FW 1 Guide des travailleurs étrangers

FW 1 Guide des travailleurs étrangers
FW 1
Guide des travailleurs étrangers
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
Mises à jour du chapitre ................................................................................................................................ 3
1.
Objet du chapitre ................................................................................................................................ 6
2.
Objectifs du programme ..................................................................................................................... 6
3.
Loi et Règlement ................................................................................................................................ 6
3.1. Formulaires requis .......................................................................................................................... 7
4.
Pouvoirs délégués.............................................................................................................................. 7
5.
Politique ministérielle.......................................................................................................................... 7
5.1. Aperçu ............................................................................................................................................ 7
5.2. Travailler sans permis de travail R186a)—Visiteur commercial..................................................... 9
5.3. Travailler sans permis de travail R186b)—Représentants de gouvernements étrangers ........... 10
5.4. Travailler sans permis de travail R186c)—Membres de la famille des représentants de
gouvernements étrangers........................................................................................................................ 10
5.5. Travailler sans permis de travail R186d)—Personnel militaire .................................................... 10
5.6. Travailler sans permis de travail R186e)—Employés des gouvernements étrangers ................. 11
5.7. Travailler sans permis de travail R186f)—Emploi sur le campus................................................. 11
5.8. Travailler sans permis de travail R186g)—Artistes de spectacle................................................. 13
5.9. Travailler sans permis de travail R186h)—Athlètes et entraîneurs.............................................. 14
5.10.
Travailler sans permis de travail R186i)—Correspondants de presse et journalistes.............. 15
5.11.
Travailler sans permis de travail R186j)—Conférenciers ......................................................... 16
5.12.
Travailler sans permis de travail R186k)—Organisateurs de congrès ..................................... 16
5.13.
Travailler sans permis de travail R186l)—Membres du clergé................................................. 16
5.14.
Travailler sans permis de travail R186m)—Juges et arbitres................................................... 16
5.15.
Travailler sans permis de travail R186n)—Examinateurs et évaluateurs................................. 17
5.16.
Travailler sans permis de travail R186o)—Témoins experts et enquêteurs............................. 17
5.17.
Travailler sans permis de travail R186p)—Étudiants en soins de santé .................................. 17
5.18.
Travailler sans permis de travail R186q)—Inspecteurs de l’aviation civile............................... 17
5.19.
Travailler sans permis de travail R186r)—Enquêteurs d’accidents et incidents aériens.......... 17
5.20.
Travailler sans permis de travail R186s)—Membres d’équipage ............................................. 17
5.21.
Travailler sans permis de travail R186t)—Services d’urgence................................................. 18
5.22.
Travailler sans permis de travail R186u)—Statut implicite ....................................................... 18
5.23.
Demande d’un permis de travail à l’entrée R198...................................................................... 18
5.24.
Demande d’un permis de travail après l’entrée R199............................................................... 19
5.25.
Permis de travail nécessitant la confirmation de RHDCC R203) ............................................. 20
5.26.
Permis de travail avec dispense de confirmation RHDCC (codes de confirmation) ................ 21
5.27.
Accords ..................................................................................................................................... 22
5.28.
Intérêts canadiens : Avantage important—Aperçu R205a) ...................................................... 27
5.29.
Intérêts canadiens : Avantage important—Lignes directrices générales R205a), C10 ............ 28
5.30.
Intérêts canadiens : Avantage important—Candidats au programme concernant les
entrepreneurs et les travailleurs autonomes désirant exploiter une entreprise commerciale
R205a), C11 ............................................................................................................................................ 29
5.31.
Intérêts canadiens : Avantage important—Personnes mutées à l’intérieur d’une société
R205a), C12 ............................................................................................................................................ 31
5.32.
Intérêts canadiens: Avantage important—Personnel chargé des réparations urgentes
R205a), C13 ................................................................................................................................................
.................................................................................................................................................. 35
5.33.
Intérêts canadiens : Emploi réciproque, C20 Directives générales R205b) ............................. 35
5.34.
Intérêts canadiens : Emploi réciproque—Programmes internationaux d’échanges visant la
jeunesse PEIJ R205b), C21 .................................................................................................................... 35
5.35.
Intérêts canadiens : Emploi réciproque—Échanges universitaires R205b), C22..................... 36
5.36.
Intérêts canadiens: Emploi réciproque—Exemples généraux R205b), C20 ............................ 37
5.37.
Travail relié à un programme de recherche, d’enseignement ou de formation R205c)(i),
C30
.................................................................................................................................................. 37
5.38.
Programme 1(C30) à l’attention des étudiants étrangers à l’exception des médecins internes
et externes et des médecins résidents.................................................................................................... 38
5.39.
Politique publique, capacités concurrentielles et économie R205c)(ii)..................................... 39
2004-11-12
1
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
5.40.
Intérêts canadiens : Employés d'organismes religieux et de bienfaisance R205d), C50......... 47
5.41.
Subvenir à ses besoins R206 ................................................................................................... 48
5.42.
Demandeurs à l’intérieur du Canada R207 .............................................................................. 50
5.43.
Motifs d’ordre humanitaire R208............................................................................................... 50
6.
Définitions......................................................................................................................................... 51
7.
Étude de la demande d’admission de travailleurs étrangers temporaires— Documents
accompagnant la demande......................................................................................................................... 51
8.
Évaluation des travailleurs étrangers temporaires........................................................................... 52
9.
Évaluation des exigences médicales ............................................................................................... 55
9.1. Professions où la protection de la santé publique s’impose R30(1)b) ......................................... 55
9.2. Règle des six mois R30(1)c) ........................................................................................................ 56
9.3. Les étrangers interdits de territoire pour des raisons d’ordre médical peuvent être admissibles
en tant que résidents temporaires........................................................................................................... 56
9.4. Au point d’entrée........................................................................................................................... 56
9.5. Conditions liées au statut médical ................................................................................................ 56
9.6. Demandes de prorogation au Canada ......................................................................................... 57
9.7. Surveillance médicale................................................................................................................... 57
9.8. Demandeurs du statut de réfugié R30(1)e).................................................................................. 57
9.9. Codage des résultats médicaux ................................................................................................... 57
10.
Permis de travail ouvert ................................................................................................................... 58
10.1.
Catégories de permis de travail ouverts ................................................................................... 58
10.2.
À qui peut-on délivrer un permis de travail ouvert? .................................................................. 59
11.
Conditions relatives à la durée de validité ....................................................................................... 60
11.1.
Que devrait être la durée de validité? ....................................................................................... 60
11.2.
Catégories d’emploi avec des périodes de validité à ne pas dépasser.................................... 60
12.
Programme du Québec.................................................................................................................... 62
12.1.
Accord Canada-Québec ........................................................................................................... 62
12.2.
Commission mixte sur les travailleurs étrangers temporaires .................................................. 62
12.3.
Conditions du CAQ ................................................................................................................... 62
12.4.
La délivrance d’un CAQ ............................................................................................................ 62
12.5.
Procédures de confirmation conjointes..................................................................................... 62
12.6.
Pays desservis par le MRCIQ................................................................................................... 63
13.
D’autres lignes directrices concernant des situations uniques ........................................................ 63
13.1.
Personnel de transporteur aérien ............................................................................................. 63
13.2.
Conseillers de camp ................................................................................................................. 64
13.3.
Conseillers de camp en formation ............................................................................................ 64
13.4.
Propriétaire ou directeur de camp étranger .............................................................................. 64
13.5.
Guides de pêche ....................................................................................................................... 64
13.6.
Loi sur les océans ..................................................................................................................... 65
13.7.
Employés du gouvernement des États-Unis............................................................................. 66
Appendice A Arts de la scène ................................................................................................................. 68
Appendice B L’Accord de libre-échange Canada-Chili ........................................................................... 71
Appendice C Concernant les diplomates, (nouveau GUIDE) ................................................................. 76
Appendice D L’accord général sur le commerce des services (GATS) .................................................. 96
Appendice E Emploi à l’échelle internationale pour les étudiants et jeunes travailleurs ...................... 101
Appendice F Personnel militaire et les membres de leur famille .......................................................... 111
Appendice G L’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) ...................................................... 117
Appendice H Sur la vente...................................................................................................................... 160
2004-11-12
2
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
Mises à jour du chapitre
Liste par date :
Date : 2004-11-12
Des ajouts ont été apportés aux sections 5.26 et 5.39 des lignes directrices du Guide sur les
travailleurs étrangers temporaires (FW 1). Ces nouvelles sections contiennent des lignes
directrices sur la délivrance de permis de travail à certains étudiants internationaux dans le cadre
de projets pilotes sur le travail hors campus et la prolongation de permis de travail post-diplôme.
Spécifiquement, les changements sont les suivants :
La Section 5.26 inclut maintenant le travail hors campus dans la liste des « Codes de dispense
de validation ».
La Section 5.39 comprend maintenant, dans la sous-section C, des directives concernant le
traitement des demandes de prolongation de permis de travail post-diplôme pour une période
d’un an dans le cadre de projets pilotes mis en œuvre dans certaines provinces. Une nouvelle
sous-section a été créée à la fin de la section 5.39 (sous-section E) afin de fournir des directives
sur la délivrance de permis de travail aux étudiants internationaux relativement au travail hors
campus dans le cadre de projets pilotes mis en œuvre dans certaines provinces.
2004-08-30
Des changements ont été apportés aux sections 5.27, 5.30 et 5.39 des lignes directrices du
Guide sur les travailleurs étrangers temporaires (FW 1). Ils portent tous sur la délivrance de
permis de travail aux candidats des provinces et à leur conjoint.
Les changements sont les suivants :
La section 5.27 prévoit qu’un permis de travail puisse être délivré sans avis de confirmation
d’emploi des Ressources humaines et Développement des compétences Canada (RHDCC) à
tout demandeur sélectionné par une province pour la résidence permanente.
La section 5.30 prévoit qu’un permis de travail puisse être délivré aux étrangers considérés
comme candidats potentiels d’une province, à partir de leur intention d’entreprendre des activités
professionnelles dans une province.
La section 5.39 prévoit qu’un permis de travail temporaire ouvert puisse être délivré aux conjoints
des candidats des provinces qui détiennent un permis de travail valide, indépendamment de la
catégorie de compétence de la profession des candidats.
Tous les employés qui ont des responsabilités associées à la délivrance des permis de travail
temporaires sont priés d’examiner ces nouvelles sections. Ils doivent prendre note que toutes les
autres dispositions du Guide sur les travailleurs étrangers temporaires (FW 1) qui ont trait à la
délivrance de permis de travail continuent de s’appliquer.
2003-09-10
Une modification mineure a été apportée à l’Appendice G du chapitre FW 1 : L’Accord de libreéchange nord-américain (ALENA), Annexe A - professeurs d’université, de collège et de
séminaire.
Note : Le droit de traitement d’une demande de permis de travail est de 150 dollars (monnaie
canadienne).
2003-06-23
Section 5.7, au deuxième paragraphe, diplômes universitaires a été ajouté.
2004-11-12
3
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
Section 5.39, dans la Note, diplômes universitaires a été ajouté et la Note a été placée sous le
titre C42.
2003-05-13
Ajouts/changements majeurs au Guide des travailleurs étrangers (FW 1) actualisé et publié
récemment :
Section 5.2 Travail sans permis (R186a))—Visiteur commercial
•
précise les exigences en matière de documents pour un service après-vente (comme pour
l'ALENA)
•
ajout d'activités internes de formation et d'installation qui satisfont aux exigences pour les
visiteurs commerciaux
Section 5.8 Travail sans permis (R186g))—Artistes de spectacle
•
le terme « relation d'emploi » utilisé au R186g)(ii) est défini
Section 5.11 Travail sans permis (R186j))—Conférenciers
•
les termes « séminaire » et « conférencier commercial » sont définis
Section 5.25 Permis de travail nécessitant la confirmation de RHDCC (R203)
•
adresses électroniques à jour fournies pour les lettres de confirmation nationales
•
coopération entre RHDCC et CIC. Cet article a été ajouté pour encourager la communication
entre les deux ministères et pour donner des exemples des circonstances où elle serait
appropriée
Section 5.29 Intérêts canadiens : Avantage important—Lignes directrices générales (R205a)),
C10
•
texte clarifié pour offrir davantage de flexibilité pour l'utilisation de C10 lorsque des avantages
économiques sont démontrés
Section 5.30 Intérêts canadiens : Avantage important—Candidats au programme concernant les
entrepreneurs et les travailleurs autonomes désirant exploiter une entreprise commerciale
(R205a)), C11
•
demandeurs de la résidence temporaire—flexibilité additionnelle ajoutée aux lignes
directrices, et référence à l'importance de l’approbation provinciale lors de l'évaluation des
cas
•
propriété unique ou partielle d'une entreprise—flexibilité additionnelle en raison de
l'incapacité de RHDCC de fournir des confirmations officielles. Des questions additionnelles
ont été fournies aux agents pour les aider à évaluer ces demandes.
Section 5.31 Intérêts canadiens : Avantage important—Personnes mutées à l'intérieur d'une
société (R205a)), C12
•
paragraphe ajouté sur les relations d'affaires non admissibles
•
tableau des critères d'admissibilité
•
ajout d'une explication plus détaillée des gestionnaires principaux
2004-11-12
4
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
•
révision intensive des critères d'admissibilité pour les personnes possédant des
connaissances spécialisées pour les clarifier; ne constitue pas un changement essentiel
Section 5.37 Travail relié à un programme de recherche, d'enseignement ou de formation
(R205a)), C30
•
Le programme pour « les scientifiques….invités par toute institution canadienne …pourvu
que le ministre d'État chargé des Sciences et de la Technologie ait…envoyé des lettres
d'acceptation » a été éliminé (anciennement le no 3 sur la liste). Cela n'a pas été utilisé et
aucune structure d'approbation n'est ou n'était en place.
Section 5.40 Intérêts canadiens : Employés d’organismes religieux ou de bienfaisance (R205d)),
C50
•
Note additionnelle : Paragraphe définissant la différence entre un travailleur charitable (qui a
besoin d'un permis de travail) et un bénévole (qui n'en a pas besoin).
Appendice A Arts de la scène
Des paragraphes ont été ajoutés sur les artistes invités à venir se produire à la télévision ou à la
radio canadienne, et à la World Wrestling Entertainment (WWE).
Appendice G ALENA
Le libellé de l'accord a été supprimé, et un lien vers le texte a été fourni.
2004-11-12
5
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
1.
Objet du chapitre
Le présent chapitre explique le Règlement et les politiques de CIC concernant les travailleurs
étrangers temporaires. Il donne également des directives pour aider les agents dans
l’interprétation du Règlement et explique les programmes qui entrent dans le cadre de ces règles.
2.
3.
Objectifs du programme
•
Faciliter l’entrée des visiteurs, étudiants et travailleurs temporaires dans le cadre des
échanges, du commerce, du tourisme, de la compréhension internationale et d’activités
scientifiques, éducatives et culturelles.
•
Protéger la santé et la sécurité des Canadiens et maintenir la sécurité de la société
canadienne.
Loi et Règlement
Objectifs en matière d’immigration
Demande avant l’entrée au Canada
Obligation répondre véridiquement
Obligation preuve pertinente
Contrôle par l’agent
Obligation à l’entrée
Résident temporaire
Double intention
Droits des résidents temporaires
Obligation résident temporaire
Travailler et étudier au Canada
Perte du statut de résident temporaire
Infraction générale engager un étranger non autorisé à travailler
Infraction générale les précautions voulues doivent être prises par
l’employeur
Définitions de “travail” et “permis de travail”
Visite médicale requise
Passeports et documents de voyage
Délivrance du visa de résident temporaire
Conditions imposées aux membres d’équipage
Conditions particulières
Permis de travail non-exigé
Visiteur commercial au Canada
Catégorie «travailleurs»
Travailleur
Permis de travail
Demande avant l’entrée au Canada
Demande au moment de l’entrée
Demande après l’entrée au Canada
Délivrance du permis de travail
Demande de renouvellement
Statut de résident temporaire
Effets économiques
2004-11-12
L3(1)g) h) j)
L11(1)
L16(1)
L16(2)
L18(1)
L20(1)b)
L22(1)
L22(2)
L29(1)
L29(2)
L30(1)
L47
L124(1)c)
L124(2)
R2
R30
R52
R179
R184
R185
R186
R187
R194
R195
R196
R197
R198
R199
R200
R201
R202
R203
6
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
Accords internationaux
Intérêts canadiens
Aucun autre moyen de subsistance
Demandeur au Canada
Motifs humanitaires
Invalidité: expiration
3.1.
R204
R205
R206
R207
R208
R209
Formulaires requis
Les formulaires qui peuvent être requis sont indiqués dans le tableau suivant :
Nom du formulaire
Permis de travail
Demande pour modifier les conditions de séjour, proroger le séjour ou
demeurer au Canada
Demande d'un permis de travail
ALENA Demande de statut de négociant ou d’investisseur
Préavis d'arrivée d'artistes de spectacle
Rapport médical aux fins d’immigration au Canada
Surveillance médicale Engagement
Autorisation de communiquer des renseignements à des personnes
désignées
4.
Numéro
IMM 1102B
IMM 1249B
IMM 1295B
IMM 5321B
IMM 0060B
IMM 1017F
IMM 0535B
IMM 5476B
Pouvoirs délégués
Le L6 autorise le ministre à désigner des agents pour exercer des attributions précises et à qui il
délègue ses pouvoirs. En outre, aux termes du L6(2), le ministre a délégué au directeur de la
Division de la politique et des programmes économiques, Direction générale de la sélection, le
pouvoir de désigner le travail pouvant être exercé par des étrangers aux termes du R205c).
5.
Politique ministérielle
5.1.
Aperçu
Le Règlement spécifie que la catégorie des travailleurs est une catégorie de personnes qui
peuvent devenir des résidents temporaires. Un travailleur peut être autorisé à travailler sans
permis de travail R186, ou peut être autorisé à travailler par la délivrance d’un permis de travail
en vertu de la Partie 11 du Règlement.
Définition du terme « travail »
Le mot « travail » est défini dans le Règlement comme toute activité qui donne lieu au paiement
d’un salaire ou d’une commission, ou qui est en concurrence direct avec les activités des citoyens
canadiens ou des résidents permanents sur le marché du travail au Canada.
« Salaire ou commission »
Si une personne accomplit une activité pour laquelle elle va être payée ou va recevoir une
rémunération, elle est considérée comme ayant un emploi. Cela comprend le salaire ou les
traitements payés par un employeur à un employé, une rémunération ou une commission reçue
pour accomplir un contrat de service, ou toute autre situation où un étranger reçoit un paiement
pour effectuer un service.
Qu’est ce qu’une activité qui est en « concurrence direct »?
Les agents doivent voir s’il y a entrée dans le marché du travail. Questions à considérer :
2004-11-12
7
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
•
La personne va-t-elle faire une activité qu’un Canadien ou résident permanent devrait
vraiment avoir l’occasion de faire?
•
Va-t-elle s’adonner à une activité commerciale qui est concurrentielle sur le marché du
travail?
Si la réponse à l’une ou à l’autre de ces questions est « oui », l’étranger est considéré comme
s’adonnant à une activité concurrentielle, ce qui entre dans le cadre du concept « travail ».
Exemples, non exhaustifs, d’activités considérées comme « travail » :
•
un technicien étranger venu réparer une machine, en d’autres termes, remplir un contrat,
même dans le cas où il ne serait pas payé directement par la compagnie canadienne pour
laquelle il accomplit le travail;
•
un travail indépendant, qui pourrait constituer une activité économique concurrentielle comme
l’ouverture d’un atelier de nettoyage à sec ou d’une franchise de restauration rapide. (Les
travailleurs autonomes peuvent aussi être considérés comme travailleurs s’ils reçoivent une
commission ou sont payés pour leurs services);
•
un travail non rémunéré entrepris dans le but d’avoir de l’expérience de travail, comme un
stage, un internat, ou des travaux pratiques normalement effectués par un étudiant.
Quel genre d’activités ne sont pas considérées comme étant un « travail »?
Une activité qui ne diminue pas vraiment, pour les Canadiens ou résidents permanents, les
occasions d’avoir de l’emploi ou de l’expérience dans le marché du travail n’est pas considérée
un « travail » au sens de la définition.
Exemples, non exhaustifs, d’activités considérées comme n’étant pas un « travail » :
•
travail bénévole pour lequel une personne ne serait pas normalement rémunérée, comme le
fait de siéger au conseil d’une institution religieuse ou de bienfaisance; d’être un « grand
frère » ou une « grande sœur » d’un enfant, faire de la téléassistance à un centre d'aide aux
victimes d'agression sexuelle, (normalement cette activité se ferait à temps partiel et ne
découle pas de la raison principale de la présence de la personne au Canada);
•
aide non rémunérée d’un ami ou d’un membre de la famille durant une visite, comme une
mère qui aide sa fille dans la garde de son enfant ou un oncle qui aide son neveu à
construire son propre chalet;
•
travail à distance (par téléphone ou Internet) fait par un résident temporaire dont l’employeur
est à l’extérieur du Canada et qui est rémunéré de l’extérieur du Canada;
•
travail indépendant où le travail à faire n’aurait aucun impact réel sur le marché du travail, et
ne fournirait pas vraiment une occasion aux Canadiens (par exemple, un fermier américain
qui traverse la frontière pour travailler sur des champs qu’il possède, ou un mineur venant
travailler dans sa propre concession).
Il peut y avoir d’autres types d’emplois à court terme non rémunérés où le travail ne découle pas
vraiment de la raison principale pour laquelle une personne est en visite au Canada et ne
constitue pas une activité concurrentielle, même si un avantage de valeur mais non monétaire est
perçu. Par exemple, si un touriste désire rester dans une ferme familiale et travailler à temps
partiel et reçoit en contrepartie le gîte et le couvert durant une courte période (c.-à-d. 14 semaines), cette personne ne serait pas considérée comme étant un travailleur.
2004-11-12
8
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
Il peut y avoir un chevauchement entre les activités qui ne sont pas considérées comme étant un
travail et les activités qui sont définies au R186 comme étant des emplois n’exigeant pas de
permis de travail. Toutefois, l’effet final (pas de permis de travail nécessaire) est le même.
Partie 9, Section 3 – Travail sans permis
Les articles R186 et R187 décrivent les genres de travaux qu’un étranger est autorisé à faire
sans devoir obtenir un permis de travail.
Partie 11, Section 2 – Demande de permis de travail
En règle générale, un étranger doit faire sa demande de permis de travail à l’extérieur du
Canada, toutefois, les articles R197 et R198 décrivent, respectivement, les situations où un
permis de travail peut être obtenu au point d’entrée ou à l’intérieur du Canada.
Partie 11, Section 3 – Délivrance du permis de travail
L’article R200 trace les grandes lignes de tous les critères et donne les règles qui régissent la
délivrance d’un permis de travail. Les R203 à R209 énoncent les critères de recevabilité.
5.2.
Travailler sans permis de travail R186a)—Visiteur commercial
L’article R187 définit les critères pour entrer comme un visiteur commercial. Cette large catégorie
facilite l’entrée au Canada des personnes qui ont l’intention de s’adonner à des activités
commerciales ou d’affaires. Les critères d’entrée coïncident avec les critères de l’ALENA pour le
visiteur commercial. (Voir l’Appendice G) Le R187(3) donne les critères généraux qui doivent être
respectés, et le R187(2) donne des exemples particuliers, à titre illustratif. Sont comprises dans
cette catégorie, les personnes qui fournissent du service après vente. (Voir l’Appendice H)
Service après-vente
Les services après-vente incluent ceux fournis par des personnes qui réparent et font de
l’entretien courant, qui supervisent les monteurs, qui mettent sur pied et testent les équipements
commerciaux ou industriels (y compris les logiciels d’ordinateurs). La « mise sur pied » ne
comprend pas les installations manuelles généralement effectuées par les métiers du bâtiment ou
de la construction (électriciens, tuyauteurs, etc.). Le R187 s’applique également aux personnes
sollicitant l’entrée pour effectuer le maintien courant ou la réparation d’équipement spécialisé,
acheté ou loué à l’extérieur du Canada, à condition que le service effectué fasse partie de la
convention de vente initiale ou prolongée, du contrat de location, de la garantie ou du contrat de
service. À l’instar de l’ALENA, les travaux de construction et de bâtiment n’entrent pas dans
le cadre de cette disposition.
Garantie ou entente de service
Les contrats de service doivent avoir été négociés comme faisant partie de la vente initiale ou du
contrat de location ou être une extension de la convention initiale. Les contrats de service
négociés avec des tierces parties après la signature du contrat de vente ou de location ne sont
pas couverts par cette dispense. Si, toutefois, la convention de vente initiale indique qu’un contrat
a été ou sera signé avec une troisième entreprise pour effectuer le maintien courant de
l’équipement, le R187 s’applique. Lorsque le travail n’est pas prévu par une garantie, un permis
de travail avec confirmation est exigé.
Documents
Comme c’est le cas pour les personnes offrant des services en vertu de l’ALENA, une Fiche du
visiteur doit être délivrée pour tout visiteur commercial venant assurer le service après-vente pour
des périodes de plus de deux jours. Il s’agit à la fois d’une mesure de facilitation et de contrôle.
(Voir l’Appendice G, section 2.6.11.)
2004-11-12
9
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
Superviseurs
Cette disposition couvre également les personnes qui entrent au Canada pour superviser
l’installation de machinerie spécialisée achetée ou louée à l’extérieur du Canada, ou pour
superviser le démantèlement de l’équipement ou de la machinerie achetés au Canada pour une
réinstallation à l’extérieur du Canada. En sa qualité de guide, un superviseur est normalement
censé superviser cinq à dix installateurs ou autres travailleurs.
Formateurs
Le R187(2)b) couvre également les personnes qui entrent au Canada pour fournir des services
de familiarisation ou de formation aux utilisateurs éventuels ou au personnel chargé du maintien
dans l’établissement une fois l’installation terminée de l’équipement spécialisé acheté ou loué à
l’extérieur du Canada. Il couvre aussi les formateurs et stagiaires intra-compagnie.
Activités internes de formation et d’installation
La personne qui entre au Canada pour donner de la formation ou pour installer du matériel pour
une succursale ou une filiale est considérée comme un visiteur commercial. L’interdiction
concernant les travaux de construction et de bâtiment à l’égard du service après-vente s’applique
ici également. L’étranger doit conserver son poste dans sa succursale d’origine et ne doit pas
être payé par la succursale canadienne sauf pour les dépenses encourues. Cette disposition peut
aussi s’appliquer à un formateur ou à un installateur spécialisé aux termes d’un contrat de service
après-vente de la succursale étrangère (les mêmes conditions s’appliquant), à la condition que le
service soit offert à l’échelle de la société et non seulement au bureau canadien.
Employés des résidents temporaires à court terme
Les personnes employées à titre personnel à temps plein par des résidents temporaires à court
terme, par exemple comme travailleurs domestiques, assistants personnels ou nannys (bonnes
d’enfants, dispensateurs de soins), entreraient généralement dans le cadre des critères de la
catégorie « visiteur commercial » décrits aux alinéas R187(3)a) et b) et peuvent entrer en tant
que tels. Si l’employeur en visite prolonge son séjour au Canada pour une durée de plus de six
mois, son employé personnel n’est plus considéré comme faisant partie de la catégorie « visiteur
commercial » et doit solliciter un permis de travail validé par RHDCC.
5.3.
Travailler sans permis de travail R186b)—Représentants de gouvernements étrangers
Le R186b) s’applique seulement aux représentants de gouvernements étrangers et à leurs
domestiques qui ont été accrédités par le ministère des Affaires étrangères et du Commerce
international (MAECI). Il s’applique seulement aux fonctions officielles du représentant du pays
étranger ou de son domestique. Sont également inclus dans cette catégorie les représentants
diplomatiques auprès des organismes des Nations Unies tel que l’Organisation de l’aviation civile
internationale (OACI), et le HCR. (Voir l’Appendice C.)
5.4.
Travailler sans permis de travail R186c)—Membres de la famille des représentants de
gouvernements étrangers
Les membres de la famille des personnes dont le statut diplomatique a été accrédité peuvent
travailler sans permis si la direction du protocole du MAECI leur délivre une « lettre de nonopposition ». De telles personnes peuvent aussi demander un permis de travail afin de
convaincre des employeurs éventuels de leur droit de travailler. (Voir l’Appendice C.)
5.5.
Travailler sans permis de travail R186d)—Personnel militaire
Le R186d) s’applique au personnel militaire et civil en possession d’ordres de mission indiquant
qu’ils viennent au Canada de pays désignés en vertu de la Loi sur les forces étrangères
présentes au Canada (LFEPC). Pour la liste de tels pays, se rapporter à l’Appendice F. Le
2004-11-12
10
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
« personnel militaire » ne devrait pas être confondu avec les « attachés militaires » qui sont des
agents diplomatiques dans des missions diplomatiques. L’accréditation du personnel militaire est
coordonnée par le ministère de la Défense nationale.
Le personnel militaire et les employés civils venant au Canada en vertu des dispositions de la Loi
sur les forces étrangères présentes au Canada, comme membres du personnel ou pour
fréquenter une école ou une unité de formation, sont considérés en service actif. Ils sont
dispensés des permis de travail ou d’études.
Les membres du personnel militaire désignés en vertu de la LFEPC sont aussi dispensés de
l’exigence du passeport en vertu du R52, du visa de résident temporaire en vertu du R190, et des
examens médicaux pour étranger en vertu du R30. Ces dispenses ne s’appliquent pas aux
employés civils ou aux membres de leur famille. Les employés civils et les membres de leur
famille sont, toutefois, dispensés des droits du visa de résident temporaire R296b).
Voir l’Appendice F pour les procédures de traitement du personnel militaire et les membres de
leur famille.
5.6.
Travailler sans permis de travail R186e)—Employés des gouvernements étrangers
Le Canada a conclu avec d'autres nations des ententes prévoyant des périodes d'emploi dans les
pays respectifs, aux niveaux tant fédéral que provincial. Les fonctionnaires viennent travailler
pour un ministère ou un organisme du gouvernement du Canada ou d'un gouvernement
provincial. Ils ne travaillent pas pour une mission étrangère, ni pour un organisme international, et
ne sont pas accrédités par le MAECI.
Les fonctionnaires de niveau EX (cadres supérieurs) doivent être munis d'un contrat de la
Commission de la fonction publique (CFP) précisant les conditions de l'entente, qui peut être
réciproque ou non. Les fonctionnaires dont le niveau est inférieur au niveau EX ne doivent pas
être munis d’un tel contrat. Cependant, pour les affectations de plus de trois mois, ils doivent
obtenir une lettre d’entente officielle, signée par le sous-ministre du ministère, un fondé de
pouvoir dans l’organisation du fonctionnaire, et le fonctionnaire qui séjourne au Canada.
À leur arrivée au point d'entrée, on devrait leur accorder le statut de résident temporaire pour la
durée du contrat. On devrait faciliter les demandes de prolongation, même si elles ne sont
habituellement pas nécessaires.
Les membres de la famille :
Les membres de la famille des fonctionnaires faisant l'objet d'un échange, qui sont admissibles
en vertu du R186e) et qui sont munis de contrats de non-réciprocité, doivent obtenir une
confirmation de RHDCC. Toutefois les époux ou épouses peuvent avoir une dispense de
confirmation en vertu du programme des conjoints des « travailleurs qualifiés » R205c)(ii), CDC
C41.
Les membres de la famille des fonctionnaires faisant l'objet d'un échange, admis en vertu du
R186e) et qui disposent d'un contrat de réciprocité de la Commission de la fonction publique,
sont dispensés de confirmation en vertu du R205b), CDC C20. La dispense des droits s'applique.
On peut délivrer un permis de travail ouvert.
5.7.
Travailler sans permis de travail R186f)—Emploi sur le campus
Le R186f) permet aux étudiants, inscrits à temps plein dans un établissement qui décerne des
diplômes, de travailler sur le campus de l'établissement auquel ils sont inscrits sans devoir obtenir
de permis de travail.
Le R186f) s'applique aux étudiants qui poursuivent des études à temps plein dans une université,
un collège, un CEGEP, une école publique de métier/technique ou un établissement privé
autorisé par une loi provinciale à décerner des diplômes universitaires. Cette dispense s'applique
2004-11-12
11
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
à tous les programmes d'études (y compris l'anglais/français, langue seconde), à condition que
ceux-ci se donnent à temps plein.
Le R186f) s'applique aux étudiants qui occupent un ou plusieurs emplois sur le campus, ainsi
qu'aux étudiants qui travaillent à titre d'assistant de recherche ou d'enseignement dans des
installations de recherche situées à l'extérieur du campus dans le cadre d'une subvention de
recherche. Au nombre de ces installations, on pourrait compter les hôpitaux universitaires, les
cliniques, les instituts de recherche, etc., qui sont rattachés officiellement à l'établissement
d'enseignement.
Par « sur le campus », on entend les installations d'emploi situées à l'intérieur des limites du
campus. Les étudiants sont autorisés à travailler uniquement sur le campus de l'établissement
d'enseignement auquel ils sont inscrits. Si l'établissement a plus d'un campus, l'étudiant peut
travailler à différents endroits du campus à condition qu’ils se trouvent dans la même
municipalité. Si l'établissement a des campus dans différentes villes, l'étudiant ne peut travailler
que sur le campus où il est inscrit.
Il y aura des situations où des étudiants travailleront sur le campus en qualité d'assistants
d'enseignement ou de recherche. Dans certaines circonstances, l'étudiant, pour effectuer le
travail, devra parfois se rendre dans une bibliothèque, dans un hôpital ou dans des locaux de
recherche rattachés à l'université, mais situés à l'extérieur des limites physiques du campus de
l'établissement. Ceci est permis, à condition que les recherches menées soient strictement liées à
la subvention de recherche de l’étudiant.
L'employeur peut être l'établissement, la faculté, l'association des étudiants, l’étudiant lui-même
(travail autonome), une entreprise privée ou un entrepreneur qui fournit des services à
l'établissement situé sur le campus.
Certaines universités situées dans des centres-villes ont de vastes campus dispersés dans des
régions habitées par le grand public. Cette définition comprend de tels employeurs dont
l’entreprise sert le public consommateur en général, tant que les locaux de l’entreprise se
trouvent techniquement sur le campus de l'université.
Admissibilité :
Pour être admissible à travailler sur le campus, l'étudiant doit :
•
détenir une autorisation d'études en cours de validité;
•
être inscrit à un programme d'études menant à un diplôme ou à un grade dans un
établissement reconnu;
•
être inscrit à l'établissement d'enseignement à temps plein;
•
travailler sur le campus de l'établissement auquel il est inscrit, que ce soit pour
l'établissement proprement dit ou pour une entreprise privée située sur le campus.
De plus, les étudiants qui travaillent à titre d'assistants d'enseignement ou de recherche pourront
occuper un emploi « sur le campus » s'ils satisfont aux critères suivants :
•
l'étudiant a été recommandé par les représentants de son département;
•
les travaux devant être effectués sont dirigés par un chef de département ou par un membre
du corps enseignant;
•
les travaux sont effectués dans un institut de recherche ou dans le cadre du programme d'un
hôpital ou d'une unité de recherche rattachée à l'établissement.
Indication sur le permis d'études :
2004-11-12
12
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
« L'étudiant peut accepter un emploi sur le campus de l'établissement où il est inscrit à temps
plein. »
5.8.
Travailler sans permis de travail R186g)—Artistes de spectacle
Le tableau suivant indique quels types d’activités, selon CIC et RHDCC, satisfont aux conditions
du R186g), et quels types d’activités exigeront un permis de travail validé.
Entrée sans permis de travail
•
Permis de travail et confirmation nécessaires
Individus et groupes de musique et de
•
théâtre et leur personnel essentiel, établis à
l'étranger, œuvrant hors des bars et
•
restaurants;
•
Artistes ambulants (chanteurs de rue),
tourneurs (DJ) œuvrant hors des bars;
•
cirque ambulant ou étranger;
•
artistes invités (non employés) dans un
•
groupe de spectacles canadien; (cela
s’appliquerait lorsqu’un artiste signe un
contrat pour quelques jours de répétition et
une ou deux présentations d’un concert);
•
les lutteurs de la World Wrestling
Entertainment (WWE);
•
personnes se produisant à un événement
privé telles des noces;
•
•
• pilotes de spectacle aérien;
Note: Les personnes suivantes sont autorisées •
à entrer comme visiteurs en vertu d’autres
dispositions que le R186g):
•
•
Orchestres jouant dans les bars, les boîtes
de nuit, les restaurants, etc.;
Danseurs exotiques/érotiques (nouveau titre
de la CNP) évoluant dans les bars ou les
boîtes de nuit;
acteurs, chanteurs, personnel, etc. jouant
dans des productions théâtrales
canadiennes, des spectacles, des cirques;
toute personne engagée dans la réalisation
de films, d’émissions de TV, d’Internet et
d’émissions de radio (à l’exception
d’ententes de co- production où les acteurs,
etc. ont droit à un permis de travail avec
dispense de confirmation en vertu du R204,
CDC T10);
toute personne qui a une relation d’emploi
avec l’organisme ou l’entreprise qui a signé
son contrat de services au Canada;
un artiste jouant dans une production ou un
spectacle établi au Canada.
comme visiteurs commerciaux:
•
les réalisateurs de films;
•
les utilisateurs de studios de cinéma
et d’enregistrement (limité à de
petits groupes qui louent des
studios sans entrer sur le marché
du travail);
comme conférenciers invités :
•
les personnes qui viennent comme
invitées spéciales pour un spot à la
télévision canadienne ou à une
émission de radio.
« Relation d’emploi » selon R186g)(ii)
L’artiste de spectacle étranger n’entretient pas de relation d’emploi s’il a été embauché
uniquement pour un seul concert ou une courte série de concerts. Par exemple, si un couple
embauche un orchestre pour ses noces ou qu’un festival engage un chanteur qui se produira
deux fois pendant une fin de semaine, aucune relation d’emploi n’est établie même si des
contrats sont signés. Par contre, si un restaurant-théâtre embauche un chanteur ou un danseur
2004-11-12
13
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
étranger qui se produira cinq soirs par semaine toutes les semaines, une relation d’emploi est
établie et un permis de travail avec confirmation est requis. Autre exemple, si une municipalité
conclut un contrat avec un marionnettiste pour trois spectacles par jour dans un parc pendant tout
l’été, il y a là aussi relation d’emploi. Essentiellement, les contrats pour des prestations à court
terme ne créent pas de relation d’emploi entre l’artiste et l’organisation qui réserve ses services,
ce qui répond au R186g)(ii). Les contrats à long terme, suivant lesquels l’artiste doit se produire
régulièrement et habituellement au même endroit, sont considérés comme une relation d’emploi
et un permis de travail avec confirmation de RHDCC est requis.
Documents et droits
Les agents peuvent utiliser un Préavis d’arrivée d’artistes de spectacle IMM 0060B au besoin.
Toutefois, (comme avant la LIPR), ces fiches ne sont pas une exigence réglementaire. Les droits
pour un permis de travail individuel s’appliquent. Dans les cas où les membres d’une troupe de
spectacle de plus de trois personnes doivent avoir un permis de travail, les droits de groupe de
450 $ s’appliquent lorsque le groupe fait sa demande en même temps à la même place.
Pour de plus amples renseignements sur les professions artistiques et les lignes directrices, voir
l’Appendice A.
5.9.
Travailler sans permis de travail R186h)—Athlètes et entraîneurs
Le R186h) permet aux personnes et aux équipes étrangères (professionnelles ou d’amateurs) de
participer aux compétitions sportives au Canada, et aux athlètes étrangers d’être des membres
d’équipes canadiennes d’amateurs. Des personnes qui rempliraient les conditions de ce
règlement seraient, par exemple :
•
des entraîneurs amateurs;
•
des joueurs amateurs dans des équipes canadiennes (y compris le niveau junior A et les
équipes inférieures) (p. ex. il faut délivrer une Fiche du visiteur aux athlètes admis dans cette
catégorie pour une saison complète);
•
des étrangers propriétaires d’animaux présentant leurs propres animaux à un événement
(p. ex. maître-chien);
•
des jockeys de chevaux de course venant d’écuries établies à l’étranger;
•
des pilotes de voitures de course;
•
des personnes qui viennent participer à des essais avec des équipes professionnelles.
Note : Si, à l’entrée, et par anticipation d’une acceptation au sein d’une équipe professionnelle, un
athlète désire obtenir un permis de travail pour la saison, les agents peuvent délivrer un permis de
travail conformément aux lignes directrices ci-dessous.
Entraîneurs et athlètes professionnels et semi-professionnels
Les entraîneurs, soigneurs et athlètes, professionnels et semi-professionnels, travaillant pour des
équipes établies au Canada doivent avoir un permis de travail. Toutefois, étant donné la mobilité
internationale dans ce domaine, ils peuvent être dispensés de la confirmation en vertu de l’alinéa
R205b), CDC C20.
Arbitres professionnels et semi-professionnels
Les arbitres professionnels doivent avoir un permis de travail validé par RHDCC, sauf pour les
ligues qui ont des ententes de réciprocité concernant les arbitres canadiens. Les arbitres de la
Ligue nationale de hockey (LNH) qui sont des citoyens ou des résidents permanents des États-
2004-11-12
14
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
Unis remplissent les conditions pour avoir un permis de travail en vertu d’une telle entente de
réciprocité, et peuvent se voir délivrer un permis de travail en vertu du R205b), CDC C20.
Conjoints
Les athlètes professionnels sont classés au niveau de compétence B dans la Classification
nationale des professions, et comme tels, leurs conjoints sont admissibles à un permis de travail
avec dispense de confirmation en vertu du R205c)(ii), CDC C41.
5.10.
Travailler sans permis de travail R186i)—Correspondants de presse et journalistes
Le R186i) s’applique aux correspondants de la presse et à leurs équipes qui viennent au Canada
pour couvrir des événements canadiens. Les journalistes travaillant pour des agences de presse
écrite, ou de diffusion sur les ondes ou sur Internet (revues, journaux, magazines, émissions de
TV, etc.) sont admissibles, à condition que l’agence ne soit pas canadienne. Les employés d’une
agence de presse étrangère qui sont des correspondants résidants sont inclus. Toutefois, cette
dispense ne s’applique pas au personnel de gestion ou de bureau.
Dirigeables
À l'occasion, des sociétés envoient des dirigeables comme le « dirigeable Goodyear », afin de
couvrir un événement sportif important. L'équipe chargée du dirigeable entre au pays par la voie
terrestre afin d'installer l'équipement spécialisé nécessaire au fonctionnement sécuritaire du
dirigeable pendant son séjour au Canada. Les membres de cette équipe devraient être
considérés comme des membres de l'équipe de diffusion aux fins d'autorisation de séjour au
Canada et n'ont pas besoin de permis de travail.
Équipes de journalistes en circuits touristiques promotionnels
Les équipes médiatiques (y compris les rédacteurs, les journalistes de la presse écrite, de vidéos,
de films, de radio et de télévision, ainsi que les techniciens comme les cameramen) qui
produisent des émissions de voyage, des documentaires ou des documents touristiques
promotionnels doivent avoir un permis de travail. Toutefois, ils peuvent être admis en vertu de
l’alinéa R205a), CDC C10 qui s’applique aux travailleurs étrangers apportant des avantages
importants au Canada, à condition que les conditions suivantes soient respectées :
Pour les équipes médiatiques nord-américaines :
•
les équipes doivent participer à un circuit promotionnel à l'invitation du gouvernement fédéral
ou d'un gouvernement provincial ou territorial du Canada, ou d’une municipalité ou région.
L'invitation doit être présentée au moment de la demande (souvent, la lettre d'invitation est
émise par un bureau des visas canadien aux États-Unis);
•
la taille totale de l'équipe ne doit pas être supérieure à trois personnes, y compris les
rédacteurs, les journalistes de la presse écrite, de vidéos, de films, de radio et de télévision,
et les techniciens; et
•
la durée du séjour au Canada ne doit pas être supérieure à trois semaines.
Pour les équipes médiatiques provenant de l'extérieur de l'Amérique du Nord :
•
la taille totale de l'équipe ne doit pas être supérieure à trois personnes, y compris les
rédacteurs, les journalistes de la presse écrite, de vidéos, de films, de radio et de télévision,
et les techniciens;
•
la durée du séjour ne doit pas être supérieure à six semaines; et
2004-11-12
15
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
•
le produit final doit être distribué et destiné à des marchés et des auditoires qui ne sont pas
nord-américains.
Les équipes médiatiques qui ne répondent pas aux conditions précitées doivent obtenir un permis
de travail avec la confirmation de RHDCC. Il incombera à l'organisme parrain approprié
représentant l'employeur (transporteurs aériens, hôteliers, associations touristiques, voyagistes,
etc.) de faire approuver toute offre d'emploi par le Centre de ressources humaines Canada
(CRHC) le plus près. En général, les CRHC ont besoin d'un délai de trois semaines pour
déterminer la disponibilité de travailleurs qualifiés. On s'attend à ce que les organismes parrains
du Canada déploient des efforts raisonnables pour déterminer, avec l'aide d'un CRHC s'il y a lieu,
la disponibilité de Canadiens ou de résidants permanents qualifiés. Ils doivent pour ce faire
communiquer avec la guilde ou le syndicat respectif représentant les professions exercées par
les travailleurs étrangers qui doivent être admis.
5.11.
Travailler sans permis de travail R186j)—Conférenciers
Le R186j) englobe aussi bien les conférenciers invités à des événements particuliers (comme un
conférencier à une fonction universitaire ou collégiale) que les conférenciers promotionnels ou les
animateurs de séminaires à condition que le séminaire qui doit être présenté par le conférencier
sous cette disposition ne dure pas plus de cinq jours.
« Séminaire » est défini comme un groupe restreint d’étudiants d’une université, etc., se
réunissant pour la discussion ou la recherche, ou bien un cours intensif de courte durée ou
encore une conférence de spécialistes (colloque). Les conférenciers commerciaux sont des
personnes qui font payer les gens pour venir les entendre parler d’un sujet particulier.
5.12.
Travailler sans permis de travail R186k)—Organisateurs de congrès
Le R186k) s’applique aux personnes qui organisent un congrès ou une conférence ainsi qu’au
personnel de soutien administratif du comité organisateur. Les types d’événements couverts sont
les congrès et réunions des assemblées d’associations et de sociétés, les réunions de
motivation, les salons ou expositions professionnels et les salons ou expositions de la
consommation. Il est à noter que le R186k) ne s’applique pas aux fournisseurs de services
techniques tels ceux qui fournissent des services d’audiovisuel, d’installation et de
démantèlement, de décors ou services de spectacles, ou les constructeurs d’étalages.
Note : Les personnes/délégués qui viennent à une conférence ou à une réunion sont dispensés des
formalités requises pour un permis de travail en vertu du R186a).
Voir l’Appendice H.
5.13.
Travailler sans permis de travail R186l)—Membres du clergé
Le R186l) s’applique aux personnes dont l’emploi consiste principalement à prêcher une doctrine,
à présider des fonctions liturgiques ou à donner des conseils d'ordre spirituel, à titre de ministre
ordonné, de laïc ou de membre d'un ordre religieux.
Voir la , Employés d'organismes religieux et de bienfaisance R205d), C50.
5.14.
Travailler sans permis de travail R186m)—Juges et arbitres
Le R186m) s’applique aux juges, arbitres et aux officiels du genre participant à un événement
sportif international organisé par une association internationale de sport amateur et dont l'hôte est
une organisation canadienne. Ces événements peuvent comprendre des jeux internationaux ou
universitaires, les Jeux olympiques d'hiver ou d'été, etc. Les juges des événements artistiques ou
culturels tels des festivals de musique et de danse sont aussi inclus, ainsi que les juges des
concours agricoles et d’animaux.
2004-11-12
16
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
5.15.
Travailler sans permis de travail R186n)—Examinateurs et évaluateurs
D'éminents professionnels qui dirigent les études et examinent le travail effectué sous leur tutelle
peuvent, à l'occasion, séjourner au Canada pour examiner les thèses et documents de ces
étudiants. Le R186n) inclut également les professeurs étrangers qui sollicitent l'autorisation de
séjour pour évaluer des programmes universitaires ou des propositions de recherche [y compris
l’évaluation de propositions faites par des organismes tel le Conseil de recherches en sciences
naturelles et en génie du Canada (CRSNG)].
5.16.
Travailler sans permis de travail R186o)—Témoins experts et enquêteurs
Le R186o) s’applique aux experts qui entrent au Canada pour mener une enquête ou des
analyses devant servir de preuve ainsi qu’aux témoins experts appelés à témoigner devant un
organe de réglementation, un tribunal ou une cour de justice.
5.17.
Travailler sans permis de travail R186p)—Étudiants en soins de santé
Les étudiants étrangers dans des domaines tels que la médecine, l’ergothérapie et la
physiothérapie, les sciences infirmières et la technologie médicale peuvent faire leur stage
médical ou pratique à court terme au Canada. Une permission écrite du corps qui réglemente le
champ médical particulier est nécessaire afin d’assurer que les étudiants canadiens en soins de
santé sont les premiers à être placés en pratique clinique. Le premier objectif du stage pratique
doit être d’acquérir de la formation; aussi, ces postes seront-ils souvent non payés et leur durée
ne devrait pas dépasser quatre mois.
Note : Les personnes qui entrent pour faire ce genre de travail doivent passer l’examen médical
réglementaire de l’immigration conformément au R30.
5.18.
Travailler sans permis de travail R186q)—Inspecteurs de l’aviation civile
Le R186q) s’applique aux inspecteurs des opérations aériennes et inspecteurs de la sécurité des
passagers qui entrent au pays temporairement pour inspecter les procédures de sécurité sur les
vols commerciaux internationaux. Ces inspecteurs sont employés par l’autorité aéronautique
reconnue qui mène les inspections, et seraient en possession de documents valides ou des
pièces d’identité qui établissent qu’ils sont des inspecteurs d’aviation en mission d’inspection.
5.19.
Travailler sans permis de travail R186r)—Enquêteurs d’accidents et incidents aériens
Le R186r) s’applique aux représentants accrédités ou conseillers qui participent à une enquête
sur un accident ou incident d’aviation menée sous l’autorité du Bureau canadien d'enquête sur
les accidents de transport et de la sécurité des transports. Chaque pays auquel le pays menant
l’enquête demande de fournir des renseignements, des installations ou des experts est habilité à
désigner un représentant accrédité et un ou plusieurs conseillers pour aider le représentant
accrédité dans l’enquête. Le pays de l’exploitant, le pays d’enregistrement et les pays de
conception et de construction de l’aéronef seraient normalement représentés.
5.20.
Travailler sans permis de travail R186s)—Membres d’équipage
Le R186s) s’applique aux membres d’équipages travaillant sur des véhicules d'appartenance et
d'immatriculation étrangères comme les camionneurs, les conducteurs d’autocars, le personnel
d’exploitation et d’expédition en aviation, qui s’occupent principalement du transport international
de biens et de passagers. Leurs fonctions doivent être reliées à l’exploitation des moyens de
transport ou à la prestation de services aux passagers.
2004-11-12
17
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
Camionnage international
Cette disposition du Règlement s’applique aux camionneurs qui traversent la frontière canadoaméricaine pour prendre ou livrer des marchandises, dans la mesure où ils ne prennent pas ces
marchandises et les livrent d’un endroit à l’autre à l’intérieur du Canada.
Les camionneurs étrangers œuvrant dans le secteur du transport international ne participent
généralement pas au chargement et au déchargement de leurs marchandises lorsque ces
dernières sont livrées directement des États-Unis à un entrepôt canadien, ou qu'elles sont
chargées au Canada pour être transportées directement aux États-Unis.
Exception à la règle : les camionneurs qui possèdent des compétences en manutention de
charges comme des produits chimiques, des meubles, du bétail, etc. sont responsables du
chargement et du déchargement des marchandises de leur véhicule. Autre exception : lorsque
les camionneurs participent occasionnellement à la manutention de leurs marchandises dans un
autre endroit qu'un entrepôt (par exemple, le déchargement de meubles à une maison par des
déménageurs lors d’un déménagement international), particulièrement lorsqu'on ne peut obtenir
d'autre aide. Ces pratiques et exceptions s'appliquent des deux côtés de la frontière canadoaméricaine.
5.21.
Travailler sans permis de travail R186t)—Services d’urgence
L'objectif du R186t) est de faciliter l'admission de personnes qui viennent au Canada pour fournir
des services en situation d'urgence. Ces services peuvent viser à préserver la vie et la propriété.
La situation d'urgence peut résulter d'un désastre naturel comme une inondation, une tornade, un
séisme, une tempête de verglas et un incendie. Elle peut également avoir été causée par des
accidents industriels ou commerciaux qui menacent l'environnement ou constituer une urgence
médicale qui exige une autorisation de séjour afin de préserver la vie d'une ou de plusieurs
personnes.
Des ententes comme l'Accord de coopération entre le gouvernement du Canada et le
gouvernement des États-Unis d'Amérique concernant la planification et la gestion civiles
d'urgence sur une base globale (1986) et le Plan d'urgence sinistre du Bureau d'assurance du
Canada (1982) visent à faciliter l'admission de personnes fournissant des services d'urgence
dans l'un ou l'autre pays. Parmi ces personnes, peuvent figurer des médecins ou des membres
d'équipes médicales, ainsi que des experts estimateurs et des experts en sinistres.
Le Bureau d'assurance du Canada a élaboré un plan de mesures d'urgence visant à faire venir
des estimateurs spécialisés et des experts en sinistres américains qui peuvent contribuer au
traitement rapide de réclamations d'assurances dans des situations urgentes majeures. De telles
mesures sont essentielles pour augmenter le nombre de services canadiens fournis à l’occasion
de désastres de grande envergure, afin d'assurer un rétablissement rapide et la stabilité de
l'économie.
À certaines occasions, des personnes peuvent solliciter l'autorisation de séjour en vertu d'une
entente avec Protection civile Canada. Toutes les personnes répondant à de telles situations
urgentes peuvent être admises à titre de visiteurs, peu importe s'il existe une entente ou non.
5.22.
Travailler sans permis de travail R186u)—Statut implicite
Le R186u) permet aux personnes de continuer à travailler selon les conditions d’un permis de
travail expiré, s’ils ont fait la demande d’un nouveau permis de travail avant la date d’expiration
de l’ancien permis. Une fois la décision prise, le client doit soit quitter le Canada ou continuer
comme un travailleur qui détient un permis de travail valide.
5.23.
Demande d’un permis de travail à l’entrée R198
Personnes pouvant faire la demande à un
PDE
2004-11-12
Personnes devant faire la demande à
l’extérieur du Canada
18
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
•
•
Tous les nationaux ou résidents permanents •
des États-Unis, et les résidents de SaintPierre-et-Miquelon ou du Groenland
•
(territoires contigus);
Personnes qui sont dispensées du visa de
résident temporaire (VRT) et dont le travail
ne nécessite pas la validation de RHDCC.
5.24.
Toutes les personnes qui doivent avoir un
VRT;
Tous ceux dont le travail nécessite la
confirmation de RHDCC, sauf les nationaux
et résidents permanents des États-Unis
ainsi que les résidents des territoires
contigus;
•
Toutes les personnes qui doivent passer un
examen médical, sauf si des résultats
valides sont disponibles au moment de
l’entrée;
•
Les participants aux programmes
internationaux d'échanges de jeunesse
autres que des citoyens des États-Unis, à
moins d’être approuvés par un responsable
du bureau des visas (qui administre le quota
accordé par le MAECI à l’extérieur (CDC
C21). (Voir la Section 5.34.)
Demande d’un permis de travail après l’entrée R199
Personnes pouvant faire la demande de l’intérieur du Canada
•
Les titulaires de permis de travail ou d’études et les membres de leur famille;
•
Les personnes qui n’ont pas besoin d’un permis de travail et qui font la demande pour avoir
un emploi secondaire au Canada, et
•
qui ont travaillé pendant au moins trois mois consécutifs au Canada; et
•
qui ne sont pas des visiteurs commerciaux.
(Les membres de la famille de ces clients peuvent faire la demande dans les trois mois s’ils ont
convaincu un agent que le principal travailleur travaillera pendant au moins trois mois.)
•
Les détenteurs de permis de résident temporaire (PRT) valide pour un minimum de six mois,
et les membres de leur famille;
•
Les demandeurs d’asile et les personnes qui font l’objet d’une mesure de renvoi non
exécutoire;
•
Les demandeurs, à l’intérieur du Canada, de la résidence permanente et les membres de
leur famille qui sont membres des catégories suivantes, déterminés admissibles au statut de
résidence permanente : aide familiale résidante, conjoint ou conjoint de fait, personnes
protégées, raisons d'ordre humanitaire;
•
Personnes dont le permis de travail a été autorisé par un bureau à l’étranger, où le permis
n’était pas délivré au PDE;
•
Les citoyens mexicains qui ont été admis au Canada comme résidents temporaires peuvent
faire la demande d’un permis de travail sous n’importe quelle catégorie de l’ALENA. Les
citoyens des États-Unis admis comme résidents temporaires peuvent faire la demande à
l’intérieur du Canada sous les catégories «professionnels» ou «personnes mutées à
l’intérieur d’une compagnie» de l’ALENA seulement. Ces dispositions sont conformes aux
arrangements de réciprocité.
2004-11-12
19
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
5.25.
Permis de travail nécessitant la confirmation de RHDCC R203)
Le R203 donne aux agents le pouvoir d’émettre des permis de travail sur la base d’un avis du
marché du travail ou de la confirmation de Ressources humaines et Développement des
compétences Canada (RHDCC). Cette disposition du Règlement donne de grands pouvoirs à
RHDCC pour mesurer plusieurs facteurs dans l’évaluation de l’impact sur le marché du travail
canadien. Les facteurs traditionnels comme les salaires et les conditions de travail et la
disponibilité de Canadiens ou de résidents permanents à faire le travail en question restent
toujours des facteurs de considération. Mais on inclut aussi maintenant des facteurs considérant
si le transfert des compétences et des connaissances résulterait de la confirmation du travailleur
étranger et si le travail est susceptible de créer d’autres emplois au profit des Canadiens et des
résidents permanents.
Important aussi est le fait que RHDCC peut fournir un avis du marché du travail à savoir si la
délivrance d’un permis de travail à un étranger aura soit un effet neutre ou positif. Dans certaines
situations, ceci permet à l’agent de RHDCC de confirmer un emploi non payé.
Les lettres de confirmation nationales
RHDCC a formulé plusieurs avis marché du travail national à l’intention des travailleurs étrangers
qui s’appliquent à tous les travailleurs étrangers qui ont des offres d’emploi dans les domaines
désignés. Jusque-là, les Lettres de confirmation nationales existent et sont en vigueur pour les
situations d’emploi suivantes :
•
Programme des chaires de recherche au Canada
[http://www.ci.gc.ca/cicexplore/1976archive/francais/guides/om-nso/2000/fw/fw00-03.htm]
•
Danseurs exotiques/érotiques
[http://www.ci.gc.ca/cicexplore/1976archive/francais/guides/om-nso/1998/ip/ip98-07.html]
•
Travailleurs en technologie de l’information
[http://www.ci.gc.ca/cicexplore/1976archive/francais/guides/om-nso/1999/fw/fw99-03.htm]
Coopération entre RHDCC et CIC
Le programme des travailleurs étrangers temporaires est unique en ce sens qu’il repose sur
l’étroite coopération des deux ministères. Il est important de pouvoir téléphoner ou communiquer
par courriel afin de simplifier ce qui pourrait constituer un lourd processus d’approbation, surtout
pour les cas en zone grise. On encourage les agents à communiquer avec RHDCC dans les cas
où, par exemple, plus d’information sur une offre d’emploi peut faciliter la prise de décision. On
les encourage aussi à répondre rapidement aux demandes de renseignements de RHDCC. En
bout de ligne, une communication étroite rend le service plus rapide et plus efficace, ce qui profite
à la fois aux clients (employeurs canadiens et travailleurs étrangers) et aux deux ministères. Les
agents de CIC disposent d’une liste des agents de RHDCC s’occupant des travailleurs étrangers
avec leurs coordonnées; et les agents de RHDCC ont la liste et les coordonnées des agents de
CIC.
Lorsqu’un agent reçoit une demande de permis de travail sans confirmation, il peut parfois
trouver utile de consulter RHDCC directement avant d’informer le demandeur que son employeur
doit présenter une demande à RHDCC. Lorsque l’agent conseille que l’employeur présente une
demande de confirmation, il doit dans tous les cas remettre au demandeur une lettre, que
l’employeur peut joindre à sa demande à RHDCC. Les coordonnées de l’agent d’immigration ou
des visas doivent être indiquées sur la lettre, afin que RHDCC puisse assurer le suivi au besoin.
Bien des situations peuvent justifier la communication (en plus de la confirmation elle-même)
entre RHDCC et CIC dans le but de faciliter la prise de décision et d’améliorer le service au client.
Il est recommandé de communiquer dans les situations courantes suivantes :
2004-11-12
20
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
L’agent a l’intention de recommander au travailleur que son employeur demande une
confirmation dans les cas où le travail ne correspond pas aux critères traditionnels, p. ex. lorsque
le travail n’est pas rémunéré ou qu’il faut tenir compte de considérations ne visant pas le marché
du travail. Une discussion à savoir s’il convient de confirmer ou d’appliquer le code C10 (voir la
Section 5.29) peut être utile dans les cas où il est justifié de faciliter les choses.
L’agent a besoin de conseils sur le marché du travail local pour l’aider à prendre une décision au
sujet d’un travailleur étranger temporaire autonome. (Voir la Section 5.30, C11.)
L’agent envisage d’appliquer le code C10 ou C50 (voir la Section 5.40) pour un travail qui
comporte un avantage social ou culturel, ou qui est de nature charitable, et a besoin d’information
sur le marché du travail local pour l’aider à prendre une décision.
Les agents de RHDCC peuvent aussi communiquer avec CIC (bureau des visas, PDE ou bureau
intérieur en cause) s’ils estiment qu’une dispense de confirmation s’applique et qu’ils souhaitent
le vérifier avant de référer l’employeur (et le travailleur étranger) directement à CIC. Dans la
mesure du possible, il convient d’éviter de renvoyer les clients d’un ministère à l’autre inutilement.
Il faut consigner les communications avec RHDCC dans le dossier électronique du client.
5.26.
Permis de travail avec dispense de confirmation RHDCC (codes de confirmation)
Les articles R204 à R208 donnent les dispositions réglementaires pour délivrer un permis de
travail à un travailleur qui n’a pas la confirmation de RHDCC. Vous trouverez dans le tableau cidessous les codes de dispense de la confirmation.
Tableau : Codes de dispense de la confirmation
Note : Un code à côté de la référence réglementaire soulignée signifie un code générique, applicable à
tous sauf aux situations spécifiques notées en vertu du Règlement.
Règlement
Code de dispense de
confirmation (CDC)
R204 Accords internationaux
T10
i) Négociateur - ALENA/ ALECC T21
ii) Investisseur - ALENA/
T22
ALECC
iii) Professionnel ALENA/
T23
ALECC
iv) Muté Intra-compagnie
T24
ALENA/ALECC
v) Professionnel - GATS
T33
R205 Les intérêts canadiens
Code des Règlements 1978
B10
B21
B22
B23
B24
B25
a) Avantage important
i) Entrepreneurs
ii) Mutés Intra-compagnie
iii) Réparations urgentes
b) Emploi réciproque
i) Programmes d’échange
visant la jeunesse
ii) Professeurs d'échange,
conférenciers invités
c) Désigné par le ministre
C10
C11
C12
C13
C20
C21
E19
E01, E03, E05
E15, B26
A09
E99
E35
C22
E40
i) Programmes de recherche,
d’éducation ou de formation
ii) Concurrence et politique
générale
C30
2004-11-12
D10
D20, D30, D35
21
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
A Conjoints des «travailleurs
qualifiés»
B Conjoints des étudiants
C Emploi aux cycles supérieurs
D Détenteurs d’une bourse de
perfectionnement post- doctoral
et titulaires d’une bourse
E Travail hors campus (pilote)
d) Employé d’organismes
religieux et de bienfaisance
R206 Subvenir aux besoins
C41
E14
C42
C43
C44
E07
E08
E45
C25
C50
s/o
E20, E25
a) Demandeurs du statut de
S61
réfugié
b) Personnes frappées d’une
S62
mesure de renvoi qui n’a pu
être exécuté
R207 (PR) Les demandeurs au A70
Canada
a) Catégorie des aides familiaux
résidants
b) Catégorie de conjoint ou
conjoint de fait
c) Personnes protégées en
vertu du paragraphe L95(2)
d) Dispense de l’article L25
A02
A01, A04, A05, A06, A07, A10,
A11, A13
A01
A01
A03
A01
e) Les membres de la famille
des catégories ci-dessus
R208 Raisons humanitaires
(même code que le demandeur
principal)
a) Étudiants démunis
H81
b) Détenteurs d’un permis RT H82
valide pour une durée minimale
de six mois
C05
F01, F02, F03, E02
5.27.
Accords
Accords internationaux R204 (a) et (b)
Résumé : Permis de travail généralement nécessaire, mais dispensé de la confirmation de
RHDCC, CDC T10
Voir la liste des accords internationaux dans le tableau ci-dessous.
Le Canada conclut des accords qui portent sur le mouvement de personnel étranger au Canada.
L'admission de travailleurs étrangers en vertu de ces accords profite à l'économie canadienne et
permet d'atteindre d'autres objectifs touchant la politique, la culture et le commerce étrangers.
Les agents verront à ce que les modalités de l'accord soient respectées et que seuls les types de
travailleurs prévus dans l'accord puissent entrer au Canada. Les personnes qui entrent au
Canada seulement pour assister à des réunions conformément à ces accords peuvent être
admises en tant que résidents temporaires.
Note : Voir le tableau ci-dessous pour les instructions relatives au R204c), Ententes avec les provinces.
2004-11-12
22
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
Accords non répertoriés
Dans certains cas, les travailleurs se prévaudront d'un accord valide qui ne figure pas sur la liste.
Ces travailleurs pourront être admis au Canada s'ils peuvent convaincre l'agent qu'un accord régit
leur admission. Ces accords n'englobent pas les accords à caractère diplomatique conclus avec
les organismes des Nations Unies, comme l'OACI. Les personnes qui entrent au Canada dans le
cadre d’accords diplomatiques peuvent être admis aux termes du R186b). (Voir l’Appendice C.)
Comment sont répertoriés les accords?
Les accords sont inscrits par ordre alphabétique. Dans certains cas, les détails de certains
accords se retrouvent ailleurs dans le guide; les sections pertinentes du guide sont indiquées.
Les codes de dispense de confirmation RHDCC
Les personnes admises aux termes d’accords internationaux et d’accords avec les provinces sont
dispensées de confirmation en vertu du CDC T10. Sauf exception, le T10 est le code utilisé pour
tous les accords mentionnés ci-dessous.
Les personnes admises en vertu de l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) ou de
l'Accord de libre-échange Canada-Chili (ALECC) sont admises sous les codes CDC de dispense
de confirmation T21 pour les négociants, T22 pour les investisseurs, T23 pour les professionnels
et T24 pour les personnes mutées à l'intérieur d'une société.
Les personnes admises en vertu de l'Accord général sur le commerce des services (GATS) sont
admises en vertu des codes CDC de dispense de confirmation T33 pour les professionnels. Les
personnes mutées à l'intérieur d'une société dans le cadre du GATS sont admises en vertu des
dispositions générales R205, CDC C12.
Liste des accords internationaux
Accord
Description
Accord de libreVoir l’Appendice B.
échange Canada- Chili
(ALECC)
Accord de libreVoir l’Appendice G.
échange nordaméricain (ALENA)
Accord général sur le Voir l’Appendice D. Veuillez vous reporter au site Web suivant:
commerce des services http://gats-info.eu.int/index.html.
(GATS)
Association du
L'IATA est une association regroupant plus de 220 compagnies
transport aérien
aériennes du monde entier dont le siège social est situé à Montréal. Le
international (IATA)
gouvernement du Canada a signé en 1987 un protocole d'entente
portant sur les activités de l'IATA au Canada. Le PE comprend un
engagement à faciliter la délivrance de permis de travail à l'intention des
responsables, des employés ou des spécialistes ayant un contrat avec
l'IATA.
Bermudes, stagiaires Emploi temporaire au Canada en vertu des conditions précisées dans le
professionnels
protocole d'entente conclu entre le Canada et les Bermudes. Les
procédures liées à l'admission en vertu des conditions de cette entente
sont les suivantes:
Les personnes qui sollicitent un emploi au Canada en vertu de ce PE
doivent :
2004-11-12
•
être citoyens des Bermudes et résider normalement dans ce pays;
•
être diplômées d'un cours professionnel offert par une université
canadienne reconnue ou un autre établissement postsecondaire
23
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
canadien approprié;
•
avoir terminé leur formation universitaire, sans avoir exercé leur
profession aux Bermudes; et
•
avoir été choisies par un membre désigné du gouvernement des
Bermudes pour occuper un poste, sous réserve des conditions
suivantes :
•
les fonctions et tâches du poste doivent fournir une
expérience pratique uniquement dans le domaine
professionnel pour lequel le travailleur a récemment terminé
une formation universitaire et dans lequel il travaillera
lorsqu'il retournera aux Bermudes;
•
le travailleur ne peut occuper un poste au Canada pendant
plus de deux ans, à moins d'un accord mutuel conclu au cas
par cas par les parties canadiennes intéressées.
Documents requis :
Commission du
saumon du Pacifique
Commission
internationale du flétan
du Pacifique
Coproduction de film
Entente d'amitié entre
la Saskatchewan et la
province de Jilin, Chine
Entente de coopération
scientifique et
technique entre le
Canada et l'Allemagne
Installations de
recherche Churchill
Organisation de
coopération et de
2004-11-12
•
une offre d'emploi écrite;
•
une preuve obtenue de l'organisme de réglementation
professionnelle fédérale ou provinciale approprié, qui précise que cet
organisme n'a aucune objection à ce que le demandeur exerce sa
profession au Canada;
•
une déclaration attestant que le demandeur consent à retourner aux
Bermudes pour poursuivre sa carrière une fois la durée de l'emploi
expirée.
La CSP est un organisme scientifique international créé pour mettre en
œuvre le Traité concernant le saumon du Pacifique, conclu en 1985
entre les gouvernements du Canada et des États-Unis. Comme pour la
Commission sur le flétan, les échantillonneurs et les scientifiques doivent
être dispensés de confirmation au moment de l'admission.
Échantillonneurs maritimes et portuaires employés pour effectuer des
recherches dans divers ports de la Colombie-Britannique pendant la
saison de la pêche au flétan. Leur admission est conforme au
Règlement de pêche du Pacifique, une entente Canada-États Unis.
Tous les travailleurs temporaires qui sont admis au Canada pour
occuper un emploi conformément aux modalités d'une entente de
coproduction cinématographique entre le Canada et un pays étranger.
(Voir l’Appendice A.)
Le gouvernement de la Saskatchewan travaille actuellement à
l'amélioration d'une sous-entente de l'entente d'amitié en vue de faire
venir au Canada des stagiaires dans le domaine de l'agriculture.
En 1971, le Canada et l'Allemagne ont conclu une entente afin de
faciliter et d'encourager la coopération scientifique et technologique et
l'échange de renseignements et de personnel entre les organismes, les
organisations et les entreprises des secteurs public et privé des deux
États. Les domaines touchés par la coopération peuvent varier d'une
année à l'autre.
Entente intervenue entre le Canada et les États-Unis pour l'utilisation,
l'exploitation et l'entretien conjoints des installations de recherche
Churchill.
L'Organisation de coopération et de développement économiques
(OCDE). Des échanges sont organisés au Canada par l'entremise de la
24
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
développement
économiques (OCDE)
Commission de la fonction publique. On remet aux personnes des
exemplaires de l'entente sur les affectations internationales concernant
leur affectation, et elles devraient en être munies lorsqu'elles sollicitent
l'admission. On peut émettre un permis de travail pour la période
précisée dans l'entente. Par contre, si la personne respecte les
dispositions du R186e), elle peut être admise à titre de résident
temporaire.
Organisation pour les C’est une organisation scientifique intergouvernementale dont les
sciences marines dans membres viennent du Canada, des États-Unis, du Japon, de Chine, de
le Pacifique- Nord
la Fédération de Russie et de la République de Corée. L’organisation
(OSMPN)
encourage et coordonne la recherche scientifique marine, et comme tel,
fait venir des chercheurs dans le cadre de programmes de chercheurs
internes ou invités. Le Secrétariat de l’OSMPN est logé à l’Institute of
Ocean Sciences of Fisheries and Oceans, à Sidney, en ColombieBritannique.
OTAN
Les personnes qui sont admises au Canada pour occuper un emploi
dans les installations de Foley Lake, en Nouvelle-Écosse, ou de Carp,
en Ontario. Leur séjour au Canada peut durer de nombreuses années
et, par conséquent, on peut délivrer à leur intention des permis de travail
à long terme en vertu du R204. (Voir l’Appendice F.)
Note : Les pays de l'OTAN relèvent de la Convention sur le statut des
Forces (tirée de la Loi sur les forces étrangères présentes au
Canada). Les forces militaires qui viennent au Canada en vertu de
l'OTAN, y compris l'élément civil, sont dispensées du permis de
travail conformément au R186d).
Parc international
Roosevelt de
Campobello
Personnes qui passent des États-Unis au Canada pour occuper un
emploi en vertu de l'entente conclue entre le gouvernement du Canada
et le gouvernement des États-Unis en ce qui a trait à l'établissement du
parc international Roosevelt de Campobello.
Document pertinent : une offre d'emploi de la Commission du parc.
Dispense de droits.
Personnel des
Il existe de nombreux accords bilatéraux conclus entre le Canada et
transporteurs aériens d'autres pays en matière de transport aérien. Il existe une entente
distincte portant sur les gardiens de sécurité du transporteur aérien EL
AL dans les aéronefs et à l'aéroport. Les procédures à cet égard sont
expliquées sous la rubrique, référer à la Section 13.1, Personnel de
transporteur aérien.
Programme coopératif Le programme est mené par le Service canadien de la faune et le
d'étude et de baguage «United States Fish and Wildlife Service». Des biologistes, du personnel
de la sauvagine
de recherche et des pilotes d'avion participent au programme et
effectuent habituellement en équipe de deux ou plus des relevés
écologiques, souvent dans des endroits isolés.
Programme de
La Malaisie reconnaît les normes professionnelles de l'Institut canadien
formation en
des comptables agréés et veut s'assurer que les étudiants malais, une
comptabilité
fois qu'ils ont obtenu un diplôme d'un établissement d'études
professionnelle La
supérieures canadien, acquièrent les connaissances techniques et
Malaisie
pratiques qui leur permettront de répondre à ces normes, grâce à des
stages effectués dans le domaine de la comptabilité des affaires.
Grâce à un protocole d'entente, le gouvernement du Canada permet aux
citoyens malais qui ont reçu une formation universitaire professionnelle
appropriée d'une université canadienne reconnue ou d'un établissement
postsecondaire canadien d'occuper un emploi dans le but d'acquérir une
expérience pratique avant d'exercer leur profession à titre de comptable
agréé en Malaisie.
Pour occuper un emploi en vertu du protocole d'entente, le travailleur
2004-11-12
25
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
doit :
•
être citoyen malais et résider normalement en Malaisie;
•
posséder un diplôme après avoir suivi un cours professionnel d'une
université canadienne reconnue ou d'un autre établissement
postsecondaire canadien approprié dans le cadre d'un programme
de gestion lié à la comptabilité;
•
avoir terminé sa formation universitaire, sans avoir exercé sa
profession en Malaisie; et
•
être autorisé par un agent du gouvernement malais à occuper un
emploi répondant aux critères d'emploi ci-dessous.
Pour qu'il soit considéré comme admissible, l'emploi doit :
•
procurer une expérience pratique uniquement à titre de comptable
agréé, profession que le travailleur s'engage à exercer après son
retour en Malaisie;
•
faire suite au PE uniquement pour la période de formation
nécessaire à un comptable agréé, et qui ne doit pas être supérieure
à trois ans, à moins qu'il n'en ait été décidé autrement par les parties
en question (évaluation au cas par cas).
Voici les documents que les demandeurs doivent soumettre :
•
une offre d'emploi écrite qui peut être obtenue grâce aux efforts du
travailleur ou avec l'aide du gouvernement de Malaisie;
•
une preuve que l'organisme canadien ou provincial approprié de
réglementation professionnelle des comptables agréés n'a pas
d'objection à ce que le travailleur effectue un stage au Canada;
•
une déclaration du demandeur qui confirme qu'il a l'intention de
retourner en Malaisie pour exercer sa profession après avoir terminé
son stage;
•
une déclaration d'un représentant du gouvernement malais certifiant
la participation du demandeur au programme.
Les documents requis pour obtenir un permis de travail sont présentés
au bureau à l'étranger, à moins que le travailleur ne se trouve déjà au
Canada et qu'il puisse obtenir un permis de travail au Canada.
Programme de séjours Le Canada a conclu un accord d'échange d'artistes avec les États-Unis
d'artistes du Canada, et le Mexique. Chaque année, un maximum de dix artistes américains et
des États- Unis et du
de dix artistes mexicains choisis par un jury international seront invités
Mexique
par les institutions canadiennes pendant une période pouvant atteindre
deux mois. Ces personnes devront être munies d'une lettre du «National
Endowment for the Arts» ou du ministère des Affaires étrangères. Si des
précisions sont nécessaires, les agents doivent communiquer avec la
Division des arts et des lettres du ministère des Affaires étrangères, au
(613) 992-5726.
Programme des
Le Canada a conclu un protocole d'entente avec le gouvernement
jamaïcain concernant le programme des travailleurs agricoles
travailleurs agricoles
saisonniers Jamaïque saisonniers des Antilles États membres du Commonwealth (signé en
1994). Les travailleurs agricoles eux-mêmes doivent obtenir une
confirmation, toutefois, une disposition des lignes directrices
opérationnelles de l'entente permet au gouvernement jamaïcain de
nommer un ou des agents au Canada afin d'assurer le bon
fonctionnement du programme. Les agents de liaison désignés pour
travailler au bureau jamaïcain des services de liaison à Toronto
2004-11-12
26
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
profiteraient de cette dispense.
Un projet conjoint Canada-États-Unis.
La procédure est facilitée pour les fournisseurs de services d’urgence en
vertu du R186(t) (voir la Section 5.21). Cependant, de temps à autre, on
conclut, avec Protection civile Canada, des ententes facilitant la venue
de travailleurs étrangers au Canada pour régler des incidents qui ne sont
pas de nature urgente. La personne devra être munie d'une lettre ayant
trait à une entente. S'ils ont besoin d'éclaircissements, les agents
doivent communiquer avec le Bureau de la protection civile du Canada à
Ottawa, au (613) 991-7077.
Société internationale Cet organisme, situé à Montréal, a le mandat de développer le domaine
de télécommunications de la transmission et du traitement dans toutes les catégories
aéronautiques (SITA) d’information nécessaires à l’exploitation des compagnies aériennes, et
à étudier tous les problèmes qui s’y rapportent, afin de veiller à la
sécurité du transport des voyageurs et à la régularité des vols pour tous
les pays. Il collabore avec l’IATA, l’OACI et d’autres organismes
gouvernementaux ou non dans ce domaine. En raison de l’avantage
d’accueillir le siège nord-américain et antillais de la SITA au Canada,
CIC a entrepris de faciliter l’entrée de travailleurs étrangers dont la SITA
a besoin (par exemple, des sociétés comme Equant).
Système d'alerte du
Autrefois appelé réseau d'alerte avancé ou réseau Dew, il s'agit d'une
Nord, anciennement
entente conclue entre le Canada et les États-Unis.
«Réseau Dew»
Document pertinent : lettre ou autres documents établissant que le
travailleur est un technicien ou un commis à la cryptographie.
Projet Cattle-Grub
Protection civile
Canada
R204(c) Entente conclue entre le ministre et une province
Il a été conclu avec les provinces qui ont signé un accord dans le cadre du programme sur les
candidats des provinces que les personnes sélectionnées pour devenir résidents permanents
dans ces provinces qui ont une offre d’emploi d’une entreprise établie dans cette province ont le
droit d’avoir un permis de travail sans obtenir de confirmation d’emploi approuvée par RHDCC.
Aux fins d’application de cette disposition, la demande de permis de travail doit être
accompagnée d’une lettre du gouvernement de la province qui confirme que :
l’étranger a été sélectionné par la province pour devenir résident permanent;
l’entreprise établie dans la province a un besoin urgent de la personne sélectionnée à qui elle a
offert l’emploi.
La durée du permis de travail doit être la même que celle de l’emploi offert.
Note : S’il y a des préoccupations évidentes concernant l’examen médical ou la sécurité, elles doivent
être examinées avant qu’un permis de travail ne soit délivré.
Note : Il n’est pas nécessaire que CIC ait reçu la demande de résidence permanente de l’étranger pour
qu’un permis de travail lui soit délivré. La lettre de la province suffit pour le dispenser de l’obligation
d’avoir une lettre de confirmation de RHDCC.
Le 15 juillet 2004, le libellé à cet effet a été inclus dans les accords conclus avec le Manitoba et la
Colombie-Britannique. Un libellé similaire sera inclus dans les accords conclus avec les autres
provinces lorsqu’ils seront renouvelés. Les provinces dont l’accord a été modifié ont le pouvoir
d’appliquer la dispense de confirmation en vertu du R204c). Quant aux autres provinces, cette
dispense doit être appliquée immédiatement, comme si l’accord avait déjà été modifié. Elles ont
toutefois ce pouvoir en vertu du R205a).
5.28.
Intérêts canadiens : Avantage important—Aperçu R205a)
Les lignes directrices pour l’admission générale au titre de cette catégorie sont données à la
section 5.29 (CDC C10). Des lignes directrices sont également données pour l’admission de trois
2004-11-12
27
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
autres catégories de travailleurs, qui sont considérés avantageux et ne nécessitant pas la
confirmation de RHDCC. Ce sont les entrepreneurs (CDC C11), les personnes mutées à
l’intérieur d’une compagnie (C12), et les personnes fournissant des réparations d’urgence (C13).
Pour de plus amples renseignements, voir :
5.29.
•
la section 5.29, Intérêts canadiens : Avantage important—Lignes directrices générales
R205a), C10
•
la section 5.30, Intérêts canadiens : Avantage important—Candidats au programme
concernant les entrepreneurs et les travailleurs autonomes désirant exploiter une entreprise
commerciale R205a), C11
•
la section 5.31, Intérêts canadiens : Avantage important—Personnes mutées à l’intérieur
d’une société R205a), C12
•
la section 5.32, Intérêts canadiens : Avantage important—Personnel chargé des réparations
urgentes R205a), C13
Intérêts canadiens : Avantage important—Lignes directrices générales R205a), C10
En examinant les dispenses en matière d’avis sur le marché du travail ou de confirmation de la
part de Ressources humaines et Développement des compétences Canada (RHDCC) avant
d’émettre un permis de travail, les agents doivent retenir le principe général suivant : autoriser un
étranger à travailler au Canada a un impact sur le marché du travail et l’économie du Canada. Et,
en général, les agents doivent hésiter à émettre un permis de travail sans l’assurance de RHDCC
que l’impact sur le marché du travail canadien est susceptible d’être neutre ou positif. La plupart
des dispenses de l’avis favorable de RHDCC sur le marché du travail sont très précises et
clairement définies : par exemple, la politique sur les conjoints de certains travailleurs et étudiants
étrangers, ou les règlements concernant la délivrance des permis de travail aux demandeurs
d’asile, ou concernant les accords internationaux.
Toutefois, les agents se heurtent parfois à des situations où il n’y a pas de confirmation et où une
dispense précise n’est pas applicable, mais les autres considérations pratiques prônent pour la
délivrance d’un permis de travail dans un laps de temps plus court qu’il ne serait nécessaire pour
l’obtention de l’avis de RHDCC. L’alinéa R205a) donne à l’agent la flexibilité voulue pour faire
face à ces situations. Il est impératif que ce pouvoir ne soit pas utilisé par souci de commodité, ni
d’aucune autre manière susceptible de contourner ou d’amoindrir l’importance de la confirmation
de RHDCC dans le processus du permis de travail. Il concerne plutôt les situations où les
avantages sociaux, culturels ou économiques que le Canada pourrait tirer en émettant le permis
de travail sont si clairs et convaincants que l’importance de la confirmation peut être éclipsée.
Les agents doivent prendre en considération les avantages sociaux et culturels d’admettre des
personnes de renommée internationale, considérer si la présence de la personne au Canada est
cruciale à un événement très médiatisé et si des circonstances ont rendu urgente l’entrée de la
personne. Pour les demandes de permis de travail fondées sur des avantages économiques
importants, tous les efforts possibles pour obtenir l’avis de RHDCC doivent être faits avant
d’appliquer le C10.
Comme auparavant, une justification raisonnée pour défendre l’utilisation du R205a), C10 doit
être consignée dans les notes du STIDI ou sur l’écran des observations du SSOBL. Ceci est
important aussi bien pour aider le Centre de traitement des données de Vegreville (CTD-V) à
traiter les demandes de renouvellement, que pour des fins de vérification.
2004-11-12
28
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
5.30.
Intérêts canadiens : Avantage important—Candidats au programme concernant les
entrepreneurs et les travailleurs autonomes désirant exploiter une entreprise commerciale
R205a), C11
Résumé des critères :
•
Tous les travailleurs de cette catégorie doivent remplir les conditions du R205a). Le Code de
dispense de confirmation (CDC) approprié est C11.
•
Les demandeurs qui ont, ou pourraient avoir, la double intention de demander un statut
comme travailleur et plus tard comme résident permanent, doivent convaincre l’agent qu’ils
ont la possibilité et la volonté de quitter le Canada à la fin de la période temporaire autorisée
en vertu du R183.
Demandeurs de la résidence permanente
Si un demandeur du statut de résident permanent a satisfait à la définition d’ « entrepreneur » ou
de « travailleur autonome » (R97 à R101) et a été sélectionné, il peut se voir délivrer un permis
de travail s’il y a des raisons urgentes et convaincantes à admettre la personne avant la fin du
traitement. Il doit démontrer que son admission au Canada pour commencer à installer ou à
exploiter son entreprise générerait des avantages économiques, sociaux ou culturels importants
ou des occasions de travail pour les citoyens canadiens ou résidents permanents en vertu du
R205a). Il est à noter que tout entrepreneur bénéficiant d’une « admission anticipée » doit
également convaincre l’agent qu’il remplit les conditions de L22(2), qu’il « quittera le Canada
avant la fin de la période autorisée pour son séjour », si sa demande de résidence permanente
est finalement refusée. Un permis de travail ne doit pas être attribué comme mesure de
réparation pour le temps du traitement, surtout si des questions importantes comme la source
des fonds restent non réglées.
Demandeurs de la résidence temporaire
La personne qui présente en même temps une demande de permis de travail pour exploiter une
entreprise ou travailler à son compte et une demande de résidence permanente doit répondre
aux exigences du R205a). On s’attend à ce que peu de demandeurs convainquent un agent que
leur entrée au pays offrirait un avantage appréciable au Canada avant que la recevabilité de leur
demande de résidence permanente soit évaluée.
De même, les demandeurs qui n’ont pas l’intention de résider au Canada en permanence
peuvent difficilement satisfaire aux exigences du R205a) si les profits et les retombées
économiques générés par leur entreprise ne restent pas au Canada. Dans certaines situations
toutefois, l’entreprise ou la période de travail prévue est réellement temporaire. Par exemple,
lorsque le demandeur a l’intention de quitter le Canada après avoir démarré son entreprise, et
même de fermer celle-ci (s’il s’agit d’une entreprise saisonnière), ou encore d’engager un
Canadien pour l’exploiter. L’avantage important doit quand même être démontré. Par contre,
dans ces cas, on peut aussi tenir compte de l’avantage qu’offre le travailleur autonome aux
clients canadiens, surtout s’il fournit un service unique. Si le demandeur a l’intention de démarrer
ou d’acquérir une entreprise qui entraînerait la durée indéterminée (permanente) de son statut
temporaire, l’agent doit l’inciter à demander le statut de résident permanent. En outre, des
travailleurs autonomes peuvent démontrer qu’ils offrent des avantages sociaux ou culturels
importants même s’ils ont l’intention de travailler au Canada pour une durée temporaire.
Note : Des considérations particulières s’appliquent lorsqu’un étranger est envisagé par une province
pour devenir résident permanent présente une demande de permis de travail. Plusieurs provinces
sont de plus en plus intéressées à reconnaître des étrangers comme candidats potentiels à partir de
leur intention de faire des affaires dans la province, et à leur délivrer un permis de travail pour leur
permettre de démarrer leurs activités avant de les sélectionner comme candidats. Il est
2004-11-12
29
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
compréhensible que ces provinces souhaitent voir leurs candidats potentiels démarrer leur projet
d’entreprise pour avoir la preuve de leur bonne foi avant de les sélectionner.
L’indication par une province de l’avantage dont elle et, par le fait même, le Canada bénéficient
en permettant à des étrangers d’entrer au pays pour y exercer leurs activités professionnelles est
suffisante pour satisfaire aux exigences du R205a). De la même manière qu’un avis de
confirmation d’emploi de RHDCC garantit aux agents de CIC qu’il n’y aura vraisemblablement
pas d’incidence négative sur le marché du travail canadien, un avis d’une province garantit à CIC
que la délivrance d’un permis de travail offre un avantage important, comme cela est demandé.
Pour que cette disposition s’applique, la demande de permis de travail doit être accompagnée
d’une lettre du gouvernement provincial qui confirme que :
•
•
à partir d’une déclaration d’intention d’exercer des activités professionnelles dans la province,
l’étranger est un candidat potentiel à la résidence permanente pour la province;
cette province est d’avis que l’activité professionnelle prévue lui offrira un avantage appréciable.
Le permis de travail doit être délivré pour une période de deux ans et n’est pas renouvelable. On s’attend
à ce que, au cours de cette période, la province décide si elle doit ou non sélectionner la personne pour la
résidence permanente. Dans l’affirmative, toute prolongation nécessaire du permis de travail peut être
appuyée par la sélection de cette personne comme candidat de la province (voir la Section 5.27).
Note : Il n’est pas nécessaire que CIC ait reçu la demande de résidence permanente de l’étranger pour
qu’un permis de travail lui soit délivré. La lettre de la province suffit pour le dispenser de l’obligation
d’obtenir la lettre de confirmation de RHDCC.
Facteurs à considérer dans la détermination de l’« avantage important »
Dans les cas où le facteur « avantage important » est examiné, les agents peuvent vouloir
consulter des organismes au Canada qui peuvent formuler une recommandation. Par exemple, si
un demandeur désire être un travailleur autonome dans l’industrie touristique, les agents doivent
contacter les autorités provinciales en matière de tourisme pour déterminer si l’activité serait
avantageuse ou si, en fait, elle empièterait sur des fournisseurs de services canadiens. Parmi
d’autres sources d’information et de conseil, on peut citer les chambres de commerce
canadiennes locales, et RHDCC (qui, même s’il est incapable de valider formellement le travail
autonome, devrait avoir une connaissance de la situation du marché du travail local).
Propriété unique ou partielle
Indépendamment des exigences de la résidence permanente, idéalement les permis de travail
pour entrepreneurs doivent être considérés dans les seuls cas où le demandeur contrôle au
moins 50 % de l’entreprise en question. Toutefois, il peut se produire des cas où une personne
possède une participation légèrement inférieure et vient travailler dans l’entreprise. RHDCC ne
peut fournir de confirmation officielle lorsqu’il n’y a pas d’offre d’emploi ou de salaires, mais il peut
offrir de l’aide officieuse, par exemple vérifier si l’entreprise existe bel et bien au Canada, si des
employés y travaillent, s’il existe des entreprises semblables, etc.
Les questions à se poser pour savoir si les exigences du R205a) sont satisfaites (peut importe le
pourcentage de propriété de l’entreprise canadienne) sont semblables aux facteurs établis en
R203.
Le travail est-il susceptible de créer une entreprise viable qui profitera aux travailleurs canadiens
ou aura des effets économiques positifs?
Le travailleur a-t-il des antécédents ou des compétences particulières qui amélioreront la viabilité
de l’entreprise?
Le simple fait qu’une personne possède des actions d’une entreprise NE signifie PAS qu’elle
satisfait aux exigences du R205a). Un permis de travail ne peut être délivré que si un avantage
important découlerait de son travail au Canada.
2004-11-12
30
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
Lorsqu’il y a plusieurs propriétaires, habituellement un seul d’entre eux serait admissible pour un
permis de travail en vertu du R205a), à moins de circonstances exceptionnelles. Tout autre
demandeur de permis de travail doit avoir une offre d’emploi que RHDCC peut confirmer. Bien
que CIC ne veut pas décourager les investissements au Canada, ces lignes directrices ont pour
objet de prévenir le transfert des actions minoritaires dans le seul but d’obtenir un permis de
travail.
5.31.
Intérêts canadiens : Avantage important—Personnes mutées à l’intérieur d’une société
R205a), C12
Résumé :
•
Exigences s’appliquant aux postes de cadre ou de gestionnaire et aux postes nécessitant
des connaissances spécialisées : permis de travail obligatoire, mais dispense de la
confirmation de RHDCC, en vertu du R205a), CDC C12 (sauf s’ils sont citoyens des ÉtatsUnis, du Mexique ou du Chili; dans ce cas, il faut se conformer au paragraphe R204 à titre
d’autorité compétente, CDC T24).
•
Les dispositions réglementaires en vigueur au Canada permettent la mutation d’un employé
d’une succursale étrangère à une succursale canadienne relevant de la même entreprise
internationale. Pour se prévaloir de la catégorie des personnes mutées à l’intérieur d’une
société, l’entreprise commerciale concernée doit répondre au critère « fait ou fera affaires »
à la fois au Canada et dans le pays en question.
Par « faire affaires », on entend la fourniture régulière, systématique et continue de biens et (ou)
de services par une société mère, une succursale, une filiale ou une société affiliée au Canada et
au pays étranger, selon le cas. Ceci n’inclut pas la simple présence d’un agent ou d’un bureau au
Canada. Par exemple, une entreprise sans employés qui n’exercerait que sur papier et qui aurait
été établie uniquement pour faciliter l’admission dans la catégorie des personnes mutées à
l’intérieur d’une société ne remplirait pas les conditions requises. (Voir l’Appendice G pour une
explication de la terminologie). L’entreprise peut fournir des rapports annuels (dans le cas de
compagnies ouvertes), des documents de constitution et des états de profits et de pertes à titre
de preuve qu’elle « fait affaires » de manière active. Pour prouver que l’employeur est une entité
juridique, l’entreprise peut fournir des documents de constitution, des accords de partenariat, des
permis commerciaux, la preuve d’inscription à titre d’employeur auprès de l’ADRC.
Ne répondent pas aux exigences les relations d’affaires fondées sur des contrats, des accords
d’octroi de licence ou le franchisage. Les associations entre sociétés fondées sur des facteurs
tels la propriété d’un petit nombre d’actions d’une autre société, l’échange de produits et services,
les accords de licences ou de franchisage, la participation au conseil d’administration ou la
formation de consortiums ou de cartels ne font pas de ces entreprises des sociétés affiliées.
Une personne voulant entrer au Canada pour y ouvrir un nouveau bureau relevant d’une
entreprise étrangère peut aussi être admise si elle peut démontrer que l’entreprise au Canada
nécessitera un poste de cadre ou de gestionnaire ou, dans le cas de connaissances spécialisées,
l’entreprise va éventuellement « faire affaires ». On doit tenir compte des droits de propriété ou
de contrôle de l’entreprise, les locaux de l’entreprise, le montant des investissements engagés, la
structure de l’organisation, les biens ou services qui seront fournis et la viabilité de l’entreprise
étrangère.
Les permis de travail sont accordés en vertu du R205a) généralement applicable (avantages
économiques), ou, dans le cas de citoyens de certains pays, en vertu du R204a) (accords
internationaux). Deux catégories de personnes mutées à l’intérieur d’une société sont
désormais visées en vertu des dispositions générales : les Gestionnaires
principaux/Cadres supérieurs et les Personnes possédant des connaissances
spécialisées.
2004-11-12
31
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
1. Dispositions générales (applicables à tous les étrangers)
À la condition que les critères suivants soient remplis, l’admission du travailleur est considérée
comme étant profitable pour l’économie canadienne et le travailleur pourra ainsi obtenir un permis
de travail aux termes de l’alinéa R205a), CDC C12. Veuillez noter que ces critères
s’appliquent également aux personnes qui cherchent à entrer au Canada comme des
personnes mutées à l’intérieur d’une société en vertu de l’ALENA, l’ALECC ou le GATS (à
l’exception des règlements spécifiques concernant la durée du permis de travail pour la
catégorie de l’ALENA). Dans ce cas, les agents doivent se conformer aux exigences
décrites dans l’alinéa R204a), CDC T24.
Voir les catégories de personnes qui cherchent à entrer au Canada comme personnes mutées à
l’intérieur d’une société qui figurent sur la liste du tableau ci-dessous. Les critères d’admissibilité
qui s’appliquent aux catégories de cadres supérieurs et de personnes possédant des
connaissances spécialisées, ainsi que les documents requis se trouvent après le tableau.
Descriptions des catégories de personnes qui cherchent à entrer au Canada comme des
personnes mutées à l’intérieur d’une société
Catégorie
Durée de
validité du
permis de
travail
Gestionnaire s Ce groupe comprend des personnes faisant partie des
Dépend du
principaux/
catégories de dirigeants ou de cadres supérieurs, qui sont
poste offert. On
Cadres
munies d'une lettre d'une société qui exerce des activités au
peut délivrer
supérieurs
Canada, lettre identifiant le titulaire comme un employé de la
des permis de
succursale, de la filiale ou d’une société affiliée de la société
travail de
établie à l'extérieur du Canada. Le titulaire doit en outre être
longue durée
muté (voir la règle des 25% ci-dessous) à un poste de cadre
(la durée
supérieur ou de dirigeant dans un établissement permanent et maximale d’un
actif de cette société au Canada durant une période temporaire. permis de
Toutes ces personnes devraient faire partie du groupe 0 de la
travail est de
CNP qui s'applique aux postes de gestion. Seules les personnes trois ans) et des
occupant des postes de cadres supérieurs qui planifient,
renouvelleorganisent, dirigent ou contrôlent une entreprise devraient faire ments peuvent
partie de ce groupe. Cette dispense ne peut être accordée aux être émis.
personnes dont le poste correspond davantage à celui d'un
Cependant, le
cadre intermédiaire. Par conséquent :
demandeur doit
continuer à
• les groupes 0013 à 0016 de la CNP devraient être inclus;
convaincre
• les groupes 01 à 09 de la CNP peuvent être inclus, selon les l’agent (dès la
responsabilités qu'exige le poste et son impact sur les
demande
perspectives d'emploi des Canadiens;
initiale et pour
le renouvelleEn général, les cadres supérieurs.
ment) que son
• supervisent et contrôlent le travail:
entrée ou son
séjour au
• d’autres gestionnaires et superviseurs;
Canada est de
nature
• d’employés professionnels; ou
temporaire
conformément
• gèrent une fonction essentielle de l’organisation;
au R183.
• ont le pouvoir d’embaucher et de congédier, ou de
recommander ces mesures ou d’autres mesures de
ressources humaines;
Sont exclues les personnes qui consacrent la majeure partie de
2004-11-12
Description
32
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
leur temps à la fabrication d’un produit ou à la prestation d’un
service même si elles ont certaines responsabilités de gestion.
Personnes
Tout comme pour l’ALENA, le travailleur doit démontrer des
possédant des «connaissances spécialisées». Cela signifie des
connaissances connaissances spécialisées que la personne possède
spécialisées
concernant le produit ou le service d’une société ainsi que ses
applications sur les marchés internationaux ou alors un niveau
élevé de connaissances et d’expertise relatives aux processus
et aux procédures de l’organisation. (Les produits, procédés et
services peuvent comprendre la recherche, l’équipement, les
techniques, la gestion ou d’autres aspects).
Déterminer si un travailleur possède des connaissances
spécialisées n’exige pas de vérification sur le marché du travail
canadien, c.-à-d. qu’il est possible que des travailleurs
canadiens aient ces connaissances. Toutefois, l’agent doit
s’assurer que les connaissances que possède le travailleur ne
sont pas des connaissances générales courantes dans
l’industrie; elles doivent être vraiment spécialisées.
•
Durée
maximale d’un
an. On peut
délivrer des
renouvellements à
condition que la
durée totale de
l’emploi au
Canada soit de
trois ans. Selon
cette catégorie,
aucun
renouvellement
n’est permis
après les trois
Les connaissances spécialisées sont des connaissances ans (à moins
rares et différentes des connaissances que l’on trouve dans que la
un secteur donné. Les connaissances ne doivent pas être personne soit
en visite aux
l’apanage d’une personne ou être uniques, mais elles
termes de
doivent être rares. À titre de guide général, les
connaissances spécialisées peuvent être la connaissance l’ALENA/
ALECC, voir ciqu’a une personne concernant un produit ou un service
dessous).
qu’aucune autre entreprise fournit ou que d’autres
entreprises fournissent, mais différemment. Par exemple, les
connaissances requises pour vendre, fabriquer ou assurer le
service d’un produit sont à ce point différentes que la
formation d’un nouveau travailleur pour exercer les fonctions
entraînerait une perturbation importante des opérations de
l’entreprise. De même un candidat admissible pourrait
posséder des connaissances sur un processus commercial
ou une méthode de fonctionnement qui sont inhabituels. Les
connaissances ne sont pas répandues et comportent une
certaine complexité de sorte qu’elles ne sont pas facilement
transférables à une autre personne à court terme.
•
Les connaissances avancées sont complexes et de haut
niveau, pas nécessairement uniques ou l’apanage de
quelques individus (ou réservées), mais exigent des
antécédents particuliers et/ou une longue expérience auprès
de l’employeur qui mute le travailleur (ou de l’expérience
dans la même industrie).
La personne pourrait posséder des connaissances qui lui
permettent de contribuer à la capacité d’exploitation compétitive
du bureau canadien dans un autre pays.
Des connaissances spécialisées sont habituellement acquises
grâce à l’expérience au sein de l’organisation, et la personne
s’en sert pour contribuer de façon importante à la productivité ou
à la bonne marche de l’entreprise pour qui elle travaille. La
preuve que le demandeur possède de telles connaissances doit
être présentée.
Les critères d’admissibilité qui s’appliquent aux deux catégories : « cadres supérieurs » et « de
personnes possédant des connaissances spécialisées » sont :
2004-11-12
33
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
•
Les demandeurs de la catégorie des personnes mutées à l’intérieur d’une société doivent
avoir occupé un emploi semblable pendant au moins un an durant les trois années
précédentes pour le compte de la compagnie qui a l’intention de les muter au Canada.
•
Les personnes mutées à l’intérieur d’une société ne sont pas nécessairement obligées de
déménager au Canada. Cependant, on s’attend à ce qu’elles occupent un poste au sein de la
succursale canadienne de l’entreprise et qu’elles passent au moins 25 p. 100 de la durée de
leur permis de travail au Canada. Si un demandeur prévoit passer moins de temps que cela,
les agents devraient étudier la possibilité de le classer plutôt dans la catégorie des visiteurs
commerciaux, à savoir que cette catégorie englobe les dispositions qui s’appliquent au
service après-vente. Voir la , Travailler sans permis de travail R186a)—Visiteur commercial.
La délivrance de permis de travail de courte durée pour des projets précis est admise, que le
projet ait lieu dans les locaux de la compagnie au Canada ou chez le client (s’applique en général
aux mutations de personnes qui occupent un poste exigeant des connaissances spécialisées).
On ne doit pas délivrer de permis à long terme à la catégorie de personnes mutées à l’extérieur
de la société, voire le personnel de service qui vit à l’extérieur du Canada que l’entreprise veut
parachuter chez le client de l’entreprise internationale pour répondre à leurs besoins lorsque
nécessaire.
Documents requis :
•
confirmation que la personne a travaillé pour l’entreprise pendant un an sans interruption au
cours des trois années précédant immédiatement la date de la demande;
•
description du poste de la personne, celui-ci devant être un poste de cadre ou de
gestionnaire ou un poste qui nécessite des connaissances spécialisées (poste, titre, rang
dans l’organisation, description de poste, etc.);
•
dans le cas de la catégorie « connaissances spécialisées », une preuve que la personne
concernée possède ces connaissances et que celles-ci sont exigées pour l’emploi proposé
au Canada;
•
description du poste au Canada (poste, titre, rang dans l’organisation, description de poste,
etc.);
•
une indication de la durée prévue du séjour;
•
une description des liens qui existent entre l’entreprise au Canada et l’entreprise dans le pays
étranger. L’agent peut exiger une preuve matérielle du lien entre l’entreprise canadienne et
l’entreprise étrangère qui désire procéder à cette mutation.
2. Personnes mutées à l’intérieur d’une société en vertu de l’ALENA/ALECC
L’Appendice G fournit une explication de la terminologie qui s’applique aux dispositions générales
en plus de donner davantage d’explications sur les documents requis. Cependant, les critères
sont pratiquement les mêmes. Pour les demandeurs qui veulent être admis au Canada en vertu
des catégories de l’ALENA ou de l’ALECC, les agents doivent traiter leurs demandes aux termes
de l’alinéa R204a), CDC T24, au lieu des règlements généralement en vigueur exposés
ci-dessus.
La durée d’un permis de travail T24 de l’ALENA est plus spécifique et figure aussi bien dans
l’Appendice G que dans la section des procédures (Section 11.2) de ce chapitre.
2004-11-12
34
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
3. Personnes mutées à l’intérieur d’une société en vertu du GATS
Les critères du GATS sont essentiellement les mêmes que les critères généraux. Il y a 144 pays
sur 190 qui sont membres de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) et par conséquent
remplissent les engagements que le Canada a accordés par rapport à l’admission temporaire (y
compris l’entrée des « travailleurs possédant des connaissances spécialisées »). Par
conséquent, CIC a élargi les critères généraux pour assurer la transparence de la procédure et
donner aux agents un accès plus facile au processus décisionnel. Même dans le cas où le
demandeur répondrait à des critères plus spécifiques en vertu du GATS, il devrait être traité en
vertu des dispositions générales, R205a), CDC C12.
5.32.
Intérêts canadiens: Avantage important—Personnel chargé des réparations urgentes
R205a), C13
Le personnel chargé des réparations sont des personnes qui doivent séjourner au Canada pour
effectuer des réparations urgentes d'équipements industriels, afin d'éviter un arrêt de travail. Elles
doivent obtenir un permis de travail, mais elles sont dispensées de la confirmation de RHDCC.
Elles doivent être munies d'une lettre, d'une télécopie ou d'un télex indiquant que leur travail est
de nature urgente.
5.33.
Intérêts canadiens : Emploi réciproque, C20 Directives générales R205b)
En vertu du R205b), les travailleurs étrangers peuvent occuper un emploi là où il existe des
possibilités réciproques pour les citoyens canadiens d’obtenir un poste temporaire à l’étranger.
Les programmes d’échange offrent aux participants canadiens et à leurs employeurs l’occasion
d’acquérir une expérience de travail internationale et permettent l’échange culturel entre les
participants dans les deux pays. L’admission accordée en vertu des dispositions de réciprocité
devrait avoir une incidence neutre sur le marché du travail.
Il existe des programmes de réciprocité reconnus comme les programmes internationaux
d’échanges visant la jeunesse financés par le MAECI (voir ci-dessous). Toutefois, cette
disposition prévoit aussi l’admission de travailleurs dans d’autres cas où la réciprocité est
démontrée par l’employeur canadien (ou le gestionnaire du programme en question). Les
établissements universitaires peuvent organiser des échanges en vertu du C20, à la condition
qu’il y ait réciprocité et que les exigences liées aux autorisations et les exigences médicales (le
cas échéant) soient respectées. Le demandeur devra soumettre une copie de l’accord d’échange
liant la partie canadienne et la partie étrangère ou, à défaut, une lettre de l’établissement
canadien qui accueillera l’intéressé ou un contrat de travail. Une preuve digne de foi de la
réciprocité permettra à l’agent d’attribuer un permis de travail. Il incombe aux établissements et
(ou) aux demandeurs de fournir la preuve de l’existence d’une situation de réciprocité.
5.34.
Intérêts canadiens : Emploi réciproque—Programmes internationaux d’échanges visant la
jeunesse PEIJ R205b), C21
Les programmes d’échange internationaux permettent aux étudiants et aux jeunes travailleurs de
travailler temporairement dans un autre pays pour acquérir de nouvelles compétences, pour avoir
accès aux valeurs du pays hôte et pour mieux comprendre d’autres cultures. (Voir l’Appendice E.)
Les programmes sont gérés par CCEE, MAECI [tél. : (613) 996-4527], qui négocie les conditions
des ententes individuelles et détermine le nombre maximal d'admissions aux programmes par
année. On compte des échanges bilatéraux et multilatéraux spécifiques, comme l'AIESEC et
l'IAESTE, ainsi que des programmes généraux comme les Programmes de vacances-travail
(SWAP et WHP), qui visent à fournir aux étudiants des niveaux universitaire et collégial et aux
récents diplômés l'occasion de combiner des périodes d'emploi avec des périodes de loisir et
d'exploration du pays hôte. Le SWAP est administré au Canada par la Fédération canadienne
des étudiantes et étudiants (FCEE) et sa filiale, les Services de voyage des universités
canadiennes (Voyages Campus) [tél. : (416) 977-2887, poste 222]. Les candidats au programme
2004-11-12
35
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
SWAP doivent soumettre leur demande aux groupes affiliés au SWAP à l'étranger, alors que les
candidats au WHP peuvent présenter leurs demandes directement à un bureau à l'étranger.
Tous les citoyens étrangers qui participent à ce programme, à l’exception des citoyens des
États-Unis, doivent présenter leur demande de travail à l’étranger en vertu du R198(2)c). Les
demandeurs doivent être citoyens des pays avec lesquels le Canada a conclu ces ententes
fondées sur la réciprocité, et présenter une demande au bureau responsable de leur pays (c.-à-d.
que les Australiens doivent soumettre leurs demandes à Sydney, les Suédois, à Londres, etc.).
Note : Les citoyens des États-Unis admis à un de ces programmes de réciprocité peuvent soumettre
leurs demandes de permis de travail à n’importe quel consulat ou aux points d’entrée. Comme le
contingent n’est généralement pas dépassé, il n’est pas nécessaire actuellement d’en confier la
gestion à un bureau aux États-Unis. Les candidats doivent être munis d’une lettre d’acceptation des
organismes participants.
Les bureaux au Canada ne peuvent délivrer le permis de travail initial, mais ils ont le pouvoir de
prolonger un permis valide à condition que le demandeur soit dans les normes de la durée de
validité permise.
Tous les programmes du C21 sont exemptés des droits.
5.35.
Intérêts canadiens : Emploi réciproque—Échanges universitaires R205b), C22
Les échanges et la mobilité sont très fréquents dans le domaine universitaire, spécialement
auprès des nouveaux diplômés. (On a pris des mesures pour faciliter l’admission des détenteurs
d’une bourse de perfectionnement postdoctoral et des boursiers dans cette catégorie en vertu du
CDC R205c)(ii), C44). Il n’est plus nécessaire de se conformer à une stricte réciprocité emploi
contre emploi. CIC reconnaît que les occasions existent pour les Canadiens d’occuper des
postes similaires dans des institutions d’enseignement étrangères, et donc permet l’application du
R205b), CDC C22, pour les situations décrites ci-dessous :
•
Conférenciers invités
On peut délivrer aux conférenciers invités des permis de travail dispensés de confirmation en
application du R205b), C22. On les définit comme des personnes invitées par un établissement
postsecondaire pour donner une série de conférences, et qui occupent un poste temporaire non
permanent (qui ne comprend pas un cours universitaire complet) durant moins d'une session ou
d'un trimestre universitaire.
Enseignants, niveaux primaire et secondaire
•
Les personnes qui sont embauchées par des établissements d'enseignement à titre
d'enseignants des niveaux primaire et secondaire et qui viennent au Canada dans le cadre
d'ententes concernant les échanges, selon la formule de réciprocité, conclues entre des
établissements d'enseignement étrangers et des gouvernements provinciaux canadiens ou
des commissions scolaires peuvent obtenir un permis de travail dans cette catégorie.
Cette catégorie comprend également les enseignants de la pré-maternelle, du primaire et du
secondaire qui viennent au Canada en vertu de l'entente concernant les échanges, selon la
formule de réciprocité, conclue entre la Nouvelle-Zélande et la province de l'Ontario. Veuillez
noter que les membres de la famille des enseignants australiens et britanniques qui viennent au
Canada dans le cadre d'une entente concernant les échanges, selon la formule de réciprocité,
peuvent obtenir un permis de travail en vertu de la catégorie générale C20.
•
Professeurs invités
Les professeurs invités peuvent obtenir un permis de travail en application du R205b), C22. Cette
catégorie comprend les personnes qui occupent un poste dans un établissement postsecondaire
pour une période de deux ans ou moins et qui n'ont pas quitté leur poste à l'étranger.
2004-11-12
36
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
5.36.
Intérêts canadiens: Emploi réciproque—Exemples généraux R205b), C20
Programme Jeunesse Canada Monde
Il s'agit d'un programme d'échange international visant les jeunes d'un certain nombre de pays
étrangers à qui la brève expérience de vie et de travail au Canada offre, ainsi qu'à leurs hôtes
canadiens, une meilleure appréciation des différentes cultures. Les participants passent
habituellement de 89 à 110 jours au Canada et « travaillent » à plein temps pendant toute cette
période à divers emplois, y compris le travail agricole et les services sociaux et communautaires,
par exemple, dans des écoles ou des établissements pour les personnes âgées ou handicapées.
Le « travail » est tout à fait bénévole.
Les participants recevront des permis de travail ouverts sans restrictions. Pour cette raison, ils
doivent subir un examen médical. Dispense de droits.
Document pertinent : une lettre de Jeunesse Canada Monde.
Ententes culturelles
Les personnes qui entrent au Canada pour occuper un emploi conformément aux modalités des
ententes culturelles intervenues entre le Canada et les pays suivants : la Belgique, le Brésil,
l'Allemagne, l'Italie, le Japon et le Mexique. Dispense de droits.
Entente culturelle intervenue entre le gouvernement du Canada et le gouvernement de la
République française
Permet l’emploi temporaire en vertu de l'entente culturelle intervenue entre le gouvernement du
Canada et le gouvernement de la République française ou aux termes de toute entente
éducative, culturelle, scientifique, technique ou artistique intervenue entre la France et une
province du Canada dans le cadre de cette entente, à condition que le demandeur présente à
l'agent une lettre d'acceptation délivrée par l'organe directeur pertinent. Dispense de droits.
Document pertinent : lettre de l'organe directeur pertinent.
Échange culturel entre le gouvernement du Canada et la République populaire de Chine
Aux termes du programme d'échange culturel lié aux arts, aux archives, aux bibliothèques, au
journalisme, à la radio, à la télévision, au cinéma, à la littérature, à la traduction, à l'architecture,
aux sciences sociales et aux sports. Dispense de droits.
5.37.
Travail relié à un programme de recherche, d’enseignement ou de formation R205c)(i), C30
Les programmes suivants ont été désignés comme emplois pouvant être occupés par un
étranger selon les critères figurant R205c)(i).
Le code de dispense de la confirmation est C30 pour les six programmes ci-dessous :
2004-11-12
1.
les étudiants étrangers à l'exception des médecins internes et externes, et des
médecins résidents (mais non ceux dans le domaine de la médecine vétérinaire),
lorsque l'emploi qu'ils ont l'intention de prendre constitue une partie intégrante et
essentielle de leur programme d'études au Canada et que cet emploi a été attesté à
ce titre par un représentant officiel compétent de l'établissement d'enseignement et
que, d’autre part, il ne constitue pas plus de 50 % de la durée totale du programme
d’études. [Pour de plus amples renseignements sur ce programme, consulter la
section 5.38, Programme 1 (C30) à l’attention des étudiants étrangers, à l'exception
des médecins internes et externes, des médecins résidents];
2.
les étudiants faisant partie d'un programme spécial parrainé par l'Agence canadienne
de développement international (ACDI) lorsque l'emploi prévu entre dans le cadre du
programme mis au point par l'ACDI;
37
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
5.38.
3.
les personnes qui entrent au Canada pour travailler temporairement au Centre
canadien de recherches pour le développement international;
4.
les personnes parrainées par l'Énergie atomique du Canada Limitée et venues à titre
d'éminents scientifiques ou comme détenteurs d'une bourse de perfectionnement
post- doctoral;
5.
les personnes parrainées par le Conseil national de recherches du Canada (CNRC) et
le Conseil des recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG) en
tant que scientifiques ou savants de renom venus participer à des travaux de
recherches du CNRC et du CRSNG;
6.
les ressortissants des pays des Antilles du Commonwealth aux fins de formation dans
le cadre du Programme officiel d'aide au perfectionnement exécuté par l'Agence
canadienne de développement international.
Programme 1(C30) à l’attention des étudiants étrangers à l’exception des médecins
internes et externes et des médecins résidents
Cette disposition s’applique aux institutions financées par les secteurs privé et public. Elle ne
s’applique qu’aux détenteurs de permis d’étudiant, à l’exception des enfants mineurs qui
fréquentent des écoles secondaires et qui ne nécessitent pas de permis d’étudiant mais
qui doivent acquérir une expérience de travail pour obtenir leur diplôme. (Voir l’exemple de
la Colombie-Britannique ci-dessous.)
Note : Le programme 1 ne s’applique qu’aux cours exigés par les institutions canadiennes. Un étranger
qui vient étudier au Canada pendant une année ou un semestre peut remplir les conditions relatives
au C30 si le travail est une composante normale de son programme d'études au Canada. Si l’emploi
n’est qu’une exigence de l’institution étrangère, C30 ne s’applique pas.
Dans de tels cas, la lettre rédigée par l'établissement d'enseignement devrait préciser que le
travail est une composante normale du programme d'études, que tous les participants sont tenus
d'effectuer afin d'obtenir leur grade, diplôme ou certificat. Les programmes d'enseignement
coopératif de premier cycle des universités et des collèges constituent un exemple bien connu.
On devrait délivrer un permis de travail ouvert et y inscrire que l'employeur est l'établissement
d'enseignement. Dans les cas où un programme d’études exigent plusieurs périodes de travail
(par exemple, cinq périodes de travail et huit sessions d’études pour l’obtention d’un diplôme), la
durée de validité du permis de travail doit être la même que celle du permis d’études.
Collèges de formation professionnelle et écoles de langues
Les étudiants (qui ont un permis d’étude) qui fréquentent des collèges de formation
professionnelle ou des écoles de langues (par exemple, anglais, langue seconde/français, langue
seconde) peuvent également être admissibles à cette dispense, si leur programme d'études
comprend un stage. Voici quelques-uns des éléments qu'on doit souvent demander lorsque ces
étudiants présentent une demande en vertu du code C30 (programme 1) :
•
preuve écrite de l'école indiquant que le programme d'études comprend obligatoirement un
stage (cette preuve peut prendre la forme d'une lettre rédigée par l'école, ou d'une copie du
programme d'études de l'école);
•
détails sur le travail qui sera effectué. Habituellement, le stage sera supervisé et devra se
dérouler pendant un certain nombre d'heures par session ou semestre. Il se pourrait que le
stage ne soit pas rémunéré. L'établissement d'enseignement devrait être en mesure de
fournir le nom des entreprises ou des types d'entreprise qui interviennent dans ce genre de
programme d'études/de stage.
2004-11-12
38
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
Province de la Colombie-Britannique
La province de la Colombie-Britannique exige que tous les étudiants du niveau d’école
secondaire (11e et 12e années) fassent un stage afin d'obtenir leur diplôme. Cette exigence
s'applique aux étudiants de tous les établissements autorisés par le ministère de l'Éducation à
décerner des diplômes d'études secondaires, que ce soit un établissement privé ou public.
Dans de tels cas, l'employeur est l'école ou le district scolaire, le lieu de l'emploi, la ColombieBritannique, et il n'y a pas de restrictions relatives à l'emploi.
Même si les autorités scolaires de la Colombie-Britannique ont été informées du fait que l'école
devait fournir une lettre à cette fin, celle-ci n'est pas obligatoire. Si l’ agent est convaincu que
l'étudiant qui présente une demande est inscrit à la 11 e et/ou à la 12 e année en ColombieBritannique, un permis de travail valide pour la même période que celle du permis d'études doit
être délivré en vertu de la dispense C30. Il faut noter toutefois que seuls les étudiants qui
remplissent les exigences du R199 [demandes de permis de travail après entrée] sont
admissibles à faire la demande à l’intérieur du Canada.
Dispense de droits.
5.39.
Politique publique, capacités concurrentielles et économie R205c)(ii)
Les programmes suivants ont été désignés comme emplois pouvant être occupés par des
étrangers selon les critères figurant R205c)(i).
A. Conjoints ou conjoints de fait des travailleurs spécialisés, CDC C41
Les époux ou les conjoints de fait des travailleurs spécialisés qui viennent au Canada comme
travailleurs temporaires peuvent être autorisés à travailler sans avoir obtenu préalablement une
confirmation d’offre d’emploi. Voici les critères d’admissibilité du demandeur principal qui
permettent au conjoint d’obtenir un permis de travail :
•
Le demandeur principal doit faire un travail qui correspond aux niveaux de compétence 0, A
ou B de la Classification nationale des professions (CNP). Voir le site de la CNP à partir du
site Web de RHDCC, à l’adresse suivante :
http://www23.hrsdc-rhdcc.gc.ca/2001/f/generic/welcome.shtml.
•
Ces niveaux de compétence correspondent à des postes de gestionnaire et de spécialiste, et
à des postes techniques et spécialisés.
•
Le demandeur principal doit détenir un permis de travail valide pour une période d’au moins
six mois ou, s’il travaille sans permis de travail en vertu du R186, il doit fournir la preuve qu’il
travaillera pendant une période minimale de six mois.
Note : Les époux ou les conjoints de fait des titulaires de permis de travail sélectionnés par une province
pour devenir résidents permanents ont le droit d’obtenir un permis de travail ouvert de même durée
que celui du demandeur principal qui a été sélectionné, indépendamment du niveau de compétence
de l’emploi du demandeur principal. CIC et RHDCC ont une certaine réticence à appuyer la
délivrance d’un permis de travail à une personne moins qualifiée, dont les compétences ne lui
permettraient pas normalement d’immigrer au Canada. Cependant, ces préoccupations à l’égard d’un
tel étranger qui pourrait devenir sans statut ou demeurer au Canada illégalement sont atténuées
lorsqu’une personne est sélectionnée pour devenir résident permanent. Si une province croit que le
marché du travail a suffisamment besoin des compétences d’un étranger pour le sélectionner, il est
important que ce poste soit comblé, indépendamment du classement de l’étranger dans la CNP. De
toute façon, comme l’époux ou le conjoint de fait finira par s’intégrer au marché du travail, lui
permettre d’y entrer le plus tôt possible accélérera cette intégration.
2004-11-12
39
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
Délivrance du permis de travail :
Le permis de travail de l’époux ou du conjoint de fait peut être délivré pour une période qui ne
dépasse pas celle du permis de travail du demandeur principal ou de l’emploi qu’il occupe.
L’époux ou le conjoint de fait peut obtenir un permis de travail « ouvert » (sans qu’un emploi
particulier ne soit précisé).
B. Conjoints ou conjoints de fait d’étudiants étrangers, C42
Note : Les dispositions énoncées en vertu du C42 et C43 ne s’appliquent qu’aux étudiants qui
poursuivent des études à temps plein dans une université, un collège communautaire ou un cégep,
une école technique ou de commerce financée par le secteur public ou un établissement privé, qui
est autorisé par une loi provinciale à décerner des diplômes universitaires.
Les conjoints et les conjoints de fait de certains étudiants étrangers peuvent accepter un emploi
sur le marché du travail général sans devoir obtenir une confirmation de RHDCC. Cette dispense
vise les conjoints qui ne poursuivent pas des études à temps plein.
Critères d’admissibilité
Le demandeur doit fournir la preuve qu’il est :
•
le conjoint ou le conjoint de fait d'un titulaire d'une autorisation d'études qui fréquente un
établissement postsecondaire à plein temps, lequel est un établissement public autorisé à
décerner des grades ou des diplômes (défini ci-dessus); ou
•
le conjoint ou le conjoint de fait d'une personne qui possède un permis de travail valide qui lui
permet de travailler dans un domaine lié à son programme d'études, après l'obtention de son
diplôme (en vertu du CDC C43).
Les conjoints ou les conjoints de fait d’étudiants à temps plein peuvent obtenir un permis de
travail ouvert ou ouvert avec restrictions, selon s'ils ont réussi ou non l'examen médical. Il n'y a
pas lieu d'exiger qu'il y ait une offre d'emploi avant de délivrer un permis de travail.
Validité
On peut délivrer des permis de travail d'une durée de validité qui correspond à celle de
l'autorisation d'études du conjoint, ou pour la période pour laquelle le conjoint est autorisé à
travailler après l'obtention de son diplôme (en vertu du CDC C43).
C. Emploi après l'obtention du diplôme, C43
Après avoir terminé leurs études avec succès, les étudiants peuvent accepter un emploi lié à leur
formation pour une durée maximale d’un an, sans avoir à obtenir de confirmation de RHDCC.
Critères d’admissibilité :
•
L’étudiant doit avoir obtenu son diplôme d’un établissement d’études postsecondaires (défini
dans la note ci-dessus). L’établissement universitaire doit aviser que l’étudiant a rempli toutes
les exigences pour l’obtention du diplôme. Une copie du relevé de notes final ou une lettre de
l’établissement d’enseignement peuvent être fournies par le demandeur comme preuves de
l’avis.
•
Il importe peu que l’étudiant ait obtenu un « grade », « diplôme » ou « certificat ». Il doit
toutefois avoir terminé et réussi son programme d’études, à temps plein lequel doit durer au
moins huit mois.
•
Au moment de la demande, l'étudiant doit détenir une autorisation d'études toujours en cours
de validité.
2004-11-12
40
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
•
L'emploi doit être relié au programme d'études récemment terminé.
•
La demande, accompagnée d’une offre d’emploi valide, doit être présentée moins de 90 jours
après la délivrance de l’avis par l’établissement d’enseignement (expliqué ci-dessus).
•
L'étudiant ne doit pas avoir déjà obtenu un permis de travail en vertu de cette dispense à la
suite de tout autre programme d'études terminé.
Délivrance d’un permis de travail et validité
Dans la plupart des cas, l'évaluation de l'admissibilité ne sera pas très complexe. Lorsque l'agent
n'est pas certain de l'admissibilité d'un étudiant, il doit se poser les questions suivantes :
•
Est-ce que le niveau de formation qu’a reçu l'étudiant est une exigence du poste?
•
Est-ce que les diplômés du même niveau d'études que l'intéressé pourraient normalement
être embauchés pour ce type d'emploi?
S'ils peuvent établir une relation et que les réponses sont favorables au client, les agents ne
devraient pas hésiter à approuver la demande.
La durée de validité du permis de travail ne doit pas dépasser la durée étudiée pour l’obtention du
diplôme dans un établissement d’enseignement fréquenté au Canada, sans dépasser un an. Par
exemple, si l’étudiant a obtenu son diplôme après quatre années d’études au Canada, il peut
obtenir un permis de travail valide pour un an. Si l’étudiant a obtenu son diplôme d’études après
huit mois d’études, il ne peut obtenir qu’un permis de travail valide pour huit mois. Les
prorogations d'une durée de plus de un an devront être validées par RHDCC (ou approuvées en
vertu d'une autre catégorie de dispense, par exemple CDC T23).
Les instructeurs de vol qui répondent aux exigences suivantes peuvent recevoir un permis de
travail en vertu de la disposition C43 :
•
le requérant a effectué un cours d’instructeur de vol dans un centre de formation canadien,
comme le prouve son obtention d’une licence canadienne de pilote professionnel;
•
le requérant a obtenu, ou est sur le point d’obtenir, sa qualification comme instructeur et il a
reçu une offre d’emploi comme instructeur de vol d’un centre de cours de pilotage canadien.
(À remarquer qu’il n’est pas nécessaire qu’il s’agisse de l’école où le requérant a reçu sa
formation.)
Les requérants produisant ces documents peuvent recevoir un permis de travail, valide pour au
plus un an mais pas plus longtemps que la durée de la formation en pilotage qu’ils ont reçue au
Canada. Toute demande ultérieure de permis de travail ou de prorogation doit être accompagnée
d’une confirmation de RHDCC, à moins que l’étudiant ne soit admissible à une prolongation d’un
an dans le cadre de l’un des projets pilotes décrits ci-dessous.
Projets pilotes justifiant la prolongation des permis de travail post-diplôme
CIC a signé des protocoles d’entente avec l’Alberta, la Nouvelle-Écosse, le Nouveau-Brunswick
et la Saskatchewan en vue de mettre à l’essai la prolongation des permis de travail post-diplôme.
Pour être admissibles à une prolongation d’un an de leur permis de travail post-diplôme, les
étudiants doivent avoir répondu à toutes les exigences suivantes dans l’une des provinces
participantes :
2004-11-12
•
avoir étudié pendant deux ans dans un établissement d’enseignement postsecondaire
financé par l’État;
•
être diplômé de cet établissement;
41
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
•
avoir travaillé pendant un an dans leur champ d’études grâce à un permis de travail C43.
Les étudiants ne sont pas admissibles à la prolongation de leur permis de travail s’ils ont obtenu
une bourse du Programme canadien de bourses d'études du Commonwealth ou du Programme
de bourses du gouvernement du Canada financé par le ministère des Affaires étrangères et du
Commerce international ou par l'Agence canadienne de développement international.
Délivrance et validité du permis de travail
Les agents ne doivent pas délivrer des permis de travail valides pour une durée de deux ans aux
étudiants nouvellement diplômés. Un permis de travail initial d‘un an devrait continuer à être
délivré aux demandeurs, conformément aux exigences habituelles du code C43 (c.-à-d.
employeur, emploi et lieu de travail précis). À la fin de leur première année de travail, les
étudiants doivent présenter une demande de prolongation de ce permis de travail pour une autre
année. La prolongation d’un an doit aussi être délivrée de façon à préciser l’employeur, l’emploi
et le lieu de travail.
Dans les cas où l’étudiant a changé d’établissement d’enseignement, il doit avoir étudié pendant
un total de deux ans dans des établissements d’enseignement financés par l’État, tous situés
dans une province participante. L’étudiant doit aussi répondre aux autres critères d’admissibilité
mentionnés ci-dessus.
Les protocoles d’entente avec les provinces sont valides jusqu’aux dates indiquées ci-dessous.
Les agents ne doivent pas prolonger un permis de travail si la demande a été reçue après
l’expiration du protocole d’entente pertinent.
Province
Période de validité du protocole d’entente
Alberta
1er janvier 2004 – 31 décembre 2006
Nouveau-Brunswick
1er avril 2003 – 31 mars 2006
Nouvelle-Écosse
3 mai 2004 – 2 mai 2007
Lien vers le PE :
http://www.cic.gc.ca/francais/politiques/fedprov/can-ne-mou.html
Saskatchewan
1er juin 2004 – 31 mai 2007
Lien vers le PE :
http://www.cic.gc.ca/francais/politiques/fedprov/can-sask-mou.html
D. Titulaires d'une bourse postdoctorale et titulaires d’une bourse de recherche, C44
Les titulaires d'une bourse postdoctorale possèdent un doctorat (Ph.D.) ou un diplôme équivalent.
Ils seraient nommés à un poste d'une durée limitée pour lequel ils touchent un traitement ou un
salaire en échange de périodes d'enseignement, d'études supérieures et (ou) de recherche. Ils
travaillent dans le but d'obtenir les meilleures compétences possibles dans une discipline
particulière, et les candidats sont choisis en fonction de l’excellence de leur parcours
universitaire.
Le candidat doit avoir obtenu son doctorat et travailler dans un domaine lié à celui pour lequel il a
obtenu son doctorat, afin d'être dispensé de confirmation de RHDCC. Il doit posséder un diplôme,
peu importe la date à laquelle il l'a obtenu. Noter toutefois que les médecins qui font de la
recherche postdoctorale et qui n’ont pas de patients peuvent être compris dans cette catégorie.
Les titulaires d'une bourse postdoctorale peuvent avoir reçu directement une bourse ou se voir
offrir un poste d'une durée limitée qui consiste à entreprendre des recherches au nom d'une
équipe de chercheurs, ou à titre de membre de cette dernière. Les méthodes et critères
d'évaluation des candidats aux bourses postdoctorales varient d'une université à l'autre. L'agent
devrait évaluer l'offre écrite d'un responsable universitaire (qui occupe un emploi de professeur
ou un poste plus élevé), qui indique le montant de la rémunération, l'endroit, la nature et la durée
prévue de l'emploi, sans se préoccuper de la source de rémunération.
2004-11-12
42
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
Titulaires d'une bourse de recherche accordée par des établissements canadiens
Cette disposition concerne également les titulaires d'une bourse de recherche universitaire qui
travaillent contre rémunération pour un établissement canadien qui leur a accordé leur bourse
strictement en fonction de leur excellence à titre d'universitaire. Le candidat doit être le titulaire
direct de la bourse, c.-à-d. qu'il doit jouer un rôle considérable dans un projet de recherche
particulier, et non seulement être un simple membre d'une équipe de recherche (effectuant la
collecte de données ou participant principalement aux aspects plus routiniers des recherches
effectuées).
Titulaires d'une bourse de recherche accordée par des établissements étrangers
Sont également admissibles, les titulaires d'une bourse de recherche universitaire accordée par
un pays étranger et invités par un établissement canadien pour exercer leurs activités au
Canada, mais qui font l'objet d'un soutien de leur propre pays.
Note : Les personnes qui font des recherches autofinancées peuvent être considérées comme des
visiteurs commerciaux et par conséquent peuvent travailler sans permis de travail. Toutefois, il ne doit
y avoir aucun déplacement de travailleurs canadiens ou de résidents permanents, et aucune relation
employeur-employé ne doit exister. De plus, l’individu ou l’établissement ne doit recevoir aucune
rémunération pour les travaux de recherche.
E. Travail hors campus (pilote), C25
Pour accroître la capacité du Canada à attirer des étudiants étrangers, CIC a signé des
protocoles d’entente avec le Manitoba, le Nouveau-Brunswick et le Québec en vue de mettre à
l’essai la délivrance de permis de travail ouverts aux étudiants étrangers afin de leur permettre
d’occuper un emploi hors campus pendant leurs études. Le nombre d’heures durant lesquelles
les étudiants sont autorisés à travailler varie selon la province. Il n’est pas nécessaire que les
étudiants aient une offre d’emploi au moment de présenter leur demande, ni que leur emploi soit
lié à leur programme ou champ d’études.
Pour être admissibles, les étudiants doivent répondre aux exigences suivantes :
•
avoir été étudiants à temps plein pendant au moins un an (c.-à-d. deux semestres
consécutifs) dans un établissement d’enseignement postsecondaire public participant et être
actuellement inscrits à un programme à temps plein dans ce même établissement (les cours
d’anglais et de français langue seconde ne sont pas admissibles);
•
posséder un permis d’études valide;
•
obtenir un formulaire de vérification d’un établissement d’enseignement postsecondaire
public;
•
maintenir des notes satisfaisantes et continuer à faire des progrès dans leur programme
d’études;
•
continuer à remplir les conditions de leur permis d’études et de leur permis de travail durant
toute la durée de leurs études au Canada;
•
signer un formulaire de consentement autorisant l’échange de renseignements personnels
entre l’établissement où ils sont inscrits à temps plein, la province participante et Citoyenneté
et Immigration Canada.
Les étudiants ne sont pas admissibles si :
•
2004-11-12
pour étudier au Canada, ils ont obtenu une bourse du Programme canadien de bourses
d'études du Commonwealth ou du Programme de bourses du gouvernement du Canada
43
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
financé par le ministère des Affaires étrangères et du Commerce international ou par
l'Agence canadienne de développement international; ou
•
ils ont déjà fait l’objet d’un rapport d’inobservation des conditions du projet pilote.
Établissements d’enseignement participants
Les établissements d’enseignement postsecondaire publics participants doivent signer avec leur
gouvernement provincial un protocole d’entente indiquant leurs responsabilités et leurs rôles
respectifs. Les établissements d’enseignement participants sont énumérés dans les tableaux des
provinces ci-dessous.
Les établissements d’enseignement participants jouent un rôle actif dans la gestion du projet
pilote. Ils assument entre autres les tâches suivantes :
•
veiller à ce que les étudiants répondent aux critères d’admissibilité du projet pilote;
•
vérifier si les demandes sont bien remplies et les envoyer directement au CTD-V;
•
surveiller les étudiants afin de s’assurer qu’ils continuent à répondre aux conditions de leur
permis de travail;
•
présenter des rapports aux partenaires provinciaux et fédéraux.
Validité du permis de travail
Dans le cadre de ce projet, la validité des permis de travail ne doit pas excéder un an. Si
l’étudiant est admissible à un permis de travail, l’agent doit délivrer un permis de travail valide
pour un an, ou pour la même période que le permis d’études, suivant la période la plus courte.
Procédures de traitement
Des directives précises pour chaque province sont énumérées ci-dessous, après les directives
générales.
1.
2004-11-12
Le CTD-V recevra les dossiers de demande directement de l’établissement
d’enseignement, qui se sera assuré qu’ils sont complets. Le dossier de demande
contiendra les documents suivants :
•
formulaire IMM 1249 (Demande pour modifier les conditions de séjour, proroger le
séjour ou demeurer au Canada);
•
formulaire IMM 5476 (Autorisation de communiquer des renseignements à des
personnes désignées);
•
liste de contrôle des documents;
•
photocopies des pages du passeport, y compris du numéro, de la date de
délivrance, de la date d’expiration, du timbre, etc.;
•
photocopie du permis d’étudiant;
•
formulaire de vérification de l’établissement d’enseignement (confirmant que
l’étudiant est inscrit à temps plein, qu’il a terminé deux semestres consécutifs
dans un programme à temps plein et qu’il a maintenu des notes satisfaisantes);
44
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
2.
•
déclaration de l’étudiant et autorisation de communiquer des renseignements
personnels;
•
reçu pour les frais (IMM 5401).
L’agent examinera les documents et le dossier du SSOBL afin de déterminer
l’admissibilité de l’étudiant :
•
L’étudiant répond-t-il aux critères d’admissibilité énumérés ci-dessus (admissibilité
académique telle que déjà vérifiée par l’établissement d’enseignement)?
•
L’étudiant a-t-il déjà fait l’objet d’un rapport d’inobservation des conditions du
projet?
3.
Si l’étudiant répond aux critères d’admissibilité, l’agent vérifiera dans le SSOBL si
l’étudiant a subi un examen médical réglementaire. Dans l’affirmative, l’agent doit
délivrer un permis de travail ouvert sans restrictions. Dans la négative, l’agent doit
délivrer un permis d’études ouvert avec une restriction quant au genre de travail, tel
qu’indiqué dans la section 10 ci-dessous.
4.
Conditions relatives au permis de travail : l’agent ajoutera les conditions énumérées
pour chaque province dans les tableaux ci-dessous concernant les heures et le lieu
de travail.
5.
L’agent enverra le permis de travail ou la lettre de refus directement à la personneressource de l’établissement d’enseignement.
Les agents ne doivent délivrer aucun permis de travail pour les demandes reçues après la date
d’expiration du protocole d’entente pertinent.
Validité du PE
Manitoba
31 octobre 2003 – 30 octobre 2005
Conditions
Le permis de travail autorise le détenteur à travailler au Manitoba
20 heures par semaine maximum durant les trimestres réguliers et
à temps plein durant les périodes de congé prévues (c.-à-d. les
vacances d’été et les vacances de Noël).
Établissements
d’enseignement
participants
•
Assiniboine Community College
•
Université de Brandon
•
Keewatin Community College
•
Collège Universitaire de Saint-Boniface
•
Red River College
•
Université du Manitoba
•
Université de Winnipeg
Lien vers le PE
(à ajouter)
Nouveau-Brunswick
2004-11-12
45
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
Validité du PE
Conditions
1er mai 2004 – 30 avril 2006
Le permis de travail autorise le détenteur à travailler au NouveauBrunswick 20 heures par semaine maximum durant les trimestres
réguliers et à temps plein durant les périodes de congé prévues
(c.-à-d. les vacances d’été et les vacances de Noël).
Établissements
d’enseignement
participants
•
Université de Moncton (Moncton, Edmundston et Shippagan)
•
Université du Nouveau-Brunswick (Fredericton et Saint John)
•
St. Thomas University
•
Mount Allison University
•
Collège communautaire du Nouveau-Brunswick
Lien vers le PE
Validité du PE
Conditions
Établissements
d’enseignement
participants
http://www.cic.gc.ca/francais/politiques/fed-prov/can-nb-mou2004.html
Québec
21 mai 2004 – 20 mai 2006
Le permis de travail autorise le détenteur à travailler au Québec, à
l’extérieur des régions métropolitaines de recensement de Montréal
et de Québec, 15 heures par semaine maximum durant les
trimestres réguliers et à temps plein durant les périodes de congé
prévues (c.-à-d. durant les vacances d’été et les vacances de
Noël).
Note : Seuls les établissements d’enseignement postsecondaire
publics de certaines régions du Québec sont admissibles à ce
projet.
Universités
•
Université Bishop’s
•
Université de Sherbrooke
•
Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue
•
Université du Québec à Chicoutimi
•
Université du Québec à Rimouski
•
Université du Québec à Trois-Rivières
• Université du Québec en Outaouais
CÉGEP
2004-11-12
•
CÉGEP Beauce-Appalaches
•
CÉGEP de Baie-Comeau
•
CÉGEP de Chicoutimi
•
CÉGEP de Drummondville
•
CÉGEP de Granby Haute-Yamaska
•
CÉGEP de Jonquière
•
CÉGEP de L’Abitibi-Témiscamingue
•
CÉGEP de la Gaspésie et des Îles
46
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
Lien vers le PE
5.40.
•
CÉGEP de la Pocatière
•
CÉGEP de Matane
•
CÉGEP de Rimouski
•
CÉGEP de Rivière-du-Loup
•
CÉGEP de Saint-Félicien
•
CÉGEP de Saint-Hyacinthe
•
CÉGEP de Sept-Îles
•
CÉGEP de Sorel-Tracy
•
CÉGEP de Victoriaville
•
CÉGEP Saint-Jean-sur-Richelieu
•
CÉGEP de Trois-Rivières
•
Champlain Regional College
•
Collège d’Alma
•
Collège de l’Outaouais
•
Collège de la Région de l’Amiante
•
Collège de Sherbrooke
•
Collège de Valleyfield
•
Collège de Shawinigan
• Heritage College
(à ajouter)
Intérêts canadiens : Employés d'organismes religieux et de bienfaisance R205d), C50
Le R250d) s’applique aux travailleurs dans les domaines religieux et de bienfaisance qui
assument des fonctions religieuses pour un organisme religieux ou de bienfaisance canadien. Il
ne s’applique pas aux employés d’organismes religieux qui entrent pour prêcher une doctrine ou
être au service d’une congrégation; ceux-ci peuvent faire une demande en vertu du R186l).
Note : Un organisme sans but lucratif n'est pas nécessairement un organisme de bienfaisance. Ce
dernier a le mandat de lutter contre la pauvreté ou d'offrir des services à la collectivité ou à des
établissements religieux ou d'enseignement.
Un demandeur est considéré comme faisant un travail religieux ou de bienfaisance lorsqu'il
répond aux conditions suivantes :
•
la personne ne touche aucune rétribution, à l'exception d'une petite indemnité de
subsistance;
•
l'organisme ou l'établissement qui parraine le travailleur étranger ne touchera aucune
rétribution directe de quelque source que ce soit en échange ou au nom des services offerts
par le travailleur étranger; et
•
le travail excède les heures normales de travail du marché du travail, qu’il soit rémunéré ou
pas, par exemple :
2004-11-12
47
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
♦
l’organisme qui rassemble des bénévoles dans le but de peindre ou de réparer les
maisons des pauvres est admissible, à condition que le travail ne puisse s'effectuer
autrement, c.-à- d. que les bénéficiaires de ces travaux n'aient pas les moyens
d'embaucher un professionnel ou de faire le travail eux-mêmes;
♦
L’Arche, qui compte sur des individus qui consacrent tout leur temps aux personnes
ayant des troubles développementaux; (Les travailleurs des foyers sont rémunérés, mais
sont engagés à s’occuper des personnes handicapées presque 24 heures par jour.)
♦
les personnes qui consacrent leur temps à des organismes communautaires ou religieux
qui n’offriraient pas une réelle opportunité d’emploi à des canadiens ou à des résidents
permanents. Ce type de travail sous-entend qu’il y a un engagement ou partage d’idées
de la part des personnes qui œuvrent au sein de cette communauté religieuse.
♦
Dispense de droits.
Note : Les missionnaires qui consacreront tout leur temps au service missionnaire religieux ou qui feront
du prosélytisme peuvent entrer au Canada en vertu de l’alinéa R186(l). Ils devraient être rattachés à
une congrégation canadienne, et ce type de travail devrait être une activité habituelle de la
congrégation. Par exemple, les missionnaires mormons envoyés par la Church of Latter Day Saints.
Note : La différence entre un travailleur d’une œuvre de charité (qui doit avoir un permis de travail) et un
bénévole (qui n’en a pas besoin) tient à la définition de « travail » et à l’entrée sur le marché du
travail. Un travailleur d’une œuvre de charité occupe habituellement un poste à temps plein et peut se
livrer à des activités concurrentielles, activités qui répondent à la définition de « travail » même si la
rémunération peut être minime (par exemple, travailleur de foyer collectif, conseiller de camp, ouvrier
de « Habitat for Humanity »). Un « bénévole », qui n’entre pas sur le marché du travail et qui n’exerce
pas d’activité répondant à la définition de « travail », n’a pas besoin de permis de travail
5.41.
Subvenir à ses besoins R206
Le R206 vise les personnes qui sont au Canada dans le but d’obtenir le statut de réfugié ou le
statut de protection à l’emploi. Elles doivent démontrer qu’elles ne peuvent pas subvenir à leurs
propres besoins par d’autres moyens, mais qu’elles sont autrement admissibles à un permis de
travail ouvert.
Codes de dispense de la confirmation :
Statut de réfugiés : S61 (Dispense de droits.)
Personnes visées par une mesure de renvoi non exécutoire : S62 (Droits exigibles.)
Preuve que le demandeur a besoin d’assistance publique
Il incombe aux demandeurs de prouver qu’ils ne sont pas en mesure de subsister sans aide
sociale. Les agents peuvent accepter toute preuve qui les convainc que la personne satisfait à
cette exigence. Le document probant peut être, entre autres, une lettre ou un talon de chèque
délivré par le ministère provincial du Service social. Les demandeurs du statut de réfugié ne
devraient pas être poussés à demander l’aide sociale avant de se voir délivrer un permis de
travail.
À défaut d’une lettre des services sociaux, de relevé bancaire, etc., les agents doivent examiner
les antécédents du client et les formulaires de demande pour déterminer si celui-ci peut subvenir
à ses besoins sans aide sociale. Par exemple, il se peut qu’un étudiant étranger revendiquant le
statut de réfugié ne réponde pas à ces critères parce qu’il devait fournir une preuve qu’il possède
des fonds suffisants pour subsister pendant son séjour au Canada et pour retourner chez lui. De
plus, le Règlement permet déjà aux étudiants de travailler dans certaines situations (étudiants
démunis, emplois sur le campus). Par ailleurs, les demandeurs qui sont entrés au Canada à titre
2004-11-12
48
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
de visiteurs et qui, à ce moment, possédaient suffisamment d’argent, mais qui n’ont personne
pour les aider financièrement pour le reste de la période nécessaire au traitement de leur
demande du statut de réfugié, ne pourraient subsister sans assistance publique.
Les agents peuvent considérer que ce critère particulier a été satisfait si, selon toute probabilité,
le demandeur pouvait avoir recours à l’aide sociale.
Que signifie « mesure de renvoi non exécutoire » ?
Les étrangers suivants sont admissibles au permis de travail en vertu du R206b) :
•
les personnes visées par une mesure de renvoi qui n’est pas en vigueur ou qui fait l’objet de
sursis;
•
les personnes dont la mesure de renvoi ne peut être exécutée dès que les circonstances le
permettent parce que le ministère va leur donner une notification pour demander un Examen
des risques avant renvoi (ERAR) en vertu du paragraphe R160. (Voir ENF 10, Section 15,
Renvois.)
Note : À l’exception des personnes définies au L112(2), ceci comprend les personnes qui ont fait preuve
de leur entière collaboration au moment opportun, mais dont le service n’a pu exécuter la mesure de
renvoi pour des raisons indépendantes de la volonté du demandeur (par exemple, difficulté d’obtenir
un passeport du gouvernement de l’étranger).
Résultats médicaux
Les demandeurs de statut de réfugié reçoivent les instructions médicales dès qu’ils soumettent
leur demande. Ils ne peuvent pas avoir un permis de travail avant que l’agent ne reçoive les
résultats de leur examen médical.
On peut délivrer des permis de travail ouverts aux personnes ayant obtenu la cote M1, M2, M3 ou
M5, avec les restrictions professionnelles observées par le médecin qui en fait l’évaluation.
On ne doit pas délivrer de permis de travail aux personnes ayant obtenu la cote M4 ou M6, étant
donné qu’elles présentent un risque pour la santé publique.
(Voir la Section 9.)
Durée de la validité du permis de travail
Le permis de travail sera valide pour une période de dix-huit mois à compter de la date où la
demande a été transmise au CISR par un agent principal. Cette période de validité est fondée sur
une estimation de la période requise pour que la Commission étudie la revendication du statut de
réfugié. La durée des renouvellements subséquents ne devrait pas dépasser une période de
douze mois, en fonction des conditions dictées par les circonstances.
La première délivrance du permis de travail et les prorogations subséquentes peuvent être
octroyées seulement si le demandeur a montré de l’assiduité dans la conduite de sa
revendication ou de son appel (c’est-à-dire qu’il n’a pas retardé le traitement de sa revendication
par des ajournements ou des absences des séances).
Pour les demandeurs de statut de réfugié ou les personnes visées par une mesure de renvoi, le
permis de travail cesse d’être valide à la fin de la période de l’autorisation en question ou lorsque
tous les recours juridiques qui permettent à la personne de demeurer au Canada ont été épuisés.
Si les demandeurs ne sont pas des résidents temporaires (RT) authentiques, le R202 s’applique
et le permis de travail ne confère pas le statut de RT à son détenteur. Un énoncé faisant état de
cette situation doit être inscrit dans la partie « Observations » du permis de travail du demandeur.
2004-11-12
49
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
5.42.
Demandeurs à l’intérieur du Canada R207
Cette disposition vise les demandeurs qui ont été déterminés admissibles comme membres de
certaines catégories pouvant faire la demande de résidence permanente à l’intérieur du Canada,
et comprend les personnes protégées (qu’elles aient demandé statut de résident permanent au
Canada ou pas).
On délivrera un permis de travail ouvert (les résultats de l’examen médical dicteront si cette
autorisation comportera des restrictions relativement à l’emploi).
Code de dispense de la confirmation : A70
a) membres de la catégorie des aides familiaux résidants qui répondent aux exigences pour
devenir des résidents permanents, énoncées dans le R113;
b) les conjoints ou les conjoints de fait qui, de l’avis de l’agent, répondent aux exigences du
R124;
c) les personnes dont la protection est conférée au sens du paragraphe L95(2) (réfugiés au sens
de la Convention, demandeurs ayant droit à l’ERAR, etc.);
d) motif d’ordre humanitaire : les personnes dont les exigences de recevabilité ou d’admissibilité
ont été suspendues en vertu du paragraphe L25(1), de sorte qu’il puissent devenir résident
permanent;
e) les membres de la famille des catégories mentionnées ci-dessus qui sont au Canada.
5.43.
Motifs d’ordre humanitaire R208
A) Étudiants démunis
Code de dispense de la confirmation : H81
Ceci s’applique aux étudiants étrangers qui, pour des raisons tout à fait indépendantes de leur
volonté, se trouvent quelquefois incapables d’acquitter les frais de leurs études au Canada, que
ce soit leur subsistance ou leurs frais de scolarité. Même si les établissements d’enseignement
acceptent un certain retard dans l’acquittement des obligations comme les frais de scolarité et de
résidence, ces étudiants n’ont pas d’autres moyens de subsister dans de telles circonstances que
de travailler. Le R208 donne aux étudiants la possibilité de survivre lors de périodes financières
difficiles, si l’emploi sur le campus décrit au R186f) s’avère insuffisant.
Admissibilité
Chaque cas devrait être étudié individuellement. Dans certains cas, comme en cas de guerre ou
de bouleversements dans le pays d'origine, d'effondrement du système bancaire, etc., la décision
va de soi, alors que d'autres cas exigeront une explication du demandeur, habituellement au
cours d'une entrevue avec un agent.
Le permis de travail ouvert doit être délivré pour une période qui correspond à la durée de la
session d'études actuelle, et non pour la durée de la totalité du programme ou de l'autorisation
d'études.
B) Titulaires de permis de séjour temporaire (PST)
Code de dispense de la confirmation : H82
Sont visées ici les personnes qui ont obtenu un PST leur permettant de demeurer au Canada. Si
le titulaire du PST va demeurer au Canada pour une longue période (six mois ou plus), et qu’il n’a
pas d’autres moyens de subsistance (c’est-à-dire aucune aide familiale ou autre moyen pour
subvenir à ses besoins) il devrait se voir délivrer un permis de travail. Lorsque la demande
d’établissement (DDE) d’un titulaire de permis a été refusée et que celui-ci attend de devenir
admissible à la résidence permanente, les agents n’ont pas à faire preuve de trop de rigueur pour
2004-11-12
50
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
déterminer si le demandeur a besoin de travailler parce qu’il n’a pas d’autre moyen de
subsistance. L’intégration des futurs résidents permanents sera plus facile si on les autorise à
travailler.
Un permis de travail ouvert doit être délivré pour une période qui correspond à la durée de
validité du PST.
6.
Définitions
Sans objet.
7.
Étude de la demande d’admission de travailleurs étrangers temporaires—
Documents accompagnant la demande
Les documents suivants sont requis :
•
un formulaire de demande;
•
droits exigibles, ou reçu du GDP (sauf si les droits sont dispensés, voir le R299 pour les
exemptions et les droits relatifs au permis de travail);
•
preuve que le demandeur satisfait aux critères d’admissibilité du R200(1)c) (par exemple des
offres de travail ou des contrats, la confirmation de RHDCC, acceptation dans un programme
d’échange visant la jeunesse, etc.);
•
pièces justificatives prouvant les titres professionnels et l’expérience du demandeur pour
l’emploi postulé, si une telle preuve est exigée pour satisfaire aux exigences du R200(3)a);
•
preuve d’identité (à l’exception de la dispense visant les citoyens et les résidents permanents
des États-Unis et de Saint-Pierre-et-Miquelon, ces dispositions n’autorisent pas la délivrance
de permis de travail pour une durée dépassant la durée de validité du passeport;
•
une copie du document d’immigration actuel du demandeur, si la demande est faite au
Canada;
•
tout autre document pour assurer l’agent que la demande est conforme à la Loi ou au
Règlement.
2004-11-12
51
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
8.
Évaluation des travailleurs étrangers temporaires
Travaillent-ils?
Oui
Prochaine question
Définition de R2 «travail»
Lignes directrices à la section
des politiques (m.5 aperçu)
Non
Contrôler comme résident
temporaire
1. Contrôle
2. Guides sur les VRT ou les
résidents temporaires au
Canada
Ont-ils besoin d’un permis de travail?
Oui
2004-11-12
Les personnes qui suivent n’ont pas besoin de
Non
52
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
Prochaine question
permis de travail:
•
visiteur de la catégorie des gens d’affaires
•
représentants étrangers
•
membres de la famille de représentants
étrangers
•
personnel militaire
•
fonctionnaires étrangers
•
emploi sur le campus
•
artistes de spectacle
•
athlètes et entraîneurs
•
conférenciers
•
organisateurs de congrès
•
membres du clergé
•
juges et arbitres
•
examinateurs et évaluateurs
•
témoins experts ou enquêteurs
•
étudiants en sciences de la santé
•
inspecteurs de l’aviation civile
•
inspecteurs d’accident/incident
•
membres d’équipage
•
fournisseurs de services d’urgence
•
statut implicite
Faire entrer comme
travailleur sans permis
de travail.
Une fiche de visiteur
peut être émise.
R186
Sont-ils admissibles à un permis de travail?
2004-11-12
53
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
Oui
Prochaine
question
a) Ont-ils le droit de faire leur demande là où ils l’ont faite?
R200(1)a)
b) Le ressortissant étranger quittera-t-il le Canada à l’issue de
son séjour temporaire? R200(1)b)
c) Le ressortissant étranger est-il admissible en vue de
l’émission d’un permis de travail?
R203, Confirmation de RHDCC
R204 à R208, dispense de confirmation
d) Sont-ils interdits de territoire?
e) Si un examen médical est requis, a-t-il été effectué? R30
Non
Refuser
Note : b) et d) ne s’appliquent pas pour CEC, art.61, art.62,
non plus que pour les personnes protégées/L70
Tenir compte des situations de travail spéciales
1. Personnel navigant
2. Conseillers de camp
3. ALE Canada-Chili
4. Diplomates
5. Guides de pêche
6. AGCS
7. Programmes internationaux d’échange d’étudiants et de
travailleurs
8. Personnel militaire
9. ALENA
10. Loi sur les océans
11. Artistes de spectacle
12. Appendice sur les ventes
13. Personnel du gouvernement des États-Unis
Oui
Refuser
2004-11-12
Y a-t-il des facteurs interdisant la délivrance
du permis de travail?
R200(3)
(a) Y a-t-il de bonnes raisons de croire que le
ressortissant étranger ne peut pas effectuer le
travail recherché (ne s’applique pas lorsqu’une
autorisation d'emploi ouverte peut être
Non
Autoriser (et émettre une lettre
d’introduction si c’est à
l’étranger) ou délivrer un permis
54
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
délivrée)? R200(3)a)
(b) Le travailleur a besoin d’un CAQ et n’en a
pas. R200(3)b)
c)Le travailleur deviendrait-il briseur de grève
par la délivrance d’un permis de travail.
d)S’ils ont venus comme auxiliaires familiaux
résidents, n’ont-ils pas satisfait aux exigences
de R112?
e)Ont-ils fait un travail ou suivi un programme
d’études non autorisé? Voir R200(3)e)
de travail (à l’intérieur du pays
ou au PDE).
Prendre en considération :
•
la nécessité d’un examen
médical R30;
•
le besoin d’un VRT R190;
•
l’aspect ouvert
(restreint/non restreint) ou
spécifique à un employeur
(voir la Section 10 cidessous);
•
les conditions (incluant la
durée) (voir la Section 11 cidessous).
Ce diagramme explique aux agents d’immigration les différentes étapes du processus de prise de
décision, à savoir s’il s’agit bien d’un emploi et des documents exigés, s’il y a lieu.
9.
Évaluation des exigences médicales
Le R30(1) prévoit que certains travailleurs étrangers temporaires doivent se soumettre à une
visite médicale avant de travailler au Canada.
Les exceptions à ces exigences sont exposées dans le R30(2).
9.1.
Professions où la protection de la santé publique s’impose R30(1)b)
Les travailleurs étrangers temporaires qui occupent des postes où la protection de la santé
publique s’impose doivent subir un examen médical. On ne peut leur délivrer un permis de travail
que s’ils ont passé un examen médical aux fins de l’immigration. Cela s’applique aux professions
suivantes :
•
les professions dans lesquelles la personne entre en contact proche avec les gens, comme :
♦
les travailleurs du secteur des services de santé, dont les médecins, les
physiothérapeutes, les massothérapeutes, le personnel et les employés d’hôpitaux, les
employés de laboratoire clinique, les préposés aux patients qui travaillent dans des
foyers de soins infirmiers ou des foyers pour personnes âgées, les étudiants en
médecine admis au Canada pour fréquenter une université ou les étudiants en soins de
santé admis en vertu du R186p);
♦
les enseignants dans des écoles de niveau primaire ou secondaire ou les autres
personnes qui enseignent à de jeunes enfants;
♦
les domestiques ou aides familiaux résidants;
♦
les travailleurs qui fournissent des soins à domicile à des enfants, des personnes âgées
ou des personnes handicapées;
♦
les employés de crèches collectives;
Note : Les conseillers de camp de pays non désignés ont été éliminés de cette liste, en mai 2002.
2004-11-12
55
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
•
9.2.
les travailleurs agricoles de pays désignés. (Veuillez vous reporter au site Web suivant :
http:// www.cic.gc.ca/francais/visiter/pays-designes.html.)
Règle des six mois R30(1)c)
Les demandeurs qui envisagent de rester au Canada pendant plus de six mois, et qui ont résidé
dans un pays désigné pendant plus de six mois au cours d’une période d’un an précédant la date
de leur arrivée au Canada doivent se soumettre à un examen médical. Le facteur déterminant est
non pas la citoyenneté, mais bien le fait qu’une personne ait résidé ou non dans un pays désigné
au cours des six mois précédents. Les pays désignés sont énumérés à l’adresse suivante : http://
www.cic.gc.ca/francais/visiter/pays-designes.html.
9.3.
Les étrangers interdits de territoire pour des raisons d’ordre médical peuvent être
admissibles en tant que résidents temporaires
Ce ne sont pas tous les résultats d’évaluation médicale qui peuvent être utilisés de façon
interchangeable : un étranger interdit de territoire pour une raison d’ordre médical en tant que
résident permanent pourra être admissible en tant que résident temporaire. Le cas contraire
pourrait également être possible, si la santé du résident temporaire s’améliore entre ses
demandes, comme lorsqu’une affection médicale active devient inactive après traitement.
À quelques exceptions près (voir ci-dessous), lorsqu’un requérant change de catégorie, un
médecin doit évaluer les résultats de l’examen médical en fonction de la nouvelle catégorie. Si
moins d’un an s’est écoulé depuis le dernier examen, il n’est pas nécessaire de procéder à un
nouvel examen, puisque le médecin peut revoir les résultats existants en fonction de la nouvelle
catégorie. Sinon, les agents doivent délivrer une trousse d’instructions médicales au demandeur
aux fins de la nouvelle catégorie.
Les seules exceptions sont les demandeurs de la résidence permanente cotés M1, M2 ou M3, et
les résidents temporaires M1 et M2. Les résultats de leur examen médical aux fins de la nouvelle
catégorie n’ont pas besoin d’être évalués par un médecin agréé, pourvu que l’examen soit encore
valable, c’est-à-dire moins de 12 mois depuis le dernier examen médical du demandeur.
Les agents doivent demander à un médecin d’évaluer les résultats de l’examen médical des
résidents temporaires cotés M3 qui font une demande de résidence permanente.
Note : Il incombe aux demandeurs d’informer les agents qu’ils ont déjà présenté une demande dans une
catégorie différente. Cela comprend les demandes de prorogation de statut présentées au Canada.
Les demandeurs doivent indiquer le lieu où ils ont présenté leur demande et le numéro de dossier de
la demande, s’ils le connaissent.
9.4.
Au point d’entrée
Le R198(2)b) pose comme condition que si une personne demande un permis de travail à un
point d’entrée, elle doit présenter un certificat médical, le cas échéant.
Les travailleurs temporaires qui ont passé l’examen médical d’immigration avant leur arrivée au
point d’entrée n’ont pas besoin de passer un autre examen médical, à moins que les agents aient
des raisons de croire qu’ils ne sont pas admissibles pour des raisons médicales.
9.5.
Conditions liées au statut médical
Lorsque le client se trouve dans le groupe défini par le R30, ou qu’il demande un permis de
travail ouvert, sans restrictions (auquel il est admissible), on doit lui délivrer une trousse
d’instructions médicales. On ne devra délivrer un permis de travail ouvert sans restrictions que
lorsqu’on aura reçu la preuve que le demandeur a réussi l’examen médical. Les résultats de
l’examen médical dicteront si on peut délivrer un permis de travail ouvert sans restrictions au
demandeur, ou un permis de travail qui comporte des restrictions relativement à l’emploi en
raison de problèmes de santé. (Voir la Section 10.)
2004-11-12
56
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
9.6.
Demandes de prorogation au Canada
Si un agent a délivré un permis de travail (ou une autorisation d’étudier) pour une durée de plus
de six mois à une personne qui aurait dû subir un examen médical en vertu du R30(1)c), on peut
penser que cette personne a bien subi l’examen médical même si le document n’en fait pas
mention.
Tous les résidents temporaires de pays désignés, y compris les travailleurs étrangers
temporaires qui occupent des postes autres que ceux décrits dans la Section 9.1 devraient
recevoir une prorogation normale pour la période demandée par le client, et si elle est approuvée,
avec des instructions médicales. On devra inscrire sur la fiche du visiteur : « Autres conditions :
doit se soumettre à un examen médical aux fins de l’immigration pour l’étude d’une
demande de prorogation ».
On ne procédera à un suivi que si le client présente une autre demande pour obtenir un
document. Dans les cas où cela semble approprié, les agents peuvent imposer des conditions
selon lesquelles le client doit subir un examen médical et prouver qu’il s’y est conformé.
Lorsque le client s’est vu attribuer auparavant la cote M3 et que le rapport médical précise qu’une
mise à jour ou une prolongation est nécessaire, son dossier doit être référé aux Services de
santé de l’Immigration (RNH) pour vérifier si le client demande une prorogation alors que le
certificat médical a expiré. Dans ces cas :
•
les agents doivent envoyer un message par télécopieur au RNH, indiquant le numéro
d’identité du client, le numéro de dossier médical, la date du dernier examen médical et les
détails de la demande de prorogation, surtout la durée du séjour demandée par le client;
•
le dossier doit être conservé pendant cinq jours pour permettre au RNH de répondre à la
demande;
•
une fois que le RNH a répondu dans les cinq jours, ses recommandations doivent être
suivies;
•
si aucune réponse n’est reçue dans les cinq jours, les agents doivent délivrer l’autorisation et
informer leur chef d’équipe que le RNH n’a pas répondu.
Il est très important que le Formulaire de rapport médical (IMM 1017F) indique si le client a déjà
subi un examen médical aux fins de l’immigration. Les agents doivent vérifier les antécédents du
client ou ses permis précédents et, si la personne a déjà subi un examen médical, inscrire « oui »
dans la case 18 de l’IMM 1017.
9.7.
Surveillance médicale
Le bureau (CTD-V, CIC, PDE, ou bureau des visas) qui a demandé l’examen médical
relativement à la demande d’un résident temporaire doit délivrer la Surveillance médicale—
Engagement (IMM 0535B) au client, le cas échéant.
9.8.
Demandeurs du statut de réfugié R30(1)e)
Les demandeurs du statut de réfugié et les membres de leur famille au Canada sont tenus de
subir un examen médical avant de pouvoir travailler au Canada. Voir la Section 5.41, Subvenir à
ses besoins R206.
9.9.
Codage des résultats médicaux
M1 :
M2 :
Les résultats médicaux sont codés. Les différents codes indiquent les résultats suivants :
Examens médicaux réussis.
Examens médicaux réussis, doit faire l’objet d’une surveillance médicale au Canada;
2004-11-12
57
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
M3 :
M4 :
M5 :
M6 :
Admissibilité conditionnelle. Sujette à changement et, pour les résidents temporaires qui
restent au Canada, devra être réévaluée par les services de santé un an après la date du
premier examen médical. Tombe en désuétude un an après la date de l’examen.
Examens médicaux échoués. Risque pour la santé publique. Aucune date d’expiration.
Examens médicaux échoués. Demande excessive de services. Aucune date d’expiration.
Examens médicaux échoués. Risque pour la sécurité publique. Aucune date d’expiration.
10.
Permis de travail ouvert
Le permis de travail ouvert permet à une personne de chercher et d’accepter un emploi, et de
travailler pour n’importe quel employeur pendant une période déterminée. Cependant, il peut
restreindre la nature ou l’endroit de l’emploi.
Les permis de travail ouverts ne doivent être délivrés que si l’intéressé peut recevoir un permis de
travail sans confirmation de RHDCC.
10.1.
Catégories de permis de travail ouverts
Il existe actuellement deux catégories de permis de travail ouverts : ceux qui sont inconditionnels,
et ceux qui imposent une restriction au genre de travail. En bref, on peut délivrer des permis de
travail ouverts avec ou sans restrictions quant au genre de travail, en fonction de l’état de santé
du demandeur.
Permis de travail ouvert/inconditionnel
•
aucune restriction n’est imposée quant à l’employeur, au lieu et au genre de travail. Le code
CNP est le 9999;
•
peut être délivré à tout demandeur admissible qui a passé un examen médical aux fins de
l’immigration et qui a obtenu la cote M1, M2 ou M3 (examens médicaux réussis), ou aux
titulaires qui ont échoué à l’examen médical (M5) mais qui satisfont aux critères du R206 ou
du R207c) ou d).
Note : Les personnes qui se voient attribuer la cote M2/S2 doivent faire l’objet d’une surveillance
médicale. Sur le permis, on doit inscrire « Surveillance médicale nécessaire ».
Ouvert/restrictions pour l’emploi
•
l’employeur n’est pas restreint, mais on doit émettre une restriction quant à la profession, car
la personne ne peut occuper un emploi où la protection de la santé publique s’impose;
•
ce genre de permis de travail ouvert peut être délivré à une personne qui n’a pas encore subi
d’examen médical aux fins de l’immigration;
•
une restriction relative à l’emploi peut s’appliquer aux personnes ayant obtenu la cote M3 ou
M5. Le cas échéant, il faudra en faire état dans le rapport médical (une personne atteinte
d’épilepsie ne pourra pas, par exemple, travailler comme pilote ou à proximité de machines
ouvertes ou sur des hauteurs). La restriction doit être inscrite dans la partie « Observations »
du permis.
Note : Les personnes ayant obtenu la cote M4 ou M6 (risque pour la santé ou la sécurité publique) n’on
pas le droit de travailler. Si leur état de santé est sous contrôle, un nouvel examen médical est requis
avant qu’un permis de travail ne soit émis.
2004-11-12
58
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
Conditions à imposer aux permis de travail ouverts/avec des restrictions relativement à
l’emploi
Si la personne n’a pas subi d’examen médical, il faut utiliser une des conditions suivantes. La
restriction relative à l’emploi dépendra du fait que le client ait résidé ou non dans un pays désigné
ou non désigné. (Veuillez vous reporter au site Web suivant : http://www.cic.gc.ca/francais/visiter/
pays-designes.html.)
i) Si l’intéressé vient d’un pays non désigné, la condition suivante doit figurer sur le permis de
travail :
« n’est pas autorisé à travailler dans les secteurs : 1) des soins aux enfants, 2) de l’enseignement
primaire ou secondaire, et 3) des services de santé ».
ii) Si l’intéressé vient d’un pays désigné, la condition suivante doit figurer sur le permis de travail :
« n’est pas autorisé à occuper un emploi dans les secteurs : 1) des soins aux enfants, 2) de
l’enseignement primaire ou secondaire, 3) des services de santé, et 4) des travaux
d’agriculture ».
10.2.
À qui peut-on délivrer un permis de travail ouvert?
Les demandeurs des catégories suivantes sont admissibles :
•
les personnes décrites au R206a) ou b), CDC S61 ou S62 (voir la Section 5.41);
•
les personnes décrites au R207, CDC A70 (voir la Section 5.42);
•
les personnes décrites au R208a) ou b), CDC H81 ou H82 (voir la Section 5.43);
•
des travailleurs admis au Canada sur une base réciproque :
♦
les participants au Programme jeunesse Canada Monde, CDC C20 (voir la Section 5.36);
♦
certains étudiants internationaux et les programmes d’échanges pour l’emploi des
jeunes, CDC C21 (certains de ces programmes sont spécifiques à l’employeur par
opposition à « emplois ouverts »);
♦
les membres de la famille de représentants étrangers et les membres de la famille du
personnel militaire : dispense de confirmation, CDC C20, ou un accord de réciprocité
existe (voir l’ Appendice F, et l’ Appendice C);
♦
les athlètes professionnels admis selon CDC C20, qui ont besoin d’un autre emploi pour
subvenir à leurs besoins pendant qu’ils jouent pour une équipe professionnelle (p. ex.,
Ligue canadienne de football);
•
les conjoints des travailleurs spécialisés admissibles en vertu du R205c), C41 (voir la Section
5.39);
•
les conjoints d’étudiants étrangers admissibles en vertu du R205c), C42 (voir la section 5.39).
Si l’intéressé n’a pas subi d’examen médical, l’autorisation doit être ouverte, ou ouverte avec des
restrictions.
2004-11-12
59
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
11.
Conditions relatives à la durée de validité
Tous les résidents temporaires (travailleurs inclus) sont soumis aux conditions générales en vertu
de R183. L’agent peut user de sa discrétion pour appliquer les conditions générales en vertu du
R185 :
11.1.
•
la durée de séjour ou la durée de validité du permis de travail doivent être imposées,
•
d’autres conditions en vertu du R185b) seront imposées selon que le permis de travail est
ouvert ou si la personne a subi un examen médical (conformément aux instructions données
dans les Section 9 et Section 10).
Que devrait être la durée de validité?
De façon générale, plus le séjour temporaire est long, plus la personne devra fournir la preuve du
caractère temporaire de son séjour au moment de présenter sa demande de permis de travail ou
de prorogation.
Les facteurs à considérer sont les suivants :
•
durée de validité du passeport en vertu du R52(1); l’agent ne délivrera pas un permis de
travail ni accordera le statut de travailleur temporaire pour une durée de validité supérieure à
celle du passeport. Des exceptions s’appliquent aux termes du R52(2). Une exception
supplémentaire s’applique aux permis de travail délivrés aux personnes qui n’ont pas le statut
de résident temporaire R202.
Note : Tous les autres critères énoncés plus bas dépendent de la durée de validité du passeport, à
moins qu’ils soient (comme les nationaux américains) exceptés.
•
confirmation de RHDCC; [Sujette à la validité du passeport, l’agent doit émettre le permis de
travail pour la durée complète de la confirmation en tenant compte de la durée de validité du
CAQ, selon le cas.]
•
durée prévue de l’emploi précisée dans l’offre de travail;
•
durée maximale accordée par un programme ou accord particulier auquel l’intéressé
participe. [Certains programmes et accords limitent la durée de validité initiale, la durée des
prorogations ou la durée totale d’emploi au Canada. (Voir la Section 11.2)]
Si le demandeur remplit les conditions, les agents doivent délivrer des permis de travail pour une
longue période (trois ans) plutôt qu’une courte période (un an). Lorsqu’il n’y a aucune raison de
limiter la durée de validité, il est dans l’intérêt du ministère et de l’intéressé de faire en sorte que
la durée coïncide avec les périodes où le client a besoin de ces services, c.-à-d. en permettant à
une personne de travailler, sans avoir à présenter inutilement des demandes de renouvellement
fréquentes. Cela fait économiser du temps et de l’argent au client et des ressources au Ministère.
11.2.
Catégories d’emploi avec des périodes de validité à ne pas dépasser
Catégorie
Professionnels
Période de validité
Notes
ALENA/ALECC (R204, CDC T23) : Permis de
travail valables pour un an seulement, avec des
prorogations successives d’un an.
En vertu du GATS (R204, CDC T33) : limite de
90 jours par tranche de 12 mois.
Personnes mutées à
ALENA/ALECC (R204, CDC T24) : Permis de * Dans ces cas, une
l’intérieur d’une société travail délivrés pour les périodes suivantes:
période d’au moins un
2004-11-12
60
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
Cadres et gestionnaires : maximum de 3 ans, à an (après la durée
maximale prévue) doit
moins que ces personnes aient pour mission
s’écouler avant de
d’ouvrir un bureau (1année); avec des
prorogations successives de 2 ans; durée totale délivrer un nouveau
permis de travail aux
limitée à 7 ans. *
personnes de cette
Personnes possédant des connaissances
spécialisées : maximum de 3 ans, à moins que catégorie.
cette personne ait pour mission d’ouvrir un
bureau (1 année); avec des prolongations
successives de 2 ans; durée totale limitée à 5
ans. *
Dispositions générales, en vertu du GATS
R205a), CDC C12 : les permis de travail seront
délivrés pour les périodes suivantes :
Cadres et gestionnaires : maximum de 3 ans,
avec possibilité de prolongation, à condition que
l’emploi au Canada soit temporaire en vertu du
R200.
Personnes possédant des connaissances
spécialisées : maximum 1 année, avec
possibilité de prolongation d’un an, mais la
durée totale du séjour au Canada doit être
limitée à 3ans.*
Programmes d’échange R205b), CDC C21 La durée de ces programmes
pour les étudiants
varie de 6mois à 1 an. Voir tableau à l’
étrangers
Appendice E.
Permis d’étudiant
Ces permis délivrés en vertu du R205c)(i), CDC
30, où la nature de l’emploi est essentielle au
programme d’études, ne devra pas dépasser la
date de validité du permis d’études.
Dispositions relatives à La durée de validité des permis délivrés en vertu
l’emploi des conjoints R205(c)(ii) CDC C41 ou C42 [ou en vertu du
R205b), CDC C20, dans le cas de conjoints du
personnel militaire ou des fonctionnaires de
missions étrangères] ne devrait dépasser la
période de service au Canada du demandeur
principal.
Emplois postdoctoraux R205c)(ii), CDC C43 La durée de validité de
l’emploi total est limitée à un an.
Demandeurs du statut Dans le cas de permis de travail en vertu du
de réfugié, etc.
R206, CDC S61 ou S62, la validité initiale est de
18 mois, et les renouvellements peuvent être
délivrés pour des périodes d’un an.
Étudiants démunis
(R208, CDC H81) Un permis de travail devrait
être délivrée uniquement pour que l’étudiant
termine sa session.
Titulaires de PST
Pour délivrer un permis de travail en vertu du
R208, CDC H82, la durée du permis de
résidence temporaire doit être valide pour une
durée minimale de six mois. La durée de validité
du permis de travail ne devrait pas être
supérieure à la durée de validité du PST.
Les pays de catégorie Dans la plupart des cas, la durée de validité du
spéciale
permis de travail des ressortissants étrangers
ne devrait pas être supérieure à une année. Voir
2004-11-12
61
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
l’ Appendice A du chapitre IC2.
12.
Programme du Québec
12.1.
Accord Canada-Québec
En vertu des dispositions de la clause 22 de l’Accord Canada-Québec, le consentement du
Québec est indispensable lorsqu’il s’agit de l’admission de travailleurs étrangers temporaires
dont l’emploi doit être confirmé.
Les travailleurs admis au Québec sont tenus d’obtenir le consentement du Québec par Certificat
d’acceptation (CAQ), lorsque l’emploi demande confirmation et dans le cas précis où un aide
familial résidant change d’employeur et qu’il doit en conséquence obtenir une nouvelle
confirmation. Le CAQ n’est pas obligatoire lorsque l’emploi ne doit pas être validé.
12.2.
Commission mixte sur les travailleurs étrangers temporaires
En vertu de la clause V.19 de l’Accord, le Canada est tenu de consulter la province de Québec
afin de déterminer les catégories de travailleurs étrangers temporaires dispensés de la
recommandation de RHDCC sur le marché du travail (confirmation), et d’en informer le Québec,
ainsi que de toute modification que le Canada apporterait à ces catégories.
Aux termes de la clause V.20, le Québec sera responsable :
a) de déterminer conjointement avec le Canada s’il n’y aurait pas de citoyen canadien ou de
résident permanent apte à occuper l’emploi offert à un travailleur étranger temporaire;
b) d’accorder son consentement préalable à l’admission de tout travailleur étranger temporaire
dont l’admission est en fonction de la disponibilité des travailleurs canadiens.
12.3.
Conditions du CAQ
Les étrangers désireux de travailler au Québec sont dispensés du CAQ si :
•
ils sont dispensés de confirmation;
•
leur emploi doit durer cinq jours ou moins (pas nécessairement consécutifs).
Le CAQ est délivré par le ministère des Relations avec les citoyens et de l’Immigration du
Québec (MRCIQ).
12.4.
La délivrance d’un CAQ
Des modalités sont en vigueur pour la transmission d’informations entre le Canada et la province
de Québec, lorsque la confirmation est obligatoire. Une confirmation du CRHC a déjà été
présentée par un requérant à destination du Québec; celle-ci a été acceptée par les autorités du
Québec, ce qui, en conséquence, l’autorise à obtenir un CAQ.
12.5.
Procédures de confirmation conjointes
Les procédures de confirmation conjointes peuvent être résumées ainsi :
2004-11-12
1.
l’employeur intéressé à l’embauche d’un travailleur étranger temporaire soumet un
formulaire de demande au CRHC, décrivant la nature de l’emploi et les aptitudes
nécessaires à l’exécution du travail;
2.
l’employeur qui soumet sa demande directement au MRCIQ est invité par le Québec à
la soumettre au CRHC en premier lieu;
62
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
3.
à la suite de l’évaluation, le CRHC adresse la demande accompagnée de
renseignements complémentaires au MRCIQ, précisant son intention d’accepter ou
de refuser;
4.
dans les dix jours qui suivent, le MRCIQ fait part au CRHC de son intention d’accepter
ou de refuser, appuyant sa décision de renseignements complémentaires, s’il y a lieu;
5.
si le Canada ou la province de Québec peut démontrer que l’emploi en question peut
être comblé par un travailleur canadien, la demande de l’employeur est refusée;
6.
si le Canada et la province de Québec indiquent que l’emploi ne peut être comblé que
par un travailleur étranger temporaire, la demande est approuvée;
7.
le CRHC adresse à l’employeur une lettre confirmant l’approbation de sa demande.
L’employeur en informe l’employé potentiel qui, à son tour, communique avec le
bureau de traitement indiqué sur la lettre d’approbation;
8.
le CRHC confirme l’approbation au bureau des visas ou au bureau d’immigration
voulu.
Note : Pour obtenir la prorogation d’un CAQ, l’offre d’emploi doit être validée de nouveau.
Un CAQ peut être valide pour une période maximale de 36 mois. Pour les emplois dont le facteur
de formation relative à l’emploi (FFRE) est inférieur à 5, le CAQ peut être valide pour un
maximum de 14 mois.
12.6.
Pays desservis par le MRCIQ
Le Service d’immigration du Québec a des bureaux implantés aux quatre coins du monde, une
liste est disponible à l’adresse suivante :
http://www.immigration-quebec.gouv.qc.ca/francais/index.html
13.
D’autres lignes directrices concernant des situations uniques
13.1.
Personnel de transporteur aérien
Il y a des dispositions contenues dans la Convention relative à l'aviation civile internationale de
1944, qui prévoient l'autorisation de séjour rapide et sans restriction des employés de
transporteurs aériens étrangers, dans la mesure où ces employés sont indispensables pour
assumer les fonctions techniques et de supervision liées à la prestation de services aériens
internationaux. L'entente contient également un élément de réciprocité.
Comme il est mentionné ci-dessous, diverses exigences s'appliquent à l'équipage de bord, au
personnel technico-opérationnel, aux employés au sol et aux chefs d'escale:
•
les équipages de bord sont dispensés d'un permis de travail en vertu du R186s);
•
le personnel technique, au sol et d'exécution des transporteurs aériens commerciaux doivent
obtenir un permis de travail, mais ils sont dispensés de confirmation en vertu du R204, CDC
T10;
•
les chefs d'escale doivent obtenir un permis de travail, mais ils sont dispensés de
confirmation en vertu du R205a), CDC C12, à condition qu'ils répondent aux directives
relatives aux employés mutés à l'intérieur d'une entreprise;
2004-11-12
63
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
•
13.2.
agents de sécurité étrangers, (par ex. El Al)
♦
à bord de l’aéronef : sont considérés comme des membres de l'équipage et ne sont pas
tenus d'obtenir un permis de travail R186s);
♦
à l’aéroport : ces agents de sécurité en service dans les aéroports, qui sont chargés
d'inspecter les passagers et leurs bagages avant leur embarquement, doivent obtenir un
permis de travail, mais ils sont dispensés de confirmation en vertu du R205a), CDC C10.
Conseillers de camp
Les conseillers de camps de jour ou résidentiels doivent avoir un permis de travail validé par
RHDCC. Toutefois, les conseillers de camp qui travaillent comme de véritables bénévoles
peuvent se voir émettre un permis de travail en vertu du R205d), C50, à condition qu’eux-mêmes
et leur employeurs répondent aux critères notés dans les lignes directrices. (Voir la Section 5.40.)
Examens médicaux pour les conseillers de camp
Auparavant, tous les conseillers de camp étrangers devaient subir un examen médical avant leur
arrivée au Canada. Toutefois, depuis mai 2002, seuls les conseillers de camp susceptibles
d’avoir résidé dans un pays désigné durant six mois consécutifs, à n’importe quel moment de
l’année qui précède immédiatement la date de la demande d’entrée, doivent subir un examen
médical de l’immigration. Cela signifie que les conseillers qui vivaient aux Etats-Unis n’ont pas à
subir l’examen médical de l’immigration avant la délivrance d’un permis de travail.
La liste des pays désignés est disponible à l’adresse suivante :
http://www.cic.gc.ca/francais/visiter/pays-designes.html
13.3.
Conseillers de camp en formation
Les conseillers de camp en formation n’ont pas besoin de permis de travail. Tout comme les
autres campeurs, les conseillers de camp en formation doivent ordinairement payer des frais pour
séjourner au camp; cependant, ils s'y trouvent, du moins en partie, pour recevoir une formation
durant leur séjour, dans le but de devenir conseiller de camp l'année suivante.
Les conseillers en formation aident à l'occasion les conseillers dans leurs fonctions. Ils
n'assument aucune des responsabilités du conseiller de camp et sont constamment supervisés
par ce dernier. Ils ne répondent pas à la définition de « travail » selon le Règlement.
13.4.
Propriétaire ou directeur de camp étranger
Permis de travail nécessaire, mais dispense de confirmation en vertu du R205a), C11, ou
confirmation nécessaire conformément aux lignes directrices suivantes. Ces lignes directrices
s’appliquent, qu’il s’agisse d’un camp récréatif pour enfant ou d’un camp de pêche ou de chasse.
13.5.
•
On peut délivrer à un propriétaire de camp et à son conjoint un permis de travail sans
confirmation. S'ils veulent travailler au camp, les autres membres de la famille du propriétaire
étranger doivent obtenir une confirmation d'emploi.
•
Appliquer les lignes directrices pour le R205a), C11, de la Section 5.30.
Guides de pêche
Les mouvements transfrontaliers de guides de pêche ont constitué un problème dans le passé.
En 1993, un groupe de travail mixte, formé d’agents d’immigration du Canada et des États-Unis,
a convenu qu’il fallait plutôt résoudre les problèmes des lacs limitrophes dans un esprit de
facilitation.
2004-11-12
64
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
Le groupe de travail a conclu une entente dans laquelle on reconnaît la légitimité du processus
mis en œuvre dans chacun des pays afin d’accréditer (processus de confirmation) les guides de
pêche qui veulent travailler dans l’autre pays. Les dispositions de l’ALENA portant sur les séjours
temporaires ne s’appliquent pas aux guides de pêche ni aux guides de chasse. Les deux pays
ont néanmoins convenu qu’ils devaient chercher à favoriser les mouvements de ces guides en
établissant des listes de postes vacants dans les deux pays. Compte tenu de sa complexité et
des ressources nécessaires à sa mise en œuvre, ce système de listes, fondé sur le principe de la
réciprocité, n’a jamais été mis en place. Le Canada utilise plutôt les mécanismes suivants :
•
Lacs limitrophes : CIC octroie des permis de travail pour la saison, avec dispense de la
confirmation, aux guides de pêche qui travaillent sur les lacs qui chevauchent la frontière
entre le Canada et les États-Unis en vertu du R205b), C20. Cette dispense est octroyée en
fonction du principe (confirmé par les faits) selon lequel les guides de pêche canadiens
bénéficient du même privilège et peuvent travailler dans la partie américaine d’un lac
limitrophe. Des permis de travail pour la saison, pour usage dans le jour seulement, peuvent
être octroyés à des guides qui sont des résidents américains ou qui demeurent dans un
établissement américain.
•
Employeurs canadiens : Les guides de pêche américains qui travaillent pour un employeur
canadien (un lieu de villégiature, par exemple) doivent obtenir un permis de travail avec
confirmation.
•
Lacs situés en territoire canadien : Un guide de pêche américain qui désire travailler sur un
lac situé entièrement en territoire canadien doit également obtenir un permis de travail avec
confirmation. À un guide qui est travailleur autonome (qui ne travaille pour aucun employeur,
américain ou canadien), l’agent peut accorder un permis de travail et une dispense de
confirmation si le guide peut faire la preuve qu’il répond aux exigences du R205a), C11. Dans
les faits, cela signifie que le guide de pêche doit pouvoir faire la preuve que ses activités
favoriseront le tourisme ou procureront des avantages à des citoyens canadiens ou à des
résidents permanents du Canada.
Compte tenu du privilège de libre navigation prévu dans le Traité des eaux limitrophes, les guides
américains qui doivent traverser la frontière canadienne pour se rendre dans une zone de pêche
située aux États-Unis ne sont pas tenus de se présenter à un agent au point d’entrée. Les guides
de pêche américains qui détiennent un permis de pêche de l’Ontario et pêchent dans une zone
située bien au-delà de la frontière ne seront pas considérés comme étant simplement de passage
au Canada. Ils devront obtenir un permis de travail. (Voir Lacs limitrophes, ci-dessus.)
13.6.
Loi sur les océans
Les limites territoriales du Canada se trouvent à 12 milles de toutes les côtes canadiennes. À
l'intérieur de ces limites, les critères d'immigration habituels s'appliquent. Dans la zone
économique exclusive (ZEE) (de 12 à 200 milles) du Canada, on doit délivrer un permis de travail
aux employés temporaires qui travaillent sur toute installation ou structure maritime (y compris sa
zone de sécurité) reliée au plateau continental ou au plancher océanique en vue d'explorer ou
d'exploiter des minéraux ou des ressources non biologiques, notamment sur toute île artificielle
construite, érigée ou placée sur le plateau continental. Cependant, parmi ces installations ou
structures maritimes, on exclut les vaisseaux qui sillonnent les eaux à l'extérieur des limites
territoriales de 12 milles et qui ne sont ni ancrés au plancher océanique, ni la propriété d'une île
artificielle, ni « reliés » à cette île.
Consulter le tableau suivant pour les définitions concernant la Loi sur les océans.
Île artificielle
Plateau
continental
toute adjonction d'origine humaine aux fonds marins ou à un élément de ces
fonds, émergée ou immergée.
les fonds marins et leur sous-sol qui s'étendent, au-delà de la mer territoriale, sur
tout le prolongement naturel du territoire terrestre du Canada, soit jusqu'au
2004-11-12
65
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
Ouvrages en
mer
rebord externe de la marge continentale, jusqu'à 200 milles marins de la ligne de
base de la mer territoriale, là où ce rebord se trouve à une distance inférieure,
soit jusqu'aux autres limites décrites dans la Loi sur les océans.
les navires, les unités de forage en mer, les stations de pompage, les platesformes de chargement, de production ou d'atterrissage, les installations sousmarines, les unités de logement ou d'entreposage, les dragues, les grues
flottantes, les barges, les unités d'installation de canalisations et les
canalisations, ainsi que les ancres, câbles d'ancrage et assises de sonde utilisés
à leur égard, ainsi que les autres ouvrages désignés - ou qui font partie d'une
catégorie désignée par la Loi sur les océans.
Les travailleurs étrangers temporaires doivent obtenir un permis de travail avec la confirmation de
RHDCC s’ils sont employés dans l’un des lieux suivants :
•
•
13.7.
à bord d'un ouvrage en mer fixé ou ancré au plateau continental:
♦
dans le but d'explorer ce plateau continental; ou
♦
dans le but d'exploiter ses ressources minérales ou autres ressources naturelles non
biologiques;
sur ou sous une île artificielle construite, érigée ou placée sur le plateau continental ou son
sous-sol, par exemple :
♦
les employés étrangers temporaires qui travaillent à bord de navires de forage pétrolier
ou de plates-formes de forage qui sont ancrés au plateau continental dans le but de
chercher du pétrole;
♦
les plates-formes de structure gravitaire utilisées pour extraire le pétrole brut dans la
zone économique de 200 milles ou à l'intérieur du rebord de la marge continentale.
Employés du gouvernement des États-Unis
Permis de travail nécessaire. Dispense de la confirmation RHDCC en vertu du R204, CDC T10.
On trouve, parmi certains représentants officiels du gouvernement des États-Unis en poste
temporairement au Canada, des agents du Service d'immigration et de naturalisation des
États-Unis - SINEU (United States Immigration and Naturalization Service - (USINS) et des
douanes des États- Unis, des membres de la Commission mixte internationale, des inspecteurs
de grains des États- Unis et d'autres personnes.
Les agents de prédédouanement américains qui travaillent au Canada ne sont pas accrédités.
Code de permis de travail 20 (travailleur, non mentionné ailleurs). Ne pas utiliser le code 22
(statut officiel).
Le personnel du gouvernement des États-Unis qui séjourne au Canada pour la première fois peut
obtenir un permis de travail en remettant une « lettre d'introduction » de l'organisme compétent
indiquant l'affectation, son lieu et sa durée au Canada. Les autorisations de longue durée doivent
être délivrées pour la durée de l'affectation. Ces personnes sont dispensées de droits,
conformément au R299(2)j).
Les codes de profession seront inscrits de la façon suivante :
Personnel de surveillance CNP 1228
Inspecteurs du SINEU CNP 1228
Inspecteurs des douanes des États-Unis CNP 1228
2004-11-12
66
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
Inspecteurs de grains des États-Unis CNP 2222
Commission mixte internationale et autres CNP 2263
CIC n’a pas l'intention d'empêcher la direction des organismes gouvernementaux américains
d'affecter du personnel à d'autres endroits au Canada pour des tâches temporaires. C'est
pourquoi il faut imposer les conditions suivantes. Les employés du gouvernement des
États-Unis :
•
sont interdits de fréquenter un établissement d'enseignement quel qu'il soit et de suivre des
cours de formation scolaire ou professionnelle;
•
ne sont pas autorisés à occuper un emploi autre que celui qui est mentionné;
•
ne sont pas autorisés à travailler pour un employeur autre que celui qui est nommé.
Les indications suivantes doivent figurer sur le permis de travail : « en cas de mutation
permanente, un nouveau permis de travail est nécessaire pour le nouveau lieu de travail. »
Les membres de la famille
Permis de travail nécessaire, type de cas 20, mais dispense de la confirmation RHDCC en vertu
du R205b), CDC C20.
Conformément à l'accord de réciprocité entre les États-Unis et le Canada, les membres de la
famille admissibles peuvent obtenir un permis de travail assujetti aux exigences médicales
lorsque la protection de la santé publique s'impose.
Les membres de la famille sont admissibles à un permis de travail ouvert non limité lorsqu'ils
satisfont aux exigences médicales. La date d'expiration devrait correspondre à la fin de la période
d'affectation de l'employé du gouvernement des États-Unis. Ces personnes sont dispensées du
droit exigible en vertu du code E03.
Note : Un représentant du gouvernement des États-Unis qui veut être admis au Canada pour une courte
durée en vue de remplir des fonctions et de fournir des services au gouvernement des États-Unis au
Canada peut entrer comme visiteur commercial s’il répond aux critères
Employés du « U.S. Internal Revenue Service (IRS) »
Permis de travail nécessaire, mais dispense de la confirmation RHDCC en vertu du R204, CDC
T10.
Des employés de l'« IRS » viennent au Canada à intervalles réguliers aux fins de vérification, de
cueillette de données et d'enquêtes criminelles. Les représentants du « IRS » doivent obtenir un
permis de travail, mais sont dispensés de confirmation compte tenu qu'ils occuperont un emploi
visé par un accord conclu avec un pays étranger par le gouvernement du Canada ou en son
nom. Ils peuvent se voir délivrer un permis de travail d’un an.
2004-11-12
67
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
Appendice A Arts de la scène
Acteurs, artistes, techniciens et travailleurs assimilés dans les domaines du film, de la
télévision, du théâtre et de la radio
La liste suivante, qui n’est pas exhaustive, ne fournit que des exemples de professions liées à
l’industrie du film et de la télévision pour lesquelles on peut exiger un permis de travail confirmé
par RHDCC :
•
acteurs de cinéma et de télévision, à moins qu’ils ne fassent partie d’un groupe tournant une
coproduction cinématographique intergouvernementale;
•
artistes participant à des productions télévisuelles dramatiques enregistrées et à des
interprétations dramatiques en direct qui sont filmées;
•
techniciens participant à des théâtres filmés et à des productions télévisuelles, à moins qu’ils
rencontrent les normes du R186g);
•
personnes qui participent au doublage de films;
•
personnes qui participent à la production soit d’un film, soit d’une bande vidéo, soit d’un
enregistrement sonore utilisé à des fins publicitaires;
•
personnes qui viennent participer à la production d’un film ou d’un documentaire, peu importe
qui finance le projet;
•
personnes qui occupent temporairement un poste permanent dans un organisme d’arts de la
scène permanent (c.-à-d., qui ne sont pas considérées comme des acteurs invités en
représentation).
Membres d’un jury, domaine artistique
Les membres d’un jury d’un festival de musique et de danse n’ont pas besoin d’un permis de
travail selon le R186m).
« American Federation of Musicians » (A F of M)
Les musiciens qui travaillent dans le cadre du programme d’échanges culturels entre les
éléments canadien et américain de l’« American Federation of Musicians » (A F of M) n’ont pas
besoin d’obtenir une confirmation de RHDCC s’ils sont membres de cet organisme et citoyens
des États- Unis. Ils doivent avoir une lettre du bureau canadien de l’« American Federation of
Musicians » qui précise que le titulaire est un participant au programme d’échanges culturels et
qu’il peut travailler au Canada à condition de répondre aux critères habituels relatifs aux résidents
temporaires.
Afin de refléter la durée du visa J-1 accordé aux Canadiens par les États-Unis, le permis de
travail doit être délivré pour un maximum de trois mois à partir de la date de début du séjour. On
attribue à toutes les professions le code de la CNP 5133, musiciens et chanteurs. Quand les
travailleurs répondent aux critères du R186g), aucun permis de travail n’est exigé.
Critère :
2004-11-12
68
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
Un permis de travail peut être exigé, mais pas la confirmation de RHDCC en vertu du R205b),
CDC C20.
Chanteurs de rue
Les chanteurs de rue incluent les artistes qui chantent dans la rue et qui donnent des spectacles
durant les festivals en plein air. Dans la plupart des cas, ils doivent répondre aux critères du
R186g).
Artistes de cirque
Dans la plupart des cas, les artistes de cirque étrangers qui font des tournées doivent répondre
aux critères du R186g). Cependant, lorsque leur employeur est canadien, ils s’intègrent au
marché du travail du Canada, et la confirmation de RHDCC est exigée.
Exception : le Cirque du Soleil a montré que la troupe apporte des avantages considérables pour
l’économie locale et prouvé qu’il essaie de trouver les meilleurs artistes de cirque au monde. Par
conséquent, les artistes étrangers peuvent être admis en vertu du R205, CDC C10.
Chefs d’orchestre
Cette catégorie comprend les personnes qui dirigent un orchestre ou qui viennent diriger divers
concerts. Si le chef d’orchestre est embauché pour un poste à plein temps par un orchestre
canadien, un permis de travail confirmé par RHDCC est exigé. Les chefs d’orchestre qui viennent
pour seulement un ou plusieurs concerts peuvent travailler sans permis de travail, en vertu du
R186g).
Coproduction de films
Tous les travailleurs étrangers temporaires qui entrent au Canada afin de prendre un emploi dans
le cadre d’une entente de coproduction audiovisuelle entre le Canada et un pays étranger sont
dispensés de l’obligation d’obtenir une confirmation de RHDCC. Le travailleur étranger
temporaire doit présenter une lettre du coproducteur canadien confirmant la signature d’une
entente de coproduction et précisant le rôle du travailleur étranger temporaire dans la production.
Il doit également présenter une copie de son contrat avec le coproducteur canadien ou étranger.
Téléfilm Canada est chargé d’approuver les ententes de coproducton et peut confirmer
l’existence d’une entente au besoin. [Telefilm Canada 1-800-567-0890, www.telefilm.gc.ca]
Critère :
Permis de travail nécessaire, mais les travailleurs sont dispensés de la confirmation, selon le
R204, CDC T10.
Producteurs de film employés par des sociétés étrangères
Les personnes employées à titre de producteur par une société de film ou de télévision étrangère
et qui viennent produire un film ou un documentaire entièrement financé à l’étranger sont
dispensées de l’obligation d’obtenir un permis de travail, en tant que personnes qui répondent
aux critères de visiteur commercial selon le R187.
2004-11-12
69
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
Utilisateurs de studios cinématographiques et d’enregistrement
Les personnes et les groupes qui achètent les services ou louent l’équipement d’un studio
cinématographique ou d’enregistrement au Canada peuvent être admises sans permis de travail
si elles répondent aux critères du R187.
Acteurs invités en représentation venant se produire à la télévision ou à la radio canadiennes
Une interprétation stricte du R186g) pourrait conduire un agent à conclure que ce Règlement ne
s’applique pas et qu’un permis de travail confirmé par RHDCC est nécessaire dans ce genre de
cas. Toutefois, une autre interprétation, reflétant mieux les intentions de CIC, est possible :
L’artiste de musique, qui vient se produire à « Open Mike » avec Mike Bullard ou à « Canada
AM », par exemple, est avant tout un acteur invité en représentation. Quoique l’émission soit
télévisée, le musicien n’a pas d’intérêt dans celle-ci et il n’en fait pas partie intégrante. Il est un
simple invité et, quoiqu’il chante, il devrait être admis sans permis de travail, comme il le serait s’il
ne faisait que parler durant l’émission. En revanche, s’il vient jouer ou chanter de façon régulière
dans une série télévisée, il a besoin d’un permis de travail confirmé.
Postes permanent dans le domaine des arts de la scène
Les personnes qui viennent occuper temporairement un poste à titre de membres d’une
organisation permanente comme un théâtre, une troupe de danse, un orchestre, un groupe de
musiciens local, etc., doivent obtenir un permis de travail confirmé par RHDCC. Les
chorégraphes et les annonceurs font partie de ce groupe.
World Wrestling Entertainment (WWE)
Ces « artistes » et leur équipe peuvent être admis conformément au R186g). Le R186g) stipule
que leur prestation ne doit pas être « liée principalement à la réalisation d’un film ou d’émissions
télévisées ou radiodiffusées ». Même si la plupart de leurs prestations sur scène sont diffusées
en direct à la télévision à la carte et/ou filmées pour être retransmises plus tard à la télévision
commerciale, on ne considère pas que ce soit l’objectif principal de ces prestations.
Une grande partie des revenus que tire WWE des événements en direct provient de la
transmission simultanée ou ultérieure ainsi que de films. Cependant, une partie importante
provient également de la vente de billets pour assister au « spectacle ». De plus, si le principal
objectif de ces prestations n’était pas d’attirer et de distraire un public en salle, il n’y aurait, pour
le WWE, aucune raison de s’infliger les dépenses et les inconvénients liés à la présentation d’un
spectacle itinérant.
2004-11-12
70
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
Appendice B L’Accord de libre-échange Canada-Chili
L’Accord de libre-échange Canada-Chili est un accord de libre-échange qui porte sur les biens,
les services et les investissements. L'accord a pris pour modèle l'ALENA. Tout comme l'ALENA, il
contient certaines dispositions concernant le séjour temporaire afin de faciliter, sur une base de
réciprocité, le mouvement des gens d'affaires. Ces dispositions se trouvent au chapitre K de
l'accord (il s'agit du chapitre 16 de l'ALENA).
Le critère de base de l'ALENA, qui consiste à accorder le séjour temporaire à quatre catégories
d'hommes et de femmes d'affaires—visiteurs commerciaux, professionnels, personnes mutées à
l'intérieur d'une société, et négociants et investisseurs—, ne change pas dans l'ALECC. Il y a
toutefois un certain nombre de différences mineures entre le chapitre sur le séjour temporaire de
l'ALECC et celui de l'ALENA, surtout dans les appendices qui portent sur deux des catégories
d'hommes et de femmes d'affaires – visiteurs commerciaux. Les dispositions touchant les
personnes mutées à l’intérieur d’une société ainsi que les négociants et investisseurs sont
identiques dans les deux accords.
L'accord permet à chaque partie d'exiger ou de continuer à exiger un visa de la part des citoyens
de l'autre partie.
Visiteurs commerciaux :
Comme pour l’ALENA, les visiteurs commerciaux sont des hommes et des femmes d'affaires qui
cherchent à entrer au Canada pour mener à bien des activités décrites à l'appendice K-03.I.1
(appendice 1603.A.1 de l'ALENA). On considère que les visiteurs commerciaux ne s'intègrent pas
au marché du travail canadien et que leur source principale de revenu et principal lieu d'affaires
se trouvent à l'extérieur du Canada. Le séjour temporaire est octroyé aux personnes d’affaires
chiliennes en visite en vertu du paragraphe R186a).
Tout comme dans l'ALENA, l'appendice qui porte sur la catégorie des visiteurs commerciaux ne
constitue pas une liste exhaustive, mais illustre le type d'activité habituellement exercé par les
visiteurs commerciaux. Aucune nouvelle activité n'a été ajoutée à l'appendice K-03.I.1, mais
certaines ont été supprimées afin de refléter l'accord intervenu entre le Canada et le Chili, et les
cas où l'entrée d'un citoyen chilien en vertu de cette disposition est peu probable :
•
propriétaires de moissonneuses sous la rubrique Culture, fabrication et
production;
•
exploitants d'entreprises de transport;
•
courtiers canadiens et américains sous la rubrique Distribution;
•
organisateurs de voyages en autocar sous la rubrique Services généraux.
Professionnels :
Les catégories de professionnels, de personnes mutées à l'intérieur d'une société et de
négociants et investisseurs sont administrées par le truchement du paragraphe R204a).
Les professionnels sont les hommes et les femmes d'affaires définis dans l'appendice K-03-IV.1
qui cherchent à entrer au Canada s'appuyant sur des arrangements préalables—à savoir en tant
qu'employés salariés, en vertu d'un contrat personnel avec un employeur canadien ou d'un
contrat avec leur propre employeur dans leur pays d'origine. Comme dans l'ALENA, plus de 60
professionnels sont décrits dans la liste qui se trouve à l'appendice K-03.IV.1 (appendice
1603.D.1 dans l'ALENA). Contrairement à l'appendice qui porte sur la catégorie des visiteurs
commerciaux, l'appendice K-03.IV.1 fournit une liste exhaustive qui ne peut être interprétée.
2004-11-12
71
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
Chaque professionnel décrit dans l'appendice doit posséder les qualifications mentionnées dans
la rubrique Titres universitaires minimums et autres qualifications, qui s'appliquent à la profession.
Aucune nouvelle profession n'a été ajoutée à l'appendice de l'ALECC.
Les exigences qui s'appliquent aux professionnels de l'ALENA ont été conservées et s'appliquent
toujours. Toutefois, pour 14 des professions, les titres universitaires minimums et autres
qualifications, comme le titre universitaire chilien, ont été ajoutés, à titre d'option, aux exigences
qui se trouvent actuellement dans l'ALENA, afin de refléter le système d'éducation chilien.
Les exigences relatives aux titres universitaires minimums et autres qualifications ont été
modifiées dans le cas des professions suivantes : comptable, avocat, bibliothécaire, travailleur
social, diététiste, thérapeute, ergothérapeute, médecin, physiothérapeute, infirmier/infirmière,
vétérinaire et géologue. Voir l'appendice K-03-IV.1 de l'ALECC ci-dessous.
Comme pour l'ALENA, l'autorisation d'emploi doit porter le code de dispense de validation T23.
APPENDICE K-03.IV.1
PROFESSIONNELS
PROFESSION1
Services généraux
Adjoint de recherche (attaché à
un établissement
d'enseignement
postsecondaire)
Analyste de systèmes
informatiques
Architecte
Architecte paysagiste
Arpenteur-géomètre
Avocat (y compris les notaires
dans la province de Québec)
Bibliothécaire
Concepteur d’intérieur
Concepteur graphique
Concepteur industriel
Consultant en gestion
Directeur d’hôtel
Économiste (y compris les
ingénieurs commerciaux au
2004-11-12
TITRES UNIVERSITAIRES MINIMUMS ET AUTRES
QUALIFICATIONS 2
Baccalauréat ou Licenciatura
Baccalauréat ou Licenciatura; ou diplôme5 ou certificat6 d’études
postsecondaires et plus trois années d’expérience
Baccalauréat ou Licenciatura; ou permis d’un État ou d’une
province4
Baccalauréat ou Licenciatura
Baccalauréat ou Licenciatura; ou permis provincial, national ou
d'un État
LL.B., J.D., LL.L., B.C.L. ou Licenciatura (cinq ans) ou Abogado;
ou membre du barreau d'un État ou d'une province
M.L.S., ou B.L.S. ou Magister en Bibliotecología (pour lequel un
autre baccalauréat ou une autre Licenciaturia constituait une
condition préalable)
Baccalauréat ou Licenciatura; ou diplôme ou certificat d'études
postsecondaires et trois années d'expérience
Baccalauréat ou Licenciatura; ou diplôme ou certificat d'études
postsecondaires et trois années d'expérience
Baccalauréat ou Licenciatura; ou diplôme ou certificat d'études
postsecondaires et trois années d'expérience
Baccalauréat ou Licenciatura; ou expérience professionnelle
équivalente établie par une déclaration ou une attestation
professionnelle justifiant une expérience de cinq années en tant
que consultant en gestion, ou cinq années d'expérience dans
une spécialité apparentée à la consultation en gestion
Baccalauréat ou Licenciatura en gestion d'hôtel ou de
restaurant; ou diplôme ou certificat d'études postsecondaires en
gestion d'hôtel ou de restaurant et trois années d'expérience en
gestion d'hôtel ou de restaurant
Baccalauréat ou Licenciatura
72
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
Chili)
Expert-comptable
Baccalauréat ou Licenciatura; ou C.P.A., C.A., C.G.A. ou C.M.A;
ou Contador auditor ou Contador público (titres universitaires)3.
Gestionnaire de parcours/ agent Baccalauréat ou Licenciatura
de protection des parcours
Ingénieur
Baccalauréat ou Licenciatura; ou permis d’un État ou d’une
province
Ingénieur forestier
Baccalauréat ou Licenciatura; ou permis d’un état ou d’une
province
Mathématicien (y compris
Baccalauréat ou Licenciatura
statisticien)
Orienteur
Baccalauréat ou Licenciatura
Rédacteur de publications
Baccalauréat ou Licenciatura; ou diplôme ou certificat d'études
techniques
postsecondaires et trois années d'expérience
Sinistres causés par les
Baccalauréat ou Licenciatura, et formation requise dans les
catastrophes
secteurs pertinents du règlement des déclarations de sinistres
Expert en sinistres (expert en faisant suite à des catastrophes naturelles; ou trois années
sinistres au service d’une
d’expérience du règlement des déclarations de sinistres et
compagnie d’assurances située formation requise dans les secteurs pertinents du règlement des
sur le territoire d’une Partie, ou déclarations de sinistres faisant suite à des catastrophes
expert en sinistres indépendant) naturelles
Sylviculteur (y compris les
Baccalauréat ou Licenciatura
spécialistes des sciences
forestières)
Technicien/technologue
a) connaissance théorique de l'un des domaines suivants :
scientifique
sciences agricoles, astronomie, biologie, chimie, foresterie,
génie, géologie, géophysique, météorologie ou physique; et b)
capacité de régler des problèmes pratiques dans l'un de ces
domaines ou de mettre en pratique les principes de ces
domaines au cours de travaux de recherche fondamentale ou
appliquée
Travailleur social
Baccalauréat ou Licenciatura ou Asistente social/Trabajador
social (titre universitaire)
Urbaniste (y compris les
Baccalauréat ou Licenciatura
géographes)
Médecine/Services professionnels connexes
Dentiste
D.D.S., D.M.D., Doctor en Odontología ou Doctor en Cirugía
Dental ou Licenciatura en Odontología; ou permis provincial ou
d'un État
Diététiste
Baccalauréat ou Licenciatura ou Dietista Nutricional (titre
universitaire); ou permis provincial ou d'un État
Ergothérapeute
Baccalauréat ou Licenciatura ou Terapeuta Ocupacional (titre
universitaire); ou permis provincial ou d'un État
Infirmier/infirmière
Permis provincial ou d'un État; ou Licenciatura ou Enfermera
(titre universitaire)
Ludothérapeute
Baccalauréat ou Licenciatura
Médecin (enseignement ou
M.D. ou Doctor en Medicina ou Médico Cirujano/Médico (titre
recherche seulement)
universitaire); ou permis provincial ou d'un État
Nutritionniste
Baccalauréat ou Licenciatura ou Nutricionista/Dietista Nutricional
(titre universitaire)
Pharmacien
Baccalauréat ou Licenciatura; ou permis provincial ou d'un État
Physiothérapeute/
Baccalauréat ou Licenciatura ou Kinesiólogo/Kinesioterapeuta
kinésithérapeute
(titre universitaire); ou permis provincial ou d'un État
Psychologue
Permis provincial ou d'un État; ou Licenciatura
2004-11-12
73
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
Baccalauréat ou Licenciatura; ou diplôme ou certificat d'études
Technologue de laboratoire
médical (Canada)/ technologue postsecondaires et trois années d'expérience
médical (Chili, Mexique et
États- Unis d'Amérique)8
Vétérinaire
D.V.M., D.M.V. ou Doctor en Veterinaria ou Médico Veterinario
(titre universitaire); ou permis provincial ou d'un État
Sciences
Agronome
Baccalauréat ou Licenciatura
Apiculteur
Baccalauréat ou Licenciatura
Astronome
Baccalauréat ou Licenciatura
Biochimiste
Baccalauréat ou Licenciatura
Biologiste
Baccalauréat ou Licenciatura
Chimiste
Baccalauréat ou Licenciatura
Éleveur
Baccalauréat ou Licenciatura
Entomologiste
Baccalauréat ou Licenciatura
Épidémiologiste
Baccalauréat ou Licenciatura
Généticien
Baccalauréat ou Licenciatura
Géochimiste
Baccalauréat ou Licenciatura
Géologue
Baccalauréat ou Licenciatura ou Geólogo (titre universitaire)
Géophysicien (y compris les
Baccalauréat ou Licenciatura
océanographes au Mexique et
aux États-Unis d'Amérique)
Horticulteur
Baccalauréat ou Licenciatura
Météorologue
Baccalauréat ou Licenciatura
Obtenteur de végétaux
Baccalauréat ou Licenciatura
Pédologue
Baccalauréat ou Licenciatura
Pharmacologiste
Baccalauréat ou Licenciatura
Physicien (y compris les
Baccalauréat ou Licenciatura pour les physiciens; Oceanógrafo
océanographes au Canada et (titre universitaire) pour les océanographes
au Chili)
Spécialiste des sciences
Baccalauréat ou Licenciatura
animales
Spécialiste des sciences
Baccalauréat ou Licenciatura
avicoles
Spécialiste des sciences
Baccalauréat ou Licenciatura
laitières
Zoologiste
Baccalauréat ou Licenciatura
Enseignement
Collège
Baccalauréat ou Licenciatura
Séminaire
Baccalauréat ou Licenciatura
Université
Baccalauréat ou Licenciatura
NOTES
1. L'homme ou la femme d'affaires qui demande le séjour temporaire en vertu du présent
appendice peut aussi exercer des fonctions de formation liées à sa profession, ce qui comprend
la tenue de séminaires.
2. Bibliothéconomie : M.L.S. : Maîtrise en bibliothéconomie; B.L.S. : Baccalauréat en
bibliothéconomie
Comptabilité : C.P.A. : Certified Public Accountant; C.A. : Comptable agréé; C.G.A. : Comptable
général licencié; C.M.A. : Comptable en management accrédité
Dentisterie : D.D.S. : Docteur en chirurgie dentaire; D.M.D. : Doctor of Dental Medicine
Droit : LL.B. : Baccalauréat en droit; J.D. : Doctor of Jurisprudence (n'est pas un Doctorat); LL.L :
Licence en droit (universités québécoises et Université d'Ottawa); B.C.L. : Baccalauréat en droit
civil
Médecine : M.D. : Doctorat en médecine -
2004-11-12
74
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
Médecine vétérinaire : D.V.M. : Doctor of Veterinary Medicine; D.M.V. : Docteur en médecine
vétérinaire.
3. L'expression « titre universitaire » désigne tout document délivré par une université reconnue
par le gouvernement national du Chili et est réputée correspondre aux titres universitaires
minimums et autres qualifications pour la profession concernée. Pour ce qui est de la profession
d'avocat (Abogado), le titre est conféré par la Cour suprême du Chili.
4. Les expressions « permis d'une province ou d'un État » et « permis provincial, national ou
d'un État » désignent tout document délivré, selon le cas, par le gouvernement d'un État ou d'une
province ou par un gouvernement national, ou sous son autorité, et qui habilite une personne à
exercer une activité ou une profession réglementée. Les permis délivrés par les administrations
locales n'entrent pas dans cette catégorie.
5. L'expression « diplôme d'études postsecondaires » s'entend d'un titre délivré par un
établissement d'enseignement accréditée du Canada ou des États-Unis d'Amérique après
l'achèvement d'au moins deux années d'études postsecondaires.
6. L'expression « certificat d'études postsecondaires » s'entend d'un certificat délivré après
l'achèvement d'au moins deux années d'études postsecondaires : dans le cas du Mexique, par le
gouvernement fédéral ou par le gouvernement d'un État, un établissement d'enseignement
reconnu par le gouvernement fédéral ou le gouvernement d'un État ou un établissement
d'enseignement créé par une loi fédérale ou d'État; et, dans le cas du Chili, par un établissement
d'enseignement reconnu par le gouvernement du Chili.
7. L'homme ou la femme d'affaires de cette catégorie doit demander le séjour temporaire afin de
collaborer directement avec les professionnels des domaines suivants : sciences agricoles,
astronomie, biologie, chimie, foresterie, génie, géologie, géophysique, météorologie ou physique.
8. L'homme ou la femme d'affaires de cette catégorie doit demander le séjour temporaire afin
d'aller procéder, dans un laboratoire, à des tests et à des analyses chimiques, biologiques,
hématologiques, immunologiques, microscopiques ou bactériologiques, dans le but de
diagnostiquer, de traiter ou de prévenir des maladies.
2004-11-12
75
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
Appendice C Concernant les diplomates, (nouveau GUIDE)
1. AGENTS DIPLOMATIQUES, FONCTIONNAIRES CONSULAIRES, REPRÉSENTANTS ET
FONCTIONNAIRES (AINSI QUE LES MEMBRES DE LEURS FAMILLES) ACCRÉDITÉS AU
CANADA [alinéas R186b) et c)
R186. L’étranger peut travailler au Canada sans permis de travail :
b) à titre de représentant étranger dûment accrédité par le ministère des Affaires étrangères et du
Commerce international, se trouvant au Canada dans le cadre de fonctions officielles en tant
qu’agent diplomatique, fonctionnaire consulaire, représentant ou fonctionnaire d’un pays
étranger, des Nations Unies ou de l’un des ses organismes ou de tout autre organisme
international dont le Canada est membre;.
Note : Les agents diplomatiques qui entrent au Canada pour la première fois ne sont pas tenus de se
soumettre à un deuxième contrôle. Ils ont pour instruction de communiquer avec le ministère des
Affaires étrangères à Ottawa afin qu’on y vérifie leurs lettres de créance.
Définitions :
Dûment accrédité
L’accréditation prend la forme d’une vignette de contrôle apposée dans le passeport de la
personne concernée. En outre, toute personne de plus de 16 ans se voit délivrer une carte
d’identité.
Agent diplomatique
Désigne une personne admise au Canada qui est accréditée par un État étranger à titre de
membre d’une mission diplomatique. Les missions diplomatiques sont des bureaux de
gouvernements étrangers établis dans la région de la capitale nationale et accrédités auprès du
gouvernement canadien en vue d’entretenir des relations diplomatiques. Les personnes qui
occupent le rang de haut commissaire, haut-commissaire adjoint, ambassadeur, chargé
d’affaires, ministre, ministre- conseiller, premier, deuxième ou troisième conseiller, conseiller,
premier secrétaire, deuxième secrétaire, troisième secrétaire, attaché et attaché adjoint sont
considérées comme des agents diplomatiques.
Fonctionnaire consulaire (de carrière) :
Désigne une personne admise au Canada qui est accréditée à titre de membre d’un bureau
consulaire. Les bureaux consulaires sont des bureaux de gouvernements étrangers établis à
l’extérieur de la région de la capitale nationale en vue de servir les intérêts des ressortissants de
leur pays et d’agir à titre d’intermédiaire entre leur pays et les responsables canadiens sur les
questions d’intérêt commun (p. ex. : l’éducation, le tourisme, le commerce, etc.). Les personnes
qui occupent le rang de consul général, consul général adjoint, consul, consul adjoint, vice-consul
et agent consulaire sont considérées comme des fonctionnaires consulaires.
D’un pays étranger
S’entend d’un pays autre que le Canada avec lequel celui-ci entretient des relations
diplomatiques et qui a établi une mission au Canada.
2004-11-12
76
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
Des Nations Unies ou de l’un des organismes qui en relèvent
Les Nations Unies n’ont pas de bureau au Canada. Toutefois, bon nombre des organismes qui
en relèvent ont des bureaux en divers endroits au Canada. Les membres de ces organismes sont
accrédités à titre de représentants, de hauts fonctionnaires ou de fonctionnaires. Le personnel
temporaire ou permanent d’un organisme des Nations Unies au Canada est dispensé du permis
de travail en vertu de l’alinéa 179b) du Règlement, quel que soit le rang qu’il occupe. Ils doivent
tous être titulaires d’un visa O-1 ou D-1, qui assujetti à aucun frais. [Référence : Guide consulaire
10.4.2(2)].
Les membres, les fonctionnaires et les spécialistes des organismes suivants des Nations Unies
qui séjournent au Canada aux fins d’activité de l’ONU sont accrédités par le Canada (la liste n’est
pas exhaustive) :
•
Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) - Montréal
•
Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) - Ottawa
•
Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) - Québec
•
Programme des Nations Unies pour l’environnement (Convention sur la diversité biologique)
(PNUE) - Montréal
•
Fond multilatéral pour la protection de la couche d’ozone dans le cadre du protocole de
Montréal (PNUE) - Montréal
Les personnes qui viennent au Canada pour occuper un emploi à titre d’agent du Secrétariat de
l’OACI doivent être munies d’une lettre de nomination indiquant leur rang officiel au sein de
l’OACI. Cette lettre doit avoir été signée par le secrétaire général de l’OACI ou au nom de ce
dernier. Les agents supérieurs affectés au Secrétariat de l’OACI sont accrédités. Les spécialistes
en mission à l’OACI ne le sont pas.
Organismes internationaux dont le Canada est membre
Ces organismes ne sont pas affiliés aux Nations Unies. Il s’agit d’organismes créés en vertu
d’accords. Le Canada a accepté d’accueillir ces organismes et d’accorder à leurs membres la
même protection que celle dont jouissent les membres des organismes des Nations Unies. Les
membres de ces organismes seront accrédités à titre de représentants permanents, de hauts
fonctionnaires ou de fonctionnaires. Les membres des organismes suivants sont accrédités :
•
Agence du Commonwealth pour l’enseignement (ACE) - Vancouver
•
Institut de l’énergie et de l’environnement de la Francophonie (IEPF) - Québec
•
Institut interaméricain de coopération pour l’agriculture (IICA) - Ottawa
•
Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) - Toronto
•
Commission de coopération environnementale de l’Amérique du Nord (CCEAN) - Montréal
•
Commission des poissons anadromes du Pacifique Nord (CPAPN) - Vancouver
•
Organisation pour les sciences marines dans le Pacifique Nord (OSMPN) - Sidney, (C.-B.)
•
Organisation des pêches de l’Atlantique nord-ouest (OPANO) - Dartmouth
2004-11-12
77
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
Autres bureaux
•
Bureau économique et culturel de Taipei au Canada (BECT) – Ottawa, Toronto et Vancouver.
•
Bureau économique et commercial de Hong Kong – (BECHK) Toronto
L’accréditation ne s’applique qu’au personnel permanent affecté au Canada, et non au personnel
temporaire à court terme venant au Canada pour travailler lors d’une rencontre internationale.
Les employés non diplomatiques d’une organisation internationale (relevant ou non des Nations
Unies, selon la liste ci-dessus) venant travailler à une rencontre ou autre n’ont pas besoin de
permis de travail s’ils répondent aux critères des visiteurs commerciaux.
Les organismes internationaux ou leurs secrétariats, comme l’OACI, n’ont le droit d‘embaucher
sur place que des citoyens canadiens ou des résidents permanents. C’est pourquoi aucun
résident temporaire n’a le droit de travailler pour un organisme international en tant que personnel
recruté sur place.
2. FONCTIONNAIRES DE GOUVERNEMENTS ÉTRANGERS NON ACCRÉDITÉS AU
CANADA
Certains fonctionnaires de gouvernements étrangers qui sont affectés au Canada en qualité de
représentants d’organismes privés chargés de services publics ne sont pas accrédités au
Canada. Ce sont des fonctionnaires qui ne font pas partie des missions diplomatiques ou des
bureaux consulaires et qui ne sont pas visés par R186b). Cela comprend les employés
d’organismes comme l’Institut Goethe, l’IATA, le British Council et l’Office national de tourisme de
la Grèce. Les hauts fonctionnaires travaillant dans ces organismes doivent obtenir un permis de
travail, mais pourraient être dispensés de la validation de RHDCC en vertu de R205a), code de
dispense de validation, s’ils remplissent les critères exigés (code de dispense de la validation
C12). Les autres fonctionnaires et employés de soutien doivent, quant à eux, obtenir une
validation.
Les agents américains de prédédouanement qui travaillent au Canada ne sont pas accrédités.
Voir la Section 13.7, Employés du gouvernement des États-Unis.
Les fonctionnaires de gouvernements étrangers qui sollicitent l’admission temporaire en vue de
remplir des fonctions et de fournir des services au nom de leur gouvernement au Canada doivent
être considérés comme des visiteurs commerciaux aux termes de l’alinéa R186a). Ils ne doivent
pas se livrer à des activités de vente au public, ni essayer d’entrer sur le marché du travail par
une autre voie.
Les fonctionnaires gouvernementaux qui demandent l’admission en vue de remplir des fonctions
au sein d’un organisme fédéral ou provincial en vertu d’un accord d’échange conclu avec le
Canada doivent être considérés comme des visiteurs aux termes de l’alinéa 186e) du Règlement.
3. DOMESTIQUES PRIVÉS DES REPRÉSENTANTS ÉTRANGERS
Il est possible d’accorder le statut officiel aux domestiques privés d’un membre d’une mission
diplomatique, d’un bureau consulaire ou d’un organisme international. L’employeur doit soumettre
une « entente d’emploi comme employé de maison » soit au bureau consulaire, soit au Bureau
du protocole du MAECI. Le bureau ne doit pas délivrer un visa tant que le Bureau du protocole du
MAECI n’a pas approuvé le contrat. L’employé de maison ou domestique est considéré comme
étant à l’emploi d’un représentant étranger et on lui accorde une autorisation d’emploi au Canada
en vertu de l’alinéa 186b) du Règlement.
Par ailleurs, les demandeurs peuvent solliciter l’autorisation de séjourner au Canada à titre de
travailleurs temporaires en vertu du programme concernant les aides familiaux résidants (PAFR).
Aux termes du PAFR, seules les personnes qui obtiennent un permis de travail à titre d’aide
2004-11-12
78
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
familial résidant et qui travaillent en cette qualité pendant deux ans peuvent demander la
résidence permanente au Canada. Par conséquent, les personnes qui sont admises au Canada à
titre de domestique privé d’un représentant étranger ne peuvent pas obtenir la résidence
permanente au Canada en vertu du PAFR.
Les agents diplomatiques qui désirent que leurs employés de maison entrent et vivent au Canada
en vertu du PAFR doivent présenter un contrat employeur/employé, et le bureau des visas doit
demander une autorisation en envoyant une note diplomatique au Bureau du protocole du
ministère des Affaires étrangères et du Commerce international (MAECI) indiquant que les
agents diplomatiques s’engagent à respecter toutes les exigences et conditions du contrat. Le
représentant étranger doit ensuite faire parvenir un exemplaire de cette note, du contrat
employeur-employé et de la réponse du MAECI au CRHC compétent pour faire valider l’offre
d’emploi. En cas de réponse favorable, le CRHC en avisera l’employeur par écrit.
Pour résumer
•
En vertu de l’alinéa 186b) du Règlement, l’autorisation d’emploi n’est pas exigée si le
représentant est accrédité.
•
Le permis de travail et la validation de RHDCC sont indispensables si la personne présente
une demande en vertu du programme concernant les aides familiaux résidants.
Voir Note Circulaire No 2482 à la fin de cet appendice.
4. EMPLOYÉS DES MISSIONS DIPLOMATIQUES ET DES BUREAUX CONSULAIRES
RECRUTÉS SUR PLACE
Les employés des missions diplomatiques et des bureaux consulaires recrutés sur place sont,
dans la plupart des cas, des citoyens ou des résidents permanents du Canada. Toutefois, en
vertu du principe de réciprocité, la politique permet aux missions diplomatiques et aux bureaux
consulaires de faire appel à des personnes qui ne sont pas des citoyens ou des résidents
permanents du Canada, à condition que le Bureau du protocole du ministère des Affaires
étrangères et du Commerce international ne s’y oppose pas. [Note : le MAECI refuse l’admission
au Canada des personnes qui sollicitent l’entrée dans le seul but de travailler à titre d’employé
recruté sur place d’une mission diplomatique ou d’un bureau consulaire. En outre, la personne
doit normalement être de la même nationalité que la mission elle-même.]
Les employés recrutés sur place n’obtiennent pas systématiquement un statut officiel et ne
bénéficient pas non plus de l’immunité diplomatique, des privilèges ou des avantages prévus par
la Convention de Vienne. Un permis de travail peut être délivré en vertu de l’alinéa 205b) du
Règlement (code de dispense de la validation C20). La mission étrangère y figure comme
employeur.
Les organismes des Nations Unies et les organisations internationales ne sont pas autorisés à
recruter des employés sur place qui ne sont pas des citoyens canadiens ou des résidents
permanents du Canada (à moins que l’étranger ne possède déjà un permis de travail).
Pour résumer
•
Les personnes qui veulent être recrutées sur place doivent soumettre un exemplaire de la
note diplomatique délivrée par le MAECI dans lequel celui-ci indique qu’il ne s’oppose pas à
ce que l’étranger travaille au Canada.
•
Les demandeurs doivent remplir tous les critères d’un « résident temporaire ».
2004-11-12
79
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
•
Les candidats peuvent faire leur demande au Canada s’ils sont admissibles en vertu de
l’article 199 du Règlement, mais devront autrement effectuer leur demande depuis l’étranger.
•
En vertu de R205 (code de dispense de la validation C20), on peut délivrer un permis de
travail dispensé de la validation de RHDCC. La mission étrangère est inscrite à titre
d’employeur.
5. MEMBRES DE LA FAMILLE DE REPRÉSENTANTS ÉTRANGERS AU CANADA
R186. L’étranger peut travailler au Canada sans permis de travail :
c) à titre de membre de la famille d’un représentant étranger qui est au Canada et à qui le
ministère des Affaires étrangères et du Commerce international a accordé le statut diplomatique,
et ce ministère confirme par écrit qu’il ne soulève aucune objection à ce que l’étranger travaille au
Canada;
Travailleurs qui répondent à la définition ci-dessus
Pour travailler au Canada, l’époux, le fils ou la fille d’un représentant étranger doivent remplir
deux conditions.
•
Ils doivent être accrédités par le MAECI (c’est-à-dire que leur passeport doit comporter une
vignette de contrôle). Cela prouve qu’ils satisfont à la définition de membre de la famille d’un
représentant étranger.
•
Ils doivent être munis d’une lettre de non-opposition du MAECI (elle n’est normalement
délivrée que lorsqu’il existe une entente de réciprocité avec le pays en question). Cela prouve
que le MAECI a donné à la personne l’autorisation de travailler.
Les membres de la famille qui répondent aux deux conditions n’ont pas besoin d’obtenir un
permis de travail avant de commencer à travailler.
Membres de la famille non accrédités
Le MAECI ne délivrera une lettre de non-opposition qu’aux personnes accréditées. Quant aux
personnes non accréditées, le MAECI défère leur cas aux fonctionnaires de l’immigration.
Les membres de la famille qui ne sont pas accrédités peuvent demander un permis d’études ou
de travail, conformément aux exigences usuelles en matière d’immigration.
Exigences à remplir pour obtenir l’approbation du ministère des Affaires étrangères et du
Commerce international (MAECI)
Le MAECI exige des missions diplomatiques, des bureaux consulaires et des organisations
internationales au Canada qui souhaitent embaucher un membre de la famille faisant partie du
foyer d’un de leurs représentants, qu’ils obtiennent une autorisation sous forme de note
diplomatique ou de lettre officielle.
Le MAECI accorde l’autorisation de travailler aux membres de la famille dans les cas suivants
uniquement :
a) Le pays a signé un accord de réciprocité en matière d’emploi (ARE) avec le Canada. Ces
accords permettent aux membres de la famille des représentants canadiens à l’étranger de
travailler dans le pays d’accueil.
2004-11-12
80
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
b) L’accord de siège d’une organisation internationale ou d’un organisme relevant des Nations
Unies comprend un article indiquant que les membres de la famille peuvent travailler.
c) Si le Bureau du protocole juge qu’un traitement spécial est justifié pour des raisons
particulières, il a la possibilité d’approuver de telles demandes malgré l’absence de dispositions
claires de réciprocité.
Exigences visant l’immunité et le permis de travail :
•
Tous les membres de la famille d’un représentant étranger sont soumis à la juridiction
administrative ou civile pendant leurs heures de travail.
•
Les personnes dispensées en vertu de R186c) peuvent occuper un emploi à partir du
moment où elles reçoivent la note de non-opposition du MAECI. (Cette autorisation de travail
est normalement « ouverte », mais peut se limiter à un « emploi précis » pour certains pays.)
•
Les personnes dispensées d’un permis de travail en vertu de R186c) peuvent demander un
permis de travail pour faciliter leurs déplacements sur le marché du travail (c’est-à-dire dans
la mesure où cela leur permettrait d’assurer à l’employeur éventuel qu’elles sont autorisées à
travailler au Canada). Une telle demande doit être traitée sans délai. Le permis de travail doit
être délivré en vertu de l’alinéa 205b) du Règlement (code de dispense de la validation C20).
•
Il se peut que certains membres de la famille du représentant étranger ne soient pas
dispensés d’un permis de travail en vertu de l’alinéa 186c) du Règlement. Cependant, ils
peuvent être inclus dans un ARE et recevoir une autorisation de travail du MAECI, qui
délivrera une lettre de non-opposition indiquant cela. Le permis de travail est délivré en vertu
de l’alinéa 205b) du Règlement (code de dispense de la validation C20).
Procédures pour la délivrance d’un permis de travail (demandé ou exigé) :
•
Les personnes doivent présenter un exemplaire de la note de non-opposition délivrée par le
MAECI (elle précise normalement l’existence d’un accord de réciprocité) .
•
Les personnes doivent fournir des photocopies des pages pertinentes du passeport, y
compris une copie de la vignette de contrôle. [On peut vérifier l’authenticité des documents
en communiquant avec le Bureau du protocole du MAECI au (613) 995-5957.]
•
On ne doit imposer aucune restriction quant au type d’emploi ou d’employeur, sauf indication
contraire dans la note. On doit délivrer un permis de travail ouvert ou, si les résultats de la
visite médicale ne sont pas favorables, un permis de travail assorti de restrictions quant à
l’emploi.
•
Le permis de travail peut être délivré au Canada en vertu de l’article 119 du Règlement, et la
personne dispensée de validation conformément à l’alinéa 205b) du Règlement (code de
dispense de la validation C20), pour respecter la formule de réciprocité.
•
La mention « Ce document ne confère pas de statut » doit figurer dans la partie du permis de
travail réservée aux observations.
•
La catégorie du cas doit porter la mention « statut officiel ».
Note : Si un membre de la famille d’un représentant étranger travaille sans avoir obtenu une lettre de
non-opposition du MAECI, il ne peut faire l’objet d’un rapport en vertu de l’article 44 de la Loi. Les
2004-11-12
81
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
infractions de ce genre doivent être signalées au Bureau du protocole, Services du corps
diplomatique, par télécopieur au (613) 943-1075.
ENTENTE D’EMPLOI COMME EMPLOYÉ DE MAISON (NOTE CIRCULAIRE NO 2482)
Le ministère des Affaires étrangères et du Commerce international présente ses compliments à
leurs Excellences les Chefs de Mission accrédités au Canada ainsi qu’aux Chefs d’organisations
internationales établies au Canada et a l’honneur de les informer d’une révision de la politique
relative à l’entrée au Canada de domestiques étrangers destinés à travailler au service de
membres de missions diplomatiques et consulaires, de même que d’organisations internationales
au Canada.
Le Ministère a revu sa politique à la suite d’incidents au cours desquels des domestiques privés
ont quitté les représentants étrangers qui les avaient employés et ont cherché à demeurer au
Canada, et à cause du non-respect, de la part de domestiques privés ou de leur employeur, de
leurs obligations contractuelles.
La présente révision a pour but de régler les difficultés actuelles, sans pour autant entraver
indûment l’accès à des domestiques étrangers et, parallèlement, de préciser les obligations des
employeurs et de leurs domestiques étrangers dans des missions diplomatiques et consulaires
ainsi qu’au sein d’organisations internationales au Canada.
La présente Note remplace toutes les notes circulaires précédentes (XDC-2197 du 11 août 1993;
XDC-3752 du 18 août 1989; XDC-0033 du 4 janvier 1989;XDC-0496 du 25 janvier 1988) au sujet
de l’emploi de domestiques étrangers. Les modifications apportées sont indiquées en caractères
gras.
Le Ministère demande que le teneur de la présente Note soit portée à l’attention de tous les
membres du personnel en poste au Canada et des ministères des Affaires étrangères des États
accréditants.
La Partie I de la présente Note énonce la politique du Ministère à propos des domestiques
étrangers que l’on fait venir au Canada. La Partie II expose la marche à suivre en matière
d’embauche de « domestiques privés » et énonce les exigences minimales de l’Entente d’emploi
comme employé de maison. La Partie III contient le texte de cette Entente.
Le ministère des Affaires étrangères et du commerce international saisit cette occasion pour
renouveler à leurs Excellences les Chefs de Mission accrédités au Canada ainsi qu’aux Chefs
d’organisations internationales établies au Canada les assurances de sa très haute
considération.
OTTAWA, le 10 février 1999
PARTIE I - POLITIQUE
Le ministère des Affaires étrangères permet aux diplomates, aux agents consulaires et aux
autres représentants officiels d’être accompagnés pendant leur affectation au Canada de
domestiques étrangers résidant chez eux. Les domestiques qui n’habitent pas à la résidence de
l’employeur doivent être des citoyens canadiens ou résidents permanents au Canada.
Les domestiques des chefs de mission, des agents diplomatiques ou consulaires, ou des
représentants officiels peuvent appartenir à l’une des trois catégories suivantes : « Membre du
personnel de service » de la mission ; « Domestique privé » ; ou « Aide familial résidant ».
2004-11-12
82
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
1. DÉFINITIONS
A) MEMBRE DU PERSONNEL DE SERVICE
Pour être considérée comme un membre du personnel de service d’une ambassade ou d’un
consulat, tel que défini dans la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques et la
Convention de Vienne sur les relations consulaires, la personne doit satisfaire aux exigences
suivantes :
i) toujours être ressortissante de l’État accréditant ;
ii) être payée directement par l’État d’origine et non par l’employeur au service duquel cette
personne travaille ;
iii) travailler dans la mission même ou la résidence officielle ;
iv) la demande de visa pour cette personne, même si son pays fait l’objet d’une exemption
de visa, doit être faite sous forme de note diplomatique envoyée par le ministre des Affaires
étrangères à la mission canadienne accréditée.
Les personnes appartenant à cette catégorie ne sont pas assujetties aux dispositions de l’Entente
d’emploi comme employé de maison.
Un domestique étranger qui est employé et payé par l’État accréditant et mis au service de
tout autre membre de la mission est considéré comme un DOMESTIQUE PRIVÉ (voir cidessous). La note le présentant doit comporter des renseignements concernant la rémunération.
Un membre du personnel de service n’est pas visé par l’exigence de subir une visite médicale
prévue dans le Règlement sur l’immigration. En temps normal, le Ministère n’a pas d’objection à
ce qu’un membre du personnel de service soit accompagné de personnes à charge. En sa
qualité de représentant de l’État accréditant, un membre du personnel de service se voit délivrer
un visa officiel et, sur présentation auprès du Ministère, recevra une acceptation officielle. La
présence d’un membre du personnel de service au Canada sera régie par les dispositions de la
Convention de Vienne sur les relations diplomatiques et de la Convention de Vienne sur les
relations consulaires.
Un membre du personnel de service bénéficie des immunités énumérées dans ces conventions.
B) DOMESTIQUE PRIVÉ
Un domestique privé est un employé de maison étranger qui habite chez son employeur et dont
le salaire relève de la personne au service de laquelle le domestique travaille, les deux parties
étant liées par une relation contractuelle. Un domestique privé est considéré comme étant à
l’emploi d’un représentant étranger et n’a pas besoin de demander un permis de travail en vertu
de l’alinéa 186b) du Règlement avant de venir au Canada.
Pour que le statut de domestique privé soit accordé, il faut que les deux parties signent un accord
écrit, à savoir l’Entente d’emploi comme employé de maison. Le texte de cette Entente figure à la
Partie III de la présente Note. Les conditions et modalités d’emploi convenues doivent respecter
les normes canadiennes du travail et d’autres exigences précisées dans la présente Note.
Même si son pays fait l’objet d’une exemption de visa, un domestique privé doit subir une
visite médicale, comme l’exige le Règlement sur l’immigration, et doit posséder au moins une
année d’expérience du travail de domestique. Il doit aussi pouvoir comprendre et parler
suffisamment l’une des deux langues officielles du Canada, soit le français ou l’anglais.
Seules de rares exceptions sont faites. Nous avons comme principe qu’un domestique privé
ne peut être un parent consanguin de l’employeur ou du conjoint de l’employeur. Le domestique
privé ne peut pas, non plus, être accompagné de personnes à charge.
2004-11-12
83
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
Un domestique privé qui répond à toutes les exigences recevra un visa officiel, même si son
pays fait l’objet d’une exemption de visa.
Bien qu’il ne faille signer qu’un seul accord écrit avec l’employé, un addenda pourrait être joint à
l’Entente d’emploi comme employé de maison s’il se révèle nécessaire d’ajouter à l’Entente
d’autres éléments qui ne sont pas exigés par le Ministère.
C) PROGRAMME CONCERNANT LES AIDES FAMILIAUX RÉSIDANTS
Ce programme vise à permettre à un domestique étranger de présenter une demande de
résidence permanente après avoir complété deux ans de travail à temps plein à titre d'aide
familial résidant. C'est Immigration Canada qui accorde l'autorisation de travailler en sol canadien
en vertu du programme concernant les aides familiaux résidants, à condition que le demandeur
satisfasse aux exigences de ce programme et à condition, de plus, qu'il n'y ait pas de citoyens
canadiens ou de résidents permanents qui répondent aux exigences de cet emploi.
Un « aide familial résidant » est une personne qui travaille sans surveillance dans une maison
privée, assurant le soin d'enfants, de personnes âgées ou de personnes handicapées. Un emploi
de chauffeur, de cuisinier (ière) ou de personne à tout faire dans un ménage où il n'y a ni enfants,
ni personnes âgées ou personnes handicapées ne peut pas être considéré comme un emploi d'«
aide familial résidant » et ne rencontrerait donc pas les exigences de ce programme.
Le demandeur dont la demande a été acceptée reçoit du bureau des visas canadien approprié à
l'étranger un permis de travail l'habilitant à travailler au Canada comme « aide familial résidant » .
Pour être inscrit à ce programme, l'employeur doit communiquer avec le Centre de Ressources
Humaines du Canada le plus proche. L'employeur doit faire par écrit une offre d'emploi en
utilisant le formulaire fourni par le CRHC.
Un « aide familial résidant » ne bénéficie pas des privilèges et immunités prévus par les
Conventions de Vienne, ou par tout autre traité ou accord de siège. Il convient de souligner qu'un
« aide familial résidant » est considéré comme étant un « travailleur autonome » et qu'à ce titre, il
lui incombe entièrement de payer des impôts et de faire les autres déductions sur son salaire
exigées par la loi.
Les missions diplomatiques souhaitant obtenir de plus amples informations sur ce programme
sont priées de communiquer avec le Centre d'Immigration Canada le plus proche.
2. CATÉGORIES DE REPRÉSENTANTS OFFICIELS QUI PEUVENT FAIRE VENIR DES
DOMESTIQUES PRIVÉS AU CANADA SOUS UN STATUT OFFICIEL
Les ambassadeurs/ hauts-commissaires, les autres membres du personnel diplomatique, les
membres du personnel administratif et technique, les chefs de poste consulaire de carrière,
les autres fonctionnaires consulaires de carrière, les employés consulaires et les fonctionnaires
supérieurs d'organisations internationales peuvent faire venir au Canada des domestiques de
quelque nationalité que ce soit. Les membres du personnel de service ne sont pas autorisés à
faire venir des domestiques privés.
3. NOMBRE DE DOMESTIQUES PRIVÉS AUTORISÉS
Le nombre de domestiques privés que l'on peut faire venir au Canada pendant une période
d'affectation dépend du rang du représentant officiel.
A) Les ambassadeurs/ hauts-commissaires peuvent faire venir au Canada un maximum de
quatre domestiques privés.
B) Les agents diplomatiques ayant le rang de haut-commissaire adjoint, chef de mission adjoint,
ministre, ministre-conseiller, conseiller, consul général, chef d'organisations internationales et
2004-11-12
84
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
représentant national permanent auprès d'organisations internationales au Canada, peuvent faire
venir au Canada un maximum de deux domestiques privés.
C) Les autres agents diplomatiques et les fonctionnaires consulaires ainsi que les
fonctionnaires supérieurs d'organisations internationales peuvent faire venir un domestique privé
au Canada.
D) Les membres du personnel administratif et technique et les employés consulaires peuvent
faire venir un domestique privé au Canada.
Les demandes en vue d'obtenir des domestiques privés supplémentaires seront étudiées au cas
par cas et seulement dans des circonstances exceptionnelles. (On trouvera un exposé de la
marche à suivre à la Partie II).
4. RECRUTEMENT SUR PLACE
Il y a lieu de souligner qu'un citoyen canadien ou un résident permanent au Canada peut être
recruté localement en qualité de domestique sans aucune restriction. Un employé recruté sur
place ne recevra pas d'acceptation officielle du Bureau du protocole.
Une personne se trouvant au Canada avec le statut de résident temporaire ne peut obtenir
l'autorisation de devenir un domestique privé recruté sur place. Le Ministère renvoie à sa note
XDC- 1842 du 30 avril 1990 au sujet de l'emploi de visiteurs comme membres du personnel
recrutés sur place. Le Ministère a pour politique de ne pas permettre à ces personnes d'être
embauchées comme domestiques privés.
5. NORMES MINIMALES CANADIENNES EN MATIÈRE D'EMPLOI
En signant l'Entente d'emploi comme employé de maison, l'employeur s'engage volontairement à
respecter les normes d'emploi provinciales.
Au Canada, ce sont les autorités provinciales qui établissent les normes d'emploi. La Partie II de
la présente Note expose les normes minimales établies par le Québec et par l'Ontario. Si
l'employeur réside dans une autre province, le Bureau du protocole lui fournira, sur demande,
des informations au sujet des normes minimales dans la province concernée.
Le Ministère souhaite attirer l'attention sur le fait qu'au Canada, il existe une norme relative à
l'âge minimal d'emploi, âge minimal qui varie d'une province à l'autre. Le Ministère n'autorisera
pas l'emploi d'une personne n'ayant pas cet âge minimal.
6. DURÉE DU SÉJOUR
Dans un premier temps, un domestique privé recevra une acceptation officielle pour une période
de deux ans avec possibilité de prolongations annuelles jusqu'à concurrence de sept ans. Le
domestique privé devra quitter le Canada à la fin de son contrat, à la fin de l'affectation de son
employeur ou après sept ans, la première de ces dates étant retenue.
7. DEMANDE DE TRANSFERT
Le transfert d'un domestique privé à un autre employeur sera autorisé si les deux parties qui en
font la demande ont respecté les conditions et modalités du contrat précédent. Dans les cas de
transfert, l'employé n'est pas autorisé à bénéficier d'une prolongation au-delà de la période de
sept ans à compter de la date de première embauche.
2004-11-12
85
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
8. NOUVEAU CONTRAT
Un domestique privé qui a séjourné au Canada pendant la période maximale de sept ans et qui
souhaite trouver un nouvel employeur et revenir travailler au Canada en vertu d'une acceptation
officielle n'est autorisé à le faire que s'il demeure à l'étranger pendant au moins six mois et que si
ce domestique a respecté les conditions et modalités de l'Entente d'emploi comme employé de
maison avec son ou ses employeur( s) précédent( s).
9. PERSONNES À CHARGE
Un domestique privé n'est pas autorisé à amener avec lui au Canada des personnes à charge.
Une équipe composée de deux conjoints travaillant pour le même employeur est considérée au
même titre que s'il s'agissait de deux domestiques privés. Toutefois, ce dernier cas ne peut
être pris en compte que pour les employeurs autorisés à faire venir au moins deux
domestiques privés au Canada [voir la Partie I, paragraphe 3, alinéas A) et B)].
10. LIEN DE CONSANGUINITÉ AVEC LA FAMILLE DE L'EMPLOYEUR
Le Ministère n'accepte pas en qualité de domestique privé une personne qui est un proche parent
consanguin de l'employeur ou de l'épouse de ce dernier. Toutefois, l'employeur est autorisé à
avoir comme domestique privé une personne qui a avec lui des liens de nature tribale. Le bureau
à l'étranger vérifiera cet élément et soumettra son avis au Bureau du protocole avant la
délivrance d'un visa.
11. EXPÉRIENCE EXIGÉE
L'employé doit avoir au moins une année d'expérience comme domestique ou dans le domaine
de travail en question et doit pouvoir comprendre et parler suffisamment l'une des deux
langues officielles du Canada, soit le français ou l'anglais. L'expérience acquise à la faveur
d'un travail effectué dans un contexte différent d'un rapport employeur-employé n'est pas
considérée comme étant une expérience acceptable.
Le futur employé doit posséder les qualifications nécessaires afin de pouvoir accomplir les tâches
décrites dans l'Entente d'emploi.
12. VIOLATION DE CONTRAT
Un représentant officiel qui ne respecte pas les conditions et modalités de l'Entente d'emploi se
verra refuser l'embauche d'autres domestiques privés. Un domestique privé qui déroge aux
conditions et modalités du contrat ne sera pas autorisé à changer d'employeur.
Toutefois, tout employeur peut changer de domestique privé un maximum de trois fois pendant la
durée d'une affectation normale à condition que le domestique précédent ait terminé son contrat,
soit passé au service d'un autre employeur ou ait quitté le Canada.
13. CESSATION D’EMPLOI
Le Bureau du protocole doit être informé par note diplomatique, au moins deux semaines à
l'avance, de la cessation de l'emploi d'un domestique privé, la note indiquant également les
dispositions prises relativement au départ de cette personne du Canada. La carte d'identité de
l'employé doit être retournée au Bureau du protocole, de même que le passeport de l'employé à
des fins de modification de l'acceptation officielle.
2004-11-12
86
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
PARTIE II - FORMALITÉS APPLICABLES AUX DOMESTIQUES PRIVÉS
Que le représentant officiel se trouve au Canada ou soit encore à l'étranger, l'employeur est tenu
de remplir une Entente d'emploi comme employé de maison pour chaque domestique privé qu'il
fait venir au Canada en vertu d'une acceptation officielle.
1. PREMIÈRE ÉTAPE - SIGNATURE DE L'ENTENTE D'EMPLOI
Une personne en poste au Canada qui souhaite faire venir un domestique étranger qui
travaillerait à son service doit remplir l'Entente d'emploi.
DÉBUT DE LA MARCHE À SUIVRE
A) L'employeur doit remplir et signer une Entente d'emploi.
B) Lorsque le futur employeur est déjà en poste au Canada, une autorisation doit être
demandée au Bureau du protocole par note diplomatique, en y joignant une copie de l'Entente
d'emploi.
Une fois obtenue l'autorisation du Bureau du protocole, l'employeur doit envoyer l'original de
l'Entente d'emploi au futur employé pour qu'il y appose sa signature
Lorsque le futur employeur se trouve à l'étranger, l'Entente d'emploi signée par les deux parties
doit être transmise directement au bureau des visas canadien et être assortie de la demande de
visa du futur employé. Le bureau des visas envoi par télécopie l'Entente au Bureau du
Protocole pour autorisation.
C) Il incombe au futur employeur de veiller à ce que la version originale de l'Entente d'emploi soit
remise au futur employé pour ensuite être soumise au bureau des visas canadien à l'étranger ;
l'employé éventuel devrait en conserver une copie.
D) Le futur employeur doit également conserver une copie de l'Entente d'emploi, celle-ci devant
être jointe à la note diplomatique demandant l'accréditation du domestique privé.
2. DEUXIÈME ÉTAPE - DEMANDE DE VISA
Le futur employé doit présenter une demande de visa et y joindre l'original de l'Entente d'emploi
signée par les deux parties.
Les domestiques privés doivent obligatoirement passer par le processus de visa, même si leur
pays fait l'objet d'une exemption à cet égard.
Lorsqu'une copie de l'Entente d'emploi a été envoyée directement au Bureau du protocole (voir
la Partie II, paragraphe 1, alinéa B), ce dernier informera à l'avance, par télex ou par télécopie,
le bureau des visas canadien du fait que le futur employé va présenter une demande de visa, à
laquelle sera joint l'original de l'Entente d'emploi signé par les deux parties.
3. TROISIÈME ÉTAPE - APPROBATION DE L'ENTENTE D'EMPLOI
L'entente d'emploi doit être approuvée par le Bureau du protocole. L'Entente ne sera approuvée
que si elle respecte les normes minimales canadiennes en matière de travail. Dans le cas où des
clarifications sont nécessaires, il faut s'adresser au conseiller en immigration au Bureau du
protocole.
2004-11-12
87
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
NORMES CANADIENNES
Les normes minimales à respecter en ce qui concerne les salaires et avantages sociaux, le
logement et les heures de travail se fondent sur des exigences minimales définies par les
autorités fédérales et provinciales. Les normes minimales en vigueur en Ontario et au Québec
sont présentées dans l'annexe à la présente note circulaire. Si l'employeur réside dans une autre
province, le Bureau du protocole lui fournira, sur demande, des informations au sujet des normes
minimales dans la province concernée.
Une Entente d'emploi prévoyant des conditions et modalités inférieures aux normes minimales
canadiennes ne sera pas approuvée, même si l'employé éventuel a accepté cette Entente
d'emploi.
4. QUATRIÈME ÉTAPE - EXIGENCES
Il faut que les exigences énumérées ci-après aient été rencontrées avant qu'un visa d'entrée ne
soit délivré :
•
le futur employeur a droit à un domestique étranger;
•
le futur employeur n'a pas dépassé le nombre de domestiques étrangers autorisés;
•
le futur employé n'est pas un parent consanguin de l'employeur ou de l'épouse de ce dernier;
•
le futur employé a l'âge minimal pour travailler dans la province de résidence;
•
le futur employé a un minimum d'une année d'expérience comme domestique ou dans le
domaine de travail en question;
•
le futur employé se conforme à l'exigence d'une visite médicale aux termes du Règlement sur
l'immigration;
•
le futur employé doit pouvoir comprendre et parler suffisamment l'une des deux langues
officielles du Canada, soit le français ou l'anglais;
•
la durée du séjour demandée pour le futur employé ne dépasse pas la durée du séjour
autorisée en vertu de la présente politique;
•
l'employeur et le futur employé ont respecté leurs obligations et les conditions énoncées dans
des Ententes d'emploi précédentes;
•
le futur employé n'est pas accompagné de personnes à charge.
5. VISITE MÉDICALE
Dans chaque cas, et ce même pour les personnes dont le pays fait l'objet d'une exemption
de visa, le domestique privé devra subir une visite médicale, comme l'exige le Règlement sur
l'immigration. Les résultats de cette visite devront être connus avant que le domestique privé se
voie délivrer un visa, lequel est requis dans tous les cas.
Il ne sera pas délivré de visa à un domestique privé qui est interdit de territoire au Canada pour
des raisons médicales.
2004-11-12
88
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
6. RÔLE DU BUREAU DES VISAS CANADIEN À L'ÉTRANGER
Le bureau des visas canadien évalu les compétences du candidat, sa relation avec
l'employeur et ses capacités linguistiques. Il informe le Bureau du protocole du résultat de
l'évaluation et veille à ce qu'une visite médicale soit effectuée.
L'entente d'emploi est transmise par télécopie au Bureau du protocole au Canada, lequel
s'assure qu'elle est conforme aux normes canadiennes du travail et que l'employeur a droit à un
domestique privé. Le Bureau du protocole informe le bureau des visas de sa décision.
Lorsqu’un diplomate est déjà au Canada, le bureau des visas canadien à l’étranger doit obtenir
du Bureau du protocole des informations sur le nombre de domestiques privés déjà au service de
l’employeur ou sur les circonstances entourant le changement de domestique.
Un visa officiel sera délivré au nom du domestique privé, même si le pays de celui-ci fait l'objet
d'une exemption de visa. Lorsqu'un tel visa est délivré, le domestique privé n'a pas besoin d'un
permis de travail.
Lorsqu'un visa est accordé à un domestique privé, il faut que l'original de l'Entente d'emploi soit
envoyé par le bureau des visas canadien au Bureau du protocole.
7. ARRIVÉE AU CANADA
À son arrivée au Canada, le domestique privé est admis en qualité de visiteur. Le bureau des
visas doit présenter le domestique privé au Bureau du protocole au moyen d'une note
diplomatique, en y joignant une copie de l'Entente d'emploi signée par les deux parties, le
passeport, trois photographies de dimension passeport et deux fiches d'inscription (fiches
jaunes).
Le Bureau du protocole délivrera ensuite une acceptation officielle et une carte d'identification au
nom du domestique privé.
ENTENTE D'EMPLOI COMME EMPLOYÉ DE MAISON
Futur employeur
Nom : ____________________________________
Titre/ rang et mission : _______________________
Adresse de la résidence :
_______________________________________
Numéro de téléphone :
______________________________________
Futur employé
Nom : _____________________________________
Date de naissance : ___/___/___Homme____ Femme ____
Adresse : ________________________________
Téléphone : _______________________________
État civil :
Marié ___ Séparé ___ Célibataire ___ Divorcé ___ Autre___
Nombre de personnes à charge : ____ enfants ____ autres _____
2004-11-12
89
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
accompagnés ____ non accompagnés ____
LES NORMES CANADIENNES DU TRAVAIL DOIVENT ÊTRE RESPECTÉES, CAR ELLES
CONSTITUENT DES NORMES MINIMALES
VEUILLEZ ADRESSER TOUTE QUESTION AU SUJET DE CETTE ENTENTE D'EMPLOI AU
CONSEILLER EN IMMIGRATION OU AU BUREAU DU PROTOCOLE : (613) 995-5957
I - ANTÉCÉDENTS PROFESSIONNELS
1. Emploi actuel : ______________________________
2. Années d’expérience comme domestique :
___________________________________________
II - EXIGENCES LIÉES À L’EMPLOI
1. Langue
Indiquez la langue qui sera parlée à la maison :
_____________________________________________
Indiquez les autres langues que parle le futur employé :
______________________________________________
Indiquez de quelle langue officielle du Canada le futur employé a-t-il une connaissance ? :
______________________________________________
2. Formation spécialisée
Indiquez la formation spécialisée suivie par le domestique :
________________________________________________
III - FONCTIONS
Proportion de l’emploi du temps quotidien :
1. Garde des enfants ___________ %
2. Travaux domestiques ___________ %
3. Préparation des repas___________ %
4. Responsabilités diverses___________ %
IV - CONDITIONS ET MODALITÉS
TOUTES LES SECTIONS DOIVENT ÊTRE REMPLIES
1. DURÉE
Durée de l’emploi : ______________________________
La durée de l'emploi ne peut dépasser la durée de l'affectation de l'employeur.
La durée maximale du séjour en qualité de domestique privé est de sept ans, après quoi le
domestique est tenu de quitter le Canada.
2004-11-12
90
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
2. SALAIRE
Le salaire minimal que reçoit un domestique au Canada est indiqué aux pages 30 et 32 de cette
note circulaire.
Salaire brut : ___________ $ payé à la semaine _______ au mois _______
Le salaire sera payé : par chèque _______ en espèces _______
Le salaire sera payé en monnaie du (pays) ________________.
Les heures supplémentaires seront payées au tarif horaire de___________ $.
3. AVANTAGES SOCIAUX
Un domestique privé doit bénéficier d'au moins deux semaines de vacances tous les douze mois.
La période où ces vacances seront prises doit être déterminée d'un accord commun. L'indemnité
de vacances versée doit correspondre à quatre pour cent (4%) du total du revenu brut.
Des vacances payées de _______ semaines par année seront accordées.
________ journées de maladie par mois seront accordées.
L'employeur s'engage à fournir une assurance-maladie suffisante. Aucun montant ne sera déduit
du salaire de l'employé à titre de compensation du coût de l'assurance-maladie fournie par
l'employeur.
Les frais de transport pour le premier voyage vers le Canada et pour le départ définitif du Canada
sont à la charge de l'employeur. Ces frais ne seront pas recouvrés à même le salaire de
l'employé.
4. LOGEMENT
Pour avoir droit au statut de domestique privé, l'employé doit demeurer dans la résidence de
l'employeur.
Les montants déductibles du salaire de l’employé pour les frais de logement sont indiqués dans
la section « Normes canadiennes en matière d'emploi » (ci-dessous). Ces montants ne
s’appliquent que lorsque la chambre est occupée et que l’employé prend ses repas.
Chambre et pension : un montant de _____ $ sera déduit mensuellement du salaire brut au titre
des frais de chambre et pension (excepté pour le Québec - Voir Québec dans la section
« Normes canadiennes en matière d'emploi »).
Le type de logement fourni sera ______ privé ______ partagé.
La salle de bains fournie sera ______ privée ______ partagée.
Les installations de cuisine et de lessive personnelles seront ______ privées ______ partagées.
5. HEURES DE TRAVAIL
Le nombre maximal d’heures de travail par semaine est :
•
résidents de l’Ontario :44 heures
•
résidents du Québec :49 heures
Le minimum de temps libre (jours de repos) qui doit être accordé pendant une période de sept
jours est indiqué dans la section « Normes canadiennes en matière d'emploi » (ci-dessous) :
2004-11-12
91
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
•
en Ontario :voir la page 27
•
au Québec :voir la page 29
Il faut également accorder du temps libre pendant la journée de travail :
•
en Ontario : un minimum de douze (12) heures par période de 24 heures
•
au Québec : S/ O
La journée de travail commence à _____ et se termine à _____ .
Cet horaire comprend _____ heures de temps libre par jour.
Un salaire au tarif des heures supplémentaires sera versé pour le travail dépassant les heures
normales de travail.
Les périodes hebdomadaires de repos seront de :
____ heures consécutives ____ heures consécutives
Chaque année, un minimum de jours fériés rémunérés doit être accordé :
•
en Ontario : 8 jours
•
au Québec :8 jours.
Jours fériés :
_____ jours fériés au Canada
_____ jours fériés respectés par l’employeur.
La présente Entente d'emploi doit être signée par les deux parties.
À remplir par le futur employé :
Je, ______________________________, suis le futur employé identifié dans la présente Entente
et je déclare ce qui suit :
Je comprends les exigences, fonctions, modalités et conditions de l'offre d'emploi énoncées dans
l'Entente d'emploi et les accepte.
Je suis conscient que l'Entente est assortie de conditions suivantes et m'engage à les respecter :
a) Que je demeure à l'emploi à temps plein de ce seul employeur.
b) Que je quitte le Canada à l'expiration de cet emploi ou au terme d'une période de sept ans au
maximum, la première de ces dates étant retenue.
c) Que je ne quitte pas, sans motif valable, l'emploi chez cet employeur.
d) Que je subisse une visite médicale avant de commencer à travailler et que j'autorise le
ministère des Affaires étrangères à informer mon futur employeur de mon état de santé.
____________________________________________________
Signature de l’employé
Date
À remplir par le futur employeur :
Je, ______________________________, suis le futur employeur identifié dans la présente
Entente et je déclare ce qui suit :
2004-11-12
92
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
J'affirme avoir l'intention de respecter les modalités et conditions de la présente Entente d'emploi
faute de quoi d'autres demandes pourraient m'être refusées à l'avenir.
Je suis conscient en outre qu'en ce qui concerne l'entrée et le séjour temporaire au Canada de
mon employé, je devrai aussi :
a) notifier le Bureau du protocole sans tarder de la date d'arrivée au Canada de mon employé et
des dates auxquelles commence et se termine sa période d'emploi ;
b) notifier le Bureau du protocole sans tarder de la date et du lieu de départ du Canada de mon
employé à la fin de sa période d'emploi, et veiller à lui fournir les moyens de transport hors du
Canada ;
c) veiller à ce que les titres de voyage de mon employé soient valides en tout temps de façon à
lui permettre d'entrer dans son pays d'origine ou tout autre pays ;
d) me conformer volontairement aux normes fédérales et provinciales relatives au salaire et aux
conditions de travail dans l'intérêt de mon employé.
________________________________________
Signature de l’employeur
Date
NORMES CANADIENNES EN MATIÈRE D'EMPLOI PROVINCE DE L'ONTARIO
PROVINCE DE L’ONTARIO :
Âge minimum requis pour
16 ans
travailler :
Nombre maximal d'heures de
48 heures par semaine
travail par semaine:
Salaire minimum:
6,85$ CAN de l’heure
301,40$ CAN par semaine pour 44 heures
1306,07$ CAN par mois (44 heures par semaine)
Déduction hebdomadaire
85,25$ CAN (chambre privée)
maximum:
69,40$ CAN (chambre partagée)
On ne peut déduire ces montants que si la chambre est
occupée par le domestique et que les repas lui sont servis.
Rémunération des heures
10,28$ CAN de l’heure
supplémentaires:
Une fois et demie (1, 5) le taux de rémunération horaire normal
pour chaque heure de travail en sus de 44 heures par semaine.
Temps compensatoire:
Une fois et demie (1, 5) chaque heure de travail pendant une
période de temps libre.
Temps libre:
Deux périodes de temps libre doivent être accordées chaque
semaine:
une de 36 heures consécutives et
une de 12 heures consécutives
On peut combiner ces périodes de temps libre de façon à
accorder 48 heures consécutives, mais on ne peut pas les
fractionner en périodes plus courtes.
Congé annuel:
Deux semaines, après une période de 12 mois d’emploi.
Le congé annuel est accordé à un moment qui convient à
l'employeur, mais doit l'être dans les dix mois suivant la date à
laquelle l'employé se l'est vu créditer.
Indemnité de congé annuel:
Doit équivaloir à quatre pour cent (4 p. 100) du total du salaire
gagné pendant les douze mois d'emploi (heures
supplémentaires et primes comprises).
2004-11-12
93
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
Avis de cessation d’emploi :
2 semaines
Si l'on donne à l'employé moins de deux semaines d'avis, il faut
lui verser un salaire équivalent à cette période.
Jours fériés:
Un minimum de 8 jours par année.
Si un jour férié coïncide avec une journée de congé ou avec le
congé annuel de l'employé, ce dernier a droit à un autre jour de
congé payé en remplacement du jour férié qu'il a manqué, ou si
l'employé est d'accord, la compensation peut se faire sous
forme d'une journée supplémentaire de rémunération.
Si un employé est tenu de travailler pendant un jour férié,
l'employeur peut remplacer ce jour férié par une autre journée
de congé rémunérée. Ce jour de congé de remplacement doit
être accordé au plus tard à l'occasion du prochain congé annuel
de l'employé. À moins d'une autre disposition en matière de
remplacement, l'employé doit recevoir au moins une fois et
demie le taux ordinaire pour ses heures de travail, en plus de la
rémunération normale d'une journée pour ce jour férié.
POUR DE PLUS AMPLES
MINISTÈRE DU TRAVAIL DE L’ONTARIO
RENSEIGNEMENTS,
(613) 228-1299
S’ADRESSER AU:
1-800-267-1916
1-800-531-5551
PROVINCE DU QUÉBEC
Âge minimum requis pour
17 ans
travailler:
Nombre maximal d’heures de
49 heures par semaine
travail par semaine:
Salaire minimum:
5,40$ CAN de l’heure
264,00$ CAN par semaine de 49 heures
1143,00$ CAN par mois
Logement et repas:
40,00$ (déduction hebdomadaire maximale)
L’employeur ne peut exiger un montant pour la chambre et la
pension de son domestique qui loge ou prend ses repas à la
résidence de cet employeur.
Rémunération des heures:
Une fois et demie (1, 5) le taux de rémunération horaire normal
pour chaque heure de travail en sus de 49 heures par semaine.
Temps compensatoire:
Une fois et demie (1,5) chaque heure de travail pendant une
période de temps libre.
Temps libre:
Une période de temps libre de 24 heures consécutives doit être
accordée chaque semaine.
On ne peut pas fractionner ce temps libre en périodes plus
courtes.
Congé annuel:
Deux semaines, après une période de 12 mois d'emploi.
Le congé annuel est accordé à un moment qui convient à
l'employeur, mais doit l'être dans les dix mois suivant la date à
laquelle l'employé se l'est vu créditer.
Indemnité de congé annuel:
Doit équivaloir à quatre pour cent (4 p. 100) du total du salaire
gagné pendant les douze mois d'emploi (heures
supplémentaires et primes comprises).
Avis de cessation d’emploi:
2 semaines
Si l'on donne à l'employé moins de deux semaines d'avis, il faut
lui verser un salaire équivalent à cette période.
Jours fériés:
Un minimum de 8 jours par année.
Si un jour férié coïncide avec le congé annuel de l'employé, ce
dernier a droit à un autre jour de congé payé en remplacement
du jour férié qu'il a manqué, ou, si l'employé est d'accord, la
2004-11-12
94
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
POUR DE PLUS AMPLES
INFORMATIONS:
2004-11-12
compensation peut se faire sous forme d'une journée
supplémentaire de rémunération.
Si un employé est tenu de travailler pendant un jour férié,
l'employeur peut remplacer ce jour férié par une autre journée
de congé rémunérée. Ce jour de congé de remplacement doit
être accordé au plus tard à l'occasion du prochain congé annuel
de l'employé. À moins d'une autre disposition en matière de
remplacement, l'employé doit recevoir au moins une fois et
demie le taux ordinaire pour ses heures de travail, en plus de la
rémunération normale d'une journée pour ce jour férié.
COMMISSION DES NORMES DE TRAVAIL DU QUÉBEC
(salaire minimal)
(819) 772-3019
1-800-268-3019
95
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
Appendice D L’accord général sur le commerce des services (GATS)
Tout comme pour l’ALENA, l’autorisation de séjour temporaire de gens d’affaires en vertu du
GATS peut être facilitée sans besoin de confirmation de la part de RHDCC. Dans le cas de
l’autorisation de séjour temporaire de personnes physiques, le Canada a demandé et offert
l’accès à trois catégories de gens d’affaires : les visiteurs commerciaux, les personnes mutées à
l’intérieur d’une société et les professionnels.
Les visiteurs commerciaux et les personnes mutées à l’intérieur d’une société autorisés de séjour
en vertu du GATS se qualifient en vertu des règles sur l’immigration généralement applicables du
Canada : R186a) et R205 a) CDC C12. Toutefois, il existe des règles uniques pour l’autorisation
de séjour de professionnels aux termes du GATS. Ces professionnels peuvent se voir octroyer
des permis d’exercer en vertu du R204, CDC T33, s’ils répondent aux critères ci-dessous.
Selon le GATS, un professionnel est une personne qui cherche à s’engager, dans le cadre d’un
contrat de services obtenu par une société d’un État membre, dans une activité à un niveau
professionnel dans une profession décrite ci-dessous, pourvu que la personne possède les titres
de compétence académiques et les qualifications professionnelles nécessaires, dûment
reconnus, le cas échéant, par l’association professionnelle au Canada. La catégorie
« Professionnels » est conçue pour faciliter l’autorisation de séjour à court terme d’une liste
limitée de professionnels employés par des fournisseurs de services des États membres, dans
les secteurs de services envers lesquels le Canada a pris des engagements.
CONDITIONS D’ADMISSION
Professions couvertes
Le groupe 1 comprend six professions : les ingénieurs, les chercheurs agricoles, les architectes,
les professionnels de la foresterie, les professionnels de la géomatique et les arpenteurs.
Le groupe 2 comprend trois professions : les consultants en droit, les urbanistes et les
informaticiens de haut niveau. Les professionnels de ce groupe sont sujets à des exigences
additionnelles particulières à l’entreprise éventuelle au Canada et au fournisseur de services à
l’étranger. Il existe également des limites au nombre de personnes qui peuvent être autorisées de
séjour pour des projets spécifiques.
LISTE DES PROFESSIONS VISÉES, PRÉCISANT LES TITRES UNIVERSITAIRES
MINIMUMS/ AUTRES QUALIFICATIONS ET AUTRES EXIGENCES RÉGISSANT LEUR
EXERCICE
GROUPE 1
Profession
Architectes
Titres universitaires minimums/
autres qualifications
Baccalauréat en architecture
Autres exigences
Permis et certificat provinciaux
nécessaires pour exercer
Arpenteurs
Baccalauréat
Permis provincial
Chercheurs
Baccalauréat en agriculture ou dans
Une autorisation d’exercer est
agricoles
une science connexe et quatre années requise au Nouveau-Brunswick, en
d’expérience pertinente
Alberta et au Québec. Une
autorisation temporaire est requise
en Colombie-Britannique
Ingénieurs
Baccalauréat*
Permis provincial**
Professionnels de la Baccalauréat en gestion forestière ou Une autorisation d’exercer comme
foresterie
en génie forestier ou permis provincial expert forestier ou ingénieur
forestier est requise en Alberta, en
2004-11-12
96
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
Colombie- Britannique et au
Québec
Professionnels de la Baccalauréat en arpentage, en
géomatique***
géographie ou en science de
l’environnement, plus trois années
d’expérience pertinente
GROUPE 2
Consultants en droit Baccalauréat en droit
Informaticiens de
Diplôme de deuxième ou troisième
haut niveau
cycle**** en science informatique ou
dans une discipline connexe et dix
années d’expérience en informatique
Urbanistes
Baccalauréat en planification urbaine
Permis provincial
Permis provincial
* Le mot « baccalauréat » désigne un diplôme obtenu d’un établissement d’enseignement
universitaire accrédité du Canada ou l’équivalent.
** L’expression « permis provincial » désigne un document délivré par un gouvernement
provincial ou sous son autorité qui permet à une personne d’exercer une activité ou une
profession réglementée.
*** Les professionnels de la géomatique doivent travailler dans les domaines de levés
topographiques et de photographie aérienne.
**** Diplôme de niveau égal ou supérieur à une maîtrise décerné par un établissement
d’enseignement universitaire accrédité du Canada ou l’équivalent. Les équivalences des dipômes
sont déterminées par les services canadiens compétents.
Période de validité
La limite de temps imposée est d’au plus trois mois ou 90 jours consécutifs sur une période de
douze mois.
Emploi
Le requérant doit chercher à obtenir une autorisation de séjour en vertu d’un contrat passé entre
le fournisseur de services à l’étranger et un consommateur de services canadien, et il doit
exercer dans l’un des secteurs de services énumérés ci-dessus.
Titres de compétence
Les requérants doivent faire reconnaître leurs titres de compétence académiques et leurs
qualifications professionnelles par l’association professionnelle du Canada avant que
l’autorisation de séjour ne puisse être accordée et ils doivent avoir reçu un permis d’exercer (le
cas échéant). Voir le paragraphe sur les exigences relatives aux titres de compétence et aux
permis d’exercer ci- dessus.
Emploi secondaire
Il est interdit d’avoir un emploi secondaire (interdiction sur le travail pour un employeur qui n’est
pas nommé sur l’autorisation) et la prorogation de l’autorisation d’emploi à titre de professionnel
en vertu du GATS au-delà de 90 jours n’est pas permise.
2004-11-12
97
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
CRITÈRES
Le requérant doit répondre aux critères suivants :
1.
Posséder la citoyenneté d’un État membre, ou le droit à la résidence permanente en
Australie ou en Nouvelle-Zélande. À noter que les États membres (au nombre de 145
depuis 2003) figurent sur le site Web de l’Organisation mondiale du commerce (OMC)
à http://www.wto.org/
french/thewto_f/whatis_f/lift_f/org6_f.htm. Les citoyens des États observateurs ne son
pas admissibles.
2.
Fournir un service en vertu d’un contrat intervenu entre un consommateur canadien
de services et un fournisseur de services d’un État membre de l’OMC. Dans le cas
des consultants en droit, des urbanistes et des informaticiens de haut niveau, le
fournisseur de services étranger ne doit pas avoir de présence commerciale au
Canada.
3.
Posséder les qualifications dans une profession qui figure au tableau ci-dessus.
4.
Ne PAS fournir de services dans aucun des secteurs suivants : éducation, services
liés à la santé ou à l’organisation de loisirs, culture et sports.
5.
Posséder les qualifications qui ont été reconnues, le cas échéant, par l’association
professionnelle au Canada.
6.
Se conformer aux exigences d’immigration existantes pour l’autorisation de séjour
temporaire, y compris les exigences relatives au visa de résidence temporaire.
7.
Dans le cas des consultants en droit, des urbanistes et des informaticiens de haut
niveau, l’employeur au Canada doit être engagé dans des activités commerciales
importantes.
8.
Dans le cas des informaticiens de haut niveau, une limite de dix arrivants par contrat
est imposée.
9.
L’autorisation de séjour vaut pour une période de 90 jours.
NOTES EXPLICATIVES
Agences de placement :
Lorsque le contrat intervient entre une société canadienne et une agence étrangère de placement
ou agence de location de personnes qui devra fournir le professionnel, l’autorisation de séjour
pourrait ne pas être accordée aux termes du GATS, même si la profession figure dans le groupe
de professions.
Rémunération
Le professionnel peut être ou ne pas être rémunéré au Canada.
2004-11-12
98
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
« Faire affaires »
L’employeur du professionnel à l’étranger doit être établi depuis une période de temps
raisonnable et « faire activement affaires ». (Voir section 4.3 de l’Appendice G, Personne mutée à
l’intérieur d’une société, pour définition du terme « faire activement affaires ».)
Consultants en droit, urbanistes et informaticiens de haut niveau
Dans le cas des consultants en droit, des urbanistes et des informaticiens de haut niveau, nos
engagements en vertu du GATS prévoient en outre que la société canadienne qui est partie au
contrat ne doit pas être une agence de placement ou de location de personnel.
Le fait que l’employeur au Canada doit être engagé dans des activités commerciales importantes
est interprété comme signifiant que l’entreprise n’est pas une entreprise fictive ou une entreprise
établie simplement aux fins de faciliter l’autorisation de séjour de travailleurs étrangers. Les
agents devront se fier sur l’information fournie par le requérant et appuyée par les documents de
l’employeur au Canada.
L’exigence voulant que le fournisseur de services à l’étranger n’ait pas une présence
commerciale au Canada ne peut être vérifiée qu’en se fiant sur l’information fournie par le
demandeur. Les agents doivent confirmer que le professionnel ne cherche pas à obtenir une
autorisation de séjour afin de fournir des services à son entreprise ou son employeur, qui s’est
établi au Canada uniquement pour faciliter l’autorisation de séjour de ses propres employés.
Étant donné qu’il n’existe pas d’organisme canadien chargé de réglementer la profession
d’informaticien, l’autorisation de séjour des informaticiens de haut niveau est limitée aux
détenteurs d’un diplôme de maîtrise dans une discipline connexe qui peuvent également
présenter les documents à l’appui de dix ans d’expérience dans le domaine. Ce critère a été
adopté comme une mesure de contrôle afin d’assurer que seulement des spécialistes en
informatique d’expérience et hautement qualifiés sont autorisés à séjourner au Canada dans la
catégorie professionnelle prévue au GATS.
La limite de dix arrivants par contrat imposée dans le cas des spécialistes de haut niveau peut
être vérifiée au moyen de l’information provenant du fournisseur de services à l’étranger ou du
consommateur de services au Canada.
DOCUMENTS REQUIS
•
Preuve de citoyenneté pour un résident d’un État membre (énumérés à www.wto.org) ou du
statut de résident permanent en Australie et en Nouvelle-Zélande;
•
Copie d’un contrat signé intervenu entre le fournisseur de services et le consommateur
canadien de services; le contrat doit avoir été signé par un fournisseur de services à
l’étranger situé dans tout État membre ou par une société établie au Canada par le
fournisseur de services étranger pour vendre ses services au Canada;
•
Documents qui fournissent l’information suivante :
2004-11-12
♦
la profession pour laquelle l’autorisation de séjour est sollicitée et la province de
destination;
♦
précisions sur le poste (description du poste, durée de l’emploi et dispositions relatives à
la rémunération); et
99
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
♦
les diplômes ou autres titres de compétence équivalents requis pour remplir les fonctions
du poste au Canada;
•
Preuve que le requérant possède les qualifications professionnelles telles qu’elles figurent
dans le tableau (copies des diplômes, autorisations d’exercer, reconnaissance
professionnelle ou attestation, etc.);
•
Document de l’association professionnelle pertinente au Canada indiquant que les titres de
compétence académiques du requérant et ses qualifications professionnelles ont été dûment
reconnus; et
•
Lorsque requis, un permis d’exercer temporaire ou permanent émis par le gouvernement
provincial approprié.
Titres de compétence et permis d’exercer
Lors du traitement de demandes de professionnels, il est essentiel que les agents se reportent au
tableau afin de bien saisir quels titres de compétence sont requis pour chaque profession et
quelles provinces émettent des permis pour l’exercice de ces professions.
Si un permis est requis pour exercer au Canada, les agents ne peuvent émettre un tel permis à
moins que le requérant n’ait obtenu, avant son arrivée au Canada, un permis temporaire ou
permanent de la province appropriée.
Si le requérant présente un permis provincial, il n’est pas nécessaire pour les agents d’examiner
les documents provenant d’une association professionnelle ou les qualifications professionnelles
du demandeur, étant donné que la province l’a déjà fait, sauf dans le cas des consultants en
droit, des urbanistes et des informaticiens de haut niveau lorsque l’employeur à l’étranger ne peut
s’établir au Canada.
Si aucun permis n’est requis pour exercer au Canada, les agents ne peuvent émettre un permis
de travail à moins que le requérant puisse présenter un document de l’association professionnelle
pertinente au Canada attestant que ses titres de compétence académiques et ses qualifications
professionnelles ont été reconnus.
Si le demandeur présente un tel document de l’association professionnelle pertinente au Canada,
les agents n’ont pas à examiner les titres de compétence académiques du requérant étant donné
que l’association professionnelle l’a déjà fait.
DOCUMENT D’IMMIGRATION
Le permis de travail doit être codé en se servant du code d’exemption de confirmation (CDC) T33
de RHDCC;
Les demandes de permis de travail peuvent être faites à un bureau des visas ou à un point
d’entrée (pour les requérants qui n’ont pas besoin d’un visa de résident temporaire);
Aux termes du GATS, il existe une limite de temps ferme pour le séjour des professionnels.
Ceux- ci devraient se voir accorder le statut pour la période de temps nécessaire à effectuer leur
travail, jusqu’à concurrence de trois mois. Aucune prorogation n’est consentie au-delà de cette
période.
2004-11-12
100
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
Appendice E Emploi à l’échelle internationale pour les étudiants et jeunes travailleurs
LISTE ALPHABÉTIQUE PAR PAYS
CODE DE DISPENSE DE CONFIRMATION CDC C21
Pays
Titre du programme
Adminissibilité
Afrique du Sud
Mouvement Québécois De 18 à 30 ans
des Chantiers/Institut
Catala de Serveis a la
Joventut
Allemagne
Programme de
vacances-travail
(SWAP/CIEE)
Mouvement Québécois
des Chantiers/
Vereinigung Junger
Freiwilliger (VJF)
(Association des jeunes
bénévoles)
Programme vacancestravail (WHP)
Programme d’échange
de jeunes travailleurs
Canada- Allemagne
Programme de la
société germanocanadienne (DKG)
Programme de travail
pour étudiants de
l’Association des
professeurs
d’Allemagne des
universités canadiennes
(APAU)
Tourisme Jeunesse/
Deutsches
Jugenderbergswerk
Hauptverband
Mouvement Québécois
des Chantiers/ Bureau
principal des brigades
étudiantes service
volontaire d’Arménie
(HUJ)
Programme vacancestravail (WHP)
Programme de
vacances-travail
(SWAP)
Programme d’échange
de jeunes travailleurs
Allemagne
Allemagne
Allemagne
Allemagne
Allemagne
Allemagne
Arménie
Australie
Australie
Autriche
Autriche
2004-11-12
Programme de
formation intra-
Nature de
l’autorisation
ouverte
Période de validité
maximale
6 mois; poursuit des
études postsecondaires à temps
plein, a des assurances
médicales et possède
un billet de retour/ billet
pour un pays tiers et
1000$
6 mois à compter du 1er
juin
De 18 à 30 ans
ouverte
De 18 à 25 ans
employeur déterminé
1 mois
De 18 à 30 ans
employeur déterminé
3-6 mois
De 18 à 30 ans
employeur domaine
d’études
18 mois
De 18 à 30 ans
employeur déterminé et 3 mois de la mi-juillet à
ouverte
la fin d’octobre
De 18 à 30 ans
2-3 mois pendant l’été
De 18 à 30 ans,
membre de Hostelling
International
employeur déterminé,
dans une auberge de
jeunesse
2 à 6 mois
De 18 à 30 ans
employeur déterminé
1 mois
De 18 à 30 ans
ouverte
12 mois
De 18 à 30 ans
ouverte
12 mois
De 18 à 30 ans (35 dans employeur déterminé
6 mois
des circonstances
dans le domaine
exceptionnelles)
d’études (foresterie,
diplômé de programme agriculture ou tourisme)
post- secondaire en
foresterie, en agriculture
ou en tourisme
aucune limite; employé employeur déterminé
12 mois
permanent d’une
101
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
entreprise et dans une
entreprise associée
Autriche
Bélarus
Belgique
Belgique
Belgique
Corée
Échange multilatéral
Échange multilatéral
Échange multilatéral
Échange multilatéral
Échange multilatéral
Échange multilatéral
Échange multilatéral
Échange multilatéral
2004-11-12
entreprise autrichienne,
formation dans une
entreprise associée, une
société affiliée ou une
société mère au Canada
SWAP/Supertramp
De 18 à 30 ans,
ouverte
étudiants inscrits
Mouvement Québécois De 18 à 25 ans
employeur déterminé
des Chantiers/
Association
internationale de jeunes
travailleurs (ATM)
Bélarus
Agence Québec/
De 18 à 30 ans
employeur déterminé
Wallonie-Bruxelles
Mouvement Québécois De 16 à 25 ans
employeur déterminé
des Chantiers/
Compagnons
Bâtisseurs/Agence
Québec/ Wallonie
Bruxelles
De 18 à 30 ans
ouverte
Tourisme Jeunesse/
Auberges de jeunesse
Belgique
Programme vacances- De 18 à 25 ans
ouverte
travail (WHP)
Bureau canadien de
De 18 à 30 ans
employeur déterminé
l’éducation
internationale, camps
internationaux de travail
Canadian Crossroad
De 18 à 30 ans [NOTA: employeur déterminé
International/ Carrefour pour les participants de
Canadien International - plus de 30 ans, le
Programme Africain au processus prévu au C50
Québec (CCI)/ (PAQ)
ou au C20 s’applique.]
Association
De 18 à 30 ans
employeur déterminé,
internationale des
doit faire partie de
échanges en agriculture
l’IAEA; peut travailler
(AIEA)
pour une famille
Association des familles
d’accueil approuvée par
d’accueil canadiennes
l’AFAC ou l’AIEA.
(AFAC)
Association
De 18 à 30 ans
employeur déterminé
internationale pour
l’échange d’étudiants en
économie et en
commerce (AIESEC)
Association
De 18 à 30 ans
employeur déterminé
internationale pour
l’échange d’étudiants en
vue de l’acquisition
d’une expérience
technique (IAESTE)
Échange international De 18 à 30 ans
employeur déterminé
de jeunes de milieux
ruraux (IRE)
Programme d’échange De 18 à 30 ans
employeur déterminé
de visiteurs
internationaux du
Comité central
mennonite du Canada
(IVEP)
Éducation coopérative De 18 à 30 ans
employeur déterminé
internationale (ICE) Fanshawe College,
Ont./New Hampshire
College, États-Unis; ou
Sheffield Polytechnic,
12 mois
1 mois
4-12 mois
1 mois
12 mois
12 mois
8 mois
4-5 mois de mai à
septembre ou de
septembre à décembre
12 mois
18 mois
12 mois
6-12 mois
12 mois à compter du
mois d’août
12 mois
102
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
R.-U
Université de Waterloo,
Ont./U. of New South
Wales, Australie; ou
Université de
Compiègne, France; ou
Université de Nantes,
France; ou MICEFA,
Triade, France; ou
Technische U.
Braunsheig, Allemagne;
ou Université
Paderburn, Allemagne;
ou Ulster Polytechnic,
Irlande; ou Université
Twente, Pays-Bas; ou
Université Eindhoven,
Pays- Bas, ou University
of Leeds, R.-U.; ou
Northeastern University,
États- Unis;
Université de Victoria,
C.-B./Swinburne
Institute of Technology,
Ballarat U., Queensland
U. of Technology
(Brisbane), Australie; ou
Institut des Services
appliqués, Rennes,
France; ou
Facholchschule
Karlsruhe, Allemagne;
ou Hogeschool West
Brabant, Pays-Bas; ou
University of Surrey, R.U.; ou Université d’État
de Moscou
Échange multilatéral Georgian College, Ont./ De 18 à 30 ans
Glasgow College of
Food Technology, R.-U;
ou Scula Internazionale
di Science Turistiche,
Italie; ou ZAV
Allemagne
Université McMaster,
Ont./Université de
Compiègne, France
Queens University,
Ont./Université
Karisauke, Allemagne
Sheridan College, Ont./
Berussakademie,
Allemagne
Sir Sandford Fleming,
Ont./ Berussakademie,
Allemagne/Collège
Chuo, Japon
Office QuébecDe 18 à 30 ans
Amériques pour la
Jeunesse (OQAJ)
(Amérique du Nord et du
Sud)
Échange multilatéral Programme de
De 18 à 30 ans
vacances-travail
(SWAP)
Espagne
Programme de
De 18 à 30 ans
vacances-travail
(SWAP)
États-Unis
Mouvement Québécois De 18 à 30 ans
2004-11-12
employeur déterminé
12 mois
employeur déterminé
12 mois
ouverte
12 mois
employeur déterminé
12 mois
ouverte
1 mois
103
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
États-Unis
Finlande
Finlande
France
France
France
France
France
France
France
France
France
France
France
Irlande
Irlande
Irlande
Japon
Lituanie
Nouvelle-Zélande
Nouvelle-Zélande
Pays-Bas
Pays-Bas
2004-11-12
des Chantiers/Conseil
pour les échanges
éducatifs internationaux
(CIEE)
Programme de
vacances-travail
(SWAP)
Programme de
perfectionnement de
carrière CanadaFinlande
Programme de
vacances-travail
(SWAP)
Programme vacancestravail (WHP)
Programme de
vacances-travail
(SWAP)
Stagiaires apprentis
De 18 à 30 ans
ouverte
De 18 à 30 ans, dipl.
coll. ou univ. (depuis 2
ans ou moins)
employeur déterminé lié 18 mois
à la carrière
De 18 à 30 ans
ouverte
6 mois
De 18 à 30 ans
ouverte
12 mois
De 18 à 30 ans
ouverte
4 mois de la mi-juin à la
fin d’octobre
employeur déterminé
domaine d’études
employeur déterminé
domaine d’études
9 mois
Entente de 1956 sur le De 18 à 35 ans
Programme d’échange
de jeunes travailleurs
Canada- France
Association Québec
De 18 à 30 ans
employeur déterminé
France
Echanges Go Echanges De 18 à 30 ans
employeur déterminé
Union des producteurs De 18 à 30 ans
employeur déterminé
agricoles (UPA)
De 18 à 30 ans
employeur déterminé
Office FrancoQuébécois pour la
jeunesse
Mouvement Québécois De 18 à 25 ans
employeur déterminé
des Chantiers/
Compagnons Bâtisseurs
Mouvement Québécois De 18 à 25 ans
employeur déterminé
des Chantiers/
Concordia
Mouvement Québécois De 18 à 25 ans
employeur déterminé
des Chantiers/Rempart
Séjours internationaux De 18 à 30 ans
ouverte
de travail en entreprises
(SITE)
Programme vacances- De 18 à 30 ans, étudiant employeur déterminé
travail (WHP)
de niveau postsecondaire en Irlande
Programme de
De 18 à 30 ans
ouverte
vacances-travail
(SWAP)
Fonds international pour De 16 à 28 ans
employeur déterminé
l’Irlande
/ouverte
Programme vacancestravail (WHP)
Mouvement Québécois
des Chantiers/Centre
des activités étudiantes
(Litmina)
Programme vacancestravail (WHP)
Programme de
vacances-travail
(SWAP)
Programme vacancestravail (WHP)
Programme de
6 mois
18 mois
6 mois
12 mois
3-6 mois
12 mois
1 mois
1 mois
1 mois
12 mois
12 mois
12 mois
De 18 à 30 ans
ouverte
12 mois possibilité de
prolongation de 12 mois
avec l’approbation du
MAECI/ACEE
12 mois
De 18 à 30 ans
employeur déterminé
1 mois
De 18 à 30 ans
ouverte
6 mois
De 18 à 30 ans
ouverte
12 mois
De 18 à 30 ans
ouverte
12 mois
De 18 à 30 ans
employeur déterminé
12 mois
104
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
vacances-travail
(SWAP)
Pologne
Mouvement Québécois
des Chantiers/Service
des jeunes volontaires
République
Programme de
slovaque
vacances-travail
(SWAP)
République tchèque Mouvement Québécois
des Chantiers/Centre
des échanges et du
tourisme international
pour les jeunes
République tchèque Programme de
vacances-travail
(SWAP)
Royaume-Uni
Programme de
vacances-travail
(SWAP-BUNAC)
Royaume-Uni
Royaume-Uni
Russie
Suède
Suisse
Suisse
domaine d’études
De 18 à 30 ans
ouverte
4 mois du 1er juin au 31
octobre
De 18 à 30 ans
employeur déterminé
1 mois
De 18 à 30 ans
employeur déterminé
1 mois
De 18 à 30 ans
ouverte
6 mois à compter du ler
juin
De 18 à 27 ans,
employeur déterminé
étudiants de niveau
post-secondaire au R.U.
The Gap Activity
De 18 à 29 ans,
employeur déterminé
Projects Limited
étudiants à temps
partiel, à temps plein ou
diplômés dans l’année
Mouvement Québécois De 18 à 30 ans,
employeur déterminé
des Chantiers/United
étudiants de niveau
Nations Association
post-secondaire au R.Wales (UNA Wales,
U.
IVS)
Mouvement Québécois De 18 à 30 ans
employeur déterminé
des Chantiers/INEX
Slovaquie (Association
pour l’échange et le
tourisme international
chez les jeunes)
Université de
De 18 à 30 ans,
ouverte
l’Alberta/Université
étudiants de niveau
suédoise des sciences post-secondaire
agricoles
Programme d’échange De 18 à 35 ans
employeur déterminé
de jeunes stagiaires
Canada- Suisse
Programme d’échange De 18 à 35 ans
employeur déterminé
de jeunes stagiaires
domaine d’études
Canada- Suisse
6-12 mois
12 mois
12 mois
1 mois
12 mois
4 mois de mai à
septembre
18 mois
Note : Toute autorisation d'emploi ouverte délivrée à un demandeur qui n’a pas subi l’examen médical
aux fins de l’immigration doit comporter une restriction quant à l’emploi. Une fois que le demandeur
aura subi cet examen, la restriction pourra être supprimée.
2. LISTE PAR ORDRE ALPHABÉTIQUE DE PROGRAMMES
Nature
Période de
du
tion
de
validité
programme
partici-
l’autorisation
maximale
Titre
Pays
Organisa-
Âge
pante
Agence Québec
Belgique
Wallonie Bruxelle
Association
Échange
internationale des
multilatéral
échanges en agriculture
(IAEA)
Association
2004-11-12
Échange
Association des
familles d’accueil
canadiennes
De 18 à 30 employeur déterminé
4 à 12 mois
ans
De 18 à 30 employeur déterminé, 12 mois
ans
doit faire partie de
l’IAEA; peut travailler
pour une famille
d’accueil approuvée par
l’AFAC ou l’AIEA.
De 18 à 30 employeur déterminé
18 mois
105
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
internationale pour
multilatéral
l’échange d’étudiants en
économie et en
commerce (AIESEC)
Association
Échange
internationale pour
multilatéral
l’échange d’étudiants en
vue de l’acquisition
d’une expérience
technique (IAESTE)
Association QuébecFrance
France
Bureau canadien de
Échange
l’éducation
multilatéral
internationale, camps
internationaux de travail
Carrefour canadien
Échange
international (CCI/
multilatéral
PAQ)
Échange international Échange
de jeunes de milieux
multilatéral
ruraux (IRE)
Echanges Go Echanges France
Éducation coopérative R.-U.
internationale
Georgian College, Ont. Italie
Éducation coopérative
internationale
Université McMaster,
Ontario
Éducation coopérative
internationale
Université Queen’s
Éducation coopérative
internationale
Éducation coopérative
internationale
Sheridan College
Éducation coopérative
internationale,
Sir Sanford Fleming,
Ontario
Éducation coopérative
internationale
Université d’Ottawa,
Ont.
Éducation coopérative
internationale
Université de Victoria,
C.-B.
Allemagne
France
Programme Africain
au Québec
Carrefour Canadien
International
De 18 à 30 employeur déterminé
ans
12 mois
De 18 à 30 employeur déterminé
ans
De 18 à 30 employeur déterminé
ans
6 mois
De 18 à 30 employeur déterminé
ans [NOTE:
pour les
participa nts
de plus de
30 ans, le
processu s
prévu au
C50 ou au
C20
s’appliqu e.]
De 18 à 30 employeur déterminé
ans
4 à 5 mois de mai
à septembre ou
de septembre à
mai
De 18 à 30 employeur déterminé
ans
Glasgow College of De 18 à 30 employeur déterminé
Food Technology; ans
Scula Internazionale
di Science Turistiche
ZAV
Université de
De 18 à 30 employeur déterminé
Compiègne
ans
8 mois
6-12 mois
12 mois
12 mois
12 mois
Allemagne
Université Karisauke De 18 à 30 employeur déterminé
ans
12 mois
R.-U.
De 18 à 30 employeur déterminé
ans
De 18 à 30 employeur déterminé
ans
12 mois
Allemagne
Teesside
Polytechnic
Berufsakademie;
Allemagne
Berufsakademie
De 18 à 30 employeur déterminé
ans
12 mois
Japon
Collège Chuo;
France
École U.
De 18 à 30 employeur déterminé
d’ingénieurs de Lille; ans
12 mois
Australie
Swinburne Institute De 18 à 30 employeur déterminé
of Technology;
ans
Ballarat University;
Queensland U. of
Technology
Institut des Services
appliqués, Rennes;
Fachochschule
Karlsruhe;
Hogeschool West
Brabant;
12 mois
France
Allemagne
Pays-Bas
2004-11-12
ans
12 mois
106
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
R.-U.
Russie
Éducation coopérative Australie
internationale
Université de Waterloo France
Allemagne
Irlande
Pays-Bas
R.-U.
É.-U.
Éducation coopérative République
internationale,
tchèque
Camosum College, C.B.
Entente de 1956 sur le France
Programme d’échange
de jeunes travailleurs
Canada- France
Fonds international pour Irlande
l’Irlande
Jeunes agriculteurs
Luxembourg
Québec
Mouvement Québécois Arménie
des Chantiers
Bélarus
Belgique
République
tchèque
France
Allemagne
Lituanie
Russie
Slovaquie
2004-11-12
University of Surrey;
Université d’État de
Moscou;
University of New
South Wales;
Université de
Compiègne;
Université de
Nantes;
MICEFA, Triade;
Techische U.,
Braunshweig;
Université
Paderborn;
Ulster Polytechnic;
Université Trente;
Université
Eindhoven;
University of Leeds;
Northeastern
University;
Université technique
d’Ostrava;
De 18 à 30 employeur déterminé
ans
12 mois
De 18 à 30 employeur déterminé
ans
12 mois
De 18 à 35 employeur déterminé
ans
domaine d’études
18 mois
De 16 à 28 employeur déterminé
ans
ouverte
12 mois avec
possibilité de
prolongation de
12 mois
12 mois
De 18 à 30 employeur déterminé
ans
Bureau principal des De 18 à 25 employeur déterminé
brigades étudiantes; ans
Service volontaire
d’Arménie (HUJ)
Association
internationale de
jeunes travailleurs
(ATM) Bélarus
Compagnons
Bâtisseurs; Agence
Québec; Wallonie
Bruxelles;
Centre des
échanges et du
tourisme
international pour
les jeunes;
Compagnons
Bâtisseurs;
Concordia; Rempart;
Vereinigung Junger
Freiwilliger
(Association des
jeunes bénévoles
VJF)
Centre des activités
étudiantes
Service des jeunes
volontaires
NEX - Slovaquie
(Association pour
l’échange et le
tourisme
1 mois
107
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
Espagne
Office FrancoQuébécois pour la
jeunesse
Office QuébecAmériques pour la
Jeunesse (OQAJ)
Programme d’échange
de jeunes stagiaires
Canada- Suisse
Programme d’échange
de jeunes travailleurs
Canada- Allemagne
Programme d’échange
de jeunes travailleurs
Canada- Autriche
France
De 18 à 30 employeur déterminé
ans
12 mois
Amérique du Nord
et du Sud
De 18 à 30 ouverte
ans
12 mois
Suisse
De 18 à 35 employeur déterminé
ans
domaine d’études
4 mois de mai à
septembre
Allemagne
De 18 à 30 employeur déterminé
ans
domaine d’études
18 mois
Autriche
De 18 à 30 employeur déterminé
ans, jusqu’à en foresterie, en
35 ans
agriculture ou en
dans des tourisme
cas
exceptio
nnels
De 18 à 35 employeur déterminé
ans
domaine d’études
6 mois
Programme d’échange
de jeunes travailleurs
Canada- Suisse
Programme d’échange
de visiteurs
internationaux du
Comité central
mennonite du Canada
(IVEP)
Programme de
formation intraentreprise et dans une
entreprise associée
Suisse
Programme de la
société germanocanadienne (DKG)
Programme de
perfectionnement de
carrière CanadaFinlande
Allemagne
Échange
multilatéral
Autriche
Finlande
Programme de travail
Allemagne
pour étudiants de
l’Association des
professeurs
d’Allemagne des
universités canadiennes
Programme de
vacances-travail
(SWAP)
(Voir le document cijoint.)
Programme vacancestravail
(Voir le document cijoint.)
Séjours internationaux France
de travail en entreprises
(SITE)
2004-11-12
international chez
les jeunes)
Institut Catala de
Servecis a la
Joventut
Comité central
De 18 à 30 employeur déterminé
mennonite,
ans
Winnipeg, Manitoba
18 mois
12 mois
aucune
limite
employeur
12 mois
déterminé:l’entrepris e
canadienne doit être
une société associée,
une société affiliée ou
une société mère de
l’entreprise autrichienne
De 18 à 30 employeur déterminé
3 mois de la mijuillet à la fin
ans
ouverte
d’octobre
De 18 à 30 employeur déterminé - 18 mois
ans, dipl. lié à la carrière
coll. ou
univ.
(depuis 2
ans ou
moins)
De 18 à 30
2 à 3 mois
ans
pendant l’été
De 18 à 30 ouverte
ans
12 mois
108
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
The Gap Activity
Projects Limited
R.-U.
Tourisme Jeunesse
Belgique
Allemagne
Union des producteurs
agricoles (UPA)
Université de l’Alberta
France
Suède
Exemples d’écoles
canadiennes
participantes:Ah
bury College, Upper
Canada College,
St.John’s College.
De 18 à 30
ans,
étudiants
de niveau
postsecondai re
De 18 à 30
ans
Deutsches
membre de
Jugenderbergsw erk Hostellin g
Hauptverband
Internati
onal
De 18 à 30
ans
Université suédoise De 18 à 30
des sciences;
ans
agricoles; Université
d’Helsinki;
employeur déterminé
12 mois
ouverte
12 mois
employeur déterminé
3-6 mois
employeur déterminé
4 mois de mai à
septembre
Note : Toute autorisation d'emploi ouverte délivrée à un demandeur qui n’a pas subi l’examen médical
aux fins de l’immigration doit comporter une restriction quant à l’emploi. Une fois que le demandeur
aura subi cet examen, la restriction pourra être supprimée.
PROGRAMME DE VACANCES-TRAVAIL (SWAP)
Pays
Nature de
Période de validité maximale
l’authorisati on
Afrique du Sud De 18 à 30 ans ouverte
6 mois; poursuit des études post- secondaires à
temps plein, a des assurances médicales et
possède un billet de retour/billet pour un pays
tiers et 1000$;
Allemagne
De 18 à 30 ans ouverte
6 mois à compter du 1er juin
Argentine
De 18 à 30 ans ouverte
12 mois
Australie
De 18 à 30 ans ouverte
12 mois
Autriche
De 18 à 30 ans, ouverte
12 mois
étudiants de
niveau postsecondaire
Espagne
De 18 à 30 ans ouverte
12 mois
États-Unis
De 18 à 30 ans ouverte
6 mois
Finlande
De 18 à 30 ans, ouverte
6 mois
étudiants de
niveau postsecondaire
France
De 18 à 30 ans ouverte
12 mois
Stagiaires
employeur
9 mois
apprentis
déterminé
domaine
d’études
Irlande
De 18 à 30 ans, ouverte
12 mois
étudiants de
niveau postsecondaire en
Irlande
Italie
De 18 à 30 ans ouverte
6 mois
Mexique
De 18 à 30 ans ouverte
12 mois
NouvelleDe 18 à 30 ans ouverte
6 mois
Zélande
2004-11-12
Âge
109
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
Pays-Bas
Pologne
République
slovaque
République
tchèque
De 18 à 30 ans ouverte
De 18 à 30 ans ouverte
De 18 à 30 ans ouverte
12 mois
4 mois du 1er juin au 31 octobre
6 mois
De 18 à 30 ans ouverte
6 mois
Note : Des quotas ont été attribués à SWAP pour qu’il se développe dans de nouveaux pays. Donc,
cette liste n’est peut-être pas exhaustive.
Note : Toute autorisation d'emploi ouverte délivrée à un demandeur qui n’a pas subi l’examen médical
aux fins de l’immigration doit comporter une restriction quant à l’emploi. Une fois que le demandeur
aura subi cet examen, la restriction pourra être supprimée.
PROGRAMME VACANCES -TRAVAIL (WHP)
Pays
Âge
Nature de l’autorisation
Allemagne
Australie
Corée
France
Irlande
De 18 à 30 ans
De 18 à 30 ans
De 18 à 25 ans
De 18 à 30 ans
De 18 à 30 ans, étudiants de
niveau post-secondaire
De 18 à 30 ans
De 18 à 30 ans
employeur déterminé
ouverte
ouverte
ouverte
employeur déterminé
Période de
validité
maximale
3 à 6 mois
12 mois
12 mois
12 mois
12 mois
ouverte
ouverte
12 mois
12 mois
ouverte
employeur déterminé
12 mois
6 à 12 mois
ouverte
12 mois
Japon
NouvelleZélande
Pays-Bas
De 18 à 30 ans
Royaume- Uni De 18 à 27 ans, étudiants de
niveau post-secondaire au R.- U.
Suède
De 18 à 30 ans, étudiants de
niveau post-secondaire
Note : Toute autorisation d'emploi ouverte délivrée à un demandeur qui n’a pas subi l’examen médical
aux fins de l’immigration doit comporter une restriction quant à l’emploi. Une fois que le demandeur
aura subi cet examen, la restriction pourra être supprimée.
2004-11-12
110
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
Appendice F Personnel militaire et les membres de leur famille
Loi sur les forces étrangères présentes au Canada
Procédures d’examen :
Le personnel militaire est dispensé du permis de travail, et les dossiers doivent être traités
comme ceux des visiteurs (code de type de cas 12, programme spécial champ 047). Les
conditions d’autorisation de séjour ne doivent pas être imposées à un membre des forces
étrangères, et on ne devrait pas indiquer une période définie de séjour autorisé sur le formulaire.
Le membre des forces étrangères et les membres de sa famille devraient être autorisés à
demeurer au Canada pour la « durée du statut ». Dans les documents générés par le SSOBL, on
ne peut laisser en blanc la case réservée à la date d’expiration. On doit entrer une date de
validité de trois (3) ans et inscrire la déclaration suivante dans la section consacrée aux
observations : « condition supplémentaire : le présent document est valide pour la durée du statut
en vertu de la Loi sur les forces étrangères présentes au Canada » .
Même s’ils sont dispensés des exigences relatives au passeport et au visa (à moins qu’il ne
s’agisse du personnel civil) les membres du personnel militaire relevant de la Loi sur les forces
étrangères présentes au Canada doivent être en mesure de produire un document d’identité et
un ordre de mission (par ex., un ordre de mission de l’OTAN).
Nonobstant le L18(1), les agents peuvent choisir de ne pas examiner personnellement chaque
membre d’un groupe. On peut compter sur le commandant pour identifier toute personne interdite
de territoire au Canada. On encourage les gestionnaires des points d’entrée à obtenir la liste des
groupes à l’avance et à prendre les mesures appropriées à propos de toute personne interdite de
territoire avant l’arrivée du groupe. Ceux qui sont responsables d’une région où se trouve une
base militaire devraient rencontrer le commandant de la base afin de s’assurer que ce dernier est
au courant des critères d’interdiction de territoire.
OTAN
Employés permanents de l’OTAN
Les nations de l’OTAN relèvent de la Convention sur le statut des forces (tirée de la Loi sur les
forces étrangères présentes au Canada ). Les membres du personnel militaire qui séjournent au
Canada en tant que membres des forces de l’OTAN, y compris les civils, sont dispensés du
permis de travail en vertu du R186d).
Personnel de longue affectation
Les visiteurs qui séjournent au Canada pour occuper un emploi à des installations peuvent
demeurer au Canada pendant de nombreuses années. Par conséquent, on peut délivrer des
permis de travail à long terme. Ils sont dispensés de l’obligation d’obtenir un permis de travail,
mais un permis de travail peut être délivré en vertu du R204, CDC T10.
Programme d’aide à l’instruction militaire (PAIM)
Les nouveaux États membres du PAIM qui ne sont pas visés par la Loi sur les forces étrangères
présentes au Canada sont approuvés en vertu des PE bilatéraux conclus entre le ministère de la
Défense nationale et son homologue du pays faisant partie du PAIM. La liste des États membres
du PAIM est fournie ci-dessous.
2004-11-12
111
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
Les participants au PAIM (personnel civil et militaire) qui ne relèvent pas de la Loi sur les forces
étrangères présentes au Canada peuvent être admis à titre de visiteurs participant à des
séminaires ou à des cours d’une courte durée, mais ils doivent obtenir un permis d’études pour
suivre un programme de formation de plus de six mois. Ils sont soumis, s’il y a lieu, aux critères
habituels concernant le passeport, le visa et l’examen médical. Les demandeurs doivent fournir
une preuve de leur participation au PAIM au moment de leur demande.
Autre formation militaire offerte par le Canada à des pays qui ne sont pas visés par la Loi
sur les forces étrangères présentes au Canada
Par l’entremise de divers secteurs des Forces canadiennes (FC), le ministère de la Défense
nationale offre différents programmes internationaux de formation à des militaires étrangers dont
le pays n’est pas membre du PAIM. Dans le cadre de ces programmes, le personnel militaire du
pays étranger peut utiliser les installations de formation des FC ou assister à des cours donnés
par les FC. Ces activités durent de quelques jours à un an, ou plus. Dans la plupart des cas, ces
services de formation sont vendus au gouvernement étranger ou offerts en échange de services
de formation semblables. Une entente officielle pour la prestation de services de formation est
conclue entre les FC et les autorités militaires compétentes du pays demandeur. De telles
ententes précisent notamment les modalités, les conditions et la durée du programme de
formation, et font état de toute entente bilatérale applicable en la matière. Toutes les ententes
portant sur les programmes internationaux de formation font l’objet d’un examen par le ministère
des Affaires étrangères et du Commerce international (MAECI), par l’entremise des bureaux des
FC responsables de la politique internationale.
Critère :
Les participants qui proviennent de pays visés par la Loi sur les forces étrangères présentes au
Canada bénéficient d’une dispense et n’ont pas à obtenir de documents d’immigration. Les
participants qui ne relèvent pas de cette loi devront obtenir un permis d’études s’ils doivent faire
des études pendant plus de six mois et pourraient devoir obtenir un visa de résident temporaire
(VRT).
Membres de la famille des membres du personnel militaire
Ce groupe est formé des membres de la famille des membres du personnel militaire étranger en
poste au Canada, qui sont eux-mêmes dispensés du permis de travail en vertu du R186d).
En vertu des accords de réciprocité :
Un permis de travail est exigé, mais les personnes concernées sont dispensées de la
confirmation de RHDCC, en vertu du R205b) - CDC C20. Dispensées des droits.
On a conclu des accords de réciprocité concernant les membres de la famille des membres du
personnel militaire avec la France, l’Allemagne, la Grande-Bretagne, les Pays-Bas, la Norvège et
les États-Unis. Des négociations sont en cours avec d’autres pays qui ont du personnel militaire
au Canada. Le personnel de ces pays pourra être inclus dans cette procédure à une date
ultérieure.
Les membres de la famille des membres du personnel militaire relevant des accords réciproques
doivent soumettre une demande d’approbation au directeur, Liaison avec l’étranger, au Quartier
général de la Défense nationale (QGDN), 101 promenade Colonel By, Ottawa, ON K1A 0K2.
Télécopieur : (613) 995-1288. La demande doit souligner clairement le programme de défense
dans le cadre duquel le conjoint ou le parent est employé au Canada. Les programmes actuels
sont les suivants :
a) Programme d’échange et de liaison;
2004-11-12
112
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
b) Unité d’entraînement de l’Armée britannique – Suffield;
c) Unité de soutien à l’entraînement de l’Armée britannique Wainwright;
d) Forces étrangères à Goose Bay;
e) Programme d’Entraînement en Vol de l’OTAN au Canada à Moose Jaw et Cold Lake.
Le directeur, Liaison avec l’étranger, fera parvenir la demande à la direction générale appropriée
du QGDN administrant le programme, qui examinera la demande et produira une lettre accordant
une approbation de principe si le membre de la famille est admissible et qu’un accord réciproque
existe.
Si cette approbation est accordée, le membre de la famille peut faire des démarches directement
auprès de CIC et demander un permis de travail (R199). Si le demandeur relève de la Loi sur les
forces étrangères présentes au Canada, les droits relatifs au permis de travail ne sont pas
exigés. Code de type de cas 22, « statut officiel ».
Le membre de la famille doit avoir une lettre d’approbation d’emploi signée par le fonctionnaire
compétent du MDN, une preuve d’identité acceptable et des documents prouvant sa relation avec
le chef de famille et la durée de l’affectation officielle au Canada.
On peut délivrer un permis de travail ouvert pour une durée qui coïncide avec l’expiration du
temps de service du militaire chef de famille. Avant de recevoir un permis de travail ouvert, un
demandeur doit répondre aux critères médicaux de l’immigration. On peut imposer des conditions
ainsi qu’une période définie pour les permis de travail délivrés aux membres de la famille, mais
on ne devrait pas refuser sans motif une prorogation de statut, le cas échéant.
Lorsqu’il n’y a aucun accord réciproque :
Les membres de la famille des membres du personnel militaire non visés par un accord
réciproque peuvent demander un permis de travail au Canada en vertu du R199, mais la
confirmation est nécessaire.
Note : Il peut être plus facile de traiter les demandes des conjoints de militaires si ceux-ci sont
admissibles en vertu de la disposition sur l’emploi du conjoint pour les conjoints de travailleurs très
qualifiés. R205c), C41
PAYS DÉSIGNÉS AUX FINS DE LA LOI SUR LES FORCES ÉTRANGÈRES PRÉSENTES AU
CANADA (depuis juin 2000)
Albanie, République d’
Allemagne, République fédérale d’
Antigua-et-Barbuda
Australie, Commonwealth d’
Autriche, République d’
Azerbaïdjan, République
Bangladesh, République populaire du
Barbade
Belgique, Royaume de
Belize
Bénin, République du
2004-11-12
113
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
Botswana, République du
Brunéi
Bulgarie, République de
Cameroun
Corée, République de
Côte d’Ivoire, République de
Danemark, Royaume du
El Salvador, République d’
Émirats arabes unis
Espagne, Royaume d’
Estonie, République d’
États-Unis d’Amérique
Ethiopie
Finlande, République de
France
Géorgie, République de
Ghana, République du
Grèce, Royaume de
Guyana
Hongrie, République de
Islande
Italie
Jamaïque
Japon
Kazakhstan, République du
Kenya, République du
Koweït, État du
Lettonie, République de
Lituanie, République de
Luxembourg, Grand-Duché de
Macédoine, ex-République yougoslave de
Malaisie
Malawi
Moldova, République de
Népal, Royaume du
Nicaragua, République du
Niger
2004-11-12
114
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
Nigéria
Norvège, Royaume de
Nouvelle-Zélande, Dominion de
Oman, Sultanat d’
Ouganda, République de l’
Ouzbékistan, République d’
Pays-Bas, Royaume des
Pologne, République de
Portugal
République slovaque
République tchèque
Roumanie
Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord
Sierra Leone, République de
Singapour, République de
Slovénie, République de
Soudan, République du
Suède, Royaume de
Swaziland
Tanzanie, République-Unie de
Thaïlande, Royaume de
Trinité-et-Tobago
Turquie, République de
Ukraine
Venezuela, République du
Zambie, République de
Zimbabwe, République du
Pays du PAIM non désignés aux fins de la Loi sur les forces étrangères-présentes au Canada (depuis juillet 1999)
Afrique du Sud
Argentine
Brésil
Burkina Faso
Chili
Jordanie
Namibie
2004-11-12
115
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
Philippines
Russie
2004-11-12
116
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
Appendice G L’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA)
1
INTRODUCTION
1.1
Objet de l’appendice
Le présent appendice contient de l’information sur les dispositions de l’Accord de libre-échange
nord-américain (ALENA) qui ont trait à l’admission temporaire. Le lecteur devrait également
consulter l’information générale sur l’examen et le traitement des demandes des travailleurs
étrangers temporaires, qui figure dans la partie principale du présent Guide.
Note : Le texte de l’entente se trouve à l’adresse suivante : http://www.dfait-maeci.gc.ca/naftaalena/agree-f.asp Le chapitre 16 se trouve dans la partie V.
1.2
Objet de la politique
L’ALENA a pour but de faciliter les échanges commerciaux entre les États-Unis, le Mexique et le
Canada et de lever les droits tarifaires et autres obstacles au commerce. L’Accord ouvre les
marchés de trois pays les uns aux autres en garantissant que les lois qui seront adoptées dans
l’avenir n’imposeront pas d’obstacles au commerce.
Pour que le commerce puisse prendre de l’expansion, il faut que les personnes aient la possibilité
de se rendre dans les autres pays signataires pour vendre ou fournir des biens et services, pour
conclure des transactions commerciales et pour faire des investissements. Intitulé « Admission
temporaire des hommes et des femmes d’affaires », le chapitre 16 de l’ALENA établit les
mécanismes qui permettent aux personnes qui entrent dans certaines catégories de travailleurs
temporaires d’accéder au marché des autres Parties.
Les dispositions du chapitre 16 facilitent l’admission temporaire des citoyens des États-Unis, du
Mexique et du Canada dont les activités sont liées au commerce de biens ou de services, ou aux
investissements. L’ALENA est un accord réciproque, et les Canadiens seront traités de la même
façon que les Américains et les Mexicains qui viennent au Canada aux termes de l’ALENA,
lorsqu’ils chercheront à entrer aux États-Unis ou au Mexique. Les dispositions du chapitre 16 ne
remplacent pas les dispositions générales qui ont été en vigueur jusqu’à ce jour; elles les
complètent. Un homme ou une femme d’affaires des États-Unis ou du Mexique qui demande à
être admis au Canada peut donc faire examiner son cas à la lumière des dispositions de l’ALENA
ainsi que des dispositions générales qui s’appliquent à tous les travailleurs étrangers
temporaires.
1.3
Renseignements généraux
L’ALENA reflète les liens privilégiés qui ont été établis entre le Canada et les États-Unis sur le
plan commercial aux termes de l’Accord de libre-échange (ALE) et qui englobe maintenant le
Mexique. Lorsque l’ALENA a pris effet, l’ALE a été mis en veilleuse.
Le chapitre 16 de l’ALENA s’inspire de l’ALE. Il traite uniquement de l’admission temporaire de
certains hommes et femmes d’affaires. Il n’a rien à voir avec la résidence permanente. Aux
termes de l’Accord, l’admission temporaire s’entend de l’admission d’une personne qui n’a pas
l’intention d’établir sa résidence permanente dans le pays où elle est admise.
L’ALENA impose aux États-Unis, au Mexique et au Canada un certain nombre d’obligations. Au
nombre de celles-ci figure l’obligation de faire paraître à l’intention du public un dépliant
d’information sur l’admission temporaire aux termes de l’ALENA ainsi que celle d’échanger avec
les autres parties des données statistiques. Compte tenu du fait que l’ALENA suscite de plus en
plus d’intérêt dans le public et étant donné l’importance du partage de l’information, il est
primordial de veiller à ce que les données introduites dans le SSOBL et dans le STIDI soient les
plus exactes et les plus complètes possible de façon à ce que nous puissions nous acquitter de
nos obligations en matière de données statistiques.
2004-11-12
117
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
On a mis sur pied un groupe de travail trilatéral, composé de représentants des ministères
concernés par l’admission temporaire de travailleurs, qui se réunit chaque année pour superviser
l’application du chapitre 16 de l’ALENA. Le directeur des programmes économiques (SSE), la
Direction générale de la sélection (SSD) et des agents d’immigration américains et mexicains le
coprésident. Le groupe de travail a aussi pour responsabilité d’élaborer des mesures afin de
faciliter l’admission temporaire des hommes et femmes d’affaires suivant une formule de
réciprocité.
1.4
1.5
1.6
Ce que fait l’ALENA
•
L’ALENA facilite l’admission temporaire des hommes et femmes d’affaires qui ont la
citoyenneté américaine, mexicaine ou canadienne et qui sont engagés dans le commerce de
biens ou de services ou dans les activités d’investissement.
•
Il supprime la nécessité pour tous les hommes et femmes d’affaires qui y sont assujettis
d’obtenir un avis relativement au marché du travail (une confirmation de RHDCC).
•
Dans le cas des visiteurs commerciaux, il supprime la nécessité d’obtenir un permis de
travail.
•
Dans le cas des professionnels et des personnes mutées à l’intérieur d’une société, il
accélère le processus de demande en permettant la délivrance d’un permis de travail au point
d’entrée.
Ce que l’ALENA ne fait pas
•
L’ALENA ne facilite pas l’admission permanente.
•
Il ne s’applique pas aux résidents permanents des trois pays.
•
Il ne remplace pas les dispositions générales qui concernent les travailleurs étrangers
temporaires.
•
Il n’a aucun effet sur les exigences universelles qui ont trait aux passeports et documents
d’identité, à l’examen médical et à la sécurité.
•
Il ne libère par les travailleurs temporaires de l’obligation de se conformer aux exigences en
matière d’accréditation qui régissent l’exercice des professions.
•
Il ne vise pas le conjoint et les membres de la famille. Leur admission au Canada est régie
par les dispositions de la Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés et de son
Règlement.
Qui est assujetti à l’ALENA?
Les dispositions relatives à l’admission temporaire que contient le chapitre 16 de l’ALENA
s’appliquent uniquement aux citoyens américains, mexicains et canadiens. Dans le cas des
États-Unis, les citoyens du district de Columbia et de Porto Rico tombent sous le coup de
l’ALENA. Toutefois, les citoyens de Guam, des Îles Mariannes du Nord, des Samoa américaines
et des Îles Vierges américaines ne sont pas assujettis à l’ALENA.
L’Accord ne s’applique pas aux résidents permanents. Ces derniers sont toutefois assujettis aux
dispositions générales qui régissent l’admission temporaire des travailleurs étrangers
temporaires.
2004-11-12
118
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
1.7
Pouvoirs établis par le Règlement
Les dispositions de l’ALENA relatives à l’admission temporaire doivent être appliquées de concert
avec les dispositions générales régissant l’entrée des travailleurs étrangers temporaires. La
catégorie des visiteurs commerciaux est la même que celle mentionnée au R186a), paragraphe
d'application générale qui, par ailleurs, applique les mêmes conditions au service après-vente,
contrairement à l'ALENA, qui impose un peu plus de conditions et exige une vente préalable. Les
trois autres catégories d'hommes et de femmes d'affaires peuvent demander un permis de travail
en vertu du R204a), qui dispense du processus de confirmation par RHDCC, les personnes
autorisées à entrer en vertu d'un accord international signé par le Canada. Chaque catégorie a
ses codes.
1.8
Catégories d’hommes et de femmes d’affaires assujettis à l’ALENA
Le chapitre 16 de l’ALENA répartit les hommes et femmes d’affaires en quatre catégories :
•
visiteurs commerciaux;
•
professionnels;
•
personnes mutées à l’intérieur d’une société;
•
négociants et investisseurs.
Les visiteurs commerciaux se livrent à l’échelle internationale aux activités commerciales
suivantes, classées en fonction des composantes du cycle commercial : recherche et conception,
culture, fabrication et production, commercialisation, vente, distribution, service après vente et
services généraux (voir l’appendice 1603.A.1 du chapitre 16).
Les visiteurs commerciaux sont admis aux fins d’activités commerciales en vertu du R186a) et
peuvent s’adonner à leurs activités sans avoir à obtenir un permis de travail.
Les professionnels sont des hommes et femmes d’affaires qui viennent au Canada pour fournir
des services professionnels dont la nature a été convenue à l’avance, soit en qualité d’employé
salarié d’une entreprise canadienne, soit en vertu d’un contrat conclu entre l’homme ou la femme
d’affaires et un employeur canadien ou d’un contrat conclu entre l’employeur américain ou
mexicain de l’homme ou de la femme d’affaires et une entreprise canadienne. À l’appendice
1603.D.1 de l’ALENA sont énumérées plus de 60 professions qui tombent sous le coup de
l’Accord. Un professionnel qui entre au Canada fournit des services qui correspondent à son
domaine de compétence.
Le professionnel n’est pas tenu d’obtenir une confirmation de RHDCC, mais il doit être muni d’un
permis de travail (R204 — code de dispense de confirmation T23).
Les personnes mutées à l’intérieur d’une société sont des employés d’une entreprise
américaine ou mexicaine qui occupent un poste de cadre ou de gestionnaire ou un poste qui
nécessite des connaissances spécialisées et qui sont mutés pour remplir des fonctions de la
même nature dans l’entreprise canadienne ou dans une société mère, une succursale, une filiale
ou une société affiliée au Canada.
Une personne mutée à l’intérieur d’une société n’est pas assujettie au processus de confirmation,
mais doit être munie d’un permis de travail (R204, CDC T24].
Les négociants et les investisseurs sont des personnes qui mènent un important commerce de
produits ou de services entre le Canada et les États-Unis ou le Mexique et des personnes qui ont
investi ou sont en train d’investir une somme importante au Canada. Un négociant ou un
investisseur doit être employé en qualité de superviseur ou de directeur ou occuper un poste
exigeant des compétences essentielles.
2004-11-12
119
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
Les négociants et investisseurs ne sont pas assujettis au processus de confirmation, mais
doivent être munis d’un permis de travail (R204, CDC T21 et CDC T22, respectivement). Ils
doivent demander le permis de travail à un bureau des visas avant de venir au Canada.
1.9
Décisions concernant l’admission
Au cours de l’examen d’une demande d’admission temporaire faite par un citoyen des États-Unis
ou du Mexique, tous les mécanismes possibles d’admission temporaire devraient être pris en
compte. Un citoyen américain ou mexicain qui ne peut être admis aux termes de l’ALENA pourra
l’être en vertu des dispositions générales qui régissent l’admission des travailleurs temporaires.
Pour rendre une décision en matière d’admission, on devrait tenir compte de l’objectif général de
l’ALENA, qui est de faciliter le commerce entre le Canada, les États-Unis et le Mexique.
1.10
Définitions et interprétations de l’ALENA
Les définitions générales suivantes, tirées du chapitre 2 (Définitions générales) et du chapitre 16
(Admission temporaire des hommes et des femmes d’affaires) de l’ALENA, ont trait à l’admission
temporaire :
homme ou femme d’affaires s’entend d’un citoyen d’une Partie (une « Partie » s’entend des
États-Unis, du Mexique ou du Canada) dont l’occupation consiste à faire le commerce de
produits, à fournir des services ou à mener des activités d’investissement;
une entreprise désigne toute entité privée ou publique, constituée ou organisée légalement, à
des fins lucratives ou non, y compris toute société, fiducie, société de personnes, entreprise
individuelle, entreprise conjointe ou autre association;
une entreprise d’une Partie s’entend d’une entreprise constituée ou organisée aux termes de la
législation d’une Partie;
existant s’entend, entre le Canada et les États-Unis, de la date d’entrée en vigueur de l’ALE (1er
janvier 1989) et, entre le Canada et le Mexique et entre les États-Unis et le Mexique, de la date
d’entrée en vigueur de l’ALENA (1er janvier 1994);
mesure s’entend de toute législation, réglementation, procédure, prescription ou pratique;
admission temporaire s’entend de l’admission, sur le territoire d’une Partie, d’un homme ou
d’une femme d’affaires d’une autre Partie n’ayant pas l’intention d’y établir sa résidence
permanente.
Note : Cette définition est conforme à la loi canadienne en matière d’immigration. Elle comporte la
souplesse nécessaire pour répondre aux besoins des gens d’affaires et elle reconnaît que la notion
d’admission temporaire, dans la plupart des cas, ne peut être fondée sur une limitation temporelle
stricte. Dans son application, la définition ne doit être comprise ni comme une définition ouverte, ni
comme un mécanisme qui permet de se soustraire aux formalités liées à la résidence permanente.
Comme de nombreux travailleurs temporaires, les personnes qui sont admises aux termes de
l’ALENA peuvent être autorisées à entrer au Canada pour occuper temporairement un poste
temporaire ou permanent. Toutefois, une personne ne peut invoquer l’ALENA pour séjourner
indéfiniment au Canada.
1.11
Définitions et interprétations d’ordre administratif
Validation de l’offre d’emploi — Au Canada, il s’agit de l’avis relativement au marché du travail
ou de la confirmation que donne un Centre de ressources humaines du Canada au sujet de l’offre
d’emploi faite à un travailleur étranger temporaire (R203).
Procédures ayant un effet similaire — Il s’agit des exigences administratives ou juridiques
reliées aux procédures d’immigration qui peuvent empêcher un homme ou une femme d’affaires
d’exercer ou de continuer d’exercer une profession ou un métier ou de s’adonner à une activité.
Elles n’englobent pas les procédures d’immigration établies par le Canada, les États-Unis ou le
Mexique :
2004-11-12
120
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
1.12
•
pour mettre en oeuvre les dispositions du chapitre 16 de l’Accord de libre-échange nordaméricain;
•
pour assurer le respect des exigences générales en matière d’autorisation de séjour qui ont
trait à la santé et à la sécurité du public et à la sécurité nationale.
Différend syndical-patronal
Le chapitre 16 contient une disposition relative aux différends syndicaux-patronaux qui permet à
un agent de refuser de délivrer un permis de travail à une personne dont l’admission influerait de
façon défavorable sur l’issue d’une grève en cours ou sur l’emploi d’une personne qui participe à
cette grève.
L’article 1603 de l’ALENA porte ce qui suit :
« 2. Une Partie pourra refuser de délivrer un permis de travail à un homme ou à une femme
d’affaires si l’admission temporaire de cette personne pourrait nuire :
au règlement d’un différend syndical-patronal en cours à l’endroit où l’emploi doit s’exercer ou
s’exerce, ou
à l’emploi de toute personne concernée par un tel différend.
3. La Partie qui, conformément au paragraphe 2, refuse de délivrer un permis de travail devra :
notifier par écrit les motifs de son refus à l’homme ou à la femme d’affaires concerné, et
notifier par écrit et dans les moindres délais les motifs de son refus à la Partie dont relève
l’homme ou la femme d’affaires concerné. »
Cette disposition s’applique uniquement aux hommes et femmes d’affaires assujettis à l’ALENA
qui doivent être munis d’un permis de travail, à savoir les professionnels, les personnes mutées à
l’intérieur d’une société et les négociants et investisseurs.
Pour se conformer aux alinéas 1603.3a) et 1603.3b) de l’Accord, il faut :
•
•
2004-11-12
remettre au demandeur, au moment du refus, une lettre contenant les renseignements
suivants :
♦
nom et toute adresse connue de l’homme ou de la femme d’affaires;
♦
citoyenneté de l’homme ou de la femme d’affaires;
♦
date et lieu du refus;
♦
nom et adresse de l’employeur éventuel;
♦
poste qui devait être occupé;
♦
durée demandée du séjour;
♦
motif(s) du refus;
♦
renvoi à l’alinéa 1603.2a) de l’ALENA et/ou au R200(3)c); et
aviser l’AC en envoyant par télécopieur un avis portant la mention URGENT, donnant des
renseignements détaillés sur le cas et accompagné d’un exemplaire de la lettre de refus
précitée et d’exemplaires des documents présentés par le demandeur, le tout devant être
envoyé à l’attention du directeur, Politique et programmes économiques (SSE), Sélection
(SSD), numéro de télécopieur : (613) 954-0850. Il faut envoyer des copies des documents
121
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
télécopiés au bureau régional concerné. L’AC informera les autorités du pays dont l’homme
ou la femme d’affaires a la citoyenneté.
2
VISITEURS COMMERCIAUX
2.1
Quelles exigences s’appliquent aux visiteurs commerciaux?
Les exigences suivantes s’appliquent :
2.2
•
citoyenneté américaine ou mexicaine;
•
activités commerciales mentionnées à l’appendice 1603.A.1;
•
activités de nature internationale;
•
la personne concernée n’a pas l’intention de s’intégrer au marché du travail canadien;
•
la principale source de rémunération est à l’extérieur du Canada;
•
le siège de son activité reste à l’extérieur du Canada; et
•
respect des exigences existantes en matière d’immigration/d’admissibilité qui régissent
l’admission temporaire.
Quelles activités commerciales sont incluses à l’appendice 1603.A.1?
Sont incluses à l’appendice 1603.A.1 les activités de nature commerciale qui sont associées aux
différents éléments du cycle commercial :
•
recherche et conception;
•
culture, fabrication et production;
•
commercialisation;
•
ventes;
•
distribution;
•
service après-vente;
•
services généraux.
Le texte de l’appendice 1603.A.1 de l’ALENA est repris dans la section 2.7. Le libellé de
l’appendice a été remanié en fonction du texte officiel de l’ALENA, et des notes explicatives ont
été ajoutées.
L’appendice 1603.A.1 n’est pas exhaustif mais illustre les types d’activités qui s’appliquent. Ce
ne sont pas tant les activités, mais les exigences qui s’appliquent aux visiteurs commerciaux dont
il faut tenir compte.
Les professionnels visés à l’appendice 1603.D.1 peuvent être admis en vertu de la disposition
relative aux services généraux, dans la catégorie des visiteurs commerciaux, s’ils n’ont pas
l’intention de s’intégrer au marché du travail et que leur principale source de rémunération est à
l’extérieur du Canada. (Voir la section 3.8.)
2004-11-12
122
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
2.3
À quel endroit un visiteur commercial peut-il présenter une demande d’admission?
Les visiteurs commerciaux doivent présenter leur demande à un point d’entrée, de la même façon
que les personnes qui tombent sous le coup du R186. Un demande ne peut être présentée avant
d'entrer au Canada.
Les visiteurs commerciaux peuvent être admis à l’étape du premier contrôle, sauf les personnes
qui demandent à être admises en vertu de la disposition sur le service après-vente. Ces
dernières doivent être déférées au deuxième contrôle.
2.4
Quels documents le visiteur commercial doit-il présenter à l’appui de sa demande?
Le visiteur commercial doit présenter les documents suivants :
•
preuve de citoyenneté américaine ou mexicaine;
•
documents attestant du but de la visite, par exemple une activité commerciale visée par
l’Appendice 1603.A.1; et
•
preuve que l’activité commerciale projetée est de nature internationale et que l’homme ou la
femme d’affaires n’a pas l’intention de s’intégrer au marché du travail canadien. Pour
satisfaire à cette exigence, l’homme ou la femme d’affaires peut fournir la preuve :
♦
que sa principale source de rémunération se situe à l’extérieur du Canada;
♦
que le siège de son activité reste à l’extérieur du Canada et que les bénéfices réalisés
s’accumulent pour l’essentiel à l’extérieur du Canada.
En plus de déterminer l’objet du séjour, l'agent doit s’assurer que le demandeur conserve son
emploi à l’extérieur du Canada (en tant qu’employé d’une entreprise ou comme travailleur
autonome) et que la principale source de rémunération se situe à l’extérieur du Canada. En règle
générale, une personne qui serait rémunérée principalement au Canada est considérée comme
une personne intégrée au marché du travail et ne peut pas être admise à titre de visiteur
commercial. Elle peut toutefois toucher des honoraires de même qu’un remboursement de ses
dépenses de voyage.
Les activités commerciales courantes englobent, sans en exclure d’autres, la consultation, la
négociation, la discussion, la recherche, la participation à des congrès ou réunions d’intérêt
éducationnel, professionnel ou commercial et la sollicitation commerciale.
Étant donné que l’ALENA est un accord de facilitation, on offrira au demandeur le plus de
chances possibles pour prouver qu’il respecte les critères d’admission relatifs aux visiteurs
commerciaux. De même, on lui permettra de recourir à des solutions de rechange pour obtenir
tout document manquant (le télécopieur, par exemple).
On pourra accepter une déclaration verbale selon laquelle le demandeur réalise ses activités
commerciales à l’extérieur du Canada. Il pourra être utile d’utiliser d’autres indications (cartes
d’affaires, documents d’affaires, dépliants publicitaires, etc.).
Dans le cas d’un demandeur qui désire être admis temporairement aux termes de la disposition
de l’appendice 1603.A.1 concernant le service après-vente, les copies des actes de vente
originaux, les contrats de garantie ou de service et les prorogations de tels contrats sont
nécessaires.
2.5
Quels documents délivre-t-on et peut-on accorder une prorogation?
Les politiques et formalités en vigueur concernant les documents à délivrer aux visiteurs et les
prorogations s’appliquent.
Compte tenu de la nature des activités auxquelles se livrent les visiteurs commerciaux, le séjour
au Canada sera habituellement de courte durée.
2004-11-12
123
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
Le visiteur commercial peut demander l’admission au Canada pour plusieurs visites effectuées à
intervalles réguliers sur plusieurs semaines ou plusieurs mois aux fins d’un projet en particulier.
Dans une telle situation, on devrait envisager de délivrer une Fiche du visiteur afin de faciliter
l’admission du client et faire en sorte que les clients soient moins souvent déférés au deuxième
contrôle.
Les personnes admises aux termes de la disposition relative au service après-vente pour une
période de travail de plus de deux jours se voient délivrer une Fiche du visiteur.
Lorsqu’une Fiche du visiteur est délivrée, on devrait inscrire le code « ALE » ou « 054 » dans les
cases d’identification des programmes spéciaux.
Les demandes de prorogation du statut devraient être examinées compte tenu des exigences
exposées ci-dessus.
2.6
Service après-vente
Toutes les personnes qui demandent à être admises en vertu de la disposition de
l’appendice 1603.A.1 relative au service après-vente doivent être déférées au deuxième contrôle.
2.6.1 Quelles exigences s’appliquent au personnel de service après-vente?
•
Les exigences suivantes s’appliquent :
•
citoyenneté américaine ou mexicaine;
•
le but du séjour est de fournir des services d’installation, de réparation ou d’entretien, de
superviser la prestation de ces services ou de former des travailleurs pour qu’ils puissent
fournir des service (voir la définition du terme « installation » dans la section 2.6.2);
•
la machinerie ou l’équipement (y compris les logiciels) doit être destiné à un usage
commercial ou industriel (il ne doit pas s’agir d’appareils ménagers ou de biens personnels);
•
la machinerie, l’équipement ou le logiciel doivent avoir été fabriqués et achetés à l’extérieur
du Canada;
•
le travail doit être accompli aux termes de l’acte de vente original ou de tout contrat de
garantie ou de service découlant de la vente;
•
le travail doit être accompli pendant la période de validité du contrat de garantie ou de service
ou de toute prorogation de tel contrat;
•
le travail doit exiger des connaissances spécialisées (cela exclut les travaux pratiques de
construction); et
•
les exigences en matière d’immigration qui ont trait à l’admission temporaire doivent être
respectées.
2.6.2 Qu’entend-on par « service après-vente »?
Le service après-vente comprend l’installation, la réparation ou l’entretien de la machinerie ou de
l’équipement commercial ou industriel ou des logiciels.
L’installation comprend seulement la mise au point et la mise à l’essai de la machinerie ou de
l’équipement commercial ou industriel ou des logiciels. Elle ne comprend pas l’exploitation de la
machinerie ni de l’équipement commercial ou industriel ni des logiciels à des fins de production et
exclut les travaux pratiques de construction. Le terme « installation » renvoie généralement aux
2004-11-12
124
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
activités où n’interviennent pas des travaux pratiques de construction, comme l’installation de
logiciels.
2.6.3 Qui est autorisé à entrer au Canada pour assurer le service après-vente?
•
Peuvent entrer au Canada les personnes chargées d’installer, de réparer ou d’entretenir de la
machinerie ou de l’équipement ou des logiciels ou pour former ou superviser des travailleurs
qui se chargeront des travaux d’installation, de réparation ou d’entretien.
•
N'est pas autorisé à entrer le travailleur temporaire qui effectuera des travaux pratiques de
construction, même si l’acte de vente ou le contrat de garantie ou de service précise que les
services de ces personnes sont requis (voir les renseignements sur les travaux de
construction dans la section 2.6.4).
•
Toutefois, les personnes qui sont admises au Canada à des fins de formation ou de
supervision peuvent former ou superviser des travailleurs qui accomplissent des travaux de
construction. Même si la formation ou la supervision peut à l’occasion comprendre des
démonstrations, celles-ci ne doivent pas déboucher sur l’accomplissement, en tout ou en
partie, d’une tâche d’installation ou d’entretien ou sur l’utilisation de la machinerie ou de
l’équipement à des fins de production.
2.6.4 Qui n’est pas autorisé à entrer au Canada pour assurer le service après-vente?
Les personnes dont les activités ou les services au Canada constitueraient des travaux pratiques
de construction ne sont pas autorisées à entrer au Canada pour offrir un service après-vente, car
on ne considère pas que les travaux pratiques de construction nécessitent des connaissances
spécialisées (voir la section 2.6.5 pour de l’information sur les connaissances spécialisées). En
règle générale, l’admission des gens de métier étrangers de l’industrie de la construction exige
une évaluation de la disponibilité de la main-d’oeuvre au pays (confirmation de Développement
des ressources humaines Canada). Dans le cadre du processus de confirmation, les CRHC
consulteront les syndicats avant de rendre une décision.
Nonobstant les clauses des actes de vente ou contrats de garantie ou de service voulant que ce
soit des employés de l’entreprise qui s’occupent de l’installation ou de l’entretien, il ne faut pas
accorder d’autorisation de séjour à ces employés s’ils doivent exécuter des travaux pratiques de
construction.
Les travaux de construction comprennent l’installation, l’entretien et la réparation :
•
de services publics;
•
de toute partie de la charpente d’un bâtiment ou d’une structure; ou
•
de machinerie, d’équipement ou de structures dans un bâtiment.
Les travaux de construction comprennent (sans toutefois s’y limiter) les activités normalement
exécutées par les personnes suivantes :
•
manœuvres;
•
monteurs de machines;
•
poseurs d’isolant thermique et frigorifique;
•
briqueteurs;
•
charpentiers et menuisiers;
2004-11-12
125
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
•
ouvriers en électricité;
•
mécaniciens-opérateurs (comprend les opérateurs de machinerie lourde);
•
constructions d’ascenseurs;
•
tôliers;
•
camionneurs;
•
chaudronniers;
•
peintres résidentiels, commerciaux ou industriels (y compris l’application de toutes les
couches de protection, quelle que soit la façon dont elles sont appliquées);
•
métallurgistes (ponts, charpentes d’acier, fer ornemental);
•
plombiers et tuyauteurs;
•
couvreurs, plâtriers et maçons.
Les travaux de construction visent notamment :
•
les chaînes de montage;
•
les convoyeurs et systèmes à courroie;
•
les ponts roulants;
•
les installations de chauffage, de refroidissement, de ventilation ou d’évacuation;
•
les ascenseurs et escaliers roulants;
•
les chaudières et turbines;
•
le démontage ou la démolition de machinerie et d’équipement commercial ou industriel, sur
place ou en usine.
En outre, les personnes qui demandent l’admission pour des travaux de préparation de chantiers,
de branchement aux services publics (électricité, gaz et eau, par exemple) et de raccordement de
la machinerie ou de l’équipement commercial ou industriel à ce service ne sont pas visées par
cette disposition.
2.6.5 Quelles exigences une personne qui demande à être admise au Canada pour offrir le
service après vente doit-elle respecter?
Le demandeur doit posséder les connaissances spécialisées essentielles à l’exécution des
obligations contractuelles du vendeur.
Par « connaissances spécialisées » on entend des connaissances très poussées qui ne peuvent
être transmises qu’à une personne déjà qualifiée lors d’une formation exhaustive. Pour
déterminer si le demandeur possède ces connaissances spécialisées, il faut prendre en
considération les facteurs suivants :
2004-11-12
126
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
•
le niveau de qualification et (ou) de connaissances nécessaires pour effectuer la tâche
prévue au Canada (les services à fournir doivent exiger des connaissances spécialisées, ce
qui exclut généralement les travaux pratiques de construction);
•
le demandeur possède des compétences ou des compétences de niveau supérieur, comme
en témoigne un diplôme ou grade postsecondaire, ou un certificat d’autorisation ou
d’agrément décerné par un organisme compétent;
•
le demandeur a suivi, dans un établissement de formation ou en cours d’emploi, un
programme officiel de formation additionnelle essentiel pour offrir le service.
Le demandeur doit travailler pour une entreprise établie aux États-Unis ou au Mexique.
Les activités que le demandeur se propose d’entreprendre au Canada doivent être clairement
prévues dans le contrat de vente, de garantie ou de service.
2.6.6 Quelles sont les exigences qui s’appliquent à la machinerie, à l’équipement ou aux
logiciels?
•
Le service après vente doit concerner de la machinerie, de l’équipement ou des logiciels qui
sont utilisés dans un contexte commercial ou industriel. Les biens ou appareils ménagers ou
personnels ne sont pas couverts.
•
La machinerie ou l’équipement commercial ou industriel ou les logiciels ne doivent pas être
d’origine canadienne.
•
La machinerie ou l’équipement commercial ou industriel ou les logiciels doivent avoir été
achetés d’un fabricant ou d’un distributeur situé à l’extérieur du Canada.
Les contrats de crédit-bail ou de location avec une entreprise située à l’extérieur du Canada ne
sont pas visés par la disposition relative au service après-vente. Lorsqu’il s’agit de logiciels,
« achat » inclut un accord d’autorisation.
En règle générale, la machinerie, l’équipement ou les logiciels sont achetés dans le cadre d’une
transaction directe de vente entre le fabricant ou le distributeur à l’étranger et l’utilisateur final au
Canada. Seront cependant visées par la disposition relative au service après-vente les
transactions entre le fabricant à l’étranger et une filiale au Canada (p. ex., la société mère ou une
société affiliée) ou un distributeur sans lien au Canada qui, à son tour, vend ou loue la
marchandise à l’utilisateur final. Dans de tels cas, il se peut que l’entreprise canadienne qui
effectue la vente ou la location à l’utilisateur final ne soit pas en mesure de faire l’installation ou
d’honorer la garantie et qu’elle compte sur l’entreprise établie aux États-Unis ou au Mexique pour
ce faire.
Lorsqu’il est question d’une location, c’est la transaction transfrontalière initiale qui doit comporter
une vente. L’entente de location intervenue entre l’acheteur canadien et un utilisateur final est
visée par la disposition à la condition que l’équipement reste la propriété de l’acheteur initial et
que l’acte de vente ou le contrat de garantie ou de service soit toujours en vigueur.
Alors que l’ALENA ne traite que du service après-vente, la disposition générale sur les visiteurs
commerciaux (R187, qui applique cette partie de l'ALENA) autorise l'entrée au Canada à la suite
tant d'un acte de vente que d’un contrat de location.
2.6.7 Qu’entend-on par « service par un tiers »?
Il s’agit du cas d’un vendeur situé aux États-Unis ou au Mexique ou dans un autre pays qui
donne en sous-traitance le service après-vente à une autre entreprise (un tiers). Le tiers doit être
établi aux États-Unis ou au Mexique.
2004-11-12
127
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
Le contrat de vente doit stipuler clairement que c’est un tiers qui se chargera de l’installation, de
l’exécution de la garantie ou des travaux d’entretien. À défaut de pareille clause, rien ne prouve
que le service par un tiers est lié à la vente. Toutefois, il n’est pas nécessaire que le nom de la
société figure dans le contrat, du fait que l’identification de la société peut prendre un certain
temps.
2.6.8 Quels documents les demandeurs doivent-ils présenter à l’appui de la demande?
Les demandeurs doivent présenter les documents suivants :
•
preuve de citoyenneté américaine ou mexicaine; et
•
copies de l’acte de vente et de tout contrat de garantie ou de service, y compris les
prolongations, qui établissent clairement le but du séjour.
La garantie ou le contrat de service doit être lié à la vente, ou découler de la vente de machinerie
ou d’équipement commercial ou industriel, ou de logiciels.
Cela ne veut toutefois pas dire que la garantie ou le contrat de service doivent porter la même
date que le contrat de vente. Il peut être normal, particulièrement dans le cas de service par des
tiers, qu’un certain nombre de mois s’écoule avant que l’entreprise qui se charge de l’installation
ou de l’entretien soit identifiée et retenue en sous-traitance.
La durée de la garantie ou du contrat de service initial peut être prolongée, à condition que le
contrat de vente ou la garantie ou le contrat de service initial renferme une clause autorisant cette
prolongation. Le service après-vente continue donc d’être lié à la vente originale d’équipement
commercial ou industriel, ou de logiciels.
2.6.9 Qu’arrive-t-il lorsqu’un demandeur n’est pas en mesure de présenter les documents
exigés?
Avant de lui refuser l’autorisation d’entrer au pays, on devra tout faire pour permettre à un
demandeur d’obtenir la documentation pertinente de l’entreprise au Canada ou de son employeur
aux États-Unis ou au Mexique (par télécopieur, par exemple).
La documentation que le demandeur est tenue de fournir a pour objet de démontrer que l’activité
proposée est liée à la vente de la machinerie ou de l’équipement ou des logiciels. Les autres
parties signataires de l’accord imposent les mêmes exigences.
2.6.10 L’ALENA modifie-t-il les exigences en matière d’autorisation ou d’accréditation
auxquelles doivent satisfaire les personnes qui assurent l’installation et l’entretien?
Non. L’ALENA ne dispense nullement le personnel de service après-vente, ou toute autre
personne qui exerce des activités commerciales, de l’obligation de se conformer aux règles
municipales, régionales ou provinciales ou à d’autres règles fédérales où celles-ci s’appliquent.
L’autorisation de séjour indique seulement que le demandeur satisfait aux conditions imposées
en vertu de la Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés et du Règlement et aux
dispositions du chapitre 16 de l’ALENA.
2.6.11 Quand faut-il délivrer une Fiche du visiteur à un demandeur qui entre au Canada
pour offrir un service après-vente?
Une Fiche du visiteur doit être établie pour le personnel de service après-vente qui entre au
Canada pour une période de plus de deux jours (au lieu de travail). La Fiche du visiteur doit
porter la mention : « non autorisé à exécuter des travaux pratiques » et porter le code ALE ou
054.
La Fiche du visiteur remplit le double rôle de document de facilitation et de document de contrôle.
Elle est également utile pour donner au visiteur de l’information sur les activités autorisées au
2004-11-12
128
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
Canada. Il faut y indiquer le ou les endroits où le visiteur se rendra, y compris le nom de
l’entreprise au Canada.
2.7
Appendice 1603.A.1 - Visiteurs commerciaux (modifié)
(Modifié et accompagné de remarques — le texte officiel de l’appendice 1603.A.1 de l’ALENA est
disponible à l’adresse suivante : http://www.dfait-maeci.gc.ca/nafta-alena/agree-f.asp.)
Le terme « opération commerciale » figure dans certaines dispositions de l’appendice 1603.A.1. Il
s’entend de toute action légale exécutée expressément pour en tirer un profit. Le terme
« opération commerciale » désigne uniquement les discussions et les négociations concernant
l’achat, la vente, la commercialisation, la distribution, la promotion, l’acquisition, la transmission,
le transport ou l’emballage de biens ou de services.
Recherche et conception
Les chercheurs qui, dans les domaines technique, scientifique et statistique, effectuent des
recherches pour leur propre compte ou pour celui d’une entreprise située aux États-Unis ou au
Mexique.
Culture, fabrication et production
Le propriétaire d’une moissonneuse supervisant une équipe de moissonneurs qui a été admise
en vertu de la législation applicable.
Note : Une « moissonneuse » est une machine qui est utilisée pour faire la récolte de produits agricoles
(céréales, fruits et légumes, par exemple).
Note : La « supervision » ne comprend pas le travail pratique.
Note : La « législation applicable » s’entend des documents relatifs à la confirmation par le Centre de
ressources humaines et au permis de travail.
Les gestionnaires des achats et de la production qui effectuent des opérations commerciales
pour le compte d’une entreprise située aux États-Unis ou au Mexique.
Commercialisation
•
Les chercheurs et analystes spécialistes du marché qui effectuent des travaux de recherche
ou d’analyse pour leur propre compte ou pour celui d’une entreprise située aux États-Unis ou
au Mexique.
•
Le personnel affecté aux foires commerciales et chargé de la publicité qui prend part à un
congrès sur le commerce.
Note : Lorsqu’un congrès porte plutôt sur la vente que sur la simple promotion, les dispositions prévues
à la rubrique « Ventes » s’appliquent. Les organisateurs d’une foire commerciale itinérante dont les
exposants proviennent tous des États-Unis et du Mexique peuvent se voir accorder l’autorisation de
séjour en application de ces dispositions.
Ventes
Les représentants et les agents qui prennent des commandes ou négocient des contrats de
produits ou de services pour le compte d’une entreprise située aux États-Unis ou au Mexique,
sans toutefois livrer lesdits produits ou fournir lesdits services.
Note : Les représentants et les agents ne peuvent vendre des produits d’origine canadienne ou des
services fournis par un Canadien. Cette disposition permet aux intéressés de vendre des produits ou
services, à condition que ceux-ci ne puissent être livrés ou fournis à l’acheteur au moment de la vente
2004-11-12
129
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
(au cours du même voyage d’affaires). Le vendeur est autorisé uniquement à prendre des
commandes de produits ou à conclure des contrats de services.
Les acheteurs agissant pour le compte d’une entreprise située aux États-Unis ou au Mexique.
Distribution
Les opérateurs de véhicules qui transportent des marchandises ou des passagers vers le
Canada en provenance des États-Unis ou du Mexique ou qui chargent et transportent des
marchandises ou des passagers depuis le Canada, à destination des États-Unis ou du Mexique,
sans décharger de marchandises ou faire descendre de passagers au Canada.
•
Définition de l’ALENA : « Opérateur de véhicule » s’entend d’une personne physique [être
humain par opposition à « personne morale » (société)], autre qu’un opérateur d’autocar, y
compris le personnel de relève qui accompagne ou qui suit le véhicule, nécessaire
l’exploitation du véhicule pendant la durée du voyage (voir la partie sur les Services généraux
pour avoir de l’information sur les opérateurs d’autocars).
•
Cette disposition vise, entre autres, les personnes requises pour l’exploitation d’un
véhicule servant au transport terrestre de marchandises ou de passagers. Parmi les
personnes visées par la disposition, mentionnons le conducteur ou d’autres
personnes offrant des services pour les fins auxquelles sert le véhicule (p. ex., les
personnes offrant des services aux passagers ou celles offrant les services
nécessaires au déplacement du véhicule).
•
Les signataires de l’ALENA se sont entendus pour dire que même si les opérateurs de
véhicules d’escorte ne peuvent être définis aux termes de la disposition
« distribution » de l’appendice 1603.A.1., leur admission devrait néanmoins être
facilitée. Les opérateurs des véhicules d’escorte (véhicules qui, sur une autoroute,
précèdent et suivent un autre véhicule transportant un chargement de forte dimension
ou des produits dangereux) peuvent être admis à titre de membre d’équipage, en vertu
de l’alinéa R186s).
•
Les conducteurs de taxis et de camionnettes de passagers peuvent venir prendre des
passagers pour les emmener aux États-Unis en application d’un contrat de service
verbal ou écrit à condition que tous ces passagers débarquent aux États-Unis.
•
Dans le domaine du transport international de marchandises, les conducteurs de
camions ne procèdent généralement pas au chargement ou au déchargement de fret,
mais on admet qu’ils puissent s’en occuper dans certains cas (par ex., lorsqu’ils
livrent des marchandises ailleurs que dans un entrepôt ou lorsqu’ils livrent notamment
des meubles, des produits chimiques, du bétail et du matériel de construction). Par
conséquent, particulièrement lorsqu’il est question de la sécurité de la charge, la
disposition vise aussi le conducteur, y compris le conducteur de relais et les autres
personnes qui sont censées prendre part au chargement et au déchargement de
marchandises ou au transport de passagers.
•
La disposition ne s’applique pas aux personnes dont l’unique ou la principale fonction
est d’aider au chargement ou au déchargement du véhicule. L’« équipage » d’un
fourgon de déménagement, exception faite du conducteur, n’est donc pas visé par ces
dispositions. Il en est de même d’un aide accompagnant le conducteur d’un camion de
livraison visé par la disposition (p. ex., un aide embauché pour la livraison de gros
appareils provenant d’un magasin situé dans une ville américaine frontalière et
destinés à un consommateur canadien).
2004-11-12
130
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
•
Le conducteur américain ou mexicain peut prendre des marchandises aux États-Unis
ou au Mexique et les livrer par lots à plusieurs endroits au Canada. Il peut également
prendre des marchandises à un ou à plusieurs endroits au Canada, puis les livrer aux
États-Unis ou au Mexique. Il peut procéder à une partie ou à la totalité des cueillettes et
livraisons au cours d’un même voyage, pourvu qu’il livre aux États-Unis et au Mexique
et non ailleurs au Canada les marchandises qu’il prend. Le cabotage, qui consiste à
prendre et à décharger les mêmes marchandises au Canada, n’est pas autorisé.
•
Le conducteur d’autocar peut transporter des passagers de la même façon que les
camionneurs peuvent transporter des marchandises. Le conducteur d’autocar peut se
rendre à un ou à plusieurs endroits au Canada et prendre ou laisser des passagers en
cours de route, à condition que le voyage commence et se termine aux États-Unis ou
au Mexique et qu’aucun passager pris au Canada ne quitte l’autocar au Canada.
•
Les conducteurs de relais (qui conduisent durant une ou plusieurs parties du voyage)
sont également visés par ces dispositions. Le conducteur de relais ou le conducteur
d’autocar n’a pas besoin d’entrer au Canada avec le camion ou l’autocar. Un
conducteur peut entrer au Canada dans un délai raisonnable avant ou après que le
camion ou l’autocar entre au Canada.
Les courtiers en douanes des États-Unis qui viennent au Canada pour effectuer des opérations
de courtage associées à l’exportation de marchandises depuis le territoire du Canada vers ou via
les États-Unis.
Les courtiers en douanes qui assurent des services de consultation en vue de faciliter
l’importation ou l’exportation de marchandises.
Note : Cette disposition vise les courtiers en douanes américains et mexicains, qui se rendent au
Canada aux fins de consultation et non pour assurer des services de courtage.
Service après-vente
Les installateurs, réparateurs et préposés à l’entretien et superviseurs possédant les
connaissances spécialisées essentielles à l’exécution des obligations contractuelles d’un
vendeur, qui assurent des services ou forment des travailleurs à cette fin, en exécution d’une
garantie ou de tout autre contrat de service lié à la vente de machines ou d’équipements
commerciaux ou industriels, y compris les logiciels, achetés d’une entreprise située à l’extérieur
du Canada, pendant la durée de la garantie ou du contrat de service.
Services généraux
Les professionnels qui exercent une activité commerciale dans l’une des professions figurant à
l’appendice 1603.D.1.
Le personnel de gestion et de supervision qui effectue une opération commerciale pour le compte
d’une entreprise située aux États-Unis ou au Mexique.
Le personnel du secteur des services financiers (agents d’assurance, employés de banque ou
courtiers en placement) qui effectue des opérations commerciales pour le compte d’une
entreprise située aux États-Unis ou au Mexique.
Le personnel du secteur des relations publiques et de la publicité qui tient des consultations avec
des associés, ou qui assiste ou participe à des congrès.
Note : Le terme « associés » renvoie aux collègues ou aux clients.
Le personnel du secteur du tourisme (agents de voyage, guides touristiques ou organisateurs de
voyages) qui assiste ou participe à des congrès ou qui est chargé d’un circuit qui a commencé
aux États-Unis ou au Mexique.
2004-11-12
131
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
Note : Le personnel du secteur du tourisme et les participants à des voyages organisés doivent se
rassembler dans un endroit aux États-Unis ou au Mexique et voyager en groupe au moment d’entrer
au Canada. Les membres du personnel du secteur du tourisme qui désirent établir un point de
rencontre au Canada et qui veulent entrer au Canada pour y mener un circuit sont assujettis au
processus de la confirmation.
Les opérateurs d’autocars qui sont admis au Canada :
•
avec un groupe de passagers à l’occasion d’un circuit commençant et se terminant aux ÉtatsUnis ou au Mexique;
•
pour rencontrer un groupe de passagers à l’occasion d’un circuit qui se déroulera en grande
partie et se terminera aux États-Unis ou au Mexique; ou
•
à l’occasion d’un circuit avec un groupe de passagers qui seront débarqués au Canada, et
qui reviennent à vide ou qui chargent à nouveau ce groupe pour le transporter aux États-Unis
ou au Mexique.
Note : Définition de l’ALENA : « opérateur d’autocar » s’entend d’une personne physique, y compris le
personnel de relève qui accompagne ou qui suit l’autocar, nécessaire à l’exploitation d’un circuit
pendant la durée du voyage.
Note : On peut autoriser un opérateur d’autocar étranger à entrer au Canada à titre de visiteur
commercial pour effectuer un circuit dans une ou plusieurs villes canadiennes, à condition que le
voyage commence et (ou) se termine aux États-Unis ou au Mexique. Bien qu’il soit possible de
prendre ou de laisser des passagers dans une ville du Canada, aucune personne ne peut à la fois
prendre l’autocar et le quitter pendant que celui-ci se trouve au Canada.
Note : Si un voyage commence au Canada, (c.-à-d. que l’autocar entre au Canada pour prendre des
passagers), la plus grande partie de celui-ci doit se dérouler aux États-Unis ou au Mexique afin qu’il
conserve son caractère international. L’opérateur d’autocar peut rentrer au Canada pour y déposer
des passagers au terme d’un voyage qui s’est déroulé en grande partie aux États-Unis ou au
Mexique.
Note : Les voyages qui commencent au Canada et qui se déroulent en grande partie au Canada et très
peu aux États-Unis ou au Mexique ne satisfont pas aux critères de l’ALENA, même si l’autocar
franchit la frontière au cours du voyage. Les opérateurs de de tels voyages ne pourraient pas être
admis à titre de visiteur commercial.
Note : De même, les opérateurs d’autocars et de véhicules étrangers ne sont toujours pas autorisés à
prendre des passagers et à les conduire à un autre endroit (c.-à-d. « cabotage ») au Canada — par
exemple, ils ne peuvent prendre des passagers au Canada lorsque la destination d’arrivée de ces
passagers est à l’intérieur du Canada.
Note : Par exemple, alors qu’un opérateur d’autocar américain est autorisé à prendre ou à laisser des
passagers au Canada, particulièrement pour un circuit qui se déroulera en grande partie aux ÉtatsUnis, il ne peut prendre et laisser d’autres passagers au Canada pendant qu’il se rend ou retourne
aux États-Unis au terme du circuit.
Note : Les conducteurs de relais (qui conduisent durant une ou plusieurs parties du voyage) sont
également visés par ces dispositions. Le conducteur de relais ou le conducteur d’autocar n’a pas
besoin d’entrer au Canada avec l’autocar. Un conducteur peut entrer au Canada dans un délai
raisonnable avant ou après que l’autocar entre au Canada.
Les traducteurs ou interprètes qui exercent leur profession en qualité d’employés d’une entreprise
située aux États-Unis ou au Mexique.
2004-11-12
132
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
3
PROFESSIONNELS
3.1
Quelles exigences s’appliquent aux professionnels?
Les exigences suivantes s’appliquent :
3.2
•
citoyenneté américaine ou mexicaine;
•
profession mentionnée à l’appendice 1603.D.1;
•
posséder les qualifications requises pour exercer la profession;
•
emploi réservé auprès d’un employeur canadien;
•
prestation de services de niveau professionnel dans le domaine où l’intéressé possède des
qualifications, tel qu’indiqué dans l’Appendice;
•
respect des exigences existantes en matière d’immigration qui régissent l’admission
temporaire.
Qu’est-ce que l’appendice 1603.D.1?
L’appendice 1603.D.1 est une liste de plus de 60 professions grâce à laquelle il est possible
d’autoriser certains professionnels à entrer au Canada pour fournir leurs services.
Cet Appendice constitue une liste complète qui ne se prête à aucune interprétation. En règle
générale, si une catégorie d’emplois n’apparaît pas sur la liste, c’est qu’il ne s’agit pas d’une
profession visée à l’appendice 1603.D.1. Toutefois, il conviendra d’accepter des variantes des
appellations de profession lorsque les fonctions sont les mêmes, ce qu’il est possible de
confirmer en se reportant à la Classification nationale des professions (CNP) à l’adresse
suivante :
http://www23.hrsdc-rhdcc.gc.ca/
Les notes de bas de page de l’appendice 1603.D.1 font partie de l’appendice telle que présentée
dans l’ALENA. Les notes en italiques ont été ajoutées pour aider aux agents à comprendre les
exigences associées à la catégorie des professionnels en général et à certaines professions en
particulier (les consultants en gestion, par exemple).
Les Études minimales requises et autres titres acceptés qui sont indiqués en regard de chaque
profession constituent les critères minimaux que le professionnel doit respecter pour être admis;
ils ne correspondent pas nécessairement aux exigences à respecter pour pouvoir exercer une
profession au Canada (études, accréditation ou permis).
Les professionnels peuvent être admis en qualité de visiteurs commerciaux (Services généraux
de l’appendice 1603.A.1) s’ils n’ont pas l’intention de s’intégrer au marché du travail
(conformément aux critères visant les visiteurs commerciaux) même s’ils vont exercer des
activités telles que la sollicitation auprès d’entreprises, l'expertise-conseil, les consultations et la
rencontre de clients.
3.3
À quel endroit le professionnel peut-il soumettre une demande de permis de travail?
Suivant les formalités de facilitation de l’admission que prévoit l’ALENA, le professionnel peut
présenter une demande à un point d’entrée. Il peut aussi le faire à un bureau des visas avant de
partir pour le Canada.
Les citoyens américains et mexicains peuvent aussi demander de se voir reconnaître le statut de
professionnel après avoir été admis au Canada en qualité de résidents temporaires R199.
3.4
Quels documents le professionnel doit-il soumettre à l’appui de sa demande?
Le professionnel doit soumettre les documents suivants :
2004-11-12
133
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
•
preuve de citoyenneté américaine ou mexicaine;
•
confirmation que la personne concernée a un emploi réservé, c’est-à-dire :
•
•
♦
un contrat dûment signé, conclu avec une entreprise canadienne, ou
♦
une preuve qu’une offre d’emploi a été faite par un employeur canadien, ou
♦
une lettre de l’employeur américain ou mexicain au nom duquel les services seront
fournis à l’entreprise canadienne;
documents donnant les renseignements suivants :
♦
employeur pour lequel la personne concernée est censée travailler au Canada;
♦
la profession à l’égard de laquelle le demandeur sollicite l’autorisation de séjour;
♦
des précisions sur le poste (titre du poste, fonction, durée de l’emploi et dispositions
relatives à la rémunération); et
♦
les études ou les titres requis pour l’exercice de la profession; et
preuve que la personne concernée satisfait au moins aux conditions énoncées à la rubrique
« Études minimales requises et autres titres acceptés » de l’appendice 1603.D.1 (copies des
diplômes, permis de pratique ou documents d’accréditation ou d’enregistrement, par
exemple).
La personne concernée doit avoir un emploi réservé dans la catégorie des professionnels chez
l’employeur canadien. Pour les fins liées à cette catégorie, l’employeur canadien peut être une
entreprise au sens de la section 1.10, ou une personne. Les situations suivantes sont des
exemples de services réservés, et n’excluent aucune autre entente, à condition que le
professionnel ne soit pas un travailleur autonome au Canada :
•
il existe une relation employeur-employé avec une entreprise canadienne;
•
il existe un contrat entre un professionnel et une entreprise canadienne;
•
il existe un contrat entre l’employeur américain ou mexicain du professionnel et une
entreprise canadienne.
Une personne ne peut faire une demande dans la catégorie des professionnels en vue de
devenir un travailleur autonome au Canada (c.-à-d. qu’un professionnel ne peut ouvrir un
bureau et chercher des clients sur le marché du travail canadien). Une personne qui veut exercer
sa profession comme travailleur autonome au Canada devrait envisager de soumettre une
demande dans une autre catégorie comme négociants ou investisseurs. Toutefois, un citoyen
américain ou mexicain qui est travailleur autonome à l’extérieur du Canada pourrait être admis
dans la catégorie de professionnels s’il s’entend à l’avance avec un employeur canadien au sujet
des services à fournir au Canada.
L’employeur canadien doit être une personne autre que la personne qui demande l’autorisation
de séjour. Cela signifie que l’entreprise canadienne qui a passé un contrat ou qui emploie la
personne demandant l’autorisation de séjour est une entreprise exploitée par cette personne à
titre d’unique propriétaire, l’autorisation de séjour ne peut pas lui être accordée à titre de
professionnel; en outre, même si l’entreprise d’accueil est légalement distincte du demandeur
(comme dans les cas d’une société ayant une existence légale distincte), l’autorisation de séjour
2004-11-12
134
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
à titre de professionnel doit tout de même être refusée si l’entreprise d’accueil est effectivement
contrôlée par le demandeur.
Le contrôle effectif est une décision factuelle qui exige que les facteurs suivants soient pris en
considération :
•
le demandeur a établi l’entreprise;
•
le demandeur a le contrôle principal, unique ou de facto de l’entreprise;
•
le demandeur est le propriétaire principal, unique ou de facto de l’entreprise;
•
le demandeur est le bénéficiaire principal, unique ou de facto des revenus de l’entreprise.
Lorsqu’un professionnel fait une demande de renouvellement d’un permis de travail, les activités
suivantes peuvent indiquer qu’il a été travailleur autonome au Canada :
•
la constitution en une société au Canada où l’homme ou la femme d’affaires exercera un
travail indépendant (le simple fait de se constituer en société est utile, mais pas
nécessairement déterminant; les motifs de la constitution en société doivent être examinés
avant de rendre une décision);
•
l’établissement de communications (p. ex., chercher un emploi ou un contrat par envoi direct
ou par le biais de la publicité);
•
le fait de répondre à des annonces dans le but d’obtenir un emploi ou de passer des contrats;
•
l’établissement d’un bureau ou un panneau (« petite enseigne ») pour faire de la publicité.
Les activités suivantes ne constituent pas un travail indépendant :
•
le fait de répondre à des demandes non sollicitées pour des services que le professionnel
peut être en mesure de fournir;
•
l’établissement d’une place d’affaires pour la prestation de services à des clients.
Le professionnel qui entre au Canada doit venir fournir des services professionnels dans le
domaine où il possède des qualifications, c’est-à-dire qu’il doit venir exercer un emploi mentionné
à l’appendice 1603.D.1 pour lequel il possède les qualifications requises. Pour déterminer si cette
exigence est respectée, il faut tenir compte à la fois des qualifications du professionnel et de la
nature du poste.
Les fonctions que la personne concernée entend exercer au Canada doivent correspondre à
celles de sa profession. Par exemple, un comptable devra venir fournir des services de
comptabilité, et non des services de tenue de livres, lesquels ne font pas partie des professions
mentionnées à l’appendice 1603.D.1. De même, un teneur de livres ne peut être admis en qualité
de comptable, à moins qu’il possède également les qualifications du poste de comptable
indiquées à la rubrique « Études minimales requises et autres titre acceptés » de l’appendice
1603.D.1. De plus, un ingénieur qui vient au Canada pour occuper un emploi de cadre ne peut
être admis en qualité d’ingénieur dans la catégorie des professionnels parce qu’il ne vient pas
travailler dans son domaine de compétences, à savoir le génie.
Le demandeur doit posséder les qualifications indiquées à la rubrique « Études minimales
requises et autres titres acceptés » de l’appendice 1603.D.1. Les qualifications en question
correspondent aux exigences minimales à respecter pour être autorisé à entrer au Canada; elles
ne reflètent pas nécessairement le niveau des qualifications requises pour exercer de fait la
profession en question au Canada.
2004-11-12
135
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
Il n’incombe pas aux services d’immigration de déterminer si le demandeur possède ou non le
permis ou l’accréditation requise pour exercer une profession au Canada. Il revient à l’employeur
au Canada et au professionnel de s’assurer avant le début de la période d’emploi que les
exigences à cet égard sont respectées.
On notera toutefois que les infirmiers et infirmières doivent être munis du permis provincial
approprié pour se voir reconnaître le statut de professionnel. On peut faciliter leur admission (en
qualité de visiteurs commerciaux, par exemple) afin de leur permettre d’obtenir le permis
d'exercer requis, à la condition qu’ils puissent prouver qu’ils ont fait des démarches en vue
d’obtenir le permis.
Quand un baccalauréat ou une licenciatura est requis, le diplôme du demandeur doit être dans le
domaine précis de sa profession ou dans un domaine qui y est lié de près. Il n’est pas nécessaire
qu’il ait été décerné par une université ou un collège américain, mexicain ou canadien. Toutefois,
dans le cas d’études de niveau postsecondaire, les diplômes ou certificats doivent avoir été
décernés dans un des trois pays signataires de l’ALENA.
Un professionnel peut se trouver au Canada en vertu de plus d’un contrat à la fois. Le permis de
travail doit fournir des renseignements sur chaque employeur.
3.5
Quelles fonctions de formation les professionnels peuvent-il accomplir?
Un professionnel peut venir au Canada pour dispenser une formation liée à sa profession, ce qui
inclut la tenue de séminaires.
La séance de formation doit avoir été organisée à l’avance avec un employeur canadien et elle
doit porter sur des connaissances de niveau professionnel. Le fait qu’un animateur d’atelier ait
obtenu une autorisation de séjour ne l’autorise pas à offrir une formation qui n’a pas été
organisée à l’avance avec un employeur canadien.
La formation doit viser le perfectionnement professionnel des participants et être liée aux
fonctions des participants.
3.6
Quels documents sont délivrés?
À une personne admise dans la catégorie des professionnels, il faut délivrer un permis de travail
en vertu du R204, CDC T23.
3.7
Quelle est la durée de validité d’un permis de travail? Peut-elle être prorogée?
Une première autorisation de séjour accordée à un professionnel devrait être valide pour un an
au plus.
Des prorogations d’une durée maximale d’un an peuvent également être accordées à la condition
que la personne concernée satisfasse toujours aux exigences applicables aux professionnels.
Il n’existe pas de limite de temps à l’égard des prorogations. Toutefois, les agents doivent avoir
l’assurance que l’emploi est toujours de nature « temporaire » et que le demandeur n’utilise pas
l’ALENA pour se soustraire aux formalités usuelles en matière d’immigration.
3.8
Appendice 1603.D.1 — Professionnels (modifié)
Modifié et accompagné de remarques — le texte officiel de l’appendice 1603.D.1 est disponible à
l'adresse suivante : http://www.dfait-maeci.gc.ca/nafta-alena/agree-f.asp.
Note : Aux fins du tableau suivant, le mot « profession » est définit comme suit :
Note : L’homme ou la femme d’affaires qui demande l’admission temporaire en vertu du présent
Appendice peut aussi exercer des fonctions de formation liées à sa profession, ce qui comprend la
tenue de séminaires. Veuillez noter que le thème de l’atelier ou du séminaire doit se rapporter au
domaine de compétences du professionnel qui demande l’admission. L’atelier ou séminaire doit viser
la formation professionnelle des participants ou le perfectionnement lié soit à leur profession soit aux
fonctions de leur poste.
2004-11-12
136
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
PROFESSION
ÉTUDES MINIMALES REQUISES ET AUTRES TITRES
ACCEPTÉS
Divers
Adjoint de recherche (attaché à Baccalauréat ou Licenciatura
un établissement
d’enseignement postsecondaire)
Analyste de systèmes
Baccalauréat ou Licenciatura; ou diplôme ou certificat d’études
informatiques
postsecondaires, et trois ans d’expérience.
Note : Diplôme d’études postsecondaires» s’entend d’un titre
délivré par une institution d’enseignement accréditée du
Canada ou des États-Unis après l’achèvement d’au moins
deux années d’études postsecondaires.
Note : L’expression « certificat d’études postsecondaires »
s’entend d’un certificat délivré, après l’achèvement d’au
moins deux années d’études postsecondaires, par le
gouvernement fédéral du Mexique ou par le gouvernement
de l’État du Mexique, un établissement d’enseignement
reconnu par le gouvernement fédéral ou le gouvernement
d’un état, ou un établissement d’enseignement créé part une
loi fédérale ou d’État.
Architecte
Architecte paysagiste
Arpenteur-géomètre
Avocat (y compris les notaires
dans la province de Québec)
Bibliothécaire (Voir note cidessous pour les conditions
requises d’une bibliothécaire.)
Baccalauréat ou Licenciatura; ou permis d’un État ou d’une
province. (Les expressions «permis d’un État, d’une province ou
d’un gouvernement fédéral» désigne tout document délivré,
selon le cas, par le gouvernement d’un État ou d’une province
ou par un gouvernement fédéral, ou son autorité, et qui habilite
une personne à exercer une activité ou une profession
réglementée.)
Baccalauréat ou Licenciatura
Baccalauréat ou Licenciatura; ou permis d’un État, d’une
province ou d’un pays
LL.B., J.D, LL.L., B.C.L. ou Licenciatura (cinq ans); ou être
membre du barreau d’un État ou d’une province
M.L.S. ou B.L.S. (Pour lequel un autre baccalauréat ou une
autre Licenciatura constituait une condition préalable)
Note : Une bibliothécaire doit détenir l’un des diplômes suivants :
une maîtrise en bibliothéconomie;
un baccalauréat en bibliothéconomie ou un autre baccalauréat exigé comme préalable pour
l’inscription au programme de baccalauréat en bibliothéconomie.
Concepteur d’intérieur
Concepteur graphique
Concepteur industriel
Consultant en gestion (Voir
notes ci-dessous pour détails
additionnels.)
Baccalauréat ou Licenciatura; ou diplôme ou certificat d’études
postsecondaires et trois ans d’expérience
Baccalauréat ou Licenciatura; ou diplôme ou certificat d’études
postsecondaires et trois ans d’expérience
Baccalauréat ou Licenciatura; ou diplôme ou certificat d’études
postsecondaires et trois ans d’expérience
Baccalauréat ou Licenciatura; ou expérience professionnelle
équivalente établie par une déclaration ou une attestation
professionnelle justifiant d’une expérience de cinq années en
tant que consultant en gestion, ou cinq années d’expérience
dans une spécialité apparentée à la consultation en gestion
Notes:
2004-11-12
137
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
Un consultant en gestion fournit des services qui visent à améliorer le rendement administratif,
opérationnel et économique d’organismes publics et privés en analysant et en solutionnant les
problèmes d’ordre stratégique et opérationnel. Le consultant en gestion ne participe pas à la
production, mais cherche à améliorer la façon dont le client fixe ses objectifs, élabore ses
politiques, fait sa planification stratégique, s’occupe de l’administration et traite les questions
d’ordre organisationnel et opérationnel. En règle générale, on embauche un consultant en
gestion en vertu d’un contrat pour qu’il mène à bien des projets qui visent à résoudre des
questions ou des problèmes spécifiques.
Un consultant en gestion peut fournir l’éventail de services suivants :
•
faire un examen en profondeur des opérations du client afin d’isoler et de définir les
problèmes;
•
communiquer, par le truchement d’une présentation et d’un rapport, ses observations au
client;
•
offrir sa collaboration dans l’élaboration et la mise en oeuvre de solutions liées aux besoins
spécifiques du client.
Les consultants en gestion aident et conseillent les dirigeants de la société cliente dans la mise
en oeuvre de recommandations. Ils ne remplissent pas de fonctions d’ordre opérationnel pour la
société cliente, ni ne participent à la production générée par cette société.
Toute séance de formation ou de familiarisation dispensée aux gestionnaires ainsi qu’aux
membres du personnel de la société cliente, individuellement ou par groupe :
•
doit être reliée à la mise en oeuvre de nouveaux systèmes et de nouvelles procédures qui
font l’objet de recommandations dans le rapport des consultants en gestion;
•
doit être assurée par des employés indéterminés venant de la firme américaine ou mexicaine
de consultants en gestion concernés.
Habituellement, le consultant en gestion est un contractant indépendant ou un employé venant
d’une firme de consultants engagée par un client canadien. Un consultant en gestion peut aussi
occuper un poste permanent de façon temporaire au sein d’une firme de consultants en gestion.
Directeur d’hôtel (Voir note ci- Baccalauréat ou Licenciatura en gestion d’hôtel ou de
dessous pour détails
restaurant; ou diplôme ou certificat d’études postsecondaires en
additionnels.)
gestion d’hôtel ou de restaurant et trois ans d’expérience en
gestion d’hôtel ou de restaurant
Note : Cette disposition concerne un poste de direction duquel relèvent les autres
gestionnaires, par ex. le gestionnaire ou directeur général. Elle renvoie aussi à des
gestionnaires de services spécialisés, comme les gestionnaires des services des aliments et
des boissons, les gestionnaires des services des congrès.
Économiste
Baccalauréat ou Licenciatura
Expert-comptable
Baccalauréat ou Licenciatura; ou C.P.A., C.A., C.G.A. ou C.M.A.
Expert en sinistres causés par Baccalauréat ou Licenciatura , et formation requise dans les
secteurs pertinents du règlement des déclarations de sinistres
des catastrophes (expert en
faisant suite à des catastrophes naturelles; ou au moins trois
sinistres au service d’une
compagnie d’assurance située années d’expérience du règlement des déclarations de sinistres
sur le territoire d’une Partie, ou et formation requise dans les secteurs pertinents du règlement
expert en sinistres indépendant) de déclarations de sinistres faisant suite à des catastrophes
naturelles
Note : Aux fins de cette
disposition une catastrophe
doit être un événement
déclaré comme tel par le
Bureau d’assurance du
Canada ou par un de ses
sous- comités et pour lequel
le Plan urgence sinistres a
2004-11-12
138
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
été mis en oeuvre.
Gestionnaire de parcours/ agent Baccalauréat ou Licenciatura
de protection des parcours
Ingénieur
Baccalauréat ou Licenciatura; ou permis d’un État ou d’une
province
Ingénieur forestier
Baccalauréat ou Licenciatura; ou permis d’un État ou d’une
province
Mathématicien (y compris les Baccalauréat ou Licenciatura
statisticiens)
Orienteur
Baccalauréat ou Licenciatura
Rédacteur de publications
Baccalauréat ou Licenciatura; diplôme ou certificat d’études
techniques
postsecondaires et trois années d’expérience
Sylviculteur (y compris les
Baccalauréat ou Licenciatura
spécialistes des sciences
forestières)
Technicien/technologue
a) Connaissance théorique de l’un des domaines suivants:
scientifique
sciences agricoles, astronomie, biologie, chimie, génie,
(Voir détails additionnels ciforesterie, géologie, géophysique, météorologie ou physique; et
dessous.)
b) capacité de régler des problèmes pratiques dans l’un de ces
domaines ou de mettre en pratique les principes de ces
domaines au cours de travaux de recherche fondamentale ou
appliquée.
L’homme ou la femme d’affaires de cette catégorie doit demander l’admission temporaire afin de
collaborer directement avec les professionnels des domaines suivants : sciences agricoles,
astronomie, biologie, chimie, foresterie, génie, géologie, géophysique, météorologie ou physique.
Notes:
1. Un technicien ou un technologue scientifique n’est habituellement pas titulaire d’un
baccalauréat; c’est pourquoi le demandeur doit posséder les compétences exposées ci-dessus.
2. La recherche fondamentale est de nature théorique ou conceptuelle; elle n’est pas accomplie
dans un but précis. La recherche appliquée a des objectifs concrets ou vise à résoudre des
problèmes.
Autres conseils (convenus par toutes les parties en décembre 2001) :
Les personnes que les techniciens et technologues scientifiques souhaitent assister doivent
elles-mêmes avoir les diplômes permettant d'exercer à titre de professionnel dans l'un des
domaines suivants : agronomie, astronomie, biologie, chimie, génie, foresterie, géologie,
géophysique, météorologie et physique.
Une offre d'emploi générale de la part d'un professionnel ne suffit pas pour avoir le droit d'entrer
en tant que technicien ou technologue scientifique. L'offre doit mettre en évidence le fait que les
tâches confiées seront étroitement liées à celles du professionnel surveillant, c'est-à-dire que le
travail du technicien ou technologue doit être organisé, coordonné et évalué par le professionnel
et faciliter le travail de ce dernier.
Le technicien ou technologue scientifique aura normalement acquis la théorie en suivant un
programme d'études d'au moins deux ans. Cette formation peut être attestée à l'aide d'un
diplôme, d'un certificat ou d'un écrit accompagné de la preuve d'une expérience de travail
pertinente.
Consulter la Classification nationale des professions pour vérifier la conformité des tâches
énoncées dans l'offre d'emploi à celles normalement associées au poste de technicien ou de
technologue scientifique ou de génie civil.
Ne peut entrer en tant que technologue ou technicien scientifique la personne qui a l'intention
d'accomplir une tâche normalement exécutée par un travailleur ou une travailleuse de la
construction (soudeur, chaudronnier, charpentier, électricien, etc.), même si le métier en question
est associé à un secteur industriel en particulier (par ex., aéronef, distribution d'énergie).
Travailleur social
Baccalauréat ou Licenciatura
Urbaniste (y compris les
Baccalauréat ou Licenciatura
géographes)
2004-11-12
139
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
Enseignement
Collège
Baccalauréat ou Licenciatura
Séminaire
Baccalauréat ou Licenciatura
Université
Baccalauréat ou Licenciatura
Médecine/Services professionnels connexes
Dentiste
D.D.S., D.M.D., Doctor en Odontologia ou Doctor en Cirugia
Dental; ou permis d’un État ou d’une province
Diététiste
Baccalauréat ou Licenciatura; ou permis d’un État ou d’une
province
Ergothérapeute
Baccalauréat ou Licenciatura; ou permis d’un État ou d’une
province
Infirmier/infirmière (Voir note ci- Permis d’un État ou d’une province; ou Licenciatura
dessous pour détails
additionnels.)
Note : Afin d’être admis à titre d’infirmier/infirmière autorisé(e), le demandeur doit être titulaire
d’une licence ou d’un document semblable délivré par la province de destination.
Ludothérapeute
Médecin (enseignement ou
recherche seulement)
(Voir note ci-dessous pour
détails additionnels.)
Baccalauréat ou Licenciatura
M.D. ou Doctor en Medicina; ou permis d’un État ou d’une
province
Note : Les médecins ne peuvent être admis pour dispenser directement des soins à un patient.
Par ailleurs, il leur est permis de s’occuper d’activités d’enseignement ou de recherche.
Nutritionniste
Pharmacien
Baccalauréat ou Licenciatura
Baccalauréat ou Licenciatura; ou permis d’un État ou d’une
province
Physiothérapeute/
Baccalauréat ou Licenciatura, ou permis d’un État ou d’une
kinésithérapeute
province
Psychologue
Permis d’un État ou d’une province; ou Licenciatura
Technologue de laboratoire
Baccalauréat ou Licenciatura; ou diplôme ou certificat d’études
médical (Canada)/ technologue postsecondaires et trois années d’expérience
médical (Mexique et États-Unis)
(Voir note ci-dessous pour
détails additionnels.)
Note : L’homme ou la femme d’affaires de cette catégorie doit demander l’admission temporaire
afin d’aller procéder, dans un laboratoire, à des tests et à des analyses chimiques,
biologiques, hématologiques, immunologiques, microscopiques ou bactériologiques, dans le
but de diagnostiquer, de traiter ou de prévenir des maladies.
Vétérinaire
Sciences
Agronome
Apiculteur
Astronome
Biochimiste
Biologiste
Chimiste
Éleveur
Entomologiste
Épidémiologiste
Généticien
2004-11-12
D.V.M., D.M.V. ou Doctor en Veterinaria; ou permis d’un État ou
d’une province
Baccalauréat ou Licenciatura
Baccalauréat ou Licenciatura
Baccalauréat ou Licenciatura
Baccalauréat ou Licenciatura
Baccalauréat ou Licenciatura
Baccalauréat ou Licenciatura
Baccalauréat ou Licenciatura
Baccalauréat ou Licenciatura
Baccalauréat ou Licenciatura
Baccalauréat ou Licenciatura
140
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
Géochimiste
Géologue
Géophysicien (y compris les
océanographes au Mexique et
aux États-Unis)
Horticulteur
Météorologue
Obtenteur de végétaux
Pédologue
Pharmacologiste
Physicien (y compris les
océanographes au Canada)
Spécialiste des sciences
animales
Spécialiste des sciences
avicoles
Spécialiste des sciences
laitières
Zoologiste
Baccalauréat ou Licenciatura
Baccalauréat ou Licenciatura
Baccalauréat ou Licenciatura
Baccalauréat ou Licenciatura
Baccalauréat ou Licenciatura
Baccalauréat ou Licenciatura
Baccalauréat ou Licenciatura
Baccalauréat ou Licenciatura
Baccalauréat ou Licenciatura
Baccalauréat ou Licenciatura
Baccalauréat ou Licenciatura
Baccalauréat ou Licenciatura
Baccalauréat ou Licenciatura
4
PERSONNES MUTÉES À L’INTÉRIEUR D’UNE SOCIÉTÉ
4.1
Quelles exigences s’appliquent à la personne mutée à l’intérieur d’une société
Les exigences suivantes s’appliquent :
4.2
•
citoyenneté américaine ou mexicaine;
•
emploi de cadre ou de gestionnaire ou emploi qui nécessite des « connaissances
spécialisées »;
•
l’entreprise canadienne doit entretenir un lien avec l’entreprise américaine ou mexicaine
(société mère, succursale, filiale ou société affiliée);
•
emploi continu dans un poste de même nature pendant un an au cours des trois années
précédentes; et
•
respect des exigences existantes en matière d’immigration qui régissent l’admission
temporaire.
À quel endroit la personne mutée à l’intérieur d’une société peut-elle présenter une
demande de permis de travail?
Suivant les formalités de facilitation de l’admission que prévoit l’ALENA, la personne mutée à
l’intérieur d’une société peut présenter une demande à un point d’entrée. Elle peut aussi le faire
au bureau des visas avant de partir pour le Canada.
Les citoyens américains et mexicains peuvent aussi demander de se voir reconnaître le statut de
personne mutée à l’intérieur d’une société après avoir été admis au Canada en qualité de visiteur
(R199).
4.3
Quels documents la personne mutée à l’intérieur d’une société doit-elle soumettre à
l’appui de sa demande?
La personne mutée à l’intérieur d’une société doit soumettre les documents suivants :
•
2004-11-12
preuve de citoyenneté américaine ou mexicaine;
141
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
•
confirmation que la personne a travaillé pour l’entreprise pendant un an sans interruption au
cours des trois années précédant la date de la demande;
•
description du poste actuel de la personne, celui-ci devant être un poste de cadre ou de
gestionnaire ou un poste qui nécessite des connaissances spécialisées (poste, titre, rang
dans l’organisation, description de poste);
•
dans le cas d’un poste qui nécessite des connaissances spécialisées, une preuve que la
personne concernée possède ces connaissances et que celles-ci sont exigées pour l’emploi
proposé au Canada;
•
description du poste au Canada (poste, titre, rang dans l’organisation, description de poste);
•
un document indiquant la durée prévue du séjour; et
•
une description des liens qui existent entre l’entreprise au Canada et l’entreprise américaine
ou mexicaine.
Un agent peut exiger une preuve matérielle du lien entre l’entreprise canadienne et l’entreprise
américaine ou mexicaine.
Pour qu’un demandeur se voit reconnaître le statut de personne mutée à l’intérieur d’une société,
l’entreprise commerciale concernée « fera ou fait affaires » à la fois au Canada, aux États-Unis
ou au Mexique.
Note : Par « faire affaires », on entend la fourniture régulière, systématique et continue de biens et (ou)
de services par une société mère, une succursale, une filiale ou une société affiliée au Canada, aux
États-Unis ou au Mexique, selon le cas. Cela n’inclut pas la simple présence d’un agent ou d’un
bureau au Canada, aux États-Unis ou au Mexique. Par exemple, une entreprise sans employé qui
n’exercerait que sur papier et qui aurait été établie uniquement pour faciliter l’admission dans la
catégorie des personnes mutées à l’intérieur d’une société ne remplirait pas les conditions requises.
Une personne qui fait une demande pour établir une société au Canada peut être admise si elle
peut démontrer que l’entreprise nécessitera un poste de cadre ou de gestionnaire et dans le cas
de connaissances spécialisées, l’entreprise va éventuellement « faire affaires ». On doit tenir
compte des droits de propriété ou de contrôle de l’entreprise, le montant des investissements
engagés vis- à-vis l’entreprise, la structure de l’organisation, les biens ou services qui seront
fournis et la viabilité de l’entreprise américaine ou mexicaine.
Les personnes mutées à l’intérieur d’une société peuvent être admises pour des affectations de
courte durée, et il se peut qu’elles effectuent une partie de leur travail au Canada et une autre
partie aux États-Unis ou au Mexique.
Lorsqu’on évalue une demande concernant une personne mutée à l’intérieur d’une société au
sens de l’ALENA, on doit tenir compte également des dispositions générales qui s’appliquent.
R205a), CDC C12.
4.4
Qu’entend-on par « société affiliée », « succursale », « entreprise », « société mère » et
« filiale »?
Une société affiliée s’entend :
•
de l’une de deux filiales détenues et contrôlées par une seule société mère ou une seule
personne;
•
de l’une de deux entités légales détenues et controlées par le même groupe de personnes,
chacune d’entre elles détenant et contrôlant environ la même part ou partie de chaque
entreprise.
2004-11-12
142
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
Une succursale s’entend d’une division ou d’un bureau en exploitation appartenant à une
entreprise qui s’est établie à un autre endroit.
Une entreprise s’entend de « toute entité constituée ou organisée légalement, à des fins
lucratives ou non, et possédée par le secteur privé ou le secteur public, y compris toute société,
fiducie, société de personnes, entreprise individuelle, entreprise conjointe ou autre association ».
Société mère s’entend d’une entreprise, d’une société ou d’une autre entité légale qui a des
filiales.
Filiale s’entend d’une entreprise, d’une société ou d’une autre entité légale dont la société mère
détient :
4.5
•
directement ou indirectement, la moitié ou plus de la moitié des parts et ainsi la contrôle;
•
directement ou indirectement, 50 % des parts d’une entreprise conjointe à parts égales, ainsi
qu’un contrôle et un droit de veto correspondant, au sein de l’organisation; ou
•
directement ou indirectement, moins de la moitié des parts de l’organisation, mais, en fait, la
contrôle.
Qu’entend-on par « qualité de cadre de direction »?
Le terme « qualité de cadre de direction » s’entend d’une affectation dans une organisation où
l’employé :
•
dirige l’organisation elle-même ou une composante ou fonction importante de celle-ci;
•
fixe les objectifs et établit les politiques de l’organisation, d’une composante ou d’une
fonction;
•
exerce un grand pouvoir discrétionnaire dans la prise de décisions;
•
ne fait l’objet que d’une supervision ou direction de nature générale de la part de cadres
supérieurs, du conseil d’administration ou d’actionnaires de l’organisation.
En règle générale, un cadre n’a pas à accomplir les fonctions requises pour la production ou la
prestation de services.
Dans les petites entreprises, le titre du poste d’une personne peut ne pas suffire pour établir que
la personne a qualité de cadre de direction ou de gestionnaire. Par exemple, un architecte qui
constitue sa pratique en société et embauche un secrétaire et un dessinateur ne sera pas
automatiquement considéré comme un cadre ou un gestionnaire. Pour se voir reconnaître ce titre
pour les fins liées à la catégorie des personnes mutées à l’intérieur d’une société, l’architecte
devra remplir des fonctions de gestion ou de direction plutôt que des fonctions liées
essentiellement à l’architecture.
4.6
Qu’entend-on par « qualité de gestionnaire »?
On entend par « qualité de gestionnaire » une affectation dans une organisation où l’employé :
•
gère l’organisation ou un service, une subdivision, une fonction ou une composante de celleci;
•
supervise et contrôle le travail d’autres employés (superviseur, professionnel ou gestionnaire)
ou gère une fonction essentielle, un service ou une subdivision de l’organisation;
•
a le pouvoir d’embaucher et de licencier ou de recommander de telles actions ainsi que
d’autres mesures en matière de ressources humaines (promotion et autorisation de congés,
2004-11-12
143
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
par exemple); lorsqu’il ne supervise directement aucun employé, il exerce des fonctions de
niveau supérieur dans la hiérarchie de l’organisation ou par rapport à la fonction qu’il gère;
•
exerce un pouvoir discrétionnaire sur l’exécution courante de l’activité ou de la fonction dont il
a la charge.
Un superviseur de premier échelon n’est pas considéré comme ayant qualité de gestionnaire, à
moins que les personnes supervisées soient des professionnels.
Un gestionnaire n’accomplit pas surtout des fonctions requises pour la production d’un produit ou
la prestation d’un service.
Dans les petites entreprises, le titre du poste peut ne pas suffire pour attester de la qualité de
gestionnaire ou de cadre de direction (voir la section 4.5 - Qu’entend-on par « qualité de cadre de
direction »?).
4.7
Qu’entend-on par « connaissances spécialisées »?
« Connaissances spécialisées » s’entend des « connaissances spécialisées » que possède la
personne concernant le produit ou le service ainsi que ses applications au sein des marchés
internationaux ou un niveau élevé de connaissances et de compétences relatives aux processus
et aux procédures de l’organisation. (Les produits, procédés et services peuvent comprendre la
recherche, l’équipement, les techniques, la gestion ou d’autres aspects).
Des connaissances spécialisées sont des connaissances peu courantes et différentes de celles
normalement associées à un secteur en particulier. Les connaissances ne doivent pas être
l’apanage d’une personne ou être uniques, mais elles doivent être rares. En règle générale, une
connaissance spéciale tient au fait que la personne connaît particulièrement bien un produit ou
un service qu'offre son entreprise. Les connaissances de haut niveau sont des connaissances
complexes — ici encore, elles ne sont pas nécessairement uniques ou acquises par un petit
nombre de personnes (propres à quelques personnes), mais elles sont évoluées. Il n’est pas
approprié de déterminer s’il existe au Canada des personnes qui possèdent de telles
connaissances, puisqu’il faut évaluer si le demandeur possède ces connaissances.
Exemple : Une personne qui possède des connaissances spécialisées occupe habituellement un poste
qui joue un rôle primordial dans le fonctionnement de l’entreprise. De plus, ces connaissances ont
habituellement été acquises grâce à l’expérience au sein de l’organisation, et la personne s’en sert
pour contribuer de façon importante à la productivité ou à la bonne marche de l’entreprise pour qui
elle travaille. L’entreprise doit présenter la preuve que le demandeur possède de telles
connaissances.
L’expression « connaissances spécialisées » n'a pas le même sens lorsqu'on l'applique au
personnel du service après-vente faisant partie de la catégorie des visiteurs commerciaux
(appendice 1603.A.1 de l'ALENA) : on désigne alors la formation particulière qui place
l'expérience à un autre niveau que le simple travail manuel en bâtiment ou de construction.
4.8
4.9
Quels documents sont délivrés?
Un demandeur qui remplit les critères s'appliquant à la catégorie des personnes mutées à
l’intérieur d’une société obtient un permis de travail en vertu du R204, CDC T34.
Quelle est la durée de validité d’un permis de travail, et celui-ci peut-il faire l'objet d'une
prorogation?
La période de validité d’un permis de travail délivré à l'entrée au Canada peut être d’une durée de
trois ans au maximum. Toutefois, les personnes autorisées à entrer au Canada pour établir un
bureau ou travailler dans un nouveau bureau devraient se voir délivrer un permis de travail initial
pour une durée d’un an au maximum.
2004-11-12
144
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
Il est possible d’accorder des prorogations pour des périodes allant jusqu’à deux ans, à la
condition que la personne concernée satisfasse toujours aux exigences applicables aux
personnes mutées à l’intérieur d’une société.
La catégorie des personnes mutées à l’intérieur d’une société est la seule catégorie de l’ALENA à
l’égard de laquelle une limite est imposée quant à la durée totale de l’emploi. En effet, une
personne embauchée en qualité de cadre de direction ou de gestionnaire ne peut séjourner plus
de sept ans au Canada au total. La durée totale du séjour d’une personne qui est embauché
parce qu’elle possède des connaissances spécialisées ne doit pas excéder cinq ans.
Note : Dans ces cas-là, une année au moins doit s'écouler entre la date limite de séjour et la délivrance
d'un nouveau permis de travail dans la même catégorie d'hommes et de femmes d'affaires.
Les personnes mutées à l'intérieur d'une société ne sont pas obligées de déménager au Canada,
mais on s'attend à ce qu'elles occupent un poste à la filiale canadienne de l'entreprise qui les
emploie et qu'elles passent au moins le quart de la durée de leur permis de travail au Canada.
Lorsqu'un demandeur prévoit passer moins de temps que cela au Canada, l'agent devrait
envisager la possibilité de le classer dans la catégorie des visiteurs commerciaux, laquelle
comprend le service après-vente. (Voir les Visiteurs commerciaux, section 2 de cette appendice.)
La délivrance d'un permis de travail de courte durée est possible lorsque le projet d'affectation est
précis, que ce dernier ait lieu dans les locaux de l'entreprise au Canada ou chez un client de
cette dernière (particulièrement utile pour les personnes dont la mutation est motivée par leurs
connaissances spécialisées). Il faut éviter de délivrer un permis de travail de longue durée à titre
de personne mutée à l'intérieur d'une société aux personnes qui assurent le service après-vente
à l'échelon international, qui n'habitent pas au Canada et que leur employeur veut être en mesure
de parachuter d'un endroit à un autre, selon les besoins.
NÉGOCIANTS ET INVESTISSEURS
Les sections 5 et 6 portent sur la catégorie des négociants et investisseurs. Un demandeur peut
se voir reconnaître le statut de négociant ou le statut d’investisseur, mais pas les deux. Si le
demandeur ne sait pas quel statut s’applique à lui ou souhaite faire une demande à l’égard des
deux statuts, il devra remplir toutes les parties du formulaire de demande (voir les sections 5.2 et
6.2 pour obtenir des renseignements sur le formulaire de demande).
5
NÉGOCIANTS
5.1
Quelles exigences s’appliquent aux négociants?
Les exigences suivantes s’appliquent :
•
le demandeur a la citoyenneté américaine ou mexicaine;
•
l’entreprise est de nationalité américaine ou mexicaine;
•
les activités sont liées à un important commerce de produits ou de services;
•
les transactions commerciales sont effectuées surtout entre le Canada et les États-Unis ou le
Mexique;
•
il s’agit d’un poste de superviseur ou de cadre ou d’un poste qui exige des compétences
essentielles; et
•
respect des exigences existantes en matière d’immigration qui régissent l’admission
temporaire.
2004-11-12
145
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
5.2
À quel endroit le négociant peut-il présenter une demande de permis de travail?
Le négociant doit soumettre sa demande à un bureau des visas.
Le Règlement permet aux citoyens des États-Unis ou du Mexique de présenter leur demande de
permis de travail à un point d’entrée (R198) ou à un bureau des visas. Toutefois, compte tenu de
la complexité du formulaire et pour assurer un bon service à la clientèle, une application uniforme
du programme et la réciprocité, nous demandons à ces derniers de présenter leur demande de
permis de travail en qualité de négociant à un bureau des visas. En raison de l'accord de
réciprocité conclu par le Canada et le Mexique, les citoyens mexicains admis au Canada en
qualité de résidents temporaires peuvent demander, au Canada, le statut de négociant (R199).
Si un demandeur manifeste l’intention de présenter une demande à un point d’entrée, on lui
conseillera de soumettre sa demande à un bureau des visas.
Dès réception d’une demande de prorogation, on devrait demander le dossier au bureau qui a
délivré le permis de travail afin de comparer les documents et renseignements fournis à l’origine
avec ceux qui sont présentés à l’appui de la demande de prorogation.
Une personne qui demande le statut de négociant doit remplir, en plus de la demande de permis
de travail, une Demande de statut de négociant ou d’investisseur (IMM 5321).
5.3
Quels critères faut-il respecter?
Le demandeur doit être citoyen des États-Unis ou du Mexique, il doit venir au Canada afin de
travailler pour une entreprise américaine ou mexicaine.
Le demandeur doit agir en qualité de négociant en son propre nom ou en tant qu’agent d’une
personne ou d’une entreprise engagée dans des transactions commerciales surtout entre le
Canada et les États-Unis ou le Mexique (le demandeur peut aussi être un employé d’une
personne ou société qui a un statut de négociant au Canada — voir à ce sujet la section 5.4).
Note : Pour que la nationalité des États-Unis ou du Mexique soit reconnue, la personne physique ou
morale qui détient au moins 50 p. 100 du capital-actions de l’entreprise doit avoir la citoyenneté des
États-Unis ou du Mexique. Les entreprises conjointes ne doivent pas comporter plus de deux entités.
Dans le cas où il s’agit d’une société mère et de filiales, c’est la nationalité de l’entité établie au
Canada qui est déterminante.
Une lettre dans laquelle un secrétaire ou un avocat de l’entreprise fait état de la nationalité de
l’entreprise pourra servir à établir la nationalité.
Le lieu de constitution en société d’une entreprise n’est pas une indication de sa nationalité. La
nationalité est fonction de celle des propriétaires.
Le demandeur sollicite une autorisation de séjour temporaire pour effectuer des transactions
importantes de biens ou de services principalement entre le Canada et les États-Unis ou le
Mexique.
« Commerce »
Le terme « commerce » s’entend de l’échange, de l’achat ou de la vente de produits ou services.
Les produits sont des articles ou des biens matériels ayant une valeur intrinsèque, à l’exception
de l’argent, des titres et des effets négociables. Les services sont des activités économiques dont
les résultats ne sont pas des produits matériels. Au nombre de ces activités figurent :
•
les services bancaires;
•
les assurances;
•
le transport;
2004-11-12
146
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
•
les communications et le traitement de données;
•
la publicité;
•
la comptabilité;
•
la conception et l’ingénierie;
•
les services de conseil; et
•
le tourisme.
L’importance du commerce est fonction du volume du commerce mené de même que de la
valeur monétaire des transactions. La preuve de nombreuses transactions, même si elles sont
toutes de faible valeur, peut être une indication qu’il est satisfait à l’obligation de mener un
commerce international. En outre, on doit être convaincu que l’activité principale du négociant au
Canada est le commerce international.
Plus de 50 p. 100 du volume total des transactions commerciales réalisées au Canada par la
succursale canadienne de l’entreprise doit l’être entre le Canada et les États-Unis ou le Mexique.
(Il n’est pas nécessaire que les fonctions de l’employé américain ou mexicain de la succursale
soient réparties dans les mêmes proportions).
Fonction de direction ou de supervision
Le demandeur exécutera une fonction de direction ou de supervision ou encore une fonction
exigeant des compétences essentielles.
La fonction de direction ou de supervision est un élément principal du poste. Le superviseur
est un gestionnaire dont les responsabilités fondamentales consistent à diriger, surveiller et
conseiller des employés subalternes et qui ne participe pas généralement à l’exécution des
activités. (Le superviseur de premier rang ne satisfait pas, en règle générale, à ce critère.) Un
cadre supérieure occupe un poste de premier plan dans une organisation et dispose d'un pouvoir
décisionnel important.
Voici des indicateurs de l’existence d’une fonction de supervision ou de direction :
•
le titre du poste;
•
le rang hiérarchique;
•
les tâches;
•
le degré ultime de contrôle et de responsabilité par rapport aux opérations;
•
le nombre et le niveau des compétences de subalternes directs qui font l’objet d’une
surveillance;
•
le niveau de rémunération; et
•
l’expérience acquise à titre de directeur ou de superviseur.
Certains indicateurs pourront être plus révélateurs que d’autres, selon la taille de la succursale
canadienne.
2004-11-12
147
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
Compétences ou services essentiels
Les compétences ou services essentiels dont il s’agit sont des qualifications qui sont
absolument nécessaires pour garantir l’efficacité des opérations canadiennes de l’entreprise et
que n’a pas le travailleur spécialisé ordinaire. Il n’est pas nécessaire que l’employé dont les
compétences sont essentielles ait déjà travaillé pour l’entreprise américaine ou mexicaine, à
moins que ces compétences ne puissent être acquises que dans l’entreprise en question.
Les agents doivent avoir la conviction que, compte tenu des facteurs qui suivent, le statut de
négociant est justifié :
•
le niveau de qualification du demandeur dans le domaine de spécialité;
•
le caractère unique des compétence spéciales;
•
la fonction du poste;
•
la durée de formation requise pour remplir les fonctions envisagées;
•
le salaire que la qualification spéciale peut commander.
Il existe une exception relativement aux critères et aux compétences essentielles. Elle concerne
le technicien qui a reçu une formation poussée. Le technicien ayant reçu une formation poussée
ou le technicien spécialement qualifié qui est employé par une entreprise pour former ou
superviser le personnel préposé à la fabrication, à l’entretien et à la réparation peut se voir
accorder le statut de négociant même s’il doit accomplir des tâches manuelles, à condition que
l’entreprise ne puisse obtenir les mêmes services d’un technicien canadien qualifié.
La « formation poussée » est l’élément qui importe. Par exemple, le technicien qualifié qui vient
réparer en application d’une garantie des produits délicats et compliqués vendus dans le cadre
d’échanges commerciaux entre le Canada et les États-Unis ou le Mexique peut se voir accorder
le statut de négociant si l’entreprise qui l’emploie établit qu’elle ne peut obtenir les mêmes
services d’un technicien canadien qualifié. Il y a lieu d’espérer que l’entreprise au Canada verra,
dans un délai raisonnable, à trouver et à former des techniciens canadiens hautement
spécialisés.
L’absence d’un programme efficace de formation à l’intention des Canadiens est une raison
suffisante de refuser des demandes répétées d’affectation de travailleurs américains ou
mexicains à des postes n’exigeant pas de compétences essentielles.
5.4
Quels critères faut-il respecter pour pouvoir faire venir un employé ayant qualité de
négociant?
Conditions relatives à l’employeur :
Pour qu’un employé soit autorisé à venir au Canada en qualité de négociant, l’exigence relative à
la nationalité doit être respectée :
•
l’employeur potentiel au Canada doit être un citoyen des États-Unis ou du Mexique qui a le
statut de négociant au Canada;
•
si l’employeur potentiel est une société ou une autre entité commerciale, les propriétaires
doivent être en majorité des citoyens des États-Unis ou du Mexique qui, s’ils ne résident pas
aux États-Unis ou au Mexique, ont le statut de négociant au Canada.
Le citoyen des États-Unis ou du Mexique qui est un résident permanent du Canada ne peut faire
venir un employé en qualité de négociant.
Il ne peut être tenu compte des actions d’une société ou d’une autre entité commerciale que
détient un citoyen des États-Unis ou du Mexique qui est un résident permanent du Canada pour
2004-11-12
148
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
déterminer si la participation majoritaire des propriétaires est telle qu’elle permet à l’entreprise de
faire venir un employé en qualité de négociant.
Conditions relatives à l’employé :
Le demandeur doit avoir la citoyenneté américaine ou mexicaine, et ses tâches devront être
celles d’un directeur ou d’un superviseur ou il doit avoir des compétences spéciales qui sont
essentielles à la bonne marche de l’entreprise (voir la section 5.3, qui traite de la question d’une
« fonction de direction ou de supervision ou encore d’une fonction exigeant des compétences
essentielles »).
5.5
Quels documents sont délivrés?
Le demandeur qui entre dans la catégorie des négociants reçoit un permis de travail délivré en
vertu du R204. Il faudrait utiliser le CDC T21.
5.6
Quelle est la durée de validité d’un permis de travail, et celui-ci peut-il faire l'objet d'une
prorogation?
Le premier permis de travail délivré est valide pendant une période d’une année au maximum.
Le permis peut être prorogé de deux ans, à condition que l’intéressé satisfasse toujours aux
exigences énoncées ci-dessus.
L’affirmation par le demandeur de son intention non équivoque de rentrer aux États-Unis ou au
Mexique à l’échéance du statut de négociant suffira normalement à prouver son intention de
séjourner temporairement au Canada, à moins d’indications contraires.
Il y a expiration du statut si l’intéressé prend un autre emploi ou s’adonne à une activité qui ne
cadre pas avec le statut, si l’entreprise ferme, etc.
6
INVESTISSEURS
6.1
Quelles exigences s’appliquent à l’investisseur?
Les exigences suivantes s’appliquent :
6.2
•
le demandeur a la citoyenneté américaine ou mexicaine;
•
l’entreprise est de nationalité américaine ou mexicaine;
•
un investissement important a été fait ou est en voie d’être fait;
•
l’intéressé demande à être admis uniquement en vue de diriger l’entreprise ou de prendre en
main son développement;
•
si le demandeur est un employé, il a qualité de superviseur ou de directeur ou il exerce des
fonctions exigeant des compétences essentielles; et
•
respect des exigences existantes en matière d’immigration qui régissent l’admission
temporaire.
À quel endroit l’investisseur peut-il présenter une demande de permis de travail?
L’investisseur doit soumettre sa demande à un bureau des visas.
Le Règlement permet à un citoyen des États-Unis ou du Mexique de présenter sa demande de
permis de travail, soit à un point d’entrée (R198), soit à un bureau des visas. Toutefois, en raison
de la complexité de la demande, par souci de réciprocité et pour garantir l’uniformité de mise en
oeuvre du programme et des services, l’intéressé doit soumettre sa demande de permis de travail
en qualité d’investisseur à un bureau des visas. Comme les Canadiens bénéficient de la formule
2004-11-12
149
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
de réciprocité au Mexique, les citoyens mexicains admis au Canada en qualité d’investisseurs
peuvent demander, au Canada, le statut d’investisseur (R199).
Si un demandeur manifeste l’intention de présenter une demande à un point d’entrée, on lui
conseillera de soumettre sa demande à un bureau des visas.
Dès réception d’une demande de prorogation, on devra demander le dossier au bureau qui a
délivré le permis de travail afin de comparer les renseignements et documents fournis à l’origine
avec ceux qui sont présentés à l’appui de la demande de prorogation.
Une personne qui veut obtenir le statut d’investisseur doit remplir, en plus de la demande de
permis de travail, une Demande de statut de négociant ou d’investisseur (IMM 5321).
6.3
Quels critères faut-il respecter?
Le demandeur est citoyen des États-Unis ou du Mexique et il vient au Canada pour travailler pour
une entreprise américaine ou mexicaine.
Note : Pour que la nationalité américaine ou mexicaine soit reconnue, la personne physique ou morale
qui détient au moins 50 p. 100 du capital-actions de l’entreprise doit avoir la citoyenneté américaine
ou mexicaine. Les entreprises conjointes ne doivent pas comporter plus de deux entités.
Dans les cas où il s’agit d’une société mère et de filiales, c’est la nationalité de l’entité établie au
Canada qui est déterminante.
Une lettre dans laquelle un secrétaire ou un avocat d’entreprise fait état de la nationalité de
l’entreprise pourra servir à établir la nationalité.
Le lieu de constitution en société de l’entreprise n’est pas une indication de sa nationalité. La
nationalité est fonction de celle des propriétaires.
Le demandeur sollicite l’admission temporaire au Canada dans le seul but d’y développer et
diriger les activités d’une entreprise dans laquelle il ou elle a investi, ou est en train d’investir, une
somme importante.
Note :
Ce critère ne s’applique pas à l'employé d’un investisseur.
Pour qu’on puisse considérer que le demandeur vient « développer et diriger » une entreprise, il
doit avoir une participation majoritaire dans l’entreprise. Une participation de 50 p. 100 ou moins
signifie que le demandeur n’est pas majoritaire, surtout dans le cas des petites entreprises. Le
demandeur qui détient, à titre d’associé par exemple, une part égale d’un investissement n’a pas
de participation majoritaire. Toutefois, dans le cas de l’investissement d’une société américaine
ou mexicaine au Canada, il faut se préoccuper moins des pourcentages que des modalités de
fonctionnement de la société, car la moitié au moins du capital-actions peut parfois assurer le
contrôle. Une entreprise conjointe peut également satisfaire à ces critères si la société
américaine ou mexicaine peut établir qu’elle est majoritaire.
La notion d’investissement englobe l’idée d’exposer des fonds ou autres biens à un risque
au sens commercial dans l’espoir d’en tirer un profit ou un revenu. S’il n’existe aucun risque de
perte partielle ou totale des fonds en cas d’un revers de fortune, il ne s’agit pas alors d’un
investissement justifiant l’octroi du statut d’investisseur (le statut d’investisseur ne pourrait donc
pas être accordé à un organisme sans but lucratif).
Si le demandeur est en train d’investir, on ne pourra considérer que le critère est respecté
s’il a simplement l’intention d’investir ou s’il fait des démarches exploratoires en ce sens.
Le demandeur doit être sur le point de lancer les opérations commerciales; il ne doit pas en être
simplement à l’étape de la signature de contrats (qui peuvent être rompus) ou de la recherche
d’un emplacement ou d’un immeuble convenable. Les fonds d’investissement doivent être
engagés irrévocablement vis-à-vis de l’entreprise.
Que l’investissement ait été fait ou doive l’être, le demandeur doit établir que les fonds ou
autres biens lui appartenaient ou lui appartiennent en propre et qu’il en a le contrôle.
2004-11-12
150
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
Il faut examiner la nature de la transaction pour déterminer si la transaction en question a valeur
d’investissement ouvrant droit au statut d’investisseur. Voici certains facteurs dont on pourra tenir
compte avant de rendre une décision.
•
Fonds — La simple possession de fonds non engagés dans un compte bancaire ne suffirait
pas, mais une somme raisonnable en dépôt dans ce qui constitue manifestement un compte
commercial ou un fonds de même nature qui est utilisé pour les affaires peut être considérée
comme des fonds à investir.
•
Endettement — Les prêts hypothécaires ou commerciaux garantis par l’actif de l’entreprise
ne peuvent être comptés dans les fonds à investir parce qu’il n’y a pas d’éléments de risque.
Par contre, les prêts garantis par les biens personnels du demandeur, tel un prêt
hypothécaire de deuxième rang ou un prêt personnel non garanti auquel il a souscrit, peuvent
l’être, puisque les fonds sont exposés à un risque en cas d’échec commercial.
•
Paiements de loyer — Les paiements du loyer d’un immeuble ou d’équipement peuvent être
comptés dans l’investissement jusqu’à concurrence du montant mensuel en cause. Toutefois,
la valeur marchande de l’équipement loué ne peut être prise en compte. De même en est-il
du montant du loyer annuel (à moins qu’il n’ait été d’avance), car le loyer est normalement
payé sur les rentrées de l’entreprise.
•
Produits et équipement à titre d’investissement — La somme consacrée à l’achat
d’équipement et représentée par les stocks peut être comptée dans l’investissement. La
valeur des produits ou de l’équipement transférés au Canada (telles des machines expédiées
au Canada pour agrandir ou ouvrir une usine) a valeur d’investissement si le demandeur peut
établir que les produits ou les machines sont ou seront utilisés dans une entreprise
commerciale.
Aucun montant minimal n’a été fixé relativement à l’importance de l’investissement. Celle-ci est
normalement déterminée par l’application d’un « critère de proportionalité ». Il s’agit de
comparer la somme investie à l’une des sommes suivantes :
•
la valeur totale de l’entreprise en question [pour déterminer la valeur totale, il suffira de
comparer une preuve de la valeur réelle d’une entreprise établie (soit le prix d’achat ou
l’évaluation fiscale) avec celle de la somme investie par le demandeur];
•
le montant qui serait normalement jugé nécessaire pour lancer une entreprise viable du genre
envisagé. (Dans ce cas-ci, la comparaison peut se révéler plus délicate. L’agent devra fonder
sa décision quant au caractère raisonnable de l’investissement projeté sur des
renseignements sûrs touchant les entreprises du même genre au Canada. Des lettres de
chambres de commerce ou des statistiques provenant d’associations commerciales
pourraient constituer des sources sûres.)
Seul le montant déjà investi ou engagé irrévocablement aux fins d’investissement peut être pris
en considération au moment de déterminer l’importance de l’investissement.
L’investissement doit être, de façon significative, proportionnel à l’investissement total.
L’investissement total correspond au coût d’une entreprise établie ou au montant nécessaire pour
établir une nouvelle entreprise. Dans le cas d’une entreprise nécessitant un plus petit
investissement total, l’investisseur doit contribuer un pourcentage très élevé de l’investissement
total, tandis que dans le cas d’une entreprise où l’investissement total est plus important, le
pourcentage que représente la part apportée par l’investisseur peut être beaucoup moins
important. En appliquant ces critères, il faut d’abord tenir compte de la nature de l’entreprise afin
de déterminer de façon raisonnable l’investissement total requis pour l’établissement de
l’entreprise.
2004-11-12
151
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
En termes clairs, le montant total de l’investissement nécessaire à la mise sur pied d’un bureau
de consultants sera beaucoup moins élevé que le coût d’établissement d’une usine de fabrication
ou d’un restaurant. Dans le cas d’un bureau de consultants, on pourra déterminer qu’il faut, par
exemple, un investissement de 50 000 $ pour mettre sur pied un tel service. Pour être reçu à titre
d’investisseur, un demandeur devrait alors investir un montant équivalent à un pourcentage élevé
du 50 000 $. Dans le cas d’un investissement total de un million de dollars, l’investisseur pourrait
devoir investir, au moins, de 500 000 $ à 600 000 $. Pour un investissement de 10 millions de
dollars, dans le cas d’une usine de fabrication par exemple, 2 ou 3 millions de dollars pourraient
suffire, compte tenu de l’importance du montant investi. (Ces exemples ne doivent pas être
considérés comme des critères fixes; ils servent plutôt à montrer la façon d’appliquer le critère de
proportionnalité.)
L’entreprise doit être une entité ou exploitation commerciale réelle et active, qui fonctionne
de façon continue et produit des biens ou services dans un but lucratif. Il ne peut s’agir d’une
entreprise fictive ni d’un investissement spéculatif passif fait dans l’espoir de le voir prendre de la
valeur. L’investissement passif dans l’immobilier, qu’il s’agisse de propriétés aménagées ou non,
ne compte pas. (La preuve que le demandeur compte investir des fonds supplémentaires dans
une entreprise à une date ultérieure et sera en mesure de le faire pourra être considérée comme
un signe que cette entreprise est, ou sera, une entreprise commerciale viable. L’existence d’un
plan d’investissement, d’expansion ou de développement est un facteur déterminant à cet égard.)
La raison d’être du statut d’investisseur est de promouvoir les investissements productifs au
Canada. Il s’ensuit qu’un demandeur ne peut se voir reconnaître ce statut lorsque
l’investissement, si important soit-il, lui procure simplement un revenu suffisant pour
subvenir à ses besoins et à ceux de sa famille.
Il existe diverses façons de déterminer si une entreprise est marginale, au sens qu’elle ne fera
qu’assurer la subsistance du demandeur. Par exemple, le demandeur pourrait démontrer que
l’investissement créera de l’emploi localement ou qu’il est tel que sa fonction principale sera autre
que celle d’ouvrier spécialisé ou non spécialisé. Si le demandeur tire un revenu important
d’autres sources et n’a pas à compter sur l’investissement pour vivre, on peut alors considérer
que l’élément de risque exigé est présent. Dans ce cas, il ne s’agirait pas d’un investissement
marginal.
6.4
Quels critères faut-il respecter pour pouvoir faire venir un employé au Canada ayant
qualité d’investisseur?
Conditions relatives à l’employeur
Pour qu’un employé soit autorisé à venir au Canada en qualité d’investisseur, l’exigence relative
à la nationalité doit être respectée.
•
l’employeur potentiel au Canada doit être un citoyen des États-Unis ou du Mexique qui a le
statut d’investisseur au Canada;
•
si l’employeur potentiel est une société ou autre organisation commerciale, les propriétaires
doivent être en majorité des citoyens des États-Unis ou du Mexique qui, s’ils ne résident pas
aux États-Unis ou au Mexique, ont le statut d’investisseur au Canada.
Le citoyen des États-Unis ou du Mexique qui est un résident permanent du Canada ne peut faire
venir un employé en qualité d’investisseur.
Il ne peut être tenu compte des actions d’une société ou d’autres entités commerciales que
détient un citoyen des États-Unis ou du Mexique qui est un résident permanent du Canada pour
déterminer si la participation majoritaire des propriétaires est telle qu’elle permet à l’entreprise de
faire venir un employé en qualité d’investisseur.
Conditions relatives à l’employé
2004-11-12
152
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
Le demandeur doit avoir la citoyenneté américaine ou mexicaine, et ses tâches devront être
celles d’un directeur ou d’un superviseur ou il doit avoir des compétences spéciales qui sont
essentielles à la bonne marche de l’entreprise.
La fonction de direction ou de supervision est un élément principal du poste. Le superviseur
est un gestionnaire dont les responsabilités fondamentales consistent à diriger, surveiller et
conseiller des employés subalternes, et qui ne participe pas généralement à l’exécution des
activités. Le superviseur de premier rang ne satisfait pas, en règle générale, à ce critère. Le
cadre ou le gestionnaire occupe dans l’entreprise un poste assorti de pouvoirs importants.
Voici des indicateurs de l’existence d’une fonction de supervision ou de direction :
•
le titre du poste;
•
le rang hiérarchique;
•
les tâches;
•
le degré ultime de contrôle et de responsabilité par rapport aux opérations;
•
le nombre et le niveau de compétence des subalternes immédiats;
•
le niveau de rémunération; et
•
l'expérience acquise à titre de directeur ou de superviseur.
Selon la taille de la succursale, des indicateurs seront plus révélateurs que d’autres.
Les compétences ou services essentiels dont il s’agit sont des qualifications qui sont
absolument nécessaires pour garantir l’efficacité des opérations canadiennes de l’entreprise et
que n’a pas le travailleur qualifié ordinaire.
Il n’est pas nécessaire qu’un employé dont les compétences sont essentielles ait déjà travaillé
pour l’entreprise, à moins que ces compétences ne puissent être acquises que dans l’entreprise
en question.
Les agents doivent avoir la conviction que, compte tenu des facteurs qui suivent, le statut
d’investisseur est justifié :
•
le niveau de qualification du demandeur dans le domaine de spécialisation;
•
le caractère unique des compétences spéciales;
•
la durée de l’expérience et de la formation au sein de l’entreprise;
•
la période de formation requise pour remplir les fonctions envisagées;
•
le salaire que la qualification spéciale peut commander.
Il y a deux exceptions à l’application des critères liés aux compétences essentielles :
Nouvelles entreprises :
•
le statut d’investisseur peut être accordé à un employé qui n’a pas les compétences
essentielles lorsque ses services sont requis pour lancer la nouvelle entreprise;
•
l’employé et l’entreprise doivent montrer que le besoin est fondé sur la connaissance de ce
dernier des opérations de l’entreprise aux États-Unis ou au Mexique;
2004-11-12
153
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
•
cette disposition s’applique habituellement à une entreprise établie aux États-Unis ou au
Mexique qui désire recourir à des employés spécialisés américains ou mexicains aux
premières étapes d’un investissement au Canada;
•
le statut d’investisseur sera normalement accordé pour une période maximale d’un an;
•
cette procédure vise à aider les nouvelles entreprises à s’établir et à leur accorder un délai
raisonnable pour former des Canadiens aux postes qui n’exigent pas de compétences
essentielles.
Technicien qui a reçu une formation poussée :
•
le technicien ayant reçu une formation poussée ou le technicien spécialement qualifié
employé par une entreprise pour former ou superviser le personnel préposé à la fabrication, à
l’entretien et à la réparation peut se voir accorder le statut d’investisseur même s’il doit
accomplir des tâches manuelles, à condition que l’entreprise ne puisse obtenir les mêmes
services d’un technicien canadien qualifié;
•
la « formation poussée » est l’élément qui importe. Par exemple, le technicien qualifié qui
vient réparer en application d’une garantie des produits délicats et compliqués vendus dans
le cadre d’échanges commerciaux entre le Canada et les États-Unis ou le Mexique peut se
voir accorder le statut d’investisseur si l’entreprise qui l’emploie établit qu’elle ne peut obtenir
les mêmes services d’un technicien canadien qualifié. Il y a lieu d’espérer que l’entreprise au
Canada verra, dans un délai raisonnable, à trouver et à former des techniciens canadiens
hautement spécialisés.
L’absence d’un programme efficace de formation à l’intention des Canadiens est une raison
suffisante de refuser des demandes répétées d’affectation de travailleurs américains ou
mexicains à des postes n’exigeant pas de compétences essentielles.
6.5
6.6
Quels documents sont délivrés?
Un demandeur qui entre dans la catégorie des investisseurs peut obtenir un permis de travail en
vertu du R204,CDC T22.
Quelle est la durée de validité d’un permis de travail, et celui-ci peut-il faire l'objet d'une
prorogation?
Un permis de travail délivré au moment de l’entrée est valide pendant une période d’une année
au maximum.
Le permis peut être prorogé pour une période de deux ans à la condition que l’intéressé
satisfasse toujours aux exigences énoncées ci-dessus.
L’affirmation par le demandeur de son intention non équivoque de rentrer aux État-Unis ou au
Mexique à l’échéance du statut d’investisseur suffira normalement à prouver son intention de
séjourner temporairement au Canada, à moins d’indication contraire.
Il y a expiration du statut si l’intéressé prend un autre emploi ou s’adonne à une activité qui ne
cadre pas avec le statut, si l’entreprise ferme, etc.
Annexe A de l’appendice G
L’ACCORD DE LIBRE-ÉCHANGE NORD-AMÉRICAIN ET LES PROFESSEURS
D’UNIVERSITÉ, DE COLLÈGE ET DE SÉMINAIRE
Les dispositions de l’ALENA relatives à l’immigration revêtent un intérêt particulier pour les
enseignants canadiens, américains et mexicains qui se sont vu offrir une nomination temporaire
dans une université, un collège ou un séminaire. Nous donnons des renseignements, dans les
pages qui suivent, sur l’application des dispositions de ce chapitre pour ces personnes.
2004-11-12
154
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
1. Quels sont les principes généraux du chapitre sur l’immigration de L’ALENA?
a) Il reflète l’opportunité de faciliter les séjours temporaires sur une base réciproque pour les
personnes dont l’activité ou la profession est décrite dans le chapitre.
b) Il reconnaît la nécessité d’assurer la sécurité à la frontière et de protéger la main-d’oeuvre
locale et l’emploi permanent.
2. L’ALENA remplace-t-il des dispositions existantes en matière d’immigration à l’intention des
enseignants?
Non. Les nouvelles dispositions améliorent ou élargissent les dispositions générales ou
universelles qui existent dans chaque pays. Ainsi, pour les enseignants des États-Unis/du
Mexique qui viennent au Canada, l’ALENA augmente les dispositions existantes en matière
d’échange de professeurs, de conférenciers invités et de professeurs étrangers. (Voir l’annexe 1
pour des renseignements sur les dispositions générales.)
3. Qui a-t-il de nouveau?
Les enseignants canadiens, américains et mexicains peuvent dorénavant obtenir un permis de
travail afin de s’acquitter d’une nomination temporaire dans une université, un collège ou un
séminaire dans l’autre pays simplement en présentant au point d’entrée une lettre de l’employeur
décrivant la nomination temporaire.
Note : À l’appendice 1603.D.1 de l’ALENA figurent les professions dont les membres peuvent obtenir
plus facilement l’autorisation de séjour dans l’autre pays. Seules les activités généralement associées
à l’exécution d’une profession peuvent être entreprises par une personne qui cherche à entrer ou à
demeurer au Canada temporairement pour pratiquer cette profession.
Par conséquent, une personne admise pour exercer un emploi temporaire à titre de professeur
d’université peut effectuer toutes les tâches habituellement associées à ce poste.
4. L’application des nouvelles dispositions de l’ALENA est-elle restreinte aux citoyens du
Canada, des États-Unis et du Mexique?
Oui. Les personnes qui ne sont pas des citoyens, mais qui ont le statut de résidents permanents
autorisés de l’un ou l’autre pays ne sont pas visées par les dispositions de l’ALENA destinées à
faciliter l’octroi de l’autorisation de séjour. Elles continuent toutefois de pouvoir entrer dans l’autre
pays grâce aux dispositions générales ou universelles existantes régissant l’autorisation de
séjour des travailleurs étrangers temporaires.
5. L’ALENA facilite-t-il l’admission permanente au Canada, aux États-Unis ou le Mexique?
Non. Le chapitre sur l’immigration de l’ALENA a pour objet de faciliter uniquement l’octroi de
l’autorisation de séjour temporaire.
6. Qu’est-ce que l’autorisation de séjour temporaire?
Selon l’ALENA, un « séjour temporaire » désigne un « séjour sans intention de résidence
permanente ». Cette définition est conforme à la législation en matière d’immigration. Elle peut
s’adapter aux circonstances et met en évidence le fait que la notion de séjour temporaire ne se
limite pas à la simple question de la durée du séjour.
Elle n'autorise pas pour autant le séjour temporaire sans limite de durée. L’ALENA ne peut être
invoqué pour contourner les modalités régissant l’emploi permanent ni comme moyen d’établir la
résidence permanente de fait.
Au point d’entrée, un permis de travail peut être accordé pour la durée du contrat, jusqu’à
concurrence de douze mois. Si la nomination est pour une durée supérieure à douze mois, il
faudra demander et obtenir le renouvellement du permis de travail. (Une personne munie d’un
permis de travail en cours de validité peut demander le renouvellement de ce dernier et devrait
en faire la demande au moins un mois avant l'échéance du permis. La demande peut être
téléchargée du site Web de CIC et être obtenue du télécentre.)
2004-11-12
155
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
Des prorogations multiples ne seront pas approuvées systématiquement, même si l’intéressé a
indiqué au moment de son arrivée au Canada qu’il s’agissait d’une nomination de longue durée.
Plus la durée du séjour temporaire se prolonge, plus il incombe au titulaire du permis de
convaincre l'agent du caractère temporaire du séjour, en particulier au moment de la demande de
prorogation.
7. L’ALENA autorise-t-il le séjour temporaire pour accepter une nomination temporaire à un
poste permanent?
Oui. Beaucoup de travailleurs étrangers temporaires en général sont autorisés à occuper
temporairement un poste permanent qui, pour une raison ou pour une autre, est temporairement
vacant.
8. Le processus de confirmation par RHDCC visant l’emploi temporaire et l’emploi permanent
est-il touché par les dispositions de l’ALENA?
Les modalités régissant l’emploi permanent ne sont pas touchées par l’ALENA. La formule de la
mise en concurrence exigée dans le processus de confirmation par Ressources humaines et
Développement des compétences Canada (RHDCC) continue de s’appliquer aux nominations
permanentes.
Par ailleurs, les dispositions de l’ALENA interdisent, comme condition de l’autorisation d’un séjour
temporaire, « des procédures d’approbation préalable, des demandes, des validations de l’offre
d’emploi ou d’autres procédures ayant un effet similaire ». Il est donc interdit d’exiger la
confirmation de CRHC (avis sur le marché du travail) lorsqu’il s’agit d’une nomination temporaire.
Une formule de recrutement (publicité) qui est indépendante d’une validation de l’offre d’emploi
ou d’autres procédures ayant un effet similaire* est permise lorsqu’il s’agit d’une nomination
temporaire visée par l’ALENA.
Les autorités d’une université peuvent établir une politique d’embauche des “Canadiens
d’abord”** et ne pas être en conflit avec les dispositions du chapitre 16 ou toute autre disposition
de l’ALENA. L’université ne ferait qu’exercer sa prérogative à titre d’employeur.
Si l’on décidait toutefois d’offrir un emploi temporaire à un enseignant des États-Unis/du Mexique,
alors l’admission de cette personne au Canada de même que son autorisation de travailler
seraient facilitées grâce aux dispositions du chapitre 16 de l’ALENA.
* « Autres procédures ayant un effet similaire » s’entend d’une procédure administrative ou
juridique qui peut avoir comme conséquence d’empêcher une personne visée par les dispositions
du chapitre 16 d’exercer ou de continuer d’exercer une profession, une occupation ou une activité
visée par les dispositions de l’Accord ou de retarder son entrée en fonction. Il ne s’agit pas des
modalités prévues par le Canada, les États-Unis ou le Mexique en matière d’immigration, à savoir
1) mettre en oeuvre les dispositions du chapitre 16 de l’ALENA et 2) veiller à l’observation des
exigences générales régissant l’autorisation de séjour pour ce qui concerne la santé et la
protection du public ainsi que la sécurité nationale.
** « Canadiens d’abord » s’entend des citoyens et des résidents permanents du Canada.
9. Que se passe-t-il lorsqu’une université souhaite convertir une affectation temporaire en vertu
de l’ALENA en une affectation permanente?
L'université doit offrir le poste permanent ou d'une durée indéterminée au titulaire actuel du poste.
Ce dernier doit alors demander le statut de résident permanent et profiter des points accordés du
fait d'avoir un emploi réservé; s'il peut prétendre au statut de résident permanent de la catégorie
des travailleurs qualifiés, il obtient un visa de résident permanent.
10. Quels sont les formalités d’immigration que doivent remplir les enseignants des ÉtatsUnis/du Mexique qui viennent au Canada pour prendre un emploi temporaire?
Ils ont besoin d’un permis de travail pour enseigner à titre temporaire au Canada dans une
université, un collège ou un séminaire. Le citoyen des États-Unis/du Mexique peut solliciter un
permis de travail à un point d’entrée au Canada et doit fournir les documents suivants :
2004-11-12
156
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
a) une preuve de citoyenneté (passeport ou acte de naissance);
b) une lettre de l’établissement ou un contrat signé par celui-ci fournissant tous les détails de
l’emploi temporaire, notamment :
•
la nature du poste offert;
•
les dispositions concernant la rémunération;
•
les compétences requises;
•
la durée de la nomination;
Afin de faciliter encore davantage l’octroi de l’autorisation de séjour temporaire à la frontière, il
n’est pas obligatoire, mais il est recommandé que soit précisé dans la lettre ou le contrat que
« l’offre d’emploi est une nomination temporaire jugée conforme aux conditions de l’Accord de
libre- échange du nord-américain »;
c) une preuve que le candidat est au moins titulaire d’un baccalauréat.
En outre, les requérants doivent pouvoir convaincre un agent d’immigration qu’ils se conforment
aux exigences de la Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés et du Règlement, c’est-àdire être en bonne santé et ne pas avoir de casier judiciaire.
Note : Le droit de traitement d’une demande de permis de travail est de 150 dollars (monnaie
canadienne).
11. Quelles formalités d’immigration les enseignants canadiens qui vont aux États-Unis/au
Mexique doivent-ils remplir pour prendre un emploi temporaire?
Comme indiqué précédemment, l’un des principes fondamentaux du chapitre 16 de l’ALENA est
la réciprocité. Les formalités à un point d’entrée des États-Unis/du Mexique peuvent ne pas être
exactement les mêmes que les nôtres, mais les Canadiens seront traités de la même façon et
seront assujettis aux mêmes critères pour ce qui concerne les dispositions de l’ALENA destinées
à faciliter l’octroi de l’autorisation de séjour temporaire. Les Canadiens doivent s’adresser à un
point d’entrée des États-Unis ou au consulat, ou au consulat du Mexique, pour obtenir des
renseignements complets et détaillés.
12. Les personnes qui se voient refuser l’octroi de l’autorisation de séjour temporaire prévu à
l’ALENA peuvent-elles appeler de ces décisions, et des motifs de refus seront-ils donnés?
L’ALENA ne prévoit nulle part qu’une personne peut interjeter appel d’un refus opposé à sa
demande d’autorisation de séjour temporaire parce que les exigences de mise en oeuvre des
dispositions du chapitre 16 n’ont pas été respectées. Dans le cas d’un refus, les agents fourniront
des motifs le justifiant.
13.Y a-t-il un moyen de garantir que les citoyens canadiens, américains et mexicains sont traités
également à la frontière?
Oui. Le chapitre sur l’immigration de l’ALENA prévoit l’établissement d’un mécanisme de
consultation auquel participeront les responsables de l’immigration du Canada, des États-Unis et
du Mexique. En pratique, ces responsables entretiennent des rapports constants en vue
d’harmoniser leurs procédures respectives concernant l’ALENA et pour résoudre les problèmes
relatifs à la mise en oeuvre permanente des dispositions du chapitre.
ANNEXE 1
CODES DE DISPENSE DE CONFIRMATION (ENSEIGNANTS)
Code C22
2004-11-12
157
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
Les personnes engagées par des établissements d’enseignement postsecondaire (p. ex.,
universités, collèges communautaires, CEGEP et autres établissements d’enseignement
semblables) à titre:
1. de professeurs (échanges) qui viennent au Canada aux termes de la formule de réciprocité;
2. de chargés de cours qui sont invités par un établissement d’enseignement postsecondaire
pour donner une série de cours qui ne constituent pas un programme scolaire complet, et pour
une période ne dépassant pas une année scolaire ni un semestre;
3. de professeurs invités, pour une période ne dépassant pas deux années scolaires, pour
occuper un poste dans un établissement d’enseignement postsecondaire et qui conservent leur
poste à l’étranger. (Comme cette règle ne s’applique pas aux professeurs de cours d’été, les
conditions voulues doivent être imposées.)
ANNEXE 2
PROFESSEURS D’UNIVERSITÉ
Le travail de ces spécialistes consiste à :
•
enseigner une ou plusieurs matières dans le cadre d’un programme donné;
•
préparer et donner des cours aux étudiants;
•
diriger des séminaires ou des séances de travaux pratiques en laboratoire;
•
animer et diriger les discussions d’une classe;
•
préparer des bibliographies d’ouvrages spécialisés qu’ils demandent aux étudiants de lire en
dehors des cours;
•
préparer des examens, les faire passer et noter les copies des étudiants;
•
donner des devoirs qu’ils notent;
•
diriger les programmes de recherches des étudiants diplômés;
•
faire eux-mêmes des recherches dans un domaine particulier et publient leurs conclusions
dans des livres ou des journaux professionnels;
•
être membres des comités de professeurs qui traitent de questions telles que la révision des
programmes, l’organisation des cours et les conditions d’obtention des diplômes;
•
conseiller les étudiants sur leurs études et sur d’autres questions;
•
les aider à diriger divers clubs et associations culturelles et politiques;
•
fournir au gouvernement, à l’industrie et aux particuliers des services de consultation
professionnelle;
•
participer à des conférences régionales et internationales traitant de problèmes particuliers à
l’enseignement;
•
donner, au besoin, des cours dans un programme d’éducation permanente, le soir ou par
correspondance.
2004-11-12
158
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
Les professeurs, à ce niveau, sont généralement spécialisés dans une matière ou plusieurs
matières connexes.
2004-11-12
159
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
Appendice H Sur la vente
D’après le R187, les visiteurs commerciaux sont ceux qui s’intègrent au marché du travail. Le
R187(2)c) donne comme exemple les personnes qui vendent des biens et des services, qui
correspondent à cette définition si elles ne vendent pas au grand public. Les acheteurs éventuels
NON classés comme faisant partie du ‘grand public’ comprennent les grossistes, les détaillants,
les entreprises et les institutions. Des exemples de cas de vente sont fournis ci-dessous :
Négociations de vente
Un visiteur commercial peut vendre, prendre des commandes ou négocier des contrats
concernant des biens (ou des services) au cours d’un même séjour au Canada. Cependant, si les
biens sont livrés ou si les services sont fournis pendant ce séjour au Canada, un permis de travail
est exigé.
Les représentants des ventes et agents étrangers ne sont pas autorisés à vendre principalement
des biens fabriqués au Canada ou des services fournis par un canadien sans permis de travail.
La question de déterminer si les produits sont fabriqués au Canada ou hors du Canada renvoie à
la question de l’intégration au marché du travail. Si un produit est fabriqué et vendu au Canada, il
n’y a qucune raison pour que ce ne soit pas un Canadien qui le vende. En revanche, si un produit
est fabriqué en Afrique, par exemple, et qu’il est vendu à un détaillant, un grossiste ou une
institution canadiens, il s’agit alors d’une pratique commerciale internationale normale. Un
voyageur de commerce étranger devrait pouvoir vendre ses produits dans un autre pays. Dans
ce cas, il n’y a pas d’intégration au marché du travail. Il en est de même pour les négociations
commerciales.
Exposants et vente dans le cadre de conventions et de réunions
Les exposants sont des personnes qui présentent ou montrent des biens (ou des services) durant
un événement. On n’exige pas de permis de travail pour les personnes qui se bornent à
présenter ou à montrer des biens.
Ventes qui ne sont pas effectuées auprès du grand public (permis de travail non exigé) :
Les exposants qui présentent des biens fabriqués à l’étranger sont autorisés à vendre ces biens
aux endroits où ont lieu les événements à l’intention des grossistes, des détaillants et des
institutions (c.-à-d., pas le grand public). Aucun permis de travail n’est alors exigé, à condition
que les biens ou services ne soient pas livrés au moment de la vente.
Ventes au grand public (permis de travail exigé) :
Les exposants qui font de la vente directe au grand public sont considérés comme des personnes
qui s’intègrent au marché du travail si les biens ou les services sont livrés au moment de la vente
et un permis de travail est alors exigé. Le permis de travail ne nécessite pas la confirmation
conformément au R205a), C10 (significant benefit) lorsque les vendeurs exposent lors
d’événements tels que des réunions d’associations, des conventions et des congrès, des
assemblées de sociétés, des réunions d’incitation, des foires commerciales, des expositions et
des salons à l’intention des consommateurs. Il y a des avantages à leur intégration au marché du
travail : ils utilisent des services fournis au Canada (hébergement, etc.).
Si les biens ou les services ne sont pas livrés ou fournis au moment de la vente (ou au cours du
voyage d’affaires de l’exposant) le R187 s’applique, et le permis de travail n’est pas exigé.
2004-11-12
160
FW 1 Guide des travailleurs étrangers
Ventes au grand public
Les personnes qui vendent au grand public dans le cadre de leurs activités habituelles doivent
obtenir un permis de travail délivré suite à la confirmation de RHDCC.
Organismes de vente directe
Les entreprises de vente directe comme Amway/Quixstar, Mary Kay ou Avon Cosmetics et
Homes Interiors & Gifts Company envoient des personnes qui sont chargées de faire de la
prospection et de recruter au Canada des gens qui vendront leurs produits. Leurs représentants
peuvent venir au Canada pour donner une formation et animer des séances de motivation, et
aider les personnes recrutées à faire leurs présentations et à vendre les produits aux
consommateurs canadiens. Lorsqu’ils franchissent la frontière, ils peuvent apporter des outils de
formation, du matériel de promotion (brochures et catalogues) ainsi que des échantillons des
produits qui serviront aux démonstrations et à la formation, qui ne seront pas vendus au Canada.
Ces personnes peuvent être admises en tant que visiteurs commerciaux.
Le R187 autorise les vendeurs étrangers à vendre directement des produits si ces produits ne
sont pas des produits canadiens et s’ils ne sont pas livrés ou fournis à l’acheteur au moment de
la vente (pendant le même séjour); le vendeur est seulement autorisé à prendre des commandes
au moment de la vente.
2004-11-12
161
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising