Manual 18137663

Manual 18137663
Pêches et Océans
Canada
Sciences
Fisheries and Oceans
Canada
Science
MPO Sciences
Rapport sur l’état des stocks C4-01 (1999)
QUÉBEC
13
14
16
15
17
T.-N.
Crabe des neiges de l’estuaire
et du nord du golfe du
Saint-Laurent (zones 13 à 17)
Renseignements de base
La pêche commerciale au crabe des neiges a pris de
l’envergure dans l’estuaire et le nord du golfe du
Saint-Laurent à partir de la fin des années 1970. Le
nord du Golfe est divisé en cinq zones de gestion (13
à 17, d’est en ouest). La gestion par TAC y a été
introduite graduellement entre 1985 et 1994. La
pêche ne vise que les mâles de taille égale ou
supérieure à 95 mm de largeur de carapace.
Le mâle du crabe des neiges arrête de croître après
une mue terminale. Le mâle est appelé adolescent (à
petites pinces) avant la mue terminale et adulte (à
grosses pinces) après la mue terminale. La taille
d’un mâle après la mue terminale peut varier de 40 à
165 mm. Le recrutement chez le crabe des neiges
varie selon un cycle intrinsèque sur une période
d’environ 8 ans. En général, 3 années de faible
recrutement (creux de recrutement) suivent 5 années
de recrutement moyen à fort (vague de recrutement).
Les mâles atteignent la taille légale vers l’âge de 9
ans. Les classes d’âge de 1985-1987, lesquelles sont
présentement exploitées, appartiennent à un creux de
recrutement. La biomasse, et par conséquent les
prises et les rendements ont donc diminué par
rapport aux valeurs atteintes entre 1991 et 1995, lors
du passage de la vague de recrutement précédente.
Cette situation devrait durer jusqu’en 1998-1999
dans les zones 17 et 16, et jusqu’en 2000-2001 dans
les zones 15, 14 et 13, alors que les classes d’âge
1988-1992 qui forment la vague de recrutement
suivante vont commencer à recruter à la pêche.
Février 1999
Figure 1. Zones de gestion du crabe des neiges
dans le nord du golfe du Saint-Laurent.
Résumé
•
•
•
•
•
•
•
•
Dans la zone 17, tous les indicateurs sont
positifs et montrent que la biomasse exploitable
se renouvelle et augmente sous l’effet de la
vague de recrutement 1988-92;
La ressource étant dominée par des crabes
adultes récemment mués, le taux de mortalité
naturelle par sénescence sera faible au cours des
prochaines années. Les crabes recrutés en 1998
seront disponibles à la pêcherie pendant 3 ans
environ;
Le recrutement de crabes de taille légale devrait
se poursuivre de manière importante au moins
jusqu’en 2000. La faiblesse des classes d’âge
1993-95 suggère que le recrutement diminuera à
partir de 2002.
Dans les zones plus à l’est (16, 15, 14 et 13), la
plupart des indicateurs d’état actuel sont négatifs
et montrent que le nombre et la biomasse de
crabes de taille légale ont continué à diminuer;
La plupart des indicateurs de condition future de
la population sont positifs dans la zone 16 et
suggèrent que le recrutement augmentera et que
la biomasse croîtra à partir de 1999;
Toutefois, le nombre de mâles adultes sous la
taille légale est important dans la zone 16
(particulièrement dans l’ouest) et les classes
d’âge 1988-90 ont donc été diminuées avant
l’atteinte de la taille légale par un taux de mue
terminale élevé;
Par contre, la plupart des indicateurs de
condition future de la population sont négatifs à
court terme dans les zones 15, 14 et 13 et
suggèrent que le recrutement à la population sera
faible en 1999;
On anticipe une reprise du recrutement en 2000
et 2001 dans les zones 15, 14 et 13.
Région Laurentienne
Crabe des neiges de l’estuaire et du nord du
golfe du Saint-Laurent (zones 13 à 17)
De 1987 à 1989, les débarquements sur
l’ensemble du territoire de l’estuaire et du
nord du golfe du Saint-Laurent chutaient de
5 255 t à 2 622 t (Figure 2).
Cette
diminution
des
débarquements
s’accompagna de baisses marquées des
prises par unité d’effort et de captures de
plus en plus importantes de crabe blanc. Ce
sont là des conséquences directes du passage
d’un creux de recrutement centré sur les
classes d’âge 1977-79. À compter de 199091, le problème du crabe blanc se résorba,
les prises par unité d’effort augmentèrent et
les débarquements s’élevèrent jusqu’à
atteindre un record de 7 245 t en 1995, à la
suite du passage de la vague de recrutement
formée des classes d’âge 1980-84. Les
débarquements ont chuté quelque peu en
1996 (6 716 t) et 1997 (5 599 t), en raison de
la baisse du TAC (total admissible de
captures) dans toutes les zones et de la
difficulté d’atteindre le quota en 1997. Les
prises en 1998 (5 715 t en date du 1er
décembre
1998)
sont
restées
approximativement au même niveau qu’en
1997 en raison du gel du TAC dans la
plupart des zones, sauf dans la zone 13 qui a
subi une diminution.
La pêche
Localisation et contexte historique
Le territoire est divisé en cinq zones de
gestion (Figure 1), qui peuvent être
regroupées en trois grandes régions
géographiques: la Haute Côte-Nord et une
partie importante de la rive nord de la
Péninsule gaspésienne (zone 17 ou estuaire),
la Moyenne Côte-Nord (zones 16 et 15) et la
Basse Côte-Nord (zones 14 et 13).
Cependant,
comme
la
structure
démographique du crabe des neiges et le
comportement de la pêcherie de la zone 15
s’apparentent plus à ceux des zones 14 et 13,
la zone 15 est traitée avec les zones 14 et 13
depuis 1997.
Le crabe des neiges est pêché à l'aide de
casiers appâtés dont les modèles en acier de
type conique, comme le casier japonais de
1,2 m de diamètre à la base, sont les plus
répandus. Depuis 1990 dans l’Estuaire et
sur la Moyenne Côte-Nord, la pêche débute
au départ des glaces (mars-avril) et se
termine généralement après 10 à 14
semaines d'activité (juin-juillet). Sur la
Basse Côte-Nord, le début de la pêche est
souvent retardé en raison du départ tardif
des glaces et la saison ne débute
généralement pas avant juin pour se terminer
en octobre-novembre.
7000
6000
PRISES (t)
La pêche au crabe des neiges dans l'estuaire
et le nord du golfe du Saint-Laurent a débuté
à la fin des années 1960. Des bateaux du
Québec et du Nouveau-Brunswick ont
débarqué environ 1 000 t en provenance du
secteur de Port-Cartier sur la Moyenne CôteNord de 1968 à 1971. Une pêche côtière
restreinte a été pratiquée par la suite avec
des débarquements annuels de l'ordre de
200-300 t jusqu'à la fin des années 1970. La
pêche a connu un essor marqué de 1979 à
1985, alors que le nombre de pêcheurs,
l’effort, le territoire couvert et les
débarquements
augmentaient
considérablement.
5000
ZONE 17
4000
ZONE 16
3000
2000
ZONE 15
ZONE 14
ZONE 13
1000
0
19
80 982 984 986 988 990 992 994 996 998
1 1 1 1 1 1 1 1 1
ANNÉE
Figure 2. Débarquements de crabes des neiges
dans le nord du golfe Saint-Laurent.
La gestion de la pêche
La pêche a été initialement gérée par un
contrôle d’effort, mais, entre 1985 et 1994,
-2-
Région Laurentienne
Crabe des neiges de l’estuaire et du nord du
golfe du Saint-Laurent (zones 13 à 17)
un TAC fut graduellement introduit dans
chacune des zones. Le nombre de casiers
autorisés par permis est limité à 150 casiers
japonais, mais une équivalence de 1 casier
régulier (volume maximum de 2,1 m3) pour
2 casiers japonais (volume maximum de
0,44 m3) peut être utilisée par les pêcheurs.
captures comptabilisées en date du 1er
décembre 1998 s’élevaient à 1 285 t, soit un
déficit provisoire de 30 t par rapport au
TAC.
État de la ressource en 1998
Les rendements, en baisse depuis 1994, ont
légèrement augmenté en 1998, passant de
8,2 (1997) à 8,6 kg/C. japonais, suggérant
une légère hausse ou pour le moins, une
stabilisation de la biomasse exploitable,
particulièrement sur la rive Sud (Tableau 1).
Toutefois, l’effort de pêche a légèrement
augmenté en 1998 (+6 %) et a touché
principalement la rive Sud comme en 1997.
Ainsi, les prises provenant de la rive Nord,
en baisse constante depuis 1995, ne
comptaient plus que pour 36 % du total des
captures de la Zone en 1998 par rapport à
une valeur moyenne de 66 % de 1993 à
1995.
Comme partout ailleurs au Canada, la taille
légale minimale est fixée à 95 mm et il est
interdit de débarquer les femelles. Depuis
1985, le dépassement du seuil de 20 % de
crabe blanc dans les captures en mer
entraîne automatiquement la fermeture de la
pêche dans la zone concernée. Cette mesure
vise à minimiser la mortalité de ces crabes
très fragiles, qui seront disponibles à la
pêche l’année suivante. De plus, la remise à
l’eau des crabes blancs est permise durant la
pêche pour augmenter leur valeur et pour
leur permettre de participer éventuellement à
la reproduction.
Les crabes blancs furent abondants vers la
fin de la pêche, en juin 1998, causant la
fermeture de la zone environ 1 semaine plus
tôt qu’en 1997. Les crabes de condition
intermédiaire (état 3) dominaient en mer et
au débarquement, et les vieux crabes (états 4
et 5), en baisse depuis 1996, ne comptaient
plus que pour 12 % des crabes capturés en
1998. Les mâles adolescents de 78 à
95 mm, c’est-à-dire les prérecrues qui
atteindront la taille légale dans un an, sont
actuellement en hausse et comptaient pour
5 % des captures en mer, une valeur proche
du maximum historique de 7 % atteint en
1991.
État de la ressource
L’état des populations du crabe des neiges
des zones 17 et 16 est dressé annuellement à
partir de l’analyse des statistiques, de
l’échantillonnage de la pêche et des relevés
de recherche réalisés à l’aide d’un chalut à
perche et de casiers. En 1998, les pêcheurs
des zones 15 et 14 ont réalisé un relevé de
recherche au casier dont les résultats ont été
incorporés aux analyses de l’état de ces
stocks. Seules les données récoltées durant
la pêche ont servi à déterminer l’état du
stock de crabes des neiges de la zone 13.
La taille moyenne des crabes de taille
légale capturés en mer diminue depuis 1994.
En 1998, elle atteignait 108,8 mm, soit une
baisse de 4 % par rapport à 1997. La taille
moyenne des crabes débarqués, également à
la baisse, montrait une diminution
importante de 8 %, de 117,8 mm en 1996 à
108,6 mm en 1998. La taille moyenne
(97 mm) des nouveaux crabes (états 1 et 2)
capturés en mer est plus faible que la taille
Crabe des neiges de la zone 17
Il y a 22 détenteurs de permis qui sont actifs
dans la zone 17. Le premier total admissible
de captures a été fixé en 1992 à 1 300 t
(Tableau 1). En 1998, la pêche a débuté le
25 mars, 1 semaine plus tôt qu’en 1997,
pour se terminer le 19 juin. Le TAC de
1 315 t en 1998, le même qu’en 1997, ne
comportait aucune allocation spéciale. Les
-3-
Région Laurentienne
Crabe des neiges de l’estuaire et du nord du
golfe du Saint-Laurent (zones 13 à 17)
Tableau 1. Prises et efforts dans la zone 17.
1983 à 19894
Année
TAC
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
5
5
5
-
-
-
1 300
1 300
1 820 1 820
1547
1315
1315
1
1 022
910
1 562
1 289
1 305
1 788
1 774
1502
1156
1285
2
Effort
121,8
137,9
173,6
107,4
90,6
124,2
155,6
153,3
141,0
149,4
3:
8,5
6,6
9,0
12,0
14,4
14,4
11,4
9,8
8,2
8,6
Rive Nord
8,4
7,7
10,0
12,4
15,2
15,7
11,7
10,3
7,7
7,4
Rive Sud
7,4
5,3
7,8
11,5
13,2
11,4
9,7
9,3
8,5
9,2
Prises
PUE Totale
1
Débarquements en tonnes métriques, en date du 1er décembre pour 1998
2
Effort normalisé en milliers de casiers japonais levés
3
Prise par unité d'effort en kilogramme par casier japonais
4
Calcul de la moyenne sur ces années
5
Incluant les allocations spéciales
moyenne (101 mm) des plus vieux crabes
(états 4 et 5). Cette situation indique que le
recrutement de crabes de taille légale est dû
principalement aux classes d’âge de la vague
de recrutement 1988-92.
La reprise se poursuivra au cours des trois
prochaines années puisque l’abondance des
classes d’âge 1989 à 1991 est présentement
plus importante que celle de la classe d’âge
1988 qui a pleinement recruté à la pêche en
1998 (Figure 3).
L’abondance des
adolescents de 78 à 95 mm (Ado-1), qui
atteindront la taille légale en 1999, a doublé
en 1998 par rapport à 1997, alors que celle
des adolescents de 62 à 78 mm (Ado -2), bien
qu’élevée et supérieure aux autres groupes
plus âgés, s’est stabilisée. Les classes d’âge
Le relevé annuel de recherche postsaison
au chalut effectué sur la rive nord de la
zone 17 entre la fin juillet et le début août
montre une forte augmentation de
l’abondance (+88 %) et de la biomasse
(+83 %) des crabes de taille légale en 1998
par rapport à 1997. Cette hausse a été
causée par l’arrivée des classes d’âge 198889. La mortalité totale, comprenant la
mortalité naturelle et la mortalité par la
pêche, a été évaluée à 33 % sur la rive Nord,
pour l’année 1998.
INDICE D'ABONDANCE
100
80
60
L’abondance des nouveaux crabes R(-0), en
augmentation depuis 1996, a plus que
doublé de 1997 à 1998, atteignant 64 % de
l’ensemble des crabes sur le fond. À
l’opposé, la proportion de vieux crabes est
en baisse depuis 1996 et n’est plus que de
10 %. La taille moyenne des crabes légaux
accuse une légère baisse par rapport à 1997
(environ 103 mm par rapport à 104 mm),
mais cette diminution est moins forte que
celle enregistrée entre 1995 et 1997.
ADO (- 2)
ADO (- 1)
50
40
30
20
R (- 0)
10
LP (+0)
0
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
ANNÉE
1993-95 sont faibles et elles formeront le
prochain
Figure 3. Abondance des crabes des neiges
mâles capturés dans les relevés au chalut dans
+
l’Estuaire entre 1992 et 1998. LP( 0): mâles
-4-
Région Laurentienne
Crabe des neiges de l’estuaire et du nord du
golfe du Saint-Laurent (zones 13 à 17)
laissés par la pêche dans l’année du relevé;
R(-0): mâles recrutés à la pêche; ADO(-1):
mâles adolescents de 78 à 95 mm; ADO( 2):
mâles adolescents de 62 à 78 mm.
poids et de 40 % en nombre, entre 1997 et
1998 (Figure 4). Il a atteint, en 1998, sa
valeur la plus élevée depuis le début du
relevé en 1996, soit 14,2 kg/casier (29
crabes/casier).
Les nouveaux crabes
représentaient 62 % des captures et les vieux
crabes environ 8 %. La taille moyenne des
crabes légaux atteignait 105,4 mm, soit une
légère baisse par rapport à 1997 (107,4 mm),
après un déclin plus prononcé d’environ 4 %
entre 1996 et 1997.
Le nombre
d’adolescents de 78 à 95 mm a augmenté de
77 % entre 1997 (5,7 crabes par casier) et
1998 (10,1 crabes par casier).
creux de recrutement. Le recrutement des
femelles adultes, dont la maturité est atteinte
plus rapidement que les mâles, est en baisse
pour la première fois depuis 1993 et le
recrutement déclinera encore durant les
prochaines années, jusqu’à l’arrivée de la
nouvelle vague de recrutement.
(A)
1 00
Perspectives pour la zone 17 en 1999
Tous les indicateurs sont positifs et montrent
que la biomasse exploitable se renouvelle et
augmente sous l’effet de la vague de
recrutement 1988-92. La ressource étant
dominée par des crabes adultes récemment
mués, le taux de mortalité naturelle par
sénescence sera faible au cours des
prochaines années. Les crabes recrutés en
1998 seront disponibles à la pêcherie
pendant 3 ans environ. La taille moyenne
des crabes légaux, en forte baisse depuis 2
ans, se stabilisera ou commencera à
augmenter à partir de 1999.
80
60
40
20
0
1 99 6
1 99 7
4 et 5
2 0 ,2
4 ,0
1 99 8
7 ,7
3
3 5 ,9
2 5 ,1
3 0 ,0
1 et 2
4 3 ,8
7 0 ,9
6 2 ,3
(B )
25
20
15
Sur la rive Nord, le recrutement de crabes de
taille légale devrait se poursuivre de manière
importante au moins jusqu’en 2000. Le
crabe blanc pourrait devenir abondant dans
les prises en 1999 si la pression de pêche est
forte. La faiblesse des classes d’âge 199395 suggère que le recrutement diminuera à
partir de 2002. Le recrutement de femelles
adultes diminuera fortement à partir de
1999, ce qui occasionnera une amélioration
de la condition reproductrice des femelles,
car
les
mâles
adultes
seront
proportionnellement plus nombreux.
10
5
0
1 996
1 997
1 998
Autre s <9 5m m
1 ,1
4 ,7
6 ,4
Ado . 7 8 -95 m m
0 ,2
1 ,6
2 ,7
Recrutés
3 ,8
7 ,3
9 ,1
Laissés pêche
3 ,6
3 ,2
5 ,1
Figure 4. Résultats du relevé postsaison au
casier, sur la rive Nord de la zone 17, de 1996 à
1998. (A) État de la carapace des mâles de
taille légale. (B) Rendements (kg/casier) des
différents groupes de mâles.
Les résultats du relevé postsaison au
casier montrent les mêmes tendances que la
pêche et le relevé au chalut. Le rendement
moyen en crabes de taille légale, en hausse
significative depuis 1996, a crû de 35 % en
Bien que les données de la pêche provenant
des deux rives suggèrent que les tendances
démographiques du crabe sont les mêmes
pour les deux rives, un doute subsiste quant
-5-
Région Laurentienne
Crabe des neiges de l’estuaire et du nord du
golfe du Saint-Laurent (zones 13 à 17)
à l’état de la population de crabes de la rive
Sud puisque l’importance de la ressource
n’est pas quantifiée par des relevés au chalut
ou au casier. Il se pourrait donc que les
tendances positives observées sur la rive
Nord ne reflètent pas exactement celles de
l’ensemble de la zone 17.
1998 (soit 60 % des débarquements
provenant de la rive Sud), une
augmentation des prises de 80 % (pour
refléter l’augmentation des nombres
dans le relevé postsaison au chalut)
maintiendrait la mortalité totale pour
l’ensemble de la zone 17 à un niveau
inférieur ou égal à la mortalité totale
mesurée sur la rive Nord en 1998.
Cependant, si l’effort devait porter
principalement sur la rive Nord, la
mortalité totale pourrait y être très
élevée et la probabilité de voir
apparaître du crabe blanc en 1999 serait
très grande.
Compte tenu de l’incertitude face à l’état de
la population de crabes de la rive Sud et
compte tenu d’un effort de pêche plus grand
sur la rive Sud que sur la rive Nord depuis
1997, trois scénarios sont proposés :
1. Scénario prudent. En supposant un
retour à la répartition spatiale de l’effort
qui prévalait avant 1997, avec 66 % des
débarquements provenant de la rive
Nord, une augmentation des prises de
15 % pour la zone 17 maintiendrait la
mortalité totale sur la rive Nord à un
niveau inférieur ou égal à celui de 1998,
soit environ 35 % ou moins du crabe
légal.
2. Scénario à risque modéré. En supposant
que l’augmentation du nombre de crabes
de taille légale soit la même sur la rive
Sud que sur la rive Nord et que la
répartition spatiale de l’effort se fasse
comme en 1998 (soit 60 % des
débarquements provenant de la rive
Sud), une augmentation des prises de
35 % (pour refléter l’augmentation des
PUE dans le relevé postsaison au casier)
maintiendrait la mortalité totale pour
l’ensemble de la zone 17 à un niveau
inférieur de moitié environ à la mortalité
totale mesurée sur la rive Nord en 1998.
Cependant, si l’effort devait porter
principalement sur la rive Nord, la
mortalité totale pourrait y être élevée et
la probabilité de voir apparaître du
crabe blanc en 1999 serait grande.
3. Scénario risqué. En supposant que
l’augmentation du nombre de crabes de
taille légale soit la même sur la rive Sud
que sur la rive Nord et que la répartition
spatiale de l’effort se fasse comme en
Crabe des neiges de la zone 16
Trente-six pêcheurs possèdent un permis
régulier de pêche au crabe des neiges dans la
zone 16. En 1998, le TAC est demeuré au
même niveau qu’en 1997 (2 627 t) et
incluait une allocation temporaire de 151 t à
des non-crabiers (Tableau 2). La pêche a
débuté une semaine plus tôt (4 avril) qu’en
1997 pour se terminer le 1er août. Le TAC a
été atteint.
État de la ressource en 1998
La PUE totale a chuté de 20 % par rapport à
1997, passant de 13,4 kg/C. japonais à
10,7 kg/C. japonais en 1998 (Tableau 2). La
baisse des rendements a été plus accentuée à
l’ouest (- 21 %) qu’à l’est (-12 %) du
territoire. Comme en 1997, la pêche s’est
exercée de façon plus prononcée dans l’est
de la zone 16. En général, les crabes de
condition intermédiaire dominaient les
captures en mer. Les nouveaux crabes (états
1 et 2) étaient plus abondants dans l’ouest
(10 %) que dans l’est (7 %), mais ils étaient
dans l’ensemble faiblement représentés dans
les prises (8 % au total) et en baisse par
rapport à 1996-97. Par contre, la proportion
des vieux crabes (états 4 et 5) bien qu’en
baisse par rapport à 1997, était toujours
importante (29 %) dans les casiers. La
-6-
Région Laurentienne
Crabe des neiges de l’estuaire et du nord du
golfe du Saint-Laurent (zones 13 à 17)
proportion de vieux crabes était plus élevée
dans l’ouest (26 %) que dans l’est (20 %) de
la zone 16.
majoritairement à carapace intermédiaire en
1998, était en hausse par rapport à 1996-97,
de même que leur taille moyenne qui
atteignait 107 mm en 1998 après 2 ans de
déclin.
Le relevé montre une forte
progression du nombre d’adolescents de 78
à 95 mm et encore plus du nombre
d’adolescents de 62 à 78 mm, par rapport à
1997. Par contre, le nombre d’adultes sous
la taille légale est en forte progression
depuis 1996 (300 % et plus) ce qui indique
qu’une proportion importante des mâles des
classes d’âge 1988-92 a fait une mue
terminale précoce, avant l’atteinte de la
taille légale. Les classes d’âge 1993-95, qui
atteindront la taille légale en 2002-04, sont
plus faibles que les précédentes. Comme
dans la zone 17, le recrutement des femelles
adultes a chuté en 1998 par rapport à 199597. Leur taux d’insémination, en baisse
depuis 1991, a augmenté étant donné
l’abondance croissante des mâles, mais le
pourcentage d’oeufs fécondés est resté
inférieur à 100 % chez plusieurs femelles
adultes.
En 1998, la taille moyenne des crabes
légaux débarqués dans l’ensemble de la zone
16 a connu sa première baisse depuis 1990
et se situe maintenant à 114,9 mm. En mer,
elle est stable depuis 1994 à environ
113 mm. En fait, la taille des crabes légaux
capturés en mer a augmenté dans l’est alors
qu’elle a diminué dans l’ouest par rapport à
1997. Les crabes de taille légale étaient 6 %
plus grands dans l’est (114,8 mm) que dans
l’ouest (106,6 mm). Sur l’ensemble de la
zone 16, les nouveaux crabes étaient plus
petits que les vieux crabes, comme dans la
zone 17. Les adolescents de 78 à 95 mm,
qui atteindront la taille légale à la prochaine
mue, étaient faiblement représentés dans les
casiers (3 %) et en légère baisse par rapport
à 1997. Leur nombre était plus élevé à
l’ouest (4 %) qu’à l’est (1 %).
Les résultats du relevé au chalut réalisé en
1998 dans la baie Sainte-Marguerite, près de
Sept-Îles à l’ouest de la zone 16, montrent
des tendances similaires à ceux de la pêche.
L’abondance des crabes de taille légale,
Les indices du relevé postsaison au casier
réalisé à chaque automne depuis 1994 dans
la zone 16 concordent également avec ceux
Tableau 2. Prises et effort de pêche dans la Zone 16.
1983 à 19894
Année
5
TAC
2 500
1990
-
1991
2 368
1992
2 596
1993
2 596
1994
1995
1996
1997
1998
3 636
7
7
7
26277
3 636
3 090
2627
P ri se s 1
1984
3 181
2 371
2 597
2 595
3 608
3 629
3085
2623
2625
Eff ort 2
257,7
250,5
137,8
137,4
127,2
178,6
177,9
153,5
195,7
245,3
Tot al e
7,7
12,7
17,2
18,9
20,4
20,2
20,4
20,1
13,4
10,7
O ue st
6,0
8,9
14,1
17,4
18,4
21,5
19,8
21,0
13,1
10,4
C e nt re
7,7
12,4
18,2
22,0
23,3
19,7
21,7
18,5
12,2
9,8
6
15,2
18,7
17,4
19,9
18,5
19,9
21,2
16,2
14,3
P U E3
Est
10,1
1
Débarquements en tonnes métriques, en date du 1er décembre 1998
2
Effort normalisé en milliers de casiers japonais levés
3
Prise par unité d'effort en kilogramme par casier japonais
4
Calcul de la moyenne sur ces années
5
En vigueur de 1986 à 1987
6
Les PUE du secteur 16 Est et de la zone 15 étaient combinées avant 1990
7
Incluant les allocations spéciales
-7-
Région Laurentienne
Crabe des neiges de l’estuaire et du nord du
golfe du Saint-Laurent (zones 13 à 17)
de la pêche et du relevé au chalut et
montrent également un gradient ouest - est
dans l’état du stock (Figure 5). De façon
générale, le rendement des crabes de taille
légale a chuté de 26 % en poids et de 19 %
en nombre en 1998 par rapport à 1997, mais
cette baisse est attribuable en grande partie à
l’est du territoire (-61 % en poids et –58 %
en nombre). À l’opposé, bien que la PUE
mesurée en poids soit restée près du niveau
de 1997, le nombre de crabes capturés par
casier a augmenté de 11 % dans l’ouest en
1998. En 1998, la proportion de nouveaux
crabes dans les prises était en hausse par
rapport à 1997 dans l’ouest et était trois fois
plus élevée (31 %) que dans l’est (9 %). À
l’opposé, la proportion de vieux crabes, en
forte baisse par rapport à 1997, était trois
fois plus élevée dans l’est (40 %) que dans
l’ouest (12 %). En 1998, les crabes légaux
étaient légèrement plus petits dans l’ouest
(109 mm) que dans l’est (110 mm) et la
taille moyenne accusait une baisse plus
accentuée dans l’ouest que dans l’est par
rapport à 1997.
Le relevé au casier montre en 1998, comme
dans le relevé au chalut, une très forte
progression (230 %) du nombre de captures
EST
OUEST
(A)
100
100
80
80
60
60
40
40
20
20
4 et 5
3
1 et 2
0
1994
1995
1996
1997
1998
6,0
45,3
48,7
16,3
49,8
33,9
27,7
59,3
13,0
38,3
42,6
19,2
11,9
57,1
31,0
4 et 5
3
1 et 2
1994
1995
1996
1997
1998
16,7
66,8
19,3
44,0
65,2
32,2
30,2
50,3
39.7
51.6
16,5
36,7
2,6
19,
4
0
8.7
EST
OUEST
(B)
50
50
40
40
30
30
20
20
10
10
0
Autres <95mm
Ado. 78-95mm
Recrue
Laissés pêche
1994
1995
1996
1997
1998
3,2
1,0
21,3
22,5
2,4
0,6
11,7
24,1
1,7
0,2
2,2
14,2
2,5
0,3
4,7
17,4
9,0
1,5
6,4
15,5
0
1994
1995
1996
1997
1998
Ado. 78-95mm
Recrue
1,7
0,2
4,6
0,8
0,1
6,1
0,4
0,0
0,4
1,2
0,3
3,2
0,9
0,2
0,7
Laissés pêche
16,1
9,5
10,8
16,6
7,0
Autres <95mm
Figure 5. Résultats des relevés postsaison au casier dans la zone 16 de 1994 à 1998. (A) État de la
carapace (%) des mâles de taille légale. (B) Rendements (kg/casier) des différents groupes de mâles.
Seule le secteur ouest (Pointe-des-Monts à Rivière-au-Tonnerre) et le secteur est (Mingan à Natashquan)
de la zone 16 sont montrés.
-8-
Région Laurentienne
Crabe des neiges de l’estuaire et du nord du
golfe du Saint-Laurent (zones 13 à 17)
diminuera en 1999. Le recrutement de
crabes de taille légale a été très faible en
1998 et devrait le demeurer en 1999;
conséquemment, la biomasse exploitable
diminuera en 1999.
de mâles adultes sous la taille légale dans
l’ouest (de 9 à 30 crabes par casier) et une
légère diminution dans l’est (de 4 à 3 crabes
par casier) par rapport à 1997. Ces résultats
indiquent qu’une bonne proportion des
crabes de la vague de recrutement 1988-92
n’atteindront pas la taille légale. Le nombre
d’adolescents
entre
78 et 95 mm
a
néanmoins augmenté, passant de 1 à 3
crabes par casier entre 1997 et 1998, en
raison d’une forte augmentation à l’ouest (1
à 6 crabes par casier) alors qu’à l’est il y
avait une légère diminution (1 à 0,8 crabes
par casier).
Pour l’ensemble de la zone 16
La plupart des indicateurs actuels sont
négatifs et montrent que le nombre et la
biomasse de crabes de taille légale ont
continué à diminuer.
Cependant, la
proportion élevée de vieux mâles dans le
relevé postsaison au casier pour les années
1996-97, et le fait que certains fonds n’ont
pas été exploités, suggèrent un taux
d’exploitation faible. Le nombre de mâles
adultes sous la taille légale est important,
particulièrement dans l’ouest, et les classes
d’âge 1988-92 ont donc été diminuées avant
l’atteinte de la taille légale par un taux élevé
de mue terminale précoce.
Perspectives pour 1999
Le crabe des neiges de la zone 16 ne se
comporte pas de façon homogène.
Pour l’ouest de la zone 16
Le recrutement de crabes de taille légale est
amorcé, devrait s’accentuer en 1999, et se
poursuivra de manière importante au moins
jusqu’en 2000. La proportion de vieux
crabes est faible et donc la mortalité
naturelle par sénescence sera faible au cours
des prochaines années. Le crabe blanc
pourrait être abondant dans les prises en
1999 si la pression de pêche est importante.
La taille moyenne des crabes adultes légaux,
en forte baisse depuis 2 ans, se stabilisera ou
amorcera une augmentation à partir de 1999.
La faiblesse des classes d’âge 1993-95
suggère que le recrutement diminuera à
partir de 2002. Le recrutement de femelles
adultes diminuera fortement à partir de 1999
et la condition reproductrice des femelles
devrait s’améliorer.
La plupart des indicateurs de condition
future de la population sont positifs et
suggèrent que le recrutement augmentera
fortement en 1999 et que la biomasse croîtra
à partir de 1999 - 2000.
Considérant
l’ensemble de la zone 16, il est recommandé
que les prises soient maintenues au même
niveau qu’en 1998. Cependant, la majorité
des captures devrait se faire ailleurs que
dans la partie est de la zone 16 où les signes
de reprise se font attendre et où la
diminution de la biomasse se poursuit.
Crabe des neiges des zones 15, 14 et
13
Les zones 15, 14 et 13 comptent
respectivement 8, 21 et 49 pêcheurs
réguliers. La pêche a débuté beaucoup plus
tôt en 1998 dans toutes les zones, soit le 6
avril (4 mai en 1997) dans la zone 15, le 25
mai (15 juin en 1997) dans la zone 14 et le
1er juin (12 juillet en 1997) dans la zone 13.
En 1998, le TAC a été augmenté de 5 t et de
29,6 t dans les zones 15 et 14
Pour l’est de la zone 16
La ressource comporte encore une
proportion élevée de vieux crabes et, au
cours de l’automne 1998 et de l’hiver 1999,
la mortalité naturelle par sénescence réduira
une partie de la biomasse exploitable formée
surtout de gros mâles adultes. La taille
moyenne des crabes adultes légaux
-9-
Région Laurentienne
Crabe des neiges de l’estuaire et du nord du
golfe du Saint-Laurent (zones 13 à 17)
Tableau 3. Prises et effort de pêche dans les zones 15, 14 et 13.
1983 à 19894
Année
TAC:
1
Prises
2
Effort
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
--
--
--
--
435
435
435
413
4227
6,7
7
7
5487
zone 15
--
zone 14
5
667
381
381
381
381
524
zone 13
1 642
889
889
889
889
889
889
12417
9317
838
zone 15
109,7
321
300
339
426
436
435
413
421
zone 14
509,4
93
174
138
288
361
383
522
525
573
512
546
zone 13
918,4
201
19
703
859
883
1121
795
838
zone 15
524
576
518,4
--
15,2
22,9
22,1
22,3
21,2
17,1
16,0
21,5
22,6
165,6
76,1
116,4
53,5
193,9
212,5
154,7
281,1
242,0
184,5
zone 15
--
6,1
14,0
13,6
15,2
20,1
25,5
27,1
19,2
18,6
zone 14
5,2
4,3
4,8
7,3
9,7
11,2
11,6
12,5
10,7
11,2
zone 13
5,7
3,9
3,1
5,3
4,2
4,5
8,0
5,1
4,3
6,5
zones 13+14
PUE3
1990
1
Débarquements en tonnes métriques, en date du 1er décembre pour 1998
2
Effort normalisé en milliers de casiers japonais levés
3
Prise par unité d'effort en kilogramme par casier japonais
4
Séparation des PUE dans les zones 14 et 13 seulement à partir de 1987
5
Calcul de la moyenne sur ces années
6
En vigueur seulement à partir de 1986 dans les zones 14 et 13
7
Incluant les allocations spéciales
respectivement, afin de permettre la
réalisation d’un relevé au casier en fin de
saison de pêche (Tableau 3).
Des
allocations temporaires de 24 t furent
allouées à des non-crabiers dans chacune de
ces zones. Le TAC a été abaissé de 10 %
dans la zone 13 en 1998 et aucune allocation
temporaire ne fut allouée. Le solde des
contingents, en date du début de décembre
1998, indiquait des captures cumulatives
proches des limites imposées dans toutes les
zones.
zone 14 et de 4,3 à 6,5 kg/C. japonais dans
la zone 13.
Cependant, le temps
d’immersion des casiers a aussi fortement
augmenté dans les zones 14 et 13 et plus de
50 % des casiers immergés ont pêché 3 jours
ou plus en 1998, par rapport à environ 35 %
en 1997. Ces temps d’immersion plus longs
ont causé une augmentation du rendement
des casiers.
Les crabes de condition
intermédiaire (état 3) dominaient les
captures en mer, mais les nouveaux crabes
(états 1 et 2), en forte baisse dans les zones
15, 14 et 13 depuis 1996, étaient rares dans
les prises en 1998. La proportion de vieux
crabes (états 4 et 5) dans les captures en mer
était relativement faible, environ 12 %, ce
qui équivaut, selon les zones à une baisse
(zone 15), une hausse (zone 14) ou une
valeur stable (zone 13) par rapport à 1997.
État de la ressource en 1998
Dans la zone 15, la PUE a légèrement
diminué, de 19,2 kg/C. japonais en 1997
à 18,6 kg/C. japonais en 1998, poursuivant
la tendance amorcée en 1996 (Tableau 3). À
l’opposé, la PUE a augmenté dans les zones
14 et 13 en 1998, après 2 à 3 ans de déclin,
passant de 10,7 à 11,2 kg/C. japonais dans la
- 10 -
Région Laurentienne
Crabe des neiges de l’estuaire et du nord du
golfe du Saint-Laurent (zones 13 à 17)
La taille moyenne des crabes légaux en mer
et au débarquement dans la zone 15 a
augmenté régulièrement depuis 1992 et a
atteint en 1998, 112 et 115 mm
respectivement. La taille moyenne des
crabes légaux s’est stabilisée à environ 103
mm (mer et quai) en 1998 dans la zone 13.
Les échantillons récoltés en mer et à quai
dans la zone 14 en 1998 indiquent une nette
diminution de la taille moyenne des crabes
légaux, qui a passé de 105 mm (1997) à
102 mm en mer et de 110 mm (1997) à
106 mm à quai. En 1998, les nouveaux
crabes étaient plus grands que les vieux
crabes dans les zones 14 et 13. Dans la zone
15, il n’y avait pas de différence de taille
entre les nouveaux et les vieux crabes. La
proportion d’adolescents de 78 à 95 mm (qui
atteindront la taille à la prochaine mue) dans
les prises était faible, environ à 2 %, ce qui
est égal au minimum historique, ou très
proche de celui-ci, dans les trois zones.
Un relevé au casier a été réalisé pour la
première fois en 1998 dans la zone 15 et
pour la deuxième fois depuis 1996 dans la
zone 14 (Figure 6). Dans la zone 15, la PUE
ZONE 15
ZONE 14
(A)
100
100
80
80
60
60
40
40
20
20
0
0
1996
1998
4 et 5
0,2
26,4
3
1 et 2
50,5
49,3
65,6
8,0
1998
4 et 5
3
1 et 2
(B)
35,1
63,4
1,5
14
10
12
8
10
8
6
6
4
4
2
2
0
0
1996
1998
Autres<95 mm
1,3
Autres <95mm
1,0
2,1
Ado. 78-95mm
Recrues
0,1
0,2
Ado. 78-95mm
0,2
0,1
1,7
0,4
Laissés pêche
11,3
Recrutés
Laissés pêche
1,8
4
1998
Figure 6. Résultats des relevés au casier réalisés dans les zones 15 et 14 en 1998 et 1996. (A) État de
la carapace (%) des crabes de taille légale et (B) Rendements (kg/casier) des différents groupes de
mâles.
- 11 -
Région Laurentienne
Crabe des neiges de l’estuaire et du nord du
golfe du Saint-Laurent (zones 13 à 17)
du relevé était de 11,5 kg/C. japonais, ce qui
est inférieur à la PUE de la pêche en 1998
(18,6 kg/C. japonais). La proportion de
nouveaux crabes était de 1,5 % seulement,
alors que les vieux crabes représentaient
35 % des prises. La taille moyenne des
crabes légaux était d’environ 104 mm et
donc nettement inférieure à celle observée
dans la pêche en 1998 (111 mm).
diminuer. La proportion élevée de vieux
crabes dans le relevé postsaison au casier
suggère que le taux d’exploitation n’est pas
très élevé dans cette zone. Considérant la
PUE relativement élevée et le taux
d’exploitation apparemment assez faible, il
est recommandé que les prises soient
maintenues au même niveau qu’en 1998.
Dans la zone 14, la PUE du relevé au casier
de 1998 était faible (4,4 kg/C. japonais)
mais légèrement supérieure à celle de 1996
(3,5 kg/C. japonais).
La proportion de
nouveaux crabes était de 8 %, en forte baisse
par rapport à 1996, alors que les vieux
crabes représentaient 26 % des prises, ce qui
représente une forte hausse par rapport à la
valeur de 0,2% de 1996. La taille moyenne
des crabes légaux mesurée dans la zone 14
durant le relevé de 1998 était inférieure à
celle de 1996.
La PUE de la pêche commerciale a
augmenté légèrement, suggérant une faible
augmentation de la biomasse. Cependant, la
pêche a commencé 3 semaines plus tôt
qu’en 1997 et le temps d’immersion des
casiers a été plus long, ce qui pourrait
expliquer l’augmentation de la PUE en
1998. La PUE du relevé postsaison au
casier est légèrement en hausse par rapport à
1996, mais demeure faible et la baisse
marquée de l’abondance des prérecrues et de
la proportion de nouveaux crabes laissent
supposer que le recrutement a diminué
fortement. Le fait que les nouveaux crabes
capturés en mer soient plus grands que les
vieux crabes indique que la population est à
la fin d’une vague de recrutement.
Zone 14
L’abondance des adolescents de 78 à 95 mm
dans les casiers était très faible dans les
zones 15 et 14. Cependant, l’utilisation de
quelques casiers à petites mailles dans la
zone 14 en 1998 a permis de constater que
les classes d’âge 1991 et 1992 étaient assez
fortes. Les résultats des relevés au chalut
réalisés en 1994-95 dans les zones 14 et 13
montraient également que les classes d’âge
1991-92 étaient fortes.
Le recrutement en 1999 sera probablement
très faible et la biomasse diminuera au cours
de l’automne 1998 et de l’hiver 1999, en
raison d’une mortalité naturelle par
sénescence des plus petits mâles adultes de
taille légale. Le relevé postsaison au casier
réalisé par les pêcheurs en 1998 indique que
les classes d’âge 1991 et 1992 sont fortes,
comme l’indiquaient les relevés au chalut
effectués en 1994-95.
On peut donc
anticiper une reprise du recrutement en 2000
et 2001.
Perspectives pour 1999
Zone 15
La plupart des indicateurs de l’état actuel du
stock sont négatifs et montrent que le
nombre et la biomasse de crabes de taille
légale ont continué à diminuer. Cependant,
la PUE demeure élevée par rapport à celle
des autres zones plus à l’est. La plupart des
indicateurs de condition future de la
population sont également négatifs à court
terme.
Ceci laisse entrevoir que le
recrutement à la population sera faible en
1999 et que la biomasse continuera à
Les relevés au chalut réalisés en 1994-95
laissent aussi à penser que l’abondance des
femelles adultes est à son maximum, alors
que l’abondance des mâles adultes est
probablement en baisse. Il y a donc lieu de
s’inquiéter du potentiel reproducteur. La
proportion de vieux crabes dans le relevé
- 12 -
Région Laurentienne
Crabe des neiges de l’estuaire et du nord du
golfe du Saint-Laurent (zones 13 à 17)
probablement en baisse. Il y a donc lieu de
s’inquiéter du potentiel reproducteur. La
proportion de vieux crabes dans la pêche est
la plus faible de toutes les zones, ce qui
laisse supposer un taux d’exploitation plus
élevé qu’ailleurs.
Un relevé au casier
permettrait de mieux évaluer l’importance
du vieux crabe.
L’ensemble de ces
informations suggère qu’il devrait y avoir
une réduction substantielle des captures en
1999. Cependant, en l’absence de données
sur l’ensemble de la population que
fournirait un relevé au casier, il est
impossible de préciser le niveau de
réduction qui serait souhaitable.
postsaison et dans la pêche étant plus faible
dans la zone 14 que dans les zones 15 et 16,
il est vraisemblable que le taux
d’exploitation soit plus élevé dans la zone
14.
Compte tenu de la faiblesse du
recrutement et des inquiétudes sur la
condition du stock reproducteur, il est
recommandé que les prises soient diminuées
en 1999. Cependant, la série courte et
incomplète de relevés postsaison au casier
ne permet pas de statuer sur le niveau de
diminution qui serait souhaitable.
Zone 13
La PUE de la pêche commerciale a
augmenté, suggérant une augmentation de la
biomasse sur le fond. Cependant, la pêche a
commencé 6 semaines plus tôt qu’en 1997 et
le temps d’immersion des casiers a été
beaucoup plus long que la normale, ce qui
pourrait expliquer l’augmentation de la PUE
en 1998. La baisse marquée de l’abondance
des prérecrues et de la proportion de
nouveaux crabes suggère que le recrutement
a diminué fortement. Le fait qu’en mer, les
nouveaux crabes capturés soient plus grands
que les vieux crabes indique que la
population est à la fin d’une vague de
recrutement.
Contexte environnemental
Une
température
plus
froide
et
l’augmentation de l’étendue des fonds
baignés par des eaux froides ont
probablement causé une extension d’aire et
une augmentation de l’abondance du crabe
des neiges depuis la fin de la dernière
décennie. Par contre, la mue terminale
pourrait survenir à des tailles plus petites en
raison des températures plus froides, ce qui
causerait une diminution du recrutement à la
taille légale. Les prédateurs naturels du
crabe des neiges, notamment la morue, sont
peu abondants ce qui contribue à réduire la
mortalité naturelle.
Tous les indicateurs de condition future de
la population sont négatifs à court terme et
suggèrent que le recrutement sera très faible
en 1999 et que la biomasse diminuera au
cours de l’automne 1998 et de l’hiver 1999
en raison d’une mortalité naturelle par
sénescence des plus petits mâles adultes de
taille légale. Les relevés au chalut effectués
en 1994 et 1995 suggéraient que les classes
d’âge 1991 et 1992 étaient fortes, ce qui
pourrait se traduire par un meilleur
recrutement en 2000 et 2001. Les résultats
des relevés au chalut réalisés en 1994-95
laissent aussi à penser que l’abondance des
femelles adultes est à son maximum, alors
que l’abondance des mâles adultes est
Mesures de conservation
1. Avec l’augmentation du recrutement à la
taille légale au cours des prochaines
années, sous l’effet de la vague de
recrutement 1988-92, on peut anticiper
une augmentation de la proportion de
mâles adolescents de taille légale dans
les prises. Les mâles adolescents ne
devraient pas être débarqués, car en
muant ils atteignent une taille et un poids
beaucoup plus grands et pourraient
contribuer à assurer une reprise plus
rapide et plus forte de la biomasse après
- 13 -
Région Laurentienne
Crabe des neiges de l’estuaire et du nord du
golfe du Saint-Laurent (zones 13 à 17)
Pour en savoir plus:
Dufour, R. et J-. P. Dallaire 1999. Le crabe
des neiges de l’estuaire et du nord du
Golfe du Saint-Laurent: État des
populations de 1995 à 1998. MPO
Pêches de l’Atlantique, Document de
recherche no 99/19 (en préparation).
le passage d’un creux de recrutement.
L’exploitation des mâles seulement
après leur mue terminale, augmente leurs
chances de participer à la reproduction et
pourrait permettre de maximiser le
rendement par recrue
2. Évidemment, en vue de préserver et, le
cas échéant, de reconstituer le plus
rapidement possible une importante
biomasse exploitable, on devra continuer
à protéger les crabes blancs. Cette
mesure est doublement bénéfique,
puisqu’elle permet également de
préserver la plupart des mâles
adolescents, ceux-ci muant généralement
au printemps.
3. L’exploitation des mâles à vieille
carapace peut également contribuer à
amortir
l’effet
d’un
creux
de
recrutement, tout en maximisant le
rendement par recrue. En effet, les
mâles à vieille carapace mourront
naturellement à très court terme s’ils ne
sont pas prélevés, alors que les mâles à
carapace propre peuvent demeurer
disponibles à la pêche pendant 2-3
années encore, bien que leur apparence
et leur condition se dégraderont. Cette
recommandation sera moins d’actualité
dans les années à venir, en raison d’un
rajeunissement marqué de la fraction des
populations composée d’individus de
taille légale.
4. L’importance des vieux dans la
reproduction
et
l’absence
de
synchronisation dans l’abondance des
femelles et des mâles adultes étant
démontrée, les intervenants de la pêche
doivent
être
conscients
que
l’augmentation des TAC associée à
l’arrivée de la vague de recrutement
1988-92 sera nécessairement suivie par
une diminution des TAC afin de
préserver une biomasse reproductrice
minimale.
Préparé par:
Réjean Dufour
Tel: (418) 775-0623
Fax: (418) 775-0740
Courrier électronique: Dufourr@dfo-mpo.gc.ca
Bernard Sainte-Marie
Tel: (418) 775-0617
Fax: (418) 775-0740
Courrier électronique: Stemarieb@dfo-mpo.gc.ca
! "#$ %&'
( )*+
,-
)). '/'01
- ! - -- 2
3
- 14 -
Pêches et Océans
Canada
Fisheries and Oceans
Canada
Sciences
Science
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising