Le reportage Unité ÉCRI sur le texte informatif pour la 4

Le reportage  Unité ÉCRI sur le texte informatif pour la 4
Le reportage
Unité ÉCRI sur le texte
e
informatif pour la 4 en
immersion précoce
par Jannah Peach et Josée Le Bouthillier
Plan d’unité d’écriture
Matière visée :
Niveau :
Genre/Type de texte :
Traits à l’étude :
Thèmes :
Projet final :
L’art du langage en immersion
4e année
Le texte informatif – le reportage
1. Organisation du reportage
2. Idées / contenu
3. Voix
4. Conventions linguistiques (pluriels, majuscules,
ponctuations, masculin/féminin, etc.)
La structure du reportage
Les faits et les événements
L’entrevue
Présentation d’un reportage lors d’un bulletin de nouvelles.
Étapes à suivre
Phase 1 : Présentation du projet final
1. Discussion / présentation du projet final;
2. Présentation du genre et du thème;
3. Personnalisation du genre et du thème;
4. Explication de la démarche pour arriver à l’écriture
indépendante;
5. Présentation ou révision du vocabulaire et structures clés.
Phase 2 : Écriture modelée
1. Présentation d’un reportage;
2. Exploration de la structure d’un reportage;
3. Discussion de la fonction et du but des différents éléments
textuels;
4. Analyse de textes (identification des éléments qui
signalent le genre du texte à l’étude);
5. Création de la rubrique a partir des éléments clés qu’on a
ressortis.
Activité d’appui liée à la phase 2
Phase 3 : Écriture partagée
1. Partage à l’oral du raisonnement de l’enseignant par
rapport a ses choix pendant l’acte d’écriture;
2. Invitation aux élèves d’offrir des suggestions;
3. Appréciation du texte partagé selon la rubrique adoptée.
Activités d’appui liées à la phase 3
Phase 4 : Écriture interactive
1. Création collective d’un texte par les élèves;
2. Négociation du contenu en tenant compte de la structure
du genre et de la rubrique;
3. Planification, rédaction. Analyse et révision par les pairs
(ou le groupe) du texte interactif.
Leçons
1
2 et 4
3
6
5 et 7
8
Phase 5 : Écriture indépendante
1. Rédaction individuelle du projet final d’écriture selon le
processus d’écriture (planification, rédaction, révision);
2. Soumission et / ou présentation du projet d’écriture.
Plusieurs leçons
(temps peut varier)
Résultats d’apprentissage
Communicatifs/expérientiels
L’élève sera capable de :
- rédiger un texte informatif, plus précisément un reportage, en respectant sa structure
textuelle en collaboration et de façon indépendante.
- présenter oralement et visuellement le genre et le type de textes à l’étude.
- décrire et communiquer leurs réactions personnelles au genre et au type de textes
étudiés.
- appuyer et justifier leurs opinions face au genre et au type de textes à l’étude et
leurs caractéristiques.
- répondre de façon critique aux textes du genre et du type de textes à l’étude.
Langue
L’élève sera capable de :
- tenir compte de l’intention d’écriture, du genre et du type de textes à l’étude, et de
l’auditoire.
- respecter la structure textuelle du reportage.
- dégager, comprendre et utiliser le vocabulaire et les structures propres au reportage.
- dégager, comprendre et utiliser les traits d’écriture à l’étude : organisation, idées, voix et
conventions linguistiques.
- reconnaître comment les conventions et les caractéristiques du reportage facilitent la lecture
de ce type de textes.
- utiliser les conventions et les caractéristiques du reportage pour rédiger le texte.
Culture
L’élève sera capable de :
- lire des textes d’auteurs francophones.
- respecter les conventions propres au reportage.
Formation langagière générale
L’élève sera capable de :
- utiliser des modèles pour l’aider à rédiger son propre texte.
- utiliser un organigramme pour planifier son texte.
- provoquer des réactions à la première ébauche de son texte et se servir de ces
réactions de pairs et de l’enseignant pour créer des versions subséquentes.
- se servir d’une liste de vérification pour réfléchir de façon critique au texte créé en
collaboration ou indépendamment.
- utiliser diverses stratégies d’écriture modélisées par l’enseignant lors du processus
d’écriture.
Phase 1
PHASE 1 : Présentation du projet final
1. Discussion/présentation du projet final;
2. Présentation du genre et du thème;
3. Personnalisation du genre et du thème;
4. Explication de la démarche pour arriver à l’écriture indépendante;
5. Présentation ou révision du vocabulaire et structures clés.
+ activités d’appui liées à la phase 1
Leçon 1
Thème de la leçon :
Présentation du projet final
Résultats d’apprentissage :
L’élève sera capable de :
Communicatifs/expérientiels :
- prendre connaissance du projet final et poser des questions afin de s’assurer de sa
compréhension.
- partager ses expériences par rapport au projet final, et au genre et type de textes à
l’étude.
- Effectuer un remue-méninges pour trouver des idées par rapport au projet final
proposé et pour dégager le vocabulaire et les structures liés à ce projet final.
Langagiers :
- comprendre et utiliser le vocabulaire et les structures liés au projet final, et au
genre et type de textes à l’étude. (Ce vocabulaire et ces structures comprennent le
métalangage lié à l’étude d’un genre et d’un type de textes ainsi que ceux liés au
projet final proposés.)
Culture :
- Identifier les conventions propres à un genre et à un type de textes.
- lire des textes d’auteurs francophones.
Formation langagière générale :
- poser des questions afin de s’assurer de sa compréhension.
- participer à un remue-méninges.
Pré-activité
L’enseignant présente un exemple d’un reportage1 afin de piquer la curiosité des
élèves et les motiver ainsi que, bien sûr, montrer un exemple du projet.
L’enseignant demande aux élèves s’ils ont déjà regardé un reportage. À quoi
ressemble un reportage? De quels sujets y traite-t-on? Comment s’appelle ce genre
de textes? À qui s’adresse ce type de textes? Cette discussion peut être menée en
groupe classe, en dyades ou en petits groupes. Elle est suivie par une discussion
générale.
L’enseignant explique aux élèves qu’ils auront à effectuer un reportage. Il précise
aux élèves qu’ils auront à préparer une version écrite de leur reportage avant de
monter un bulletin de nouvelles.
Il explique aux élèves que la leçon sera consacrée à la présentation et à l’exploration
du projet final ainsi qu’à l’explicitation du genre et du type de textes à l’étude.
Pendant la leçon, les élèves devront poser des questions afin de s’assurer de leur
compréhension.
Activité
À partir l’exemple du reportage, l’enseignant pose des questions aux élèves de façon
à dégager les composantes du projet final1, le genre et le type de textes, l’intention
d’écriture et l’auditoire ciblé. « Que pensez-vous avoir à effectuer lors de votre
projet final? »
Les élèves offrent leurs hypothèses et l’enseignant pose d’autres questions de façon à
amener les élèves à décrire et à comprendre les différentes composantes du projet
final, le genre et le type de textes à l’étude, l’intention d’écriture et l’auditoire ciblé.
L’enseignant propose trois choix de sujets de reportage :
1. Les vaches laitières refusent de produire du lait.
2. Il y a un espion à l’école.
3. Un enfant est élu premier ministre.
Il explique brièvement aux élèves les étapes qu’ils auront à suivre pour mener à bien
la tâche finale. Les élèves auront à analyser un modèle d’un reportage.
L’enseignant partagera devant ses élèves son processus de rédaction. Les élèves
écriront un texte en collaboration avant d’écrire un texte individuellement.
1
L’enseignant peut utiliser un des épisodes de l’émission ONIVA! (voir liens utiles).
Post-activité
Selon les 3 choix proposés par l’enseignant (vaches laitières, espion dans l’école et enfant
élu premier ministre), les élèves effectuent un remue-méninges pour générer des idées
ainsi que du vocabulaire et des structures liés aux choix.
L’enseignant dispose trois papiers grand format sur les murs de la classe. Sur le premier
papier, il écrit « les vaches laitières ». Sur le deuxième papier, il écrit « l’espion dans
l’école » et, sur le dernier papier, il inscrit « l’enfant élu premier ministre ». Les élèves
forment trois grands groupes. Chacun des groupes s’installent devant l’un des papiers
grand format. L’un des membres du groupe a un stylo en main pour inscrire les idées du
groupe. Chacun des groupes effectue un remue-méninges à partir du thème proposé sur
le papier grand format. Après quelques instants, les groupes d’élèves exécutent une
rotation vers la gauche, se retrouvant devant un nouveau thème. Les élèves ajoutent aux
idées du groupe précédent. Les groupes accomplissent une dernière rotation pour ajouter
au remue-méninges pour un troisième thème.
L’enseignant invite les élèves à partager en grand groupe. À partir des idées des élèves, il
commence un mur de thèmes.
L’enseignant demande aux élèves de réfléchir individuellement à leur projet final et
d’effectuer un choix d’après les options proposées.
Vocabulaire possible selon les sujets proposés
Les vaches laitières :
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
une vache
une étable
un lait / chocolat
produire
traire
un champ
malade
fermier/fermière
une clôture
un gazon
un marché
manger
boire
une mouche
jouer
un magasin
fâché
une personne
une tâche
une ferme
blanc / noir / brun
une route
un foin
un tracteur
un ruisseau
Un enfant P.M. :
Un espion dans l’école :
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
un premier ministre
un pays
un citoyen
un soulier noir
un habitant
une assemblée
un candidat
un enfant
pleurer
ensemble
élu
fâché
un bébé
jaloux
content
une parade
se vanter
un gouvernement
gouverner
cacher
peur
crier
un silence
un détective
un indice
un secret
un code
un passage
coupable
innocent
chercher
un policier
une arme
un traître
demander
découvrir
entendre
un espion
capturer/attraper
blesser
un corridor
trouver
noir
une loupe
une lampe de poche
trébucher
un soir
l’école
un suppléant
un mystère
Activité d’appui quotidienne
(Lecture, enseignement des traits, activité orale)
L’actualité
Chaque jour, à partir de l’actualité, l’enseignant compose un court reportage, selon la
structure textuelle proposée à la phase 2.
ou
L’enseignant peut adapter, selon la structure textuelle proposée, des textes retrouvés sur
des sites Internet comme :
www.reseau-medias.ca/francais
www.radio-canada.ca/jeunesse/
www.cybersciences.com/cyber/fr/
www.jedessine.com
Lecture compréhension
La lecture quotidienne de ces courts reportages fournit des exemples supplémentaires de
reportages aux élèves. Plus important encore, cette lecture permet aux élèves d’effectuer
un lien entre la lecture et l’écriture, et de travailler aux habiletés essentielles de lecture.
Voici quelques suggestions :
Habileté de lecture : Dégager l’idée principale et les détails complémentaires
Stratégies :
i. La technique SVA (Ce que je sais, ce que je veux savoir et ce que j’ai appris)
Remettre un tableau à trois colonnes aux élèves. Dans la première colonne « Ce que
je sais », les élèves effectuent un remue-méninges pour explorer tout ce qu’ils savent
au sujet du thème du reportage. Dans la deuxième colonne, les élèves inscrivent ce
qu’ils aimeraient connaître à propos du thème du reportage. Après avoir lu le
reportage, les élèves écrivent, dans la troisième colonne « Ce que j’ai appris »,
l’information qu’ils ont appris au sujet du thème du reportage.
ii. La carte conceptuelle
Remettre une carte conceptuelle aux élèves qui contient un ovale au centre de la
feuille. Cet ovale indique « Idée principale ». L’ovale est entouré de quatre boîtes où
il est inscrit « détails complémentaires ». Après avoir lu le texte, les élèves écrivent
l’idée principale dans l’ovale ainsi que quatre détails complémentaires dans les boites.
Si l’enseignant le désire, les élèves, en plus d’inscrire les idées principale et
secondaires, peuvent les illustrer.
Dépendant des besoins des élèves ou des objectifs de l’enseignant, plusieurs habiletés
essentielles de lecture pourraient être développée. Par exemple, faire des liens avec les
connaissances antérieures, visualiser etc.
Enseignement des traits d’écriture
De plus, à partir de ces lectures quotidiennes de reportage, après avoir effectué une
lecture compréhension, l’enseignant en profitera pour faire des mini-leçons sur les
conventions linguistiques : ex. les temps du passé (passé composé et imparfait), la
ponctuation pour la citation du témoin, les accords en genre et en nombre etc.
Activités orales
Suite à l’enseignement d’une convention linguistique, l’enseignant proposera un thème
de discussion à partir du sujet du reportage pour donner l’occasion aux élèves de mettre
en pratique oralement la convention linguistique enseignée.
Phase 2
PHASE 2 : L’écriture modelée
1. Présentation du reportage « La grippe frappe les gros chats ».
2. Exploration de la structure du reportage (texte informatif);
3. Discussion de la fonction et du but des différents éléments textuels;
4. Analyse linguistique de textes (identification des traits, des mots, des verbes et
des expressions qui signalent le genre du texte à l’étude;
5. Création de la rubrique (ou liste de vérification) à partir des éléments clés qu’on a
ressortis.
+ activités d’appui liées à la phase 2
Leçon 2
Thème de la leçon :
L’écriture modelée – les analyses textuelles
Résultats d’apprentissage :
L’élève sera capable de :
Communicatifs/expérientiels :
- analyser les textes « La grippe frappe les gros chats » et « un écureuil volant reste
pris par la queue » pour en ressortir la structure textuelle du reportage à l’aide de
l’organigramme du microphone.
- analyser le texte « La grippe frappe les gros chats » pour en ressortir les éléments
linguistiques.
Langagiers :
- Identifier et comprendre le rôle des différents paragraphes du reportage : le titre,
les événements, l’entrevue et la conclusion.
- Utiliser et comprendre le vocabulaire et les structures linguistiques propres aux
textes choisis : la grippe, affirmer, désagréable, éternuer, les miaulements.
- Ressortir les informations reliées aux questions : Qui? Quoi? Où? Quand?
Comment? Pourquoi?
- Reconnaître un dialogue et ses caractéristiques.
Culture :
- lire des reportages en français.
- identifier les conventions propres à un reportage.
Formation langagière générale :
- Utiliser l’organigramme du microphone pour représenter les différentes parties
d’un texte.
Pré-activité
L’enseignant présente l’organigramme du microphone pour piquer la curiosité des élèves.
L’enseignant et les élèves discutent de l’organigramme lui-même. L’enseignant
expliquent que, pendant la leçon d’aujourd’hui, les élèves analyseront un reportage et
qu’ils utiliseront l’organigramme pour représenter la structure textuelle de ce reportage.
L’enseignant présente le texte « La grippe frappe les gros chats »2.
L’enseignant pose des questions par rapport au titre du texte et à l’illustration : « De quoi
traitera-t-on dans ce texte? Comment se sent le chat? etc. » Il inscrit les prédictions des
élèves au tableau. L’enseignant lit le texte à voix haute en demandant aux élèves de
vérifier leurs prédictions. L’enseignant et les élèves discutent du contenu du texte.
L’enseignant s’assure de la compréhension des élèves.
Une fois le texte bien compris, il demande aux élèves de comparer le texte et
l’organigramme au niveau de l’aspect visuel seulement. L’enseignant amène les élèves à
voir que chacune des parties de l’organigramme peut représenter une partie d’un texte.
Activité
L’enseignant demande aux élèves de lire le texte par eux-mêmes. Il leur explique que,
pendant leur lecture, ils doivent tenter de dégager les parties importantes du reportage.
Les élèves et l’enseignant examinent ensemble l’organigramme du microphone qui
compte quatre parties. L’enseignant amène les élèves à découvrir qu’ils recherchent
quatre parties dans le texte.
Après la lecture individuelle, l’enseignant pose des questions pour amener les élèves à
identifier les différentes parties du texte :
Partie 1 – Le titre
1. Quelle est la première chose que vous lisez? ou Quelle est la partie la plus
importante du reportage? (le titre)
2. Pourquoi le titre est-il si important dans un reportage? (Il capte l’attention du
lecteur. Il indique le sujet du reportage.)
3. À quelle question répond le titre? (« quoi? » et « qui? »)
Partie 2 – Les événements
1. Quelle est une deuxième partie importante que vous voyez dans le texte? (Les
événements)
2. Que retrouve-t-on dans cette partie? ou Pourquoi est-elle importante? (Où, quand,
2
Dans Eggleton, Jill. (2003). Le journal du miaou. Collection Alizé, grand vent 1,
Éditions du renouveau pédagogique inc. : Québec.
Vous pouvez, bien sûr, utiliser un reportage tiré d’une autre source ou composé par vousmêmes.
qui, quoi, comment, pourquoi, contient des faits, doit retenir l’attention)
La partie 3 – L’entrevue
1. Quelle est la troisième partie du reportage? Que remarquez-vous de particulier?
(l’entrevue, guillemets, c’est une personne qui parle)
2. Que retrouve-t-on dans cette partie? ou Quel est le rôle de cette partie? (citation,
témoin qui rapporte l’événement, donne des détails supplémentaires selon sa
perspective, voix, quelques phrases)
La partie 4 – La conclusion
1. Quelle est la quatrième partie du reportage? (la conclusion)
2. Que retrouve-t-on dans cette partie? ou Quel est le rôle de cette partie? (Une
phrase, termine le texte, un détail intéressant supplémentaire)
Au fur et à mesure que les élèves, avec l’aide de l’enseignant, dégagent les différentes
parties du reportage et décrivent son contenu, l’enseignant ajoute l’information dans
l’organigramme. (Voir l’organigramme du microphone - reportage.)
Il est à noter que les élèves, au niveau de la quatrième année, peuvent confondre le
reportage (texte informatif) avec un récit (texte narratif). Le reportage se concentre sur un
événement et on n’y retrouve pas les opinions de l’auteur. Dépendant de vos élèves, il
faudra faire plus ou moins d’activités d’appui à ce sujet.
Post-activité (activité d’appui)
L’enseignant remet un deuxième reportage : « Un écureuil volant reste pris par la
queue. »3 À partir du titre et de l’illustration, l’enseignant demande aux élèves de faire
des prédictions en utilisant l’organigramme. Par exemple, quels seront le où, quand, qui,
quoi, pourquoi et comment dans la partie « événements »? Qui sera interviewé? Que
dira cette personne? Les élèves partagent en grand groupe.
Les élèves lisent le texte individuellement en vérifiant leurs prédictions. Ensuite, les
élèves discutent du reportage en grand groupe et l’enseignant s’assure de leur
compréhension.
Les élèves relisent le reportage et ils identifient chacune des quatre parties du reportage
en les coloriant d’une couleur différente.
L’enseignant et les élèves discutent du rôle et de l’utilité de l’organigramme du
3
Dans Eggleton, Jill. (2003). Le soleil de la jungle. Collection Alizé, grand vent 1,
Éditions du renouveau pédagogique inc. : Québec.
Vous pouvez, bien sûr, utiliser un reportage tiré d’une autre source ou composé par vousmêmes.
microphone en tant que représentation graphique de la structure textuelle du reportage.
Ils discutent aussi des raisons pour lesquelles l’enseignant a choisi l’organigramme du
microphone pour représenter le reportage.
Leçon 3
Thème de la leçon :
Activité d’appui : le récit c. le reportage
Résultats d’apprentissage :
L’élève sera capable de :
Communicatifs/expérientiels :
- Comparer deux textes (un reportage et un récit) pour en dégager les différences.
- S’exprimer oralement selon différentes perspectives : personnage dans un récit,
témoin d’un événement et reporteur.
Langagiers :
- Comparer une structure narrative (le récit) et une structure informative (le
reportage) pour distinguer la perspective impersonnelle et objective de la
narration.
- Utiliser oralement le discours rapporté : X a affirmé., X a expliqué. X a ajouté…
- Utiliser le discours impersonnel oralement.
Culture :
- lire un récit et un reportage en français.
- identifier les conventions propres aux perspectives narratives.
Formation langagière générale :
- Utiliser un diagramme de Venn pour effectuer une comparaison entre un récit et
un reportage.
Pré-activité
L’enseignant présente un diagramme de Venn aux élèves où il a écrit « récit » et
« reportage ». Il demande aux élèves de réfléchir individuellement quelques instants et
de dégager ce qui distingue les deux types de texte. Ensuite, les élèves forment des
dyades pour échanger au sujet des différences entre les deux types de textes pour ensuite
partager en groupe classe. L’enseignant inscrit les réponses des élèves dans le
diagramme de Venn.
L’enseignant explique aux élèves qu’ils liront deux types de texte – un récit et un
reportage – et qu’ils devront dégager les éléments qui leur permettent de distinguer entre
les deux types de textes (voir les questions). Il indique aux élèves qu’ils recevront une
copie du diagramme de Venn, dans lequel ils écriront les distinctions retrouvées.
Les élèves lisent les deux textes à l’unisson. Étant donné la différence de perspective
narrative, la « voix » du personnage du récit devrait être très différente de la « voix » du
reporteur.
L’enseignant pose des questions de compréhension aux élèves. Le contenu des deux
textes est le même, seuls le genre et le type de textes ainsi que la perspective narrative
changent.
Activité
En groupe classe, avec l’aide de l’enseignant ou en petits groupes, les élèves relisent les
textes et ils les comparent pour bien différencier le reportage du récit. Les élèves
répondent aux questions pour les aider à effectuer la comparaison entre les deux textes.
(Le reportage – narration impersonnelle, non utilisation du « je », tentative d’éliminer « la
voix » de l’auteur, couverture de faits etc.)
1.
2.
3.
4.
5.
6.
À quel auditoire le reportage est-il destiné? À quel auditoire le récit est-il destiné?
Est-ce que les deux textes traitent du même événement?
Même si les deux textes traitent du même événement, sont-ils pareils?
Qu’est-ce que les deux textes ont de différents?
Qui « parle » dans le récit? Qui « parle » dans le reportage?
Quels sont les sentiments (ou les opinions) du narrateur dans le récit? Quels sont
les sentiments (ou les opinions) du reporteur dans le reportage? (Pour le reportage,
les élèves devraient s’apercevoir qu’on ne sait pas les sentiments et/ou les
opinions du reporteur. Ce dernier parle de faits.)
L’enseignant effectue un partage en grand groupe, si les élèves ont travaillé en petits
groupes.
Post-activité
L’enseignant présente des récits (voir récits ci-dessous). Oralement, les élèves doivent :
1. Transformer la narration en « Je » en un discours impersonnel. 2. Rapporter le
discours du « témoin » pour l’entrevue.
Avant le début de la post-activité, l’enseignant modélise pour les élèves.
Récit
Mon chat, facile à effrayer, a grimpé dans un arbre après avoir aperçu une souris.
Impossible de le descendre de là! J’ai dû téléphoner les pompiers. Un gentil pompier a
grimpé dans l’arbre avec son échelle et il a redescendu mon pauvre petit chat frissonnant
de frayeur.
Modèle 1 – Partie « événement »
Un chat, effrayé par une souris, a grimpé dans un arbre. Le propriétaire du chat a dû
téléphoner les pompiers qui ont redescendu le chat et l’ont remis à son propriétaire.
Modèle 2 – Entrevue
Le propriétaire du chat a ajouté : « Mon pauvre chat tremblait de frayeur. »
Dans leur journal d’apprentissage ou oralement, les élèves donnent un conseil pour aider
les écrivains à bien écrire un reportage et à ne pas se mêler avec le récit.
Diagramme de Venn
Récit
reportage
1. À quel auditoire le reportage est-il destiné? À quel auditoire le récit est-il
destiné?
2. Est-ce que les deux textes traitent du même événement?
3. Même si les deux textes traitent du même événement, sont-ils pareils?
4. Qu’est-ce que les deux textes ont de différents?
5. Qui « parle » dans le récit? Qui « parle » dans le reportage?
6. Quels sont les sentiments (ou les opinions) du narrateur dans le récit? Quels sont
les sentiments (ou les opinions) du reporteur dans le reportage?
Un reportage : Un chevreuil politicien!
Mardi, tôt en après-midi, un chevreuil a pénétré dans l’édifice de l’Assemblée législative
de Fredericton, au Nouveau-Brunswick. Il est entré par la porte laissée ouverte pendant
quelques instants. Le chevreuil a causé beaucoup d’émoi dans l’édifice. Le gardien de
sécurité a expliqué : « Le chevreuil bondissait partout, pendant que nous essayions de
l’attraper. » Le chevreuil est ressorti de l’édifice de l’Assemblée législative en brisant les
carreaux d’une fenêtre.
Un récit : Une journée de travail pas ordinaire
Comme tous les jours, j’étais assis à mon poste à l’entrée de l’édifice de l’Assemblée
législative. J’y suis gardien de sécurité. Soudainement, j’ai aperçu quelque chose bondir
par la porte d’entrée laissée ouverte. Ce quelque chose est passé si rapidement que je
n’avais aucune idée ce que c’était. Je suis parti à la course derrière l’intrus. À ma grande
surprise, j’ai découvert que c’était un chevreuil. Je n’en croyais pas mes yeux! J’ai
essayé sans succès de le rattraper. Finalement, il est ressorti de l’édifice en bondissant
dans une fenêtre et en cassant les carreaux.
Post-activité : Récits
1. Mon père est une personne très distraite. Il lui est même arrivé de se rendre au
travail en pyjama. Imaginez! Aujourd’hui, par contre, c’était bien pire. En
m’amenant à l’école, ce matin, il a oublié qu’il conduisait et il a foncé dans une
autre voiture. J’ai eu peur, mais ni mon père ni moi ne sommes blessés.
2. J’ai une enseignante fabuleuse!!! Pendant les cours de sciences, nous effectuons
des expériences très intéressantes. Malheureusement, je ne suis pas toujours
attentive et, pire encore, je n’obéis pas toujours aux directives. Aujourd’hui, j’ai
mêlé deux produits que mon enseignante nous avait formellement interdit de
mêler ensemble. Résultat… Il y a eu une mini explosion dans la classe. Oh là, là,
ce n’était pas drôle du tout. Les pompiers et les policiers sont venus.
3. À l’école, nous avons reçu le groupe de musique francophone « les Acadiens ».
Ce groupe est composé de trois jeunes chanteurs et musiciens. Ils sont très
branchés! Mes amis et moi avons chanté et dansé au son de la musique. J’adore
la musique francophone!
4. En chemin vers l’école, sur l’autoroute, j’ai eu une grande surprise. Un troupeau
de vaches courait dans l’autre voie. Ces vaches se sont échappées de leur enclos.
Le pauvre fermier qui en est propriétaire aura probablement beaucoup de
difficulté à les rattraper.
5. Au Nouveau-Brunswick, les habitants sont habitués à la neige et aux tempêtes.
Personnellement, j’adore jouer dans la neige et j’aime les congés de neige. Cet
hiver, cependant, a été très spécial. Il a neigé pendant plusieurs jours sans arrêter.
Ma maison était ensevelie sous la neige. Je pouvais même glisser du toit! Lors
de cette tempête, on a battu des records de neige. C’était la tempête du siècle!
6. Mon meilleur ami et moi aimons bien jouer dans la voiture de mes parents. Nous
prétendons posséder notre permis de conduire et nous effectuons de longs
voyages imaginaires. Un jour où ma mère avait oublié les clés dans la voiture, la
voiture s’est mise en marche. Elle a commencé à reculer doucement sur la pente.
Mon ami et moi avons terminé notre voyage dans la haie du voisin. Quelle
aventure!
Leçon 4
Thème de la leçon :
L’écriture modelée – la création d’une liste de
vérification
Résultats d’apprentissage :
L’élève sera capable de :
Communicatifs/expérientiels :
- créer une liste de vérification pour le reportage
- évaluer deux textes en terme de qualité aux niveaux structurel et linguistique.
Langagiers :
- ressortir les critères de rendement propres à l’écriture d’un reportage : par ex.
organisation des idées – titre, événements, entrevue et conclusion, idées – capter
l’intérêt du lecteur par le titre, choix de mots – mots précis pour décrire les faits
etc.
Culture
- lire des textes d’auteurs francophones.
- identifier les conventions propres à un reportage : par ex. Comment présenter un
discours rapporté.
Formation langagière générale :
- utiliser une grille d’évaluation ou une rubrique pour évaluer deux textes.
Pré-activité
L’enseignant demande aux élèves comment ils évaluent la qualité de leurs textes. (p. ex.
en utilisant l’organigramme, en se guidant sur les six traits d’écriture.)
L’enseignant explique aux élèves que, pendant la leçon, ils créeront une liste de
vérification pour les aider à évaluer la qualité de leur production écrite. Il indique aux
élèves qu’ils analyseront d’abord deux textes, l’un fort, l’autre (plus) faible, pour dégager
les caractéristiques de ceux-ci. Ensuite, ils créeront la liste de vérification.
L’enseignant remet deux textes aux élèves, l’un fort, l’autre (plus) faible. L’enseignant
divise les élèves en quatre équipes de lecture. Chaque équipe lit, à voix haute, la partie
du texte qui lui est attribué : titre, événements, entrevue ou conclusion. Les deux
équipes, responsables du titre et de la conclusion, seront respectivement responsables des
événements et de l’entrevue pour le deuxième texte. Avant le début de la lecture en
équipe, l’enseignant précise « la voix » pour chacune des parties. Les parties titre,
événements et conclusion doivent être lues de façon « objective » et « journalistique ».
L’entrevue, par contre, doit transmettre les sentiments du témoin.
L’enseignant pose des questions de compréhension aux élèves. Il est important que les
élèves comprennent bien les textes afin de pouvoir les analyser en profondeur.
Activité
L’enseignant invite les élèves à comparer les deux reportages. Les élèves effectuent cette
activité en dyades. Lequel des textes est fort? Pourquoi? L’enseignant rappelle aux
élèves d’utiliser l’organigramme et la description des six traits d’écriture pour les aider.
Il explique aux élèves qu’ils ne doivent pas seulement énoncer les caractéristiques d’un
texte fort, mais qu’ils doivent aussi en donner des exemples tirés du texte.
L’enseignant demande aux élèves de partager leurs observations ainsi que leurs
exemples. À l’aide des réponses des élèves, l’enseignant crée une liste de vérification
pour le reportage.
Post-activité
L’enseignant demande aux élèves, en dyades, de relire le texte qu’ils ont identifié en tant
que (plus) faible en utilisant la liste de vérification créée en classe en les poussant à
réfléchir aux questions suivantes : « Est-ce que le texte (plus) faible est faible dans tous
les critères de la liste de vérification ou de la rubrique? Quelles sont les forces du texte
(plus) faible? Comment peut-on améliorer le texte à partir de la liste de vérification ou de
la rubrique? »
Les élèves partagent en grand groupe. L’enseignant projette le reportage le plus faible sur
un écran. En groupe classe, les élèves améliorent le reportage le plus faible pour le rendre
fort.
Lors d’une discussion en grand groupe, l’enseignant amène les élèves à réfléchir sur
l’utilisation de la liste de vérification dans la rédaction de leur propre texte. Comment
l’utiliseront-ils? Comment la liste leur sera-t-elle utile?
Une enseignante disparue!
Une enseignante de l’école La nacelle a disparu et tous les élèves et les enseignants de
l’école ont très peur. Le 31octobre, quand Madame Pêche a disparu de l’école, il y avait
des ombres bizarres et une élève de l’école a vu, dans la noirceur du corridor, une
personne sinistre. Après deux jours, une élève de l’école La nacelle qui s’appelle Sara
Louis a découvert que Mme Pêche était une espionne! Sara a dit : « J’étais choquée
quand j’ai vu Mme Pêche dans le corridor. » Madame Pêche est revenue enseigner, mais
il y a quelqu’un qui la surveille 24 heures sur 24.
Un supléant mystère
C’étais une vendredi très froid, comme normal. Et à huit heur trente, Thomas, Nicolas et
Sacha ont tous entré à l’école La nacelle. Il y avait un supléant. Sacha avait trouvé une
bizarre chose. Le supléant tape les mure toute la journée. Donc Thomas, Nicolas et
Sacha ont resté dans les corridor à la récré. Thomas étais la quand on a trouver l’espion
et il a dit : « Nicolas et Sacha, on doit dire a une prof, ou on va être du French tost » ils
ont dit à une professeure que le supléant fait des choses bizard. Le prof appelle « 911 » et
les police ont arivés et on pris le supléant en prison.
Textes écrits par des élèves de la quatrième année de Madame Peach.
Phase 3
PHASE 3 : L’écriture partagée
1. Partage à l’oral du raisonnement de l’enseignant par rapport à ses choix pendant
l’acte d’écriture;
2. Invitation aux élèves d’offrir des suggestions;
3. Appréciation du texte partagé selon la rubrique (ou la liste de vérifications)
adoptée.
+ activités d’appui liées à la phase 3
Leçon 5
Thème de la leçon :
Visionnement/écoute d’un reportage (Activité d’appui)
Résultats d’apprentissage
L’élève sera capable de :
Communicatifs/expérientiels :
- Visionner (ou écouter) un reportage afin d’en dégager les idées principales.
Langagiers :
- analyser le contenu d’un reportage pour en ressortir la structure textuelle.
- comprendre et utiliser le vocabulaire et les structures liés au reportage choisi.
- relever les différences dans le trait d’écriture de la voix entre les différentes
parties du reportage du « reporter » et la partie entrevue du témoin.
- prendre des notes.
Culturels :
- Visionner (ou écouter) un reportage diffusé par un réseau de télé ou une chaine
radio francophone.
- Comparer le niveau de langue du reporter à celui du témoin.
Formation langagière générale
- prendre des notes à l’aide d’un organigramme.
- s’appuyer sur les images pour soutenir la compréhension.
Pré-activité
L’enseignant demande aux élèves où ils peuvent visionner (ou écouter) un reportage. Il
leur demande s’ils ont déjà regardé un reportage à la télévision ou écouté à la radio.
L’enseignant demande quel était le sujet du reportage visionné (ou écouté). Pendant le
partage des élèves, l’enseignant s’assure de renforcer les concepts linguistiques enseignés
lors des mini-leçons sur les conventions linguistiques (voir activité d’appui – L’actualité).
L’enseignant explique aux élèves qu’ils auront l’occasion de visionner (ou d’écouter) un
reportage et d’en dégager les idées principales à l’aide de l’organigramme du
microphone.
Pour des reportages télévisés, veuillez consulter les sites suivants :
www.radio-Canada.ca/actualité/v2/decouverte/index.shtml/
www.radio-Canada.ca/actualité/v2/l’epicerie
www.radio-canada.ca/nouvelles/regional/atlantique/ (Ici, vous pouvez visionner le
téléjournal atlantique ou RDI express)
Pour des reportages radiophoniques, veuillez consulter la section radio de :
www.radio-Canada.ca
www.capacadie.com
Aussi, l’enseignant peut s’enregistrer faire un reportage.
L’enseignant remet l’organigramme du microphone aux élèves et il indique le thème du
reportage. Les élèves font des prédictions à partir du thème du reportage et à l’aide de
l’organigramme. Si l’enseignant utilise un reportage télévisuel, les élèves pourraient
effectuer des prédictions à partir du reportage les images visuelles sans la bande sonore.
L’enseignant explique que les élèves visionneront (écouteront) le reportage une première
fois dans le but de vérifier leurs prédictions.
Activité
Les élèves visionnent (écoutent) le reportage pour une première fois afin de vérifier leurs
prédictions.
Cette vérification est suivie d’une discussion à propos des prédictions qui se sont avérées
ou celles qui étaient fausses. Cette discussion permet de vérifier la compréhension des
élèves et de s’assurer qu’ils comprennent le vocabulaire relié au thème du reportage
choisi.
L’enseignant remet l’organigramme du microphone aux élèves et ils le revoient
ensemble. Les élèves visionnent (écoutent) le reportage une seconde fois et ils
remplissent les différentes sections du reportage : titre, événements, entrevue et
conclusion – avec les informations soutirées du reportage. (Si l’enseignant le désire, il
peut noter cet exercice de compréhension orale.)
Les élèves discutent en grand groupe de l’information inscrite dans l’organigramme.
Post-activité
L’enseignant explique aux élèves qu’il ne s’exprime pas de la même façon à la maison et
au travail. Au travail, il utilise un niveau de langue formel, car il est dans un contexte
professionnel. À la maison ou avec des amis, il utilise un niveau de langue familier, car il
est dans un contexte familial. Il donne des exemples : « Viens icitte. » à la maison et
« Viens ici. » à l’école. « J’vas au magasin. » à la maison et « Je vais au magasin. » à
l’école.
L’enseignant demande aux élèves d’écouter attentivement le reporter qui est à son travail
et qui doit utiliser une langue plus formelle, comparé à la personne interviewée. Y a-t-il
une différence? Quelle est-elle? Comment cela affectera-t-il la voix dans le reportage
écrit?
Les élèves en discutent en grand groupe.
L’enseignant peut créer une présentation en utilisant plusieurs brefs clips illustrant la
variation des niveaux de langue selon la situation.
L’enseignant peut fournir différentes situations aux élèves où ceux-ci utilisent différents
niveaux de langue dépendant la personne à laquelle ils parlent. Par exemple :
-
Demandez la permission (à l’enseignant, à ses parents, à sa sœur) pour aller aux
toilettes.
Invitez (son ami, son grand-père, le premier ministre) à une fête.
Dans son journal d’apprentissage, les élèves pensent à la partie « entrevue » de leur
reportage. Quelle voix aimeraient-ils transmettre?
Leçon 6
Thème de la leçon :
L’écriture partagée
Résultats d’apprentissage :
L’élève sera capable de :
Communicatifs/expérientiels :
- participer à l’écriture du reportage de l’enseignant en offrant des suggestions.
- évaluer, à partir d’une rubrique, le reportage écrit par l’enseignante.
Langagiers :
- utiliser et comprendre le vocabulaire propre à l’écrit et à la gestion des processus
de l’écrit : l’organigramme, le remue-méninges, choix du sujet, le syndrome de la
page blanche, la pré-écriture, la planification, planifier etc.
- prendre connaissance des différentes étapes du processus de l’écrit.
- utiliser et comprendre le vocabulaire et les structures liés au reportage.
Culture
- identifier les conventions propres au reportage.
Formation langagière générale :
- s’informer au sujet de différentes stratégies d’écriture par le biais de la
modélisation de l’enseignante : - le dialogue intérieur pour gérer les processus,
choisir un sujet à partir de ses expériences personnelles et ses intérêts,
l’importance de la planification et de la pré-écriture, l’utilisation d’un
organigramme etc.
- utiliser une rubrique pour évaluer un texte d’un point de vue critique.
- utiliser les différents outils d’autocorrection pour apporter des corrections au texte
de l’enseignant ou faire des suggestions.
Pré-activité
À partir de l’organigramme rempli à partir du reportage de l’activité d’appui précédente,
l’enseignant pose des questions aux élèves : De quoi parlait ce reportage? Quels étaient
le quand, le où, le qui, le quoi, le comment et le pourquoi? Qui était la personne
interviewée? Qu’a-t-elle dit? Si tu avais été témoin du même événement, comment
aurais-tu réagi? Qu’aurais-tu dit au reporter?
L’enseignant explique aux élèves qu’il partagera avec eux son raisonnement par rapport à
son processus de composition, lors de l’écriture d’un reportage. Il indique que le but de
ce partage est de leur transmettre certaines stratégies pour résoudre des problèmes
d’écriture ou pour s’auto-corriger. Pendant son partage, les élèves auront à lui offrir des
suggestions pour améliorer son texte. L’enseignant expliquera son raisonnement,
lorsqu’il rejettera ou acceptera certaines suggestions.
L’enseignant divise la classe en différents groupes : 1. idées et organisation
(l’organigramme); 2. choix de mots et voix (dictionnaire des cooccurrences, dictionnaire
de synonymes et d’antonymes); 3. conventions/verbes (dictionnaire linguistique,
dictionnaire de verbes, mur de mots, référentiel); 4. fluidité des phrases (affiche de mots
de liaison).
Il invite chacun des groupes à aller chercher (ou à regarder, dans le cas d’une affiche) les
ressources correspondant à la catégorie allouée. Chacun des groupes sera responsable
d’examiner le texte en tenant compte du rôle du dictionnaire attribué. Les élèves se
serviront de leurs ressources pour faire des suggestions à l’enseignant ou pour le corriger.
L’enseignant explique aux élèves qu’il se servira de l’organigramme constitué à partir du
reportage télévisé (ou radiophonique) lors de l’activité d’appui précédente.
Activité
L’enseignant écrit son texte en référant à son organigramme et en expliquant son
processus à haute voix. « Hum… Mon organigramme me dit que le thème de mon
reportage est (le thème du reportage que vous avez choisi lors de l’activité d’appui). Je
sais que mon titre est très, très important. Il doit capter l’intérêt de mon auditoire. O.k. je
parle d’un homme qui a survécu pendant 11 jours dans les ruines d’un bâtiment détruit
lors du tremblement de terre à Haïti. Comment pourrais-je surprendre mes lecteurs?
Hum… « Miracle à Port au Prince : Un homme survit 11 jours sous les décombres d’un
édifice » L’enseignant écrit le titre au tableau. Il hésite. Il n’est pas certain comment
conjuguer le verbe vivre au présent de l’indicatif. Il demande aux groupes d’élèves
responsables de vérifier la conjugaison des verbes de vérifier. Il hésite encore au mot
« décombre » et il demande aux élèves responsables de l’orthographe de vérifier. Il
mentionne aussi qu’il mettra décombres au pluriel, car ce sont les décombres.
L’enseignant demande aux élèves ce qu’ils pensent de son titre et il les invite à faire des
commentaires/des suggestions.
L’enseignant examine la deuxième partie de son organigramme : les événements. Il doit
y répondre aux questions où, quand, qui, quoi, (comment et pourquoi – facultatif). Il
voit, dans son organigramme, que ça doit être expliqué objectivement, sans sentiment ou
opinion, et dans le passé. Il revient sur le concept du niveau de langue formel du
reporter. Encore une fois, il rédige son texte en partageant ses idées à haute voix et en
invitant les différents groupes responsables de vérifier certains éléments linguistiques
pour lui. Le processus est similaire à celui décrit pour le titre.
L’enseignant suit le même processus pour l’entrevue et, ensuite, pour la conclusion. Il
revient sur le concept de la voix et du niveau de langue. Est-ce que le niveau de langue
de la personne interviewée convient? Est-ce que l’on entend la « voix » de cette
personne? Aussi, pour la partie entrevue, il est important de démontrer comment citer
une personne. Par exemple – Marie a expliqué : « L’équipe de soccer de l’école était en
feu. Les joueurs comptaient un but après l’autre. »
* Il est impossible de tout partager, alors l’enseignant met l’accent sur les traits et les
stratégies qu’il désire. Par exemple, ici, l’enseignant met de l’accent sur différents traits
– organisation, idées, voix etc. mais, aussi, sur différentes stratégies : l’utilisation d’un
plan (l’organigramme), les stratégies d’autocorrection etc. Il peut aussi prétendre d’avoir
le syndrome de la page blanche et bloquer à un certain moment donné, pour ensuite
expliquer aux élèves comment se débloquer.
Post-activité
L’enseignant invite les élèves à évaluer son texte en utilisant la liste de vérificationcréée
lors de la leçon 4.
En utilisant la technique d’enseignement de son choix (discussion, journal
d’apprentissage etc.), l’enseignant invite les élèves à réfléchir aux traits d’écriture :
Quels traits sont les plus faciles à corriger? Lesquels sont les plus difficiles? Quels outils
préfères-tu utiliser? Lequel utilises-tu le plus souvent? Lequel utilises-tu le moins
souvent? Comment pourrais-tu utiliser cet outil plus souvent?
Leçon 7
Thème de la leçon :
L’entrevue (Activité d’appui)
Résultats d’apprentissage :
L’élève sera capable de :
Communicatifs/expérientiels :
- Lire un récit personnel.
- Raconter un événement à un partenaire.
- Rapporter les propos de son partenaire à l’oral.
- Rapporter les propos de son partenaire à l’écrit.
Langagiers :
- Répondre aux questions : Où? Quand? Qui? Quoi? Comment? et Pourquoi? en
racontant oralement un événement.
- Utiliser oralement et à l’écrit le passé composé de l’indicatif.
- Utiliser la structure et les signes de ponctuation propres au discours rapporté dans
l’entrevue : X (a dit, a ajouté, a expliqué, a interjeté, a répliqué, a affirmé) :
« jfjlajlfje. »
Culture
- identifier les conventions propres au discours reporté.
Formation langagière générale :
- s’appuyer sur des questions « quand, où, qui, quoi, comment et pourquoi » pour
raconter un récit personnel.
- prendre en note l’information essentielle du récit de son partenaire à l’aide des
questions « quand, où, qui, quoi, comment et pourquoi ».
Pré-activité
L’enseignant dit aux élèves que leur vie est constituée de nombreux événements
intéressants. Il partage un événement intéressant de sa vie en s’assurant de répondre aux
questions « quand, où, qui, quoi (comment et pourquoi facultatifs) ». Il demande aux
élèves de partager brièvement des événements personnels.
L’enseignant explique aux élèves qu’aujourd’hui, ils auront l’occasion de raconter un
événement personnel à un partenaire et que ce partenaire devra rapporter le discours du
conteur oralement et à l’écrit.
Il précise qu’il est important d’utiliser la structure correcte à l’oral : X (a dit, a ajouté, a
expliqué, a interjeté, a répliqué, a affirmé) + discours rapporté au passé composé et
d’utiliser la structure et les signes de ponctuation corrects à l’écrit : X (a dit, a ajouté, a
expliqué, a interjeté, a répliqué, a affirmé) : « jfjlajlfje. »
L’enseignant met les questions « quand, où, qui, quoi, (comment et pourquoi –
facultatifs) » au tableau et il indique aux élèves qu’il lira un récit à haute voix4.
L’enseignant invite les élèves à faire des prédictions à partir du titre, des illustrations et
des questions au tableau.
L’enseignant lit le récit à haute voix en demandant aux élèves de vérifier leurs
prédictions.
En groupe classe, les élèves discutent des événements du récit et de comment ils
correspondaient ou non à leurs prédictions. Ensemble, ils répondent aux questions du
tableau.
L’enseignant rapporte le discours du narrateur du récit : Julie, le personnage du livre, a
expliqué : « Mon père est le meilleur cuisinier du monde, mais j’ai quand même eu une
surprise quand il a remporté le prix du Super chef en septembre dernier. »
Activité
L’enseignant remet la feuille « Le tableau des questions » aux élèves. Les élèves doivent
former des dyades. Après quelques minutes de réflexion individuelle, ils doivent raconter
un événement vécu à leur partenaire, en s’assurant de répondre aux questions, comme
l’enseignant l’a modelé lors de sa lecture. Pendant ce temps, leur partenaire prendra en
note, dans « Le tableau des questions », l’information importante du récit.
En rappelant son modèle où il a rapporté le discours du narrateur du récit qu’il a lu,
l’enseignant demande à certains élèves volontaires de rapporter le discours de leur
partenaire. Il s’assure que ces volontaires emploient bien, oralement, la structure et le
temps de verbe à l’étude.
Les élèves reforment des dyades, mais avec un nouveau partenaire. Chaque élève
rapporte pour son partenaire le récit de son partenaire précédent en utilisant la structure et
le temps de verbe à l’étude correctement.
Post-activité
L’enseignant écrit le discours rapporté du personnage du récit lu (voir exemple en préactivité) précédemment en faisant une mini-leçon sur la structure et la ponctuation
correctes. Il donne des exemples supplémentaires.
4
Voici quelques suggestions : La collection Alizé comporte plusieurs récits ainsi que
Littératie en action 4e. N’importe quel récit est pertinent en autant que la narration soit
faite en « je » ou en « nous ».
À l’aide de leur tableau de questions, les élèves rédigent individuellement le discours
rapporté en utilisant la structure et les signes de ponctuations appropriés.
En utilisant la technique d’enseignement de son choix (discussion, journal
d’apprentissage etc.), l’enseignant invite les élèves à réfléchir à la leçon sur le discours
rapporté : « Comment cela vous aidera-t-il pour la rédaction de la partie entrevue de votre
reportage? »
Où?
Quand?
Qui?
Quoi?
Comment?
Pourquoi?
Phase 4
PHASE 4 : L’écriture interactive
1. Création collective d’un texte par les élèves;
2. Négociation du contenu en tenant compte de la structure du genre et de la
rubrique (ou de la liste de vérification);
3. Planification, rédaction, analyse et révision par les pairs (ou le groupe) du texte
interactif.
+ activités d’appui liées à la phase 4
Leçon 8
Thème de la leçon :
L’écriture interactive5
Résultats d’apprentissage :
L’élève sera capable de :
Communicatifs/expérientiels :
- écrire un reportage au sujet d’un thème lié à l’école en collaboration avec ses
pairs.
Langagiers :
- utiliser le processus de l’écrit en collaboration avec ses pairs.
- Mettre en pratique, dans le contexte authentique de la rédaction d’un texte, les
concepts liés aux traits d’écriture soulevés par l’enseignant lors de l’écriture
partagée et lors des activités d’appui.
Culture
- respecter les conventions propres au reportage.
Formation langagière générale :
- utiliser, avec le soutien des pairs, les différentes stratégies d’écriture modélisée
par l’enseignant : ex. l’utilisation des outils d’autocorrection
- utiliser la liste de vérification pour évaluer un texte rédigé en collaboration.
5
Lors de l’écriture interactive, l’enseignant observe le degré de maîtrise des élèves avec
les concepts enseignés précédemment. Si tous les élèves éprouvent encore des difficultés
avec certains concepts, l’enseignant présente des mini-leçons lors d’activités d’appui.
Par contre, si certains élèves éprouvent des difficultés avec certains concepts,
l’enseignant forme un groupe (ou des groupes) d’écriture guidée. L’enseignant rassemble
quelques élèves éprouvant une même difficulté dans un petit groupe et il leur enseigne à
nouveau le concept. Les élèves mettent en pratique le concept.
Pré-activité
L’enseignant propose plusieurs sujets liés à l’école. Par exemple : 1. La nourriture
empoisonnée à l’école X (voir exemple); 2. Une souris sous le bureau de l’enseignant; 3.
La disparition du directeur de l’école. L’enseignant pose quelques questions à partir des
sujets proposés afin de piquer la curiosité des élèves, d’activer leurs connaissances
antérieures et de faire des liens avec leur vécu.
L’enseignant explique aux élèves qu’ils écriront un texte en collaboration avec leurs pairs
et qu’ils devront négocier le contenu, planifier, rédiger, réviser et corriger ensemble. Il
rappelle aux élèves les concepts importants qu’ils ont appris lors des leçons précédentes
(par exemple : la structure du reportage, le passé composé, la structure et les signes de
ponctuation pour l’entrevue, la voix différente et le niveau de langue possiblement
différent entre la partie événements et la partie entrevue etc.) et il indique l’importance de
mettre ces concepts en pratique lors de l’écriture interactive. Il invite les élèves à voter
pour le sujet sur lequel ils aimeraient écrire.
Les élèves effectuent un remue-méninges d’idées à partir du sujet choisi. Ce remueméninges peut se faire en grand groupe, en petits groupes ou en dyades.
Activité
L’enseignant attribue des rôles à chacun des groupes d’élèves lors de l’écriture
interactive : 1. écrivains; 2. Responsables des idées et organisation (l’organigramme); 3.
Responsables des choix de mots et voix (dictionnaire des cooccurrences, dictionnaire de
synonymes et d’antonymes); 4. Responsables des conventions/verbes (dictionnaire
linguistique, dictionnaire de verbes, mur de mots, référentiel); 5. Responsables de la
fluidité des phrases (affiche de mots de liaison). Les élèves jouent ce rôle lors de
l’écriture interactive.
Les élèves écrivent le reportage en collaboration. Ils négocient entre eux le contenu, les
éléments textuels et les éléments linguistiques.
L’enseignant facilite l’écriture interactive en grand groupe pour développer des habiletés
démocratiques. En grand groupe, les élèves doivent négocier leurs choix d’idées et de
phrases retenues en votant et en justifiant leurs choix. À tour de rôle, les élèves-écrivains
écrivent les idées et phrases retenues au tableau ou au tableau interactif, pendant que les
autres groupes d’élèves utilisent la ou les ressources attribuées pour jouer leur rôle.
Exemple – Écrit par les élèves de la quatrième année de Madame Peach.
Thème – La nourriture empoisonnée
Titre – La cuisinière méchante
Dans la cuisine secrète de l’école X, il y avait une méchante cuisinière. Quand les élèves
étaient dans l’autobus, l’horrible cuisinière a empoisonné la nourriture, mais elle a
oublié la classe de Mme Peach.
Loraine était à l’école quand la cuisinière a été découverte. Elle a expliqué : « Quel
choc! Je ne pensais jamais qu’elle ferait quelque chose comme ça, mais, avec l’aide de
Simon, on l’a découverte. » Heureusement, personne de l’école X n’est mort
empoisonné.
Post-activité
Les élèves se servent de la liste de vérification pour évaluer le texte écrit en collaboration
et pour effectuer des changements finaux.
L’enseignant invite les élèves à réfléchir à l’utilité de l’écriture interactive. Qu’ont-ils
appris? Comment cela les aide(ou aidera)-t-il? Comment le travail coopératif contribuet-il à l’apprentissage et comment aidera-t-il lors de l’écriture indépendante?
Phase 5
PHASE 5 : L’écriture indépendante
1. Rédaction individuelle du projet final d’écriture selon le processus d’écriture
(planification, rédaction, révision et correction);
2. Conférences élève-élève, élève-enseignant;
3. Publication et/ou présentation du projet d’écriture.
+ activités d’appui liées à la phase 5
Dépendant du temps que vous avez à y consacrer, la longueur de cette phase peut varier
grandement. Cependant, il est important que les élèves suivent toutes les étapes du
processus de l’écrit (planification, rédaction, révision et correction) ainsi que vous teniez
des conférences élève-élève et élève-enseignant. L’étape planification est
particulièrement importante. Les élèves devraient y passer 2/3 du temps de rédaction de
leur texte.
1. L’enseignant revient sur les murs de thème effectués à partir des trois sujets proposés
pour le reportage :
a. Les vaches laitières refusent de produire du lait.
b. Il y a un espion à l’école.
c. Un enfant est élu premier ministre.
Pour chacun des thèmes, les élèves effectuent un remue-méninges « idées ».
Exemple des idées soulevées par les élèves de la classe de Madame Peach.
Les vaches laitières refusent de produire du lait
 Les vaches ne veulent pas faire le lait.
 Pas de lait au marché
 Les personnes veulent du lait.
 La seule vache qui fait le lait fait la grève.
 Mauvaise vache!
 Les vaches n’ont plus de lait.
 Elles ont déménagé.
 Les vaches arrêtent de faire leurs tâches.
 Les vaches sont fâchées.
 Les vaches ne veulent pas donner du lait à personne.
 Les vaches sont toutes malades.
 Les vaches ont attrapé la grippe A (H1N1)
 Mauvaise journée pour Madame Peach
Un enfant élu premier ministre













Un élève choisi premier ministre
L’histoire a fait le tour de la Terre.
Un enfant élu pour la première fois
Un enfant a plus de votes que tous les adultes réunis
Un enfant qui est la première premier ministre femme
C’est un enfant!
Un bébé premier ministre
L’Amérique du nord a choisi un élève comme le meilleur choix pour premier
ministre
Le monde a voté pour un enfant comme chef
Un nouvel avenir
Un enfant qui décide notre futur
Un moment que le Canada n’oubliera jamais
Un mini-Einstein en contrôle
Un espion dans l’école
 Un suppléant mystère
 Un espion a espionné la secrétaire
 Un espion chien dans l’école
 Un traitre parmi nous
 Qui sait?
 Quoi faire?
 Nos secrets sont révélés.
 Prendre la main dans le sac
 L’espion est attrapé
 Toujours fugitif
 Un concierge à questionner
 Des ombres mystérieuses à l’école X pendant la nuit
 Un enseignant a disparu.
2. Chaque élève choisit le sujet dont il veut traiter.
3. Chaque élève effectue un remue-méninges individuel à partir du mur de thèmes et du
remue-méninges du groupe.
4. Chaque élève organise ses idées en utilisant l’organigramme du microphone.
5. En dyades, pour développer et clarifier leurs idées, les élèves racontent leur reportage
à l’aide de l’organigramme.
6. Les élèves rédigent le titre de leur reportage et la partie « événements ».
7. Les élèves évaluent leurs idées individuellement à l’aide d’une liste de vérification :
Est-ce que mon titre capte l’attention? Est-ce que j’ai répondu à toutes les questions?
Est-ce que j’écris mes événements comme un reporter sans mettre de sentiments et
d’opinions?
8. Les élèves tiennent une conférence idée avec un pair et une conférence idée avec
l’enseignante. Le pair se concentre sur les énoncés de la liste de vérification pour
commenter le reportage de son partenaire.
9. Les élèves retravaillent les idées de leur partie événements et ils retravaillent leur titre.
10. L’enseignant fait un retour sur les différents outils linguistiques nécessaire à la
révision et à la correction, et il rappelle le but de chacun de ces outils.
11. Les élèves révisent et corrigent leur reportage à l’aide des différents outils
linguistiques à leur disposition. Ils se guident sur une liste de vérification qui énonce les
concepts importants sur lesquels se concentrer : le passé composé, les signes de
ponctuation pour l’entrevue, la voix différente pour les événements et l’entrevue etc.
12. Les élèves tiennent une conférence linguistique avec un pair et une conférence
linguistique avec l’enseignant.
13. Les élèves rédigent la bonne copie de leur reportage.
14. Les élèves travaillent à leur reportage oral. L’enseignant offre aussi une liste de
vérification pour le reportage oral.
** À partir des conférences idées et linguistiques, l’enseignant évalue les besoins des
élèves. À partir de ces besoins, il offre des activités d’appui pour tout le groupe ou il
forme des groupes d’écriture guidée.
Student’s Name :
________________
Organization
Voice
Content
Elements
Comments :
A
The text is
organized correctly:
Title, Events,
Interview, and
Conclusion.
The student’s voice
in the text is strong
and easily
distinguishable.
The student follows
the directions
completely and
correctly.
The elements
required for each
section are present.
(Grabs attention,
who, what, where,
when, etc.)
B
C
D
The text is
somewhat
organized.
Text contains most of
the elements required
and it is difficult to
distinguish the parts.
Text is not properly
organized.
The student’s voice
is somewhat strong,
but less
distinguishable.
The student follows
most of the
directions correctly.
The student’s voice is
weak and difficult to
distinguish.
The student’s voice is
not distinguishable in
the text.
The student does
follow the directions
but had difficulty.
The elements
required for each
section are mostly
present.
There are several
elements missing in
each section of the
text.
The student did not
follow the directions
and did not complete
the assignment.
The student did not
include the elements
required for each
section of the text.
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising