http://publications.gc.ca/collections/collection_2016/aspc-phac/H12-21-1-6-2.pdf (PDF , 1.21 MB).

http://publications.gc.ca/collections/collection_2016/aspc-phac/H12-21-1-6-2.pdf (PDF , 1.21 MB).
 LA MALADIE В!
is
а: 3 iy
* 3 ..
JAN
* ALLAN лы о
а
Ty
Canada Diseases oT m 1997 Rapport hebdomadaire des
Weekly Reporte: пот
maladies au Canada
CONTRE
'OTHEQUE
HUMAN ARBOVIRAL INFECTIONS
IN CANADA, 1976-1979
In 1975 extensive arboviral activity was observed
in Canada including the first recorded outbreak of
St. Louis encephalitis (SLE) with 66 cases in Ontario as
well as 1 case in Manitoba and Quebec, 14 cases of
Western. equine encephalomyelitis (WEE) in Manitoba
and lcase of Powassan (POW) encephalitis in
Quebec), Since 1975, 18 confirmed and 2 probable
arboviral infections contracted in Canada have been
reported. These include 6 cases of SLE, 5 confirmed
and 2 probable cases of WEE, 4 cases of California
encephalitis (CAL) and 3 cases of POW encephalitis.
Specific details of these cases are presented in
Table 1.
ELA |
INFECTIONS HUMAINES A ARBOVIRUS
AU CANADA, 1976-1979
En 1975, une activité intense liée aux arbovirus a été
observée au Canada, dont la premiére poussée enregistrée
d'encéphalite de Saint-Louis (SLE) comprenant 66 cas en
Ontario, un cas au Manitoba et 1 cas au Québec; on a
également observé 14 cas d'encéphalite équine de l'Ouest
(WEE) au Manitoba et lcas d'encéphalite de Powassan
(POW) au Québec(l), Depuis 1975, 18 cas confirmés et
2 cas probables d'infections à arbovirus contractées au
Canada ont été signalés. Il s'agit de 6 cas de SLE, 5 cas
confirmés et 2 cas probables de WEE, de 4 cas d'encé-
phalite de Californie (CAL) et 3cas d'encéphalite de
Powassan. On trouvera au Tableau 1] des détails précis
relatifs à ces cas.
Table 1 - Human Arboviral Infections Contracted in Canada, 1976-1979
Tableau 1 - Infections humaines à arbovirus contractées au Canada, 1976-1979
Year/ Age/ Sex/
Disease Description/
Province of Agent
Infection/ Indicated/ Reference/
Année Age Sexe Description de la maladie Province de Agent Référence
l'infection indiqué
1976 15-19 M/H Meningoencephalitis/Méningo-encéphalite Ontario SLE 4
15-19 F/F Mild meningeal involvement/Atteinte méningée légére Ontario SLE 4
50-59 F/F Mild meningeal involvement/Atteinte méningée légére Ontario SLE 4
50-59 F/F Mild meningeal involvement/Atteinte méningée légére Ontario SLE 4
15 F/F Encephalitis/Encéphalite Ontario POW 5
1977 16 M/H Aseptic meningitis/Méningite aseptique Manitoba WEE 6
33 M/H Dizziness, disorientation, fatigue, weakness with Manitoba WEE 6
diffuse headache/Etourdissement, désorientation,
fatigue, faiblesse et céphalée diffuse
64 M/H Encephalitis/Encéphalite Manitoba WEE 6.
65 M/H Encephalitis/Encéphalite Manitoba WEE 6
34 F/F Severe headache, fever, general malaise, weakness/ Manitoba WEE 6
Céphalée intense, fièvre, malaise généralisé, faiblesse
20 M/H Mild CNS infection/Infection légère du SNC Manitoba* WEE 6
49 M/H Mild CNS infection/Infection légère du SNC Manitoba* WEE 6
0.25 M/H CNS symptoms, severe respiratory disease, septicemia/ Manitoba SLE 6
Symptômes du SNC, affection respiratoire grave,
septicémie
13 F/F Encephalitis/Encéphalite Manitoba SLE 6
1.1 F/F Meningoencephalitis/Méningo-encéphalite Ontario POW 7
1978 8 M/H Encephalitis/Encéphalite Quebec/ - CAL 8
| Québec
6 M/H Encephalitis/Encéphalite Quebec/ CAL 8
Québec
10 M/H Encephalitis/Encéphalite Quebec/ CAL 8
Québec ; |
30 M/H Aseptic meningitis/Méningite aseptique Ontario CAL 9
1979 19 F/F Encephalitis/Encéphalite Ontario POW 10
*Probable case/Cas probable
It can be seen that all human arboviral infections
contracted in Canada between 1976 and 1979 were
diagnosed from only 3 provinces, Manitoba, Ontario
and Quebec. These cases involved 12 males and
8 females of ages ranging from 3 months to 65 years.
No fatalities were recorded from any of these cases.
Of particular note are the CAL cases which are the
first to be reported in Canada.
Health and Welfare Santé et Bien-étre social
Canada Canada
On peut constater que tous les cas d'infection humaine
a arbovirus observés au Canada entre 1976 et 1979 ont été
diagnostiqués dans 3 provinces seulement: Manitoba, Ontario
et Québec. Parmi les malades, on compte 12 hommes
et 8 femmes dont l'áge varie entre 3 mois et 65 ans.
Aucun de ces cas n'a été mortel. Les cas d'encéphalite
de Californie revêtent une importance particulière du fait
qu'ils sont les premiers à avoir été signalés au Canada.
Date of publication: January 12, 1980
date de publication: 12 janvier 1980 Vol. 6-2
In addition to arboviral infections contracted
Canada, 41 cases of flavivirus infections were diagnosed by
the National Arbovirus Reference Service between 1976 and
1979 in travellers returning to Canada from outside the
country. These included 25 patients showing diagnostic
increases and 16 patients showing diagnostic decreases in
flavivirus titres. At least 26 of these imported flavivirus
infections appeared to be due to dengue virus. Most
imported infections were from the Caribbean, primarily
Jamaica“, but infections were also diagnosed in travellers
returning from the United States, Africa, Asia and Tahiti.
It is important for physicians and diagnostic labora-
tories to be alert for possible imported as well as locally
acquired arbovirus infections. Also the potential for the
importation of arboviruses into Canada should not be
ignored. This has been stressed in a recent report describing
Rift Valley Fever antibodies in a traveller to Canada(3) and
can be underlined by the isolation in 1977 at the Reference
Service of a strain of dengue virus, type 1, from the acute
serum of a patient recently returned from Jamaica.
References:
1. CDWR, Vol. 2-21, 1976.
2. Ibid., Vol. 4-5, 1978.
3. Ibid., Vol. 5-42, 1979.
4. Joshua, J.M. Clinical and epidemiological aspects of
St.. Louis encephalitis in Ontario, 1975-1976, a
composite picture. In: Mahdy, M.S., Spence, L. and
Joshua, J.M., eds. Arboviral Encephalitides in Ontario
with Special Reference to St. Louis Encephalitis.
Ontario Ministry of Health, 1979.
2. CDWR, Vol. 2-51, 1976.
6. Ibid., Vol. 4-12, 1978.
7. Can. Med. Assoc. J., 121:320, 1979.
8. Can. J. Public Health, 70:48, 1979.
9. Unpublished results. National Arbovirus Reference
Service,
10. CDWR, Vol. 5-30, 1979.
SOURCE: Harvey Artsob, Ph.D., Research Scientist and
Leslie Spence, M.D., Director, National
Arbovirus Reference Service, Toronto, Ontario.
International Notes
ARBOVIRAL ACTIVITY - UNITED STATES, 1979
As of October 12, little epidemic activity had been
observed in the 1979 arboviral season. With the exception
of a cluster of St. Louis encephalitis (SLE) cases in the
residents of the Delta area of Mississippi, arboviral cases
have been scattered. A total of 78 California encephalitis
cases have been confirmed in 9 states. Only 12 cases of
SLE, 2 of Eastern equine encephalomyelitis, and 1 of
Western equine encephalomyelitis have been confirmed.
California encephalitis: With 3 exceptions, cases have
been reported from states where California ence-
phalitis (CE) is recognized as endemic: Minnesota (27),
Wisconsin (19), Ohio (15), Illinois (8), Iowa (5), and
New York (1). The geographic exceptions occurred in 3
southern states: Mississippi, North Carolina and Georgia.
St. Louis encephalitis: An outbreak of SLE in the Delta
area of Mississippi, near Greenville, occurred in August and
September. A total of 5 laboratory-confirmed and
4 laboratory-presumptive cases (2 fatal) have been
identified. Cases of confirmed SLE have also been reported
from Florida (2), Tennessee (2), Texas (2), and Indiana (1).
SLE activity in southern Florida now involves a band of
14 counties across south central Florida.
Eastern equine encephalomyelitiss Only 2 cases of
Eastern equine encephalomyelitis (EEE) in humans have been
identified this year. The first involved a resident of
Newcastle, Delaware. The second case involved a woman
hospitalized in Pennsylvania who was most likely infected
while vacationing near Somers Point, New Jersey.
In i
nfections 4: arbovirus contractées au Canada,
| ОР \
Ale cas ; d'infections à flavivirus ont été diagnostiqués entre 1976 et
1979 par le Service national de référence pour les arbovirus chez des
voyageurs de retour au Canada après avoir séjourné à l'étranger. De
ces 41 cas, 25 ont présenté une hausse suffisante des titres d'anti-
corps à l'égard des flavivirus pour établir le diagnostic tandis que 16
autres ont présenté l'inverse. Au moins 26 de ces infections à
flavivirus importées semblent être dues au virus de la dengue. La
plupart des infections importées provenaient des Antilles, princi-
palement de la Jamaïque( ), mais on a également diagnostiqué des
infections chez des voyageurs revenant des États- Unis, d'Afrique,
d'Asie et de Tahiti.
Il est important que les médecins et les laboratoires diagnos-
tiques soient vigilants à l'égard des cas éventuels d'infection à
arbovirus, importés ou d'origine locale. De plus, il ne faudrait pas
ignorer la possibilité d'importation des arbovirus au Canada. Cette
possibilité a été mise en évidence dans un rapport récent décrivant
la présence d'anticorps spécifiques de la fièvre de la Vallée du Rift
chez un voyageur au Canada‘) et par l'isolement réalisé en 1977 par
le Service de référence d'une souche de virus de la denque, type 1,
dans le sérum précoce d'un malade de retour depuis peu de la
Jamaïque.
Références:
1. R.H.M.C., Vol. 2-21, 1976.
2. Ibid., Vol. 4-5, 1978.
3. Ibid., Val. 5-42, 1979.
4. Joshua, J.M., Clinical and epidemiological aspects of St. Louis
encephalitis in Ontario, 1975-1976, a composite picture; paru
dans Arboviral Encephalitides in Ontario with Special
Reference to St. Louis Encephalitis, Mahdy, M.S., Spence, L.
and Joshua, J.M., Ministère de la Santé de l'Ontario, 1979.
R.H.M.C., Vol. 2-51, 1976.
Ibid., Vol. 4-12, 1978.
Can. Med. Assoc. J., 121:320, 1979.
Can. J. Public Health, 70:48, 1979.
Résultats non publiés. Service national de référence pour les
arbovirus.
10. R.H.M.C., Vol. 5-30, 1979.
SOURCE: Harvey Artsob, Ph.D., chercheur scientifique, et
Dr Leslie Spence, Directeur, Service national de
référence pour les arbovirus, Toronto, Ontario.
2 CO << OX V1
Notes internationales
ACTIVITÉ LIÉE AUX ARBOVIRUS - ÉTATS-UNIS, 1979
En date du 12 octobre, on avait observé peu d'activité épidé-
mique liée aux arbovirus au cours de la saison 1979. A l'exception
d'un groupe de cas d'encéphalite de St-Louis (SLE) dans la région du
delta du Mississippi, les cas d'infection à arbovirus étaient isolés.
Au total, 78 cas d'encéphalite de Californie ont été confirmés dans
9 Etats. Seulement 12 cas de SLE, 2 cas d'encéphalite équine de
l'Est et 1 cas d'encéphalite équine de I'Ouest ont été confirmés.
Encéphalite de Californie: Tous les cas, sauf 3, ont été signalés
dans des États où l'encéphalite de la Californie (CE) est reconnue
comme endémique: Minnesota (27), Wisconsin (19), Ohio (15),
Illinois (8), Iowa (5) et New York (1). Les exceptions géographiques
se sont manifestées dans 3 États du Sud: Mississippi, Caroline du
Nord et Georgie.
Encéphalite de Saint-Louis: Une poussée de SLE est survenue au
mois d'août et de septembre dans la région du delta du Mississippi,
près de Greenville. Au total, 5 cas confirmés en laboratoire et 4 cas
présumés (dont 2 mortels) ont été identifiés. Des cas confirmés de
SLE ont également été signalés en Floride (2), au Tennessee (2), au
Texas (2) et en Indiana (1). L'activité liée à la SLE en Floride
couvre maintenant une bande de 14 comtés du centre sud de cet
État.
Encéphalite équine de l'Est: Seulement 2 cas d'encéphalite
équine de l'Est (EEE) ont été identifiés chez les humains cette
année. Le premier cas a été observé chez un résident de Newcastle,
Delaware, et le second, chez une femme hospitalisée en
Pennsylvanie qui a tout probablement été infectée au cours de
vacances passées près de Somers Point, au New Jersey.
-6-
Western equine encephalomyelitis: The only confirmed |
human case of Western equine encephalomyelitis (WEE) this
year was reported from South Dakota.
SOURCE: Morbidity and Mortality Weekly Report,
Vol. 28, No. 41, 1979.
PNEUMOCYSTIS CARINII, THE CANADIAN SITUATION
Since its discovery by Chagas in 1909, when he thought
erroneously that is was a stage of Trypanosoma cruzi,
Pneumocystis carinii has been recognized as a potentially
serious human pathogen. It was found to be the causative
agent of endemic interstitial pneumonia which occurred
mostly» in marasmic and institutionalized infants in
Continental Europe during and immediately after World
War Il. With the improvement in postwar socioeconomic
conditions the disease subsided{l). During the mid 1970's(2)
P. carinii pneumonitis (PCP) was reported from Saigon and
in Vietnamese refugees in the United States.
PCP was first recognized in the U.S.A. in 1955(3) and
has been found subsequently almost exclusively in patients
with lymphoproliferative malignancies(4), organ trans-
plants), congenital immunodeficiency disorders and certain
vascular diseases. PCP has also been identified in other
disease states in which high-dose steroid therapy has been
employed(6),
Statistical data on PCP are not readily available.
Between 1955 and 1967, 107 cases were reported in the
U.S.A. From 1967 to 1970, the Center for Disease Control
(CDC) in Atlanta was the sole supplier of pentamidine
isethionate, then the drug of choice, and they received
requests for the drug for 579 patients of which 194 were
confirmed as having PCPU7).
In 1973, there were approximately 500 requests for
pentamidine. Most authors believe that the number of cases
is increasing in North America and while most infections
occur in immunodepressed or immunoincompetent indi-
viduals, it is noteworthy that the disease can occur in
healthy persons(8),
The diagnosis of PCP is often difficult because the
underlying disease process may produce clinical and radio-
logical findings which are similar to those presented by the
superimposed infectious process. Chest radiographic
findings characteristically show diffuse bilateral interstitial
and alveolar infiltrates with some sparing of the peripheral
pulmonary fields. It may spare previously irradiated areas
of lung(9) or it can be seen as a localized nodular
density(L0). In one case report PCP simulated a lobar
bacterial pneumonia(11), Frequent clinical symptoms
include dyspnea, hypoxia and respiratory alkalosis, and a
non-productive cough. Open lung biopsy is widely believed
to be the most effective procedure for isolation of
organisms but in some series transtracheal aspiration has
been shown to be an effective method(12). However, most
workers would agree that in general this procedure is much
less effective than open lung biopsy as is sputum examina-
tion, transbronchial brushing and closed lung biopsy. The
diagnosis always depends on finding the organism in the
clinical material. Gomori's methenamine silver nitrate and
toluidine blue O stains P. carinii cysts, while the trophic
phases are stained with Giemsa, Gram-Weigert or poly-
chrome methylene blue. Recently P. carinii have been
cultured and this has made it possible to detect antibody in
sera using counter immunoelectrophoresis or indirect immu-
nofluorescence techniques(13), These procedures are not
widely available. |
Untreated PCP carries an almost 100 % mortality but
most patients who have been correctly diagnosed and
treated have been cured. The drug of choice for many years
pres Encéphalite équine de l'Ouest: Le seul cas humain confirmé
d'encéphalite équine de l'Ouest (WEE) cette année a été signalé dans
le Dakota du Sud. NO
SOURCE: Morbidity and Mortality Weekly Report, Vol. 28, NO 41,
1979.
PNEUMOCYSTIS CARINII, SITUATION CANADIENNE
Depuis sa découverte par Chagas en 1909, qui avait cru à tort
qu'il s'agissait d'un stade du cycle évolutif de Trypanosoma cruzi, P.
carinii est considéré comme un agent pathogène potentiellement
grave pour l'homme. On a constaté que ce microorganisme était
l'agent étiologique de la pneumonie interstitielle endémique qui s'est
manifestée principalement chez des nourrissons athrepsiques et
placés en établissement pendant et immédiatement après la Seconde
Guerre mondiale en Europe continentale. Avec l'amélioration des
conditions socio-économiques après la guerre, la maladie a
disparu 1). Vers le milieu des années 7002), la pneumocystose a été
signalée à Saïgon et chez des réfugiés vietnamiens aux États-Unis.
La pneumocystose a été observée aux États-Unis pour la
première fois en 195503) et, par la suite, on l'a observée presque
exclusivement chez les malades présentant des tumeurs lympho-
prolifératives(4), un déficit immunitaire congénital ou certaines
maladies vasculaires ou encore, chez des sujets ayant subi des
transplantations d'organes(5). La pneumocystose a également été
observée chez des sujets présentant d'autres états pathologiques
traités par la stéroïdothérapie à forte dose(6),
Les données statistiques concernant la pneumocystose ne sont
pas facilement disponibles. Entre 1955 et 1967, 107 cas ont été
signalés aux États-Unis. De 1967 à 1970, le Center for Disease
Control (CDC) d'Atlanta, qui était l'unique fournisseur d'iséthionate
de pentamidine, le médicament de choix à l'époque, a reçu des
demandes dans le cas de 579 malades, dont 194 cas confirmés de
pneumocystose 7,
En 1973, la pentamidine a fait l'objet d'environ 500 demandes.
La plupart des auteurs estiment que le nombre de cas augmente en
Amérique du Nord et, si la plupart des affections se produisent chez
des sujets dont les mécanismes immunitaires sont supprimés ou
altérés, il est bon de noter que la maladie survient également chez
des personnes saines(8),
Le diagnostic de la pneumocystose est souvent difficile à
établir a cause du fait que l'affection sous-jacente peut provoquer
des manifestations cliniques et radiologiques qui sont semblables a
celles présentées par la surinfection. Les radiographies pulmonaires
présentent de façon caractéristique des infiltrats interstitiels et
alvéolaires bilatéraux diffus éparanant en partie les champs
pulmonaires périphériques. Les zones du poumon antérieurement
irradiées(9) peuvent étre épargnées ou encore, il est possible
d'observer une opacité nodulaire localisée(10), Dans un cas, il a été
observé que la pneumocystose simulait la pneumonie lobaire bacté-
rienne 11) Parmi les symptómes cliniques fréquents figurent la
dyspnée, l'hypoxie, l'alcalose respiratoire et une toux sèche. La
biopsie puimonaire à thorax ouvert est généralement reconnue
comme la méthode la plus efficace pour l'isolement des micro-
organismes, bien que dans certaines séries de cas, l'aspiration par
voie trachéale s'est révélée efficace(12): cependant, elle est
considérée par piusieurs comme étant beaucoup moins efficace que
la première méthode. Il en est de même de l'examen des expecto-
rations, de la biopsie par brossage bronchique et de la biopsie
pulmonaire à thorax fermé. Le diagnostic dépend toujours de
l'isolement du microorganisme dans les prélèvements cliniques. Les
formes kystiques de P. carinii peuvent être mises en évidence par la
coloration de Gomori (nitrate d'argent-méthénamine et bleu de
toluidine 0), tandis que pour les formes libres, on peut utiliser les
colorations de Giemsa, de Gram-Weigert ou le bleu polychrome.
Récemment, on a réussi à cultiver P. carinii et cette réalisation a
rendu possible la détection des anticorps dans des sérums à l'aide de
la contre-immunoélectrophorèse et de l'immunofluorescence
indirecte(43). Cependant, ces techniques ne sont pas à la portée de
tous les laboratoires.
La létalité d'une pneumocystose non traitée est presque de
100 %, mais la plupart des malades qui ont été diagnostiqués et
traités de façon appropriée ont été guéris. Pendant plusieurs
-7 -
was pentamidine isethionate but Hughes et al(14) reported |
— ————
on the efficacy of a high-dose regimen of trimethoprim-
sulphamethoxazole (cotrimoxazole) given for 14 days. The
relative lack of toxicity and ease of availability in adminis-
tration have made cotrimoxazole the drug of choice in the
treatment of this infection.
The biology of P. earinii is poorly understood. It has
been found in the lungs of man and many other animals in all
parts of the world. The mechanisms of spread have not been
defined although it has been suggested that person-to-person
transmission may occur particularly in a hospital setting.
The ubiquity of the organism has been illustrated by the
observation that PCP can be induced without inoculation in
laboratory rats by administering corticosteroids for a 2-3
month period. The common notion that the organism is
"protozoan-like" is not correctM°). Vavra and Kucera after
an extensive ultrastructural study concluded that it shared
many more features with fungi than with the protozoans.
They believe that it is best considered as yeast-like and that
full culture of all the stages will be needed for verification.
While many questions of epidemiology, etiology and
geography remain unanswered, the importance of
considering PCP in. the differential diagnosis in the clinical
setting described is paramount. It is probable that many
patients can be cured if an accurate diagnosis is made and
appropriate treatment instituted. In Canada at this time
there does not appear to be a full appreciation of the
prevalence and distribution of this organism or of its
potential to cause disease. The authors would welcome any
case reports, series or general information on P. carinii to
augment their National Data Bank of Parasitic Diseases.
References:
1. Pathobiol. Annu., 5:309, 1970.
2. JAMA, 231:1190, 1975.
3. Lancet, 11:610, 1975.
4. Int. J. Radiat. Oncol. Biol. Phys., 1:313, 1976.
5. J. R. Soc. Med., 71:84, 1978.
6. Am. J. Med., 43:28, 1967.
7. Health Lab. Sci., 14:155, 1977.
8. JAMA, 238:2301, 1977.
J. Radiology, 103:539, 1972,
N. Engl. J. Med., 291:831, 1974.
Chest, 70:91, 1976.
JAMA, 236:2399, 1976.
Pediatrics, 61:35, 1978.
Can. Med. Assoc. J., 112:47, 1975.
15. J. Protozool., 17:463, 1970. *
SOURCE: Neil A. Croll, Ph.D., D.Sc. and Theresa W.
Gyorkos, M.Sc., Institute of Parasitology and
National Reference Centre for Parasitology,
Macdonald College Campus of McGill
University, Ste-Anne de Bellevue, Quebec.
années, le médicament de choix a été l'iséthionate de pentamidine,
mais Hughes et al(l4) ont signalé l'efficacité d'un traitement au
moyen de triméthoprime- sulfaméthoxazole (cotrimoxazole) a forte
dose pendant 14 jours. L'absence relative de toxicité et la facilité
d'administration ont fait du cotrimoxazole le médicament de choix
pour le traitement de cette infection.
On connaît très mal la biclogie de P. carinii. Ce micro-
organisme a été trouvé dans les poumons de l'homme et de plusieurs
autres animaux dans toutes les parties du monde. Son mode de
transmission n'a pas été défini; cependant, il a été suggéré que la
transmission interhumaine peut survenir, particulièrement dans un
environnement hospitalier. L'ubicuité de ce microorganisme a été
illustrée par le fait que la pneumocystose peut être provoquée sans
inoculation chez des rats de laboratoire par l'administration de
corticostéroïdes pour une période de 2 à 3 mois. La conception
répandue voulant que ce microorganisme soit "'apparenté aux
protozoaires"(15) N'est pas exacte. Apres une étude poussée de
l'ultrastructure, Vavra et Kucera ont conclu que ce microorganisme
a beaucoup plus de caractéristiques en commun avec les champi-
gnons qu'avec les protozoaires. Ces chercheurs estiment qu'il est
préférable de le considérer comme ‘чп organisme apparenté aux
levures et que, pour s'en assurer, il faudra réaliser la culture de ce
microorganisme à tous les stades de son évolution.
Bien que plusieurs questions d'ordre épidémiologique, étio-
logique et géographique demeurent sans réponse, il est extrêmement
important d'envisager la possibilité de la pneumocystose dans le
diagnostic différentiel d'une infection dont le tableau clinique est
semblable à celui présenté ci-dessus. Il est probable que plusieurs
malades peuvent être quéris si un diagnostic précis est posé et si un
traitement approprié est appliqué. A l'heure actuelle au Canada, on
ne semble pas être pleinement conscient de la présence et de la
répartition de ce microorganisme, ni de sa capacité d'engendrer la
maladie. Les auteurs aimeraient que les lecteurs leur fassent
parvenir toutes les observations médicales ou tous les rensei-
gnements généraux concernant P. carinii, ce qui permettrait
d'enrichir la Banque nationale de données sur les parasitoses qu'ils
ont mis sur pied,
Références:
1. Pathobiol. Annu., 5:309, 1970.
. JAMA, 231:1190, 1975.
. Lancet, II:610, 1975,
. Int. J. Radiat. Oncol. Biol. Phys., 1:313, 1976.
‚ J. R. Soc. Med., 71:84, 1978.
Am, J. Med., 43:28, 1967.
. Health Lab. Sci., 14:155, 1977.
JAMA, 238:2301, 1977.
Radiology, 103:539, 1972.
. N. Engl. J. Med., 291:831, 1974.
. Chest, 70:91, 1976.
‚ JAMA, 236:2399, 1976.
Pediatrics, 61:35, 1978.
Can. Med. Assoc. J., 112:47, 1975.
15. J. Protozool., 17:463, 1970.
SOURCE: Neil A. Croll, Ph.D., D.Sc. et Theresa W. Gyorkos,
M.Sc., Institut de parasitologie et Centre national de
référence pour la parasitologie, Université McGill,
Campus du collége Macdonald, Ste-anne de Bellevue,
Québec.
The Canada Diseases Weekly Report presents current information on infectious
and other diseases for surveiilance purposes and is available free of charge upon
request. Many of the articles contain preliminary information and further
confirmation may ve obtained from the sources quoted. The Department of
National Health and Welfare does nnt assume responsibility for accuracy or
authenticity. Contributions are welcome from anyone working in the health
field and will not preclude publication elsewhere.
Editor: Dr. S.E. Acres
Managing Editor: E, Paulson
Editorial Assistant: W. Lynn
Bureau of Epidemiology,
Laboratory Centre for Disease Control,
Tunney's Pasture,
OTTAWA, Ontario.
Canada, KIA OL?
Le Rapport hebdomadaire des maladies au Canada, qui fournit des données pertinentes sur
les maladies infectieuses et les autres maladies dans le but de faciliter leur surveillance,
peut être obtenu gratuitement sur demande. Un grand nombre d'articles ne contiennent,
que des données sommaires mais des renseignements: complémentaires peuvent être
obtenus en s'adressant aux scurces citées. [Le ministère de la Santé nationale et du
Bien-être social ne peut être tenu responsable de l'exactitude, ni de l'authenticité des
articles, Toute personne oeuvrant dans le domaine de la santé est invitée à collaborer et
la publication d'un article dans le présent Rapport n'en empêche pas la publication
ailleurs.
Rédacteur en chef: D" SE. Acres
Redacteur administratif: E. Paulson
Auxiliaire de rédaction: W, Lynn
Bureau d'épidémiologie
Laboratoire de lutte contre la maladie
Parc Tunney
Ottawa (Ontario)
Canada K1A 0L2
-8-
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising