Hareng de la côte ouest de Terre-Neuve (Division 4R) en 2003

Hareng de la côte ouest de Terre-Neuve (Division 4R) en 2003
Région du Québec
Rapport sur l’état des stocks 2004/017
Québec
B
Hareng de la côte ouest de
Terre-Neuve (Division 4R)
en 2003
-C
se
as
Ch
d
or
N
ôte
a
en
ui
sq
lE
En eaux canadiennes, le hareng fait l’objet d’une pêche
commerciale qui se pratique principalement dans le sudouest de la Nouvelle-Écosse, dans la baie de Fundy, dans le
sud du golfe du Saint-Laurent et sur la Côte-Nord du
Québec. Des prises importantes de hareng sont aussi
réalisées sur la côte ouest de Terre-Neuve. Cette région
s’étend plus précisément de la zone 4Ra au nord à la zone
4Rd située plus au sud (Figure 1). L’engin de pêche le plus
important est la senne bourse avec des débarquements
annuels moyens (1990-2002) de 10 841 t pour les grands
senneurs (>65’) et de 2 962 t pour les petits senneurs (<65’).
Cette pêche est suivie de celle au filet maillant dont les
débarquements sont en moyenne de 1 348 t par année. La
pêche sur la côte ouest de Terre-Neuve est gérée par un
Total Admissible des Captures (TAC) pour l’ensemble des
deux groupes reproducteurs. De plus, en raison des faibles
biomasses calculées depuis quelques années, des mesures
de gestion sévères concernant la protection des frayères de
la baie St-George ont été appliquées sur le stock de
printemps dans le but de permettre sa reconstruction.
Mars 2004
c
tr
Dé
oi t
lle
Be
de
e
Isl
4Ra
New Ferolle
Baie St-John
Point Riche
an
m
4Rb
Bonne Bay
St. Paul's Inlet
Cape St-Gregory
Renseignements de base
Le hareng (Clupea harengus harengus) est un poisson
pélagique qui fréquente les eaux froides de l’Atlantique. Au
Canada, son aire de distribution s’étend des côtes de la
Nouvelle-Écosse jusqu’à celles du Labrador. Il se déplace
en bancs serrés pour se nourrir, principalement de plancton
(copépodes et euphausides), pour se reproduire près des
côtes et finalement pour hiverner au large, en eaux plus
profondes. Les mêmes sites de ponte, d’alimentation et
d’hivernage sont visités par les mêmes harengs d’année en
année. Ce phénomène de "homing" s’explique par un
comportement d’apprentissage à l’arrivée des jeunes
classes d’âge dans une population. La croissance est rapide
et la maturité sexuelle est atteinte chez la plupart des
harengs à quatre ans et à une longueur d’environ 25 cm. À
la ponte, les œufs se fixent sur le fond pour former un tapis
de quelques centimètres d’épaisseur. Contrairement à
d’autres populations de poissons pélagiques, celles du
hareng sont caractérisées par la présence de deux groupes
reproducteurs.
Les harengs de printemps pondent
généralement en avril-mai et ceux d’automne, au cours des
mois d’août et septembre. Généralement, chaque groupe
reproducteur est considéré comme un stock distinct.
du
e
éb
Qu
Baie des Îles
4Rc Baie de Port
au Port
Baie St-George
4Rd
Terre-Neuve
Cap Anguille
Figure 1. Carte des zones unitaires de la division
4R situées sur la côte ouest de Terre-Neuve (la
division 4R est définie par la zone colorée).
Sommaire
•
•
En 2003, les données préliminaires des
débarquements de hareng de la côte
ouest de Terre-Neuve ont totalisé
14 681 t, ce qui est légèrement supérieur
aux 13 117 t débarquées en 2002 mais
inférieur au TAC de 20 000 t. La plupart
des débarquements ont été réalisés par
des grands senneurs sur une courte
période de temps et dans une région très
restreinte de la zone unitaire 4Rd.
Des signaux biologiques inquiétants sont
observés chez le hareng.
Une
diminution importante de l’âge moyen
des captures a été observée au cours
des 30 dernières années. Depuis 2000,
une augmentation de la proportion de
Région du Québec
•
•
•
•
Hareng de la côte ouest de Terre-Neuve
(Division 4R) en 2003
poissons matures âgés de trois et quatre
ans a été observée chez les harengs de
printemps, ce qui témoigne d’une
maturation de plus en plus précoce. La
condition
des
reproducteurs
de
printemps et d’automne a chuté
dramatiquement en 2003, après avoir
enregistré une hausse importante entre
1998 et 2002.
L’indice d’abondance des reproducteurs
de printemps provenant de la pêche au
filet maillant dans les baies St-George et
de Port au Port était à la hausse depuis
1998. En 2002, cet indice a atteint un
niveau identique à celui observé à la fin
des années 1980 en raison des classes
d’âge de 1994, 1995 et 1996 dont
l’abondance est supérieure à la
moyenne.
Cependant, cet indice a
enregistré une légère baisse en 2003.
Une analyse séquentielle de population
(ASP) a été réalisée en utilisant les
données de l’indice d’abondance des
filets maillants et du relevé acoustique
pour le stock de printemps. Les résultats
indiquent un patron rétrospectif qui tend
à sous-estimer l’abondance réelle de ce
stock reproducteur, tendance qui semble
maintenant s’atténuer. Compte tenu de
ces incertitudes, les résultats de l’ASP et
des
projections
déterminées
par
l’analyse de risque doivent être utilisés
avec prudence.
La biomasse reproductrice du stock des
harengs de printemps, selon l’ASP, serait
passée d’un minimum historique de
32 559 t en 1997 à 74 944 t en 2002 et à
57 727 t en 2003. La probabilité de
dépasser F0.1 serait inférieure à 50 %
pour des captures en 2004 de moins de
10 000 t.
Le seul indice d’abondance des
reproducteurs d’automne provenait du
relevé acoustique. Comme il n’y a pas
eu de relevé en 2003 et qu’il n’existe pas
d’indice de la pêche au filet maillant,
aucun avis scientifique ne peut être émis
sur la taille de ce stock ainsi que sur le
niveau acceptable des prises pour 2004.
Il est même probable que nous soyons
•
dans l’impossibilité d’émettre un avis
pour le stock d’automne dans les années
à venir.
Étant donné la présence de signaux
biologiques inquiétants (baisse de l’âge
moyen des captures et maturité plus
précoce), de la concentration de l’effort
de pêche sur des zones et des périodes
de temps plus restreintes et de l’absence
d’information sur le stock d’automne,
nous recommandons que le TAC de
2004 soit limité rigoureusement à un
maximum de 20 000 t pour l’ensemble
des deux stocks reproducteurs.
La pêche
Prises nominales
Les différents stocks de hareng de la côte
ouest de Terre-Neuve sont exploités
séparément lors des rassemblements reliés
à la ponte ou collectivement lorsqu’ils sont
mélangés entre les mois d’avril et
décembre. Ces stocks sont exploités
principalement par une flotte de grands
(>65’) et de petits senneurs (<65’), ainsi que
par un grand nombre de pêcheurs utilisant
le filet maillant. Entre 1990 et 2002, les
débarquements associés à ces trois types
d’engins de pêche ont été en moyenne de
15 297 t par année (Tableau 1). Pour les
grands senneurs, les débarquements
annuels moyens ont été de 10 841 t
comparativement à 2 962 t pour les petits
senneurs et à 1 348 t pour les filets
maillants. Du hareng est aussi capturé en
guise d’appât. Ces captures ne sont pas
comptabilisées
et
pourraient
être
importantes surtout que les pêches au
crabe (Chionoecetes opilio) et au homard
(Homarus americanus) ont atteint des
sommets récemment.
En 2003, les débarquements préliminaires
de
hareng
ont
totalisé
14 681 t
comparativement à 13 117 t pour 2002
(Tableau 1). Les prises du TAC attribuées
aux senneurs ont toutes été capturées alors
que celles des filets maillants ont été
limitées en raison de problèmes de
marchés. La plupart des débarquements
-2-
Région du Québec
Hareng de la côte ouest de Terre-Neuve
(Division 4R) en 2003
Tableau 1. Hareng de la côte ouest de Terre-Neuve: débarquements recensés (t) par zone unitaire de
l'OPANO, par engin de pêche et TAC depuis 1990.
ZONE ET
ENGIN
1990
1991
1992
1993
1994
1995
ANNÉE
1996 1997
1998
1999
2000
2001
MOYENNE
2002 2003** (1990-2002)
4Ra
4Rb
4Rc
4Rd
457
4 191
7 434
5 202
576
6 948
2 493
16 420
902
4 147
1 391
8 896
852
2 218
1 030
11 211
1 017
5 711
3 052
2 599
2 283
3 273
7 321
3 133
2 584
2 952
8 173
1 115
2 572
3 451
5 300
1 637
4 128
7 729
5 891
611
1 653
4 766
3 088
1 201
1 981
2 995
6 469
1 471
2 613
2 643
6 379
1 589
1 604
2 621
7 660
1 232
23
322
2 506
10546
1 786
4 127
5 052
4 332
Filet maillant*
Petit senneur
Grand senneur
Autres
836
0
16 301
147
779
0
25 594
63
552
4 390
10 277
117
139
3 752
11 309
108
747
3 854
7 634
146
1 658
3 392
10 814
148
2 175
3 072
9 473
104
1 802
3 053
7 751
354
4 217
4 435
9 468
239
869
2 599
7 147
93
1 277
3 153
8 427
59
1 216
3 418
8 344
246
1 257
3 382
8 392
86
1 284
2 307
11 090
1 348
2 962
10 841
147
TAC
35 000
35 000
35 000
35 000
35 000
22 000
22 000
22 000
22 000
13 000
15 000
15 000
15 000
20 000
GRAND TOTAL
17 284
26 436
15 336
15 308
12 381
16 012
14 824
12 960
18 359
10 708
12 916
13 224
13 117
14 681
15 297
* Comprend les sennes-barrages et les trappes à morue
** Données préliminaires
ont été réalisés sur une courte période de
temps, en fin d’année, et dans une région
très restreinte (baie St-George) de la zone
unitaire 4Rd (Figure 1).
reproducteurs de printemps (Figure 3). Ces
dernières ont cependant été à la hausse
entre 1997 et 2002 avant de diminuer à
nouveau en 2003. Les prises annuelles des
reproducteurs d’automne sont en hausse
depuis 1992. Elles ont été supérieures à
celles des reproducteurs de printemps entre
1996 et 2001 et en 2003.
Les débarquements totaux de hareng ont
présenté une tendance à la baisse entre le
milieu des années 1980 et la fin des années
1990 (Figure 2). Cette baisse est surtout
attribuée à une diminution des captures des
40000
35000
AVIS SCIENTIFIQUE
DÉBARQUEMENTS (t)
TAC
30000
25000
20000
4Ra
15000
10000
4Rb
5000
4Rc
4Rd
0
1966
1969
1972
1975
1978
1981
1984
1987
1990
1993
1996
1999
2002
ANNÉE
Figure 2. Débarquements (t) commerciaux cumulatifs de hareng pour les zones unitaires de la division
4R de l'OPANO, de 1966 à 2003 (TAC et avis scientifiques indiqués).
-3-
Région du Québec
Hareng de la côte ouest de Terre-Neuve
(Division 4R) en 2003
PRINTEMPS
obtenues en 2003 sont parmi les plus
faibles observées depuis 1965.
AUTOMNE
100
90
80
70
%
60
(A)
13
50
12
40
11+
30
10
20
9
8
0
1973
ÂGE
10
1976
1979
1982
1985
1988
1991
1994
1997
2000
2003
7
6
+
5
1959
4
ANNÉE
3
1974
2
Figure 3. Contribution annuelle (%) des
débarquements provenant des harengs
reproducteurs de printemps et d’automne entre
1973 et 2003.
1980
1
0
1960
1965
1987
1982
1968
1990
1970
1975
1980
1985
1990
1999
1994
1996
1995
2000
2005
(B)
13
12
11
Description des prises
+
10
9
La structure démographique des deux
stocks reproducteurs de hareng de la côte
ouest de Terre-Neuve est caractérisée par
l’arrivée périodique d’une classe d’âge
dominante.
Il est possible d’en suivre
l’évolution par l’examen de la capture à
l’âge ou des fréquences de longueur
annuelles.
Chez les reproducteurs de
printemps, les classes d’âge qui ont dominé
la pêche depuis la fin des années 1960 sont
celles de 1959, 1968, 1974, 1980, 1982,
1987, 1990, 1994, 1996 et 1999 (Figure
4A). Chez les reproducteurs d’automne, les
classes d’âge de 1973, 1979, 1988, 1990,
1995, 1998 et 2000 ont dominé les captures
depuis le début des années 1980 (Figure
4B). Pour ce même stock reproducteur, la
période 1973-1980 a été caractérisée par la
présence d’un très grand nombre de
poissons âgés de 11 ans et plus.
L’abondance de ces poissons âgés
s’expliquerait par les faibles niveaux
d’exploitation à l’époque et par la présence
dans les échantillons commerciaux de
hareng du stock du sud du Golfe.
ÂGE
8
7
6
5
4
3
1995 1998
1979
1
0
1960
1988 1990
1973
2
2000
1965
1970
1975
1980
1985
1990
1995
2000
2005
ANNÉE
Figure 4. Capture à l'âge (%) des
reproducteurs de printemps (A) et d'automne
(B) chez les classes d'âge échantillonnées
depuis 1965 (les classes d'âge qui ont dominé
la pêche sont aussi indiquées).
11
10
9
8
ÂGE
7
6
5
4
3
Reproducteurs de printemps
2
Reproducteurs d'automne
1
0
1960
1965
1970
1975
1980
1985
1990
1995
2000
2005
ANNÉE
L’âge moyen des reproducteurs de
printemps et d’automne présente une
baisse entre le milieu des années 1970 et
1985, une hausse jusqu’en 1990, puis une
baisse par la suite (Figure 5). Les valeurs
Figure 5. Âge moyen des harengs de printemps
et d'automne capturés dans la division 4R de
l'OPANO entre 1965 et 2003.
-4-
Région du Québec
Hareng de la côte ouest de Terre-Neuve
(Division 4R) en 2003
Biologie de la ressource
0.5
Zones de ponte
0.4
(A)
POIDS (kg)
Historiquement, les principales zones de
ponte des reproducteurs de printemps se
situaient à l’extrémité sud de la côte ouest
de Terre-Neuve, dans la baie St-George et
les environs (Figure 1). Récemment, de
nombreuses indications suggèrent la
présence d’autres aires de ponte dans les
grandes baies situées plus au nord. Depuis
1998, les harengs reproducteurs de
printemps sont aussi en plus grande
proportion dans les échantillons provenant
de la pêche au filet maillant réalisée en mai
et juin dans la zone unitaire 4Ra.
0.3
2000
2001
2002
1970-1979
1980-1989
1990-1999
2003
0.2
0.1
0.0
0
1
2
3
4
5
4
5
6
7
8
9
10
11 +
12
(B)
0.5
2000
2001
2002
1973-1979
1980-1989
1990-1999
2003
POIDS (kg)
0.4
Les harengs d’automne se reproduisent
surtout au nord de Point Riche, dans la
zone unitaire 4Ra (Figure 1), de la mi-juillet
à la mi-septembre. À d’autres moments de
l’année, ces harengs se retrouvent en
compagnie des reproducteurs de printemps
dans les aires d’alimentation et d’hivernage.
Les principales aires d’alimentation sont la
baie St-George au printemps, près de Point
Riche et dans le détroit de Belle Isle en été
et dans les principales baies en automne.
Selon les prises des relevés d’hiver réalisés
dans le nord du golfe du Saint-Laurent dans
les années 1980 et au début des années
1990, les harengs séjourneraient dans les
eaux profondes du chenal Esquiman au
cours de l’hiver (Figure 1).
0.3
0.2
0.1
0.0
0
1
2
3
6
7
8
9
10
11 +
12
ÂGE
Figure 6. Poids moyens (kg) à l'âge des
reproducteurs de printemps (A) et d'automne (B)
calculés depuis 1970 à partir des données
biologiques recueillies au quai (quatrième
trimestre).
Condition
La condition des reproducteurs de
printemps
et
d’automne
a
chuté
dramatiquement en 2003, après avoir
enregistré une hausse importante entre
1998 et 2002 (Figure 7). Les niveaux
obtenus en 2002 étaient les plus élevés à
avoir été mesurés depuis le début du
programme d’échantillonnage commercial.
La baisse de la condition en 2003 a été
observée chez tous les groupes d’âges.
Croissance
En 2003, le poids moyen d’un hareng de
printemps de deux ans était de 0,099 kg
comparativement à 0,429 kg à 11 ans.
Pour les harengs d’automne, les poids
moyens aux mêmes âges étaient de
0,089 kg et 0,387 kg respectivement. Pour
les deux groupes de reproducteurs, les
poids moyens à l’âge mesurés dans les
années 1970, 1990 et 2000 étaient
inférieurs à ceux des années 1980 (Figures
6A et 6B).
Maturité
À quatre ans, la maturité sexuelle est
atteinte chez presque tous les harengs des
deux groupes reproducteurs (Figure 8). En
moyenne, entre 2000 et 2003, les
pourcentages de maturité aux âges trois et
quatre étaient respectivement de 73 % et
99 % pour les reproducteurs de printemps
(Figure 8A), et de 76 % et 97 % pour les
-5-
Région du Québec
Hareng de la côte ouest de Terre-Neuve
(Division 4R) en 2003
Reproducteurs de printemps
Prédation
FACTEUR DE CONDITION
0.82
Dans le milieu des années 1980, les deux
principaux prédateurs du hareng étaient le
sébaste (Sebastes sp.) et la grande
(>35 cm)
morue
(Gadus
morhua)
(Figure 9A). Au milieu des années 1990, de
nouvelles études sur la prédation révèlent
que ces deux espèces ont été remplacées
par les cétacés et les grands (>40 cm)
flétans
du
Groenland
(Reinhardtius
hippoglossoides) (Figure 9B).
0.8
0.78
0.76
0.74
0.72
0.7
Reproducteurs d'automne
0.68
0.66
0.64
0.62
1965
1970
1975
1980
1985
1990
1995
2000
2005
ANNÉE
Figure 7. Facteurs de condition annuels
moyens ( ± 1 erreur-type) des reproducteurs de
printemps et d'automne, calculés d'octobre à
décembre (les valeurs moyennes des séries
sont indiquées par les traits horizontaux).
(A)
CONSOMMATION ( %)
(A)
100
90
80
70
1965-1969
50
1990-1999
ra
nd
1980-1989
30
em
1970-1979
40
2000-2003
G
20
-1
Sé
ba
ste
or
ue
(>
35
cm
)
60
G
% DE MATURITÉ
-2
Consommation totale = 0.51 t km an
50
45
40
35
30
25
20
15
10
5
0
ra
nd
Cé
sp
ta
oi
cé
ss
flé
s
on
tan
sd
ém
du
er
G
sa
ro
ux
en
la
nd
(
>4
Ph
0
oq
cm
ue
)
du
G
ro
en
la
A
nd
ut
re
sp
ré
da
teu
rs
0.84
G
ra
nd
10
0
10
11 +
12
(B)
-2
Consommation totale = 0.32 t km an
(B)
Cé
ta
cé
s
10
0
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11 +
12
an
d
0
(>
2000-2003
20
Ra
ie
s
1990-1999
30
or
ue
1980-1989
40
du
G
ro
en
l
ÂGE
G
ra
nd
flé
tan
Figure 8. Pourcentages moyens d'individus
matures à l'âge pour les reproducteurs
de printemps (A) et d'automne (B) calculés
depuis 1965.
ra
nd
em
1970-1979
50
G
60
cm
)
70
40
80
(>
% DE MATURITÉ
90
-1
50
45
40
35
30
25
20
15
10
5
0
CONSOMMATION (%)
100
m
ut
un
re
sp
ré
da
teu
rs
9
A
8
Sé
ba
ste
7
ec
om
6
oq
u
5
Ph
4
gr
is
3
35
cm
)
2
oq
ue
1
Ph
0
PRÉDATEURS
Figure 9. Consommation (t km-2 an-1 exprimées
en %) des principaux prédateurs du hareng
dans le nord du golfe du Saint-Laurent pour le
milieu des années 1980 (A) et 1990 (B) (C.
Savenkoff et M. Castonguay, MPO, IML,
comm. pers.).
reproducteurs d’automne (Figure 8B). Pour
les reproducteurs de printemps, l’âge à la
maturité sexuelle a diminué au cours des
dernières années comparativement aux
années 1960 et 1970.
-6-
Région du Québec
Hareng de la côte ouest de Terre-Neuve
(Division 4R) en 2003
Commentaires de l’industrie
400
Les principaux commentaires tirés des
questionnaires qui sont remis annuellement
aux pêcheurs de filets maillants se
résument, pour la saison 2003, de la façon
suivante: (1) Déclin de l’abondance du
hareng causé par les senneurs et la pêche
en général sur des sites de ponte, au
printemps et à l’automne, dans les zones
unitaires 4Ra et 4Rb. (2) Abondance du
hareng au printemps dans la baie de
Port au Port et à l’été dans la zone 4Rb. (3)
Présence de petits harengs au printemps
dans la zone 4Rc, et à l’été et l’automne
dans les zones 4Ra et 4Rb. (4) Présence
de gros harengs au printemps dans la zone
4Rc. (5) Problèmes causés par la présence
de nombreux phoques. (6) Manque de
marchés pour le secteur des engins fixes.
Reproducteurs de printemps
NOMBRE (millions)
350
Reproducteurs d'automne
300
250
200
150
100
50
0
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
2002
2003
2004
ANNÉE
Figure 10. Abondances (millions) des
reproducteurs de printemps et d'automne
calculées depuis 1991 à partir des données
recueillies lors des relevés acoustiques.
suite. Selon les taux de capture normalisés
de la pêche aux filets maillants, l’abondance
des reproducteurs de printemps aurait
diminué entre 1985 et 1998 (Figure 11).
Cette baisse aurait été suivie d’une hausse
jusqu’en 2002 en raison des classes d’âge
de 1994, 1995 et 1996 dont l’abondance est
supérieure à la moyenne.
Une légère
baisse de cet indice est observée en 2003.
Selon certains pêcheurs utilisant la senne
bourse, le hareng a été très abondant à
l’automne. L’effort de pêche des senneurs
sur le hareng n’a été dirigé que vers la toute
fin de l’année en raison de l’abondance et
de la présence tardive du maquereau
(Scomber scombrus L.).
Le quota a
cependant été atteint très rapidement et
beaucoup de petits harengs ont été
observés dans les prises provenant de la
baie St-George.
Il n’existe plus d’indice d’abondance des
pêcheurs repères pour le stock des
reproducteurs d’automne depuis 1993, le
programme ayant été interrompu en raison
du faible nombre de participants. Il n’existe
pas non plus d’indice commercial en raison
État de la ressource
3.0
Indices d’abondance
2.5
TAUX DE CAPTURE
(kg/filet/jour)
Deux indices d’abondance relatifs existent
présentement, l’un provenant d’un relevé
acoustique automnal réalisé à tous les deux
ou trois ans et l’autre associé à une pêche
commerciale aux filets maillants (pêcheurs
repères et livres de bord de l’Industrie) qui
se pratique dans les baies St-George et de
Port au Port (Figure 1). Selon le dernier
relevé acoustique réalisé en 2002,
l’abondance du stock de printemps aurait
diminué entre 1991 et 1995 et serait
demeurée relativement stable jusqu’en
2002 (Figure 10). L’abondance du stock
d’automne aurait augmenté entre 1997 et
1999 et serait aussi demeurée stable par la
2.0
1.5
1.0
0.5
0.0
1984
1986
1988
1990
1992
1994
1996
1998
2000
2002
2004
2006
ANNÉE
Figure 11. Taux de capture normalisés (avec
intervalles de confiance à 95 %) (kg/filet/jour)
pour les reproducteurs de printemps calculés
d'après les données de pêche et d'effort
provenant
des
livres
de
bord
des
pêcheurs repères et de l'Industrie.
-7-
Région du Québec
Hareng de la côte ouest de Terre-Neuve
(Division 4R) en 2003
de l’absence de journaux de bord
contrairement à la pêche du stock de
printemps.
Par conséquent, les résultats de l’ASP de
même que les prédictions sur le niveau des
captures pour 2004 doivent être utilisés
avec prudence.
Évaluation analytique
Selon l’ASP, l’abondance des reproducteurs
de printemps aurait augmenté au début des
années 1970 et au milieu des années 1980
(Figure 13). Ces périodes sont associées à
un très fort recrutement des classes d’âge
de 1968, 1969, 1980 et 1982 (Figure 14). La
mortalité par la pêche sur les plus vieux
individus (8 ans et plus) aurait dépassé le
seuil de F0.1 au milieu des années 1960, en
1982, en 1983 et pendant presque toutes
les années 1990 (Figure 15). En réponse
Une analyse séquentielle de population
(ASP) a été réalisée en utilisant les
données de l’indice d’abondance des filets
maillants et du relevé acoustique pour le
stock de printemps. Les diagnostics de
cette analyse montrent d’abord une
divergence entre l’indice des filets maillants
et le relevé acoustique et des problèmes
d’ajustement du modèle. Cette analyse
indique aussi la présence d’un patron
rétrospectif démontrant une tendance à
sous-estimer l’abondance de ce stock
reproducteur (Figure 12A) et à surestimer la
mortalité causée par la pêche (Figure 12B).
2 000
200
NOMBRE (millions)
BIOMASSE
(A)
250000
1 500
150
1 000
100
500
50
BIOMASSE REPRODUCTRICE
('000 t)
NOMBRE
200000
BIOMASSE (t)
0
ANNÉE
150000
Figure 13. Biomasse (‘000 t) reproductrice et
abondance de harengs du stock reproducteur
de printemps calculées selon l'ASP pour la
période de 1965 à 2004 (données préliminaires
pour 2003 et 2004).
100000
50000
1965
1970
1975
1980
1985
1990
1995
2000
2005
RECRUTEMENT (millions)
0
1960
(B)
0.30
MORTALITÉ PAR LA PÊCHE
0
1965 1968 1971 1974 1977 1980 1983 1986 1989 1992 1995 1998 2001 2004
0.25
0.20
0.15
1000
900
800
700
600
500
400
300
200
100
0.10
0
1963
0.00
1960
1966
1969
1972
1975
1978
1981
1984
1987
1990
1993
1996
1999
2002
CLASSE D'ÂGE
0.05
1965
1970
1975
1980
1985
1990
1995
2000
Figure 14. Estimation du recrutement à l'âge
deux des reproducteurs de printemps pour les
classes d'âge de 1963 à 2002. Les lignes
horizontales représentent trois niveaux de
recrutement : faible, moyen et élevé (un
recrutement moyen a été associé aux classes
d'âge de 2001 et 2002).
2005
ANNÉE
Figure 12. Patron rétrospectif indiquant une
tendance à sous-estimer la biomasse (t) (A) et
à surestimer la mortalité par la pêche (B).
-8-
Région du Québec
Hareng de la côte ouest de Terre-Neuve
(Division 4R) en 2003
1.0
0.9
4+
0.7
8+
0.6
F> 0.3 (F0.1)
SSB 2005 < SSB 2004
0.8
F0.1
PROBABILITÉ
MORTALITÉ PAR LA PÊCHE
0.8
0.5
0.4
0.3
0.2
0.7
0.6
0.5
0.4
Captures en 2003
(6 219 t)
0.3
0.2
0.1
0.1
0.0
1960
1965
1970
1975
1980
1985
1990
1995
2000
0.0
2005
0
ANNÉE
1 000 2 000
3 000 4 000 5 000 6 000 7 000
8 000 9 000 10 000 11 000 12 000 13 000 14 000 15 000
TAC 2004 (t)
Figure 15. Taux instantanés de mortalité par la
pêche (âges 4+ et 8+ pondérés par les
nombres à l'âge) des reproducteurs de
printemps de 1965 à 2003.
Figure 16. Analyse de risque pour des
changements de biomasse mature (SSB) (t)
des harengs reproducteurs de printemps selon
le niveau des captures de 2004 (la probabilité
de dépasser F0.1 pour un TAC donné est
indiquée par la ligne pointillée).
aux mesures de gestion appliquées depuis
1998, une chute importante de cette
mortalité a été enregistrée entre 1998 et
1999, ainsi que depuis 2001.
Une
diminution de la mortalité par la pêche a
aussi été observée chez les plus jeunes
(quatre ans et plus) entre 1998 et 1999 et
entre 2002 et 2003.
d’indice provenant de la pêche commerciale
au filet maillant, aucun avis scientifique ne
peut être émis sur la taille de ce stock, ainsi
que sur le niveau acceptable des prises
pour 2004. Sans relevé acoustique, il est
même probable qu’aucun avis scientifique
concernant la taille du stock et le TAC ne
puisse être émis dans les années à venir.
Perspectives
Reproducteurs de printemps
Recommandations pour 2004
La biomasse reproductrice du stock des
harengs de printemps, selon l’ASP, serait
passée d’un minimum historique de 32 559 t
en 1997 à 74 944 t en 2002 et à 57 727 t en
2003. Selon une analyse de risque, la
probabilité de dépasser F0.1 en 2004 serait
inférieure à 50 % pour des captures de
moins de 10 000 t (Figure 16).
Cette
analyse démontre aussi qu’à ce niveau de
captures, les probabilités de voir une
augmentation de biomasse entre 2004 et
2005 sont inexistantes. Ces projections
doivent cependant être interprétées avec
beaucoup de prudence compte tenu des
imprécisions de l’ASP.
Étant donné la présence de signaux
biologiques inquiétants, de la concentration
de l’effort de pêche dans des zones et des
périodes de temps restreintes, de
l’imprécision de l’ASP et de l’absence
d’information sur le stock d’automne, nous
recommandons que le TAC de 2004 soit
limité rigoureusement à un maximum de
20 000 t pour l’ensemble des deux stocks
reproducteurs.
Mesures de conservation
Pour favoriser la conservation des deux
stocks reproducteurs de hareng de la côte
ouest de Terre-Neuve, le présent avis
recommande aussi : (1) le maintien des
mesures de gestion concernant la baie StGeorge pour continuer à protéger la ponte
des reproducteurs de printemps, (2) une
dispersion de l’effort de pêche le long de la
Reproducteurs d’automne
Le seul indice d’abondance associé aux
reproducteurs d’automne provenait du
relevé acoustique. Comme il n’y a pas eu
de relevé en 2003 et qu’il n’existe pas
-9-
Région du Québec
Hareng de la côte ouest de Terre-Neuve
(Division 4R) en 2003
côte et sur toute l’année, (3) une
participation accrue des pêcheurs du
programme des pêcheurs repères et des
livres de bord provenant de l’Industrie pour
les reproducteurs de printemps, (4)
l’utilisation de livres de bord pour les
pêcheurs au filet maillant à l’automne et
finalement, (5) le suivi des captures utilisées
en guise d’appât.
McQuinn, I. H. 1997. Metapopulations in the
Atlantic herring. Rev. Fish Biol. Fish. 7:
297-329.
Pour obtenir de plus amples
renseignements
Contactez : François Grégoire
Institut Maurice-Lamontagne
850, route de la Mer
C.P. 1000
Mont-Joli, Québec
G5H 3Z4
Ce rapport est disponible auprès du :
Bureau régional des avis scientifiques
Région du Québec
Pêches et Océans Canada
Institut Maurice-Lamontagne
C.P. 1000, Mont-Joli
Québec, Canada
G5H 3Z4
Tél. : (418) 775-0589
Télécopieur : (418) 775-0679
Courriel : GregoireF@dfo-mpo.gc.ca
Téléphone : 418-775-0766
Télécopieur : 418-775-0542
Courriel : Bras@dfo-mpo.gc.ca
Adresse Internet : www.dfo-mpo.gc.ca/csas
Références
Funk, F., J. Blackburn, D. Hay, A. J. Paul, R.
Stephenson, R. Toresen, et D. Witherell
(eds.). 2001. Herring: Expectations for
a new millennium. University of Alaska
Sea Grant, AK-SG-01-04, Fairbanks.
800 pp.
ISSN 1480-4921 (imprimé)
© Sa majesté la Reine, Chef du Canada, 2004
An English version is available upon request
at the above address.
Grégoire, F., et L. Lefebvre. 2002.
Évaluation analytique et analyses de
risque pour le stock de hareng (Clupea
harengus harengus L.) de printemps de
la côte ouest de Terre-Neuve (Division
4R de l'OPANO) en 2001. MPO Secr.
can. de consult. sci. du MPO, Doc. de
rech. 2002/059. 60 p.
La présente publication doit
être citée comme suit
Grégoire, F., L. Lefebvre, J. Guérin, J.
Hudon et J. Lavers. 2003. Le hareng
(Clupea harengus harengus L.) de la
côte ouest de Terre-Neuve (Division
4R de l'OPANO) en 2002. MPO Secr.
can. de consult. sci. du MPO, Doc. de
rech. 2003/090. i + 52 p.
MPO, 2004. Hareng de la côte ouest de
Terre-Neuve (Division 4R) en 2003.
Secr. can. de consult. sci. du MPO,
Rapp. sur l’état des stocks 2004/017.
- 10 -
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising