage de la consommation de drogues, la maîtrise de la colère, l’évaluation
et le traitement de la violence conjugale, le counseling, l’information sur le divorce pour les
enfants, l’éducation des parents, les échanges supervisés et les périodes parents-enfants
supervisées à des fins thérapeutiques et non thérapeutiques. Des centres d’entraide offrent
une aide complète aux parties pour remplir les formulaires juridiques. En outre, le directeur du
centre d’entraide peut, au besoin, communiquer directement avec l’adjoint judiciaire et le juge
du TIF afin de répondre aux demandes de clarification des parties concernant les ordonnances
et les « prochaines étapes », ce qui aide à accélérer les choses. Une gestion de dossier à partir
de l’accueil de même qu’un accent mis sur le règlement extrajudiciaire des différends font
également partie intégrante de ce modèle. Le rapport d’évaluation conclut que le TIF est plus
prévisible, élimine les ordonnances conflictuelles pour les familles et réduit le nombre de cas
très conflictuels239.
5.2.4 Un juge pour les dossiers de droit civil et pénal – Tribunaux intégrés pour
l’instruction des causes de violence familiale
Les tribunaux intégrés pour l’instruction des causes de violence familiale (TIICVF) sont sans
doute la forme d’interprétation la plus rigoureuse du concept « une famille, un juge ». De tels
tribunaux sont établis dans un certain nombre d’États américains, dont New York, l’Idaho et le
Vermont, et font maintenant l’objet d’un projet pilote à Toronto, en Ontario 240. Bien que les
critères d’admissibilité et les procédures varient d’un TIICVC à l’autre, des principes communs
les unissent241 :
239
Mark Morris Associates avec Joanne M Brown Consulting, Integrated Family Court: Helping Families and
Children in Coconino County, Arizona, Arizona, Integrated Family Court, 18 mai 2008.
240
Un tribunal intégré pour l’instruction des causes de violence familiale a été créé à Croydon, au Royaume-Uni, en
2006, mais le tribunal a depuis été démantelé en raison du manque de causes acheminées dans le système. Le
projet a été évalué. Voir Marianne Hesterd, Julia Pearce et Nicole Westmarland, Early Evaluation of the Integrated
Domestic Violence Court, Croydon, Documents de recherche du ministère de la Justice, 18/08, novembre 2008, en
ligne : <http://nicolewestmarland.pbworks.com/f/IDVC+evaluation.pdf>.
241
Voir notamment Center for Court Innovation, Integrated Domestic Violence Courts: Key Principles, en ligne :
<www.courtinnovation.org/domesticviolencecourt.html>; Liberty Aldrich et la juge Judy Harris Kluger,
« New York’s One Judge-One Family Response to Family Violence », (2010) 61:4 Juvenile and Family Court Journal
77.
111 | P a g e
Chapitre 5
1.
Une famille, un juge – Un juge entend les causes relatives à une même famille tant en
matière de droit pénal que de droit civil242. Le juge obtient ainsi une vue d’ensemble de la
situation et peut rendre des ordonnances et des décisions qui sont cohérentes et conçues
pour régler entièrement la situation de la famille. Par conséquent, les ordonnances
relatives à la libération sous caution, la détermination de la peine, les ordonnances de
protection ou de non-communication, les responsabilités parentales (garde et accès), les
ordonnances de traitement (par exemple, programmes d’intervention auprès des
agresseurs ou des partenaires violents), de même que l’orientation vers les services
s’harmonisent et englobent tout. Le fait qu’un juge ait une vue d’ensemble accroît la
sécurité. En outre, on vise à augmenter l’efficacité du processus tant au profit des parties
que du système judiciaire, en réduisant le nombre de comparutions et en accélérant la
résolution des litiges. Puisqu’un seul juge s’occupe de toutes les causes afférentes, il est
également plus difficile, pour les membres de la famille, de tenter de manipuler le système
judiciaire.
2.
Traitement individuel de chaque cause – Même si le même juge entend toutes les causes
de droit pénal et civil de la famille, chacune est traitée séparément, et les règles de la
preuve et la norme de preuve associées à chacune s’appliquent. Bien que le même juge
participe aux deux causes, les défenseurs du modèle de TIICVC soutiennent qu’il est
inhérent à la fonction judiciaire d’être capable d’entendre des éléments de preuve dans un
contexte, puis de tirer des conclusions en faisant abstraction de ces éléments de preuve
dans un autre contexte. Les cours sont fréquemment appelées à mettre cela en pratique
lorsqu’elles déterminent l’admissibilité d’un élément de preuve.
3.
Coordination des ressources pour les familles – Les TIICVC sont généralement dotées d’un
personnel qui joue un rôle de premier plan en agissant à titre d’agent de liaison entre les
parties, le tribunal et divers services communautaires ou autres. Ces personnes-ressources
sont généralement responsables d’aider au soutien des victimes, les adultes comme les
enfants, en les orientant vers les services, de même que d’aider les accusés à accéder aux
programmes ordonnés par la cour.
4.
Surveillance du respect des ordonnances – Afin d’accroître la responsabilité des
délinquants, les TIICVC obligent généralement ceux-ci à comparaître fréquemment devant
le tribunal pour déterminer s’ils respectent les conditions des ordonnances qui les visent,
notamment des ordonnances de non-communication ou celles qui exigent la participation
à des programmes de traitement de la toxicomanie, d’intervention auprès des partenaires
violents ou autres. Cela permet une reddition de comptes accrue du délinquant, car s’il ne
respecte pas les conditions, la cour peut intervenir rapidement.
242
Il convient de signaler que les critères d’admissibilité des causes peuvent varier d’un tribunal à l’autre. Par
exemple, certains tribunaux n’instruisent pas les causes de pension alimentaire pour enfants, alors que d’autres
n’instruisent pas les causes de divorce ou les causes comportant des accusations graves au pénal. Voir,
notamment, Judy Reichler et Liberty Aldrich, Child Support Protocol: A Guide for Integrated Domestic Violence
Courts, New York, Centre for Court Innovation, 2004 (créé à des fins d’orientation, puisque que dans l’État de New
York, les TIICVC ne peuvent pas traiter toutes les questions liées à la pension alimentaire pour enfants).
112 | P a g e
Chapitre 5
5.
Défense des droits des victimes – L’un des principaux objectifs des tribunaux est
d’accroître la sécurité des victimes, objectif dont ils s’acquittent en partie en veillant à une
cohérence accrue des ordonnances. En outre, les intervenants des services d’aide aux
victimes font souvent partie intégrante des procédures judiciaires en fournissant de
l’information, des plans de sécurité et un accès aux services d’aide aux victimes.
6.
Participation de partenaires communautaires – Les TIICVC fonctionnent généralement en
étroite collaboration avec des intervenants tels que la police, les agents de probation, les
procureurs, les avocats de la défense, les avocats spécialisés en droit de la famille, les
services aux victimes, le personnel des programmes d’intervention auprès des partenaires
violents, les services aux enfants, les avocats des enfants ainsi que d’autres intervenants. Il
est reconnu que les TIICVC ont besoin de l’appui des intervenants pour fonctionner
efficacement, ce pourquoi la communication constante et l’entretien des relations avec les
intervenants sont généralement considérés comme étant importants.
5.2.4.1 Le Tribunal intégré pour l’instruction des causes de violence
familiale de Toronto
Le Tribunal intégré pour l’instruction des causes de violence familiale de Toronto (IVF) est un
projet pilote qui a été lancé le 10 juin 2011 et qui s’appuie sur des recherches sur les tribunaux
intégrés et sur l’expérience acquise dans d’autres pays. Le tribunal IVF siège un vendredi sur
deux. Pour qu’une famille puisse participer au projet pilote, une accusation pénale de violence
familiale doit avoir été portée devant l’un des deux tribunaux désignés de Toronto243 et une
affaire relevant du droit de la famille doit être instruite devant l’un des deux tribunaux
provinciaux de Toronto244.
Le tribunal IVF entendra les causes familiales portant sur n’importe lequel des sujets suivants :
la garde, l’accès, la pension alimentaire pour enfants, la pension alimentaire pour époux ou les
ordonnances de non-communication. Les affaires pénales sont admissibles lorsque les
accusations criminelles de violence conjugale ont été portées devant le tribunal désigné et que
la Couronne procède par voie sommaire. Lorsqu’une partie se présente au tribunal pour
déposer des documents, le personnel peut être incité à s’enquérir de l’existence d’une affaire
pénale de violence familiale (par exemple, si la partie en question demande une ordonnance de
non-communication). S’il semble qu’une cause pénale existe, le personnel fournit à la partie
concernée la trousse de renseignements sur le tribunal IVF. Il sera ensuite déterminé si une
cause pénale est en cours et si le dossier est admissible au tribunal IVF.
Si le tribunal de la famille est déjà saisi d’une cause et que celle-ci est admissible à un transfert
au tribunal IVF, le juge du tribunal de la famille qui instruit la cause doit lui aussi consentir à ce
243
L’ancien Hôtel de ville était le site du premier tribunal de juridiction criminelle participant au projet pilote.
College Park a été ajouté au projet pilote le 26 avril 2013.
244
L’un situé au 311, rue Jarvis, et l’autre, au 47, avenue Sheppard.
113 | P a g e
Chapitre 5
transfert. Un formulaire a été conçu à cet effet. Si le juge du tribunal de la famille refuse que la
cause soit transférée au tribunal IVF, les causes seront rendues aux tribunaux réguliers traitant
des affaires familiales et des affaires pénales. Si le juge accepte, les causes seront inscrites au
rôle du tribunal IVF.
Pour préparer la comparution devant le tribunal, le greffier veille à ce que la cause pénale et
celle relevant du tribunal de la famille soient consignées correctement et prépare les
renseignements criminels et le dossier familial pour le juge du tribunal IVF. Cependant, les
dossiers de l’affaire familiale et de l’affaire pénale demeureront distincts, et le juge du tribunal
IVF instruit chaque cause séparément. Les ordonnances sont préparées conformément aux
règles et aux pratiques en vigueur. Tout au long du processus, le personnel du tribunal de la
famille et du tribunal pénal saisit les données pertinentes dans les bases de données ICON
(tribunal pénal) et FRANK (tribunal de la famille). Étant donné que le Tribunal intégré pour
l’instruction des causes de violence familiale de Toronto est un projet pilote, aucune règle
nouvelle n’a été établie. Les règles et les procédures actuelles des cours continueront de
s’appliquer aux affaires pénales et aux affaires familiales. Par exemple, les procureurs mèneront
les poursuites conformément à la politique de la Couronne, et lorsque les conditions requises
sont remplies, les personnes concernées peuvent être orientées vers le Programme
d’intervention auprès des partenaires violents (PIPV)245 dans les affaires pénales de violence
familiale. Les victimes continueront de recevoir des services du Programme d’aide aux victimes
et aux témoins.
Plusieurs services sont liés au tribunal IVF. Au cours des deux premières années de son
existence, le tribunal IVF a obtenu des fonds pour assurer la présence d’un coordonnateur des
services communautaires (CSC) dans la salle d’audience lorsque le juge du tribunal IVF présidait.
Le CSC était responsable :





De mettre les parties en rapport avec les ressources communautaires;
De coordonner le transfert des clients au tribunal IVF;
D’informer les parties des comparutions à venir devant le tribunal IVF;
De donner au juge des renseignements et des mises à jour sur la disponibilité des
programmes communautaires;
De faire rapport au tribunal IVF sur le résultat du traitement ordonné aux parties par le
tribunal.
Quant aux services juridiques, le jour de la comparution devant le tribunal IVF, un avocat de
service est disponible pour fournir des avis juridiques et une assistance en cour à l’accusé et
dans les affaires en matière familiale. Dans une affaire pénale, l’accusé peut aussi discuter de
questions de nature criminelle avec l’avocat de service. Les autres services juridiques offerts à
245
Les programmes d’intervention auprès des partenaires violents (PIPV) sont des programmes spécialisés de
counseling et d’éducation offerts par des organismes communautaires aux individus qui ont commis des actes de
violence à l’égard de leur partenaire. C’est la cour qui ordonne aux agresseurs de prendre part au PIPV. Le but des
PIPV est d’améliorer la sécurité des victimes et de tenir les agresseurs responsables de leur conduite.
114 | P a g e
Chapitre 5
l’accusé et aux parties à un litige en matière familiale comprennent notamment l’accès à un
avocat-conseil aux Centres d’information sur le droit de la famille (CIDF), aux Centres de
services de droit de la famille d’Aide juridique Ontario et à des étudiants en droit bénévoles.
Depuis sa création, 31 affaires ont été inscrites au rôle du tribunal IVF (entre juin 2011 et
août 2013). Comme nous le verrons plus loin, le renvoi obligatoire des dossiers admissibles au
tribunal IVF (au lieu d’exiger le consentement des parties) et l’ajout du tribunal pénal de College
Park à la zone de desserte du projet pilote pourrait augmenter le nombre d’affaires soumises
au tribunal IVF.
Au départ, le tribunal IVF exigeait le consentement de toutes les parties pour qu’il se saisisse
d’une cause. Jusqu’à l’hiver 2011, un très petit nombre d’affaires avaient été transférées au
tribunal. Conformément à une directive de pratique émise par la Cour de justice de l’Ontario,
depuis le 16 mars 2012, les affaires répondant aux critères d’admissibilité sont
automatiquement transférées au tribunal IVF. La participation au tribunal IVF étant devenue
obligatoire, celui-ci instruit désormais des procès de courte durée, et le consentement de la
Couronne n’est plus nécessaire.
Depuis le 26 avril 2013, en vertu d’une directive de pratique émise par la Cour de justice de
l’Ontario, les affaires criminelles admissibles provenant d’un deuxième tribunal pénal  celui de
College Park  relèvent également du tribunal IVF. Cet ajout à la zone de desserte du projet
pilote augmentera le nombre de familles ayant des affaires pénales et familiales simultanées
susceptibles de comparaître devant le tribunal IVF.
Le ministre a récemment mis en place le Programme des agents de soutien dans le contexte du
tribunal de la famille (qui sera examiné plus à fond au chapitre 9), lequel offre un appui aux
victimes de violence familiale qui doivent comparaître devant le tribunal de la famille. La
clinique commémorative Barbra Schlifer offre actuellement les services d’agents de soutien aux
tribunaux de la famille de Toronto, y compris au tribunal IVF.
Des défis relatifs aux tribunaux IVF pourraient se poser dans le contexte canadien. Par exemple,
comme la plupart des affaires pénales au Canada sont instruites par une cour provinciale, le
modèle de tribunal IVF pourrait engendrer des difficultés lorsque des affaires doivent être
soumises à une cour supérieure, par exemple les instances relevant de la Loi sur le divorce ou
les affaires relatives aux biens. Cela peut aussi poser problème dans les endroits où les affaires
familiales sont du ressort d’un tribunal unifié de la famille, qui est lui-même une cour
supérieure. Le tribunal IVF de Toronto a contourné cette difficulté en limitant son mandat aux
seules affaires familiales dont la Cour provinciale peut être saisie. Un autre problème tient au
fait que, selon la taille du rôle d’un tribunal, surtout dans des régions moins peuplées ou des
petites collectivités, le nombre d’affaires peut être insuffisant pour justifier la création d’un
tribunal IVF.
Des préoccupations relatives à l’équité et à l’application régulière de la loi ont aussi été
soulevées dans le contexte des tribunaux IVF; des préoccupations fondées sur l’impression que
115 | P a g e
Chapitre 5
des juges pourraient être indûment influencés par la preuve qui leur est soumise dans une
affaire touchant la famille qui n’est pas admissible dans l’autre affaire, ou par la preuve soumise
au tribunal dans l’autre affaire touchant la même famille. En réaction à ces préoccupations, on
a soutenu que les juges dans ce modèle de tribunal examinent séparément le bien-fondé de
chaque affaire et se prononcent en s’appuyant sur la preuve soumise selon la norme de preuve
requise dans l’instance en question246. Il a été aussi affirmé que, tant dans des cours pénales
que civiles, des juges entendent régulièrement des éléments de preuve qu’ils déclarent non
admissibles et qu’ils se prononcent ensuite sans s’appuyer sur ces éléments de preuve247. On
peut donc conclure de ces arguments que l’équité et l’application régulière de la loi ne
devraient pas forcément être compromises simplement parce que le même juge entend à la
fois une affaire en matière pénale et une affaire en matière familiale. Veuillez consulter aussi la
sous-section 6.1.5, au chapitre 6, où il est question de l’examen judiciaire d’éléments non
versés au dossier par les parties.
Malgré ces préoccupations, le tribunal IVF de Toronto semble avoir une approche prometteuse,
et une évaluation de ses avantages, menée par Rachel Birnbaum, Nicholas Bala et Peter Jaffe,
est en cours.
5.2.5 La communication judiciaire
La communication judiciaire directe comprend des discussions entre les juges à propos
d’instances simultanées et connexes. Cette communication vise à coordonner les instances
pour veiller à ce qu’elles soient traitées plus efficacement. Ce n’est pas le bien-fondé des
instances qui compte, mais plutôt le processus suivi par chacune. La communication judiciaire
doit se dérouler de façon à garantir l’équité procédurale pour toutes les parties. En l’absence
d’un tribunal intégré pour l’instruction des causes de violence familiale, une meilleure
communication judiciaire entre les divers secteurs du système de justice pourrait améliorer la
coordination.
Les communications judiciaires directes sont de plus en plus courantes dans les dossiers
internationaux. Au Canada, elles ont surtout servi dans les cas d’enlèvements internationaux
d’enfants248. Dans ces cas, la communication judiciaire permet d’obtenir des renseignements
sur des questions comme les règles de droit en matière de garde de l’autre pays, d’aider à gérer
plus efficacement l’affaire dans chaque pays et de favoriser le retour de l’enfant, notamment
en veillant à ce que des ordonnances correspondantes soient rendues dans chaque pays249.
L’honorable juge Donna Martinson a indiqué que ce modèle de communications judiciaires
directes pourrait être utilisé dans le cadre d’affaires simultanées de droit pénal et de droit de la
246
Aldrich et Kluger, supra note 241 à la p 83.
Ibid.
248
L’honorable juge Donna Martinson, « One Assault Allegation, Two Courts: Can we do a Better Job of
Coordinating the Family and Criminal Proceedings? », présenté au programme de l’Institut national de la
magistrature à Québec, novembre 2010, « Managing the Domestic Civil Case ».
249
Voir Hoole c. Hoole, 2008 BCSC 1248.
247
116 | P a g e
Chapitre 5
famille. L’objectif visé consiste à améliorer la coordination et, par conséquent, de meilleurs
résultats pour les membres de la famille. Elle souligne que, là où il n’y a pas de tribunal IVF (ce
qui est le cas presque partout au Canada), les communications judiciaires permettraient de
réaliser le même objectif.
Étude de cas – Exemple de communication judiciaire appliquée à un cas de violence familiale
Un exemple de communication entre la Cour suprême et la Cour provinciale a eu lieu à Kelowna, en
Colombie-Britannique, en 2009. C’était le délai de la procédure pénale qui posait problème. La Cour suprême
devait examiner une ordonnance provisoire de garde par la mère, une ordonnance de non-communication et
une ordonnance permettant à la mère de quitter la province. Le père était accusé d’avoir eu des contacts
sexuels avec un jeune enfant et devait subir un procès pénal en Cour provinciale. La situation de la famille
était chaotique. L’enfant en question et un autre enfant éprouvaient des difficultés. L’avocat a informé la
Cour que, malgré l’importance des questions en jeu, le procès ne pourrait pas avoir lieu avant plusieurs mois
en raison de l’arriéré du traitement des causes pénales à la Cour provinciale.
Le fait que des procédures pénales étaient en cours causait de sérieux problèmes pour la cause relevant du
droit de la famille. Il était important de conclure rapidement les deux instances. Avec le consentement des
avocats, le juge de la Cour suprême a communiqué avec la juge administrative locale de la Cour provinciale
pour tenter de fixer une date de procès à brève échéance. La juge administrative a prévu sur-le-champ une
conférence de cas à son tribunal dans ce but. Le procès a été fixé à une date rapprochée.
Tiré de : L’honorable juge Donna Martinson, « One Assault Allegation, Two Courts: Can we do a Better Job of
Coordinating the Family and Criminal Proceedings? », présenté au programme de l’Institut national de la
magistrature à Québec, novembre 2010, « Managing the Domestic Civil Case ».
La juge Martinson suggère une autre possibilité, soit que les deux tribunaux tiennent une
conférence de gestion et de résolution pour aider à gérer efficacement les deux instances. Le
juge Glenn avait suggéré la même approche dans l’arrêt Children’s Aid Society of Huron
County c. R G250. Cette stratégie offrirait une approche plus uniforme en ce qui concerne la
sécurité et l’évaluation des risques, ainsi que la coordination des instances. Elle pourrait aussi
donner à toutes les personnes concernées – juges, parties et avocats – la possibilité de discuter
de solutions qui pourraient fonctionner à la fois dans le système de justice pénale et dans le
système de justice familiale. Ces discussions devraient être tenues de façon à protéger les
garanties de procédure du système de justice. Par exemple, dans le cadre de la justice pénale,
l’accusé doit être présent chaque fois qu’une discussion porte sur son affaire.
Lorsque des tribunaux savent qu’une autre affaire est en instance simultanément devant un
autre tribunal, ces communications judiciaires pourraient, dans certains cas, constituer un
moyen d’améliorer la coordination des instances.
250
(2003), 124 ACWS (3d) 712.
117 | P a g e
Chapitre 5
5.2.6 Modèles de coordination judiciaire
La coordination judiciaire est un autre modèle recommandé : les différents tribunaux se
spécialisent encore dans les domaines de la famille, du droit pénal ou de la protection de la
jeunesse, et les causes dont ils s’occupent sont instruites par des juges différents, mais les
instances, les dépositions et les services rattachés aux tribunaux sont coordonnés par un
coordonnateur judiciaire251.
Cette formule ressemble au modèle conçu en Idaho pour la coordination du tribunal intégré
pour l’instruction des causes de violence familiale. Le coordonnateur se trouve au centre du
système qui relie les tribunaux, les services et les membres de la famille. Ce modèle est illustré
comme suit252 :
[Traduction de l’illustration]
Domestic violence coordinator = Coordonnateur – Cas de violence conjugale
251
Neilson, supra note 20 à la p 150.
Nicole R Hill et David M Kleist, Evaluation of the Idaho Supreme Court OVW Grant to Encourage Arrest Policies
and Enforcement of Protection Orders, United States Department of Justice, Office on Violence Against Women,
août 2008.
252
118 | P a g e
Chapitre 5
Judges = Juges
Victims & Defendants = Victimes et défendeurs
Treatment providers = Fournisseurs de traitement
Judicial context = Contexte judiciaire
Probation officers = Agents de probation
Trial Court Administrators = Administrateurs – Tribunaux de première instance
Victim Witness Coordinators = Coordonnateurs – Victimes et témoins
Family Court Services Coordinators = Coordonnateurs – Services au tribunal de la famille
Dans le modèle de l’Idaho, le coordonnateur travaille au sein du tribunal intégré pour
l’instruction des causes de violence familiale, mais il est tout à fait possible pour un
coordonnateur de jouer un rôle semblable en assurant la coordination entre les différents
systèmes de justice, les services qui s’y rattachent et les membres de la famille, bien que ce soit
plus difficile. D’ailleurs, au Nouveau-Brunswick, le coordonnateur des tribunaux pour
l’instruction des causes de violence familiale exerce en partie ces fonctions en diffusant
l’information entre les différents secteurs du système de justice, bien qu’il concentre ses efforts
sur la coordination au sein du système de justice pénale.
La division chargée des cas de violence familiale du 11e circuit judiciaire de Miami-Dade, en
Floride, dispose également d’un modèle où les agents administratifs jouent un rôle de premier
plan dans la coordination des causes et des services. Les injonctions civiles, les ordonnances de
protection, la violation d’ordonnances et les infractions mineures comportant de la violence
familiale sont du ressort du tribunal chargé des causes de violence familiale. Celui-ci s’occupe
également de toutes les questions relevant du droit de la famille, notamment le partage des
biens, la garde des enfants et la pension alimentaire. Sept juges entendent à tour de rôle les
causes civiles et pénales. Il ne s’agit pas d’une formule « une famille, un juge », contrairement
aux modèles de l’État de New York, de l’Idaho et du Vermont. La coordination est cependant
facilitée par les « préposés à l’évaluation initiale » et les « gestionnaires de cas ».
Le modèle de Miami-Dade comporte un service d’évaluation initiale qui aide les clients à
obtenir des injonctions temporaires (ordonnances de protection) et les dirige vers les
ressources du milieu. Le processus d’évaluation initiale s’appuie sur « un réseau personnalisé
ultramoderne et une application logicielle client-serveur » qui donnent au greffier du tribunal
accès à tous les renseignements relatifs à la cause en vue du suivi et de la réimpression de
formulaires, au besoin. Dès qu’une cause est traitée, la base de données du réseau permet de
retracer toutes les affaires en instance ou connexes, qu’il s’agisse de causes liées à des
infractions mineures présentées devant un tribunal pénal ou de causes instruites par un
tribunal civil ou de la jeunesse. L’information ainsi obtenue est ajoutée dans la demande
d’injonction afin d’éviter que des ordonnances contradictoires soient rendues.
Le bureau qui s’occupe de la gestion des cas compte des avocats, dont le rôle principal consiste
à aider la division chargée des causes de violence familiale en ce qui a trait aux audiences en
vue d’injonctions permanentes (ordonnance de protection permanente). Le rôle de ces avocats
119 | P a g e
Chapitre 5
est particulièrement important, car la plupart des parties ne sont pas représentées. Les
gestionnaires de cas cumulent de nombreuses fonctions, à savoir :







Renseigner les parties sur les procédures judiciaires et les ressources du milieu;
Établir des corrélations entre les renseignements provenant des différents tribunaux
(violence familiale, famille, jeunesse, division criminelle) – afin d’assurer une approche
concertée et de réduire la possibilité d’ordonnances contradictoires;
Rédiger pour le tribunal des ébauches d’ordonnance concernant des questions comme
le calendrier des visites;
Calculer le montant de la pension alimentaire pour enfants;
Orienter les personnes concernées vers les organismes du milieu offrant des services;
Procéder à une vérification des antécédents judiciaires et des injonctions avant de
déterminer s’il y a lieu d’orienter l’agresseur vers un programme d’intervention de
26 semaines (c’est obligatoire dans certains cas, notamment pour les personnes qui ont
déjà reçu une injonction d’une instance quelconque);
Veiller à ce que les conditions des injonctions soient respectées253.
Même s’il n’y a pas eu d’évaluation officielle de la division chargée des cas de violence familiale,
le juge Kelly, juge administratif de la division, signale que l’organisme fonctionne bien. On
examine des façons d’en améliorer le fonctionnement, notamment la possibilité de consulter
d’autres bases de données criminelles.
5.2.7 Programme d’assistance parajudiciaire aux Autochtones
Le Programme d’assistance parajudiciaire aux Autochtones (APA) est un exemple de service
pouvant faciliter la coordination entre les différents secteurs judiciaires. Il vise essentiellement
à aider les Autochtones aux prises avec le système de justice pénale à obtenir un traitement
juste, équitable et adapté à leur culture. Voici ce que font, à cette fin, les conseillers
parajudiciaires :



253
Dès que possible et tout au long du processus de justice pénale, ils fournissent des
renseignements et des conseils non juridiques aux Autochtones accusés d’une infraction
et à leur famille;
Ils dirigent les prévenus vers les ressources juridiques pertinentes et ce, aux principales
étapes du processus judiciaire (arrestation, jugement, détermination de la peine);
Ils orientent les prévenus vers les ressources appropriées du milieu, notamment des
services de traitement de l’alcoolisme et de la toxicomanie, de counseling familial, de
formation, d’aide à l’emploi et de soins médicaux, afin qu’ils puissent obtenir le soutien
voulu pour régler les problèmes sous-jacents ayant contribué à leur comportement
Joel H Brown et al, Eleventh Judicial Circuit of Florida, Administrative Office of the Courts: Domestic Violence
Division, Miami (FL), Eleventh Judicial Circuit, 2010. Voir aussi Eleventh Judicial Circuit of Florida, Miami (FL), en
ligne : <http://www.jud11.flcourts.org/multitop.aspx?pid=267>.
120 | P a g e




Chapitre 5
criminel ou les problèmes ayant entraîné leur inculpation et, s’il y a lieu, ils réclament
des services pour ces personnes et s’assurent qu’ils sont fournis;
Au besoin, ils apportent de l’aide aux autres Autochtones concernés par le processus de
justice pénale (victimes, témoins);
Ils favorisent des initiatives de justice communautaire concrètes et contribuent au
renforcement de leur capacité à déceler et à régler les problèmes dont les tribunaux ou
le système de justice communautaire pourraient être saisis;
Ils servent d’intermédiaires entre les intervenants du système de justice pénale, d’une
part, et les Autochtones et leurs collectivités, d’autre part, en assurant la liaison entre
ces groupes et en favorisant la communication et la compréhension entre eux;
À titre d’« amis de la cour », ils fournissent des renseignements essentiels et contextuels
sur les antécédents du prévenu et informent le tribunal des diverses mesures et options
extrajudiciaires qui sont à la disposition de la collectivité autochtone.
Bien des provinces et des territoires ne disposent pas de services d’information, de soutien et
d’orientation conçus expressément à l’intention des Autochtones dans les affaires relevant du
droit de la famille. De ce fait, ils signalent qu’il est nécessaire de mieux établir la corrélation
entre les interventions du système de justice pénale et celles du système de justice familiale.
Les responsables de nombreux programmes APA indiquent qu’on leur demande souvent de
continuer à aider leurs clients dans des instances parallèles ou connexes concernant des
affaires de droit de la famille ou de protection de la jeunesse254.
Cependant, dans d’autres provinces et territoires, il existe des programmes d’assistance
parajudiciaire aux Autochtones. L’Alberta et l’Ontario disposent de tels programmes depuis plus
de 35 ans, et la Saskatchewan les met actuellement à l’essai. Dans les Territoires du NordOuest, le rôle des services d’assistance parajudiciaire aux Autochtones dans les affaires de droit
de la famille a été élargi à la suite d’une étude menée en 2008-2009. Les recommandations
issues de l’étude faisaient état d’autres services que les conseillers parajudiciaires pourraient
offrir à leurs clients en droit de la famille. Ces programmes offrent aux parents et aux autres
membres de la famille, en ce qui a trait aux affaires concernant le droit de la famille et la
protection de la jeunesse, des services d’information, de soutien, de liaison et d’orientation
semblables à ceux qui sont fournis dans les affaires pénales. En outre, ils favorisent
l’établissement d’une communication efficace entre les Autochtones et les représentants de la
justice.
254
Dans le Plan d’action visant à lutter contre la victimisation et la violence au sein des collectivités autochtones de
2009, les sous-ministres FPT responsables de la Justice et de la Sécurité publique ont souligné combien le
Programme APA était un programme efficace. Ils ont aussi reconnu qu’il était prioritaire d’élargir le mandat du
Programme APA pour appuyer la prestation des services familiaux d’assistance parajudiciaire autochtone.
121 | P a g e
Chapitre 6
Chapitre 6 Questions liées à la preuve
Les questions liées à la preuve sont extrêmement complexes et peuvent sembler vraiment
insurmontables aux parties se représentant elles-mêmes. Dans les affaires de violence
parallèles ou connexes en matière familiale, un certain nombre de questions liées à la preuve
concernant la coordination et la sécurité risquent de se présenter, notamment :


L’admissibilité d’éléments de preuve déjà présentés dans une autre instance judiciaire
(par exemple, d’une cour pénale à un tribunal de la famille, ou vice-versa);
Le risque que les renseignements divulgués à l’accusé dans une instance pénale, ou
encore au(x) parent(s) dans une instance relative à la protection de la jeunesse,
compromettent la sécurité des victimes de la violence familiale.
En plus des efforts des parties pour obtenir des éléments de preuve présentés dans une autre
instance afin de les soumettre dans une instance connexe, la question se pose aussi de savoir si
le tribunal peut prendre en compte des ordonnances rendues dans une instance connexe
même si les parties au litige ne les ont pas mentionnées dans le dossier. C’est particulièrement
pertinent lorsque des parties se représentent seules.
6.1 Éléments de preuve présentés devant une autre instance
Lorsqu’un cas de violence familiale donne lieu à plusieurs instances, les parties concernées
trouvent parfois que l’information et les documents recueillis dans le cadre d’une affaire ou
enquête pourraient être utiles dans une autre instance judiciaire. Par exemple, les documents
recueillis par la police dans le cadre d’une enquête criminelle ou en préparation d’un procès
(appelés preuve documentaire de la poursuite) sont, entre autres :







Les déclarations de l’accusé, du ou des plaignants et des témoins faites aux policiers;
Les résumés des témoignages anticipés des témoins;
Les constats de police et comptes-rendus d’incidents;
les rapports médico-légaux;
Les photos;
Les dossiers médicaux;
Les déclarations et notes de la police.
Ces éléments de preuve peuvent s’avérer très utiles pour un parent qui cherche à obtenir la
garde des enfants ou un accès à ceux-ci dans une affaire privée relevant du droit de la famille,
surtout lorsqu’ils viennent appuyer les allégations de violence conjugale ou de violence envers
les enfants perpétrée par l’un des parents. Les responsables de la protection de la jeunesse
voudront également avoir accès aux documents de la police et de la poursuite lorsqu’ils
cherchent à démontrer qu’un enfant a bel et bien besoin de protection contre la violence
122 | P a g e
Chapitre 6
familiale. Dans le même ordre d’idées, les renseignements recueillis par les organismes de
protection de la jeunesse pourraient également servir à prouver ou à contester des accusations
de violence conjugale ou de violence envers un enfant. Ces documents sont, entre autres :




Les notes d’enquêtes;
Les enregistrements d’entrevues;
Les déclarations de membres de la famille, d’amis ou de voisins;
Les dossiers médicaux, de traitement et d’études.
Cependant, comme nous le verrons dans la présente section, c’est plus que la simple
pertinence d’un élément de preuve qui détermine la capacité d’une partie d’avoir accès à ces
documents ou de déposer ceux-ci en preuve255.
Toute partie souhaitant avoir accès à des documents produits dans une instance donnée et les
présenter en tant qu’éléments de preuve dans une autre instance doit présenter sa demande
conformément aux règles judiciaires en vigueur, qui varient en fonction de la province ou du
territoire et du type d’instance. Toutefois, même quand l’accès à l’information et son
admissibilité en cour sont autorisés aux termes d’une loi ou de la common law, un juge de
première instance peut choisir d’exclure tout élément de preuve s’il estime que son effet
préjudiciable l’emporte sur sa force probante. La décision de la cour dépend donc beaucoup du
contexte et repose sur une analyse approfondie des divers intérêts en jeu.
Dans les sections qui suivent, nous décrivons certaines des difficultés liées à la production de
documents dans un procès pénal ou civil. La plupart des obstacles à l’accès et à l’admission
d’éventuels éléments de preuve découlent de la loi ou de la common law. La présente section
signale également certains des difficultés que les règles sur la divulgation de la preuve peuvent
poser aux victimes de violence familiale. À la fin du chapitre, nous décrivons les mesures
récentes visant à mettre à la disposition des tribunaux un cadre cohérent qui régit
l’admissibilité des documents produits par la police dans une affaire civile, ainsi qu’à faciliter
l’accès des parties à ces documents.
255
Le présent rapport ne traite pas de la question de droit complexe et nuancée qu’est l’admissibilité des
plaidoyers, des aveux et des décisions judiciaires provenant d’autres instances. En effet, toute une panoplie de
facteurs entre en jeu lorsqu’on s’intéresse à des instances parallèles concernant la violence familiale. Par exemple,
un plaidoyer de culpabilité dans une affaire pénale constitue un aveu total de responsabilité à l’égard de tous les
éléments de l’infraction aux fins d’une poursuite subséquente au civil; toutefois, dans certaines circonstances, la
personne déclarée coupable se voit autorisée à réfuter la présomption de conduite répréhensible dans le cadre
d’une audience civile. En revanche, le fait d’avoir été déclaré non coupable au terme d’un procès pénal n’a pas
nécessairement d’incidence sur la détermination de la responsabilité dans une affaire civile, étant donné les
différentes normes et règles de preuve. Ces règles et d’autres aussi sont des considérations essentielles pour les
parties à de multiples instances, mais elles échappent à la portée du présent document.
123 | P a g e
Chapitre 6
6.1.1 Procès en matière pénale
Étant donné les règles sur le ouï-dire256, les déclarations antérieures257 et l’autoincrimination258, ainsi que la non-admissibilité des déclarations extrajudiciaires involontaires259,
le procureur de la Couronne dans une affaire pénale ne peut pas toujours soumettre des
documents produits dans le cadre d’un procès civil ou d’une affaire de protection de la
jeunesse. De surcroît, les dossiers d’un organisme de protection de la jeunesse, même s’ils sont
pertinents, ne sont pas toujours accessibles et admissibles au motif de la protection des liens
thérapeutiques et autres relations de confiance, qui est dans l’intérêt public, et de la
confidentialité des personnes qui s’adressent à un organisme social260. En résumant la position
de la Société d’aide à l’enfance (SAE) dans R c. Medwid, la Cour de justice de l’Ontario a rappelé
256
Les déclarations et les documents produits dans d’autres contextes par des personnes qui ne sont pas devant le
tribunal constituent de prime abord un ouï-dire, et la véracité de leur contenu ne sera pas nécessairement
reconnue dans le contexte d’une procédure pénale à moins qu’ils ne relèvent d’une des exceptions à la règle, dont
l’exception raisonnée à la règle du ouï-dire qui consiste à déterminer la nécessité et la fiabilité de la déclaration. La
cour a le pouvoir discrétionnaire résiduel de rejeter toute déclaration qui relève d’une des exceptions à la règle du
ouï-dire si elle estime que l’effet préjudiciable de l’élément de preuve l’emporte sur sa valeur probante.
257
Le fait qu’une déclaration antérieure ait été faite ne permet pas de déterminer la véracité de son contenu, sauf
si le témoin répète ou adopte la déclaration pendant son témoignage ou si une exception s’applique. Les
déclarations antérieures sont normalement invoquées pour mettre la crédibilité des témoins qui comparaissent
devant la cour à l’épreuve. Une partie invitant un témoin à comparaître ne peut chercher à renforcer le
témoignage en introduisant une déclaration antérieure compatible (faite, par exemple, dans une instance civile) à
moins qu’une exception ne s’applique, comme l’allégation, par l’autre partie, selon laquelle des déclarations
mensongères ont été faites devant la cour, lorsque, par exemple, une contre-preuve est nécessaire pour réfuter
une telle allégation.
258
La protection contre l’auto-incrimination est garantie en vertu de l’article 13 de la Charte. Dans l’affaire
R c. Nedelcu, 2012 CSC 59, [2012] 3 RCS 311, l’opinion majoritaire de la Cour était que la Couronne pouvait contreinterroger l’accusé à propos d’éléments de preuve obtenus dans un interrogatoire préalable en matière civile,
faisant valoir que la protection offerte par l’article 13 s’applique seulement aux témoignages incriminants, et non à
n’importe quel témoignage que le témoin aurait pu être contraint de donner dans une instance préalable.
259
En droit pénal, toute déclaration ou confession extrajudiciaire de la part d’un accusé à une personne en position
d’autorité doit avoir été faite librement et volontairement pour que la Couronne puisse établir la véracité de son
contenu dans une instance pénale. Dans certains cas, on a considéré des travailleurs sociaux préposés à la
protection de la jeunesse comme des « personnes en position d’autorité », notamment lorsqu’ils travaillent de
concert avec des organismes publics conventionnels responsables des enquêtes et des poursuites. Si la Couronne
décide de ne pas soumettre la déclaration pour la véracité de son contenu, mais plutôt de la citer comme
déclaration préalable dans le contre-interrogatoire de l’accusé, elle doit tout de même prouver que la déclaration a
été faite volontairement. La partie défenderesse ne peut soumettre comme élément de preuve une déclaration
faite par l’accusé à une personne en position d’autorité.
260
Si les dossiers de l’organisme de protection de la jeunesse ne sont pas visés par l’obligation principale de
divulgation de la Couronne, ils peuvent faire l’objet d’une demande d’accès et de production par l’accusé
conformément à la pratique établie en common law et au critère établi dans l’affaire R c. O’Connor, [1995] 4 RCS
411. Si la partie défenderesse réussit à démontrer la « pertinence probable » des dossiers, la cour peut alors
décider d’ordonner la production et l’examen des dossiers en vue de déterminer s’ils devraient être communiqués
à l’accusé. Elle peut également ordonner qu’ils soient partiellement expurgés afin que seuls les renseignements
pertinents soient communiqués et pour éviter une intrusion injustifiée dans la vie privée. L’accès de l’accusé aux
dossiers de tierces parties décrits à l’article 278.1 du Code criminel, dans les instances portant sur les infractions de
nature sexuelle, est régi par les articles 278.2 à 278.9 du Code criminel.
124 | P a g e
Chapitre 6
l’importance de la confidentialité lorsqu’elle a résumé la position de la société d’aide à
l’enfance :
[TRADUCTION] Les demandes visant des dossiers [de la SAE] ont tendance à désavantager de
plus belle des groupes déjà marginalisés en attirant encore plus d’attention sur eux, tout
simplement parce qu’ils ont fait appel à des organismes sociaux. Qui plus est, les dossiers
thérapeutiques établis à la suite de traitements reçus d’organismes sociaux méritent une
attention particulière dans l’optique de la protection de la vie privée, car ils reposent sur une
relation de confiance et une présomption inhérente de confidentialité, à tel point que leur
divulgation risque de porter atteinte à la dignité de la personne concernée261.
Il convient de préciser que les règles de la preuve ne sont pas strictement appliquées lors des
audiences sur la mise en liberté sous caution. La cour peut ainsi rendre sa décision
conformément à la partie XVI du Code criminel en fonction de tout élément de preuve que le
juge considère plausible ou digne de foi, à l’exclusion des éléments non admissibles durant le
procès262. Ainsi, dans une audience sur la mise en liberté sous caution, la cour peut prendre en
compte des éléments de preuve provenant de tierces parties, comme un organisme de
protection de la jeunesse, lorsqu’elle doit décider si le prévenu devrait être mis en liberté ou en
détention. L’alinéa 518(1)d.1) du Code criminel est d’un intérêt particulier dans le contexte de la
protection de la jeunesse; il invite le juge à prendre en considération toute preuve relative au
besoin d’assurer la sécurité des victimes ou des témoins de l’infraction qui lui est présentée.
6.1.2 Communication de la preuve à l’accusé dans un procès pénal, et aux
parents dans le cas d’instances relevant de la protection de la jeunesse
Les règles de communication de la preuve dans le cadre d’un procès pénal et d’instances en
matière de protection de la jeunesse sont fondées sur des droits protégés par la Constitution.
La communication dans le contexte pénal peut donner un avantage à l’accusé dans une affaire
relevant du droit de la famille où l’autre parent pourrait ne pas avoir accès aux mêmes
éléments de preuve liés à des incidents de violence familiale. On craint aussi que l’accusé puisse
être informé de renseignements confidentiels reçus par la poursuite, ou qu’il ait accès à des
renseignements confidentiels qu’un tiers a en sa possession. Par exemple, l’information
recueillie dans le contexte d’une évaluation du risque, ayant permis de découvrir que la victime
a une nouvelle relation romantique, pourrait déclencher des représailles violentes si l’accusé
obtient ces renseignements soit parce qu’ils lui ont été communiqués, soit par la voie du
processus d’accès à l’information. La possibilité de communication d’un dossier à un parent
prétendument violent dans le cadre d’audiences en matière de protection de la jeunesse donne
lieu à des craintes semblables.
Pour assurer le droit de l’accusé garanti par la Charte, de présenter une défense pleine et
entière, la défense a le droit de connaître toute l’information pertinente que la poursuite a en
sa possession (communication de la preuve par la poursuite) et le droit d’avoir accès aux
261
o
R c. Medwid, [2008] OJ n 4614 au para 21.
Code criminel, supra, note 129, art 518(1)e).
262
125 | P a g e
Chapitre 6
documents qu’une tierce partie a en sa possession (communication par un tiers) 263. Dans
R c. Stinchcombe, la Cour suprême du Canada a clarifié et consolidé le principe général de la
communication de la preuve, tel que résumé dans R c. Taillefer :
Le ministère public doit divulguer à l’accusé tous les renseignements pertinents, qu’ils soient
inculpatoires ou disculpatoires, sous réserve de l’exercice du pouvoir discrétionnaire du
ministère public de refuser de divulguer des renseignements privilégiés ou encore
manifestement non pertinents. La pertinence s’apprécie tant à l’égard de l’accusation ellemême que des défenses raisonnablement possibles. Les renseignements pertinents doivent
être divulgués, que le ministère public ait ou non l’intention de les produire en preuve et ce,
avant que l’accusé n’ait été appelé à choisir son mode de procès ou à présenter son
plaidoyer. En outre, toute déclaration obtenue de personnes qui ont fourni des
renseignements pertinents aux autorités devrait être produite, même si le ministère public
n’a pas l’intention de citer ces personnes comme témoins à charge. Notre Cour a d’ailleurs
défini largement la notion de pertinence264.
L’obligation de la police de communiquer les éléments de preuve à la poursuite est limitée à
tout élément pertinent dans l’enquête sur l’accusé265. La poursuite a alors un certain pouvoir
discrétionnaire très limité quant au moment et à la façon dont se fera la communication 266 à la
défense, mais la rétention absolue de l’information pertinente pour la défense ne peut être
justifiée qu’en cas de privilèges légaux, essentiellement le privilège relatif aux indicateurs de
police et le droit de l’avocat au secret professionnel (deux formes de privilège générique)267
ainsi que le privilège relatif aux dossiers de counseling268. Le droit de l’avocat au secret
professionnel a été établi comme un principe de justice fondamentale par la Cour suprême du
Canada269. Par conséquent, l’obligation d’un avocat de dévoiler des éléments de preuve
obtenus de son client, comme pour le privilège relatif aux indicateurs de police, ne s’applique
263
R c. Stinchcombe, [1991] 3 RCS 326 au para 29 (décision qui a grandement élargi la définition de l’obligation de
la poursuite, en common law, de communiquer à la défense les éléments de preuve pertinents); R c. O’Connor,
[1995] 4 RCS 411 au para 156 (établit le régime de communication des dossiers des tiers).
264
R c. Taillefer, 2003 CSC 70, [2003] 3 RCS 307 au para 59.
265
R c. McNeil, 2009 CSC 3, [2009] 1 RCS 66 au para 13, 14.
266
Voir par ex. Ministère de la Justice et du Solliciteur général de l’Alberta, Guideline: Disclosure by the Prosecution
(28 mai 2008), en ligne :
<http://justice.alberta.ca/programs_services/criminal_pros/crown_prosecutor/Pages/disclosure_by_the_prosecut
ion.aspx>, qui prévoit que la communication peut être retardée si la sécurité d’une personne risque d’être en
danger en raison de la communication. Une procédure précise y est aussi décrite pour le report de la
communication de la preuve. La communication à un accusé se représentant seul peut aussi être contrôlée par le
poursuivant dans les cas où la protection, la sécurité ou la vie privée d’une personne qui fournit des
renseignements pertinents quant à la poursuite pourrait être compromise.
267
R c. Gruenke, [1991] 3 RCS 263 (La Cour fait la distinction entre le privilège « générique » et le privilège « fondé
sur les circonstances de chaque cas », le premier étant un privilège prima facie selon lequel les communications
sont privilégiées et inadmissibles et le second, une présomption prima facie que les communications ne sont pas
privilégiées et sont admissibles. Les privilèges génériques sont rares, en vertu tant de la loi (immunité de conjoint)
que de la common law (droit de l’avocat au secret professionnel, privilège relatif aux indicateurs de police,
privilège relatif au litige et discussions en vue d’un règlement entre les parties); David M Paciocco et Lee Struesser,
The Law of Evidence, Toronto, Irwin Law, 2008 à la p 219; Coughlan, supra note 143 à la p 210.
268
Coughlan, supra, note 143 à la p 215.
269
R c. McClure, 2001 CSC 14, [2001] 1 RCS 445 au para 41.
126 | P a g e
Chapitre 6
que lorsque cela pourrait contribuer à prouver l’innocence de l’accusé270 ou lorsque la sécurité
publique est menacée271.
En ce qui a trait aux dossiers des tiers (y compris psychiatriques, médicaux ou de counseling), le
privilège doit être étudié en fonction des circonstances de chaque cas, conformément au test
de Wigmore272. En outre, l’accès aux dossiers de tiers pour lesquels le plaignant peut
raisonnablement s’attendre à la protection de sa vie privée est assujetti à la fois aux règles de la
common law (appelées communément règles d’O’Connor)273 et aux articles 278.1 à 278.91 du
Code criminel. Les dispositions législatives s’appliquent notamment aux dossiers d’études,
d’emploi, de protection de la jeunesse et de services sociaux274. Cependant, ces dispositions ne
s’appliquent qu’aux infractions d’ordre sexuel énumérées. Dans les cas de violence familiale qui
n’est pas d’ordre sexuel, ce sont les règles d’O’Connor qui s’appliqueraient.
Il convient de préciser que le privilège appartient au détenteur des documents, pour qui ces
règles ont été établies, et qu’il est donc possible pour ce dernier d’y renoncer explicitement ou
implicitement275. Par conséquent, la plupart du temps, quand de l’information confidentielle
est fournie par une victime à son avocat puis communiquée à d’autres avec le consentement de
la victime (après évaluation des risques), le détenteur a probablement renoncé au privilège. En
outre, les règles sur la communication de renseignements s’appliquent à tout document
270
Ibid au para 46-61 (La Cour a établi dans McClure un test comportant un critère préliminaire et un critère en
deux étapes concernant la démonstration de l’innocence de l’accusé (dans R c. Brown, 2002 CSC 32, [2002] 2 RCS
185 au para 4). L’accusé doit d’abord établir que l’information protégée ne peut être obtenue d’aucune autre
source. Une fois cela établi, le juge doit déterminer si (1) l’accusé a présenté des éléments de preuve permettant
de conclure à l’existence d’une communication qui pourrait susciter un doute raisonnable quant à sa culpabilité et
(2) si la communication (que le juge examinera seul) suscitera probablement un doute raisonnable quant à la
culpabilité de l’accusé.)
271
Paciocco et Struesser, supra note 267 à la p 234.
272
e
John H Wigmore, Evidence in Trial at Common Law, 3 éd, révisé par J T McNaughton, vol 8, Boston
(Massachussetts), Little Brown, 1961 à la p 2258 (Wigmore établit quatre critères à évaluer lors d’une analyse du
privilège en fonction des circonstances propres à l’affaire : (1) que les communications aient été transmises
confidentiellement avec l’assurance qu’elles ne seraient pas divulguées, (2) que le caractère confidentiel soit un
élément essentiel au maintien complet et satisfaisant des rapports entre les parties, (3) que les rapports soient de
la nature de ceux qui, selon l’opinion de la collectivité, doivent être entretenus assidûment, et (4) que le préjudice
permanent que subiraient les rapports par la divulgation des communications soit plus considérable que l’avantage
à retirer d’une juste décision.)
273
R c. O’Connor, [1995] 4 RCS 411 au para 31 (La Cour a créé une procédure en deux étapes permettant de
déterminer si les dossiers d’un tiers devraient être produits. Premièrement, l’accusé doit persuader le juge
d’examiner personnellement les dossiers – ce dernier doit pour ce faire pondérer le droit de l’accusé à une défense
pleine et entière et le droit à la vie privée du tiers. Deuxièmement, le juge doit déterminer s’il convient de produire
tout élément du dossier en se fondant sur un certain nombre de facteurs, notamment : (1) la mesure dans laquelle
ce dossier est nécessaire pour que l’accusé puisse présenter une défense pleine et entière; (2) la valeur probante
du dossier; (3) la nature et la portée de l’attente raisonnable au respect du caractère privé de ce dossier; (4) la
question de savoir si la production du dossier reposerait sur une croyance ou un préjugé discriminatoire; (5) le
préjudice possible à la dignité, à la vie privée ou à la sécurité de la personne que pourrait causer la production du
dossier en question [non souligné dans l’original]).
274
Code criminel, supra, note 129, art 278.1; toutefois, voir aussi R. c. Mills, [1999] 3 RCS 668.
275
Paciocco et Struesser, supra, note 267, p. 220-222.
127 | P a g e
Chapitre 6
pertinent, même si le ministère public ne l’a pas en sa possession. Les demandes de production
de dossiers de tiers font que ces dossiers sont communiqués, à moins qu’ils ne soient soustraits
à la communication en vertu des articles 278.1 à 278.91 du Code criminel (dans le cas des
infractions d’ordre sexuel) ou suivant les règles d’O’Connor276.
Dans les cas de protection de la jeunesse, les normes de communication sont établies par la
législation provinciale sur la protection de la jeunesse277. En outre, comme nous l’avons fait
remarquer plus haut, des exigences constitutionnelles semblables à celles qui s’appliquent dans
le contexte pénal doivent être respectées dans le contexte de la protection de la jeunesse
puisque, si l’État retire l’enfant de ses parents, il porte atteinte à l’intégrité psychologique du
parent. Or, dans ce cas, ce dernier a droit à la protection garantie par la Charte278.
6.1.3 Procès en matière de droit de la famille et de protection de la jeunesse
Les services de police et les organismes de protection de la jeunesse s’échangent régulièrement
des dossiers d’enquête sans procédure officielle. C’est particulièrement vrai si la police et les
responsables de la protection de la jeunesse mènent une enquête conjointe dans le but
d’obtenir toute l’information requise pour assurer la sécurité des victimes de violence familiale.
Cependant, chaque fois qu’il y a désaccord concernant la production des dossiers de l’enquête
policière dans les affaires de protection de la jeunesse, les tribunaux ont mis fortement l’accent
sur l’accès à l’information pouvant aider à déterminer qu’est-ce qui est dans l’intérêt supérieur
de l’enfant, même si c’est au détriment de la protection de la vie privée ou si cela pouvait
entraîner des violations de la Charte. Les rapports de police et les déclarations des témoins
peuvent avoir une valeur incertaine en tant qu’éléments de preuve de la capacité parentale
(surtout s’ils n’ont pas mené au dépôt d’accusations pénales et n’ont pas fait l’objet d’un
contre-interrogatoire), mais les preuves d’un comportement criminel antérieur sont
généralement jugées pertinentes dans les conflits concernant la garde d’un enfant et
l’application de mesures de protection. Normalement, ces documents sont expurgés, ou
l’information n’est pas divulguée, de façon à assurer l’intégrité du système de justice pénale, la
coopération des témoins et le respect du droit à la vie privée de toute partie ou tiers en cause,
et à tenir compte des préoccupations à l’égard de la sécurité et du privilège de la Couronne.
Toutefois, les tensions deviennent plus vives lorsque les organismes de protection de la
jeunesse demandent à voir les dossiers d’enquête policière ou de la poursuite si des affaires
pénales sont en cours, et surtout si les documents en question pourront être vus par les parents
qui sont eux-mêmes en cause dans le dossier criminel. Il importe de garder à l’esprit que, dans
le contexte de la protection de la jeunesse, les parents peuvent accéder à la plupart des
documents les concernant qui ont été constitués par les organismes de protection de la
276
R. c. O’Connor, [1995] 4 RCS 411; R. c. Carosella, [1997] 1 RCS 80.
Par exemple, en Ontario, l’article 74 de la Loi sur les services à l’enfance et à la famille, LRO 1990, c C-11, prévoit
la procédure d’accès aux dossiers. Aussi, conformément aux paragraphes 76(20) et (21) de la Loi sur les services à
l’enfant et à la famille du Manitoba, CPLM, c C80, une personne peut demander la communication, en partie ou en
totalité, d’un dossier d’un organisme de services à l’enfant et à la famille.
278
Supra note 56.
277
128 | P a g e
Chapitre 6
jeunesse. Par conséquent, si les dossiers d’enquête policière sont transmis à ces organismes,
cela peut avoir pour effet direct de les transmettre aux parents. Dans de telles circonstances,
on peut craindre avec raison que le fait de communiquer prématurément les dossiers de
l’instance ou de l’enquête menace l’intégrité de l’enquête ou du procès pénal. Par contre, étant
donné les délais souvent très longs des tribunaux dans les affaires pénales, l’urgence de
déterminer qui aura la garde et la nécessité d’assurer la protection des victimes à la lumière des
preuves les plus étoffées possibles sont sans nul doute d’intérêt public. Les tribunaux ont
affirmé que, dans les affaires de violence familiale, aucun système n’a la primauté. En effet,
puisque les deux systèmes visent à assurer la sécurité d’éventuelles victimes de violence
familiale, quand les intérêts des parties sont conflictuels, les tribunaux doivent soigneusement
pondérer ces intérêts à la lumière des faits. Comme le tribunal le souligne dans Children’s Aid
Society of Algoma c. S B279 :
[TRADUCTION] En réalité, le système de justice pénale et le système de protection de la
jeunesse sont intégrés et ont des éléments distincts ou se chevauchant pour ce qui est de la
protection de la mère et des enfants. Aucun système ne peut à lui seul offrir une protection
optimale. Seuls l’effort conjugué des deux systèmes et un amalgame de leurs procédures
peuvent optimiser la protection de la mère et des enfants.
6.1.4 Questions pratiques
Un examen du droit dans ce domaine montre que la question est très complexe, même pour
ceux qui ont une formation juridique. On ne peut qu’imaginer à quel point les questions de
preuve dépassent les compétences des parties non représentées, et il arrive souvent que des
parties ne soient pas représentées dans le contexte du droit de la famille. Une partie à un litige
se représentant elle-même qui voudrait obtenir de l’information issue d’un procès pénal pour la
présenter en preuve dans un procès en droit de la famille aura probablement énormément de
difficultés. Dans certains cas, cela pourrait aboutir à des conclusions contradictoires du procès
en droit de la famille et du procès pénal. Le juge Harvey Brownstone a écrit ce qui suit sur la
question :
[TRADUCTION] On a vu des situations où un tribunal du droit de la famille n’était pas
convaincu, selon la prépondérance des probabilités, que le parent A avait agressé le parent
B, alors qu’un tribunal pénal avait conclu au-delà de tout doute raisonnable qu’il y avait eu
agression. Comment est-ce possible, si la norme de preuve est tellement moins rigoureuse
au tribunal de la famille qu’au tribunal pénal? Si la preuve présentée n’était pas assez
convaincante pour que le tribunal de la famille conclue que le parent A avait probablement
agressé le parent B, comment un juge (ou jury) du tribunal pénal peut-il avoir jugé au-delà
de tout doute raisonnable que l’agression s’est produite?
Cette apparente contradiction peut s’expliquer de différentes façons. Des preuves
différentes peuvent avoir été présentées dans chaque cas. Par exemple, des dossiers
médicaux faisant état des blessures peuvent avoir été présentés au tribunal pénal, mais pas
au tribunal du droit de la famille. Ceux qui ont été témoins de l’incident peuvent avoir
279
[2008] OJ No 3132 au para 15.
129 | P a g e
Chapitre 6
témoigné au tribunal pénal, mais pas au tribunal du droit de la famille. J’ai vu cette situation
se produire dans des cas où la victime n’avait pas d’avocat au tribunal de la famille et n’avait
donc pas présenté le meilleur dossier pour sa défense. Au tribunal pénal, ce problème est
inexistant parce que c’est la poursuite qui fait tout le travail relatif à l’obtention et à la
présentation de la preuve280.
6.1.5 Examen judiciaire d’ordonnances et d’éléments de preuve non versés au
dossier
Des préoccupations ont été exprimées au sujet de la façon dont un juge pourrait apprécier des
ordonnances et des éléments de preuve d’une autre instance, lorsque les parties ne les ont pas
présentés et qu’ils ne font donc pas partie du dossier soumis au tribunal. Un juge peut se
retrouver dans une position difficile s’il est au courant d’une ordonnance ou d’éléments de
preuve pertinents d’une autre instance mettant en cause les mêmes parties, sans vouloir
s’immiscer dans le processus contradictoire et compromettre l’équité du procès en prenant en
compte des éléments de preuve qui n’ont pas été officiellement reçus281. Des précédents
mettent en lumière cette question de preuve282. Des défenseurs des tribunaux intégrés pour
l’instruction des causes de violence familiale de l’État de New York affirment que le tribunal
peut prendre connaissance d’office de renseignements contenus dans une autre affaire lorsque
les deux parties en ont été informées et que les renseignements ont été versés au dossier283. Il
reste à déterminer si la doctrine de la connaissance d’office s’appliquerait dans de telles
situations dans le contexte canadien284.
6.2 Pratiques prometteuses
6.2.1 D P c. Wagg
Même si déterminer le moment où l’on doit ordonner la production de la preuve documentaire
de la poursuite est un exercice hautement contextuel, certaines lignes directrices sont en cours
d’élaboration. Dans l’affaire D P c. Wagg285 de 2004, la Cour d’appel de l’Ontario a adopté un
processus de sélection qui a depuis été grandement utilisé quand ces documents sont
demandés dans le cadre d’une affaire civile. Dans l’affaire Wagg, la demanderesse a intenté
une poursuite civile pour les préjudices que lui aurait causés l’agression sexuelle du défendeur.
Le défendeur n’avait pas été reconnu coupable au pénal puisque les accusations avaient été
280
Brownstone, supra note 61 aux pp 130-131.
La préoccupation peut être plus grande lorsqu’une partie dans une affaire de droit de la famille qui a été victime
de violence aux mains d’un partenaire intime choisit de ne pas mentionner au dossier une ordonnance pénale ou
de protection d’urgence. Une telle conduite pourrait s’expliquer par la crainte que la partie soit vue comme un
« parent belliqueux » ou la réticence à être contre-interrogé sur des questions délicates.
282
Voir Petrelli c. Lindell Beach Holiday Resort Ltd, 2011 BCCA 367; R c. Truong, 2008 BCSC 1151.
283
Aldrich et Kluger, supra note 241 à la p 82, citant l’arrêt Hector G c. Josefina P, Supreme Court of New York,
Bronx County, 2 Misc 3d 801; 771 NYS 2d 316 (2003).
284
Voir R c. Find, 2001 CSC 32, [2001] 1 RCS 863; R c. Spence, 2005 CSC 71, [2005] 3 RCS 458.
285
D P c. Wagg (2004), 239 DLR (4th) 501, [2004] OJ No 2053 (CA), conf D P c. Wagg (2002), 61 OR (3d) 746 (C div
ON).
281
130 | P a g e
Chapitre 6
suspendues en raison d’un retard déraisonnable. À l’appui de sa poursuite civile, la
demanderesse a réclamé la production des déclarations que le défendeur avait fournies à la
police durant l’enquête criminelle. Ces déclarations avaient été jugées inadmissibles au procès
parce que le tribunal avait conclu que le droit de l’accusé d’avoir recours à un avocat en vertu
de l’alinéa 10b) de la Charte avait été enfreint.
En raison d’une divulgation dans le cadre du procès pénal, le défendeur dans l’affaire Wagg
était en possession des dossiers de l’enquête policière détenus par la poursuite. Dans les Règles
des procédures civiles de l’Ontario, il n’existait pas de mécanisme pour informer le ministère
public de la demande de production ni de moyen de permettre au ministère public de se
prononcer sur cette question. Afin d’aborder ce problème, et plus particulièrement les
préoccupations relatives à la vie privée et à l’intégrité du processus pénal, la Cour d’appel de
l’Ontario a confirmé l’utilisation d’un processus qui est maintenant connu sous le nom de
« mécanisme de filtrage Wagg » et a ordonné la production de la preuve. Tout en soulignant
l’importance d’avoir la forme de communication préalable la plus complète dans les poursuites
civiles, le juge Rosenberg a accepté qu’il puisse y avoir des raisons d’intérêt public impérieuses
justifiant la décision de ne pas divulguer certains renseignements286.
Le processus adopté par la Cour d’appel dans l’arrêt Wagg est le suivant :



Une personne en possession de documents de la poursuite doit divulguer leur existence
dans l’affidavit de documents si elle est partie à une instance civile où ces documents
pourraient être pertinents.
La personne ne devrait pas divulguer le contenu intégral des documents tant que le
poursuivant, la police ou les deux n’auront pas consenti à leur divulgation ou tant
qu’une ordonnance du tribunal n’a pas été rendue pour forcer leur divulgation. Quand
le tribunal détermine s’il doit rendre obligatoire la divulgation d’un document, il doit
s’assurer que le document en question contient des renseignements qui pourraient être
pertinents.
Dans l’affirmative, le tribunal entreprend ensuite un processus d’évaluation afin de
déterminer s’il [TRADUCTION] « existe dans le cas particulier une valeur sociale dominante
et un intérêt public à la non-divulgation qui prévaut sur celui de favoriser
l’administration de la justice par l’accès libre et entier des parties à l’information
pertinente »287.
Le juge Rosenberg a reconnu que le mécanisme de filtrage Wagg pourrait retarder
considérablement le règlement du litige et en augmenter grandement le coût288. Toutefois, il
croyait que la plupart des demandes de production pourraient être résolues sur consentement.
Il a affirmé ce qui suit :
286
Ibid au para 54. Il est intéressant de noter que cette violation de la Charte n’était pas considérée par la Cour
d’appel comme un obstacle à la production de documents dans une poursuite civile parce qu’elle ne serait pas
nécessairement susceptible de déconsidérer l’administration de la justice, para 71.
287
Ibid au para 17.
288
Ibid au para 50.
131 | P a g e
Chapitre 6
[TRADUCTION] Je m’attends à ce que les parties et les agents de l’État soient généralement en
mesure de s’entendre sur la divulgation des documents dans bien des cas. Quand la partie
en possession de la preuve documentaire de la poursuite a accès aux documents, l’équité
exige normalement que l’autre partie y ait également accès. [...]
De plus, les parties et les agents de l’État devraient accepter de produire tous les
renseignements qui ont été utilisés par le tribunal dans le cadre de la poursuite pénale s’ils
revêtent un intérêt d’importance supérieure, par exemple des documents privés de
plaignants dans des affaires d’agression sexuelle ou des dossiers médicaux confidentiels289.
Bien qu’il n’ait pas été adopté dans toutes les provinces et tous les territoires, le mécanisme de
filtrage Wagg a été utilisé à l’intérieur et à l’extérieur de l’Ontario et a été cité et approuvé par
la Cour suprême du Canada290.
Puisque l’affaire Wagg porte sur des parties privées plaidant une affaire civile, on s’est
rapidement demandé si le mécanisme Wagg s’appliquait quand des organismes publics comme
les SAE voulaient obtenir l’accès aux documents de la poursuite. En effet, parmi le nombre
considérable de demandes faites au ministère du Procureur général de l’Ontario après
l’affaire Wagg, 20 % concernaient des affaires de protection de la jeunesse, juste derrière les
accidents automobiles291. Une décision rendue en 2007, Children’s Aid Society of Algoma c. D
P292, a permis de régler la question et de confirmer que le mécanisme Wagg s’applique aux
demandes des SAE pour les dossiers des tiers.
Dans l’affaire Algoma, la SAE craignait que les enfants vivant dans une famille où il y avait
semble-t-il de la violence et beaucoup de conflits soient à risque de subir des problèmes
affectifs et d’être exposés à une conduite inappropriée. La SAE a demandé que le procureur
général de l’Ontario divulgue les casiers judiciaires, le contenu des documents de la poursuite,
ainsi que les dossiers de probation et de libération conditionnelle concernant la mère de
l’enfant et son petit ami. Le procureur général a invoqué le droit à la vie privée des tiers
nommés dans les dossiers. Il a également affirmé que, si ces renseignements étaient produits,
cela pourrait entraîner des craintes de poursuites pénales : les témoins pourraient être
réticents à coopérer avec la police si leurs noms risquaient ensuite d’être divulgués à la SAE293.
La SAE a soutenu que la nécessité de protéger l’intérêt supérieur de l’enfant devrait l’emporter
sur le droit à la vie privée des tiers. Dans cette affaire, il n’y avait pas d’enquête criminelle en
cours dont l’intégrité pouvait être entravée par la production de documents. La juge Pardu a
indiqué qu’il était vrai que des préoccupations d’intérêt public et des préoccupations relatives à
289
Ibid au para 52; voir aussi Di Luca, Dann et Davies, supra note 145 aux pp 45-46, pour une discussion sur la
question.
290
R c. McNeil, 2009 CSC 3, [2009] 1 RCS 66 au para 46.
291
Crystal O’Donnell et David Marriott, « Utilisation accessoire du dossier de la Couronne - Document de
consultation », Edmonton, document fourni à la Conférence pour l’harmonisation des lois au Canada, 2006 aux
pp 24-25.
292
[2007] OJ No 3601.
293
Children’s Aid Society of Algoma c. D P, [2006] OJ No 1878 au para 27.
132 | P a g e
Chapitre 6
la vie privée pourraient restreindre la production, mais que ce serait une situation rare étant
donné que des [TRADUCTION] « motifs d’intérêts publics importants justifient le travail des
sociétés d’aide à l’enfance »294. La SAE a fini par obtenir accès aux dossiers, à l’exception des
codes policiers internes, des numéros du service d’empreintes digitales et des noms des
informateurs confidentiels qui ont été retirés. En outre, pour les copies fournies aux parents de
l’enfant, le tribunal a également ordonné le retrait des numéros d’assurance sociale, des permis
de conduire et des plaques d’immatriculation des tiers, ainsi que leur date de naissance, leurs
numéros de téléphone et leurs adresses. Le tribunal a conclu que :
[TRADUCTION] Les personnes qui donnent aux policiers des renseignements qui suscitent des
préoccupations quant au bien-être d’un enfant devraient s’attendre à ce que ces
renseignements soient transmis à une société d’aide à l’enfance, car les policiers sont
obligés d’informer ces sociétés quand ils ont des motifs raisonnables de soupçonner qu’un
enfant pourrait être en danger. [...] Bien qu’il pourrait y avoir des dossiers de nature
extrêmement délicate qui portent sur des questions extrêmement personnelles et ne
devraient être divulgués à personne, même à une société d’aide à l’enfance, parce qu’ils ne
sont pas d’une grande utilité pour l’enquête, dans la plupart des cas, la remise des dossiers
judiciaires appropriés à la société d’aide à l’enfance ne portera pas atteinte aux attentes
raisonnables en matière de vie privée auxquelles on fait allusion dans ces dossiers295.
Il faut souligner que les pratiques diffèrent selon les provinces et les territoires en ce qui a trait
aux requêtes de type Wagg, puisque les degrés de coopération entre les organismes de
protection de la jeunesse et les services des poursuites pénales varient.
6.2.2 Loi uniforme sur la production des documents de poursuite
En 2010, la Conférence pour l’harmonisation des lois au Canada a adopté une loi uniforme pour
fournir un ensemble uniforme de règles sur l’admissibilité des documents de poursuite296 dans
les instances civiles et administratives297. La Loi uniforme sur la production des documents de
poursuite étendrait uniformément les principes adoptés dans l’arrêt D P v Wagg à l’échelle du
pays lorsque la Couronne ou la police refuse de produire les documents demandés298.
294
Ibid au para 14.
Ibid aux para 21, 27.
296
Dans la Loi uniforme, le terme « document de poursuite » est défini comme un dossier qui est a) soit constitué
ou obtenu par un corps de police au cours de l’enquête sur une infraction réelle ou présumée, qu’il soit ou ait été
ou non communiqué à la Couronne; b) soit constitué ou obtenu par la Couronne relativement à l’enquête ou à la
poursuite d’une infraction réelle ou présumée (article 1).
297
Les instances comprennent des actions, des requêtes ou d’autres instances civiles; des instances
administratives, disciplinaires ou liées à la réglementation; des enquêtes autres que les enquêtes de coroner et les
enquêtes publiques, les arbitrages et toute autre instance ou procédure devant des cours ou des tribunaux
canadiens, à l’exception des poursuites relatives aux infractions (article 1).
298
Loi uniforme sur la production des documents de poursuite, Conférence pour l’harmonisation des lois au
Canada, en ligne : <http://www.ulcc.ca/fr/component/content/article/10-french-category/1202-loi-uniforme-surla-protection-des-documents-de-la-poursuite>.
295
133 | P a g e
Chapitre 6
Selon la Loi uniforme sur la production des documents de poursuite, dans des circonstances
ordinaires, les documents de poursuite peuvent seulement être produits avec le consentement
du procureur général ou du ministère responsable de l’enquête et de la poursuite relatives à
l’infraction, ou du service de police compétent299. La seule exception serait lorsqu’un tribunal
ordonne la production de documents en vertu des règles établies dans la Loi300. Cette exception
ne s’applique pas aux documents de poursuite partagés par les autorités de la protection de la
jeunesse301. Le paragraphe 3(3) permet aux tribunaux de déterminer qui doit être informé des
demandes de communication, et prévoit que les personnes qui seront visées par les documents
de poursuite auront une possibilité raisonnable de faire entendre leurs observations.
D’après le paragraphe 4(2), les tribunaux doivent tenir compte des facteurs suivants lorsqu’ils
doivent déterminer s’il faut rendre obligatoire la production de documents, malgré les
objections à cet égard :
1. L’étape de l’instance à laquelle le tribunal instruit la requête;
2. La fin particulière à laquelle la requête est présentée et l’utilisation prévue du document
de poursuite dans l’instance;
3. Le fait que les renseignements contenus dans le document de poursuite soient
facilement accessibles ou non auprès d’une autre source;
4. Le rôle des personnes suivantes dans le cadre de l’enquête ou de la poursuite à laquelle
se rapporte le document de poursuite :
a. La partie qui souhaite produire le document de poursuite, le cas échéant;
b. Toute partie à l’intention ou au nom de laquelle le document de poursuite serait
produit.
5. Les intérêts de nature privée de toute personne qui fait l’objet du document de
poursuite;
6. Dans le cas d’une instance portant sur la protection d’un enfant, l’intérêt supérieur de
l’enfant qui fait l’objet de l’instance;
7. Tout autre facteur pertinent.
Selon le paragraphe 4(3) de la Loi uniforme sur la production des documents de poursuite, le
tribunal doit rejeter une demande de production si le document porte sur une enquête ou une
poursuite en cours, sauf si le document est demandé pour une procédure en matière de
protection de la jeunesse ou que d’autres circonstances spéciales militent en faveur de sa
production. Il est intéressant de souligner que l’intérêt d’un enfant faisant l’objet d’une affaire
de garde ou d’accès devant un tribunal de la famille n’est pas considéré comme un facteur qui
militerait en faveur de la production obligatoire.
299
Ibid, art 2.
Ibid, art 3.
301
Ibid, para 2(4).
300
134 | P a g e
Chapitre 6
6.2.3 Utilisation de la Loi sur l’accès à l’information
Comme le processus de requête de type Wagg ne semble pas répandu au pays, des parties
dans plusieurs provinces et territoires se replient sur des demandes d’accès à l’information aux
termes de la législation pertinente. Par exemple, en Alberta, un article de la Freedom of
Information and Protection of Privacy Act302 autorise un organisme public (ce qui engloberait les
poursuivants) à divulguer des renseignements personnels dans les situations pertinentes cidessous :
[TRADUCTION] 40(1) Un organisme public peut divulguer des renseignements personnels
seulement
[...]
v) aux fins d’une instance introduite devant un tribunal ou un organisme quasi judiciaire à
laquelle le gouvernement de l’Alberta ou un organisme public est partie,
[…]
ee) si l’administrateur général de l’organisme public a des motifs raisonnables de croire
que la divulgation permettra d’éviter ou de réduire un danger imminent pour la santé ou
la sécurité d’une personne;
[…]
gg) à un organisme chargé de l’application de la loi, un organisme fournissant des services
à un mineur, un autre organisme public ou une personne ou un organisme autorisé si les
renseignements concernent un mineur ou le parent ou le tuteur d’un mineur et
l’administrateur général de l’organisme public a des motifs raisonnables de croire que la
divulgation est dans l’intérêt supérieur de ce mineur.
Pour en savoir plus sur la législation en matière de protection des renseignements personnels
et la communication d’information, consultez le chapitre 7.
6.2.4 Protocoles de l’Ontario
Comme l’indiquent le juge Rosenberg et la Loi uniforme sur la production des documents de
poursuite, la décision Wagg n’empêche pas la Couronne ou les services de police pertinents de
diffuser leurs propres documents. D’après Helen Murphy, de la Catholic Children’s Aid Society
of Toronto, dans de telles circonstances, l’opposition à la communication de renseignements
peut souvent être éliminée à l’aide de discussions entre l’avocat chargé de la protection de la
jeunesse et l’avocat de la Couronne, à condition qu’un avocat de la Couronne soit affecté à
cette affaire dès le début de la procédure303. Dans cette optique, un protocole a récemment été
mis en place en Ontario pour faciliter la communication directe de renseignements entre les
services de police et les SAE sans l’aide du ministère du Procureur général. Dans le cadre de ce
protocole, la SAE dépose une requête de type Wagg auprès du tribunal et notifie la police, qui
répond en présentant un modèle d’ordonnance pour le tribunal. Selon le protocole, quand il n’y
a pas d’accusations en instance ou de poursuites en cours, le service de police est autorisé à
302
LRA 2000, c F-25.
Helen Murphy, Police Records, Privacy and the Best interests of the Child, the Child protection File: Best
Practices, Toronto, Barreau du Haut-Canada, 2007.
303
135 | P a g e
Chapitre 6
divulguer les renseignements en sa possession, sous réserve de nombreuses considérations, y
compris les protections prévues par la loi, l’interdiction de divulguer, les privilèges ou
l’immunité fondés sur l’intérêt public et les droits d’un tiers à la vie privée. Les renseignements
fournis comprennent les principaux documents qui traitent des préoccupations relatives au
bien-être de l’enfant (synopsis, déclarations, notes des policiers, rapports médico-légaux). La
personne qui les reçoit doit également accepter de ne pas utiliser ces renseignements hors de
la procédure relative à la protection de la jeunesse.
Bien que les tiers souhaitent protéger leur vie privée dans ces affaires, il serait extrêmement
long, voire impossible, de tenter de communiquer avec eux tous afin d’obtenir leur
consentement. Par conséquent, le procureur général et la police ont tenté d’établir un juste
équilibre entre la pertinence et le droit à la vie privée pour les tiers auxquels on demande de
l’information par voie d’une requête de type Wagg. Les renseignements couramment retirés
comprennent les adresses, les renseignements personnels, les numéros de permis de conduire,
les numéros d’assurance-maladie, les casiers judiciaires non pertinents, les dossiers
psychiatriques, les antécédents médicaux, les journaux, les photos d’autopsie et les exclusions
prévues par la loi (par exemple les données génétiques, le matériel d’écoute, les casiers
judiciaires des jeunes et les renseignements obtenus au moyen d’un mandat de perquisition en
vertu du Code criminel).
D’après le ministère du Procureur général de l’Ontario, le modèle d’ordonnance est une
réussite : le nombre de demandes au bureau du procureur général a diminué
considérablement, et il n’y a pas eu de litige depuis que l’on a commencé à utiliser ce modèle.
Malgré cela, le ministère du Procureur général de l’Ontario continue de traiter
approximativement 500 demandes de divulgation par année et, étant donné que ces demandes
peuvent dépendre grandement du contexte, il est possible de faire preuve de créativité et de
faire des compromis lors de la rédaction de l’ordonnance de divulgation. Le Bureau de l’avocat
des enfants de l’Ontario utilisera un modèle d’ordonnance très similaire.
136 | P a g e
Chapitre 7
Chapitre 7 Protection de la vie privée
7.1 Obstacles
C’est parce que nous devons assurer la sécurité et le bien-être des partenaires intimes, des
enfants et autres proches de manière efficace et coordonnée que l’on souhaite améliorer la
mise en commun des renseignements entre les systèmes de justice pénale, de justice familiale
et de protection de la jeunesse. L’objectif consiste à compiler les renseignements provenant de
toute une gamme de sources, tant pénales que civiles, pour faire en sorte que les risques réels
soient adéquatement repérés et évalués, et que des mesures appropriées soient prises pour
favoriser la sécurité des victimes et prévenir de futurs incidents de violence familiale.
Selon le contexte (la raison pour laquelle les renseignements sont recueillis, le genre de
décisions prises et la personne qui les prend), plusieurs renseignements peuvent s’avérer
pertinents et devraient être échangés. Par exemple :

















Une allégation d’infraction;
Le nom de la victime ou de l’accusé;
Une allégation selon laquelle un enfant a été témoin de violence familiale;
Une violation d’une ordonnance;
Un appel au 911 ou un autre appel d’urgence;
Une demande d’ordonnance de protection ou d’un engagement de ne pas
troubler l’ordre public;
Le casier judiciaire d’un délinquant et ses antécédents de violence;
L’évaluation du risque qu’un accusé représente pour les membres de sa famille
ou d’autres personnes;
La date prévue pour une audience devant le tribunal ou pour une audience de
détermination de la peine;
Autres infractions commises par l’accusé;
Les allégations de menaces envers des membres de la famille;
L’introduction d’une instance judiciaire (pour un divorce ou une ordonnance
concernant les enfants ou la pension alimentaire);
Le fait de participer à un programme sur la violence conjugale ou sur l’abus
d’alcool ou d’autres drogues et d’avoir terminé ce genre de programme;
Le fait de se prévaloir des services de justice à la famille, pour obtenir des
conseils sur le rôle parental, des renseignements sur l’accès supervisé et sur la
médiation;
La date de libération d’un accusé dans la collectivité (s’il a été incarcéré);
Les coordonnées de la victime;
Les indicateurs de risque provenant d’autres secteurs (par exemple, les
renseignements recueillis par la police concernant une aggravation des
137 | P a g e

Chapitre 7
problèmes de santé mentale de l’accusé, les indicateurs relevés par des
professionnels de la santé mentale, les tentatives de suicide);
Tout autre facteur de risque pertinent.
Certains de ces renseignements seront particulièrement utiles aux policiers pour appliquer la loi
et protéger la victime. Par exemple, il est possible que les policiers souhaitent être au courant
d’une future demande au tribunal de la famille ou de la date d’une comparution, puisqu’elles
peuvent augmenter les risques pour la victime. Certains renseignements peuvent s’avérer
pertinents en particulier pour les intervenants dans l’exercice de leur mandat respectif, parce
qu’ils tracent un portrait global de la situation familiale. Par exemple, les services d’aide aux
victimes au sein du système de justice pénale pourraient avoir besoin de savoir de quels
services de justice familiale les membres d’une famille se prévalent, afin d’aider à planifier des
mesures de sécurité. Il pourrait aussi être utile pour les intervenants en matière d’accès
supervisé de savoir que le parent concerné a enfreint une ordonnance de protection.
Toutefois, les efforts pour améliorer la communication des renseignements entrent en conflit
avec une autre valeur importante, soit le respect de la vie privée, lorsque des renseignements
personnels ou confidentiels sont entre les mains d’organismes, de commissions, de sociétés et
de bureaux fédéraux, de services d’aide aux victimes et de police, de programmes
communautaires, d’organismes de défense, et de professionnels de la santé ou d’autres
domaines. Cette valeur est protégée contre toute interférence indue par l’article 8 de la Charte,
qui protège l’attente raisonnable du public en matière de vie privée. Selon la Commissaire à la
protection de la vie privée du Canada, Jennifer Stoddart, la protection de la vie privée ne se
résume pas au droit passif à la tranquillité; elle est plus vaste et concerne la « capacité à exercer
un contrôle sur nos renseignements personnels »304.
Il va sans dire que les gens souhaitent conserver la confidentialité des détails les plus intimes et
personnels de leur vie, comme leurs renseignements d’identification et leurs coordonnées;
leurs évaluations psychologiques et médicales; leurs antécédents génétiques, leurs
prescriptions et diagnostics; leurs antécédents familiaux et sociaux; leurs démêlés avec la police
et les services correctionnels; leurs convictions politiques et religieuses, leurs participations à
des associations et activités; leur orientation sexuelle et leur situation de famille; les bulletins
scolaires de leurs enfants; et leurs renseignements financiers, comme les relevés d’emploi et
d’impôt.
304
Jennifer Stoddart, « Message de la commissaire », Commissariat à la protection de la vie privée du Canada,
2008.
138 | P a g e
Chapitre 7
Il existe d’importantes raisons de vouloir garder certains renseignements confidentiels305. Dans
le cas des dossiers médicaux, par exemple, la crainte que leur contenu soit dévoilé pourrait
décourager certaines personnes de demander le soutien qui pourrait les aider à éviter d’être
violentes. Le fait de dévoiler des renseignements peut avoir un effet pervers pour une personne
dont la sécurité dépend de la confidentialité qu’on accorde à ses coordonnées et à ses allées et
venues. De plus, la divulgation à des fins accessoires de renseignements recueillis par la police
pourrait empêcher certaines personnes de communiquer librement avec les autorités pour
aider au déroulement d’une enquête306.
Au Canada, il existe une vaste gamme de lois, de règlements, de lignes directrices et de codes
de déontologie dans les administrations fédérale, provinciales et territoriales concernant la
protection de la vie privée. En 1995, reconnaissant l’importance de la protection de la vie privée
dans la société, l’Association canadienne de normalisation a adopté une norme nationale
facultative pour la protection des renseignements personnels, qui visait la façon dont les
organismes recueillent, utilisent, divulguent et protègent les renseignements personnels, et le
droit de chacun à l’accès aux renseignements le concernant307.
Le principal enjeu relatif à la mise en commun de renseignements entre différents secteurs du
système de justice concerne le juste équilibre entre, d’une part, la protection de
renseignements personnels et, d’autre part, l’utilisation de ces renseignements pour prévenir
les risques et protéger les personnes. Devant les tribunaux, des lois provinciales et territoriales
et des règles de procédures gouvernent la divulgation et la production de dossiers personnels.
De plus, il existe de la jurisprudence concernant la production de dossiers d’une instance à
l’autre. Le chapitre 6 du présent rapport traite de ces questions liées à la preuve.
Cependant, nombreux sont ceux qui reconnaissent que la protection de la vie privée doit être
subordonnée au devoir de divulguer tout renseignement permettant protéger les enfants ou les
305
Voir Saskatchewan Human Services, Sharing Information to Improve Services for Children, Youth and Families,
Regina, ADM’s Forum on Human Services, mai 1997. (Au cours de ce forum, on a étudié la question de la
communication des renseignements et recueilli auprès d’enfants, de jeunes et de familles une liste de raisons pour
lesquelles ils souhaitent voir leurs renseignements personnels demeurer confidentiels. Parmi ces raisons : éviter
l’embarras, le dévoilement de problèmes personnel ou la diffusion de renseignements erronés qui envenimeraient
les choses; protéger leur propre sécurité et celle de leur famille, en particulier dans le cas des victimes de violence
conjugale, qui souhaitent que leurs coordonnées demeurent confidentielles; permettre à une victime de violence
conjugale de parler librement en présence d’un représentant juridique des détails de la maltraitance subie, afin de
planifier adéquatement des mesures de protection; favoriser l’autonomie des victimes en leur donnant clairement
le contrôle sur leurs renseignements personnels).
306
Voir Algoma, supra note 293 au para 17.
307
L’Association canadienne de normalisation a adopté, en 1995, le Code type sur la protection des renseignements
personnels (Q830), qui s’appuie sur dix principes interreliés, appelés « principes relatifs à l’équité dans le
traitement des renseignements ». Ces principes sont : la responsabilité; la détermination des fins de la collecte des
renseignements; le consentement; la limitation de la collecte; la limitation de l’utilisation, de la communication et
de la conservation; l’exactitude; les mesures de sécurité; la transparence et l’accès aux renseignements
personnels. On trouvera une note explicative sur chacun de ces principes sur le site Web du Commissariat à la
protection de la vie privée, à la page Renseignements juridiques associés à la LPRPDE, en ligne :
<http://www.priv.gc.ca/leg_c/p_principle_f.asp>.
139 | P a g e
Chapitre 7
partenaire intime contre les préjudices. Il convient de souligner que, sans exception, toutes les
lois provinciales et territoriales en matière de protection de la jeunesse exigent que quiconque
possède des renseignements sur un enfant ayant besoin de protection les communique à
l’organisme compétent.
Toutes les provinces et tous les territoires se sont dotés de lois en matière d’accès à
l’information et de protection des renseignements personnels qui gouvernent la collecte,
l’utilisation et la divulgation de renseignements personnels détenus par les organismes
gouvernementaux. Dans tous les cas, la loi permet la mise en commun des renseignements
lorsque la personne concernée y consent. En général, la divulgation de renseignements
personnels sans consentement peut être permise lorsque l’intérêt public l’emporte sur les
questions de vie privée, ou lorsque la divulgation est nécessaire pour protéger la santé et la
sécurité des personnes; ce qui n’est permis qu’en des circonstances très précises, et des
restrictions s’appliquent parfois308. Les lois sur l’accès à l’information et la protection des
renseignements personnels permettent également la divulgation de renseignements lorsque
leur utilisation est conforme aux fins auxquelles ils ont été recueillis, ce qui donne une certaine
marge de manœuvre à la collectivité et aux organismes publics qui cherchent à coordonner
leurs efforts et mettre en commun des renseignements dans le but de protéger leurs clients 309.
Faute de consentement, il est aussi possible d’obtenir des renseignements au moyen d’une
ordonnance judiciaire310.
Des lois provinciales ou territoriales, des règlements ou des codes d’éthique établissent les
principes directeurs sur la divulgation des renseignements personnels pour les groupes
professionnels, y compris les professionnels de la santé, les travailleurs sociaux et les avocats.
Les avocats doivent par ailleurs préserver les renseignements confidentiels conformément à
leur code de déontologie, qui, habituellement, en autorise la divulgation s’il y a un risque
imminent de préjudice à des personnes identifiables311. Cependant, la confusion persiste à
308
Voir par exemple l’alinéa 42h) de la Loi sur l’accès à l’information et la protection de la vie privée, LRO 1990,
c F.31 : « lors d’une situation d’urgence ayant une incidence sur la santé ou la sécurité d’un particulier, si un avis de
la divulgation est envoyé sans tarder au particulier concerné par les renseignements à sa dernière adresse
connue. »
309
Par exemple, les articles 7 et 8 de la Loi sur la protection des renseignements personnels, LRC, 1985, c P-21
indiquent qu’à défaut du consentement de la personne concernée, les renseignements personnels relevant d’une
institution fédérale ne peuvent servir qu’aux fins auxquelles ils ont été recueillis ou préparés par l’institution, de
même que pour les usages qui sont compatibles avec ces fins. Pour que l’usage ou la divulgation soit compatible, il
doit comporter un lien direct et raisonnable avec les fins pour lesquelles les renseignements ont été recueillis à
l’origine; voir Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada, Principe 4 : l’utilisation des renseignements personnels,
en ligne : <http://www.tbs-sct.gc.ca/pgol-pged/piatp-pfefvp/assistant/mod20/mod20-4-fra.asp>.
310
Par exemple, au fédéral, l’alinéa 8(2)c) de la Loi sur la protection des renseignements personnels, LRC 1985,
c P-21, prévoit que la communication des renseignements personnels relevant d’une institution fédérale peut être
autorisée « par subpœna, mandat ou ordonnance d’un tribunal ». L’obtention de renseignements personnels
relevant d’une institution fédérale en application de cet article peut soulever des questions relatives à l’immunité
de la Couronne lorsqu’une ordonnance de communication des documents émane d’une cour provinciale, sous le
régime d’une loi provinciale.
311
Voir, par exemple, Association du Barreau canadien, Code de déontologie professionnelle, chapitre IV, règle 2,
« Exception pour raison de sécurité publique », 2009, en ligne :
140 | P a g e
Chapitre 7
l’égard des circonstances où les renseignements sur un risque peuvent être divulgués sans
consentement. Même si la plupart des codes de déontologie autorisent les avocats à révéler
des renseignements confidentiels s’il y a un risque imminent de préjudice à des personnes
identifiables, les conseils formulés dans le commentaire connexe aux règles peuvent laisser
entendre que les divulgations de cet ordre ne doivent se faire que dans « des situations tout à
fait exceptionnelles », ce qui peut retarder les choses lorsqu’il faut réagir à un risque
imminent312. De même, d’autres groupes professionnels, comme les médecins et les travailleurs
sociaux, sont habituellement autorisés par un code d’éthique à divulguer des renseignements
lorsqu’un client risque de subir des blessures (auto-infligées ou causées par autrui) ou de causer
un préjudice à une personne ou groupe identifiable.
Soulignons qu’au Canada, la législation, la réglementation, les directives et les codes d’éthique
relatifs à la protection de la vie privée autorisent les employés, sans les y obliger, à
communiquer des renseignements, même en cas de risque imminent. Certains font valoir que
les gouvernements devraient créer une présomption favorable à l’exercice d’une telle
discrétion, une obligation prima facie de communication313, et non de rétention, des
renseignements cruciaux et pertinents lorsqu’il existe un risque pour la santé ou la sécurité.
Or, en l’absence de lois, de directives ministérielles ou de protocoles d’entente précisant
clairement dans quels cas il y a lieu de divulguer des renseignements personnels, les détenteurs
<http://www.cba.org/abc/activities_f/pdf/codeofconduct.pdf>; Fédération des ordres professionnels de juristes
du Canada, Code type de déontologie professionnelle, règle 3.3-3 (tel que modifié le 12 décembre 2012), en ligne,
<http://www.flsc.ca/_documents/CodetypeWTCmodifiedec2012FI.pdf>.
312
Abordé dans Neilson, supra note 20 à la p 64; le Code type de déontologie professionnelle, ibid, autorise
l’avocat, sans l’y obliger, à divulguer les renseignements confidentiels strictement essentiels « lorsqu’il a des motifs
raisonnables de penser qu’il existe un risque imminent de mort ou de blessures graves et que la divulgation est
nécessaire pour prévenir cette mort ou ces blessures graves ». Cependant, les conseils formulés dans le
commentaire associé à la règle 3.3-3 pourraient empêcher les avocats de réagir rapidement). Le commentaire
indique que les renseignements ne peuvent être divulgués que « dans des situations tout à fait exceptionnelles »
et émet les recommandations suivantes :
th
 Tenir compte des facteurs énoncés dans Smith c. Jones, [1999] 1 RCS 455, 169 DLR (4 ) 385 afin de
déterminer si la sécurité publique doit l’emporter sur le secret professionnel, notamment :
 La probabilité que le risque de préjudice se produise et soit imminent;
 L’absence apparente de tout autre moyen réalisable de prévenir le risque de préjudice;
 Les circonstances dans lesquelles l’avocat a acquis les renseignements sur l’intention du client ou son
plan d’action futur;
 Obtenir des conseils de nature éthique auprès du barreau local;
 Lorsque cela est possible, obtenir une ordonnance judiciaire de divulgation;
 Consigner l’information pertinente (date et heure, motifs à l’appui de la divulgation, mesure dans
laquelle le client a autorisé la divulgation, précisions sur la décision de divulguer les renseignements,
comme la plausibilité du risque de préjudice imminent, etc.).
313
À ce sujet, voir la Personal Health Information Act, SNL 2008, c P-7.01, qui exige la divulgation de
renseignements aux services policiers et aux Services à l’enfance, à la jeunesse et à la famille. Aux termes de
l’article 42, [TRADUCTION] « le gardien divulgue des renseignements médicaux personnels, y compris ceux qui visent
un fournisseur de soins, sans le consentement du sujet, à quiconque doit procéder à une inspection, mener une
enquête ou suivre une procédure du même ordre autorisée en vertu de la présente loi, la Child, Youth and Family
Services Act, ou d’une autre loi provinciale ou fédérale, de manière à faciliter l’inspection, l’enquête ou la
procédure en cause ».
141 | P a g e
Chapitre 7
de renseignements prudents pourraient malheureusement hésiter à divulguer des
renseignements pertinents, voire d’une importance vitale, même lorsque cette démarche les
libérerait vraisemblablement de toute obligation de confidentialité. Il arrive même que des
organismes et des ministères, dans leurs politiques, interdisent à leurs employés de
communiquer des renseignements alors que la loi leur laisse la discrétion de le faire, une
situation notamment attribuable à la crainte de sanctions pour violation des règles de
confidentialité.
Étude de cas – Préoccupations relatives à la protection de la vie privée lorsqu’il y a un
risque de violence
L’agression armée presque mortelle dont Martina Seymour a été victime en 2004 à Port Moody, en ColombieBritannique, aurait pu être évitée si le service de police dont elle avait demandé l’aide l’avait mise au courant
des antécédents de menaces et de violence conjugale de son ex-petit ami, Antonio Pinheiro. Son dossier
renfermait, entre autres, une évaluation psychiatrique ordonnée par le tribunal révélant que M. Pinheiro
présentait un risque de récidive. Le service de police a invoqué les restrictions prévues dans les lois relatives à
la protection des renseignements personnels pour expliquer la difficulté de divulguer des renseignements sur
les condamnations criminelles antérieures.
Tiré de : Ending Violence Association of British Columbia, Community Coordination For Women’s Safety,
Backgrounder « Can a Woman Get Information from Police about her Abuser’s Criminal Past? »,
novembre 2006, en ligne :
<http://www.endingviolence.org/files/uploads/_backgrounder_FINAL_DRAFT_for_posting_nov_06.pdf>.
7.2 Pratiques prometteuses
La présente section fournit des exemples de possibilités de communication de renseignements
importants qui ont été entravées pour des raisons de confidentialité et présente diverses
mesures destinées à faciliter et à permettre la divulgation en cas de risques pour la sécurité ou
la vie d’une personne.
7.2.1 Divulgation de renseignements par les services de police aux victimes
actuelles ou éventuelles de violence familiale
Des renseignements sur l’incarcération et la libération d’un délinquant peuvent être révélés à
une victime pour l’aider à la planification de sa sécurité. Ainsi, au Nouveau-Brunswick, la Loi sur
les services aux victimes permet à la victime d’un délinquant incarcéré dans une prison
provinciale ou ayant été déclaré non responsable criminellement pour cause de troubles
142 | P a g e
Chapitre 7
mentaux de s’inscrire afin d’avoir accès à certains renseignements à son sujet314. Cependant, les
services de police n’ont pas autant de latitude pour diffuser des renseignements à la population
à des fins préventives. Dans une situation de violence conjugale à risque élevé, l’interprétation
actuelle des critères de confidentialité et la délégation limitée des pouvoirs décisionnels
peuvent empêcher les services de police et les services correctionnels de diffuser rapidement
de l’information à propos des antécédents criminels d’un individu. Restreindre l’accès des
victimes aux casiers judiciaires entraverait l’élaboration de plans de sécurité réalistes et
l’obtention d’ordonnances de garde ou d’accès, surtout lorsque les activités criminelles passées
peuvent présenter un facteur de risque en matière de violence familiale315.
Le public peut parfois avoir accès aux renseignements de base relatifs aux accusations en
instance et aux déclarations de culpabilité antérieures au moyen des bases de données des
tribunaux ou par l’entremise des greffiers, mais lorsqu’une personne signale un comportement
menaçant ou des voies de fait aux forces de l’ordre, les policiers ne divulguent pas
automatiquement l’information dont ils disposent. En effet, ils doivent analyser la pertinence
d’invoquer l’exception discrétionnaire que prévoit la législation fédérale ou provinciale. Aux
termes de la Loi sur la protection des renseignements personnels du Canada, les agents de la
GRC doivent déterminer si l’intérêt public doit l’emporter sur le préjudice qu’entraînerait la
violation de la vie privée 316. En vertu de la plupart des lois et des règlements provinciaux, les
policiers municipaux et, parfois, provinciaux, doivent se demander si des risques imminents
pour la santé ou la sécurité justifient la divulgation d’antécédents criminels 317. De plus, la
divulgation ne doit viser que les renseignements strictement nécessaires pour écarter le risque.
Certains sont d’avis que la divulgation de renseignements personnels aux victimes éventuelles
de violence familiale concernant les antécédents criminels violents d’un individu serait
conforme au but dans lequel ils ont été recueillis, à savoir permettre aux services de police
d’évaluer le risque et de prémunir la population contre tout préjudice que pourrait causer cette
personne. Dans cette optique, on peut soutenir que les policiers seraient en mesure de
314
Loi sur les services aux victimes, LN-B 1987, c V-2.1, art 7; au fédéral, Service correctionnel Canada a lancé le
Programme national des services aux victimes (PNSV) en 2007. Les victimes inscrites reçoivent de l’information sur
le système correctionnel et le délinquant qui leur a causé préjudice, par exemple, la date de début et la durée de la
peine à purger et l’admissibilité du délinquant à une absence temporaire du centre carcéral avec ou sans
accompagnement. L’information pouvant être divulguée aux victimes est précisée dans la Loi sur le système
correctionnel et la mise en liberté sous condition, LC 1992, c 20; Alberta Solicitor General and Public Security, What
victims of crime can expect from the criminal justice system, Alberta, 2007, en ligne :
<http://www.solgps.alberta.ca/programs_and_services/victim_services/help_for_victims/Publications/Victims%20
of%20Crime%20Protocol.pdf> (l’Alberta s’est dotée d’un protocole qui exige la divulgation de renseignements à
toute victime).
315
Sharon Agar, Safety Planning with Abused Partners: A Review and Annotated Bibliography, Vancouver, BC
Institute Against Family Violence et Ministry of Public Safety and Solicitor General, 2003; Justice Canada,
Recensement des outils, supra note 89.
316
Loi sur la protection des renseignements personnels, LRC 1985, c P-21, al 8(2)m).
317
Par exemple, en Ontario, le paragraphe 2(1) du Règlement sur la divulgation de renseignements personnels,
Règl de l’Ont 265/98, pris en application de la Loi sur les services policiers, LRO 1990, c P.15, permet aux policiers
de divulguer des renseignements personnels relatifs à un particulier reconnu coupable d’une infraction dans le but
d’éviter un préjudice à autrui ou des dommages à des biens.
143 | P a g e
Chapitre 7
divulguer des renseignements personnels sans déroger à leurs obligations en matière de
confidentialité. Toutefois, la communication d’information sur la foi d’une telle interprétation
n’a pas été soumise à l’épreuve des tribunaux, et les services de police peuvent hésiter à
transmettre l’information318.
Un projet pilote de 12 mois, amorcé au Royaume-Uni en juin 2012 et qui doit se terminer en
septembre 2013, porte justement sur cette question. Selon la « Clare’s Law », les policiers de
certains ressorts doivent dévoiler aux victimes – ou victimes éventuelles – de violence familiale
de l’information sur le passé violent de leur partenaire. L’initiative a été créée au nom de
Clare Wood, qui a été tuée en 2009 par un ancien partenaire violent qu’elle avait rencontré sur
Facebook. Malgré qu’il ait fait l’objet de plusieurs plaintes à la police, Mme Wood n’avait jamais
été informée des antécédents de violence familiale de son ami, qui comportaient du
harcèlement sur une longue période, des menaces et même un enlèvement sous la menace
d’un couteau. Le projet permet à une personne de demander à la police de déterminer si son
partenaire a un passé violent. Si ce partenaire a un passé violent, la police examinera s’il y a lieu
de communiquer l’information. Le projet pilote permettra aussi d’étudier les façons dont la
police peut communiquer des renseignements par anticipation dans certaines situations, pour
prévenir un préjudice causé par la violence familiale. La police collaborera avec les MultiAgency Risk Assessment Conferences (MARAC) du Royaume-Uni, des tribunes intersectorielles
de communication de renseignements sur les cas de violence familiale présentant un risque
élevé. Les MARAC informeront les policiers du niveau de risque associé à un certain délinquant
et, grâce à leur expertise, s’assurent que des procédures convenables de sécurité et
d’évaluation des risques seront appliquées après la communication de l’information319.
7.2.2 Services de police et services aux victimes
Les services de police et les services aux victimes ont intérêt à coopérer pour s’assurer que les
victimes connaissent les services disponibles et y ont accès. Ces services offrent un soutien
approprié aux témoins des victimes à l’appui des poursuites, et peuvent aussi aider à régler des
affaires familiales. Des difficultés se posent toutefois en ce qui a trait à la communication, aux
services d’aide aux victimes, de renseignements sur les victimes pour garantir qu’elles reçoivent
les services nécessaires conformément à la législation fédérale en matière de protection de la
vie privée. La GRC et les provinces continuent à chercher le moyen de régler le problème que
constitue le renvoi des victimes aux services voulus tout en respectant leurs obligations
découlant de la Loi sur la protection des renseignements personnels. L’Île-du-Prince-Édouard et
le Nouveau-Brunswick ont fait état de progrès considérables à cet égard au cours de la dernière
année. En 2011, l’Assemblée législative de la Saskatchewan a adopté la Victims of Crime
318
British Columbia Association of Specialized Victim Assistance & Counselling Programs, British Columbia/Yukon
Society of Transition Houses et British Columbia Institute Against Family Violence, Critical Elements of an Effective
Response to Violence Against Women: High Risk Information-Sharing Protocol (2007), en ligne :
<http://www.endingviolence.org/files/uploads/BN_6_PTECTION_ORDERS.pdf>.
319
Home Office du Royaume-Uni, Domestic Violence Disclosure Pilots Impact Assessment, Royaume-Uni, 2010, en
ligne : <http://www.homeoffice.gov.uk/publications/about-us/consultations/domestic-violence-disclosure/domviolence-disclo-pilots-ia?view=Binary>; <https://www.gov.uk/government/news/clares-law-pilot-begins-today>.
144 | P a g e
Chapitre 7
Amendment Act, 2011320, qui exige maintenant que la police communique l’information
concernant certaines victimes aux services compétents, même sans le consentement des
victimes. Les services en question utilisent l’information pour communiquer avec la victime afin
de lui offrir de l’aide ou de lui faciliter l’accès à leurs services. En Alberta, les services de police
(autres que la GRC) communiquent l’information aux services d’aide aux victimes sans que cela
pose de problème321. Le Manitoba révise actuellement sa Loi sur les services de police322 pour
s’assurer que les questions de protection des renseignements personnels n’empêchent pas la
police de communiquer de l’information aux services d’aide aux victimes.
7.2.3 Modifications législatives
Comme nous l’avons déjà mentionné, la loi s’applique dans toutes les provinces et tous les
territoires et dans divers secteurs. Elle définit les exigences en matière de protection des
renseignements personnels que doivent respecter les organismes gouvernementaux, les
institutions publiques et, dans certains cas, les professionnels. Les mesures législatives en
matière de protection des renseignements personnels permettent, d’une façon générale, la
communication de renseignements personnels dans certaines conditions, comme nous l’avons
vu plus haut. Toutefois, la Colombie-Britannique a récemment été plus loin dans sa Freedom of
Information and Protection of Privacy Act (FOIPP Act) en précisant qu’il est justifié de recueillir,
d’utiliser et de dévoiler de l’information dans le but précis de réduire le risque qu’une personne
soit victime de violence familiale, lorsque ce type de violence risque de se produire323. En outre,
la loi confère aux organismes publics de nouveaux pouvoirs leur permettant d’échanger des
renseignements personnels dans le but d’assurer ou d’évaluer l’uniformité d’une activité ou
d’un programme commun324. Au cours des années précédant ces changements en ColombieBritannique, un certain nombre de rapports issus de divers secteurs ont fortement
recommandé d’améliorer la coordination des interventions dans les affaires de violence
familiale en modifiant la FOIPP pour qu’elle permette aux organismes gouvernementaux de
320
Loi de 2011 modifiant la Loi de 1995 sur les victimes d’actes criminels, LS 2011, c 21.
Victims of Crime Act, LRA 2000, c V-3.
322
LM 2009, c 32, CPLM c P94.5.
323
Freedom of Information and Protection of Privacy Act, LRBC 1996, c 165, alinéas 26f), 27(1)c), 33.1(1)m.1) :
[TRADUCTION] 26 Un organisme public peut recueillir des renseignements personnels seulement si
[…] f) l’information est nécessaire pour réduire le risque qu’une personne soit victime de violence
familiale, lorsqu’il est probable que ce type de violence se produise.
27(1) Un organisme public doit recueillir les renseignements personnels directement de la
personne dont il s’agit à moins que […] c) l’information soit recueillie dans le but de v) réduire le
risque qu’une personne soit victime de violence familiale, lorsqu’il est probable que ce type de
violence se produise.
33.1(1) Un organisme public peut dévoiler les renseignements personnels dont il est question à
l’article 33, au Canada ou à l’étranger, dans les circonstances suivantes : […] m.1) dans le but de
réduire le risque qu’une personne soit victime de violence familiale, lorsqu’il est probable que ce
type de violence se produise;
324
Ibid, para 27(1), al 33.2d).
321
145 | P a g e
Chapitre 7
communiquer par anticipation des renseignements personnels, dans des circonstances où il
convient de le faire325.
En Ontario, la Loi sur les services policiers326 confère aux policiers le pouvoir de communiquer
des renseignements personnels pour protéger le public ou des victimes d’actes criminels,
malgré toute autre loi. Ce pouvoir exceptionnel vise à réduire le risque que représente un
individu qui a été accusé ou déclaré coupable d’un acte criminel327. En outre, des
renseignements personnels sur un individu peuvent être dévoilés « à une personne ou à un
organisme qui s’occupe de la protection du public, de l’administration de la justice ou de
l’exécution ou de l’observation d’une loi ou d’un règlement fédéral ou provincial ou d’un
programme du gouvernement fédéral ou provincial », même si celui-ci fait simplement l’objet
d’une enquête328.
Pour ce qui est des enfants qui risquent d’être victimes de violence familiale, l’Alberta a modifié
sa Freedom of Information and Protection of Privacy Act pour préciser qu’un organisme
gouvernemental a le pouvoir de communiquer de l’information concernant un mineur s’il a des
motifs raisonnables de croire que cette divulgation sert l’intérêt supérieur de ce mineur329. De
son côté, la Personal Health Information Act de Terre-Neuve-et-Labrador exige des
professionnels de la santé qu’ils communiquent à la police l’information liée à la sécurité d’un
enfant330.
325
Parmi ces rapports, notons que certains ont été présentés par des juges, par le représentant des enfants et de
la jeunesse, par le service du coroner de la Colombie-Britannique et par la Violence Against Women Steering Team
de la province. Comme le fait remarquer le rapport du gouvernement de la Colombie-Britannique, intitulé
Submission to the Special Committee to Review the Freedom of Information and Protection of Privacy Act
(15 mars 2010), à la p 18, la mort par balle de Martina Seymour, décrite plus haut, a joué un rôle déclencheur dans
la décision d’apporter ce changement à la loi. Le rapport du représentant des enfants et de la jeunesse de la
Colombie-Britannique, intitulé Honouring Christian Lee – No Private Matter: Protecting Children Living with
Domestic Violence, supra note 75, souligne que ce tragique meurtre-suicide est attribuable à l’absence de
coordination et de communication de renseignements entre les principaux organismes gouvernementaux
responsables.
326
Loi sur les services policiers, LRO 1990, c P.15, art 41.
327
Divulgation de renseignements personnels, Règl de l’Ont 265/98.
328
Ibid.
329
Freedom of Information and Protection of Privacy Act, LRA 2000, c F-25, al 40(1)gg).
[TRADUCTION] Communication de renseignements personnels
40(1) Un organisme public peut communiquer des renseignements personnels seulement […]
gg) à un organisme chargé de l’application de la loi, à un organisme assurant des services aux
mineurs ou à un autre organisme public ou personne ou organisme désigné si l’information a trait
à un mineur, ou au parent ou tuteur du mineur, et si la direction de l’organisme public a de
bonnes raisons de croire que la communication de ces renseignements est dans l’intérêt
supérieur du mineur.
330
Personal Health Information Act, SNL 2008, c P-7.01, art 42.
146 | P a g e
Chapitre 7
7.2.4 Collaboration multidisciplinaire
De plus en plus, une collaboration s’établit entre les disciplines de manière à donner la priorité
à la communication de renseignements entre les organismes et les programmes pour améliorer
leur capacité de protéger et de surveiller, même dans les cas qui ne sont pas considérés comme
présentant un « risque élevé ». Aux États-Unis, par exemple, les États sont encouragés à établir
un réseau entre les responsables de différents milieux pour qu’ils se communiquent
l’information et coordonnent leurs actions, afin d’améliorer les interventions pour contrer la
violence faite aux femmes. Cette collaboration organisée, qu’on appelle « intervention
communautaire coordonnée », est une condition de la Violence Against Women Act pour que
les intéressés puissent avoir accès aux subventions et au financement versés par l’organisme
qui chapeaute ces interventions, l’Office on Violence Against Women331.
Le Nouveau-Brunswick a créé deux protocoles de coordination des renseignements en
collaboration avec son Tribunal chargé des causes de violence familiale de Moncton. L’un des
protocoles lie le ministère du Développement social, qui est responsable de la protection de la
jeunesse, et le Tribunal chargé des causes de violence familiale. Ces partenaires interviendront
conjointement pour traiter les incidents de violence familiale. Les principaux partenaires du
tribunal, y compris la police, les procureurs de la Couronne, l’aide juridique et les agents de
probation, le coordonnateur des services aux victimes et le ministère du Développement social,
mettront en commun toute l’information relative aux ordonnances rendues par le tribunal et
aux plans d’intervention, suscitant ainsi une intervention coordonnée dans les cas de violence
familiale. Le but est de favoriser la prise de décisions éclairées et d’éliminer les ordonnances
contradictoires et le recoupement des programmes d’intervention. Le deuxième protocole
engage le service de probation du ministère de la Sécurité publique, le ministère de la Santé et
les services de santé mentale et de traitement des dépendances. Ce protocole établit la
primauté des obligations relatives à la protection des renseignements personnels et fixe des
règles de protection de la vie privée, assurant ainsi la communication accélérée de l’information
aux agents de probation au sujet de l’état des services offerts, des interventions
recommandées et des services déjà fournis au délinquant.
Encore au Nouveau-Brunswick, en 2011, un projet pilote de tribunal thérapeutique a été créé à
l’intention de la Première nation Elsipogtog. Le Tribunal du mieux-être est chargé des cas de
comportement criminel liés à des problèmes de santé mentale ou de toxicomanie. Les
délinquants ayant commis des infractions de violence familiale qui n’ont pas donné lieu à des
blessures graves ou qui n’entraînent pas l’imposition de la peine minimale obligatoire sont
admissibles à ce programme, à la discrétion du procureur de la Couronne. Dès le départ, un
protocole sur la protection des renseignements personnels a été établi pour définir le mode de
communication des renseignements entre le personnel des tribunaux, les responsables des cas
et les partenaires du projet, y compris les travailleurs sociaux, les ministères publics fédéral et
provincial, la police, les services aux victimes et les avocats. Le protocole renseigne le personnel
331
United States Department of Justice, Office on Violence Against Women, Working Together to End
the Violence, en ligne : <http://www.ovw.usdoj.gov/docs/vawa.pdf>.
147 | P a g e
Chapitre 7
sur leurs obligations en matière de protection des renseignements personnels, précise quel
type d’information est considéré comme personnel, à qui il convient de communiquer des
renseignements et dans quelles circonstances. Il contient aussi un formulaire type de
consentement, et il énumère les éléments à prendre en compte au moment de demander le
consentement. Enfin, il établit les démarches à suivre pour transmettre l’information de façon
sûre.
7.2.5 Coordination des cas présentant un risque élevé
Des modèles de coordination existent également pour les cas de violence familiale présentant
un risque élevé. Les tribunes intersectorielles d’échange de renseignements, les MARAC (MultiAgency Risk Assessment Conferences), sont un exemple de modèle créé récemment au
Royaume-Uni. Les MARAC sont des réunions qui se tiennent régulièrement, où les organismes
locaux mettent en commun les renseignements utiles concernant les victimes de violence
familiale se trouvant dans des situations qui présentent un risque élevé (celles qui risquent de
se faire tuer ou blesser gravement). Elles rassemblent souvent la police, les agents de
probation, des conseillers indépendants et des représentants des services d’aide aux enfants,
des services de santé et des services de logement. En réunissant tous ces intervenants, les
MARAC permettent la mise au point d’un plan coordonné et axé sur les risques pour aider la
victime. Plus de 250 MARAC sont établies en Angleterre, au pays de Galles et en Irlande du
Nord, et elles traitent plus de 45 000 cas par année332.
Les exemples canadiens de coordination des cas à risque élevé s’appuient sur des protocoles
qui facilitent et encouragent la communication de renseignements entre les organismes
judiciaires, les services de protection de la jeunesse et les organismes communautaires. Ces
protocoles, qui définissent les liens entre les intervenants et qui précisent les objectifs visés,
servent de complément au pouvoir discrétionnaire prévus par des lois en matière de protection
des renseignements personnels, provinciales et autres, au sujet de la communication de
renseignements dans les situations présentant un risque élevé.
En Nouvelle-Écosse, un protocole de coordination des dossiers présentant un risque élevé a été
créé pour répondre à la demande d’une démarche davantage proactive contre la violence
familiale. Le protocole prévoit que les partenaires signaleront toute activité importante à risque
élevé, comme la libération de l’accusé dans la collectivité, la perpétration d’une infraction
supplémentaire, la violation d’une ordonnance, les appels d’urgence, une demande urgente
d’ordonnance de protection ou d’engagement de ne pas troubler l’ordre public, une audience
ou une audience de détermination de la peine imminentes et l’amorce d’une action en justice
concernant les enfants. On travaille actuellement à éliminer certaines difficultés, notamment la
réticence à communiquer l’information qui persiste chez certains organismes ou services
332
Narissa Steel, Laura Blakeborough et Sian Nicholas, Supporting high-risk victims of domestic violence: a review
of Multi-Agency Risk Assessment Conferences (MARACs), Royaume-Uni, Home Office, 2011, en ligne :
<http://www.homeoffice.gov.uk/publications/science-research-statistics/research-statistics/crimeresearch/horr55/horr55-report?view=Binary>.
148 | P a g e
Chapitre 7
communautaires333, l’application non uniforme des outils d’évaluation des risques dans
l’ensemble de la province et la nécessité d’adapter adéquatement l’information à divers
partenaires. La Colombie-Britannique334 possède elle aussi un protocole pour les dossiers de
violence familiale présentant un risque élevé. S’inscrivant dans la politique Violence Against
Women in Relationships (VAWIR), le protocole oblige les organismes qui ont le pouvoir
discrétionnaire de communiquer l’information en vertu de la législation provinciale en matière
de protection de la vie privée à en faire leur pratique habituelle, sous réserve, bien entendu, de
toute obligation juridique et constitutionnelle335. Le formulaire de mise à jour au sujet du
dossier, conçu pour faciliter la communication des renseignements, comporte une note
rappelant la stricte confidentialité de l’information communiquée, des directives sur sa
conservation et son archivage ainsi que sur son utilisation appropriée, c’est-à-dire aux fins de la
protection de la santé et de la sécurité336. Il est également question de ces deux protocoles au
chapitre 2 (voir sous-section 2.7.1).
En Ontario, des comités judiciaires des cas de violence familiale à risque élevé rassemblent, au
besoin, les intervenants du système de justice et les organismes communautaires pour gérer les
dossiers ciblés comme présentant un risque élevé. L’accent est mis sur la sécurité de la victime
et la gestion du délinquant. La communication de renseignements personnels entre un
intervenant du système de justice et un organisme communautaire est permise lorsqu’elle est
conforme à la Loi sur l’accès à l’information et la protection de la vie privée337, et qu’elle se fait
à des fins qui correspondent à celles pour lesquelles les renseignements ont été recueillis en
premier lieu.
Au Québec, depuis 2001, dans la foulée d’un cas d’homicide familial suivi d’un suicide
hautement médiatisé où la protection de la vie privée a été perçue comme ayant nui à une
333
Les protocoles établissent les fondements juridiques de la communication de l’information en tenant compte
des préoccupations relatives à la protection de la vie privée. Le paragraphe 27(1) et l’article 28 de la Freedom of
Information and Protection of Privacy Act (FIPPA), SNS 1993, c 5, de la Nouvelle-Écosse autorisent les organismes à
divulguer les renseignements aux fins qui correspondent à celles pour lesquelles ils ont été recueillis, en
l’occurrence, aider à préserver la sécurité de la personne. Par ailleurs, bien qu’il faille toujours demander le
consentement de la personne avant de communiquer des renseignements à son sujet, le protocole rassure les
partenaires que, dans une situation à risque élevé où la santé ou la sécurité d’une personne est gravement
menacée, la FIPPA ainsi que d’autres lois provinciales, comme la Youth Justice Act, la Children and Family Services
Act et la Municipal Government Act, autorisent la divulgation.
334
D’autres protocoles de communication de renseignements en cas de risque élevé ont également été mis en
œuvre, avec succès, en Colombie-Britannique, pour des initiatives telles que la Capital Region Domestic Violence
Unit et la North Okanagan Domestic Violence Integrated Case Assessment Team. Ces deux ententes reposent sur
les dispositions relatives à la communication d’information contenues dans la législation provinciale et fédérale en
matière de protection des renseignements personnels ainsi que dans d’autres lois provinciales, notamment la loi
sur la protection de l’enfance.
335
VAWIR, supra note 127.
336
Colombie-Britannique, Optional Notification Form, Protocol for Highest Risk Domestic Violence Cases, (VAWIR
Policy), en ligne : < http://www.pssg.gov.bc.ca/victimservices/publications/docs/vawir-optional-notification-formsguide-high-risk-cases.pdf>.
337
LRO 1990, c F.31.
149 | P a g e
Chapitre 7
prévention efficace, des lois ont été modifiées, y compris la Loi sur l’accès aux documents des
organismes publics et sur la protection des renseignements personnels 338.
Étude de cas – Communication de renseignements lorsqu’il y a un danger imminent pour une
personne ou un groupe identifiable
En 1996, René Gaumont a assassiné son ex-épouse, Françoise Lirette, et leur fils, Loren, malgré de
nombreuses plaintes déposées auprès du service de police au sujet du comportement menaçant de
M. Gaumont et malgré les tentatives de ce dernier d’obtenir une assistance psychiatrique. Le rapport du
coroner a conclu que les trois vies auraient pu être épargnées si les organismes s’étaient concertés et a
recommandé que les protections de la vie privée soient levées lorsqu’un professionnel du milieu social,
médical ou juridique a un doute raisonnable qu’un danger imminent menace une personne.
Grâce à la Loi modifiant diverses dispositions législatives eu égard de la divulgation de renseignements
confidentiels en vue de protéger des personnes, LQ 2001, c 78, les professionnels et les organismes peuvent
désormais divulguer l’information sans consentement s’il y a un risque de préjudice imminent envers une
personne ou un groupe identifié. Les organismes partenaires qui reçoivent ce genre de renseignements
personnels demeurent tenus de respecter leurs obligations en matière de protection de la vie privée; ils
doivent se conformer à des conditions de stricte confidentialité et sont tenus de ne pas révéler ces
renseignements privés sauf aux fins autorisées par cette loi, à moins d’obtenir au préalable le
consentement de la personne concernée.
7.2.6 Autres modèles de pratique
Certains professionnels, notamment les avocats du secteur privé, les travailleurs sociaux et les
professionnels de la santé, pourraient être en possession de renseignements concernant la
violence familiale qui sont souvent considérés comme étant confidentiels. Sans toutefois
inclure explicitement ces parties privées dans les protocoles liés à la communication de
renseignements ou créer une obligation, pour celles-ci, de déclarer la maltraitance, des efforts
sont faits en vue d’encourager une telle divulgation. Par exemple, en Saskatchewan, les
protocoles relatifs à la violence faite aux enfants fournissent à divers professionnels,
notamment les intervenants des services de protection de la jeunesse, le personnel des écoles,
les médecins et les autres intervenants de soins de santé, des lignes directrices sur les
renseignements qui peuvent légalement être communiqués à ceux qui sont en mesure
d’intervenir.
Les organismes et leur personnel doivent respecter leurs obligations en matière de protection
de la vie privée, et cela est d’autant plus valable pour ceux qui participent à un protocole de
communication de renseignements. Ainsi, afin de protéger les intérêts des personnes
concernées en matière de vie privée, certaines pratiques exemplaires sont recommandées aux
338
LRQ, c A-2.1.
150 | P a g e
Chapitre 7
organismes qui viennent en aide aux victimes de violence familiale – même ceux qui ont des
obligations découlant d’un protocole d’entente ou d’un accord de communication des
renseignements conclu avec d’autres provinces ou territoires. Ces pratiques exemplaires sont
les suivantes :




Se doter de politiques rigoureuses en matière de tenue de dossiers;
Énoncer clairement ses obligations envers les autres membres de l’accord et présenter
un énoncé précisant que la collaboration ne modifie en rien ces obligations;
Maintenir un bureau fermé et délimiter l’espace de travail de manière à rassurer les
clients quant à la protection de leur information;
Dans les situations ne présentant pas de risque élevé, ne communiquer des
renseignements privés qu’avec le consentement du client et uniquement après avoir
informé ce dernier de tous les organismes faisant partie de l’équipe, de leur rôle et de
leur objectif, des mesures visant à protéger les renseignements communiqués, des
risques et des avantages de communiquer l’information à l’équipe et de la façon dont
les membres de l’équipe coordonnent leur travail339.
Comme le démontrent de nombreux examens de décès et rapports de coroner ou d’enquête, la
communication rapide de l’information entre divers secteurs s’avère parfois cruciale pour éviter
la tragédie. Les modèles que nous venons d’examiner montrent qu’il est possible de faire de la
sécurité une priorité sans pour autant compromettre la protection de la vie privée.
339
Sandra Tibbetts Murphy, Advocacy challenges in a CCR: Protecting Confidentiality While Promoting a
Coordinated Response, Minneapolis (Minnesota): The Battered Women’s Justice Project, janvier 2011, aux pp 8-10,
en ligne : <http://www.bwjp.org/files/bwjp/articles/Advocacy_Challenges_in_a_CCR.pdf>.
151 | P a g e
Chapitre 8
Chapitre 8 Règlement extrajudiciaire des différends
Bien qu’une grande partie du rapport mette l’accent sur le système judiciaire, il est important
de se rappeler que la majorité des affaires de droit de la famille et de protection de la jeunesse,
ainsi que des affaires pénales, se règlent sans procès. En droit de la famille, les mécanismes de
règlement des différends tels que la médiation, la négociation avec ou sans avocats et le droit
collaboratif peuvent être utilisés pour régler les conflits sans avoir recours aux tribunaux. La
médiation est également employée dans les affaires de protection de la jeunesse. Dans le
même ordre d’idées, bon nombre des affaires pénales sont réglées grâce à la négociation de
plaidoyers qui, dans certains cas, donne lieu au retrait des accusations. Par conséquent, les
questions relatives à la communication des renseignements et à la collaboration doivent être
envisagées sous cet angle.
Bien qu’il soit généralement souhaitable de parvenir à un règlement, on ne peut pas présumer
que l’élément de risque a été éliminé durant la négociation ou le règlement des questions de
droit de la famille. D’après les recherches, dans certains cas où un règlement a été conclu, la
sécurité continuera d’être un aspect problématique et les membres de la famille pourraient
continuer d’être en danger340.
Étude de cas – Persistance du risque possible lorsque les cas sont réglés hors cour
Le Comité d’étude sur les décès dus à la violence familiale de l’Ontario a souligné les risques auxquels sont
exposées les victimes de violence familiale lorsque leurs cas sont réglés hors cour. En 2006, il a indiqué ce qui
suit :
Cette affaire portait sur une tentative d’homicide suivie d’un suicide. Le couple s’était récemment
séparé après des incidents récurrents de violence familiale, y compris des menaces proférées par
l’homme et une agression armée. La victime, qui avait la garde exclusive de ses deux enfants, avait
quitté le foyer conjugal, mais le droit d’accès du mari posait continuellement problème. Il est entré
dans son appartement tôt un matin alors qu’elle était partie mener les enfants à l’école. Lorsqu’elle
est revenue chez elle, son mari est sorti de la cuisine, et une dispute a éclaté. Il l’a poignardée
plusieurs fois, puis a retourné son arme contre lui. La victime a été en mesure de s’enfuir de
l’appartement et d’aller chercher de l’aide. Elle a survécu à ses blessures, mais son ancien conjoint est
par la suite mort à l’hôpital des blessures qu’il s’était infligées.
Discussion : Même s’il n’y avait pas suffisamment de renseignements dans l’examen de ce cas pour
pouvoir offrir des recommandations précises, les circonstances de cette tragédie mettent en lumière
la situation des victimes de violence qui doivent demeurer en contact avec leurs anciens conjoints
afin que ces derniers puissent continuer d’avoir accès à leurs enfants. Dans le cas en question, il y
avait une longue histoire de violence familiale grave et, pourtant, l’ancien conjoint pouvait encore
336
Neilson, supra note 20 aux pp 102-104.
152 | P a g e
Chapitre 8
visiter régulièrement ses enfants sans surveillance. Ce droit semble avoir découlé d’un accord entre
les parties plutôt que d’être le résultat d’un litige ou de la décision d’un tribunal de la famille. L’ancien
conjoint a continué d’exprimer de la jalousie et n’a pas reçu de traitement pour mettre fin à ses
problèmes de violence et pour l’aider à surmonter les mauvais traitements qu’il avait subis lorsqu’il
était enfant. Cette affaire montre à quel point il est difficile de protéger les victimes et leurs enfants
quand l’agresseur continue d’avoir accès à eux sans qu’une intervention ou qu’un plan de sécurité ait
été mis en place pour gérer les risques.
Tiré de : Comité d’étude sur les décès dus à la violence familiale de l’Ontario, Rapport annuel présenté au
coroner en chef, 2006, Toronto (Ontario), Bureau du coroner en chef.
Les règlements extrajudiciaires ont plusieurs conséquences sur la coordination et la
communication de renseignements. Il est important que les procureurs de la Couronne et les
responsables de la protection de la jeunesse se tiennent informés du progrès des dossiers
connexes en droit de la famille. Si l’affaire est réglée, les tribunaux pourraient ne jamais
instruire les demandes d’ordonnance de non-communication ou d’ordonnance de protection,
ainsi que les demandes de protection des enfants, par exemple les demandes d’interdiction de
contact ou d’accès supervisé, qui sont présentées dans les documents initiaux du tribunal de la
famille. Les responsables de la protection de la jeunesse, par exemple, pourraient souhaiter
vérifier les résultats des affaires de droit de la famille qui ont été réglées par médiation ou
négociation afin de déterminer si des mesures de protection adéquates ont été mises en place
pour les enfants341. Lorsqu’ils préparent leur plaidoirie sur les conditions de la libération ou la
détermination de la peine, les procureurs de la Couronne doivent également savoir sur quoi les
parties se sont entendues, en ce qui a trait aux contacts qu’elles auront entre elles, ainsi qu’à
l’accès aux enfants.
Il serait inapproprié qu’un procureur de la Couronne prenne une décision sur la voie à suivre
dans le cadre d’une poursuite, y compris la négociation de plaidoyers, en se fondant sur
l’impact que la décision pourrait avoir sur une instance portant sur la protection des enfants ou
de la famille342. De plus, les procureurs de la Couronne ne sont pas des civilistes et ne peuvent
pas conseiller les victimes sur les répercussions possibles d’une poursuite criminelle sur une
procédure civile. Néanmoins, on reconnaît qu’il est important de communiquer à la victime de
l’information sur l’issue d’une procédure criminelle343. Cette issue pourrait avoir une incidence
sur le type de redressement demandé dans la procédure relevant du droit de la famille. Dans
des provinces et territoires, l’information au sujet de l’issue de la procédure sera communiquée
à la victime par le procureur de la Couronne. Par exemple, en Alberta, aux termes de la Victims
of Crime Act344 et du protocole connexe, le procureur doit discuter de l’issue de la poursuite
avec la victime (en présence de l’avocat de la victime, si cette dernière le demande) et lui
341
Ibid aux pp 102-104.
Toutefois, les répercussions pour la victime sont un facteur pertinent dont le procureur de la Couronne doit
tenir compte lorsqu’il prend une décision relativement à une poursuite.
343
Plutôt que de l’information sur la façon dont le procureur de la Couronne a utilisé son pouvoir discrétionnaire
(par exemple, dans le cadre de la négociation du plaidoyer).
344
LRA 2000, c V-3.
342
153 | P a g e
Chapitre 8
expliquer ce qui s’est passé au tribunal. Dans d’autres provinces et territoires, cette information
serait communiquée par les services d’aide aux victimes.
8.1 Médiation et autres modes de règlement des différends
En droit de la famille, la plupart des cas sont réglés par négociation, médiation ou mode de
règlement des différends et ne font pas l’objet d’un procès ni ne sont suivis d’une décision
judiciaire. Puisque les recherches laissent à penser que de nombreuses demandes de mesures
de protection (par exemple, accès supervisé) sont abandonnées durant les processus de
négociation et de médiation, il y a beaucoup de discussions et de controverse sur le caractère
adéquat des modes de règlement des différends comme la médiation dans les affaires de droit
de la famille mettant en cause de la violence familiale345.
Certaines personnes s’opposent à la médiation quand il y a une histoire de violence familiale.
Elles justifient leur position en affirmant que cela peut engendrer des risques pour la sécurité,
des craintes et de l’intimidation, ainsi qu’une dynamique de pouvoir inégale pouvant nuire aux
capacités d’une personne de négocier en toute sécurité et d’une manière qui répond à ses
intérêts. Elles soutiennent que la médiation peut mettre en danger les victimes et les placer
dans une situation où leurs conjoints pourront continuer à les victimiser et à les intimider. De
plus, ces personnes croient que, durant la médiation, les victimes pourront conclure des
accords qui ne tiennent pas adéquatement compte des problèmes de sécurité et qui ne sont
pas dans leur intérêt ou dans celui de leurs enfants. La raison en est que les médiateurs ne sont
pas des ardents défenseurs des intérêts des victimes et que certaines d’entre elles ne se
sentent pas habilitées à bien représenter leurs propres intérêts. De plus, en raison de l’accent
mis sur le règlement, certaines victimes vont se sentir forcées à conclure un accord par leur
conjoint et le médiateur.
Toutefois, les recherches viennent atténuer une grande partie de ces inquiétudes, et certains
praticiens croient que les modes de règlement extrajudiciaire des différends, par exemple la
médiation et la concertation des familles346, peuvent donner de meilleurs résultats et constitue
345
Voir par ex l’Honorable Leonard Edwards, Steve Baron et George Ferrick, « A Comment on William J Howe and
Hugh McIsaac’s Article “Finding the Balance” Published in the January 2008 Issue of Family Court Review », (2008)
46:4 Family Court Review 586; Anne Fuchs, Considering the needs of Domestic Violence Victims: The Exceptions to
Minnesota’s Alternative Dispute Resolution Rule 114, Minneapolis (Minnesota), The Battered Women’s Justice
Project, avril 2011, en ligne :
<http://www.bwjp.org/files/bwjp/articles/Considering_The_Needs_Of_Domestic_Violence_Victims_Mediation.pd
f>; Linda Neilson, Spousal Abuse, Children and the Legal System; Final Report for the CBA, Law for Futures Fund,
(2001), en ligne : <http://www.unb.ca/fredericton/arts/centres/mmfc/_resources/pdfs/team2001.pdf> (L’étude
de la professeure Linda Neilson sur les affaires de violence familiale au Nouveau-Brunswick offre un aperçu du
processus de médiation en cas de violence familiale. D’après l’étude, les survivants de mauvais traitement qui ont
eu droit à des séances de médiation en personne ont vivement critiqué le processus. Toutefois, la professeure
Neilson a conclu que les processus de négociation en navette sans médiation pourraient permettre un règlement à
l’amiable avec peu des risques associés à la médiation en personne).
346
La concertation des familles est une réunion officielle où les membres de la famille immédiate d’un enfant
rencontrent les parents éloignés et les membres de la collectivité où habite l’enfant, qui élaborent, ou pourraient
154 | P a g e
Chapitre 8
une approche plus thérapeutique et globale qui aide les membres de la famille et favorise des
solutions à long terme, même dans les cas de violence familiale347. Les partisans du règlement
des conflits affirment également que l’on a tenu compte des préoccupations en mettant en
œuvre des procédures visant à garantir un environnement sûr et à atténuer les menaces
relatives à l’autodétermination dans le processus de règlement des différends348.
Certaines affaires comportant de la violence familiale sont cependant réglées par voie de
médiation. Il est donc important d’examiner les questions liées à la concertation dans ce
contexte. L’analyse qui suit porte essentiellement sur la médiation, mais elle vaudrait aussi
pour les autres processus de planification et de prise de décisions engagés par les avocats et les
divers intervenants en collaboration avec les parties concernées.
élaborer, un plan pour l’enfant. Voir le ministère des Enfants et du Développement de la famille, Family Group
Conference Reference Guide (Colombie-Britannique : gouvernement de la Colombie-Britannique, août 2005, en
ligne : <http://www.mcf.gov.bc.ca/child_protection/pdf/fgc_guide_internet.pdf>.
347
Ce genre de recherche suggère qu’un processus de règlement extrajudiciaire modifié avec des professionnels
formés peut offrir de meilleurs résultats aux victimes de violence familiale et leur procurer un plus grand
sentiment de contrôle qu’une procédure judiciaire accusatoire. Dans un système accusatoire, la victime doit quand
même affronter son agresseur (dans la salle d’audience), le juge a beaucoup moins de temps pour entendre les
témoignages et comprendre la dynamique familiale, la famille n’a aucun contrôle sur ce qui se passe, et il y a peu
d’occasions pour des interventions qui pourraient aider à régler les problèmes sous-jacents. On soutient que les
accords obtenus par médiation sont habituellement plus nuancés et détaillés que les ordonnances judiciaires, ce
qui est particulièrement important quand on a affaire à des familles qui vivent beaucoup de conflits. On soutient
aussi que de nombreux avocats ont peu de connaissance et de formation sur la violence familiale et qu’ils ne
parviennent pas à en voir les signes et à adapter le processus en conséquence, contrairement à ce que parviennent
à faire un nombre sans cesse croissant de spécialistes du règlement des différends familiaux. Voir le Family Justice
Reform Working Group, A New Justice System for Families and Children: Report of the Family Justice Reform
Working Group to the Justice Review Task Force, Colombie-Britannique, Ministry of Attorney General, mai 2005, en
ligne : <http://www.bcjusticereview.org/working_groups/family_justice/final_05_05.pdf>.
348
Par exemple, Médiation familiale Canada a des normes de pratique qui exigent que les médiateurs qui veulent
obtenir une accréditation suivent au moins 21 heures de formation spécialisée sur les problèmes de violence et de
contrôle. L’Association ontarienne de médiation familiale a mis au point une politique qui reconnaît que « la
violence dans les relations intimes pose de graves risques de sécurité et peut réduire considérablement la capacité
d’une personne pour la médiation ». La politique oblige les médiateurs à suivre une formation sur la violence
familiale pour dépister les cas inappropriés en ayant des réunions de présélection initiale avec chaque partie et à
mettre en place des mesures de sécurité durant la médiation.
155 | P a g e
Signalons, en premier lieu, que les membres des deux camps
s’accordent pour dire que, dans les cas où il y a violence
familiale, un examen s’impose pour déceler les risques que
présente la situation pour la sécurité. Tous sont d’avis que cet
examen doit être obligatoire et servir à adapter la médiation ou
tout autre processus de règlement des différends de manière à
atténuer les craintes du participant. Dans cette optique, il est
essentiel pour les médiateurs de suivre une formation
spécialisée portant sur la problématique de la violence349. Dans
les cas de violence familiale, les tribunaux aussi peuvent
s’inquiéter des dispositions relatives à la médiation ou à
l’arbitrage dans les règlements à l’amiable. Ainsi, dans l’affaire
Wainwright c. Wainwright350, le tribunal a remis en question, et
finalement remplacé, une disposition imposant la médiation ou
l’arbitrage après avoir constaté que la mère avait peur du père et
que ce dernier avait de la difficulté à se centrer sur les besoins de
son enfant lorsqu’ils allaient à l’encontre des siens.
Chapitre 8
Dans quelle mesure le dépistage
est-il répandu?
Selon un sondage national à petite
échelle, la majorité des médiateurs
vérifient s’il y a violence familiale dans
les affaires qui leur sont confiées
(93 %)351. En revanche, la plupart des
avocats ne le font pas
systématiquement. Dans un sondage
réalisé auprès des avocats présents au
Colloque national sur le droit de la
famille de 2010, 83 % des répondants
ont indiqué qu’ils n’utilisaient jamais ou
que rarement un outil de dépistage
(par exemple, un test normalisé) pour
déceler les cas de violence familiale352.
Mentionnons, en second lieu, que le médiateur ou tout autre professionnel du règlement des
différends doit être au courant des instances en cours ou des ordonnances rendues, par
exemple dans le système de justice pénale. Ces renseignements sont souvent fort utiles. Pour
faciliter l’examen préalable et aider les intervenants à déterminer si la médiation est
appropriée, le médiateur peut, à la rencontre d’évaluation initiale, s’informer des ordonnances
ou des accusations au pénal antérieures ou en instance. Il peut alors obtenir copie des
ordonnances. C’est ce qui se fait dans les services de médiation rattachés au tribunal en
Ontario.
Par exemple, si une ordonnance pénale, de protection civile ou de non-communication
interdisant tout contact direct et indirect entre les parties a été rendue, la médiation ne peut
avoir lieu tant que cette ordonnance est en vigueur. Même si le contact n’est pas
complètement interdit, l’existence d’une instance pénale ou autre devrait donner lieu à une
vérification plus approfondie de la nature et de l’ampleur de la violence familiale dans le cas en
question. Cela pourrait donner une idée des modifications à apporter, le cas échéant, au
processus de médiation pour assurer la sécurité physique des parties, mais aussi pour
349
La médiation et les autres formes de règlement des différends ne sont pas des professions réglementées, mais
certaines provinces et certains territoires disposent de politiques et de programmes de formation à ce chapitre.
Ainsi, le programme de médiation pour la protection des enfants de la Colombie-Britannique comporte, entre
autres exigences, l’obligation pour les médiateurs inscrits de suivre une formation spéciale et d’avoir une certaine
expérience.
350
2012 ONSC 913.
351
Sondage auprès de médiateurs, analyse interne (ministère de la Justice du Canada, avril 2013). Ces données
sont tirées d’un sondage à petite échelle auprès de médiateurs et ne sont pas représentatives à l’échelle du pays.
352
Justice du Canada, « Supporting Families », supra note 52.
156 | P a g e
Chapitre 8
permettre à un médiateur et à un client de convenir de signaux au sujet du niveau de confort
de ce dernier et de la possibilité pour le client de se faire accompagner par une personne de
soutien ou d’établir des « règles de base » pour la médiation353. Une approche semblable peut
se révéler utile lorsque d’autres formes de règlement des différends sont utilisées.
Même à l’extérieur du processus d’examen préalable, il est aussi important pour le médiateur
de savoir quelles autres procédures ont été engagées et où elles en sont. La médiation exige la
ferme volonté des deux parties de collaborer, et si, par exemple, des poursuites pénales sont en
instance, le prévenu peut être réticent à collaborer pleinement et à communiquer tous les
renseignements le concernant, ce qui peut nuire au processus et empêcher les parties de
parvenir à un règlement. C’est pourquoi il peut être plus facile pour le médiateur de déterminer
quand il y a lieu d’amorcer le processus de médiation s’il sait quelles procédures pénales ont
été engagées et où elles en sont.
8.2 Pratiques prometteuses
8.2.1 Normes de formation et de pratique
Aux termes de la Family Law Act354 de la Colombie-Britannique, tous les professionnels du
règlement de différends familiaux, y compris les avocats, les médiateurs et arbitres familiaux et
les coordonnateurs des responsabilités parentales, doivent vérifier la présence de violence
familiale pour déterminer si l’utilisation de processus de règlement des différends est
appropriée et sécuritaire pour la famille. Le règlement pris en application de la Family Law Act
fixe aussi les normes minimales de formation et de pratique pour les intervenants en matière
de règlement de différends familiaux – médiateurs non juristes, arbitres et coordonnateurs des
responsabilités parentales – qui veulent aider les gens à régler un différend en droit de la
famille.
Ces professionnels du règlement des différends familiaux doivent satisfaire à une norme
raisonnable qui comprend une certaine expérience des problèmes familiaux et une formation
minimale dans leur domaine de pratique. Ils sont ainsi tenus de suivre une formation en droit
de la famille, au moins 14 heures de formation sur la façon de déceler la violence familiale et,
chaque année, au moins 10 heures de perfectionnement afin que leurs compétences
demeurent à jour.
Tout professionnel chargé du règlement de différends familiaux est tenu de confirmer aux
parties qu’il satisfait aux exigences minimales de la loi. Ces personnes doivent aussi être
membres d’un ordre professionnel (le collège des psychologues, par exemple) ou d’un
organisme de règlement des différends (comme Mediate BC ou la Parenting Coordinators
353
Voir Lene Madsen, « A Fine Balance: Domestic Violence, Screening and Family Mediation » (2012) 30:3 Family
Law Quarterly 343 aux pp 359-360 (liste des diverses modifications pouvant être apportées au processus de
médiation pour favoriser la sécurité).
354
SBC 2011, c 25.
157 | P a g e
Chapitre 8
Roster Society). Ces organismes disposent de mécanismes régissant le traitement des plaintes
et les mesures disciplinaires dont leurs membres peuvent faire l’objet.
Le barreau de la Colombie-Britannique a également décidé d’appliquer des nouvelles normes
de pratique aux avocats qui jouent le rôle de médiateur, d’arbitre ou de coordonnateur des
responsabilités parentales. Les nouvelles règles du barreau sont semblables aux normes
établies par le règlement pour les non-avocats. Cela permet de garantir que les professionnels
du règlement de différends familiaux satisfont à des normes minimales, qu’ils soient avocats ou
non.
8.2.2 Formulaires d’évaluation normalisés
En Colombie-Britannique, tous les clients qui font appel aux services d’un conseiller en justice
familiale (service financé par l’État) pour obtenir des renseignements ou des services de
règlement des différends dans leurs affaires relevant du droit de la famille remplissent un
formulaire d’évaluation détaillé qui porte sur le risque de violence familiale, la protection des
enfants, la santé mentale, la consommation d’alcool et de drogues ainsi que les questions
financières. Ce questionnaire sert à déterminer si la médiation est un processus approprié pour
la famille en cause et facilite l’aiguillage en fonction des besoins de celle-ci. Le processus
d’évaluation détaillée sert aussi aux conseillers en droit de la famille pour la préparation des
rapports sur la garde des enfants et l’accès exigés par le tribunal. Dans ce contexte, l’évaluation
porte sur la violence familiale et fait ressortir d’autres problèmes qui peuvent avoir une
incidence sur la capacité des parties à prendre soin de leurs enfants.
8.2.3 Préoccupations au sujet de la médiation touchant la protection de la
jeunesse – Normes de pratique et garanties
Plusieurs provinces, l’Alberta par exemple, utilisent la médiation dans le contexte de la
protection de la jeunesse et ont établi des normes de pratique, des politiques et des garanties
pour répondre aux préoccupations liées aux affaires comportant de la violence familiale. Dans
les programmes de médiation pour la protection de la jeunesse, la médiation met l’accent sur
des questions telles que des modifications aux plans d’intervention, l’accès, les conditions
rattachées aux ordonnances de surveillance, ou encore sur la question de savoir si la prise en
charge de l’enfant doit se poursuivre. Les normes de pratique relatives à la médiation touchant
la protection de la jeunesse accordent généralement la priorité à la sécurité de tous les
participants, et les médiateurs sont tenus d’y adhérer. La sécurité des participants à la
médiation est prioritaire, et le médiateur en matière de protection de la jeunesse doit faire tous
les efforts raisonnables pour déceler les menaces à la sécurité de l’un ou l’autre des participants
et rendre le processus de médiation sûr ou y mettre fin en toute sécurité. L’Association of
Family and Conciliation Courts a énoncé des lignes directrices pour la médiation touchant la
protection de la jeunesse. Même s’il y est indiqué que la violence familiale ne devrait pas
nécessairement empêcher la médiation en matière de protection de la jeunesse, on y reconnaît
également qu’il importe de vérifier la présence de violence familiale et que [TRADUCTION] « la
médiation ne convient pas lorsque l’une des parties est incapable de faire valoir ses besoins et
158 | P a g e
Chapitre 8
de défendre ses intérêts en toute sécurité ou que la sécurité de quelqu’un est compromise par
la médiation »355.
Il importe de souligner qu’il a pu arriver que des instances en droit de la famille ou des
poursuites pénales connexes aient dû être suspendues pour permettre la médiation touchant la
protection de la jeunesse et que la coordination est un facteur clé dans un tel contexte. L’une
des difficultés du médiateur est de déterminer s’il faut demander la modification temporaire de
l’« ordonnance de non-communication » rendue par un tribunal pénal pour permettre aux
parties de prendre part au processus de médiation356. Il n’est pas non plus facile de juger à
quelle étape du processus pénal il sera profitable d’amorcer avec les parents une démarche de
médiation touchant la protection de la jeunesse. S’il existe en même temps une affaire non
réglée en matière pénale qui comporte des voies de fait à l’endroit d’un enfant, les parents et
leur avocat s’inquièteront généralement au sujet de la divulgation, même si le processus ne
nuit à personne. Dans certaines provinces, comme les travailleurs sociaux de la protection de la
jeunesse comptent parmi les principaux participants à la médiation et sont très souvent au
courant des affaires pénales touchant leurs clients, la connaissance de toute poursuite pénale
et de toute autre ordonnance pertinente peut être portée à l’attention du médiateur.
355
Child Protection Mediation Guidelines Workgroup, Guidelines for Child Protection Mediation (Association of
Family and Conciliation Courts, 2012), en ligne :
<http://www.afccnet.org/Portals/0/Guidelines%20for%20Child%20Protection%20Mediation.pdf>.
356
Par exemple, on pourrait demander à la victime de communiquer avec le procureur de la Couronne pour
demander un allègement des conditions de « non-communication » (si la Couronne est d’accord, elle s’entendra
alors avec l’avocat de la défense pour que l’affaire soit ramenée devant les tribunaux afin qu’une nouvelle
ordonnance de mise en liberté sous caution soit rendue). L’accusé pourrait aussi communiquer avec son avocat
qui, lui, s’entendrait avec le procureur de la Couronne pour demander soit une modification du jugement soit un
examen de la mise en liberté sous caution compte tenu d’un changement de circonstances.
159 | P a g e
Chapitre 9
Chapitre 9 Services destinés aux familles aux prises avec un problème de
violence
Dans les familles où des actes de violence ont été commis, les victimes, les enfants et les
agresseurs ont besoin d’une vaste gamme de services visant à atténuer les répercussions de la
violence sur la famille et à aider cette dernière à s’orienter dans le système de justice. Ainsi qu’il
est mentionné ailleurs dans le présent rapport, de nombreuses composantes du système de
justice peuvent être mises à contribution : le système de justice pénale, le système de
protection de la jeunesse et le système de justice familiale. Tous offrent des services destinés à
aider les familles.
9.1 Services offerts par le système de justice pénale
Toutes les provinces et tous les territoires offrent des services aux victimes par l’intermédiaire
des ministères, des corps policiers et d’organismes non gouvernementaux. Ces services sont
variés et répondent à une vaste gamme de besoins. Ils comptent notamment des mécanismes
et des structures visant à fournir aux victimes et aux témoins des renseignements sur le
système de justice pénale, sur les procédures judiciaires ainsi que sur l’état du dossier. Les
intervenants auprès des victimes offrent du counseling, dirigent les victimes vers d’autres
services et les aident à préparer la déclaration de la victime ou à obtenir des dispositifs d’aide
au témoignage. Le rôle de ces intervenants est crucial pour informer les victimes des services
disponibles, aider les victimes à se remettre de l’incident, intercéder en faveur de la sécurité
des victimes et préparer les témoins à comparaître. Au Yukon, dans les Territoires du NordOuest et au Nunavut, c’est au procureur général du Canada (par l’intermédiaire du Service des
poursuites pénales du Canada, ou SPPC) qu’il incombe d’intenter les poursuites relatives aux
infractions prévues au Code criminel. Si les gouvernements des territoires et d’autres
organismes fournissent d’autres services aux victimes, il incombe au SPPC de fournir, dans les
territoires, les services relevant du ministère public ou du tribunal destinés à aider les victimes
et les témoins en ce qui concerne l’accompagnement au tribunal et la préparation aux
témoignages et à faire en sorte d’orienter comme il se doit les victimes vers les organismes de
services de soutien au besoin.
Le Centre de la politique concernant les victimes a rendu le Répertoire des services aux victimes
disponible sur le site Web du Ministère de la Justice : www.servicesauxvictimes.justice.gc.ca.
Les victimes n’ont qu’à entrer le nom de la ville, le type de victimisation subie ou le type de
service souhaité pour effectuer une recherche dans la base de données des organismes d’aide
aux victimes de leur région et trouver les ressources qui répondent le mieux à leurs besoins.
160 | P a g e
Chapitre 9
Les programmes de traitement approuvés par les tribunaux357 et les services correctionnels358 à
l’intention des auteurs d’actes de violence familiale sont reconnus comme étant une forme de
responsabilisation du délinquant359. Partout au Canada, il existe des programmes de traitement
qui s’adressent aux hommes qui ont un comportement violent dans leurs relations de couple 360.
La plupart des programmes sont offerts à tous les hommes, peu importe qu’ils aient ou non des
démêlées avec le système de justice pénale, même si certains évaluent les candidats pour
déterminer s’ils bénéficieront du type de traitement offert par le personnel du programme. Les
services offerts par bon nombre de programmes adoptent des approches multiples, comme
l’orientation individuelle et les groupes de soutien. Il importe toutefois de souligner que
l’efficacité de ces programmes d’intervention en matière de violence familiale n’est pas
prouvée et que les résultats des recherches sont ambigus361. Les études suggèrent qu’il y a une
différence entre les programmes de traitement qui se penchent sur la dynamique du pouvoir et
du contrôle et les programmes axés sur des approches telles que la maîtrise de la colère, qui
peuvent omettre de régler les causes sous-jacentes de la violence familiale. Bien que la maîtrise
de la colère soit souvent un volet des programmes d’intervention en matière de violence
familiale, il n’est pas recommandé d’utiliser uniquement cette approche dans les cas de
violence entre partenaires intimes marqués par la coercition362.
Les avocats de la Couronne et les avocats en droit de la famille ou en protection de la jeunesse
doivent évaluer attentivement les nombreux facteurs importants associés au fait de
357
Le Tribunal des options de traitement en matière de violence familiale (TOTVF) à Whitehorse, au Yukon, est un
tribunal et un programme de traitement, mis sur pied en 2000, qui se spécialise dans les affaires de violence
familiale. Le TOTVF offre au délinquant la possibilité de choisir un programme de prévention de la violence
conjugale pour l’aider à changer ses attitudes et ses comportements violents, en ligne :
<http://www.yukoncourts.ca/courts/territorial/dvtoc.html>; et le Programmes d'intervention auprès des
partenaires violents (PIPV) en Ontario, en ligne :
<http://www.attorneygeneral.jus.gov.on.ca/french/about/vw/par.asp>.
358
Depuis 2001, le Service correctionnel du Canada (SCC) a mis en œuvre des programmes à l’intention des
délinquants qui ont des antécédents de violence à l’endroit de leurs conjointes. Des établissements correctionnels
provinciaux offrent également de tels programmes à l’intention des hommes, par exemple le programme
Respectful Relationships de la Colombie-Britannique, en ligne :
<http://www.justicebc.ca/en/cjis/you/offender/custody/provincial/programs.html>.
359
Voir Keeping Women Safe: Eight Critical Components of an Effective Justice Response to Domestic Violence,
produit par la Critical Components Project Team (Colombie-Britannique, 16 avril 2008) à la p 25, en ligne :
<http://www.endingviolence.org/files/uploads/KeepingWomenSafe0416.pdf>.
360
Voir le Centre national d’information sur la violence dans la famille, Répertoire canadien des programmes de
traitement pour les hommes violents envers leur conjointe, (gouvernement du Canada, 2008) (contient une liste,
par province et par territoire, des programmes de traitement qui s’adressent aux hommes violents dans leurs
relations de couple).
361
Neilson, supra note 20 à la p 134; pour obtenir une vue d’ensemble de l’état actuel des recherches sur le sujet,
voir Edward Gondolf, The Future of Batterer Programs: Reassessing Evidence Based Practice, Boston, Northeastern
University Press, 2012.
362
Neilson, ibid à la p 137.
161 | P a g e
Chapitre 9
recommander ou d’ordonner la participation à ces programmes et les incidences pour les
clients qui y participent363.
La participation à des programmes d’intervention en matière de violence familiale découle
souvent de procédures pénales, mais elle peut aussi résulter de procédures en droit de la
famille ou en matière de protection de la jeunesse. Dans ce contexte, plusieurs questions se
posent, notamment :



La famille ou les services de protection de la jeunesse seront-ils informés de la
participation d’une personne à ce programme? Les questions de confidentialité et de
divulgation peuvent préoccuper les avocats qui représentent l’accusé dans une affaire
de droit de la famille ou de protection de la jeunesse, ainsi que les avocats qui
représentent l’autre parent;
En particulier, des renseignements concernant l’absence ou l’abandon de ces
programmes seront-ils divulgués? Ces renseignements sont cruciaux du point de vue de
la sécurité car, en l’absence de participation au programme ou en cas d’abandon, le
risque que la violence conjugale se poursuive augmente;
Comment la preuve de la participation au programme permettra-t-elle de déterminer
les compétences parentales ou la probabilité que la violence conjugale se reproduise?
La preuve qu’un programme a été suivi peut être insuffisante du point de vue de la
sécurité. Des preuves d’un changement de comportement pourraient plutôt être
nécessaires364.
9.2 Services offerts par le système de justice familiale
Bien qu’ils ne s’adressent pas spécifiquement aux victimes de violence familiale, de nombreux
services gouvernementaux sont offerts par le système de justice familiale au Canada,
notamment :





363
La médiation;
L’éducation parentale et les renseignements concernant la séparation et le divorce;
Des centres d’information sur le droit de la famille (aussi appelés centres de justice
familiale ou autrement selon la province ou le territoire), qui offrent des
renseignements juridiques, aident les clients à faire face aux tribunaux et dirigent les
gens vers des organismes qui peuvent les aider à préparer leur procès;
Des programmes d’information destinés aux enfants sur la séparation et le divorce;
Des programmes destinés à présenter le point de vue de l’enfant à la cour, grâce à
sa représentation par un avocat des enfants ou à un compte-rendu de son point de
vue.
Ibid aux pp 134-137 (Ces considérations y sont signalées. Si elles existent, il est important d’obtenir des
renseignements sur l’efficacité du programme et de veiller à ce qu’il vise précisément le type de violence dont il
est question dans l’affaire.)
364
Neilson, supra, note 20 à la p 136.
162 | P a g e
Chapitre 9
Des évaluations relatives à la garde et aux compétences parentales peuvent être utiles aux
tribunaux de la famille dans les cas de violence familiale. Il est important de veiller à ce que les
personnes qui effectuent les évaluations relatives à la garde d’un enfant possèdent des
connaissances spécialisées en matière de violence familiale ou qu’elles consultent un expert
dans le domaine. À défaut de quoi, l’évaluation relative à la garde peut être trompeuse. Le
National Council of Juvenile and Family Court Judges a élaboré un guide destiné à aider les
juges à traiter les cas où une évaluation relative à l’accès ou à la garde pourrait s’avérer
nécessaire dans un contexte de violence familiale. Ce guide aborde, en partie, la nécessité que
les évaluateurs possèdent une expertise à ce sujet365.
Par ailleurs, les centres de visites supervisées qui existent dans un grand nombre de provinces
et de territoires au Canada jouent un rôle important dans le contexte de la violence familiale.
Ces centres offrent un cadre sécurisant, neutre et axé sur les enfants pour les visites ou les
échanges entre les enfants et les parents ou d’autres personnes comme les grands-parents. Ces
lieux sont utilisés lorsqu’on craint pour la sécurité de l’enfant ou d’un parent et, par
conséquent, ils constituent un service particulièrement important dans les cas de violence
familiale. Ces centres constituent un moyen sûr de se conformer à des ordonnances du tribunal
lorsqu’il y a des craintes relatives à la sécurité ou à des différends entre les parents. Certains
centres de visites supervisées fournissent à la cour des rapports sur l’utilisation des services par
les participants ou sur leur participation.
9.3 Services offerts par le système de protection de la jeunesse
Beaucoup de services sont offerts aux familles ayant recours au système de protection de la
jeunesse. En voici quelques exemples :
 Counseling;
 Visites supervisées;
 Programme d’éducation des parents;
 Évaluations psychologiques;
 Soutien pour le travail auprès des jeunes;
 Counseling en matière de toxicomanie;
 Maîtrise de la colère;
 Services liés au filet de sécurité sociale;
 Mesures de soutien du revenu;
365
National Council of Juvenile and Family Court Judges, Navigating Custody and Visitation Evaluations in Cases
with Domestic Violence: A Judge’s Guide (2004), en ligne :
<http://www.afccnet.org/Portals/0/PublicDocuments/ProfessionalResources/BenchGuide.pdf> (Ce rapport
souligne également qu’un parent qui n’est pas un bon candidat pour la garde peut vouloir visiter son enfant et
qu’une évaluation attentive peut être requise pour déterminer : a) le mobile de cette demande; b) quelles seront
les répercussions d’un contact continu sur les enfants; et c) si les visites peuvent être organisées de façon à assurer
la sécurité du parent vulnérable et de l’enfant.)
163 | P a g e


Chapitre 9
Services de droit de la famille liés au Programme d’assistance parajudiciaire aux
Autochtones (qui est examiné en détail à la section 5.2.7);
La médiation touchant la protection de la jeunesse (qui est examiné en détail à la
section 8.2.3).
En Alberta, lorsqu’un enfant est pris en charge et qu’un parent est accusé, ou que les parents se
séparent, ou que l’enfant lui-même fait face des accusations devant le système de justice pour
les adolescents, des programmes et des services seront mis à contribution. La coordination
s’effectue dans une large mesure de manière informelle par des Services d’aide aux enfants et à
la famille, qui collaboreront avec les familles en vue de déterminer ensemble quelles mesures
de soutien et d’intervention favoriseront la mise en valeur des ressources pour atténuer les
préoccupations de la famille ou de la personne.
9.4 Problèmes liés à l’absence de coordination
Bien que de nombreux services soient offerts aux familles, des problèmes peuvent survenir
quand ces services ne sont pas coordonnés les uns avec les autres, par exemple :

Les membres de la famille pourraient avoir à rencontrer plusieurs intervenants,
ce qui exigera de nombreux rendez-vous qui pourraient ne pas être coordonnés.
Des nombreux rendez-vous non coordonnés pourraient fatiguer les membres de
la famille et peut-être même les dissuader d’obtenir les services dont ils ont
besoin.

Selon le contexte, le niveau d’aide fourni aux victimes peut être différent. Par
exemple, alors que les services d’aide aux victimes dans le système de justice
pénale peuvent veiller à ce que la victime et l’auteur présumé du crime ne soient
pas laissés dans la même salle d’attente, le système de justice familiale n’offre
pas toujours la même assurance.
Le Family Justice Centre, aux États-Unis, explique le problème comme suit :
[TRADUCTION] La plupart des systèmes de justice pénale et de justice civile compliquent la
tâche des victimes qui veulent obtenir de l’aide et les découragent sans le vouloir. Les
victimes doivent souvent se rendre d’un endroit à l’autre pour obtenir des services qui sont
éparpillés dans une collectivité ou une région. Elles doivent sans cesse répéter leurs histoires
aux fonctionnaires des organismes, comme les organismes d’application de la loi, les
tribunaux, l’aide juridique, les services médicaux, les services de transport, les services de
logement, les services sociaux, les services de santé mentale, les services de réadaptation,
les services d’aide financière et beaucoup d’autres. Sans le vouloir, le système de justice
pénale provoque un sentiment de frustration chez les victimes, qui finissent par arrêter de
chercher de l’aide366.
366
Family Justice Centre Alliance, en ligne : <http://www.familyjusticecenter.org/the-family-justice-centerapproach.html>.
164 | P a g e
Chapitre 9
9.5 Pratiques prometteuses
En Alberta, deux exemples d’interventions de justice communautaire illustrent la présence de
coordination. HomeFront (Calgary) collabore avec le système de justice pénale pour intervenir
d’une manière coordonnée et améliorée auprès des familles aux prises avec la violence
familiale :




En s’assurant que les préoccupations des victimes sont portées à l’attention des
tribunaux spécialisés en violence conjugale, ce qui permet aux victimes d’avoir leur mot
à dire dans la décision;
En appuyant le traitement à l’intention des victimes et des délinquants qui choisissent
d’accepter que le traitement pour violence familiale soit inclus dans l’ordonnance du
tribunal;
En procédant à des interventions préventives auprès des familles lorsque la police est
appelée à agir et qu’aucune accusation n’est déposée;
En soutenant les victimes en augmentant leur niveau de sécurité et en les encourageant
à se mettre sur la voie du changement dans leur propre intérêt et dans l’intérêt de leur
famille.
À Edmonton, le Today Family Violence Help Centre a commencé à offrir des services en
octobre 2009. Le modèle de prestation de services est une intervention communautaire
collaborative qui fait appel à des services centralisés et à des services communautaires qui ne
sont pas dans le centre. Le but est de réduire les obstacles auxquels font face les personnes aux
prises avec la violence familiale lorsqu’elles tentent de s’orienter dans ce qui leur semble
souvent un système désarticulé et complexe. En offrant une intervention multidisciplinaire et
complète en réponse à la violence familiale, le centre propose aux personnes touchées par la
violence familiale un lieu sûr où elles auront accès rapidement à des services de courte durée et
où elles pourront se renseigner sur des services de moyenne et de longue durée offerts dans la
collectivité.
Même si les services d’aide aux victimes mettent généralement l’accent sur le soutien fourni
aux victimes aux prises avec le système de justice pénale, ils reconnaissent de plus en plus que
les victimes de violence familiale ont aussi besoin du soutien du système de justice familiale.
Par exemple, en septembre 2012, le ministère de la Justice de la Colombie-Britannique a
informé les travailleurs sociaux qu’ils peuvent contribuer à la fois dans les affaires de justice
pénale et familiale lorsque les clients sont victimes de violence familiale ou de violence
sexuelle. Le ministère reconnaît que les instances judiciaires et la signification de documents
peuvent entraîner des risques élevés, et que la planification de mesures de sécurité et l’offre de
soutien émotionnel aux victimes dans le cadre du système de justice familiale sont des choses
importantes. De plus, les travailleurs des services d’aide aux victimes peuvent fournir un
soutien émotionnel aux victimes d’actes criminels dans les affaires en droit de la famille et au
tribunal de la famille, les aider à obtenir des ordonnances de protection ou des copies des
165 | P a g e
Chapitre 9
ordonnances, les aider à obtenir des renseignements sur le processus suivi par le tribunal de la
famille et leur fournir des renseignements sur les engagements de ne pas troubler l’ordre public
et les ordonnances de protection.
Le Programme des agents de soutien dans le contexte du tribunal de la famille de l’Ontario
fournit de l’aide et du soutien aux victimes de violence familiale durant le procès devant le
tribunal de la famille. Des liens sont également établis avec le système de justice pénale. Les
objectifs du Programme des agents de soutien dans le contexte du tribunal de la famille sont,
notamment, de fournir de l’aide essentiellement aux femmes victimes de violence familiale qui
se trouvent devant un tribunal de la famille, ainsi qu’accroître la sécurité des victimes et leur
accès à des services et à des formes de soutien. Les agents de soutien aideront les victimes de
nombreuses façons, par exemple :







En fournissant des renseignements à la victime sur le processus suivi par le tribunal de la
famille;
En aidant la victime à consigner les antécédents de violence pour le tribunal;
En offrant à la victime des conseils sur la planification de la sécurité et des renvois pour
évaluation du risque, le cas échéant, et en aidant à établir les mesures de planification
de la sécurité relatives aux comparutions devant le tribunal;
En aidant la victime à répondre aux demandes reçues des avocats;
En effectuant un compte-rendu et en discutant des décisions rendues par les tribunaux,
des nominations des avocats, des réunions du Centre d’information sur le droit de la
famille, des consultations avec l’avocat de service et des prochaines étapes;
En dirigeant la victime vers des services spécialisés communautaires (à la fois des
services pour les victimes de violence familiale et des services adaptés à la culture) et en
communiquant avec d’autres responsables de services relatifs au tribunal de famille et
sources de renvoi pour assurer la communication harmonieuse des renseignements
appropriés et la prestation de mesures de soutien;
En accompagnant la victime au tribunal, le cas échéant.
Pour améliorer la coordination des systèmes, les agents de soutien dans le contexte du tribunal
de la famille ont comme rôle très important de communiquer avec les responsables des
services du tribunal pénal, tels que le Programme d’aide aux victimes et aux témoins, le cas
échéant et conformément au protocole établi.
Comme nous l’avons mentionné dans le chapitre portant sur la coordination des instances
judiciaires (chapitre 5), les coordonnateurs en matière de violence familiale (modèle utilisé
dans le comté d’Ada) peuvent jouer un rôle crucial en coordonnant l’accès aux services des
systèmes de justice pénale et familiale. Ces personnes agissent comme point central et ont une
vue d’ensemble des services vers lesquels les membres de la famille ont été dirigés, ainsi que
des résultats des services. Elles peuvent ensuite communiquer ces renseignements aux
tribunaux et à d’autres intervenants au besoin.
166 | P a g e
Chapitre 9
Les centres de justice familiale s’occupent eux aussi de la coordination des services dans les
affaires de violence familiale. Ces centres sont fondés sur le modèle du centre de justice
familiale de San Diego où un certain nombre d’intervenants travaillent conjointement afin de
fournir les divers services coordonnés dont pourraient avoir besoin les victimes de violence
familiale. Les mesures de soutien et les services offerts par les centres de justice familiale
peuvent varier en fonction de la collectivité où ils se trouvent mais, en principe, ils
comprennent des policiers, des procureurs, des ressources juridiques comme des avocats en
droit de la famille, et d’autres ressources comme des conseillers.
Il existe un certain nombre de centres de justice familiale au Canada, dont le Safe Centre of
Peel, qui a ouvert ses portes en novembre 2011. Il a 15 partenaires, notamment des services
sociaux (par exemple des services de counseling et des services destinés aux jeunes); des
services juridiques, avec des avocats spécialisés en droit de la famille et un agent de soutien
dans le contexte du tribunal de la famille; des services d’établissement pour aider les nouveaux
arrivants au Canada; ainsi que des services de protection de la jeunesse avec une équipe
spécialisée en violence familiale et des services d’aide aux victimes. Les Victim Services of Peel
sont le premier contact des personnes qui vont au centre. Le service effectue une évaluation
des risques, puis détermine les autres services dont les victimes ont besoin. La victime est
ensuite dirigée vers ces autres services après une rencontre initiale de trois heures. De même,
l’organisme Family Violence Project of Waterloo Region est également fondé sur le modèle du
centre de justice familiale de San Diego et est composé, entre autres, de policiers qui se
spécialisent dans la violence familiale.
Les Centres d’appui aux enfants (CAE) fournissent une gamme de services visant à aider les
enfants victimes et témoins, ainsi que leur famille, à s’orienter dans le système de justice
pénale, et ils sont un bon exemple de coordination entre le système de justice pénale et le
système de protection de la jeunesse. Les CAE sont des services coordonnés, créés aux ÉtatsUnis dans les années 1980, afin de répondre aux besoins des enfants qui sont aux prises avec le
système judiciaire en tant que victimes ou témoins d’un acte criminel. Les CAE ont pour objectif
de minimiser les traumatismes associés au système judiciaire en fournissant aux enfants
victimes et témoins et à leur famille un cadre d’intervention unique adapté à leurs besoins et
en réduisant le nombre d’entrevues et de questions qui s’adressent aux enfants durant le
processus d’enquête ou de préparation à la comparution.
Les CAE n’offrent pas tous les mêmes services, mais ils ont des éléments clés en commun, par
exemple :




Équipe multidisciplinaire comprenant des organismes d’application de la loi, des services
de protection de la jeunesse, des services des poursuites, des services de santé mentale,
des services d’aide aux victimes et le CAE;
Établissements adaptés aux enfants et aux familles;
Services d’entrevue judiciaire;
Soutien aux victimes et services de défense des victimes, y compris l’aide judiciaire;
167 | P a g e




Chapitre 9
Soutien et traitements médicaux spécialisés;
Services de santé mentale spécialisés;
Formation et éducation pour les professionnels travaillant avec des enfants victimes de
violence;
Formation et sensibilisation de la collectivité;
Voici quelques-uns des résultats obtenus aux États-Unis grâce aux CAE : réduction des
traumatismes associés au système judiciaire pour les enfants et les adolescents victimes d’actes
criminels, satisfaction accrue à l’égard des services reçus, diminution du nombre d’entrevues
judiciaires et amélioration de la qualité de la preuve367. Il faudrait cependant signaler que
certains des résultats relatifs à la justice pénale souvent cités (une augmentation du nombre
d’accusations portées; une meilleure qualité de la preuve; une augmentation du nombre de
plaidoyers de culpabilité, ainsi qu’une augmentation du nombre de déclarations de culpabilité
et des peines plus appropriées) n’ont pas encore été prouvés par des recherches empiriques368.
Il existe plusieurs CAE au Canada, et leur nombre continue d’augmenter. Par exemple, le Centre
de justice pour les enfants de Regina (1993) et le Centre de justice pour les enfants de
Saskatoon (1996) fournissent des entrevues coordonnées, une préparation à la comparution
devant le tribunal, ainsi que des services d’approche dans des établissements adaptés aux
enfants avec des aiguillages vers des services de santé mentale. La Stratégie fédérale d’aide aux
victimes prévoit des ressources importantes visant à favoriser la mise en place de CAE au
Canada et l’amélioration des CAE actuels.
La Saskatchewan offre des services aux enfants exposés à la violence familiale dans une dizaine
d’emplacements à l’échelle de la province et s’est dotée d’un manuel des programmes qui
explique comment de tels services doivent être fournis. Le ministère de la Justice et le
Procureur général soutiennent les programmes d’aide aux enfants exposés à la violence
familiale en Saskatchewan pour répondre aux besoins de ces enfants. Ces programmes
viennent en aide aux enfants et aux adolescents qui ont été témoins ou victimes de violence
interpersonnelle, dans le but d’éviter qu’ils deviennent plus tard des victimes ou des auteurs
d’actes violents.
Le Zebra Child Protection Centre d’Edmonton, le premier centre de ce genre au Canada, permet
à la collectivité de répondre à la violence faite aux enfants à l’aide d’un programme de
traitement et de justice professionnel, empreint de compassion et hautement intégré. Le
Centre fait appel à un réseau multidisciplinaire de professionnels — le Service de police
367
David N King et al, Annotated Bibliography of the Empirical and Scholarly Literature Supporting the Ten
Standards for Accreditation by the National Children’s Alliance (2010), en ligne :
<http://www.nationalcac.org/professionals/images/stories/pdfs/annotated%2Bbibliography--final.pdf> (Cette
bibliographie comprend toutes les recherches menées par l’équipe du Crimes against Children Research Center de
l’Université du New Hampshire. Ces recherches se fondent sur une vaste étude d’évaluation de sites multiples sur
les incidences et les résultats des CAE).
368
Theodore P Cross et al, « Evaluating children’s advocacy centers’ response to child sexual abuse » (2008)
Juvenile Justice Bulletin, United States Department of Justice, 2008 à la p 6.
168 | P a g e
Chapitre 9
d’Edmonton, les Services à l’enfance de l’Alberta, des procureurs de la Couronne, des groupes
de protection des enfants en danger, des professionnels de la santé (examens médicaux et
évaluation de traumatismes), ainsi que des avocats bénévoles — dans un cadre axé sur les
enfants qui protège l’enfant victime de violence et canalise tout le savoir de son partenariat en
vue de s’assurer que justice soit rendue. Le caractère multidisciplinaire de l’équipe permet
d’avoir des enquêtes, des interventions, des poursuites et des mesures de soutien rationalisées,
exhaustives et spécialisées. Grâce à ses propres ressources et à ses alliances au sein de la
collectivité, Zebra offre aux enfants et à leurs parents ou tuteurs non délinquants des services
sociaux, médicaux et de santé mentale qui sont essentiels.
Découvrir la vérité derrière les soupçons et les allégations de violence contre des enfants est
une tâche complexe. L’approche collaborative de Zebra renforce la position de l’enfant durant
le processus d’enquête et renforce également celle des services de police. Aucun organisme ou
professionnel ne dispose à lui seul de tous les outils pour établir les priorités relatives au bienêtre d’un enfant victime de violence et pour établir un équilibre judicieux en ce qui a trait aux
exigences rigoureuses de la justice. Le recours à une approche multidisciplinaire est la pierre
angulaire des pratiques exemplaires en matière de protection de la jeunesse à l’échelle
mondiale.
Au Manitoba, le centre de défense des droits des enfants de Winnipeg a ouvert ses portes en
janvier 2013. Lorsqu’il sera pleinement opérationnel, ce centre comptera une équipe de
professionnels composée de policiers ainsi que d’intervenants spécialisés dans la protection de
la jeunesse et les services aux victimes qui travailleront dans un cadre adapté aux enfants, pour
expliquer aux enfants et aux jeunes victimes ou témoins comment fonctionnent le système de
justice et le processus d’enquête dans les cas de maltraitance d’enfants. Le fait de regrouper
ces services dans un seul centre évitera que les enfants aient à se rendre à divers endroits ou au
poste de police, où les suspects sont normalement détenus. L’une des principales
caractéristiques du centre sera la présence d’un enquêteur judiciaire qui s’entretiendra avec les
enfants ou les jeunes pour éviter qu’ils aient à raconter leur histoire encore et encore aux
divers professionnels qui prennent part à l’enquête.
169 | P a g e
Chapitre 10
Chapitre 10 Modèles de collaboration intersectorielle
Le présent rapport porte surtout sur la collaboration intersectorielle au sein du système de
justice, notamment entre les intervenants de la justice familiale, de la protection de la jeunesse
et de la justice pénale. Toutefois, ce dernier chapitre donne un bref aperçu de certains
obstacles à une plus vaste collaboration en matière de violence familiale, ainsi que d’un certain
nombre de pratiques prometteuses dans ce domaine. On parle de collaboration intersectorielle
lorsque des organismes d’au moins deux secteurs mettent en commun des politiques, des
renseignements, des ressources, des activités et des services afin d’atteindre ensemble un
objectif que les organisations d’un secteur donné ne réussiraient pas à accomplir si elles
travaillaient en vase clos369. En matière de violence familiale, la collaboration intersectorielle
peut prendre la forme d’une collaboration multidisciplinaire et interorganisationnelle. On peut
également déterminer quels sont les services gouvernementaux et communautaires
appropriés, harmoniser les cadres d’intervention et structurer les initiatives de collaboration
afin de dynamiser le processus de renvoi et de suivi. À cette fin, il arrive souvent qu’on mette
sur pied un comité mixte chargé de promouvoir et de coordonner plus ouvertement la mise en
commun de politiques, de protocoles et de marchés de service.
Au cours des 25 dernières années, les principaux rapports et un grand nombre de recherches
portant sur la violence envers les femmes et les enfants ont confirmé le caractère indispensable
de la collaboration intersectorielle370. Par exemple, parmi les principaux constats du Rapport
final du Groupe de travail fédéral-provincial-territorial spécial chargé d’examiner les politiques
et les dispositions législatives concernant la violence conjugale, mentionnons la nécessité de se
doter de stratégies complètes et coordonnées pour s’attaquer au problème de la violence
familiale :
Une stratégie complète et coordonnée, au sein de chaque gouvernement, est nécessaire
pour s’attaquer au problème de la violence familiale et aux facteurs qui y contribuent. Cette
stratégie doit être assurée dans tous les secteurs de politiques (sociale, judiciaire, éducatif et
de la santé) et au niveau des responsabilités du gouvernement fédéral et des responsabilités
des gouvernements provinciaux et territoriaux. Les gouvernements provinciaux et
territoriaux agiront de pair avec le niveau communautaire local et régional (pour coordonner
les services et déterminer les besoins, les lacunes et les solutions) ainsi qu’au niveau
individuel (pour offrir des mécanismes de gestion de cas et de consultation efficaces) 371.
369
Voir John M Bryson, Barbara C Crosby et Melissa Middleton Stone, The Design and Implementation of CrossSector Collaborations: Propositions from the Literature, (2006) 66:s1 Public Administration Review 44, en ligne :
<http://www.hhh.umn.edu/people/jmbryson/pdf/cross_sector_collaborations.pdf>.
370
British Columbia Critical Components Project Team, Keeping Women Safe: Eight Critical Components of an
Effective Justice Response to Domestic Violence (avril 2008) à la p 32, en ligne :
<http://www.endingviolence.org/files/uploads/KeepingWomenSafeExec0416.pdf>.
371
Justice Canada, Politiques concernant la violence familiale, supra note 3 à la p 97.
170 | P a g e
Chapitre 10
Soulignons également qu’un certain nombre de rapports sur des décès liés à la violence
conjugale, provenant notamment du milieu de la médecine légale, ont mis en évidence le rôle
de premier plan que joue la coordination lors des interventions en matière de violence
familiale372. Le rapport du coroner en chef de la Colombie-Britannique (2010) intitulé Findings
and Recommendations of the Domestic Violence Death Review Panel indique que [TRADUCTION]
« les victimes et les auteurs d’actes de violence familiale ont affaire à plusieurs intervenants
lorsqu’ils passent par la filière judiciaire. Il est absolument essentiel que l’ensemble des
organismes, des ministères et des réseaux de soutien se dotent d’une stratégie de collaboration
normalisée, accompagnée d’une meilleure approche de sensibilisation de la population au sujet
des risques touchant les familles en détresse »373.
La coordination est particulièrement importante lorsqu’un cas de violence familiale est pris en
charge par au moins deux systèmes, qu’il s’agisse de la justice pénale, de la justice familiale ou
de la protection de la jeunesse. Les différentes procédures judiciaires n’ont pas les mêmes
objectifs et sont encadrées différemment, ce qui augmente le risque d’intervention
fragmentaire, d’ordonnances contradictoires et de confusion. Le manque de coordination peut
avoir de graves conséquences sur la sécurité de la victime, la responsabilisation du délinquant,
la reddition de comptes à l’égard des services de police et des programmes et les coûts liés au
système. Il faut donc une coordination des efforts entre tous les secteurs du système judiciaire
(justice pénale, justice familiale et protection de la jeunesse), mais aussi entre ceux-ci et les
autres intervenants gouvernementaux, notamment dans les domaines de la protection de la
jeunesse, des services sociaux et de la santé mentale. Soulignons également la nécessité de
resserrer les liens avec les services et les intervenants communautaires.
10.1 Défis et obstacles liés à la coordination des interventions
Bien que nous sachions depuis un certain temps que les cas de violence familiale nécessitent la
coordination et l’intégration des efforts déployés par les intervenants de la justice pénale, de la
justice familiale, des services sociaux, de la santé mentale et des services communautaires, il
n’en demeure pas moins que cet objectif est difficile à atteindre. La diversité des mandats, des
objectifs, des normes et des cadres redditionnels fait obstacle à la coordination des
interventions. Dans une perspective gouvernementale, la coordination multidisciplinaire
présente également certaines difficultés :
[TRADUCTION] La coordination doit intervenir à tous les niveaux pour être efficace. Il faut
également affecter du personnel pour faire le travail et s’engager à consacrer les ressources
372
Voir par exemple le résumé du rapport de BCRCY, Honouring Kaitlynne, Max and Cordon, supra note 122 (Il est
notamment question de la nécessité d’adopter une stratégie de collaboration systémique. Le rapport fait valoir,
entre autres, que chaque service du réseau britanno-colombien de soutien et de protection des enfants et des
adultes vulnérables doit être tenu au courant des risques pour ses clients, en particulier les enfants, et être prêt à
renvoyer des cas à d’autres services et à prendre en charge les cas qui leur sont soumis par d’autres services.)
373
Ministère de la Sécurité publique et solliciteur général de la Colombie-Britannique, Report to the Chief Coroner
of British Columbia: Findings and Recommendations of the Domestic Violence Death Review Panel (mai 2010) à la
p 4, en ligne : <http://www.pssg.gov.bc.ca/coroners/reports/docs/stats-domestic-violence.pdf>.
171 | P a g e
Chapitre 10
nécessaires pour exercer les activités. Ces organismes chargés d’assurer la coordination ont
besoin d’un mandat qui repose sur un véritable engagement de la part des hauts dirigeants
et qui soit exécutoire. Travailler en collaboration exige beaucoup de temps, mais pas plus
que ne le requièrent les ressources consacrées à des politiques, à des programmes et à des
systèmes de prestation de services non coordonnés.
La coordination est difficile en partie parce que, par définition, elle recouvre un ensemble de
disciplines professionnelles et de ministères, et ce, indépendamment de toute hiérarchie. Le
plus souvent, la coordination suppose des responsabilités, mais ceux qui l’exercent ne
disposent malheureusement pas des pouvoirs nécessaires à sa réussite. Les mécanismes de
responsabilisation sont faibles s’ils ne sont pas appuyés par les hauts dirigeants d’un grand
nombre de ministères et par des intervenants. Lorsque la coordination fonctionne bien, c’est
en dépit de cet état de fait. Elle est habituellement le fruit d’efforts déployés en vue de créer
un climat de collaboration et de confiance374.
Par ailleurs, il a été établi que, dans un contexte de collaboration, les intervenants éventuels ne
se font pas toujours entièrement confiance, et il se peut qu’un intervenant ne comprenne ou
n’approuve pas tout à fait les motivations et la philosophie affichées par l’organisation
représentée par l’autre intervenant. Étant donné que les organisations ont des mandats variés
et qu’elles travaillent principalement auprès des membres d’une famille ou de conjoints, on
peut craindre que certains représentants souhaitent avant tout faire valoir leur propre point de
vue ou celui de leur client, perdant ainsi de vue la sécurité des victimes. Une équipe de
collaboration doit aussi être orientée et encadrée de manière impartiale. Il est cependant
difficile de déterminer qui dirigera cette équipe. Lorsqu’on dirige une équipe de collaboration, il
faut organiser des réunions, rédiger des comptes rendus, consigner des renseignements
confidentiels, communiquer avec les membres et trouver du personnel de soutien375.
Pour réaliser cette collaboration interorganisationnelle, il faut créer et maintenir des initiatives
de collaboration multidisciplinaire et intersectorielle, ainsi que soutenir des comités
coordonnateurs à l’échelle locale. Même si une telle collaboration nécessite beaucoup de
ressources, et même si le défi est souvent plus difficile à relever dans les régions rurales et
éloignées, il s’agit d’un travail d’une importance cruciale.
10.2 Pratiques prometteuses
Bien que le présent rapport donne des exemples précis de modèles de collaboration
prometteurs, cette section donne un aperçu général des différents modèles de collaboration
intersectorielle, interorganisationnelle et multidisciplinaire qui sont employés pour élaborer et
mettre en œuvre une meilleure stratégie de collaboration intersectorielle entre la justice
pénale, la justice familiale et la protection de la jeunesse.
10.2.1 Modèles étrangers
374
Ministère de la Justice de la Nouvelle-Écosse, Nova Scotia Family Violence Framework for Action Review:
Interjurisdictional Comparison and Literature Review, par Carolyn Marshall (2001) à la p 55.
375
Campbell, supra note 3 aux pp 6-7.
172 | P a g e
Chapitre 10
Au Royaume-Uni, le Family Justice Council (FJC), établi en 2004, est un organe public consultatif
non législatif et non ministériel parrainé par le Judicial Office. Il fournit au Family Justice Board
des avis spécialisés indépendants, dans une perspective interdisciplinaire, sur le
fonctionnement et la réforme du système de justice familiale en Angleterre et au Pays de
Galles. Il est présidé par le président de la Division de la famille et, au mois d’août 2012, il est
devenu partie intégrante du President’s Office.
Le Family Justice Council a pour rôle principal de promouvoir une approche interdisciplinaire de
la justice familiale et de surveiller le système. Il donne des avis sur les réformes, et il est
composé d’un échantillon représentatif des membres du personnel et des utilisateurs du
système de justice familiale ou de personnes qui s’y intéressent.
Plusieurs comités et plusieurs rapports du FJC abordent des questions relatives à la violence
conjugale. Par exemple :

Par l’entremise de la Law Society, un comité antérieur du Family Justice Council sur
l’interface entre les systèmes de justice en matière familiale et pénale a publié le Good
Practice Guide: Related Family and Criminal Proceedings. Il se voulait un outil destiné
aux juristes spécialisés pour régler les questions communes à plusieurs ressorts et
satisfaire à un besoin connu des juristes de comprendre le fonctionnement de l’autre
système.

Le Rapport du Family Justice Council au président de la Division de la famille sur
l’approche que le tribunal devrait adopter lorsqu’on lui demande de rendre une
ordonnance de contact consensuelle, dans les cas où la violence conjugale a été en
cause.

Le Rapport présenté au Family Justice Council en janvier 2013 par Rosemary Hunter et
Adrienne Barnett pour le compte du Comité de la violence conjugale du FJC, intitulé :
Fact-Finding Hearings and the Implementation of the President’s Practice Direction:
Residence and Contact Orders: Domestic Violence and Harm.
10.2.2 Modèles canadiens
a) Comités de coordination et collaboration interorganisationnelle
Au Canada, il arrive plus fréquemment qu’on fasse appel à un comité de coordination officiel
chargé de créer et mettre en place une collaboration et une coordination des efforts. Les
comités jouissent d’un statut et de pouvoirs officiels importants, ainsi que d’un accès privilégié
aux ressources, surtout lorsque leur mandat est lié à un objectif prioritaire. Ce modèle peut
également être propice aux discussions et aux décisions essentielles à l’établissement de
visions, d’objectifs et de résultats communs.
173 | P a g e
Chapitre 10
Par exemple, à l’Île-du-Prince-Édouard, le Comité d’action du premier ministre pour la
prévention de la violence familiale est un comité consultatif relevant du premier ministre dont
les membres, nommés par le Conseil exécutif, sont des représentants des ministères, des porteparole communautaires, des intervenants d’urgence et des travailleurs d’approche, ainsi que
des représentants des domaines du droit, de la médecine et de la police. Cette diversité
favorise une prise en charge collective en matière de prévention de la violence familiale. Le
Comité d’action fait appel à des groupes de travail et à des comités spéciaux comprenant des
membres du Comité d’action et d’autres représentants du gouvernement et de la collectivité.
Le Groupe de travail en matière de justice civile et de justice pénale coordonne les activités des
divers comités de la province qui se penchent sur les problèmes de violence familiale dans le
contexte de la justice pénale et de la justice civile, y compris le Groupe de travail sur le
resserrement des liens entre la justice pénale et la justice civile. Ce groupe de travail s’intéresse
à la communication de renseignements sur les cas de violence familiale entre la justice pénale
et la justice civile. Il a tenu des réunions périodiques pour déterminer la faisabilité de la mise en
place d’un système facilitant le resserrement des liens entre la justice civile et la justice pénale
dans les cas de violence familiale touchant les enfants.
En Alberta, le Comité consultatif de la police en matière de violence familiale est un autre
exemple. Présidé par la Division de la sécurité publique du ministère de la Justice et Procureur
général, ce comité est constitué de représentants de la GRC, des municipalités, des services de
police des Premières nations, du Alberta Council of Women’s Shelters, de la Division de la
justice pénale, du ministère des Services à la personne et des Services correctionnels. Ce comité
se réunit tous les mois pour discuter de questions liées à la protection, ainsi que de questions
touchant le système de justice pénale. C’est grâce aux efforts de ce comité qu’on a élaboré les
lignes directrices de la police en matière de violence familiale (Domestic Violence Guidelines for
Police), le Rapport d’enquête sur la violence familiale et le guide des considérations en matière
de sécurité (Considerations for Safety Guide). Le Comité consultatif souhaite obtenir le point de
vue du système de justice familiale et prévoit lancer une invitation pour ce que secteur soit
représenté dans ses discussions.
Par ailleurs, il est essentiel de procéder à des évaluations des lacunes pour déterminer quels
sont les services disponibles et vérifier s’il y a des chevauchements et des lacunes dans la
prestation des services. Le Safe Communities Project (SAFECOM), une initiative menée en
Alberta, encourage la collaboration interministérielle en matière de prévention de la
criminalité376. Mis en œuvre à Calgary, l’Integrated Justice Project, élaboré dans le cadre du
projet SAFECOM, démontre qu’on peut encourager la collaboration en réunissant les services et
faire en sorte que la population jouisse pleinement des services à leur disposition. Autrement
dit, cette démarche permet l’intégration des services377.
376
Ministère de la Justice et solliciteur général de l’Alberta, Integrated Justice Services Project (IJSP) (Alberta,
gouvernement de l’Alberta), en ligne : <http://justice.alberta.ca/programs_services/safe/Pages/ijsp.aspx>.
377
Gouvernement de l’Alberta, Ministère de la Justice et solliciteur général de l’Alberta, Safe Communities and
Strategic Policy, en ligne :
<http://justice.alberta.ca/programs_services/about_us/Pages/SafeComStrategicPolicy.aspx>.
174 | P a g e
Chapitre 10
En outre, au Québec, le ministère de la Justice et le ministère de la Condition féminine
assument la coprésidence des Comités des sous-ministres en matière de violence conjugale,
familiale et sexuelle et du Comité interministériel de coordination en matière de violence
conjugale, familiale et sexuelle. Ce dernier a pour mandat principal d’assurer la cohérence de
l’action gouvernementale en ces matières. La coordination exercée par ces comités vise
également à éviter les dédoublements dans les services et à fournir une réponse adaptée aux
besoins de la clientèle. Elle sert aussi à s’assurer de l’évaluation continue des actions conjointes,
et ce, dans le respect de l’autonomie des parties. Ce mécanisme de coordination existe depuis
1987. Actuellement, dix ministères participent à ces travaux.
L’annexe 4 du Volume II du présent rapport donne un aperçu des nombreux autres exemples
de comités gouvernementaux canadiens dont les mandats consistent à coordonner et à
intégrer les interventions à l’égard des divers types de violence faite aux femmes et de violence
familiale.
b) Politiques et normes
Un des aspects fondamentaux de la collaboration consiste à négocier la mise en place de
politiques et de normes communes, qu’elles soient officielles ou non officielles. Par exemple, en
Colombie-Britannique, la Violence Against Women in Relationships Policy (VAWIR)
(décembre 2010)378 est un cadre stratégique provincial établissant de façon exhaustive les
protocoles, les rôles et les responsabilités des intervenants de la justice et de la protection de la
jeunesse en matière de violence familiale, y compris la police, les procureurs de la Couronne,
les services correctionnels, les services aux victimes, le ministère du Développement des
enfants et de la famille, les services judiciaires, les services de justice familiale et le programme
d’exécution des ordonnances alimentaires. La politique tient également compte des politiques
opérationnelles des divers organismes concernés. Cette politique vise principalement à faciliter,
à intégrer et à coordonner les efforts des intervenants de la justice et de la protection de la
jeunesse en matière de violence familiale. L’objectif est de soutenir et de protéger les
personnes à risque, ainsi que de faciliter la gestion et la responsabilisation des délinquants. La
politique est accompagnée du Protocol for Highest Risk Cases379, qui établit les responsabilités
des partenaires de la justice et de la protection de la jeunesse en ce qui a trait à la coordination
des interventions à l’égard des cas de violence familiale que la police considère comme
présentant un risque élevé. Les principaux partenaires concernés par le protocole sont la police,
les procureurs de la Couronne, les services correctionnels, les services aux victimes et les
intervenants de la protection de la jeunesse.
378
Gouvernement de la Colombie Britannique, Violence Against Women in Relationships Policy, 2010, en ligne :
<http://www.pssg.gov.bc.ca/victimservices/publications/docs/vawir.pdf>.
379
Gouvernement de la Colombie Britannique, Protocol for Highest Risk Domestic Violence Cases (VAWIR Policy),
en ligne : <http://www.pssg.gov.bc.ca/victimservices/service-provider/docs/victim-service-worker-vawir-protocolhigh-risk.pdf>.
175 | P a g e
Chapitre 10
En Ontario, la politique LE-024 du Policing Standards Manual (2000)380 fournit des
recommandations et des lignes directrices pour mener et gérer des enquêtes sur les cas de
violence familiale. Elle contient aussi des recommandations concernant le mandat des comités
de coordination à l’égard de la violence familiale.
Saskatchewan Towards Offering Partnership Solutions to Violence Inc. (STOPS) a élaboré un
plan de collaboration communautaire qui fournit des recommandations pour harmoniser,
coordonner et améliorer les interventions en matière de violence et de maltraitance
interpersonnelles menées en Saskatchewan. Ce plan indique les mesures que peuvent prendre
les personnes, les organismes, les collectivités et les gouvernements pour intervenir auprès des
victimes de violence et de maltraitance. Il fournit également des outils pour aider les
collectivités à s’organiser et à collaborer. De plus, il donne un aperçu des rôles et des
responsabilités des divers organismes en ce qui a trait à la prestation des services.
Ce ne sont là que quelques-uns des nombreux exemples de politiques et de normes adoptées
dans l’ensemble du Canada pour faciliter la coordination des interventions et la collaboration
en matière de violence familiale. D’autres exemples sont cités à l’annexe 4, dans le Volume II du
présent rapport.
c) Protocoles d’entente et autres protocoles
Un grand nombre de provinces et de territoires ont élaboré des protocoles d’entente ou
d’autres protocoles pour encadrer la collaboration entre les secteurs du système dans certains
domaines. Par exemple, en Ontario, le Programme d’aide aux victimes et aux témoins, qui offre
de l’aide dans le cadre de procédures pénales, et le Programme des agents de soutien dans le
contexte du tribunal de la famille, qui aide les victimes de violence familiale au cours de
procédures de justice familiale, sont dotés d’un protocole de soutien des clients visés par des
causes pénales et familiales parallèles. Le protocole encourage les aiguillages proactifs entre les
programmes et fournit des lignes directrices concernant la communication des renseignements
et le traitement coordonné des causes.
Dans les Territoires du Nord-Ouest, le Yellowknife Interagency Family Violence and Abuse
Protocol est un accord conclu entre huit organismes intersectoriels en vue d’améliorer les
interventions auprès des adultes victimes de violence familiale. Le protocole indique comment
les organismes interviennent auprès des adultes victimes de violence familiale, et comment ils
collaborent entre eux pour mieux coordonner leurs interventions. D’autres protocoles
semblables sont cités à l’annexe 4, dans le Volume II du présent rapport.
d) Coordination judiciaire
380
Gouvernement de l’Ontario, ministère du Solliciteur Général, Policing Standards Manual, 2000, en ligne :
<http://www.ontla.on.ca/library/repository/ser/10256510/200107.pdf>.
176 | P a g e
Chapitre 10
Au Nouveau-Brunswick, le tribunal chargé des causes de violence familiale de Moncton381, un
tribunal qui est devenu permanent en 2011, comprend une équipe de coordination en matière
de violence familiale formée d’un coordonnateur du tribunal chargé de recueillir des
renseignements et de les communiquer aux principaux partenaires immédiats du tribunal. Pour
empêcher qu’il y ait conflit entre les ordonnances judiciaires des systèmes de justice pénale et
de justice familiale, le coordonnateur consulte chaque semaine le réseau d’information du
tribunal de la famille pour déceler les risques de conflits découlant des causes de violence
familiale. Pour ce faire, le coordonnateur vérifie chaque semaine les renseignements
d’identification concernant les délinquants et les victimes qui doivent comparaître au tribunal
chargé des causes de violence familiale. Cette liste est distribuée toutes les semaines aux
travailleurs sociaux et aux autres intervenants du tribunal chargé des causes de violence
familiale afin de permettre une intervention coordonnée dans les dossiers de violence
conjugale.
En Ontario, des comités consultatifs ont été mis sur pied pour assurer une exécution efficace du
Programme de tribunaux pour l’instruction des causes de violence familiale. Composés de
représentants des milieux judiciaires et communautaires, les comités visent à faciliter une
intervention coordonnée et efficace du système de justice à l’égard des causes de violence
familiale. Les comités offrent un mécanisme de communication des renseignements, d’examen
des procédures et de résolution des problèmes. En général, les comités consultatifs du tribunal
pour l’instruction des causes de violence familiale sont composés de représentants de la
Couronne, du Programme d’aide aux victimes et aux témoins, des services judiciaires, de la
police, des services de probation et de libération conditionnelle, des organismes chargés du
Programme d’intervention auprès des partenaires violents, des organismes d’interprétation,
des centres de traitement en cas d’agression sexuelle ou de violence familiale et des services
d’intervention en matière de violence faite aux femmes. Ces comités peuvent également
comprendre des avocats de la défense et des représentants des sociétés d’aide à l’enfance et
des centres d’hébergement. Les comités consultatifs en matière de violence familiale n’ont pas
le mandat de se pencher sur des causes en particulier. Ils visent plutôt à favoriser la discussion
sur les problèmes systémiques et stratégiques relatifs à l’exécution du Programme de tribunaux
pour l’instruction des causes de violence familiale.
e)
Stratégies et plans d’action gouvernementaux
On reconnaît de plus en plus qu’il est nécessaire et préférable d’adopter une stratégie de
collaboration intersectorielle à l’égard de nombreux problèmes des plus complexes qui
touchent la société382. Afin de composer avec les problèmes complexes, souvent interreliés, qui
sont associés à la violence faite aux femmes et à la violence familiale, l’ensemble des provinces
381
Nouveau Brunswick, Examen opérationnel, Tribunal chargé des causes de violence conjugale de Moncton, Projet
pilote par Aline Saintonge et Carole Dilworth, en ligne : <http://www.gnb.ca/0012/womensissues/DomesticViolenceCourt/2009-10ExamenOperationnelMoncton.pdf>.
382
Voir John M Bryson, Barbara C Crosby et Melissa Middleton Stone, « The Design and Implementation of CrossSector Collaborations: Propositions from the Literature » (2006) 66:s1 Public Administration Review 44, en ligne :
<http://www.hhh.umn.edu/people/jmbryson/pdf/cross_sector_collaborations.pdf>.
177 | P a g e
Chapitre 10
et des territoires canadiens ont élaboré des stratégies, des campagnes et des plans d’action
globaux pour promouvoir la collaboration intersectorielle qui figurent à l’annexe 4, dans le
Volume II du présent rapport.
Au Québec, des mécanismes ont été mis en place pour s’assurer de la collaboration et de la
coordination entre les organismes chargés des interventions en matière de violence conjugale
et d’agression sexuelle. En 1995, la politique d’intervention en matière de violence conjugale,
intitulée Prévenir, dépister, contrer la violence conjugale, a été rendue publique ainsi qu’un
premier plan d’action contenant 57 engagements. En 2001, les Orientations gouvernementales
en matière d’agression sexuelle ont été publiées, ainsi qu’un premier plan d’action comprenant
59 engagements. En 2004, un deuxième plan d’action en matière de violence conjugale (20042009) comprenant 72 engagements a été adopté. Les bilans de la mise en œuvre de ces plans
d’action, publiés respectivement en 2007 et en 2011, sont d’excellents exemples de suivi et
d’évaluation des actions383. Pour actualiser ses engagements, le gouvernement a publié, en
avril 2008, le Plan d’action gouvernemental 2008-2013 en matière d’agression sexuelle qui
comprend 100 engagements, et en décembre 2012, le Plan d’action 2012-2017 en matière de
violence conjugale384. Ce dernier contient 135 engagements présentés en deux volets : le
premier regroupe 100 mesures qui s’adressent à l’ensemble de la population; le deuxième,
propre aux Autochtones, contient 35 mesures s’adressant spécifiquement à cette population.
Le plan d’action interministériel de l’Alberta, la Strategy for the Prevention of Family Violence
and Bullying (2009-2012), comporte la priorité suivante : relever les questions se rapportant au
recoupement des systèmes de justice familiale et de justice pénale de façon à soutenir les
victimes de violence familiale et les délinquants (qui comprend Justice et Procureur général;
Procureur général et Sécurité publique; Services à l’enfance et à la jeunesse)385.
En mars 2012, le gouvernement de la Colombie-Britannique a créé le Provincial Office of
Domestic Violence (PODV) pour donner suite aux conclusions et aux recommandations du
rapport du représentant des enfants et des jeunes, intitulé Honouring Kaitlynne, Max and
Cordon: Make Their Voices Heard Now (2012)386. Dans ce rapport d’enquête exhaustif, le
représentant des enfants et des jeunes s’est penché sur la vie et la mort de ces trois enfants
victimes de violence familiale, et sur la maladie mentale non traitée de leur père.
383
Rapport sur la mise en œuvre des engagements gouvernementaux 2001-2006 en matière d’agression sexuelle
(2007), en ligne : <http://www.mcc.gouv.qc.ca/fileadmin/documents/publications/Rapport-engagementsgouvernementaux2001-2006.pdf>; Bilan de la mise en œuvre du plan d’action gouvernemental 2004-2009 en
matière de violence conjugale (2011), en ligne :
<http://www.scf.gouv.qc.ca/fileadmin/publications/Violence/BilanViolenceConjugale_Final.pdf>.
384
Gouvernement du Québec, Prévenir, dépister, contrer – Plan d’action gouvernemental 2012-2017 en matière de
violence conjugale, 2012, en ligne :
<http://www.scf.gouv.qc.ca/fileadmin/publications/Violence/Plan_d_action_2012-2017_version_francaise.pdf>.
385
Gouvernement de l’Alberta, Cross-Ministry Action Plan, Strategy for the Prevention of Family Violence and
Bullying, 2009-2012 Action Plan, en ligne : <http://www.child.alberta.ca/home/documents/familyviolence/CrossMinistry_Action_Plan.pdf>.
386
BCRCY, Honouring Christian Lee, supra note 75.
178 | P a g e
Chapitre 10
En collaboration avec six ministères clés, le PODV a élaboré le plan d’action Taking Action on
Domestic Violence in British Columbia (septembre 2012), qui indique comment les réseaux de
services aux enfants et aux familles de la Colombie-Britannique peuvent coordonner leurs
interventions en matière de violence familiale. Le plan d’action établit les principaux objectifs,
les mesures et les échéances correspondant aux recommandations du rapport du représentant
des enfants et des jeunes. Il indique également ce que le gouvernement provincial compte faire
à court terme pour améliorer et renforcer les interventions en matière de violence familiale
menées dans la province, dans une perspective spécifiquement axée sur la protection des
enfants, des femmes, des familles et des collectivités.
Pour mettre en œuvre une stratégie d’intervention globale en matière de violence familiale, il
faut non seulement resserrer les liens entre les intervenants des principaux secteurs du
système de justice concernés, mais aussi favoriser la collaboration entre le système de justice et
les intervenants des autres domaines essentiels comme les soins de santé, le bien-être, le
logement, l’hébergement, l’éducation et les services sociaux et communautaires. Le présent
chapitre n’a fait que donner un aperçu de quelques-uns des nombreux exemples de stratégies
et de plans d’action dont les gouvernements se sont dotés pour amener plusieurs secteurs à
coordonner leurs interventions en matière de violence familiale dans l’ensemble du pays.
D’autres exemples de mesures prises par les provinces et les territoires figurent à l’annexe 4,
dans le Volume II du présent rapport.
179 | P a g e
Conclusion
Conclusion
Dans le cadre du Groupe de travail spécial fédéral-provincial-territorial sur la violence familiale,
des représentants de l’ensemble des provinces et des territoires du Canada ont tenté de cibler
et d’analyser les difficultés que pose le recoupement des interventions des systèmes de justice
familiale, de protection de la jeunesse et de justice pénale à l’égard de la violence familiale.
Conformément au mandat du Groupe de travail, le présent rapport ne fournit pas de
recommandation précise pour répondre aux difficultés ciblées. Il présente plutôt une diversité
d’outils, de protocoles et de pratiques qui ont été mis en place, que ce soit au Canada ou
ailleurs, ou qui ont été dégagées comme étant des pratiques prometteuses en vue de résoudre
ces difficultés. Nous espérons que ces pratiques serviront à alimenter nos réflexions dans ce
domaine.
Le présent rapport se penche sur les difficultés dans un contexte où les familles doivent
concilier plusieurs ordonnances et composer avec diverses procédures parallèles. Compte tenu
de la diversité des objectifs, des processus, des normes en matière de preuve et des délais
associés à chacune des interventions des systèmes de justice familiale, de protection de la
jeunesse et de justice pénale, les familles peuvent se trouver devant des interventions
fragmentaires, incohérentes et déroutantes. Actuellement, les divers domaines de l’appareil
judiciaire travaillent en vase clos. Bien que des efforts aient été faits pour améliorer la
coordination entre les systèmes, il reste encore du travail à faire, plus précisément en ce qui
concerne la technologie.
Les procédures et les ordonnances judiciaires relatives à une cause donnée peuvent avoir des
conséquences importantes sur des causes parallèles ou subséquentes concernant la même
famille et jugées par un autre tribunal. Si les ordonnances dans le contexte pénal (notamment
celles concernant les libérations provisoires, les libérations sous caution, les engagements de ne
pas troubler l’ordre public ou les peines avec sursis) sont rendues sans qu’on ait pris
connaissance de l’existence ou de la teneur d’autres ordonnances incompatibles ou
contradictoires rendues par les tribunaux de justice familiale ou de protection de la jeunesse,
les membres de la famille peuvent, malgré eux, contrevenir à l’une des ordonnances
conflictuelles. Par ailleurs, lorsqu’un tribunal de justice familiale rend une ordonnance
parentale ou de garde sans avoir pris connaissance des ordonnances rendues précédemment à
l’égard d’un cas de violence familiale, que ce soit au pénal, au civil ou à la protection de la
jeunesse, ce tribunal risque de mettre l’enfant ou le parent en danger. Tout en reconnaissant
que les ordonnances antérieures en matière de violence familiale ont des incidences complexes
sur les causes jugées par d’autres tribunaux, nous espérons que certaines des pratiques
exemplaires relevées pourront permettre de surmonter ces obstacles à la collaboration
intersectorielle. Parmi ces pratiques, citons la création d’équipes d’intervention en matière de
violence familiale, de protocoles de libération sous caution, de politiques et de clauses types,
ainsi que l’utilisation d’ordonnances normalisées en droit de la famille. Les bases de données
d’ordonnances judiciaires peuvent également s’avérer prometteuses pour ce qui est d’informer
les représentants du système de justice au sujet des ordonnances de protection rendues au civil
et au pénal pouvant avoir une incidence sur une autre cause concernant la même famille.
180 | P a g e
Conclusion
Les divers secteurs du système de justice fonctionnent indépendamment et ont chacun leurs
propres experts, évaluateurs et services. Dans bien des cas, les victimes de violence familiale
seront soumises à de multiples évaluations des risques menées par les différents organismes ou
centres d’hébergement qui interviennent en leur nom. Le manque de communication entre les
intervenants en matière de violence familiale augmente la probabilité que les risques associés
aux familles en détresse ne soient pas ciblés ou évalués de manière exhaustive. Le présent
rapport met en évidence la nécessité de communiquer tous les indicateurs de risque aux divers
secteurs du système de justice, et de faire en sorte que tous les partenaires concernés
participent à la gestion des risques et à la planification de la sécurité et soient informés à ce
sujet. Le présent rapport donne un aperçu de quelques mesures de coordination prises au
Canada à l’égard des cas à risque élevé en vue d’accroître la mise en commun des résultats
d’évaluation de la menace et des risques et la coordination des cas. Il rend également compte
de la mise sur pied de comités d’examen des cas de décès chargés de déterminer les facteurs
de risques dans le but de prévoir les risques de décès et de formuler des recommandations en
vue de prévenir les décès dans des circonstances similaires.
Le présent rapport porte principalement sur la volonté d’améliorer la communication de
renseignements entre les intervenants de la justice pénale, de la justice familiale et de la
protection de la jeunesse. Pour faciliter la coordination entre les différents tribunaux, il faut
que les parties, le personnel judiciaire, les avocats et les juges aient accès aux dossiers des
autres secteurs du système de justice. Les parties peuvent, à tort, croire que le tribunal saisi de
leur cause a été préalablement informé des instances parallèles connexes concernant la même
famille devant un autre tribunal. Cependant, il se peut qu’il y ait peu de lien, sinon aucun, entre
les divers tribunaux concernés, et que ces derniers ne relèvent pas de la même juridiction (un
tribunal pourrait relever de la cour provinciale, et l’autre, de la cour supérieure). Par
conséquent, les tribunaux ne sont souvent pas informés des autres procédures ou ordonnances
pouvant avoir une incidence sur les causes dont ils sont saisis; un problème découlant du fait
que les différents tribunaux ne sont pas dotés d’un mécanisme de mise en commun des
renseignements. Les exigences technologiques et les énormes coûts figurent parmi les
obstacles associés à la mise en place d’un système informatisé permettant un jumelage
systématique des causes entendues par les différents tribunaux. Il existe cependant au Canada
de nombreuses initiatives permettant aux divers tribunaux d’être mieux informés au sujet des
procédures ou des ordonnances relatives aux autres tribunaux de l’appareil judiciaire.
En ce qui concerne la communication de renseignements, le présent rapport aborde aussi
l’aspect complexe, mais très important, de l’établissement de la preuve dans le cadre des
procédures judiciaires entourant la violence familiale. Les parties peuvent s’étonner de
constater que les éléments de preuve présentés à un tribunal pour démontrer le bien-fondé de
la cause de violence familiale ne peuvent pas être présentés devant un autre tribunal ou ne
sont pas suffisants pour démontrer à ce dernier le bien-fondé de la cause de violence. Le
présent rapport explique comment les éléments de preuve utilisés lors d’une instance donnée
peuvent être présentés dans le cadre d’une autre instance. Sur le plan de la sécurité de la
victime de violence familiale, le rapport rend également compte des conséquences que peut
avoir la divulgation de renseignements à l’accusé, dans le cas des procédures pénales, ou aux
181 | P a g e
Conclusion
parents, dans le cas des procédures touchant la protection de la jeunesse. Lorsqu’il s’agit
d’ordonner la divulgation des dossiers des procureurs de la Couronne, il y a de nombreux
facteurs à considérer. Le présent rapport donne un aperçu de quelques lignes directrices et
protocoles en la matière qui pourraient s’avérer utiles.
Dans certains contextes, il peut être judicieux de divulguer bon nombre de renseignements
pouvant faciliter la coordination entre les différents secteurs du système de justice. Toutefois,
la divulgation de renseignements personnels et confidentiels est régie par une foule de
dispositions législatives, de règlements, de lignes directrices et de codes déontologiques
fédéraux, provinciaux et territoriaux. Bien que la protection de la vie privée doive généralement
être subordonnée au devoir de divulguer toute information permettant de protéger les enfants
et les conjoints contre les préjudices, il existe de nombreux obstacles liés à la protection de la
vie privée qui empêchent la communication de renseignements dans le contexte d’une
collaboration intersectorielle. Le présent rapport met en évidence la nécessité de mettre en
place des dispositions législatives, des directives, des protocoles d’entente et d’autres
protocoles clairement définis afin de résoudre ces problèmes.
L’absence de coordination entre les diverses instances judiciaires a des conséquences pour
l’administration de la justice, ainsi que pour la sécurité et le bien-être des membres de la
famille. Parmi les effets négatifs que peut avoir une ordonnance rendue en matière pénale sur
les instances antérieures ou parallèles en matière familiale, citons notamment les délais
procéduraux, les effets sur les négociations et la participation inappropriée à la médiation, au
counseling ou à d’autres programmes. Parmi les pratiques prometteuses pouvant contribuer à
résoudre ces problèmes, mentionnons les diverses adaptations du concept « une famille, un
juge », les communications au sein de l’appareil judiciaire et les modèles de coordination
judiciaire.
Bien que le rapport se penche surtout sur l’appareil judiciaire, il n’en demeure pas moins que la
majorité des causes liées au droit de la famille, à la protection de la jeunesse et au droit pénal
sont réglées à l’amiable ou ne sont jamais entendues par un tribunal. C’est pour cela que la
communication de renseignements et la collaboration sont également considérées dans le
contexte de la médiation et des autres mécanismes de règlement des différends. Bien que
l’utilisation de ces divers mécanismes de règlement des différends dans le cadre des causes de
violence familiale n’échappe pas aux critiques, le rapport donne quelques exemples de
mécanismes de ce genre utilisés au Canada à l’égard des causes de violence familiale.
Enfin, le présent rapport donne un aperçu des stratégies de collaboration prometteuses. En
général, la collaboration intersectorielle devrait aussi comprendre une stratégie de
collaboration multidisciplinaire et interorganisationnelle entre le système de justice et d’autres
intervenants gouvernementaux comme les services sociaux et les services de santé mentale. De
plus, il faut coordonner les efforts avec les intervenants communautaires pour faciliter les
renvois et les suivis auprès des services communautaires non gouvernementaux appropriés. À
cet égard, le rapport expose de façon plus générale la nécessité pour les comités intersectoriels
et interorganisationnels de promouvoir et de coordonner plus ouvertement la mise en place de
182 | P a g e
Conclusion
politiques, de protocoles et de marchés de services communs. Le rapport présente aussi des
modèles étrangers et canadiens qui favorisent la collaboration dans une perspective
intersectorielle, interorganisationnelle et multidisciplinaire.
Comme nous l’avons indiqué dans l’introduction du rapport, chaque province ou territoire
concerné est unique, et il est important de souligner qu’aucune approche ne convient à toutes
les situations. Le Groupe de travail spécial fédéral-provincial-territorial sur la violence familiale
espère que ce rapport servira de guide pour les prochaines mesures qui seront prises par les
provinces et les territoires à l’égard de cette importante problématique.
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Related manuals

Download PDF

advertising