C S A S S C C S

C S A S S C C S
Fisheries and Oceans
Science
Pêches et Océans
Sciences
CSAS
SCCS
Canadian Science Advisory Secretariat
Secrétariat Canadien de Consultation Scientifique
Proceedings Series 2003/020
Série des compte rendus 2003/020
Rapport final de la réunion annuelle de 2003
du Comité sur l'océanographie des pêches
Du 11 au 14 mars 2003
Institut Maurice-Lamontagne
Mont-Joli, Québec
Patrick Ouellet, président (COP)
Pêches et Océans Canada
Région du Québec
Institut Maurice-Lamontagne
850, route de la Mer
Mont-Joli (Québec) G5H 3Z4
Juillet 2003
Executive Summary
The Fisheries Oceanography Committee of the Department of Fisheries and Oceans met in MontJoli, Québec, at the Maurice Lamontagne Institute on 11-14 March 2003. The Committee
reviewed environmental conditions in the Northwest Atlantic during 2002, convened a theme
session on the particular conditions of the year 1999 and their effects on some fish and
invertebrate stocks, reviewed additional papers on physical and biological oceanography, and
conducted its annual business meeting.
1- Physical Environment in 2002: Slightly warmer-than-normal air temperatures tended to
dominate over most of eastern Canada during 2002. Annual mean air temperature declined
substantially compared to 2001 for the northernmost sites but annual anomalies rose at
southern locations (e.g., Gulf of Maine). The NAO index was still below normal but rose
relative to 2001. Low NAO usually means warm air temperatures over Labrador Sea in winter
and this is consistent with conditions observed in 2001 and 2002. Relative to the long-term
mean, ice appeared later-than-normal over most of the Labrador and Newfoundland shelves
and average ice area was also below the long-term mean. Sea surface temperature anomalies
continued to be above normal as since the late 1990s, particularly in the Newfoundland and
Scotian Shelf regions. The annual surface temperature at station 27 was about normal in 2002
whereas bottom temperature remained above normal. However, summer salinities increased to
reach the highest values in about 12 years. The cross-sectional area of the CIL on
Newfoundland and Labrador shelves decreased in summer 2002. Bottom temperatures on the
Grand Bank ranged near the normal in spring 2002 and were generally above normal in the
fall. Warm and salty conditions tended to dominate the Scotian Shelf and Gulf of Maine
regions in 2002. Near-bottom temperatures as observed in July increased relative to 2001 and
were generally warm except in the northeast Scotian Shelf. Warm air temperatures in late
2001 slowed ice formation in the Gulf of St. Lawrence so that there was little ice at the
beginning of 2002. Duration of ice was also shorter so that 2002 was a light ice year for the
Gulf of St. Lawrence. However, the minimum temperature within the CIL declined slightly in
2002 in the deep part of the Gulf.
2- Biological Environment in 2002: The seasonality of chemical and biological variables at
station 27 and along major AZMP sections on the Newfoundland and Labrador shelves was
similar to previous years. Since 2000, there has been a gradual intensification in the overall
productivity and standing stock of phytoplankton in the spring. The overall abundance of
zooplankton at station 27 was somewhat similar to previous years except that fall and winter
2001-2002 concentrations of small copepod species (Oithona sp. and Pseudocalanus sp.)
were higher. In addition, there was an increase in the abundance of cold-water species of
copepods at station 27. On the Scotian Shelf and in the southern Gulf of St. Lawrence,
generally, the seasonal cycles of nutrients were similar to previous years. The most prominent
feature in 2002 was the persistent high concentrations of chlorophyll a in the southern Gulf of
St. Lawrence during the fall groundfish survey. The spring bloom was also earlier and shorter
than in 2001 on the Scotian Shelf. Zooplankton biomass was lower in 2002 at all fixed
stations (Halifax 2, Prince 5 and Shediac Valley) and C. finmarchicus abundance at Halifax-2
iii
was the lowest on record. However, at Shediac Valley (southern Gulf), C. finmarchicus
abundance was up from the previous years. In 2002, the initiation of the major phytoplankton
bloom occurred in June in the Lower St. Lawrence Estuary, near the historical mean date. The
average phytoplankton biomass during the spring 2002 was higher compared to the recent
(2000-2001) years but much lower than the record level of 1999. Based on the evolution of
the nutrients, phytoplankton production in the northwestern Gulf could have been higher in
2002 than the two previous years, but lower than in 1999. At the AZMP fixed stations, annual
mean integrated zooplankton biomass was similar to previous year at Gyre d'Anticosti station
but 1.5 times higher than in 2000 and 2001 at Gaspé Current station.
3- Recruitment: Summary tables of recent recruitment trends for selected stocks on
Newfoundland Shelf and the southern Gulf of St. Lawrence were presented at the meeting. To
go further however, the Committee agreed to concentrate the effort of the Working Group on
Recruitment Indices on the establishment of a common database from which standardized
annual reports would be produced.
4- General Environment Session: At this year meeting, five papers were presented and the
session was greatly appreciated as judged by the discussion that followed the presentations.
Three papers were particularly remarked: (1) a new automated buoy network to monitor
environmental conditions and validate satellites data in the St. Lawrence ecosystem; (2) a
presentation of model-based summer oceanic conditions in the southern Gulf of St. Lawrence
in 2002; and (3) an analysis of recent changes in the marine fish community on the Scotian
Shelf ecosystem.
5- Theme Session: Six papers were presented at the session. In addition, Ian Perry (DFOPacific region) who was at IML at the time of the meeting was invited to present a seminar on
the recent change in oceanographic conditions in the northeast Pacific. Clearly, 1999
presented unique environmental conditions for the recent (5) years period. Thermal conditions
in 2000 were also anomalously high and the timing of the bloom in the LSLE was also
relatively early but not as early as in 1999. Mackerel and haddock had exceptional recruitment
in 1999 and the spring bloom was unusually early. In the Gulf of St. Lawrence, the 1999 yearclass was the highest of the last 10 years for turbot and the second best for shrimp. There was
support for pulling the theme session information together for a primary publication. It was
also agreed that a short article on the 1999 “event” would be produced for the AZMP Bulletin
in the fall 2003.
6- Business meeting: There was a discussion about the continuation of the WG on
Incorporating Environmental Information into the Assessment Process. It was pointed out that
recommendations were made at the FOC-AZMP workshop of November 2002 about the
implication of the FOC in establishing case studies to aid in the exploration of environmentfish relationships and their possible use in assessment work. It was decided that the WG will
be maintained and the Chairman is to examine possible activities that can be initiated in
relation to its mandate. The WG on monitoring of pelagic ecosystems was discontinued. The
issues at the origin of the WG were raised at the FOC-AZMP workshop and recommendations
about how to enhance monitoring of nekton and the pelagic community were made to the
AZMP. The FOC decided to wait for the results of the AZMP program review before to
iv
discuss future actions. The 2004 Annual Meeting will be held at the Northwest Atlantic
Fisheries Centre (NWAFC) in St. John’s, Newfoundland, in late March 2004.
v
Résumé
Le Comité sur l’océanographie des pêches du ministère des Pêches et des Océans s’est réuni à
l’Institut Maurice-Lamontagne (Mont-Joli, Québec) du 11 au 14 mars 2003. Le Comité a revu
les conditions environnementales dans le nord-ouest Atlantique en 2002, tenu une session
thématique sur les conditions physiques particulières de l’année 1999 et leurs conséquences
sur les stocks de poissons et d’invertébrés, étudié des documents sur l’océanographie en
général et discuté de ses affaires courantes.
1- L’environnement physique en 2002 : Des températures de l’air légèrement plus chaudes
que la normale ont été très fréquentes sur la majeure partie de l’Est du Canada en 2002. Les
températures annuelles moyennes ont diminué par rapport à 2001 aux sites les plus au nord,
mais les anomalies annuelles ont augmenté au sud (p. ex., golfe du Maine). L’indice ONA
était toujours sous la normale, mais plus élevé qu’en 2001. Un ONA faible signifie
généralement des températures de l’air en moyenne plus chaudes sur la mer du Labrador
pendant l’hiver, conformément aux conditions observées en 2001 et 2002. Relativement à la
moyenne à long terme, la glace est apparue plus tard sur la majeure partie des plateaux
continentaux de Terre-Neuve et du Labrador et la superficie moyenne du manteau glaciel a
également été sous la moyenne. Les anomalies de température de surface ont poursuivi la
tendance au-dessus de la normale observée depuis la fin des années 1990, particulièrement
dans les régions de Terre-Neuve et du plateau Néo-Écossais. La moyenne annuelle de la
température de surface à la station 27 s'est située près de la normale en 2002, alors que la
température de fond est restée au-dessus de la normale. Cependant, la salinité d'été a
augmenté, pour atteindre les plus hautes valeurs observées depuis douze ans. L’aire de la
section transversale de la CIF des plateaux de Terre-Neuve et du Labrador a diminué à l’été
2002. Sur le Grand Banc, les températures de fond se sont situées près de la normale au
printemps 2002 et ont été en général au-dessus de la normale à l’automne. Des eaux chaudes
et plus salées dominaient sur le plateau Néo-Écossais et dans le golfe du Maine en 2002. Les
températures de fond observées en juillet étaient plus élevées, relativement à 2001, et elles
étaient en général chaudes, sauf au nord-est du plateau Néo-Écossais. À la fin de 2001, des
températures de l’air chaudes ont ralenti la formation de la glace dans le golfe du SaintLaurent, c'est pourquoi il y a eu peu de glace au début de 2002. La durée de la glace a aussi
été plus courte, de sorte que 2002 a été une année de faible abondance de glace dans le golfe
du Saint-Laurent. Cependant, la température minimale de la CIF a légèrement diminué en
2002 dans les secteurs les plus profonds du Golfe.
2- L’environnement biologique en 2002 : Le cycle saisonnier des variables chimiques et
biologiques à la station 27 et aux principales sections du PMZA situées sur les plateaux
continentaux de Terre-Neuve et du Labrador a été comparable à celui des années précédentes.
Depuis 2000, on assiste à une augmentation graduelle de la productivité totale et de la
biomasse de phytoplancton au printemps. L’abondance totale du zooplancton à la station 27 a
été similaire à celle des années passées, sauf à l’automne et à l’hiver 2001-2002, où la
concentration de deux espèces de petits copépodes (Oithona et Pseudocalanus) était plus
dense. De plus, l’abondance des espèces de copépodes d’eaux froides à la station 27 a
augmenté. Sur le plateau Néo-Écossais et dans le sud du golfe du Saint-Laurent, en général, le
cycle saisonnier des sels nutritifs a été similaire à celui des années précédentes. Un fait
vi
dominant de 2002 a été la persistance de fortes concentrations de chlorophylle a dans le sud
du golfe du Saint-Laurent pendant la mission d'évaluation du poisson de fond de l'automne.
Sur le plateau Néo-Écossais, la floraison printanière a débuté plus tôt et duré moins longtemps
qu’en 2001. En 2002, aux stations fixes du PMZA (Halifax 2, Prince 5 et Shediac Valley), la
biomasse de zooplancton a été plus faible et l’abondance de Calanus finmarchicus à la station
Halifax-2 a été la plus faible jamais enregistrée. Cependant, à la station Shediac Valley (sud
du Golfe), C. finmarchicus était plus abondant que par les années passées. En 2002, le début
de la floraison principale de phytoplancton s'est produit en juin dans l'estuaire maritime du
Saint-Laurent, soit près des dates normales. Au printemps 2002, la biomasse moyenne de
phytoplancton a été plus élevée qu'au cours des dernières années (2000 et 2001), mais
beaucoup plus faible que le niveau record atteint en 1999. Si l'on se fonde sur l’évolution des
sels nutritifs, l'on constate que la production de phytoplancton dans le nord-ouest du Golfe a
été plus forte en 2002 qu'au cours des deux dernières années, mais cependant plus faible qu’en
1999. Aux stations fixes du PMZA, la moyenne annuelle intégrée de la biomasse de
zooplancton a été comparable à l'année précédente à la station Gyre d'Anticosti, mais une fois
et demie plus forte qu’en 2000 et 2001 à la station Courant de Gaspé.
3- Recrutement : Au cours de la réunion, des tableaux sommaires sur les tendances récentes
dans le recrutement de stocks choisis ont été présentés pour les régions du plateau de TerreNeuve et du sud du golfe du Saint-Laurent. Toutefois, le Comité a convenu que, dans
l’immédiat, les efforts du groupe de travail sur les indices de recrutement seront dirigés vers
l’établissement d’une base de données commune aux régions à partir de laquelle des rapports
annuels normalisés seront préparés et présentés à la réunion annuelle.
4- Session générale sur l’environnement : Cinq documents ont été présentés lors de la
réunion de cette année. La session a été très appréciée, si l'on en juge par les discussions qui
ont suivi les présentations. Trois présentations ont été particulièrement remarquées : 1) un
nouveau réseau de bouées automatisées pour le monitorage des données environnementales
servant à la validation des données de production des satellites pour l’écosystème du SaintLaurent; 2) une présentation des conditions océaniques estivales de 2002 obtenues à partir
d'un modèle pour le sud du golfe du Saint-Laurent; 3) une analyse des récents changements
dans la communauté de poissons de l’écosystème du plateau Néo-Écossais.
5- La session thématique : Six présentations ont fait l’objet de la session. De plus, M. Ian
Perry (MPO – région du Pacifique), en visite à l’IML pendant la réunion, a été invité à donner
une conférence sur les changements récents dans les données océanographiques du nord-est
du Pacifique. Sans aucun doute, l'année 1999 a présenté des conditions environnementales
uniques par rapport aux cinq (5) dernières années. En 2000, les conditions thermiques ont
également été anormalement élevées et la floraison printanière dans l'estuaire maritime s'est
produite relativement tôt, mais moins qu’en 1999. Le maquereau et l’aiglefin ont eu un
recrutement exceptionnel en 1999 et leur éclosion printanière s'est produite inhabituellement
tôt. Dans le golfe du Saint-Laurent, la classe d’âge de 1999 du flétan noir a été la plus forte
des dix dernières années alors que celle de la crevette a été la deuxième plus importante. Une
proposition à l'effet de produire une publication primaire regroupant les présentations de la
session a obtenu l'appui de plusieurs participants. En outre, il a été décidé qu’un court article
sur « l’évènement 1999 » serait préparé pour le Bulletin du PMZA de l’automne 2003.
vii
6- Affaires courantes du Comité : Le Comité a discuté de la poursuite des activités du
Groupe de travail sur l’incorporation de l'information environnementale dans les évaluations
des stocks. On a rappelé qu’une recommandation avait été présentée lors de l’atelier du COPPMZA de novembre 2002 au sujet de la participation du COP à l’établissement de projetstypes destinés à l'étude des relations entre l’environnement et les stocks ainsi que de
l’utilisation possible de l’information dans les évaluations. Il a été décidé que le groupe de
travail serait maintenu et que le président du Comité réfléchirait aux activités qui pourraient
être entreprises en fonction du mandat du groupe de travail. Le Groupe de travail sur le
monitorage des écosystèmes pélagiques a été dissous. Les questions à l’origine de la
formation de ce groupe de travail ont été soulevées lors de l’atelier du COP-PMZA et des
recommandations sur la façon d’améliorer le monitorage du necton et des communautés
pélagiques ont été présentées au PMZA. Le COP a décidé d’attendre les résultats de l'examen
des activités du PMZA avant de poursuivre les discussions sur ce point. La réunion annuelle
de 2004 aura lieu au Centre des pêches du nord-ouest Atlantique (CPANO) à St. John’s,
Terre-Neuve, à la fin de mars 2004.
viii
Table des matières
Executive Summary…………………………………………………………………….
Résumé…………………………………………………………………………………
Table des matières ………………………………………………………………………
1. Introduction………………………………………………………………………….
2. Membres reconnus du COP …………………………………………………………
3. Revue environnementale de 2002 ………..…………………………………………..
3.1 Revue des conditions météorologiques, des glaces de mer et des températures
à l'est du Canada …………………………………………………………….
3.1.1 Conditions physiques dans la mer du Labrador en 2002………………
3.2 Conditions océanographiques physiques ……………………………………
3.2.1 Plateaux continentaux de Terre-Neuve et du Labrador ainsi que sud
de Terre-Neuve…………………………………………………………
3.2.2 Plateau Néo-Écossais et golfe du Maine ……………………………
3.2.3 Golfe du Saint-Laurent ……………………………………………..
3.2.4 Tableau des résultats sur l'environnement physique …………………
3.2.5 Questions et discussion…..……………………………………………
3.3 Conditions océanographiques biologiques …………………………………….
3.3.1 Plateau de Terre-Neuve et Labrador…………………………………
3.3.2 Plateau Néo-Écossais, golfe du Maine et sud du golfe du
Saint-Laurent ……………………………………………………………
3.3.3 Golfe du Saint-Laurent …………………………………………………
3.3.4 Questions et discussion…………………………………………………
3.4 Tendances relatives au recrutement…………………………………………….
3.4.1 Plateau de Terre-Neuve et Labrador…………………………………
3.4.2 Plateau Néo-Écossais …………………………………………………
3.4.3 Sud du Golfe du Saint-Laurent …………………………………………
3.4.4 Nord du Golfe du Saint-Laurent ………………………………………
3.4.5 Fiche des résultats sur le recrutement ………………………………
3.4.6 Questions et discussion ………………………………………………
4. Session générale sur l'environnement …………………………………………………
5. Session thématique …………………………………………………………………….
5.1 Introduction……………………………………………………………….
5.2 Discussion…………………………………………………..……………
6. Affaires courantes et prochaine réunion du COP………………………………………
iii
vi
ix
1
1
1
2
6
7
7
12
14
17
20
22
22
24
28
32
34
34
35
35
35
35
36
38
43
43
49
52
Annexe 1 : Programme. ………………………………………………………………… 55
Annexe 2 : Liste des participants ………………………………………………………… 60
ix
1. Introduction
Le Comité sur l'océanographie des pêches (COP) du ministère des Pêches et des Océans
(MPO) s'est réuni à l'Institut Maurice-Lamontagne (IML), à Mont-Joli, Québec, du 11 au 14
mars 2003, afin : 1) de passer en revue les conditions environnementales du nord-ouest
Atlantique en 2002; 2) d’étudier d'autres documents sur l'environnement ou l'environnement
des pêches; 3) de tenir la réunion annuelle du COP et de passer en revue les travaux de ses
groupes de travail. Au cours de la réunion s'est tenue une session thématique sur les
conditions physiques particulières de l'année 1999 et leurs conséquences sur certains stocks de
poissons et d'invertébrés. Le présent rapport contient un résumé des documents de travail
présentés à la réunion, un compte rendu des discussions tenues au cours de la réunion et les
recommandations qui ont été formulées à la suite de ces discussions. Le programme, la listes
des documents de travail et la liste des participants à la réunion sont présentés en annexes.
2. Membres reconnus du COP
Même si la participation aux activités du COP est ouverte à tous, le Comité se compose
officiellement d'un certain nombre de membres reconnus dont les responsabilités sont de
transmettre l'information à leurs laboratoires respectifs et de tenir le rôle de chefs de file au
sein du comité. Lors de la réunion annuelle de 2003, les membres reconnus du COP étaient :
Nom
Région
John Anderson1
Martin Castonguay
Eugene Colbourne
Ken Drinkwater
Ken Frank
Denis Gilbert
Glen Harrison
Savi Narayanan
Patrick Ouellet, président
Fred Page
Dave Reddin
Doug Swain
John Tremblay
Terre-Neuve
CPANO
Québec
IML
Terre-Neuve
CPANO
Maritimes
IOB
Maritimes
IOB
Québec
IML
Maritimes
IOB
Bureaux centraux du MPO (SDMM) Ottawa
Québec
IML
Maritimes
SBSA
Terre-Neuve
CPANO
Golfe
CPG
Maritimes
IOB
Lieu/lab.
3. Revue environnementale de 2002
Dans le cadre de son mandat, le COP effectue une revue annuelle des conditions
environnementales dans le nord-ouest Atlantique. En tout, dix documents ont été étudiés, cinq sur
l'environnement physique et cinq sur l'environnement biologique. Chaque document de revue
1
Edgar Dalley a remplacé John Anderson à la réunion annuelle de 2003.
1
environnementale a été révisé par un spécialiste qui avait pour tâche d'améliorer la qualité des
textes en y ajoutant des commentaires détaillés, en s'assurant de l'exactitude éditoriale et en
incluant des suggestions possibles pour les documents de revue de l'an prochain. Les réviseurs ont
soit directement transmis leurs commentaires aux auteurs principaux avant la fin de la réunion ou,
encore, pris les dispositions nécessaires pour les transmettre rapidement par la suite. Les
principales conclusions de la revue de l'environnement physique sont résumées dans un tableau
des résultats sur l'environnement physique pour la zone en entier.
3.1 Revue des conditions météorologiques, des glaces de mer et des températures à l'est
du Canada (K. Drinkwater et al.)
Les conditions météorologiques, des glaces de mer et les températures de la surface de
la mer dans le nord-ouest Atlantique en 2002 ont été passées en revue et comparées à celles de
l'année précédente ainsi qu'aux moyennes à long terme (période de base de 30 ans – de 1971 à
2000, si possible). En général, des températures de l'air légèrement plus chaudes que la
normale ont eu tendance à dominer dans la majeure partie de l'Est du Canada en 2002. Plus
précisément, de janvier à avril, de l'air à prédominance froide a couvert une grande partie de
la mer du Labrador, alors qu'au cours de la même période, des températures de l'air plus
chaudes que la normale ont couvert des zones s'étendant du golfe du Saint-Laurent à l'Atlantic
Bight. En juin et juillet, la région de la mer du Labrador a bénéficié de températures de l'air
au-dessus de la normale tandis que Terre-Neuve et certaines zones plus au sud éprouvaient
des conditions froides. En juillet et septembre, la plupart des zones au large de la côte Est ont
bénéficié de températures de l'air légèrement plus chaudes que la normale (des anomalies
positives de l'ordre de 1 C ou moins). En octobre et novembre, les conditions froides se sont
déplacées vers des régions plus au sud alors que la majeure partie de la mer du Labrador
maintenait une température de l'air plus chaude que la normale. En décembre, des
températures anormalement chaudes ont de nouveau été observées sur la région en entier.
Pour 2002, les anomalies moyennes annuelles de la température de l'air ont été
également calculées à certains sites côtiers choisis (figure 1). En 2002, les moyennes
annuelles ont chuté sensiblement (≥ 1 °C) comparativement à 2001, du site le plus au nord
(Nuuk) au plateau Néo-Écossais (Île-de-Sable). Cependant, les anomalies annuelles ont
augmenté par rapport à 2001 dans les emplacements situés au sud (p. ex., Boston) (figure 1).
Il est intéressant de remarquer que la variabilité interannuelle des températures de l'air depuis
1960 à Nuuk, à Iqaluit, à Cartwright et à St. John's montre des fluctuations quasi-décennales
(des baisses au début des années 1970, au milieu des années 1980 et au début des années 1990
– figure 1) et le déclin récent constaté à ces sites concorde avec la période décennale. Pendant
les années 1990, les températures de l'air à Boston et au cap Hatteras ont généralement été
déphasées avec la région du Labrador, c.-à-d. que les températures froides au Labrador se sont
produites quand les températures étaient chaudes le long du littoral américain (figure 1).
2
Anomalie de température (°C)
3
Nuuk
2
1
0
-1
-2
-3
1860
1880
1900
1920
1940
1960
1980
2000
2
Anomalie de température (°C)
3
Iqaluit
1
0
-1
-2
-3
-4
1860
1880
1900
1920
1940
1960
1980
2000
2
Anomalie de température (°C)
3
Cartwright
1
0
-1
-2
-3
-4
1860
1880
1900
1920
1940
1960
1980
2000
Anomalie de température (°C)
Anomalie de température (°C)
Anomalie de température (°C)
Anomalie de température (°C)
Anomalie de température (°C)
4
3
2
St. John's
1
0
-1
-2
-3
-4
1860
Figure 1.
1880
1900
1920
1940
1960
1980
2000
3
2
Îles-de-la-Madeleine
1
0
-1
-2
-3
-4
1860
1880
1900
1920
1940
1960
1980
2000
3
2
Île-de-Sable
1
0
-1
-2
-3
-4
1860
3
2
1880
1900
1920
1940
1960
1980
2000
1900
1920
1940
1960
1980
2000
1920
1940
1960
1980
2000
Boston
1
0
-1
-2
-3
-4
1860
1880
3
2
Cape Hatteras
1
0
-1
-2
-3
-4
1860
1880
1900
Série temporelle des anomalies de température de l'air (ligne brisée) et des moyennes
mobiles sur 5 ans (ligne pleine) aux sites choisis.
L'indice d'oscillation nord atlantique (ONA) montre la différence dans les champs de
pression atmosphérique au niveau de la mer durant les mois d'hiver (décembre à février) entre
les Açores et l'Islande. Il constitue également une mesure de la force des vents d'ouest de
l'hiver au-dessus de la partie nord de l'Atlantique Nord. Un indice ONA élevé correspond
àune intensification de la basse pression de l'Islande et de la haute pression des Açores. Un
indice ONA positif élevé signifie habituellement de forts vents du nord-ouest, des
températures de l'air et de la mer froides de même que beaucoup de glace dans la mer du
Labrador. En 2002, l'indice ONA se situait toujours sous la normale, mais il était tout de
3
même élevé par rapport à celui de 2001 (figure 2). Tant en 2001 qu'en 2002, l'indice était bien
au-dessous des indices élevés de 1998 à de 2000 et semblable aux valeurs observées en 1996
et 1997 (figure 2). Un indice ONA peu élevé signifie habituellement des températures de l'air
chaudes au-dessus de la mer du Labrador pendant l'hiver, ce qui correspond aux conditions
observées en 2001 et 2002.
Différence des pressions
atmosphériques (mb)
Anomalie de l’indice ONA
20
10
0
-10
-20
-30
1890 1900 1910 1920 1930 1940 1950 1960 1970 1980 1990 2000 2010
Annuelle
Moyenne mobile sur 5 années
Figure 2 Anomalies de l'indice d'oscillation nord atlantique, qui montre la différence dans les
champs de pression atmosphérique au niveau de la mer durant les mois d'hiver
(décembre, janvier, février) entre les Açores et l'Islande, relativement à la moyenne de
1961 à 1990.
Pour les positions à long terme médianes, maximales et minimales du bord de glace,
les nouvelles valeurs de cette année ont été fondées sur les données de 1970 à 2000 fournies
par le Service canadien des glaces. Au début de l'année, le couvert régional était moindre que
celui de la position médiane à long terme; il se rapprochait plutôt de la position minimale à
long terme. Au début de 2002, les glaces de mer n'étaient présentes qu'au large de la côte
méridionale du Labrador, aux environs de Hamilton Inlet. L'expansion des glaces a eu comme
conséquence une distribution proche des valeurs médianes au 1er février, mais la prolongation
au sud était légèrement moindre que la médiane au 1er mars. En 2002, la glace est apparue le
long de la côte méridionale du Labrador à la fin de décembre et s'est graduellement répandue
vers le sud jusqu'aux eaux du nord-est de Terre-Neuve à la fin de janvier. De petites quantités
de glace seulement ont atteint le nord du Grand Banc.
Relativement à la moyenne à long terme, la glace est apparue plus tard que la normale
sur la plus grande partie des plateaux continentaux du Labrador et de Terre-Neuve. La glace a
commencé à disparaître des sites en mer et au sud à la fin de mars, mais elle n'est pas disparue
des eaux côtières du nord de Terre-Neuve et du sud du Labrador avant la mi-mai. Cependant,
4
sur la plus grande partie de la région, la glace est disparue plus tard que la normale. Sur les
plateaux continentaux de Terre-Neuve et du sud du Labrador, la surface maximale couverte en
2002 était légèrement plus grande que celle de 2001. Pendant les deux périodes, la superficie
moyenne du manteau glaciel était inférieure à la moyenne à long terme et beaucoup plus
petite qu'au début des années 1990.
Surface (100000 km²)
Surface du couvert de glace Terre-Neuve et Labrador
5
4
3
2
1
Surface (100000 km²)
0
1960
1965
1970
1975
1980
1985
1965
1970
1975
1980
1985
1990
1995
2000
2005
4
3
2
1
0
1960
janvier-mars
Figure 3.
1990
1995
2000
2005
avril-juin
Série temporelle de la superficie moyenne mensuelle du manteau glaciel au large
de Terre-Neuve et du Labrador, entre 45°N-55°N (graphique du haut), et de la
superficie moyenne du manteau glaciel durant les périodes normales d'avancement
(janvier-mars) et de retrait (avril-juin) des glaces (graphique du bas).
Les moyennes des anomalies mensuelles et annuelles des températures de surface de la
mer (données de températures obtenues par satellite) ont été examinées pour six zones qui
vont de la mer du Labrador au golfe du Maine. Les anomalies positives des températures
moyennes annuelles de surface de la mer en 2002 étaient comparables à celles de 2001 pour
les plateaux continentaux du Labrador et de Terre-Neuve, tandis que les anomalies de 2002
étaient inférieures à celles de 2001 dans le golfe du Saint-Laurent. De façon générale,
5
cependant, ces anomalies ont poursuivi la tendance vers une période de températures
généralement au-dessus de la normale ayant débuté à la fin des années 1990 et elles sont
particulièrement bien définies dans les régions de Terre-Neuve et du plateau Néo-Écossais.
3.1.1 Conditions physiques dans la mer du Labrador en 2002 (R. Hendry)
Depuis l'hiver 1994-1995, les températures douces ont produit une convection d'hiver
relativement peu profonde et ce modèle a persisté pendant tout l'hiver 2001-2002. Les flux
thermiques d'hiver (décembre-février) étaient de presque 60 W m -2 de moins que la normale
d'hiver, mais ils ont été équilibrés par des flux thermiques printaniers (mars-mai) plus intenses
que la normale. Un transect de la mer du Labrador effectué en juillet 2002 a montré que,
pendant l'hiver précédent, il s'était produit un renversement vertical jusqu’aux profondeurs de
1200-1400 m. Cette conclusion est fondée sur les restes à ce niveau d'une couche mélangée à
la verticale avec une forte concentration d'oxygène dissous, les minimums relatifs de la
température potentielle et sur la stratification verticale de la densité.
Malgré un refroidissement et un rafraîchissement à près de 1000 m associés à l'hiver
modéré de 2001-2002, les couches supérieures de la mer du Labrador sont devenues plus
chaudes et plus salées. Ce fait démontre une plus grande influence des eaux chaudes et salines
transportées au nord de la mer du Labrador par la branche hauturière du courant du
Groenland-Ouest. La température moyenne à 150-1000 mètres au centre de la mer du
Labrador a été la deuxième plus élevée observée au cours de la période de treize ans au cours
desquels des études annuelles ont été effectuées (cette moyenne n’a été surpassée qu’en
1999); l'effet net a été une petite diminution de la densité moyenne entre 150 et 2000 mètres.
La salinité des 1000 mètres supérieurs était plus élevée que les salinités observées depuis la
période de convection profonde du début des années 1990, où les eaux de haute salinité des
niveaux plus profonds ont été entraînées dans les 1000 mètres supérieurs. La teneur en
oxygène dissous de l'eau chaude et salée qui a été observée en 2002 était inférieure à celle des
deux années précédentes.
Depuis le milieu des années 1990, on remarque une tendance notable vers une
température et une salinité plus élevées dans la couche de 1000 à 2000 mètres. Malgré les
effets de renversement de l'hiver mentionnés ci-devant, au début de l'été 2002, la température
moyenne de cette couche a été la plus chaude de celles ayant été observées à des périodes
saisonnières comparables au cours des treize dernières années. À cette zone de profondeur, la
salinité a diminué très légèrement par rapport aux conditions record de l'année précédente. La
densité de l'eau de mer diminue avec l'augmentation de la température et augmente avec
l'augmentation de la salinité. L'étude de 2002 démontre une densité légèrement moindre des
eaux de la zone se situant entre 1000 et 2000 mètres en comparaison avec celle de 2001.
3.2 Conditions océanographiques physiques
3.2.1 Plateaux continentaux de Terre-Neuve et du Labrador ainsi que sud de Terre-Neuve (E.
Colbourne)
6
Les tendances de température et de salinité inférieures à la normale, établies vers la fin
des années 1980, ont atteint un minimum en 1991. Cette tendance froide s'est poursuivie en
1993, mais a commencé à diminuer en 1994 et 1995. Au cours de 1996, les conditions de
température étaient au-dessus de la normale dans la plupart des régions; cependant, les valeurs
de salinité d'été ont continué à se situer légèrement en bas de la normale à long terme. De
1997 à 1999, les températures de l'océan ont continué à se réchauffer dans la plupart des
régions, l'année 1999 ayant été l'une des plus chaudes des deux dernières décennies. De 2000
à 2002, les températures de l'océan ont été plus fraîches que les valeurs de 1999, mais elles
sont restées au-dessus de la normale dans la plupart des zones, poursuivant ainsi la tendance
établie en 1996. De 1997 à 2001, la tendance pour les salinités sur le plateau de Terre-Neuve
se situait la plupart du temps sous la normale; cependant, en 2002, on a assisté à une
augmentation importante des valeurs de surface, qui sont les plus élevées ayant été observées
depuis plus d'une décennie.
En 2002, la température annuelle moyenne de la colonne d'eau à la station 27 a
diminué comparé aux valeurs de 2001, mais elle est restée au-dessus de la moyenne à long
terme à la plupart des profondeurs. La température de surface annuelle à la station 27 a été
presque normale en 2002, alors que la température de fond annuelle est restée au-dessus de la
normale de 0,2 °C (figure 4). Les salinités d'été à la station 27 ont augmenté par rapport aux
valeurs de 2001, pour s'établir au-dessus de la normale; elles ont été les plus élevées en douze
ans environ. Les salinités de surface à la station 27 ont été au-dessus de la normale pendant
onze mois sur douze, alors que les salinités de fond ont été soit près de la normale, soit
légèrement en dessous. Plus à l'est, les tendances à long terme dans les anomalies de
température et de salinité à Bonnet Flamand ont été semblables à celles de la station 27
(figure 4). En 2002, les températures de surface (seulement trois observations) sont passées
sous les valeurs normales, alors qu'à des niveaux plus profonds, les valeurs étaient semblables
à celles de 2001. Pour le plateau du Labrador, les températures sur le banc Hamilton en 2002
ont été très semblables à celles de 2001, soit à peu près normales en surface et généralement
au-dessus de la normale aux niveaux plus profonds (figure 4).
7
Station 27 – Anomalie de température au fond
Station 27 – Anomalie de température en surface
annuelle
annuelle
moyenne mobile sur 5 ans
1.5
Température (°C)
Température (°C)
1.0
0.5
0.0
-0.5
-1.0
-1.5
1946 1951 1956 1961 1966 1971 1976 1981 1986 1991 1996 2001
Année
Année
Bonnet Flamand – Anomalie de température en surface
Bonnet Flamand – Anomalie de température à 150 m
moyenne mobile sur 5 ans
3.0
3.0
2.0
2.0
1.0
1.0
Température (°C)
Température (°C)
annuelle
0.0
-1.0
-2.0
0.0
-1.0
-2.0
Banc Hamilton – Anomalie de température à 150 m
moyenne mobile sur 5 ans
annuelle
3.0
2.0
Température (°C)
Température (°C)
moyenne mobile sur 5 ans
Année
Banc Hamilton – Anomalie de température en surface
1.0
0.0
-1.0
-2.0
-3.0
19501954195819621966197019741978198219861990199419982002
Année
Figure 4.
annuelle
-3.0
19501954195819621966197019741978198219861990199419982002
-3.0
19501954 1958 19621966197019741978198219861990199419982002
Année
annuelle
moyenne mobile sur 5 ans
1.00
0.75
0.50
0.25
0.00
-0.25
-0.50
-0.75
-1.00
1946 1951 1956 1961 1966 1971 1976 1981 1986 1991 1996 2001
moyenne mobile sur 5 ans
2.0
1.5
1.0
0.5
0.0
--0.5
--1.0
--1.5
--2.0
1950195419581962196619701974197819821986199019941998 2002
Année
Anomalies annuelles de température et de salinité en surface et au fond ainsi que
leurs moyennes mobiles sur 5 ans aux sites choisis sur les plateaux continentaux
de Terre-Neuve et du Labrador.
La coupe transversale de la couche intermédiaire froide (CIF; eau < 0 °C) sur les
plateaux continentaux de Terre-Neuve et du Labrador pendant l'été 2002 a diminué par
rapport à celle de 2001 le long des sections nordiques; par contre, le long des sections
méridionales, elle est restée très semblable à celle de 2001 (figure 5). Les zones de la CIF
étaient inférieures à la normale le long de toutes les sections, du Bonnet Flamand sur le Grand
Banc à l'Île-aux-Phoques au large du sud du Labrador. Au large de Bonavista, la zone de la
CIF était très semblable à celle de 2001, soit en bas de la normale pour la huitième année
consécutive (figure 5). Ces valeurs sont parmi les plus basses observées depuis 1978 à l'est du
plateau de Terre-Neuve. Durant l'automne, le volume total de l'eau à moins de 0° C sur le
plateau de Terre-Neuve et le sud du Labrador a augmenté très légèrement comparativement à
8
2001, ce qui poursuit la tendance vers des valeurs inférieures à la normale observée depuis le
milieu des années 1990.
CIF - Bonavista
20
Surface de la CIF (km2)
Surface de la CIF (km2)
CIF – Bonnet Flamand
10
0
-10
-20
20
10
0
-10
-20
1952195719621967197219771982198719921997 2002
Année
1952 1957 1962 1967 1972 1977 1982 1987 1992 1997 2002
Année
CIF – Île-aux-Phoques
40
Surface de la CIF (km2)
Surface de la CIF (km2)
CIF – Baie White
20
0
-20
-40
10
0
-10
-20
19521957196219671972197719821987199219972002
19521957196219671972197719821987199219972002
Année
Figure 5.
20
Année
Série temporelle des zones de la couche intermédiaire froide (CIF) en été et à
l'automne avec des températures <0 °C dans des sections choisies des plateaux
continentaux de Terre-Neuve et du Labrador.
Au printemps 2002, sur le Grand Banc, les températures de fond sont passées de près
de la normale à au-dessus de la normale (jusqu'à 0,5 °C au-dessus de la normale) dans la
plupart des zones. À l'automne, les températures de fond se sont généralement situées audessus de la normale, excepté dans les eaux peu profondes du sud-est du Grand Banc, où elles
sont descendues jusqu'à 2 °C au-dessous de la normale. À l'automne, également, les
températures de fond aux divisions 2J et 3K de l'OPANO étaient également supérieures à la
normale, jusqu'à 2 °C au-dessus de la normale sur le banc Hamilton et jusqu'à 1 °C au-dessus
de la normale sur le banc de l'île Funk. En 2002, la température de fond moyenne pour
l'ensemble des divisions de l'OPANO est demeurée très semblable à celle de 2001, sauf à la
division 3K, où la température de fond moyenne a augmenté légèrement par rapport à celle de
2001. En général, dans toutes les zones du plateau de Terre-Neuve, la niche thermique près du
fond a continué d'être plus chaude qu'elle ne l'avait été entre le milieu des années 1980 et le
milieu des années 1990.
Aux subdivisions 3Pn et 3Ps (sud de Terre-Neuve) de l'OPANO, les séries
temporelles d'anomalies de température dans le secteur 3Ps (Banc de Saint-Pierre) indiquent
des périodes anormalement froides au milieu des années 1970, au milieu des années 1980 et à
9
la fin des années 1990. Ces conditions sont semblables à celles qui ont été observées sur le
plateau continental longeant la côte est de Terre-Neuve, sauf que la dernière période froide a
duré plus longtemps sur le banc de Saint-Pierre qu'à l'est du plateau de Terre-Neuve. Au cours
de la période froide la plus récente, qui a débuté vers 1985, les températures sont descendues
jusqu'à 1 °C en bas de la moyenne à toutes les profondeurs et jusqu'à 2 °C sous les
températures plus chaudes de la fin des années 1970 et du début des années 1980 pour les
couches de surface (figure 6). Durant toutes ces années, les températures de l'eau plus
profonde au large des bancs ont varié de façon importante, mais sont restées relativement
chaudes, avec des valeurs de l'ordre de 3 à 6 °C, comparée à des valeurs beaucoup plus froides
(souvent <0 °C) sur le banc de Saint-Pierre. À partir de 1996 environ, les températures sur le
banc de Saint-Pierre ont commencé à baisser, puis elles ont encore diminué au printemps
1997, pour ensuite revenir à des valeurs plus normales en 1998. En 1999 et 2000, les
températures ont continué à augmenter pour atteindre les valeurs les plus élevées depuis la fin
des années 1970 près de la surface. Au printemps 2001 et 2002, cependant, les températures
se sont refroidies de façon importante par rapport aux deux années précédentes et elles ont
atteint les valeurs observées au milieu des années 1990 (figure 6).
Anomalies de température – Banc de Saint-Pierre
moyenne mobile sur 5 ans
Température °C
annuelle
2.0
1.5
1.0
0.5
0.0
-0.5
-1.0
-1.5
-2.0
-2.5
1950
SURFACE
1955
1960
1965
1970
1975
1980
1985
1990
Température °C
2.0
1995
2000
75 m
1.5
1.0
0.5
0.0
-0.5
-1.0
-1.5
1950
1955
1960
1965
1970
1975
1980
1985
1990
1995
2000
Année
Figure 6.
Série temporelle annuelle des anomalies de température près de la surface et près du
fond (°C) sur le banc de Saint-Pierre fondée sur toutes les données historiques. La
ligne pleine foncée représente la moyenne mobile sur 5 ans.
L'étendue de l'aire de l'eau de fond <0 °C s'est accrue sensiblement du milieu des
années 1980 au milieu des années 1990, mais elle a diminué à des valeurs très basses entre
10
1998 et 2000 (figure 7). En 2001, elle a augmenté de nouveau, revenant aux valeurs observées
au milieu des années 1990, mais elle a encore diminué légèrement en 2002. Depuis 1995,
l'étendue de l'aire de l'eau de fond à des températures >1 °C a augmenté, atteignant les valeurs
d'avant 1985 en 1999-2000. En 2001, cette aire a diminué sensiblement comparé aux trois
années précédentes, mais elle a augmenté légèrement en 2002. Sur le banc de Saint-Pierre,
l'eau à <0 °C a complètement disparu pendant les années chaudes de 1999 et de 2000. Elle a
depuis lors grimpé jusqu'entre 20 et 30 % en 2001 et 2002. Sur les bancs, l'aire de l'eau proche
du fond à des températures >1 °C était d'environ 50 % de la surface totale en 1998, ce qui
constitue la première quantité importante depuis 1984. Cette aire a grimpé plus tard à environ
70 % en 1999 et jusqu'à 85 % en 2000, mais elle a diminué à des valeurs inférieures pendant
les deux dernières années. En général, l'analyse a montré des variations importantes des
caractéristiques de la masse d'eau, en particulier sur le banc de Saint-Pierre au cours des
dernières années. Du milieu des années 1980 à 1997, une masse d'eau froide à salinité presque
constante a influé sur la plupart des 100 mètres supérieurs de la colonne d'eau. Cette situation
a changé pour présenter des conditions plus chaudes et plus salées en 1998 et 1999 et des
conditions plus fraîches mais encore chaudes en 2000. En 2001, les salinités ont grimpé audelà des valeurs normales, alors que les températures sont généralement passées en dessous
des valeurs normales à mesure que l'eau froide revenait dans la région. Au printemps 2002, les
températures dans cette région ont augmenté légèrement par rapport aux valeurs observées en
2001, alors que les valeurs de salinité étaient plus élevées que celles observées en 2002.
% aire
Subdivision 3PS – Indice de superficie
100
90
80
70
60
50
40
30
20
10
0
> 3° C
2-3° C
1-2° C
0-1° C
< 0° C
1971 1974 1977 1980 1983 1986 1989 1992 1995 1998 2001
Année
Figure 7.
Série temporelle printanière du pourcentage de l'aire de fond couverte par de l'eau à
des températures de ≤0° C, 0-1° C, 1-2° C, 2-3° C et ≥3° C dans les subdivisions 3Pn
et 3Ps de l'OPANO.
3.2.2. Plateau Néo-Écossais et golfe du Maine (K. Drinkwater et al.)
11
3
2
Anomalie de température (°C)
Anomalie de température (°C)
Un examen des conditions océanographiques physiques de 2002 sur le plateau NéoÉcossais, dans le golfe du Maine ainsi que dans les secteurs en mer adjacents a été présenté.
Des conditions chaudes et salées ont eu tendance à dominer les secteurs du plateau NéoÉcossais et du golfe du Maine en 2002. La température annuelle moyenne de la surface de
l'océan à Boothbay Harbor a été la troisième plus chaude des 97 dernières années et, à
St. Andrews, elle a été la neuvième plus chaude des 81 dernières années (figure 8). À Prince
5, les températures et les salinités mensuelles moyennes de toute la colonne d'eau se sont
situées presque exclusivement au-dessus de la normale tout au long de l'année. À la station
Halifax 2 (H2), la surface et les couches inférieures proches ont été plus chaudes que
d'habitude, mais à mi-profondeur, les températures ont varié au cours de l'année entre plus
froides et plus chaudes que la moyenne. À la station H2, les eaux de toutes les profondeurs
ont eu tendance à présenter des salinités au-dessus de la normale.
Boothbay Harbor
1
0
-1
-2
-3
1890
1910
1930
1950
1970
1990
2010
3
2
Halifax
1
0
-1
-2
-3
1890
1910
2
Anomalie de température (°C)
Anomalie de température (°C)
3
St. Andrews
1
0
-1
-2
-3
1890
1910
1930
1950
1970
1990
2010
Années
Figure 8.
1930
1950
1970
1990
2010
Années
Années
2.00
Prince 5
1.00
0.00
-1.00
-2.00
1925 1935 1945 1955 1965 1975 1985 1995 2005
Années
Anomalies annuelles de la température de surface de la mer et leurs moyennes
mobiles sur cinq ans pour les stations de Boothbay Harbor, St. Andrews, Halifax
Harbour et Prince 5. Les anomalies sont par rapport aux moyennes de 1971 à
2000.
Des eaux particulièrement chaudes ont été observées dans le golfe du Maine, à toutes
les profondeurs, dans le bassin Georges, sur le banc Georges et sur le plateau Lurcher. Des
eaux tout aussi chaudes ont été trouvées à de plus grandes profondeurs au bassin Emerald et
dans les 50 à 100 premiers mètres du Banc de Misaine et du Sydney Bight. Dans ces deux
derniers secteurs, les couches les plus profondes ont eu tendance à être plus froides que la
normale. Dans le détroit de Cabot, les températures en eau profonde (200 à 300 mètres) ont eu
12
tendance à être plus élevées que la normale. Parmi les exceptions à ces conditions chaudes,
mentionnons les températures de surface de la mer à Halifax et sur la majorité du plateau NéoÉcossais pendant la mission d'évaluation du poisson de fond de juillet. Au moment de la
mission, les températures des eaux à 50 et 100 mètres variaient selon le lieu, différant ainsi de
la moyenne à long terme, mais avec une légère tendance vers des températures plus chaudes
que la normale. En juillet, les températures près du fond étaient chaudes, excepté dans le
nord-est, où les anomalies de température de l'eau ont varié dans l'espace (figure 9).
Cependant, les températures de fond ont augmenté de façon notable comparativement à 2001.
Anomalie de température, juillet 2002
(relativement à la moyenne
pour 1971-2000)
Figure 9.
Contours des anomalies de température près du fond selon la mission d'évaluation
du poisson de fond de juillet 2002 et les enquêtes de QIT.
En mai, on a observé une masse d'eau très chaude et très salée à l'extrémité la plus au
large de la ligne de Halifax (PMZA). On pense qu'il s'agit d'un remous ou d'un méandre du
Gulf Stream. Il semble qu'une partie de cette eau a pu pénétrer dans le plateau Néo-Écossais et
amener des conditions plus chaudes et plus salées à cet endroit en mai et juin. Pendant la
croisière du PMZA d'octobre 2002, des conditions chaudes ont dominé sur les lignes du banc
de Browns et de Halifax, avec des températures presque normales dans la section de
Louisbourg. Dans le détroit de Cabot, les températures de l'eau près du fond étaient plus
chaudes que la normale, mais les 100 mètres supérieurs ont eu tendance à être plus froids.
Même si la stratification verticale dans la colonne d'eau supérieure (entre la surface et 50
mètres) au-dessus du plateau Néo-Écossais a continué à s'affaiblir en 2002 par rapport aux
dernières années, elle est généralement restée plus élevée que la normale. Le front
plateau/talus ainsi que le Gulf Stream se sont situés, en général, à peu près aux mêmes
13
endroits qu'en 2001, ce qui était plus près du rivage que sa position normale, pour le Gulf
Stream, et plus près de la mer, pour le front plateau/talus.
Les évaluations mensuelles du manteau glaciel au large du détroit de Cabot effectuées
depuis les années 1960 prouvent qu'en 2002, seules de petites quantités de glace ont été
transportées sur le plateau Néo-Écossais, comparativement à la moyenne à long terme. Le
manteau glaciel, cependant, était légèrement inférieur en surface à ce qui avait été observé en
2001. Le manteau glaciel intégré était légèrement inférieur à celui de 2001 et il est resté bien
en-deçà de la moyenne à long terme. Il s'agit de la cinquième année consécutive où la glace
est très peu abondante au large du détroit de Cabot.
3.2.3 Golfe du Saint-Laurent (D. Gilbert et C. Lafleur)
Selon Environnement Canada, au cours de l'hiver 2002, les températures de l'air ont
été plus chaudes que la normale (de 0,5 à 2 °C) partout dans le golfe du Saint-Laurent,
excepté dans le nord-est du Golfe, où elles se sont situées près de la normale. Au printemps,
les températures de l'air ont été inférieures à la normale (0,5 °C) dans le nord du Golfe, mais
ailleurs et pendant l'été, elles ont été normales. En automne, les températures de l'air se sont
situées près de la normale partout, sauf dans le nord-est du Golfe, où elles ont été inférieures
(0,5 °C) à la normale.
À la fin de 2001, les températures de l'air chaudes ont ralenti la formation de glace
dans le golfe du Saint-Laurent, de sorte qu'il y a eu peu de glace au début de 2002. La
soustraction de la moyenne à long terme indique que, dans la majeure partie du Golfe, la
période des premières glaces est survenue plus tard que la normale d'une à deux semaines. La
disparition des glaces est survenue entre la fin de mars et la mi-mai, ce qui fait que la glace est
disparue plus tôt que la normale dans les régions du centre (p. ex., au large de l'ouest de TerreNeuve) et du sud (p. ex., au sud des Bancs Madeleine). Pour l'ensemble du Golfe, la durée des
glaces a été moins longue de 10 à 30 jours que la moyenne à long terme. L'étude de la
moyenne mensuelle des secteurs du Golfe couverts de glace a prouvé qu'en 2002, l'aire
maximale du couvert a augmenté relativement à 2001 et aux quelques années précédentes
(figure 10). Toutefois, les évaluations de la durée des glaces indiquent une valeur très
inférieure à la moyenne à long terme. En effet, l'année 2002 a été une année où il n'y a eu que
peu de glace dans le golfe du Saint-Laurent.
14
Durée (jours)
200
180
160
140
120
Superficie moyenne journalière
du couvert de glace (10 3 km 2)
100
1960
1965
1970
1975
1980
1985
1990
1995
2000
2005
1965
1970
1975
1980
1985
1990
1995
2000
2005
25
20
15
10
5
0
1960
Années
Figure 10.
Série temporelle de la durée de la glace (graphique du haut) et du manteau
glaciel annuel intégré (la somme des secteurs multipliée par le nombre de jours).
Les lignes horizontales représentent les moyennes à long terme (1971-2000).
Les précipitations sur la majeure partie du bassin hydrographique du fleuve SaintLaurent et du golfe du Saint-Laurent ont été sous la normale en 2002. En conséquence,
relativement à la période de référence à long terme (1971-2000), la moyenne annuelle du
débit d'eau douce à la ville de Québec a été d'environ 1500 m3 s -1 inférieur à la normale pour
la quatrième année consécutive (figure 11).
15
Moyenne annuelle du débit (m3 s-1)
Figure 11.
Moyenne annuelle du débit d'eau douce du fleuve Saint-Laurent à la ville de
Québec (ligne avec cercles) comparée aux valeurs climatologiques de 1971 à
2000 (ligne brisée).
La température minimale de la couche intermédiaire froide (CIF) a légèrement
diminué (de 0,1 °C) dans les parties profondes du Golfe et sur les Bancs Madeleine
(figure 12). Cependant, l’épaisseur de la CIF où la température se situait au-dessous de 0 °C et
de 1 °C a diminué de 10 mètres et de 14 mètres, respectivement. Cette situation est
inhabituelle parce qu'une baisse de la température minimale de la CIF est normalement
accompagnée d'une augmentation de l’épaisseur de la CIF. En 2002, la température minimale
de la CIF était près de la médiane à long terme dans les parties profondes du Golfe.
16
Température (°C)
Figure 12.
moyenne pour 1961-1990 = 0,07
0.07 °C
moyenne pour 1971-2000 = -0,32
-0.32 °C
Indice composé des anomalies de température au cœur de la CIF dans le golfe du
Saint-Laurent. La ligne brisée épaisse montre la moyenne entre 1961 et 1990
(0,07 °C), tandis que la ligne brisée mince indique la moyenne entre 1971 et
2000 (–0,32 °C).
Pour différentes couches de la colonne d'eau, les mesures de la température et de la
salinité (mai à septembre) ont été analysées. La température moyenne dans l'ensemble du
Golfe, au milieu de l'été (15 juillet), à une profondeur se situant entre 30 et 100 mètres, était
plus chaude par ~0,3 °C relativement à 2001. Dans la couche de 100 à 200 mètres, les
températures étaient également plus chaudes (0,38 °C) par rapport à 2001 et à la moyenne de
1971-2000. Enfin, dans la couche de 200 à 300 mètres, la température de l'eau a augmenté de
0,12 °C en 2002 relativement à 2001 et elle est maintenant plus chaude de 0,27 °C par rapport
à la normale de 1971-2000.
3.2.4 Fiche des résultats sur l'environnement physique
Comme pour les dernières années, tous les indices de 2002 portants sur les conditions
océanographiques physiques dans la zone de l'Atlantique ont été résumés afin de faciliter les
comparaisons entre les régions. La fiche des résultats sur l'environnement physique présente
les anomalies de 2002 (écarts-type par rapport à la période de référence 1971-2000) par
rapport aux anomalies depuis 1997 (tableau 1).
17
Tableau 1 Fiche des résultats environnementaux pour 2002.
Index
ONA
Région
1997
-0,63
1998
-0,34
1999
1,18
2000
1,10
2001
-0,96
2002
-0,37
Terre-Neuve/Labrador
1997
1998
1999
2000
2001
2002
0,125
1,10
1,841
1,007
1,22
0,18
Stn. Devs. Conditions
froides/fraîches
>2
Terre-Neuve (St. John's)
-0,69
1,14
2,52
1,56
0,78
0,07
>1,5 à 2
Glace de mer
Labrador et Terre-Neuve
-0,58
-0,99
-1,21
-0,88
-1,28
-1,04
>1 à 1,5
Température de surface
Station 27
-0,40
0,85
1,81
1,15
0,93
-0,08
>0,5 à 1
Température intégrée
Station 27 (0-50)
0,05
0,18
1,25
0,96
1,73
-0,11
-0,5 à 0,5
Station 27 (0-176)
-0,03
-0,03
1,34
1,1
1,21
0,66
Station 27
0,83
1,35
1,45
1,31
1,52
0,59
Terre-Neuve (Grand Banc)
-0,54
0,24
0,61
0,59
0,05
0,00
Conditions
Banc de Saint-Pierre
-0,36
-0,18
0,61
0,65
-0,72
-0,19
chaudes/salines
Est du plateau de Terre-Neuve
-1,03
-0,35
-0,93
-0,17
-1,24
-0,98
>2
Grand Banc
0,26
-0,73
-1,38
-1,26
-0,55
-0,81
>1,5 à 2
Banc Hamilton
-1,46
-0,64
-1,91
0,25
-0,52
-1,07
>1 à 1,5
STATION 27 (SURFACE)
-0,26
-0,30
-0,39
-0,22
-0,57
1,09
>0,5 à 1
STATION 27 (FOND)
-0,10
0,40
-0,20
-0,30
-0,10
-0,20
-0,5 à 0,5
STATION 27
0,40
0,90
1,30
0,50
1,00
-0,17
Golfe du Saint-Laurent
1997
1998
1999
2000
2001
2002
Golfe du Saint-Laurent (Îles-de-laTempérature annuelle de l'air Madeleine)
-0,26
1,917
2,777
1,468
1,95
0,62
Glace de mer
Golfe du Saint-Laurent
-0,45
-1,6
-1,3
-2,1
-1,62
-1,30
Température intégrée
Détroit de Cabot (200-300 m)
0,07
-0,81
0,629
0,137
0,57
0,86
Température annuelle de l'air Labrador (Cartwright)
Température près du fond
CIF
Salinité
Stratification
18
Golfe du Saint-Laurent (suite)
1997
1998
1999
2000
2001
2002
Golfe du Saint-Laurent (30-100 m)
-0,3
-0,81
0,356
0,927
-0,28
0,31
Golfe du Saint-Laurent (100-200 m)
-0,25
-0,3
0,533
0,533
-0,03
0,55
Golfe du Saint-Laurent (200-300 m)
0,30
-0,31
-0,13
0,027
0,30
0,54
Température près du fond
Zone des Bancs Madeleine avec T <0
0,17
0,85
-1,12
-0,47
-1,22
-1,17
1,14
-0,58
-0,99
-0,05
-0,81
CIF
Zone des Bancs Madeleine avec T <1
0,64
Golfe du Saint-Laurent-température minimale
(1948-1999)
-0,38
-1,03
0,22
0,90
-0,38
0,21
Plateau Néo-Écossais/Golfe du Maine
1997
1998
1999
2000
2001
2002
-0,92
1,283
2,77
1,984
0,71
0,35
Golfe du Maine (Boston)
-0,77
1,325
0,941
-1,01
0,93
1,19
Plateau Néo-Écossais (surface)
-0,3
-1,37
-1,31
-1,20
-1,17
-1,49
-0,95
Température annuelle de l'air Plateau Néo-Écossais (Île-de-Sable)
Glace de mer
Température de surface
Température près du fond
Halifax (SST)
-0,3
-0,03
0,44
Baie de Fundy (St. Andrews SST)
-0,08
0,538
1,869
1,57
Golfe du Maine (Boothbay SST)
Plateau Néo-Écossais (Banc de Misaine –
100 m)
0,34
0,538
1,993
2,38
2,28
3,44
-0,43
-0,02
0,797
1,406
-0,27
0,23
Bassin Emerald (250 m)
0,33
-1,69
-0,22
0,314
0,19
0,245
Plateau Lurcher (50 m)
0,045
-1,39
1,156
1,779
-0,83
1,577
Bassin Georges (200 m)
0,34
-2,57
0,985
1,036
0,18
0,43
-0,60
1,06
1,10
1,38
1,35
Banc Georges (50 m)
Salinité
-0,65
1,257
Prince 5 (90 m), Baie de Fundy
-0,46
-0,85
1,893
1,596
-0,54
0,81
Prince 5 (90 m)
-0,1
-1,07
0,799
0,483
-0,16
1,34
19
3.2.5 Questions et discussion
La discussion sur les conditions de l'environnement physique débute par une
observation concernant les tendances récentes affichées par la température, qui semblent
s'écarter des sommets enregistrés au cours des dernières années.
Après la présentation sur les conditions physiques dans la région de Terre-Neuve et du
Labrador, des questions sont soulevées à propos de la façon dont l'information pourrait être
(ou est) combinée avec l'information biologique fournie par les missions d'évaluation du
poisson de fond. Glen Harrison veut savoir si nous comptons poursuivre nos importants
efforts « océanographiques » à partir de missions d'évaluation du poisson de fond, si de tels
efforts sont durables et quelle est l'importance réelle de ces efforts. Par exemple, à quelle fin
utilise-t-on l'indice des habitats qui est produit? On indique que, dans la région de TerreNeuve par exemple, on a réussi à élaborer et à employer les indices parce que l'équipement est
monté sur des chaluts. De même, la région du Golfe réussit à recueillir les données
océanographiques simultanément au chalutage. Ces préoccupations font suite aux questions
soulevées lors de l'atelier COP-PMZA de l'automne dernier sur le renforcement des liens entre
le programme de monitorage et les évaluations des stocks; elles étaient aussi reliées à la
question de savoir comment le COP pourrait s'impliquer davantage dans l'utilisation de ces
indices. On a fait mention de la présence des océanographes lors des processus d'évaluation
régionaux des poissons et des invertébrés et, pour certaines régions, cette participation semble
satisfaisante.
En ce qui concerne les conditions environnementales physiques sur le plateau NéoÉcossais, l'évolution de la stratification semble constante au fil des années, ce qui n’est pas le
cas pour la profondeur de la couche de mélange. On discute de l'origine de l'anomalie de la
salinité. Des similitudes avec ce qui a été observé à la station 27 sont notées, ce qui signifie
qu'une partie de l'eau pourrait provenir du plateau de Terre-Neuve. Toutefois, on indique
qu’une meilleure connaissance de la climatologie de la couche de mélange nous aiderait à
mieux comprendre.
On signale que l'information sur les conditions océanographiques physiques du sud du
golfe du Saint-Laurent n'a pas été présentée au cours de la séance sur les environnements
physiques. Ken Drinkwater a rassemblé de l'information sur le sud du Golfe et fait un survol
rapide de la question.
-
En septembre 2002, les températures de fond bien que encore relativement
froides avaient cependant augmenté par rapport à 2001.
L'indice de la température de fond des habitats du crabe des neiges a
diminué en 2002 comparé à 2001, mais la température a augmenté dans la
plupart des zones où vit le crabe de neige au cours des dernières années.
Les profils de température indiquent des conditions plus chaudes sous
100 mètres.
Après la présentation sur le sud du Golfe, quelqu’un demande si cette information
devait être incorporée au RÉS de la région des Maritimes (comme c'est le cas pour les
20
conditions océanographiques chimiques et biologiques), devrait être incluse au RÉS sur
l'océanographie physique du golfe du Saint-Laurent ou, encore, si elle devait être présentée
dans un document distinct. Cette question soulève des préoccupations au sein du COP mais,
finalement, on décide d'inclure le sud du Golfe dans le RÉS du golfe du Saint-Laurent.
On discute également de la fiche des résultats sur l'environnement physique. Glen
Harrison commente le bien fondé d’additionner des indices. Ken Drinkwater explique que le
poids des indices est égal. On précise qu'une anomalie négative sur le graphique des
anomalies de la couche intermédiaire froide était codée par la couleur rouge, qui indique des
conditions plus chaudes. Les anomalies positives de stratification sont indiquées en rouge.
Ken Frank souligne que nous nous occupons de plus de 30 variables et suggère d'agréger des
indices afin d'éliminer, si possible, des redondances en rendant les indices additionnables et
en utilisant des techniques de classement. On propose que les caractéristiques du mélange, de
l'atmosphère et de l'advection soient regroupées. Cette suggestion déclenche une discussion
sur la normalisation de l'information et l'ampleur des changements à faire. Il pourrait s'agir
d'un classement à grande ou à petite échelle. Le Comité convient et recommande qu'une
analyse plus approfondie de ces indices soit faite pour la réunion de l'an prochain.
Il est également brièvement question des conséquences du décalage récent de la période
de référence de 1961-1991 à 1971-2000. Denis Gilbert indique qu'Environnement Canada
utilisait la période 1951-1980, mais que les statistiques sont en train d'être recompilées en
fonction d'une période de référence plus récente. Ken Drinkwater mentionne que
l'Organisation météorologique mondiale ne met sa période de référence à jour que tous les
trente ans, mais qu'il est souhaitable que nous mettions la nôtre à jour tous les dix ans afin de
tirer le maximum d’avantages des nouvelles technologies et des changements récents dans les
échantillonnages. Pour tous les indices, il doit y avoir uniformité dans les périodes de
référence, car les valeurs de référence varient selon les périodes de référence. Dans les cas où
ce n'est pas possible, nous pouvons classer les moyennes annuelles à titre de valeurs
historiques ou d'expressions d'une tendance séculaire.
On discute ensuite de la possibilité d'introduire de nouveaux indices. Denis Gilbert
exprime sa satisfaction envers une nouvelle sonde pour l'oxygène dissous. Le modèle 43 de
Seabird a donné des mesures fiables et précises. Glen Harrison indique que son groupe avait
obtenu des résultats semblables. Au cours de récents travaux sur le terrain, la sonde DO2 a été
automatisée, ce qui a réduit l'échantillonnage avec la bouteille Niskin et laissé du temps pour
d'autres travaux. Le temps ainsi libéré a été employé à effectuer davantage de relevés
ponctuels. On souligne également qu'une carte des nitrates au fond n'a qu'une utilisation
limitée, mais que l'oxygène semble être important dans l'estuaire du golfe du Saint-Laurent,
encore plus que la salinité.
La discussion porte ensuite sur la variabilité spatiale dans l'écosystème. On considère
que la connaissance du champ de la température est très importante. Pierre Pepin parle du rôle
des modeleurs et de la variabilité spatiale ainsi que de l'établissement de liens à de plus
grandes échelles. Nous essayons de comprendre l'écosystème, mais la variabilité spatiale peut
compliquer les choses. Le COP doit donc établir avec plus d’efficacité les liens entre les
différents aspects de l'écosystème.
21
3.3 Conditions océanographiques biologiques
3.3.1 Plateau de Terre-Neuve et Labrador (P. Pepin et al.)
L'information au sujet des variations saisonnières et interannuelles des concentrations
de chlorophylle a, des principaux sels nutritifs, des taux de production primaire ainsi que de
l'abondance des principaux taxa de phytoplancton et de zooplancton mesurés à partir de la
station 27 et des activités du PMZA est passée en revue. Des séries temporelles et spatiales
sur les différentes mesures biologiques, chimiques, optiques et physiques de 2002 sont
présentées et, quand les données étaient disponibles pour les périodes précédentes, les séries
contrastaient avec celles-ci.
Le caractère saisonnier des variables chimiques et biologiques à la station 27 et le long
des sections principales du PMZA était semblable à celui des années précédentes (c.-à-d.,
1999-2001). La synchronisation des épisodes de floraison sur le plateau de Terre-Neuve (sud
de l'Île-aux-Phoques) était également semblable aux conditions observées dans les années
précédentes, mais contrastait avec 2001, alors que le début de la floraison printanière a été
retardé (figure 13). Il apparaît clairement que les variations interannuelles du caractère
saisonnier de la structure du mélange vertical et de la colonne d'eau jouent un rôle important
dans le cycle saisonnier du phytoplancton le long du plateau de Terre-Neuve. En 2001, le
retard dans le début de la floraison printanière a été associé au mélange profond persistant de
la colonne d'eau. Bien que la force des vents soit demeuré élevée en 2002, leur effet global sur
la colonne d'eau a pu être légèrement diminué par la synchronisation et l'intensité relatives des
épisodes de vent, ce qui a fait en sorte que la profondeur de la couche de mélange a diminué
de façon plus progressive en 2002, permettant ainsi une floraison printanière plus hâtive.
Profondeur (m)
0
J FMAMJ J A SOND J F MAM J J A SOND J FMAMJ J A SOND
25
50
75
100
2000
125
2002
2001
150
mg m-3
0
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10 11 12
Figure 13. Variation saisonnière de la structure verticale de la concentration de chlorophylle a
à la station 27 pendant la période de 2000 à 2002.
Les variations de l'environnement physique peuvent également contribuer à une
augmentation progressive de l'importance de la floraison printanière du phytoplancton. Depuis
2000, on a assisté à une intensification progressive de la productivité globale et du stock de
phytoplancton au printemps (figure 13). Cependant, une indication préliminaire montre qu'en
22
plus des facteurs qui régissent la structure verticale de la colonne d'eau, les variations
interannuelles de la lumière incidente ont également pu contribuer à l'augmentation de
l'intensité globale de la floraison printanière du phytoplancton. Des informations préliminaires
indiquent qu'en 2001 et 2002, le rayonnement incident se situait à l'extrémité supérieure des
degrés de luminosité observés durant les trois dernières décennies à l'aéroport de St. John's.
En 2001, les inventaires des sels nutritifs en profondeur (>50 m) établis à la station 27
ont montré une diminution de 30 à 50 % par rapport aux conditions des années précédentes,
mais ce changement n'a été observé le long d'aucune des sections standard. Cette situation à la
station 27 a persisté en 2002, mais quelques indications laissent croire que l'épuisement du
bassin de sels nutritifs en profondeur a pu atteindre les parties côtières et centrales du plateau
de la section de la baie de Bonavista. Dans cette section, une diminution notable des
concentrations des sels nutritifs en profondeur a été observée en 2002, mais l'ampleur de cette
diminution était considérablement inférieure à celle observée à la station 27 (diminution
ramenée à une moyenne saisonnière de 10 % par rapport à 30 % au cours de la période 20002001).
Les stocks totaux de phytoplancton présents dans le nord-est du plateau terre-neuvien
sont généralement moins importants pendant les missions d'été et d'automne qu’au cours des
années précédentes. Bien que la stratification ait été moins intense, ce qui laisse supposer que
la reconstitution des réserves de sels nutritifs a pu se produire plus facilement et que la
température intégrée était également plus basse. On pourrait donc présumer que les baisses de
températures peuvent jouer un rôle important en limitant la production sur le plateau. Par
ailleurs, une pression de broutage plus élevée due à une légère augmentation de la densité des
grands copépodes calanoïdes peut avoir maintenu les stocks à de bas niveaux.
L'abondance globale du zooplancton à la station 27 correspondait en général avec les
observations précédentes, excepté celles de l'automne et de l'hiver 2001-2002, où des
concentrations élevées d’Oithona et de Pseudocalanus étaient présentes (figure 14).
L'augmentation totale des populations de ces deux espèces hivernantes n'a pas eu comme
conséquence des augmentations substantielles des densités de population au printemps et à
l'été suivant, à cet emplacement ou le long des sections plus au sud. Le changement le plus
remarquable dans la structure de la communauté du zooplancton à la station fixe a été
l'augmentation de l'abondance des espèces de copépodes d'eaux froides. Bien que l'abondance
des autres groupes taxonomiques ait fluctué, les copépodites des espèces Metridia, C.
Glacialis, C. Hyperboreus et Microcalanus sont devenus plus fréquents dans la communauté,
quoi que l'augmentation d'ensemble de leur abondance ait été modeste. L'espèce rencontrée
dans les eaux chaudes, T. longicomis., dont l'abondance atteint des sommets à l'automne, a
montré une diminution de son abondance globale et, constatation plus importante encore, son
occurrence relative à la station 27 semble avoir diminué depuis 1999. Les changements dans
l'occurrence des espèces de copépodes d'eaux froides et d'eaux chaudes sont relativement
cohérents avec la variation des caractéristiques de la masse d'eau qui ont eu lieu depuis la fin
des années 1990.
23
Abondance(m-2)
Proportion
Station 27 – Composition relative en espèces
Figure 14. Série temporelle de l'abondance totale du zooplancton (graphique du haut) et de la
composition relative en espèces (graphique du bas) à partir des relevés verticaux au
filet effectués à la station 27 depuis la création du PMZA.
L'occurrence et l'abondance plus grandes de grandes espèces de copépodes telles que
Calanus et Metridia peuvent être responsables de l’augmentation de l'abondance relative de
grands nauplii calanoïdes dans les zones du milieu du plateau et à l'extérieur de celui-ci. Bien
que les petites espèces de copépodes, telles que les espèces Oithona et Pseudocalanus,
dominent toujours la communauté de copépodes dans la majeure partie du nord-est du plateau
de Terre-Neuve, l'augmentation de l'abondance des grandes espèces peut avoir entraîné une
augmentation générale de la biomasse de la communauté de zooplancton, en particulier au
cœur du courant du Labrador.
3.3.2 Plateau Néo-Écossais, golfe du Maine, sud du golfe du Saint-Laurent (G. Harrison et
al.)
Les conditions océanographiques optiques, chimiques et biologiques de 2002 dans les
régions des Maritimes et du Golfe (Banc Georges, est du golfe du Maine, Baie de Fundy,
plateau Néo-Écossais et sud du golfe du Saint-Laurent) sont examinées et comparées aux
conditions de l'année précédente et aux moyennes à plus long terme, là où elles s'appliquaient.
En plus des descriptions provenant des collectes de données de base du PMZA (stations fixes,
sections saisonnières, missions d'évaluation du poisson de fond, CPR, télédétection), on
examine également quelques données de l'extérieur des régions des Maritimes et du Golfe afin
d'obtenir une perspective zonale plus vaste.
24
Le PMZA fournit maintenant des données suffisantes pour que l’on puisse commencer
à documenter des profils spatiaux et temporels récurrents des propriétés optiques, chimiques
et biologiques dans les régions des Maritimes et du Golfe ainsi qu'à décrire les changements
(tendances) des propriétés océanographiques. Même si, en 2002, plusieurs caractéristiques
océanographiques des régions des Maritimes et du Golfe étaient semblables à celles observées
au cours des années précédentes, on peut remarquer un certain nombre de différences.
Conditions optiques et de mélange : En 2002, on a observé des différences notables dans les
cycles de la couche de mélange à toutes les stations fixes. À la station Shediac Valley, la
profondeur de la couche de mélange d'été était moindre en 2002 qu'en 2001, alors que la
profondeur de la couche de mélange d'hiver était moindre à Halifax 2. À Prince 5, les couches
de mélanges d'été étaient considérablement plus profondes que ce qui a avait été observé
durant les années précédentes. Ces changements découlent probablement d’événements
météorologiques locaux, mais ce lien n'a pas encore été exploré ni établi.
Sels nutritifs : Dans l’ensemble, les cycles saisonniers des sels nutritifs, la structure verticale
et les variations régionales de 2002 ont été semblables aux années précédentes. Toutefois,
quelques différences ont été notées : 1) les concentrations de nitrates en eau profonde
(>50 m), à toutes les stations fixes, étaient plus élevées en 2002 qu'en 2001, mais toujours
inférieures à la moyenne climatologique, au moins pour Halifax 2, station pour laquelle des
données à long terme existent; 2) les concentrations de nitrates au fond de l'eau observées
pendant les missions annuelles d'évaluation du poisson de fond étaient généralement
semblables ou légèrement plus fortes que celles observées en 2001, mais plus faibles que la
moyenne climatologique dans les bassins profonds. Les conditions d'oxygène (% de
saturation) étaient inférieures sur le plateau Néo-Écossais et dans le sud du Golfe et, en 2002,
les bas niveaux étaient plus répandus qu'en 2001. Cette situation a pu résulter de changements
de la masse d'eau ou d'une consommation accrue par les micro-organismes. Cette dernière
possibilité peut être explorée par l'analyse des propriétés hydrographiques, mais les données
sur la communauté microbienne ne relèvent pas du PMZA.
Phytoplancton : Même si la variabilité du phytoplancton (à la fois temporelle et spatiale) est,
de façon caractéristique, élevée en eaux côtières, l'apparition d'une grande floraison
printanière et estivale (et, de façon moins remarquable, automnale) de phytoplancton est
évidente selon les observations faites aux stations fixes des Maritimes et du Golfe, aux
sections saisonnières, au cours des missions d'évaluation du poisson de fond et au moyen de
l'EPC et des données de la télédétection. Des profils spatiaux récurrents tels que les
concentrations élevées de chlorophylle a au large du sud-ouest de la Nouvelle-Écosse, de l'est
du golfe du Maine/Baie de Fundy et du sud-ouest du golfe du Saint-Laurent sont également
observés chaque année (figure 15). Toutefois, en 2002, certaines caractéristiques du cycle de
croissance du phytoplancton dans les régions des Maritimes et du Golfe se sont distinguées.
Les plus évidentes ont été des concentrations élevées persistantes et répandues de la
chlorophylle a dans le sud du Golfe, qui ont été observées sur le terrain et par satellite; en
outre, les concentrations de chlorophylle en surface observées pendant la mission d'évaluation
du poisson de fond de l'automne étaient les plus élevées jamais enregistrées. Les données
recueillies sur le terrain et par satellite ont également prouvé que la floraison printanière sur le
25
plateau Néo-Écossais (Halifax 2, Halifax Line) a été plus hâtive et que sa durée a été plus
courte qu'en 2001; de plus, la floraison printanière et estivale tardive du phytoplancton à
Prince 5 s'est produite plus tard en 2002 qu'en 2001. La concentration de chlorophylle élevée
et persistante dans le sud du Golfe a pu être reliée aux couches de mélange peu profondes et
aux niveaux plus élevés de sels nutritifs en 2002. De façon similaire, l'augmentation des
couches de mélange d'été à Prince 5 en 2002 pourrait avoir été défavorable à la croissance du
phytoplancton et pourrait avoir contribué au retard du début de la floraison printanière et
estivale à cet endroit.
Profondeur (m)
Profondeur (m)
Chlorophylle (mg m -3) – Structure verticale (1999 -2002)
Station fixe - Shediac
Station
station
Transect ‘Halifax’ – Station 2
Profondeur (m)
Station fixe – Prince 5
Figure 15. Série temporelle de la structure verticale de la chlorophylle aux stations fixes des
Maritimes et du Golfe (PMZA) de 1999 à 2002.
La floraison printanière plus hâtive constatée en 2002 à Halifax 2 peut être reliée au
mélange vertical réduit de l'hiver précédent, qui a créé des conditions favorables à la
croissance du phytoplancton plus tôt au début de l'année. Les données des séries temporelles
obtenues par satellite établissent également des tendances quant à l'abondance du
26
phytoplancton dans les régions des Maritimes et du Golfe. Par exemple, l'importance de la
floraison printanière a diminué dans l'est du plateau Néo-Écossais et dans le détroit de Cabot
depuis 1998, mais les niveaux les plus bas à ce jour ont été enregistrés en 2002. Une image
synoptique des conditions du phytoplancton dans le nord-ouest Atlantique en 2002 fondée sur
la couleur de l'océan selon les satellites a indiqué que, dans certaines régions, les niveaux
d'ensemble ont diminué et que, dans d'autres régions, ils se sont accrus; cependant, aucun de
ces changements n'est considéré comme important. À plus long terme, toutefois, les données
de l'EPC prouvent clairement que l'abondance actuelle du phytoplancton, dans l'ensemble de
la région, est beaucoup plus grande qu'elle ne l'était il y a des décennies et que l'explosion de
la croissance printanière se produit maintenant plus au début de l'année que dans les années
1960 et 1970.
Zooplancton : Comme le phytoplancton, le zooplancton dans les régions des Maritimes et du
Golfe est caractérisé par une variabilité spatiale et temporelle élevée. La biomasse et
l'abondance numérique du zooplancton sont généralement plus grandes au printemps et elles
sont également plus grandes à l'ouest du plateau Néo-Écossais, à l'est du golfe du Maine et au
sud du Golfe du Saint-Laurent qu'à l'est du plateau Néo-Écossais. Les plus bas niveaux de
zooplancton (et de l'important copépode C. finmarchicus) ont été observés à Prince 5, alors
que les plus hauts niveaux ont été vus à Halifax 2. En général, la composition de la
communauté aux stations fixes des Maritimes et du Golfe est demeurée relativement
inchangée depuis que les observations du PMZA ont commencé en 1999. Cependant, en 2002,
quelques caractéristiques de la communauté de zooplancton étaient remarquables. Au cours
des dernières années, on a constaté une tendance à la décroissance de la biomasse et de
l'abondance du zooplancton. De fait, en 2002, à toutes les stations fixes, la biomasse de
zooplancton était faible et l'abondance de copépodes ainsi que de C. finmarchicus à Halifax 2
ont atteint leurs niveaux les plus bas jamais enregistrés. À la station Shediac Valley,
cependant, C. finmarchicus a augmenté en 2002 par rapport à l'année précédente. Il est tentant
de relier cette dernière observation aux niveaux de chlorophylle élevés et persistants dans le
sud du Golfe en 2002. Les quantités de méduses et d'appendiculaires ont été également
élevées à Shediac Valley et à Halifax 2 en 2002, comparativement aux années précédentes. La
biomasse du zooplancton observée pendant les missions d'évaluation du poisson de fond de
2002 était semblable à celle observée en 2001, tandis que la biomasse et l'abondance de C.
finmarchicus observées durant le relevé d'automne de la section du plateau Néo-Écossais
étaient plus grandes en 2002 qu'en 2001 sur le plateau oriental. À long terme, les données de
l'EPC indiquent que l'abondance actuelle du zooplancton, dans l'ensemble de la région, est
considérablement moindre que dans les années 1960 et 1970 et qu'elle continue à diminuer
bien en-deçà de la moyenne climatologique.
Des observations provenant du programme de monitorage du plancton dans le bassin
de Bedford sont brièvement présentées. Le régime des sels nutritifs semble subir un
changement séculaire, avec des concentrations plus élevées de phosphates et des
concentrations plus faibles de silicates. Les rapports nitrates/silicates et phosphates/silicates
sont actuellement à des valeurs annuelles moyennes parmi les plus élevées de l'histoire.
Présentement, on assiste à une augmentation de la taille des groupes de nanoplancton et de
picoplancton de même que des groupes de cyanobactéries, de prymnesiophytes et de
cryptophytes. Les tendances séculaires de la composition du phytoplancton peuvent être une
27
indication des tendances au niveau des sels nutritifs. L'abondance de bactérioplancton est
restée essentiellement inchangée, à un niveau qui était à prévoir, étant donné les températures
prévalentes. La série temporelle pour le mésozooplancton est trop courte pour que l'on puisse
évaluer les changements à long terme, mais la diminution de l'abondance estivale était
évidente pour beaucoup d'espèces de copépodes en 2000.
3.3.3 Golfe du Saint-Laurent (M. Starr et al. et M. Harvey et al.)
On passe en revue l'information au sujet des variations saisonnières et interannuelles
des concentrations de chlorophylle a, des nitrates et des silicates ainsi que de l'abondance des
principales espèces de phytoplancton mesurée à partir de trois stations fixes (Rimouski, Gyre
d'Anticosti et Courant de Gaspé) et de six sections traversant l'estuaire et le golfe du SaintLaurent. Les conditions de 2002 ont également été comparées aux observations pour la
période 1992-2001.
En 2002, le déclenchement de la floraison principale de phytoplancton à la station
Rimouski, dans l'estuaire maritime du Saint-Laurent, s'est produit en juin, ce qui est près de la
date moyenne historique (figure 16). Cette situation diffère des observations faites de 1998 à
2001, alors que la floraison printanière a débuté de 6 à 8 semaines plus tôt que la normale (du
début de mai à la mi-mai). La biomasse moyenne de phytoplancton au printemps et à l'été
2002, à la station Rimouski, était également légèrement plus grande comparativement aux
périodes de 1992-1994, 1998 et 2000-2001, mais beaucoup plus petite comparativement à
1995, à 1997 et, plus particulièrement, à 1999 (figure 17).
1 0 /7
3 0 /6
M oyenne
1992 - 1997
2 2 j u in
( E .t .: 1 1 j o u r s )
D a te
2 0 /6
1 0 /6
3 1 /5
2 1 /5
P as de
flo r a iso n
02
20
01
20
99
19
98
19
97
19
96
19
95
19
94
19
93
19
92
00
flo r a iso n
d is tin c te
m a je u r e
19
1 /5
Pas de
20
1 1 /5
Figure 16. Date du début de la floraison primaire, définie par la première incidence de
concentrations de chlorophylle plus élevées que 100 mg de chlorophylle a par m2,
à la station Rimouski, 1992-2002.
28
4 00
3 50
m g C hla m-2
3 00
2 50
2 00
M o y en n e
1992 - 2001
1 5 1 .5
(E .t.: 8 8 .2 )
1 50
1 00
50
0
19
92
19
93
19
94
19
95
19
96
19
97
19
98
19
99
20
00
20
01
20
02
Figure 17. Moyenne intégrée (de la surface à une profondeur de 50 m) des niveaux de
chlorophylle a à la station Rimouski, de mai à août, 1992-2002.
Dans la gyre d'Anticosti et le courant de Gaspé, l'épuisement des sels nutritifs dans la
couche de surface (0-50 m) au printemps s'est produit plus tard en 2002 par rapport à la
période 1996-2001, ce qui expliquerait pourquoi la croissance du phytoplancton a elle aussi
débuté plus tard en 2002 qu'au cours des dernières années dans la partie nord-ouest du Golfe.
Cette situation s'appliquait particulièrement au courant de Gaspé. La diminution des sels
nutritifs de la couche de surface au printemps et à l'été a également été légèrement plus
prononcée en 2002 comparé à la période 2000-2001, mais beaucoup moins comparé à l'année
1999. Ainsi, selon l'évolution des sels nutritifs, la production de phytoplancton dans le nordouest du Golfe pourrait avoir été plus élevée en 2002 qu'au cours des deux années
précédentes, mais de beaucoup inférieure à 1999 (figure 18), ce qui correspond aux données
de la station Rimouski dans l'estuaire maritime du Saint-Laurent.
C h lo r o p h m
y l lge m
-2 )
1000
C o u ra n t d e G a s p é
G y r e A n tic o s t i
800
600
400
200
0
J a n -9 6
J a n -9 7
J a n -9 8
J a n -9 9
J a n -0 0
J a n -0 1
J a n -0 2
J a n -0 3
D a te
Figure 18. Concentrations de chlorophylle a dans le courant de Gaspé et la gyre d'Anticosti,
1996-2002. Les valeurs sont intégrées au-dessus des 50 m supérieurs de la colonne
d'eau.
29
Pour une deuxième année de suite, l'analyse de la composition de la communauté a
indiqué en 2002 la présence massive de la diatomée Neodenticula seminae dans la plupart des
secteurs du golfe du Saint-Laurent, avec des concentrations allant jusqu'à 1 x 10 6 cellules par
litre. Ce phénomène est peu commun, puisque cette espèce se trouve habituellement dans les
eaux du Pacifique nord. Dans l'Atlantique, cette espèce a été enregistrée seulement dans les
sédiments quaternaires de latitude moyenne à élevée, qui datent d'entre 0,84 et 1,2 millions
d'années. On croit que cette espèce du Pacifique a été introduite naturellement dans le Golfe
(via l'Arctique, le courant du Labrador et le détroit de Belle Isle) plutôt que par l'intermédiaire
des eaux de ballast. Le retour de N. seminae sur la côte atlantique confirme les observations
récentes qui indiquent un plus grand afflux des eaux de l'océan Pacifique dans l'océan
Atlantique et le rafraîchissement des eaux de l'Atlantique nord.
Certains résultats sur la variabilité temporelle de la biomasse du zooplancton,
l'abondance et la composition des espèces à deux stations fixes (Gyre d'Anticosti et Courant
de Gaspé) et à six transects du PMZA en 2002 sont également présentés, de même qu’un
survol sur de la variabilité interannuelle de la composition, de l'abondance et de la biomasse
des espèces de macrozooplancton dans l'estuaire maritime du Saint-Laurent et le nord-ouest
du golfe du Saint-Laurent (GSL), telles qu'elles ont été mesurées en septembre de chaque
année entre 1994 et 2002. Les conditions de 2002 sont comparées à l'information de 1999,
2000 et 2001 pour ce qui est des résultats du PMZA et de 1994 à 2002 pour ce qui est du
macrozooplancton.
Aux stations fixes du PMZA, la biomasse intégrée annuelle moyenne du zooplancton
dans la gyre d'Anticosti était semblable à ce qui avait été observé au cours des années
précédentes, tandis que dans le courant de Gaspé, la biomasse intégrée moyenne était 1,5 fois
plus élevée qu'en 2001 et 2000 (figure 19).
gyre Anticosti
courant de Gaspé
150
-2
(g ww m )
Biomasse totale
200
100
50
0
1999
2000
2001
2002
2003
2004
2005
Année
Figure 19. Biomasse du zooplancton intégrée moyenne aux stations Gyre
d'Anticosti et Courant de Gaspé, de 1999 à 2002.
30
Les oeufs de copépodes, les juvéniles et les adultes étaient clairement dominants,
comptant pour plus de 80 % (en quantité) de la communauté de zooplancton, à toutes les dates
d’échantillonnage, dans la gyre d'Anticosti et le courant de Gaspé. L'abondance intégrée sur la
verticale de la composition par stade de C. finmarchicus a montré qu'en 2002, deux périodes
de reproduction de cette espèce se sont produites aux deux stations. La première et la seconde
période de reproduction se sont produites respectivement pendant l'été (juin-juillet) et à
l'automne (septembre-octobre); de surcroît, elles se sont produites en même temps aux deux
stations. La même situation avait été observée en 2001 et 2000.
Les biomasses de zooplancton observées en 2002 le long de tous les transects (PMZA)
pendant les deux saisons correspondaient aux observations faites en 2001 et 2000. Cependant,
contrairement à la situation observée en 2001, où l'abondance globale du zooplancton était
généralement inférieure à celle de 2000 pour toutes les régions pendant les deux saisons
(excepté durant la mission d'automne pour le transect du sud du Golfe et des Îles-de-laMadeleine), en 2002, l'abondance globale du zooplancton a atteint les niveaux observés en
2000 dans toutes les régions et à toutes les saisons. La seule exception a été dans la mission
d'automne au sud du Golfe (transect des Îles-de-la-Madeleine), où l'abondance du zooplancton
a continué à diminuer par rapport à 2000 et à 2001.
La composition des espèces de mésozooplancton et de macrozooplancton, leur
abondance et leur biomasse pour la période de 1994 à 2002 dans l'estuaire maritime du SaintLaurent et le nord-ouest du golfe du Saint-Laurent sont également passées en revue. En 2002,
on a observé une légère augmentation de la biomasse du mésozooplancton par rapport à 2001
et aucun changement important de la biomasse du macrozooplancton (figure 20). L'année
2002 se caractérise par une augmentation importante de l'abondance moyenne de la
chétognathe Sagitta elegans, du zooplancton gélatineux Aglantha digitale, des espèces
Obelia et Boreo et de l'amphipode pélagique Themisto abyssorum ainsi que par une
diminution notable de l'abondance moyenne du mysidacé Boreomysis arctica (figure 20).
En 2002, l'abondance moyenne de T. libellula a été semblable à ce qui avait été
observé en 2001; le rapport entre l'indice annuel de la température au coeur de la CIF et
l'abondance annuelle moyenne de T. libellula observés en 2001 était encore important, ce qui
suggère que la présence et l'abondance de cette espèce prédatrice dans l'estuaire maritime et le
golfe du Saint-Laurent sont associées à l'intrusion de l'eau froide du courant du Labrador dans
le Golfe via le détroit de Belle-Île.
31
Macrozooplankton
175
Mesozooplankton
40
150
30
125
20
100
10
75
50
1994
1995
1996
Euphausiacés
1997
1998
1999
Mysidacés
2000
2001
2002
0
Macrozooplankton (t · km-2)
Mesozooplankton (t · km-2)
50
200
amphipodes Hyperidae
100
Proportion (%)
90
80
70
60
50
40
30
20
10
0
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
2002
Année
Figure 20. Biomasse moyenne (±ET) du mésozooplancton et du macrozooplancton dans
l'estuaire maritime du Saint-Laurent et le nord-ouest du golfe du Saint-Laurent de
1994 à 2001 (graphique du haut) et abondance relative des trois groupes de
macrozooplancton les plus importants pour ce qui est de la biomasse (graphique du
bas).
3.3.4 Questions et discussion
La discussion sur les conditions océanographiques chimiques et biologiques débute
par une discussion des conditions qui ont prévalu sur les plateaux continentaux de TerreNeuve et du Labrador. En réponse aux commentaires de Glen Harrison sur la façon dont la
production primaire avait été calculée, Pierre Pepin mentionne qu'ils emploient effectivement
le même algorithme que Platt et Sathyendranath2, mais avec une certaine flexibilité au sujet
de la distribution verticale de la chlorophylle, car ils se servent à la fois des valeurs observées
et des niveaux de lumière observés. Cette façon de faire a comme conséquence une différence
d'environ 20 à 30 % avec ce qui a été calculé par Platt et Sathyendranath; de plus, leurs
2
http://www.ioccg.org/software/Ocean_Production/
32
évaluations n'étaient pas inattendues et, dans l'ensemble, la concordance entre les évaluations
semble être raisonnable, bien que parfois les valeurs soient essentiellement différentes.
En ce qui concerne la floraison de coccolithophores du 29 juillet 2002, Glen Harrison
signale que ceux-ci ont également été vus en mer d'Irminger et se demande s'il peut y avoir un
certain lien. Pierre Pepin répond que c'est possible, car ces événements ont été associés à la
stratification. On commente de façon générale la répartition spatiale de la floraison et le fait
qu'elle a semblé éviter un secteur du banc de Saint-Pierre. Erica Head ajoute qu'il peut y avoir
eu des changements dans l'abondance relative des grandes et des petites cellules, ce qui a pu
avoir une incidence sur les images satellites. Glen Harrison précise que la production primaire
augmentait et s’informe des concentrations de chlorophylle. Pierre Pepin précise que le signal
de chlorophylle augmentait au printemps, période où il est le plus intense.
La discussion se poursuit par une explication de l'augmentation des quantités de
diatomées et du rôle relatif de la stratification de densité ainsi que de la vitesse et de la
direction du vent. On indique qu'un indice d'advection pourrait être utile pour explorer la
question plus à fond. Celui-ci pourrait être dérivé des propriétés TS pour tracer une masse
d'eau, par exemple. Denis Gilbert suggère un échantillonnage ascendant avec un profileur
Doppler et Joel Chasse parle de recourir à des modèles pour obtenir de l'information sur
l'advection et les remontées d’eau (« upwelling »). À la fin, on reconnaît que les
concentrations anormales de chlorophylle observées en 2001 ne peuvent pas être expliquées;
toutefois, une étude plus détaillée de l'hydrographie pourrait être utile. On exprime le désir de
mieux intégrer la biologie et la physique.
Une discussion s’amorce au sujet de la comparaison des données de l'enregistrement
du plancton en continu (EPC) avec les mesures de la couleur de l'océan (données satellites) et
de la chlorophylle. On reconnaît que le PMZA devrait jouer un rôle de chef de file dans ce
processus. Le fait qu'il n'y ait pas de corrélation franche entre les données des filets et celles
de l'EPC est soulevé et, par conséquent, s'il se produit un changement dans la structure de la
communauté, l'EPC devra être vérifié; l'EPC s'avérerait utile si, par exemple, on observait de
grands changements pour le C. finmarchicus. Si les données de l'EPC étaient convenablement
ramenées à une moyenne, nous devrions obtenir des résultats semblables avec d'autres
méthodes. Il faudrait consentir un effort en ce sens avant septembre prochain, bien que cela
puisse être impossible. Les pour et les contre des données de l'EPC sont étudiés, y compris le
coût de 135K $/an et la valeur des données. On convient que l'EPC donne une certaine
indication de la variabilité spatiale et de la distribution des espèces, mais que son utilisation
comme pour des données d'entrée aux modèles et son utilité à fournir un indice à court terme
sont discutables. Néanmoins, quelqu'un fait remarquer que la littérature contient une quantité
considérable de matériel pertinent provenant des données de l'EPC, par exemple, les
publications du CIEM. D'autres questions sont posées concernant la similitude entre les
résultats de l'EPC sur les plateaux de Terre-Neuve et de la Nouvelle-Écosse : indique-t-elle
des changements de régime similaires? Établit-elle la même autocorrélation spatiale? On
propose que le PMZA étudie le côté analytique en tenant compte, entre autres, des effets
possibles des changements de vitesse des bateaux, et qu'il tienne le Comité au courant des
résultats.
33
L'ensemble des participants manifestent le désir de disposer d'une analyse plus
complète que la simple compilation des moyennes annuelles. Néanmoins, des progrès ont été
accomplis grâce à la présentation de la variabilité interannuelle en termes d'unités d'écart type.
On propose d'accorder davantage d'attention à la synchronisation des événements de floraison
et des effets saisonniers, particulièrement au regard des concentrations de nitrates en hiver, car
elles peuvent affecter la floraison printanière. Pour étudier ces questions, nous disposerons
bientôt des données du PMZA pour cinq ans.
3.4 Tendances relatives au recrutement
3.4.1 Plateau de Terre-Neuve et Labrador (E. Dalley)
Des indices de recrutement pour certains stocks de la région de Terre-Neuve ont été
compilés. On a employé des données sur le recrutement disponibles dans des documents
d'évaluation récents, qui ont passé ou sont en cours de passer par le processus d'examen par
les pairs. Pour chaque classe d’âge de chaque stock/espèce, les valeurs de recrutement et les
anomalies moyennes normalisées ont été calculées chaque année. Les anomalies pour la
classe d’âge la plus récente ont été exprimées : 1) relativement à la valeur de la classe d’âge
précédente; 2) relativement aux classes d’âge des cinq années précédentes; 3) relativement
aux données de base. La plupart des populations de poissons de la région de Terre-Neuve
incluses dans cette analyse ont très peu changé pour ce qui est des classes d’âge les plus
récentes. Le plus grand changement s'est produit pour la plie américaine dans la subdivision
3LNO de l'OPANO, pour laquelle la classe d’âge de 1998 a augmenté relativement aux
données de base, aux cinq années précédentes et à l'année précédente. D'autre part, la plie
américaine dans la subdivision 3PS était légèrement plus abondante comparativement aux
données de base, semblable aux classes d’âge des cinq années précédentes et moindre que
l'année précédente. La plus récente classe d’âge de la limande à queue jaune (3LNO) était
plus forte que ce qu’indiquent les données de base, mais semblable aux années récentes, selon
les résultats du relevé d'automne. Les relevés du printemps ont indiqué que le recrutement
était inférieur à l'année précédente et aux cinq années précédentes. La plus récente classe
d’âge de flétan noir (turbot) a augmenté modestement relativement aux années récentes et au
long terme. Les populations de morue ont généralement indiqué un recrutement négatif
relativement aux données de base, mais moins de changement relativement à l'année
précédente ou aux cinq années précédentes. Le capelan a diminué à un taux relativement élevé
pour la classe d’âge de 1999. Les relevés pour le hareng ont tous indiqué des déclins pour les
classes d’âge de 1997 et 1998. Tout comme les populations de morue, les populations de
saumon ont généralement diminué à un moindre taux ces dernières années comparativement
aux données de base générales. Au cours de l'année la plus récente, le recrutement des
populations de crabe a généralement diminué légèrement relativement à l'année précédente,
mais encore plus en comparaison avec le plus long terme. Le recrutement de la crevette 3L a
augmenté relativement aux données de base et aux cinq années précédentes, mais a peu
changé comparé à l'année précédente. L'évaluation la plus récente du recrutement de la
crevette 2J3K indique une légère augmentation par rapport aux données de base et aux cinq
années précédentes, mais dans une moindre mesure que l'année précédente.
3.4.2 Plateau Néo-Écossais (K. Frank)
34
Une approche différente a été employée pour la production du rapport sur les
tendances en matière de recrutement sur le plateau Néo-Écossais. On souligne tout d’abord
que l'information sur le recrutement peut être obtenue de l'analyse séquentielle de population
(ASP) ou des missions des navires de recherche; toutefois le rapport R/BSR tiendra compte de
l'effet de la biomasse du stock reproducteur. D'autre part, le résiduel des rapports stockrecrutement (de Riker) pourrait indiquer des effets environnementaux. Une analyse des
données disponibles a indiqué que beaucoup de stocks ont montré un effet d'Allee important,
c.-à-d., une interception axe-x positive (recrutement nul avec BSR > que zéro). Bien que le
phénomène ne soit pas facile à interpréter, il devrait être intéressant en tant qu'indicateur
probable de la raison du non rétablissement de certains stocks.
3.4.3 Sud du golfe du Saint-Laurent (H. Benoît et D. Swain)
Des indices de recrutement ont été compilés pour certaines espèces choisies de
poissons de mer dans le sud du golfe du Saint-Laurent (division 4T de l'OPANO), soit la
morue, la plie américaine, le hareng se reproduisant au printemps, la raie épineuse, la raie
tachetée et la raie à queue de velours. Les indices de recrutement pour le hareng se
reproduisant à l'automne n'étaient pas disponibles, car une ASP n'a pas pu être effectuée en
2002. Les indices de recrutement pour le crabe des neiges n'étaient pas disponibles non plus
au moment de la rédaction du présent article. Pour chaque espèce, une série temporelle de la
biomasse du stock reproducteur (BSR) établie à partir de l'ASP ou un indice de la BSR
provenant du relevé annuel au chalut de fond est présenté, ainsi qu'une série sur le
recrutement (quantités absolues ou indice relatif) et le taux de recrutement
(recrutement/BSR).
Le recrutement de la morue était légèrement plus élevé en 2000 par rapport au
minimum record de 1999, mais, dans l'ensemble, en baisse par rapport à un sommet récent
observé au milieu des années 1990. Le recrutement de la plie américaine était stable entre
1996-97 (évaluations les plus récentes puisque le recrutement est évalué à l'âge de cinq ans).
D'autre part, les raies, particulièrement la raie épineuse, ont montré un recrutement fort à
partir de la fin des années 1980 jusqu'au milieu des années 1990, et ce, malgré une BSR
faible.
3.4.4 Nord du golfe du Saint-Laurent
Aucune information n’est disponible pour la réunion.
3.4.5 Fiche des résultats sur le recrutement
Un sommaire des tendances récentes de recrutement pour certains stocks est présenté
pour les régions de Terre-Neuve et du Golfe; cependant, aucun tableau des résultats normalisé
n'est disponible à l'heure actuelle. Comme une base de données générale est actuellement en
préparation, on propose d'attendre que ce produit soit disponible avant de préparer un rapport
normalisé sur le recrutement dans chaque région.
35
3.4.6 Questions et discussion
Bien qu'on ne dispose pas encore d’une fiche des résultats normalisée, des tableaux
synoptiques sont présentés et font l'objet de diverses suggestions. On suggère entre autres que
la moyenne et l'écart type du recrutement et du taux de recrutement (R/BSR), qui forment la
base de l'information présentée pour chaque stock, soient fondés sur des moyennes
arithmétiques. Étant donné que les données sur le recrutement sont généralement biaisées, on
se demande si la fiche des résultats actuelle donne une représentation adéquate des anomalies
au chapitre du recrutement. Pierre Pepin affirme que les évaluations devraient probablement
être fondées sur la moyenne et l'écart type des données transformées, ce qui fournirait un
indicateur relatif (proportionnel) des changements qui se produisent. Si les données ne sont
pas transformées dans le calcul de l'indice, la fiche des résultats aura davantage tendance à
indiquer que les indices de recrutement se situent au-dessous de la moyenne à long terme.
Une question est également posée au sujet de la pertinence de tenir compte de
l'information sur la taille à l’age des stocks comme faisant partie de la tendance de
recrutement. Dans le moment, cependant, bien que les données soient recueillies pour certains
stocks, les évaluations du potentiel de reproduction (BSR) ne sont pas corrigées en fonction
de changements dans l'état physiologique des stocks.
Pour le sud du Golfe, on signale que l'information concernant le crabe et le homard est
importante pour la pêche, mais elle n'a pas été présentée. Les données sur le crabe des neiges
n'étaient pas disponibles pour la réunion et il n'existe actuellement aucune donnée sur le
recrutement de homard parce que la pêche est réglementée par des taux de capture. On
mentionne également que le recrutement pour les stocks de raie (sud du GSL) et de poisson
plat (T.-N. et L.) avait généralement une tendance positive. Toutefois, l'interprétation de ces
variations apparentes dans la prépondérance n'est pas toujours évidente. D'autres écosystèmes
ont montré des différences dans la composition des espèces lorsque les stocks de poisson de
fond dominants étaient à de bas niveaux, mais la dynamique des systèmes à l'étude est
complexe et en grande partie inconnue.
La présentation de Ken Frank sur les profils de recrutement des poissons et des
invertébrés dans le nord-ouest Atlantique suscite une longue discussion. Des questions sont
posées au sujet de la fiabilité sous-jacente de la relation S/R et de la possibilité que
l'utilisation d'information corrigée non fondée sur la BSR puisse fournir différentes
perspectives sur la cohérence relative des données. Lorsque l'ajustement au modèle Ricker
normalisé est faible, il n'y aurait pratiquement aucun effet sous-jacent des tendances sur
l'abondance générale des populations. L'application sous-jacente du concept de l'effet d'Allee
à la plupart des données sur les pêches reste difficile à traiter, et l'aspect brut des données peut
nous empêcher de détecter le seuil des populations. Ajuster une courbe sans disposer
d'information sur les tailles des stocks faibles peut faire en sorte que l’effet d'Allee sera fort,
simplement en raison de l'ajustement. On souligne par ailleurs que la base de données ne
contenait généralement pas l'information la plus récente, alors que de nombreux stocks se sont
effondrés. Comme complément d'information, on signale que, dans l'exercice d'ajustement
initial, 20 des 61 stocks ont montré un effet d'Allee, mais seulement dix sur ces vingt ont eu
des intervalles de confiance qui n'incluaient pas une véritable interception zéro (0 recrutement
36
à un stock zéro). De plus, des études des profils dépensatoires de recrutement pourraient
fournir un modèle pour remplacer l'effet d'Allee. Toutefois, la plupart des points de référence
en matière de pêches ne tiennent toujours pas compte de ces éléments. Il n'existe toujours pas
de définition de la taille minimale d'un stock reproducteur. Les stocks qui montrent une
cohérence dans les profils de recrutement devraient donner une indication des facteurs
environnementaux fondamentaux qui sont en jeu. L'utilisation de l'information
environnementale peut exiger que nous fassions une étude plus attentive de la cohérence des
changements dans les écosystèmes, plutôt que de tenter de trouver la plus simple corrélation
ou descripteur possible des fluctuations à long terme dans l'abondance des populations. Pour
cela, il faut connaître de façon raisonnable la structure de l'écosystème et non pas simplement
tenir compte du plus simple descripteur commun de l'état de l'environnement.
Finalement, on souligne que la base de données mondiale sur les données de
recrutement rassemblée il y a quelques années a besoin d'être mise à jour. Ken Frank propose
d'élaborer une base de données générale qui fournirait une vue d'ensemble des fluctuations de
recrutement dans la zone atlantique. Martin Castonguay ajoute que l'information provenant
d'une telle base de données serait utile et qu'elle pourrait fournir des renseignements à inclure
dans un rapport régional. Cependant, il indique également que, pour de nombreux stocks,
nous ne disposons pas d'information fondée sur l'âge et que, pour quelques groupes (par
exemple, les invertébrés), les indices font également défaut parce que la plupart des analyses
présentées sont fondées sur l'âge. On mentionne que toute série temporelle présentant de
l'information fiable sur la BSR ou le recrutement (indice) pourrait être incluse dans l'analyse.
Enfin, la création d'une base de données centrale pourrait présenter quelques inconvénients,
mais cette base présenterait l'avantage de maintenir la continuité générale, étant donné que les
changements de personnel et les engagements individuels peuvent limiter la présentation de
l'information chaque année.
En conséquence, le COP recommande que le groupe de travail sur la fiche des résultats de
recrutement (K. Frank, M. Castonguay, E. Dalley, D. Swain) travaille en collaboration afin de
constituer une source d'information commune et continue pour alimenter la base de données à
partir de laquelle le rapport annuel sera produit.
Les invertébrés devraient également être inclus dans la structure fondamentale de la
base de données. Lorsque l'information sur l'abondance du stock reproducteur n'est pas
disponible, la fiche des résultats doit être fondée sur les indices de recrutement seulement.
Des renseignements supplémentaires concernant la saison de fraie pour chaque stock nous
aideraient à rechercher les modèles généraux parmi les stocks et les régions. En outre, il faut
normaliser les arrangements de couleur pour la présentation dans les régions. Dans la fiche
des résultats physiques, le groupe décide de ne présenter l'information que pour les cinq
dernières années, alors que la fiche des résultats sur le recrutement actuelle montre la situation
courante (relativement à la moyenne à long terme) par rapport à la dernière année et aux cinq
dernières années. Le Comité décide que l'an prochain, le format de la fiche des résultats
devrait correspondre au format utilisé pour la revue physique.
37
4. Session générale sur l'environnement
Chaque année, le COP lance un appel afin d'obtenir des documents d'intérêt général
couvrant les champs de l'océanographie des pêches, des interactions entre espèces, du climat
ainsi que les problèmes reliés à l'écosystème ou aux pêches. Lors de la réunion de cette année,
cinq documents ont été présentés; les sujets dont ils traitent vont de l'instrumentation aux
changements dans les écosystèmes marins. Si l'on en juge par la discussion qui a suivi ces
présentations, la session a été considérablement appréciée. Les pages suivantes présentent un
sommaire de chaque présentation et de la discussion qui a suivi.
Nouveau réseau de bouées pour surveiller les conditions environnementales et valider les
données des satellites dans l'écosystème du Saint-Laurent (P. Larouche et al., MPO – région
de Québec, IML)
L'écosystème marin du Saint-Laurent, situé dans l'est du Canada, est un
environnement complexe qui possède en même temps des caractéristiques d'estuaire et
d'océan. L'écoulement d'eau douce, les événements météorologiques à grande échelle, les
vents et marées agissent à des moments et dans des espaces différents et sont associés à une
bathymétrie complexe, ce qui contribue à produire une variabilité spatiale et temporelle forte
des propriétés physiques et biologiques au sein de l'écosystème.
Pour surveiller un écosystème si complexe, le ministère des Pêches et des Océans a
élaboré un programme de monitorage du Saint-Laurent qui vise à nous faire mieux
comprendre les changements environnementaux et à les mesurer par la suite. Dans le cadre de
ce programme, des techniques de télédétection sont principalement employées pour fournir
de façon régulière une vue à grande échelle de l'écosystème. Les deux paramètres principaux
extraits des images obtenues sont la température de la surface de la mer et la biomasse du
phytoplancton. Un échantillonnage régulier est assuré par un réseau de stations de
surveillance dans le but de mesurer les paramètres physiques et biologiques de base
complètent l'information obtenue par télédétection. Toutefois, la fréquence de
l’échantillonnage à ces stations n'est pas adéquate pour valider les images obtenues par
télédétection. Il faut donc améliorer les efforts d’échantillonnage sur le terrain en installant un
réseau de bouées océanographiques qui assurera une collecte de données plus fréquente, ce
qui nous permettra de soutenir le programme de télédétection. Lors de la mise en place du
réseau de bouées, on a décidé d'installer une série de bouées à des endroits stratégiques. On a
également décidé que les données devraient être transmises en temps réel à l'Institut MauriceLamontagne afin qu'elles soient traitées et intégrées à une analyse des données obtenues par
télédétection et, par la suite, à des modèles océanographiques de l'écosystème du SaintLaurent.
La première tâche du programme a été de concevoir une bouée à prix réduit capable
d'accueillir une série de sondes pour mesurer les principaux paramètres océaniques physiques
et biologiques. Une bouée de navigation standard a été choisie comme plate-forme de soutien
de l'instrumentation océanique et atmosphérique nécessaire. Cette bouée a également été
équipée de sondes qui mesurent sa direction, son inclinaison et son roulis ainsi que la tension
38
de la batterie, l'énergie produite par les panneaux solaires et la consommation d'énergie du
système. Nous avons ensuite dû construire un contrôleur assez puissant et souple pour gérer
le grand nombre de sondes installées sur la bouée et la grande fréquence des échantillonnages
nécessaires au monitorage des changements environnementaux. Ce contrôleur est construit à
partir du processeur 16 bits d'Intel numéro 80C188EB. Il peut accepter des entrées provenant
de 16 sondes qui utilisent des sorties analogiques et de 10 sondes qui utilisent des sorties RS232; de plus, il peut commander quatre instruments au moyen de portes « marche/arrêt ». Il
possède en outre 16 canaux d'interruption analogues d'entrée-sortie. Il est également doté
d'une mémoire à semi-conducteurs permettant le stockage des résultats de la saison entière,
en cas d'échec du module de transmission des données. En raison de cette capacité, il sera
éventuellement facile d'ajouter à la bouée d'autres sondes telles qu'un profileur Doppler, une
sonde pour les sels nutritifs ou un Seahorse.
Les paramètres optiques, océaniques et atmosphériques sont vérifiés à intervalle de 15
minutes. Le brome est employé comme protection contre l'encrassement biologique des
sondes de température, des sondes de salinité, du fluorimètre et des sondes CDOM. Un bioobturateur en cuivre est également employé pour protéger les sondes optiques. Les sondes
prennent des échantillons à 6 hertz, pendant une période d'une minute, et le contrôleur calcule
la moyenne et l'écart type de chaque paramètre avant de transmettre ces résultats à l'Institut
Maurice-Lamontagne. La transmission des données se fait à l'aide d'un modem UHF
permettant un grand flux des données et des coûts de fonctionnement peu élevés ou par lien
satellite pour les stations en mer. À l'Institut, les données brutes sont traitées au moyen d'un
logiciel créé sur mesure, affichées sur un ordinateur dédié et transférées au site Web de
l'Observatoire du Saint-Laurent.
Le premier déploiement opérationnel a eu lieu dans l'estuaire du Saint-Laurent en
2002. Le lieu de l'amarrage est situé à 30 kilomètres de l'Institut. La comparaison entre les
données provenant de la bouée et les mesures hebdomadaires effectuées par petit bateau
indique que les deux méthodes conviennent pour le suivi des tendances saisonnières des
variations de la température et de la salinité. Cependant, les valeurs obtenues par fluorimètre
peuvent être passablement différentes. Quelques événements passagers illustrant la variabilité
temporelle plus élevée de l'estuaire du Saint-Laurent ont également été complètement
manqués par la méthode de monitorage traditionnelle. La fréquence d’échantillonnage accrue
de la bouée est donc nécessaire pour la validation des données obtenues par satellite. Les
résultats de ce premier déploiement opérationnel illustrent très bien la complémentarité des
deux méthodes d’échantillonnage. La bouée convient parfaitement pour l’échantillonnage
temporel à la surface, tandis que les mesures prises par bateau permettent d'obtenir un
ensemble de mesures plus complet le long des profils verticaux.
Discussion : Les participants manifestent un enthousiasme considérable pour la présentation
et pour l'utilisation potentielle du système dans de futures applications du PMZA. Les
données des bouées et du Seahorse pourraient servir à prouver les avantages de l'ajout de
systèmes amarrés pour compléter l'information périodique, dans le contexte du programme du
PMZA. L'ajout de sondes (p. ex., profileur Doppler) pourrait servir à surveiller l'abondance de
particules dans tout le déploiement. Pierre Pépin souligne qu'un grand nombre d'instruments
39
peuvent être installés; il tiendra le Comité au courant des progrès accomplis dans l'élaboration
d'autres d'applications.
Conditions océaniques estivales fondées sur un modèle dans le sud du golfe du Saint-Laurent
en 2002. (J. Chassé, MPO – région du Golfe, CPG)
J. Chassé présente les résultats d'un système de modélisation biophysique
tridimensionnel utilisé pour prévoir les conditions océaniques estivales ainsi que la dérive, la
croissance et la survie du homard, du crabe des neiges et de la morue aux premières étapes de
leur vie dans le sud du golfe du Saint-Laurent. Des modèles individuels des premières étapes
de la vie sont incorporés à un modèle hydrodynamique tridimensionnel complet de l'océan. La
principale entrée biologique dans le modèle est la paramétrisation de la distribution et de
l'abondance aux premières étapes du cycle de la vie ainsi que des taux de croissance et de
mortalité. Le modèle est fondé sur le forçage atmosphérique NCEP, les marées et les débits
des rivières. Toutes les données nécessaires pour forcer le modèle de 1950 à 2003 ont été
recueillies. Pour l'été 2002, le modèle prévoyait un courant de Gaspé plus faible (0 – 20 m) en
juin et juillet, avec une tendance à développer des gyres à échelle réduite par rapport à la
moyenne. Un courant côtier plus faible a également été prévu le long de la côte occidentale du
Cap-Breton. En août, le courant de Gaspé et les courants côtiers du Cap-Breton ont été plus
forts que la normale. Davantage de chaleur entrait dans l'océan par le courant de Gaspé en
juin, comparativement à la moyenne. Sur les Bancs Madeleine, en juillet, le flux de chaleur
était plus près des conditions moyennes et, en août, il était légèrement plus élevé que
d'habitude. En août, dans le détroit de Northumberland, il y a eu une circulation importante de
la chaleur dans l'eau. Pendant l'été 2002, sur les Bancs Madeleine, moins de chaleur est entrée
dans l'eau qu'à l'été 2001. Le courant de Gaspé était plus frais que la normale en juin, mais il a
réchauffé en juillet pour atteindre des valeurs légèrement au-dessus de la normale en août.
Ailleurs, les températures étaient près des moyennes. Pendant les trois mois d'été, la
température moyenne de la couche de surface au-dessus des Bancs Madeleine était inférieure
à la normale. Il y a eu une diminution de la température moyenne en 2002 comparativement à
2001. En 2002, la majeure partie de la fixation des larves de morue s'est produite dans la
région au nord de l'Île-du-Prince-Édouard. Pour la plupart des secteurs de l'OPANO, la survie
des larves de morue a diminué comparativement à 2001. La survie totale a atteint sa valeur la
plus basse depuis 1998. Pour les larves de homard, la série temporelle de la survie totale
montre une augmentation par rapport à 2001. Le modèle prévoyait un déplacement vers l'est
dans le profil de fixation des larves de crabe des neiges en 2002, comparativement à 2001. La
survie totale des larves de crabe de neige en 2002 a été la plus basse de la série temporelle
(1991-2002). Il s’agit de la première tentative de fournir des renseignements à l’aide d’un
modèle concernant l'environnement et la survie de la morue, du homard et du crabe des neiges
aux premières étapes de leur vie dans le sud du golfe du Saint-Laurent. Bien que ce système
de modélisation ne soit pas parfait, il pourrait fournir des informations utiles sur les processus
qui surviennent dans le Golfe. Cette information pourrait être présentée annuellement à la
réunion du COP.
Discussion : G. Harrison mentionne que les indices produits à partir du modèle seraient utiles
au COP. On souligne que le COP doit bien saisir le degré d'exactitude et d'erreur sous-jacent
40
des divers éléments du modèle s'il veut interpréter correctement tout indice issu du modèle,
car beaucoup d'éléments de la variabilité environnementale pouvant affecter la circulation ne
sont pas inclus dans la formulation du modèle. Les prévisions de l'indice de survie tirées du
modèle ont démontré une certaine correspondance avec les indices de recrutement observés,
mais ce n'est pas le cas pour toutes les espèces. La question n'est pas nécessairement simple à
traiter en raison de la nature des données. Nous devons effectuer une comparaison claire de
divers modèles de circulation afin de déterminer l'exactitude et l'erreur sous-jacentes du
modèle dans la prévision de la circulation et de la dérive subséquente. Nous devons
déterminer le type d'information que nous voulons obtenir de ces modèles, le type d'indices, et
nous devons comprendre les hypothèses sous-jacentes de ces modèles ainsi que la façon dont
elles influeront sur les indices prévus. Comme cette information a été présentée à la réunion, il
sera possible de rendre l'utilisation des modèles biophysiques opérationnelle. Nous
disposerons ainsi d’une rétroaction sur la compréhension fondamentale des prévisions du
modèle. Il s'agit d'une première étape vers l'intégration des activités de modélisation aux
discussions du Comité.
En conséquence, il est recommandé que le Comité définisse les questions sous-jacentes à
l'utilisation des modèles biophysiques de circulation et qu'il prépare la tenue d'une séance
spéciale en 2005.
Changements de la distribution apparente de la morue dans le sud du golfe du Saint-Laurent
en septembre : migration plus hâtive ou véritable changement dans la distribution?
(H. P. Benoît, D. P. Swain, G. Chouinard et A. Rondeau, MPO – région du Golfe, CPG)
La morue de la subdivision 4TVn de l'OPANO est largement dispersée dans tout le
sud du golfe du Saint-Laurent pendant l'été et le début de l'automne et elle hiverne dans le
nord-est du secteur Sydney Bight de l'île du Cap-Breton. Avant les années 1980, la migration
hors du Golfe se faisait généralement en novembre, mais les données des prises de pêche
suggèrent qu'elle s'est produite de plus en plus tôt depuis ce temps. En même temps, les
captures de morue provenant du relevé annuel de septembre à OPANO 4T ont été de plus en
plus concentrées dans les parties méridionales et orientales du secteur où le relevé a été
effectué. Ce modèle peut refléter la migration mentionnée ci-devant (c.-à-d. le mouvement de
la morue dans le sud du Golfe alors qu'elle commence à émigrer vers l'extérieur) ou il peut
représenter un véritable changement dans la distribution, qui accompagne la diminution
radicale de l'abondance qui s'est produite au cours des deux dernières décennies. Les données
relatives aux captures de morue provenant de deux relevés de recherche non synoptiques
(relevé du crabe des neiges par chalut de fond et enquêtes sentinelles) semblent indiquer que
la distribution de la morue pendant l'été correspond à celle observée en septembre, ce qui
soutient la dernière hypothèse. Cependant, selon ces relevés, certains mouvements de la
morue à l'intérieur du Golfe commencent en août. Nous avons également appliqué des profils
spatiaux aux caractéristiques des individus pour examiner l'hypothèse de migration plus
hâtive. Selon les comptes vertébraux, qui distinguent la morue du sud du Golfe de la morue
4Vn résidente, moins de 3 % du stock du sud du Golfe avait émigré dans la région de Sydney
Bight en septembre 1995. De même, les profils de croissance et d'état de la morue fondés sur
41
la profondeur établis pour septembre ne semblent pas indiquer de grands mouvements des
poissons.
En résumé, toutes les preuves examinées jusqu'ici semblent indiquer que la
distribution de la morue du sud du Golfe s’est déplacée graduellement au sud et à l'est pendant
l'été et le début de l'automne au cours des vingt dernières années. Bien que certaines preuves
indiquent des mouvements pré-migratoires dans le sud du Golfe avant septembre, il ne semble
y avoir aucune grande migration vers l'extérieur avant ou pendant ce mois. Même si quelques
morues ne commencent pas leur migration plus tôt qu'avant, la majorité de la population peut
quitter le sud du Golfe plus tôt, étant donné la proximité croissante entre l'endroit où la
plupart des individus passent l'été et leur zone d'hivernage.
Discussion : On demande des précisions sur le profil de départ type de la morue du sud du
Golfe de son lieu d'alimentation d'été. Il semble que les poissons partent maintenant à la mioctobre, comparativement à novembre dans le passé. Cependant, ce n'est pas nécessairement
le cas si les poissons s'établissent maintenant plus loin à l'est pour passer l'été.
Variabilité de la température dans les eaux côtières de Terre-Neuve. (J. D. G. Craig et
E. B. Colbourne, MPO – Région de Terre-Neuve, CPANO)
Les séries temporelles des températures thermographiques, météorologiques et de
surface de la mer ont été employées pour explorer la variabilité dans le régime de la
température côtière. On a comparé le moment et la fréquence des variations de température
aux données météorologiques sur le vent dans le but de caractériser et de déterminer les
causes de la variabilité. Le vent semble expliquer une grande partie de la variabilité de la série
temporelle sur la thermographie. Pour les emplacements sur la côte nord-est, la variabilité
pendant les trois mois précédant le maximum saisonnier de la température était sensiblement
plus grande que pour ceux qui ont suivi la crête. Une telle différence n'était pas évidente aux
emplacements situés dans la partie sud de Terre-Neuve.
Discussion : On propose d’examiner la concordance entre les vents et la température des
thermographes au moyen des techniques d'analyses spectrales. Toutefois, cette suggestion a
déjà été essayée, mais il semble que les données ne convenaient pas à ce type d'analyse.
État de l'écosystème de l'est du plateau Néo-Écossais (K. Frank, MPO – Région des
Maritimes, IOB)
De l'information historique fournie par les missions d'évaluation du poisson de fond a
été employée dans le cadre d’une étude sur les changements survenant dans la communauté de
poissons d'une zone donnée fondée sur des rapports d'abondance des espèces. De 1970 à
aujourd'hui (2000), on a assisté à des changements progressifs dans la communauté de
poissons. À chaque époque, des changements d'espèce dominante se produisent, et on a
assisté à un changement notable vers des espèces plus petites dans l'écosystème du plateau
Néo-Écossais. Un indice de la condition des espèces et des communautés a aussi été élaboré à
42
partir d'une compilation des anomalies entre le poids et la longueur normalisées pour une
espèce ciblée. En 1984, un changement brusque s’est produit dans la condition de la
communauté, et la plupart des espèces de poisson de fond semblent être en mauvaise
condition depuis lors. Cela peut indiquer une productivité inférieure de l'écosystème ou une
réduction des flux de carbone au benthos.
Discussion : On soulève tout d'abord l'absence des invertébrés dans l'analyse. En effet, alors
que la condition de beaucoup de stocks de poisson de fond diminuait, de nombreuses
populations d'invertébrés benthiques augmentaient pendant la période. On félicite l'équipe
pour la qualité de son travail et on mentionne qu'il s'agit d'un bon exercice qui aidera à établir
les aspects importants et les lacunes de nos activités de monitorage (comme le monitorage du
benthos). Toutefois, aucun indice de l'état des espèces pélagiques n'a été présenté, et il serait
bien que cet indice soit inclus à l'avenir. Par ailleurs, il semble que le hareng ait été plus
étroitement associé au fond dans les années 1990 et qu'il y ait eu une colonisation importante
des secteurs au large. En fait, des preuves démontrent une forte augmentation de l'abondance
du hareng. Le capelan a également augmenté de manière importante à l'est du plateau NéoÉcossais et dans le golfe du Saint-Laurent.
5. Session thématique
5.1 Introduction
L'étude des événements extrêmes nous a déjà permis de comprendre les effets de
l’environnement sur les pêches (il suffit de se rappeler de l'atelier sur la morue et le
changement climatique où il a été question de la mortalité massive du tile vers la fin des
années 1880). L'année 1999 a été peu commune à plusieurs égards. Les températures de l'air
et de la surface de la mer ont atteint des sommets historiques. La production de phytoplancton
a été la plus élevée jamais enregistrée selon les images-satellites disponibles. La biomasse du
zooplancton dans le sud du golfe du Saint-Laurent a également été la plus importante en vingt
ans. L'année 1999 semble aussi avoir été l'année où le recrutement du maquereau dans le sud
du Golfe a été le plus élevé depuis 1982, mais l'une des plus basses années enregistrées pour
la morue du sud du Golfe. Sur le plateau Néo-Écossais, l'aiglefin a eu un recrutement
phénoménal, de même que le pétoncle. Quelques événements exceptionnels pour les pêches
ont été également notés sur le Grand Banc. Le but de la session thématique était de
documenter les divers changements qui se sont produits en 1999 et d'essayer d'établir des liens
entre ces changements environnementaux et les réactions possibles des divers stocks de
poissons dans l'est du Canada. Six documents ont été présentés à la session. En outre, Ian
Perry (MPO – Région du Pacifique), qui se trouvait à l'IML au moment de la réunion, a été
invité à donner une conférence sur les changements récents dans les conditions
océanographiques du Pacifique nord-est. Le sommaire de chaque présentation est reproduit ciaprès.
Conditions météorologiques, de la glace de mer et de l'océan dans les Maritimes en 1999 :
une année peu commune? (K. Drinkwater, B. Petrie et G. Harrison – Région des Maritimes,
IOB)
43
Les conditions dans les régions marines du Canada atlantique en 1999 ont été étudiées
à partir des données météorologiques, océanographiques et sur la glace de mer. Au cours de
l'année, des vents du sud et de l'ouest ont eu tendance à dominer entre le sud du Labrador et le
golfe du Maine, ce qui a amené des masses d'air plus chaudes que d'habitude sur la région.
Cette situation a contribué à l'enregistrement de températures de l'air élevées, les plus élevées
en 100 ans à la plupart des emplacements et, dans un cas particulier, depuis 126 ans. En 1999,
les heures de plein soleil ont été en moyenne de presque une heure par jour de plus que la
normale. Les températures de l'air chaudes et la grande quantité de lumière du soleil pendant
l'hiver ont entraîné de faibles quantités de glace dans le golfe du Saint-Laurent et sur le
plateau Néo-Écossais. Les températures annuelles de la surface de la mer étaient généralement
plus chaudes de 1º à 2 ºC que d'habitude, du nord-est du plateau de Terre-Neuve au plateau
Néo-Écossais, ce qui inclut la majeure partie du golfe du Saint-Laurent, établissant des
records dans plusieurs zones. En été, les températures se sont élevées de 3º à 4 ºC au-dessus
de la normale. Dans beaucoup de régions, les températures sous la surface ont également eu
tendance à se situer au-dessus de la normale, mais à des niveaux moindres que celles de la
surface. La stratification sur le plateau Néo-Écossais était bien au-dessus de la normale, mais
pas aussi élevée qu'elle ne l'avait été en 1998. L'imagerie par satellite a indiqué que les
niveaux de chlorophylle a étaient plus élevés dans la plupart des secteurs du Canada
atlantique en 1999 que la moyenne de 1998-2002. Ces données semblent également indiquer
une floraison du phytoplancton plus hâtive et plus longue que d'habitude. En résumé, l'année
1999 a été peu commune à plusieurs égards, car elle a été très chaude et ensoleillée avec peu
de glace et une production primaire élevée.
Conditions environnementales dans les eaux de Terre-Neuve à la fin des années 1990 – ontelles eu une influence sur le recrutement de la morue? (E. Colbourne, G. Lilly, E. Dalley, E.
Murphy, J. Anderson, J. Brattey, D. Stansbury, P. Shelton – Région de Terre-Neuve, CPANO)
Une revue des changements récents du climat de l'océan dans les eaux à proximité de
Terre-Neuve et du Labrador ainsi que des tendances dans l'abondance de la morue atlantique
(pré-recrutement) est présentée. Pendant les années 1990, le nord-ouest Atlantique a subi des
variations climatiques parmi les plus extrêmes jamais enregistrées. Sur la côte du Labrador,
les températures de l'air sont passées de valeurs inférieures au normales au début des années
1990 à un sommet qui n'avait pas été atteint depuis 126 ans en 1999. L'étendue des glaces de
mer sur le plateau de Terre-Neuve a également diminué rapidement, passant des conditions de
glace épaisse de 1990-1994 à des années où la glace a été la plus mince jamais enregistrée, à
la fin des années 1990. Dans de nombreux secteurs, les températures de l'océan ont varié,
passant de valeurs basses records en 1991 à des sommets records en 1999, en particulier sur le
Grand Banc de Terre-Neuve. Les anomalies de température sur le Grand Banc, par exemple,
sont allées de 1 oC au-dessus de la moyenne dans les secteurs du nord à 4 oC au-dessus de la
normale au sud du Grand Banc. Les températures des eaux de la couche intermédiaire froide
du plateau de Terre-Neuve ont également diminué, passant du troisième plus haut sommet
jamais enregistré en 1991 au troisième plus bas en 1999, un record en 22 ans. Cette variation
dans l'habitat thermique, qui est passé des conditions arctiques du début des années 1990 aux
conditions plus tempérées de la fin des années 1990, a probablement contribué aux changements
44
de l'écosystème pélagique observés sur le plateau de Terre-Neuve. En 1998 et 1999, il y a eu
une forte hausse de la biomasse de necton, avec une augmentation d’un ordre de grandeur de
la morue atlantique du groupe o trouvée dans les relevés pélagiques effectués sur le Grand
Banc. Concernant la morue du Nord, les données des relevés mensuels d'automne effectués
avec des chaluts de fond et visant plusieurs espèces (1995-2002) ont également montré une
augmentation semblable des quantités de morue du groupe 0. Cependant, on souligne que
l'augmentation limitée de la production en 1998-1999 n'était pas importante comparativement
aux niveaux historiques et qu'en fait, elle n'a pas continué au cours des années plus récentes.
Néanmoins, il semble y avoir eu une réaction limitée aux conditions chaudes de la fin des
années 1990, mais la température n'est manifestement pas le seul facteur qui détermine la
production de la morue dans les eaux de Terre-Neuve. Il convient également de noter que les
salinités sur le plateau de Terre-Neuve soient demeurées faibles, ce qui a eu comme
conséquence des niveaux de stratification élevés pendant la majorité des années 1990 et
jusqu'à 2001. En conclusion, les taux de capture de la morue atlantique jusqu'à l'âge de trois
sont reliés de façon significative à la salinité ramenée à la moyenne sur trois ans pour les
années 1983 à 2002. Une étude plus approfondie de ces rapports devra intégrer les effets que
peut avoir de la biomasse des stocks reproducteurs.
Surprises au niveau trophique supérieur au large de la C.-B. pendant les années 1990 et
facteurs physiques et biologiques connexes : résultat des changements planétaires? (Ian Perry
et l'équipe GLOBEC de la côte ouest du Canada)
Pendant les années 1990, des distributions atypiques des espèces, des changements
dans la composition des communautés et des changements dans la survie ont été observés
pour beaucoup de poissons et d'oiseaux de mer du niveau trophique supérieur au large de la
côte de la Colombie-Britannique. Ces changements comprennent des variations dans la
croissance et la survie des oisillons d'oiseaux de mer, une abondance plus grande des poissons
pélagiques d'eaux chaudes, tels que le merlu du Chili, la sardine et le maquereau espagnol, et
des diminutions des populations de poissons pélagiques d'eaux froides, comme plusieurs
espèces de saumons. Durant une grande partie des années 1990, les températures étaient
exceptionnellement chaudes au large de la C.-B., situation qui s'est terminé plutôt
abruptement en 1999, avec un retour aux conditions fraîches typiques des années 1960 et du
début des années 1970. Une synthèse des études canadiennes effectuées par GLOBEC au
large de la côte ouest du Canada au cours des années 1990 est présentée et les changements
océanographiques physiques et biologiques ainsi que leurs conséquences pour des niveaux
trophiques plus élevés sont examinés en détail. Il ressort que les changements des paramètres
physiques ont été assez minimes, que les changements dans le phytoplancton ont été un peu
plus grands, que les changements dans le zooplancton ont été plus nets et que, pour les
poissons et les oiseaux, ils ont été très marqués. Cependant, les réactions variaient selon les
espèces. Par exemple, les euphausiacés ont augmenté en raison d'une remontée des eaux plus
faible, mais l'ensemble de la biomasse du zooplancton a diminué. Les années 1990 n'ont pas
amené un simple décalage des écosystèmes vers le nord. Alors que les conditions du plancton
près des côtes de la C.-B. ressemblaient à celles de la Californie, les températures de la mer au
large de la C.-B. étaient plus élevées, mais la remontée des eaux a été réduite. Les espèces le
45
plus durement touchées sont celles avec des liens terrestres, soit les oiseaux de mer et les
saumons, car ces espèces ne peuvent pas simplement se déplacer vers le nord pour compenser.
Information tirée d’un modèle sur la dérive, la croissance et la survie de la morue, du crabe
des neiges et du homard aux étapes préliminaires de leur vie dans le sud du golfe du SaintLaurent en 1999. (J. Chassé, IOB-CPG)
Un système de modélisation biophysique tridimensionnel a été employé pour prévoir
les conditions océaniques estivales pendant l'été de 1999 dans le sud du golfe du SaintLaurent. Ce modèle a également prévu la dérive, la croissance et la survie du homard, du
crabe des neiges et de la morue aux étapes préliminaires de leur vie. Des modèles des étapes
préliminaires de la vie fondés sur les individus ont été incorporés à un modèle
hydrodynamique tridimensionnel complet de l'océan. Ce modèle hydrodynamique tient
compte du forçage atmosphérique NCEP, des marées et des débits des rivières. En juin 1999,
il s'est produit une forte anomalie des vents du sud-ouest. En juillet, des vents supérieurs à la
normale ont soufflé vers l'est, mais cette anomalie avait pratiquement disparu au mois d'août.
La forte anomalie des vents de juin a intensifié la circulation vers l'est dans le sud du Golfe et
a déplacé le courant de Gaspé vers l'île d'Anticosti. La circulation vers l'est habituelle le long
de la côte du nord de l'Î.-P.-É. et dans le détroit de Northumberland a été affaiblie à cause de
la stabilisation du niveau d'eau le long de la côte ouest du Cap-Breton. En juillet et en août, le
régime de circulation était plus près de la normale. En juin 1999, il s'est produit une forte
anomalie des flux de chaleur dans l'océan. Les flux étaient particulièrement forts dans le
courant de Gaspé, à l'embouchure de la Baie des Chaleurs et le long de la côte est du
Nouveau-Brunswick. En juillet, le flux de chaleur dans l'océan était encore plus fort que
d'habitude dans le courant de Gaspé, mais près de la normale sur les Bancs Madeleine. En
août, le flux de chaleur était très près de normale partout dans le sud du Golfe. Le flux moyen
de la chaleur dans l'océan était légèrement plus haut que la normale. La température dans la
couche de 0 à 20 m était sensiblement plus élevée que d'habitude pendant les mois de juin et
de juillet, mais plus près de la normale en août. La température moyenne pour les trois mois
d'été a été la troisième plus élevée depuis 1987. En raison de la forte anomalie des vents en
juin, les larves de crabe des neiges ont probablement été poussées vers l'est, dans l'eau plus
fraîche, ce qui a résulté en une survie totale autour de la moyenne, malgré les bonnes
conditions de température dans le sud du Golfe. La survie totale des larves de morue et de
homard a augmenté en 1999 après trois ans de recrutement bas, mais 1999 n'a pas été la
meilleure année de la série temporelle.
Variations interannuelles de l'hydrographie, du plancton et de l'importance des classes d’âge
d'aiglefin sur le plateau Néo-Écossais, 1998-2001 (E. Head – Région des Maritimes, IOB)
Pour beaucoup d'espèces commerciales de poissons, l'importance des classes d’âge
varie considérablement et semble être déterminée tôt dans la vie. On croit que la survie
dépend de la présence opportune de la nourriture et de conditions
hydrographiques/hydrodynamiques favorables. Chaque relevé du printemps effectué par le
PMZA sur le plateau Néo-Écossais permet d'évaluer les conditions biologiques et
hydrographiques; de plus, chaque mission d'évaluation du poisson de fond de juillet fournit
des informations sur la survie des juvéniles du printemps. Entre 1998 et 2001, les
46
températures printanières sur le banc Western, importante zone de reproduction de l'aiglefin,
ont été fraîches (1998, 2001) ou chaudes (1999, 2000). Au cours des années chaudes, une
proportion élevée de jeunes aiglefins de l'année s'était établie avant juillet, quand ils ont été
attrapés à titre de poissons à l'année 0. Au cours des années fraîches, la proportion qui s'était
établie en juillet a été inférieure. Il est probable que ces différences ont été partiellement dues
à des changements du taux de croissance liés à la température. Les observations subséquentes
de l'abondance des poissons âgés de 1 ou 2 ans ont montré que l'importance des classes d’âge
a été bonne en 1998 et 2000, exceptionnelle en 1999 et faible en 2001. En 1999, l'activité de
reproduction très élevée de C. finmarchicus, qui constitue un aliment important pour les larves
et les jeunes aiglefins, a coïncidé avec une éclosion printanière intense; les deux événements
se sont produits relativement tôt à la fin de février. La reproduction de C. finmarchicus a eu
lieu au même moment, plus ou moins, au cours des trois autres années (mi-mars), alors que
l'éclosion printanière a été d'intensité moyenne et s'est produite à la fin de février en 1998, a
été faible et s'est produite à la mi-mars en 2000 et a été intense et s'est produite à la fin de
mars en 2001. Historiquement, la reproduction de l'aiglefin a atteint son sommet en mars sur
le banc Western et, chaque année excepté 1999, l'émergence hâtive des larves d'aiglefin des
oeufs pondus en mars aurait coïncidé avec les oeufs de C. finmarchicus et les nauplii.
Cependant, la taille des aiglefins d'année 0 attrapés en juillet laisse supposer que ceux-ci
proviennent de larves nées en février, ce qui implique qu'en fait, certains aiglefins se
reproduisent dès janvier/février. En 1999 et 2000, ces aiglefins d'année 0 engendrés
hâtivement ont constitué une grande proportion de toute la classe d’âge, et ce n'est qu'en 1999
(l'année de la classe d’âge particulièrement forte) que ces larves précoces auraient existé en
même temps que les niveaux élevés de leur nourriture préférée (oeufs de C. finmarchicus et
nauplii). Ces observations semblent indiquer qu’une naissance hâtive améliore la survie des
larves et que la présence opportune de nourriture abondante est également importante. De
plus, les températures relativement chaudes de 1999 ont probablement favorisé des taux de
croissance élevés, ce qui facilite aussi la survie, et la circulation doit aussi avoir été telle que
les jeunes aiglefins ont été transportés dans des zones où le type de fond était favorable à la
fixation. Cet ensemble unique de conditions favorables peut expliquer la classe d’âge
particulièrement forte de 1999, mais des années qui n'ont pas bénéficié des mêmes conditions
de température ou de la même dynamique d'éclosion printanière (1998, 2000) ont tout de
même produit de bonnes classes d’âge. Dans l'ensemble, il semble que plusieurs facteurs
peuvent contribuer aux différences dans l'importance des classes d’âge et que ces facteurs
n'agissent pas de façon indépendante, mais plutôt en association.
Anatomie d'une classe d’âge forte : le cas du maquereau de l'Atlantique (Scomber scombrus
L.) en 1999 (F. Grégoire et M. Castonguay – Région du Québec, IML)
Les espèces pélagiques de poissons de mer tels que le hareng (Clupea harengus
harengus L.) et le maquereau de l'Atlantique (Scomber scombrus L.) sont caractérisées par de
fortes impulsions périodiques de recrutement. Chez le maquereau de l'Atlantique, ces
impulsions ont été observées à plusieurs occasions dans le passé et elles ont été responsables
de la présence de classes d’âge fortes (1967, 1969, 1974, 1982, 1988, 1996 et, plus
récemment, 1999). Ces classes d’âge sont de grande importance pour les stocks de poissons
pélagiques parce qu'elles peuvent soutenir la pêche pendant plusieurs années. Les classes
d’âge fortes sont reconnues par l'examen de la fréquence des captures commerciales à l'âge et
47
à la longueur. Chez le maquereau, une relation inverse a également été observée entre
l'importance d'une classe d’âge et sa croissance établie par la moyenne de la longueur ou du
poids à l'âge et la mesure de la hauteur otolithique à un an. Ces caractéristiques constituent
également de bonnes indications que l'arrivée d'une classe d’âge forte est liée à l'abondance de
plancton et à la température de l'eau. La classe d’âge de 1999 possède toutes ces
caractéristiques et jusqu'à 2002, son importance dans les captures à 1, 2 et 3 ans n'a jamais été
égalée selon les données disponibles. La classe d’âge de 1999 était si importante en 2002
qu'aucune différence n'a été observée dans les fréquences de longueur des poissons pêchés par
les principaux engins de pêche employés par les pêcheurs de maquereau de tout l'est du
Canada. Des hypothèses ont été formulées afin d'expliquer l’occurrence et la force de cette
classe d’âge particulière. On pense notamment que l'activité de reproduction s'est produite
plutôt sur le plateau Néo-Écossais que dans le sud du golfe du Saint-Laurent ou que le frai a
été plus hâtif dans le Golfe. Ces deux suggestions sont fondées sur l'observation des valeurs
quotidiennes moyennes de l'indice gonadosomatique. Une réduction de la densité des larves
provoquée par une expansion de la zone de reproduction et des conditions de nourriture et de
températures favorables pourraient expliquer pourquoi cette classe d’âge a connu un meilleur
taux de croissance pendant sa première année, comparativement aux autres classes d’âge
fortes observées depuis le milieu des années 1970.
Covariation dans le recrutement de la crevette (Pandalus borealis) et du flétan noir
(Reinhardtius hippoglossoides) dans l'estuaire et dans le golfe du Saint-Laurent depuis 1990 :
recherche des influences environnementales ou trophiques (L. Savard, B. Morin, P. Ouellet,
M. Starr et M. Harvey – Région du Québec, IML)
Depuis 1992, le recrutement annuel de la crevette et du flétan noir (turbot) a montré
des fluctuations similaires dans l'estuaire maritime du Saint-Laurent (EMSL) et dans le nordouest du golfe du Saint-Laurent (NOGSL); les deux séries ont atteint un sommet en 1999. Le
recrutement de la crevette a été établi en fonction de l'abondance des crevettes âgées de trois
ans attrapées pendant la mission d'évaluation du poisson de fond d'été (août) de 1990 à 2002
(c.-à-d., pour les classes d’âge de 1987 à 1999) et de l'abondance des crevettes dont l'âge se
situait entre un et trois ans (c.-à-d., les classes d’âge de 2000 et 2001) lors d'un relevé spécial
de juin qui est effectué depuis 2000. Le recrutement de flétan noir a été établi en fonction de
l'abondance de poissons âgés d'un an attrapés pendant la mission d'évaluation du poisson de
fond d'été. Les deux séries de recrutement ont été sensiblement corrélées (r = 0,906; P<0,001).
Cependant, une fois normalisé par un indice de l'abondance du stock reproducteur (c.-à-d.,
taux de recrutement, R/SR), le taux de recrutement le plus élevé pour la crevette a été observé
en 1994 (le deuxième taux le plus élevé était en 1999) et la corrélation entre les séries R/SR
pour la crevette et pour le flétan noir n'était pas significative à cause de la faible biomasse de
reproducteurs (turbot) au début des années 1990 et des classes d’âge très faibles entre 1992 et
1994. En fait, les taux de recrutement de la crevette et du flétan noir ont été corrélés (r = 0,88;
P = 0,008) pour les classes d’âge de 1995 à 2001. On connaît peu de choses sur la biologie
reproductive du flétan noir dans l'EMSL et le NOGSL, mais on croit que le fraie se produit en
hiver et au début du printemps, de sorte que les larves sont probablement présentes dans la
colonne d'eau au printemps. En effet, la corrélation importante trouvée entre le taux de
recrutement du flétan noir et la biomasse intégrée (0-50 m) de la chlorophylle a dans l'EMSL
semble indiquer que la production biologique du printemps influe sur la survie de larves de
48
flétan noir. Cependant, aucune corrélation n'a été établie entre le taux de recrutement de la
crevette et la chlorophylle a dans l'EMSL.
La crevette est beaucoup plus abondante dans le golfe du Saint-Laurent que dans
l'EMSL. Les femelles oeuvées se rassemblent dans le NOGSL au début du printemps pour
l'émergence des larves de la fin d'avril à la fin de mai. Les trois premières étapes larvaires sont
présentes dans le haut de la colonne d'eau et elles se nourrissent de petit zooplancton. En
conséquence, des conditions printanières contribuant à une production biologique élevée
devraient être favorables au recrutement de la crevette. Une première tentative de validation
de cette hypothèse a consisté à évaluer les corrélations entre le taux de recrutement de la
crevette dans le NOGSL et divers indices physiques et biologiques : 1) la date de 75 % de
l'émergence larvaire; 2) la température moyenne de l'eau de la couche supérieure en mai; 3)
l'indice de stratification (sigma-t : 5 – 30 m) en mai; 4) le bassin de nitrates à la fin de l'hiver
dans la couche supérieure; 5) l'épuisement des nitrates au printemps. Il est à noter que le
bassin de nitrates à la fin de l'hiver et l'épuisement des nitrates étaient tous deux plus élevés en
1999 et que la seule corrélation importante (r = 0,93; P = 0,023) a été observée avec l'indice
d'épuisement des nitrates.
En résumé, la classe d’âge de 1999 a été la plus importante des dix dernières années en
ce qui concerne le flétan noir et la deuxième plus grande en ce qui concerne la crevette. La
biomasse intégrée de la chlorophylle a dans l'EMSL et l'indice d'épuisement des nitrates dans
le NOGSL étaient également à leur maximum en 1999. Entre 1992 et 2002, le recrutement de
la crevette et du flétan noir et les indices de production biologique ont été corrélés, ce qui
semble indiquer que les interactions trophiques (ascendantes) ont une très grande incidence
sur le recrutement. Ces résultats préliminaires confirment la nécessité d'un monitorage
continu, particulièrement l'hiver et au début du printemps, et d'études axées sur le processus si
l’on veut être en mesure de quantifier ces liens.
5.2 Discussion
Les documents présentés à la session thématique suscitent un intérêt considérable et
favorisent la discussion. Il est clair que l'année 1999 a présenté des conditions
environnementales uniques depuis les cinq dernières années. En 2000, les conditions
thermiques ont également été anormalement élevées et la floraison s'est aussi produite
relativement tôt dans l'estuaire maritime du Saint-Laurent (la floraison a eu lieu en temps
normal sur le plateau Néo-Écossais et le banc Western), mais pas autant qu'en 1999.
Cependant, l'augmentation de l'abondance des jeunes morues observée en 1998-1999 sur le
plateau de Terre-Neuve (probablement liée à l'augmentation de la productivité biologique) ne
semble pas avoir persisté jusqu'à aujourd'hui. On mentionne que les effets environnementaux
sur le potentiel de capture pourraient expliquer les résultats, puisqu'on soupçonne que le
changement dans la distribution de la limande à queue jaune est dû à l'environnement, mais il
semble que ce ne soit pas le cas pour la morue.
Des inquiétudes sont exprimées concernant les champs de température d'été produits
par le modèle pour le sud du golfe du Saint-Laurent; par rapport aux températures observées,
les résultats produits par le modèle n'ont pas semblé saisir l'ampleur du réchauffement notée
49
dans les observations pour 1999. Il s'agit d'une question importante, puisque la croissance et la
survie des larves de beaucoup de stocks semblent sensibles à des conditions
environnementales plus précoces (printemps). Joel Chassé mentionne que d’autres travaux
sont prévus sur les différences entre les résultats produits par le modèle et les observations
ainsi qu’il faut se concentrer davantage sur les conditions initiales en appliquant le modèle, c.à-d. au début du printemps. On traite également de la représentation de la mortalité larvaire
obtenue avec le modèle et de la pertinence, à ce stade, du terme « indice de survie ».
Cependant, le Comité reconnaît qu’il faut poursuivre les efforts consentis pour d'élaboration
de ces indices.
Erica Head termine sa présentation en demandant davantage d'information sur la
circulation sur le plateau Néo-Écossais en 1999 (et en général aussi). Pour expliquer les
observations de 1999 concernant le plancton et le recrutement de poissons, la dynamique de la
dérive peut être aussi (ou plus) importante que les caractéristiques des cycles biologiques. La
présentation est suivie d'une discussion plus générale sur l'hypothèse de « concordance/nonconcordance ». On veut savoir si, en fait, les cycles du plancton et les cycles de l'aiglefin
observés appuient l'hypothèse. Par exemple, comme le développement larvaire de l'aiglefin
peut prendre jusqu'à un mois ou plus après le frai, l’apparition des premiers brouteurs pourrait
être décalée par rapport aux périodes d’abondance alimentaire. Par contre, la littérature
prouve que les larves de certaines espèces mangent tout ce qu’elles trouvent dans l'eau et que
leur survie ne dépend pas nécessairement d’une disponibilité optimale des espèces de
plancton ou du groupe taxonomique. Erica Head mentionne que des conditions de température
moins favorables (plus fraîches) ont, dans le passé, favorisé des classes d’âge d'aiglefin fortes,
mais admet que les années exceptionnelles de recrutement sont associées aux années chaudes.
Au sujet de la classe d’âge exceptionnelle de maquereau de 1999, Erica Head affirme
qu'il peut y avoir un lien entre l'abondance de C. finmarchicus et la CIF dans le sud du Golfe,
c.-à-d. que C. finmarchicus préfère des eaux plus froides et utilise des eaux profondes/vieilles
comme refuge. On débat longuement de l'interprétation des changements dans la biomasse du
stock reproducteur (la classe d’âge 1999 semble provenir d’une BSR relativement faible); on
suppose que des BSR faibles dans le sud du Golfe peuvent signifier un frai plus hâtif en
dehors de la région. Il faudra cependant rechercher des preuves du frai hâtif du maquereau sur
le plateau Néo-Écossais dans les données du relevé de 2002 afin de résoudre cette question.
Par ailleurs, tant le maquereau (espèce d'eaux chaudes) que le capelan (espèce d'eaux froides)
sont en augmentation dans le sud du Golfe. Toutefois, on signale que la population de capelan
a augmenté de façon régulière au cours des dernières années, alors que l'augmentation de la
population de maquereau est un phénomène rapide et récent.
On demande si le rapport observé entre les concentrations de sels nutritifs en hiver et
le taux de recrutement de la crevette était semblable à l'observation faite il y a quelques
années dans le Golfe concernant l'abondance de la crevette (CPUE) et les concentrations de
sels nutritifs en hiver (décalage d’un certain nombre d'années). On indique qu’il n'y a aucune
relation entre ces deux études. Pour le travail présenté à la réunion, c'est le recrutement (force
de la classe d’âge) et non le rendement à l'âge adulte qui a été étudié, ce qui n'exigeait pas
d'établir de lien entre la série environnementale et la série sur le recrutement. On demande
pourquoi de fortes corrélations peuvent être observées pour certaines espèces, mais pas pour
d'autres (étroitement liées). Peut-être que des différences subtiles mais néanmoins suffisantes
50
en ce qui concerne les cycles de vie ont comme conséquence différentes réactions aux
conditions environnementales et alimentaires.
La dernière question est la suivante : les événements de 1999 ont-ils persisté? À cette
question, certains répondent un « oui » ferme et d'autres « non ». Avant de pouvoir répondre
de façon définitive à cette question, il nous faudra attendre que davantage d'analyses aient été
effectuées. Néanmoins, on discute de la possibilité de rassembler l'information de la session
thématique afin de produire une publication primaire. Certains estiment qu’il s’agit d’une
bonne idée, tandis que d'autres hésitent, car il existe encore des lacunes importantes dans
notre compréhension de la portée et de la nature de l'« événement 1999 ». En général,
cependant, cette idée est approuvée. Aucun responsable n’est nommé, mais Patrick Ouellet et
Ken Drinkwater acceptent de rassembler les résumés de tous ceux qui ont contribué à la
session thématique et de rédiger une ébauche de document à des fins de discussion. On
convient également qu'un court article pour le bulletin du PMZA sur l'« événement 1999 »
serait produit à l'automne 2003.
La conférence spéciale donnée par Ian Perry suscite une bonne discussion. L'une des
premières questions est de savoir si les changements dans la taille et le spectre du zooplancton
pour la période ont également été étudiés. Cela aurait été intéressant, de même que l'étude de
la biomasse totale, mais ce n'a pas été le cas. Les profils opposés des communautés de
poissons de la côte Atlantique et de la côte Pacifique (par exemple, le poisson de fond a
diminué dans l'Atlantique et s'est accru dans le Pacifique) sont cependant un point intéressant.
Les systèmes atmosphériques sont tous interreliés; donc, il n’aurait pas été étonnant de voir
une correspondance entre les profils d'une côte à l'autre, mais la surprise est que les profils
sont opposés et qu'il n'y a aucune bonne explication à cela. L'augmentation de la fréquence du
phénomène El Niño est également mentionnée. Il semblerait que les événements se produisant
dans les tropiques affectent ceux du Pacifique nord, modifiant la dépression des Aléoutiennes,
par exemple. Cependant, la C.-B. ne subit pas tous les El Niño, mais seulement les plus
grands. En fait, le système de la C.-B. est davantage affecté par la dépression des
Aléoutiennes et du haut du Pacifique. Il semble également que tout le monde n'est pas
convaincu que le profil observé constitue un vrai changement. Toutefois, le système marin
ressemble beaucoup plus à un système d'eaux froides. Les conditions chaudes des années
1990 ne sont plus observées dans le secteur.
Ian est invité à présenter ses observations sur la nécessité, pour les programmes de
monitorage, d'intégrer les communautés, étant donné que les réactions sont propres aux
espèces. Des espèces commerciales importantes s'alimentent à partir d'espèces non
commerciales qui ne sont généralement pas suivies. C'est un problème, puisqu'un lien
important n'est pas mesuré. Cependant, cette approche est complexe. Il y a également un
avantage à employer des espèces de niveau trophique supérieur, puisque nous les contrôlons
régulièrement et qu'elles intègrent une bonne partie de la variabilité à haute fréquence.
Des autres questions sont posées sur le modèle de migration des espèces de poissons et
sur les causes des changements observés. Les courants plus forts ont progressivement déplacé
des espèces vers le nord et des conditions favorables au nord ont « attiré » certaines espèces.
Ces réalités suscitent des questions quant aux problèmes qu'elles peuvent représenter pour la
51
mise en place de zones de protection marine (ZPM), qui ont tendance à être d’étendue limitée
et qui pourraient être peu utiles si l’environnement provoque des déplacements dans la
distribution des espèces. Pour que les futures ZPM atteignent leurs objectifs, il faudra tenir
compte de ces préoccupations au moment de leur création. De même, concernant les espèces
en péril, il faudra tenir compte des variations dans la distribution (déterminer quelles espèces
sont résidentes au Canada et lesquelles entrent dans les eaux canadiennes à certaines périodes
seulement).
6. Affaires générales et séance administrative du COP
Le président ouvre la discussion en passant en revue les recommandations de l'atelier
de novembre sur le renforcement des liens entre le monitorage et l'évaluation des stocks ainsi
que sur le rôle que le COP pourrait jouer en cette matière. En ce qui concerne les interactions
entre l'océanographie et les pêches, le PMZA et le COP ont été contactés pour participer au
récent examen zonal sur la morue (Halifax, février 2003). Le COP (Patrick Ouellet) a donné
une présentation sur les tendances récentes concernant le plancton dans la région de
l'Atlantique. Denis Gilbert mentionne que les présentations sur l'océanographie sont
maintenant effectuées à l'IML en novembre, deux mois avant la réunion sur le PER, afin de
donner le temps aux biologistes d'incorporer l'information environnementale, s'ils estiment
que cela est pertinent. Il affirme également que ses relations avec les biologistes responsables
de l'évaluation présents à la réunion du COP/PMZA se sont accrues depuis l'atelier.
On reconnaît que le COP est actif, mais il faut que nous recevions davantage
d'information du personnel chargé de l'évaluation des stocks. Cependant, bien que des indices
environnementaux aient été élaborés pour combler leurs besoins, il arrive parfois que les
spécialistes des pêches ne sachent pas comment utiliser l'information fournie par les
océanographes. Une proposition est faite à l'effet que le COP réfléchisse davantage à ce que la
gestion de l'écosystème devrait signifier et qu'il étudie peut-être, par exemple, le plan de
gestion fondé sur l'écosystème des É.-U., qui implique essentiellement une préoccupation
pour les espèces-cibles, pour les prises accessoires et pour l'habitat. Par ailleurs, en Europe, on
travaille à des projections de stocks sur cinq ans et on inclut les conditions environnementales
dans ces projections. Du point de vue du COP, il semble souhaitable que nous allions plus
loin que de seulement rapporter ce qui est plus froid ou plus chaud chaque année et que nous
mettions l'accent sur l'utilité de nos revues environnementales. Peut-être que des questions
plus précises pourraient être abordées lors de la réunion ordinaire de même que durant la
session spéciale de la réunion annuelle. On suggère aussi que le COP interagisse avec le
CCRH, par exemple, pour résumer le rapport du Sous-comité sur l'environnement et l'écologie
qui se préoccupe de ces questions. Toutefois, le Comité ne retient pas cette suggestion.
Afin de susciter davantage de discussions à ce sujet, le président demande à
Eugene Colbourne et à Ian Perry de faire de brefs exposés pour illustrer quelques-unes des
réussites obtenues dans l'amélioration de la communication et de la collaboration entre les
océanographes et les spécialistes de l'évaluation des stocks.
52
Ils donnent à titre d’exemple la façon dont des relations fructueuses avec des
spécialistes de l'évaluation des stocks se sont établies dans la région de Terre-Neuve.
Eugene Colbourne présente le travail effectué avec des spécialistes du crabe des neiges et de
la crevette ainsi que des détails sur les données environnementales étudiées (et la façon dont
elles sont employées) lors des réunions d'évaluation des stocks. Des séries temporelles sur les
données sur l'abondance (CPUE) sont corrélées, avec un décalage de sept à huit ans, avec les
données environnementales afin de produire des prévisions. Dans le cas du crabe des neiges et
de la crevette, les modèles autorégressifs prévoient une abondance (la température - variable
indépendante) dans les sept ou huit années à venir et peuvent expliquer de 20 à 70 % de la
variation observée. Les températures froides se corrèlent avec les grandes classes d’âge, et les
tendances environnementales (température) prévoient actuellement une baisse de l'abondance.
Cependant, quelques personnes se demandent s'il est sage de présenter de telles prévisions
corrélatives (en l'absence d'une compréhension plus claire des causes et effets sous-jacents)
aux directeurs du MPO et aux pêcheurs, qui peuvent adopter une stratégie consistant à « en
prendre tant qu'il en reste » et pêcher encore plus, assumant que les stocks seront bientôt
épuisés par des causes normales. On de demande également si la direction et les pêcheurs ont
compris le concept de l'incertitude de ces méthodes corrélatives. En outre, on suggère qu'il
existe des preuves à l'effet que les adultes de ces espèces peuvent être capables de tolérer des
températures plus élevées que celles indiquées dans les relations empiriques, et que les jeunes
sont plus sensibles à la température. Le président termine la discussion en affirmant que le
groupe de travail SA sur l'environnement du COP devrait probablement poursuivre son travail
l'année prochaine, avec le mandat de préparer des études de cas, tel que recommandé lors de
l'atelier de Montréal; l'expérience de Terre-Neuve pourrait servir de premier cas.
Ian Perry donne ensuite une brève vue d'ensemble de l'équivalent du COP pour le
Pacifique, soit le Groupe de travail sur l'océanographie des pêches (GTOP). L'approche du
GTOP est nettement différente de celle du COP. Par exemple, les séries de documents
officiels, c.-à-d. les documents sur les ressources et les RÉS, ne sont pas produits par le
GTOP; cependant, les notes des discussions tenues lors des réunions sur les conditions de
l'année forment la base d'un rapport sur l'état de l'océan produit annuellement (normalement
complété en dedans d'un mois, ou presque, après la réunion). Le rapport est aussi lié à
diverses sources de données. Des représentants des groupes sur les différentes espèces siègent
au GT et transmettent leurs renseignements aux océanographes. Le rapport sur l'état de l'océan
comprend des prévisions et des hypothèses concernant l'avenir des pêches. Il n'est pas
officiellement révisé et des exemplaires de ce rapport sont acheminés à la haute direction
régionale. En raison de son contenu spéculatif, de son manque de révision officielle et parce
qu'il s'agit d'un document public, le rapport a tendance à rendre certains cadres supérieurs mal
à l'aise. Ian mentionne que des efforts sont en cours afin de synthétiser l'information et de la
rendre plus quantitative; ces efforts vont dans le sens des méthodes intégratives que Ken
Frank a décrites plus tôt cette semaine.
Le point suivant de l'ordre du jour consiste à passer en revue les activités des groupes
de travail spéciaux du COP. Le Groupe de travail sur l'incorporation des conditions
environnementales au processus d'évaluation a été créé il y a deux ans pour travailler sur la
question des liens existant entre les pêches et l'environnement. Le GT a œuvré à la préparation
de la session thématique pour la réunion annuelle de 2002 et également à l'organisation de
53
l'atelier COP-PMZA de novembre 2002. On discute de la pertinence de maintenir ce GT, étant
donné tous les autres engagements de ses membres. Cependant, le président précise que, lors
de l'atelier de Montréal, des recommandations ont été adressées au COP concernant la
participation du Comité à la préparation d'études de cas destinées à faciliter l'exploration des
relations entre l'environnement et les poissons et de leur utilisation possible dans les travaux
d'évaluation. On décide que le GT sera maintenu; le président doit examiner les activités qui
peuvent être mises en œuvre par rapport à son mandat.
Le Groupe de travail sur les indices de recrutement continuera à préparer les comptes
rendus sur le recrutement et la fiche des résultats sur le recrutement pour la réunion annuelle
du COP. Le GT doit œuvrer afin de fournir de l'information pour une base de données
commune sur le recrutement et d'élaborer des analyses statistiques normalisées pour comparer
les indices de recrutement entre les stocks et les régions. Les membres de ce groupe de travail
comprennent John Anderson (Edgar Dalley), Martin Castonguay, Ken Frank et Doug Swain.
Le Groupe de travail sur la surveillance des écosystèmes pélagiques formé en 2001 a
été dissous pour le moment. Plusieurs des questions qui relevaient des attributions du GT ont
été soulevées à l'atelier COP-PMZA, et des recommandations sur la façon d'améliorer la
surveillance du necton et de la communauté pélagique ont été faites au PMZA. Le COP
décide qu'il attendra les résultats de l'examen des activités du PMZA et les propositions à ce
sujet avant de discuter d'actions futures.
Le Comité discute ensuite des sessions thématiques possibles pour sa réunion annuelle
de 2004. Bien qu'aucun accord définitif n'ait été conclu, la possibilité de tenir une session
thématique sur l'état actuel des stocks de poissons pélagiques semble bénéficier de l'appui de
beaucoup de membres du Comité.
Pour finir, on confirme que la réunion annuelle de 2004 aura lieu au Centre des pêches
de l'Atlantique nord-ouest (CPANO), à St. John's, Terre-Neuve, à la fin de mars 2004.
54
Comité sur l'océanographie des pêches
Réunion annuelle, du 11 au 14 mars 2003
Institut Maurice-Lamontagne, Mont-Joli, Québec
PROGRAMME
Le mardi 11 mars
8 h 30 Introduction et détails administratifs
Président
Revue des conditions environnementales de 2002 dans le nord-ouest Atlantique
Environnement physique
8h 45 Revue des conditions météorologiques, des glaces de mer et des températures de la
surface de la mer à l'est du Canada en 2002
K. Drinkwater, B. Petrie, R. Pettipas, L. Petrie et V. Soukhovtsev
Conditions physiques dans la mer du Labrador en 2002
R. Hendry (présenté par K. Drinkwater).
9 h 40 Conditions océanographiques physiques sur les plateaux de Terre-Neuve et du
Labrador en 2002
E. Colbourne
Conditions océanographiques dans les subdivisions 3Pn et 3Ps de l'OPANO en 2002 et
comparaisons avec celles de l'année précédente et la moyenne à long terme (19712000)
E. Colbourne
10 h 30
PAUSE
10 h 45 Conditions océanographiques physiques sur le plateau Néo-Écossais et dans le golfe
du Maine en 2002
K. Drinkwater, B. Petrie, R. Pettipas, L. Petrie et V. Soukhovtsev
11 h 30 Conditions océanographiques physiques dans le golfe du Saint-Laurent en 2002
D. Gilbert et C. Lafleur
12h 15 REPAS DU MIDI
13h 00 Fiche des résultats sur l'environnement physique – discussion sur les revues
physiques
55
Environnement biologique et chimique
13 h 45 Conditions biologiques et chimiques sur le plateau de Terre-Neuve en 2002 et
comparaisons avec les observations précédentes
P. Pepin, G. L. Maillet, S. Fraser et D. Lane
14 h 30 Conditions océanographiques optiques, chimiques et biologiques sur le plateau NéoÉcossais, dans le golfe du Maine et dans le sud du golfe du Saint-Laurent en 2002
G. Harrison, D. Sameoto, J. Spry, K. Pauley, H. Maass et V. Soukhovtsev
Programme de monitorage du plancton dans le bassin de Bedford : 1992-2002 (Li,
WKW, PM Dickie, JA Spry, T Perry et EJH Head) [aucune présentation]
15 h 15 PAUSE
15 h 30 État du phytoplancton dans l'estuaire du golfe du Saint-Laurent en 2002
M. Starr, L. St-Amant, L. Devine et L. Bérard-Therriault
16 h 15 État de l'océan : conditions océanographiques biologiques dans l'estuaire du golfe du
Saint-Laurent en 2002.
M. Harvey, J.-F. St-Pierre et M.-F. Beaulieu
16 h 45 Discussion sur les revues biologiques
Le mercredi 12 mars
Tendances de recrutement
8 h 40 Recrutement de certains poissons et invertébrés dans le sud du golfe du Saint-Laurent
D. Swain et H. P. Benoît
9 h 00 Recrutement de certains poissons et invertébrés dans le nord du golfe du Saint-Laurent
M. Castonguay
9 h 20 Recrutement de certains poissons et invertébrés sur le plateau Néo-Écossais
K. Frank
9 h 40 Recrutement de certains poissons et invertébrés à Terre-Neuve et au Labrador
E. Dalley
10 h 00
PAUSE
10 h 30
Fiche des résultats sur le recrutement et discussion
56
Documents divers
11 h 15 Nouveau réseau de bouées pour surveiller les conditions environnementales et
valider les données obtenues par satellite dans l'écosystème du Saint-Laurent
P. Larouche et al.
11 h 45 Conditions océaniques estivales établies avec un modèle dans le sud du golfe du
Saint-Laurent en 2002
J. Chassé
12 h 15 REPAS DU MIDI
13 h 00 Changements dans la distribution apparente de la morue dans le sud du golfe du
Saint-Laurent en septembre : migration plus hâtive ou véritable changement dans la
distribution?
H. P. Benoît, D. P. Swain et G. A. Chouinard
13 h 30 Variabilité de la température dans les eaux côtières de Terre-Neuve
J. D. Craig et C, E. Colbourne
14 h 00 État de l'écosystème de l'est du plateau Néo-Écossais
K. Frank
14 h 45 [document retiré]
15:15
PAUSE
15 h 30 Atelier COP - PMZA et SA : discussion et action en fonction des recommandations?
Président et membres reconnus
Le jeudi 13 mars
Session thématique : 1999 est-elle une année exceptionnelle pour l'environnement et les
pêches?
8 h 45 Observations préliminaires
Président
9 h 00 Conditions météorologiques, de la glace de mer et de l'océan dans les Maritimes en
1999 : une année peu commune?
K. Drinkwater et B. Petrie
9 h 30 Conditions environnementales dans les eaux de Terre-Neuve entre 1998-2000 : effets
possibles sur le recrutement de la morue
57
E. Colbourne, G. Lilly, E. Murphy, E. Dalley et J. Anderson
10 h 00 PAUSE
10 h 30 Présentation spéciale : surprises au niveau trophique supérieur au large de la
Colombie-Britannique pendant les années 1990 et facteurs océanographiques
physiques et biologiques connexes : résultat des changements planétaires?
Ian Perry (SBP)
12 h 00 REPAS DU MIDI
13 h 00 Information fondée sur un modèle de la dérive, de la croissance et de la survie de la
morue, du crabe des neiges et du homard aux étapes préliminaires de leur vie dans le
sud du golfe du Saint-Laurent en 1999
J. Chassé
13 h 30 Variations interannuelles de l'hydrographie, du plancton et de l'importance des
classes d’âge d'aiglefin sur le plateau Néo-Écossais (1998-2000)
E. Head
14 h 00 Anatomie d'une classe d’âge forte : le cas du maquereau de l'Atlantique en 1999
F. Gregoire et M. Castonguay
14 h 30 Covariation dans le recrutement de la crevette (Pandalus borealis) et du flétan noir
(Reinhardtius hippoglossoide) dans l'estuaire et le golfe du Saint-Laurent depuis
1990 : recherche des effets environnementaux ou trophiques
L. Savard, B. Morin, P. Ouellet, M. Starr et M. Harvey
15 h 00 PAUSE
15 h 15 Discussion générale suivie de la discussion et de l'approbation de la revue
environnementale des RÉS
Le vendredi 14 mars
Affaires courantes du COP
1. Rapports sur l'état des stocks
- Discussion et approbation de la revue environnementale des RÉS (suite)
- Avons-nous besoin d'un format distinct pour le RÉS environnemental?
- Rapport « sur l'état de l'océan » ou « sur l'état de l'écosystème » du COP et
de l'océanographie
2. Rapports sur les groupes de travail du COP :
- GT : Incorporation des données environnementales aux évaluations des
stocks
58
3
GT : Monitorage des écosystèmes pélagiques
Autres GT?
Réunion de l'année prochaine : lieu, date et session thématique
4 Divers
59
Liste des participants
Anderson, Martha
Benoît, Hughes
Bourdage, Hugo
Castonguay, Martin
Chassé, Joel
Chifflet, Marina
Colbourne, Eugene
Craig, Joe
Dalley, Edgar
Devine, Laure
Drinkwater, Ken
Frank, Ken
Gilbert, Denis
Grégroire, François
Harrison, Gorge
Head, Erica
Lafleur, Caroline
Larouche, Pierre
Lefaivre, Denis
McQuinn, Ian
Morin, Bernard
Pepin, Pierre
Perry, Ian
Savard, Louise
St-Amand, Liliane
Spry, Jeff
Therriault, Jean-Claude
MPO-(Ottawa)
MPO-Région du Golfe (CPG)
MPO-Région de Québec (IML)
MPO-Région de Québec (IML)
MPO-Région des Maritimes (IOB)
MPO-Région de Québec (IML)
MPO-Région de Terre-Neuve (CPANO)
MPO-Région de Terre-Neuve (CPANO)
MPO-Région de Terre-Neuve (CPANO)
MPO-Région de Québec (IML)
MPO-Région des Maritimes (IOB)
MPO-Région des Maritimes (IML)
MPO-Région de Québec (IML)
MPO-Région de Québec (IML)
MPO-Région des Maritimes (IOB)
MPO-Région des Maritimes (IOB)
MPO-Région de Québec (IML)
MPO-Région de Québec (IML)
MPO-Région de Québec (IML)
MPO-Région de Québec (IML)
MPO-Région de Québec (IML)
MPO-Région de Terre-Neuve (CPANO)
MPO-Région du Pacifique
MPO-Région de Québec (IML)
MPO-Région de Québec (IML)
MPO-Région des Maritimes (IML)
MPO-Région de Québec (IML)
60
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising