Région des Maritimes Rapport sur l’état des stocks 2004/038

Région des Maritimes Rapport sur l’état des stocks 2004/038
Région des Maritimes
Rapport sur l’état des stocks 2004/038
Nouvelle-Écosse
Cté d’Halifax
Cté de Lunenburg
Cté de Queen’s
Est
Cté de Shelburne
Ouest
ZPH 33
Côte sud
Homard de la côte sud de la
Nouvelle-Écosse (ZPH 33)
O
O
O
Renseignements de base
Dans les eaux de la côte sud de la NouvelleÉcosse, il faut au homard de 7 à 9 ans pour
atteindre la taille minimale réglementaire (TMR), qui
est de 82,5 mm de longueur de carapace (LC). La
mue a lieu entre le milieu et la fin de l’été. Les mâles
et femelles qui n’ont pas encore atteint la maturité
sexuelle muent une fois l’an, tandis que les homards
à maturité muent moins souvent. La mue se traduit
par un gain d’environ 15 % en longueur et de 50 %
en poids.
Sommaire
•
Depuis le début des années 1980, les
débarquements sont supérieurs à ceux
des 30 années précédentes.
•
Le marquage volontaire par encoche en
V, la hausse de la taille minimale
réglementaire (TMR), qui est passée de
81 mm à 82,5 mm, et la remise à l’eau
des homards auxquels il manque une
pince (amputés) ont été les mesures de
gestion appliquées dans la ZPH 33,
suite à l’adoption d’un plan de gestion
de quatre ans (1999-2003) à l’échelle de
l’Atlantique qui visait à doubler la ponte
par recrue.
•
Les indicateurs concernant les homards
de taille réglementaire ont été pour
l’essentiel positifs ou ont présenté peu
de changement durant les années
d’application du plan de gestion.
•
Les
indicateurs
concernant
les
prérecrues (homards de taille inférieure
à la TMR) ont présenté peu de
changement ou ont été négatifs durant
les années d’application du plan de
gestion.
•
Les indicateurs concernant les femelles
oeuvées (taille à la maturité 50 %
>100 mm) ont été positifs durant les
années d’application du plan de gestion.
La taille à laquelle 50 % des homards femelles sont
matures est d’environ 95 mm à 100 mm de LC.
L’accouplement a lieu en général peu de temps
après la mue des femelles. Les oeufs viennent à
maturité à l’intérieur de l’ovaire de la femelle; l’été
suivant, ils sont expulsés sous la queue, à laquelle
ils demeurent attachés jusqu’à l’éclosion, qui
survient en juillet ou août de l’année suivante. La
femelle mue ensuite et le processus recommence.
Tel est l’habituel cycle de reproduction de 2 ans.
Les larves (planctoniques) flottent librement pendant
quatre à six semaines, pendant lesquelles elles se
nourrissent et grossissent. La distance sur laquelle
elles sont transportées depuis le lieu de leur
éclosion dépend des courants. On sait que leur
survie est très basse.
Après s’être implanté sur le fond et pendant ses
quelques premières années, le homard demeure
dans son abri ou à proximité de celui-ci, pour éviter
d’être mangé. À mesure qu’il grossit, il se déplace et
passe plus de temps hors de son refuge. Quand il
atteint la TMR, il est « recruté » à la pêche et peut
être capturé par les casiers à homard.
La gestion de la pêche du homard dans la ZPH 33
est fondée sur des restrictions concernant l’effort et
la saison de pêche ainsi que la taille des prises et
sur l’interdiction de garder les femelles oeuvées, les
homards porteurs d’une encoche en V et les
femelles auxquelles il manque une pince
(amputées).
Août 2004
Homard de la côte sud
de la Nouvelle-Écosse
Région des Maritimes
•
•
Les indicateurs positifs au sujet de la
taille réglementaire, des femelles
oeuvées et du taux d’exploitation étaient
conformes à ce qui était escompté dans
le plan de gestion. On ne s’attendait pas
à ce que ce dernier se traduise par une
amélioration des indicateurs concernant
les prérecrues.
•
Selon les premiers rapports de
l’industrie
sur
la
pêche
de
l’automne 2003, les débarquements à
Sambro et Eastern Passage étaient très
bas. Ces zones se trouvaient en plein
dans l’œil de l’ouragan Juan. Dans les
autres zones, les débarquements
étaient comparables ou supérieurs à
ceux de l’automne 2002.
•
certaines années. On dénombrait environ
720 permis dans la ZPH 33 en 2002-2003.
Les indicateurs du taux d’exploitation
ont diminué durant les années
d’application du plan.
Distribution des permis de pêche du homard
dans la ZPH 33 durant la pêche de 2002-2003.
Catégorie
Nombre Nombre de Nombre
de permis
de
casiers par total de
permis
permis
casiers
A
625
250
156 250
B
61
75
4 575
Partenariats
32
375
12 000
Total
718
172 825
Les mesures suivantes ont été appliquées
dans la ZPH 33, suite à la mise en œuvre
(en 1997 et 1998) du plan de gestion de
quatre ans à l’échelle de l’Atlantique, visant
à doubler la ponte par recrue :
1) Un programme volontaire de marquage
par encoche en V a été adopté en 1998.
2) La taille minimale réglementaire (TMR)
a été augmentée, de 81 mm à 82,5 mm,
en automne 1999, après l’ouverture de
la saison.
a) Cette hausse de la TMR n’est pas
entrée en vigueur avant le
printemps 2000 et elle a été alors de
faible portée.
b) La hausse a été pleinement
appliquée avec l’ouverture de la
saison de l’automne 2000.
3) En automne 2002, la remise à l’eau des
femelles n’ayant qu’une pince ou pas de
pince du tout (amputées) est devenue
obligatoire.
Les données qui contribueront à des
améliorations
des
indicateurs
de
l’abondance relative et de la distribution
viendront principalement : 1) des
journaux de bord établis par les
pêcheurs et contenant des données
spatiales sur les prises et sur l’effort, et
2) de l’extension de la portée spatiale
des relevés au casier de la Fishermen
and
Scientists
Research
Society
(FSRS).
La pêche
La ZPH 33 va de Cow Bay, dans le comté
d’Halifax, à Port La Tour, dans le comté de
Shelburne. La gestion de la pêche dans
cette zone est fondée sur des restrictions
concernant l’effort et la saison de pêche
ainsi que la taille des prises et sur
l’interdiction de garder des femelles
oeuvées, les homards porteurs d’une
encoche en V et les femelles auxquelles il
manque une pince (amputées). Le nombre
maximal de casiers est de 250 depuis 1968.
Depuis 1900, la saison a débuté le dernier
lundi de novembre et a pris fin au printemps
suivant, avec quelques légères variations
2
Homard de la côte sud
de la Nouvelle-Écosse
Région des Maritimes
Débarquements déclarés (tonnes métriques)
dans la ZPH 33.
Saison
Automne
Printemps
Total
(de l’ouverture (du 1er mars
de la pêche à la au 31 mai)
fin de février)
1989-1990
1 236
801
2 037
1990-1991
1 642
778
2 420
1991-1992
1 414
435
1 849
1992-1993
1 219
512
1 731
1993-1994
1 328
640
1 968
1994-1995
949
446
1 395
1995-1996
1 446
379
1 825
1996-1997
1 565
302
1 867
1997-1998
1 472
632
2 104
1998-1999
1 419
743
2 162
1999-2000
1 671
626
2 297
2000-2001
1 657
864
2 521
2001-2002
2 120
633
2 753
Les chiffres des débarquements de la saison 2002-2003
sont trop préliminaires pour être présentés ici.
État de la ressource
Dans le rapport du Groupe de travail sur la
conservation du homard (2001), on
recommandait l’élaboration d’indicateurs
pour évaluer l’état du stock et de la pêche.
Les indicateurs de l’état du stock
concernant
les
homards
de
taille
réglementaire, les précrues (homards de
taille inférieure à la taille réglementaire), les
femelles oeuvées, le taux d’exploitation, la
distribution et la température servent à
évaluer l’état de la ressource. Une bonne
partie des donnée de ces indicateurs de
l’état du stock proviennent des prises des
casiers d’échantillonnage du recrutement de
la Fishermen and Scientists Research
Society (FSRS). Les catégories de taille des
homards capturés dans ces casiers sont
définies ci-après.
Définition des catégories de longueur de la
Fishermen and Scientists Research Society
(FSRS).
Catégorie
Longueur (mm)
correspondante
1
< 51
2
51 – 60
3
61 – 70
4
71 – 75
5
76 – 80
6
81 – 90
7
91 –100
8
> 100
Les débarquements et la production sont
habituellement plus élevés dans la partie
ouest de la ZPH 33 que dans la partie est
de la zone. L’état de la ressource a été
évalué selon cette division est-ouest de la
zone. On se sert ici comme ligne de
démarcation de la rivière LaHave. Les
districts statistiques 18 à 26 (groupes de
ports 1 à 6) sont situés à l’est et les districts
statistiques 27 à 31 (groupes de ports 7 à
13) à l’ouest. Cette division a été utilisée
dans le but de comprendre la dynamique de
la population de homard de la ZPH 33 et
non de fournir des avis scientifiques
distincts.
Les commentaires de l’industrie présentés
ci-après, qui provenaient d’ateliers, de
conversations officieuses et des réunions
du Comité consultatif de la ZPH 33,
fournissent un contexte important pour les
indicateurs quantitatifs.
Voici certains commentaires formulés par
l’industrie lors d’ateliers tenus entre 2000 et
2002 : Quand les conditions du fond et
l’habitat sont favorables, l’activité de pêche
plus loin des côtes s’intensifie. Cette
accroissement se produit surtout dans la
partie ouest de la ZPH 33. Plus ils sont
exploités, plus ces secteurs de pêche
semblent s’étendre. En général, on y
capture d’abord des gros homards, puis des
homards plus petits. On observe maintenant
ces petits homard sur tous les types de
fond, en deçà et au-delà des caps. Ces
dernières années, on a assisté a une
hausse de l’effort et il a été plus difficile de
maintenir
les
débarquements.
La
3
Homard de la côte sud
de la Nouvelle-Écosse
Région des Maritimes
On dispose de données sur les
débarquements par comté depuis 1892. Les
comtés de Queens et de Lunenburg sont
les deux seuls qui se trouvent entièrement
dans la ZPH 33 et ils représentent les
seules régions pour lesquelles des
comparaisons à long terme sont possibles.
Les débarquements obtenus à partir des
années 1980 sont les plus élevés depuis les
années 1930.
température joue un rôle important quand il
s’agit de déterminer quel sera le succès de
la pêche et si celle-ci se déroulera surtout
sur les fonds de pêche de l’intérieur ou sur
ceux de l’extérieur. L’abondance des
oursins et des crabes verts semble
augmenter. Certaines personnes ont
signalé une hausse du nombre de femelles
oeuvées à la fin des années 1980.
Dans les réunions de comités consultatifs et
ailleurs, les commentaires suivants ont été
formulés au sujet des deux dernières
saisons : La pêche de l’automne 2002 a été
très mauvaise dans tous les secteurs,
d’après les indications des pêcheurs, mais
les débarquements de printemps étaient
parmi les meilleurs à ce jour dans certains
secteurs. Selon les commentaires reçus
dans les deux premières semaines de
l’automne 2003, les débarquements étaient
inférieurs à la moyenne dans l’ouest et ils
semblaient aller en s’améliorant vers l’est
jusqu’à la région de Sambro et d’Eastern
Passage, où ils étaient très mauvais. Il faut
dire que Sambro et Eastern Passage se
trouvaient dans l’œil de l’ouragan Juan qui a
soufflé le 29 septembre 2003, soit environ
7 semaines avant le début de la saison.
Dans l’ouest, de nombreux pêcheurs ont
signalé un nombre accru de femelles
oeuvées et de prérecrues. Cela ne semblait
pas être le cas dans l’est de la ZPH.
Débarquements (tm) par année civile dans
les comtés de Queens et de Lunenburg
combinés.
On dispose des débarquements par district
statistique depuis 1947, qui permettent de
faire des comparaisons à long terme entre
l’est et l’ouest de la ZPH 33. Depuis les
années 1980, les débarquements sont plus
élevés que ceux de 1947 à 1980 dans les
secteurs est et ouest de la ZPH 33.
Taille réglementaire
Débarquements (tm) dans l’est et l’ouest de
la ZPH 33 par année civile.
Les indicateurs servant à évaluer l’état de la
population
de
homards
de
taille
réglementaire dans la ZPH 33 sont fondés
sur les débarquements historiques, les
débarquements déclarés d’après les
bordereaux d’achat et les journaux de bord
obligatoires, et sur les taux de prises
(kg/casier levé) des journaux de bord tenus
volontairement par 49 pêcheurs ainsi que
par les membres de la Fishermen and
Scientists Research Society (FSRS). On a
aussi
utilisé
les
taux
de
prises
(nombre/casier levé) des homards de taille
réglementaire capturés dans les casiers
standardisés utilisés par la FSRS pour
échantillonner le recrutement.
Les taux de prises au cours des trois
années du plan de gestion ont été plus
élevés que la moyenne à court terme
4
Homard de la côte sud
de la Nouvelle-Écosse
Région des Maritimes
Indicateurs concernant les homards de taille
réglementaire de 2000-2001 à 2002-2003 par
rapport à 1999-2000.
(5 ans). Cette différence est le résultat des
très faibles prises obtenues dans l’est et
l’ouest de la ZPH 33 au milieu des années
1990. Au cours des trois années qui ont
suivi l’entrée en vigueur du plan de gestion,
les taux de prises dans l’est et dans l’ouest
n’ont pas été différents de la moyenne à
long terme (16 ans).
Indicateur
Est
Ouest
Débarquements par année civile – 2000-2001
Positif
Par rapport à la Positif
moyenne sur 10 ans
Positif
Par rapport à la Positif
moyenne sur 50 ans
Débarquements par saison – 2000/2001-2001/2002
Positif
Positif
Par rapport à la
moyenne sur 10 ans
Changement relatif dans les taux de prises
normalisés dans l’est et dans l’ouest jusqu’à
la saison 1984-1985.
Taux de prises : PUE (kg/cl) selon les journaux de
bord volontaires
Positif
Par rapport à la Positif
moyenne sur 5 ans
Par rapport à la Pas
de Pas
de
moyenne sur 16 ans
changement changement
Taux de prises selon les journaux de bord
volontaires et ceux de la FSRS combinés
Par rapport à la Positif
Positif
moyenne sur 5 ans
Par rapport à la Pas
de Pas
de
moyenne sur 16 ans
changement changement
Taux de prises de la FSRS – Nombre par casier
levé de 2000/2001 à 2002/2003 par rapport à 1999/
2000
Positif
Taille 6 de la FSRS
Négatif
Taille 7 de la FSRS
Pas
de Positif
changement
Taille 8 de la FSRS
Pas
de Pas
de
changement changement
Prérecrues
La plupart des indicateurs applicables aux
prérecrues
étaient
négatifs
ou
ne
présentaient pas de changement par
rapport aux années ayant précédé l’entrée
en vigueur du plan de gestion.
La plupart des indicateurs sur le homard de
taille réglementaire ont été généralement
positifs ou n’ont pas présenté de
changement durant les années d’application
du plan de gestion.
Indicateur des prérecrues selon la FSRS –
Nombre par casier levé de 2000/2001 à
2002/2003 par rapport à 1999/2000
Indicateur
Est
Ouest
Taille 1 de la FSRS
Pas
de
changement
Pas
de
changement
Pas
de
changement
Pas
de
changement
Négatif
Négatif
Taille 2 de la FSRS
Taille 3 de la FSRS
Taille 4 de la FSRS
Taille 5 de la FSRS
5
Négatif
Négatif
Pas
de
changement
Pas
de
changement
Homard de la côte sud
de la Nouvelle-Écosse
Région des Maritimes
indépendamment des changements
réglementation sur la taille.
Femelles oeuvées
Les taux de prises de femelles oeuvées de
taille supérieure à la taille à la maturité 50 %
(taille 8 de la FSRS) ont augmenté dans
l’est et dans l’ouest depuis l’entrée en
vigueur du plan de gestion.
Tous les taux d’exploitation estimés ont
diminué, ce qui est une répercussion
positive, au cours des années d’application
du plan de gestion. L’effort, d’après les
bateaux indiqués dans les journaux de
bord, est resté stable pendant les années
où le plan était en vigueur.
Indicateur concernant les femelles oeuvées
d’après les données de la FSRS sur le
nombre par casier levé de 2000/2001 à
2002/2003 par rapport à 1999/2000 et les
données des journaux de bord volontaires
par rapport à la moyenne sur 5 ans
Indicateurs de l’exploitation de 2000-2001 à
2002-2003 par rapport à 1999-2000.
Indicateur
Indicateur
Est
Ouest
Taille 4 de la FSRS
Taille 5 de la FSRS
Négatif
Positif
Taille 6 de la FSRS
Taille 7 de la FSRS
Pas
de
changement
Positif
Taille 8 de la FSRS
Positif
Pas
de
changement
Positif
Femelles oeuvées
d’après les
journaux de bord
volontaires
Positif
Positif
de
Est
Ouest
bre
Effort (n
Automne
de bateaux indiqué)
Pas
de
changement
Printemps
Pas
de
changement
Automne et
Pas
de
printemps
changement
Négatif
Pas
de
changement
Positif
Pas
de
changement
Pas
de
changement
Pas
de
changement
Taux d’exploitation élargi : Variation du rapport
Mâles de la taille 6 de la Positif
Positif
FRSR
Femelles de la taille 6 de Positif
Positif
la FSRS
Taux d’exploitation strict : Variation du rapport
Mâles de taille 6 (FSRS)
Positif
Positif
Femelles de la taille 6 de Positif
Positif
la FSRS
Femelles de la taille 7 de Positif
Positif
la FSRS
Exploitation
On a examiné deux taux d’exploitation. Le
premier, appelé taux d’exploitation strict, est
défini comme étant le pourcentage (ou
proportion_de la population exploitable qui
est capturé durant une saison de pêche.
Distribution (incidence)
Les taux de prises (nombre par casier levé)
par catégorie de taille de la FSRS ont servi
à établir des indices de la distribution
(incidence) par carré de dix minutes et par
saison. Les taux de prises par carré et par
saison ont été classés dans des tranches
de percentiles fondées sur toutes les
saisons combinées. Les indicateurs ont été
jugés positifs si le nombre de carrés dont
les taux de prises se situaient dans la
tranche des percentiles de 67 % à 100 %
était plus élevé durant chaque saison de
2000/2001 à 2002/2003 que durant la
saison 1999/2000.
Toutefois, une réglementation qui accroît la
taille minimale réglementaire peut se
traduire par une plus petite population
exploitable et donc par un taux
d’exploitation accru, même si les prises sont
constantes. Par conséquent, on a examiné
un deuxième taux d’exploitation, appelé le
taux
d’exploitation
élargi.
Le
taux
d’exploitation élargi est défini comme étant
la proportion ou le pourcentage du nombre
de homards dans la population exploitée
plus le nombre de homard dans certaines
parties non exploitées de la population. Le
taux d’exploitation élargi permet de
comparer une base constante de la
population
d’année
en
année,
Les indicateurs de la distribution des
homards de taille réglementaire étaient
positifs pour ce qui est du homard se
6
Homard de la côte sud
de la Nouvelle-Écosse
Région des Maritimes
Nombre de homards de la taille 5 de la FSRS
par casier levé.
classant dans la taille 7 de la FSRS selon le
relevé au casier sur les recrues et ils étaient
inchangés pour ce qui est du homard des
tailles 6 et 8 de la FSRS.
Nombre de homards de la taille 7 de la FSRS
par casier levé.
Pas de prises
Pas de prises
O
O
O
O
Pas de prises
Pas de prises
O
O
O
Le nombre de femelles oeuvées a été
converti en nombre d’œufs selon les
rapports de fécondité par zone publiés. Les
indicateurs de la distribution spatiale des
œufs sont positifs. Les indicateurs
concernant les œufs sont plus élevés dans
l’est que dans l’ouest.
O
Les indicateurs de la distribution des
prérecrues étaient en général négatifs dans
l’est et ne présentaient pas de changement
dans l’ouest.
7
Homard de la côte sud
de la Nouvelle-Écosse
Région des Maritimes
Nombre d’œufs par casier levé (FSRS).
Nombre d’œufs par casier levé dans la pêche
commerciale par des membres de la FSRS.
Pas de prises
Pas de prises
O
O
O
O
Indicateur de la FSRS sur la distribution
(incidence) d’après le nombre par casier levé
dans des carrés de 10 minutes de 2000/2001
à 2002/2003 par rapport à 1999/2000.
Indicateur
Homards de taille
réglementaire
Taille 6 de la FSRS
Pas de prises
O
Il ressort de l’échantillonnage aux casiers
de pêche commerciale par les membres de
la FSRS que la partie est de la ZPH a un
rôle important comme frayère et qu’il existe
long de la ligne de démarcation est-ouest
un autre secteur qui est également
important.
Ouest
Pas
de
changement
Positif
Pas
de
changement
Pas
de
changement
Positif
Pas
de
changement
Prérecrues
Taille 1 de la FSRS
Taille 2 de la FSRS
Négatif
Négatif
Taille 3 de la FSRS
Négatif
Taille 4 de la FSRS
Pas
de
changement
Négatif
Négatif
Pas
de
changement
Pas
de
changement
Pas
de
changement
Pas
de
changement
Taille 7 de la FSRS
Taille 8 de la FSRS
O
Est
Taille 5 de la FSRS
Femelles oeuvées
Œufs
Positif
Positif
Écosystème
Les températures observées dans le cadre
de l’échantillonnage du recrutement au
casier par la FSRS reflètent les régimes de
température saisonniers.
Les températures ont été plus basses dans
l’est au printemps depuis l’année ayant
8
Homard de la côte sud
de la Nouvelle-Écosse
Région des Maritimes
par encoche en V des homards amputés
augmenterait l’efficacité de cette mesure.
précédé l’entrée en vigueur du plan de
gestion. Pour ce qui est des autres saisons
dans l’est et de toutes les saisons dans
l’ouest, il n’y a pas eu de tendances
cohérentes de la température.
Les données suivantes provenant du RES
de 1998 (MPO, 1998), décrivent l’effet relatif
d’une hausse de la TMR de 81mm à la taille
indiquée, de la remise à l’eau du homard se
situant dans une fourchette de tailles
donnée, de la remise à l’eau du homard
dépassant une taille donnée et du
marquage par encoche en V dans la
proportion indiquée. Les mesures de
gestion appliquées à la ZPH 33 ont
vraisemblablement produit une hausse de
25 % à 30 % de la ponte par recrue,
comparativement à l’objectif de 100 %.
Indicateur de l’écosystème – Températures
de 2000/2001 à 2002/2003 par rapport à
1999/2000.
Indicateur
Est
Ouest
Automne
Hiver
Printemps
Pas de différence
Pas de différence
Plus bas
Pas de différence
Pas de différence
Pas de différence
Effets des mesures de gestion
Les effets positifs initiaux attendus étaient
une augmentation des taux de prises des
homards de 90 to 100 mm (taille 7 de la
FSRS), une augmentation des femelles
oeuvées et un déclin du taux d’exploitation
élargi.
Effet relatif (de 0 % à 100 %) de diverses
mesures de gestion sur l’accroissement de
la ponte par recrue.
Taille
min.
Conformément à ces attentes, on observe
des changements positifs dans les taux de
prises généraux par rapport aux moyennes
précédentes sur 5 ans, dans les indicateurs
concernant les homards de la taille 7 de la
FSRS et dans les indicateurs des femelles
oeuvés à l’est et à l’ouest, ainsi que des
baisses des taux d’exploitation des groupes
touchés par le changement de TMR.
Fourchette
de tailles
Taille
max.
83
83
84
Pour déterminer les effets à long terme de
l’augmentation de la ponte sur la pêche, il
faudra attendre que la progéniture des
premiers homards touchés par le plan de
gestion arrivent dans la pêche aux âges 79. L’industrie signale que la participation au
marquage par encoche en V des femelles
oeuvées s’est située entre 10 % et 50 %.
L’effet de la remise à l’eau des homards
amputés est peut-être limité, dans la
mesure où les homards dont les pinces
présentent une quelconque croissance sont
considérés comme des homards à pinces,
pouvant être gardés. Or, cette croissance
peut survenir entre l’automne et le
printemps, si bien que des homards
amputés remis à l’eau en automne peuvent
être capturés au printemps. Le marquage
% de
marquage
par encoche
en V
Effet
relatif
0
15
0
18
24
30
81
84
110 –120
110 –120
0
0
45
95
81
85
117 -127
117 -127
0
0
25
100
81
84
120
120
0
0
40
90
81
86
127
127
0
0
20
90
Indicateurs recommandés
l’état du stock
de
Les conclusions les plus exactes au sujet
de l’état du stock et des effets de la gestion
viendront d’indicateurs qui combinent
l’information sur l’abondance relative et
l’information sur la distribution.
Les données qui contribueront à des
améliorations
des
indicateurs
de
l’abondance relative et de la distribution
viendront principalement :
9
Homard de la côte sud
de la Nouvelle-Écosse
Région des Maritimes
si les données sont obtenues à des
profondeurs fixes le long de la côte.
1) des journaux de bord établis par les
pêcheurs et contenant des données sur
les prises ainsi que sur l’effort et des
améliorations obtenues à cet égard
grâce à :
a) une
participation
accrue
des
pêcheurs;
b) des données sur la distribution
spatiale des prises et de l’effort;
2) des programmes d’échantillonnage au
casier de la FSRS et des améliorations
obtenues à cet égard grâce à :
a) un accroissement de l’étendue de la
population visée par les casiers
d’échantillonnage mouillés dans des
lieux fixes, par l’ajout de participants
dans les secteurs qui ne sont pas
actuellement échantillonnés;
b) la collecte, au moyen des casiers de
la pêche commerciale, de données
semblables à celles qui proviennent
des casiers d’échantillonnage du
recrutement.
La présence accrue de homards à carapace
molle a été problématique ces dernières
années. De nombreuses hypothèses ont été
formulées quant aux causes de cette
augmentation des homards à carapace
molle, notamment une trop grande
abondance de homards, une double mue,
une mue retardée et un approvisionnement
alimentaire insuffisant. Pour faire la part
entre ces hypothèses, on a besoin de
recueillir des données sur l’incidence et la
distribution du homard selon sa condition.
Cette collecte de données doit être régulière
et non simplement limitée aux années où la
situation est préoccupante.
Sources d’incertitude
L’incapacité d’obtenir à temps des données
sur les débarquements a accru la difficulté à
évaluer l’état du stock. Les données
provenant des journaux de bord volontaires
et des participants au relevé de la FSRS
étaient les seules sources d’information sur
les indicateurs de l’état du stock pour la
saison 2002-2003. Ces participations
volontaires doivent être maintenues pour
compenser l’absence de certitude quant à
l’obtention des statistiques officielles en
temps voulu.
Indicateurs à conserver et mettre au point :
1) Indicateurs sur les prérecrues : taux de
prises des homards de diverses tailles
dans les casiers de la FSRS.
2) Indicateurs sur les homards de taille
réglementaire : taux de prises d’après
les journaux des pêcheurs-repères, les
journaux obligatoires et les prises des
casiers de la FSRS.
3) Indicateurs sur les femelles oeuvées :
taux de prises dans les casiers de la
FSRS et d’après l’échantillonnage en
mer ainsi que les journaux de bord.
4) Indicateurs de l’exploitation : estimations
de la variation dans le rapport et
composition selon la catégorie de
longueurs.
5) Indicateurs de l’incidence ou de la
distribution spatiale : taux de prises
spatiaux d’après les journaux de bord
des pêcheurs-repères, les journaux de
bord obligatoires et les casiers de la
FSRS. Étendre la participation et la
portée spatiale si nécessaire.
6) Indicateurs de l’écosystème - Continuer à
recueillir des données de température
avec les casiers de la FSRS. Déterminer
On croit que l’abondance du homard est la
principale cause des changements dans les
débarquements de la pêche d’une année à
l’autre, mais il est probable que des
changements annuels dans l’effort et la
capturabilité contribuent aussi à la
variabilité.
La variabilité des températures annuelles a
vraisemblablement influencé les indicateurs
des taux de prises relatifs. Il est essentiel de
trouver un moyen d’inclure les effets de la
température dans les modèles d’indice pour
obtenir des indicateurs qui reflètent de plus
près les changements dans l’abondance.
Il n’est pas tenu compte explicitement des
considérations relatives à l’écosystème
10
Homard de la côte sud
de la Nouvelle-Écosse
Région des Maritimes
On connaît mal la structure du stock et les
liens qu’entretient ce dernier à l’intérieur et
à l’extérieur de la ZPH 33 au stade de larve
planctonique.
dans l’évaluation des pêches de homard et
la formulation d’avis à ce sujet. Il y a lieu
d’étudier des moyens d’y intégrer les effets
de la pêche sur l’écosystème, dont les
effets de la prédation, des sources
alimentaires, des autres pêches, des autres
espèces et des espèces envahissantes
ainsi que les effets environnementaux.
Perspectives
À court terme, les indicateurs négatifs du
recrutement révèlent qu’au cours des
quelques prochaines années les taux de
prises et les indicateurs concernant les
homards de taille réglementaire ne seront
peut-être pas aussi positifs qu’ils l’étaient
dernièrement.
Toutefois,
d’après
les
commentaires formulés par les pêcheurs
durant la pêche de l’automne 2003, les
femelles oeuvées et les recrues sont en
hausse dans l’ouest.
Dans plusieurs des analyses présentées, la
petite taille des échantillons se traduit par
de vastes limites de confiance. Une
participation accrue de l’industrie à la tenue
volontaire de journaux de bord et aux
programmes d’échantillonnage au casier
réduira ces incertitudes.
Les estimations du taux d’exploitation
fondées sur la méthode de la variation dans
le rapport sont plus solides quand le groupe
de référence et le groupe exploité ont un
cycle biologique similaire et proviennent de
fourchettes de tailles étroites et adjacentes.
Au fur et à mesure que les différences dans
ces paramètres augmentent, il est plus
probable que certaines des hypothèses
essentielles, p. ex. l’hypothèse selon
laquelle le rapport de capturabilité resterait
constant au fil de la saison, seront
transgressées. Des recherches sur les
capturabilités relatives des homards de
différentes tailles et sur le cycle biologique
du homard sont nécessaires pour
déterminer dans quelle mesure ces
hypothèses sont vérifiées.
À long terme, les indicateurs positifs
concernant les femelles oeuvées dénotent
des perspectives favorables d’ici 7 à 9 ans,
si
les
conditions
actuelles
restent
inchangées. Le nombre total de sorties
réglementaires sera réduit dans la période
considérée, car on devrait assister au retrait
d’un certain nombre de permis B au cours
des dix prochaines années.
La TMR se situe à une ou deux mues sous
la taille à la maturité 50 %. Cela signifie que
plus de 60 % des homards sont capturés
avant de se reproduire. Le plus grand défi
pour la réalisation des objectifs de gestion à
long terme consistera à faire en sorte qu’un
nombre suffisant de grands homards se
reproduisent.
Les données de la FSRS ont été largement
utilisées dans la présente évaluation. Bien
qu’initialement elles étaient destinées à
mesurer uniquement le recrutement, elles
semblent avoir de nombreuses autres
utilités et peuvent fournir de bons
indicateurs pour d’autres groupes de tailles
également. Une comparaison des données
obtenues dans le relevé au casier sur le
recrutement
réalisé par la FSRS et
d’indicateurs provenant de méthodes
comparables, mais faisant appel aux
casiers
des
pêcheurs
commerciaux,
contribuera à déterminer quel est le meilleur
programme pour élaborer des indicateurs
fondés sur les captures au casier.
Considérations de gestion
L’amélioration des journaux de bord
obligatoires par la collecte de données
spatiales sur les prises et l’effort est
essentielle. Il faut également que ces
données
de
débarquement
soient
accessibles plus tôt et de manière plus
précise par l’intermédiaire d’une base de
données structurée.
Le
programme
d’échantillonnage
du
recrutement au casier de la FSRS devrait
11
Homard de la côte sud
de la Nouvelle-Écosse
Région des Maritimes
être appuyé et étendu dans la mesure du
possible.
Distribué par le :
Les indicateurs relatifs discutés dans le
présent document sont actuellement l’outil
principal utilisé pour évaluer la pêche du
homard et les populations de ce dernier.
Une plus grande participation de l’industrie
à la collecte de données sur les indicateurs
et
l’examen
de
leurs
tendances
amélioreront
les
connaissances
scientifiques sur le homard de la ZPH 33 et
la gestion de sa population.
Bureau du processus consultatif régional des
provinces Maritimes
Ministère des Pêches et des Océans
C.P. 1006, Succ. B203
Dartmouth (Nouvelle-Écosse)
Canada B2Y 4A2
Pour obtenir de plus amples
renseignements,
ISSN 1480-4921 (imprimé)
© Sa majesté la Reine, Chef du Canada, 2004
Téléphone : 902-426-7070
Fax : 902-426-5435
Courriel : myrav@mar.dfo-mpo.gc.ca
Adresse Internet :www.dfo-mpo.gc.ca/csas
An English version is available on request at
the above address.
communiquer avec :
Ross Claytor
Division des invertébrés
Direction des sciences
Institut océanographique de Bedford
C.P. 1006
Dartmouth (N.-É.) B2Y 4A2
La présente publication doit
être citée comme suit :
MPO, 2004. Homard de la côte sud de la
Nouvelle-Écosse (ZPH 33). MPO –
Sciences, Rapport sur l’état des stocks
2004/038.
Tél. : 902 426-4721
Fax : 902 426-1862
Courriel : ClaytorR@mar.dfo-mpo.gc.ca
Bibliographie
Claytor, R. 2004. Stock indicators for LFA
33 with respect to management changes
implemented in 2000. MPO, Secr. can.
éval. sci. , Doc. rech. 2004/071.
MPO, 1998. Homard des côtes est et sud
de la Nouvelle Écosse (ZPH 31-33).
MPO – Sciences, Rapp. état stocks
C3-60(1998).
12
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising