Merluche blanche du sud du golfe du Saint-Laurent

Merluche blanche du sud du golfe du Saint-Laurent
Région du Golfe
MPO – Sciences
Rapport sur l’état des stocks A3-12 (2002)
4R
4S
4T
Merluche blanche du sud du
golfe du Saint-Laurent
Renseignements de base
La merluche blanche (Urophycis tenuis) est présente du sud du
Labrador et les Grands Bancs jusqu'à la Caroline du Nord. Cette
espèce fait l'objet de pêches dirigées saisonnières dans toute son aire
de distribution géographique. Les prises les plus importantes ont été
capturées dans le sud du golfe du Saint-Laurent (division 4T de
l'OPANO). C'est un poisson qui semble privilégier les températures
de 5 à 11 °C ainsi que les fonds mous. La merluche blanche figure
parmi les plus fertiles des espèces commerciales de poisson de fond;
une seule femelle produit en effet plusieurs millions d'oeufs à chaque
fraye. Dans le sud du Golfe, les mâles et les femelles atteignent la
maturité sexuelle à des tailles différentes (environ 41 cm et 44 cm,
respectivement) et à des âges de 2 à 5 ans. Dans cette région, la fraye
commence au début de juin et atteint son plus fort dans la seconde
moitié de ce mois. La merluche blanche se nourrit surtout d'autres
poissons (comme la morue, le hareng et les poissons plats).
Traditionnellement, la pêche de la merluche blanche dans la division
4T de l'OPANO a été la troisième ou quatrième pêche de poisson de
fond en importance pour ce qui concerne le sud du Golfe. Les
débarquements annuels se sont situés en moyenne à 5 675 t de 1960
à 1994. Cette pêche a été pratiquée surtout par de petits bateaux
côtiers et elle a été fortement influencée par les conditions
météorologiques et les conditions des marchés locaux. La merluche
blanche a été capturée tant aux engins fixes qu'aux engins mobiles,
essentiellement dans le détroit de Northumberland, à l'extrémité
ouest de l'Île-du-Prince-Édouard et dans les eaux qui séparent l'Îledu-Prince-Édouard de l'île du Cap-Breton.
La structure du stock est un sujet débattu depuis longtemps.
L'ensemble des preuves recueillies dans diverses études indique qu'il
y a au moins deux composantes de stock différentes dans la division
4T de l'OPANO, l'une occupant les eaux côtières peu profondes en
été, principalement la région du détroit de Northumberland
(composante du détroit) et l'autre les eaux profondes qui longent le
chenal Laurentien (composante du chenal). On ne sait pas
actuellement dans quelle mesure ces deux composantes de stock se
mélangent et des analyses récentes révèlent que la distribution de la
merluche blanche dans le sud du Golfe s'étend au-delà de la division
4T de l'OPANO en hiver. La pêche de la merluche blanche dans
cette division fait l'objet d'un moratoire depuis 1995, les seuls
retraits étant imputables à des prises accessoires ou à des
débarquements dans les relevés sentinelles ou la pêche récréative.
Mars 2002
4X
3Pn
4Vn 3Ps
4Vs
4W
La plus récente évaluation intégrale de cette
ressource remonte à février 2001 (Hurlbut et
al. 2001; RES A3-12 [2001]). Le présent
rapport met à jour les données de la pêche et
du relevé concernant ce stock en 2001.
Sommaire
•
La pêche dirigée de la merluche blanche
dans la division 4T de l'OPANO fait l'objet
d'un moratoire depuis 1995.
•
Les débarquements déclarés pour 2000 et
2001 comprennent les estimations de la
pêche
récréative
(134 t
et
117 t,
respectivement) qui sont douteuses et
nécessitent une vérification.
•
L'abondance et la biomasse de la population
ont augmenté modérément depuis 1996,
mais elles restent bien inférieures à la
moyenne.
•
La merluche blanche continue d’être
concentrée dans une petite partie de l’aire de
distribution qu’elle occupait avant le début
des années 1990.
•
Le stock ne retrouvera pas le niveau
d’abondance observé à la fin des années
1980, à moins qu’on ne maintienne à un très
bas niveau toutes les formes de mortalité par
pêche.
•
La structure
d’incertitude.
du
stock
est
source
Région du Golfe
Merluche blanche (div. 4T)
Débarquements et TAC (milliers de tonnes)
La pêche
16
14
Un quota préventif de 12 000 t a été fixé
pour la merluche blanche de la division 4T
de l'OPANO en 1982 et le total autorisé de
captures (TAC) a été réduit à cinq reprises
depuis. La pêche dirigée de la merluche
blanche est fermée dans le sud du Golfe
depuis 1995 et des limites quotidiennes de
prises accessoires de merluche blanche ont
été imposées dans les pêches dirigées
d'autres espèces.
12
8
6
4
2
0
1960
1985
1990
1995
par trait
20012
kg
14
16
12
14
12
10
10
8
8
6
6
4
4
2
TAC
10,1
Total
7,7
4,4
3,2
0
0,2
0
0,3
2000
0
1984
0
0,2
1
– Le premier TAC a été fixé en 1982
– Statistiques préliminaires
3
– Le moratoire a commencé en 1995
2
2
2
0
1987
1990
1993
1996
1999
kg per tow / kg par trait
2000
1980
Nbre
bre
Moyenne
de 199519993
1975
Indices d'abondance et de biomasse d'après le relevé
annuel par navire scientifique
# per tow /N
Moyenne
de 199019943
1970
L'indice d'abondance du relevé annuel par
navire scientifique (NS) est établi depuis
1984, année où les secteurs côtiers ont été
ajoutés au relevé. Cet indice (nombre moyen
par trait, tous âges confondus) a diminué,
passant de 10,6 en 2000 à 4,6 en 2001, ce
qui le ramène aux faibles niveaux observés
de 1995 à 1998. Ce taux de prises (nombre
par trait) est considérablement inférieur à la
moyenne de 7,2 pour la période 1984-2001;
le taux de prises en poids par trait (2,2) est
aussi inférieur à la moyenne de 5,3 pour la
même période.
Débarquements et TAC (milliers de tonnes)
Moyenne
de 198019891
1965
État de la ressource
Les débarquements ont été relativement
stables; ils se situaient en moyenne à 4 684 t
de 1971 à 1978, puis ils ont augmenté
brusquement à 14 039 t en 1981, pour
diminuer rapidement à une moyenne de
5 023 t de 1985 à 1992. Ils ont chuté très
nettement en 1993, parallèlement à la
fermeture de la pêche de la morue. Depuis le
moratoire, les débarquements ont été de
l'ordre de 70 t en 1995 à 399 t en 1999; les
débarquements de 2001 se chiffraient à
218 t. Les débarquements déclarés de 2000
et 2001 comprennent les estimations de
débarquements de la pêche récréative (134 t
et 117 t, respectivement), qui sont douteuses
et nécessitent une vérification. Environ un
tiers des débarquements totaux obtenus
depuis le moratoire provient du relevé
sentinelle,
mais
la
proportion
de
débarquements annuels attribuable à cette
source ne cesse de diminuer depuis 1996 (de
68 % en 1996 à 15 % en 2001).
Année
T AC
10
Région du Golfe
Merluche blanche (div. 4T)
fait que cette distribution soit demeurée
disjointe d’année en année vient étayer la
théorie selon laquelle il y a des composantes
de stock différentes dans ces secteurs en
septembre. En 2001, la distribution était très
comparable à celle des dernières années. Les
principales zones de concentration étaient la
dépression du Cap-Breton, le bord du chenal
Laurentien et la baie St. Georges. On a
rarement capturé de la merluche blanche
dans les eaux peu profondes du centre de la
zone adjacente aux Îles-de-la-Madeleine.
Peu de merluches blanches ont été capturées
dans la partie ouest du sud du Golfe depuis
1991, ce qui suggère une contraction de
l'aire
de
distribution
géographique.
L’information provenant des relevés NS de
1994 et 1995, qui ont été étendus à la
division 4Vn de l’OPANO, semblait
indiquer que la distribution de la merluche
blanche est continue entre cette zone et la
division 4T de l’OPANO.
On continue de signaler la présence de
petites merluches blanches dans la partie
centrale du détroit de Northumberland et
dans les eaux peu profondes de la baie St.
Georges (N.-É.).
Dans le relevé de 2000, quatre traits
effectués dans la dépression du Cap-Breton
ont produit un nombre relativement grand de
petites merluches blanches de 30 à 40 cm
(âges 2 à 4). C'est la hausse de l'abondance
des merluches blanches de ces tailles qui a
contribué le plus à l'augmentation de l'indice
d'abondance en 2000.
Dans le relevé NS de 2001, la fréquence des
longueurs était davantage comparable à
celles qu’on avait observées les quatre
années préalables à 2000, et elle ne reflète
pas une amélioration de l’abondance des
classes d’âge arrivantes. De plus, on a
capturé peu de poissons, voire aucun, du
groupe d’âge 0 (< 10 cm) depuis le relevé de
1996, et l’abondance des poissons de taille
commerciale (µ la taille du protocole sur les
petits poissons, soit 45 cm) reste très basse.
Distribution des prises (kg) de merluche blanche au
cours du relevé par navire scientifique de 2001
Fréquence des longueurs (nombre moyen par trait) dans le
relevé par navire scientifique de 2001
N150
Sept. 2001
0,4
2001
0,3
Average / Moyenne
1984 - 2000
0,2
0,2
0,8
5
0,1
23
45+
0,0
5
0
kg/tow
kg/trait
9 13 17 21 25 29 33 37 41 45 49 53 57 61 65 69 73
Au cours des relevés NS annuels (sept.) dans
le sud du Golfe, la distribution de la
merluche blanche tendait à être disjointe,
des concentrations étant présentes dans les
eaux plus chaudes, soit dans les zones
côtières peu profondes, soit dans les eaux
profondes le long du chenal Laurentien. Le
Sources d’incertitude
Il y a des incertitudes au sujet de la structure
du stock de merluche blanche dans le sud du
Golfe ainsi que du bien-fondé de l'unité de
3
Région du Golfe
Merluche blanche (div. 4T)
au début des années 1990, elles restent encore
bien inférieures à la moyenne. On a capturé
peu de poissons du groupe d’âge 0 (< 10 cm),
voire aucun, depuis le relevé de 1996 et
l’abondance des poissons de taille
commerciale reste très basse. De plus, la
distribution de la merluche blanche continue
d’être concentrée dans une petite partie de
l’aire de distribution occupée avant le début
des années 1990. Le stock ne retrouvera pas
son abondance de la fin des années 1980, à
moins qu’on ne maintienne à un très bas
niveau toutes les formes de mortalité par
pêche.
gestion actuelle (division 4T de l'OPANO).
La question de l'affiliation du stock de
merluche blanche présent dans la dépression
du Cap-Breton soulève également des
incertitudes. Les migrations vers la zone de
relevé ou hors de celle-ci et les migrations
entre les zones occupées par les deux
composantes du stock pourraient influer sur
les estimations de mortalité. Tant qu'on n'aura
pas levé ces incertitudes, il serait peut-être
prudent de continuer à considérer la merluche
blanche de la division 4T de l'OPANO
comme un complexe de stocks.
Il y a également une incertitude au sujet des
débarquements estimés de merluche blanche
dans la pêche récréative en 2000 et 2001
(134 t et 117 t, respectivement). L’industrie
considère
qu’elles
représentent
des
surestimations extrêmes.
Pour obtenir de
renseignements,
plus
amples
communiquer avec :
Tom Hurlbut
Ministère des Pêches et des Océans
Centre des pêches du Golfe
C. P. 5030, Moncton
(Nouveau-Brunswick) E1C 9B6
La distribution et l’abondance de la merluche
blanche dans les secteurs du détroit de
Northumberland qui ne sont pas échantillonés
par le relevé NS annuel soulèvent aussi des
doutes.
Tél. : (506) 851-6216
Fax : (506) 851-2620
Courriel : Hurlbutt@dfo-mpo.gc.ca
Enfin, quoiqu’il y ait beaucoup d’incertitude
au sujet de l’alimentation des phoques dans
le sud du Golfe, certaines analyses donnent à
entendre que la prédation de la merluche
blanche par les phoques pourrait être
considérable.
Références
Beacham, T.D., and S.J. Nepszy. 1980. Some
aspects of the biology of white hake
(Urophycis tenuis), in the southern Gulf
of St. Lawrence. J. Northwest Atlant.
Fish. Sci. 1:49-54.
Perspectives
En 2000, l’indice d’abondance découlant du
relevé NS annuel a atteint le plus haut niveau
observé depuis 1989. Cette hausse était due
surtout à la capture d’un nombre relativement
grand de petites merluches blanches (3040 cm) dans quatre traits réalisés dans la
dépression du Cap-Breton. En revanche, les
résultats du relevé NS de 2001 indiquent que
bien que l’abondance et la biomasse aient
augmenté après les seuils historiques atteints
Hurlbut, T., and G. Poirier. 2001. The Status
of White Hake (Urophycis tenuis
Mitchill) in the southern Gulf of St.
Lawrence (NAFO Division 4T) in 2000.
MPO Secr. can. cons. scient., doc.
rech. 2001/024.
4
Région du Golfe
Merluche blanche (div. 4T)
Musick, J.A. 1969. The comparative biology
of two American Atlantic hakes,
Urophycis chuss and U. tenuis (Pisces,
Gadidae).
Ph.D.
thesis,
Harvard
University, Cambridge.
Distribué par le :
Bureau du p rocessus consultatif régional des
provinces Maritimes
Ministère des Pêches et des Océans
C.P. 1006, Succ. B203
Dartmouth (Nouvelle-Écosse)
Canada B2Y 4A2
Téléphone : 902-426-7070
Courriel : myrav@mar.dfo-mpo.gc.ca
Musick, J.A. 1974. Seasonal distribution of
sibling hakes, Urophycis chuss and U.
tenuis (Pisces:Gadidae) in New England.
Fish. Bull. 72:481-495.
Nepszy, S.J. 1968. On the biology of the hake
(Urophycis tenuis, Mitchill) in the
southern Gulf of St. Lawrence. Thèse de
maîtrise ès sciences, université McGill,
Montréal.
Adresse Internet : www.dfo-mpo.gc.ca/csas
ISSN : 1480-4921
An English version is available on request at
the above address.
Poirier, G.A., G.A Chouinard, D.P. Swain, T.
Hurlbut, C. LeBlanc, R. Morin, and K.F.
Drinkwater. 2001. Preliminary results
from the September 2001 groundfish
survey of the Southern Gulf of St.
Lawrence/Résultats préliminaires du
relevé de septembre 2001 sur les
poissons de fond dans le sud du golfe du
Saint-Laurent. MPO, Secr. can. cons.
scient., doc. rech. 2001/130.
La présente publication doit être
citée comme suit :
MPO, 2002. Merluche blanche du sud du
golfe du Saint-Laurent. MPO Sciences, Rapport sur l’état des stocks
A3-12 (2002).
Scott, W.B., and M.G. Scott. 1988. Atlantic
fishes of Canada. Bull. can. sci. halieut.
aquat. 219: 731 pp.
5
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising