Info-Carburant Aperçu national

Info-Carburant Aperçu national
Info-Carburant
Aperçu national
Les prix du diesel ont augmenté de 0,7 cent le litre à plus de 1 dollar
de litre depuis la semaine dernière. Il s’agit d’une augmentation de
11 cents le litre par rapport à la même période l’an dernier. Les prix
du mazout de chauffage ont grimpé de 1 cent le litre à 86 cents le
litre, une augmentation de près de 10 cents le litre depuis un an.
Faits récents
• Un point pour l’économie, zéro pour l’environnement :
Les faits saillants du troisième rapport annuel des Indicateurs
canadiens de durabilité de l'environnement révèle que
l'indicateur de l'exposition à l'ozone troposphérique, un
composant du smog, a augmenté au fil du temps et bien que les
émissions de gaz à effet de serre sont restées pratiquement au
même niveau en 2005 qu'en 2004, mais sont de beaucoup
supérieures aux niveaux enregistrés en 1990. Toutefois,
l'intensité des émissions de gaz à effet de serre a continué de
diminuer en 2005, mais, il y a eu une augmentation des
émissions totales entre 1990 et 2005 en raison d'une activité
économique accrue. (Statistique Canada, Le Quotidien, http://www.
statcan.ca/Daily/Francais/071015/q071015b.htm )
• Les ventes de véhicules automobiles ont augmenté de
2,8 % en août : Les ventes de véhicules automobiles neufs ont
augmenté de 2,8 % en août, ce qui a effacé en partie trois mois de
baisse. L'Ontario et le Québec sont à l'origine de près de 95 % de
cette hausse. Les ventes de camions ont dépassé les ventes de
voitures particulières ayant été à l'origine de plus de 85 % de la
hausse du nombre total de véhicules vendus. (Statistique Canada,
Le Quotidien, http://www.statcan.ca/Daily/Francais/071015/q07101
5a.htm )
• Débat sur le carburant à l’éthanol : Une étude récente des
marchés mondiaux de la CIBC a conclu que l’ajout de l’éthanol
produit à partir du maïs aux réserves américaines de carburant
ne fera qu’augmenter les prix des aliments. Mais un sondage
récent a révélé que la majorité des répondants croient que la
hausse des prix du pétrole, et non l’éthanol, est responsable de la
montée des coûts des aliments et que 48 % n’avaient jamais
entendu parler de l’incidence de l’éthanol sur le prix des aliments
et sur l’environnement. http://research.cibcwm.com/economic_pu
blic/download/feature1.pdf
120
120
100
100
80
80
60
60
40
40
Cents / Litre
140
20
20
Essence au détail
Sans les taxes
Pétrole brut
O-07
J-07
A-07
J-07
A-07
J-07
M-07
D-06
S-06
N-06
J-06
A-06
A-06
M-06
J-06
F-06
D-05
S-05
O-05
J-05
A-05
M-05
M-05
J-05
0
F-05
0
Figure 2: Prix hebdomadaires de
l’essence ordinaire
2005
2006
2007
130
120
110
Cents / Litre
Les prix de détail de l’essence sont demeurés plutôt stables au cours
des trois dernières semaines malgré les pressions à la hausse des
prix de gros de l’essence et des prix mondiaux du brut. La montée
actuelle mondiale des prix du brut, à un niveau record de 90 $US,
est causée principalement par une conjoncture de facteurs
fondamentaux du marché, comme les bas niveaux de stock et le peu
de capacité des raffineries, et des facteurs non fondamentaux
comme l’augmentation des activités boursières par les spéculateurs
dans les marchés du brut et la croissance des tensions géopolitiques
entre la Turquie et l’Iraq. Ceci dit, les prix du brut sont 12 cents plus
élevés qu’il y a un an, ce qui coïncide avec des augmentations
semblables pour l’essence, le diesel et le mazout à chauffage
140
100
90
80
70
60
J
F
M
A
M
J
J
A
S
O
N
D
Changement des prix des combustibles
Semaine du:
¢/L
2007-10-23
Changement de:
Semaine
précédente
An
dernier
Essence
99,2
-0,5
+11,5
Diesel
101,5
+0,7
+11,3
Mazout de
chauffage
86,2
+1,0
+10,4
Source: RNCan
Dans le présent bulletin
page
Aperçu national
1
Fais récents
1
Aperçu de l’ essence au détail
2
Prix de gros de l’essence
3
Marges du raffineur et du négociant
4
Aperçu du pétrole brut
5
Supplément
6
Supplément d’Info-Carburant:
Les dix plus grosses entreprises productrices de
pétrole et détentrices de réserves au monde en
2006.
Cents / litre
Figure 1: Comparaison des prix du brut et
de l’essence ordinaire (moyenne nationale)
Légère baisse des prix de détail de l’essence à
99 cents le litre depuis la semaine dernière
Les prix moyens de détail de l’essence au Canada ont fléchi
légèrement de 0,5 cent le litre jusqu’à 99 cents le litre, durant la
semaine du 23 octobre 2007, par rapport à la semaine précédente.
Cependant, ceci représente une augmentation de 2 cents le litre par
rapport à notre dernier rapport du 12 octobre 2007.
Volume 2, Bulletin 21
Le 26 octobre 2007
Volume 2, Bulletin 21
Page 2 de 6
Aperçu de l’essence au détail
La moyenne sur quatre semaines des prix de l’essence
au Canada pour la période se terminant le 23 octobre était
de 99 cents le litre, une légère diminution de 0,4 cent le
litre depuis notre dernier rapport du 12 octobre 2007.
Cependant, ceci représente une augmentation de 11 cents le
litre depuis la même période en 2006.
auraient pu être de 35 cents le litre plus élevés en
septembre atteignant 1,40 $ le litre.
La moyenne sur quatre semaines des prix du brut a
reculé de 0,5 cent le litre à presque 50 cents le litre par
rapport à il y a deux semaines. Cependant, les prix du brut
sont presque 10 cents le litre plus élevés qu’à la même
période il y a un an.
Les prix de détail de l’essence, si on les compare à ceux
du dernier rapport, ont chuté de 1 à 4 cents le litre dans
la plupart des centres, sauf Montréal qui a enregistré
une augmentation de 4 cents le litre après avoir survécu
à une forte période de compétition des prix. De façon
générale, les villes de l’Ouest (Vancouver à Winnipeg)
ont reculé de presque 3 cents le litre, tandis que les
villes de l’Est (Toronto à St John’s) n’ont connu qu’une
légère baisse de 0,4 cent le litre.
En général, les consommateurs canadiens ont été protégés
de la montée des prix mondiaux du brut par l’augmentation
de la valeur du dollar canadien. En fait, si ce n’avait pas été
de l’augmentation du dollar canadien, les prix de l’essence
La composante des coûts et marges du raffineur et du
détaillant est demeurée inchangée dans tous les centres
au cours des deux dernières semaines à plus de 16 cents
le litre.
Figure 3: Prix à la pompe de l’essence ordinaire dans certaines villes
Moyenne de 4 semaines (du 2 au 23 octobre 2007)
140
120
118,3
Brut (estimatif)
Taxes fédérales (accise,TPS)
Taxes provinciales
121,5
6,2
10,7
16,7
16,9
104,5
100
102,7
Cents / Litre
80
45,3
43,8
60
15,9
94,7
15,0
11,5
15,8
15,7
9,0
15,4
103,7
100,1
94,7
20,5
Coût et marges du raffineur et du négotiant
Taxe de vente harmonisée (TVH)
14,7
18,0
20,2
21,8
22,8
50,1
50,1
50,1
50,1
23,9
99,1
10,7
103,8
15,5
12,2
12,8
109,1
99,9
16,5
15,8
98,9
16,8
13,4
15,7
10,0
15,5
15,4
18,3
19,1
16,5
50,1
50,1
50,1
50,1
15,4
15,5
10,0
10,0
14,5
14,2
16,1
50,1
50,1
50,1
40
50,1
50,1
20
Source: RNCan
C
an
ad
a
H
al
ifa
x*
C
ha
rlo
tt
et
ow
n*
St
.J
oh
n'
s*
M
on
tr
éa
l*
S
ai
nt
-J
ea
n*
To
ro
nt
o
g
W
in
ni
pe
R
ég
in
a
C
al
ga
ry
W
hi
te
ho
rs
e
Y
el
lo
w
kn
ife
V
an
co
uv
er
0
* Marchés en régie
Pourquoi les prix de l’essence diffèrent-ils d’une station-service ou d’une ville à l’autre?
Plusieurs facteurs ont une influence sur les prix de l’essence d’une région à l’autre. Cependant, des études récentes ont démontré
qu’un des principaux facteurs qui influent sur le prix de l’essence est le débit moyen, autrement dit les ventes par détaillant dans
un marché en particulier. Un détaillant qui présente des volumes de ventes plus bas peut devoir demander des prix plus élevés
pour obtenir des revenus suffisants pour couvrir les coûts fixes d’exploitation de son commerce. Étant donné que le détaillant
ayant le plus bas coût marginal établit souvent les prix pour un marché donné, le débit moyen sert à expliquer pourquoi les
commerces dans les petites collectivités ont souvent des prix plus élevés que ceux dans les grands centres.
Le nombre de commerces pour une taille de population donnée peut également être un facteur important en calculant la marge
dans un marché en particulier. Plus il y a de clients dans un commerce, plus le détaillant a la chance de vendre des produits
accessoires. De fait, les grandes surfaces telles que Wal-Mart et Cosco perçoivent la vente d’essence à bas prix comme un moyen
d’attirer des clients à leurs magasins et d’augmenter les ventes d’autres produits. L’émergence de ces détaillants a fait chuter la
marge du détaillant sur l’essence dans plusieurs villes canadiennes. Parmi les autres conditions qui prévalent dans un marché, on
trouve la disponibilité et la proximité des approvisionnements, les différents coûts d’exploitation, ainsi que la demande et les
préférences des consommateurs. Ce sont aussi des facteurs importants qui influencent les prix à la pompe. Pour plus de
renseignements, consultez le site suivant : http://infocarburant.rncan.gc.ca/reports/2005-07/understanding/retail_prices_f.cfm
Volume 2, Bulletin 21
Page 3 de 6
Prix de gros de l’essence
Les prix de gros de l’essence ont grimpé dans tous les
centres choisis pour la semaine du 18 octobre, par
rapport à la semaine précédente. En général, les prix de
gros, influencés par les prix élevés records du brut, ont
augmenté de 1 à presque 3 cents le litre.
Les prix de gros dans les centres canadiens et américains
ont augmenté de 1 à 4 cents le litre au cours des deux
dernières semaines, compensant en partie les baisses des
semaines précédentes. Cependant, les prix sont
demeurés de 1 à 3 cents plus bas qu’il y a quatre
semaines.
Les marchés de l’Est, aussi bien au Canada qu’aux ÉtatsUnis ont connu des augmentations de prix allant de 2 à
3 cents le litre, comparativement à la semaine précédente,
pour terminer la période entre 57 et 61 cents le litre. Les
prix de gros de l’essence des marchés de l’Ouest ont
également connu une hausse de 1 à 2 cents le litre,
terminant le 18 octobre entre 58 et 61 cents le litre.
En général, les prix dans les centres choisis sont bien audessus des niveaux de l’an dernier. Les augmentations se
situent entre 12 cents le litre à Toronto et 6 cents le litre à
Vancouver.
Figure 4: Prix du gros de l’essence
Prix à la rampe dans certaines villes canadiennes et américaines le 18 octobre 2007 (¢ CA/L)
Vancouver
80
80
80
80
70
70
70
70
60
60
60
60
50
50
50
50
40
40
40
40
30
30
30
30
S-07
J-07
A-07
J-07
M-07
A-07
J-07
M-07
D-06
N-06
S-06
O-06
J-06
A-06
M-06
90
A-06
J-06
S-07
J-07
A-07
J-07
M-07
A-07
J-07
M-07
D-06
N-06
S-06
O-06
J-06
A-06
M-06
100
Grand Forks
90
80
80
80
80
70
70
70
70
60
60
60
60
50
50
50
50
40
40
40
40
30
30
30
30
Halifax
90
90
Boston
Sources: RNCan, Bloomberg Oil Buyers Guide
S-07
A-07
J-07
J-07
M-07
A-07
M-07
J-07
D-06
N-06
S-06
O-06
30
A-06
40
30
J-06
50
40
M-06
60
50
A-06
70
60
M-06
70
J-06
80
F-06
80
90
A-07
J-07
J-07
M-07
A-07
M-07
J-07
D-06
N-06
S-06
O-06
A-06
J-06
M-06
A-06
M-06
Rochester
J-06
100
100
Montréal
F-06
S-07
A-07
J-07
J-07
M-07
A-07
M-07
J-07
D-06
N-06
S-06
O-06
A-06
J-06
M-06
A-06
M-06
J-06
100
Cents / Litre
100
90
Buffalo
F-06
Cents / Litre
Edmonton
100
Toronto
90
Cents / Litre
A-06
M-06
J-06
100
M-06
90
F-06
100
90
Seattle
Cents / Litre
100
90
F-06
Cents / Litre
100
Le formulaire de demande du programme de
remise écoAUTO est maintenant disponible
Les Canadiens qui ont acheté des véhicules admissibles à
compter du 20 mars 2007 peuvent présenter une
demande de remise dans le cadre du Programme de
remise écoAUTO allant de 1 000 $ à 2 000 $ à l'achat de
véhicules éconergétiques neufs. On peut se procurer le
formulaire de demande en visitant le site Web
www.ecoaction.gc.ca/ecoauto, en se rendant chez un
concessionnaire automobile, ou en composant le numéro
sans frais d'écoAUTO, le 1 866-506-6804. Pour plus de
renseignements sur ce programme, consultez le
www.ecoaction.gc.ca/ecoauto
Volume 2, Bulletin 21
Page 4 de 6
Marges du raffineur et du négociant
Les moyennes mobiles sur quatre semaines sont
utilisées pour les marges du raffineur et du détaillant
illustrées à la figure 5 pour la période se terminant le
23 octobre.
Les marges du raffineur sont la différence entre le coût du
brut et le prix du gros auquel le raffineur peut vendre
l’essence. La marge comprend, les coûts associés avec le
raffinage des produits ainsi que le profit du raffineur.
Dans la foulée d’une augmentation continue tout au long
de l’année, les marges poursuivent maintenant leur déclin
pour atteindre leur niveau le plus bas de l’année à environ
8 cents le litre, ce qui indique un rééquilibrage de l’offre
et de la demande au Canada et aux États-Unis. Si l’on
observe les changements d’une année à l’autre, les centres
de l’Est ont augmenté de presque 3 cents le litre, tandis
que les deux centres de l’Ouest ont connu une
augmentation semblable de 4 cents le litre.
Les marges du raffineur augmentent généralement
lorsque les approvisionnements sont restreints et que la
demande augmente, comme durant la période de
conduite de l’été. La tendance inverse se manifeste vers la
fin de la saison.
Vancouver et Calgary ont connu les plus grandes
fluctuations dans les marges du raffineur, allant de
36 cents le litre à 8 cents le litre depuis le début de 2007.
Des cinq centres, Halifax a enregistré la plus basse marge
à 6 cents le litre.
Figure 5: Marges du raffineur et du négociant
(Moyenne mobile sur 4 semaines se terminant le 23 octobre 2007)
_______
------- Marge du raffineur
Marge du négociant
Vancouver
O-07
J-07
J-07
A-07
O-07
J-07
A-07
A-05
O-07
J-07
A-07
J-07
O-06
J-06
J-06
A-06
O-05
J-05
A-05
Cents / Litre
40
35
30
25
20
15
10
5
0
-5
40
35
30
25
20
15
10
5
0
-5
J-05
O-07
J-07
A-07
J-07
O-06
J-06
A-06
J-06
O-05
J-05
A-05
O-06
-5
J-07
0
-5
O-06
5
0
J-06
10
5
Halifax
40
35
30
25
20
15
10
5
0
-5
J-05
Cents / Litre
J-06
J-06
15
10
A-06
20
15
J-06
25
20
O-05
30
25
J-05
35
30
Montréal
40
35
30
25
20
15
10
5
0
-5
Source: RNCan
40
35
J-05
O-07
J-07
A-07
J-07
O-06
J-06
A-06
J-06
O-05
J-05
A-05
Toronto
40
Cents / Litre
40
35
30
25
20
15
10
5
0
-5
J-05
Cents / Litre
Calgary
40
35
30
25
20
15
10
5
0
-5
A-06
O-05
A-05
J-05
40
35
30
25
20
15
10
5
0
-5
J-05
Cents / Litre
40
35
30
25
20
15
10
5
0
-5
O-07
J-07
A-07
J-07
O-06
J-06
J-06
A-06
O-05
J-05
J-05
40
35
30
25
20
15
10
5
0
-5
A-05
Cents / Litre
Moyenne Nationale
40
35
30
25
20
15
10
5
0
-5
Volume 2, Bulletin 21
Page 5 de 6
Aperçu du pétrole brut
Le prix du brut approche la barre des 90 $US le baril
une situation déjà difficile au Moyen-Orient et ainsi
ajouter une prime géopolitique aux prix du pétrole brut.
Pour la semaine se terminant le 19 octobre, la moyenne
des prix du brut se situait entre 515 $ et 537 $/m3
(84 $US et 88 $US le baril). Tous les prix sont en
hausse par rapport à la semaine précédente,
l’Edmonton Par enregistrant les plus importants gains
avec un bond de 38,20 $/m3 (6,73 $US le baril).
L’OPEP continue de prétendre qu’avec l’accroissement
des stocks de brut américains, le marché se porte bien. Le
secrétaire général de l’OPEP a déclaré que « les
spéculateurs, des problèmes de congestion dans les
raffineries et le travail de maintenance saisonnier, les
problèmes géopolitiques au Moyen-Orient ainsi que les
fluctuations du dollar américain » sont les facteurs qui
ont contribué à la montée des prix et non pas le manque
d’approvisionnement de la part de l’OPEP.
Le 18 octobre, les prix du brut au NYMEX ont passé la
barre des 90 $US le baril lors d’opérations réalisées
après la clôture. Alors que les prix n’ont encore pas
clôturé au dessus de ce niveau, il n’y a aucune
indication qu’ils diminueront à court terme. Malgré des
prix records élevés, lorsqu’ils sont ajustés en tenant
compte de l’inflation, les prix du brut américains sont
tout de même plus bas que ceux du début des années
1980.
Avec la saison des ouragans qui se prolonge jusqu’à la fin
novembre, la possibilité d’une tempête tropicale qui
viendrait perturber la production de pétrole existe
toujours, ce qui ajouterait une pression haussière
additionnelle sur le prix du brut.
La possibilité qu’une invasion militaire du nord de
l’Iraq par les forces turques pourrait perturber la
production de pétrole dans la région, vient compliquer
Prévisions sur le mazout à chauffage
$CA/m3
Figure 6: Comparaison des prix du pétrole brut
600
600
550
550
500
500
450
450
400
400
350
350
300
300
01/06 04/06 07/06 10/06 01/07 04/07 07/07
Par d'Edmonton corrigé
WTI à Cushing
oct.
(hebdo.)
Brent
Changement des prix du pétrole brut
Prix du
pétrole brut
Changement de
Semaine du
2007-10-19
$CA/
3
m
Semaine
précédente
An dernier
$US/
baril
$CA/
3
m
$US/
baril
$CA/
3
m
$US/
baril
Par
d’Edmonton
515,15
84,19
+38,20
+6,73
+122,70
+29,20
WTI
537,55
87,84
+35,86
+6,37
+121,36
+29,54
Brent
517,51
84,57
+30,56
+5,49
+103,40
+26,55
Source: RNCan
Selon la U.S. National Oceanic Atmospheric
Administration, l’hiver dans les 48 états les plus bas
devrait être 4 % plus froid que l’an dernier, mais 2 %
plus chaud que la moyenne des 30 dernières années
(1971 à 2000). On s’attend donc à ce que la
consommation de mazout à chauffage augmente.
Bien que seulement 7 % des 107 millions des foyers
américains dépendent du mazout à chauffage pour se
chauffer, la plupart sont dans le Nord-Est où 32 %
utilisent le mazout comme moyen principal de
chauffage. Dans cette région, le foyer moyen devrait
payer 22 % de plus que l’hiver dernier, à cause d’une
augmentation de 16 % des prix et de 5 % de la
consommation. Un autre facteur qui contribue à
l’augmentation des prix du mazout à chauffage au cours
des dernières années est l’augmentation de la demande
mondiale pour le diesel (voir le numéro 19, volume 2 de
l’Info-Carburant, Comment comprendre les différences
entre le prix de détail de l’essence et celui du diesel). Le
mazout de chauffage et le diesel sont tous deux des
distillats. La croissance économique dans des pays
comme la Chine et l’Inde ont fait grimper la demande
pour les distillats et augmenter les prix.
Par comparaison, les Canadiens ont consommé près de
4 milliards de litres de mazout à chauffage en 2006. Des
13 millions de foyers canadiens, 10 % dépendent du
mazout à chauffage. Étant donné le climat plus
rigoureux du Canada et la proximité de l’important
marché américain, les consommateurs canadiens
peuvent s’attendre à voir les prix monter. Cependant,
cette situation sera peut-être contrebalancée par le fait
que les raffineurs canadiens produisent du mazout à
chauffage plus tôt dans la saison froide et en quantité
suffisante pour répondre à la demande attendue et ainsi
bâtir des stocks adéquats qui souvent minimise les
fluctuation de prix.
Sources : EIA, Short-Term Energy and Winter Fuels
Outlook, octobre 2007; This Week in Petroleum, le
11 octobre 2007; RNCan.
Supplément
Volume 2, Bulletin 21
Page 6 de 6
Les dix plus grosses entreprises productrices
de pétrole au monde
Dans notre rapport précédent (volume 2, bulletin 20, 12 octobre 2007) nous avons jeté un regard sur
les 15 plus grands pays producteurs de pétrole. Dans ce bulletin, nous étudions des dix plus grosses
entreprises productrices de pétroles et détentrices de réserves en 2006. À noter que les entreprises
nationales dominent le palmarès alors que seulement trois du secteur privé se classent parmi les dix
premières. Plusieurs des entreprises nationales étaient précédemment dans le secteur privé et ont été
nationalisées au cours des années 70. On remarquera que l’industrie du pétrole est très concentrée.
Les dix entreprises les plus importantes du tableau contrôlent presque 68 % des réserves connues de
pétrole.
Saudi Aramco et National Iranian Oil Co. sont en tête de la liste des producteurs et des détenteurs de
réserves de pétrole avec une production combinée de 4,6 milliards b/j (barils par jour) et des réserves
combinées de 396 millions b/j. Par comparaison, toutes les compagnies pétrolières canadiennes
réunies produisent 968 millions b/j, soit environ 30 % de ce que produit la plus grande compagnie
pétrolière au monde.
Entreprise
Production
annuelle de
brut
(en million
de barils)
Rang
Entreprise
Réserves
mondiale
de pétrole
(milliard
de barils)
Rang
Saudi Arabian Oil
Company (N)
3 248,5
1
Saudi Arabian Oil Company
(N)
259,9
1
National Iranian Oil
Company (N)
1 405,3
2
National Iranian Oil Co. (N)
136,3
2
Petroléos Mexicanos (N)
1 332,0
3
Iraq National Oil Company
(N)
115,0
3
Petroléos de Venezuela (N)
935,5
4
Kuwait Petroleum Corp. (N)
99,0
4
British Petroleum (P)
903,4
5
Abu Dhabi National Oil Co
(N).
92,2
5
Abu Dhabi National Oil
Company (N – Émirats
Arabes Unis)
894,3
6
Petroléos de Venezuela (N)
80,0
6
Exxon Mobil Corporation
(P)
832,0
7
National Oil Corporation
Libya (N)
41,5
7
Petro China Ltd. (N)
830,7
8
Nigerian National Petroleum
Company (N)
36,2
8
Nigerian National
Petroleum Company (N)
810,3
9
OAO Rosneft (N – Fédération
russe)
15,9
9
Kuwait Petroleum
Company (N)
803,0
10
OAO Lukoil (P- Fédération
russe)
15,2
10
Total
Production de pétrole brut
de toutes les entreprises
Canadiennes.
11 995
968
891,2
Réserves total de pétrole brut
au Canada
Note: P = Entreprise pétrolière privée; N = Entreprise pétrolière nationale
1 baril = 0.15898 mètre cube
Source: Oil and Gas Journal, le 17 septembre 2007 et RNCan
179,2
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising