the - of Québec Summ¢ry level since 1984 on the traditional fish-

the - of Québec Summ¢ry level since 1984 on the traditional fish-
E+ ' Pêches et Océans Flsheries and Oceans
Canada Canad a
DFO Sciences
Stock Status Report C4-07 (1998)
Sciences Science
Laurentian Regio n
Scallops of the Inshore Waters
- of Québec
Summ¢ry
Îles-de-la-Madeleine
• The harvestable biomass is at its lowes t
Background
There are two species of scallop in the Gulf of
St. Lawrence, the sea scallop and the Iceland scallop .
They reach commercial size at age 5 in the case of
the sea scallop and age 8 in the case of the Iceland
scallop. The sexes are separate and fertilization
takes place externally . The spawning season is short
and does not occur at the same time throughout the
Gulf. Larval development takes nearly five weeks.
Scallops are sedenta ry and live in aggregations
known as "beds".
In Québec, commercial ha rvesting began in the mid
1960s. it is an inshore fishery, taking both species
without distinction . Catches are landed mostly as
muscle, or meat. The Laurentian Region is divided
into 17 areas and has 82 fishing licences. All areas
are managed by controlling fishing effort, but the
Middle North Shore and Anticosti Island are also
governed by individual quotas . Since 1980, the
North Shore has been the most productive region in
t
Québe c.
March 1998
level since 1984 on the traditional fishing grounds.
• Only one cohort of prerecruits (that of
1995) was found in the 1997 population.
However, it will not be recruited for
fishing until the year 2000 or 2001 .
• Harvesting rates are about 85 % on some
fishing grounds. • There are serious concerns for the conservation of the $es-de-la-Madeleine
stock. We therefore recommend that no
scallop fishing be allowed on the SudOuest, Étang-du-Nord, Chaîne-de-laPasse and Dix-Milles fishing grounds
until the reproductive biomass has rebuilt.
Gaspé
• The increased fishing effort of recent
years risks damaging the scallop population of area 19A . We therefore recommend reducing landings to the levels recorded between 1990 and 1994 .
• The situation in areas 18B and 17A is
not serious for the time being, given the
low fishing effort .
Canad'âi
Scallops of the Inshore Waters of Québe c
Laurentian Region
spawning period is short and -does not occur
at thè same time Gulf-wide . In the sector
extending from Havre St Pierre to JohanBeetz Bay, Iceland scallop spawn in July,
whereas in the rest of the Middle and Lower
North Shore and off Anticosti Island,
spawning occurs between mid-July and late
August, depending on the sector . Sea scallops spawn in August in Chaleur Bay and in
late August in the $es-de-la-Madeleine region .
North Shore
• Areas 16A and 16B have been underfished in recent years . However, there
has been a significant increase in fishing
effort in area 16C . Here, it would be
useful to set harvesting limits without
delay to prevent local overfishing .
• The situation in areas 16 Do, 16De, 16G
and 18A was relatively stable in 1997,
notwithstanding a slight drop in abundance indices . We feel that fishing effort
can be safely maintained in these areas in
1998, though we shall need to be very
alert.
• For the time being, no increase in fishing
effort is recommended in area 15 on the
Lower North Shore .
Larval development takes about 5 weeks,
from fertilization until settlement on the
bottom. The larvae seek to attach themselves to the seabed, in fairly close proximity to adult scallops . Certain conditions,
such as the presence of filamentous organisms, are required for successful settlement .
Dredging during the month preceeding the
fixation spat on the bottom, as well as during
the few months that follow can adversely
affect the success of the spat's fixation on
the bottom . The interruption of fishing
during this period would reduce the deleterious impacts of the gear on the bottom .
Biological contex t
There are two indigenous species in Eastern
Canada, the sea scallop (Placopecten magellanicus) and the Iceland scallop (Chlamys
islandica) . In the Gulf of St. Lawrence,
these two species are found mainly on
gravel, shell or rocky bottoms, at depths of
20 to 60 metres . Geographic distribution is
different for the two species . In the Gulf of
St. Lawrence, the Iceland scallop occurs on
the North Shore, around Anticosti lsland and
on the north shore of the Gaspé, but is virtually absent in the southern Gulf . By contrast, the sea scallop is found primarily in the
southern Gulf, including the iles-de-laMadeleine and Chaleur Bay, and occasionally appears on the Lower North Shore.
Scallops are sedentary and live in aggregations called "beds" . This fact is important to
consider when developing conservation
strategies and harvesting approaches. Since
resource conservation measures are designed
to ensure the sustainability of each bed, they
must afford protection that allows the scallop population at each site to renew itself.
It is therefore reasonable to expect that an
approach aimed at augmenting reproductive
potential by leaving more adults on the bottom or by creating shelter areas would have
a positive impact on resource conservation .
Sincé female scallops produce eggs in proportion to their size, there would be a net
gain in productivity by allowing individuals
to grow and the population to age . This approach would offer the added benefit of in-
The sea scallop grows at a faster rate than
the Iceland scallop . Growth varies from one
region to another, and is chiefly influenced
by habitat quality and environmental conditions . In the Gulf of St . Lawrence, commercial size is reached at about age 5 for the
sea scallop and age 8 for the Iceland scallop .
In scallops, the sexes are separate and eggs
are fertilized externally in the water. The
2
Scallops of the Inshore Waters of Québe c
Laurentian Region
creasing yield per recruit and hence commercial profitability .
Mass mortality are a phenomenon that has
been known to occur several times in the
Gulf of St . Lawrence . This is a variable that
can have a serious impact on harvesting, especially in beds close to the limits of the
species' range . -
The fishery
Commercial harvesting in Québec targets
Iceland scallops and sea scallops indiscriminately. Catches are generally landed as
muscle (meat) and occasionally as meat and
roe (muscle and gonad) ôr in the shell
(whole) . It is not possible to distinguish the
adductor muscle of the, two species visually ;
the whole animal is needed to make this
identification . However, the two species are
not uniformly distributed in the Gulf of St .
Lawrence, and catches in any one sector
usually consist of just one species.
Figure 1 . Québec
units .
Landings in the bes-de-la-Madeleine have
flucttiatéd widely since the beginning of the
commercial fishery (Figure 2) ." The scallop
stocks in this region collapsed in 1971 .
Landings on the North Shore rose rapidly
from 1984 to 1990 . There has been a levelling off of catches since 1991 owing to the
introduction of individual quotas on the
Middle North Shore .
In 1997, the Québec Region comprised 17
fishing areas divided among three sectors,
namely the Îles-de-la-Madeleine (Area 20),
the Gaspé (Areas 19A, 18B and 17A) and
'the North Shore (Areas 16A, 16B, 16C,
16De, 16Do, 16E, 16F, 16G, 16H, 15, 18A,
18C and 18D) (Figure 1) . Areas 18C and
18D, however, have not yet been harvested .
Last year a total of 82 regular licences were
issued. Management plans varied depending
on the area, based on the following factors :
vessel length, drag size, fishing season and
hours, and individual quota .
I
scallop management
600
500
400
300
~ 200
100
o
1965 1970 1975 1980 1985 1990 1995 200 0
Figure 2 . Scallop landings in Québec .
Landings in 1997, which totalled some 260 t
of meat, came from the North Shore (69 %),
Gaspé (16 %) and the bes-de-la-Madeleine
(15%) .
In the Gulf of St. Lawrence, the scallop fishery is essentially an inshore fishery . The
Digby-type drag has been used since harvesting began in Québec. Over the years, there
has been a significant increase in fishing effort, primarily as a result of the fleet's increased fishing capacity and effectiveness .
Assessment of the status of the scallop
populations of the Gaspé and the North
Shore, except for area 16De, is essentially
based on commercial indices . The $es-dela-Madeleine population, and area 16De, are
3
Scallops of the Inshore Waters of Québe c
Laurentian Region
evaluated on the basis of both commercial
and research survey indices .
In a case where no research index is available, the population status assessment is
wholly dependent on the quality of the data
furnished . by the fishing industry . According
to well-informed sources, unreported catches
have been so large over the past few years
that the reliability of analyses based on
fishing statistics can be called into question .
Information specific to scallops in the hesde-la-Madeleine, Gaspé and North Shore
regions is presented in the following sections . Since it is not yet possible to provide
auvice for each of the small beds scattered
along the Québec coast, this review,is organized according to management units. A
group of scientists examined the data during
the regional review of invertebrate stock
status in the Laurentian Region .
Figure 3. Principal scallop fishing grounds
of iles -de- la -Madeleine .
Table 1 . Scallop landings ( t of meat) and
catch per unit effort (kg of meat per fishing
hour and metre of drag) in the %les-de-laMadeleine .
1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997
Catch 42 .2 29.9 55 .6 36.7 58.9 47 .0 38 .9
CPUE 1 .07 0.91 1 .21 0.80 1 .27 0 .85 0 .87
preli minary valu e
Îles-de-la-Madeleine (Area 20)
The $es-de-la-Madeleine sector comprises
several principal scallop concentrations,
namely the fishing grounds of Étang-duNord, Dix-Milles, Chaîne-de-la-Passe, SudOuest, Île Brion and Banc de l'Est
(Figure 3) . In 1997, 23 licences were active .
These beds were open to the fishery from
April 15 to September 30, except for the
eastern part of Chaîne-de-la-Passe, which
opened only on July 15, while the western
part remained closed year-round . The fourth
bed, the Sud-Ouest, has been closed to harvesting since 1990 . In 1997, the Banc de
l'Est was fished for the first time in several
years .
from 58 .9 t to 47 .0 t and then 38.9 t respectively.
The increase in catches per unit effort
(CPUE) in 1993 was due to recruitment of
the 1988 coho rt, which was relatively abundant. This coho rt was harvested intensively
and exhausted within a few weeks . In 1994,
catches per unit effort fell to an all-time low
for the past ten years . However, the Chaînede-la-Passe bed, which contained the highest
scall op densities, was closed to the fishery.
Higher catches per unit effort an d l an dings
in 1995 we re attributable to harv esting of the
1989 coho rt in the western part of the
Chaîne-de-la-Passe area. In 1996, Chaîne-
Over 95 % of the Yles-de-la-Madeleine
catches generally consist of -sea scallops,
with Iceland scallops making up the remainder. Since 1990, landings have ranged from
29.9 t to 73 .9 t (Table 1) . From 1995 to
1996 and 1997, muscle landings dropped,
4
Scallops of the Inshore Waters of Québe c
Laurentian Regio n
de-la-Passe was closed, and catches per unit
effort slumped.. In 1997, even though th
eeastrnpofChî-delaPs(wr
the remainder of the 1989 cohort was .
caught) and an old fishery grown (Banc de
l'Est) were harvested, catches per unit effort
remained unchanged from 1996, ie 0 .87 kg
per hm .
35
30 I
25
20
15
10
5
o
1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997
Figure 5. Density (± 2 standard errors) of
sea scallops sampled in the îles-de-laMadeleine during research surveys.
The research indices provide a clear picture
of the fluctuations in prerecruitment, that is,
scallops smaller than 70 mm, and in recruitment (scallops greater than70 mm)
(Figures 4 and 5) . Prerecruits peaked in
1992, then gradually declined until 1996 . In
1997, the prerecruitment index grew thanks
to the 1995 cohort . However, this cohort'is
much smaller than those of 1984, 1988 and
1989 . The abundance index for recruits
followed a similar trend,- but with a two-year
lag, conesponding to the time needed for
prerecruits to reach recruitment size .
Chaîne-de-la-Pass e
Dix-M ille s
Scallop mortality in the $es-de-la-Madeleine
can be estimated by monitoring cohort survival from year to year in research surveys .
In . general, overall mortality is relatively
low . However, local mortality on actively
harvested beds can prove to be extremely
high, corresponding to a harvesting rate of
about 85 %.
20
o
20
0
20
Research survey data can be used to derive
an abundance index of 2-year-old prerecruits, which can in be used to predict the
abundance of recruits that will be available
to the fishery in 3 years, at age 5 . This index, which has proved reliable hitherto, suggests low recruitment for 1998 and 1999, bu t
8
o
20
o
199 5
20
O Prerecruits (< 70 mm) .
~ Recruits (2 70 mm )
O Observed
-t- Estimate d
0
199 6
199 7
1986
0
1990 1994
1998
2002
~~~i
Figure 6. Density of 5-year-old recruits,
values from current research surveys and
values projected front numbers of 2-yearold prerecruits observed in research surveys 3 years earlier.
20 60 100 140 180
Shell height (mm )
Figure 4 . Size structure of îlesde-la-Made leine sea scallops sampled during research surveys .
5
Laurentian Region
Scallops of thè Inshore Waters of Québe c
slightly higher levels for the year 2000
(Figure 6) .
The season should. also close- in mid August
to prbtect spat as it settles .
Prospects
Gaspé (Areas 19A, 18B and 17A)
Sca llop abund ance on the traditional hes-dela-Madeleine fishing grounds was very low
in 1997. Our research surveys showed that
the harvestable biomass was at its lowest
since 1984, and it is estimated to be only
one-tenth of what it was in the late 1960s .
Recruitment was very low . The last large
age classes to be recruited were those of
1988 and 1989. Since then, there has been
no significant rec ru itment . Only one prerecruit coho rt ( that of 1995) is present in the
population, but it is much less abundant than
those of 1988 and 1989. This cohort Will be
recruited for fishing in the year 2000 or in
2001 .
In 1997, all traditional fishing grounds were
harvested, including the last of those closed
in 1993, and were completely cleared of
scallops, with harvesting rates reaching
85 % locally. The fleet's fishing effort is
much too great for the productivity of the
bes-de-la-Madeleine scallop beds . In line
with the management philosophy adopted on
the Middle North Shore, fishing effort needs
to be reduced to about one-fifth of what it is .
Regardless of the many recommendations
made to this effect, fishing effort has never
been cut back .
There is serious concern for the conservation
of the stock. The biomass is at record low
levels, and without recruitment breeding
stocks will not rebuild any time soon . Any
commercial fishing will entail further - declines in the reproductive biomass to levels
never yet seen. We therefore recommend
that no further scallop fishing be allowed
on the Sud-Ouest, Chaîne-de-la-Passe,
Dix-Milles and Étang-du-Nord grounds until
the reproductive biomass has recovered .
The Gaspé comprises three harvesting units,
areas 19A, 18B and 17A . In 1997, area 19A
had six regular fishing licences . Fishing was
permitted there from 5 am to 7 pm, Monday
to Saturday, from April 1 to September 15 .
In area 18B, there were two licences with
individual quotas . In area 17A, only one
licence was issued . There is no fishing season or schedule in the latter two areas.
Gaspé landings come mainly from Chaleur
Bay (Area 19A) and Anticosti Island (Area
18B) (Figure 7) . The targeted species in
Chaleur Bay is mainly the sea scallop, while
off Anticosti Island and the north * shore of
the Gaspé the Iceland scallop is harvested .
In area 19A, landings have been relatively
stable since 1991 (Figure 7) . Occasional
newcomers to the fishery (licence transfers)
account for fluctuations in effort . In 1997,
landings reached their highest level since
1987, namely 21 .4 t of meat.
50
40
= 19A
0 17A and 18 B
~_- 30
7- 20
10
o
1991 1992 1993 1994 1995 1996 199 7
Figure 7. Scallop landings .
Catches per unit effort show the same lack
of variation over the same period (Table 2).
From 1994 to 1996, catches per unit effort
were low but relatively stable. In 1997, they
returned to 1992 and 1993 levels .
Laurentian Regio n
Scallops of the Inshore Waters of Québe c
Table 2. Catches per unit effort ( kg of meat
per f shing hour and me tre of drag) .
17A 18B 19A
1991
1992
1993
1994
1995
1996 .
1997
1 .07 0 .88
1 .67 0 .92 0 .93
1 .51 0 .96
2 .06 2.71 0 .74
1 .57 0.98 0 .73
1 .27 1 .19 0.71
0 .99 1 .32 0.94
Size structure in commercial samples from
area 19A indicates that the average size of
scallops available for fishing was distinctly
smaller in 1996 . and 1997 (Figure -8). This
trend is due to thegrreater fishing'effort in .
Chaleur Bay, resulting in more intensive
harvesting of large specimens and redirection of fishing effort toward younger cohorts .
30 1992 ~ 30 199 6
K
K
~
0
A, 30 1993
0
T
~
C
o
K f
30 1994
0
On the north shore of the Gaspé 'Peninsula
(Area 17A), landings are low, and CPUE
have' declined since 1994 (Figure 7 ; Table 2) . For several years, the input from the
western end of Anticosti Island (Area 18B)
has been variable . Harvesting has a short
history here ; and the fishery is still evolving . In both areas, the mortality (% of clappers) and prerecruitment indices are stable,
though catch size has declined since 1996 in
17A and since 1994 in 18B .
Prospects
Recent fluctuations in Gaspé scallop landings are due to irregular harvesting of Iceland .scallops southwest of Anticosti Island .
Chaleur Bay landings are relatively constant,
such variation as there is being attributable
to changes in fishing patterns and fluctuations in recruitment abundance .
The poor recruitment of the past ten years
means that scallop abundance in Chaleur
Bay cannot be expected to improve for some
years . The increased fishing effort seen in
the last few years may have adverse consequençes for the scallop population in area
19A. We therefore recommend reducing
landings to the levels posted in 1990 and
1994 . The season should also be closed at
the beginning of August to protect spat as it
settles .
There is less cause for conce rn in areas 18B
and 17A for the time being, given the low
fishing pressure on this resource .
0
20 60 100140180
20 60 10014 6 180
Shell height (mm) Shell height (mm)
Figure 8 . Size structure of sea scallops in
area 19A according to commercial sampling.
The impact of this heightened effort will
probably be felt soon, since there has been
no sign of substantial recruitment for ten
years . Catches per unit effort may thus drop .
North Shore
The North Shore is divided into 11 separate
fishing areas between the mouth of the Saguenay and Blanc Sablon . North Shore
landings were some 180 t of meat in 1997 .
The largest share of this came from the
Middle North Shore, somewhat les from the
Lower North Shore and less still from the
Upper North Shore .
Scallops of the Inshore Waters of Québec
Laurentian Region
Size structure 'of commercial, samples is
characterized by specimens with a shell
height of about 80 mm .
Areas 16A, 16B and 16C
Landings in these areas,I which are broadly
coterminous with the Upper North Shore,
consist of Iceland scallops . There are five
boats operating in this fishery, and fishing
effort is low . These areas are managed by
restricting the number of licences . Fluctuations in catches per unit effort and landings
reflect the fishing pattern in areas 16A, 16B
and 16C (Figure 9 ; Table 3) . There have
been few, if any official landings in areas
16A and 16B since 1995 .
Prospects
Exploratory work and current catches suggest that the potential of areas 16A, 16B and
16C is limited . Little fishing has been done
in areas 16A and 16B for some years . However, there has been a steep increase in fishing effort in 16C . Here, it would be sensible
to set harvesting limits promptly to avoid
local overfishing.
Areas Mo, Me, 16G, 16E and
18A
30
~
20
Seven fishermen have access to areas 16De
et 16Do, nine to 16G and 18A, and four to
16E. Each of these areas, which together
broadly make up the Middle North Shore,
are subject to quotas, and fishing is further
regulated by daily and seasonal scheduling .
This is the most productive region in
Québec, and Iceland scallop landings have
risen sharply since the early 1980s .
10
o
1991 1992 1993 1994 1995 199 6
Figure 9 . Scallop landings in areas 16A,
16B and 16C.
Discovery of a new bed in area 16C accounts for the rise in landings and catches
per unit effort since 1995 . Sales of unshucked (live) scallops partly explain higher
yields, as no shelling need be done aboard
ship.
There has been a marked decline in effort
since 1990 . This is linked to the imposition
of individual quotas in 1991, shortened
fishing seasons in all areas and lower quotas
in 16D in 1993 . Subdivision of area 16D
into 16Do and 16De, lower quotas in 16De
and 16G and higher quotas in 18A also influenced fishing effort . . Changes were insignificant in 1997, though, as quotas in
16De were only slightly lower .
Table 3 . Catches per unit effort (kg of meat
per fishing hour and metre of drag) .
16A 16B 16C
1991 4.16 2 .78
1992 0 .80 2.25 4 .34
1993 0.76 1 .82 2 .94
1994 1 .23 2.80 1 .89
1995 1 .38 7 .60
1996 1 .00 7 .86
1997
5 .71
Landed volume reached an all-time high of
nearly 300 t of meat in 1990 (Figure 10) . In
1991 . landings dropped substantially, especially in area 16De. From 1993 through
1995, landings in areas 16De, 16G and 16E
were relatively stable . In 1997, landings in
these areas amounted to some 143 t of meat,
the largest landings being in 16De and 18A .
8
Laurentian Regio n
Scallops of the Inshore Waters of Québec
In 1997, .the size of scallops in commercial
samples from areas 16G and 18A was a little
smaller. In other areas, the size of scallops
taken was stable . However, there is a distinct variation among areas, with a decline in
average size from west (16De) to east (16E)
and from north (16De) to south (18A) .
1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997
50
Figure 10 . Scallop landings .
Since 1994, there has been a steady fall in
catches per unit effort in 16De and 16E . In
1997, catches per unit effort grew in areas
16G (13 %) and 16Do (45 %), but fell in
18A (28 9b) : Except for area 16Do, where
exploration is just starting, catches per unit
effort declined from west (16De) to east
(16E) because of local productivity variations (Table 4).
o
1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997
Figure 11 . Natural mortality rate of Iceland
scallops according to commercial sampling .
Prospects
At present, it is impossible to gauge the
situation in each management area with any
precision, especially as areas 16Do and 16E
are still largely unexplored . Reduced fishing
effort since individual quotas were introduced in 1991, together with the multiplication of areas, has spread harvesting over a
larger territory .
Table 4. Catches per unit effort (kg of meat
per fishing hour and metre of d rag) .
16Do 16De 16G 16E 18A
1991 6.51 5.16 3 .45 7.00
1992 7 .15 6.31 4.16 5.35
1993 6 .83 5.76 3.16 4.90
7 .84
5.31 3.01 4.74
1994
.87
4.31
2.63 5.49
1995 6
1996 1 .46 6.26 4.25 1.92 5.94
1997 2.66 5 .63 4.90 1.89 4.3 1
Though the Middle North Shore scallop
beds appear to be very productive, they are
sensitive to intensive fishing . Low catch
rates in 1997 relative to historical data from
areas 16De, 16G and 18A enjoin strict vigilance .
The mortality rate (% of clappers), based on
commercial sampling, almost doubled from
1995 to 1996 in 16D and 16G (Figure 11) .
Natural mortality rose from 20 % to nearly
40 % in these two areas over this period .
Mortality was below 24 % in 1997, falling in
almost all areas . Preliminary results of current work suggest that the index used may
overestimate mortality.
Areas 16H, 16F and 15
There are 34 active licences east of Natashquan, all of them granting access to areas 15
and 16F . One fisherman in area 15 and two
in area 16E also have access to area 16H .
Historically, landings in this region consisted mainly of sea scallops, but since 1992
catches of Iceland scallops from the wester n
9
Scallops of the Inshore Waters of Québe c
Laurentian Regio n
creature highly vulnerable to. overfishing .
For the time being, it would not be advisable
to increase the fishing effort on sea scallops
in area 15 in view of the mortality problems
encountered on the Lower North Shore .
end of area 15 and areas 16F and 16H have
accounted for a larger share .
Landings grew from 1990 to 1992 and remained relatively high in 1993 and 1994
thanks to catches of Iceland scallops from
areas 16F and 16H . The drop in catches in
area 16F from 1994 to 1995 is associated
with reduced catches per unit effort
(Figure 12 ; Table 5) . In 1997, landings rose
in areas 16H and 15 from 1996 figures .
Catches per unit effort also grew in 1997 .
There has been no commercial fishing in
16F since 1996 .
80 r
Prepared by:
Michel Giguèr e
O 16H
M
16F
O 15
60
0
For more information :
Giguère, M . and S . Brulotte . 1997 . État des
stocks de pétoncle des eaux côtières du
Québec Secrétariat canadien pour
l'évaluation des stocks . Document de
recherche 97/80 .
9
Tel . (418)775-0622
Fax . (418)775-0740
Email : giguerem@dfo-mpo.gc.ca
e
g r
1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997
Figure 12 . Scallop landings .
Pub6sNed by
Regional Stock Assessmertt OffiCe,
Departmentoi Flsheries and Oceans,
Maur(ce-Lamontagne Institute,
P.O. Box .1000, Mont,loG,
Québec, Canada
G5H 3Z4
Table S . Catches per unit effort ( kg of meat
per fishing hour and metre of drag) .
16H 16F 15
1991 5 .64 4 .51 0.67
. 4 .15 2 .91 1 .00
1992
1993 2 .58 2 .75 1 .14
1994 3 .27 2 .20 1 .49
1995 2 .15 1 .40 1 .12
1996 2 .27 1 .09
1997 2 .75 1 .4 5
Final : Stocksrl rè dfo-mpo .gc.ca
ISSN 1480-491 3
Additional copies can be obtained from the above .
address.
La version hançaise de ce document est disponible à
t'adresse "essus.
Prospects
We know too little about the scallops of the
Lower North Shore to be able to pronounce
on the state of the resource . The scallop's
biological characteristics and contiguous
distribution, likewise the mass mortality reported from some fishing grounds, make the
t4tpJ/rvrvw.
1
#1
FW*
aa .
-10-
and oown ~.+ ooWw
~o
'+ ' Pêches et Océans Fisheries and Oceans
Canada Canad a
Sciences Science
Région Laurentienn e
MPO Sciences
Rapport sur l'état des stocks C4-07 (1998)
Résum é
Pétoncles des eaux côtières du
Québec
Renseignements de bas e
Il y a deux espèces de pétoncle dans le golfe du
Saint-Laurent, soit le pétoncle géant et le pétoncle
d'Islande. La taille commerciale est atteinte
vers l'âge de 5 ans chez le pétoncle géant et
vers l'âge de 8 ans chez le pétoncle d'Islande . Les sexes sont séparés et la fécondation des oeufs se fait à l'extérieur des organismes . La période de ponte est courte et
n'est pas synchronisée dans le Golfe . Le
développement des larves dure près de cinq
semaines . Les pétoncles sont sédentaires et
vivent en agrégations appelées «gisements» .
Au Québec, la pêche commerciale a débuté au
milieu des années 1960 . C'est une pêch e
côtière qui porte indistinctement sur les
deux espèces . Les débarquements se font
surtout sous forme de muscles . La région
Laurentienne est divisée en 17 zones et
compte 82 permis de pêche . Toutes les zones
sont gérées par le contrôle de l'effort de
pêche . La Moyenne Côte-Nord et l'île
d'Anticosti sont également régies par des
contingents individuels . Depuis 1980, la
Côte-Nord est la région la plus productive
du Québec .
Mars 1998
Îles-de-la-Madeleine
• La biomasse exploitable est au plus bas
niveau depuis 1984 sur les fonds de pêche traditionnels .
• Une seule cohorte de prérecrues (celle de
1995) est présente dans la population en
1997 . Toutefois, elle ne recrutera pas à
la pêche avant l'an 2000 ou 2001 .
• Les taux d'exploitation sont d'environ
85 % sur certains sites de pêche.
• Il y a de sérieuses craintes quant à la
conservation du stock des îles-de-laMadeleine . Nous recommandons donc
qu'il n'y ait aucune pêche au pétoncle
sur les fonds de pêche du Sud-Ouest, de
l'Étang-du-Nord, de la Chaîne-de-laPasse et du Dix-Milles, tant que la biomasse reproductrice ne sera pas reconstruite .
Gaspésie
• L'augmentation de l'effort de pêche observée depuis quelques années risque
d'être néfaste pour la population de pétoncles de la zone 19A . Nous recommandons donc dans ce cas de ramener
les débarquements au niveau observé
entre 1990 et 1994 .
Canad'
Région Laurentienne
• La situation dans les zones 18B et 17A
n'est pas préoccupante pour l'instant,
compte tenu du niveau d'effort de pêche .
Côte-Nor d
• Les zones 16A et 16B sont peu exploitées depuis plusieurs années . Cependant,
on observe une forte augmentation de
l'effort de pêche dans la zone 16C . Dans
ce dernier cas, il serait préférable de
mettre rapidement en place des balises à
l'exploitation afin d'éviter une surexploitation locale .
• La situation dans les zones 16 Do, 16De,
16G et 18A est relativement stable en
1997, malgré une légère tendance à la
baisse des indices d'abondance . Nous
pensons qu'il n'y a pas d'inquiétude à
maintenir le niveau d'effort dans ces zones en 1998 . Toutefois, il faudra rester
très vigilant .
• Pour l'instant, il n'est pas recommandé
d'augmenter l'effort de pêche dans la
zone 15 sur la Basse Côte-Nord .
Contexte biologiqu e
Il y a deux espèces de pétoncles indigènes au
Québec, soit le pétoncle géant (Placopecten
magellanicus) et le pétoncle d'Islande
(Chlamys islandica) . Dans le golfe du SaintLaurent, ces deux espèces se retrouvent
principalement sur des fonds de gravier, de
coquillage ou de roche, à des profondeurs
variant entre 20 et 60 mètres . Le pétoncle
d'Islande est présent sur la Côte-Nord, l'île
d'Anticosti et la rive nord de la Gaspésie .
Par contre, il est pratiquement absent dans le
sud du Golfe. À l'inverse, le pétoncle géant
se trouve surtout dans le sud du Golfe, incluant les îles-de-la-Madeleine et la baie des
Chaleurs, et occasionnellement sur la Basse
Côte-Nord .
La croissance du pétoncle géant est plus rapide que celle du pétoncle d'Islande . Cette
croissance varie d'une région à l'autre et est
Région Laurentienn e
Pétoncles des eaux côtières du Québe c
Pétoncles des eaux côtières du Québe c
Il est raisonnable de penser qu'une approche
visant à augmenter le potentiel reproducteur,
en laissant plus d'adultes sur le fond ou en
créant des zones refuges, aurait un impact
positif sur la conservation de la ressource .
Comme la production d'oeufs d'un pétoncle
est proportionnelle à son volume, il y aurait
un gain net de productivité en laissant la population vieillir . De plus, cette tactique aurait pour effet secondaire d'augmenter le
rendement par recrue et, par le fait même, la
rentabilité commerciale .
influencée par la qualité de l'habitat et les
conditions environnementales . Dans le
Golfe, la taille commerciale est atteinte vers
l'âge de 5 ans chez le pétoncle géant et vers
l'âge de 8 ans chez le pétoncle d'Islande .
Chez le pétoncle, les sexes sont séparés et la
fécondation des oeufs se fait à l'extérieur
des organismes, dans le milieu environnant .'
La période de ponte est de courte durée et
n'est pas synchronisée à l'échelle du Golfe .
De Havre Saint-Pierre à Baie Johan-Beetz,
le frai du pétoncle d'Islande a lieu durant le
mois de juillet . Sur le reste de la Moyenne et
Basse Côte-Nord et l'île d'Anticosti, la reproduction se déroule entre la mi juillet et la
fin août, selon le secteur . Chez le pétoncle
géant, la ponte a lieu en août dans la baie des
Chaleurs et à la fin août aux îles-de-laMadeleine .
La mortalité massive est un phénomène qui
a été observé à plusieurs reprises dans le
golfe du Saint-Laurent . C'est une variable
qui peut avoir un impact majeur sur
l'exploitation, surtout pour les gisements qui
se situent près des limites de distribution des
espèces .
zone, sur la base des modalités suivantes :
longueur du bateau, dimension de la drague,
saison et heure de pêche et quota individuel .
Dans le golfe du Saint-Laurent, la pêche au
pétoncle est une pêche côtière . La drague de
type Digby est utilisée depuis le début de
l'exploitation . Au cours des années, il y a eu
une augmentation importante de l'effort de
pêche. Cette hausse est due principalement à
l'augmentation de la capacité et de
l'efficacité de la flotte de pêche .
Ltz Pêche
Le développement des larves dure environ
cinq semaines, à partir de la fécondation jusqu'au moment de leur fixation sur le fond .
Les jeunes pétoncles se fixent sur le fond,
plus ou moins à l'emplacement où se trouvent les adultes . Cependant, certaines conditions sont requises pour assurer le succès de
la fixation des juvéniles, par exemple la présence d'organismes filamenteux . Le dragage,
durant le mois qui précède la fixation et les
quelques mois qui suivent, peut affecter le
succès de la fixation des juvéniles lors de
leur déposition sur le fond . L'arrêt de la pêche durant cette période limiterait l'impact
négatif de cet engin sur le substrat .
Les pétoncles sont sédentaires et vivent en
agrégations appelées «gisements» . Cette
particularité est importante à considérer lors
de l'élaboration des stratégies de conservation et des scénarios de récolte . Comme les
mesures de conservation de la ressource visent à assurer la pérennité de chaque gisement, il faut alors s'assurer que chacun de
ces gisements conserve sa capacité de renouvellement .
Figure 1 . Unités de gestion du pétoncle au
Québec .
Au Québec, l'exploitation commerciale porte
indistinctement sur le pétoncle d'Islande et le
pétoncle géant . Les débarquements se font
généralement sous forme de muscle (noix,
chair) ou occasionnellement sous forme de
noix et de corail (muscle et gonade) ou en
coquille (entier) . L'impossibilité de distinguer visuellement les muscles des deux espèces complique l'analyse des statistiques de
pêche . Toutefois, les deux espèces ne sont
pas réparties uniformément dans le golfe du
Saint-Laurent et les prises d'un secteur sont
souvent constituées d'une seule espèce .
I
Les débarquements des îles-de-la-Madeleine
ont beaucoup fluctué depuis le début de la
pêche commerciale (Figure 2) . Les stocks de
pétoncles des îles-de-la-Madeleine se sont
effondrés en 1971 . À partir de 1984, les débarquements de la Côte-Nord ont augment é
600
500
En 1997, la région du Québec comptait
17 zones de pêche réparties entre trois secteurs, soit les îles-de-la-Madeleine (zone
20), la Gaspésie (zones 19A,18B,17A) et la
Côte-Nord (zones 16A, 16B, 16C, 16De,
16Do, 16E, 16F, 16G, 16H, 15, 18A, 18C,
18D) (Figure 1) . Les zones 18C et 18D sont
à ce jour encore inexploitées . Cette dernière
année, un total de 82 permis réguliers ont été
émis . Le plan de gestion a varié, selon la
Îles-de-la-Madeleine
Côte-Nord
Gaspésie
400
300
200
100
0
1965 1970 1975 1980 1985 1990 1995 200 0
Figure 2 . Débarquements de pétoncles au
Québec .
3
Région Laurentienne
rapidement jusqu'en 1990 . La stabilisation
du niveau des prises à partir de 1991 fait
suite la mise en place de quotas individuels
sur la Moyenne Côte-Nord .
En 1997, les débarquements totalisent 260 t
de muscles . Ils proviennent, par ordre d'importance, de la Côte-Nord (69 %), de la
Gaspésie (16 %) et des îles-de-la-Madeleine
(15%).
L'évaluation de l'état des populations de pétoncles est basée essentiellement sur
l'analyse des indices commerciaux . D'autre
part, l'évaluation de la population de pétoncles des îles-de-la-Madeleine et celle de la
zone 16De sont basées en plus sur des indices mesurés lors de relevés de recherche .
Pétoncles des eaux côtières du Québe c
Brion et le Banc de l'Est (Figure 3) . En
1997, les 23 permis émis ont été actifs . La
pêche a été ouverte entre le 15 avril et le
30 septembre, à l'exception de la partie est
de la Chaîne-de-la-Passe qui n'a été ouverte
que du 15 juillet au 30 septembre et de la
partie ouest qui elle, a été fermée toute
l'année . Un quatrième fond, celui du SudOuest, est fermé à la pêche depuis 1990 . En
1997, les pêcheurs ont exploité le Banc de
l'Est qu'ils n'avaient pas visité depuis plusieurs années .
Îles-de-la-Madeleine (Zone 20 )
Les îles-de-la-Madeleine comptent plusieurs
concentrations de pétoncles, soit les fonds de
pêche de l'Étang-du-Nord, du Dix-Milles, la
Chaîne-de-la-Passe, du Sud-Ouest, de l'île
Figure 3 . Principaux fonds de pêche au
pétoncle aux Îles-de-la-Madeleine .
-4-
Chaîne-de-la-Passe
Dix-Mille s
1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997'
Prises 42,2 29,9 55,6 36,7 58,9 47,0 38,9
PUE 1,07 0,91 1,21 0,80 1,27 0,85 0,87
' valeur préliminaire
I
Les captures provenant des îles-de-laMadeleine sont généralement composées à
plus de 95 % de pétoncle géant, le reste étant
du pétoncle d'Islande. Depuis 1990, les débarquements ont varié entre 29,9 t et 73,9 t .
Entre 1995, 1996 et 1997, les débarquements ont chuté respectivement de 58,9 t à
47,0 t, puis à 38,9 t de muscles (Tableau 1) .
Pétoncles des eaux côtières du Québec
Tableau 1 . Débarquements de pétoncles
(t de muscles) et prises par unité d'effort
(kg de muscles par heure de pêche et par
mètre de drague) aux Îles-de-la-Madeleine .
{
Dans le cas particulier où il n'y a pas
d'indice de recherche disponible,
l'évaluation de l'état des populations est
alors entièrement dépendante de la qualité
des données fournies par l'industrie de la
pêche . Selon des sources bien informées,
l'importance des prises non déclarées pour
certaines années est telle que cela peut remettre en question la fiabilité des analyses
faites avec les statistiques de pêche .
Les renseignements spécifiques au pétoncle
des îles-de-la-Madeleine, de la Gaspésie et
de la Côte-Nord sont présentés dans les sections suivantes . Puisqu'il n'est pas possible
de formuler des avis pour chacun des petits
gisements des côtes du Québec, cette revue
est structurée sur la base des unités de gestion. Ces informations ont été révisées par
un groupe de scientifiques lors de la revue
régionale sur l'état des stocks d'invertébrés
de la région Laurentienne .
Région Laurentienn e
M
L'augmentation des prises par unité d'effort
(PUE) en 1993 était due au recrutement à la
pêche de la cohorte de 1988, qui était relativement abondante . Cette cohorte, qui venait
d'atteindre la taille de capture, a été exploitée en quelques semaines . En 1994, les prises par unité d'effort de pêche ont atteint le
plus bas niveau depuis les dix dernières années . Toutefois, le gisement de la Chaîne-dela-Passe, où se trouvaient les plus fortes
densités de pétoncles, était fermé à la pêche .
En 1995, l'augmentation des prises par unité
d'effort et des débarquements était reliée à
l'exploitation de la cohorte de 1989 sur la
partie ouest de la Chaîne-de-la-Passe . En
1996, la Chaîne-de-la-Passe était fermée et
les prises par unité d'effort ont chuté . En
1997, malgré l'ouverture de la partie est
(reste de la cohorte 1989) de la Chaîne-dela-Passe et l'exploitation d'un ancien fond
de pêche (le banc de l'Est), les prises par
unité d'effort sont demeurées les mêmes
qu'en 1996, soit 0,87 kg/hm .
Les indices de recherche illustrent bien les
fluctuations des prérecrues (pétoncles plus
petits que 70 mm) et de la population exploitée par la pêche (recrues, pétoncles plus
grands ou égaux à 70 mm) (Figures 4 et 5) .
Les prérecrues ont atteint un sommet en
1992 qui a été suivi d'une baisse progressive
jusqu'en 1996 . En 1997, l'indice des prérecrues a augmenté grâce à la cohorte 1995 .
Toutefois, l'importance de cette cohorte est
beaucoup moins élevée que celle des cohortes 1984, 1988 et 1989 . La tendance de
l'indice d'abondance des recrues est sein-5
0
.
20
0
r-r"
+,4~ . , ;-r,-r1996
,
1997
20
95
0
.
20 60 100 140 18 0
Taille (mm)
Figure 4 . Structures de taille des pétoncles
géants échantillonnés aux Îles-de-laMadeleine lors des relevés de recherche.
blable mais avec un délai de 2 ans, ce qui
correspond au temps nécessaire pour que les
prérecrues puissent atteindre la taille de recrutement à la pêche .
Région Laurentienne
Pétoncles des eaux côtières du Québe c
fiable jusqu'à mainten ant, prévoit un recrutement faible pour 1998 et 1999, mais un
peu plus élevé pour l'an 2000 (Figure 6) .
Perspectives
1991 1992 1993 1994 1995 1996 199 7
Figure 5 . Densité (± 2 erreurs type) de pétoncles géants échantillonnés aux Îles-dela-Madeleine lors des relevés de recherche .
Il est possible d'estimer la mortalité totale
du pétoncle aux Îles en suivant d'année en
année la survie de chacune des cohortes sur
les relevés de recherche . De façon générale,
la mortalité totale est relativement faible .
Cependant, quand on examine seulement les
gisements qui sont activement exploités, la
mortalité est localement extrêmement élevée, et correspond à un taux d'exploitation
d'environ 85% .
Il est possible d'obtenir, à partir des relevés
de recherche, un indice d'abondance des prérecrues âgées de 2 ans . Cet indice peut servir
à prédire l'abondance des recrues qui seront
disponibles à la pêche 3 ans plus tard, soit à
l'âge de 5 ans . Cet indice, qui s'est avér é
1986
1990
1994
1998 2002
Figure 6. Densité de recrues de 5 ans,
valeur mesurée lors des relevés de recherche et valeur prédite à partir du nombre
de prérecrues de 2 ans observée 3 ans
plus tôt lors des relevés de recherche .
L'abondance des stocks de pétoncles sur les
sites traditionnels de pêche des Iles-de-laMadeleine est très faible en 1997 . D'après
nos relevés de recherche, la biomasse exploitable est au plus bas niveau depuis 1984 . On
estime qu'elle ne représente que le dixième
de ce qu'elle était à la fin des années 1960 .
Le recrutement est très faible . Les dernières
classes d'âge importantes qui ont recruté à la
population sont celles de 1988 et 1989 . Depuis ce temps, il n'y a pas eu de recrutement
significatif. Une seule cohorte de prérecrues
(celle de 1995) est présente dans la population, mais son abondance est beaucoup plus
faible que celles de 1988 et 1989 . Cette cohorte recrutera à la pêche vers l'an 2000 ou
2001 .
En 1997, tous les fonds de pêche traditionnels ont été exploités . Les derniers secteurs
qui avaient été fermés à la pêche à partir de
1993 ont été exploités en 1997 . Ils ont été
complètement vidés de pétoncles, les taux
d'exploitation atteignant localement 85 % .
L'effort de pêche de la flotte est beaucoup
trop élevé pour la productivité des gisements
de pétoncles des Iles-de-la-Madeleine. Pour
suivre la philosophie de gestion utilisée sur
la Moyenne Côte-Nord, il faudrait réduire
l'effort de pêche d'environ 5 fois. Malgré de
nombreuses recommandations en ce sens,
l'effort de pêche n'a jamais été réduit .
Il y a de sérieuses craintes quant à la conservation de ce stock . La biomasse est à son
plus bas niveau et, en l'absence de recrutement, il n'y aura pas de reconstruction du
stock reproducteur à courte échéance. Toute
exploitation commerciale va entraîner un
déclin additionnel de la biomasse reproductrice à des niveaux jamais observés jusqu'à
Région Laurentienn e
Pétoncles des eaux côtières du Québec
maintenant . Nous recommandons donc qu'il
n'y ait aucune pêche au pétoncle sur les
fonds du Sud-Ouest, de la Chaîne-de-laPasse, du Dix-Milles et de l'Étang-du-Nord,
tant que la biomasse reproductrice ne sera
pas reconstruite . De plus, la pêche devrait
être fermée à partir de la mi-août pour protéger les juvéniles lors de la fixation .
Tableau 2 . Prises par unité d'effort (kg
de muscles par heure de pêche et par
mètre de drague) .
17A 18B 19A
1991 1,07 0,88
1992 1,67 0,92 0,93
1993 1,51 0,96
1994 2,06 2,71 0,74
1995 1,57 0,98 0,73
1996 1,27 1,19 0,71
1997 0,99 1,32 0,94
Gaspésie (Zones 19A, 18B, et 17A)
La Gaspésie regroupe
trois unités
d'exploitation, soit les zones 1 9A, 18B et
17A. En 1997, la zone 19A compte six
permis de pêche . La pêche y est permise de 5
à 19 heures, du lundi au samedi entre le
le1avril et le 15 septembre . Dans la zone
18B, il y a deux permis avec des quotas individuels . Dans la zone 17A, il y a un seul
permis . Il n'y a pas de saison ni horaire de
pêche dans ces deux dernières zones .
ble des fluctuations de l'effort. En 1997, les
débarquements ont augmenté pour atteindre
leur plus haut niveau depuis 1987, soit 21,4 t
de muscles .
Les prises par unité d'effort ont également
connu des variations de faible amplitude durant cette période (Tableau 2) . De 1994 à
1996, les prises par unité d'effort étaient
basses mais relativement stables . En 1997,
les prises par unité d'effort sont revenues au
même niveau que 1992 et 1993 .
Les débarquements de la Gaspésie proviennent surtout de la baie des Chaleurs (zone
19A) et de l'île d'Anticosti (zone 18B)
(Figure 7) . La pêche dans la baie des Chaleurs est o rientée p rincipalement sur le pétoncle gé ant . Par contre, à l'île d'Anticosti et
sur la rive nord de la Gaspésie, c'est le pétoncle d'Islande qui est exploité .
Les structures de taille des pétoncles des
échantillons commerciaux de la zone 19A
indiquent que la taille moyenne des pétoncles qui contribuent à la pêche est nettement
plus faible en 1996 et 1997 (Figure 8) .Cette
tendance est causée par un plus grand effort
de pêche dans la baie des Chaleurs, ce qui
s'est traduit par une exploitation intensive
des gros pétoncles et un redéploiement de
l'effort de pêche sur les cohortes plus jeunes .
D ans la zone 19A, les débarquements ont été
relativement stables depuis 1991 (Figure 7).
L'arrivée occasionnelle de nouveaux pêcheurs (transfert de permis) a été responsa-
50
40
M 19A
0 17A et l8B
L'impact de cette augmentation de l'effort se
fera probablement sentir bientôt puisqu'il
n'y a pas d'indication à l'effet qu'il y ait eu
un fort recrutement depuis les 10 dernières
années. Les prises par unité d'effort risquent
donc de baisser.
10
o
Au nord de la péninsule gaspésienne (zone
17A), les débarquements sont faibles et il y a
une baisse des PUE depuis 1994 (Figure 7 ;
1991 1992 1993 1994 1995 1996 199 7
Figure 7. Débarquements de pétoncles .
7
Région Laurentienn e
Pétoncles des eaux côtières du Québe c
Tableau 2) . Depuis quelques années, la
contribution provenant du sud-ouest de l'île
d'Anticosti (zone 18B) est variable.
L'exploitation de cette zone est récente et la
pêche y est encore en développement . Dans
ces 2 zones, l'indice de prérecrutement et
celui de la mortalité (% claquettes) sont stables . Il y a toutefois une diminution de la
taille des captures depuis 1996 dans 17A et
depuis 1994 dans 18B .
30
1991
p~ . :~ ...~
30
au cours des prochaines années .
L'augmentation de l'effort de pêche observée depuis quelques années risque d'être néfaste pour la population de pétoncles de la
zone 19A . Nous recommandons donc dans
ce cas de ramener les débarquements au niveaux observés entre 1990 et 1994 . De plus,
la pêche devrait être fermée à partir du début
d'août pour protéger les juvéniles lors de la
fixation .
La situation dans les zones 18B et 17A est
moins préoccupante pour l'instant, compte
tenu de la faible pression de pêche dirigée
vers cette ressource .
199 5
o~
-,
'6
Côte-Nord
t~.
1 0
La Côte-Nord est subdivisée en 11 zones de
pêche distinctes qui sont réparties entre
l'embouchure du Saguenay et Blanc-Sablon .
Les débarquements de la Côte-Nord sont
d'environ 180 t de muscles en 1997 . Ils proviennent surtout de la Moyenne Côte-Nord,
puis par ordre d'importance, de la Basse
Côte-Nord et de la Haute Côte-Nord .
ç 30 j 199 3
Û
L
0
30
1994
o
0
20 60 100140180
Taille (mm)
.. . . . . . . . .
20 60 10014018 0
Taille (mm)
Région Laurentienn e
Pétoncles des eaux côtières du Québec
pidement en place des balises à
l'exploitation afin d'éviter une surexploitation locale .
Tableau 3 . Prises par unité d'effort (kg de
muscles par heure de pêche et par mètre de
drague) .
Zones 16Do,16De, 16G, 16E et 18A
16A 16B 16C
1991 4,16 2,78
1992 0,80 2,25 4,34
1993 0,76 1,82 2,94
1994 1,23 2,80 1,89
1995 1,38 7,60
1996 1,00 7,86
1997 5,7 1
Sept pêcheurs ont accès à la zone 16De et
16Do, neuf à 16G et 18A, et quatre à 16E .
Chacune de ces zones, qui correspondent
approximativement à la Moyenne CôteNord, est contingentée et l'effort de pêche y
est régi sur une base journalière et saisonnière . Cette région est la plus productive du
Québec, les débarquements de pétoncles
d'Islande y ayant connu une forte hausse depuis le début des années 1980 .
La découverte d'un nouveau gisement dans
la zone 16C explique la hausse des débarquements et des prises par unité d'effort depuis 1995 . La vente des pétoncles en coquille (vivants) est également responsable en
partie de l'augmentation des rendements,
compte tenu qu'il n'y a pas d'écaillage sur
les navires .
La baisse de l'effort a été importante depuis
1990 . Elle est reliée à la mise en place de
contingents individuels en 1991, la réduction
de saisons de pêche dans toutes les zones et
à la diminution des contingents dans 16D en
1993 . La subdivision de la zone 16D en
16Do et 16De, la baisse des quotas dans
16De et 16G et la hausse des quotas dans
18A en 1996 ont également affecté le niveau
d'effort. Par contre, les changements ont été
mineurs en 1997, car il n'y a eu qu'une légère baisse des quotas dans 16De .
30
% 20
~
U
> Io
Zones 16A, 16B et 16C
Figure 8 . Structures de taille des pétoncles
géants de la zone 19A selon l'échantillonnage commercial .
Les débarquements de ces zones, qui correspondent sensiblement à la Haute Côte-Nord,
sont constitués de pétoncles d'Islande . Cette
pêcherie est exploitée par cinq pêcheurs et
l'effort de pêche y est faible . Ces zones sont
gérées par le contrôle du nombre de permis .
Les fluctuations des prises par unité d'effort
et des débarquements reflètent le patron de
pêche dans les zones 16A, 16B et 16C
(Figure 9 ; Tableau 3) . Il y a peu ou pas de
débarquements officiels dans les zones 16A
et 16B depuis 1995 .
Perspectives
Les fluctuations récentes des débarquements
de pétoncles de la Gaspésie s'expliquent
surtout par l'exploitation ponctuelle du pétoncle d'Islande dans le sud-ouest de l'île
d'Anticosti . Les débarquements de la baie
des Chaleurs sont relativement constants, les
quelques variations étant attribuables à des
changements du patron de pêche et aux
fluctuations d'abondance du recrutement.
L'absence de forts recrutements au cours des
10 dernières années laisse présager que
l'abondance des stocks de pétoncles de la
baie des Chaleurs ne devrait pas s'améliorer
-8
0
1991 1992 1993 1994 1995 1996 199 7
Le volume débarqué a atteint un sommet
historique de près de 300 t de muscles en
1990 (Figure 10) . En 1991, les débarquements ont subi une baisse importante, surtout dans la zone 16De . De 1993 à 1995, les
débarquements des zones 16De, 16G et 16 E
Figure 9 . Débarquements de pétoncles des
zones 16A, 16B et 16C .
Les structures de tailles des échantillons
commerciaux sont caractérisées par des pétoncles d'environ 80 mm de coquille .
Perspectives
Les résultats des explorations réalisées et
l'état actuel de la pêche laissent supposer
que le potentiel des zones 16A, 16B et 16C
est limité. Les zones 16A et 16B sont peu
exploitées depuis plusieurs années . Cependant, on observe une forte augmentation de
l'effort de pêche dans la zone 16C . Dans ce
dernier cas, il serait préférable de mettre ra-
1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997
Figure 10. Débarquements de pétoncles .
-9
Région Laurentienne
Pétoncles des eaux côtières du Québe c
Région Laurentienn e
ont été relativement stables . En 1997, les
débarquements de ce secteur ont atteint environ 143 t de muscles, les plus gros débarquements provenant des zones 16De et 18A .
une diminution de la taille moyenne, d'ouest
(16De) en est (16E), et du nord (16De) au
sud (18A) .
50
Depuis 1994, on observe une baisse continuelle des prises par unité d'effort dans
16De et 16E. En 1997, les prises par unité
d'effort ont augmenté dans les zones 16G
(13 %) et 16Do (45 %), puis diminué dans
18A (28 %) . À l'exception de la zone 16Do
qui est en début d'exploration, les prises par
unité d'effort diminuent d'ouest (16De) en
est (16E) en raison des variations locales de
la productivité (Tableau 4) .
40
~
+ 16De
. . . f•- 16 G
- -0 - 16E
. -A-- 18 A
0
1991 1992 1993 1994 1995 1996 199 7
Figure 11 . Taux de mortalité naturelle des
pétoncles d'Islande selon l'échantillonnage
commercial.
Tableau 4 . Prises par unité d'effort (kg de
muscles par heure de pêche et par mètre de
drague) .
Pétoncles des eaux côtières di ?uébe c
trémité ouest de la zone 15 et des zones 16F
et 16H ont pris une plus grande importance .
biologiques du pétoncle, sa disi rrution
contagieuse et les mortalités massi s ob.ident
servées sur certains sites de pêche
cette espèce très fragile à la surexplo tion .
Pour l'instant, il n'est pas apr -prié
d'augmenter l'effort de pêche sur le pÉ acle
géant de la zone 15 compte tenu des p, -)blèmes de mortalité observés sur la Basse CôteNord .
Les débarquements ont augmenté de 1990 à
1992 et se sont maintenus relativement élevés en 1993 et 1994 grâce aux débarquements de pétoncles d'Islande provenant des
zones 16F et 16H . La baisse des captures
dans la zone 16F en 1994 et 1995 est associée à la baisse des prises par unité d'effort,
(Figure 12 ; Tableau 5) . En 1997, les débarquements ont augmenté dans les zones 16H
et 15 par rapport aux résultats de 1996 . Les
prises par unité d'effort ont aussi augmenté
en 1997 . Il n'y a aucune pêche commerciale
dans 16F depuis 1996 .
Pour en savoir plus :
Giguère, M . et S . Brulotte .1997. État des
stocks de pétoncle des eaux côtières du
Québec . Secrétariat canadien pour
l'évaluation des stocks, Document de
recherche 97/80 .
Perspectives
Actuellement, il est impossible de déterminer précisément la situation de la pêche dans
chacune des unités de gestion, d'autant plus
que les zones 16Do et 16E sont encore peu
explorées . La réduction de l'effort de pêche
depuis l'adoption des contingents individuels
en 1991 et la mise en place de nombreuses
zones ont permis de répartir l'exploitation
sur un plus grand territoire .
16Do 16De 16G 16E 18A
1991 6,51 5,16 3,45 7,00
1992 7,15 6,31 4,16 5,35
1993 6,83 5,76 3,16 4,90
1994 7,84 5,31 3,01 4,74
1995 6,87 4,31 2,63 5,49
1996 1,46 6,26 4,25 1,92 5,94
1997 2,66 5,63 4,90 1,89 4,3 1
Le taux de mortalité (% de claquettes) mesuré à partir de l'échantillonnage commercial a
presque doublé de 1995 à 1996 dans 16D et
16G (Figure 11) . La mortalité naturelle était
passée durant cette période de 20 % à près
de 40 % dans ces deux zones . En 1997, le
taux de mortalité a été inférieur à 24 % et il
a diminué dans la majorité des zones . Les
résultats préliminaires de travaux en cours
semblent indiquer que l'indice utilisé surestimerait la mortalité .
Même si la productivité des gisements de
pétoncles de Moyenne Côte-Nord semble
élevée, il reste que ces gisements sont sensibles à une pêche intensive . Les baisses des
taux de capture en 1997 par rapport aux
données historiques dans les zones 16De,
16G et 18A indiquent d'être très vigilant .
Zones 16H, 16F et 15
Il y a 34 permis émis à l'est de Natashquan
et tous donnent accès aux zones 15 et 16F .
Un pêcheur de la zone 15 et deux de la zone
16E ont également accès à la zone 16H .
Historiquement, les débarquements de ce
secteur étaient en majorité composés de pétoncles géants . Or, depuis 1992, les prises de
pétoncles d'Islande en provenance de l'ex-
En 1997, la taille des pétoncles dans les
échantillons commerciaux dans les zones
16G et 18A est un peu plus petite. Pour les
autres zones, la taille des pétoncles pêchés
est stable . Toutefois, il existe des différences
notables entre les zones qui se traduisent par
Préparé par:
Michel Giguère
Tel: (418) 775-0622
Fax : (418) 775-074 0
Counierélec uu ique : giguemn@dfo-mpo.gc.ca
Publié par le
1991 1992 1993 1994 1995 1996 199 7
Bureau régional des évaluations de stocks;
Ministère des Pèches et des Océans ,
Institut Maurice-Lamontagne ,
C .P .1000, Mont-Joli,
Québec, Canad a
G5H 3Z4
Figure 12 . Débarquements de pétoncles .
Tableau 5 . Prises par unité d'effort (kg de
muscles par heure de pêche et par mètre
de drague) .
5tocksrl@dfo-moo .gc ca
16H 16F 15
1991 5,64 4,51 0,67
1992 4,15 2,91 1,00
1993 2,58 2,75 1,14
1994 3,27 2,20 1,49
1995 2,15 1,40 1,12
1996 2,27 1,09
1997 235 1,4 5
On peut obtenir des copies supplémentaires à
l'adresse ci-dessus .
The English version of this document is availabl e
at the above address.
www.qc.d(o-mpo.gc.ca(imlArAntro .htl p
Perspectives
L'état des connaissances sur le pétoncle de
la Basse Côte-Nord empêche de statuer sur
l'état de la ressource . Les caractéristiques
' + ' Pêches et Oeéans Fisheries end Oceans
Canada canad a
Sciences' Science
-10-11-
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising