ENQUÊTE LA FAMILLE SUR

ENQUÊTE LA FAMILLE SUR
'
CATALOGUE 9a.955
4
Statistics
CanadaCanada
Statistique
ENQUÊTE
SUR LA
FAMILLE
CONCLUSIONS
PRÉLIMINAIRES
Canada
'+'
.
Des donnees sous plusieurs formes ...
Statistique Canada diffuse les données sous formes diverses.
Outre les publications, des totalisations habituelles et spéciales
sont offertes sur imprimés d'ordinateur, sur microfiches et
microfilms et sur bandes magnétiques. Des cartes et d'autres
documents de référence géographiques sont disponibles pour
certaines sortes de données. L'accès direct à des données
agrégées est possible par le truchement de CANSIM, la base de
données ordinolingue et le système d'extraction de Statistique
Canada.
Comment obtenir d'autres renseignements
Toutes demandes de renseignements au sujet de cette publication ou de statistiques et services connexes doivent ëtre adressées à:
Division des statistiques sociales,
du logement et des familles,
Statistique Canada, Ottawa, K1A OT6 (téléphone: 990-9295) ou
au centre de consultation de Statistique Canada à:
(772-4073)
Sturgeon Falls (753-4888)
Halifax
(426-5331)
Winnipeg(949-4020)
Montréal
(283-5725)
Regina
(359-5405)
Ottawa
(990-8116)
Edmonton
(420-3027)
Toronto
(973-6586)
Vancouver
(666-3691)
St.John's
Carte de crédit seulement (973-8018)
Un service d'appel interurbain sans frais est offert, dans toutes
les provinces et dans les territoires, aux utilisateurs qui habitent à l'extérieur des zones de communication locale des
centres régionaux de consultation.
Terre -Neuve et Labrador
Zenith 0-7037
Nouvelle- Écosse, Nouveau-Brunswick
et Île -du-Prince- Édouard
1-800-565-7192
Québec
1-800-361 -2831
Ontario
1-800-268 -1151
Manitoba
1-800-282 -8006
Saskatchewan
Alberta
Colombie-Britannique (sud
et centrale)
1(112)800-667 -3524
1-800-222 -6400
112-800-663 -1551
Yukon et nord de la C . -B.
(territoire desservi par la
NorthwesTel Inc .) Zenith 0-8913
Territoires du Nord -Ouest
(territoire desservi par la
NorthwesTel Inc .)
Zenith , 2-2015
Comment commander les publications
On peut se procurer cette publication et les autres publications
de Statistique Canada auprès des agents autorisés et des autres
librairies locales, par l'entremise des bureaux locaux de Statistique Canada, ou en écrivant à la Section des ventes et de la
distribution des publications, Statistique Canada, Ottawa, K1A
OT6.
1(613)990-8114
1(613)990-8115
ur
09SOZOO I. OI
0 1 1 11 1 11 1 1 11 Ill I 11 1 1
epeueo anbfKRels anbd(poligig
Amnqn epeueo ~!1sge1S
ENQUÊTE
SUR LA
FAMILLE
CONCLUSIONS
PRÉLIMINAIRES
par THOMAS K. BURCH*
Division des statistiques sociales,
du logement et des familles
*Thomas K. Burch est professeur au département de
sociologie de The University of Western Ontario.
Publication autorisée par
le ministre des Approvisionnements et
Services Canada
Ministre des Approvisionnements
et Services Canada 1985
Août 1985
8-4500-517
Prix: Canada, $20.00
Autres pays, $21.00
Paiement en dollars canadiens
ou l'équivalent
Catalogue 99-955
ISBN 0-660-52865-7
Ottawa
SOO eJ
TABLE DES MATIERES
Page
Introduction
I. Mariages, unions libres et dissolution des unions 9
11
II. Maternité-paternité: élever ses enfants, les enfants d'un autre lit et des enfants adoptés17
III. Départ du foyer IV. Cesser de travailler, se marier et élever des enfants V. Différences au niveau des sous-groupes
VI. Résumé
22
26
28
33
Liste des tableaux
Tableau
1. Répartition de la population représentée par les répondants de l'EF, selon le groupe d'âge
et le sexe, Canada, 1984 10
2. Pourcentage des personnes qui se sont déjà mariées, selon le nombre de mariages, le groupe
d'âge et le sexe, Canada, 1984 11
3A. Pourcentage des personnes qui ont déjà divorcé, selon le groupe d'âge et le sexe, Canada,
1984
12
3B. Pourcentage des personnes qui ont déjà connu le veuvage, selon le groupe d'âge et le sexe,
Canada, 1984
12
3C. Des personnes qui se sont déjà mariées, pourcentage de celles qui se sont déjà séparées
sans avoir divorcé, selon le groupe d'âge et le sexe, Canada, 1984 12
4A. Pourcentage des personnes ayant déjà vécu en union libre, selon le nombre d'unions, le
groupe d'âge et le sexe, Canada, 1984 14
4B. Pourcentage des personnes ayant déjà vécu une union (mariage ou union libre) et deux
unions ou plus, selon le groupe d'âge et le sexe, Canada, 1984 14
5. Pourcentage des personnes qui, pour leur premier mariage, ont épousé leur partenaire en
union libre, et pourcentage des personnes ayant déjà vécu en union libre qui ont épousé leur
partenaire en union libre, selon le groupe d'âge et le sexe, Canada, 1984 16
6. Age moyen auquel les gens ont vécu diverses situations d'ordre matrimonial et familial,
17
selon le groupe d'âge et le sexe, Canada, 1984 7. Pourcentage des personnes qui ont déjà élevé leurs propres enfants, des enfants d'un autre
lit ou des enfants adoptés, selon le groupe d'âge et le sexe, Canada, 1984 18
8. Pourcentage des hommes qui ont adopté un enfant ou plus, selon le nombre de leurs propres
enfants, Canada, 1984 19
9. Age moyen des répondants à la naissance de leur premier enfant et lors de l'adoption de
19
leur premier enfant, selon le groupe d'âge et le sexe, Canada, 1984 10. Pourcentage des personnes qui ont adopté légalement des enfants d'un autre lit, selon le
groupe d'âge et le sexe, Canada, 1984 20
11. Nombre moyen d'enfants mis au monde par des personnes ayant déjà divorcé et par des personnes n'ayant jamais divorcé, selon le groupe d'âge et le sexe, Canada, 1984 21
12. Enfants déclarés selon le genre (propres, adoptés ou d'un autre lit): répartition en pourcentage au sein des groupes d'âge selon le sexe du répondant, Canada, 1984 21
13. Pourcentage d'enfants demeurant dans le ménage du parent répondant, selon le groupe d'âge,
23
le sexe de l'enfant et le sexe du répondant, Canada, 1984 14. Pourcentage d'enfants demeurant dans le ménage du parent répondant, selon le groupe d'âge et
23
le genre d'enfant et le sexe du répondant, Canada, 1984 15. Age moyen des enfants qui demeurent à l'extérieur de la maison du répondant, selon le genre
d'enfant et le groupe d'âge (17 ans et plus) et le sexe du répondant, Canada, 1984 24
16. Age moyen de départ des enfants demeurant à l'extérieur de la maison du répondant, selon le
groupe d'âge (20 ans et plus) et le sexe de l'enfant, et le sexe du répondant, Canada, 1984 25
17. Pourcentage des personnes qui ont déjà travaillé et qui ont déjà connu des interruptions de
26
travail, selon le groupe d'âge et le sexe, Canada, 1984 18. Raisons données par les répondants qui ont connu une interruption de travail: répartition en
28
pourcentage au sein des groupes d'âge, selon le sexe, Canada, 1984 Liste des tableaux - suite
Page
Tableau
19. Divers indicateurs de la vie matrimoniale et familiale par province ou région, Canada,
1984
29
20. Divers indicateurs de la vie matrimoniale et familiale selon le niveau de scolarité,
Canada, 1984 31
A-1. Fréquence des imputations ou des corrections manuelles selon l'enregistrement du genre
d'événement, Enquête sur la famille, 1984 (Pourcentage des enregistrements touchés) 36
A-2. Personnes vivant dans une union (mariage ou union libre) selon le groupe d'âge, comparaison entre les estimations démographiques, les données de l'Enquête sur la famille et
les données de l'Enquête sur la population active, Canada, 1984 39
A-3. Nombre de divorces par année avec indication de la répartition en pourcentage, comparaison
entre les données de l'Enquête sur la famille et La statistique de l'état civil, Canada,
40
1960-1982 A-4. Pourcentage de femmes vivant ou ayant déjà vécu une union libre selon le groupe d'âge,
comparaison entre les données de l'Enquête sur la famille et les données de l'Enquête sur
41
la fécondité au Canada, 1984 Annexe
I. Plan de l'enquête et qualité des données 35
II. Questionnaire d'interview de l'Enquête sur la famille 43
Bibliographie
51
PRÉFACE
La présente publication expose les premiers résultats de l'Enquête sur la famille de 1984 de
Statistique Canada. Les données jettent une lumière nouvelle sur les relations entre d'une part, les
événements démographiques importants, comme les mariages, les divorces, les naissances, les décès, la
participation active et les interruptions de travail, et d'autre part, les mouvements à l'intérieur du
cycle de vie familiale. L'enquête nous a permis de dégager de nouvelles perspectives sur le divorce,
le remariage, les unions libres et l'éducation des enfants naturels, des enfants d'un autre lit et des
enfants adoptés.
Ces données constituent la première série de données longitudinales sur la famille, celles-ci
n'étant pas disponibles auparavant en raison de problèmes opérationels et financiers. Elles ajoutent
une nouvelle dimension aux données transversales sur les ménages et les familles, qu'a produites
Statistique Canada pendant de nombreuses années à partir de sources comme le recensement et l'Enquête
sur la population active. Ces données transversales tracent le profil de la vie familiale à certaines
périodes précises, sans indiquer toutefois les changements au fil des ans, même si elles étaient
complétées par les prévisions du nombre de ménages et de familles.
J'estime que le présent rapport et les nouvelles statistiques sur lesquelles il est fondé aideront
grandement d'une part le public à mieux comprendre, et d'autre part l'administration publique à
élaborer les politiques concernant les familles canadiennes.
Le Statisticien en chef du Canada,
Martin B. Wilk.
REMERCIEMENTS
M. Gordon E. Priest, directeur de la Division des statistiques sociales, du logement et des
familles, est responsable du concept, de la proposition originale et des spécifications préliminaires
de l'Enquête sur la famille. Gary Catlin de la Division des enquêtes spéciales, a géré les opérations
de collecte et de traitement des données. Rita Nesich, de la Division des méthodes de recensement et
d'enquêtes-ménages, a agi comme conseillère chaque fois que des problèmes de méthodologie se sont
posés. Les employés suivants de la Division des statistiques sociales, du logement et des familles ont
collaboré à la production de ce document: Kathy Marshall s'est chargée des spécifications finales;
Boriss Mazikins a géré la création de la base de données; Brian Hamm a dirigé la production des
totalisations utilisées dans le rapport; Maureen Moore a vérifié les données et révisé le texte
définitif; Lucie Lamadeleine a dactylographié le document au moyen d'une machine de traitement de
textes et Georgette Gaulin a coordonné les dernières étapes de la production du rapport.
M. Thomas K. Burch, de The University of Western Ontario, a rédigé ce manuscrit. M. Ian Pool, de
The University of Waikato (Nouvelle- Zélande), a révisé la première version du texte et Mme Evelyne
Lapierre-Adamcyk de l'Université de Montréal, la version finale.
INTRODUCTION
La société dans laquelle nous vivons connaît de grands changements en ce qui concerne la sexualité,
le mariage et la famille. Ces questions sont constamment abordées dans les médias et il ne se passe
pas une journée sans que des Canadiens n'en discutent. Des rapports récents de Statistique Canada font
état de la remise à plus tard et du refus des liens légaux du mariage, de l'augmentation du nombre de
divorces ainsi que de la baisse du taux de natalité sous le seuil de renouvellement. à très long terme
de la population canadienne grâce à l'accroissement naturel.
Il est important, mais pas toujours facile, de situer dans leur contexte les changements qui
touchent la structure familiale. Ainsi, notre perception de la famille canadienne est-elle déformée en
raison des nouvelles et des émissions télévisées qui proviennent des États-Unis. Même si, ces dernières années, le taux de divorce a augmenté de façon prononcée au Canada, il était encore très bas
jusqu'à tout récemment et toujours inférieur à celui qui est enregistré aux États-Unis. Par surcroît,
notre appréciation de la structure familiale actuelle est souvent marquée, même si ce n'est que de
façon implicite, par une vision idéalisée et romantique de la vie familiale dans le passé. Au Canada,
nous avons tendance à comparer de manière défavorable la situation actuelle à celle de l'ère victorienne, mais on oublie qu'à cette époque aussi, il y avait de nombreux orphelins, qu'il était commun
de voir des enfants en bas âge quitter le foyer familial pour aller travailler ou devenir pensionnaires, qu'un mariage se terminait fréquemment par la mort d'un des époux ou par son abandon du foyer
ou que les orphelins, en grand nombre, devaient s'adapter à leurs beaux-parents.
En outre, une absence de données pertinentes vient brouiller notre vision de la situation. Bien
qu'il existe d'abondantes statistiques sur le nombre de divorces dans une année et le nombre de personnes qui étaient divorcées au moment d'un recensement , ces statistiques ne nous apprennent rien sur
le nombre de Canadiens qui ont déjà divorcé ou qui se sont déjà remariés. De même, ces données courantes ne nous permettent pas d'étudier les relations entre les divers événements qui se produisent dans
la vie d'une personne ou d'une famille. Par exemple, un jeune adulte quitte-t-il plus tôt le foyer
familial si la famille comprend de nombreux enfants ou s'il vit avec un beau-père ou une belle-mère?
Quelles sont les relations entre le mariage, la naissance d'un enfant et les interruptions de travail
et dans quelle mesure ces relations varient-elles selon le sexe? Même si ces données courantes n'apportent pas de réponse à ces questions, il ne s'ensuit pas pour autant que nos systèmes de la statistique et du recensement de l'état civil sont entachés de défauts. Des contraintes d'ordre pratique
limitent la quantité de renseignements que ces systèmes peuvent permettre de recueillir sur un sujet
donné. Seules des enquêtes spéciales peuvent fournir les données nécessaires et, si l'on désire des
données fiables pour l'ensemble du Canada ou pour certains sous-groupes d'intérêt, ces enquêtes
doivent être menées sur une grande échelle.
.
C'est pourquoi Statistique Canada a voulu combler certaines lacunes en ce qui concerne les données
sur la famille canadienne et qu'il a effectué en février 1984 une première enquête, intitulée Enquête
sur la famille (EF). Effectuée par téléphone, cette enquête a rejoint quelque 14,000 répondants
(environ 6,750 hommes et 7,250 femmes, âgés entre 18 et 65 ans). Les répondants admissibles ont été
déterminés grâce à l'Enquête sur la population active (EPA) qui est menée chaque mois et qui sert,
entre autres, à l'estimation du nombre de chômeurs au Canada(1). Le choix des répondants, lesquels
constituent seulement une fraction de l'échantillon total de l'EPA, avait pour objectif l'établissement d'un échantillon représentatif de la population canadienne, à l'exception des gens qui habitent
les territoires et les réserves indiennes et des pensionnaires d'institution. Le tableau 1 donne la
composition de l'échantillon selon l'âge et le sexe (les chiffres ont été gonflés à la dimension de la
population totale) et indique les années approximatives de naissance(2) correspondant aux divers
groupes d'âge.
(1) Le tirage de l'échantillon de l'EF s'est fait d'après l'âge indiqué par les répondants au moment
de leur première participation semestrielle dans le cycle de l'Enquête sur la population active:
les hommes en septembre 1983 et les femmes en décembre 1983. En conséquence, les personnes qui ont
eu 18 ans dans les mois précédant immédiatement l'EF ne sont pas incluses dans l'échantillon de
l'EF. A l'autre extrémité, celles qui venaient d'avoir 65 ans sont comprises dans l'échantillon et
elles figurent dans le groupe d'âge 60-64 ans aux fins des totalisations.
(2) Années estimées d'après l'âge indiqué aux fins de l'Enquête sur la population active.
10
TABLEAU 1. Répartition de la population représentée par les répondants de l'EF, selon le groupe d'âge
et le sexe, Canada, 1984
Groupe
d'âge
Années approximatives
de naissance
HommesFemmes
nombre milliers*
18-29**
1954-1966
2,657
(17%)
2,712
(17%)
30-39
1944-1954
2,032
(13%)
2,029
(13%)
40-49
1934-1944
1,383
(9%)
1,322
(8%)
50-59
1924-1934
1,171
(7%)
1,208
(8%)
60-64**
1918-1924
567
(4%)
690
(4%)
Total
15,771
(100%)
* Pour chaque catégorie, les nombres indiqués constituent des estimations de la population totale du
Canada (à l'exception des gens qui habitent les territoires et les réserves indiennes, des pensionnaires d'institution et du personnel des Forces armées) à l'époque de l'enquête, soit fin février début mars 1984. Ils sont tirés des relevés de l'échantillon réel grâce à un coefficient de pondération correspondant au plan de l'échantillon.
** Voir la note (1), page 9 au sujet de la composition de ces deux groupes d'âge.
La collecte des données s'est déroulée relativement bien et a même posé moins de difficultés que
prévu, compte tenu du caractère personnel de certaines questions et de la nécessité, pour le répondant, de se rappeler des événements antérieurs, qui remontaient parfois assez loin en arrière. Sur
toutes les personnes jugées admissibles, 87.3% ont accepté d'être interviewées et ont bien voulu, en
règle générale, répondre à toutes les questions. Il est difficile d'évaluer la justesse des réponses,
mais tout porte à croire qu'elle est élevée. La question de la qualité des données est traitée dans
l'annexe I.
Le présent rapport constitue seulement un premier aperçu de quelques-unes des principales conclusions de l'Enquête sur la famille et il aborde certaines questions sur lesquelles sont publiées, pour
la première fois, des estimations nationales fiables, par exemple, la proportion des gens qui ont
déjà divorcé, qui se sont déjà remariés ou qui ont déjà vécu ensemble dans une union libre, ou encore
l'âge auquel les jeunes adultes quittent, en règle générale, le foyer familial. Même si les données
fournies peuvent répondre à certaines questions intéressantes, par exemple, les tendances historiques
des divers comportements, les relations entre les divers événements de la vie et le moment auquel ils
sont survenus, elles ne sont abordées ni de façon systématique ni détaillée, car ces données nécessitent des analyses statistiques longues et complexes ainsi qu'une présentation détaillée qui ne correspondaient pas au cadre d'un aperçu préliminaire. Les résultats complets de l'Enquête sur la famille
seront communiqués dans des rapports ultérieurs préparés par Statistique Canada et par d'autres
chercheurs.
Le présent rapport comprend cinq grandes sections. La première traite du mariage, de la cohabitation et de la dissolution des unions. La deuxième porte sur les enfants élevés par des Canadiens et
des Canadiennes: leurs propres enfants, les enfants adoptés et les enfants d'un autre lit. La
troisième aborde la question du "départ du foyer" des jeunes adultes. La quatrième examine les relations entre la formation de la famille et le travail, particulièrement les interruptions. Enfin, la
cinquième traite des différences de comportement selon la région géographique et le niveau de
scolarité. Dans tout le rapport, on a pris soin d'indiquer les différences entre les hommes et les
femmes ainsi que les différences selon les groupes d'âge, surtout lorsque celles-ci permettent
d'expliquer les tendances historiques des comportements dont il est question.
11
I.
MARIAGES, UNIONS LIBRES ET DISSOLUTION DES UNIONS
Dans toutes les sociétés, il est de règle que les adultes se marient. Le Canada ne fait pas exception, bien que ces dernières années, les moeurs aient évolué: les jeunes adultes ont tendance à se
marier à un âge plus avancé, davantage de mariages se terminent par un divorce, et un plus grand
nombre de gens vivent ensemble comme "mari et femme" sans avoir contracté les liens du mariage.
En raison de cette évolution des moeurs, il est difficile de décrire un portrait statistique ou de
donner une interprétation du comportement des Canadiens en ce qui concerne leur situation matrimoniale. Plus particulièrement, les données d'enregistrement des mariages légaux et les données du recensement sur la situation matrimoniale ne donnent qu'une idée partielle de la situation d'ensemble.
Comme un plus grand nombre de gens vivent en union libre avant, entre et après des mariages légaux et
qu'il y a plus de personnes qui se remarient après un divorce ou la mort de leur conjoint, il est
nécessaire de considérer toutes les unions plus ou moins stables et d'imaginer qu'une personne, au
cours de son existence, évoluera d'un type d'union à un autre. Grâce aux renseignements détaillés
qu'elle réunit sur les mariages, les divorces, les unions libres et leur dissolution, l'Enquête sur la
famille fournit justement les données qui manquaient. Quelques faits saillants sont présentés cidessous.
Compte tenu de la publicité qui, ces dernières années, a entouré les taux élevés de divorce et de
remariage, il peut être surprenant de constater qu'il n'y a qu'une minorité réduite de Canadiens qui
se sont déjà remariés, soit environ 5% ou une personne sur 20 (voir le tableau 2). En ce qui concerne
les personnes qui se sont déjà mariées, les chiffres sont un peu plus importants, mais demeurent
inférieurs à 10%. Par exemple, 8.4% des femmes qui ont entre 40 et 49 ans ont déclaré s'être mariées
plus d'une fois (le chiffre le plus élevé pour tous les groupes d'âge-sexe), mais elles représentent
seulement 9% des personnes qui se sont déjà mariées dans ce groupe d'âge-sexe. En d'autres termes, la
grande majorité des adultes, soit environ neuf Canadiens sur dix, ont réalisé l'idéal traditionnel de
la vie matrimoniale, c'est-à-dire une union avec un seul partenaire.
TABLEAU 2. Pourcentage des personnes qui se sont déjà mariées, selon le nombre de mariages, le groupe
d'âge et le sexe, Canada, 1984
Nombre de mariages
Sexe et
groupe d'âge
Personnes qui se
sont déjà mariées
Un
DeuxTrois
pour cent
Hommes
18-29
30-39
40-49
50-64
Tous âges 33.933.20.7*-**
85.079.75.392.084.36.90.8*
93.285.17.70.4*
70.765.94.60.2*
Femmes
18-29
30-39
40-49
50-64
Tous âges 45.344.21.288.081.56.30.2*
93.484.98.10.3*
94.186.17.50.5*
75.870.55.10.2*
* Ces pourcentages représentent un nombre infime de cas et peuvent donc être entachés d'une erreur
importante.
** Dans ce tableau et dans tous les autres, un tiret indique qu'il n'y a pas eu d'observation.
Le tableau 2 indique également qu'au sein des gens qui se sont remariés, le nombre de remariages
est réduit. Moins de 1% des gens de tous les groupes d'âge-sexe se sont mariés trois ou quatre fois;
en fait, personne n'a déclaré quatre mariages ou plus. En ce qui concerne le troisième mariage, le
taux le plus élevé est obtenu par les hommes ayant entre 40 et 49 ans, soit un groupe de personnes qui
sont assez jeunes pour avoir contribué à l'augmentation récente du taux de divorce et qui, comme pour
l'ensemble des hommes, ont un taux de remariage élevé à la suite d'un divorce ou d'un veuvage.
12
TABLEAU 3A. Pourcentage des personnes qui ont déjà divorcé, selon le groupe d'âge et le sexe, Canada,
1984
Femmes
Hommes
Groupe d'Age
Du total
Qui se sont
déjà mariés
Du total
Qui se sont
déjà mariées
4.1
11.7
13.9
8.6
10.1
3.7
13.8
15.0
9.1
9.4
8.2
15.7
16.1
9.7
12.4
pour cent
18-29
30-39
40-49
50-64
Tous âges
1.4
9.9
12.8
8.1
7.1
TABLEAU 3B. Pourcentage des personnes qui ont déjà connu le veuvage, selon le groupe d'âge et le sexe,
Canada, 1984
Femmes
Hommes
Groupe d'Age
Du total
Du total Qui se sont
déjà mariées
Qui se sont
déjà mariés
pour cent
18-29
30-39
40-49
50-64
Tous âges
-
0.1*
1.3*
6.6
1.7
0.3*
1.7
3.3
16.3
5.0
-
0.1*
1.4*
7.0
2.4
0.6*
1.9
3.6
17.3
6.5
* Ces pourcentages représentent un nombre infime de cas et peuvent donc être entachés d'une erreur
importante.
TABLEAU 3C. Des personnes qui se sont déjà mariées, pourcentage de celles qui se sont déjà séparées
sans avoir divorcé, selon le groupe d'âge et le sexe, Canada, 1984
Groupe d'âge Hommes
Femmes
pour cent
18-29
30-39
40-49
50-64
Tous âges
5.0
4.2
3.4
3.4
3.9
5.9
5.3
5.5
3.4
4.9
13
Une personne peut se remarier seulement si son mariage légal s'est terminé en raison du décès du
conjoint ou d'un divorce. Les tableaux 3A et 3B illustrent le pourcentage de Canadiens qui ont déjà
connu le divorce ou le veuvage. De nouveau, les données indiquent que le divorce ne touche qu'une
minorité de personnes. En effet, proportionnellement aux personnes qui se sont déjà mariées, un
Canadien sur 10 et une Canadienne sur huit ont déjà divorcé.
Par ailleurs, les différences entre les groupes d'âge révèlent que la situation évolue. Par exemple, on retrouve un pourcentage plus élevé d'hommes et de femmes qui ont déjà divorcé dans le groupe
d'âge des 30-49 ans que dans celui des 50-64 ans, même si l'expérience matrimoniale, dans ce premier
groupe, est moins grande: parmi ces personnes d'âge moyen, quelques-unes divorceront à plus ou moins
longue échéance. En outre, parmi les jeunes adultes (18-29 ans), le taux de divorce cumulatif des
femmes qui se sont déjà mariées est presque égal à celui des hommes et des femmes ayant entre 50 et 64
ans. De plus, environ 6% des femmes de 18 à 29 ans qui ont déjà été mariées légalement sont séparées
mais pas encore divorcées (tableau 3C). Quelques-uns de ces couples reviendront ensemble mais on croit
que bon nombre demanderont un divorce légal -- on ne sait pas dans quelle proportion exactement -- ce
qui fait que le taux réel de "rupture de mariages" est plus élevé que les taux de divorce légal présentés au tableau 3A. Le tableau 3C illustre la proportion de personnes dans chaque groupe d'âge qui
ont déjà été mariées légalement mais qui ont indiqué s'être séparées sans avoir demandé un divorce (à
la date de l'enquête).
Ces considérations aident à expliquer des chiffres déjà publiés par Statistique Canada qui laissent
entendre que le taux de divorce serait beaucoup plus élevé dans un avenir plus ou moins éloigné. Dans
un rapport de 1983 sur le divorce (McKie, Prentice et Reed), par exemple, un tableau basé sur les taux
de divorce selon l'âge pour les années 1975-1977 laisse entendre que la probabilité de divorce chez
les jeunes gens mariés oscille entre 0.36 et 0.38. De façon plus concrète, les tableaux indiquent que
si l'on appliquait aux jeunes gens mariés au cours de leur existence les taux de divorce par âge
observés entre 1975 et 1977, près des deux cinquièmes de ces personnes mariées divorceraient. On
arrive à un résultat semblable en analysant les taux de divorce selon la durée des mariages au Canada
pour toute l'année 1983 (Dumas, 1984).
Il convient de se rappeler que ces analyses établissent en réalité des hypothèses sur le comportement futur (pendant les 20 à 30 prochaines années) des jeunes gens et de ceux qui se sont mariés
récemment. Plus précisément, ces analyses supposent que les jeunes gens d'aujourd'hui, c'est-à-dire
ceux ayant entre 25 et 29 ans, feront l'objet, entre 45 et 49 ans (d'ici 20 ans), du même taux de
divorce que les personnes qui avaient entre 45 et 49 ans entre 1975 et 1977. Ou bien, ces analyses
supposent que les mariages qui sont aujourd'hui de courte durée, par exemple entre trois et cinq ans,
afficheront, après 13 ou 15 ans (donc dans 10 ans), les mêmes taux de divorce que l'on retrouvait à
l'égard des mariages qui avaient duré entre 13 et 15 ans en 1982. Il n'est pas possible de savoir si
les taux de divorce futurs seront plus élevés ou non que ceux que l'on a connus ces dernières années.
Des arguments peuvent être avancés pour chacune des deux tendances mais seul l'avenir nous le dira. Il
serait préférable de considérer les taux de divorce cumulés signalés ci-dessus (par exemple aux alentours de 16% pour les femmes âgées de 30 à 49 ans) comme des estimations inférieures d'événements
pouvant survenir au cours d'une vie. Il ne fait aucun doute que ces taux seront plus élevés, mais
personne ne sait l'ampleur qu'ils afficheront.
Le tableau 3B donne quelques chiffres sur le veuvage. Comme on pouvait s'y attendre, le pourcentage
des gens dont le mariage s'est terminé par la mort du conjoint augmente constamment avec l'âge. Les
femmes ayant entre 50 et 64 ans ont le pourcentage le plus élevé (17.3%), suivies d'assez loin par les
hommes du même groupe d'âge (7.0%). Que les femmes risquent de connaftre le veuvage plus que les
hommes s'explique par les deux facteurs suivants: (1) les femmes ont tendance à épouser des hommes un
peu plus âgés qu'elles; (2) le taux de décès des hommes, quel que soit le groupe d'âge, est supérieur
à celui des femmes.
Mises ensemble, les données des trois volets du tableau 3 indiquent de nouveau qu'il y a seulement
une minorité de Canadiens dont le mariage s'est déjà terminé par le décès du conjoint, par une séparation ou par un divorce. Pour l'ensemble des groupes d'âge, cette situation a déjà été vécue par un peu
moins d'une femme sur quatre et par un homme sur six. Pour les femmes qui ont entre 50 et 64 ans, le
pourcentage combiné est près du tiers; pour les hommes du même groupe d'âge, il est d'environ un
cinquième. Il va sans dire que, pour les personnes âgées de plus de 64 ans, ce pourcentage augmente
plus rapidement compte tenu du risque élevé de décès pour ce groupe d'âge. C'est donc dire que,
jusqu'à 64 ans, la majorité des Canadiens ne connaissent pas la dissolution de leur mariage.
Bien que deux personnes vivant ensemble hors des liens du mariage (une union libre, selon les
termes de l'Enquête sur la famille) ne constituent pas une situation nouvelle, c'est le choix que font
de plus en plus de Canadiens depuis quelques années. Le tableau 4A donne le pourcentage d'adultes qui
vivent ou ont déjà vécu une telle relation ainsi que le nombre de ces relations.
14
TABLEAU 4A. Pourcentage des personnes ayant déjà vécu en union libre, selon le nombre d'unions, le
groupe d'âge et le sexe, Canada, 1984
Nombre
Sexe etVivantAyant déjà
groupeactuellement vécu en
d'âge en union libre union libre
Une
Deux
Trois
ou plus
pour cent
Hommes
18-29
30-39
40-49
50-64
Tous âges
7.1
6.0
3.2
2.9
5.2
19.9
21.6
10.3
6.4
15.6
18.3
18.9
9.2
5.9
14.1
1.2
2.5
...
...
1.3
10.2
6.8
4.0
2.6
6.5
26.9
20.6
9.7
5.5
17.3
24.6
18.4
9.3
5.4
15.9
2.2
2.0
...
0.2*
...
0.2*
Femmes
18-29
30-39
40-49
50-64
Tous âges
..
. . .
1.3
0.1*
... A
cause d'une erreur-type élevée, ces chiffres ne figurent pas ici.
* Ces pourcentages représentent un nombre infime de cas et peuvent donc être entachés d'une erreur
importante.
TABLEAU 48. Pourcentage des personnes ayant déjà vécu une union (mariage ou union libre) et deux
unions ou plus*, selon le groupe d'âge et le sexe, Canada, 1984
Sexe et
groupe d'âge
Ayant déjà vécu auAyant déjà vécu
moins une uniondeux unions ou plus
pour cent
Hommes
18-29
30-39
40-49
50-64
Tous âges
43.3
89.4
93.5
94.4
75.6
3.2
12.4
11.8
11.3
8.9
Femmes
18-29
30-39
40-49
50-64
Tous âges
58.8
92.0
94.3
94.6
81.7
5.6
13.6
12.9
11.1
10.2
* Les unions libres qui se sont soldées par un mariage sont comptées comme une seule union.
15
La vie en union libre est loin d'être la norme pour les Canadiens. A l'époque de l'enquête, seulement 5.2% de tous les hommes et 6.5% de toutes les femmes ont déclaré vivre de cette façon. On constate que plus les gens sont jeunes, plus ils optent pour ce type d'union. Ainsi, entre les groupes
d'âge des 18-29 ans et des 50-64 ans, le pourcentage est deux ou trois fois supérieur chez les hommes
(7.1% et 2.9%) et quatre fois plus élevé chez les femmes (10.2% et 2.6%).
On peut voir plus clairement l'importance de l'âge sur le choix de la cohabitation extra-conjugale(3) en examinant le pourcentage des gens qui ont déjà vécu de cette façon. Dans l'ensemble,
environ un sixième des hommes et des femmes ont connu une union libre. Pour les hommes des groupes
d'âge 18-29 et 30-39, ce pourcentage est d'environ 21%, soit trois fois plus que pour les hommes ayant
entre 50 et 64 ans. En termes plus concrets, disons qu'il y a eu plus d'hommes ayant moins de 40 ans
qui ont connu une union libre que d'hommes de plus de 50 ans, même si ceux-ci ont vécu plus longtemps. Ces chiffres montrent bien que l'âge est un facteur important dans le choix de ce type
d'union. Ainsi, lorsque les hommes qui ont actuellement entre 18 et 29 ans auront 50 ans et plus, soit
dans 25 à 30 ans, le pourcentage de gens qui auront déjà vécu en union libre aura augmenté et, comparativement à la génération qui a actuellement entre 50 et 64 ans, la différence sera encore plus
marquée.
On peut observer un schéma semblable chez les femmes. Par rapport aux hommes, la différence suivant
l'âge est plus grande et le pourcentage est plus élevé pour la génération des 18-29 ans (tout comme
les femmes se marient plus jeunes, elles vivent en union libre plus t8t que les hommes).
L'union libre ne semble pas être un facteur d'instabilité et encore moins de promiscuité. Dans
l'ensemble, moins de 2% de tous les adultes canadiens ont déclaré deux unions libres ou plus, le pourcentage le plus élevé se retrouvant chez les hommes ayant entre 30 et 39 ans. Pour l'ensemble des
personnes qui ont déjà connu ce type d'union, environ 9% ont déclaré deux unions libres ou plus; une
fois de plus, le pourcentage le plus élevé est enregistré par les hommes âgés entre 30 et 39 ans,
environ 12%. Presque personne n'a déclaré trois unions libres ou plus.
Dans la mesure où les unions libres commencent à se substituer partiellement au mariage, il serait
intéressant de savoir combien d'adultes canadiens ont déjà vécu une union libre ou un mariage ainsi
que le nombre total de tous ces genres d'unions. Les données en question sont présentées au tableau
48. On y voit la proportion de personnes ayant déjà vécu un mariage légal ou une union libre (les
unions libres qui se sont soldées par des mariages ne sont pas comptées deux fois). L'image que nous
avaient donnée précédemment les tableaux 2 et 4A est presque semblable. En atteignant la trentaine, la
plupart des Canadiens (plus de 90%) ont déjà vécu un mariage ou une union libre, mais seulement une
minorité indiquent deux ou plusieurs expériences à ce titre. Ce sont les femmes âgées entre 30 et 50
ans qui affichent le pourcentage le plus élevé, mais même dans ce cas, la proportion de celles ayant
vécu deux unions ou plus est infime (moins de une sur sept) alors qu'aucune n'en a déclarées trois ou
plus.
Si l'on considère que ces unions comprennent également celles qui se sont transformées en un
mariage légal, on peut difficilement affirmer qu'elles sont désorganisées et éphémères. L'union libre
sert, sans l'ombre d'un doute, autant de prélude que de remplacement au mariage. A cet égard, le
tableau 5 donne quelques renseignements pertinents. Par exemple, environ 7% ou 8% de l'ensemble des
gens qui se sont déjà mariés ont déclaré que, pour leur premier mariage, ils ont épousé la personne
avec laquelle ils vivaient en union libre. Ce pourcentage est plus élevé chez les personnes plus
jeunes ayant entre 18 et 29 ans: 26.6% pour les hommes et 22.2% pour les femmes.
Quant aux personnes qui ont déjà vécu en union libre (deuxième colonne du tableau 5), 46.0% des
hommes et 42.6% des femmes de tous âges ont épousé la personne avec laquelle ils vivaient en union
libre. Les pourcentages sont encore plus élevés chez les personnes ayant entre 30 et 39 ans et presque
aussi hauts chez celles de 18 à 29 ans, même si bon nombre de ces unions ne font que commencer. La
proportion de répondants plus âgés qui ont épousé un partenaire en union libre est un peu plus
faible. On ne sait trop si cette situation reflète une perception différente des unions libres
(qu'elles surviennent au début de la vie ou plus tard) ou s'il s'agit simplement d'un grand nombre
d'unions de courte durée qui se sont produites après un divorce ou un veuvage.
(3) Les expressions "cohabitation extra-conjugale" et "cohabitation" désignent toutes deux ici une
union libre.
16
Cette dernière explication repose sur la première colonne du tableau 6 qui donne l'âge moyen auquel
les gens ont vécu leur première union libre et diverses situations de la vie. On constate ainsi que
les hommes ayant entre 50 et 64 ans avaient en moyenne 44.7 ans lors de leur première union libre et
que ce chiffre se situe à 39.9 ans pour les femmes du même groupe d'âge. Ces données portent à conclure qu'en ce qui concerne l'union libre, il existe un certain schéma pour les personnes d'âge moyen
et que, pour les personnes qui étaient déjà mariées, la décision de vivre ainsi est plus rapprochée de
l'époque à laquelle s'est produit le décès du conjoint ou le divorce (voir les colonnes 3 et 4). Pour
les personnes plus jeunes, il y en a plus qui vivent en union libre et cette décision est prise plus
t8t dans leur vie, près de l'époque de leur premier mariage. Naturellement, comme chaque génération
représentée par un groupe d'âge continue de vieillir, l'âge moyen auquel se produit la première union
libre, pour l'ensemble de la génération, doit monter (les personnes qui ont entre 40 et 49 ans ne
peuvent vivre leur première union libre à 20 ans et ainsi abaisser la moyenne), même s'il est
improbable que, pour les hommes ayant entre 18 et 29 ans à l'heure actuelle, l'âge moyen auquel se
produit la première union libre se situe à 44.7 ans, comme pour les personnes qui avaient entre 50 et
64 ans au moment de l'enquête.
Les données du tableau 6 doivent être interprétées, dans la plupart des cas, avec une certaine
réserve car elles ne donnent qu'une indication sommaire de la période de la vie où a eu lieu un certain type d'union. On constate même que certains chiffres semblent impossibles ou contradictoires. Par
exemple, comment peut-on comprendre que les femmes dont l'âge se situe entre 40 et 49 ans avaient en
moyenne 35.5 ans lors de leur deuxième mariage, soit 0.6 an (en moyenne) avant leur premier divorce
(qui se produit en moyenne à 36.1 ans)? Cette contradiction s'explique si l'on voit que ces chiffres
correspondent à deux groupes de femmes. En effet, toutes les divorcées ne se remarient pas; de plus,
celles qui se sont remariées ont divorcé, selon toute vraisemblance, plus tôt en moyenne que celles
qui, même si elles étaient divorcées, ne s'étaient pas remariées au moment de l'enquête. Une interprétation juste et complète des données de l'Enquête sur la famille, relativement à la période de la vie
à laquelle une personne a vécu diverses situations matrimoniales, nécessiterait une analyse détaillée
des tables de génération et de mortalité qui n'est pas fournie dans le cadre du présent document.
TABLEAU 5. Pourcentage des personnes qui, pour leur premier mariage, ont épousé leur partenaire en
union libre, et pourcentage des personnes ayant déjà vécu en union libre qui ont épousé
leur partenaire en union libre, selon le groupe d'âge et le sexe, Canada, 1984
Sexe et
groupe d'âge
Des personnes qui se sont déjà
mariées, pourcentage de celles
qui, pour leur premier mariage,
ont épousé leur partenaire en
union libre
Des personnes qui ont déjà
vécu en union libre, pourcentage de celles qui ont
épousé leur partenaire en
union libre
pour cent
Hommes
18-29 30-39
40-49 50-64
Tous Ages
26.6
10.2
2.1
8.1
46.1
52.4
41.5
26.3
46.0
Femmes
18-29
30-39
40-49
5U-64
Tous âges
... A
22.2
8.4
7.4
cause d'une erreur-type élevée, ces chiffres ne figurent pas ici.
40.5
49.7
43.3
27.6
42.6
17
TABLEAU 6. Age moyen* auquel les gens ont vécu diverses situations d'ordre matrimonial et familial,
selon le groupe d'âge et le sexe, Canada, 1984
Sexe et PremièrePremierPremierPremierDeuxièmeDeuxième
groupe d'âge union libre mariage divorce veuvage mariage divorce
Hommes
18-2921.222.124.5-26.530-3925.923.629.529.730.331.8
40-4933.424.635.536.736.339.9
50-6444.726.242.946.843.148.2
Tous âges26.424.434.445.236.741.0
Femmes
18-2920.520.824.522.325.030-3925.621.929.328.929.533.9
40-4932.921.936.134.835.538.7
50-6439.923.341.546.841.350.5
Tous âges24.722.133.343.534.942.4
* Les âges moyens figurent uniquement pour les groupes auxquels les situations s'appliquent, c'est-àdire les personnes qui se sont déjà mariées, qui ont déjà divorcé, qui se sont déjà remariées, et
ainsi de suite. Quelques répondants peuvent appartenir à plus d'un groupe; d'autres, à seulement
un. Cela explique pourquoi quelques-uns des âges moyens contredisent l'ordre prévu des événements.
(Par exemple, les femmes ayant entre 40 et 49 ans actuellement ont connu leur premier divorce alors
qu'elles avaient en moyenne 36.1 ans, et leur second mariage, à seulement 35.5 ans.)
II. MATERNITÉ -P ATERNITÉ: CLEVER SES ENFANTS, LES ENFANTS D'UN AUTRE LIT ET DES ENFANTS ADOPTES
On a posé aux répondants des questions sur les enfants qu'ils avaient élevés ou qu'ils élevaient.
Ces questions portaient (la formulation variait suivant chaque catégorie) sur leurs propres enfants,
les enfants d'un autre lit et ceux qu'ils avaient adoptés légalement. En ce qui concerne leurs propres
enfants, on a demandé aux femmes "Avez-vous déjà eu un enfant?" et aux hommes "Avez-vous déjà élevé
des enfants à vous?" Cette question différente a été posée aux hommes afin que ceux-ci ne déclarent
pas des enfants dont ils étaient le père, mais dont ils n'avaient jamais pris soin ou avec lesquels
ils n'avaient jamais vécu. Les deux questions suivantes s'adressaient tant aux hommes qu'aux femmes:
"Avez-vous déjà élevé des enfants d'un autre lit? (...de votre conjoint issu d'un mariage ou d'une
union antérieure.)" et "Avez-vous déjà adopté un enfant? (autre qu'un enfant d'un autre lit mentionné
précédemment)." Relativement à cette dernière question, les interviewers avaient reçu des instructions
afin que les réponses données concernent les enfants adoptés légalement. Une adoption non officielle,
par exemple, un enfant qui vit chez ses grands-parents, chez sa tante et son oncle ou chez un voisin,
n'entrait pas dans cette catégorie.
Le tableau 7 donne un aperçu des enfants que les répondants ont déclarés et montre que, dans la
très grande majorité des cas, les parents élèvent leurs propres enfants; en effet, le nombre d'enfants
d'un autre lit ou adoptés, élevés par les répondants, est réduit. Pour l'ensemble des hommes, 4.4%
déclarent avoir élevé au moins un enfant d'un autre lit et 2.6% un ou plusieurs enfants adoptés. En ce
qui concerne les gens qui ont déclaré des enfants d'un autre lit, le pourcentage le plus élevé (6.6%)
se retrouve chez les hommes qui ont entre 40 et 49 ans (ceux qui sont nés entre 1934 et 1944), soit
des personnes assez jeunes pour avoir participé, après 1970, à la hausse du nombre de divorces et de
remariages.
Pour l'ensemble des femmes, 2.1% déclarent avoir élevé des enfants d'un autre lit, pourcentage qui
ne représente même pas la moitié de celui des hommes. Ce pourcentage peu élevé s'explique par le fait
que les femmes, après un divorce, obtiennent en général la garde des enfants qui, selon toute probabilité, resteront avec elles si elles se remarient. Comme on pouvait s'y attendre, le pourcentage de
femmes qui déclarent avoir adopté un enfant est semblable à celui des hommes car l'adoption d'un
enfant est traditionnellement (et encore en grande majorité) accordée à un couple.
18
TABLEAU 7. Pourcentage des personnes qui ont déjà élevé leurs propres enfants, des enfants d'un autre
lit ou des enfants adoptés*, selon le groupe d'Age et le sexe, Canada, 1984
PropresEnfants d'un Enfants
Sexe et
groupe d'âge enfantsautre lit adoptés
Homes
18-29
30-39
40-49
50-64
Tous âges
22.0
74.6
83.8
83.4
60.3
1.4
5.6
6.6
5.8
4.4
2.4
3.8
5.0
2.6
34.9
79.8
88.3
86.4
67.5
...
2.8
3.5
2.4
2.1
...
2.5
4.9
4.3
2.5
4.0
Femmes
18-29
30-39
40-49
50-64
Tous âges
* A l'exception des enfants d'un autre lit qui ont été adoptés légalement.
... A
cause d'une erreur-type élevée, ces chiffres ne figurent pas ici.
On est de nouveau frappé, malgré les discussions entendues de temps à autre et les histoires
véhiculées par les médias, par la rareté relative d'enfants d'un autre lit et d'enfants adoptés. Il
est possible que les chiffres indiqués soient inférieurs à ce qu'ils devraient être en raison
d'erreurs de déclaration, par exemple, un répondant peut avoir inclus dans ses propres enfants, les
enfants d'un autre lit ou les enfants qu'il a adoptés. Mais nos prévisions ont sans doute été gonflées, ces dernières années, par l'augmentation marquée du nombre de divorces et par la publicité que
les médias ont accordée à la situation aux États-Unis. A titre d'exemple, citons un article (en provenance de Pittsburgh) paru le 18 janvier 1985 dans le journal Free Press de London et qui commençait
par l'affirmation selon laquelle il y avait environ sept millions d'enfants qui vont vivre chaque
année avec un beau-père ou une belle-mère. De telles informations sur la situation aux États-Unis
peuvent facilement donner une fausse idée de l'ampleur de la situation au Canada.
Outre leur rareté relative, les familles qui comprennent des enfants adoptés ou d'un autre lit ont
un nombre réduit de membres. En ce qui concerne les hommes par exemple, 78.8% ont élevé deux enfants
ou plus qui sont à eux, 47.5% ont déclaré avoir élevé deux enfants ou plus venant d'un autre lit et
seulement 33.8% ont élevé deux enfants adoptés ou plus. Ces pourcentages sont en général semblables
pour les femmes et pour chaque groupe d'Age des deux sexes. Les données sur les enfants d'un autre lit
confirment l'idée suivant laquelle les personnes divorcées qui ont de nombreux enfants ont une chance
réduite de se remarier. Les données sur les enfants adoptés correspondent à l'opinion selon laquelle
les parents adoptifs veulent des enfants, mais pas beaucoup.
Avoir des enfants et en adopter ne sont pas des choix exclusifs; en effet, certains couples optent
pour les deux. A titre d'exemple, le tableau 8 montre le pourcentage d'hommes qui ont adopté des
enfants selon le nombre de leurs propres enfants. Le pourcentage le plus élevé (3% ou plus) se
retrouve chez les hommes qui n'ont aucun enfant ou qui en ont seulement un. Le plus bas (moins de 2%)
s'applique à ceux qui ont deux ou trois enfants ou plus. Ces données concordent avec l'idée selon
laquelle l'adoption se pratique surtout chez des couples, qui ont de la difficulté à avoir des
enfants. Chez les couples qui ont une famille de taille type ou normative composée de leurs propres
enfants, la probabilité d'avoir des enfants adoptés est inférieure de moitié environ(4).
(4) Lorsqu'elles sont totalisées séparément pour les répondants ayant cinq propres enfants ou plus,
les données révèlent que la proportion de ceux qui ont adopté des enfants est importante. Voilà
encore une autre forme sous laquelle se pratique l'adoption: des personnes qui ont déjà plusieurs
propres enfants sont heureuses d'en accueillir un autre (adopté) et, de toute façon, peuvent le
faire sans trop de frais supplémentaires. Mais les nombres sur lesquelles se fonde cette
supposition sont peu élevés et ne satisfont pas aux exigences de la fiabilité statistique.
19
TABLEAU 8. Pourcentage des hommes qui ont adopté un enfant ou plus, selon le nombre de leurs propres
enfants, Canada, 1984
Nombre de propres enfants
Hommes
0
123 ou
plus
pour cent
Ayant adopté
des enfants
3.23.5
1.71.8
Dans la vie d'un couple, l'adoption a lieu plus tard que la naissance des propres enfants. Le
tableau 9 compare l'âge moyen des répondants au moment de la naissance de leur premier enfant et au
moment de leur première adoption. Pour les hommes, la première adoption se produit environ six ans
après la naissance de leur premier enfant et, pour les femmes, la période est de huit ans. Ces
résultats confirment le principal motif d'adoption dont il est question précédemment. En effet, ceux
qui ne peuvent avoir d'enfants ont tendance à attendre un certain temps, avant d'avoir recours à
l'adoption. En raison de cette situation, les enfants adoptés en bas âge, ont, en moyenne, des parents
plus âgés que les autres enfants.
TABLEAU 9. Age moyen des répondants à la naissance de leur premier enfant et lors de l'adoption* de
leur premier enfant, selon le groupe d'âge et le sexe, Canada, 1984
Sexe et
groupe d'âge
Age moyen à la naissanceAge moyen à l'adoption
de leur premier enfantde leur premier enfant
Homes
18-29
30-39
40-49
50-64
Tous
Ages
23.3
25.9
26.4
27.4
26.1
26.7
29.9
30.8
35.6
32.4
21.7
23.9
23.3
24.5
23.6
25.8
28.4
30.0
35.6
31.7
Femmes
18-29
30-39
40-49
50-64
Tous
Ages
* Exception faite des répondants qui ont adopté des enfants d'un autre lit.
On a demandé aux gens qui ont déclaré avoir des enfants d'un autre lit de répondre à la question
"Avez-vous adopté cet enfant?" et d'indiquer la date d'adoption et celle à laquelle ils ont commencé à
élever cet enfant. Les données montrent qu'il y a seulement une infime minorité de gens qui adoptent
légalement des enfants d'un autre lit (tableau 10). Pour l'ensemble des hommes, le pourcentage
s'établit à 15.7%. Pour les femmes, il est beaucoup plus réduit, soit 2.2%, mais comme le nombre de
femmes qui ont des enfants d'un autre lit et le nombre de femmes qui en adoptent sont réduits, il se
peut que les résultats soient entachés d'une erreur aléatoire importante.
20
TABLEAU 10. Pourcentage des personnes qui ont adopté légalement des enfants d'un autre lit, selon le
groupe d'âge et le sexe, Canada, 1984
Groupe d'âge
Hommes
Femmes
pour cent
18-29
30-39
40-49
50-64
30-64 ans
Tous âges
...
17.4*
...
16.9*
16.4
15.7
-
...
-
...
2.5*
2.2*
... A cause d'une erreur type élevée, ces chiffres ne figurent pas ici.
* Ces pourcentages représentent un nombre infime de cas et peuvent donc être entachés d'une erreur
importante.
Même si, pour l'ensemble des hommes qui ont plus de 30 ans, le pourcentage de ceux qui adoptent des
enfants d'un autre lit augmente, il est peu élevé pour les répondants les plus âgés. Parmi les hommes
qui ont entre 50 et 64 ans par exemple, environ un sixième seulement ont adopté un enfant (ou plus)
d'un autre lit même si, à l'époque où ils ont pris cette décision, de nombreuses années s'étaient
écoulées depuis qu'ils avaient commencé à élever leur premier enfant d'un autre lit.
On ne comprend pas tout à fait clairement les raisons qui expliquent ce pourcentage peu élevé
d'adoptions d'enfants d'un autre lit. La raison principale est sûrement les obstacles légaux à l'adoption: en effet, même si le parent qui a la garde des enfants a divorcé et s'est remarié, l'autre
parent existe toujours. Mais dans le cadre de l'Enquête sur la famille, il n'y avait aucune question
sur la fin de l'union qui a donné naissance à ces enfants, soit un divorce, soit le décès d'un des
conjoints. I1 se peut également que de nombreux beaux-pères, même lorsqu'il n'existe plus aucun
obstacle légal à l'adoption d'enfants d'un autre lit en raison du décès du père légitime ou de son
refus de s'opposer, soient réticents à assumer la pleine responsabilité de ces enfants compte tenu de
leurs obligations envers leur ex-conjoint et leurs enfants issus d'un mariage antérieur. (Une analyse
plus détaillée des données provenant de l'Enquête sur la famille pourrait montrer si les hommes
divorcés et remariés qui ont des enfants nés de leur mariage antérieur sont moins portés à adopter des
enfants d'un autre lit que ceux qui n'en ont pas.) Il est aussi possible que la plupart des parents
qui ont des enfants d'un autre lit acceptent pleinement ceux-ci et les traitent comme leurs propres
enfants (y compris en ce qui concerne l'héritage) et qu'ils considèrent l'adoption légale comme une
formalité inutile. Pour comprendre clairement les causes et les conséquences de l'adoption d'enfants
d'un autre lit (dont le nombre semble augmenter au Canada), il faudra poser plus de questions aux
répondants qu'il n'est possible de le faire dans une grande enquête nationale à usages multiples,
comme l'Enquête sur la famille.
Considérant l'augmentation du taux de divorce et l'opinion publique de plus en plus orientée sur le
faible taux de natalité des Canadiens, il est intéressant de connaître comment l'expérience du divorce
a influé sur le taux de fécondité (enfants mis au monde) des répondants à l'Enquête sur la famille. Le
tableau 11 présente le nombre moyen d'enfants mis au monde par des personnes ayant déjà divorcé et par
des personnes n'ayant jamais divorcé, selon le sexe et le groupe d'âge. Les personnes de 30 ans et
plus qui n'ont jamais divorcé comptent en moyenne un nombre légèrement plus élevé d'enfants que celles
qui ont divorcé, l'écart s'établissant à près d'un demi-enfant en moyenne au moment où la procréation
est pour ainsi dire terminée, c'est-à-dire à 50 ans ou plus. Chez les jeunes personnes (moins de 30
ans), l'écart semble inversé mais ce phénomène ne saurait être considéré comme une situation représentative à long terme des jeunes personnes; de fait, chez celles qui ont déjà divorcé avant l'âge de 30
ans, l'écart s'explique probablement par leur jeune âge au moment de se marier et d'avoir des enfants.
Globalement, les données appuient l'opinion voulant que l'augmentation du nombre de divorces soit
l'un des facteurs qui ait contribué à maintenir le taux de natalité au Canada à son faible niveau
actuel. Il est clair que c'est la situation qu'ont connue les générations de Canadiens plus âgés dans
le passé. Cependant, les tendances à l'égard du mariage, du divorce et de la procréation évoluent si
rapidement qu'on se demande si l'expérience du passé est assez fiable pour se faire une idée de
l'avenir. Les études effectuées dans d'autres pays ont révélé qu'un taux de divorce hâtif suivi d'un
taux élevé de remariage pouvait donner un taux de fécondité non inférieur à celui qui aurait découlé
de l'absence d'un taux élevé de divorce.
21
TABLEAU 11. Nombre moyen d'enfants mis au monde par des personnes ayant déjà divorcé et par des personnes n'ayant jamais divorcé, selon le groupe d'âge et le sexe, Canada, 1984
Nombre moyen d'enfants mis au monde par
Sexe et
groupe d'âge
Personnes ayant Personnes n'ayant
déjà divorcé jamais divorcé
Hommes
18-29
30-39
40-49
50-64
Tous âges
1.1
1.7
2.3
2.6
2.1
1.0
1.9
2.5
3.0
2.2
1.4
1.8
2.6
2.8
2.2
1.1
2.0
2.8
3.2
2.3
Femmes
18-29
30-39
40-49
50-64
Tous âges
TABLEAU 12. Enfants* déclarés selon le genre (propres, adoptés ou d'un autre lit): répartition en
pourcentage au sein des groupes d'âge selon le sexe du répondant, Canada, 1984
Age de l'enfant
Sexe du répondant et
genre d'enfant
0-1617-2021+Tous âges
pour cent
Enfants de répondants de sexe masculin
Propres
Adoptés
D'un autre lit
Tous enfants
93.6
2.6
3.8
100.0
91.0
2.1
6.8
100.0
93.3
1.9
4.7
100.0
93.2
2.3
4.5
100.0
96.4
2.2
1.4
100.0
93.9
3.0
3.1
100.0
96.1
1.2
2.6
100.0
96.0
1.9
2.2
100.0
Enfants de répondants de sexe féminin
Propres
Adoptés
D'un autre lit
Tous enfants
* Comprennent les enfants qui demeurent toujours avec le père ou la mère ainsi que ceux qui ont quitté
le foyer.
Nota: Ce tableau repose sur les données de l'enquête où l'unité déclarante était l'un des parents et
non l'enfant. Bien que certains enfants figurent plus d'une fois dans ce tableau à cause d'un
déplacement au sein de la famille, leur nombre n'est pas assez important pour influer de façon
marquée sur les répartitions présentées ici. Cependant, il faut user de prudence dans
l'interprétation des données.
22
Les données présentées jusqu'ici dans cette section nous exposent la perspective des parents. Le
tableau 12 nous donne un aperçu des enfants eux-mêmes, s'attachant tout particulièrement à leur situation comme enfants propres, enfants adoptés ou enfants d'un autre lit(5). Bien sûr, pour les personnes
de 21 ans et plus, le mot enfant est utilisé dans son sens restrictif de personne née ou élevée par le
répondant. Quelques-uns de ces "enfants" sont des adultes d'âge moyen, la plupart ont quitté le foyer
et quelques-uns sont décédés.
Les résultats confirment ce que nous avons signalé précédemment en ce qui a trait à l'expérience
parentale: sauf pour un très petit nombre, toutes les personnes identifiées par des Canadiens adultes
comme leurs enfants sont leurs enfants par naissance. Dans le cas des enfants de tous âges déclarés
par les répondants de sexe féminin, près de 2% sont adoptés et environ 2% sont d'un autre lit. Chez
les répondants de sexe masculin, le pourcentage d'enfants adoptés est semblable (2.3%) mais le nombre
d'enfants d'un autre lit est plus élevé (4.5%). Toutefois, même chez les hommes, plus de 90% des
enfants qu'ils ont élevés sont leurs propres enfants par naissance.
Les résultats diffèrent quelque peu selon l'âge de l'enfant. De façon particulière, le nombre d'enfants âgés entre 17 et 20 ans et identifiés comme provenant d'un autre lit sont plus nombreux que ceux
de la catégorie 0 à 16 ans ou 21 ans et plus. Ce phénomène est imputable en partie à la tendance
observée dans les taux de divorce (les parents d'enfants de 21 ans et plus appartiennent en moyenne à
des générations antérieures de mariages dans lesquelles les taux de divorce étaient peu élevés) et en
partie au moment où sont survenus le divorce et le remariage dans la vie du parent et, par voie de
conséquence, de l'enfant (les parents d'enfants de 0 à 16 ans ne sont pas encore rendus au stade où se
produisent habituellement les divorces et les remariages).
Ces conclusions nous rappellent que les adolescents sont beaucoup plus susceptibles de devenir des
enfants d'un autre lit et de demeurer avec un beau-père ou une belle-mère, ce qui en fait une expérience plus difficile à accepter que si elle survenait avant, lorsque l'enfant est plus jeune, ou plus
tard, lorsque l'enfant est devenu un adulte autonome.
III. DEPART DU FOYER
Dans la société canadienne, les enfants ont normalement tendance (c'est à la fois le phénomène
social habituel et l'événement statistique le plus fréquent) à quitter le foyer lorsqu'ils sont sur le
point de devenir des adultes. Dans le passé, ce passage survenait fréquemment par le biais du
mariage. Aujourd'hui, il se produit habituellement bien avant le mariage, dès que l'enfant est entré
sur le marché du travail et qu'il peut plus ou moins subvenir à ses propres besoins. Quelquefois, il
peut aussi se produire, avec l'aide des parents, avant que l'enfant ait atteint une indépendance
financière. Chez les enfants qui détiennent un diplôme d'études secondaire et ont poursuivit des
études plus avancées, le départ du foyer est associé aux études universitaires.
Comme l'indique le tableau 13, la très grande majorité des enfants canadiens demeurent au foyer
(avec au moins un des parents) jusqu'à la fin du cycle secondaire(6). Parmi les enfants âgés de 15 à
19 ans des répondants de sexe féminin, 84% et 87% respectivement des enfants de sexe féminin et
masculin demeuraient avec le répondant. Dans le cas des enfants de répondants de sexe masculin, les
pourcentages sont un peu plus faibles: 80% pour les enfants de sexe féminin et 84% pour ceux de sexe
masculin. Les pourcentages légèrement inférieurs que l'on retrouve pour les enfants de répondants de
sexe masculin s'expliquent probablement par la tendance plus forte chez les hommes à quitter leurs
propres enfants lorsqu'ils forment un nouveau ménage après un divorce et un remariage.
Au début de la vingtaine, entre la moitié et le tiers des enfants demeurent avec le parent répondant. A 25 ans et plus, 10% ou moins vivent toujours au foyer. Dans les groupes d'âge de 15 ans et
plus, le nombre de garçons demeurant avec leurs parents est supérieur au nombre de filles. Il est très
probable que la situation soit attribuable au mariage plus hâtif des filles.
(5) Le lecteur doit prendre note que les données sur les enfants recueillies dans l'EF ne sont pas
strictement représentatives de tous les enfants, puisque l'unité déclarante est le parent et non
l'enfant. Il est donc possible que des enfants soient représentés plus d'une fois dans l'échantillon, ayant vécu plus d'une relation parent-enfant dans leur vie. Sur le plan statistique, pour
bien interpréter les données présentées dans ce tableau, il faut les considérer comme des répartitions D'ÉVÉNEMENTS PRINCIPAUX dans la vie des enfants: naissances, adoptions ou enfants d'un autre
lit, classés selon la nature de l'événement et l'âge actuel de l'enfant en question. Il est toutefois raisonnable de supposer que la relation associée à ces événements principaux approxime
l'expérience des enfants eux-mêmes et que les deux ensembles de répartitions sont assez proches
l'un de l'autre aux fins de notre exposé général. Il convient de se rappeler cette hypothèse et de
faire preuve de toute la circonspection nécessaire au moment d'interpréter nos observations.
(6) Comme on l'a signalé précédemment, l'échantillon de l'EF n'est pas strictement représentatif
de tous les enfants, ce qui influe également sur les estimations présentées au tableau 13.
23
TABLEAU 13. Pourcentage d'enfants demeurant dans le ménage du parent répondant, selon le groupe d'Age,
le sexe de l'enfant et le sexe du répondant, Canada, 1984
Sexe du répondant et
groupe d'âge de l'enfant
Enfants de sexe Enfants de sexe
masculinféminin
pour cent
Enfants de répondants de sexe masculin
0-4
5-9
10-14
15-19
20-24
25 et plus
Tous âges
97.7
94.8
90.5
83.7
53.7
11.1
65.3
97.4
91.9
87.2
79.5
34.0
7.4
60.0
98.4
95.5
94.8
87.0
47.0
10.4
59.1
98.8
98.0
96.2
83.8
36.6
6.8
55.8
Enfants de répondants de sexe féminin
0-4
5-9
10-14
15-19
20-24
25 et plus
Tous âges
TABLEAU 14. Pourcentage d'enfants demeurant dans le ménage du parent répondant, selon le groupe d'âge
et le genre d'enfant et le sexe du répondant, Canada, 1984
Genre d'enfants
Sexe du répondant et
groupe d'âge de l'enfant
PropresAdoptésD'un autre Tous
litenfants
pour cent
Enfants de répondants de sexe masculin
0-14
15-19
20 et plus
Tous âges
93.7
82.3
23.6
63.2
89.8
79.9
30.1
66.9
84.8
71.8
12.0
49.5
93.3
81.6
23.2
62.7
97.1
87.0
19.7
57.9
93.0
71.9
19.8*
63.1
89.3
56.8
96.9
85.5
19.3
57.5
Enfants de répondants de sexe féminin
0-14
15-19
20 et plus
Tous âges
32.6
* A cause d'une erreur-type élevée, ce chiffre ne figure pas ici.
... Ce pourcentage représente un nombre infime de cas et peut donc être entaché d'une erreur
importante.
24
La probabilité qu'un enfant demeure toujours avec le parent répondant est fortement liée à sa
situation dans la famille: enfant propre, adopté ou d'un autre lit (voir le tableau 14). De façon
particulière, les enfants d'un autre lit semblent quitter le foyer du beau-père ou de la belle-mère à
un âge beaucoup plus jeune que ne le font les enfants adoptés ou les propres enfants. Ainsi, chez les
enfants âgés de 15 à 19 ans des répondants de sexe féminin, 87% des propres enfants et 72% des enfants
adoptés vivaient toujours avec le répondant, contre 57% chez les enfants d'un autre lit. Dans le cas
des répondants de sexe masculin, les chiffres correspondants pour leurs enfants dans cette même catégorie d'âge sont de 82% pour leurs propres enfants, 80% pour les enfants adoptés mais seulement 72%
pour les enfants d'un autre lit. On retrouve des écarts semblables chez les enfants dans les groupes
d'âge supérieur mais le petit nombre d'enfants adoptés et d'enfants d'un autre lit dans l'échantillon
fait qu'il est difficile de tirer des conclusions statistiques rigoureuses.
Il est possible que le nombre accru d'enfants d'un autre lit qui quittent le foyer des parents
répondants à un âge donné s'explique par le fait que la plupart d'entre eux peuvent aller demeurer
avec un autre parent naturel. Cette explication est appuyée par des données qui révèlent que parmi les
enfants qui ont quitté le foyer du parent répondant, un plus grand nombre d'enfants d'un autre lit que
de propres enfants vivent à la charge de quelqu'un d'autre plutôt que d'être autonomes. Dans le cas
des enfants de répondants de sexe féminin, environ 24% des enfants d'un autre lit ont été identifiés
comme étant à la charge de quelqu'un d'autre, alors que 8% des propres enfants avaient quitté le
foyer. Pour ce qui est des enfants de répondants de sexe masculin, les pourcentages respectifs
s'établissaient à 32% et A 17%. A cet égard, du moins, les enfants d'un autre lit semblent disposer
d'un plus grand nombre d'options.
Le tableau 15 indique l'âge moyen auquel les enfants déclarés comme autonomes et demeurant à
l'extérieur du ménage du parent répondant ont quitté ce ménage à tout jamais. Il est difficile
d'interpréter ces données dans la mesure où elles décrivent l'expérience inachevée d'un groupe d'âge;
le problème est particulièrement aigu chez les groupes d'âge inférieur, puisque, par exemple, seule
une petite proportion des enfants âgés de 17 à 19 ans ont quitté le foyer alors que par définition,
tous les enfants quittent la maison parentale au plus tard à 19 ans. Une proportion beaucoup plus
importante des enfants âgés de 20 A 24 ans et de ceux de 25 ans et plus ont quitté le foyer, beaucoup
d'entre eux à un âge avancé, ce qui fait monter la moyenne. Il en résulte que toute comparaison entre
les lignes de ce tableau est inutile.
TABLEAU 15. Age moyen des enfants qui demeurent à l'extérieur de la maison* du répondant, selon le
genre d'enfant et le groupe d'âge (17 ans et plus) et le sexe du répondant, Canada, 1984
Age moyen de départ pour subvenir à leurs propres
besoins
Groupe d'âge
de l'enfant
Enfant
Enfant
Enfant
propre
adopté
autre
17.6
19.6
21.0
20.5
16.8
19.3
20.8
19.9
17.2
18.6
20.9
19.9
17.6
19.5
21.0
20.5
17.7
19.5
20.9
20.5
16.3
19.9
20.9
19.8
15.9
18.7
20.7
19.9
17.5
19.5
20.9
20.5
d'un
lit
Tous
enfants
Enfants de répondants de sexe masculin
17-19
20-24
25 ans et plus
Tous âges
Enfants de répondants de sexe féminin
17-19
20-24
25 ans et plus
Tous âges
*signe les enfants qui ont quitté le foyer pour subvenir à leurs propres besoins.
25
Les données révèlent que pour les personnes plus âgées, dont la plupart avaient quitté le foyer,
l'âge moyen de départ se situait environ entre 20 et 21 ans. Les données laissent croire que les
enfants adoptés et les enfants d'un autre lit, surtout dans le groupe d'âge le plus jeune, ont quitté
le foyer à un âge moyen légèrement inférieur. Lorsque l'on combine ces résultats à ceux du tableau 14,
on peut résumer la situation en disant que dans toutes les catégories d'âge, les enfants d'un autre
lit sont plus nombreux à avoir quitté le foyer de leurs beaux-parents (c'est la même chose, mais à un
degré moindre, pour les enfants adoptés) et chez ceux qui ont quitté, l'âge moyen de départ est
légèrement plus bas que celui des propres enfants dans la même situation.
Les femmes ont tendance à quitter le foyer plus tôt que les hommes, en moyenne à l'âge de 20 ans
chez celles qui ont plus de 25 ans aujourd'hui, comparativement à 22 ans chez les hommes, mais l'écart
n'est pas important, seulement un ou deux ans en moyenne (voir le tableau 16). On pourrait peut-être
lier ce phénomène, entre autres choses, à la tendance qu'ont les femmes de se marier plus jeune que
les hommes, mais la différence ne suit pas l'écart au niveau de l'âge moyen au mariage entre les deux
groupes. Dans le passé, les hommes avaient tendance à quitter le foyer vers 21 ans et à se marier pour
la première fois vers 24 ou 25 ans; de leur côté, les femmes étaient portées à quitter le foyer vers
20 ans et à se marier pour la première fois à 21 ou à 22 ans. En conséquence, les jeunes hommes ont eu
tendance à afficher une période plus longue de vie autonome entre leur départ du foyer et le moment de
leur mariage. Bien sûr, ces schémas pourraient bien changer étant donné que l'on trouve de plus en
plus de jeunes gens des deux sexes qui décident de vivre en concubinage avant de se marier ou parce
qu'ils ne désirent pas une union légale. Une analyse plus poussée des données de l'Enquête sur la
famille fera toute la lumière sur ces questions.
TABLEAU 16. Age moyen de départ* des enfants demeurant à l'extérieur de la maison du répondant, selon
le groupe d'âge (20 ans et plus) et le sexe de l'enfant, et le sexe du répondant, Canada,
1984
Ag e moyen de départ du foyer
Sexe du répondant et
groupe d'âge de l'enfant
Enfants de sexe masculin Enfants de sexe féminin
Enfants de répondants de sexe masculin
20-24
25 ans et plus Tous âges
19.5
21.6
20.9
19.5
20.4
20.0
19.6
21.6
21.1
19.4
20.2
19.9
Enfants de répondants de sexe féminin
20-24
25 ans et plus Tous âges
* Désigne les enfants qui ont quitté le foyer pour subvenir à leurs propres besoins.
Il est intéressant de revenir aux parents pour un moment et de leur demander quel âge ils avaient
en moyenne lorsque leurs enfants ont quitté le foyer. Comme on s'y attendrait des données présentées
un peu plus tôt sur l'âge moyen au mariage et sur l'âge moyen des enfants au moment de quitter le
foyer, les parents sont dans le milieu de la quarantaine lorsque le premier de leurs propres enfants
quitte le foyer. De façon plus précise, chez les personnes de 50 ans et plus, qui comprennent la
majorité de celles qui ont au moins un enfant de parti, l'âge moyen des hommes au moment du départ de
leur premier propre enfant est de 46.7 ans; l'âge correspondant des femmes est de 44.9 ans. Les
chiffres relatifs aux groupes d'âge plus jeune ne sont pas aussi significatifs à cause du nombre très
restreint qui ont connu cette expérience.
26
De toute évidence, l'âge moyen auquel tous les enfants d'un couple ou d'une personne ont quitté le
foyer dépend, entre autres choses, du nombre d'enfants à l'origine. Chez les personnes de plus de
50 ans qui avaient un enfant au moment de l'enquête, leur âge moyen au moment du départ de cet enfant
était d'environ 48 ans pour l'homme et pour la femme. Chez les personnes qui avaient entre deux et
cinq enfants ayant tous quitté le foyer, l'âge moyen des parents au départ du dernier enfant était de
52.2 ans pour la femme et de 52.9 ans pour l'homme. Dans le cas des personnes comptant huit enfants ou
plus, les chiffres sont de 56.7 ans pour la femme et de 58.0 ans pour l'homme. Toutes choses étant
égales, plus le nombre d'enfants est élevé, plus la période de "solitude" du couple est courte.
Faisons une dernière observation sur le départ d'enfants adultes du foyer: le fait pour la mère de
travailler à l'extérieur ne semble pas influer sur l'âge auquel les jeunes adultes quittent le foyer.
L'âge moyen de départ est à peu près le même, peu importe que la mère de ce jeune adulte ait eu un
travail à l'extérieur de la maison ou qu'elle ait interrompu ce travail pour donner naissance ou
élever son enfant.
IV. CESSER DE TRAVAILLER, SE MARIER ET ÉLEVER DES ENFANTS
A un moment ou l'autre de leur vie, la plupart des Canadiens ont eu un travail rémunéré (voir la
première colonne du tableau 17). Il y a légèrement plus d'hommes que de femmes qui ont travaillé, et
même chez les femmes entre 50 et 64 ans, plus de quatre cinquième (81.6%) ont déjà travaillé. Toutefois, les chiffres donnés cachent des différences importantes entre les hommes et les femmes en ce qui
concerne l'intensité, la durée et la continuité du travail à l'extérieur du foyer et ils ne traduisent
pas adéquatement les changements radicaux qui se sont produits ces dernières décennies.
TABLEAU 17. Pourcentage des personnes qui ont déjà travaillé et qui ont déjà connu des interruptions
de travail*, selon le groupe d'âge et le sexe, Canada, 1984
Sexe et
groupe d'âge
Qui ont déjà
travaillé
Une interruptionDeux interruptions
ou plusou plus
pour cent
Hommes
18-29
30-39
40-49
50-64
Tous âges
83.7
98.9
99.6
97.3
93.5
16.1
16.8
16.2
24.6
18.2
82.3
93.4
90.0
81.6
86.2
26.3
60.5
63.6
62.9
49.9
1.1
2.9
1.3**
3.3
2.1
Femmes
18-29
30-39
40-49
50-64
Tous âges
4.2
16.8
19.2
20.2
13.7
* La durée de l'interruption doit être d'au moins un an.
** Ce pourcentage représente un nombre infime de cas et peut donc être entaché d'une erreur importante.
Dans le cadre de l'Enquête sur la famille, on a demandé aux répondants qui avaient déjà travaillé
d'indiquer les interruptions de travail d'au moins une année et de donner des renseignements détaillés
sur leur nombre, leur durée et leur raison (mise à pied, maladie, mariage, etc.) ainsi que sur la
période à laquelle elles se sont produites. Le tableau 17 montre clairement qu'en ce qui concerne la
continuité de leur travail et de leur carrière, les femmes ont connu beaucoup plus d'interruptions que
les hommes. Dans l'ensemble, il y a eu près de trois fois plus de femmes (49.9%) que d'hommes (18.2%)
qui ont déclaré une interruption de travail ou plus. Pour les groupes d'âge comprenant les gens qui
ont plus de 30 ans, le pourcentage de femmes était, près de trois à quatre fois plus élevé que
27
celui des hommes. Quant au groupe des 18-29 ans, la différence entre les hommes et les femmes n'était
pas aussi importante: le pourcentage de femmes n'était pas tout à fait le double de celui des hommes.
Cet écart inférieur peut s'expliquer, d'une part, par le risque plus réduit d'interruption de travail
en raison du jeune âge de ces femmes (ce risque peut s'accroître à mesure qu'elles vieilliront) et,
d'autre part, aux nouvelles valeurs culturelles selon lesquelles les femmes accordent plus d'importance à leur emploi et à leur carrière qu'auparavant, époque où leur rôle d'épouse, de mère et de
ménagère était prépondérant. Une analyse plus détaillée des données obtenues permettra de jeter plus
de lumière sur cette question, par exemple, la comparaison des différents groupes d'âge à des périodes
comparables de la vie.
Si l'on considère la possibilité de connaître deux interruptions de travail ou plus, la différence
entre les hommes et les femmes devient beaucoup plus importante. Dans l'ensemble, il y a 13.7% de
femmes, comparativement à 2.1% d'hommes, qui ont connu deux interruptions de travail ou plus. Pour les
groupes d'âge des gens qui ont plus de 30 ans, le pourcentage de femmes est plus de cinq fois plus
important que celui des hommes. La différence est particulièrement marquée entre les hommes et les
femmes qui ont entre 40 et 49 ans. En termes généraux, on peut dire que ces personnes sont les parents
qui ont donné naissance à la génération du baby boom qui serait entrée sur le marché du travail à la
fin des années 50 et au début des années 60. On constate que, pour ces groupes d'âge, les hommes ont
profité d'une façon importante de conditions d'enseignement avantageuses et de la prospérité générale
marquant la période qui a suivi la Seconde Guerre mondiale, tandis que la situation des femmes, malgré
les conditions économiques favorables, n'est pas plus reluisante que celle des femmes plus âgées
(50-64 ans).
Les données obtenues ne rendent sûrement pas compte des différences réelles entre les hommes et les
femmes en ce qui concerne l'importance des interruptions de travail. Comme les questions de l'Enquête
sur la famille portaient sur les interruptions d'au moins une année, les femmes ont probablement exclu
un grand nombre d'interruptions dues à la grossesse qui, même si elles durent souvent moins d'un an,
sont assez longues pour rompre la continuité d'un emploi ou d'une carrière. A l'autre extrême, certaines des femmes qui ont déclaré une seule interruption ne sont jamais retournées sur le marché du
travail. On peut vérifier cette dernière affirmation, bien entendu, en analysant d'une façon plus
détaillée le moment et la durée des interruptions de travail déclarées.
On a demandé aux répondants d'indiquer, à partir de la liste suivante la (ou les) raison(s) pour
chaque interruption: grossesse ou soin des enfants; retour aux études; retraite; déménagement pour
aller rejoindre le conjoint ou le partenaire en union libre; mise à pied ou fin de l'emploi; maladie
ou incapacité; mariage; autre. Le tableau 18 donne, selon les groupes d'âge, une distribution des
raisons fournies par les hommes et les femmes qui ont connu seulement qu'une interruption de travail
(88% des hommes et 73% des femmes n'en ont connu qu'une). De nouveau, il est frappant de constater la
forte différence selon le sexe. Si l'on regarde les raisons principales qui ont été données, on voit
que, pour tous les âges, l'interruption de travail a été causée, dans l'ordre, par une mise à pied, un
retour aux études et une maladie pour les hommes et par les soins des enfants, un mariage et une mise
à pied pour les femmes. Sur l'ensemble des hommes, il n'y a donc eu presque personne (moins de 1%) qui
a déclaré avoir cessé de travailler en raison d'un mariage, des soins des enfants ou d'un déménagement
pour aller rejoindre son conjoint ou partenaire en union libre. Sur l'ensemble des femmes par contre,
ce pourcentage s'élève à 64%. Si, pour une grande majorité de femmes, l'incidence des exigences du
mariage, d'une grossesse ou des soins des enfants est considérable, relativement à la continuité du
travail, pour les hommes, elle est presque nulle.
Ce tableau général ne varie pas beaucoup si l'on regarde les divers groupes d'âge, bien que le
tableau 18 donne quelques indications des changements importants qui se sont produits, ces dernières
décennies, dans l'activité des femmes. Par exemple, il est intéressant de constater qu'environ deux
fois plus de femmes ayant entre 30 et 39 ans que de femmes ayant entre 50 et 64 ans qui ont indiqué
avoir cessé de travailler pour une grossesse ou les soins des enfants, malgré le risque d'interruption
plus faible auquel elles ont été exposées en raison de leur vie active moins longue. Le risque le plus
élevé est peut-être plus apparent que réel. Les femmes plus âgées ont eu tendance à abandonner complètement leur travail dès qu'elles se sont mariées ou sont devenues enceintes et si jamais elles
décidaient d'y retourner, ce n'est qu'une fois leurs enfants élevés. Par contre, les femmes plus
jeunes essaient de concilier mariage, maternité et travail, car elles voient dans leur emploi une
carrière plutôt qu'une étape dans leur vie. Il y a davantage de jeunes épouses et de jeunes mères qui
désirent continuer à travailler à plein temps et qui courent ainsi un risque plus élevé de devoir
interrompre leur travail pendant au moins un an. Les femmes plus âgés ont peut-être, de leur plein
gré, quitté leur emploi tôt dans leur vie et n'ont plus fait partie de la population active pendant 10
ou 20 ans, période qu'elles ne considèrent peut-être pas comme une interruption de travail, telle
qu'elle est définie par l'Enquête sur la famille. Il est également possible qu'elles soient entrées
,sur le marché du travail après que leurs enfants furent élevés.
28
TABLEAU 18. Raisons données par les répondants qui ont connu une interruption de travail: répartition
en pourcentage au sein des groupes d'âge, selon le sexe, Canada, 1984
Total
Mariage
Sexe et
groupe
d'âge
Grosses-
Déména-
se ou
soins
gement
des enfants
joindre
Maladie ou
invalidité
Mise
0.2*
...
14.1
18.9
27.0
15.6
54.4
37.9
28.6
20.7
36.5
7.8
7.9
5.5
3.2
6.1
6.0
3.2
6.1
12.8
7.1
18.4
9.1
6.1
6.5
9.7
pour re-
à
Retraite
pied
Retour
aux
études
conjoint
Autre
et
raisons
multiples
Non
précisé
ou partenaire
pour cent
Hommes
18-29
30-39
40-49
50-64
Tous âges
100.0
100.0
100.0
100.0
100.0
0.2*
0.3*
OOO
22.6
7.0
28.5
29.3
27.2
8.0
22.4
10.5
16.5
21.9
21.1
16.9
0.9*
10.1
14.8
11.6
8.6
11.7
11.7
0.7*
Femmes
18-29
30-39
40-49
50-64
Tous âges
100.0
100.0
100.0
100.0
100.0
4.0
8.4
20.9
29.2
15.9
38.0
54.8
47.4
28.1
42.3
4.5
7.0
2.2
4.3
cause d'une erreur-type élevée, ces chiffres ne figurent pas ici.
* Ces pourcentages représentent un nombre infime de cas et peuvent donc être entachés d'une erreur
importante.
••• A
Les informations détaillées qu'a données chaque répondant sur le travail, le mariage, la grossesse
ou les soins des enfants permettront d'analyser ces sujets de façon plus approfondie et d'en rendre
compte, ce que le présent aperçu ne pouvait faire en raison de sa nature même. Grâce à ces analyses
détaillées, on sera aussi en mesure de vérifier, du moins de façon partielle, la justesse des raisons
données par les répondants masculins et féminins à propos de l'interruption de travail. Par ailleurs,
il se peut que les hommes aient tendance à minimiser, relativement à cette interruption, l'importance
d'un mariage, des soins des enfants ou d'un déménagement effectué pour rejoindre le conjoint ou la
partenaire d'une union libre. Une étude détaillée de la période à laquelle s'est produite cette
interruption en relation avec celle du mariage et de la naissance des enfants pourrait faire de la
lumière sur cette question.
V. DIFFERENCES AU NIVEAU DES SOUS- GROUPES
Un échantillon national d'environ 14,000 répondants ne peut donner que des renseignements restreints sur divers sous-groupes de la population canadienne, y compris sur ceux de provinces particulières. Pour en savoir davantage, il faut effectuer des sondages plus importants ou recourir aux
chiffres complets du recensement.
Pour ce qui est de l'Enquête sur la famille, les quelques comparaisons que nous pouvons faire entre
les sous-groupes donnent des résultats intéressants. On les présente brièvement ci-après en faisant
ressortir comme il se doit leur caractère hautement descriptif.
Différences au niveau provincial
Le tableau 19 présente plusieurs indicateurs généraux de la vie matrimoniale et familiale par
province et groupe de provinces. Les six premières lignes touchent le mariage, le veuvage, le divorce
et les unions libres.
29
TABLEAU 19. Divers indicateurs de la vie matrimoniale et familiale par province ou région, Canada,
1984
Provinces Qué-Onta-Provinces Colombie Canadade l'Atlan-becriodesBritantique
Prairies nique
pour cent
Des personnes déjà mariées,
pourcentage ayant déjà
divorcé:
50 ans et plus
30 à 39 ans
9.2
13.7
Des personnes déjà mariées
de 50 ans et plus, pourcentage ayant connu le
veuvage:
12.4
6.5*
8.9
5.0
9.7
10.1
15.2
10.2
15.0
15.9
19.9
11.1
12.4
11.7
12.4
16.0
6.9
4.5
3.4
8.1
7.4
12.0
5.9
23.4
16.6
5.3
28.3
6.7
19.1
5.6
24.7
7.2
29.0
3.2
2.6
2.6
3.6
1.7
1.9
3.7
2.6
3.3
3.3
5.6
2.1
50 ans et plus
18 à 29 ans
81.6
82.3
72.3
73.8
76.1
76.7
84.8
86.4
82.4
87.3
89.2
81.9
De toutes les femmes qui
ont déjà travaillé, pourcentage ayant interrompu
une ou plusieurs fois
leur travail:
57.9
59.6
61.5
53.9
57.1
62.5
42.3
15.9
41.2
16.4
35.0
23.5
47.4
9.1
42.2
16.0
45.1
17.6
Des personnes déjà mariées,
pourcentage affichant deux
mariages ou plus:
De toutes les personnes,
pourcentage ayant déjà
vécu en union libre:
50 ares et plus
18 à 29 ans
De toutes les personnes,
pourcentage ayant élevé:
Des enfants d'un autre lit
Des enfants adoptés
...
De toutes les femmes,
pourcentage ayant déjà
travaillé à l'extérieur de
la maison:
De toutes les femmes ayant
déjà interrompu leur
travail une fois, pourcentage ayant donné comme
raison:
Soins des enfants
Mariage
* Ce pourcentage représente un nombre infime de cas et peut donc être entaché d'une erreur importante.
... A cause d'une erreur-type élevée, ce chiffre ne figure pas ici.
30
Les données révèlent des écarts nets du taux de divorce d'une région à l'autre. Le pourcentage des
personnes déjà mariées qui ont déjà connu un divorce légal est beaucoup plus faible que la moyenne
nationale dans les provinces de l'Atlantique et au Québec, et beaucoup plus élevé en Colombie-Britannique. Les chiffres présentés s'appliquent aux personnes de 30 à 39 ans et de 50 ans et plus mais la
tendance semble exister pour d'autres groupes d'âge et pour chaque sexe pris individuellement. L'écart
entre le Québec et le Canada dans son ensemble est plus important chez les personnes de 50 ans et plus
que dans les groupes d'âge plus jeune, probablement à cause d'un conformisme plus strict dans le passé
l'enseignement catholique traditionnel sur cette question. Le taux supérieur de divorce en
Colombie-Britannique reflète le caractère dynamique du mariage dans cette province mais également le
caractère sélectif de l'immigration dans la province. Toutes choses étant égales, les personnes divorcées ont plus tendance à migrer que les personnes bien mariées, et les régions attirant un grand
nombre de migrants internes sont plus susceptibles de recevoir un nombre relativement important de
personnes ayant déjà divorcé. Des mécanismes sélectifs du même genre peuvent aider à expliquer la
faible proportion de personnes ayant déjà divorcé qui résident au Québec et dans les provinces de
l'Atlantique, dans la mesure où les personnes divorcées, surtout celles qui désirent se remarier,
déménageront dans un endroit où le divorce sera mieux accepté par la société. On peut expliquer de la
même façon le pourcentage distinctif élevé de personnes déjà mariées de 50 ans et plus en ColombieBritannique qui ont déclaré avoir déjà connu le veuvage. Cela n'explique pas les taux élevés de mortalité en Colombie-Britannique mais plutôt la migration de personnes plus âgées cherchant un climat plus
tempéré et d'autres éléments de confort et, de façon générale, une nouvelle vie après la perte d'un
conjoint ou au moment de la retraite. Bien sûr, quelques-unes de ces personnes qui ont déjà connu le
veuvage se sont remariées mais l'échantillon de l'Enquête sur la famille n'est pas assez important
pour poursuivre l'étude détaillée de toute leur vie. Cependant, soulignons que le pourcentage de
répondants de tous âges en Colombie-Britannique qui ont déclaré deux mariages ou plus est presque deux
fois plus élevé que la moyenne nationale.
On pourrait considérer le divorce comme une forme d'écart à la norme traditionnelle en ce qui
concerne le mariage. La cohabitation sans mariage légal en est une autre forme, mais les données du
tableau 19 laissent croire que diverses régions ne sont pas parfaitement cohérentes sur ces questions,
en d'autres mots le non-traditionalisme est plus ou moins uniforme. Le Québec est l'exemple le plus
frappant. Bien que le taux de personnes ayant déjà divorcé soit très faible, la proportion de celles
qui ont déjà vécu en union libre est soit égale, soit supérieure à la moyenne nationale. De fait, chez
les personnes de 18 à 29 ans, le Québec arrive presque en première place avec la Colombie-Britannique,
28% des répondants de cette catégorie ayant déclaré avoir vécu une ou plusieurs unions libres. Les
jeunes répondants des provinces de l'Atlantique sont plus traditionnels à cet égard puisque 17% ont
déclaré avoir déjà eu une union libre, ce qui se situe bien en dessous de la moyenne nationale.
Le pourcentage de personnes plus âgées déclarant avoir déjà vécu une union libre est plus petit
(environ 6% en tout), l'Ontario et la Colombie-Britannique affichant des pourcentages légèrement
supérieurs. On ne sait pas encore jusqu'à quel point il s'agit d'unions constituées au début, au
milieu ou même plus tard dans la vie adulte, par rapport aux situations de divorce et de veuvage.
Comme on s'y attendrait des données précédentes sur le divorce, le pourcentage de répondants ayant
déclaré avoir élevé des enfants d'un autre lit est plus élevé dans les provinces présentant le plus
haut taux de divorce (en Ontario et surtout en Colombie-Britannique) et moins élevé dans celles qui
affichent le taux de divorce le plus bas (surtout au Québec). Le pourcentage de répondants ayant
adopté des enfants ne diffère pas beaucoup d'une province à l'autre, mais les données laissent croire
que les taux d'adoption seraient quelque peu inférieurs au Québec et en Colombie-Britannique et
légèrement supérieurs dans les provinces de l'Atlantique et des Prairies.
D'après les données, les femmes du Québec et des provinces de l'Atlantique joueraient un rôle plus
traditionnel puisque le pourcentage de femmes qui ont déjà travaillé à l'extérieur de la maison se
situe sous la moyenne nationale. La situation est confirmée non seulement pour les femmes plus âgées
mais aussi pour celles ayant entre 18 et 29 ans. Parmi les femmes qui ont travaillé, le pourcentage de
celles qui ont interrompu leur emploi une fois ou plus pendant au moins un an est beaucoup plus élevé
en Colombie-Britannique, ce qui s'explique probablement par les interruptions causées par le divorce,
le veuvage et la migration.
Chez les femmes qui ont interrompu leur travail, un pourcentage nettement inférieur au Québec ont
déclaré l'avoir fait pour mettre au monde ou pour élever des enfants, alors qu'une proportion
nettement supérieure aurait interrompu leur travail pour se marier. Ici encore, il est difficile de
tirer des généralités au sujet du comportement traditionnel et non traditionnel selon la région
géographique.
31
TABLEAU 20. Divers indicateurs de la vie matrimoniale et familiale selon le niveau de scolarité,
Canada, 1984
Niveau de scolarité
Tous
niveaux
8 années ou
moins
Études
secondaires
partielles
Diplôme
d'études
secondaires
Études
postsecondaires
partielles
Tous âges
30 à 39 ans
11.3
13.7
9.2
12.3
12.3
15.2
13.1
17.2
11.3
13.4
Des personnes déjà mariées
de 50 ans et plus, pourcentage ayant connu le
veuvage:
12.4
15.3
10.9
11.1
11.5
Des personnes déjà mariées,
pourcentage affichant deux
mariages ou plus:
6.9
6.8
6.9
7.8
7.4
4.7
21.1
23.4
15.8
29.1
21.6
30.3
23.2
20.8
22.3
20.2
19.5
23.1
3.2
2.6
3.7
3.1
3.6
2.9
3.2
2.4
3.1
2.0
2.1
2.4
Tous âges
30 à 39 ans
86.2
93.4
72.0
77.7
84.1
90.7
90.5
97.5
89.8
96.8
95.1
96.7
De toutes les femmes qui
ont déjà travaillé, pourcentage ayant interrompu
une ou plusieurs fois
leur travail:
57.9
71.0
66.7
53.0
52.1
47.0
50.4
Diplôme
de niveau
postsecondaire
Des personnes déjà mariées,
pourcentage ayant déjà
divorcé:
9.2
8.4
De toutes les personnes,
pourcentage ayant déjà
vécu en union libre:
30 à 39 ans
18 à 29ans
De toutes les personnes,
pourcentage ayant élevé:
Des enfants d'un autre lit
Des enfants adoptés
De toutes les femmes,
pourcentage ayant déjà
travaillé à l'extérieur de
la maison:
De toutes les femmes ayant
déjà interrompu leur
travail une fois, pourcentage ayant donné comme
raison:
Soins des enfants
Mariage
42.3
28.4
36.9
49.4
48.6
15.9
24.5
19.6
14.4
9.2
... A cause d'une erreur-type élevée, ces chiffres ne figurent pas ici.
32
Écarts selon le niveau de scolarité
Le tableau 20 présente plusieurs indicateurs de la vie matrimoniale et familiale selon des
catégories générales de niveau de scolarité, c'est-à-dire le nombre d'années d'études que les
répondants ont terminées. Les données laissent croire qu'il y aurait une relation en forme de cloche
entre le niveau de scolarité et le divorce puisque ce sont chez les personnes comptant huit ans ou
moins d'années d'études et chez les diplômés de niveau postsecondaire que l'on retrouve le plus faible
taux de divorce. Par contraste, le pourcentage de personnes de plus de 50 ans ayant déjà connu une
situation de veuvage est plus élevé chez celles qui ont huit années de scolarité ou moins, ce qui
refléterait le taux de mortalité plus élevé chez les personnes affichant une situation
socio-économique inférieure.
Pour tous les groupes d'âge regroupés, le pourcentage de personnes ayant déja vécu en union libre
présente très peu de corrélation avec le niveau de scolarité, mais chez les personnes de 18 à 29 ans,
le taux est nettement plus élevé (près de 30%) chez celles qui se situent dans les deux dernières
catégories de niveau de scolarité. Par contre, environ 21% des personnes ayant déclaré détenir un
diplôme d'études secondaires ou avoir suivi des études plus avancées ont déjà vécu une union libre.
Bien sûr, ces jeunes générations présentent encore une éducation et une union inachevées. Il semble
donc y avoir relation entre un niveau de scolarité peu élevé et une union hâtive, mais il n'est pas
clair si ces jeunes personnes ont d'abord quitté l'école, déniché un emploi puis commencé à cohabiter
ensemble, ou si leur union hâtive les a obligées à abandonner l'école, ou encore si le nombre croissant de très jeunes adultes, disons ceux entre 18 et 21 ans par opposition à ceux ayant entre 25 et 29
ans, combinent éducation et union libre.
Les données sur les enfants d'un autre lit et sur les enfants adoptés laissent croire que ces deux
formes de relation familiale seraient légèrement plus nombreuses parmi les strates socio-économiquement faibles, lesquelles sont définies par le niveau de scolarité.
Les dernières lignes du tableau 20 nous présentent une image intéressante de certaines relations
qui existent entre le travail et la vie familiale chez les femmes affichant un niveau de scolarité
différent. Les données présentent une relation nette entre le niveau de scolarité et la probabilité
qu'une femme ait déjà travaillé à l'extérieur de la maison: plus le niveau de scolarité est élevé,
plus grande sera cette probabilité. L'écart est plus faible chez les jeunes femmes de 30 à 39 ans que
pour les femmes de tous les autres âges, mais il est tout de même important lorsque l'on compare la
catégorie des femmes les moins instruites et celle des femmes les plus instruites.
On constate également une relation uniforme entre le niveau de scolarité et l'interruption du
travail pendant au moins un an chez la femme; plus le niveau de scolarité est élevé, moins cette
probabilité d'interruption est grande. De même, il y a des liens distinctifs lorsqu'on examine les
raisons d'interruption de travail invoquées par les femmes. De façon particulière, les femmes
affichant une éducation supérieure sont plus susceptibles d'avoir interrompu leur travail pour mettre
au monde ou élever des enfants. Cinquante pour cent des diplômées de niveau postsecondaire ont indiqué
cette raison, contre un peu moins d'un tiers des femmes présentant huit années ou moins de scolarité.
Par contre, les femmes qui ont une éducation moins élevée ont plus tendance à avoir interrompu leur
travail pour se marier. Nous ne disposons pas d'explications claires à ces comportements. Il peut
s'agir d'une interraction complexe entre l'âge, le niveau de scolarité et le moment des événements
familiaux en question. Ou il peut s'agir de choix et de préférences personnels chez les femmes
présentant des niveaux de scolarité différents. Les femmes qui affichent une scolarité élevée peuvent
avoir un emploi qui leur accorde des conditions plus avantageuses lorsqu'elles doivent s'absenter pour
des raisons de maternité; ou encore, leur revenu combiné à celui de leur époux peut leur permettre de
subsister sans revenu pendant une période relativement courte. Certaines de ces questions pourraient
être résolues en procédant à une analyse plus détaillée des données de l'Enquête sur la famille.
33
VI. RÉSUMÉ
Ce rapport présente certains des principaux résultats de l'Enquête sur la famille concernant les
mariages, les unions libres et leur dissolution, l'éducation des enfants et leur départ du foyer, la
cause et la durée des interruptions de travail et la relation entre les événements d'ordre familial et
l'éducation. Certains faits saillants du rapport sont résumé ci-après.
Les résultats de l'enquête indiquent que le mariage est en général une institution stable dans la
vie de la plupart des adultes canadiens. Environ 90% de tous les Canadiens qui se sont déjà mariés ne
l'ont été qu'une fois. Dans tous les groupes d'âge-sexe, moins de 1% des membres se sont mariés trois
fois ou plus. Seulement environ un Canadien déjà marié sur 10 et une Canadienne déjà mariée sur huit
ont divorcé. Le taux de divorce semblait être plus élevé chez les jeunes, ainsi, à l'avenir, une proportion supérieure de l'ensemble de la population divorcera.
La tendance vers les unions libres était plus prononcée chez les jeunes, mais ce type d'union reste
quand même rare pour l'ensemble de la population. En 1984, 5.2% des Canadiens adultes et 6.5% des
Canadiennes adultes vivaient en union libre, mais ces taux étaient un peu peu élevés dans les groupes
plus jeunes. Seulement 5.5% des femmes agées de 50 à 64 ans ont déclaré avoir déjà vécu en union
libre, comparativement à 26.9% pour les femmes âgées de 18 à 29 ans et 20.6% pour les femmes de 30 à
39 ans. Un nombre relativement faible de personnes ont déclaré plus d'une union libre, et dans bien
des cas, les union libres ont abouti au mariage.
Au Canada, dans la très grande majorité des cas, les parents élèvent leurs propres enfants. Par
exemple, 67.5% de l'ensemble des femmes adultes ont, à un certain moment, élevé leurs propres enfants,
mais seulement 2.1% ont élevé des enfants d'un autre lit et seulement 2.5%, des enfants adoptés. Une
proportion relativement inférieure d'hommes ont déclaré avoir déjà élevé leurs propres enfants
(60.3%), tandis qu'un pourcentage relativement supérieur (4.4%) ont indiqué avoir élevé des enfants
d'un autre lit. Ces différences traduisent bien les tendances actuelles: les parents seuls sont
souvent des femmes et les tribunaux accordent généralement la garde des enfants aux mères après le
divorce. Par conséquent, les femmes sont plus susceptibles d'amener leurs enfants dans un nouveau
mariage, leur nouvel époux devant par conséquent joué le r8le de beau-père.
Les familles comprenant des enfants d'un autre lit ont tendance à être peu nombreuses, ce qui
appuie la théorie selon laquelle les divorcés qui ont de nombreux enfants sont moins susceptibles de
se remarier. Généralement, les familles comprenant des enfants adoptés étaient également petites, ce
qui dénote que les adoptants se retrouvent surtout dans les couples sans enfants qui n'ont pu avoir
d'enfant naturels.
Les femmes avaient en moyenne 23.6 ans à la naissance de leur premier enfant, mais 31.7 ans lors de
l'adoption de leur premier enfant. Ces chiffres indiquent que les couples sans enfants attendraient
que la possibilité d'avoir leurs propres enfants soit réduite avant d'adopter. Par conséquent, les
enfants adoptés auraient des parents plus âgés que les autres enfants de la même génération. Le taux
d'adoption d'enfants d'un autre lit était très faible, mais on ignore s'il reflète l'attitude selon
laquelle cette forme d'adoption serait inutile, le désir d'éviter les problèmes légaux associés ou la
résistance du parent naturel.
Le rapport jette une lumière nouvelle sur les phases de "contraction" et de "nid-vide" dans le
cycle de vie familiale. Les filles ont tendance à quitter le foyer plus t6t que les garçons, probablement parce que les femmes sont plus jeunes lors du premier mariage ou de la première union libre. Les
enfants d'un autre lit, tant les filles que les garçons, sont susceptibles de quitter le foyer beaucoup plus t8t que les enfants naturels, probablement parce qu'ils peuvent aller vivre avec l'autre
parent naturel, dans un ménage différent.
Chez
premier
avaient
enfants
les répondants âgés de 50 ans et plus, les hommes avaient en moyenne 46.7 ans lorsque leurenfant naturel a quitté le foyer, et les femmes, 44.9 ans. Les parents d'un enfant "unique"
en moyenne 48 ans lorsque l'enfant a quitté le foyer, et les parents qui ont de deux à cinq
avaient en moyenne 52 ans au départ du dernier enfant.
34
A un moment ou l'autre de leur vie, la plupart des Canadiens adultes ont eu un travail rémunéré
(93.5% de tous les hommes et 86.2% de toutes les femmes), mais près de la moitié des femmes ont
déclaré avoir connu au moins une interruption de travail d'un an ou plus, comparativement à seulement
18.2% des hommes. Plus de 60% des femmes âgées de 30 ans ou plus ont déclaré au moins une interruption
de travail. Si on regarde les raisons invoquées, on voit que les interruptions de travail ont été
causées, dans l'ordre, par une mise à pied, un retour aux études et une maladie ou un incapacité, pour
les hommes, et par une grossesse ou les soins des enfants, un mariage et une mise à pied, pour les
femmes. Les exigences du mariage, de la grossesse ou des soins aux enfants semblaient avoir nuit
beaucoup plus à la carrière des femmes qu'à celle des hommes.
Selon les résultats de l'enquête, les différences régionales observées dans les tendances de la vie
familiale semblent correspondre aux statistiques tirées d'autres sources. Par exemple, la proportion
des gens déjà mariés qui ont divorcé était plus faible dans les provinces de l'Atlantique et au
Québec, et particulièrement plus élevée en Colombie-Britannique. Le taux de jeunes gens vivant en
union libre étaient supérieur à la moyenne en Colombie-Britannique et au Québec, mais inférieur à la
moyenne dans les provinces de l'Atlantique.
Le plus faible proportion de gens déjà mariés qui ont divorcé se retrouve chez les gens moins
instruits (possédant huit années d'étude ou moins) et chez les gens plus instruits (possédant un
diplôme d'études postsecondaires). On a également pu établir une relation évidente entre le niveau
de scolarité et la probabilité qu'une femme travaille à l'extérieur du foyer ou connaisse une
interruption de travail: plus la femme possède un niveau de scolarité élevé, plus elle est susceptible
d'être active et moins elle est susceptible de connaître une 'interruption de travail.
Ces faits saillants signale que certains domaines d'étude possibles qu'offrent les données de
l'Enquête sur la famille. Comme on l'a répété dans le rapport, la base de données n'a pas encore été
exploitée à fond. Il faut espérer que le présent rapport constituera le premier d'une série de
documents qui apporteront de nouvelles précisions sur la dynamique de la vie familiale au Canada.
ANNEXE I
PLAN DE L'ENQUETE ET QUALITÉ DES DONNÉES
Introduction
L'Enquête sur la famille (EF) a été effectuée en février 1984 à titre de supplément à l'Enquête sur
la population active. L'enquête a été parrainée par la Division des statistiques sociales, du logement
et des familles de Statistique Canada et réalisée par une équipe de la Division des enquêtes
spéciales. Les quelques pages qui suivent présentent des renseignements non techniques sur les
diverses activités de l'enquête.
L'Enquête sur la famille a pour but de fournir des renseignements détaillés sur les événements
familiaux que les répondants et leurs enfants ont connus, renseignements que l'on ne peut facilement
obtenir dans les recensements et dans la Statistique de l'état civil. De façon particulière, l'Enquête
sur la famille fournit des données rétrospectives sur la vie familiale des répondants et nous permettent d'examiner l'incidence et le moment d'événements particuliers (mariage, procréation, interruption
du travail, etc.) comme parties d'une suite d'événements interdépendants.
Population et échantillon
Comme il s'agit d'un supplément à l'Enquête sur la population active (EPA), la population cible de
l'Enquête sur la famille est la même que dans l'EPA, partageant la même base d'échantillonnage et les
mêmes procédures. Ces procédures excluent des éléments suivants qui représentent environ 2% de la
population canadienne:
-
les résidents du Yukon et des Territoires du Nord-Ouest;
le personnel des Forces armées;
les résidents des réserves indiennes;
les pensionnaires d'institution;
les diplômates étrangers.
On peut trouver de plus amples détails sur le plan de l'EPA en consultant la publication no 71-526 au
catalogue de Statistique Canada, intitulée Méthodologie de l'enquête sur la population active du
Canada.
L'EPA de février 1984 a servi à identifier les répondants admissibles à l'Enquête sur la famille,
c'est-à-dire les hommes et femmes adultes âgés de 18 à 64 ans. Les personnes âgées entre 15 et 17 ans
ont été exclues de l'Enquête sur la famille (mais non de l'EPA) en raison de la fréquence peu élevée
des événements d'intérêt dans ce groupe d'âge et aussi du caractère trop délicat de certaines questions (par exemple celles sur la cohabitation et la procréation). On a également exclu les personnes
de 65 ans et plus, en partie à cause de la qualité douteuse des données qui auraient pu être recueillies sur des événements qui devaient être rappelés d'un passé fort lointain(7).
Les répondants de l'Enquête sur la famille constituaient un sous-échantillon prélevé à même tous
les répondants admissibles de l'EPA. Au total, on a identifié 16,042 répondants dont 14,004 ont pu
être interviewés, pour un taux de réponse de 87.3%. Étant donné qu'il s'agissait d'interviews par
téléphone, les répondants admissibles qui n'avaient pas le téléphone ou qui ont refusé de donner leur
numéro à l'interviewer de l'EPA ont été exclus dès le départ. Ces non-répondants ont représenté
environ 2% de l'échantillon initial.
(7) Voir la note (1), en page 9.
36
TABLEAU A-1. Fréquence des imputations ou des corrections manuelles selon l'enregistrement du genre
d'événement, Enquête sur la famille, 1984 (Pourcentage des enregistrements touchés)
Genre d'événement
Correction manuelleImputation
pour cent
Mariage
Union libre
Antécédents de travail
Propre enfant
Enfant adopté
Enfant d'un autre lit
1.1
1.1
0.3
0.4
0.7
17.6**
2.1
2.5
*
3.4
10.0
12.9
* La procédure d'imputation n'a pas été utilisée pour les renseignements manquants sur les antécédents de travail; une non-réponse a été introduite comme code valide.
** Une grande partie de ces corrections manuelles ont dG être faites à la suite de l'imputation d'un
mois qui s'est révélé illogique par la suite.
Méthode de collecte des données
De récentes enquêtes menées dans de nombreux pays, notamment au Canada, ont prouvé que les interviews téléphoniques pouvaient être une façon efficace et économique de recueillir des renseignements
sur des échantillons importants dissiminés dans diverses régions, comme c'était le cas pour l'Enquête
sur la famille. Pour cette raison, l'inverview par téléphone a été choisie comme la principale méthode
de collecte de données. Chaque répondant admissible recevait une lettre d'introduction lui expliquant
l'objet de l'enquête et lui indiquant qu'il serait le seul à pouvoir fournir les renseignements pendant l'interview téléphonique, aucune autre personne ne pouvant le faire à sa place.
Deux raisons nous ont motivés à effectuer les interviews téléphoniques à partir d'un endroit central plutôt qu'en recourant aux interviewers réguliers de l'EPA: (1) la durée du questionnaire d'interview de l'Enquête sur la famille (voir l'annexe II) nous empêchait de mener cette enquête en même
temps que l'enquête régulière EPA; (2) le caractère personnel de certaines questions (par exemple sur
le divorce ou la cohabitation) nous portait à croire qu'il y aurait avantage à utiliser des interviewers éloignés et impersonnels plutôt que les interviewers réguliers de l'EPA qui, surtout dans les
régions rurales ou dans les petites villes, étaient souvent des voisins ou même des amis. La
centralisation des interviews nous permettait également d'exercer un contrôle plus serré sur la
collecte des données sur le terrain.
Globalement, la collecte des données s'est déroulée relativement bien. La plupart des répondants
admissibles ont pu être joints. La plupart ont accepté d'être interviewés. Et la plupart ont semblé se
rappeler les renseignements demandés. Il convient de souligner ici encore que toutes les questions,
sauf quelques-unes, avaient trait à des événements importants dans la vie que le répondant avait
lui-même connus. Il semble que nous ayons fait un choix judicieux en ne permettant aucune substitution
de répondants.
Contrôle et imputation
Toutes les opérations de contrôle des données ont été effectuées après la transmission des données
à Ottawa; en d'autres mots, il n'y a presque pas eu de contrôle sur le terrain. Le contrôle s'est
déroulé en plusieurs étapes, une fois les données d'un répondant particulier introduites dans une
série d'enregistrements relatifs à chaque événement (mariage, naissance, etc.). Des vérifications ont
été effectuées sur la cohérence des renseignements contenus dans un seul enregistrement (par exemple
la date d'un divorce devait être postérieure à la date du mariage auquel il mettait fin); deux
enregistrements touchant des événements semblables (par exemple un mariage devait avoir pris fin avant
qu'un autre puisse commencer); ou des enregistrements touchant plusieurs types d'événements différents
(par exemple la date d'achèvement d'une union libre qui avait débouché sur un mariage devait être
cohérente avec la date d'un mariage subséquent).
Les enregistrements qui renfermaient des contradictions étaient vérifiés à l'aide du questionnaire
original puis des corrections étaient apportées lorsque la chose était possible. Si aucune correction
ne pouvait être apportée, l'enregistrement était éliminé.
37
Même si un enregistrement subissait avec succès la procédure de contrôle, il pouvait quand même y
manquer certains renseignements, par exemple le mois et l'année où s'était produit un certain événement. Ce genre de problèmes a pu être réglé en recourant aux méthodes traditionnelles d'imputation de
Statistique Canada, qui permettent d'attribuer des renseignements à un enregistrement incomplet à
partir d'un autre enregistrement choisi au hasard et présentant des caractéristiques identiques au
niveau de l'âge, du sexe, de l'état matrimonial et d'autres facteurs. Le tableau A-1 donne la
fréquence des corrections et des imputations manuelles qu'il a fallu effectuer à divers
enregistrements. Comme on peut le voir, les répondants ont fourni des réponses assez précises et
complètes sur des événements qui les ont touchés de très près. La plupart des difficultés avaient
trait à des enfants adoptés et à des enfants d'un autre lit, pour lesquels certains répondants n'ont
pu fournir des renseignements détaillés, par exemple la date exacte (le mois et l'année) d'événements
qui étaient survenus dans la vie de l'enfant.
Fichiers de données
Le fichier maitre de l'enquête comprend les enregistrements individuels de chaque événement déclaré
dans l'enquête et un enregistrement démographique pour chaque répondant. Ainsi, un répondant ayant
déclaré un mariage et deux enfants posséderait quatre enregistrements au fichier maître: un enregistrement démographique, un enregistrement de mariage et deux enregistrements d'enfant. Étant donné
qu'il est difficile d'utiliser la plupart des logiciels réguliers pour analyser un fichier organisé
selon cette structure hiérarchique, on a donc créé deux fichiers linéaires.
Le premier, un fichier des répondants, renferme des données démographiques ainsi que des renseignements sur les mariages, les unions libres et les interruptions de travail, provenant tous du fichier
maitre; des variables dérivées concernant l'âge du répondant au moment de divers événements et la
durée de ceux-ci; enfin, des variables dérivées concernant les enfants déclarés.
Le second fichier, le fichier des enfants, renferme des renseignements démographiques sur le
répondant; des données sur les enfants adoptés, les propres enfants et sur ceux d'un autre lit,
provenant du fichier maître; et enfin quelques variables dérivées. Nous prévenons le lecteur que les
données de ce fichier ne représentent pas chacun des enfants, mais plutôt les principaux événements
dans la vie des parents, soit la naissance ou l'adoption d'un enfant et le fait d'élever des enfants
d'un autre lit. Comme l'unité déclarante est le parent, les enfants qui ont connu plus d'une relation
parent(s) - enfant au cours de leur vie sont représentés plus d'une fois dans ces données.
Variabilité de l'échantillonnage
Comme dans toute enquête-échantillon, les résultats de l'Enquête sur la famille sont susceptibles
d'être entachés d'une erreur ou variabilité d'échantillonnage. En d'autres mots, les résultats sont
influencés dans une certaine mesure par le hasard; des résultats différents pourraient être obtenus si
l'on effectuait un autre sondage en adoptant exactement le même plan mais avec un échantillon
complètement nouveau. Au moment d'interpréter les résultats de l'Enquête sur la famille, on veut être
sûr que les tendances apparentes dans les données reflètent la réalité et non le fruit du hasard. Il
n'y a pas de façon simple d'y parvenir bien que la théorie statistique et les méthodes modernes
d'échantillonnage nous offrent une aide à cet égard.
Le problème pourrait être plus aigu si l'on prenait de petits échantillons ou de petites catégories
dans de grands échantillons. Par exemple, il y avait environ 14,000 répondants dans l'Enquête sur la
famille, mais seulement 23 d'entre eux ont indiqué trois mariages ou plus, ce qui ne représente pas un
échantillon assez grand pour nous permettre de tirer des conclusions au sujet des Canadiens qui sont
dans cette situation. Notre petit échantillon peut être très atypique.
Pour ces raisons, Statistique Canada applique un certain nombre de directives et de méthodes
empiriques qui empêchent la publication de données ne présentant pas une signification statistique,
c'est-à-dire qui pourraient être le fruit du hasard. Bien qu'elles aient d'abord été élaborées pour le
recensement et les grandes enquêtes-échantillon (par exemple l'EPA) et qu'elles soient plutôt contraignantes dans le cas d'échantillons de taille moyenne comme celui de l'Enquête sur la famille, nous
avons respecté ces directives, du moins en esprit, dans le texte de ce rapport. Lorsque les résultats
se fondent sur des chiffres infimes, le lecteur en est averti.
38
Comparaison des données de l'Enquête sur la famille à celles d'autres sources
Il est rarement possible de vérifier des données purement statistiques comme celles qui découlent
de l'Enquête sur la famille. On peut accroître la précision des données en établissant un plan
d'enquête rigoureux. De même, on peut vérifier la logique interne des données, comme on l'a décrit
ci-avant dans les procédures de contrôle, de correction et d'imputation. En dernier lieu, on peut
mettre en parallèle les données de l'Enquête sur la famille à des données comparables provenant
d'autres sources. Lorsqu'il y a appariement, les données des deux sources prêtent davantage à
confiance mais, bien sûr, les deux pourraient être fausses. On trouvera ci-dessous quelques exemples
de comparaisons sur les données de l'Enquête sur la famille.
Le tableau A-2 présente le pourcentage de personnes mariées ou vivant en union libre, selon
différents groupes d'âge dans l'EF et dans l'EPA, d'après les estimations de Statistique Canada pour
1984. Dans la plupart des cas, l'Enquête sur la famille présente des proportions légèrement plus
importantes de personnes mariées ou vivant en union libre, probablement à cause des réponses plus
complètes obtenues lors de cette enquête. C'est d'autant plus prévisible dans une enquête dont l'objet
principal est de recueillir des renseignements précis sur les mariages et les événements familiaux.
Les estimations du nombre de mariages et de divorces par année civile, tirées de l'Enquête sur la
famille, ne s'apparient pas aussi bien avec les données annuelles de l'état civil, comme l'illustre le
tableau A-3. De façon particulière, l'Enquête sur la famille donne constamment un nombre de divorces
moins élevé, surtout dans les années les plus récentes. On ne s'attend pas à ce que les chiffres de
ces deux sources correspondent parfaitement puisque certains des événements enregistrés sont survenus
à des personnes qui sont décédées ou qui ont émmigré et qui ne peuvent donc être représentées dans
l'échantillon de l'EF. De même, un certain nombre de divorces sont liés à des personnes qui avaient
plus de 64 ans au moment de l'Enquête sur la famille, et celles-ci n'ont donc pu être admises dans
l'échantillon. Or, les incohérences, surtout en ce qui concerne les divorces pour les années
1980-1982, nécessitent un examen et des explications plus approfondis. Il est d'autant plus important
de le faire si les données de l'Enquête sur la famille doivent servir à estimer les taux de divorce et
de remariage par période ou par cohorte.
Le tableau A-4 met en comparaison les données sur les unions libres avec des données semblables
recueillies pendant la récente Enquête canadienne sur la fécondité qui a été effectuée par The
University of Western Ontario, l'Université de Montréal et The University of Alberta, à l'aide de
subventions provenant du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada. Dans leurs estimations
du pourcentage de femmes vivant actuellement une union libre, les deux sources concordent d'assez
près, mais les pourcentages de femmes ayant déjà vécu une telle situation sont toujours inférieurs
dans l'Enquête sur la famille.
Ces incohérences sont probablement attribuables au libellé des questions dans les deux enquêtes.
Dans l'Enquête sur la famille, la question était posée comme suit: "Avez-vous déjà vécu en union
libre, c'est-à-dire avez-vous déjà vécu maritalement avec une autre personne sans être légalement
mariée?" La question semble laisser entendre des relations assez sérieuses et peut-être stables (des
mariages sous tous les aspects) mais non légalisées. Dans l'Enquête canadienne sur la fécondité,
la question demandait simplement: "Avez-vous déjà vécu avec une autre personne sans être marié(e)?"
Cette question semble sous-entendre des périodes de cohabitation un peu plus officieuses. Le libellé
différent de ces deux questions pourrait aussi expliquer l'écart touchant la situation actuelle de
très jeunes répondants, surtout ceux de 18 et 19 ans. Il semble probable que certains jeunes adultes
qui disent vivre ensemble ne se considéreraient pas "comme mari et femme".
39
TABLEAU A-2. Personnes vivant dans une union (mariage ou union libre) selon le groupe d'âge, comparaison entre les estimations démographiques, les données de l'Enquête sur la famille et les
données de l'Enquête sur la population active, Canada, 1984
Groupe d'âgeEnquête sur la
famille
millierspour
Estimations démogra-Enquête sur la populaphiques tion active
milliers
cent
pour
cent
milliers
pour
cent
18-24
Toutes unions
Mariage
Union libre
917.4
652.4
265.0
(28.7)*
(20.4)
(8.3)
746.2
(22.6)
825.1
(25.8)
25-29
Toutes unions
Mariage
Union libre
1,537.6
1,341.1
196.5
(70.9)
(61.8)
(9.1)
1,540.2
(66.6)
1,491.5
(68.7)
1,761.6
1,592.9
168.7
(81.5)
(73.7)
(7.8)
1,685.6
(79.9)
1,722.0
(79.7)
1,620.0
1,527.1
92.9
(85.3)
(80.4)
(4.9)
1,604.9
(84.1)
1,603.9
(84.4)
1,222.4
1,160.9
61.5
(86.5)
(82.1)
(4.4)
1,281.3
(85.2)
1,202.7
(85.1)
1,078.7
1,047.5
31.2
(83.6)
(81.1)
(2.4)
1,082.5
(85.1)
1,065.2
(82.5)
1,036.1
987.7
48.4
(84.7)
(80.7)
(4.0)
1,047.7
(83.7)
1,005.8
(82.2)
968.7
945.0
23.7
(83.9)
(81.8)
(2.1)
969.2
(81.0)
957.3
(82.8)
811.4
793.2
18.2
(77.5)
(75.8)
(1.7)
849.7
(77.0)
801.7
(76.6)
10,954.0
10,047.9
906.1
(70.4)
(64.6)
(5.8)
10,807.4
(67.7)
10,675.2
(68.6)
30-34
Toutes unions
Mariage
Union libre
35-39
Toutes unions
Mariage
Union libre
40-44
Toutes unions
Mariage
Union libre
45-49
Toutes unions
Mariage
Union libre
50-54
Toutes unions
Mariage
Union libre
5 5-59
Toutes unions
Mariage
Union libre
60-64
Toutes unions
Mariage
Union libre
18-64
Toutes unions
Mariage
Union libre
* Les chiffres entre parenthèses se rapportent au pourcentage dans l'échantillon total.
40
TABLEAU A -3. Nombre de divorces par année avec indication de la répartition en pourcentage, comparaison entre les données de l'Enquête sur la famille et les données de La statistique de
l'état civil *, Canada, 1960-1982
Total des divorces
Année du divorce
Enquête sur la familleLa statistique de l'état
civil
pour
cent
Toutes années
pour
cent
577,728
100.0
754,949
100.0
1960
1961
1962
1963
1964
6,210
6,178
3,270
10,926
9,207
1.1
1.1
0.6
1.9
1.6
6,980
6,563
6,768
7,686
8,623
0.9
0.9
0.9
1.0
1.1
Total partiel: 1960-1964
35,790
6.2
36,620
4.9
1965
1966
1967
1968
1969
3,474
5,133
9,325
14,395
16,269
0.6
0.9
1.6
2.5
2.8
8,974
10,239
11,165
11,343
26,093
1.2
1.4
1.5
1.5
3.5
Total partiel: 1965-1969
48,595
8.4
67,814
9.0
1970
1971
1972
1973
1974
23,972
31,143
26,084
33,257
40,543
4.1
5.4
4.5
5.8
7.0
29,775
29,685
32,389
36,704
45,019
3.9
3.9
4.3
4.9
6.0
154,998
26.8
173,572
23.0
37,499
34,996
34,741
46,849
51,201
6.5
6.1
6.0
8.1
8.9
50,611
54,207
55,370
57,155
59,474
6.7
7.2
7.3
7.6
7.9
205,285
35.5
276,817
36.7
37,796
46,511
48,755
6.5
8.1
8.4
62,019
67,671
70,436
8.2
9.0
9.3
Total partiel:
1970-1974
1975
1976
1977
1978
1979
Total partiel:
1975-1979
1980
1981
1982
* Les chiffres sont tirés de la publication no 84-205 au catalogue intitulée La statistique de l'état
civil, vol. II: Mariages et divorces.
41
TABLEAU A -4. Pourcentage de femmes vivant ou ayant déjà vécu une union libre selon le groupe d'âge,
comparaison entre les données de l'Enquête sur la famille et les données de l'Enquête sur
la fécondité au Canada *, 1984
Vivant actuellement en unionAyant déjà vécu en union
libre
libre
Groupe d'âge
EFEFCEFEFC
pour cent
18-19
20-24
25-29
30-34
35-39
40-44
45-49
5.7
11.9
10.2
8.3
5.2
5.5
2.3
11.4
13.1
10.9
8.0
5.0
5.3
3.9
12.2
26.2
33.0
25.5
15.1
11.8
7.4
20.8
36.8
43.5
35.0
23.1
17.0
11.8
* Nous sommes redevables au professeur T.R. Balakrishnan du Centre for Canadian Population Studies de
nous avoir fourni les données de l'EFC.
ANNEXE II. Questionnaire d'interview de l'Enquête sur la famille
SECTION A:
Cette enquête s'intéresse à l'évolution tant passée que prévisible de la vie familiale.
Enfants d'un autre litLes premières questions portent sur les enfants.
1. Avez-vous déjà élevé des enfants d'un autre lit? (Un enfant
d'un autre lit est un enfant de votre conjoint issu d'un
mariage ou d'une union antérieure.)
'O
20
DEUXIÈME ENFANT D'UN AUTRE LIT
Oui
Non -.Passez à la Partie B
2. Quelle est la date de naissance de ce premier enfant d'un
autre lit?
17. Quelle est la date de naissance de ce deuxième enfant d'un
autre lit?
Mo.An.
Mo.An.
3. Quand avez - vous commencé à élever cet enfant?
18. Quand avez-vous commencé à élever cet enfant?
Mo.An.
Mo.An.
19. Avez-vous adopté cet enfant?
30
4. Avez-vous adopté cet enfant?
Oui
30 Oui
40
40 Non -a- Passez à la 06
Non - ► Passez à la 021
20. Quelle est la date d'adoption?
5. Quelle est la date d'adoption?
Mo.An.
Mo.An.
6. Est-ce une fille ou un garçon?
21. Est-ce une fille ou un garçon?
50
60
Fille
Garçon
7. Cet enfant habite-t-il dans la maison familiale ou ailleurs?
7
90
►
• Passez à la 08
Décédé
60
Garçon
>
Passez à la 014
8. Quelle est la date du décès de cet enfant?
Fille
22. Cet enfant habite-t-il dans la maison familiale ou ailleurs?
O Dans la maison familiale - ► Passez à la 010
8 0
Ailleurs
50
0 Dans la maison familiale - ► Passez à la 025
80 Ailleurs ►
Passez à la 029
80 Décédé
►
Passez à la 023
23. Quelle est la date du décès de cet enfant?
11
Mo.An.
9.
~~
Mo.An.
A l'époque, cet enfant...
24.
10
Menait-il une vie indépendante?
20
Avait-il été confié à la garde ou
aux soins d'une autre personne?
30
Habitait-il encore à la maison?- ► Passez à la 016
10. À l'interviewer.
Si la date indiquée
la question 2
est antérieure à02
0à
Sinon ---
20
, 68 _
►
Passez à la 015
25.
A l'époque, cet enfant...
10
Menait-il une vie indépendante?
20
Avait-il été confié à la garde ou aux soins d'une autre personne?
30
Habitait-il encore à la maison? -. Passez à la 031
A l'interviewer.
Passez à la 011
Si la date indiquée
I0 à la question 17
est antérieure à02
Passez à la 016
20
11. Cet enfant a-t-il déjà quitté le foyer pour mener une vie
indépendante?
Sinon
►
Passez à la Q26
Passez à la 031
26. Cet enfant a-t•ll déjà quitté le foyer pour mener une vie
indépendante?
40 Oui
4O
50
50
Non ---► Passez à la 016
, 68 _
Passez à la 030
Oui
Non - ► Passez à la 031
12. Quand cet enfant a-t-il quitté le foyer pour la dernière fois?
27. Quand cet enfant a-t-il quitté le foyer pour la dernière fois?
Mo.An.
13. Quand cet enfant a-t-il réintégré le foyer?
Mo.An.
28. Quand cet enfant a-t-il réintégré le foyer?
■,-,..
Mo.An.
,_,-.Passez à la 031
Passez à la 016
14. Quand cet enfant a cessé d'habiter avec vous, est-il parti
mener une vie indépendante ou a-t-il été confié à la garde
ou aux soins d'une autre personne?
Mo.An.
29. Quand cet enfant a cessé d'habiter avec vous, est-il parti
mener une vie indépendante ou a-t-il été confié à la garde
ou aux soins d'une autre personne?
60 Vie indépendante
60
Vie indépendante
70
70
Confié à la garde ou aux soins d'une autre personne
Confié à la garde ou aux soins d'une autre personne
15. Quand cet enfant a-t•II cessé d'habiter avec vous?
30. Quand cet enfant a-t-il cessé d'habiter avec vous?
Mo.An.
Mo.An.
16. Avez-vous élevé un deuxième enfant d'un autre lit?
31. Avez-vous élevé un troisième enfant d'un autre lit?
eO
Oui, Passez à la 017
80
90
Non-► Passez à la Partie B
80
8-5400- 1 07.2
Oui -- ► Passez à la Q32
Non ---.Passez à la Partie B
SECTION B:
Enfants adoptés
1. Avez-vous déjà adopté un enfant? (autre qu'un enfant d'un
autre lit mentionné precédemment)
DEUXIÉME ENFANT ADOPTE
30
Oui
40
NonPassez A la Partie C
2. Quelle est la date de naissance du premier enfant que vous
avez adopté?
15. Quelle est la date de naissance du deuxième enfant que
vous avez adopté?
Mo.An.
Mo.An.
3. Quelle est la date d'adoption de cet enfant?
18. Quelle est la date d'adoption de cet enfant?
Mo.An.
Mo.An.
4. Est-ce une fille ou un garçon?
17. Est-ce une fille ou un garçon?
'0
Fille
20
Garçon
'0
2
5. Cet enfant habite-t-11 dans la maison familiale ou ailleurs?
3
,,Passez A la 06
50 Décédé_— 6. Quelle est la date du décès de cet enfant?
0
40
Passez à la 012
Ailleurs _ Garçon
18. Cet enfant habite-t-Il dans la maison familiale ou ailleurs?
30 Dans la maison familiale_ . Passez A la 08
40
0
Fille
Dans la maison familiale .. Passez à la 021
Ailleurs
Passez à la 025
5O Décédé
Passez à la 019
19. Quelle est la date du décès de cet enfant?
t
Mo.An.
7.
A
Mo.An.
20.
l'époque, cet enfant ...
Passez à la 013
Avait-il été confié A la garde ou
aux soins d'une autre personne?
A
0
_ .Passez A la 09
02 i 68
Sinon —
Passez A la 014
9. Cet entant a-t-Il déjà quitté le foyer pour mener une vie
Indépendante?
10
2
Oui
0 Non —.Passez A la 014
A
Habitait-il encore A la maison? 1.. Passez à la 027
l'interviewer.
,Si la date Indiquée
O a la question 15
est antérieure a
2
Passez à la 026
Avait-il été confié A la garde ou
aux soins d'une autre personne?
6O
21.
l'Interviewer.
,Si la date indiquée
O à la question 2
est antérieure A
2
70
Passez à la 014
6O Habitait-il encore A la maison? .
8.
l'époque, cet enfant ...
60 Menait-il une vie indépendante?
60 Menait-il une vie indépendante?
70
A
0
02
, 68 ____,..Passez A la 022
10,. Passez A la 027
Sinon _
22. Cet enfant a-t-Il déjà quitté le foyer pour mener une vie
indépendante?
10
Oui
20
Non —Passez A la 027
10. Quand cet enfant a-t-il quitté le foyer pour la dernière fois? 23. Quand cet enfant a-t-il quitté le foyer pour la dernière fois?
Mo.An.
Mo.An.
11. Quand cet enfant a-t -il réintégré le foyer?
t i
Mo.An.
24. Quand cet enfant a-t-il réintégré le foyer?
ii
Mo.An.
Passez à la Q14
12. Quand cet enfant a cessé d'habiter avec vous, est-il parti
mener une vie indépendante ou a-t-il été confié a la garde
ou aux soins d'une autre personne?
30
Vie indépendante
'0
Confié A la garde ou aux soins d'une autre personne
13. Quand cet entant a-t-il cessé d'habiter avec vous?
25. Quand cet enfant a cessé d'habiter avec vous, est-il parti
mener une vie indépendante ou a-t•il été confié à la garde
ou aux soins d'une autre personne?
30
Vie indépendante
'0
Confié A la garde ou aux soins d'une autre personne
28. Quand cet enfant a-t-Il cessé d'habiter avec vous?
1_l
Mo.An.
14. Avez-vous adopté un deuxième enfant?
60 Oui_...Passez à la Q15
60
Non ,.Passez
8-5400-107.2
A
la Partie C
___...Passez A la 027
1 _ 1
Mo.An.
27. Avez-vous adopté un troisième enfant?
60 Out -.,. Passez a la 028
60
Non— Passez
a la Partie C
Pour les répondants de sexe masculin
PARTIE C:
Enfants Si vous
1. Avez-vous déjà élevé des enfants à vous?
50 Oui
60
DEUXIÈME ENFANT
Non_, Passez à la Partie D
2. Quelle est la date de naissance de votre premier enfant?
14. Quelle est la date de naissance de votre deuxième enfant?
Mo.An.
Mo.An.
3. Est-ce une fille ou un garçon?
15. Est-ce une fille ou un garçon?
'0
Fille
20 Garçon
4. Cet enfant habite-t-il dans la maison familiale ou ailleurs?
J
Ailleurs _
Garçon
0 Dans la maison familiale ,Passez à la 019
40
3, Passez à la 05
50 Décédé
20
3
Passez à la 011
5. Quelle est la date du décès de cet enfant?
Fille
16. Cet enfant habite-t•ii dans la maison familiale ou ailleurs?
0 Dans la maison familiale s Passez à la 07
40
10
Ailleurs SO Décédé
A
6
O Menait-il une vie indépendante?
Passez à la Q12
6
O Habitait-il encore à la maison? _ _,Passez à la 013
A
l'interviewer.
19.
20
Sinon
,Passez à la 013
1
0 Oui
20
9. Quand cet enfant a-t-ii quitté le foyer pour la dernière fois?
20
Sinon_
20
NonPassez à la 025
21. Quand cet enfant a-t-il quitté le foyer pour la dernière fois?
Mo.An.
22. Quand cet enfant a-t-il réintégré le foyer?
'1■
Mo.An.
30 Vie indépendante
'0
Confié a la garde ou aux soins d'une autre personne
'0
12. Quand cet enfant a-t-il cessé d'habiter avec vous?
S
6
0 Oui __Passez a la 014
70
Non _ _ Passez à la Partie D
8-5x00-1072
Confié à la garde ou aux soins d'une autre personne
O N'ont jamais habité ensemble,Passez à la 025
24. Quand cet enfant a-t-il cessé d'habiter avec vous?
Mo.An.
Mo.An.
13. Avez-vous élevé un deuxième enfant?
_—,Passez à la 025
23. Quand cet enfant a cessé d'habiter avec vous, est-il parti
mener une vie indépendante ou a-t-il èté confié à la garde
ou aux soins d'une autre personne?
Vie indépendante
0 N'ont jamais habité ensemble _ ,Passez a la 013
,Passez a la 025
0 Oui
30
5
.,Passez à la 020
20. Cet enfant a-t-il déjà quitté le foyer pour mener une vie
indépendante?
.Ii—,Passez à la 013
Mo.An.
11. Quand cet enfant a cessé d'habiter avec vous, est-il parti
mener une vie indépendante ou a-t-il été confié à la garde
ou aux soins d'une autre personne?
a la 024
l'interviewer.
Mo.An.
10. Quand cet enfant a-t-il réintégré le foyer?
Passez
O Habitait-il encore à la maison?_ _,Passez à la 025
Si la date indiquée
0 a la question 14
est antérieure a 02 , 68
1
Non _Passez a la 013
0 Menait-il une vie indépendante?
A
Si la date indiquée
I 0 a la question 2
est antérieure a02 , 68 .Passez a la 08
8. Cet enfant a-t-il déjà quitté le foyer pour mener une vie
indépendante?
l'époque, cet enfant ...
0 Avait-il été confié à la garde ou
aux soins d'une autre personne?
aux soins d'une autre personne?
7.
_,Passez à la 017
Mo.An.
18.
0 Avait-il été confié à la garde ou
B
Passez à la 023
17. Quelle est la date du décès de cet enfant?
Mo.An.
6. À l'époque, cet enfant ...
6
.
25. Avez-vous élevé un troisième enfant?
60
Oui a Passez à la 026
70
Non _ ,Passez à la Partie D
Pour les répondants de sexe féminin
PARTIE C:
Enfants é vous
1. Avez-vous déjà eu un enfant? (Ne tenez pas compte des
enfants mort-nés.)
DEIJXIÉME ENFANT
50 Oui
60 Non.Passez à la Partie D
2. Quelle est la date de naissance de votre premier enfant? _ 14. Quelle est la date de naissance de votre deuxième enfant?
,
Mo.An.
Mo.A.
3. Est-ce une fille ou un garçon?
15. Est-ce une fille ou un garçon?
1
0 Fille
20
20 Garçon
Garçon
4. Cet enfant habite-t-il dans la maison familiale ou ailleurs?
18. Cet enfant habite-t-il dans la maison familiale ou ailleurs?
'O Dans la maison familiale. Passez a la 07
4
0 Fille
1
0 Ailleurs
50 Décédé
. Passez a la 011
0 Dans la maison familiale...Passez à la 019
4
0 Ailleurs
A
, ,
Mo.A n.
18.
l'époque, cet enfant ...
6
7.
P assez à l a 012
0 Avait-il été confié a la garde ou
aux soins d'une autre personne?
O Habitait-il encore à la maison?
A
.Passez à la Q8
_.Passez à la 013
8. Cet enfant a•t-11 déjà quitté le foyer pour mener une vie
Indépendante?
O Habitait-il encore à la maison?
20 Sinon
Oui
Non..Passez à la 025
21. Quand cet enfant a•t•II quitté le loyer pour la dernière fois?
Mo.An.
22. Quand cet enfant a-t-il réintégré le foyer?
.Passez a la 013
11. Quand cet enfant a cessé d'habiter avec vous, est-il parti
mener une vie indépendante ou a.t.il été confié à la garde
ou aux soins d'une autre personne?
, ■.Passez A la 025
Mo.An.
23. Quand cet enfant a cessé d'habiter avec vous, est-il parti
mener une vie Indépendante ou a-t-il été confie à la garde
ou aux soins d'une autre personne?
O Vie indépendante
'
0 Vie indépendante
'
4
0 Confié à la garde ou aux soins d'une autre personne
40
50 N'ont jamais habité ensemble.Passez A la 013
12. Quand cet enfant a-t-il cessé d'habiter avec vous?
50
6
Confié à la garde ou aux soins d'une autre personne
N'ont jamais habité ensemble .Passez A la 025
24. Quand cet enfant a-t-il cessé d'habiter avec vous?
iI
Mo.A n
Mo.An.
13. Avez-vous eu un deuxième enfant?
_ .Passez à la 025
20. Cet enfant a-t-il déjà quitté le foyer pour mener une vie
Indépendante?
Mo.An.
10. Quand cet enfant a•t•Il réintégré le foyer?
_,
Mo.An.
l
25. Avez-vous eu un troisième enfant?
0 Oui.Passez à la 014
6
O Oui. Passez à la 026
0 Non...Passez à la Partie D
'
0 Non. Passez à la Partie D
8-5400-108 2
. Passez à la 025
,Si la date indiquée
0 à la question 14
est antérieure à 02 , 68.Passez à la 020
10
Non.Passez à la 013
9. Quand cet enfant a-t-il quitté le foyer pour la dernière fois?
Passez a la Q24
A l'Interviewer•.
'O
O Oui
'0
e
19.
20 Sinon__
l'époque, cet enfant...
'Q Avalt•il été confié à la garde ou
aux soins d'une autre personne?
.Passez à la 013
l'interviewer.
1Si la date indiquée
0 à la question 2
est antérieure à02 , 68
A
60 Menait-il une vie indépendante?
60 Menait-il une vie indépendante?
1
Passez à la 017
.
17. Quelle est la date du décès de cet enfant?
Mo.An.
6.
. Passez à la Q23
5O Décédé
. Passez à la 05
5. Quelle est la date du décès de cet enfant?
3
PARTIE D:
Le mariage Les questions suivantes portent sur le mariage.
1.
Avez-vous déjà été légalement marié?
'
O Oui
8
0 Nonb.Passez à la Partie E
TROISIÈME MARIAGE
2.
Quelle est la date de votre premier mariage?
3.
Vivez-vous encore avec ce conjoint?
10. Quelle est la date de votre troisième mariage?
Mo.An.
t
Mo.An.
11. Vivez-vous encore avec ce conjoint?
o OuiPassez à la Partie E
'O
2
20 Non
4.
Comment et à quelle date s'est terminé votre premier
mariage? (Lisez les catégories et inscrivez les dates.)
30 Séparation? '-'
Mo.An.
--
S.1I1
Mo.An.
D.
'
ou
A-Mo.An.
O Séparation suivi d'un
divorce ou d'une annulation?
5.
50 Décès du conjoint? _
,
Mo.
i
An.
60 Autre?
,
Mo.An.
_—..-
Avez-vous été légalement marié une deuxième fois?
'O
Oui _...Passez à la 06
80 Non __Passez à la Partie E
OuiPassez à la Partie E
0 Non
12. Comment et à quelle date s'est terminé votre troisième
mariage? (Lisez les catégories et inscrivez les dates.)
30 Séparation?_
4
5
6
O Séparation suivi d'un
divorce ou d une annulation?
0 Décès du conjoint? 0 Autre?
Quelle est la date de votre deuxième mariage?
7.
Vivez-vous encore avec ce conjoint?
70
Oui_Passez à la 014
80
NonPassez à la Partie E
14. Quelle est la date de votre quatrième mariage?
'0
Comment et à quelle date s'est terminé votre deuxième
mariage? (Lisez les catégories et inscrivez les dates.)
O Séparation? O Séparation suivi d'un divorce ou d'une annulation?
--iii-
►
,
0 Oui _Passez à la 010
80 Non. . Passez à la Partie E
8-5400-107.2
3
S.,,
Mo.An.
D.
ou
A.Mo.An.
.,_t
Mo.An.
_
16. Comment et à quelle date s'est terminé votre quatrième
mariage? (Lisez les catégories et inscrivez les dates.)
Mo.An.
i
Mo.An.
Avez-vous été légalement marié une troisième fois?
'
Oui..Passez à la Partie E
20 Non
50 Décès du conjoint? _
9.
Mo.An.
Mo.An.
0 Ouia.. Passez à la Partie E
60 Autre?
Mo.An.
15. Vivez-vous encore avec ce conjoint?
20 Non
•
__
1
Mo.An.
3
c
S.,
Mo.A n .
D.
ou
A.Mo.An.
QUATRIÈME MARIAGE
6.
8.
,
Mo.An.
13. Avez-vous été légalement marié une quatrième fois?
DEUXIÈME MARIAGE
'
I.
O Séparation?
O Séparation suivi d'un
divorce ou d'une annulation?
8
0 Décès du conjoint?
60 Autre?
, ,
Mo.An.
S.,
Mo.An.
D.
ou
A.Mo.An.
Mo.An.
_,
Mo.An.
17. Avez-vous été légalement marié une cinquième fois?
'O
Oui_Passez au prochain livret
80 NonPassez à la Partie E
PARTIE E:
Unions libres
Les questions suivantes portent sur les unions libres, y compris celles qui ont mené au mariage.
1. Avez-vous déjà vécu en union libre, c'est-à-dire avez-vous
déjà vécu maritalement avec une autre personne sans être
légalement marié?
O
2
DEUXIÈME UNION LIBRE
Oui
O NonPassez à la Partie F
2. Vers quelle date avez-vous commencé a vivre en union libre 8. Vers quelle date avez-vous commence a vivre en union libre
avec cette première personne?
cette deuxième personne?
Mo. An.
Mo.
3. Vivez-vous toujours en union libre avec cette même personne?
3
O Oui
'0
„ Passez à la Partie F
NonPassez à la 06
S. Pouvez-vous me rappeler la date de votre mariage?
I
,
Mo. An.
►
20
7.
Décès
►
i
, f
Mo. An.
Mo.
An.
Avez-vous vécu en union libre avec une deuxième personne?
30
40
Oui , Passez à la 08
Non_ ...Passez à la Partie F
6-5400-107.2
50
Oui
60
Non...Passez à la 012
11. Pouvez-vous me rappeler la date de votre mariage?
Passez à la 07
6. Cette union libre s'est-elle terminée par une séparation ou
par le déces de votre partenaire? (Inscrivez les dates.)
O Séparation „
Non
10. Avez-vous marie cette personne?
Oui
60
O Oui,Passez à la Partie F
+O
4. Avez-vous marie cette personne?
50
9. Vivez-vous toujours en union libre avec cette même personne?
'
Non
An.
Mo.
An.
_► Passez à la 013
12. Cette union libre s'est-elle terminée par une separation ou
par le décès de votre partenaire? (Inscrivez les dates.)
'
0 Séparation
20
►
Décès►
Mo.
An.
Mo.
An.
13. Avez-vous vécu en union libre avec une troisieme personne?
30
Oui► Passez à la 014
40
Non ...Passez à la Partie F
PARTIE F.
Antécédents de travailLes dernières questions po rt ent sur vos antécédents de travail.
1. Avez-vous déjà occupé un emploi, exploité une entreprise ou exercé une profession de façon continue. c'est-à-dire à plein
temps ou à temps partiel pendant au moins six mois?
10
2
Oui
Non
,
Fin de l'interview
. En quelle année avez-vous commencé à travailler de façon continue? Ne tenez pas compte des emplois à temps partiel
que vous avez eus pendant que vous étiez aux études à plein temps.
9
es
année
Etudes à plein temps et travail à temps partiel seulement,Fin de l'interview
. Avez-vous déjà cessé depuis de travailler pendant au moins une année?
'
0 Ou i
40
Non,Fin de l'interview
Je vous poserai maintenant quelques questions sur chaque fois que vous avez cessé de travailler pendant au moins un an.
À l'interviewer: Veuillez remplir une colonne pour chaque interruption. Les renseignements ne sont recueillis que pour les
quatre premières interruptions.
DEUXIÈME INTERRUPTION
PREMIERE INTERRUPTION
. En quelle année la première Interruption de travail a-t-elle
commencé?
10. En quelle année la deuxième interruption de travail a-t-elle
commencé?
. À l'époque, travailliez-vous à plein temps ou à temps partiel?
11. A l'époque, travailliez-vous à plein temps ou à temps partiel?
'0 A
20
plein temps
A temps partiel
. Pour quelles raisons avez-vous cessé de travailler? (faites
un X dans tous les cercles appropriés)
1
0A
plein temps
2
0A
temps partiel
12. Pour quelles raisons avez-vous cessé de travailler? (faites
un X dans tous les cercles appropriés)
0 Soins des enfants
0 Soins des enfants
z
3
Retour aux études
20
Retour aux études
Retraite
30
Retraite
40
Déménagement pour aller rejoindre le conjoint ou
partenaire en union libre
40
Déménagement pour aller rejoindre le conjoint ou
partenaire en union libre
50
Mise à pied/fin de l'emploi
50
Mise à pied/fin de l'emploi
80
Maladie/incapacité
80
Maladie/incapacité
O Mariage
0 Mariage
8
.
°0
0 Autre
Combien de temps a duré cette interruption de travail, avant
votre retour au travail de façon continue, à plein temps ou
à temps partiel?
Autre
13. Combien de temps a duré cette interruption de travail, avant
votre retour au travail de façon continue, à plein temps ou
à temps partiel?
années
années
850 N'a jamais travaillé depuis de l'interview
Lorsque vous êtes retourné travailler, était-ce à plein temps
ou à temps partiel?
'0
2
A plein temps
0A
temps partiel
. Avez-vous cessé à d'autres occasions de travailler pendant
au moins un an?
860 N'a jamais travaillé depuis
'
0
20
A
plein temps
À temps partiel
15. Avez-vous cessé à d'autres occasions de travailler pendant
au moins un an?
3
0 Oui,Passez à la 010
1
0 OuiI.Passez à la 016
4
0 Non,Fin de l'interview
4
0 Non ,Fin de l'interview
8-5400-107 2
Fin de l'interview
14. Lorsque vous êtes retourné travailler, était-ce à plein temps
ou à temps partiel?
BIBLIOGRAPHIE
Dumas, J., Rapport sur l'état de la population au Canada 1983, Statistique Canada, La
conjoncture démographique, no 91-209F au catalogue, Ottawa, 1984.
The Free Press, London (Ontario), 18 janvier 1985.
McKie, D.C., B.Prentice et P.Reed, Divorce: La loi et la famille au Canada, Statistique
Canada, no 89-502F au catalogue, Ottawa, 1983.
Statistique Canada, La statistique de l'état civil, Volume II:
Mariages et divorces, no 84-205
au catalogue, Ottawa.
Statistique Canada, Méthodologie de l'Enquête sur la population active du Canada, no 71-526 au
catalogue, Ottawa, 1976.
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising