CANADA GREECE / EXTRADITION - TREATY

CANADA GREECE / EXTRADITION - TREATY
CANADA
TREATY SERIES 2016/2..RECUEIL DES TRAITÉS
GREECE / EXTRADITION - TREATY
Extradition Treaty between the Government of Canada and the Government
of the Hellenic Republic
Done at Ottawa on 3 November 1999
In Force: 1 March 2016
_______________________________________________________
GRÈCE / EXTRADITION - CONVENTION
Convention d'extradition entre le gouvernement du Canada et le gouvernement
de la République hellénique
Fait à Ottawa le 3 novembre 1999
En vigueur : le 1er mars 2016
_______________________________________________________
© Her Majesty the Queen in Right of Canada, as
represented by the Minister of Foreign Affairs, 2016
© Sa Majesté la Reine du Chef du Canada, représentée
par le ministre des Affaires étrangères, 2016
The Canada Treaty Series is published by
the Treaty Law Division
of the Department of Foreign Affairs,
Trade and Development
www.treaty-accord.gc.ca
Le Recueil des traités du Canada est publié par
la Direction du droit des traités
du ministère des Affaires étrangères,
du Commerce et du Développement
www.treaty-accord.gc.ca
Catalogue No: FR4-2016/2-PDF
ISBN: 978-0-660-04689-1
No de catalogue : FR4-2016/2-PDF
ISBN : 978-0-660-04689-1
CANADA
TREATY SERIES 2016/2..RECUEIL DES TRAITÉS
GREECE / EXTRADITION - TREATY
Extradition Treaty between the Government of Canada and the Government
of the Hellenic Republic
Done at Ottawa on 3 November 1999
In Force: 1 March 2016
_______________________________________________________
GRÈCE / EXTRADITION - CONVENTION
Convention d'extradition entre le gouvernement du Canada et le gouvernement
de la République hellénique
Fait à Ottawa le 3 novembre 1999
En vigueur : le 1er mars 2016
_______________________________________________________
1
EXTRADITION TREATY
BETWEEN
THE GOVERNMENT OF CANADA
AND
THE GOVERNMENT OF THE HELLENIC REPUBLIC
THE GOVERNMENT OF CANADA AND THE GOVERNMENT OF THE
HELLENIC REPUBLIC, reaffirming their respect for each other’s judicial institutions; and
DESIRING to make more effective their co-operation in the suppression of crime
through the extradition of persons charged with or convicted of offences;
HAVE AGREED as follows:
ARTICLE 1
Obligation to Extradite
Each Contracting State agrees to extradite to the other, in accordance with the provisions
of this Treaty, any person found on the territory of one state who is wanted for prosecution or the
imposition or enforcement of a sentence by the authorities of the other State.
ARTICLE 2
Extraditable Offences
1.
Extradition shall be granted for conduct which, under the laws of both Contracting States,
is punishable by imprisonment for more than one year. Moreover, where a sentence of
imprisonment or other deprivation of liberty has been imposed by the courts of the Requesting
State, extradition shall be granted only if a period of at least six months of the penalty remains to
be served.
2.
For the purposes of determining the existence of an offence within the meaning of
paragraph 1 of this Article, the totality of the acts alleged against the person shall be taken into
account, without regard to the elements of the offence prescribed by the law of the Requesting
State and regardless of whether the Contracting States place the acts constituting the offence within
the same category of offence or denominate the offence by the same or similar terminology.
3.
If the request for extradition relates to a sentence of both imprisonment, as provided in
paragraph 1, and a pecuniary sanction, the Requested State may also grant extradition for the
enforcement of the pecuniary sanction.
1
CONVENTION D’EXTRADITION
ENTRE
LE GOUVERNEMENT DU CANADA
ET
LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE HELLÉNIQUE
LE GOUVERNEMENT DU CANADA ET LE GOUVERNEMENT DE LA
RÉPUBLIQUE HELLÉNIQUE, dans le respect mutuel de leurs institutions judiciaires;
RECHERCHANT une coopération plus efficace entre leurs deux pays en matière de
répression du crime par le recours à l’extradition des délinquants;
SONT convenus de ce qui suit :
ARTICLE PREMIER
Obligation d’extrader
Les deux États contractants s’engagent à se livrer mutuellement, conformément aux
dispositions de la présente Convention, toute personne qui, se trouvant sur le territoire de l’un des
deux États, est poursuivie pour une infraction ou réclamée aux fins d’imposition ou d’exécution
d’une sanction pénale par les autorités de l’autre État.
ARTICLE 2
Infractions donnant lieu à extradition
1.
L’extradition sera accordée pour des faits qui, d’après la loi des deux États, constituent
une infraction punissable d’une peine d’emprisonnement de plus d’un an. En outre, lorsqu’une
peine d’emprisonnement ou quelqu’autre peine privative de liberté a été imposée par les tribunaux
de l’État requérant, la portion de la peine qui reste encore à purger doit être d’au moins six mois.
2.
Aux fins de déterminer l’existence d’une infraction au sens du paragraphe 1 du présent
article, l’ensemble des faits allégués sera pris en considération, sans égard aux éléments constitutifs
de l’infraction d’après la loi de l’État requérant, peu importe que les lois des États contractants
identifient différemment l’infraction ou la situent dans des catégories différentes.
3.
Si la demande d’extradition porte à la fois sur une condamnation à l’emprisonnement,
comme prévu au paragraphe 1, et sur une peine pécuniaire, l’État requis peut également accorder
l’extradition pour l’exécution de cette peine pécuniaire.
2
4.
If the request for extradition relates to a number of offences, each of which is punishable
under the laws of both States, but some of which do not meet the other requirements of paragraph
1, the Requested State may also grant extradition for such offences.
5.
An offence against tax, customs or revenue laws, or of a purely fiscal character, is also an
extraditable offence.
ARTICLE 3
Extradition of Nationals
1.
The Requested State shall not be required to extradite its own nationals. Nationality shall
be determined as at the time of the offence for which extradition is requested.
2.
If the request for extradition is refused solely on the grounds that the person sought is a
national of the Requested State, that State, at the request of the Requesting State, shall refer the
matter to its competent authorities for prosecution. For this purpose, the files, documents and
exhibits relating to the offence shall be transmitted to the Requested State. That State shall inform
the Requesting State of the action taken on its request.
ARTICLE 4
Mandatory Refusal of Extradition
Extradition shall not be granted when:
a)
the offence for which extradition is requested is considered by the Requested
State as a political offence or as related to such an offence. The taking or
attempted taking of the life of the Head of State, or the Head of Government or
of a member of his or her family shall not be considered a political offence;
b)
the offence for which extradition is requested is an offence under military law
but not under the ordinary criminal law of the Contracting States;
c)
the person sought has been finally acquitted or convicted in the Requested State
for conduct constituting the same offence for which extradition is requested;
d)
the prosecution or the enforcement of the sentence for the offence identified in
the request for extradition would be barred by lapse of time under the law of the
Requested State.
2
4.
Si la demande d’extradition porte sur plusieurs infractions dont chacune est punissable
selon la loi des deux États, sans que certaines ne satisfassent aux autres critères du paragraphe 1,
l’État requis peut également accorder l’extradition pour ces infractions.
5.
Une infraction en matière d’imposition, de douane ou de revenu, ou d’ordre purement
fiscal, peut également donner lieu à extradition.
ARTICLE 3
Extradition des nationaux
1.
L’État requis ne sera pas tenu d’extrader ses propres nationaux. La nationalité sera établie
à la date de l’infraction pour laquelle l’extradition est demandée.
2.
Si la demande d’extradition est refusée pour l’unique motif que la personne réclamée
possède la nationalité de l’État requis, cet État, à la demande de l’État requérant, renverra l’affaire
à ses autorités compétentes pour qu’elles intentent des poursuites. A cette fin, les dossiers, les
documents et les pièces concernant l’infraction seront transmis à l’État requis. Cet État informera
l’État requérant des mesures prises pour donner suite à sa demande.
ARTICLE 4
Cas de refus obligatoire d’extradition
L’extradition ne sera pas accordée lorsque :
a)
l’infraction pour laquelle l’extradition est demandée est considérée par l’État
requis comme une infraction politique ou comme une infraction connexe à une
telle infraction. L’attentat ou la tentative d’attentat contre la vie du chef d’État
ou du chef du Gouvernement, ou d’un membre de sa famille, ne sera pas
considéré comme une infraction politique;
b)
l’infraction pour laquelle l’extradition est demandée est une infraction au droit
militaire sans être une infraction au droit pénal général des deux États;
c)
la personne réclamée a fait l’objet d’un jugement définitif d’acquittement ou de
condamnation dans l’État requis pour des faits constitutifs de la même infraction
pour laquelle l’extradition est demandée;
d)
la prescription de l’action pénale ou de l’exécution de la peine pour l’infraction
visée par la demande d’extradition est acquise selon la loi de l’État requis.
3
ARTICLE 5
Discretionary Refusal of Extradition
Extradition may be refused when:
a)
the person sought is being prosecuted by the Requested State for the offence for
which extradition is requested, or if the competent authorities of the Requested
State have decided, in accordance with the law of that State, not to prosecute or
to terminate the prosecution if it has already been instituted;
b)
the person sought has been finally acquitted or convicted in a third State for
conduct constituting the same offence for which extradition is requested and, if
convicted, the sentence imposed has been fully enforced or is no longer
enforceable;
c)
the Requested State considers that the offence was committed outside the
territory of the Requesting State and the law of the Requested State does not, in
corresponding circumstances, provide for the same jurisdiction;
d)
the Requested State, while also taking into account the nature of the offence and
the interests of the Requesting State, considers that, because of the health or age
of the person sought, the extradition would be incompatible with humanitarian
considerations.
ARTICLE 6
Capital Punishment
If the offence for which extradition is requested is punishable by death under the law of
the Requesting State, and if in respect of such offence the death penalty is not provided for by the
law of the Requested State or is not normally carried out, extradition may be refused unless the
Requesting State gives such assurances as the Requested State considers sufficient that the death
penalty will not be carried out.
ARTICLE 7
Presentation of a Request for Extradition
1.
Requests for extradition, supporting documents and related correspondence may be
exchanged between the Departments of Justice of the Contracting States.
2.
Nothing in this article excludes the use of diplomatic channels.
3
ARTICLE 5
Cas de refus discrétionnaire d’extradition
L’extradition peut être refusée lorsque :
a)
la personne réclamée est poursuivie par l’État requis pour l’infraction pour
laquelle l’extradition est demandée ou que les autorités compétentes de l’État
requis ont décidé, conformément à la loi de cet État, de ne pas poursuivre ou de
mettre fin à la poursuite, si elle a déjà été entamée;
b)
la personne réclamée a été définitivement acquittée ou reconnue coupable dans
un État tiers, pour des faits constitutifs de la même infraction pour laquelle
l’extradition est demandée et, si elle a été reconnue coupable, que la peine a été
exécutée ou qu’elle ne peut plus l’être;
c)
l’infraction, de l’avis de l’État requis, a été commise à l’extérieur du territoire de
l’État requérant et que la loi de l’État requis ne confère pas, dans des
circonstances correspondantes, la même compétence juridictionnelle;
d)
l’État requis, compte tenu de la nature de l’infraction et des intérêts de l’État
requérant, estime que l’extradition de la personne réclamée irait, en raison de son
âge ou de sa santé, à l’encontre de considérations d’ordre humanitaire.
ARTICLE 6
Peine capitale
Si l’infraction à raison de laquelle l’extradition est demandée est punie de la peine
capitale par la loi de l’État requérant, et que, dans ce cas, cette peine n’est pas prévue par la
législation de l’État requis, ou n’y est généralement pas exécutée, l’extradition pourra n’être
accordée qu’à la condition que l’État requérant donne des assurances jugées suffisantes par l’État
requis que la peine capitale ne sera pas exécutée.
ARTICLE 7
Présentation d’une demande d’extradition
1.
Les demandes d’extradition, les pièces justificatives et la correspondance y relative
pourront être échangées entre les Ministères de la Justice des États contractants.
2.
Rien dans le présent article n’exclut le recours à la voie diplomatique.
4
ARTICLE 8
Documents to be Submitted
1.
The following documents shall be submitted in support of a request for extradition:
a)
b)
in all cases:
(i)
information about the description, identity, location and nationality of
the person sought;
(ii)
a statement prepared by a judicial or public official of the conduct
constituting the offence for which the extradition is requested,
indicating the place and date of the commission of the offence, the
nature of the offence and reproducing the text of the legal provisions
describing the offence and the applicable penalty. This statement shall
also indicate that these legal provisions were in force both at the time of
the commission of the offence and at the time of the extradition request,
and where the offence occurred outside the territory of the Requesting
State, the legal provisions establishing its jurisdiction.
in the case of a person accused or prosecuted for an offence:
(i)
the original or a certified true copy of the order of arrest or of any
document having the same force and effect, issued in the Requesting
State;
(ii)
in the event that the law of the Requested State so requires, evidence
that would justify committal for trial of the person sought, if the
conduct had occurred in the Requested State:
For that purpose, a summary of the facts of the case setting out the evidence
available, including evidence of the identity of the offender, shall be admitted in evidence
as proof of the facts contained therein provided that the competent judge or prosecutor
that produces it, certifies that the evidence described in the summary was obtained in
accordance with the law of the Requesting State.
The summary may include any reports, statement, reproduction or other useful
documentation.
The summary may contain evidence gathered in the Requesting State or
elsewhere and shall be admissible in evidence whether or not such evidence would
otherwise be admissible under the law of the Requested State.
c)
in the case of a person sought for the enforcement of a sentence:
i)
the original or a certified true copy of the judgment or other document
setting out the conviction and sentence to be served;
4
ARTICLE 8
Pièces justificatives
1.
Les pièces suivantes doivent être fournies à l’appui d’une demande d’extradition :
a)
b)
dans tous les cas :
(i)
des informations sur le signalement, l’identité, la nationalité de la
personne réclamée et sur le lieu où elle se trouve;
(ii)
une déclaration d’un officier de justice ou d’un officier public décrivant
les faits constitutifs de l’infraction pour laquelle l’extradition est
demandée et indiquant le lieu et la date de sa commission, la nature de
l’infraction, et reproduisant le texte des dispositions légales décrivant
l’infraction et sa sanction. Cette déclaration contiendra également un
énoncé selon lequel ces dispositions légales étaient en vigueur au
moment de la commission de l’infraction et au moment de la demande
d’extradition, ainsi qu’une mention faisant état des dispositions de droit
établissant la juridiction de l’État requérant sur l’infraction si celle-ci
est survenue hors de son territoire.
dans le cas d’une personne poursuivie ou accusée :
(i)
l’original ou une copie certifiée conforme du mandat d’arrêt, ou de tout
document ayant même force et effet, délivré dans l’État requérant;
(ii)
si le droit de l’État requis l’exige, des preuves qui justifieraient son
‘‘renvoi à procès’’ si les faits étaient survenus dans l’État requis.
A ces fins, un exposé des faits en cause, décrivant les éléments de preuve
disponibles, y compris ceux relatifs à l’identité de l’auteur de l’infraction, fait preuve des
faits qui y sont exposés pourvu que le magistrat ou le procureur compétents qui l’établit
certifie que les éléments de preuve décrits dans cet exposé ont été réunis conformément à
la loi de l’État requérant.
L’exposé peut inclure tout rapport, déclaration, reproduction ou autre
documentation utile.
L’exposé peut comporter des éléments de preuve réunis sur le territoire de l’État
requérant ou en d’autres lieux, et est admissible en preuve, que ces éléments soient ou non
autrement admissibles en vertu de la loi de l’État requis.
c)
dans le cas d’une personne réclamée pour l’exécution d’une peine :
(i)
l’original ou une copie certifiée conforme du jugement ou de tout autre
document prononçant la déclaration de culpabilité et indiquant la peine
à purger;
5
(ii)
d)
if a portion of the sentence has already been served, a statement by a
public officer specifying the portion of the sentence which remains to
be served;
in support of a request from Canada relating to a person who has been convicted
but not sentenced, the original or a certified true copy of the order of arrest and
the original or a certified true copy of a document establishing that the person
has been convicted and that a sentence is to be imposed.
2.
In the case of a person convicted by default the requirements relating to the submission of
documents referred to in subparagraphs a and b of paragraph 1 shall apply. If, however, it is
established that the charge, containing notice of the date and place of trial, or the judgement
rendered by default has been personally served on the person sought, and that person has not
appeared or availed himself or herself of the rights to appeal and retrial, the requirements relating
to the submission of documents referred to in subparagraphs a and c of paragraph 1 shall apply.
3.
All documents submitted in support of a request for extradition and appearing to have
been certified or issued by a judicial authority, a prosecutor or public officer the Requesting State
or made under their authority shall be admitted in extradition proceedings in the Requested State
without having to be taken under oath or solemn affirmation and without proof of the signature or
of the official character of the person appearing to have signed them.
4.
Documents submitted in support of a request for extradition are not required to be
authenticated or otherwise certified.
5.
Any translation, produced in the Requesting State, of documents submitted in support of a
request for extradition shall be admitted for all purposes in extradition proceedings.
ARTICLE 9
Additional Information
If the information provided by the Requesting State is not sufficient for the Requested
State to make a decision under this Treaty, the Requested State shall ask for the necessary
additional information, setting, if it so wishes, a reasonable time limit for its transmission.
ARTICLE 10
Provisional Arrest
1.
In case of urgency, the competent authorities of the Requesting State may apply in writing
for the provisional arrest of the person sought. Such application may also be made through the
International Criminal Police Organization (Interpol).
5
(ii)
d)
si la peine a déjà été purgée en partie, une déclaration d’un officier
public indiquant la portion de la peine qui reste à purger;
à l’appui d’une demande du Canada relative à une personne reconnue coupable
mais dont la peine n’a pas été prononcée, l’original ou une copie certifiée
conforme du mandat d’arrêt et l’original ou une copie certifiée conforme d’un
document établissant que la personne a été reconnue coupable et qu’une peine
lui sera imposée.
2.
Lorsqu’il s’agit d’une personne condamnée par défaut il y a lieu d’appliquer les
dispositions des alinéas (a) et (b) du paragraphe 1 relatives à la production de pièces. Si toutefois il
est établi que la personne réclamée s’est vu signifier à personne soit l’inculpation, y compris un
avis de la date et du lieu du procès, soit le jugement par défaut, et si celle-ci n’a pas comparu ou
n’a pas fait valoir ses droits d’interjeter appel et de subir un nouveau procès, il y a lieu d’appliquer
les dispositions relatives à la production de pièces des alinéas (a) et (c) du paragraphe 1 précité.
3.
Tous les documents présentés à l’appui d’une demande d’extradition paraissant émaner
d’une autorité judiciaire, d’un procureur ou d’un officier public de l’État requérant, avoir été
certifiés par ceux-ci ou avoir été faits sous leur autorité, sont admis dans les procédures
d’extradition dans l’État requis sans qu’ils soient établis sous serment ou affirmation solennelle et
sans qu’il soit nécessaire de prouver la signature ou la qualité du signataire.
4.
Il n’est nullement nécessaire d’authentifier ou d’autrement certifier les pièces présentées à
l’appui d’une demande d’extradition.
5.
Toute traduction des documents soumis à l’appui d’une demande d’extradition, émanant
de l’État requérant, est admise à toutes fins dans les procédures d’extradition.
ARTICLE 9
Complément d’information
Si l’information fournie par l’État requérant ne permet pas à l’État requis de parvenir à
une décision en vertu de la présente Convention, l’État requis demandera l’information
additionnelle nécessaire, fixant, s’il le désire, un délai raisonnable pour sa transmission.
ARTICLE 10
Arrestation provisoire
1.
Dans les cas d’urgence, les autorités compétentes de l’État requérant peuvent demander,
par écrit, l’arrestation provisoire de la personne réclamée. Cette demande peut également être faite
par l’entremise de l’Organisation Internationale de Police Criminelle (INTERPOL).
6
2.
An application for provisional arrest shall include the following:
a)
information about the description, identity, location and nationality of the person
sought;
b)
a statement that a request for extradition will follow;
c)
the designation, date and place of the offence and a summary of the facts of the
case;
d)
a statement attesting to the existence of a warrant of arrest or of a conviction to
which this Treaty applies;
e)
any other information which would justify provisional arrest in the Requested
State.
3.
The Requested State shall without delay inform the Requesting State of the measures
taken pursuant to the application for provisional arrest.
4.
Provisional arrest shall be terminated if the Requested State has not received the request
for extradition within (60) days after the arrest. The competent authorities of the Requested State,
insofar that it is permitted by the law of that State, may extend that delay with regards to the
reception of the documents referred to in Article 8. However, the person sought may be granted
interim release at any time, subject to the conditions deemed necessary to ensure that the person
does not leave the country.
5.
The expiry of the 60 day period does not preclude subsequent arrest and extradition if a
request for extradition is subsequently received.
ARTICLE 11
Consent to Extradition
A person sought may be extradited to the Requesting State pursuant to the provisions of
this Treaty without formal extradition proceedings provided that the person consents, before a
judicial authority, to be extradited.
ARTICLE 12
Competing Extradition Requests
When requests are received from two or more States for the extradition of the same
person, the Requested State shall determine to which of those States the person is to be extradited
and shall notify the other Contracting State of its decision.
6
2.
Sont inclus dans la demande d’arrestation provisoire :
a)
des information sur le signalement, l’identité, la nationalité de la personne
réclamée et le lieu où elle se trouve;
b)
une déclaration qu’une demande d’extradition suivra;
c)
la désignation, la date et le lieu de l’infraction et une brève description des faits
en cause;
d)
une déclaration attestant l’existence d’un mandat d’arrêt ou d’un jugement de
culpabilité qui entraîne l’application de la présente Convention;
e)
toute autre information, le cas échéant, qui justifierait l’arrestation provisoire
dans l’État requis.
3.
L’État requis informera sans retard l’État requérant des mesures prises pour donner suite à
la demande d’arrestation provisoire.
4.
L’arrestation provisoire devra prendre fin si, dans le délai de soixante (60) jours après
l’arrestation, l’État requis n’a pas été saisi de la demande d’extradition. S’agissant de la remise des
pièces mentionnées à l’article 8 et dans la mesure où le droit de l’État requis le permet, les
autorités compétentes de cet État auront cependant la faculté de prolonger ce délai. Toutefois, la
mise en liberté provisoire de la personne réclamée est possible à tout moment, sous réserve des
conditions jugées nécessaires pour s’assurer qu’elle ne quitte pas le pays.
5.
L’expiration du délai de soixante (60) jours ne fait pas obstacle, le cas échéant, à une
nouvelle arrestation et à l’extradition si la demande d’extradition parvient ultérieurement.
ARTICLE 11
Consentement à l’extradition
L’État requis peut livrer, en conformité avec les dispositions de la présente Convention, la
personne réclamée à l’État requérant sans procédure formelle d’extradition, pourvu que cette
personne consente devant une autorité judiciaire à être livrée.
ARTICLE 12
Concours de requêtes
Si l’extradition de la même personne est demandée par deux ou plusieurs États, l’État
requis décidera auquel de ces États elle doit être livrée et il informera l’autre État contractant de sa
décision.
7
ARTICLE 13
Surrender of Person to be Extradited
1.
The Requested State shall inform the Requesting State of its decision on the request for
extradition.
2.
Reasons shall be given for any complete or partial denial of the request.
3.
In case of extradition, the Requesting State shall be informed of the place and date of
surrender, and of how long the person sought was in detention while awaiting extradition.
4.
If the person sought is not surrendered on the date specified, that person may be set at
liberty upon the expiration of fifteen days from that date and may be discharged from extradition
proceedings upon the expiration of thirty days.
ARTICLE 14
Postponed or Temporary Surrender
1.
Where the person sought is being proceeded against or is serving a sentence in the
Requested State for an offence other than that for which extradition is requested, the Requested
State may surrender the person sought or postpone surrender until the conclusion of the
proceedings or the service of the whole or any part of the sentence imposed. The Requested State
shall inform the Requesting State of any postponement.
2.
To the extent permitted by its law, where a person has been found extraditable, the
Requested State may temporarily surrender the person sought for the purposes of prosecution to
the Requesting State in accordance with conditions to be determined between the Contracting
States. The period of time spent in custody in the Requesting State shall be subtracted from the
sentence that remains to be served in the Requested State.
3.
A person who is returned to the Requested State following a temporary surrender may be
finally surrendered in accordance with the provisions of this Treaty, to serve any sentence imposed
in the Requesting State, after the termination of the proceedings or after having served the sentence
in the Requested State.
ARTICLE 15
Surrender of Property
1.
To the extent permitted under its law, the Requested State shall, at the request and for the
benefit of the Requesting State, gather on its territory all property that may be used as evidence of
the offence for which extradition is requested.
7
ARTICLE 13
Remise
1.
L’État requis informera l’État requérant de sa décision quant à l’extradition.
2.
Tout rejet complet ou partiel de la demande d’extradition sera motivé.
3.
En cas d’extradition, l’État requérant sera informé du lieu et de la date de remise, ainsi
que de la durée de la détention subie par la personne réclamée, en vue de son extradition.
4.
Si la personne réclamée n’a pas été remise à la date fixée, elle pourra être mise en liberté
à l’expiration d’un délai de quinze (15) jours à compter de cette date et pourra être libérée des
procédures d’extradition à l’expiration d’un délai de trente (30) jours.
ARTICLE 14
Remise temporaire ou différée
1.
Lorsque la personne réclamée fait l’objet de procédures ou purge une peine dans l’État
requis pour une infraction autre que celle pour laquelle l’extradition est demandée, l’État requis
peut remettre la personne réclamée ou ajourner sa remise jusqu’à la conclusion des procédures ou
jusqu’à ce que soit purgée, en tout ou en partie, la peine qui a été imposée. L’État requis informe
l’État requérant de tout report.
2.
Dans la mesure permise par le droit de l’État requis, la personne réclamée dont
l’extradition a été prononcée, peut être temporairement remise par cet État à l’État requérant aux
fins de poursuites, dans les conditions à déterminer entre les États contractants. La durée de la
détention subie dans l’État requérant sera soustraite de la peine qui reste à subir dans l’État requis.
3.
La personne retournée à l’État requis à la suite d’une remise temporaire peut être,
conformément aux dispositions de la présente Convention, finalement remise pour purger toute
peine qui lui fut imposée dans l’État requérant, après la fin des procédures ou l’exécution de la
peine dans l’État requis.
ARTICLE 15
Remise d’objets
1.
L’État requis convient, sur demande et dans la mesure où son droit le permet, de recueillir
sur son propre territoire, au profit de l’État requérant, les objets qui peuvent servir à prouver
l’infraction pour laquelle l’extradition est demandée.
8
2.
At the request of the Requesting State, the Requested State shall seize and surrender, to
the extent permitted under its law, any article which:
a)
may serve as evidence; or
b)
was acquired as a result of the offence and was found at the time of arrest in the
possession of the person sought.
3.
The property described in paragraph 2 of this Article shall be surrendered to the
Requesting State even if the extradition granted cannot be carried out owing to the death or escape
of the person sought.
4.
Where the said articles are subject to seizure or confiscation in the territory of the
Requested State, that State may, for the purposes of a criminal proceeding in progress, keep such
articles temporarily or surrender them on condition that they be returned.
5.
Where the rights of the Requested State or of third parties so require, any articles so
surrendered to the Requesting State shall be returned to the Requested State, free of charge, as
soon as possible after the trial.
ARTICLE 16
Rule of Specialty
1.
A person who has been surrendered pursuant to this Treaty shall not be proceeded
against, detained, tried or punished in the territory of the Requesting State for an offence other than
that for which extradition was granted, except in the following cases:
2.
a)
when that person consents, in writing, before a judicial authority of the
Requesting State, after having been informed by that authority of his or her
rights;
b)
when that person, after having been extradited, has left the territory of the
Requesting State and has then returned to it of his or her own free will;
c)
when that person has not left the territory of the Requesting State after having
been free to leave it for 45 days; or
d)
when the Requested State consents. For this purpose, the Requested State may
require the production of any document or statement mentioned in Article 8.
These provisions shall not apply to offences committed after extradition.
3.
If the charge for which the person was surrendered is subsequently changed, that person
may be prosecuted or sentenced provided the offence under its new description is:
a)
based on substantially the same facts contained in the extradition request and its
supporting documents; and
8
2.
A la demande de l’État requérant, l’État requis saisira et remettra, dans la mesure où sa loi
le permet, tout objet :
a)
qui peut servir de preuve; ou
b)
qui, provenant de l’infraction, aurait été trouvé au moment de l’arrestation en la
possession de la personne réclamée.
3.
I1 sera procédé à la remise des objets visés au paragraphe 2 du présent article même dans
le cas où l’extradition, déjà accordée, ne pourrait avoir lieu en raison du décès ou de l’évasion de
la personne réclamée.
4.
Lorsque lesdits objets seront susceptibles de saisie ou de confiscation sur le territoire de
l’État requis, ce dernier pourra, pour les fins d’une procédure pénale en cours, les garder
temporairement ou les remettre sous condition de restitution.
5.
Sont toutefois réservés les droits que l’État requis ou des tiers auraient acquis sur ces
objets. Dans le cas où de tels droits existeraient, les objets seront, le procès terminé, restitués le
plus tôt possible, et sans frais, à l’État requis.
ARTICLE 16
Règle de la spécialité
1.
La personne remise sous le régime de la présente Convention ne sera ni poursuivie, ni
détenue, ni jugée, ni punie sur le territoire de l’État requérant, pour une infraction autre que celle
ayant motivé l’extradition, sauf dans les cas suivants :
2.
a)
lorsque cette personne y consent par écrit, devant une autorité judiciaire de l’État
requérant, après que l’autorité judiciaire l’ait informée de ses droits;
b)
lorsque cette personne, après l’extradition, a quitté le territoire de l’État
requérant et y est rentrée de son plein gré;
c)
lorsque cette personne n’a pas quitté le territoire de l’État requérant, après avoir
eu pendant quarante-cinq (45) jours la liberté de le faire;
d)
lorsque l’État requis y a consenti. A cette fin, l’État requis peut exiger la
présentation de tout document ou de toute déclaration visé à l’article 8.
Ces dispositions ne s’appliquent pas aux infractions perpétrées après l’extradition.
3.
Si l’inculpation pour laquelle la personne a été extradée est subséquemment modifiée,
cette personne peut être poursuivie ou condamnée à une peine pourvu que l’infraction, selon sa
nouvelle qualification, soit :
a)
fondée substantiellement sur les mêmes faits que ceux exposés dans la demande
d’extradition et dans ses pièces justificatives; et
9
b)
punishable by the same maximum penalty as, or a lesser maximum penalty than,
the offence for which that person was extradited.
ARTICLE 17
Re-Extradition to a Third State
A person who has been surrendered pursuant to this Treaty may not be surrendered to a
third State without the consent of the Requested State, except in the cases specified in
subparagraphs 1(a), (b) and (c) of Article 16. The Requested State may require the production of
the documents in support of the extradition request received by the Requesting State from the third
State.
ARTICLE 18
Transit
The transit of a person surrendered by a third State to one of the Contracting States
through the other’s territory shall be authorized on request, subject to the latter’s law and to all
cases where extradition may be refused pursuant to this Treaty.
ARTICLE 19
Applicable Law
Unless there is a provision to the contrary in this Treaty, proceedings relating to arrest and
extradition shall be governed by the law of the Requested State.
ARTICLE 20
Language
All documents submitted in accordance with this Treaty shall be in an official language of
the Requesting State and accompanied by a translation into the official or an official language of
the Requested State.
9
b)
punissable d’une peine maximale équivalente, ou d’une peine maximale moindre
que l’infraction pour laquelle cette personne avait été extradée.
ARTICLE 17
Réextradition vers un État tiers
La personne qui a été remise en vertu de la présente Convention ne peut être remise à un
État tiers sans le consentement de l’État requis, sauf dans les cas visés aux alinéas (a), (b) et (c) du
paragraphe 1 de l’article 16. L’État requis pourra exiger la production des pièces appuyant la
demande d’extradition reçues par l’État requérant de l’État tiers.
ARTICLE 18
Transit
Le transit d’une personne qui est remise par un État tiers à l’un des États contractants à
travers le territoire de l’autre, sera autorisé sur demande, sous réserve de la législation de ce
dernier et de tous les cas où l’extradition peut être refusée en vertu de la présente Convention.
ARTICLE 19
Droit applicable
Sauf disposition contraire de la présente Convention les procédures d’arrestation et
d’extradition sont régies par le droit de l’État requis.
ARTICLE 20
Langues
Tous les documents soumis en vertu de la présente Convention sont rédigés dans la
langue officielle ou l’une des langues officielles de l’État requérant et accompagnés d’une
traduction dans la langue officielle ou l’une des langues officielles de l’État requis.
10
ARTICLE 21
Expenses
For the purposes of extradition:
a)
The Requested State shall bear the expenses incurred in its territory for arrest,
detention and any other proceeding in the Requested State, including prosecution
pursuant to paragraph 2 of Article 3 of this Treaty.
b)
The Requesting State shall bear the expenses incurred in conveying the person
sought from the territory of the Requested State to the territory of the Requesting
State.
ARTICLE 22
Conduct of Proceedings
1.
In the case of a request for extradition presented by the Hellenic Republic, the Attorney
General of Canada shall conduct the extradition proceedings.
2.
In the case of a request for extradition presented by Canada, the Department of Justice of
the Hellenic Republic and the Prosecutor of the competent Court of Appeal shall conduct the
extradition proceedings in accordance with Greek law.
ARTICLE 23
Entry into Force
1.
When this Treaty enters into force, it shall abrogate and replace between the Contracting
States, the Treaty between the United Kingdom and Greece for the Mutual Surrender of Fugitive
Criminals, signed at Athens on September 24, 1910; however, any request for extradition made
prior to the entry into force of this Treaty shall continue to be governed by the provisions of the
aforementioned Treaty of 1910.
2.
This Treaty shall apply to any request made after the date of its entry into force, even if
the offence for which extradition is sought was committed before that date.
ARTICLE 24
Approval
1.
The Contracting States shall exchange notifications that the legal requirements for the
entry into force of this Treaty have been met.
10
ARTICLE 21
Frais
Aux fins de l’extradition:
a)
l’État requis assumera les frais découlant de l’arrestation, de la détention et de
toute autre procédure se déroulant dans l’État requis, y compris la poursuite
judiciaire intentée en application de l’article 3 paragraphe 2 de la présente
Convention.
b)
l’État requérant assumera les frais découlant du transfèrement de la personne
réclamée de l’État requis à l’État requérant.
ARTICLE 22
Conduite des procédures
1.
Dans les cas d’une demande d’extradition présentée par la République Hellénique, le
Procureur Général du Canada exerce la conduite des procédures d’extradition.
2.
Dans le cas d’une demande d’extradition présentée par le Canada, le Ministère de la
Justice de la République Hellénique et le Procureur de la Cour d’Appel compétente exercent la
conduite des procédures d’extradition, conformément à leur législation.
ARTICLE 23
Entrée en vigueur
1.
Lorsqu’elle entrera en vigueur, la présente Convention abrogera et remplacera, entre les
États contractants, le Traité pour l’extradition des criminels conclu entre la Grèce et le Royaume
Uni, signé à Athènes le 24 septembre 1910; toutefois toute demande d’extradition antérieure à
l’entrée en vigueur de la présente Convention continuera d’être régie par les dispositions du Traité
précité de 1910.
2.
La présente Convention s’appliquera à toute demande postérieure à son entrée en vigueur
même si l’infraction pour laquelle l’extradition est demandée a été commise avant cette date.
ARTICLE 24
Approbation
1.
Les États contractants se notifieront mutuellement l’accomplissement de la procédure
requise pour l’entrée en vigueur de la présente Convention.
11
2.
This Treaty shall enter into force on the first day of the second month following the day
on which the last notification is received.
3.
Either Contracting State may terminate this Treaty at any time by giving notice in writing
to the other Contracting State through diplomatic channels, and the Treaty shall cease to be in
force one year after the day on which such notice is received.
IN WITNESS WHEREOF the undersigned, being duly authorized thereto by their respective
Governments, have signed and sealed this Treaty.
DONE in duplicate at Ottawa on the 3rd day of November 1999, in the English, French and Greek
languages, each version being equally authentic.
Lloyd Axworthy
George A. Papandreou
FOR THE GOVERNMENT
OF CANADA
FOR THE GOVERNMENT OF
THE HELLENIC REPUBLIC
11
2.
La présente Convention entrera en vigueur le premier jour du second mois suivant le jour
de réception de la dernière notification.
3.
L’un ou l’autre État contractant peut dénoncer la présente Convention à tout moment, en
donnant notification à l’autre État contractant de sa dénonciation par la voie diplomatique. La
dénonciation prendra effet un an après la date de réception de cette notification.
EN FOI DE QUOI, les représentants des deux Gouvernements dûment autorisés à cet effet, ont
signé la présente Convention et y ont apposé leur sceau.
FAIT en double exemplaire à Ottawa ce 3e jour de novembre 1999, en langues française, anglaise
et grecque, les trois textes faisant également foi.
POUR LE GOUVERNEMENT
DU CANADA
POUR LE GOUVERNEMENT DE LA
RÉPUBLIQUE HELLÉNIQUE
Lloyd Axworthy
George A. Papandreou
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising