Goberge des divisions 4VWX et de la sous-zone 5 Sommaire 3Pn

Goberge des divisions 4VWX et de la sous-zone 5 Sommaire 3Pn
Région des Maritimes
MPO – Sciences
Rapport sur l’état des stocks A3-13 (1999)
3Pn
4T
4Vn 3Ps
Goberge des divisions 4VWX
et de la sous-zone 5
S.-Z.5 4X
4W
4Vs
Renseignements de base
La goberge de l’Atlantique Ouest est présente depuis le sud
du Labrador jusqu’aux environs du cap Hatteras. Ses
principales concentrations exploitables, toutefois, se
trouvent sur le banc Georges, dans le golfe du Maine et sur
le plateau néo -écossais.
La jeune goberge est étroitement associée aux habitats
côtiers. Elle est recrutée dans les populations du large vers
l’âge de 2 ans. D’après les observations des pêcheurs et des
études acoustiques, la goberge est celui des poissons
apparentés aux morues qui passe le moins de temps sur le
fond. Elle a fortement tendance à se tenir en bancs et, à
l’état adulte, se nourrit d’euphausiacés et de poissons
comme le hareng, le lançon et le merlu argenté.
La goberge atteint la maturité entre 3 et 5 ans selon la
région. Elle présente aussi de nettes différences de taux de
croissance d’une région à une autre, la goberge de la baie
de Fundy grandissant plus vite que celle de l’est du plateau
néo -écossais.
L’unité de gestion comprend la partie canadienne du banc
Georges et du golfe du Maine ainsi que le plateau
néo -écossais. Divers engins sont utilisés pour pêcher la
goberge, essentiellement des chaluts à panneaux mais aussi
des filets maillants, des lignes à main et des palangres. La
goberge est aussi capturée comme prise accessoire dans la
pêche du merlu argenté et du sébaste au filet à petit
maillage.
Novembre 1999
Sommaire
•
La pêche a été médiocre dans la plupart
des secteurs en 1999 par rapport à l’année
précédente.
•
L’étendue géographique de la pêche
demeure restreinte et la plus grande partie
des débarquements provient de l’ouest de
4X.
•
Les fourchettes de tailles et d’âges des
poissons capturés dans le relevé par
navire scientifique et dans la pêche
commerciale ont diminué.
•
L’indice d’abondance, soit les taux de
prises de la pêche commerciale, a diminué
ces deux dernières années et se situe
maintenant au plus bas niveau de la série.
•
Le niveau F0, 1 pour l’année de pêche
commençant le 1er avril 2000 est de
7 000 t.
•
La prudence reste de rigueur dans
l’établissement du niveau de récolte.
Région des Maritimes
Goberge de 4VWX5Zc
Sommaire des attributs de l’état du
stock
La pêche
Débarquements (milliers de tonnes)
Année 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999
Cette année, l’évaluation de stock comprend
une présentation d’attributs de l’état du
stock. Quoiqu’il s’agisse en général des
attributs traditionnels d’une évaluation, on y
intègre aussi parfois des indicateurs plus
nouveaux. On a présenté ces attributs sous
forme de tableau sommaire, propice aux
comparaisons et susceptible d’être utile aux
décideurs.
Attribut
Tendances
récentes
Situation actuelle
Biomasse APS, âges 5+
1982-1999
Taux
d’exploitation APS, âges 4-7
1982-1999
Recrutement APS, âge 2
1982-1999
Condition
(relevés, 19881998)
Concentration de
la ressource
(relevés, 1970 1999)
Aire
géographique
(relevés, 19701999)
Taux de
croissance
(pêche, 1990 1998)
Fourchette
d’âges et de
tailles (pêche et
relevés, 1970 –
1999)
Taux de prises
(engins mobiles,
1982-1999)
Rapports des
pêcheurs
(1999 par rapport
aux dernières
années)
inchangée
inférieure
moyenne.
fluctue autour
du niveau cible
depuis
1995
(F0,1)
à la baisse
proche du plus bas
seuil observé.
inchangée
interprétation
difficile.
plus grande
(distribution
moins
équilibrée)
en diminution
concentration
moindre que celle des
années 1970 et 1980.
à la hausse
à
TAC
21,0
Canada 20,3
TOTAL 21,1
proche du plus bas
seuil observé.
a eu tendance à
augmenter
jusqu’en 1993
et
diminue depuis.
le plus élevé à ce
jour.
moins de grands/
vieux poissons dans
les prises et le relevé.
à la baisse
le plus bas jusqu’ici.
14,5
9,7
9,8
10,0
9,1
9,3
15,0 20,0 12,0
11,9 14,4
12,0
La pêche récente de la goberge continue de
faire l’objet d’importants changements pour
ce qui est tant des zones de pêche que du type
d’engin dominant. Dans les années 1980, les
débarquements de 4VW représentaient
environ 30 % de ceux de toute l’unité de
gestion. En 1998, ils représentaient environ
12 % du total. Dans la division 4X, la
proportion des débarquements de la partie
ouest (unités 4Xpqrs) est passée de 31 % en
1991 à 65 % en 1997 et a légèrement diminué
(61 %) en 1998 et 1999. Les unités 4Xpq
fournissent actuellement la plus grande
proportion des débarquements de goberge de
la moitié ouest de la zone de gestion.
la
à la baisse
24,0
15,2
15,2
Pêche plus basse que
la moyenne pour la
plupart des flottilles
et secteurs; rapports
favorables de l’est de
4X et de 4W.
2
Région des Maritimes
Goberge de 4VWX5Zc
Proportion des débarquements provenant des unités 4X5
40
25
25
20
20
15
15
10
10
5
5
0
0
40
35
30
4Xl
4Xm
4Xn
4Xo
4Xp
4Xq
4Xr
4Xs
4Xu
5Yb
5ZEj
5ZEm
5ZEu
30
40
1996
35
30
25
20
20
15
15
10
10
5
5
0
0
4Xl
4Xm
4Xn
4Xo
4Xp
4Xq
4Xr
4Xs
4Xu
5Yb
5ZEj
5ZEm
5ZEu
25
40
40
35
35
30
1998
50
Débarquements et TAC (000 t)
TAC
1997
Débarquements
40
30
20
10
1999
30
25
25
20
20
15
15
10
10
5
5
0
0
4Xl
4Xm
4Xn
4Xo
4Xp
4Xq
4Xr
4Xs
4Xu
5Yb
5ZEj
5ZEm
5ZEu
1995
4Xl
4Xm
4Xn
4Xo
4Xp
4Xq
4Xr
4Xs
4Xu
5Yb
5ZEj
5ZEm
5ZEu
35
4Xl
4Xm
4Xn
4Xo
4Xp
4Xq
4Xr
4Xs
4Xu
5Yb
5ZEj
5ZEm
5ZEu
1994
30
0
1974
1978
1982
1986
1990
1994
1998
Dans les débarquements de 1998, la
composition selon la taille était plus limitée
qu’en 1997 pour l’ensemble de la pêche.
Jusqu’ici, les prises selon l'âge en 1999 ne
correspondent pas aux attentes en ce qui
concerne certains âges et contiennent
beaucoup moins de poissons des âges 7 et
plus que prévu, et beaucoup plus de poissons
d’âge 5. Les poids moyens selon l’âge ont été
stables ces dernières années.
4Xl
4Xm
4Xn
4Xo
4Xp
4Xq
4Xr
4Xs
4Xu
5Yb
5ZEj
5ZEm
5ZEu
35
En 1999, le TAC de 12 000 t a été réparti
proportionnellement sur une saison de pêche
de 15 mois se terminant le 31 mars 2000, ce
qui donne un chiffre de 13 440 t. Les
débarquements à la fin d’août 1999 étaient de
5 054 t. La plupart des flottilles ont indiqué
qu’elles ne pourraient pas capturer leur quota.
40
La contribution des gros chalutiers (catégorie
de tonnage [CT] 4+) aux débarquements a
diminué constamment depuis 1981. Par
contre, les contributions des chalutiers des
CT 1-3 et des bateaux de pêche aux engins
fixes (filets maillants, palangres) ont
augmenté durant la même période.
Lors de consultations avec l’industrie tenues
en septembre et en octobre 1999, les pêcheurs
ont fait état de résultats divers dans la pêche
de la goberge cette année. En général, ils
considéraient la pêche médiocre dans une
bonne partie de l’unité de gestion et ont
signalé qu’il y avait moins de grandes
goberges. Toutefois, certains pêcheurs au filet
maillant ont indiqué que, contrairement à ce
qui s’est passé en 1997 et en 1998, la pêche
était relativement bonne dans 4W et dans
l’est de 4 X. Autre exception, les grands
bateaux de pêche aux engins mobiles ont
signalé qu’ils ont pu répondre aux besoins du
marché en 1999.
En 1998, les débarquements ont augmenté à
14 371 t, par rapport aux 11 936 t de 1997. À
l’exception des gros bateaux de pêche aux
engins mobiles, la plupart des flottilles ont pu
capturer leur quota. Les débarquements de
goberge dans la pêche du merlu argenté au
filet à petit maillage, qui étaient de 10 t en
1998, ont chuté à 6 t en 1999. Les
débarquements de goberge en provenance de
la pêche du sébaste dans la zone canadienne,
pratiquée elle aussi au moyen d’engins à
maillage relativement petit, s’élevaient à
436 tonnes.
3
Région des Maritimes
Goberge de 4VWX5Zc
Dans la dernière évaluation, on notait une
distribution de la pêche de la goberge
atypique en 1998, qui semblait correspondre à
des conditions océaniques anormales, en
particulier à l’apport d’eau du plateau
labradorien dans le centre et l’ouest du
plateau néo-écossais. Cette année, les rapports
de distribution inhabituelle ont été moins
fréquents, ce qui coïncide avec un retour à
des conditions océanographiques plus
normales.
Taux de prises normalisés (t/h)
2
1.5
Totalité de l’unité de gestion, tous les
bateaux de pêche aux engins mobiles
1
0.5
4X5. CT 1-3, engins
mobiles
seulement
0
1982 1984 1986 1988 1990 1992 1994
État de la ressource
1996 1998
La série sur les taux de prises a culminé en
1985, lorsque la forte classe d’âge de 1979 a
été pleinement recrutée, puis elle a fléchi.
Après une légère augmentation de 1994 à
1996, elle a diminué par la suite. Cette série
est jugée révélatrice des tendances de la
population en général.
L’évaluation de l’état du stock est fondée, en
partie, sur une analyse des statistiques des
débarquements, de l’échantillonnage des
prises commerciales pour en établir la
composition par taille et par âge, et des
tendances des taux de prises de la pêche
commerciale. D’autres indicateurs de l’état du
stock, comme la distribution de la pêche et de
la ressource, la structure des tailles et des
âges, la condition du poisson et le taux de
croissance de celui-ci ont été intégrés à
l’évaluation dans la mesure du possible. La
présente évaluation englobe les données de
1998 mises à jour ainsi que les taux de prises,
les débarquements et les données sur la
composition selon l’âge et la taille au 31 août
de l’année en cours.
Le taux de croissance de la goberge, établi
d’après le poids selon l’âge dans la pêche, suit
une tendance à la hausse depuis 1992; il a
atteint maintenant le plus haut niveau des
années 1990.
La présente évaluation n’a pas recours aux
données des relevés par navire scientifique
comme indice d’abondance, en raison de
variations interannuelles considérables et
inexpliquées dans de nombreuses classes
d’âge, ce qui ne concorde pas avec nos
connaissances sur la dynamique des pêches.
Toutefois, les données de ces relevés
fournissent des renseignements à long terme
sur la structure des tailles et des âges de la
population, et révèlent une raréfaction des
grands poissons dans les relevés de ces
dernières années par rapport à la moyenne sur
dix ans.
On a utilisé comme indice d’abondance dans
l’évaluation la série sur les taux de prises
normalisés et, compte tenu de la part
décroissante des bateaux des CT 4+ dans la
pêche depuis 1991, on a élaboré une nouvelle
série fondée sur les données des bateaux des
CT 1 à 3 dans 4X/5. La série sur les taux de
prises normalisés tient compte des différences
dans les taux de prises selon la catégorie de
tonnage des bateaux, le type de maillage,
l’unité géographique, le mois et l’année.
4
Région des Maritimes
Goberge de 4VWX5Zc
considérables dans la distribution de la
goberge dans les années 1990.
bre
Fréquence des longueurs ( n ) dans les relevés d’été par NS
15 000
1996
10 000
Un relevé commun de l’industrie et des
Sciences du MPO effectué par la flottille de
pêche selon des QIT dans la division 4X a
aussi révélé l’absence de poissons de plus de
40 cm en 1998 et 1999 par rapport aux trois
années de relevé précédentes.
5 000
15 000
1997
10 000
5 000
15 000
Distributions des fréquences de longueurs dans les relevés
industrie/MPO dans 4X
1998
10 000
100
80
60
40
20
100
80
60
40
20
100
80
60
40
20
100
80
60
40
20
100
80
60
40
20
0
5 000
15 000
1999 par rapport à
la moyenne sur 10 ans
10 000
5 000
0
0
20
40
60
80
100
120
Longueur (cm)
La condition du poisson examiné pendant les
relevés a varié d’année en année et,
dernièrement, ne présentait pas de tendance.
On peut se fonder sur la proportion des
stations du relevé qui englobent 75 % de la
biomasse annuelle estimée selon le relevé
pour mesurer la concentration de la
ressource. La distribution de la goberge a été
plus équilibrée de 1970 à 1992 et elle est
moins équilibrée (plus concentrée) depuis
1992. La proportion des traits du relevé
annuel dans lesquels de la goberge a été
capturée peut quant à elle servir à mesurer
l’étude de l’aire de distribution. La
proportion de traits du relevé comportant de la
goberge a été à la hausse jusqu’en 1993, puis
a diminué jusqu’en 1998. Pour cette
ressource, ces mesures de la distribution
spatiale sont relativement nouvelles et leur
interprétation n’est pas encore établie
définitivement. Combinées, ces deux mesures
de la distribution spatiale de la goberge
révèlent
toutefois
des
changements
1995
1996
1997
1998
1999
0
20
40
60
80
Longueur (cm)
100
120
Dans l’ensemble, les taux de prises de ce
relevé ont suivi une tendance à la baisse, qui
s’est légèrement redressée dans le relevé de
1999.
Cette année, les données utilisées dans
l’analyse de population séquentielle (APS)
comprennent des renseignements sur les
débarquements et les taux de prises pour 4X/5
seulement, compte tenu du taux de croissance
plus lent de la goberge de la composante
4VW et de la contribution de moins en moins
grande de ce secteur aux débarquements
totaux.
5
Région des Maritimes
Goberge de 4VWX5Zc
Dans l’évaluation de l’an dernier, il était
indiqué que les estimations récentes du taux
d’exploitation et de la biomasse comportaient
considérablement d’incertitude. Cela est dû en
bonne part à une tendance rétrospective très
prononcée dans le modèle de population, les
estimations successives de l’effectif des
classes
d’âge
s’amenuisant
souvent
considérablement au fur et à mesure qu’on
dispose de plus de données. Cette année, il a
été démontré que le problème pouvait être
réduit de beaucoup si on intégrait moins de
poissons âgés dans l’indice.
Taux d’exploitation (âges 4-7)
50 %
40 %
30 %
20 %
10 %
0%
1982
70
Biomasse des âges 5+
40
30
Effectif de la classe d’âge 2
20
10
0
1986
1990
1994
1990
1994
1998
Contrairement à de nombreuses autres
évaluations de stock, l’évaluation de la
goberge ne peut s’appuyer actuellement sur
un indice d’abondance indépendant de la
pêche. Elle fait donc appel aux taux de prises
de la pêche commerciale aux engins mobiles
comme indice d’abondance. Or, les taux de
prises de la pêche commerciale peuvent être
influencés
par
des
changements
technologiques ainsi que par des changements
dans la distribution spatiale de la ressource et
la disponibilité du poisson à l’engin. Face à
cette situation, l’industrie et le MPO ont
entrepris une étude de faisabilité d’un relevé
acoustique/relevé au chalut pour évaluer cette
ressource.
60
1982
1986
Sources d’incertitude
Biomasse des âges 5+ (‘000 t) et recrutement ( millions)
80
50
Cible
1998
La biomasse de la population des âges 5+ a
atteint un maximum en 1985, puis a
régulièrement diminué pour tomber à un
minimum en 1995. Grâce aux quotas
comparativement bas et au recrutement de la
classe d’âge de 1992, d’effectif modéré, la
population a légèrement augmenté depuis
1995. Le recrutement récent a suivi une
tendance à la baisse depuis la classe d’âge de
1992.
Les analyses de population séquentielles
reposent en général sur l’hypothèse d’une
relation proportionnelle entre l’indice et la
population. Tel qu’indiqué ci-dessus, il existe
une incertitude considérable en ce qui
concerne la série sur l’indice des taux de
prises commerciales, en particulier pour ce
qui est de savoir si la relation entre l’indice et
la population est restée constante pendant
toutes les années 1990.
Le taux d’exploitation parmi les âges 4-7 a
atteint un maximum en 1991, puis a décliné
jusqu’en 1996. Depuis, il a été variable, mais
proche du niveau cible F0,1 (24%, F0,1 =0,30).
On estime actuellement que le taux
d’exploitation de 1999 est le plus bas depuis
1982.
6
Région des Maritimes
Goberge de 4VWX5Zc
Perspectives
Probabilité que la biomasse n’augmente pas ou que le taux
d’exploitation cible soit dépassé en 2000-2001
1,00
Ces dernières années, on a observé des
changements dans le régime de recrutement
partiel à la pêche et constaté que les poissons
âgés étaient moins présents. Les projections
fondées sur le plein recrutement des poissons
des âges supérieurs ont donc abouti à un
décalage entre les compositions selon l’âge
observées et celles qu’on avait prédites.
Compte tenu de cet état de faits, on a utilisé
une courbe de recrutement partiel en dôme.
De plus, on a tablé sur des retraits totaux
supplémentaires de 4 000 t pour l’année de
pêche
actuelle,
qui
se
termine
le 31 mars 2000.
0,80
Hausse de 10% de
biomasse
0,60
0,40
0,20
000
0
1 000
2 000
3 000
4 000
5 000
6 000
7 000
8 000
9 0 0 0 10 000
Rendement (t) en 2000-20001
Ces résultats ne donnent des indications que
pour 4X/5. En se fondant sur les proportions
de biomasse de goberge observées durant les
relevés dans 4VW par rapport à 4X au cours
des quatre dernières années pour avoir une
idée approximative de la distribution de la
ressource, on suggère d’augmenter les prises
estimées à F0,1 dans 4X/5 de 20 % (ce qui les
porterait à environ 7000 t) afin d’obtenir une
estimation des prises à F0,1 pour l’ensemble de
l’unité de gestion. À noter que l’exclusion des
données de 4VW de l’APS ne visait pas à
refléter un changement dans notre perception
de la structure du stock.
Dans ces conditions, les débarquements à F0,1
pour l’année de pêche commençant le
1er avril 2000 seraient d’environ 5 700 t dans
4X/5 et la croissance de la biomasse au début
de l’année de pêche 2001 serait d’environ
20 %.
Taux d’exploitation (trait plein ) et changement dans la
50 % biomasse des âges 5+ (trait discontinu) (4X5 seulement)
Taux
d’exploit. >
24 %
40 %
Taux d’exploitation
30 %
30 %
F0,1
20 %
20 %
10 %
10 %
0%
0
1 000
2 000
3 000 4 000 5 000 6 000 7 000 8 000
Rendement en 2000-2001 (t)
Changement dans la biomasse
40 %
En résumé, le stock de goberge reste affaibli.
Tel qu’indiqué dans le tableau sur l’état de la
ressource, la biomasse est inférieure à la
moyenne, le recrutement récent a été
médiocre, les poissons âgés sont absents de la
population, et il y a des changements spatiaux
inquiétants dans la distribution de la ressource
et dans celle de la pêche. La prudence est de
rigueur dans l’établissement des niveaux de
récolte.
0%
9 000 10 000
Si les prises de l’année de pêche commençant
le 1er avril 2000 sont de 5 700 t, la probabilité
de ne pas obtenir une augmentation de 10 %
de la biomasse d’ici le début de l’année de
pêche 2001 est négligeable.
7
Région des Maritimes
Pour obtenir de
renseignements,
Goberge de 4VWX5Zc
plus
amples
Distribué par le :
Bureau du processus consultatif des provinces
Maritimes
Ministère des Pêches et des Océans
C.P. 1006, Succ. B203
Dartmouth (Nouvelle-Écosse)
Canada B2Y 4A2
Téléphone : 902-426-7070
Courriel : myrav@mar.dfo-mpo.gc.ca
communiquer avec :
John Neilson
Station biologique de St. Andrews
St. Andrews (Nouveau-Brunswick)
E0G 2X0
Adresse Internet : http://www.dfo-mpo.gc.ca/csas
ISSN : 1480-4921
TÉL. : (506) 529-8854
FAX : (506) 529-5862
Courriel : neilsonj@mar.dfo-mpo.gc.ca
An English version is available on request at the above
address.
Références
Neilson, J., Perley P., and C. Nelson 1999.
The 1999 assessment of pollock
(Pollachius virens) in NAFO
Divisions 4VWX and Subdivision
5Zc. MPO, Secr. can. pour l’éval. des
stocks, doc. de rech. 99/160.
La présente publication doit être citée
comme suit :
MPO 1999. Goberge des divisions 4VWX et
de la sous-zone 5. MPO - Sciences,
Rapport sur l’état des stocks A3-13
(1999).
8
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising