Morue du sud du plateau néo-écossais et de la baie de Fundy Sommaire

Morue du sud du plateau néo-écossais et de la baie de Fundy Sommaire
Fisheries
Pêches
and Oceans et Océans
Région des Maritimes
MPO - Sciences
Rapport sur l’état des stock A3-05(1998)
5Yb 4Xr
Morue du sud du plateau
néo-écossais et de la baie de
Fundy
4Xq
4Xp
No
uv
ell
e
-É
co
s
se
4Xs
4Xm
4Xo
4Xn
Renseignements de base
La morue de l’Atlantique est un poisson de fond présent
des deux côtés de l’Atlantique Nord. Dans les eaux
canadiennes de l’Atlantique, on la trouve depuis le nord
du banc Georges jusqu’au nord du Labrador, en
plusieurs concentrations, dont celles du sud du plateau
néo-écossais et de la baie de Fundy (division 4X de
l’OPANO).
La morue juvénile de la division 4X se nourrit d’une
grande variété d’invertébrés, ajoutant au fur et à mesure
de sa croissance des poissons à son alimentation. Elle
effectue des migrations saisonnières de frai. La division
4X compte plusieurs frayères, dont la plus grande se
trouve en hiver sur le banc de Brown. Le taux de
croissance de la morue de la division 4X varie, et il est
plus élevé dans la baie de Fundy. La morue de cette
division atteint en moyenne une taille de 53 cm
(21 pouces) à l’âge 3, de 72 cm (29 pouces) à l’âge 5 et
de 110 cm (43 pouces) à l’âge 10. En général, elle se
reproduit pour la première fois à 3 ans. La femelle pond
plusieurs lots d’oeufs pendant une même période de
ponte.
La morue de 4X alimente une pêche commerciale depuis
le XVIIIe siècle, pêche qui était essentiellement côtière
jusque vers 1960. Après l’extension de la juridiction des
États côtiers à 200 milles, en 1977, le Canada a été le
seul à débarquer des quantités notables de morue en
provenance de cette division. On a imposé un maillage et
une grosseur d’hameçon minimaux pour réduire les
prises de morue juvénile. La pêche sur les frayères du
banc de Brown est fermée du 1er février au 15 juin. Les
avis scientifiques sont fondés sur un taux cible de prises
d’environ 16 % de la population et sur le maintien d’une
importante biomasse de reproducteurs pour augmenter
la probabilité d’un bon recrutement.
Novembre 1998
Sommaire
•
•
•
•
•
•
•
•
Les débarquements ont diminué dans les
années 1990 et ceux de 1998 seront
vraisemblablement les plus faibles jamais
enregistrés.
La hausse de la biomasse depuis 1993 est
due surtout au recrutement et à la croissance
de la classe d’âge de 1992.
Le recrutement est inférieur à la moyenne
depuis 1992. La classe d’âge de 1996,
quoique inférieure à la moyenne, semble plus
forte que les trois qui l’ont précédée.
Il existe une incertitude considérable dans les
estimations de l’abondance récente du stock
et des niveaux d’exploitation.
Après avoir culminé à 60 % en 1992, le taux
d’exploitation a diminué; on estime qu’il se
situe entre 22 % et 29 % en 1998.
La biomasse du stock de reproducteurs, qui
était à son minimum en 1994, a augmenté et
se situe maintenant entre 20 000 et 36 000 t.
Il se peut qu’elle se trouve encore à un
niveau associé au piètre recrutement constant
de ces dernières années.
Les projections de rendement à F0,1 pour
1999 se chiffrent entre 4 400 t et 7 500 t.
Dans la fourchette d’estimations de l’effectif
du stock, la biomasse de reproducteurs
devrait augmenter de 7 000 t en 2000 aux
niveaux de rendement F0,1.
Région des Maritimes
Morue de 4X
débarquements en provenance de 4X se sont
déplacés vers l’ouest, les flottilles de pêche au
filet maillant et les chalutiers à panneaux
concentrant davantage leurs efforts dans
4Xqrs.
La pêche
Débarquements (en milliers de tonnes)
Année 1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
9,3
TAC
26
16
13
9
11
13
Total
26
16
13
9
11
11,5
Le quota de 1998 est de 9 300 t, dont 6 400
étaient débarquées au 1er octobre. La pêche
côtière n’a pas été bonne en 1998. Les ligneurs,
en particulier, ont été incapables de capturer
leur quota, ceux du Digby Neck et de l’est de
la Nouvelle-Écosse débarquant moins de 25 %
de celui-ci. La pêche a été meilleure au large, et
les groupes de bateaux aptes à pêcher dans ces
eaux captureront vraisemblablement la plupart
de leur quota.
40
35
30
Débarquements
000 t
TAC
25
20
15
10
5
L’effort de pêche de toutes les flottilles
d’engins, qui avait culminé en 1991 ou 1992, a
chuté. Depuis 1995, il semble que l’effort ait
augmenté dans certaines flottilles seulement,
mais il reste beaucoup plus faible qu’au début
des années 1990.
0
1948 1953 1958 1963 1968 1973 1978 1983 1988 1993 1998
Les débarquements ont augmenté au cours
des années 1960, passant de 14 000 t à
36 000 t au fur et à mesure de l’arrivée des
gros chalutiers de pêche hauturière. Les baisses
récentes
des
débarquements
reflètent
l’évolution du total autorisé des captures
(TAC), qui est passé de 26 000 t en 1992 à
9 000 t en 1995. Le TAC a été porté à 13 000 t
en 1997; on avait prévu que ce niveau de
récolte entraînerait 50 % de risque de
diminution de la biomasse des âges 4+. Une
partie du quota, soit 1 500 t, n’a pas été
capturée, en raison d’un déficit dans les
débarquements de divers groupes de bateaux
de pêche aux engins fixes.
120000
Effort (h) de pêche au chalut à panneaux (c.t. 1-3)
morue, aiglefin et goberge (MAG)
100000
80000
project. de 1998
fondées sur 2/3 des
niveaux du MAG
débarques au 9 sept.
5Y
4Xs
60000
4Xr
40000
4Xq
20000
4Xp
4Xo
0
1991
4Xn
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
En 1997 et dans la première moitié de 1998, les
débarquements ont été répartis également entre
les classes d’âge de 1992 à 1994. La
contribution de la classe d’âge de 1992 a été
supérieure à la moyenne pour son âge, mais
cette classe n’a pas dominé la pêche comme on
l’avait prévu. Les poissons des classes d’âge
plus vieilles, soient ceux des âges 6+ et 7+ en
1998, ont été beaucoup moins présents
qu’on le prévoyait parmi les prises. Les
La pêche a lieu toute l’année, les prises
culminant en juin et en juillet. Elle est pratiquée
surtout par des ligneurs des catégories de
tonnage 1 et 2 (45 % des débarquements), et
par des chalutiers à panneaux des catégories de
tonnage 2 et 3 (37 % des débarquements), ainsi
que par des bateaux de pêche au filet maillant
et de gros bateaux de pêche au chalut à
panneaux. Ces dernières années, les
2
Région des Maritimes
Morue de 4X
poissons de plus de cinq ans ont
constamment représenté une proportion des
débarquements plus faible que celle qu’on
avait projetée ces dernières années, ce qui
peut révéler une surestimation de
l’abondance de ces âges.
40
30
Biomasse (000 t) selon le relevé de la flottille QIT
Âge 3
Âge 4+
20
10
État de la ressource
0
1995
L’évaluation de l’état du stock est fondée sur
une analyse des statistiques des débarquements
de la pêche commerciale, de la composition
selon la taille et selon l’âge des prises
commerciales échantillonnées, et des tendances
de l’abondance dans le relevé par navire
scientifique de juillet et le relevé de la flottille
qui pêche selon des QIT.
Âge 4+
Âge 3
1980
1985
1990
1998
Pour ce qui est des zones de chevauchement, la
distribution géographique des prises de morue
dans le relevé par la flottille pêchant selon des
QIT était comparable à celle du relevé par
navire scientifique; les plus fortes prises
provenaient de la baie de Fundy, tandis que les
prises de morue étaient généralement faibles
dans les eaux profondes du chenal Fundian et
du golfe du Maine ainsi que sur une bonne
partie de la zone couverte sur le plateau néoécossais. Les prises capturées sur ce dernier et
dans les eaux côtières (moins de 50 brasses le
long du sud-ouest de la Nouvelle-Écosse; zone
Biomasse (000 t) selon le relevé par navire scientifique
1975
1997
Un relevé par la flottille pêchant selon des
QIT est effectué dans 4X depuis 1995. On a
découpé la division 4X en environ
200 quadrilatères d’une superficie de 100 nm2,
et on a choisi des stations d’échantillonnage
annuel fixes dans certains de ces quadrilatères.
À l’heure actuelle, 187 stations font l’objet
d’un échantillonnage et 122 d’entre elles sont
communes aux relevés sur quatre ans. La
présente analyse est fondée sur ce sousensemble de 122 stations, le relevé ayant été
effectué par trois navires qui utilisaient des
chalutiers-ballons de type « rockhopper». Bien
que les prises de grands poissons sont
comparables à celles du relevé par navire
scientifique, les prises de poissons de taille
inférieure à 45 cm sont plus abondantes dans le
relevé de la flottille de QIT. Le recrutement de
ces poissons à la pêche est plus important en
raison des engins « rockhopper», qui laissent
aux poissons peu de place sous la ralingue
inférieure pour s’échapper. Ce relevé sera sans
doute utile comme indice de recrutement.
Le relevé par navire scientifique effectué en
1997 révèle que la biomasse (corrigée en
fonction des différences dans la capturabilité
des navires scientifiques avant et après 1983)
des morues des âges 4 et plus combinés a
augmenté depuis 1993; elle se situait à peu près
autour de la moyenne en 1997 et 1998, en
raison des prises élevées parmi la forte classe
d’âge de 1992. Les estimations de la biomasse
tirées du relevé pour l’âge 3 (classe d’âge de
1995) sont parmi les plus basses de la série. La
classe d’âge de 1996 (âge 2) semble inférieure
à la moyenne d’après le relevé par navire
scientifique, mais meilleure que les trois classes
qui l’ont précédée. La longueur selon l’âge est
restée assez constante dans toute la série
chronologique.
110
100
90
80
70
60
50
40
30
20
10
0
1970
1996
1995
3
Région des Maritimes
Morue de 4X
Effectif des classes d’âge (millions à l’âge 1)
non couverte dans le relevé par navire
scientifique) ont été faibles en 1998 et
comportaient très peu de poissons de taille
commerciale. C’est seulement en 1995 que les
poissons de plus de 45 cm ont représenté une
proportion importante des prises de ce relevé
dans les eaux côtières. Les résultats du relevé
révèlent peu de changement dans la biomasse
de morue depuis 1997.
30
87
25
85
80
92
20
86
83
90
15
8281
89
91
96
93
10
84
88
94
95
Gamme des estimations de la biomasse
de reproducteurs de 1999
5
0
0
70
10
20
30
40
50
60
+
Riomasse des poissons
des âges 4+
60
Biomasse (000 t) des poissons des âges 4+
Dans la division 4X, les morues frayent à
l’automne (octobre-novembre) et au printemps
(février-mai), et cette activité couvre une
grande étendue géographique. À l’automne,
elles frayent le long de la côte depuis Halifax
jusque dans la baie de Fundy. Jusqu’en 1984
environ, les morues rassemblées au large du
port de Halifax et dans la baie St. Margaret
faisaient l’objet d’une importante pêche
saisonnière au filet maillant. Ces dernières
années, cependant, cette activité a presque
disparu. Au printemps, les morues frayent
surtout sur le banc de Brown, mais aussi à
proximité de l’entrée de la baie de Fundy et
dans cette baie.
50
40
Effectif des classes d’âge
(millions)
30
20
10
0
1977
1980
1983
1986
1989
1992
1995
1998
Il ressort des estimations d’abondance de la
population que le stock diminuera légèrement
en 1998. La biomasse de début d’année pour
les poissons des âges 4+ a culminé en 1991,
puis a chuté à son plus bas niveau de la série
chronologique en 1995. L’augmentation
enregistrée depuis 1995 est due essentiellement
au recrutement de la très forte cohorte de
1992. On prévoit que dans l’hypothèse où le
TAC de 9 300 t fixé pour 1998 serait atteint, la
biomasse des poissons des âges 4+ au début de
1999 tombera à 36 000 t, ce qui correspond à
1 000 t de moins qu’en 1998. Cette évaluation
de la proportion de la population se situant
dans le groupe des âges 4+ est plus élevée que
ce que reflètent les prises commerciales et
pourrait être surestimée. Un autre modèle
fournit une estimation beaucoup plus faible de
la biomasse (20 000 t).
Le recrutement qui a suivi la classe de 1992
paraît assez médiocre, les classes d’âge de
1994 et de 1995 étant jugées les plus faibles de
la série chronologique. D’après les relevés de
cette année, on estime que la classe d’âge de
1996 reste inférieure à la moyenne, mais qu’elle
est meilleure que les trois précédentes. Dans la
fourchette des estimations de la biomasse des
poissons des âges 4+ fournie pour 1999, il
apparaît que cette dernière n’a peut-être pas
dépassé encore les 30 000 t, alors qu’on a
observé une gamme plus complète de niveaux
de recrutement.
Pendant la quasi-totalité des dernières années,
le taux d’exploitation s’est presque
régulièrement situé bien au-dessus du double
du taux cible de 16 %, et a même atteint un
4
Région des Maritimes
Morue de 4X
sommet de 60 % en 1992. Il a depuis
considérablement baissé. Selon une analyse
standard, il se serait nivelé alentour de 24 %
depuis 1996, mais un autre modèle donne une
estimation supérieure (29 % en 1998).
L’incertitude associée à la présente
évaluation est due davantage aux hypothèses
du modèle qu’à l’imprécision des
estimations, de sorte qu’on ne peut
schématiser le risque dans l’évaluation. En
raison des piètres prises de morue dans de
nombreux secteurs de 4 X cette année, de la
contribution inférieure aux prévisions des
poissons de plus de 5 ans dans les
débarquements et de la possibilité de
changements dans la distribution de la
ressource qui la rendraient plus accessible au
relevé par navire scientifique, on craint que
la présente évaluation surestime l’abondance.
70
60
Taux d’exploitation (%) de
la morue de 4X
Autre
modèle
50
40
30
Modèle standard
20
10
Cible
0
1984
1987
1990
1993
1996
40%
50%
+
+
Taux d’exploitation
2000 B4 - 1999 B4
L’évaluation du stock ne révèle pas de forte
tendance rétrospective. Les estimations de
l’effectif des classes d’âge présente une certaine
variabilité interannuelle, toutefois l’ajout de
nouvelles
données
annuelles
entraîne
habituellement peu de changement.
Taux d’exploitation de 1999
40%
30%
30%
F0.1
20%
20%
10%
10%
Croissance zéro
0%
0
2,500
5,000
7,500
10,000
12,500
Évolution de biomasse
1981
0%
15,000
Quota
Perspectives
Un autre modèle qui fournissait une
capturabilité supérieure dans le relevé depuis
1992 aboutit à des estimations de biomasse
considérablement plus basses (4+ : 20 000 t
pour 1999), et à un niveau de récolte F0,1
également plus bas (4 400 t). Il produit des
estimations de la mortalité par pêche plus
élevées pour ces dernières années, et chiffre
à 30 %, au lieu de 50 %, la contribution des
poissons des âges 7+ aux débarquements en
1999. Quoique ces résultats paraissent plus
conformes aux observations des pêcheurs, ils
se traduisent aussi par des estimations qui
maintiennent le taux d’exploitation à 60 %
de 1992 à 1994, malgré la réduction de
l’effort de pêche durant cette période. Si,
toutefois, la proportion de la population
présente dans les eaux côtières en été depuis
1992 a été beaucoup plus basse, ces
estimations sont peut-être plus justes.
D’après le modèle d’évaluation standard pour
4X, les prises escomptées d’environ 9 300 t en
1998 se traduisent par un taux d’exploitation
estimé de 22 %, comme en 1997. Le
rendement projeté au taux d’exploitation cible
pour 1999 serait d’environ 7 500 t. À ce niveau
de pêche, la biomasse des poissons des âges 4+
devrait augmenter de 7 000 t en 1999, pour se
situer à environ 43 000 t au début de l’an 2000.
Les poissons des âges 7+ devraient représenter
50 % du poids des débarquements. Dans la
première moitié de 1998, ces cohortes
représentent environ 35 % des débarquements.
Comme la proportion de la biomasse du stock
composée de ces cohortes diminuera l’an
prochain, il est peu vraisemblable que leur
contribution à la pêche augmentera. Cela peut
dénoter une surestimation du nombre de vieux
poissons, de l’ordre d’environ 20 %.
5
Région des Maritimes
Morue de 4X
Pour obtenir de plus amples
renseignements,
Par suite de l’amélioration du recrutement de la
classe d’âge de 1996, on s’attend à une hausse
de la biomasse du stock quand cette cohorte
intégrera la pêche. La biomasse des poissons
des âges 4+ devrait augmenter de 7 000 t en
l’an 2000. L’autre modèle prévoyait un
accroissement comparable de la biomasse si la
récolte est maintenue au niveau F0,1 de 4 400 t
établi d’après le modèle.
communiquer avec :
Donald Clark
Station biologique de St. Andrews
St. Andrews (Nouveau-Brunswick)
E0G 2XO
TÉL. : (506) 529-8854
FAX : (506) 529-5862
COURRIEL : clarkd@mar.dfompo.gc.ca
D’autres améliorations du recrutement sont
nécessaires avant que la pêche puisse faire
l’objet d’une croissance soutenue. Compte tenu
de l’inquiétude associée aux incertitudes
concernant la biomasse actuelle du stock, il
importe de veiller à ce que la classe d’âge de
1996, qui est en cours de recrutement, ne soit
pas lourdement exploitée. En 1998, les
poissons de cette classe d’âge mesureront
habituellement moins de 19 po sur le plateau
néo-écossais et entre 17 et 22 po dans la baie
de Fundy. On s’attend à ce qu’ils ne
contribuent qu’un peu plus que ceux des
classes d’âge de 1995, 1994 et 1992 à accroître
le nombre de poissons disponibles à la pêche.
Tout écart important par rapport à ce scénario
pourrait donner matière à inquiétude. Une
surveillance attentive de la pêche en 1999
pourrait nous aider à élucider l’alternative.
Références
Clark, D. S. 1998. Assessment of cod in
Division 4X in 1998. Secr. can. pour
l’éval. des stocks, doc. de rech. 98/135.
Distribué par le :
Bureau du processus consultatif de la Région
des Maritimes
Ministère des Pêches et des Océans
C.P. 1006, Succ. B 203
Dartmouth (Nouvelle-Écosse)
Canada B2Y 4A2
Téléphone : 902-426-7070
Courriel : myrav@mar.dfo-mpo.gc.ca
Pour accroître la probabilité d’un recrutement
moyen ou supérieur, il importe de faire en sorte
que la biomasse du stock de reproducteurs soit
élevée. Or, compte tenu du piètre recrutement
des récentes classes d’âge, il faudra pour cela
que la mortalité par pêche soit basse.
Adresse Internet : www.dfo-mpo.gc.ca/csas
ISSN : 1480-4921
An English version is available on request at
the above address.
6
Région des Maritimes
Morue de 4X
La présente publication doit être citée
comme suit :
MPO, 1998. Morue du sud du plateau
néo-écossais et de la baie de Fundy.
MPO - Sciences, Rapport sur l’état des
stocks A3-05(1998).
7
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising