MPO - Sciences Région des Maritimes Rapport sur l’état des stocks A3-01(1999) Fisheries

MPO - Sciences Région des Maritimes Rapport sur l’état des stocks A3-01(1999) Fisheries
Fisheries
and Oceans
Pêches
et Océans
Région des Maritimes
MPO - Sciences
Rapport sur l’état des stocks A3-01(1999)
4R
4S
4T
3Pn
4Vn 3Ps
Morue du sud du Golfe du
Saint-Laurent
4X
Renseignements de base
La morue du sud du golfe du Saint-Laurent est un poisson d’une
assez grande longévité, qui peut vivre jusqu’à 20 ans et plus
lorsque la mortalité est faible. Dès l’âge 4, elle commence à
atteindre la taille commerciale et elle est pleinement recrutée à la
pêche commerciale à l’âge 7. Cette morue arrive à la maturité
sexuelle un peu avant d’atteindre la taille commerciale de 41 cm
(aux âges 4-5).
La morue du sud du Golfe est très migratrice. Elle fraye dans la
vallée de Shédiac et alentour des Îles-de-la-Madeleine de la fin
avril au début juillet. L’été, alors qu’elle se nourrit avidement de
krill, de crevettes et de petits poissons - essentiellement de hareng,
de plie canadienne et de capelan - elle est distribuée sur une vaste
étendue. La migration d’automne commence à la fin d’octobre; en
novembre, la morue se concentre au large de l’ouest du CapBreton en se déplaçant vers 4Vn. Le stock passe l’hiver dans 4Vn
et dans le nord de 4Vs, le long du bord du chenal Laurentien. La
migration de retour commence à la mi-avril, quoique certaines
années (1991-1992) elle ait eu lieu ultérieurement en raison de la
rupture tardive des glaces. L’unité de gestion du stock vise toutes
les prises dans 4T, les prises dans 4Vn de novembre à avril.
Certaines années, les prises de janvier à avril dans 4Vs sont aussi
attribuées à ce stock. Au cours des dernières années, on a fermé la
pêche hivernale dans 4Vsb pour éviter les captures de la morue du
sud du Golfe.
La morue du sud du Golfe est exploitée depuis au moins le
XVIe siècle. Les débarquements annuels oscillaient entre 20 000 et
40 000 t de 1917 à 1940, puis ont commencé à augmenter, pour
culminer à plus de 100 000 t en 1958. La pêche a d’abord été
pratiquée à la ligne et à l’hameçon, jusqu’à la fin des années
1940, époque où on a levé l’interdiction d’utiliser des chaluts à
panneaux. Les débarquements sont restés relativement élevés dans
les années 1960 et au début des années 1970, se situant alentour
de 60 000 t. Les premiers TAC ont été adoptés en 1974 et sont
devenus plus restrictifs avec le déclin du stock, au milieu des
années 1970. Le stock s’est quelque peu rétabli et les
débarquements ont à nouveau été de l’ordre de 60 000 t dans les
années 1980. Pendant cette période, l’utilisation des engins fixes
a considérablement diminué et la pêche a été pratiquée
essentiellement aux engins mobiles jusqu’à ce qu’elle soit fermée,
en septembre 1993, à cause de la faible abondance de la
ressource.
Mars 1999
4W
4Vs
Sommaire
•
La fermeture de la pêche de la morue dans le
sud du Golfe du Saint-Laurent, en 1993, a mis
fin au déclin rapide de l’abondance et de la
biomasse du stock. Depuis la fermeture, en
1993, le stock est resté bas.
•
Le recrutement du début des années 1990 a été
bien inférieur à la moyenne historique.
Toutefois, selon certains signes, il s’améliore
actuellement. La classe d’âge de 1996 se situe
à peu près dans la moyenne.
•
Les estimations de mortalité totale réalisées
d’après les relevés de recherche et les relevés
sentinelles révèlent que le taux de mortalité
naturelle dans ce stock reste supérieur à la
valeur historique estimée de 0,2. On estime
qu’il est de l’ordre de 0,4 à 0,5.
•
Les projections concernant le stock permettent
d’escompter une amélioration de 5 à 6 % dans
la biomasse du stock reproducteur en 1999 s’il
n’y a pas de pêche.
•
La biomasse du stock reproducteur pourrait
augmenter de 10 % en 2001 si la classe d’âge
de 1996 continue de se situer alentour de la
moyenne et si les prises de 1999 et de 2000 se
situent au niveau de 1998.
Région des Maritimes
Morue du Sud du Golfe du Saint-Laurent
Débarquements (t)
La pêche
120000
La pêche de la morue dans le sud du Golfe
est restée fermée en 1998, mais on a autorisé
une allocation de 3 000 t pour les prises
accidentelles, pour les relevés sentinelles, et
pour la pêche indicatrice.
Des prises
accessoires de morue ont été capturées dans
la pêche sélective d’autres espèces, en
particulier des poissons plats. Ces pêches
étaient fermées dès que le poids des prises
accessoires de morue atteignait soit 20 %
pour ce qui est de la pêche de la plie rouge et
de la grise, soit 25 % pour ce qui est de la
pêche de la plie canadienne. Une pêche
récréative à la ligne et à l’hameçon a été
autorisée, mais la limite de prises, qui était de
dix poissons en 1997, a été ramenée à cinq.
Des captures de 629 t de morue sont
attribuables aux relevés sentinelles, réalisés
dans le cadre d’un protocole scientifique
visant à recueillir des indices supplémentaires
de l’abondance du stock. Quant aux prises
de la pêche indicatrice, elles se sont chiffrées
à 1 221 t, tandis que les prises accidentelles
et les prises de la pêche récréative
s’établissaient à environ 738 t.
100000
80000
60000
40000
20000
0
1915 1925 1935 1945 1955 1965 1975 1985 1995
Pour la première fois en 1998, on a pratiqué
une pêche indicatrice, destinée à réunir des
renseignements sur l’état des stocks. Il
s’agissait d’une pêche aux engins fixes en
août et septembre et aux engins mobiles
entre la fin juillet et décembre.
Répartition des prises de la pêche indicatrice aux
engins mobiles
49°
49°
Mobile gears
Engins mobiles
48°
48°
1
47°
47°
3
10
25
Débarquements (milliers de tonnes)
1980-89
1990-94
1995
75+
1996
1997
1998
46°
46°
0
Année
Moy.
Moy.
Débarq.
61
26
1
1
2
3
TAC
59
31
0
0
0
0
Catch (t) - Prises (t)
45°
67°
66°
65°
64°
63°
62°
61°
45°
60°
La pêche indicatrice aux engins fixes a eu
lieu près des côtes dans la plupart des zones
et s’est soldée par des prises d’environ 320 t.
Les débarquements totaux déclarés étaient
de 2 588 t en 1998. Ils étaient supérieurs à
ceux de 1997 (1 726 t). En 1995, les
débarquements avaient atteint leur plus bas
niveau depuis 1917.
Les morues des âges 6 et 7 représentaient les
groupes d’âge les plus importants dans les
débarquements de 1998, mais les morues de
8 à 10 ans étaient également bien
représentées. Les poids selon l’âge dans le
relevé par navire scientifique ont à nouveau
légèrement augmenté, mais ils demeurent
faibles par rapport à ce qu’ils étaient avant
2
Région des Maritimes
Morue du Sud du Golfe du Saint-Laurent
les années 1980. Les poids selon l’âge dans
la pêche ont diminué légèrement en raison
d’une plus forte proportion de prises aux
engins mobiles en 1998.
la région est du sud du Golfe et ceux qui
exercent leur activité près du banc de Miscou
estimaient en général que l’état du stock était
meilleur que les pêcheurs des autres zones.
Sur les 18 participants à la pêche sentinelle
qui ont été interviewés au téléphone,
11 estimaient que le stock était à un niveau
inférieur à ce qu’il a été au cours des années
durant lesquelles ils ont pratiqué la pêche.
Toutefois, dans le même sondage, 29
pêcheurs sur les 42 qui ont pratiqué la pêche
indicatrice ou une pêche accessoire étaient
d’avis que l’état du stock était le même ou
était meilleur que par le passé. Cette
différence d’opinion était reflétée dans tout
le sud du Golfe.
Poids (kg)
Fis hery - A ge 6 / Pêche - Â ge 6
RV - A ge 6 / Relevé - Â g e 6
2.5
2
1.5
1
0.5
0
1960
1965
1970
1975
1980
1985
1990
1995
2000
Il semble que la variation des taux de
croissance du stock soit due à une
combinaison de facteurs, dont la mortalité par
pêche sélective selon la taille, la densité de la
population et la température. Les effets de la
mortalité sélective selon la taille se produisent
lorsque les poissons de croissance rapide et de
croissance lente sont prélevés en proportions
inégales par la pêche. Ces effets ne sont plus
apparents depuis la fermeture de la pêche en
1993.
Le relevé annuel sur le poisson de fond a
lieu en septembre de chaque année
depuis 1971. Les résultats du relevé de 1998
révèlent que le stock continue de connaître
une faible abondance.
Quoique l’abondance totale (nombre moyen
par trait) de la population demeure
inchangée, l’abondance des morues des âges
2 et 3 était supérieure d’environ 30 % à celle
des deux années précédentes de relevé.
État de la ressource
Le poids moyen par trait dans le relevé
indique que la biomasse du stock est faible et
demeurée stable au cours des quelques
dernières années.
L’information utilisée dans la présente
évaluation comprenait les données sur les
débarquements de 1917 à 1998, les données
de relevés par navire scientifique réalisés de
1971 à 1998, les données des relevés
sentinelles réalisés de 1994 à 1998, les
données sur les taux de prises aux chaluts à
panneaux de 1982 à 1993 et les statistiques
de prises commerciales selon l’âge de 1971 à
1998.
On a sollicité l’opinion des pêcheurs sur
l’état de la ressource lors de diverses
réunions et d’un sondage téléphonique
auprès des pêcheurs actifs en 1998. Durant
les réunions susmentionnées, les pêcheurs de
3
Région des Maritimes
Morue du Sud du Golfe du Saint-Laurent
Indice des relevés (tous âges confondus)
Le programme de relevés sentinelles s’est
poursuivi en 1998.
Trente-six navires
pêchant aux engins fixes et aux engins
mobiles dans divers secteurs du sud du Golfe
ont participé au suivi de l’abondance de la
morue. Les taux de prises des palangriers ont
diminué entre 1997 et 1998. Toutefois, les
taux de prises des relevés sentinelles aux
engins mobiles ont en général augmenté par
rapport à ceux de 1997.
# per to w / n os par trait
350
kg per to w / kg par trait
300
250
200
150
100
50
0
1970
1975
1980
1985
1990
1995
2000
Indices des taux de prises des relevés sentinelles
Les taux de capture du relevé de 1998
étaient plus élevés dans les eaux proches des
côtes et peu profondes, une distribution
caractéristique observée en périodes de faible
abondance.
Longlines / Palangres
k g /1 0 0 0 c r o c s
150
100
50
0
Distribution des morues d’âge 5 dans le relevé de
1998
1995
1996
1997
1998
199 7
199 8
100
k g/he ure
Trawl - C halut
50
0
199 5
250
199 6
Trawl (lined) - C halut (doublure)
k g /h e u r e
200
150
100
50
La proportion de la biomasse totale présente
dans la partie est du sud du Golfe a
augmenté à nouveau en 1998.
0
1995
1997
1998
250
200
k g /t r a it
Pourcentage de la biomasse dans la région est du 4T
50
45
40
35
30
25
20
15
10
5
0
1970
1996
Seines - Sennes
150
100
50
0
1995
k g /t r a it
700
600
1996
1997
1998
Seines (lined) - Sennes (doublure)
500
400
300
200
100
0
1995
1975
1980
1985
1990
1995
2000
4
1996
1997
1998
Région des Maritimes
Morue du Sud du Golfe du Saint-Laurent
Les taux de prises des relevés sentinelles
étaient plus élevés au large du nord-est du
Nouveau-Brunswick (vallée de Shédiac) et
près de l’île-du-Prince-Édouard.
Golfe ne nous permet pas de quantifier les
effets de ces prédateurs sur la morue. Les
estimations provisoires de la consommation
annuelle combinée de morues par le phoque
gris et le phoque du Groenland est de l’ordre
de 7 000 à 15 000 tonnes.
On surveille la condition de la morue (la
rondeur) depuis septembre 1991. En 1998, la
condition de la morue a légèrement diminué
par rapport à 1997, mais elle restait proche
des niveaux des années antérieures.
La biomasse du stock reproducteur était
relativement élevée dans les années 1950,
mais elle a diminué dans les années 1960
pour atteindre un minimum au milieu des
années 1970. On a enregistré une forte
augmentation
de
la
biomasse
de
reproducteurs avec le recrutement des fortes
classes d’âge nées en 1974-1975 et en 19791980.
L’évaluation précédente dénotait une hausse
de la mortalité naturelle (M) de ce stock de
morue. On a mis à jour les estimations de M
calculées précédemment et les nouveaux
résultats continuent de refléter des valeurs de
l’ordre de 0,4 à 0,5, soit plus du double des
hypothèses traditionnelles. Cela est confirmé
par d’autres analyses; les données des relevés
sentinelles dénotent dernièrement une forte
valeur M. De plus, une analyse séquentielle
de population où l’on estime M produit
également des estimations élevées de cette
valeur dernièrement. On a donc intégré au
modèle d’évaluation une augmentation de M
de 0,2 à 0,4 à compter de 1986 pour tous les
groupes d’âge.
La biomasse de reproducteurs était
relativement élevée du début au milieu des
années 1980, mais elle a ensuite chuté
rapidement, pour atteindre un minimum en
1993. Après la fermeture de la pêche, le
déclin de la biomasse a cessé et cette
dernière est demeurée stable depuis.
Biomasse de reproducteurs (000 t)
450
400
350
300
Si la valeur M demeure élevée, certaines
analyses préliminaires donnent à croire
qu’elle a peut-être commencé à diminuer
dans les âges les plus bas. Cependant, de
plus amples études et de nouvelles données
sont nécessaires pour déterminer si c’est
effectivement le cas.
250
200
150
100
50
0
1950 1955 1960 1965 1970 1975 1980 1985 1990 1995 2000
On ne connaît pas les causes exactes des
fortes estimations récentes de M, mais y
figureraient toutes les sources de mortalité
non prises en compte, comme les piètres
conditions environnementales, la prédation
par les phoques, les prises non déclarées et
les changements dans les caractéristiques du
cycle biologique.
La tendance de l’abondance totale ressemble
à celle de la biomasse de reproducteurs, si ce
n’est que les hauteurs relatives des crêtes des
années 1950 et 1980 sont inversées. La
biomasse de reproducteurs était plus faible
dans les années 1980 que dans les années
1950, en raison des plus bas poids selon l’âge.
L’augmentation de l’abondance de la
population observée en 1999 est due
largement à la classe d’âge de 1996, qui ne
L’absence de renseignements exhaustifs sur
le régime alimentaire des phoques du sud du
5
Région des Maritimes
Morue du Sud du Golfe du Saint-Laurent
contribue pas encore de manière importante à
la biomasse de reproducteurs.
Le taux d’exploitation a augmenté du début
des années 1950 au milieu des années 1970,
enregistrant une forte pointe en 1959. Il a
diminué en 1977 et en 1978 par suite de
l’extension de la zone de compétence en
matière de pêches. Par la suite, il a augmenté à
nouveau pour se situer en moyenne alentour de
40 % jusqu’en 1988. En 1992, ce taux est
monté en flèche à 60 %. L’effort de pêche a
été réduit notablement en 1993 par la clôture
de la pêche. Ces dernières années, le taux
d’exploitation a oscillé entre 2 et 3 %.
Abondance aux âges 3+ (millions)
900
800
700
A ge 3
600
A ge 3+
500
400
300
200
100
0
1950 1955 1960 1965 1970 1975 1980 1985 1990 1995 2000
Taux d’exploitation (Âges 7+)
70%
Le recrutement des classes d’âge produites à
la fin des années 1980 et au début des années
1990 semble très inférieur à la moyenne.
60%
50%
40%
On estime que la classe d’âge de 1994 est la
plus basse observée dans le stock. Toutefois,
il semble y avoir une amélioration du
recrutement. La classe d’âge de 1995,
quoique relativement basse, est la plus forte
des cinq classes d’âge précédentes et celle de
1996 est, selon les estimations, proche de la
moyenne. Il semble que le stock produisait
un plus grand nombre de recrues par unité de
stock au cours des années 1970 et au début
des années 1980.
30%
20%
10%
0%
1950 1955 1960 1965 1970 1975 1980 1985 1990 1995 2000
Sources d’incertitude
La principale source d’incertitude dans
l’évaluation réside dans l’estimation de la
classe d’âge de 1996. Les analyses, à
l’exclusion des indices d’abondance des
relevés de la pêche indicatrice aux âges 2 à 4,
aboutissent à une estimation moins précise,
mais beaucoup plus basse de l’abondance de
cette classe d’âge. Toutefois, il convient de
noter que la classe d’âge de 1996 ne
contribuera pas de manière importante à la
biomasse de reproducteurs avant 2001. Il
subsiste une incertitude quant au taux de
mortalité naturelle et à sa dynamique.
Précisons, également, que l’estimation de la
biomasse de reproducteurs avant la fin des
années 1970 est fondée sur des observations
récentes de maturité, et peut être une
surestimation.
Recrues (000)
350
80
300
250
79
81-83
200
75
74
84
150
78
96
100
50
55
93
50
94
0
0
100
200
300
400
Sp awn in g bio m ass ('0 0 0 t ) - Bio m asse r ep r o duct rice ( '0 0 0 t )
6
Morue du Sud du Golfe du Saint-Laurent
Exploitation rate
Taux d'exploitation
La distribution de la morue, d’après les
relevés par navire scientifique et les relevés
sentinelles, suscite des divergences d’opinion
parmi les divers groupes de pêcheurs, selon
le lieu où se trouvent ces derniers. Les
pêcheurs du Cap-Breton et de l’Île-duPrince-Édouard ainsi que ceux qui
participaient à la pêche près du banc de
Miscou (nord-est du Nouveau-Brunswick)
tendent à considérer que l’état du stock s’est
amélioré. Les pêcheurs des autres régions
paraissent plus pessimistes. Les résultats du
relevé de septembre par navire scientifique et
ceux des relevés sentinelles donnent raison
aux uns et aux autres. Ces relevés révèlent
que la morue se trouvait plus près des côtes
ces dernières années, qu’elle est rarement
présente dans la partie centrale de la zone de
relevé, contrairement à ce qui se passait au
début des années 1990, et que l’abondance
relative de la morue dans l’est de 4T a
augmenté.
0.3
10
0.25
5
0.2
0
0.15
-5
0.1
-10
0.05
0
C hange in Biomass
C hangement de la biomasse
Région des Maritimes
-15
0
5000
10000
15000
20000
C atch 1999 (t) - Prises en 1999 (t)
La biomasse de reproducteurs augmenterait
d’environ 5 à 6% en l’absence de prises en
1999. Si les prises étaient de 6 000 t en
1999, il n’y aurait pas d’augmentation de la
biomasse de reproducteurs. Ces projections
sont fondées sur les meilleures appréciations
ponctuelles de l’effectif du stock dont on
disposait. Il est possible également d’estimer
les incertitudes relatives à cet estimé, pour
les utiliser dans des analyses de risque. Les
analyses de risque envisagées étaient les
suivantes : a) la probabilité que la biomasse
de reproducteurs de 2000 soit inférieure à la
biomasse de 1999, b) la probabilité que la
biomasse de reproducteurs de 2000
augmente de moins de 5 % et, c) la
probabilité que la biomasse de reproducteurs
de 2000 augmente de moins de 10 %.
Perspectives
La productivité du stock a été basse
récemment, en raison du piètre recrutement,
de la faible croissance et de la haute
mortalité naturelle. La situation semble
s’améliorer lentement pour ce qui est de la
croissance, et les nouvelles classes d’âge
semblent plus grandes.
Il y a 90 % de probabilité que la biomasse de
reproducteurs n’augmente pas de 10 % en
1999 en l’absence de prises. La probabilité
de diminution de la biomasse de
reproducteurs si les débarquements de 1999
étaient les mêmes qu’en 1998 (2 588 t) est
d’environ 13 %.
On trouvera ici les résultats de projections
de prises pour divers niveaux d’exploitation
en 1999. Pour toutes ces prises en 1999, on
détermine le taux d’exploitation connexe en
suivant la ligne noire en pointillé et en se
reportant à l’axe vertical de gauche.
On détermine le pourcentage de changement
dans la biomasse de reproducteurs en suivant
la ligne continue et en se reportant à l’axe
vertical de droite.
7
Région des Maritimes
Morue du Sud du Golfe du Saint-Laurent
Pour obtenir de
renseignements,
100%
90%
Pro bab ility - Pro ba bilité
80%
plus
amples
70%
60%
communiquer
avec :
50%
40%
30%
20%
10%
0%
0
2000
4000
6000
8000
10000 12000
14000
1999 Catch (t) - Pris es en 1999 (t)
16000
18000
20000
Spawning biomass increase from 1999 to 2000 <10%
Augmentation de la biomasse reprod. de 1999 à 2000 <10%
Spawning biomass increase from 1999 to 2000 <5%
Augmentation de la biomasse reprod. de 1999 à 2000 <5%
Spawning biomass in 2000 < Spawning biomass in 1999
Biomasse reprod. 2000 < Biomasse reprod. 1999
Ghislain Chouinard
Min. des Pêches et des
Océans
Direction des sciences,
Région des Maritimes
C. P. 5030
Moncton (N.-B.)
E1C 9B6
Tél. : 506-851-6220
Fax : 506-851-2620
Courriel :
Ces analyses de risque tiennent compte des
incertitudes concernant les estimations de
population, mais non de celles qui sont
associées à la mortalité naturelle, au poids
selon l’âge et au recrutement partiel. Elles
servent toutefois à guider le processus
décisionnel.
chouinardg@mar.dfo-mpo.gc.ca
Références
Chouinard, G.A., and A. Fréchet. 1994.
Fluctuations in the cod stocks of the Gulf
of St. Lawrence. Symp. sur les sciences
de la mer du CIEM 198: 121-139.
Les perspectives à moyen terme (3 ans)
dépendent de l’estimation de la classe d’âge
de 1996 et des tendances de la mortalité
naturelle. Si la classe d’âge de 1996 n’est pas
aussi importante que prévue, l’augmentation
de la biomasse de reproducteurs serait faible
aux niveaux de prises observés ces dernières
années. Dans le cas contraire, on pourrait
compter sur un accroissement de 10 % de la
biomasse d’ici 2001.
Chouinard, G.A., A. F. Sinclair, L. Currie,
G.A. Poirier and D.P. Swain 1999.
Assessment of the southern Gulf of St.
Lawrence cod stock, March 1999. SCES,
doc. de rech. 99/23.
Chouinard, G.A., B. Parent and D. Daigle
1999. Results of the sentinel surveys
conducted in the southern Gulf of St.
Lawrence in 1994-1998. SCES, doc. de
rech. 99/24.
Chouinard, G.A., G.A. Poirier, D.P. Swain,
T. Hurlbut and R. Morin.
1998.
Preliminary results from the September
1998 groundfish survey in the southern
Gulf of St. Lawrence / Résultats
préliminaires du relevé de septembre 1998
sur les poissons de fond dans le sud du
Golfe du St. Laurent. SCES, doc. de rech.
98/142: 42 p.
8
Région des Maritimes
Morue du Sud du Golfe du Saint-Laurent
Swain, D.P., and G.A. Poirier. 1997.
Distributions of Atlantic cod and
American plaice during the September
1996 survey of the southern Gulf of St.
Lawrence and their relation to historical
patterns. Secrétariat canadien pour
l’évaluation des stocks, doc. de rech.
97/66.
On peut se procurer des exemplaires du
rapport à l’adresse suivante :
Processus consultatif régional des Maritimes
Ministère des Pêches et des Océans
C.P. 1006, succursale B203
Dartmouth (Nouvelle-Écosse)
CANADA B2Y 4A2
Téléphone : 902-426-7070
C. élec : myrav@mar.dfo-mpo.gc.ca
Adresse Internet: http://www.dfo-mpo.gc.ca/csas
ISSN : 1480-4921
English version is available on request at the
above address.
La présente publication doit être citée
comme suit :
MPO, 1999. Morue du sud du Golfe du
Saint-Laurent. MPO - Sciences,
Rapport sur l’état des stocks A301(1999).
9
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising