Morue du sud du plateau néo-écossais et de la baie de Résumé

Morue du sud du plateau néo-écossais et de la baie de Résumé
Fisheries
and Oceans
Pêches
et Océans
Région des Maritimes
MPO - Sciences
Rapport sur l’état des stocks A3-05(2000)
Nouveau-Brunswick
4Xs
4Xr
Nouvelle-Écosse
5Yb
4Xm
Morue du sud du plateau
néo-écossais et de la baie de
Fundy (Div. 4X/5Y)
Renseignements de base
La morue de l’Atlantique (Gadus morhua) est un poisson de
fond présent des deux côtés de l’Atlantique Nord. Dans les
eaux canadiennes de l’Atlantique, on la trouve depuis le
nord du banc Georges jusqu’au nord du Labrador, en
plusieurs concentrations, dont celles du sud du plateau
néo-écossais et de la baie de Fundy (division 4X et portions
canadiennes de la division 5Y de l’OPANO).
La morue juvénile se nourrit d’une grande variété
d’invertébrés, ajoutant, au fur et à mesure de sa croissance,
des poissons à son alimentation. Elle effectue des
migrations saisonnières de fraye. Ce secteur de gestion
compte plusieurs frayères, dont la plus grande se trouve en
hiver sur le banc Browns. La morue de ce secteur atteint en
moyenne une taille de 53 cm (21 pouces) à l’âge 3, de
72 cm (29 pouces) à l’âge 5 et de 110 cm (43 pouces) à
l’âge 10. Le taux de croissance de la morue de ce secteur
varie toutefois, et il est plus élevé dans la baie de Fundy. En
général, la morue se reproduit pour la première fois à
3 ans. La femelle pond plusieurs lots d’oeufs pendant une
même période de ponte.
La morue alimente une pêche commerciale dans ce secteur
depuis le XVIIIe siècle, pêche qui était essentiellement
côtière jusque vers 1960. Après l’extension de la juridiction
des États côtiers à 200 milles, en 1977, le Canada a été le
seul à débarquer des quantités notables de morue en
provenance de ce secteur. On a imposé un maillage
minimal et réglementé la grosseur des hameçons pour
réduire les prises de morue juvénile. Une fermeture est en
vigueur sur le banc Browns du 1er février au 15 juin.
Décembre 2000
4Xq
4Xp
4Xo
4Xn
Résumé
•
Les débarquements et le TAC ont
diminué durant toutes les années 1990,
et ceux de 1999 ont été les plus bas
enregistrés.
•
Après avoir culminé à 60 % en 1992, le
taux d’exploitation est descendu à
environ 23 % en 1999.
•
La biomasse de la population des
âges 4+ est basse depuis 1996.
•
Avec des prises de 6 000 t en 2001, il y a
une probabilité de 50 % que la biomasse
de la population des âges 4+ augmente
de 20 % de 2001 à 2002 en raison d’une
amélioration du recrutement.
•
La classe d’âge 1998 en recrutement est
la plus abondante depuis 1992; selon les
premières indications, la classe d’âge
1999 est au moins aussi abondante.
Région des Maritimes
•
Morue de 4X
étant déjà débarqué. D’après les pêcheurs, la
pêche d’espèces mélangées de poissons de
fond a été freinée par le quota de morue en
1999 et, à la fois par les quotas de morue et
de merluche blanche en 2000.
Les poissons de la classe d’âge 1999
doivent au moins être aussi abondants
que ceux de 1998 pour approcher
l’augmentation des stocks prévue dans le
plan triennal de rétablissement des
stocks de morue.
La pêche a lieu toute l’année, les prises
culminant en juin et en juillet. Les
débarquements en hiver sont en baisse depuis
1992. Étant donné que les quotas de morue
sont relativement bas, la plupart des groupes
assujettis à des quotas considèrent la morue
comme une prise accessoire pendant qu’ils
pêchent d’autres espèces.
La pêche
Débarquements (en milliers de tonnes)
Année
1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000
9
11
Total 13
9
11 11,5 8,2
1.
13
9,3 7,91 6,02
TAC 13
7,2
Selon les indications, la pêche en 1999 a été
bonne dans les eaux côtières pour la première
fois en quatre ans. En 2000, la plupart des
groupes assujettis à des quotas signalent
qu’ils n’ont pas de difficulté à capturer leur
quota en dépit du fait que leur effort est
principalement consacré à l’églefin.
La saison de pêche, les débarquements et le TAC se
rapportent à la période de 15 mois allant du
1er janvier 1999 au 31 mars 2000.
À compter de 2000, la saison de pêche, les
débarquements et le TAC se rapportent à la période
allant du 1er avril de l’année en cours au 31 mars de
l’année suivante.
2.
40
35
30
25
20
15
10
5
0
L’effort de pêche de toutes les flottilles est en
déclin après avoir culminé en 1991 ou en
1992. Le nombre de bateaux prenant part à la
pêche aux engins fixes a continué de
régresser, de même que l’effort de pêche
(jours de pêche), de 1996 à 1999, et semble
avoir chuté de nouveau en 2000. Les taux de
capture des bateaux de pêche au filet maillant
et à la palangre ont augmenté en 2000 pour
atteindre des sommets inégalés en 5 ans.
Débarquements et TAC (000 t)
Débarquements
1948
TAC
1958
1968
1978
1988
1998
Les débarquements ont augmenté au cours
des années 1960, passant de 14 000 à 36 000 t
au fur et à mesure de l’arrivée des gros
chalutiers de pêche hauturière. Les
débarquements et le TAC ont fléchi tout au
long des années 1990, reculant à des niveaux
sans précédent en 1999. Les baisses récentes
des débarquements reflètent l’évolution du
total autorisé des captures (TAC), qui est
passé de 26 000 t en 1992 à 6 000 t en 2000.
Du quota de 2000, 4 100 t avaient été
débarquées au 18 octobre, 84 % du quota des
groupes de bateaux de pêche aux engins fixes
En 1999, toutes les classes d’âge entre 2 et 7
étaient représentées dans les débarquements
dans des proportions à peu près égales aux
moyennes à long terme. Au cours de la
première moitié de 2000, la contribution de la
classe d’âge 1996 a dominé les
débarquements, tandis que celle de la classe
d’âge 7+ a été inférieure à la moyenne.
2
Région des Maritimes
Morue de 4X
prises par trait excluant cette station sont en
hausse par rapport à 1999, et comparables à
celles de 1997 et de 1998.
État de la ressource
Les prises par trait (indice de biomasse)
dans le relevé d’été par navire scientifique
(NS) ont augmenté en 2000, tout en
demeurant parmi les plus basses de la série.
La classe d’âge 1992 domine encore dans le
relevé, avec les prises les plus fortes de la
classe d’âge 8 depuis 1988. La proportion de
morues de 7 ans et plus a davantage fléchi
dans les débarquements commerciaux que
dans le relevé, indiquant que celles-ci
constituent une proportion plus importante de
la population que celle reflétée par les
débarquements. Des déplacements dans la
distribution spatiale et temporelle de la pêche,
reliés au fait que de nombreux groupes
assujettis à des quotas considèrent désormais
la morue comme une prise accessoire, sont en
partie responsables de la réduction des
débarquements de poissons de 7 ans et plus.
Les perspectives de recrutement fondées
sur les captures de poissons de la classe
d’âge 1998, à l’âge 2, dans les relevés par la
flottille pêchant selon les QIT et par NS
semblent meilleures que celles des dernières
années, mais sont encore inférieures à la
moyenne dans le cas des relevés par NS. Les
captures de poissons à l’âge 0 en 1999 et à
l’âge 1 en 2000 suggèrent que la classe d’âge
1999 peut être au moins aussi forte que celle
de 1998.
8
Recrutement : Nbre par trait à l’âge 2 – Relevé par NS
NS
6
QIT
4
2
0
35
30
25
Indice de la biomasse (kg/trait)
1983
1987
1991
1995
1999
Relevé par NS
Relevé par la
flottille de QIT
Les moyennes des longueurs selon l’âge
n’affichent aucune tendance à long terme et
sont actuellement supérieures à la moyenne.
Aucune tendance ne se dessine non plus dans
la condition (poids calculé à 50 cm) qui est
actuellement à peu près moyenne.
20
15
10
5
0
70 72 74 76 78 80 82 84 86 88 90 92 94 96 98 00
À cause des changements apportés aux
protocoles des relevés (QIT) communs de
l’industrie et des Sciences du MPO en 1996,
les données du relevé de développement de
1995 ne font plus partie des indices
d’abondance. Pendant le relevé par la
flottille pêchant selon les QIT en 2000, plus
de morues ont été capturées à une station
que dans le reste des stations combinées. Ce
mouillage a pris principalement des morues
de 2 ans, et son inclusion produit un indice
d’âge 2 dont l’amplitude relative diverge
considérablement du relevé par NS. Les
La mortalité totale (Z) calculée d’après le
relevé par navire scientifique, varie
considérablement d’une année à l’autre.
Aucune tendance ne se dessine dans la
mortalité totale, et les estimations demeurent
près de la moyenne à long terme. Les
estimations de la mortalité totale à partir du
relevé par la flottille pêchant selon les QIT
sont comparables à celles découlant du relevé
par NS. Ces deux relevés suggèrent que la
mortalité totale demeure élevée.
3
Région des Maritimes
Morue de 4X
de 2001. Au cours des dernières années, la
biomasse de la population des âges 4+ a
culminé en 1991, puis a chuté aux plus bas
niveaux de la série chronologique en 1995. La
hausse constatée en 1996 était attribuable au
recrutement de la cohorte de 1992.
Biomasse et recrutement d’après l’APS
70
Biomasse (000 t) des âges 4+
Biomasse (000 t) des âges 4-8
60
La division des débarquements commerciaux
par la biomasse dans le relevé donne une
estimation de la mortalité relative par
pêche. D’après le quotient obtenu,
l’exploitation a été relativement faible au
cours des dernières années.
50
60
50
40
40
Effectif de la
classe d’âge
(millions)
Âge 1
30
20
30
20
10
10
0
Mortalité relative par pêche : Rendement de la
pêche/Biomasse dans le relevé par NS
70
0
1977 1980 1983 1986 1989 1992 1995 1998
1,5
Le recrutement fondé sur l’analyse de la
population séquentielle (APS) est inférieur à
la moyenne depuis l’arrivée de la classe d’âge
1992. Les classes d’âge 1993 à 1997 sont les
cinq plus basses de la série. La classe d’âge
1998 est la plus forte depuis 1992, mais
demeure inférieure à la moyenne.
1,0
0,5
0,0
1968
1973
1978
1983
1988
1993
1998
Abondance à l’âge 1
(millions)
Alors que la mortalité relative par pêche a
diminué brusquement après 1992 et est
demeurée basse par la suite, la mortalité totale
(Z) dans les relevés par NS et par la flottille
pêchant selon les QIT donne à penser que la
mortalité est demeurée élevée au cours des
dernières années. Cette divergence pourrait
suggérer un accroissement de la mortalité
naturelle. La valeur de Z calculée d’après le
relevé n’a pas décelé l’augmentation de la
mortalité qui, croit-on, s’est produite au début
des années 1990, au moment où l’effort de
pêche était très grand; on ne peut donc pas
tirer de conclusion claire de l’anomalie dans
ces données.
30
Recrutement au stock
87
25
20
15
89
10
93
9496
95
5
0
10 000
20 000
85
92 86
90
83
98
88 91
97
30 000
84
40 000
50 000
Biomasse (t) à l’âge 5+
Il existe une corrélation entre la biomasse de
la population des âges 5+ et le recrutement,
bien qu’aucune relation causale n’ait été
établie. Le mauvais recrutement de 1993 à
1997 est associé à une biomasse très basse.
L’estimation de la biomasse de la
population indique que la biomasse du stock
est stable, mais basse, depuis 1996, et que peu
de changements sont à prévoir pour le début
Le taux d’exploitation, estimé parmi les
âges 4-5 selon l’APS, a constamment été très
supérieur au double de la cible de 17 %,
4
Région des Maritimes
Morue de 4X
correspondant à F0,1, la plupart des dernières
années, et a atteint le sommet de 60 % en
1992. Il est en baisse depuis, chutant à
environ 23 % en 1999, et devrait s’établir à
25 % en 2000.
100 %
Exploitation en 2001
supérieure à F0,1
80 %
n’augmentera pas
de 20 %
60 %
40 %
n’augmentera pas
de 10 %
20 %
0%
80 %
2
Taux d’exploitation (âges 4-5)
4
6
8
Rendement (000 t) en 2001
10
60 %
Bien que des estimations ponctuelles de la
biomasse et du taux d’exploitation soient
fournies pour d’autres scénarios de
rendement, ces chiffres ne devraient pas être
considérés comme des valeurs précises. Les
courbes de risque sont fournies afin de donner
une idée générale des incertitudes associées et
aider à évaluer les résultats d’autres choix. En
outre, ces incertitudes dépendent de la série
d’hypothèses, des données et du modèle
utilisés dans les analyses. Bien que ces
hypothèses semblaient être les plus
plausibles, il peut y en avoir d’autres.
40 %
F0,1
20 %
0%
1980
1985
1990
1995
2000
Taux d’exploitation
50 %
40 %
40 %
2002 B 4+ - 2001 B4+
30 %
30 %
20 %
20 %
10 %
10 %
Taux d’exploitation en 2001
0%
0%
2
4
6
8
Rendement (000 t) en 2001
10
Changement dans la biomasse
Perspectives
Ces calculs ne tiennent pas compte de
l’incertitude attribuable aux variations dans
le poids selon l’âge, au recrutement partiel à
la pêche, à la mortalité naturelle, aux erreurs
systématiques dans la communication des
données ou à la possibilité que le modèle
puisse ne pas refléter assez fidèlement la
dynamique du stock. Au moment de prendre
des décisions de gestion, il faut prendre en
compte l’incertitude associée au choix à faire
entre des hypothèses et des modèles
concurrents. Les estimations découlant du
modèle des valeurs relatives, comme un
changement dans la biomasse, plutôt que des
quantités absolues, comme la biomasse,
devraient être plus fiables.
Avec des prises de 6 000 t en 2001, le taux
d’exploitation devrait atteindre 25 % et
dépasser presque certainement la valeur
correspondante à F0,1. Toutefois, avec un tel
rendement, la biomasse des poissons des
âges 4+ devrait augmenter d’au moins 10 %
de 2001 à 2002, la probabilité étant de 50 %
que la hausse soit d’au moins 20 %. Cet
accroissement est attribuable à la
contribution de la classe d’âge 1998 en
recrutement, que l’on estime être plus forte
que les cinq classes d’âge précédentes. Bien
que l’on prévoit un rétablissement ferme de
la biomasse, la classe d’âge 1999 devra au
moins être aussi forte que celle de 1998 pour
que l’augmentation s’approche de celle
prévue dans le plan triennal de
rétablissement des stocks.
Les résultats de la présente évaluation
donnent à penser que les poissons plus âgés
sont plus abondants qu’à l’évaluation de
1999. Il semble que les changements dans les
pratiques de pêche peuvent expliquer la
5
Région des Maritimes
Morue de 4X
réduction des prises commerciales à ces âges.
Les faibles prises dans le relevé au cours des
dernières années sont toutefois inquiétantes et
laissent croire que la mortalité attribuable à
d’autres facteurs soit en hausse. L’incertitude
est très grande en ce qui concerne
l’abondance des poissons de 9 ans et plus. Le
relevé ne capture pas de façon constante des
poissons de ces âges en quantités suffisantes
pour permettre une estimation fiable. Les
projections de rendement ne sont pas
toutefois
touchées
énormément
par
l’abondance estimée des poissons de plus de
7 ans, parce que le recrutement partiel à la
pêche pour ces âges est bas. En outre, la
croissance anticipée de ce stock à court terme
viendra principalement du recrutement et ne
dépendra pas de l’abondance de morues plus
âgées.
Références
Clark, D. S., S. Gavaris, and S. D. Paul. 2000.
Assessment of cod in Division 4X in
2000. Secr. can. pour l’éval. des
stocks, doc. de rech. 2000/139.
Distribué par le :
Bureau du processus consultatif
des provinces Maritimes
Ministère des Pêches et des Océans
C.P. 1006, succ. B203
Dartmouth (Nouvelle-Écosse)
Canada B2Y 4A2
Téléphone : 902-426-7070
Courriel : myrav@mar.dfo-mpo.gc.ca
Adresse Internet : www.dfo-mpo.gc.ca/csas
ISSN : 1480-4921
L’augmentation de la biomasse dans
l’immédiat dépendra largement du prochain
recrutement. Des mesures devraient être
envisagées pour faire en sorte que les
poissons recrutés ne soient pas ciblés par la
pêche afin de maximiser leur rendement et
améliorer
le
potentiel
des
futurs
reproducteurs.
Pour obtenir de
renseignements,
plus
An English version is available on request at
the above address.
La présente publication doit être citée
comme suit :
amples
MPO, 2000. Morue du sud du plateau
néo-écossais et de la baie de Fundy
(Div. 4X/5Y). MPO – Sciences,
Rapport sur l’état des stocks A3-05
(2000).
communiquer avec :
Donald Clark
Station biologique de St. Andrews
St. Andrews (Nouveau-Brunswick)
E5B 2L9
TÉL. : (506) 529-8854
FAX : (506) 529-5862
COURRIEL : clarkd@mar.dfo-mpo.gc.ca
6
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising