Canada Gazette du Part I

Canada Gazette du Part I
Vol. 148, no 16
Vol. 148, No. 16
Canada
Gazette
Gazette
du Canada
Part I
Partie I
OTTAWA, LE samedi 19 avril 2014
OTTAWA, Saturday, April 19, 2014
NOTICE TO READERS
The Canada Gazette is published under the authority of the
Statutory Instruments Act. It consists of three parts as described
below:
Part I
Material required by federal statute or regulation to
be published in the Canada Gazette other than items
identified for Part II and Part III below — Published
every Saturday
Part II
Statutory instruments (regulations) and other classes
of statutory instruments and documents — Published
January 1, 2014, and at least every second
Wednesday thereafter
Part III
Public Acts of Parliament and their enactment
proclamations — Published as soon as is reasonably
practicable after royal assent
The two electronic versions of the Canada Gazette are available
free of charge. A Portable Document Format (PDF) version of
Part I, Part II and Part III as an official version since April 1, 2003,
and a HyperText Mark-up Language (HTML) version of Part I and
Part II as an alternate format are available on the Canada Gazette
Web site at http://gazette.gc.ca. The HTML version of the enacted
laws published in Part III is available on the Parliament of Canada
Web site at http://www.parl.gc.ca.
Requests for insertion should be directed to the Canada
Gazette Directorate, Public Works and Government Services
Canada, 350 Albert Street, 5th Floor, Ottawa, Ontario K1A 0S5,
613-996-2495 (telephone), 613-991-3540 (fax).
Bilingual texts received as late as six working days before the
requested Saturday’s date of publication will, if time and other
resources permit, be scheduled for publication that date.
For information regarding reproduction rights, please contact
Public Works and Government Services Canada by email at
questions@tpsgc-pwgsc.gc.ca.
© Her Majesty the Queen in Right of Canada, 2014
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2014
AVIS AU LECTEUR
La Gazette du Canada est publiée conformément aux
dispositions de la Loi sur les textes réglementaires. Elle est
composée des trois parties suivantes :
Partie I
Textes devant être publiés dans la Gazette du
Canada conformément aux exigences d’une loi
fédérale ou d’un règlement fédéral et qui ne satisfont
pas aux critères de la Partie II et de la Partie III —
Publiée le samedi
Partie II Textes réglementaires (Règlements) et autres
catégories de textes réglementaires et de documents —
Publiée le 1er janvier 2014 et au moins tous les deux
mercredis par la suite
Partie III Lois d’intérêt public du Parlement et les proclamations
énonçant leur entrée en vigueur — Publiée aussitôt que
possible après la sanction royale
Les deux versions électroniques de la Gazette du Canada sont
offertes gratuitement. Le format de document portable (PDF) de la
Partie I, de la Partie II et de la Partie III à titre de version officielle
depuis le 1er avril 2003 et le format en langage hypertexte (HTML)
de la Partie I et de la Partie II comme média substitut sont
disponibles sur le site Web de la Gazette du Canada à l’adresse
http://gazette.gc.ca. La version HTML des lois sanctionnées
publiées dans la Partie III est disponible sur le site Web du
Parlement du Canada à l’adresse http://www.parl.gc.ca.
Les demandes d’insertion doivent être envoyées à la Direction
de la Gazette du Canada, Travaux publics et Services
gouvernementaux Canada, 350, rue Albert, 5e étage, Ottawa
(Ontario) K1A 0S5, 613-996-2495 (téléphone), 613-991-3540
(télécopieur).
Un texte bilingue reçu au plus tard six jours ouvrables avant
la date de parution demandée paraîtra, le temps et autres ressources
le permettant, le samedi visé.
Pour obtenir des renseignements sur les droits de reproduction,
veuillez communiquer avec Travaux publics et Services
gouvernementaux Canada par courriel à l’adresse questions@
tpsgc-pwgsc.gc.ca.
ISSN 1494-6076
© Sa Majesté la Reine du Chef du Canada, 2014
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2014
Le 19 avril 2014
Gazette du Canada Partie I911
TABLE OF CONTENTS
TABLE DES MATIÈRES
Vol. 148, No. 16 — April 19, 2014
Vol. 148, no 16 — Le 19 avril 2014
Government notices ............................................................912
Notice of vacancies .........................................................954
Avis du gouvernement ........................................................912
Avis de postes vacants .....................................................954
Parliament
House of Commons .........................................................959
Parlement
Chambre des communes .................................................959
Commissions .......................................................................960
(agencies, boards and commissions)
Commissions .......................................................................960
(organismes, conseils et commissions)
Miscellaneous notices .........................................................965
(banks; mortgage, loan, investment, insurance and
railway companies; other private sector agents)
Avis divers ...........................................................................965
(banques; sociétés de prêts, de fiducie et
d’investissements; compagnies d’assurances et de
chemins de fer; autres agents du secteur privé)
Orders in Council ................................................................966
Décrets.................................................................................966
Proposed regulations ...........................................................970
(including amendments to existing regulations)
Règlements projetés ............................................................970
(y compris les modifications aux règlements existants)
Index ...................................................................................981
Index ...................................................................................982
912
Canada Gazette Part I
April 19, 2014
GOVERNMENT NOTICES
AVIS DU GOUVERNEMENT
DEPARTMENT OF THE ENVIRONMENT
MINISTÈRE DE L’ENVIRONNEMENT
CANADIAN ENVIRONMENTAL PROTECTION ACT, 1999
LOI CANADIENNE SUR LA PROTECTION DE
L’ENVIRONNEMENT (1999)
Interim Order Modifying the Operation of the Passenger
Automobile and Light Truck Greenhouse Gas Emission
Regulations
Arrêté d’urgence modifiant l’application du Règlement sur les
émissions de gaz à effet de serre des automobiles à passagers et
des camions légers
Whereas certain provisions of part 86 of Title 40 of the United
States Code of Federal Regulations correspond to certain provisions of the Passenger Automobile and Light Truck Greenhouse
Gas Emission Regulations1a;
And whereas certain provisions of the Passenger Automobile
and Light Truck Greenhouse Gas Emission Regulationsa are inconsistent with part 86 of Title 40 of the Code of Federal Regulations
as amended by section 18 of the final rule in respect of greenhouse
gas emission standards published on September 15, 2011 in volume 76 of the United States Federal Register, at page 57377, and
by section 13 of the final rule in respect of greenhouse gas emission standards published on October 15, 2012 in volume 77 of the
Federal Register, at page 63156;
Attendu que certaines dispositions de la partie 86 du titre 40 du
Code of Federal Regulations des États-Unis correspondent à certaines dispositions du Règlement sur les émissions de gaz à effet de
serre des automobiles à passagers et des camions légers1a;
Attendu que certaines dispositions du Règlement sur les émissions de gaz à effet de serre des automobiles à passagers et des
camions légersa sont incompatibles avec la partie 86 du titre 40 du
Code of Federal Regulations dans sa version modifiée par l’article 18 de la règle finale concernant les normes applicables à
l’égard des émissions de gaz à effet de serre publié le 15 septembre
2011 dans le volume 76 du Federal Register des États-Unis, à la
page 57 377, et par l’article 13 de la règle finale concernant les
normes applicables à l’égard des émissions de gaz à effet de serre
publié le 15 octobre 2012 dans le volume 77 du Federal Register, à
la page 63 156,
À ces causes, en vertu du paragraphe 163(1) de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999)2b, la ministre de
l’Environnement prend l’Arrêté d’urgence modifiant l’application
du Règlement sur les émissions de gaz à effet de serre des automobiles à passagers et des camions légers, ci-après.
Gatineau, le 31 mars 2014
La ministre de l’Environnement
LEONA AGLUKKAQ
Therefore, the Minister of the Environment, pursuant to subsection 163(1) of the Canadian Environmental Protection Act, 19992b,
makes the annexed Interim Order Modifying the Operation of the
Passenger Automobile and Light Truck Greenhouse Gas Emission
Regulations.
Gatineau, March 31, 2014
LEONA AGLUKKAQ
Minister of the Environment
Interpretation
Emergency
vehicles
Emergency
vehicles —
fleets
INTERIM ORDER MODIFYING THE
OPERATION OF THE PASSENGER
AUTOMOBILE AND LIGHT TRUCK
GREENHOUSE GAS EMISSION
REGULATIONS
ARRÊTÉ D’URGENCE MODIFIANT
L’APPLICATION DU RÈGLEMENT SUR
LES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET
DE SERRE DES AUTOMOBILES
À PASSAGERS ET DES
CAMIONS LÉGERS
1. For greater certainty, words and expressions
used in this Interim Order and defined in the Passenger Automobile and Light Truck Greenhouse Gas
Emission Regulations (in this Order referred to as
the “Regulations”) have the same meaning as in
those Regulations.
2. (1) Despite section 10 of the Regulations, a
company may, in respect of its passenger automobiles and light trucks of a given model year that
are emergency vehicles, elect to be exempted from
the requirement of conforming to the exhaust emission standards for nitrous oxide (N2O) and methane
(CH4) set out in section 1818(f)(1) of Title 40, chapter I, subchapter C, part 86, subpart S, of the CFR, if
it reports that election in its end of model year report.
1. Il est entendu que les termes utilisés dans le
présent arrêté d’urgence qui sont définis dans le
Règlement sur les émissions de gaz à effet de serre
des automobiles à passagers et des camions légers
(ci-après le « Règlement ») s’entendent au sens de ce
règlement.
2. (1) Malgré l’article 10 du Règlement, l’entreprise peut choisir d’être exemptée de l’obligation de
se conformer aux normes d’émissions de gaz
d’échappement d’oxyde nitreux (N2O) et de méthane
(CH4) prévues à l’article 1818(f)(1) de la souspartie S de la partie 86, section de chapitre C, chapitre I, titre 40, du CFR pour ses automobiles à passagers ou ses camions légers d’une année de modèle
donnée qui sont des véhicules d’urgence si elle fait
mention de ce choix dans son rapport de fin d’année
de modèle.
(2) Malgré le paragraphe 8(1) du Règlement, l’entreprise peut, pour l’application des articles 10 et 13
à 40 de ce règlement, choisir d’exclure de ses parcs
(2) Despite subsection 8(1) of the Regulations, a
company may, for the purposes of sections 10 and 13
to 40 of the Regulations, elect to exclude emergency
a
a
b
b
SOR/2010-201
S.C. 1999, c. 33
DORS/2010-201
L.C. 1999, ch. 33
Interprétation
Véhicules
d’urgence
Véhicules
d’urgence —
parc
Le 19 avril 2014
Gazette du Canada Partie I913
vehicles from its fleets and its temporary optional
fleets of passenger automobiles and light trucks of a
given model year, if it reports that election in its end
of model year report.
d’automobiles à passagers et de camions légers
d’une année de modèle donnée et de ses parcs
optionnels provisoires les véhicules d’urgence si elle
fait mention de ce choix dans son rapport de fin
d’année de modèle.
Emission
standards —
nitrous oxide
3. (1) For each test group in respect of which a
company uses, for a given model year, an alternative
emission standard for nitrous oxide (N2O) under section 1818(f)(3) of Title 40, chapter I, subchapter C,
part 86, subpart S, of the CFR, the company must
use the following formula and add the sum of the
results for each test group, expressed in megagrams
of CO2 equivalent, to the number of credits or deficits calculated in accordance with subsection 20(3)
of the Regulations for the fleet to which the test
group belongs:
298 # A # ^B - Ch # D
1 000 000
where
A is the total number of passenger automobiles or
light trucks of the test group;
B is the exhaust emission standard for nitrous
oxide (N2O) set out in section 1818(f)(1) of
Title 40, chapter I, subchapter C, part 86, subpart S, of the CFR, for the model year in question, expressed in grams per mile;
C is the alternative exhaust emission standard for
nitrous oxide (N2O) to which the company has
elected to certify the test group, expressed in
grams per mile; and
D is the assumed total mileage of the vehicles in
question, namely,
(a) 195,264 miles for a fleet of passenger
automobiles, or
(b) 225,865 miles for a fleet of light trucks.
Emission
standards —
methane
(2) For each test group in respect of which a company uses, for a given model year, an alternative
emission standard for methane (CH4) under section 1818(f)(3) of Title 40, chapter I, subchapter C,
part 86, subpart S, of the CFR, the company must
use the following formula and add the sum of the
results for each test group, expressed in megagrams
of CO2 equivalent, to the number of credits or deficits calculated in accordance with subsection 20(3)
of the Regulations for the fleet to which the test
group belongs:
25 # A # ^B - Ch # D
1 000 000
where
A is the total number of passenger automobiles or
light trucks of the test group;
B is the exhaust emission standard for methane
(CH4) set out in section 1818(f)(1) of Title 40,
chapter I, subchapter C, part 86, subpart S, of the
CFR, for the model year in question, expressed
in grams per mile;
C is the alternative exhaust emission standard for
methane (CH4) to which the company has elected
to certify the test group, expressed in grams per
mile; and
3. (1) Pour chaque groupe d’essai pour lequel elle
utilise, pour une année de modèle donnée, une norme
d’émissions d’oxyde nitreux (N2O) de rechange en
application de l’article 1818(f)(3) de la sous-partie S
de la partie 86, section de chapitre C, chapitre I,
titre 40, du CFR, l’entreprise utilise la formule ciaprès et ajoute le total des résultats obtenus pour
chaque groupe d’essai, exprimé en mégagrammes
d’équivalent CO2, au nombre de points ou à la
valeur du déficit calculés conformément au paragraphe 20(3) du Règlement pour le parc auquel
appartient le groupe d’essai :
298 # A # ^B - Ch # D
1 000 000
où :
A représente le nombre total d’automobiles à passagers ou de camions légers du groupe d’essai;
B la norme d’émissions de gaz d’échappement
d’oxyde nitreux (N2O) prévue à l’article 1818(f)(1) de la sous-partie S de la partie 86,
section de chapitre C, chapitre I, titre 40, du CFR
pour l’année de modèle en cause et exprimée en
grammes par mille;
C la norme d’émissions de gaz d’échappement
d’oxyde nitreux (N2O) de rechange à laquelle
l’entreprise a choisi de certifier le groupe d’essai, exprimée en grammes par mille;
D la distance totale qui est présumée parcourue par
les véhicules en cause, soit :
a) pour un parc d’automobiles à passagers,
195 264 milles,
b) pour un parc de camions légers,
225 865 milles.
(2) Pour chaque groupe d’essai pour lequel elle
utilise, pour une année de modèle donnée, une norme
d’émissions de méthane (CH4) de rechange en application de l’article 1818(f)(3) de la sous-partie S de la
partie 86, section de chapitre C, chapitre I, titre 40,
du CFR, l’entreprise utilise la formule ci-après et
ajoute le total des résultats obtenus pour chaque
groupe d’essai, exprimé en mégagrammes d’équivalent CO2, au nombre de points ou à la valeur du déficit calculés conformément au paragraphe 20(3) du
Règlement pour le parc auquel appartient le groupe
d’essai :
25 # A # ^B - Ch # D
1 000 000
où :
A représente le nombre total d’automobiles à passagers ou de camions légers du groupe d’essai;
B la norme d’émissions de gaz d’échappement de
méthane (CH4) prévue à l’article 1818(f)(1) de la
sous-partie S de la partie 86, section de chapitre C, chapitre I, titre 40, du CFR pour l’année de
modèle en cause et exprimée en grammes par
mille;
C la norme d’émissions de gaz d’échappement de
méthane (CH4) de rechange à laquelle l’entreprise
Normes de
rechange —
oxyde nitreux
Norme de
rechange —
méthane
914
Canada Gazette Part I
D is the assumed total mileage of the vehicles in
question, namely,
(a) 195,264 miles for a fleet of passenger
automobiles, or
(b) 225,865 miles for a fleet of light trucks.
April 19, 2014
a choisi de certifier le groupe d’essai, exprimée
en grammes par mille;
D la distance totale qui est présumée parcourue par
les véhicules en cause, soit :
a) pour un parc d’automobiles à passagers,
195 264 milles,
b) pour un parc de camions légers,
225 865 milles.
EXPLANATORY NOTE
NOTE EXPLICATIVE
(This note is not part of the Interim Order.)
(Cette note ne fait pas partie de l’arrêté d’urgence.)
Proposal
Proposition
The Passenger Automobile and Light Truck Greenhouse Gas
Emission Regulations (the Regulations), which came into force in
September 2010, establish common greenhouse gas (GHG) emission requirements in Canada and the United States (U.S.) for companies that manufacture or import new passenger automobiles
and light trucks (hereinafter referred to as light-duty vehicles) of
the 2011 and later model years. The Regulations establish progressively more stringent GHG emission standards for new light-duty
vehicles for the 2011 to 2016 model years.
Le Règlement sur les émissions de gaz à effet de serre des automobiles à passagers et des camions légers (le Règlement), qui est
entré en vigueur en septembre 2010, fixe des exigences communes
concernant les émissions de gaz à effet de serre (GES) au Canada
et aux États-Unis pour les entreprises qui construisent ou importent
des automobiles à passagers et des camions légers neufs (ci-après
appelés véhicules légers) de l’année de modèle 2011 ou d’une
année de modèle subséquente. Le Règlement établit des normes
d’émissions de GES plus rigoureuses pour les véhicules légers
neufs des années de modèle 2011 à 2016.
Après le mois de septembre 2010, l’Environmental Protection
Agency (EPA) des États-Unis, qui est l’organisme américain chargé
de réglementer les émissions de GES des véhicules légers, a modifié son règlement. Ces modifications sont pour la plupart destinées
à établir un régime de réglementation postérieur à l’année de
modèle 2016, avec des normes d’émissions de GES progressivement plus rigoureuses pour les années de modèle 2017 à 2025,
mais certaines se répercutent sur la période qui précède l’année de
modèle 2017.
L’Arrêté d’urgence modifiant l’application du Règlement sur les
émissions de gaz à effet de serre des automobiles à passagers et
des camions légers (l’arrêté d’urgence), pris en vertu du paragraphe 163(1) de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999) [LCPE (1999)], vise à faire en sorte que le Règlement du Canada demeure aligné sur celui des États-Unis en ce qui
concerne le traitement des véhicules d’urgence31 et les options pour
se conformer aux normes d’émissions d’oxyde nitreux (N2O) et de
méthane (CH4). Cet arrêté, qui constitue un renouvellement d’un
précédent arrêté pris par le ministre de l’Environnement (le
ministre) le 12 avril 2013, réglera provisoirement la question,
jusqu’à ce que les modifications au Règlement soient publiées dans
leur version définitive dans la Partie II de la Gazette du Canada.
En décembre 2012, le projet de Règlement modifiant le Règlement sur les émissions de gaz à effet de serre des automobiles à
passagers et des camions légers a été publié dans la Partie I de la
Gazette du Canada42. L’essentiel de ce projet de règlement vise à
établir des exigences communes concernant les émissions de GES
au Canada et aux États-Unis pour l’année de modèle 2017 et les
années de modèle subséquentes; cependant, il comportait également des modifications en vue de s’aligner sur le traitement des
véhicules d’urgence par l’EPA des États-Unis et des options pour
démontrer la conformité aux normes d’émissions de N2O et de
CH4.
Since September 2010, the U.S. Environmental Protection
Agency (EPA), which is the U.S. agency responsible for regulating
light-duty vehicle GHG emissions, has amended its regulations.
While the vast majority of these amendments have been designed
to serve as a post-model year 2016 regulatory regime, with progressively more stringent GHG emission standards for the 2017
to 2025 model years, some of these amendments impact the operation of the pre-2017 model year period.
The purpose of the Interim Order Modifying the Operation of
the Passenger Automobile and Light Truck Greenhouse Gas Emission Regulations (the Interim Order), made pursuant to subsection 163(1) of the Canadian Environmental Protection Act, 1999
(CEPA 1999), is to maintain alignment of Canada’s Regulations
with those of the United States with respect to the treatment of
emergency vehicles31 and the options for complying with the emission standards for nitrous oxide (N2O) and methane (CH4). This
Order, which is a renewal of a previous order made by the Minister
of the Environment (the Minister) on April 12, 2013, will address
this issue on a temporary basis until the amendments are finalized
through publication in the Canada Gazette, Part II.
In December 2012, the proposed Regulations Amending the Passenger Automobile and Light Truck Greenhouse Gas Emission
Regulations were published in the Canada Gazette, Part I.42 The
vast majority of this regulatory proposal would establish common
GHG emission requirements in Canada and the United States for
the 2017 and later model years; however, it also includes amendments so that it is aligned with the U.S. EPA treatment of emergency vehicles and the options for demonstrating compliance with
the emission standards for N2O and CH4.
1
Emergency vehicle means a vehicle that is manufactured primarily for use as an
ambulance or a police vehicle.
2
www.gazette.gc.ca/rp-pr/p1/2012/2012-12-08/pdf/g1-14649.pdf
1
Véhicule d’urgence désigne un véhicule fabriqué principalement pour être utilisé
comme ambulance ou véhicule de police.
www.gazette.gc.ca/rp-pr/p1/2012/2012-12-08/pdf/g1-14649.pdf
2
Le 19 avril 2014
Gazette du Canada Partie I915
The Regulations Amending the Passenger Automobile and Light
Truck Greenhouse Gas Emission Regulations are targeted for publication in the Canada Gazette, Part II, later in spring 2014. Once
the Regulations are published, there will be common Canada–
United States requirements for light-duty vehicles for all future
model years and these will be established on a permanent basis.
Le Règlement modifiant le Règlement sur les émissions de gaz à
effet de serre des automobiles à passagers et des camions légers est
destiné à être publié dans la Partie II de la Gazette du Canada plus
tard au printemps 2014. Une fois qu’il sera publié, les exigences
seront alors les mêmes au Canada et aux États-Unis pour les véhicules légers de toutes les années de modèle futures et elles seront
établies d’une façon définitive.
Treatment of emergency vehicles
Traitement des véhicules d’urgence
The U.S. EPA’s Final Rule for light-duty vehicle GHG emissions for the 2017 and later model years — published in October 201253 — amended provisions related to the treatment of emergency vehicles for all model years following the publication. As
amended, the U.S. EPA regulations provide regulated manufacturers of light-duty vehicles with the option of excluding emergency
vehicles from calculations of both the fleet average carbon dioxide
equivalent (CO2e) emission standards and fleet average carbonrelated emission values. These vehicles are also not subject to the
prescribed emission standards for N2O and CH4. The Interim Order
provides Canadian companies that manufacture or import new
light-duty vehicles with the same options related to the treatment
of emergency vehicles.
La règle finale de l’EPA relative aux émissions de GES des véhicules légers pour l’année de modèle 2017 et les années de modèle
subséquentes, qui a été publiée en octobre 201253, a modifié le traitement des véhicules d’urgence pour toutes les années de modèle
postérieures à sa publication. Le règlement de l’EPA tel qu’il a été
modifié donne aux fabricants de véhicules légers réglementés la
possibilité d’exclure les véhicules d’urgence des calculs des
normes moyennes d’émissions d’équivalent de dioxyde de carbone
(CO2e) et des valeurs moyennes d’émissions liées au carbone de
leurs parcs. Ces véhicules ne sont pas non plus assujettis aux
normes d’émissions prescrites pour le N2O et le CH4. L’arrêté d’urgence offre aux entreprises canadiennes qui construisent ou
importent des véhicules légers neufs les mêmes options en ce qui
concerne le traitement des véhicules d’urgence.
Complying with emission standards for N2O and CH4
Conformité aux normes d’émissions de N2O et de CH4
The U.S. EPA’s Final Rule for heavy-duty vehicle GHG emissions for the 2014 and later model years — published in September 201164 — amended provisions related to the light-duty vehicle
emission standards for N2O and CH4. As amended, the U.S. EPA
regulations provide regulated manufacturers of light-duty vehicles
with the option of certifying vehicle test groups to emission levels
that are higher (i.e. less stringent) than the prescribed standards.
However, manufacturers that use this option must account for the
higher emissions through the calculation of CO2e emission deficits, which must be included in calculations of fleet average emission performance. The Interim Order provides Canadian companies that manufacture or import new light-duty vehicles with the
option to report, for test groups, N2O and/or CH4 emission values
that are higher than the prescribed standard(s). However, companies that use this option must account for the higher emissions. This
is consistent with the approach prescribed in the U.S. EPA
regulations.
La règle finale de l’EPA relative aux émissions de GES des véhicules lourds de l’année de modèle 2014 et des années de modèle
subséquentes, qui a été publiée en septembre 201164, a modifié les
dispositions relatives aux normes d’émissions de N2O et de CH4
pour les véhicules légers. Le règlement de l’EPA tel qu’il a été
modifié donne aux fabricants de véhicules légers réglementés la
possibilité de certifier les groupes d’essai de véhicules à des
niveaux d’émissions qui sont supérieurs (c’est-à-dire moins rigoureux) aux normes prescrites. Toutefois, les fabricants qui utilisent
cette option doivent tenir compte des émissions supérieures dans le
calcul du déficit d’émissions de CO2e, qui doit être inclus dans le
calcul du résultat moyen d’émissions de leurs parcs. L’arrêté d’urgence offre aux entreprises canadiennes qui construisent ou
importent des véhicules légers neufs la possibilité de déclarer, pour
des groupes d’essai, des valeurs d’émissions de N2O ou de CH4 qui
sont supérieures aux normes prescrites. Toutefois, les entreprises
qui se prévalent de cette option doivent prendre en compte ces
émissions plus élevées. Ces dispositions sont harmonisées avec
celles du règlement de l’EPA.
Conformément au paragraphe 163(3) de la LCPE (1999), l’arrêté d’urgence cesserait d’avoir effet 14 jours après avoir été émis,
à moins d’être approuvé par le gouverneur en conseil dans ce délai.
S’il est approuvé, l’arrêté d’urgence aura effet pendant un maximum d’un an, conformément au paragraphe 163(5) de la LCPE
(1999). Il cessera d’avoir effet à son abrogation, lorsque le Règlement sera modifié de façon à donner effet à l’arrêté ou si rien n’est
fait, un an après sa prise, selon celle de ces éventualités qui se
présentera la première.
The Interim Order will, in accordance with subsection 163(3) of
CEPA 1999, cease to have effect 14 days after it is made unless it
is approved by the Governor in Council within that 14-day period.
If approved, the Interim Order will, in accordance with subsection 163(5) of CEPA 1999, remain in force for a period of up to one
year. It will cease to have effect when it is repealed or when the
Regulations are amended to give effect to the Order, or one year
after the Interim Order is made, whichever is earlier.
Objective
Objectif
The primary objective of the Interim Order is to maintain alignment of Canada’s light-duty vehicle GHG emission regulations
with those of the United States. Environment Canada believes that
aligning these regulations with those of the U.S. EPA provides significant environmental and economic benefits while enhancing the
competitiveness of the Canadian auto industry. Canada–United
States regulatory alignment with respect to light-duty vehicle GHG
L’arrêté d’urgence vise avant tout à faire en sorte que le règlement canadien sur les émissions de GES des véhicules légers reste
aligné sur celui des États-Unis. Environnement Canada estime que
le fait d’aligner ce règlement sur celui de l’EPA comporte des
avantages environnementaux et économiques considérables, en
plus d’améliorer la compétitivité de l’industrie canadienne de
l’automobile. L’harmonisation des règlements du Canada et des
3
3
Page 63158 of the U.S. Federal Register, Vol. 77, No. 199, Monday, October 15,
2012.
4
Page 57377 of the U.S. Federal Register, Vol. 76, No. 179, Thursday, September 15, 2011.
Page 63158 du Federal Register des États-Unis, vol. 77, no 199, le lundi 15 octobre
2012.
4
Page 57377 du Federal Register des États-Unis, vol. 76, no 179, le jeudi 15 septembre 2011.
916
Canada Gazette Part I
April 19, 2014
emission is consistent with the objectives of the Canada-United
States Regulatory Cooperation Council. It is anticipated that the
Interim Order will have a negligible impact on the environmental
outcomes of the Regulations; however, it will prevent unintended
consequences of imposing different requirements on Canadian and
U.S. companies.
États-Unis en ce qui concerne les émissions de GES des véhicules
légers cadre avec les objectifs du Conseil Canada—États-Unis de
coopération en matière de réglementation. On s’attend à ce que
l’arrêté d’urgence ait un effet négligeable sur le bilan environnemental du Règlement; il permettra néanmoins d’éviter les conséquences imprévues qu’aurait eues l’imposition aux entreprises
canadiennes d’exigences qui auraient divergé de celles imposées
aux entreprises américaines.
The Interim Order temporarily modifies the operation of the
Regulations with respect to the treatment of emergency vehicles
and the options for complying with the emission standards for N2O
and CH4 in order to maintain alignment between the Canadian and
U.S. regulations.
In accordance with the Regulations, regulated companies are
required to subject any passenger automobiles or light trucks that
meet the conditions of an emergency vehicle to the prescribed
emission standards, starting with the 2012 model year. Given the
unique role that emergency vehicles play, there are numerous characteristics (e.g. horsepower, high accessory load) that reduce the
ability of manufacturers to reduce emissions without compromising the utility of these vehicles.
The objective of this modification, which would provide regulated companies with the option to report, for individual test
groups, N2O and CH4 emission values that are higher than the prescribed standards, is to avoid unintended increases in company
carbon-related exhaust emission values as a result of having as few
as one vehicle that is unable to comply with the prescribed emission standards.
L’arrêté d’urgence modifie provisoirement l’application du
Règlement en ce qui concerne le traitement des véhicules d’urgence et les options pour se conformer aux normes d’émissions de
N2O et de CH4, afin de maintenir l’harmonisation entre le règlement canadien et celui des États-Unis.
En vertu du Règlement, les entreprises réglementées sont tenues,
à compter de l’année de modèle 2012, d’assujettir aux normes
d’émissions prescrites toute automobile à passagers et tout camion
léger qui correspondent à la définition d’un véhicule d’urgence.
Étant donné le rôle unique que les véhicules d’urgence remplissent,
il y a de nombreuses caractéristiques (par exemple force motrice,
nombreux accessoires) qui limitent la capacité qu’ont les fabricants de réduire les émissions sans compromettre l’utilité de ces
véhicules.
L’objectif de cette modification, qui offrirait aux entreprises
réglementées la possibilité d’être exemptées de l’obligation de se
conformer à certaines normes pour leurs véhicules d’urgence, est
d’éviter les conséquences non intentionnelles d’un impact négatif
sur le rendement ou l’utilité des véhicules d’urgence.
Les normes d’émissions de N2O et de CH4 que le Règlement a
établies ont été fixées à un niveau devant servir de plafond, afin
d’éviter que les émissions de ces substances n’augmentent à l’avenir. Ces normes n’étaient pas destinées à entraîner des réductions
d’émissions ou l’application de nouvelles technologies.
En vertu du Règlement, les entreprises réglementées ont deux
options de conformité : (1) démontrer que toutes les automobiles à
passagers et tous les camions légers faisant partie de leurs parcs
émettent moins que les niveaux prescrits d’émissions de N2O et de
CH475; ou (2) convertir les émissions de N2O et de CH4 de toutes les
automobiles à passagers et de tous les camions légers faisant partie
de leurs parcs en CO2e et ajouter les résultats à la valeur des émissions de gaz d’échappement liées au carbone. Des entreprises
réglementées ont indiqué que le respect des niveaux prescrits
d’émissions de N2O et de CH4 présente plusieurs défis dans le cas
de certains véhicules de leurs parcs existants et qu’elles n’ont pas
le temps de développer des solutions technologiques. Elles sont
donc tenues de se conformer à l’aide de l’option (2), en dépit du
fait que la grande majorité de leurs véhicules remplissent les conditions de l’option (1). On estime que l’utilisation de l’option (2)
augmenterait la valeur des émissions de gaz d’échappement liées
au carbone de l’entreprise de 3 à 4 g de CO2e par mille86.
L’objectif de cette modification, qui offrirait aux entreprises
réglementées la possibilité de déclarer, pour chaque type de
modèle, des valeurs d’émissions de N2O ou de CH4 supérieures
aux normes prescrites, est d’éviter l’augmentation non intentionnelle des valeurs d’émissions de gaz d’échappement liées au carbone d’une entreprise à cause d’un seul véhicule qui ne peut se
conformer aux normes d’émissions prescrites.
5
5
The objective of this modification, which would provide regulated companies with the option to exclude emergency vehicles
from compliance obligations, is to avoid the unintended consequences of negatively impacting the performance or utility of
emergency vehicles.
The emission standards for N2O and CH4 established in the
Regulations were set at a level intended to serve as a cap in order to
prevent future increases in the emissions of these substances. These
standards were not intended to lead to emission reductions or the
application of new technologies.
In accordance with the Regulations, regulated companies have
two compliance options: (1) demonstrate that all passenger automobiles and light trucks comprising their fleets emit lower than the
prescribed emission levels for N2O and CH4;75 or (2) convert the
N2O and CH4 emissions from all passenger automobiles and light
trucks comprising their fleets into CO­2e and adding the results to
the carbon-related exhaust emission value. Some regulated companies have noted that certain models of vehicles in their existing
fleets are challenged to meet the prescribed emission levels for
N2O and CH4 and that there is no lead time to develop technological solutions. Therefore, they are required to comply using
option (2), despite the fact that the vast majority of their vehicles
meet the conditions of option (1). The use of option (2) is estimated
to raise an affected company’s carbon-related exhaust emission
value by 3 to 4 g of CO2e per mile.86
Exhaust emissions of N2O shall not exceed 0.010 g per mile at full useful life;
exhaust emissions of CH4 shall not exceed 0.030 g per mile at full useful life.
6
Page 57193 of the U.S. Federal Register, Vol. 76, No. 179, Thursday, September 15, 2011.
Les émissions de gaz d’échappement de N2O ne doivent pas dépasser 0,010 g par
mille pour la durée totale de vie utile et les émissions de gaz d’échappement de CH4
ne doivent pas dépasser 0,030 g par mille pour la durée totale de vie utile.
6
Page 57193 du Federal Register des États-Unis, vol. 76, no 179, le jeudi 15 septembre 2011.
Le 19 avril 2014
Gazette du Canada Partie I917
Background
Contexte
On October 13, 2010, Canada published the Passenger Automobile and Light Truck Greenhouse Gas Emission Regulations,
which established light-duty vehicle GHG emission standards in
Canada aligned with those in the United States.
On September 15, 2011, the U.S. EPA published an amendment
to its light-duty vehicle GHG emission regulations that modified
the options available to regulated companies for complying with
the emission standards for N2O and CH4.
On October 15, 2012, the U.S. EPA published an amendment to
its light-duty vehicle GHG emission regulations that modified the
treatment of emergency vehicles in compliance obligations for
regulated companies.
Le 13 octobre 2010, le Canada a publié le Règlement sur les
émissions de gaz à effet de serre des automobiles à passagers et
des camions légers, qui établissait des normes d’émissions de GES
pour les véhicules légers au Canada alignées sur celles des
États-Unis.
Le 15 septembre 2011, l’EPA des États-Unis a publié une modification à son règlement sur les émissions de GES des véhicules
légers, qui changeait les options offertes aux entreprises réglementées pour se conformer aux normes d’émissions de N2O et de CH4.
Le 15 octobre 2012, l’EPA des États-Unis a publié une modification à son règlement sur les émissions de GES des véhicules
légers, qui changeait le traitement des véhicules d’urgence dans les
obligations de conformité des entreprises réglementées.
Implications
Implications
By providing regulated companies with the option of excluding
emergency vehicles from compliance obligations, it is anticipated
that these vehicles will continue to be designed to meet the necessary performance criteria demanded by the role that these vehicles
play. On a national scale, the volume of new light-duty emergency
vehicles entering the fleet on an annual basis is minor compared to
the rest of the fleet of new vehicles. It is not anticipated that this
will negatively impact the GHG emission reduction outcomes of
the Regulations.
Providing regulated companies with the option to comply with
the N2O and CH4 emission requirements by reporting emission levels higher than the prescribed standards and accounting for the
higher emissions as CO2e will allow them to avoid the unintended
increase of 3 to 4 g per mile in their carbon-related exhaust emission value. While this will lower the fleet average compliance obligation by this same amount, the N2O and CH4 emission standards
are not intended to lead to reductions in the emissions of these
substances. By requiring that companies convert higher emissions
for individual model types into CO2e and include them in their
carbon-related exhaust emission values, companies are still
accountable for these higher emissions. Alignment with the U.S.
EPA on light-duty vehicle emission regulations is a priority under
the Canada-United States Regulatory Cooperation Council (RCC).
This Interim Order is a commitment to the RCC work plan on
light-duty vehicles.
En offrant aux entreprises réglementées la possibilité d’exclure
les véhicules d’urgence des obligations de conformité, on s’attend
à ce que ces véhicules continuent d’être conçus pour répondre aux
critères de rendement qui sont exigés par le rôle que remplissent
ces véhicules. À l’échelle nationale, le volume de véhicules d’urgence légers neufs qui se joignent chaque année au parc est minime
par rapport au reste des véhicules neufs. On ne s’attend pas à ce
que cela ait un impact négatif sur les résultats obtenus avec le
Règlement en ce qui concerne la réduction des émissions de GES.
Le fait d’offrir aux entreprises réglementées la possibilité de se
conformer aux exigences concernant les émissions de N2O ou de
CH4 en déclarant des niveaux d’émissions supérieurs aux normes
prescrites et en comptabilisant les émissions supérieures de CO2e
leur permettra d’éviter une augmentation non intentionnelle de
3 à 4 g par mille de la valeur de leurs émissions de gaz d’échappement liées au carbone. Cela permettra de réduire d’autant l’obligation de conformité moyenne du parc, les normes d’émissions de
N2O et de CH4 n’étant pas destinées à diminuer les émissions de
ces substances. En exigeant que les entreprises convertissent les
émissions supérieures de chaque type de modèle en CO2e et les
incluent dans les valeurs d’émissions de gaz d’échappement liées
au carbone, les entreprises continuent d’être responsables de ces
émissions supérieures. L’harmonisation des exigences du règlement sur les émissions des véhicules légers avec les exigences
fixées par l’EPA des États-Unis est une priorité du Conseil
Canada—États-Unis de coopération en matière de réglementation
(CCR). Cet arrêté d’urgence est un engagement envers le plan de
travail du CCR concernant les véhicules légers.
Consultation
Consultation
The two issues being addressed by this Interim Order were first
communicated to Environment Canada by auto industry representatives through consultations on the development of the proposed
Regulations Amending the Passenger Automobile and Light Truck
Greenhouse Gas Emission Regulations. Several meetings have
taken place between Environment Canada and auto industry representatives in recent months to discuss the intent and content of this
Interim Order. The auto industry is supportive of the modifications
being made by this Interim Order because they maintain Canada–
United States alignment.
Les deux questions abordées par cet arrêté d’urgence ont d’abord
été communiquées à Environnement Canada par des représentants
de l’industrie, dans le cadre de consultations sur l’élaboration du
projet de Règlement modifiant le Règlement sur les émissions de
gaz à effet de serre des automobiles à passagers et des camions
légers. Il y a eu ces derniers mois plusieurs rencontres entre Environnement Canada et les représentants de l’industrie automobile
pour discuter de l’intention et du contenu de l’arrêté d’urgence.
L’industrie automobile appuie les modifications apportées par cet
arrêté d’urgence, étant donné qu’elles maintiennent l’alignement
du Canada sur les États-Unis.
Le 8 décembre 2012, le projet de Règlement modifiant le Règlement sur les émissions de gaz à effet de serre des automobiles à
passagers et des camions légers a été publié dans la Partie I de la
Gazette du Canada. Ce projet de règlement comportait des modifications en vue de s’aligner sur l’EPA des États-Unis en ce qui
concerne le traitement des véhicules d’urgence et les options de
conformité aux normes d’émissions de N2O et de CH4.
On December 8, 2012, the proposed Regulations Amending the
Passenger Automobile and Light Truck Greenhouse Gas Emission
Regulations were published in Part I of the Canada Gazette. The
proposal included amendments to align with the U.S. EPA with
respect to the treatment of emergency vehicles and the options for
complying with the emission standards for N2O and CH4.
918
Canada Gazette Part I
April 19, 2014
Contact
Personne-ressource
Mark Cauchi
Director
Transportation Division
Environment Canada
351 Saint-Joseph Boulevard, 13th Floor
Gatineau, Quebec
K1A 0H3
Telephone: 819-994-3706
Fax: 819-953-7815
Email: GHGRegDev_Vehicles@ec.gc.ca
Mark Cauchi
Directeur
Division des transports
Environnement Canada
351, boulevard Saint-Joseph, 13e étage
Gatineau (Québec)
K1A 0H3
Téléphone : 819-994-3706
Télécopieur : 819-953-7815
Courriel : GHGRegDev_Vehicles@ec.gc.ca
[16-1-o]
[16-1-o]
DEPARTMENT OF THE ENVIRONMENT
MINISTÈRE DE L’ENVIRONNEMENT
CANADIAN ENVIRONMENTAL PROTECTION ACT, 1999
LOI CANADIENNE SUR LA PROTECTION DE
L’ENVIRONNEMENT (1999)
Ministerial Condition No. 17554
Condition ministérielle no 17554
Ministerial Condition
Condition ministérielle
(Paragraph 84(1)(a) of the Canadian Environmental
Protection Act, 1999)
[Alinéa 84(1)a) de la Loi canadienne sur la
protection de l’environnement (1999)]
Whereas the Minister of the Environment and the Minister of
Health have assessed information pertaining to the substance oxirane, 2-methyl-, polymer with oxirane, mono-C11-14-alkyl ethers,
branched, sulfates, sodium salts, Chemical Abstracts Service
No. 78355-51-8;
And whereas the ministers suspect that the substance is toxic or
capable of becoming toxic within the meaning of section 64 of the
Canadian Environmental Protection Act, 1999,
The Minister of the Environment, pursuant to paragraph 84(1)(a) of the Canadian Environmental Protection Act,
1999, hereby permits the manufacture or import of the substance in
accordance with the conditions of the following annex.
LEONA AGLUKKAQ
Minister of the Environment
Attendu que la ministre de l’Environnement et la ministre de
la Santé ont évalué les renseignements dont elles disposent concernant la substance 2-méthyloxirane polymérisé avec l’oxirane,
éthers monoalkyliques en C11-14, ramifiés, sulfates, sels sodiques,
no 78355-51-8 du Chemical Abstracts Service;
Attendu que les ministres soupçonnent que la substance est
effectivement ou potentiellement toxique au sens de l’article 64 de
la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999),
Par les présentes, la ministre de l’Environnement, en vertu de
l’alinéa 84(1)a) de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999), autorise la fabrication ou l’importation de la
substance aux conditions de l’annexe ci-après.
La ministre de l’Environnement
LEONA AGLUKKAQ
ANNEX
ANNEXE
Conditions
Conditions
(Paragraph 84(1)(a) of the Canadian Environmental
Protection Act, 1999)
[Alinéa 84(1)a) de la Loi canadienne sur la
protection de l’environnement (1999)]
1. The following definitions apply in these ministerial
conditions:
“notifier” means the person who has, on February 14, 2014, provided to the Minister of the Environment the prescribed information concerning the substance, in accordance with subsection 81(1)
of the Canadian Environmental Protection Act, 1999.
“substance” means oxirane, 2-methyl-, polymer with oxirane,
mono-C11-14-alkyl ethers, branched, sulfates, sodium salts, Chemical Abstracts Service No. 78355-51-8.
“waste” includes effluents resulting from rinsing vessels that contained the substance, process effluents that contain the substance
and any residual amounts of the substance.
1. Les définitions qui suivent s’appliquent aux présentes conditions ministérielles :
« déchets » s’entend notamment des effluents générés par le rinçage des contenants utilisés pour la substance, des effluents des
procédés contenant la substance ainsi que toute quantité résiduelle
de la substance.
« déclarant » s’entend de la personne qui, le 14 février 2014, a
fourni à la ministre de l’Environnement les renseignements réglementaires concernant la substance conformément au paragraphe 81(1) de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999).
« substance » 2-méthyloxirane polymérisé avec l’oxirane, éthers
monoalkyliques en C11-14, ramifiés, sulfates, sels sodiques,
no 78355-51-8 du Chemical Abstracts Service.
Le 19 avril 2014
Gazette du Canada Partie I919
2. The notifier may import or manufacture the substance in
accordance with the present ministerial conditions.
2. Le déclarant peut importer ou fabriquer la substance conformément aux présentes conditions ministérielles.
Restriction
Restriction
3. The notifier may import or manufacture the substance to use
it only in oil production operations or to transfer its physical possession or control to a person who will use it only in these
operations.
4. At least 120 days prior to beginning manufacturing the substance in Canada, the notifier shall inform the Minister of the
Environment, in writing, and provide the following information:
(a) the information specified in item 5 of Schedule 10 to the
New Substances Notification Regulations (Chemicals and
Polymers);
(b) the information specified in paragraph 11(c) of Schedule 11
to those Regulations;
(c) a brief description of the manufacturing process that details
the reactants and monomers used, reaction stoichiometry, batch
or continuous nature of the process and scale of the process;
(d) a flow diagram of the manufacturing process that includes
features such as process tanks, holding tanks and distillation
towers; and
(e) a brief description of the major steps in manufacturing operations, the chemical conversions, the points of entry of all reactants, the points of release of the substance and the processes to
eliminate environmental releases.
3. Le déclarant peut importer ou fabriquer la substance afin soit
de l’utiliser dans des opérations de production de pétrole, soit d’en
transférer la possession matérielle ou le contrôle à une personne
qui l’utilisera de la sorte.
4. Au moins 120 jours avant le début de la fabrication de la substance au Canada, le déclarant informe par écrit la ministre de l’Environnement et lui fournit les renseignements suivants :
a) les renseignements prévus à l’article 5 de l’annexe 10 du
Règlement sur les renseignements concernant les substances
nouvelles (substances chimiques et polymères);
b) les renseignements prévus à l’alinéa 11c) de l’annexe 11 de ce
règlement;
c) une courte description du processus de fabrication, des monomères et des réactifs utilisés, de la stœchiométrie de la réaction
ainsi que de la nature (par lots ou en continu) et de l’échelle du
procédé;
d) un organigramme du processus de fabrication indiquant entre
autres les réservoirs de traitement, les réservoirs de rétention et
les tours de distillation;
e) une courte description des principales étapes des opérations
de fabrication, des conversions chimiques, des points d’entrée
de tous les réactifs, des points de rejet de la substance et des
processus d’élimination des rejets environnementaux.
Handling and Disposal of the Substance
Restrictions visant la manipulation et
la disposition de la substance
5. The notifier or the person to whom the substance has been
transferred must collect any waste in their physical possession or
under their control and destroy or dispose of it in the following
manner:
(a) on-shore deep well injection in accordance with the laws of
the jurisdiction where the well is located;
(b) incineration in accordance with the laws of the jurisdiction
where the incineration facility is located; or
(c) deposition in a secure landfill, in accordance with the laws of
the jurisdiction where the landfill is located, if it cannot be
destroyed or disposed of in accordance with paragraph (a) or (b).
5. Le déclarant ou la personne à qui la substance a été transférée
doit recueillir tous les déchets en sa possession ou sous son contrôle
et les détruire ou les éliminer de la manière suivante :
a) en les injectant dans un puits terrestre profond conformément
aux lois applicables au lieu où est situé le puits;
b) en les incinérant conformément aux lois applicables au lieu
où est située l’installation d’incinération;
c) en les enfouissant dans un lieu d’enfouissement sécuritaire,
conformément aux lois applicables dans ce lieu, lorsqu’il n’est
pas possible de les détruire ou de les éliminer conformément aux
alinéas a) ou b).
Environmental Release
Rejet environnemental
6. Where any release of the substance to the environment occurs
other than an injection into a petroleum reservoir for the purposes
of oil production, the person who has the physical possession or
control of the substance shall immediately take all measures necessary to prevent any further release and to limit the dispersion of any
release. Furthermore, the person shall, as soon as possible in the
circumstances, inform the Minister of the Environment by contacting an enforcement officer designated under the Canadian
Environmental Protection Act, 1999.
6. Si un rejet de la substance dans l’environnement se produit,
autre qu’une injection dans un réservoir de pétrole lors d’opérations de production de pétrole, la personne qui a la possession
matérielle ou le contrôle de la substance prend immédiatement
toutes les mesures appropriées pour prévenir tout rejet additionnel
et pour en limiter la dispersion. De plus, la personne doit en aviser,
dans les meilleurs délais possible, la ministre de l’Environnement
en communiquant avec un agent de l’autorité désigné en vertu de la
Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999).
Record-keeping Requirements
Exigences en matière de tenue de registres
7. (1) The notifier shall maintain electronic or paper records,
with any documentation supporting the validity of the information
contained in these records, indicating
(a) the use of the substance;
(b) the quantity of the substance that the notifier manufactures,
imports, purchases, sells and uses;
7. (1) Le déclarant tient des registres papier ou électroniques,
accompagnés de toute documentation validant l’information qu’ils
contiennent, indiquant :
a) l’utilisation de la substance;
b) les quantités de la substance que le déclarant fabrique,
importe, achète, vend et utilise;
920
Canada Gazette Part I
April 19, 2014
(c) the name and address of each person to whom the notifier
transfers the physical possession or control of the substance; and
(d) the name and address of each person in Canada who has
disposed of the substance or of waste for the notifier, the method
used to do so and the quantities of the substance or waste shipped
to that person.
(2) The notifier shall maintain electronic or paper records mentioned in subsection (1) at the notifier’s principal place of business
in Canada for a period of at least five years after they are made.
c) le nom et l’adresse de chaque personne à qui il transfère la
possession matérielle ou le contrôle de la substance;
d) le nom et l’adresse de chaque personne, au Canada, qui a éliminé la substance ou les déchets pour le déclarant, la méthode
utilisée pour ce faire et les quantités de substance ou de déchets
qui ont été expédiées à cette personne.
(2) Le déclarant conserve les registres tenus conformément au
paragraphe (1) à son établissement principal au Canada pour une
période d’au moins cinq ans après leur création.
Other Requirements
Autres exigences
8. The notifier shall inform any person to whom they transfer the
physical possession or control of the substance or of waste, in writing, of the terms of the present ministerial conditions. The notifier
shall obtain, prior to any transfer of the substance or waste, written
confirmation from this person that they were informed of the terms
of the present ministerial conditions. This written confirmation
shall be maintained at the notifier’s principal place of business in
Canada for a period of at least five years from the day it was
received.
8. Le déclarant informe par écrit toute personne à qui il transfère
la possession matérielle ou le contrôle de la substance ou de déchets
de l’existence des présentes conditions ministérielles et exige de
cette personne, avant le transfert, une déclaration écrite indiquant
qu’elle a été informée de l’existence des présentes conditions
ministérielles. Le déclarant conserve cette déclaration à son établissement principal au Canada pour une période d’au moins cinq
ans après sa réception.
Coming into Force
Entrée en vigueur
9. These ministerial conditions come into force on April 7, 2014.
9. Les présentes conditions ministérielles entrent en vigueur le
7 avril 2014.
[16-1-o]
[16-1-o]
DEPARTMENT OF THE ENVIRONMENT
MINISTÈRE DE L’ENVIRONNEMENT
CANADIAN ENVIRONMENTAL PROTECTION ACT, 1999
LOI CANADIENNE SUR LA PROTECTION DE
L’ENVIRONNEMENT (1999)
Notice with respect to hydrofluorocarbons
Avis concernant les hydrofluorocarbures
Pursuant to paragraph 71(1)(b) of the Canadian Environmental
Protection Act, 1999, notice is hereby given that the Minister of the
Environment requires, for the purpose of assessing whether to control or the manner in which to control the substances set out in
Schedule 1 to this notice, any person described in Schedule 2 to
this notice who possesses or who may reasonably be expected to
have access to the information described in Schedule 3 to this
notice, to provide that information no later than August 19, 2014,
5 p.m., Eastern Daylight Time.
Avis est par les présentes donné, conformément à l’alinéa 71(1)b)
de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999),
que la ministre de l’Environnement oblige, afin de déterminer s’il
y a lieu de prendre des mesures de contrôle concernant les substances inscrites à l’annexe 1 du présent avis et, dans l’affirmative,
de déterminer la nature de celles-ci, toute personne désignée à
l’annexe 2 du présent avis à lui communiquer les renseignements
requis à l’annexe 3 du présent avis, dont elle dispose ou qui lui sont
normalement accessibles, au plus tard le 19 août 2014, à 17 h,
heure avancée de l’Est.
Les réponses au présent avis doivent être envoyées à la Ministre
de l’Environnement, à l’attention du Coordonnateur de la gestion
des substances, Plan de gestion des produits chimiques, 200, boulevard Sacré-Cœur, Gatineau (Québec) K1A 0H3. Les demandes
concernant l’avis peuvent être adressées au coordonnateur de la
gestion des substances à l’adresse susmentionnée, 1-800-567-1999
(sans frais au Canada) ou 819-953-7156 (à l’extérieur du Canada)
[téléphone], 819-953-7155 (télécopieur), substances@ec.gc.ca
(courriel).
En vertu de l’article 313 de la Loi, quiconque fournit des renseignements en réponse au présent avis peut en même temps demander par écrit qu’une partie ou la totalité des renseignements fournis
soient considérés comme confidentiels.
En vertu du paragraphe 71(4) de la Loi, la ministre de l’Environnement peut, sur demande écrite du destinataire de l’avis, proroger
le délai. La personne qui demande une telle prolongation doit présenter sa demande par écrit à la Ministre de l’Environnement, à
l’attention du Coordonnateur de la gestion des substances, Plan de
Responses to this notice shall be submitted to the Minister of the
Environment, to the attention of the Substances Management
Coordinator, Chemicals Management Plan, 200 Sacré-Cœur
Boulevard, Gatineau, Quebec K1A 0H3. Inquiries concerning the
notice may be directed to the Substances Management Coordinator
at the above address or at 1-800-567-1999 (toll-free in Canada) or
819-953-7156 (outside of Canada) [telephone], or 819-953-7155
(fax), or substances@ec.gc.ca (email).
Pursuant to section 313 of the Act, any person who provides
information in response to this notice may submit, with the information, a written request that the information or part of it be treated
as confidential.
Pursuant to subsection 71(4) of the Act, the Minister of the
Environment may, on request in writing from any person to whom
this notice applies, extend the time or times within which the person shall comply with this notice. The person seeking such extension shall submit a request to the Minister of the Environment, to
Le 19 avril 2014
Gazette du Canada Partie I921
the attention of the Substances Management Coordinator, Chemicals Management Plan, 200 Sacré-Cœur Boulevard, Gatineau,
Quebec K1A 0H3, 819-953-7155 (fax), substances@ec.gc.ca
(email).
gestion des produits chimiques, 200, boulevard Sacré-Cœur,
Gatineau (Québec) K1A 0H3, 819-953-7155 (télécopieur),
substances@ec.gc.ca (courriel).
VIRGINIA POTER
Director General
Chemicals Sector Directorate
DAVID MORIN
Director General
Science and Risk Assessment Directorate
On behalf of the Minister of the Environment
La directrice générale
Direction du secteur des produits chimiques
VIRGINIA POTER
Le directeur général
Direction des sciences et de l’évaluation des risques
DAVID MORIN
Au nom de la ministre de l’Environnement
SCHEDULE 1
ANNEXE 1
Substances
Substances
Hydrofluorocarbons that have the molecular formula CnHxF(2n+2-x)
in which 0<n<6 including, but not limited to,
Hydrofluorocarbures, dont la formule moléculaire est CnHxF(2n+2-x),
dans laquelle 0 < n < 6, y compris, sans se limiter à :
CAS RN1
75-10-5
75-37-6
75-46-7
353-36-6
354-33-6
359-35-3
406-58-6
420-46-2
430-66-0
431-63-0
431-89-0
460-73-1
593-53-3
624-72-6
677-56-5
679-86-7
690-39-1
811-97-2
2252-84-8
138495-42-8
Name of the substance
difluoromethane (methylene fluoride)
1,1-difluoroethane
trifluoromethane
fluoroethane (ethyl fluoride)
1,1,1,2,2-pentafluoroethane
1,1,2,2-tetrafluoroethane
1,1,1,3,3-pentafluorobutane
1,1,1-trifluoroethane
1,1,2-trifluoroethane
1,1,1,2,3,3-hexafluoropropane
1,1,1,2,3,3,3-heptafluoropropane
1,1,1,3,3-pentafluoropropane
fluoromethane (methyl fluoride)
1,2-difluoroethane
1,1,1,2,2,3-hexafluoropropane
1,1,2,2,3-pentafluoropropane
1,1,1,3,3,3-hexafluoropropane
1,1,1,2-tetrafluoroethane
1,1,2,2,3,3,3-heptafluoropropane
1,1,1,2,2,3,4,5,5,5-decafluoropentane
Synonym2
HFC-32
HFC-152a
HFC-23
HFC-161
HFC-125
HFC-134
HFC-365mfc
HFC-143a
HFC-143
HFC-236ea
HFC-227ea
HFC-245fa
HFC-41
HFC-152
HFC-236cb
HFC-245ca
HFC-236fa
HFC-134a
HFC-227ca
HFC-43-10mee
1
CAS RN: Chemical Abstracts Service Registry Number. The Chemical Abstracts
Service information is the property of the American Chemical Society and any use
or redistribution, except as required in supporting regulatory requirements and/or
for reports to the Government of Canada when the information and the reports are
required by law or administrative policy, is not permitted without the prior, written
permission of the American Chemical Society.
2
Synonyms are provided to assist in identifying the substances subject to the notice.
Other synonyms may also exist for the substances.
NE CAS1
75-10-5
75-37-6
75-46-7
353-36-6
354-33-6
359-35-3
406-58-6
420-46-2
430-66-0
431-63-0
431-89-0
460-73-1
593-53-3
624-72-6
677-56-5
679-86-7
690-39-1
811-97-2
2252-84-8
138495-42-8
Nom de la substance
difluorométhane (fluorure de méthylène)
1,1-difluoroéthane
trifluorométhane
fluoroéthane (fluorure d’éthyle)
1,1,1,2,2-pentafluoroéthane
1,1,2,2-tétrafluoroéthane
1,1,1,3,3-pentafluorobutane
1,1,1-trifluoroéthane
1,1,2-trifluoroéthane
1,1,1,2,3,3-hexafluoropropane
1,1,1,2,3,3,3-heptafluoropropane
1,1,1,3,3-pentafluoropropane
fluorométhane (fluorure de méthyle)
1,2-difluoroéthane
1,1,1,2,2,3-hexafluoropropane
1,1,2,2,3-pentafluoropropane
1,1,1,3,3,3-hexafluoropropane
1,1,1,2-tétrafluoroéthane
1,1,2,2,3,3,3-heptafluoropropane
1,1,1,2,2,3,4,5,5,5-décafluoropentane
Synonyme2
HFC-32
HFC-152a
HFC-23
HFC-161
HFC-125
HFC-134
HFC-365mfc
HFC-143a
HFC-143
HFC-236ea
HFC-227ea
HFC-245fa
HFC-41
HFC-152
HFC-236cb
HFC-245ca
HFC-236fa
HFC-134a
HFC-227ca
HFC-43-10mee
1
NE CAS représente le numéro d’enregistrement du Chemical Abstracts Service.
Les informations du Chemical Abstracts Service sont la propriété de l’American
Chemical Society. Toute utilisation ou redistribution, sauf si elle sert à répondre
aux besoins législatifs et/ou est nécessaire pour les rapports au gouvernement du
Canada lorsque des informations ou des rapports sont exigés par la loi ou une
politique administrative, est interdite sans l’autorisation écrite préalable de
l’American Chemical Society.
2
Des synonymes sont fournis afin d’aider à identifier les substances visées par
l’avis. D’autres synonymes peuvent exister pour les substances.
SCHEDULE 2
ANNEXE 2
Persons Required to Provide Information
Personnes tenues de communiquer les renseignements
1. This notice applies to any person who, during any calendar
year from 2008 to 2012, manufactured a total quantity greater than
100 kg of a substance set out in Schedule 1 to this notice, at a concentration equal to or above 1% by weight (w/w%).
1. Le présent avis s’applique à toute personne qui, au cours
d’une année civile comprise entre 2008 et 2012, a fabriqué une
quantité totale supérieure à 100 kg d’une substance inscrite à l’annexe 1 du présent avis, à une concentration égale ou supérieure à
1 %, en poids (p/p %).
2. Le présent avis s’applique à toute personne qui, au cours
d’une année civile comprise entre 2008 et 2012, a importé une
2. This notice applies to any person who, during any calendar
year from 2008 to 2012, imported a total quantity greater than
922
Canada Gazette Part I
April 19, 2014
100 kg of a substance set out in Schedule 1 to this notice, whether
alone or in a mixture, at a concentration equal to or above 1% by
weight (w/w%).
quantité totale supérieure à 100 kg d’une substance inscrite à l’annexe 1 du présent avis, seule ou dans un mélange, à une concentration égale ou supérieure à 1 %, en poids (p/p %).
3. This notice applies to any person who, during any calendar
year from 2008 to 2012, exported a total quantity greater than
100 kg of a substance set out in Schedule 1 to this notice, whether
alone or in a mixture, at a concentration equal to or above 1% by
weight (w/w%).
4. This notice does not apply to a substance set out in
Schedule 1
(a) that is contained in
(i) mobile or stationary refrigeration systems,
(ii) mobile or stationary air conditioning systems,
(iii) aerosols,
(iv) foams,
(v) fire suppression systems, or
(vi) fire extinguishing systems; and
(b) that is in
(i) transit through Canada, or
(ii) a hazardous waste or hazardous recyclable material within
the meaning of the Export and Import of Hazardous Waste
and Hazardous Recyclable Material Regulations and that was
imported from 2008 to 2012 pursuant to a permit issued under
those Regulations.
5. (1) Respondents to this notice who
(a) manufactured or imported the substance in Schedule 1 alone
shall complete sections 3, 4 and 7 of Schedule 3;
(b) imported the substance in Schedule 1 in a mixture designated
by a specific ASHRAE91 number (R-#) shall complete sections 3,
5 and 7 of Schedule 3;
(c) imported the substance in Schedule 1 in a mixture not designated by a specific ASHRAE number (R-#) shall complete sections 3, 6 and 7 of Schedule 3;
(d) exported the substance in Schedule 1 alone shall complete
sections 3 and 4 of Schedule 3;
(e) exported the substance in Schedule 1 in a mixture designated
by a specific ASHRAE number (R-#) shall complete sections 3
and 5 of Schedule 3; or
(f) exported the substance in Schedule 1 in a mixture not designated by a specific ASHRAE number (R-#) shall complete sections 3 and 6 of Schedule 3.
5. (2) Where information required under Schedule 3 to this
notice was submitted to Environment Canada for calendar years
2008 to 2010 through one of the voluntary data collection initiatives set out in subsection (3), it may be relied on as a response to
questions 4 through 7 of Schedule 3 to this notice for a substance,
for the calendar year(s) for which information was submitted, if the
person provides the following information in the response to this
notice:
(a) the substance(s) to which the submitted information relates;
(b) the name of the data collection initiative(s) set out in subsection (3); and
(c) the calendar year for which the information was submitted.
3. Le présent avis s’applique à toute personne qui, au cours
d’une année civile comprise entre 2008 et 2012, a exporté une
quantité totale supérieure à 100 kg d’une substance inscrite à l’annexe 1 du présent avis, seule ou dans un mélange, à une concentration égale ou supérieure à 1 %, en poids (p/p %).
4. Le présent avis ne s’applique pas à une substance inscrite à
l’annexe 1 :
a) qui est contenue dans les :
(i) systèmes portatifs ou fixes de réfrigération,
(ii) systèmes portatifs ou fixes de climatisation,
(iii) aérosols,
(iv) mousses,
(v) systèmes de suppression d’incendie, ou
(vi) systèmes d’extinction d’incendie;
b) qui est :
(i) en transit au Canada, ou
(ii) un déchet dangereux ou une matière recyclable dangereuse au sens du Règlement sur l’exportation et l’importation
de déchets dangereux et de matières recyclables dangereuses,
importé entre 2008 et 2012 dans le cadre d’un permis émis en
vertu de ce règlement.
5. (1) Les répondants au présent avis qui :
a) ont fabriqué ou importé une substance inscrite à l’annexe 1,
seule, doivent remplir les articles 3, 4 et 7 de l’annexe 3;
b) ont importé une substance inscrite à l’annexe 1 dans un
mélange désigné par un numéro ASHRAE91 précis (R-#) doivent
remplir les articles 3, 5 et 7 de l’annexe 3;
c) ont importé une substance inscrite à l’annexe 1 dans un
mélange qui n’est pas désigné par un numéro ASHRAE précis
(R-#) doivent remplir les articles 3, 6 et 7 de l’annexe 3;
d) ont exporté une substance inscrite à l’annexe 1, seule, doivent
remplir les articles 3 et 4 de l’annexe 3;
e) ont exporté une substance inscrite à l’annexe 1 dans un
mélange désigné par un numéro ASHRAE précis (R­-#) doivent
remplir les articles 3 et 5 de l’annexe 3;
f) ont exporté une substance inscrite à l’annexe 1 dans un
mélange qui n’est pas désigné par un numéro ASHRAE précis
(R-#) doivent remplir les articles 3 et 6 de l’annexe 3.
5. (2) Si des renseignements requis aux termes de l’annexe 3 au
présent avis ont été transmis à Environnement Canada pour les
années civiles 2008 à 2010, dans le cadre de l’une des initiatives
volontaires de collecte de données présentées au paragraphe (3), ils
peuvent servir de réponse aux questions 4 à 7 de l’annexe 3 du
présent avis en ce qui a trait à une substance, pour la ou les années
civiles pour lesquelles des renseignements ont été transmis, si la
personne fournit les renseignements suivants dans sa réponse au
présent avis :
a) la substance à laquelle les renseignements soumis se
rattachent;
b) le nom de l’initiative de collecte de données présentée au
paragraphe (3);
1
1
ASHRAE: American Society of Heating, Refrigeration and Air-Conditioning
Engineers. ASHRAE information is the property of the American Society of Heating, Refrigeration and Air-Conditioning Engineers and any use or redistribution,
except as required in supporting regulatory requirements and/or for reports to the
Government of Canada when the information and the reports are required by law
or administrative policy, is not permitted without the prior, written permission of
the American Society of Heating, Refrigeration and Air-Conditioning Engineers.
ASHRAE : American Society of Heating, Refrigeration and Air-Conditioning Engineers. Les informations de ASHRAE sont la propriété de l’American Society of Heating, Refrigeration and Air-Conditioning Engineers. Toute utilisation ou redistribution, sauf si elle sert à répondre aux besoins législatifs et/ou est nécessaire pour
les rapports au gouvernement du Canada lorsque des informations ou des rapports
sont exigés par la loi ou une politique administrative, est interdite sans l’autorisation écrite préalable de l’American Society of Heating, Refrigeration and AirConditioning Engineers.
Le 19 avril 2014
Gazette du Canada Partie I923
5. (3) Subsection (2) applies to any person who provided information through the following voluntary data collection initiatives
for a calendar year from 2008 to 2010:
(a) Collection of 2008 Data on Hydrofluorocarbons (HFCs)
Sales and Uses, Greenhouse Gas Division;
(b) Collection of 2009 Data on Hydrofluorocarbons (HFCs)
Sales and Uses, Greenhouse Gas Division; or
(c) Collection of 2010 Fluorocarbon Bulk Sales Data, and 2005–
2010 Bulk Import, Bulk Export, and Stock Change, Pollutant
Inventories and Reporting Division.
c) l’année civile pour laquelle les renseignements ont été
présentés.
5. (3) Le paragraphe (2) s’applique à toute personne qui a fourni
des renseignements dans le cadre des initiatives volontaires de collecte de données suivantes pour une année civile comprise entre
2008 et 2010 :
a) Collecte de données sur les ventes et les utilisations d’hydrofluorocarbures (HFC) en 2008, Division des gaz à effet de serre;
b) Collecte de données sur les ventes et les utilisations d’hydrofluorocarbures (HFC) en 2009, Division des gaz à effet de serre;
c) Collecte de données sur les ventes de fluorocarbures en vrac
en 2010, et sur l’importation en vrac, l’exportation en vrac et la
variation des stocks entre 2005 et 2010, Division des inventaires
et rapports sur la pollution.
SCHEDULE 3
ANNEXE 3
Information Required
Renseignements requis
1. The definitions in this section apply in this notice.
“manufacture” includes to produce or to prepare a substance.
“mixture” means a combination of substances that does not produce a substance that is different from the substances that were
combined, including a prepared formulation, hydrate, and reaction
mixture that are fully characterized in terms of their constituents.
1. Les définitions qui suivent s’appliquent au présent avis :
« fabriquer » Produire ou préparer une substance.
« mélange » Combinaison de substances ne produisant pas ellesmêmes une substance différente de celles qui ont été combinées,
notamment les formulations préparées, les hydrates et les mélanges
de réaction qui sont entièrement caractérisés en termes de leurs
constituants.
2. Si la personne assujettie au présent avis est une entreprise
propriétaire de plus d’une installation, une réponse unique au présent avis devra être soumise. La réponse unique doit combiner les
renseignements provenant de toutes les installations qui appartiennent à l’entreprise pour chaque question pertinente dans l’avis.
2. If the person subject to the notice is a company who owns
more than one facility, a single response to the notice shall be submitted. The single response shall amalgamate the information from
all facilities owned by the company for each applicable question in
the notice.
924
Canada Gazette Part I
April 19, 2014
3. Persons to whom this notice applies shall provide the following information:
Notice with Respect to Hydrofluorocarbons
Identification and Declaration Form
Identification
Name of the person (e.g. company): ____________________________________________________________________________
Canadian head office street address (and mailing address, if different from the street address):
_________________________________________________________________________________________________________
_________________________________________________________________________________________________________
Federal business number1: ___________________________________________________________________________________
Contact name for CEPA 1999 section 71 notices: _________________________________________________________________
Title of the contact: _________________________________________________________________________________________
Contact’s mailing address (if different from above):
_________________________________________________________________________________________________________
_________________________________________________________________________________________________________
Telephone number: _______________________________________ Fax number (if any): ________________________________
Email (if any): _____________________________________________________________________________________________
Request for confidentiality
Pursuant to section 313 of the Canadian Environmental Protection Act, 1999, I request that the following parts of the

information that I am submitting be treated as confidential. (Specify the parts [e.g. sections, tables, previously submitted
information] of the information that you request be treated as confidential.)
___________________________________________________________________________________________________
___________________________________________________________________________________________________

I do not request that the information that I am submitting be treated as confidential and I consent to it being released
without restriction.
Previously submitted information
I have previously submitted information under the following voluntary data collection initiative(s) for the following

substance(s) and calendar year(s):
___________________________________________________________________________________________________
___________________________________________________________________________________________________
I declare that the information that I am submitting is accurate and complete.
____________________________________________________________________________________
Name (print)
Title
____________________________________________________________________________________
Signature
Date of signature
Provide the information no later than August 19, 2014, 5 p.m. Eastern Daylight Time to the Minister of
the Environment, to the attention of the Substances Management Coordinator
200 Sacré-Cœur Boulevard, Gatineau, Quebec K1A 0H3
Email: Substances@ec.gc.ca
Telephone: 1-800-567-1999 (toll free in Canada) or 819-953-7156 (outside of Canada)
Fax: 819-953-7155
www.chemicalsubstanceschimiques.gc.ca
1 The federal business number is a nine-digit registration number issued by the Canada Revenue Agency (CRA) to Canadian businesses that register for one or more of the
following: corporate income tax, importer/exporter account number, payroll (source) deductions (trust accounts), or goods and services tax. This number can be found on all
forms issued to a business by the CRA. The first nine digits that appear on these forms are the federal business number.
Le 19 avril 2014
Gazette du Canada Partie I925
3. Les personnes visées par le présent avis doivent fournir les renseignements suivants :
Avis concernant les hydrofluorocarbures
Formulaire d’identification et de déclaration
Identification
Nom de la personne (p. ex. le nom de l’entreprise) : _______________________________________________________________
Adresse municipale du siège social de l’entreprise au Canada (et l’adresse postale si elle diffère de l’adresse municipale) :
_________________________________________________________________________________________________________
_________________________________________________________________________________________________________
Numéro d’entreprise fédéral1 : ________________________________________________________________________________
Nom du répondant pour les avis en vertu de l’article 71 de la LCPE (1999) : ____________________________________________
Titre du répondant : _________________________________________________________________________________________
Adresse postale du répondant (si différente de celle(s) ci-dessus) :
_________________________________________________________________________________________________________
_________________________________________________________________________________________________________
Numéro de téléphone : ___________________________ Numéro de télécopieur (s’il existe) : _____________________________
Courriel (s’il existe) : _______________________________________________________________________________________
Demande de confidentialité
 En vertu de l’article 313 de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999), je demande que les parties
suivantes des renseignements fournis soient considérées comme confidentielles. (Précisez les parties [par exemple les
articles, les tableaux, les données soumises antérieurement] des renseignements.)
________________________________________________________________________________________________________________________________
________________________________________________________________________________________________________________________________

Je ne demande pas que les renseignements fournis soient considérés comme confidentiels et je consens à ce qu’ils soient
communiqués sans restriction.
Renseignements soumis antérieurement
 J’ai soumis antérieurement des renseignements dans le cadre des initiatives volontaires de collecte de données pour les
substances et années civiles suivantes :
________________________________________________________________________________________________________________________________
________________________________________________________________________________________________________________________________
Je déclare que les renseignements que je présente sont exacts et complets.
______________________________________________________________________________________
Nom (en lettres moulées)
Titre
______________________________________________________________________________________
Signature
Date de la signature
Fournir les renseignements au plus tard le 19 août 2014, à 17 h, heure avancée de l’Est à la :
Ministre de l’Environnement, à l’attention du Coordonnateur de la gestion des substances
200, boulevard Sacré-Cœur, Gatineau (Québec) K1A 0H3
Courriel : Substances@ec.gc.ca
Téléphone : 1-800-567-1999 (sans frais au Canada) ou 819-953-7156 (à l’extérieur du Canada)
Télécopieur : 819-953-7155
www.chemicalsubstanceschimiques.gc.ca
1
Le numéro d’entreprise est le numéro d’inscription à neuf chiffres attribué par l’Agence du revenu du Canada (ARC) à toute entreprise canadienne qui s’inscrit à au moins
un des comptes suivants : impôt sur le revenu des sociétés, importations-exportations, retenues (comptes en fiducie) salariales (à la source), taxe sur les produits et services.
Ce numéro paraît sur tous les formulaires émis à une entreprise par l’ARC. Les neuf premiers chiffres de la série apparaissant sur les formulaires constituent le numéro
d’entreprise.
926
Canada Gazette Part I
April 19, 2014
4. For each calendar year from 2008 to 2012 that a person manufactured, imported or exported a substance set out in Schedule 1
alone, for which the criteria set out in Schedule 2 have been met,
the person shall provide the following information:
(a) the year of reference;
(b) each available identifier of the substance:
(i) CAS RN,
(ii) name, or
(iii) synonym; and
(c) the quantity of the substance that was manufactured, imported
or exported, reported in kilograms (rounded to two significant
digits).
(a)
Year of
reference
(b)
CAS RN, name
of substance or
synonym
(c)
Quantity of the substance in kg
(rounded to two significant digits)
Manufactured
Imported
Exported
5. For each calendar year from 2008 to 2012 that a person
imported or exported a substance set out in Schedule 1 in a mixture
designated by a specific ASHRAE number (R-#), for which the
criteria set out in Schedule 2 have been met, the person shall provide the following information:
(a) the year of reference;
(b) the ASHRAE number (R-#) of the mixture containing the
substance(s) set out in Schedule 1; and
(c) the quantity of the mixture containing the substance(s) that
was imported or exported, reported in kilograms (rounded to two
significant digits).
(a)
Year of
reference
(b)
ASHRAE number (R-#)
of the mixture
(c)
Quantity of the mixture in kg
(rounded to two significant digits)
Imported
Exported
6. For each calendar year from 2008 to 2012 that a person
imported or exported a substance set out in Schedule 1 in a mixture
not designated by a specific ASHRAE number (R-#), for which the
criteria set out in Schedule 2 have been met, the person shall provide the following information:
(a) the year of reference;
(b) each available identifier of the mixture, not designated by a
specific ASHRAE number (R-#), containing the substance(s):
(i) name,
(ii) common or generic name, or
(iii) synonym;
(c) the quantity of the mixture containing the substance(s) that
was imported or exported, reported in kilograms (rounded to two
significant digits);
(d) each available identifier of the substance(s) set out in Schedule 1 contained in the mixture, at a concentration equal to or
above 1% by weight (w/w%):
(i) CAS RN,
(ii) name, or
(iii) synonym; and
4. Pour chaque année civile de 2008 à 2012 au cours de laquelle
une personne a fabriqué, importé ou exporté une substance inscrite
à l’annexe 1, seule, et pour laquelle la personne répond aux critères
mentionnés à l’annexe 2, la personne doit fournir les renseignements suivants :
a) l’année de référence;
b) tous les identificateurs de la substance disponibles :
(i) NE CAS,
(ii) nom,
(iii) synonyme;
c) la quantité de la substance fabriquée, importée ou exportée, en
kilogrammes (arrondie à deux chiffres significatifs).
a)
Année de
référence
b)
NE CAS, nom de
la substance ou
synonyme
c)
Quantité de la substance en kg
(arrondie à deux chiffres significatifs)
Fabriquée
Importée
Exportée
5. Pour chaque année civile de 2008 à 2012 au cours de laquelle
une personne a importé ou exporté une substance inscrite à l’annexe 1 dans un mélange désigné par un numéro ASHRAE précis
(R-#), et pour laquelle la personne répond aux critères mentionnés à l’annexe 2, la personne doit fournir les renseignements
suivants :
a) l’année de référence;
b) le numéro ASHRAE (R-#) du mélange contenant la substance
inscrite à l’annexe 1;
c) la quantité du mélange contenant la substance qui a été importée ou exportée, en kilogrammes (arrondie à deux chiffres
significatifs).
a)
Année de
référence
b)
Numéro ASHRAE (R-#)
du mélange
c)
Quantité du mélange en kg
(arrondie à deux chiffres significatifs)
Importée
Exportée
6. Pour chaque année civile de 2008 à 2012 au cours de laquelle
une personne a importé ou exporté une substance inscrite à l’annexe 1 dans un mélange qui n’est pas désigné par un numéro
ASHRAE précis (R-#), et pour laquelle la personne répond aux
critères mentionnés à l’annexe 2, la personne doit fournir les renseignements suivants :
a) l’année de référence;
b) tous les identificateurs disponibles du mélange, qui n’est pas
désigné par un numéro ASHRAE précis (R-#), qui contient la
substance :
(i) nom,
(ii) nom commun ou générique,
(iii) synonyme;
c) la quantité du mélange contenant la substance qui a été importée ou exportée, en kilogrammes (arrondie à deux chiffres
significatifs);
d) tous les identificateurs disponibles de chaque substance inscrite à l’annexe 1 contenue dans le mélange, à une concentration
égale ou supérieure à 1 %, en poids (p/p %) :
(i) NE CAS,
(ii) nom,
(iii) synonyme;
Le 19 avril 2014
Gazette du Canada Partie I927
(e) for each substance listed in paragraph 6(d), the concentration, or range of concentrations, by weight (w/w%) in the
mixture.
(a)
Year of
reference
(b)
Name of mixture,
common or generic
name or synonym
a)
Année de
référence
b)
Nom du mélange,
nom commun
ou générique ou
synonyme
(c)
Quantity of the mixture in kg
(rounded to two significant digits)
Imported
Exported
c)
Quantité du mélange en kg
(arrondie à deux chiffres significatifs)
Importée
Exportée
e) pour chaque substance inscrite à l’alinéa 6d), la concentration,
ou la plage de concentrations, en poids (p/p %) dans le mélange.
(d)
CAS RN, name or synonym of each
substance set out in Schedule 1
contained in the mixture
(e)
Concentration, or range of
concentrations, of each substance
listed in paragraph 6(d) in the mixture
(w/w%)
e)
d)
Concentration ou plage de
NE CAS, nom ou synonyme de
concentrations de chaque substance
chaque substance inscrite à l’annexe 1 dans le mélange inscrite à l’alinéa 6d)
contenue dans le mélange
(p/p %)
7. (1) For each calendar year from 2008 to 2012 that a person
manufactured or imported a substance set out in Schedule 1,
whether alone or in a mixture, for which the criteria set out in
Schedule 2 have been met, the person shall provide the following
information:
(a) the year of reference;
(b) the CAS RN of the substance or the ASHRAE number (R-#)
or name of the mixture;
(c) the end use codes set out in section 8 that apply to the substance or the mixture; and
(d) for each applicable end use code, the total quantity of the
substance or the mixture that was sold to customers in Canada,
reported in kilograms (rounded to two significant digits).
7. (1) Pour chaque année civile de 2008 à 2012 au cours de
laquelle une personne a fabriqué ou importé une substance inscrite
à l’annexe 1, seule ou dans un mélange, pour laquelle la personne
répond aux critères mentionnés à l’annexe 2, la personne doit fournir les renseignements suivants :
a) l’année de référence;
b) le NE CAS de la substance ou le numéro ASHRAE (R-#) ou
le nom du mélange;
c) les codes d’utilisation finale mentionnés à l’article 8 qui s’appliquent à la substance ou au mélange;
d) pour chaque code d’utilisation finale applicable, la quantité
totale de la substance ou du mélange qui a été vendue à des
clients au Canada, en kilogrammes (arrondie à deux chiffres
significatifs).
7. (2) If the substance was imported in a mixture designated by
a specific ASHRAE number (R-#), the ASHRAE number of the
mixture must be provided for paragraph 7(1)(b), and the total quantity sold of the mixture must be provided for paragraph 7(1)(d). If
an ASHRAE number is not available, the name of the mixture must
be provided for paragraph 7(1)(b), and the total quantity sold of the
mixture must be provided for paragraph 7(1)(d).
7. (2) Si la substance a été importée dans un mélange désigné par
un numéro ASHRAE précis (R-#), le numéro ASHRAE du mélange
doit être fourni aux termes de l’alinéa 7(1)b), et la quantité totale
du mélange vendue doit être fournie aux termes de l’alinéa 7(1)d).
Si le numéro ASHRAE n’est pas disponible, le nom du mélange
doit être fourni aux termes de l’alinéa 7(1)b), et la quantité totale
du mélange vendue doit être fournie aux termes de l’alinéa 7(1)d).
7. (3) Where end use code 1.5, 2.4, 3.4, 4.4, 5.5, 6.5, 7.5, 8.3, 9.3
or 999 is applicable for paragraph (1)(c), a written description must
be provided.
7. (3) Une description écrite doit être fournie lorsque les codes
d’utilisation finale 1.5, 2.4, 3.4, 4.4, 5.5, 6.5, 7.5, 8.3, 9.3 ou 999
s’appliquent pour l’alinéa (1)c).
(d)
For each applicable end use
code, total quantity of the
(c)
substance or the mixture
End use codes
that was sold to customers
that apply to the
in Canada, reported in kg
substance or the
mixture (set out in (rounded to two significant
digits)
section 8)
d)
c)
Pour chaque code
Code(s)
d’utilisation finale
d’utilisation finale
applicable, la quantité
applicable(s)
totale de la substance ou du
à la substance
mélange qui a été vendue à
ou au mélange
des clients au Canada,
[mentionné(s) à
en kg (arrondie à deux
chiffres significatifs)
l’article 8]
(a)
Year of
reference
(b)
CAS RN of the
substance or
ASHRAE number
(R-#) or name of
the mixture
a)
Année de
référence
b)
NE CAS de la
substance ou
numéro ASHRAE
(R-#) ou nom
du mélange
928
Canada Gazette Part I
8. For the purpose of section 7, the following table sets out the
end use codes and their corresponding applications:
End Use Codes and Corresponding Applications
End use code
1.1
1.2
1.3
1.4
1.5
2.1
2.2
2.3
2.4
3.1
3.2
3.3
3.4
4.1
4.2
4.3
4.4
5.1
5.2
5.3
5.4
5.5
6.1
6.2
6.3
6.4
6.5
7.1
7.2
7.3
7.4
7.5
8.1
8.2
8.3
9.1
9.2
End use application
Aerosol
Personal care, pharmaceutical and medical product
Household product
Laboratory product
Commercial/industrial product
Other aerosol (specify)
Blowing agent in foams
Cushioning — automobiles and other (furniture,
mattresses, etc.)
Thermal insulation
Packaging
Other foams (specify)
Air conditioning (original equipment manufacture)
Air conditioner units in motor vehicles
Chillers (specify centrifugal or reciprocating)
Residential (air conditioners, dehumidifiers, etc.)
Other air conditioning (original equipment manufacture)
[specify]
Air conditioning (service/maintenance)
Air conditioner units in motor vehicles
Chillers (specify centrifugal or reciprocating)
Residential (air conditioners, dehumidifiers, etc.)
Other air conditioning (service/maintenance) [specify]
Refrigeration (original equipment manufacture)
Commercial transport
Commercial and institutional (retail foods, vending
machines, etc.)
Industrial (warehouses, process equipment, etc.)
Residential (freezers, refrigerators, etc.)
Other refrigeration (original equipment manufacture)
(specify)
Refrigeration (service/maintenance)
Commercial transport
Commercial and institutional (retail foods, vending
machines, etc.)
Industrial (warehouses, processes, etc.)
Residential (refrigerators, freezers, etc.)
Other refrigeration (service/maintenance) [specify]
Solvent
Electronic industry
Metal cleaning/drying
Dry cleaning
Laboratory solvent
Other solvent (specify)
Fire suppression/extinguishing systems (original
equipment manufacture)
Portable (mobile) systems
Total flooding (fixed) systems
Other fire suppression/extinguishing systems
(original equipment manufacture) [specify]
Fire suppression/Extinguishing systems
(service/maintenance)
Portable (mobile) systems
Total flooding (fixed) systems
April 19, 2014
8. Aux fins de l’article 7, les codes d’utilisation finale et leur
utilisation respective sont les suivants :
Codes d’utilisation finale et leur utilisation respective
Code
d’utilisation finale
1.1
1.2
1.3
1.4
1.5
2.1
2.2
2.3
2.4
3.1
3.2
3.3
3.4
4.1
4.2
4.3
4.4
5.1
5.2
5.3
5.4
5.5
6.1
6.2
6.3
6.4
6.5
7.1
7.2
7.3
7.4
7.5
8.1
8.2
8.3
9.1
9.2
Utilisation finale
Aérosols
Produit pour soin personnel, pharmaceutique ou médical
Produit ménager
Produit de laboratoire
Produit commercial et industriel
Autres aérosols (préciser)
Agents de gonflement dans les mousses plastiques
Mousse de bourre dans les automobiles et autres
utilisations (meubles, matelas, etc.)
Isolation thermique
Emballage
Mousse pour d’autres utilisations (préciser)
Climatisation de l’air (fabrication de matériel d’origine)
Climatiseurs dans les véhicules motorisés
Refroidisseurs (préciser le type, centrifuge ou
réciproque)
Résidentielle (climatiseurs, déshumidificateurs, etc.)
Autres types de climatisation de l’air (fabrication de
matériel original) [préciser]
Climatisation de l’air (service d’entretien)
Climatiseurs dans les véhicules motorisés
Refroidisseurs (préciser le type, centrifuge ou
réciproque)
Résidentielle (climatiseurs, déshumidificateurs, etc.)
Autres types de climatisation de l’air (service
d’entretien) [préciser]
Réfrigération (fabrication de matériel d’origine)
Transport commercial
Commerciale et institutionnelle (alimentation au détail,
distributeurs automatiques, etc.)
Industrielle (entrepôts, procédés, etc.)
Résidentielle (congélateurs, réfrigérateurs, etc.)
Autres équipements de réfrigération (fabrication de
matériel original) [préciser]
Réfrigération (service d’entretien)
Transport commercial
Commerciale et institutionnelle (alimentation au détail,
distributeurs automatiques, etc.)
Industrielle (entrepôts, procédés, etc.)
Résidentielle (réfrigérateurs, congélateurs, etc.)
Autres équipements de réfrigération (service d’entretien)
[préciser]
Solvants
Industrie électronique
Nettoyage/séchage de pièces métalliques
Nettoyage à sec
Solvants de laboratoire
Autres solvants (préciser)
Systèmes d’extinction ou de suppression d’incendie
(fabrication de matériel d’origine)
Systèmes portatifs (mobiles)
Systèmes (fixes) à inondation totale
Autres systèmes d’extinction ou de suppression
d’incendie (fabrication de matériel d’origine) [préciser]
Systèmes d’extinction ou de suppression d’incendie
(service d’entretien)
Systèmes portatifs (mobiles)
Systèmes (fixes) à inondation totale
Le 19 avril 2014
Gazette du Canada Partie I929
End Use Codes and Corresponding Applications — Continued
End use code
9.3
10.1
10.2
999
End use application
Other fire suppression/extinguishing systems
(service/maintenance) [specify]
Miscellaneous
Hospital/institutional sterilizing mixtures
Leak testing
Other (specify) — For a substance with an application not
otherwise described in this table, a written description of
the substance application must be provided when using
this code.
Codes d’utilisation finale et leur utilisation respective (suite)
Code
d’utilisation finale
9.3
10.1
10.2
999
Utilisation finale
Autres systèmes d’extinction ou de suppression
d’incendie (service d’entretien) [préciser]
Divers
Gaz stérilisants (hôpitaux/cliniques)
Détection des fuites
Autres (préciser) — Pour une substance dont l’utilisation
n’est pas décrite dans le présent tableau, une description
écrite de l’utilisation doit être fournie lorsque ce code est
utilisé.
EXPLANATORY NOTE
NOTE EXPLICATIVE
(This note is not part of the notice.)
(La présente note ne fait pas partie de l’avis.)
The Montreal Protocol on Substances that Deplete the Ozone
Layer was signed on September 16, 1987, in Montréal, Quebec. It
is credited with major accomplishments in reducing the consumption and production of ozone-depleting substances (ODS) globally.
Hydrofluorocarbons (HFCs) were considered as long-term substitutes to ODS. As a result, HFCs are increasingly used in applications that traditionally used ODS. Although it is recognized that
HFCs are not ODS, their increased use is a direct consequence of
the implementation of the Montreal Protocol.
Le Protocole de Montréal relatif à des substances qui appauvrissent la couche d’ozone a été signé le 16 septembre 1987 à Montréal, au Québec. On lui doit d’importantes réalisations en ce qui
concerne la réduction de la consommation et de la production de
substances appauvrissant la couche d’ozone (SACO) à l’échelle
mondiale. La possibilité d’utiliser les hydrofluorocarbures (HFC)
comme produits de remplacement à long terme des SACO a été
évaluée. Ainsi, les HFC sont de plus en plus utilisés là où l’on utilisait traditionnellement des SACO. Bien qu’il soit établi que les
HFC ne sont pas des SACO, leur utilisation accrue est une conséquence directe de la mise en œuvre du Protocole de Montréal.
En juin 1992, le Canada faisait partie des 150 pays et plus à
signer la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements
climatiques (CCNUCC) à l’occasion de la Conférence des Nations
Unies sur l’environnement et le développement (Sommet de la
Terre) qui s’est tenue à Rio de Janeiro. Le Canada est devenu le
huitième pays à ratifier la Convention, qui est entrée en vigueur le
21 mars 1994. La Convention a pour objectif de stabiliser les
concentrations de gaz à effet de serre dans l’atmosphère à un niveau
qui empêche toute perturbation anthropique dangereuse du système climatique. Les HFC, une catégorie de composés à fort potentiel de réchauffement planétaire, font partie des six principaux gaz
à effet de serre répertoriés dans la CCNUCC.
Depuis 2009, le Canada, en collaboration avec les États-Unis et
le Mexique, fait la promotion du contrôle des HFC dans le cadre du
Protocole de Montréal, au moyen du parrainage commun d’une
proposition visant à modifier le Protocole en vue d’y intégrer une
élimination progressive des HFC, dans les pays développés et en
développement. Cette proposition serait axée sur l’expérience historique du Protocole de Montréal relativement aux HFC, améliorerait les mesures sur les substances qui appauvrissent la couche
d’ozone et compléterait les efforts réalisés dans le cadre de la
CCNUCC en vue d’aborder les changements climatiques.
Le présent avis requiert des renseignements concernant les HFC
pour les années civiles 2008 à 2012. Ces renseignements aideront
le gouvernement du Canada à mieux définir les utilisations et les
quantités actuelles de ces substances dans le but d’orienter la position du Canada en matière d’éventuelles stratégies de contrôle, y
compris à l’échelle internationale.
En vertu du paragraphe 71(3) de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999), les personnes assujetties à cet avis
sont tenues de s’y conformer dans le délai qui leur est imparti. Le
délai imparti dans le présent avis se termine le 19 août 2014, à
17 h, heure avancée de l’Est.
In June 1992, Canada was one of over 150 countries to sign the
United Nations Framework Convention on Climate Change
(UNFCCC) at the United Nations Conference on Environment and
Development (Earth Summit) held in Rio de Janeiro. Canada
became the eighth country to ratify the Convention, which entered
into force on March 21, 1994. The Convention sets an objective of
stabilizing greenhouse gas concentrations in the atmosphere at a
level that prevents dangerous human-induced interference with the
earth’s climate system. HFCs, a class of compounds with high
global-warming potential, are included as one of the six key greenhouse gases covered under the UNFCCC.
Since 2009, Canada, in collaboration with the United States and
Mexico, has been promoting the control of HFCs under the Montreal Protocol by co-sponsoring a proposal to amend the Protocol to
incorporate a phase-down of HFCs in both developed and developing countries. This proposal would build on the historical
experience of the Montreal Protocol with respect to HFCs, enhance
actions on ozone-depleting substances and complement efforts
under the UNFCCC to address climate change.
This notice requires information on HFCs for the 2008 to
2012 calendar years. The information will help the Government of
Canada to better define current applications and quantities of these
substances to inform Canada’s position on potential control strategies, including at the international level.
Pursuant to subsection 71(3) of the Canadian Environmental
Protection Act, 1999, every person to whom this notice applies is
required to comply with this notice within the time specified in the
notice. The time specified in this notice is August 19, 2014, 5 p.m.
Eastern Daylight Saving Time.
930
Canada Gazette Part I
April 19, 2014
Persons not subject to this notice who have a current or future
interest in a substance set out in Schedule 1 to this notice may
identify themselves as a “stakeholder” for the substance by completing the voluntary Declaration of Stakeholder Interest. The person will be included in future mailings regarding these substances
and may be contacted for further information regarding their interest in these substances. This form is available via Environment
Canada’s Single Window on the Chemical Substances Web site at
www.chemicalsubstanceschimiques.gc.ca.
Persons who do not meet the requirements to respond and
have no commercial interest in the substances covered by this
notice may submit a Declaration of Non-Engagement for the
notice. The form is available via Environment Canada’s Single Window from the Chemical Substances Web site at www.
chemicalsubstanceschimiques.gc.ca.
The Minister of the Environment is also inviting interested
stakeholders to submit additional information that is deemed beneficial. Organizations that may be interested in submitting additional information in response to this invitation include those that
manufacture, import, export or use these substances, whether
alone, in a mixture or in a product or a manufactured item.
Compliance with the Canadian Environmental Protection Act,
1999 (hereinafter referred to as the “Act”) is mandatory pursuant to
subsections 272(1) and 272.1(1) of the Act. Amendments to the
fine scheme of the Act came into force on June 22, 2012. Subsections 272(2), (3) and (4) and 272.1(2), (3) and (4) of the Act set the
penalties for persons who commit an offence under the Act.
Offences include failing to comply with an obligation arising from
the Act and providing false or misleading information. Penalties
for offences can result, upon conviction (either summary conviction or indictment), of fines of not more than $12 million, imprisonment for a term of not more than three years, or both.
The current text of the Act, including the most recent amendments, is available on the Department of Justice’s Internet site:
http://laws-lois.justice.gc.ca/eng/acts/C-15.31/.
The Act is enforced in accordance with the Compliance and
Enforcement Policy for the Canadian Environmental Protection
Act, 1999, available at www.ec.gc.ca/lcpe-cepa/default.asp?lang=
En&n=5082BFBE-1. Suspected violations under the Act can be
reported to the Enforcement Branch by email at environmental.
enforcement@ec.gc.ca.
The information must be provided no later than August 19, 2014,
5 p.m. Eastern Daylight Time, to the Minister of the Environment,
to the attention of the Substances Management Coordinator, Chemicals Management Plan, 200 Sacré-Cœur Boulevard, Gatineau,
Quebec K1A 0H3, substances@ec.gc.ca (email), 1-800-567-1999
(toll-free in Canada) or 819-953-7156 (outside of Canada), 819953-7155 (fax). An electronic copy of this notice is available at the
following Web site: www.chemicalsubstanceschimiques.gc.ca.
[16-1-o]
Les personnes qui ne sont pas assujetties à l’avis mais qui ont
un intérêt actuel ou futur envers une substance inscrite à l’annexe 1
du présent avis peuvent s’identifier comme « intervenants » pour la
substance en remplissant la Déclaration des parties intéressées. La
personne sera ajoutée à la liste de distribution relative à ces substances et pourrait être sollicitée à fournir des renseignements additionnels au sujet de l’intérêt qu’elle porte à ces substances. Le formulaire est disponible via le Guichet unique d’Environnement
Canada sur le site Web des substances chimiques au www.
chemicalsubstanceschimiques.gc.ca.
Les personnes qui ne sont pas tenues de se conformer au présent
avis et qui n’ont pas d’intérêt commercial à l’égard des substances
visées par cet avis peuvent remplir la Déclaration de nonimplication disponible via le Guichet unique d’Environnement
Canada sur le site Web des substances chimiques au www.
chemicalsubstanceschimiques.gc.ca.
La ministre de l’Environnement encourage également les intervenants à fournir des renseignements supplémentaires jugés utiles.
Les organisations qui pourraient souhaiter fournir des renseignements supplémentaires sont celles qui ont fabriqué, importé,
exporté ou utilisé la substance, seule, dans un mélange, dans un
produit ou dans un article manufacturé.
La conformité à la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999) [la Loi] est obligatoire en vertu des paragraphes 272(1) et 272.1(1) de la Loi. Des modifications au régime
d’amendes de la Loi sont entrées en vigueur le 22 juin 2012. Les
paragraphes 272(2), (3) et (4) et 272.1(2), (3) et (4) de la Loi déterminent les peines applicables aux personnes qui commettent une
infraction en vertu de la Loi. Les infractions incluent le défaut de
se conformer à toute obligation découlant de la Loi ainsi que le fait
de fournir des renseignements faux ou trompeurs. L’auteur de l’infraction encourt sur déclaration de culpabilité (soit par procédure
sommaire ou mise en accusation) une amende maximale de 12 millions de dollars et un emprisonnement maximal de trois ans, ou
l’une de ces peines.
Une version à jour de la Loi, y compris les dernières modifications, est disponible sur le site Internet du ministère de la Justice à
l’adresse suivante : http://laws-lois.justice.gc.ca/fra/lois/C-15.31/.
L’application de la Loi est régie par la Politique d’observation et
d’application de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999), disponible à l’adresse www.ec.gc.ca/lcpecepa/default.asp?lang=Fr&n=5082BFBE-1. On peut signaler une
infraction présumée à la Loi en communiquant avec la Direction
générale de l’application de la loi par courriel à applicationdelaloi.
environnement@ec.gc.ca.
Les renseignements doivent être fournis au plus tard le 19 août
2014, à 17 h, heure avancée de l’Est, à l’adresse suivante : Ministre
de l’Environnement, à l’attention du Coordonnateur de la gestion
des substances, Plan de gestion des produits chimiques, 200, boulevard Sacré-Cœur, Gatineau (Québec) K1A 0H3, substances@
ec.gc.ca (courriel), 1-800-567-1999 (sans frais au Canada) ou 819953-7156 (à l’extérieur du Canada), 819-953-7155 (télécopieur).
Une copie électronique du présent avis est disponible au site Web
suivant : www.chemicalsubstanceschimiques.gc.ca.
[16-1-o]
Le 19 avril 2014
Gazette du Canada Partie I931
DEPARTMENT OF THE ENVIRONMENT
MINISTÈRE DE L’ENVIRONNEMENT
CANADIAN ENVIRONMENTAL PROTECTION ACT, 1999
LOI CANADIENNE SUR LA PROTECTION DE
L’ENVIRONNEMENT (1999)
Order 2014-87-03-02 Amending the Non-domestic Substances
List
Arrêté 2014-87-03-02 modifiant la Liste extérieure
Whereas, pursuant to subsection 87(1) of the Canadian Environmental Protection Act, 19991a, the Minister of the Environment has
added the substance referred to in the annexed Order to the Domestic Substances List2b;
Therefore, the Minister of the Environment, pursuant to subsection 87(1) of the Canadian Environmental Protection Act, 1999a,
makes the annexed Order 2014-87-03-02 Amending the Nondomestic Substances List.
Gatineau, April 7, 2014
LEONA AGLUKKAQ
Minister of the Environment
Attendu que, conformément au paragraphe 87(1) de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999)1a, la ministre de
l’Environnement a inscrit sur la Liste intérieure2b la substance visée
par l’arrêté ci-après,
À ces causes, en vertu du paragraphe 87(1) de la Loi canadienne
sur la protection de l’environnement (1999)a, la ministre de l’Environnement prend l’Arrêté 2014-87-03-02 modifiant la Liste extérieure, ci-après.
Gatineau, le 7 avril 2014
La ministre de l’Environnement
LEONA AGLUKKAQ
ORDER 2014-87-03-02 AMENDING THE
NON-DOMESTIC SUBSTANCES LIST
ARRÊTÉ 2014-87-03-02 MODIFIANT
LA LISTE EXTÉRIEURE
AMENDMENT
MODIFICATION
1
1. Part I of the Non-domestic Substances List3 is amended by
deleting the following:
68605-80-1
1. La partie I de la Liste extérieure31 est modifiée par radiation de ce qui suit :
68605-80-1
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
2. This Order comes into force on the day on which Order
2014-87-03-01 Amending the Domestic Substances List comes
into force.
2. Le présent arrêté entre en vigueur à la date d’entrée en
vigueur de l’Arrêté 2014-87-03-01 modifiant la Liste intérieure.
[16-1-o]
[16-1-o]
DEPARTMENT OF TRANSPORT
MINISTÈRE DES TRANSPORTS
CANADA SHIPPING ACT, 2001
LOI DE 2001 SUR LA MARINE MARCHANDE DU CANADA
Eastern Canada Response Corporation Ltd.
Société d’intervention maritime, Est du Canada Ltée
Notice of an amendment to the bulk oil cargo fees applicable to
the Quebec/Maritimes Region, the Newfoundland Region and
the Great Lakes Region charged by Eastern Canada Response
Corporation Ltd. pursuant to an arrangement required by paragraphs 167(1)(a) and 168(1)(a) of the Canada Shipping Act,
2001
Avis d’une modification aux droits sur les produits pétroliers en
vrac applicables à la région des Maritimes/du Québec, à la
région de Terre-Neuve et à la région des Grands Lacs prélevés
par la Société d’intervention maritime, Est du Canada Ltée en
vertu d’une entente prescrite aux alinéas 167(1)a) et 168(1)a) de
la Loi de 2001 sur la marine marchande du Canada
Description
Description
Eastern Canada Response Corporation Ltd. (ECRC) is currently
a certified response organization pursuant to subsection 169(1) of
the Act in respect of a rated capability of 10 000 tonnes and a geographic area covering the Canadian waters south of 60° north latitude in the provinces of Newfoundland and Labrador, Prince
Edward Island, Nova Scotia, New Brunswick, Quebec, Ontario,
Manitoba, Saskatchewan and Alberta, excluding the waters in the
primary areas of response associated with the designated ports of
Saint John, New Brunswick, and Point Tupper, Nova Scotia. It
includes but is not limited to the waters of the Atlantic Provinces,
La Société d’intervention maritime, Est du Canada Ltée
(SIMEC) est un organisme d’intervention agréé en vertu du
paragraphe 169(1) de la Loi pour une capacité nominale de
10 000 tonnes et une zone géographique regroupant les eaux canadiennes au sud du 60e parallèle de latitude nord des provinces
de Terre-Neuve-et-Labrador, de l’Île-du-Prince-Édouard, de la
Nouvelle-Écosse, du Nouveau-Brunswick, de Québec, d’Ontario,
du Manitoba, de la Saskatchewan et d’Alberta, à l’exception des
eaux situées dans les secteurs primaires d’intervention associés aux
ports désignés de Saint John (Nouveau-Brunswick) et de Point
a
a
b
b
S.C. 1999, c. 33
SOR/94-311
1
Supplement, Canada Gazette, Part I, January 31, 1998
L.C. 1999, ch. 33
DORS/94-311
Supplément, Partie I de la Gazette du Canada, 31 janvier 1998
1
932
Canada Gazette Part I
April 19, 2014
the waters of James Bay, Hudson Bay and Ungava Bay and the
waters in the province of Quebec, including the St. Lawrence
River, and the waters of the Canadian Great Lakes system and connecting channels within the province of Ontario, including Lake
Superior, St. Mary’s River, Lake Huron, the St. Clair River, Lake
St. Clair, the Detroit River, Lake Erie, Lake Ontario, the
St. Lawrence River, the waters of Lake Winnipeg, the waters of the
Athabasca River from Fort McMurray to Lake Athabasca and the
waters of Lake Athabasca.
Tupper (Nouvelle-Écosse). Ce secteur comprend, sans y être limité,
les eaux des provinces de l’Atlantique, les eaux de la baie James,
de la baie d’Hudson et de la baie d’Ungava et les eaux de la province de Québec, y compris le fleuve Saint-Laurent, et le réseau
canadien des Grands Lacs et ses chenaux de liaison dans la province d’Ontario, y compris le lac Supérieur, la rivière St. Mary’s, le
lac Huron, la rivière Sainte-Claire, le lac Sainte-Claire, la rivière
Détroit, le lac Érié, le lac Ontario, le fleuve Saint-Laurent, les eaux
du lac Winnipeg et la rivière Athabasca à partir de Fort McMurray
jusqu’au lac Athabasca inclusivement.
Definitions
Définitions
1. In this notice of fees,
“Act” means the Canada Shipping Act, 2001. (Loi)
“asphalt” means a derivate of oil that is commercially described as
road or paving asphalt or unblended roofers flux, that has a specific
gravity equal to or greater than one, that is solid at 15 °C and that
sinks to the bottom as a solid when immersed in water. (asphalte)
“Atlantic Provinces” means Nova Scotia, New Brunswick, Prince
Edward Island and Newfoundland including Labrador. (provinces
de l’Atlantique)
“BOCF” means bulk oil cargo fee. (DCPV)
“ECRC” means Eastern Canada Response Corporation Ltd., a
company formed as a result of the amalgamation of Eastern Canada Response Corporation Ltd., Great Lakes Response Corporation of Canada and Canadian Marine Response Management Corporation, effective January 1, 1999. (SIMEC)
“Great Lakes Region” means the area covered by the Canadian
Great Lakes system and connecting channels within the province
of Ontario, including Lake Superior, St. Mary’s River, Lake Huron,
the St. Clair River, Lake St. Clair, the Detroit River, Lake Erie,
Lake Ontario, the St. Lawrence River from Kingston, Ontario, to
a line drawn between Butternut Bay (latitude 44°31.12′ N and
longitude 75°46.54′ W) on the Canadian side to Oak Point (latitude 44°30.48′ N and longitude 75°45.20′ W) on the U.S. side
of the St. Lawrence River, Lake Winnipeg, the Athabasca River
from Fort McMurray to Lake Athabasca and the waters of Lake
Athabasca. (région des Grands Lacs)
“Newfoundland Region” means the province of Newfoundland
and Labrador. (région de Terre-Neuve)
“oil handling facility” means an oil handling facility that is
located in ECRC’s geographic area. (installation de manutention
d’hydrocarbures)
“Quebec/Maritimes Region” means the area covered by the waters
of James Bay, Hudson Bay and Ungava Bay and the waters in the
province of Quebec and that portion of the St. Lawrence River in
the province of Ontario to a line drawn between Butternut Bay
(latitude 44°31.12′ N and longitude 75°46.54′ W) on the Canadian
side to Oak Point (latitude 44°30.48′ N and longitude 75°45.20′ W)
on the U.S. side of the St. Lawrence River and in the Atlantic Provinces, excluding the waters north of the 60th parallel of latitude and
the primary areas of response associated with the designated ports
of Saint John, New Brunswick, and Point Tupper, Nova Scotia,
excluding Newfoundland and Labrador. (région des Maritimes/du
Québec)
“ship” means a ship within the meaning of paragraph 167(1)(a) of
the Act. (navire)
“ship (bulk oil)” means a ship that is constructed or adapted primarily to carry bulk oil in its cargo spaces. [navire (avec produits
pétroliers en vrac)]
1. Les définitions suivantes sont retenues dans le présent avis des
droits.
« asphalte » Dérivé d’hydrocarbure, commercialement appelé
bitume routier, bitume de pavage ou asphalte non mélangé pour
étanchéité des toits, qui a une densité égale ou supérieure à un, qui
est solide à 15 °C et qui coule à l’état solide vers le fond lorsqu’il
est immergé dans l’eau. (asphalt)
« DCPV » Droits sur les produits pétroliers en vrac. (BOCF)
« installation de manutention d’hydrocarbures » Installation de
manutention d’hydrocarbures située dans la zone géographique de
la SIMEC. (oil handling facility)
« Loi » Loi de 2001 sur la marine marchande du Canada. (Act)
« navire » Un navire au sens de l’alinéa 167(1)a) de la Loi. (ship)
« navire (avec produits pétroliers en vrac) » Navire construit ou
adapté principalement en vue du transport de produits pétroliers en
vrac dans ses cales. [ship (bulk oil)]
« provinces de l’Atlantique » Nouvelle-Écosse, NouveauBrunswick, Île-du-Prince-Édouard ainsi que Terre-Neuve, y compris le Labrador. (Atlantic Provinces)
« région de Terre-Neuve » Province de Terre-Neuve-et-Labrador.
(Newfoundland Region)
« région des Grands Lacs » Zone regroupant le réseau canadien des
Grands Lacs et ses chenaux de liaison dans la province d’Ontario,
y compris le lac Supérieur, la rivière St. Mary’s, le lac Huron, la
rivière Sainte-Claire, le lac Sainte-Claire, la rivière Détroit, le lac
Érié, le lac Ontario, le fleuve Saint-Laurent à partir de Kingston
(Ontario) jusqu’à une ligne tracée entre la baie Butternut
(44°31,12′ de latitude nord et 75°46,54′ de longitude ouest) du côté
canadien et Oak Point (44°30,48′ de latitude nord et 75°45,20′ de
longitude ouest) du côté américain du fleuve Saint-Laurent, ainsi
que le lac Winnipeg et la rivière Athabasca à partir de Fort McMurray jusqu’au lac Athabasca inclusivement. (Great Lakes Region)
« région des Maritimes/du Québec » Zone regroupant les eaux de
la baie James, de la baie d’Hudson et de la baie d’Ungava et les
eaux de la province de Québec et la partie du fleuve Saint-Laurent
située dans la province d’Ontario jusqu’à une ligne tracée entre la
baie Butternut (44°31,12′ de latitude nord et 75°46,54′ de longitude ouest) du côté canadien et Oak Point (44°30,48′ de latitude
nord et 75°45,20′ de longitude ouest) du côté américain du fleuve
Saint-Laurent, ainsi que les eaux dans les provinces de l’Atlantique, à l’exception des eaux situées au nord du 60e parallèle de
latitude et des secteurs primaires d’intervention associés aux ports
désignés de Saint John (Nouveau-Brunswick) et de Point Tupper
(Nouvelle-Écosse), à l’exception de Terre-Neuve et du Labrador.
(Quebec/Maritimes Region)
« SIMEC » Société d’intervention maritime, Est du Canada Ltée,
société constituée à la suite de la fusion de la Société d’intervention
maritime, Est du Canada Ltée, de la Great Lakes Response Corporation of Canada et de la Corporation canadienne de gestion
pour les interventions maritimes, qui a pris effet le 1er janvier 1999.
(ECRC)
Le 19 avril 2014
Gazette du Canada Partie I933
Bulk Oil Cargo Fees
Droits sur les produits pétroliers en vrac
2. This part applies to the loading and unloading of oil at oil
handling facilities located in each of the following regions.
2. Cette partie s’applique au chargement et au déchargement de
produits pétroliers aux installations de manutention d’hydrocarbures situées dans les régions suivantes.
Quebec/Maritimes Region
Région des Maritimes/du Québec
3. The total BOCF payable by an oil handling facility that has an
arrangement with ECRC shall be determined by multiplying the
total number of tonnes of bulk oil unloaded and (in the case of bulk
oil intended for international destinations and destinations north of
60° north latitude) loaded at the oil handling facility by the BOCF
per tonne for each type of oil set out in sections 5 and 6 of this part.
3. Le total des DCPV prélevés auprès d’une installation de
manutention d’hydrocarbures qui a conclu une entente avec la
SIMEC est déterminé en multipliant le nombre total de tonnes de
produits pétroliers en vrac déchargés et (dans le cas de produits
pétroliers en vrac destinés à l’étranger ou à des destinations au
nord du 60e parallèle de latitude nord) chargés à l’installation de
manutention d’hydrocarbures par les DCPV la tonne pour chaque
type de produits pétroliers prévu aux articles 5 et 6 des présentes.
4. Le total des DCPV prélevés auprès d’un navire (avec produits
pétroliers en vrac) est déterminé comme suit :
a) dans le cas de produits pétroliers en vrac chargés sur le navire
(avec produits pétroliers en vrac) et destinés à l’étranger ou à des
destinations au nord du 60e parallèle de latitude nord, en multipliant le nombre total de tonnes de produits pétroliers en vrac
chargés à une installation de manutention d’hydrocarbures qui
n’a pas conclu d’entente avec la SIMEC par les DCPV la tonne
pour chaque type de produits pétroliers prévu aux articles 5 et 6
des présentes;
b) dans le cas de produits pétroliers en vrac déchargés du navire
(avec produits pétroliers en vrac), en multipliant le nombre total
de tonnes de produits pétroliers en vrac déchargés à une installation de manutention d’hydrocarbures qui n’a pas conclu d’entente avec la SIMEC par les DCPV la tonne pour chaque type de
produits pétroliers prévu aux articles 5 et 6 des présentes.
5. Les DCPV applicables aux produits pétroliers autres que l’asphalte sont les suivants :
a) douze cents et neuf dixièmes la tonne (12,9 ¢) du 1er janvier
2014 au 31 décembre 2014, taxes applicables en sus;
b) vingt-sept cents et cinq dixièmes la tonne (27,5 ¢) à compter
du 1er janvier 2015, taxes applicables en sus.
6. Les DCPV applicables relativement à l’asphalte sont les
suivants :
a) six cents et quarante-cinq centièmes la tonne (6,45 ¢) du
1er janvier 2014 au 31 décembre 2014, taxes applicables en sus;
b) treize cents et soixante-quinze centièmes la tonne (13,75 ¢) à
compter du 1er janvier 2015, taxes applicables en sus.
4. The total BOCF payable by a ship (bulk oil) shall be
determined,
(a) in the case of bulk oil loaded onto the ship (bulk oil) and
intended for international destinations and destinations north of
60° north latitude, by multiplying the total number of tonnes of
bulk oil loaded at an oil handling facility that does not have an
arrangement with ECRC by the BOCF per tonne for each type of
oil set out in sections 5 and 6 of this part; and
(b) in the case of bulk oil unloaded from the ship (bulk oil), by
multiplying the total number of tonnes of bulk oil unloaded at an
oil handling facility that does not have an arrangement with
ECRC by the BOCF per tonne for each type of oil set out in sections 5 and 6 of this part.
5. The BOCF applicable in respect of oil other than asphalt is
(a) an amended fee of twelve and nine tenths cents (12.9¢) per
tonne, plus all applicable taxes from January 1, 2014, to December 31, 2014; and
(b) an amended fee of twenty-seven and five tenths cents (27.5¢)
per tonne, plus all applicable taxes from January 1, 2015.
6. The BOCF applicable in respect of asphalt is
(a) an amended fee of six and forty-five hundredths cents
(6.45¢) per tonne, plus all applicable taxes from January 1, 2014,
to December 31, 2014; and
(b) an amended fee of thirteen and seventy-five hundredths cents
(13.75¢) per tonne, plus all applicable taxes from January 1,
2015.
Newfoundland Region
Région de Terre-Neuve
7. The total BOCF payable by an oil handling facility that has an
arrangement with ECRC shall be determined by multiplying the
total number of tonnes of bulk oil unloaded and (in the case of bulk
oil intended for international destinations and destinations north of
60° north latitude) loaded at the oil handling facility by the BOCF
per tonne for each type of oil set out in sections 9 and 10 of this
part.
7. Le total des DCPV prélevés auprès d’une installation de
manutention d’hydrocarbures qui a conclu une entente avec la
SIMEC est déterminé en multipliant le nombre total de tonnes de
produits pétroliers en vrac déchargés et (dans le cas de produits
pétroliers en vrac destinés à l’étranger ou à des destinations au
nord du 60e parallèle de latitude nord) chargés à l’installation de
manutention d’hydrocarbures par les DCPV la tonne pour chaque
type de produits pétroliers prévu aux articles 9 et 10 des
présentes.
8. Le total des DCPV prélevés auprès d’un navire (avec produits
pétroliers en vrac) est déterminé comme suit :
a) dans le cas de produits pétroliers en vrac chargés sur le navire
(avec produits pétroliers en vrac) et destinés à l’étranger ou à des
destinations au nord du 60e parallèle de latitude nord, en multipliant le nombre total de tonnes de produits pétroliers en vrac
chargés à une installation de manutention d’hydrocarbures qui
n’a pas conclu d’entente avec la SIMEC par les DCPV la tonne
8. The total BOCF payable by a ship (bulk oil) shall be
determined,
(a) in the case of bulk oil loaded onto the ship (bulk oil) and
intended for international destinations and destinations north of
60° north latitude, by multiplying the total number of tonnes of
bulk oil loaded at an oil handling facility that does not have an
arrangement with ECRC by the BOCF per tonne for each type of
oil set out in sections 9 and 10 of this part; and
934
Canada Gazette Part I
(b) in the case of bulk oil unloaded from the ship (bulk oil), by
multiplying the total number of tonnes of bulk oil unloaded at an
oil handling facility that does not have an arrangement with
ECRC by the BOCF per tonne for each type of oil set out in sections 9 and 10 of this part.
9. The BOCF applicable in respect of oil other than asphalt is
(a) an amended fee of nine cents (9.0¢) per tonne, plus all applicable taxes from January 1, 2014, to December 31, 2014; and
(b) an amended fee of ten cents (10.0¢) per tonne, plus all applicable taxes from January 1, 2015.
10. The BOCF applicable in respect of asphalt is
(a) an amended fee of four and five-tenths cents (4.5¢) per tonne,
plus all applicable taxes from January 1, 2014, to December 31,
2014; and
(b) an amended fee of five cents (5.0¢) per tonne, plus all applicable taxes from January 1, 2015.
April 19, 2014
pour chaque type de produits pétroliers prévu aux articles 9 et 10
des présentes;
b) dans le cas de produits pétroliers en vrac déchargés du navire
(avec produits pétroliers en vrac), en multipliant le nombre total
de tonnes de produits pétroliers en vrac déchargés à une installation de manutention d’hydrocarbures qui n’a pas conclu d’entente avec la SIMEC par les DCPV la tonne pour chaque type de
produits pétroliers prévu aux articles 9 et 10 des présentes.
9. Les DCPV applicables aux produits pétroliers autres que l’asphalte sont les suivants :
a) neuf cents la tonne (9,0 ¢) du 1er janvier 2014 au 31 décembre
2014, taxes applicables en sus;
b) dix cents la tonne (10,0 ¢) à compter du 1er janvier 2015, taxes
applicables en sus.
10. Les DCPV applicables relativement à l’asphalte sont les
suivants :
a) quatre cents et cinq dixièmes la tonne (4,5 ¢) du 1er janvier
2014 au 31 décembre 2014, taxes applicables en sus;
b) cinq cents la tonne (5,0 ¢) à compter du 1er janvier 2015, taxes
applicables en sus.
Great Lakes Region
Région des Grands Lacs
11. The total BOCF payable by an oil handling facility that has
an arrangement with ECRC shall be determined by multiplying the
total number of tonnes of bulk oil unloaded and (in the case of bulk
oil intended for international destinations and destinations north of
60° north latitude) loaded at the oil handling facility by the BOCF
per tonne for each type of oil set out in sections 13 and 14 of this
part.
11. Le total des DCPV prélevés auprès d’une installation de
manutention d’hydrocarbures qui a conclu une entente avec la
SIMEC est déterminé en multipliant le nombre total de tonnes de
produits pétroliers en vrac déchargés et (dans le cas de produits
pétroliers en vrac destinés à l’étranger ou à des destinations au
nord du 60e parallèle de latitude nord) chargés à l’installation de
manutention d’hydrocarbures par les DCPV la tonne pour chaque
type de produits pétroliers prévu aux articles 13 et 14 des
présentes.
12. Le total des DCPV prélevés auprès d’un navire (avec produits pétroliers en vrac) est déterminé comme suit :
a) dans le cas de produits pétroliers en vrac chargés sur le navire
(avec produits pétroliers en vrac) et destinés à l’étranger ou à des
destinations au nord du 60e parallèle de latitude nord, en multipliant le nombre total de tonnes de produits pétroliers en vrac
chargés à une installation de manutention d’hydrocarbures qui
n’a pas conclu d’entente avec la SIMEC par les DCPV la tonne
pour chaque type de produits pétroliers prévu aux articles 13 et
14 des présentes;
b) dans le cas de produits pétroliers en vrac déchargés du navire
(avec produits pétroliers en vrac), en multipliant le nombre total
de tonnes de produits pétroliers en vrac déchargés à une installation de manutention d’hydrocarbures qui n’a pas conclu d’entente avec la SIMEC par les DCPV la tonne pour chaque type de
produits pétroliers prévu aux articles 13 et 14 des présentes.
13. Les DCPV applicables aux produits pétroliers autres que
l’asphalte sont les suivants :
a) trente-huit cents la tonne (38,0 ¢) du 1er janvier 2014 au
31 décembre 2014, taxes applicables en sus;
b) soixante-trois cents la tonne (63,0 ¢) à compter du 1er janvier
2015, taxes applicables en sus.
14. Les DCPV applicables relativement à l’asphalte sont les
suivants :
a) dix-neuf cents la tonne (19,0 ¢) du 1er janvier 2014 au
31 décembre 2014, taxes applicables en sus;
b) trente et un cents et cinq dixièmes la tonne (31,5 ¢) à compter
du 1er janvier 2015, taxes applicables en sus.
Toute personne intéressée peut, dans les 30 jours suivant la
publication de cet avis, déposer un commentaire auprès de Paul
Pouliotte, Société d’intervention maritime, Est du Canada Ltée,
12. The total BOCF payable by a ship (bulk oil) shall be
determined
(a) in the case of bulk oil loaded onto the ship (bulk oil) and
intended for international destinations and destinations north of
60° north latitude, by multiplying the total number of tonnes of
bulk oil loaded at an oil handling facility that does not have an
arrangement with ECRC by the BOCF per tonne for each type of
oil set out in sections 13 and 14 of this part; and
(b) in the case of bulk oil unloaded from the ship (bulk oil), by
multiplying the total number of tonnes of bulk oil unloaded at an
oil handling facility that does not have an arrangement with
ECRC by the BOCF per tonne for each type of oil set out in sections 13 and 14 of this part.
13. The BOCF applicable in respect of oil other than asphalt is
(a) an amended fee of thirty-eight cents (38.0¢) per tonne, plus
all applicable taxes, from January 1, 2014, to December 31,
2014; and
(b) an amended fee of sixty-three cents (63.0¢) per tonne, plus
all applicable taxes, from January 1, 2015.
14. The BOCF applicable in respect of asphalt is
(a) an amended fee of nineteen cents (19.0¢) per tonne, plus all
applicable taxes, from January 1, 2014, to December 31, 2014;
and
(b) an amended fee of thirty-one and five-tenths cents (31.5¢)
per tonne, plus all applicable taxes, from January 1, 2015.
Interested persons may, within 30 days after the date of publication of this notice, send comments to Paul Pouliotte, Eastern Canada Response Corporation Ltd., 275 Slater Street, Suite 1201,
Le 19 avril 2014
Gazette du Canada Partie I935
Ottawa, Ontario K1P 5H9, 613-230-7369 (telephone), 613-2307344 (fax), ppouliotte@ecrc.ca (email), or file a notice of objection
that contains the reasons for the objection with the Manager,
Environmental Response Systems, Marine Safety, Transport Canada, Place de Ville, Tower C, 10th Floor, 330 Sparks Street, Ottawa,
Ontario K1A 0N8, 613-990-9414 (telephone), 613-993-8196 (fax),
andre.laflamme@tc.gc.ca (email). All such representations must
cite the Canada Gazette, Part I, the name of the response organization submitting the list of proposed fees, and the date of publication
of the notice of proposed fees.
275, rue Slater, bureau 1201, Ottawa (Ontario) K1P 5H9, 613-2307369 (téléphone), 613-230-7344 (télécopieur), ppouliotte@ecrc.ca
(courriel) ou déposer un avis d’opposition motivé auprès du Gestionnaire des systèmes d’intervention environnementale, Sécurité
maritime, Transports Canada, Place de Ville, tour C, 10e étage,
330, rue Sparks, Ottawa (Ontario) K1A 0N8, 613-990-9414 (téléphone), 613-993-8196 (télécopieur), andre.laflamme@tc.gc.ca
(courriel). Les observations doivent mentionner la Partie I de la
Gazette du Canada, le nom de l’organisme d’intervention qui propose les droits modifiés et la date de la publication de l’avis.
[16-1-o]
[16-1-o]
DEPARTMENT OF TRANSPORT
MINISTÈRE DES TRANSPORTS
NAVIGABLE WATERS PROTECTION ACT
LOI SUR LA PROTECTION DES EAUX NAVIGABLES
Order Amending the Minor Works and Waters (Navigable Waters
Protection Act) Order
Arrêté modifiant l’Arrêté sur les ouvrages et les eaux secondaires
(Loi sur la protection des eaux navigables)
The Minister of Transport, pursuant to subsection 13(1)4a of the
Navigable Waters Protection Act5b, makes the annexed Order
Amending the Minor Works and Waters (Navigable Waters Protection Act) Order.
Ottawa, March 31, 2014
LISA RAITT
Minister of Transport
La ministre des Transports, en vertu du paragraphe 13(1)4a de la
Loi sur la protection des eaux navigables5b, prend l’Arrêté modifiant l’Arrêté sur les ouvrages et les eaux secondaires (Loi sur la
protection des eaux navigables), ci-après.
Ottawa, le 31 mars 2014
La ministre des Transports
LISA RAITT
“charted
navigable
water”
« eaux
navigables
cartographiées »
“ice breaker”
« brise-glace »
ORDER AMENDING THE MINOR WORKS
AND WATERS (NAVIGABLE WATERS
PROTECTION ACT) ORDER
ARRÊTÉ MODIFIANT L’ARRÊTÉ SUR LES
OUVRAGES ET LES EAUX SECONDAIRES
(LOI SUR LA PROTECTION DES
EAUX NAVIGABLES)
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1. (1) The definitions “berm” and “high-water
mark” in section 1 of the Minor Works and Waters
(Navigable Waters Protection Act) Order61 are
repealed.
(2) The definitions “petit quai” and “plan
d’eau navigable cartographié” in section 1 of the
French version of the Order are repealed.
(3) The definition “charted navigable waters”
in section 1 of the English version of the Order is
replaced by the following:
“charted navigable water” means navigable waters
for which navigation charts are produced by the
Canadian Hydrographic Service or the National
Oceanic and Atmospheric Administration.
1. (1) Les définitions de « berme » et « laisse des
hautes eaux », à l’article 1 de l’Arrêté sur les
ouvrages et les eaux secondaires (Loi sur la protection des eaux navigables)61, sont abrogées.
(2) Les définitions de « petit quai » et « plan
d’eau navigable cartographié », à l’article 1 de la
version française du même arrêté, sont abrogées.
(3) La définition de « chartered navigable waters », à l’article 1 de la version anglaise du même
arrêté, est remplacée par ce qui suit :
“charted navigable water” means navigable waters
for which navigation charts are produced by the
Canadian Hydrographic Service or the National
Oceanic and Atmospheric Administration.
(4) The marginal note to the definition “dock”
in section 1 of the English version of the Order is
amended by replacing “petit quai” with “quai”.
(4) Dans la note marginale relative à la définition de « dock », à l’article 1 de la version anglaise
du même arrêté, « petit quai » est remplacé par
« quai ».
(5) L’article 1 du même arrêté est modifié par
adjonction, selon l’ordre alphabétique, de ce qui
suit :
« brise-glace » Bateau spécialement construit ou modifié pour naviguer à travers les glaces.
(5) Section 1 of the Order is amended by adding the following in alphabetical order:
“ice breaker” means a vessel that is specially constructed or modified for the purpose of navigating
through ice.
a
a
b
b
S.C. 2009, c. 2, s. 328
R.S., c. N-22
1
Canada Gazette, Part I, May 9, 2009
L.C. 2009, ch. 2, art. 328
L.R., ch. N-22
Partie I de la Gazette du Canada, le 9 mai 2009
1
“charted
navigable
water”
« eaux
navigables
cartographiées »
« brise-glace »
“ice breaker”
936
“pipeline”
« pipeline »
« eaux
navigables
cartographiées »
“charted
navigable
water”
« quai »
“dock”
Canada Gazette Part I
“pipeline” includes a conduit that contains wires or
pipes.
(6) Section 1 of the French version of the Order
is amended by adding the following in alphabetical order:
« eaux navigables cartographiées » Eaux navigables
pour lesquelles des cartes de navigation sont produites par le Service hydrographique du Canada
ou la National Oceanic and Atmospheric
Administration.
« pipeline » Est assimilé au pipeline un conduit dans
lequel se trouvent des fils ou des tuyaux.
(6) L’article 1 de la version française du même
arrêté est modifié par adjonction, selon l’ordre
alphabétique, de ce qui suit :
« eaux navigables cartographiées » Eaux navigables
pour lesquelles des cartes de navigation sont produites par le Service hydrographique du Canada
ou la National Oceanic and Atmospheric
Administration.
« pipeline »
“pipeline”
« quai » S’entend notamment d’un môle ou d’une
jetée.
« quai » S’entend notamment d’un môle ou d’une
jetée.
2. L’intertitre précédant l’article 2 et les articles 2 à 14 du même arrêté sont remplacés par ce
qui suit :
« quai »
“dock”
2. The heading before section 2 and sections 2
to 14 of the Order are replaced by the following:
Imposed
under paragraph 13(1)(b)
of Act
Definitions
“erosionprotection
works”
« ouvrages de
protection
contre
l’érosion »
“groyne” or
“spur”
« épi » ou
« éperon »
“riprap”
« enrochement »
“shorelinestabilization”
« stabilisation
des rives »
Class
established
April 19, 2014
TERMS AND CONDITIONS
CONDITIONS
2. Subsections 3(4) to (8), 4(3) to (6), 5(3) to (7),
6(3) to (9), 7(3) to (11), 8(3) to (11), 9(3) to (5),
11(4) to (8), 12(3) to (8) and 13(4) and (5) are terms
and conditions imposed under paragraph 13(1)(b) of
the Act.
2. Les paragraphes 3(4) à (8), 4(3) à (6), 5(3) à (7),
6(3) à (9), 7(3) à (11), 8(3) à (11), 9(3) à (5), 11(4) à
(8), 12(3) à (8) et 13(4) et (5) sont des conditions
prévues à l’alinéa 13(1)b) de la Loi.
CLASSES OF WORKS
CATÉGORIES D’OUVRAGES
Erosion-protection Works
Ouvrages de protection contre l’érosion
3. (1) The following definitions apply in this
section.
“erosion-protection works” means shorelinestabilization, riprap or bank-protection works.
3. (1) Les définitions qui suivent s’appliquent au
présent article.
« enrochement » Couche de pierres ou de roches disposées irrégulièrement sur une pente ou une berge
des eaux navigables pour protéger celles-ci contre
l’affouillement ou l’érosion.
« épi » ou « éperon » Structure construite sur la
berge des eaux navigables dans un axe transversal au
courant pour en prévenir l’érosion.
“groyne” or “spur” means a structure built out from
the bank of a navigable water in a direction transverse to the current in order to prevent erosion of the
bank.
“riprap” means a layer of stones or rocks placed
irregularly on a slope or a bank of a navigable water
in order to protect the slope or bank against scouring
or erosion.
“shoreline-stabilization” means stones, rocks, concrete, logs or other common building materials, or
living plants, placed in order to protect the shores of
a navigable water from erosion.
(2) Erosion-protection works are established as a
class of works for the purposes of subsection 5.1(1)
of the Act if
(a) the works are integrated with and parallel to
the existing or natural shoreline or bank;
(b) the base of the works is 5 m or less from the
high-water mark;
(c) the vertical to horizontal slope of the works
from the navigable water is greater than 33%;
(d) the works are not associated with an existing
or proposed structure, including a bridge, boom,
dam or road, across the navigable water; and
(e) the works do not include groynes, spurs or
other devices to deflect the current.
« ouvrages de protection contre l’érosion » Ouvrages
de stabilisation des rives, d’enrochement ou de protection des berges.
« eaux
navigables
cartographiées »
“charted
navigable
water”
Conditions
prévues à
l’alinéa 13(1)b)
de la Loi
Définitions
« enrochement »
“riprap”
« épi » ou
« éperon »
“groyne” or
“spur”
« ouvrages de
protection
contre
l’érosion »
“erosionprotection
works”
« stabilisation des rives » Pierres, roches, béton, rondins ou autres matériaux de construction courants,
ou plantes vivantes, qui sont placés pour protéger les
rives des eaux navigables contre l’érosion.
« stabilisation
des rives »
“shorelinestabilization”
(2) Les ouvrages de protection contre l’érosion
sont établis comme catégorie d’ouvrages pour l’application du paragraphe 5.1(1) de la Loi si les conditions suivantes sont réunies :
a) les ouvrages sont intégrés et parallèles à la rive
ou à la berge existantes ou naturelles;
b) l’assise des ouvrages se trouve à 5 m ou moins
de la laisse des hautes eaux;
c) la pente des ouvrages, de la verticale à l’horizontale, à partir des eaux navigables est supérieure à 33 %;
d) les ouvrages ne sont pas associés à une structure existante ou projetée, y compris un pont, une
estacade, un barrage ou une route qui traversent
les eaux navigables;
e) ils ne comprennent ni épis, ni éperons, ni aucun
autre dispositif, qui servent à dévier le courant.
Catégorie
d’ouvrages
Le 19 avril 2014
Gazette du Canada Partie I937
Temporary
works — class
established
(3) Temporary works that are required for the construction or placement of works of the class established by subsection (2) are established as a class of
works for the purposes of subsection 5.1(1) of the
Act unless the temporary works
(a) are in, on, over, under, through or across a
navigation channel; or
(b) cross more than halfway from one side of the
navigable water to the other side.
During
construction or
placement
(4) During the construction or placement of works
of the class established by subsection (2) or (3), the
owner of the works must ensure
(a) that vessels can navigate safely through or
around the work site or, if navigation is interrupted by any activity related to the construction
or placement, that suitable means, such as a portage, exist to allow vessels to resume navigation
on the other side of the work site; and
(b) in the case of a river, a stream, a creek or similar navigable water that, when measured from the
ordinary high-water mark on one side of the navigable water to the ordinary high-water mark on
the other side, is of a width set out in column 1 of
the table to this subsection, signs stating “Construction Ahead” and “Travaux de construction”
that are legible from at least 50 m are in place,
upstream and downstream from the work site, at
the minimum distance set out in column 2.
(3) Les ouvrages temporaires exigés pour la
construction ou l’emplacement des ouvrages de la
catégorie établie par le paragraphe (2) sont établis
comme catégorie d’ouvrages pour l’application du
paragraphe 5.1(1) de la Loi, sauf dans les cas
suivants :
a) ils sont situés dans un chenal de navigation, sur,
sous ou à travers celui-ci, ou au-dessus de
celui-ci;
b) ils occupent, sur plus de leur moitié, les eaux
navigables d’un côté à l’autre.
(4) Durant la construction ou l’emplacement
d’ouvrages de la catégorie établie par les paragraphes (2) ou (3), leur propriétaire veille à ce que
les conditions suivantes soient respectées :
a) les bateaux peuvent naviguer de façon sécuritaire à travers le chantier ou autour de celui-ci ou,
si la navigation est interrompue par toute activité
liée à la construction ou à l’emplacement, il existe
un moyen approprié, comme le portage, pour leur
permettre de reprendre la navigation de l’autre
côté du chantier;
b) dans le cas des rivières ou des fleuves, des ruisseaux, des criques ou des eaux navigables semblables qui, lorsqu’ils sont mesurés de la laisse
des hautes eaux ordinaires d’un côté des eaux
navigables à la laisse des hautes eaux ordinaires
de l’autre côté, sont d’une largeur figurant à la
colonne 1 du tableau du présent paragraphe, des
panneaux portant les mentions « Travaux de
construction » et « Construction Ahead », lisibles
à une distance d’au moins 50 m, sont en place en
amont et en aval du chantier, à la distance minimale figurant à la colonne 2.
Column 1
Column 2
Width of Navigable Water
Less than 10 m
10 m or more but less than 20 m
20 m or more but less than 50 m
50 m or more
Minimum Distance
25 m
50 m
100 m
200 m
During
construction or
placement of
temporary
works
Durant la
construction ou
l’emplacement
TABLEAU
TABLE
Item
1.
2.
3.
4.
Catégorie
d’ouvrages
temporaires
(5) During the construction or placement of works
of the class established by subsection (3), the owner
of the works must ensure that
(a) if the works are on or over a navigable water,
the works are marked, from dusk to dawn and during periods of restricted visibility, with yellow
flashing lights that are
(i) located on the end of the works that is farthest from the nearest bank or shore, if the
works are not more than 3 m in length,
(ii) located on each end of the works, if the
works are more than 3 m in length but not more
than 20 m in length,
(iii) located on each end of the works and at any
other location on the works so that the lights are
spaced not more than 20 m apart, if the works
are more than 20 m in length but not more than
30 m in length, or
Article
1.
2.
3.
4.
Colonne 1
Colonne 2
Largeur des eaux navigables
Moins de 10 m
10 m ou plus mais moins de 20 m
20 m ou plus mais moins de 50 m
50 m ou plus
Distance minimale
25 m
50 m
100 m
200 m
(5) Durant la construction ou l’emplacement
d’ouvrages de la catégorie établie par le paragraphe (3), leur propriétaire veille à ce que les conditions suivantes soient respectées :
a) si les ouvrages sont situés sur les eaux navigables ou au-dessus de celles-ci, ils sont indiqués,
du crépuscule à l’aube et durant les périodes de
visibilité réduite, par des feux clignotants jaunes
qui sont conformes aux exigences suivantes :
(i) ils sont situés sur l’extrémité des ouvrages
qui est la plus loin de la berge ou de la rive la
plus proche, si les ouvrages sont d’une longueur d’au plus 3 m,
(ii) ils sont situés sur chacune des extrémités
des ouvrages, si les ouvrages sont d’une longueur de plus de 3 m mais d’au plus 20 m,
(iii) ils sont situés sur chacune des extrémités
des ouvrages et à tout autre endroit sur ceux-ci
de façon à n’être pas espacés de plus de 20 m,
Durant la
construction ou
l’emplacement
d’ouvrages
temporaires
938
Canada Gazette Part I
April 19, 2014
Removal of
temporary
works
(6) The owner of works of the class established by
subsection (3) must ensure that they are completely
removed on completion of the construction or placement of the works for which they were required.
Restoration of
contours
(7) The owner of works of the class established by
subsection (2) must, if the contours of the bed of the
navigable water were disturbed by either of the following, ensure that the contours are restored to their
natural state on completion of the construction or
placement of the works:
(a) the placement or construction of the works
or of works of the class established by subsection (3); or
(b) the removal of works of the class established
by subsection (3).
(8) If works of the class established by subsection (2) become a danger to navigation because of
disrepair, the owner of the works must immediately
repair the works so that they are no longer a danger
to navigation.
si les ouvrages sont d’une longueur de plus de
20 m mais d’au plus 30 m,
(iv) ils sont situés sur chacune des extrémités
des ouvrages et à tout autre endroit sur ceux-ci
de façon à n’être pas espacés de plus de 30 m,
si les ouvrages sont d’une longueur de plus de
30 m;
b) si les ouvrages sont situés dans les eaux navigables ou à travers le cours de celles-ci, ils sont
indiqués par des bouées d’avertissement qui sont
illuminées du crépuscule à l’aube et durant les
périodes de visibilité réduite et qui sont conformes
aux exigences suivantes :
(i) elles sont situées à l’extrémité des ouvrages
qui est la plus loin de la berge ou de la rive la
plus proche, si les ouvrages sont d’une longueur d’au plus 3 m,
(ii) elles sont situées à chacune des extrémités
des ouvrages, si les ouvrages sont d’une longueur de plus de 3 m mais d’au plus 20 m,
(iii) elles sont situées à chacune des extrémités
des ouvrages et à tout autre endroit le long de
ceux-ci de façon à n’être pas espacées de plus
de 20 m, si les ouvrages sont d’une longueur de
plus de 20 m mais d’au plus 30 m,
(iv) elles sont situées à chacune des extrémités
des ouvrages et à tout autre endroit le long de
ceux-ci de façon à n’être pas espacées de plus
de 30 m, si les ouvrages sont d’une longueur de
plus de 30 m.
(6) Le propriétaire d’ouvrages de la catégorie établie par le paragraphe (3) veille à ce que ceux-ci
soient complètement enlevés dès l’achèvement de la
construction ou de l’emplacement des ouvrages pour
lesquels ils étaient exigés.
(7) Le propriétaire d’ouvrages de la catégorie établie par le paragraphe (2) veille à ce que les contours
du lit des eaux navigables qui ont été perturbés pour
l’une ou l’autre des raisons ci-après soient remis à
leur état naturel dès l’achèvement de la construction
ou de l’emplacement de ces ouvrages :
a) la construction ou l’emplacement des ouvrages
ou d’ouvrages de la catégorie établie par le paragraphe (3);
b) l’enlèvement d’ouvrages de la catégorie établie
par le paragraphe (3).
(8) Si des ouvrages de la catégorie établie par le
paragraphe (2) deviennent un danger pour la navigation en raison de leur mauvais état, leur propriétaire
les répare immédiatement pour qu’ils ne constituent
plus un danger pour la navigation.
Docks and Boathouses
Quais et remises à embarcations
4. (1) Docks and boathouses are established as a
class of works for the purposes of subsection 5.1(1)
of the Act if
(a) the works are not within 5 m of the adjoining
property lines at the ordinary high water mark;
(b) the works are not within 10 m of a dock, boathouse or other structure that is in, on, over, through
or across the navigable water and that is not
owned by the owner of the works;
4. (1) Les quais et les remises à embarcations sont
établis comme catégorie d’ouvrages pour l’application du paragraphe 5.1(1) de la Loi si les conditions
suivantes sont réunies :
a) les ouvrages ne sont pas situés à 5 m ou moins
des limites d’une propriété attenante à la laisse
des hautes eaux ordinaires;
b) ils ne sont pas situés à 10 m ou moins d’un
quai, d’une remise à embarcations ou d’une autre
structure qui se trouvent dans les eaux navigables,
(iv) located on each end of the works and at any
other location on the works so that the lights are
spaced not more than 30 m apart, if the works
are more than 30 m in length; and
(b) if the works are in or through a navigable
water, the works are marked with cautionary
buoys that are lighted from dusk to dawn and during periods of restricted visibility and are
(i) located at the end of the works that is farthest from the nearest bank or shore, if the
works are not more than 3 m in length,
(ii) located at each end of the works, if the
works are more than 3 m in length but not more
than 20 m in length,
(iii) located at each end of the works and at any
other location alongside the works so that the
buoys are spaced not more than 20 m apart, if
the works are more than 20 m in length but not
more than 30 m in length, or
(iv) located at each end of the works and at any
other location alongside the works so that the
buoys are spaced not more than 30 m apart, if
the works are more than 30 m in length.
Works in
disrepair
Class
established
Enlèvement
d’ouvrages
temporaires
Remise en état
des contours
Ouvrages en
mauvais état
Catégorie
d’ouvrages
Le 19 avril 2014
(c) in the case of a charted navigable water, the
works are not within 30 m of a navigation
channel;
(d) the works do not extend further in, on or over
the navigable water than any other structure
within 100 m of the works;
(e) the works do not, when measured from the
ordinary high-water mark, extend horizontally
more than 30 m into, onto, over, through or across
the navigable water;
(f) the works do not cross more than halfway from
one side of the navigable water to the other side;
(g) the works are not associated with any other
proposed works that are not of a class established
by this Order; and
(h) the works are not used for float planes or other
aircraft equipped with floats.
Temporary
works — class
established
(2) Temporary works that are required for the construction or placement of works of the class established by subsection (1) are established as a class of
works for the purposes of subsection 5.1(1) of the
Act unless the temporary works
(a) are in, on, over, under, through or across a
navigation channel; or
(b) cross more than halfway from one side of the
navigable water to the other side.
During
construction or
placement
(3) During the construction or placement of works
of the class established by subsection (1) or (2), the
owner of the works must ensure
(a) that vessels can navigate safely through or
around the work site or, if navigation is interrupted by any activity related to the construction
or placement, that suitable means, such as a portage, exist to allow vessels to resume navigation
on the other side of the work site;
(b) if the works are on or over a navigable water,
that the works are marked, from dusk to dawn and
during periods of restricted visibility, with yellow
flashing lights that are
(i) located on the end of the works that is farthest from the nearest bank or shore, if the
works are not more than 3 m in length,
(ii) located on each end of the works, if the
works are more than 3 m in length but not more
than 20 m in length,
(iii) located on each end of the works and at any
other location on the works so that the lights are
spaced not more than 20 m apart, if the works
are more than 20 m in length but not more than
30 m in length, or
(iv) located on each end of the works and at any
other location on the works so that the lights are
spaced not more than 30 m apart, if the works
are more than 30 m in length; and
(c) if the works are in or through a navigable
water, the works are marked with cautionary
Gazette du Canada Partie I939
sur ou à travers celles-ci, ou au-dessus de celles-ci
et qui n’appartiennent pas au propriétaire des
ouvrages;
c) dans le cas des eaux navigables cartographiées,
ils ne sont pas situés à 30 m ou moins d’un chenal
de navigation;
d) ils ne s’étendent, ni dans les eaux navigables, ni
sur celles-ci, ni au-dessus de celles-ci, à 100 m ou
moins de tout autre ouvrage;
e) lorsqu’ils sont mesurés à partir de la laisse des
hautes eaux ordinaires, ils ne s’étendent pas horizontalement au-delà de 30 m dans les eaux navigables, sur ou à travers celles-ci, ou au-dessus de
celles-ci;
f) ils n’occupent pas, sur plus de leur moitié, les
eaux navigables d’un côté à l’autre;
g) ils ne sont associés à aucun autre ouvrage projeté qui n’est pas d’une catégorie établie par le
présent arrêté;
h) ils ne sont utilisés ni pour des hydravions ni
pour d’autres aéronefs munis de flotteurs.
(2) Les ouvrages temporaires exigés pour la
construction ou l’emplacement d’ouvrages de la
catégorie établie par le paragraphe (1) sont établis
comme catégorie d’ouvrages pour l’application du
paragraphe 5.1(1) de la Loi, sauf dans les cas
suivants :
a) ils sont situés dans un chenal de navigation, sur,
sous ou à travers celui-ci, ou au-dessus de
celui-ci;
b) ils occupent, sur plus de leur moitié, les eaux
navigables d’un côté à l’autre.
(3) Durant la construction ou l’emplacement d’ouvrages de la catégorie établie par les paragraphes (1)
ou (2), leur propriétaire veille à ce que les conditions
suivantes soient respectées :
a) les bateaux peuvent naviguer de façon sécuritaire à travers le chantier ou autour de celui-ci ou,
si la navigation est interrompue par toute activité
liée à la construction ou à l’emplacement, il existe
un moyen approprié, comme le portage, pour leur
permettre de reprendre la navigation de l’autre
côté du chantier;
b) si les ouvrages sont situés sur les eaux navigables ou au-dessus de celles-ci, ils sont indiqués,
du crépuscule à l’aube et durant les périodes de
visibilité réduite, par des feux clignotants jaunes
qui sont conformes aux exigences suivantes :
(i) ils sont situés sur l’extrémité des ouvrages
qui est la plus loin de la berge ou de la rive la
plus proche, si les ouvrages sont d’une longueur d’au plus 3 m,
(ii) ils sont situés sur chacune des extrémités
des ouvrages, si les ouvrages sont d’une longueur de plus de 3 m mais d’au plus 20 m,
(iii) ils sont situés sur chacune des extrémités
des ouvrages et à tout autre endroit sur ceux-ci
de façon à n’être pas espacés de plus de 20 m,
si les ouvrages sont d’une longueur de plus de
20 m mais d’au plus 30 m,
(iv) ils sont situés sur chacune des extrémités
des ouvrages et à tout autre endroit sur ceux-ci
Catégorie
d’ouvrages
temporaires
Durant la
construction ou
l’emplacement
940
Canada Gazette Part I
buoys that are lighted from dusk to dawn and during periods of restricted visibility and are
(i) located at the end of the works that is farthest from the nearest bank or shore, if the
works are not more than 3 m in length,
(ii) located at each end of the works, if the
works are more than 3 m in length but not more
than 20 m in length,
(iii) located at each end of the works and at any
other location alongside the works so that the
buoys are spaced not more than 20 m apart, if
the works are more than 20 m in length but not
more than 30 m in length, or
(iv) located at each end of the works and at any
other location alongside the works so that the
buoys are spaced not more than 30 m apart, if
the works are more than 30 m in length.
Removal of
temporary
works
(4) The owner of works of the class established by
subsection (2) must ensure that they are completely
removed on completion of the construction or placement of the works for which they were required.
Restoration of
contours
(5) The owner of works of the class established by
subsection (1) must, if the contours of the bed of the
navigable water were disturbed by either of the following, ensure that the contours are restored to their
natural state on completion of the construction or
placement of the works:
(a) the placement or construction of the works
or of works of the class established by subsection (2); or
(b) the removal of works of the class established
by subsection (2).
(6) If works of the class established by subsection (1) become a danger to navigation because of
disrepair, the owner of the works must immediately
(a) repair the works so that they are no longer a
danger to navigation; or
(b) remove the works.
Works in
disrepair
Class
established
April 19, 2014
de façon à n’être pas espacés de plus de 30 m,
si les ouvrages sont d’une longueur de plus de
30 m;
c) si les ouvrages sont situés dans les eaux navigables ou à travers le cours de celles-ci, ils sont
indiqués par des bouées d’avertissement qui sont
illuminées du crépuscule à l’aube et durant les
périodes de visibilité réduite et qui sont conformes
aux exigences suivantes :
(i) elles sont situées à l’extrémité des ouvrages
qui est la plus loin de la berge ou de la rive la
plus proche, si les ouvrages sont d’une longueur d’au plus 3 m,
(ii) elles sont situées à chacune des extrémités
des ouvrages, si les ouvrages sont d’une longueur de plus de 3 m mais d’au plus 20 m,
(iii) elles sont situées à chacune des extrémités
des ouvrages et à tout autre endroit le long de
ceux-ci de façon à n’être pas espacées de plus
de 20 m, si les ouvrages sont d’une longueur de
plus de 20 m mais d’au plus 30 m,
(iv) elles sont situées à chacune des extrémités
des ouvrages et à tout autre endroit le long de
ceux-ci de façon à n’être pas espacées de plus
de 30 m, si les ouvrages sont d’une longueur de
plus de 30 m.
(4) Le propriétaire d’ouvrages de la catégorie
établie par le paragraphe (2) veille à ce que ceux-ci
soient complètement enlevés dès l’achèvement de la
construction ou de l’emplacement des ouvrages pour
lesquels ils étaient exigés.
(5) Le propriétaire d’ouvrages de la catégorie établie par le paragraphe (1) veille à ce que les contours
du lit des eaux navigables qui ont été perturbés pour
l’une ou l’autre des raisons ci-après soient remis à
leur état naturel dès l’achèvement de la construction
ou de l’emplacement de ces ouvrages :
a) la construction ou l’emplacement des ouvrages
ou d’ouvrages de la catégorie établie par le paragraphe (2);
b) l’enlèvement d’ouvrages de la catégorie établie
par le paragraphe (2).
(6) Si des ouvrages de la catégorie établie par le
paragraphe (1) deviennent un danger pour la navigation en raison de leur mauvais état, leur propriétaire
est tenu, selon le cas :
a) de les réparer immédiatement pour qu’ils ne
constituent plus un danger pour la navigation;
b) de les enlever immédiatement.
Boat Ramps, Slipways and Launch Ramps
Rampes à bateaux, cales de halage
et rampes de mise à l’eau
5. (1) Boat ramps, slipways and launch ramps that
are not marine railways are established as a class of
works for the purposes of subsection 5.1(1) of the
Act if
(a) the works are not within 5 m of the adjoining
property lines at the ordinary high-water mark;
and
(b) the works are not associated with any other
proposed works that are not of a class established
by this Order.
5. (1) Les rampes à bateaux, les cales de halage et
les rampes de mise à l’eau qui ne sont pas des slips
de carénage sont établies comme catégorie d’ouvrages pour l’application du paragraphe 5.1(1) de la
Loi si les conditions suivantes sont réunies :
a) les ouvrages ne sont pas situés à 5 m ou moins
des limites d’une propriété attenante à la laisse
des hautes eaux ordinaires;
b) ils ne sont associés à aucun autre ouvrage projeté qui n’est pas d’une catégorie établie par le
présent arrêté.
Enlèvement
d’ouvrages
temporaires
Remise en état
des contours
Ouvrages en
mauvais état
Catégorie
d’ouvrages
Le 19 avril 2014
Temporary
works — class
established
(2) Temporary works that are required for the construction or placement of works of the class established by subsection (1) are established as a class of
works for the purposes of subsection 5.1(1) of the
Act unless the temporary works
(a) are in, on, over, under, through or across a
navigation channel; or
(b) cross more than halfway from one side of the
navigable water to the other side.
During
construction or
placement
(3) During the construction or placement of works
of the class established by subsection (1) or (2), the
owner of the works must ensure that vessels can
navigate safely through or around the work site or, if
navigation is interrupted by any activity related to
the construction or placement, that suitable means,
such as a portage, exist to allow vessels to resume
navigation on the other side of the work site.
During
construction or
placement of
temporary
works
(4) During the construction or placement of works
of the class established by subsection (2), the owner
of the works must ensure that
(a) if the works are on or over a navigable water,
the works are marked, from dusk to dawn and during periods of restricted visibility, with yellow
flashing lights that are
(i) located on the end of the works that is farthest from the nearest bank or shore, if the
works are not more than 3 m in length,
(ii) located on each end of the works, if the
works are more than 3 m in length but not more
than 20 m in length,
(iii) located on each end of the works and at any
other location on the works so that the lights are
spaced not more than 20 m apart, if the works
are more than 20 m in length but not more than
30 m in length, or
(iv) located on each end of the works and at any
other location on the works so that the lights are
spaced not more than 30 m apart, if the works
are more than 30 m in length; and
(b) if the works are in or through a navigable
water, the works are marked with cautionary
buoys that are lighted from dusk to dawn and during periods of restricted visibility and are
(i) located at the end of the works that is farthest from the nearest bank or shore, if the
works are not more than 3 m in length,
(ii) located at each end of the works, if the
works are more than 3 m in length but not more
than 20 m in length,
(iii) located at each end of the works and at any
other location alongside the works so that the
buoys are spaced not more than 20 m apart, if
the works are more than 20 m in length but not
more than 30 m in length, or
(iv) located at each end of the works and at any
other location alongside the works so that the
buoys are spaced not more than 30 m apart, if
the works are more than 30 m in length.
Gazette du Canada Partie I941
(2) Les ouvrages temporaires exigés pour la
construction ou l’emplacement d’ouvrages de la
catégorie établie par le paragraphe (1) sont établis
comme catégorie d’ouvrages pour l’application du
paragraphe 5.1(1) de la Loi, sauf dans les cas
suivants :
a) ils sont situés dans un chenal de navigation, sur,
sous ou à travers celui-ci, ou au-dessus de
celui-ci;
b) ils occupent, sur plus de leur moitié, les eaux
navigables d’un côté à l’autre.
(3) Durant la construction ou l’emplacement
d’ouvrages de la catégorie établie par les paragraphes (1) ou (2), leur propriétaire veille à ce que
les bateaux puissent naviguer de façon sécuritaire à
travers le chantier ou autour de celui-ci ou, si la navigation est interrompue par toute activité liée à la
construction ou à l’emplacement, à ce qu’il existe un
moyen approprié, comme le portage, pour leur permettre de reprendre la navigation de l’autre côté du
chantier.
(4) Durant la construction ou l’emplacement d’ouvrages de la catégorie établie par le paragraphe (2),
leur propriétaire veille à ce que les conditions suivantes soient respectées :
a) si les ouvrages sont situés sur les eaux navigables ou au-dessus de celles-ci, ils sont indiqués,
du crépuscule à l’aube et durant les périodes de
visibilité réduite, par des feux clignotants jaunes
qui sont conformes aux exigences suivantes :
(i) ils sont situés sur l’extrémité des ouvrages
qui est la plus loin de la berge ou de la rive la
plus proche, si les ouvrages sont d’une longueur d’au plus 3 m,
(ii) ils sont situés sur chacune des extrémités
des ouvrages, si les ouvrages sont d’une longueur de plus de 3 m mais d’au plus 20 m,
(iii) ils sont situés sur chacune des extrémités
des ouvrages et à tout autre endroit sur ceux-ci
de façon à n’être pas espacés de plus de 20 m,
si les ouvrages sont d’une longueur de plus de
20 m mais d’au plus 30 m,
(iv) ils sont situés sur chacune des extrémités
des ouvrages et à tout autre endroit sur ceux-ci
de façon à n’être pas espacés de plus de 30 m,
si les ouvrages sont d’une longueur de plus de
30 m;
b) si les ouvrages sont situés dans les eaux navigables ou à travers le cours de celles-ci, ils sont
indiqués par des bouées d’avertissement qui sont
illuminées du crépuscule à l’aube et durant les
périodes de visibilité réduite et qui sont conformes
aux exigences suivantes :
(i) elles sont situées à l’extrémité des ouvrages
qui est la plus loin de la berge ou de la rive la
plus proche, si les ouvrages sont d’une longueur d’au plus 3 m,
(ii) elles sont situées à chacune des extrémités
des ouvrages, si les ouvrages sont d’une longueur de plus de 3 m mais d’au plus 20 m,
(iii) elles sont situées à chacune des extrémités
des ouvrages et à tout autre endroit le long de
ceux-ci de façon à n’être pas espacées de plus
de 20 m, si les ouvrages sont d’une longueur de
plus de 20 m mais d’au plus 30 m,
Catégorie
d’ouvrages
temporaires
Durant la
construction ou
l’emplacement
Durant la
construction ou
l’emplacement
d’ouvrages
temporaires
942
Canada Gazette Part I
Removal of
temporary
works
(5) The owner of works of the class established by
subsection (2) must ensure that they are completely
removed on completion of the construction or placement of the works for which they were required.
Restoration of
contours
(6) The owner of works of the class established by
subsection (1) must, if the contours of the bed of the
navigable water were disturbed by either of the following, ensure that the contours are restored to their
natural state on completion of the construction or
placement of the works:
(a) the placement or construction of the works
or of works of the class established by subsection (2); or
(b) the removal of works of the class established
by subsection (2).
(7) If works of the class established by subsection (1) become a danger to navigation because of
disrepair, the owner of the works must immediately
(a) repair the works so that they are no longer a
danger to navigation; or
(b) remove the works.
Works in
disrepair
April 19, 2014
(iv) elles sont situées à chacune des extrémités
des ouvrages et à tout autre endroit le long de
ceux-ci de façon à n’être pas espacées de plus
de 30 m, si les ouvrages sont d’une longueur de
plus de 30 m.
(5) Le propriétaire d’ouvrages de la catégorie établie par le paragraphe (2) veille à ce que ceux-ci
soient complètement enlevés dès l’achèvement de la
construction ou de l’emplacement des ouvrages pour
lesquels ils étaient exigés.
(6) Le propriétaire d’ouvrages de la catégorie établie par le paragraphe (1) veille à ce que les contours
du lit des eaux navigables qui ont été perturbés pour
l’une ou l’autre des raisons ci-après soient remis à
leur état naturel dès l’achèvement de la construction
ou de l’emplacement de ces ouvrages :
a) la construction ou l’emplacement des ouvrages
ou d’ouvrages de la catégorie établie par le paragraphe (2);
b) l’enlèvement d’ouvrages de la catégorie établie
par le paragraphe (2).
(7) Si des ouvrages de la catégorie établie par le
paragraphe (1) deviennent un danger pour la navigation en raison de leur mauvais état, leur propriétaire
est tenu, selon le cas :
a) de les réparer immédiatement pour qu’ils ne
constituent plus un danger pour la navigation;
b) de les enlever immédiatement.
Aerial Cables — Power and
Telecommunication
Câbles aériens — énergie et
Class
established
6. (1) Aerial cables that are over or across a navigable water and that are only for power or telecommunication purposes, and the associated structures
and equipment, are established as a class of works
for the purposes of subsection 5.1(1) of the Act if
(a) the width of the navigable water at the site of
the crossing is less than 30 m when measured
from the ordinary high-water mark on one side of
the navigable water to the ordinary high-water
mark on the other side;
(b) the works are not over or across a lake or tidal
waters;
(c) the works are not over or across a canal that is
accessible to the public;
(d) the works do not include towers or poles
within the area between the ordinary high-water
marks on each side of the navigable water; and
(e) the works meet the requirements of section 5.3.3.2 of Overhead Systems, CAN/CSAC22.3 No. 1-10, as amended from time to time.
Temporary
works — class
established
(2) Temporary works that are required for the construction or placement of works of the class established by subsection (1) are established as a class of
works for the purposes of subsection 5.1(1) of the
Act unless the temporary works are in, on, under,
through or across a navigation channel.
6. (1) Les câbles aériens qui passent au-dessus ou
à travers les eaux navigables et qui servent uniquement pour l’énergie ou les télécommunications,
ainsi que leurs supports et équipements, sont établis
comme catégorie d’ouvrages pour l’application du
paragraphe 5.1(1) de la Loi si les conditions suivantes sont réunies :
a) la largeur des eaux navigables au lieu de passage, mesurée de la laisse des hautes eaux ordinaires d’un côté des eaux navigables à la laisse
des hautes eaux ordinaires de l’autre côté, est
inférieure à 30 m;
b) les ouvrages ne passent ni au-dessus d’un lac
ou d’eaux à marée ni à travers ceux-ci;
c) ils ne passent ni au-dessus d’un canal accessible au public ni à travers celui-ci;
d) ils ne comprennent ni pylônes ni poteaux situés
dans la zone comprise entre la laisse des hautes
eaux ordinaires de chaque côté des eaux
navigables;
e) ils sont conformes aux exigences de l’article 5.3.3.2 de la norme CAN/CSA-C22.3 no 1-10,
intitulée Réseaux aériens, avec ses modifications
successives.
(2) Les ouvrages temporaires exigés pour la
construction ou l’emplacement d’ouvrages de la
catégorie établie par le paragraphe (1) sont établis
comme catégorie d’ouvrages pour l’application du
paragraphe 5.1(1) de la Loi, sauf s’ils sont situés
dans un chenal de navigation, sur, sous ou à travers
celui-ci.
Enlèvement
d’ouvrages
temporaires
Remise en état
des contours
Ouvrages en
mauvais état
télécommunications
Catégorie
d’ouvrages
Catégorie
d’ouvrages
temporaires
Le 19 avril 2014
Prior
notification of
Canadian Coast
Guard
(3) If works of the class established by subsection (2) are in a charted navigable water, the owner
of the works must, at least 48 hours before the construction or placement of the works starts, in writing
notify a Canadian Coast Guard Marine Communications and Traffic Services Centre of the day on which
construction or placement of the works is expected
to start.
During
construction or
placement
(4) During the construction or placement of works
of the class established by subsection (1) or (2), the
owner of the works must ensure
(a) that vessels can navigate safely through or
around the work site or, if navigation is interrupted by any activity related to the construction
or placement, that suitable means, such as a portage, exist to allow vessels to resume navigation
on the other side of the work site;
(b) in the case of a river, a stream, a creek or similar navigable water, that signs stating “Construction Ahead” and “Travaux de construction” that
are legible from at least 50 m are in place 50 m
upstream and downstream from the work site; and
(c) that any cables that are in, on, over, under,
through or across the navigable water are not left
unattended or unsupervised unless they meet the
requirements referred to in paragraph (1)(e) or are
lying on the bed of the water.
Removal of
temporary
works
(5) The owner of works of the class established by
subsection (2) must ensure that they are completely
removed on completion of the construction or placement of the works for which they were required.
Notification of
Canadian Coast
Guard on
removal
(6) If works of the class established by subsection (2) are in a charted navigable water, on removal
of the works the owner of the works must, in writing,
notify a Canadian Coast Guard Marine Communications and Traffic Services Centre that the works have
been removed.
Notification of
Canadian
Hydrographic
Service on
completion
(7) If works of the class established by subsection (1) are over or across a charted navigable water,
on completion of the construction or placement of
the works the owner of the works must, in writing,
notify the Canadian Hydrographic Service that the
works have been constructed or placed.
Maintenance
(8) The owner of works of the class established by
subsection (1) must ensure that the works continue to
meet the requirements referred to in paragraph (1)(e).
Works in
disrepair
(9) If works of the class established by subsection (1) become a danger to navigation because of
disrepair, the owner of the works must immediately
(a) repair the works so that they are no longer a
danger to navigation; or
(b) remove the works.
Gazette du Canada Partie I943
(3) Si des ouvrages de la catégorie établie par le
paragraphe (2) sont situés dans des eaux navigables
cartographiées, leur propriétaire notifie par écrit, au
moins quarante-huit heures avant le commencement
de la construction ou de l’emplacement des ouvrages,
à un centre des Services de communications et de
trafic maritimes de la Garde côtière canadienne, la
date prévue du commencement de la construction ou
de l’emplacement des ouvrages.
(4) Durant la construction ou l’emplacement
d’ouvrages de la catégorie établie par les paragraphes (1) ou (2), leur propriétaire veille à ce que
les conditions suivantes soient respectées :
a) les bateaux peuvent naviguer de façon sécuritaire à travers le chantier ou, si la navigation est
interrompue par toute activité liée à la construction ou à l’emplacement, il existe un moyen
approprié, comme le portage, pour leur permettre
de reprendre la navigation de l’autre côté du
chantier;
b) dans le cas des rivières ou des fleuves, des ruisseaux, des criques ou des eaux navigables semblables, des panneaux portant les mentions « Travaux de construction » et « Construction Ahead »,
lisibles à une distance d’au moins 50 m, sont en
place à 50 m en amont et en aval du chantier;
c) les câbles qui sont dans les eaux navigables,
sur, sous ou à travers celles-ci, ou au-dessus de
celles-ci ne sont laissés ni sans surveillance ni
sans supervision, sauf s’ils sont conformes aux
exigences visées à l’alinéa (1)e) ou s’ils reposent
sur le lit des eaux navigables.
(5) Le propriétaire d’ouvrages de la catégorie établie par le paragraphe (2) veille à ce que ceux-ci
soient complètement enlevés dès l’achèvement de la
construction ou de l’emplacement des ouvrages pour
lesquels ils étaient exigés.
(6) Si des ouvrages de la catégorie établie par le
paragraphe (2) sont situés dans des eaux navigables
cartographiées, leur propriétaire notifie par écrit, dès
leur enlèvement, à un centre des Services de communications et de trafic maritimes de la Garde
côtière canadienne, que les ouvrages ont été
enlevés.
(7) Si des ouvrages de la catégorie établie par le
paragraphe (1) passent au-dessus des eaux navigables cartographiées ou à travers celles-ci, leur propriétaire notifie par écrit, dès l’achèvement de la
construction ou du placement des ouvrages, au Service hydrographique du Canada, que les ouvrages
ont été construits ou placés.
(8) Le propriétaire d’ouvrages de la catégorie établie par le paragraphe (1) veille à ce que les ouvrages
demeurent conformes aux exigences visées à l’alinéa (1)e).
(9) Si des ouvrages de la catégorie établie par le
paragraphe (1) deviennent un danger pour la navigation en raison de leur mauvais état, leur propriétaire
est tenu, selon le cas :
a) de les réparer immédiatement pour qu’ils ne
constituent plus un danger pour la navigation;
b) de les enlever immédiatement.
Notification
préalable à la
Garde côtière
canadienne
Durant la
construction ou
l’emplacement
Enlèvement
d’ouvrages
temporaires
Notification à la
Garde côtière
canadienne —
dès
l’enlèvement
Notification au
Service
hydrographique
du Canada —
dès
l’achèvement
Entretien et
exploitation
Ouvrages en
mauvais état
944
Canada Gazette Part I
April 19, 2014
(10) An amendment to one language version of
section 5.3.3.2 of Overhead Systems, CAN/CSAC22.3 No. 1-10, is not incorporated until the corresponding amendment is made to the other language
version.
(10) Les modifications apportées dans une seule
version linguistique de l’article 5.3.3.2 de la norme
CAN/CSA-C22.3 no 1-10, intitulée Réseaux aériens,
ne sont pas incorporées tant qu’elles ne sont pas
apportées dans l’autre version linguistique.
Submarine Cables — Power and
Telecommunication
Câbles sous-marins — énergie et
Class
established
7. (1) Submarine cables that are only for power or
telecommunication purposes are established as a
class of works for the purposes of subsection 5.1(1)
of the Act if
(a) the works lie on or under the bed of the navigable water;
(b) the works do not extend vertically above the
bed of the navigable water more than
(i) in the case of a navigable water of less than
15 m in depth, when measured from the ordinary high-water mark, 5% of the depth of the
water when measured from the ordinary highwater mark, or
(ii) in any other case, 1 m;
(c) the works are not across the entrance to any
port, including any marina;
(d) the works are not in a dredged channel or area
with maintained depth; and
(e) the works are not in an area that is identified as
an anchorage area on a Canadian Hydrographic
Service or National Oceanic and Atmospheric
Administration chart.
Temporary
works — class
established
(2) Temporary works that are required for the construction or placement of works of the class established by subsection (1) are established as a class of
works for the purposes of subsection 5.1(1) of the
Act unless the temporary works are in, on, over,
under, through or across a navigation channel.
Prior
notification of
Canadian Coast
Guard
(3) If works of the class established by subsection (2) are in a charted navigable water, the owner
of the works must, at least 48 hours before the construction or placement of the works starts, in writing
notify a Canadian Coast Guard Marine Communications and Traffic Services Centre of the day on which
construction or placement of the works is expected
to start.
During
construction or
placement
(4) During the construction or placement of works
of the class established by subsection (1) or (2), the
owner of the works must ensure that vessels can
navigate safely through the work site or, if navigation is interrupted by any activity related to the construction or placement, that suitable means, such as
a portage, exist to allow vessels to resume navigation
on the other side of the work site.
During
construction or
placement of
temporary
works
(5) During the construction or placement of works
of the class established by subsection (2), the owner
of the works must ensure, that if the works are in or
through a navigable water, the works are marked
with cautionary buoys that are lighted from dusk to
7. (1) Les câbles sous-marins qui servent uniquement pour l’énergie ou les télécommunications sont
établis comme catégorie d’ouvrages pour l’application du paragraphe 5.1(1) de la Loi si les conditions
suivantes sont réunies :
a) les ouvrages reposent sur le lit des eaux navigables ou sous celui-ci;
b) ils ne s’étendent pas verticalement au-dessus
du lit des eaux navigables :
(i) dans le cas d’eaux navigables d’une profondeur de moins de 15 m, mesurée de la laisse des
hautes eaux ordinaires, au-delà de 5 % de la
profondeur des eaux, mesurée de la laisse des
hautes eaux ordinaires,
(ii) dans tous les autres cas, au-delà de 1 m;
c) ils ne traversent pas l’entrée d’un port, y compris toute marina;
d) ils ne sont pas situés dans un chenal ou une
zone dragués avec la profondeur entretenue;
e) ils ne sont pas situés dans une zone indiquée
comme un mouillage sur une carte du Service
hydrographique du Canada ou de la National
Oceanic and Atmospheric Administration.
(2) Les ouvrages temporaires exigés pour la
construction ou l’emplacement d’ouvrages de la
catégorie établie par le paragraphe (1) sont établis
comme catégorie d’ouvrages pour l’application du
paragraphe 5.1(1) de la Loi, sauf s’ils sont situés
dans un chenal de navigation, sur, sous ou à travers
celui-ci, ou au-dessus de celui-ci.
(3) Si des ouvrages de la catégorie établie par le
paragraphe (2) sont situés dans des eaux navigables
cartographiées, leur propriétaire notifie par écrit, au
moins quarante-huit heures avant le commencement
de la construction ou de l’emplacement des ouvrages,
à un centre des Services de communications et de
trafic maritimes de la Garde côtière canadienne, la
date prévue du commencement de la construction ou
de l’emplacement des ouvrages.
(4) Durant la construction ou l’emplacement
d’ouvrages de la catégorie établie par les paragraphes (1) ou (2), leur propriétaire veille à ce que
les bateaux puissent naviguer de façon sécuritaire à
travers le chantier ou, si la navigation est interrompue par toute activité liée à la construction ou à l’emplacement, à ce qu’il existe un moyen approprié,
comme le portage, pour leur permettre de reprendre
la navigation de l’autre côté du chantier.
(5) Durant la construction ou l’emplacement
d’ouvrages de la catégorie établie par le paragraphe (2), leur propriétaire veille à ce que ceux qui
sont situés dans les eaux navigables ou à travers le
cours de celles-ci soient indiqués par des bouées
Effective date
of amendments
Date
d’entrée en
vigueur —
modifications
télécommunications
Catégorie
d’ouvrages
Catégorie
d’ouvrages
temporaires
Notification
préalable à la
Garde côtière
canadienne
Durant la
construction ou
l’emplacement
Durant la
construction ou
l’emplacement
d’ouvrages
temporaires
Le 19 avril 2014
dawn and during periods of restricted visibility and
are
(a) located at the end of the works that is farthest
from the nearest bank or shore, if the works are
not more than 3 m in length;
(b) located at each end of the works, if the works
are more than 3 m in length but not more than
20 m in length;
(c) located at each end of the works and at any
other location alongside the works so that the
buoys are spaced not more than 20 m apart, if the
works are more than 20 m in length but not more
than 30 m in length; or
(d) located at each end of the works and at any
other location alongside the works so that the
buoys are spaced not more than 30 m apart, if the
works are more than 30 m in length.
Removal of
temporary
works
(6) The owner of works of the class established by
subsection (2) must ensure that they are completely
removed on completion of the construction or placement of the works for which they were required.
Notification of
Canadian
Hydrographic
Service on
completion
(7) If works of the class established by subsection (1) are over or across a charted navigable water,
on completion of the construction or placement of
the works the owner of the works must, in writing,
notify the Canadian Hydrographic Service that the
works have been constructed or placed.
Notification of
Canadian Coast
Guard on
removal
(8) If works of the class established by subsection (2) are in a charted navigable water, on removal
of the works the owner of the works must, in writing,
notify a Canadian Coast Guard Marine Communications and Traffic Services Centre that the works have
been removed.
Restoration of
contours
(9) The owner of works of the class established by
subsection (1) must, if the contours of the bed of the
navigable water were disturbed by either of the following, ensure that the contours are restored to their
natural state on completion of the construction or
placement of the works:
(a) the placement or construction of the works or
of works of the class established by subsection (2), or
(b) the removal of works of the class established
by subsection (2).
(10) Subject to subsection (11), if works of the
class established by subsection (1) no longer lie on
or under the bed of the navigable water, the owner of
the works must, as soon as feasible,
(a) re-lay the works so that they lie on or under the
bed; or
(b) remove the works.
(11) The owner must immediately take the action
referred to in subsection (10) if the works become a
danger to navigation because they no longer lie on or
under the bed of the navigable water.
Re-laying
works
Dangers to
navigation
Gazette du Canada Partie I945
d’avertissement qui sont illuminées du crépuscule à
l’aube et durant les périodes de visibilité réduite et
qui sont conformes aux exigences suivantes :
a) elles sont situées à l’extrémité des ouvrages qui
est la plus loin de la berge ou de la rive la plus
proche, si les ouvrages sont d’une longueur d’au
plus 3 m;
b) elles sont situées à chacune des extrémités des
ouvrages, si les ouvrages sont d’une longueur de
plus de 3 m mais d’au plus 20 m;
c) elles sont situées à chacune des extrémités des
ouvrages et à tout autre endroit le long de ceux-ci
de façon à n’être pas espacées de plus de 20 m, si
les ouvrages sont d’une longueur de plus de 20 m
mais d’au plus 30 m;
d) elles sont situées à chacune des extrémités des
ouvrages et à tout autre endroit le long de ceux-ci
de façon à n’être pas espacées de plus de 30 m, si
les ouvrages sont d’une longueur de plus de 30 m.
(6) Le propriétaire d’ouvrages de la catégorie établie par le paragraphe (2) veille à ce que ceux-ci
soient complètement enlevés dès l’achèvement de la
construction ou de l’emplacement des ouvrages pour
lesquels ils étaient exigés.
(7) Si des ouvrages de la catégorie établie par le
paragraphe (1) passent au-dessus des eaux navigables cartographiées ou à travers celles-ci, leur propriétaire notifie par écrit, dès l’achèvement de la
construction ou du placement des ouvrages, au Service hydrographique du Canada, que les ouvrages
ont été construits ou placés.
(8) Si des ouvrages de la catégorie établie par le
paragraphe (2) sont situés dans des eaux navigables
cartographiées, leur propriétaire notifie par écrit, dès
leur enlèvement, à un centre des Services de communications et de trafic maritimes de la Garde
côtière canadienne, que les ouvrages ont été
enlevés.
(9) Le propriétaire d’ouvrages de la catégorie établie par le paragraphe (1) veille à ce que les contours
du lit des eaux navigables qui ont été perturbés pour
l’une ou l’autre des raisons ci-après soient remis à
leur état naturel dès l’achèvement de la construction
ou de l’emplacement de ces ouvrages :
a) la construction ou l’emplacement des ouvrages
ou d’ouvrages de la catégorie établie par le paragraphe (2);
b) l’enlèvement d’ouvrages de la catégorie établie
par le paragraphe (2).
(10) Sous réserve du paragraphe (11), si des
ouvrages de la catégorie établie par le paragraphe (1)
ne reposent plus sur ou sous le lit des eaux navigables, leur propriétaire est tenu, selon le cas :
a) de les reposer dès que possible sur ou sous le
lit;
b) de les enlever dès que possible.
(11) Le propriétaire prend immédiatement la
mesure visée au paragraphe (10) si les ouvrages
deviennent un danger pour la navigation parce qu’ils
ne reposent plus sur ou sous le lit des eaux
navigables.
Enlèvement
d’ouvrages
temporaires
Notification au
Service
hydrographique
du Canada —
dès
l’achèvement
Notification à la
Garde côtière
canadienne —
dès
l’enlèvement
Remise en état
des contours
Reposer les
ouvrages
Dangers pour la
navigation
946
Canada Gazette Part I
April 19, 2014
Pipelines Buried Under the
Bed of Navigable water
Pipelines enfouis sous le lit
Class
established
8. (1) Pipelines that are buried under the bed of a
navigable water and that are built or placed using a
trenched method are established as a class of works
for the purposes of subsection 5.1(1) of the Act if
(a) the width of the navigable water at the site of
the crossing is less than 50 m when measured
from the ordinary high-water mark on one side of
the navigable water to the ordinary high-water
mark on the other side; and
(b) the construction or placement of the works is
completed within two weeks after the day on
which construction or placement of the works
started.
Temporary
works — class
established
(2) Temporary works that are required for the construction or placement of works of the class established by subsection (1) are established as a class of
works for the purposes of subsection 5.1(1) of the
Act unless the temporary works include or consist of
cables that do not lie on the bed of the navigable
water.
(3) If works of the class established by subsection (2) are in a charted navigable water, the owner
of the works must, at least 48 hours before the construction or placement of the works starts, in writing
notify a Canadian Coast Guard Marine Communications and Traffic Services Centre of the day on which
construction or placement of the works is expected
to start.
8. (1) Les pipelines enfouis sous le lit des eaux
navigables qui sont construits ou placés selon la
méthode de construction avec tranchée sont établis
comme catégorie d’ouvrages pour l’application du
paragraphe 5.1(1) de la Loi si les conditions suivantes sont réunies :
a) la largeur des eaux navigables au lieu de passage, mesurée de la laisse des hautes eaux ordinaires d’un côté des eaux navigables à la laisse
des hautes eaux ordinaires de l’autre côté, est
inférieure à 50 m;
b) la construction ou l’emplacement des ouvrages
sont terminés dans les deux semaines suivant la
date où commencent leur construction ou leur
emplacement.
(2) Les ouvrages temporaires exigés pour la
construction ou l’emplacement d’ouvrages de la
catégorie établie par le paragraphe (1) sont établis
comme catégorie d’ouvrages pour l’application du
paragraphe 5.1(1) de la Loi, sauf s’ils comprennent
des câbles, ou sont constitués de câbles, qui ne
reposent pas sur le lit des eaux navigables.
(3) Si des ouvrages de la catégorie établie par le
paragraphe (2) sont situés dans des eaux navigables
cartographiées, leur propriétaire notifie par écrit, au
moins quarante-huit heures avant le commencement
de la construction ou de l’emplacement des ouvrages,
à un centre des Services de communications et de
trafic maritimes de la Garde côtière canadienne, la
date prévue du commencement de la construction ou
de l’emplacement des ouvrages.
(4) Durant la construction ou l’emplacement
d’ouvrages de la catégorie établie par les paragraphes (1) ou (2), leur propriétaire veille à ce que
les conditions suivantes soient respectées :
a) les bateaux peuvent naviguer de façon sécuritaire à travers le chantier ou autour de celui-ci ou,
si la navigation est interrompue par toute activité
liée à la construction ou à l’emplacement, il existe
un moyen approprié, comme le portage, pour leur
permettre de reprendre la navigation de l’autre
côté du chantier;
b) si les ouvrages sont situés sous des rivières ou
des fleuves, des ruisseaux, des criques ou des
eaux navigables semblables qui, lorsqu’ils sont
mesurés de la laisse des hautes eaux ordinaires
d’un côté des eaux à la laisse des hautes eaux ordinaires de l’autre côté, sont d’une largeur figurant
à la colonne 1 du tableau du présent paragraphe,
des panneaux portant les mentions « Travaux de
construction » et « Construction Ahead », lisibles
à une distance d’au moins 50 m, sont en place en
amont et en aval du chantier, à la distance minimale figurant à la colonne 2.
Prior
notification of
Canadian Coast
Guard
During
construction or
placement
(4) During the construction or placement of works
of the class established by subsection (1) or (2), the
owner of the works must ensure
(a) that vessels can navigate safely through or
around the work site or, if navigation is interrupted by any activity related to the construction
or placement, that suitable means, such as a portage, exist to allow vessels to resume navigation
on the other side of the work site; and
(b) if the works are under a river, a stream, a creek
or similar navigable water that, when measured
from the ordinary high-water mark on one side of
the navigable water to the ordinary high-water
mark on the other side, is of a width set out in
column 1 of the table to this subsection, that signs
stating “Construction Ahead” and “Travaux de
construction” that are legible from at least 50 m
are in place, upstream and downstream from the
work site, at the minimum distance set out in column 2.
des eaux navigables
table
Item
1.
2.
3.
Catégorie
d’ouvrages
Catégorie
d’ouvrages
temporaires
Notification
préalable à la
Garde côtière
canadienne
Durant la
construction ou
l’emplacement
tableau
Column 1
Column 2
Width of Navigable Water
Less than 10 m
10 m or more but less than 20 m
20 m or more but less than 50 m
Minimum Distance
25 m
50 m
100 m
Article
1.
2.
3.
Colonne 1
Colonne 2
Largeur des eaux navigables
Moins de 10 m
10 m ou plus mais moins de 20 m
20 m ou plus mais moins de 50 m
Distance minimale
25 m
50 m
100 m
Le 19 avril 2014
During
construction or
placement of
temporary
works
(5) During the construction or placement of works
of the class established by subsection (2), the owner
of the works must ensure that
(a) if the works are on, over or across a navigable
water, the works are marked, from dusk to dawn
and during periods of restricted visibility, with
yellow flashing lights that are
(i) located on the end of the works that is farthest from the nearest bank or shore, if the
works are not more than 3 m in length,
(ii) located on each end of the works, if the
works are more than 3 m in length but not more
than 20 m in length,
(iii) located on each end of the works and at any
other location on the works so that the lights are
spaced not more than 20 m apart, if the works
are more than 20 m in length but not more than
30 m in length, or
(iv) located on each end of the works and at any
other location on the works so that the lights are
spaced not more than 30 m apart, if the works
are more than 30 m in length; and
(b) if the works are in or through a navigable
water, the works are marked with cautionary
buoys that are lighted from dusk to dawn and during periods of restricted visibility and are
(i) located at the end of the works that is farthest from the nearest bank or shore, if the
works are not more than 3 m in length,
(ii) located at each end of the works, if the
works are more than 3 m in length but not more
than 20 m in length,
(iii) located at each end of the works and at any
other location alongside the works so that the
buoys are spaced not more than 20 m apart, if
the works are more than 20 m in length but not
more than 30 m in length, or
(iv) located at each end of the works and at any
other location alongside the works so that the
buoys are spaced not more than 30 m apart, if
the works are more than 30 m in length.
Removal of
temporary
works
(6) The owner of works of the class established by
subsection (2) must ensure that they are completely
removed on completion of the construction or placement of the works for which they were required.
Notification of
Canadian
Hydrographic
Service on
completion
(7) If works of the class established by subsection (1) are under the bed of a charted navigable
water, on completion of the construction or placement of the works the owner of the works must, in
writing, notify the Canadian Hydrographic Service
that the works have been constructed or placed.
Gazette du Canada Partie I947
(5) Durant la construction ou l’emplacement
d’ouvrages de la catégorie établie par le paragraphe (2), leur propriétaire veille à ce que les conditions suivantes soient respectées :
a) si les ouvrages sont situés sur les eaux navigables, à travers celles-ci ou au-dessus de cellesci, ils sont indiqués, du crépuscule à l’aube et
durant les périodes de visibilité réduite, par des
feux clignotants jaunes qui sont conformes aux
exigences suivantes :
(i) ils sont situés sur l’extrémité des ouvrages
qui est la plus loin de la berge ou de la rive la
plus proche, si les ouvrages sont d’une longueur d’au plus 3 m,
(ii) ils sont situés sur chacune des extrémités
des ouvrages, si les ouvrages sont d’une longueur de plus de 3 m mais d’au plus 20 m,
(iii) ils sont situés sur chacune des extrémités
des ouvrages et à tout autre endroit sur ceux-ci
de façon à n’être pas espacés de plus de 20 m,
si les ouvrages sont d’une longueur de plus de
20 m mais d’au plus 30 m,
(iv) ils sont situés sur chacune des extrémités
des ouvrages et à tout autre endroit sur ceux-ci
de façon à n’être pas espacés de plus de 30 m,
si les ouvrages sont d’une longueur de plus de
30 m;
b) si les ouvrages sont situés dans les eaux navigables ou à travers le cours de celles-ci, ils sont
indiqués par des bouées d’avertissement qui sont
illuminées du crépuscule à l’aube et durant les
périodes de visibilité réduite et qui sont conformes
aux exigences suivantes :
(i) elles sont situées à l’extrémité des ouvrages
qui est la plus loin de la berge ou de la rive la
plus proche, si les ouvrages sont d’une longueur d’au plus 3 m,
(ii) elles sont situées à chacune des extrémités
des ouvrages, si les ouvrages sont d’une longueur de plus de 3 m mais d’au plus 20 m,
(iii) elles sont situées à chacune des extrémités
des ouvrages et à tout autre endroit le long de
ceux-ci de façon à n’être pas espacées de plus
de 20 m, si les ouvrages sont d’une longueur de
plus de 20 m mais d’au plus 30 m,
(iv) elles sont situées à chacune des extrémités
des ouvrages et à tout autre endroit le long de
ceux-ci de façon à n’être pas espacées de plus
de 30 m, si les ouvrages sont d’une longueur de
plus de 30 m.
(6) Le propriétaire d’ouvrages de la catégorie établie par le paragraphe (2) veille à ce que ceux-ci
soient complètement enlevés dès l’achèvement de la
construction ou de l’emplacement des ouvrages pour
lesquels ils étaient exigés.
(7) Si des ouvrages de la catégorie établie par le
paragraphe (1) sont situés sous le lit d’eaux navigables cartographiées, leur propriétaire notifie par
écrit, dès l’achèvement de la construction ou du placement des ouvrages, au Service hydrographique du
Canada, que les ouvrages ont été construits ou
placés.
Durant la
construction ou
l’emplacement
d’ouvrages
temporaires
Enlèvement
d’ouvrages
temporaires
Notification au
Service
hydrographique
du Canada —
dès
l’achèvement
948
Canada Gazette Part I
Notification of
Canadian Coast
Guard on
removal
(8) If works of the class established by subsection (2) are in a charted navigable water, on removal
of the works the owner of the works must, in writing,
notify a Canadian Coast Guard Marine Communications and Traffic Services Centre that the works have
been removed.
Restoration of
contours
(9) The owner of works of the class established by
subsection (1) must, if the contours of the bed of the
navigable water were disturbed by either of the following, ensure that the contours are restored to their
natural state on completion of the construction or
placement of the works:
(a) the placement or construction of the works
or of works of the class established by subsection (2); or
(b) the removal of works of the class established
by subsection (2).
(10) Subject to subsection (11), if works of the
class established by subsection (1) no longer lie on
or under the bed of the navigable water, the owner of
the works must, as soon as feasible,
(a) re-lay the works so that they lie on or under the
bed; or
(b) remove the works.
(11) The owner must immediately take the action
referred to in subsection (10) if the works become a
danger to navigation because they no longer lie on or
under the bed of the navigable water.
Re-laying
works
Dangers to
navigation
Pipelines and Power or Communication
Cables Attached to Existing Works
April 19, 2014
(8) Si des ouvrages de la catégorie établie par le
paragraphe (2) sont situés dans des eaux navigables
cartographiées, leur propriétaire notifie par écrit, dès
leur enlèvement, à un centre des Services de communications et de trafic maritimes de la Garde
côtière canadienne, que les ouvrages ont été
enlevés.
(9) Le propriétaire d’ouvrages de la catégorie établie par le paragraphe (1) veille à ce que les contours
du lit des eaux navigables qui ont été perturbés pour
l’une ou l’autre des raisons ci-après soient remis à
leur état naturel dès l’achèvement de la construction
ou de l’emplacement de ces ouvrages :
a) la construction ou l’emplacement des ouvrages
ou d’ouvrages de la catégorie établie par le paragraphe (2);
b) l’enlèvement d’ouvrages de la catégorie établie
par le paragraphe (2).
(10) Sous réserve du paragraphe (11), si des
ouvrages de la catégorie établie par le paragraphe (1)
ne reposent plus sur ou sous le lit des eaux navigables, leur propriétaire est tenu, selon le cas :
a) de les reposer dès que possible sur ou sous le
lit;
b) de les enlever dès que possible.
(11) Le propriétaire prend immédiatement la
mesure visée au paragraphe (10) si les ouvrages
deviennent un danger pour la navigation parce qu’ils
ne reposent plus sur ou sous le lit des eaux
navigables.
Notification à la
Garde côtière
canadienne —
dès
l’enlèvement
Remise en état
des contours
Reposer les
ouvrages
Dangers pour la
navigation
Pipelines et câbles — énergie et
télécommunications — fixés à
des ouvrages existants
Class
established
Temporary
works — class
established
During
construction or
placement
9. (1) Pipelines and cables that are attached to an
existing work that was approved under the Act or is
referred to in subsection 4(1) or (2) or section 8 of
the Act, are established as a class of works for the
purposes of subsection 5.1(1) of the Act if the works
do not increase the interference with navigation
caused by the existing work.
(2) Temporary works that are required for the construction or placement of works of the class established by subsection (1) are established as a class of
works for the purposes of subsection 5.1(1) of the
Act unless the temporary works are in, on, under,
through or across a navigation channel.
(3) During the construction or placement of works
of the class established by subsection (1) or (2), the
owner of the works must ensure
(a) that vessels can navigate safely through or
around the work site or, if navigation is interrupted by any activity related to the construction
or placement, that suitable means, such as a portage, exist to allow vessels to resume navigation
on the other side of the work site;
(b) if the works are on, over or across a navigable
water, that the works are marked, from dusk to
dawn and during periods of restricted visibility,
with yellow flashing lights that are
(i) located on the end of the works that is farthest from the nearest bank or shore, if the
works are not more than 3 m in length,
9. (1) Les pipelines et les câbles qui sont fixés à un
ouvrage existant qui a été approuvé en vertu de la
Loi ou est visé aux paragraphes 4(1) ou (2) ou à l’article 8 de la Loi sont établis comme catégorie d’ouvrages pour l’application du paragraphe 5.1(1) de la
Loi si les ouvrages ne gênent pas la navigation plus
que le fait l’ouvrage existant.
(2) Les ouvrages temporaires exigés pour la
construction ou l’emplacement d’ouvrages de la
catégorie établie par le paragraphe (1) sont établis
comme catégorie d’ouvrages pour l’application du
paragraphe 5.1(1) de la Loi, sauf s’ils sont situés
dans un chenal de navigation, sur, sous ou à travers
celui-ci.
(3) Durant la construction ou l’emplacement
d’ouvrages de la catégorie établie par les paragraphes (1) ou (2), leur propriétaire veille à ce que
les conditions suivantes soient respectées :
a) les bateaux peuvent naviguer de façon sécuritaire à travers le chantier ou autour de celui-ci ou,
si la navigation est interrompue par toute activité
liée à la construction ou à l’emplacement, il existe
un moyen approprié, comme le portage, pour leur
permettre de reprendre la navigation de l’autre
côté du chantier;
b) dans le cas des ouvrages qui sont situés sur les
eaux navigables, à travers celles-ci ou au-dessus
de celles-ci, ils sont indiqués, du crépuscule à
l’aube et durant les périodes de visibilité réduite,
Catégorie
d’ouvrages
Catégorie
d’ouvrages
temporaires
Durant la
construction ou
l’emplacement
Le 19 avril 2014
(ii) located on each end of the works, if the
works are more than 3 m in length but not more
than 20 m in length,
(iii) located on each end of the works and at any
other location on the works so that the lights are
spaced not more than 20 m apart, if the works
are more than 20 m in length but not more than
30 m in length, or
(iv) located on each end of the works and at any
other location on the works so that the lights are
spaced not more than 30 m apart, if the works
are more than 30 m in length; and
(c) in the case of a river, a stream, a creek or similar navigable water, that signs stating “Construction Ahead” and “Travaux de construction” that
are legible from at least 50 m are in place 50 m
upstream and downstream from the work site.
Removal of
temporary
works
(4) The owner of works of the class established by
subsection (2) must ensure that they are completely
removed on completion of the construction or placement of the works for which they were required.
Works in
disrepair
(5) If works of the class established by subsection (1) become a danger to navigation because of
disrepair, the owner of the works must immediately
(a) repair the works so that they are no longer a
danger to navigation; or
(b) remove the works.
Works Within a Boomed-off Area Upstream
or Downstream of an Existing Work
for Water Control
Gazette du Canada Partie I949
par des feux clignotants jaunes qui sont conformes
aux exigences suivantes :
(i) ils sont situés sur l’extrémité des ouvrages
qui est la plus loin de la berge ou de la rive la
plus proche, si les ouvrages sont d’une longueur d’au plus 3 m,
(ii) ils sont situés sur chacune des extrémités
des ouvrages, si les ouvrages sont d’une longueur de plus de 3 m mais d’au plus 20 m,
(iii) ils sont situés sur chacune des extrémités
des ouvrages et à tout autre endroit sur ceux-ci
de façon à n’être pas espacés de plus de 20 m,
si les ouvrages sont d’une longueur de plus de
20 m mais d’au plus 30 m,
(iv) ils sont situés sur chacune des extrémités
des ouvrages et à tout autre endroit sur ceux-ci
de façon à n’être pas espacés de plus de 30 m,
si les ouvrages sont d’une longueur de plus de
30 m;
c) dans le cas des rivières ou des fleuves, des ruisseaux, des criques ou des eaux navigables semblables, des panneaux portant les mentions « Travaux de construction » et « Construction Ahead »,
lisibles à une distance d’au moins 50 m, sont en
place à 50 m en amont et en aval du chantier.
(4) Le propriétaire d’ouvrages de la catégorie établie par le paragraphe (2) veille à ce que ceux-ci
soient complètement enlevés dès l’achèvement de la
construction ou de l’emplacement des ouvrages pour
lesquels ils étaient exigés.
(5) Si des ouvrages de la catégorie établie par le
paragraphe (1) deviennent un danger pour la navigation en raison de leur mauvais état, leur propriétaire
est tenu, selon le cas :
a) de les réparer immédiatement pour qu’ils ne
constituent plus un danger pour la navigation;
b) de les enlever immédiatement.
Enlèvement
d’ouvrages
temporaires
Ouvrages en
mauvais état
Ouvrages réalisés dans une section bordée
d’une barrière flottante en amont ou en
aval d’un ouvrage existant de
régularisation des eaux
Class
established
10. Works within a boomed-off area upstream or
downstream of an existing work for water control
are established as a class of works for the purposes
of subsection 5.1(1) of the Act if
(a) the existing work for water control was
approved under the Act or is referred to in subsection 4(1) or (2) of the Act;
(b) the boom was approved under the Act or is
referred to in subsection 4(1) or (2) of the Act;
(c) the works do not adversely affect the efficacy
of the boom;
(d) the works do not alter the level or flow of the
navigable water;
(e) the works are not related to rebuilding or alterations to the boom or the existing work for water
control; and
(f) the owner of the works is also the owner of the
boom or the existing work for water control.
10. Les ouvrages réalisés dans une section bordée
d’une barrière flottante en amont ou en aval d’un
ouvrage existant de régularisation des eaux sont établis comme catégorie d’ouvrages pour l’application
du paragraphe 5.1(1) de la Loi si les conditions suivantes sont réunies :
a) l’ouvrage existant de régularisation des eaux a
été approuvé en vertu de la Loi ou est visé aux
paragraphes 4(1) ou (2) de la Loi;
b) la barrière flottante est approuvée en vertu de la
Loi ou est visée aux paragraphes 4(1) ou (2) de la
Loi;
c) les ouvrages ne compromettent pas l’efficacité
de la barrière flottante;
d) ils ne modifient ni le niveau ni le débit des eaux
navigables;
e) ils ne visent pas à reconstruire ou à modifier la
barrière flottante ou l’ouvrage existant de régularisation des eaux;
Catégorie
d’ouvrages
950
Canada Gazette Part I
April 19, 2014
f) le propriétaire des ouvrages est également le
propriétaire de la barrière flottante ou de l’ouvrage existant de régularisation des eaux.
Definitions
“crib”
« encoffrement »
“headpond”
« bassin
d’amont »
Outfalls and Water Intakes
Émissaires et prises d’eau
11. (1) The following definitions apply in this
section.
“crib” means pieces of timber affixed together to
form bays or cells that are filled with stones or
concrete.
“headpond” means a reservoir of water created by
the construction of a dam or weir.
11. (1) Les définitions qui suivent s’appliquent au
présent article.
« bassin d’amont » Réservoir d’eau créé par la
construction d’un barrage ou d’un déversoir.
Définitions
« déversoir » Barrage ou mur peu élevés qui augmentent le niveau des eaux navigables ou en dévient
l’écoulement.
« émissaire » Sont exclus des émissaires les émissaires de type diffuseur.
« encoffrement » Pièces de bois d’œuvre fixées les
unes aux autres pour former des baies ou des cellules
qui sont remplies de pierres ou de béton.
(2) Les émissaires et les prises d’eau sont établis
comme catégorie d’ouvrages pour l’application du
paragraphe 5.1(1) de la Loi si les conditions suivantes sont réunies :
a) les ouvrages ne comprennent ni encoffrement
ni aucune autre structure d’émissaire ou de prise,
comme une claie à poisson, une ancre, un collet,
ou un poids, s’étendant verticalement au-dessus
du lit des eaux navigables :
(i) dans le cas d’eaux navigables d’une profondeur de moins de 15 m, mesurée de la laisse des
hautes eaux ordinaires, au-delà de 5 % de la
profondeur des eaux, mesurée de la laisse des
hautes eaux ordinaires,
(ii) dans tous les autres cas, au-delà de 1 m;
b) ils ne modifient ni le niveau ni le débit des eaux
navigables;
c) dans le cas d’eaux navigables cartographiées,
les ouvrages ne sont pas situés à 30 m ou moins
d’un chenal de navigation;
d) ils ne sont associés ni à un barrage, ni à un
déversoir, ni à un bassin d’amont, y compris un
barrage, un déversoir ou un bassin d’amont
projetés.
(3) Les ouvrages temporaires exigés pour la
construction ou l’emplacement d’ouvrages de la
catégorie établie par le paragraphe (2) sont établis
comme catégorie d’ouvrages pour l’application du
paragraphe 5.1(1) de la Loi, sauf s’ils sont situés
dans un chenal de navigation, sur, sous ou à travers
celui-ci, ou au-dessus de celui-ci.
(4) Durant la construction ou l’emplacement
d’ouvrages de la catégorie établie par les paragraphes (2) ou (3), leur propriétaire veille à ce que
les conditions suivantes soient respectées :
a) les bateaux peuvent naviguer de façon sécuritaire à travers le chantier ou autour de celui-ci ou,
si la navigation est interrompue par toute activité
liée à la construction ou à l’emplacement, il existe
un moyen approprié, comme le portage, pour leur
permettre de reprendre la navigation de l’autre
côté du chantier;
b) les tuyaux flottants ne sont laissés ni sans surveillance ni sans supervision.
« déversoir »
“weir”
“outfall”
« émissaire »
“outfall” does not include a diffuser-type outfall.
“weir”
« déversoir »
“weir” means a low dam or barrier that raises the
level or diverts the flow of a navigable water.
Class
established
(2) Outfalls and water intakes are established as a
class of works for the purposes of subsection 5.1(1)
of the Act if
(a) the works do not include a crib or other outfall
or intake structure, such as a fish screen, an anchor, a collar or a weight, that extends vertically
above the bed of the navigable water more than
(i) in the case of a navigable water of less than
15 m in depth when measured from the ordinary high-water mark, 5% of the depth of the
water when measured from the ordinary highwater mark, or
(ii) in any other case, 1 m;
(b) the works do not alter the level or flow of the
navigable water;
(c) in the case of a charted navigable water, the
works are not within 30 m of a navigation channel; and
(d) the works are not associated with a dam, weir
or headpond, including a proposed dam, weir or
headpond.
Temporary
works
(3) Temporary works that are required for the construction or placement of works of the class established by subsection (2) are established as a class of
works for the purposes of subsection 5.1(1) of the
Act unless the temporary works are in, on, over,
under, through or across a navigation channel.
During
construction or
placement
(4) During the construction or placement of works
of the class established by subsection (2) or (3), the
owner of the works must ensure
(a) that vessels can navigate safely through or
around the work site or, if navigation is interrupted by any activity related to the construction
or placement, that suitable means, such as a portage, exist to allow vessels to resume navigation
on the other side of the work site; and
(b) that no floating pipes are left unattended or
unsupervised.
« bassin
d’amont »
“headpond”
« émissaire »
“outfall”
« encoffrement »
“crib”
Catégorie
d’ouvrages
Catégorie
d’ouvrages
temporaires
Durant la
construction ou
l’emplacement
Le 19 avril 2014
Gazette du Canada Partie I951
Removal of
temporary
works
(5) The owner of works of the class established by
subsection (3) must ensure that they are completely
removed on completion of the construction or placement of the works for which they were required.
Restoration of
contours
(6) The owner of works of the class established by
subsection (2) must, if the contours of the bed of the
navigable water were disturbed by either of the following, ensure that the contours are restored to their
natural state on completion of the construction or
placement of the works:
(a) the placement or construction of the works
or of works of the class established by subsection (3); or
(b) the removal of works of the class established
by subsection (3).
(7) Subject to subsection (8), if the piping of
works of the class established by subsection (2) no
longer lies on the bed of the navigable water, the
owner of the works must, as soon as feasible,
(a) re-lay the piping so that it lies on the bed; or
(b) remove the works.
(8) The owner must immediately take the action
referred to in subsection (7) if the piping becomes a
danger to navigation because it no longer lies on the
bed of the navigable water.
(5) Le propriétaire d’ouvrages de la catégorie établie par le paragraphe (3) veille à ce que ceux-ci
soient complètement enlevés dès l’achèvement de la
construction ou de l’emplacement des ouvrages pour
lesquels ils étaient exigés.
(6) Le propriétaire d’ouvrages de la catégorie établie par le paragraphe (2) veille à ce que les contours
du lit des eaux navigables qui ont été perturbés pour
l’une ou l’autre des raisons ci-après soient remis à
leur état naturel dès l’achèvement de la construction
ou de l’emplacement de ces ouvrages :
a) la construction ou l’emplacement des ouvrages
ou d’ouvrages de la catégorie établie par le paragraphe (3);
b) l’enlèvement d’ouvrages de la catégorie établie
par le paragraphe (3).
(7) Sous réserve du paragraphe (8), si la tuyauterie
des ouvrages de la catégorie établie par le paragraphe (2) ne repose plus sur le lit des eaux navigables, le propriétaire de ces ouvrages est tenu, selon
le cas :
a) de reposer la tuyauterie dès que possible sur le
lit;
b) d’enlever les ouvrages dès que possible.
(8) Le propriétaire prend immédiatement la mesure visée au paragraphe (7) si la tuyauterie devient
un danger pour la navigation parce qu’elle ne repose
plus sur le lit des eaux navigables.
Dredging
Dragage
Class
established
12. (1) Dredging is established as a class of works
for the purposes of subsection 5.1(1) of the Act if
(a) the works are done in order to maintain the
width or depth of the navigable water;
(b) all dredged materials are disposed of
(i) above the ordinary high-water mark, or
(ii) in water where the disposal is authorized by
or under an Act of Parliament;
(c) the works do not use any suction dredging that
involves the use of floating or submerged pipes;
(d) the works have no cables that cross on, over or
through any portion of the navigable water; and
(e) the works do not include blasting.
Temporary
works — class
established
(2) Temporary works that are required for the construction or placement of works of the class established by subsection (1) are established as a class of
works for the purposes of subsection 5.1(1) of the
Act unless the temporary works are in, on, over,
under, through or across a navigation channel
marked by the federal government, a provincial government or an agency of one of those governments.
Prior
notification of
Canadian Coast
Guard
(3) If works of the class established by subsection (2) are in a charted navigable water, the owner
of the works must, at least 48 hours before the construction or placement of the works starts, in writing
12. (1) Le dragage est établi comme catégorie
d’ouvrages pour l’application du paragraphe 5.1(1)
de la Loi si les conditions suivantes sont réunies :
a) les ouvrages sont réalisés dans le but de conserver la largeur ou la profondeur des eaux
navigables;
b) tous les déblais de dragage sont rejetés, selon le
cas :
(i) au-dessus de la laisse des hautes eaux
ordinaires,
(ii) dans des eaux où le rejet est autorisé sous le
régime d’une loi fédérale;
c) les ouvrages ne font pas appel à du dragage par
succion comportant l’utilisation de tuyaux flottants ou submergés;
d) ils ne comportent pas de câbles passant sur une
partie des eaux navigables, au-dessus de celle-ci
ou à travers le cours de celle-ci;
e) ils ne comportent pas de sautage.
(2) Les ouvrages temporaires exigés pour la construction ou l’emplacement d’ouvrages de la catégorie établie par le paragraphe (1) sont établis comme
catégorie d’ouvrages pour l’application du paragraphe 5.1(1) de la Loi, sauf s’ils sont situés dans un
chenal de navigation indiqué par le gouvernement
fédéral ou un gouvernement provincial ou un organisme d’un de ceux-ci, sur, sous ou à travers celui-ci,
ou au-dessus de celui-ci.
(3) Si des ouvrages de la catégorie établie par le
paragraphe (2) sont situés dans des eaux navigables
cartographiées, leur propriétaire notifie par écrit, au
moins quarante-huit heures avant le commencement
Re-laying
piping
Dangers to
navigation
Enlèvement
d’ouvrages
temporaires
Remise en état
des contours
Reposer la
tuyauterie
Danger pour la
navigation
Catégorie
d’ouvrages
Catégorie
d’ouvrages
temporaires
Notification
préalable à la
Garde côtière
canadienne
952
Canada Gazette Part I
April 19, 2014
notify a Canadian Coast Guard Marine Communications and Traffic Services Centre of the day on which
construction or placement of the works is expected
to start.
de la construction ou de l’emplacement des ouvrages,
à un centre des Services de communications et de
trafic maritimes de la Garde côtière canadienne, la
date prévue du commencement de la construction ou
de l’emplacement des ouvrages.
During
construction or
placement
(4) During the construction or placement of works
of the class established by subsection (1) or (2), the
owner of the works must ensure that vessels can
navigate safely through or around the work site or, if
navigation is interrupted by any activity related to
the construction or placement, that suitable means,
such as a portage, exist to allow vessels to resume
navigation on the other side of the work site.
During
construction or
placement of
temporary
works
(5) During the construction or placement of works
of the class established by subsection (2), the owner
of the works must ensure that
(a) if the works are on, over or across a navigable
water, the works are marked, from dusk to dawn
and during periods of restricted visibility, with
yellow flashing lights that are
(i) located on the end of the works that is farthest from the nearest bank or shore, if the
works are not more than 3 m in length,
(ii) located on each end of the works, if the
works are more than 3 m in length but not more
than 20 m in length,
(iii) located on each end of the works and at any
other location on the works so that the lights are
spaced not more than 20 m apart, if the works
are more than 20 m in length but not more than
30 m in length, or
(iv) located on each end of the works and at any
other location on the works so that the lights are
spaced not more than 30 m apart, if the works
are more than 30 m in length; and
(b) if the works are in or through a navigable
water, the works are marked with cautionary
buoys that are lighted from dusk to dawn and during periods of restricted visibility and are
(i) located at the end of the works that is farthest from the nearest bank or shore, if the
works are not more than 3 m in length,
(ii) located at each end of the works, if the
works are more than 3 m in length but not more
than 20 m in length,
(iii) located at each end of the works and at any
other location alongside the works so that the
buoys are spaced not more than 20 m apart, if
the works are more than 20 m in length but not
more than 30 m in length, or
(iv) located at each end of the works and at any
other location alongside the works so that the
buoys are spaced not more than 30 m apart, if
the works are more than 30 m in length.
(4) Durant la construction ou l’emplacement d’ouvrages de la catégorie établie par le paragraphe (1)
ou (2), leur propriétaire veille à ce que les bateaux
puissent naviguer de façon sécuritaire à travers le
chantier ou autour de celui-ci ou, si la navigation est
interrompue par toute activité liée à la construction
ou à l’emplacement, à ce qu’il existe un moyen
approprié, comme le portage, pour leur permettre de
reprendre la navigation de l’autre côté du chantier.
(5) Durant la construction ou l’emplacement d’ouvrages de la catégorie établie par le paragraphe (2),
leur propriétaire veille à ce que les conditions suivantes soient respectées :
a) si les ouvrages sont situés sur des eaux navigables, à travers celles-ci ou au-dessus de cellesci, ils sont indiqués, du crépuscule à l’aube et
durant les périodes de visibilité réduite, par des
feux clignotants jaunes qui sont conformes aux
exigences suivantes :
(i) ils sont situés sur l’extrémité des ouvrages
qui est la plus loin de la berge ou de la rive la
plus proche, si les ouvrages sont d’une longueur d’au plus 3 m,
(ii) ils sont situés sur chacune des extrémités
des ouvrages, si les ouvrages sont d’une longueur de plus de 3 m mais d’au plus 20 m,
(iii) ils sont situés sur chacune des extrémités
des ouvrages et à tout autre endroit sur ceux-ci
de façon à n’être pas espacés de plus de 20 m,
si les ouvrages sont d’une longueur de plus de
20 m mais d’au plus 30 m,
(iv) ils sont situés sur chacune des extrémités
des ouvrages et à tout autre endroit sur ceux-ci
de façon à n’être pas espacés de plus de 30 m,
si les ouvrages sont d’une longueur de plus de
30 m;
b) si les ouvrages sont situés dans les eaux navigables ou à travers le cours de celles-ci, ils sont
indiqués par des bouées d’avertissement qui sont
illuminées du crépuscule à l’aube et durant les
périodes de visibilité réduite et qui sont conformes
aux exigences suivantes :
(i) elles sont situées à l’extrémité des ouvrages
qui est la plus loin de la berge ou de la rive la
plus proche, si les ouvrages sont d’une longueur d’au plus 3 m,
(ii) elles sont situées à chacune des extrémités
des ouvrages, si les ouvrages sont d’une longueur de plus de 3 m mais d’au plus 20 m,
(iii) elles sont situées à chacune des extrémités
des ouvrages et à tout autre endroit le long de
ceux-ci de façon à n’être pas espacées de plus
de 20 m, si les ouvrages sont d’une longueur de
plus de 20 m mais d’au plus 30 m,
(iv) elles sont situées à chacune des extrémités
des ouvrages et à tout autre endroit le long de
ceux-ci de façon à n’être pas espacées de plus
de 30 m, si les ouvrages sont d’une longueur de
plus de 30 m.
Durant la
construction ou
l’emplacement
Durant la
construction ou
l’emplacement
d’ouvrages
temporaires
Le 19 avril 2014
Gazette du Canada Partie I953
Removal of
temporary
works
(6) The owner of works of the class established by
subsection (2) must ensure that they are completely
removed on completion of the construction or placement of the works for which they were required.
Contouring
(7) The owner of works of the class established by
subsection (1) must ensure that the bed of the navigable water is, on completion of the construction or
placement of the works, contoured to prevent hazards to navigation.
Notification of
Canadian Coast
Guard on
completion
(8) If works of the class established by subsection (1) or (2) are in a charted navigable water, on
completion of the construction or placement of the
works the owner of the works must, in writing,
notify a Canadian Coast Guard Marine Communications and Traffic Services Centre that the works have
been completed.
Definitions
“length”
« longueur »
“mooring
system”
« système
d’amarrage »
“swing area”
« aire
d’évitage »
Class
established
(6) Le propriétaire d’ouvrages de la catégorie établie par le paragraphe (2) veille à ce que ceux-ci
soient complètement enlevés dès l’achèvement de la
construction ou de l’emplacement des ouvrages pour
lesquels ils étaient exigés.
(7) Le propriétaire d’ouvrages de la catégorie établie par le paragraphe (1) veille à ce que les contours
du lit des eaux navigables soient aménagés, dès
l’achèvement de la construction ou de l’emplacement de ces ouvrages, pour prévenir les dangers
pour la navigation.
(8) Si des ouvrages de la catégorie établie par le
paragraphe (1) ou (2) sont situés dans des eaux navigables cartographiées, leur propriétaire notifie par
écrit, dès l’achèvement de la construction ou de
l’emplacement de ces ouvrages, à un centre des Services de communications et de trafic maritimes de la
Garde côtière canadienne, que les ouvrages ont été
enlevés.
Mooring Systems
Systèmes d’amarrage
13. (1) The following definitions apply in this
section.
“length” means, in respect of a vessel, the distance
between the fore and aft extremities of the vessel.
“mooring system” means a system that is used to
secure a vessel and that consists of an anchor that is
set in or on the bed of a navigable water, a single
anchor line, a single buoy and a mooring line to
attach to a vessel.
“swing area” means the diameter of a circle created
by the swinging of a vessel moored to a mooring
system.
13. (1) Les définitions qui suivent s’appliquent au
présent article.
« aire d’évitage » Le diamètre d’un cercle créé par
le mouvement d’un bateau arrimé à un système
d’amarrage.
« longueur » S’agissant d’un bateau, la distance mesurée entre l’extrémité avant et l’extrémité arrière du
bateau.
« système d’amarrage » Système qui est utilisé pour
arrimer un bateau et qui consiste en une ancre mouillée dans ou sur le lit d’eaux navigables, une seule
ligne d’ancrage, une seule bouée et une ligne
d’amarre qui s’attache à un bateau.
(2) Les systèmes d’amarrage sont établis comme
catégorie d’ouvrages pour l’application du paragraphe 5.1(1) de la Loi si les conditions suivantes
sont réunies :
a) l’aire d’évitage des ouvrages n’est :
(i) ni à 20 m ou moins d’un ouvrage, autre
qu’un pipeline ou un câble aérien ou sousmarin, qui n’appartient pas au propriétaire des
ouvrages,
(ii) ni à 20 m ou moins d’une aire d’évitage
d’un autre ouvrage de la catégorie établie par le
présent paragraphe,
(iii) ni à 50 m ou moins d’une marina, d’une
rampe de mise à l’eau publique ou d’un chenal
de navigation;
b) les ouvrages ne sont pas associés à une marina
existante ou projetée;
c) la largeur des eaux navigables, mesurée de la
laisse des hautes eaux ordinaires d’un côté des
eaux à la laisse des hautes eaux ordinaires de
l’autre côté, est supérieure à 100 m;
d) la bouée possède les caractéristiques suivantes :
(i) elle porte bien en vue une inscription lisible,
indiquant les nom, adresse et numéro de téléphone du propriétaire des ouvrages,
(ii) sa partie qui émerge de l’eau mesure au
moins 15,25 cm de largeur et au moins 30,5 cm
de hauteur,
(2) Mooring systems are established as a class of
works for the purposes of subsection 5.1(1) of the
Act if
(a) the swing area of the works is not
(i) within 20 m of a work, other than a pipeline
or an aerial or submarine cable, that is not
owned by the owner of the works,
(ii) within 20 m of the swing area of another
work of the class established by this subsection,
or
(iii) within 50 m of a marina, public launchramp or navigation channel;
(b) the works are not associated with an existing
or proposed marina;
(c) the width of the navigable water is more than
100 m when measured from the ordinary highwater mark on one side of the water to the ordinary high-water mark on the other side; and
(d) the buoy has the following characteristics:
(i) the name, address and telephone number of
the owner of the works is displayed on it in a
conspicuous location and in a legible manner,
(ii) the part of the buoy that shows above the
surface of the water is at least 15.25 cm wide
and at least 30.5 cm high,
(iii) the top third of the buoy is orange and the
rest of it is white, and
Enlèvement
d’ouvrages
temporaires
Aménagement
des contours
Notification à la
Garde côtière
canadienne —
dès
l’achèvement
Définitions
« aire
d’évitage »
“swing area”
« longueur »
“length”
« système
d’amarrage »
“mooring
system”
Catégorie
d’ouvrages
954
Canada Gazette Part I
April 19, 2014
(iv) the buoy displays, on opposite sides, the
capital letters “PRIV”, which are in black and
are as large as is practicable for the size of the
buoy.
Swing area
(3) For the purposes of subparagraphs (2)(a)(i)
and (ii), the swing area of a vessel is considered to be
the area set out in column 1 of the table to this subsection when the navigable water has the depth set
out in column 2
(a) at the higher high-water mean tidewater level,
in the case of tidal waters; or
(b) at the 10-year high-water level, in any other
case.
(iii) son tiers supérieur est orange et le reste est
blanc,
(iv) elle porte, sur des côtés opposés, les lettres
majuscules « PRIV », lesquelles sont en noir et
sont aussi grandes que possible, compte tenu
des dimensions de la bouée.
(3) Pour l’application des sous-alinéas (2)a)(i) et
(ii), l’aire d’évitage d’un bateau est réputée être celle
figurant à la colonne 1 du tableau du présent paragraphe lorsque les eaux navigables sont d’une profondeur figurant à la colonne 2, dans les cas
suivants :
a) dans le cas des eaux à marée, au niveau de la
ligne de la pleine mer supérieure de marée
moyenne;
b) dans tout autre cas, au niveau d’eau le plus
élevé en dix ans.
table
Column 1
Column 2
Item
Swing Area
Depth of Navigable Water
1.
2.
3.
4.
50 m
70 m
80 m
100 m
6 m or less
More than 6 m but not more than 10 m
More than 10 m but not more than 14 m
More than 14 m
Buoys and
anchors
Mooring of
vessels and
removal of
works
Aire d’évitage
réputée
tableau
(4) The owner of the works must
(a) ensure that
(i) the buoy maintains the characteristics described in paragraph (2)(d) during the navigation
season, and
(ii) the anchor remains in the position in which
it was set in or on the bed of the navigable
water; and
(b) comply with any order made under section 5
of the Private Buoy Regulations in respect of the
buoy.
(5) The owner of the works
(a) must not moor, or permit the mooring of, a
vessel that is more than 12 m in length to the
works; and
(b) must remove the works if
(i) any part of the works is removed, or
(ii) during any two-year period, no vessel has
moored to the works.
Colonne 1
Colonne 2
Article
Aire d’évitage
Profondeur des eaux navigables
1.
2.
3.
4.
50 m
70 m
80 m
100 m
6 m ou moins
Plus de 6 m mais 10 m ou moins
Plus de 10 m mais 14 m ou moins
Plus de 14 m
(4) Le propriétaire des ouvrages est tenu : a) de veiller à ce que les conditions suivantes
soient respectées :
(i) la bouée conserve les caractéristiques
figurant à l’alinéa (2)d) durant la saison de
navigation,
(ii) l’ancre reste où elle a été mouillée dans ou
sur le lit des eaux navigables;
b) de se conformer aux ordres donnés en vertu de
l’article 5 du Règlement sur les bouées privées
concernant la bouée.
(5) Le propriétaire des ouvrages :
a) ne peut ni amarrer, ni permettre d’amarrer, aux
ouvrages un bateau d’une longueur de plus de
12 m de longueur;
b) est tenu d’enlever les ouvrages dans les cas
suivants :
(i) une partie des ouvrages est enlevée,
(ii) durant une période de deux ans, aucun
bateau n’a été amarré aux ouvrages.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
3. This Order comes into force on the day on
which it is made.
3. Le présent arrêté entre en vigueur à la date
de sa prise.
Bouées et
ancres
Amarrage d’un
bateau et
enlèvement
d’ouvrages
[16-1-o]
[16-1-o]
NOTICE OF VACANCY
AVIS DE POSTE VACANT
THE JACQUES CARTIER AND CHAMPLAIN BRIDGES
INCORPORATED
LES PONTS JACQUES CARTIER ET CHAMPLAIN
INCORPORÉE
Chairperson (part-time position)
Président(e) du conseil d’administration (poste à temps partiel)
The Jacques Cartier and Champlain Bridges Incorporated
(JCCBI) has a mandate to engage in a range of activities to ensure
Le mandat de la société Les Ponts Jacques Cartier et Champlain
Incorporée (PJCCI) consiste à mettre en œuvre une gamme
Le 19 avril 2014
Gazette du Canada Partie I955
that the bridges, tunnels, roadways and other structures under its
control are safe, secure, efficient, environmentally sound and well
maintained, and, in doing so, demonstrate the Government of Canada’s commitment to the transportation needs of the country.
d’activités visant à garantir que les ponts, les tunnels, les routes et
les autres structures qu’elle contrôle sont sécuritaires, sûrs, efficaces, écologiques et bien entretenus. Ce faisant, la PJCCI
démontre l’engagement du gouvernement du Canada envers les
besoins du pays en matière de transport.
The Chairperson is responsible for overseeing the corporation’s
activities, providing strategic policy direction for JCCBI and presiding over the activities of the Board of Directors. The Chairperson reports to Parliament through the President of the Queen’s
Privy Council for Canada.
The ideal candidate would possess a degree from a recognized
university in a relevant field of study, or an acceptable combination
of equivalent education, training and/or job-related experience.
Le président du conseil d’administration est chargé de superviser les activités de la société, de lui fournir une orientation politique stratégique et de présider aux activités du conseil d’administration. Il fait rapport au Parlement par l’intermédiaire du président
du Conseil privé de la Reine pour le Canada.
Le candidat idéal détiendrait un diplôme d’une université reconnue dans un domaine d’études pertinent ou une combinaison
acceptable d’études, de formation et/ou d’expérience relative au
poste.
Le candidat choisi aurait une vaste expérience à titre de membre
d’un conseil d’administration au sein d’importantes sociétés
publiques ou privées, préférablement à titre de président. Une
expérience de l’application des principes modernes de gouvernance d’entreprise et de pratiques exemplaires ainsi que de la gestion des ressources humaines et des finances au niveau de la haute
direction est souhaitable. Le candidat idéal aurait une expérience
des relations avec plusieurs ordres de gouvernement, préférablement auprès de cadres supérieurs et/ou de ministres, et une expérience au sein d’un environnement à multiples intervenants, de
préférence ayant trait au transport routier (routes et ponts). Une
expérience de l’exécution et de la surveillance de grands projets
d’infrastructure constituerait un atout.
Le candidat idéal connaîtrait le mandat, le cadre législatif et les
activités de la PJCCI ainsi que les rôles et les responsabilités du
président du conseil d’administration, y compris les responsabilités essentielles envers l’actionnaire, le gouvernement du Canada.
Des connaissances de la planification d’entreprise stratégique et de
la surveillance et de l’évaluation du rendement d’entreprise, ainsi
que la connaissance de l’environnement des politiques publiques,
des processus et des pratiques exemplaires, sont également souhaitables. Le candidat retenu aurait des connaissances en matière de
gestion des ressources humaines, des finances et des risques. Une
connaissance des questions actuelles en matière de sûreté et de
sécurité des ponts est recherchée. De plus, une connaissance et une
appréciation de la culture et des pratiques commerciales des
Autochtones constitueraient un atout.
Le président du conseil d’administration devrait être une personne intègre, faire preuve de bon jugement, de tact, de diplomatie,
d’initiative et de leadership et devrait avoir des capacités supérieures en matière de relations interpersonnelles. La personne
idéale aurait la capacité d’entretenir des relations de travail efficaces avec les divers ordres de gouvernement ainsi qu’avec les partenaires et les intervenants. La capacité de prévoir les questions
émergentes et d’élaborer des stratégies pour permettre au conseil
d’administration de saisir les occasions qui se présentent ou de
résoudre les problèmes, le cas échéant, est recherchée. Le candidat
devrait avoir la capacité de favoriser le débat et la discussion entre
les membres du conseil d’administration, de faciliter l’atteinte d’un
consensus et de gérer les conflits, et devrait avoir des compétences
de haut niveau en leadership et en gestion pour veiller à ce que le
conseil d’administration s’acquitte de ses tâches de façon efficace.
Le candidat devrait se conformer à des normes d’éthique élevées,
et il devrait posséder des capacités supérieures en matière de communication, à l’oral et à l’écrit, et avoir la capacité de gérer les
communications avec divers intervenants, y compris les médias.
La maîtrise des deux langues officielles serait préférable.
Le gouvernement est déterminé à faire en sorte que ses nominations soient représentatives des régions du Canada et de ses langues
The ideal candidate would possess significant experience serving on boards of directors of major public and/or private corporations, preferably as chairperson. Experience in implementing modern corporate governance and best practices as well as in managing
human and financial resources at the senior executive level is
desired. The ideal candidate would have experience dealing with
several levels of government, preferably with senior officials and/
or ministers, and should have experience in a multi-stakeholder
environment, preferably dealing with surface (highways/bridges)
transportation. Experience in the delivery and/or oversight of major
infrastructure projects would be considered an asset.
The ideal candidate would have knowledge of the mandate of
JCCBI and its legislative framework and activities, and should be
knowledgeable about the roles and responsibilities of a chairperson, including the fundamental accountabilities to the Government as the shareholder. Knowledge of strategic corporate planning and monitoring and evaluation of corporate performance, as
well as knowledge of the public policy environment, processes and
best practices, is sought. The ideal candidate would possess knowledge of human resources and financial and risk management.
Knowledge of current bridge safety and security issues is sought.
In addition, an appreciation for and sensitivity to Aboriginal customs and methods of business would be considered an asset.
The Chairperson should be an individual of integrity and sound
judgment, exhibit tact, diplomacy and initiative, and should possess leadership and superior interpersonal skills. The ideal candidate would have the ability to develop effective working relationships with different levels of government, as well as JCCBI’s
partners and stakeholders. The ability to anticipate emerging issues
and develop strategies to enable the Board to seize opportunities or
resolve problems, should they arise, is sought. The candidate
should have the ability to foster debate and discussions among
Board members, facilitate consensus and manage conflicts, and
should have strong leadership and managerial skills to ensure the
Board conducts its work effectively. The ideal candidate would
adhere to high ethical standards, and would possess superior communication skills, both written and oral, and have the ability to
manage communications with a variety of stakeholders, including
the media.
Proficiency in both official languages would be preferred.
The Government is committed to ensuring that its appointments
are representative of Canada’s regions and official languages, as
956
Canada Gazette Part I
April 19, 2014
well as of women, Aboriginal peoples, disabled persons and visible
minorities.
officielles, ainsi que des femmes, des Autochtones, des personnes
handicapées et des minorités visibles.
The selected candidate must comply with the Ethical and Political Activity Guidelines for Public Office Holders. The Guidelines
are available on the Governor in Council Appointments Web site,
under “Reference Material,” at www.appointments-nominations.
gc.ca/index.asp?lang=eng.
La personne sélectionnée doit se conformer aux Lignes directrices en matière d’éthique et d’activités politiques à l’intention
des titulaires de charge publique. Vous pouvez consulter ces lignes
directrices sur le site Web des Nominations par le gouverneur en
conseil, sous « Documents de référence », à l’adresse suivante :
www.appointments-nominations.gc.ca/index.asp?lang=fra.
La personne sélectionnée sera assujettie à la Loi sur les conflits
d’intérêts. Pour plus d’information, veuillez consulter le site Web
du Commissariat aux conflits d’intérêts et à l’éthique à l’adresse
suivante : http://ciec-ccie.gc.ca/Default.aspx?pid=1&lang=fr.
Cette annonce paraît dans la Gazette du Canada afin de permettre au gouverneur en conseil de trouver des personnes qualifiées pour ce poste. Cependant, le recrutement ne se limite pas à
cette seule façon de procéder.
Vous pourrez trouver d’autres renseignements sur l’organisme et
ses activités sur son site Web à l’adresse suivante : www.pjcci.ca.
Les personnes intéressées doivent faire parvenir leur curriculum
vitæ au plus tard le 10 mai 2014 à la Secrétaire adjointe du Cabinet
(Personnel supérieur), Bureau du Conseil privé, 59, rue Sparks,
1er étage, Ottawa (Ontario) K1A 0A3, 613-957-5006 (télécopieur),
GICA-NGEC@pco-bcp.gc.ca (courriel).
Les avis de postes vacants sont disponibles sur demande, dans
les deux langues officielles et en média substitut. Pour obtenir de
plus amples renseignements, veuillez envoyer votre demande à
GICA-NGEC@pco-bcp.gc.ca.
The selected candidate will be subject to the Conflict of Interest
Act. For more information, please visit the Office of the Conflict of
Interest and Ethics Commissioner’s Web site at http://ciec-ccie.
gc.ca/Default.aspx?pid=1&lang=en.
This notice has been placed in the Canada Gazette to assist the
Governor in Council in identifying qualified candidates for this
position. It is not, however, intended to be the sole means of
recruitment.
Further details about the organization and its activities can be
found on its Web site at www.jccbi.ca.
Interested candidates should forward their curriculum vitae by
May 10, 2014, to the Assistant Secretary to the Cabinet (Senior
Personnel), Privy Council Office, 59 Sparks Street, 1st Floor,
Ottawa, Ontario K1A 0A3, 613-957-5006 (fax), GICA-NGEC@
pco-bcp.gc.ca (email).
English and French notices of vacancies will be produced in an
alternative format upon request. For further information, please
contact GICA-NGEC@pco-bcp.gc.ca.
[16-1-o]
[16-1-o]
NOTICE OF VACANCY
AVIS DE POSTE VACANT
THE JACQUES CARTIER AND CHAMPLAIN BRIDGES
INCORPORATED
LES PONTS JACQUES CARTIER ET CHAMPLAIN
INCORPORÉE
Chief Executive Officer (full-time position)
Premier dirigeant / première dirigeante (poste à temps plein)
Salary range: From $177,400 to $208,600
Location: Montréal, Quebec
Échelle salariale : De 177 400 $ à 208 600 $
Emplacement : Montréal (Québec)
The Jacques Cartier and Champlain Bridges Incorporated
(JCCBI) has a mandate to engage in a range of activities to ensure
that the bridges, tunnels, roadways and other structures under its
control are safe, secure, efficient, environmentally sound and well
maintained, and, in doing so, demonstrate the Government of Canada’s commitment to the transportation needs of the country.
Le mandat de la société Les Ponts Jacques Cartier et Champlain
Incorporée (PJCCI) consiste à mettre en œuvre une gamme d’activités visant à garantir que les ponts, les tunnels, les routes et les
autres structures qu’elle contrôle sont sécuritaires, sûrs, efficaces,
écologiques et bien entretenus. Ce faisant, la PJCCI démontre l’engagement du gouvernement du Canada envers les besoins du pays
en matière de transport.
Le premier dirigeant, qui rend compte au conseil d’administration, est responsable de tous les aspects des activités de la société.
Le candidat idéal détiendrait un diplôme d’une université reconnue dans un domaine d’études pertinent ou une combinaison
acceptable d’études, de formation et/ou d’expérience relative au
poste.
Le candidat idéal aurait une vaste expérience de la direction et
de la gestion au niveau de la haute direction au sein d’une société
publique ou privée, y compris la gestion des ressources humaines
et des finances. La personne idéale aurait une expérience des relations avec plusieurs ordres de gouvernement, préférablement
auprès de cadres supérieurs. Une vaste expérience de la gestion
d’importants projets et de la réalisation de grands projets d’infrastructure, préférablement dans un organisme interagissant avec de
multiples intervenants, est souhaitable. L’expérience dans un
Reporting to the Board of Directors, the Chief Executive Officer
(CEO) is responsible for all aspects of the corporation’s activities.
The ideal candidate would have a degree from a recognized university in a relevant field of study, or an acceptable combination of
equivalent education, training and/or job-related experience.
The ideal candidate would have significant leadership and management experience at the senior executive level in a public and/or
private corporation, including managing human and financial
resources. The ideal candidate would have experience dealing with
several levels of government, preferably with senior officials. Significant experience in major project management and in the delivery of major infrastructure projects, preferably in an organization
dealing with multiple stakeholders, is desired. Experience working
in an organization dealing with multiple stakeholders and large
Le 19 avril 2014
Gazette du Canada Partie I957
multi-modal transportation networks, including bridges, and/or
experience working with First Nations groups, including negotiating complex contracts and conflict resolution, would be considered
assets.
organisme interagissant avec de multiples intervenants et s’occupant de grands réseaux de transport multimodaux, y compris les
ponts, ainsi que l’expérience de travail auprès des groupes des Premières Nations, y compris la négociation de marchés complexes et
la résolution des conflits, constitueraient un atout.
The ideal candidate would possess knowledge of JCCBI’s mandate, legislative framework and activities, and of the roles and
responsibilities of a Crown corporation, including knowledge of
the fundamental accountabilities to the Government as the shareholder. As well, the candidate should have knowledge of the
respective roles and objectives of federal, provincial and municipal
governments in transportation matters. Knowledge and understanding of sound business practices and principles, including
human resources and financial and risk management, are sought, as
well as knowledge of strategic corporate planning and monitoring
and evaluation of corporate performance. The ideal candidate
would also possess knowledge of current bridge safety and security
issues.
Le candidat idéal aurait une connaissance du mandat, du cadre
législatif et des activités de la PJCCI ainsi qu’une connaissance des
rôles et des responsabilités d’une société d’État, y compris les responsabilités essentielles envers l’actionnaire, le gouvernement du
Canada. De plus, le candidat devrait avoir une connaissance des
rôles et des objectifs respectifs des gouvernements fédéral et provinciaux ainsi que des administrations municipales dans le domaine
des transports. La personne retenue devrait avoir une connaissance
et une compréhension des pratiques et des principes liés aux bonnes
pratiques d’entreprise, y compris la gestion des ressources
humaines, des finances et des risques, ainsi qu’une connaissance
de la planification d’entreprise stratégique et de la surveillance et
de l’évaluation de rendement d’entreprise. Le candidat idéal posséderait également une connaissance des enjeux actuels en matière
de sûreté et de sécurité des ponts.
Afin d’atteindre les objectifs de la PJCCI et de remplir son mandat, le premier dirigeant devrait faire preuve de bon jugement,
d’intégrité, d’initiative, de tact, de diplomatie et d’excellentes relations interpersonnelles. Le candidat idéal serait en mesure d’assurer le leadership et la vision d’entreprise exigés afin de permettre à
la PJCCI d’atteindre ses objectifs et de remplir son mandat, et il
aurait la capacité d’établir et de communiquer les objectifs à court
et à long termes pour l’avenir de la PJCCI. La personne retenue
devrait pouvoir établir et développer de bonnes relations avec les
gouvernements fédéral et provinciaux et les administrations municipales ainsi qu’avec les intervenants de la PJCCI. Le premier dirigeant devrait avoir la capacité d’analyser des questions complexes
et d’élaborer des stratégies afin de permettre à la PJCCI d’optimiser ses ressources humaines, financières et matérielles. Le candidat
idéal serait capable de gérer les nombreuses contraintes concurrentes et de maintenir un équilibre entre les besoins et les exigences
des multiples intervenants.
Le candidat se conformerait à des normes d’éthique élevées, et il
devrait posséder des capacités supérieures en matière de communication, à l’oral et à l’écrit, et avoir la capacité de gérer les communications avec divers intervenants, y compris les médias.
La maîtrise des deux langues officielles serait préférable.
Le candidat idéal doit être prêt à s’établir à Montréal, au Québec,
ou à une distance raisonnable du lieu de travail.
Le gouvernement est déterminé à faire en sorte que ses nominations soient représentatives des régions du Canada et des langues
officielles ainsi que des femmes, des Autochtones, des personnes
handicapées et des minorités visibles.
La personne choisie devra se conformer aux Lignes directrices
en matière d’éthique et d’activités politiques à l’intention des titulaires de charge publique. Vous pouvez consulter ces lignes directrices sont disponibles sur le site Web des Nominations par le gouverneur en conseil, sous « Documents de référence », à
l’adresse suivante : www.appointments-nominations.gc.ca/index.
asp?lang=fra.
La personne sélectionnée sera assujettie à la Loi sur les conflits
d’intérêts. Les titulaires de charge publique nommés à temps plein
doivent soumettre au Commissariat aux conflits d’intérêts et à
l’éthique, dans les 60 jours qui suivent la date de leur nomination,
un rapport confidentiel dans lequel ils déclarent leurs biens et exigibilités ainsi que leurs activités extérieures. Pour obtenir de plus
amples renseignements, veuillez consulter le site Web du Commissariat aux conflits d’intérêts et à l’éthique à l’adresse suivante :
http://ciec-ccie.gc.ca/Default.aspx?pid=1&lang=fr.
In order to achieve the JCCBI’s objectives and carry out its
mandate, the CEO should be a person of sound judgment and
integrity and should have initiative, tact, diplomacy, and superior
interpersonal skills. The ideal candidate would have the ability to
provide the corporate leadership and vision required to ensure that
JCCBI is able to carry out its mandate and achieve its objectives, as
well as the ability to establish and communicate short- and longrange objectives for the future of JCCBI. The chosen candidate
should have the ability to lead and develop effective relationships
with federal, provincial and municipal governments and JCCBI’s
stakeholders. The CEO should have the ability to analyze complex
issues and develop strategies to enable JCCBI to optimize its
human, financial and material resources. The ideal candidate would
be able to manage numerous competing pressures and to balance
the needs and requirements of multiple stakeholders.
The ideal candidate would adhere to high ethical standards, possess superior communication skills, both written and oral, and have
the ability to manage communications with a variety of stakeholders, including the media.
Proficiency in both official languages would be preferred.
The ideal candidate must be willing to relocate to Montréal,
Quebec, or to a location within reasonable commuting distance.
The Government is committed to ensuring that its appointments
are representative of Canada’s regions and official languages, as
well as of women, Aboriginal peoples, disabled persons and visible
minorities.
The selected candidate must comply with the Ethical and Political Activity Guidelines for Public Office Holders. The Guidelines
are available on the Governor in Council Appointments Web site,
under “Reference Material,” at www.appointments-nominations.
gc.ca/index.asp?lang=eng.
The selected candidate will be subject to the Conflict of Interest
Act. Public office holders appointed on a full-time basis must submit to the Office of the Conflict of Interest and Ethics Commissioner, within 60 days of appointment, a confidential report in
which they disclose all of their assets, liabilities and outside activities. For more information, please visit the Office of the Conflict
of Interest and Ethics Commissioner’s Web site at http://ciec-ccie.
gc.ca/Default.aspx?pid=1&lang=en.
958
Canada Gazette Part I
April 19, 2014
This notice has been placed in the Canada Gazette to assist the
Governor in Council in identifying qualified candidates for this
position. It is not, however, intended to be the sole means of
recruitment.
Further details about the organization and its activities can be
found on its Web site at www.jccbi.ca.
Interested candidates should forward their curriculum vitae by
May 10, 2014, to the Assistant Secretary to the Cabinet (Senior
Personnel), Privy Council Office, 59 Sparks Street, 1st Floor,
Ottawa, Ontario K1A 0A3, 613-957-5006 (fax), GICA-NGEC@
pco-bcp.gc.ca (email).
English and French notices of vacancies will be produced in an
alternative format upon request. For further information, please
contact GICA-NGEC@pco-bcp.gc.ca.
[16-1-o]
Cette annonce paraît dans la Gazette du Canada afin de permettre au gouverneur en conseil de trouver des personnes qualifiées pour ce poste. Cependant, le recrutement ne se limite pas à
cette seule façon de procéder.
Pour de plus amples renseignements concernant Les Ponts
Jacques Cartier et Champlain Incorporée et ses activités, veuillez
consulter le site Web de l’organisation à l’adresse www.pjcci.ca.
Les personnes intéressées doivent faire parvenir leur curriculum
vitæ avant le 10 mai 2014 au Secrétaire adjoint du Cabinet (Personnel supérieur), Bureau du Conseil privé, 59, rue Sparks, 1er étage,
Ottawa (Ontario) K1A 0A3, 613-957-5006 (télécopieur), GICANGEC@bnet.pco-bcp.gc.ca (courriel).
Les avis de postes vacants sont disponibles sur demande, dans
les deux langues officielles et en média substitut. Pour obtenir de
plus amples renseignements, veuillez envoyer votre demande à
GICA-NGEC@pco-bcp.gc.ca.
[16-1-o]
Le 19 avril 2014
Gazette du Canada Partie I959
PARLIAMENT
PARLEMENT
HOUSE OF COMMONS
CHAMBRE DES COMMUNES
Second Session, Forty-First Parliament
Deuxième session, quarante et unième législature
PRIVATE BILLS
PROJETS DE LOI D’INTÉRÊT PRIVÉ
Standing Order 130 respecting notices of intended applications
for private bills was published in the Canada Gazette, Part I, on
October 19, 2013.
For further information, contact the Private Members’ Business
Office, House of Commons, Centre Block, Room 134-C, Ottawa,
Ontario K1A 0A6, 613-992-6443.
L’article 130 du Règlement relatif aux avis de demande de projets de loi d’intérêt privé a été publié dans la Partie I de la Gazette
du Canada du 19 octobre 2013.
Pour de plus amples renseignements, prière de communiquer
avec le Bureau des affaires émanant des députés, Chambre des
communes, Édifice du Centre, pièce 134-C, Ottawa (Ontario)
K1A 0A6, 613-992-6443.
La greffière de la Chambre des communes
AUDREY O’BRIEN
AUDREY O’BRIEN
Clerk of the House of Commons
960
Canada Gazette Part I
April 19, 2014
COMMISSIONS
COMMISSIONS
CANADIAN INTERNATIONAL TRADE TRIBUNAL
TRIBUNAL CANADIEN DU COMMERCE EXTÉRIEUR
APPEALS
APPELS
Notice No. HA-2014-001
Avis no HA-2014-001
The Canadian International Trade Tribunal (the Tribunal) will
hold public hearings to consider the appeals referenced hereunder.
These hearings will be held beginning at 9:30 a.m., in the Tribunal’s Hearing Room No. 2, 18th Floor, 333 Laurier Avenue West,
Ottawa, Ontario. Interested persons planning to attend should contact the Tribunal at 613-998-9908 to obtain further information and
to confirm that the hearings will be held as scheduled.
Le Tribunal canadien du commerce extérieur (le Tribunal) tiendra des audiences publiques afin d’entendre les appels mentionnés
ci-dessous. Les audiences débuteront à 9 h 30 et auront lieu dans la
salle d’audience no 2 du Tribunal, 18e étage, 333, avenue Laurier
Ouest, Ottawa (Ontario). Les personnes intéressées qui ont l’intention d’assister à l’une ou l’autre des audiences doivent s’adresser
au Tribunal en composant le 613-998-9908 si elles désirent plus de
renseignements ou si elles veulent confirmer la date d’une audience.
Customs Act
Loi sur les douanes
Tenth Siding Trading Co. dba Rock Gear v. President of the Canada Border
Services Agency
Date of Hearing:
Appeal No.:
May 13, 2014
AP-2013-046
Goods in Issue:
Issue:
Ultralight Convertible S2 and Cross Country S2 child carriers
Whether the goods in issue are properly classified under tariff
item No. 6307.90.99 as other made-up articles of other textile
materials, as determined by the President of the Canada Border
Services Agency, or should be classified under tariff item
No. 9401.79.90 as other seats, with metal frames, other than for
domestic purposes, as claimed by Tenth Siding Trading Co. dba
Rock Gear.
Tariff Items at
Issue:
Tenth Siding Trading Co. dba Rock Gear—9401.79.90
President of the Canada Border Services Agency—6307.90.99
Customs Act
Date de l’audience :
Appel no :
Marchandises en
cause :
Question en litige :
13 mai 2014
AP-2013-046
Porte-bébés Ultralight Convertible S2 et Cross Country S2
Déterminer si les marchandises en cause sont correctement
classées dans le numéro tarifaire 6307.90.99 à titre d’autres
articles confectionnés d’autres matières textiles, comme l’a
déterminé le président de l’Agence des services frontaliers du
Canada, ou si elles doivent être classées dans le numéro
tarifaire 9401.79.90 à titre d’autres sièges, avec bâti en métal,
autres que pour usages domestiques, comme le soutient Tenth
Siding Trading Co. s/n Rock Gear.
Numéros tarifaires
Tenth Siding Trading Co. s/n Rock Gear — 9401.79.90
en cause :
Président de l’Agence des services frontaliers du Canada —
6307.90.99
Loi sur les douanes
Corning Optical Communications LLC, formerly Corning Cable Systems LLC v.
President of the Canada Border Services Agency
Date of Hearing:
Appeal Nos.:
May 22, 2014
AP-2011-074 and AP-2011-076
Goods in Issue:
Optical fiber termination modules, cable circuit guards, hybrid
station protectors, optical fiber routing troughs, miniature
protector connectors and cable retainers
Issue:
Whether the goods in issue are properly classified under tariff
item No. 8517.69.10 as other apparatus for the transmission or
reception of voice, images or other data, including apparatus
for communication in a wired or wireless network (such as a
local or wide area network), as claimed by Corning Optical
Communications LLC, or should be classified under tariff
item Nos. 8544.70.90, 8536.90.91, 8547.20.00, 8536.30.90,
8538.90.99 and 8538.90.90, or 3926.90.90 and 7616.99.90,
as determined by the President of the Canada Border Services
Agency.
Tariff Items at
Issue:
Tenth Siding Trading Co. s/n Rock Gear c. Président de l’Agence des services
frontaliers du Canada
Corning Optical Communications LLC—8517.69.10
President of the Canada Border Services Agency—8544.70.90,
8536.90.91, 8547.20.00, 8536.30.90, 8538.90.99, 8538.90.90,
3926.90.90, 7616.99.90
The Canadian International Trade Tribunal (the Tribunal) has
decided, pursuant to rule 36.1 of the Canadian International Trade
Tribunal Rules, to consider the appeal referenced hereunder by
way of written submissions. Persons interested in intervening are
requested to contact the Tribunal prior to the commencement of the
scheduled hearing. Interested persons seeking additional information should contact the Tribunal at 613-998-9908.
Corning Optical Communications LLC, anciennement Corning Cable Systems
LLC c. Président de l’Agence des services frontaliers du Canada
Date de l’audience : 22 mai 2014
Appels nos :
AP-2011-074 et AP-2011-76
Marchandises en
Modules de raccordement de fibres optiques, protections pour
cause :
réseau de câbles, protections pour station hybride, conduits
pour fibres optiques, protections de connexion miniatures et
attache-câbles
Question en litige : Déterminer si les marchandises en cause sont correctement
classées dans le numéro tarifaire 8517.69.10 à titre d’autres
appareils pour l’émission, la transmission ou la réception de
la voix, d’images ou d’autres données, y compris les appareils
pour la communication dans un réseau filaire ou sans fil (tel
qu’un réseau local ou étendu), comme le soutient Corning
Optical Communications LLC, ou si elles doivent être classées
dans les numéros tarifaires 8544.70.90, 8536.90.91, 8547.20.00,
8536.30.90, 8538.90.99 et 8538.90.90, ou 3926.90.90 et
7616.99.90, comme l’a déterminé le président de l’Agence des
services frontaliers du Canada.
Numéros tarifaires
Corning Optical Communications LLC — 8517.69.10
en cause :
Président de l’Agence des services frontaliers du Canada —
8544.70.90, 8536.90.91, 8547.20.00, 8536.30.90, 8538.90.99,
8538.90.90, 3926.90.90, 7616.99.90
Le Tribunal canadien du commerce extérieur (le Tribunal) a
décidé, aux termes de l’article 36.1 des Règles du Tribunal canadien du commerce extérieur, de tenir une audience sur pièces portant sur l’appel mentionné ci-dessous. Les personnes qui désirent
intervenir sont priées de communiquer avec le Tribunal avant la
tenue de l’audience. Les personnes intéressées qui désirent obtenir
de plus amples renseignements doivent s’adresser au Tribunal en
composant le 613-998-9908.
Le 19 avril 2014
Gazette du Canada Partie I961
Customs Act
Loi sur les douanes
T. Lysyshyn v. President of the Canada Border Services Agency
T. Lysyshyn c. Président de l’Agence des services frontaliers du Canada
Date of Hearing:
Appeal No.:
May 15, 2014
AP-2013-047
Goods in Issue:
Spring-assisted knives, named SOG Flash Tanto, F-555
Issue:
Whether the goods in issue are properly classified under tariff
item No. 9898.00.00 as prohibited weapons, as determined by
the President of the Canada Border Services Agency.
Tariff Item at
Issue:
President of the Canada Border Services Agency—9898.00.00
Date de l’audience : 15 mai 2014
Appel no :
AP-2013-047
Marchandises en
Couteaux s’ouvrant à l’aide d’un ressort, nommés SOG Flash
cause :
Tanto, F-555
Question en litige : Déterminer si les marchandises en cause sont correctement
classées dans le numéro tarifaire 9898.00.00 à titre d’armes
prohibées, comme l’a déterminé le président de l’Agence des
services frontaliers du Canada.
Numéro tarifaire en
Président de l’Agence des services frontaliers du Canada —
cause :
9898.00.00
Le 8 avril 2014
April 8, 2014
By order of the Tribunal
DOMINIQUE LAPORTE
Secretary
Par ordre du Tribunal
Le secrétaire
DOMINIQUE LAPORTE
[16-1-o]
[16-1-o]
CANADIAN INTERNATIONAL TRADE TRIBUNAL
TRIBUNAL CANADIEN DU COMMERCE EXTÉRIEUR
DETERMINATION
DÉCISION
Information processing and related telecommunications services
Traitement de l’information et services de télécommunications
connexes
Notice is hereby given that, after completing its inquiry, the Canadian International Trade Tribunal (the Tribunal) made a determination (File No. PR-2013-032) on April 7, 2014, with respect to a
complaint filed by Star Group International Trading Corporation
(Star Group), of Ottawa, Ontario, pursuant to subsection 30.11(1)
of the Canadian International Trade Tribunal Act, R.S.C. 1985,
c. 47 (4th Supp.), concerning a procurement (Solicitation
No. DHTC1401) by Defence Construction Canada (DCC). The
solicitation was for the provision of facilities maintenance and support services for buildings and associated areas of the Dwyer Hill
Training Centre located in Richmond, Ontario.
DOMINIQUE LAPORTE
Secretary
Avis est donné par la présente que le Tribunal canadien du commerce extérieur (le Tribunal), à la suite de son enquête, a rendu une
décision (dossier no PR-2013-032) le 7 avril 2014 concernant
une plainte déposée par Star Group International Trading Corporation (Star Group), d’Ottawa (Ontario), aux termes du paragraphe 30.11(1) de la Loi sur le Tribunal canadien du commerce
extérieur, L.R.C. 1985, ch. 47 (4e suppl.), au sujet d’un marché
(invitation no DHTC1401) passé par Construction de Défense
Canada (CDC). L’invitation portait sur la prestation de services
d’entretien et de soutien pour des installations et des infrastructures
associées situées au centre d’entraînement de Dwyer Hill, Richmond (Ontario).
Star Group a allégué que CDC avait incorrectement évalué sa
soumission.
Après avoir examiné les éléments de preuve présentés par les
parties et tenu compte des dispositions de l’Accord sur le commerce intérieur, le Tribunal a jugé que la plainte était fondée.
Pour plus de renseignements, veuillez communiquer avec le
Secrétaire, Tribunal canadien du commerce extérieur, 333, avenue
Laurier Ouest, 15e étage, Ottawa (Ontario) K1A 0G7, 613-9933595 (téléphone), 613-990-2439 (télécopieur), secretaire@tccecitt.gc.ca (courriel).
Ottawa, le 7 avril 2014
Le secrétaire
DOMINIQUE LAPORTE
[16-1-o]
[16-1-o]
Star Group alleged that DCC improperly evaluated its proposal.
Having examined the evidence presented by the parties and considered the provisions of the Agreement on Internal Trade, the Tribunal determined that the complaint was valid.
Further information may be obtained from the Secretary,
Canadian International Trade Tribunal, 333 Laurier Avenue West,
15th Floor, Ottawa, Ontario K1A 0G7, 613-993-3595 (telephone),
613-990-2439 (fax), secretary@citt-tcce.gc.ca (email).
Ottawa, April 7, 2014
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
NOTICE TO INTERESTED PARTIES
AVIS AUX INTÉRESSÉS
The Commission posts on its Web site the decisions, notices of
consultation and regulatory policies that it publishes, as well as
information bulletins and orders. On April 1, 2011, the Canadian
Radio-television and Telecommunications Commission Rules of
Practice and Procedure came into force. As indicated in Part 1 of
Le Conseil affiche sur son site Web les décisions, les avis de
consultation et les politiques réglementaires qu’il publie ainsi que
les bulletins d’information et les ordonnances. Le 1er avril 2011, les
Règles de pratique et de procédure du Conseil de la radiodiffusion
et des télécommunications canadiennes sont entrées en vigueur.
962
Canada Gazette Part I
April 19, 2014
these Rules, some broadcasting applications are posted directly
on the Commission’s Web site, www.crtc.gc.ca, under “Part 1
Applications.”
Tel qu’il est prévu dans la partie 1 de ces règles, le Conseil affiche
directement sur son site Web, www.crtc.gc.ca, certaines demandes
de radiodiffusion sous la rubrique « Demandes de la Partie 1 ».
To be up to date on all ongoing proceedings, it is important to
regularly consult “Today’s Releases” on the Commission’s Web
site, which includes daily updates to notices of consultation that
have been published and ongoing proceedings, as well as a link to
Part 1 applications.
The following documents are abridged versions of the Commission’s original documents. The original documents contain a more
detailed outline of the applications, including the locations and
addresses where the complete files for the proceeding may be
examined. These documents are posted on the Commission’s Web
site and may also be examined at the Commission’s offices and
public examination rooms. Furthermore, all documents relating to
a proceeding, including the notices and applications, are posted on
the Commission’s Web site under “Public Proceedings.”
Pour être à jour sur toutes les instances en cours, il est important
de consulter régulièrement la rubrique « Nouvelles du jour » du site
Web du Conseil, qui comporte une mise à jour quotidienne des avis
de consultation publiés et des instances en cours, ainsi qu’un lien
aux demandes de la partie 1.
Les documents qui suivent sont des versions abrégées des documents originaux du Conseil. Les documents originaux contiennent
une description plus détaillée de chacune des demandes, y compris
les lieux et les adresses où l’on peut consulter les dossiers complets
de l’instance. Ces documents sont affichés sur le site Web du
Conseil et peuvent également être consultés aux bureaux et aux
salles d’examen public du Conseil. Par ailleurs, tous les documents
qui se rapportent à une instance, y compris les avis et les demandes,
sont affichés sur le site Web du Conseil sous « Instances publiques ».
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
PART 1 APPLICATIONS
DEMANDES DE LA PARTIE 1
The following applications were posted on the Commission’s
Web site between 4 April 2014 and 9 April 2014:
Soundview Entertainment Inc.
Across Canada
2014-0271-8
Addition of OSN Ya Hala HD to the list of non-Canadian
programming services authorized for distribution
Deadline for submission of interventions, comments and/or
answers: 7 May 2014
Soundview Entertainment Inc.
Across Canada
2014-0277-6
Addition of Punjab TV to the list of non-Canadian
programming services authorized for distribution
Deadline for submission of interventions, comments and/or
answers: 7 May 2014
8384886 Canada Inc.
Richmond, British Columbia
2014-0278-4
Technical amendment for CISL-AM
Deadline for submission of interventions, comments and/or
answers: 8 May 2014
Les demandes suivantes ont été affichées sur le site Web du
Conseil entre le 4 avril 2014 et le 9 avril 2014 :
Soundview Entertainment Inc.
L’ensemble du Canada
2014-0271-8
Ajout de OSN Ya Hala HD à la liste de services de
programmation non canadiens approuvés pour distribution
Date limite pour le dépôt des interventions, des observations ou
des réponses : le 7 mai 2014
Soundview Entertainment Inc.
L’ensemble du Canada
2014-0277-6
Ajout de Punjab TV à la liste de services de programmation
non canadiens approuvés pour distribution
Date limite pour le dépôt des interventions, des observations ou
des réponses : le 7 mai 2014
8384886 Canada Inc.
Richmond (Colombie-Britannique)
2014-0278-4
Modification technique pour CISL-AM
Date limite pour le dépôt des interventions, des observations ou
des réponses : le 8 mai 2014
[16-1-o]
[16-1-o]
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
DECISIONS
DÉCISIONS
2014-166
7 April 2014
Ethnic Channels Group Limited
Across Canada
Approved — Application for a broadcasting licence to operate
South Asian Food TV, a national, niche third-language ethnic specialty Category B service.
Approved — Request for authority to devote up to 6 of the 12 minutes of advertising material permitted during each clock hour to
local and regional advertising.
2014-166
Le 7 avril 2014
Ethnic Channels Group Limited
L’ensemble du Canada
Approuvé — Demande en vue d’obtenir une licence de radiodiffusion afin d’exploiter South Asian Food TV, un service national de
catégorie B spécialisé de créneau à caractère ethnique en langue
tierce.
Approuvé — Demande en vue de consacrer à la publicité locale et
régionale jusqu’à 6 des 12 minutes de matériel publicitaire qu’il est
autorisé à diffuser au cours de chaque heure d’horloge.
Le 19 avril 2014
2014-167
Gazette du Canada Partie I963
7 April 2014
Ethnic Channels Group Limited
Across Canada
Approved — Application for a broadcasting licence to operate
Travel XP Canada, a national, niche third-language ethnic specialty Category B service.
2014-167
Le 7 avril 2014
Approved — Request for authority to devote up to 6 of the 12 minutes of advertising material permitted during each clock hour to
local and regional advertising.
Ethnic Channels Group Limited
L’ensemble du Canada
Approuvé — Demande en vue d’obtenir une licence de radiodiffusion afin d’exploiter Travel XP Canada, un service national de
catégorie B spécialisé de créneau à caractère ethnique en langue
tierce.
Approuvé — Demande en vue de consacrer à la publicité locale et
régionale jusqu’à 6 des 12 minutes de matériel publicitaire qu’il est
autorisé à diffuser au cours de chaque heure d’horloge.
2014-168
2014-168
8 April 2014
Le 8 avril 2014
RNC MEDIA Inc.
Montréal, Quebec
Approved — Application to renew the broadcasting licence for the
French-language commercial specialty radio station CKLX-FM
Montréal.
Approved — Application to move CKLX-FM from its current specialty music format, focused on jazz and blues, to a spoken word
format.
RNC MÉDIA inc.
Montréal (Québec)
Approuvé — Demande en vue de renouveler la licence de radiodiffusion de la station de radio commerciale spécialisée de langue
française CKLX-FM Montréal.
Approuvé — Demande en vue de faire passer la formule musicale
spécialisée de CKLX-FM, axée sur le jazz et le blues, à une formule à prépondérance verbale.
2014-169
2014-169
9 April 2014
Canadian Broadcasting Corporation
Across Canada
Denied — Application to amend the condition of licence applicable to its English-language conventional television network and
stations to allow it to average its weekly local programming
requirements quarterly throughout the broadcast year.
2014-170
9 April 2014
Le 9 avril 2014
Société Radio-Canada
L’ensemble du Canada
Refusé — Demande en vue de modifier la condition de licence
applicable à ses stations et à son réseau de télévision traditionnelle
de langue anglaise afin de lui permettre de calculer la moyenne de
ses exigences hebdomadaires au titre de la programmation locale
sur une base trimestrielle au cours de l’année de radiodiffusion.
2014-170
Le 9 avril 2014
Bell Media Inc.
Across Canada
Denied — Application to amend the standard conditions of licence
applicable to conventional television stations to allow licensees of
such stations to average their weekly local programming obligations quarterly throughout the broadcast year.
Bell Média inc.
L’ensemble du Canada
Refusé — Demande en vue de modifier les conditions de licence
normalisées applicables aux stations de télévision traditionnelle
afin de permettre aux titulaires de telles stations de calculer la
moyenne de leurs exigences hebdomadaires au titre de la programmation locale sur une base trimestrielle au cours de l’année de
radiodiffusion.
2014-172
2014-172
10 April 2014
Le 10 avril 2014
Allan F. (Lee) Marshall, on behalf of a corporation to be
incorporated
Cobalt, Ontario
Approved — Application to operate an English-language commercial FM radio station in Cobalt.
Allan F. (Lee) Marshall, au nom d’une société devant être
constituée
Cobalt (Ontario)
Approuvé — Demande en vue d’exploiter une station de radio FM
commerciale de langue anglaise à Cobalt.
2014-173
2014-173
10 April 2014
Le 10 avril 2014
OpenBroadcaster Inc.
Across Canada
Approved — Application for a broadcasting licence to operate
OBZONE, a national, English-language specialty Category B
service.
Denied — Request to broadcast up to six minutes per clock hour of
local advertising.
OpenBroadcaster Inc.
L’ensemble du Canada
Approuvé — Demande en vue d’obtenir une licence de radiodiffusion afin d’exploiter OBZONE, un service national de catégorie B
spécialisé de langue anglaise.
Refusé — Requête en vue de diffuser jusqu’à six minutes de publicité locale au cours de chaque heure d’horloge.
[16-1-o]
[16-1-o]
964
Canada Gazette Part I
April 19, 2014
PUBLIC SERVICE COMMISSION
COMMISSION DE LA FONCTION PUBLIQUE
PUBLIC SERVICE EMPLOYMENT ACT
LOI SUR L’EMPLOI DANS LA FONCTION PUBLIQUE
Permission granted
Permission accordée
The Public Service Commission of Canada, pursuant to section 116 of the Public Service Employment Act, hereby gives notice
that it has granted permission, pursuant to subsection 115(2) of the
said Act, to Penny Thompson, Executive Assistant (AS-2), Food
Directorate, Bureau of Nutritional Sciences, Department of Health,
Ottawa, Ontario, to be a candidate, before and during the election
period, for the position of Councillor, Ward 13, Rideau-Rockliffe,
for the City of Ottawa, Ontario, in a municipal election to be held
on October 27, 2014.
April 4, 2014
KATHY NAKAMURA
Director General
Political Activities and
Non-Partisanship Directorate
La Commission de la fonction publique du Canada, en vertu de
l’article 116 de la Loi sur l’emploi dans la fonction publique, donne
avis par la présente qu’elle a accordé à Penny Thompson, adjointe
exécutive (AS-2), Direction des aliments, Bureau des sciences de
la nutrition, ministère de la Santé, Ottawa (Ontario), la permission,
aux termes du paragraphe 115(2) de ladite loi, de se porter candidate, avant et pendant la période électorale, au poste de conseillère,
quartier 13, Rideau-Rockliffe, de la Ville d’Ottawa (Ontario), à
l’élection municipale prévue pour le 27 octobre 2014.
Le 4 avril 2014
La directrice générale
Direction des activités politiques
et de l’impartialité politique
KATHY NAKAMURA
[16-1-o]
[16-1-o]
Le 19 avril 2014
Gazette du Canada Partie I965
MISCELLANEOUS NOTICES
AVIS DIVERS
CANADIAN STROKE NETWORK/RÉSEAU CANADIEN
CONTRE LES ACCIDENTS CÉRÉBROVASCULAIRES
CANADIAN STROKE NETWORK/RÉSEAU CANADIEN
CONTRE LES ACCIDENTS CÉRÉBROVASCULAIRES
SURRENDER OF CHARTER
ABANDON DE CHARTE
Notice is hereby given that CANADIAN STROKE NETWORK/
RÉSEAU CANADIEN CONTRE LES ACCIDENTS CÉRÉBROVASCULAIRES intends to apply to the Minister of Industry for
leave to surrender its charter pursuant to subsection 32(1) of the
Canada Corporations Act.
April 4, 2014
KEVIN WILLIS, PhD
Executive Director
Avis est par les présentes donné que CANADIAN STROKE
NETWORK/RÉSEAU CANADIEN CONTRE LES ACCIDENTS
CÉRÉBROVASCULAIRES demandera au ministre de l’Industrie
la permission d’abandonner sa charte en vertu du paragraphe 32(1)
de la Loi sur les corporations canadiennes.
Le 4 avril 2014
Le directeur général
KEVIN WILLIS, Ph.D.
[16-1-o]
[16-1-o]
JAS-SIMPSON FAMILY FOUNDATION
JAS-SIMPSON FAMILY FOUNDATION
SURRENDER OF CHARTER
ABANDON DE CHARTE
Notice is hereby given that the JAS-Simpson Family Foundation
intends to apply to the Minister of Industry for leave to surrender
its charter pursuant to subsection 32(1) of the Canada Corporations Act.
April 9, 2014
BERNARD SIMPSON
Chairman
Avis est par les présentes donné que JAS-Simpson Family Foundation demandera au ministre de l’Industrie la permission d’abandonner sa charte en vertu du paragraphe 32(1) de la Loi sur les
corporations canadiennes.
Le 9 avril 2014
Le président
BERNARD SIMPSON
[16-1-o]
[16-1-o]
NORM MELDRUM CHARITABLE FOUNDATION
NORM MELDRUM CHARITABLE FOUNDATION
SURRENDER OF CHARTER
ABANDON DE CHARTE
Notice is hereby given that NORM MELDRUM CHARITABLE
FOUNDATION intends to apply to the Minister of Industry for
leave to surrender its charter pursuant to subsection 32(1) of the
Canada Corporations Act.
April 3, 2014
NORM MELDRUM
President
Avis est par les présentes donné que NORM MELDRUM
CHARITABLE FOUNDATION demandera au ministre de l’Industrie la permission d’abandonner sa charte en vertu du paragraphe 32(1) de la Loi sur les corporations canadiennes.
Le 3 avril 2014
Le président
NORM MELDRUM
[16-1-o]
[16-1-o]
966
Canada Gazette Part I
April 19, 2014
ORDERS IN COUNCIL
DÉCRETS
DEPARTMENT OF THE ENVIRONMENT
MINISTÈRE DE L’ENVIRONNEMENT
CANADIAN ENVIRONMENTAL PROTECTION ACT, 1999
LOI CANADIENNE SUR LA PROTECTION DE
L’ENVIRONNEMENT (1999)
Interim Order Modifying the Operation of the Passenger
Automobile and Light Truck Greenhouse Gas Emission
Regulations
Arrêté d’urgence modifiant l’application du Règlement sur les
émissions de gaz à effet de serre des automobiles à passagers et
des camions légers
P.C. 2014-429
C.P. 2014-429
April 10, 2014
Le 10 avril 2014
His Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of the Environment, pursuant to subsection 163(1) of the Canadian Environmental Protection Act, 19991a,
approves the Interim Order Modifying the Operation of the
Passenger Automobile and Light Truck Greenhouse Gas Emission
Regulations, made by the Minister of the Environment on
March 31, 2014.
Sur recommandation de la ministre de l’Environnement et en
vertu du paragraphe 163(1) de la Loi canadienne sur la protection
de l’environnement (1999)1a, Son Excellence le Gouverneur général
en conseil approuve l’Arrêté d’urgence modifiant l’application du
Règlement sur les émissions de gaz à effet de serre des automobiles
à passagers et des camions légers, pris le 31 mars 2014 par la
ministre de l’Environnement.
EXPLANATORY NOTE
NOTE EXPLICATIVE
(This note is not part of the Order.)
(La présente note ne fait pas partie du Décret.)
This Order approves the Interim Order Modifying the Operation
of the Passenger Automobile and Light Truck Greenhouse Gas
Emission Regulations made by the Minister of the Environment on
March 31, 2014. Without this approval, the Interim Order Modifying the Operation of the Passenger Automobile and Light Truck
Greenhouse Gas Emission Regulations would, in accordance with
subsection 163(3) of the Canadian Environmental Protection Act,
1999, cease to have effect 14 days after it was made. As a result of
this approval, the Interim Order Modifying the Operation of the
Passenger Automobile and Light Truck Greenhouse Gas Emission
Regulations will, in accordance with subsection 163(5) of the Canadian Environmental Protection Act, 1999, cease to have effect on
the day it is repealed, the day on which regulations having the same
effect come into force or one year after the Order is made, whichever is earlier. In December 2012, the Department of the Environment published for consultation a set of proposed amendments to
the Passenger Automobile and Light Truck Greenhouse Gas Emission Regulations, which included amendments that will have the
same effect as the Interim Order Modifying the Operation of the
Passenger Automobile and Light Truck Greenhouse Gas Emission
Regulations.
Le présent décret approuve l’Arrêté d’urgence modifiant l’application du Règlement sur les émissions de gaz à effet de serre des
automobiles à passagers et des camions légers pris par la ministre
de l’Environnement le 31 mars 2014. Sans cette approbation, cet
arrêté cesserait d’avoir effet, conformément au paragraphe 163(3)
de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999),
14 jours après sa prise. En conséquence de l’approbation, il cessera
d’avoir effet, conformément au paragraphe 163(5) de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999), un an après sa
prise ou, si elle est antérieure, à la date de son abrogation ou à
l’entrée en vigueur d’un règlement ayant le même effet. En
décembre 2012, le ministère de l’Environnement a publié, pour
consultation, un projet de Règlement modifiant le Règlement sur
les émissions de gaz à effet de serre des automobiles à passagers et
des camions légers; le projet de règlement comporte des modifications qui auront le même effet que l’Arrêté d’urgence modifiant
l’application du Règlement sur les émissions de gaz à effet de serre
des automobiles à passagers et des camions légers.
[16-1-o]
[16-1-o]
NATIONAL ENERGY BOARD
OFFICE NATIONAL DE L’ÉNERGIE
NATIONAL ENERGY BOARD ACT
LOI SUR L’OFFICE NATIONAL DE L’ÉNERGIE
Order — Certificate of Public Convenience and Necessity
OC-062 to Enbridge Pipelines Inc. for the Edmonton to Hardisty
Pipeline Project
Décret — Certificat d’utilité publique OC-062 à Pipelines
Enbridge Inc. pour le projet pipelinier d’Edmonton à Hardisty
P.C. 2014-425
C.P. 2014-425
April 10, 2014
Le 10 avril 2014
Whereas on December 14, 2012, Enbridge Pipelines Inc.
(“Enbridge”) applied to the National Energy Board (“Board”) with
regard to the Edmonton to Hardisty Pipeline Project (“Project”) for
a Certificate of Public Convenience and Necessity under section 52, Part III, of the National Energy Board Act (“Act”)
Attendu que, le 14 décembre 2012, Pipelines Enbridge Inc.
(« Enbridge ») a présenté à l’Office national de l’énergie
(l’« Office ») une demande concernant le projet pipelinier d’Edmonton à Hardisty (le « projet ») dans laquelle elle sollicitait un
certificat d’utilité publique en vertu de l’article 52 de la partie III
a
a
S.C. 1999, c. 33
L.C. 1999, ch. 33
Le 19 avril 2014
Gazette du Canada Partie I967
authorizing Enbridge to construct and operate a new 914.4 mm
(36 inch) outside diameter crude oil pipeline approximately
182 kilometres in length, from its existing Edmonton terminal,
near Edmonton, Alberta to its existing Hardisty terminal, near
Hardisty, Alberta;
de la Loi sur l’Office national de l’énergie (la « Loi ») l’autorisant
à construire et à exploiter un nouveau pipeline pour le pétrole brut
d’un diamètre extérieur de 914,4 mm (36 po) et d’une longueur
approximative de 182 km, depuis son terminal actuel d’Edmonton,
près d’Edmonton, en Alberta, jusqu’à son terminal actuel de
Hardisty, près de Hardisty, en Alberta;
Whereas the Project has an estimated capital cost of $844.3 million, including interest;
Whereas the Board reviewed Enbridge’s application and conducted an environmental assessment of the Project;
Whereas, pursuant to Hearing Order OH-001-2013, the Board
held oral public hearings in respect of the Project in Camrose,
Alberta on October 1 and 2, 2013, and on December 4 and 5, 2013,
during which the Board heard from Enbridge and from other participants in the proceeding;
Whereas the Board had regard to all considerations in Part III of
the Act, and that were directly related to the Project and relevant to
the list of issues the Board considered with respect to the Project;
Attendu que les coûts en capital estimatifs du projet sont
de 844,3 millions de dollars, y compris les intérêts;
Attendu que l’Office a étudié la demande d’Enbridge et a effectué une évaluation environnementale du projet;
Attendu que, conformément à l’ordonnance d’audience OH-0012013, l’Office a tenu des audiences publiques orales relativement
au projet à Camrose, en Alberta, les 1er et 2 octobre et 4 et 5 décembre 2013, au cours desquelles il a entendu Enbridge et les
autres participants aux procédures;
Attendu que l’Office a tenu compte de tous les facteurs visés par
la partie III de la Loi qui étaient directement liés au projet et pertinents en ce qui a trait à la liste des questions que l’Office examinait
relativement à ce projet,
Attendu que l’Office a établi le Rapport de l’Office national de
l’énergie daté de janvier 2014 (le « Rapport »), à l’égard du projet,
renfermant sa recommandation, lequel Rapport a été remis au
ministre le 31 janvier 2014;
Attendu que l’Office a conclu que le projet n’est pas susceptible
d’entraîner des effets négatifs environnementaux importants et est
dans l’intérêt public canadien s’il est construit et exploité dans le
respect strict des conditions énoncées par l’Office à l’annexe II de
son Rapport;
Attendu que l’Office est d’avis que les groupes autochtones susceptibles d’être touchés par le projet ont été suffisamment informés
et qu’ils ont eu l’occasion de faire connaître leurs points de vue à
Enbridge et à l’Office;
Attendu que, s’il est délivré, le certificat d’utilité publique
OC-062 serait assorti d’une condition exigeant qu’Enbridge dépose
un rapport présentant son plan pour mener les études sur l’usage
des terres à des fins traditionnelles, études qui n’ont pas encore été
réalisées à l’égard du projet;
Attendu que le dossier de la Couronne, composé du Rapport et
des documents et renseignements disponibles dans le dossier de
l’Office, indique ce qui suit à l’égard du projet :
a) tout effet préjudiciable possible sur les droits ancestraux ou
issus de traités, potentiels ou établis, est susceptible d’être
minime;
b) le promoteur remédie de manière efficace toute répercussion
sur l’usage des terres et des ressources à des fins traditionnelles;
Attendu que le dossier de la Couronne indique que celle-ci s’est
bien acquittée de son obligation de consulter et de trouver des
accommodements, s’il y a lieu, en ce qui a trait à ce projet;
Attendu que le gouverneur en conseil est par conséquent d’avis
que l’on doit ordonner à l’Office de délivrer un certificat d’utilité
publique à l’égard du projet,
À ces causes, sur recommandation du ministre des Ressources
naturelles et en vertu de l’article 54 de la Loi sur l’Office national
de l’énergie, Son Excellence le Gouverneur général en conseil
donne à l’Office national de l’énergie instruction de délivrer le certificat d’utilité publique OC-062 à l’égard du projet pipelinier
d’Edmonton à Hardisty de Pipelines Enbridge Inc., sous réserve
des conditions figurant à l’annexe II du Rapport de l’Office national de l’énergie, daté de janvier 2014.
Whereas the Board prepared the National Energy Board Report,
dated January 2014, (“Report”), with respect to the Project, which
was submitted to the Minister on January 31, 2014, setting out the
Board’s recommendation;
Whereas the Board concluded that the Project, if constructed
and operated in full compliance with the conditions set out in
Appendix II of its Report, is not likely to cause significant adverse
environmental effects and is in the Canadian public interest;
Whereas the Board is satisfied that all Aboriginal groups potentially affected by the Project were provided with sufficient information about the Project and had an opportunity to make their
views known to Enbridge and the Board;
Whereas, if issued, Certificate of Public Convenience and
Necessity OC-062 would include a condition requiring Enbridge to
file a report outlining a plan for outstanding traditional land use
investigations for the Project;
Whereas the Crown record, composed of the Report and the
available material and information on the Board record, indicates
the following with regard to the Project:
(a) that any possible adverse effect on potential or established
Aboriginal and treaty rights is likely to be minimal; and
(b) that any impact on the use of lands and resources for traditional purposes would be effectively addressed by the
proponent;
Whereas the Crown record indicates that the Crown’s duty to
consult and accommodate, where appropriate, has been adequately
fulfilled with regard to this Project;
And whereas the Governor in Council is therefore of the view
that the Board should be directed to issue a certificate of public
convenience and necessity in respect of the Project;
Therefore, His Excellency the Governor General in Council, on
the recommendation of the Minister of Natural Resources, pursuant to section 54 of the National Energy Board Act, directs the
National Energy Board to issue Certificate of Public Convenience
and Necessity OC-062, with respect to Enbridge Pipelines Inc.’s
Edmonton to Hardisty Pipeline Project, subject to the conditions
set out in Appendix II of the National Energy Board Report, dated
January 2014.
968
Canada Gazette Part I
April 19, 2014
EXPLANATORY NOTE
NOTE EXPLICATIVE
(This note is not part of the Order.)
(Cette note ne fait pas partie du Décret.)
Proposal
Proposition
This Order in Council is required pursuant to section 54 of the
National Energy Board Act (NEB Act) to direct the National
Energy Board (Board) to issue a Certificate of Public Convenience
and Necessity (Certificate) to Enbridge Pipelines Inc. (Enbridge)
for the Section 52 Facility component of its Edmonton to Hardisty
Pipeline Project (Project).
Le Décret est requis aux termes de l’article 54 de la Loi sur l’Office national de l’énergie (la Loi sur l’Office) pour donner instruction à l’Office national de l’énergie (l’Office) de délivrer un certificat d’utilité publique à Pipelines Enbridge Inc. (Enbridge)
relativement à la composante de son projet pipelinier d’Edmonton
à Hardisty (projet) constituée des installations visées par
l’article 52.
Objective
Objectif
On December 14, 2012, Enbridge filed an application with the
Board, under section 52 of the NEB Act, requesting a recommendation in the Board’s report to the Governor in Council that a Certificate of Public Convenience and Necessity be issued for the Section 52 Facility that was applied for.
The Board recommended that the Governor in Council, under
section 54 of the NEB Act, order the Board to issue Certificate OC-062 for the Section 52 Facility component of the Project
that was applied for.
Le 14 décembre 2012, Enbridge a déposé une demande, en vertu
de l’article 52 de la Loi sur l’Office, sollicitant une recommandation de l’Office pour la délivrance d’un certificat d’utilité publique
à l’égard des installations visées par l’article 52 dans le rapport
qu’il adressera au gouverneur en conseil.
L’Office a recommandé que le gouverneur en conseil lui donne
instruction, aux termes de l’article 54 de la Loi sur l’Office,
d’émettre le certificat OC-062 pour les installations visées par l’article 52 qui font partie du projet.
Background
Contexte
The Project would include
•• construction of a new 914.4 mm (nominal pipe size 36) outside
diameter crude oil pipeline, approximately 182 km in length,
from Enbridge’s existing Edmonton Terminal, near Edmonton,
Alberta, to its existing Hardisty Terminal, near Hardisty,
Alberta (Section 52 Facility); and
•• construction of a new initiating pump station at Enbridge’s
Edmonton Terminal, a new pump station at each of its existing
Kingman and Strome stations, and associated facilities and
infrastructure at its Edmonton and Hardisty Terminals (Section 58 Facilities).
Le projet comprendrait :
•• la construction d’un nouvel oléoduc pour le pétrole brut d’un
diamètre extérieur de 914,4 mm (diamètre nominal de tube de
36 po) et d’une longueur approximative de 182 km, depuis le
terminal actuel d’Enbridge d’Edmonton, près d’Edmonton, en
Alberta, jusqu’au terminal actuel de Hardisty, près de Hardisty,
en Alberta (installations visées par l’article 52);
•• la construction d’une nouvelle station de pompage en début de
parcours au terminal d’Edmonton, d’une nouvelle station de
pompage à chacune des stations Kingman et Strome existantes
d’Enbridge, ainsi que des infrastructures et des installations
connexes à ses terminaux actuels d’Edmonton et de Hardisty
(installations visées par l’article 58).
Sur environ 91,3 % du tracé, le projet longerait une emprise
pipelinière établie d’Enbridge, et serait contigu à celle-ci, ou suivrait d’autres perturbations linéaires existantes.
The Pipeline right-of-way (RoW) for the Project would be
alongside and contiguous to an existing Enbridge pipeline RoW
and other existing linear disturbances for approximately 91.3% of
its length.
Implications
Répercussions
The Project was developed in conjunction with shippers to
address the emerging pipeline transportation capacity constraint
between Edmonton and Hardisty. The Board was of the view that
long-term growth of crude oil supply is likely and that it is reasonable to expect that increases in Western Canadian crude oil supply
will support the need for, and the use of, the Project now and in the
future.
The Board found the proponent’s assessment of the downstream
market for Western Canadian crude oil to be reasonable. The Board
was of the view that Enbridge has the ability to finance the construction of the Project and to place it into operation.
The Board found that designing and constructing the majority of
the Enbridge pipeline route alongside and contiguous to existing
linear disturbances was reasonable given that it would minimize
the environmental and socio-economic impacts of the Project.
Le projet a été élaboré de concert avec les expéditeurs pour
remédier à un manque émergent de capacité pipelinière entre
Edmonton et Hardisty. L’Office a estimé qu’il est probable que
l’offre de pétrole brut continuera de croître à long terme et qu’il est
raisonnable de croire que l’augmentation de l’offre de brut dans
l’Ouest canadien confirmera la nécessité du projet et en soutiendra
l’utilisation, dans le présent comme dans le futur.
L’Office a jugé que l’évaluation faite du marché en aval pour le
pétrole brut de l’Ouest canadien est raisonnable. L’Office a estimé
qu’Enbridge est en mesure de financer la construction du projet et
sa mise en service.
L’Office a trouvé raisonnable de concevoir et de construire la
majeure partie du tracé de l’oléoduc le long de perturbations
linéaires existantes, et contiguë à celles-ci, car cela réduit au minimum les incidences environnementales et socioéconomiques éventuelles du projet.
L’Office était d’avis que le programme de consultation publique
d’Enbridge est convenable, compte tenu de l’envergure et du cadre
du projet, et du fait que la société entretient des rapports avec la
The Board was of the view that Enbridge’s public consultation
program was adequate given the scale and setting of the Project,
along with the consideration that Enbridge has had pre-existing
Le 19 avril 2014
Gazette du Canada Partie I969
relationships with the majority of local landowners and regional
stakeholders for several decades.
majorité des propriétaires fonciers locaux et des parties prenantes
régionales depuis plusieurs décennies.
The Board was satisfied that all Aboriginal groups potentially
affected by the Project were provided with sufficient information
and had an opportunity to make their views known to Enbridge and
the Board about the Project.
The Board was of the view that, with the implementation of
Enbridge’s environmental protection procedures and full compliance with the conditions set out in Appendix II of the National
Energy Board Report in the Matter of Enbridge Pipelines Inc.
Application Dated 14 December 2012 for the Edmonton to
Hardisty Pipeline Project, OH-001-2013, the Project is not likely
to cause significant adverse environmental effects and is overall in
the Canadian public interest.
L’Office a estimé que les groupes autochtones susceptibles
d’être touchés par le projet ont été suffisamment informés et qu’ils
ont eu l’occasion de faire connaître leurs points de vue à Enbridge
et à l’Office sur le projet.
L’Office a estimé que, pourvu que soient mises en œuvre les
mesures d’atténuation et les procédures de protection environnementale proposées par Enbridge, ainsi que les conditions énoncées
à l’annexe II du Rapport de l’Office national de l’énergie relativement à la demande de Pipelines Enbridge Inc. en date du 14 décembre 2012 concernant le projet pipelinier d’Edmonton à
Hardisty, OH-001-2013, le projet n’est pas susceptible d’entraîner
des effets environnementaux négatifs importants et est dans l’intérêt public canadien.
Consultation
Consultation
Pursuant to Hearing Order OH-001-2013, the Board held an oral
public hearing for the Project in Camrose, Alberta, on October 1
and 2, 2013, and subsequently on December 4 and 5, 2013, at
which time the Board heard from Enbridge and from other participants registered in the proceeding.
The evidentiary portion of the OH-001-2013 hearing closed on
December 4, 2013, and the oral portion ended on December 5,
2013.
Conformément à l’ordonnance d’audience OH-001-2013, l’Office a tenu une audience publique orale relativement au projet à
Camrose, en Alberta, les 1er et 2 octobre 2013 et les 4 et 5 décembre
2013, au cours de laquelle l’Office a entendu Enbridge et les autres
participants enregistrés aux fins de l’instance.
La présentation de la preuve dans le cadre de l’audience OH-0012013 a pris fin le 4 décembre 2013, et le volet oral, le 5 décembre
2013.
Contact
Personne-ressource
For more information, please contact
John Foran
Director
Oil and Gas Policy and Regulatory Affairs Division
Natural Resources Canada
Telephone: 613-992-0287
Pour un complément d’information, prière de communiquer
avec :
John Foran
Directeur
Division des politiques et des affaires réglementaires
Ressources naturelles Canada
Téléphone : 613-992-0287
[16-1-o]
[16-1-o]
970
Canada Gazette Part I
April 19, 2014
PROPOSED REGULATIONS
RÈGLEMENTS PROJETÉS
Table of Contents
Table des matières
Page
Page
Environment, Dept. of the
Order Amending Schedule 1 to the Species at
Risk Act................................................................. 971
Environnement, min. de l’
Décret modifiant l’annexe 1 de la Loi sur les espèces
en péril...................................................................... 971
Le 19 avril 2014
Gazette du Canada Partie I971
Order Amending Schedule 1 to the Species at Risk
Act
Décret modifiant l’annexe 1 de la Loi sur les
espèces en péril
Statutory authority
Fondement législatif
Species at Risk Act
Sponsoring department
Department of the Environment
Loi sur les espèces en péril
Ministère responsable
Ministère de l’Environnement
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Order.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Décret.)
Issues
Enjeux
The Humpback Whale (North Pacific population) has increased
in number significantly since it was first listed as threatened under
Canada’s Species at Risk Act (SARA) in 2005. A 2011 assessment
by the Committee on the Status of Endangered Wildlife in Canada
(COSEWIC), an independent scientific advisory body whose role
under SARA is, among other things, to classify species as extinct,
extirpated, endangered, threatened or species of special concern,
has indicated that the Humpback Whale (North Pacific population)
growth rates have increased, leading to an improved abundance of
the species. COSEWIC has determined that the Humpback Whale
(North Pacific population) has reached a point where the species
can be reclassified as a species of special concern.
Given the reassessment by COSEWIC, and based on the considerations discussed below, the Minister of the Environment, on
the advice of the Minister of Fisheries and Oceans, has recommended to the Governor in Council to make a regulatory amendment to Schedule 1 of SARA in order to change the status of the
species from “threatened” to “species of special concern.”
Le nombre de rorquals à bosse (population du Pacifique Nord) a
considérablement augmenté depuis que cette espèce a été inscrite
pour la première fois en tant qu’espèce menacée en vertu de la Loi
sur les espèces en péril (LEP) du Canada en 2005. Selon une étude
de 2011 du Comité sur la situation des espèces en péril au Canada
(COSEPAC), un organisme scientifique consultatif indépendant
dont le rôle en vertu de la LEP est, entre autres, de classer les
espèces comme étant éteintes, disparues, en voie de disparition,
menacées ou préoccupantes, les taux de croissance du rorqual à
bosse (population du Pacifique Nord) ont augmenté, ce qui a
entraîné une plus grande abondance de l’espèce. Le COSEPAC a
déterminé que le rorqual à bosse (population du Pacifique Nord) a
atteint un point où l’espèce peut être reclassée comme espèce
préoccupante.
Étant donné la réévaluation du COSEPAC, et d’après les considérations discutées ci-après, la ministre de l’Environnement, sur le
conseil du ministre des Pêches et des Océans, a recommandé au
gouverneur en conseil de procéder à une modification réglementaire de l’annexe 1 de la LEP afin de faire passer la situation de
l’espèce de menacée à préoccupante.
Background
Contexte
Species At Risk Act and recommendations for listing aquatic
species
Loi sur les espèces en péril et recommandations pour l’inscription
des espèces aquatiques
SARA was enacted in 2002. It provides the federal government
with the legislative foundation to help prevent wildlife species
from becoming extinct and to implement the actions necessary for
their recovery.
Under SARA, the Minister of Fisheries and Oceans is the “competent minister” for aquatic species, except with respect to individuals in or on federal lands administered by the Parks Canada
Agency. North Pacific Humpback Whales also enter the Gwaii
Haanas National Marine Conservation Area Reserve and the
Pacific Rim National Park Reserve of Canada. These areas are
administered by the Parks Canada Agency; therefore, the Minister
of the Environment is also a “competent minister” under SARA for
Humpback Whales.
La LEP a été adoptée en 2002. Elle fournit au gouvernement
fédéral le fondement législatif pour éviter que les espèces sauvages
s’éteignent et pour mettre en œuvre les mesures nécessaires pour
leur rétablissement.
En vertu de la LEP, le ministre des Pêches et des Océans est le
« ministre compétent » en ce qui concerne les espèces aquatiques,
à l’exception des individus présents dans les parties du territoire
domanial dont la gestion relève de l’Agence Parcs Canada. Les
rorquals à bosse du Pacifique Nord pénètrent également la réserve
d’aire marine nationale de conservation Gwaii Haanas et la réserve
de parc national du Canada Pacific Rim. Ces aires sont administrées par l’Agence Parcs Canada; par conséquent, la ministre de
l’Environnement est également un « ministre compétent » en vertu
de la LEP en ce qui a trait aux rorquals à bosse.
En conseillant la ministre de l’Environnement en ce qui concerne
la formulation de recommandations pour l’inscription d’une espèce
In providing advice to the Minister of the Environment in relation to making a listing recommendation to the Governor in
972
Canada Gazette Part I
Council for an aquatic species, the Minister of Fisheries and
Oceans considers the following, as appropriate:
•• the purposes of SARA;
•• the COSEWIC status assessment;
•• other available information regarding the status and threats to
the species, such as the recovery potential assessment conducted by Fisheries and Oceans Canada;
•• the review of feasible management options to protect the
species;
•• the socio-economic (costs and benefits), biological and corporate impacts from listing the species; and
•• the results of consultations with provinces, territories, wildlife
management boards, Aboriginal organizations, and any other
person or organization that the competent minister considers
appropriate.
SARA is a key tool in the ongoing work to protect species at
risk. By providing for the protection and recovery of species at
risk, SARA is one of the most important tools in the conservation
of Canada’s biological diversity. Schedule 1 of SARA is the official List of Wildlife Species at Risk. SARA also complements
other laws and programs of Canada’s federal, provincial, municipal, and territorial governments, and supports the efforts of conservation organizations and other partners working to protect Canadian wildlife and habitat. Furthermore, the conservation of species
at risk is an important component of the Government of Canada’s
commitment to conserving biological diversity under the United
Nations Convention on Biological Diversity (1992). The Government of Canada has also made a commitment to protect and recover
species at risk through the Accord for the Protection of Species at
Risk (1996).
April 19, 2014
aquatique à l’intention du gouverneur en conseil, le ministre des
Pêches et des Océans considère les éléments suivants, le cas
échéant :
•• les objectifs de la LEP;
•• l’évaluation de la situation menée par le COSEPAC;
•• d’autres renseignements disponibles en ce qui concerne la
situation de l’espèce et les menaces qui pèsent sur elle, comme
l’évaluation du potentiel de rétablissement menée par Pêches et
Océans Canada;
•• l’examen des options possibles de gestion permettant de protéger l’espèce;
•• les répercussions socioéconomiques (coûts et avantages), biologiques et ministérielles de l’inscription des espèces sur la
liste;
•• les résultats des consultations avec les provinces, les territoires,
les conseils de gestion des ressources fauniques, les organisations autochtones et toute autre personne ou organisation que le
ministre compétent considère comme appropriée.
La LEP est un outil essentiel dans le cadre des efforts continus
visant à protéger les espèces en péril. En assurant la protection et le
rétablissement des espèces en péril, la LEP joue un rôle primordial
dans la préservation de la diversité biologique au Canada. L’annexe 1 de la LEP présente la liste officielle des espèces en péril. La
LEP vient aussi compléter d’autres lois et programmes des gouvernements fédéral, provinciaux, municipaux et territoriaux du
Canada et appuie les activités des organismes de conservation et
d’autres partenaires œuvrant à la protection de la faune et de son
habitat au Canada. Qui plus est, la conservation des espèces en
péril est une composante importante de l’engagement du gouvernement du Canada à préserver la diversité biologique en vertu de la
Convention des Nations Unies sur la diversité biologique (1992).
Enfin, le gouvernement du Canada s’est engagé à protéger et à rétablir les espèces en péril en signant l’Accord pour la protection des
espèces en péril (1996).
COSEWIC reassessment of the Humpback Whale (North Pacific
population)
Réévaluation du COSEPAC relative au rorqual à bosse
(population du Pacifique Nord)
COSEWIC is a body established, and granted specific duties and
powers, under SARA. It is an independent group of expert scientists who, among other things, assess species to determine if they
are at risk or not. SARA requires that COSEWIC reassess species
at risk at least once every 10 years to confirm the species classification, reclassify the species or indicate that the species is no longer
at risk, depending on whether its situation has improved or
deteriorated.
Le COSEPAC est un organisme établi en vertu de la LEP, qui lui
confère des devoirs et des pouvoirs précis. Il s’agit d’un groupe
indépendant de scientifiques experts qui évaluent notamment les
espèces afin de déterminer si elles sont en péril ou non. La LEP
exige du COSEPAC qu’il réévalue les espèces en péril au moins
une fois tous les 10 ans afin de confirmer la classification de l’espèce, de reclasser l’espèce ou d’indiquer que l’espèce n’est plus en
péril, en fonction de l’amélioration ou de la détérioration de sa
situation.
Dans son évaluation de 2003 du rorqual à bosse (population du
Pacifique Nord), le COSEPAC a mentionné que la population de
l’espèce avait fortement diminué en raison de la chasse commerciale à la baleine, qui s’était déroulée pratiquement sans interruption depuis la Deuxième Guerre mondiale. Bien que la chasse à la
baleine ait réduit la population de l’espèce, les données de l’époque
montraient que la population était en augmentation, s’élevant alors
à quelques centaines d’individus. Le COSEPAC avait conclu que
l’espèce était menacée et le rorqual à bosse (population du Pacifique Nord) avait par conséquent été inscrit comme espèce menacée à l’annexe 1 de la LEP en 2005.
Dans son évaluation et son rapport de situation de 2011, le
COSEPAC indiquait que rien ne prouvait que la population avait
décliné depuis les années 1960, période à laquelle la pêche
commerciale à la baleine a pris fin. Bien qu’aucune donnée sur les
tendances ne soit disponible pour la période entre 1966 et les
années 1990, le COSEPAC a constaté que la population a augmenté d’environ 4 % par an depuis le début des années 1990.
In its 2003 assessment for the Humpback Whale (North Pacific
population), COSEWIC mentioned that the species population had
been heavily reduced by commercial whaling, which had continued almost without interruption until the Second World War.
Although whaling had decreased the species population, evidence
at the time showed that the population had been increasing, with
numbers totalling in the low hundreds. COSEWIC concluded that
the species was threatened, and the Humpback Whale (North
Pacific population) was subsequently listed as threatened on
Schedule 1 of SARA in 2005.
In their most recent 2011 assessment and status report,
COSEWIC found that there had been no evidence of a population
decline since the 1960s, which is around the time that commercial
whaling ended. Although no trend data are available from 1966 to
the 1990s, COSEWIC has found that the population has been
increasing at about 4% per year since the early 1990s. Based on
2006 photo-identification data, the population was estimated to
Le 19 avril 2014
Gazette du Canada Partie I973
have increased by more than 50% over the last three generations
(i.e. 64.5 years), consisting of more than 18 000 non-calf
individuals.
D’après les données de photo-identification de 2006, on a estimé
que la population avait augmenté de plus de 50 % au cours des trois
dernières générations (c’est-à-dire 64,5 ans) et comptait plus de
18 000 individus autres que des baleineaux.
According to COSEWIC, while the species’ situation has
improved tremendously over the last five decades, current numbers
are still considerably smaller than the number that must have been
present off the west coast of Vancouver Island before 1905. This,
combined with the potential impact of residual threats, is the reason why COSEWIC has determined that the Humpback Whale
(North Pacific population) is a recovering wildlife species no
longer considered to be threatened but not yet clearly secure.
Therefore, COSEWIC considers this wildlife species as a species
of special concern.
For more information on COSEWIC’s most recent assessment
and status report of the Humpback Whale (North Pacific population), please visit www.sararegistry.gc.ca/default.asp?lang=En&n=
09707A81-1.
D’après le COSEPAC, si la situation de l’espèce s’est considérablement améliorée au cours des 50 dernières années, le nombre
actuel d’individus est encore bien inférieur au nombre d’individus
qui devaient être présents au large de la côte ouest de l’île de Vancouver avant 1905. Ce fait, combiné aux incidences potentielles
des menaces résiduelles, est la raison pour laquelle le COSEPAC a
déterminé que le rorqual à bosse (population du Pacifique Nord)
est une espèce sauvage qui se rétablit et qui ne doit plus être considérée comme une espèce menacée, sans pour autant être totalement
hors de danger. Par conséquent, le COSEPAC considère cette
espèce sauvage comme une espèce préoccupante.
Pour en savoir plus sur le rorqual à bosse (population du Pacifique Nord), veuillez consulter le Registre public des espèces
en péril à l’adresse suivante : www.registrelep.gc.ca/species/
speciesDetails_f.cfm?sid=148.
Pour en savoir plus sur l’évaluation et le rapport de situation les
plus récents du COSEPAC sur le rorqual à bosse (population du
Pacifique Nord), veuillez vous rendre sur le site suivant : www.
registrelep.gc.ca/default.asp?lang=Fr&n=09707A81-1.
Species characteristics
Caractéristiques de l’espèce
The Humpback Whale is one of the largest cetaceans, typically
reaching lengths of 13 m for males and 14 m for females and
weighing 25 to 40 tonnes. The Humpback Whale species is characterized by pleated grooves in the skin of the neck that allow the
throat to expand during the intake of huge amounts of water during
feeding, and the presence of a dorsal fin.
Humpback Whales are found in tropical, temperate and subpolar waters worldwide. In Canada, Humpback Whales are found
on both the east and west coasts, and belong to separate populations. The range of the Humpback Whale (North Pacific population) extends along the full length of the west coast of British Columbia to northwestern Alaska.
In Pacific waters, the range of Humpback Whales (North Pacific
population) spans the inshore coastal inlets, seaward across the
continental shelf and into offshore waters. They are highly migratory, moving seasonally between winter subtropical breeding areas
to high latitude feeding grounds in Canada.
Le rorqual à bosse est l’un des plus gros cétacés; le mâle mesure
généralement 13 m et la femelle, 14 m. De plus, il pèse entre 25 et
40 tonnes. Le rorqual à bosse se caractérise par des sillons sur la
peau du cou qui permettent à la gueule de se déployer lorsqu’il
avale de grandes quantités d’eau pour s’alimenter et par la présence
d’une nageoire dorsale.
On trouve les rorquals à bosse dans les eaux tropicales, tempérées et subarctiques du monde entier. Au Canada, on trouve les
rorquals à bosse au large des côtes est et ouest; il s’agit de populations distinctes. L’aire de répartition du rorqual à bosse (population
du Pacifique Nord) s’étend sur toute la longueur de la côte ouest de
la Colombie-Britannique, jusqu’au nord-ouest de l’Alaska.
Dans les eaux du Pacifique, l’aire de répartition des rorquals à
bosse (population du Pacifique Nord) s’étend des bras de mer
côtiers vers la mer, sur tout le plateau continental et dans les eaux
de mer ouverte. Le rorqual à bosse est un grand migrateur; il se
déplace de façon saisonnière entre les aires de reproduction subtropicales en hiver et les aires d’alimentation dans les hautes latitudes
du Canada.
Dans les eaux canadiennes, les rorquals à bosse (population du
Pacifique Nord) sont observés le plus fréquemment entre mai et
octobre; toutefois, on peut les observer en plus petit nombre tout au
long de l’année. Dans les eaux canadiennes, leur activité principale
est l’alimentation, bien qu’il soit possible que certains individus
utilisent cette aire comme voie de migration.
For more information on the Humpback Whale (North Pacific
population), please visit the Species at Risk Public Registry at
www.sararegistry.gc.ca/species/speciesDetails_e.cfm?sid=148.
In Canadian waters, Humpback Whales (North Pacific population) are most frequently observed from May to October; however,
they can be observed in lower numbers throughout the year. Their
primary activity in Canadian waters is feeding, though some individuals may use the area as a migratory corridor.
Objectives
Objectifs
The proposed amendment to Schedule 1 of SARA is to reclassify
the status of the Humpback Whale (North Pacific population) from
threatened to a species of special concern in Schedule 1 of SARA.
La modification proposée de l’annexe 1 de la LEP vise à reclasser la situation du rorqual à bosse (population du Pacifique Nord)
d’espèce menacée à espèce préoccupante dans l’annexe 1 de la
LEP.
La modification proposée permettrait ce qui suit :
•• harmoniser la reclassification du rorqual à bosse (population du
Pacifique Nord) en vertu de l’annexe 1 de la LEP avec les données scientifiques disponibles les plus récentes en prenant en
compte l’évaluation la plus récente du COSEPAC;
•• harmoniser le niveau de protection en vertu de la LEP avec la
classification de l’espèce déterminée par le COSEPAC. Cela
The proposed amendment would
•• Align the reclassification of the Humpback Whale (North
Pacific population) under Schedule 1 of SARA with the most
up-to-date science available, taking into consideration the most
recent assessment by COSEWIC;
•• Align the level of protection under SARA with the classification of the species as determined by COSEWIC. That is, once a
974
Canada Gazette Part I
April 19, 2014
species’ status has improved such that it no longer meets
COSEWIC’s criteria and guidelines for threatened species, but
is still considered by that body as meeting its criteria for species of special concern, SARA recognizes that such species,
once reclassified under Schedule 1, are no longer subject to the
prohibitions under SARA; and
•• Ensure the development and implementation of a management
plan, which would include measures for the conservation of the
species.
signifie qu’une fois que la situation de l’espèce s’est améliorée
de telle façon qu’elle ne répond plus aux critères et aux recommandations du COSEPAC relatifs aux espèces menacées, mais
que cet organisme considère encore qu’elle répond aux critères
des espèces préoccupantes, la LEP reconnaît que cette espèce,
une fois reclassée en vertu de l’annexe 1, n’est plus soumise
aux interdictions stipulées dans la LEP;
•• assurer l’élaboration et la mise en œuvre d’un plan de gestion
qui comporterait des mesures de conservation de l’espèce.
Description
Description
This amendment to Schedule 1 of SARA would change the
status of the Humpback Whale (North Pacific population) to a species of special concern from threatened.
The reclassification under Schedule 1 to a species of special
concern from threatened means that the Humpback Whale (North
Pacific population) would no longer be subject to the general prohibitions set out in SARA, nor would its critical habitat be required
to be legally protected under SARA. However, other provisions of
SARA would continue to apply. Under section 79 of SARA, every
person who is required by or under an Act of Parliament to ensure
that an assessment of the environmental effects of a project is conducted, and every authority who makes a determination under
paragraph 67(a) or (b) of the Canadian Environmental Assessment
Act, 2012 in relation to a project, must notify the competent minister if the project is likely to affect a listed species. The person must
identify the adverse effects of the project on the listed species and
ensure that measures are taken to avoid or lessen those effects and
to monitor them. These requirements under section 79 would continue to apply to such projects that are likely to affect Humpback
Whale (North Pacific population). The Fisheries Act prohibitions
and its regulations, namely the Marine Mammal Regulations,
would continue to apply to the species as well.
Cette modification de l’annexe 1 de la LEP reclassifierait le rorqual à bosse (population du Pacifique Nord) d’espèce menacée à
espèce préoccupante.
La reclassification en vertu de l’annexe 1 d’espèce menacée à
espèce préoccupante signifie que le rorqual à bosse (population du
Pacifique Nord) ne serait plus soumis aux interdictions générales
stipulées dans la LEP et que son habitat essentiel ne devrait plus
être légalement protégé en vertu de la LEP. Toutefois, d’autres dispositions de la LEP continueraient de s’appliquer. Aux termes de
l’article 79 de la Loi sur les espèces en péril, toute personne qui est
tenue, sous le régime d’une loi fédérale, de veiller à ce qu’il soit
procédé à l’évaluation des effets environnementaux d’un projet et
toute autorité qui en détermine l’importance au titre des paragraphes 67a) ou b) de la Loi canadienne sur l’évaluation environnementale (2012) relativement à un projet doivent notifier le projet
au ministre compétent s’il est susceptible de toucher une espèce
inscrite. La personne doit définir les effets nocifs du projet pour les
espèces inscrites et s’assurer que des mesures sont prises pour éviter ou réduire ces effets et pour les surveiller. Ces exigences stipulées dans l’article 79 continueraient de s’appliquer à des projets
susceptibles de toucher le rorqual à bosse (population du Pacifique
Nord). Les interdictions en vertu de la Loi sur les pêches et son
règlement, à savoir le Règlement sur les mammifères marins, continueraient également de s’appliquer à l’espèce.
Il convient également de noter qu’en vertu de la LEP, un plan de
gestion serait préparé pour l’espèce dans les trois ans après la
reclassification de l’espèce. Ce plan inclurait les mesures de
conservation de l’espèce que le ministre compétent estime appropriées. On prévoit que les mesures de conservation du plan de gestion suivront les mesures présentées dans le programme final de
rétablissement11; le programme de rétablissement a été préparé
lorsque le rorqual à bosse (population du Pacifique Nord) a été
inscrit en tant qu’espèce menacée à l’annexe 1 de la LEP.
La planification du rétablissement et de la gestion est une occasion pour les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux de
travailler ensemble et de susciter la coopération et la collaboration
parmi un certain nombre d’autres partenaires, y compris les municipalités, les peuples et les organisations autochtones et les autres
partenaires, en vue de déterminer les mesures nécessaires au soutien de la survie ou du rétablissement des espèces inscrites.
En 2012, des modifications à la Loi sur les pêches ont été adoptées. Une disposition visant à interdire l’exploitation d’un ouvrage
ou d’une entreprise ou la pratique d’une activité entraînant des
dommages sérieux à tout poisson visé par une pêche commerciale,
récréative ou autochtone, ou à tout poisson dont dépend une telle
pêche, est entrée en vigueur le 25 novembre 2013. Cette disposition s’appliquerait encore au rorqual à bosse (population du Pacifique Nord) en tant qu’espèce préoccupante. En outre, le Règlement sur les mammifères marins relevant de la Loi sur les pêches
continuerait également de s’appliquer aux individus de cette
espèce.
It should also be noted that, under SARA, a management plan
would be prepared for the species within three years after the species’ reclassification. It would include measures for the conservation of the species that the competent minister considers appropriate. It is anticipated that the management plan’s conservation
measures would follow the measures outlined in the final Recovery
Strategy11; the Recovery Strategy was prepared when the Humpback Whale (North Pacific population) was listed as threatened on
Schedule 1 of SARA.
Recovery and management planning is an opportunity for federal, provincial and territorial governments to work together and to
stimulate cooperation and collaboration among a number of other
partners — including municipalities, Aboriginal peoples and
organizations, and other partners — in determining the actions
necessary to support the survival or recovery of listed species.
In 2012, amendments to the Fisheries Act were passed into law.
A provision prohibiting the carrying on of any work, undertaking
or activity that results in serious harm to fish that are part of a commercial, recreational or Aboriginal fishery, or to fish that support
such a fishery, came into force on November 25, 2013. That provision would still apply to the Humpback Whale (North Pacific
population) as a species of special concern. Furthermore, the Marine Mammal Regulations under the Fisheries Act would also continue to apply to individuals of this species.
1
Recovery Strategy for the Northern Pacific Humpback Whale: www.sararegistry.
gc.ca/document/default_e.cfm?documentID=1344.
1
Programme de rétablissement du rorqual à bosse du Pacifique Nord : www.
registrelep.gc.ca/document/default_f.cfm?documentID=1344.
Le 19 avril 2014
Gazette du Canada Partie I975
“One-for-One” Rule
Règle du « un pour un »
The “One-for-One” Rule does not apply to the proposed amendments to reclassify the species from threatened to a species of special concern on Schedule 1 of SARA as the amendments do not
introduce new or incremental administrative burden costs on
business.
La règle du « un pour un » ne s’applique pas aux modifications
proposées visant à reclasser l’espèce de menacée à préoccupante à
l’annexe 1 de la LEP, puisque les modifications n’introduisent pas
de nouveaux coûts ou de coûts supplémentaires liés au fardeau
administratif imposés aux entreprises.
Small business lens
Lentille des petites entreprises
The proposed amendments to Schedule 1 of the Species at Risk
Act would not impose annual nationwide costs over $1 million, nor
would they have a disproportionate impact on any small businesses. As a result, the small business lens does not apply to the
proposed amendments.
Les modifications proposées à l’annexe 1 de la Loi sur les
espèces en péril n’imposeraient pas de coûts annuels de plus
d’un million de dollars à l’échelle nationale et n’auraient pas d’incidences disproportionnées sur les petites entreprises. Par conséquent, la lentille des petites entreprises ne s’applique pas aux modifications proposées.
Consultation
Consultation
Under SARA, the scientific assessment of species status by
COSEWIC and the decision to add a species to Schedule 1 of
SARA by the Governor in Council on the recommendation of the
Minister of the Environment are two distinct processes. These two
separate processes help to ensure, among other things, that scientists can work independently when assessing the biological status
of wildlife species and that interested Canadians have the opportunity to be consulted in the decision-making process.
En vertu de la LEP, l’évaluation scientifique de la situation de
l’espèce par le COSEPAC et la décision d’ajouter ou non une
espèce à l’annexe 1 de la LEP par le gouverneur en conseil sur
recommandation de la ministre de l’Environnement sont deux processus distincts. Ces deux processus distincts permettent d’assurer,
entre autres, que les scientifiques peuvent travailler de façon indépendante lors de l’évaluation de la situation biologique d’espèces
sauvages et que les Canadiens intéressés peuvent être consultés au
cours du processus de prise de décision.
Consultation regarding potential change of status under
Schedule 1
Consultation relative au changement potentiel de situation en
vertu de l’annexe 1
Consultations were facilitated through mail-outs, consultation
workbooks, and other supporting documents which were made
available under the “Consultations” section of the Fisheries and
Oceans Canada Pacific Region’s Web site from November 10,
2011, to January 4, 2012. Consultations were undertaken with
environmental organizations, First Nations and Aboriginal groups,
marine mammal environmental conservation groups, other levels
of government and the public on the potential reclassification
under Schedule 1 of the Humpback Whale (North Pacific population) as a species of special concern, based on the May 2011
COSEWIC reassessment.
Des consultations ont été menées au moyen d’envois postaux, de
cahiers de consultation et d’autres documents à l’appui qui ont été
affichés sous la rubrique « Consultations » du site Web de la région
du Pacifique de Pêches et Océans Canada entre le 10 novembre
2011 et le 4 janvier 2012. Des consultations ont été entreprises
avec des organismes environnementaux, des Premières Nations
et des groupes autochtones, des groupes de conservation environnementale des mammifères marins, d’autres ordres de gouvernement et le public au sujet de la reclassification potentielle en
vertu de l’annexe 1 du rorqual à bosse (population du Pacifique
Nord) comme espèce préoccupante, d’après la réévaluation du
COSEPAC datant de mai 2011.
Au total, 312 lettres de consultation ont été envoyées et
22 réponses ont été reçues.
•• Cinq répondants (deux réponses des ministères provinciaux en
Colombie-Britannique, une réponse de l’industrie du tourisme,
une réponse d’une organisation non gouvernementale de l’environnement, une réponse d’une source inconnue) étaient en
faveur de la reclassification du rorqual à bosse (population du
Pacifique Nord) en tant qu’espèce préoccupante en vertu de
l’annexe 1. Une des raisons citées par ces répondants était la
tendance positive du rétablissement de l’espèce. Un répondant
a indiqué qu’une révision de la situation dans la liste ne devait
pas justifier la réduction des efforts de gestion des activités
humaines et que le plan de gestion devait être élaboré pour
gérer de façon proactive les incidences sur l’espèce.
•• Treize répondants (six réponses d’organisations non gouvernementales de l’environnement, trois réponses d’établissements
d’enseignement, deux réponses de l’industrie du tourisme, une
réponse d’une organisation des Premières Nations, une réponse d’une source inconnue) n’étaient pas en faveur de la
reclassification du rorqual à bosse (population du Pacifique
Nord) en tant qu’espèce préoccupante en vertu de l’annexe 1.
La préoccupation générale était le fait que les interdictions dissuadent l’industrie de nuire aux individus. Sans ces interdictions, selon eux, il n’y a plus de dissuasion. Certains des répondants ont indiqué que la reclassification de l’espèce pourrait
In total, out of the 312 consultation letters that were sent out,
22 responses were received.
•• Five respondents (two responses from provincial ministries in
British Columbia, one response from the tourism industry,
one response from an environmental non-governmental organization, one response from an unknown source) were in favour
of reclassifying the Humpback Whale (North Pacific population) as a species of special concern under Schedule 1. One of
the reasons cited by these respondents was the positive trend in
the recovery of the species. One respondent indicated that a
revised listing status must not be used as a rationale to decrease
efforts to manage human activities and that the management
plan should be developed to proactively manage impacts to the
species.
•• Thirteen respondents (six responses from environmental nongovernmental organizations, three responses from academic
institutions, two responses from the tourism industry, one response from a First Nations organization, and one response
from an unknown source) were not in favour of reclassifying
the Humpback Whale (North Pacific population) as a species of
special concern under Schedule 1. The general concern was
that the prohibitions were a deterrent against industry harming
the individuals. Without the prohibitions, it was argued, that
deterrence would no longer be present. Some of the respondents indicated that the reclassification of the species could lead
976
Canada Gazette Part I
to increased activities in the waters along the British Columbia
coast. These activities could result in increased tanker traffic,
entanglements, and hazardous petroleum product spills. Other
respondents cited that more research was needed to better
understand the diet needs of the species, its genetic and population structure, the impacts of vessel interactions, and the
impacts of ocean noise before reclassification under Schedule 1 should be considered.
•• Four respondents (two responses from academic institutions,
one response from a First Nations organization, one response
from an unknown source) were undecided with respect to the
reclassification. Reasons for being undecided included insufficient information available to discuss potential impacts of
reclassification under Schedule 1, insufficient information
available on the impacts of debris from Japan’s tsunami, and
wanting mitigation measures to continue to reduce threats to
the species’ population.
The majority of responses were against changing the classification of the species under Schedule 1 to a species of special concern.
Fisheries and Oceans Canada responded to these comments by
reiterating that the upward trend of growth rates and increased
abundance are not expected to be significantly affected by the nonapplication of SARA’s general prohibitions or requirement to
legally protect critical habitat. The Department also expressed to
stakeholders that the Fisheries Act and the Marine Mammal Regulations would continue to apply to the Humpback Whale (North
Pacific population), and that a management plan, which would
include measures for the conservation of the species, would still
need to be developed.
The Province of British Columbia has indicated support for listing the Humpback Whale (North Pacific population) as a species of
special concern.
In January of 2012, the Minister of the Environment recommended that the Governor in Council refer the assessment of the
Humpback Whale (North Pacific population) back to COSEWIC
for further information or consideration. The reason for this decision was that, in the course of consultations, a number of concerns
were raised with regard to the structure of the population (or
“designatable unit” or “DU”) in Canada. Some species experts
expressed concerns that key data concerning the structure of the
DU was not considered by COSEWIC. According to these species
experts, that data would justify the identification of two DUs in
Canada. In March 2013, the decision by the Governor in Council to
refer the matter back to COSEWIC was formalized in the Canada
Gazette, Part II. Fisheries and Oceans Canada also sent rationale
and supporting documentation to COSEWIC.
April 19, 2014
entraîner l’augmentation des activités dans les eaux qui longent
la côte de la Colombie-Britannique. Ces activités pourraient
entraîner une augmentation du trafic de navires pétroliers, des
enchevêtrements et des rejets de produits pétroliers dangereux.
D’autres répondants ont indiqué que des recherches supplémentaires étaient nécessaires pour mieux comprendre les
besoins alimentaires de l’espèce, la structure génétique de l’espèce et de sa population, les effets des interactions avec les
navires et les effets du bruit généré dans l’océan et qu’elles
devaient être prises en compte avant la reclassification en vertu
de l’annexe 1.
•• Quatre répondants (deux réponses d’établissements d’enseignement une réponse d’une organisation des Premières
Nations, une réponse d’une source inconnue) étaient indécis en
ce qui concerne la reclassification. Parmi les raisons de l’indécision, ils ont mentionné l’insuffisance des renseignements
disponibles pour discuter des incidences potentielles de la
reclassification en vertu de l’annexe 1, l’insuffisance des renseignements disponibles sur les incidences des débris provenant du tsunami au Japon et le souhait que des mesures d’atténuation contribuant à la réduction continue des menaces pour
la population de l’espèce soient mises en place.
La majorité des réponses indiquait une opposition au changement de classification de l’espèce en vertu de l’annexe 1 en tant
qu’espèce préoccupante. Pêches et Océans Canada a répondu à ces
commentaires en répétant que la tendance à la hausse des taux de
croissance et l’augmentation de l’abondance ne devaient pas être
touchées de manière significative par la non-application des interdictions générales et des exigences de la LEP visant à protéger
légalement l’habitat essentiel. Le Ministère a également affirmé
aux parties intéressées que la Loi sur les pêches et le Règlement sur
les mammifères marins continueraient de s’appliquer au rorqual à
bosse (population du Pacifique Nord) et qu’il fallait encore élaborer un plan de gestion, qui comporterait des mesures de conservation de l’espèce.
La province de la Colombie-Britannique a indiqué qu’elle
appuyait l’inscription du rorqual à bosse (population du Pacifique
Nord) en tant qu’espèce préoccupante.
En janvier 2012, le ministre de l’Environnement a recommandé
au gouverneur en conseil de renvoyer l’évaluation du rorqual à
bosse (population du Pacifique Nord) au COSEPAC pour obtenir
davantage de renseignements ou pour effectuer un réexamen. Cette
décision était motivée par le fait qu’au cours des consultations, un
certain nombre de préoccupations a été soulevé en ce qui concerne
la structure de la population (ou l’« unité désignable » [« UD »]) au
Canada. Certains spécialistes de l’espèce ont exprimé des préoccupations quant au fait que des données essentielles relatives à la
structure de l’UD n’avaient pas été prises en compte par le
COSEPAC. D’après ces spécialistes de l’espèce, ces données justifieraient la désignation de deux UD au Canada. En mars 2013, la
décision du gouverneur en conseil de renvoyer le dossier sur l’espèce au COSEPAC a été officialisée dans la Partie II de la Gazette
du Canada. Pêches et Océans Canada a également envoyé des
documents justificatifs et à l’appui au COSEPAC.
COSEWIC review of referral
Examen du renvoi par le COSEPAC
The 2011 COSEWIC assessment and status report did not provide a detailed assessment of the evidence for or against the division of the existing single DU for the North Pacific Humpback
Whale, nor did they elaborate on why existing evidence is insufficient to justify more than one DU.
L’évaluation et le rapport de situation du COSEPAC de 2011 ne
fournissaient pas d’évaluation détaillée de la preuve en faveur ou
en défaveur de la division de l’unique UD existante de rorquals à
bosse du Pacifique Nord. Ils n’expliquaient pas non plus pourquoi
les données existantes étaient insuffisantes pour justifier l’existence de plus d’une UD.
À la suite du renvoi par le gouverneur en conseil de l’évaluation
de 2011 au COSEPAC, le président de cet organisme a demandé au
Sous-comité de spécialistes des mammifères marins d’examiner
In response to the Governor in Council referring the 2011 assessment back to COSEWIC, the Chair of that body asked the Marine
Mammals Specialist Subcommittee to consider the evidence
Le 19 avril 2014
Gazette du Canada Partie I977
provided to COSEWIC. The Subcommittee determined that there
was no clear evidence to support the Humpback Whale (North
Pacific population) being split into two DUs. According to the Subcommittee, “the Humpback Whale population off the Canadian
west coast does not meet any of the COSEWIC guidelines used to
recognize multiple DUs.”
les données fournies au COSEPAC. Le Sous-comité a déterminé
qu’il n’y avait pas de données claires à l’appui de la division des
rorquals à bosse (population du Pacifique Nord) en deux UD.
D’après le Sous-comité, « la population de rorquals à bosse au
large de la côte ouest du Canada ne répond à aucune recommandation du COSEPAC utilisée pour reconnaître de multiples UD ».
COSEWIC met between November 23 and 29, 2013, and
reviewed the information provided by Fisheries and Oceans Canada and the recommendation from the COSEWIC Marine Mammal Specialist Subcommittee.
The Minister of the Environment received a letter from the Chair
of COSEWIC on December 17, 2013, in response to the referral.
The letter agreed with the Subcommittee’s findings that there was
currently no clear evidence to support the division of the Humpback Whale population off Canada’s Pacific coast into two DUs.
Therefore, COSEWIC maintained its assessment for the North
Pacific population of the Humpback Whale as a single DU.
Le COSEPAC s’est réuni du 23 au 29 novembre 2013 pour étudier les renseignements fournis par Pêches et Océans Canada et la
recommandation du Sous-comité de spécialistes des mammifères
marins du COSEPAC.
La ministre de l’Environnement a reçu une lettre du président du
COSEPAC le 17 décembre 2013 en réponse au renvoi. Tout comme
les conclusions du Sous-comité, la lettre reconnaissait qu’il n’existait pas actuellement de données claires à l’appui de la division de
la population de rorquals à bosse au large de la côte du Pacifique
canadienne en deux UD. Par conséquent, le COSEPAC a maintenu
son évaluation de la population de rorquals à bosse du Pacifique
Nord en tant qu’une seule UD.
Conclusion
Conclusion
Fisheries and Oceans Canada took into consideration all relevant
factors, including scientific advice (which includes the COSEWIC
assessment), socio-economic analyses, and consultations with key
stakeholders and provinces and territories, prior to providing
advice to the Minister of the Environment. The Minister of the
Environment, on the advice of the Minister of Fisheries and
Oceans, has proposed to recommend to the Governor in Council
that a regulatory amendment be made to Schedule 1 of SARA in
order to change the status of the species from threatened to species
of special concern.
Pêches et Océans Canada a tenu compte de tous les facteurs pertinents, y compris les avis scientifiques (dont l’évaluation du
COSEPAC), les analyses socio-économiques et les consultations
avec les principales parties intéressées, les provinces et les territoires, avant de conseiller la ministre de l’Environnement. La
ministre de l’Environnement, suivant le conseil de la ministre des
Pêches et des Océans, a proposé de recommander au gouverneur en
conseil de procéder à une modification réglementaire de l’annexe 1
de la LEP afin de changer la situation de l’espèce, soit d’espèce
menacée à espèce préoccupante.
Rationale
Justification
The baseline for assessing the incremental benefits and costs
associated with the reclassification of the Humpback Whale (North
Pacific population) as a threatened species on Schedule 1 of SARA
is the complete suite of relevant existing legislation, regulations,
and other measures.
Humpback Whales (North Pacific population) are affected by a
variety of threats, notably vessel strikes, entanglement in fishing
gear, and disturbance or displacement due to underwater noise.
These threats are not limited to Canadian waters.
In Canada, Fisheries and Oceans Canada is responsible for the
management of Humpback Whales (North Pacific population) and
other cetaceans. The Marine Mammal Regulations, under the Fisheries Act, apply to cetaceans and make it an offence to disturb a
marine mammal except when fishing for a marine mammal under
the authority of those Regulations. Section 35 of the Fisheries Act
prohibits the carrying on of any work, undertaking or activity that
results in serious harm to fish that are part of a commercial,
Le niveau de référence pour l’évaluation des avantages et des
coûts supplémentaires liés à la reclassification du rorqual à bosse
(population du Pacifique Nord) en tant qu’espèce menacée à l’annexe 1 de la LEP est un ensemble complet de lois, de règlements et
d’autres mesures pertinents existants.
Les rorquals à bosse (population du Pacifique Nord) sont
confrontés à diverses menaces, dont les collisions avec les navires,
l’enchevêtrement dans les engins de pêche et la perturbation ou le
déplacement causés par les bruits sous-marins. Ces menaces ne se
limitent pas aux eaux canadiennes.
Le rorqual à bosse est protégé par deux conventions internationales. La convention internationale pour la réglementation de la
chasse à la baleine (administrée par la Commission baleinière
internationale [CBI]) a interdit la chasse commerciale au rorqual à
bosse dans l’Atlantique Nord en 1955 et dans le Pacifique Nord en
1966 (Best, 1993)22. Le rorqual à bosse n’a pas fait l’objet d’une
chasse commerciale au Canada depuis 1966, même si le Canada
s’est retiré de la convention en 1982. Le commerce de parties ou de
produits dérivés du rorqual à bosse est interdit, car l’espèce est
inscrite à l’Annexe I de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES).
Au Canada, Pêches et Océans Canada est responsable de la gestion des rorquals à bosse (population du Pacifique Nord) et d’autres
cétacés. Le Règlement sur les mammifères marins, en vertu de la
Loi sur les pêches, s’applique aux cétacés et stipule que commet
une infraction quiconque importune un mammifère marin, sauf en
cas de pêche d’un mammifère marin sous l’égide de ce règlement.
L’article 35 de la Loi sur les pêches stipule qu’il est interdit d’exploiter un ouvrage ou une entreprise ou d’exercer une activité
2
2
The Humpback Whale is protected under two international
conventions. The International Convention for the Regulation of
Whaling (administered by the International Whaling Commission [IWC]) banned the commercial hunting of Humpback Whales
in the North Atlantic in 1955 and in the North Pacific in 1966
(Best 1993).22 The Humpback Whale has not been subject to commercial hunting in Canada since 1966 even though Canada withdrew from the whaling convention in 1982. Commercial trade in
Humpback Whale parts or products is banned as the species is
listed in Appendix I of the Convention on International Trade in
Endangered Species of Wild Fauna and Flora (CITES).
Best, P. B. 1993. “Increase rates in severely depleted stocks of baleen whales.” ICES
Journal of Marine Science 50(2):169–186.
Best, P. B. 1993. « Increase rates in severely depleted stocks of baleen whales ».
ICES Journal of Marine Science 50(2) : 169-186 (en anglais seulement).
978
Canada Gazette Part I
April 19, 2014
recreational or Aboriginal fishery, or to fish that support such a
fishery. The Fisheries Act (section 36) also contains provisions
regulating the deposit of deleterious substances in water frequented
by fish.
entraînant des dommages sérieux à tout poisson visé par une pêche
commerciale, récréative ou autochtone, ou à tout poisson dont
dépend une telle pêche. L’article 36 de la Loi sur les pêches comporte également des dispositions régissant le rejet de substances
nocives dans les eaux où vivent les poissons.
In British Columbia, Fisheries and Oceans Canada, in collaboration with many other organizations, has developed the “Be Whale
Wise: Marine Wildlife Guidelines for Boaters, Paddlers and Viewers” (DFO 2008)3,3 which are voluntary measures aimed at limiting
physical and acoustic disturbance.
In June 2010, Parks Canada established the Gwaii Haanas
National Marine Conservation Area Reserve, which provides special protection for a marine area of approximately 3 400 km2
around the Gwaii Haanas National Park Reserve and Haida Heritage Site. This area has been identified as a primary feeding habitat
for Humpback Whales in western Canadian waters (Nichol et
al. 2010)4.4
The general prohibitions under SARA (section 32), the requirement to ensure legal protection of critical habitat (section 58), and
the requirements related to the review of projects likely to affect
listed wildlife species (section 79) apply to the Humpback Whale
(North Pacific population), as it is an aquatic species listed as
threatened.
En Colombie-Britannique, Pêches et Océans Canada, en collaboration avec de nombreux autres organismes, a élaboré le document « Respectez les baleines — Directives concernant la faune
marine à l’intention des plaisanciers, des pagayeurs et des observateurs » (MPO, 2008)33, qui présente des mesures volontaires visant
à limiter les perturbations physiques et acoustiques.
En juin 2010, Parcs Canada a établi la réserve d’aire marine
nationale de conservation Gwaii Haanas, qui offre une protection
spéciale à une aire marine d’environ 3 400 km2 autour de la réserve
de parc national et site du patrimoine haïda Gwaii Haanas. Cette
aire a été définie comme habitat d’alimentation principal des rorquals à bosse dans les eaux occidentales canadiennes (Nichol et
al., 2010)44.
Les interdictions générales en vertu de la LEP (article 32), l’exigence visant à faire en sorte que l’habitat essentiel soit protégé
(article 58) et les exigences liées à l’examen de projets susceptibles
de toucher les espèces sauvages inscrites (article 79) s’appliquent
au rorqual à bosse (population du Pacifique Nord), puisque l’espèce aquatique est inscrite comme espèce menacée.
Benefits
Avantages
As a charismatic species, Humpback Whales (North Pacific
population) likely have a high non-market value5,5 which is unlikely
to be reduced under this action. SARA recognizes in its preamble
that “wildlife, in all its forms, has value in and of itself and is valued by Canadians for aesthetic, cultural, spiritual, recreational,
educational, historical, economic, medical, ecological and scientific reasons,” which indicates that actions taken to conserve and
recover a species hold value for Canadians.
En tant qu’espèce charismatique, les rorquals à bosse (population du Pacifique Nord) ont une valeur non marchande élevée55, qui
ne devrait pas diminuer dans le cadre de cette mesure. Selon le
préambule de la LEP, « les espèces sauvages, sous toutes leurs
formes, ont leur valeur intrinsèque et sont appréciées des Canadiens pour des raisons esthétiques, culturelles, spirituelles, récréatives, éducatives, historiques, économiques, médicales, écologiques et scientifiques », ce qui laisse entendre que des mesures
prises pour la conservation et le rétablissement d’une espèce
auraient de la valeur aux yeux des Canadiens.
La non-application des interdictions générales en vertu de la
LEP (article 32) et l’exigence relative à la garantie d’une protection
légale de l’habitat essentiel (article 58) pourraient entraîner de
petits bénéfices pour l’industrie sous forme d’économies. Les dispositions visant le protection des pêches de la Loi sur les pêches
(article 35), ainsi que la Règlement sur les mammifères marins
rédigé en vertu de la Loi sur les pêches, continueront de s’appliquer
au rorqual à bosse (population du Pacifique Nord). Puisque les différences entre les exigences d’atténuation en vertu de la LEP et de
la Loi sur les pêches sont minimes, les économies en matière de
coûts différentiels le seraient également.
The non-applicability of both the general prohibitions under
SARA (section 32) and the requirement to ensure legal protection
of critical habitat (section 58) could result in small benefits to
industry in the form of cost savings. The fisheries protection provisions of the Fisheries Act (section 35), as well as the Marine Mammal Regulations made under that Fisheries Act, will continue to
apply to the Humpback Whale (North Pacific population). As the
differences between mitigation requirements under SARA and the
Fisheries Act are minimal, the incremental cost savings would also
be small.
Costs
Coûts
A SARA management plan would be developed, in cooperation
with other governments, Aboriginal organizations and any other
organization that the Minister considers appropriate. The management plan would include measures for the conservation of the species. It is anticipated that the management plan would draw on the
existing Recovery Strategy for the Humpback Whale (North Pacific
population), and some measures to support conservation of the
Un plan de gestion conforme à la LEP serait élaboré, conjointement avec les autres gouvernements, les organisations autochtones
et toute autre organisation que le ministre considère comme appropriée. Le plan de gestion comprendrait des mesures visant la
conservation de l’espèce. Il est prévu que le plan de gestion s’appuiera sur le programme de rétablissement existant pour le rorqual
à bosse (population du Pacifique Nord) et que certaines mesures
3
3
DFO. 2008. “Be Whale Wise: Marine Wildlife Guidelines for Boaters, Paddlers and
Viewers.” Fisheries and Oceans Canada. Web site [accessed September 2009].
4
Nichol, L. M., R. Abernethy, L. Flostrand, T. S. Lee, and J. K. B. Ford. 2010. “Information relevant for the identification of Critical Habitats of North Pacific Humpback Whales (Megaptera novaeangliae) in British Columbia.” DFO Can. Sci. Advis.
Sec. Res. Doc. 2009/116, 40 pp.
5
The amount that a person (or society) values a good or service for which there is no
market where they can express that value through actual payments.
MPO, 2008. « Respectez les baleines — Directives concernant la faune marine à
l’intention des plaisanciers, des pagayeurs et des observateurs », Pêches et Océans
Canada. Site Web [accès en septembre 2009].
4
Nichol, L. M., R. Abernethy, L. Flostrand, T. S. Lee et J. K. B. Ford. 2010. « Information relevant for the identification of Critical Habitats of North Pacific Humpback
Whales (Megaptera novaeangliae) in British Columbia ». Secr. can. de consul. sci.
du MPO. Doc. de rech. 2009/116, 40 pp.
5
La valeur qu’accorde une personne (ou une société) à un bien ou à un service pour
lequel il n’existe pas de marché sur lequel exprimer cette valeur par des paiements
réels.
Le 19 avril 2014
Gazette du Canada Partie I979
species will continue with partners and stakeholders, especially in
regard to management measures. These would result in a continuation of costs rather than additional or incremental costs.
visant à appuyer la conservation de l’espèce se poursuivront avec
des partenaires et des parties intéressées, en particulier en ce qui
concerne les mesures de gestion. Cela entraînerait un maintien des
coûts plutôt que des coûts supplémentaires ou différentiels.
The fisheries protection provisions of the Fisheries Act (section 35), as well as the Marine Mammal Regulations made under
that Fisheries Act, will continue to apply to the Humpback Whale
(North Pacific population). The differences between mitigation
requirements under SARA and the Fisheries Act are small, so the
incremental costs to the ecosystem and the services provided would
be minimal.
Les dispositions relatives à la protection des pêches de la Loi sur
les pêches (article 35), ainsi que le Règlement sur les mammifères
marins pris en vertu de la Loi sur les pêches, continueront de s’appliquer au rorqual à bosse (population du Pacifique Nord). Les différences entre les exigences d’atténuation en vertu de la LEP et de
la Loi sur les pêches sont minimes, donc les coûts différentiels pour
l’écosystème et les services fournis le seraient aussi.
Conclusion
Conclusion
The Humpback Whale (North Pacific population) was reassessed
by COSEWIC as a species of special concern on the basis of available scientific evidence. The Minister of the Environment, on the
advice of the Minister of Fisheries and Oceans, has recommended
that the Governor in Council make a regulatory amendment to
Schedule 1 of SARA in order to change the status of the species
from threatened to a species of special concern. There are no additional administrative burden costs for business expected. As
existing SARA prohibitions and critical habitat legal protection
requirements would not be applicable, it is possible that costs for
some businesses may be reduced as a result of the amendment.
However, other applicable legislation and voluntary measures
would continue to apply. These include the international conventions; voluntary measures outlined in guidelines to boaters, paddlers, and viewers; requirements under section 79 of SARA that
have specific requirements when environmental assessments of
certain specific projects are required; serious harm to fish provisions of the Fisheries Act; and the Marine Mammal Regulations.
Le rorqual à bosse (population du Pacifique Nord) a été réévalué
par le COSEPAC en tant qu’espèce préoccupante sur la base des
preuves scientifiques disponibles. La ministre de l’Environnement,
suivant le conseil de la ministre des Pêches et des Océans, a recommandé au gouverneur en conseil de procéder à une modification
réglementaire de l’annexe 1 de la LEP afin de changer la situation
de l’espèce, soit celle d’espèce menacée à espèce préoccupante. On
ne prévoit pas d’autres coûts liés au fardeau administratif. Puisque
les interdictions et les exigences relatives à la protection légale de
l’habitat essentiel stipulées dans la LEP ne seraient pas applicables,
il est possible que les coûts pour certaines entreprises diminuent à
la suite de la modification. Toutefois, d’autres lois et mesures
volontaires applicables continueraient de s’appliquer. On compte
parmi celles-ci les conventions internationales, les mesures volontaires présentées dans les lignes directrices à l’intention des plaisanciers, des pagayeurs et des observateurs, les exigences stipulées
à l’article 79 de la LEP qui comportent des exigences particulières
lorsque des évaluations environnementales de certains projets précis sont requises, des dispositions de la Loi sur les pêches relatives
aux dommages sérieux aux poissons ainsi que le Règlement sur les
mammifères marins.
Implementation, enforcement and service standards
Mise en œuvre, application et normes de service
As the Humpback Whale would be listed as a species of special
concern, the general prohibitions under SARA would no longer
apply. The Department of Fisheries and Oceans would need to
complete a management plan within three years of the species’
classification being changed.
The Department would be responsible for monitoring the implementation of the management plan and report on the plan’s progress
every five years. As part of the monitoring, Fisheries and Oceans
Canada and partners would follow population and distribution
trends of the species over time. Also, the Conservation and Protection Branch of Fisheries and Oceans Canada would be involved in
enforcing the Fisheries Act and Marine Mammal Regulations as
they apply to the Humpback Whale (North Pacific population), just
as it would do with all other marine mammals.
Puisque le rorqual à bosse serait inscrit comme une espèce préoccupante, les interdictions générales prévues par la LEP ne s’appliqueraient plus. Pêches et Océans Canada devrait mettre en
œuvre un plan de gestion dans les trois ans suivant le changement
de classification de l’espèce.
Le Ministère serait responsable de la surveillance de la mise en
œuvre du plan de gestion et de la production de rapports sur la
progression du plan tous les cinq ans. Dans le cadre de la surveillance, Pêches et Océans Canada et ses partenaires assureraient le
suivi des tendances de la population et de la répartition de l’espèce
au fil du temps. Par ailleurs, la Direction de la conservation et de la
protection de Pêches et Océans Canada participerait à l’application
de la Loi sur les pêches et du Règlement sur les mammifères marins
tels qu’ils s’appliquent au rorqual à bosse (population du Pacifique
Nord), tout comme elle le ferait pour tous les autres mammifères
marins.
Contact
Personne-ressource
Julie Stewart
Director
Species at Risk Program Management
Fisheries and Oceans Canada
Telephone: 613-990-0280
Fax: 613-998-9035
Email: julie.stewart@dfo-mpo.gc.ca
Julie Stewart
Directrice
Gestion du programme relatif aux espèces en péril
Pêches et Océans Canada
Téléphone : 613-990-0280
Télécopieur : 613-998-9035
Courriel : julie.stewart@dfo-mpo.gc.ca
980
Canada Gazette Part I
April 19, 2014
PROPOSED REGULATORY TEXT
PROJET DE RÉGLEMENTATION
Notice is given that the Governor in Council, pursuant to subsection 27(1) of the Species at Risk Act6a, proposes to make the annexed
Order Amending Schedule 1 to the Species at Risk Act.
Interested persons may make representations concerning the
proposed Order within 30 days after the date of publication of this
notice. All such representations must cite the Canada Gazette,
Part I, and the date of publication of this notice, and be addressed
to Julie Stewart, Director, Species at Risk Program Management,
Fisheries and Oceans Canada, Ottawa, Ontario K1A 0E6 (fax: 613998-9035; email: julie.stewart@dfo-mpo.gc.ca).
Ottawa, April 10, 2014
JURICA ČAPKUN
Assistant Clerk of the Privy Council
Avis est donné que le gouverneur en conseil, en vertu du paragraphe 27(1) de la Loi sur les espèces en péril6a, se propose de
prendre le Décret modifiant l’annexe 1 de la Loi sur les espèces en
péril, ci-après.
Les intéressés peuvent présenter leurs observations au sujet du
projet de décret dans les trente jours suivant la date de publication
du présent avis. Ils sont priés d’y citer la Partie I de la Gazette du
Canada, ainsi que la date de publication, et d’envoyer le tout à
Julie Stewart, directrice, Gestion des programmes des espèces en
péril, Pêches et Océans Canada, Ottawa (Ontario) K1A 0E6
(téléc. : 613-998-9035, courriel : julie.stewart@dfo-mpo.gc.ca).
Ottawa, le 10 avril 2014
Le greffier adjoint du Conseil privé
JURICA ČAPKUN
ORDER AMENDING SCHEDULE 1
TO THE SPECIES AT RISK ACT
DÉCRET MODIFIANT L’ANNEXE 1 DE LA
LOI SUR LES ESPÈCES EN PÉRIL
MODIFICATIONS
AMENDMENTS
1
1. Part 3 of Schedule 1 to the Species at Risk Act7 is
amended by striking out the following under the heading
“MAMMALS”:
Whale, Humpback (Megaptera novaeangliae) North Pacific
population
Rorqual à bosse population du Pacifique Nord
2. Part 4 of Schedule 1 to the Act is amended by adding
the following in alphabetical order under the heading
“MAMMALS”:
Whale, Humpback (Megaptera novaeangliae) North Pacific
population
Rorqual à bosse population du Pacifique Nord
1. La partie 3 de l’annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril71
est modifiée par suppression, sous l’intertitre « MAMMIFÈRES », de ce qui suit :
Rorqual à bosse (Megaptera novaeangliae) population du
Pacifique Nord
Whale, Humpback North Pacific population
2. La partie 4 de l’annexe 1 de la même loi est modifiée
par adjonction, selon l’ordre alphabétique, sous l’intertitre
« MAMMIFÈRES », de ce qui suit :
Rorqual à bosse (Megaptera novaeangliae) population du
Pacifique Nord
Whale, Humpback North Pacific population
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
3. This Order comes into force on the day on which it is
registered.
3. Le présent décret entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
[16-1-o]
[16-1-o]
a
a
1
1
S.C. 2002, c. 29
S.C. 2002, c. 29
L.C. 2002, ch. 29
L.C. 2002, ch. 29
Le 19 avril 2014
Gazette du Canada Partie I981
INDEX
Vol. 148, No. 16 — April 19, 2014
(An asterisk indicates a notice previously published.)
COMMISSIONS
Canadian International Trade Tribunal
Information processing and related telecommunications
services — Determination................................................. 961
Notice No. HA-2014-001 — Appeals................................... 960
Canadian Radio-television and Telecommunications
Commission
Decisions
2014-166 to 2014-170, 2014-172 and 2014-173.................. 962
* Notice to interested parties..................................................... 961
Part 1 applications..................................................................... 962
Public Service Commission
Public Service Employment Act
Permission granted (Thompson, Penny)............................... 964
GOVERNMENT NOTICES
Environment, Dept. of the
Canadian Environmental Protection Act, 1999
Interim Order Modifying the Operation of the Passenger
Automobile and Light Truck Greenhouse Gas Emission
Regulations....................................................................... 912
Ministerial Condition No. 17554.......................................... 918
Notice with respect to hydrofluorocarbons........................... 920
Order 2014-87-03-02 Amending the Non-domestic
Substances List.................................................................. 931
Notice of Vacancies
Jacques Cartier and Champlain Bridges Incorporated (The)
[Chairperson].................................................................... 954
Jacques Cartier and Champlain Bridges Incorporated (The)
[Chief Executive Officer].................................................. 956
Transport, Dept. of
Canada Shipping Act, 2001
Eastern Canada Response Corporation Ltd.......................... 931
Navigable Waters Protection Act
Order Amending the Minor Works and Waters (Navigable
Waters Protection Act) Order............................................ 935
MISCELLANEOUS NOTICES
CANADIAN STROKE NETWORK, surrender of charter...... 965
JAS-Simpson Family Foundation, surrender of charter............ 965
NORM MELDRUM CHARITABLE FOUNDATION,
surrender of charter............................................................... 965
ORDERS IN COUNCIL
Environment, Dept. of the
Canadian Environmental Protection Act, 1999
Interim Order Modifying the Operation of the Passenger
Automobile and Light Truck Greenhouse Gas Emission
Regulations....................................................................... 966
National Energy Board
National Energy Board Act
Order — Certificate of Public Convenience and
Necessity OC-062 to Enbridge Pipelines Inc. for the
Edmonton to Hardisty Pipeline Project............................. 966
PARLIAMENT
House of Commons
* Filing applications for private bills (Second Session,
Forty-First Parliament)...................................................... 959
PROPOSED REGULATIONS
Environment, Dept. of the
Species at Risk Act
Order Amending Schedule 1 to the Species at Risk Act....... 971
982
Canada Gazette Part I
INDEX
Vol. 148, no 16 — Le 19 avril 2014
(L’astérisque indique un avis déjà publié.)
AVIS DIVERS
JAS-Simpson Family Foundation, abandon de charte.............. 965
NORM MELDRUM CHARITABLE FOUNDATION,
abandon de charte................................................................. 965
RÉSEAU CANADIEN CONTRE LES ACCIDENTS
CÉRÉBROVASCULAIRES, abandon de charte.................. 965
AVIS DU GOUVERNEMENT
Avis de postes vacants
Ponts Jacques Cartier et Champlain Incorporée (Les)
[Premier dirigeant / première dirigeante].......................... 956
Ponts Jacques Cartier et Champlain Incorporée (Les)
[Président(e) du conseil d’administration]........................ 954
Environnement, min. de l’
Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999)
Arrêté 2014-87-03-02 modifiant la Liste extérieure............. 931
Arrêté d’urgence modifiant l’application du Règlement
sur les émissions de gaz à effet de serre des automobiles
à passagers et des camions légers..................................... 912
Avis concernant les hydrofluorocarbures.............................. 920
Condition ministérielle no 17554.......................................... 918
Transports, min. des
Loi de 2001 sur la marine marchande du Canada
Société d’intervention maritime, Est du Canada Ltée.......... 931
Loi sur la protection des eaux navigables
Arrêté modifiant l’Arrêté sur les ouvrages et les eaux
secondaires (Loi sur la protection des eaux
navigables)........................................................................ 935
April 19, 2014
COMMISSIONS
Commission de la fonction publique
Loi sur l’emploi dans la fonction publique
Permission accordée (Thompson, Penny)............................. 964
Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications
canadiennes
* Avis aux intéressés................................................................. 961
Décisions
2014-166 à 2014-170, 2014-172 et 2014-173....................... 962
Demandes de la partie 1............................................................ 962
Tribunal canadien du commerce extérieur
Avis no HA-2014-001 — Appels.......................................... 960
Traitement de l’information et services de
télécommunications connexes — Décision...................... 961
DÉCRETS
Environnement, min. de l’
Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999)
Arrêté d’urgence modifiant l’application du Règlement
sur les émissions de gaz à effet de serre des automobiles
à passagers et des camions légers..................................... 966
Office national de l’énergie
Loi sur l’Office national de l’énergie
Décret — Certificat d’utilité publique OC-062 à Pipelines
Enbridge Inc. pour le projet pipelinier d’Edmonton à
Hardisty............................................................................. 966
PARLEMENT
Chambre des communes
* Demandes introductives de projets de loi privés
(Deuxième session, quarante et unième législature)......... 959
RÈGLEMENTS PROJETÉS
Environnement, min. de l’
Loi sur les espèces en péril
Décret modifiant l’annexe 1 de la Loi sur les espèces
en péril.............................................................................. 971
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising