Évaluation des dommages admissibles pour la morue du Nord laurentien

Évaluation des dommages admissibles pour la morue du Nord laurentien
Régions de Terre-Neuve-et-Labrador et du Québec
Rapport sur l’état des stocks 2004/041
52
4Sw
51
4Ra
3K
4Rb
4Sy
50
4Sv
Évaluation des dommages
admissibles pour la morue du
Nord laurentien
4Rc
4Sx
49
4Ss
4Rd
48
4T
3Pn
3Psa
3Psb
47
Renseignements de base
L’unité désignée de morue du Nord laurentien vit
dans deux zones de gestion (3Pn, 4RS et 3Ps).
Cette unité est désignée comme étant
« menacée » par le Comité sur la situation des
espèces en péril au Canada (COSEPAC) et est
inscrite à l’annexe 3 de la Loi sur les espèces en
péril (LEP). Si cette population est ultérieurement
inscrite à l’annexe 1 de la LEP, une série
d’interdictions potentielles associées à la Loi
devraient alors entrer en vigueur. En cas
d’inscription, la LEP peut assurer la protection de
cette population. La LEP permet au ministre des
Pêches et des Océans de délivrer un permis pour
dommages fortuits pour la période précédant
l’établissement d’un plan de rétablissement, si un
certain nombre de conditions sont respectées.
Selon le paragraphe 73(2), seules peuvent être
autorisées :
a) des recherches scientifiques sur la
conservation de l’espèce menées par des
personnes compétentes;
b) une activité qui profite à l’espèce ou qui est
nécessaire à l’augmentation des chances
de survie de l’espèce à l’état sauvage;
c) une activité qui ne touche l’espèce que de
façon incidente.
En vertu du paragraphe 73(3), le ministre
compétent ne peut autoriser une activité que s’il
estime que :
a) toutes
les
solutions
de
rechange
susceptibles
de
minimiser
les
conséquences négatives de l’activité pour
l’espèce ont été envisagées et la meilleure
solution est retenue;
b) toutes les mesures possibles seront
prises afin de minimiser les conséquences
négatives de l’activité pour l’espèce, son
habitat essentiel ou la résidence de ses
individus;
c) l’activité ne mette pas en péril la survie ou
le rétablissement de l’espèce.
L’analyse présentée ici permettra au ministre des
Pêches et des Océans d’établir la base sur laquelle
des permis pourront être délivrés pour l’unité désignée
de morues du Nord laurentien.
novembre 2004
3Psc
3Psd
4Vn
3Pse
3L
3Psf
46
3Psg
3O
4Vs
45
4W
65
63
3Psh
61
59
57
55
53
Figure 1. Emplacement des zones de gestion des
stocks 3Pn, 4RS (nord du golfe du Saint-Laurent)
et 3Ps (sud de Terre-Neuve) qui composent
l’unité désignée du Nord laurentien.
Sommaire
•
Selon le COSEPAC (2003), l’unité
désignée du Nord laurentien a connu
un déclin de 81 % entre 1974 et 2001.
Cette unité, désignée comme étant
« menacée », est composée de
deux stocks de morues : celui de 3Ps
(sud de Terre-Neuve); celui de 3Pn,
4RS (nord du golfe du Saint-Laurent).
•
Les deux stocks ont fait l’objet d’une
pêche dirigée en 2004 (TAC de
15 000 t pour le stock de 3Ps et de
3500 t pour celui de 3Pn, 4RS). Ces
morues sont aussi capturées de façon
fortuite dans d’autres pêches, et ces
prises sont incluses dans les TAC.
Ces pêches sont la principale source
de mortalité causée par l’homme.
•
La biomasse de la population de
morue de 3Ps, d’après l’analyse
séquentielle de la population (ASP), a
Régions de Terre-Neuve-et-Labrador et du Québec
Morue du Nord laurentien
connu une hausse importante au cours
de la dernière décennie et se situe à un
peu plus de la moitié du sommet
observé au milieu des années 1980.
•
La biomasse du stock reproducteur
(BSR) de la morue de 3Ps se situe près
du maximum estimé depuis 1977 et est
de beaucoup supérieure au point de
référence limite (Blim) recommandé pour
le stock.
•
La BSR de la morue de 3Pn, 4RS a
augmenté pendant le moratoire imposé
de janvier 1994 à mai 1997 et n’a pas
beaucoup changé entre 1997 et 2004.
Cependant, le niveau actuel de la BSR
est de beaucoup inférieur aux valeurs
atteintes dans les années 1980 et est
également largement inférieur au Blim de
conservation recommandé pour le
stock.
•
On peut tolérer une mortalité causée
par l’homme chez ces deux stocks sans
mettre en péril la survie de l’unité.
•
On considère que le stock de 3Ps s’est
rétabli et qu’il devrait être géré
conformément
à
des
pratiques
classiques de gestion des pêches.
•
La poursuite des pratiques de pêche de
2004 dans le nord du golfe ne mettra
pas en péril le rétablissement sur une
période de un à deux ans.
•
Enjeu
Selon le COSEPAC (2003), l’abondance de
la morue (Gadus morhua) dans l’unité
désignée du Nord laurentien a connu un
déclin de 81 % entre 1974 et 2001. Cette
unité, désignée comme étant « menacée »
est composée de deux stocks : celui de 3Ps
(sud de Terre-Neuve) et celui de 3Pn, 4RS
(nord du golfe du Saint-Laurent). Selon des
estimations du COSEPAC concernant trois
générations, le stock de 3Ps a connu un
déclin de 46 à 47 %, tandis que celui de 3Pn,
4RS, de 93 %.
Les menaces précises indiquées par le
COSEPAC étaient : la pêche et la prédation
par les mammifères marins pour la morue de
3Pn, 4RS; l’altération de l’écosystème
attribuable à la pêche et à des facteurs
naturels; l’altération de l’habitat du fond marin
(menace potentielle, mais non évaluée).
Conformément à l’article 73 de la LEP, on a
mené une évaluation scientifique pour relever
les activités susceptibles de causer des
dommages et établir un niveau de dommages
fortuits, le cas échéant, qui ne mettraient pas
en péril la survie ou le rétablissement de la
morue de l’unité désignée du Nord laurentien
sur une période de un à deux ans.
Évaluation de l’enjeu
Historique de la pêche
Stock de 3Ps – Les prises en provenance de
ce stock soutiennent une pêche côtière aux
engins fixes depuis des siècles. La morue de
3Ps est par ailleurs pêchée au large avec des
engins mobiles et fixes et, dans les eaux
côtières, avec des engins fixes. Le stock a
été fortement exploité par l’Espagne et par
d’autres pays dans les années 1960 et au
début des années 1970. Après l’extension de
la zone de compétence en 1977, l’accès à la
morue de 3Ps par d’autres pays que la
France et le Canada a pris fin. Les prises
françaises en haute mer ont augmenté tout
au long des années 1980, mais le stock a
connu un déclin rapide de la fin des années
Selon l’information disponible, il ne
semble pas que la mortalité causée par
l’homme chez la morue de 3Pn, 4RS
puisse connaître une hausse importante
si le commencement du rétablissement
du stock est une priorité.
2
Régions de Terre-Neuve-et-Labrador et du Québec
Morue du Nord laurentien
1980 au début des années 1990. Le moratoire
sur la pêche instauré en août 1993 a pris fin en
mai 1997, et un quota 10 000 t a alors été
établi. Le TAC a été porté à 20 000 t en 1998 et
à 30 000 t en 1999. À partir de 2000, on a fixé
le début de l’année de gestion au 1er avril. Le
TAC des quatre dernières années de gestion
(du 1er avril au 31 mars), qui prendront fin en
2005, a été établi à 15 000 t.
La pêche a fait l’objet d’un moratoire de
janvier 1994 à mai 1997. De 1997 à 2002, les
TAC se situaient entre 3000 et 7500 t. On a
fait l’annonce d’un deuxième moratoire pour
2003. La pêche dirigée à la morue a repris en
2004, avec un TAC de 3500 t. Seuls les filets
maillants, les lignes à main et les palangres
sont employés pour cette pêche depuis 1997.
À l’heure actuelle, seuls le Canada et la France
(îles de Saint-Pierre et Miquelon) exploitent le
stock. En vertu des dispositions d’un accord
bilatéral signé en 1995, la France reçoit 15,6 %
du TAC après la levée du moratoire; la majorité
de ces captures sont effectuées par des
chalutiers canadiens et sont débarquées aux
installations de transformation de Miquelon.
Les îles de Saint-Pierre et Miquelon possèdent
également une petite flotte de navires de pêche
côtière, principalement équipés de filets
maillants; au cours des dernières années, les
débarquements de ces navires ont représenté
entre 25 et 40 % environ de l’allocation
française (<750 t). On trouve une zone
économique exclusive entourant les îles de
Saint-Pierre et Miquelon qui comporte un
corridor étroit s’étendant vers le sud et
traversant la sous-division 3Ps, où la pêche est
interdite aux navires canadiens (fig. 1).
État de l’espèce
Stock de 3Ps – Les récentes évaluations de
la morue de 3Ps sont fondées sur une
analyse séquentielle de la population (ASP)
réalisée à l’aide de données par âge sur les
débarquements commerciaux et de divers
indices. La plus récente évaluation de la
morue de 3Ps a été effectuée en
octobre 2004 (MPO, 2004; Brattey et al.,
2004) au moyen d’indices des captures et de
relevés obtenus depuis 1977. On a utilisé
plusieurs formules d’ASP pour étudier
l’incertitude dans l’évaluation de 2004. On
constate une incertitude considérable au
sujet de la taille absolue de la population;
cependant, les tendances relatives à la taille
des stocks établies avec diverses formules
d’ASP étaient semblables. On a utilisé
deux formules (formules 1 et 2) pour illustrer
ces tendances et illustrer l’incertitude liée à
l’estimation de la taille absolue de la
population. On estime que le coefficient
instantané de mortalité naturelle (M) de
toutes les évaluations de la morue de 3Ps est
de 0,2 par année.
Stock de 3Pn, 4RS – Avant l’extension de la
zone de compétence en 1977, la pêche était
pratiquée par les flottes canadiennes,
espagnoles, portugaises et françaises. Depuis
1977, seuls la France (métropolitaine), les îles
de Saint-Pierre et Miquelon et le Canada
pratiquent la pêche. Depuis 1995, les îles de
Saint-Pierre et Miquelon ont eu accès à 2,6 %
du TAC annuel établi pour ce stock; cependant,
étant donné la faiblesse du TAC pour ce stock
depuis 1997, les îles n’ont pratiqué aucune
pêche récemment.
Les tendances relatives à la taille des stocks
(biomasses des morues âgées d’au moins
trois ans et du stock reproducteur) établies à
l’aide des deux formules d’ASP sont illustrées
aux figures 2 et 3.
En 1983, les débarquements de morues dans
le nord du golfe du Saint-Laurent atteignaient
un sommet (plus de 100 000 t), pour ensuite
décliner jusqu’en 1993. Pendant cette période,
les navires à engins mobiles ont capturé leur
allocation, mais pas ceux à engins fixes.
3
Régions de Terre-Neuve-et-Labrador et du Québec
250 000
Morue du Nord laurentien
La composition par âge de la BSR a changé
de
façon
remarquable
récemment.
Parallèlement à la diminution récente de l’âge
à la maturité, deux fortes classes d’âge sont
apparues dans la population et ont atteint la
maturité sexuelle; par conséquent, la
biomasse
reproductrice
a
augmenté
nettement dans son ensemble entre 2001 et
2003. La BSR se situe près de celle la plus
élevée estimée depuis 1977.
Form. 1
Form. 2
Biomasse (t)
200 000
150 000
100 000
50 000
0
1977 1980 1983 1986 1989 1992 1995 1998 2001 2004
Dans l’évaluation de la morue de 3Ps de
2004 (MPO, 2004), on a examiné divers
points de référence éventuels. Bret (où
ret = rétablissement) correspond à la BSR la
plus basse à partir de laquelle un
rétablissement a eu lieu. Bret est recommandé
pour la morue de 3Ps, car cette dernière a
connu deux cycles de rétablissement depuis
1977. On a comparé la BSR actuelle à Bret,
défini comme étant la BSR au début de 1994
(à savoir respectivement 36 000 t et 13 000 t
pour les deux formules d’ASP). La biomasse
actuelle est 3,6 et 6,9 fois plus importante
que Bret pour les deux formules d’ASP
respectivement.
Année
Figure. 2. Tendances relatives à la biomasse de la
population chez les morues de 3Ps âgées d’au
moins trois ans.
Biomasse du stock reproducteur (t)
Après l’extension de la zone de compétence, la
biomasse de la population a augmenté pendant
la fin des années 1970 et a atteint un sommet en
1985, puis a diminué constamment de la fin des
années 1980 jusqu’au début des années 1990
(fig. 2). La biomasse actuelle de la morue de 3Ps
estimée
d’après
l’ASP
a
augmenté
considérablement au cours de la dernière
décennie et se situe à un peu plus de la moitié du
sommet observé au milieu des années 1980.
Le COSEPAC a employé trois mesures pour
déterminer la situation de l’espèce : 1) les
tendances relatives au nombre de morues
matures dans 3Ps entre 1959 et 2001; 2) les
tendances relatives à l’abondance de morues
âgées d’au moins cinq ans entre 1959 et
2001; 3) l’indice d’abondance établi d’après
le relevé par navire scientifique du MPO
(nombre moyen par trait) entre 1983 et 2001.
Ces valeurs sont tirées de l’évaluation de
2001 (Brattey et al., 2001), qui renfermait des
données sur les débarquements remontant à
1959. Toutefois, dans l’évaluation la plus
récente, on considère que les données sur
les prises selon l’âge antérieures à 1977 ne
sont pas fiables et que le rétablissement de
la population ne couvrait que la période de
1977 à 2004.
140 000
Form. 1
120 000
Form. 2
100 000
80 000
60 000
40 000
20 000
0
1977
1980
1983
1986
1989
1992
1995
1998
2001
2004
Année
Figure. 3. Tendances relatives à la BSR chez la
morue de 3Ps.
La BSR a atteint un sommet au milieu des
années 1980 et, par la suite, a connu une
baisse progressive (fig. 3). Après 1993, la BSR
a presque atteint le sommet observé au milieu
des années 1980, mais a connu une baisse
entre 1999 et 2001. Ce bref déclin a été suivi
d’une hausse importante au cours des
dernières années (de 2001 à 2003).
Stock de 3Pn, 4RS – Les récentes
évaluations de la morue de 3Pn, 4RS sont
fondées sur une ASP réalisée avec des
données par âge sur les débarquements
commerciaux et cinq indices d’abondance. La
plus récente évaluation de la morue de 3Pn,
4RS a été effectuée en mars 2004 (MPO,
4
Régions de Terre-Neuve-et-Labrador et du Québec
Morue du Nord laurentien
On a tenu compte de la productivité de la
morue du nord du Golfe dans l’établissement
des points de référence pour la biomasse.
Ces points sont fondés sur le principe que la
biomasse peut être divisée en trois zones :
zone de santé; zone de prudence; zone
critique. On a délimité la limite de la zone
critique (Blim) selon deux méthodes. La
première méthode, fondée sur le niveau de la
BSR auquel le stock est considéré comme
étant en santé, estimait la limite à environ
85 000 t (MPO, 2004). L’autre méthode
consistait à estimer à quelle BSR existait une
probabilité que le stock ait une croissance
négative, même sans pêche. L’estimation
obtenue d’élevait à 110 000 t. Or, la BSR de
2004 est de beaucoup inférieure à ces
estimations.
2004) avec des indices des captures et de
relevés remontant jusqu’en 1974. L’ASP a été
ajustée aux indices des pêches sentinelles aux
engins fixes dans les eaux côtières (filets
maillants et palangres), des relevés sentinelles
aux engins mobiles de juillet à octobre et des
indices provenant du relevé scientifique réalisé
par le Needler en août.
Pour tenir compte de la détérioration des
conditions
environnementales,
d’une
augmentation des pratiques de pêche abusives
et de l’intensification de la prédation par les
phoques, on a décidé d’augmenter M de 0,2 à
0,4 à partir de 1986 pour ce stock de morue.
Même si la condition des poissons s’est
améliorée dernièrement, la prédation par les
phoques semble demeurer importante, si bien
que M a été maintenu à 0,4 entre 1986 et 2003
pour tenir compte de l’effet combiné de ces
facteurs.
Le COSEPAC a employé deux mesures pour
déterminer la situation de l’espèce : 1) les
tendances relatives au nombre de morues
matures dans 3Pn, 4RS de 1975 à 2002,
lequel nombre a connu un déclin de 93 %;
2) les tendances relatives à l’abondance de
la morue d’après le relevé par navire
scientifique du MPO entre 1990 et 2002,
laquelle abondance a connu un déclin de
64 %. Ces valeurs sont tirées de l’évaluation
de 2003 de la pêche de 2002 (Fréchet et al.,
2003).
Les tendances relatives à la taille des stocks
(biomasses des morues âgées d’au moins 3
ans et du stock reproducteur) sont indiquées à
la figure 4. La biomasse totale des poissons
âgés d’au moins 3 ans est passée de 604 000 t
en 1983 à 32 000 t en 1994, puis à 69 000 t au
début de 2004 (fig. 4).
700 000
3+ (âge)
600 000
Biomasse (t)
Stock reproducteur
500 000
Cible et calendrier de rétablissement
400 000
300 000
Stock de 3Ps – On considère que le stock de
3Ps s’est rétabli; par conséquent, aucune
cible ni calendrier de rétablissement n’est
établi.
200 000
100 000
0
1974
1978
1982
1986
1990
1994
1998
2002
Année
Le stock de 3Ps a amorcé son rétablissement
à partir du moratoire de 1993 à 1997 et est
présentement en bon état quant à la taille de la
population; toutefois, on s’inquiète de certaines
caractéristiques biologiques du stock telles que
le faible recrutement et la maturité précoce
(MPO, 2004).
Figure 4. Tendances relatives aux biomasses de la
population et du stock reproducteur des morues de
3Pn, 4RS âgées d’au moins trois ans.
La biomasse reproductrice est tombée de
379 000 t en 1983 à 11 000 t en 1994, puis a
grimpé à 38 000 t au début de 2004. Les
intervalles de confiance de 95 % pour
l’estimation de la BSR de 38 000 t sont de
23 000 et de 53 000 t.
Les statistiques historiques sur les captures
(1959-1976) démontrent que le niveau du stock
de 3Ps était encore plus élevé que le sommet
estimé du milieu des années 1980, le sommet
5
Régions de Terre-Neuve-et-Labrador et du Québec
Morue du Nord laurentien
BSR projetée au 1er avril 2007 était de
beaucoup supérieure au point de référence
biologique (Blim) recommandé pour ce stock.
à partir duquel on a comparé l’état actuel.
Cependant, il n’existe aucune donnée fiable pour
cette période concernant le stock du nord du
golfe du Saint-Laurent. Ainsi, dans le contexte de
l’unité désignée définie par le COSEPAC, il est
impossible d’établir une comparaison fiable
remontant à cette période pour l’unité du Nord
laurentien.
L’historique du stock de 3Ps nous renseigne
également sur la mortalité maximale causée
par l’homme pouvant être tolérée sans que le
rétablissement ne soit mis en péril. Après
l’extension de la zone de compétence en
1977, le stock s’est rétabli rapidement
jusqu’en
1985,
malgré
une
pêche
commerciale
importante
dont
les
débarquements annuels (de 1977 à 1985)
oscillaient entre 27 000 et 39 000 t. Pendant
ces huit années, la biomasse de la population
a doublé (voir la fig. 2) et la BSR a triplé (voir
la fig. 3). On estime que le coefficient de
mortalité par pêche (mortalité par la pêche [F]
moyenne pour les poissons d’âge 5 à 10) se
situait entre 0,3 et 0,5 à ce moment.
Stock de 3Pn, 4RS – La BSR a atteint un creux
historique au début du premier moratoire en
1994, mais a augmenté pendant les trois
années qu’a duré le moratoire (1994-1996).
Depuis la réouverture de la pêche dirigée à la
morue en 1997 et jusqu’en 2004, la BSR du
stock n’a pas connu de hausse importante. Les
prises semblent annuler le surplus de
production du stock. Les prises observées
depuis la réouverture en 1997 n’ont pas permis
le rétablissement du stock. Cependant,
l’industrie de la pêche considère que le stock
est en voie de rétablissement.
Portée des dommages (ou
mortalité) causée par l’homme
de
Le deuxième rétablissement du stock de 3Ps
s’est déroulé pendant et après le moratoire
(1993-2003). La pêche dirigée a été d’abord
été fermée, les prises étant limitées à des
prises accessoires et à des débarquements
des pêches sentinelles (après 1996) allant de
600 à 900 t par année; la pêche commerciale
a ensuite repris, avec des TAC variant entre
10 000 et 30 000 t entre 1997 et 2004. De
1993 à 2003, la biomasse de la population a
doublé (fig. 2) et la BSR a triplé (fig. 3). Entre
1997 et 2003, on estime que le coefficient de
mortalité par la pêche (F moyenne pour les
poissons d’âge 5 à 10) se situait entre 0,2 et
0,4.
la
Stock de 3Ps – Dans l’évaluation de la morue
de 3Ps effectuée en 2004, on a établi des
projections déterministes sur trois ans, jusqu’au
1er avril 2007, avec les deux formules d’ASP.
Pour la première année, on a proposé un
niveau d’exploitation de 15 000 t (le TAC pour
l’année de gestion en cours débutant le
1er avril 2004 et se terminant au 31 mars 2005).
Les formules d’ASP donnent respectivement
une diminution de la BSR d’environ 7000 et
5000 t d’ici la fin de la présente année de
gestion (31 mars 2005).
Ces valeurs indiquent que l’on peut tolérer
une mortalité par l’homme chez le stock de
3Ps sans mettre sa survie en péril.
On a établi les projections pour les années de
gestion 2005-2006 et 2006-2007 avec des
niveaux d’exploitation annuels potentiels fixes
variant de 5000 à 20 000 t. Avec des niveaux
d’exploitation potentiels oscillant entre 10 000
et 20 000 t, les deux formules indiquent une
diminution de la BSR d’ici le 1er avril 2007.
Avec un niveau d’exploitation potentiel de
5000 t, les deux formules indiquent une légère
augmentation (1,6 et 3,7 %) de la BSR d’ici le
1er avril 2007. Cependant, avec tous les
niveaux d’exploitation potentiels étudiés, la
Les conclusions de l’évaluation de 2004 du
stock de 3Ps concernant la baisse de la
productivité au cours des dernières années
peuvent revêtir de l’importance pour la
détermination des dommages admissibles. Si
le stock diminuait à un niveau préoccupant, le
taux de mortalité causée par l’homme
maximal que ce stock peut tolérer tout en
demeurant capable de se reconstituer
pourrait
maintenant
être
plus
bas
qu’auparavant.
6
Régions de Terre-Neuve-et-Labrador et du Québec
Morue du Nord laurentien
plats (plie rouge, plie grise, plie canadienne).
Les activités scientifiques et de recherche
sentinelle représentent 11 % du TAC de
2004.
Stock de 3Pn, 4RS – Dans le cadre de la plus
récente évaluation de ce stock, on a effectué
des analyses des risques afin d’évaluer
l’incidence qu’auraient les divers TAC de 2004
sur la BSR. Des prises supérieures à 2200 t en
2004 entraîneraient une baisse de la BSR.
Cependant, le TAC de 2004 a été ensuite fixé à
3500 t, tel que le recommandait le Conseil pour
la conservation des ressources halieutiques
(2004) après les audiences publiques et
d’après les descriptions d’incertitude dans
l’évaluation.
La morue du nord du golfe du Saint-Laurent
(3Pn, 4RS) se mélange à celle de la côte sud
de Terre-Neuve (3Ps). La morue du nord du
golfe migre vers le sud à la fin de l’automne
et quitte le golfe pour gagner 3Pn, en
traversant parfois les limites des zones de
gestion pour se rendre dans le secteur ouest
de 3Ps, particulièrement pendant l’hiver
(environ de novembre et avril). Les prises de
morues du nord du golfe dans la zone
occupée par le stock de 3Ps constituent une
source de mortalité/de dommages pour la
population
du
Nord
laurentien.
Le
pourcentage de morues du nord du golfe
dans les concentrations trouvées dans 3Psa
et 3Psd lors des relevés effectués en janvier
et en mars 2002 oscillait entre 27 et 64 %,
selon les éléments traces observés dans les
otolithes. Les morues échantillonnées à la fin
d’avril 2001 et analysées avec la même
méthode provenaient à 40-51 % du nord du
golfe.
D’après
les
analyses
des
débarquements hivernaux (de novembre à
avril), l’ampleur des dommages potentiels
chez la morue du nord du golfe attribuables
au mélange a diminué au cours des
dernières années. Des mesures de gestion et
des restrictions visant à limiter les prises
hivernales et printanières dans cette zone ont
été mises en œuvre. On doit maintenir
l’application de ces mesures et surveiller
attentivement leur efficacité.
Sources principales de mortalité
Stock de 3Ps – La source potentielle de
mortalité/de dommages la plus importante pour
le stock de 3Ps est la pêche dirigée pratiquée
par des flottes canadiennes et françaises
(Saint-Pierre et Miquelon). La grande majorité
du total des prises provient de la pêche dirigée.
Les débarquements totaux déclarés au cours
des quatre dernières années, dont les prises
par la pêche récréative, par les pêches
sentinelles et par la pêche française ainsi que
les prises accessoires, se sont maintenus à
environ 15 000 t.
Les prises accessoires annuelles de morues de
3Ps rapportées pour les pêches visant d’autres
espèces entre 1997 et 2003 se sont chiffrées à
<1000 t, à l’exception de 1997 (environ 1600 t).
Les prises accessoires surviennent dans la
pêche au flétan de l’Atlantique, au sébaste, à la
plie grise, à la merluche blanche, à la raie, au
flétan du Groenland et à la baudroie.
Autres
sources
potentielles
de
mortalité et de dommages globaux
Stocks de 3Pn, 4RS – La source potentielle de
mortalité/de dommages causés par l’homme la
plus importante pour le stock de 3Pn, 4RS
depuis 1997 est la pêche dirigée pratiquée par
de petites flottes canadiennes aux engins fixes
dans les eaux côtières.
Stock de 3Ps – Les autres sources
potentielles de dommages (altération de
l’habitat, exploration et production pétrolières,
pollution, navigation, câbles et lignes,
activités militaires, écotourisme, pêche de
subsistance,
recherche
scientifique,
aquaculture, introductions et transferts) n’ont
pas été chiffrées formellement dans la
présente évaluation, mais on juge qu’elles
ont des effets relativement faibles sur la
capacité de la morue de 3Ps à survivre et à
Les prises accessoires de morues dans
d’autres pêches dirigées sont comprises dans
le TAC. Ces prises représentent actuellement
3 % du TAC de 2004 (fixé à 3500 t), les plus
importantes d’entre elles étant les pêches au
flétan de l’atlantique et à d’autres poissons
7
Régions de Terre-Neuve-et-Labrador et du Québec
Morue du Nord laurentien
nord de la Gaspésie, 1991) indique qu’il y a en
moyenne 85 filets maillants fantômes/km2 le
long de la côte de Gaspé et que certains
d’entre eux sont là depuis plus de 20 ans.
Deux programmes importants de récupération
d’engins sont menés en 2004; l’un le long de la
Basse-Côte-Nord du Québec et l’autre, dans la
péninsule nord de Terre-Neuve.
se rétablir, comparativement aux effets des
pêches.
Le COSEPAC (2003) a conclu que la prédation
par les mammifères marins ne semble pas
constituer une entrave au rétablissement de la
morue de 3Ps (McLaren et al., 2001).
Il existe aussi une mortalité par pêche non
comptabilisée attribuable principalement à la
pêche commerciale : rejets globaux/sélectifs
(généralement les pêches aux filets maillants, qui
constituent l’engin de pêche dominant après le
moratoire); écrémage (rejet sélectif de petits
poissons en raison de leur bas prix ou de leur
valeur nulle, principalement par les pêches à la
palangre); pêche fantôme (filets maillants
perdus/abandonnés). La pêche illégale et les
débarquements non déclarés comptent aussi
parmi les sources de mortalité, bien que ces
débarquements soient susceptibles de diminuer
en présence d’observateurs et de vérificateurs
aux quais. Il n’est pas facile d’évaluer le
pourcentage de mortalité attribuable à ces
sources,
mais
il
serait
probablement
proportionnel à celui des débarquements totaux.
Comme on l’a mentionné précédemment à
propos du stock de 3Ps, il est aussi possible
que les mortalités touchant le stock de morues
de 3Pn, 4RS soient sous-évaluées en raison
d’activités illégales.
Bien qu’aucun chalutage dirigé à la morue n’ait
été effectué dans cette zone depuis 1993, une
certaine dégradation de l’habitat à long terme
peut s’être produite. La pêche à la crevette
avec chaluts à panneaux, qui est importante et
en pleine croissance, prend encore des
morues qui mesurent moins de 20 cm et qui
sont âgées de un à deux ans, et ce, même si
l’utilisation de la grille Nordmore est obligatoire.
Sources d’incertitude
Stock de 3Pn, 4RS – Le COSEPAC (2003) a
conclu que la prédation par les mammifères
marins semble constituer une entrave au
rétablissement de la morue du nord du golfe,
comme l’indique McLaren et al. (2001), pour
qui il apparaît évident que les phoques sont
des prédateurs importants de la morue dans
cette région.
Stock de 3Ps – Dans l’évaluation de la morue
de 3Ps de 2004, on conclut qu’il existe une
très grande incertitude au sujet de la
productivité actuelle du stock (MPO, 2004).
La biomasse de reproducteurs produit
présentement beaucoup moins de recrues
que le nombre observé lors de l’extension de
la zone de compétence en 1977. Les
changements survenus récemment dans la
composition de la BSR peuvent avoir réduit le
potentiel reproducteur du stock. En
conséquence, si le stock venait à chuter à un
niveau préoccupant, il pourrait se rétablir plus
lentement que par le passé.
Des activités de sismique ayant pour but de
découvrir des réserves potentielles de pétrole et
de gaz dans le nord du Golfe devraient avoir lieu
le long de la zone côtière de l’ouest de
Terre-Neuve, à l’est des îles de la Madeleine et
autour de l’île d’Anticosti. Bien qu’il n’existe
aucune donnée probante à l’appui de la mortalité
directe, la morue et sa proie (lançon), qui se
trouvent à proximité d’une batterie de canons à
air, se dispersent (Engås et al., 1996, Hassel,
2003).
Les projections ne tiennent compte d’aucune
incertitude. Les tendances qui s’en dégagent
sont en très grande partie fonction de
l’exactitude des estimations des classes d’âge
récentes ainsi que de leur survie subséquente
et de leur recrutement par la pêche de 2005 à
2007. En outre, ces projections sont sensibles
aux importants changements survenus
dernièrement dans les estimations des
Les rejets de poissons de mauvaise qualité par
les pêches au filet maillant et la pêche fantôme
peuvent être importants dans le nord du golfe
(Fréchet, 2003). Une étude précédente
(Regroupement des pêcheurs professionnels du
8
Régions de Terre-Neuve-et-Labrador et du Québec
Morue du Nord laurentien
proportions de femelles qui deviennent matures à
un jeune âge et qui intègrent la population
reproductrice.
De nombreuses sources d’incertitude ont été
également mentionnées par le Conseil pour
la conservation des ressources halieutiques
(2004).
Stock de 3Pn, 4RS – Il existe une incertitude
au sujet du moment et de l’étendue de la
migration de la morue du nord du golfe dans la
zone occupée par le stock de 3Ps. Le
pourcentage de mélange peut varier d’une
année à l’autre, et l’évaluation annuelle du
degré de dommages subis par la morue du
nord du golfe effectuant une migration
saisonnière dans 3Ps est toujours difficile. On a
présentement recours au marquage, à la
télémétrie, à l’analyse de la maturation et à la
microchimie des otolithes pour mieux
comprendre la question du mélange.
Conclusions
Stock de 3Ps – On considère que le stock de
3Ps s’est rétabli et qu’il devrait être géré
selon des pratiques classiques de gestion
des pêches.
On estime que la biomasse reproductrice et
le nombre de reproducteurs se situaient à
des niveaux proches des niveaux records
atteints entre 1977 et 2004. En outre, le stock
est présentement de beaucoup supérieur au
point de référence limite biologique
recommandé pour la morue de 3Ps dans
l’évaluation du stock de 2004 (MPO, 2004).
Les estimations initiales des données du relevé
au chalut exécuté par le Needler ont indiqué
que l’indice de la biomasse de la morue était
cinq fois plus important en 2003 qu’en 2002
(Bourdages et al., 2003). Toutefois, après
examen, une autre méthode d’estimation de la
biomasse dans les strates manquantes a été
jugée plus appropriée. L’augmentation revue
pour 2003 n’était que de l’ordre de trois, et non
de l’ordre de cinq. Quoiqu’il en soit, les
résultats du relevé de 2003 amènent une
incertitude considérable en raison du nombre
élevé de strates manquantes.
Le stock s’est rétabli deux fois au cours des
dernières années (depuis 1997) : la première
fois pendant qu’une importante pêche
commerciale avait lieu et la deuxième,
lorsque les prises accessoires de morues
dans d’autres pêches étaient permises.
Pendant ce deuxième rétablissement, on a
constaté d’autres hausses après la reprise de
la pêche. Ces constats nous indiquent une
possibilité de tolérance importante de la
morue de 3Ps aux dommages fortuits.
On a aussi effectué des analyses de sensibilité
pour examiner l’utilisation de divers indices et
leur incidence sur l’estimation de la BSR. On a
constaté que la BSR oscillait entre 30 000 et
44 000 t, selon la formule appliquée.
La pêche hivernale dans 3Ps peut entraîner
une certaine mortalité chez la morue du stock
voisin (3Pn, 4RS), lequel stock fait partie de
l’unité du Nord laurentien. L’ampleur
potentielle de ces dommages a diminué de
beaucoup au cours des dernières années
grâce à l’application de mesures de gestion
telles que la fermeture saisonnière de
certaines portions du secteur ouest de 3Ps. Il
faut cependant poursuivre ces mesures et
surveiller attentivement leur efficacité.
La mortalité naturelle des morues adultes de ce
stock est très élevé. Bien que les causes de
cette mortalité ne soient pas entièrement
comprises, le nombre estimé de morues
consommées ou tuées par les phoques est
suffisamment élevé pour que l’on puisse
conclure qu’il s’agit d’un facteur affectant le
rétablissement de ce stock. Des données sur le
régime alimentaire des phoques indiquent qu’ils
s’alimentent principalement de juvéniles.
Toutefois, les données sur le contenu stomacal
sous-estiment peut-être la consommation de
morues adultes, car les phoques ne
consomment peut-être pas la tête des grosses
morues.
Stock de 3Pn, 4RS – Ce stock de morue ne
s’est pas rétabli et est de beaucoup inférieur
au Blim recommandé. Cependant, les prises
actuelles ne mettront pas en péril le
9
Régions de Terre-Neuve-et-Labrador et du Québec
Morue du Nord laurentien
CCRH, 2004. Impératifs de conservation pour
les stocks de poisson de fond du golfe du
Saint-Laurent pour 2004/2005. CCRH. 2004.
R.3. 31 p.
rétablissement pendant une période de un à
deux ans.
Références
Fréchet, A., J. Gauthier, P. Schwab, H.
Bourdages, D. Chabot, F. Collier, F. Grégoire,
Y. Lambert, G. Moreault, L. Pageau, J. Spingle,
2003. L'état du stock de morue du Nord du
golfe du Saint-Laurent (3Pn, 4RS) en 2002.
MPO, Secr. can. de consult. sci., Document
de recherche 2003/065, 90 p.
Bourdages, H., Archambault D., Morin, B.,
Fréchet, A., Savard, L., Grégoire, F. et Bérubé,
M., 2003. Résultats préliminaires du relevé
multidisciplinaire de poissons de fond et de
crevette
d’août
2003
dans le nord du golfe du Saint-Laurent. MPO,
Secr. can. de consult. sci., Document de
recherche 2003/078.
Fréchet, A., Butler, R., Hussey, E., Kennedy, J.
et Rose, G., 2003. Qualité au débarquement
en fonction de l’engin utilisé dans la pêche à la
morue de 3Pn, 4R de 2000 à 2002. MPO,
Secr. can. de consult. sci., Document de
recherche 2003/66, 33 p.
Brattey, J., N. G. Cadigan, B. P. Healey, G. R.
Lilly, E. F. Murphy, P. A. Shelton, J.-C. Mahé,
2004. An assessment of the Atlantic cod
(Gadus morhua) stock in NAFO Subdivision
3Ps in October 2004. MPO, Secr. can. de
consult. sci., Document de recherche 2004/083.
Hassel, A. et T. Knutsen, J. Dalen, S.
Lokkebord, K. Skaar, O. Ostend, E. K.
Haugland, M. Fonn, A. Hoines et O. A. Misund,
2003.
IMR
http://www.imr.no/english/news/2003/sandeel_
and_reaction_of_seismic_shooting
Brattey, J., N. G. Cadigan, B. P. Healey, G. R.
Lilly, E. F. Murphy, P. A. Shelton, D. E.
Stansbury, M. J. Morgan et J.-C. Mahé, 2001.
Évaluation d’octobre 2001 du stock de morue
de la sous-division 3Ps de l’OPANO. MPO,
Secr. can. de consult. sci., Document de
recherche 2001/099.
McLaren, I., Brault, S., Harwood, J. et D.
Vardy. 2001. Rapport du groupe d’experts sur
la gestion des phoques. Ministère des Pêches
et des Océans, Ottawa (Ontario).
COSEPAC, 2003. COSEWIC assessment and
update status report on the Atlantic cod Gadus
morhua in Canada. Comité sur la situation des
espèces en péril au Canada. Ottawa. Xi + 76 p.
Regroupement des pêcheurs professionnels
du Nord de la Gaspésie (RPPNG) 1991. Projet
pilote : Récupération d’agrès perdus en mer.
Région Gaspé Nord. 1991. 140 p.
MPO, 2004. Morue de la sous-division 3Ps.
MPO, Secr. can. de consult. sci., Rapport sur
l’état des stocks 2004/039.
MPO, 2004. La morue du nord du golfe du SaintLaurent (3Pn, 4RS) en 2003. MPO, Secr. can. de
consult. sci., Rapport sur l’état des stocks
2004/019.
Engås, S. Lokkebord, E. Ona, A.V. Soldal, 1996.
Effects of seismic shooting on local abundance
and catch rates of cod (Gadus morhua) and
haddock (Melanogrammus aeglefinus) Can. J.
Fish. Aquat. Sci. 53:2238-2249.
10
Régions de Terre-Neuve-et-Labrador et du Québec
Pour obtenir de
renseignements
plus
Morue du Nord laurentien
amples
Contactez : John Brattey
Pêches et Océans Canada
C.P. 5667
St. John’s (T.-N.) A1C 5X1
Ce rapport est disponible auprès de :
Région de Terre-Neuve-et-Labrador
Direction des sciences, des océans et de
l’environnement
Pêches et Océans Canada
C.P. 5667
St. John’s (T.-N.) A1C 5X1
Téléphone : (709) 772-2027/8892
Télécopieur : (709) 772-6100
Courriel : osborned@dfo-mpo.gc.ca
Adresse Internet : www.dfo-mpo.gc.ca/csas
Téléphone : (709) 772-2891
Télécopieur : (709) 772-4105
Courriel : bratteyj@dfo-mpo.gc.ca
Contactez : Alain Fréchet
Institut Maurice-Lamontagne
850, Route de la Mer
Mont-Joli (Qc) G5H 3Z4
Bureau régional des avis scientifiques
Région du Québec
Pêches et Océans Canada
Institut Maurice-Lamontagne
C.P. 1000, Mont-Joli
Québec (Canada)
G5H 3Z4
Téléphone : (418) 775-0825
Télécopieur : (418) 775-0740
Courriel : Bras@dfo-mpo.gc.ca
Adresse Internet : www.dfo-mpo.gc.ca/csas
Téléphone : (418) 775-0628
Télécopieur : (418) 775-0679
Courriel : frecheta@dfo-mpo.gc.ca
ISSN 1480-4921 (imprimé)
© Sa majesté la Reine, Chef du Canada, 2004
An English version is available upon
request at the above address.
La présente publication doit être
citée comme suit :
MPO, 2004. Évaluation des dommages
admissibles pour la morue de la population
du Nord laurentien. Secr. can. de consult.
sci. du MPO. Rapp. sur l’état des
stocks 2004/041.
11
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising