Canada Gazette du Part I

Canada Gazette du Part I
Vol. 148, no 15
Vol. 148, No. 15
Canada
Gazette
Gazette
du Canada
Part I
Partie I
OTTAWA, LE samedi 12 avril 2014
OTTAWA, Saturday, April 12, 2014
NOTICE TO READERS
The Canada Gazette is published under the authority of the
Statutory Instruments Act. It consists of three parts as described
below:
Part I
Material required by federal statute or regulation to
be published in the Canada Gazette other than items
identified for Part II and Part III below — Published
every Saturday
Part II
Statutory instruments (regulations) and other classes
of statutory instruments and documents — Published
January 1, 2014, and at least every second
Wednesday thereafter
Part III
Public Acts of Parliament and their enactment
proclamations — Published as soon as is reasonably
practicable after royal assent
The two electronic versions of the Canada Gazette are available
free of charge. A Portable Document Format (PDF) version of
Part I, Part II and Part III as an official version since April 1, 2003,
and a HyperText Mark-up Language (HTML) version of Part I and
Part II as an alternate format are available on the Canada Gazette
Web site at http://gazette.gc.ca. The HTML version of the enacted
laws published in Part III is available on the Parliament of Canada
Web site at http://www.parl.gc.ca.
Requests for insertion should be directed to the Canada
Gazette Directorate, Public Works and Government Services
Canada, 350 Albert Street, 5th Floor, Ottawa, Ontario K1A 0S5,
613-996-2495 (telephone), 613-991-3540 (fax).
Bilingual texts received as late as six working days before the
requested Saturday’s date of publication will, if time and other
resources permit, be scheduled for publication that date.
For information regarding reproduction rights, please contact
Public Works and Government Services Canada by email at
questions@tpsgc-pwgsc.gc.ca.
© Her Majesty the Queen in Right of Canada, 2014
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2014
AVIS AU LECTEUR
La Gazette du Canada est publiée conformément aux
dispositions de la Loi sur les textes réglementaires. Elle est
composée des trois parties suivantes :
Partie I
Textes devant être publiés dans la Gazette du
Canada conformément aux exigences d’une loi
fédérale ou d’un règlement fédéral et qui ne satisfont
pas aux critères de la Partie II et de la Partie III —
Publiée le samedi
Partie II Textes réglementaires (Règlements) et autres
catégories de textes réglementaires et de documents —
Publiée le 1er janvier 2014 et au moins tous les deux
mercredis par la suite
Partie III Lois d’intérêt public du Parlement et les proclamations
énonçant leur entrée en vigueur — Publiée aussitôt que
possible après la sanction royale
Les deux versions électroniques de la Gazette du Canada sont
offertes gratuitement. Le format de document portable (PDF) de la
Partie I, de la Partie II et de la Partie III à titre de version officielle
depuis le 1er avril 2003 et le format en langage hypertexte (HTML)
de la Partie I et de la Partie II comme média substitut sont
disponibles sur le site Web de la Gazette du Canada à l’adresse
http://gazette.gc.ca. La version HTML des lois sanctionnées
publiées dans la Partie III est disponible sur le site Web du
Parlement du Canada à l’adresse http://www.parl.gc.ca.
Les demandes d’insertion doivent être envoyées à la Direction
de la Gazette du Canada, Travaux publics et Services
gouvernementaux Canada, 350, rue Albert, 5e étage, Ottawa
(Ontario) K1A 0S5, 613-996-2495 (téléphone), 613-991-3540
(télécopieur).
Un texte bilingue reçu au plus tard six jours ouvrables avant
la date de parution demandée paraîtra, le temps et autres ressources
le permettant, le samedi visé.
Pour obtenir des renseignements sur les droits de reproduction,
veuillez communiquer avec Travaux publics et Services
gouvernementaux Canada par courriel à l’adresse questions@
tpsgc-pwgsc.gc.ca.
ISSN 1494-6076
© Sa Majesté la Reine du Chef du Canada, 2014
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2014
Le 12 avril 2014
Gazette du Canada Partie I805
TABLE OF CONTENTS
TABLE DES MATIÈRES
Vol. 148, No. 15 — April 12, 2014
Vol. 148, no 15 — Le 12 avril 2014
Government notices ............................................................806
Appointments ..................................................................811
Notice of vacancies .........................................................812
Avis du gouvernement ........................................................806
Nominations ....................................................................811
Avis de postes vacants .....................................................812
Parliament
House of Commons .........................................................817
Bills assented to ..............................................................817
Parlement
Chambre des communes .................................................817
Projets de loi sanctionnés ................................................817
Commissions .......................................................................819
(agencies, boards and commissions)
Commissions .......................................................................819
(organismes, conseils et commissions)
Miscellaneous notices .........................................................830
(banks; mortgage, loan, investment, insurance and
railway companies; other private sector agents)
Avis divers ...........................................................................830
(banques; sociétés de prêts, de fiducie et
d’investissements; compagnies d’assurances et de
chemins de fer; autres agents du secteur privé)
Proposed regulations ...........................................................831
(including amendments to existing regulations)
Règlements projetés ............................................................831
(y compris les modifications aux règlements existants)
Index ...................................................................................909
Index ...................................................................................910
806
Canada Gazette Part I
April 12, 2014
GOVERNMENT NOTICES
AVIS DU GOUVERNEMENT
DEPARTMENT OF THE ENVIRONMENT
MINISTÈRE DE L’ENVIRONNEMENT
DEPARTMENT OF HEALTH
MINISTÈRE DE LA SANTÉ
CANADIAN ENVIRONMENTAL PROTECTION ACT, 1999
LOI CANADIENNE SUR LA PROTECTION DE
L’ENVIRONNEMENT (1999)
Publication of final decision after screening assessment of
three aviation fuel substances — Distillates (petroleum),
sweetened middle, CAS RN11 64741-86-2, Naphtha (petroleum),
sweetened, CAS RN 64741-87-3, and Naphtha (petroleum),
full-range alkylate butane-containing, CAS RN 68527-27-5 —
specified on the Domestic Substances List (subsection 77(6) of
the Canadian Environmental Protection Act, 1999)
Publication de la décision finale après évaluation préalable
de trois carburants aviation — Distillats moyens (pétrole),
adoucis, NE CAS11 64741-86-2, Naphta (pétrole), adouci,
NE CAS 64741-87-3, et Naphta d’alkylation à large
intervalle d’ébullition (pétrole), contenant du butane,
NE CAS 68527-27-5 — inscrits sur la Liste intérieure
[paragraphe 77(6) de la Loi canadienne sur la protection de
l’environnement (1999)]
Whereas Distillates (petroleum), sweetened middle, Naphtha
(petroleum), sweetened and Naphtha (petroleum), full-range
alkylate butane-containing are substances on the Domestic Substances List identified under subsection 73(1) of the Canadian
Environmental Protection Act, 1999;
Attendu que les Distillats moyens (pétrole), adoucis, le Naphta
(pétrole), adouci et le Naphta d’alkylation à large intervalle d’ébullition (pétrole), contenant du butane sont des substances inscrites
sur la Liste intérieure qui répondent aux critères du paragraphe 73(1) de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999);
Attendu qu’un résumé de l’évaluation préalable concernant les
trois carburants aviation réalisée en application de l’article 74 de la
Loi est ci-annexé;
Attendu qu’il est conclu que les trois carburants aviation ne
satisfont à aucun des critères prévus à l’article 64 de la Loi,
Avis est par les présentes donné que la ministre de l’Environnement et la ministre de la Santé proposent de ne rien faire pour le
moment à l’égard des carburants aviation en application de l’article 77 de la Loi.
La ministre de l’Environnement
LEONA AGLUKKAQ
La ministre de la Santé
RONA AMBROSE
Whereas a summary of the Screening Assessment conducted on
these aviation fuel substances pursuant to section 74 of the Act is
annexed hereby;
And whereas it is concluded that these aviation fuel substances
do not meet any of the criteria set out in section 64 of the Act,
Notice therefore is hereby given that the Minister of the Environment and the Minister of Health propose to take no further action
on the substances at this time under section 77 of the Act.
LEONA AGLUKKAQ
Minister of the Environment
RONA AMBROSE
Minister of Health
ANNEX
ANNEXE
Summary of the Screening Assessment
Report on Aviation Fuels
Résumé du rapport d’évaluation préalable
sur les carburants aviation
The Minister of the Environment and the Minister of Health
have conducted a screening assessment of the following substances, identified as aviation fuels:
Aviation turbine fuel
La ministre de l’Environnement et la ministre de la Santé ont
effectué une évaluation préalable des substances suivantes, identifiées comme étant des carburants aviation :
Carburéacteur
CAS RNa
64741-86-2
DSLb name
Distillates (petroleum), sweetened middle
a
NE CASa
64741-86-2
The Chemical Abstracts Service Registry Number (CAS RN) is the property of the
American Chemical Society, and any use or redistribution, except as required in
supporting regulatory requirements and/or for reports to the Government when the
information and the reports are required by law or administrative policy, is not permitted without the prior written permission of the American Chemical Society.
b
DSL: Domestic Substances List
a
1
1
The Chemical Abstracts Service Registry Number (CAS RN) is the property of
the American Chemical Society, and any use or redistribution, except as required
in supporting regulatory requirements and/or for reports to the Government when
the information and the reports are required by law or administrative policy, is not
permitted without the prior written permission of the American Chemical Society.
Nom dans la LIb
Distillats moyens (pétrole), adoucis
Le numéro d’enregistrement du Chemical Abstracts Service (NE CAS) est la propriété de l’American Chemical Society. Toute utilisation ou redistribution, sauf si
elle sert à répondre aux exigences législatives ou si elle est nécessaire pour les rapports au gouvernement lorsque des renseignements ou des rapports sont exigés par
la loi ou une politique administrative, est interdite sans l’autorisation écrite préalable de l’American Chemical Society.
b
LI : Liste intérieure
Le numéro d’enregistrement du Chemical Abstracts Service (NE CAS) est la propriété de l’American Chemical Society. Toute utilisation ou redistribution, sauf si
elle sert à répondre aux besoins législatifs et/ou est nécessaire pour les rapports
au gouvernement du Canada lorsque des renseignements ou des rapports sont exigés par la loi ou une politique administrative, est interdite sans l’autorisation écrite
préalable de l’American Chemical Society.
Le 12 avril 2014
Aviation gasoline fuels
CAS RNa
64741-87-3
68527-27-5
Gazette du Canada Partie I807
Essences aviation
DSLb name
Naphtha (petroleum), sweetened
Naphtha (petroleum), full-range alkylate butane-containing
NE CASa
64741-87-3
68527-27-5
Noms dans la LIb
Naphta (pétrole), adouci
Naphta d’alkylation à large intervalle d’ébullition (pétrole),
contenant du butane
a
The Chemical Abstracts Service Registry Number (CAS RN) is the property of the
American Chemical Society, and any use or redistribution, except as required in
supporting regulatory requirements and/or for reports to the Government when the
information and the reports are required by law or administrative policy, is not permitted without the prior written permission of the American Chemical Society.
b
DSL: Domestic Substances List
a
These aviation fuels were identified as high priorities for action
during the categorization of the DSL, as they were determined to
present “greatest potential” or intermediate potential for exposure
of individuals in Canada, and were considered to present a high
hazard to human health. These substances met the ecological categorization criteria for persistence or bioaccumulation potential
and inherent toxicity to aquatic organisms. These substances were
included in the Petroleum Sector Stream Approach (PSSA) because
they are related to the petroleum sector and are considered to be of
Unknown or Variable composition, Complex reaction products or
Biological materials (UVCBs).
Une attention prioritaire a été accordée à l’égard de ces carburants aviation dans le cadre de catégorisation visant la LI, car on
estime qu’ils présentent le plus fort risque d’exposition ou un
risque d’exposition intermédiaire pour les particuliers au Canada et
que leur risque pour la santé humaine est élevé. Ces substances
satisfont aux critères de catégorisation écologique relatifs à la persistance ou au potentiel de bioaccumulation et à la toxicité intrinsèque pour les organismes aquatiques. Ces substances ont été
incluses dans l’Approche pour le secteur pétrolier parce qu’elles
sont liées au secteur pétrolier et qu’elles sont considérées comme
étant des substances de composition inconnue ou variable, des produits de réaction complexes ou des matières biologiques (UVCB).
Les carburants aviation se divisent en deux grandes catégories :
les combustibles pour moteur à réaction (carburéacteurs) qui sont
utilisés dans les moteurs d’avion à turbines (turboréacteurs à combustion par compression), et les essences aviation (AVGAS), utilisées dans les moteurs d’avion à allumage du type à pistons. La
majorité (99 %) de la production en raffinerie est du carburéacteur.
L’essence aviation est utilisée en une quantité beaucoup plus faible,
représentant environ 1 % de la quantité totale de carburants aviation au Canada.
Une analyse des données des déversements canadiens des carburants aviation pour les années 2000 à 2009 indique qu’il y a en
moyenne moins d’un déversement dans l’eau par année de carburéacteur pendant le chargement et le déchargement des navires ou
lors du transport par navire qui soit de taille suffisante pour être
jugé nocif pour les organismes aquatiques (poissons, invertébrés,
algues et phytoplancton). L’essence aviation n’est pas transportée
par navire. Par conséquent, il ne devrait pas y avoir de déversement
dans l’eau lors du transport. Les déversements d’essences aviation
et de carburéacteur dans le sol sont susceptibles de causer des
effets nocifs sur les organismes terrestres (invertébrés, plantes)
étant donné qu’environ quatre à huit déversements dont le volume
moyen est suffisant pour être considéré nocif se produisent par
année dans l’environnement. Cependant, le nombre réel de déversements devrait être plus proche de la fourchette inférieure et les
déversements ne représentent pas tous un volume entraînant des
effets nocifs importants. Aucune cause systémique n’a été relevée
pour les déversements. Cette analyse a exclu les déversements
ayant lieu sur les propriétés des aéroports commerciaux ou sur les
sites industriels (par exemple raffineries, terminaux de stockage
en vrac), car ce type de déversements doit faire l’objet d’un
assainissement immédiat, réduisant ainsi la pénétration dans
l’environnement.
Compte tenu de tous les éléments de preuve contenus dans la
présente évaluation préalable, ces substances présentent un
faible risque d’effets nocifs sur les organismes et sur l’intégrité
globale de l’environnement. On conclut donc que le carburéacteur
(NE CAS 64741-86-2) et les essences aviation (NE CAS 6474187-3 et 68527-27-5) ne répondent pas aux critères des alinéas 64a)
ou b) de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement
(1999) [LCPE (1999)], car ils ne pénètrent pas dans l’environnement en une quantité, à une concentration ou dans des conditions
Aviation fuels fall under two major categories: aviation turbine fuels (jet fuels) intended for use in aviation gas turbines
(compression-ignited turbine jet engines), and aviation gasoline
fuels (AVGAS) intended for use in spark-ignited aviation piston
engines. The majority (99%) of refinery production is aviation turbine fuel. Aviation gasoline fuel is used in a much smaller quantity,
representing approximately 1% of the total aviation fuels in
Canada.
An analysis of Canadian aviation fuel spills data for the
years 2000–2009 indicated that there is on average less than
one spill per year for aviation turbine fuel to water during ship
loading, transport and unloading that is of a sufficient size to be
expected to be harmful to aquatic organisms (fish, invertebrates,
algae, phytoplankton). Aviation gasoline is not transported by ship,
and therefore spills to water during transport are not expected.
Spills of aviation gasoline fuels and aviation turbine fuel to soil
may cause adverse effects to terrestrial organisms (invertebrates,
plants), with approximately four to eight spills to the environment
occurring per year of which the average spill volume is expected to
cause harm. However, the actual number of spills is expected to be
closer to the lower end of the range, and not all of the releases will
be of a volume to cause significant harm. No systemic cause for the
releases was identified. This analysis excluded spills taking place
on the properties of commercial airports or industrial sites (e.g.
refineries, bulk storage terminals), as releases at these locations are
expected to undergo immediate remediation that would minimize
entry into the environment.
Considering all available lines of evidence presented in this
screening assessment, there is a low risk of harm to organisms or
the broader integrity of the environment from these substances.
It is therefore concluded that the aviation turbine fuel (CAS
RN 64741-86-2) and the aviation gasoline fuels (CAS RNs 6474187-3 and 68527-27-5) do not meet the criteria under paragraph 64(a) or (b) of the Canadian Environmental Protection Act,
1999 (CEPA 1999), as they are not entering the environment in a
quantity or concentration or under conditions that have or may
Le numéro d’enregistrement du Chemical Abstracts Service (NE CAS) est la propriété de l’American Chemical Society. Toute utilisation ou redistribution, sauf si
elle sert à répondre aux exigences législatives ou si elle est nécessaire pour les rapports au gouvernement lorsque des renseignements ou des rapports sont exigés par
la loi ou une politique administrative, est interdite sans l’autorisation écrite préalable de l’American Chemical Society.
b
LI : Liste intérieure
808
Canada Gazette Part I
April 12, 2014
have an immediate or long-term harmful effect on the environment
or its biological diversity, or that constitute or may constitute a
danger to the environment on which life depends.
de nature à avoir, immédiatement ou à long terme, un effet nocif
sur l’environnement ou sur la diversité biologique, ou à mettre en
danger l’environnement essentiel pour la vie.
A critical health effect for the initial categorization of aviation
fuels was carcinogenicity, based primarily on classifications by
international agencies. Additionally, benzene, a component of aviation fuels, has been identified by Health Canada and several international regulatory agencies as a carcinogen, and was added to the
List of Toxic Substances in Schedule 1 of CEPA 1999. As the predominant route of exposure to aviation fuels was determined to be
inhalation, estimates of cancer potency for inhalation of benzene
were used to characterize risk to the general population from evaporative emissions of aviation fuels.
Un effet critique sur la santé pour la catégorisation initiale des
carburants aviation était la cancérogénicité, principalement d’après
les classifications par des organismes internationaux. De plus,
Santé Canada et divers organismes internationaux de réglementation ont identifié le benzène, un composant des carburants aviation,
comme étant un cancérogène, et il a été ajouté à la Liste des substances toxiques de l’annexe 1 de la LCPE (1999). Puisqu’il a été
déterminé que la voie d’exposition prédominante aux carburants
aviation était l’inhalation, les estimations du pouvoir cancérogène
de l’inhalation du benzène ont été utilisées pour caractériser le
risque pour la population générale provenant des émissions par
évaporation des carburants aviation.
Les essais de génotoxicité in vitro et in vivo effectués à l’aide de
carburants aviation ont donné des résultats mixtes. Les résultats
obtenus d’études limitées sur des animaux de laboratoire ont révélé
la possibilité d’effets sur le développement à des concentrations
élevées chez les souris, mais pas chez les rats.
La possibilité d’exposition de la population générale aux émissions par évaporation de carburant aviation dans les aéroports
canadiens et dans les environs des installations de stockage en vrac
a été évaluée. Les marges d’exposition entre les estimations de la
limite supérieure d’exposition et les concentrations associées à un
effet critique chez les animaux de laboratoire sont considérées
comme adéquates pour tenir compte des incertitudes dans les bases
de données des effets sur la santé et l’exposition concernant les
effets non cancérogènes. Les marges d’exposition entre les estimations de la limite supérieure d’exposition et les estimations du
potentiel cancérogène sont considérées comme adéquates pour
tenir compte des incertitudes liées aux effets sur la santé et à l’exposition concernant les effets cancérogènes. Par conséquent, on
conclut que le carburéacteur (NE CAS 64741-86-2) et les essences
aviation (NE CAS 64741-87-3 et 68527-27-5) ne répondent pas
aux critères de l’alinéa 64c) de la LCPE (1999), puisqu’ils ne
pénètrent pas dans l’environnement en une quantité, à une concentration ou dans des conditions qui constituent ou peuvent constituer
un danger au Canada pour la vie ou la santé humaines.
Aviation fuels exhibited mixed results in in vitro and in vivo
genotoxicity assays. Results from limited studies in laboratory animals indicated the potential for developmental health effects at
high concentrations in mice but not in rats.
The potential for exposure of the general population to evaporative emissions of aviation fuel at Canadian airports and in the vicinity of bulk storage facilities was evaluated. For non-cancer effects,
margins of exposure between upper-bounding estimates of exposure and critical effect levels identified in laboratory animals are
considered adequate to address uncertainties in the health effects
and exposure databases. For cancer, margins of exposure between
upper-bounding estimates of exposure and estimates of cancer
potency are considered adequate to address uncertainties related to
health effects and exposure. Accordingly, it is concluded that the
aviation turbine fuel (CAS RN 64741-86-2) and the aviation gasoline fuels (CAS RNs 64741-87-3 and 68527-27-5) do not meet the
criteria under paragraph 64(c) of CEPA 1999, as they are not
entering the environment in a quantity or concentration or under
conditions that constitute or may constitute a danger in Canada to
human life or health.
Conclusion
Conclusion
It is therefore concluded that the aviation turbine fuel (CAS
RN 64741-86-2) and the aviation gasoline fuels (CAS RNs 6474187-3 and 68527-27-5) do not meet any of the criteria set out in
section 64 of CEPA 1999.
The Screening Assessment Report on these substances is available on the Government of Canada’s Chemical Substances Web
site (www.chemicalsubstances.gc.ca).
On conclut donc que le carburéacteur (NE CAS 64741-86-2) et
les essences aviation (NE CAS 64741-87-3 et 68527-27-5) ne
satisfont à aucun des critères énoncés dans l’article 64 de la
LCPE (1999).
Le rapport d’évaluation préalable de ces substances est accessible sur le site Web du gouvernement du Canada portant sur les
substances chimiques à l’adresse www.substanceschimiques.gc.ca.
[15-1-o]
[15-1-o]
Le 12 avril 2014
Gazette du Canada Partie I809
DEPARTMENT OF THE ENVIRONMENT
MINISTÈRE DE L’ENVIRONNEMENT
DEPARTMENT OF HEALTH
MINISTÈRE DE LA SANTÉ
CANADIAN ENVIRONMENTAL PROTECTION ACT, 1999
LOI CANADIENNE SUR LA PROTECTION DE
L’ENVIRONNEMENT (1999)
Publication of final decision after screening assessment of
three fuel oil substances specified on the Domestic Substances
List — Fuel Oil No. 4, CAS RN21 68476-31-3, Fuel Oil No. 6,
CAS RN 68553-00-4 (subsection 77(6) of the Canadian
Environmental Protection Act, 1999), and Residual Fuel Oil,
CAS RN 68476-33-5 (paragraphs 68(b) and (c) of the Act)
Publication de la décision finale après évaluation préalable de
trois mazouts inscrits sur la Liste intérieure — fuel-oil no 4,
NE CAS21 68476-31-3, fuel-oil no 6, NE CAS 68553-00-4
[paragraphe 77(6) de la Loi canadienne sur la protection
de l’environnement (1999)] et fuel-oil résiduel,
NE CAS 68476-33-5 [alinéas 68b) et c) de la Loi]
Whereas Fuel Oil No. 4 and Fuel Oil No. 6 are substances on the
Domestic Substances List identified under subsection 73(1) of the
Canadian Environmental Protection Act, 1999;
Whereas a summary of the Screening Assessment conducted on
the three fuel oil substances, pursuant to paragraphs 68(b) and (c)
of the Act for Residual Fuel Oil and section 74 of the Act for Fuel
Oil No. 4 and Fuel Oil No. 6, is annexed hereby;
And whereas it is concluded that the three fuel oil substances do
not meet any of the criteria set out in section 64 of the Act,
Notice therefore is hereby given that the Minister of the Environment and the Minister of Health (the ministers) propose to take no
further action on Residual Fuel Oil at this time, and
Notice is further given that the ministers propose to take no further action on Fuel Oil No. 4 and Fuel Oil No. 6 at this time under
section 77 of the Act.
LEONA AGLUKKAQ
Minister of the Environment
RONA AMBROSE
Minister of Health
Attendu que le fuel-oil no 4 et le fuel-oil no 6 sont des substances
inscrites sur la Liste intérieure qui répondent aux critères du paragraphe 73(1) de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999);
Attendu qu’un résumé de l’évaluation préalable concernant les
trois mazouts réalisée en application des alinéas 68b) et c) de la Loi
pour le fuel-oil résiduel et de l’article 74 de la Loi pour le fuel-oil
no 4 et le fuel-oil no 6 est ci-annexé;
Attendu qu’il est conclu que les trois mazouts ne satisfont à
aucun des critères prévus à l’article 64 de la Loi,
Avis est par les présentes donné que la ministre de l’Environnement et la ministre de la Santé (les ministres) proposent de ne rien
faire pour le moment à l’égard du fuel-oil résiduel.
Avis est de plus donné que les ministres proposent de ne rien
faire pour le moment à l’égard du fuel-oil no 4 et du fuel-oil no 6 en
application de l’article 77 de la Loi.
La ministre de l’Environnement
LEONA AGLUKKAQ
La ministre de la Santé
RONA AMBROSE
ANNEX
ANNEXE
Summary of the Screening Assessment Report on
Fuel Oil No. 4, Fuel Oil No. 6 and Residual Fuel Oil
Résumé du rapport d’évaluation préalable sur le
fuel-oil no 4, le fuel-oil no 6 et le fuel-oil résiduel
The Minister of the Environment and the Minister of Health
have conducted a screening assessment of the following heavy fuel
oils:
La ministre de l’Environnement et la ministre de la Santé ont
procédé à une évaluation préalable des mazouts lourds suivants :
CAS RNa
68476-31-3
68553-00-4
68476-33-5
DSLb name
Fuel Oil, No. 4
Fuel Oil, No. 6
Fuel Oil, Residual
a
The Chemical Abstracts Service Registry Number (CAS RN) is the property of the
American Chemical Society, and any use or redistribution, except as required in
supporting regulatory requirements and/or for reports to the Government when the
information and the reports are required by law or administrative policy, is not permitted without the prior written permission of the American Chemical Society.
b
DSL: Domestic Substances List
NE CASa
68476-31-3
68553-00-4
68476-33-5
a
Nom dans la LIb
Fuel-oil, no 4
Fuel-oil, no 6
Fuel-oil résiduel
Le numéro d’enregistrement du Chemical Abstracts Service (NE CAS) est la propriété de l’American Chemical Society. Toute utilisation ou redistribution, sauf si
elle sert à répondre aux besoins législatifs ou si elle est nécessaire pour les rapports
destinés au gouvernement lorsque des renseignements ou des rapports sont exigés
par la loi ou une politique administrative, est interdite sans l’autorisation écrite
préalable de l’American Chemical Society.
b
LI : Liste intérieure
Fuel Oil No. 4 and Fuel Oil No. 6 were identified as high priorities for action during the categorization of the Domestic Substances List (DSL), as they were determined to present “greatest
Une priorité élevée a été accordée à la prise de mesures à l’égard
du fuel-oil no 4 et du fuel-oil no 6 durant la catégorisation visant la
Liste intérieure (LI), car on estime qu’ils présentent le plus fort
1
1
The Chemical Abstracts Service Registry Number (CAS RN) is the property of
the American Chemical Society, and any use or redistribution, except as required
in supporting regulatory requirements and/or for reports to the Government when
the information and the reports are required by law or administrative policy, is not
permitted without the prior written permission of the American Chemical Society.
Le numéro d’enregistrement du Chemical Abstracts Service (NE CAS) est la
propriété de l’American Chemical Society. Toute utilisation ou redistribution est
interdite sans l’autorisation écrite préalable de l’American Chemical Society,
sauf en réponse à des besoins législatifs et/ou aux fins des rapports destinés au
gouvernement en vertu d’une loi ou d’une politique administrative.
810
Canada Gazette Part I
potential” or intermediate potential for exposure of individuals in
Canada, and were considered to present a high hazard to human
health. Fuel Oil No. 4 and Fuel Oil No. 6 also met the ecological
categorization criteria for persistence or bioaccumulation potential
and inherent toxicity to aquatic organisms. Residual Fuel Oil was
considered to present a high hazard to human health but low potential for exposure, and was included in this assessment because its
composition and properties are similar to those of Fuel Oil No. 4
and Fuel Oil No. 6. These substances were included in the Petroleum Sector Stream Approach (PSSA) because they are related to
the petroleum sector and are considered to be of Unknown or Variable composition, Complex reaction products or Biological materials (UVCBs).
These substances are transported in large volumes from refinery
and upgrader facilities to other industrial end users such as pulp
mills and large-scale power generation utilities via pipeline, ship,
train and truck; therefore, exposure to the environment is expected.
An analysis of Canadian fuel oil spills data for the years
2000–2009 indicated that, on average, fewer than one spill per year
is of sufficient size to be expected to be harmful to aquatic organisms (fish, invertebrates, algae) in marine waters around loading/
unloading wharves.
While releases of Fuel Oil No. 4, Fuel Oil No. 6 or Residual Fuel
Oil have the potential to have detrimental effects on aquatic birds,
risk to birds is considered to be low due to the very low frequency
of spills during transport.
Considering all available lines of evidence presented in this
screening assessment, there is low risk of harm to organisms and
the broader integrity of the environment from these substances. It
is concluded that Fuel Oil No. 4, Fuel Oil No. 6 and Residual Fuel
Oil (CAS RNs 68476-31-3, 68553-00-4 and 68476-33-5) do not
meet the criteria under paragraph 64(a) or (b) of the Canadian
Environmental Protection Act, 1999 (CEPA 1999), as they are not
entering the environment in quantities or concentrations or under
conditions that have or may have immediate or long-term harmful
effects on the environment or its biological diversity, or that constitute or may constitute a danger to the environment on which life
depends.
A critical health effect for the initial categorization of these substances was carcinogenicity, based primarily on classifications by
international agencies. Skin painting studies in laboratory animals
reported skin tumour development after chronic dermal exposure
to Fuel Oil No. 4, Residual Fuel Oil and related heavy fuel oil
(HFO) substances. Limited in vitro genotoxicity studies were
negative for Fuel Oil No. 4 and Fuel Oil No. 6, although other
HFOs demonstrated genotoxicity. Dermal studies of related HFO
substances in laboratory animals reported reproductive and
developmental effects.
The potential for exposure of the general population to Fuel Oil
No. 4, Fuel Oil No. 6 and Residual Fuel Oil was assessed. There is
limited residential use and restricted access to these fuels; therefore, exposure of the general population is not expected. Thus, the
risk to human health is considered to be low. Accordingly, it is
concluded that Fuel Oil No. 4, Fuel Oil No. 6 and Residual Fuel Oil
(CAS RNs 68476-31-3, 68553-00-4 and 68476-33-5) do not meet
the criteria under paragraph 64(c) of CEPA 1999, as they are not
entering the environment in a quantity or concentration or under
conditions that constitute or may constitute a danger in Canada to
human life or health.
April 12, 2014
risque d’exposition ou un risque d’exposition intermédiaire pour
les particuliers au Canada et que leur risque pour la santé humaine
est élevé. Ces substances répondent aussi aux critères environnementaux de catégorisation relatifs à la persistance, au potentiel de
bioaccumulation et à la toxicité intrinsèque pour les organismes
aquatiques. On considère que le fuel-oil résiduel présente un risque
élevé pour la santé humaine, mais un faible risque d’exposition; il
a été inclus dans la présente évaluation, car sa composition et ses
propriétés sont semblables à celles du fuel-oil no 4 et du fuel-oil
no 6. Ces substances ont été incluses dans l’Approche pour le secteur pétrolier puisqu’elles sont liées à ce secteur et sont considérées
comme des substances de composition inconnue ou variable, des
produits de réactions complexes ou des matières biologiques
(UVCB).
Ces substances sont transportées en grande quantité, soit par
pipeline, navire, train ou camion, à partir des raffineries et des
usines de valorisation vers d’autres utilisateurs finaux industriels,
tels que les usines de pâte et les grandes installations de production
d’énergie électrique. Par conséquent, on s’attend à ce que des rejets
dans l’environnement se produisent.
Une analyse des données des déversements canadiens de fuel-oil
a été réalisée pour les années 2000 à 2009. Les résultats révèlent
qu’il y a en moyenne moins de un déversement qui soit de taille
suffisante pour être considéré nocif pour les organismes aquatiques
(poissons, invertébrés, algues) dans les eaux marines aux environs
des quais de chargement ou de déchargement.
Alors que les rejets de fuel-oil no 4, de fuel-oil no 6 et de fuel-oil
résiduel ont le potentiel d’entraîner des effets néfastes sur les
oiseaux aquatiques, en raison de la fréquence relativement faible
de déversements pendant le transport, ceux-ci ne devraient pas
nuire aux oiseaux.
Compte tenu de tous les éléments de preuve contenus dans la
présente évaluation préalable, les substances présentent un faible
risque d’effets nocifs sur les organismes et sur l’intégrité globale
de l’environnement. On conclut que le fuel-oil no 4, le fuel-oil no 6
et le fuel-oil résiduel (NE CAS 68476-31-3, 68553-00-4 et 6847633-5) ne satisfont pas aux critères des alinéas 64a) ou b) de la Loi
canadienne sur la protection de l’environnement (1999) [LCPE
(1999)], car ils ne pénètrent pas dans l’environnement en une quantité ou une concentration ou dans des conditions de nature à avoir,
immédiatement ou à long terme, un effet nocif sur l’environnement
ou sur la diversité biologique, ou à mettre en danger l’environnement essentiel pour la vie.
D’après les classifications établies par des organismes internationaux, la cancérogénicité constituait un effet critique sur la santé
pour la catégorisation initiale de ces substances. Des études de
badigeonnage de fuel-oil no 4, de fuel-oil résiduel et de mazouts
lourds connexes sur la peau d’animaux de laboratoire ont révélé la
formation de tumeurs cutanées après des expositions chroniques
par voie cutanée. Des études limitées sur la génotoxicité in vitro se
sont avérées négatives pour le fuel-oil no 4 et le fuel-oil no 6, bien
que d’autres mazouts lourds aient démontré des effets génotoxiques. Des études sur l’exposition cutanée à des mazouts lourds
connexes, menées sur des animaux de laboratoire, ont indiqué des
effets sur la reproduction et le développement.
L’exposition potentielle de la population générale au fuel-oil
no 4, au fuel-oil no 6 et au fuel-oil résiduel a été évaluée. L’utilisation résidentielle de ces carburants étant limitée et leur accès restreint, la population générale ne devrait pas y être exposée. Le
risque pour la santé humaine est donc considéré comme faible. En
conséquence, on conclut que le fuel-oil no 4, le fuel-oil no 6 et le
fuel-oil résiduel (NE CAS 68476-31-3, 68553-00-4 et 68476-33-5)
ne satisfont pas aux critères de l’alinéa 64c) de la LCPE (1999),
puisqu’ils ne pénètrent pas dans l’environnement en une quantité
ou une concentration ou dans des conditions de nature à constituer
un danger au Canada pour la vie ou la santé humaines.
Le 12 avril 2014
Gazette du Canada Partie I811
Conclusion
Conclusion
It is therefore concluded that Fuel Oil No. 4, Fuel Oil No. 6 and
Residual Fuel Oil (CAS RNs 68476-31-3, 68553-00-4 and 6847633-5 respectively) do not meet any of the criteria set out in section 64 of CEPA 1999.
The Screening Assessment Report on these substances is available on the Government of Canada’s Chemical Substances Web
site (www.chemicalsubstances.gc.ca).
On conclut donc que le fuel-oil no 4, le fuel-oil no 6 et le fuel-oil
résiduel (NE CAS 68476-31-3, 68553-00-4 et 68476-33-5 respectivement) ne satisfont à aucun des critères énoncés à l’article 64 de
la LCPE (1999).
Le rapport d’évaluation préalable de ces substances est accessible sur le site Web du gouvernement du Canada portant sur les
substances chimiques à l’adresse www.substanceschimiques.gc.ca.
[15-1-o]
[15-1-o]
DEPARTMENT OF INDUSTRY
MINISTÈRE DE L’INDUSTRIE
OFFICE OF THE REGISTRAR GENERAL
BUREAU DU REGISTRAIRE GÉNÉRAL
Appointments
Nominations
Name and position/Nom et poste
Order in Council/Décret
Government of British Columbia/Gouvernement de la
Colombie-Britannique
Administrators/Administrateurs
Bracken, The Hon./L’hon. J. Keith
March 31 to April 4, 2014/Du 31 mars au 4 avril 2014
Cullen, The Hon./L’hon. Austin F.
April 8 to April 11, 2014/Du 8 avril au 11 avril 2014
2014-318
2014-319
Government of Ontario/Gouvernement de l’Ontario
Administrators/Administrateurs
Feldman, The Hon./L’hon. Kathryn N.
May 5 to May 11, 2014/Du 5 mai au 11 mai 2014
Lauwers, The Hon./L’hon. Peter D.
April 14 to April 27 and May 19 to May 25, 2014/
Du 14 avril au 27 avril et du 19 mai au 25 mai 2014
Rosenberg, The Hon./L’hon. Marc
April 1 to April 4, 2014/ Du 1er avril au 4 avril 2014
Smith, The Hon./L’hon. Heather J.
April 5 to April 13, May 1 to May 4, May 12 to May 18 and
effective May 26, 2014/Du 5 avril au 13 avril, du 1er mai
au 4 mai, du 12 mai au 18 mai et avec prise d’effet le
26 mai 2014
Tulloch, The Hon./L’hon. Michael H.
April 28 to April 30, 2014/Du 28 avril au 30 avril 2014
2014-350
Government of Saskatchewan/Gouvernement de la Saskatchewan
Administrators/Administrateurs
Caldwell, The Hon./L’hon. Neal W.
April 8 to April 13, 2014/Du 8 avril au 13 avril 2014
Cameron, The Hon./L’hon. Stuart J.
March 21 to March 23, 2014/Du 21 mars au 23 mars 2014
Herauf, The Hon./L’hon. Maurice J.
April 1 to April 6, 2014/Du 1er avril au 6 avril 2014
2014-320
2014-292
2014-320
Oland, The Hon./L’hon. Linda Lee
Government of Nova Scotia/Gouvernement de la
Nouvelle-Écosse
Administrator/Administrateur
April 2 to April 9, 2014/Du 2 avril au 9 avril 2014
2014-321
Le 3 avril 2014
April 3, 2014
DIANE BÉLANGER
Official Documents Registrar
La registraire des documents officiels
DIANE BÉLANGER
[15-1-o]
[15-1-o]
812
Canada Gazette Part I
April 12, 2014
DEPARTMENT OF INDUSTRY
MINISTÈRE DE L’INDUSTRIE
OFFICE OF THE REGISTRAR GENERAL
BUREAU DU REGISTRAIRE GÉNÉRAL
Appointments
Nominations
Name and position/Nom et poste
Instrument of Advice dated March 19, 2014/Instrument d’avis en date du 19 mars 2014
Holder, M. Ed, P.C./c.p.
Minister of State to assist the Minister of Industry to be styled Minister of State
(Science and Technology)/Ministre d’État délégué auprès du ministre de
l’Industrie devant porter le titre de ministre d’État (Sciences et Technologie)
Oliver, The Hon./L’hon. Joe, P.C./c.p.
Minister of Finance/Ministre des Finances
Rickford, The Hon./L’hon. Greg, P.C./c.p.
Minister of Natural Resources and Minister of State to assist the Minister of
Industry to be styled Minister of Natural Resources and Minister for the Federal
Economic Development Initiative for Northern Ontario/Ministre des Ressources
naturelles et ministre d’État délégué auprès du ministre de l’Industrie devant
porter le titre de ministre des Ressources naturelles et ministre de l’Initiative
fédérale du développement économique dans le Nord de l’Ontario
Le 3 avril 2014
April 3, 2014
DIANE BÉLANGER
Official Documents Registrar
La registraire des documents officiels
DIANE BÉLANGER
[15-1-o]
[15-1-o]
NOTICE OF VACANCY
AVIS DE POSTE VACANT
NATIONAL ENERGY BOARD
OFFICE NATIONAL DE L’ÉNERGIE
Chairperson and Member (full-time position)
Président(e) et membre (poste à temps plein)
The National Energy Board (NEB) is an independent federal tribunal located in Calgary, Alberta. Its mandate is to promote safety
and security, environmental protection, efficient energy infrastructure and markets, and to make decisions in the Canadian public
interest within the mandate set by Parliament for the regulation of
pipelines, energy development and trade. The work of the NEB
sustains and preserves the confidence of the Canadian public in the
country’s energy infrastructure. The NEB has a staff of approximately 450 employees and an annual budget of $70 million. It
reports to Parliament through the Minister of Natural Resources.
L’Office national de l’énergie (ONÉ) est un tribunal fédéral
indépendant situé à Calgary, en Alberta. Il a pour mandat de promouvoir la sûreté et la sécurité, la protection de l’environnement et
l’efficience de l’infrastructure et des marchés énergétiques, ainsi
que de rendre des décisions dans l’intérêt public canadien, en vertu
du mandat conféré par le Parlement au chapitre de la réglementation des pipelines, de la mise en valeur des ressources énergétiques
et du commerce de l’énergie. Les travaux de l’ONÉ renforcent et
préservent la confiance du public canadien à l’égard de l’infrastructure énergétique du pays. L’ONÉ emploie près de 450 personnes et dispose d’un budget annuel de 70 millions de dollars. Il
rend compte au Parlement par l’entremise du ministre des Ressources naturelles.
En tant que premier dirigeant, le président a pour principale responsabilité de fournir un leadership stratégique et opérationnel à
l’Office et de participer à des processus décisionnels visant à promouvoir la sécurité, la protection de l’environnement et l’efficience
économique dans l’intérêt du public canadien, de concert avec huit
autres membres permanents d’un tribunal quasi judiciaire œuvrant
dans le domaine de la réglementation de l’énergie.
Le candidat idéal serait titulaire d’un diplôme d’une université
reconnue ou posséderait une combinaison acceptable d’études, de
formation liée au poste ou d’expérience. Un diplôme en économie,
en génie, en sciences de l’environnement, en finance ou en
droit serait considéré comme un atout. Une expérience considérable en gestion au niveau de la haute direction dans une organisation du secteur privé ou public, y compris la gestion des ressources
humaines et financières, de préférence dans le secteur de l’énergie,
est souhaitée. Le candidat idéal posséderait une expérience de travail acquise dans un organisme de réglementation ou en collaboration avec un tel organisme, ou une expérience du fonctionnement
As chief executive officer, the Chairperson’s primary responsibility is to provide strategic and operational leadership to the
Board, and to participate in Board decision-making processes as
one of nine permanent members of a quasi-judicial tribunal in the
promotion of safety, environmental protection and economic efficiency in the public interest, in the area of energy regulation.
The ideal candidate would possess a degree from a recognized
university or an acceptable combination of education, job-related
training and/or experience. A degree in economics, engineering,
environmental science, finance or law would be considered an
asset. Significant management experience at the senior executive
level in a private or public sector organization, including managing
human and financial resources, preferably in the energy sector, is
desired. The candidate should possess experience working in or
with a regulatory agency, or in the conduct and/or management of
an adjudicative tribunal, ideally one with diverse technical responsibilities. He or she would have experience in decision-making
Le 12 avril 2014
Gazette du Canada Partie I813
with respect to sensitive and complex issues, dealing with energyrelated issues, and leading a multidisciplinary team. Experience in
dealing with economic, social, safety, environmental and Aboriginal issues would be considered an asset.
ou de la gestion d’un tribunal d’arbitrage, idéalement d’un tribunal
doté de responsabilités techniques diversifiées. Il devrait posséder
une expérience de la prise de décision concernant des questions de
nature délicate et complexe, du traitement de questions connexes à
l’énergie et de la direction d’une équipe pluridisciplinaire. Une
expérience du traitement de questions économiques, sociales et
connexes à la sécurité, à l’environnement et aux Autochtones serait
considérée comme un atout.
The candidate should possess knowledge of the mandate and
activities of the NEB, as well as its legislative framework, including the National Energy Board Act, and the regulatory and business
environments within which the NEB operates. Knowledge of the
functioning of energy markets and the energy sector (economic,
social or environmental components) and of the role of government
and the regulatory agencies in facilitating market outcomes that are
in keeping with the Canadian public interest is sought. The ideal
candidate would possess knowledge of the regulation of energy
extraction, transportation and trade, including interprovincial and
international pipelines and transmission lines, for safety, security,
and environmental responsibility. The ideal candidate will also
have knowledge of Canada’s energy supply and demand trends, the
structure and operation of Canada’s energy industry and its presence — current and potential — in the global market. Possessing
knowledge of the responsibilities of a public sector administrative
tribunal, the candidate should also be knowledgeable about the
principles of sound governance and business practices, including
human resources and financial management.
Le candidat connaîtrait le mandat et les activités de l’ONÉ, ainsi
que son cadre législatif, y compris la Loi sur l’Office national de
l’énergie, et les milieux de réglementation et commerciaux dans
lesquels l’ONÉ fonctionne. Une connaissance du fonctionnement
des marchés de l’énergie et du secteur de l’énergie (composantes
économique, sociale ou environnementale) et du rôle joué par le
gouvernement et les organismes de réglementation afin d’obtenir
des effets du marché qui correspondent à l’intérêt public canadien
est recherchée. Le candidat idéal posséderait une connaissance de
la réglementation de l’extraction d’énergie, de son transport et de
son commerce, y compris des pipelines et des lignes de transport
d’électricité interprovinciaux et internationaux aux fins de la sécurité et de la responsabilité environnementale. Le candidat idéal
connaîtrait en outre les tendances canadiennes de la demande et de
l’approvisionnement en énergie, la structure et le fonctionnement
de l’industrie de l’énergie canadienne et sa présence, actuelle et
potentielle, sur le marché mondial. Possédant des connaissances
sur les responsabilités d’un tribunal administratif du secteur public,
le candidat devrait également connaître les principes d’une bonne
gouvernance et les bonnes pratiques commerciales, y compris la
gestion des ressources humaines et financières.
Faisant preuve de normes élevées quant à l’éthique, l’intégrité et
l’impartialité, le candidat idéal aurait la capacité de gérer une institution publique ayant des responsabilités techniques et de réglementation diversifiées, et de fournir le leadership intellectuel, la
vision et l’orientation stratégique nécessaires pour garantir que
l’ONÉ pourra s’acquitter de son mandat et atteindre ses objectifs
conformément à la Loi sur l’Office national de l’énergie. Grâce à
un jugement sain, le candidat serait également capable d’interpréter les lois, les règlements et les politiques pertinents, ainsi que
d’examiner et d’analyser des informations techniques complexes
afin de prendre des décisions et de faire des recommandations
équitables dans des délais stricts tout en anticipant leurs conséquences à court et à long terme. Avec tact et diplomatie, le candidat
devrait pouvoir diriger un conseil d’administration, susciter les
apports de ses membres, orienter les consensus et déterminer les
enjeux controversés et les régler; il développe en outre les consensus et veille à ce que les décisions finales soient acceptées. Possédant un entregent supérieur et un esprit de collégialité, le candidat
idéal aurait la capacité de développer et d’entretenir des relations
de travail efficaces et de travailler efficacement avec les cadres
supérieurs de l’industrie, du gouvernement d’organismes non gouvernementaux. Habile dans l’art de négocier et capable de rechercher des résultats et de favoriser les consensus, le candidat idéal
arriverait à atteindre des résultats positifs en présence de groupes
disparates ayant des intérêts marqués et parfois divergents au sujet
de questions extrêmement techniques. Il devrait posséder des compétences supérieures en communication et la capacité de promouvoir des stratégies de communication complètes et proactives, y
compris des stratégies visant la sensibilisation du public, les médias
et les activités de réseautage.
La maîtrise des deux langues officielles serait préférable.
Le candidat retenu doit consentir à déménager à Calgary
(Alberta) ou à un endroit situé à une distance raisonnable du lieu de
travail.
La personne retenue doit posséder la citoyenneté canadienne ou
être un résident permanent au sens de la Loi sur l’immigration et la
Exhibiting high ethical standards, integrity and impartiality, the
ideal candidate would have the ability to manage a public institution with diverse technical and regulatory responsibilities, and provide the intellectual leadership, vision and strategic direction
needed to ensure the NEB is able to carry out its mandate and
achieve its objectives in accordance with the National Energy
Board Act. With sound judgment, the candidate would also be able
to interpret relevant statutes, regulations and policies, and review
and analyze complex technical information in order to make equitable decisions and recommendations within a strict time frame,
while anticipating their short- and long-term consequences. With
tact and diplomacy, the candidate should be able to lead a board,
seek the input of members, draw lines of consensus, identify and
resolve points of debate, build consensus, and ensure buy-in for
final decisions. Possessing superior interpersonal skills, collegiality and the ability to develop and maintain effective working relationships, the ideal candidate would be able to work effectively
with senior industry, government and non-government officials.
With the ability to negotiate skilfully, to seek results and to build
consensus, the ideal candidate would be able to reach positive outcomes among disparate groups with strong, and sometimes diverging, interests on highly technical issues. He or she would possess
superior communication skills and have the ability to advance
comprehensive strategic and proactive communications strategies,
including public outreach, media and networking activities.
Proficiency in both official languages would be preferred.
The successful candidate will be willing to relocate to Calgary,
Alberta, or to a location within reasonable commuting distance.
The successful candidate must be a Canadian citizen or permanent resident within the meaning of the Immigration and Refugee
814
Canada Gazette Part I
April 12, 2014
Protection Act. Additionally, he or she must not, as owner, shareholder, director, officer, partner or otherwise, be engaged in any
such business of producing, selling, buying, transmitting, exporting, importing or otherwise dealing in hydrocarbons or electricity
nor hold any bond, debenture or other security of a corporation
engaged in any such business. Finally, the candidate must devote
the whole of his or her time to the performance of his or her duties
and shall not accept or hold any office or employment inconsistent
with his or her duties and functions.
protection des réfugiés. De plus, elle ne doit pas participer, à titre
notamment de propriétaire, d’actionnaire, d’administrateur, de
dirigeant ou d’associé, à une entreprise se livrant à la production, la
vente, l’achat, le transport, l’exportation ou l’importation d’hydrocarbures ou d’électricité, ou à d’autres opérations concernant ceuxci, ni être détenteur de titres de créance, entre autres d’obligations
ou de débentures, d’une personne morale exploitant une entreprise
de cette nature. Finalement, elle doit se consacrer à l’exercice de
ses fonctions et ne pas accepter ou détenir un poste ou un emploi
incompatible avec celles-ci.
The Government is committed to ensuring that its appointments
are representative of Canada’s regions and official languages, as
well as of women, Aboriginal peoples, disabled persons and visible
minorities.
The selected candidate must comply with the Ethical and Political Activity Guidelines for Public Office Holders. The Guidelines
are available on the Governor in Council Appointments Web site,
under “Reference Material,” at www.appointments-nominations.
gc.ca/index.asp?lang=eng.
Le gouvernement est déterminé à faire en sorte que ses nominations soient représentatives des régions du Canada et de ses langues
officielles, ainsi que des femmes, des Autochtones, des personnes
handicapées et des minorités visibles.
Le candidat retenu doit se conformer aux Lignes directrices en
matière d’éthique et d’activités politiques à l’intention des titulaires de charge publique disponibles sur le site des Nominations
par le gouverneur en conseil, sous « Documents de référence », à
l’adresse suivante : www.appointments-nominations.gc.ca/index.
asp?lang=fra.
La personne sélectionnée sera assujettie à la Loi sur les conflits
d’intérêts. Les titulaires de charges publiques nommés à temps
plein doivent soumettre au Commissariat aux conflits d’intérêts et
à l’éthique, dans les 60 jours qui suivent la date de leur nomination,
un rapport confidentiel dans lequel ils déclarent leurs biens et exigibilités ainsi que leurs activités extérieures. Pour plus d’information, veuillez consulter le site Web du Commissariat aux conflits
d’intérêts et à l’éthique à l’adresse suivante : http://ciec-ccie.gc.ca/
Default.aspx?pid=1&lang=fr.
Cette annonce paraît dans la Gazette du Canada afin de permettre au gouverneur en conseil de trouver des personnes qualifiées pour ce poste. Cependant, le recrutement ne se limite pas à
cette seule façon de procéder.
De plus amples renseignements concernant l’organisation et ses
activités sont disponibles sur son site Web à l’adresse suivante :
www.neb-one.gc.ca/clf-nsi/rcmmn/hm-fra.html.
Si vous avez des questions concernant cette possibilité d’emploi,
veuillez communiquer avec Tim Hamilton, Janet Soles ou Brian
Mellor au 403-410-6700. Pour pouvoir postuler à ce poste, veuillez
faire parvenir votre curriculum vitæ accompagné d’une lettre de
présentation à calgaryopportunities@boyden.com.
Les avis de postes vacants sont disponibles sur demande, dans
les deux langues officielles et en média substitut. Pour obtenir de
plus amples renseignements, veuillez envoyer votre demande à
GICA-NGEC@pco-bcp.gc.ca.
The selected candidate will be subject to the Conflict of Interest
Act. Public office holders appointed on a full-time basis must submit to the Office of the Conflict of Interest and Ethics Commissioner, within 60 days of appointment, a confidential report in
which they disclose all of their assets, liabilities and outside activities. For more information, please visit the Office of the Conflict
of Interest and Ethics Commissioner’s Web site at http://ciec-ccie.
gc.ca/Default.aspx?pid=1&lang=en.
This notice has been placed in the Canada Gazette to assist the
Governor in Council in identifying qualified candidates for this
position. It is not, however, intended to be the sole means of
recruitment.
Further details about the organization and its activities can be
found on its Web site at www.neb-one.gc.ca/clf-nsi/rcmmn/hmeng.html.
If you have questions about this opportunity, please call Tim
Hamilton, Janet Soles or Brian Mellor at 403-410-6700. To be considered for this position, please forward your curriculum vitae and
covering letter to calgaryopportunities@boyden.com.
English and French notices of vacancies will be produced in an
alternative format upon request. For further information, please
contact GICA-NGEC@pco-bcp.gc.ca.
[15-1-o]
[15-1-o]
NOTICE OF VACANCY
AVIS DE POSTE VACANT
NATIONAL ENERGY BOARD
OFFICE NATIONAL DE L’ÉNERGIE
Vice-Chairperson and Member (full-time position)
Vice-président(e) et membre (poste à temps plein)
The National Energy Board (NEB) is an independent federal tribunal located in Calgary, Alberta. Its mandate is to promote safety
and security, environmental protection, efficient energy infrastructure and markets, and to make decisions in the Canadian public
interest within the mandate set by Parliament for the regulation of
pipelines, energy development and trade. The work of the NEB
sustains and preserves the confidence of the Canadian public in the
country’s energy infrastructure. The NEB has a staff of approximately 450 employees and an annual budget of $70 million. It
reports to Parliament through the Minister of Natural Resources.
L’Office national de l’énergie (ONÉ) est un tribunal fédéral
indépendant situé à Calgary, en Alberta. Il a pour mandat de promouvoir la sûreté et la sécurité, la protection de l’environnement et
l’efficience de l’infrastructure et des marchés énergétiques, ainsi
que de rendre des décisions dans l’intérêt public canadien, en vertu
du mandat conféré par le Parlement au chapitre de la réglementation des pipelines, de la mise en valeur des ressources énergétiques
et du commerce de l’énergie. Les travaux de l’ONÉ renforcent
et préservent la confiance du public canadien à l’égard de
l’infrastructure énergétique du pays. L’ONÉ emploie près de
Le 12 avril 2014
Gazette du Canada Partie I815
450 personnes et dispose d’un budget annuel de 70 millions de
dollars. Il rend compte au Parlement par l’entremise du ministre
des Ressources naturelles.
The Vice-Chairperson’s primary responsibility is to act for the
Chairperson when required, and to participate in Board decisionmaking processes as one of nine permanent members of a quasijudicial tribunal, to promote safety, environmental protection and
economic efficiency in the Canadian public interest, in the area of
energy regulation.
The ideal candidate would possess a degree from a recognized
university or an acceptable combination of education, job-related
training and/or experience. A degree in economics, engineering,
environmental science, finance or law would be considered an
asset. Management experience at the senior executive level in a
private or public sector organization, including managing human
and financial resources, preferably in the energy sector, is desired.
The candidate should possess experience working in or with a
regulatory agency, or in the conduct and/or management of an
adjudicative tribunal, ideally one with diverse technical responsibilities. He or she would have experience in decision-making
with respect to sensitive and complex issues and in dealing with
energy-related or regulatory issues. Experience in dealing with
economic, social, safety, environmental and Aboriginal issues
would be considered an asset.
The candidate should possess knowledge of the mandate and
activities of the NEB, as well as its legislative framework, including the National Energy Board Act, and the regulatory and business
environments within which the NEB operates. Knowledge of the
functioning of energy markets and the energy sector (economic,
social or environmental components) and of the role of government
and the regulatory agencies in facilitating market outcomes that are
in keeping with the Canadian public interest is sought. The ideal
candidate would possess knowledge of the regulation of energy
extraction, transportation and trade, including interprovincial and
international pipelines and transmission lines, for safety, security,
and environmental responsibility. The ideal candidate will also
have knowledge of Canada’s energy supply and demand trends, the
structure and operation of Canada’s energy industry and its presence — current and potential — in the global market. Possessing
knowledge of the responsibilities of a public sector administrative
tribunal, the candidate should also be knowledgeable about the
principles of sound governance and business practices, including
human resources and financial management.
Exhibiting high ethical standards, integrity and impartiality, the
ideal candidate would have the ability to provide leadership within
the Board and to provide quality advice, support and recommendations to the Chairperson in carrying out his or her mandate in
accordance with the National Energy Board Act. With sound judgment, the candidate would also be able to interpret relevant statutes, regulations and policies, and review and analyze complex
technical information in order to make equitable decisions and recommendations within a strict time frame, while anticipating their
short- and long-term consequences. With tact and diplomacy, the
candidate should be able to seek the input of members, draw lines
of consensus, identify and resolve points of debate, build consensus, and ensure buy-in for final decisions. Possessing superior
interpersonal skills and collegiality, the ideal candidate would
be able to work effectively with senior industry, government and
Le vice-président a pour principale responsabilité d’agir au nom
du président le cas échéant et de participer à des processus décisionnels visant à promouvoir la sécurité, la protection de l’environnement et l’efficience économique dans l’intérêt du public canadien, de concert avec huit autres membres permanents d’un tribunal
quasi judiciaire œuvrant dans le domaine de la réglementation de
l’énergie.
Le candidat idéal serait titulaire d’un diplôme d’une université
reconnue ou posséderait une combinaison acceptable d’études, de
formation liée au poste ou d’expérience. Un diplôme en économie,
en génie, en sciences de l’environnement, en finance ou en droit
serait considéré comme un atout. Une expérience en gestion au
niveau de la haute direction dans une organisation du secteur privé
ou public, y compris la gestion des ressources humaines et financières, de préférence dans le secteur de l’énergie, est souhaitée. Le
candidat idéal posséderait une expérience de travail acquise dans
un organisme de réglementation ou en collaboration avec un tel
organisme, ou une expérience du fonctionnement ou de la gestion
d’un tribunal d’arbitrage, idéalement d’un tribunal doté de responsabilités techniques diversifiées. Il devrait posséder une expérience
de la prise de décision concernant des questions de nature délicate
et complexe et du traitement de questions connexes à l’énergie ou
de questions d’ordre réglementaire. Une expérience du traitement
de questions économiques, sociales et connexes à la sécurité, à
l’environnement et aux Autochtones sera considérée comme un
atout.
Le candidat connaîtrait le mandat et les activités de l’ONÉ, ainsi
que son cadre législatif, y compris la Loi sur l’Office national de
l’énergie, et les milieux de réglementation et commerciaux dans
lesquels l’ONÉ fonctionne. Une connaissance du fonctionnement
des marchés de l’énergie et du secteur de l’énergie (composantes
économique, sociale ou environnementale) et du rôle joué par le
gouvernement et les organismes de réglementation afin d’obtenir
des effets du marché qui correspondent à l’intérêt public canadien
est recherchée. Le candidat idéal posséderait une connaissance de
la réglementation de l’extraction d’énergie, de son transport et de
son commerce, y compris des pipelines et des lignes de transport
d’électricité interprovinciaux et internationaux aux fins de la sécurité et de la responsabilité environnementale. Il devrait connaître en
outre les tendances canadiennes de la demande et de l’approvisionnement en énergie, la structure et le fonctionnement de l’industrie
de l’énergie canadienne et sa présence, actuelle et potentielle, sur
le marché mondial. Possédant des connaissances sur les responsabilités d’un tribunal administratif du secteur public, le candidat
devrait également connaître les principes d’une bonne gouvernance et les bonnes pratiques commerciales, y compris la gestion
des ressources humaines et financières.
Faisant preuve de normes élevées quant à l’éthique, l’intégrité et
l’impartialité, le candidat idéal aurait la capacité d’assurer le leadership au sein de l’Office et de fournir des conseils, un soutien et
des recommandations de qualité au président dans le cadre de la
réalisation de son mandat conformément à la Loi sur l’Office national de l’énergie. Grâce à un jugement sain, le candidat devrait être
également capable d’interpréter les lois, les règlements et les politiques pertinents, ainsi que d’examiner et d’analyser des informations techniques complexes afin de prendre des décisions et de
faire des recommandations équitables dans des délais stricts tout en
anticipant leurs conséquences à court et à long terme. Avec tact et
diplomatie, le candidat devrait pouvoir susciter les apports des
membres et parvenir à des consensus, déterminer les enjeux controversés et les régler; il développe en outre les consensus et veille
à ce que les décisions finales soient acceptées. Possédant un
816
Canada Gazette Part I
April 12, 2014
non-government officials. With superior communication skills, the
ideal candidate would have the ability to manage human and financial resources, to motivate members and staff, and to ensure the
NEB adheres to the highest standards of accountability.
entregent supérieur et un esprit de collégialité, le candidat idéal
aurait la capacité de travailler efficacement avec les cadres supérieurs de l’industrie, du gouvernement et d’organismes non gouvernementaux. Doté de compétences supérieures en communication, le candidat idéal pourrait gérer des ressources humaines et
financières, motiver les membres et le personnel et veiller à ce que
l’ONÉ respecte les normes de responsabilisation les plus élevées.
Proficiency in both official languages would be preferred.
The successful candidate will be willing to relocate to Calgary,
Alberta, or to a location within reasonable commuting distance.
La maîtrise des deux langues officielles serait préférable.
Le candidat retenu doit consentir à déménager à Calgary
(Alberta) ou à un endroit situé à une distance raisonnable du lieu de
travail.
La personne retenue doit posséder la citoyenneté canadienne ou
être un résident permanent au sens de la Loi sur l’immigration et la
protection des réfugiés. De plus, elle ne doit pas participer, à titre
notamment de propriétaire, d’actionnaire, d’administrateur, de
dirigeant ou d’associé, à une entreprise se livrant à la production, la
vente, l’achat, le transport, l’exportation ou l’importation d’hydrocarbures ou d’électricité, ou à d’autres opérations concernant ceuxci, ni être détenteur de titres de créance, entre autres d’obligations
ou de débentures, d’une personne morale exploitant une entreprise
de cette nature. Finalement, elle doit se consacrer à l’exercice de
ses fonctions et ne pas accepter ou détenir un poste ou un emploi
incompatible avec celles-ci.
Le gouvernement est déterminé à faire en sorte que ses nominations soient représentatives des régions du Canada et de ses langues
officielles, ainsi que des femmes, des Autochtones, des personnes
handicapées et des minorités visibles.
Le candidat retenu doit se conformer aux Lignes directrices en
matière d’éthique et d’activités politiques à l’intention des titulaires de charge publique disponibles sur le site Web des Nominations par le gouverneur en conseil, sous « Documents de référence », à l’adresse suivante : www.appointments-nominations.gc.
ca/index.asp?lang=fra.
La personne sélectionnée sera assujettie à la Loi sur les conflits
d’intérêts. Les titulaires de charges publiques nommés à temps
plein doivent soumettre au Commissariat aux conflits d’intérêts et
à l’éthique, dans les 60 jours qui suivent la date de leur nomination,
un rapport confidentiel dans lequel ils déclarent leurs biens et exigibilités ainsi que leurs activités extérieures. Pour plus d’information, veuillez consulter le site Web du Commissariat aux conflits
d’intérêts et à l’éthique à l’adresse suivante : http://ciec-ccie.gc.ca/
Default.aspx?pid=1&lang=fr.
Cette annonce paraît dans la Gazette du Canada afin de permettre au gouverneur en conseil de trouver des personnes qualifiées pour ce poste. Cependant, le recrutement ne se limite pas à
cette seule façon de procéder.
De plus amples renseignements concernant l’organisation et ses
activités sont disponibles sur son site Web à l’adresse suivante :
www.neb-one.gc.ca/clf-nsi/rcmmn/hm-fra.html.
Si vous avez des questions concernant cette possibilité d’emploi,
veuillez communiquer avec Tim Hamilton, Janet Soles ou Brian
Mellor au 403-410-6700. Pour pouvoir postuler à ce poste, veuillez
faire parvenir votre curriculum vitæ accompagné d’une lettre de
présentation à calgaryopportunities@boyden.com.
Les avis de postes vacants sont disponibles sur demande, dans
les deux langues officielles et en média substitut. Pour obtenir de
plus amples renseignements, veuillez envoyer votre demande à
GICA-NGEC@pco-bcp.gc.ca.
The successful candidate must be a Canadian citizen or permanent resident within the meaning of the Immigration and Refugee
Protection Act. Additionally, he or she must not, as owner, shareholder, director, officer, partner or otherwise, be engaged in any
such business of producing, selling, buying, transmitting, exporting, importing or otherwise dealing in hydrocarbons or electricity
nor hold any bond, debenture or other security of a corporation
engaged in any such business. Finally, the candidate must devote
the whole of his or her time to the performance of his or her duties
and shall not accept or hold any office or employment inconsistent
with his or her duties and functions.
The Government is committed to ensuring that its appointments
are representative of Canada’s regions and official languages, as
well as of women, Aboriginal peoples, disabled persons and visible
minorities.
The selected candidate must comply with the Ethical and Political Activity Guidelines for Public Office Holders. The Guidelines
are available on the Governor in Council Appointments Web site,
under “Reference Material,” at www.appointments-nominations.
gc.ca/index.asp?lang=eng.
The selected candidate will be subject to the Conflict of Interest
Act. Public office holders appointed on a full-time basis must submit to the Office of the Conflict of Interest and Ethics Commissioner, within 60 days of appointment, a confidential report in
which they disclose all of their assets, liabilities and outside activities. For more information, please visit the Office of the Conflict
of Interest and Ethics Commissioner’s Web site at http://ciec-ccie.
gc.ca/Default.aspx?pid=1&lang=en.
This notice has been placed in the Canada Gazette to assist the
Governor in Council in identifying qualified candidates for this
position. It is not, however, intended to be the sole means of
recruitment.
Further details about the organization and its activities can be
found on its Web site at www.neb-one.gc.ca/clf-nsi/rcmmn/hmeng.html.
If you have questions about this opportunity, please call Tim
Hamilton, Janet Soles or Brian Mellor at 403-410-6700. To be considered for this position, please forward your curriculum vitae and
covering letter to calgaryopportunities@boyden.com.
English and French notices of vacancies will be produced in an
alternative format upon request. For further information, please
contact GICA-NGEC@pco-bcp.gc.ca.
[15-1-o]
[15-1-o]
Le 12 avril 2014
Gazette du Canada Partie I817
PARLIAMENT
PARLEMENT
HOUSE OF COMMONS
CHAMBRE DES COMMUNES
Second Session, Forty-First Parliament
Deuxième session, quarante et unième législature
PRIVATE BILLS
PROJETS DE LOI D’INTÉRÊT PRIVÉ
Standing Order 130 respecting notices of intended applications
for private bills was published in the Canada Gazette, Part I, on
October 19, 2013.
For further information, contact the Private Members’ Business
Office, House of Commons, Centre Block, Room 134-C, Ottawa,
Ontario K1A 0A6, 613-992-6443.
L’article 130 du Règlement relatif aux avis de demande de projets de loi d’intérêt privé a été publié dans la Partie I de la Gazette
du Canada du 19 octobre 2013.
Pour de plus amples renseignements, prière de communiquer
avec le Bureau des affaires émanant des députés, Chambre des
communes, Édifice du Centre, pièce 134-C, Ottawa (Ontario)
K1A 0A6, 613-992-6443.
La greffière de la Chambre des communes
AUDREY O’BRIEN
AUDREY O’BRIEN
Clerk of the House of Commons
ROYAL ASSENT
SANCTION ROYALE
Tuesday, March 4, 2014
Le mardi 4 mars 2014
On Tuesday, March 4, 2014, Mr. Stephen Wallace, acting in his
capacity as Deputy of the Governor General, signified assent in
Her Majesty’s name to the Bill listed below.
Assent was signified by written declaration, pursuant to the
Royal Assent Act, S.C. 2002, c. 15. Section 5 of that Act provides
that each Act “. . . is deemed to be assented to on the day on which
the two Houses of Parliament have been notified of the
declaration.”
The Senate was notified of the written declaration on Tuesday,
March 4, 2014.
The House of Commons was notified of the written declaration
on Tuesday, March 4, 2014.
An Act to give effect to the Governance Agreement with Sioux
Valley Dakota Nation and to make consequential amendments
to other Acts
(Bill C-16, chapter 1, 2014)
GARY W. O’BRIEN
Clerk of the Senate and
Clerk of the Parliaments
Le mardi 4 mars 2014, monsieur Stephen Wallace, en sa qualité
de suppléant du gouverneur général, a accordé la sanction royale
au nom de Sa Majesté au projet de loi mentionné ci-dessous.
La sanction a été octroyée par déclaration écrite, conformément
à la Loi sur la sanction royale, L.C. 2002, ch. 15. Aux termes de
l’article 5 de cette loi, « la déclaration écrite porte sanction royale
le jour où les deux chambres du Parlement en ont été avisées ».
[15-1-o]
[15-1-o]
Le Sénat a été informé de la déclaration écrite le mardi 4 mars
2014.
La Chambre des communes a été informée de la déclaration
écrite le mardi 4 mars 2014.
Loi portant mise en vigueur de l’accord sur la gouvernance de la
nation dakota de Sioux Valley et modifiant certaines lois en
conséquence
(Projet de loi C-16, chapitre 1, 2014)
Le greffier du Sénat et
greffier des Parlements
GARY W. O’BRIEN
ROYAL ASSENT
SANCTION ROYALE
Tuesday, March 25, 2014
Le mardi 25 mars 2014
On Tuesday, March 25, 2014, Mr. Stephen Wallace, acting in his
capacity as Deputy of the Governor General, signified assent in
Her Majesty’s name to the Bill listed below.
Assent was signified by written declaration, pursuant to the
Royal Assent Act, S.C. 2002, c. 15. Section 5 of that Act provides
that each Act “. . . is deemed to be assented to on the day on which
the two Houses of Parliament have been notified of the
declaration.”
The Senate was notified of the written declaration on Tuesday,
March 25, 2014.
Le mardi 25 mars 2014, monsieur Stephen Wallace, en sa qualité
de suppléant du gouverneur général, a accordé la sanction royale
au nom de Sa Majesté au projet de loi mentionné ci-dessous.
La sanction a été octroyée par déclaration écrite, conformément
à la Loi sur la sanction royale, L.C. 2002, ch. 15. Aux termes de
l’article 5 de cette loi, « la déclaration écrite porte sanction royale
le jour où les deux chambres du Parlement en ont été avisées ».
Le Sénat a été informé de la déclaration écrite le mardi 25 mars
2014.
818
Canada Gazette Part I
April 12, 2014
The House of Commons was notified of the written declaration
on Tuesday, March 25, 2014.
An Act to replace the Northwest Territories Act to implement
certain provisions of the Northwest Territories Lands and
Resources Devolution Agreement and to repeal or make
amendments to the Territorial Lands Act, the Northwest Territories Waters Act, the Mackenzie Valley Resource Management Act, other Acts and certain orders and regulations
(Bill C-15, chapter 2, 2014)
GARY W. O’BRIEN
Clerk of the Senate and
Clerk of the Parliaments
La Chambre des communes a été informée de la déclaration
écrite le mardi 25 mars 2014.
Loi remplaçant la Loi sur les Territoires du Nord-Ouest afin de
mettre en œuvre certaines dispositions de l’Entente sur le
transfert des responsabilités liées aux terres et aux ressources
des Territoires du Nord-Ouest et modifiant ou abrogeant la
Loi sur les terres territoriales, la Loi sur les eaux des Territoires du Nord-Ouest, la Loi sur la gestion des ressources de
la vallée du Mackenzie, d’autres lois et certains décrets et
règlements
(Projet de loi C-15, chapitre 2, 2014)
Le greffier du Sénat et
greffier des Parlements
GARY W. O’BRIEN
[15-1-o]
[15-1-o]
ROYAL ASSENT
SANCTION ROYALE
Thursday, March 27, 2014
Le jeudi 27 mars 2014
On Thursday, March 27, 2014, Mr. Stephen Wallace, acting in
his capacity as Deputy of the Governor General, signified assent in
Her Majesty’s name to the Bills listed below.
Assent was signified by written declaration, pursuant to the
Royal Assent Act, S.C. 2002, c. 15. Section 5 of that Act provides
that each Act “. . . is deemed to be assented to on the day on which
the two Houses of Parliament have been notified of the
declaration.”
The Senate was notified of the written declaration on Thursday,
March 27, 2014.
The House of Commons was notified of the written declaration
on Thursday, March 27, 2014.
An Act for granting to Her Majesty certain sums of money for
the federal public administration for the financial year ending
March 31, 2014
(Bill C-28, chapter 3, 2014)
An Act for granting to Her Majesty certain sums of money for
the federal public administration for the financial year ending
March 31, 2015
(Bill C-29, chapter 4, 2014)
GARY W. O’BRIEN
Clerk of the Senate and
Clerk of the Parliaments
Le jeudi 27 mars 2014, monsieur Stephen Wallace, en sa qualité
de suppléant du gouverneur général, a accordé la sanction royale
au nom de Sa Majesté aux projets de loi mentionnés ci-dessous.
La sanction a été octroyée par déclaration écrite, conformément
à la Loi sur la sanction royale, L.C. 2002, ch. 15. Aux termes de
l’article 5 de cette loi, « la déclaration écrite porte sanction royale
le jour où les deux chambres du Parlement en ont été avisées ».
[15-1-o]
[15-1-o]
Le Sénat a été informé de la déclaration écrite le jeudi 27 mars
2014.
La Chambre des communes a été informée de la déclaration
écrite le jeudi 27 mars 2014.
Loi portant octroi à Sa Majesté de crédits pour l’administration
publique fédérale pendant l’exercice se terminant le 31 mars
2014
(Projet de loi C-28, chapitre 3, 2014)
Loi portant octroi à Sa Majesté de crédits pour l’administration
publique fédérale pendant l’exercice se terminant le 31 mars
2015
(Projet de loi C-29, chapitre 4, 2014)
Le greffier du Sénat et
greffier des Parlements
GARY W. O’BRIEN
Le 12 avril 2014
Gazette du Canada Partie I819
COMMISSIONS
COMMISSIONS
CANADA REVENUE AGENCY
AGENCE DU REVENU DU CANADA
INCOME TAX ACT
LOI DE L’IMPÔT SUR LE REVENU
Revocation of registration of a charity
Révocation de l’enregistrement d’un organisme de bienfaisance
The following notice of proposed revocation was sent to the
charity listed below revoking it for failure to meet the parts of the
Income Tax Act as listed in this notice:
“Notice is hereby given, pursuant to paragraph 168(1)(b) and to
subsections 168(2) and 248(1) of the Income Tax Act, that I propose to revoke the registration of the organization listed below
and that the revocation of the registration is effective on the date
of publication of this notice.”
L’avis d’intention de révocation suivant a été envoyé à l’organisme de bienfaisance indiqué ci-après parce qu’il n’a pas respecté
les parties de la Loi de l’impôt sur le revenu tel qu’il est indiqué
ci-dessous :
« Avis est donné par les présentes que, conformément à l’alinéa 168(1)b) et aux paragraphes 168(2) et 248(1) de la Loi de
l’impôt sur le revenu, j’ai l’intention de révoquer l’enregistrement de l’organisme mentionné ci-dessous et que la révocation
de l’enregistrement entre en vigueur à la publication du présent
avis. »
Business Number
Numéro d’entreprise
Name/Nom
Address/Adresse
108102971RR0001
THE VALLEY YOUNG AT ARTS SOCIETY, LANGLEY, B.C.
CATHY HAWARA
Director General
Charities Directorate
La directrice générale
Direction des organismes de bienfaisance
CATHY HAWARA
[15-1-o]
[15-1-o]
CANADA REVENUE AGENCY
AGENCE DU REVENU DU CANADA
INCOME TAX ACT
LOI DE L’IMPÔT SUR LE REVENU
Revocation of registration of charities
Révocation de l’enregistrement d’organismes de bienfaisance
The following notice of intention to revoke was sent to the charities listed below because they have not met the filing requirements
of the Income Tax Act:
“Notice is hereby given, pursuant to paragraph 168(1)(c) of the
Income Tax Act, that I propose to revoke the registration of the
charities listed below and that by virtue of paragraph 168(2)(b)
thereof, the revocation of the registration is effective on the date
of publication of this notice.”
L’avis d’intention de révocation suivant a été envoyé aux organismes de bienfaisance indiqués ci-après parce qu’ils n’ont pas
présenté leurs déclarations tel qu’il est requis en vertu de la Loi de
l’impôt sur le revenu :
« Avis est donné par les présentes que, conformément à l’alinéa 168(1)c) de la Loi de l’impôt sur le revenu, j’ai l’intention de
révoquer l’enregistrement des organismes de bienfaisance mentionnés ci-dessous en vertu de l’alinéa 168(2)b) de cette loi et
que la révocation de l’enregistrement entre en vigueur à la publication du présent avis. »
Business Number
Numéro d’entreprise
Name/Nom
Address/Adresse
801600503RR0001
858025927RR0001
858395411RR0001
858469992RR0001
859040388RR0001
859064198RR0001
859542227RR0001
859570558RR0001
859641128RR0001
859906208RR0001
859929861RR0001
860259092RR0001
861256410RR0001
861259026RR0001
862887031RR0001
863128385RR0001
863486395RR0001
863533022RR0001
863925897RR0001
TIDAL EAST GLOBAL RELIEF FUND, MONTRÉAL, QUE.
OPEN HEART MISSION, TORONTO, ONT.
THE WORD OF THE LIVING GOD MINISTRIES, AJAX, ONT.
HERITAGE PAVILION STAGE PERFORMANCES, PETERBOROUGH, ONT.
GOSPEL ACTION MINISTRY, NORTH YORK, ONT.
CHAYA SARA CHARITABLE FOUNDATION, TORONTO, ONT.
WHITNEY VICTORIA BARHAM FOUNDATION, CALGARY, ALTA.
CANADIAN HARVEST MISSION MINISTRIES, NEW CHELSEA, N.L.
THE ROCKS FOR CROPS FOUNDATION, OAKVILLE, ONT.
PARISH OF THE HOLY NATIVITY, NEPEAN, ONT.
FASTTRACK TO EMPLOYMENT SOCIETY, VANCOUVER, B.C.
ORGANISME SOUTIEN JEUNESSE DE DRUMMONDVILLE, DRUMMONDVILLE (QC)
MISSION IRIS MUNDIAL, LAVAL (QC)
TOGETHER WE CAN FOUNDATION, VANCOUVER, B.C.
HORSES AT HEART THERAPEUTIC EQUESTRIAN ADVENTURES INC., NEWMARKET, ONT.
IGREJA EVANGELICA ASSEMBLEIA DE DEUS DE LONDON, LONDON, ONT.
YOUTH 2000 CENTRE (Y.2.C.) CORPORATION, GRAND FALLS-WINDSOR, N.L.
LES MINISTÈRES TOUT EST ACCOMPLI, SAINTE-CATHERINE (QC)
LANGARA CONGREGATION OF JEHOVAH’S WITNESSES, VANCOUVER, B.C.
820
Canada Gazette Part I
Business Number
Numéro d’entreprise
Name/Nom
Address/Adresse
864377759RR0001
864563523RR0001
864873302RR0001
865135529RR0001
865202139RR0001
865228472RR0001
865741151RR0001
866168362RR0001
866258437RR0001
866322308RR0001
866350226RR0001
866388911RR0001
866573983RR0001
867297400RR0001
867466310RR0001
867865917RR0001
867880981RR0001
867891145RR0001
868709585RR0001
868802745RR0001
868834318RR0001
868842519RR0001
869673277RR0001
869773366RR0001
870745338RR0001
870786738RR0001
870960606RR0001
871060935RR0001
871446340RR0001
872601828RR0001
873376263RR0001
873751630RR0001
874266943RR0001
874515802RR0001
875574428RR0001
875666919RR0001
875677312RR0001
876068339RR0001
876623901RR0001
877666826RR0001
877889204RR0001
878520618RR0001
878583400RR0001
878626977RR0001
880396916RR0001
880456306RR0001
880902101RR0001
882024581RR0001
882057789RR0001
882612724RR0001
883367872RR0001
883557696RR0001
884032723RR0001
884380627RR0001
885439935RR0001
885900159RR0001
886135995RR0001
886509496RR0001
886511997RR0001
886605591RR0001
886664085RR0001
887189397RR0001
887246999RR0001
887255156RR0001
887433001RR0001
SERVANTS OF CHRIST MINISTRIES, TORONTO, ONT.
FONDATION MAGNANI-MONTARULI, MONTRÉAL (QC)
SEA TO SKY RESTORATIVE JUSTICE SOCIETY, SQUAMISH, B.C.
CLOVERDALE SIKH SOCIETY, SURREY, B.C.
ALTONA & DISTRICT HEALTH CARE CENTRE INC., ALTONA, MAN.
INTERNATIONAL GOSPEL FOUNDATION CHURCH, NORTH YORK, ONT.
IGALI FOUNDATION INC., VANCOUVER, B.C.
WENTWORTH MILLENNIUM MEMORIAL PROJECT COMMITTEE, WENTWORTH, N.S.
COMMISSION DE LA BIBLIOTHÈQUE PUBLIQUE DE RICHIBOUCTOU, RICHIBOUCTOU (N.-B.)
FRIENDS OF HARVEY MOORE FOUNDATION, INC., MONTAGUE, P.E.I.
CAPE BRETON SEARCH & RESCUE ASSOCIATION, SYDNEY, N.S.
ÉGLISE DE JÉSUS-CHRIST DE VÉRITÉ, LA SALLE (QC)
WESTERN SHELTER & CHARITABLE FOUNDATION, CALGARY, ALTA.
CAST A LIGHT MINISTRIES, DRAYTON VALLEY, ALTA.
LA FONDATION DE L’ÉCOLE DES URSULINES DE QUÉBEC, QUÉBEC (QC)
ÉGLISE DE LA FOI BIBLIQUE DE MISTISSINI/MISTISSINI FAITH BIBLE CHAPEL, MISTISSINI (QC)
CENTRE FOR INTEGRAL ECONOMICS, DELTA, B.C.
LA FONDATION DU SÉMINAIRE DE SHERBROOKE, SHERBROOKE (QC)
EASTERN DIOCESAN CURSILLO, ST. JOHN’S, N.L.
CHURCH ON THE ROCK, SURREY, B.C.
FOUNDATION FOR HUMANITARIAN AID, SCARBOROUGH, ONT.
CHARITY BIBLE BAPTIST CHURCH INC., MONCTON, N.B.
KAREN CLIFFE MINISTRIES, SAULT STE. MARIE, ONT.
MILK RESEARCH FOUNDATION, GUELPH, ONT.
HELLENIC APPEAL FOUNDATION / LA FONDATION D’APPEL HELLÉNIQUE, MONTRÉAL, QUE.
THE GRAND VIEW MANOR SENIORS FOUNDATION, BERWICK, N.S.
GIOVANNI BASTONE FOUNDATION, VANCOUVER, B.C.
LOCAL ECOSOLUTIONS, PORT MOODY, B.C.
THE FAITHFUL REMNANT SPANISH PENTECOSTAL CHURCH, TORONTO, ONT.
THE FRIENDS OF SASKATOON ISLAND ASSOCIATION, GRANDE PRAIRIE, ALTA.
PANJAB FOUNDATION OF MANITOBA INC., WINNIPEG, MAN.
RIELCO PRODUCTIONS INC., MELVILLE, SASK.
MATERCARE INTERNATIONAL (CANADA) INCORPORATED, ST. JOHN’S, N.L.
RED MEETS PINK FOUNDATION, TORONTO, ONT.
LES MINISTÈRES DE L’ESPOIR DU QUÉBEC, QUÉBEC (QC)
SANT SHREE DYANESHWAR GURUKUL OF CANADA FOUNDATION, BRAMPTON, ONT.
CONSCIENCE PRÉNATALE, VAL-DAVID (QC)
FONDATION DE L’ÉCOMUSÉE DE L’EST DU QUÉBEC, SAINT-FABIEN (QC)
SCARBOROUGH CHURCH OF CHRIST, SCARBOROUGH, ONT.
COMMUNITY PENTECOSTAL CHURCH, STIRLING, ONT.
ANNE NANTON MINISTRIES, SURREY, B.C.
CAIS CENTRE FOR SUPPORT & SOCIAL INTEGRATION BRAZIL-CANADA, TORONTO, ONT.
ESTONIAN MISSION COVENANT CHURCH INC., TORONTO, ONT.
SAS HOUSE INC., CHARLOTTETOWN, P.E.I.
COLLOQUE RÉGIONAL DE LA SANTÉ, BAIE-COMEAU (QC)
WINNIPEG ABORIGINAL FILM & VIDEO FESTIVAL INC., WINNIPEG, MAN.
VIRSA - SUPPORTING YOUTH STRENGTHENING FAMILIES SOCIETY, DELTA, B.C.
GABRIOLA LAND CONSERVANCY, GABRIOLA, B.C.
FRIENDS OF FOSTER PARK, PARKSVILLE, B.C.
ADAM VA-ADAMAH JEWISH ENVIRONMENTAL SOCIETY, VANCOUVER, B.C.
THE G. SCOTT PATERSON FOUNDATION, TORONTO, ONT.
NISSI CARE CENTRES (CANADA), FORT MCMURRAY, ALTA.
FONDS D’AIDE DES POLICIERS ET POLICIÈRES DE MIRABEL, MIRABEL (QC)
BURIN PASTORAL CHARGE, BURIN BAY ARM, N.L.
SERVICE D’AIDE ST-MAURICE DE B.D.F., BOIS-DES-FILION (QC)
LA FONDATION MARGUERITE D’YOUVILLE INC., MONTRÉAL (QC)
RÉSIDENCE PROJET CHANCE INC., MONTRÉAL (QC)
MARKHAM CHINESE MENNONITE CHURCH, MARKHAM, ONT.
GREEK ORTHODOX COMMUNITY OF KAMLOOPS, KAMLOOPS, B.C.
BRIDGELAND BAPTIST FELLOWSHIP, HIGH RIVER, ALTA.
FULHAM MEMORIAL SCHOLARSHIP FUND, YELLOWHEAD COUNTY, ALTA.
PAPINEAUVILLE PROTESTANT CEMETERY BOARD, PAPINEAUVILLE, QUE.
SOUTH ISLAND CENTRE FOR COUNSELLING AND TRAINING SOCIETY, VICTORIA, B.C.
SASKATCHEWAN CATHOLIC CHARISMATIC RENEWAL SERVICES INC, MAYFAIR, SASK.
ARAB AUDIO, BARRIE, ONT.
April 12, 2014
Le 12 avril 2014
Gazette du Canada Partie I821
Business Number
Numéro d’entreprise
Name/Nom
Address/Adresse
887437838RR0001
887521714RR0001
JOHN CAMPBELL ARMSTRONG EDUCATIONAL FOUNDATION, CALGARY, ALTA.
THE ASSYRIAN CHURCH OF THE EAST-DIOCESE OF CANADA-WINDSOR PARISH, WINDSOR, ONT.
CATHY HAWARA
Director General
Charities Directorate
La directrice générale
Direction des organismes de bienfaisance
CATHY HAWARA
[15-1-o]
[15-1-o]
CANADIAN FOOD INSPECTION AGENCY
AGENCE CANADIENNE D’INSPECTION DES ALIMENTS
CANADIAN FOOD INSPECTION AGENCY ACT
LOI SUR L’AGENCE CANADIENNE D’INSPECTION DES
ALIMENTS
Notice Amending the Canadian Food Inspection Agency Fees
Notice
Avis modifiant l’Avis sur les prix de l’Agence canadienne
d’inspection des aliments
The Minister of Health, pursuant to subsection 24(1) and section 25 of the Canadian Food Inspection Agency Act, hereby makes
the annexed Notice Amending the Canadian Food Inspection
Agency Fees Notice.
Ottawa, March 25, 2014
RONA AMBROSE
Minister of Health
La ministre de la Santé, en vertu du paragraphe 24(1) et de l’article 25 de la Loi sur l’Agence canadienne d’inspection des aliments, prend l’Avis modifiant l’Avis sur les prix de l’Agence canadienne d’inspection des aliments, ci-après.
Ottawa, le 25 mars 2014
La ministre de la Santé
RONA AMBROSE
NOTICE AMENDING THE CANADIAN FOOD
INSPECTION AGENCY FEES NOTICE
AVIS MODIFIANT L’AVIS SUR LES PRIX DE L’AGENCE
CANADIENNE D’INSPECTION DES ALIMENTS
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1. Item 1 of Table 1 to Part 14 of the Canadian Food Inspection
Agency Fees Notice is replaced by the following:
1. L’article 1 du tableau 1 de la partie 14 de l’Avis sur les prix de
l’Agence canadienne d’inspection des aliments est remplacé par ce
qui suit :
Column 1
Column 2
Colonne 1
Colonne 2
Item
Service, Right, Product,
Privilege or Use
Fee
Article
Service, produit,
installation, droit
ou avantage
Prix
seed crop
and land use
inspections
1.
For a seed crop or land use
inspection for purposes other
than to determine pedigreed
status
$15 per quarter hour, the time
being rounded to the nearest
quarter hour, subject to a
minimum fee of $90
inspection
de récoltes
de semences
et inspection
concernant
l’utilisation des
terres
1.
COMING INTO FORCE
2. The amendments enter into force on April 1, 2014.
Inspection d’une récolte
de semences ou inspection
concernant l’utilisation des
terres, effectuée à d’autres
fins que la détermination de
l’admissibilité d’une récolte
à la qualité Généalogique
15 $ le quart d’heure, le temps
étant arrondi au quart d’heure le
plus proche, sous réserve d’un
prix minimum de 90 $
ENTRÉE EN VIGUEUR
2. Ces modifications entrent en vigueur le 1er avril 2014.
EXPLANATORY NOTE
NOTE EXPLICATIVE
The Canadian Food Inspection Agency Fees Notice (Fees
Notice) was made by the Minister of Agriculture and Agri-Food on
May 13, 2000, under the authority of section 24 of the Canadian
Food Inspection Agency Act.
This amendment removes fees for services that the Canadian
Food Inspection Agency (CFIA) will no longer be providing as part
of re-designing the seed crop certification program to increase the
role of authorized parties to provide seed crop inspection services.
L’Avis sur les prix de l’Agence canadienne d’inspection des aliments (Avis sur les prix) a été établi par le ministre de l’Agriculture
et de l’Agroalimentaire le 13 mai 2000 en vertu de l’article 24 de la
Loi sur l’Agence canadienne d’inspection des aliments.
La modification élimine les frais liés aux services que l’Agence
canadienne d’inspection des aliments (ACIA) n’offrira plus dans le
cadre de la restructuration du programme de certification des
cultures de semences afin d’accroître le rôle des parties intéressées
822
Canada Gazette Part I
April 12, 2014
However, the CFIA will maintain an oversight and audit role to
ensure the effectiveness of the overall program. Therefore, the Fees
Notice will retain a fee for the completion of inspections conducted
to monitor the performance of the authorized third parties.
au chapitre de la prestation de services d’inspection des cultures de
semences. Toutefois, l’ACIA maintiendra un rôle de surveillance et
de vérification pour assurer l’efficacité de l’ensemble du programme. Par conséquent, l’Avis sur les prix conservera des frais
pour la réalisation des inspections effectuées pour surveiller la performance des fournisseurs autorisés de services d’inspection.
Seed crop inspection primarily involves confirming that seed
production procedures for maintaining varietal seed purity and
seed quality are met. It also helps verify that the seed crop is free
from prohibited noxious weeds.
L’inspection des cultures de semences consiste principalement à
confirmer que les procédures de production de semences visant à
assurer la pureté et la qualité des variétés de semences sont respectées. L’inspection permet également de vérifier que les cultures de
semences sont exemptes de mauvaises herbes nuisibles.
Cinq pour cent des semences sélectionnées font déjà l’objet
d’inspections par un autre fournisseur de services au Canada tandis
que le reste est inspecté par l’ACIA. À compter de 2014, la plupart
des producteurs de semences sélectionnées seront en mesure d’obtenir des services d’inspection des cultures afin de faire certifier les
semences par des fournisseurs autorisés de services d’inspection
des cultures de semences.
Au cours de la transition vers la diversification des modes de
prestation de services, l’ACIA fournira 20 % à 30 % des services
d’inspection des cultures de semences. Après la transition, il est
possible que l’ACIA soit obligée, dans des circonstances exceptionnelles seulement, de continuer à fournir des services d’inspection des cultures de semences lorsqu’un fournisseur de services
autorisé n’est pas disponible ou lorsqu’il n’est pas possible de faire
appel à des inspecteurs du secteur privé. L’ACIA réalisera les inspections des cultures de semences dans les situations où ces services sont requis, conformément à une entente en matière de service conclue avec l’Association canadienne des producteurs de
semences.
L’inspection des cultures de semences est une composante
importante du système de certification des semences. Le secteur
privé se charge déjà d’un certain nombre d’activités de certification
des semences, comme l’échantillonnage, l’analyse, le classement
et l’étiquetage des semences certifiées. L’ACIA continue de consulter les principaux groupes d’intervenants de l’industrie et de travailler de concert avec eux pour réduire au minimum l’incidence
de ce changement et assurer une transition sans heurt en 2014.
La modification élimine les frais d’inspection des cultures de
semences, car l’ACIA n’offrira plus ce service régulièrement. Le
tableau 1 de la partie 14 de l’Avis sur les prix présente des frais
uniques pour les inspections de surveillance des parties autorisées
que réalise l’ACIA.
Five percent of pedigreed seed is already inspected through
alternative service delivery in Canada, with the remainder carried
out by the CFIA. Starting in 2014, most growers of pedigreed seed
will obtain crop inspection services for the purposes of seed certification from authorized seed crop inspection service providers.
During the transition to alternative service delivery the CFIA
will provide 20%–30% of seed crop inspection. After the transition, the CFIA may, on an exceptional basis only, be required to
continue to provide for delivery of seed crop inspections in those
cases where an authorized service provider is not available or
where it is not possible to use private inspectors. The CFIA will
deliver seed crop inspection in those situations where such services
are required pursuant to a service agreement with the Canadian
Seed Growers’ Association.
Seed crop inspection is a significant component of the seed certification system. A number of seed certification activities are
already carried out by the private sector, such as the sampling, testing, grading and labeling of certified seed. The CFIA continues to
consult and work with key industry stakeholder groups to minimize the impact of this change and ensure a smooth transition in
2014.
This amendment removes seed crop inspection fees as CFIA
will no longer provide this service on a routine basis. Table 1 to
Part 14 of the Fees Notice contains one remaining fee for oversight
inspections of authorized parties conducted by CFIA.
[15-1-o]
[15-1-o]
CANADIAN INTERNATIONAL TRADE TRIBUNAL
TRIBUNAL CANADIEN DU COMMERCE EXTÉRIEUR
DETERMINATION
DÉCISION
Industrial equipment
Équipement industriel
Notice is hereby given that, after completing its inquiry, the Canadian International Trade Tribunal (the Tribunal) made a determination (File No. PR-2013-031) on April 2, 2014, with respect to a
complaint filed by Legacy Products Corporation (Legacy), of
Lachine, Quebec, pursuant to subsection 30.11(1) of the Canadian
International Trade Tribunal Act, R.S.C. 1985, c. 47 (4th Supp.),
concerning a procurement (Solicitation No. W0100-145012/A) by
the Department of Public Works and Government Services
(PWGSC) on behalf of the Department of National Defence. The
solicitation was for the supply, delivery and installation of 23 highspeed precision engine lathes.
Legacy alleged that PWGSC improperly evaluated its proposal.
Avis est donné par la présente que le Tribunal canadien du commerce extérieur (le Tribunal), à la suite de son enquête, a rendu une
décision (dossier no PR-2013-031) le 2 avril 2014 concernant une
plainte déposée par Legacy Products Corporation (Legacy), de
Lachine (Québec), aux termes du paragraphe 30.11(1) de la Loi sur
le Tribunal canadien du commerce extérieur, L.R.C. (1985), ch. 47
(4e suppl.), au sujet d’un marché (invitation no W0100-145012/A)
passé par le ministère des Travaux publics et des Services gouvernementaux (TPSGC) au nom du ministère de la Défense nationale.
L’invitation portait sur la fourniture, la livraison et l’installation de
23 tours parallèles de précision à haute vitesse.
Legacy a allégué que TPSGC avait incorrectement évalué sa
proposition.
Le 12 avril 2014
Gazette du Canada Partie I823
Having examined the evidence presented by the parties and considered the provisions of the Agreement on Internal Trade, the
North American Free Trade Agreement, the Agreement on Government Procurement, the Canada-Chile Free Trade Agreement, the
Canada-Peru Free Trade Agreement, the Canada-Colombia Free
Trade Agreement and the Canada-Panama Free Trade Agreement,
the Tribunal determined that the complaint was valid in part.
DOMINIQUE LAPORTE
Secretary
Après avoir examiné les éléments de preuve présentés par les
parties et tenu compte des dispositions de l’Accord sur le commerce intérieur, de l’Accord de libre-échange nord-américain, de
l’Accord sur les marchés publics, de l’Accord de libre-échange
entre le Canada et le Chili, de l’Accord de libre-échange CanadaPérou, de l’Accord de libre-échange Canada-Colombie et de l’Accord de libre-échange Canada-Panama, le Tribunal a jugé que la
plainte était fondée en partie.
Pour plus de renseignements, veuillez communiquer avec le
Secrétaire, Tribunal canadien du commerce extérieur, 333, avenue
Laurier Ouest, 15e étage, Ottawa (Ontario) K1A 0G7, 613-9933595 (téléphone), 613-990-2439 (télécopieur), secretaire@tccecitt.gc.ca (courriel).
Ottawa, le 2 avril 2014
Le secrétaire
DOMINIQUE LAPORTE
[15-1-o]
[15-1-o]
Further information may be obtained from the Secretary, Canadian International Trade Tribunal, 333 Laurier Avenue West,
15th Floor, Ottawa, Ontario K1A 0G7, 613-993-3595 (telephone),
613-990-2439 (fax), secretary@citt-tcce.gc.ca (email).
Ottawa, April 2, 2014
CANADIAN INTERNATIONAL TRADE TRIBUNAL
TRIBUNAL CANADIEN DU COMMERCE EXTÉRIEUR
DETERMINATIONS
DÉCISIONS
Miscellaneous goods
Produits divers
Notice is hereby given that, after completing its inquiry, the Canadian International Trade Tribunal (the Tribunal) made determinations (File No. PR-2013-035) on March 31, 2014, with respect to a
complaint filed by Tritech Group Ltd. (Tritech), of Langley, British
Columbia, pursuant to subsection 30.11(1) of the Canadian International Trade Tribunal Act, R.S.C. 1985, c. 47 (4th Supp.), concerning a procurement (Solicitation No. F1700-130429/A) by the
Department of Public Works and Government Services (PWGSC)
on behalf of the Department of Fisheries and Oceans. The solicitation was for the fabrication and provision of aluminum frame
members.
Tritech alleged that PWGSC improperly declared its proposal
non-compliant.
Having examined the evidence presented by the parties and considered the provisions of the Agreement on Internal Trade, the
North American Free Trade Agreement, the Agreement on Government Procurement, the Canada-Chile Free Trade Agreement, the
Canada-Peru Free Trade Agreement, the Canada-Colombia Free
Trade Agreement and the Canada-Panama Free Trade Agreement,
the Tribunal determined that the complaint was valid.
DOMINIQUE LAPORTE
Secretary
Avis est donné par la présente que le Tribunal canadien du commerce extérieur (le Tribunal), à la suite de son enquête, a rendu des
décisions (dossier no PR-2013-035) le 31 mars 2014 concernant
une plainte déposée par Tritech Group Ltd. (Tritech), de Langley
(Colombie-Britannique), aux termes du paragraphe 30.11(1) de
la Loi sur le Tribunal canadien du commerce extérieur,
L.R.C. (1985), ch. 47 (4e suppl.), au sujet d’un marché (invitation
no F1700-130429/A) passé par le ministère des Travaux publics et
des Services gouvernementaux (TPSGC) au nom du ministère des
Pêches et des Océans. L’invitation portait sur la fabrication et la
fourniture de longerons de châssis en aluminium.
Tritech a allégué que TPSGC avait incorrectement déclaré sa
soumission non conforme.
Après avoir examiné les éléments de preuve présentés par les
parties et tenu compte des dispositions de l’Accord sur le commerce intérieur, de l’Accord de libre-échange nord-américain, de
l’Accord sur les marchés publics, de l’Accord de libre-échange
entre le Canada et le Chili, de l’Accord de libre-échange CanadaPérou, de l’Accord de libre-échange Canada-Colombie et de l’Accord de libre-échange Canada-Panama, le Tribunal a jugé que la
plainte était fondée.
Pour plus de renseignements, veuillez communiquer avec le
Secrétaire, Tribunal canadien du commerce extérieur, 333, avenue
Laurier Ouest, 15e étage, Ottawa (Ontario) K1A 0G7, 613-9933595 (téléphone), 613-990-2439 (télécopieur), secretaire@tccecitt.gc.ca (courriel).
Ottawa, le 31 mars 2014
Le secrétaire
DOMINIQUE LAPORTE
[15-1-o]
[15-1-o]
Further information may be obtained from the Secretary, Canadian International Trade Tribunal, 333 Laurier Avenue West,
15th Floor, Ottawa, Ontario K1A 0G7, 613-993-3595 (telephone),
613-990-2439 (fax), secretary@citt-tcce.gc.ca (email).
Ottawa, March 31, 2014
824
Canada Gazette Part I
April 12, 2014
CANADIAN INTERNATIONAL TRADE TRIBUNAL
TRIBUNAL CANADIEN DU COMMERCE EXTÉRIEUR
EXPIRY OF FINDING
EXPIRATION DES CONCLUSIONS
Hot-rolled carbon steel plate and high-strength low-alloy steel
plate
Tôles d’acier au carbone et tôles d’acier allié résistant à faible
teneur, laminées à chaud
The Canadian International Trade Tribunal (the Tribunal) hereby
gives notice, pursuant to subsection 76.03(2) of the Special Import
Measures Act (SIMA), that its finding made on February 2, 2010,
in Inquiry No. NQ-2009-003, concerning the dumping of hotrolled carbon steel plate and high-strength low-alloy steel plate not
further manufactured than hot-rolled, heat-treated or not, in cut
lengths in widths from 24 inches (610 mm) to 152 inches
(3 860 mm) inclusive and in thicknesses from 0.187 inch (4.75 mm)
up to and including 3.0 inches (76.0 mm) inclusive (with all dimensions being plus or minus allowable tolerances contained in the
applicable standards, e.g. ASTM standards A6/A6M and A20/
A20M), originating in or exported from Ukraine, excluding universal mill plate, plate for use in the manufacture of pipe and plate
having a rolled, raised figure at regular intervals on the surface
(also known as floor plate), is scheduled to expire (Expiry
No. LE-2014-001) on February 1, 2015. Under SIMA, findings of
injury or threat of injury and the associated special protection in
the form of anti-dumping or countervailing duties expire five years
from the date of the last order or finding, unless an expiry review
has been initiated before that date.
Le Tribunal canadien du commerce extérieur (le Tribunal) donne
avis par la présente, aux termes du paragraphe 76.03(2) de la Loi
sur les mesures spéciales d’importation (LMSI), que ses conclusions rendues le 2 février 2010, dans le cadre de l’enquête
no NQ-2009-003, concernant le dumping des tôles d’acier au carbone et des tôles d’acier allié résistant à faible teneur, laminées à
chaud, n’ayant subi aucun autre complément d’ouvraison que le
laminage à chaud, traitées thermiquement ou non, coupées à longueur, d’une largeur variant de 24 pouces (610 mm) à 152 pouces
(3 860 mm) inclusivement, et d’une épaisseur variant de
0,187 pouce (4,75 mm) à 3,0 pouces (76,0 mm) inclusivement
(dont les dimensions sont plus ou moins exactes en vue de tenir
compte des tolérances admissibles incluses dans les normes applicables, par exemple les normes ASTM A6/A6M et A20/A20M),
originaires ou exportées de l’Ukraine, à l’exclusion des largesplats, des tôles devant servir à la fabrication de tuyaux et des tôles
dont la surface présente par intervalle un motif laminé en relief
(aussi appelées « tôles de plancher »), expireront (expiration no LE2014-001) le 1er février 2015. Aux termes de la LMSI, les conclusions de dommage ou de menace de dommage et la protection spéciale qui y est associée, soit par des droits antidumping ou des
droits compensateurs, expirent cinq ans suivant la date de la dernière ordonnance ou des dernières conclusions, à moins qu’un
réexamen relatif à l’expiration n’ait été entrepris avant cette date.
Aux fins de sa procédure d’expiration, le Tribunal procédera
sous forme d’exposés écrits. Tout organisme, entreprise, personne
ou gouvernement qui souhaite participer à la présente procédure à
titre de partie doit déposer auprès du secrétaire un avis de participation au plus tard le 16 avril 2014. Chaque conseiller qui désire
représenter une partie à la présente procédure doit aussi déposer
auprès du secrétaire un avis de représentation, ainsi qu’un acte de
déclaration et d’engagement, au plus tard le 16 avril 2014.
Le 17 avril 2014, le Tribunal distribuera la liste des participants.
Les conseillers et les parties doivent faire parvenir leurs exposés
respectifs aux autres conseillers et parties aux dates mentionnées
ci-dessous. Les exposés publics doivent être remis aux conseillers
et aux parties qui ne sont pas représentées. Les exposés confidentiels ne doivent être remis qu’aux conseillers qui ont accès au dossier confidentiel et qui ont déposé auprès du Tribunal un acte d’engagement en matière de confidentialité. Ces renseignements
figureront sur la liste des participants. Dix copies de tous les exposés doivent être déposées auprès du Tribunal.
Les parties qui appuient l’ouverture d’un réexamen relatif à l’expiration de ces conclusions, ou qui s’y opposent, doivent déposer
auprès du secrétaire du Tribunal, des conseillers et des parties inscrites au dossier, au plus tard le 24 avril 2014, leurs exposés écrits
publics faisant état des renseignements, avis et arguments pertinents. Lorsque des points de vue différents sont exprimés, chaque
partie qui a déposé un exposé en réponse à l’avis d’expiration aura
l’occasion de répondre, par écrit, aux observations des autres parties. Les parties qui désirent répondre aux exposés doivent le faire
au plus tard le 2 mai 2014.
Aux termes de l’article 46 de la Loi sur le Tribunal canadien du
commerce extérieur, une personne qui fournit des renseignements
au Tribunal et qui désire qu’ils soient gardés confidentiels en tout
ou en partie doit fournir, entre autres, une version ne comportant
pas les renseignements désignés comme confidentiels ou un
résumé ne comportant pas de tels renseignements, ou un énoncé indiquant pourquoi il est impossible de faire le résumé en
question.
The Tribunal’s expiry proceeding will be conducted by way of
written submissions. Any firm, organization, person or government
wishing to participate as a party in these proceedings must file a
notice of participation with the Secretary on or before April 16,
2014. Each counsel who intends to represent a party in these proceedings must also file a notice of representation, as well as a declaration and undertaking, with the Secretary on or before April 16,
2014.
On April 17, 2014, the Tribunal will distribute the list of participants. Counsel and parties are required to serve their respective
submissions on each other on the dates outlined below. Public submissions are to be served on counsel and those parties who are not
represented by counsel. Confidential submissions are to be served
only on counsel who have access to the confidential record and
who have filed an undertaking with the Tribunal. This information
will be included in the list of participants. Ten copies of all submissions must be served on the Tribunal.
Parties requesting or opposing the initiation of an expiry review
of the said finding shall file their written public submissions containing relevant information, opinions and arguments, with the
Secretary of the Tribunal, counsel and parties of record, no later
than April 24, 2014. Where there are opposing views, each party
that filed a submission in response to the notice of expiry will be
given an opportunity to respond in writing to the representations of
other parties. Parties wishing to respond to the submissions must
do so no later than May 2, 2014.
In accordance with section 46 of the Canadian International
Trade Tribunal Act, a person who provides information to the Tribunal and who wishes some or all of the information to be kept
confidential must, among other things, submit a non-confidential
edited version or summary of the information designated as confidential, or a statement indicating why such a summary cannot be
made.
Le 12 avril 2014
Gazette du Canada Partie I825
The Tribunal will issue a decision on May 21, 2014, on whether
an expiry review is warranted. If the Tribunal decides that an expiry
review is not warranted, the finding will expire on its scheduled
expiry date. If the Tribunal decides to initiate an expiry review, it
will issue a notice of expiry review.
DOMINIQUE LAPORTE
Secretary
Le Tribunal rendra une décision le 21 mai 2014 sur le bien-fondé
d’un réexamen relatif à l’expiration. Si le Tribunal n’est pas
convaincu du bien-fondé d’un réexamen relatif à l’expiration, les
conclusions expireront à la date d’expiration prévue. Si le Tribunal
décide d’entreprendre un réexamen relatif à l’expiration, il publiera
un avis de réexamen relatif à l’expiration.
Les exposés écrits, la correspondance et les demandes de renseignements au sujet du présent avis doivent être envoyés au Secrétaire, Tribunal canadien du commerce extérieur, 333, avenue Laurier Ouest, 15e étage, Ottawa (Ontario) K1A 0G7, 613-993-3595
(téléphone), 613-990-2439 (télécopieur), secretaire@tcce-citt.
gc.ca (courriel).
Des renseignements additionnels concernant la présente procédure, y compris le calendrier des étapes importantes, se trouvent
dans les documents intitulés « Renseignements additionnels » et
« Calendrier de l’expiration » annexés à l’avis d’expiration des
conclusions disponible sur le site Web du Tribunal à l’adresse
www.tcce-citt.gc.ca/new/index_f.asp.
Ottawa, le 1er avril 2014
Le secrétaire
DOMINIQUE LAPORTE
[15-1-o]
[15-1-o]
Written submissions, correspondence and requests for information regarding this notice should be addressed to the Secretary,
Canadian International Trade Tribunal, 333 Laurier Avenue West,
15th Floor, Ottawa, Ontario K1A 0G7, 613-993-3595 (telephone),
613-990-2439 (fax), secretary@citt-tcce.gc.ca (email).
Further details regarding this proceeding, including the schedule
of key events, are contained in the documents entitled “Additional
Information” and “Expiry Schedule” appended to the notice of
expiry of finding available on the Tribunal’s Web site at www.citttcce.gc.ca/new/index_e.asp.
Ottawa, April 1, 2014
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
NOTICE TO INTERESTED PARTIES
AVIS AUX INTÉRESSÉS
The Commission posts on its Web site the decisions, notices of
consultation and regulatory policies that it publishes, as well as
information bulletins and orders. On April 1, 2011, the Canadian
Radio-television and Telecommunications Commission Rules of
Practice and Procedure came into force. As indicated in Part 1 of
these Rules, some broadcasting applications are posted directly
on the Commission’s Web site, www.crtc.gc.ca, under “Part 1
Applications.”
To be up to date on all ongoing proceedings, it is important to
regularly consult “Today’s Releases” on the Commission’s Web
site, which includes daily updates to notices of consultation that
have been published and ongoing proceedings, as well as a link to
Part 1 applications.
The following documents are abridged versions of the Commission’s original documents. The original documents contain a more
detailed outline of the applications, including the locations and
addresses where the complete files for the proceeding may be
examined. These documents are posted on the Commission’s Web
site and may also be examined at the Commission’s offices and
public examination rooms. Furthermore, all documents relating to
a proceeding, including the notices and applications, are posted on
the Commission’s Web site under “Public Proceedings.”
Le Conseil affiche sur son site Web les décisions, les avis de
consultation et les politiques réglementaires qu’il publie ainsi que
les bulletins d’information et les ordonnances. Le 1er avril 2011, les
Règles de pratique et de procédure du Conseil de la radiodiffusion
et des télécommunications canadiennes sont entrées en vigueur.
Tel qu’il est prévu dans la partie 1 de ces règles, le Conseil affiche
directement sur son site Web, www.crtc.gc.ca, certaines demandes
de radiodiffusion sous la rubrique « Demandes de la Partie 1 ».
Pour être à jour sur toutes les instances en cours, il est important
de consulter régulièrement la rubrique « Nouvelles du jour » du site
Web du Conseil, qui comporte une mise à jour quotidienne des avis
de consultation publiés et des instances en cours, ainsi qu’un lien
aux demandes de la partie 1.
Les documents qui suivent sont des versions abrégées des documents originaux du Conseil. Les documents originaux contiennent
une description plus détaillée de chacune des demandes, y compris
les lieux et les adresses où l’on peut consulter les dossiers complets
de l’instance. Ces documents sont affichés sur le site Web du
Conseil et peuvent également être consultés aux bureaux et aux
salles d’examen public du Conseil. Par ailleurs, tous les documents
qui se rapportent à une instance, y compris les avis et les demandes,
sont affichés sur le site Web du Conseil sous « Instances publiques ».
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
ADMINISTRATIVE DECISIONS
DÉCISIONS ADMINISTRATIVES
2 April 2014
Le 2 avril 2014
Novus Entertainment Inc.
Toronto, Ontario
Approved — Request for an extension of the time limit to commence the operations of the terrestrial broadcasting distribution
undertaking to serve Toronto.
Novus Entertainment Inc.
Toronto (Ontario)
Approuvé — Demande en vue de proroger la date de mise en
exploitation de l’entreprise de distribution de radiodiffusion terrestre devant desservir Toronto.
826
Canada Gazette Part I
April 12, 2014
2 April 2014
Le 2 avril 2014
Canadian Broadcasting Corporation
St. John’s, Newfoundland and Labrador
Approved — Application to increase the average effective radiated
power for CBNT-DT St. John’s.
Société Radio-Canada
St. John’s (Terre-Neuve-et-Labrador)
Approuvé — Demande en vue d’augmenter la puissance apparente
rayonnée moyenne de CBNT-DT St. John’s.
[15-1-o]
[15-1-o]
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
NOTICE OF CONSULTATION
AVIS DE CONSULTATION
2014-162
3 April 2014
Notice of applications received
2014-162
Le 3 avril 2014
Avis de demandes reçues
Across Canada
Deadline for submission of interventions, comments and/or
answers: 8 May 2014
The Commission has received the following applications:
DHX Media Ltd., on behalf of 8504601 Canada Inc.
Across Canada
Application for authority to effect a change to its ownership and
effective control through a transfer of shares to DHX and another
application to amend the broadcasting licence for Family
Channel.
L’ensemble du Canada
Date limite pour le dépôt des interventions, des observations ou
des réponses : le 8 mai 2014
Le Conseil a été saisi des demandes suivantes :
DHX Media Ltd., au nom de 8504601 Canada Inc.
L’ensemble du Canada
Demande en vue d’obtenir l’autorisation de modifier sa propriété
et son contrôle effectif en faveur de DHX par l’entremise d’un
transfert d’actions, ainsi qu’une deuxième demande en vue de
modifier la licence de radiodiffusion de Family Channel.
[15-1-o]
[15-1-o]
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
DECISIONS
DÉCISIONS
2014-153
31 March 2014
2014-153
Le 31 mars 2014
Dufferin Communications Inc.
Brampton, Ontario
Approved — Application to change the authorized contours of the
ethnic commercial radio station CIAO Brampton.
Dufferin Communications Inc.
Brampton (Ontario)
Approuvé — Demande en vue de modifier le périmètre de rayonnement autorisé de la station de radio commerciale à caractère
ethnique CIAO Brampton.
2014-154
2014-154
31 March 2014
Le 31 mars 2014
Ethnic Channels Group Limited
Across Canada
Approved — Application for a broadcasting licence to operate
ECGL Cricket TV, a national, English-language ethnic specialty
Category B service.
Request to broadcast up to six minutes per hour of local and
regional advertising.
Ethnic Channels Group Limited
L’ensemble du Canada
Approuvé — Demande en vue d’obtenir une licence de radiodiffusion afin d’exploiter ECGL Cricket TV, un service national de catégorie B spécialisé de langue anglaise à caractère ethnique.
Requête en vue de diffuser jusqu’à six minutes de publicité locale
et régionale au cours de chaque heure d’horloge.
2014-156
2014-156
2 April 2014
Sylvain Gagné, on behalf of a corporation to be incorporated
Across Canada
Approved — Application for a broadcasting licence to operate
FRISSONS TV, a national, French-language specialty Category B
service.
Le 2 avril 2014
Sylvain Gagné, au nom d’une société devant être constituée
L’ensemble du Canada
Approuvé — Demande en vue d’obtenir une licence de radiodiffusion afin d’exploiter FRISSONS TV, un service national de catégorie B spécialisé de langue française.
Le 12 avril 2014
2014-157
Gazette du Canada Partie I827
2 April 2014
2014-157
Le 2 avril 2014
My Broadcasting Corporation
Carleton Place, Ontario
Denied — Application for a broadcasting licence to operate an
English-language commercial FM radio station in Carleton Place.
My Broadcasting Corporation
Carleton Place (Ontario)
Refusé — Demande en vue d’obtenir une licence de radiodiffusion
afin d’exploiter une station de radio FM commerciale de langue
anglaise à Carleton Place.
2014-158
2014-158
2 April 2014
Le 2 avril 2014
My Broadcasting Corporation
Arnprior, Ontario
Approved — Application for a broadcasting licence to operate an
English-language commercial FM radio station in Arnprior.
My Broadcasting Corporation
Arnprior (Ontario)
Approuvé — Demande en vue d’obtenir une licence de radiodiffusion afin d’exploiter une station de radio FM commerciale de
langue anglaise à Arnprior.
2014-160
2014-160
2 April 2014
Le 2 avril 2014
Hornby Community Radio Society
Hornby Island, British Columbia
Approved — Application to operate a low-power, Englishlanguage community FM radio station at Hornby Island.
Hornby Community Radio Society
Hornby Island (Colombie-Britannique)
Approuvé — Demande en vue d’exploiter une station de radio FM
communautaire de faible puissance de langue anglaise à Hornby
Island.
2014-1613 April 2014
2014-161
Five Amigos Broadcasting Inc.
Wallaceburg, Ontario
Approved — Application to change the authorized contours of
CKXS-FM Wallaceburg.
Student Media, University of Windsor
Windsor, Ontario
Approved — Application to change the authorized contours of
CJAM-FM Windsor.
Five Amigos Broadcasting Inc.
Wallaceburg (Ontario)
Approuvé — Demande en vue de modifier le périmètre de rayonnement autorisé de CKXS-FM Wallaceburg.
Student Media, University of Windsor
Windsor (Ontario)
Approuvé — Demande en vue de modifier le périmètre de rayonnement autorisé de CJAM-FM Windsor.
2014-1643 April 2014
2014-164
Dufferin Communications Inc.
Toronto, Ontario
Approved — Application to change the authorized contours of the
English-language commercial radio station CIRR-FM Toronto.
Dufferin Communications Inc.
Toronto (Ontario)
Approuvé — Demande en vue de modifier le périmètre de rayonnement autorisé de la station de radio commerciale de langue
anglaise CIRR-FM Toronto.
[15-1-o]
[15-1-o]
Le 3 avril 2014
Le 3 avril 2014
PUBLIC SERVICE COMMISSION
COMMISSION DE LA FONCTION PUBLIQUE
PUBLIC SERVICE EMPLOYMENT ACT
LOI SUR L’EMPLOI DANS LA FONCTION PUBLIQUE
Permission and leave granted
Permission et congé accordés
The Public Service Commission of Canada, pursuant to section 116 of the Public Service Employment Act, hereby gives notice
that it has granted permission, pursuant to subsection 114(4) of the
said Act, to Peter James Cowan, on assignment as Marine Security
Officer (GT-5), Marine Security Operations Centre, Canadian
Coast Guard, Department of Fisheries and Oceans, Halifax, Nova
Scotia, whose substantive position is Design and Review Specialist (EG-4), Aids to Navigation, Canadian Coast Guard, Department
of Fisheries and Oceans, Dartmouth, Nova Scotia, to allow him to
seek nomination as a candidate before and during the election period and to be a candidate before the election period in the federal
election for the electoral district of Halifax, Nova Scotia, to be held
on October 19, 2015.
La Commission de la fonction publique du Canada, en vertu de
l’article 116 de la Loi sur l’emploi dans la fonction publique, donne
avis par la présente qu’elle a accordé à Peter James Cowan, en
affectation au poste d’agent de sûreté maritime (GT-5), Centre
d’opérations de la sûreté maritime, Garde côtière canadienne,
ministère des Pêches et des Océans, Halifax (Nouvelle-Écosse),
dont le poste d’attache est spécialiste en conception et examen
(EG-4), Aides à la navigation, Garde côtière canadienne, ministère
des Pêches et des Océans, Dartmouth (Nouvelle-Écosse), la permission, aux termes du paragraphe 114(4) de ladite loi, de tenter
d’être choisi comme candidat avant et pendant la période électorale
et d’être candidat avant la période électorale pour la circonscription
de Halifax (Nouvelle-Écosse), à l’élection fédérale prévue pour le
19 octobre 2015.
828
Canada Gazette Part I
April 12, 2014
The Public Service Commission of Canada, pursuant to subsection 114(5) of the said Act, has also granted a leave of absence
without pay during the election period, effective at close of business on the first day the employee is a candidate during the election
period.
March 27, 2014
SUSAN M. W. CARTWRIGHT
Commissioner
D. G. J. TUCKER
Commissioner
En vertu du paragraphe 114(5) de ladite loi, la Commission de la
fonction publique du Canada lui a aussi accordé, pour la période
électorale, un congé sans solde devant commencer à la fermeture
des bureaux le premier jour de la période électorale où le fonctionnaire est un candidat.
Le 27 mars 2014
La commissaire
SUSAN M. W. CARTWRIGHT
Le commissaire
D. G. J. TUCKER
[15-1-o]
[15-1-o]
PUBLIC SERVICE COMMISSION
COMMISSION DE LA FONCTION PUBLIQUE
PUBLIC SERVICE EMPLOYMENT ACT
LOI SUR L’EMPLOI DANS LA FONCTION PUBLIQUE
Permission and leave granted
Permission et congé accordés
The Public Service Commission of Canada, pursuant to section 116 of the Public Service Employment Act, hereby gives notice
that it has granted permission, pursuant to subsection 114(4) of the
said Act, to Bronwyn Funiciello, Senior Program Officer (SP-8),
Taxpayers Services and Debt Management Branch, Canada Revenue Agency, Ottawa, Ontario, to allow her to seek nomination as
a candidate before and during the election period and to be a candidate before the election period in the provincial election for the
electoral district of Ottawa South, Ontario, to be held on October 1,
2015.
La Commission de la fonction publique du Canada, en vertu de
l’article 116 de la Loi sur l’emploi dans la fonction publique, donne
avis par la présente qu’elle a accordé à Bronwyn Funiciello, agente
principale de programme (SP-8), Direction générale des services
aux contribuables et de la gestion des créances, Agence du revenu
du Canada, Ottawa (Ontario), la permission, aux termes du paragraphe 114(4) de ladite loi, de tenter d’être choisie comme candidate avant et pendant la période électorale et d’être candidate avant
la période électorale pour la circonscription d’Ottawa-Sud (Ontario), à l’élection provinciale prévue pour le 1er octobre 2015.
The Public Service Commission of Canada, pursuant to subsection 114(5) of the said Act, has also granted a leave of absence
without pay during the election period, effective at close of business on the first day of the election period, to allow her to be a
candidate during the election.
En vertu du paragraphe 114(5) de ladite loi, la Commission de la
fonction publique du Canada lui a aussi accordé, pour la période
électorale, un congé sans solde devant commencer à la fermeture
des bureaux le premier jour de cette période électorale pour lui
permettre d’être candidate à cette élection.
Le 31 mars 2014
March 31, 2014
GERRY THOM
Acting Senior Vice-President
Policy Branch
Le vice-président principal intérimaire
Direction générale des politiques
GERRY THOM
[15-1-o]
[15-1-o]
PUBLIC SERVICE COMMISSION
COMMISSION DE LA FONCTION PUBLIQUE
PUBLIC SERVICE EMPLOYMENT ACT
LOI SUR L’EMPLOI DANS LA FONCTION PUBLIQUE
Permission and leave granted
Permission et congé accordés
The Public Service Commission of Canada, pursuant to section 116 of the Public Service Employment Act, hereby gives notice
that it has granted permission, pursuant to subsection 114(4) of the
said Act, to Jason Wellwood, Border Services Officer (FB-3),
International Mail Processing Centre, Canada Border Services
Agency, Mississauga, Ontario, to allow him to seek nomination as
a candidate before and during the election period and to be a candidate before the election period in the federal election for the electoral district of Kitchener South-Hespler, Ontario, to be held on
October 19, 2015.
La Commission de la fonction publique du Canada, en vertu de
l’article 116 de la Loi sur l’emploi dans la fonction publique, donne
avis par la présente qu’elle a accordé à Jason Wellwood, agent des
services frontaliers (FB-3), Centre de traitement du courrier international, Agence des services frontaliers du Canada, Mississauga
(Ontario), la permission, aux termes du paragraphe 114(4) de ladite
loi, de tenter d’être choisi comme candidat avant et pendant la
période électorale et d’être candidat avant la période électorale
pour la circonscription de Kitchener South-Hespler (Ontario), à
l’élection fédérale prévue pour le 19 octobre 2015.
The Public Service Commission of Canada, pursuant to subsection 114(5) of the said Act, has also granted a leave of absence
without pay during the election period, effective at close of
En vertu du paragraphe 114(5) de ladite loi, la Commission de la
fonction publique du Canada lui a aussi accordé, pour la période
électorale, un congé sans solde devant commencer à la fermeture
Le 12 avril 2014
Gazette du Canada Partie I829
business on the first day the employee is a candidate during the
election period.
April 2, 2014
des bureaux le premier jour de la période électorale où le fonctionnaire est un candidat.
Le 2 avril 2014
SUSAN M. W. CARTWRIGHT
Commissioner
D. G. J. TUCKER
Commissioner
ANNE-MARIE ROBINSON
President
La commissaire
SUSAN M. W. CARTWRIGHT
Le commissaire
D. G. J. TUCKER
La présidente
ANNE-MARIE ROBINSON
[15-1-o]
[15-1-o]
PUBLIC SERVICE COMMISSION
COMMISSION DE LA FONCTION PUBLIQUE
PUBLIC SERVICE EMPLOYMENT ACT
LOI SUR L’EMPLOI DANS LA FONCTION PUBLIQUE
Permission granted
Permission accordée
The Public Service Commission of Canada, pursuant to section 116 of the Public Service Employment Act, hereby gives notice
that it has granted permission, pursuant to subsection 115(2) of the
said Act, to Robert John Stafford Marriott, Labour Relations Officer (PE-3), Civilian Human Resources Services Centre, Canadian
Forces Base Trenton, Department of National Defence, Astra,
Ontario, to be a candidate, before and during the election period,
for the position of Councillor, Ward 4, for the Town of Greater
Napanee, Ontario, in a municipal election to be held on October 27, 2014.
April 3, 2014
KATHY NAKAMURA
Director General
Political Activities and
Non-Partisanship Directorate
La Commission de la fonction publique du Canada, en vertu de
l’article 116 de la Loi sur l’emploi dans la fonction publique, donne
avis par la présente qu’elle a accordé à Robert John Stafford
Marriott, agent de relations de travail (PE-3), Centre des services
de ressources humaines civiles, Base des Forces canadiennes Trenton, ministère de la Défense nationale, Astra (Ontario), la permission, aux termes du paragraphe 115(2) de ladite loi, de se porter
candidat, avant et pendant la période électorale, au poste de
conseiller, quartier 4, de la Ville de Greater Napanee (Ontario), à
l’élection municipale prévue pour le 27 octobre 2014.
Le 3 avril 2014
La directrice générale
Direction des activités politiques
et de l’impartialité politique
KATHY NAKAMURA
[15-1-o]
[15-1-o]
830
Canada Gazette Part I
April 12, 2014
MISCELLANEOUS NOTICES
AVIS DIVERS
CANADIAN GUILD OF HAIR DESIGN PROFESSIONALS
CANADIAN GUILD OF HAIR DESIGN PROFESSIONALS
SURRENDER OF CHARTER
ABANDON DE CHARTE
Notice is hereby given that the CANADIAN GUILD OF HAIR
DESIGN PROFESSIONALS intends to apply to the Minister of
Industry for leave to surrender its charter pursuant to subsection 32(1) of the Canada Corporations Act.
Toronto, March 31, 2014
MICHAEL MORRA
President
Avis est par les présentes donné que CANADIAN GUILD OF
HAIR DESIGN PROFESSIONALS demandera au ministre de
l’Industrie la permission d’abandonner sa charte en vertu du paragraphe 32(1) de la Loi sur les corporations canadiennes.
Toronto, le 31 mars 2014
Le président
MICHAEL MORRA
[15-1-o]
[15-1-o]
LOGIFEM INC.
LOGIFEM INC.
SURRENDER OF CHARTER
ABANDON DE CHARTE
Notice is hereby given that Logifem Inc. intends to apply to the
Minister of Industry for leave to surrender its charter pursuant to
subsection 32(1) of the Canada Corporations Act.
JOAN SOARES
Chair
Avis est par les présentes donné que Logifem Inc. demandera au
ministre de l’Industrie la permission d’abandonner sa charte en
vertu du paragraphe 32(1) de la Loi sur les corporations
canadiennes.
Le 27 mars 2014
La présidente
JOAN SOARES
[15-1-o]
[15-1-o]
March 27, 2014
Le 12 avril 2014
Gazette du Canada Partie I831
PROPOSED REGULATIONS
RÈGLEMENTS PROJETÉS
Table of Contents
Table des matières
Page
Aboriginal Affairs and Northern Development,
Dept. of
Emergency Protection Orders Regulations............... 832
Page
Affaires autochtones et du Nord canadien, min. des,
Règlement sur les ordonnances de protection
d’urgence................................................................... 832
Employment and Social Development, Dept. of,
and Canada Employment Insurance
Commission
Regulations Amending the Employment
Insurance Regulations........................................... 856
Emploi et du Développement social, min. de l’, et
Commission de l’assurance-emploi du Canada
Human Resources and Skills Development,
Dept. of, and Dept. of Transport
Regulations Amending the On Board Trains
Occupational Safety and Health Regulations....... 867
Ressources humaines et du Développement des
compétences, min. des, et min. des Transports
Règlement modifiant le Règlement sur la sécurité et
la santé au travail (trains).......................................... 867
Règlement modifiant le Règlement sur
l’assurance-emploi.................................................... 856
832
Canada Gazette Part I
April 12, 2014
Emergency Protection Orders Regulations
Règlement sur les ordonnances de protection
d’urgence
Statutory authority
Fondement législatif
Family Homes on Reserves and Matrimonial Interests or Rights
Act
Loi sur les foyers familiaux situés dans les réserves et les droits
ou intérêts matrimoniaux
Sponsoring department
Ministère responsable
Department of Aboriginal Affairs and Northern Development
Ministère des Affaires autochtones et du Nord canadien
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement.)
Executive summary
Issues: In 1986, the Supreme Court of Canada, in Derrickson v.
Derrickson, held that when a marriage breaks down on reserve,
courts cannot apply provincial or territorial family laws to alter
individual land interests recognized under the Indian Act
because reserve lands fall under federal jurisdiction.
Further, the Indian Act, which governs the administration of
reserve lands and assets, is silent on the issue. As a result, many
of the legal rights and remedies relating to matrimonial real
property available to those living off reserve, such as emergency
protection orders, are not available on reserve.
The Family Homes on Reserves and Matrimonial Interests or
Rights Act (the Act) provides for the issuance of emergency protection orders to allow for exclusive temporary occupation of
the family home in the case of family violence. It does not, however, provide the rules of practice and procedure that law
enforcement agencies must follow in order to issue the orders.
The Family Homes on Reserves and Matrimonial Interests or
Rights Act allows for provinces that already have systems in
place for issuing emergency protection orders off reserve to
adapt existing processes and apply them on reserve. The Act
also allows for First Nations to develop their own matrimonial
real property laws and establish their own procedures for issuing emergency protection orders.
The proposed Emergency Protection Orders Regulations will
set out clear rules of practice and procedures that will be needed
in provinces that do not have existing systems for issuing emergency protection orders. The Regulations are also needed to
help provinces that have systems in place already to adapt them
for use on reserve and to ensure First Nations that opt to develop
their own matrimonial real property laws have a clear model to
inform the processes they set up under their own laws for emergency protection orders.
Résumé
Enjeux : En 1986, dans l’arrêt Derrickson c. Derrickson, la
Cour suprême du Canada a tranché que les tribunaux ne peuvent
pas, lors de la dissolution d’un mariage dans une réserve, appliquer les lois provinciales ou territoriales relatives au droit de la
famille de manière à modifier les droits individuels sur les terres
reconnus par la Loi sur les Indiens, puisque les terres de réserve
sont de compétence fédérale.
De plus, la Loi sur les Indiens, qui régit l’administration des
terres de réserve et des biens, est muette sur la question. En
conséquence, bon nombre des droits et des recours juridiques
en matière de biens immobiliers matrimoniaux offerts aux résidents hors des réserves (comme des ordonnances de protection
d’urgence) ne sont pas disponibles dans les réserves.
La Loi sur les foyers familiaux situés dans les réserves et les
droits ou intérêts matrimoniaux (la Loi) prévoit la prise d’ordonnances de protection d’urgence pour autoriser l’occupation
exclusive temporaire du foyer familial en situation de violence
familiale. Par contre, elle ne prescrit pas les règles de pratique
et de procédure que les organismes d’application de la loi sont
tenus de respecter pour rendre l’ordonnance.
La Loi sur les foyers familiaux situés dans les réserves et les
droits ou intérêts matrimoniaux autorise les provinces ayant
déjà mis en place des modalités de prise d’ordonnances de protection d’urgence hors des réserves à adapter ces modalités et à
les mettre en application dans les réserves. La Loi autorise par
ailleurs les Premières Nations à rédiger leurs propres lois sur les
biens immobiliers matrimoniaux et à établir leurs propres procédures de prise d’ordonnances de protection d’urgence.
Pour les provinces qui n’ont pas établi de modalités de prise
d’ordonnances de protection d’urgence, le projet de Règlement
sur les ordonnances de protection d’urgence énoncera clairement les règles de pratique et les procédures nécessaires. Ce
règlement est nécessaire aussi pour aider les provinces ayant
déjà des systèmes en place à les adapter aux conditions dans les
réserves, ainsi que pour veiller à fournir aux Premières Nations
qui décident de rédiger leurs propres lois sur les biens immobiliers matrimoniaux un modèle précis, qui éclairera les processus
qu’elles établissent en vertu de leurs propres lois relativement
aux ordonnances de protection d’urgence.
Le 12 avril 2014
Without the proposed Regulations, law enforcement officials
and courts would lack the clear process they need to be able to
issue and implement emergency protection orders on reserve.
Description: The proposed Emergency Protection Orders
Regulations were drafted pursuant to the Family Homes on
Reserves and Matrimonial Interests or Rights Act. The Act sets
out rules regarding matrimonial interests on reserves in the
event of a breakdown of the marriage or common-law
relationship.
The proposed Emergency Protection Orders Regulations mirror
existing provincial and territorial rules of practice and procedure relating to applications for an emergency protection order in
the case of family violence. The Family Homes on Reserves and
Matrimonial Interests or Rights Act provides that an emergency
protection order grants temporary, exclusive occupation of the
family home to one spouse or common-law partner along with
their children, and enables a peace officer to remove the other
person, and/or prohibit that person from returning to the home
unescorted during the duration of the order. Currently, such
orders cannot be issued or enforced on reserve lands.
The proposed Regulations establish a process that allows applications to be made in person or by telephone, email or fax. They
set out the information that must be provided to the presiding
judge, require a fast decision and authorize methods of serving
documents and notifying the parties. The peace officer that
serves an emergency protection order must also serve a document that sets out the rights and obligations of the person served
and advises them to seek legal advice.
Cost-benefit statement: The estimated cost of the proposed
Emergency Protection Orders Regulations is approximately
$91.2 million over a period of 10 years following the enactment
of the Regulations. The total benefit is estimated at approximately $121.1 million over the same period. The net benefit of
this initiative is valued at approximately $29.9 million. The
price year used in the calculation of costs and benefits was the
year 2013.
The benefits resulting from the Regulations will be mainly for
those at risk of family violence through the reduction in the
occurrence of violence as a result of the ability to enforce emergency protection orders on reserve. However, the perpetrators
of family violence will also benefit through the anticipated
reduction in criminal charges and associated court costs. Similarly, provinces and territories are also anticipated to benefit
from the proposed Regulations in terms of reduced court costs
associated with the prosecution of perpetrators of family violence on reserve. It is anticipated that the number of families at
risk of family violence will be reduced due to the enactment of
the Regulations. It is estimated that the proposed Regulations
would decrease the incidences of violence by an average of
366 cases per year for the next 10 years by allowing for the
removal of the perpetrator of family violence from the family
home. There are benefits as well that stem from allowing children and their caretakers to remain in their homes and connected to their communities.
The main costs will be incurred by those who commit family
violence, because they will need to find alternative living
arrangements as a result of being ordered to leave the family
Gazette du Canada Partie I833
En l’absence de ce projet de règlement, les agents d’application
de la loi et les tribunaux ne disposeraient pas des modalités
claires dont ils ont besoin pour rendre et appliquer des ordonnances de protection d’urgence dans les réserves.
Description : Le projet de Règlement sur les ordonnances de
protection d’urgence a été rédigé en application de la Loi sur les
foyers familiaux situés dans les réserves et les droits ou intérêts
matrimoniaux, laquelle expose les règles régissant les intérêts
matrimoniaux dans les réserves en cas d’échec du mariage ou
de l’union de fait.
Le projet de Règlement sur les ordonnances de protection d’urgence est le reflet des règles de pratique et de procédure provinciales et territoriales actuelles exigées pour les demandes d’ordonnance de protection d’urgence en situation de violence
familiale. La Loi sur les foyers familiaux situés dans les réserves
et les droits ou intérêts matrimoniaux prescrit qu’une ordonnance de protection d’urgence accorde temporairement le droit
exclusif d’occuper le foyer familial à un époux ou à un conjoint
de fait (de même qu’aux enfants de celui-ci), et autorise un
agent de la paix à retirer du foyer l’autre époux ou conjoint, et/
ou à l’empêcher d’y retourner sans être escorté, tant que l’ordonnance est en vigueur. À l’heure actuelle, il est impossible de
rendre ou d’appliquer de telles ordonnances sur des terres de
réserve.
Le projet de règlement établit un processus qui autorise les
demandes en personne ou par téléphone, courriel ou télécopieur. Il prescrit l’information à remettre au juge président,
exige des décisions rapides et autorise des méthodes de signification de documents et de notification des parties. L’agent de la
paix qui délivre une ordonnance de protection d’urgence doit en
même temps délivrer un document énonçant les droits et les
obligations de la personne en cause et lui conseiller d’obtenir
des conseils juridiques.
Énoncé des coûts et avantages : Le coût estimatif du projet de
Règlement sur les ordonnances de protection d’urgence est de
plus ou moins 91,2 millions de dollars sur les 10 ans qui suivent
sa promulgation. On évalue à 121,1 millions de dollars le total
des avantages sur la même période. Les avantages nets de ce
projet sont évalués à 29,9 millions de dollars. L’année 2013 a
été retenue pour le calcul des coûts et avantages.
Le Règlement profitera surtout aux personnes exposées à la violence familiale, sous forme d’une réduction du nombre de cas
de violence grâce à la possibilité d’appliquer des ordonnances
de protection d’urgence dans les réserves. Toutefois, les auteurs
de violence familiale en profiteront eux aussi, grâce à la réduction prévue des accusations au pénal et des frais de justice qui
s’y rattachent. De même, on s’attend à ce que les provinces
et territoires retirent eux aussi des avantages du projet de
règlement par la réduction des frais de justice entraînés par la
poursuite d’auteurs de violence familiale dans les réserves. On
s’attend à ce que la promulgation du Règlement se traduise par
une baisse dans le nombre de familles exposées à la violence
familiale. Selon les estimations, le projet de règlement réduirait
en moyenne par année les cas de violence de 366 au cours des
10 années à venir, en autorisant l’expulsion de l’auteur de la
violence familiale du foyer familial. On note aussi des avantages qui découlent du fait de permettre aux enfants et à leurs
soignants de rester au foyer et de maintenir leurs attaches avec
leur collectivité.
Les coûts seront essentiellement assumés par les auteurs de violence familiale, parce qu’ils devront trouver d’autres modalités
de logement en conséquence de leur expulsion forcée du foyer
834
Canada Gazette Part I
April 12, 2014
home. Costs will also be borne by First Nations communities,
whose members may attend court hearings, and by the provinces and territories that will be enforcing the emergency protection orders. Additionally, Aboriginal Affairs and Northern
Development Canada, the Royal Canadian Mounted Police and
Public Safety Canada will incur costs for the training and education of the parties involved in the implementation of the proposed Regulations, such as judges and law enforcement officers. Aboriginal Affairs and Northern Development Canada will
also incur costs associated with informing the population on the
rights and protections of the proposed Regulations.
familial. Les coûts seront aussi à la charge des collectivités des
Premières Nations, dont les membres pourraient avoir à assister
aux audiences du tribunal, et des provinces et territoires qui
mettront à exécution les ordonnances de protection d’urgence.
En outre, Affaires autochtones et Développement du Nord
Canada, la Gendarmerie royale du Canada et Sécurité publique
Canada engageront des dépenses de formation et d’éducation
des parties participant à la mise en application du projet de
règlement, par exemple les juges et les agents de la paix.
Affaires autochtones et Développement du Nord Canada devra
aussi engager des dépenses pour informer la population des
droits et des protections liés au projet de règlement.
“One-for-One” Rule and small business lens: The “One-forOne” Rule and small business lens do not apply to the proposed
Emergency Protection Orders Regulations since there will be
no costs to business.
Règle du « un pour un » et lentille des petites entreprises :
La règle du « un pour un » et la lentille des petites entreprises
sont inapplicables au projet de Règlement sur les ordonnances
de protection d’urgence, puisqu’elles ne donneront lieu à
aucuns frais pour les entreprises.
Coordination et coopération à l’échelle nationale et internationale : Il n’y aura aucune incidence sur la coordination et la
collaboration à l’échelle nationale et internationale, y compris
sur le commerce.
Domestic and international coordination and cooperation:
There will be no impact on domestic and international coordination and cooperation, including trade.
Background
Contexte
In the Canadian legal system, matrimonial property is generally
defined as property owned by one or both spouses and used for a
family purpose. Matrimonial real property includes the land and
anything permanently attached to the land, such as the family
home.
In 1986, the Supreme Court of Canada held that when a marriage breaks down on reserve, courts cannot apply provincial or
territorial family laws to alter individual land interests recognized
under the Indian Act because reserve lands fall under federal
jurisdiction.
Le système juridique canadien définit les biens matrimoniaux
comme des biens détenus par un des conjoints ou les deux, et utilisés à des fins familiales. Les biens immobiliers matrimoniaux comprennent les terres et toutes ses installations permanentes, comme
le foyer familial.
En 1986, la Cour suprême du Canada a tranché que les tribunaux
ne peuvent pas, lors de la dissolution d’un mariage dans une
réserve, appliquer les lois provinciales ou territoriales relatives au
droit de la famille pour modifier les droits individuels sur les terres
reconnus par la Loi sur les Indiens, puisque les terres de réserve
sont de compétence fédérale.
De plus, la Loi sur les Indiens, qui régit l’administration des
terres et des biens des réserves, est muette sur la question. En
conséquence, les personnes qui vivent dans des réserves ne peuvent
se prévaloir d’un grand nombre des droits et recours juridiques
qui s’appliquent aux biens immobiliers matrimoniaux hors des
réserves.
Avant l’adoption de la Loi sur les foyers familiaux situés dans
les réserves et les droits ou intérêts matrimoniaux, il existait seulement deux moyens juridiques d’aborder la question des biens
immobiliers matrimoniaux dans les réserves, soit des ententes
d’autonomie gouvernementale négociées prévoyant la gestion des
terres de réserve, et des lois des Premières Nations prises en application de la Loi sur la gestion des terres des premières nations, où
la nécessité de créer une loi sur les biens immobiliers matrimoniaux est accessoire à l’élaboration d’un code foncier.
Parmi les quelque 600 Premières Nations du Canada qui possèdent des terres de réserve, seules quelques-unes ont adopté des
lois sur les biens immobiliers matrimoniaux au moyen de ces
mécanismes. Avant l’adoption de ces lois, la plupart des résidants
des réserves n’avaient ni droits ni recours relativement aux biens
immobiliers matrimoniaux.
En vertu de cette loi, entrée en vigueur le 16 décembre 2013, les
Premières Nations disposeront du pouvoir d’adopter leurs propres
lois concernant les intérêts ou droits matrimoniaux dans les
réserves (qui sont normalement qualifiés de « biens immobiliers
matrimoniaux » hors des réserves). La Loi prévoit aussi des droits
et protections, relativement aux intérêts ou droits matrimoniaux,
qui seront applicables en l’absence d’une loi d’une Première
Further, the Indian Act, which governs the administration of
reserve lands and assets, is silent on the issue. As a result, many of
the legal rights and remedies relating to matrimonial real property
that are available to those living off reserve were not available on
reserve.
Before the Family Homes on Reserve and Matrimonial Interests
or Rights Act passed, the only legal mechanisms available to
address on-reserve matrimonial real property were negotiated selfgovernment agreements involving the management of reserve
lands, and First Nation laws made pursuant to the First Nations
Land Management Act, where the requirement to develop a matrimonial real property law is ancillary to the development of a land
code.
Of Canada’s approximately 600 First Nations with reserve land,
only a few have matrimonial real property laws in place through
these mechanisms, and most on-reserve residents remained, before
the legislation passed, without matrimonial real property rights and
remedies.
Under the legislation, and as of its coming into force on December 16, 2013, First Nations will have the power to enact their own
laws regarding the matrimonial interests or rights on reserve —
what is commonly referred to off reserve as matrimonial real property. The legislation also provides for rights and protections
regarding the matrimonial interests or rights that will be applicable
in the absence of a First Nation law. However, these provisional
Le 12 avril 2014
Gazette du Canada Partie I835
federal rules will only come into force on December 16, 2014, and
will apply to First Nations that have not, on that date, enacted their
own matrimonial real property laws.
Nation. Ces règles provisoires fédérales n’entreront toutefois en
vigueur que le 16 décembre 2014 et s’appliqueront alors aux Premières Nations qui n’auront pas encore promulgué leurs propres
lois sur les biens immobiliers matrimoniaux.
The provisional federal rules will apply only in the following
circumstances to First Nations under the First Nations Land Management Act (FNLMA): (i) to FNLMA First Nations who were
placed on the schedule of that Act after June 19, 2013, but do not
bring into force a land code or matrimonial real property law under
that legislation (or under the Family Homes on Reserve and Matrimonial Interests or Rights Act) before December 16, 2014, or (ii) to
FNLMA First Nations who were placed on the schedule of that Act
before June 19, 2013, who have not brought into force a land code
or matrimonial real property law under that legislation (or under
the Family Homes on Reserve and Matrimonial Interests or Rights
Act) by June 19, 2016. The provisional federal rules will only apply
to any self-governing First Nation with reserve lands if that selfgoverning First Nation has entered into a self-government agreement with Canada which includes powers of land management, but
has not yet enacted legislation with respect to matrimonial real
property under the self-government agreement (or under the Family
Homes on Reserve and Matrimonial Interests or Rights Act), if the
parties to the self-government agreement recommend that the Minister of Indian Affairs and Northern Development declare that the
provisional federal rules apply.
Les Premières Nations visées par la Loi sur la gestion des terres
des premières nations seront assujetties aux règles provisoires
fédérales uniquement dans les circonstances suivantes : (i) elles ont
été inscrites à l’annexe de la Loi après le 19 juin 2013, mais ne
donnent pas effet à un code foncier ou à une loi sur les biens immobiliers matrimoniaux en application de cette loi (ou en application
de la Loi sur les foyers familiaux situés dans les réserves et les
droits ou intérêts matrimoniaux) avant le 16 décembre 2014, ou
(ii) elles ont été inscrites à l’annexe de la Loi avant le 19 juin 2013
et n’ont pas mis en vigueur un code foncier ou une loi sur les biens
immobiliers matrimoniaux en vertu de cette loi (ou de la Loi sur les
foyers familiaux situés dans les réserves et les droits ou intérêts
matrimoniaux) au plus tard le 19 juin 2016. Les règles provisoires
fédérales s’appliqueront à une Première Nation autonome possédant des terres de réserve uniquement si celle-ci a conclu avec le
Canada une entente d’autonomie gouvernementale qui comprend
des pouvoirs de gestion foncière, mais n’a pas encore adopté une
loi sur les biens immobiliers matrimoniaux en vertu de l’entente
d’autonomie gouvernementale (ou de la Loi sur les foyers familiaux situés dans les réserves et les droits ou intérêts matrimoniaux), à condition que les parties à l’entente d’autonomie gouvernementale recommandent que le ministre des Affaires indiennes et
du Nord canadien déclare que les règles provisoires fédérales sont
applicables.
Les règles provisoires fédérales prévoient des droits et protections semblables à ceux que les lois provinciales offrent hors des
réserves, par exemple des ordonnances de protection d’urgence
prescrivant l’occupation temporaire exclusive du foyer familial en
situation de violence familiale. Bien que temporaires, ces règles
fédérales auront probablement pour conséquence que des Premières Nations pourraient attendre avant d’adopter leurs propres
lois, ou même ne pas en adopter du tout.
Les Premières Nations peuvent, à tout moment après l’entrée en
vigueur de la Loi sur les foyers familiaux situés dans les réserves et
les droits ou intérêts matrimoniaux, décider de rédiger des lois sur
les biens immobiliers matrimoniaux propres à leur collectivité. Les
Premières Nations seront tenues de consulter leurs membres
concernant la rédaction ou la modification de leurs lois, ainsi que
d’organiser un processus d’approbation communautaire, et ce, à
leurs propres frais. Une fois qu’une Première Nation a sanctionné
sa propre loi, les règles provisoires fédérales cessent de s’y
appliquer.
The provisional federal rules provide rights and protections similar to those provided off reserve by provincial laws, for instance,
emergency protection orders for temporary exclusive occupation
of the family home in instances of family violence. While the federal rules are provisional, they account for the likelihood that some
First Nations may not develop their own laws for some time, or at
all.
At any time after the Family Homes on Reserves and Matrimonial Interests or Rights Act is in force, First Nations may elect to
develop their own community-specific matrimonial real property
laws. First Nations will be required at their own costs to consult
with their members on the development or amendment of their
laws and conduct a community approval process. Once a First
Nation has approved its own law, the federal provisional rules will
no longer apply to that First Nation.
Issues
Enjeux
Individuals who live on reserve cannot currently apply for emergency protection orders nor can a court or enforcement agency
issue orders. Given this situation, spouses who are victims of
domestic violence cannot apply to courts for orders against violent
partners to receive temporary exclusive occupation of the family
home. This puts family abuse victims at higher risk for continued
abuse or forces such victims to seek alternative accommodations.
À l’heure actuelle, les résidants des réserves ne peuvent faire
une demande d’ordonnance de protection d’urgence, et un tribunal
ou un organisme d’application de la loi ne peut rendre une ordonnance. Ceci étant, un conjoint victime de violence familiale ne peut
adresser au tribunal une demande d’ordonnance, à l’encontre d’un
conjoint violent, en vue d’obtenir l’occupation temporaire exclusive du foyer familial. Les victimes de violence familiale sont ainsi
davantage exposées à la continuation de la violence, ou se voient
obligées de rechercher d’autres logements.
La Loi sur les foyers familiaux situés dans les réserves et les
droits ou intérêts matrimoniaux prévoit la prise d’ordonnances de
protection d’urgence dans les réserves pour autoriser l’occupation
exclusive temporaire du foyer familial en situation de violence
familiale. Par contre, elle ne prescrit pas les règles de procédure
que les organismes d’application de la loi sont tenus de respecter
pour rendre l’ordonnance.
The Family Homes on Reserves and Matrimonial Interests or
Rights Act provides for the issuance of emergency protection
orders on reserve to allow for exclusive temporary occupation of
the family home in the case of family violence. It does not, however, provide the rules of practice and procedure that law enforcement agencies must follow in order to issue the orders.
836
Canada Gazette Part I
The applications for emergency protection orders on reserves
will be heard within the court systems of the relevant provinces and
territories. British Columbia, Alberta, Saskatchewan, Manitoba,
Prince Edward Island, Nova Scotia, Newfoundland and Labrador,
Yukon and the Northwest Territories all have existing domestic
violence legislation. This type of legislation typically allows
spouses who are victims of domestic violence to apply to court for
restraining or protection orders against violent spouses and to
obtain temporary exclusive possession of the family home. The
Family Homes on Reserves and Matrimonial Interests or Rights
Act allows for the related existing processes in the province or territory to be adapted to the federal regime for use on reserve.
Ontario, Quebec and New Brunswick do not, however, have
legislation of a similar nature to that being proposed and have no
established processes for issuing and implementing emergency
protection orders. The proposed federal regulations are needed in
these provinces to establish such a process and allow the Family
Homes on Reserves and Matrimonial Interests or Rights Act to be
effectively implemented on reserves across the country.
April 12, 2014
Les demandes d’ordonnances de protection d’urgence dans les
réserves seront entendues dans les systèmes judiciaires de la province ou du territoire en cause. La Colombie-Britannique, l’Alberta, la Saskatchewan, le Manitoba, l’Île-du-Prince-Édouard, la
Nouvelle-Écosse, Terre-Neuve-et-Labrador, le Yukon et les Territoires du Nord-Ouest ont tous adopté des lois sur la violence familiale, qui ordinairement autorisent les conjoints victimes de violence familiale à adresser aux tribunaux une demande d’ordonnance
d’interdiction ou de protection à l’encontre d’un conjoint violent,
et d’obtenir la possession temporaire exclusive du foyer familial.
La Loi sur les foyers familiaux situés dans les réserves et les droits
ou intérêts matrimoniaux autorise l’adaptation au régime fédéral
des processus correspondants de la province ou du territoire, pour
application dans les réserves.
L’Ontario, le Québec et le Nouveau-Brunswick n’ont toutefois
pas de loi semblable à celle qui est proposée, et n’ont pas non plus
établi des modalités de prise et d’application des ordonnances de
protection d’urgence. Le projet de règlement fédéral y est donc
nécessaire en vue de créer un tel processus et d’autoriser une application efficace de la Loi sur les foyers familiaux situés dans les
réserves et les droits ou intérêts matrimoniaux dans les réserves
partout au Canada.
Objectives
Objectifs
The objective of the proposed Emergency Protection Orders
Regulations is to provide rules of practice and procedure to law
enforcement agencies and courts to make applications and execute
emergency protection orders on reserve across Canada pursuant to
the Family Homes on Reserve and Matrimonial Interests or Rights
Act. The proposed Regulations will also provide a clear process
that is consistent with existing provincial practices and ensures
emergency protection orders are issued in a fair and consistent
manner.
By fulfilling these objectives, the proposed Regulations will
help fulfil the overarching goals of the legislation, which are to
provide families on reserve with key rights and protections that
reduce harm associated with domestic violence and family
breakdown.
Le projet de Règlement sur les ordonnances de protection d’urgence a pour objectif de communiquer des règles de procédure aux
organismes d’application de la loi et aux tribunaux qui sont appelés
à adresser des demandes d’ordonnances de protection d’urgence
dans les réserves, et à les appliquer, dans tout le Canada en application de la Loi sur les foyers familiaux situés dans les réserves et
les droits ou intérêts matrimoniaux. Le projet de règlement constituera aussi un processus clair, conforme aux pratiques provinciales,
et veillera à la prise équitable et uniforme d’ordonnances de protection d’urgence.
Quand il aura atteint ces objectifs, le projet de règlement aidera
à atteindre les buts généraux de la Loi, à savoir offrir aux familles
dans les réserves des droits et protections essentiels qui atténuent
les préjudices causés par la violence familiale et l’échec de la relation familiale.
Description
Description
The proposed Emergency Protection Orders Regulations were
developed pursuant to the Family Homes on Reserves and Matrimonial Interests or Rights Act. The Act sets out rules regarding
matrimonial interests on reserves in the event of a breakdown of
the marriage or common-law relationship.
Le projet de Règlement sur les ordonnances de protection d’urgence a été rédigé en application de la Loi sur les foyers familiaux
situés dans les réserves et les droits ou intérêts matrimoniaux,
laquelle expose les règles régissant les intérêts matrimoniaux dans
les réserves en cas d’échec de la relation conjugale ou de l’union de
fait.
La Loi sur les foyers familiaux situés dans les réserves et les
droits ou intérêts matrimoniaux fera en sorte que les personnes qui
vivent dans une réserve jouiront de protections et de droits semblables, relativement aux biens immobiliers matrimoniaux, à ceux
des autres Canadiens. Jusqu’à présent, des lois fédérales ou provinciales faisaient défaut pour les situations menant à la violence
familiale dans la majorité des collectivités des réserves des Premières Nations. Qui plus est, rien n’est prévu pour intervenir rapidement et directement en vue de protéger les victimes de violence
familiale dans les réserves. Si la Loi sur les foyers familiaux situés
dans les réserves et les droits ou intérêts matrimoniaux autorise
l’adaptation et l’utilisation de toute règle de pratique et de procédure provinciale établie, un règlement fédéral demeure nécessaire
pour veiller à l’application de ces règles, en l’absence de règles
provinciales adaptées, quand on envisage ou accorde des ordonnances de protection en vertu de la loi fédérale. Le projet de règlement est nécessaire pour permettre aux victimes de violence qui
vivent dans une réserve de se prévaloir de droits similaires et de
jouir de protections offertes aux Canadiens vivant hors des réserves.
The Family Homes on Reserves and Matrimonial Interests or
Rights Act ensures that people living on reserves have similar protections and rights regarding matrimonial real property to those of
other Canadians. With respect to disputes that lead to family violence, until now there has been an absence of applicable laws from
federal or provincial sources to address family violence situations
in the majority of First Nations reserve communities. Further, there
is nothing in place to provide fast and direct responses to protect
the victims of family violence on reserve. While the Family Homes
on Reserves and Matrimonial Interests or Rights Act allows for the
adaptation and use of any existing provincial rules of practice and
procedure, federal regulations are needed to establish such rules to
be applied in the absence of any adapted provincial rules when
protection orders are considered or granted under the federal act.
The proposed Emergency Protection Orders Regulations are necessary in order to permit abuse victims living on reserve to exercise
similar rights and benefit from protections available to Canadians
living off reserve.
Le 12 avril 2014
Gazette du Canada Partie I837
The proposed federal Emergency Protection Orders Regulations
mirror existing provincial and territorial laws or rules of practice or
procedures that permit an individual to apply for an emergency
protection order in the case of family violence. Among other
things, an emergency protection order may grant temporary exclusive occupation of the family home to one spouse or common-law
partner along with their children, and order a peace officer to
remove the other person, and/or prohibit that person from returning
to the home unescorted during the duration of the order.
Le projet de Règlement sur les ordonnances de protection d’urgence fédéral est le reflet des lois ou des règles de pratique ou des
procédures provinciales et territoriales qui autorisent une personne
à formuler une demande d’ordonnance de protection d’urgence en
situation de violence familiale. Une ordonnance de protection d’urgence peut, entre autres, accorder temporairement le droit exclusif
d’occuper le foyer familial à un époux ou à un conjoint de fait (de
même qu’aux enfants de celui-ci), et faire obligation à un agent de
la paix de retirer du foyer l’autre époux ou conjoint, et/ou de l’empêcher d’y retourner sans être escorté, tant que l’ordonnance est en
vigueur.
Regulatory and non-regulatory options considered
Options réglementaires et non réglementaires considérées
Two options were available: (1) to maintain the regulatory status
quo (or baseline); and (2) to implement the proposed Emergency
Protection Orders Regulations. Maintaining the status quo meant
relying on existing provincial processes being adapted or on First
Nations adopting their own laws that include procedures and processes for issuing emergency protection orders. When this option
was assessed, it was clear that this would leave individuals on some
reserves with no clear process in place for issuing orders. The
status quo was considered unacceptable as Canadians living on
reserve do not have the same access to emergency protection orders
as individuals living off reserve, and the regulatory status quo is not
aligned with most provincial equivalents. Additionally, it is
believed that abuse and violent acts can be reduced and avoided by
the introduction of these Regulations.
Deux options étaient offertes : (1) laisser la réglementation (ou
base de référence) telle quelle; (2) appliquer le projet de Règlement
sur les ordonnances de protection d’urgence. Si on laisse la situation telle quelle, il faudrait se fonder sur une adaptation des
méthodes provinciales établies, ou faire en sorte que les Premières
Nations adoptent leurs propres lois comportant des procédures et
des processus pour rendre des ordonnances de protection d’urgence. Une évaluation de cette option a montré clairement que des
personnes dans certaines réserves ne disposeraient dans ce cas
d’aucune méthode évidente pour rendre des ordonnances. La situation telle quelle était jugée inacceptable, étant donné que les Canadiens vivant dans les réserves n’ont pas le même accès aux ordonnances de protection d’urgence que ceux à l’extérieur des réserves,
et que la situation réglementaire actuelle n’est pas conforme à la
plupart des situations équivalentes provinciales. On croit de plus
que l’adoption de ce règlement pourrait réduire et éviter la maltraitance et la violence.
La mise en application du projet de Règlement sur les ordonnances de protection d’urgence a été retenue comme la meilleure
option, puisque des règles de pratique et des procédures pour
rendre des ordonnances de protection d’urgence garantiront que
toutes les provinces aussi bien que les individus dans les réserves
seront couverts.
Après que les règles provisoires fédérales seront entrées en
vigueur le 16 décembre 2014, et que les juges de paix ou les juges
auront été désignés aux fins de la Loi sur les foyers familiaux situés
dans les réserves et les droits ou intérêts matrimoniaux, le projet de
Règlement sur les ordonnances de protection d’urgence prescrira
les règles de pratique et de procédure là où les autorités provinciales ou territoriales compétentes n’auront pas adapté ou pris leurs
propres règles de pratique et de procédure sous le régime de la Loi.
Le Règlement est nécessaire dans de tels cas afin d’appliquer les
dispositions sur les ordonnances de protection d’urgence de la Loi
sur les foyers familiaux situés dans les réserves et les droits ou
intérêts matrimoniaux.
Le scénario de base consiste à essayer de déterminer le nombre
de cas de maltraitance par année dans les réserves au Canada. Une
partie de l’information pour cette base de référence provient de
sources hors des réserves, mais des ajustements sont apportés en
fonction de la réalité dans les réserves.
Implementing the proposed Emergency Protection Orders Regulations was selected as the best option since it will ensure universal
coverage for provinces and individuals on reserves of rules of practice and procedures for issuing emergency protection orders.
Once the provisional federal rules come into force on December 16, 2014, and justices of the peace or judges have been designated for the purposes of the Family Homes on Reserves and
Matrimonial Interests or Rights Act, the Emergency Protection
Orders Regulations will provide for the rules of practice and procedure where the relevant provincial or territorial authority has not
adapted or made its own rules of practice and procedure under the
Act. In such situations, these Regulations are necessary for the
implementation of the emergency protection order provisions of
the Family Homes on Reserves and Matrimonial Interests or Rights
Act.
The baseline scenario attempts to establish the number of cases
of abuse per year that take place on reserves across Canada. Some
information for this baseline is taken from off-reserve sources.
However, adjustments are made to reflect the on-reserve reality.
Benefits and costs
Avantages et coûts
Three techniques were employed to apply valuations to the costs
and benefits associated with the proposed Emergency Protection
Orders Regulations. The first technique was simply to quantify the
actual costs that would be incurred or the benefits that would be
gained for a particular end point. For example, the costs associated
with training enforcement officers and with communications have
been set and these activities are certain. However, in situations
where no monetized amounts were available, the benefits or costs
were examined by employing alternative methods to arrive at a
value. As an example, the estimated alternative accommodation
Trois techniques ont été employées pour évaluer les coûts et
avantages associés au projet de Règlement sur les ordonnances de
protection d’urgence. La première était simplement de quantifier
les coûts réels engagés, ou les avantages obtenus, pour en arriver à
un point donné. À titre d’exemple, les coûts de formation des
agents d’exécution ainsi que les coûts des produits de communication ont été fixés, et ces activités ont un caractère certain. Mais
dans les situations où on ne dispose d’aucun montant monétisé,
d’autres méthodes d’examen des avantages ou des coûts ont été
employées pour en arriver à une valeur; à titre d’exemple, les frais
838
Canada Gazette Part I
April 12, 2014
costs to be incurred by perpetrators of violence were estimated by
forecasting the probable number of protection orders to be issued
(based on information from other jurisdictions) and the average
costs of alternate living derived from Treasury Board Secretariat
meal and incidental rates. A third technique was used to quantify
the benefit of domestic well-being, which was calculated as the
monetary benefit of avoiding violent crime. For this, data was
obtained from a contingent valuation study through a benefits
transfer that assigned a monetary cost to different forms of abuse.
All amounts are shown in present value over a 10-year time frame.
estimatifs de logement des auteurs de violence ont été évalués en
projetant le nombre probable d’ordonnances de protection à rendre
(en fonction de l’information d’autres juridictions) et les coûts
moyens des autres modes de logement, tirés des tarifs du Secrétariat du Conseil du Trésor pour les repas et les frais accessoires. Une
troisième technique a consisté à quantifier les avantages du bienêtre domestique, calculés sous forme de l’avantage financier
conféré par les crimes de violence évités; dans ce cadre, on a fait
usage de données obtenues au moyen d’une étude d’évaluation
des contingences, par voie d’un transfert des avantages qui attribuait une valeur aux différentes formes de maltraitance. Tous les
montants sont notés en valeur actualisée sur une période de 10 ans.
To acquire the data, key experts within Aboriginal Affairs and
Northern Development Canada as well as other partners in implementation were interviewed for insight, data and guidance on
potential data sources. Relevant reports from Statistics Canada and
published studies were also examined to find quantitative data for
the baseline and regulatory scenarios. While the best reasonable
efforts were made to find data to support the cost-benefit analysis,
there were limitations on the data collection. As these are new
regulations, there was limited existing data on the issue. In addition, it is generally more difficult to find reliable data for on-reserve
situations. Thus, much of the data are from off-reserve sources but
have been adjusted, where supportable data exists, to reflect the
best estimate of the on-reserve realities.
Des entrevues ont été menées avec des experts clés d’Affaires
autochtones et Développement du Nord Canada, aussi bien qu’avec
d’autres partenaires de la mise en œuvre, en vue d’obtenir des
éclaircissements et des données, ainsi qu’une orientation à l’égard
des sources de données potentielles. On a aussi examiné des rapports pertinents de Statistique Canada et des études publiées afin
d’obtenir des données quantitatives pour les scénarios de base de
référence et de réglementation. Tous les efforts raisonnables ont été
consentis pour trouver des données à l’appui de l’analyse coûtsavantages, mais la collecte de données s’est heurtée à des limites.
Comme il s’agit d’un nouveau règlement, il existait peu de données
sur la question, outre qu’il est généralement plus difficile de trouver des données fiables pour les situations dans les réserves. En
conséquence, beaucoup des données sont tirées de sources extérieures aux réserves mais sont ajustées, lorsqu’il existe des données
justifiables, pour illustrer une meilleure estimation des réalités
dans les réserves.
Le scénario de base suppose qu’en l’absence du projet de Règlement sur les ordonnances de protection d’urgence, les responsables
de l’application de la loi et les tribunaux au Canada ne disposeraient pas de processus et procédures clairs pour rendre des ordonnances de protection d’urgence dans les réserves. Même les provinces ayant établi des procédures de prise d’ordonnances de
protection d’urgence hors des réserves exigent que l’administration
dans les réserves soit claire, en raison de la nécessité d’harmoniser
un système parmi les réserves au Canada. On suppose donc, dans
le scénario de la référence de base, qu’aucune ordonnance de protection d’urgence ne serait prise, et on détermine le nombre de cas
de maltraitance par année dans les réserves au Canada alors qu’aucun règlement sur les ordonnances de protection d’urgence n’est en
place. Une partie de l’information pour cette base de référence provient de sources hors des réserves, mais des ajustements sont
apportés en fonction de la réalité dans les réserves. Présentement,
en l’absence du Règlement sur les ordonnances de protection d’urgence, les résidants actuels des réserves ne peuvent faire une
demande d’ordonnance de protection d’urgence, et un tribunal ou
un organisme d’application ne peuvent pas non plus rendre une
ordonnance. Un conjoint victime de violence familiale ne peut
donc pas adresser au tribunal une demande d’ordonnance, à l’encontre d’un conjoint violent, en vue d’obtenir l’occupation temporaire exclusive du foyer familial. Les victimes de violence familiale
sont ainsi davantage exposées à la continuation de la violence, ou
se voient obligées de rechercher d’autres logements.
Les avantages et les coûts ont été définis comme suit :
The baseline scenario assumes that without the proposed Emergency Protection Orders Regulations, law enforcement officials
and courts across Canada would not have clear processes and procedures for issuing emergency protection orders on reserve. Even
provinces that have existing procedures for the issuance of emergency protection orders off reserve require clarity for administration on reserve because of the need for a consistent system on
reserves across Canada. Therefore, in the baseline scenario, it is
assumed that no emergency protection orders would be issued, and
the number of cases of abuse that take place on reserve across Canada per year without emergency protection orders regulations in
place was established. Some information for this baseline is taken
from off-reserve sources. However, adjustments are made to reflect
the on-reserve reality. Currently, due to the absence of the Emergency Protection Orders Regulations, individuals who live on
reserve cannot apply for emergency protection orders, nor can a
court or enforcement agency issue orders. Given this situation,
spouses who are victims of domestic violence cannot apply to
courts for orders against violent partners to receive temporary
exclusive occupation of the family home. This puts family abuse
victims at higher risk for continued abuse or forces such victims to
seek alternative accommodations.
The costs and benefits were determined as follows:
Benefits
Avantages
Increased well-being of family at risk
Accroissement du bien-être de la famille à risque
To determine the monetary benefit for the increased well-being
of families resulting from the decreased risk of family violence, the
number of people on reserve who could be at risk of family violence over the next decade was first determined. This number was
based on available information from Statistics Canada and other
Pour établir les avantages financiers de l’accroissement du bienêtre des familles rattachés à l’amoindrissement du risque de violence familiale, on a commencé par déterminer le nombre de personnes dans les réserves exposées à la violence familiale dans
la décennie à venir. Ce chiffre, fondé sur les renseignements
Le 12 avril 2014
Gazette du Canada Partie I839
Government data sources. This number was then set off against the
reduced number of people who would experience violence after the
Regulations are in place. It is estimated that the emergency protection orders would be 66% effective in reducing spousal violence in
situations where protection orders are issued.
disponibles auprès de Statistique Canada et d’autres sources de
données gouvernementales, a ensuite été comparé au nombre
réduit de gens qui subiraient de la violence une fois que le Règlement est en place. On estime que les ordonnances de protection
d’urgence parviendraient à réduire de 66 % la violence conjugale
dans des situations où des ordonnances de protection sont prises.
The difference derived from the two scenarios was then applied
to the percentage of various types of assaults in Canada (namely
homicide, sexual assault, major assault and common assault) to
determine the number of on-reserve individuals expected to experience each of these types of assault.
These values were then multiplied by the corresponding contingent value of violent crime (or the value of statistical life in the
case of homicides) to determine the monetary cost of abuse and
subsequent monetary benefits of avoiding abuse through the existence of the Regulations. This benefit was estimated to have a total
monetary value of $170,241,829 over 10 years. With a discount
rate of 7%, this amount would be $118,143,271. These results may
be considered conservative as reports indicate that Aboriginal
women are eight times more likely to be murdered by their spouse
than non-Aboriginal women (Canadian Women’s Foundation,
“The facts about violence against women,” www.canadianwomen.
org/facts-about-violence).
On a ensuite appliqué la différence calculée entre les deux scénarios au pourcentage des différents types de voies de fait au
Canada (homicide, agression sexuelle, voies de fait graves et voies
de fait simples) pour projeter le nombre de personnes, dans les
réserves, qui subiront chacun de ces types de voies de fait.
Ces valeurs ont ensuite été multipliées par la valeur estimative
correspondante des crimes violents (ou la valeur estimative d’une
vie statistique dans le cas de l’homicide) pour établir le coût pécuniaire de la maltraitance, ainsi que les avantages financiers subséquents d’éviter la maltraitance grâce à l’existence du Règlement.
La valeur totale de cet avantage a été évaluée à 170 241 829 $ sur
10 ans, mais baisserait à 118 143 271 $ en fonction d’un taux d’actualisation de 7 %. On peut considérer que ces résultats sont prudents, à la lumière de rapports signalant que les femmes autochtones sont huit fois plus susceptibles d’être victimes d’homicide
conjugal que les femmes non autochtones (Fondation canadienne
des femmes, « Les faits à propos de la violence faite aux femmes »,
www.canadianwomen.org/fr/Les-faits-a-propos-de-la-violence-faiteaux-femmes).
Reduction of costs resulting from criminal offences
Réduction des coûts rattachés aux infractions criminelles
Separating the agents of family violence from situations where
they are likely to commit acts of violence will help these individuals avoid incurring additional costs that could result from criminal
offences. That said, it was difficult to determine from the data
available the number of criminal offences that could be avoided
due to the presence of an emergency protection order. Even when
protection orders are issued, criminal charges are still laid 14% of
the time1,1 and charges may also be laid in relation to the breach of
an order itself. Nonetheless, as discussed previously, the existence
of protection orders serves to reduce the incidence of spousal violence (66% effectiveness).
Therefore, with the proposed Emergency Protection Orders
Regulations in place, it is estimated that the agents of violence
would avoid a number of costs associated with court. The assumptions taken into account are that travel to go to a criminal trial
would cost approximately $1,000, the hotel would cost $100 per
night, while meals and incidentals would cost $90.15 (Treasury
Board policy on travel, deemed a reasonable estimate of what a
cost might be to an individual) per day, and that a trial would last
on average three days. The median salary on reserve was estimated
at $14,697 per year, according to Aboriginal Affairs and Northern
Development Canada’s INSTAT statistics based on 2011 National
Household Survey data, which means that, considering there are
Éloigner les agents de violence familiale de situations où ils sont
susceptibles de commettre des actes violents les aidera à éviter
d’engager les coûts supplémentaires pouvant se rattacher aux
infractions criminelles. Ceci dit, il s’est révélé difficile d’établir, à
partir des données disponibles, le nombre d’infractions criminelles
que l’existence d’une ordonnance de protection d’urgence permettrait d’éviter. Même lorsque des ordonnances de protection sont
prises, des accusations au pénal sont portées dans 14 % des cas11, et
des accusations peuvent aussi être portées pour manquement à
l’ordonnance elle-même. Néanmoins, et comme il en a déjà été
discuté, la présence d’ordonnances de protection réduit l’incidence
de violence conjugale (efficacité de 66 %).
Les données du ministère de la Justice donnent à penser que des
accusations sont portées dans environ 75 % des cas où la violence
conjugale est signalée à la police. Dans un scénario réglementaire,
le nombre d’incidents de violence (et donc d’incidents de violence
signalés à la police) baisse, entraînant une réduction du nombre
d’accusations au pénal qui seraient portées. On estime que le
nombre d’accusations portées sur 10 ans diminuera de 750, soit
une moyenne de 75 par année. Ce chiffre est obtenu en soustrayant
le nombre estimatif d’accusations portées dans le scénario non
réglementaire du nombre d’accusations portées dans un scénario
réglementaire.
On estime donc qu’une fois le projet de Règlement sur les ordonnances de protection d’urgence en place, les agents de violence
s’épargneraient plusieurs éléments de coût associés au tribunal. On
part des hypothèses suivantes : le déplacement jusqu’au lieu du
procès criminel coûte environ 1 000 $; l’hôtel, 100 $ par nuit; les
repas et les frais accessoires, 90,15 $ par jour (politique sur les
déplacements du Conseil du Trésor, considérée comme une estimation raisonnable des coûts possibles pour un individu); et un procès
dure en moyenne trois jours. Le salaire médian dans les réserves
est évalué à 14 697 $ par année (d’après les statistiques INSTAT
d’Affaires autochtones et Développement du Nord Canada, fondées sur les données de l’Enquête nationale auprès des ménages
1
1
Department of Justice data suggests that charges are laid in
approximately 75% of the cases where spousal violence is reported
to police. Under a regulatory scenario, the number of violent incidents (and therefore violent incidents reported to police) will
decrease. Consequently, the number of criminal charges that would
be laid will decrease. It is estimated that over a 10-year period the
number of charges laid would be reduced by 750 (an average of 75
per year). This is calculated by subtracting the estimated number of
charges laid under the non-regulatory scenario from the number of
charges laid under a regulatory scenario.
Tutty, Leslie, Koshan, Jennifer, Jesso, Deborah, Nixon, Kendra, Alberta’s Protection Against Family Violence Act: A Summative Evaluation, Final Report, May
2005, RESOLVE Alberta, University of Calgary.
Tutty, Leslie, Koshan, Jennifer, Jesso, Deborah, Nixon, Kendra, Alberta’s Protection Against Family Violence Act: A Summative Evaluation, rapport final, mai 2005,
RESOLVE Alberta, University of Calgary [en anglais seulement].
840
Canada Gazette Part I
April 12, 2014
260 working days per year, an average salary would be $56.53 per
day. The incidental costs, foregone salary per day and hotel cost
were multiplied by the average estimated number of days for a
criminal trial. The total amount is then multiplied by the expected
“reduced” number of cases per year (75). Therefore, with emergency protection orders in place, it is estimated that a number of
court cases would be avoided, as would the associated costs that
would be borne by the agent of violence. The total benefit would be
$135,573.48 per year for a total of $1,355,734.84 over 10 years.
With a discount rate of 7%, this amount would be $952,211.42.
de 2011). Un salaire moyen, à raison de 260 jours ouvrables par
année, serait donc de 56,53 $ par jour. Les frais accessoires, le
salaire journalier et les frais d’hôtel sont multipliés par le nombre
moyen estimatif de jours d’un procès criminel, puis le total ainsi
obtenu est multiplié par la « baisse » escomptée dans les cas par
année (75). On estime donc que la mise en place des ordonnances
de protection d’urgence permettrait d’éviter plusieurs procès et que
les agents de violence n’auraient pas à absorber les coûts connexes.
L’avantage se chiffrerait en tout à 135 573,48 $ par année, pour un
total de 1 355 734,84 $ sur 10 ans, qui baisserait à 952 211,42 $ en
fonction d’un taux d’actualisation de 7 %.
Reduction of court and legal costs resulting from criminal
offences
Réduction des frais de justice et dépens rattachés aux infractions
criminelles
Separating agents of family violence from situations where individuals are more likely to commit acts of violence will reduce court
costs and legal aid costs that could result from criminal offences. It
was estimated that the number of violent incidents will decrease,
which in turn will result in a reduction of criminal charges (an average of 75 fewer per year).
In 2011, it was estimated by Justice Canada that the costs of a
criminal case were approximately $3,732 per case (or $3,877 in
2013 dollars). The number of charges and subsequent court cases
that would be prevented, as a result of the orders (75), is then multiplied by the average court costs. The total benefit would be
$290,775.06 per year for a total of $2,907,750.64 up to 2023. With
a discount rate of 7% this amount would be $2,042,282.37.
Éloigner les agents de violence familiale de situations où ils sont
plus susceptibles de commettre des actes violents réduira les frais
de justice et d’aide juridique pouvant se rattacher aux infractions
criminelles. On estime que le nombre d’incidents de violence baissera, entraînant une réduction (en moyenne de 75 par année) dans
les accusations au pénal.
En 2011, Justice Canada a évalué à 3 732 $ par cas (soit 3 877 $
en dollars de 2013) les coûts d’une affaire criminelle. Le nombre
d’accusations, et de procès subséquents, que des ordonnances permettraient d’éviter (75) est ensuite multiplié par les frais de justice
moyens. Le total des avantages s’élèverait à 290 775,06 $ par
année, pour un total de 2 907 750,64 $ jusqu’en 2023, réduit à
2 042 282,37 $ en fonction d’un taux d’actualisation de 7 %.
Costs
Coûts
Cost for the development and implementation of a communication
plan
Coût d’élaboration et d’application d’un plan de communication
It was determined that 10% of the total communication budget
(entire estimated budget is $300,000 over five years) would be used
to inform and instruct stakeholders and First Nations individuals
and communities of the new requirements of the proposed
Regulations.
Therefore, the budget for the communication campaign for the
proposed Emergency Protection Orders Regulations would be
$31,166 (2013 dollars) for the first two years following the coming
into force of the Regulations. With a discount rate of 7%, the final
amount is estimated at $28,174.
On a établi que 10 % du total du budget des communications
(qui est évalué en tout à 300 000 $ sur cinq ans) seraient consacrés
à informer et à instruire les intervenants, et les membres et collectivités des Premières Nations, au sujet des nouvelles exigences du
projet de règlement.
Le budget de la campagne de communication pour le projet de
Règlement sur les ordonnances de protection d’urgence serait donc
de 31 166 $ (en dollars de 2013) pour les deux premières années
qui suivent l’entrée en vigueur du Règlement. Si l’on suppose un
taux d’actualisation de 7 %, le montant final est évalué à 28 174 $.
Training costs
Frais de formation
It was estimated that an amount of $870,000 would be necessary
over five years for Public Safety Canada and an amount of
$2,716,950 for the Royal Canadian Mounted Police to train
enforcement officers on the Family Homes on Reserves and Matrimonial Interests or Rights Act.
It is estimated that 70% of these amounts will be required to
train officers on the proposed Emergency Protection Orders Regulations, which means amounts of $609,000 and $1,901,870 for a
total of $2,510,870.
It is estimated that a total budget of $570,000 for the education
of legal experts will be required over five years, for promoting and
marketing the Act and its Regulations. It is estimated that 30% of
this amount ($171,000) will be used to inform judges and legal
experts on the implications of the proposed Regulations.
The total amount for training will be distributed as follows:
$166,860 will be required in the first year, $787,255 in the second
year, $598,180 in the third and fourth years, and $635,580 for the
fifth year, for a total of $2,786,070. With a discount rate of 7%, the
estimated amount is $2,241,370.
On évalue à 870 000 $ sur cinq ans le montant dont Sécurité
publique Canada aurait besoin, et à 2 716 950 $ celui dont aurait
besoin la Gendarmerie royale du Canada, pour former les agents
d’exécution à l’égard de la Loi sur les foyers familiaux situés dans
les réserves et les droits ou intérêts matrimoniaux.
Selon les estimations, 70 % de ces montants seront nécessaires
pour former les agents à l’égard du projet de Règlement sur les
ordonnances de protection d’urgence, ce qui donne des montants
de 609 000 $ et de 1 901 870 $, pour un total de 2 510 870 $.
On évalue à 570 000 $ le budget total nécessaire pour éduquer
les experts juridiques sur cinq ans, à des fins de promotion et de
marketing de la Loi et de son règlement. Selon les estimations,
30 % de ce montant (171 000 $) serviront à informer les juges et les
experts juridiques des implications du projet de règlement.
Le total affecté à la formation sera réparti comme suit : 166 860 $
seront nécessaires la première année, 787 255 $ la deuxième,
598 180 $ la troisième et la quatrième et 635 580 $ la cinquième,
pour un total de 2 786 070 $. Si l’on applique un taux d’actualisation de 7 %, le montant estimatif est de 2 241 370 $.
Le 12 avril 2014
Gazette du Canada Partie I841
Court cost for second hearings
Frais de justice pour les deuxièmes audiences
Individuals at risk of family violence and First Nations communities will most likely incur travel and accommodation costs if
an additional hearing is required in relation to the issuance of an
emergency protection order. Primary hearing costs are not included, as the orders can be requested by telecommunication and issued
within 24 hours.
Certain assumptions were made in order to calculate the costs. It
is estimated that travel to go to a hearing would cost approximately
$1,000, the hotel would cost at $100 per night, while meals and
incidentals would cost $90.15 per day (based on the Treasury
Board policy on travel). It is estimated that a hearing would take
approximately three days. The median income on reserve was estimated at approximately $14,697 per year, according to Aboriginal
Affairs and Northern Development Canada’s INSTAT statistics
based on 2011 National Household Survey data, which means that,
considering that there are 260 working days per year, an average
salary would be $56.53 per day. The incidental costs, foregone
salary per day and hotel cost were multiplied by the number of
days (3) for the rehearing. The $1,000 for the travel was added to
this amount. The total amount was then multiplied by the expected
number of hearings per year (273). Therefore, the cost of court
hearings to individuals at risk is estimated at $493,487.48 per year,
which would mean a total of $4,934,874.81 up to 2023. With a
discount rate of 7%, this amount would be $3,466,049.56.
Another component of the costs of additional hearings is the cost
that could be incurred by Band Council members who wish to be
present at hearings. Assuming an average of 552 protection orders
would be issued per year, an estimated 97% of them would proceed
to review/hearing (535). Based on statistics from Alberta, the
respondent (agent) only attended second hearings 32% of the time
and legal counsel 22% of the time. It is assumed that community
representatives would only attend when the respondent attends
(32% of the time). Thus, community representatives would be
present at an estimated 171 hearings. This portion of the evaluation
of the cost took into account the number of Band Council representatives at the hearing (2), the travel costs (travel, $1,000; incidentals, $90.15 per day; hotel, $100 per night), the number of days
Les personnes exposées à la violence familiale et les collectivités des Premières Nations devront très probablement dépenser pour
les déplacements et l’hébergement si la prise d’une ordonnance de
protection d’urgence nécessite une audience supplémentaire. Les
coûts des audiences initiales ne sont pas inclus, puisque les ordonnances peuvent être demandées par télécommunication et rendues
dans un délai de 24 heures.
La première étape de cette évaluation consiste à établir le nombre
d’ordonnances de protection susceptibles d’être rendues chaque
année. Pour cela, on multiplie le pourcentage de personnes dans les
réserves qui subissent une violence conjugale (4,2 %) par le nombre de ces personnes qui vraisemblablement signaleraient cette
violence aux autorités (27 %), et enfin par le nombre de celles qui
font ce signalement et obtiennent une ordonnance de protection
contre l’auteur (32 %). Ce calcul est effectué pour chacune des années d’une période de 10 ans. On évalue que, durant cette période, 5 515 ordonnances de protection seront exécutées, soit une
moyenne de 552 ordonnances par année.
Les coûts relatifs aux personnes exposées à la violence familiale
sont donc évalués en fonction du nombre potentiel d’ordonnances
qui pourraient être soumises à l’examen d’un juge. Selon le rapport
intitulé Alberta’s Protection Against Family Violence Act: A Summative Evaluation, 97 % des ordonnances sont soumises à l’examen d’un juge22, soit environ 535 par année (97 % de 552). Selon
l’information fournie par l’Alberta, toutefois, les demandeurs ne se
présentent qu’à 51 % des deuxièmes audiences, ce qui donne
273 audiences (51 % de 535). On en arrive ainsi à environ 273 personnes par année qui doivent engager des coûts de déplacement,
d’hébergement et de perte de revenus en conséquence d’ordonnances de protection.
On part de certaines hypothèses pour calculer les coûts. Le
déplacement jusqu’au lieu du procès criminel coûte environ
1 000 $; l’hôtel, 100 $ par nuit; les repas et frais accessoires,
90,15 $ par jour (selon la politique sur les déplacements du Conseil
du Trésor); et un procès dure trois jours, selon les estimations. Le
revenu médian dans les réserves est évalué à 14 697 $ par année
(d’après les statistiques INSTAT d’Affaires autochtones et Développement du Nord Canada, fondées sur les données de l’Enquête
nationale auprès des ménages de 2011). Un salaire moyen, à raison
de 260 jours ouvrables par année, serait donc de 56,53 $ par jour.
Les frais accessoires, le salaire journalier perdu et les frais d’hôtel
sont multipliés par le nombre de jours de la deuxième audience (3),
puis on y ajoute les 1 000 $ de déplacement. Le montant total est
ensuite multiplié par le nombre estimatif d’audiences par année
(273). Les coûts d’audiences de tribunal des personnes à risque
sont donc évalués à 493 487,48 $ par année, ce qui donne un total
de 4 934 874,81 $ jusqu’en 2023. Ce montant est de 3 466 049,56 $
si l’on applique un taux d’actualisation de 7 %.
Les frais engagés par les membres du conseil de bande qui
désirent assister aux audiences représentent un autre volet des
coûts des audiences supplémentaires. Si l’on évalue à 552 en
moyenne le nombre d’ordonnances de protection prises chaque
année, 97 % d’entre elles, selon les estimations, en arrivent au
stade de l’examen ou de l’audience (535). Selon les statistiques
fournies par l’Alberta, les intimés (agents) ne se présentent qu’à
32 % des deuxièmes audiences, et les avocats, qu’à 22 %. On suppose que des représentants de la collectivité n’y assisteraient que si
l’intimé est également présent (32 % des audiences). On évalue
donc à 171 le nombre d’audiences auxquelles assisteraient des
représentants de la collectivité. On tient compte, dans cette portion
de l’évaluation des coûts, du nombre de représentants du conseil de
2
2
The first step in this valuation is to determine the number of
protection orders that could be issued on an annual basis. This
number is calculated by multiplying the rate of on-reserve individuals who experience spousal violence (4.2%) by the number who
would likely report violence to authorities (27%) and then by the
number of those reporting who gain protection orders against the
perpetrator (32%). This calculation is done for every year over a
10-year period. It is estimated that 5 515 protection orders will be
executed in that period, for an average of 552 orders per year.
Therefore, the cost to individuals at risk of family violence is
evaluated based on the potential number of orders that could go to
a judge for review. According to the report titled Alberta’s Protection Against Family Violence Act: A Summative Evaluation, 97% of
orders go to a judge for review.22 This would be equivalent to
approximately 535 orders per year (97% of 552). However, based
on information from Alberta, claimants only attended second hearings 51% of the time, which would equate to 273 hearings (51% of
535). Therefore, on an annual basis, approximately 273 individuals
would have to incur travel, accommodation, and lost revenue costs
as a result of protection orders.
It is assumed that there will be minimal costs with the issuance of the initial order;
thus, only the costs associated with the review by the Court are calculated.
Comme on suppose que les coûts de la prise de l’ordonnance initiale sont minimes,
seuls sont calculés les coûts de l’examen effectué par le tribunal.
842
Canada Gazette Part I
April 12, 2014
at the hearing (3) and the legal costs of lawyers during those days
(lawyers’ fees, $1,032). Therefore, the costs to be incurred by Band
Councils at rehearing were estimated at $720,423 per year for a
total of $7,204,230 up to 2023. With a discount rate of 7%, this
amount would be $5,059,949.68.
bande présents à l’audience (2), des frais de déplacement (1 000 $
pour le voyage, 90,15 $ par jour pour frais accessoires, 100 $ par
nuit à l’hôtel), le nombre de jours d’audience (3) et les frais d’avocat à engager au cours de ces journées (1 032 $ pour les honoraires
des avocats). On évalue donc à 720 423 $ par année les coûts engagés par les conseils de bande pour les deuxièmes audiences, pour
un total de 7 204 230 $ jusqu’en 2023, montant qui est ramené à
5 059 949,68 $ en fonction d’un taux d’actualisation de 7 %.
Cost of alternate living
Autres conditions de logement
Individuals with orders against them will be forced to seek
alternative living arrangements. This cost of alternate living was
evaluated assuming that the cost of alternative living arrangements
would be approximately $100 per night, plus a daily cost of $90.15
for meals and incidentals. In Canada, the duration of emergency
protection orders can vary greatly. However, under these proposed
Regulations, the duration of the initial order will be set at a maximum of three months (90 days). Therefore, for the purposes of
these calculations, it was assumed that orders would be in effect for
90 days. This amount was then multiplied by 552, which is the
average number of expected orders per year. The total cost per year
would be $9,813,686.45, for a total of $98,136,864.49 up to 2023.
With a discount rate of 7%, this amount would be $68,927,226.99.
It is worth noting that the aforementioned costs may be higher than
what may actually be incurred by the party. For instance, some of
the costs may be paid by friends and family, or may be representative of an increase in inconvenience or increased travel time related
to not living at the matrimonial property.
Les individus faisant l’objet d’une ordonnance se verront obligés de rechercher d’autres conditions de logement, dont on suppose que les coûts s’élèveraient à environ 100 $ par nuit, plus
90,15 $ par jour pour les repas et frais accessoires. Au Canada, la
durée des ordonnances de protection d’urgence est très variable.
Dans le projet de règlement, toutefois, l’ordonnance initiale aura
une durée maximale de trois mois (90 jours), et il est donc tenu
pour acquis, dans les calculs, que l’ordonnance serait en vigueur
pendant 90 jours. Ce chiffre est alors multiplié par 552, qui est le
nombre moyen d’ordonnances prévu par année, pour en arriver à
un coût total annuel de 9 813 686,45 $, et un total de 98 136 864,49 $
jusqu’en 2023, ramené à 68 927 226,99 $ en fonction d’un taux
d’actualisation de 7 %. Il vaut la peine d’observer que les coûts cidessus peuvent être supérieurs aux frais engagés en réalité par les
parties, parce que ces frais peuvent être acquittés en partie par des
amis ou des parents, ou peuvent constituer en fait un simple dérangement ou un temps de voyage accru par rapport aux coûts de la vie
dans le bien matrimonial.
Cost to the provinces and territories for court hearings
Coûts des audiences du tribunal pour les provinces et les
territoires
It was estimated that the administrative costs for the province
and territories with similar legislation would be minimal. Data for
the administrative costs for the provinces without similar legislation was not obtainable.
On estime que les frais administratifs des provinces et des territoires dotés de lois semblables seraient minimes; par ailleurs, l’obtention de données touchant les frais administratifs des provinces
non dotées de lois semblables n’était pas possible.
The costs that could be incurred by the provinces and territories
are estimated with the anticipated average increase in hearings in
the range of 552 per year and the potential associated costs.
According to An Estimation of the Economic Impact of Spousal
Violence in Canada, 2009 and the Legal Aid Survey of Statistics
Canada, the cost of a criminal case was $1,477 in court costs,
$1,223 in prosecution costs, and $1,032 in legal aid costs, for a
total of $3,732 per case (or $3,877 in 2013 dollars).
On évalue les coûts susceptibles d’être engagés par les provinces
et les territoires en tenant compte des augmentations moyennes
prévues dans le nombre d’audiences (environ 552 par année), avec
les coûts potentiels qui s’y rattachent. Selon Une estimation de
l’incidence économique de la violence conjugale au Canada
en 2009 et l’enquête sur l’aide juridique de Statistique Canada,
voici quels sont les coûts d’une affaire criminelle : 1 477 $ en frais
de justice, 1 223 $ en services de poursuites et 1 032 $ en aide
juridique, pour un total de 3 732 $ par affaire (soit 3 877 $ en dollars de 2013).
Therefore, it is estimated that the introduction of this legislation
would result in an increase of costs to all the provinces and territories (with or without current legislation) in the amount of
$1,638,350.74 per year for 10 years, for a total amount of
$16,383,507.48. With a discount rate of 7%, the final amount
would be $11,507,090.07.
On estime donc que l’adoption de cette loi entraînerait pour tous
les territoires et provinces (possédant déjà ou non une législation)
une augmentation des coûts de 1 638 350,74 $ par année pour
10 ans, pour un total de 16 383 507,48 $. Le montant final serait de
11 507 090,07 $ si l’on applique un taux d’actualisation de 7 %.
Other quantitative benefits
Autres avantages quantitatifs
It is anticipated that the number of families at risk of family
violence will be reduced by an average of 366 cases per year, for a
total of approximately 3 659 cases over 10 years.
On s’attend à ce que le nombre de familles exposées à la violence familiale baisse en moyenne de 366 cas par année, ce qui
donne un total d’environ 3 659 cas sur 10 ans.
Qualitative benefits
Avantages qualitatifs
Enforcement officers will be empowered to take action to prevent cases of family violence where they may not have the authority to act without the proposed Emergency Protection Orders
Regulations.
Les agents d’exécution disposeront du pouvoir de prendre des
mesures de prévention de la violence familiale dans des cas où ils
n’auraient peut-être pas pu agir en l’absence du projet de Règlement sur les ordonnances de protection d’urgence.
Children and their caretakers can remain connected to their
communities and continue their contribution towards overall
Les enfants et leurs soignants pourront maintenir à la fois leurs
attaches avec leurs collectivités et leur contribution au mieux-être
Le 12 avril 2014
Gazette du Canada Partie I843
community wellness, which would be expected to have positive
multiplier effects on community members. Further, it could be
expected that children and their caretakers would have better mental health outcomes if the threat of abuse is mitigated. It is also
expected that these benefits will increase over time as cyclical and
generational instances of abuse should be mitigated by the issuance
of emergency protection orders.
global de la collectivité, ce qui devrait exercer un effet multiplicateur bénéfique sur les membres de la collectivité. On pourrait s’attendre de plus à ce que l’atténuation de la menace de maltraitance
entraîne l’amélioration de la santé mentale des enfants et de leurs
soignants. On s’attend aussi à un accroissement de ces avantages
au fil du temps, puisque la prise d’ordonnances de protection
d’urgence devrait atténuer les cas de maltraitance cycliques et
intergénérationnels.
There will also likely be increased capacity for shelters given
that it takes fewer resources to house one perpetrator than it does to
house a caretaker with their children.
On observera aussi sans doute une augmentation de la capacité
des refuges, puisque le logement d’un auteur de violence nécessite
moins de ressources que le logement d’un soignant accompagné
d’enfants.
Ces avantages sont ressentis davantage par les membres les plus
vulnérables de la société, à savoir les enfants et les victimes de
maltraitance.
These benefits have a greater impact on the most vulnerable
members of society, namely children and victims of abuse.
Costs, benefits and distribution1
A. Quantified impacts (in constant 2013 dollars)2
(1) Benefit — increased
Groups at risk
well-being of family at risk
(2) Benefit — reduction
Agent of family violence
of costs resulting from
criminal offence
(3) Benefit — reduction
Provinces and territories
of court and legal costs
resulting from criminal
offences
(1) Cost — development
and implementation of
communication plan
(2) Cost — training for
enforcement agencies
(3a) Cost — court costs for
second hearings
(3b) Cost — costs for Band
Councils to be at rehearing
(4) Cost — alternative
arrangements for people
with orders against them
(5a) Cost — additional
costs for the provinces with
legislation
(5b) Cost — Additional
costs for the provinces
without legislation
First Year
(2014)
Final Year
(2023)
Total
(Present Value)
Annual
Average
$15.9M
$18.8M
$118.1M
$16.8M
$136K
$136K
$952K
$136K
$291K
$291K
$2.0M
$291K
Aboriginal Affairs and
Northern Development
Canada
Enforcement agencies
$16K
$0K
$28K
$4K
$167K
$636K
$2.2M
$319K
Groups at risk
$493K
$493K
$3.5M
$493K
First Nations communities
$720K
$720K
$5.06M
$867K
Agent of family violence
$9.8M
$9.8M
$68.9M
$9.8M
Provinces with legislation
$1.2M
$1.2K
$8.4M
$1.2M
Provinces without
legislation
$447K
$447K
$3.1M
$447K
Net benefits
$29.9M
B. Quantified impacts (in non-dollars)
3 659
366
Benefit — the number of
Groups at risk
0
families at risk of family
violence will be reduced
C. Qualitative impacts
Benefits:
Enforcement officers will be empowered to take action to prevent cases of family violence where they may not have the authority to act without the proposed regulations.
The Regulations should reduce the risk of family violence, by allowing appropriate actions to be taken, such as a protection order, before the family violence occurs.
Children and their caretakers can remain connected to their communities and continue to contribute towards overall community wellness.
The Regulations should reduce the risk of family violence. This will make families less likely to incur avoidance costs that they may otherwise have had to pay.
The Regulations should reduce the burden on shelters, as it is easier to find shelter for one agent of violence or perpetrator than to find shelter for a caregiver and children.
1
The analysis period is 10 years.
The discount rate used to estimate present values was 7%.
2
844
Canada Gazette Part I
Première année
(2014)
Dernière année
(2023)
Total
(valeur actualisée)
Moyenne
annuelle
15,9 M$
18,8 M$
118,1 M$
16,8 M$
136 000 $
136 000 $
952 000 $
136 000 $
291 000 $
291 000 $
2,0 M$
291 000 $
16 000 $
0 $
28 000 $
4 000 $
167 000 $
636 000 $
2,2 M$
319 000 $
Groupes à risque
493 000 $
493 000 $
3,5 M$
493 000 $
Collectivités des Premières
Nations
720 000 $
720 000 $
5,06 M$
867 000 $
Agent de violence familiale
9,8 M$
9,8 M$
68,9 M$
9,8 M$
Provinces dotées d’une
législation
1,2 M$
1,2 M$
8,4 M$
1,2 M$
447 000 $
447 000 $
3,1 M$
447 000 $
Coûts, avantages et répartition1
A. Incidences quantifiées (dollars constants de 2013)2
(1) Avantage —
Groupes à risque
accroissement du
mieux-être de la famille
à risque
(2) Avantage — réduction Agent de violence familiale
des coûts attribuables aux
infractions criminelles
(3) Avantage — réduction Provinces et territoires
des frais de justice et
dépens attribuables aux
infractions criminelles
(1) Coûts — élaboration et
mise en application d’un
plan de communication
(2) Coûts — formation des
membres des organismes
d’application de la loi
(3a) Coûts — frais de
justice liés aux deuxièmes
audiences
(3b) Coûts — frais engagés
par les conseils de bande
pour les deuxièmes
audiences
(4) Coûts — autres
conditions de logement de
personnes faisant l’objet
d’une ordonnance
(5a) Coûts — frais
supplémentaires pour les
provinces dotées d’une
législation
(5b) Coûts — frais
supplémentaires pour les
provinces non dotées d’une
législation
April 12, 2014
Affaires autochtones et
Développement du Nord
Canada
Organismes d’application
de la loi
Provinces non dotées d’une
législation
Avantages nets
29,9 M$
B. Incidences quantifiées (non pécuniaires)
Avantage — réduction
Groupes à risque
0
3 659
366
dans le nombre de familles
exposées à la violence
familiale
C. Incidences qualitatives
Avantages :
Les agents d’exécution disposeront du pouvoir de prendre des mesures de prévention de la violence familiale dans des cas où ils n’auraient peut-être pas pu agir en
l’absence du projet de règlement.
Le Règlement devrait faire baisser les risques de violence familiale par la prise de mesures pertinentes, comme une ordonnance de protection, avant que la violence
familiale se produise.
Les enfants et leurs soignants pourront maintenir à la fois leurs attaches avec leurs collectivités et leur contribution au mieux-être global de la collectivité.
Le Règlement devrait faire baisser les risques de violence familiale. Les familles devraient ainsi être moins exposées à payer des coûts d’évitement de la maltraitance
qu’en l’absence du Règlement.
Le Règlement devrait alléger la charge des refuges, puisqu’il est plus facile de trouver un refuge pour un auteur de violence que pour un soignant accompagné d’enfants.
1
La période d’analyse est de 10 ans.
Un taux d’actualisation de 7 % a été utilisé pour évaluer les valeurs actualisées.
2
“One-for-One” Rule
Règle du « un pour un »
The “One-for-One” Rule does not apply to this proposal, as
there is no change in administrative costs to business.
La règle du « un pour un » ne s’applique pas à cette proposition,
puisqu’elle n’entraîne pas de changements dans les coûts administratifs des entreprises.
Small business lens
Lentille des petites entreprises
The small business lens does not apply to this proposal, as there
are no costs to small business.
La lentille des petites entreprises ne s’applique pas à cette proposition, puisqu’il n’y a pas de coûts pour ces entreprises.
Le 12 avril 2014
Gazette du Canada Partie I845
Consultation
Consultation
Engagement on the proposed Emergency Protection Orders
Regulations took place during the summer of 2010 with provinces
and in September 2010 with national Aboriginal organizations.
Letters offering engagement on the Emergency Protection Orders
Regulations were sent out to the provinces and territories, the
Assembly of First Nations, the Congress of Aboriginal Peoples, the
Native Women’s Association of Canada, the National Association
of Friendship Centres and the Lands Advisory Board and Resource
Centre. During consultations, one Aboriginal organization stated
that victims of domestic violence in First Nations communities
tend to confide in family members and front-line workers as
opposed to the Royal Canadian Mounted Police and police officers. To respond to this concern, the Emergency Protection Orders
Regulations allow for any appropriate third party, such as a social
worker, community nurse, or family member, to make an application on behalf of a victim. Other issues raised by these organizations were not specific to the Emergency Protection Orders Regulations, but instead concerned the broader implications of the
legislation, such as the inherent jurisdiction and lack of resources
for victims of family violence.
Le projet de Règlement sur les ordonnances de protection d’urgence a fait l’objet de consultations avec les provinces à l’été 2010
et avec les organisations nationales autochtones en septembre 2010.
Des lettres d’offre de consultations sur le projet de Règlement sur
les ordonnances de protection d’urgence ont été envoyées aux provinces et territoires, à l’Assemblée des Premières Nations, au
Congrès des Peuples Autochtones, à l’Association des femmes
autochtones du Canada, à l’Association nationale des centres
d’amitié et au Centre de ressources du Conseil consultatif des
terres. Une organisation autochtone a déclaré, au cours des consultations, que les victimes de violence familiale dans les collectivités
des Premières Nations sont portées à se confier aux membres de la
famille et aux travailleurs en première ligne plutôt qu’à la Gendarmerie royale du Canada et aux agents de police. Pour régler ce
problème, le projet de Règlement sur les ordonnances de protection d’urgence autorise tout tiers compétent (comme un travailleur
social, une infirmière communautaire ou un membre de la famille)
à formuler une demande au nom d’une victime. Ces organisations
ont soulevé d’autres questions qui ne se rapportaient pas expressément au projet de Règlement sur les ordonnances de protection
d’urgence, mais plutôt aux répercussions plus larges de la Loi,
comme la juridiction inhérente et le manque de ressources destinées aux victimes de violence familiale.
One Aboriginal organization requested a meeting, which
occurred September 8, 2010, to discuss questions regarding mandatory mediation, the use of elder councils and alternative dispute
resolution. The organization also raised concerns regarding intentional false claims of domestic abuse and one of the participants
asked if it would be possible to define what does not constitute
violence, as had been done in Alberta’s Family Law Act. These
issues were discussed but as they were deemed extraneous to the
intent of the Regulations and pertained more to the content of the
legislation, they were not incorporated in the proposed Emergency
Protection Orders Regulations. The proposed Regulations are narrow in scope and specific to procedure and process and would not
be the appropriate vehicle to address the aforementioned issues. It
is important to note the legislation does not preclude the possibility
of alternative dispute resolution or the use of elder councils.
Une organisation autochtone a demandé une rencontre, qui a eu
lieu le 8 septembre 2010, pour discuter de la médiation obligatoire,
du recours aux conseils des aînés et du règlement extrajudiciaire
des différends. Elle a aussi fait part de ses préoccupations touchant
les allégations fallacieuses et intentionnelles de violence familiale.
L’un des participants a demandé s’il serait possible de définir ce
qui ne constitue pas de la violence, comme il a été fait dans la
Family Law Act de l’Alberta. On a débattu de ces questions, mais
comme elles étaient jugées éloignées de l’intention du Règlement
et plus pertinentes au contenu de la Loi, elles n’ont pas été intégrées au projet de Règlement sur les ordonnances de protection
d’urgence, lequel a une portée étroite en lien avec les procédures et
les processus, et n’est pas le texte qui se prête à une réponse aux
questions précitées. Il est à noter que la Loi n’empêche pas la possibilité d’un règlement extrajudiciaire des différends ou d’un
recours à des conseils des aînés.
Conference calls to discuss and give an overview of the proposed Emergency Protection Orders Regulations were organized
with provinces that requested them. In the summer and fall of
2010, comments were provided during the conference calls and in
writing by the provinces and the territories. The comments provided by the provinces were largely outside the scope of the content of the Emergency Protection Orders Regulations and included
concerns about the process, the narrow transition time to allow for
implementation and the costs of implementing the Act and the
accompanying regulations, such as amending their own procedures. Mitigation strategies included clarifying for provincial officials that the Regulations will provide for rules of practice and
procedure for clarity where the relevant provincial or territorial
authority has not adapted or made its own rules of practice and
procedure under the Family Homes on Reserves and Matrimonial
Interests or Rights Act; reiterating that Aboriginal Affairs and
Northern Development Canada was continuing to work toward an
implementation plan; and keeping the provinces informed on the
status of the proposed Regulations. Although Aboriginal Affairs
and Northern Development Canada recognized the issue of availability of resources, it was deemed part of a much larger question
beyond any relatively small additional impact created by the Regulations. Provinces were also made aware that one of the primary
On a organisé, avec les provinces qui en faisaient la demande,
des conférences téléphoniques pour donner un aperçu du projet de
Règlement sur les ordonnances de protection d’urgence et en discuter. À l’été et à l’automne de 2010, les provinces et les territoires
ont fourni des commentaires par écrit et lors des conférences téléphoniques. Les commentaires des provinces débordaient largement
la portée du contenu du Règlement sur les ordonnances de protection d’urgence, puisqu’elles formulaient des craintes au sujet du
processus, du faible délai de transition pour autoriser la mise en
œuvre et des coûts de mise en application de la Loi et de son règlement, par exemple la modification de leurs propres procédures.
Parmi les stratégies d’atténuation figure la clarification, à l’intention des représentants provinciaux, que le Règlement fournira des
règles de pratique et de procédure en vue d’assurer une certaine
certitude dans les cas où l’autorité provinciale ou territoriale compétente n’a pas adapté ou pris ses propres règles de pratique et de
procédure en vertu de la Loi sur les foyers familiaux situés dans les
réserves et les droits ou intérêts matrimoniaux; réitérer qu’Affaires
autochtones et Développement du Nord Canada continue son travail sur un plan de mise en œuvre et tenir les provinces au courant
des progrès du projet de règlement. Affaires autochtones et Développement du Nord Canada était bien conscient de la question de la
disponibilité des ressources, mais elle était considérée comme un
846
Canada Gazette Part I
components of the implementation plan is to train front-line officers regarding the issuance of emergency protection orders on
reserve.
One of the comments, however, was incorporated in the proposed Emergency Protection Orders Regulations. One of the provinces raised the issue of confidentiality related to substitute service
of orders pursuant to subsection 19(1) of the proposed Emergency
Protection Orders Regulations. To address this concern, subsection 19(1) was amended to specify that the court must be satisfied,
prior to allowing a substitute service of an order, that a substituted
service will not disclose any information that was ordered to be
kept confidential.
In order to keep the provinces, territories and First Nations
organizations abreast of the development of the proposed Emergency Protection Orders Regulations, a second letter was sent on
November 19, 2013, asking them to review the proposed Emergency Protection Orders Regulations and provide comments by
December 6, 2013. Only Manitoba raised concerns regarding
socio-economic conditions on reserve and how those conditions
could impede successful implementation of emergency protection
orders in First Nations communities. As these issues are beyond the
scope of the proposed Regulations, they were not addressed,
although they were noted as an important consideration moving
forward.
In addition to the consultations with provinces, territories and
First Nations organizations, the proposed Emergency Protection
Orders Regulations were presented to the Standing Senate Committee on Human Rights at the end of May 2010.
The Emergency Protection Orders Regulations were also discussed during presentations to family law lawyers from the federal,
provincial and territorial governments on October 9, 2013, and
November 6, 2013, and with family law practitioners on
November 22, 2013. During these meetings, a concern was raised
regarding education and training for implementation, especially
related to the emergency protection orders and reaching the correct
judicial and enforcement representatives. The concern was
expressed that training would need to be region-specific as the different regions have different procedures. Representatives of the
Department of Justice will support the Royal Canadian Mounted
Police and Public Safety Canada in the development of training
material to ensure that the training reflects regional differences.
April 12, 2014
élément d’une question beaucoup plus vaste, qui va au-delà de
toutes les autres conséquences, relativement faibles, du Règlement.
Les provinces ont aussi été informées que l’un des volets principaux du plan de mise en œuvre consistait à former les agents de
première ligne à l’égard de la prise d’ordonnances de protection
d’urgence dans les réserves.
Néanmoins, l’un des commentaires a été intégré au Règlement.
Une province a soulevé la question de la confidentialité touchant le
service effectué en substitution des ordonnances, en application du
paragraphe 19(1) du projet de Règlement sur les ordonnances de
protection d’urgence. Pour y remédier, le paragraphe 19(1) a été
modifié pour préciser que le tribunal doit être convaincu, avant
d’autoriser un service en substitution d’une ordonnance, que ce
service ne divulgue aucune information dont la confidentialité était
stipulée dans l’ordonnance.
Le 19 novembre 2013, une deuxième lettre a été envoyée aux
provinces, aux territoires et aux organisations des Premières
Nations pour les tenir au courant des progrès du projet de Règlement sur les ordonnances de protection d’urgence, et pour leur
demander de l’examiner et de fournir leurs commentaires à son
sujet au plus tard le 6 décembre 2013. Seul le Manitoba a soulevé
des questions concernant les conditions socioéconomiques dans les
réserves, et la difficulté que pourraient poser ces conditions à la
mise en œuvre réussie des ordonnances de protection d’urgence
dans les collectivités des Premières Nations. Comme ces questions
débordent la portée du projet de règlement, on n’y a pas donné
suite, mais elles ont été notées à titre de considération importante
pour l’avenir.
Le projet de Règlement sur les ordonnances de protection d’urgence a non seulement fait l’objet de consultations avec les provinces, les territoires et les organisations des Premières Nations,
mais il a aussi été présenté au Comité sénatorial permanent des
droits de la personne à la fin de mai 2010.
Le Règlement a de plus été évoqué à l’occasion de présentations
à des avocats en droit de la famille rattachés aux gouvernements
provinciaux, territoriaux et fédéral le 9 octobre 2013 et le
6 novembre 2013, et à des praticiens en droit de la famille le
22 novembre 2013. Au cours de ces réunions, des questions ont été
posées au sujet de l’éducation et de la formation en vue de la mise
en œuvre, touchant surtout les ordonnances de protection d’urgence et la façon de cibler les représentants pertinents dans le
domaine judiciaire et celui de l’application. Comme chaque région
a ses propres procédures, on a fait valoir que la formation devait
être propre à chacune de ces régions. Des représentants du ministère de la Justice appuieront la Gendarmerie royale du Canada et
Sécurité publique Canada dans la préparation du matériel de formation pour veiller à ce que cette formation tienne compte des différences entre régions.
Regulatory cooperation
Coopération en matière de réglementation
The Government of Canada consulted with relevant provinces
and territories to ensure they were aware of the new responsibilities
associated with the Family Homes on Reserves and Matrimonial
Interests or Rights Act and its accompanying Regulations. Aboriginal Affairs and Northern Development Canada recognized that
while the federal regime may not align perfectly with the system in
some provinces, the legislation and the Regulations have been
developed with the objective of balancing the need for a consistent
system on reserves across Canada with the need for harmony with
the provinces. Further, the Government of Canada sought to minimize upfront costs in relevant provinces and territories that already
have systems in place to enable them to adapt their existing regulations so that they could be applied pursuant to the Family Homes
on Reserves and Matrimonial Interests or Rights Act.
Le gouvernement du Canada a consulté les provinces et territoires touchés pour veiller à ce qu’ils soient au courant des nouvelles responsabilités liées à la Loi sur les foyers familiaux situés
dans les réserves et les droits ou intérêts matrimoniaux et à son
règlement. Affaires autochtones et Développement du Nord
Canada a fait valoir que même si le régime fédéral ne concorde pas
parfaitement avec le système en place dans certaines provinces, la
Loi et le Règlement ont été rédigés en vue d’équilibrer le besoin
d’un système cohérent dans les réserves partout au Canada et la
nécessité de l’harmoniser avec celui des provinces. Le gouvernement du Canada a de plus cherché à réduire au minimum les coûts
initiaux des provinces et territoires possédant déjà leurs propres
systèmes, en leur permettant d’adapter leur règlement pour
qu’il soit possible de l’appliquer en vertu de la Loi sur les foyers
familiaux situés dans les réserves et les droits ou intérêts
matrimoniaux.
Le 12 avril 2014
Gazette du Canada Partie I847
Rationale
Justification
The estimated cost of the proposed Emergency Protection
Orders Regulations is approximately $91.2 million over a period of
10 years following the enactment of the Regulations. The total
benefit is estimated at approximately $121.1 million over the same
period. The net benefit of this initiative is valued at approximately
$29.9 million. This net benefit is a conservative estimate since
some benefits were qualitative benefits that cannot be monetized.
Le coût estimatif du projet de Règlement sur les ordonnances de
protection d’urgence est d’environ 91,2 millions de dollars sur les
10 ans qui suivent sa promulgation. Le total des avantages est évalué à 121,1 millions de dollars au cours de la même période, et
l’avantage net de cette initiative est évalué à 29,9 millions de dollars. Cet avantage net est une estimation prudente, puisque certains
avantages sont qualitatifs et on ne peut leur attribuer une valeur
pécuniaire.
It is also anticipated that the number of families at risk of family
violence will be reduced due to the enactment of the Emergency
Protection Orders Regulations. It is estimated that the proposed
Regulations would decrease the incidences of violence by an average of 366 cases per year for the next 10 years by allowing for the
removal of the perpetrator of family violence from the family
home.
Once the Emergency Protection Orders Regulations are enacted,
enforcement officers will have additional powers to take action to
prevent incidences of family violence on reserve. In addition, the
proposed Regulations will allow children and their caretakers to
remain in their homes and connected to their communities; it will
therefore benefit the most vulnerable members of society, specifically minors and victims of abuse.
On prévoit aussi une baisse dans le nombre de familles exposées
à la violence familiale à la suite de l’adoption du Règlement sur les
ordonnances de protection d’urgence. Selon les estimations, le
projet de règlement anticipé entraînerait une baisse d’en moyenne
366 cas de violence par année au cours des 10 années à venir, en
autorisant l’éloignement de l’auteur de cette violence familiale du
foyer familial.
Une fois le Règlement sur les ordonnances de protection d’urgence promulgué, les agents d’exécution disposeront de pouvoirs
supplémentaires pour prendre des mesures de prévention des cas
de violence familiale dans les réserves. Par ailleurs, le projet de
règlement autorisera les enfants et leurs soignants à ne pas quitter
leur foyer et à maintenir leurs attaches avec leurs collectivités,
et par conséquent protégera les membres les plus vulnérables de
la société, plus précisément les mineurs et les victimes de
maltraitance.
À la lumière des constatations issues de l’analyse des coûtsavantages, il est recommandé que le projet de Règlement sur les
ordonnances de protection d’urgence, rédigé en conformité avec la
Loi sur les foyers familiaux situés dans les réserves et les droits ou
intérêts matrimoniaux, soit adopté et appliqué, puisque ses avantages dépassent de loin ses coûts estimatifs.
De plus, ce sont essentiellement les groupes à risque de violence
familiale et les agents de violence familiale dans les réserves qui
profiteront le plus du projet de Règlement sur les ordonnances de
protection d’urgence, ce qui va dans le sens des objectifs de la Loi
sur les foyers familiaux situés dans les réserves et les droits ou
intérêts matrimoniaux, à savoir offrir aux individus dans les
réserves des droits et des protections de base sur le foyer familial,
et sur les autres intérêts ou droits matrimoniaux, pendant la relation
conjugale, en cas d’échec de celle-ci ou lors du décès d’un conjoint
ou conjoint de fait.
Considering the findings of the cost-benefit analysis, it is recommended that the proposed Emergency Protection Orders Regulations, drafted in accordance with the Family Homes on Reserves
and Matrimonial Interests or Rights Act, be enacted and implemented, since the benefits of the Regulations are much greater than
their estimated costs.
In addition, the benefits resulting from the proposed Emergency
Protection Orders Regulations will be mainly for the groups at risk
of family violence and the agents of family violence on reserves.
This is in accordance with the objectives of the Family Homes on
Reserves and Matrimonial Interests or Rights Act to provide basic
rights and protections to individuals on reserves during the relationship, in the event of a relationship breakdown, and on the death
of a spouse or common-law partner regarding the family home and
other matrimonial interests or rights.
Implementation, enforcement and service standards
Mise en œuvre, application et normes de service
Aboriginal Affairs and Northern Development Canada will be
responsible for the implementation support for the Family Homes
on Reserves and Matrimonial Interests or Rights Act and its proposed Emergency Protection Orders Regulations, enacted in
cooperation with its partners, such as the Royal Canadian Mounted
Police, Public Safety Canada, legal organizations or institutes, and
some First Nations organizations.
Affaires autochtones et Développement du Nord Canada sera
chargé d’appuyer la mise en application de la Loi sur les foyers
familiaux situés dans les réserves et les droits ou intérêts matrimoniaux et du projet de Règlement sur les ordonnances de protection
d’urgence, promulgué en collaboration avec des partenaires comme
la Gendarmerie royale du Canada, Sécurité publique Canada, des
organisations ou instituts juridiques, et certaines organisations des
Premières Nations.
Affaires autochtones et Développement du Nord Canada préparera et diffusera de l’information sur la loi et le projet de Règlement
sur les ordonnances de protection d’urgence, en vue de tenir les
intervenants au courant.
De plus, du matériel éducatif sera distribué aux experts juridiques en vue de les aider à appliquer la loi. Tout au long de la mise
en œuvre, des fonds seront versés aux organisations afin de rédiger
de la documentation à l’intention du système judiciaire et des
experts juridiques.
Aboriginal Affairs and Northern Development Canada will
develop and disseminate information on the legislation and the proposed Emergency Protection Orders Regulations in order to inform
affected stakeholders.
Legal experts will also be provided with educational materials to
assist them in the application of the legislation. Organizations will
be provided with funding throughout the implementation program
to develop materials for the judiciary and for legal experts.
848
Canada Gazette Part I
Enforcement agency officers will need to undergo training and
education to increase their understanding of how to enforce the
legislation and the proposed Emergency Protection Orders Regulations. The Royal Canadian Mounted Police will develop and
deliver training on the legislation and the proposed Regulations
that will include an online course available to all employees, as
well as classroom training delivered in each province or territory,
and portable reference material for the use of front-line Royal Canadian Mounted Police members in real-time situations. Public
Safety Canada will facilitate the development of best practices and
education resources regarding the legislation to assist officers
working in First Nations and municipal police services where a
First Nations policing program agreement is in place.
Aboriginal Affairs and Northern Development Canada has also
established a Centre of Excellence for Matrimonial Real Property
to assist with the implementation of the Family Homes on Reserves
or Matrimonial Interests or Rights Act, which received Royal
Assent on June 19, 2013. The Centre of Excellence was established
within the National Aboriginal Lands Managers Association, a
First Nations organization that operates at arm’s length from the
Government of Canada. The Centre will provide information on
the protections and rights available to individuals and families living on reserves, as well as the provisional federal rules and the
proposed Emergency Protection Orders Regulations, once in force.
April 12, 2014
Les agents des organismes d’application devront suivre une formation et des cours afin d’en arriver à mieux comprendre comment
appliquer la loi et le projet de Règlement sur les ordonnances de
protection d’urgence. La Gendarmerie royale du Canada préparera
et donnera une formation sur la loi et le Règlement, qui comprendra un cours en ligne offert à tous les employés, une formation en
classe dans chaque province ou territoire, et du matériel de référence portatif à l’usage des membres de la Gendarmerie royale du
Canada qui sont en première ligne, dans des situations en temps
réel. Sécurité publique Canada appuiera l’élaboration de pratiques
exemplaires et de ressources éducatives sur la loi, afin d’aider les
agents qui œuvrent au sein des Premières Nations et les services de
police municipaux dans les cas où une entente sur un programme
des services de police des Premières Nations est en place.
Affaires autochtones et Développement du Nord Canada a en
outre mis sur pied un Centre d’excellence en matière de biens
immobiliers matrimoniaux afin d’appuyer la mise en œuvre de la
Loi sur les foyers familiaux situés dans les réserves et les droits
ou intérêts matrimoniaux, laquelle a reçu la sanction royale le
19 juin 2013. Le Centre d’excellence a été établi au cœur de l’Association nationale des gestionnaires des terres autochtones, organisation de Premières Nations qui fonctionne indépendamment du
gouvernement du Canada. Le Centre fournira des renseignements
sur les protections et les droits offerts aux personnes et aux familles
qui vivent dans les réserves, ainsi que sur les règles provisoires
fédérales et le projet de Règlement sur les ordonnances de protection d’urgence lorsqu’ils seront en vigueur.
Contact
Personne-ressource
Neil Burnett
Acting Senior Director
Lands Modernization Directorate
Aboriginal Affairs and Northern Development Canada
Email: Neil.Burnett@aadnc-aandc.gc.ca
Telephone: 819-953-0517
Fax: 819-953-0248
Neil Burnett
Directeur principal par intérim
Direction de la modernisation des terres
Affaires autochtones et Développement du Nord Canada
Courriel : Neil.Burnett@aadnc-aandc.gc.ca
Téléphone : 819-953-0517
Télécopieur : 819-953-0248
PROPOSED REGULATORY TEXT
PROJET DE RÉGLEMENTATION
Notice is hereby given that the Governor in Council, pursuant to
subsection 53(1) of the Family Homes on Reserves and Matrimonial Interests or Rights Act1a, proposes to make the annexed Emergency Protection Orders Regulations.
Interested persons may make representations concerning the
proposed Regulations within 30 days after the date of publication
of this notice. All such representations must cite the Canada Gazette, Part I, and the date of publication of this notice, and be
addressed to Neil Burnett, A/Director, Lands Modernization Directorate, Department of Aboriginal Affairs and Northern Development, 10 Wellington Street, 17th Floor, Gatineau, Quebec K1A 0H4
(tel.: 819-953-0517; fax: 819-953-0248; e-mail: Neil.Burnett@
aadnc-aandc.gc.ca).
Ottawa, April 3, 2014
JURICA ČAPKUN
Assistant Clerk of the Privy Council
Avis est donné que le gouverneur en conseil, en vertu du paragraphe 53(1) de la Loi sur les foyers familiaux situés dans les
réserves et les droits ou intérêts matrimoniaux1a, se propose de
prendre le Règlement sur les ordonnances de protection d’urgence,
ci-après.
Les intéressés peuvent présenter leurs observations au sujet du
projet de règlement dans les trente jours suivant la date de publication du présent avis. Ils sont priés d’y citer la Gazette du Canada
Partie I, ainsi que la date de publication, et d’envoyer le tout à
Neil Burnett, Directeur int., Direction de la modernisation des
terres, ministère des Affaires autochtones et Développement du
Nord Canada, 10, rue Wellington, 17e étage, Gatineau (Québec)
K1A 0H4 (tél. : 819-953-0517; téléc. : 819-953-0248; courriel :
Neil.Burnett@aadnc-aandc.gc.ca).
Ottawa, le 3 avril 2014
Le greffier adjoint du Conseil privé
JURICA ČAPKUN
a
a
S.C. 2013, c. 20
L.C. 2013, ch. 20
Le 12 avril 2014
Definitions
“Act”
« Loi »
“applicant”
« demandeur »
“application”
« demande »
“family
violence”
« violence
familiale »
“respondent”
« défendeur »
“telecommunication”
« télécommunication »
“vulnerable
person”
« personne
vulnérable »
Application of
Regulations
How to apply
Telecommunication
Gazette du Canada Partie I849
EMERGENCY PROTECTION
ORDERS REGULATIONS
RÈGLEMENT SUR LES ORDONNANCES
DE PROTECTION D’URGENCE
INTERPRETATION
DÉFINITIONS ET APPLICATION
1. The following definitions apply in these
Regulations.
“Act” means the Family Homes on Reserves and
Matrimonial Interests or Rights Act.
“applicant” means the person who initiates an application, whether or not they are represented by
another person who acts on their behalf.
“application” means an application for an emergency protection order under subsection 16(1) of the
Act.
“family violence” has the same meaning as in subsection 16(9) of the Act;
1. Les définitions qui suivent s’appliquent au présent règlement.
« défendeur » L’époux ou le conjoint de fait du
demandeur.
« demande » Demande d’ordonnance de protection
d’urgence visée au paragraphe 16(1) de la Loi.
« demandeur » Personne qui présente une demande,
qu’elle soit représentée ou non par une personne
agissant en son nom.
« Loi » La Loi sur les foyers familiaux situés dans
les réserves et les droits ou intérêts matrimoniaux.
« personne vulnérable » Tout enfant à la charge du
demandeur ou du défendeur, ou toute personne âgée
ou atteinte d’une déficience qui réside habituellement dans le foyer familial et dont le demandeur ou
le défendeur s’occupe.
« télécommunication » Sont assimilées aux télécommunications les communications effectuées par téléphone, courriel ou télécopieur.
“respondent” means the spouse or common-law
partner of an applicant.
“telecommunication” includes communication by
telephone, e-mail or fax.
“vulnerable person” means any child in the charge of
the applicant or respondent and any elderly person
or person with a disability who habitually resides in
the family home and for whom the applicant or
respondent is the caregiver.
2. These Regulations apply in any province in
which a designated judge is authorized to act and no
rules of practice or procedure have been made under
subsection 47(2) of the Act.
Définitions
« défendeur »
“respondent”
« demande »
“application”
« demandeur »
“applicant”
« Loi »
“Act”
« personne
vulnérable »
“vulnerable
person”
« télécommunication »
“telecommunication”
« violence familiale » S’entend au sens du paragraphe 16(9) de la Loi.
« violence
familiale »
“family
violence”
2. Le présent règlement s’applique dans toute province où un juge désigné est autorisé à agir et où
aucune règle de pratique ou de procédure n’a été établie en vertu du paragraphe 47(2) de la Loi.
Application
APPLICATION
DEMANDE
Making an Application
Présentation
3. (1) An application is made to a designated
judge and may be made in person or by
telecommunication.
(2) If an application is made by telecommunication, the applicant or the person acting for the applicant must be available to speak to the designated
judge by telephone or other telecommunication that
permits the judge and the applicant or the person acting for the applicant to speak directly to one another.
3. (1) La demande est présentée à un juge désigné
soit en personne, soit par télécommunication.
Manière de
présenter la
demande
(2) Si la demande est présentée par télécommunication, le demandeur ou la personne agissant en son
nom doit être disponible pour parler au juge désigné
par téléphone ou par tout autre moyen de télécommunication leur permettant de communiquer de vive
voix entre eux.
Télécommunication
Person Acting for Applicant
Personne agissant au nom du demandeur
Verification of
consent
4. (1) Before hearing an application that is made
by a person acting for the applicant, the designated
judge must be satisfied, by evidence given under
oath or affirmation, that the person is acting with the
applicant’s consent.
Leave to apply
without consent
(2) Before granting leave to a person to make an
application for an applicant without the applicant’s
consent, the designated judge must be satisfied, by
evidence given under oath or affirmation, that
(a) the person is a peace officer or is an appropriate person to make the application having regard
to their occupation, their status in the community,
4. (1) Avant de procéder à l’audition d’une
demande présentée par une personne agissant au
nom du demandeur, le juge désigné doit être
convaincu, par preuve présentée sous serment ou par
affirmation solennelle, que cette personne a obtenu
le consentement du demandeur.
(2) À défaut de consentement, le juge désigné,
avant d’autoriser la présentation de la demande par
une personne agissant au nom du demandeur, doit
être convaincu, par preuve présentée sous serment
ou par affirmation solennelle, à la fois :
a) que la personne est un agent de la paix ou
qu’elle est compétente pour présenter la demande
Vérification du
consentement
Autorisation de
présenter une
demande sans
consentement
850
Canada Gazette Part I
their relationship to the applicant and their knowledge of the applicant’s circumstances;
(b) the person is acting in good faith; and
(c) either
(i) the applicant is for any reason unable to give
consent, or
(ii) there are reasonable grounds to believe that,
because of family violence, the applicant or a
vulnerable person is exposed to an immediate
risk of harm or property is exposed to an
immediate risk of damage.
Request for
confidentiality
Conditions
Duty to order
confidentiality
Information to
be included
April 12, 2014
compte tenu de sa profession, de son statut au sein
de la communauté, de sa relation avec le demandeur et de sa connaissance de la situation du
demandeur;
b) qu’elle agit de bonne foi;
c) selon le cas :
(i) que le demandeur, pour quelque raison que
ce soit, est incapable de donner son
consentement,
(ii) qu’il est raisonnable de croire que la violence familiale pose un risque immédiat de préjudice au demandeur ou à une personne vulnérable ou un risque immédiat de dommages aux
biens.
Confidentiality Order
Ordonnance de confidentialité
5. (1) Before or during the hearing of an application, the applicant or the person acting for the applicant may ask the designated judge to order that
information in the application or disclosed during
the hearing be kept confidential. The information
kept confidential may include the name of the applicant, the respondent, a witness or a vulnerable person as well as any information that is likely to identify them.
(2) The designated judge may make a confidentiality order only if he or she is satisfied that
(a) confidentiality is necessary for the safety of
the applicant or a witness or the safety or physical
or emotional well-being of a vulnerable person; or
(b) the undue hardship or adverse effect that could
be caused to the applicant, a witness or a vulnerable person by making the information public outweighs the public’s right to the information.
5. (1) Avant l’audition de la demande ou au cours
de celle-ci, le demandeur ou la personne agissant en
son nom peut demander au juge désigné d’ordonner
que tout ou partie des renseignements figurant dans
la demande ou communiqués à l’audience, notamment les noms du demandeur, du défendeur, d’un
témoin ou d’une personne vulnérable ainsi que tout
renseignement susceptible de révéler leur identité,
soient traités de façon confidentielle.
(2) Le juge désigné ne peut toutefois rendre une
telle ordonnance que s’il est convaincu, selon le cas :
a) de la nécessité de celle-ci pour la sécurité du
demandeur ou d’un témoin ou pour la sécurité ou
le bien-être physique ou affectif d’une personne
vulnérable;
b) de la prédominance, sur le droit du public à
l’information, du droit du demandeur, d’un témoin
ou d’une personne vulnérable d’être protégé
contre l’effet défavorable ou le préjudice injustifié
que la publicité de l’instance peut leur causer.
(3) S’il est convaincu que l’une des conditions
prévues au paragraphe (2) est remplie à l’égard d’un
renseignement figurant dans la demande ou communiqué au cours de l’audience, le juge désigné, sur
demande ou de sa propre initiative, ordonne que le
renseignement soit traité de façon confidentielle.
(3) If a designated judge is satisfied that any information in the application or disclosed during the
hearing meets one of the conditions described in
subsection (2), he or she must order that it be kept
confidential, whether asked to do so or not.
Content of Application
Contenu de la demande
6. During the hearing of the application, the designated judge must ensure that the following information is provided:
(a) the applicant’s name, date of birth and contact
information;
(b) the name and contact information of any person acting for the applicant;
(c) the respondent’s name, date of birth and contact information, if known;
(d) the name and, if known, the date of birth of
any vulnerable person and any information that
could help the designated judge to consider their
best interests;
(e) the name of any person other than the applicant and respondent who has an interest or right in
the family home;
(f) the duration of the conjugal relationship
between the applicant and respondent;
6. Au cours de l’audition de la demande, le juge
désigné veille à ce que soient fournis les renseignements suivants :
a) les nom, date de naissance et coordonnées du
demandeur;
b) s’il y a lieu, les nom et coordonnées de la personne agissant en son nom;
c) les nom, date de naissance et coordonnées du
défendeur, s’ils sont connus;
d) le nom de toute personne vulnérable et, si elle
est connue, sa date de naissance ainsi que tout renseignement susceptible d’aider le juge désigné à
tenir compte de l’intérêt de cette personne;
e) le nom de toute personne, autre que le demandeur ou le défendeur, qui détient un droit ou intérêt sur le foyer familial;
f) la durée de la relation conjugale entre le demandeur et le défendeur;
Demande de
confidentialité
Conditions
Obligation de
rendre une
ordonnance de
confidentialité
Renseignements
Le 12 avril 2014
Gazette du Canada Partie I851
(g) a description of what the respondent has done
or not done that makes the applicant fear for his or
her safety or the safety of a vulnerable person, or
fear damage to property;
(h) a description of any past family violence;
(i) a description of any circumstances that would
justify a designated judge in ordering the removal
of a person other than the respondent from the
family home;
(j) the details and date of any past application for
an emergency protection order relating to family
violence made under any federal or provincial Act
by the applicant or a person acting for the
applicant;
(k) the details of any order made under the Criminal Code that restricts the respondent’s communication or contact with the applicant or a vulnerable person and the details of any offence
against the applicant or a vulnerable person with
respect to which the respondent was charged or
convicted;
(l) the conditions of any release or parole granted
under the Corrections and Conditional Release
Act that apply to the applicant in relation to the
respondent or to the respondent in relation to the
applicant;
(m) the details of any civil emergency protection
order, or similar order, whether federal or provincial, relating to family violence and applicable to
the applicant or respondent;
(n) the details of any order made under the Divorce
Act or the family law of a province and applicable
to the applicant and respondent and any agreement between them concerning the custody of or
access to children; and
(o) any other information that the designated
judge considers necessary.
Evidence
Oath or
affirmation
Written record
Verification of
record
Conduct of
hearing
g) une description des comportements du défendeur qui amènent le demandeur à craindre pour sa
sécurité ou celle d’une personne vulnérable ou à
craindre que des biens subissent des dommages;
h) un exposé de toute violence familiale passée;
i) un exposé des circonstances qui justifieraient le
juge désigné à enjoindre à une personne autre que
le défendeur de quitter le foyer familial;
j) les détails de toute demande de protection d’urgence relativement à la violence familiale présentée dans le passé, en vertu de toute loi fédérale ou
provinciale, par le demandeur ou toute personne
agissant en son nom, ainsi que la date de présentation de la demande;
k) les détails de toute ordonnance rendue en vertu
du Code criminel qui restreint la communication
ou les contacts du défendeur avec le demandeur
ou toute autre personne vulnérable, ainsi que les
détails de toute infraction dont le défendeur a été
accusé ou reconnu coupable à l’égard du demandeur ou de toute autre personne vulnérable.
l) les conditions de toute mise en liberté ou libération conditionnelle imposées au demandeur à
l’égard du défendeur ou au défendeur à l’égard du
demandeur en vertu de la Loi sur le système correctionnel et la mise en liberté sous condition;
m) les détails de toute ordonnance civile de protection d’urgence ou de toute ordonnance semblable — fédérale ou provinciale — relativement
à la violence familiale et qui touche le demandeur
ou le défendeur;
n) les détails de toute ordonnance rendue sous le
régime de la Loi sur le divorce ou de toute loi provinciale en matière de droit de la famille qui
touche le demandeur et le défendeur, et de tout
accord relatif à la garde ou au droit d’accès intervenu entre eux;
o) tout autre renseignement que le juge désigné
estime nécessaire.
HEARING
AUDITION
7. On receiving an application, the designated
judge must hear and consider the allegations and evidence of the applicant or person acting for the applicant and may hear and consider any other evidence
that is offered.
8. During the hearing of the application, the designated judge must take the evidence under oath or
affirmation.
9. (1) The designated judge must ensure that a
legible written record is made of the evidence of
each witness.
(2) If the designated judge records the evidence of
a witness by taking notes, he or she must
(a) ensure that the witness understands the notes
and agrees with their content; and
(b) sign and date the notes.
10. The designated judge may conduct the hearing
in any manner that he or she considers appropriate to
reach a just decision and to put the applicant or person acting for the applicant at ease and help them to
understand the proceedings.
7. Sur présentation d’une demande, le juge désigné entend et étudie les allégations et la preuve du
demandeur ou de la personne agissant en son nom et
peut entendre et étudier tout autre élément de preuve
présenté.
8. Au cours de l’audition de la demande, le juge
désigné reçoit la preuve sous serment ou par affirmation solennelle.
9. (1) Le juge désigné veille à ce que la preuve de
chaque témoin soit enregistrée par écrit de façon
lisible.
(2) S’il note lui-même la preuve d’un témoin, le
juge désigné :
a) veille à ce que le témoin comprenne ses notes et
soit d’accord avec leur contenu;
b) signe ses notes et y appose la date.
10. Le juge désigné peut choisir de mener l’audience d’une manière qui lui permette de parvenir à
une décision juste, de mettre le demandeur ou la personne agissant en son nom à l’aise et de l’aider à
comprendre la procédure.
Preuve
Serment ou
affirmation
solennelle
Enregistrement
de la preuve
Vérification de
l’enregistrement
Tenue de
l’audience
852
Canada Gazette Part I
Adjournment
Continuation
Fast decision
Order
forwarded to
court
Refusal of order
forwarded to
court
Copies to peace
officer
Copy by
dictation
Effect of copies
April 12, 2014
11. The designated judge may adjourn the hearing
at any time to
(a) change the location of the hearing or the manner of making the application to accommodate a
witness; or
(b) allow evidence to be heard in person at a time
and place directed by the designated judge, if
hearing the evidence by telecommunication
proves unsatisfactory.
12. If the designated judge begins to hear the
application but is unable to continue, another designated judge may
(a) continue the hearing if the record of the evidence received by the first judge is available for
review; or
(b) begin a new hearing if the record is not
available.
11. Le juge désigné peut en tout temps suspendre
l’audience, selon le cas :
a) afin d’en déplacer le lieu ou de modifier la
manière de présenter la demande pour accommoder un témoin;
b) afin de permettre l’audition de la preuve en personne, selon les modalités de temps et de lieu
qu’il précise, si l’audition par télécommunication
n’est pas satisfaisante.
12. Si le juge désigné est incapable de poursuivre
l’audition de la demande, un autre juge désigné
peut :
a) soit la continuer si le dossier de la preuve
recueillie par le juge désigné précédent est disponible pour examen;
b) soit la recommencer si ce dossier n’est pas
disponible.
DECISION
DÉCISION
13. The designated judge must conclude the hearing and decide whether to make an emergency protection order without delay, but in any case within
24 hours after the application is made.
14. A designated judge who must forward to the
court in the province in which he or she has jurisdiction a copy of the emergency protection order and
supporting materials under subsection 17(1) of the
Act must ensure that they are delivered in person or
sent by courier or a means of telecommunication
that produces an exact copy.
13. Le juge désigné termine l’audition de la
demande et rend sa décision sans délai, mais au plus
tard vingt-quatre heures suivant la présentation de la
demande.
14. Le juge désigné qui doit faire parvenir au tribunal de la province où il a compétence une copie
d’une ordonnance de protection d’urgence et tous les
documents à l’appui, en application du paragraphe 17(1) de la Loi, veille à ce que ceux-ci soient
remis en personne, ou transmis par service de messagerie ou par un moyen de télécommunication qui
produit une copie conforme.
15. S’il refuse de rendre l’ordonnance de protection d’urgence, le juge désigné consigne par écrit sa
décision et les motifs de celle-ci et veille à ce que la
copie, accompagnée de tous les documents à l’appui,
soit remise en personne au tribunal de la province où
il a compétence, ou lui soit transmise par service de
messagerie ou par un moyen de télécommunication
qui produit une copie conforme.
15. A designated judge who refuses to make an
emergency protection order must prepare a written
decision that sets out the reasons for refusal and
must ensure that a copy of the decision is forwarded,
along with all supporting materials, to the court in
the province in which he or she has jurisdiction. The
copy and supporting materials must be delivered in
person or sent by courier or a means of telecommunication that produces an exact copy.
Suspension
Continuation
Décision rapide
Transmission
au tribunal
Refus de rendre
l’ordonnance de
protection
d’urgence
SERVICE AND NOTICE
SIGNIFICATION ET AVIS
Transfer of Emergency Protection
Order and Caution
Transmission de l’ordonnance de protection
d’urgence et de la mise en garde
16. (1) After making an emergency protection
order, the designated judge must, without delay, provide a peace officer with copies of the order and the
caution described in section 17 by delivering them in
person or sending them by courier or a means of
telecommunication that produces an exact copy.
(2) The designated judge may also dictate the contents of the order and caution to a peace officer by
telephone or other telecommunication that permits
the designated judge and the peace officer to speak
directly to one another. The officer’s record of the
dictation constitutes a copy of the order and
caution.
(3) A copy that is provided in accordance with this
section has the same effect as the original.
16. (1) Après avoir rendu une ordonnance de protection d’urgence, le juge désigné fournit sans délai
une copie de celle-ci et de la mise en garde visée à
l’article 17 à un agent de la paix en personne, par
service de messagerie ou par un moyen de télécommunication qui produit une copie conforme.
(2) Le juge désigné peut aussi dicter le contenu de
l’ordonnance et de la mise en garde à l’agent de la
paix par téléphone ou par un autre moyen de télécommunication qui leur permet de communiquer
entre eux de vive voix, les notes prises par l’agent de
la paix constituant une copie.
Copies à un
agent de la paix
(3) Toute copie transmise conformément au présent article produit les mêmes effets que l’original.
Mêmes effets
Contenu dicté
Le 12 avril 2014
Gazette du Canada Partie I853
Cautioning of Respondent
and Specified Persons
Mise en garde au défendeur et
17. The peace officer who serves an emergency
protection order on a respondent or a person specified in the order must attach a caution that contains
the following information:
(a) the name of the respondent and of every person specified in the order;
(b) the name of the designated judge who made
the order and the place where it was made;
(c) a statement that the order was made under subsection 16(1) of the Family Homes on Reserves
and Matrimonial Interests or Rights Act;
(d) the date of the order;
(e) a statement that the order will remain in force
until the day set out in the order;
(f) a statement of the possible consequences of
failing to comply with the order;
(g) a statement that the respondent and any person
specified in the order may, within 21 days after
receiving notice of the order, apply to
(i) change the order or any provision in the
order,
(ii) shorten or extend the period for which the
order or any provision in the order is to remain
in force, or
(iii) revoke the order;
(h) if such an application is made, the name of the
court and the place where it must be filed; and
(i) a statement that the respondent and any person
specified in the order should contact a lawyer
immediately for advice about their rights and
obligations.
17. L’agent de la paix qui signifie l’ordonnance de
protection d’urgence au défendeur ou à la personne
qui y est mentionnée l’accompagne d’une mise en
garde qui contient les renseignements suivants :
a) le nom du défendeur et celui de toute personne
mentionnée dans l’ordonnance;
b) le nom du juge désigné qui a rendu l’ordonnance et l’endroit où elle a été rendue;
c) la mention qu’elle a été rendue en vertu du
paragraphe 16(1) de la Loi sur les foyers familiaux
situés dans les réserves et les droits ou intérêts
matrimoniaux;
d) la date à laquelle elle a été rendue;
e) la mention qu’elle produit ses effets jusqu’à la
date qui y est précisée;
f) une mention des conséquences possibles qui
peuvent découler de son non-respect;
g) la mention que le défendeur ou toute personne
qui y est mentionnée peut demander dans les vingt
et un jours suivant la date où il a en reçu avis :
(i) que des changements y soient apportés, ou
soient apportés à l’une de ses dispositions,
(ii) que sa durée ou celle de l’une de ses dispositions soit écourtée ou allongée,
(iii) qu’elle soit abrogée;
h) si une telle demande est présentée, le nom du
tribunal auprès duquel elle doit l’être et le lieu de
présentation;
i) la mention que le défendeur ou toute personne
qui y est mentionnée devrait communiquer immédiatement avec un avocat pour obtenir des conseils
sur ses droits et obligations.
Manner of Serving Emergency
Protection Order and Caution
Modes de signification de l’ordonnance de
protection d’urgence et de la mise en garde
Service
18. (1) When a peace officer is provided with copies of an emergency protection order and caution,
service on the respondent and any person specified
in the order must, for the purposes of subsection 16(7) of the Act, be carried out without delay.
Methods of
service
(2) The peace officer may serve the respondent or
a specified person
(a) in person;
(b) by fax or e-mail, provided that the peace officer receives oral or written confirmation from the
respondent or specified person that the order and
caution have been received; or
(c) subject to subsection (3), by stating the terms
of the order and caution to the respondent or
specified person by telephone or other means of
telecommunication that permits the peace officer
and the respondent or specified person to speak
directly to one another.
Follow-up
(3) If the order and caution are served by the
method set out in paragraph (2)(c), the peace officer
must, as soon as possible, provide the respondent or
specified person with paper copies of the order and
18. (1) Pour l’application du paragraphe 16(7) de
la Loi, lorsqu’une copie de l’ordonnance de protection d’urgence et de la mise en garde est fournie à un
agent de la paix, la signification au défendeur ou à
toute personne mentionnée dans l’ordonnance doit
être faite sans délai.
(2) L’agent de la paix peut effectuer la signification au défendeur ou à la personne mentionnée dans
l’ordonnance, selon le cas :
a) en personne;
b) par télécopieur ou courriel, pourvu qu’il reçoive
confirmation écrite ou verbale du défendeur ou de
la personne mentionnée dans l’ordonnance que
celle-ci et la mise en garde ont été reçues;
c) sous réserve du paragraphe (3), en informant le
défendeur ou la personne mentionnée dans l’ordonnance des conditions de l’ordonnance par téléphone ou par tout autre moyen de télécommunication qui leur permet de communiquer entre eux de
vive voix.
(3) Si la signification est effectuée aux termes de
l’alinéa (2)c), l’agent de la paix doit, dès que possible, faire le suivi en fournissant au défendeur ou à
la personne mentionnée dans l’ordonnance une
Content
aux personnes mentionnées
Contenu
Signification
Méthodes de
signification
Suivi
854
Canada Gazette Part I
April 12, 2014
caution either in person or by a means of telecommunication that produces an exact copy.
copie papier de l’ordonnance et de la mise en garde
en personne ou par un moyen de télécommunication
qui produit une copie conforme.
Substituted Service
Signification indirecte
Substituted
service order
19. (1) For the purposes of subsection 16(7) of the
Act, upon the application of a peace officer, a court
may order substituted service of the respondent or a
specified person — on the terms and using the
method that it thinks appropriate — if it is satisfied
that no information ordered to be kept confidential
under subsection 5(1) will be disclosed and
(a) reasonable efforts have been made to serve the
respondent or specified person; or
(b) the respondent or specified person is evading
service.
Method of
substituted
service
(2) For the purposes of this section, substituted
service is made by
(a) giving copies of the emergency protection
order and caution to a member of the band council
or an elder on the reserve where the respondent or
specified person resides who is able to and agrees
to give them to the respondent or specified person
without delay;
(b) by posting copies of the order and caution in a
public place if this method of service is likely to
bring the order and caution to the attention of the
respondent or specified person; or
(c) by posting copies of the order and caution in a
public place if there is reason to believe that the
respondent or specified person is aware of the
order and has left his or her habitual residence.
Application by
peace officer
(3) An application for a substituted service order
must describe the attempts of the peace officer to
serve the respondent or specified person and set out
the grounds of the application.
19. (1) Pour l’application du paragraphe 16(7) de
la Loi et à la demande de l’agent de la paix, le tribunal peut ordonner la signification indirecte de l’ordonnance au défendeur ou à la personne qui y est
mentionnée — selon le mode et aux conditions qu’il
estime indiqués — s’il est convaincu qu’aucun renseignement faisant l’objet d’une ordonnance de
confidentialité aux termes du paragraphe 5(1) ne
sera communiqué, et que, selon le cas :
a) que des efforts raisonnables ont été déployés
pour effectuer la signification;
b) le défendeur ou la personne mentionnée dans
l’ordonnance tente de se soustraire à la
signification.
(2) Pour l’application du présent article, la signification indirecte peut être effectuée selon l’un ou
l’autre des modes suivants :
a) remise d’une copie de l’ordonnance de protection d’urgence et d’une copie de la mise en garde
à un membre du conseil de bande ou à un aîné de
la réserve dans laquelle réside le défendeur ou la
personne mentionnée dans l’ordonnance qui est
en mesure et accepte de les lui remettre sans délai;
b) affichage d’une copie de l’ordonnance de protection d’urgence et d’une copie de la mise en
garde dans un lieu public si ce mode de signification portera vraisemblablement l’ordonnance et la
mise en garde à la connaissance du défendeur ou
de la personne mentionnée dans l’ordonnance;
c) affichage d’une copie de l’ordonnance de protection d’urgence et d’une copie de la mise en
garde dans un lieu public s’il existe des motifs de
croire que le défendeur ou la personne mentionnée dans l’ordonnance connaît l’existence de
l’ordonnance et a quitté son lieu de résidence
habituelle.
(3) La demande d’ordonnance de signification
indirecte doit faire état des efforts déployés par
l’agent de la paix pour effectuer la signification
au défendeur ou à la personne mentionnée dans
l’ordonnance de protection d’urgence et des raisons
pour lesquelles la demande est présentée.
Notice of
service
Service in
person
Notice and Service on Applicant
Avis et signification au demandeur
20. (1) For the purpose of informing an applicant
that the respondent or a specified person has been
served, a peace officer must speak to the applicant or
person acting for the applicant in person or by telephone or other means of telecommunication that
permits the peace officer and the applicant, or the
person acting for the applicant, to speak directly to
one another.
(2) When the information is given in person, the
peace officer must at the same time serve the applicant or person acting for the applicant with copies of
the emergency protection order and caution unless
he or she already has copies of those documents.
20. (1) Afin d’informer le demandeur de la signification au défendeur ou à la personne mentionnée
dans l’ordonnance de protection d’urgence, l’agent
de la paix communique avec le demandeur ou la personne agissant en son nom en personne, par téléphone ou par un autre moyen de télécommunication
qui leur permet de communiquer entre eux de vive
voix.
(2) S’il en informe le demandeur ou la personne
agissant en son nom en personne, l’agent de la paix
doit en même temps lui signifier une copie de l’ordonnance de protection d’urgence et une copie de la
mise en garde s’il n’a pas déjà ces documents.
Ordonnance de
signification
indirecte
Mode de
signification
indirecte
Demande par
agent de la paix
Avis au
demandeur
Signification de
la copie au
demandeur en
personne
Le 12 avril 2014
Gazette du Canada Partie I855
Service using
telecommunication
(3) When the information is given by telecommunication, the peace officer must as soon as possible serve the applicant or person acting for the
applicant with paper copies of the order and caution,
unless he or she already has copies of those documents, in person or by a means of telecommunication that produces an exact copy.
Duty of person
acting for
applicant
(4) When a person acting for an applicant is
informed that the respondent or a specified person
has been served, he or she must inform the applicant
without delay.
Duty of person
acting for
applicant
(5) When a person acting for an applicant is served
with copies of the order and caution, he or she must
give them to the applicant without delay.
Notice of
refusal
Duty of person
acting for
applicant
Registration
(3) S’il en informe le demandeur ou la personne
agissant en son nom par télécommunication, l’agent
de la paix doit, dès que possible, lui signifier une
copie papier de l’ordonnance de protection d’urgence et une copie papier de la mise en garde s’il n’a
pas déjà ces documents, en personne ou par un
moyen de télécommunication qui produit une copie
conforme.
(4) Si la personne agissant au nom du demandeur
est informée de la signification au défendeur ou à la
personne mentionnée dans l’ordonnance de protection d’urgence, elle en avise le demandeur sans
délai.
(5) Si la personne agissant au nom du demandeur
reçoit signification d’une copie de l’ordonnance de
protection d’urgence et d’une copie de la mise en
garde, elle les remet à celui-ci sans délai.
Signification
par un
moyen de
télécommunication
Devoir de la
personne
agissant au nom
du demandeur
Devoir de la
personne
agissant au nom
du demandeur
Notice of Refusal
Avis de refus
21. (1) A designated judge who refuses to make an
emergency protection order must inform the applicant or person acting for the applicant of the refusal
without delay, in person or by telephone or other
means of telecommunication that permits the judge
and the applicant, or the person acting for the applicant, to speak directly to one another.
(2) When a person acting for an applicant is
informed that an order has been refused, he or she
must inform the applicant of the refusal without
delay.
21. (1) S’il refuse de rendre une ordonnance de
protection d’urgence, le juge désigné en avise sans
délai le demandeur ou la personne agissant en son
nom en personne, par téléphone ou par un autre
moyen de télécommunication qui leur permet de
communiquer entre eux de vive voix.
Avis au
demandeur
(2) Si la personne agissant au nom du demandeur
reçoit avis du refus, elle en avise celui-ci sans délai.
Avis par autre
personne
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
22. These Regulations come into force on the day
on which they are registered.
22. Le présent règlement entre en vigueur à la date
de son enregistrement.
[15-1-o]
Enregistrement
[15-1-o]
856
Canada Gazette Part I
April 12, 2014
Regulations Amending the Employment Insurance
Regulations
Règlement modifiant le Règlement sur
l’assurance-emploi
Statutory authority
Fondement législatif
Employment Insurance Act
Loi sur l’assurance-emploi
Sponsoring department and agency
Ministère et organisme responsables
Department of Employment and Social Development and
Canada Employment Insurance Commission
Ministère de l’Emploi et du Développement social et
Commission de l’assurance-emploi du Canada
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement.)
Executive summary
Issues: Under the Employment Insurance Act, differences in
labour market conditions across the country, as measured by
regional unemployment rates, determine the eligibility for regular and fishing benefits, the entitlement for regular benefits, and
the weekly amount of benefits for all claimants (excluding the
self-employed). The regional unemployment rate used in the
Yukon, the Northwest Territories and Nunavut for the purposes
of employment insurance (EI) has been arbitrarily set at 25%
since the 1970s (1999 in Nunavut) due to historical data limitations. Data now exist to introduce a new regional unemployment rate methodology to better reflect territorial labour market
conditions.
In addition, the EI program currently divides the country into
58 EI economic regions that are designed to reflect labour markets with similar conditions across the region. A review of
unemployment rates identified differences in labour market
realities between capital and non-capital areas in the Yukon, the
Northwest Territories, Nunavut, and Prince Edward Island,
prompting a redefinition of the current EI economic regions to
capture ongoing divergences related to capital and non-capital
areas.
Description: The proposed amendments to the Employment
Insurance Regulations would introduce a methodology for
establishing the regional unemployment rates for EI purposes in
the Yukon, the Northwest Territories and Nunavut, and create
new EI economic regions in the Yukon, the Northwest Territories, Nunavut and Prince Edward Island.
Cost-benefit statement: Once the proposed amendments to the
Employment Insurance Regulations have been in effect for a
full year, the annual reduction in total EI payments to claimants
in the Yukon, the Northwest Territories, Nunavut and Prince
Edward Island is estimated to be approximately $10 million on
an ongoing basis. More specifically, on an annual basis, there
will be approximately $11 million in program savings for the
Résumé
Enjeux : En vertu de la Loi sur l’assurance-emploi, les différences dans les conditions du marché du travail partout au pays,
mesurées en fonction des taux de chômage régionaux, sont utilisées pour déterminer l’admissibilité aux prestations régulières
et de pêcheur, la période d’admissibilité pour les prestations
régulières et le montant hebdomadaire des prestations pour tous
les prestataires (hormis les travailleurs autonomes). Le taux de
chômage régional utilisé au Yukon, dans les Territoires du
Nord-Ouest et au Nunavut aux fins du régime de l’assuranceemploi (AE) a été fixé de façon arbitraire à 25 % depuis les
années 1970 (1999 au Nunavut) en raison de limites historiques
sur le plan des données. Des données sont maintenant disponibles afin d’instaurer une nouvelle méthodologie pour déterminer le taux de chômage régional qui refléterait mieux les conditions du marché du travail dans les territoires.
De plus, le régime de l’AE divise actuellement le pays en
58 régions économiques de l’AE conçues pour tenir compte des
marchés du travail ayant des conditions semblables au sein de la
région. Une revue des taux de chômage a révélé des différences
entre les réalités des marchés du travail des zones de la capitale
et hors capitale au Yukon, dans les Territoires du Nord-Ouest,
au Nunavut et à l’Île-du-Prince-Édouard, ce qui motive la redéfinition des régions économiques de l’AE actuelles afin de
refléter les divergences continues entre les zones de la capitale
et hors capitale.
Description : Les modifications proposées au Règlement sur
l’assurance-emploi instaureraient une nouvelle méthodologie
pour établir les taux de chômage régionaux aux fins du régime
de l’AE au Yukon, dans les Territoires du Nord-Ouest et au
Nunavut. Elles permettraient également de créer de nouvelles
régions économiques de l’AE au Yukon, dans les Territoires du
Nord-Ouest, au Nunavut et à l’Île-du-Prince-Édouard.
Énoncé des coûts et avantages : Lorsque les modifications
proposées au Règlement sur l’assurance-emploi auront été en
vigueur durant une année complète, la réduction annuelle du
montant total versé en prestations d’AE aux prestataires au
Yukon, dans les Territoires du Nord-Ouest, au Nunavut et à
l’Île-du-Prince-Édouard est estimée à environ 10 millions de
dollars de façon continue. En particulier, il y aurait des
Le 12 avril 2014
Gazette du Canada Partie I857
territories and approximately $1 million in program costs for
Prince Edward Island. New administrative costs of up to
$0.6 million annually would be absorbed internally within
existing funding levels.
économies annuelles pour le régime d’environ 11 millions de
dollars dans les territoires et une augmentation des coûts du
régime d’environ 1 million de dollars à l’Île-du-Prince-Édouard.
Les nouveaux coûts administratifs pouvant atteindre environ
0,6 million de dollars par année seraient absorbés à l’interne, à
même les niveaux de référence actuels.
With the assumption that there would be no change in their
work patterns and economic conditions, it was estimated that
2 210 EI claimants would see a decrease in benefits in the
Yukon, the Northwest Territories and Nunavut, had the proposed amendments to the Employment Insurance Regulations
been in effect in 2014. In Prince Edward Island, considering
that EI claimants may see variations in their benefits, it was
estimated that an overall net number of 3 700 EI claimants
would see increased benefits, assuming no change in their work
patterns and economic conditions, had the proposed amendments been in effect in 2014. If claimants adjust their behaviour
and work more hours in a given EI economic region, their eligibility, entitlement and benefit rate calculations would improve
compared to the estimates above.
En ne supposant aucun changement dans leurs habitudes de travail et les conditions économiques, on a estimé que 2 210 prestataires d’AE recevraient moins de prestations au Yukon, dans
les Territoires du Nord-Ouest et au Nunavut si les modifications
proposées au Règlement sur l’assurance-emploi avaient été en
vigueur en 2014. À l’Île-du-Prince-Édouard, puisque les prestations d’AE des prestataires pourraient varier, on a estimé qu’un
nombre total net de 3 700 prestataires d’AE recevraient plus de
prestations, en ne supposant aucun changement dans leurs habitudes de travail et les conditions économiques, si les modifications proposées avaient été en vigueur en 2014. Si les prestataires modifient leur comportement et accumulent plus d’heures
de travail dans une région économique de l’AE donnée, leur
admissibilité, leur période d’admissibilité et leur calcul du taux
de prestations s’amélioreraient par rapport aux estimations
ci-dessus.
Règle du « un pour un » et lentille des petites entreprises :
La règle du « un pour un » et la lentille des petites entreprises ne
s’appliquent pas.
“One-for-One” Rule and small business lens: The “Onefor-One” Rule and the small business lens do not apply.
Background
Contexte
The Employment Insurance Regulations specify that the monthly
regional rate of unemployment for EI purposes be established
using a seasonally adjusted three-month moving average of the
regional unemployment rates produced by Statistics Canada.
A policy decision was made to arbitrarily set the unemployment
rate at 25% for EI purposes in the Yukon and the Northwest Territories in the late 1970s (in 1999 for Nunavut, following its
creation).
Improvements in the data coverage in the Yukon, the Northwest
Territories and Nunavut (the territories) now allow for the introduction of an unemployment rate methodology that is more reflective of current labour market realities in the territories and that balances responsiveness to economic change with stability against
statistical volatility. Given the small and dispersed population in
the territories, unemployment rates typically have higher statistical
variance there than in the EI economic regions in the provinces.
Le Règlement sur l’assurance-emploi spécifie que le taux de
chômage régional mensuel aux fins de l’AE est établi en utilisant
une moyenne mobile désaisonnalisée de trois mois des taux de
chômage régionaux produits par Statistique Canada.
À la suite d’une décision politique, le taux de chômage aux fins
de l’AE a été fixé de façon arbitraire à 25 % au Yukon et dans les
Territoires du Nord-Ouest à la fin des années 1970 (en 1999 au
Nunavut, à la suite de sa création).
Des améliorations apportées quant à la couverture des données
au Yukon, dans les Territoires du Nord-Ouest et au Nunavut (les
territoires) permettent maintenant l’instauration d’une méthodologie pour établir le taux de chômage tenant mieux compte des réalités du marché du travail actuel dans les territoires, et équilibrant
l’adaptabilité relativement aux fluctuations de l’économie et la stabilité par rapport à la volatilité statistique. Étant donné la faible
population dans les territoires et sa dispersion, les taux de chômage
y sont généralement caractérisés par une plus grande variance statistique par rapport aux régions économiques de l’AE dans les
provinces.
Le Règlement sur l’assurance-emploi établit également les
régions économiques de l’AE selon les unités géographiques de
Statistique Canada. Le Yukon, les Territoires du Nord-Ouest et le
Nunavut constituent présentement chacun une région économique
de l’AE. Des différences entre les zones capitales et hors capitales
dans les territoires, mesurées par les taux de chômage, révèlent que
les réalités du marché du travail varient au sein de chaque territoire.
L’Île-du-Prince-Édouard affiche aussi des différences constantes
entre sa capitale et sa zone hors capitale. Charlottetown n’est présentement pas reconnue comme une région économique de l’AE.
Le Conference Board du Canada prévoit que la croissance économique dans les territoires dépassera aisément celle de la plupart
des autres régions canadiennes au cours de la période 2014-2016.
Les améliorations constantes de ces marchés du travail et les avancées sur le plan de la qualité des données sur le marché du travail
soutiennent la mise en œuvre d’une solution de rechange au taux
The Employment Insurance Regulations also establish EI economic regions based on Statistics Canada geographical units. Currently, the Yukon, the Northwest Territories, and Nunavut are each
an EI economic region. Differences between capital and noncapital areas in the territories, as measured by unemployment rates,
indicate that labour market realities differ within each territory.
Prince Edward Island also displays consistent differences between
its capital and non-capital areas. Charlottetown is not currently recognized as an EI economic region.
The Conference Board of Canada is forecasting that the economic growth in the territories over the 2014–2016 period will outpace growth in most other Canadian regions. The steady improvements in these labour markets and advances in the quality of labour
market data support the implementation of an alternative to the
arbitrarily set 25% unemployment rate and the establishment of
858
Canada Gazette Part I
April 12, 2014
new EI economic regions, both of which would better reflect labour
market conditions in the territories.
de chômage de 25 % fixé de façon arbitraire et la création de nouvelles régions économiques de l’AE, ce qui conjointement permettrait de mieux tenir compte des conditions du marché du travail
dans les territoires.
Issues
Enjeux
The arbitrarily set 25% unemployment rate in the territories is
not reflective of current labour market conditions. The unemployment rates published by Statistics Canada for the quarter ending in
June 2013 were 4.9% in the Yukon, 7.2% in the Northwest Territories and 13.7% in Nunavut, in comparison to 7.1% at the national
level1.1 Data now exist to allow for the adoption of an alternative
methodology to establish regional unemployment rates in the territories that better respond to local conditions but also acknowledge concerns regarding higher statistical variance in the
territories.
Le taux de chômage fixé de façon arbitraire à 25 % dans les
territoires ne tient pas compte des conditions du marché du travail
actuel. Les taux de chômage publiés par Statistique Canada pour le
trimestre se terminant en juin 2013 étaient de 4,9 % au Yukon, de
7,2 % dans les Territoires du Nord-Ouest et de 13,7 % au Nunavut,
comparativement au taux national de 7,1 %11. Les données existent
maintenant et permettent l’adoption d’une méthodologie de
rechange pour établir des taux de chômage régionaux dans les
territoires s’adaptant mieux aux conditions locales tout en reconnaissant les préoccupations relatives concernant la plus grande
variance statistique dans les territoires.
Il y a aussi des différences entre les taux de chômage des zones
de la capitale et hors capitale dans les régions économiques de
l’AE des territoires et de l’Île-du-Prince-Édouard, ce qui limite
l’adaptabilité des paramètres actuels du régime aux réalités du
marché du travail local pour les prestataires d’AE dans ces zones.
Par exemple, en juin 2013, Statistique Canada a estimé que les taux
de chômage mensuels aux fins de l’AE se seraient situés approximativement entre 4 et 9 % dans les capitales des territoires et à
l’Île-du-Prince-Édouard et entre 12 et 17 % dans les zones hors
capitales22. Enfin, la reconnaissance des différences entre les capitales et les zones hors capitales dans les territoires ferait en sorte
que Charlottetown, à l’Île-du-Prince-Édouard, serait la seule capitale provinciale ou territoriale n’étant pas reconnue comme une
région économique de l’AE.
In addition, there are differences in the unemployment rates
between capital and non-capital areas in the EI economic regions
in the territories and Prince Edward Island, which limits the responsiveness of current program parameters to the local labour market
realities for EI claimants in these areas. For example, in June 2013,
Statistics Canada estimated that the monthly unemployment rates
for EI purposes would have ranged between approximately 4% and
9% in the capitals of the territories and Prince Edward Island while
they would have reached between 12% and 17% in the non-capital
areas2.2 Finally, recognizing capital and non-capital differences in
the territories would leave Charlottetown, Prince Edward Island, as
the only provincial or territorial capital without EI economic region
status.
Objectives
Objectifs
The objective of the proposed amendments to the Employment
Insurance Regulations is to ensure a better reflection of regional
labour market conditions in the territories, while also recognizing
differences in labour market realities between capital and noncapital areas in the Yukon, the Northwest Territories, Nunavut and
Prince Edward Island.
L’objectif des modifications proposées au Règlement sur
l’assurance-emploi est de mieux tenir compte des conditions du
marché du travail régional dans les territoires, tout en reconnaissant qu’il existe des différences entre les réalités du marché du
travail des zones de la capitale et hors capitale au Yukon, dans
les Territoires du Nord-Ouest, au Nunavut et à l’Île-du-PrinceÉdouard.
Description
Description
Proposed amendments to section 17 of the Employment Insurance
Regulations
Modifications proposées à l’article 17 du Règlement sur
l’assurance-emploi
The proposed amendments to section 17 of the Employment
Insurance Regulations would provide for the monthly application
of the greater of a seasonally adjusted 12-month moving average or
a seasonally adjusted 3-month moving average unemployment rate
as produced by Statistics Canada, for EI purposes, in the territories.
This would ensure that the EI program is responsive to regional
labour market conditions in the territories (with the 3-month moving average) while offering better protection against statistical variance (with the 12-month moving average).
Monthly regional unemployment rates may not be publicly
available due to the legal obligation of Statistics Canada to maintain confidentiality. In order to address this issue, the proposed
regulatory amendments would provide for a monthly regional
Les modifications proposées à l’article 17 du Règlement sur
l’assurance-emploi permettraient l’application mensuelle du plus
élevé entre le taux de chômage établi selon la moyenne mobile
désaisonnalisée de 12 mois et celui établi selon la moyenne mobile
désaisonnalisée de 3 mois, tous deux produits par Statistique
Canada aux fins du régime de l’AE dans les territoires. Cela ferait
en sorte que le régime de l’AE s’adapte aux conditions du marché
du travail régional dans les territoires (avec la moyenne mobile de
3 mois) tout en offrant une protection contre la volatilité statistique
(avec la moyenne mobile de 12 mois).
Dans certains cas, il se pourrait que les taux de chômage régionaux mensuels ne puissent être disponibles publiquement en vertu
de l’obligation légale de Statistique Canada de protéger la confidentialité. Afin de régler cette question, les modifications
1
1
The unemployment rates for the territories consist of a seasonally adjusted threemonth moving average unemployment rate (except for Nunavut, where the threemonth moving average is unadjusted), while the national unemployment rate is the
seasonally adjusted monthly rate.
2
The June 2013 estimates of the unemployment rates for EI purposes were established using the proposed methodology for the territories and the methodology used
in the other EI economic regions in the provinces for Prince Edward Island.
Les taux de chômage dans les territoires sont des taux de chômage selon une
moyenne mobile de trois mois ajustée pour la saisonnalité (à l’exception du Nunavut où la moyenne mobile de trois mois est non ajustée), tandis que le taux de
chômage national est le taux mensuel désaisonnalisé.
2
Les taux de chômage aux fins de l’AE de juin 2013 ont été estimés selon la méthodologie proposée pour les territoires et la méthodologie utilisée dans les autres
régions économiques de l’AE dans les provinces pour l’Île-du-Prince-Édouard.
Le 12 avril 2014
Gazette du Canada Partie I859
unemployment rate substitute to be used if Statistics Canada were
not able to publish a monthly unemployment rate for reasons of
confidentiality. This would ensure that a regional unemployment
rate is always available for EI purposes while protecting confidentiality. Given the small and dispersed population in the territories,
it is expected that the regional unemployment rate substitute would
most likely only apply in the territories. This substitute would err
on the side of generosity to the claimant as it would deliver a result
that is higher than the unpublished unemployment rate.
réglementaires proposées indiqueraient qu’un taux de chômage
régional mensuel de substitution serait utilisé advenant le cas où
Statistique Canada ne pourrait publier le taux de chômage régional
mensuel pour des raisons de confidentialité. Cela garantirait qu’un
taux de chômage régional mensuel est toujours disponible aux fins
de l’AE tout en protégeant la confidentialité. Étant donné la faible
population dans les territoires et sa dispersion, on s’attend à ce que
ce taux de chômage régional de substitution soit vraisemblablement seulement utilisé dans les territoires. Cette substitution pencherait en faveur des prestataires car le taux de chômage régional
de substitution qui en découlerait serait plus élevé que le taux de
chômage non publié.
Proposed amendments to Schedule I of the Employment Insurance
Regulations
Modifications proposées à l’annexe I du Règlement sur
l’assurance-emploi
The proposed amendments to Schedule I of the Employment
Insurance Regulations would update definitions pertaining to Statistics Canada geographical units for the Yukon, the Northwest Territories, Nunavut and Prince Edward Island to reflect those included
in the document entitled Standard Geographical Classification
(SGC) 2011. The current definitions, based on Statistics Canada’s
Standard Geographical Classification (SGC) 1996, would continue to apply to all other EI economic regions.
Les modifications proposées à l’annexe I du Règlement sur
l’assurance-emploi permettraient de mettre à jour les définitions
relatives aux unités géographiques de Statistique Canada pour le
Yukon, les Territoires du Nord-Ouest, le Nunavut et l’Île-duPrince-Édouard afin de tenir compte de celles comprises dans le
document intitulé Classification géographique type (CGT) 2011.
Les définitions actuelles, axées sur la Classification géographique
type (CGT) 1996, seraient toujours applicables pour toutes les
autres régions économiques de l’AE.
Les modifications proposées à l’annexe I prévoiraient également
la création de huit nouvelles régions économiques de l’AE. Chacune des régions économiques de l’AE actuelles du Yukon, des
Territoires du Nord-Ouest, du Nunavut et de l’Île-du-PrinceÉdouard serait divisée en deux régions, l’une comprenant la région
de la capitale et l’autre comprenant les zones hors capitale afin de
mieux refléter les réalités du marché du travail divergentes. Cela
ferait en sorte que le nombre total de régions économiques de l’AE
s’élèverait à 62.
The proposed amendments to Schedule I would also outline the
creation of eight new EI economic regions. The current EI economic regions of the Yukon, the Northwest Territories, Nunavut
and Prince Edward Island would each be divided into two EI economic regions, one consisting of a capital area and the other of
the remaining non-capital area to better reflect diverging labour
market realities. This would raise the total number of EI economic
regions to 62.
Regulatory and non-regulatory options considered
Options réglementaires et non réglementaires considérées
The definitions to establish the regional unemployment rates
that apply to a claimant for the purposes of EI and the EI economic
regions are contained in the Employment Insurance Regulations.
As a result, any changes to these definitions must be made through
regulatory amendment.
Les définitions qui établissent les taux de chômage régionaux
qui s’appliquent à un prestataire aux fins du régime de l’AE et les
régions économiques de l’AE sont incluses dans le Règlement sur
l’assurance-emploi. Par conséquent, toute modification à ces
définitions doit être apportée par l’entremise de modifications
réglementaires.
Benefits and costs
Cost-benefit statement
2014–15
2015–16
2016–17
2017–18
2018–19
Total
2014–19
Ongoing
A. Quantified impacts
Benefits*
Reduction in
EI benefit payments
EI operating account
$0.7M
$8.6M
$9.6M
$9.9M
$10.2M
$39.0M
$10.5M
Costs
Administrative costs
Service Canada
$0.6M
$0.6M
$0.6M
$0.6M
$0.6M
$2.9M
$0.6M
Net financial impacts
$0.1M
$8.0M
$9.0M
$9.3M
$9.6M
$36.1M
$9.9M
B. Qualitative impacts
The proposed changes, if it is assumed that there is no change in work patterns and in economic conditions, would
•• Better reflect labour market conditions in the territories;
•• Recognize differences in labour market realities between capital and non-capital areas in the territories and Prince Edward Island;
•• Decrease benefits for 2 210 EI claimants in the territories, had they been in effect in 2014; and
•• Increase benefits for 9 150 EI claimants in the non-capital area of Prince Edward Island, and decrease benefits for 5 450 EI claimants in Charlottetown, had they been in
effect in 2014.
* These estimates are based on a proposed implementation date of October 12, 2014.
860
Canada Gazette Part I
April 12, 2014
Avantages et coûts
Énoncé des coûts-avantages
2014-2015
2015-2016
2016-2017
2017-2018
2018-2019
Total
2014-2019
Années
suivantes
A. Impacts quantifiés
Avantages*
Réduction des prestations Compte des opérations
d’AE
de l’AE
0,7 M$
8,6 M$
9,6 M$
9,9 M$
10,2 M$
39,0 M$
10,5 M$
Coûts
Coûts administratifs
Service Canada
0,6 M$
0,6 M$
0,6 M$
0,6 M$
0,6 M$
2,9 M$
0,6 M$
Répercussions
financières nettes
0,1 M$
8,0 M$
9,0 M$
9,3 M$
9,6 M$
36,1 M$
9,9 M$
B. Impacts qualitatifs
S’il n’y a aucun changement dans les habitudes de travail et les conditions économiques, les modifications proposées :
•• Permettraient de mieux tenir compte des conditions du marché du travail des territoires;
•• Permettraient de reconnaître les différences entre les réalités du marché du travail des zones de la capitale et hors capitale dans les territoires et à l’Île-du-Prince-Édouard;
•• Réduiraient les prestations de 2 210 prestataires d’AE dans les territoires, si elles avaient été en vigueur en 2014;
•• Augmenteraient les prestations de 9 150 prestataires d’AE dans la zone hors capitale de l’Île-du-Prince-Édouard, et diminueraient les prestations de 5 450 prestataires
d’AE à Charlottetown, si elles avaient été en vigueur en 2014.
* Ces estimations reposent sur une mise en œuvre proposée du 12 octobre 2014.
It is estimated that the proposed modifications in the territories
and Prince Edward Island would lead to an overall reduction of
about $10 million in EI benefits paid on an annual basis, after the
modifications have been in effect for one full year. More specifically, on an annual basis, there will be approximately $11 million in
program saving for the territories and approximately $1 million in
program costs for Prince Edward Island.
Replacing the arbitrarily set 25% unemployment rate in the territories in combination with differentiating between capital and
non-capital labour markets in the territories and Prince Edward
Island would result in the regional unemployment rates being more
reflective of and responsive to local labour market realities. Assuming no change in their work patterns, this is expected to result in an
overall reduction in the number of eligible EI claimants.
On a estimé que les modifications proposées dans les territoires
et à l’Île-du-Prince-Édouard réduiraient d’environ 10 millions de
dollars le montant annuel total versé en prestations d’AE, un an
après leur entrée en vigueur. Plus précisément, il y aurait des économies annuelles d’environ 11 millions de dollars pour le régime
dans les territoires et une augmentation d’environ 1 million de dollars des coûts du régime à l’Île-du-Prince-Édouard.
Remplacer le taux de chômage fixé de façon arbitraire à
25 % dans les territoires et établir une distinction entre les marchés
du travail des zones de la capitale et ceux de la zone hors capitale à
la fois dans les territoires et à l’Île-du-Prince-Édouard feraient en
sorte que les taux de chômage régionaux tiendraient mieux compte
et s’adapteraient mieux aux réalités du marché du travail local. Si
l’on suppose que les habitudes de travail des prestataires ne
changent pas, cela créerait une réduction totale du nombre de prestataires admissibles.
Impact of the proposed new methodology for regional
unemployment rates and the proposed modified boundaries in the
EI economic regions in the territories
Impact de la nouvelle méthodologie proposée pour les taux de
chômage régionaux et des limites modifiées proposées dans les
régions économiques de l’AE dans les territoires
It is estimated that the application of a new methodology to calculate the regional unemployment rates and the creation of new EI
economic regions in the territories would reduce the benefits of
2 210 EI claimants in the territories, had the proposed changes
been in effect in 2014 and assuming no change in claimant behaviour and economic conditions (Table 1). If claimants adjust their
behaviour and work more hours in a given EI economic region,
their eligibility, entitlement and benefit rate calculations would
improve, when compared to the estimates above.
On a estimé que l’entrée en vigueur de la nouvelle méthodologie
pour établir les taux de chômage régionaux et la création de nouvelles régions économiques de l’AE dans les territoires réduiraient
les prestations de 2 210 prestataires d’AE dans les territoires si les
modifications proposées au Règlement sur l’assurance-emploi
avaient été en vigueur en 2014 et s’il n’y avait aucun changement
dans les habitudes de travail des prestataires et les conditions économiques (tableau 1). Si les prestataires modifiaient leur comportement et accumulaient plus d’heures de travail dans une région
économique de l’AE donnée, leur admissibilité, leur période d’admissibilité et leur calcul du taux de prestations s’amélioreraient par
rapport aux estimations ci-dessus.
Le régime de l’AE est conçu pour répondre automatiquement
aux variations des conditions économiques des marchés du travail
régionaux en ajustant les critères d’admissibilité d’une personne
selon le taux de chômage mensuel de la région économique de
l’AE dans laquelle la personne réside. Dans les territoires, puisque
le taux de chômage régional proposé aux fins de l’AE serait inférieur au taux de 25 %, les critères d’admissibilité pourraient être
haussés.
De plus, le nombre de semaines de prestations d’AE régulières
auxquelles un prestataire est admissible varie selon le taux de
The EI program is designed to automatically respond to changes
in economic conditions that affect regional labour markets by
adjusting the entrance requirements for an individual based on the
monthly unemployment rate in the EI economic region in which
the individual lives. In the territories, as the proposed regional
unemployment rates for EI purposes would be lower than the
25% rate, there may be additions to the entrance requirements.
Further, the number of weeks of EI regular benefits payable varies depending on regional unemployment rates and the number of
Le 12 avril 2014
Gazette du Canada Partie I861
insurable hours an individual worked. As the regional unemployment rates would decrease in the territories, the duration of benefits
may decrease.
chômage régional et le nombre d’heures assurables durant lesquelles le prestataire a travaillé. Puisque le taux de chômage régional diminuerait dans les territoires, la durée des prestations pourrait
diminuer.
Finally, the weekly EI benefit rate of most EI claimants is calculated based on the highest weeks of insurable earnings during the
qualifying period, which is generally 52 weeks. Through Variable
Best Weeks, the number of weeks used for calculating the weekly
benefit rate ranges from 14 to 22, depending on the monthly
unemployment rate in a claimant’s EI economic region. As a result
of the 25% unemployment rate, territorial claimants are only required to have 14 weeks of insurable earnings, the lowest threshold, towards their EI benefit rate calculation. The proposed regional
unemployment rates may result in a higher number of weeks being
applied towards the EI benefit rate calculation.
Enfin, le taux de prestations d’AE hebdomadaire de la plupart
des prestataires d’AE est calculé en fonction des meilleures
semaines de rémunération assurable durant la période de référence,
qui est habituellement de 52 semaines. Selon les meilleures semaines variables, le nombre de semaines utilisé pour calculer le
taux de prestations hebdomadaire varie de 14 à 22 semaines, en
fonction du taux de chômage mensuel de la région économique de
l’AE du prestataire. Puisque le taux de chômage est de 25 %, les
prestataires dans les territoires n’ont besoin que d’accumuler
14 semaines de rémunération assurable, soit le seuil le plus faible,
pour le calcul de leur taux de prestations d’AE. Les taux de chômage régionaux proposés feraient en sorte qu’un nombre de meilleures semaines plus élevé soit requis pour calculer le taux de prestations d’AE.
Table 1: Forecasted impact on EI claimants in the territories,
had the proposed changes been in effect in 2014 and assuming
no change in work patterns and economic conditions*
Tableau 1 : Répercussions prévues pour les prestataires d’AE
dans les territoires, si les modifications proposées avaient été
en vigueur en 2014 et s’il n’y avait aucun changement de
comportement et des conditions économiques*
Yukon
Northwest
Territories
Nunavut
Territories
Total projected
EI claims in
2014**
Number of
claimants with
decreased
benefits
Average $
reduction
per claim
2 600
2 600
1 600
6 800
910
1 180
120
2 210
$4,565
$4,550
$3,565
$4,505
Nombre de
demandes
prestations
d’AE prévues
en 2014**
Nombre de
prestataires
recevant moins
de prestations
Réduction
moyenne en
dollars par
demande de
prestations
Yukon
Territoires du
Nord-Ouest
Nunavut
Territoires
2 600
2 600
1 600
6 800
910
1 180
120
2 210
4 565 $
4 550 $
3 565 $
4 505 $
* Estimates are shown at the territorial level, rather than at the EI economic region
level, to maintain confidentiality, and are based on a 10% sample of EI administrative data.
**This estimate represents the projected number of claims in 2014, not taking into
account the new methodology for regional unemployment rates and the proposed
modified boundaries in the EI economic regions in the territories.
* Les estimations sont présentées au niveau territorial, plutôt qu’au niveau des
régions économiques de l’AE, afin de protéger la confidentialité et sont établies
selon un échantillon de 10 % des données administratives du régime de l’AE.
**Cette estimation représente le nombre prévu de prestations en 2014, mais ne tient
pas compte de la nouvelle méthodologie pour les taux de chômage régionaux et
les modifications proposées aux limites des régions économiques de l’AE dans
les territoires.
Impact of the proposed modified boundaries in the EI economic
regions in Prince Edward Island
Impact des limites modifiées proposées dans les régions
économiques de l’AE à l’Île-du-Prince-Édouard
Following the creation of two new EI economic regions in Prince
Edward Island, it is estimated that an overall net number of
3 700 EI claimants would see increased benefits, assuming no
change in claimant behaviour and economic conditions, had the
proposed changes been in effect in 2014 (Table 2). If claimants
adjust their behaviour and work more hours in a given EI economic
region, their eligibility, entitlement and benefit rate calculations
would improve, when compared to the estimates above.
À la suite de la création de deux nouvelles régions économiques
de l’AE à l’Île-du-Prince-Édouard, on a estimé qu’un nombre total
net de 3 700 prestataires d’AE recevraient plus de prestations, si les
modifications proposées avaient été en vigueur en 2014 et s’il n’y
avait aucun changement de comportement et des conditions économiques (tableau 2). Si les prestataires modifiaient leur comportement et accumulaient plus d’heures de travail dans une région
économique de l’AE donnée, leur admissibilité, leur période
d’admissibilité et leur calcul du taux de prestations s’amélioreraient par rapport aux estimations ci-dessus.
Similar to in the territories, the EI program is designed to
respond automatically to changes in economic conditions that
affect regional labour markets in Prince Edward Island. The
entrance requirements for regular and fishing benefits, and the
benefit rate calculation for EI benefits, with the exception of benefits for the self-employed, can vary depending on the monthly
unemployment rate in the EI economic region in which individuals
live. The number of weeks payable for regular benefits also varies
Tout comme pour les territoires, le régime de l’AE est conçu
pour répondre automatiquement aux variations des conditions économiques des marchés du travail régionaux de l’Île-du-PrinceÉdouard. Les critères d’admissibilité aux prestations régulières et
de pêcheurs et le calcul des taux de prestations d’AE, hormis les
prestations de travailleurs autonomes, peuvent varier selon le
taux de chômage mensuel de la région économique de l’AE
dans laquelle les personnes résident. Le nombre de semaines de
862
Canada Gazette Part I
April 12, 2014
depending on regional unemployment rates and the number of
insurable hours an individual worked.
prestations régulières varie aussi selon les taux de chômage régionaux et le nombre d’heures assurables durant lesquelles le prestataire a travaillé.
Table 2: Forecasted impact on EI claimants in Prince Edward
Island, had the proposed changes been in effect in 2014 and
assuming no change in work patterns and economic
conditions*
Tableau 2 : Répercussions prévues pour les prestataires d’AE
à l’Île-du-Prince-Édouard, si les changements proposés
avaient été en vigueur en 2014 et en ne supposant aucun
changement de comportement et des conditions économiques*
Prince Edward
Island (excluding
Charlottetown)
Charlottetown
Total projected EI
claims in 2014**
6 560
Number of claimants
with decreased
benefits
5 450
Average $ reduction
per claim
Total projected EI
claims in 2014**
Number of
claimants with
increased benefits
9 150
$1,620
Réduction moyenne
en dollars par
demande de
prestations
Average $ increase
per claim
$2,560
Charlottetown
Nombre de demandes
de prestations d’AE
prévues en 2014**
Nombre de
prestataires recevant
moins de prestations
15 070
Île-du-PrinceÉdouard (excluant
Charlottetown)
6 560
5 450
2 560 $
Nombre de
prestations d’AE
prévues en 2014**
Nombre de
prestataires recevant
plus de prestations
Gain moyen en
dollars par demande
de prestations
15 070
9 150
1 620 $
* Estimates are based on a 10% sample of EI administrative data.
**This estimate represents the projected number of claims in 2014, not taking into
account the proposed modified boundaries in the EI economic regions in Prince
Edward Island.
* Les estimations sont établies selon un échantillon de 10 % des données administratives du régime de l’AE.
**Cette estimation représente le nombre prévu de prestations en 2014, mais ne tient
pas compte des modifications proposées aux limites des régions économiques de
l’AE à l’Île-du-Prince-Édouard.
Other impacts
Autres impacts
The regional unemployment rate calculation methodology proposed for the territories would help to ensure that persons living in
areas with similar labour market conditions across the country
receive similar treatment.
Furthermore, the proposed methodology for the new regional
unemployment rate in the territories would also align Part I of the
EI program with the allocation model used to calculate funding for
the Labour Market Development Agreements (under Part II of the
Employment Insurance Act), which already considers a variable
unemployment rate. This would ensure a consistent approach
within the EI program.
La méthodologie proposée pour le calcul du taux de chômage
régional dans les territoires ferait en sorte que les personnes vivant
dans des endroits où l’état du marché du travail dans l’ensemble du
pays est similaire soient traitées de façon équivalente.
De plus, la méthodologie proposée pour le nouveau taux de chômage régional dans les territoires harmoniserait la partie I du
régime d’AE avec le modèle d’allocation utilisé pour déterminer
les fonds des Ententes sur le développement du marché du travail
(partie II de la Loi sur l’assurance-emploi), qui a déjà recours à un
taux de chômage variable. Cela permettrait l’application d’une
approche cohérente au sein du régime de l’AE.
Impact on Government
Impact sur le gouvernement
The proposed amendments would require additional administrative efforts by Service Canada, with ongoing administrative costs
of up to $0.6 million annually. Activities pertaining to the additional monthly regional unemployment rates based on the proposed
changes would be incorporated within the existing agreement
between Statistics Canada and Employment and Social Development Canada for the production of the monthly unemployment
rates for EI purposes. Incremental costs would be absorbed internally within existing funding levels.
Les modifications proposées exigeraient des efforts administratifs supplémentaires de la part de Service Canada, entraînant des
coûts administratifs permanents de 0,6 million de dollars par
année. Les activités liées aux taux de chômage régionaux mensuels
supplémentaires selon les changements proposés seraient comprises dans l’entente actuelle entre Statistique Canada et Emploi et
Développement social Canada pour la production des taux de chômage mensuels aux fins de l’AE. Les coûts supplémentaires
seraient absorbés à l’interne à même les niveaux de référence
actuels.
“One-for-One” Rule
Règle du « un pour un »
The “One-for-One” Rule does not apply, as these proposed
amendments do not impose any incremental administrative burden
on businesses.
La règle du « un pour un » ne s’applique pas, étant donné que les
modifications proposées n’imposent aucun fardeau administratif
supplémentaire aux entreprises.
Small business lens
Lentille des petites entreprises
The small business lens does not apply, as these proposed
amendments do not impose any additional administrative or compliance costs on small businesses.
La lentille des petites entreprises ne s’applique pas, puisque les
modifications proposées n’imposent aucun coût administratif ou
lié à la conformité aux petites entreprises.
Consultation
Consultation
Stakeholders have the opportunity to provide comments on the
proposed regulatory amendments through this 30-day prepublication period in the Canada Gazette, Part I.
Les intervenants ont l’occasion de fournir leurs commentaires
sur les modifications réglementaires proposées pendant la présente
période de publication préalable de 30 jours dans la Partie I de la
Gazette du Canada.
Le 12 avril 2014
Gazette du Canada Partie I863
Rationale
Justification
The use of the arbitrarily set 25% unemployment rate in the territories and the current EI economic regions in the territories and
Prince Edward Island results in the EI program not being aligned
with local labour market realities. The introduction of a new methodology to establish the unemployment rate in the territories would
better reflect local labour market conditions and support economic
growth. Dividing the current EI economic regions of the Yukon, the
Northwest Territories, Nunavut and Prince Edward Island into two
EI economic regions each would better reflect the differences
between capital and non-capital area labour markets. In Prince
Edward Island, in particular, it would also align Charlottetown
with other provincial and territorial capitals that have EI economic
region status.
L’utilisation du taux de chômage fixé de façon arbitraire à 25 %
dans les territoires et les régions économiques de l’AE actuelles
dans les territoires et à l’Île-du-Prince-Édouard fait en sorte que le
régime de l’AE n’est pas harmonisé avec les réalités du marché du
travail local. La mise en œuvre d’une nouvelle méthodologie pour
établir le taux de chômage dans les territoires tiendrait mieux
compte des conditions du marché du travail local et soutiendrait la
croissance économique. La division des régions économiques de
l’AE actuelles du Yukon, des Territoires du Nord-Ouest, du Nunavut et de l’Île-du-Prince-Édouard en deux régions économiques de
l’AE chacune permettrait de mieux tenir compte des différences
entre les marchés du travail des zones de la capitale et hors capitale. À l’Île-du-Prince-Édouard, en particulier, cela permettrait
aussi d’harmoniser Charlottetown avec les autres capitales provinciales et territoriales qui ont le statut de région économique de
l’AE.
Implementation, enforcement and service standards
Mise en œuvre, application et normes de service
The proposed amendments to the Employment Insurance Regulations would come into force on October 12, 2014.
Statistics Canada would calculate the monthly regional
unemployment rate estimates following the new methodology for
the territories, and would provide Employment and Social Development Canada with monthly unemployment rates for the eight new
EI economic regions in the territories and Prince Edward Island. If
a regional rate of unemployment could not be published to maintain confidentiality, Statistics Canada would produce an unemployment rate substitute. The design of this public figure that respects
confidentiality would ensure that the unemployment rate for EI
purposes would be slightly higher than the unpublished unemployment rate and would err on the side of generosity to the claimant.
Due to the small and dispersed population in the territories, it is
expected that the regional unemployment rate substitute would
most likely only apply in the territories.
The regional unemployment rate for EI purposes in the provinces will continue to incorporate an estimate of the unemployment
rate for individuals living on reserves, as the data do not cover
those residing on reserves in the provinces. The regional unemployment rate for EI purposes in the territories would be representative
of the entire population, as the data cover individuals living on and
off reserves in the territories.
Existing implementation and enforcement mechanisms contained in Employment and Social Development Canada’s adjudication and controls procedures would ensure that these regulatory
amendments are implemented properly.
Les modifications proposées au Règlement sur l’assuranceemploi entreraient en vigueur le 12 octobre 2014.
Statistique Canada calculerait les estimations du taux de chômage régional en utilisant la nouvelle méthodologie pour les territoires, et fournirait à Emploi et Développement social Canada les
taux de chômage mensuels des huit nouvelles régions économiques
de l’AE dans les territoires et à l’Île-du-Prince-Édouard. Si un taux
de chômage régional ne pouvait être publié pour protéger la confidentialité, Statistique Canada produirait un taux de chômage de
substitution. Cette estimation publique conçue pour respecter la
confidentialité garantirait que le taux de chômage aux fins de l’AE
serait un peu plus élevé que le taux de chômage non publié et pencherait ainsi en faveur des prestataires. Étant donné la faible population dans les territoires et sa dispersion, on s’attend à ce que ce
taux de chômage régional de substitution soit vraisemblablement
seulement utilisé dans les territoires.
Le taux de chômage régional aux fins de l’AE dans les provinces
continuera d’inclure une estimation du taux de chômage des individus vivant dans les réserves, car les données ne couvrent pas
ceux qui résident dans les réserves dans les provinces. Le taux de
chômage régional aux fins de l’AE dans les territoires serait représentatif de la totalité de la population, car les données couvrent les
individus vivant dans les réserves et hors réserves dans les
territoires.
Un délai de préavis d’environ huit mois (annonce des changements proposés jusqu’à la date proposée de mise en œuvre) fournirait aux prestataires d’AE une période de temps afin qu’ils puissent
adapter leurs habitudes de travail. Une stratégie locale de sensibilisation afin d’informer les prestataires des changements proposés
serait planifiée par Service Canada dans les territoires et à
l’Île-du-Prince-Édouard.
Les mécanismes de mise en œuvre et de conformité actuels qui
font partie intégrante des procédures de décision et de contrôle
d’Emploi et Développement social Canada garantiraient que ces
modifications seraient mises en œuvre comme il se doit.
Performance measurement and evaluation
Mesures de rendement et évaluation
The ongoing impacts of these proposed changes would continue
to be monitored as part of the annual Employment Insurance Monitoring and Assessment Report, which is tabled in Parliament on an
annual basis.
Le suivi des répercussions permanentes de ces modifications
proposées se poursuivrait dans le cadre du Rapport de contrôle et
d’évaluation de l’assurance-emploi, déposé au Parlement sur une
base annuelle.
A notice period of approximately eight months (announcement
of proposed changes to proposed implementation date) would provide EI claimants with time to adjust their work effort. A local outreach strategy to inform claimants of the proposed changes would
also be planned by Service Canada in the territories and Prince
Edward Island.
864
Canada Gazette Part I
April 12, 2014
Contact
Personne-ressource
Brian Hickey
Director
Employment Insurance Policy
Skills and Employment Branch
Employment and Social Development Canada
140 Promenade du Portage, Phase IV, 5th Floor
Gatineau, Quebec
K1A 0J9
Email: nc-consultation-regions-gd@hrsdc-rhdcc.gc.ca
Brian Hickey
Directeur
Politique de l’assurance-emploi
Direction générale des compétences et de l’emploi
Emploi et Développement social Canada
140, promenade du Portage, Phase IV, 5e étage
Gatineau (Québec)
K1A 0J9
Courriel : nc-consultation-regions-gd@hrsdc-rhdcc.gc.ca
PROPOSED REGULATORY TEXT
PROJET DE RÉGLEMENTATION
Notice is given that the Canada Employment Insurance Commission, pursuant to section 543a of the Employment Insurance Act4b,
proposes to make the annexed Regulations Amending the Employment Insurance Regulations.
Interested persons may make representations concerning the
proposed Regulations within 30 days after the date of publication
of this notice. All such representations must cite the Canada Gazette, Part I, and the date of publication of this notice, and be
addressed to Brian Hickey, Director, Employment Insurance
Policy, Employment and Social Development Canada, 140 Promenade du Portage, Phase IV, 5th Floor, Gatineau, Quebec K1A 0J9
(email: nc-consultation-regions-gd@hrsdc-rhdcc.gc.ca).
Ottawa, April 3, 2014
JURICA ČAPKUN
Assistant Clerk of the Privy Council
Avis est donné que la Commission de l’assurance-emploi du
Canada, en vertu de l’article 543a de la Loi sur l’assurance-emploi4b,
se propose de prendre le Règlement modifiant le Règlement sur
l’assurance-emploi, ci-après.
Les intéressés peuvent présenter leurs observations au sujet du
projet de règlement dans les trente jours suivant la date de publication du présent avis. Ils sont priés d’y citer la Partie I de la Gazette
du Canada, ainsi que la date de publication, et d’envoyer le tout à
Brian Hickey, directeur, Politique de l’assurance-emploi, Emploi
et Développement social Canada, 140, promenade du Portage,
Phase IV, 5e étage, Gatineau (Québec) K1A 0J9 (courriel :
nc-consultation-regions-gd@hrsdc-rhdcc.gc.ca).
Ottawa, le 3 avril 2014
Le greffier adjoint du Conseil privé
JURICA ČAPKUN
REGULATIONS AMENDING THE EMPLOYMENT
INSURANCE REGULATIONS
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT
SUR L’ASSURANCE-EMPLOI
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1. Subsections 17(1) to (3) of the Employment Insurance
Regulations51 are replaced by the following:
17. (1) The regional rate of unemployment that applies to a
claimant is
(a) in the case of regions described in sections 2 to 11 of Schedule I, the average of the seasonally adjusted monthly rates of
unemployment for the last three-month period for which statistics were produced by Statistics Canada that precedes the week
referred to in subsection 10(1) of the Act or, if Statistics Canada
does not publish the relevant rate for a region for reasons of confidentiality, the average that Statistics Canada has determined
based on the minimum number of unemployed persons required
to allow it to publish the rate; and
(b) in the case of regions described in sections 12 to 14 of Schedule I, the greater of the average that would arise under subparagraph (i) and the average that would arise under subparagraph (ii):
(i) the average of the seasonally adjusted monthly rates of
unemployment for the last three-month period for which statistics were produced by Statistics Canada that precedes the
week referred to in subsection 10(1) of the Act or, if Statistics
1. Les paragraphes 17(1) à (3) du Règlement sur l’assuranceemploi51 sont remplacés par ce qui suit :
17. (1) Le taux régional de chômage applicable au prestataire
correspond à la moyenne suivante :
a) s’agissant des régions délimitées aux articles 2 à 11 de l’annexe I, soit la moyenne des taux de chômage mensuels désaisonnalisés de la dernière période de trois mois pour laquelle des
statistiques ont été produites par Statistique Canada qui précède
la semaine visée au paragraphe 10(1) de la Loi, soit, si cet organisme ne publie pas le taux applicable à une région pour des
motifs de confidentialité, la moyenne qu’il a établie en se fondant sur le nombre minimal de chômeurs qui lui aurait permis de
le publier;
b) s’agissant des régions délimitées aux articles 12 à 14 de l’annexe I, la plus élevée de la moyenne découlant de l’application
du sous-alinéa (i) et de celle découlant de l’application du sousalinéa (ii) :
(i) la moyenne des taux de chômage mensuels désaisonnalisés
de la dernière période de trois mois pour laquelle des statistiques ont été produites par Statistique Canada qui précède
la semaine visée au paragraphe 10(1) de la Loi ou, si cet
a
a
b
b
S.C. 2012, c. 27, s. 19
S.C. 1996, c. 23
1
SOR/96-332
L.C. 2012, ch. 27, art. 19
L.C. 1996, ch. 23
DORS/96-332
1
Le 12 avril 2014
Canada does not publish the relevant rate for a region for reasons of confidentiality, the average that Statistics Canada has
determined based on the minimum number of unemployed
persons required to allow it to publish the rate, and
(ii) the average of the seasonally adjusted monthly rates of
unemployment for the last 12-month period for which statistics were produced by Statistics Canada that precedes the
week referred to in subsection 10(1) of the Act or, if Statistics
Canada does not publish the relevant rate for a region for reasons of confidentiality, the average that Statistics Canada has
determined based on the minimum number of unemployed
persons required to allow it to publish the rate.
(1.1) The regional rate of unemployment referred to in subsection (1) is
(a) for the purposes of sections 7, 7.1, 12 and 14 and Part VIII of
the Act, the rate produced for the region in which the claimant
was, during the week referred to in subsection 10(1) of the Act,
ordinarily resident; and
(b) for the purposes of sections 7, 7.1 and 14 and Part VIII of the
Act, if the claimant was, during the week referred to in subsection 10(1) of the Act, ordinarily resident outside Canada, the rate
produced for the region in which the claimant was last employed
in insurable employment in Canada.
(2) If a claimant referred to in paragraph (1.1)(a) ordinarily resides so near to the boundaries of more than one region that it cannot
be determined with certainty in which region the claimant resides,
the regional rate of unemployment that applies to that claimant is
the highest of the regional rates that apply in respect of each of
those regions.
(3) If a claimant referred to in paragraph (1.1)(b) was last
employed in insurable employment in Canada so near to the boundaries of more than one region that it cannot be determined with
certainty in which region the claimant was employed, the regional
rate of unemployment that applies to that claimant is the highest of
the regional rates that apply in respect of each of those regions.
2. Schedule I to the Regulations is amended by replacing the
references after the heading “SCHEDULE I” with the
following:
(Paragraphs 17(1)(a) and (b), subsections 17.1(1) and 18(1),
paragraph 77.2(2)(b), subsections 77.5(2), 77.7(2), 77.8(2)
and 77.9(2), paragraph 77.92(2)(a) and subsections 77.93(2),
77.94(2) and 77.95(2))
3. Section 1 of Schedule I to the Regulations is replaced by
the following:
1. The definitions in this section apply in this Schedule.
“Census Agglomeration” for the purposes of sections 2, 5, 7 and 9,
means a census agglomeration within the meaning of the Statistics
Canada document entitled Standard Geographical Classification
(SGC) 1996 and for the purposes of sections 8, 12 and 13, means a
census agglomeration within the meaning of the Statistics Canada
document entitled Standard Geographical Classification (SGC)
2011. (agglomération de recensement)
“Census Division” means a census division within the meaning of
the Statistics Canada document entitled Standard Geographical
Classification (SGC) 1996. (division de recensement)
“Census Metropolitan Area” means a census metropolitan area
within the meaning of the Statistics Canada document entitled
Standard Geographical Classification (SGC) 1996. (région métropolitaine de recensement)
“Census Subdivision” for the purposes of sections 5 and 11, means
a census subdivision within the meaning of the Statistics Canada
Gazette du Canada Partie I865
organisme ne publie pas le taux applicable à une région pour
des motifs de confidentialité, la moyenne qu’il a établie en se
fondant sur le nombre minimal de chômeurs qui lui aurait permis de le publier,
(ii) la moyenne des taux de chômage mensuels désaisonnalisés de la dernière période de douze mois pour laquelle des
statistiques ont été produites par Statistique Canada qui précède cette semaine ou, si cet organisme ne publie pas le taux
applicable à une région pour des motifs de confidentialité, la
moyenne qu’il a établie en se fondant sur le nombre minimal
de chômeurs qui lui aurait permis de le publier.
(1.1) Le taux régional de chômage visé au paragraphe (1) est le
suivant :
a) pour l’application des articles 7, 7.1, 12 et 14 et de la
partie VIII de la Loi, celui qui a été produit à l’égard de la région
où le prestataire avait, durant la semaine visée au paragraphe 10(1) de la Loi, son lieu de résidence habituel;
b) pour l’application des articles 7, 7.1 et 14 et de la partie VIII
de la Loi, s’il avait son lieu de résidence habituel à l’étranger
durant cette semaine, celui qui a été produit à l’égard de la région
où il a exercé son dernier emploi assurable au Canada.
(2) Lorsque le prestataire visé à l’alinéa (1.1)a) a son lieu de
résidence habituel si près des limites d’au moins deux régions qu’il
ne peut être déterminé avec certitude dans quelle région il habite,
le taux régional de chômage qui lui est applicable est le plus élevé
des taux des régions en cause.
(3) Lorsque le prestataire visé à l’alinéa (1.1)b) a exercé son
dernier emploi assurable au Canada si près des limites d’au moins
deux régions qu’il ne peut être déterminé avec certitude dans quelle
région il a travaillé, le taux régional de chômage qui lui est applicable est le plus élevé des taux des régions en cause.
2. Les renvois qui suivent le titre « ANNEXE I », à l’annexe I
du même règlement, sont remplacés par ce qui suit :
(alinéas 17(1)a) et b), paragraphes 17.1(1) et 18(1),
alinéa 77.2(2)b), paragraphes 77.5(2), 77.7(2), 77.8(2) et 77.9(2),
alinéa 77.92(2)a) et paragraphes 77.93(2), 77.94(2) et 77.95(2))
3. L’article 1 de l’annexe I du même règlement est remplacé
par ce qui suit :
1. Les définitions qui suivent s’appliquent à la présente annexe.
« agglomération de recensement » S’entend, pour l’application des
articles 2, 5, 7 et 9, au sens du document de Statistique Canada
intitulé Classification géographique type (CGT) 1996 et, pour celle
des articles 8, 12 et 13, au sens de celui intitulé Classification géographique type (CGT) 2011. (Census Agglomeration)
« division de recensement » S’entend au sens du document de Statistique Canada intitulé Classification géographique type (CGT)
1996. (Census Division)
« région métropolitaine de recensement » S’entend au sens du
document de Statistique Canada intitulé Classification géographique type (CGT) 1996. (Census Metropolitan Area)
« subdivision de recensement » S’entend, pour l’application des
articles 5 et 11, au sens du document de Statistique Canada intitulé
Classification géographique type (CGT) 1996 et, pour celle des
articles 8 et 12 à 14, au sens de celui intitulé Classification géographique type (CGT) 2011. (Census Subdivision)
866
Canada Gazette Part I
April 12, 2014
document entitled Standard Geographical Classification (SGC)
1996 and for the purposes of sections 8 and 12 to 14, means a census subdivision within the meaning of the Statistics Canada document entitled Standard Geographical Classification (SGC) 2011.
(subdivision de recensement)
4. Section 8 of Schedule I to the Regulations is replaced by
the following:
8. (1) The region of Charlottetown, consisting of the Census
Agglomeration of Charlottetown.
(2) The region of Prince Edward Island, consisting of all Census
Subdivisions that are not part of the Census Agglomeration of
Charlottetown.
5. Sections 12 to 14 of Schedule I to the Regulations are
replaced by the following:
12. (1) The region of Whitehorse, consisting of the Census
Agglomeration of Whitehorse.
(2) The region of Yukon, consisting of all Census Subdivisions
that are not part of the Census Agglomeration of Whitehorse.
4. L’article 8 de l’annexe I du même règlement est remplacé
par ce qui suit :
8. (1) La région de Charlottetown, constituée de l’agglomération
de recensement de Charlottetown.
(2) La région de l’Île-du-Prince-Édouard, constituée de toutes
les subdivisions de recensement qui ne sont pas comprises dans
cette agglomération.
5. Les articles 12 à 14 de l’annexe I du même règlement sont
remplacés par ce qui suit :
12. (1) La région de Whitehorse, constituée de l’agglomération
de recensement de Whitehorse.
(2) La région du Yukon, constituée de toutes les subdivisions de
recensement qui ne sont pas comprises dans cette agglomération.
Northwest Territories
Territoires du Nord-Ouest
13. (1) The region of Yellowknife, consisting of the Census
Agglomeration of Yellowknife.
(2) The region of the Northwest Territories, consisting of all
Census Subdivisions that are not part of the Census Agglomeration
of Yellowknife.
13. (1) La région de Yellowknife, constituée de l’agglomération
de recensement de Yellowknife.
(2) La région des Territoires du Nord-Ouest, constituée de toutes
les subdivisions de recensement qui ne sont pas comprises dans
cette agglomération.
Nunavut
Nunavut
14. (1) The region of Iqaluit, consisting of the Census Subdivision No. 6204003.
(2) The region of Nunavut, consisting of all Census Subdivisions
except for Census Subdivision No. 6204003.
14. (1) La région d’Iqaluit, constituée de la subdivision de recensement no 6204003.
(2) La région du Nunavut, constituée de toutes les subdivisions
de recensement à l’exception de la subdivision no 6204003.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
6. These Regulations come into force on October 12, 2014.
[15-1-o]
6. Le présent règlement entre en vigueur le 12 octobre 2014.
[15-1-o]
Le 12 avril 2014
Gazette du Canada Partie I
867
Regulations Amending the On Board Trains
Occupational Safety and Health Regulations
Règlement modifiant le Règlement sur la sécurité et
la santé au travail (trains)
Statutory authority
Canada Labour Code
Fondement législatif
Code canadien du travail
Sponsoring departments
Department of Human Resources and Skills Development and
Department of Transport
Ministères responsables
Ministère des Ressources humaines et du Développement des
compétences et ministère des Transports
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement.)
Executive summary
Issues: Employees protected by the On Board Trains Occupational Safety and Health Regulations (Regulations) have been
exposed to excessive sound levels and have suffered from injury rates that are higher than the federal jurisdiction average
for the years 2001–2011. Since the Regulations came into
force in 1987, there have not been any substantial amendments
to modernize their occupational health and safety requirements, procedures and standards. Also, amendments have not
occurred to address inquiries from the Standing Joint Committee for the Scrutiny of Regulations (SJCSR).
Description: The proposed amendments would aim to address
the aforementioned issues. The substantial amendments to the
Regulations include
• amending sound levels to which employees may be
exposed;
• adding a new requirement that the employer is expected to
introduce engineering controls to reduce employee exposure to noise;
• requiring that all employees be trained in basic first aid;
• requiring the employer to develop and implement a hazard
prevention program and implement controls that prevent
workplace violence, ergonomics-related hazards, and other
unsafe or harmful working conditions;
• updating health and safety standards such as those related
to hazardous substances and personal protection equipment; and
• changing how standards are to be referenced in the
Regulations.
Amendments would also resolve outstanding SJCSR inquiries,
including clarifying certain definitions and addressing discrepancies between the English and French versions of the
Regulations.
Résumé
Enjeux : Les employés protégés par le Règlement sur la sécurité et la santé au travail (trains) [le Règlement] ont été exposés à des niveaux acoustiques excessifs et présentent un taux
d’accidents avec blessures supérieur au taux moyen noté chez
les employés relevant de la compétence fédérale entre 2001 et
2011. Depuis l’entrée en vigueur du Règlement en 1987, aucune modification importante n’a été apportée en vue de moderniser les exigences, les procédures et les normes en matière
de santé et de sécurité au travail. En outre, aucune modification n’a été apportée en vue de répondre aux demandes du
Comité mixte permanent d’examen de la réglementation
(CMPER).
Description : Les modifications proposées viseraient à aborder les questions susmentionnées. Les modifications importantes au Règlement comporteraient notamment :
• la modification des niveaux acoustiques auxquels les employés pourraient être exposés;
• l’ajout d’une nouvelle exigence selon laquelle l’employeur
doit prévoir des mécanismes techniques afin de réduire
l’exposition des employés au bruit;
• la prestation d’une formation en premiers soins de base à
tous les employés;
• l’élaboration et la mise en œuvre par l’employeur d’un
programme de prévention des risques et la mise en place
de mécanismes de prévention de la violence au travail, des
risques liés à l’ergonomie et d’autres conditions de travail
dangereuses ou nuisibles;
• la mise à jour des normes de santé et sécurité telles que
celles liées aux substances dangereuses et à l’équipement
de protection individuelle;
• le changement de la manière dont les normes doivent être
citées dans le Règlement.
Des modifications permettraient aussi de résoudre les demandes en suspens du CMPER, notamment celles visant à clarifier
certaines définitions et à traiter les divergences entre les versions française et anglaise du Règlement.
868
Canada Gazette Part I
Cost-benefit statement: The implementation of the proposed
Regulations is expected to result in net savings to the Canadian economy of approximately $130M over the 20-year costbenefit analysis (in constant 2009 dollars). The net present
benefits are estimated at $62.5M and the net present costs at
$21M, resulting in a positive net present value of about
$41.5M and a cost-benefit ratio of 2.98:1. The bulk of the
savings (approximately $114M) would stem from the new
requirements for sound levels on trains resulting in about
500 fewer permanent noise-induced hearing loss injuries.
Costs to rail industry employers are expected to be approximately $18M in the first year after implementation, due primarily to requirements mandating the introduction of engineering controls to reduce locomotive sound levels. Recurring
costs would be about $500K per year and would include other
requirements such as hazard investigation of sound levels by
the employer, the purchase of hearing protection equipment,
and hazard and violence prevention.
“One-for-One” Rule and small business lens: The “Onefor-One” Rule applies to the proposed Regulations, and the
proposal is considered an “IN” under the Rule as it would
increase the administrative burden on business. The total
annualized administrative cost increase for the 26 federally
regulated rail sector businesses is estimated at $72,304, or
$2,781 per business. These costs would result primarily from
requirements to retain various records.
The small business lens also applies as the proposed Regulations would also increase costs to the 21 small businesses in
the rail sector. Preliminary cost estimates indicate that the
proposed Regulations would cost approximately $38,000 per
small business in the first year of implementation. The average
annualized costs for the following 19 years are estimated at
approximately $1,000 per small business. In order to mitigate
the impact on small businesses, and to align the coming-intoforce date with Transport Canada’s regulatory enforcement
approach, which uses 90 days, a flexible option in which implementation of the amendments would be delayed by 90 days
has been proposed. This would allow on-board rail companies,
including small businesses, additional time to comply with the
new requirements.
Domestic and international coordination and cooperation:
The proposed Regulations are not expected to have any impact
on domestic or international coordination and cooperation.
American rail companies operating in Canada, such as
Amtrak, are not subject to the Regulations.
April 12, 2014
Énoncé des coûts et avantages : La mise en œuvre du règlement proposé devrait entraîner des économies nettes pour
l’économie canadienne d’environ 130 M$ durant la période de
20 ans visée par l’analyse coûts-avantages (en dollars constants de 2009). Les avantages actualisés nets sont estimés à
62,5 M$ et les coûts actualisés nets à 21 M$, ce qui donne une
valeur actualisée nette positive d’environ 41,5 M$ et un ratio
coûts-avantages de 2,98:1. La plus grande part des économies
(environ 114 M$) découlerait des nouvelles exigences liées
aux niveaux de bruit dans les trains, qui entraîneraient une diminution d’environ 500 cas de perte auditive permanente causée par la surexposition au bruit.
Les coûts prévus pour les employeurs du secteur ferroviaire
seraient d’environ 18 M$ au cours de la première année suivant la mise en œuvre, en raison principalement de l’obligation d’adopter des mécanismes techniques pour réduire les niveaux de bruit des locomotives. Les coûts récurrents seraient
d’environ 500 000 $ par année et découleraient d’autres exigences comme la conduite d’enquêtes par l’employeur sur les
risques liés aux niveaux de bruit, l’achat d’équipement de protection auditive et la prévention des risques et de la violence.
Règle du « un pour un » et lentille des petites entreprises :
La règle du « un pour un » s’applique au règlement proposé et
la proposition est considérée comme un ajout en vertu de cette
règle, car elle augmenterait le fardeau administratif des entreprises. L’augmentation totale des coûts administratifs annuels
pour les 26 entreprises du secteur ferroviaire sous réglementation fédérale est estimée à 72 304 $, soit 2 781 $ par entreprise. Ces coûts résulteraient principalement des exigences
liées à la conservation de divers registres.
La lentille des petites entreprises s’applique également au règlement proposé, car celui-ci entraînerait une hausse des coûts
pour les 21 petites entreprises du secteur ferroviaire. Selon les
estimations préliminaires de coûts, le règlement proposé occasionnerait des coûts d’environ 38 000 $ par petite entreprise
durant la première année de mise en œuvre. Les coûts annuels
moyens durant les 19 années qui suivront sont estimés à environ 1 000 $ par petite entreprise. Afin d’atténuer les répercussions sur les petites entreprises et d’harmoniser la date
d’entrée en vigueur avec l’approche de conformité réglementaire de Transports Canada, qui est de 90 jours, une option
souple selon laquelle la mise en œuvre des modifications serait retardée de 90 jours a été proposée. Les compagnies ferroviaires, y compris les petites entreprises, disposeraient ainsi de
plus de temps pour se conformer aux nouvelles exigences.
Coordination et coopération à l’échelle nationale et internationale : Le règlement proposé ne devrait entraîner aucune
répercussion sur la coordination et la coopération intérieures
ou internationales. Les compagnies ferroviaires des États-Unis
menant des activités au Canada, comme Amtrak, ne sont pas
assujetties au Règlement.
Background
Contexte
There are approximately 36 000 workers in the rail industry
who are protected by the Canada Labour Code (Code). Of that
number, about 24 000 are protected by the Canada Occupational
Health and Safety Regulations (COHSR), and 12 000 are protected by the Regulations. The COHSR apply to off-board train
employees such as those who work in the train yards, stations and
offices. The Regulations, on the other hand, specifically apply to
employees on board trains while the train is in operation, and
address hazards that are unique to the working environment on
board a train in addition to general occupational health and safety
Environ 36 000 travailleurs du secteur ferroviaire sont protégés par le Code canadien du travail (le Code). De ce nombre,
environ 24 000 sont protégés par le Règlement canadien sur la
santé et la sécurité au travail (RCSST) et 12 000 sont protégés
par le Règlement. Le RCSST s’applique aux employés travaillant
« au sol » comme ceux qui travaillent dans les gares de triage, les
gares et les bureaux. Le Règlement s’applique précisément aux
employés travaillant à bord des trains pendant que le train est en
service et il concerne les risques qui sont particuliers à l’environnement de travail à bord d’un train, en plus des risques généraux
Le 12 avril 2014
Gazette du Canada Partie I
869
hazards. The Regulations protect employees such as railway engineers, railway conductors, brakemen, and passenger train customer service personnel. Federally regulated rail companies are
obligated to comply with the Regulations and the COHSR if they
have employees working on board and off board trains. Employers of the rail industry include the Canadian National Railway
Company, Canadian Pacific, VIA Rail Canada Inc., the Quebec
North Shore and Labrador Railway and the Great Canadian Railtour Company Limited.
pour la santé et la sécurité au travail. Le Règlement protège les
employés comme les mécaniciens ferroviaires, les chefs de train
et les serre-freins, ainsi que le personnel du service à la clientèle
des trains de passagers. Les compagnies ferroviaires réglementées
par le gouvernement fédéral sont assujetties au Règlement et au
RCSST lorsqu’elles comptent des employés travaillant à bord des
trains et au sol. Les employeurs du secteur ferroviaire comprennent la Compagnie des chemins de fer nationaux du Canada, le
chemin de fer Canadien Pacifique, VIA Rail Canada Inc., le
Chemin de fer Québec North Shore et Labrador et la Great Canadian Railtour Company Limited.
Issues
Enjeux
In 1999–2000, Human Resources Development Canada (now
Employment and Social Development Canada) — Labour Program carried out a comprehensive study that revealed that rail
personnel present on board locomotives were exposed to excessive sound levels. Similarly, the injury rates of on-board train
employees are higher than the federal jurisdiction average. Data
for the on-board rail industry show an average disabling injury
rate of 3.38 per 100 workers (full-time equivalent) for the years
2001–2011 compared to 2.08 per 100 workers for the federal
jurisdiction as a whole. In addition, while amendments have been
made to the COHSR over the last 20 years to reflect more modern
occupational health and safety requirements, procedures and standards, the Regulations have not been amended. Also, amendments
have not occurred to address the SJCSR concerns that have been
outstanding since 1995.
En 1999-2000, le Programme du travail de Développement des
ressources humaines Canada (maintenant Emploi et Développement social Canada) a mené une vaste étude qui a révélé que le
personnel à bord des locomotives était exposé à des niveaux
acoustiques excessifs. De même, les employés travaillant à bord
des trains présentent un taux d’accidents avec blessures supérieur
au taux moyen noté chez ceux relevant de la compétence fédérale.
Selon certaines données portant sur les employés travaillant à
bord d’un train, le taux moyen d’accidents invalidants est de
3,38 pour 100 travailleurs (équivalents temps plein) pour les
années 2001 à 2011, comparé à 2,08 pour 100 travailleurs relevant de la compétence fédérale dans l’ensemble. De plus, même
si des modifications ont été apportées au RCSST au cours des
20 dernières années afin de mieux refléter les exigences, les procédures et les normes contemporaines liées à la santé et à la sécurité au travail, le Règlement n’a pas été modifié. En outre, aucune
modification n’a été apportée en vue de répondre aux préoccupations du CMPER qui sont en suspens depuis 1995.
Objectives
Objectifs
The objectives of the proposed Regulations are to
reduce the injury rates of on-board train employees. It is estimated that the proposed Regulations would lead to a significant reduction in injuries related to hearing loss (averaging
25 fewer hearing loss cases per year over the next 20 years).
• harmonize the Regulations with the COHSR by updating occupational health and safety requirements, procedures and
standards.
• address SJCSR concerns by further clarifying the intent of the
Regulations and correcting administrative and grammatical
errors.
Le règlement proposé vise à :
réduire le taux d’accidents avec blessures chez les employés
travaillant à bord des trains. On estime que le règlement proposé entraînerait une réduction considérable des blessures
professionnelles liées à des pertes auditives (25 cas de moins
par année en moyenne dans les 20 prochaines années);
• harmoniser le Règlement avec le RCSST en mettant à jour les
exigences, les procédures et les normes en matière de santé et
sécurité au travail;
• traiter les préoccupations liées du CMPER en clarifiant l’intention du Règlement et en corrigeant les erreurs administratives et grammaticales.
•
•
Description
Description
The proposed Regulations would update requirements, procedures and standards. Descriptions of the proposed amendments to
the Regulations are as follows:
Le règlement proposé permettrait de mettre à jour les exigences, les procédures et les normes. Voici une description des
modifications proposées au Règlement :
Levels of Sound
Niveaux acoustiques
Part IV (Levels of Sound) of the Regulations would be revised
to lower the maximum permissible level of sound to 87 Aweighted decibels (dBA) for an eight-hour period and amend the
exchange rate from 5 decibels (dB) to 3 dB. The Occupational
Safety and Health Administration of the United States describes
the exchange rate as an increase, or decrease, in dB of twice, or
half, the noise dose. For example, assuming the duration of exposure is the same, when using a 3 dB exchange rate, a dose of
90 dB is twice the dose of 87 dB. As currently written, the Regulations permit an exposure duration of eight hours to a sound level
of 87 dBA or more, but less than 90 dBA. Also, the exposure
duration is cut in half only when there is an exchange rate of
5 dB. In other words, an on-board train employee could be
La partie IV (Niveaux acoustiques) du Règlement serait révisée afin d’abaisser le niveau acoustique maximal admissible à
87 décibels pondérés A (dBA) pendant une période de huit heures
et de réduire le coefficient d’équivalence de 5 décibels (dB) à
3 dB. Selon la Occupational Safety and Health Administration
des États-Unis, le coefficient d’équivalence se définit comme une
augmentation, ou une diminution, en décibels équivalant au double, ou à la moitié, de la dose de bruit. À titre d’exemple, si l’on
présume que la durée d’exposition reste inchangée, une dose de
90 dB équivaut à deux fois la dose de 87 dB à un coefficient
d’équivalence de 3 dB. Dans sa forme actuelle, le Règlement
autorise une durée d’exposition de huit heures à un niveau de
bruit de 87 dBA ou plus, mais de moins de 90 dBA. De plus,
870
Canada Gazette Part I
exposed to 95 dBA for up to four hours, to 100 dBA for two
hours, and so on. Harmonizing the Regulations with Part VII of
the COHSR means that the employees could not be exposed to a
sound level of 87 dBA for a period in excess of eight hours. It
would also set an exchange rate of 3 dB, which means that if the
sound level increases by 3 dB, the exposure duration is cut in
half. That is, the exposure duration for 90 dBA is four hours, for
93 dBA is two hours, and so on.
In order to align the Regulations with the COHSR and modernize it requirements and procedures, additional proposed amendments to Part IV include
(1) requiring that the employer carry out a hazard investigation when an employee may be exposed to a sound level of
84 dBA or more. The employer would be required to appoint
a qualified person to conduct the hazard investigation. The
qualified person would be required to develop a report that
includes observations and recommendations. Furthermore,
the employer would have to immediately provide affected
employees with written information describing the hazards
and post the report in the workplace.
(2) adding a requirement that if an employee is exposed to a
sound level that exceeds the prescribed levels, the employer,
when it is technically and economically possible, would be
expected to introduce engineering controls, such as installing
an air conditioning unit, to reduce the exposure.
April 12, 2014
la durée d’exposition n’est réduite de moitié que lorsque le
coefficient d’équivalence est de 5 dB. En d’autres mots, un employé travaillant à bord d’un train pourrait être exposé à 95 dBA
pendant quatre heures au plus, à 100 dBA pendant deux heures,
ainsi de suite. Grâce à l’harmonisation du Règlement avec la partie VII du RCSST, les employés ne pourraient être exposés à un
niveau de bruit de 87 dBA pendant une période dépassant huit
heures. Le coefficient d’équivalence serait de plus établi à 3 dB,
ce qui veut dire que si le niveau de bruit augmentait de 3 dB, la
durée d’exposition serait réduite de moitié. On obtiendrait donc
une durée d’exposition maximale de quatre heures à 90 dBA, de
deux heures à 93 dBA, ainsi de suite.
Afin d’harmoniser le Règlement avec le RCSST et d’en moderniser les exigences et les procédures, les modifications supplémentaires proposées à la partie IV comprennent ce qui suit :
(1) exiger que l’employeur mène une enquête sur les risques
lorsqu’un employé pourrait être exposé à un niveau de bruit
égal ou supérieur à 84 dBA. L’employeur devrait nommer
une personne compétente pour mener l’enquête sur les risques. La personne compétente devrait produire un rapport
contenant ses observations et ses recommandations. De plus,
l’employeur devrait immédiatement fournir aux employés
touchés de l’information écrite décrivant les risques, et afficher le rapport dans les lieux de travail.
(2) ajouter une exigence selon laquelle, si un employé est exposé
à un niveau de bruit dépassant les niveaux prescrits, l’employeur devrait, lorsqu’il est possible de le faire sur les plans
technique et économique, adopter des mécanismes techniques comme l’installation d’un appareil de climatisation afin
de réduire l’exposition.
Hazard prevention program
Programme de prévention des risques
It is proposed that the requirements for a hazard prevention
program be incorporated in the Regulations. This type of program
was adopted in the COHSR in 2005 and exists in many other federally regulated industries such as trucking, telecommunications,
banking, and longshoring and the marine sector. An employer
would be required to develop, implement, and monitor a program
for the prevention of hazards (including ergonomics-related
hazards) in the workplace that is appropriate to the size of the
workplace and the nature of the hazards. A hazard prevention
program would include the following six components: (a) an implementation plan, (b) a hazard identification and assessment
methodology, (c) hazard identification and assessment, (d) preventive measures, (e) employee education, and (f) program
evaluation.
Il est proposé d’inclure dans le Règlement des exigences liées à
la mise en place d’un programme de prévention des risques. Ce
type de programme a été prévu dans le RCSST en 2005, et un
grand nombre d’autres industries sous réglementation fédérale y
sont assujetties, notamment les secteurs du camionnage, des télécommunications, des banques et du débardage et le secteur maritime. Un employeur serait tenu d’élaborer et de mettre en œuvre
dans le milieu de travail un programme de prévention des risques
(y compris les risques de nature ergonomique) qui soit adapté à la
taille du lieu de travail et à la nature des risques, et d’en d’assurer
le suivi. Le programme de prévention des risques comprendrait
les six éléments suivants : a) le plan de mise en œuvre; b) la méthode de recensement et d’évaluation des risques; c) le recensement et l’évaluation des risques; d) les mesures de prévention;
e) la formation des employés; f) l’évaluation du programme.
Violence prevention in the workplace
Prévention de la violence dans le lieu de travail
Other requirements that are absent from the Regulations and
are being applied in federally regulated industries are those related to violence prevention in the workplace. The proposed
Regulations would incorporate new requirements prescribing an
employer to
• develop a violence prevention policy;
• identify factors that contribute to workplace violence;
• assess the potential for workplace violence;
• develop and implement systematic controls to eliminate or
minimize workplace violence;
• evaluate the prevention measures at least every three years;
• develop emergency procedures; and
• provide employees with information and training on the factors that contribute to workplace violence.
D’autres exigences qui sont absentes du Règlement mais qui
s’appliquent aux industries sous réglementation fédérale concernent la prévention de la violence dans le lieu de travail. Le règlement proposé contiendrait de nouvelles exigences prescrivant à
un employeur :
• d’élaborer une politique de prévention de la violence;
• de déterminer les facteurs qui contribuent à la violence dans le
lieu de travail;
• d’évaluer le risque de violence dans le lieu de travail;
• d’élaborer et de mettre en œuvre des mécanismes de contrôle
systématiques visant à éliminer ou à minimiser la violence
dans le lieu de travail;
• d’évaluer les mesures de prévention au moins tous les
trois ans;
Le 12 avril 2014
Gazette du Canada Partie I
871
•
•
The purpose of incorporating violence prevention provisions is
to ensure that employers take measures to prevent or minimize
the occurrence of violence in the workplace, to protect employees, and to provide employees subject to violence in the workplace with access to assistance and recourse.
d’élaborer des procédures d’urgence;
de fournir aux employés de l’information et de la formation
sur les facteurs qui contribuent à la violence dans le lieu de
travail.
L’intégration de dispositions sur la prévention de la violence
vise à assurer que les employeurs prennent des mesures pour prévenir ou minimiser la violence dans le lieu de travail, pour protéger les employés et pour fournir aux employés touchés par la violence dans le lieu de travail accès à de l’aide et à des recours.
First aid
Premiers soins (secourisme)
Part XII (First Aid) of the Regulations would be amended to
state that the employer would be responsible for providing basic
first aid training to all on-board train employees. Presently, the
Regulations require that for every workplace at which two or
more employees are working, at least one of the employees shall
be trained in standard first aid. This is problematic as it places
employees at risk of not receiving adequate first aid attention in
all circumstances. In addition, as the majority of the injuries occurring on board trains requiring first aid attention include
sprains, strains, and bruises, basic first aid (one-day course)
would be more appropriate to protect the health and safety of
employees. Standard first aid (two-day course), that is currently
prescribed, is needed when more severe injuries occur at the
workplace such as fractures, chest injuries, burns and eye injuries.
La partie XII (Premiers soins) du Règlement serait modifiée
pour établir qu’il incomberait à l’employeur de fournir une formation en premiers soins de base à tous les employés travaillant à
bord des trains. À l’heure actuelle, le Règlement exige que dans
tout lieu de travail comptant deux employés ou plus, au moins un
employé doit recevoir une formation en secourisme général. Cette
disposition pose problème puisque les employés risquent de ne
pas recevoir les premiers soins requis dans certaines circonstances. De plus, comme la plupart des blessures survenant dans les
trains et exigeant des premiers soins consistent en des foulures,
des claquages et des meurtrissures, la formation en premiers soins
de base (cours d’une journée) serait mieux adaptée à la protection
et à la sécurité des employés. Le cours de secourisme général
(cours de deux jours), qui est actuellement prescrit, est nécessaire
lorsque des blessures graves se produisent dans le milieu de travail comme des fractures, des blessures à la poitrine, des brûlures
et des blessures aux yeux.
Incorporation by reference
Intégration par renvoi
The proposed Regulations would remove 4 standards that are
referenced as they are no longer applicable (e.g. Air Conditioning and Refrigeration Institute Standard 1010-82 for drinking
fountains and water coolers), add a new standard concerning foot
protection and update 15 standards (e.g. Canadian Standards Association Z180.1 Standard for compressed breathing air and systems). While standards are modified on a regular basis to adapt
requirements to technological advances, modern practices and
procedures, 15 standards incorporated in the Regulations do not
reflect the most recent versions, and thus have to be updated.
Le règlement proposé supprimerait 4 normes qui sont citées,
puisqu’elles ne sont plus applicables (par exemple la norme 101082 du Air Conditioning and Refrigeration Institute relative aux
fontaines à boire et aux refroidisseurs d’eau), ajouterait une
norme concernant la protection des pieds et mettrait à jour
15 normes (dont la norme Z180.1 de l’Association canadienne de
normalisation, intitulée Air comprimé respirable : Production et
distribution). Les normes sont modifiées régulièrement afin que
les exigences soient adaptées aux percées technologiques ainsi
qu’aux pratiques et aux procédures modernes, mais 15 normes
intégrées dans le Règlement doivent être mises à jour parce
qu’elles ne reflètent pas les versions les plus récentes.
En plus des 15 normes à mettre à jour, le règlement proposé changerait la manière dont 10 de ces normes sont citées. À
l’heure actuelle, presque toutes les normes intégrées le sont sous
forme de renvois statiques. Les renvois statiques citent la publication précise d’une norme, mais ne comprennent pas les modifications éventuelles apportées à une telle publication. Par exemple,
même s’il existe une version plus récente de la norme sur la protection auditive, remontant à 2002, le Règlement prévoit que
l’employeur est tenu de se conformer à la version de 1984. Le
règlement proposé utiliserait le renvoi à caractère dynamique « et
ses modifications successives » dans le cas de 10 normes et lignes
directrices canadiennes. L’usage de la formulation « et ses modifications successives » permettrait d’intégrer la publication précise indiquée dans le Règlement de même que les modifications
ultérieures apportées à la norme. Les normes demeureraient ainsi
à jour sans exiger de modification réglementaire.
In addition to the 15 standards to be updated, the proposed
Regulations would change how 10 of these standards are referenced. Currently, almost all standards incorporated are static references. Static references cite a specific publication of a standard,
but do not include future amendments to that publication. For
example, while there is a more recent version of the standard for
hearing protection, dated 2002, the Regulations state that the employer has to comply with the 1984 version. The proposed Regulations would use the ambulatory reference “as amended from
time to time” for 10 Canadian standards and guidelines. Using the
language “as amended from time to time” would incorporate the
specific publication noted in the Regulations as well as subsequent amendments to the standard. This would ensure that
the standards remain up-to-date without requiring regulatory
amendment.
Standing Joint Committee for the Scrutiny of Regulations
Comité mixte permanent d’examen de la réglementation
Amendments to the Regulations would address a SJCSR review. In 1995, the SJCSR expressed the following concerns regarding various definitions and provisions in the Regulations:
Les modifications au Règlement permettraient de donner suite
à un examen du CMPER. En 1995, le CMPER a exprimé les préoccupations suivantes concernant les diverses définitions et dispositions contenues dans le Règlement :
872
Canada Gazette Part I
April 12, 2014
Regional safety officer
Agent régional de sécurité
The SJCSR stated that the definition of “regional safety officer” detracts from the authority conferred on the Minister by the
Code to appoint anyone as a regional safety officer.
The proposed Regulations would remove the definition of “regional safety officer,” and clearly indicate to employers that the
reports concerning hearing protection, emergencies and hazardous
occurrence investigation are to be sent to health and safety officers at Transport Canada. The intention of the definition was to
inform employers that reports are to be sent to Transport Canada
as opposed to Employment and Social Development Canada —
Labour Program (Labour Program). The amendment would ensure that the intention is fulfilled and that the Minister’s stated
authority in the Code is not undermined.
Le CMPER a déclaré que la définition d’« agent régional de
sécurité » diminue l’autorité conférée au ministre par le Code de
nommer quiconque à titre d’agent régional de sécurité.
Le règlement proposé supprimerait la définition d’« agent régional de sécurité » et indiquerait clairement aux employeurs que
les rapports concernant la protection de l’ouïe, les urgences et les
enquêtes sur les situations comportant des risques doivent être
envoyés aux agents de santé et de sécurité de Transports Canada.
La définition visait à informer les employeurs que les rapports
doivent être envoyés à Transports Canada plutôt qu’au Programme du travail d’Emploi et Développement social Canada (le
Programme du travail). La modification veillerait à ce que
l’intention soit respectée et que l’autorité du ministre prévue dans
le Code ne soit pas amoindrie.
Isolated work place
Lieu de travail isolé
The SJCSR inquired into what constitutes an “isolated work
place” in Part XII (First Aid) of the Regulations, as the Regulations only apply to employees on board trains while in operation.
The intention of the definition was to ensure that employers
had suitable transportation services available to employees where
standard emergency medical services are not accessible. For example, employees at times operate trains that are not within city
limits and they cannot call upon standard emergency medical
services to take them to the hospital. In these cases, the employer
has to ensure that if an emergency occurs, an employee can access suitable means of transportation to transport them to definitive care.
The amendment to the Regulations would remove the definition of “isolated work place” in Part XII and clarify in section 12.6 of the Regulations that the employer has to ensure that
wherever the train is being operated, they must have emergency
services (or equivalent) available to employees.
Le CMPER s’est informé sur le sens de l’expression « lieu de
travail isolé » contenue dans la partie XII (Premiers soins) du
Règlement, puisque celui-ci ne s’applique qu’aux employés travaillant dans les trains en service.
La définition visait à assurer que les employeurs pouvaient offrir des services de transport appropriés aux employés se trouvant
dans des lieux ne disposant pas de services médicaux d’urgence.
Par exemple, les employés travaillent parfois dans des trains hors
des limites de toute ville et ne peuvent donc pas faire appel aux
services médicaux d’urgence pour les emmener à l’hôpital. Dans
ces cas, l’employeur doit s’assurer qu’en situation d’urgence, un
employé peut facilement accéder à des moyens de transport pour
l’emmener vers un lieu où il pourra recevoir le traitement indiqué.
La modification au Règlement supprimerait la définition de
« lieu de travail isolé » dans la partie XII et clarifierait l’article 12.6 du Règlement qui prévoit que l’employeur doit s’assurer que partout où le train est en activité, des services d’urgence
(ou l’équivalent) sont accessibles aux employés.
Section 8.10
Article 8.10
Section 8.10 in the French version of the Regulations did not
cover the four scenarios (injury to and through the skin and disease to and through the skin) as outlined in the English version of
the Regulations. This section would be amended in the French
version to align it with the English version to ensure that the employee is protected from injury to or through the skin and disease
to and through the skin.
L’article 8.10 de la version française du Règlement ne prévoyait pas les quatre scénarios décrits dans la version anglaise du
Règlement (blessures et maladies cutanées et percutanées). Cet
article serait modifié dans la version française afin de l’harmoniser avec la version anglaise et de veiller à ce que les employés soient protégés des lésions et des maladies cutanées et
percutanées.
Schedule I to Part XI
Annexe I de la partie XI
Two amendments would occur to Schedule I to Part XI to correct administrative and grammatical errors.
The amendment would remove the statement “See reverse for
INSTRUCTIONS au verso” as it was not the intention to include
the instructions in the Regulations. The SJCSR noted that the
instructions for Schedule I do not appear in the Regulations even
though the schedule states that the instructions are on the reverse
page.
The SJCSR recommended that in Schedule I of the French version the phrase “raisons pour lesquelles aucune mesure corrective
n’a été prise” be modified. Given that the intention of the requirement is to ask why the employer has decided not to take any
corrective measures, the wording would be amended in the
French version to state “raisons pour ne pas prendre de mesures
correctives.”
Deux modifications seraient apportées à l’annexe I de la partie XI pour corriger des erreurs administratives et grammaticales.
La modification supprimerait l’énoncé « See reverse for
INSTRUCTIONS au verso », puisque celui-ci ne visait pas à intégrer des directives au Règlement. Le CMPER a noté que les directives concernant l’annexe I ne figurent pas dans le Règlement
même si l’annexe établit que les directives apparaissent au verso.
Le CMPER a recommandé que dans l’annexe I de la version
française, l’expression « raisons pour lesquelles aucune mesure
corrective n’a été prise » soit modifiée. Étant donné que l’exigence consiste à demander pourquoi l’employeur a décidé de
n’adopter aucune mesure corrective, la formulation serait modifiée dans la version française pour indiquer « raisons pour ne pas
prendre de mesures correctives ».
Le 12 avril 2014
Gazette du Canada Partie I
873
Regulatory and non-regulatory options considered
Options réglementaires et non réglementaires considérées
The options considered were maintaining the status quo or
amending the existing provisions. The first was not acceptable for
the following reasons:
• The injury rates of on-board train employees are higher than
the federal jurisdiction average, and, therefore, there is concern that retaining the existing provisions will not improve the
health and safety of employees; and
• The proposed amendments are already in force in the
COHSR. Not incorporating the requirements in the Regulations would maintain the current disparity that exists between
the Regulations and the COHSR.
Les options envisagées étaient le statu quo ou la modification
des dispositions existantes. Pour les raisons suivantes, le statu quo
n’était pas acceptable :
• Les employés travaillant à bord des trains présentent un taux
d’accidents avec blessures supérieur au taux moyen noté chez
ceux relevant de la compétence fédérale, et le maintien des
dispositions existantes, qui n’amélioraient pas la santé et la
sécurité des employés, est donc inquiétant;
• Les modifications proposées sont déjà en vigueur dans le
RCSST. Le fait de ne pas intégrer les exigences dans le
Règlement maintiendrait l’écart courant qui existe entre le
Règlement et le RCSST.
Benefits and costs
Avantages et coûts
The implementation of the proposed regulatory amendments is
expected to result in average annual net savings to the Canadian
economy of approximately $6.5M, totalling about $130M over
the 20-year period of analysis. The majority of these savings (approximately $5.7M annually) would stem from the introduction of
the new requirements governing noise exposure on trains while in
operation. It is estimated that there will be an annual average reduction of approximately 25 permanent noise-induced hearing
loss injuries in the federal on-board rail sector over the next
20 years. In addition, an annual average reduction of 20 injuries is
estimated due to the new requirements prescribing the implementation of hazard, ergonomic, and violence prevention programs.
These requirements are also expected to result in net savings of
approximately $800,000 per year. All figures are expressed in
constant 2009 dollars.
La mise en œuvre des modifications réglementaires proposées
devrait entraîner des économies annuelles nettes moyennes pour
l’économie canadienne d’environ 6,5 M$, totalisant environ
130 M$ sur la période d’analyse de 20 ans. La plus grande part de
ces économies (environ 5,7 M$ annuellement) proviendrait de
l’introduction des nouvelles exigences régissant l’exposition au
bruit dans les trains en service. Il est prévu qu’il y aura une réduction annuelle moyenne d’environ 25 cas de perte auditive permanente causée par la surexposition au bruit dans le secteur ferroviaire à bord relevant de la compétence fédérale au cours des
20 prochaines années. De plus, les nouvelles exigences prescrivant la mise en œuvre de programmes d’ergonomie et de prévention des risques et de la violence devraient permettre de réduire en
moyenne de 20 le nombre annuel de blessures, ce qui devrait se
traduire par des économies d’environ 800 000 $ par année. Tous
les montants sont exprimés en dollars constants de 2009.
Les coûts de conformité associés aux modifications réglementaires proposées, toujours exprimés en dollars constants de 2009,
devraient être plus élevés la première année de la mise en œuvre,
totalisant environ 18 M$. La plus grande part de ces coûts initiaux
résulterait de la nouvelle exigence portant sur l’adoption par les
exploitants ferroviaires de mécanismes techniques permettant de
minimiser, lorsque cela est possible sur les plans technique et
économique, les niveaux de bruit sur les locomotives. On prévoit
qu’au cours des années suivantes, les coûts de conformité aux
modifications réglementaires proposées, tant dans le contexte des
nouvelles exigences sur le niveau de bruit que du lancement des
programmes de prévention, s’élèveront à environ 500 000 $ par
année.
The compliance costs associated with the proposed regulatory
amendments, again expressed in constant 2009 dollars, are expected to be higher in the first year of implementation, totalling
approximately $18M. The majority of these initial costs would
result from the new requirement that rail operators introduce engineering controls, where it is technically and economically possible, to minimize sound levels on locomotives. In the following
years, costs to comply with the proposed regulatory amendments,
both in the context of the new sound level requirements and for
those associated with the introduction of the prevention programs,
are anticipated to be about $500,000 per year.
Cost-benefit statement
Énoncé des coûts et avantages
A detailed cost-benefit report entitled Impact Assessment: Proposed Amendments to the On Board Trains Occupational Safety
and Health Regulations is available upon request.
The cost-benefit report and statement below are expressed in
constant 2009 dollars, discounted at 8% per year over 20 years as
the analysis for the cost-benefit was done in 2009. The costbenefit analysis is still applicable today as the new estimates
would show little to no variation in the cost-benefit findings and
would likely fall within the margin of error of the estimates contained in the actual cost-benefit report.
Un rapport détaillé des coûts et avantages intitulé Étude d’impact : Modifications proposées au Règlement sur la sécurité et la
santé au travail (trains) est disponible sur demande.
Le rapport et l’énoncé des coûts et avantages ci-dessous sont
exprimés en dollars constants de 2009, actualisés au taux de 8 %
par année sur une période de 20 ans, l’analyse des coûts et avantages ayant été faite en 2009. L’analyse coûts-avantages s’applique encore aujourd’hui, car les nouvelles estimations montreraient peu ou pas de variation dans les coûts et les avantages
déterminés et se situeraient vraisemblablement dans la marge
d’erreur des prévisions contenues dans le rapport sur les coûts et
avantages.
La mise en œuvre du règlement proposé devrait entraîner des
économies nettes pour l’économie canadienne d’environ 130 M$
sur la période de 20 ans visée par l’analyse coûts-avantages.
La valeur actualisée nette s’élèverait à environ 41,5 M$. Environ
114 M$ d’économie nette seraient attribuables aux nouvelles
The implementation of the proposed Regulations is expected to
result in net savings to the Canadian economy of approximately
$130M over the 20-year cost-benefit analysis period. This would
amount to a net present value of about $41.5M. Approximately
$114M of net savings stem from the new requirements for sound
874
Canada Gazette Part I
April 12, 2014
levels on trains resulting in about 500 fewer permanent noiseinduced hearing loss injuries.
The cost to comply with the changes introduced in the proposed Regulations would be absorbed essentially by the Canadian
rail transport industry. Costs are expected to be approximately
$18M in the first year after implementation, due primarily to requirements mandating the introduction of engineering controls to
reduce locomotive sound levels. Recurring costs would be about
$500,000 per year and would include other requirements such as
hazard investigation of sound levels by the employer, the purchase of hearing protection equipment, and hazard and violence
prevention.
Due to a decreased number of injuries, employers, employees
and the Canadian economy would benefit from the reduction of
direct and indirect costs. For example, employers benefit from not
paying transportation to hospital and extra premiums payable to
workers’ compensation boards, and the avoidance of productivity
losses due to alternate and/or injured workers. Employees would
benefit from not having to deal with such costs as the lost or impaired ability to work or engage in leisure activities due to morbidity, and the Canadian economy would also benefit from the
reduction of health care costs and of the loss of an employable
person in the Canadian workforce.
exigences liées aux niveaux de bruit dans les trains, qui entraîneraient une réduction d’environ 500 cas de perte auditive permanente causée par la surexposition au bruit.
Les coûts inhérents à la conformité aux changements apportés
dans le règlement proposé seraient absorbés essentiellement par le
secteur du transport ferroviaire canadien. On s’attend à ce que les
coûts s’élèvent à environ 18 M$ au cours de la première année
suivant la mise en œuvre, en raison principalement des exigences
obligeant l’adoption de mécanismes techniques de réduction des
niveaux de bruit des locomotives. Les coûts récurrents seraient
d’environ 500 000 $ par année et découleraient d’autres exigences
comme la conduite par l’employeur d’enquêtes sur les risques liés
aux niveaux de bruit, l’achat d’équipement de protection auditive
et la prévention des risques et de la violence.
Grâce à la diminution du nombre de blessures, les employeurs,
les employés et l’économie canadienne profiteraient d’une réduction des coûts directs et indirects. Dans le cas des employeurs, les
réductions de coûts résulteraient du fait de ne pas avoir à assumer
les frais de transport vers l’hôpital et les surprimes aux commissions des accidents du travail ou encore les coûts résultant des
pertes de productivité attribuables à l’absence des travailleurs
blessés ou à l’embauche de remplaçants. Les employés pour leur
part n’auraient pas à assumer les coûts associés notamment à la
perte de travail ou à une diminution de leur aptitude à travailler
ou à participer à des activités de loisirs pour cause de morbidité.
Enfin, l’économie canadienne bénéficierait d’une diminution des
coûts liés aux soins de santé et des coûts résultant de la perte
de personnes aptes à l’emploi au sein de la population active du
Canada.
Cost-to-benefit ratio (discounted): 2.98:1
Cost-benefit
Statement
Key
Stakeholders
Base Year:
2014
Final Year:
2033
Total
(Present Value)
Annual
Average
A. Monetized impacts in 2009 dollars
Benefits
Costs
Employers of on-board rail sector
under federal jurisdiction and the
Canadian economy.
Employers of on-board rail sector
under federal jurisdiction.
Net benefits
$1,717,901
$12,506,547
$62,467,784
$7,832,341
$18,072,841
$402,399
$20,965,292
$1,356,863
−$16,354,939
$12,104,149
$41,502,492
$6,475,478
B. Quantified impacts in non-$
Positive impacts
(avoided injuries)
Employees of on-board rail sector
under federal jurisdiction.
45
39
819
41
Negative impacts
Employers and employees of
on-board rail sector under federal
jurisdiction.
0
0
0
0
C. Qualitative impacts
Benefits to employees
Employees will become more aware and educated about workplace hazards, which will empower them to take a more proactive role in
preventing occupational health and safety accidents. Having fewer accidents at the workplace will reduce stress and increase employee
morale overall.
Benefits to businesses
Having fewer accidents at the workplace and a more educated workforce will improve workplace culture and the productivity of
businesses.
Benefits to Canadian
economy
Healthy and productive workplaces positively impact Canada’s success in a global economy.
Ratio coûts-avantages (actualisé) : 2,98:1
Énoncé des coûts
et avantages
Principaux
intervenants
Année de référence :
2014
Année finale :
2033
Total
(valeur actuelle)
Moyenne
annuelle
A. Répercussions financières en dollars de 2009
Avantages
Les employeurs du secteur
ferroviaire à bord relevant de la
compétence fédérale et l’économie
canadienne.
1 717 901 $
12 506 547 $
62 467 784 $
7 832 341 $
Le 12 avril 2014
875
Gazette du Canada Partie I
Ratio coûts-avantages (actualisé) : 2,98:1 (suite)
Énoncé des coûts
et avantages
Principaux
intervenants
Année de référence :
2014
Année finale :
2033
Total
(valeur actuelle)
Moyenne
annuelle
A. Répercussions financières en dollars de 2009 (suite)
Coûts
Les employeurs du secteur
ferroviaire à bord relevant de la
compétence fédérale.
Avantages nets
18 072 841 $
402 399 $
20 965 292 $
1 356 863 $
−16 354 939 $
12 104 149 $
41 502 492 $
6 475 478 $
B. Répercussions quantifiées sur un plan non pécuniaire
Répercussions positives
(blessures évitées)
Les employés du secteur ferroviaire
à bord relevant de la compétence
fédérale.
45
39
819
41
Répercussions négatives
Les employeurs et les employés du
secteur ferroviaire à bord relevant de
la compétence fédérale.
0
0
0
0
C. Répercussions qualitatives
Avantages pour les
employés
Les employés seront de plus en plus sensibilisés et formés aux risques en milieu de travail, ce qui les responsabilisera et les motivera à
jouer un rôle plus actif dans la prévention des accidents liés à la santé et à la sécurité au travail. La diminution du nombre d’accidents au
travail réduira le stress et haussera le moral de l’ensemble des employés.
Avantages pour
l’entreprise
La diminution du nombre d’accidents au travail et une main-d’œuvre mieux formée amélioreront la culture sur les lieux de travail et la
productivité des entreprises.
Avantages pour
l’économie canadienne
Les milieux de travail sains et productifs se répercutent de manière positive sur la réussite du Canada au sein de l’économie mondiale.
“One-for-One” Rule
Règle du « un pour un »
The “One-for-One” Rule applies to the Regulations, and the
proposal is considered an “IN” under the Rule. The total annualized administrative cost increase for the 26 federally regulated rail
sector businesses is estimated at $72,304, or $2,781 per business.
These costs were estimated by using a cost calculator provided by
the Treasury Board Secretariat (TBS), which means that all of the
relevant monetization parameters for “One-for-One” Rule reporting have been met.
La règle du « un pour un » s’applique au Règlement et la proposition est considérée comme un ajout en vertu de cette règle.
L’augmentation totale des coûts administratifs annuels pour les
26 entreprises du secteur ferroviaire sous réglementation fédérale
est estimée à 72 304 $, soit 2 781 $ par entreprise. Ces coûts ont
été estimés à l’aide d’un calculateur de coûts du Secrétariat du
Conseil du Trésor (SCT), ce qui signifie que tous les paramètres
de monétisation pertinents aux fins du calcul de la règle du « un
pour un » ont été pris en compte.
Le règlement proposé contient six exigences différentes qui
constituent un fardeau administratif, tel qu’il est défini par les
lignes directrices du SCT. Ces six exigences représentent des
ajouts ou des coûts administratifs, supplémentaires pour les entreprises ferroviaires sous réglementation fédérale. L’une de ces
exigences prévoit la conservation des rapports des enquêtes sur le
niveau acoustique, deux portent sur les registres de premiers soins
et trois concernent le programme de prévention des risques (formation des employés sur le programme de prévention des risques
et conservation des preuves à l’appui, et conservation des rapports
d’évaluation du programme).
Un certain nombre d’hypothèses ont été formulées pour calculer les coûts du fardeau administratif. De façon générale et
conformément aux hypothèses formulées à l’appui de l’analyse
coûts-avantages, il est prévu que, dans certaines circonstances, la
totalité des compagnies ferroviaires sera touchée par les nouveaux
fardeaux administratifs. Dans d’autres cas, toutefois, environ seulement 5 % des compagnies ferroviaires seraient touchées, puisque 95 % d’entre elles se conforment déjà à des exigences comparables prévues en vertu du RCSST ou du Règlement sur le
système de gestion de la sécurité ferroviaire établi sous le régime
de la Loi sur la sécurité ferroviaire. Les paragraphes qui suivent
décrivent les hypothèses qui sous-tendent chacun des ajouts :
Conservation des rapports des enquêtes sur le niveau acoustique : Cette activité serait menée à chacun des lieux de travail;
chaque entreprise du secteur compte en moyenne 13,5 lieux de
travail. La plupart des compagnies disposent déjà d’un système
There are six different requirements in the proposed Regulations that constitute an administrative burden as defined by TBS
guidelines. All of these six items constitute “INs” or increased
administrative costs for federally regulated rail businesses. One of
these items deals with the retention of the reports on sound level
investigations, two deal with first aid records and three items
pertain to hazard prevention program requirements (employee
receipt of hazard prevention program education and the retention
of that receipt, and the retention of program evaluation reports).
To calculate the costs of the administrative burdens a number
of assumptions were made. In general and aligned with costbenefit analysis assumptions, it was anticipated that in certain
instances, 100% of rail companies would be impacted by the new
administrative burdens. For other burdens, however, it was understood that only approximately 5% of rail companies would be
affected given that 95% of rail companies are already complying
with the same requirements under the COHSR or the Railway
Safety Management System Regulations, pursuant to the Railway
Safety Act. Assumptions made specifically about each “IN” include the following:
Retention of the reports on sound level investigations: This activity would have to be done at each worksite, and there are
13.5 worksites on average per firm in this sector. Most companies
have a paper and/or an electronic filing system; therefore, it is
876
Canada Gazette Part I
anticipated that this activity would not be time consuming (no
more than one hour per year for the firm in total).
First aid records: For the two “INs” concerning first aid records, it was estimated that worker compensation boards would
request a copy of an employee’s first aid record approximately
2.1 times per company per year in this sector. However, for the
first aid record that would have to be kept by the employer that
includes the expiration date of an employee’s first aid certificate,
administrative staff would initially take about 2.5 hours per
instance to develop and input the information for the report. In
the following years, updating the report would require about
10 minutes per instance. It is important to note that this would
occur once every three years per employee as first aid certificates
are valid for three years.
Employee receipt of hazard prevention program education and
the retention of this receipt: It was estimated that this activity
would occur about once every three years as the program would
be evaluated about every three years. For those companies that do
not already comply with the COHSR, it was estimated that it
would take 1.5 hours for each firm to add an extra file to its current filing system concerning an employee’s hazard prevention
program training. However, for all on-board rail companies, it is
anticipated that the employer would have to maintain and retain
the employee’s receipt of education about 200 times per year at
15 minutes per instance.
Retention of program evaluation reports: It was estimated that
20 minutes would be needed to obtain and file each evaluation
report. However, it is anticipated that one report per firm would
be developed about every three years as the hazard prevention program would be evaluated about every three years by the
employer.
Stakeholder consultations were completed with on-board rail
company officials and others in order to obtain input into assumptions used, and estimated costs and time, and frequency (per year)
estimates used to monetize the increase in administrative burden.
In particular, this was done for the frequency per year estimates
used to monetize the requirement for the retention of written reports on sound level tests for employee exposures to sound levels.
Canadian National Railway Company provided direct input on
time estimates of this activity. For frequency per year figures for
the requirement of first aid records (on receipt of a written request
by a provincial workers’ compensation authority), Labour Program first aid experts and a Work Safe Alberta official were
consulted. A summary of all the major assumptions, estimates
(of time and frequency per firm) and calculations was also circulated to selected interested rail stakeholders for their review and
comments.
April 12, 2014
d’archivage des dossiers papier ou d’archivage électronique; cette
activité ne devrait donc pas exiger beaucoup de temps (au total,
pas plus d’une heure par année pour l’entreprise).
Registres de premiers soins : En ce qui a trait aux deux ajouts
portant sur les registres de premiers soins, on s’attend à ce que
les commissions des accidents du travail demandent des copies
de registres de premiers soins des employés environ 2,1 fois par
année, pour chaque entreprise du secteur. Dans le cas toutefois
des registres de premiers soins devant être conservés par l’employeur et devant faire mention de la date d’expiration des certificats de secourisme des employés, on prévoit que le personnel
administratif aura initialement à consacrer environ 2,5 heures par
employé pour consigner l’information dans le registre. Les années
suivantes, la mise à jour des registres nécessiterait environ
10 minutes par cas. Il est important de noter que cette mise à jour
ne serait effectuée qu’une fois tous les trois ans, car les certificats
de secourisme des employés sont valides pour trois ans.
Formation des employés sur le programme de prévention des
risques et conservation des preuves à l’appui : On estime que
cette activité serait menée environ une fois tous les trois ans, car
l’évaluation du programme serait menée à peu près à cette fréquence. Dans le cas des entreprises qui ne se conforment pas déjà
au RCSST, on estime que chaque entreprise aurait besoin de
1,5 heure pour ajouter à son système d’archivage un dossier sur la
formation reçue par les employés sur le programme de prévention
des risques. Cependant, pour l’ensemble des compagnies du secteur ferroviaire à bord, il est prévu que les employeurs auront à
mettre à jour et à conserver les preuves de la formation des employés environ 200 fois par année, à raison de 15 minutes par cas.
Conservation des rapports d’évaluation du programme : Selon
les estimations, 20 minutes seraient nécessaires pour obtenir et
classer chaque rapport d’évaluation. On s’attend toutefois à ce
que chaque entreprise produise un rapport d’évaluation tous les
trois ans environ, car le programme de prévention des risques
serait évalué à peu près à cette fréquence par l’employeur.
Des consultations ont eu lieu avec des représentants du secteur
ferroviaire à bord et d’autres intervenants pour recueillir leurs
commentaires sur les hypothèses et sur les estimations quant aux
coûts, au temps et à la fréquence (par année) des diverses activités
qui ont servi à monétiser la hausse du fardeau administratif. Cet
exercice a notamment été fait pour estimer la fréquence (par année) des activités en vue de monétiser l’exigence concernant la
conservation de rapports écrits sur les mesures du niveau acoustique devant servir à évaluer l’exposition des employés. La compagnie des chemins de fer nationaux du Canada a fourni des
données directes sur les estimations de temps requis pour cette
activité. En ce qui a trait aux données sur la fréquence (par année)
des activités liées à la tenue des registres de premiers soins (sur
réception d’une demande écrite d’une commission provinciale des
accidents du travail), des spécialistes en premiers soins du Programme du travail et un représentant de Work Safe Alberta ont
été consultés. Un résumé de l’ensemble des hypothèses principales, des estimations (de temps et de fréquence par entreprise) et
des calculs a aussi été distribué aux intervenants concernés du
secteur ferroviaire à des fins d’examen et de commentaires.
Small business lens
Lentille des petites entreprises
The proposed Regulations would increase costs to small businesses in the rail sector, and the small business lens applies to this
proposal. A qualitative regulatory flexibility analysis was undertaken for prepublication in the Canada Gazette, Part I, and a full
quantitative analysis for small business impacts will be included
in the Regulatory Impact Analysis Statement for final publication
in the Canada Gazette, Part II.
Le règlement proposé augmenterait les coûts pour les petites
entreprises du secteur ferroviaire, de sorte que la lentille des petites entreprises s’applique à cette proposition. Une analyse qualitative de la flexibilité réglementaire a été réalisée aux fins de la
publication préalable dans la Partie I de la Gazette du Canada,
et une analyse quantitative complète des répercussions pour les
petites entreprises sera incluse dans le résumé de l’étude d’impact de la réglementation en vue de la publication finale dans la
Partie II de la Gazette du Canada.
Le 12 avril 2014
There are three very large rail companies in Canada which
undertake the majority of economic activity: Canadian National
Railway Company, Canadian Pacific, and VIA Rail Canada Inc.
There are also several medium-sized companies. There are
21 small businesses in total (i.e. those with fewer than 100 employees or between $30,000 and $5 million in annual gross
revenues) that would be affected by this proposal. Of these small
businesses, several provide regional (interprovincial) tourism
operations, several provide intermodal container rail transportation services, and a number provide interprovincial or international light rail, or short-line railway services (e.g. the Great
Canadian Railtour Company Limited).
The small rail businesses in Canada were consulted throughout
the development of the proposed Regulations via the On Board
Trains Occupational Safety and Health Regulations working
group. About 85% of small businesses were represented in the
working group via Transport Canada’s Advisory Council on
Railway Safety and the Railway Association of Canada, which
includes the majority of federally regulated small businesses in
the rail industry.
The proposed Regulations are consensus-based in that employer and employee representatives in the working group, including employer and employee representatives of small businesses and larger businesses operating in the on-board rail sector,
came to agreement on each of the provisions before the regulatory
proposal was advanced.
Preliminary cost estimates, provided for information purposes,
indicate that the proposed Regulations would cost approximately
$38,000 per small business in the first year of implementation.
Average costs for the following 19 years are estimated at approximately $1,000 per employer, per year. These costs would
initially include the introduction of engineering controls to reduce
locomotive sound levels. Recurring costs would include other
requirements such as hazard investigation of sound levels by the
employer, the purchase of hearing protection equipment, and hazard and violence prevention programs.
In order to mitigate the impact on small businesses, and to
align the coming-into-force date with Transport Canada’s regulatory enforcement approach, which uses 90 days, a flexible option
in which implementation of the proposed amendments would be
delayed by 90 days was explored. This would allow on-board rail
companies, including small businesses, additional time to comply
with the new requirements. This delay period should help small
businesses in the on-board rail sector become familiar with the
requirements of the amended Regulations and take the necessary
steps to ensure they are following the amended regulatory requirements designed to protect their on-board employees.
The flexible option is recommended. Please see Annex A for
the Small Business Lens Checklist.
Gazette du Canada Partie I
877
Le Canada compte trois très grandes compagnies ferroviaires
qui génèrent la majeure partie de l’activité économique. Il s’agit
de la Compagnie des chemins de fer nationaux du Canada, de
Chemin de fer Canadien Pacifique et de VIA Rail Canada Inc. Il
existe également plusieurs entreprises de taille moyenne, ainsi
que 21 petites entreprises (c’est-à-dire entreprises qui comptent
moins de 100 employés ou qui génèrent entre 30 000 $ et 5 millions de dollars en revenus bruts annuels), qui seraient touchées
par cette proposition. Parmi ces petites entreprises, plusieurs offrent des activités touristiques régionales (interprovinciales) ou
des services de transport intermodal de conteneurs, et un certain
nombre offrent des services interprovinciaux ou internationaux de
trains légers sur rail ou des lignes ferroviaires sur courtes distances (par exemple la Great Canadian Railtour Company Limited).
Les petites entreprises ferroviaires du Canada ont été consultées tout au long de l’élaboration du règlement proposé, par
l’entremise du groupe de travail chargé du Règlement sur la sécurité et la santé au travail (trains). Environ 85 % des petites entreprises étaient représentées au sein du groupe de travail, par
l’entremise du Conseil consultatif sur la sécurité ferroviaire de
Transports Canada et de l’Association des chemins de fer du Canada, laquelle inclut la majorité des petites entreprises du secteur
ferroviaire sous réglementation fédérale.
Le règlement proposé est le fruit d’un consensus, les représentants des employeurs et des employés au sein du groupe de travail, y compris ceux des petites entreprises et des grandes entreprises du secteur ferroviaire à bord, étant parvenus à une entente
sur chacune des dispositions proposées avant que soit présenté le
projet de règlement.
Selon les estimations préliminaires de coûts fournies à titre
d’information, le règlement proposé occasionnerait des coûts
d’environ 38 000 $ pour chaque petite entreprise durant sa première année de mise en œuvre. Les coûts moyens durant les
19 années qui suivront sont estimés à environ 1 000 $ par employeur, par année. Ces coûts incluraient initialement la mise en
place de mécanismes techniques pour réduire les niveaux acoustiques des locomotives. Les coûts récurrents seraient liés à l’application d’autres exigences, notamment la conduite d’enquêtes
par l’employeur sur les situations de risques associés aux niveaux
acoustiques, l’achat d’équipement de protection de l’ouïe, ainsi
que les programmes de prévention des risques et de la violence.
Afin d’atténuer les répercussions pour les petites entreprises et
d’harmoniser la date d’entrée en vigueur avec l’approche de
conformité réglementaire de Transports Canada qui est de
90 jours, une option souple, selon laquelle la mise en œuvre des
modifications proposées serait retardée de 90 jours, a été examinée. Cette option laisserait aux compagnies du secteur ferroviaire
à bord, y compris les petites entreprises, plus de temps pour se
conformer aux nouvelles exigences. Ce délai devrait également
aider les petites entreprises du secteur ferroviaire à se familiariser
avec les nouvelles exigences du règlement modifié ainsi qu’à
prendre les mesures nécessaires pour se conformer aux nouvelles
exigences réglementaires visant à protéger le personnel à bord.
L’option souple est recommandée. Veuillez consulter l’annexe A
pour obtenir la Liste de vérification de la lentille des petites
entreprises.
Consultation
Consultation
There have been two rounds of consultations for the proposed
amendments to the Regulations. The first round began in 1994
and was successful in developing the proposed amendments. In
2007, another round of consultations began; these were needed
in order to harmonize the Regulations with the changes made to
Part II of the Code in 2000 and the recent amendments made to
the COHSR, and to ensure that earlier proposed amendments
Deux séries de consultations se sont tenues en vue des modifications proposées au Règlement. La première série a débuté en
1994 et a permis l’élaboration des modifications proposées. En
2007, une autre série de consultations a été entreprise. Ces consultations étaient nécessaires en vue d’harmoniser le Règlement
avec les modifications apportées à la partie II du Code en 2000
et les récentes modifications apportées au RCSST, ainsi que
878
Canada Gazette Part I
were still relevant to current industry practices, procedures and
standards.
April 12, 2014
Some of the key issues discussed with stakeholders concerned
were exposure limits for levels of sound, the provision of first aid
to employees, and the incorporation by reference of occupational
health and safety standards.
de garantir que les modifications préalablement proposées demeurent toujours pertinentes à l’égard des pratiques, des procédures et
des normes actuelles de l’industrie.
Entre 1994 et 2011, environ 20 réunions de travail se sont tenues avec les intervenants du secteur ferroviaire à bord. Le
groupe de travail était composé d’intervenants représentant les
employés et les employeurs de même que d’experts techniques et
opérationnels de Transports Canada et du Programme du travail.
Les intervenants représentant les employés et les employeurs
étaient : le Conseil consultatif sur la sécurité ferroviaire de Transports Canada; l’Association des chemins de fer du Canada; les
Travailleurs canadiens de l’automobile; la Fraternité internationale des ingénieurs de locomotives; les Travailleurs unis des
transports; la Fraternité des préposés à l’entretien des voies; la
Fraternité canadienne des cheminots, employés des transports et
autres ouvriers; la Conférence ferroviaire de Teamsters Canada;
VIA Rail Canada Inc.; le Chemin de fer Canadien Pacifique et la
Compagnie des chemins de fer nationaux du Canada.
Certaines des principales questions dont ont discuté les intervenants concernaient les seuils d’exposition aux niveaux de bruit,
l’administration des premiers soins aux employés et l’incorporation par renvoi des normes de santé et de sécurité au travail.
Levels of sound
Niveaux de bruit
It was originally proposed that the maximum level of sound
permitted be aligned with the COHSR level of 87 dBA. The employer representatives, however, proposed that it be increased
to 90 dBA to align with the Federal Railroad Administration
Regulations of the United States. After the employer representatives considered the following points, they agreed to the
proposal:
• all Canadian jurisdictions (except Quebec) permit a maximum
level of 85 dBA;
• Europe enforces the International Organization for Standardization recommended level of 85 dBA; and
• the National Institute for Occupational Safety and Health, an
organization within the United States’ Department of Health
and Human Services, recommends a level of 85 dBA.
The exposure level of 85 dBA was not recommended given the
objective of this amendment was to align the Regulations with
COHSR. If the Regulations were to adopt 85 dBA, there would be
a discrepancy between the rail employees that are working on
board trains (protected by the Regulations) and those that are
working elsewhere in the rail industry (protected by the COHSR).
Il a initialement été proposé que le niveau de bruit maximal
permis soit harmonisé avec le niveau de 87 dBA prévu dans le
RCSST. Les représentants des employeurs ont toutefois proposé
que le niveau de bruit soit haussé à 90 dBA pour s’harmoniser
avec celui prévu dans les Federal Railroad Administration Regulations des États-Unis. Après examen des points suivants par les
représentants des employeurs, ceux-ci ont convenu que :
• tous les territoires de compétence du Canada (à part le Québec) autorisent un niveau maximal de 85 dBA;
• l’Europe met en application les normes recommandées de
85 dBA de l’Organisation internationale de normalisation;
• le National Institute for Occupational Safety and Health, une
organisation du Department of Health and Human Services
des États-Unis, recommande un niveau de 85 dBA.
Le niveau d’exposition de 85 dBA n’a pas été recommandé
puisque l’objectif de cette modification était d’harmoniser le Règlement avec le RCSST. Si le Règlement devait retenir le niveau
de 85 dBA, il y aurait un écart entre le niveau prévu pour les employés du secteur ferroviaire travaillant à bord des trains (protégés
par le Règlement) et ceux qui travaillent ailleurs dans le secteur
ferroviaire (protégés par le RCSST).
First aid
Premiers soins (secourisme)
Presently, the Regulations require that for every workplace at
which two or more employees are working, at least one of the
employees shall be trained in standard first aid. Employer representatives noted that it was challenging to ensure that a trained
employee was always present at the workplace. They informed
the working group that this was especially difficult to ensure as
every locomotive requires two employees to operate it, and at
least one employee is required to have a standard first aid
certificate.
As a solution, the employee representatives proposed that all
employees be trained in standard first aid to avoid confusion and
to ensure that all employees were equally protected while on
board trains. In the case of locomotive engineers and conductors,
it was noted that the current requirement placed employees at risk
of not receiving adequate first aid attention. For example, if the
trained employee was the one to be injured while operating a
locomotive, the untrained employee would be responsible for
À l’heure actuelle, dans tout lieu de travail comptant deux employés ou plus, au moins un des employés doit recevoir une formation en secourisme général. Les représentants des employeurs
ont noté qu’il était difficile d’avoir en tout temps un employé
formé sur les lieux de travail. Ils ont informé le groupe de travail
qu’il était particulièrement difficile de répondre à cette obligation
puisque le fonctionnement de toute locomotive exige la présence
de deux employés, et qu’au moins un de ces employés doit détenir un certificat de secourisme général.
Comme solution, les représentants des employés ont proposé
que tous les employés reçoivent la formation de secourisme général afin d’éviter toute confusion et d’assurer que tous les employés sont protégés de manière uniforme lorsqu’ils travaillent à
bord des trains. Dans le cas des mécaniciens de locomotive et des
chefs de train, il a été noté que l’exigence en vigueur exposait les
employés au risque de ne pas recevoir les premiers soins requis.
Par exemple, si l’employé formé était blessé en conduisant une
Between 1994 and 2011, there were about 20 working group
meetings involving on-board train stakeholders. The working
group was composed of employee and employer stakeholders as
well as technical and operational experts from Transport Canada
and the Labour Program. The employee and employer stakeholders involved were Transport Canada’s Advisory Council on
Railway Safety; Railway Association of Canada; Canadian Auto
Workers; Brotherhood of Locomotive Engineers; United Transportation Union; Brotherhood of Maintenance of Way Employees; Canadian Brotherhood of Railway, Transport and General
Workers Union; Teamsters Canada Rail Conference; VIA Rail
Canada Inc.; Canadian Pacific; and the Canadian National Railway Company.
Le 12 avril 2014
providing first aid. This, they emphasized, could result in the
injured employee not receiving the same level of care.
Gazette du Canada Partie I
879
As a response, the employer representatives suggested that a
review be conducted of the types of injuries that are occurring on
board trains in order to determine which type of first aid training was necessary. The Labour Program and Transport Canada
agreed that this would be the most effective way to determine
what is required in order to protect employees.
After reviewing the injury information, it was agreed that given
the majority of injuries occurring on board trains were sprains,
strains, bruises and general pain, basic first aid (one-day training)
would be more appropriate. Standard first aid (two-day training)
is needed when more severe injuries occur such as fractures, chest
injuries, burns and eye injuries. It was also decided that because
of the health and safety risks and logistics associated with having
only one of two employees trained in first aid on board train, all
on-board employees would be trained in basic first aid.
locomotive, l’employé non formé serait tenu de lui dispenser les
premiers soins. Ce qui pourrait faire en sorte que l’employé blessé
ne reçoive pas un niveau de soins adéquat.
En réponse à ce problème, les représentants des employeurs ont
suggéré que soit mené un examen des types de blessures survenant à bord des trains afin de déterminer quel type de formation
en secourisme était nécessaire. Le Programme du travail et Transports Canada ont convenu que ce serait la façon la plus efficace
de déterminer ce qui est nécessaire pour protéger les employés.
Après avoir examiné les données sur les blessures, il a été
convenu qu’en raison du fait que la majorité des blessures survenant à bord des trains étaient des foulures, des claquages, des
meurtrissures et de la douleur générale, la formation en premiers
soins de base (formation d’une journée) répondrait le mieux aux
besoins. Le cours de secourisme général (cours de deux jours) est
nécessaire lorsque des blessures graves se produisent sur les lieux
de travail comme des fractures, des blessures à la poitrine, des
brûlures et des blessures aux yeux. Il a également été décidé
qu’en raison des risques pour la santé et la sécurité et de la logistique associés à la formation en premiers soins à bord des trains
d’un employé seulement sur deux, tous les employés travaillant à
bord devraient suivre la formation en premiers soins de base.
Incorporation by reference
Intégration par renvoi
It was recommended that all standards be incorporated in the
Regulations using the ambulatory reference “as amended from
time to time” for the reasons given below.
• It would help to ensure that the standards remain up to date
with national and international standards;
• It would help to ensure that the standards remain relevant to
modern technology, practices and procedures; and
• It would help the stakeholders to be fully aware of proposed
requirements affecting their industry since they are directly
involved in the development of the majority of standards to be
incorporated.
It was also explained that the Maritime Occupational Health
and Safety Regulations and the Aviation Occupational Health and
Safety Regulations published in the Canada Gazette, Part II, on
June 3, 2010, and April 13, 2011, respectively, have incorporated
all standards “as amended from time to time” for the reasons
stated above.
Employee representatives were in favour of the proposal, while
the employer representatives expressed a number of concerns.
Employer representatives noted that Canadian stakeholders are
not involved in the development of non-Canadian standards. This
issue is compounded, they stated, if these non-Canadian standards
are incorporated “as amended from time to time” in the Regulations; it does not give stakeholders and/or the Labour Program an
opportunity to consider practical, technical or financial issues
related to complying with the standard. The employers noted that
they would be expected to comply without knowing the costs
associated with compliance. They also pointed out that the
COHSR has both static and ambulatory references.
Il a été recommandé que toutes les normes soient intégrées au
Règlement au moyen du renvoi à caractère dynamique « avec
toutes leurs modifications successives » pour les motifs invoqués
ci-dessous.
• Les normes demeureraient ainsi à jour et harmonisées avec les
normes nationales et internationales;
• Les normes demeureraient ainsi adaptées à la technologie, aux
pratiques et aux procédures modernes;
• Les intervenants seraient ainsi pleinement informés des exigences touchant leur secteur puisqu’ils sont directement engagés dans l’élaboration de la plupart des normes à intégrer.
Il a également été expliqué que le Règlement sur la santé et la
sécurité au travail en milieu maritime et le Règlement sur la santé
et la sécurité au travail (aéronefs) publiés dans la Partie II de la
Gazette du Canada le 3 juin 2010 et le 13 avril 2011, respectivement, comprennent toutes les normes « et leurs modifications
successives » pour les motifs énoncés ci-dessus.
Les représentants des employés étaient en faveur de la proposition, alors que les représentants des employeurs ont exprimé un
certain nombre de préoccupations. Les représentants des employeurs ont noté que les intervenants canadiens ne participent
pas au processus d’élaboration des normes non canadiennes.
Ce point est aggravé, ont-ils déclaré, si des normes autres que
canadiennes « et leurs modifications successives » sont intégrées
au Règlement; les intervenants ou le Programme du travail n’ont
pas l’occasion d’examiner les aspects pratiques, techniques ou
financiers liés à la conformité à la norme. Les employeurs ont
noté qu’on s’attendrait à ce qu’ils se conforment à la norme sans
connaître les coûts associés à la conformité. On a aussi souligné
que le RCSST comporte des renvois statiques et dynamiques.
Les intervenants ont été informés que les intervenants du
RCSST sont maintenant plus enclins à intégrer les normes en y
indiquant « et leurs modifications successives » lorsque peu ou
pas de risque sont associés aux normes. Par exemple, en 2011, le
groupe de travail sur le matériel, l’équipement, les dispositifs et
les vêtements de sécurité du RCSST, Partie XII, était en faveur de
l’intégration de toutes les normes proposées avec la mention « et
leurs modifications successives », à l’exception d’une norme de
l’American National Standards Institute (ANSI). Comme aucun
The stakeholders were informed that COHSR stakeholders are
now more inclined to incorporate standards “as amended from
time to time” where there is little to no risk associated with the
standards. As an example, in 2011, the COHSR Part XII working
group regarding safety materials, devices, equipment and clothing
was in favour of incorporating all proposed standards “as
amended from time to time” except for an American National
Standards Institute (ANSI) standard. As there are no Canadian
stakeholders or federal government of Canada representatives
880
Canada Gazette Part I
April 12, 2014
involved in the development of ANSI standards and the organization does not inform the public of any upcoming changes, it was
decided that the standard would be incorporated with a static
reference.
The employer representatives responded that they would
be comfortable with the COHSR Part XII approach given that
they have representation regarding all Canadian standards and
guidelines to be incorporated in the Regulations. In the end, the
working group concluded that standards that pose little to no risk
concerning their representation are to be incorporated using the
ambulatory reference “as amended from time to time,” with the
exception of international and American standards published by
the following organizations:
• International Electrotechnical Commission;
• American Conference of Governmental Industrial Hygienists;
• National Fire Protection Association;
• United States National Institute for Occupational Safety and
Health; and
• American Society for Testing and Materials.
intervenant du Canada ni du gouvernement fédéral du Canada ne
participe à l’élaboration des normes de l’ANSI et que l’organisation n’informe pas le public des changements à venir, il a été
décidé que la norme serait intégrée avec un renvoi statique.
Les représentants de l’employeur ont répondu qu’ils seraient à
l’aise avec l’approche préconisée dans le RCSST, Partie XII,
étant donné qu’ils participent à l’élaboration de toutes les normes
et lignes directrices canadiennes intégrées dans le Règlement. En
dernier lieu, le groupe de travail a conclu que les normes qui présentent peu ou pas de risque en ce qui a trait à la représentation
doivent être intégrées avec le renvoi dynamique « et leurs modifications successives » à l’exception des normes internationales et
américaines publiées par les organisations suivantes :
• Commission électrotechnique internationale;
• American Conference of Governmental Industrial Hygienists;
• National Fire Protection Association;
• National Institute for Occupational Safety and Health des
États-Unis;
• American Society for Testing and Materials.
Standing Joint Committee for the Scrutiny of Regulations
Comité mixte permanent d’examen de la réglementation
In 2011, stakeholders were also consulted regarding the
SJCSR’s specific provisions noted and also reviewed the recommendations to address the inquiries. They did not raise any issues
and were in agreement with all proposed amendments.
En 2011, les intervenants ont aussi été consultés concernant les
dispositions particulières du CMPER notées et ils ont examiné les
recommandations visant à traiter les demandes. Ils n’ont soulevé
aucun problème et étaient d’accord avec toutes les modifications
proposées.
Regulatory cooperation
Coopération en matière de réglementation
The Rail Safety Directorate of Transport Canada (Rail Safety)
has been an active participant in the working group meetings with
stakeholders and has provided input into all documentation and
information developed to support the amendment of the Regulations. The Directorate has also provided input to ensure that the
proposed amendments are technically accurate, practical and are
harmonized with safe operations pursuant to the Railway Safety
Act. In addition, the proposed Regulations minimize the health
and safety regulatory differences between the federal jurisdiction
and other provinces and territories. For example, the proposed
Regulations would better align the levels of sound requirements
to those already prescribed in provincial jurisdiction regulations.
As well, most other provincial and territorial jurisdictions already
have requirements concerning hazard and violence prevention.
The proposed Regulations are not expected to have any impact on
domestic or international coordination and cooperation. American
rail companies operating in Canada, such as Amtrak, would not
be subject to the Regulations.
La Direction générale de la sécurité ferroviaire de Transports
Canada (Sécurité ferroviaire) participe activement aux réunions
du groupe de travail avec les intervenants et a participé à la préparation de tous les documents et de toute l’information élaborés
en appui à la modification du Règlement. Elle a également fourni
des commentaires visant à assurer que les modifications proposées sont exactes sur les plans technique et pratique et qu’elles
sont harmonisées avec les dispositions de la Loi sur la sécurité
ferroviaire concernant le fonctionnement sécuritaire. De plus, le
règlement proposé minimise les différences réglementaires en
matière de santé et de sécurité entre le fédéral et les provinces et
territoires. Par exemple, le règlement proposé permettrait de
mieux harmoniser les exigences en matière de niveau de bruit
avec ceux déjà prescrits dans la réglementation provinciale. De
même, la plupart des provinces et territoires ont déjà adopté des
exigences concernant la prévention des risques et de la violence.
Le règlement proposé ne devrait pas avoir d’incidence sur la
coordination et la coopération nationales ou internationales. Les
compagnies ferroviaires américaines qui mènent des activités au
Canada, comme Amtrak, ne seraient pas assujetties au Règlement.
Rationale
Justification
Proposing new requirements for the Regulations was considered the most effective means to ensure that the health and safety
issues affecting employees on board trains are resolved.
La proposition de nouvelles exigences à ajouter au Règlement a
été jugée la meilleure manière de veiller à ce que les problèmes
de santé et de sécurité touchant les employés travaillant à bord
des trains soient résolus.
Le règlement proposé offre dans l’ensemble les meilleurs avantages aux intervenants. Le règlement proposé réduirait les taux de
perte auditive dans les lieux de travail, ce qui permettrait aux
employeurs et à la société canadienne dans son ensemble de réaliser des économies évaluées à 130 millions de dollars sur une période de 20 ans. Il permettrait de plus de corriger les incohérences
non réglées qui doivent être corrigées avec le RCSST, de même
que de traiter les problèmes en suspens soulevés par le CMPER.
The proposed Regulations provide the greatest overall benefit
to stakeholders. The proposed Regulations would reduce the rates
of hearing loss in the workplace, and in so doing, would provide
savings estimated at $130M over a period of 20 years to employers and to Canadian society as a whole. Additionally, the proposed Regulations would address outstanding inconsistencies
with the COHSR that must be corrected as well as address outstanding SJCSR concerns.
Le 12 avril 2014
Gazette du Canada Partie I
881
This approach to occupational health and safety issues is consistent with how these issues are addressed under the Code. Further, this regulatory approach is consistent with, if not identical
to, how other Canadian jurisdictions, the United States, and
Europe address injuries and accidents that occur at the workplace.
Cette approche des problèmes de santé et de sécurité est cohérente avec la manière dont ces questions sont traitées dans le
Code. De plus, cette approche réglementaire est cohérente, bien
que non identique, avec la manière dont les provinces et les territoires canadiens, les États-Unis et l’Europe abordent les cas de
blessures et d’accidents survenant sur les lieux de travail.
Implementation, enforcement and service standards
Mise en œuvre, application et normes de service
The proposed Regulations will come into force 90 days from
the date of registration of the new requirements to provide employers and the employees the time to become informed about the
new requirements and to consult Transport Canada — Rail Safety
(Rail Safety), if necessary. Activities intended to enforce the proposed Regulations are delegated to Transport Canada — Rail
Safety. Rail Safety and its health and safety officers (HSOs) are
therefore responsible for the enforcement of the Regulations. Rail
Safety develops compliance and enforcement strategies in consultation with the Interdepartmental Committee on Occupational
Safety and Health (ICOSH). ICOSH comprises the functional
authorities from Transport Canada and the Labour Program responsible for the coordination, effective and efficient application
and enforcement of the Code. Compliance would be monitored as
part of the ongoing occupational health and safety program. Rail
Safety and HSOs would also focus on particular workplaces that
demonstrate higher health and safety risk, higher disabling injury
rates, and/or inability to resolve complaints internally.
Le règlement proposé entrera en vigueur 90 jours après la date
d’enregistrement des nouvelles exigences, afin que les
employeurs et les employés puissent se familiariser avec les nouvelles exigences et puissent consulter, au besoin, la Sécurité
ferroviaire de Transports Canada (la Sécurité ferroviaire). Les
activités d’application du Règlement sont déléguées à Transports
Canada — Sécurité ferroviaire. En conséquence, la Sécurité ferroviaire et ses agents de santé et de sécurité sont responsables de
la mise en application du Règlement. La Sécurité ferroviaire élabore des stratégies de conformité et de mise en application en
consultation avec le Comité interministériel de la santé et de la
sécurité au travail. Le Comité interministériel de la santé et de la
sécurité au travail est composé des autorités fonctionnelles de
Transports Canada et du Programme de travail responsables de la
coordination, de l’application efficace et efficiente et de la mise
en application du Code. La conformité serait surveillée dans le
cadre du programme continu de santé et de sécurité au travail. La
Sécurité ferroviaire et les agents de santé et de sécurité se concentreront aussi sur les lieux de travail qui démontrent un risque très
élevé en matière de santé et de sécurité, des taux très élevés de
blessures invalidantes ou une incapacité à résoudre les plaintes à
l’interne.
As rail industry employers already comply with the COHSR,
education and enforcement conducted by Rail Safety and HSOs
would focus mainly on provisions that are unique to on-board
train work and the major amendments concerning levels of sound,
the hazard prevention program, and the violence prevention program. Rail Safety and HSOs would provide information to employers and employees via the health and safety committee and
representatives, as well as visit workplaces directly.
Comme les employeurs du secteur ferroviaire se conforment
déjà au RCSST, les activités de formation et de mise en application menées par la Sécurité ferroviaire et les agents de santé et de
sécurité porteraient principalement sur les dispositions qui sont
uniques au travail à bord des trains et sur les modifications majeures concernant les niveaux de bruit, le programme de prévention
des risques et le programme de prévention de la violence. La Sécurité ferroviaire et les agents de santé et de sécurité fourniraient
de l’information aux employeurs et aux employés par l’intermédiaire du comité de santé et sécurité et de ses représentants, de
même que par des visites directement sur les lieux de travail.
Overall, the Labour Program’s compliance policy outlines the
proactive and reactive activities used by HSOs to ensure compliance. However, policy committees and workplace committees are
the primary mechanisms through which employers and employees
work together to solve job-related health and safety problems.
HSOs assist the rail industry in establishing and implementing policy committees and workplace committees, and related programs.
Dans l’ensemble, la politique de conformité du Programme du
travail décrit les activités proactives et réactives menées par les
agents de santé et de sécurité pour assurer la conformité. Cependant, les comités d’orientation et les comités locaux constituent
les principaux mécanismes permettant aux employeurs et aux
employés de conjuguer leurs efforts pour régler les problèmes liés
à la santé et à la sécurité au travail. Les agents de santé et de sécurité aident l’industrie ferroviaire à mettre sur pied des comités
d’orientation et des comités locaux, et à mettre en œuvre des programmes connexes.
The statutory powers of HSOs allow them to enter trains and
perform various activities to enforce compliance with the Code
and the Regulations. For example, HSOs may conduct safety
audits and inspections. They may also investigate the circumstances surrounding the report of a contravention, work accident,
refusal to work, or hazardous occurrence on board trains.
Les pouvoirs des agents de santé et de sécurité qui leur ont été
conférés par la loi leur permettent de monter à bord des trains et
d’y effectuer différentes activités visant à garantir la conformité
au Code et au Règlement. Par exemple, les agents de santé et de
sécurité peuvent effectuer des vérifications et des inspections en
matière de sécurité. Ils peuvent également enquêter sur les circonstances entourant le signalement d’une infraction, d’un accident du travail, d’un refus de travailler ou d’une situation dangereuse à bord de trains.
If violations of the Regulations are observed and are not resolved via policy and workplace committees, enforcement actions
for non-compliance would be used by an HSO. Enforcement
Si une infraction au Règlement est observée et est non résolue
par l’intermédiaire des comités d’orientation et locaux, des mesures d’application pour non-conformité devraient être prises par un
882
Canada Gazette Part I
April 12, 2014
actions may range from the issuance of a written notice to further
steps such as the initiation of prosecution. Initially, an attempt
to correct non-compliance with the Regulations, when noncompliance does not represent a dangerous condition, is made
through the issuance of an Assurance of Voluntary Compliance
(AVC). An AVC is a written commitment that a contravention
will be corrected within a specified time. Failure to complete the
corrective actions specified in the AVC may lead the HSO to
issue a direction. A direction is issued whenever a serious contravention or dangerous condition exists and when an AVC is not
obtainable or has not been fulfilled. Failure to comply with a
direction is a violation of the Code and as such is enforceable by
prosecution. Offences can lead to imprisonment. The maximum
penalty for offences is, on summary conviction, a fine of $1M, or
on conviction on indictment, imprisonment for up to two years
and/or a fine of $1M.
agent de santé et de sécurité. Les mesures d’application prises
peuvent aller de l’envoi d’un avis écrit à d’autres mesures comme
l’engagement de poursuites. Au début, on pourra traiter les cas de
non-conformité au Règlement ne représentant pas une condition
dangereuse par une promesse de conformité volontaire (PCV). La
PCV est un engagement écrit selon lequel une infraction sera
corrigée dans un délai prescrit. Une instruction pourrait être donnée par l’agent de santé et de sécurité si les mesures correctives
indiquées dans la PCV ne sont pas appliquées. Une instruction est
émise chaque fois qu’une infraction grave ou une condition dangereuse est décelée, qu’il n’est pas possible d’obtenir une PCV,
ou que la promesse n’est pas respectée. Le défaut de respecter une
instruction constitue une infraction au Code et peut être sujet
à une poursuite judiciaire. Les infractions peuvent mener à des
peines d’emprisonnement. Une infraction est passible d’une
amende maximale de 1 000 000 $ en cas de déclaration som
maire de culpabilité, ou d’une peine d’emprisonnement allant
jusqu’à deux ans et pouvant être accompagnée d’une amende
de 1 000 000 $ en cas de déclaration de culpabilité par mise en
accusation.
Contacts
Personnes-ressources
Simone Kendall
Policy Analyst
Occupational Health and Safety Policy Unit
Labour Program — Employment and Social Development
Canada
Place du Portage, Phase II, 10th Floor
165 De l’Hôtel-de-Ville Street
Gatineau, Quebec
K1A 0J2
Telephone: 613-654-4454
Fax: 819-953-1743
Email: simone.kendall@labour-travail.gc.ca
Pierre LeFort
Senior Advisor
Railway Operations and OHS Rail Safety
Transport Canada
Enterprise Building, Suite 1410
427 Laurier Avenue West
Ottawa, Ontario
K1A 0N5
Telephone: 613-990-3697
Fax: 613-990-7767
Email: lefortp@tc.gc.ca
Simone Kendall
Analyste de politiques
Unité des politiques sur la santé et la sécurité au travail
Programme du travail — Emploi et Développement social
Canada
Place du Portage, Phase II, 10e étage
165, rue de l’Hôtel-de-Ville
Gatineau (Québec)
K1A 0J2
Téléphone : 613-654-4454
Télécopieur : 819-953-1743
Courriel : simone.kendall@labour-travail.gc.ca
Pierre LeFort
Conseiller principal
Exploitation ferroviaire et Sécurité ferroviaire de SST
Transports Canada
Immeuble Enterprise, bureau 1410
427, avenue Laurier Ouest
Ottawa (Ontario)
K1A 0N5
Téléphone : 613-990-3697
Télécopieur : 613-990-7767
Courriel : lefortp@tc.gc.ca
Le 12 avril 2014
883
Gazette du Canada Partie I
Annex A: Small Business Lens Checklist
1. Name of the sponsoring regulatory organization:
Department of Employment and Social Development — Labour Program
2. Title of the regulatory proposal:
Regulations Amending the On Board Trains Occupational Safety and Health Regulations
3. Is the checklist submitted with a RIAS for the Canada Gazette, Part I or Part II?
Canada Gazette, Part I
Canada Gazette, Part II
A. Small business regulatory design
I
Communication and transparency
1.
Are the proposed Regulations or requirements easily understandable in everyday language?
2.
Is there a clear connection between the requirements and the purpose (or intent) of the proposed Regulations?
3.
Will there be an implementation plan that includes communications and compliance promotion activities, that informs small
businesses of a regulatory change and guides them on how to comply with it (e.g. information sessions, sample assessments, toolkits,
Web sites)?
4.
If new forms, reports or processes are introduced, are they consistent in appearance and format with other relevant Government
forms, reports or processes?
Yes
No
N/A
The new forms and reports that are introduced are aligned with the forms and reports that are in the Canada Occupational Health and Safety Regulations and other
regulations under the Canada Labour Code, Part II. It is important to note that the majority of the rail industry employers also must adhere to the Canada
Occupational Health and Safety Regulations given their “off-board” employees who work in train yards, stations and offices.
II
Simplification and streamlining
1.
Will streamlined processes be put in place (e.g. through BizPaL, the Canada Border Services Agency single window) to collect
information from small businesses where possible?
Yes
No
N/A
While the initiative was not initiated because of the proposed amendments to the On Board Trains Occupational Safety and Health Regulations, the Labour
Program is currently implementing a larger operational objective, called the Labour Program Electronic Access Form (LEAF) project, to allow employers (large
and small) to fill out a number of reports online. For example, the Hazardous Occurrence Investigation Report and the Employer’s Annual Hazardous Occurrence
Report that are prescribed in the On Board Trains Occupational Safety and Health Regulations will be available online to employers.
2.
Have opportunities to align with other obligations imposed on businesses by federal, provincial, municipal or international or
multinational regulatory bodies been assessed?
Throughout the regulatory development process, efforts were made to align the proposed Regulations with other regulations under the Canada Labour Code,
Part II, other Canadian jurisdictions and other countries.
3.
Has the impact of the proposed Regulations on international or interprovincial trade been assessed?
The proposed Regulations are not expected to have any impact on domestic or international coordination and cooperation. American rail companies operating in
Canada, such as Amtrak, are not subject to the Regulations.
4.
If the data or information, other than personal information, required to comply with the proposed Regulations is already collected by
another department or jurisdiction, will this information be obtained from that department or jurisdiction instead of requesting the
same information from small businesses or other stakeholders? (The collection, retention, use, disclosure and disposal of personal
information are all subject to the requirements of the Privacy Act. Any questions with respect to compliance with the Privacy Act
should be referred to the department or agency’s ATIP office or legal services unit.)
There are no official information sharing agreements between Transport Canada and the Labour Program; however, a memorandum of understanding exists
between these entities that outlines what and when information is to be shared. For example, the Labour Program gathers and analyzes information from Transport
Canada to monitor the application, enforcement and performance of the Canada Labour Code. In addition, there exists an Interdepartmental Committee on
Occupational Safety and Health (ICOSH). The ICOSH comprises the functional authorities from Transport Canada and the Labour Program who are responsible
for the coordination, effective and efficient application and enforcement of the Code. The ICOSH shares non-personal information concerning injuries
and accidents in order for these authorities to fulfill their responsibilities.
5.
Will forms be pre-populated with information or data already available to the Department to reduce the time and cost necessary to
complete them? (Example: When a business completes an online application for a licence, upon entering an identifier or a name, the
system pre-populates the application with the applicant’s personal particulars such as contact information, date, etc. when that
information is already available to the department.)
When the LEAF project is officially launched, and employers are providing information for the Hazardous Occurrence Investigation Report (HOIR), certain
information requested for the Employer’s Annual Hazardous Occurrence Investigation Report (EAHOR) will be pre-populated, and thus, no longer obtained from
employers.
6.
Will electronic reporting and data collection be used, including electronic validation and confirmation of receipt of reports where
appropriate?
Yes, this has been built into the Labour Program online forms initiative.
884
Canada Gazette Part I
April 12, 2014
A. Small business regulatory design — Continued
II
Simplification and streamlining — Continued
7.
Will reporting, if required by the proposed Regulations, be aligned with generally used business processes or international standards
if possible?
Yes
No
N/A
Employers have the option to submit information used for business processes as long as the prescribed information is in the documentation provided to
Government.
8.
If additional forms are required, can they be streamlined with existing forms that must be completed for other Government
information requirements?
III
Implementation, compliance and service standards
1.
Has consideration been given to small businesses in remote areas, with special consideration to those that do not have access to
high-speed (broadband) Internet?
Yes
No
N/A
All information to be provided to Government can be submitted via paper or electronically.
2.
If regulatory authorizations (e.g. licences, permits or certifications) are introduced, will service standards addressing timeliness of
decision making be developed that are inclusive of complaints about poor service?
The Regulations do not and will not enforce licences, permits or certifications, etc.
3.
Is there a clearly identified contact point or help desk for small businesses and other stakeholders?
The Labour Program has a toll-free (1-800) number where stakeholders can report a serious injury, death or refusal to work. See the first paragraph at
www.hrsdc.gc.ca/eng/labour/contact_us/contact_us.shtml.
B. Regulatory flexibility analysis and reverse onus
IV
Regulatory flexibility analysis
1.
Does the RIAS identify at least one flexible option that has lower compliance or administrative costs for small businesses in the
small business lens section?
Examples of flexible options to minimize costs are as follows:
• Longer time periods to comply with the requirements, longer transition periods or temporary exemptions;
• Performance-based standards;
• Partial or complete exemptions from compliance, especially for firms that have good track records (legal advice should be sought
when considering such an option);
• Reduced compliance costs;
• Reduced fees or other charges or penalties;
• Use of market incentives;
• A range of options to comply with requirements, including lower-cost options;
• Simplified and less frequent reporting obligations and inspections; and
• Licences granted on a permanent basis or renewed less frequently.
2.
Does the RIAS include, as part of the Regulatory Flexibility Analysis Statement, quantified and monetized compliance and
administrative costs for small businesses associated with the initial option assessed, as well as the flexible, lower-cost option?
• Use the Regulatory Cost Calculator to quantify and monetize administrative and compliance costs and include the completed
calculator in your submission to TBS-RAS.
Yes
No
N/A
A longer time period of three months will be given to comply with the requirements.
Given the impact the regulatory amendments will have on the rail industry, it was determined that the small business lens analysis would prove to be beneficial in
communicating the particular costs to small businesses. For publication in the Canada Gazette, Part I, it was agreed that a qualitative description would be
provided. A full quantitative analysis will be included when the RIAS is published in the Canada Gazette, Part II.
3.
Does the RIAS include, as part of the Regulatory Flexibility Analysis Statement, a consideration of the risks associated with the
flexible option? (Minimizing administrative or compliance costs for small businesses cannot be at the expense of greater health,
security or safety or create environmental risks for Canadians.)
4.
Does the RIAS include a summary of feedback provided by small businesses during consultations?
V
Reverse onus
1.
If the recommended option is not the lower-cost option for small businesses in terms of administrative or compliance costs, is a
reasonable justification provided in the RIAS?
The summary will be provided in the RIAS for the Canada Gazette, Part II.
Not applicable, as the lower-cost option for small businesses is the option that has been retained.
Yes
No
N/A
Le 12 avril 2014
885
Gazette du Canada Partie I
Annexe A : Liste de vérification de la lentille des petites entreprises
1. Nom de l’organisme de réglementation responsable :
Ministère de l’Emploi et du Développement social — Programme du travail
2. Titre de la proposition de réglementation :
Règlement modifiant le Règlement sur la sécurité et la santé au travail (trains)
3. La liste de vérification est-elle soumise avec le RÉIR de la Partie I ou de la Partie II de la Gazette du Canada?
Gazette du Canada, Partie I
Gazette du Canada, Partie II
A. Conception de la réglementation pour les petites entreprises
I
Communication et transparence
1.
La réglementation ou les exigences proposées sont-elles faciles à comprendre et rédigées dans un langage simple?
2.
Y a-t-il un lien clair entre les exigences et l’objet principal (ou l’intention) de la réglementation proposée?
3.
A-t-on prévu un plan de mise en œuvre incluant des activités de communications et de promotion de la conformité destinées à
informer les petites entreprises sur les changements intervenus dans la réglementation, d’une part, et à les guider sur la manière de
s’y conformer, d’autre part? (par exemple séances d’information, évaluations types, boîtes à outils, sites Web)
4.
Si la proposition implique l’utilisation de nouveaux formulaires, rapports ou processus, la présentation et le format de ces derniers
correspondent-ils aux autres formulaires, rapports ou processus pertinents du gouvernement?
Oui
Non
S.O.
Les nouveaux formulaires et rapports qui sont présentés correspondent aux formulaires et aux rapports mentionnés dans le Règlement canadien sur la santé et la
sécurité au travail et d’autres règlements pris en vertu de la partie II du Code canadien du travail. Il est important de souligner que la majeure partie des
employeurs du secteur ferroviaire doivent également se plier au Règlement canadien sur la santé et la sécurité au travail, étant donné qu’ils ont aussi des employés
travaillant au sol dans les gares de triage, les gares et les bureaux.
II
Simplification et rationalisation
1.
Des processus simplifiés seront-ils mis en place (en recourant par exemple au service PerLE, au guichet unique de l’Agence des
services frontaliers du Canada) afin d’obtenir les données requises des petites entreprises si possible?
Oui
Non
S.O.
Bien que cette initiative ne découle pas des modifications qu’on propose d’apporter au Règlement sur la sécurité et la santé au travail (trains), le Programme du
travail œuvre actuellement à la réalisation d’un objectif opérationnel de plus grande envergure : le projet d’établissement de formulaires du Programme du travail
accessibles par voie électronique, qui permettra aux employeurs (quelle que soit leur taille) de remplir divers rapports en ligne. Les employeurs pourront par
exemple remplir en ligne le Rapport d’enquête de situation comportant des risques et le Rapport annuel de l’employeur concernant les situations comportant des
risques, requis en vertu du Règlement sur la sécurité et la santé au travail (trains).
2.
Est-ce que les possibilités d’harmonisation avec les autres obligations imposées aux entreprises par les organismes de réglementation
fédéraux, provinciaux, municipaux ou multilatéraux ou internationaux ont été évaluées?
Tout au long du processus, des efforts ont été menés pour faire en sorte que la réglementation proposée corresponde à d’autres dispositions de la partie II du Code
canadien du travail, ainsi que d’autres ordres de compétences au Canada et dans d’autres pays.
3.
Est-ce que l’impact de la réglementation proposée sur le commerce international ou interprovincial a été évalué?
La réglementation proposée ne devrait pas avoir d’incidence sur la coordination et la coopération à l’échelle nationale ou internationale. Les compagnies
ferroviaires des États-Unis menant des activités au Canada, comme Amtrak, ne sont pas assujetties au Règlement.
4.
Si les données ou les renseignements — autres que les renseignements personnels — nécessaires pour le respect de la réglementation
proposée ont déjà été recueillis par un autre ministère ou une autre administration, obtiendra-t-on ces informations auprès de ces
derniers, plutôt que de demander à nouveau cette même information aux petites entreprises ou aux autres intervenants?
(La collecte, la conservation, l’utilisation, la divulgation et l’élimination des renseignements personnels sont toutes assujetties aux
exigences de la Loi sur la protection des renseignements personnels. Toute question relative au respect de la Loi sur la protection
des renseignements personnels devrait être renvoyée au bureau de l’AIPRP ou aux services juridiques du ministère ou de l’organisme
concerné.)
Si Transports Canada et le Programme du travail n’ont pas d’entente officielle sur l’échange de renseignements, ils ont toutefois conclu un protocole d’entente qui
définit les modalités du partage d’information. Par exemple, le Programme du travail compile et analyse des renseignements qui lui ont été soumis par Transports
Canada pour surveiller l’application et l’exécution du Code canadien du travail. Il existe en outre le Comité interministériel de sécurité et de santé au travail
(CISST). Composé des autorités fonctionnelles de Transports Canada et du Programme de travail responsables de la coordination, de l’application efficace et
efficiente et de l’exécution du Code, le Comité divulgue des renseignements non personnels sur les blessures et les accidents pour permettre aux autorités de
s’acquitter de leurs responsabilités.
5.
Les formulaires seront-ils pré-remplis avec les renseignements ou les données déjà disponibles au ministère en vue de réduire le
temps et les coûts nécessaires pour les remplir? (Par exemple quand une entreprise remplit une demande en ligne pour un permis, en
entrant un identifiant ou un nom, le système pré-remplit le formulaire avec les données personnelles telles que les coordonnées du
demandeur, la date, etc. lorsque cette information est déjà disponible au ministère.)
Lorsque le projet d’établissement de formulaires du Programme du travail accessibles par voie électronique sera officiellement lancé, et que les employeurs
commenceront à soumettre des renseignements par l’entremise du Rapport d’enquête de situation comportant des risques, certains champs du Rapport annuel de
l’employeur concernant les situations comportant des risques seront pré-remplis, ce qui signifie que certains renseignements ne seront plus fournis par les
employeurs.
886
Canada Gazette Part I
April 12, 2014
A. Conception de la réglementation pour les petites entreprises (suite)
II
Simplification et rationalisation (suite)
6.
Est-ce que les rapports et la collecte de données électroniques, notamment la validation et la confirmation électroniques de la
réception de rapports, seront utilisés?
7.
Si la réglementation proposée l’exige, est-ce que les rapports seront harmonisés selon les processus opérationnels généralement
utilisés par les entreprises ou les normes internationales lorsque cela est possible?
Oui
Non
S.O.
Oui, ces éléments ont été intégrés à l’initiative de formulaires en ligne du Programme du travail.
Les employeurs peuvent soumettre l’information utilisée dans le cadre des processus opérationnels dans la mesure où les renseignements requis se trouvent dans la
documentation fournie au gouvernement.
8.
Si d’autres formulaires sont requis, peut-on les rationaliser en les combinant à d’autres formulaires de renseignements exigés par le
gouvernement?
III
Mise en œuvre, conformité et normes de service
1.
A-t-on pris en compte les petites entreprises dans les régions éloignées, en particulier celles qui n’ont pas accès à Internet haute
vitesse (large bande)?
2.
Si des autorisations réglementaires (par exemple licences, permis, certificats) sont instaurées, des normes de service seront-elles
établies concernant la prise de décisions en temps opportun, y compris pour ce qui est des plaintes portant sur le caractère inadéquat
du service?
3.
Un point de contact ou un bureau de dépannage a-t-il été clairement identifié pour les petites entreprises et les autres intervenants?
Oui
Non
S.O.
L’information peut être fournie au gouvernement sur support papier ou par voie électronique.
La réglementation ne visera pas la mise en application de licences, de permis, de certificats ou autres.
Le Programme du travail a un numéro sans frais (1-800) que les intervenants peuvent composer pour signaler une blessure grave, un décès ou un refus de travailler.
Voir le premier paragraphe : www.rhdcc.gc.ca/fra/travail/contactez_nous/contactez_nous.shtml.
B. Analyse de flexibilité réglementaire et inversion de la charge de la preuve
IV
Analyse de flexibilité réglementaire
1.
Est-ce que le RÉIR comporte, dans la section relative à la lentille des petites entreprises, au moins une option flexible permettant de
réduire les coûts de conformité ou les coûts administratifs assumés par les petites entreprises?
Exemples d’options flexibles pour réduire les coûts :
• Allongement du délai pour se conformer aux exigences, extension des périodes de transition ou attribution d’exemptions
temporaires;
• Recours à des normes axées sur le rendement;
• Octroi d’exemptions partielles ou totales de conformité, surtout pour les entreprises ayant de bons antécédents (remarque : on
devrait demander un avis juridique lorsqu’on envisage une telle option);
• Réduction des coûts de conformité;
• Réduction des frais ou des autres droits ou pénalités;
• Utilisation d’incitatifs du marché;
• Recours à un éventail d’options pour se conformer aux exigences, notamment des options de réduction des coûts;
• Simplification des obligations de présentation de rapports et des inspections ainsi que la réduction de leur nombre;
• Octroi de licences permanentes ou renouvellements de licences moins fréquents.
Oui
Non
S.O.
Le délai accordé pour respecter ces exigences sera étendu à trois mois.
2.
Le RÉIR renferme-t-il, dans l’Énoncé de l’analyse de flexibilité réglementaire, les coûts administratifs et de conformité quantifiés et
exprimés en valeur monétaire, auxquels feront face les petites entreprises pour l’option initiale évaluée, de même que l’option
flexible (dont les coûts sont moins élevés)?
• Utiliser le Calculateur des coûts réglementaires pour quantifier et exprimer en valeur monétaire les coûts administratifs et les
coûts de conformité et ajouter cette information à votre présentation au SCT-SAR.
Compte tenu de l’incidence que les modifications réglementaires auront sur le secteur ferroviaire, on a conclu que l’analyse fournie par la lentille des petites
entreprises serait utile pour communiquer les coûts spécifiques aux petites entreprises. Pour la publication dans la Partie I de la Gazette du Canada, il a été
convenu qu’une description qualitative serait fournie. Une analyse quantitative exhaustive sera jointe lorsque le RÉIR sera publié dans la Partie II de la Gazette du
Canada.
3.
4.
Le RÉIR comprend-il, dans l’Énoncé de l’analyse de flexibilité réglementaire, une discussion des risques associés à la mise en œuvre
de l’option flexible? (La minimisation des coûts administratifs et des coûts de conformité ne doit pas se faire au détriment de la santé
des Canadiens, de la sécurité ou de l’environnement du Canada.)
Le RÉIR comprend-il un sommaire de la rétroaction fournie par les petites entreprises pendant les consultations?
Cela sera fourni dans le RÉIR qui sera publié dans la Partie II de la Gazette du Canada.
V
Inversion de la charge de la preuve
1.
Si l’option recommandée n’est pas l’option représentant les coûts les plus faibles pour les petites entreprises (par rapport aux coûts
administratifs ou aux coûts de conformité), le RÉIR comprend-il une justification raisonnable?
Sans objet, dans la mesure où l’option la moins coûteuse pour les petites entreprises a été retenue.
Oui
Non
S.O.
Le 12 avril 2014
Gazette du Canada Partie I
887
PROPOSED REGULATORY TEXT
PROJET DE RÉGLEMENTATION
Notice is given that the Governor in Council, pursuant to sections 125a, 125.1b, 126c and 157d of the Canada Labour Codee,
proposes to make the annexed Regulations Amending the On
Board Trains Occupational Safety and Health Regulations.
Interested persons may make representations concerning the
proposed Regulations within 30 days after the date of publication
of this notice. All such representations must cite the Canada Gazette, Part I, and the date of publication of this notice, and be addressed to Pierre LeFort, Senior Advisor, Railway Operations,
Equipment and Operations, Transport Canada, 427 Laurier Avenue West, Floor 14, Mail Stop: ASRO, Ottawa, Ontario K1A
0N5 (tel.: 613-990-3697) or to Simone Kendall, Policy Analyst,
Occupational Health and Safety Policy Unit, Labour Program,
Employment and Social Development Canada, Place du Portage,
Phase II, 165 Hôtel-de-Ville Street, Room 10D174, Mail
Stop: L1001, Gatineau, Quebec K1A 0J2 (tel.: 819-953-0232).
Avis est donné que le gouverneur en conseil, en vertu des articles 125a, 125.1b, 126c et 157d du Code canadien du travaile, se
propose de prendre le Règlement modifiant le Règlement sur la
sécurité et la santé au travail (trains), ci-après.
Les intéressés peuvent présenter leurs observations au sujet du
projet de règlement dans les trente jours suivant la date de publication du présent avis. Ils sont priés d’y citer la Gazette du Canada Partie I, ainsi que la date de publication, et d’envoyer le tout à
Pierre LeFort, conseiller principal en exploitation ferroviaire,
Équipement et exploitation, Transports Canada, 427, avenue Laurier Ouest, 14e étage, arrêt postal : ASRO, Ottawa (Ontario) K1A
0N5 (tél. : 613-990-3697) ou à Simone Kendall, analyste des politiques, Unité de politique sur la santé et la sécurité au travail,
Programme du travail, Emploi et Développement social Canada,
Place du Portage, Phase II, 165, rue de l’Hôtel-de-Ville,
pièce 10D174, arrêt postal : L1001, Gatineau (Québec) K1A 0J2
(tél. : 819-953-0232).
Ottawa, le 3 avril 2014
Le greffier adjoint du Conseil privé
JURICA ČAPKUN
Ottawa, April 3, 2014
JURICA ČAPKUN
Assistant Clerk of the Privy Council
REGULATIONS AMENDING THE ON BOARD
TRAINS OCCUPATIONAL SAFETY AND
HEALTH REGULATIONS
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT
SUR LA SÉCURITÉ ET LA SANTÉ AU
TRAVAIL (TRAINS)
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1. The long title of the On Board Trains Occupational Safety
and Health Regulations1 is replaced by the following:
ON BOARD TRAINS OCCUPATIONAL HEALTH AND
SAFETY REGULATIONS
2. Section 1 of the Regulations and the heading before it are
repealed.
3. (1) The definitions “first aid” and “regional safety officer” in section 1.1 of the Regulations are repealed.
4. Section 1.4 of the Regulations is replaced by the
following:
1.4 An employer’s keeping and maintenance of health and
safety records and records of exposure to hazardous substances
shall be done in such a manner that the records are readily
1. Le titre intégral du Règlement sur la sécurité et la santé
au travail (trains)1 est remplacé par ce qui suit :
RÈGLEMENT SUR LA SANTÉ ET LA SÉCURITÉ AU
TRAVAIL (TRAINS)
2. L’article 1 du même règlement et l’intertitre le précédant
sont abrogés.
3. (1) Les définitions de « agent régional de sécurité » et
« premiers soins », à l’article 1.1 du même règlement, sont
abrogées.
(2) L’article 1.1 du même règlement est modifié par adjonction, selon l’ordre alphabétique, de ce qui suit :
« air à faible teneur en oxygène » Air dont la teneur en oxygène
est inférieure à 18 % en volume à une pression d’une atmosphère
ou dans lequel la pression partielle d’oxygène est inférieure à
135 mm Hg. (oxygen deficient atmosphere)
« bureau national » La Direction générale de la sécurité ferroviaire, Transports Canada, Ottawa (Ontario) K1A 0N5. (national
office)
« équipement de protection » Matériel, équipement, dispositifs et
vêtements de sécurité. (protection equipment)
4. L’article 1.4 du même règlement est remplacé par ce qui
suit :
1.4 La tenue par l’employeur de dossiers de santé et de sécurité
et de dossiers sur l’exposition des employés à des substances
dangereuses doit être faite de façon à ce qu’ils soient facilement
———
———
b
b
(2) Section 1.1 of the Regulations is amended by adding the
following in alphabetical order:
“national office” means the Rail Safety Directorate, Transport
Canada, Ottawa, Ontario K1A 0N5; (bureau national)
“oxygen deficient atmosphere” means an atmosphere in which
there is less than 18% by volume of oxygen at a pressure of one
atmosphere or in which the partial pressure of oxygen is less than
135 mm Hg; (air à faible teneur en oxygène)
“protection equipment” means safety materials, equipment, devices and clothing; (équipement de protection)
a
c
d
e
1
S.C. 2000, c. 20, s. 5
S.C. 2000, c. 20, s. 6
S.C. 2000, c. 20, s. 8
S.C. 2000, c. 20, s. 20
R.S., c. L-2
SOR/87-184
a
c
d
e
1
L.C. 2000, ch. 20, art. 5
L.C. 2000, ch. 20, art. 6
L.C. 2000, ch. 20, art. 8
L.C. 2000, ch. 20, art. 20
L.R., ch. L-2
DORS/87-184
888
Canada Gazette Part I
April 12, 2014
available for examination by a health and safety officer and by the
work place committee or health and safety representative for the
work place to which they apply.
5. Section 1.6 of the Regulations is repealed.
6. The heading of Part III of the Regulations is replaced by
the following:
LIGHTING
accessibles, pour consultation, à un agent de santé et de sécurité et
au comité local ou au représentant du lieu de travail en cause.
INTERPRETATION
DÉFINITIONS ET INTERPRÉTATION
3. (1) The following definitions apply in this Part.
“task position” means a position at which a visual task is performed. (poste de travail)
“VDT” means a visual display terminal. (TEV)
3. (1) Les définitions qui suivent s’appliquent à la présente
partie.
« poste de travail » Poste auquel une activité visuelle est exécutée. (task position)
« TEV » Terminal à écran de visualisation. (VDT)
(2) Pour l’application de la présente partie, 1 lx équivaut à
0,0929 pied-bougie.
7. L’article 3.1 de la version française du même règlement
est remplacé par ce qui suit :
3.1 (1) Les niveaux d’éclairement prévus par la présente partie
doivent, dans la mesure du possible, être assurés par un système
d’éclairage installé par l’employeur.
(2) Lorsqu’il est difficilement réalisable pour l’employeur de se
conformer au paragraphe (1), celui-ci fournit des lanternes portatives dispensant les niveaux d’éclairement prescrits.
8. L’intertitre précédant l’article 3.2 de la version française
du même règlement est remplacé par ce qui suit :
MESURE DES NIVEAUX D’ÉCLAIREMENT
9. L’article 3.2 du même règlement est remplacé par ce qui
suit :
3.2 Pour l’application de la présente partie, le niveau moyen
d’éclairement d’un poste de travail ou d’une aire est déterminé de
la façon suivante :
a) une mesure est prise à quatre points différents qui sont représentatifs du niveau d’éclairement du poste de travail ou de
l’aire et, dans ce dernier cas, situés à 1 m du sol;
b) la somme des mesures ainsi obtenues est divisée par quatre.
(2) For the purposes of this Part, 1 lx is equal to 0.0929 foot
candle.
7. Section 3.1 of the French version of the Regulations is
replaced by the following:
3.1 (1) Les niveaux d’éclairement prévus par la présente partie
doivent, dans la mesure du possible, être assurés par un système
d’éclairage installé par l’employeur.
(2) Lorsqu’il est difficilement réalisable pour l’employeur de se
conformer au paragraphe (1), celui-ci fournit des lanternes portatives dispensant les niveaux d’éclairement prescrits.
8. The heading before section 3.2 of the French version of
the Regulations is replaced by the following:
MESURE DES NIVEAUX D’ÉCLAIREMENT
9. Section 3.2 of the Regulations is replaced by the
following:
3.2 For the purposes of this Part, the average level of lighting at
a task position or in an area shall be determined
(a) by making one measurement at four different places that are
representative of the level of lighting at the task position or
that, in an area, are representative of the level of lighting 1 m
above the floor of the area; and
(b) by dividing the aggregate of the results of those measurements by four.
10. The heading before section 3.3 and sections 3.3 and 3.4
of the French version of the Regulations are replaced by the
following:
NIVEAUX MINIMUMS D’ÉCLAIREMENT
3.3 Le niveau d’éclairement dans une aire visée à la colonne I
de l’annexe I de la présente partie ne peut être inférieur à celui
prévu à la colonne II.
3.4 Le niveau d’éclairement dans une aire visée à la colonne I
de l’annexe II de la présente partie ne peut être inférieur à celui
prévu à la colonne II.
11. The Regulations are amended by adding the following
after section 3.4:
LIGHTING — VDT
3.4.1 (1) The average level of lighting at a task position set out
in Column I of Schedule III to this Part shall not be more than the
level set out in Column II.
(2) Reflection glare on a VDT screen shall be limited so that an
employee at a task position is able to
(a) read every portion of any text displayed on the screen; and
(b) see every portion of the visual display on the screen.
5. L’article 1.6 du même règlement est abrogé.
6. Le titre de la partie III du même règlement est remplacé
par ce qui suit :
ÉCLAIRAGE
10. L’intertitre précédant l’article 3.3 et les articles 3.3 et
3.4 de la version française du même règlement sont remplacés
par ce qui suit :
NIVEAUX MINIMUMS D’ÉCLAIREMENT
3.3 Le niveau d’éclairement dans une aire visée à la colonne I
de l’annexe I de la présente partie ne peut être inférieur à celui
prévu à la colonne II.
3.4 Le niveau d’éclairement dans une aire visée à la colonne I
de l’annexe II de la présente partie ne peut être inférieur à celui
prévu à la colonne II.
11. Le même règlement est modifié par adjonction, après
l’article 3.4, de ce qui suit :
ÉCLAIREMENT — TEV
3.4.1 (1) Le niveau moyen d’éclairement d’un poste de travail
visé à la colonne I de l’annexe III de la présente partie ne peut
être supérieur à celui prévu à la colonne II.
(2) L’éblouissement par réflexion sur l’écran du TEV doit être
restreint de manière que l’employé puisse, à son poste de travail :
a) d’une part, lire toutes les parties du texte affiché à l’écran;
b) d’autre part, voir toutes les parties de la présentation visuelle
affichée à l’écran.
Le 12 avril 2014
Gazette du Canada Partie I
12. Paragraph 3.5(2)(b) of the Regulations is replaced by
the following:
(b) provide an average level of lighting of not less than 10 lx.
13. The heading of Schedule I to Part III of the French version of the Regulations is replaced by the following:
NIVEAUX D’ÉCLAIREMENT DANS LES FOURGONS DE
QUEUE, LES LOCOMOTIVES ET LES VÉHICULES
D’ENTRETIEN
14. (1) The heading of Column II of Schedule I to Part III
of the Regulations is replaced by “Level of lighting (lx)”.
(2) The portion of items 1 to 4 of Schedule I to Part III of
the Regulations in Column II is replaced by the following:
889
12. L’alinéa 3.5(2)b) du même règlement est remplacé par
ce qui suit :
b) d’autre part, fournir un niveau moyen d’éclairement d’au
moins 10 lx.
13. Le titre de l’annexe I de la partie III de la version française du même règlement est remplacé par ce qui suit :
NIVEAUX D’ÉCLAIREMENT DANS LES FOURGONS DE
QUEUE, LES LOCOMOTIVES ET LES VÉHICULES
D’ENTRETIEN
14. (1) Le titre de la colonne II de l’annexe I de la partie III
du même règlement est remplacé par « Niveau d’éclairement (lx) ».
(2) Le passage des articles 1 à 4 de l’annexe I de la partie III du même règlement figurant dans la colonne II est remplacé par ce qui suit :
Column II
Colonne II
Item
Level of lighting (lx)
Article
Niveau d’éclairement (lx)
1.
2.
3.
4.
220
220
30
30
1.
2.
3.
4.
220
220
30
30
15. The heading of Schedule II to Part III of the French
version of the Regulations is replaced by the following:
NIVEAUX D’ÉCLAIREMENT À L’EXTÉRIEUR DU
MATÉRIEL ROULANT
16. (1) The heading of Column II of Schedule II to Part III
of the Regulations is replaced by “Level of lighting (lx)”.
(2) The portion of item 1 of Schedule II to Part III of the
Regulations in Column II is replaced by the following:
15. Le titre de l’annexe II de la partie III de la version française du même règlement est remplacé par ce qui suit :
NIVEAUX D’ÉCLAIREMENT À L’EXTÉRIEUR DU
MATÉRIEL ROULANT
16. (1) Le titre de la colonne II de l’annexe II de la partie III du même règlement est remplacé par « Niveau d’éclairement (lx) ».
(2) Le passage de l’article 1 de l’annexe II de la partie III
du même règlement figurant dans la colonne II est remplacé
par ce qui suit :
Column II
Colonne II
Item
Level of lighting (lx)
Article
Niveau d’éclairement (lx)
1.
50
1.
50
17. Part III of the Regulations is amended by adding the
following after Schedule II:
SCHEDULE III
(Section 3.4.1)
17. La partie III du même règlement est modifiée par adjonction, après l’annexe II, de ce qui suit :
ANNEXE III
(article 3.4.1)
LEVELS OF LIGHTING — VDT WORK
NIVEAUX D’ÉCLAIREMENT — TRAVAIL SUR TEV
Column I
Column II
Colonne I
Colonne II
Item
Task position
Level of lighting (lx)
1.
VDT task positions at which data entry and
retrieval work are performed intermittently
500
Article
Poste de travail
Niveau d’éclairement (lx)
1.
Postes de travail sur TEV auxquels des
500
opérations d’entrée et d’extraction de données
sont effectuées de façon intermittente
Postes de travail sur TEV auxquels ne
750
s’effectuent que des opérations d’entrée de
données
2.
VDT task positions at which data entry work 750
is performed exclusively
2.
890
Canada Gazette Part I
18. Part IV of the Regulations is replaced by the following:
April 12, 2014
PART IV
18. La partie IV du même règlement est remplacée par ce
qui suit :
PARTIE IV
LEVELS OF SOUND
NIVEAUX ACOUSTIQUES
INTERPRETATION
DÉFINITIONS
4.1 The following definitions apply in this Part.
“A-weighted sound pressure level” means a sound pressure level
as determined by a measurement system which includes an
A-weighting filter that meets the requirements set out in the
International Electrotechnical Commission’s International Standard IEC 61672-1, first edition 2002-05, entitled Electroacoustics – Sound Level Meters. (niveau de pression acoustique
pondérée A)
“dBA” means decibel A-weighted and is a unit of A-weighted
sound pressure level. (dBA)
“noise exposure level (Lex,8)” means the level equal to 10 times
the logarithm to the base 10 of the time integral over any 24-hour
period of a squared A-weighted sound pressure divided by 8, the
reference sound pressure being 20 µPa. (niveau d’exposition
(Lex,8))
“sound level meter” means an instrument for measuring levels of
sound and impulse sound that meets the requirements set out in
the International Electrotechnical Commission’s International
Standard IEC 61672-1, first edition 2002-05, entitled Electroacoustics – Sound Level Meters. (sonomètre)
“sound pressure level” means the level equal to 20 times the logarithm to the base 10 of the ratio of the root mean square pressure
of a sound to the reference sound pressure of 20 µPa, expressed in
decibels. (niveau de pression acoustique)
4.1 Les définitions qui suivent s’appliquent à la présente partie.
« dBA » Décibel pondéré A, qui est l’unité du niveau de pression
acoustique pondérée A. (dBA)
« niveau de pression acoustique » Niveau égal à 20 fois le logarithme à base 10 du rapport de la moyenne quadratique de la pression d’un son à la pression acoustique de référence de 20 µPa,
exprimé en décibels. (sound pressure level)
« niveau de pression acoustique pondérée A » Niveau de pression
acoustique relevé par un système de mesure qui comprend un
filtre pondérateur A conforme aux exigences de la norme internationale CEI 61672-1 de la Commission électrotechnique internationale, première édition 2002-05, intitulée Électroacoustique —
Sonomètres. (A-weighted sound pressure level)
« niveau d’exposition (Lex,8) » Niveau égal à 10 fois le logarithme
à base 10 de l’intégrale de temps sur une période de vingt-quatre
heures du carré de la pression acoustique pondérée A divisé par 8,
la pression acoustique de référence étant de 20 µPa. (noise exposure level (Lex,8))
« sonomètre » Instrument servant à mesurer le niveau acoustique
et les bruits d’impact qui est conforme aux exigences de la norme
internationale CEI 61672-1 de la Commission électrotechnique
internationale, première édition 2002-05, intitulée Électroacoustique — Sonomètres. (sound level meter)
MEASUREMENT AND CALCULATION OF EXPOSURE
MESURE ET CALCUL DE L’EXPOSITION
4.2 (1) For the purposes of this Part, the exposure of an employee to sound shall be measured using an instrument that
(a) is recommended for that measurement in Clause 4.3 of CSA
Standard CAN/CSA-Z107.56-06, Procedures for the Measurement of Occupational Noise Exposure, as amended from
time to time; and
(b) meets the requirements for such an instrument set out in
Clause 4 of that Standard.
(2) The exposure of an employee to sound shall be measured in
accordance with Clauses 5, 6.4.1, 6.4.4, 6.5.2, 6.5.4, 6.6.2 and
6.6.4 of the Standard that is referred to in paragraph (1)(a).
(3) For the purposes of this Part, the measurement and calculation of the noise exposure level (Lex,8) to which an employee is
exposed shall take into account the exposure of the employee to
A-weighted sound pressure levels of 74 dBA or more.
(4) The measurement and calculation of the noise exposure
level (Lex,8) referred to in subsection (3) may also take into account the exposure of the employee to A-weighted sound pressure
levels that are less than 74 dBA.
4.2 (1) Pour l’application de la présente partie, l’exposition
d’un employé au bruit est mesurée au moyen d’un instrument qui,
à la fois :
a) est recommandé à cette fin à l’article 4.3 de la norme CAN/
CSA-Z107.56-F06 de la CSA, intitulée Méthodes de mesure de
l’exposition au bruit en milieu de travail, compte tenu de ses
modifications successives;
b) est conforme aux exigences qui lui sont applicables, énoncées au chapitre 4 de cette norme.
(2) L’exposition d’un employé au bruit est mesurée conformément au chapitre 5 et aux articles 6.4.1, 6.4.4, 6.5.2, 6.5.4, 6.6.2 et
6.6.4 de la norme visée à l’alinéa (1)a).
(3) Pour l’application de la présente partie, il doit être tenu
compte, pour la mesure et le calcul du niveau d’exposition (Lex,8)
auquel l’employé est exposé, de son exposition à des niveaux de
pression acoustique pondérée A de 74 dBA ou plus.
(4) Pour la mesure et le calcul du niveau d’exposition (Lex,8) visés au paragraphe (3), il peut également être tenu compte de
l’exposition de l’employé à des niveaux de pression acoustique
pondérée A inférieurs à 74 dBA.
HAZARD INVESTIGATION
ENQUÊTE SUR LES RISQUES
4.3 (1) If an employee in a work place may be exposed to an
A-weighted sound pressure level of 84 dBA or more for a duration that is likely to endanger the employee’s hearing, the employer shall, without delay,
(a) appoint a qualified person to carry out an investigation of
the degree of exposure; and
4.3 (1) En cas d’exposition potentielle de l’employé au lieu de
travail à un niveau de pression acoustique pondérée A de 84 dBA
ou plus pour une période susceptible de nuire à son ouïe,
l’employeur prend sans délai les mesures suivantes :
a) il nomme une personne qualifiée pour faire enquête sur le
degré d’exposition;
Le 12 avril 2014
Gazette du Canada Partie I
(b) notify the work place committee or the health and safety
representative of the investigation and the qualified person’s
name.
(2) For the purposes of subsection (1), the measurement of the
A-weighted sound pressure level in a work place shall be performed instantaneously, during normal working conditions, using
the slow response setting of a sound level meter.
(3) In the investigation referred to in subsection (1), the following matters shall be considered:
(a) the sources of sound in the work place;
(b) the A-weighted sound pressure levels to which the employee is likely to be exposed and the duration of such
exposure;
(c) the methods being used to reduce this exposure;
(d) whether the exposure of the employee is likely to exceed
the limits set out in section 4.4; and
(e) whether the employee is likely to be exposed to a noise exposure level (Lex,8) of 84 dBA or more.
(4) On completing the investigation and after consulting with
the work place committee or the health and safety representative,
the qualified person shall make, sign and date a written report that
contains their
(a) observations respecting the matters set out in subsection (3);
(b) recommendations respecting the measures that should be
taken in order to comply with sections 4.4 to 4.8; and
(c) recommendations respecting the use of hearing protectors
by employees who are exposed to a noise exposure level (Lex,8)
of 84 dBA or more but not more than 87 dBA.
(5) The employer shall keep the report at a location that is accessible to affected employees for a period of 10 years after the
date of the report.
(6) If the report states that an employee is likely to be exposed
to a noise exposure level (Lex,8) of 84 dBA or more, the employer
shall, without delay,
(a) post a copy of the report in a conspicuous place at a location that is accessible to the employee and keep the report
posted; and
(b) provide the employee with written information that describes the hazards associated with exposure to high levels of
sound.
LIMITS OF EXPOSURE
4.4 No employee in a work place shall be exposed
(a) in any 24-hour period, to an A-weighted sound pressure
level set out in column I of the schedule to this Part for a duration of exposure that exceeds the applicable duration set out in
column II; or
(b) at any time, to a noise exposure level (Lex,8) of more than
87 dBA.
891
b) il avise le comité local ou le représentant de la tenue de
l’enquête et du nom de cette personne.
(2) Pour l’application du paragraphe (1), le niveau de pression
acoustique pondérée A au lieu de travail doit être mesuré par relevé ponctuel fait, dans des conditions normales de travail, au
moyen d’un sonomètre réglé sur prise lente.
(3) L’enquête visée au paragraphe (1) comprend l’examen des
points suivants :
a) les sources d’émission sonore au lieu de travail;
b) les niveaux de pression acoustique pondérée A auxquels
l’employé est susceptible d’être exposé et la durée
d’exposition;
c) les méthodes utilisées pour réduire l’exposition;
d) la probabilité que l’exposition de l’employé soit supérieure
aux niveaux maximaux prévus à l’article 4.4;
e) la probabilité que l’employé soit exposé à un niveau
d’exposition (Lex,8) de 84 dBA ou plus.
(4) Au terme de son enquête et après consultation du comité
local ou du représentant, la personne qualifiée rédige un rapport,
qu’elle date et signe, dans lequel elle indique :
a) ses observations quant aux points visés au paragraphe (3);
b) ses recommandations quant aux mesures à observer pour assurer le respect des articles 4.4 à 4.8;
c) ses recommandations quant à l’utilisation de protecteurs auditifs par tout employé exposé à un niveau d’exposition (Lex,8)
d’au moins 84 dBA mais d’au plus 87 dBA.
(5) L’employeur conserve le rapport à un endroit accessible
aux employés concernés pendant une période de dix ans suivant
la date du rapport.
(6) Lorsqu’il est indiqué dans le rapport qu’un employé est
susceptible d’être exposé à un niveau d’exposition (Lex,8) de
84 dBA ou plus, l’employeur prend sans délai les mesures
suivantes :
a) il affiche en permanence un exemplaire de ce rapport dans
un endroit bien en vue accessible à l’employé;
b) il fournit par écrit à l’employé des renseignements sur les
risques que présente l’exposition à des niveaux acoustiques
élevés.
NIVEAUX D’EXPOSITION MAXIMAL
4.4 Dans un lieu de travail, aucun employé ne doit être exposé :
a) au cours de toute période de vingt-quatre heures, à un niveau
de pression acoustique pondérée A figurant à la colonne I de
l’annexe de la présente partie pour une durée d’exposition supérieure à la durée applicable prévue à la colonne II;
b) à tout moment, à un niveau d’exposition (Lex,8) de plus de
87 dBA.
REDUCTION OF SOUND EXPOSURE
RÉDUCTION DE L’EXPOSITION
4.5 If an employee’s exposure to sound exceeds a limit set out
in section 4.4, an employer shall, if it is reasonably practicable to
do so, by engineering controls or other physical means other than
hearing protectors, reduce the employee’s exposure to sound to a
level that does not exceed that limit.
4.5 Si l’exposition au bruit d’un employé excède un niveau
maximal prévu à l’article 4.4, l’employeur réduit l’exposition au
bruit de l’employé à un niveau égal ou inférieur à ce niveau
maximal en utilisant, dans la mesure du possible, des dispositifs
techniques ou des moyens matériels autres que des protecteurs
auditifs.
892
Canada Gazette Part I
April 12, 2014
REPORT TO HEALTH AND SAFETY OFFICER
RAPPORT À L’AGENT DE SANTÉ ET DE SÉCURITÉ
4.6 If it is not reasonably practicable, without providing hearing protectors, for an employer to limit the exposure of an employee to whom section 4.4 applies to sound to a level that does
not exceed the limits set out in that section, the employer shall,
without delay,
(a) make a report in writing to a health and safety officer at the
national office setting out the reasons why it is not reasonably
practicable to do so; and
(b) provide a copy of the report to the work place committee or
the health and safety representative.
4.6 Dans le cas où il lui est difficilement réalisable, sans fournir de protecteurs auditifs, de respecter à l’égard de l’employé
auquel s’applique l’article 4.4 le niveau d’exposition maximal qui
y est prévu, l’employeur prend sans délai les mesures suivantes :
a) il en fait rapport par écrit à un agent de santé et de sécurité
au bureau national en y exposant les raisons pour lesquelles
cela est difficilement réalisable;
b) il fournit un exemplaire du rapport au comité local ou au
représentant.
HEARING PROTECTION
PROTECTION DE L’OUÏE
4.7 (1) An employer who is required to make a report under
section 4.6 shall, as soon as practicable, provide every employee
whose exposure to sound is likely to exceed a limit set out in section 4.4 with a hearing protector that
(a) meets the requirements set out in CSA Standard CAN/
CSA-Z94.2-02, Hearing Protection Devices – Performance,
Selection, Care, and Use, as amended from time to time; and
(b) prevents the employee from being exposed to a level of
sound that exceeds a limit set out in section 4.4.
4.7 (1) L’employeur qui est tenu de présenter le rapport visé à
l’article 4.6 fournit, aussitôt que possible, à l’employé susceptible
de subir une exposition au bruit supérieure à un niveau maximal
prévu à l’article 4.4 un protecteur auditif qui, à la fois :
a) est conforme à la norme CAN/CSA-Z94.2-F02 de la CSA
intitulée Protecteurs auditifs : performances, sélection,
entretien et utilisation, compte tenu de ses modifications
successives;
b) empêche l’employé d’être exposé à un niveau acoustique
supérieur à un niveau maximal prévu à l’article 4.4.
(2) Lorsque l’employeur fournit un protecteur auditif à
l’employé, il élabore, en consultation avec le comité local ou le
représentant, un programme de formation de l’employé sur
l’ajustement, l’entretien et l’utilisation du protecteur auditif et il
met celui-ci en œuvre.
(3) L’employeur veille à ce que les personnes, autres que les
employés, à qui il permet l’accès au lieu de travail et qui sont
susceptibles d’être exposées à un niveau acoustique supérieur à
un niveau maximal prévu à l’article 4.4 portent un protecteur auditif conforme à la norme visée à l’alinéa (1)a).
(2) If an employer provides a hearing protector to an employee,
the employer shall, in consultation with the work place committee
or the health and safety representative, develop a program to train
the employee in the fit, care and use of the hearing protector and
shall implement the program.
(3) If an employer grants a person who is not an employee
access to a work place where the person is likely to be exposed to
a level of sound that exceeds a limit set out in section 4.4, the
employer shall ensure that the person uses a hearing protector that
meets the requirements set out in the Standard that is referred to
in paragraph (1)(a).
WARNING SIGNS
PANNEAUX AVERTISSEURS
4.8 (1) If an employee may be exposed to an A-weighted sound
pressure level of more than 87 dBA at a work place, the employer
shall, at conspicuous locations within the work place, keep signs
posted warning of a potentially hazardous level of sound.
(2) In order to determine whether an employee may be exposed
to an A-weighted sound pressure level of more than 87 dBA at a
work place, the measurement of the A-weighted sound pressure
level shall be performed instantaneously, during normal working
conditions, using the slow response setting of a sound level meter.
4.8 (1) L’employeur affiche en permanence, dans des endroits
bien en vue au lieu de travail où il y a exposition potentielle des
employés à un niveau de pression acoustique pondérée A supérieur à 87 dBA, des panneaux avertisseurs indiquant que le niveau
acoustique ambiant peut présenter un risque.
(2) Pour établir si les employés peuvent être exposés à un tel
niveau dans le lieu de travail, le niveau de pression acoustique
pondérée A doit être mesuré par relevé ponctuel fait, dans des
conditions normales de travail, au moyen d’un sonomètre réglé
sur prise lente.
SCHEDULE
(Section 4.4)
ANNEXE
(article 4.4)
MAXIMUM DURATION OF EXPOSURE
TO A-WEIGHTED SOUND PRESSURE
LEVELS IN THE WORK PLACE
DURÉE MAXIMALE D’EXPOSITION À DIVERS
NIVEAUX DE PRESSION ACOUSTIQUE
PONDÉRÉE A AU LIEU DE TRAVAIL
Column I
Column II
Colonne I
Colonne II
A-weighted sound pressure
level (dBA)
Maximum duration of exposure in hours
per employee per 24-hour period
Niveau de pression acoustique
pondérée A (dBA)
Durée maximale d’exposition en
heures par employé, par période
de vingt-quatre heures
87
88
8.0
6.4
87
88
8,0
6,4
Le 12 avril 2014
Gazette du Canada Partie I
SCHEDULE — Continued
ANNEXE (suite)
MAXIMUM DURATION OF EXPOSURE
TO A-WEIGHTED SOUND PRESSURE
LEVELS IN THE WORK PLACE — Continued
DURÉE MAXIMALE D’EXPOSITION À DIVERS
NIVEAUX DE PRESSION ACOUSTIQUE
PONDÉRÉE A AU LIEU DE TRAVAIL (suite)
Column I
Column II
Colonne I
Colonne II
A-weighted sound pressure
level (dBA)
Maximum duration of exposure in hours
per employee per 24-hour period
Niveau de pression acoustique
pondérée A (dBA)
Durée maximale d’exposition en
heures par employé, par période
de vingt-quatre heures
89
90
91
92
93
94
95
96
97
98
99
100
101
102
103
104
105
106
107
108
109
110
111
112
113
114
115
116
117
118
119
120
5.0
4.0
3.2
2.5
2.0
1.6
1.3
1.0
0.80
0.64
0.50
0.40
0.32
0.25
0.20
0.16
0.13
0.10
0.080
0.064
0.050
0.040
0.032
0.025
0.020
0.016
0.013
0.010
0.008
0.006
0.005
0.004
89
90
91
92
93
94
95
96
97
98
99
100
101
102
103
104
105
106
107
108
109
110
111
112
113
114
115
116
117
118
119
120
5,0
4,0
3,2
2,5
2,0
1,6
1,3
1,0
0,80
0,64
0,50
0,40
0,32
0,25
0,20
0,16
0,13
0,10
0,080
0,064
0,050
0,040
0,032
0,025
0,020
0,016
0,013
0,010
0,008
0,006
0,005
0,004
893
19. The heading before section 6.1 of the French version of
the Regulations is replaced by the following:
19. L’intertitre précédant l’article 6.1 de la version française du même règlement est remplacé par ce qui suit :
INTERPRÉTATION
INTERPRÉTATION
20. Section 6.1 of the Regulations is replaced by the
following:
6.1 In this Part, “food preparation area” includes an area used
for the storage of food.
21. Paragraph 6.5(2)(b) of the Regulations is replaced by
the following:
(b) potable water, heating, ventilation and sanitary sewage systems shall be provided.
22. Section 6.7 of the Regulations is replaced by the
following:
6.7 (1) An employer shall ensure that each enclosed part of a
work place and each on-board accommodation, toilet room and
food preparation area is constructed, equipped and maintained in
a manner that will prevent the entrance of vermin.
20. L’article 6.1 du même règlement est remplacé par ce
qui suit :
6.1 Dans la présente partie, est assimilée à l’aire de préparation
des aliments l’aire servant à l’entreposage des aliments.
21. L’alinéa 6.5(2)b) du même règlement est remplacé par
ce qui suit :
b) des systèmes d’alimentation en eau potable, de chauffage,
d’aération et d’élimination des eaux usées.
22. L’article 6.7 du même règlement est remplacé par ce
qui suit :
6.7 (1) L’employeur veille à ce que les parties closes à l’intérieur d’un lieu de travail, les logements à bord, les cabinets
de toilette et les aires de préparation des aliments soient construits, équipés et entretenus de façon à empêcher la vermine d’y
pénétrer.
894
Canada Gazette Part I
(2) If vermin enter any enclosed part of a work place or any onboard accommodation, toilet room or food preparation area, the
employer shall without delay take all steps necessary to eliminate
the vermin and prevent any further entries.
23. Section 6.17 of the Regulations is replaced by the
following:
6.17 Hot water that is provided to employees for personal
washing shall be maintained at a temperature of not less than
35°C and not more than 43°C and shall not be heated by mixing
with steam.
24. Section 6.19 of the Regulations is replaced by the
following:
6.19 Potable water that is provided to employees for drinking,
personal washing and food preparation shall meet the standards
set out in the Guidelines for Canadian Drinking Water Quality –
Summary Table, prepared by the Federal-Provincial-Territorial
Committee on Drinking Water of the Federal-ProvincialTerritorial Committee on Health and the Environment and published by the Department of Health, as amended from time to
time.
25. Section 6.24 of the Regulations is repealed.
26. Sections 6.25 and 6.26 of the Regulations are repealed.
27. Subsection 6.27(2) of the Regulations is replaced by the
following:
(2) Foods that require freezing to prevent them from becoming
hazardous to health shall be maintained at a temperature of -11°C
or lower.
28. Subsection 6.30(2) of the Regulations is replaced by the
following:
(2) The employer shall ensure that an employee who is responsible for handling food waste and garbage or for removing it from
a food preparation area does so in accordance with subsections (3) to (5).
(3) Wet food waste and garbage shall be
(a) disposed of by mechanical grinders or choppers connected
to sewage disposal lines; or
(b) held in leak-proof, non-absorptive, easily-cleaned containers with tight-fitting covers in a separate enclosed area or container until removal for disposal.
(4) Dry food waste and garbage shall be removed or
incinerated.
(5) Food waste and garbage containers shall be fitted with
covers and the food waste and garbage shall be removed as frequently as is necessary to prevent unsanitary conditions.
(6) Food waste and garbage containers shall be cleaned and
disinfected in an area separate from the food preparation area
each time they are emptied.
29. Section 7.2 of the Regulations is replaced by the
following:
7.2 This Part does not apply to the handling or transportation of
dangerous goods to which the Transportation of Dangerous
Goods Act, 1992 and the regulations made under that Act apply.
April 12, 2014
(2) Si de la vermine a pénétré dans une partie close à l’intérieur
d’un lieu de travail, dans un logement à bord, un cabinet de toilette ou une aire de préparation des aliments, l’employeur prend
sans délai les mesures nécessaires pour l’éliminer et en enrayer la
pénétration à l’avenir.
23. L’article 6.17 du même règlement est remplacé par ce
qui suit :
6.17 L’eau chaude fournie aux employés pour se laver doit être
à une température d’au moins 35 °C et d’au plus 43 °C et ne pas
être chauffée par incorporation de vapeur.
24. L’article 6.19 du même règlement est remplacé par ce
qui suit :
6.19 L’eau potable fournie aux employés pour boire, se laver
et préparer les aliments doit être conforme aux normes visées
dans les Recommandations pour la qualité de l’eau potable au
Canada – Tableau sommaire, élaborées par le Comité fédéralprovincial-territorial sur l’eau potable du Comité fédéralprovincial-territorial sur la santé et l’environnement et publiées
par le ministère de la Santé, compte tenu de ses modifications
successives.
25. L’article 6.24 du même règlement est abrogé.
26. Les articles 6.25 et 6.26 du même règlement sont
abrogés.
27. Le paragraphe 6.27(2) du même règlement est remplacé
par ce qui suit :
(2) Les aliments qui ont besoin d’être congelés afin de ne pas
constituer un risque pour la santé doivent être conservés à une
température d’au plus -11 °C.
28. Le paragraphe 6.30(2) du même règlement est remplacé
par ce qui suit :
(2) L’employeur veille à ce que tout employé qui est chargé de
manipuler et d’enlever des déchets de l’aire de préparation des
aliments le fasse conformément aux paragraphes (3) à (5).
(3) Les déchets humides sont :
a) soit éliminés au moyen d’un broyeur mécanique relié au système d’égouts;
b) soit conservés dans des contenants étanches, imperméables,
faciles à nettoyer et munis de couvercles qui ferment bien, qui
sont placés dans un espace clos séparé ou dans un récipient distinct jusqu’à leur élimination.
(4) Les déchets secs sont enlevés ou incinérés.
(5) Les contenants de déchets sont munis d’un couvercle et les
déchets doivent être enlevés aussi souvent qu’il est nécessaire
pour le maintien de conditions salubres.
(6) Les contenants de déchets doivent être nettoyés et désinfectés, dans un espace séparé des aires de préparation des aliments,
chaque fois qu’ils sont vidés.
29. L’article 7.2 du même règlement est remplacé par ce
qui suit :
7.2 La présente partie ne s’applique pas à la manutention et au
transport des marchandises dangereuses auxquelles s’appliquent
la Loi de 1992 sur le transport des marchandises dangereuses et
ses règlements.
Le 12 avril 2014
Gazette du Canada Partie I
895
30. The Regulations are amended by adding the following
before the heading “Hazard Investigation” before section 7.3:
Records of Hazardous Substances
30. Le même règlement est modifié par adjonction, avant
l’intertitre « Enquête sur les situations de risque » précédant
l’article 7.3, de ce qui suit :
Registre des substances dangereuses
7.2.1 An employer shall keep and maintain a record of all hazardous substances that, in the work place, are used, produced,
handled, or stored for use in the work place, and may either keep
and maintain a record in each work place or keep and maintain in
one work place a centralized record in respect of several work
places.
31. (1) Subsection 7.3(1) of the Regulations is replaced by
the following:
7.3 (1) If there is a likelihood that the health or safety of an
employee in a work place is or may be endangered by exposure to
a hazardous substance, the employer shall, without delay,
(a) appoint a qualified person to carry out an investigation in
that regard; and
(b) notify the work place committee or the health and safety
representative of the investigation and the qualified person’s
name.
(2) The portion of subsection 7.3(2) of the Regulations before paragraph (a) is replaced by the following:
(2) In the investigation, the following matters shall be
considered:
(3) Paragraphs 7.3(2)(c) to (h) of the Regulations are replaced by the following:
(c) the acute and chronic effects on health of exposure to the
hazardous substance;
(d) the quantity of the hazardous substance to be handled;
(e) the manner in which the hazardous substance is stored,
used, handled and disposed of;
(f) the control methods used to eliminate or reduce exposure of
employees to the hazardous substance;
(g) the concentration or level of the hazardous substance to
which an employee is likely to be exposed;
(h) whether the concentration of an airborne chemical agent is
likely to be greater than 50% of the value referred to in paragraph 7.20(1)(a) for that chemical agent or whether the level of
ionizing or non-ionizing radiation is likely to be greater than
any applicable limit referred to in subsection 7.23(2) or (3); and
(i) whether the level referred to in paragraph (g) is greater than
any maximum applicable level set out in Part III or less than
any minimum applicable level set out in that Part.
32. Sections 7.4 and 7.5 of the Regulations are replaced by
the following:
7.4 On completing the investigation and after consulting with
the work place committee or the health and safety representative,
(a) the qualified person shall make, sign and date a written
report that contains their
(i) observations respecting the matters set out in subsection 7.3(2), and
(ii) recommendations respecting the measures that should be
taken in order to comply with sections 7.6 to 7.23, including
recommendations respecting sampling and testing methods;
and
(b) the employer shall develop and maintain a written procedure for the control of the concentration or level of the hazardous substance in the work place.
7.5 The employer shall keep the report for a period of 30 years
after the date of the report.
7.2.1 L’employeur tient un registre des substances dangereuses
utilisées, produites ou manipulées dans le lieu de travail, ou entreposées dans ce lieu pour y être utilisées. Il peut tenir un registre
dans chaque lieu de travail ou tenir dans un seul lieu de travail un
registre central portant sur plusieurs lieux de travail.
31. (1) Le paragraphe 7.3(1) du même règlement est remplacé par ce qui suit :
7.3 (1) Lorsque la santé ou la sécurité d’un employé risque
d’être compromise par l’exposition à une substance dangereuse
présente dans le lieu de travail, l’employeur prend sans délai les
mesures suivantes :
a) il nomme une personne qualifiée pour faire enquête sur la
situation;
b) il avise le comité local ou le représentant de la tenue de
l’enquête et du nom de cette personne.
(2) Le passage du paragraphe 7.3(2) du même règlement
précédant l’alinéa a) est remplacé par ce qui suit :
(2) L’enquête comprend l’examen des points suivants :
(3) Les alinéas 7.3(2)c) à h) du même règlement sont remplacés par ce qui suit :
c) les effets aigus et chroniques sur la santé de l’exposition à la
substance dangereuse;
d) la quantité de substance dangereuse à manipuler;
e) la manière d’entreposer, d’utiliser, de manipuler et d’éliminer la substance dangereuse;
f) les méthodes de contrôle utilisées pour éliminer ou réduire
l’exposition des employés à la substance dangereuse;
g) la concentration ou le niveau de la substance dangereuse
auquel l’employé est susceptible d’être exposé;
h) la probabilité que la concentration d’un agent chimique
dans l’air soit supérieure à 50 % de la valeur visée à l’alinéa 7.20(1)a) ou que le niveau de rayonnement ionisant ou non
ionisant soit supérieur à toute limite applicable prévue aux paragraphes 7.23(2) et (3);
i) si le niveau visé à l’alinéa g) est supérieur à tout niveau
maximum applicable prévu par la partie III ou inférieur à tout
niveau minimum applicable prévu par cette partie.
32. Les articles 7.4 et 7.5 du même règlement sont remplacés par ce qui suit :
7.4 Au terme de l’enquête et après avoir consulté le comité
local ou le représentant :
a) la personne qualifiée rédige, signe et date un rapport
contenant :
(i) ses observations concernant les points visés au paragraphe 7.3(2),
(ii) ses recommandations quant aux mesures à observer pour
assurer le respect des articles 7.6 à 7.23, y compris ses recommandations concernant les méthodes d’échantillonnage
et d’analyse;
b) l’employeur élabore et tient à jour une marche à suivre écrite
pour contrôler la concentration ou le niveau de la substance
dangereuse présente dans le lieu de travail.
7.5 L’employeur conserve le rapport pendant les trente années
qui suivent la date du rapport.
896
Canada Gazette Part I
33. Paragraph 7.7(b) of the Regulations is replaced by the
following:
(b) if the airborne hazardous substance is not a chemical agent,
the concentration of the airborne hazardous substance is not
hazardous to the health or safety of employees.
34. Section 7.9 of the Regulations is replaced by the
following:
7.9 Subject to subsection 7.11(1), if a hazardous substance is
stored, handled or used in a work place, any hazard resulting from
that storage, handling or use shall be confined to as small an area
as practicable.
7.9.1 Every container for a hazardous substance that is used in
a work place shall be designed and constructed in such a way that
it protects employees from any health or safety hazard that is
caused by the hazardous substance.
35. Section 7.11 of the Regulations is replaced by the
following:
7.11 If, in a work place, a hazardous substance is capable of
combining with another substance to form an ignitable combination and there exists a hazard of ignition of the combination by
static electricity, the employer shall comply with the standards set
out in the 2007 edition of the United States National Fire Protection Association publication NFPA 77 entitled Recommended
Practice on Static Electricity.
36. (1) Subsection 7.16(1) of the Regulations is replaced by
the following:
7.16 (1) An employer shall develop and implement an employee education program with respect to hazard prevention and
control at the work place in consultation with the work place
committee or the health and safety representative.
(2) Subparagraph 7.16(2)(a)(iv) of the Regulations is replaced by the following:
(iv) the observations referred to in subparagraph 7.4(a)(i),
(3) Subsection 7.16(2) of the Regulations is amended by
striking out “and” at the end of paragraph (b), by adding
“and” at the end of paragraph (c) and by adding the following
after paragraph (c):
(d) if the employer keeps an electronic version of a material safety data sheet available in accordance with subsection 7.31(2), instruction and training in accessing that material
safety data sheet.
(4) The portion of subsection 7.16(3) of the Regulations
before paragraph (a) is replaced by the following:
(3) An employer shall, in consultation with the work place
committee or the health and safety representative, review the
employee education program referred to in subsection (1) and, if
necessary, revise it
37. (1) Paragraph 7.20(1)(a) of the Regulations is replaced
by the following:
(a) an airborne chemical agent that is greater than the value for
that chemical agent adopted by the American Conference of
Governmental Industrial Hygienists in its publication entitled
Threshold Limit Values and Biological Exposure Indices,
7th edition, dated 2011; or
(2) Subsection 7.20(2) of the Regulations is replaced by the
following:
(2) If there is a likelihood that the concentration of an airborne
chemical agent may be greater than the value referred to in
April 12, 2014
33. L’alinéa 7.7b) du même règlement est remplacé par ce
qui suit :
b) si la substance dangereuse n’est pas un agent chimique, sa
concentration dans l’air ne présente pas de risque pour la santé
ou la sécurité des employés.
34. L’article 7.9 du même règlement est remplacé par ce
qui suit :
7.9 Sous réserve du paragraphe 7.11(1), lorsqu’une substance
dangereuse est entreposée, manipulée ou utilisée dans un lieu de
travail, le risque en résultant est confiné à un secteur aussi restreint que possible.
7.9.1 Tout contenant devant renfermer une substance dangereuse utilisée dans le lieu de travail doit être conçu et construit de
façon à protéger les employés contre les risques que présente
cette substance pour leur santé ou leur sécurité.
35. L’article 7.11 du même règlement est remplacé par ce
qui suit :
7.11 Lorsque, dans le lieu de travail, une substance dangereuse
peut, en se combinant à une autre substance, former une matière
inflammable et qu’il y a risque d’inflammation de celle-ci par
électricité statique, l’employeur se conforme aux normes prévues
dans la publication NFPA 77 de 2007 de la National Fire Protection Association des États-Unis intitulée Recommended Practice
on Static Electricity.
36. (1) Le paragraphe 7.16(1) du même règlement est remplacé par ce qui suit :
7.16 (1) En consultation avec le comité local ou le représentant,
l’employeur élabore et met en œuvre un programme de formation
des employés visant la prévention et le contrôle des risques au
lieu de travail.
(2) Le sous-alinéa 7.16(2)a)(iv) du même règlement est remplacé par ce qui suit :
(iv) les observations visées au sous-alinéa 7.4a)(i),
(3) Le paragraphe 7.16(2) du même règlement est modifié
par adjonction, après l’alinéa c), de ce qui suit :
d) dans le cas où l’employeur met à la disposition de ses employés, conformément au paragraphe 7.31(2), une version électronique de la fiche signalétique, la formation et l’entraînement
sur l’accès à cette fiche.
(4) Le passage du paragraphe 7.16(3) du même règlement
précédant l’alinéa a) est remplacé par ce qui suit :
(3) En consultation avec le comité local ou le représentant,
l’employeur revoit le programme de formation des employés visé
au paragraphe (1) et, au besoin, le modifie :
37. (1) L’alinéa 7.20(1)a) du même règlement est remplacé
par ce qui suit :
a) une concentration d’un agent chimique dans l’air qui excède
la valeur prévue pour l’exposition à cet agent chimique par
l’American Conference of Governmental Industrial Hygienists
dans sa publication de 2011 intitulée Threshold Limit Values
and Biological Exposure Indices, 7e édition;
(2) Le paragraphe 7.20(2) du même règlement est remplacé
par ce qui suit :
(2) Lorsqu’il est probable que la concentration d’un agent chimique dans l’air excède la valeur visée à l’alinéa (1)a), des
Le 12 avril 2014
paragraph (1)(a), air samples shall be taken and the concentration
of the chemical agent shall be determined
(a) in accordance with the standards set out in the United States
National Institute for Occupational Safety and Health publication entitled NIOSH Manual of Analytical Methods, 5th edition,
dated 2003;
(b) in accordance with a method used to collect and analyze a
representative sample of the chemical agent with accuracy and
with detection levels at least equal to those which would be obtained if the standards referred to in paragraph (a) were used;
or
(c) if no specific standards for the chemical agent are set out in
the publication referred to in paragraph (a) and no method that
meets the requirements of paragraph (b) exists, in accordance
with a scientifically proven method used to collect and analyze
a representative sample of the chemical agent.
38. The Regulations are amended by adding the following
after section 7.21:
7.21.1 Compressed air, gas or steam shall not be used for blowing dust or other substances from structures, machinery or materials if
(a) there is a risk of any person being directly exposed to the jet
or if a fire, explosion, injury or health hazard is likely to result
from that use; or
(b) that use would result in either a concentration of an airborne
chemical agent that is greater than the value referred to in paragraph 7.20(1)(a) for that chemical agent or a concentration of
an airborne chemical agent or combination of airborne chemical agents that is greater than the maximum concentration set
out in subsection 7.21(1) or (2).
7.21.2 (1) Compressed air shall not be used for cleaning clothing contaminated with
(a) asbestos; or
(b) another airborne chemical agent with an exposure limit referred to in paragraph 7.20(1)(a) that is lower than 1 mg/m3.
(2) If compressed air is used to clean any other clothing,
(a) eye protectors that meet the standards set out in CSA
Standard CAN/CSA-Z94.3-07, Eye and Face Protectors, as
amended from time to time, shall be worn; and
(b) either the maximum compressed air pressure in the pipeline
shall be 69 kPa (10 psi) or a safety nozzle limiting the air pressure to no more than 69 kPa (10 psi) shall be used.
39. The heading before section 7.22 and sections 7.22
and 7.23 of the Regulations are replaced by the following:
Ionizing and Non-ionizing Radiation
7.23 (1) If a device that is capable of producing and emitting
energy in the form of ionizing or non-ionizing radiation is
used in a work place, the employer shall apply the
limits set out in Limits of Human Exposure to Radiofrequency
Electromagnetic Energy in the Frequency Range from 3 kHz to
300 GHz – Safety Code 6 (2009), published by the Department of
Health, as amended from time to time.
(2) If an employee works on or near a device that is capable of
emitting nuclear energy, the employer shall ensure that the employee’s exposure to nuclear energy does not exceed the radiation
dose limits set out in the Radiation Protection Regulations.
Gazette du Canada Partie I
897
échantillons d’air doivent être prélevés et la concentration de
l’agent chimique doit être calculée conformément :
a) soit aux normes du National Institute for Occupational
Safety and Health des États-Unis énoncées dans la publication de 2003 intitulée NIOSH Manual of Analytical Methods,
5e édition;
b) soit à toute méthode consistant à prélever et à analyser un
échantillon représentatif de l’agent chimique, et dont l’exactitude et les niveaux de détection sont au moins équivalents
à ceux que permettraient d’obtenir les normes visées à l’alinéa a);
c) en l’absence de norme applicable à l’agent chimique en
question dans la publication visée à l’alinéa a) et de méthode
conforme à l’alinéa b), soit à toute méthode éprouvée sur le
plan scientifique pour prélever et analyser un échantillon représentatif de cet agent chimique.
38. Le même règlement est modifié par adjonction, après
l’article 7.21, de ce qui suit :
7.21.1 L’air, le gaz ou la vapeur sous pression ne peuvent être
utilisés pour enlever la poussière ou autre substance des structures, des appareils ou des matériaux si l’un des risques ci-après est
présent :
a) des personnes risquent d’être exposées directement au jet ou
cette utilisation présente des risques d’incendie, d’explosion ou
de blessures ou des risques pour la santé;
b) cette utilisation donnerait lieu à une concentration d’un
agent chimique dans l’air supérieure à la valeur visée à l’alinéa 7.20(1)a) pour cet agent chimique ou à une concentration
d’un agent chimique ou d’une combinaison d’agents chimiques
dans l’air supérieure à toute concentration maximale prévue
aux paragraphes 7.21(1) ou (2).
7.21.2 (1) L’air sous pression ne peut être utilisé pour nettoyer
les vêtements contaminés :
a) soit par l’amiante;
b) soit par un autre agent chimique dans l’air dont la limite
d’exposition visée à l’alinéa 7.20(1)a) est inférieure à 1 mg/m3.
(2) Lorsque l’air comprimé est utilisé pour nettoyer tout autre
vêtement :
a) le port de dispositifs protecteurs pour les yeux conformes à
la norme CAN/CSA-Z94.3-F07 de la CSA intitulée Protecteurs
oculaires et faciaux, compte tenu de ses modifications successives, est obligatoire;
b) la pression de l’air sous pression dans la conduite ne doit pas
excéder 69 kPa (10 psi) ou alors une buse de sécurité limitant
la pression d’air à au plus 69 kPa (10 psi) doit être utilisée.
39. L’intertitre précédant l’article 7.22 et les articles 7.22
et 7.23 du même règlement sont remplacés par ce qui suit :
Rayonnements ionisants et non ionisants
7.23 (1) Lorsqu’un dispositif pouvant produire et émettre de
l’énergie sous forme de rayonnements ionisants ou non ionisants
est utilisé dans le lieu de travail, l’employeur applique les limites
prévues dans le document intitulé Limites d’exposition humaine
à l’énergie électromagnétique radioélectrique dans la gamme
de fréquences de 3 kHz à 300 GHz – Code de sécurité 6 (2009),
publié par le ministère de la Santé, compte tenu de ses modifications successives.
(2) Si un employé travaille à un dispositif pouvant émettre de
l’énergie nucléaire ou près d’un tel dispositif, l’employeur veille à
ce que la dose de rayonnement résultant de l’exposition de l’employé à l’énergie nucléaire n’excède pas les limites prévues par le
Règlement sur la radioprotection.
898
Canada Gazette Part I
(3) The employer shall ensure that no employee, other than a
nuclear energy worker as defined in section 2 of the Nuclear
Safety and Control Act, is exposed in the course of any year to a
concentration of radon that on average, over the year, is higher
than 800 Bq/m3.
40. Section 7.31 of the Regulations is replaced by the
following:
7.31 (1) In any work place in which an employee may handle
or be exposed to a controlled product, the employer shall keep
readily available for examination by employees and by the work
place committee or the health and safety representative a copy in
English and in French of
(a) the work place material safety data sheet, if the employer
has prepared one under subsection 7.30(1); or
(b) the supplier material safety data sheet, in any other case.
(2) Instead of keeping a material safety data sheet in accordance with subsection (1), an employer may keep an electronic
version of the material safety data sheet available in English and
in French, for examination by means of a computer terminal, if
the employer
(a) takes all reasonable steps to maintain the terminal in working order;
(b) provides the instruction and training referred to in paragraph 7.16(2)(d) to one or more employees on each shift, and
to all members of the work place committee or to the health
and safety representative; and
(c) on the request of an employee, the work place committee or
the health and safety representative, makes the material safety
data sheet readily available to the employee, the work place
committee or the health and safety representative.
41. Section 8.1 of the Regulations and the heading “INTERPRETATION” before it are repealed.
42. Section 8.5 of the Regulations is replaced by the
following:
8.5 If there is a hazard of head injury in a work place, protective headwear that meets the standards set out in CSA Standard
CAN/CSA-Z94.1-05, Industrial Protective Headwear – Performance, Selection, Care, and Use, as amended from time to time,
shall be used.
43. Subsection 8.6(1) of the Regulations is replaced by the
following:
8.6 (1) If there is a hazard of foot injury or electric shock
through footwear in a work place, protective footwear that meets
either the standards set out in CSA Standard CAN/CSA-Z195-09,
Protective Footwear, as amended from time to time, or the standards set out in the American Society for Testing and Materials
publication F2413-05, entitled Standard Specification for Performance Requirements for Foot Protection, dated 2005, shall be used.
44. Sections 8.7 to 8.9 of the Regulations are replaced by the
following:
8.7 If there is a hazard of injury to the eyes, face, ears or front
of the neck of an employee in a work place, the employer shall
provide the employee with an eye or face protector that meets the
standards set out in CSA Standard CAN/CSA-Z94.3-07, Eye and
Face Protectors, as amended from time to time.
April 12, 2014
(3) À l’exception d’un travailleur du secteur nucléaire au sens
de l’article 2 de la Loi sur la sûreté et la réglementation nucléaires, l’employeur veille à ce qu’aucun employé ne soit exposé, en moyenne au cours d’une année, à une concentration de
radon excédant 800 Bq/m3.
40. L’article 7.31 du même règlement est remplacé par ce
qui suit :
7.31 (1) Dans un lieu de travail où un employé peut être appelé
à manipuler un produit contrôlé ou y être exposé, l’employeur
conserve, de façon à ce qu’il soit facilement accessible pour consultation aux employés et au comité local ou au représentant, un
exemplaire des documents ci-après, en français et en anglais :
a) la fiche signalétique du lieu de travail, dans le cas où l’employeur en a préparé une en vertu du paragraphe 7.30(1);
b) la fiche signalétique du fournisseur, dans tout autre cas.
(2) Au lieu de conserver la fiche signalétique conformément au
paragraphe (1), l’employeur peut conserver une version électronique de la fiche signalétique, en français et en anglais, pour consultation au moyen d’un terminal d’ordinateur, s’il se conforme
aux conditions suivantes :
a) il prend toutes les mesures raisonnables pour garder le terminal en état de fonctionnement;
b) il fournit à un ou plusieurs employés de chaque quart de travail et à tous les membres du comité local ou au représentant la
formation et l’entraînement visés à l’alinéa 7.16(2)d);
c) il rend la fiche signalétique facilement accessible à l’employé,
au comité local ou au représentant qui en fait la demande.
41. L’article 8.1 du même règlement et l’intertitre « DÉFI» le précédant sont abrogés.
42. L’article 8.5 du même règlement est remplacé par ce
qui suit :
8.5 Lorsqu’il y a risque de blessures à la tête dans le lieu de
travail, un casque protecteur conforme à la norme CAN/CSAZ94.1-F05 de la CSA intitulée Casques de sécurité pour l’industrie : tenue en service, sélection, entretien et utilisation, compte
tenu de ses modifications successives, doit être porté.
43. Le paragraphe 8.6(1) du même règlement est remplacé
par ce qui suit :
8.6 (1) Lorsque, dans un lieu de travail, il y a risque de blessures aux pieds ou de décharges électriques par la chaussure, des
chaussures de sécurité conformes à la norme CAN/CSA-Z195F09 de la CSA, intitulée Chaussures de protection, compte tenu
de ses modifications successives, ou à la norme de l’American
Society for Testing and Materials dans sa publication F2413-05
de 2005 intitulée Standard Specification for Performance Requirements for Foot Protection, doivent être portées.
44. Les articles 8.7 à 8.9 du même règlement sont remplacés
par ce qui suit :
8.7 Lorsque, dans un lieu de travail, il y a risque de blessures
aux yeux, au visage, aux oreilles ou au devant du cou, l’employeur fournit à l’employé un dispositif protecteur pour les yeux
ou le visage conforme à la norme CAN/CSA-Z94.3-F07 de la
CSA, intitulée Protecteurs oculaires et faciaux, compte tenu de
ses modifications successives.
NITIONS
RESPIRATORY PROTECTION
PROTECTION DES VOIES RESPIRATOIRES
8.8 (1) If there is a hazard of an airborne hazardous substance
or an oxygen-deficient atmosphere in a work place, the employer
8.8 (1) Lorsque, dans un lieu de travail, il y a risque de présence de substances dangereuses dans l’air ou d’air à faible teneur
Le 12 avril 2014
shall provide a respiratory protective device that is listed in the
United States National Institute for Occupational Safety and
Health publication entitled Certified Equipment List, as amended
from time to time.
(2) The respiratory protective device shall be selected, fitted,
used and maintained in accordance with the standards set out in
CSA Standard CAN/CSA-Z94.4-11, Selection, Use, and Care of
Respirators, as amended from time to time.
(3) If air is provided by means of a respiratory protective device, the air shall meet the standards set out in CSA Standard
CAN/CSA-Z180.1-13, Compressed Breathing Air and Systems,
as amended from time to time.
45. The portion of section 8.10 of the French version of the
Regulations before paragraph (a) is replaced by the following:
8.10 Lorsque, dans un lieu de travail, il y a risque de blessures
à la peau ou de maladies transmises à la peau, par contact avec
celle-ci ou à travers elle, l’employeur fournit à toute personne à
qui il permet l’accès au lieu de travail :
46. The Regulations are amended by adding the following
after section 8.11:
PROTECTION AGAINST MOVING VEHICLES
8.11.1 If an employee is regularly exposed to contact with
moving vehicles during his or her work, the employer shall ensure
that the employee wears high-visibility safety apparel that is readily visible under all conditions of use.
47. Subsection 8.12(1) of the Regulations is replaced by the
following:
8.12 (1) A record of all protection equipment provided by the
employer shall be kept by the employer in the work place in
which the equipment is located for a period of two years after the
day on which the equipment ceases to be used.
48. The Regulations are amended by adding the following
after section 9.1:
INSTRUCTIONS AND TRAINING
9.1.1 An employer shall provide every employee with instructions and training in the safe and proper inspection, maintenance
and use of all hand tools that he or she is required to use and in
the safe and proper handling of all materials that he or she is required to handle.
49. Section 9.4 of the Regulations is repealed.
50. Subparagraph 10.2(b)(i) of the English version of the
Regulations is replaced by the following:
(i) be ignited by hot exhaust pipes or other hot or sparking
parts, or
51. Section 10.3 of the Regulations is replaced by the
following:
10.3 (1) Rolling stock shall be fitted with a roof or other structure that protects the operator from exposure to any weather condition that is likely to be hazardous to the operator’s health or
safety.
(2) If heat that is produced by self-propelled rolling stock may
raise the temperature in the operator’s compartment or position
to 27°C or higher, measured 1 m above the floor in the centre of
the compartment, the compartment or position shall be protected
from the heat by an insulated barrier.
Gazette du Canada Partie I
899
en oxygène, l’employeur fournit un dispositif de protection des
voies respiratoires qui figure dans la publication du National
Institute for Occupational Safety and Health des États-Unis, intitulée Certified Equipment List, compte tenu de ses modifications
successives.
(2) Le choix, l’ajustement, l’entretien et l’utilisation du dispositif de protection des voies respiratoires doivent être conformes à
la norme CAN/CSA-Z94.4-F11 de la CSA, intitulée Choix, utilisation et entretien des appareils de protection respiratoire,
compte tenu de ses modifications successives.
(3) L’air fourni au moyen du dispositif de protection des voies
respiratoires doit être conforme à la norme CAN/CSA-Z180.1F13 de la CSA, intitulée Air comprimé respirable et systèmes
connexes, compte tenu de ses modifications successives.
45. Le passage de l’article 8.10 de la version française du
même règlement précédant l’alinéa a) est remplacé par ce qui
suit :
8.10 Lorsque, dans un lieu de travail, il y a risque de blessures
à la peau ou de maladies transmises à la peau, par contact avec
celle-ci ou à travers elle, l’employeur fournit à toute personne à
qui il permet l’accès au lieu de travail :
46. Le même règlement est modifié par adjonction, après
l’article 8.11, de ce qui suit :
PROTECTION CONTRE LES VÉHICULES EN MOUVEMENT
8.11.1 L’employeur veille à ce que l’employé porte des vêtements de sécurité à haute visibilité qui sont facilement visibles
dans toutes les conditions d’utilisation si l’employé est régulièrement exposé au risque de heurt avec des véhicules en mouvement
pendant son travail.
47. Le paragraphe 8.12(1) du même règlement est remplacé
par ce qui suit :
8.12 (1) L’employeur tient un registre de l’équipement de protection qu’il fournit et le conserve au lieu de travail où se trouve
l’équipement pendant une période de deux ans suivant la date à
laquelle il cesse d’être utilisé.
48. Le même règlement est modifié par adjonction, après
l’article 9.1, de ce qui suit :
FORMATION ET ENTRAÎNEMENT
9.1.1 L’employeur offre à chaque employé de la formation
et de l’entraînement sur la façon appropriée et sécuritaire d’inspecter, d’entretenir et d’utiliser tous les outils à main — et de
manutentionner les matériaux — qu’il doit manipuler.
49. L’article 9.4 du même règlement est abrogé.
50. Le sous-alinéa 10.2b)(i) de la version anglaise du même
règlement est remplacé par ce qui suit :
(i) be ignited by hot exhaust pipes or other hot or sparking
parts, or
51. L’article 10.3 du même règlement est remplacé par ce
qui suit :
10.3 (1) Le matériel roulant doit être muni d’un toit ou d’une
autre structure pour protéger le conducteur des intempéries qui sont
susceptibles de présenter un risque pour sa santé ou sa sécurité.
(2) Si la chaleur produite par le matériel roulant automoteur
peut faire monter la température à l’intérieur de la cabine ou du
poste du conducteur à 27 °C ou plus, mesurée à 1 m du sol au
centre de la cabine, la cabine ou le poste doit être protégé contre
la chaleur par une cloison isolante.
900
Canada Gazette Part I
52. Section 10.6 of the Regulations is amended by striking
out “and” at the end of paragraph (a), by adding “and” at the
end of paragraph (b) and by adding the following after paragraph (b):
(c) operate automatically if the operator is incapacitated.
53. Section 10.7 of the Regulations is replaced by the
following:
10.7 Self-propelled rolling stock that is electrically powered
shall be designed and maintained to protect employees from electrical shock.
54. Section 10.8 of the Regulations is renumbered as subsection 10.8(1) and is amended by adding the following:
(2) Rolling stock that is operated by a controller shall be
equipped with a system that is capable of initiating an emergency
stop.
55. The heading before section 10.9 of the Regulations is
replaced by the following:
Self-propelled Rolling Stock Used to Transport Passengers
56. The Regulations are amended by adding the following
after section 10.9:
10.9.1 Self-propelled rolling stock that is used for transporting
passengers shall be fitted with emergency windows and with
retro-reflective exterior signs and phosphorescent interior signs
that clearly indicate the location of each emergency exit.
57. Subsection 10.12(1) of the Regulations is replaced by the
following:
10.12 (1) An employer shall provide every operator of selfpropelled rolling stock with instruction and training in the procedures to be followed for its safe and proper use.
(1.1) If an employer requires an operator to inspect or fuel rolling stock, the employer shall provide the operator with instruction
and training in the procedures to be followed for its safe and
proper inspection or fuelling, as the case may be.
58. Section 10.18 of the Regulations is replaced by the
following:
10.18 An employer shall ensure that if an employee fuels rolling stock in a work place, he or she does the fuelling in accordance with the instruction and training referred to in subsection 10.12(1.1) in a place where the vapours from the fuel are
readily dissipated.
59. Subsection 10.20(2) of the Regulations is replaced by the
following:
(2) An employee shall store and place materials, goods and
other things in rolling stock in such a manner that
(a) the distribution of light is not reduced;
(b) there is no obstruction or encroachment of exits, corridors
or other passageways;
(c) the safe operation of the rolling stock is not impeded;
(d) the ready access to or operation of portable fire fighting
equipment is not interfered with;
(e) the operation of fixed fire fighting equipment is not interfered with; and
(f) there is no hazard to the health or safety of any employee.
April 12, 2014
52. L’article 10.6 du même règlement est modifié par adjonction, après l’alinéa b), de ce qui suit :
c) fonctionnent automatiquement en cas d’incapacité du
conducteur.
53. L’article 10.7 du même règlement est remplacé par ce
qui suit :
10.7 Le matériel roulant automoteur qui est mû à l’électricité
doit être conçu et entretenu de manière que les employés soient
protégés contre les décharges électriques.
54. L’article 10.8 du même règlement devient le paragraphe 10.8(1) et est modifié par adjonction de ce qui suit :
(2) Le matériel roulant actionné par un contrôleur doit être
muni d’un mécanisme qui est capable de commander l’arrêt
d’urgence.
55. L’intertitre précédant l’article 10.9 du même règlement
est remplacé par ce qui suit :
Matériel roulant automoteur — transport des passagers
56. Le même règlement est modifié par adjonction, après
l’article 10.9, de ce qui suit :
10.9.1 Le matériel roulant automoteur servant au transport des
passagers doit être muni de fenêtres de secours ainsi que de matériel de signalisation extérieure rétroréfléchissant et de signalisation intérieure phosphorescent indiquant clairement l’emplacement de chaque issue de secours.
57. Le paragraphe 10.12(1) du même règlement est remplacé par ce qui suit :
10.12 (1) L’employeur offre à chaque conducteur de matériel
roulant automoteur la formation et l’entraînement sur la façon
appropriée et sécuritaire d’utiliser le matériel roulant.
(1.1) Si l’employeur exige du conducteur qu’il fasse l’inspection du matériel roulant ou qu’il l’approvisionne en carburant, il
lui offre la formation et l’entraînement sur la façon appropriée et
sécuritaire de l’inspecter ou de l’approvisionner en carburant,
selon le cas.
58. L’article 10.18 du même règlement est remplacé par ce
qui suit :
10.18 L’employeur veille à ce que l’employé qui approvisionne
en carburant le matériel roulant dans un lieu de travail le fasse
conformément à la formation et à l’entraînement visés au paragraphe 10.12(1.1), dans un endroit où les vapeurs du carburant se
dissipent rapidement.
59. Le paragraphe 10.20(2) du même règlement est remplacé par ce qui suit :
(2) L’employé entrepose et place à bord du matériel roulant les
matériaux, marchandises et autres objets de manière que :
a) l’éclairage ne soit pas réduit;
b) les sorties, couloirs ou autres passages ne soient pas obstrués
ni encombrés;
c) l’utilisation sécuritaire du matériel roulant ne soit pas
compromise;
d) l’accès immédiat au matériel portatif de lutte contre les incendies et son utilisation ne soient pas entravés;
e) l’utilisation de dispositifs fixes de lutte contre les incendies
ne soit pas entravée;
f) il n’en résulte pas de risque pour la santé ou la sécurité des
employés.
Le 12 avril 2014
60. Section 11.2 of the Regulations is replaced by the
following:
11.2 The employee’s report of every accident or other occurrence arising in the course of their work that has caused injury to
the employee or to any other person shall be made to the employer without delay, either orally or in writing.
61. (1) Section 11.3 of the Regulations is renumbered as
subsection 11.3(1) and the portion before paragraph (a) is
replaced by the following:
11.3 (1) If an employer becomes aware of an accident, occupational disease or other hazardous occurrence that affects an employee in the course of their work, the employer shall without
delay
(2) Paragraph 11.3(1)(c) of the Regulations is replaced by
the following:
(c) report the occurrence and the name of the person appointed
to investigate it to the work place committee or the health and
safety representative.
(3) Section 11.3 of the Regulations is amended by adding
the following after subsection (1):
(2) If the hazardous occurrence referred to in subsection (1) is
an accident that involves a motor vehicle on a public road and
that is investigated by a police authority,
(a) the investigation shall be carried out by obtaining from that
police authority a copy of its report respecting the accident; and
(b) as soon as practicable after receipt of the report, the employer shall provide a copy of the report to the work place
committee or the health and safety representative.
62. The portion of section 11.4 of the Regulations before
paragraph (a) is replaced by the following:
11.4 An employer shall report the date, time, location and nature of any accident, occupational disease or other hazardous occurrence referred to in subsection 11.3(1) by telephone to a health
and safety officer at the national office as soon as practicable but
not later than 24 hours after becoming aware of the occurrence, if
the occurrence results in
63. Section 11.7 of the Regulations is replaced by the
following:
11.7 (1) An employer shall make a report in writing, without
delay, in the form set out in Schedule I to this Part setting out the
information that is required by that form, including the results of
the investigation referred to in paragraph 11.3(1)(b), if that investigation discloses that the hazardous occurrence resulted in any
one of the following circumstances:
(a) the death of an employee;
(b) a disabling injury to an employee;
(c) an electric shock, toxic atmosphere or oxygen deficient atmosphere that caused an employee to lose consciousness;
(d) the implementation of rescue, revival or other similar emergency procedures;
(e) a fire or an explosion.
(2) The employer shall submit a copy of the report referred to
in subsection (1)
(a) without delay, to the work place committee or the health
and safety representative; and
(b) within 14 days after the hazardous occurrence, to a health
and safety officer at the national office.
Gazette du Canada Partie I
901
60. L’article 11.2 du même règlement est remplacé par ce
qui suit :
11.2 Le signalement par un employé de tout accident ou autre
fait ayant causé, dans le cadre de son travail, une blessure à luimême ou à une autre personne doit être fait à l’employeur sans
délai, de vive voix ou par écrit.
61. (1) L’article 11.3 du même règlement devient le paragraphe 11.3(1) et le passage précédant l’alinéa a) est remplacé
par ce qui suit :
11.3 (1) L’employeur qui prend connaissance d’une situation
comportant des risques — notamment d’accident ou de maladie
professionnelle — pour un employé dans le cadre de son travail
doit sans délai :
(2) L’alinéa 11.3(1)c) du même règlement est remplacé par
ce qui suit :
c) signaler au comité local ou au représentant la situation comportant des risques et le nom de la personne nommée pour faire
enquête.
(3) L’article 11.3 du même règlement est modifié par adjonction, après le paragraphe (1), de ce qui suit :
(2) Lorsque la situation est un accident mettant en cause un véhicule automobile sur une voie publique et qu’elle fait l’objet
d’une enquête par une autorité policière :
a) l’enquête est faite par l’obtention auprès de l’autorité policière d’un exemplaire du rapport établi concernant l’accident;
b) aussitôt que possible après avoir reçu le rapport, l’employeur
remet un exemplaire au comité local ou au représentant.
62. Le passage de l’article 11.4 du même règlement précédant l’alinéa a) est remplacé par ce qui suit :
11.4 L’employeur fait rapport à un agent de santé et de sécurité
du bureau national, par téléphone, de la date, de l’heure, du lieu et
de la nature de tout accident, maladie professionnelle ou autre
situation comportant des risques visée au paragraphe 11.3(1) aussitôt que possible dans les vingt-quatre heures après avoir eu
connaissance de la situation, si celle-ci a entraîné l’une des conséquences suivantes :
63. L’article 11.7 du même règlement est remplacé par ce
qui suit :
11.7 (1) L’employeur rédige sans délai en la forme établie à
l’annexe I de la présente partie un rapport qui comprend les renseignements qui y sont demandés, ainsi que les conclusions de
l’enquête visée à l’alinéa 11.3(1)b) lorsque l’enquête révèle que la
situation comportant des risques a entraîné l’une des conséquences suivantes :
a) la mort d’un employé;
b) une blessure invalidante à un employé;
c) l’évanouissement d’un employé causé par une décharge
électrique ou par l’exposition à des gaz toxiques ou à de l’air à
faible teneur en oxygène;
d) la nécessité de recourir à des mesures de sauvetage ou de réanimation ou à toute autre mesure d’urgence semblable;
e) un incendie ou une explosion.
(2) L’employeur présente un exemplaire du rapport :
a) sans délai au comité local ou au représentant;
b) dans les quatorze jours après que s’est produite la situation,
à un agent de santé et de sécurité du bureau national.
902
Canada Gazette Part I
April 12, 2014
11.7.1 Lorsque l’accident visé au paragraphe 11.3(2) a entraîné
l’une des conséquences visées au paragraphe 11.7(1), l’employeur
présente, dans les quatorze jours suivant la réception du rapport
de police concernant l’accident, un exemplaire de ce rapport à un
agent de santé et de sécurité du bureau national.
64. L’article 11.8 du même règlement est remplacé par ce
qui suit :
11.8 Au plus tard le 1er mars de chaque année, l’employeur présente au ministre un rapport écrit, établi en la forme prévue à
l’annexe III de la présente partie, indiquant le nombre d’accidents, de maladies professionnelles et autres situations comportant des risques dont il a connaissance et qui ont touché ses employés dans le cadre de leur travail au cours de la période de
douze mois se terminant le 31 décembre précédent.
65. L’article 11.9 du même règlement est remplacé par ce
qui suit :
11.9 L’employeur conserve :
a) d’une part, un exemplaire de chacun des rapports présentés
conformément aux articles 11.7.1 ou 11.8 pendant une période
de dix ans suivant la date de leur présentation à l’agent de santé
et de sécurité ou au ministre;
b) d’autre part, un exemplaire des registres ou rapports visés à
l’article 11.5 et aux paragraphes 11.6(1) et 11.7(1) pendant une
période de dix ans suivant la date où s’est produite la situation
comportant des risques.
66. L’annexe I de la partie XI du même règlement est remplacée par ce qui suit :
11.7.1 If an accident referred to in subsection 11.3(2) results in
a circumstance referred to in subsection 11.7(1), the employer
shall, within 14 days after the receipt of the police report respecting the accident, submit a copy of that report to a health and
safety officer at the national office.
64. Section 11.8 of the Regulations is replaced by the
following:
11.8 An employer shall, not later than March 1 in each year,
submit a written report to the Minister, in the form set out in
Schedule III to this Part, setting out the number of accidents, occupational diseases and other hazardous occurrences of which the
employer is aware that affected any employee in the course of
their work during the 12-month period ending on December 31 of
the preceding year.
65. Section 11.9 of the Regulations is replaced by the
following:
11.9 The employer shall keep a copy of
(a) each report submitted under section 11.7.1 or 11.8 for a period of 10 years after the day on which the report is submitted to
a health and safety officer or the Minister; and
(b) the record or report referred to in section 11.5 or subsection 11.6(1) or 11.7(1) for a period of 10 years after the day on
which the hazardous occurrence occurred.
66. Schedule I to Part XI of the Regulations is replaced by
the following:
SCHEDULE I / ANNEXE I
(Section 11.7 / article 11.7)
HAZARDOUS OCCURRENCE INVESTIGATION REPORT
RAPPORT D’ENQUÊTE DE SITUATION COMPORTANT DES RISQUES
1. TYPE OF OCCURRENCE / GENRE DE SITUATION
□ Death / Mort
□ Loss of consciousness / Évanouissement
□ Disabling injury / Blessure invalidante
□ Fire or explosion / Incendie ou explosion
□ Rescue, revival or other similar emergency procedures / Mesures de sauvetage ou de réanimation ou toute autre mesure d’urgence
semblable
2. Employer’s name and mailing address / Nom et adresse postale de
l’employeur
Postal code / Code postal
Telephone number / Numéro de téléphone
Site of hazardous occurrence / Lieu de la situation comportant
des risques
Date and time of hazardous occurrence / Date et heure
de la situation comportant des risques
Weather / Conditions météorologiques
Witnesses / Témoins
Supervisor’s name / Nom du surveillant
Le 12 avril 2014
Gazette du Canada Partie I
903
HAZARDOUS OCCURRENCE INVESTIGATION REPORT — Continued
RAPPORT D’ENQUÊTE DE SITUATION COMPORTANT DES RISQUES (suite)
3. Description of what happened / Description des circonstances
Brief description and estimated cost of property damage / Description sommaire et coût estimatif des dommages matériels
4. Injured employee’s name (if applicable) / Nom de
l’employé blessé (s’il y a lieu)
Age / Âge
Occupation / Profession
Years of experience in occupation / Nombre
d’années d’expérience dans la profession
Description of injury / Description de la blessure
Sex / Sexe
Direct cause of injury / Cause directe
de la blessure
Was training in accident prevention given to the injured employee in relation to duties performed at the time of the hazardous
occurrence? / L’employé blessé a-t-il reçu une formation en prévention des accidents relativement aux fonctions qu’il exerçait au
moment de la situation comportant des risques?
□ Yes / Oui □ No / Non
Specify / Préciser
5. Direct causes of hazardous occurrence / Causes directes de la situation comportant des risques
6. Corrective measures and date employer will implement / Mesures correctives qui seront appliquées par l’employeur et date de leur
mise en œuvre
Reasons for not taking corrective measures / Raisons pour ne pas prendre de mesures correctives
Supplementary preventive measures / Autres mesures de prévention
7. Name of person investigating / Nom de la personne faisant
l’enquête
Signature
Title / Titre
Telephone number / Numéro de téléphone
Date
8.Work place committee’s or health and safety representative’s comments / Observations du comité local ou du représentant
Work place committee member’s or health and safety
representative’s name / Nom du membre du comité local ou
du représentant
Signature
Title / Titre
Telephone number / Numéro de téléphone
Date
904
Canada Gazette Part I
67. Schedule II to Part XI of the Regulations is repealed.
April 12, 2014
PART XII
67. L’annexe II de la partie XI du même règlement est
abrogée.
68. La partie XII du même règlement est remplacée par ce
qui suit :
PARTIE XII
FIRST AID
PREMIERS SOINS
68. Part XII of the Regulations is replaced by the following:
INTERPRETATION
DÉFINITIONS
12.1 The following definitions apply in this Part.
“approved organization” means an organization that is approved
by any province for the teaching of first aid. (organisme agréé)
“first aid certificate” means the certificate issued by either a
qualified person or the organization that developed the training,
as the case may be, for successful completion of a first aid course
of at least one day that includes the subjects set out in subsection 12.7(1). (certificat de secourisme)
“first aid station” means a place at which first aid supplies or
equipment are stored. (poste de secours)
12.1 Les définitions qui suivent s’appliquent à la présente partie.
« certificat de secourisme » Certificat décerné par une personne
qualifiée ou l’organisme qui a élaboré la formation, selon le cas,
attestant la réussite d’un cours d’au moins une journée sur les
premiers soins portant notamment sur les sujets visés au paragraphe 12.7(1). (first aid certificate)
« organisme agréé » Organisme agréé par une province pour donner des cours de secourisme. (approved organization)
« poste de secours » Lieu dans lequel les fournitures et le matériel
de premiers soins sont emmagasinés. (first aid station)
FIRST AID STATIONS
POSTES DE SECOURS
12.2 (1) An employer shall ensure that there is at least one first
aid station located in every work place and that every first aid
station is clearly identified by a conspicuous sign and is readily
available and accessible during all working hours.
(2) The employer shall inspect every first aid station at least
monthly and ensure that its contents are maintained in a clean, dry
and serviceable condition.
12.2 (1) L’employeur veille à ce que chaque lieu de travail
comporte au moins un poste de secours et à ce que chacun d’entre
eux soit clairement indiqué au moyen d’une affiche bien en vue et
soit facilement accessible durant les heures de travail.
(2) L’employeur procède à l’inspection de tout poste de secours
au moins une fois par mois et veille à ce que le contenu de chacun
soit tenu propre, sec et en état d’utilisation.
COMMUNICATION OF INFORMATION
COMMUNICATION DE L’INFORMATION
12.3 The employer shall post and keep posted, or have readily
available, in a conspicuous place accessible to every employee in
each work place
(a) a description of the first aid to be rendered for any injury,
illness or occupational disease;
(b) the location of first aid stations;
(c) near the telephones, an up-to-date list of emergency telephone numbers; and
(d) transport procedures for employees who have an injury, illness or occupational disease.
12.3 Dans chaque lieu de travail, l’employeur affiche en permanence ou tient à la disposition des employés, à un endroit bien
en vue :
a) la description des premiers soins à donner en cas de blessures, de maladies professionnelles ou d’autres maladies;
b) une indication de l’emplacement des postes de secours;
c) près des téléphones, la liste à jour des numéros à composer
en cas d’urgence;
d) la façon de procéder pour transporter les employés qui ont une
blessure, une maladie professionnelle ou une autre maladie.
FIRST AID SUPPLIES AND EQUIPMENT
FOURNITURES ET MATÉRIEL DE PREMIERS SOINS
12.4 (1) The employer shall provide, for every first aid station,
a first aid kit that includes the first aid supplies and equipment set
out in the schedule to this Part and shall replenish the kit.
12.4 (1) Pour chaque poste de secours, l’employeur fournit
une trousse de secours qui inclut les fournitures et le matériel
de premiers soins prévus à l’annexe de la présente partie et la
réapprovisionne.
(2) Les médicaments ne peuvent être conservés dans les trousses de secours.
12.5 (1) Lorsqu’il y a risque de blessures à la peau ou aux yeux
dû à la présence d’une substance dangereuse dans un lieu de travail, l’employeur veille à ce que des bains oculaires et des douches soient facilement accessibles aux employés.
(2) S’il n’est pas possible de se conformer au paragraphe (1),
l’employeur fournit l’équipement portatif nécessaire, lequel peut
remplacer les bains oculaires et les douches.
(3) Si, en raison de conditions météorologiques difficiles ou
exceptionnelles, il n’est pas possible de se conformer au paragraphe (1) ou (2), l’employeur fourni aux employés susceptibles
d’être exposés à la substance dangereuse de l’équipement de protection individuelle.
(2) Medication shall not be stored in first aid kits.
12.5 (1) If there is a hazard of skin or eye injury because of the
presence of a hazardous substance in a work place, the employer
shall ensure that shower and eye-wash facilities are readily available and accessible to employees.
(2) If it is not practicable to comply with subsection (1), the
employer shall provide portable equipment that may be used instead of shower and eye-wash facilities.
(3) If, due to adverse or extreme weather conditions, it is not
practicable to comply with subsection (1) or (2), the employer
shall provide personal protection equipment to all employees who
are likely to be exposed to the hazardous substance.
Le 12 avril 2014
Gazette du Canada Partie I
EMERGENCY TRANSPORTATION
12.6 Before assigning employees to a work place, the employer
shall
(a) ensure that, for that work place, there is an ambulance service or other suitable means of transporting an employee who
has an injury, illness or occupational disease to a hospital,
medical clinic or physician’s office, at which emergency medical treatment can be dispensed; and
(b) provide for that work place a means of quickly summoning the ambulance service or other suitable means of
transportation.
905
TRANSPORT D’URGENCE
12.6 Avant d’assigner les employés à un lieu de travail :
a) l’employeur veille à ce qu’il existe pour ce lieu de travail un
service d’ambulance ou un autre moyen approprié permettant
de transporter un employé qui a une blessure, une maladie professionnelle ou une autre maladie à un hôpital, clinique médicale ou cabinet de médecin où des soins d’urgence peuvent être
dispensés;
b) il fournit pour ce lieu de travail un moyen permettant
d’alerter rapidement le service d’ambulance ou l’autre service
de transport approprié.
TRAINING
FORMATION
12.7 (1) An employer shall provide their employees with a oneday first aid course that includes the following subjects and that is
given by a qualified person who holds a valid certification from
an approved organization attesting that the person is competent to
deliver first aid training:
(a) the provision of basic first aid and the employee’s role and
obligations in relation to basic first aid;
(b) emergency scene management, including anti-contamination
procedures;
(c) cardiopulmonary resuscitation;
(d) medical emergencies;
(e) shock and unconsciousness; and
(f) wounds and bleeding.
(2) An employer shall ensure that all employees hold a valid
first aid certificate.
(3) First aid certificates are, for the purposes of this Part, valid
for a maximum of three years from the date of issue.
12.7 (1) L’employeur offre à ses employés un cours d’une
journée sur les premiers soins qui porte notamment sur les sujets
ci-après et qui est donné par une personne qualifiée qui est titulaire d’une attestation d’un organisme agréé portant qu’elle est
apte à donner une formation en secourisme :
a) l’administration des premiers soins élémentaires et le rôle et
les obligations de l’employé relativement à ces soins;
b) la gestion du lieu de l’incident, y compris les mesures visant
à éviter la contamination;
c) la réanimation cardiorespiratoire;
d) les urgences médicales;
e) le choc et l’évanouissement;
f) les blessures et saignements.
(2) L’employeur veille à ce que l’ensemble du personnel ait un
certificat de secourisme valide.
(3) Les certificats de secourisme sont, pour l’application de la
présente partie, valides pour une période maximale de trois ans à
compter de la date de leur délivrance.
RECORDS
REGISTRE
12.8 (1) An employee who renders first aid in accordance with
this Part shall
(a) enter the following information in a first aid record:
(i) the date and time that the injury, illness or occupational
disease is reported,
(ii) the full name of the employee who received first aid,
(iii) the date on which, and the time and location at which,
the first aid was rendered,
(iv) a brief description of the injury, illness or occupational
disease,
(v) a brief description of the first aid rendered,
(vi) a brief description of the arrangements made for the
treatment or transportation of the employee who received
first aid, and
(vii) the names of witnesses, if applicable;
(b) sign the first aid record beneath the information entered;
and
(c) store the first aid record in the first aid kit.
(2) The employer shall keep the first aid record for a period of
two years beginning on the day of the last entry.
(3) Persons who have access to first aid records shall keep the
information that is contained in the records confidential, except as
required for the purposes of meeting reporting obligations under
Part XI.
(4) On receiving a written request from a workers’ compensation authority for the province where the work place is located
12.8 (1) L’employé qui donne des premiers soins prévus par la
présente partie :
a) consigne dans un registre de premiers soins les renseignements suivants :
(i) les date et heure auxquelles la blessure, la maladie professionnelle ou l’autre maladie a été signalée,
(ii) les nom et prénom de l’employé soigné,
(iii) les date et heure auxquelles les premiers soins ont été
donnés ainsi que le lieu où ils l’ont été,
(iv) une brève description de la blessure, de la maladie professionnelle ou de l’autre maladie,
(v) une brève description des premiers soins donnés,
(vi) une brève description des arrangements pris pour traiter
ou transporter l’employé soigné,
(vii) les noms des témoins, le cas échéant;
b) signe le registre en-dessous des renseignements consignés;
c) place le registre dans la trousse de premiers soins.
(2) L’employeur conserve le registre pendant une période de
deux ans à compter de la date de la dernière inscription.
(3) Les personnes qui ont accès aux registres de premiers soins
doivent respecter la confidentialité des renseignements qu’ils contiennent, sauf dans les cas où il y a obligation de faire rapport en
vertu de la partie XI.
(4) Sur demande écrite d’une commission d’indemnisation des
travailleurs de la province où est situé le lieu de travail ou d’un
906
Canada Gazette Part I
April 12, 2014
or from a physician, the employer shall provide an employee
with a copy of the first aid record pertaining to the employee’s
treatment.
(5) The employer shall keep a record of the expiry date of each
employee’s first aid certificate and shall make the record readily
available to them.
médecin, l’employeur fournit à l’employé une copie du registre
de premiers soins faisant état des traitements que celui-ci a reçus.
(5) L’employeur tient un registre de la date d’expiration du certificat de secourisme des employés et le rend facilement accessible à ceux-ci.
SCHEDULE
(Section 12.4)
ANNEXE
(article 12.4)
FIRST AID SUPPLIES AND EQUIPMENT
FOURNITURES ET MATÉRIEL DE PREMIERS SOINS
Column I
Column II
Item
Supplies and Equipment
Quantity
1.
Antiseptic — wound solution, 60 ml or antiseptic swabs
(10 pack)
Applicator for antiseptic — disposable (10 pack) (not
needed if antiseptic swabs provided)
Bag — disposable, emesis
Bandages — adhesive strips (12 pack)
Bandages — gauze 2.5 cm × 4.5 m
Bandages — 100 cm × 100 cm × 140 cm triangular —
and 2 pins
Emergency blanket — pocket size or conventional type
First aid record (section 12.8)
First aid kit container
Dressing: compress, sterile, 7.5 cm × 12 cm
Dressings: gauze, sterile 7.5 cm × 7.5 m
Forceps: splinter
Gloves: disposable
First aid manual — English — current edition
First aid manual — French — current edition
Pad with shield or tape for eye
Safety pins (card of 10)
Scissors
Tape — adhesive, surgical 2.5 cm × 4.6 m
Mouth-to-mouth resuscitation mask with one-way valve
1
1
2.
1
1
2
2
3.
4.
5.
6.
1
1
1
1
4
1
4
1
1
1
1
1
1
1
7.
8.
9.
10.
11.
12.
13.
14.
15.
16.
17.
18.
19.
20.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
11.
12.
13.
14.
15.
16.
17.
18.
19.
20.
Colonne I
Colonne II
Article
Fournitures et matériel
Quantité
1.
Antiseptique — solution contre les blessures, 60 ml ou
tampons antiseptiques (paquet de 10)
Porte-coton jetables (paquet de 10) (pas nécessaires si
des tampons antiseptiques sont fournis)
Sac jetable pour vomissement
Pansements adhésifs (paquet de 12)
Bandages de gaze, 2,5 cm × 4,5 m
Bandages triangulaires de 100 cm × 100 cm × 140 cm
et 2 épingles
Couverture d’urgence : petit format ou ordinaire
Registre de premiers soins (article 12.8)
Contenant — trousse de premiers soins
Pansement — compresse stérile, 7,5 cm × 12 cm
Pansements — gaze stérile, 7,5 cm × 7,5 m
Pince à échardes
Gants jetables
Manuel de secourisme, en anglais, dernière édition
Manuel de secourisme, en français, dernière édition
Tampon pour les yeux avec protecteur ou ruban adhésif
Épingles de sûreté, 1 carte de 10
Ciseaux
Ruban adhésif chirurgical, 2,5 cm × 4,6 m
Masque de respiration artificielle bouche-à-bouche avec
valve antireflux
1
1
1
1
2
2
1
1
1
1
4
1
4
1
1
1
1
1
1
1
69. Sections 13.1 to 13.3 of the Regulations are replaced by
the following:
13.1 In this Part, “NFPA standard” means the 2010 edition of
the United States National Fire Protection Association publication
entitled NFPA 10: Standard for Portable Fire Extinguishers.
69. Les articles 13.1 à 13.3 du même règlement sont remplacés par ce qui suit :
13.1 Dans la présente partie, « norme NFPA » s’entend de la
publication de 2010 de la National Fire Protection Association
des États-Unis intitulée NFPA 10: Standard for Portable Fire
Extinguishers.
FIRE EXTINGUISHERS
EXTINCTEURS
13.2 (1) An employer shall install at least one portable fire extinguisher in rolling stock, other than rolling stock that is used to
transport freight.
(2) A portable fire extinguisher shall be a multi-purpose dry
chemical extinguisher that
(a) complies with the NFPA standard; and
(b) has a rating of not less than 40-B:C if it is located in a
locomotive and of not less than 2-A:30-B:C if it is located in
any other work place.
13.3 An employer shall ensure that a portable fire extinguisher
referred to in section 13.2 is
(a) installed, inspected, used, maintained, repaired and tested in
accordance with the NFPA standard;
13.2 (1) L’employeur installe au moins un extincteur portatif
sur le matériel roulant, autre que celui utilisé pour le transport des
marchandises.
(2) L’extincteur portatif doit être un extincteur à poudre polyvalente et posséder les caractéristiques suivantes :
a) il est conforme à la norme NFPA;
b) il est de catégorie minimale 40-B :C lorsque l’extincteur se trouve dans la locomotive et de catégorie minimale 2-A :30-B :C, pour les autres lieux de travail.
13.3 L’employeur veille à ce que l’extincteur portatif visé à
l’article 13.2 soit :
a) installé, inspecté, utilisé, entretenu, réparé et mis à l’essai
conformément à la norme NFPA;
Le 12 avril 2014
Gazette du Canada Partie I
(b) mounted in brackets that are designed to ensure that its
functioning is not impaired by vibration, jolting or uneven
movement; and
(c) located so that it is readily accessible.
70. Sections 13.5 and 13.6 of the Regulations are replaced
by the following:
13.6 A person who performs an inspection in accordance with
paragraph 13.3(a) shall date and sign a record of the inspection
and the employer shall keep the record in the rolling stock to
which it applies for a period of two years from the day on which
it is signed.
71. The portion of subsection 13.7(1) of the Regulations before paragraph (b) is replaced by the following:
13.7 (1) An employer shall, after consulting with the work
place committee or the health and safety representative, prepare
emergency procedures to be implemented
(a) if any person commits or threatens to commit an act that is
likely to be hazardous to the health or safety of the employer or
any employees;
72. The Regulations are amended by adding the following
after section 13.9:
PART XIV
907
b) monté au moyen de fixations conçues de façon à ce que l’extincteur portatif ne soit pas affecté par des vibrations, des soubresauts ou des mouvements irréguliers;
c) placé de façon à être facilement accessible.
70. Les articles 13.5 et 13.6 du même règlement sont remplacés par ce qui suit :
13.6 Toute personne qui effectue une inspection conformément
à l’alinéa 13.3a) date et signe un registre à cet effet, que l’employeur conserve dans le matériel roulant visé, pour une période
de deux ans à compter de la date de la signature du registre.
71. Le passage du paragraphe 13.7(1) du même règlement
précédant l’alinéa b) est remplacé par ce qui suit :
13.7 (1) Après avoir consulté le comité local ou le représentant,
l’employeur établit les procédures d’urgence à suivre :
a) lorsque quelqu’un commet ou menace de commettre un acte
qui est susceptible de présenter un risque pour la santé ou la sécurité de l’employeur ou de l’un de ses employés;
72. Le même règlement est modifié par adjonction, après
l’article 13.9, de ce qui suit :
PARTIE XIV
HAZARD PREVENTION PROGRAM
PROGRAMME DE PRÉVENTION DES RISQUES
14. Despite section 1.4 of the Canada Occupational Health and
Safety Regulations, Part XIX of those Regulations applies in respect of employees on trains while in operation and in respect of
all persons granted access to such trains by the employer, with the
following modifications:
(a) the reference to “section 15.3” in paragraphs 19.3(1)(e),
19.4(f) and 19.6(1)(c) is to be read as a reference to section 11.2 of these Regulations; and
(b) the reference to “these Regulations” in paragraph 19.6(1)(d)
is to be read as a reference to these Regulations.
14. Malgré l’article 1.4 du Règlement canadien sur la santé et
la sécurité au travail, la partie XIX de ce règlement s’applique,
avec les modifications ci-après, à l’égard des employés se trouvant à bord de trains en service et à l’égard des personnes à qui
l’employeur en permet l’accès :
a) la mention « article 15.3 » aux alinéas 19.3(1)e), 19.4f) et
19.6(1)c) vaut mention de l’article 11.2 du présent règlement;
b) la mention « présent règlement » à l’alinéa 19.6(1)d) vaut
mention du présent règlement.
PART XV
PARTIE XV
VIOLENCE PREVENTION IN
THE WORK PLACE
PRÉVENTION DE LA VIOLENCE
DANS LE LIEU DE TRAVAIL
15. Despite section 1.4 of the Canada Occupational Health and
Safety Regulations, Part XX of those Regulations applies in
respect of employees on trains while in operation and in respect
of all persons granted access to such trains by the employer.
73. The Regulations are amended by replacing “safety and
health” and “safety or health” with “health and safety” and
“health or safety”, respectively, in the following provisions:
(a) subsection 5.2(1);
(b) paragraph 7.20(1)(b);
(c) section 8.2;
(d) section 8.11; and
(e) paragraph 10.2(a) and subparagraph 10.2(b)(ii).
15. Malgré l’article 1.4 du Règlement canadien sur la santé et
la sécurité au travail, la partie XX de ce règlement s’applique à
l’égard des employés se trouvant à bord de trains en service et à
l’égard des personnes à qui l’employeur en permet l’accès.
73. Dans les passages ci-après du même règlement, « la sécurité et la santé » et « la sécurité ou la santé » sont respectivement remplacées par « la santé et la sécurité » et « la santé
ou la sécurité » :
a) le paragraphe 5.2(1);
b) l’alinéa 7.20(1)b);
c) l’article 8.2;
d) l’article 8.11;
e) l’alinéa 10.2a) et le sous-alinéa 10.2b)(ii).
74. Dans les passages ci-après de la version française du
même règlement, « hasardeuse » et « hasardeuses » sont respectivement remplacés par « dangereuse » et « dangereuses » :
a) l’alinéa 6.29a);
b) le titre de la partie VII;
74. The French version of the Regulations is amended
by replacing “hasardeuse” and “hasardeuses” with “dangereuse” and “dangereuses”, respectively, in the following
provisions:
(a) paragraph 6.29(a);
(b) the heading of Part VII;
908
Canada Gazette Part I
April 12, 2014
(c) the definitions “fournisseur”, “identificateur du produit” and “renseignements sur les dangers” in section 7.1;
(d) paragraphs 7.3(2)(a) and (b);
(e) section 7.6;
(f) the portion of section 7.7 before paragraph (b);
(g) section 7.8;
(h) section 7.10;
(i) the portion of section 7.15 before paragraph (b) and
paragraph 7.15(c);
(j) the portion of paragraph 7.16(2)(a) before subparagraph (iii), subparagraph 7.16(2)(c)(ii) and paragraphs 7.16(3)(b) and (c);
(k) subparagraph 7.18(1)(b)(i);
(l) the portion of subsection 7.19(2) before paragraph (a);
(m) paragraph 7.20(1)(b);
(n) the heading of Division II of Part VII;
(o) the portion of section 7.24 before paragraph (a) and
paragraph 7.24(b);
(p) the portion of section 7.25 before paragraph (a);
(q) the portion of section 10.2 before paragraph (a);
(r) paragraph 13.7(1)(b); and
(s) section 13.8.
c) les définitions de « fournisseur », « identificateur du produit » et « renseignements sur les dangers » à l’article 7.1;
d) les alinéas 7.3(2)a) et b);
e) l’article 7.6;
f) le passage de l’article 7.7 précédant l’alinéa b);
g) l’article 7.8;
h) l’article 7.10;
i) le passage de l’article 7.15 précédant l’alinéa b) et l’alinéa 7.15c);
j) le passage de l’alinéa 7.16(2)a) précédant le sousalinéa (iii), le sous-alinéa 7.16(2)c)(ii) et les alinéas 7.16(3)b)
et c);
k) le sous-alinéa 7.18(1)b)(i);
l) le passage du paragraphe 7.19(2) précédant l’alinéa a);
m) l’alinéa 7.20(1)b);
n) le titre de la section II de la partie VII;
o) le passage de l’article 7.24 précédant l’alinéa a) et l’alinéa 7.24b);
p) le passage de l’article 7.25 précédant l’alinéa a);
q) le passage de l’article 10.2 précédant l’alinéa a);
r) l’alinéa 13.7(1)b);
s) l’article 13.8.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
75. These Regulations come into force 90 days after the day
on which they are registered.
75. Le présent règlement entre en vigueur quatre-vingt-dix
jours après la date de son enregistrement.
[15-1-o]
[15-1-o]
Le 12 avril 2014
Gazette du Canada Partie I909
INDEX
Vol. 148, No. 15 — April 12, 2014
(An asterisk indicates a notice previously published.)
COMMISSIONS
Canada Revenue Agency
Income Tax Act
Revocation of registration of charities............................
Canadian Food Inspection Agency
Canadian Food Inspection Agency Act
Notice Amending the Canadian Food Inspection
Agency Fees Notice....................................................
Canadian International Trade Tribunal
Hot-rolled carbon steel plate and high-strength
low-alloy steel plate — Expiry of finding...................
Industrial equipment — Determination..........................
Miscellaneous goods — Determinations........................
Canadian Radio-television and Telecommunications
Commission
Administrative decisions.....................................................
Decisions
2014-153, 2014-154, 2014-156 to 2014-158,
2014-160, 2014-161 and 2014-164.............................
Notice of consultation
2014-162.........................................................................
* Notice to interested parties...............................................
Public Service Commission
Public Service Employment Act
Permission and leave granted (Cowan, Peter James)......
Permission and leave granted (Funiciello, Bronwyn).....
Permission and leave granted (Wellwood, Jason)...........
Permission granted (Marriott, Robert John Stafford).....
819
821
824
822
823
825
826
826
825
827
828
828
829
GOVERNMENT NOTICES
Environment, Dept. of the, and Dept. of Health
Canadian Environmental Protection Act, 1999
Publication of final decision after screening assessment
of three aviation fuel substances — Distillates
(petroleum), sweetened middle,
CAS RN 64741-86-2, Naphtha (petroleum),
sweetened, CAS RN 64741-87-3, and Naphtha
(petroleum), full-range alkylate butane-containing,
CAS RN 68527-27-5 — specified on the Domestic
Substances List (subsection 77(6) of the Canadian
Environmental Protection Act, 1999).......................... 806
GOVERNMENT NOTICES — Continued
Environment, Dept. of the, and Dept. of
Health — Continued
Canadian Environmental Protection Act, 1999 — Continued
Publication of final decision after screening assessment
of three fuel oil substances specified on the
Domestic Substances List — Fuel Oil No. 4,
CAS RN 68476-31-3, Fuel Oil No. 6,
CAS RN 68553-00-4 (subsection 77(6) of the
Canadian Environmental Protection Act, 1999),
and Residual Fuel Oil, CAS RN 68476-33-5
(paragraphs 68(b) and (c) of the Act).......................... 809
Industry, Dept. of
Appointments.................................................................. 811
Notice of Vacancies
National Energy Board [Chairperson and Member]....... 812
National Energy Board [Vice-Chairperson and
Member]...................................................................... 814
MISCELLANEOUS NOTICES
CANADIAN GUILD OF HAIR DESIGN
PROFESSIONALS, surrender of charter........................ 830
Logifem Inc., surrender of charter...................................... 830
PARLIAMENT
House of Commons
* Filing applications for private bills (Second Session,
Forty-First Parliament)................................................ 817
Senate
Royal Assent
Bills assented to.............................................................. 817
PROPOSED REGULATIONS
Aboriginal Affairs and Northern Development,
Dept. of
Family Homes on Reserves and Matrimonial Interests
or Rights Act
Emergency Protection Orders Regulations..................... 832
Employment and Social Development, Dept. of, and
Canada Employment Insurance Commission
Employment Insurance Act
Regulations Amending the Employment Insurance
Regulations................................................................. 856
Human Resources and Skills Development, Dept. of,
and Dept. of Transport
Canada Labour Code
Regulations Amending the On Board Trains
Occupational Safety and Health Regulations............. 867
910
Canada Gazette Part I
INDEX
Vol. 148, no 15 — Le 12 avril 2014
(L’astérisque indique un avis déjà publié.)
AVIS DIVERS
CANADIAN GUILD OF HAIR DESIGN
PROFESSIONALS, abandon de charte.......................... 830
Logifem Inc., abandon de charte......................................... 830
AVIS DU GOUVERNEMENT
Avis de postes vacants
Office national de l’énergie [Président(e) et membre].... 812
Office national de l’énergie [Vice-président(e) et
membre]...................................................................... 814
Environnement, min. de l’, et min. de la Santé
Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999)
Publication de la décision finale après évaluation
préalable de trois carburants aviation — Distillats
moyens (pétrole), adoucis, NE CAS 64741-86-2,
Naphta (pétrole), adouci, NE CAS 64741-87-3, et
Naphta d’alkylation à large intervalle d’ébullition
(pétrole), contenant du butane,
NE CAS 68527-27-5 — inscrits sur la Liste
intérieure [paragraphe 77(6) de la Loi canadienne
sur la protection de l’environnement (1999)]............. 806
Publication de la décision finale après évaluation
préalable de trois mazouts inscrits sur la Liste
intérieure — fuel-oil no 4, NE CAS 68476-31-3,
fuel-oil no 6, NE CAS 68553-00-4
[paragraphe 77(6) de la Loi canadienne sur la
protection de l’environnement (1999)] et fuel-oil
résiduel, NE CAS 68476-33-5 [alinéas 68b) et c)
de la Loi] .................................................................... 809
Industrie, min. de l’
Nominations.................................................................... 811
COMMISSIONS
Agence canadienne d’inspection des aliments
Loi sur l’Agence canadienne d’inspection des aliments
Avis modifiant l’Avis sur les prix de l’Agence
canadienne d’inspection des aliments......................... 821
Agence du revenu du Canada
Loi de l’impôt sur le revenu
Révocation de l’enregistrement d’organismes de
bienfaisance................................................................. 819
April 12, 2014
COMMISSIONS (suite)
Commission de la fonction publique
Loi sur l’emploi dans la fonction publique
Permission accordée (Marriott, Robert John
Stafford)......................................................................
Permission et congé accordés (Cowan, Peter James).....
Permission et congé accordés (Funiciello, Bronwyn).....
Permission et congé accordés (Wellwood, Jason)..........
Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications
canadiennes
* Avis aux intéressés...........................................................
Avis de consultation
2014-162.........................................................................
Décisions
2014-153, 2014-154, 2014-156 à 2014-158, 2014-160,
2014-161 et 2014-164.................................................
Décisions administratives...................................................
Tribunal canadien du commerce extérieur
Équipement industriel — Décision.................................
Produits divers — Décisions...........................................
Tôles d’acier au carbone et tôles d’acier allié résistant
à faible teneur, laminées à chaud — Expiration des
conclusions..................................................................
829
827
828
828
825
826
826
825
822
823
824
PARLEMENT
Chambre des communes
* Demandes introductives de projets de loi privés
(Deuxième session, quarante et unième
législature)................................................................... 817
Sénat
Sanction royale
Projets de loi sanctionnés................................................ 817
RÈGLEMENTS PROJETÉS
Affaires autochtones et du Nord canadien, min. des
Loi sur les foyers familiaux situés dans les réserves et
les droits ou intérêts matrimoniaux
Règlement sur les ordonnances de protection
d’urgence..................................................................... 832
Emploi et du Développement social, min. de l’, et
Commission de l’assurance-emploi du Canada
Loi sur l’assurance-emploi
Règlement modifiant le Règlement sur
l’assurance-emploi...................................................... 856
Ressources humaines et du Développement des
compétences, min. des, et min. des Transports
Code canadien du travail
Règlement modifiant le Règlement sur la sécurité et
la santé au travail (trains)............................................ 867
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising