MPO Sciences Région des Maritimes Rapport sur l’état des stocks A3-06

MPO Sciences Région des Maritimes Rapport sur l’état des stocks A3-06
Fisheries
and Oceans
Pêches
et Océans
Région des Maritimes
MPO Sciences
Rapport sur l’état des stocks A3-06
Dans le passé, il était particulièrement difficile
d’interpréter les données sur les otolithes des aiglefins de
4TVW. La réalisation d’une récente étude de validation de
l’âge a toutefois réglé ce problème.
L’aiglefin de l’est du plateau
néo-écossais
Depuis 1987, la pêche de l’aiglefin est réglementée par
une combinaison de restrictions des prises accessoires et
de limites par sortie. La fermeture des nourriceries
pendant toute l’année, imposée en 1987 (et qui au départ
ne visait pas les engins fixes), est toujours en vigueur. En
1993, la pêche des poissons de fond y a été totalement
interdite.
Renseignements de base
La ressource d’aiglefin de l’est du plateau néo-écossais et
du sud du golfe du Saint-Laurent est considérée comme
une seule unité de gestion, distincte du stock voisin de 4X.
La majorité du stock d’aiglefin de 4TVW se retrouve sur
les bancs hauturiers du plateau néo-écossais, du banc
Émeraude à l’ouest jusqu’au Banquereau à l’est.
L’aiglefin recherche les fonds durs de sable ou de gravier,
des profondeurs allant de moins de 50 m jusqu’à environ
350 m, et des températures de 4 à 8 °C. Pendant l’été, les
poissons se rassemblent sur les bancs, mais pendant
l’hiver ils se déplacent vers des eaux plus profondes pour
éviter les basses températures. La fraye se fait au
printemps, et les principales frayères sont le groupe de
bancs de 4W, c’est-à-dire le banc Émeraude, le banc
Western et le banc de l’île de Sable. Dans le passé, ces
regroupements de géniteurs étaient la cible d’une pêche
intensive, jusqu’à l’imposition, en 1987, de la fermeture
d’une zone couvrant le banc Émeraude et une partie du
banc Western.
Une femelle de grande taille (environ 60 cm ou 24 pouces)
peut produire plusieurs centaines de milliers d’oeufs qui
sont pondus près du fond et remontent vers la surface au
cours d’une période d’incubation moyenne de deux
semaines. Pendant la première année de leur vie, les
jeunes aiglefins se nourrissent activement de plancton
dans les eaux de surface, puis descendent graduellement
vers le fond au milieu de l’été à l’état de juvéniles. Par la
suite, ils restent sur le fond, où ils se nourrissent et
grandissent au rythme d’environ 5-10 cm (2-4 pouces) de
longueur par an. Quand la maturité sexuelle est atteinte,
au bout de 3-5 ans, les taux de croissance diminuent.
L’aiglefin est un poisson qui vit relativement longtemps
(> 10 ans), et on détermine son âge à partir du profil des
anneaux sur les otolithes (structures osseuses de l’oreille).
octobre 1997
3Pn
4T
4Vn
4W
3Ps
4Vs
La pêche
Débarquements, t
1970- 19801979
1989
1992 1993 1994
1995 1996
Moy.. Moy..
TAC*
1 333 12 970
--**
--**
--**
--**
--**
Total
5 023 11 362 6 231 1 351
103
135
133
* = aucun TAC pour 1970-1973
** = prises accessoires seulement
Année
Maritimes Region
Agilefin de 4TVW
plus était nettement sous-estimé. Des critères
cohérents et vérifiés de détermination de
l’âge ont maintenant été établis, et depuis
octobre 1996 on refait la détermination de
l’âge sur les otolithes recueillis les années
antérieures. Au départ, le but était de
déterminer l’âge à partir des otolithes
prélevés dans les prises commerciales et dans
les captures des relevés, en utilisant les
nouveaux critères et en remontant jusqu’en
1985. Ce but a été atteint pour les relevés
scientifiques, mais pas pour les échantillons
des prises commerciales, faute de temps. La
détermination de l’âge des échantillons
commerciaux de 1985 à 1989 n’est pas
terminée, et la composition par âge des
débarquements des années en question a été
établie à partir des clés âge-longueur des
relevés annuels. De plus, dans les données
obtenues, certains patrons semblent montrer
qu’il pourrait être nécessaire de refaire la
détermination de l’âge dans des otolithes
plus anciens (avant 1985). Tant que
l’opération n’aura pas été menée à terme, la
représentation historique de cette ressource
demeurera incertaine.
60000
40000
Débarquements, t
TAC
20000
0
1954
1962
1970
1978
1986
1994
Année
Les débarquements annuels se sont établis
en moyenne à 26 000 t de 1960 à 1969, à
5 000 t de 1970 à 1979 et à 11 400 t de 1980
à 1989. Depuis 1987, la pêche est
réglementée à la fois par une restriction aux
prises accessoires et par des limites par
sortie; elle est pratiquement fermée depuis
1994. De strictes réductions des prises
accessoires ont été imposées dans les pêches
(notamment des poissons plats) pratiquées
dans la région en 1996; les débarquements
ont totalisé 133 t. La fermeture des
nourriceries
pendant
toute
l’année
(principalement sur les bancs Émeraude et
Western), imposée en 1987, reste en vigueur.
De 1987 à 1992, les engins fixes avaient été
autorisés dans la zone fermée, ce qui a
occasionné une multiplication par cinq des
débarquements, qui ont atteint plus de
5 200 t dans 4W. En 1993, suite à
l’exclusion de tous les engins de cette zone,
les débarquements dans 4W sont passés à un
peu plus de 800 t. Étant donné les sévères
restrictions imposées à la pêche depuis
quelques années, il est difficile de comparer
la distribution des débarquements par type
d’engin à celle des années antérieures.
État de la ressource
L’état du stock a été évalué à partir des
débarquements déclarés, des échantillons
prélevés à terre et en mer dans les
débarquements commerciaux en vue de
déterminer la composition selon la taille et
l’âge, des relevés scientifiques menés en
mars et en juillet, et d’une pêche sentinelle
aux engins fixes menée pendant l’automne.
Les échantillons des prises commerciales
ont été difficiles à obtenir ces dernières
années, parce que les débarquements étaient
limités tout au long de l’année à des prises
accessoires. Le nombre de poissons selon
l’âge dans les prises de 1996 est biaisé en
Détermination de l’âge
On a noté dans les années 80 un biais notable
dans la détermination de l’âge de l’aiglefin,
qui faisait que l’âge des poissons de 4 ans et
2
Maritimes Region
Agilefin de 4TVW
attribué à ce stock (0,2) est peut-être trop
bas. Il est nécessaire de poursuivre les
recherches pour déterminer la validité de
l’estimation actuelle.
100
Été
Nombre par trait
Il existe deux séries de relevés scientifiques
concernant ce stock : une série du mois de
juillet commençant en 1970 et une série du
mois de mars commençant en 1979 (à
l’exception de 1985 et 1996). Ces deux
séries montrent un déclin notable de
l’abondance depuis la fin des années 80. Les
niveaux d’abondance se situent au-dessous
de la moyenne à long terme depuis 1990
pour la série du printemps, et depuis 1991
pour la série de l’été, sauf en 1996.
200
Été
Printemps
75
150
50
100
25
50
0
0
Printemps
faveur des âges les plus bas. Cela est dû aux
prises accessoires de la pêche aux engins à
petit maillage; bien que ces prises soient très
basses (40 t), elles ont une influence plus
grande sur la structure par âge des prises de
1996 à cause de la réduction des
débarquements de la flottille canadienne.
1970 1975 1980 1985 1990 1995
Year
40
Recrues d’âge 1+2, nbre/trait, relevés
30
Le recrutement récent, établi en combinant
l’abondance des poissons de 1 et 2 ans pour
chaque classe d’âge d’après le relevé de
juillet, est respectivement proche de la
moyenne et légèrement au-dessous de la
moyenne pour les classes d’âge de 1993 et
1994. Le recrutement s’est situé nettement
au-dessous de la moyenne pour les classes
d’âge de 1989 à 1992, ce qui explique en
partie la faiblesse de l’effectif actuel
d’aiglefins âgés.
20
Moyenne
10
0
1969
1974
1979
1984
1989
1994
Classe d’âge
Le deuxième relevé annuel de pêche
sentinelle dans 4VW, réalisé à l’automne de
1996, a débarqué 7,5 t d’aiglefin sur un total
de 252 traits normalisés de palangres portant
1 500 hameçons (circulaires, no 12). Les
traits ont été répartis dans l’ensemble de 4Vs
et 4W, des eaux côtières (en deçà de 50 m)
jusqu’au rebord du plateau continental.
Les estimations de la mortalité totale,
calculées d’après les relevés de juillet,
montrent une forte variabilité d’une année à
l’autre, ce qui empêche de tirer des
conclusions solides au sujet des tendances
dans les données. Toutefois, les estimations
de la mortalité totale sont relativement
stables depuis 1992, avec une moyenne
d’environ 0,4. La mortalité totale (Z) devrait
être proche de la mortalité naturelle dans une
zone fermée à la pêche. Si cette estimation
est correcte, le niveau de mortalité naturelle
3
Maritimes Region
Agilefin de 4TVW
faiblesse persistante du niveau de
recrutement de ce stock explique le bas
niveau actuel de sa biomasse reproductrice.
Recrues (milliers)
Biomasse 3+
Biomasse 5+
100000
75000
50000
25000
Le taux de capture de 1996 (26 kg par
trait) était proche de celui de 1995 (22 kg
par trait), et les distributions étaient
semblables. Les captures étaient concentrées
sur le banc Émeraude, le banc Western et le
banc de l’île de Sable, mais on a noté aussi
quelques captures dans le Gully et au rebord
du Banquereau. Les prises étaient
pratiquement nulles dans les eaux côtières et
sur la plus grande partie de 4Vs. La taille des
aiglefins capturés pendant le relevé était pour
la majorité d’environ 43 cm (17 pouces), et
seulement 10 % environ du total des
poissons dépassaient 48 cm (19 pouces). Le
relevé sentinelle ne fournit pas d’indice de
l’abondance des prérecrues à cause de la
sélectivité de la palangre.
0
1970
1975
1980
1985
1990
1995
Année (biomasse)/Classe d’âge (recrutement)
Les hauts niveaux d’exploitation observés
du début au milieu des années 70
s’expliquent par l’absence de réglementation
de cette pêche; c’est en 1974 que des quotas
ont été imposés pour la première fois. Selon
le modèle de l’ASP, les taux d’exploitation
sont bas depuis le milieu des années 80. Les
niveaux d’exploitation ont légèrement monté
jusqu’en 1992, ce qui correspondait à
l’expansion de la pêche aux engins fixes dans
la zone fermée de 4W. Cette activité ayant
été suspendue dans la zone fermée en 1993,
puis la pêche totalement interdite en 1994,
l’exploitation est tombée au niveau le plus
bas depuis 1970. De plus, les tendances de la
mortalité totale, établies d’après le relevé
estival, et la mortalité par pêche calculée
d’après l’ASP concordent globalement, bien
que la hausse du début des années 90 soit
plus prononcée dans l’estimation fournie par
le relevé.
L’analyse standard de la population
(ASP), fondée sur l’âge, a servi à estimer
l’état actuel du stock. Les estimations de
l’abondance indiquent que cette population
est près du niveau le plus bas jamais atteint.
En 1996, la biomasse d’aiglefins âgés de
3 ans et plus (3+) est d’environ 23 000 t, et
la biomasse 5+ est d’environ 13 000 t; la
biomasse de 3+ à 5+ correspond à la plage
actuelle de la biomasse du stock
reproducteur. L’estimation du recrutement
pour la classe d’âge de 1993 est inférieure à
la moyenne à long terme de 28 millions de
poissons. Les classes d’âge de 1989 à 1992
sont aussi inférieures à la moyenne. La
4
Maritimes Region
Agilefin de 4TVW
nécessaire de refaire la détermination de
l’âge des échantillons anciens.
Taux de mortalité
1.5
ASP
Relevé
1
Pour toutes ces raisons, il faut considérer la
perspective historique sur la ressource
d’aiglefin produite par la présente analyse de
la
population
comme
une
étape
intermédiaire, dans l’attente de la poursuite
des travaux.
0.5
0
1970
1975
1980
1985
1990
1995
Année
Considérations démographiques
Un certain nombre d’incertitudes demeurent
dans cette évaluation. L’analyse de la
population (ASP) présentée ici à partir des
nouveaux critères de détermination de l’âge
a permis un meilleur ajustement aux données
que les analyses antérieures de cette
ressource, et le patron rétrospectif grave qui
nuisait aux évaluations antérieures est
considéré comme moins marqué. Toutefois,
la représentation historique de la ressource
produite par la présente analyse s’écarte
nettement des analyses précédentes. Par
exemple, tandis que les tendances historiques
de l’exploitation sont semblables, leur
ampleur est nettement différente, les niveaux
d’exploitation fournis par les analyses
précédentes étant nettement plus élevés dans
les années 80 et au début des années 90.
Pour cette même période, l’effectif de la
population est aussi différent, car l’analyse
actuelle fournit des estimations des effectifs
antérieurs qui sont beaucoup plus élevées
que celles des analyses précédentes.
De fortes baisses à long terme de la taille
selon l’âge apparaissent chez les aiglefins
âgés de 3 ans et plus. Parmi les différents
groupes examinés, la taille selon l’âge est au
minimum dans les années 90 pour les
groupes de 4 à 11 ans. À l’heure actuelle, on
observe dans le stock très peu de poissons de
plus de 45 cm (18 pouces), ce qui permet de
penser que le potentiel de voir les poissons
atteindre une grande taille est à l’heure
actuelle très faible dans ce stock d’aiglefin.
De plus, la réduction de la taille selon l’âge
ne semble pas être un phénomène isolé qui
frapperait le stock d’aiglefin de 4TVW, car
on a observé des signes de réduction de la
taille chez la morue de 4TVn, celle de 4VsW
et, dans une moindre mesure, dans la
composante orientale de l’aiglefin de 4X. La
récente reprise de la détermination de l’âge
en routine dans ce stock a rendu cette
analyse possible. Elle a non seulement donné
une nouvelle perspective sur les changements
dans la croissance qui affectent ce stock,
mais elle met en lumière un phénomène qui
inquiète beaucoup l’industrie, la disparition
de cette zone des aiglefins de grande taille,
qui semblaient se déplacer vers 4X. Il
apparaît maintenant que les aiglefins restent
bien dans la zone, mais qu’ils vieillissent sans
grandir. Les baisses récentes de la taille selon
l’âge, couplées à un taux élevé de mortalité
naturelle, d’après les relevés estivaux,
Nous ne connaissons pas avec certitude les
causes de ces différences. Nous savons
toutefois que les données intégrées à la
présente analyse ont changé pour la période
allant de 1985 à aujourd’hui, et que la
fourchette d’âge est nettement plus large par
rapport aux critères précédents de
détermination de l’âge, qui ont servi à
calculer des captures selon l’âge. Il est aussi
5
Maritimes Region
Agilefin de 4TVW
pourraient se traduire par une réduction
notable de la production et du rendement
potentiel de ce stock.
Longueur (cm)
46
La condition, c’est-à-dire le poids relatif du
poisson à une longueur donnée, sert d’indice
de la santé du poisson dans un stock; cet
indice est calculé d’après les données du
relevé de juillet. L’indice de condition des
aiglefins adultes marque une baisse de 10 à
15 % par rapport à 1970. Malgré la
variabilité annuelle, on note une tendance
générale à la baisse. Les causes de ce
phénomène sont incertaines. À la différence
des adultes, les juvéniles ne montrent aucune
tendance de la condition.
Longueur (cm)
38
880
840
1984
1990
Année
1996
Les estimations de la proportion de femelles
matures selon la longueur, d’après les relevés
du printemps, montrent que la longueur à
50 % de maturité a baissé d’environ 20 %
depuis 1990. Avant cette date, les longueurs
à 50 % de maturité étaient généralement
supérieures à 42 cm (16 pouces), ce qui
correspondait à des aiglefins de 5 à 6 ans.
Selon les estimations récentes, la longueur à
maturité serait de moins de 36 cm
(14 pouces), ce qui correspond à un aiglefin
de 3 ans. La maturation survenant chez des
poissons jeunes et de petite taille peut
contribuer à la diminution du potentiel de
croissance de l’aiglefin. De plus, une étude
en cours sur la fécondité (production
d’oeufs) chez les femelles de 4TVW montre
que le nombre d’oeufs par femelle est plus
faible à des longueurs comparables, par
rapport aux données recueillies au début des
années 80 dans le stock voisin de 4X.
1970-84 grou pes âg és
1985-96 grou pes jeunes
55
6
5
50
45
920
900
1978
8
7
42
34
Longueur m oyenne, 3 à 8 ans , d'après le relevé estival
60
940
860
Les températures de fond sur l’est du
plateau néo-écossais sont restées basses en
1996, poursuite de la tendance notée depuis
le milieu des années 80. La seule exception
notable se situe à proximité du bassin
Émeraude, où l’eau de pente tiède continue à
maintenir la température près du fond
au-dessus de la moyenne. Pour 1997, les
températures au fond enregistrées pendant le
relevé scientifique de juillet dans 4VW
étaient semblables à celles de 1996.
65
960
Poids prédit
Poids prédit (g) à 45 cm.
980
Longueur, 50% de maturité
La relation entre le stock parental et le
recrutement subséquent, d’après les résultats
de l’ASP de 1970 à 1995, fait ressortir
plusieurs caractéristiques importantes. Dans
les années 70, alors que la biomasse
reproductrice était très faible, il y a eu
reconstruction graduelle du stock à cause de
l’apparition de classes d’âge supérieures à la
moyenne. Le recrutement et la biomasse du
stock ont augmenté jusqu’au début des
8
7
4
6
40
5
3
4
3
35
30
1 97 0
1 97 5
1 98 0
1 98 5
1 99 0
1 99 5
An né e
6
Maritimes Region
Agilefin de 4TVW
années 80. Le patron a commencé à changer
au milieu des années 80, avec l’apparition de
classes d’âge inférieures à la moyenne
associées à des niveaux élevés de la biomasse
reproductrice. Le faible recrutement a
contribué à faire baisser la biomasse
reproductrice, mais on ne voit pour le
moment aucun signe de rétablissement du
stock, comme cela avait été le cas entre le
milieu et la fin des années 70.
comme prévu à un régime d’exploitation
commerciale faible ou nul. Étant donné le
bas niveau du recrutement de ces dernières
années, et la disparition de la dernière forte
classe d’âge, produite en 1988, on peut
penser que le stock va encore baisser.
L’amélioration de l’état du stock d’aiglefin
de 4TVW est peut-être tributaire d’un
renversement des modifications récemment
survenues dans l’écosystème de l’est du
plateau
néo-écossais,
comme
le
refroidissement notable des eaux de fond,
l’accroissement des stocks de capelan et de
crevette et l’effondrement de la morue dans
cette région.
Aiglefin de 4TVW, recrutement (âge 1) et biomasse 3+
Recrutement (milliers)
90000
80
81
75000
82
77
60000
79
76
45000
88
83
75
74
30000
15000
78
93
72
73
0
0
9594 96
20000
70
40000
91 90
89
60000
86
80000
Pour obtenir de plus amples
renseignements
84
87
92
71
85
100000
Communiquer Ken Frank
avec :
Division des poissons marins
Institut océanographique de
Bedford
C.P. 1006, Dartmouth
(Nouvelle-Écosse) B2Y 4A2
Biomasse, âge 3+
Tél : 902-426-3498
Fax : 902-426-1506
Courriel :
FrankK@mar.dfo-mpo.gc.ca
Perspectives
Les perspectives à court terme de ce stock
ne sont guère encourageantes. La biomasse
de la population adulte est actuellement
basse, et le recrutement est inférieur à la
moyenne depuis le début des années 80, à
l’exception de la classe d’âge de 1988. On
observe ces dernières années, dans les
relevés estivaux, une certaine amélioration
du recrutement, qui se rapproche de la
moyenne (classes 1993 et 1994). Ces classes
d’âge pourraient contribuer au rétablissement
du stock. Toutefois, le taux actuel de
croissance, la condition et le potentiel
génésique du stock semblent très faibles, et il
se peut que la population ne réagisse pas
Références
Frank, K.T., R.K. Mohn, and J.E. Simon.
1997. Assessment of 4TVW haddock
in 1996.
DFO Canadian Stock
Assessment Secretariat Res. Doc.
97/107.
7
Maritimes Region
Agilefin de 4TVW
Distribué par :
Bureau du processus consultatif de la Région
des Maritimes
Ministère des Pêches et des Océans
C.P. 1006, Succ. B105
Dartmouth (Nouvelle-Écosse)
Canada B2Y 4A2
Tél. : 902-426-7070
Courriel : MyraV@mar.dfo-mpo.gc.ca
Adresse Internet : http://csas.meds.dfo.ca
An English version is available on request at
the above address.
8
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising