Hareng de la côte centrale Information générale Région du Pacifique

Hareng de la côte centrale Information générale Région du Pacifique
Région du Pacifique
Rapport sur l’état des stocks
B6-02 (2002)
Hareng de la côte centrale
Information générale
Le hareng du Pacifique est une espèce pélagique qui
habite les eaux côtières et hauturières du Pacifique
Nord. Dans l’est du Pacifique, on le trouve de la
Californie jusqu’à la mer de Beaufort. Le hareng est
recruté au stock reproducteur surtout entre 2 et
5 ans. Dans cette fourchette d’âges, l’âge au
recrutement tend à augmenter avec la latitude. Le
stock de hareng de la côte centrale (CC) est l’un des
cinq grands stocks de hareng de la C.-B. La pêche
au hareng a débuté dans cette région au début du
siècle dernier, surtout pour utilisation comme
poisson-appât, mais elle n’a pris de l’ampleur qu’avec
l’expansion de la production de hareng salé à sec au
milieu des années 1930 et de sous-produits du
hareng (pêche minotière) pendant les années 1940.
La ressource a connu un déclin lors de l’effondrement
des stocks qui s’est produit au début des années
1960 tout le long de la côte en raison de la surpêche.
On a interdit la pêche minotière en 1967. Le stock
s’est rétabli dans le milieu des années 1970 à la suite
de conditions environnementales favorables et d’un
faible taux d’exploitation. La pêche du hareng rogué
que l’on pratique actuellement a débuté en 1972. Le
taux d’exploitation cible est fixé à 20 % de la
biomasse prévue du stock adulte, lorsque celle-ci
dépasse suffisamment la biomasse minimale du
stock reproducteur (seuil). Les évaluations récentes
indiquent que la biomasse des harengs adultes est
toujours bien supérieure au seuil de 17 600 t et
qu’elle devrait continuer à soutenir une pêche
modeste. Les inquiétudes des dernières années
quant à la baisse de la taille selon l’âge ont été
atténuées par l’arrivée de poissons plus gros en zone
côtière en 2002.
10/15/02
Queen Charlotte Islands = Îles de la Reine Charlotte
Central Coast = Côte centrale
Prince Rupert District = District de Prince Rupert
Résumé
• On gère la pêche en établissant un
quota fixe correspondant à un taux
d’exploitation de 20 % de la
biomasse prévue du stock adulte.
• Pour atteindre les objectifs de
conservation, la stratégie de gestion
respecte aussi un seuil minimum de
biomasse
pour
le
stock
reproducteur. Si la biomasse prévue
est inférieure au seuil de 17 600 t,
on ferme la pêche commerciale pour
permettre au stock de se rétablir.
•
Dans la présente évaluation, nous
avons adopté un modèle révisé des
prises selon l’âge qui, selon nous,
donne la meilleure projection de la
taille du stock.
• Si l’on suppose que le recrutement
de la classe d’âge de 2000 sera
moyen en 2003, on prévoit que la
biomasse du stock adulte atteindra
environ 25 260 t, ce qui donne un
surplus récoltable de 5 050 t.
Région du Pacifique
Hareng de la côte centrale
La pêche
Après cette fermeture, une série de
classes d’âge plus fécondes que la
moyenne a marqué le début des années
1970, ce qui a permis au stock de se
reconstituer
rapidement
et
au
gouvernement de rouvrir la pêche.
Prises annuelles moyennes pour la côte
centrale (kt)
1951-60
22,1
1961-70
20,0
1971-80
7,6
1981-90
5,6
1991-00
8,1
On suppose que tous les harengs qui
frayent dans la baie Kitasu (située dans
la zone statistique 6), dans la zone
statistique 7 et dans la plus grande
partie de la zone 8 appartiennent à un
seul stock qui migre vers la côte
centrale à la fin de l’automne, puis quitte
les eaux côtières après le frai, à la fin de
mars et au début d’avril. Du milieu des
années 1940 jusqu’à la fin des années
1960, on transformait les harengs
pêchés en des produits à faible valeur
ajoutée comme la farine de poisson et
l’huile. Au début des années 1960, les
prises ont augmenté de façon
spectaculaire, mais cette manne
soudaine n’allait pas durer : en 1965, la
surpêche et une succession de faibles
classes d’âge, attribuable à de
mauvaises
conditions
environnementales et à une faible
biomasse de géniteurs, avaient éliminé
la plupart des vieux poissons du stock
reproducteur. Avec pour conséquence
que la pêche commerciale s’est
effondrée en 1967, obligeant le
gouvernement fédéral à interdire
l’activité pour permettre au stock de se
reconstituer.
Pendant la période de fermeture, les
petites pêches traditionnelles du hareng
(à des fins alimentaires et pour le
marché des appâts) se sont poursuivies
à l’échelle locale (Hourston 1980). À
cette époque, on s’intéressait de plus en
plus à la pêche du hareng rogué pour les
marchés du Japon, où les stocks
diminuaient.
Une
petite
pêche
expérimentale du hareng rogué a donc
débuté en 1971, puis a rapidement pris
de l’expansion jusqu’en 1983, année où
l’on décida d’établir des quotas fixes pour
réguler les prises. Une quantité
appréciable de hareng de la côte
centrale sert aussi à produire des œufs
sur varech et à nourrir les Autochtones.
Aujourd’hui, l’objectif de la pêche du
hareng est d’obtenir un produit de haute
qualité moyennant un faible volume, qui
soit rentable et écologiquement durable.
On gère la pêche en établissant un quota
fixe
correspondant
à
un
taux
d’exploitation de 20 % de la biomasse
prévue du stock adulte. Pour atteindre
les objectifs de conservation, la stratégie
de gestion respecte aussi un seuil
minimum de biomasse du stock
reproducteur. Si la biomasse prévue est
inférieure au seuil de 17 600 t, on ferme
la pêche commerciale pour permettre au
stock de se rétablir. En 1979 et en 1980,
on a réagi à la baisse d’effectif en
fermant la pêche sur la côte centrale. Par
la suite, le stock s’est reconstitué pour
atteindre une taille maximale en 1992 et
il soutient des prises annuelles
moyennes de 7 300 t depuis une
décennie. Voici les prises réalisées pour
Prises de hareng sur la côte centrale (kt)
50
45
40
35
30
25
20
15
10
5
0
1950 1955 1960 1965 1970 1975 1980 1985 1990 1995 2000
2
Région du Pacifique
Hareng de la côte centrale
de hareng de la côte centrale a baissé
de 1994 à 1996, puis a augmenté de
1997 à 1998 et a diminué depuis quatre
ans. Si l’on suppose que le recrutement
de la classe d’âge de 2000 sera moyen
en 2003, on prévoit que la biomasse du
stock adulte atteindra environ 25 260 t,
ce qui donne un surplus récoltable de
5 050 t pour un taux d’exploitation cible
de 20 %.
ce stock au cours des cinq dernières
années :
Prises de hareng sur la côte centrale (kt)
1998
8,6
1999
7,5
2000
7,4
2001
6,1
2002
3,3
État de la ressource
Les évaluations des stocks de hareng
sont fondées sur la composition et le
poids moyen selon l’âge calculés à
partir
de
données
provenant
d’échantillons
biologiques,
sur
l’historique des prises ainsi que sur la
répartition et l’intensité de l’activité de
ponte estimées pour la zone statistique
en question (Schweigert 2001). Avant
l’évaluation de 2002, la biomasse du
stock adulte avant la saison de pêche
était prédite par deux modèles : un
modèle des prises selon l’âge et un
modèle d’échappée. Dans la présente
évaluation, nous avons adopté un
modèle révisé des prises selon l’âge
comprenant deux paramètres de
conversion de la ponte (modèle RASM2q) qui, selon nous, donne la meilleure
projection de la taille du stock
(Schweigert 2001).
Biomasse avant la saison de pêche sur la CC (kt)
50
40
30
20
10
0
1950
1960
1970
1980
1990
2000
Année
L’avenir
Comme les facteurs qui influent sur le
recrutement
restent
largement
méconnus, il est difficile de prévoir
comment ce stock évoluera. La hausse
récente de l’abondance est attribuable
au fort recrutement des classes d’âge de
1994 et de 1995. Toutefois, des données
récentes nous portent à croire que
l’abondance des classes d’âge de 1996
à 1998 est faible; on pourrait donc
s’attendre à ce que la diminution
d’effectif du stock se poursuive à court
terme.
Chaque année, le sous-comité de
l’évaluation des stocks de poissons
pélagiques examine les critères de
décision utilisés pour recommander le
total autorisé des captures. Le modèle
RASM-2q indique que la taille du stock
de hareng de la côte centrale a baissé
en 2002, mais qu’elle reste à un bon
niveau. Le recrutement était élevé
durant les années 1950 et au début des
années 1960, mais il était réduit à la fin
des années 1960 et au début des
années 1970. En 1979 et en 1980, on a
fermé la pêche dans la région en raison
des faibles effectifs. La taille du stock
Pour de plus amples
informations
Contactez Jake Schweigert
:
Station biologique du
Pacifique
3
Région du Pacifique
Hareng de la côte centrale
Nanaimo (C.-B.)
V9T 6N7
Ce rapport est disponible auprès du :
Secrétariat du CEESP
Station biologique du Pacifique
Nanaimo (Colombie-Britannique)
V9T 6N7
Tél. : (250) 756-7208
Fax : (250) 756-7209
Courriel : psarc@pac.dfo-mpo.gc.ca
http://www.dfo-mpo.gc.ca/csas
Tél. : (250) 756-7203
Fax : (250) 756-7138
Courriel : schweigertj@pac.dfompo.gc.ca
Références
ISSN 1480-4913
Hourston, A.S. 1980. The decline and
recovery of Canada’s Pacific
herring stocks. Rapp. P.-v. Reun.
Cons. Int. Explor. Mer, 177: 143153.
The English version of this document is
available at the above address.
Schweigert,
J.F.
2001.
Stock
assessments for British Columbia
herring in 2001 and forecasts of
the potential catch in 2002. Can.
Sci. Adv. Secr. Res. Doc.
2001/140: 84p.
Citation correcte pour cette
publication
MPO, 2002. Hareng de la côte centrale.
Rapport de la division scientifique du
MPO sur le état des stocks no B602(2002).
4
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising