http://publications.gc.ca/collections/collection_2016/aspc-phac/H12-21-1-4-36.pdf (PDF , 856 KB).

http://publications.gc.ca/collections/collection_2016/aspc-phac/H12-21-1-4-36.pdf (PDF , 856 KB).
 Health and Welfare Canada
Santé el Bien-étre social Canada
ENS SL
ATA 1/14
+
E
E . “ че
E р 1 7 { 4 A
Date of publication: September 9, 1978
Bulletin
A CASE OF SMALLPOX - UNITED KINGDOM
One case of confirmed smallpox of laboratory
origin has been reported in Birmingham. Onset of
illness was August 11 and the patient, a 40-year-
old female, was confined to home until August 24
when she was admitted to the isolation unit of a
hospital. All control measures have been taken
and two close contacts who were admitted to
hospital as a precautionary measure on August 28
are now considered NOT to be cases of smallpox.
There appears to be no justification for changing
the existing vaccination certificate require-
ments. This ig the first case of smallpox to be
reported from anywhere in the world since October
26, 1977.
SOURCE: WHO Epidemiological Bulletins, August 29°
and 31, 1978 (received by Telex].
NATIONAL ADVISORY COMMITTEE ON IMMUNIZATION
Recommendations on Distribution of Current Stocks
of Sabin Vaccine (Connaught), August 23, 1978
In view of the potential shortage of Sabin
trivalent oral polio vaccine in Canada during the
next 12 months, the National Advisory Committee
on Immunization was asked to formulate priorities
for distribution of available Connaught stock.
The Institut Armand-Frappier also possesses a
stock of trivalent oral polio vaccine. However,
the amount available beyond the needs of the
Province of Quebec was not precisely known at the
time of the meeting, nor the exact amount needed
by the other provinces. Therefore, it should be
noted that the following recommendations were
formulated only for distribution of Connaught
Laboratories stock.
1. A minimum reserve of 40,000 doses of trivalent
oral polio vaccine should be held in storage
by Connaught Laboratories until normal
production is re-established.
2. The reserve of trivalent oral polio vaccine
should be retained for the containment of
polio outbreaks, and supplies should be
released only by approval of the Assistant
Deputy Minister, Health Protection Branch, or
his designate.
3. The remaining available stock should be
offered to provincial and federal government
authorities in an amount proportional to the
average of purchases made by those agencies in
1976 and 1977.
4. Orders placed by other than provincial and
federal government: authorities should not be
filled while the shortage lasts.
vol. 4-36
Date de publication: 9 septembre 1978
Bulletin
CAS DE VARIOLE — ROYAUME-UNI
Un cas confirmé de variole contractée en laboratoire a
été signalé a Birmingham. La maladie est apparue le 11
août et la malade, une femme âgée de 40 ans, a été confinée
à la maison jusqu'au 24 août, date où elle a été admise au
service des contagieux d'un hôpital. Toutes les mesures de
lutte ont été prises et 2 sujets-contacts ont été admis à
l'hôpital le 28 août par mesure de prudence; on sait
maintenant qu'il ne s'agit PAS de cas de variole. Il semble
que rien ne ‘justifie Ia modification des exigences
actuelles concernant le certificat de vaccination. Il
s'agit du premier cas de variole signalé dans le monde
depuis le 26 octobre 1977.
SOURCE: Bulletin épidémiologique de L'OMS, 29 et 31 août
1978 (Reçu par Têlex).
COMITÉ “CONSULTATIF NATIONAL DE L'IMMUNISATION
Recommandations relatives à la distribution des stocks
actuels de vaccin Sabin (Connaught), 23 aofit 1978
Vu la pénurie possible de vaccin antipoliomyélitique
oral trivalent (Sabin) au Canada au cours des 12 prochains
mois, on a demandé au Comité consultatif national de
l'immunisation d'établir les priorités en ce qui a trait à
la distribution des stocks disponibles de Connaught.
L'Institut Armand-Frappier aussi possède une réserve de
vaccin antipoliomyélitique oral trivalent. Cependant, au
moment de la réunion, on ne savait pas avec précision
quelle quantité de vaccins serait disponible une fois les
besoins du Québec satisfaits, ni quelle quantité serait
nécessaire aux autres provinces. Par conséquent, il faut
souligner que les recommandations suivantes ne concerne que
la distribution des stocks des Laboratoires Connaught.
1. Une réserve d'au moins 40 000 doses de vaccin
antipoliomyélitique oral trivalent devrait etre
conservée par les Laboratoires Connaught jusqu'à ce
que
la production normale soit rétablie.
2. Cette réserve de vaccin doit être conservée pour la
lutte contre une éventuelle épidémie de poliomyélite et
les vaccins ne devraient être distribués que sur
l'approbation du Sous-ministre adjoint de la Direction
générale de la protection de la santé ou de la personne
qu'il aura désignée.
3. Le reste des réserves disponibles devrait être distribué
aux autorités sanitaires provinciales et = fédérales
proportionnellement à la moyenne des achats effectués
par ces dernières en 1976 et 1977.
4. Les commandes effectuées par des clients autres que les
autorités provinciales et fédérales ne devraient pas
être satisfaites tant que durera la pénurie.
— 141 -
ANNUAL SUMMARY OF FOODBORNE AND WATERBORNE DISEASE
IN CANADA "= 1974
Foodborne diseases were first documented
nationally for 19731,? and a summary was carried
in the Canada Diseases Weekly Report”. Similar
data for 1974 have been published4,>
reports are available from the author. For the
first time waterborne disease outbreaks = were
recorded and these are included in the summary of
1974 data presented below.
FOODBORNE DISEASE
Incidents - Outbreaks, Cases and Deaths:
443 incidents comprising 387 outbreaks (4,283 cases]
and 56 single cases were reported. Nine deaths were
attributed to consumption of food. Two Eskimos died
after eating game meat and 2 Indians after consuming
fermented salmon eggs, both foods being contaminated
with Clostridium botulinum type E toxin, Two Indian
children succumbed to trichinosis from eating bear
meat. Staphylococcal enterotoxemia claimed the life
of an elderly person and 2 persons died from
paralytic shellfish poison, the former through
consumption of potato salad, the latter through
ingestion of shellfish in the St. Lawrence estuary,
Specific Etiology:
incidents and 40% of the cases reported were of
known etiology. Microbiological agents were the
most significant. Staphylococcus aureus was
responsible for most incidents (29 outbreaks and 5
single cases involving a total of 611 persons},
followed closely by Salmonella sp (22 outbreaks and
2 single cases involving a total of 622 persons).
Bacillus sp, C. botulinum and С. perfringens vere
responsible for 5, 4 and 3 incidents respectively.
A few other incidents were caused by streptococci,
Shigella flexneri, Escherichia coli, Vibrio
parahaemolyticus, Brucella abortus and mold and
yeasts. Trichinella spiralis (6 incidents), a
poisonous plant, paralytic shellfish poison and
chemicals caused additional types of foodborne
illness. o
Foods: The main foods associated with the 443
incidents were meat (117 incidents), vegetables and
fruits, mainly canned (51), poultry (42), marine
products (26), sandwiches (25), bakery products
(24), and Chinese foods (19). Other implicated
foods were dairy products, salads, confectionary and |
beverages,
Associations between Etiological Agents and Foods:
and these”
In 1974,
Twenty-three percent of the‘
SOMMAIRE ANNUEL - INTOXICATIONS D'ORIGINE ALIMENTAIRE ET
HYDRIQUE AU CANADA = 1974
Il faut remonter a 1973 pour trouver le premier rapport
sur les intoxications alimentaires au Canada (1,2) et un résumé
de ce rapport a été publié dans le "Rapport hebdomadaire des
maladiés ‘au Canada(3) . Des données semblables pour l'année
1974 ont été publiées(4,5) et l'on peut en obtenir un
exemplaire en s'adressant à l'auteur. Pour la première fois,
les poussées d'intoxications d'origine hydrique ont été
enregistrées et ces dernières sont incluses dans le sommaire
des données de 1974 présenté ci-dessous.
INTOXICATIONS D'ORIGINE ALIMENTAIRE
Épisodes - Poussées, cas et ' décès: En 1974, 443 épisodes
comportant 387 poussées (4 283 cas) et 56 cas singuliers ont
été signalés. Neuf décès ont été attribués à la consommation
des aliments, Deux Inuits et deux Indiens sont décédés après
avoir consommé des aliments contaminés par la toxine de
Clostridium botulinum de type Е; dans le premier cas il
s'agissait de viande de gibier et dans le second, d'oeufs de
saumon fermentés. Deux enfants de race indienne ont succombé
à la trichinose après avoir consommé de la viande d'ours.
L'entérotoxémie staphylococcique a coûté la vie à une personne
âgée qui avait consommé de la salade aux patates et Tl'intoxi-
cation paralysante par les coquillages a été responsable de la
mort de 2 personnes qui avaient consommé des coquillages
provenant de l'estuaire du Saint-Laurent.
A + _ ” + + + " # *
Etiologie spécifique: Vingt-trois pour cent des épisodes et
40% des cas signalés étaient d'étiologie connue. Les agents
microbiens constituaient le groupe le plus important.
Staphylococcus aureus a été l'agent responsable du plus grand
nombre d'épisodes (29 poussées et 5 cas singuliers touchant au
total 611 personnes}, suivi de près par les Salmonella (22
poussées et 2 cas singuliers touchant au total 622 personnes).
Les espèces du genre Bacillus sp, C. botulinum et
C. perfringens ont été responsables respectivement de 5, 4 её 3
épisodes. Quelques autres Épisodes ont été attribués aux
streptocoques, à Shigella flexneri, à Escherichia coli, à
Vibrio parahaemolyticus, à Brucella abortus ainsi qu'à des
levures et à des moisissures. De plus, Trichinelc spiralis
(6 épisodes), une plante vénéneuse, la toxine responsable de
l'intoxication paralysante par les coquillages ainsi que des
produits chimiques ont été à l'origine d'autres types
d'intoxication alimentaire.
‘Aliments: Les principaux aliments liés aux 443 épisodes
étaient la viande (117 épisodes), les fruits et légumes,
surtout en conserve (51), la volaille (42), les fruits de mer
(26), les sandwiches (25), les produits de boulangerie (24) et
les mets chinois (19). Parmi les autres aliments incriminés
figurent les produits laitiers, les salades, les confiseries
et les boissons,
Rapports entre les ‘agents étiologiques et les aliments:
S, aureus was responsible for incidents from a
variety of foods: chicken, ham, sandwiches, salads,
roast beef, home-canned salmon, butter and cheese.
Salmonellosis was associated with turkey,
sandwiches, salami, lamb, chicken, watermelon,
pepper and chocolate. C. perfringens was implicated
in only 3 outbreaks, 2 with beef and 1 with chili,
Two large outbreaks of B.
associated with tapioca and mashed potatoes; 2
smaller ones involved fried rice and stuffed snails.
C, botulinum type E contaminated game meat and fish
eggs eaten by Eskimos and Indians (4 incidents).
B. abortus in raw goat's milk caused a single case.
Ham kept unrefrigerated for 8 hours at a wedding
reception allowed Z, coli to develop sufficiently
to cause illness in 12 guests. One outbreak of
shigellosis occurred abroad in the crew of a
Canadian Forces aircraft after they had eaten an
cereus intoxication were.
5. aureus a été responsable de plusieurs épisodes liés à une
grande variété d'aliments: =— poulet, jambon, sandwiches,
salades, rosbif, saumon mis en conserve à la maison, beurre et
fromage. La salmonellose a été liée à la dinde, aux
sandwiches, au salami, à l'agneau, au poulet, au melon d'eau,
au poivre et au chocolat. С. perfrigens n'a été mêlé qu'à
3 poussées dont 2 dues à des viandes et une à du chili. Deux
poussées importantes ont été attribuées à la présence de
B. cereus dans le tapioca et dans des pommes de terre pilées;
deux autres épisodes moins importants concernaient du riz frit
et des escargots farcis. C. botulimun de type E a contaminé
du gibier et des oeufs de poissons consommés par des Inuits et
des Indiens (4 épisodes). La présence de B. arbortus dans du
lait de chèvre cru a été à l'origine d'un cas singulier. Du
jambon, laissé À la température de la pièce pendant huit
heures à une réception de mariage, a permis a E. colis de
croître suffisamment pour provoquer l'intoxication de 12
convives, Une poussée de shigellose a touché les membres de
- 142 -
unknown food, probably contaminated eggs. Molds
generally caused single cases after consumption of
mushrooms and pea soup in cans which were punctured,
juice in bottles or cartons stored too long and
contaminated bread, butter, peanuts and bottled
beer. The last also had clumps of yeast in it.
T. spiralis caused illness through consumption
of insufficiently cooked pork and bear meat; in the
latter incident 29 Indians in a hunting camp were
ill and 2 children died. Illness from a plant was
limited to a single case when a boy on a school
field trip ate 5 roots of what he thought was a
"wild carrot"; the "carrot" was, in fact, western
water hemlock (Cicuta douglasii), one of the most
poisonous plants in the country. A large outbreak of
paralytic shellfish poisoning occurred in the
St. Lawrence estuary from April till August,
Gonyaulax tamarensis poison amounts were as high as
4,000 ug/100 g of shellfish eaten, an amount more
than sufficient to cause illness. Periwinkles,
whelks, clams, mussels and cockles were the
shellfish involved; most of these were gathered by
the victims but some were bought at take-out snack
bars seasonally established for selling locally-
gathered produce.
Chemical intoxication was caused by iron and
tin in canned foods, caustic wash in bottled soft
drinks, rancidity in chocolate bars and soy bean
oil, gasoline in soy bean oil, and other chemicals,
Places of 'Mishandling: Food-service facilities,
particularly restaurants ‘and hotels, were
responsible for mishandling the food in 28.8% of the
incidents. Mishandling in the home (14.0%), in the
processing establishment (8.6%), and in the retail
store (3.4%) seemed less important, The places of
mishandling were unknown in 43.1% of the incidents.
The majority of incidents caused Бу 5, aureus,
Salmonella sp, B, cereus, C. perfringens,
and V. parahaemolyticus in which a place of
mishandling was specified; was associated with
food-service establishments. Where known, the
majority of chemical incidents were the
responsibility of food-processing establishments.;
Regional Distribution: More incidents * occurred in
Ontario than in any other province (42.4%), but on a
number per 100,000 population basis the Northwest
Territories (5.3), British Columbia (4.8) and Prince
Edward Tsland (4.3) had higher figures than Ontario
(2.3).
WATERBORNE DISEASE
Seven waterborne outbreaks and 273 cases were
reported for 1974. Shigella sp was the causative
agent in 5 of these outbreaks, Hepatitis A in
another and an unknown agent in the seventh.
Factors contributing to the outbreaks were untreated
water consumed, water contaminated with sewage, and
poor sanitary conditions at supply and outlets,
Most of the outbreaks occurred in late summer or
fall in small or remote communities in Newfoundland,
Quebec and Manitoba.
— 143
E. colt
l'équipage d'un appareil des Forces armées canadiennes a
l'étranger suite à la consommation d'un aliment indéterminé,
probablement des oeufs contaminés, Des moisissures ont
provoqué des cas singuliers après la consommation de
champignons et de soupe aux pois en conserve dont le contenant
avait été perforé, de jus en bouteilles ou en contenant de
carton entreposés trop longtemps, ainsi que de pain, de
beurre, d'arachides et de bière en bouteilles contaminés.
Dans ce dernier cas, il y avait aussi des levures.
T. spiralis a provoqué des intoxications après la
consommation de viandes de porc et d'ours insuffisamment
cuites; au cours de l'épisode impliquant la viande d'ours,
29 Indiens installés dans un camp de chasse ont été malades et
deux enfants sont morts. Les intoxications dues aux agents
végétaux se sont limitées à un seul épisode: au cours d'une
excursion organisée par l'école, un écolier a mangé 5 racines
de ce qu'il croyait être une "carotte sauvage"; de fait, il
s'agissait d'une ciquË aquatique (Cilcuta douglasii), une des
plantes des plus vénéneuses au pays. Une poussée importante
d'intoxication paralysante par les coquillages est survenue
dans l'estuaire du Saint-Laurent entre avril et août. La
concentration de toxine de Gonyaulax tomarensís s'élevait
jusqu'A 4 000 pg par 100 g de coquillages consommés, quantité
largement suffisante pour provoquer l'intoxication. Parmi les
coquillages incriminés figurent les bigorneaux, les buccins,
les palourdes, les moules et les bucardes; la plupart de ces
coquillages ont été cueillis par les victimes, mais certains
ont été achetés dans des petits casse-croûîte saisonniers
vendant des produits locaux.
Des intoxications chimiques ont été causées par le fer et
l'étain provenant d'aliments en boîte métallique, par une
solution de nettoyage caustique dans des bouteilles de boisson
gazeuse, par la rancidité de tablettes de chocolat et de
l'huile de graines de soya, par de l'essence dans l'huile de
graines de soya et par d'autres produits chimiques.
Endroits où des ‘erreurs de manipulation ont été commises: Des
installations de services alimentaires, et particulièrement
les restaurants et les hôtels, ont été responsables d'avoir
mal manipulé les aliments dans 28.8% des épisodes. Les cas de
manipulation inadéquate dans les foyers (14.0%), dans les
usines de fabrication (8.6%) et dans les magasins de vente au
détail (3.4%) ont semblé moins importants. Les endroits où
des erreurs de manipulation ont été commises demeurent
inconnus dans 43.1% des épisodes. La plupart des = épisodes
causés par S. aureus, Salmonella sp, B. cereus,
C. perfringens, E. coli et V. parahaemolyticus pour lesquelles
un endroit de mauvaise manipulation a été précisé, étaient
liés à des installations de services alimentaires. La
plupart des cas connus d'intoxication chimique sont dus aux.
usines de traitement des aliments.
Répartition régionale: L'Ontario a connu un plus grand nombre
d'épisodes que les autres provinces (42.4%); cependant,
répartis en fonction du nombre d'épisodes par 100 000
habitants, les taux enregistrés par les Territoires du
Nord-Ouest (5. 3%), par la Colombie-Britannique (4.8%) et par
1'Île-du-Prince-Édouard (4.3%) sont plus élevés gue celui de
l'Ontario (2.3%).
INTOXICATIONS D'ORIGINE HYDRIQUE
Sept poussées d'intoxication d'origine hydrique (273 cas)
ont été signalées en 1974. Cinq de ces poussées sont attri-
buables a Shigella sp, une au virus de l'hépatite A et la
septième à un agent inconnu. Les facteurs à l'origine de ces
poussées sont la consommation d'eau non traitée, la contami-
nation des eaux potables par les eaux d'égoftit et de mauvaises
conditions d'hygiène en ce qui a trait à l'approvisionnement
et à la distribution. La plupart des poussées sont survenues à
la fin de l'été ou à l'automne dans des petites communautés ou
dans des communautés éloignées à Terre-Neuve ; au Québec et au
Manitoba.
References:
1. Foodborne Disease in Canada, Annual Summary
1973, Health Protection Branch, Health and
Wel fare Canada, Ottawa, 1976.
2. J. Milk Food Technol. , 39:426, 1976.
3 . CDWR, Vol. 2-45, 19 76 +
4. J. Food Protection, 40:493, 1977.
5. Foodborne and Waterborne Disease in Canada,
Annual Summary 1974, Health Protection Branch,
Health and Welfare Canada, Ottawa 1978.
SOURCE: Dr. E. Todd, Foodborne Disease Reporting
Centre, Food Directorate, Health Protection
Branch, Health and Welfare Canada,
International Notes
REYE SYNDROME - UNITED STATES
A POSSIBLE RELATIONSHIP TO INFLUENZA A
Reye syndrome is a severe illness affecting
mainly children and characterized by non-
inflammatory encephalopathy and fatty degeneration
of the viscera. The full etiology and pathogenesis
of Reye syndrome remains unknown. Epidemiolog-
ically, Reye syndrome is known to be a complication
of infection with varicella and influenza B, Of the
nearly 500 cases of suspected Reye syndrome reported
to the Center for Disease Control (CDC) in 1976-
1977, 10% were associated with varicella, and the
rest clustered during the period of influenza B
activity.
From December 1977 to February 1978, the CDC
received reports of 61 cases of suspected Reye
syndrome from 21 states, Four of the cases appeared
to have been associated with varicella. Most of the
rest had respiratory symptoms consistent with
influenza. From two of these influenza A (H3N2) was
isolated. A temporal-geographical association
between Reye syndrome and influenza A has not been
clearly demonstrated; however, evidence which
suggests a possible relationship between influenza A
and Reye syndrome includes a localized outbreak
related to influenza A and isolation of influenza A
virus OY seroconversion in other Reye syndrome
patients during times of non-epidemic influenza A
activity.
SOURCE: WHO Weekly Epidemiological Record, Vol. 53,
No. 31, 1978.
Références
1. Intoxication alimentaire au Canada, Sommaire annuel, 1973,
Direction générale de la protection de la santé, Santé et
Bien-être social Canada, Ottawa, 1976.
2, J, Milk Food Technol,, 39:426, 1976.
3. R.H.M.C., vol. 2-45, 1976.
4, J. Food Protection, 40:493, 1977.
5. Intoxications d'origine alimentaire et hydrique au Canada,
Sommaire annuel 1974, Direction générale de la protection
de la santé, Santé et Bien-être social Canada, Ottawa,
1978.
SOURCE: DY E. Todd, Centre de déclaration des intoxications
alimentaires, Direction des aliments, Direction
générale de la protection de la santé, Santé et
Bien-être social Canada,
‘Notes internationales
LE SYNDROME DE REYE - ÉTATS-UNIS
RELATION POSSIBLE AVEC LA GRIPPE A
Le syndrome de Reye est une maladie grave qui atteint
surtout les enfants et qui se caractérise par une encéphalo-
pathie non inflammatoire et une dégénérescence graisseuse des
viscéres, L'étiologie complète et la pathogénie du syndrome
de Reye restent inconnues. On sait que, du point de vue
épidémiologique, le syndrome de Reye est une complication des
infections dues à la varicelle et à la grippe B. Sur les
quelgue 500 cas présumés de syndrome de Reye signalés au
Center for Disease Control (CDC) en 1976-1977, 10% étaient
associés ä la varicelle, tandis que les autres étaient
concentrés sur la période d'activité de la grippe B.
De décembre 1977 à février 1978, 21 états ont notifié au
CDC 61 cas présumés de syndrome de Reye. Quatre de ces cas
semblaient associés à la varicelle. La plupart des autres
comportalient des symptômes respiratoires évoquant la grippe.
La grippe A (H3N2) à pu être isolée sur deux de ces cas. Si
une association à la fois chronologique et géographique entre
le syndrome de Reye et la grippe A n'a pas pu être nettement
mise en évidence, on a constaté néanmoins des signes évoquant
une éventuelle relation entre les deux, à savoir une flambée
localisée associée à la grippe A et l'isolement du virus de la
grippe A ou la séroconversion chez d'autres malades atteints
du syndrome de Reye à des époques d'activité non épidémique de
la grippe A.
SOURCE: Relevé épidémologique hebdomadaire de
53, no 31, 1978.
L'OMS, vol,
The Canada Diseases Weekly Report presents current
information on infectious and other diseases for surveil-
lance purposes and is available free of charge upon
request, Many of the articles contain preliminary
information and further confirmation way be obtained from
the sources quoted. The Department of National Health and
Welfare does not assume responsibility for accuracy or
authenticity, Contributions are welcome from anyone
working in the health field and will not preclude
publication elsewhere.
Editor: Dr, S.E. Acres
Assistant Editor: E, Paulson
Editorial Assistant: W. Lynn
Bureau of Epidemiology,
Laboratory Centre for Dísease Control,
Tunney's Pasture,
JITAWA, Ontario,
Canada. KIA OL2
Le Rapport hebdomadaire des maladies au Canada, qui fournit des
données pertinentes sur les maladies infectieuses et les autres maladies
dans le but de faciliter leur surveillance, peut être obtenu gratuitement
sur demande. Un grand mombre d'articles ne contiennent que des données
sommaires mais des renseignements complémentaires peuvent être obtenus en
s'adressant aux sources citées, Le ministëre de la Santé nationale et du
Bien-être social ne peut être tenu responsable de l'exactitude, ni de
l'authenticité des articles. Toute personne oeuvrant dans le domaine de la
santé est invitée à collaborer et la publication d'un article dans le
présent Rapport n'en empêche pas la publication ailleurs.
Rédacteur en chef: DF S.E. Acres
Rédacteur en chef adjoint: E. Paulson
Auxiliaire de rédaction: VW, Lynn
Bureau d'épidéniolopie,
Laboratoire de lutte contre la maladie,
Parc Tunney,
Ottawa (Ontario).
Canada, K1A 012
- 144 -
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising