■ Capacites de lecture des adultes au Canada CanadW

■ Capacites de lecture des adultes au Canada CanadW
Capacites de lecture
14 des adultes au Canada
89F0083XPF
ex
111
■I I
I*
Extraits de la publication
L'alphabetisation des adultes au Canada:
resultats d'une etude nationale
/ Statistique Statistics
• Canada Canada
CanadW
Statistique Canada
Division des enquetes-menages
Capacites de lecture des adultes
au Canada extralts de la publication
Calphabetisation des adultes au Canada: resultats
d'une etude nationale
anissinitt
cAitoom
::.-7/1-04Trirt-TriFacge
tAiitUnk
i
jttri
LI
i.
°A. 1996
BRARY
areion-itoue
Publication autorisee par le ministre
responsable de Statistique Canada
Ministre de l'Industrie, des Sciences
et de la Technologie, 1992
Tous droits reserves. II est interdit de reproduire ou de
transmettre le contenu de la presente publication, sous quelque
forme ou par quelque moyen que ce soit, enregistrement sur
support magnetique, reproduction electronique, mecanique,
photographique, ou autre, ou de I'emmagasiner darts un systeme
de recouvrement, sans l'autorisation &rite prealable des
Services de concession des droits de licence, Division de la
commercialisation, Statistique Canada, Ottawa, Ontario, Canada
K1A OT6.
Decembre 1992
Ottawa
This publication is available in English upon request
Note de reconnaissance
Le succes du systeme statistique du Canada repose sur un
partenariat bien Otabll entre Statistique Canada of la population,
les entreprises et les administrations canadiennes. Sans cette
collaboration et cette bonne valiant& H serait impossible de
produire des statistiques precises et actuelles.
11
.
Capacites de lecture des adultes au Canada
Table des matieres
Page
Apergu
7
Faits saillants
9
1.0 Introduction
11
1.1 Remarques preliminaires
1.2 Definition de ('alphabetisation
1.3 Methodologie de l'enquote
11
11
12
2.0 Niveaux d'aptitude a la lecture
13
3.0 Niveaux d'alphabetisation : un examen des differences chez les Canadiens
15
3.1 Niveaux d'alphabetisation selon le niveau de scolarite
3.2 Niveaux d'alphabetisation selon le groupe d'age
3.3 Niveaux d'alphabetisation par province
3.4 Niveaux d'alphabetisation selon la taille des agglomerations
16
17
18
20
4.0 Capacites de lecture des adultes canadiens selon des caracteristiques choisies
21
4.1 Activite sur le marche du travail
4.2 Caracteristiques d'emploi
4.3 Niveaux d'alphabetisation selon ('auto-evaluation des capacites et la perception des besoins
21
24
26
5.0 Conclusion
28
Bibliographie
29
Annexe I:
31
Les criteres de selection des questions
Les interviews
31
31
Annexe II:
33
Quelques notions d'alphabetisation
Le continuum de ('alphabetisation fonctionnelle
La mesure de l'alphabetisation fonctionnelle au moyen de niveaux
Autres elements de ('alphabetisation
33
33
33
34
Statistique Canada
3
Capacites de lecture des adultes au Canada
•
Moins de la moitie des agriculteurs, des
travailleurs des autres professions du secteur
primaire et de ceux du secteur de Ia fabrication
de produits ont des capacites de lecture de
niveau 4.
•
Les personnes qui exercent des emplois
professionnels et hautement specialises se
classent parmi les niveaux d'aptitude a la lecture
superieurs. En effet, 85 % des personnes qui
exercent des professions de direction, d'administration et des emplois connexes, 86 % de
celles qui oeuvrent dans le domaine des sciences
naturelles, du genie et des sciences sociales, et
92 % de celles qui ont un emploi dans le secteur
de l'enseignement et dans des domaines
connexes ont des capacites de lecture
suffisantes pour leur permettre de satisfaire a la
plupart des exigences de lecture courantes
(niveau 4).
•
Une proportion de 54 % des lecteurs de niveau 1
et de 82 % des lecteurs de niveau 2 disent etre
satisfaits de leurs capacites de lecture et
d'ecriture.
•
Une proportion de 94 % des adultes canadiens
jugent leurs capacites de lecture en francais ou
en anglais suffisantes pour satisfaire aux besoins
de tous les jours.
•
Seulement 9 % des repondants qui jugeaient avoir
des capacites insuffisantes ont declare etre
presentement inscrits a un programme de formation visant a ameliorer leurs capacites de lecture
et d'ecriture en francais ou en anglais. De plus,
53 ont dit etre interesses a acquerir un jour une
telle formation.
A propos de l'enquete
Les resultats sont bases sur les donnees de l'Enquete
sur les capacit6s de lecture et d'ecriture utilisees quotidiennement (ECLEUQ) que Statistique Canada a menee en
octobre 1989 pour le cornpte du Secretariat national a
('alphabetisation de Multiculturalisme et Citoyennete
Canada/Secretariat d'Etat du Canada. Cette enquete visait
a mesurer directement les capacites de lecture, d'ecriture
et de calcul de la population canadienne d'age adulte (16 a
69 ans) dans chacune des langues officielles du pays.
La definition suivante de ('alphabetisation dans l'une
des langues officielles, qui a servi de fondement a
l'etablissement des niveaux d'aptitude, a ete adoptee aux
fins de l'enquete :
10
Statistique Canada
"Aptitudes a traiter l'information dont on a besoin
pour utiliser les documents que l'on trouve
habituellement au travail, au foyer et dans Ia
collectivite."
L'enquete a 6t6 realisee au moyen d'interviews
personnelles et comportait une sari de taches congues
pour representer des activites de lecture, d'ecriture et de
calcul rencontrees couramment dans la vie de tous les
jours au Canada. Un echantillon repr6sentatif de 13 571
personnes agees de 16 a 69 ans et provenant de tout le
Canada a 6t6 pulse parmi les menages qui avaient
recemment participe a l'Enquete sur la population active
(EPA). Le taux de reponse global de l'enquete a 6t6 de
70 %, ce qui represente une base de donnees d'environ
9 500 repondants.
L'enquete comprenait trois questionnaires qui ont servi
etablir le profil et le niveau d'alphabetisation de la
population adulte du Canada :
a
•
un questionnaire "de fond" qui a servi a recueillir de
l'information
sur
les
caracteristiques
sociodemographiques des repondants et le degre de scolarite de leurs parents, ainsi que sur la facon dont ils
pergoivent leur niveau d'alphabetisation et leurs
besoins connexes;
•
un questionnaire "de selection" qui comportait une
sere de sept taches simples concues pour identifier
les personnes tres faiblement alphabetisees (ces
personnes n'ont pas 6t6 invitees a repondre au
questionnaire "principal");
•
un questionnaire "principal" qui comportait une serie
de 37 taches destinees a mesurer des capacites de
lecture, d'ecriture et de calcul particulieres.
Les taches choisies pour le questionnaire "de
selection" et le questionnaire "principal" ont 6t6 congues
de maniere a evaluer une gamme de capacites. Les
capacites de lecture allaient du simple reperage d'un mot
ou d'un element (par exemple, trouver la date d'expiration
sur un permis de conduire) a d'autres activites plus
complexes, comme !Integration de differentes parties d'un
document (par exemple, lire un graphique afin de determiner si un employe a droit a un avantage particulier). Les
capacites de calcul ont ete Ovaluees au moyen de
formulaires tels que I'horaire d'une piscine (reperer une
heure particuliere), un bordereau de depot bancaire
(addition et soustraction) et un bon de commande de
catalogue (addition et multiplication). L'evaluation
comportait deux taches d'ecriture. La premiere consistait
ecrire un message simple a un autre membre du menage
pour lui demander d'allumer le four; la deuxieme exigeait
du repondant qu'il &rive une lettre a un fabricant pour
demander Ia reparation d'un appareil.
Capacites de lecture des aduttes au Canada
1.0 Introduction
1.1
Remarques preliminaires
La majorite des Canadiens s'accorderaient sans doute
a reconnaitre que ('alphabetisation est importante, et peutetre meme necessaire, pour pouvoir contribuer pleinement
a la societe canadienne moderne. Toutefois, la plupart
auraient de la difficulte a s'entendre sur une definition de
('alphabetisation. La nature de ('alphabetisation est
complexe et represente a la fois un phenomene social et
une aptitude cognitive. Le phenomene social met en relief
Ia nature contingente de ('alphabetisation, c'est-a-dire qu'il
tient compte du fait que les exigences en matiere
d'alphabetisation varient d'une societe et d'une époque a
une autre. Par ailleurs, le facteur de ('aptitude cognitive
associe ('alphabetisation aux antecedents personnels,
comme la scolarite et ('experience de vie. En raison de la
nature contingente de ('alphabetisation, it est difficile, mais
tout de meme important, d'evaluer la situation de
('alphabetisation, particulierement dans le contexte de
revolution acceleree de reconomie et de la societe.
L'alphabetisation est un outil fondamental et essentiel
qui favorise et accroit la communication, la comprehension
et la conscientisation. Les capacites necessaires
I'apprentissage tout au long de la vie permettent aux
individus non seulement d'acquerir des competences
professionnelles, mais de mieux comprendre les multiples
aspects de la vie quotidienne dans un milieu complexe. La
sante et Ia securite, les finances et la participation
communautaire ne sont que quelques exemples de
domaines ou l'information, en particulier l'information &rite,
joue un role important dans la vie de tous les jours.
Au point de vue du travail, ('alphabetisation est
essentielle pour pouvoir relever les defis poses par les
transformations economiques rapides qui resulteront de la
globalisation des economies mondiales. Les structures
industrielles et professionnelles du Canada subiront des
changements importants qui exigeront des adaptations
majeures de Ia part des travailleurs. Les nouvelles
technologies, les nouveaux produits et les nouveaux
services auront des repercussions sur tous les aspects de
Ia vie quotidienne. La capacite d'acquerir de nouvelles
connaissances au moyen de materiel ecrit sera necessaire
pour pouvoir s'adapter pleinement a ces changements.
En 1987, une enquete parrainee par la societe
Southern News a confirms (comme les specialistes du
domaine le soupconnaient) qu'un tits grand nombre de
Canadiens (jusqu'a 4,5 millions) eprouvent certaines
lacunes en matiere d'alphabetisation dans les langues
officielles du Canada. Cette enquete a constitue la
premiere evaluation directe du niveau d'alphabetisation de
la population adulte du Canada. En revelant ('existence et
I'ampleur du probleme de ('alphabetisation au pays, cette
enquete a fait converger ('attention du public sur cette
question complexe et a clairement souligne le besoin de
recueillir de !information supplementaire pour repondre
efficacement au probleme. Les gouvernements et les
educateurs avalent besoin d'une evaluation precise du
veritable niveau d'alphabetisation des Canadiens pour
pouvoir cibler et mettre a execution des mesures destinees
a corriger le probleme.
En reponse a ce besoin d'information, le Secretariat
national a ('alphabetisation de Multiculturalisme et
Citoyennete Canada/Secretariat d'Etat du Canada a chargé
Statistique Canada de proceder a une evaluation detainee
du niveau d'alphabetisation de Ia population adulte. En
octobre 1989, Statistique Canada a merle l'Enquete sur les
capacites de lecture et d'ecriture utilisees quotidiennement
(ECLEUQ). Cette enquete avait pour principal but de
dresser un profil detaille du niveau d'alphabetisation de la
population adulte du Canada. Plus particulierement, elle
visait a mesurer directement les capacites de lecture,
d'ecriture et de calcul des Canadiens d'age adulte dans
chacune des langues officielles du pays. Cette evaluation
devait se faire dans le contexte de diverses activites de la
vie de tous les jours (par exemple, au travail, a domicile) et
devait comporter un element d'auto-evaluation et de
perception individuelle des capacites et des besoins. En
definitive, ('enquete devait aboutir a retablissement d'une
base de donn6es nationale destinee a permettre ('analyse
detainee du niveau d'alphabetisation des. Canadiens et de
revaluation de leurs propres capacites et besoins, par
rapport a divers facteurs socio-economiques.
1.2 Definition de ('alphabetisation
La tache d'etablir une definition de ('alphabetisation qui
s'applique au Canada est particulierement difficile, a cause
du caractere multiculturel de Ia societe canadienne.
L'adoption d'une mesure de ('alphabetisation qui soit
unique a chaque sous-culture au Canada consisterait
abandonner ridee de mener une enquete nationale de
grande envergure au moyen d'une serie uniforme d'instruments de mesure directe. Pourtant, nous simplifierions
rextreme la comprehension de ('alphabetisation au Canada
en ne tenant pas compte des capacites de lecture et
d'ecriture de divers groupes dans des langues differentes.
Ce dilemme de retablissement d'une mesure de
('alphabetisation pour chaque sous-groupe ou de la creation
d'un instrument plus uniforme a abouti a la decision de
definir ('alphabetisation, dans la presente etude, en fonction
des langues officielles du Canada — soit le franceis ou
I'anglais. Outre les difficultes operationnelles manifestes
qui sont inherentes a la creation d'instruments de mesure
equivalents dans des langues differentes, agir de la sorte
aurait et6 contraire a un principe de base sous-tendant le
plan de ('enquete (c'est-e-dire que celle-ci doit se limiter
aux langues qu'emploie I'Etat pour communiquer avec la
population). Cele traduit ('opinion selon laquelle ('absence
de capacites de lecture et d'6criture dans les langues
officielles empeche effectivement un segment de la
population de profiter des mesures gouvernementales
diffusees par &fit, que ce soit dans le domaine de Ia
promotion de la sante, de ('adaptation au marche du travail
ou dans tout autre secteur d'activite. En consequence,
pour les repondants dont la premiere langue n'est ni le
frangais ni I'anglais, Ia seule mesure des capacites de
Statistique Canada
11
Capacites de lecture des adultes au Canada
lecture et d'ecriture dans une langue non officielle consiste
en une auto-evaluation de leur niveau d'alphabetisation
dans leur premiere langue.
La definition suivante de ('alphabetisation dans ('une
des langues officielles, qui a ete adoptee aux fins de
l'enquete nationale, met en lumiere des aspects fondamentaux de ('alphabetisation par rapport aux exigences
reelles de la vie quotidienne :
"Aptitudes a traiter l'information dont on a besoin
pour utiliser les documents que l'on trouve
habituellement au travail, au foyer et dans la
collectivite."
L'expression "aptitudes a traiter l'information" s'entend
des capacites de lecture, d'ecriture et de calcul. Les
capacites qui sous-tendent ('alphabetisation ne peuvent etre
dissociees du contexte dans lequel elles doivent etre
appliquees. Autrement dit, les capacites precises de
lecture, d'ecriture et de calcul dont les individus ont besoin
dans la vie de tous les jours dependent largement de leur
profession, de leurs activites au foyer et de leur degre de
participation a la vie de Ia collectivite. Ainsi, pour situer les
competences associees a ('alphabetisation, les trois
principaux "domaines" (travail, foyer et collectivite) ou it est
necessaire d'appliquer les capacites de lecture, d'ecriture
et de calcul ont ete integres a la definition. Le fait de tenir
compte de ces domaines dans le choix des taches
d'evaluation a permis d'englober une vaste gamme
d'exigences en matiere d'alphabetisation que les gens
rencontrent habituellement dans la vie quotidienne.
II a aussi ete reconnu que les capacites de lecture,
d'ecriture et de calcul requises dans Line situation donnoe
dependent du type de document auquel on a affaire. C'est
ainsi qu'un troisierne element de ('alphabetisation, appele
"documents" (ou "materiel &tit"), a ete integre au cadre
propose de ('etude. Cet element designe les differentes
formes sous lesquelles l'information se presente.
A partir de la definition, des niveaux d'aptitude ont ete
etablis en fonction des capacites requises pour executer
diverses activites. Chacun des niveaux d'aptitude generaux
a des repercussions distinctes en ce qui concerne le choix
des mesures necessaires pour repondre au probleme de
('alphabetisation (les niveaux d'alphabetisation sont decrits
a la section 2).
1.3 Methodologie de renquete
L'enquete a ete realisee au moyen d'interviews
personnelles menees a domicile et comportait une serie de
taches concues pour representer des activites de lecture,
d'ecriture et de calcul que l'on rencontre couramment au
Canada. Un echantillon representatif de 13 571 personnes
agees de 16 a 69 ans et provenant de tout le Canada a ete
puise parmi les ménages qui avaient recemment participe
a l'Enquete sur Ia population active (EPA) -- ('EPA est la
plus vaste enquete-ménage mensuelle permanente menee
aupres de ('ensemble de la population du pays. L'utilisation
de la base de sondage de ('EPA a ete avantageuse,
puisqu'elle contenait déjà des renseignements de base sur
les individus (age, niveau de scolarite, etc.) et que ces
12
Statistique Canada
donnees ont pu etre employees pour bien adapter
rechantillon aux besoins de l'enquete. En particulier, ces
renseignements ont permis d'axer une plus grande partie
de rechantillon sur les jeunes et les personnes ayant un
faible niveau de scolarite.
Les residents du Yukon et des Territoires du NordOuest, les membres des Forces armees, les personnes
vivant dans des reserves indiennes et les pensionnaires
d'etablissements institutionnels n'ont pas ete inclus dans
rechantillon, puisque ces personnes, qui representent
environ 3 % de la population canadienne, ne sont pas
visees par ('EPA.
La repartition provinciale de rechantillon et la
repartition effective correspondante sont presentees au
tableau 1.1. Le taux de reponse global de I'enquete a ete
de 70 %, ce qui represente une base de donnees d'environ
9 500 repondants. (Une analyse des non-repondants a
determine que ceux-ci ne sont pas concentres dans un
groupe particulier.)
L'enquete comprenait trois questionnaires qui ont servi
a etablir le profil et le niveau d'alphabetisation de la
population adulte du Canada.
•
Le questionnaire "de fond" a servi a recueillir de ('information sur les caracteristiques socio- economiques des
repondants et le niveau de scolarite de leurs parents,
ainsi que sur Ia fagon dont ils pergoivent leur niveau
d'alphabetisation et leurs besoins connexes.
•
Le questionnaire "de selection" comportait 7 taches
simples destinees a identifier les personnes ayant un
faible niveau d'alphabetisation (ces personnes n'ont
pas rempli le questionnaire "principal").
•
Le questionnaire "principal" comportait une serie de 37
taches visant a evaluer des capacites de lecture,
d'ecriture et de calcul particulieres.
Les taches choisies pour le questionnaire "de
selection" et le questionnaire "principal" ont ete congues
de maniere a evaluer une gamme de capacitesl. Les
capacites de lecture allaient du simple reperage d'un mot
ou d'un element (par exemple, trouver la date d'expiration
sur un permis de conduire) a d'autres activites plus
complexes, comme ('integration de differentes parties d'un
document (par exemple, lire un graphique afin de
determiner si un employe a droit a un avantage particulier).
Les capacites de calcul ont ete evaluees au moyen de
formulaires tels que I'horaire d'une piscine (reperer Line
heure particuliere), un bordereau de depot bancaire
(addition et soustraction) et un bon de commande de catalogue (addition et multiplication). L'evaluation comportait
deux taches d'ecriture. La premiere consistait a ecrire un
message simple a un autre membre du ménage pour lui
demander d'allumer le four; la deuxierne exigeait du
repondant qu'il &rive une lettre a un fabricant pour
demander Ia reparation d'un appareil manager. L'annexe I
contient plus de details sur les methodes de collecte des
donnees (y compris une definition plus complete des
criteres de selection des questions).
Capacites de lecture des adultes au Canada
2.0 Niveaux d'aptitude a lecture
Niveau 1
La presente section d6crit les differents niveaux
d'aptitude, les elements qui constituent et definissent
chacun de ces niveaux, ainsi que les capacites des individus qui se classent a chaque niveau. De plus, les
principaux resultats de l'enquete a l'echelle nationale, en ce
qui a trait aux capacites de lecture, y sont examines. II est
important de se rappeler que les niveaux d'aptitude etablis
aux fins de l'enquete ne sont que des reperes jalonnant le
continuum de l'alphabotisation fonctionnelle, qui peuvent
servir a comprendre Ia repartition des niveaux d'alphabetisation et a determiner les genres de programmes
necessaires pour repondre aux besoins des Canadiens.
A la suite d'un examen de tests et de travaux
theoriques anterieurs portant sur les capacites de lecture,
trois re/pares principaux ont 6t6 etablis le long du
continuum, ce qui a permis de definir quatre categories ou
niveaux. Les niveaux d'aptitude ont tout simplement ate
numerotes (niveau 1, niveau 2, etc.), puisque ('attribution
d'un titre descriptif aurait fait perdre de vue le fait qu'ils font
partie d'un continuum.
II est fits important de noter que les reperes jalonnant
le continuum ont 6t6 etablis avant d'elaborer les taches et
qu'ils ont servi a orienter ce travail Svoir ('annexe II). Par
consequent, les resultats de l'ECLEUC) ne visent pas a
determiner en quoi consistent les reperes/niveaux, mais
plutat a confirmer ou a refuter le modele de l'alphab6tisation fonctionnelle, illustre par les niveaux, selon lequel
les taches devaluation ont ate concues. Divers rapports
techniques decrivent Ia mesure dans laquelle les resultats
confirment le modele.
La description de chaque niveau est precedee de la
definition formelle employee dans ('etude et est suivie d'un
examen des resultats obtenus par les personnes se
classant a ce niveau.
Les Canadiens de ce niveau ont de la difficulte a
utiliser du materiel ecrit et sont les plus susceptibles
de declarer ne pas etre capables de lire.
Les Canadiens ayant des capacites de lecture de
niveau 1 sont incapables d'utiliser la plupart des documents. La majeure partie des repondants de ce niveau ont
6t6 capables de signer leur nom, mais seulement 53 % ont
pu determiner lequel parmi six panneaux d'indication
donnait des instructions sur les mesures a prendre en cas
d'incendie, bien que le mot "incendie" ne figurait que sur
un seul de ces panneaux. Seulement 16 % d'entre eux ont
pu determiner la posologie correcte d'aspirine a administrer
a un enfant. Cependant, 60 % des repondants ont 6t6
capables d'associer les noms de produits d'epicerie
ordinaires figurant sur une liste d'achats avec les articles
indiques dans la reclame d'un supermarche.
II est peu probable que les personnes de ce niveau
s'attendent a ce que les textes soient significatifs et qu'elles
les consultant pour obtenir de l'aide. II se peut que
certaines d'entre elles aient adopts des strategies pour
venir a bout des textes qu'elles ne peuvent eviter et
qu'elles doivent utiliser souvent dans leur vie, mais elles
sont incapables d'employer ces strategies dans le cas de
textes nouveaux. Le niveau 1 est caracterise tant par le
manque d'uniformite que par Ia faiblesse des resuttats
obtenus par les repondants. Ainsi, it est possible que les
personnes ayant reussi a identifier le panneau d'instructions
en cas d'incendie aient eta incapables de reperer les
produits d'epicerie, at vice versa, bien que le degre de
difficulte de ces deux taches soit presque semblable. Les
personnes qui se classent au niveau 1 ont davantage
tendance a se considerer comma &ant incapables de lire.
1
Une enquete prealable a ate menee aupres de 1 500
personnes afin d'evaluer la mesure dans laquelle les taches
perrnettaient de mesurer efficacement des capacites
particulieres, et de s'assurer que les degres de difficulte des
taches etaient equivalents dans les deux langues officielles.
Tableau 1.1
Repartition provinciale de l'echantillon et repartition effective aux fins de l'Enquete sur les capacites de
lecture et d'ecriture utilisees quotidiennement (ECLEUQ)
Province
Terre-Neuve
Ile-du-Price
Nouvelle-Ecosse
Nouveau-Brunswick
Quebec
Ontario
Manitoba
Saskatchewan
Alberta
Colombie-Britannique
Canada
Repartition
de rechantillon
Repartition
effective
Taux de reponse
600
120
836
1 300
2 437
3 500
593
532
1 248
2 405
445
95
611
946
1 745
2 257
427
389
862
1 678
74
79
73
73
72
64
72
73
69
70
13 571
9 455
70
Remarque : L'echantillon pour les provinces de Terre-Neuve, du Nouveau-Brunswick, de /'Ontario et de ('Alberta a ate augments au moyen
d'echantillons additionnels achetes par les gouvemements provinciaux.
Statistique Canada
13
Capacites de lecture des adultes au Canada
Niveau 2
Niveau 3
Les Canadiens de ce niveau ne sont capables
d'utiliser du materiel ecrit que pour accomplir des
taches elementaires, comme reperer un mot familier
dans un texte simple. Its declarent habituellement
avoir de la difficulte a comprendre le materiel de
lecture usuel.
Les Canadiens de ce niveau peuvent utiliser du
materiel de lecture dans un certain nombre de
situations, a condition que ce materiel soit clair et
que les taches a accomplir soient simples. Bien
qu'en general ces personnes disent ne pas eprouver
beaucoup de difficulte a lire, elles ont tendance
&liter les situations oil elles doivent lire.
Les taches de niveau 2 ne consistent qu'a reperer des
mots dans un texte. Ainsi, ('identification du panneau
d'instructions en cas d'incendie et des articles d'une liste
d'achats offerts a prix reduit representent des taches de
niveau 2. Dans cheque cas, les textes ne comprennent que
des mots isoles figurant sur une liste. Les filches un peu
plus complexes de niveau 2 consistent a reperer des mots
situ& a l'interieur d'un autre texte (par exemple, trouver
quels aliments sont mentionnes dans un article de journal).
Les Canadiens qui se classent a ce niveau ne peuvent
utiliser des documents qu'a des fins tits limitees. Ils ont le
plus de succes lorsqu'ils n'ont qu'a reperer un mot dans un
texte, mais celui-ci doit etre relativement simple. Une
proportion de 42 % de ces repondants ont ete incapables
de determiner la posologie correcte d'un medicament a
administrer a un enfant de sept ans, a la lecture d'un mode
d'emploi s'appliquant a differents groupes d'age. Ils ont
mieux reussi lorsque le mot ou le groupe de mots qu'ils
cherchaient etait isole. Ainsi, 79 % des repondants ont pu
utiliser un avis de recensement pour determiner a quel
endroit voter, puisque l'adresse etait indiquee dans une
case distincte; pres de 90 % d'entre eux ont reussi
identifier certains articles figurant dans la reclame d'un
supermarche, lorsque ces articles etaient indiques en
caracteres gras et isoles des autres. Ces repondants
peuvent probablement trouver des produits qui leur sont
familiers en lisant les etiquettes, mais s'ils n'ont jamais vu
le mot ecrit, morne de telles taches peuvent s'averer
difficiles pour eux.
Les repondants qui se situent a ce niveau ont eu
beaucoup de difficulte lorsqu'il s'agissait de prendre une
decision a partir des renseignements qu'ils avaient trouves.
Ainsi, lorsqu'il leur a fallu consulter un tableau pour
determiner si du papier sable d'un certain type convenait
un travail particulier (une tache de lecture que l'on
rencontre souvent en situation de travail), seulement 36 %
ont reussi a le faire. Les repondants de ce niveau ont
semble avoir beaucoup de mal a trouver des
renseignements dans un texte pour les utiliser dans un
autre. Seulement 11 ont reussi a reporter des
renseignements d'une page de catalogue sur un formulaire
de commande. Bien que les lecteurs de niveau 2 soient
capables de reperer des renseignements précis sur une
etiquette ou un formulaire, ils peuvent avoir de la difficulte
a decider quoi en faire apres les avoir trouves.
Les Canadiens qui se classent a ce niveau sont
capables d'utiliser des documents a des fins plutot limitees,
comme reperer un mot ou un groupe de mots. Ils
admettront probablement qu'ils ont de la difficulte a lire et
sont souvent confront& a des taches que leurs capacites
de lecture tres restreintes rendent difficiles.
14
Statistique Canada
Les taches de niveau 3 sont nettement difforentes de
celles de niveau 2. Elles ne consistent pas seulement
reperer un mot ou un groupe de mots, mais a reunir des
renseignements a partir de mots situ& a divers endroits
dans un texte. Par exemple, lorsqu'il s'agissait de choisir le
type de papier sable a employer pour executer un travail
particulier, le repondant devait reperer la categorie de
papier sable dans une section d'un graphique matriciel,
trouver le travail dans une autre section, et ensuite
determiner le contenu de la case oil ces deux sections
s'entrecroisaient. La tache de niveau 3 la plus difficile,
c'est-e-dire determiner la posologie correcte d'un medicament a administrer a un enfant de sept ans, illustre Ia
complexite de ce qui semble, a premiere vue, etre une
tache relativement simple. Premierement, it faut trouver
l'endroit oCi est indiquee la posologie dans le texte;
deuxiemement, it faut trouver rage, en sachant que le
groupe d'age des "6-8" ans comprend les enfants ages de
sept ans; troisiemement, it faut associer rage a la
posologie, en sachant, dans ce cas particulier, que la
posologie est indiquee apres rage; enfin, it faut comprendre
ce que signifie Ia posologie. II pouvait s'agir, apres tout,
d'une ache pouvant causer de la difficulte a certaines
personnes.
A certains egards, ce niveau est le plus difficile
definir. Les repondants de ce niveau ont pu executer un
grand nombre de taches de lecture, mais it y en a
beaucoup qu'ils ont ete incapables de reussir. Les taches
qui exigeaient simplement de reperer et d'associer des
mots etaient assez faciles; plus de 90 % des repondants de
niveau 3 ont execute correctement chacune des taches de
ce genre (95 % ont reussi a reperer les produits d'epicerie
offerts a prix recluit). Les lathes qui exigeaient Ia prise
d'une decision simple apres avoir repere des
renseignements presentaient plus de difficulte; cependant,
70 % des repondants de niveau 3 ont execute toutes les
taches exigeant la prise d'une decision simple.
Les taches qui comportaient des documents complexes (comme des cartes geographiques) ou qui
exigeaient des recherches compliquees sont celles qui ont
cause de Ia difficulte aux repondants de ce niveau. Par
exemple, ('une des taches exigeait du lecteur qu'il garde en
memoire trois elements d'information au sujet des
avantages relies a un emploi, tout en utilisant ces elements
pour en trouver un quatrierne dans un tableau; seulement
37 % des repondants de niveau 3 ont reussi a le faire. Les
repondants ont aussi eprouve des difficult& dans le cas
des taches ou la facon de trouver !Information demand&
n'etait pas evidente a premiere vue. L'une de ces taches
exigeait des repondants qu'ils trouvent les heures de classe
dans un texte de plusieurs paragraphes, sans aucune
indication directe de l'endroit ou trouver l'information;
seulement 35 % des repondants ont reussi a le faire.
L'absence d'une reponse evidente — on disait tout simplement dans le texte de "verifier aupres des ecoles de
l'endroit" - peut avoir rendu cette tache plus difficile.
Capacites de lecture des adultes au Canada
Lorsque le texte est presents clairement, que Ia tache
n'est pas trop compliquee et que le texte est simple et
familier, les repondants de niveau 3 ont du succes. La
plupart du temps, les lecteurs de niveau 3 sont capables
d'utiliser un texte bien concu, mais ils ont de la difficulte a
employer des textes mal constructs. Dans d'autres cas, it
est difficile pour les repondants de niveau 3 de satisfaire
aux exigences de la tache qui leur est demandee, en raison
de leurs capacites de lecture restreintes. Ainsi, les lecteurs
de niveau 3 se heurtent a leur inaptitude a la lecture
lorsqu'ils sont appeles a executer des taches nouvelles et
peu familieres. La majeure partie d'entre eux ont
probablement trouve des moyens de resoudre les
difficultes que leur posent les taches auxquelles ils ne
peuvent se soustraire, mais ils ont tendance a eviter la
plupart des situations pouvant exiger de la lecture. Etant
donne qu'ils reussissent a executer certaines taches de
lecture, les lecteurs de niveau 3 n'ont pas tendance a
considerer que leurs capacites de lecture sont limitees; par
ailleurs, it est certain qu'ils s'opposeront a ce qu'on les
qualifie d'flanalphabetes", qu'il s'agisse d'analphabetisme
fonctionnel ou autre.
Niveau 4
Les Canadiens de ce niveau sont capables de
satisfaire a Ia plupart des exigences de lecture
courantes. Ce groupe fait preuve de beaucoup de
polyvalence dans ses capacites de lecture.
II a ate difficile de concevoir des taches pour mesurer
efficacement les differences a ce niveau, compte tenu du
temps dont on disposait pour administrer le test. Les
taches de niveau 4 exigeaient beaucoup de recherche et
d'interpretation au sujet des textes. Par exemple, l'une des
taches exigeait des repondants qu'ils lisent un long article
de journal et qu'ils jugent les arguments employes pour
soutenir l'une des principales affirmations de I'auteur.
D'autres taches de niveau 4 moins difficiles exigeaient la
lecture de documents inhabituels ou compliques (par
exemple, des cartes geographiques et des graphiques).
Les lecteurs de niveau 4 satisfont a Ia plupart des
exigences de lecture courantes. En fait, it •considerent
probablement n'avoir aucun probleme de lecture. Les
seules taches qui posent des difficultes a certains lecteurs
de niveau 4 sont celles qui exigent de porter un jugement
au sujet d'un texte. Plus de 60 % de ces repondants ont
eu de la difficulte a determiner ('objet d'un article de
journal. Les taches n'ayant pas de reponse unique et facile
a trouver ont egalement pose des difficultes a certains des
lecteurs de ce niveau. Une proportion de 24 % des
repondants ont eu du mal a relever, dans une serie de
petites annonces, tous les appartements qui repondaient
certains criteres. Etant donne qu'on n'avait pas indique aux
repondants combien it fallait en trouver (c'est-à-dire
combien d'annonces repondaient aux criteres), it ne leur
etait pas facile de savoir quand ils les avaient tous trouves.
Cela signifie donc que les taches qui ne comportent pas de
reponse claire, simple et exacte sont celles que certains
repondants de niveau 4 ont trouve difficiles. Ils ont eu peu
de difficulte a executer les taches ou cl leur etait
relativement facile de determiner qu'ils avaient tous les
renseignements necessaires.
Certains lecteurs de ce niveau n'ont aucune difficulte
executer merne des taches de lecture tres difficiles. Etant
donne que I'on ne disposait que d'une heure pour
administrer le test, it n'a pas ate possible d'utiliser des
textes complexes qui auraient pu poser des difficultes a ces
lecteurs. II est vrai que les textes hautement specialises
exigeant une grande quantite de renseignements generaux
causeront sans doute des difficultes, mais cela est du a un
manque de connaissances de la part du lecteur et non pas
a des problemes de lecture. II se peut que des textes mal
rediges posent des difficultes a certains lecteurs de niveau
4, mais beaucoup d'entre eux ont des capacites de lecture
suffisantes pour leur permettre d'en venir a bout.
Resultats
La majorite (62 %) des adultes canadiens ont des
capacites de lecture suffisantes pour leur permettre de
satisfaire a la plupart des exigences de lecture courantes
(niveau 4). Leur niveau d'aptitude leur permet d'acquerir
de nouvelles connaissances par la lecture de materiel ecrit.
Une autre tranche de 22 % des adultes canadiens ont des
capacites de lecture suffisantes pour executer, a rinterieur
de contextes familiers, des taches simples a l'aide de
textes presentes clairement (niveau 3). Ce groupe n'a
cependant pas les capacites requises pour utiliser des
textes plus complexes. Les capacites de lecture de 16
des adultes canadiens sont trop restreintes pour qu'ils
puissant utiliser la gamma complete des documents
d'usage quotidien. On compte dans ce pourcentage 5 %
de personnes presentant des aptitudes de niveau 1, 9 %
ayant des aptitudes de niveau 2 et, finalement, 2 % qui
n'ont pas tents revaluation sous pretexte qu'elles n'avaient
aucune connaissance du francais ou de l'anglais. Les
resultats de revaluation des capacites de lecture a rechelle
nationale sont presentes au tableau 2.1.
Ainsi, bien que Ia majorite des Canadiens se classent
au niveau 4, un grand nombre ont des capacites de lecture
plus faibles, particulierement de niveau 3.
3.0 Niveaux d'alphabetisation : un
examen des differences chez les
Canadiens
La section 2 a servi a presenter un apercu global du
niveau d'alphabetisation des Canadians et a examiner les
principaux resultats de revaluation des capacites de lecture
rechelle nationale. Dans la presente section, nous
examinerons plus en detail les capacites des Canadiens en
illustrant leurs niveaux d'aptitude par rapport a deux
variables principales — la scolarite et l'age. Nous
examinerons egalement le niveau d'alphabetisation par
province et selon la taille des agglomerations, de merne
que les differences d'une province a une autre au moyen
de donnees uniformisees selon l'age at la scolarite.
a
Statistique Canada
15
Capacites de lecture des adultes au Canada
Tableau 2.1
Repartition en pourcentage des personnes agees de
16 a 69 ans, selon le niveau d'aptitude a la lecture,
Canada
Niveau 1
Niveau 2
Niveau 3
Niveau 4
Au niveau
Au niveau ou en
dega du niveau
7
9
22
62
7
16
38
100
Source :
Enquete sur les capacites de lecture et decriture utilisoes
quotidiennement, Statistique Canada, 1989.
Remarque : Les personnes qui ont declare n'avoir aucune connaissance
des deux langues officielles du Canada sont comprises dans
le niveau 1.
3.1 Niveaux d'alphabetisation selon le niveau de
scolarite
Avant ('adoption recente d'une methode d'evaluation
directe du niveau d'alphabetisation, les statistiques sur
('alphabetisation au Canada etaient basses sur des
methodes d'evaluation indirecte, le niveau de scolarite etant
la mesure de substitution la plus repandue. Par ailleurs,
bien que I'on s'accorde generalement a dire que
('acquisition des capacites est un processus complexe et
qu'un grand nombre de facteurs (y compris les habitudes
de lecture d'enfance, le milieu domiciliaire et professionnel,
les activites de loisir, le niveau de scolarite) agissent l'un
sur l'autre en des structures compliquees pour faconner le
niveau d'alphabetisation d'un individu, on reconnait que le
niveau de scolarite joue un role particulierement
determinant en ce qui a trait a ('acquisition des capacites.
Le tableau 3.1 illustre la repartition des niveaux d'aptitude
a la lecture selon le niveau de scolarite.
Comme on pouvait s'y attendre, it existe un lien etroit
et positif entre le niveau d'aptitude et le niveau de scolarite,
en ce qui a trait aux capacites de lecture. Les problemes
d'alphabetisation sont surtout concentres chez les adultes
canadiens qui n'ont fait que des etudes primaires ou qui
n'ont aucune instruction. II convient de souligner que
seulement 12 % de ces Canadiens ont des capacites de
lecture suffisantes pour leur permettre de satisfaire a Ia
plupart des exigences de lecture quotidiennes (niveau 4),
comparativement a 48 % des Canadiens qui ont fait des
etudes secondaires partielles et a 70 % de ceux qui ont
termine leurs etudes secondaires. Les Canadiens ayant fait
des etudes universitaires representent la plus forte
proportion des individus se classant au niveau 4 (89%), ce
qui n'est pas etonnant.
II existe un lien fres etroit entre l'achevement des
etudes secondaires et le niveau d'alphabetisation.
Seulement 8 ()/0 des Canadiens qui ont termine leurs etudes
secondaires ont de faibles capacites de lecture (niveaux 1
et 2). Le pourcentage est encore plus faible dans le cas
des Canadiens qui ont fait des etudes postsecondaires.
II est rassurant de constater que plus de la majorite des
Canadiens qui ont termine leurs etudes secondaires ont
des capacites de lecture suffisantes pour leur permettre de
satisfaire a la plupart des exigences de lecture
quotidiennes. Toutefois, pres du quart (22 %) des
personnes ayant termine leurs etudes secondaires se
situent au niveau 3; or, bien que les Canadiens de ce
niveau soient capables d'utiliser du materiel de lecture dans
un certain nombre de situations (a condition que le texte
soit clair et la tache simple), ils risquent de perdre leurs
capacites. Les lecteurs de niveau 3 ont tendance a Oviter
les situations o0 ils doivent lire, et peu d'entre eux prennent
des moyens pour ameliorer leurs capacites; ils eprouvent
donc de Ia difficulte a maintenir les capacites qu'ils ont
acquises.
Tableau 3.1
Repartition en pourcentage des personnes agees de 16 a 69 ans, selon le plus haut niveau de scolarite atteint
et selon le niveau d'aptitude a Ia lecture, Canada
Niveau d'aptitude a la lecture
Population
Niveau 1
(en .milliers)
17,705
Canada*
Aucune instruction ou etudes primaires
Etudes secondaires partielles
Diplome d'etudes secondaires
Ecole de métiers
College communautaire
Universite
Source
Remarque:
(C))
(1)
16
1,818
4,427
4,181
1,133
2,458
3,456
Niveau 3
Niveau 4
10
22
63
33
28
35
22
25(0)
15(Q)
8(Q)
12(0)
48
Niveau 2
cro
5
27
3(0)
(1)
(1)
(1)
(1)
13
6(0)
(1)
(1)
(1)
Enquete sur les capacites de lecture et decriture utilisees quotidiennement, Statistique Canada, 1989
Ne comprend pas les personnes qui ont declare n'avoir aucune connaissance des deux langues officielles du Canada
Le total comprend les personnes qui ont un niveau de scolarite "non declare".
Les utilisateurs sont pries de noter que la variabilite dechantillonnage relative a cette estimation est elevee.
La variabilite dechantillonnage relative a cette estimation est trop elevee pour permettre la divulgation de ('estimation.
Statistique Canada
70
63
81
89
Capacites de lecture des adultes au Canada
3.2 Niveaux d'alphabetisation selon le groupe
d'age
Le lien tres etroit entre le niveau de scolarite et le
niveau d'alphabetisation est egalement apparent lorsqu'on
compare les niveaux d'aptitude selon les groupes d'age.
Les Canadiens plus ages ont generalement de plus faibles
niveaux d'aptitude que les jeunes adultes. Les conditions
du marche du travail auxquelles les Canadiens plus ages
ont fait face (nature de l'emploi, guerre, crise economique)
et les sources d'aide financiere a des fins d'education qui
s'offraient a eux ont sans doute contribue a cette situation.
Le pourcentage de Canadiens ages de 55 a 69 ans qui
n'ont aucune instruction ou qui n'ont fait que des etudes
primaires ou secondaires partielles est beaucoup plus
eleve que la proportion nationale — 56 % comparativement
a 34 % chez les Canadiens ages de 16 a 69 ans.
Les niveaux d'aptitude selon le groupe d'age sont
presentes au graphique 3.1. Bien que la proportion de
lecteurs des niveaux 1 et 2 (ceux dont les capacites sont
trop faibles pour leur permettre de satisfaire aux exigences
de lecture quotidiennes) varie de 6 % a 9 % parmi les trois
plus jeunes groupes d'age, elle s'accroit chez les deux
groupes d'age suivants, passant de 21 % chez les
personnes &gees de 45 a 54 ans a 36 % chez celles &gees
de 55 a 69 ans. Cela signifie que plus d'un million de
Canadiens ages de 55 a 69 ans ont de la difficulte a utiliser
du materiel de lecture comme les etiquettes de contenants
de medicaments et les pages jaunes des annuaires
telephoniques.
Le faible pourcentage de Canadiens ages de 16 a 24
ans qui se classent aux plus bas niveaux d'aptitude a la
lecture (niveaux 1 et 2) est encourageant et appuie
l'hypothese selon laquelle les graves problemes d'analphabetisme s'attenueront au fur et a mesure que la population
canadienne vieillira. Pourtant, le taux actuel d'abandon des
etudes pourrait atteindre 30 %. Cette situation est
compliquee davantage par le fait que les exigences en
matiere d'alphabetisation imposees par la societe et le
marche du travail sont susceptibles de s'accroitre avec le
temps.
La comparaison des niveaux d'aptitude des personnes
&gees de 16 a 24 ans et de ceux du groupe des 25 a 34
ans suscite egalement certaines questions. Les capacites
de lecture des Canadiens ages de 25 a 34 ans sont
quelque peu plus elevees. Cela est peut-etre attribuable en
partie au fait que les jeunes adultes ages de 16 a 24 ans
ont ete moins exposés aux documents et aux formulaires
d'usage quotidien; bon nombre d'entre eux, par exemple,
n'ont pas encore termine leurs etudes. II sera particulierement important de surveiller les niveaux d'aptitude de ce
groupe au cours des quelques prochaines annees, afin de
voir si le pourcentage de ceux qui se classent au niveau
superieur augmentera a mesure que les membres de ce
groupe termineront leurs etudes et seront davantage
exposes au materiel ecrit d'usage quotidien.
Graphique 3.1
Niveau d'aptitude a la lecture selon le groupe d'age, Canadiens ages de 16 a 69 ans
80
80
60
60
40
40
20
20
0
16-24
35-44
Groupe d'age
25-34
0
45-54
55-69
Niveau d'aptitude a la lecture
Niveau 1
121 Niveau 2
E Niveau 3
Niveau 4
Remarque: Ne comprend pas les personnes qui ont declare n'avoir aucune connaissance des deux langues officielle du
Canada.
Statistique Canada
17
Capacites de lecture des adultes au Canada
Graphique 3.2
Niveau d'aptitude a la lecture uniformise selon Ia scolarite par groupe d'age,
Canadiens ages de 16 a 69 ans
Rio
80
80
60
60
40
40
20
20
0
16-24
35-44
25-34
45-54
55-69
0
Groupe d'age
Niveau d'aptitude a Ia lecture
Niveau 1
Niveau 2
Niveau 3
Niveau 4
Source:
Enquete sur les capacites de lecture et d'ecriture utilisees quotidiennement, Statistique Canada, 1989.
Remarque: Ne comprend pas les personnes qui ont declare n'avoir aucune connaissance des deux langues officielles du
Canada.
La graphique 3.2 montre les niveaux d'aptitude a la
lecture par rapport aux groupes d'age uniformises selon Ia
scolarite2. Lorsqu'on supprime l'effet de la scolarite, Ia
repartition des personnes faisant partie du groupe d'age le
plus eleve change de facon tres spectaculaire, ce qui n'a
rien d'etonnant. Le pourcentage de personnes de ce
groupe d'age qui ont de faibles capacites de lecture
(niveaux 1 et 2) est ramene de 36 % a 22 `Ye, tandis que le
pourcentage de celles ayant des capacites de lecture
suffisantes pour leur permettre de satisfaire a la plupart des
exigences quotidiennes (niveau 4) passe de 36 % a 49 %.
L'uniformisation .des resultats selon la scolarite diminue
egalement recut entre les trois plus jeunes groupes d'age.
Bien que le fait de supprimer• l'effet de la scolarite
reduise les differences entre les resultats obtenus par les
divers groupes d'age, les niveaux d'aptitude chez les deux
groupes d'age les plus eleves sont quand merne
considerablement plus faibles que ceux observes chez les
autres groupes d'age, ce qui confirme que d'autres facteurs
influent sur l'acquisition et le maintien des capacites.
D'autres variables, y compris la situation d'emploi et la
profession, sont examinees par rapport au niveau
d'alphabetisation a la section 4.
18
Statistique Canada
3.3 Niveaux d'alphabetisation par province
Le tableau 3.2 montre que parmi la population adulte
du Canada, les residents des quatre provinces de l'Ouest
ont generalement les plus grandes capacites de lecture.
De fait, la proportion d'adultes faiblement alphabetises varie
d'une province a une autre; elle est la plus elevee au
Quebec et dans les provinces de l'Atlantique. C'est
Terre-Neuve, oil 24 % des adultes ont des capacites de
lecture de niveaux 1 et 2, que l'on a enregistre les plus
faibles niveaux d'alphabetisation estimatifs. Les niveaux
d'aptitude a la lecture enregisties en Nouvelle-Ecosse, au
Nouveau-Brunswick et au Quebec sont comparables -environ 56 % des adultes ont des capacites de lecture
suffisantes pour leur permettre de satisfaire a Ia plupart des
exigences quotidiennes. Le tableau 3.3 montre la repartition provinciale des niveaux d'aptitude a Ia lecture,
abstraction faite des personnes ayant declare n'avoir
aucune connaissance de l'une ou l'autre des langues
officielles du Canada.
2
L'uniformisation est une procedure de rajustement des faux
qui a pour but de sup primer l'effet des differences dans la
composition de la population par rapport a des variables
explicatives (p. ex., la scolarite et rage). Les taux rajustes ne
sont utiles qu'a des fins de cornparaison.
Capacites de lecture des adultes au Canada
Tableau 3.2
Repartition en pourcentage des personnes agees de 16 a 69 ans, selon le niveau d'aptitude a Ia lecture,
Canada et provinces
Niveau d'aptitude a Ia lecture
Population
Niveau 1
Niveau 2
Niveau 3
Niveau 4
7
9
22
62
(en milliers)
Canada
Terre-Neuve ,
Ile-du-Prince-Edouard
Nouvelle-Ecosse
Nouveau-Brunswick
Quebec
Ontario
Manitoba
Saskatchewan
Alberta
Colombie-Britannique
18,024
384
85
594
483
4,721
6,689
703
632
1,649
2,084
7
(1)
5(0)
6
6
9
5(0)
3(Q)
5(0)
5
17
(1)
10
12
13
8
7(0)
5(0)
7(0)
7
36
(1)
28
26
25
21
23
19
17
19
39
(1)
57
56
57
62
65
72
71
69
Enquete sur les capacites de lecture of d'ecriture utilisees quotidiennement, Statistique Canada, 1989.
Source
Remarque : Les personnes qui ont declare n'avoir aucune connaissance des deux langues officielles du Canada sont comprises dans le niveau 1.
Les utilisateurs sont pries de noter que La variabilite d'echantillonnage relative a cette estimation est elevee.
(Q)
(1)
La variabilite d'echantillonnage relative a cette estimation est trop elevee pour permettre la divulgation de l'estimation.
Tableau 3.3
Repartition en pourcentage des personnes agees de 16 a 69 ans, selon le niveau d'aptitude a Ia lecture,
Canada et provinces. Des taux uniformises selon Page et la scolarite sont egalement presentes.
Niveau d'aptitude a Ia lecture
Niveau 1
Niveau 2
Niveau 3
Niveau 4
Canada
5
10
22
63
Terre-Neuve
Taux uniformises
7
8
17
15
36
32
39
45
(1)
(1)
(1)
(1)
28
28
57
57
Ile-du-Prince-Edouard
Nouvelle-Ecosse
Taux uniformises
4(Q)
4(0)
11
11
Nouveau-Brunswick
Taux uniformises
612
511
26
25
56
58
Quebec
Taux uniformises
5
412
13
24
25
60
57
Ontario
Taux uniformises
6
69
8
22
22
63
65
Manitoba
Taux uniformises
5(0)
4(0)
7(0)
7(0)
23
22
65
67
Saskatchewan
Taux uniformises
2(Q)
3(0)
5(0)
5(0)
19
17
73
75
Alberta
Taux uniformises
4(0)
5(0)
7(0)
8(0)
18
19
71
68
Colombie-Britannique
Taux uniformises
3
4
7
8
19
20
70
68
Source
Enqueite sur les capacites de lecture of d'ecriture utilisees quotidiennement, Statistique Canada, 1989.
Remarque : Ne comprend pas les personnes qui ont declare n'avoir aucune connaissance des deux langues officielles du Canada
Las utilisateurs sont pries de 'Toter que la variabilite d'echantillonnage relative a cette estimation est elevee.
(C))
La variabilite d'echantillonnage relative a cette estimation est trop elevee pour pennettre la divulgation de l'estimation.
(1)
Statistique Canada
19
Capacites de lecture des adultes au Canada
Le tableau 3.3 montre egalement la repartition
provinciale des niveaux d'aptitude a Ia lecture uniformises
selon l'age et Ia scolarite. Terre-Neuve est Ia seule
province ou la repartition des niveaux d'aptitude a la lecture
est touchee de facon notable par cette uniformisation, le
pourcentage de lecteurs de niveau 4 passant de 39 % a
45 %. La tendance selon laquelle les niveaux d'aptitude
sont plus (Neves dans les provinces de l'Ouest se maintient,
tandis que les niveaux d'aptitude des Canadiens vivant au
Quebec et dans les provinces de I'Atlantique se situent
toujours en deg& de Ia proportion nationale.
elevees de Canadiens faiblement alphabetises (17 % ont
des capacites de lecture limitees (niveaux 1 et 2) moins de
20 % de la population canadienne habite dans ces regions.
Etant donne que 48 % des Canadiens vivent dans des
agglomerations urbaines ayant une population de 500 000
habitants ou plus, c'est dans les grands centres urbains
que I'on trouve le plus grand nombre de Canadiens ayant
un faible niveau d'alphabetisation. Les Canadiens vivant
dans des centres urbains dont Ia population se situe entre
100 000 et 499 999 habitants sont les plus alphabetises,
71 % d'entre eux se classant au niveau d'aptitude a la
lecture le plus eleve.
3.4 Niveaux d'alphabetisation selon la taille des
agglomerations
Les niveaux d'aptitude a la lecture des habitants des
trois plus grandes regions metropolitaines de recensement
(Toronto, Montreal et Vancouver) sont presentes au tableau
3.5. Suivant Ia tendance selon laquelle les niveaux
d'aptitude a la lecture sont les plus eleves dans les
provinces de l'Ouest, une plus forte proportion de lecteurs
de niveau 4 a ete enregistree a Vancouver (70 %),
•comparativement a Toronto (55 %) et a Montreal (60 %).
Bien que l'ecart entre les proportions de lecteurs de niveau
4 soit reduit lorsqu'on supprime les effets de rage et de la
scolarite, la tendance se maintient. (II est a noter dans ce
tableau que les personnes ayant declare n'avoir aucune
connaissance du frangais ou de l'anglais sont comprises
dans le niveau 1.)
Le tableau 3.4 montre Ia repartition des niveaux
d'aptitude a la lecture selon la taille des agglomerations.
Les personnes vivant dans les regions rurales sont les
moins alphabetisees. Cela n'est pas surprenant, compte
tenu du fait que les adultes canadiens (ages de 16 a 69
ans) vivant en milieu rural ont generalement un niveau de
scolarite moins eleve (49 n'ont pas termine leur etudes
secondaires, comparativement a la proportion nationale de
35 %). Toutefois, lorsqu'iI s'agit de creer des programmes
d'amelioration des competences et de decider a quel
endroit offrir ces programmes, it faut se rappeler que merne
si les regions rurales comptent les proportions les plus
Tableau 3.4
Repartition en pourcentage des personnes agees de 16 a 69 ans, selon Ia taille des agglomerations et selon le
niveau d'aptitude a la lecture, Canada
Niveau d'aptitude a la lecture
Population
Niveau 1
Niveau 2
Niveau 3
Niveau 4
5%
10%
22%
63%
64
71
63
60
57
(en milliers)
Canada
17,705
Regions urbaines de 500,000 hab. et plus
Regions urbaines de 100,000 a 499,999 hab.
Regions urbaines de 15,000 a 99,999 hab.
Regions urbaines de moins de 15,000 hab.
Regions rurales
8,169
2,566
2,375
6
3(Q)
4(0)
9
6
10
21
19
24
1,503
3,093
5(Q)
4(0)
9(0)
13
25
27
Remarque : Ne comprend pas les personnes qui ont declare n'avoir aucune connaissance des deux langues officielles du Canada
Source
Enquete sur les capacites de lecture et d'ecriture utilisees quotidiennement, Statistique Canada, 1989.
Les utilisateurs sont pries de noter que la variabilite d'echantillonnage relative a cette estimation est elevite.
(Q)
Tableau 3.5
Repartition en pourcentage des personnes agees de 16 a 69 ans, selon le niveau d'aptitude a Ia lecture,
Toronto, Montreal et Vancouver
Niveau d'aptitude a Ia lecture
Population
Niveaux 1 & 2
Niveau 3
Niveau 4
cY0
(en milliers)
Toronto
2,510
25
20
55
Montreal
2,144
18
22
60
Vancouver
1,049
12
18
70
Source
Enquete sur les capacites de lecture et d'ecriture utilisees quotidiennement, Statistique Canada, 1989.
Remarque Las personnes qui ont declare n'avoir aucune connaissance des deux langues officielles du Canada sont comprises dans le niveau 1.
20
Statistique Canada
Capacites de lecture des adultes au Canada
4.0 Capacites de lecture des adultes
canadiens selon des caracteristiques
choisies
Bien qu'il existe un lien etroit entre le niveau de
scolarite et le niveau d'alphabetisation, les Canadiens plus
ages qui ont peu d'instruction ne sont pas tous faiblement
alphabetises. De meme, les Canadiens de plus jeune age
qui ont un niveau de scolarite eleve ne possedaient pas
tous, au moment de I'enquete, un niveau d'alphabetisation
suffisant pour leur permettre de satisfaire a la plupart des
exigences quotidiennes. D'autres facteurs influent sur
('acquisition et le maintien des capacites dans l'une des
langues officielles du Canada. Par exemple, le milieu
familial, culture' et communautaire, ainsi que la profession
et les experiences de travail, peuvent influer sur Ia
diversite du materiel de lecture que l'on rencontre tous les
jours et, avec le temps, avoir un effet sur les capacites de
lecture fonctionnelles.
Cette section se divise en deux parties principales. La
premiere partie consiste en un examen des niveaux d'aptitude a la lecture selon l'activite sur le marche du travail et
les caracteristiques relives a l'emploi. La deuxierne partie
presente un examen de l'auto-evaluation du niveau
d'alphabetisation par rapport a la mesure directe de ce
niveau. On examine egalement, dans la deuxierne partie, la
fawn dont les Canadiens ayant declare etre insuffisamment
alphabetises percoivent leurs besoins, ainsi que leurs choix
en matiere de formation future.
4.1
Activite sur le marche du travail
Dans le contexte de la globalisation des economies
nationales, l'adaptabilite de la main-d'oeuvre a un milieu de
travail en evolution constante suscite beaucoup d'inquietude. Cette adaptabilite exige de la main-d'oeuvre qu'elle
possede les competences necessaires pour acquerir et
appliquer de nouvelles connaissances au moyen de
documents varies. Cette condition prealable est essentielle
pour que Ia main-d'oeuvre puisse s'adapter pleinement
une restructuration encore plus rapide du marche du travail.
Ces conditions de travail changeantes touchent non
seulement les emplois existants, mais aussi les possibilites
d'emploi qui favorisent l'essor accelere de certaines
professions et le declin tout aussi rapide d'autres emplois.
Dans la presente section, nous examinerons les
capacites de lecture des adultes canadiens par rapport a
leur activite sur le marche du travail au cours des douze
derniers mois. Dans Ia prochaine section, nous traiterons
des caracteristiques relives a l'emploi (profession et
industrie).
Pour les besoins de I'enquete, l'univers de Ia
population active a ete Mini en fonction d'une periode de
reference de 52 semaines (c.-à-d. l'annee precedant
I'enquete, soit de novembre 1988 a octobre 1989). La
population active occupee comprend toutes les personnes
qui ont declare avoir travaille pendant au moins une
semaine au cours de Ia periode de 52 semaines qui a
precede I'enquete. De merne, la population en chornage
regroupe tous les Canadiens qui ont chOrne pendant au
moins une semaine (c.- 6-d. ceux qui etaient sans emploi et
a la recherche d'un emploi). La population inactive reunit
tous les adultes canadiens qui ont declare etre inactifs
pendant au moins une semaine au cours de Ia periode de
reference. Ces trois univers ne s'excluent pas l'un l'autre;
les personnes qui ont declare avoir travaille a un certain
moment au cours de Ia periode de reference, avoir chome
a un autre moment et, en plus, avoir ete inactives pendant
quelques semaines font partie des trois univers.
Quatorze millions d'adultes canadiens (80 % de Ia
population adulte du pays) ont declare avoir travaille
pendant un certain nombre de semaines au cours des
douze mois qui ont precede la periode de collecte des
donnees (octobre 1989). Le tableau 4.1 montre les niveaux
d'aptitude a la lecture de la population active occupee; une
distinction est faite entre les travailleurs a temps plein et les
travailleurs a temps partiel. Les capacites de lecture de la
population active occupee sont plus elevees que celles de
('ensemble de la population, ce qui est partiellement
attribuable au fait que la plupart des personnes plus agees
sont inactives; par contre, iI n'y a pas de difference notable
entre les capacites de lecture des travailleurs a temps plein
et celles des travailleurs a temps partiel. Dans les deux
cas, un adulte actif sur dix a de faibles capacites de lecture
(niveaux 1 et 2), tandis que deux sur dix sont capables
d'utiliser des documents presentes clairement ou des
textes simples (niveau 3). Pres de 70 % des personnes qui
ont exerce un emploi ou une entreprise a un certain
moment au cours des douze mois ayant precede I'enquete
ont des capacites de lecture qui leur permettent d'utiliser la
plupart des documents d'usage quotidien (niveau 4).
Toutefois, si l'on tient compte de l'intensite de l'activite
sur le marche du travail, on constate de plus grandes
differences dans les capacites de lecture de la population
active occupee. Le tableau 4.2 compare les niveaux
d'aptitude a la lecture des personnes employees a temps
plein qui ont declare avoir travaille pendant 40 semaines ou
plus (toute l'annee) avec ceux des personnes qui ont
travaille pendant moins de 40 semaines (partie de l'annee).
Cette comparaison revele que les capacites de lecture des
personnes ayant travaille une partie de l'annee sont
inferieures a celles des personnes ayant travaille toute
l'annee. Une proportion de 65 % des personnes ayant
travaille une partie de l'annee se sont classees au niveau 4,
comparativement a 70 % de celles ayant travaille toute
['armee.
Le nombre de semaines de chomage represente une
autre dimension de l'intensite de l'activite sur le marche du
travail. Une proportion de 14 % des adultes ont declare
avoir chome pendant un certain nombre de semaines au
cours des douze mois qui ont precede I'enquete. La
majorite de ces adultes (plus de 60 %) ont declare avoir
chome pendant moins de 26 semaines, tandis que les
autres ont chortle pendant plus de la moitie de l'annee.
Lorsqu'on compare les niveaux d'aptitude a la lecture selon
le nombre de semaines de chornage, on constate un ecart
considerable entre les deux groupes (tableau 4.3).
Seulement 47 % des adultes qui ont declare avoir chome
pendant plus de six mois se sont classes au niveau 4,
comparativement a 67 % de ceux dont la periode de
chOrnage a ete plus courte. Le tiers des adultes qui ont
chOrne pendant six mois ou plus avaient des capacites de
lecture de niveau 3 et pres d'un sur cinq avaient de faibles
capacites de lecture (niveaux 1 et 2).
Statistique Canada
21
Capacites de lecture des adultes au Canada
Tableau 4.1
Repartition en pourcentage des personnes agees de 16 a 69 ans, selon l'activite sur le marche du travail et
selon le niveau d'aptitude a la lecture, Canada
Niveau d'aptitude a la lecture
Population
Niveau 1
(en milliers)
Niveau 2
Niveau 3
Niveau 4
eh,
Total pour le Canada
17,705
5
10
22
63
Population active occupee*
Travailleurs a temps plein"
Travailleurs temps partiel
14,094
11,532
2,563
3
3
(1)
7
7
8
21
21
22
69
69
69
a
Source:
Enquete sur les capacites de lecture et decriture utiliates quotidiennement, Statistique Canada, 1989.
Remarque : Ne comprend pas les personnes qui ont declare n'avoir aucune connaissance des deux langues officielles du Canada
(1)
La variabilite de lechantillonnage relative a cette estimation est trop elevee pour permettre la divulgation de l'estimation.
La population active occupee comprend toutes les personnes qui ont declare avoir exerts un emploi ou une entreprise pendant au
moins une semaine au cours de la periods de 52 semaines qui a precede l'enquete.
Les travailleurs a temps plein sont ceux qui ont declare avoir travaille 30 heures ou plus par semaine.
Tableau 4.2
Repartition en pourcentage de la population active occupee agee de 16 a 69 ans, selon le nombre de
semaines travaillees durant les douze mois precedant l'enquete et selon le niveau d'aptitude a la lecture,
Canada
Niveau d'aptitude a la lecture
Population
Niveau 1
Niveau 2
Niveau 3
Niveau 4
(en milliers)
%
%
%
%
Total pour le Canada
17,705
5
10
22
63
Population active occupee*
Ayant travaille toute l'annee —
Ayant travaille une partie de l'annee
14,094
11,002
3,048
3
3
(1)
7
7
9
21
20
23
69
70
65
L'enquote sur les capacites de lecture et decriture utilisees quotidiennement, Statistique Canada, 1989.
Source
Remarque: Ne comprend pas les personnes qui ont declare n'avoir aucune connaissance des deux langues officielles du Canada
(1)
22
La variabilite dechantillortnage relative a cette estimation est trop elevee pour permettre la divulgation de l'estimation.
La population active occupee comprend toutes les personnes qui ont declare avoir exerts un emploi ou une entreprise pendant au
moins une semaine au cours de la periode de 52 semaines qui a precede l'enquete. Le total de la population active occupee comprend
les personnes qui ont un nombre de semaines travaillees "non declare".
Les personnes ayant travaille toute Penn& sont cellos qui ont declare avoir travaille 40 semaines ou plus au cours des douze mois
precedent l'enquete. Les personnes ayant travaille une partie de l'a.nate sont cellos qui ont travaille moins de 40 semaines.
Statistique Canada
Capacites de lecture des adultes au Canada
Tableau 4.3
Repartition en pourcentage de la population active en chomage Agee de 16 a 69 ans, selon le nombre de
semaines chomees durant les douze mois precedant renquete et selon le niveau d'aptitude a la lecture,
Canada
Niveau d'aptitude a la lecture
Population
Total pour le Canada
Population active en chomage'
Ayant chome 26 semaines ou plus
Ayant chome moins de 26 semaines
Niveau 1
Niveau 2
Niveau 3
(en milliers)
%
%
%
17,705
5
10
22
63
9
27
60
33
23
47
67
2,490
4(Q)
969
1,522
8(Q)
(1)
12(Q)
8
Niveau 4
Source
L'enquete sur les ca,oacites de lecture et d'ecriture utilisees quotidiennement, Statistique Canada 1989.
Remarque : Ne comprend pas les personnes qui ont declare n'avoir aucune connaissance des deux langues officielles du Canada
La variabilite d'echantillonnage relative a cette estimation est trop elevee pour permettre la divulgation de /'estimation.
(1)
La population active en chomage comprend les personnes qui ont declare avoir chome au mains une semaine (c'est-e-dire avoir ete
sans travail et a la recherche d'un travail) au cows des douze mois precedent l'enquote.
Les utilisateurs sont pries de noter que la variabilite d'echantillonnage relative a cette estimation est elevee.
(0)
La population inactive comprend les personnes qui ont
declare ne pas avoir travaille pendant une semaine ou plus
et ne pas avoir recherche un emploi durant cette *lode.
Les etudiants, les personnes qui demeurent au foyer pour
Meyer une famille, ainsi que les travailleurs retraites forment
la majorite de cette population. Au total, 34 % des adultes
ont declare avoir ete inactifs pendant une semaine ou plus.
Pres de la melte d'entre eux etaient ages de 45 ans ou
plus. II n'est donc pas surprenant de constater que les
capacites de lecture de ces personnes sont plus faibles que
celles de la population active et de ('ensemble de la
population adulte (voir graphique 4.1). Le quart des adultes
canadiens faisant partie de la population inactive ont de
faibles capacites de lecture (niveaux 1 et 2). Un peu plus
de la moitie d'entre eux ont des capacites de lecture qui
leur permettent d'utiliser la plupart des documents d'usage
quotidien.
Graphique 4.1
Niveau d'aptitude a la lecture, Canadiens ages de 16 a 69 ans hors de la population active*
53% Niveau 4
Source: Enquete sur les capacites de lecture et d'ecriture utilisees quotidiennement, Statistique Canada, 1989.
Cornprend ceux qui ont declare etre inactifs (c.-a-d, ceux qui etaient sans emploi ou a la recherche d'un emploi)
pendant au morns une semaine au cours de la periode de douze mois qui a precede l'enquete.
Statistique Canada
23
Capacites de lecture des adultes au Canada
4.2 Caracteristiques d'emploi
Industrie
Les caracteristiques d'emploi refletent egalement
('adaptation du marche du travail aux conditions economiques. De morne, les exigences en matiere d'alphabetisation au chapitre de ('emploi sont indicatives de conditions
de travail particulieres. Ces exigences varient a mesure
que les technologies, les methodes de production et les
structures organisationnelles des industries evoluent. Par
consequent, si on examine a n'importe quel moment les
travailleurs exergant une profession ou oeuvrant au sein
d'une industrie particuliere, on constatera qu'ils possedent
diverses caracteristiques scolaires et experiences
professionnelles.
Dans l'Enquete sur Ia population active 3, l'industrie est
definie comme etant le genre d'entreprise ou d'activite
industrielle qu'une personne exerce comme emploi. Le
tableau 4.4 presente une comparaison, par secteur
industriel, des capacites de lecture des adultes canadiens
qui ont declare exercer un emploi. En general, les
travailleurs des industries de services (lesquelles sont plus
fortement orientees vers ('information) ont de plus grandes
capacites de lecture. Plus de 70 % des personnes qui
oeuvrent dans des industries comme les finances, les
assurances et I'immobilier, les services socio-culturels, les
services aux entreprises, ('administration publique, le
commerce de gros, ainsi que les transports ont des
capacites de lecture suffisantes pour leur permettre de
satisfaire a Ia plupart des exigences quotidiennes
(niveau 4).
L'alphabetisation fonctionnelle est l'un des principaux
outils necessaires pour faire face aux adaptations periodiques qui resultent des changements touchant Ia nature de
('emploi ou les conditions du marche du travail. Elle permet
aux travailleurs d'obtenir une formation ou d'acquerir de
nouvelles connaissances en cours d'emploi.
3
Par ailleurs, it est probable que le milieu de travail joue
aussi un role important dans revolution du niveau d'alphabetisation fonctionnelle des travailleurs. Les travailleurs qui
oeuvrent dans des industries oa l'information &rite est
presente a tous les niveaux de ('organisation sont
susceptibles d'avoir de meilleures capacites de lecture; les
exigences en matiere d'alphabetisation dans ces industries
favorisent le maintien du niveau d'alphabetisation des
travailleurs. Toutefois, le contraire est probablement vrai,
particulierement dans le cas des travailleurs qui exercent
des professions non specialisees ou de specialisation
moyenne.
Les renseignements sur l'industrie et la profession ont ete
tires de l'Enquete sur la population active du mois d'avril
1989, qui a servi a etablir rechantillon de I'ECLEUQ. Par
consequent, ces renseignements designent !'emploi exerce
par le repondant durant la semaine de reference de l'EPA.
En ce qui conceme les personnes qui n'ont pas travaille
pendant cette semaine, les renseignements designent le plus
recent emploi exerce au cours des cinq annees precedentes
(c.-à-d. avant avril 1989).
Tableau 4.4
Repartition en pourcentage des personnes agees de 16 a 69 ans, selon l'industrie et selon le niveau d'aptitude
a Ia lecture, Canada
Population
Niveau d'aptitude a Ia lecture
Niveaux 1 & 2
Niveau 3
Niveau 4
(en milliers)
Total pour le Canada*
17,705
15
23
63
Toutes les industries
Agriculture
Autres ind. primaires
Industries manufacturieres
Bien non durables
Biens durables
Batiment
Transport
Commerce
Commerce de gros
Commerce de detail
Finance, Assurance et Services immobiliers
Services
Services communautaires
Services personnels
Services a l'entreprise et services divers
Administration publique
15,315
11
21
21
21
31
29
67
48
50
1,304
1,299
745
1,090
18
14
15
27
26
27
19
56
61
58
73
640
2,097
761
8(Q)
10
(1)
18
26
15(Q)
74
64
81
2,677
1,437
1,240
1,164
9
17
9(Q)
6(Q)
14
26
17
16
76
57
74
78
487
374
8(0)
Source:
Enquete sur les capacites de lecture of d'ecriture utilisees quotidiennement, Statistique Canada, 1989.
Remarque : Ne comprend pas les personnes qui ont declare n'avoir aucune connaissance des deux langues officielles du Canada
(0)
Les utilisateurs sont pries de noter que la variabilite d'echantillonnage relative a cette estimation est elevee.
La variabilite d'echantillonnage relative a cette estimation est trop sieves pour permettre la divulgation de /'estimation.
(1)
Les renseignements sur l'industrie ont ate tires de l'Enquete sur la population active du mois d'avril 1989, qui a servi a etablir
Pechantillon de L'ECLEUO. Par consequent, ces renseignements designent remploi exerce par les personnes durant la semaine de
reference de l'EPA En ce qui conceme les personnes qui n'ont pas :reveille pendant cette semaine, les renseignements designent le
plus recent emploi exerce au cours des cinq annees precedentes (c'est-a-dire avant avril 1989).
24
Statistique Canada
Capacites de lecture des adultes au Canada
A l'autre extreme, seulement Ia moitie des travailleurs
de l'industrie de l'agriculture et des autres industries du
secteur primaire (forets, mines, [Ache et piegeage) ont des
capacites suffisantes pour leur permettre de satisfaire aux
exigences de lecture quotidiennes. Dans ces industries,
plus d'un travailleur sur cinq a de faibles capacites de
lecture (niveaux 1 et 2).
II existe egalement de fortes proportions de travailleurs
ayant de faibles capacites de lecture (niveaux 1 et 2) dans
les industries de la fabrication, des services personnels et
du batiment, ce qui s'explique en partie par le nombre
eleve d'immigrants ayant une moins bonne connaissance
des langues officielles du Canada que l'on trouve dans ces
industries. A cet egard, les industries de biens non
durables (par exemple, preparation des aliments et
boissons, produits de cuir, textile, etc.), qui font partie du
secteur de la fabrication de produits, comptent aussi une
proportion visiblement elevee de travailleurs ayant de
faibles capacites de lecture, puisque 18 % d'entre eux se
classent aux niveaux 1 et 2.
Les industries caracterisees par un grand nombre de
personnes ayant de faibles capacites de lecture comptent
egalement une proportion elevee de travailleurs se classant
au niveau 3. Plus du quart des travailleurs de ces
industries se sont classes a ce niveau (31 % dans
l'industrie de l'agriculture). Ces resultats pourraient etre
inquietants, puisque ces industries sont plus que jamais
exposees a des changements importants et rapides.
Profession
De nombreuses professions 4 sont associees de pits a
des industries particulieres (par exemple, les agriculteurs et
l'industrie de ('agriculture, les pecheurs et l'industrie de la
Oche, de Ia chasse et du piegeage, etc.). II n'est donc pas
surprenant de constater qu'il existe des similitudes entre
les capacites de lecture des personnes exercant ces
professions et celles des travailleurs des industries
connexes. La repartition des niveaux d'aptitude a la lecture
des agriculteurs, des travailleurs des autres professions du
secteur primaire et de ceux du secteur de Ia fabrication de
produits est comparable a celle des personnes oeuvrant
dans les industries connexes; moins de la moitie des
travailleurs qui exercent ces professions se sont classes au
niveau 4 (tableau 4.5).
Parmi les professions du secteur des services, moins
de la moitie (44 `Ye) des travailleurs faisant partie du sousgroupe qui comprend les concierges et les autres
travailleurs assimiles dans les services se sont classes au
niveau 4. Une proportion de 25 % des travailleurs faisant
partie de ce groupe de professions se sont classes aux
niveaux d'aptitude a la lecture 1 et 2, ce qui s'explique en
partie par le fait que ce groupe compte un grand nombre
d'immigrants. Les resultats pour les professions du secteur
de la fabrication de produits sont comparables. Jusqu'a
44 % des travailleurs du textile se sont classes aux niveaux
1 et 2, tandis que 36 % des travailleurs de l'industrie du
bois (sauf la fabrication de pate a papier et de papier) se
sont classes a ces niveaux.
4
Dans l'Enquete sur la population active, la profession est definie
comme &ant le genre de travail exerts par un individu, selon ses
activites ou ses fonctions principales.
Tableau 4.5
Repartition en pourcentage des personnes agees de 16 a 69 ans, selon la profession et selon le niveau
d'aptitude a la lecture, Canada
Niveau d'aptitude a Ia lecture
Population
Niveaux 1 & 2
Niveau 3
Niveau 4
(en milliers)
Total pour le Canada•
17,705
15
23
63
Toutes les professions
Directeurs, administrateurs et pers. assimile
Sciences naturelles, genie et sciences sociales
Enseignement et pers. assimile
Sante of prof. connexes
15,315
1,823
913
693
728
11
(1)
(1)
(1)
10(0)
21
12
10
(1)
14(0)
67
85
86
92
76
2,584
4(0)
20
75
1,481
2,329
692
967
1,094
749
1,263
7(Q)
21
21
18
23
17
13
24
27
33
30
28
29
22
69
52
46
52
49
Employes de bureau et pers. assimile
Vente
Services
Agricutture of autres prof. du secteur primaire
Transformation et usinage
Fabrication de produits
Batiment
Autres prof.
54
65
Enquilte sur les capacites de lecture et d'ecriture utilisees quotidiennement, Statistique Canada 1989.
Source:
Remarque : Ne comprend pas les personnes qui ont declare n'avoir aucune connaissance des deux langues officielles du Canada
(0)
(1)
Les utilisateurs sont pries de noter que la variabilite d'echantillonnage relative a cette estimation est elevee.
La variabilite d'echantillonnage relative a cette estimation est trop elevee pour permettre la divulgation de !'estimation.
Les renseignements sur la profession ont ete tires de l'Enquote sur la population active du mois d'avril 1989, qui a servi a etablir
l'echantillon de L'ECLEUO. Par consequent, ces renseignements designent l'emploi exerts par les personnes durant la semaine de
reference de l'EPA En ce qui conceme les personnes qui n'ont pas travel/16 pendant cette semaine, les renseignements designent le
plus recent emploi exerce au tours des cinq annees precedentes (c'est-b-dire avant avril 1989).
Statistique Canada
25
Capacites de lecture des adultes au Canada
Les autres travailleurs ayant des capacites de lecture
inferieures a celles de ('ensemble de la population adulte
sont ceux des industries du batiment (54 % au niveau 4),
de la transformation et de l'usinage (52 ` )/0 au niveau 4) et
des services (52 % au niveau 4). Parmi ces groupes de
professions, pores d'un travailleur sur cinq se classe aux
niveaux 1 et 2.
Le tableau 4.6 montre les resultats de ('auto-evaluation
des capacites selon le niveau d'aptitude a la lecture. On a
demands aux repondants d'evaluer leurs capacites de
lecture et d'ecriture en frangais ou en anglais selon une
echelle de 1 a 5, le point 1 representant le plus faible
niveau et le point 5 le plus Neve. Une proportion de 50 %
des adultes canadiens qui se classent au niveau 1
d'aptitude a la lecture ont evalue leurs capacites aux deux
plus faibles points de l'echelle; de plus, 28 % d'entre eux
ont jugs que leurs capacites se situent au milieu de
l'echelle. Les lecteurs de niveau 2 se sont montres plus
positifs dans ('auto-evaluation de leurs capacites.
Seulement 15 % d'entre eux ont jugs que leurs capacites
se situent en dega du milieu de l'echelle, tandis que 45 %
ont evalue leurs capacites au point 4 ou 5 de l'echelle. La
majorite des lecteurs des niveaux 3 et 4 (62 % et 82 %
respectivement) ont jugs que leurs capacites se situent aux
deux points les plus eleves de l'echelle.
Comme on pouvait s'y attendre, les personnes faisant
partie des groupes comprenant les emplois professionnels
et hautement specialises se classent parmi les niveaux
d'aptitude a la lecture superieurs. De fait, 85 % des
personnes exergant des professions de direction,
d'administration et des emplois connexes, 86 % de celles
qui oeuvrent dans le domaine des sciences naturelles, du
genie et des sciences sociales, et 92 % de celles qui ont
un emploi dans le secteur de l'enseignement et dans des
domaines connexes ont des capacites de lecture
suffisantes pour leur permettre de satisfaire a la plupart des
exigences de lecture quotidiennes. Etant donne que les
groupes de professions du secteur de la sante et des
domaines connexes, du secteur des emplois de bureau et
du personnel assimile et du secteur de Ia vente sont moins
homogenes, les personnes faisant partie de ces groupes
ont des capacites de lecture plus faibles; pores des trois
quarts des travailleurs de ces groupes se classent au
niveau 4.
On a aussi demand6 aux repondants s'ils jugeaient
avoir des capacites de lecture et d'ecriture suffisantes en
frangais ou en anglais. Le tableau 4.7 montre les reponses
a cette question selon le niveau d'aptitude a la lecture. II
est quelque peu surprenant de constater que 54 % des
lecteurs de niveau 1 et 82 % des lecteurs de niveau 2 ont
declare etre satisfaits de leurs capacites de lecture et
d'ecriture. II se peut que les Canadiens qui se classent a
ces niveaux aient trouve des moyens de se debrouiller,
malgre leurs capacites de lecture limitees, et qu'ils soient
ainsi satisfaits de leur niveau d'aptitude. Par exemple, ils
tentent peut-etre d'eviter les situations oil ils doivent lire;
par ailleurs, les Canadiens dont la langue principale n'est ni
le frangais ni ('anglais limitent peut-etre leurs activites de
lecture a des textes rediges dans leur langue principale.
Cela a des repercussions importantes pour les personnes
qui doivent encourager Ia clientele a s'inscrire a des
programmes d'alphabetisation et a y participer. Par
ailleurs, le fait que seulement 9 % des Canadiens qui se
classent au niveau 3 d'aptitude a la lecture soient insatisfaits de leurs capacites a egalement des repercussions
en ce qui a trait a Ia commercialisation des programmes
d'alphabetisation visant ce sous-groupe.
4.3 Niveaux d'alphabetisation selon ['autoevaluation des capacites et Ia perception des
besoins
Les recherches d6montrent que les personnes ayant
un faible niveau d'alphabetisation ont tendance a ne pas
vouloir reveler leurs capacites et que bon nombre d'entre
elles adoptent des strategies pour dissimuler leur probleme.
Pourtant, la reconnaissance du besoin de s'alphabetiser est
essentielle a ('amelioration des capacites qu'il s'agisse de
capacites de lecture et d'ecriture, de calcul, de
comprehension, de communication, etc. A cet egard, un
certain nombre de questions portant sur ('auto-evaluation du
niveau d'alphabetisation et Ia perception des besoins ont
6t6 incluses dans le questionnaire de fond.
Tableau 4.6
Repartition en pourcentage des personnes agees de 16 a 69 ans, selon ('auto-evaluation des capacites en
anglais ou en fran9ais et selon le niveau d'aptitude a la lecture, Canada
Auto-evaluation des capacites
Population
1
(Pauvre)
(en milliers)
Canada
17,673 •
Niveau 1
Niveau 2
Niveau 3
Niveau 4
853
1,694
3,979
11,146
2
3
4
°A.
cY0
2
4
23
40
31
32
(1)
(1)
18
12
4
2
28
39
33
17
16
27
38
45
(1)
18
24
37
Source:
Enquete sur les capacites de lecture et d'ecriture utilisees quotidiennement, Statistique Canada, 1989.
Remarque : Ne comprend pas les personnes qui ont declare n'avoir aucune connaissance des deux langues officielles du Canada.
Le total comprend les personnes dont l'auto-evaluation est "non declaree".
(1)
La variabilite d'echantillonna,ge relative a cette estimation est trop elevee pour permettre la divulgation de /'estimation.
Want ou zero.
26
Statistique Canada
5
(Excellent)
Capacites de lecture des adultes au Canada
Tableau 4.7
Repartition en pourcentage des personnes agees de 16 a 69 ans, selon le degre de satisfaction a regard des
capacites de lecture et d'ecriture en anglais ou en frangais et selon le niveau d'aptitude a la lecture, Canada
Population
Auto-evaluation des capacites
Satisfait
I nsatisfait
57
43
(en milliers)
Niveau 1
809*
Niveau 2
1,693
82
18
Niveau 3
3,970
91
9
Niveau 4
11,122
95
4
Enquete sur les capacites de lecture et d'ecriture utilisees quotidiennement, Statistique Canada, 1989.
Soure&
Remarque: Ne comprend pas les personnes qui ont declare n'avoir aucune connaissance des deux langues officielles du Canada
Les reponses "non declare" et "sans opinion" a la question portant sur la satisfaction ne sont pas incluses dans ce tableau.
Lorsqu'on a demands aux repondants s'ils jugeaient
leurs capacites de lecture en frangais ou en anglais
suffisantes pour satisfaire aux exigences quotidiennes,
94 % ont repondu "oui". On a aussi demands aux
repondants qui ont declare avoir travaille ou recherché un
emploi au cours des douze mois precedents s'ils jugeaient
que leurs capacites de lecture en frangais ou en anglais
limitaient leurs possibilites d'emploi. Une proportion de
8 % ont repondu a cette question par ('affirmative. II est
interessant de comparer les reponses des personnes qui
ont declare avoir travaille avec celles des personnes qui ont
declare avoir recherché un emploi. Une proportion de
21 % des repondants qui recherchaient un emploi ont jugs
que leurs capacites limitent leurs possibilites d'emploi,
comparativement a 7 % des repondants qui exergaient un
emploi. Dans le meme ordre d'idees, Ia question
concernant la suffisance des capacites de lecture pour les
besoins de ('emploi a egalement ete posse a la population
active occupee. Une proportion de 98 % de ces personnes
ont jugs que leurs capacites sont suffisantes pour les
besoins de leur emploi.
Une serie de questions au sujet des programmes de
formation ont ete posses aux repondants qui ont declare
avoir des capacites de lecture ou d'6criture insuffisantes (ce
qui represente environ 1,2 million d'adultes canadiens).
L'une de ces questions portait sur Ia perception de l'utilite
de certains genres de programmes de formation pour
satisfaire aux exigences quotidiennes. Environ un
repondant sur trois a indique qu'un "programme visant a
apprendre a lire des instructions comme celles qui figurent
sur les contenants de medicaments ou des articles
emballes" serait utile pour satisfaire aux exigences
quotidiennes. Environ 60 % des repondants ont indique
qu'un programme visant a les cider a lire des imprimes
administratifs et gouvemementaux leur serait utile, mais
moins de la moitie (environ 40 %) d'entre eux ont repondu
qu'un "programme visant a apprendre a lire des joumaux,
des revues ou des livres" serait d'une utilite. Par ailleurs,
66 % des repondants ont indique qu'un programme visant
a apprendre a ecrire des lettres et des notes leur serait
utile.
Les repondants qui ont declare avoir des capacites
insuffisantes ont ete questionnes au sujet de leur
participation actuelle ou eventuelle a un programme de
formation. Seulement 9 % d'entre eux ont indique qu'ils
sont presentement inscrits a un programme de formation
visant a ameliorer leurs capacites de lecture et d'ecriture en
frangais ou en anglais. De plus, 52 % de ces repondants
ont declare etre interesses a obtenir un jour une telle
formation. (Voir le graphique 4.2.)
Les taux de participation a des programmes
d'alphabetisation ont toujours ete faibles et les resultats
presentes ci-dessus semblent indiquer qu'il pourrait etre
difficile d'encourager les Canadiens a s'inscrire a de tels
programmes. Les lecteurs des niveaux 1 et 2 sont des
candidats aux programmes d'alphabetisation traditionnels.
Bien que les lecteurs de niveau 1 reconnaissent etre
faiblement alphabetises, Ia majorite d'entre eux disent etre
satisfaits de leurs capacites actuelles. II se peat que les
lecteurs de niveau 2 hesitent davantage a parler de leur
faible niveau d'alphabetisation a d'autres; de fait, la grande
majorite d'entre eux disent etre satisfaits de leur niveau
d'aptitude. Le genre de formation dont les lecteurs de
niveau 3 ont besoin est moins facile a determiner, mais it
est Clair que meme si Ia plupart des Canadiens de ce
niveau ne jugent pas necessaire d'ameliorer leurs
capacites, ils seront menaces si les exigences de la
societe en matiere d'alphabetisation s'accroissent.
Statistique Canada
27
Capacites de lecture des adultes au Canada
Graphique 4.2
Participation actuelle ou eventuelle a un programme de formation, personnes agees de 16 a 69 ans
qui ont jugs avoir des aptitudes insuffisantes, Canada
9% Inscrits
39% s'inscriraient
52% interesses
Source: Enquete sur les capacites de lecture et d'ecriture utilisees quotidiennement, Statistique Canada, 1989.
5.0 Conclusion
Les niveaux d'aptitude a Ia lecture sont un moyen facile
d'associer les capacites de Ia population aux exigences
imposees aux individus dans des circonstances
particulieres. Les resultats de l'enquete presentent une
evaluation directe du niveau d'alphabetisation fonctionnelle
des Canadiens et offrent un contexte dans lequel les
exigences actuelles et futures peuvent etre analysees.
Dans ('ensemble, les resultats de l'enquete revelent
que 16 % des adultes canadiens ont de faibles capacites
de lecture et sont incapables, de facon individuelle, de
satisfaire a la plupart des exigences de lecture quotidiennes. _ Ce groupe de Canadiens est forme
principalement d'individus ayant un faible niveau de
scolarite, dont pits de la moitie sont ages de plus de 55
ans. Une autre tranche de 22% des Canadiens ont des
28
Statistique Canada
capacites de lecture suffisantes pour leur permettre de lire
des textes simples et presentes clairement, a condition que
les taches a accomplir ne soient pas trop difficiles. La
majorite (62 %) de ces Canadiens ont fait des etudes
secondaires (partielles ou completes) et sont presque
egalement repartis parmi les differents groupes d'age. La
question de savoir si tous les Canadiens faiblement
alphabetises ont besoin d'aide necessitera des recherches
portant sur la frequence des exigences de lecture qui ne
peuvent etre satisfaites. L'Enquete sur les capacites de
lecture et d'ecriture utilisees quotidiennement .n'avait pas
pour but de repondre a cette question, mais plutot
d'eclaircir les caracteristiques de la population menacee.
Cet apergu ne traite que d'une partie des donnees
recueillies dans le cadre de I'ECLEUQ. Un certain nombre
d'autres questions reliees a ('alphabetisation au Canada
pourront etre examinees au moyen de cette base de
donnees nationale.
Capacites de lecture des adultes au Canada
Bibliographie
Cervero, R. M. (avril 1985). Is a common definition of adult
literacy possible? Document presents a l'assemblee
annuelle de l'American Educational Research Association,
Chicago.
Cervero, R. M. (1980). Does the Texas Adult Performance
Level Test measure functional competence? Adult
Education, 30, 152-165.
The Creative Research Group (1987). L'analphabetisme au
Canada : rapport d'enquete (prepare pour Southam News,
Ottawa). Toronto : auteur.
Fagan, W. T. (1988). Literacy in Canada: A critique of the
Southam report. The Alberta Journal of Educational
Research, 34(3), 224231.
Fagan, W. T. (Wrier 1989). A critical look at literacy. Quill
and Quire (p. 30).
Guthrie, J. T. (1988). Locating information in documents:
examination of a cognitive model. Reading Research
Quarterly, 23, 178-199.
Guthrie, J. T. et Kirsch, I. S. (1987). Distinctions between
reading comprehension and locating information in text.
Journal of Educational Psychology, 79, 220-227.
Jones, S. et Librande, L. (1987). Ontario test of adult
functional literacy. Ottawa: Centre for the Study of Adult
Literacy, Carleton University.
Kirsch, I. S. et Guthrie, J. T. (1981). The concept and
measurement of functional literacy. Reading Research
Quarterly, 13, 485-507.
Kirsch, I. S. et Jungeblut, A. (1986). Literacy: profiles of
America's young adults (rapport final, 16-PL-01). Princeton,
NJ: The National Assessment of Educational Progress.
Exploring
Kirsch, I. S. et Mosenthal, P. B. (1990).
document literacy: variables underlying the performance of
young adults. Reading Research Quarterly, 25, 5-30.
Lave, J. (1988). Cognition in practice: mind, mathematics,
and culture in everyday life. Cambridge: Cambridge
University Press.
Mikulecky, L. (mars 1985). Literacy task analysis: defining
and measuring occupational literacy demands. Document
presents a l'assemblee annuelle de l'American Educational
Research Association, Chicago.
Murphy, R. T. (1973). Adult functional reading study (PR
73-4.8). Princeton, NJ: Educational Testing Service.
Murphy, R. T. (1975). Adult functional reading study (PR
75-2). Princeton, NJ: Educational Testing Service.
Odell, L. et Goswami, D. (1985). Writing in nonacademic
settings. New York: Guilford Press.
Satin, A., Jones, S., Kelly, K. et Montigny, G. (1990).
evaluation nationale des capacites de lecture et d'ecriture:
la situation au Canada. Document presents a l'assemblee
annuelle de l'American Statistical Association, Anaheim.
Jones, S. et Dery, L. (1987). Test ontarien d'alphabetisation
fonctionnelle des adultes. Ottawa: Centre d'etudes en
alphabetisation des adultes, Universite Carleton.
Statistique Canada
29
I
•
•
Capacites de lecture des adultes au Canada
Annexe I
Les criteres de selection des questions
Le choix des questions du questionnaire "de fond"
devait tenir compte de certaines contraintes associees aux
enquetes sur les menages, parmi lesquelles le fardeau de
declaration revetait une importance particulierement
cruciale. Les questions destinees a mesurer les facteurs
ayant trait a l'apprentissage, aux attitudes ou
l'environnement durant l'enfance ont ete exclues, car elles
presentent plusieurs problemes dans le contexte d'une
enquete qui vise une population adulte. Premierement, les
questions portant sur ces domaines peuvent poser de
serieux problemes de rappel. Deuxiernement, it faut prevoir
toute une serie de questions si l'on veut mesurer avec une
certaine exactitude les effets probables de ces facteurs sur
le niveau d'alphabetisation des repondants. Dans le but de
limiter raisonnablement la duree de !Interview, seules les
caracteristiques qui ont un rapport direct avec ces
capacites et qui sont relativement simples a mesurer ont
ete retenues.
Le choix des taches pour le questionnaire "de
selection" et le questionnaire "principal" s'est fait en
fonction des niveaux de lecture, d'ecriture et de calcul
Minis prealablement. Le nombre et le genre de lathes ont
egalement ete circonscrits, de maniere a limiter la duree de
l'interview a environ une heure. De plus, a cause de
('importance de la lecture par rapport a l'ecriture et du
temps requis pour executer les taches d'ecriture, le nombre
de ces dernieres a ete limit& Par ailleurs, un plus grand
nombre de taches ont ete choisies aux niveaux inferieurs
de l'echelle, etant donne la necessite de mesurer avec plus
de precision les niveaux d'alphabetisation moyen et faible
que les niveaux plus eleves.
Plusieurs autres criteres ont egalement ete pris en
compte dans le choix des taches. Ce qui est le plus
important, les taches devaient etre d'un genre que l'on
rencontre couramment dans la vie de tour les jours au
Canada. L'inclusion de taches etrangeres a Ia majorite des
Canadiens aurait donne un avantage injuste aux personnes
ayant déjà ete exposees a une tache particuliere.
Deuxiernement, les textes choisis devaient etre clairs et non
ambigus, puisque toute ambiguite aurait augments les
risques d'erreurs dues a une fausse interpretation et aurait
ainsi masque la difficulte intrinseque de la tache.
Les taches devaient egalement convenir a une enquete
menee aupres de ('ensemble de la population adulte. Pour
Ia plupart des repondants, it s'agissait de la premiere fois
qu'on leur faisait subir un test depuis la fin de leurs etudes.
Outre le fait que le test etait administre par le
gouvemement federal, le choix de Ia population
echantillonnee pour ('enquete a contribue de facon
importante a limiter Ia duree et la complexite des taches
incluses dans le test. Par consequent, les taches de
lecture a haute voix et les taches qu'on rencontre plus
couramment en milieu scolaire, comme ('explication de
poemes, ont ete exclues.
Les interviews
Les donnees ont ete recueillies durant le mois
d'octobre 1989, au moyen d'une interview personnelle
menee au domicile du repondant. Toutes les taches ont
ete executees conformement a de strictes instructions
donnees par les intervieweurs.
Les donnees ont ete recueillies par les intervieweurs de
l'Enquete sur la population active. Leur formation a ete
axee principalement sur les methodes a employer pour
faire executer les taches de facon neutre et la necessite
d'observer les directives de maniere stricte. Ils ont
egalement ete sensibilises a Ia nature delicate du sujet et
ont appris comment reagir en situation de difficult&
linguistiques, de faible niveau d'alphabetisation, de refus de
participer, ou en cas d'autres problemes pouvant survenir
en cours d'interview.
Si un repondant etait incapable de communiquer avec
l'interview dans l'une des langues officielles, it pouvait avoir
recours a un interprete pour fixer un rendez-vous et pour
remplir le questionnaire de fond. Le repondant devait
ensuite tenter d'executer les taches de simulation sans
l'aide de l'interprete. On a tenu compte des personnes qui
n'ont pu executer aucune des taches de simulation a cause
de difficult& linguistiques.
Statistique Canada
31
Capacitits de lecture des adultes au Canada
Annexe II
Quelques notions d'alphabetisation
l'alphabetisation
Les definitions courantes de
fonctionnelle, en particulier celle que ['UNESCO a adoptee
en 1978 et qui fait autorite,
Est fonctionnellement alphabete une personne capable
d'exercer toutes les activites pour lesquelles
['alphabetisation est necessaire dans l'interet du bon
fonctionnement de son groupe et de sa communaute et
aussi pour lui permettre de continuer a lire, ecrire et
catculer en vue de son propre developpement et de
celui de la communaute.
sont axees sur les resultats de l'alphabetisation et Ia
situation d'une personne alphabete, et non sur les capacites
sous-jacentes qui permettent a un individu "d'exercer
toutes les activites...". La definition de ('UNESCO laisse
supposer que l'alphabetisation est relative, ce qui veut dire
qu'une personne peut etre fonctionnellement alphabete
un certain moment dans une societe particuliere, mais non
pas a un moment different ou dans une autre societe. Si tel
etait ('objet d'une etude precise, it serait alors juste de se
concentrer sur de tels resultats. Par contre, si ('accent est
mis sur ce qu'il faut faire pour aider les personnes qui ne
sont pas fonctionnellement alphabetes a le devenir, ou pour
prevoir combien de personnes peuvent avoir besoin d'une
formation (ainsi que les genres de programmes de
formation requis, dans l'eventualite oil les exigences de la
societe en matiere d'alphabetisation augmenteraient), it faut
alors se concentrer sur les capacites sous-jacentes. Ce
n'est qu'en associant les capacites des personnes vivant
dans une societe particuliere a celles qui sont necessaires
pour "exercer toutes les activites..." que l'on peut reussir
cerner les lacunes existantes.
Etant donne que l'Enquete sur les capacites de lecture
et d'ecriture utilisees quotidiennement avait pour but
d'etablir le profil d'alphabetisation de la population
canadienne, it etait essentiel qu'elle soit axee non pas sur
les resultats de l'alphabetisation fonctionnelle, mais plutot
sur les capacites sous-jacentes.
Le continuum de l'alphabetisation fonctionnelle
II est generalement admis que les capacites associees
l'alphabetisation fonctionnelle ne se divisent pas en
categories bien nettes, mais qu'elles forment plutot un
continuum. II est cependant possible de relever, le long de
ce continuum, des reperes qui meritent une attention
particuliere, en raison de leur utilite aux fins de ('elaboration
de politiques et de programmes et de la planification dans
le domaine de ('education. Toutefois, aucun de ces reperes
ne divise le continuum en categories d'alphabetes et
d'analphabetes, parce que ni l'un ni I'autre de ces termes
ne specifie des taches particulieres ou les capacites qui
a
caracterisent les individus, a cause de Ia nature relative de
l'alphabetisation fonctionnelle. Les "niveaux" de I'ECLEUQ
ne representent que des reperes situes le long du
continuum de l'alphabetisation fonctionnelle, qui ont ete
juges utiles pour que les gouvernements puissent
determiner les genres de programmes necessaires pour
r6pondre au probleme de l'alphabetisation. Ils pourraient
egalement aider les alphabetiseurs a mieux cibler leur
clientele — et peut-titre meme a definir de nouveaux types
de clients. Dans le but de determiner de cette maniere les
points interessants, it etait important de se fonder sur une
theorie acceptable de l'alphabetisation fonctionnelle,
notamment pour ce qui est de la lecture fonctionnelle. Les
travaux de Mikulecky portant sur les taches d'evaluation de
l'alphabetisation fonctionnelle (Mikulecky, 1985) de meme
que ceux de Kirsch et Guthrie sur les differences cognitives
entre la lecture scolaire et fonctionnelle (Guthrie, 1988;
Guthrie et Kirsch, 1987) ont ete utiles aux fins de
l'etablissement d'un cadre conceptuel.
Outre les travaux de nature plus theorique realises par
Mikulecky, Kirsch et Guthrie, un certain nombre d'autres
evaluations de l'alphabetisation fonctionnelle ont ete faites.
Le test concu en 1986 aux fins de l'enquete sur
l'alphabetisation des jeunes adultes menee par le National
Assessment of Educational Progress aux Etats-Unis (Kirsch
et Jungeblut, 1986) a eu une importance fondamentale pour
I'ECLEUQ. Bien que les auteurs de ('etude du NAEP aient
choisi de ne pas etablir de reperes formels le long du
continuum, ils ont presente et discut6 des resultats a
certains points situes sur celui-ci. L'examen de ces
resultats a ete utile, pour s'assurer que les reperes
proposes pour I'ECL EU
logiques, meme si les
Q
donnees n'ont pas ete presentees de fawn a permettre
d'adapter les resultats du NAEP a l'enquete canadienne.
La mesure de l'alphabetisationJonctionnelle au
Ifloyen de niveauf'
Apres avoir fixe, le long du continuum de l'alphabetisation
fonctionnelle, certains points, pouvant servir de repere
(c.-A-d. les niveaux de I'ECLEUQ), et apres avoir cree et
administre des tithes destinees a mettre ces points a
I'essai, it etait maintenant possible de situer des individus le
long de ce continuum. Afin de pouvoir classer les individus
par niveau, it a ete necessaire d'associer les resultats des
individus aux taches servant a definir les differents niveaux.
Cela a eta fait en appliquant la theorie de ['aptitude
executer les aches.
La theorie de ('aptitude a executer les taches (TAET)
est une methode employee pour resumer ('ensemble des
reponses aux questions d'un test; cette methode tient
compte de la difficulte des taches, des lathes qui n'ont pas
ete executees, des reponses donnees a tout hasard et des
erreurs. La TAET estime la difficulte de chacune des
aches et ('aptitude de ('individu a les executer selon la
meme echelle numerique (laquelle vane habituellement de
0 a 500).
Statistique Canada
33
Capacites de lecture des adultes au Canada
Une fois que le degre de difficulte des taches a ete
etabli, les parametres de chaque niveau ont pu etre
determines. Les taches ont ete groupees selon leur degre
de difficult& et le niveau pour lequel chaque tache avait
ate concue au depart a ete compare aux groupements
associes aux degres de difficult& Un programme d'analyse
des grappes a aussi ete execute afin de grouper les taches
d'apres leurs similitudes sur le plan statistique. Les
groupes de taches (ou grappes) tires de cette analyse
correspondaient a ceux de ('examen theorique. Les
parametres de chaque niveau ont ensuite ete determines
en fonction du degre de difficulte de la tache la plus facile
et de Ia tache Ia plus difficile au merne niveau. Cela a
laisse de petits intervalles "flottants" qui ont ete divises en
nombres pairs. Le continuum de lecture a ete reparti
comme suit :
Niveau 1 :
Niveau 2 :
Niveau 3 :
Niveau 4 :
moins de 160
160-204
205-244
245 et plus
Une fois que les parametres de chaque niveau ont ete
etablis, il a ete relativement facile de determiner le niveau
d'aptitude d'un individu. Le resultat obtenu par un individu
equivaut au degre de difficulte de la tache la plus difficile
qu'il a 80 % de chances d'executer correctement. Ainsi,
toute personne qui obtient un resultat inferieur a 160 se
classe au niveau de lecture 1, toute personne dont le
resultat est superieur a 160 mais inferieur a 205 se situe au
niveau de lecture 2, etc.
Etant donne que le resultat obtenu par un individu est
base sur ('ensemble des reponses, et non uniquement sur
celles d'un niveau particulier, il est possible que certaines
personnes se classant au niveau 2 reussissent a executer
certaines taches de niveau 3, bien que de facon irreguliere.
Par consequent, le niveau d'aptitude d'un individu equivaut
a son niveau de rendement le plus regulier.
aS
34
Statistique Canada
Autres elements de ('alphabetisation
Bien que ('alphabetisation soit habituellement definie
comme etant constituee de capacites de lecture, d'ecriture
et de calcul, comme c'est le cas de Ia definition de
('UNESCO, elle est souvent associee principalement a Ia
lecture. De fait, la discussion presentee dans ce document
est axee sur les capacites de lecture. Si breve et provisoire
que soit la documentation sur ('aptitude des adultes a la
lecture, il n'existe pratiquement aucune documentation qui
traite des capacites de calcul at d'ecriture des adultes.
Nous n'avons pu trouver aucune etude approfondie portant
sur ces aspects de ('alphabetisation. Certaines etudes
semblent indiquer que les connaissances en arithmetique
acquises a recole different des exigences de calcul
quotidiennes (Lave, 1988). Malheureusement, ces etudes
disent peu au sujet des exigences de calcul quotidiennes
qui y sont traitees. De toute facon, elles tendent a mettre
('accent sur les caracteristiques particulieres aux taches des
questions qui y sont examinees. Etant donne que
l'ECLEUQ avait pour but d'evaluer de facon generale les
aptitudes des Canadiens a utiliser leurs capacites de calcul
dans le contexte de documents d'usage courant, ces
etudes n'ont servi qu'a orienter indirectement renquete.
Les ouvrages pouvant servir a orienter revaluation des
capacites d'ecriture etaient encore moins nombreux. Les
quelques etudes portant sur recriture hors du milieu
scolaire (Odell et Goswami, 1985) traitent principalement de
recriture en milieu d'affaires, ce qui ne, s'applique pas a
tous les adultes. Etant donne que I'ECLEUQ etait axes sur
recriture fonctionnelle, on y a inclus deux taches qui
refletent des situations courantes oit il est necessaire
d'ecrire. Dans les deux cas, on a demands aux repondants
d'ecrire un texte conformement a des 4 , :gences de
contenu tits pre .,uses. En depit fait oP. .valuation des
capacites d'ecriture soit beaucoup plus aleatoire que celle
des capacites de lecture et de calcul, on croit que cela
represente un pas important — bien que quelque peu
incertain et initial — vers une comprehension des capacites
d'ecriture utilisees quotidiennement.
-
STATIST CS CANADA BRARY
BIB OTHEQUE STAT ST QUE CANADA
1 1 0iiJil LH I
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising