Iprodione Le 17 mars 2016 Projet de décision de réévaluation

Iprodione Le 17 mars 2016  Projet de décision de réévaluation
Projet de décision de réévaluation
PRVD2016-09
Iprodione
Le 17 mars 2016
(also available in English)
Ce document est publié par l’Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire de Santé Canada. Pour de
plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :
Publications
Agence de réglementation de
la lutte antiparasitaire
Santé Canada
2720, promenade Riverside
I.A. 6607 D
Ottawa (Ontario) K1A 0K9
Internet :
pmra.publications@hc-sc.gc.ca
santecanada.gc.ca/arla
Télécopieur : 613-736-3758
Service de renseignements :
1-800-267-6315 ou 613-736-3799
pmra.infoserv@hc-sc.gc.ca
ISSN :
1925-0975 (imprimée)
1925-0983 (en ligne)
Numéro de catalogue :
H113-27/2016-9F (publication imprimée)
H113-27/2016-9F-PDF (version PDF)
© Sa Majesté la Reine du chef du Canada, représentée par le ministre de Santé Canada, 2016
Tous droits réservés. Il est interdit de reproduire ou de transmettre l’information (ou le contenu de la publication ou du produit),
sous quelque forme ou par quelque moyen que ce soit, reproduction électronique ou mécanique, photocopie, enregistrement sur
support magnétique ou autre, ou de la verser dans un système de recherche documentaire, sans l’autorisation écrite préalable du
ministre de Travaux publics et Services gouvernementaux Canada, Ottawa (Ontario) K1A 0S5.
Table des matières
Aperçu ............................................................................................................................................. 1 Projet de décision de réévaluation concernant l’iprodione ......................................................... 1 Fondements de la décision de réévaluation de Santé Canada ..................................................... 2 Qu’est-ce que l’iprodione? .......................................................................................................... 3 Considérations relatives à la santé .............................................................................................. 3 Considérations relatives à l’environnement ................................................................................ 7 Considérations relatives à la valeur ............................................................................................ 7 Mesures de réduction des risques ............................................................................................... 8 Données scientifiques supplémentaires exigées ......................................................................... 8 Prochaines étapes ........................................................................................................................ 8 Évaluation scientifique.................................................................................................................... 9 1.0 Introduction ......................................................................................................................... 9 2.0 La matière active de qualité technique, ses propriétés et ses utilisations ........................... 9 2.1 Description de la matière active de qualité technique ...................................................... 9 2.2 Propriétés physico-chimiques de la matière active de qualité technique ....................... 10 2.3 Description des utilisations homologuées de l’iprodione .............................................. 10 3.0 Effets sur la santé humaine et animale .............................................................................. 11 3.1 Sommaire des résultats toxicologiques .......................................................................... 11 3.2 Évaluation de l’exposition par le régime alimentaire et des risques connexes .............. 17 3.2.1 Détermination de la dose aiguë de référence .......................................................... 18 3.2.2 Évaluation de l’exposition aiguë par le régime alimentaire et des risques connexes
(aliments seulement) ............................................................................................... 18 3.2.3 Détermination de la dose journalière admissible .................................................... 19 3.2.4 Évaluation de l’exposition chronique par le régime alimentaire et des risques
connexes (aliments seulement) ............................................................................... 19 3.2.5 Estimation du potentiel cancérogène ...................................................................... 20 3.2.6 Évaluation de l’exposition par le régime alimentaire et des risques de cancer
connexes (aliments seulement) ............................................................................... 20 3.3 Exposition par les aliments et l’eau potable ................................................................... 21 3.3.1 Concentration dans l’eau potable ............................................................................ 21 3.3.2 Évaluation de l’exposition par le régime alimentaire (aliments et eau potable) et des
risques connexes ..................................................................................................... 24 3.4 Évaluation de l’exposition professionnelle et occasionnelle et des risques connexes ... 25 3.4.1 Sélection des critères d’effet toxicologique pour l’évaluation des risques en milieu
professionnel et en milieu non professionnel.......................................................... 25 3.4.2 Absorption cutanée ................................................................................................. 26 3.4.3 Évaluation de l’exposition et des risques professionnels ........................................ 26 3.4.4 Évaluation de l’exposition non professionnelle et des risques connexes ............... 32 3.5 Évaluation de l’exposition globale et des risques connexes .......................................... 33 3.5.1 Sélection des critères d’effet toxicologique pour l’évaluation du risque global ..... 33 3.5.2 Évaluation de l’exposition globale en milieu résidentiel et autres milieux non
professionnels ainsi que des risques connexes........................................................ 33 3.6 Évaluation des risques cumulatifs .................................................................................. 33 Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
3.7 Déclarations d’incident liées à la santé humaine ........................................................... 34 4.0 Effets sur l’environnement ................................................................................................ 34 4.1 Devenir et comportement dans l’environnement ........................................................... 34 4.2 Effets sur les espèces non ciblées ................................................................................... 36 4.2.1 Effets sur les organismes terrestres ......................................................................... 36 4.2.2 Effets sur les organismes aquatiques ...................................................................... 44 4.2.3 Potentiel de perturbation du système endocrinien .................................................. 49 4.2.4 Déclarations d’incident ........................................................................................... 50 5.0 Valeur ................................................................................................................................ 51 6.0 Considérations relatives à la politique sur les produits antiparasitaires ........................... 53 6.1 Considérations relatives à la Politique de gestion des substances toxiques ................... 53 6.2 Produits de formulation et contaminants préoccupants pour la santé ou
l’environnement ............................................................................................................. 54 7.0 Situation de l’iprodione auprès de l’Organisation de coopération et de développement
économiques ..................................................................................................................... 55 8.0 Sommaire .......................................................................................................................... 55 8.1 Santé et sécurité des personnes ...................................................................................... 55 8.1.1 Risques par le régime alimentaire (aliments seulement) ........................................ 56 8.1.2 Risques par le régime alimentaire (aliments et eau potable) .................................. 56 8.1.3 Risques autres que professionnels .......................................................................... 56 8.1.4 Risques en milieu professionnel ............................................................................. 56 8.1.5 Risque global (aliments, eau potable et exposition non professionnelle) ............... 56 8.2 Risque pour l’environnement ......................................................................................... 57 8.3 Valeur ............................................................................................................................. 57 9.0 Projet de décision de réévaluation .................................................................................... 57 Liste des abréviations .................................................................................................................... 59 Annexe I Produits contenant de l’iprodione homologués au Canada en date du 27 avril 2015,
à l’exception des produits abandonnés ou pour lesquels une demande d’abandon a
été présentée ............................................................................................................ 61 Annexe II Utilisations des produits à usage commercial contenant de l’iprodione homologués
au Canada en date du 27 avril 2015, à l’exception des produits abandonnés ou pour
lesquels une demande d’abandon a été présentée ................................................... 63 Annexe III Évaluation toxicologique de l’iprodione ................................................................. 69 Tableau 1 Critères d’effets toxicologiques à utiliser pour l’évaluation des risques sanitaires
liés à l’iprodione ................................................................................................... 69 Tableau 2 Profil de toxicité de l’iprodione .......................................................................... 70 Tableau 3 Identification des métabolites.............................................................................. 84 Annexe IV Estimation de l’exposition à l’iprodione par les aliments et l’eau potable et des
risques connexes ..................................................................................................... 86 Annexe V Sommaire de la chimie des résidus dans les aliments............................................. 88 Annexe VI Évaluation des risques liés à l’exposition à l’iprodione en milieu professionnel ... 90 Tableau 1 Poudre mouillable : sommaire de l’évaluation des risques liés à l’exposition
professionnelle ...................................................................................................... 90 Tableau 2 Granulés mouillables : sommaire de l’évaluation des risques liés à l’exposition
professionnelle ...................................................................................................... 91 Tableau 3 Suspension : évaluation des risques liés à l’exposition ....................................... 93 Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Tableau 4 Granulés : sommaire de l’évaluation des risques liés à l’exposition
professionnelle ...................................................................................................... 94 Annexe VII Renseignements complémentaires sur la conjoncture internationale en ce qui
concerne les LMR et sur les incidences commerciales de ces limites .................. 95 Tableau 1 Comparaison entre les LMR canadiennes et celles d’autres autorités ................ 95 Tableau 2 Définition du résidu actuellement utilisée aux fins de la fixation de LMR au
Canada et par d’autres autorités ............................................................................ 96 Annexe VIII Devenir et comportement de l’iprodione dans l’environnement, toxicité de
l’iprodione et évaluation des risques liés à l’iprodione ........................................ 99 Tableau 1 Devenir et comportement de l’iprodione dans l’environnement ......................... 99 Tableau 2 Principaux produits de transformation de l’iprodione....................................... 101 Tableau 3 Toxicité de l’iprodione pour les espèces non ciblées ........................................ 102 Tableau 4 Évaluation des risques pour les oiseaux d’après les valeurs moyennes de résidus
d’iprodione fondées sur la dose cumulative maximale agricole (framboises –
1 000 g m.a./ha × 8 à 7 jours d’intervalle) et la dose d’application la plus élevée
utilisée pour les surfaces gazonnées (9 000 g m.a./ha × 3 à 14 jours
d’intervalle). ........................................................................................................ 108 Tableau 5 Évaluation des risques pour les mammifères d’après les valeurs moyennes de
résidus d’iprodione fondées sur la dose cumulative maximale agricole (framboises
– 1 000 g m.a./ha × 8 à 7 jours d’intervalle) et la dose d’application la plus élevée
utilisée pour les surfaces gazonnées (9 000 g m.a./ha × 3 à 14 jours
d’intervalle). ........................................................................................................ 109 Tableau 6 Nombre de semences traitées à l’iprodione nécessaire pour atteindre le critère
d’effet établi pour les oiseaux et les mammifères ............................................... 111 Tableau 7 Nombre de semences généralement consommées par les oiseaux et les
mammifères, par jour .......................................................................................... 111 Tableau 8 Quotients de risque établis dans l’évaluation préliminaire pour les oiseaux et les
mammifères qui consomment des semences traitées .......................................... 112 Tableau 9 Superficie nécessaire pour atteindre les quantités toxiques en supposant que les
oiseaux et les animaux ont accès à seulement 3,3 % des semences plantées ..... 112 Tableau 10 Nombre de granulés traités requis pour atteindre la valeur du critère d’effet établi
pour les oiseaux et les mammifères .................................................................... 113 Tableau 11 Nombre de granulés généralement consommés par les oiseaux et les mammifères
par jour ................................................................................................................ 113 Tableau 12 Quotient de risque établi lors de l’évaluation préliminaire pour les oiseaux et les
mammifères qui consomment des granulés traités ............................................. 113 Tableau 13 Quotients de risque pour les mammifères d’après l’estimation de la consommation
accidentelle de granulés (1 % de l’exposition journalière estimée) .................... 114 Tableau 14 Sommaire de l’évaluation préliminaire des risques pour les organismes aquatiques
exposés à l’ipridione et au produit de transformation RP30228 ......................... 114 Tableau 15 Évaluation des risques pour les organismes aquatiques non ciblés exposés à la
dérive de pulvérisation de l’iprodione et du RP30228, d’après le pourcentage de
dépôt maximal résultant de la dérive .................................................................. 116 Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Tableau 16 Concentrations prévues dans l’environnement (μg m.a./L) obtenues par
modélisation d’écoscénarios aquatiques dans des plans d’eau de 80 cm et 15 cm
de profondeur, pour l’utilisation de l’iprodione sur les surfaces gazonnées (sans
égard à la dérive de pulvérisation) ...................................................................... 122 Tableau 17 Concentrations prévues dans l’environnement (μg m.a./L) obtenues par
modélisation d’écoscénarios aquatiques dans des plans d’eau de 80 cm et 15 cm
de profondeur, pour l’utilisation de l’iprodione sur les cultures (sans égard à la
dérive de pulvérisation)....................................................................................... 123 Tableau 18 Concentrations prévues dans l’environnement (µg/L) d’iprodione et de RP30228
(faible dose) dans les sources potentielles d’eaux souterraines (évaluation de
niveau 2).............................................................................................................. 123 Tableau 19 Évaluation des risques pour les organismes aquatiques non ciblés exposés à un
ruissellement, d’après les valeurs de ruissellement de l’iprodione prédites à l’aide
du modèle PRZM-EXAMS................................................................................. 124 Annexe IX Données de surveillance ....................................................................................... 127 Tableau 1 Sommaire des données disponibles de surveillance des eaux souterraines du
Canada, des États-Unis et de la Norvège concernant l’iprodione, l’iso-iprodione et
le 3,5-DCA .......................................................................................................... 128 Tableau 2 Sommaire des données disponibles de surveillances des eaux de surface du
Canada et des États-Unis concernant l’iprodione, l’iso-iprodione et le
3,5-DCA .............................................................................................................. 129 Références ................................................................................................................................... 131 Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Aperçu
Introduction générale
Au Canada, les pesticides sont réglementés en vertu de la Loi sur les produits antiparasitaires,
qui est administrée par l’Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire (ARLA) de
Santé Canada. Un pesticide ne peut être homologué (c’est-à-dire approuvé) si une évaluation
scientifique rigoureuse indique que les risques qu’il présente pour la santé et l’environnement,
ainsi que sa valeur, ne sont pas tous acceptables. De plus, la Loi sur les produits antiparasitaires
comprend des dispositions sur l’examen des pesticides homologués après leur mise en marché
(réévaluations et examens spéciaux) afin d’évaluer s’ils continuent de respecter les normes
sanitaires et environnementales établies par Santé Canada en vue du maintien de leur utilisation
au Canada.
Dans le cadre du processus décisionnel, l’ARLA consulte le public et d’autres parties intéressées
avant d’arrêter une décision concernant tous les projets de décisions importants, comme les
nouvelles homologations, les réévaluations et les examens spéciaux. L’ARLA encourage les
membres du public et les parties intéressées à participer à la consultation. Les décisions
proposées sont prises d’après l’information disponible au moment de l’évaluation. Pour rendre
une décision définitive, l’ARLA considérera l’ensemble des commentaires et des renseignements
qu’elle a reçus pendant la période de consultation en se servant d’une démarche fondée sur des
données scientifiques. La décision finale, accompagnée d’un résumé des commentaires formulés
pendant la consultation et des réponses de l’ARLA à ceux-ci, seront ensuite publiés dans la
section Pesticides et lutte antiparasitaire du site Web de Santé Canada.
Les décisions proposées à l’issue des réévaluations et des examens spéciaux ne modifieront pas
le statut d’homologation des pesticides ni leurs conditions d’utilisation sur le marché, ce qui
devrait arriver seulement lorsqu’une décision définitive est rendue. Toutefois, à tout moment au
cours de la réévaluation ou de l’examen spécial d’un pesticide, la Loi sur les produits
antiparasitaires autorise l’ARLA à annuler ou à modifier l’homologation des produits
antiparasitaires homologués, s’il existe des motifs raisonnables de croire qu’une telle mesure
s’impose pour faire face à une situation qui est dangereuse pour la santé humaine ou
l’environnement.
Projet de décision de réévaluation concernant l’iprodione
D’après l’évaluation des données scientifiques disponibles, l’ARLA a conclu que les risques
estimés pour la santé humaine liés à l’iprodione ne respectent pas les normes en vigueur dans les
conditions actuelles d’utilisation figurant sur l’étiquette. Pour l’instant, elle propose donc
l’abandon de toutes les utilisations de l’iprodione. Toute autre donnée ou tout renseignement
additionnel soumis durant la période de consultation et visant à approfondir l’évaluation des
risques sanitaires peut entraîner ou non la modification de la décision proposée.
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 1
Le présent Projet de décision de réévaluation est un document de consultation1 qui résume
l’évaluation scientifique de l’iprodione et expose les motifs de la décision de réévaluation
proposée.
Le document comprend deux parties. La section Aperçu décrit le processus réglementaire et les
principaux points de l’évaluation, tandis que la section Évaluation scientifique fournit des
précisions sur l’évaluation des risques de l’iprodione.
L’ARLA acceptera les commentaires, les données et les renseignements soumis par écrit pendant
les 90 jours suivant la date de publication du présent document. Veuillez faire parvenir vos
commentaires aux Publications, dont les coordonnées se trouvent en page couverture.
Fondements de la décision de réévaluation de Santé Canada
L’objectif premier de la Loi sur les produits antiparasitaires est de prévenir les risques
inacceptables pour les personnes et l’environnement que présente l’utilisation des produits
antiparasitaires. Les risques sanitaires ou environnementaux sont acceptables2 s’il existe une
certitude raisonnable qu’aucun dommage à la santé humaine, aux générations futures ou à
l’environnement ne résultera de l’exposition au produit ou de l’utilisation de celui-ci, compte
tenu des conditions d’homologation proposées. La Loi exige aussi que les produits aient une
valeur3 lorsqu’ils sont utilisés conformément au mode d’emploi figurant sur leur étiquette. Les
conditions d’homologation peuvent comprendre l’ajout de mises en garde particulières sur
l’étiquette d’un produit en vue de réduire davantage les risques.
Pour en arriver à une décision, l’ARLA se fonde sur des méthodes d’évaluation des risques et sur
des politiques modernes et rigoureuses. Ces méthodes tiennent compte des caractéristiques
uniques des sous-populations humaines qui sont sensibles (par exemple, les enfants) et des
organismes dans l’environnement (par exemple, ceux qui sont les plus sensibles aux
contaminants environnementaux). Les méthodes et les politiques tiennent également compte de
la nature des effets observés et de l’incertitude des prévisions concernant les répercussions de
l’utilisation des pesticides. Pour obtenir de plus amples renseignements sur la façon dont
l’ARLA réglemente les pesticides, sur le processus d’évaluation et sur les programmes de
réduction des risques, veuillez consulter la section Pesticides et lutte antiparasitaire du site Web
de Santé Canada à santecanada.gc.ca/arla.
Avant de rendre une décision concernant la réévaluation de l’iprodione, l’ARLA examinera tous
les commentaires et renseignements reçus du public en réponse au présent document de
1
« Énoncé de consultation », conformément au paragraphe 28(2) de la Loi sur les produits antiparasitaires.
2
« Risques acceptables » tels que définis au paragraphe 2(2) de la Loi sur les produits antiparasitaires.
3
« Valeur » telle que définie au paragraphe 2(1) de la Loi sur les produits antiparasitaires : « L’apport réel
ou potentiel d’un produit dans la lutte antiparasitaire, compte tenu des conditions d’homologation
proposées ou fixées, notamment en fonction : a) de son efficacité; b) des conséquences de son utilisation
sur l’hôte du parasite sur lequel le produit est destiné à être utilisé; et c) des conséquences de son utilisation
sur l’économie et la société de même que de ses avantages pour la santé, la sécurité et l’environnement. »
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 2
consultation. Elle publiera ensuite un document de décision de réévaluation4 sur l’iprodione dans
lequel elle présentera sa décision, les raisons qui la justifient, un résumé des commentaires
formulés au sujet de la décision proposée et sa réponse à ces commentaires.
Pour obtenir des précisions sur les renseignements exposés dans la section Aperçu, veuillez
consulter la section Évaluation scientifique présentée dans les pages suivantes.
Qu’est-ce que l’iprodione?
L’iprodione est un fongicide de contact qui a une action protectrice et curative. Il agit en inhibant
la germination des spores et la croissance du mycélium fongique. Au Canada, il est utilisé pour
lutter contre une vaste gamme de champignons pathogènes sur une grande variété de cultures en
serre, en vergers et au champ, sur les plantes ornementales et sur les surfaces gazonnées. Il est
appliqué au moyen d’un équipement terrestre ou aérien par les agriculteurs, les travailleurs de
serres et de pépinières et les spécialistes de la lutte antiparasitaire.
Considérations relatives à la santé
Les utilisations approuvées de l’iprodione peuvent-elles nuire à la santé humaine?
Des risques préoccupants ont été relevés après une exposition à l’iprodione par
consommation d’aliments et d’eau potable.
Une exposition à l’iprodione peut se produire par le régime alimentaire (consommation
d’aliments et d’eau), pendant la manipulation et l’application de produits contenant de
l’iprodione, ou lorsque des personnes se rendent dans des sites traités. Au cours de l’évaluation
des risques pour la santé, l’ARLA tient compte de deux facteurs déterminants : la dose n’ayant
aucun effet sur la santé et la dose à laquelle les gens peuvent être exposés. Les doses utilisées
pour évaluer les risques sont établies de façon à protéger les populations humaines les plus
sensibles (par exemple, les mères qui allaitent et les enfants). Seules les utilisations entraînant
une exposition à des doses bien inférieures à celles n’ayant eu aucun effet dans les essais sur les
animaux sont considérées comme acceptables pour le maintien de l’homologation.
Les études toxicologiques effectuées sur des animaux de laboratoire décrivent les effets
potentiels sur la santé de divers degrés d’exposition à un produit chimique donné et déterminent
la concentration à laquelle aucun effet nocif n’est observé. Les effets sur la santé constatés chez
les animaux se produisent à des doses plus de 100 fois supérieures (et souvent davantage) aux
doses auxquelles les humains sont normalement exposés lorsque les produits contenant des
pesticides sont utilisés conformément au mode d’emploi sur l’étiquette.
Chez les animaux de laboratoire, l’iprodione présentait une faible toxicité aiguë par voie orale et
une très faible toxicité aiguë par voie cutanée et par inhalation. Il était faiblement irritant pour les
yeux, mais non irritant pour la peau. L’iprodione n’a pas causé de réaction allergique cutanée.
4
« Énoncé de décision », conformément au paragraphe 28(5) de la Loi sur les produits antiparasitaires.
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 3
Des essais à court et à long terme (sur toute la durée de vie) fournis par le titulaire
d’homologation sur la toxicité pour les animaux, ainsi que plusieurs études scientifiques révisées
par les pairs et publiées ont été évaluées en vue de déterminer si l’iprodione peut causer des
effets neurotoxiques et immunotoxiques, une toxicité chronique, le cancer, une toxicité pour la
reproduction et le développement et divers autres effets. Les critères d’effet les plus sensibles
utilisés pour l’évaluation des risques comprenaient des changements du poids de certaines
glandes endocriniennes et la perturbation du développement sexuel chez les animaux mâles. Une
fréquence accrue de plusieurs types de tumeurs a été observée chez le rat et la souris après une
administration à long terme d’iprodione. Il n’y a eu aucune indication que les jeunes animaux
étaient plus sensibles que les animaux adultes. Au cours de l’évaluation des risques, l’ARLA
tient compte de ces effets possibles et d’autres effets pour déterminer le degré d’exposition
admissible à l’iprodione chez l’humain.
Résidus dans l’eau et les aliments
Les risques liés à la consommation d’eau et d’aliments sont préoccupants. Afin de répondre
à ces préoccupations, l’ARLA propose d’abandonner toutes les utilisations homologuées
prises en considération au cours de l’évaluation de l’exposition par le régime alimentaire et
des risques connexes, à moins que d’autres données ou des renseignements additionnels
soumis pendant la période de consultation viennent modifier l’évaluation des risques.
Les doses de référence définissent les doses auxquelles une personne peut être exposée au cours
d’une seule journée (exposition aiguë) ou pendant toute sa vie (exposition chronique) sans
craindre d’effets nocifs sur sa santé. De manière générale, l’exposition par le régime alimentaire
découlant de la consommation d’eau et d’aliments est acceptable si elle représente moins de
100 % de la dose aiguë de référence ou de la dose chronique de référence (dose journalière
admissible). Pour ce qui est de l’évaluation du risque du cancer, un risque inférieur à un sur
un million (1 × 10-6) est généralement considéré comme un risque acceptable pour la population
générale lorsque l’exposition est attribuable aux résidus de pesticide dans ou sur les aliments et
dans l’eau potable ou pour les personnes exposées autrement de manière accidentelle.
L’exposition potentielle a été estimée d’après les résidus d’iprodione et des métabolites
pertinents présents dans les cultures traitées et l’eau potable. L’exposition chez différentes
sous-populations, y compris les enfants et les femmes en âge de procréer a été prise en compte.
Les estimations des résidus dans les aliments étaient basées principalement sur les données de
surveillance et tenaient compte des renseignements sur le pourcentage de cultures traitées et des
facteurs de transformation propres au produit lorsqu’ils étaient connus. Pour ce qui est de l’eau
potable, les concentrations prévues dans l’environnement étaient basées sur la modélisation des
résidus d’iprodione dans les eaux souterraines. Différentes concentrations prévues dans
l’environnement ont été déterminées avec les doses d’application habituelles sur les surfaces
gazonnées, les vergers et le canola.
Les expositions aiguës et chroniques (effets autres que le cancer) à l’iprodione par la
consommation d’aliments et d’eau étaient inférieures à la dose aiguë de référence et à la dose
journalière admissible chez la plupart des groupes de la population aux doses d’application
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 4
évaluées. Cependant, le risque de cancer dépassait 1 × 10-6 dans la population générale à toutes
les doses d’application évaluées, et il est donc jugé préoccupant. Les risques estimés de cancer
variaient de 3 × 10-6 à 5 × 10-5. L’exposition par l’eau potable était celle qui contribuait le plus
au risque dans l’évaluation du risque de cancer. L’exposition par les denrées alimentaires
contribuait elle aussi de façon significative au risque de cancer dans l’évaluation, le risque étant
estimé à 1 × 10-6. L’exposition et le risque liés aux denrées alimentaires sont largement
attribuables aux résidus présents dans et sur les fruits à noyau importés de l’Amérique du Sud.
À l’heure actuelle au Canada, des limites maximales de résidus (LMR) d’iprodione sont en
vigueur pour de nombreuses denrées alimentaires. En l’absence de LMR pour un pesticide
donné, une LMR par défaut de 0,1 ppm s’applique, ce qui signifie que la concentration de
résidus d’un pesticide dans une denrée ne doit pas dépasser 0,1 ppm. Les LMR d’iprodione en
vigueur sont énumérées à l’annexe VII de la section Évaluation scientifique. Il est proposé de
révoquer toutes les LMR établies afin de réduire le risque par le régime alimentaire et de refléter
le projet de décision visant à abandonner toutes les utilisations homologuées de l’iprodione au
Canada.
Risques liés aux utilisations en milieu résidentiel et en milieux autres que professionnels
Les risques autres que professionnels ne sont pas préoccupants.
Il n’existe actuellement aucune utilisation résidentielle homologuée de l’iprodione, de sorte
qu’aucune évaluation des risques pour les particuliers n’était requise.
L’application d’iprodione en milieu agricole peut entraîner une dérive de pulvérisation. Les
études au cours desquelles des chercheurs ont échantillonné de l’air dans des sites agricoles aux
États-Unis et en Europe pendant la saison de pulvérisation ont révélé que l’iprodione peut être
présent dans l’air ambiant. Les estimations des risques de cancer et d’autres effets qui reposaient
sur les plus fortes concentrations d’iprodione mesurées dans l’air ont révélé que ces risques
n’étaient pas préoccupants.
L’application d’iprodione en milieu agricole peut faire en sorte que des résidus pénètrent dans les
résidences. Les études au cours desquelles des chercheurs ont échantillonné la poussière, les
planchers et les vêtements indiquent une possibilité d’exposition accidentelle chez les enfants.
Les estimations des risques de cancer et d’autres effets qui reposaient sur les plus fortes
concentrations d’iprodione mesurées dans les résidences ont révélé que ces risques n’étaient pas
préoccupants.
L’application à usage commercial d’iprodione sur les terrains de golf peut entraîner une
exposition chez les golfeurs. Les estimations des risques de cancer et d’autres effets chez les
golfeurs ont révélé que ces risques n’étaient pas préoccupants.
Aucune estimation du risque global lié à l’exposition par les aliments et l’eau potable combinée à
l’exposition occasionnelle n’a été réalisée en raison du risque de cancer lié aux aliments et à
l’eau potable.
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 5
Une évaluation des risques cumulatifs n’est pas nécessaire pour l’instant.
Risques professionnels pour les préposés au mélange, au chargement et à l’application et
pour les travailleurs après le traitement
Les risques professionnels (préposés au mélange, au chargement et à l’application) liés à
certaines utilisations sont préoccupants lorsque les produits sont utilisés conformément au
mode d’emploi qui figure actuellement sur les étiquettes, mais ils peuvent être atténués.
Les risques pour les agriculteurs et les travailleurs qui mélangent, chargent et appliquent de
l’iprodione sur des cultures agricoles (fruits et légumes, plantes ornementales, canola, luzerne et
gazon) sont préoccupants dans certains scénarios. Toutefois, ils peuvent être atténués au moyen
de vêtements de protection individuelle et de mesures techniques de protection supplémentaires
(par exemple, emballage hydrosoluble, couvre-chef protecteur et/ou cabine fermée).
Les risques pour les agriculteurs et les travailleurs qui traitent des semences de canola et de
moutarde et des plantons de pommes de terre sont préoccupants dans certains scénarios lorsque
les produits sont utilisés conformément au mode d’emploi qui figure actuellement sur l’étiquette.
Toutefois, ils peuvent être atténués au moyen de vêtements de protection individuelle et de
mesures techniques de protection supplémentaires (par exemple, systèmes fermés pour le
mélange, le chargement et le transfert des produits).
Aucune donnée adéquate n’était disponible pour évaluer l’exposition découlant de l’utilisation de
l’iprodione dans les installations commerciales de trempage des bulbes d’ail ou dans les serres où
l’on a recours à des nébulisateurs ou à des brumisateurs manuels.
Les risques professionnels après le traitement sont préoccupants pour la plupart des
utilisations lorsque les produits sont utilisés conformément au mode d’emploi qui figure
actuellement sur les étiquettes, et les mesures d’atténuation peuvent ne pas être réalisables
d’un point de vue agronomique.
Les évaluations des risques professionnels après le traitement tiennent compte de l’exposition
des travailleurs qui se rendent dans un site traité en milieu agricole ou autre. D’après les mises en
garde et le mode d’emploi qui figurent actuellement sur les étiquettes, la plupart des risques
après l’application pour les travailleurs qui exécutent des tâches telles que l’éclaircissage, la
taille et la récolte des cultures sont préoccupants. Les risques professionnels après le traitement
peuvent être atténués en modifiant les délais de sécurité. Les délais de sécurité proposés pour
atténuer les risques après l’application vont de 1 à 137 jours et peuvent donc ne pas être
réalisables d’un point de vue agronomique.
Les risques après le traitement peuvent aussi être préoccupants pour les travailleurs qui plantent
des semences traitées (par exemple, canola, moutarde et carotte). Toutefois, ils peuvent être
atténués au moyen de mesures techniques de protection supplémentaires (par exemple, semis à
partir d’une cabine fermée).
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 6
Considérations relatives à l’environnement
Qu’arrive-t-il lorsque l’iprodione est introduit dans l’environnement?
L’iprodione ne pose aucun risque inacceptable pour l’environnement s’il est utilisé
conformément au mode d’emploi de l’étiquette.
Lorsque l’iprodione est rejeté dans l’environnement, il se retrouve en partie dans les sols et les
eaux de surface. Dans un environnement terrestre, l’iprodione devrait se dégrader en présence
des microbes du sol et n’est pas très persistant. Selon le type de sol, il faut aux microbes 2 à 24
semaines pour dégrader la moitié de l’iprodione présent dans le sol. Dans un environnement
aquatique, l’iprodione est aussi dégradé par les microbes, mais beaucoup plus rapidement que
dans le sol. Lorsque l’iprodione est appliqué sur le sol, il ne devrait pas atteindre les eaux
souterraines, mais, lorsque le sol est sablonneux, il pourrait traverser les différentes couches de
sol et gagner les eaux souterraines. L’iprodione n’a pas été détecté dans les eaux de surface ou
les eaux souterraines; cependant, les données de surveillance de l’iprodione au Canada sont
restreintes. L’iprodione ne devrait pas pénétrer dans l’atmosphère ni être transporté sur de
longues distances par rapport à l’endroit où il a été utilisé. Il est peu probable que l’iprodione
s’accumule dans les tissus des organismes tels que les poissons.
L’iprodione s’est révélé toxique pour les abeilles, les arthropodes utiles, les oiseaux, les petits
mammifères sauvages et les organismes aquatiques exposés à des concentrations suffisantes.
Ainsi, si l’iprodione est utilisé aux doses d’application indiquées sur l’étiquette sans aucune
mesure de réduction des risques, il peut avoir des effets nocifs sur les espèces susmentionnées.
Par conséquent, des mesures d’atténuation des risques sous forme de restrictions d’emploi et de
mises en garde sur l’étiquette réduiraient l’exposition et les risques potentiels. Le risque pour les
organismes aquatiques serait atténué par l’adoption de zones tampons et par des
recommandations sur l’étiquette visant à réduire le ruissellement à partir des champs. Des
mentions de danger informeraient les utilisateurs de la toxicité de l’iprodione pour les insectes
utiles et les mammifères.
Considérations relatives à la valeur
Quelle est la valeur de l’iprodione?
L’iprodione est utilisé pour lutter contre de nombreuses maladies fongiques d’importance
économique sur une grande variété de plantes vivrières ou non vivrières, y compris des
utilisations à grande échelle sur de vastes cultures telles que le canola et sur des sites faisant
l’objet d’un entretien intensif comme les gazons.
L’iprodione est homologué au Canada pour lutter contre de nombreuses maladies fongiques
d’importance économique sur bon nombre de cultures au champ, en vergers, en pépinières et en
serres, et sur les plantes ornementales, les semis de conifères et les gazons (24 cultures,
53 plantes ornementales et le gazon contre 24 champignons pathogènes). Les utilisations
particulièrement importantes de l’iprodione sont le traitement foliaire pour la suppression de la
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 7
pourriture sclérotique et de la tache noire du canola, ainsi que de la plaque brune, la plaque
fusarienne, les taches foliaires, la moisissure nivéale et la brûlure en plaques sur les gazons.
L’iprodione est efficace à titre de fongicide protecteur et curatif. En raison de ces propriétés, il
peut être utilisé dans des mélanges en cuve ou en alternance avec des fongicides d’autres groupes
chimiques dans le cadre d’un programme de lutte intégrée pour prévenir l’apparition d’une
résistance chez les champignons pathogènes.
Mesures de réduction des risques
L’ARLA a évalué les données à sa disposition et a conclu que l’iprodione et ses préparations
commerciales, lorsqu’ils sont utilisés conformément au mode d’emploi sur leur étiquette
respective, peuvent poser des risques préoccupants pour la santé humaine. Plus précisément, de
possibles risques sanitaires préoccupants ont été relevés après une exposition à l’iprodione par
consommation d’aliments et d’eau potable et après une exposition professionnelle dans certains
scénarios d’utilisation. Par conséquent, l’ARLA propose l’abandon de toutes les utilisations de
l’iprodione au Canada.
Autres données scientifiques exigées
Étant donné que l’ARLA propose l’abandon de toutes les utilisations de l’iprodione, aucune
donnée supplémentaire n’est requise conformément à l’article 12 de la Loi sur les produits
antiparasitaires.
Prochaines étapes
Avant d’arrêter une décision de réévaluation, l’ARLA examinera tous les commentaires reçus du
public en réaction au présent document de consultation. Elle publiera ensuite un document de
décision de réévaluation dans lequel elle présentera sa décision, les raisons qui la justifient, un
résumé des commentaires reçus sur la décision proposée et sa réponse à ces commentaires.
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 8
Évaluation scientifique
1.0
Introduction
L’iprodione est un fongicide de contact ayant une action protectrice et curative. Il inhibe la
germination des spores et la croissance du mycélium des champignons. C’est un fongicide
dicarboximide classé dans le Groupe 2 par le Fungicide Resistance Action Committee (FRAC).
Le mode d’action de l’iprodione n’est pas totalement caractérisé, mais des études récentes
laissent croire que ce fongicide interfère avec la voie de transduction du signal osmotique des
champignons consistant en cascades d’histidine kinase et de MAP (mitogen-activated protein)
kinase.
FMC Corporation et Adama Agricultural Solutions Inc., titulaires d’homologation et principaux
fournisseurs de données sur la matière active de qualité de technique iprodione, ont confirmé leur
intention de fournir un soutien continu pour toutes les utilisations de l’iprodione pendant la
période de réévaluation. En date du 27 avril 2015, douze produits à usage commercial contenant
de l’iprodione étaient homologués au Canada.
2.0
Propriétés et utilisations de la matière active de qualité technique
2.1
Description de la matière active de qualité technique
Nom commun
Iprodione
Fonction
Fongicide
Famille chimique
Dicarboximide
Nom chimique
1
Union internationale de chimie
pure et appliquée
3-(3,5-dichlorophényl)-N-isopropyl-2,4-dioxoimidazolidine carboximide
2
Chemical Abstracts Service
3-(3,5-dichlorophényl)-N-(1-méthyléthyl)-2,4dioxo-1-imidazolidine carboximide
Numéro de registre du Chemical Abstracts
Service
36734-19-7
Formule moléculaire
C13H13Cl2N3O3
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 9
Formule développée
O
Cl
H
N
N
N
O
O
Cl
330,2
Masse moléculaire
Numéro d’homologation
20267
29379
31892
Pureté de la matière active de qualité technique
98,0 %, nominale (limites : 96,0 à 100 %)
99,0 %, nominale (limites : 96,05 à 100 %)
98,0 %, nominale (limites : 96,0 à 100 %)
Impuretés préoccupantes pour la santé humaine ou l’environnement :
Compte tenu du procédé de fabrication, le produit ne devrait contenir aucune des impuretés
préoccupantes pour la santé humaine ou pour l’environnement, telles qu’elles sont définies dans
la Gazette du Canada, Partie II, volume 142, numéro 13, TR/2008-67 (25 juin 2008), ni aucune
des substances de la voie 1 de la Politique de gestion des substances toxiques.
2.2
Propriétés physico-chimiques de la matière active de qualité technique
Propriété
Résultat
Pression de vapeur à 25 °C
5 × 10-4 mPa
Spectre d’absorption
ultraviolet-visible
Ne devrait pas absorber les rayons ultraviolets à une
longueur d’onde inférieure à 290 nm
Solubilité dans l’eau à 20 °C
13 mg/L
Coefficient de partage n-octanol:eau
(log Koe)
Log Koe = 3,0 à pH 3 et pH 5
Constante de dissociation
Sans objet (l’iprodione ne se dissocie pas)
2.3
Description des utilisations homologuées de l’iprodione
L’annexe I énumère les produits d’iprodione qui sont homologués en vertu de la Loi sur les
produits antiparasitaires, et l’annexe II énumère toutes les utilisations des produits à usage
commercial pour lesquelles l’iprodione était homologué en date du 27 avril 2015. Toutes les
utilisations ont été appuyées par le titulaire d’homologation au début de la réévaluation et ont
donc été prises en compte dans l’évaluation des risques pour la santé et l’environnement liés à
l’iprodione.
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 10
Les utilisations de l’iprodione appartiennent aux catégories d’utilisation suivantes : plantes
vivrières cultivées en serres, plantes non vivrières cultivées en serres, cultures industrielles de
graines oléagineuses et de plantes à fibres, traitement des semences destinées à la consommation
humaine et animale, cultures en milieu terrestre destinées à la consommation animale, cultures
en milieu terrestre destinées à la consommation humaine, plantes ornementales d’extérieur et
surfaces gazonnées.
3.0
Effets sur la santé humaine et animale
3.1
Sommaire des résultats toxicologiques
L’ARLA a effectué un examen détaillé de la base de données sur l’iprodione. Elle a aussi pris en
considération les résultats de plusieurs études toxicologiques mentionnées dans les documents
d’autres autorités réglementaires. En général, la qualité scientifique des données et de la base de
données est jugée suffisante pour qu’il soit possible de définir la majorité des effets toxiques
possibles de l’exposition à l’iprodione. La pureté de l’iprodione utilisé dans les essais de toxicité
variait de 93,5 à 100 %, et ce paramètre n’était pas indiqué dans un petit nombre d’études. Les
effets observés étaient constants d’une étude à l’autre, et le degré de pureté n’a pas été considéré
comme ayant une incidence sur les résultats.
Dans les études chez le rat, l’iprodione radiomarqué était facilement absorbé après une dose
unique par voie orale. Après l’administration d’une faible dose, les concentrations sanguines
culminaient après 2 à 4 heures, alors que, dans le cas d’une forte dose, elles culminaient après
environ 6 heures. Quatre jours après l’administration, les échantillons de tissus renfermaient de
faibles concentrations du radiomarqueur, ce qui témoigne d’une excrétion rapide. Sept jours
après l’administration, le foie, les intestins et la peau étaient les organes qui affichaient la plus
forte radioactivité. L’iprodione était fortement métabolisé, quelle que soit la dose. La
biotransformation de l’iprodione s’effectuait par hydroxylation du cycle aromatique,
désalkylation et dégradation de la chaîne isopropylcarbamoyl et réarrangement suivi du clivage
de l’entité hydantoïne. Le réarrangement moléculaire s’est aussi soldé par la formation
d’isomères de l’iprodione et de métabolites intermédiaires. L’urine renfermait principalement du
RP32490 et du RP36114 ainsi que de l’iprodione inchangé, du RP36112, du RP36115, du
RP36116, du RP36118 et du RP36119. Les excréments contenaient les mêmes métabolites que
l’urine, en plus de RP25040 et de RP30228. Les composés les plus fréquents dans les excréments
étaient l’iprodione inchangé, le RP36115/36119 et le RP36114, et jusqu’à 45 % de la
radioactivité n’a pas pu être caractérisée. L’excrétion urinaire était plus grande à faibles doses,
alors que l’excrétion fécale était plus importante à fortes doses. La quantité d’iprodione inchangé
était plus grande chez les femelles que chez les mâles ainsi qu’à fortes doses. L’élimination était
plus lente chez les mâles que chez les femelles.
Dans les études de toxicité aiguë, l’iprodione était faiblement toxique par voie orale chez toutes
les espèces soumises à des essais. Les signes cliniques dans les études de toxicité aiguë par voie
orale étaient les suivants : baisse de la tension musculaire, dépression, respiration lente, dyspnée
et paralysie générale (d’abord les pattes arrière, ensuite les pattes avant, puis le corps entier).
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 11
Une très faible toxicité aiguë a été observée après une exposition par voie cutanée chez le rat et
le lapin et par inhalation chez le rat. Chez le lapin, l’iprodione était modérément irritant pour les
yeux, mais non irritant pour la peau. Il n’était pas un sensibilisant cutané chez le cobaye après
évaluation par la méthode de Buehler.
Dans les études de toxicité par voie orale à doses répétées chez la souris, le rat et le chien, les
surrénales, le foie et les organes reproducteurs étaient les organes cibles. Le chien et le rat étaient
les espèces les plus sensibles aux effets sur les surrénales. Une hypertrophie des cellules de la
zone glomérulée et des lésions microscopiques (vacuolisation de la zone fasciculée et de la zone
réticulée) ont été régulièrement observées. Une hypertrophie des cellules de la zone fasciculée de
la corticosurrénale, une augmentation du poids des surrénales et une vacuolisation plus étendue
des surrénales ont été constatées chez les animaux exposés à de plus fortes doses d’iprodione.
Les effets étaient plus prononcés et sont survenus à de plus faibles doses dans les études à plus
long terme.
Les effets sur le foie des rongeurs étaient les suivants : augmentation du poids, hausse des
enzymes hépatiques, hypertrophie des hépatocytes et vacuolisation. Lors d’une administration à
long terme, les souris présentaient d’autres effets sur le foie, dont des foyers, une nécrose, des
hépatocytes polynucléés, des macrophages pigmentés et une érythrophagocytose. Une
augmentation du poids du foie et une atrophie des travées hépatiques ont été constatées chez les
chiens ayant reçu de fortes doses d’iprodione dans leurs aliments pendant un an.
Des effets sur les organes reproducteurs des mâles ont été observés de façon constante dans les
études par le régime alimentaire à doses répétées, et le rat et le chien étaient les espèces les plus
sensibles. Le poids de la prostate était réduit chez le chien après administration de faibles doses
d’iprodione; à une forte dose, un hypogonadisme a été observé. Les effets chez les rats mâles
étaient les suivants : diminution de la taille et/ou du poids des testicules, de la prostate et des
vésicules séminales, et fréquence accrue de l’atrophie de la prostate et d’une sécrétion réduite
des vésicules séminales. À fortes doses, les rats mâles présentaient les effets suivants :
spermatozoïdes épididimaux en nombre réduit, absents ou anormaux, hyposécrétion de la
prostate, atrophie des tubes séminifères et hyperplasie des cellules de Leydig. Dans le cas de
l’administration à long terme, les effets évoluaient vers la formation de tumeurs à cellules
interstitielles (tumeurs à cellules de Leydig) et s’accompagnaient d’une augmentation du poids
des testicules et des épididymes. Chez la souris, des effets ont été notés sur le poids et les
pathologies des testicules. Une interruption partielle ou totale de la spermatogenèse a été
constatée chez la souris à très fortes doses. L’administration à long terme chez la souris s’est
soldée par une hypertrophie des cellules de Leydig, une hyperplasie et la formation de kystes
prostatiques, ainsi que par des effets sur le poids et les pathologies de l’épididyme.
Les organes reproducteurs des rats et des souris femelles ont été affectés dans les études à court
et à long terme par le régime alimentaire. Parmi les effets sur l’utérus figuraient une réduction du
poids de cet organe, une fréquence accrue de l’atrophie et une modification de l’épaisseur de
l’épithélium chez les deux espèces; une hyperplasie a été notée chez les souris et une dilatation,
des polypes et des kystes, chez les rates. Au nombre des effets sur l’ovaire chez les deux espèces
figuraient une modification du poids de cet organe ainsi qu’une absence ou un nombre réduit de
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 12
corps jaunes. En ce qui concerne les ovaires, une fréquence accrue des kystes, de l’atrophie et de
la lutéinisation des cellules interstitielles a été observée chez la souris. L’hyperplasie des trompes
utérines était aussi accrue chez les rates. Dans une étude d’une annnée chez le rat, les
caractéristiques histopathologiques de l’ovaire n’ont pas été totalement évaluées dans les groupes
ayant reçu des doses faibles ou intermédiaires. Afin de bien caractériser les effets de l’iprodione
sur cet organe, un examen histopathologique complet chez les deux groupes serait requis.
Les autres effets observés chez toutes les espèces dans la base de données sur l’iprodione étaient
une diminution du poids corporel, du gain de poids corporel et de la consommation alimentaire.
Des signes cliniques de toxicité et une hausse de la mortalité ont été observés chez le rat et la
souris. Les effets notés seulement chez la souris consistaient en des lésions granulomateuses de
plusieurs tissus, une hématopoïèse extramédullaire, une pigmentation accrue du nez et du
caecum, une dilatation ou des kystes des glandes de l’estomac, des changements vacuolaires du
pancréas, une hémosidérose splénique et une hyperkératose du secteur gastrique antérieur. Une
baisse du poids du cerveau et des reins et une absence de vacuolisation cytoplasmique ont aussi
été constatées chez la souris. Les effets survenus chez le chien seulement consistaient en une
diminution des paramètres liés aux globules rouges.
Aucun effet nocif n’a été noté à une dose inférieure ou égale à la dose limite (1 000 mg/kg p.c./j)
dans l’étude par voie cutanée à doses répétées chez le lapin. Il importe toutefois de souligner que,
bien que les testicules et les épididymes aient été pesés et aient fait l’objet d’un examen
macroscopique, aucun examen histopathologique de ces tissus n’a été effectué.
Une batterie habituelle d’études de génotoxicité, y compris les résultats d’un test in vivo de
micronoyaux chez la souris, était disponible concernant l’iprodione. Les résultats de ces études
ne laissaient pas croire que l’iprodione était génotoxique.
Quatre études de cancérogénicité par le régime alimentaire menées chez des rongeurs (deux chez
la souris et deux chez le rat) figuraient dans la base de données sur l’iprodione. Dans les deux
études chez la souris, une augmentation des tumeurs hépatocellulaires a été observée chez les
deux sexes à la forte dose. Dans une étude, tant les adénomes que les carcinomes
hépatocellulaires étaient augmentés, alors que, dans l’autre étude, seuls les adénomes étaient plus
fréquents. Un mode d’action a été proposé concernant le développement des tumeurs du foie.
Même si l’étude portant sur le foie faisait état d’une activité accrue des enzymes microsomales,
ainsi que d’une prolifération accrue des cellules hépatiques avec l’accroissement de la dose, les
données probantes étaient insuffisantes pour étayer le mode d’action proposé. Une des études
chez la souris a aussi révélé une hausse de la fréquence des lutéomes ovariens chez les femelles à
la plus forte dose évaluée.
Une hausse de la fréquence des tumeurs testiculaires à cellules de Leydig a été constatée dans les
deux études de cancérogénicité par le régime alimentaire chez le rat. La perturbation hormonale
est le mode d’action qu’a proposé le titulaire pour expliquer la formation des tumeurs. Bien
qu’on ignore dans quelle mesure les taux de testostérone seraient modifiés à la suite d’une
exposition chronique, des études mécanistes à court terme ayant porté sur l’activité et le
métabolisme des hormones (in vivo et in vitro) étaient disponibles.
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 13
L’iprodione augmentait les concentrations plasmatiques d’hormone lutéinisante, de
gonadotrophine et d’œstradiol (in vivo) et abaissait la sécrétion de testostérone (in vitro, in vivo
et ex vivo). Une modification des profils de sécrétion pulsatile de la testostérone et de l’hormone
lutéinisante a aussi été notée. La capacité de l’iprodione à se lier aux récepteurs des androgènes a
été évaluée, et l’affinité de liaison était faible par rapport au témoin positif.
Les études disponibles, y compris les données provenant de la littérature scientifique, militent en
faveur d’un mode d’action non génotoxique pour ce qui est du développement des tumeurs à
cellules de Leydig chez les rats mâles. Selon l’hypothèse retenue, l’iprodione altérerait le
transport et la disponibilité du substrat du cholestérol, lequel est requis pour la biosynthèse de la
testostérone, dans les mitochondries des cellules de Leydig. La disponibilité réduite du
cholestérol altère rapidement les taux de testostérone et d’hormone lutéinisante en circulation
chez le rat après des expositions uniques ou répétées à l’iprodione. La perturbation hormonale
continue entraîne une prolifération et une hyperplasie des cellules de Leydig, qui aboutissent à la
formation de tumeurs à cellules de Leydig. Bien que les changements hormonaux soient
passagers, on croit que des perturbations constantes de l’équilibre homéostasique hormonal de
l’axe hypothalamo-hypophyso-testiculaire provoqueraient la formation de tumeurs avec le temps.
La plus faible dose à laquelle ces effets précurseurs ont été observés était de 6 mg/kg p.c./j.
Le mode d’action non génotoxique entraînant la formation de tumeurs à cellules de Leydig est
biologiquement plausible; cependant, on ignore quelle serait la dose-seuil à partir de laquelle les
effets précurseurs se manifesteraient. Bien que des incertitudes demeurent quant à la dose
correspondant à l’absence d’effet sur la testostérone et l’hormone lutéinisante après une
administration chronique, la faible ampleur des changements clés survenus à la dose de 6 mg/kg
p.c./j laisse croire que le point de départ n’est pas éloigné de cette valeur. D’autres données
seraient requises pour mieux caractériser le point de départ des effets précurseurs menant à la
formation de tumeurs à cellules de Leydig afin d’appuyer le mode d’action proposé.
Une fréquence accrue des adénocarcinomes utérins a été observée lors de la plus récente étude de
cancérogénicité chez le rat aux doses intermédiaire et élevée. L’interprétation des résultats était
limitée par l’absence d’examen histopathologique de l’utérus chez tous les animaux ayant reçu la
dose faible ou intermédiaire ainsi que par l’absence de données de témoins historiques
concernant ce type de tumeur. Afin de mieux caractériser les répercussions de ce résultat, un
examen histopathologique complet de l’utérus des animaux ayant reçu la dose faible ou
intermédiaire serait requis.
Une étude de toxicité pour la reproduction et quatre études de toxicité pour le développement ont
été prises en considération dans la base de données sur l’iprodione. Dans les études de toxicité
pour le développement par gavage chez le rat et le lapin, les effets sur les mères consistaient
principalement en des réductions du poids corporel, du gain de poids corporel et de la
consommation alimentaire. Cependant, des mortalités, des signes cliniques et une baisse de
l’activité motrice ont été observés aux doses élevées. Une hausse des résorptions a été constatée
chez le lapin à ces fortes doses. Dans les études complémentaires chez le rat, parmi les effets aux
fortes doses figurait une réduction des implantations (après une administration précoce) et de la
taille des portées.
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 14
Les effets chez les fœtus de rat dans les études de toxicité pour le développement étaient les
suivants : diminution de la distance anogénitale, nombre accru de fœtus de petits poids et
augmentation de l’espace entre la paroi abdominale et les organes. Les effets ont été observés à
une dose qui provoquait aussi une toxicité maternelle. Le poids des fœtus était réduit chez le rat
et le lapin aux doses toxiques pour les mères. Aux plus fortes doses évaluées dans les études de
toxicité pour le développement chez le lapin, diverses anomalies squelettiques sont survenues en
présence d’une toxicité maternelle importante, dont des mortalités.
Dans l’étude de toxicité pour la reproduction sur deux générations, aucune donnée n’était fournie
concernant les effets de l’iprodione sur les paramètres relatifs aux spermatozoïdes (nombre,
mobilité et morphologie). Les organes n’ont pas non plus été pesés dans cette étude. Les effets
toxiques chez les parents étaient les suivants : baisse du poids corporel et du gain de poids
corporel. De plus, la taille des portées, l’indice des naissances vivantes et les poids à la naissance
étaient réduits. Les indices de viabilité étaient abaissés après certains accouplements. Tous les
effets chez les petits ont été observés en présence d’une toxicité parentale. Les effets de
l’exposition répétée à l’iprodione au début de la puberté et à d’autres étapes de la différenciation
sexuelle (évaluation complète de la séparation du prépuce, de la perméabilité vaginale et de la
rétention des mamelons) n’ont pas été évalués dans l’étude disponible.
La base de données ne renfermait pas assez de renseignements concernant le potentiel
neurotoxique. De fortes doses d’iprodione administrées par gavage produisaient certains signes
de neurotoxicité, notamment une ataxie, une flaccidité musculaire, une altération des réflexes et
une paralysie. Des signes évoquant des effets neurotoxiques ont été observés chez les petits dans
l’étude de toxicité pour la reproduction sur deux générations : mobilité réduite, dos courbé et/ou
tremblements. Étant donné qu’une anomalie de la fonction neurale peut être associée à une
toxicité à médiation endocrinienne, une incertitude existe quant à la cause de ces observations.
Les effets neurotoxiques sont toutefois survenus à des doses plus fortes que celles ayant entraîné
une toxicité à médiation endocrinienne et représentent probablement une réaction secondaire au
traitement.
La 3,5-dichloroaniline (3,5-DCA) est un métabolite terminal de l’iprodione qui peut se former
dans l’eau. La cancérogénicité de la 3,5-DCA n’a pas été évaluée lors des études chez les
animaux; ce métabolite pourrait toutefois avoir des propriétés cancérogènes, car sa structure est
analogue à celle de la p-chloroaniline, laquelle est cancérogène pour les animaux (numéro de
l’ARLA 1819485). Le potentiel cancérogène de toutes les chloroanilines est présumé être le
même que celui de la p-chloroaniline à moins de données suffisantes indiquant que la
chloroaniline en question n’est pas cancérogène ou qu’elle n’a pas le même pouvoir cancérogène
que la p-chloroaniline. Vu l’absence de cette information, le pouvoir cancérogène de la
p-chloroaniline sera employé comme valeur substitut pour la 3,5-DCA.
Les critères d’effet toxicologique utilisés pour l’évaluation des risques pour la santé humaine
sont résumés au tableau 1 de l’annexe III. Les résultats des études toxicologiques menées sur des
animaux de laboratoire pour appuyer l’utilisation de l’iprodione sont résumés au tableau 2 de
l’annexe III. Les noms chimiques des métabolites de l’iprodione sont présentés au tableau 3 de
l’annexe III.
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 15
Caractérisation des risques selon la Loi sur les produits antiparasitaires
Pour l’évaluation des risques liés aux résidus pouvant être présents dans les aliments ou aux
résidus de produits utilisés à l’intérieur ou autour des maisons ou des écoles, la Loi sur les
produits antiparasitaires prescrit l’application d’un facteur additionnel de dix aux effets de seuil
afin de tenir compte de la toxicité prénatale et postnatale et de l’intégralité des données
d’exposition et de toxicité relatives aux nourrissons et aux enfants. Un facteur différent peut
convenir s’il s’appuie sur des données scientifiques fiables.
En ce qui concerne l’exhaustivité de la base de données sur la toxicité, des études de toxicité
pour le développement prénatal chez le rat et le lapin, une étude de toxicité pour la reproduction
sur plusieurs générations chez le rat et des études complémentaires étaient disponibles. Aucune
information concernant les effets de l’exposition répétée à l’iprodione au début de la puberté et à
d’autres étapes de la différenciation sexuelle (évaluation complète de la séparation du prépuce,
de la perméabilité vaginale et de la rétention des mamelons) ou sur les paramètres relatifs aux
spermatozoïdes (nombre, mobilité et morphologie) n’a été fournie. Vu l’activité déjà décrite de
l’iprodione sur les glandes endocrines, une incertitude demeure quant aux répercussions sur le
développement des petits.
En ce qui concerne la toxicité prénatale potentielle, les études de toxicité pour le développement
chez le lapin n’ont fait état d’aucun signe de sensibilité des fœtus. Chez le lapin, des avortements
et des anomalies squelettiques n’ont été observés qu’à de fortes doses qui étaient aussi très
toxiques pour les mères. Dans une étude de toxicité pour le développement chez le rat, les fœtus
étaient plus petits que chez les témoins à des doses non toxiques pour les mères. Dans une étude
plus récente, une diminution de la distance anogénitale, indicatrice d’une altération des taux
d’androgènes fœtaux, a été constatée à une dose toxique pour les mères. Cette observation était
corroborée par une étude de toxicité postnatale publiée dans laquelle un retard de séparation du
prépuce avait été observé chez des rats à des doses similaires. Dans l’étude de toxicité pour la
reproduction chez le rat qui était jugée acceptable, une diminution des naissances vivantes, de la
taille des portées et de la viabilité des petits a été notée aux doses toxiques pour les mères.
Des effets neurotoxiques sont survenus à des doses plus fortes que celles ayant causé une toxicité
à médiation endocrinienne; ils représentent probablement une réaction secondaire au traitement.
Pour l’évaluation des risques de toxicité aiguë, la diminution de la distance anogénitale a été
considérée comme un critère d’effet grave, mais son importance a été atténuée du fait d’une
toxicité maternelle. À la lumière de ces données, le facteur prescrit par la Loi sur les produits
antiparasitaires a été réduit à 3 lorsque ce critère d’effet était choisi pour l’évaluation des
risques. Dans le cas d’expositions répétées, un facteur de 3 a été choisi pour tenir compte de
l’incertitude des données relatives à la sensibilité des jeunes ainsi que d’autres incertitudes dans
la base de données (par exemple, le point de départ pour ce qui est de la testostérone).
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 16
3.2
Évaluation de l’exposition par le régime alimentaire et des risques connexes
Dans une évaluation du risque par le régime alimentaire, l’ARLA détermine la quantité de
résidus de pesticides, y compris les résidus dans le lait et la viande, qui peut être ingérée dans le
régime alimentaire quotidien. Elle inclut également dans cette évaluation l’exposition possible à
l’iprodione dans les aliments d’importation qui peuvent avoir été traités avec ce produit. Ces
évaluations sont faites en fonction de l’âge et tiennent compte des différentes habitudes de
consommation de la population à différentes étapes de la vie. Par exemple, elle prend en
considération des différences dans les profils d’alimentation des enfants comme leurs
préférences alimentaires, et le fait qu’ils consomment davantage de nourriture
proportionnellement à leur poids corporel que les adultes. Ensuite, le risque lié au régime
alimentaire est calculé en combinant l’évaluation de l’exposition et celle de la toxicité. Lorsque
l’exposition est faible, une grande toxicité ne signifie pas nécessairement que le risque est élevé.
À l’inverse, un pesticide faiblement toxique peut poser un risque si l’exposition à ce produit est
forte.
L’ARLA envisage de limiter l’utilisation d’un pesticide lorsque l’exposition par le régime
alimentaire dépasse 100 % de la dose de référence. Le document de principes SPN2003-03 de
l’ARLA, Évaluation de l’exposition aux pesticides contenus dans les aliments – Guide de
l’utilisateur, présente en détail les méthodes d’évaluation des risques de toxicité aiguë et
chronique.
Les estimations des résidus utilisées dans l’évaluation du risque par le régime alimentaire
peuvent être basées, de façon prudente (estimations à la limite supérieure) sur les LMR ou sur les
données d’essai sur le terrain qui représentent les résidus qui peuvent demeurer sur l’aliment
après l’application de la dose maximale indiquée sur l’étiquette. On peut aussi se servir de
données de surveillance représentatives de l’approvisionnement alimentaire national afin de
produire des estimations plus précises des résidus pouvant être présents sur les aliments au
moment de leur achat. Ces données comprennent celles du Programme national de surveillance
des résidus chimiques de l’Agence canadienne d’inspection des aliments et celles du Pesticide
Data Program du United States Department of Agriculture (USDA). On incorpore également
autant que possible les facteurs de transformation caractéristiques et empiriques ainsi que les
données sur le pourcentage des cultures qui sont traitées.
Dans les cas où il a été établi qu’il fallait diminuer l’exposition par le régime alimentaire, on
envisage les solutions suivantes. L’exposition par le régime alimentaire découlant des utilisations
agricoles au Canada peut être atténuée en modifiant le profil d’emploi. Les nouvelles données
produites seraient également utiles pour ajuster les LMR à la concentration appropriée. Pour
quantifier l’impact de ces mesures, il faudrait réaliser de nouvelles études sur la chimie des
résidus qui reflètent le profil d’emploi révisé. Ces données seraient également requises pour
ajuster les LMR à la concentration appropriée. Les denrées importées après leur traitement
peuvent aussi contribuer à l’exposition par le régime alimentaire, auquel cas elles sont prises en
compte dans l’évaluation des risques. Pour atténuer l’exposition par un régime alimentaire
comportant des denrées importées et traitées, il s’agit habituellement de modifier ou de préciser
les LMR.
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 17
Les évaluations des risques de toxicité aiguë, de toxicité chronique et de cancer par le régime
alimentaire ont été réalisées à l’aide du logiciel Dietary Exposure Evaluation Model (DEEM–
FCID™, version 2.14), qui utilise des données à jour sur la consommation tirées des enquêtes
permanentes sur les apports alimentaires individuels (Continuing Survey of Food Intakes by
Individuals) du United States Department of Agriculture (de 1994 à 1996 et 1998). Pour des
précisions concernant les évaluations des risques d’origine alimentaire ou pour voir les
renseignements sur la chimie des résidus ayant servi à l’évaluation de ces risques, consulter les
annexes IV et V, respectivement.
Pour ce qui est de l’iprodione, les estimations des résidus reposaient principalement sur les
données de surveillance. Lorsqu’aucune donnée de surveillance n’était disponible pour une
culture, l’estimation était basée sur la LMR ou sur la tolérance des États-Unis. Les données sur le
pourcentage de cultures traitées, l’information sur l’approvisionnement alimentaire et les facteurs
de transformation propres au produit ont été incorporés dans les estimations lorsqu’ils étaient
connus. Globalement, les évaluations des résidus et de l’exposition par le régime alimentaire sont
considérées comme approfondies.
3.2.1 Détermination de la dose aiguë de référence
Femmes âgées de 13 à 49 ans
Pour estimer le risque alimentaire découlant d’une seule exposition, une étude de toxicité pour le
développement chez le rat a été choisie. L’effet critique est une diminution biologiquement
significative de la distance anogénitale chez les fœtus de rats mâles à une dose de 120 mg/kg
p.c./j; la dose sans effet nocif observé (DSENO) était de 20 mg/kg p.c./j. Cette diminution est
survenue en présence d’une toxicité maternelle. Les facteurs d’incertitude habituels, soit 10 pour
l’extrapolation interspécifique et 10 pour la variabilité intraspécifique, ont été appliqués. Comme
il est mentionné à la section Caractérisation des risques selon la Loi sur les produits
antiparasitaires, le facteur prescrit par cette même loi a été réduit à 3, ce qui donne un facteur
global (FG) de 300.
La dose aiguë de référence (DARf) est calculée à l’aide de la formule suivante :
DARf = DSENO = 20 mg/kg p.c. = 0,067 mg/kg p.c. d’iprodione
FG
300
Population générale (sauf les femmes de 13 à 49 ans)
Pour ce qui est de toutes les autres populations, aucun critère d’effet jugé pertinent pour
l’établissement d’une DARf n’a été relevé dans la base de données.
3.2.2
Évaluation de l’exposition aiguë par le régime alimentaire et des risques connexes
(aliments seulement)
Le risque alimentaire aigu est calculé d’après la plus grande quantité de résidus d’iprodione
susceptibles d’être ingérés en une journée en raison de leur présence sur les aliments. Une
analyse probabiliste permet de combiner toutes les associations possibles de consommation
d’aliments et de quantités de résidus afin d’estimer la distribution des quantités de résidus
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 18
d’iprodione susceptibles d’être ingérés en une journée. La valeur correspondant à l’extrémité
supérieure de cette distribution (99,9e centile) est comparée à la DARf, qui est la dose à laquelle
une personne pourrait être exposée, pour une journée donnée, sans craindre d’effets nocifs pour
sa santé. Lorsque la quantité de résidus qui pourrait être ingérée est inférieure à la DARf,
l’exposition aiguë par le régime alimentaire n’est pas jugée préoccupante.
L’exposition aiguë au 99,9e centile représentait moins de 11 % de la DARf chez les femmes de
13 à 49 ans et n’est donc pas préoccupante. Comme il est indiqué à la section 3.2.1, l’exposition
et le risque aigus n’ont été évalués que chez les femmes de 13 à 49 ans, car aucun effet
toxicologique aigu n’a été relevé dans les autres populations.
3.2.3
Détermination de la dose journalière admissible
Pour estimer le risque découlant d’une exposition alimentaire répétée, une étude de toxicité par
le régime alimentaire d’une année chez le chien a été choisie. Les effets critiques étaient des
réactions à médiation endocrinienne, soit une augmentation du poids des surrénales et une
diminution du poids de la prostate à la plus faible dose évaluée, 4,1 mg/kg p.c./j. Aucune
DSENO n’a été établie. Les modifications minimes de la prostate et du poids des surrénales, de
même que l’absence de corrélation histologique à la dose de 4,1 mg/kg p.c./j, laissent croire que
cette dose se situe près de la DSENO. Pour cette raison, il a été jugé inutile d’établir un facteur
d’incertitude pour l’utilisation d’une DSENO. Les facteurs d’incertitude habituels, soit 10 pour
l’extrapolation interspécifique et 10 pour la variabilité intraspécifique, ont été appliqués. Comme
il est mentionné à la section Caractérisation des risques selon la Loi sur les produits
antiparasitaires, le facteur prescrit par cette même loi a été réduit à 3, ce qui donne un FG de
300.
La dose journalière admissible (DJA) est calculée à l’aide de l’équation suivante, où la dose
minimale entraînant un effet nocif observé est la DMENO :
DJA = DMENO = 4,1 mg/kg p.c./j = 0,014 mg/kg p.c./j d’iprodione
FG
300
La DJA donne une marge de 5 100 à la DSENO pour la diminution des naissances vivantes, de la
taille des portées et de la viabilité des petits, et une marge de 1 400 à la DSENO pour la
diminution de la distance anogénitale. La DJA est considérée comme une dose protégeant toutes
les populations, y compris les nourrissons et les enfants.
3.2.4
Évaluation de l’exposition chronique par le régime alimentaire et des risques
connexes (aliments seulement)
L’exposition chronique par le régime alimentaire a été calculée d’après la consommation
moyenne de divers aliments et les concentrations moyennes de résidus dans ces aliments. La
quantité de résidus susceptibles d’être ingérés a ensuite été comparée à la DJA. Lorsque cette
quantité était inférieure à la DJA, l’exposition chronique par le régime alimentaire n’était pas
jugée préoccupante.
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 19
La dose chronique quotidienne potentielle représentait moins de 4 % de la DJA pour toutes les
populations et n’est donc pas préoccupante.
3.2.5
Estimation du potentiel cancérogène
Une hausse de quatre types de tumeurs a été observée dans la base de données sur l’iprodione :
tumeurs du foie et de l’ovaire chez la souris, et tumeurs du testicule et de l’utérus chez le rat. En
ce qui concerne les tumeurs à cellules de Leydig dans l’étude de toxicité chronique et de
cancérogénicité chez le rat, une caractérisation du risque à l’aide d’un mode d’action lié à un
seuil a été entreprise malgré les incertitudes quant au point de départ. L’utilisation de la DMENO
de 4,1 mg/kg p.c./j tirée de l’étude d’une année chez le chien et d’un FG (ou d’une marge
d’exposition [ME]) de 300 pour l’évaluation des risques à moyen et à long terme se traduit par
une marge qui dépasse de 400 la dose à laquelle de faibles changements précurseurs ont été
détectés; cette marge est jugée adéquate.
Il a été impossible de procéder à une extrapolation linéaire à faible dose en ce qui concerne les
adénocarcinomes de l’utérus détectés dans une des études chez le rat, car aucun examen
histopathologique de l’utérus des animaux ayant reçu la dose faible ou intermédiaire n’a été
effectué. Une extrapolation linéaire à faible dose a été réalisée pour ce qui est des autres types de
tumeurs : parmi eux, la fréquence combinée des adénomes et des carcinomes hépatocellulaires
chez les souris mâles donnait le risque unitaire (q1*) le plus élevé, soit 8,89 × 10-3 (mg/kg
p.c./j)-1.
Dans le cas de la 3,5-dichloroaniline, un métabolite de l’iprodione, le q1* est basé sur les tumeurs
observées à la suite d’une exposition chronique par le régime alimentaire à un analogue
structural, la p-chloroaniline. Le q1* est de 6,38 × 10-2 (mg/kg p.c./j)-1 d’après la fréquence
accrue de l’hémangiosarcome (organe de la rate) chez le rat.
3.2.6
Évaluation de l’exposition par le régime alimentaire et des risques de cancer
connexes (aliments seulement)
L’exposition à vie à l’iprodione par le régime alimentaire dans la population générale a été
calculée d’après la consommation moyenne de différents aliments et la quantité moyenne de
résidus sur ces aliments (comme pour l’exposition chronique). L’ingestion prévue de résidus a
ensuite été multipliée par le q1* pour déterminer le risque de cancer à vie. Un risque de cancer à
vie inférieur à 1 sur 1 million (1 × 10-6) n’est pas jugé préoccupant pour la population générale
lorsque l’exposition est attribuable aux résidus de pesticide dans ou sur les aliments et dans l’eau
potable ou pour les personnes exposées autrement de manière accidentelle.
D’après la méthode du q1*, le risque de cancer à vie lié à l’iprodione se chiffre à 1 × 10-6 pour la
population générale et n’est pas préoccupant. Toutefois, le risque de cancer lié aux aliments
seulement a atteint la valeur repère de 1 × 10-6. Pour cette raison, une analyse des denrées
critiques (critical commodity analysis) a été réalisée pour déterminer les principaux aliments qui
contribuent à l’exposition et au risque.
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 20
Il ressort de l’analyse des denrées critiques que les principaux aliments qui contribuent à
l’exposition et au risque sont les pêches, les nectarines et d’autres fruits à noyau. Les estimations
des résidus issus des fruits à noyau étaient basées sur les données de surveillance de l’Agence
canadienne d’inspection des aliments qui a analysé des échantillons de fruits cultivés au pays et
de fruits importés. La quantité de résidus était relativement élevée sur les fruits à noyau en
provenance d’Amérique du Sud, comparativement à tous les autres aliments.
Les données étaient suffisantes pour indiquer que la 3,5-DCA ne se forme pas en grande quantité
dans les denrées alimentaires à la suite de l’utilisation d’iprodione. Par conséquent, le risque lié à
l’exposition potentielle au 3,5-DCA par les aliments n’est pas préoccupant.
3.3
Exposition par les aliments et l’eau potable
3.3.1
Concentration dans l’eau potable
3.3.1.1 Modélisation dans l’eau
L’iprodione et son produit de transformation RP30228 ont été modélisés dans des sources
potentielles d’eaux souterraines et d’eaux de surface. Les concentrations prévues dans
l’environnement (CPE) initiales modélisées dans les eaux souterraines étaient beaucoup plus
élevées que les CPE dans les eaux de surface; pour cette raison les CPE dans les eaux
souterraines ont été choisies pour l’évaluation de l’exposition par le régime alimentaire et des
risques connexes. Les CPE de niveau 2 dans les eaux souterraines ont été calculées à l’aide du
modèle Leaching Estimation and Chemistry Model (LEACHM).
Lorsque la modélisation de l’iprodione et du RP30228 a été effectuée au départ dans les eaux
souterraines, deux séries distinctes de CPE pour le RP30228 ont été produites, d’après
différentes estimations de la vitesse de transformation de l’iprodione en RP30228 (dans le sol).
Ces deux séries ont été désignées comme « lente dans le sol » et « rapide dans le sol ». Les deux
vitesses de transformation étaient plus rapides que celles mesurées en laboratoire, car un autre
procédé de transformation, l’hydrolyse, avait été intégré, mais la vitesse « rapide dans le sol »
comportait une transformation plus rapide dans les couches superficielles du sol, ce qui, dans le
modèle LEACHM, se traduisait par une plus importante dégradation du RP30228 et, ainsi, une
plus faible CPE du RP30228. Pour cette raison, seule la CPE associée à une transformation
« lente dans le sol » a été utilisée, et elle peut être considérée comme une estimation prudente des
concentrations de RP30228 dans les eaux souterraines.
La surestimation de la transformation de l’iprodione en RP30228 implique aussi que les CPE de
l’iprodione présentées au tableau 18 de l’annexe VIII, CPE obtenues à l’aide d’un modèle qui ne
tenait compte que de l’iprodione et qui utilisait de plus grandes vitesses de transformation que le
modèle employé pour le RP30228, sont probablement trop basses. Pour cette raison, les CPE de
l’iprodione ne devraient pas être considérées comme des estimations prudentes.
Pour la modélisation dans l’eau, trois profils d’emploi ont été modélisés : utilisation sur les
surfaces gazonnées, les vergers et le canola. Pour chaque profil d’emploi, deux à quatre dates
d’application initiale ont été entrées dans le modèle LEACHM, et l’iprodione était appliqué
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 21
chacune des 50 années modélisées. La dose d’application annuelle habituelle d’iprodione sur les
surfaces gazonnées, soit 8 640 g m.a./ha, a été utilisée et divisée en trois applications : une
application de 5 760 g m.a./ha à la fin de l’automne et deux applications de 1 440 g m.a./ha au
printemps. Les doses d’application employées pour les vergers et le canola sont plus faibles :
750 g m.a./ha et 374 g m.a./ha une fois par année, respectivement.
Les CPE quotidiennes et annuelles au 90e centile de l’iprodione et du RP30228 qui ont été
modélisées dans les eaux souterraines pour la date d’application ayant donné les plus fortes CPE,
de même que les CPE moyennes sur 50 ans, sont énumérées au tableau 18 de l’annexe VIII. Pour
le RP30228, les CPE quotidienne au 90e centile, annuelle au 90e centile et annuelle moyenne sur
50 ans ont été utilisées respectivement pour évaluer les risques de toxicité aiguë, de toxicité
chronique et de cancer associés à l’exposition par le régime alimentaire au RP30228. Les CPE de
l’iprodione étaient beaucoup plus basses que celles du RP30228 et n’ont pas été incluses dans les
évaluations.
Incertitudes et réserves
Bien qu’il soit plus réaliste qu’un modèle dans lequel l’iprodione et le RP30228 sont considérés
comme un seul et même produit chimique, le modèle LEACHM ne peut pas encore simuler tous
les processus naturels. Par exemple, le modèle transforme l’iprodione directement en RP30228,
ce qui est contraire à la voie de dégradation proposée dans laquelle il existe un produit de
transformation intermédiaire.

La vitesse de dégradation du RP30228 était basée sur des données montrant la formation
et le déclin du RP30228 dans une étude visant à mesurer la dégradation de l’iprodione.
Ainsi, cette valeur est plus incertaine que s’il s’était agi d’une étude ayant pour but de
mesurer la dégradation du RP30228.

L’hydrolyse de l’iprodione en RP30228 dans un tampon à pH 7 est beaucoup plus rapide
que la transformation de l’iprodione dans le sol, qui devrait comprendre toute hydrolyse
faisant partie de la transformation globale dans le sol. Ces deux processus ont été
combinés dans le modèle, ce qui a probablement causé une surestimation de la vitesse de
conversion de l’iprodione en RP30228. Pour cette raison, les CPE de l’iprodione
énumérées au tableau 18 de l’annexe VIII ne devraient pas être considérées comme des
estimations prudentes, mais les CPE du RP30228 peuvent l’être.
Autres renseignements concernant la modélisation dans l’eau

La confiance à l’égard des résultats de la modélisation pourrait être augmentée si l’on
pouvait déterminer la vitesse de dégradation de l’iprodione au champ par des moyens
permettant de définir un bilan massique adéquat. Une confirmation ou une validation des
données sur la chimie de transformation et sur le devenir pourrait aussi accroître la
confiance à l’égard des résultats.

Les données sont insuffisantes pour permettre de modéliser le produit de transformation
3,5-DCA.
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 22

Des renseignements concernant d’autres utilisations, par exemple des doses plus faibles,
un moins grand nombre d’applications ou la non-utilisation certaines années, pourraient
abaisser les CPE prédits.
3.3.1.2 Surveillance de l’eau
Les données de surveillance de l’iprodione dans les eaux de surface et les eaux souterraines aux
États-Unis et au Canada étaient limitées. Pour ce qui est des produits de transformation, il
existait quelques données aux États-Unis sur l’isoiprodione (RP30228) et la 3,5-DCA, mais
aucune au Canada. Globalement, les données de surveillance indiquent que l’iprodione et
l’isoiprodione peuvent atteindre les eaux souterraines, mais les concentrations mesurées dans les
régions qui font un usage intensif de l’iprodione étaient inférieures à 1 µg/L, et les détections
étaient sporadiques. Les données de surveillance sont insuffisantes pour confirmer l’importance
de cette voie d’exposition à l’évaluation des risques en raison des incertitudes qui leur sont
associées.
Eaux souterraines
Les résidus d’iprodione et de RP30228 dans les eaux souterraines n’ont fait l’objet d’une
surveillance que dans une seule étude, menée en Californie en 1998. Dans cette étude,
l’iprodione n’a pas été détecté, et le RP30228 a été détecté dans un seul échantillon d’eau, sur les
239 analysés, à une concentration inférieure à la limite de quantification (LQ), soit < 0,025 µg/L.
Les autres études, y compris l’étude financée par le titulaire qui a été menée dans le comté de
Suffolk, dans l’État de New York, ne visaient à surveiller que l’iprodione ou l’iprodione et la
3,5-DCA (produit que la United States Environmental Protection Agency [EPA] juge
préoccupant pour la santé). L’iprodione n’a pas été détecté dans ces études. La rareté des
données de surveillance a empêché la détermination de CPE qui pourraient être utilisées dans
l’évaluation des risques pour la santé humaine.
Eaux de surface
Comme c’est le cas pour les eaux souterraines, les résidus d’iprodione et de RP30228 dans les
eaux de surface n’ont fait l’objet d’une surveillance que dans une seule étude. Celle-ci, financée
par le titulaire, a été menée dans des régions de la Floride, du New Jersey et de l’Illinois. Les
sites ont été choisis parce que leur eau (réseaux d’aqueducs communautaires) provenait d’un
bassin hydrographique où l’on utilisait et vendait beaucoup d’iprodione. Des échantillons d’eau
brute et d’eau traitée ont été prélevés sur une période de trois ans. L’iprodione et le RP30228
n’ont été détectés que dans le site situé au New Jersey. À cet endroit, sur 109 échantillons d’eau
brute, l’iprodione a été détecté dans 31 échantillons sur trois ans : 22 de ces échantillons
contenaient des concentrations supérieures à la LQ, et la concentration maximale mesurée était
de 0,559 μg/L. Le RP30228 a été détecté 19 fois en trois ans : 10 des 19 échantillons
renfermaient des concentrations supérieures à la LQ, et la concentration maximale mesurée était
de 0,309 μg/L. Par ailleurs, au cours des trois années de l’étude, aucun échantillon d’eau brute ne
renfermait de 3,5-DCA à des concentrations supérieures à la LQ. Ce métabolite n’a été détecté
qu’une fois, et sa concentration était inférieure à la LQ.
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 23
L’iprodione a été détecté dans 10 des 103 échantillons d’eau traitée au cours des trois années de
l’étude, et, dans quatre cas, les concentrations dépassaient la LQ et variaient de 0,062 à
0,221 µg/L. L’iprodione et le RP30228 ont été décelés à des concentrations inférieures à la LQ
six et quatre fois, respectivement, au cours des trois années. La 3,5-DCA n’a été détectée dans
aucun échantillon d’eau prête au débit. Cette étude indique que les résidus de l’iprodione ne sont
présents que sporadiquement et à de très faibles concentrations (moins de 1 µg/L).
3.3.2
Évaluation de l’exposition par le régime alimentaire (aliments et eau potable) et des
risques connexes
Comme il est indiqué à la section 3.3.1.1, l’exposition par les aliments et l’eau potable et les
estimations des risques ont été déterminées au moyen de multiples CPE. Les CPE étaient basées
sur la modélisation des résidus de l’iprodione et de ses métabolites dans les eaux souterraines
aux doses d’application habituelles employées pour les surfaces gazonnées, les vergers ou le
canola.
Lorsque les CPE basées sur la dose d’application sur les surfaces gazonnées étaient utilisées,
l’exposition aiguë par les aliments et l’eau potable représentait moins de 53 % de la DARf chez
les femmes de 13 à 49 ans. Aucune évaluation des risques aigus par le régime alimentaire n’était
requise pour les autres groupes de la population. L’exposition chronique représentait moins de
60 % de la DJA dans tous les groupes de la population, sauf celui des nourrissons (< 1 an), où
elle représentait 126 % de la DJA. Le risque de cancer s’est révélé être de 4 × 10-5 pour la
population générale.
Lorsque les CPE basées sur la dose d’application sur les vergers étaient utilisées, l’exposition
aiguë par les aliments et l’eau potable représentait moins de 12 % de la DARf chez les femmes
de 13 à 49 ans. L’exposition chronique représentait moins de 13 % de la DJA dans tous les
groupes de la population. Le risque de cancer s’est révélé être de 5 × 10-6 pour la population
générale.
Lorsque les CPE basées sur la dose d’application sur le canola étaient utilisées, l’exposition
aiguë par les aliments et l’eau potable représentait moins de 12 % de la DARf chez les femmes
de 13 à 49 ans. L’exposition chronique représentait moins de 9 % de la DJA dans tous les
groupes de la population. Le risque de cancer s’est révélé être de 3 × 10-6 pour la population
générale.
En résumé, les expositions aiguës et chroniques estimées à l’iprodione par les aliments et l’eau
potable se situaient sous la DARf et la DJA dans la plupart des groupes de la population pour les
doses d’application évaluées. Cependant, le risque de cancer dépassait 1 × 10-6 dans la
population générale à toutes les doses d’application évaluées et est donc jugé préoccupant. Le
risque de cancer estimé variait de 3 × 10-6 à 4 × 10-5. L’exposition par l’eau potable était celle
qui contribuait le plus au risque dans tous les scénarios d’utilisation. Comme il est indiqué à la
section 3.2.6, l’exposition par les denrées alimentaires seules contribuait elle aussi de façon
significative au risque de cancer, ce risque étant estimé à 1 × 10-6.
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 24
3,5-dichloroaniline
La 3,5-DCA est un métabolite terminal de l’iprodione qui peut se former dans l’eau. Comme il
est indiqué à la section 3.2.5, ce métabolite est peut-être cancérogène et son q1* a été estimé à
6,38 × 10-2 (mg/kg p.c./j)-1.
L’ARLA ne dispose pas d’assez de données actuellement pour pouvoir estimer adéquatement les
concentrations de 3,5-DCA dans l’eau potable. Pour cette raison, il lui a été impossible
d’effectuer une évaluation quantitative de l’exposition à ce métabolite et des risques connexes. Il
s’agit d’une lacune majeure dans l’évaluation globale des risques.
L’ARLA n’a pas besoin pour l’heure d’autres données concernant la 3,5-DCA, vu les risques
préoccupants liés à l’iprodione et à ses autres métabolites. Elle exigera toutefois d’autres données
concernant la 3,5-DCA pour le maintien de l’homologation si les parties intéressées souhaitent
fournir un ensemble de données permettant d’approfondir davantage l’évaluation actuelle des
risques par le régime alimentaire et de contrer les risques préoccupants relevés.
Il est bon de mentionner que les lacunes dans les données relatives à la 3,5-DCA concernent
uniquement l’eau potable.
3.4
Évaluation de l’exposition professionnelle et occasionnelle et des risques connexes
Les risques professionnels et occasionnels autres que le cancer sont estimés en comparant
l’exposition potentielle au critère d’effet le plus pertinent tiré des études toxicologiques afin de
calculer la ME. La ME ainsi obtenue est ensuite comparée à une ME cible qui englobe des
facteurs d’incertitude permettant de protéger les sous-populations les plus sensibles. Si la ME
calculée est inférieure à la ME cible, cela ne signifie pas nécessairement que l’exposition
entraînera des effets nocifs, mais cela exige l’application de mesures de réduction des risques.
Le risque de cancer a été établi en calculant la dose quotidienne moyenne à vie associée à
l’exposition par voie cutanée et par inhalation. La dose journalière moyenne pour la durée de vie
est multipliée par le q1* pour estimer le risque de cancer à vie. Ce dernier est une mesure de
probabilité. Un risque de cancer à vie autour de 1 pour 10-5 dans les populations de travailleurs et
de 1 pour 10-6 dans les populations en milieux résidentiels est généralement considéré comme
acceptable.
3.4.1
Sélection des critères d’effet toxicologique pour l’évaluation des risques en milieu
professionnel et en milieu non professionnel
Exposition à court terme par voie cutanée et par inhalation
L’étude de toxicité par le régime alimentaire de 13 semaines chez le rat a été choisie pour
l’évaluation des risques, car l’étude existante de toxicité par voie cutanée à doses répétées ne
comportait pas d’examen microscopique des organes cibles, et il n’existait aucune étude
acceptable de toxicité par inhalation à doses répétées. Les effets critiques étaient une diminution
du poids des testicules et de la prostate ainsi qu’une augmentation du poids des surrénales à la
dose de 31 mg/kg p.c./j; la DSENO était de 15 mg/kg p.c./j. Dans le cas de l’exposition
professionnelle, la ME cible est de 300, ce qui comprend les facteurs d’incertitude habituels, soit
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 25
10 pour l’extrapolation interspécifique et 10 pour la variabilité intraspécifique. Étant donné que
des femmes enceintes ou allaitantes pourraient faire partie de la population de travailleurs, il est
nécessaire de protéger adéquatement les fœtus et les nourrissons qui pourraient être exposés par
l’entremise de leur mère. Un facteur additionnel de 3 est appliqué pour tenir compte de
l’incertitude liée aux effets sur le début de la puberté et la différenciation sexuelle qui pourraient
résulter d’une exposition in utero ou par le lait maternel.
Dans le cas de l’exposition non professionnelle, la ME cible est de 300 et comprend les facteurs
d’incertitude de 10 pour l’extrapolation interspécifique et 10 pour la variabilité intraspécifique
ainsi que le facteur de 3 prescrit par la Loi sur les produits antiparasitaires d’après la
justification fournie dans la section Caractérisation des risques selon la Loi sur les produits
antiparasitaires.
Exposition par voie cutanée ou par inhalation à moyen ou à long terme
Une étude d’une année chez le chien a été choisie pour l’évaluation des risques, car l’étude
existante de toxicité par voie cutanée à doses répétées ne comportait pas d’examen
microscopique des organes cibles, et il n’existait aucune étude acceptable de toxicité par
inhalation à doses répétées. Les effets critiques étaient des réactions à médiation endocrinienne,
soit une augmentation du poids des surrénales et une diminution du poids de la prostate à la plus
faible dose évaluée, 4,1 mg/kg p.c./j. Aucune DSENO n’a été établie. Les modifications minimes
de la prostate et du poids des surrénales, de même que l’absence de corrélation histologique à la
dose de 4,1 mg/kg p.c./j, laissent croire que cette dose se situe près de la DSENO. Pour cette
raison, il a été jugé inutile d’établir un facteur d’incertitude pour l’utilisation d’une DMENO.
Une ME cible de 300 a été établie, ce qui comprend les facteurs d’incertitude habituels, soit 10
pour l’extrapolation interspécifique et 10 pour la variabilité intraspécifique, et un facteur
additionnel de 3. Ce dernier facteur est appliqué pour tenir compte de l’incertitude liée aux effets
sur le début de la puberté et la différenciation sexuelle qui pourraient résulter d’une exposition in
utero ou au début de la vie.
Cancer
Comme l’indique la section 3.2.5, un q1* de 8,89 × 10-3 (mg/kg p.c./j)-1 a été déterminé pour
l’iprodione.
3.4.2 Absorption cutanée
L’absorption cutanée estimée est basée sur une étude d’absorption cutanée in vivo chez le rat.
Une valeur d’absorption cutanée de 16 % a été utilisée pour estimer la dose systémique
découlant d’une exposition cutanée pour l’évaluation des risques de cancer et d’autres effets.
3.4.3
Évaluation de l’exposition et des risques professionnels
Les travailleurs peuvent être exposés à l’iprodione lorsqu’ils mélangent, chargent ou appliquent
des produits contenant le pesticide et lorsqu’ils se rendent dans un site traité pour s’adonner à des
activités telles que le dépistage des organismes nuisibles et la manipulation des semences ou des
cultures traitées.
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 26
3.4.3.1 Évaluation de l’exposition des préposés au mélange, au chargement et à
l’application et des risques connexes
Les scénarios suivants ont été examinés :


















mélange ou chargement de poudre mouillable (soluble);
mélange ou chargement de suspension;
mélange ou chargement de granulés mouillables;
mélange ou chargement de granulés;
application de produit liquide à l’aide d’un pulvérisateur pneumatique sur les arbres
fruitiers, les raisins, les framboises, le chou-fleur, le chou, les semis de conifères et les
plantes ornementales;
application de produit liquide à l’aide d’une rampe d’aspersion sur les surfaces
gazonnées, les petits fruits, la laitue, le chou-fleur, le chou, les haricots mange-tout, le
ginseng, les haricots secs, le canola, la luzerne (pour la production de graines), les semis
de conifères et les plantes ornementales;
pulvérisation aérienne de produit liquide sur les haricots mange-tout, les haricots secs et
le canola;
application de granulés sur les surfaces gazonnées;
application de produit liquide à l’aide d’un pulvérisateur manuel à compression manuelle
sur les arbres fruitiers, les raisins, les petits fruits, le ginseng, les légumes de serre, les
semis de conifères et les plantes ornementales;
application de produit liquide à l’aide d’un pulvérisateur manuel à compression
mécanique sur les arbres fruitiers, les raisins, les légumes de serre, les semis de conifères
et les plantes ornementales;
application de produit liquide à l’aide d’un pulvérisateur à réservoir dorsal sur les
surfaces gazonnées, les arbres fruitiers, les raisins, les petits fruits, le ginseng, les
légumes de serre, les semis de conifères et les plantes ornementales;
application à l’aide d’un nébulisateur manuel ou fixe dans les serres;
application à l’aide d’un brumisateur manuel ou fixe dans les serres;
mélange, chargement et application de produit liquide à usage commercial sur les
semences de canola et de moutarde;
mélange, chargement et application à la ferme de produit liquide pour le traitement des
semences de canola et de moutarde;
mélange, chargement et application ou à la ferme de produit liquide à usage commercial
pour le traitement des plantons de pommes de terre, et plantation des plantons traités;
plantation de semences de canola, de moutarde et de carotte traitées à l’aide d’un produit
à usage commercial;
trempage des semences d’ail.
Selon le nombre et la fréquence des traitements, les travailleurs qui appliquent l’iprodione
seraient généralement exposés pour une courte durée (moins de 30 jours). Les spécialistes de la
lutte antiparasitaire peuvent être exposés plus longtemps (pendant des mois) à des cultures qui
exigent plusieurs applications; toutefois, le critère d’effet toxicologique à court terme est basé sur
une étude de 13 semaines et est donc applicable à une telle durée. Les cultures de serre sont
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 27
cependant une exception, car l’exposition y est considérée comme étant de moyen à long terme
(par exemple, plus de quelques mois).
L’ARLA a estimé que l’exposition des personnes qui manipulent le produit est basée sur
différents degrés d’équipement de protection individuelle (EPI) et différentes mesures techniques
de protection :
 EPI de base : pantalon, vêtement à manches longues et gants résistant aux produits
chimiques (sauf indication contraire). L’application à l’aide d’une rampe d’aspersion ne
requiert pas le port de gants, car les données obtenues lorsque les préposés ne portaient
pas de gants sont de meilleure qualité que les données obtenues lorsque les préposés en
portaient;

EPI intermédiaire : combinaison de coton par-dessus un pantalon, vêtement à manches
longues et gants résistant aux produits chimiques;

EPI maximum : combinaison résistant aux produits chimiques par-dessus un vêtement à
manches longues, pantalon et gants résistant aux produits chimiques;

mesures techniques de protection appropriées, par exemple un tracteur à cabine fermée
ou un système de chargement fermé. Pour les personnes qui appliquent le produit à l’aide
d’une rampe d’aspersion ou d’un pulvérisateur pneumatique, les mesures techniques
comprennent l’utilisation d’une cabine fermée et l’EPI de base. Les mesures techniques
sont limitées en cas d’application manuelle;
 couvre-chef (application à l’aide d’un pulvérisateur pneumatique seulement) : cabine
ouverte, combinaison résistant aux produits chimiques par-dessus un vêtement à manches
longues, pantalon, couvre-chef résistant aux produits chimiques qui recouvre le cou (par
exemple, chapeaux Sou’Wester [suroît], chapeau imperméable) et gants résistant aux
produits chimiques;
 appareil de protection respiratoire : appareil de protection respiratoire approuvé par le
National Institute for Occupational Safety and Health (NIOSH) muni d’une boîte filtrante
approuvée pour les pesticides.
Aucune donnée adéquate sur l’exposition à l’iprodione n’était disponible pour les personnes qui
manipulent le produit; par conséquent, l’exposition par voie cutanée et par inhalation a été
estimée à l’aide des données de la Pesticide Handlers Exposure Database, version 1.1, et de la
base de données de l’Agricultural Handler Exposure Task Force.
La Pesticide Handlers Exposure Database est constituée d’un recueil de données génériques de
dosimétrie passive concernant les préposés au mélange, au chargement et à l’application de
pesticides ainsi que d’un logiciel qui permet de générer des estimations d’exposition selon des
scénarios particuliers, basés sur le type de préparation, le matériel d’application, les systèmes de
mélange/chargement et le degré d’EPI. Dans la plupart des cas, la Pesticide Handlers Exposure
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 28
Database ne renfermait pas d’ensemble de données adéquat pour estimer l’exposition des
travailleurs qui portent une combinaison, une combinaison résistant aux produits chimiques ou
un appareil de protection respiratoire. Ces cas ont été estimés en intégrant dans les valeurs
d’exposition unitaire un facteur de protection de 75 % associé à la combinaison, un facteur de
protection de 90 % associé à la combinaison résistant aux produits chimiques et un facteur de
protection de 90 % associé à l’appareil de protection respiratoire. Les expositions par inhalation
étaient basées sur une inhalation faible (17 L/min.), sauf dans le cas de l’application à l’aide d’un
pulvérisateur à réservoir dorsal, où elles étaient basées sur une inhalation modérée (27 L/min.).
Les expositions unitaires en cas d’utilisation d’un pulvérisateur pneumatique en cabine ouverte
figuraient dans la base de données de l’Agricultural Handler Exposure Task Force. Les
expositions unitaires par inhalation sont basées sur une inhalation faible (17 L/min.) sauf
indication contraire.
L’iprodione est homologué pour le traitement des plantons de pommes de terre et des semences.
Les scénarios de la Pesticide Handlers Exposure Database n’ont pas été jugés représentatifs de
l’exposition des travailleurs qui traitent ou manipulent des semences ou des plantons. Des études
de substitution sur l’exposition à la suite du traitement à l’aide d’un produit à usage commercial
ou à la ferme des semences ainsi que des études sur l’exposition découlant de la plantation de
semences traitées ont servi à estimer l’exposition des travailleurs.
Les estimations de l’exposition des préposés au mélange, au chargement et à l’application de
pesticides sont fondées sur les meilleures données actuellement disponibles. L’obtention de
données sur l’exposition représentatives des mesures techniques et de l’équipement d’application
modernes permettrait d’améliorer l’évaluation des risques. Les données de surveillance
biologique peuvent également servir à approfondir davantage l’évaluation.
Les estimations des risques professionnels autres que le cancer liés au mélange, au chargement et
à l’application de l’iprodione sont résumées à l’annexe VI. Dans le cas des expositions à court
terme, le même critère d’effet toxicologique et la même ME cible ont été appliqués à l’exposition
par voie cutanée et à l’exposition par inhalation. Il convient donc de combiner les ME propres à
chaque voie afin de produire une seule estimation du risque. L’exposition par voie cutanée et
l’exposition par inhalation ont ainsi été combinées et le risque a été calculé d’après l’étude de
toxicité par voie orale à l’aide de l’équation suivante :
ME combinée =
DSENO par voie orale
__
exposition cutanée + exposition par inhalation
Les estimations du risque professionnel de cancer lié au mélange, au chargement et à
l’application de l’iprodione sont résumées à l’annexe VI. La dose journalière moyenne pour la
durée de vie est calculée en présumant une exposition de 40 ans (autrement dit, une carrière en
agriculture de 40 ans) sur une durée de vie de 78 ans. On considère que les agriculteurs qui
appliquent le produit sont exposés jusqu’à 30 jours par année, et les spécialistes de la lutte
antiparasitaire, pendant 30 jours par année, d’après le nombre d’applications réalisées par année.
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 29
Pour la plupart des formulations, compte tenu de l’EPI et des doses d’application qui figurent
actuellement sur l’étiquette, certaines ME calculées se situent sous la ME cible et sont donc
préoccupantes.
Pour la plupart des formulations, compte tenu de l’EPI et des doses d’application qui figurent
actuellement sur l’étiquette, certaines estimations du risque de cancer sont supérieures à 1 × 10-5
et sont donc préoccupantes.
Aucune donnée n’était disponible pour évaluer l’exposition des travailleurs qui se servent de
nébulisateurs et de brumisateurs en serres. L’exposition devrait être importante, en particulier à
cause de l’inhalation possible d’embruns ou de brouillards. Des données où des restrictions sur
l’étiquette seraient requises concernant cette utilisation.
Pour ce qui est du traitement commercial des semences d’ail et de la plantation de semences d’ail
traitées, l’ARLA ne disposait pas de données suffisantes pour estimer l’exposition, et aurait donc
besoin de données concernant cette utilisation.
3.4.3.2 Évaluation de l’exposition des travailleurs après le traitement et des risques
connexes
L’évaluation des risques professionnels après le traitement concerne l’exposition des travailleurs
qui entrent dans des sites traités afin d’effectuer des tâches agricoles supposant un contact avec
le feuillage (comme l’élagage, l’éclaircissage, la récolte ou le dépistage des organismes
nuisibles). D’après le profil d’emploi de l’iprodione, une exposition de court à moyen terme
(plus d’un jour à plusieurs semaines) est possible après l’application dans la plupart des
scénarios. Dans le cas des utilisations en serres, une exposition de moyen à long terme (plusieurs
mois à un an) est possible après le traitement.
L’exposition potentielle des travailleurs après le traitement a été estimée à l’aide des coefficients
de transfert propres à chaque activité et des valeurs de résidus foliaires à faible adhérence ou des
résidus transférables propres au gazon. Les résidus foliaires à faible adhérence et les résidus
transférables propres au gazon représentent la quantité de résidus qui peuvent être délogés ou
transférés d’une surface, par exemple les feuilles d’une plante. Le coefficient de transfert est une
mesure de la relation entre l’exposition et les résidus foliaires à faible adhérence pour les
personnes se livrant à une activité donnée, et il est calculé à partir de données tirées d’études sur
l’exposition au champ. Les coefficients de transfert reflètent une combinaison donnée de culture
et d’activité (par exemple, récolte manuelle de pommes, dépistage d’organismes nuisibles dans
les cultures de blé en fin de saison), et ils tiennent compte de la tenue vestimentaire habituelle
des travailleurs adultes. Les coefficients de transfert propres aux activités qui ont été établis par
l’Agricultural Re-Entry Task Force ont été utilisés. Les activités liées aux cultures agricoles qui
entraînent une exposition après le traitement sont notamment la récolte, la taille, le dépistage des
organismes nuisibles et l’éclaircissage.
Quatre des études publiées soumises à l’ARLA qui visaient à évaluer les résidus foliaires à faible
adhérence propres au produit ou les résidus transférables propres au gazon ont été jugées
acceptables pour l’évaluation des risques après l’application. La quantité de résidus transférables
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 30
devrait être la même pour chaque type de formulation. La plupart des formulations sont conçues
pour se dissoudre dans l’eau avant l’application. Dans l’étude et le site choisis pour estimer les
résidus foliaires à faible adhérence sur les cultures canadiennes homologuées, les résidus ont été
calculés, si possible, à l’aide des valeurs maximales de résidus foliaires à faible adhérence de
l’étude et du taux de dissipation quotidien prévu, calculé à l’aide d’une équation linéaire
consistant à tracer le graphique de la fonction logarithme népérien des résidus foliaires à faible
adhérence par rapport au temps de dissipation (intervalle après le traitement) après la dernière
application. Même si ces études reflétaient le profil d’emploi actuel de l’iprodione, leur plan ne
permettait pas d’estimer l’exposition en tenant compte des mesures d’atténuation possibles
(nombre d’applications réduit et intervalle entre les traitements augmenté). Les valeurs estimées
de résidus foliaires à faible adhérence ont été ajustées proportionnellement aux doses
d’application maximales au Canada. Pour ce qui est des cultures en serre, aucune étude sur les
résidus foliaires à faible adhérence n’a été soumise, et la valeur maximale par défaut de 25 % de
résidus a donc été utilisée. Cependant, étant donné que le taux de dissipation à l’intérieur des
serres est inconnu, la dissipation des résidus avec le temps n’a pas pu être estimée.
Vu le nombre limité d’études acceptables sur les résidus foliaires à faible adhérence dont
disposait l’ARLA pour évaluer les risques après le traitement, il lui a fallu extrapoler à partir des
données d’étude sur les résidus foliaires à faible adhérence pour estimer les résidus dans une
grande variété de cultures. L’extrapolation reposait sur une comparaison de la morphologie
générale des cultures, de l’équipement d’application, du schéma d’application, du type de
feuillage, des doses d’application, des conditions de l’étude et des zones climatiques. Étant
donné que les études existantes ne sont pas nécessairement représentatives de certaines cultures
canadiennes, l’extrapolation est un facteur d’incertitude dans l’évaluation des risques après
l’application.
Pour les travailleurs qui réintègrent un site traité, des délais de sécurité (DS) sont calculés pour
déterminer le temps minimum qui doit s’écouler après le traitement avant que les travailleurs
puissent retourner sur le site afin d’effectuer des tâches manuelles. Le DS est le temps requis
après l’application pour que la concentration des résidus puisse diminuer suffisamment pour ne
pas poser de risque préoccupant lors des activités (par exemple, dans le cas de l’iprodione, les
activités qui entraînent une exposition au-delà de la ME cible de 300 pour l’exposition par voie
cutanée, ou inférieure à la valeur-seuil de 1 × 10-5 pour ce qui est du cancer).
D’après les doses d’application qui figurent actuellement sur les étiquettes, afin d’atteindre la
ME cible ou de ne pas dépasser la valeur-seuil relative au cancer dans les scénarios d’activités
après le traitement, la plupart des DS actuels devraient être prolongés. Les DS calculés allaient
de 12 heures à 137 jours pour les utilisations extérieures. Dans le cas des utilisations en serre, il
est impossible de fixer un DS. L’évaluation des risques après le traitement est résumée à
l’annexe VI.
Certains DS proposés peuvent être considérés comme réalisables d’un point de vue agronomique
pour les cultures, mais d’autres non, en particulier les suivants : plantes à fleurs coupées de serre,
tomates de serre, concombres de serre, raisins, choux-fleurs, choux, plantes à fleurs coupées
d’extérieur, cerises, pêches, prunes, prunes à pruneaux, abricots, poireaux, oignons, framboises
et certaines plantes ornementales d'extérieur.
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 31
3.4.4
Évaluation de l’exposition non professionnelle et des risques connexes
L’évaluation des risques liés à une exposition non professionnelle ou résidentielle consiste à
estimer les risques pour la population générale, y compris les enfants et les jeunes, pendant ou
après l’application d’un pesticide. Il n’existe pas de produit contenant de l’iprodione à usage
domestique homologué; cependant, une exposition est possible pour les golfeurs qui exercent
leur sport sur un gazon traité et pour les tierces personnes.
L’EPA a formulé des hypothèses normalisées par défaut pour l’évaluation de l’exposition des
personnes qui appliquent un produit et des personnes exposées après le traitement en milieu
résidentiel lorsque les données chimiques ou de terrain spécifiques sont peu nombreuses. Ces
hypothèses peuvent être utilisées en l’absence de données chimiques ou de terrain ou en
complément de telles données et se traduisent généralement par des estimations de l’exposition
dans des fourchettes supérieures. Les hypothèses sont résumées dans les Standard Operating
Procedures for Residential Pesticide Exposure Assessments de l’EPA (2012). Les sections
suivantes qui concernent les utilisations résidentielles ont été consultées pour évaluer
l’exposition à l’iprodione en milieu résidentiel :


section 3 : Lawns and Turf (golfing) (surfaces gazonnées - terrains de golf);
section 7 : Indoor Environments (milieux intérieurs).
De nombreuses études portant sur l’iprodione ont été recensées dans la littérature. Elles
mesuraient l’iprodione dans la poussière domestique, sur les planchers, les vêtements, les jouets,
ou dans l’air intérieur et extérieur. Dans ces études, seules des estimations ponctuelles ont été
utilisées pour estimer la limite supérieure de l’exposition potentielle.
Évaluation de l’exposition des utilisateurs en milieu résidentiel et des risques connexes
Étant donné qu’aucun produit contenant de l’iprodione à usage domestique n’est homologué,
l’évaluation des utilisateurs en milieu résidentiel n’était pas requise.
Évaluation de l’exposition en milieu résidentiel après le traitement et des risques connexes
Une exposition à l’iprodione en milieu résidentiel est possible après une application dans une
région agricole si des résidences sont situées à proximité du site traité ou s’il y a dérive de
pulvérisation. Une exposition accidentelle des enfants est possible par voie non alimentaire. Les
résidus d’iprodione ont été mesurés dans la poussière, sur les planchers et dans l’air ambiant dans
le cadre d’études publiées.
Les scénarios suivants d’exposition à l’iprodione en milieu résidentiel ont été évalués :
 exposition cutanée pendant une partie de golf chez les adultes, les jeunes et les enfants
(de 6 ans à moins de 11 ans);
 exposition par contact main-bouche avec la poussière présente sur les planchers chez les
enfants (d’un an à moins de deux ans);
 ingestion de poussière dans les résidences chez les enfants (d’un an à moins de deux ans);
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 32
 inhalation de l’air ambiant chez les adultes, les adolescents et les enfants.
Des estimations quantitatives de l’exposition et des risques ont été produites pour l’iprodione
d’après les données disponibles ou des valeurs par défaut en l’absence de données. Les
estimations de l’exposition n’ont pas atteint la ME cible et n’ont pas dépassé la valeur-seuil
concernant le cancer chez les adultes et les enfants dans tous les scénarios, et les risques ne sont
donc pas préoccupants.
3.5
Évaluation de l’exposition globale et des risques connexes
L’exposition globale à un pesticide donné comprend l’exposition par la consommation
d’aliments et d’eau potable, l’exposition en milieu résidentiel, l’exposition associée aux autres
sources dans un cadre non professionnel ainsi que toutes les autres voies d’exposition connues ou
vraisemblables (voie orale, voie cutanée et inhalation).
3.5.1
Sélection des critères d’effet toxicologique pour l’évaluation du risque global
Exposition globale à court terme (toutes les populations)
L’étude de toxicité par le régime alimentaire de 13 semaines chez le rat a été choisie pour
l’évaluation des risques, car l’étude existante de toxicité par voie cutanée à doses répétées n’a
pas tenu compte de l’information concernant les organes cibles, et il n’existait aucune étude
acceptable de toxicité par inhalation à doses répétées. Les effets critiques étaient une diminution
du poids des testicules et de la prostate ainsi qu’une augmentation du poids des surrénales à la
dose de 31 mg/kg p.c./j; la DSENO était de 15 mg/kg p.c./j. La ME cible a été établie à 300 et
comprend les facteurs d’incertitude habituels, soit 10 pour l’extrapolation interspécifique et 10
pour la variabilité intraspécifique, ainsi qu’un facteur additionnel de 3 prescrit par la Loi sur les
produits antiparasitaires. Ce dernier facteur est appliqué pour tenir compte de l’incertitude liée
aux effets sur le début de la puberté et la différenciation sexuelle qui pourraient résulter d’une
exposition in utero ou au début de la vie.
3.5.2
Évaluation de l’exposition globale en milieu résidentiel et autres milieux non
professionnels ainsi que des risques connexes
Aucune évaluation des risques liés à l’exposition globale (cancer et autres effets) à l’iprodione
n’a pas été réalisée, car des risques préoccupants avaient déjà été relevés concernant les aliments
et l’eau potable.
3.6
Évaluation des risques cumulatifs
La Loi sur les produits antiparasitaires exige que l’ARLA tienne compte de l’exposition
cumulative aux pesticides présentant un mécanisme commun de toxicité. Dans le cadre de la
présente réévaluation, l’ARLA n’a pas trouvé de mécanisme de toxicité commun avec celui
d’autres produits antiparasitaires pour l’iprodione. Par conséquent, il n’est pas nécessaire
d’effectuer une évaluation des risques cumulatifs pour l’instant.
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 33
3.7
Déclarations d’incident liées à la santé humaine
Depuis le 26 avril 2007, les titulaires d’homologation sont tenus par la Loi de déclarer à l’ARLA,
dans les délais prescrits, tout incident lié à l’utilisation de produits antiparasitaires, notamment
les effets nocifs pour la santé et l’environnement. Les déclarations d’incident mettant en cause la
matière active iprodione ont été examinées.
En date du 24 mars 2015, l’ARLA avait reçu deux déclarations d’incident touchant des humains
et une déclaration touchant un animal domestique.
Tous les symptômes ont été jugés mineurs ou modérés et ont été associés à un certain degré avec
le scénario d’exposition indiqué. Chaque scénario d’exposition était différent, et aucun
symptôme n’a été observé dans plus d’un cas.
Aucun changement d’étiquette n’est jugé nécessaire pour le moment à la lumière de ces
déclarations d’incident.
4.0
Effets sur l’environnement
4.1
Devenir et comportement dans l’environnement
Les données sur le devenir de l’iprodione dans les milieux terrestres et aquatiques sont résumées
au tableau 1 de l’annexe VIII. Une liste des produits de transformation majeurs (nom chimique,
numéro de code et structure) figure au tableau 2 de l’annexe VIII; dans le texte du présent
document, les produits de transformation sont désignés par leur numéro de code.
D’après ses propriétés physiques, l’iprodione est hydrosoluble et sa capacité à se volatiliser
depuis les sols humides et la surface des eaux est faible (pression de vapeur = 2,7 × 10-7 mm Hg,
constante de la loi de Henry = 1,2 × 10-7 atm.m3/mole). L’hydrolyse n’est pas une voie
importante de transformation de l’iprodione en conditions acides. Cependant, l’hydrolyse de
l’iprodione augmente de pair avec l’accroissement du pH (à 25 °C, la demi-vie d’hydrolyse de
l’iprodione est de 6,4 jours à pH 7 et de 27 minutes à pH 9). Par conséquent, l’hydrolyse de
l’iprodione peut être une importante voie de transformation en milieu neutre ou alcalin. Le
RP35606 et le RP30228 sont reconnus comme des produits majeurs de l’hydrolyse. L’iprodione
est photolysé dans le sol, et son temps de dissipation à 50 % (TD50) va de 7 à 14 jours. Le produit
de phototransformation majeur identifié dans le sol était le RP32596. La photolyse de l’iprodione
dans le sol n’est pas considérée comme une importante voie de transformation.
Le coefficient de partage n-octanol:eau de l’iprodione (Koe = 3,1) indique la possibilité d’une
bioaccumulation dans la chaîne alimentaire. D’après les données de bioconcentration dans les
poissons d’eau douce (facteur de bioconcentration de 72 et temps de dépuration < 1 journée chez
le crapet arlequin), le potentiel de bioaccumulation devrait être faible.
L’iprodione pénètre dans les milieux terrestres lorsqu’il est utilisé comme fongicide sur diverses
cultures, les plantes ornementales d’extérieur, les forêts, les terres à bois, les gazons des terrains
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 34
de golf ainsi que comme traitement des semences. En milieux terrestres, l’iprodione devrait être
légèrement à modérément persistant en conditions aérobies selon le type de sol (TD50 = 16 à
172 jours). Les produits de transformation majeurs identifiés en laboratoire en conditions
aérobies sont le RP30228 et le RP36221. Dans les sols en conditions anaérobies, l’iprodione se
biotransforme facilement et est considéré comme légèrement persistant (TD50 = 21 à 26 jours);
un seul produit de transformation majeur, le RP30228, a été identifié dans le sol en conditions
anaérobies. Les données d’adsorption indiquent que l’iprodione est faiblement à modérément
mobile dans les sols. La teneur des sols en matière organique est le principal facteur qui influe
sur la mobilité de l’iprodione dans les sols; la mobilité diminue de façon inversement
proportionnelle à la teneur du sol ou des sédiments en matière organique. Le produit de
transformation RP32596 est peu mobile dans le sol, et le RP30228 est immobile. Des
expériences de lessivage dans des colonnes de sol ont révélé que la plus grande partie de
l’iprodione appliqué demeure dans les 51 cm (20 pouces) supérieurs du sol, sauf lorsque ce
dernier est sablonneux (c’est-à-dire à faible teneur en matière organique), condition où un
lessivage considérable est à prévoir. L’évaluation du lessivage à l’aide de l’indice d’ubiquité
dans l’eau souterraine5 révèle que l’iprodione est lessivé dans certaines conditions de sol et
répond à la plupart des critères de Cohen et al. (1984)6. La modélisation dans les eaux
souterraines, qui utilisait un scénario résultant en une estimation prudente du lessivage, indique
aussi que l’iprodione peut atteindre les eaux souterraines. Aucune étude en champs terrestres
menée au Canada ou dans des écorégions équivalentes aux États-Unis n’était disponible.
Toutefois, d’après les études menées en Californie, en Caroline du Nord et à divers endroits en
Europe de l’Ouest, aucun résidu d’iprodione n’était détecté à plus de 10 à 30 cm de profondeur
dans le sol. Étant donné que ces études ont été menées dans des sols de loam limoneux, de sable
loameux ou de loam sableux, elles ne permettent pas d’exclure la possibilité que l’iprodione
gagne les eaux souterraines lorsqu’il est appliqué sur des sols sablonneux. Bien que les données
soient peu nombreuses, la surveillance des eaux souterraines au Canada n’a permis de déceler
aucune trace d’iprodione dans les échantillons d’eaux souterraines.
L’iprodione peut pénétrer dans les milieux aquatiques à la suite d’une dérive de pulvérisation et
d’un ruissellement à partir du site d’application. La phototransformation ne devrait pas
contribuer à la dissipation de l’iprodione présent dans la zone euphotique de la couche d’eau.
Dans les milieux aquatiques, l’iprodione ne devrait pas être persistant dans des conditions
aérobies ou anaérobies. Étant donné que les études de biotransformation aquatique en conditions
aérobies en laboratoire ont été menées avec des eaux alcalines, conditions dans lesquelles
l’iprodione s’hydrolyse rapidement, l’hydrolyse pourrait avoir joué un rôle important dans la
transformation de l’iprodione en conditions aérobies. Les produits de transformation majeurs
identifiés en conditions aquatiques aérobies étaient le RP30228 et le RP32490; la plus grande
partie du RP30228 se dépose dans les sédiments, alors que la plus grande partie du RP32490
demeure dans la phase aqueuse. Le RP30228 était le seul produit de transformation majeur
identifié dans des conditions aquatiques anaérobies.
5
Gustafson, D.I. 1989. Groundwater ubiquity score: a simple method for assessing pesticide leachability.
Environmental Toxicology and Chemistry 8: 339-357. (no de l’ARLA : 1918524).
6
Cohen, S.Z., Creeger, S.M., Carsel, R.F., Enfield, C.G. 1984. Potential for pesticide contamination of
groundwater resulting from agricultural uses. (no de l’ARLA : 1573066).
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 35
4.2
Effets sur les espèces non ciblées
Afin d’estimer le potentiel d’effets nocifs sur les espèces non ciblées, on intègre à l’évaluation
des risques environnementaux les données d’exposition environnementale et les renseignements
en matière d’écotoxicologie. Pour ce faire, on compare les concentrations d’exposition aux
concentrations qui causent des effets nocifs. Les CPE sont les concentrations de pesticide dans
divers milieux, comme les aliments, l’eau, le sol et l’air. Les CPE sont déterminées au moyen de
modèles standard qui tiennent compte de la ou des doses d’application, des propriétés chimiques
et des propriétés liées au devenir dans l’environnement, dont la dissipation du pesticide entre les
applications. Les renseignements écotoxicologiques comprennent les données de toxicité aiguë et
de toxicité chronique pour divers organismes ou groupes d’organismes vivant dans les habitats
terrestres et les habitats aquatiques, notamment les invertébrés, les vertébrés et les plantes. On
peut modifier les critères d’effet toxicologique utilisés dans l’évaluation des risques à l’aide de
facteurs d’incertitude pour tenir compte des différences possibles dans la sensibilité des espèces
ainsi que des divers objectifs de protection (c’est-à-dire la protection à l’échelle de la
communauté, de la population ou de l’individu).
En premier lieu, on effectue une évaluation préliminaire des risques afin de déterminer les
pesticides ou les profils d’emploi particuliers qui ne présentent aucun risque pour les organismes
non ciblés, ainsi que pour identifier les groupes d’organismes pour lesquels il pourrait y avoir des
risques. L’évaluation préliminaire des risques fait appel à des méthodes simples, à des scénarios
d’exposition prudents (par exemple, une application directe à une dose d’application maximale
cumulative) et à des critères d’effet toxicologique traduisant la plus grande sensibilité. On
calcule le quotient de risque (QR) en divisant l’exposition estimée par une valeur toxicologique
appropriée (QR = exposition/toxicité). On compare ensuite le quotient de risque au niveau
préoccupant (NP). Si le QR issu de l’évaluation préliminaire est inférieur au NP, les risques sont
alors jugés négligeables et aucune autre caractérisation des risques n’est nécessaire. S’il est égal
ou supérieur au NP, on doit alors effectuer une évaluation plus approfondie des risques afin de
mieux les caractériser. À cette étape, on prend en considération des scénarios d’exposition plus
réalistes, comme la dérive vers des habitats non ciblés, et on peut utiliser des critères d’effet
toxicologique différents. L’évaluation approfondie peut comprendre une caractérisation plus
poussée des risques à l’aide de modèles d’exposition, de données de surveillance, de résultats
d’études au champ ou en mésocosmes, et de méthodes probabilistes d’évaluation des risques.
L’évaluation des risques peut être approfondie jusqu’à ce que les risques soient suffisamment
caractérisés ou qu’ils ne puissent plus être caractérisés davantage.
4.2.1
Effets sur les organismes terrestres
Un résumé des données toxicologiques concernant les organismes terrestres est présenté au
tableau 3 de l’annexe VIII; certaines données sur la toxicité des produits de transformation
(RP30228 et RP32596) étaient aussi disponibles. Pour l’évaluation des risques, les critères
d’effet toxicologique choisis chez les espèces les plus sensibles ont été utilisés comme données
de substitution pour toute la gamme des espèces qui pourraient être exposées après un traitement
par l’iprodione. Dans l’évaluation des risques pour les organismes terrestres, toutes les doses
d’application en milieu agricole pour les utilisations homologuées ont été prises en
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 36
considération, de même que le fait que l’iprodione peut être appliqué à plusieurs reprises au
cours d’une saison de végétation.
Invertébrés terrestres
Lombric
La dose létale à 50 % (DL50) la plus sensible pour les organismes terricoles exposés à l’iprodione
est > 100 mg m.a./kg de sol pour les collemboles (Folsomia candida). À la dose d’application
cumulative la plus élevée (9 000 g m.a./ha × 3 applications pendant 14 jours sur les surfaces
gazonnées), la CPE calculée dans le sol est de 10,7 mg m.a/kg de sol. Le QR indique que le NP
pour ce qui est des effets aigus n’est pas dépassé chez les organismes terricoles (QR < 0,1).
Une étude de toxicité chronique de l’iprodione, du RP30228 et de la 3,5-DCA chez le lombric a
pu être examinée; la CSEO après 8 semaines était de 1 000 mg m.a./kg de sol chez Eisenia
andrei exposé à l’iprodione et au RP30228 et de 100 mg m.a./kg de sol chez E. fetida exposé à la
3,5-DCA. À la dose d’application cumulative la plus élevée (9 000 g m.a./ha sur les surfaces
gazonnées), la CPE calculée dans le sol pour les produits de transformation RP30228 et 3,5-DCA
est de 10,7 et de 5,2 mg m.a./kg de sol, respectivement. Aucun risque d’effet chronique n’est à
prévoir chez les lombrics exposés à l’iprodione, au RP30228 ou à la 3,5-DCA, car les QR ne
dépassent pas le NP (QR = 0,02 pour l’iprodione et le RP30228, et QR = 0,1 pour la 3,5-DCA).
Abeilles
Les insectes pollinisateurs peuvent être exposés à l’iprodione s’ils entrent en contact avec des
parties de plantes contaminées ou s’en nourrissent, par exemple le pollen et le nectar sur lesquels
le produit est pulvérisé pendant la floraison. Les abeilles qui demeurent dans la ruche, y compris
les abeilles immatures, peuvent être exposées après contact avec des matières végétales
contaminées qui sont ramenées à la ruche par les abeilles butineuses. Lors de l’évaluation des
risques de niveau I liés à l’application foliaire, qui se voulait prudente, la plus forte dose
d’application sur les cultures en floraison (chou-fleur, 1,5 kg m.a./ha) a été utilisée pour estimer
la CPE.
Le QR calculé dans l’évaluation de niveau I pour le contact cutané et la toxicité par voie orale
chez les abeilles domestiques adultes ne dépasse pas le NP à la plus forte dose d’application sur
les cultures agricoles. Aucune étude en laboratoire n’a été soumise concernant les effets
chroniques sur les abeilles adultes. Une mortalité significative des larves d’abeilles a été
observée dans une étude en laboratoire visant à examiner les effets de l’iprodione sur la
croissance et le développement des larves après une exposition alimentaire; il a toutefois été
impossible de déterminer un critère d’effet acceptable d’après les résultats (une seule dose
d’exposition par le régime alimentaire a été utilisée), et la pertinence de l’exposition pour
l’environnement est incertaine.
Dans une étude de niveau II, l’exposition d’abeilles femelles adultes (Osmia lignaria) a de
l’iprodione appliqué sur la phacélie à feuilles de tanaisie (Phacelia tanacetifolia), à raison de
1,12 kg m.a./ha dans des conditions semi-naturelles (abeilles en cage) n’a pas eu d’effet nocif sur
la survie, la recherche de nourriture ou le comportement de nidification. Il a été impossible de
mener une évaluation de plus haut niveau, étant donné qu’aucune donnée issue d’études de
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 37
niveau supérieur (III) au champ n’était disponible. Aucun incident écologique ayant touché des
abeilles n’a été déclaré au Canada. Deux incidents aux États-Unis ont toutefois touché des
colonies d’abeilles domestiques utilisées pour des services de pollinisation (perte de couvain,
mortalité d’abeilles adultes); ces incidents ont été attribués à l’application d’iprodione sur des
cultures d’amandes et de cerises.
D’après le poids de la preuve découlant de l’ensemble des données disponibles, il est impossible
d’exclure la possibilité d’un risque pour les abeilles, en particulier les abeilles immatures. Par
conséquent, des mesures d’atténuation des risques figurant sur l’étiquette réduiraient l’exposition
des abeilles.
Arthropodes utiles
Le risque lié à une exposition à la suite d’une application directe d’iprodione pour les
arthropodes utiles a été déterminé à l’aide de la dose d’application létale à 50 % (DAL50) la plus
sensible chez l’acarien prédateur Typhlodromus pyri et la guêpe parasitoïde Aphidius
rhopalosiphi. Les CPE ont été déterminées tant en cas d’exposition au champ que hors champ.
Les doses d’application choisies pour calculer les CPE englobent toutes les doses d’application
sur les cultures qui sont compatibles avec les programmes de lutte intégrée.
Les CPE de l’iprodione pour les arthropodes prédateurs ou parasitoïdes utiles ont été
approfondies afin de tenir compte de l’interception foliaire. Les estimations de l’exposition ont
été faites en présumant d’un dépôt sur une structure bidimensionnelle. Par conséquent, les
valeurs peuvent être corrigées afin de tenir compte de la structure tridimensionnelle où une
certaine fraction est interceptée par la culture (dans le cas de l’exposition au champ) ou par la
végétation hors champ (dans le cas de l’exposition hors champ). Pour déterminer les CPE au
champ, des facteurs d’interception foliaire propres à la culture sont appliqués à la dose
d’application. Dans le cas des CPE hors champ, un facteur de distribution sur la végétation est
appliqué au pourcentage de dérive de pulvérisation.
Même si l’utilisation de l’iprodione sur les prunes, les prunes à pruneaux et les abricots devrait
être compatible avec le recours à des arthropodes prédateurs ou parasitoïdes utiles dans le cadre
d’un programme de lutte intégrée, il a été impossible d’exclure la possibilité d’effets nocifs sur
les populations d’arthropodes utilisées dans les serres et sur les terres cultivées aux doses
employées sur les semis de conifères, les plantes ornementales d’extérieur, les cerises, les pêches
et les framboises cultivés; les QR dépassent le NP chez les arthropodes utiles pour ces
utilisations (QR < 1,3 à 5,5). Une incertitude est associée au calcul du risque et elle est
principalement attribuable à l’absence d’une DAL50 définitive pour les espèces indicatrices
(DAL50 > 750 g m.a./ha). Les données de toxicité disponibles n’ont pas été testées avec des doses
assez fortes pour déterminer la dose entraînant une mortalité à 50 %. La réaction à la plus forte
dose évaluée était une stimulation de 9,0 % de la capacité bénéfique d’A. rhopalosiphi et une
mortalité de 42 % chez T. pyri dans les essais sur plaques de verre. Par conséquent, les
arthropodes prédateurs risquent davantage d’être affectés par une exposition à l’iprodione.
Une mise en garde sur l’étiquette informerait les utilisateurs des risques potentiels pour les
insectes utiles. D’après une évaluation de la dérive de pulvérisation, l’exposition des arthropodes
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 38
prédateurs ou parasitoïdes utiles dans les habitats adjacents au site traité n’est préoccupante à
aucune des doses actuellement homologuées.
Plantes terrestres
Aucune donnée satisfaisante concernant la toxicité de l’iprodione pour les plantes vasculaires
terrestres n’était disponible. Selon les Proceedings of the British Crop Protection Conference
Pests and Diseases de 19797, l’iprodione seul ou en association avec plusieurs autres fongicides
n’est pas toxique pour les plantes. Étant donné que le mode d’action (inhibition de la germination
des spores et de la croissance du mycélium) ne s’applique pas aux plantes, aucun effet nocif sur
les plantes vasculaires terrestres n’est à prévoir. L’iprodione est un fongicide homologué pour
une utilisation sur une grande variété de plantes à des doses d’application très variables; aucun
incident n’a été signalé au Canada indiquant que l’iprodione aurait des effets nocifs sur les
plantes vasculaires terrestres. Aux États-Unis, des dommages à une variété de bleuets
(Rabbiteye) ont été signalés après l’application d’iprodione (Rovral 4F); le titulaire a modifié
l’étiquette du produit afin d’interdire l’utilisation de son produit sur la variété Rabbiteye.
L’iprodione n’est pas homologué pour une utilisation sur les bleuets; Rovral 4F ne l’est pas non
plus. D’après le poids de la preuve de l’ensemble des données disponibles, l’iprodione ne devrait
pas poser de risque pour les plantes terrestres.
Vertébrés terrestres – applications foliaires
Pour l’évaluation du risque chez les oiseaux et les mammifères, l’ingestion d’aliments
contaminés par des gouttelettes de pulvérisation est considérée comme la principale voie
d’exposition. L’évaluation du risque tient donc compte de la concentration prévue d’iprodione
sur divers aliments après la dernière application et du taux d’ingestion alimentaire chez des
oiseaux et mammifères de différentes tailles.
Lors de l’évaluation préliminaire, on utilise les estimations de l’exposition les plus prudentes.
Dans le cas de l’iprodione, la dose d’application cumulative sur les surfaces gazonnées entraîne
la plus forte exposition quotidienne estimée (allées des terrains de golf : trois applications de
9 000 g m.a./ha à 14 jours d’intervalle). À cette dose, et en supposant que les oiseaux et les
mammifères se nourrissent d’un seul aliment, lequel contient le plus de résidus, les QR dépassent
le NP chez les oiseaux et les mammifères de toutes tailles tant sur le plan de la toxicité aiguë que
sur celui de la toxicité pour la reproduction. Il y avait donc lieu de caractériser davantage les
risques.
Afin de mieux caractériser le risque pour les oiseaux et les mammifères, l’évaluation a été élargie
de façon à inclure non seulement une gamme de concentrations de résidus d’iprodione sur les
aliments pertinents résultant de la dose d’application la plus forte sur les surfaces gazonnées
(9 000 g m.a./ha × 3 à 14 jours d’intervalle, utilisé dans l’évaluation préliminaire), mais
également la dose d’application unique la plus faible et la dose cumulative la plus forte sur les
cultures (luzerne – 744 g m.a./ha, et framboises – 1 000 g m.a./ha × 8 à 7 jours d’intervalle,
respectivement). Le risque lié à la consommation d’aliments contaminés par la dérive de
pulvérisation à partir du champ traité a aussi été évalué en tenant compte du dépôt de
7
Suta, V., M. Trandafirescu, V. Popescu, E. Voica and S. Fugel. 1979. Proceedings of the British Crop
Protection Conference - Pests and Diseases, page 103.
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 39
pulvérisation projeté à 1 mètre en aval du site d’application par rapport à la direction du vent
(6 % pour l’application terrestre sur la luzerne et les surfaces gazonnées de gouttelettes de taille
moyenne selon la classification de l’ American Society of Agricultural Engineers (ASAE); et
74 % pour l’application sur les framboises, au moyen d’un pulvérisateur pneumatique, de
gouttelettes de taille fine selon la classification de l’ASAE). Les QR pour les oiseaux et les
mammifères sont présentés respectivement aux tableaux 4 et 5 de l’annexe VIII.
Pour ce qui est de l’utilisation sur les surfaces gazonnées, étant donné que l’iprodione n’est
appliqué que sur les allées des terrains de golf, l’herbe courte était le seul aliment jugé pertinent
pour l’évaluation. Les QR calculés à l’aide des concentrations maximales et moyennes de résidus
sur cet aliment dépassent le NP sur les plans de la toxicité aiguë et de la toxicité pour la
reproduction chez les oiseaux de grande taille, les mammifères de taille moyenne et les
mammifères de grande taille qui se nourrissent directement sur les surfaces traitées. Les oiseaux
de taille petite ou moyenne et les mammifères de petite taille ont été exclus des calculs, car ils ne
devraient pas se nourrir exclusivement de végétaux.
L’évaluation des risques pour ce qui est de l’utilisation sur les surfaces gazonnées était basée sur
la dose d’application curative la plus forte (9 000 g m.a./ha) pour la suppression des moisissures
des neiges; étant donné que le nombre maximal d’applications par saison pour la suppression des
moisissures des neiges n’est pas clairement indiqué sur l’étiquette des produits, un nombre de
trois applications a été choisi d’après la dose d’application saisonnière maximale par année
appuyée par le titulaire pour toutes les maladies du gazon énumérées sur l’étiquette des produits
(27 000 g m.a./ha). Selon l’information fournie sur l’étiquette de certains produits et les
recommandations générales de gestion des gazons (par exemple, publication 384 du ministère de
l’Agriculture, de l’Alimentation et des Affaires rurales de l’Ontario, 2005), l’application
d’iprodione pour la suppression des moisissures des neiges s’effectue à la fin de l’automne ou au
début de l’hiver, juste avant le gel du sol ou la première neige, et elle peut être répétée au milieu
de l’hiver lorsque le gazon est exempt de neige et une autre fois immédiatement après la fonte
des neiges au début de printemps. Le printemps et l’été, l’iprodione peut aussi être appliqué sur
les surfaces gazonnées pour lutter contre d’autres maladies à des doses plus faibles de 1 500 à
3 042 g m.a./ha à des fins préventives et à des doses de 4 576 à 6 250 g m.a./ha à des fins
curatives. Vu la grande variété des doses d’application, et étant donné que l’iprodione est
habituellement appliqué en alternance avec d’autres fongicides ayant un mode d’action différent,
il est peu probable que l’iprodione soit appliqué trois fois à la plus forte dose curative de 9 000 g
m.a./ha pour supprimer les moisissures des neiges. Pour cette raison, d’autres doses sur les
surfaces gazonnées ont été prises en considération pour l’évaluation. D’après les valeurs
moyennes de résidus mesurées après l’application des doses uniques utilisées à des fins
préventives ou curatives, les QR dépassent toujours le NP pour ce qui est des effets sur la
reproduction chez les oiseaux de grande taille (QR = < 1,0 à 4,1) et les mammifères de moyenne
ou de grande taille (QR = < 1,0 à 2,9 et < 1,0 à 1,6, respectivement) qui se nourrissent d’herbe
courte sur les gazons.
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 40
De plus, les résultats de l’évaluation des risques indiquent que les utilisations agricoles de
l’iprodione peuvent poser un risque de toxicité aiguë et de toxicité pour la reproduction chez les
oiseaux et un risque de toxicité pour la reproduction chez les mammifères. L’évaluation des
risques liés aux utilisations agricoles était basée sur la plus forte dose d’application cumulative
sur les cultures et le plus court intervalle (framboises : 1 000 g m.a./ha × 8 applications à 7 jours
d’intervalle). Aux fins de la gestion de la résistance des agents pathogènes à l’iprodione, toutes
les étiquettes des préparations commerciales utilisées à des fins agricoles recommandent
d’appliquer l’iprodione en alternance avec d’autres fongicides ayant un mode d’action différent.
Par ailleurs, la dose et le nombre d’applications habituels déclarés par le titulaire sur les
framboises sont d’une application par année à raison de 1 000 g m.a./ha en ColombieBritannique, au Québec, en Ontario, en Nouvelle-Écosse et à l’Île-du-Prince-Édouard; la
Colombie-Britannique, le Québec et l’Ontario sont les principaux producteurs de framboises au
pays. D’après la dose d’application unique habituelle, le NP pour ce qui est des effets sur la
reproduction demeure légèrement dépassé pour les oiseaux de taille petite ou moyenne qui se
nourrissent d’insectes présents dans les champs traités ou à proximité (QR = 2,0 à 2,6 et 1,5 à
1,9, d’après les valeurs moyennes de résidus).
Globalement, l’évaluation des risques montre que les effets sur la reproduction résultant de
l’application d’iprodione sur les surfaces gazonnées et l’application des plus fortes doses sur les
cultures agricoles posent un risque pour les oiseaux et les mammifères. Bien qu’aucun incident
ayant touché des oiseaux ou des mammifères n’ait été signalé à la suite de l’utilisation
d’iprodione, aucun incident n’est à prévoir à la suite d’une exposition chronique; les problèmes
chroniques touchant la faune à la suite de l’utilisation d’iprodione passeraient essentiellement
inaperçus au champ.
Vertébrés terrestres – traitement des semences
Lorsque les pesticides sont utilisés pour le traitement des semences, il est possible que les
semences traitées soient consommées par les oiseaux ou les mammifères. La méthode
d’évaluation des risques liés aux semences traitées est similaire à celle utilisée pour évaluer les
risques liés aux traitements par pulvérisation, sauf que les aliments visés sont des semences
traitées plutôt que des aliments spécifiques sur lesquels un pesticide a été pulvérisé. L’iprodione
est homologué pour le traitement des semences de carottes, de canola et de moutarde. Une
évaluation des risques pour les oiseaux et les mammifères a été menée pour tenir compte de
l’ingestion de semences traitées.
L’exposition des oiseaux et des mammifères à un pesticide découlant de la consommation de
semences traitées est fonction de la quantité de pesticide présente sur les semences, du poids
corporel et du taux d’ingestion alimentaire de l’animal, ainsi que du nombre de semences
disponibles pour la consommation. Dans le cadre de l’évaluation préliminaire, il est présumé que
l’alimentation est constituée à 100 % de semences traitées et que toutes les semences traitées
mises en terre sont disponibles pour la consommation, à volonté, et pendant une période
prolongée. L’évaluation préliminaire ne tient pas compte de certaines variables, comme les
préférences alimentaires, la disponibilité des semences traitées ou un éventuel comportement
d’évitement à l’égard des semences traitées.
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 41
Le risque lié au traitement des semences a ainsi été évalué en utilisant les mêmes catégories de
poids corporels génériques représentatifs des oiseaux et des animaux, ainsi que les mêmes
critères d’effet toxicologique choisis dans le cadre de l’évaluation des risques liés au traitement
foliaire. Pour évaluer les risques pour les oiseaux et les mammifères découlant de la
consommation de semences traitées, on calcule un QR en divisant le nombre de semences
normalement consommées par jour (tableau 7 de l’annexe VIII) par le nombre de semences
requis pour atteindre la valeur du critère d’effet toxicologique (tableau 6 de l’annexe VIII).
Les QR calculés sont présentés au tableau 8 de l’annexe VIII. Pour calculer les quotients, on
présume que 100 % des semences consommées par les oiseaux et les mammifères sont traitées et
que toutes les semences traitées sont disponibles. Des risques ont été relevés pour tous les
oiseaux et tous les mammifères.
Afin de caractériser de façon plus approfondie le risque pour les oiseaux et les mammifères,
l’évaluation a été élargie en supposant que ce ne sont pas toutes les semences plantées qui seront
exposées et disponibles pour les oiseaux et les mammifères. De Snoo et Luttik (2004)8 ont
signalé des taux de semences disponibles de l’ordre de 0,5 % pour les semis (au semoir) de
précision, 3,3 % pour les semis standard au printemps et 9,2 % pour les semis standard à
l’automne. Cette information a été utilisée de pair avec les changements des taux de semis
typiques pour la carotte, le canola et la moutarde afin d’estimer la superficie maximale dont a
besoin un oiseau ou un mammifère pour trouver assez de semences pour que le critère d’effet
toxicologique soit atteint; pour les cultures en question, on présume qu’il y a eu des semis
standard au printemps. L’analyse plus approfondie ne modifie pas les QR établis, mais elle
fournit une indication de la superficie nécessaire pour qu’un oiseau ou un mammifère puisse
trouver suffisamment de semences pour que le critère d’effet toxicologique soit atteint.
Dans la plupart des cas, les oiseaux et les petits mammifères devraient consommer une grande
quantité de semences pour que le NP lié aux effets aigus soit atteint. De plus, comme l’indique le
tableau 9 de l’annexe VIII, la superficie de champ où les oiseaux et les mammifères pourraient
trouver assez d’aliments pour que le NP lié à ces effets soit atteint est relativement grande.
Toutefois, en ce qui concerne les effets sur la reproduction, le nombre de semences à consommer
et la superficie d’alimentation requise pour que le NP soit atteint sont relativement faibles, en
particulier pour les oiseaux de 20 ou de 100 g et les mammifères de 15 ou de 35 g; le risque pour
la reproduction s’est révélé être beaucoup plus grand pour les oiseaux de petite taille (QR = 32 à
44) que pour les mammifères de petite taille (QR = 5 à 6). Les risques relevés ne s’appliquent
que pendant les quelques jours suivant la plantation des semences traitées, avant que l’iprodione
ne se transforme et avant que les graines ne germent. Une exposition importante peut toutefois
survenir en bordure des champs, là où l’équipement de plantation tourne et est soulevé et fait en
sorte que des semences traitées demeurent à la surface du sol. Cette partie des champs peut
entraîner chez les oiseaux et les mammifères de petite taille une plus grande exposition aux
semences traitées.
8
de Snoo, G.R., R. Luttik. 2004. Availability of pesticide-treated seed on arable fields. Pest Management
Science 60:501-506.
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 42
Pour réduire la possibilité d’exposition des oiseaux et des mammifères sauvages de petite taille
qui peuvent se nourrir des semences traitées restées à la surface du sol, l’énoncé suivant serait
proposé sur l’étiquette des produits destinés au traitement des semences :
« Les semences traitées sont toxiques pour les oiseaux et les petits mammifères sauvages.
Toutes les semences traitées qui sont renversées ou à la vue sur le sol doivent être
enfouies dans le sol ou ramassées. »
Vertébrés terrestres – applications de granulés
L’iprodione est homologué sous forme de granulés pour une utilisation sur les terrains de golf
afin de prévenir diverses maladies du gazon (Proturf, no d’homologation 23494). Les oiseaux et
les mammifères peuvent être exposés à l’iprodione sous sa forme granulaire principalement
lorsqu’ils ingèrent de façon accidentelle des granulés (fixés aux aliments choisis ou ingérés avec
d’autres matières étrangères pendant l’alimentation) ou confondent les granulés avec des
aliments. Une évaluation des risques liés à l’ingestion de granulés a été menée chez les oiseaux
et les mammifères. La méthode d’évaluation employée pour les pesticides sous forme de
granulés est similaire à celle utilisée pour la pulvérisation, à cette différence près que les aliments
sont des granulés plutôt que des aliments contaminés par un pesticide. Dans le cas des
mammifères, l’ingestion de granulés ne pouvant probablement être qu’accidentelle, le nombre de
granulés ingérés devrait être très faible (les mammifères ne chercheront pas à se nourrir de
granulés inorganiques). Contrairement aux mammifères, les oiseaux peuvent activement
chercher des granulés en croyant qu’il s’agit de gravier, et leur exposition peut donc être
relativement élevée.
L’exposition des oiseaux et des mammifères à un pesticide à la suite de l’ingestion de granulés
dépend de la teneur en pesticide du granulé, du poids corporel et du taux d’ingestion alimentaire
de l’animal et du nombre de granulés disponibles. Lors de l’évaluation préliminaire, on présume
que l’alimentation des oiseaux et des mammifères est constituée à 100 % de granulés traités et
que les granulés sont disponibles à volonté pendant une longue période.
Le risque a été évalué à l’aide des mêmes catégories génériques de poids corporels représentatifs
des oiseaux et des mammifères et des mêmes critères d’effet toxicologique que ceux choisis pour
l’évaluation des risques liés à l’application foliaire et au traitement des semences. Ces critères
d’effet ont été convertis de manière à obtenir le nombre de granulés que doit consommer
quotidiennement chaque oiseau et chaque mammifère, dans chacune des catégories de taille
(petite, moyenne et grande), pour atteindre le critère d’effet toxicologique (voir le tableau 10 de
l’annexe VIII). Le nombre de granulés consommés par jour calculé pour chaque catégorie de
poids corporel des oiseaux et des mammifères est présenté au tableau 11 de l’annexe VIII. Le
risque découlant de l’ingestion de granulés traités chez les oiseaux et les mammifères est évalué
en calculant un QR comme suit :
nombre de granulés consommés par jour (tableau 11 de l’annexe VIII) ÷
nombre de granulés requis pour l’atteinte du critère d’effet (tableau 10 de l’annexe VIII)
Les QR calculés sont énumérés au tableau 12 de l’annexe VIII. Des risques ont été relevés pour
tous les oiseaux et tous les mammifères.
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 43
Lorsqu’on calcule les QR, on adopte une approche très prudente en utilisant le pire scénario
possible (100 % des granulés consommés par les oiseaux et les mammifères sont des granulés
traités). Dans le cas des oiseaux, on peut estimer de façon plus réaliste l’exposition en
considérant le nombre de particules de gravier consommé par différentes espèces ainsi que la
distribution de la taille des particules de gravier que préfèrent différentes espèces. Luttik et de
Snoo (2004)9 ont examiné le nombre des particules trouvées chez 27 espèces d’oiseaux et la
distribution de la taille de ces particules. La taille des granulés de Proturf (no d’homologation
23494) indiquée par le titulaire est de 0,726 mm. Le nombre moyen de particules trouvées chez
les oiseaux dont la taille varie de 0,5 à 0,75 mm était de 1 à 45 particules chez les oiseaux de
petite taille (< 50 g), jusqu’à 823 particules chez les oiseaux de taille moyenne (50 à 1 000 g) et
jusqu’à 9 999 chez les oiseaux de grande taille (> 1 000 g). D’après les résultats de Luttik et de
Snoo (2004), le nombre de particules de gravier d’une taille allant de 0,5 à 0,75 mm qui est
consommé par de nombreuses espèces d’oiseaux est inférieur au nombre de granulés requis chez
les oiseaux pour l’atteinte des critères d’effets aigus ou d’effets sur la reproduction. Étant donné
qu’il est peu probable que des oiseaux consomment chaque jour assez de particules de cette taille
pour présenter des effets toxiques, l’évaluation des risques demeure prudente. L’exposition à
l’iprodione à la suite de l’ingestion de granulés ne devrait donc pas poser de risque pour les
oiseaux.
Comme la consommation de granulés par les petits mammifères ne peut probablement être
qu’accidentelle, le nombre de granulés consommés devrait être très faible (les petits mammifères
ne chercheront pas à se nourrir de granulés inorganiques). Les valeurs d’exposition chez les
mammifères peuvent donc être davantage caractérisées comme un faible pourcentage de
l’exposition journalière estimée d’après la consommation alimentaire (1 à 5 % de cette
exposition). Les QR pour les mammifères d’après une consommation accidentelle estimée de
1 % de la dose d’exposition journalière estimée sont présentés au tableau 13 de l’annexe VIII.
Dans le cas des petits mammifères qui ne consomment que 1 % de la dose d’exposition
journalière estimée à la suite de l’ingestion de granulés, les QR ne dépassent le NP pour aucun
effet. L’exposition à l’iprodione à la suite de l’ingestion accidentelle de granulés ne devrait donc
pas poser de risque pour les mammifères.
4.2.2
Effets sur les organismes aquatiques
Un résumé des données toxicologiques aquatiques est présenté au tableau 3 de l’annexe VIII.
Évaluation préliminaire des risques
Dans l’évaluation préliminaire, la dose d’application unique la plus faible et la dose cumulative
la plus forte sur les cultures ont été prises en considération (luzerne – 1 612 g m.a./ha et
framboises – 1 000 g m.a./ha × 8 à 7 jours d’intervalle) d’après une application directe sur des
plans d’eau d’une profondeur de 15 cm (plan d’eau saisonnier utilisé pour les critères d’effet
chez les amphibiens) et de 80 cm (plan d’eau permanent pour les autres critères d’effet), de
même que la dose d’application cumulative la plus forte sur les surfaces gazonnées
9
Luttik, R. and G.R. de Snoo (2004). Characterization of grit in arable birds to improve pesticide risk
assessment. Ecotoxicology and Environmental Safety 57: 319-329.
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 44
(9 000 g m.a./ha × 3 à 14 jours d’intervalle) aux mêmes profondeurs d’eau. Les CPE aquatiques
pour les doses d’application cumulatives ont été prudemment estimées en ajustant la somme des
applications de façon à tenir compte de la dissipation entre les applications, à l’aide d’un TD50 de
6,1 jours (système entier), valeur la plus prudente tirée des études de biotransformation aquatique
en conditions aérobies.
Les CPE utilisées dans l’évaluation préliminaire du produit de transformation RP 30228 dans des
plans d’eau de 80 et 15 cm de profondeur ont été déterminées en présumant que 100 % de
l’iprodione était converti en ce produit de transformation et en effectuant une correction pour
tenir compte de la masse moléculaire. Il a été impossible d’estimer le TD50 du RP30228 parce
que les études de biotransformation aquatique du produit d’origine en conditions aérobies
n’avaient pas été assez longues pour qu’il soit possible de calculer entièrement le taux de
dissipation du RP30228. Les CPE cumulatives initiales du RP30228 dans l’eau ont donc été
calculées en présumant que le RP30228 est stable.
Pour l’évaluation des risques, les critères d’effet toxicologique choisis chez les espèces les plus
sensibles ont été utilisés comme données de substitution pour toute la gamme des espèces qui
pourraient être exposées après un traitement par l’iprodione. Les critères d’effet ont été calculés
en divisant la concentration entraînant un effet à 50 % (CE50) ou la concentration létale à 50 %
(CL50) tirée de l’étude de laboratoire appropriée par un facteur de 2 dans le cas des invertébrés
aquatiques et par un facteur de 10 dans celui des poissons et des amphibiens. Afin d’évaluer le
risque que posent l’iprodione et le RP30228 pour les amphibiens, les critères d’effet choisis chez
l’espèce de poisson la plus sensible ont été utilisés comme données de substitution.
Les QR calculés pour l’exposition aiguë lors de l’évaluation préliminaire indiquent que le NP est
dépassé à la plus forte dose d’application cumulative sur les cultures et les surfaces gazonnées
chez les invertébrés d’eau douce (QR = 1,9 et 12, respectivement) et les algues marines
(QR = 1,4 et 8,5, respectivement). Le NP après une exposition aiguë est dépassé chez les
poissons à la dose d’application cumulative sur les surfaces gazonnées seulement (QR = 4,5).
Dans le cas des algues d’eau douce et des amphibiens, le NP après une exposition aiguë est
dépassé à toutes les doses d’application de l’iprodione (QR = 1,6 à 24 et 3,8 à 58,
respectivement). Les QR déterminés pour l’exposition aiguë au RP30288 indiquent que le NP est
dépassé chez les poissons et les amphibiens à toutes les doses d’application (QR = 1,6 à 61 et 9,1
à 327, respectivement).
Les QR calculés pour l’exposition chronique lors de l’évaluation préliminaire indiquent que le
NP est dépassé à la plus forte dose d’application cumulative sur les cultures et les surfaces
gazonnées chez les invertébrés d’eau douce (QR = 1,4 et 8.3, respectivement), chez les poissons
à la dose d’application cumulative sur les surfaces gazonnées (QR = 5,4) et chez les invertébrés
marins et les amphibiens à toutes les doses d’application de l’iprodione (QR = 1,9 à 29 et 26 à
400, respectivement). Les QR pour l’exposition chronique au RP30228 dépassent le NP pour les
invertébrés qui vivent dans les sédiments aux plus fortes doses cumulatives sur les cultures
agricoles et les surfaces gazonnées (QR = 10 et 34, respectivement).
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 45
Évaluation du risque lié à la dérive de pulvérisation
Le risque pour les organismes aquatiques a été caractérisé de façon plus approfondie en prenant
en considération les concentrations d’iprodione qui pouvaient se déposer dans les habitats
aquatiques hors champ situés dans la direction du vent et directement à côté du champ traité à la
suite d’une dérive de pulvérisation. Un examen des étiquettes des préparations commerciales
contenant de l’iprodione a révélé que ces préparations sont appliquées au moyen de plusieurs
méthodes. La quantité maximale de produit qui devrait dériver à 1 mètre du site d’application
dans la direction du vent lorsqu’on utilise un pulvérisateur agricole ou qu’on procède à une
pulvérisation aérienne est calculée sur la base d’une taille de gouttelettes fine : pulvérisateur
agricole – 11 %, pulvérisation aérienne – 26 %. La quantité maximale de produit qui devrait
dériver à 1 mètre du site d’application dans la direction du vent lorsqu’on utilise un pulvérisateur
pneumatique est de 74 % lorsque l’application a lieu au début de la saison et de 59 % lorsqu’elle
a lieu à la fin de la saison. Le risque pouvant découler de la dérive de pulvérisation a été évalué à
la plus forte dose d’application cumulative de chacune des trois méthodes d’application sur les
cultures agricoles (terrestre : fraises – 1 000 g m.a./ha × 2 applications à 14 jours d’intervalle;
aérienne : haricot mange-tout – 750 g m.a./ha × 2 applications à 7 jours d’intervalle;
pneumatique : framboises – 1 000 g m.a./ha × 8 applications à 7 jours d’intervalle) et à la plus
forte dose d’application cumulative sur les surfaces gazonnées (9 000 g m.a./ha × 3 applications
à 14 jours d’intervalle).
Le risque pour les organismes aquatiques résultant de la dérive de pulvérisation est résumé au
tableau 15 de l’annexe VIII. Les QR indiquent que le NP pour ce qui est des effets aigus chez les
algues est dépassé après une pulvérisation aérienne, une application à l’aide d’un pulvérisateur
pneumatique et une utilisation sur les surfaces gazonnées (QR = 1,3 à 7,0), chez les amphibiens
après une application à l’aide d’un pulvérisateur pneumatique et une utilisation sur les surfaces
gazonnées (QR = 2,9 et 1,4, respectivement) et chez les invertébrés d’eau douce et les algues
marines après une application à l’aide d’un pulvérisateur pneumatique (QR = 1,4 et 1,0,
respectivement). Dans le cas de l’exposition chronique, les QR indiquent que le NP est dépassé
chez les amphibiens après une application à l’aide d’un pulvérisateur pneumatique et une
utilisation sur les surfaces gazonnées (QR = 3,5 à 1,7) et chez les invertébrés marins ou d’eau
douce avec toutes les méthodes d’application (QR = 4,0 à 48).
L’évaluation préliminaire des risques indique aussi que le produit de transformation RP30228
peut poser un risque chronique pour les invertébrés d’eau douce qui vivent dans les sédiments et
un risque aigu pour les poissons et les amphibiens à la suite d’une application directe d’iprodione
sur l’eau. Le risque que pose le RP30228 pour ces organismes aquatiques a été caractérisé de
façon plus approfondie en prenant en considération la concentration de RP30228 à laquelle ils
pourraient être exposés dans les milieux aquatiques à la suite d’une dérive de pulvérisation de
l’iprodione. Les CPE du RP30228 ont été calculées en présumant que 100 % de l’iprodione était
converti en ce produit de transformation et en effectuant une correction pour tenir compte de la
masse moléculaire. Un facteur additionnel a été appliqué pour le calcul des CPE du RP30228
d’après les données issues des études de biotransformation aquatique de l’iprodione en
conditions aérobies. La concentration maximale du RP30228 dans le système entier observée
dans les études est de 79 %; la plus grande partie du RP30228 se répartit dans les sédiments.
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 46
Les CPE du RP30228 ont donc été multipliées par un facteur additionnel de 0,8 d’après la
concentration maximale de RP30228 qui pourrait être présente dans un milieu aquatique
contaminé par l’iprodione à la suite d’une dérive de pulvérisation.
Les QR pour le RP30228 indiquent que le NP en cas d’exposition aiguë est dépassé chez les
poissons d’eau douce après une application à l’aide d’un pulvérisateur pneumatique et une
utilisation sur les surfaces gazonnées (QR = 2,5 et 1,2, respectivement) et chez les amphibiens
avec toutes les méthodes d’application et toutes les utilisations (QR = 1,1 à 13). Après une
exposition chronique, le NP est dépassé chez les invertébrés qui vivent dans les sédiments après
une application à l’aide d’un pulvérisateur pneumatique (QR = 1,4). L’évaluation des risques
pour les organismes aquatiques exposés au RP30228 comporte toutefois une part d’incertitude.
Le critère d’effet toxicologique après une exposition chronique chez Chironomus riparius,
organisme qui vit dans les sédiments, est une concentration sans effet déterminée à l’aide d’un
essai limite (une seule concentration d’exposition au RP30228). Étant donné que cette étude
n’établit pas la concentration d’exposition à laquelle les effets surviennent, l’utilisation d’un
critère d’effet tiré de cette étude pourrait être trop prudente pour l’évaluation des risques.
Bien que les résultats de l’évaluation de la dérive de pulvérisation indiquent que les applications
agricoles d’iprodione peuvent poser un risque pour les organismes aquatiques, l’évaluation
pourrait être trop prudente parce que les CPE de l’iprodione dans l’eau sont basées sur la plus
forte dose d’application cumulative et le plus court intervalle de chacune des méthodes
d’application (terrestre : fraises – 1 000 g m.a./ha × 2 applications à 14 jours d’intervalle;
aérienne : haricot mange-tout – 750 g m.a./ha × 2 applications à 7 jours d’intervalle;
pulvérisateur pneumatique : framboises – 1 000 g m.a./ha × 8 applications à 7 jours d’intervalle).
Aux fins de la gestion de la résistance des agents pathogènes à l’iprodione, toutes les étiquettes
des préparations commerciales utilisées en agriculture recommandent d’appliquer l’iprodione en
alternance avec d’autres fongicides ayant un mode d’action différent. Le nombre habituel
d’applications d’iprodione indiqué par le titulaire sur les cultures agricoles aux plus fortes doses
d’application est d’une application par année. Par conséquent, le risque posé par l’iprodione pour
les organismes aquatiques à la suite d’une dérive de pulvérisation devrait être plus faible dans les
conditions d’utilisation agricole habituelles. Cependant, d’après la plus forte dose d’application
unique à l’aide de chacune des méthodes agricoles, le NP est toujours dépassé pour ce qui est des
effets aigus chez les algues d’eau douce et les amphibiens après une application à l’aide d’un
pulvérisateur pneumatique (QR = 3,9 et 1,6, respectivement) et pour ce qui est des effets
chroniques chez les invertébrés estuariens ou marins avec chacune des méthodes agricoles
(QR = 2,1 à 27) et chez les amphibiens après une application à l’aide d’un pulvérisateur
pneumatique (QR = 1,8). Dans le cas du RP30228, le NP est toujours dépassé en ce qui concerne
les effets aigus chez les poissons d’eau douce après une application à l’aide d’un pulvérisateur
pneumatique (QR = 1,3) et chez les amphibiens après une pulvérisation aérienne et une
application à l’aide d’un pulvérisateur pneumatique (QR = 1,6 et 7,2, respectivement).
En ce qui concerne les utilisations sur les surfaces gazonnées, la dose d’application curative la
plus forte sur les surfaces gazonnées (9 000g m.a./ha) pour la suppression des moisissures des
neiges a été prise en considération pour l’évaluation préliminaire des risques aquatiques et pour
l’évaluation de la dérive de pulvérisation; étant donné que le nombre d’applications par saison
pour la suppression des moisissures des neiges n’est pas clairement indiqué sur l’étiquette des
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 47
produits, un nombre de trois applications a été choisi d’après la dose d’application saisonnière
maximale par année appuyée par le titulaire pour toutes les maladies du gazon énumérées sur
l’étiquette des produits (27 000 kg m.a./ha). Selon l’information fournie sur l’étiquette de
certains produits et les recommandations générales de gestion des gazons (par exemple,
publication 384 du ministère de l'Agriculture, de l'Alimentation et des Affaires rurales de
l'Ontario, 2005), l’application d’iprodione pour la suppression des moisissures des neiges
s’effectue à la fin de l’automne ou au début de l’hiver, juste avant le gel du sol ou la première
neige, et elle peut être répétée au milieu de l’hiver lorsque le gazon est exempt de neige et une
autre fois immédiatement après la fonte des neiges au début de printemps. Étant donné qu’il est
peu probable que l’iprodione soit appliqué trois fois à la plus forte dose curative pour supprimer
les moisissures des neiges, les CPE déterminées pour l’utilisation sur les surfaces gazonnées
(9 000 g m.a./ha × 3 applications) sont jugées très prudentes. L’iprodione peut aussi être appliqué
sur les surfaces gazonnées le printemps et l’été pour lutter contre d’autres maladies à des doses
plus faibles de 1 500 à 3 042 g m.a./ha à des fins préventives et à des doses de 4 576 à 6 250 g
m.a./ha à des fins curatives. L’iprodione est habituellement appliqué sur les surfaces gazonnées
en alternance avec d’autres fongicides ayant un mode d’action différent. Néanmoins, à l’intérieur
de la plage des doses uniques appliquées à des fins préventives ou curatives, le NP est toujours
dépassé chez les algues d’eau douce aux doses curatives pour ce qui est des effets aigus
(QR = 1,4 à 2,0) et chez les invertébrés estuariens ou marins aux doses préventives ou curatives
pour ce qui est des effets chroniques (QR = 3,2 à 13). Dans le cas du RP30228, le NP en ce qui
concerne les effets aigus est dépassé chez les amphibiens dans tout l’intervalle des doses
préventives ou curatives (QR = 0,9 à 3,6).
Les résultats généraux de l’évaluation de la dérive de pulvérisation indiquent que l’iprodione et
le produit de transformation RP30228 peuvent poser un risque pour les organismes aquatiques.
Des zones tampons réduiraient les risques possibles pour les espèces aquatiques.
Évaluation des risques liés au ruissellement
Les organismes aquatiques peuvent également être exposés à l’iprodione provenant des
applications foliaires à la suite du ruissellement dans les plans d’eau. Les modèles couplés
Pesticide Root Zone Model (PRZM) et Exposure Analysis Modeling System (EXAMS) ont été
utilisés pour prédire les CPE découlant du ruissellement de l’iprodione après l’application. Deux
séries de modélisation PRZM/EXAMS ont été réalisées. L’utilisation sur les surfaces gazonnées
a été simulée avec les données météorologiques provenant de cinq villes canadiennes. De plus,
quatre cultures (framboises en Colombie-Britannique, haricots dans les Prairies, oignons en
Ontario et au Québec, et fraises dans la région de l’Atlantique) pour lesquelles les doses
d’application sont plus basses ont été modélisées. Les CPE de l’iprodione dans toutes les séries
choisies pour le profil d’emploi sur les surfaces gazonnées et les cultures sont présentées aux
tableaux 16 et 17 de l’annexe VIII, respectivement pour un plan d’eau de 80 cm de profondeur et
un plan d’eau de 15 cm de profondeur. Les valeurs signalées dans le rapport généré par les
modèles PRZM/EXAMS correspondent aux concentrations du 90e centile calculées en fonction
d’un certain nombre de périodes, entre autres, au pic des concentrations annuelles, à 96 heures,
à 21 jours, à 60 jours, à 90 jours et à la concentration annuelle moyenne.
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 48
Des QR en cas d’exposition aiguë et d’exposition chronique ont été calculés à l’aide d’une CPE
pour la période correspondant le mieux à la durée d’exposition utilisée pour déterminer le critère
d’effet (par exemple, dans le cas d’une CL50 à 96 heures, la valeur de 96 heures générée par le
modèle est utilisée; dans le cas d’une CSEO à 21 jours, la CPE après 21 jours est utilisée).
Les QR après une exposition aiguë ou chronique chez les organismes aquatiques sont présentés
au tableau 19 de l’annexe VIII. Les QR calculés en cas d’exposition aiguë après une utilisation
sur les surfaces gazonnées dépassaient le NP chez les invertébrés d’eau douce, les amphibiens et
les algues d’eau douce (QR = 1,0, 1,1 et 3,5, respectivement). Pour les usages agricoles, les QR
en cas d’exposition aiguë dépassaient le NP chez les algues d’eau douce (QR = 1,8). Dans le cas
de l’exposition chronique, les QR indiquent que le NP est dépassé pour les invertébrés marins
(surfaces gazonnées et cultures; 8,6 et 5,4, respectivement). Comme il est indiqué
précédemment, l’évaluation pourrait être trop prudente parce que les CPE de l’iprodione sont
basées sur la plus forte dose d’application cumulative et le plus court intervalle pour chacun des
scénarios de ruissellement modélisés. Aux fins de la gestion de la résistance des agents
pathogènes à l’iprodione, toutes les étiquettes des préparations commerciales utilisées en
agriculture recommandent d’appliquer l’iprodione en alternance avec d’autres fongicides ayant
un mode d’action différent. Le risque que pose l’iprodione pour les organismes aquatiques à la
suite du ruissellement devrait donc être réduit dans les conditions d’emploi habituelles sur les
cultures et les surfaces gazonnées.
Les CPE du produit de transformation RP30228 entraîné par ruissellement n’ont pas été
modélisées en raison de l’absence de données sur le devenir dans l’environnement (par exemple,
demi-vie de biotransformation aquatique en conditions aérobies). Il a donc été impossible
d’évaluer les risques en milieu aquatique d’après le ruissellement du RP30228.
4.2.3
Potentiel de perturbation du système endocrinien
Les études de toxicité chez les mammifères ont révélé que l’exposition chronique à l’iprodione
par le régime alimentaire entraînait une hyperplasie des testicules et une réduction des
spermatozoïdes épididymaires chez le rat. Une altération des comportements parentaux et une
réduction de la survie des embryons ont été observées dans les études de toxicité pour la
reproduction chez les oiseaux. Les études de toxicité en milieu aquatique ont révélé des effets sur
la reproduction chez les poissons de même que chez les invertébrés. Il y a incertitude à savoir si
les résultats des tests chez les non-mammifères révèlent une capacité de l’iprodione à agir sur les
processus à médiation endocrinienne. De plus, la structure de l’iprodione est similaire à celle de
la vinclozoline, un composé anti-androgène; on ignore cependant dans quelle mesure l’iprodione
pourrait avoir un mode d’action semblable.
L’iprodione fait partie de la liste des perturbateurs endocriniens dans le Special Report on
Environmental Endocrine Disruption: An Effects Assessment and Analysis (EPA, 1997). En
septembre 2005, l’EPA a publié la méthode qu’elle a utilisée pour établir la liste initiale des
produits chimiques à détecter obligatoirement conformément à l’Endocrine Disruptor Screening
Program. Le choix des pesticides sélectionnés initialement pour une détection dans le cadre de ce
programme reposait sur 1) de gros volumes de production et une forte utilisation (agricole et
résidentielle) et 2) la possibilité d’exposition humaine par les aliments, l’eau, et l’utilisation
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 49
résidentielle et professionnelle. Même si le choix des pesticides à inclure dans la liste était axé
sur l’exposition humaine, il est à prévoir qu’y figureront aussi de nombreux pesticides auxquels
une exposition environnementale généralisée est possible. En avril 2009, l’EPA a publié la liste
finale du premier groupe de produits chimiques dont la détection est proposée dans l’Endocrine
Disruptor Screening Program; l’iprodione y figure.
4.2.4
Déclarations d’incident
Les déclarations d’incidents environnementaux sont obtenues à partir de deux sources
principales : le système canadien de déclarations d’incident relatif aux produits antiparasitaires (y
compris les déclarations obligatoires du titulaire et les déclarations volontaires du public et
d’autres ministères) et l’Ecological Incident Information System de l’EPA. Si de l’information
concernant des incidents environnementaux est disponible auprès d’autres gouvernements (par
exemple, les pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques [OCDE]),
elle est aussi prise en considération. On peut trouver de l’information au sujet du Règlement sur
les déclarations d’incident relatif aux produits antiparasitaires qui est entré en vigueur le
26 avril 2007 en application de la Loi sur les produits antiparasitaires à l’adresse :
http://publications.gc.ca/gazette/archives/p2/2006/2006-11-15/pdf/g2-14023.pdf.
En date du 20 mars 2015, aucun incident n’avait été signalé au Canada. Cependant, la base de
données de l’Ecological Incident Information System de l’EPA comptait 19 incidents
environnementaux, dont 17 résultant d’une utilisation homologuée conforme à l’étiquette.
Quatorze incidents, tous survenus en 2003, font état de dommages à une variété hybride de
bleuets (Rabbiteye) après l’application de Rovral 4F; le titulaire d’homologation a depuis
modifié l’étiquette de son produit afin d’en interdire l’utilisation sur cette variété de bleuets.
L’application de Rovral (iprodione) sur des amandiers en fleurs dans une zone agricole non
précisée en Californie a entraîné la mort de couvain d’abeilles domestiques. L’application
d’ipridione est considérée comme la cause « probable » de la mort des abeilles dans la base de
données.
Dans un autre cas de mortalité d’abeilles, le fongicide Rovral a été appliqué en soirée sur un
verger de cerises au moyen d’un pulvérisateur pneumatique alors que des abeilles utilisées pour
des services de pollinisation se trouvaient à proximité. Sur les 80 ruches présentes dans le verger,
environ 20 % présentaient un nombre réduit d’abeilles butineuses (abeilles adultes), et les
populations d’abeilles adultes dans ces ruches ont été estimées à quelque 50 %. Bien que la
pulvérisation ait eu lieu en soirée, les abeilles étaient probablement réunies en grappe à
l’extérieur des ruches et Rovral a été pulvérisé sur elles. L’application d’ipridione est considérée
comme la cause « probable » de la mort des abeilles dans la base de données.
L’autre incident résultant d’une utilisation homologuée concerne la mort de poissons qui se
trouvaient dans un canal de drainage adjacent à un terrain de golf. D’autres pesticides énumérés
dans la déclaration et plus toxiques pour les poissons (carbaryl et chlorpyrifos) seraient
responsables de l’incident.
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 50
5.0
Valeur
Au Canada, l’iprodione est homologué pour lutter contre 24 champignons pathogènes sur
24 types de cultures, 53 espèces de plantes ornementales et le gazon, dont certains agents
destructeurs : Botrytis cinerea (pourriture grise) sur les framboises et les fraises; Sclerotinia
sclerotiorum (pourriture sclérotique/moisissure blanche) sur le canola, les haricots secs et le
haricot mange-tout, Monilinia fructicola (pourriture brune/brûlure des fleurs) sur les fruits à
noyau, Rhizoctonia solani (chancre des tiges et des stolons) sur la pomme de terre, ainsi que
Sclerotinia homoeocarpa (brûlure en plaques), Colletotrichum cereale (anthracnose basale),
Rhizoctonia solani (plaque brune), les espèces du genre Typhula et Microdochium nivale
(moisissure nivéale grise et moisissure nivéale rose) et Fusarium nivale (plaque fusarienne) sur
les gazons. Les sites où l’on emploie la plus grande quantité annuelle d’iprodione sont les
cultures de canola, pour la suppression de la pourriture sclérotique et de la tache noire, et les
surfaces gazonnées, en particulier pour la suppression de la moisissure nivéale.
Maladies du canola
L’iprodione est homologué pour une utilisation sur le canola comme traitement foliaire pour la
suppression de la pourriture sclérotique et de la tache noire, comme traitement des semences
pour la suppression de la fonte des semis et du pourridié causés par les espèces du genre
Rhizoctonia, la jambe noire transmise par les semences et la tache noire sur les plantules
émergentes de canola. La pourriture sclérotique est une importante maladie du canola qui peut
réduire de moitié le rendement dans des conditions graves. Bien que la tache noire soit
considérée comme une maladie mineure, elle est très répandue dans l’ouest du Canada. Une
diminution de rendement supérieure à 20 % en cas d’infection importante des gousses n’est pas
rare dans les provinces de l’Ouest.
Une très grande partie du canola cultivé au Canada est traitée à l’iprodione par application
foliaire contre la pourriture sclérotique et la tache noire. Les produits homologués qui pourraient
remplacer l’iprodione en date du 27 avril 2015 et les limites d’utilisation de ces produits sur le
canola pour la suppression de la pourriture sclérotique sont présentés dans le tableau suivant :
Matières actives
Azoxystrobine
Groupe
11
Picostrobine
Pyraclostrobine
Boscalide
Fluxapyroxade
Penthiopyrade
Isofétamide
Metconazole
11
11
7
7
7
7
3
Prothioconazole
Cyprodinil
3
9
Fludioxonil
12
Commentaires
Risque d’apparition de résistance élevé. Gestion de la résistance
requise. Une résistance croisée existe entre tous les fongicides du
groupe 11.
Risque d’apparition de résistance moyen à élevé. Gestion de la
résistance requise. Une résistance croisée existe généralement entre
les fongicides du groupe 7.
Risque d’apparition de résistance moyen à élevé. Gestion de la
résistance requise. Une résistance croisée existe entre les fongicides
du groupe 3 actifs contre le même agent pathogène.
Risque d’apparition de résistance moyen. Gestion de la résistance
requise.
Risque d’apparition de résistance faible à moyen. Gestion de la
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 51
Matières actives
Groupe
Commentaires
résistance requise.
Outre les pesticides chimiques de remplacement, deux biofongicides, la souche CON/M/91-08
de Coniothyrium minitans et la souche QST 713 de Bacillus subtilis, sont homologués pour la
répression de la pourriture sclérotique sur le canola; cependant, ils comportent des limites en
raison de leur plus faible capacité de lutte.
Les produits homologués qui pourraient remplacer l’iprodione pour la suppression de la tache
noire sont l’azoxystrobine et la pyraclostrobine (groupe 11), le boscalide et le fluxapyroxade
(groupe 7) et un produit prémélangé composé de fluxapyroxade et de pyraclostrobine. Une
résistance croisée entre les pesticides appartenant au même groupe de mode d’action étant
présente dans les populations du même agent pathogène, les agriculteurs disposent d’un nombre
limité de matières actives de remplacement efficaces pour gérer la résistance et lutter contre la
tache noire.
Maladies du gazon
L’iprodione est l’un des plus importants fongicides utilisés contre les maladies du gazon, car il
permet invariablement une suppression bonne à excellente des importantes maladies du gazon
que sont la moisissure nivéale rose (plaque fusarienne), la moisissure nivéale grise, la brûlure en
plaques, les taches foliaires/fonte helminthosporéenne, les rouilles et la plaque brune sur les
surfaces gazonnées. Les champignons responsables de la moisissure grise et de la moisissure
nivéale rose sont actifs de la fin de l’automne au début du printemps. L’application préventive de
fongicides est recommandée juste avant les premières chutes de neige pour supprimer la
moisissure nivéale. Un autre produit, Instrata (no d’homologation 28861), qui renferme trois
matières actives (fludioxonil, propiconazole et chlorothalonil), permet une suppression tout au
long de la saison de la moisissure nivéale grise et de la moisissure nivéale rose après une seule
application à l’automne. Le fludioxonil et le chlorothalonil font actuellement l’objet d’une
réévaluation.
Les autres pesticides chimiques qui pourraient remplacer l’iprodione pour la suppression de la
moisissure nivéale sont l’azoxystrobine, la fluoxystrobine, la pyraclostrobine et la
trifloxystrobine (tous du groupe 11); le propiconazole, le triticonazole et le myclobutanil (tous du
groupe 3) et le thiophanate-méthyl (groupe 1). Le myclobutanil a comme désavantage de ne
supprimer que la moisissure grise des neiges. Le thiophanate-méthyl est homologué pour la
suppression de la moisissure nivéale rose et fait actuellement l’objet d’une réévaluation. Le
risque d’apparition d’une résistance est élevé contre tous les fongicides du groupe 11, et une
gestion de la résistance est donc requise. De plus, une résistance croisée existe entre tous les
membres de ce groupe.
Gestion de la résistance
L’iprodione a été homologué il y a plus de 30 ans au Canada pour une utilisation en agriculture,
en horticulture et sur les surfaces gazonnées. Les fongicides de type dicarboximide (comme
l’iprodione) ont fait leur apparition sur le marché dans les années 1970 pour la suppression de la
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 52
pourriture grise (Botrytis cinerea) sur les raisins en remplacement des fongicides de type
benzimidazole, contre lesquels une résistance était apparue dans plusieurs pays, dont le Canada.
En raison de l’absence de bonnes pratiques de gestion de la résistance et d’un usage abusif de
l’iprodione, B. cinerea a rapidement acquis une résistance à ce produit dans certaines régions.
Malgré la résistance répandue de B. cinerea, l’iprodione demeure efficace pour combattre
d’autres importantes maladies touchant de nombreuses cultures, dont le canola et les surfaces
gazonnées.
L’iprodione est efficace de deux façons : (i) comme fongicide de contact, il inhibe la croissance
et le développement de l’agent pathogène ciblé, et (ii) comme fongicide à action curative, il
inhibe aussi la croissance de l’agent pathogène ciblé même après l’établissement de celui-ci.
L’iprodione est surtout considéré comme un fongicide protecteur. Bien qu’une résistance ait été
détectée chez des isolats de certains champignons pathogènes, en particulier B. cinerea, en raison
de ses propriétés, l’iprodione demeure efficace dans le cadre de programmes de lutte intégrée
dans les régions exemptes de résistance et contre des maladies autres que la pourriture grise
lorsqu’il est utilisé dans des mélanges en cuve ou en alternance avec d’autres matières actives
contre lesquelles le risque d’apparition d’une résistance est élevé.
6.0
Considérations relatives à la politique sur les produits antiparasitaires
6.1
Considérations relatives à la Politique de gestion des substances toxiques
La Politique de gestion des substances toxiques a été élaborée par le gouvernement fédéral pour
offrir des orientations sur la gestion des substances préoccupantes qui sont rejetées dans
l’environnement. Elle prévoit la quasi-élimination des substances de la voie 1, substances qui
répondent aux quatre critères précisés dans la politique, c’est-à-dire qu’elles sont persistantes
(dans l’air, le sol, l’eau ou les sédiments), bioaccumulables, principalement anthropiques et
toxiques, selon la Loi canadienne sur la protection de l’environnement.
Dans le cadre de l’examen, l’iprodione et ses produits de transformation ont été évalués
conformément à la Directive d’homologation DIR99-0310 de l’ARLA et en fonction des critères
de la voie 1. L’ARLA a tiré les conclusions suivantes :


L’iprodione ne génère aucun produit de transformation répondant à tous les critères de la
voie 1 de la Politique de gestion des substances toxiques. Voir le tableau ci-dessous pour
obtenir des détails sur l’évaluation de l’iprodione en fonction des critères qui définissent les
substances de la voie 1.
L’iprodione ne forme aucun produit de transformation répondant à tous les critères de la
voie 1.
Considérations relatives à la Politique de gestion des substances toxiques – Évaluation en fonction des critères de la voie 1 de
cette politique
L’iprodione répond-il aux critères?
Critère de la voie 1 de la Valeur du critère de la voie 1 de la Politique
10
DIR99-03, Stratégie de l’Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire concernant la mise en œuvre
de la Politique de gestion des substances toxiques.
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 53
Politique de gestion des
substances toxiques
Toxique ou équivalente à
toxique selon la Loi
canadienne sur la
protection de
l’environnement1
Principalement
anthropique2
de gestion des substances toxiques
Sol
Eau
Persistance
3
Système entier
(eau + sédiments)
Oui
Oui
Oui
Oui
Demi-vie
≥ 182 jours
Demi-vie
≥ 182 jours
Demi-vie
≥ 365 jours
Non : 16,3 à 83,8 jours
Non : 0,3 à 0,6 jour
Non : 6,1 jours
Ni la demi-vie ni la volatilisation ne sont des voies
de dissipation importantes, et le transport à grande
distance dans l’atmosphère est peu probable
Air
compte tenu de la pression de vapeur
(2,7 × 10-7 mm Hg) et de la constante de la loi de
Henry (9,02 × 10-9 atm m3/mole).
Non : 3,1
Log Koe ≥ 5
Bioaccumulation4
Facteur de bioconcentration ≥ 5 000
Non disponible
Facteur de bioaccumulation ≥ 5 000
Non : 72×
Non, ce produit ne répond pas à tous les critères
Le produit est-il une substance de la voie 1 selon la Politique de gestion
de la voie 1 de la Politique de gestion des
des substances toxiques (doit répondre aux quatre critères)?
substances toxiques.
1
Aux fins de l’évaluation initiale des pesticides en fonction des critères de la Politique de gestion des substances toxiques,
l’ARLA considère que tous les pesticides sont toxiques ou équivalents à toxiques au sens de la Loi canadienne sur la protection
de l’environnement. S’il y a lieu, l’évaluation du critère de toxicité de la Loi peut être approfondie (c’est-à-dire si la substance
répond à tous les autres critères de la voie 1 de la Politique de gestion des substances toxiques).
2
Aux termes de la politique, une substance est jugée « principalement anthropique » si, de l’avis des experts, sa concentration
dans un milieu environnemental est largement due à une activité humaine, plutôt qu’à des sources ou rejets naturels.
3
Si un pesticide et/ou un ou plusieurs de ses produits de transformation répondent à un critère de persistance dans un milieu
donné (sol, eau, sédiments ou air), l’ARLA estime que ces substances répondent au critère de la persistance.
4
Le log Low et/ou le facteur de bioconcentration et/ou le facteur de bioaccumulation sont préférables au log Koe.
Demi-vie ≥ 2 jours ou
données probantes de
transport à grande
distance
6.2
Produits de formulation et contaminants préoccupants pour la santé ou
l’environnement
Dans le cadre de l’évaluation, les contaminants présents dans le produit technique et les produits
de formulation ainsi que les contaminants présents dans la préparation commerciale sont
recherchés dans la Liste des formulants et des contaminants de produits antiparasitaires qui
soulèvent des questions particulières en matière de santé ou d’environnement tenue à jour dans la
Gazette du Canada11.
11
Gazette du Canada, Partie II, volume 139, numéro 24, TR/2005-114 (2005-11-30), pages 2641 à 2643 :
Liste des formulants et des contaminants de produits antiparasitaires qui soulèvent des questions
particulières en matière de santé ou d’environnement, et arrêté modifiant cette liste dans la Gazette du
Canada, Partie II, volume 142, numéro 13, TR/2008-67 (2008-06-25), pages 1611 à 1613. Partie 1 –
Formulants qui soulèvent des questions particulières en matière de santé ou d’environnement, Partie 2 –
Formulants allergènes reconnus pour provoquer des réactions de type anaphylactique et qui soulèvent des
questions particulières en matière de santé ou d’environnement et Partie 3 – Contaminants qui soulèvent
des questions particulières en matière de santé ou d’environnement.
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 54
Cette liste, utilisée conformément à l’Avis d’intention NOI2005-0112 de l’ARLA, est fondée sur
les politiques et la réglementation en vigueur, notamment les Directives d’homologation
DIR99-03 et DIR2006-0213, et tient compte du Règlement sur les substances appauvrissant la
couche d’ozone (1998) pris en application de la Loi canadienne sur la protection de
l’environnement (substances désignées par le Protocole de Montréal). L’ARLA a tiré les
conclusions suivantes :

7.0
L’iprodione de qualité technique et ses préparations commerciales ne contiennent aucun
produit de formulation ou contaminant préoccupant pour la santé ou l’environnement
mentionné dans la Gazette du Canada.
Situation de l’iprodione auprès de l’Organisation de coopération et de
développement économiques
Le Canada est un pays membre de l’OCDE, qui est une structure au sein de laquelle les États
peuvent partager leurs expériences et chercher des solutions à des problèmes communs dans un
esprit de collaboration.
Aux fins de la réévaluation d’une matière active, l’ARLA tient compte des récents
développements et des nouveaux éléments d’information concernant le statut d’une matière
active dans d’autres pays, notamment dans les pays membres de l’OCDE. Lorsqu’un membre de
l’OCDE décide d’interdire toute utilisation d’une matière active donnée pour des raisons liées à
la santé ou à l’environnement, l’ARLA cherche à déterminer dans quelle mesure une telle
décision s’appliquerait au Canada.
L’utilisation de l’iprodione est actuellement considérée comme acceptable dans les autres pays
membres de l’OCDE, y compris les États-Unis, l’Australie et l’Union européenne. En date du
11 septembre 2015, aucun pays de l’OCDE n’avait interdit toutes les utilisations de l’iprodione
pour des raisons sanitaires ou environnementales.
8.0
Sommaire
8.1
Santé et sécurité des personnes
La base de données toxicologiques soumise sur l’iprodione caractérisait les effets toxiques qui
pouvaient résulter de l’exposition. L’iprodione est faiblement ou très faiblement toxique par voie
orale, cutanée ou par inhalation, il est modérément irritant pour les yeux et il n’est ni irritant pour
la peau ni un sensibilisant cutané. Les organes cibles étaient le foie et le système endocrinien.
L’iprodione a causé des tumeurs chez le rat et la souris après une longue exposition par voie
orale.
12
NOI2005-01, Liste des formulants et des contaminants de produits antiparasitaires qui soulèvent des
questions particulières en matière de santé ou d’environnement en vertu de la nouvelle Loi sur les produits
antiparasitaires.
13
DIR2006-02, Politique sur les produits de formulation et document d’orientation sur sa mise en œuvre.
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 55
Aucune sensibilité des jeunes n’a été relevée dans la base de données toxicologiques, mais de
nombreux critères d’effet toxicologique pour la reproduction et le développement ont été
touchés. Lors de l’évaluation des risques, l’ARLA tient compte de ces effets possibles et d’autres
effets pour déterminer le degré d’exposition admissible à l’iprodione chez l’humain.
8.1.1
Risques par le régime alimentaire (aliments seulement)
L’exposition aiguë et chronique à l’iprodione par les aliments seulement était inférieure à la
DARf et à la DJA dans tous les groupes de la population et n’est pas préoccupante.
Le risque de cancer à vie par les aliments seulement a été établi à 1 × 10-6 pour la population
générale et n’est pas préoccupant. Cependant, le risque de cancer était inférieur à la dose repère
de 1 × 10-6. Les résidus dans les pêches, les nectarines et d’autres fruits à noyau importés
constituaient la principale source d’exposition et de risque au cours de l’évaluation.
8.1.2
Risques par le régime alimentaire (aliments et eau potable)
L’exposition par les aliments et l’eau potable a été estimée au moyen de trois CPE différentes
basées sur les doses d’application habituelles sur les surfaces gazonnées, les vergers et le canola.
L’exposition aiguë et chronique à l’iprodione par les aliments et l’eau potable était inférieure à la
DARf et à la DJA dans la plupart des groupes de la population et à la plupart des doses
d’application évaluées. Cependant, le risque de cancer dépassait 1 × 10-6 dans la population
générale à toutes les doses d’application et est préoccupant. Le risque de cancer variait de
3 × 10-6 à 4 × 10-5. Les résidus dans l’eau potable constituaient la principale source d’exposition
et de risque au cours de l’évaluation relative aux aliments et à l’eau potable.
8.1.3
Risques autres que professionnels
Aucun produit à usage domestique n’est homologué. Cependant, une exposition occasionnelle
est possible par la poussière domestique, l’air ambiant ou par la pratique du golf. L’exposition
occasionnelle n’est pas préoccupante d’après les données disponibles.
8.1.4
Risques en milieu professionnel
La plupart des DS qui figurent sur les étiquettes ne protègent pas adéquatement les travailleurs
qui réintègrent un site agricole traité. Les DS calculés vont de 12 heures à 137 jours. Bon nombre
des DS proposés ne sont pas réalisables d’un point de vue agronomique.
8.1.5
Risque global (aliments, eau potable et exposition non professionnelle)
Aucune évaluation du risque global (autre que le risque combiné par les aliments et l’eau
potable) posé par l’iprodione n’a été réalisée, car des risques préoccupants avaient déjà été
relevés concernant les aliments et l’eau potable.
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 56
8.2
Risque pour l’environnement
Les études disponibles laissent croire que, dans l’environnement naturel, l’iprodione est
légèrement à modérément persistant dans le sol et non persistant dans l’eau. Il est faiblement à
modérément mobile dans les sols, et sa mobilité diminue en fonction de la teneur en matière
organique du sol. Lorsque l’iprodione est appliqué sur le sol, il ne devrait pas être lessivé dans
les eaux souterraines, mais il pourrait l’être dans les sols sablonneux.
L’évaluation des risques indique que l’iprodione peut avoir des effets nocifs sur les insectes
pollinisateurs, les insectes utiles, les oiseaux, les mammifères et les organismes aquatiques en
quête d’aliments.
8.3
Valeur
L’iprodione est homologué pour la suppression d’un certain nombre de maladies fongiques
d’importance économique sur les cultures au champ, en vergers et en serre, les plantes
ornementales d’extérieur et de serres et les surfaces gazonnées. L’iprodione est largement utilisé
comme traitement foliaire pour la suppression de la pourriture sclérotique et de la tache noire sur
le canola, et pour la suppression de maladies du gazon, en particulier la moisissure nivéale grise
et la moisissure nivéale rose. Quelques matières actives efficaces pouvant remplacer l’iprodione
sont actuellement disponibles pour la gestion de la résistance et la suppression de la tache noire
sur le canola. Dans les régions exemptes de résistance, l’iprodione contribue à la lutte
antiparasitaire durable et joue un rôle dans la gestion de la résistance dans le cadre de
programmes de lutte intégrée lorsqu’il est utilisé dans des mélanges en cuve ou en alternance
avec d’autres fongicides contre lesquels le risque d’apparition d’une résistance est élevé.
9.0
Projet de décision de réévaluation
À la suite de la réévaluation du fongicide iprodione, l’ARLA de Santé Canada propose, en vertu
de la Loi sur les produits antiparasitaires et de ses règlements d’application, l’abandon de toutes
les utilisations de l’iprodione au Canada en raison des risques pour la santé humaine.
Autres données requises concernant l’évaluation des risques pour la santé
Étant donné que l’ARLA propose l’abandon de toutes les utilisations homologuées de
l’iprodione, aucune donnée supplémentaire ne sera requise aux termes de l’article 12 de la Loi
sur les produits antiparasitaires. L’ARLA examinera les données supplémentaires pendant la
période de consultation de 60 jours pour approfondir davantage l’évaluation des risques
sanitaires, le cas échéant. Pour tenir compte des risques préoccupants relevés durant la
réévaluation, les données suivantes peuvent être soumises :


données sur le profil d’emploi, la toxicologie, l’eau potable, l’exposition professionnelle
et la chimie des résidus;
données pour combler les lacunes dans l’évaluation des risques pour la santé liés à
la 3,5-dichloroaniline (3,5-DCA).
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 57
Les titulaires d’homologation qui souhaitent soumettre des données supplémentaires pendant la
période de consultation de 90 jours sont priés de consulter d’abord l’ARLA.
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 58
Liste des abréviations
Liste des abréviations
↑
↓
µg
ALT
ARLA
AST
atm
CA
CE50
CPE
CL50
cm
CMEO
CODO
CSEO
DAL50
DARf
DEEM-FCID
DIR
DJA
DL50
DMENO
DS
DSENO
DSEO
EJE
EPA
EPI
EXAMS
F0
F1
F2
FG
FRAC
FSH
g
GR
ha
Hb
hCG
HGPRT
Ht
Kco
Kd
kg
augmentation
diminution
microgramme
alanine aminotransférase
Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire
aspartate aminotransférase
atmosphère
consommation alimentaire
concentration entraînant un effet à 50 %
concentration prévue dans l’environnement
concentration létale à 50 %
centimètre
concentration minimale entraînant un effet observé
code de données
concentration sans effet observé
dose d’application létale à 50 %
dose aiguë de référence
Dietary Exposure Evaluation Model – Food Consumption Intake Database
Directive d’homologation
dose journalière admissible
dose létale à 50 %
dose minimale entraînant un effet nocif observé
délai de sécurité
dose sans effet nocif observé
dose sans effet observé
exposition journalière estimée
United States Environmental Protection Agency
équipement de protection individuelle
Exposure Analysis Modeling System
génération parentale
première génération filiale
deuxième génération filiale
facteur d’évaluation global
Fungicide Resistance Action Committee
hormone folliculostimulante
gramme
globule rouge
hectare
hémoglobine
gonadotrophine chorionique humaine
hypoxanthine-guanine-phosphoribosyl-transférase
hématocrite
coefficient de partage carbone organique:eau
coefficient de partage sol:eau
kilogramme
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 59
Liste des abréviations
Koe
L
LD
LEACHM
LMR
LQ
m
m.a.
MAP
ME
mg
ml
MO
mPa
NOI
NP
OCDE
p.c.
PA
PDP
ppm
PRVD
PRZM
PSV
q1*
QR
TD50
TIA
coefficient de partage n-octanol:eau
litre
limite de détection
Leaching Estimation and Chemistry Model
limite maximale de résidus
limite de quantification
mètre
matière active
mitogen-activated protein
marge d’exposition
milligramme
millilitre
matière organique
millipascal
Notice of Intent (Avis d’intention)
niveau préoccupant
Organisation de coopération et de développement économiques
poids corporel
phosphatase alcaline
Pesticide Data Program
partie par million
Projet de décision de réévaluation
Pesticide Root Zone Model
premiers stades de vie
risque unitaire de cancer
quotient de risque
temps de dissipation à 50 %
taux d’ingestion alimentaire
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 60
Annexe I
Annexe I
Produits contenant de l’iprodione homologués au Canada en date du 27 avril 2015, à
l’exception des produits abandonnés ou pour lesquels une demande d’abandon a été
présentée
Numéro
d’homologation
Catégorie de
mise en
marché
Titulaire
Nom du produit
Type de
formulation
Une seule/
plusieurs
matière(s) active(s)
Garantie (iprodione)
29379
Produit
technique
ADAMA AGRICULTURAL
SOLUTIONS CANADA LTD.
QUALI-PRO IPRODIONE
TECHNIQUE
SOLIDE
Une seule
99 %
FMC CORPORATION
IPRODIONE TECHNIQUE
Non précisé
Une seule
98,6 %
QUALI-PRO IPRODIONE
240 SE
SUSPENSION
Une seule
240 g/L
OVERALL 240 SC
SUSPENSION
Une seule
240 g/L
PROTURF FONGICIDE
GRANULAIRE X
CONTENANT DE
L’IPRODIONE
GRANULÉ
Une seule
1,3 %
GREEN GT
SUSPENSION
Une seule
240 g/L
TRILOGY SC
SUSPENSION
Plusieurs
29,41 %
POUDRE
MOUILLABLE
Une seule
500 g/kg
POUDRE
MOUILLABLE
Une seule
500 g/kg
ROVRAL RX FONGICIDE
CONTIENT DE L’IPRODIONE
SUSPENSION
Une seule
240 g/L
ROVRAL WDG FONGICIDE
GRANULÉ DISPERSIBLE
DANS L’EAU
GRANULÉS
MOUILLABLES
Une seule
500 g/kg
29315
ROVRAL FLO FONGICIDE
SUSPENSION
Une seule
240 g/L
29866
FONGICIDE ID
SUSPENSION
Une seule
240 g/L
NISSO FOUNDATION LITE
SUSPENSION
Plusieurs
132 g/L
20267
29410
ADAMA AGRICULTURAL
SOLUTIONS CANADA LTD.
.
30275
AGRIUM ADVANCED
TECHNOLOGIES RP INC.
23494
24379
29870
30534
BAYER CROPSCIENCE INC.
IPRODIONE FONGICIDE
POUR LE GAZON ET LES
PLANTES ORNEMENTALES
ROVRAL POUDRE
FONGICIDE MOUILLABLE
Usage
commercial
15213
24378
24709
28525
FMC CORPORATION
NIPPON SODA COMPANY
LTD.
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 61
Annexe I
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 62
Annexe II
Annexe II
Utilisations des produits à usage commercial contenant de l’iprodione homologués au
Canada en date du 27 avril 2015, à l’exception des produits abandonnés ou pour lesquels
une demande d’abandon a été présentée
Dose d’application
(g m.a./ha)
Site(s)
Organisme(s) nuisible(s)
Type de
Méthodes et équipement
formulation
d’application
Dose unique
maximale
Nombre maximal
Dose
cumulative
Nombre habituel
d’applications par de jours entre les
année
applications
maximale
Catégorie d’utilisation 5 : Plantes vivrières cultivées en serre
Laitue
Pourriture grise/affaissement sclérotique
Pourriture noire sur la tige
Concombres
Poudre
mouillable,
granulés
hydrodispersibles
Application au sol :
pulvérisation foliaire –
pulvérisateur à volume élevé
1 000
(4 000)
7 à 10
[4]
Application au sol :
pulvérisation foliaire
[1 000]
(4 000)
7
[625]
(2 500)
Application au sol :
pulvérisation foliaire
1 000
3 000
3
21
Pourriture grise causée par le Botrytis
Tomates
Catégories d’utilisation 6 et 27 : Plantes non vivrières cultivées en serre, plantes ornementales d’extérieur
Semis de
conifères
(épinette, sapin,
pruche et cèdre) –
semis en récipient
ou à racines nues
en serre ou en
pépinière
Brûlure causée par le Botrytis
Poudre
mouillable,
granulés
hydrodispersibles
Plantes
ornementales1
Botrytis spp.
Application au sol :
pulvérisation foliaire
5 g/10 L
Ne peut être
calculée
[4]
21
Plantes
ornementales –
célosie, sauge
Fonte des semis
(Rhizoctonia spp.)
Application au sol : bassinage
(matériel d’arrosage)
10 000 (1 g/m2)
(20 000)
[2]
Non précisé
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 63
Annexe II
Dose d’application
(g m.a./ha)
Site(s)
Organisme(s) nuisible(s)
Type de
Méthodes et équipement
formulation
d’application
Dose unique
maximale
Nombre maximal
Dose
cumulative
Nombre habituel
d’applications par de jours entre les
année
applications
1
Sans objet
maximale
Catégorie d’utilisation 13 : Cultures en milieu terrestre destinées à la consommation animale
Luzerne cultivée
pour la production
de semences
(Saskatchewan,
Alberta, Manitoba
et région de la
rivière de la Paix
en ColombieBritannique)
Sclérotiniose
(Scleretonia sclerotiorum)
Suspension
Application au sol :
pulvérisation foliaire – rampe
d’aspersion
744
744
Catégories d’utilisation 7, 13, 14 : Cultures industrielles de graines oléagineuses et de plantes à fibres, cultures en milieu terrestre destinées à la consommation animale, cultures en
milieu terrestre destinées à la consommation humaine
Pourriture sclérotique sur les tiges
Canola
Tache noire
Poudre
mouillable,
granulés
hydrodispersibles,
suspension
750
Application au sol et
pulvérisation aérienne :
pulvérisation foliaire – rampe
d’aspersion
(750)
504
(504)
23,76
23,76
33,26
33,26
[1]
Sans objet
1
Sans objet
Catégorie d’utilisation 10 : Traitement des semences destinées à la consommation humaine ou animale
Canola
Moutarde
Ail
Fonte des semis et pourridié causés par
Rhizoctonia solani, jambe noire
transmise par les semences et tache noire
transmise par les semences sur les
plantules à la levée
Moisissure verte (Penicillium
corymbiferum)
Suspension
Application au sol : équipement
de traitement des semences
dans des installations
commerciales et à la ferme
(systèmes ouverts et fermés)
Poudre
mouillable,
Application au sol : Traitement
granulés
des semences – trempage
hydrodispersibles
2 g/L
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 64
Ne peut être
calculée
Annexe II
Dose d’application
(g m.a./ha)
Site(s)
Organisme(s) nuisible(s)
Type de
Méthodes et équipement
formulation
d’application
Dose unique
maximale
Carottes
Alternaria transmise par les semences
Poudre
mouillable
Les semences sont traitées
avant d’être importées au
Canada.
Nombre maximal
Dose
Nombre habituel
d’applications par de jours entre les
année
applications
406,7 g/ha pour
les plantons et
129,9 à
203,41g/ha
pour les
pommes de
terre destinées à
la
transformation
ou la
consommation.
1
Sans objet
cumulative
maximale
260,5 g/100 kg
semences
(= 11,72 g/ha, sur la
base de 4,5 kg
semences/ha pour
les carottes fraîches
du marché)
Catégorie d’utilisation 10 : Traitement des semences destinées à la consommation humaine ou animale
Pommes de terre
Chancre des tiges et des stolons, gale
argentée – répression.
Suspension
10,08 g/100 kg
plantons
= 406,7 g/ha pour
les plantons (sur la
base de
4 035 kg plantons/ha
avec un espacement
de 15 cm); et
= 129,9 à
Application au sol : équipement
203,41g/ha pour les
de traitement des plantons de
pommes de terre
pommes de terre (systèmes
destinées à la
ouverts et fermés)
transformation ou la
consommation (sur
la base de
1 289 kg/ha plantons
avec un espacement
de 46 cm et
2 018 kg/ha plantons
avec un espacement
de 31 cm).
Catégorie d’utilisation 14 : Cultures en milieu terrestre destinées à la consommation humaine
Raisins
Laitue de plein
champ (pommée
et frisée)
Poudre
Moisissure grise des grappes de la vigne
mouillable,
granulés
hydrodispersibles
Pourriture grise
Application au sol :
pulvérisation foliaire – rampe
d’aspersion ou pulvérisateur
pneumatique
750
1 500
2
[7 à 14]
Application au sol :
pulvérisation foliaire – rampe
750
3 000
4
7
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 65
Annexe II
Dose d’application
(g m.a./ha)
Site(s)
Organisme(s) nuisible(s)
Type de
Méthodes et équipement
formulation
d’application
Dose unique
maximale
Haricots secs
(blancs et
communs)
Ginseng
Nombre maximal
Dose
cumulative
Nombre habituel
d’applications par de jours entre les
année
applications
maximale
d’aspersion
Moisissure blanche
750
(1 500)
[2]
[7]
Alternariose
550
1 650
3
30
Application au sol et par
pulvérisation aérienne :
pulvérisation foliaire
750
1 500
2
Non précisé
Application au sol et par
pulvérisation aérienne :
pulvérisation foliaire – rampe
d’aspersion et pulvérisateur
pneumatique
1 000
8 000
8
7 à 10
Application au sol et par
pulvérisation aérienne :
application foliaire – rampe
d’aspersion
1 000
(2 000)
[2]
7 à 10
750
(1 500)
875
(1 750)
[2]
7 à 14
750
(1 500)
1 500
1 500
1
Sans objet
750
(3 750)
[5]
7 à 10
Catégorie d’utilisation 14 : Cultures en milieu terrestre destinées à la consommation humaine
Haricots mangetout
Framboises
Fraises
Poudre
Moisissure blanche, pourriture grise des mouillable,
granulés
gousses (habituellement problématique
hydrodisperen Colombie-Britannique seulement)
sibles
Moisissure grise sur le fruit
Pourriture grise du fruit, Penicillium spp.
(répression)
Prunes/prunes à
pruneaux
Cerises (douces)
Pourriture brune
Pêches
Abricots
Poudre
mouillable,
granulés
hydrodispersibles
Application au sol et par
pulvérisation aérienne :
pulvérisation foliaire –
pulvérisateur pneumatique
Pourriture brune/brûlure des fleurs
Choux-fleurs
Alternaria
Choux
(entreposés)
Oignons (secs)
Brûlure des feuilles causée par le
botrytis, mildiou
Application au sol : application
foliaire – rampe d’aspersion
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 66
Annexe II
Dose d’application
(g m.a./ha)
Site(s)
Organisme(s) nuisible(s)
Type de
Méthodes et équipement
formulation
d’application
Dose unique
maximale
Poireaux
Brûlure des feuilles causée par le
botrytis
Poudre
mouillable
Nombre maximal
Dose
Nombre habituel
d’applications par de jours entre les
cumulative
année
applications
maximale
3 000
4
Catégorie d’utilisation 30 : Surfaces gazonnées
Surfaces
gazonnées – allées
et verts de golf, et
autres zones
gazonnées comme
celles destinées à
la production de
Plaque brune, plaque fusarienne,
Poudre
gazons tels que le moisissure grise des neiges, moisissure mouillable,
pâturin des prés,
rose des neiges, taches foliaires, brûlure
granulés
l’agrostide,
en plaques, tache rouge des feuilles,
hydrodisperl’ivraie vivace et
anthracnose basale, taches foliaires
sibles,
la fétuque
helminthosporéennes, fonte
suspension,
chevelue, ou les
helminthosporéenne
granulés
endroits où ces
mélanges à gazon
prédominent (les
pelouses
résidentielles sont
exclues)
[6]
Application au sol :
pulvérisation foliaire – rampe
d’aspersion
6 250 à 9 000
(37 500)
[27 000]
14 à 21
Les renseignements entre crochets [ ] sont proposés par le titulaire d’homologation, et les renseignements entre parenthèses ( ) sont calculés par l’ARLA.
1
Comprend les plantes ornementales suivantes : Adiantum spp., Aphelandra squarrosa, Aralia elegantissima, Aralia sieboldii, Asparagus sprengeri, Asparagus plumosus, Azalea spp., Begonia rex var
Fireglow, Chrysanthemum spp. (toute l’année), Chlorophytum spp., Cineraria spp., Cissus antarctica, Croton spp var Bravo, Cyclamen spp., Dracaena spp var Rededge, Episcia cupreata, Euonymus
spp., Euphorbia splendens, Ficus spp., Fittonia spp., Fuchsia spp., Geranium (zonale), Gesneria spp., Gynura sarmentosa, Hedera spp., Hypoestes sanguinolenta, Impatiens spp., Iresine herbstii,
Kalanchoe spp., Maranta spp., Monstera deliciosa >borsigiana=, Neanthe bella, Nepeta spp. (gingembre), Nephrolepis spp., Pelargonium spp., Peperomia caperata, Peperomia hederifolia, Peperomia
magnoliifolia, Philodendron scandens, Pilea cadierei, Poinsettia spp., Primula spp., Rhoicissus spp., Ruellia makoyana, Saintpaulia ionantha, Saxifraga stolonifera, Senecio macroglossus >variegatum=,
Setcreasea purpurea, Sinningia spp. (gloxinia), Solanum capsicastrum, Rosa hybrida ‘Samantha’.
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 67
Annexe II
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 68
Annexe III
Annexe III
Tableau 1
Évaluation toxicologique de l’iprodione
Critères d’effets toxicologiques à utiliser pour l’évaluation des risques
sanitaires liés à l’iprodione
Scénario
d’exposition
Critère d’effet
Valeur
Aiguë, régime
alimentaire
(femmes de 13 à
49 ans)
Diminution de la distance
anogénitale chez les
fœtus.
DARf =
0,067 mg/kg p.c.
Chronique, régime
alimentaire
Augmentation du poids
des surrénales et
diminution du poids de la
prostate.
DJA =
0,014 mg/kg
p.c./j
Cutanée/inhalation
(à court terme)
Cutanée/inhalation
(à moyen terme/à
long terme)b
Globale
À court terme
Étude/Point de départ
Étude de toxicité pour le
développement; rat
300
DSENO : 20 mg/kg p.c.
Étude d’un an; chien
DMENO : 4,1 mg/kg p.c./j
Diminution du poids des
testicules et de la prostate.
Étude de 13 semaines; rat
Augmentation du poids
des surrénales.
DSENO : 15 mg/kg p.c./j
Augmentation du poids
des surrénales et
diminution du poids de la
prostate.
FG ou
MEa
300
300
Étude d’un an; chien
DMENO : 4,1 mg/kg p.c./j
Diminution du poids des
testicules et de la prostate.
Étude de 13 semaines; rat
Augmentation du poids
des surrénales.
DSENO : 15 mg/kg p.c./j
300
300
Valeur q1* d’après les tumeurs au foie observées chez les souris mâlesc = 8,89 × 10-3
(mg/kg p.c./j)-1
a
Le facteur global (FG) renvoie à la somme du facteur d’incertitude et du facteur prescrit par la Loi sur les produits
antiparasitaires pour l’évaluation des risques alimentaires; la ME correspond à la ME cible dans l’évaluation de
l’exposition professionnelle.
b
Puisqu’un point de départ pour la voie orale a été choisi, un facteur d’absorption cutanée de 16 % ou un facteur
d’absorption par inhalation de 100 % (valeur par défaut) a été utilisé pour l’extrapolation d’une voie d’exposition à
une autre.
c
Un q1* de 6,38 × 10-2 (mg/kg p.c./j)-1 fondé sur les hémangiosarcomes (rate) observés chez les rats a également été
utilisé dans l’évaluation pour le 3,5-dichloroaniline.
Cancer
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 69
Annexe III
Tableau 2
Profil de toxicité de l’iprodione
NOTE : Les effets sont réputés ou présumés se produire chez les deux sexes, à moins d’indication contraire, auquel
cas, les effets propres à chacun des sexes sont séparés par un point-virgule. Sauf indication contraire, les effets sur le
poids des organes correspondent aux effets sur le poids absolu des organes et sur le poids relatif des organes par
rapport au poids corporel.
Type d’étude,
espèce et no de
l’ARLA
Résultats ou effets
Études sur la métabolisation et la toxicocinétique
Études de gavage (voie orale) menées chez le rat avec de l’iprodione radiomarqué au 14C (nos de l’ARLA 1231370,
1166139, 1220704, 1220703)
Absorption : L’iprodione était facilement absorbé après une dose unique par voie orale (50 ou 900 mg/kg p.c.).
Après l’administration d’une faible dose, les concentrations sanguines culminaient après 2 et 4 heures chez les
mâles et les femelles respectivement. Dans le cas d’une forte dose, les concentrations sanguines culminaient après
6 heures chez les deux sexes, et étaient environ 3 fois plus élevées qu’à la faible dose.
Distribution : Après l’administration répétée de 50 mg/kg p.c pendant 14 jours, les concentrations individuelles
dans les tissus étaient < 1 ppm 168 heures après l’administration de la dose. La concentration individuelle dans les
tissus était < 0,7 ppm chez les deux sexes 168 heures après une dose unique de 50 mg/kg p.c., et < 10 ppm
168 heures après une dose unique de 900 mg/kg p.c. Globalement, environ 0,3 % du composé radiomarqué a été
retrouvé dans les tissus, les plus fortes concentrations ayant été retrouvées dans le foie et les intestins. Les tissus
prélevés 4 jours après l’administration d’une dose unique de 100 mg/kg p.c. par voie orale contenaient environ 1 %
du composé radiomarqué. Des concentrations plus élevées ont été trouvées dans la peau (0,5 %) et le foie (0,9 à
0,1 %).
Métabolisation : La biotransformation de l’iprodione s’effectuait par hydroxylation du cycle aromatique
(RP36120), désalkylation et dégradation de la chaîne isopropylcarbamoyl (RP32490), puis réarrangement et
clivage de l’entité hydantoïne (RP36115, RP36114). Le réarrangement moléculaire s’est aussi soldé par la
formation d’isomères de l’iprodione et de métabolites intermédiaires.
L’iprodione était fortement métabolisé, quelle que soit la dose. Dans l’ensemble, les métabolites détectés dans
l’urine étaient de l’iprodione, du RP32490, du RP36112, du RP36114, du RP36115, du RP36116, du RP36118, du
RP36119 et du RP25040. Les métabolites retrouvés en plus grande quantité dans l’urine étaient le RP32490 et le
RP36114. Environ 10 à 20 % de la radioactivité contenue dans l’urine n’a pas été identifiée. Le composé d’origine
a été davantage éliminé dans l’urine chez les femelles que chez les mâles. Les excréments contenaient les mêmes
métabolites que l’urine, en plus de RP25040, de RP36113 et de RP30228. Les composés les plus courants présents
dans les excréments étaient l’iprodione inchangé (30 % de la dose faible et 80 % de la dose élevée), le
RP36115/36119, le RP32490 et le RP36114. Environ 20 à 45 % de la radioactivité trouvée dans les excréments n’a
pas été identifiée.
Globalement, les principaux produits de métabolisation étaient des métabolites possédant des groupes
isopropylcarbamoyl dégradés, produits par la N-désalkylation ou l’hydrolyse des liens Co-N dans l’iprodione
(RP32490, RP25040), ainsi que le métabolite hydroxylé sur le cycle benzénique (RP36114).
Élimination : L’élimination de l’iprodione était rapide, 90 à environ 100 % ayant été éliminé en 2 à 4 jours, selon
la dose. L’excrétion urinaire était plus grande à faibles doses, alors que l’excrétion fécale était plus importante à
fortes doses. Il se pourrait que les mâles aient absorbé une plus grande partie de la dose que les femelles, puisque
celles-ci affichaient un taux d’excrétion urinaire plus élevé. De même, la dose élevée semble avoir été moins
absorbée que la dose faible, car elle montre un taux d’excrétion fécale plus important. La demi-vie d’élimination
était d’environ 7 à 9 heures à 50 mg/kg p.c. et d’environ 20 à 13 heures à 900 mg/kg p.c. L’élimination était plus
lente chez les mâles que chez les femelles.
Une étude (complémentaire) d’absorption cutanée chez le rat a été menée avec 185 mg de 14C-iprodione/kg p.c.
(no de l’ARLA 1220773)
Métabolisation : De l’iprodione non modifié a été retrouvé dans l’urine, les excréments et les intestins. Le
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 70
Annexe III
Type d’étude,
espèce et no de
Résultats ou effets
l’ARLA
métabolite RP32490 a été trouvé dans l’urine, le RP36114 dans l’urine, les matières fécales et les intestins, et le
RP30228 dans l’urine des mâles seulement.
Études de toxicité aiguë
Toxicité aiguë par
voie orale
Souris CD-1
No de l’ARLA
1711132
DL50 = 1 870/2 670 mg/kg p.c. (mâles/femelles)
≥ 900 mg/kg p.c. – épiphora, diminution de la tension musculaire, dépression, respiration
lente, dyspnée, quadriplégie et paralysie systémique. La paralysie a touché dans l’ordre les
membres postérieurs, les membres antérieurs puis tout le corps avant la mort. Des
convulsions toniques ont aussi été observées
Toxicité légère
Toxicité aiguë par
voie orale
Rat CD
No de l’ARLA
1711131
Toxicité aiguë par
voie orale
DL50 = 2 060/1 530 mg/kg p.c. (mâles/femelles)
Épiphora, ↓ tension musculaire, dépression, respiration lente, dyspnée, quadriplégie et
paralysie systémique (la paralysie a touché dans l’ordre les membres postérieurs, les
membres antérieurs puis tout le corps)
Toxicité légère
DL50 = 3 700 mg/kg p.c.
Saignement externe (nez), larmoiement, ataxie et diarrhée
Rat Wistar
Toxicité faible
o
N de l’ARLA
1711129
Toxicité aiguë par
voie orale
DL50 > 2 000 mg/kg p.c. pour toutes les espèces (DL50 souris = 4 000 mg/kg p.c., DL50 rat et
chien > 2 000 mg/kg p.c.)
Souris CD-1, rat
CD, chien Beagle et Toxicité faible
chien commun
No de l’ARLA
1220393
Toxicité aiguë par
inhalation
CL50 ≥ 3,29 mg/L (exposition du corps entier pendant 4 heures)
Aucune mortalité ni effet nocif
Rat Sprague-Dawley
No de l’ARLA
1128941
Toxicité aiguë par
inhalation
Toxicité faible
CL50 ≥ 5,16 mg/L (exposition de 4 heures)
Rat Sprague-Dawley Toxicité faible
No de l’ARLA
1711133
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 71
Annexe III
Type d’étude,
espèce et no de
l’ARLA
Toxicité aiguë par
voie cutanée
Rat CD, lapin néozélandais blanc
Résultats ou effets
DL50 rat > 2 500 mg/kg p.c. : aucun effet sur la mortalité, les signes cliniques ni les
observations macroscopiques, ↓ gain de p.c. après 5 jours chez les mâles
DL50 lapin > 1 000 mg/kg p.c. : aucun effet sur la mortalité, les signes cliniques et le gain de
p.c.
Toxicité faible
No de l’ARLA
1220393
Toxicité aiguë par
voie cutanée
DL50 > 2 000 mg/kg
Toxicité faible
Lapin néo-zélandais
blanc
No de l’ARLA
1611937
Toxicité aiguë par
voie cutanée
DL50 > 30 000 mg/kg
Toxicité faible
Lapin
No de l’ARLA
1611922
Irritation oculaire
Lésion de la cornée résorbée après 72 heures. Irritation de la conjonctive résorbée après
7 jours.
Lapin néo-zélandais
blanc
No de l’ARLA
1611925
Irritation oculaire
Irritation modérée des yeux
Effets sur la conjonctive résorbés après 7 jours.
Lapin néo-zélandais Étude complémentaire
blanc
No de l’ARLA
1611923
Irritation oculaire
Non irritant pour les yeux
Lapin néo-zélandais
blanc
No de l’ARLA
1220393
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 72
Annexe III
Type d’étude,
espèce et no de
l’ARLA
Irritation cutanée
Résultats ou effets
N’est pas un irritant cutané
Lapin néo-zélandais
blanc
No de l’ARLA
1128942
Sensibilisation
cutanée
N’est pas un sensibilisant cutané selon le test de Buehler (concentration : 10 % pour
l’induction et la provocation, 5 % pour la deuxième provocation)
Cobaye
No de l’ARLA
1128943
Études de toxicité subchronique
Toxicité par le
régime alimentaire
pendant 4 semaines
Souris CF-1
DSENO = 390/420 mg/kg p.c./j (1 900 ppm)
≥ 950/1 000 mg/kg p.c./j (6 000 ppm) : ataxie et léthargie pendant la première semaine. ↑
poids du foie, aspect pointillé du foie, ↑ vacuolisation des hépatocytes et foyers de
dégénérescence éosinophile
No de l’ARLA
1816255
2 300/2 400 mg/kg p.c./j (15 000 ppm) : mortalité, ↓ gain de p.c. et CA. Inflammation
granulomateuse observée dans le cœur, le foie et les reins (possiblement en réaction à un
corps étranger)
Toxicité par le
régime alimentaire
pendant 4 semaines
DSENO = 366/439 mg/kg p.c./j (1 900 ppm)
Souris CF-1
Carworth
≥ 1 090/1 310 mg/kg p.c./j (6 000 ppm) : dépression et ataxie, ↑ poids relatif du foie, aspect
pointillé du foie, hypertrophie du foie
No de l’ARLA
1816255
≥ 1 860/2 090 mg/kg p.c./j (9 500 ppm) : hépatomégalie, lésions granulomateuses au foie
Toxicité par le
régime alimentaire
pendant 4 semaines
DSENO = 290 mg/kg p.c./j (1 900 ppm)
Souris CD-1
No de l’ARLA
1711136
≥ 366/439 mg/kg p.c./j (1 900 ppm) : foyers hépatiques blancs (non nocifs)
4 030/2 590 mg/kg p.c./j (15 000 ppm) : mortalité et ↓ p.c., lésions granulomateuses à la
vessie
≥ 900 mg/kg p.c./j (6 000 ppm) : lésions granulomateuses entourant des dépôts cristallisés
dans la vessie et parfois dans le parenchyme du foie, le myocarde, le diaphragme et les
muscles squelettiques, ↑ poids du foie, aspect pâle et marbré du foie, gonflement des
hépatocytes, changements histopathologiques dans la rate et les testicules
≥ 1 400 mg/kg p.c./j (9 500 ppm) : ↑ mortalité, signes cliniques de toxicité, ↓ gain de p.c. et
CA, hyperplasie (légère), gonflement et vacuolisation des cellules de Leydig
2 300 mg/kg p.c./j (15 000 ppm) : interruption partielle ou totale de la spermatogénèse à
l’étape 2 (spermatocytes), hypertrophie des cellules de Leydig
Toxicité par le
DMENO = 260/330 mg/kg p.c./j (1 500 ppm)
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 73
Annexe III
Type d’étude,
espèce et no de
Résultats ou effets
l’ARLA
régime alimentaire ≥ 260/330 mg/kg p.c./j (1 500 ppm) : hypertrophie des hépatocytes centrolobulaires (mâles);
pendant 13 semaines ↑ poids des surrénales et du foie (femelles)
Souris CD-1
No de l’ARLA
1611930
≥ 660 mg/kg p.c./j (3 000 ppm) : vacuolisation des cellules de la zone fasciculée des
surrénales (femelles)
≥ 1 100/1 300 mg/kg p.c./j (6 000 ppm) : dépôts cristallins accompagnés de cellules
polynucléées associées dans plusieurs tissus, en particulier dans la vessie (mâles);
↑ hématopoïèse extramédullaire, atrophie utérine et absence de corps jaunes (femelles)
2 100/2 600 mg/kg p.c./j (12 000 ppm) : mortalité, signes cliniques de toxicité, perte de
poids, ↓ CA.
Toxicité par le
DSENO = 78/89 mg/kg p.c./j (1 000 ppm)
régime alimentaire ≥ 151/189 mg/kg p.c./j (2 000 ppm) : ↓ p.c., ↓ gain de p.c., ↓ efficacité alimentaire,
pendant 13 semaines vacuolisation de la zone fasciculée des surrénales, hypertrophie des cellules de la zone
glomérulée des surrénales; ↓ CA (mâles); ↑ atrophie utérine, ↓ corps jaunes et ↓ poids des
Rat Sprague-Dawley ovaires (femelles)
No de l’ARLA
1611930
≥ 252/266 mg/kg p.c./j (3 000 ppm) : ↓ CA, signes cliniques (posture voûtée, horripilation,
émaciation); atrophie de la prostate et des vésicules séminales, hyperplasie des cellules de
Leydig, diminution des sécrétions des vésicules séminales (mâles); ↓ poids relatif des
surrénales et de l’hypophyse, ↓ poids de l’utérus, ↓ poids absolu du cerveau (femelles)
355/408 mg/kg p.c./j (5 000 ppm) : ce groupe a été sacrifié pendant la 8e semaine en raison
de la toxicité excessive : progressivement ↓ CA, ↓ p.c., perte de poids et mort (1),
spermatozoïdes absents ou anormaux (mâles); les animaux présentaient des anomalies au
foie, aux surrénales, à l’utérus, aux ovaires, à la prostate et aux vésicules séminales
Toxicité par le
DSENO = 21/24 mg/kg p.c./j (300 ppm)
régime alimentaire ≥ 70/82 mg/kg p.c./j (1 000 ppm) : gonflement de la zone glomérulée des surrénales; ↓ p.c.
pendant 13 semaines (mâles)
Rat CD/CRJ
No de l’ARLA
1711135
210/240 mg/kg p.c./j (3 000 ppm) : signes cliniques de toxicité (horripilation, pelage dru),
↓ CA et consommation d’eau, ↓ p.c., ↓ poids du foie, de la rate, du thymus, des reins et du
cœur. Des anomalies microscopiques ont été observées dans le foie, la rate et le thymus
Toxicité par le
DSENO = 15/18 mg/kg p.c./j (250 ppm)
régime alimentaire ≥ 15/18 mg/kg p.c./j (250 ppm) : ↓ poids absolu de l’hypophyse (femelles) (non nocif)
pendant 13 semaines
≥ 31/36 mg/kg p.c./j (500 ppm) : ↑ poids des surrénales, ↓ poids absolu des testicules,
↓
Rat Sprague-Dawley poids de la prostate, hypertrophie de la zone fasciculée des surrénales (mâles)
No de l’ARLA
1711117
≥ 49/59 mg/kg p.c./j (800 ppm) : ↓ p.c., ↓ gain de p.c., ↑ vacuolisation cellulaire de la zone
fasciculée et la zone glomérulée des surrénales; ↑ poids relatif des surrénales, ↓ poids absolu
de la thyroïde (femelles)
183/229 mg/kg p.c./j (3 000 ppm) : ↑ poids relatif du foie, ↑ pâleur des surrénales; prostate
de petite taille à l’examen macroscopique (1), atrophie légère à modérée des tubes
séminifères, hyposécrétion de la prostate (mâles); ↓ poids absolu de l’utérus (femelles)
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 74
Annexe III
Type d’étude,
espèce et no de
l’ARLA
Toxicité par le
régime alimentaire
pendant 5 mois
Résultats ou effets
DSENO = 7,5 mg/kg p.c./j (150 ppm)
≥ 25 mg/kg p.c./j (500 ppm) : ↓ p.c., ↓ gain de p.c.
Rat COBS
No de l’ARLA
1220398
Toxicité par le
270 mg/kg p.c./j (7 200 ppm) :↑ ALT, AST et
régime alimentaire PA à 1 à 2 mois; ↓ GR, Ht et Hb chez 1 mâle à 2 à 3 mois, 1 femelle à 2 mois
pendant 13 semaines Hypogonadisme (1 mâle), utérus hypertrophié (1 femelle)
Chien beagle
No de l’ARLA
1220399
Étude complémentaire (petits groupes). Les résultats étaient extrêmement variables en
raison du faible nombre d’animaux.
Toxicité par le
DMENO = 4,1/4,3 mg/kg p.c./j (100 ppm)
régime alimentaire
pendant 52 semaines ≥ 4,1/4,3 mg/kg p.c./j (100 ppm) : ↑ poids des surrénales; ↓ poids de la prostate (mâles);
↓ poids des ovaires (femelles)
Chien beagle
Nos de l’ARLA
1711121, 1711139,
1711141
≥ 24,92/28,25 mg/kg p.c./j (600 ppm) : ↑ transitoire des érythrocytes avec corps de Heinz
(jusqu’à la semaine 14), pâleur de la zone glomérulée du cortex surrénal causée par une
vacuolisation graisseuse (mâles); légère hyperréflexion de la rétine, lipofuscinose dans
l’épithélium du tube contourné proximal des reins (femelles)
145,3/152,5 mg/kg p.c./j (3 600 ppm) : ↑ ALP, ↑ poids du foie,↓ GB, Hb et Ht, ↑ corps de
Heinz, numération plaquettaire et temps de céphaline, ↑ agglomérats de macrophages
pigmentés, vacuolisation et pâleur du cortex surrénal (zone fasciculée et zone glomérulée),
granulomes sous-muqueux et cellules géantes contenant des cristaux dans la vessie, atrophie
des travées d’hépatocytes centroacineux, légère hyperréflexion de la rétine; ↑ transitoire de
l’ALT au début de l’étude et de la LDH à la fin de l’étude, ↑ bilirubine et albumine totales,
↑ poids du cœur (femelles)
Toxicité par le
DMENO = 7,8 mg/kg p.c./j (200 ppm) (mâles)
régime alimentaire DSENO = 18,4 mg/kg p.c./j (femelles)
pendant 52 semaines ≥ 7,8 mg/kg p.c./j (200 ppm) : ↓ poids de la prostate, ↑ poids des surrénales (mâles)
Chien beagle
o
N de l’ARLA
1160497
Toxicité par voie
cutanée pendant
3 semaines
24,6/26,4 mg/kg p.c./j (600 ppm) : ↓ poids relatif des reins, ↑ poids des surrénales; ↓ GR, Ht
et Hb aux semaines 4 à 36
DSENO = 1 000 mg/kg p.c./j
Effets non attribuables au traitement sur la mortalité, la consommation alimentaire, le poids
corporel, le comportement clinique, l’hématologie, la chimie clinique, le poids des organes,
la pathologie clinique et l’histopathologie.
Lapin néo-zélandais
blanc
No de l’ARLA
1128945
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 75
Annexe III
Type d’étude,
espèce et no de
l’ARLA
Résultats ou effets
Études de toxicité chronique et d’oncogénicité
Toxicité chronique/ DSENO = 23/27 mg/kg p.c. /j (150 ppm)
oncogénicité
≥ 115/138 mg/kg p.c./j (800 ppm) : hypertrophie des hépatocytes centrolobulaires;
(régime alimentaire) architecture lobulaire accentuée (provisoire seulement), ↑ fréquence de masses au foie;
vacuolisation généralisée et hypertrophie des cellules interstitielles des testicules,
Souris CD-1
↑ hyperkératose de la partie non glandulaire de l’estomac (mâles); amyloïdose rénale
(femelles)
os
N de l’ARLA
1147791, 1147792 604/793 mg/kg p.c./j (4 000 ppm) : ↓ gain de p.c. et p.c., ↑ poids des surrénales (provisoire),
et 1147788
↑ ALT et AST, ↑ poids du foie, hypertrophie des hépatocytes éosinophiles et contenant du
gras; vacuolisation des hépatocytes centilobulaires, ↑ poids de la thyroïde (surtout chez les
mâles), macrophages pigmentés dans le foie, ↑ masses testiculaires, testicules flasques et de
petite taille (mâles); hypertrophie des cellules de la zone fasciculée des surrénales
(provisoire seulement), lutéinisation des cellules interstitielles des ovaires, cellules de la
granulosa proéminentes, ↓ poids de l’utérus et des ovaires, absence de corps jaune,
↓ hyperplasie endométriale, ↓ épaisseur de l’épithélium de l’utérus, cicatrices corticales,
↑ hémosidérose splénique et poids des reins (femelles)
Effets néoplasiques : ↑ tumeurs du foie bénignes et malignes (14, 12, 20 et 52 % des mâles
et 4, 4, 4, et 42 % des femelles du groupe témoin et des groupes ayant reçu des doses faibles,
intermédiaires et élevées; chez les témoins historiques, les chiffres sont de 12 à 21 % pour
les mâles et 0 à 2 % pour les femelles); ↑ fréquence de lutéomes ovariens (0, 4, 2 et 10 %
chez les animaux du groupe témoin et des groupes ayant reçu des doses faibles,
intermédiaires et élevées; 0 à 8 % chez les témoins historiques) (femelles)
DSENO = 23/26 mg/kg p.c./j (150 ppm)
Oncogénicité
(régime alimentaire)
≥ 117/132 mg/kg p.c./j (750 ppm) : ↑ cholestérol, ↓ AST, hypertrophie hépatocellulaire,
hypertrophie des cellules corticosurrénales (provisoire seulement), absence de vacuolisation
Souris albinos suisse cytoplasmique des reins; ↓ poids des reins, ↓ poids des épididymes, hémosidérose splénique,
hyperplasie des cellules de Leydig (mâles); ↓ poids de l’utérus (provisoire seulement),
(Hsd : Ola-MF1)
hyperplasie épithéliale de l’utérus (femelles)
No de l’ARLA
2420938
562/634 mg/kg p.c./j (3 500 ppm) : ↓ p.c., ↓ gain de p.c., ↑ poids du foie, pathologie
hépatique (foyers éosinophiles ou de cellules claires, nécrose, hépatocytes polynucléés,
macrophages pigmentés, érythrophagocytose), hématopoïèse extramédullaire,
↑ pigmentation du nez et du cæcum, dilatation ou kystes des glandes de l’estomac,
changements vacuolaires du pancréas; ↑ poids des testicules (provisoire seulement),
vacuolisation des cellules corticosurrénales et macrophages spumeux pigmentés (provisoire
seulement), dégénérescence épithéliale des épididymes, kystes à la prostate, hyperplasie des
ganglions mésentériques (mâles); ↓ poids du cerveau, hémosidérose splénique, atrophie des
glandes mammaires, kystes ovariens, atrophie des ovaires, atrophie des glandes salivaires
(femelles)
Effets néoplasiques : ↑ fréquence d’adénomes hépatocellulaires chez les mâles et les
femelles ayant reçu une dose élevée; aucun ↑ des carcinomes hépatocellulaires
Fréquence combinée des tumeurs hépatiques :
Mâles : 2/50, 0/50, 4/50, 13/50
Femelles : 0/50, 1/50, 0/50, 6/50
Note : Aucune donnée d’histopathologie de la prostate, des épididymes et des glandes
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 76
Annexe III
Type d’étude,
espèce et no de
l’ARLA
Résultats ou effets
mammaires n’est disponible pour tous les animaux ayant reçu une dose faible ou une dose
intermédiaire.
DSENO = 3,6/18 mg/kg p.c./j (75/300 ppm)
Oncogénicité/
toxicité chronique
(régime alimentaire) ≥ 15 mg/kg p.c./j (300 ppm) : ↑ poids des surrénales, ↑ poids des testicules, vacuolisation
corticale de la zone fasciculée des surrénales (mâles)
Rat Wistar
75/93 mg/kg p.c./j (1 600 ppm) : légère ↓ p.c. et gain de p.c., inclusions éosinophiles dans
l’épithélium olfactif; ↑ poids du thymus, hyperplasie des cellules de Leydig (mâles)
No de l’ARLA
2420940
Effets néoplasiques : ↑ fréquence des tumeurs à cellules de Leydig dans les testicules chez
les mâles ayant reçu une dose élevée. ↑ fréquence des adénocarcinomes utérins chez les
femelles ayant reçu une dose élevée
Fréquence des tumeurs à cellules de Leydig
Mâles : 0/60, 1/60, 1/60, 14/60
Fréquence des adénocarcinomes utérins :
Femelles : 1/60, 1/21, 6/30, 5/60
Note : Aucune donnée d’histopathologie de l’utérus et des ovaires n’est disponible pour tous
les animaux ayant reçu une dose faible et une dose intermédiaire.
Oncogénicité/
DSENO = 6,1/8,4 mg/kg p.c./j (150 ppm)
toxicité chronique
(régime alimentaire) ≥ 12,4/16,5 mg/kg p.c./j (300 ppm) : ↑ hypertrophie des hépatocytes centrolobulaires
(provisoire), légère hypertrophie des cellules de la zone glomérulée des surrénales,
Rat Sprague-Dawley vacuolisation dans la zone fasciculée; ↑ nombre et gravité des tubules corticaux basophiles
rénaux dilatés contenant du colloïde éosinophile, ↑ poids du foie, vacuolisation de la zone
réticulée des surrénales, atrophie de la prostate, ↓ spermatozoïdes dans les épididymes et
Nos de l’ARLA
1147789, 1147790, ↓ sécrétions dans les vésicules séminales (mâles); ↑ hémosidérose splénique, ↑ masses
polypoïdes et épaississement utérin (femelles)
1147787
69/95 mg/kg p.c./j (1 600 ppm) : ↓ p.c. et gain de p.c., CA légèrement ↓. Raréfaction ↑ des
pétéchies dans les poumons; ↑ poids de la thyroïde, atrophie des tubes séminifères,
↑ hyperplasie des cellules interstitielles des testicules, ↑ poids des testicules et des
épididymes, et absence de spermatozoïdes épididymaires (mâles);↑ poids du foie,
hypertrophie de la zone glomérulée des surrénales, ↑ dilatation luminale de l’utérus,
↑ gonflement/distension de l’utérus par des fluides ou lésions cystiques (provisoires),
↑ glandes endométriales dilatées, ↑ poids des ovaires, hyperplasie tubulaire aux ovaires;
↑ fréquence d’hématopoïèse extramédullaire et d’hémosidérose splénique (provisoire)
(femelles)
Effets néoplasiques : ↑ fréquence des tumeurs à cellules interstitielles des testicules
Fréquence des tumeurs à cellules interstitielles :
3/60, 7/60, 7/60, 29/60
Études de toxicité pour la reproduction et pour le développement
Toxicité pour le
développement
(gavage)
≥ 100 mg/kg p.c./j : ↓ p.c. et gain de p.c. des mères
200 mg/kg p.c./j : ↑ fréquence des résorptions tardives
Rat Sprague-Dawley 400 mg/kg p.c./j : ↓ CA, ↓ fœtus vivants, ↓ implantations
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 77
Annexe III
Type d’étude,
espèce et no de
l’ARLA
Résultats ou effets
Nos de l’ARLA
1220403
Étude complémentaire
Toxicité pour le
développement
(gavage)
Toxicité maternelle :
Rat Sprague-Dawley
No de l’ARLA
1611940
DSENO ≥ 200 mg/kg p.c./j
Aucun signe de toxicité maternelle n’a été observé.
Toxicité pour le développement :
DSENO = 90 mg/kg p.c./j
200 mg/kg p.c./j : ↑ fréquence d’un espace entre la paroi abdominale et les organes,
↑ fréquence de fœtus de petite taille, ↓ p.c. des fœtus
Toxicité pour le
développement
(gavage)
Toxicité maternelle :
No de l’ARLA
1191364
250 mg/kg p.c./j : 9/25 mères sont mortes ou ont été sacrifiées in extremis (signes cliniques :
prostration, ↓ activité motrice, souillure de la face et la région urogénitale)
DSENO = 20 mg/kg p.c./j
≥ 120 mg/kg p.c./j : ↓ gain de p.c., ↓ CA et efficacité alimentaire, fourrure tachée,
Rat Sprague-Dawley hypertrophie des surrénales
Toxicité pour le développement :
DSENO = 20 mg/kg p.c./j
≥ 120 mg/kg p.c./j : ↓ distance anogénitale chez les fœtus mâles, ↑ avortons chez les deux
sexes
250 mg/kg p.c./j :↓ poids fœtal et ↑ œdème chez les deux sexes
Toxicité pour le
développement
(gavage)
Toxicité maternelle :
No de l’ARLA
1220404
400 mg/kg p.c./j : 9/17 mères sont mortes, toutes entre les jours 20 et 27, une seule mère a
mené sa gestation à terme, perte de poids et ↓ nombre total de sites d’implantation
DMENO = 100 mg/kg p.c./j
≥ 100 mg/kg p.c./j : ↓ gain de p.c., ↓ CA
Lapin néo-zélandais
≥ 200 mg/kg p.c./j : ↑ fréquence des résorptions complètes
blanc
Toxicité pour le développement
DSENO = 100 mg/kg p.c./j
≥ 200 mg/kg p.c./j : ↓ poids fœtal
400 mg/kg p.c./j : possibles effets tératogènes (4/6 des fœtus ayant survécu avaient une côte
manquante)
Toxicité pour le
développement
(gavage)
Toxicité maternelle :
DSENO = 20 mg/kg p.c./j
60 mg/kg p.c./j : ↓ gain de p.c.
Lapin néo-zélandais
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 78
Annexe III
Type d’étude,
espèce et no de
l’ARLA
blanc
Nos de l’ARLA
1208829, 1209635
Résultats ou effets
200 mg/kg p.c./j : ↓ p.c. et perte de p.c., signes cliniques (alopécie, diarrhée, ↓ urine et
matières fécales évacuées). 10/18 lapines ont eu une portée, dont deux ont eu une portée
totalement résorbée. ↑ avortements spontanés et ↓ fœtus viables
Toxicité pour le développement :
DSENO = 60 mg/kg p.c./j
200 mg/kg p.c./j : ↑ vertèbre antéro-sacrée
Toxicité pour le
développement,
détermination des
doses (gavage)
Rat CD
No de l’ARLA
1208830
≥ 120 mg/kg p.c./j : signes cliniques (flaccidité des muscles, perception spatiale altérée)
≥ 240 mg/kg p.c./j : ↓ p.c., ↓ gain de p.c.
≥ 400 mg/kg p.c./j : toxicité importante, 1/6 mères sont mortes, 1 portée viable, ↑ signes
cliniques (prostration, flaccidité des muscles, ataxie, perception spatiale altérée, réflexe de
redressement faible, horripilation, pâleur, écoulement oculaire, saignements vaginaux et
fourrure souillée dans les régions faciale et urogénitale), ↓ taille des portées, placentas de
petite et grande taille, ↑ signes histopathologiques chez les fœtus, structure squelettique
anormale, ossification retardée et incomplète
800 mg/kg p.c./j : 8/14 mères sont mortes, aucune portée viable
Étude complémentaire
Toxicité pour la
reproduction sur
2 générations
(2 portées) (régime
alimentaire)
Rat CD
Nos de l’ARLA
1166135, 1166136
Toxicité pour les parents :
DSENO = 21 mg/kg p.c./j (300 ppm)
≥ 55/71 mg/kg p.c./j (1 000 ppm) : ↓ CA; ↓ p.c., gain de p.c. (avant l’accouplement)(F0, F1)
190 mg/kg p.c./j (3 000 ppm*) : ↓ gain de p.c. (gestation)(F1)
Toxicité pour la reproduction :
DSENO = 71 mg/kg p.c./j (1 000 ppm)
190 mg/kg p.c./j (3 000 ppm*) : ↓ poids à la naissance, ↓ nombre de naissances, (F1a, F1b,
F2a, F2b) ↓ indice de naissances vivantes (F1a, F1b), ↓ taille des portées vivantes (en partie
attribuable aux mortinaissances) (F2a, F2b)
Descendants :
DSENO = 71 mg/kg p.c./j (1 000 ppm)
190 mg/kg p.c./j (3 000 ppm) : ↑ fréquence de signes cliniques chez les petits (petitesse,
mobilité réduite, apparence négligée, substance brune autour des yeux et dans la région
nasale, posture voûtée et/ou tremblements) (F1a, F1b), ↓ indice de viabilité des petits,
↓ indice de sevrage, (F1a, F1b), ↓ p.c. des petits (F2a, F2b)
*La dose de 3 000 ppm a été réduite à 2 000 ppm lors du premier accouplement de la
génération F1a en raison de la toxicité excessive
Toxicité pour la
reproduction sur
100 mg/kg p.c./j (1 000 ppm pendant 5 semaines, 2 000 ppm pendant 8 semaines) :
F0 : nombre moyen de petits vivants au jour 4 ↓
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 79
Annexe III
Type d’étude,
espèce et no de
l’ARLA
3 générations (une
portée) (régime
alimentaire)
Résultats ou effets
F1 : ↓ p.c. chez les femelles entre les semaines 9 et 13, nombre moyen de petits vivants au
jour 4 ↓
F2 : ↓ p.c. au début de la période suivant le sevrage chez les deux sexes, à la semaine 13 les
Rat Sprague-Dawley mâles avaient rattrapé leur retard de poids, mais pas les femelles, dont le gain de p.c. a ↓
entre les semaines 9 et 13
No de l’ARLA
F3 : aucun effet lié au traitement
1220402
Étude complémentaire
Études de génotoxicité
Mutations géniques Négatif avec activation métabolique (10 à 5 000 µg/plaque) et sans activation métabolique
(1 à 250 µg/plaque)
S. typhimurium
TA98, TA100,
TA1535, TA1537,
TA1538.
No de l’ARLA
1711146
Mutations géniques
i) S. typhimurium
TA98, TA100,
TA1535, TA1537,
TA1538
Négatif dans tous les cas, avec et sans activation métabolique à
i) 25 à 200 µg/plaque
ii) 0,05 à 1 000 µg/ml
iii) 12,5 à 200 µg/plaque
iv) 62,5 à 500 µg/ml
ii) E. coli K12,
GY5057
iii) E. coli W3110
(pol A), p3478
(pol A)
iv) S. cerevisiae D7
No de l’ARLA
1711143
Mutations géniques
i)
S. typhimurium
TA98, TA100,
TA1535, TA1537
Négatif à
ii) S. cerevisiae
souche D7
Étude complémentaire
(i) 12,5 à 250 µg/ml sans activation; spot test à 1 000 µg/plaque; 1 à 1 000 µg/plaque avec
activation
(ii) 250 µg/ml sans activation métabolique
No de l’ARLA
1711145
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 80
Annexe III
Type d’étude,
espèce et no de
l’ARLA
Mutation HGPRT
Résultats ou effets
Négatif avec activation métabolique (100 à 1 500 µg/ml) et sans activation métabolique (5 à
100 µg/ml)
Cellules ovariennes
de hamster chinois
No de l’ARLA
1216614
Aberration
chromosomique
Négatif avec activation métabolique (40 à 400 µg/ml) et sans activation métabolique (15 à
150 µg/ml)
Cellules ovariennes
de hamster chinois
No de l’ARLA
1216612
Échange de
chromatides sœurs
Négatif avec activation métabolique (5 à 400 µg/ml) et sans activation métabolique (5 à
100 µg/ml).
Cellules ovariennes
de hamster chinois
No de l’ARLA
1711147
Micronoyau
(gavage)
Souris CD-1
o
N de l’ARLA
1166140
3 000 mg/kg p.c. : aucune ↑ significative de micronoyaux, 1/20 mâles et 8/20 femelles sont
morts, ce qui indique une dose supérieure à la dose maximale tolérée. Les animaux
présentaient aussi une dépression médullaire.
Note : Dans la phase de détermination des doses de l’étude, la dose de 4 000 mg/kg p.c. s’est
révélée létale pour ¾ souris; aucune mortalité observée à 3 000 mg/kg p.c.
Négatif
Études sur les métabolites/études mécanistes
Sécrétion de
testostérone in vitro
Cellules de Leydig
porcines en culture
L’iprodione et deux de ses métabolites (RP36112 et RP36115) ont inhibé la sécrétion de
testostérone stimulée par l’hCG à une dose de 1 µg/ml, l’inhibition maximale (environ
80 %) ayant été observée à des doses de 3 à 10 µg/ml. L’inhibition a été observée dans les
trois heures suivant l’exposition. Cet effet était entièrement réversible après le transfert des
cellules dans un milieu exempt d’ipridione pendant 72 heures.
No de l’ARLA
1166141
Sécrétion de
testostérone in vitro
Cellules de Leydig
porcine immatures
No de
L’iprodione (10 µg/ml) n’a eu aucun effet sur la production d’adénosine monophosphate
cyclique stimulée par l’hCG. Toutefois, l’iprodione, le RP36112 et le RP36115 ont inhibé
compétitivement la stéroïdogenèse dans les cellules de Leydig en culture. L’incubation des
cellules avec du 22ROHCT (un substrat de cholestérol pouvant traverser les membranes
mitochondriales sans transport actif) a fait disparaître l’effet inhibitoire de l’iprodione et du
RP36115, ce qui pourrait indiquer que ces composés empêchent le transport actif et la
disponibilité du cholestérol pour l’enzyme de clivage de la chaîne latérale de cholestérol
dans les cellules de Leydig. Le RP36112 semble agir en aval de l’étape du cholestérol en
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 81
Annexe III
Type d’étude,
espèce et no de
l’ARLA
l’ARLA 1171335
Toxicité pour le
système endocrinien
pendant deux
semaines (régime
alimentaire)
Résultats ou effets
modulant l’activité des enzymes stéroïdogéniques.
175 mg/kg p.c./j (3 000 ppm) : ↑ significative du taux d’hormone lutéinisante (indiquant un
mécanisme compensatoire rapide pour corriger tout effet sur la stéroïdogenèse), ↓ p.c.,
↓ gain de p.c., ↓ CA, ↑ poids des surrénales et des testicules, ↓ poids de l’ensemble des
organes sexuels accessoires, des épididymes et des reins
L’exposition in vivo n’a eu aucun effet sur la sécrétion de la testostérone par les sections
Rat Sprague-Dawley testiculaires incubées in vitro avec ou sans stimulation par hCG.
Sections des
testicules d’animaux
exposés et non
exposés
L’incubation in vitro de tranches des testicules provenant d’animaux du groupe témoin avec
de l’iprodione (1 à 100 µg/ml pendant 1 heure) a causé une ↓ de la sécrétion de testostérone
proportionnelle à la dose, qu’il y ait eu ou non stimulation par hCG. Bien que l’inhibition
soit reliée à la dose, la réponse pourrait avoir atteint un plateau vers 10 à 100 µg/ml.
No de l’ARLA
1171336
Toxicité pour le
système endocrinien
pendant 2 semaines,
détermination des
doses, étude
principale de
4 semaines (gavage)
Étude de détermination des doses :
≥ 300 mg/kg p.c./j : ↓ p.c., ↑ FSH (< que la flutamide)
600 mg/kg p.c./j : ↓ CA, ↑ poids du foie, ↓ poids absolu des testicules, poids des épididymes,
de tous les organes sexuels accessoires, de la prostate et des vésicules séminales (< que la
flutamide), ↑ hormone lutéinisante (< que la flutamide)
Rat Sprague-Dawley Étude principale :
600 mg/kg p.c./j : mortalité (5/18 sont morts), perte de poids après 7 jours, ↓ gain de p.c.
Liaison in vitro aux entre les jours 8 et 25, ↓ CA. ↑ concentrations d’hormone lutéinisante et FSH après 15 jours
(mais pas après 30 jours). À la nécropsie les concentrations de testostérone étaient
récepteurs
androgéniques de la comparables chez les rats exposés et les rats témoins. ↑ concentrations d’œstradiol, ↑ poids
du foie et des surrénales, ↓ poids des épididymes, ↓ poids de tous les organes sexuels
prostate
accessoires, ↓ poids de la prostate et ↓ poids des vésicules séminales (moins qu’après la
os
flutamide). ↑ fréquence de l’atrophie glandulaire des vésicules séminales et de la prostate (la
N de
fréquence est similaire à celle des animaux témoins nourris en parallèle, mais l’atrophie est
l’ARLA 1166142,
plus marquée). ↑ fréquence de la vacuolisation cytoplasmique dans la zone fasciculée des
1171296
surrénales et de l’hypertrophie hépatocellulaire centrolobulaire (> que la flutamide). Une
légère modification des profils de sécrétion de la testostérone et de l’hormone lutéinisante a
été notée
Étude in vitro :
L’iprodione et la plupart de ses métabolites présentaient une affinité de liaison relative au
récepteur androgénique (< 0,001 %), alors que le RP25040, le RP36112 et le RP36115
présentaient une liaison appréciable (environ 0,006 %, 0,0028 % et 0,0012 %,
respectivement). Liaison à la flutamide = 0,01 %, à la testostérone = 35 % et à la
dihydrotestostérone = 100 %
L’iprodione ne présente donc pas une forte affinité pour le récepteur androgénique et il y a
peu de preuves de liaison ou d’inhibition compétitives.
Toxicité pour le
système endocrinien
pendant 2, 7 ou
14 jours (régime
alimentaire)
150 mg/kg p.c./j : ↓ p.c., ↓ gain de p.c., ↓ CA, ↑ poids relatif du foie, des testicules et des
surrénales, ↓ poids relatif total des organes sexuels accessoires. Aucun effet sur le poids des
épididymes
Aucune différence significative dans la testostérone (du plasma ou de l’homogénat
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 82
Annexe III
Type d’étude,
espèce et no de
l’ARLA
Résultats ou effets
testiculaire) une heure après la provocation par gonadotropine chorionique humaine
Rat Sprague-Dawley
mâle
No de
l’ARLA 1171296
≥ 50 mg/kg p.c./j : ↓ testostérone sérique, ↑ p.c. au début de la séparation du prépuce,
Toxicité pour le
système endocrinien ↑ poids des surrénales
Étude d’environ
3 semaines (gavage) ≥ 100 mg/kg p.c./j : retard de séparation du prépuce (début et fin)
Rat Sprague-Dawley 200 mg/kg p.c./j : ↑ poids du foie, ↓ androgénodépendante du poids des vésicules séminales
mâle (23 à 52 jours et des épididymes
après la naissance)
No de
l’ARLA 1799955
Dosage des
hormones, étude à
dose unique
(gavage)
≥ 70 mg/kg p.c. : taux de testostérone (2 heures après l’administration de la dose), ↑ taux
d’hormone lutéinisante (4 heures après l’administration de la dose)
Rat Sprague-Dawley
No de
l’ARLA 2002756
Quantification de
l’iprodione et des
métabolites, étude à
dose unique
(gavage)
70 mg/kg p.c. :
Radioactivité moyenne dans le sang entier : 5,0 à 14 µg équivalent/g entre 0,5 et 10 heures
après l’administration de la dose
Radioactivité totale moyenne dans les testicules : 3,3 à 18 µg équivalent/g, entre 0,5 et
10 heures après l’administration de la dose
Rat Sprague-Dawley Radioactivité moyenne liée au composé d’origine (iprodione) dans les testicules : 0,95 à
8,9 µg équivalent/g, entre 0,5 et 10 heures après l’administration de la dose
mâle
No de
l’ARLA 1611929
Dosage des
hormones, étude à
dose unique
(gavage)
70 mg/kg p.c. : ↓ taux de testostérone 0,5 heure après l’administration de la dose, culminant
2 heures après l’administration de la dose; ↑ taux d’hormone lutéinisante 2 et 4 heures après
l’administration de la dose, pour chaque dose
300 mg/kg p.c. : ↓ taux de testostérone 0,5 heure après l’administration de la dose, culminant
Rat Sprague-Dawley 1 heure après l’administration de la dose, et ↓ importante toujours en cours après 4 heures
No de
l’ARLA 1611927
Prolifération des
cellules de Leydig,
étude de 14 jours
(gavage)
6 mg/kg p.c./j : ↑ indice de prolifération (14 %) (changement non significatif)
70 mg/kg p.c./j : ↑ indice de prolifération (36 %). Un animal a présenté des souillures autour
du nez, un écoulement nasal, une respiration bruyante, une salivation accrue et une activité
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 83
Annexe III
Type d’étude,
espèce et no de
l’ARLA
Résultats ou effets
Rat Sprague-Dawley motrice réduite; ↓ gain de p.c.
No de
l’ARLA 1611935
300 mg/kg p.c./j : ↑ indice de prolifération (74 %), fourrure souillée dans la région
anogénitale
6 mg/kg p.c./j : ↓ taux de testostérone 1 heure après l’administration de la dose (changement
non significatif)
Dosage des
hormones, étude de
14 jours (gavage)
70 mg/kg p.c./j : ↓ taux de testostérone (2 heures après l’administration de la dose, ↑ taux
Rat Sprague-Dawley d’hormone lutéinisante (4 heures après l’administration de la dose)
No de
l’ARLA 1611936
300 mg/kg p.c./j : ↓ taux de testostérone (1, 2 et 4 heures après l’administration de la dose),
↑ taux d’hormone lutéinisante (4 heures après la dose), fourrure souillée dans la région
anogénitale, ↓ CA, ↓ gain de p.c.
Induction des
enzymes hépatiques,
étude de 3 et
14 jours (régime
alimentaire)
696 mg/kg p.c./j (4 000 ppm) : prolifération des cellules hépatiques et ↑ poids du foie aux
jours 4 et 15, et hypertrophie centrilobulaire au jour 15. ↑ dose-dépendante de l’activité des
enzymes microsomales (CYP 2B et 3A) et du cytochrome P-450 total, ↑ taux d’ALT,
↑ benzyloxyrésorufine et pentoxyrésorufine, ↓ bilirubine
Souris CD-1
2 138 mg/kg p.c./j (12 000 ppm) : hypertrophie centrilobulaire au jour 4. ↑ albumine,
cholestérol, AST, PA et protéines plasmatiques
No de l’ARLA
1171297
Tableau 3
Identification des métabolites
RP25040
RP30228
RP32490
RP36112
(Dichloro-3,5 phényl)-3 hydantoïne
(N dichloro-3,5 phénylcarbamoyl)-1 isopropyl-3 hydantoïne
Carbamoyl-1 (dichloro-3,5 phényl)-3 hydantoïne
(Dichloro-3,5 phényl) carbamoyl-1 hydantoïne
RP36114
RP36115
RP36116
RP36118
RP36119
(Dichloro-3,5 hydroxy-4 phényl)-1 biuret
(Dichloro-3,5 phényl)-1 Biuret
(Dichloro-3,5 phényl) carbamoyl-1 (carboxy-1 éthyl)-3 hydantoïne
(Carboxy-1 éthyl) carbamoyl-1 (dichloro-3,5 phényl)-3 hydantoïne
(Dichloro-3,5 hydroxy-4 phényl)-3 carbamoyl-1 isopropyl-3 hydantoïne
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 84
Annexe III
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 85
Annexe IV
Annexe IV
Estimation de l’exposition à l’iprodione par les aliments et
l’eau potable et des risques connexes
Évaluation de l’exposition aiguë par les aliments seulement et des risques connexes
Exposition par les aliments1
mg/kg p.c.
% DARf2
0,0069
10
Groupe de la population
Femmes (13 à 49 ans)
DARf = Dose aiguë de référence
1
99,9e centile de l’exposition.
2
DARf = 0,07 mg/kg p.c., d’après une DSENO de 20 mg/kg p.c. et un facteur global de 300.
Évaluation de l’exposition chronique par les aliments seulement et des risques connexes
Exposition par les aliments
mg/kg p.c./j
% DJA1
0,00016
1
0,00039
3
0,00054
4
0,00039
2
0,00023
<1
0,00013
<1
0,00011
<1
0,00013
<1
0,00012
<1
Groupe de la population
Population générale
Nourrissons (moins de 1 an)
Enfants 1 à 2 ans
Enfants 3 à 5 ans
Enfants 6 à 12 ans
Jeunes 13 à 19 ans
Adultes 20 à 49 ans
Adultes 50 ans et plus
Femmes 13 à 49 ans
DJA = Dose journalière admissible
1
DJA = 0,014 mg/kg p.c./j, d’après une DSENO de 4,1 mg/kg p.c./j et un facteur global de 300.
Évaluation du risque de cancer lié à l’exposition par les aliments seulement
1
Groupe de la population
Population générale
Risque de cancer = q1* (0,00889 [mg/kg p.c./j]-1) × exposition chronique.
Risque de cancer à vie1
1 × 10-6
Évaluation de l’exposition aiguë par les aliments et l’eau et des risques connexes
Groupe de la
population
Femmes 13 à 49 ans
Exposition aiguë par les aliments et l’eau potable1
Utilisation dans les
Utilisation sur le
Utilisation sur les gazons
vergers
canola
mg/kg
mg/kg
mg/kg p.c.
%DARf2
% DARf2
% DARf2
p.c.
p.c.
0,035
52
0,007
11
0,007
11
DARf = Dose aiguë de référence
1
99,9e centile de l’exposition.
2
DARf = 0,07 mg/kg, d’après une DSENO de 20 mg/kg p.c. et un facteur global de 300.
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 86
Annexe IV
Évaluation de l’exposition chronique par les aliments et l’eau potable et des risques
connexes
Groupe de la
population
Population générale
Nourrissons
(moins de 1 an)
Enfants 1 à 2 ans
Enfants 3 à 5 ans
Enfants 6 à 12 ans
Jeunes 13 à 19 ans
Adultes 20 à 49 ans
Adultes 50 ans et plus
Femmes 13 à 49 ans
Exposition chronique par les aliments et l’eau potable
Utilisation dans les
Utilisation sur les gazons
Utilisation sur le canola
vergers
mg/kg p.c./j
% DJA1 mg/kg p.c./j % DJA1
mg/kg p.c./j
% DJA1
0,0054
39
0,0005
4
0,0004
3
0,0176
126
0,0017
12
0,0011
8
0,0083
0,0077
0,0053
0,0039
0,0050
0,0053
0,0050
60
55
38
28
36
38
56
0,0009
0,0008
0,0005
0,0004
0,0005
0,0005
0,0005
7
6
4
3
3
4
3
0,0008
0,0007
0,0004
0,0003
0,0003
0,0003
0,0003
6
5
3
2
2
2
2
DJA = Dose journalière admissible
1
DJA = 0,014 mg/kg p.c./j, d’après une DSENO de 4,1 mg/kg p.c./j et un facteur global de 300.
Évaluation du risque de cancer lié à l’exposition par les aliments et l’eau potable
Groupe de la
population
1
Population générale
Utilisation sur les
gazons2
4 × 10-5
Risque de cancer à vie1
Utilisation dans les
vergers 2
5 × 10-6
Risque de cancer = q1* (0,00889 [mg/kg p.c./j]-1) × exposition chronique
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 87
Utilisation sur le
canola2
3 × 10-6
Annexe V
Annexe V
Sommaire de la chimie des résidus dans les aliments
L’iprodione est un fongicide de contact homologué au Canada pour une utilisation sur une
variété de cultures, dont la luzerne, les haricots, les choux, le canola, les choux-fleurs, les
concombres, l’ail, le ginseng, les raisins, les poireaux, la laitue, les oignons, les framboises, les
fruits à noyau (abricots, cerises, pêches, prunes/prunes à pruneaux), les fraises et les tomates. Il
est également homologué pour une utilisation sur des cultures non vivrières telles que des plantes
ornementales, les semis de conifères et les surfaces gazonnées.
La nature du résidu dans les tissus végétaux et animaux est élucidée. Sur les plantes traitées par
application foliaire, les résidus équivalents à l’iprodione sont demeurés relativement immobiles
et ont été retrouvés principalement dans la tige et les feuilles. Le seul métabolite important
décelé dans la portion comestible des plantes était l’isomère RP30228, trouvé dans les grains de
riz traités. Les résidus définis sont l’iprodione, le RP32490 et le RP30228 dans les plantes. Étant
donné que l’iprodione était le principal composé retrouvé dans les plantes, l’ARLA propose que
le résidu défini aux fins de l’application de la loi soit modifié pour se limiter à l’iprodione. Pour
l’évaluation des risques, les résidus définis devraient comprendre l’iprodione dans toutes les
cultures sauf les céréales, pour lesquelles les résidus définis sont l’iprodione et le RP30228. Chez
les animaux, l’iprodione était fortement métabolisé et présentait le même profil de
métabolisation chez toutes les espèces (rat, vache, chèvre et poule). Les principaux métabolites
identifiés sont le RP36114 dans le lait et le RP32490 dans les œufs, le lait et les tissus. Les
résidus actuellement définis pour les animaux sont l’iprodione, l’isomère RP30228 et le
métabolite RP32490. D’après les données fournies, les résidus définis aux fins de l’application
de la loi et de l’évaluation des risques devraient demeurer tels quels dans toutes les matrices
animales, sauf dans le cas du lait, où une quantité importante de RP36114 a été trouvée. La
définition du résidu pour le lait comprend donc l’iprodione, le RP32490, le RP30228 et le
RP36114.
Des méthodes de chromatographie en phase gazeuse, de chromatographie gaz-liquide et de
chromatographie liquide haute performance ont été élaborées pour l’analyse de l’iprodione et/ou
ses métabolites RP30228, RP32490 et RP36114 dans les matrices végétales et animales, en vue
de recueillir des données sur les résidus. La méthode de chromatographie liquide haute
performance avec spectrométrie de masse a été validée dans des laboratoires indépendants et elle
est jugée acceptable comme méthode d’analyse aux fins de l’application de la loi.
La quantité de données sur les résidus dont l’ARLA dispose est adéquate pour la plupart des
utilisations homologuées. Cependant, des données supplémentaires sont nécessaires pour établir
ou modifier les LMR dans les concombres de serre, l’ail, les choux-fleurs, les choux et les
tomates de serre, car les données sur les résidus ne permettaient pas de déterminer la quantité de
résidus sur ces produits, ou elles étaient limitées et indiquaient que l’iprodione pourrait dépasser
la LMR.
L’ARLA disposait d’études adéquates sur l’alimentation animale chez les vaches et les volailles.
D’après les données sur les résidus provenant des études sur l’alimentation des animaux et la
charge alimentaire théorique maximale, les valeurs les plus élevées de résidus prévus dans les
animaux varient entre 0,0001 ppm dans les muscles des ruminants et 0,002 ppm dans le foie des
volailles. Vu la faible quantité de résidus prévue, l’exposition liée aux animaux devrait être
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 88
Annexe V
minime. Les denrées d’origine animale n’ont donc pas été incluses dans l’évaluation de
l’exposition par l’alimentation. Aucune LMR n’est actuellement fixée au Canada pour ce type de
denrées; on dispose de suffisamment de données sur les résidus pour établir des LMR pour les
matrices animales à la LQ de la méthode de chromatographie liquide haute performance avec
spectrométrie de masse, soit 0,50 ppm pour les tissus animaux, 0,25 ppm pour les œufs et
0,07 ppm pour le lait, afin d’appuyer d’éventuelles importations des États-Unis.
Les essais de rotation au champ dont dispose l’ARLA indiquent que les résidus d’iprodione et de
métabolites pourraient s’accumuler dans les cultures de rotation. Puisque les étiquettes ne
comportent actuellement aucune restriction concernant le délai avant la plantation, il est proposé
qu’un délai de 30 jours avant la plantation soit précisé pour toutes les cultures à l’exception des
légumes-racines (groupe de cultures 1) et des légumes-feuilles du genre Brassica (groupe de
cultures 5b). Pour les groupes de cultures 1 et 5b, le délai avant la plantation devrait être de
12 mois.
Aucune restriction relative à la LMR et au délai avant la plantation ne sera proposée à cette
étape-ci, compte tenu des préoccupations soulevées à l’égard des risques liés à l’exposition à
l’iprodione par les aliments et l’eau potable, et de la décision proposée de révoquer toutes les
homologations liées à l’iprodione au Canada.
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 89
Annexe VI
Annexe VI
Tableau 1
Évaluation des risques liés à l’exposition à l’iprodione en
milieu professionnel
Poudre mouillable : sommaire de l’évaluation des risques liés à l’exposition
professionnelle
Scénario
Catégorie
d’utilisation
Culture
Laitue de serre
5/6
Concombres de serre
Tomates de serre
Semis de conifères (épinette, sapin,
pruche et cèdre) – semis en récipient ou
à racines nues en serre ou en pépinière
de conifères
6/27
Préposé au mélange, au
chargement et à l’application
Équipement manuel : EPI
intermédiaire + appareil de
protection respiratoire
Équipement manuel : EPI
intermédiaire + appareil de
protection respiratoire
Équipement manuel : EPI
intermédiaire + appareil de
protection respiratoire
Pulvérisateur pneumatique : EPI
de base et chapeau résistant aux
produits chimiques
Rampe d’aspersion : EPI de base
Plantes ornementales1
Équipement manuel : EPI
intermédiaire + appareil de
protection respiratoire
Pulvérisateur pneumatique : EPI
de base et chapeau résistant aux
produits chimiques
Rampe d’aspersion : EPI de base
Plantes ornementales – célosie, sauge
Mouillage du sol : mélange et
chargement en système fermé, EPI
de base
13
Luzerne cultivée pour la production de
semences (Saskatchewan, Alberta,
Manitoba et région de la rivière de la
Paix en Colombie-Britannique)
7, 13, 14
Canola
Raisins
Laitue de plein champ (pommée et
frisée)
14
Haricots secs (blancs et communs)
Ginseng
Haricots mange-tout
Application par pulvérisation
aérienne et rampe d’aspersion :
mélange et chargement en système
fermé, EPI de base
Application par pulvérisation
aérienne et rampe d’aspersion :
mélange et chargement en système
fermé, EPI de base
Pulvérisateur pneumatique : EPI
de base et chapeau résistant aux
produits chimiques
Appareil manuel : EPI de base
Rampe d’aspersion : EPI de base
Application par pulvérisation
aérienne et rampe d’aspersion :
mélange et chargement en système
fermé, EPI de base
Tous les appareils : EPI de base
Application par pulvérisation
aérienne : mélange et chargement
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 90
Après le traitement2
DS : 0,5 jour
DS : non déterminé;
données requises
DS : non déterminé;
données requises
DS en serre : 0,5 jour
DS à l’extérieur : 0,5 à
6 jours
DS pour les plantes à fleurs
coupées de serre : non
déterminé; données requises
DS pour les plantes à fleurs
coupées d’extérieur : 0,5 à
65 jours
DS pour les plantes à fleurs
en pot cultivées en serre :
0,5 jour
DS pour les plantes à fleurs
en pot cultivées à l’extérieur :
0,5 à 18 jours
Mouillage du sol seulement;
aucun contact foliaire
DS : 0,5 jour
DS : 0,5 à 2 jours
DS : 0,5 jour
DS : 0,5 à 137 jours
DS : 0,5 à 1 jour
DS : 0,5 à 2 jours
DS : 0,5 jour
DS : 0,5 à 2 jours
Annexe VI
Scénario
Catégorie
d’utilisation
Culture
Framboises
Fraises
Prunes/prunes à pruneaux
Cerises (douces)
Pêches
Abricots
Choux-fleurs
Choux
30
Oignons (secs)
Poireaux
Surfaces gazonnées – allées et verts de
golf, et autres zones gazonnées comme
celles destinées à la production de
gazons tels que le pâturin des prés,
l’agrostide, l’ivraie vivace et la fétuque
chevelue, ou les endroits où ces
mélanges à gazon prédominent (les
pelouses résidentielles sont exclues)
Préposé au mélange, au
chargement et à l’application
en système fermé, EPI de base
Rampe d’aspersion : EPI de base
Tous les appareils : EPI de base
Tous les appareils : EPI de base
Tous les appareils : EPI de base
Pulvérisateur pneumatique : EPI
de base et chapeau résistant aux
produits chimiques
Équipement manuel : EPI de base
Pulvérisateur pneumatique : EPI
de base et chapeau résistant aux
produits chimiques
Équipement manuel : EPI de base
Tous les appareils : EPI de base
Pulvérisateur pneumatique : EPI
de base et chapeau résistant aux
produits chimiques
Rampe d’aspersion : EPI de base +
appareil de protection respiratoire
Pulvérisateur pneumatique : EPI
de base et chapeau résistant aux
produits chimiques
Rampe d’aspersion : EPI de base +
appareil de protection respiratoire
Rampe d’aspersion : EPI de base
Rampe d’aspersion : EPI de base
Rampe d’aspersion : mélange et
chargement en système fermé, EPI
de base
Équipement manuel : EPI de base
+ appareil de protection
respiratoire
Après le traitement2
DS : 0,5 à 6 jours
DS : 0,5 jour
DS : 0,5 à 20 jours
DS : 0,5 à 20 jours
DS : 0,5 à 20 jours
DS : 0,5 à 20 jours
DS : 7 à 26 jours
DS : 7 à 26 jours
DS : 0,5 à 14 jours
DS : 0,5 à 14 jours
DS : 0,5 à 2 jours
1
Comprend les plantes ornementales suivantes : Adiantum spp., Aphelandra squarrosa, Aralia elegantissima, Aralia sieboldii, Asparagus
sprengeri, Asparagus plumosus, Azalea spp., Begonia rex var Fireglow, Chrysanthemum spp. (toute l’année), Chlorophytum spp., Cineraria spp.,
Cissus antarctica, Croton spp var Bravo, Cyclamen spp., Dracaena spp var Rededge, Episcia cupreata, Euonymus spp., Euphorbia splendens,
Ficus spp., Fittonia spp., Fuchsia spp., Geranium (zonale), Gesneria spp., Gynura sarmentosa, Hedera spp., Hypoestes sanguinolenta, Impatiens
spp., Iresine herbstii, Kalanchoe spp., Maranta spp., Monstera deliciosa >borsigiana=, Neanthe bella, Nepeta spp. (gingembre), Nephrolepis spp.,
Pelargonium spp., Peperomia caperata, Peperomia hederifolia, Peperomia magnoliifolia, Philodendron scandens, Pilea cadierei, Poinsettia
spp., Primula spp., Rhoicissus spp., Ruellia makoyana, Saintpaulia ionantha, Saxifraga stolonifera, Senecio macroglossus >variegatum=,
Setcreasea purpurea, Sinningia spp. (gloxinia), Solanum capsicastrum, Rosa hybrida ‘Samantha’.
2
Les DS associés à chaque tâche individuelle sont regroupés.
Tableau 2
Granulés mouillables : sommaire de l’évaluation des risques liés à l’exposition
professionnelle
Scénario
Catégorie
d’utilisation
Culture
Laitue de serre
5/6
Concombres de serre
Tomates de serre
6/27
Semis de conifères (épinette, sapin,
pruche et cèdre) – semis en récipient ou
Préposé au mélange, au
chargement et à l’application
Équipement manuel : EPI
intermédiaire
Équipement manuel : EPI
intermédiaire
Équipement manuel : EPI
intermédiaire
Pulvérisateur pneumatique : EPI
de base et chapeau résistant aux
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 91
Après le traitement2
DS : 0,5 jour
DS : non déterminé;
données requises
DS : non déterminé;
données requises
DS en serre : 0,5 jour
DS à l’extérieur : 0,5 à
Annexe VI
Scénario
Catégorie
d’utilisation
Culture
Préposé au mélange, au
chargement et à l’application
Après le traitement2
à racines nues en serre ou en pépinière
de conifères
produits chimiques
Rampe d’aspersion : EPI de base
6 jours
Plantes ornementales1
Équipement manuel : EPI
intermédiaire
Pulvérisateur pneumatique : EPI
de base et chapeau résistant aux
produits chimiques
Rampe d’aspersion : EPI de base
Plantes ornementales – célosie, sauge
Mouillage du sol : EPI de base
13
Luzerne cultivée pour la production de
semences (Saskatchewan, Alberta,
Manitoba et région de la rivière de la
Paix en Colombie-Britannique)
7, 13, 14
Canola
Raisins
Laitue de plein champ (pommée et
frisée)
Haricots secs (blancs et communs)
Ginseng
14
Haricots mange-tout
Framboises
Fraises
Prunes/prunes à pruneaux
Cerises (douces)
Pêches
Abricots
Choux-fleurs
Application par pulvérisation
aérienne : EPI maximal (mélange
et chargement)
Rampe d’aspersion : mélange et
chargement en système fermé, EPI
de base
Application par pulvérisation
aérienne : EPI maximal (mélange
et chargement)
Rampe d’aspersion : mélange et
chargement en système fermé, EPI
de base
Pulvérisateur pneumatique : EPI
de base et chapeau résistant aux
produits chimiques
Équipement manuel : EPI de base
Rampe d’aspersion : EPI de base
Application par pulvérisation
aérienne : EPI maximal (mélange
et chargement)
Rampe d’aspersion : mélange et
chargement en système fermé, EPI
de base
Tous les appareils : EPI de base
Application par pulvérisation
aérienne : EPI maximal
Rampe d’aspersion : EPI de base
Tous les appareils : EPI de base
Tous les appareils : EPI de base
Tous les appareils : EPI de base
Pulvérisateur pneumatique : EPI
de base et chapeau résistant aux
produits chimiques
Équipement manuel : EPI de base
Pulvérisateur pneumatique : EPI
de base et chapeau résistant aux
produits chimiques
Équipement manuel : EPI de base
Tous les appareils : EPI de base
Pulvérisateur pneumatique : EPI
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 92
DS pour les plantes à fleurs
coupées de serre : non
déterminé; données requises
DS pour les plantes à fleurs
coupées d’extérieur : 0,5 à
65 jours
DS pour les plantes à fleurs
en pot cultivées en serre :
0,5 jour
DS pour les plantes à fleurs
en pot cultivées à l’extérieur :
0,5 à 18 jours
Mouillage du sol seulement;
aucun contact foliaire
DS : 0,5 jour
DS : 0,5 à 2 jours
DS : 0,5 jour
DS : 0,5 à 137 jours
DS : 0,5 à 1 jour
DS : 0,5 à 2 jours
DS : 0,5 jour
DS : 0,5 à 2 jours
DS : 0,5 à 6 jours
DS : 0,5 jour
DS : 0,5 à 20 jours
DS : 0,5 à 20 jours
DS : 0,5 à 20 jours
DS : 0,5 à 20 jours
DS : 7 à 26 jours
Annexe VI
Scénario
Catégorie
d’utilisation
Culture
Choux (entreposage)
30
Oignons (secs)
Poireaux
Surfaces gazonnées – allées et verts de
golf, et autres zones gazonnées comme
celles destinées à la production de
gazons tels que le pâturin des prés,
l’agrostide, l’ivraie vivace et la fétuque
chevelue, ou les endroits où ces
mélanges à gazon prédominent (les
pelouses résidentielles sont exclues)
Préposé au mélange, au
chargement et à l’application
Après le traitement2
de base et chapeau résistant aux
produits chimiques
Rampe d’aspersion : EPI de base
Pulvérisateur pneumatique : EPI
de base et chapeau résistant aux
produits chimiques
Rampe d’aspersion : EPI de base
Rampe d’aspersion : EPI de base
Rampe d’aspersion : EPI de base
DS : 7 à 26 jours
Rampe d’aspersion : EPI
intermédiaire
Équipement manuel : EPI de base
+ appareil de protection
respiratoire
DS : 0,5 à 14 jours
DS : 0,5 à 14 jours
DS : 0,5 à 2 jours
1
Comprend les plantes ornementales suivantes : Adiantum spp., Aphelandra squarrosa, Aralia elegantissima, Aralia sieboldii, Asparagus
sprengeri, Asparagus plumosus, Azalea spp., Begonia rex var Fireglow, Chrysanthemum spp. (toute l’année), Chlorophytum spp., Cineraria spp.,
Cissus antarctica, Croton spp var Bravo, Cyclamen spp., Dracaena spp var Rededge, Episcia cupreata, Euonymus spp., Euphorbia splendens,
Ficus spp., Fittonia spp., Fuchsia spp., Geranium (zonale), Gesneria spp., Gynura sarmentosa, Hedera spp., Hypoestes sanguinolenta, Impatiens
spp., Iresine herbstii, Kalanchoe spp., Maranta spp., Monstera deliciosa >borsigiana=, Neanthe bella, Nepeta spp. (gingembre), Nephrolepis spp.,
Pelargonium spp., Peperomia caperata, Peperomia hederifolia, Peperomia magnoliifolia, Philodendron scandens, Pilea cadierei, Poinsettia
spp., Primula spp., Rhoicissus spp., Ruellia makoyana, Saintpaulia ionantha, Saxifraga stolonifera, Senecio macroglossus >variegatum=,
Setcreasea purpurea, Sinningia spp. (gloxinia), Solanum capsicastrum, Rosa hybrida ‘Samantha’.
2
Les DS associés à chaque tâche individuelle sont regroupés.
Tableau 3
Suspension : évaluation des risques liés à l’exposition
Scénario
Catégorie
d’utilisation
Culture
13
Luzerne cultivée pour la production de
semences (Saskatchewan, Alberta,
Manitoba et région de la rivière de la
Paix en Colombie-Britannique)
7, 13, 14
Canola
Traitement de semences de canola dans
des installations commerciales
10
Traitement des semences de canola à la
ferme
Moutarde
10
30
Ail
Carottes
Traitement de plantons de pommes de
terre
Surfaces gazonnées – allées et verts de
golf, et autres zones gazonnées destinées
à la production de gazons tels que le
pâturin des prés, l’agrostide, l’ivraie
vivace et la fétuque chevelue, ou les
endroits où ces mélanges à gazon
Préposé au mélange, au
chargement et à l’application
Après le traitement1
Application par pulvérisation
aérienne : EPI de base
DS : 0,5 à 2 jours
Rampe d’aspersion : EPI
intermédiaire
Application par pulvérisation
aérienne : EPI de base
DS : 0,5 jour
Rampe d’aspersion : EPI
intermédiaire
Mélange et chargement en système fermé, EPI intermédiaire +
appareil de protection respiratoire
Plantation : EPI de base
Mélange et chargement en système ouvert, EPI de base
Mélange et chargement en système fermé, EPI intermédiaire +
appareil de protection respiratoire
Plantation : EPI de base
Données requises
Plantation : EPI de base
EPI de base
Tous les appareils : EPI de base
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 93
DS : 0,5 à 2 jours
Annexe VI
Scénario
Catégorie
d’utilisation
Culture
Préposé au mélange, au
chargement et à l’application
Après le traitement1
prédominent (les pelouses résidentielles
sont exclues)
1
Les DS associés à chaque tâche individuelle sont regroupés.
Tableau 4
Granulés : sommaire de l’évaluation des risques liés à l’exposition
professionnelle
Scénario
1
Catégorie
d’utilisation
Culture
30
Surfaces gazonnées – Allées et verts de
golf, et autres zones gazonnées destinées
à la production de gazons tels que le
pâturin des prés, l’agrostide, l’ivraie
vivace et la fétuque chevelue, ou les
endroits où ces mélanges à gazon
prédominent (les pelouses résidentielles
sont exclues)
Préposé au mélange, au
chargement et à l’application
Après le traitement1
Tous les appareils : EPI de base
DS : 0,5 à 2 jours
Les DS associés à chaque tâche individuelle sont regroupés.
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 94
Annexe VII
Annexe VII
Renseignements complémentaires sur les limites maximales
de résidus : conjoncture internationale et incidences
commerciales de ces limites
Il est possible que les limites maximales de résidus (LMR) varient d’un pays à l’autre pour
plusieurs raisons, notamment à cause des différences entre les profils d’emploi des pesticides et
entre les sites des essais au champ utilisés pour générer des données sur les propriétés chimiques
des résidus. Pour les denrées d’origine animale, les écarts entre les LMR peuvent être
attribuables à des différences touchant les produits alimentaires et les pratiques employés dans
l’alimentation du bétail. Des LMR et des tolérances sont établies pour l’iprodione au Canada et
aux États-Unis, et par la Commission du Codex Alimentarius. Les LMR et les tolérances sont
présentées aux tableaux 1 et 2.
Il est proposé de révoquer les LMR fixées pour l’iprodione afin de réduire les risques
alimentaires qui y sont liés et de refléter la décision proposée d’abandonner toutes les utilisations
homologuées de l’iprodione au Canada. Cette décision pourrait créer des différends
commerciaux entre le Canada et certains pays. L’ARLA consultera toutes les parties concernées
avant de prendre une décision définitive au sujet des changements touchant les LMR.
Tableau 1
Comparaison entre les limites maximales du Canada et celles d’autres
autorités
Animaux (sauf la volaille)
–
Animaux – volaille
–
Abricots
Orge
3
–
LMR ou tolérance
ppm)
États-Unis2
0,3 (noix)
0,5 (gras, viande, sous–produits
sauf le foie et les reins)
3 (reins, foie)
5 (gras)
1 (foie, viande)
0,5 (sous–produits sauf le foie)
20
–
Haricots (secs et à écosser)
2
2
Mûres
Bleuets
Mûres de Boysen
Brocoli
Choux
Racines de carotte
Choux-fleurs
Cerises
Canneberges
(sous-groupe de cultures 13A)
Concombres
Gadelles et cassis
Œufs
Ail
25
–
–
–
–
5
–
5
–
15
15
25
–
5
–
–
–
2
0,1 (secs)
2 (communs)
30
–
–
25
10
–
–
20
–
–
25
0,5
–
–
–
–
15
1,5
0,1
2 (ginseng)
4 (racine séchée)
60
10
2
–
–
–
Denrée
Amandes
Canada1
0,3
Ginseng
4 (racine)
Raisins
Kiwis
10
0,5
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 95
Codex3
0,2
–
–
–
10
5
Annexe VII
Denrée
Canada1
LMR ou tolérance
ppm)
États-Unis2
Codex3
10 (pommée)
25 (frisée)
–
–
–
–
–
–
0,2
10
–
Laitue pommée et frisée
25
25
Poireaux
Mûres de Logan
Lait
Feuilles de moutarde
Graines de moutarde
Nectarines
Oignons (secs)
Pêches
Arachides
13
25
–
11
–
10
0,2
10
–
0,5
30
10 (décortiqué)
0,1
0,05
10
0,1
0,5
5
Prunes/prunes à pruneaux
2
Fruits à pépins (GC11-09)
Pommes de terre
Raisins secs
Graines de colza (canola)
Framboises
Riz
Épices, racines et rhizomes
Épices, graines
Fraises
Betterave à sucre
Graines de tournesol
Tomates
Graines de coton non
délintées
Vin
Chicorée witloof (pousses)
–
–
60
1
25
–
–
–
5
–
–
0,5
–
–
0,5
–
15 (régionale)
20 (après récolte)
0,5
20 (après récolte)
0,5
20 (après récolte, prunes à
pruneaux)
–
0,5
300
–
15
10 (grains)
–
–
15
–
–
–
0,1
–
0,1
5
–
–
–
–
1
5
–
LMR et tolérances vérifiées le 5 juin 2015.
1
En vertu du paragraphe B.15.002(1) du Règlement sur les aliments et drogues, la LMR dans les aliments pour lesquels il n’existe aucune LMR
est de 0,1 ppm.
2
Conformément à la partie 180,261 du titre 40 du Code of Federal Regulations des États-Unis. Les LMR en vigueur aux États-Unis pour les
aliments destinés au bétail (luzerne, coques d’amandes vides, tiges de pois de grande culture et foin de pois de grande culture) ne sont pas
présentées.
3
La Commission du Codex Alimentarius est un organisme international sous l’égide de l’Organisation des Nations Unies, qui élabore des normes
alimentaires, notamment des LMR.
Tableau 2
Autorité
Canada1
Définition du résidu actuellement utilisée aux fins de la fixation de limites
maximales de résidus au Canada et par d’autres autorités
Définition des résidus
3-(3,5-dichlorophényl)-N-(1-méthyléthyl)-2,4-dioxo-1-imidazolidinecarboxamide, y compris les
métabolites 3-isopropyl-N-(3,5-dichlorophenyl)-2,4-dioxoimidazolidine-1-carboxamide [RP30228]
et 3-(3,5-dichlorophényl)-2,4-dioxoimidazolidine-1-carboxamide [RP32490]
Plantes :
Iprodione [3-(3,5-dichlorophényl)-N-(1-méthyléthyl)-2,4-dioxo-1-imidazolidinecarboxamide], son
isomère 3-(1-méthyléthyl)-N-(3,5-dichlorophényl)-2,4-dioxo-1-imidazolidinecarboxamide, et son
métabolite 3-(3,5-dichlorophényl)-2,4-dioxo-1-imidazolidine-carboxamide
États-Unis
Animaux :
Iprodione [3-(3,5-dichlorophényl)-N-(1-méthyléthyl)-2,4-dioxo-1-imidazolidinecarboxamide], son
isomère [3-(1-méthyléthyl)-N-(3,5-dichlorophényl)-2,4-dioxo-1-imidazolidinecarboxamide], et ses
métabolites [3-(3,5-dichlorophényl)-2,4-dioxo-1-imidazolidine-carboxamide] et [N-(3,5-dichloro-4hydroxyphényl)-uréido-carboxamide], tous exprimés en équivalent iprodione
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 96
Annexe VII
Autorité
Codex
1
Définition des résidus
Iprodione
La définition du résidu aux fins de l’évaluation des risques est l’iprodione pour tous les produits d’origine végétale sauf le riz, pour
lequel la définition est l’iprodione et le RP30228. Pour toutes les matrices animales sauf le lait, la définition du résidu aux fins de
l’évaluation des risques est l’iprodione, le RP30228 et le RP32490. Pour le lait, la définition du résidu est l’iprodione, le RP30228, le
RP32490 et le RP36114.
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 97
Annexe VII
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 98
Annexe VIII
Annexe VIII
Tableau 1
Devenir et comportement de l’iprodione dans l’environnement, toxicité de l’iprodione et
évaluation des risques liés à l’iprodione
Devenir et comportement de l’iprodione dans l’environnement
Type d’étude
Substance à l’essai
Conditions de l’étude
Valeur
Interprétation
Principaux produits de
transformation
Référence
Ne constitue pas une voie de
transformation importante en
milieu acide
RP3506 à pH 5 et 7;
RP30228 à pH 7 et 9
No de l’ARLA
1183191
Ne constitue pas une voie de
transformation importante
RP32596 (3,5-DCA)
No de l'ARLA
1183199
Ne constitue pas une voie de
transformation importante en
milieu neutre ou basique
Aucun produit de
transformation majeur
(> 10 % dose d’application)
n’a été détecté.
Légèrement persistant
Aucun produit de
transformation majeur
(> 10 % radioactivité
appliquée) n’a été détecté.
Modérément persistant
RP30228
Transformation abiotique
Demi-vie : pH 5 : 130,7 jours
Hydrolyse
Iprodione
25 °C; 30 jours
Phototransformation
dans le sol
Iprodione
Sable loameux, pH : 6.9,
MO : 1,34 %
Demi-vie : 7 à 14 jours
Phototransformation
dans l’eau
Iprodione
25 °C, pH 5, 30 jours
Demi-vie : 67 jours
pH 7 : 6,4 jours
pH 9 : 27,2 minutes
25 °C; 30 jours
No de l'ARLA
1183202
Biotransformation
Sol – conditions
aérobies
Iprodione
276 jours; sable loameux;
25 °C; pH 6,08; % MO
1,28
TD50 : 16,3 jours
385 jours; loam argileux;
25 °C; pH 7,0; % MO 4,0;
(traitement d’iprodione à
10 ppm)
TD50 : 83,8
Aucun produit de
transformation majeur
(> 10 % radioactivité
appliquée) n’a été détecté.
385 jours; loam argileux;
25 °C; pH 7,0; % MO 4,0;
(traitement d’iprodione à
1 ppm)
TD50 : 43,3
385 jours; loam limonoargileux; 25 °C; pH 7.6;
% MO 3,1
TD50 : 25,6
385 jours; loam argileux;
15°C; pH 7.0; % MO 4,0
TD50 : 174
Modérément persistant
RP30228
Loam
TD50 : 38,4
Légèrement persistant
RP30228
Légèrement persistant
Légèrement persistant
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 99
No de l’ARLA
1759501
No de
l'ARLA 1183210
RP30228
No de
Annexe VIII
Type d’étude
Substance à l’essai
Conditions de l’étude
Loam
Sol – conditions
anaérobies
Valeur
TD50 : 41
Loam limoneux
TD50 : 7 à 14 jours
Loam argileux
TD50 : 21 à 26
30 jours; 25 °C; loam
limoneux; % MO 1,53;
eau à pH 8,5
TD50 système entier : 6,1 jours
Interprétation
Légèrement persistant
Non persistant
Principaux produits de
transformation
Référence
l’ARLA 1183211
RP30228
RP30228
No de
l’ARLA 1794743
Iprodione
Eau/sédiments –
conditions aérobies
Iprodione
Eau/sédimentsconditions
anaérobiques
Iprodione
TD50 phase aqueuse : 0,6 jour
Légèrement persistant
RP30228
No de
l’ARLA 1183210
Non persistant
RP30228 et RP32490
No de
l’ARLA 1183215
Non persistant
RP30228 et RP35606
Non persistant
RP30228
100 jours; 20 °C
Deux systèmes : bassin de
moulin et bassin de
collecte d’eaux pluviales;
intervalle de pH : 7,1 à 8,2
(pH 7,9 au début du test)
365 jours; 25 °C; loam
limoneux; % MO 2,0;
pH 7,4
TD50 : < 6 heures (phase aqueuse)
TD50 système entier : 11,7 jours
TD50 phase aqueuse : 2,5 jours
No de
l’ARLA 1183214
No de
l’ARLA 1182248
Mobilité
Iprodione
Adsorption/
désorption
Lessivage en colonnes
de sol
Quatre sols : pH 5,9 à 7,8;
% MO 0,2 à 14,4
Kd = 0,21 à 44,31
Kco = 204 à 543
Kd = 64 à 127
RP30228
Kco = 5 472 à 10 058
RP32595
Kd = 2,6 à 17,9
(3,5-DCA)
Kco = 690 à 1 346
Iprodione
Quatre sols : pH 5,97 à
7,8; % MO 0,2 à 2,1
No de
l’ARLA 1182263
Mobilité faible à moyenne;
l’adsorption a été corrélée à la
teneur en carbone organique
Non précisé
Immobile†
Non précisé
No de
l’ARLA 1759503
Mobilité faible à moyenne†
Non précisé
Numéro de
l’ARLA 1759504
RP35606 et RP30228
No de
l’ARLA 1759505
La majorité de l’iprodione appliqué au sol n’a pas lessivé à plus de
20 cm de profondeur dans le sol, (< 3 % de la dose d’application
détectée dans le lixiviat), sauf dans le sol sableux faible en matières
organiques (12,7 à 52 % de la radioactivité appliquée dans le lixiviat
du sol sableux; environ 0,2 % MO).
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 100
Annexe VIII
Substance à l’essai
Type d’étude
Valeur
Conditions de l’étude
Interprétation
Principaux produits de
transformation
Non persistant
RP30228
Non persistant
RP30228
Non persistant
RP30228
Référence
Études au champ
Demi-vie : 7 jours
Californie : loam
limoneux
Dissipation au champ
Iprodione
Caroline du Nord : sable
laomeux
Europe de l’Est : Goch,
Allemagne; Lyon, Sud de
la France; Mannigtree,
R.-U. et Séville, Espagne.
Aucun résidu n’a été détecté à plus
de 30 cm de profondeur
Demi-vie : < 3 jours
Aucun résidu n’a été détecté à plus
de 15 cm de profondeur dans le sol
TD50 : 8,7 à 19 jours
Aucun résidu n’a été détecté à plus
de 30 cm de profondeur dans le sol
† Classement de McCall et coll. 1981.
Tableau 2
Principaux produits de transformation de l’iprodione
Produit de transformation
Nom chimique
Structure chimique
Cl
RP35606
CH2COOH
[(dichloro-3,5-phényl)- 1 isopropylcarbamoyl-3]-2-acétique
NH
C
N
C
NH
CH(CH3)2
O
O
CL
CH(CH3)2
RP30228
3-(1 -méthyléthyl)-N-(3, 5dichlorophényl)-2,4-dioxo-Iimidazolidine-carboxamide
Cl
O
N
O
NHCO N
Cl
CONH2
Cl
RP32490
No de
l’ARLA 1759517
3-(3,5-dichlorophény1)-2,4-dioxo-1imidazolidine-carboxamide
N
O
N
O
Cl
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 101
No de
l’ARLA 1759512
Annexe VIII
Produit de transformation
Nom chimique
Structure chimique
Cl
RP32596
3,5-dichloroaniline (DCA)
NH2
Cl
Cl
RP36221
O
NH
C
O
NH
C
CH(CH3)2
Cl
Tableau 3
Organisme
Toxicité de l’iprodione pour les espèces non ciblées
Type d’étude
Espèce
Substance à l’essai
Critère d’effet
Valeur
(nominale/moyenne mesurée)
Effet préoccupant
12 kg m.a./ha
Mortalité/biomasse
Référence
Organismes terrestres
Étude au
champ
Exposition
aiguë
Organismes
terricoles
Exposition
chronique
Exposition
chronique
Abeilles
Exposition par
contact
(Apporretodea et
Lumbricus terrestris
adultes ou juvéniles)
Poudre mouillable 50 %
Collembole
(Folsomia candida)
Produit de qualité technique
(pureté 97 %)
Lombric (Eisenia
fetida)
Lombric (Eisenia
andrei)
Formulation
(pureté 961 g/kg)
89 jours CSEO
No de l’ARLA
1220782
24 heures DL50
> 100 mg m.a./kg sol
Mortalité
14 jours DL50
> 1 000 mg m.a./kg sol
Mortalité
8 semaines CSEO
1 000 mg m.a./kg sol
No de l’ARLA
1759526
No de l’ARLA
1759524
No de l’ARLA
1759523
Lombric (Eisenia
andrei)
RP 30228
8 semaines CSEO
1 000 mg m.a./kg sol
Lombric (Eisenia
fetida)
3,5-DCA (RP32596)
8 semaines CSEO
100 mg m.a./kg sol
No de l’ARLA
1759525
DL50
> 120 µg m.a./abeille
No de l’ARLA
1794743
24 heures DL50
> 200 μg m.a./abeille
Abeille domestique
(Apis mellifera)
Produit technique (% m.a.
non précisé)
Mortalité/biomasse
Mortalité
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 102
No de l’ARLA
1183269
Annexe VIII
Organisme
Type d’étude
Substance à l’essai
Critère d’effet
Valeur
(nominale/moyenne mesurée)
Produit technique (pureté
97,1 %)
24 heures DL50
> 25 μg m.a./abeille
Typhlodromus pyri
Formulation
(pureté 508 g/kg)
DAP50
Aphidus rhopalosiphi
Non précisé
Colin de Virginie
(Colinus
virginuanus)
Espèce
Effet préoccupant
Référence
< 750 g m.a./ha
Mortalité
No de l’ARLA
1759528
DAP50
< 750 g m.a./ha
Mortalité
No de l’ARLA
1794745
Produit technique
(pureté 96,2 %)
DL50
> 2 000 mg m.a./kg p.c.
Mortalité
No de l’ARLA
1759553
Colin de Virginie
(Colinus
virginuanus)
Produit technique
DL50
930 mg m.a./kg/p.c.
Canard colvert
(Anas platyrhynchos)
Produit technique
DL50
10 437 mg m.a./kg/p.c.
Colin de Virginie
(Colinus
virginuanus)
Produit technique
(pureté 96,2 %)
5 jours DL50
Canard colvert
(Anas platyrhynchos)
Produit technique
(pureté 96,2 %)
5 jours DL50
Colin de Virginie
(Colinus
virginuanus)
Produit technique
(pureté 96,2 %)
22 semaines DSEO
300 mg m.a./kg aliments
(22 mg m.a./kg p.c./j)
Critères d’effet
touchés : p.c. des
oisillons
No de l’ARLA
1759559
Canard colvert
(Anas platyrhynchos)
Produit technique
(pureté 96,2 %)
22 semaines DSEO
300 mg m.a./kg aliments
(26 mg m.a./kg p.c./j)
Critères d’effet
touchés : moins de
survivants après
14 jours
No de l’ARLA
1759557
Souris CD-1
Non précisé
DL50
1 870/2 670 (mâles/femelles)
mg/kg p.c.
No de l’ARLA
1711132
Rat CD
Non précisé
DL50
2 060/1 530 (mâles/femelles)
mg/kg p.c.
No de l’ARLA
1711131
Rat Wistar
Non précisé
DL50
3 700 mg/kg p.c.
Produit technique
DL50
Exposition par
voie orale
Arthropodes
utiles
Exposition par
contact
Exposition
aiguë
Oiseaux
Exposition par
le régime
alimentaire
Exposition
aiguë
No de l’ARLA
1759555
(>4 121 mg m.a./kg p.c./j)
Mortalité
> 5 620 mg m.a. aliments
No de l’ARLA
1759556
(> 1 297 mg m.a./kg p.c./j)
Mortalité
Souris CD-2
Rat CD
No de l’ARLA
1794743
No de l’ARLA
1759554
> 5 620 mg m.a./kg aliments
Reproduction
Mammifères
Mortalité
4 000 mg/kg p.c.
> 2 000 mg/kg p.c.
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 103
No de l’ARLA
1711129
No de l’ARLA
1711116
Annexe VIII
Organisme
Type d’étude
Espèce
Substance à l’essai
Critère d’effet
Souris CF-1
Souris CF-1
Carworth
Valeur
(nominale/moyenne mesurée)
1 500 mg m.a./kg p.c./j
Non précisé
4 semaines DSEO
Souris CD-1
1 860/2 090 (mâles/femelles)
mg m.a./kg p.c./j
900 mg m.a./kg/j
Souris CD-1
13 semaines DSEO
Reproduction
sur
2 générations
Rat Sprague-Dawley
Critères d’effet
touchés : fondés sur
la mortalité et la
diminution du poids
corporel
Référence
No de l’ARLA
1816255
No de l’ARLA
1711136
No de l’ARLA
1611932
1 110/1 300 (mâles/femelles)
mg m.a./kg p.c./j
Produit technique
(pureté 95,7 %)
Exposition par
le régime
alimentaire
Effet préoccupant
13 semaines DSEO
78/89 (mâles/femelles)
mg m.a./kg p.c./j
Critères d’effet
touchés : fondés sur
la diminution du
poids corporel et du
gain de poids
corporel
No de l’ARLA
1611930
Rat CD/CRJ
Non précisé
13 semaines DSEO
21/24 (mâles/femelles)
mg m.a./kg p.c./j
Critères d’effet
touchés : fondés sur
la diminution du
poids corporel
No de l’ARLA
1711135
Rat Sprague-Dawley
Non précisé
13 semaines DSEO
31/36 (mâles/femelles)
mg m.a./kg p.c./j
Critères d’effet
touchés : fondés sur
la diminution du
poids corporel
No de l’ARLA
1711117
Rat Crl:CD
BR/VAF/PLUS
Produit technique
(pureté 6,2 %)
DSEO
Parents : 21
Reproduction : 68/82
Petits : 68/82
(mg m.a./kg p.c./j)
Plantes
vasculaires
Critères d’effet
touchés : fondés sur
la diminution du
poids corporel et du
gain de poids
corporel
Nos de l’ARLA
1166135 et 1166136
Sans objet
Organismes d’eau douce
Invertébrés
Exposition
aiguë
Produit technique
(pureté 96,2 %)
48 heures CL50
Produit technique
(pureté 94,5 %)
48 heures CL50
Daphnia magna
No de l’ARLA
1759534
240 μg m.a./L
(moyenne mesurée)
430 μg m.a./L
(nominale)
7 200 μg m.a./L
(nominale)
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 104
Mortalité
No de l’ARLA
1794743
Annexe VIII
Organisme
Type d’étude
Espèce
Substance à l’essai
Critère d’effet
72 heures CL50
Daphnia magna
Exposition
chronique
Organisme vivant
dans les sédiments
Chironomus riparius
Truite arc-en-ciel
(Oncorhynchus
mykiss)
Poissons
Exposition
aiguë
Crapet arlequin
(Lepomis
macrochirus)
Barbue de rivière
(Ictalurus punctatus)
Référence
5 800 μg m.a./L
(nominale)
4 000 μg m.a./L
Produit technique
(pureté non précisée)
Écrevisse juvénile
(Procambarus
simulans)
Effet préoccupant
360 μg m.a./L
(moyenne mesurée)
50 % formulation
Daphnia pulex
Valeur
(nominale/moyenne mesurée)
(nominale)
Produit technique
(pureté 95 %)
7 jours
> 4 100 μg m.a./L
(moyenne mesurée)
Produit technique
(pureté 100 %)
21 jours CSEO
170 μg m.a./L
(moyenne mesurée)
Pourcentage moyen
de survie
petits/femelles,
croissance
No de l’ARLA
1759535
RP30228
(pureté 999 g/kg)
28 jours CSEO
(essai limite)
> 100 μg m.a./L
(nominale)
Émergence de
moucherons adultes
du 1er stade larvaire
No de l’ARLA
1759537
No de l’ARLA
1759536
Produit technique
(pureté 96,2 %)
4 100 μg m.a./L
(moyenne mesurée)
No de l’ARLA
1759544
Produit technique
(pureté 95,1 %)
4 200 μg m.a./L
(nominale)
No de l’ARLA
1759542
RP30228
(pureté 98 %)
> 400 μg m.a./L
(moyenne mesurée)
No de l’ARLA
1579543
Produit technique
(pureté 95,1 %)
6 300 μg m.a./L
(nominale)
No de l’ARLA
1759545
96 heures CL50
Mortalité
Produit technique
(pureté 96,2 %)
3 700 μg m.a./L
(moyenne mesurée)
50 % formulation
7 800 μg m.a./L
(moyenne mesurée)
No de l’ARLA
1794743
RP30228
(pureté non précisée)
550 μg m.a./L
(non précisée)
No de l’ARLA
1794745
Produit technique
(pureté 95 %)
3 100 μg m.a./L
(moyenne mesurée)
No de l’ARLA
1759547
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 105
No de l’ARLA
1759546
Annexe VIII
Organisme
Type d’étude
Espèce
Substance à l’essai
Critère d’effet
Valeur
(nominale/moyenne mesurée)
Exposition
chronique
Tête-de-boule
(Pimephales
promelas)
Produit technique
(pureté 100 %)
34 jours, premiers
stades de vie
CSEO
260 μg m.a./L
CMEO
(moyenne mesurée)
Diatomée d’eau
douce
(Navicula
pelliculosa)
Produit technique
(pureté 96,2 %)
120 heures CE50
CSEO
72 heures CE50
Algues
Exposition
aiguë
Exposition
aiguë
Algue verte
(Scenedesmus
subspicatus)
Formulation (225 g/L
iprodione)
CSEO
550 μg m.a./L
48 μg m.a./L
13 μg m.a./L
(moyenne mesurée)
3 700 μg m.a./L
Produit technique
(pureté 96,2 %)
120 heures CE50
Algue verte
(Anaebaena flosaquae)
Produit technique
(pureté 96,2 %)
120 heures CE50
(moyenne mesurée)
> 1 300 μg m.a./L
1 300 μg m.a./L
CSEO
(moyenne mesurée)
Lentille d’eau bossue
(Lemna gibba)
Produit technique
(pureté 97,4 %)
7 jours CE50
Produit technique
(pureté 96,2 %)
14 jours CE50
CSEO
Biomasse/taux de
croissance
No de l’ARLA
1759560
Biomasse/taux de
croissance
No de l’ARLA
1759565
Non précisé
No de l’ARLA
1759563
Biomasse/taux de
croissance
No de l’ARLA
1794743
Biomasse/taux de
croissance
No de l’ARLA
1759564
Inhibition de la
croissance, biomasse,
nombre de frondes
No de l’ARLA
1759569
Inhibition de la
croissance, nombre
de frondes
No de l’ARLA
1759570
(moyenne mesurée)
Algue verte
(Selenastrum
capricornitum)
CSEO
Survie larvaire
No de l’ARLA
1759549
2 100 μg m.a./L
CE50
Plantes
vasculaires
Référence
3 100 μg m.a./L
Non précisé
CSEO
Effet préoccupant
500 μg m.a./L
2 000 μg m.a./L
140 μg m.a./L
> 12 640 μg m.a./L
12,64 μg m.a./L
(moyenne mesurée)
> 1 010 μg m.a./L
1 010 μg m.a./L
(moyenne mesurée)
Organismes marins et estuariens
Invertébrés
Exposition
aiguë
Mysidacé
(Mysidopsis bahia)
Produit technique
(pureté 100 %)
96 heures CE50
680 μg m.a./L
(moyenne mesurée)
Mortalité
No de l’ARLA
1759538
Huître américaine
(Crassostrea
virginica)
Produit technique
(pureté 95 %)
96 heures CE50
2 300 μg m.a./L
(moyenne mesurée)
Formation de la
coquille
No de l’ARLA
1788062
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 106
Annexe VIII
Organisme
Type d’étude
Exposition
chronique
Espèce
Substance à l’essai
Critère d’effet
Mysidacé
(Mysidopsis bahia)
Produit technique
(pureté 100 %)
21 jours CSEO
Poissons
Exposition
aiguë
Méné tête-de-mouton
(Cypronodon
variegates)
Produit technique
(pureté 95 %)
Algues
Exposition
aiguë
Diatomée marine
(Skeletonema
costatum)
Produit technique
(pureté 96,2 %)
Valeur
(nominale/moyenne mesurée)
Effet préoccupant
Référence
7,5 μg m.a./L
Petits/femelles/j de
reproduction
No de l’ARLA
1794743
96 heures CE50
7 700 μg m.a./L
(moyenne mesurée)
Mortalité
No de l’ARLA
1759548
CE50
330 μg m.a./L
CSEO
30 μg m.a./L
Inhibition de la
croissance
No de l’ARLA
1794743
3,5 μg m.a./L
CMEO
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 107
Annexe VIII
Tableau 4
Évaluation des risques pour les oiseaux d’après les valeurs moyennes de résidus d’iprodione fondées sur la dose
cumulative maximale agricole (framboises – 1 000 g m.a./ha × 8 à 7 jours d’intervalle) et la dose d’application la
plus élevée utilisée pour les surfaces gazonnées (9 000 g m.a./ha × 3 à 14 jours d’intervalle).
Maximum de résidus d’après le nomogramme
Toxicité
(mg m.a./kg
p.c./j)
Guilde alimentaire
(aliments)
Moyenne des résidus d’après le nomogramme
Dans les sites traités
Hors des sites traités
Dans les sites traités
EJE
(mg
m.a./kg
p.c.)
EJE
(mg
m.a./kg
p.c.)
EJE
(mg
m.a./kg
p.c.)
QR
EJE
(mg m.a./kg
p.c.)
QR
1,5
106
1,1
QR
QR
Hors des sites traités
Framboises – 1 000 g m.a./ha × 8 à 7 jours d’intervalle
Oiseaux de petite taille (0,02 kg)
Exposition
93
aiguë
Reproduction
22
Oiseaux de taille moyenne (0,1 kg)
Exposition
93
aiguë
Reproduction
22
Insectivore
207
2,2
153
1,7
143
Insectivore
207
9,4
153
7,0
143
6,5
106
4,8
Granivore (graines et grains)
32
1,5
24
1,1
15
0,7
11
0,5
Frugivore (fruits)
64
2,9
48
2,2
31
1,4
23
1,0
Insectivore
162
1,7
120
1,3
112
1,2
83
0,9
Insectivore
Granivore (graines et grains)
162
25
7,4
1,1
120
19
5,4
0,8
112
12
5,1
0,5
83
8,8
3,8
0,4
Frugivore (fruits)
50
2,3
37
1,7
24
1,1
18
0,8
Herbivore (herbes courtes)
Herbivore (plantes à feuilles
larges)
Insectivore
Herbivore (herbes courtes)
Herbivore (herbes hautes)
Herbivore (plantes à feuilles
larges)
105
1,1
77
0,8
37
0,4
27
0,3
97
1,0
72
0,8
32
0,3
24
0,3
47
105
64
2,2
4,8
2,9
35
77
47
1,6
3,5
2,2
33
37
21
1,5
1,7
0,9
24
27
15
1,1
1,3
0,7
97
4,4
72
3,3
32
1,5
24
1,1
Oiseaux de grande taille (1 kg)
93
Reproduction
22
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 108
Annexe VIII
Maximum de résidus d’après le nomogramme
Toxicité
(mg m.a./kg
p.c./j)
Guilde alimentaire
(aliments)
Moyenne des résidus d’après le nomogramme
Dans les sites traités
Hors des sites traités
Dans les sites traités
EJE
(mg
m.a./kg
p.c.)
EJE
(mg
m.a./kg
p.c.)
EJE
(mg
m.a./kg
p.c.)
QR
QR
Hors des sites traités
QR
EJE
(mg m.a./kg
p.c.)
QR
Utilisation sur les surfaces gazonnées – 9 000 g m.a./ha × 3 à 14 jours d’intervalle
Oiseaux de grande taille (1 kg)
Exposition
aiguë
Reproduction
Tableau 5
93
Herbivore (herbes courtes)
562
6,1
34
0,4
200
2,15
12
0,1
22
Herbivore (herbes courtes)
562
26
34
1,5
200
9,08
12
0.5
Évaluation des risques pour les mammifères d’après les valeurs moyennes de résidus d’iprodione fondées sur la
dose cumulative maximale agricole (framboises – 1 000 g m.a./ha × 8 à 7 jours d’intervalle) et la dose
d’application la plus élevée utilisée pour les surfaces gazonnées (9 000 g m.a./ha × 3 à 14 jours d’intervalle).
Maximum de résidus d’après le nomogramme
Dans les sites traités
Toxicité
(mg m.a./kg
p.c./j)
Guilde alimentaire
(aliments)
EJE
(mg m.a./kg
p.c.)
QR
Hors des sites traités
EJE
(mg m.a./kg
p.c.)
QR
Moyenne des résidus d’après le nomogramme
Dans les sites traités
Hors des sites traités
EJE
(mg m.a./kg
p.c.)
QR
EJE
(mg m.a./kg
p.c.)
QR
Framboises – 1 000 g m.a./ha × 8 à 7 jours d’intervalle
Mammifères de petite taille (0,015 kg)
Reproduction
68
Insectivore
119
1,8
88
1,3
82
1,2
61
0,9
Insectivore
Herbivore (herbes courtes)
Herbivore (herbes hautes)
Herbivore (plantes à
feuilles larges)
105
231
141
1,5
3,4
2,1
77
171
105
1,1
2,5
1,5
72
82
46
1,1
1,2
0,7
53
61
34
0,8
0,9
0,5
214
3,1
158
2,3
71
1,0
52
0,8
Mammifères de taille moyenne (0,035 kg)
Reproduction
68
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 109
Annexe VIII
Mammifères de grande taille (1 kg)
Reproduction
68
1,8
91
1,3
44
Herbivore (herbes courtes)
124
Herbivore (herbes hautes)
75
1,1
56
0,8
25
Herbivore (plantes à
1,7
85
1,2
38
114
feuilles larges)
Utilisation sur les surfaces gazonnées – 9 000 g m.a./ha × 3 à 14 jours d’intervalle
0,6
0,4
32
18
0,5
0,3
0,6
28
0,4
Mammifères de taille moyenne (0,035 kg)
Exposition
153,00
Herbivore (herbes courtes)
aiguë
Reproduction
68,00
Herbivore (herbes courtes)
1244
8,1
75
0,5
442
2,9
27
0,2
1244
18
75
1,1
442
6,5
27
0,4
Mammifères de grande taille (1 kg)
Exposition
153,00
aiguë
Reproduction
68
Herbivore (herbes courtes)
665
4,3
40
0,3
236
1,5
14
0,1
Herbivore (herbes courtes)
665
9,8
40
0,6
236
3,5
14
0,2
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 110
Annexe VIII
Tableau 6
Nombre de semences traitées à l’iprodione nécessaire pour atteindre le
critère d’effet établi pour les oiseaux et les mammifères
Critère d’effet
Exposition aiguë
93 mg m.a./kg p.c.
Exposition par le régime
alimentaire
130 mg m.a./kg p.c./j
Reproduction
22 mg m.a./kg p.c./j
Exposition aiguë
153 mg m.a./kg p.c.
Exposition par le régime
alimentaire
78 mg m.a./kg p.c./j
Reproduction
68 mg m.a./kg p.c./j
Poids
(g)
20
100
1 000
20
100
1 000
20
100
1 000
15
35
1 000
15
35
1 000
15
35
1 000
Nombre de semences nécessaire pour atteindre le critère d’effet
Carottes
Canola
Moutarde
Oiseaux
620
169
332
3 100
845
1 661
31 000
8 455
16 607
867
236
464
4 333
1 182
2 321
43 333
11 818
23 214
147
40
71
733
200
393
7 333
2 000
3 929
Mammifères
765
209
546
1 785
489
956
51 000
13 909
27 321
390
106
209
910
248
488
26 000
7 091
13 929
340
93
182
793
216
425
22 667
6 181
12 143
1
Nombre de semences/j pour atteindre le critère d’effet = critère d’effet fondé sur la dose × p.c. (kg p.c.)  concentration par semence
(mg m.a./semence)
Tableau 7
Nombre de semences généralement consommées par les oiseaux et les
mammifères, par jour
Espèce
Oiseaux de petite taille –
20 g
Oiseaux de taille moyenne –
100 g
Oiseaux de grande taille –
1 000 g
Mammifères de petite taille –
15 g
Mammifères de taille
moyenne – 35 g
Mammifères de grande taille
– 1 000 g
(Nombre de semences consommées/j)
Canola
Moutarde
TIA
(g poids sec/j)
Carottes
5,1
4 137
1 275
2 698
19,9
16 143
4 975
10 527
58,1
47 131
14 525
30 735
2,2
1 785
550
1 164
4,5
3 650
1 125
2 381
68,7
55 730
17 175
36 342
1
Calcul du nombre de semences normalement consommées par jour : nombre de semences consommées/j = TIA (g poids sec/j) × nombre de
semences/g; pour chaque p.c., le TIA est fondé sur les équations de Nagy (1987).
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 111
Annexe VIII
Tableau 8
Quotients de risque établis dans l’évaluation préliminaire pour les oiseaux et
les mammifères qui consomment des semences traitées
Critère d’effet
Exposition aiguë
93 mg m.a./kg p.c.
Exposition par le régime
alimentaire
130 mg m.a./kg p.c./j
Reproduction
22 mg m.a./kg p.c./j
Exposition aiguë
153 mg m.a./kg p.c.
Exposition par le régime
alimentaire
78 mg m.a./kg p.c./j
Reproduction
68 mg m.a./kg p.c./j
Poids (g)
20
100
1 000
20
100
1 000
20
100
1 000
15
35
1 000
15
35
1 000
15
35
1 000
Carottes
Oiseaux
7
5
2
5
4
1
37
28
8
Mammifères
2
2
1
5
4
2
5
5
2
Quotient de risque
Canola
Moutarde
8
6
2
5
4
1
41
32
9
8
6
2
6
5
1
44
35
10
3
2
1
5
5
2
6
5
3
2
2
1
6
5
3
6
6
3
1
Calcul du QR : nombre de semences normalement consommées par jour (tableau 15) ÷ nombre de semences requis pour atteindre le critère
d’effet (tableau 14); les QR >1 dépassent le NP.
Tableau 9
Superficie nécessaire pour atteindre les quantités toxiques en supposant que
les oiseaux et les animaux ont accès à seulement 3,3 % des semences plantées
Critère d’effet
Exposition aiguë
93 mg m.a./kg p.c.
Exposition par le régime
alimentaire
130 mg m.a./kg p.c./j
Reproduction
22 mg m.a./kg p.c./j
Exposition aiguë
153 mg m.a./kg p.c.
Exposition par le régime
alimentaire
78 mg m.a./kg p.c./j
Reproduction
68 mg m.a./kg p.c./j
Poids
(g)
20
100
1 000
20
100
1 000
20
100
1 000
15
35
1 000
15
35
1 000
15
35
1 000
Nombre de semences requis pour atteindre le NP/
surface en m2 requise pour atteindre le NP1
Carottes
Canola
Moutarde
Oiseaux
620/52
169/19
332/17
3 100/258
845/97
1 661/85
31 000/2 583
8 455/972
16 607/847
867/72
236/27
464/24
4 333/498
1 182/136
2 321/118
43 333/2 210
11 818/1358
23 214/1 184
147/12
40/5
71/4
733/61
200/23
393/20
7 333/611
2 000/230
3 929/200
Mammifères
765 /6 4
209/24
546/28
1 785/149
489/56
956/49
51 000/4 250
13 909/1 599
27 321/1 394
390/33
106/12
209/11
910/76
248/29
488/25
26 000/2 166
7 091/815
13 929/711
340/28
93/11
182/9
793/66
216/25
425/22
22 667/1 889
6 181/710
12 143/620
1
Superficie (en m2) nécessaire pour atteindre le NP = nombre de semences requis pour atteindre le NP/densité maximale de semences disponibles
au printemps (3,3 %); la superficie est arrondie au m2 près.
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 112
Annexe VIII
Tableau 10
Nombre de granulés traités requis pour atteindre la valeur du critère d’effet
établi pour les oiseaux et les mammifères
Poids
(g)
Critère d’effet
Nombre de granulés requis pour atteindre le
critère d’effet
Oiseaux
20
100
1 000
20
100
1 000
20
100
1 000
Mammifères
15
35
1 000
15
35
1 000
15
35
1 000
Exposition aiguë
93 mg m.a./kg p.c.
Exposition par le régime
alimentaire
130 mg m.a./kg p.c./j
Reproduction
22 mg m.a./kg p.c./j
Exposition aiguë
153 mg m.a./kg p.c.
Exposition par le régime
alimentaire
78 mg m.a./kg p.c./j
Reproduction
68 mg m.a./kg p.c./j
930
4 650
46 500
1 300
6 500
65 000
220
1 100
11 000
1 148
2 678
76 500
585
1 365
39 000
510
1 190
34 000
1
Nombre de granulés/j pour atteindre le critère d’effet = critère d’effet fondé sur la dose × p.c. (kg p.c.)  concentration par granulé
(mg m.a./granulé).
Tableau 11
Nombre de granulés généralement consommés par les oiseaux et les
mammifères par jour
Espèce
Oiseaux de petite taille – 20 g
Oiseaux de taille moyenne – 100 g
Oiseaux de grande taille – 1 000 g
Mammifères de petite taille – 15 g
Mammifères de taille moyenne – 35 g
Mammifères de grande taille – 1 000 g
TIA
(g poids sec/j)
5,1
19,9
58,1
2,2
4,5
68,7
(nombre de granulés consommés/j)
31 824
124 176
362 544
13 728
28 080
428 688
1
Calcul du nombre de granulés normalement consommé par jour :
Nombre de granulés consommés/j = TIA (g poids sec/j) × nombre de granulés/g de produit; pour chaque p.c., le TIA est fondé sur les équations
de Nagy (1987).
Tableau 12
Quotient de risque établi lors de l’évaluation préliminaire pour les oiseaux et
les mammifères qui consomment des granulés traités
Critère d’effet
Exposition aiguë
93 mg m.a./kg p.c.
Exposition par le régime alimentaire
130 mg m.a./kg p.c./j
Poids
(g)
Oiseaux
20
100
1 000
20
100
1 000
Quotient de risque
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 113
34
27
8
24
19
6
Annexe VIII
Critère d’effet
Reproduction
22 mg m.a./kg p.c./j
Exposition aiguë
153 mg m.a./kg p.c.
Exposition par le régime alimentaire
78 mg m.a./kg p.c./j
Reproduction
68 mg m.a./kg p.c./j
Poids
(g)
20
100
1 000
Mammifères
15
35
1 000
15
35
1 000
15
35
1 000
Quotient de risque
145
113
33
12
10
6
23
21
11
27
24
13
1
Calcul du QR : nombre de semences normalement consommées par jour (tableau 19) ÷ nombre de semences requis pour atteindre le critère
d’effet (tableau 18); les QR >1 dépassent le NP.
Tableau 13
Quotients de risque pour les mammifères d’après l’estimation de la
consommation accidentelle de granulés (1 % de l’exposition journalière
estimée)
Poids
(g)
15
35
1 000
15
35
1 000
15
35
1 000
Critère d’effet
Exposition aiguë
153 mg m.a./kg p.c.
Exposition par le régime alimentaire
78 mg m.a./kg p.c./j
Reproduction
68 mg m.a./kg p.c./j
Tableau 14
Organisme
Quotient de risque
0,1
0,1
< 0,1
0,2
0,2
< 0,1
0,3
0,2
< 0,1
Sommaire de l’évaluation préliminaire des risques pour les organismes
aquatiques exposés à l’ipridione et au produit de transformation RP30228
Exposition
Espèce
Valeur du
critère d’effet
(μg m.a./L)
Critère d’effet
pour
l'évaluation
des risques1
(μg m.a./L)
CPE3
(μg
m.a./L)
QR
NP
dépassé
90
0,7
Non
230
1,9
Oui
1 400
12
Oui
90
0,5
Non
230
1,4
Oui
1 400
8,2
Oui
744 (luzerne)
90
0,3
Non
1 000 × 8
(framboises)
230
0,7
Non
Dose
d’application2
(g m.a./ha)
Iprodione – Espèces d’eau douce
744 (luzerne)
Exposition
aiguë
Daphnia
magna
48 heures
CL50 = 240
120
Invertébrés
Exposition
chronique
Poissons
Exposition
aiguë
Daphnia
magna
Barbue de
rivière
(Ictalurus
21 jours
CSEO = 170
96 heures
CL50 = 3 100
170
310
1 000 × 8
(framboises)
9 000 × 3
(surfaces
gazonnées)
744 (luzerne)
1 000 × 8
(framboises)
9 000 × 3
(surfaces
gazonnées)
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 114
Annexe VIII
Organisme
Exposition
Valeur du
critère d’effet
(μg m.a./L)
Espèce
Critère d’effet
pour
l'évaluation
des risques1
(μg m.a./L)
punctatus)
Exposition
chronique
Tête-de-boule
(Pimephales
promelas)
34 jours PSV
CSEO = 260
260
Dose
d’application2
(g m.a./ha)
CPE3
(μg
m.a./L)
QR
NP
dépassé
9 000 × 3
(surfaces
gazonnées)
1 400
4,5
Oui
744 (luzerne)
90
0,3
Non
230
0,9
Non
1 400
5,4
Oui
500
1,6
Oui
1 210
3,9
Oui
7 470
24
Oui
500
1,9
Oui
1 210
4,7
Oui
7 470
29
Oui
90
3,8
Oui
230
10
Oui
1 400
58
Oui
90
0,01
Non
230
0,04
Non
1 400
0,22
Non
90
0,2
Non
230
0,7
Non
1 400
4,1
Oui
90
26
Oui
230
66
Oui
1 400
400
Oui
90
< 0,1
Non
230
0,2
Non
1 400
1,2
Oui
744 (luzerne)
90
0,1
Non
1 000 × 8
(framboises)
230
0,3
Non
1 000 × 8
(framboises)
9 000 × 3
(surfaces
gazonnées)
744 (luzerne)
Exposition
aiguë
Poisson de
substitution
(Ictalurus
punctatus)
96 heures
CL50 = 3 100
310
Amphibiens
1 000 × 8
(framboises)
9 000 × 3
(surfaces
gazonnées)
744 (luzerne)
Exposition
chronique
Poisson de
substitution
(Pimephales
promelas)
34 jours PSV
CSEO = 260
260
1 000 × 8
(framboises)
9 000 × 3
(surfaces
gazonnées)
744 (luzerne)
Algues d’eau
douce
Exposition
aiguë
Diatomée
d’eau douce
(Navicula
pelliculosa)
120 heures
CE50 = 48
24
1 000 × 8
(framboises)
9 000 × 3
(surfaces
gazonnées)
744 (luzerne)
Plantes
vasculaires
Exposition
aiguë
Lentille d’eau
bossue
(Lemna
gibba)
14 jours
CE50 = 12 640
6 320
1 000 × 8
(framboises)
9 000 × 3
(surfaces
gazonnées)
Iprodione – Espèces marines et estuariennes
744 (luzerne)
Exposition
aiguë
Mysidacé
(Mysidopsis
bahia)
96 jours
CL50 = 680
340
Invertébrés
1 000 × 8
(framboises)
9 000 × 3
(surfaces
gazonnées)
744 (luzerne)
Exposition
chronique
Mysidacé
(Mysidopsis
bahia)
21 jours
CSEO = 3,5
3,5
1 000 × 8
(framboises)
9 000 × 3
(surfaces
gazonnées)
744 (luzerne)
Mollusques
Poissons
Exposition
aiguë
Exposition
aiguë
Huître
américaine
(Crassostrea
virginica)
96 heures
CL50 = 2 300
Méné tête-demouton
(Cypronodon
96 heures
CL50 = 7 700
1 150
770
1 000 × 8
(framboises)
9 000 × 3
(surfaces
gazonnées)
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 115
Annexe VIII
Organisme
Exposition
Espèce
Valeur du
critère d’effet
(μg m.a./L)
Critère d’effet
pour
l'évaluation
des risques1
(μg m.a./L)
variegates)
Algues
marines
Exposition
aiguë
Diatomée
marine
(Skeletonema
costatum)
120 heures
CL50 = 330
165
Dose
d’application2
(g m.a./ha)
CPE3
(μg
m.a./L)
QR
NP
dépassé
9 000 × 3
(surfaces
gazonnées)
1 400
1,8
Oui
744 (luzerne)
90
0,5
Non
230
1,4
Oui
1 400
8,5
Oui
90
0,9
Non
1 000
10
Oui
3 380
34
Oui
90
1,6
Oui
1 000
18
Oui
3 380
61
Oui
500
9,1
Oui
1 000 × 8
(framboises)
9 000 × 3
(surfaces
gazonnées)
RP30228 – Organismes d’eau douce
744 (luzerne)
Organismes
vivant dans
les sédiments
Exposition
chronique
Exposition
aiguë
Poissons
Chironomus
riparius
Crapet
arlequin
(Lepomis
macrochirus)
Crapet
arlequin
(Lepomis
macrochirus)
21 jours
CSEO ≥ 100
100
1 000 × 8
(framboises)
9 000 × 3
(surfaces
gazonnées)
744 (luzerne)
96 heures
CL50 = 550
55
1 000 × 8
(framboises)
9 000 × 3
(surfaces
gazonnées)
744 (luzerne)
1 000 × 8
Oui
97
5 330
(framboises)
9 000 × 3
Oui
(surfaces
327
18 000
gazonnées)
1
Les valeurs des critères d’effet utilisés lors de l’évaluation des risques liés à l’exposition aiguë ont été calculées en divisant la CE50 ou la CL50
obtenue dans le cadre de l’étude de laboratoire afférente par un facteur de 2 pour les invertébrés et les végétaux aquatiques, et par un facteur de
10 pour les poissons et les amphibiens.
2
La dose d’application correspond à la dose d’application unique la plus faible pour la luzerne (744 g m.a./ha), à la dose cumulative la plus forte
pour les framboises (1 000 g m.a./ha × 8 à 7 jours d’intervalle) et à la dose cumulative la plus forte pour l’utilisation sur les surfaces gazonnées
(9 000 g m.a./ha × 6 à 14 jours d’intervalle).
3
CPE pour un plan d’eau d’une profondeur de 15 cm pour les amphibiens et de 80 cm pour tous les autres organismes aquatiques.
Les QRs indiqués en gras dépassent le NP (QR > 1).
Exposition
aiguë
Amphibiens
Tableau 15
Organisme
96 heures
CL50 = 550
55
Évaluation des risques pour les organismes aquatiques non ciblés exposés à
la dérive de pulvérisation de l’iprodione et du RP30228, d’après le
pourcentage de dépôt maximal résultant de la dérive
Exposition
Espèce
Critère
d’effet
indiqué
(g m.a./L)
Critère d’effet
pour
l’évaluation
des risques*
(g m.a./L)
Scénario
d’exposition
(dose - g
m.a./ha)**
CPE résultant
de la dérive
(g m.a./L)
QR
NP
dépassé
14
0,6
Non
Iprodione – Espèces d’eau douce
Invertébrés
d’eau douce
Exposition
aiguë
Daphnia
magna
48 heures
CL50 = 240
120
Application au
sol –framboises
(1 000 × 8,
7 jours)
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 116
Annexe VIII
Organisme
Exposition
Exposition
chronique
Poissons
d’eau douce
Exposition
aiguë
Exposition
chronique
Espèce
Daphnia
magna
Barbue de
rivière
(Ictalurus
punctatus)
Tête-de-boule
(Pimephales
promelas)
Critère
d’effet
indiqué
(g m.a./L)
21 jours
CSEO =
170
96 heures
CL50 = 3 10
0
34 jours
PSV
CSEO = 26
0
Critère d’effet
pour
l’évaluation
des risques*
(g m.a./L)
170
310
260
Scénario
d’exposition
CPE résultant
de la dérive
(g m.a./L)
QR
NP
dépassé
Pulvérisation
aérienne –
haricots mangetout (750 × 2,
7 jours)
31
0,3
Non
Pulvérisateur
pneumatique –
framboises
(1 000 × 8,
7 jours)
168
1,4
Oui
Surfaces
gazonnées
(9 000 × 3,
14 jours)
84
0,7
Non
Application au
sol –framboises
(1 000 × 8,
7 jours)
14
< 0,1
Non
Pulvérisation
aérienne –
haricots mangetout (750 × 2,
7 jours)
31
< 0,2
Non
Pulvérisateur
pneumatique –
framboises
(1 000 × 8,
7 jours)
168
0,9
Non
Surfaces
gazonnées
(9 000 × 3,
14 jours)
84
0,5
Non
Application au
sol –framboises
(1 000 × 8,
7 jours)
14
< 0,1
Non
Pulvérisation
aérienne –
haricots mangetout (750 × 2,
7 jours)
31
0,1
Non
Pulvérisateur
pneumatique –
framboises
(1 000 × 8,
7 jours)
168
0,5
Non
Surfaces
gazonnées
(9 000 × 3,
14 jours)
84
0,3
Non
Application au
sol –framboises
(1 000 × 8,
7 jours)
14
< 0,1
Non
(dose - g
m.a./ha)**
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 117
Annexe VIII
Organisme
Exposition
Exposition
aiguë
Espèce
Poisson de
substitution
(Ictalurus
punctatus)
Critère
d’effet
indiqué
(g m.a./L)
96 heures
CL50 = 3 10
0
Critère d’effet
pour
l’évaluation
des risques*
(g m.a./L)
310
Amphibiens
Exposition
chronique
Poisson de
substitution
(Pimephales
promelas)
34 jours
PSV
CSEO =
260
260
Scénario
d’exposition
CPE résultant
de la dérive
(g m.a./L)
QR
NP
dépassé
Pulvérisation
aérienne –
haricots mangetout (750 × 2,
7 jours)
31
0,1
Non
Pulvérisateur
pneumatique –
framboises
(1 000 × 8,
7 jours)
168
0,6
Non
Surfaces
gazonnées
(9 000 × 3,
14 jours)
84
0,3
Non
Application au
sol -framboises
(1 000 × 8,
7 jours)
73
0,2
Non
Pulvérisation
aérienne –
haricots mangetout (750 × 2,
7 jours)
167
0,5
Non
Pulvérisateur
pneumatique –
framboises
(1 000 × 8,
7 jours)
898
2,9
Oui
Surfaces
gazonnées
(9 000 × 3,
14 jours)
448
1,4
Oui
Application au
sol –
framboises
(1 000 × 8,
7 jours)
73
0,3
Non
Pulvérisation
aérienne –
haricots mangetout (750 × 2,
7 jours)
167
0,6
Non
Pulvérisateur
pneumatique –
framboises
(1000 × 8,
7 jours)
898
3,5
Oui
Surfaces
gazonnées
(9 000 × 3,
14 jours)
448
1,7
Oui
(dose - g
m.a./ha)**
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 118
Annexe VIII
Organisme
Algues
d’eau douce
Exposition
Exposition
aiguë
Critère
d’effet
indiqué
(g m.a./L)
Espèce
Diatomée
d’eau douce
(Navicula
pelliculosa)
120 heures
CE50 = 48
Critère d’effet
pour
l’évaluation
des risques*
(g m.a./L)
24
Scénario
d’exposition
CPE résultant
de la dérive
(g m.a./L)
QR
NP
dépassé
Application au
sol -framboises
(1 000 × 8,
7 jours)
14
0,6
Non
Pulvérisation
aérienne –
haricots mangetout (750 × 2,
7 jours)
31
1,3
Oui
Pulvérisateur
pneumatique –
framboises
(1 000 × 8,
7 jours)
168
7,0
Oui
Surfaces
gazonnées
(9 000 × 3,
14 jours)
84
3,5
Oui
Application au
sol -framboises
(1 000 × 8,
7 jours)
14
< 0,1
Non
Pulvérisation
aérienne –
haricots mangetout (750 × 2,
7 jours)
31
< 0,1
Non
Pulvérisateur
pneumatique –
framboises
(1 000 × 8,
7 jours)
168
0,5
Non
Surfaces
gazonnées
(9 000 × 3,
14 jours)
84
0,2
Non
Application au
sol -framboises
(1 000 × 8,
7 jours)
14
4,0
Oui
Pulvérisation
aérienne –
haricots mangetout (750 × 2,
7 jours)
31
9,0
Oui
Pulvérisateur
pneumatique –
framboises
(1 000 × 8,
7 jours)
168
48
Oui
(dose - g
m.a./ha)**
Iprodione – Espèces marines et estuariennes
Exposition
aiguë
Mysidacé
(Mysidopsis
bahia)
96 heures
CL50 = 680
340
Invertébrés
Exposition
chronique
Mysidacé
(Mysidopsis
bahia)
21 jours
CSEO = 3,5
3,5
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 119
Annexe VIII
Organisme
Mollusques
Poissons
marins et
estuariens
Algues
marines
Exposition
Exposition
aiguë
Exposition
aiguë
Exposition
aiguë
Espèce
Huître
américaine
(Crassostrea
virginica)
Méné tête-demouton
(Cypronodon
variegates)
Diatomée
marine
(Skeletonema
costatum)
Critère
d’effet
indiqué
(g m.a./L)
96 heures
CL50 =
2 300
96 heures
CL50 =
7 700
120 heures
CL50 = 330
Critère d’effet
pour
l’évaluation
des risques*
(g m.a./L)
1 150
770
165
Scénario
d’exposition
CPE résultant
de la dérive
(g m.a./L)
QR
NP
dépassé
Surfaces
gazonnées
(9 000 × 3,
14 jours)
84
24
Oui
Application au
sol – framboises
(1 000 × 8,
7 jours)
14
< 0,1
Non
Pulvérisation
aérienne –
haricots mangetout (750 × 2,
7 jours)
31
< 0,1
Non
Pulvérisateur
pneumatique –
framboises
(1 000 × 8,
7 jours)
168
0,1
Non
Surfaces
gazonnées
(9 000 × 3,
14 jours)
84
< 0,1
Non
Application au
sol – framboises
(1 000 × 8,
7 jours)
14
< 0,1
Non
Pulvérisation
aérienne –
haricot mangetout (750 × 2,
7 jours)
31
< 0,1
Non
Pulvérisateur
pneumatique –
framboises
(1 000 × 8,
7 jours)
168
0,2
Non
Surfaces
gazonnées
(9 000 × 3,
14 jours)
84
0,1
Non
Application au
sol – framboises
(1 000 × 8,
7 jours)
14
< 0,1
Non
Pulvérisation
aérienne –
haricots mangetout (750 × 2,
7 jours)
31
0,2
Non
Pulvérisateur
pneumatique –
framboises
(1 000 × 8,
7 jours)
168
1,0
Oui
(dose - g
m.a./ha)**
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 120
Annexe VIII
Organisme
Exposition
Espèce
Critère
d’effet
indiqué
(g m.a./L)
Critère d’effet
pour
l’évaluation
des risques*
(g m.a./L)
Scénario
d’exposition
CPE résultant
de la dérive
(g m.a./L)
QR
NP
dépassé
84
0,5
Non
Application au
sol – framboises
(1 000 × 8,
7 jours)
11
0,1
Non
Pulvérisation
aérienne –
haricots mangetout (750 × 2,
7 jours)
25
0,4
Non
Pulvérisateur
pneumatique –
framboises
(1 000 × 8,
7 jours)
135
1,4
Oui
Surfaces
gazonnées
(9 000 × 3,
14 jours)
67
0,7
Non
Application au
sol -framboises
(1 000 × 8,
7 jours)
11
0,2
Non
Pulvérisation
aérienne –
haricots mangetout (750 × 2,
7 jours)
25
0,5
Non
Pulvérisateur
pneumatique –
framboises
(1 000 × 8,
7 jours)
135
2,5
Oui
Surfaces
gazonnées
(9 000 × 3,
14 jours)
67
1,2
Oui
Application au
sol –
framboises
(1 000 × 8,
7 jours)
58
1,1
Oui
Pulvérisation
aérienne –
haricot mangetout (750 × 2,
7 jours)
134
2,4
Oui
(dose - g
m.a./ha)**
Surfaces
gazonnées
(9 000 × 3,
14 jours)
RP30228 – Organismes d’eau douce
Invertébrés
vivant dans
les
sédiments
Poissons
Amphibiens
Exposition
chronique
Exposition
aiguë
Exposition
aiguë
Chironomus
riparius
Crapet
arlequin
(Lepomis
macrochirus)
Poisson de
substitution
(Lepomis
macrochirus)
21 jours
CSEO >
100
96 heures
CL50 =550
96 heures
CL50 =550
100
55
55
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 121
Annexe VIII
Organisme
Exposition
Espèce
Critère d’effet
pour
l’évaluation
des risques*
(g m.a./L)
Critère
d’effet
indiqué
(g m.a./L)
Scénario
d’exposition
CPE résultant
de la dérive
(g m.a./L)
QR
NP
dépassé
Pulvérisateur
pneumatique –
framboises
(1 000 × 8,
7 jours)
718
13
Oui
Surfaces
gazonnées
(9 000 × 3,
14 jours)
359
6,5
Oui
(dose - g
m.a./ha)**
* Les valeurs des critères d’effet utilisés lors de l’évaluation des risques liés à l’exposition aiguë ont été calculées en divisant la CE50 ou la CL50
obtenue dans le cadre de l’étude de laboratoire afférente par un facteur de 2 pour les invertébrés et les végétaux aquatiques, et par un facteur de
10 pour les poissons et les amphibiens.
** L'évaluation du risque potentiel découlant de la dérive a été évalué pour les doses d’application cumulatives les plus élevées indiquées sur
l’étiquette pour les trois méthodes d’application. On suppose la pulvérisation de gouttelettes de taille moyenne pour l’application de fongicides
par des méthodes conventionnelles : pulvérisateur agricole (6 %), pulvérisation aérienne (23 %), et pulvérisateur pneumatique (74 % pour une
application en début de saison).
Les QR indiqués en gras dépassent le NP (QR > 1).
Tableau 16
Concentrations prévues dans l’environnement (μg m.a./L) obtenues par
modélisation d’écoscénarios aquatiques dans des plans d’eau de 80 cm et
15 cm de profondeur, pour l’utilisation de l’iprodione sur les surfaces
gazonnées (sans égard à la dérive de pulvérisation)
Concentration prévue dans l’environnement
(ug m.a./L)
Région
Maximum
96 heures
21 jours
60 jours
90 jours
Annuellement
Dans un plan d’eau d’une profondeur de 80 cm, pour une utilisation sur les surfaces gazonnées
(3 × 9 kg m.a./ha, à 14 jours d’intervalle)
Colombie-Britannique –
Vallée du Fraser
63
44
19
7,5
5,0
1,2
Manitoba – Winnipeg
123
84
30
11
7,6
1,9
Ontario – Toronto
40
27
8,9
3,3
2,6
0,65
Québec – Montréal
47
35
14
6,1
4,2
1,0
Nouvelle-Écosse –
Greenwood
99
67
23
9,8
7,0
1,7
Dans un plan d’eau d’une profondeur de 15 cm, pour une utilisation sur les surfaces gazonnées
(3 × 9 kg m.a./ha, à 14 jours d’intervalle)
Colombie-Britannique –
Vallée du Fraser
334
190
68
28
19
4,7
Manitoba – Winnipeg
645
356
108
43
29
7,2
Ontario – Toronto
214
116
33
13
9,8
2,5
Québec – Montréal
247
146
48
23
16
3,9
Nouvelle-Écosse –
Greenwood
530
288
82
37
26
6,5
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 122
Annexe VIII
Tableau 17
Concentrations prévues dans l’environnement (μg m.a./L) obtenues par
modélisation d’écoscénarios aquatiques dans des plans d’eau de 80 cm et
15 cm de profondeur, pour l’utilisation de l’iprodione sur les cultures (sans
égard à la dérive de pulvérisation)
Culture et profil d’emploi
Concentration prévue dans l’environnement
(ug m.a./L)
Région
Maximum
96 heures
21 jours
60 jours
90 jours
Annuellement
Dans un plan d’eau de 80 cm
Framboises (8 × 1 000 g m.a./ha à
7 jours d’intervalle)
ColombieBritannique –
Vallée du Fraser
11
7,8
2,7
1,0
0,70
0,22
Haricots (2 × 750 g m.a./ha à
7 jours d’intervalle
Manitoba –
Winnipeg
29
20
7,7
3,8
2,6
0,64
Oignons (5 × 750 g m.a./ha à
7 jours d’intervalle)
Ontario –
Toronto
50
35
13
6,7
4,9
1,3
Oignons (5 × 750 g m.a./ha à
7 jours d’intervalle)
Québec –
Montréal
32
23
9,7
4,8
3,7
1,0
Fraises (2 × 1 000 g m.a./ha à
7 jours d’intervalle)
Nouvelle-Écosse –
Greenwood
59
43
19
7,6
5,1
1,3
Dans un plan d’eau de 15 cm
Framboises (8 × 1 000 g m.a./ha
à 7 jours d’intervalle)
ColombieBritannique –
Vallée du Fraser
60
33
9,6
3,8
2,7
0,84
Haricots (2 × 750 g m.a./ha
à 7 jours d’intervalle)
Manitoba –
Winnipeg
152
84
28
14
9,9
2,5
Oignons (5 × 750 g m.a./ha à
7 jours d’intervalle)
Ontario –
Toronto
267
149
48
25
19
5,1
Oignons (5 × 750 g m.a./ha à
7 jours d’intervalle)
Québec –
Montréal
162
94
36
18
14
3,9
Fraises (2 × 1 000 g m.a./ha à
7 jours d’intervalle)
Nouvelle-Écosse –
Greenwood
314
180
70
28
19
4,7
Tableau 18
Concentrations prévues dans l’environnement (µg/L) d’iprodione et de
RP30228 (faible dose) dans les sources potentielles d’eaux souterraines
(évaluation de niveau 2)
Gazons 5 760 + 2 × 1 440 g
m.a./ha à 14 jours d’intervalle
Vergers 1 × 750 g m.a./ha
Canola 1 × 374 g m.a./ha
Quotidienne
Annuelle
Moyenne
sur 50 ans
Quotidienne
Annuelle
Moyenne
sur 50 ans
Quotidienne
Annuelle
Moyenne
sur 50 ans
Iprodione
< 0,001
< 0,001
< 0,001
< 0,001
< 0,001
< 0,001
< 0,001
< 0,001
< 0,001
RP30228
185
184
130
16
16
11
7,2
7,2
5,0
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 123
Annexe VIII
Tableau 19
Organisme
Évaluation des risques pour les organismes aquatiques non ciblés exposés à
un ruissellement, d’après les valeurs de ruissellement de l’iprodione prédites
à l’aide du modèle PRZM-EXAMS
Exposition
Espèce
Critère d’effet
indiqué
(g m.a./L)
Critère d’effet
pour l'évaluation
des risques*
(g m.a./L)
Scénario
d’utilisation/CPE
(g m.a./L)
QR
NP
dépassé
Gazons – 123
1,0
Oui
Cultures – 59
0,5
Non
Gazons – 30
0,2
Non
Cultures – 19
0,1
Non
Gazons – 84
0,3
Non
Cultures – 43
0,1
Non
Gazons – 30
0,1
Non
Cultures – 19
< 0,1
Non
Gazons – 356
1,1
Oui
Cultures – 180
0,6
Non
Gazons – 108
0,4
Oui
Cultures – 70
0,3
Non
Gazons – 84
3,5
Oui
Cultures – 43
1,8
Oui
Gazons – 84
0,2
Non
Cultures – 43
0,1
Non
Gazons – 30
8,6
Oui
Cultures – 19
5,4
Oui
Gazons – 84
< 0,1
Non
Cultures – 43
< 0,1
Non
Gazons – 84
0,1
Non
Organismes d’eau douce
Daphnia magna
48 heures
CL50 = 240
120
Exposition
chronique
Daphnia magna
21 jours
CSEO = 170
170
Exposition
aiguë
Barbue de
rivière
(Ictalurus
punctatus)
96 heures
CL50 = 3 100
Exposition
chronique
Tête-de-boule
(Pimephales
promelas)
34 jours PSV
CSEO = 260
Exposition
aiguë
Poisson de
substitution
(Ictalurus
punctatus)
96 heures
CL50 = 3 100
Exposition
chronique
Poisson de
substitution
(Pimephales
promelas)
34 jours PSV
CSEO = 260
Exposition
aiguë
Diatomée d’eau
douce (Navicula
pelliculosa)
120 heures
CE50 = 48
Exposition
aiguë
Invertébrés d’eau
douce
Poissons d’eau
douce
310
260
310
Amphibiens
Algues d’eau
douce
260
24
Organismes marins/estuariens
Exposition
aiguë
Mysidacé
(M. bahia)
96 heures
CL50 = 680
340
Exposition
chronique
Mysisacé
(Mysidopsis
bahia
21 jours
CSEO = 3,5
3,5
Exposition
aiguë
Huître
américaine
(Crassostrea
virginica)
96 heures
CL50 = 2 300
1 150
Exposition
Méné tête-demouton
96 heures
CL50 = 7 700
770
Invertébrés
Mollusques
Poissons
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 124
Annexe VIII
Organisme
Exposition
Espèce
marins/estuariens
aiguë
(Cypronodon
variegates)
Algues marines
Exposition
aiguë
Diatomée marine
(Skeletonema
costatum)
Critère d’effet
indiqué
(g m.a./L)
120 heures
CL50 = 330
Critère d’effet
pour l'évaluation
des risques*
(g m.a./L)
Scénario
d’utilisation/CPE
(g m.a./L)
QR
NP
dépassé
Cultures – 43
< 0,1
Non
Gazons – 84
0,5
Oui
Cultures – 43
0,3
Non
165
* Les valeurs des critères d’effet utilisés lors de l’évaluation des risques liés à l’exposition aiguë ont été calculées en divisant la CE50 ou la CL50
obtenue dans le cadre de l’étude de laboratoire afférente par un facteur de 2 pour les invertébrés et les végétaux aquatiques, et par un facteur de
10 pour les poissons et les amphibiens.
Les QR indiqués en gras dépassent le NP (QR > 1).
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 125
Annexe VIII
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 126
Annexe IX
Annexe IX
Données de surveillance
Données de surveillance de l’eau
Des recherches ont été effectuées dans les bases de données canadiennes et américaines en vue
d’y trouver des renseignements sur les concentrations d’iprodione et de RP30228 relevés dans
les eaux de surface et les eaux souterraines. Le Canada dispose de très peu de données à ce sujet
et le RP30228 n’a fait l’objet d’aucune surveillance. La plupart des données disponibles sur
l’iprodione et le RP30228 proviennent des États-Unis. Dans l'ensemble, les données concernant
l’iprodione et le RP30228 étaient sporadiques. Les données de surveillance disponibles sont
divisées en deux catégories : les eaux souterraines et les eaux de surface.
Eaux souterraines
Les résidus d’iprodione et de RP30228 dans les eaux souterraines n’ont fait l’objet d’une
surveillance que dans une seule étude, menée en Californie en 1998. Dans cette étude,
l’iprodione n’a pas été détecté, et le RP30228 a été détecté dans un seul échantillon d’eau, sur les
239 analysés, à une concentration inférieure à la LQ, soit < 0,025 µg/L. Les autres études, y
compris l’étude financée par le titulaire qui a été menée dans le comté de Suffolk, dans l’État de
New York, ne visaient à surveiller que l’iprodione ou l’iprodione et la 3,5 DCA (produit que
l’EPA juge préoccupant pour la santé). L’iprodione n’a pas été détecté dans ces études. La rareté
des données de surveillance a empêché la détermination de CPE qui pourraient être utilisées dans
l’évaluation des risques pour la santé humaine. Un sommaire des données de surveillance
concernant les eaux souterraines est présenté au tableau 17.
Eaux de surface
Comme c’est le cas pour les eaux souterraines, les résidus d’iprodione et de RP30228 dans les
eaux de surface n’ont fait l’objet d’une surveillance que dans une seule étude. Cette étude,
financée par le titulaire, a été menée dans des régions de la Floride, du New Jersey et de
l’Illinois. Les sites ont été choisis parce que leur eau (réseaux d’aqueducs communautaires)
provenait d’endroits où l’on utilisait et vendait beaucoup d’iprodione. Des échantillons d’eau
brute et d’eau prête au débit ont été prélevés sur une période de trois ans. L’iprodione et le
RP30228 n’ont été détectés que dans le site situé au New Jersey. À cet endroit, sur
109 échantillons d’eau brute, l’iprodione a été détecté dans 31 échantillons sur trois ans : 22 de
ces échantillons contenaient des concentrations supérieures à la LQ, et la concentration
maximale mesurée était de 0,559 μg/L. Le RP30228 a été détecté 19 fois en trois ans : 10 des
19 échantillons renfermaient des concentrations supérieures à la LQ, et la concentration
maximale mesurée était de 0,309 μg/L. Par ailleurs, au cours des trois années de l’étude, aucun
échantillon d’eau brute ne renfermait de 3,5-DCA à des concentrations supérieures à la LQ. Ce
métabolite n’a été détecté qu’une fois, et sa concentration était inférieure à la LQ.
L’iprodione a été détecté dans 10 des 103 échantillons d’eau traitée au cours des trois années de
l’étude, et, dans quatre cas, les concentrations dépassaient la LQ et variaient de 0,062 à
0,221 µg/L. L’iprodione et le RP30228 ont été décelés à des concentrations inférieures à la LQ
six et quatre fois, respectivement, au cours des trois années. La 3,5- DCA n’a été détectée dans
aucun échantillon d’eau prête au débit. Cette étude indique que les résidus de l’iprodione ne sont
présents que sporadiquement et à de très faibles concentrations (moins de 1 µg/L). Un sommaire
des résultats de l’étude de surveillance des eaux de surface est présenté au tableau 18.
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 127
Annexe IX
Tableau 1
Sommaire des données disponibles de surveillance des eaux souterraines du Canada, des États-Unis et de la
Norvège concernant l’iprodione, l’iso-iprodione et le 3,5-DCA
Données
Source
Alberta
Canada
Vallée du
Fraser,
ColombieBritannique.
Iprodione
Maximum
détecté
(µg/L)
–
Moyenne
(inclut
½ LD)
Nombre
de
détections
Iso-iprodione
Maximum Moyenne
détecté
(inclut
(µg/L)
½ LD)
Nombre
de
détections
3,5-DCA
Maximum
détecté
(µg/L)
1
0,059
Type d’eau
Période
Nombre total
d’échantillons
Nombre
de
détections
Moyenne
(inclut
½ LD)
Eau traitée
1995 à
2003
13
–
Eau souterraine
1992 à
1993
74
–
70
–
–
2 650
–
–
239
–
–
–
21
–
–
–
–
–
–
2 937
–
–
–
–
–
–
14
183
–
–
–
–
–
–
–
–
–
–
–
–
2 464
–
–
–
–
–
–
6 760
–
–
–
–
–
–
450
–
–
–
États-Unis
NAWQA
RPAC
Étude
financée
par
Bayer
Norvège
Wisconsin,
Michigan
30 États
américains
Californie
Comté de
Suffolk,
New York
Eau souterraine
Eau souterraine
Eau souterraine
Eau
embouteillée
Réseau
d’aqueducs
communautaires
Distribution
Surveillance
Système non
communautaire
d’approvisionnement en eau
Réseau privé
Eau souterraine
peu profonde
2002 à
2007
2002 à
2007
1998
1999 à
2007
2007
1
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 128
0,023
Annexe IX
Tableau 2
Sommaire des données disponibles de surveillances des eaux de surface du Canada et des États-Unis concernant
l’iprodione, l’iso-iprodione et le 3,5-DCA
Données
Source
Canada
Alberta
Nombre total
d’échantillons
Nombre
de
détections
Iprodione
Maximum
détecté
(µg/L)
Moyenne
(inclut
½ LD)
Nombre
de
détections
3,5 DCA
Maximum
détecté
(µg/L)
Moyenne
(inclut
½ LD)
631
14
0,365
298
–
169
3
0,05
3 557
69
0,30
165
3
2
0,309
0,067
1
0,27
0,02
4
0,049
0,03
–
–
–
–
–
–
–
–
–
–
–
–
–
–
–
–
–
–
–
–
–
–
–
–
–
Moyenne
(inclut
½ LD)
Nombre
de
détections
0,04
0,03
–
–
–
0,013
–
109
31
0,559
0,129
19
103
10
0,221
0,06
161
–
–
4
–
–
2001
154
–
2002
317
–
Type
d’eau
Période
Eau de
surface
Eau
traitée
1995 à
2003
1995 à
2003
Eau de
surface
Eau de
surface
Eau de
surface
brute
Eau
traitée
Eau de
surface
brute
Eau
traitée
Eau de
surface
brute
Eau
traitée
Prête au
débit
2002 à
2007
2002 à
2007
Iso-iprodione
Maximum
détecté
(µg/L)
États-Unis
Wisconsin
NAWQA
30 États
américains
Illinois
Étude
financée
par
Bayer
New Jersey
Floride
PDP
Californie
New York
Californie,
New York,
Colorado,
Kansas et
Texas
Prête au
débit
2006 à
2009
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 129
Annexe IX
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 130
Références
Références
Chimie
Études et renseignements présentés par le titulaire
No de l’ARLA
Référence
1450990
2006, Physical and Chemical Characteristics: Color, Physical Characteristics, Odor, Stability to
Normal and Elevated Temperatures, Metals and Metal Ions, pH, UV/Visible Absorption, Melting
Point, Bulk Density, Partition Coefficient, Solubility, DACO: 2.14
1586699
1996, Iprodione - RP 26019: Product Identity and Composition. DACO: 2.13.1
1586702
1995, Technical Iprodione: Analysis and Certification of Product Ingredients. DACO: 2.13.1
1586636
Chemistry data used to support a Technical class product. IPD-BAH-1 June-September 1986,
DACO: 2.99
1586629
Chemistry data used to support a Technical class product. IPD-BAH-1 1981-1985, DACO: 2.99
Toxicologie
A. Études et renseignements présentés par le titulaire
No de l’ARLA
Référence
1128941
RP 26019 TECHNICAL ACUTE INHALATION TOXICITY- FOUR HOUR LC50 IN RATS
(IPRODIONE)(RNP-75/775;378414), DACO: 4.2.3
1128942
PRIMARY SKIN IRRITATION STUDY IN RABBITS WITH IPRODIONE FINAL REPORT
(3147.108), DACO: 4.2.5
1128943
IPRODIONE TECHNICAL-DERMAL SENSITIZATION TEST IN THE GUINEA PIG
(BUEHLER METHOD)(209821/MRD-87-098), DACO: 4.2.6
1128945
21-DAY DERMAL TOXICITY STUDY IN RABBITS WITH IPRODINE TECHNICAL
FINAL REPORT (3147.107), DACO: 4.3.4
1147787
POTENTIAL TUMORIGENIC AND TOXIC EFFECTS IN PROLONGED DIETARY
ADMINISTRATION TO CD RATS FOR 104 WEEKS (69;93/042;RNP346/920)
TOXICOLOGY REPORT SUMMARY (IPRODIONE), DACO: 4.4.2
1147788
POTENTIAL TUMORIGENIC EFFECTS IN PROLONGED DIETARY ADMINISTRATION
IN MICE (70;93/054;RNP359/921240) TOXICOLOGY REPORT SUMMARY
(IPRODIONE), DACO: 4.4.2
1147789
IPRODIONE POTENTIAL TUMORIGENIC AND TOXIC EFFECTS IN PROLONGED
DIEATARY ADMINSITRATION TO RATS (RNP346/920808) (THIS DOCUMENT SPLIT
INTO 2 FILES), DACO: 4.4.2
1147790
IPRODIONE POTENTIAL TUMORIGENIC AND TOXIC EFFECTS IN PROLONGED
DIEATARY ADMINSITRATION TO RATS (RNP346/920808) (THIS DOCUMENT SPLIT
INTO 2 FILES), DACO: 4.4.2
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 131
Références
1147791
IPRODIONE POTENTIAL TUMORIGENIC EFFECTS IN PROLONGED DIETARY
ADMINISTRATION TO MICE (RNP359/921240)(CONT’D ON ROLL#1258), DACO: 4.4.2
1147792
(CONT’D FROM ROLL#1257) IPRODIONE POTENTIAL TUMORIGENIC EFFECTS IN
PROLONGED DIETARY ADMINISTRATION TO MICE (RNP359/921240), DACO: 4.4.2
1160497
A 52 WEEK DIETARY TOXICITY STUDY OF IPRODIONE IN THE BEAGLE DOG.
(84296) PLUS FINAL REPORT AMENDMENT NO.1 (IPRODIONE/ROVRAL), DACO:
4.4.1
1166135
FINAL REPORT - TWO GENERATION REPRODUCTION STUDY WITH IPRODIONE
TECHNICAL IN RATS, S.M HENWOOD, COMPLETED APRIL 29, 1991 (HLA 6224154)(ROVRAL), DACO: 4.5.1
1166136
FINAL REPORT - TWO GENERATION REPRODUCTION STUDY WITH IPRODIONE
TECHNICAL IN RATS, S.M HENWOOD, COMPLETED APRIL 29, 1991 (HLA 6224154)(ROVRAL), DACO: 4.5.1
1166139
(14C) - IPRODIONE: ABSORPTION, METABOLISM AND EXCRETION IN THE RAT
(198/61-1011)(OCTOBER 12 1993)(ROVRAL)
1166140
IPRODIONE MOUSE MICRONUCLEUS TEST (RNP 442/941483)(ROVRAL) FINAL
REPORT (PAGE 5,6 MISSING), DACO: 4.5.5
1166141
EFFECTS OF IPRODIONE AND ITS METABOLITES ON TESTOSTERONE SECRETION
IN CULTURED LEYDIG CELLS. FINAL REPORT (INSERM/U407/95001)
(IPRODIONE/ROVRAL), DACO: 4.5.12
1166142
TOXICITY TESTING OF A FUNGICIDE, IPRODIONE, IN A ADULT MALE CD
SPRAGUE DAWLEY RATS - CHEMISTRY BINDING AND DOSE-RANGE FINDING
(PART 1) AND (PART 2) - HISTOPATHOLOGY REPORT - 30 DAY ENDOCRINE
TOXICOLOGY SCREEN FINAL REPORT, P.A. FAIL, S.A. ANDERSON, S.W. PEARCE,
FINAL REPORT OCTOBER 24, 1994 (65C-5703)(PROTOCOL 474/PROTOCOL
486)(ROVRAL), DACO: 4.5.12
1171296
1996, FINAL REPORT: TOXICITY TESTING OF A FUNGICIDE , IPRODIONE:
ENDOCRINE TOXICOLOGY STUDIES OF TESTES FROM ADULT MALE CD SPRAGUE
DAWLEY RATS EXPOSED TO IPRODIONE IN VIVO (65C-6169;RT95-IPDA;RTI-527),
DACO: 4.5.8
1171297
1996, IPRODIONE: EXPLORATORY 14-DAY TOXICITY STUDY IN THE MOUSE BY
DIETARY ADMINISTRATION, (SA95131), DACO: 4.5.8
1171335
1996, EFFECTS OF IPRODIONE AND ITS METABOLITES RP 36112 AND RP 36115 ON
TESTOSTERONE SECRETION IN CULTURED LEYDIG CELLS: SITES OF ACTION
(INSERM/U 407/96001), DACO: 4.5.8
1171336
1996, TOXICITY TESTING OF A FUNGICIDE IPRODIONE: ENDOCRINE TOXICOLOGY
STUDIES OF TESTES FROM ADULT MALE CD SPRAGUE DAWLEY RATS EXPOSED
TO IPRODIONE IN VITRO (65C-6169;RT95-IPDB;RTI-532) FINAL REPORT (*NOTE
PAGE 138 MISSING), DACO: 4.5.8
1191364
TOXICOLOGY STUDY IN PREGNANT RAT BY GAVAGE TO EXAMINE SEX
DIFFERENTIATION, M. REPETTO-LARSAY, COMPLETED JUNE 9, 1997 (SA96448)
[IPRODIONE], DACO: 4.5.2
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 132
Références
1208829
A TERATOLOGY STUDY IN RABBITS WITH IPRODIONE (WIL-21028), DACO: 4.5.2
1208830
EFFECTS OF ORAL ADMINISTRATION UPON PREGNANCY IN THE RAT, DACO: 4.5.2
1209635
A TERATOLOGY STUDY IN RABBITS WITH IPRODIONE, DACO: 4.5.2
1216612
CHO METAPHASE ANALYSIS IN VITRO CHROMOSOME ABERRATION ANALYSIS,
DACO: 4.5.4
1216614
CHO/HGPRT MAMMALIAN CELL FORWARD GENE MUTATION, DACO: 4.5.4
1220393
26019 RP TOX AND LOCAL TOLERANCE, DACO: 4.2.1, 4.2.2, 4.2.4, 4.2.5
1220398
26019 RP 5 MONTH ORAL TOX IN THE RAT IN COMPARISON WITH DICHLOZOLINE,
DACO: 4.3.1
1220399
3 MONTH STUDY OF TOX OF 26,019 RP ORALLY IN THE DOG, DACO: 4.3.1
1220402
INFLUENCE OF 26019 RP ON THE REPRO OF THE RAT (3 GEN STUDY), DACO: 4.5.1
1220403
STUDY OF THE TERATOGENIC ACTIVITY OF THE PRODUCT 26 019 RP BY ORAL
ROUTE IN THE OFA RAT, DACO: 4.5.2
1220404
1220703
STUDY OF THE TERATOGENIC ACTIVITY OF THE PRODUCT 26 019 RP BY ORAL
ROUTE IN THE OFA RABBIT, DACO: 4.5.2
26019 RP - METABOLISM STUDY IN THE RAT USING 14C-LABELLED MATERIAL
1220704
METABOLISM IN THE RAT
1231370
1611922
IPRODINE: ABSORPTION, DISTRIBUTION, METABOLISM & EXCRETION STUDY IN
THE RAT. FINAL REPORT (89/RPM005/1013).
1976, Acute dermal toxicity study in rabbits, RP 26019 technical, DACO: 4.2.2
1611923
1976, Eye irritation test in rabbits, RP 26019, DACO: 4.2.4
1611925
1991, Primary eye irritation study in rabbits with iprodione, DACO: 4.2.4
1611927
2001, Hormonal measurements in adult male Sprague Dawley rats following a single
administration of Iprodione by gavage, DACO: 4.8
1611929
1998, Quantification of iprodione and metabolites in the plasma and testes of the rat following a
single oral administration of 14C-iprodione, DACO: 4.2.9
1611930
1990, Iprodione sub-acute toxicity to rats by dietary administration for 13 weeks, DACO: 4.3.1
1611935
2002, Measurement of Leydig cell proliferation following a 14-day treatment period with
Iprodione by gavage in the rat, DACO: 4.8
1611936
2002, Hormonal measurements following a 14-day treatment period with iprodione by gavage
in the rat, DACO: 4.8
1611937
1987, Acute dermal limit test in the rabbit. Iprodione (technical), DACO: 4.2.2
1611940
1986, Iprodione (technical Grade): Teratology study in the rat, DACO: 4.5.2
1711117
1997, Iprodione 90-day study in the rat by dietary administration, DACO: 4.3.1
1711121
1985, Iprodione: 52-week toxicity study in dietary administration to beagle dogs, First
supplement to LRS Report No. 84/RHO 022/179 - Phytomicrography, DACO: 4.4.5
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 133
Références
1711129
1976, Acute toxicity in rats, RP 26019, DACO: 4.2.1
1711131
1976, Acute toxicity of Rovral (26019RP) I. Oral, intraperitoneal and subacutaneous
administration in rats, DACO: 4.2.1
1711132
1976, Acute toxicity of Rovral (26019RP) II. Oral, intraperitoneal and subacutaneous
administration in mice, DACO: 4.2.1
1711133
1993, Acute dust inhalation toxicity study in rats, DACO: 4.2.3
1711135
1978, Three-month dietary oral toxicity study of 26.019 RP in rats, DACO: 4.3.1
1711136
1979, Iprodione (26019R.P.) one month toxicity study in mice by dietary administration.
DACO: 4.3.3
1711139
1984, Iprodione: 52-week toxicity study in dietary administration to beagle dogs, DACO: 4.4.5
1711141
1986, Iprodione: 52-week toxicity study in dietary administration to beagle dogs, Addendum 1
to LSR Report No. 84/RH002/179 - Analytical Method, DACO: 4.4.5
1711143
1982, Iprodione (26 019 R.P.) technical grade compound, in vitro mutagenesis in
microorganisms, DACO: 4.5.4
1711145
1979, Iprodione (26 019 R.P.) - In-vitro mutagenicity study in Salmonella typhimurium (Ames
strain) and in Saccharomyces cerevisae (Zimmermanns strain D7), DACO: 4.5.4
1711146
1990, Mutagenicity test on iprodione (technical) in the Salmonella/mammalian-microsome
reverse mutation assay (Ames test) with confirmatory assay, DACO: 4.5.4
1711147
1985, In vitro sister chromatid exchange in Chinese hamster ovary cells (CHO), Iprodione,
DACO: 4.5.6
2002756
HORMONAL MEASUREMENTS IN ADULT MALE SPRAGUE DAWLEY RATS
FOLLOWING ADMINISTRATION OF IPRODIONE BY GAVAGE.
2420938
2420940
Iprodione technical: 18months oral carcinogenicity study in Swiss albino mice.
Iprodione Technical: combined chronic toxicity and carcinogenicity study in Wistar rats.
B. Autres renseignements considérés
Renseignements publiés
No de l’ARLA
Référence
1799955
Blystone, Chad R., et al. 2007. Iprodione delays male rat pubertal development, reduces serum
testosterone levels, and decreases ex vivo testicular production - Toxicology Letters, Volume 174,
pages 74-81, DACO: 4.8
1816255
Joint Meeting on Pesticide Residues. 1992. Iprodione (Pesticide residues in food: 1993
evaluations Part II Toxicology).
1819485
U.S. Department of Health and Human Services, 1989, Toxicology and Carcinogenesis Studies of
Para-Chloroaniline Hydrochlorine in F344/N Rats and B6C3F1 Mice (Gavage Studies).
Régime alimentaire
A. Études et renseignements présentés par le titulaire
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 134
Références
No de l’ARLA Référence
1059005
2005. Iprodione: Magnitude of the Residue on Leek.
1091986
2001. HPLC/Mass Spectrometry Analysis of Iprodione (RP26019), RP30228, and RP32490 in/on
Plant Matrices (v.1).
1093328
2001. Determination of Fungicide Residues in Canola Following Late-Season
Application of Rovral Flo.
1164812
1995. Fungicides: Iprodione, Thiram: Insecticides Lindane: Cercan St Residues Studies in
Mustard.
1172287
1988. Residues of Iprodione and Its Degradation Products (RP30228 and RP32490) In/On Sweet
Cherries Following Treatments with Rovral as a Foliar Spray and Post-harvest Spray or Dip.
1174148
1979. RP26019: Freezer Storage Stability Tests in/on Cherries and Peaches.
1174152
1998. Freezer Storage Stability of Iprodione and Its Degradation Products (RP30228 and
RP32490) In/On Sweet Cherry Fruit.
1182258
1996. Iprodione: Rovral Flo Residue Studies in Canola, Canada, 1995-1996.
1185221
1995. A study in support of the Report, “Storage Stability of Iprodione (RP-26019), its Isomer
(RP-30228), and its Metabolite (RP-32490) in Various Raw Agricultural Commodities and
Processing Fractions.
1185222
1994. Storage Stability of Iprodione (RP-26019), its Isomer (RP-30228), and its Metabolite (RP32490) in Various Raw Agricultural Commodities and Processing Fraction.
1198418
1976. Fungicides: 26019RP: Residue studies on tomatoes: United Kingdom 1975.
1198422
1979. Iprodione. Residue Studies on Onions in Canada, 1978.
1198425
1979. Fungicides: Iprodione. Residue Studies on Onions, Canada, 1979.
1198428
1980. Fungicides: Iprodione Residue Studies in Onions, Canada.
1198432
1981. Residue Data on Cherries and Peaches Which Received Multiple Pre-harvest Applications
of Rovral.
1198472
1983. Fungicides: Rovral – Residue Test on Plums.
1198473
1983. Pesticide Residue Analysis Iprodione on Raspberries.
1198475
1983. Fungicide Rovral Residue Test on Lettuce in Canada.
1983. Fungicide Residue in Celery and Lettuce.
1981-1982. Minor Crops, Fungicide Residues.
1208291
1985. Residue Studies on Postharvest Treatment on Peaches.
1217825
1982. Analytical Method For the Determination of Residues in High Water Content Crops.
1220706
1978. Fungicides: Iprodione Residue Studies on White Beans, Canada, 1977.
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 135
Références
1220707
1979. Fungicides: Iprodione. Residue Studies on Peaches, Canada, 1978.
1220708
1978, Fungicides: Iprodione. Residue Studies on Sprayed Peaches, Canada, 1977.
1220715
1982. Iprodione Residues in/on Grapes and its Fractions Juice, Pomace, and Raisins.
1220717
1983. Fungicides: Iprodione Residue Studies on Cherries, Canada, 1982.
1220719
1983. Fungicides: Iprodione Residue Studies in Strawberries Canada, 1982.
1220730
1983. Fungicides: Iprodione Residue Studies on Cucumbers, Canada, 1982.
1220731
1983. Fungicides: Iprodione Residue Studies on Tomatoes, Canada 1981/82.
1220735
1979. Fungicides: Iprodione. Residue Studies on Cherries, Canada, 1978.
1220738
1980. Fungicides: Iprodione Residue Studies in Grapes, Canada, 1979.
1220739
1977. Fungicides 26019 RP – Residues in Grapes, Must, Wine and Spirits.
1220741
1980. Fungicides: Iprodione. Residue Studies in Blackcurrants and the Associated Juice, United
Kingdom, 1979.
1220745
1974. 26019 RP Residues on Canadian Strawberries.
1220761
1975. 26019 RP Estimation of Residues in Greenhouse Tomatoes.
1220762
1975. Residues in Tomatoes from Japan (Year 1975).
1220764
1976. Fungicides: 26019 RP: Residue Studies on Tomatoes: United Kingdom 1975.
1220765
1978. Fungicides: Iprodione. Residue Studies on Cucumbers, United Kingdom, 1977.
1220787
1974. 26019 RP Residue Studies on Canadian Peaches.
1227353
1987. Residue Data for Potato Tubers, Chips, Flakes, and Granules Treated at 20 and 40 lbai/A
with Rovral.
1227354
1985. Iprodione Residue Data on Texas Onions Receiving Multiple Aerial Applications of Rovral.
1227355
1987. Iprodione Residue Data for Dry Bulb Onions Treated with Rovral by Aerial Means.
1227356
1984. Residue Data on Onions Treated with Multiple Applications of Rovral 1982 and 1983.
1227365
1986. Residue data for Carrots Treated with Rovral.
1227367
1987. Rovral Residue Data for Tomato and Tomato Fractions.
1227368
1986. Iprodione Residue Data for Leaf Lettuce.
1227369
1982. A Summary of Iprodione Residue Data for Plum, Prune, Nectarine, Apricot, Cherry (aerial)
and Peach (aerial).
1227369
1982. A Summary of Iprodione Residue Data for Plum, Prune, Nectarine, Apricot, Cherry (aerial)
and Peach (aerial).
1227369
1982. A Summary of Iprodione Residue Data for Plum, Prune, Nectarine, Apricot, Cherry (aerial)
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 136
Références
and Peach (aerial).
1626335
1731911
1987. Residues of Iprodione and Its Metabolites (RP30228 and RP32490) In Stock Feed (Potato
Peels) from the Processing of Potatoes Treated With Rovral 50WP.
1983. Identification of Major Unknowns from Goat Tissues and Urine through the Metabolism of
C Iprodione (RP-26019).
14
1731912
1981. Metabolism of 14C-Iprodione (14C-RP26019) in the Dairy Cow.
1731913
1982. Metabolism of (14C-RP26019) in Laying Hens.
1731916
1982. Metabolism of 14C-Iprodione (14C-RP26019) in the Lactating Goat.
1731918
1981. Metabolism Study of Iprodione in/on Peaches.
1731919
1977. Pathway and Degradation Rates of RP26019 Absorbed by Roots or Applied to Plant Leaves
(Strawberries and Wheat) with 14C Labelled RP26019.
1731920
1983. Metabolism of 14C-Iprodione in/on Peanuts.
1731921
1983. Metabolism of 14C Iprodione in Rice and the Determination of 14C Residues in Irrigated
Crops.
1731922
1981. Rhone-Poulenc Analytical Method No. 151 (Revised, 1981). Determination of RP 26019
and Its Metabolite in/on Stone Fruit and Nut Crops by GLC and TLC.
1731923
1989. Rovral: Determination of RP-26019 and its Metabolites in/on Dry, Succulent, Oily and NonOily Crops by Gas Liquid Chromatography and Thin Layer Chromatography.
1731924
1981. Rhone-Poulenc Method No. 159. Determination of Hydroxylated Iprodione (RP-26019)
Metabolites in Cow Milk By Electron-Capture Gas Chromatography.
1731925
1983. Rhone-Poulenc Analytical Method Number 164. Determination of Iprodione (RP-26019)
and its Non-Hydroxlated Metabolites in Chicken Tissues and Eggs by Electron Capture Gas
Chromatography.
1731926
1982. Validation of Analytical Method for the Determination of Iprodione and its Nonhydroxlated
Metabolites in Bovine Tissue.
1731927
1982. Validation of Analytical Method for Determination of Hydroxylated Metabolites of
Iprodione in Bovine Milk.
1731928
1981. Validation of Analytical Method for Iprodione and Its Nonhydroxylated Metabolites in
Milk.
1731930
1994. Ground Application of Rovral WP Fungicide to Raspberries to Determine the Magnitude of
Residue Present After Harvest.
1731931
1994. Determination of the Magnitude of Residues in/on Succulent Beans treated by Chemigation
with Rovral 4 Flowable Fungicide.
1731932
1983. Rhone-Poulenc Analytical Method No. 162. Determination of Iprodione and its Metabolites
in/on Grain and Hay by GLC and TLC.
1731934
1983. The investigation of the Stability of Iprodione Residues in Milk and Animal Tissues Stored
Under Frozen Conditions.
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 137
Références
1731936
1980. Iprodione Residue Data on Lettuce and Soil Fall-Winter 1980.
1731939
1994. Rovral/Dry Beans/Magnitude of Residue/Raw Agricultural Commodity.
1731942
1986. Residue Data for Ginseng Treated with Rovral.
1731944
1986. Corrected Pages for Rovral Ginseng Report.
1731945
1983. Iprodione Residue Data on Winter Grown Lettuce from the Imperial Valley.
1731946
1994. Determination of the Magnitude of Residues In/On Succulent Beans Treated by Ground
Applications of Rovral 4F.
1731948
1983. 14C Iprodione Rotational Crop Study.
1731949
1995. Confined Accumulation Study on Rotational Crops with 14C-Iprodione.
1731950
1998. Response to USEPA comments regarding the study, Jordan RC, Wyatt D. Confined
Accumulation Study on Rotational Crops with 14C-Iprodione.
1731951
1985. 14C-Iprodione Field Rotational Crop Study: The Potential Uptake of 14C-Iprodione and/or Its
Metabolites in Various Crops From Soil Treated with 14C-Iprodione.
1731952
1983. Residue Data on Rovral Treated Lettuce Rotational Crops. Field Programs SS/81 B-9 and
FD/82 E-6.
1731953
1988. Residues of Iprodione and Its Metabolites In/On Field Grown Rotational Crops.
1731955
1983. Analysis of Tissues and Eggs from Treated Laying Hens Fed Iprodione.
1731957
1982. Analysis of Milk and Tissues of Treated Dairy Cattle for Iprodione and its Metabolites.
1766660
2000. Validation of Residue Analytical Methods for Iprodione (RP26019), RP30228, and
RP32490 in/on Various Agricultural Crop Substrates.
1766661
2001. HPLC/Mass Spectrometry Analysis of Iprodione (RP26019), RP30228, RP32940, and
RP36114 in/on Animal Matrices (v.1).
1766664
2001. Independent Laboratory Method “HPLC/Mass Spectrometry Analysis of Iprodione
(RP26019), RP30228, RP32490, and RP36114 In/On Animal Matrices (v.1)”.
1766665
2001. Independent Laboratory Validation of the Method “HPCL/Mass Spectrometry Analysis of
Iprodione (RP26019), RP 30222, and RP32490 in/on Plant Matrices (v.1)” on Peaches.
1766672.
1996. Magnitude of Residues in Meat and Eggs of Laying Hens.
Examens effectués à l’étranger
No de l’ARLA
Référence
1659057
U.S. EPA. 2007a. Iprodione drinking water assessment, including proposed new use on pistachio
(IR4) and label revisions affecting rates for strawberries, stone fruits, and grapes.
1794745
European Commission Health and Consumer Protection Directorate-General. 2002. Review
Report for the Active Substance Iprodione.
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 138
Références
Exposition professionnelle et non professionnelle
A. Études et renseignements présentés par le titulaire
No de l’ARLA
Référence
2115788
Agricultural Reentry Task Forces (ARTF). 2008. Data Submitted by the ARTF to Support
Revision of Agricultural Transfer Coefficients. Submission #2006-0257.
1785327
Macy, L.J., August 7, 1998a. IPRODIONE: Dissipation of Dislodgeable Foliar Iprodione Residues
from Pesticide-treated Peaches, Rhone-Polenc Ag Company (Research Triangle Park, NC).
97R13232A. Unpublished.
1785328
Macy, L.J., August 19, 1998b. IPRODIONE: Dissipation of Dislodgeable Foliar Iprodione
Residues from Pesticide-treated Grapes, Rhone-Polenc Ag Company (Research Triangle Park,
NC). 97R13232B. Unpublished.
1785329
Macy, L.J., August 19, 1998c. IPRODIONE: Dissipation of Dislodgeable Foliar Iprodione
Residues from Pesticide-treated Leaf Lettuce, Rhone-Polenc Ag Company (Research Triangle
Park, NC). 97R13232C. Unpublished.
1785326
Howell, C and Luca, L. October 5, 1999. Iprodione: Determination of Transferable Turf Residues
on Turf Treated with CHIPCO® 26GT. ABC Laboratories Inc., Columbia, MO. 98R15525/44863,
September 2, 1998. MRID 44968001. Unpublished.
1785325
Cheng, T. October 25, 1994. Dermal Absorption of 14C-Iprodione (ROVRAL®4F) in Male Rats
(Preliminary and Definitive Phases), Hazelton Wisconsin, Inc. HWI 6224-208. Unpublished.
1563654 +
1563664
1563641
Merricks, L., Klonne, D., Smith, L. January 22, 1999. Exposure of Professional Lawn Care
Workers During The Mixing and Loading of Dry and Liquid Formulations and the Liquid
Application of Gazons Pesticides Utilizing A Surrogate Compound, Agrisearch Inc. (Frederick,
MD) and Morse Laboratories Inc. (Sacramento, CA). Study numbers 3702 (Agrisearch) and
ML96-0656-ORE (Morse). Unpublished. OMA002.
Merricks, L., Klonne, D. Artz, S. March 4, 1999, Exposure of Professional Lawn Care Workers
During the Mixing, Loading, and Application of Granular Gazons Pesticides Utilizing a Surrogate
Compound, Agrisearch Inc. (Frederick, MD) and Ricerca, Inc. (Painesville, OH). Laboratory
report numbers 3701 (Agrisearch) and 69331-96-0182-CR-001 (Ricerca). Unpublished. OMA005.
B. Autres renseignements considérés
i) Renseignements publiés
Harnely, M.E., Nishioka, M., McKone, T.E., Smith, D., et al. 2009. Pesticides in Dust from Homes in an
Agricultural Area. Environ. Sci. Technol. 43:8767-8774.
Bradman, A., Whitaker, D., Quiros, L., Castorina, R., et al. 2007. Pesticides and their Metabolites in the Homes and
Urine of Farmworker Children Living in the Salina Valley, CA. J. Sci. Env. Epi. 17:331-349.
Schummer, C.; Mothiron, E.; Appenzeller, B.M.R.; Rizet, A.L. et al. 2010. Temporal variations of concentrations of
currently used pesticides in the atmosphere of Strasbourg, France. Environmental Pollution 158: 576-584.
Briand, O., Bertrand, F., Seux, R., Millet, M. 2002. Comparison of different sampling texhniques for the evaluation
of pesticide spray drift in apple orchards. The Science of the Total Environment 288: 199-213.
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 139
Références
Gonzalez, F.J.E., Granero, A.M., Glass, C.R., Frenich, A.G., et al. 2004. Screening method for pesticides in air by
gas chromatography/tandem mass spectrometry. Rapid Commun. Mass Spectrom. 18:537-543.
California Department of Pesticide Regulation. 2003. Ambient Air Monitoring for Pesticides in Lompoc, California.
Volume 1: Executive Summary. March 2003.Online:
http://www.cdpr.ca.gov/docs/specproj/lompoc/exec_sum_march2003.pdf
U.S. EPA. 2011. Exposure Factors Handbook 2011 Edition (Final). U.S. Environmental Protection Agency,
Washington, D.C. EPA/600/R-09/052F.
ii) Renseignements inédits
No de l’ARLA
Référence
1885209
Krolski, M.E. March 8, 2010. Observational Study to Determine Dermal and Inhalation Exposure
to Workers in Commercial Seed Treatment Facilities: Mixing/Treating with a Liquid Pesticide
Product and Equipment Clean-out. Grayson Research, LLC, Creedmoor, NC. Bayer Study No.
RAELP017. Unpublished.
1525896
Maasfeld, W. December 14, 2001, Determination of exposure to pencycuron during loading and
application of Moncereen®-Droogontsmetter (Monceren DS 12.5) in potato fields, BAYER AG
Business Group Crop Protection Development Department Institute for Metabolism Research and
Residue Analysis D-51368 Leverkusen Federal Republic of Germany. Study # P 666 01 1502.
Unpublished.
1372835
Mackie S. 2006. Admire 240F - Determination of dermal and inhalation exposure of workers
during on-farm seed piece treatment of potatoes. University of Guelph, Centre for Toxicology,
Guelph, Ontario. Bayer Study Report No. RANTY013. Study dated: November, 2006.
1191375
Purdy, John R. 1999. On Farm Operator Exposure Study with DIVIDEND 36FS Seed Treatment
on Wheat, Maxxam Analytics, Mississauga, Ont., and Novartis Crop Protection Canada Inc.,
Guelph, Ontario. Study number CER 05314/98, March 2, 1999. Unpublished
1571553
Zietz, E. October 25, 2007. Determination of Operator Exposure to Imidacloprid During
Loading/Sowing of Gaucho Treated Maize Seeds Under Realistic Field Conditions in Germany
and Italy. SGS Institut Fresenius GmbH, Tanunusstein, Germany, Study Number IF05/00328969. Unpublished.
Examens effectués à l’étranger
No de l’ARLA
Référence
U.S. EPA Residential SOPs
2409268
U.S. EPA. 2012. Standard Operating Procedures for Residential Pesticide Exposure Assessment.
EPA: Washington, D.C. Revised October 2012.
U.S. EPA Residential SOPs Task Force Information
Pelouses et gazons (golf seulement)
2115788
Agricultural Reentry Task Force (ARTF). 2008. Data Submitted by the ARTF to Support Revision
of Agricultural Transfer Coefficients. Submission# 2006-0257
2476396
et 2476401
Cowell, J. and Johnson, D. 1999. Evaluation of Transferable Grass Residue Techniques:
Evaluation Study of Transferable Residue Techniques (OMD001) and Transferable Residue
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 140
Références
Technique Modification Study: An Evaluation of Three Grass Sampling Techniques (OMD002).
October 7, 1999. Outdoor Residential Exposure Task Force. EPA MRID 44972203.
1563628
et 1563634
Johnson, D., Thompson, R., Butterfield, B. 1999. Outdoor Residential Pesticide Use
and Usage Survey and National Gardening Association Survey. Unpublished study prepared by
Doane Marketing Research, Inc. EPA MRID 46883825 (also EPA MRID 44972202).
Milieux intérieurs (contact main-bouche seulement)
1826528
Selim, S. 2000. Measurement of Transfer of Pyrethrin and Piperonyl Butoxide Residues from
Vinyl Flooring Treated with a Fogger Formulation. Unpublished study prepared by Non-Dietary
Exposure Task Force. (MRID 46188605). NDETF
1826539
Selim, S. 2002a. Determination of Pyrethrin (PY) and Piperonyl Butoxide (PBO) Residue on the
Hand from Treated Vinyl Flooring Sections Following Hand Press on Untreated Surfaces.
Unpublished study prepared by Non-Dietary Exposure Task Force. (MRID 46188614). NDETF
1826546
Selim, S. 2002b. Determination of Pyrethrin (PY) and Piperonyl Butoxide (PBO) Residue on the
Hand following Hand Press on Treated and Untreated Carpet. Unpublished study prepared by
Non-Dietary Exposure Task Force. (MRID 46188620). NDETF
1826551
Selim, S. 2003a. Measurement of Transfer of Permethrin and Piperonyl Butoxide Residues from
Vinyl and Carpet Flooring Treated with a Fogger Formulation Following a Single Hand Press.
Unpublished study prepared by Non-Dietary Exposure Task Force. (MRID 46188625). NDETF
1826554
Selim, S. 2003b. Determination of Permethrin (PER) and Piperonyl Butoxide (PBO) Residue on
the Hand Following Hand Press on Treated and Untreated Vinyl and Carpet. Unpublished study
prepared by Non-Dietary Exposure Task Force. (MRID 46188628). NDETF
1826562
Selim, S. 2004. Measurement of Transfer of Deltamethrin Residues from Vinyl and Carpet
flooring Treated with a Fogger Formulation Following a Single Hand Press. Unpublished study
prepared by Non-Dietary Exposure Task Force. (MRID 46297602). NDETF
Environnement
A. Études et renseignements présentés par le titulaire
No de l’ARLA
Référence
1182248
Anaerobic aquatic metabolism of iprodione, W.C. Spare, completed December 18, 1990 (1510)
[Rovral flo fungicide; subn.#97-1825 and 97-1826; regn.#24378 and 18977; submitted November
1997; volume 2 of 3], DACO: 8.2.3.5.6
1182249
A STUDY TO INVESTIGATE THE LEACHING OF 26 019 R.P. IN SOIL USING 14CLABELLED 26 019 R.P., J.M. GOUOT ET AL, OCTOBER 8, 1976 (18845-E) [ROVRAL FLO
FUNGICIDE;SUBN.#97-1825 AND 97-1826;REGN.#24378 AND 18977;SUBMITTED
NOVEMBER 1997;VOLUME 2 OF 3], DACO: 8.2.4.3.2
Iprodione: adsorption/desorption to and from four soils and an aquatic sediment, C. M. Burr and
S.E. Newby, completed June 28, 1994 (p94/014) [Rovral flo fungicide; subn.#97-1825 and 971826; regn.#24378 and 18977; submitted November 1997; volume 2 of 3], DACO 8.2.4.2
1182263
1182268
Iprodione: age leaching study in four soils, S.E. Newby et al, completed July 21, 1994 (p94/013)
[Rovral flo fungicide; subn.#97-1825 and 97-1826; regn.#24378 and 18977; submitted November
1997; volume 2 of 3], DACO: 8.2.4.3.2
1182269
Iprodione-14C: aged leaching study with four soils, M.L. Doble et al, completed May 1991
(p91/050) [Rovral flo fungicide; subn.#97-1825 and 97-1826; regn.#24378 and 18977; submitted
November 1997; volume 2 of 3], DACO: 8.2.4.3.2
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 141
Références
1183191
Hydrolysis of [phenyl(u)-14C] iprodione in aqueous solutions buffered at ph 5, 7 and 9, Y.T. Das,
completed December 31, 1990 (89100;ec-89-050) [Rovral flo fungicide; subn.#97-1825 and 971826; regn.#24378 and 18977; submitted November 1997; volume 1 of
1183199
HYDROLYSIS OF [PHENYL(U)-14C] IPRODIONE IN AQUEOUS SOLUTIONS BUFFERED
AT PH 5, 7 AND 9, Y.T. DAS, COMPLETED DECEMBER 31, 1990 (89100;EC-89-050)
[ROVRAL FLO FUNGICIDE;SUBN.#97-1825 AND 97-1826;REGN.#24378 AND
18977;SUBMITTED NOVEMBER 1997;VOLUME 1 OF 3], DACO: 8.2.3.2
14C-iprodione aqueous photolysis, P.P. Adrian and J-M. Robles, completed April 19, 1991 (9022;ag/crld/an/9115524) [Rovral flo fungicide; subn.#97-1825 and 97-1826; regn.#24378 and
18977; submitted November 1997; volume 1 of 3], DACO: 8.2.3.3.2
1183202
1183207
(14C)-iprodione: aerobic soil metabolism, A.R. Waring, completed December 20, 1993
(68/132;68/132-1015) [Rovral flo fungicide; subn.#97-1825 and 97-1826; regn.#24378 and 18977;
submitted November 1997; volume 1 of 3], DACO: 8.2.3.4.2
1183210
DEGRADATION OF RP 26019 IN THE SOIL TREATMENT AT 1 AND 10 PPM WITH
PHENYL 14C LABELLED MATERIAL, J.M. GOUOT ET AL, OCTOBER 11, 19977
(RP/RD/CNG AND CNG AN NO. 19320E) [ROVRAL FLO FUNGICIDE;SUBN.#97-1825 AND
97-1826;REGN.#24378 AND 18977;SUBMITTED NOVEMBER 1997;VOLUME 1 OF 3],
DACO: 8.2.3.4.2
DEGRADATION OF RP 26019 IN THE SOIL 2 AND 5 PPM TREATMENTS WITH 14C
LABELLED PRODUCT, GOUOT, LACROIX AND SAULI, AUGUST 31, 1976
(R.P./R.D./C.N.G. NO 18785) [ROVRAL FLO FUNGICIDE;SUBN.#97-1825 AND 971826;REGN.#24378 AND 18977;SUBMITTED NOVEMBER 1997;VOLUME 1 OF 3], DACO:
8.2.3.4.2
(14c)-iprodione: degradation and retention in water/sediment systems, final report, d. purser,
completed December 8, 1992 (68/113;7397) [Rovral flo fungicide;subn.#97-1825 and 971826;regn.#24378 and 18977; submitted November 1997; volume 2 of 3], DACO 8.2.3.5.4
1183211
1183214
1183215
Aerobic aquatic metabolism of iprodione, W.C. Spare, completed June 18, 1991 (1514) [Rovral flo
fungicide; subn.#97-1825 and 97-1826; regn.#24378 and 18977; submitted November 1997;
volume 2 of 3], DACO: 8.2.3.5.4
1183269
A LABORATORY DETERMINATION OF THE TOPICAL AND ORAL LD50S FOR HONEY
BEES EXPOSED TO TECHNICAL-GRADE IPRODIONE, M. MEAD-BRIGGS, OCTOBER 24,
1995 (RP-95-5) [ROVRAL FLO FUNGICIDE;SUBN.#97-1825 AND 97-1826;REGN.#24378
AND 18977;SUBMITTED NOVEMBER 1997;VOLUME 1 OF 1], DACO: 9.2.4.1,9.2.4.2
Toxicity of iprodione (Rovral) to earthworms under field conditions and springtails under lab
conditions, DACO: 9.2.3.1,9.2.7
1995, Validation of method of analysis for iprodione (RP26019) and its metabolites (RP32490,
RP37176, RP32596, RP36221, and RP30228) in soil, DACO: 8.2.2.1
1999, Iprodione: Validation of method of analysis of iprodione and its metabolites RP 30228 and
RP 32596 in ground water, DACO: 8.2.2.3
1993, (14C)-Iprodione: Aerobic soil metabolism, DACO: 8.2.3.4.2
1998, (14C)-RP 030228: Rate of degradation in three soil types under aerobic conditions, DACO:
8.2.3.4.2,8.2.3.5.2
1993, RP 30228: Adsorption to soil particles in three soil types, DACO: 8.2.4.2
1999, Iprodione metabolite: 14C-3,5-dichloroaniline - Soil adsorption/desorption study, DACO:
8.2.4.2
1994, Iprodione: Aged Leaching Study in Four Soils, DACO: 8.2.4.3.2
2001, Field soil dissipation study in Europe Iprodione, DACO: 8.3.2.3
1991, A Terrestrial Field Soil Dissipation Study With Iprodione, DACO: 8.3.2.3
1999, Effects on reproduction and growth of earthworms (Eisenia andrei) in artificial soil
RP30228, DACO: 9.2.3.1
1999, Iprodione - effects on reproduction and growth of earthworms (Eisenia andrei) in artificial
soil, DACO: 9.2.3.1
2000, Effects of RP32596 on reproduction and growth of earthworms Eisenia fetida (Savigny
1826) in artificial soil, DACO: 9.2.3.1
1220782
1759490
1759497
1759501
1759502
1759503
1759504
1759505
1759512
1759517
1759523
1759524
1759525
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 142
Références
1759526
1759528
1759530
1759531
1759534
1759535
1759536
1759537
1759538
1759539
1759542
1759543
1759544
1759545
1759546
1759547
1759548
1759549
1759553
1759554
1759555
1759556
1759557
1759559
1759560
1759563
1759564
1759565
1759566
1992, The acute toxicity of iprodione to earthworms (Eisenia fetida), DACO: 9.2.3.1
1994, EXP 1671 (Rovral): Laboratory contact toxicity test with the predacious mite Typhlodromus
pyri, following the method of Overmeer and van Zon (1982), DACO: 9.2.6
1993, Effects of EXP1861 (Verisan) on Trichogramma cacoeciae Marchal (Hymenoptera,
Trichogrammatidae) in laboratory, DACO: 9.2.6
1999, A laboratory test to determine the effect of EXP1671 (a 500g/kg WP formulation of
iprodione) on the predatory mite, Typhlodromus pyri, DACO: 9.2.6
1990, Iprodione technical - acute toxicity to daphnids (Daphnia magna) during a 48-hour flowthrough exposure, DACO: 9.3.2
1988, The chronic toxicity of iprodione technical to Daphnia magna under flow-through
conditions, DACO: 9.3.3
1986, Dynamic acute toxicity of iprodione technical to juvenile crayfish (Procambarus simulans,
Faxon), DACO: 9.3.4
1998, Toxicity to the sediment dwelling chironomid larvae (Chironomus riparius) - 28 days RP30228, DACO: 9.3.4
1987, Acute toxicity of iprodione technical to mysid shrimp (Mysidopsis bahia) under flowthrough conditions, DACO: 9.4.2
1987, Acute toxicity of iprodione technical to Eastern oysters (Crassostrea virginia) under flowthrough conditions, DACO: 9.4.3
1978, The acute toxicity of RP26019 technical assay 95.06% lot #77103-01 to the rainbow trout
Salmo gairdneri Richardson, DACO: 9.5.2.1
1993, Acute toxicity study in the rainbow trout with RP 30228 (flow-through system), DACO:
9.5.2.1
1990, Iprodione technical - Acute toxicity to rainbow trout (Oncorhynchus mykiss) under flowthrough conditions, DACO: 9.5.2.1
1978, The acute toxicity of RP26019 technical assay 95.6% Lot #77103-01 to the bluegill sunfish
Lepomis macrochirus Rafinesque, DACO: 9.5.2.2
1990, Iprodione technical - acute toxicity to bluegill sunfish (Lepomis macrochirus) under flowthrough conditions, DACO: 9.5.2.2
1986, Acute flow-through toxicity of iprodione technical to channel catfish (Ictalurus punctatus),
DACO: 9.5.2.3
1988, Acute toxicity of iprodione technical to sheepshead minnow (Cyprinodon variegatus) under
flow-through conditions, DACO: 9.5.2.4
1988, The toxicity of iprodione technical to fathead minnow (Pimephales promelas) embryos and
larvae, DACO: 9.5.3.1
1990, An acute oral toxicity study with the Northern bobwhite - Iprodione, DACO: 9.6.2.1
1974, The determination of the acute oral LD50 in mallard ducks for 26019RP, DACO: 9.6.2.2
1990, Iprodione technical: A dietary LC50 study with the Northern bobwhite, DACO: 9.6.2.4
1990, Iprodione technical: A dietary LC50 study with the mallard, DACO: 9.6.2.5
1981, One-generation reproduction - Mallard duck - Iprodione technical, DACO: 9.6.3.2
1981, One-generation reproduction study - Bobwhite quail - Iprodione technical - Final report,
DACO: 9.6.3.2
1990, Iprodione technical - Toxicity to the freshwater diatom Navicula pelliculosa, DACO: 9.8.2
1993, Scenedesmus subspicatus, fresh water algal growth inhibition test with RP 30228, DACO:
9.8.2
1990, Iprodione technical - Toxicity to the freshwater bluegreen alga Anabaena Flos-aquae,
DACO: 9.8.2
1993, Scenedesmus subspicatus, fresh water algal growth inhibition test with EXP1861 suspension
concentrate at 225g/l (EXP01861), DACO: 9.8.2
1990, Iprodione technical - toxicity to the freshwater green alga Selenastrum capricornutum,
DACO: 9.8.2
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 143
Références
1759568
1759569
1759570
1785331
1711132
1711131
1711129
1711116
1711136
1611932
1611930
1711135
1711117
1166135
1166136
1991, Toxicity to the marine diatom Skeletonema costatum Iprodione technical Amended final
report, DACO: 9.8.3
2002, Duckweed (Lemna gibba G3) growth inhibition test Iprodione substance, technical Code:
AE F062470 00 1C96 0001, DACO: 9.8.5
1990, Iprodione technical - Toxicity to the duckweed Lemna gibba G3, DACO: 9.8.5
2000, Iprodione Metabolite: 14C-3,5-Dichloroaniline Aerobic Soil Metabolism, DACO: 8.2.3.4.2
1976, Acute toxicity of Rovral (26019RP) II. Oral, intraperitoneal and subacutaneous
administration in mice, DACO: 4.2.1
1976, Acute toxicity of Rovral (26019RP) I. Oral, intraperitoneal and subacutaneous
administration in rats, DACO: 4.2.1
1976, Acute toxicity in rats, RP 26019, DACO: 4.2.1
1976, 30.228 R.P.: Acute toxicity and local tolerance , DACO: 4.2.1
1979, Iprodione (26019R.P.) one month toxicity study in mice by dietary administration., DACO:
4.3.3
1990, Iprodione sub-acute toxicity to mice by dietary administration for 13 weeks, DACO: 4.3.1
1990, Iprodione sub-acute toxicity to rats by dietary administration for 13 weeks, DACO: 4.3.1
1978, Three-month dietary oral toxicity study of 26.019 RP in rats, DACO: 4.3.1
1997, Iprodione 90-day study in the rat by dietary administration, DACO: 4.3.1
Final report - Two generation reproduction study with iprodione technical in rats, S.M Henwood,
completed April 29, 1991 (HLA 6224-154)(Rovral), DACO: 4.5.1
Final report - Two generation reproduction study with iprodione technical in rats, S.M Henwood,
completed April 29, 1991 (HLA 6224-154)(Rovral), DACO: 4.5.1
B. Autres renseignements considérés
i) Renseignements publiés
No de l’ARLA Référence
1311118
1311142
1311143
1719718
1719719
1794743
1794745
1794746
1794747
1810595
1816255
Anderson Anne-Marie. 2005. Alberta Environment; Environmental monitoring and evaluation
branch, Overview of pesticide data in Alberta surface waters since 1995, DACO: 8.6
Byrtus Gary, et al. 2004. Alberta Environment; Environmental assurance service, A summary of
pesticide residues from the Alberta treated water survey, 1995-2003, DACO: 8.6
Byrtus Gary, et al. 2004. Alberta Environment; Environmental assurance service, A summary of
pesticide residues from the Alberta treated water survey, 1995-2003. Raw data, DACO: 8.6
US Geological Survey. 2009. Iprodione USGS NAWAQ groundwater monitoring for iprodione
(R61593) downloaded Feb 10 2009, DACO: 8.6
US Geological Survey. 2009. Iprodione USGS NAWAQ surface water monitoring for iprodione
(R61593) downloaded Feb 10 2009, DACO: 8.6
US EPA. 1998. Reregistration Eligibility Decision (RED) Iprodione, DACO: 12.5
European Commission - Health and Consumer Protection Directorate-General, 2002, Review
report for the active substance Iprodione, DACO: 12.5
Leistra, Minze and Arrienne M. Matser. 2004. Adsorption, Transformation, and Bioavailability
of the Fungicides Carbendazim and Iprodione in Soil, Alone and in Combination - Journal of
Environmental Science and Health Part B - Pesticides, Food Contaminants.
Stromqvist, Johan and Nicolas Jarvis. 2005. Sorption, degradation and leaching of the fungicide
iprodione in a golf green under Scandinavian conditions: measurements, modelling and risk
assessment - Pest Management Science, Vol. 61: 11687-1178, DACO: 8.6.
Board for the Authorisation of Plant Protection Products and Biocides (CTGB, Netherlands),
2005, Reregistration decision for Rovral Aquaflo (Iprodione), DACO: 12.5.8, 12.5.9.
Iprodione (Pesticide residues in food: 1993 evaluations Part II Toxicology) Joint Meeting on
Pesticide Residues, 1992, DACO: 12.5.4.
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 144
Références
1759519
1884633
1918529
Xu, T., Seymour R.J. and Beck C.D. 2007. Surface Water Monitoring for Residues of Iprodione
in high use areas in the United States. RAIDX001.
Xu, Tianbo. 2009. Surface Water Monitoring for Residues of Iprodione in High Use Areas in the
United States - Final Report. Study Number RAID001 (251 pp).
Nagy, KA, 1987. Field metabolic rate and food requirement scaling in mammals and birds.
Ecological Monograph Vol.57, No.2, pp.111-128.
ii) Renseignements inédits
No de l’ARLA
1650553
1345591
1659058
1659060
Référence
Unpublished treated and raw water monitoring data (1995-2007) for iprodione from Alberta
Environment, DACO: 8.6.
(2001) Unpublished Groundwater Monitoring Data of Pesticides in the Fraser Valley, B.C. DACO
8.6.
EFED Review of Surface Water Monitoring for Residues of Iprodione in High use areas in the
United States: Interim Report (MRID 47170301).
EFED Review of Bayer Crop Science’s Iprodione Preliminary Drinking Water Assessment
(MRID 47244701).
Valeur
Autres renseignements considérés
Renseignements publiés
BCPC. 2014. The e-pesticide Manual. British Crop Protection Council.
http://pmonline.azurewebsites.net/_Main/Pesticide.aspx (accessed 07, 2015).
FRAC, 2009a. Fungicide Resistance Action Committee. Dicarboximides.
http://www.frac.info/frac/work/work_dica.htm (accessed November 16, 2009).
FRAC, 2009b. Fungicide Resistance Action Committee. Benzimidazoles.
http://www.frac.info/frac/work/work_benz.htm (accessed December 10, 2009).
FRAC. 2015. Fungicide Resistance Action Committee. FRAC Code List: Fungicides sorted by mode of action
(including FRAC Code numbering).
http://www.frac.info/docs/default-source/publications/frac-code-list/frac-code-list-2015finalC2AD7AA36764.pdf?sfvrsn=4 (accessed April 15, 2015).
Goodwin, M. 2005. Crop Profile for Canola in Canada. Pesticide Risk Reduction Program, Pest Management
Centre, Agriculture and Agri-Food Canada. January 2005.
Hsiang, T. 2005. Grass Fungicides in Canada. Guelph Grass Institute. Annual Research Report.
http://www.uoguelph.ca/GTI/05anrep/85-89.pdf (accessed November 16, 2009).
OMAFRA. 1996. Diseases and Insects of Grass in Ontario – A Handbook for Professional Gazons Managers.
Publication 162. Ontario Ministry of Agriculture, Food and Rural Affairs.
Northover, J., and Matteoni, J.A. 1986. Resistance of Botrytis cinerea to benomyl and iprodione in vineyards and
greenhouses after exposures to the fungicides alone or mixed with captan. Plant Disease 70: 398-402
Projet de décision de réévaluation - PRVD2016-09
Page 145
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising