Canada Gazette du Part I

Canada Gazette du Part I
Vol. 146, no 32
Vol. 146, No. 32
Canada
Gazette
Gazette
du Canada
Part I
Partie I
OTTAWA, SATURDAY, AUGUST 11, 2012
OTTAWA, LE SAMEDI 11 AOÛT 2012
NOTICE TO READERS
The Canada Gazette is published under authority of the
Statutory Instruments Act. It consists of three parts as described
below:
Part I
Material required by federal statute or regulation to
be published in the Canada Gazette other than items
identified for Part II and Part III below — Published
every Saturday
Part II
Statutory Instruments (Regulations) and other classes
of statutory instruments and documents — Published
January 4, 2012, and at least every second
Wednesday thereafter
Part III
Public Acts of Parliament and their enactment
proclamations — Published as soon as is reasonably
practicable after Royal Assent
The Canada Gazette is available in most public libraries for
consultation.
To subscribe to, or obtain copies of, the Canada Gazette,
contact bookstores selling government publications as listed
in the telephone directory or write to Publishing and Depository
Services, Public Works and Government Services Canada,
Ottawa, Canada K1A 0S5.
The Canada Gazette is also available free of charge on the
Internet at http://gazette.gc.ca. It is accessible in Portable
Document Format (PDF) and in HyperText Mark-up Language
(HTML) as the alternate format. The on-line PDF format of Part I,
Part II and Part III is official since April 1, 2003, and is published
simultaneously with the printed copy.
For information regarding reproduction rights, please contact
Public Works and Government Services Canada, by telephone
at 613-996-6886 or by email at droitdauteur.copyright@tpsgcpwgsc.gc.ca.
Canada Gazette
Yearly subscription
Canada
Outside Canada
Per copy
Canada
Outside Canada
Part I
Part II
Part III
$135.00
US$135.00
$67.50
US$67.50
$28.50
US$28.50
$2.95
US$2.95
$3.50
US$3.50
$4.50
US$4.50
AVIS AU LECTEUR
La Gazette du Canada est publiée conformément aux
dispositions de la Loi sur les textes réglementaires. Elle est
composée des trois parties suivantes :
Partie I
Textes devant être publiés dans la Gazette du
Canada conformément aux exigences d’une loi
fédérale ou d’un règlement fédéral et qui ne satisfont
pas aux critères de la Partie II et de la Partie III —
Publiée le samedi
Partie II
Textes réglementaires (Règlements) et autres
catégories de textes réglementaires et de documents —
Publiée le 4 janvier 2012 et au moins tous les deux
mercredis par la suite
Partie III
Lois d’intérêt public du Parlement et les proclamations
énonçant leur entrée en vigueur — Publiée aussitôt que
possible après la sanction royale
On peut consulter la Gazette du Canada dans la plupart des
bibliothèques publiques.
On peut s’abonner à la Gazette du Canada ou en obtenir des
exemplaires en s’adressant aux agents libraires associés énumérés
dans l’annuaire téléphonique ou en s’adressant aux Éditions et
Services de dépôt, Travaux publics et Services gouvernementaux
Canada, Ottawa, Canada K1A 0S5.
La Gazette du Canada est aussi offerte gratuitement sur Internet au
http://gazette.gc.ca. La publication y est accessible en format de
document portable (PDF) et en langage hypertexte (HTML) comme
média substitut. Le format PDF en direct de la Partie I, de la
Partie II et de la Partie III est officiel depuis le 1er avril 2003 et est
publié en même temps que la copie imprimée.
Pour obtenir des renseignements sur les droits de reproduction,
veuillez communiquer avec Travaux publics et Services
gouvernementaux Canada, par téléphone au 613-996-6886 ou par
courriel à l’adresse droitdauteur.copyright@tpsgc-pwgsc.gc.ca.
Gazette du Canada
Abonnement annuel
Canada
Extérieur du Canada
Exemplaire
Canada
Extérieur du Canada
Partie I
Partie II
Partie III
135,00 $
135,00 $US
67,50 $
67,50 $US
28,50 $
28,50 $US
2,95 $
2,95 $US
3,50 $
3,50 $US
4,50 $
4,50 $US
REQUESTS FOR INSERTION
DEMANDES D’INSERTION
Requests for insertion should be directed to the Canada
Gazette Directorate, Public Works and Government Services
Canada, 350 Albert Street, 5th Floor, Ottawa, Ontario K1A 0S5,
613-996-2495 (telephone), 613-991-3540 (fax).
Les demandes d’insertion doivent être envoyées à la
Direction de la Gazette du Canada, Travaux publics et Services
gouvernementaux Canada, 350, rue Albert, 5e étage, Ottawa
(Ontario) K1A 0S5, 613-996-2495 (téléphone), 613-991-3540
(télécopieur).
Bilingual texts received as late as six working days before the
desired Saturday’s date of publication will, if time and other
resources permit, be scheduled for publication that date.
Un texte bilingue reçu au plus tard six jours ouvrables avant la
date de parution demandée paraîtra, le temps et autres ressources
le permettant, le samedi visé.
Each client will receive a free copy of the Canada Gazette for
every week during which a notice is published.
Pour chaque semaine de parution d’un avis, le client recevra un
exemplaire gratuit de la Gazette du Canada.
© Her Majesty the Queen in Right of Canada, 2012
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2012
ISSN 1494-6076
© Sa Majesté la Reine du Chef du Canada, 2012
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2012
Le 11 août 2012
Gazette du Canada Partie I
TABLE OF CONTENTS
TABLE DES MATIÈRES
Vol. 146, No. 32 — August 11, 2012
Vol. 146, no 32 — Le 11 août 2012
2285
Government notices .........................................................
2286
Avis du gouvernement .....................................................
2286
Parliament
House of Commons .....................................................
Chief Electoral Officer ................................................
2292
2292
Parlement
Chambre des communes ..............................................
Directeur général des élections ....................................
2292
2292
Commissions ...................................................................
(agencies, boards and commissions)
2293
Commissions ...................................................................
(organismes, conseils et commissions)
2293
Miscellaneous notices ......................................................
(banks; mortgage, loan, investment, insurance and
railway companies; other private sector agents)
2299
Avis divers .......................................................................
(banques; sociétés de prêts, de fiducie et
d’investissements; compagnies d’assurances et de
chemins de fer; autres agents du secteur privé)
2299
Proposed regulations .......................................................
(including amendments to existing regulations)
2303
Règlements projetés .........................................................
(y compris les modifications aux règlements existants)
2303
Index ...............................................................................
2411
Index ...............................................................................
2412
Supplements
Chief Electoral Officer (Published separately)
Suppléments
Directeur général des élections (publié à part)
2286
Canada Gazette Part I
August 11, 2012
GOVERNMENT NOTICES
AVIS DU GOUVERNEMENT
DEPARTMENT OF THE ENVIRONMENT
MINISTÈRE DE L’ENVIRONNEMENT
CANADIAN ENVIRONMENTAL PROTECTION ACT, 1999
LOI CANADIENNE SUR LA PROTECTION DE
L’ENVIRONNEMENT (1999)
Significant New Activity Notice No. 16774
Avis de nouvelle activité no 16774
Significant New Activity Notice
Avis de nouvelle activité
(Section 85 of the Canadian Environmental
Protection Act, 1999)
(Article 85 de la Loi canadienne sur la
protection de l’environnement (1999))
Whereas the Minister of the Environment and the Minister of
Health have assessed information in respect of the substance,
phosphoric acid, mixed esters with polyethylene glycol and
3,3,4,4,5,5,6,6,7,7,8,8,8-tridecafluoro-1-octanol, ammonium salts,
Chemical Abstracts Service Registry No. 1224429-82-6, under
section 83 of the Canadian Environmental Protection Act, 1999;
Attendu que le ministre de l’Environnement et la ministre de la
Santé ont évalué les renseignements dont ils disposent concernant
la substance acide phosphorique, esters mixtes avec du polyéthylèneglycol et du 3,3,4,4,5,5,6,6,7,7,8,8,8-tridécafluoro-1-octanol,
sels d’ammonium, numéro de registre 1224429-82-6 du Chemical Abstracts Service en application de l’article 83 de la Loi
canadienne sur la protection de l’environnement (1999);
Whereas the substance is not specified on the Domestic
Substances List;
Attendu que la substance n’est pas inscrite sur la Liste
intérieure;
And whereas the ministers suspect that a significant new activity in relation to the substance may result in the substance becoming toxic within the meaning of section 64 of the Canadian Environmental Protection Act, 1999,
Attendu que les ministres soupçonnent qu’une nouvelle activité
relative à la substance peut rendre celle-ci toxique au sens de
l’article 64 de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999),
Therefore, the Minister of the Environment indicates, pursuant
to section 85 of the Canadian Environmental Protection Act,
1999, that subsection 81(4) of that Act applies to the substance in
accordance with the Annex.
PETER KENT
Minister of the Environment
Pour ces motifs, le ministre de l’Environnement assujettit, en
vertu de l’article 85 de la Loi canadienne sur la protection de
l’environnement (1999), la substance au paragraphe 81(4) de la
même loi, conformément à l’annexe ci-après.
Le ministre de l’Environnement
PETER KENT
ANNEX
ANNEXE
Information Requirements
Exigences en matière de renseignements
(Section 85 of the Canadian Environmental
Protection Act, 1999)
(Article 85 de la Loi canadienne sur la
protection de l’environnement (1999))
1. In relation to the substance, phosphoric acid, mixed
esters with polyethylene glycol and 3,3,4,4,5,5,6,6,7,7,8,8,8tridecafluoro-1-octanol, ammonium salts, a significant new activity is the use of the substance in Canada, in any quantity in the
following:
(a) in aerosol or spray-applied household products other than
paints and coatings applied by spray; or
(b) in any other household products at a concentration of more
than 1% by weight, other than in paints, coatings, floor waxes
and floor finishes.
1. À l’égard de la substance acide phosphorique, esters
mixtes avec du polyéthylèneglycol et du 3,3,4,4,5,5,6,6,7,7,8,8,8tridécafluoro-1-octanol, sels d’ammonium, est une nouvelle activité son utilisation au Canada, peu importe la quantité en cause :
a) dans tout produit domestique aérosol ou appliqué par vaporisation autre que les peintures et les revêtements appliqués par
vaporisation;
b) dans tout autre produit domestique, à une concentration de
plus de 1 % en poids, autre que les peintures, les revêtements,
les cires à plancher et les autres produits de finition pour
planchers.
2. The following information must be provided to the Minister,
at least 90 days before the commencement of each proposed significant new activity:
(a) a description of the proposed significant new activity in relation to the substance;
2. Les renseignements suivants doivent être fournis au ministre
au moins 90 jours avant le début de chaque nouvelle activité :
a) la description de la nouvelle activité proposée à l’égard de la
substance;
Le 11 août 2012
(b) the information specified in Schedule 4 to the New Substances Notification Regulations (Chemicals and Polymers);
(c) the information specified in items 8 and 10 of Schedule 5 to
those Regulations;
(d) the anticipated annual quantity of the substance to be used
in relation to the significant new activity;
(e) the identification of the other government agencies, either
outside or within Canada, that the person has notified of the
proposed significant new activity in relation to the substance
and, if known, the agency’s file number, the outcome of the assessment and the risk management actions imposed by those
agencies;
(f) if known, the three sites in Canada where the greatest quantity of the substance, in relation to the significant new activity,
is anticipated to be used or processed and the estimated quantity by site;
(g) for a new activity described in paragraph 1(a):
(i) the identification of the equipment that may be used or
that is recommended by the product manufacturer to apply
the product, such as a low pressure hand-held pump spray,
an aerosolizing applicator with propellant, or a pneumatic
sprayer using a compressor,
(ii) the information describing the equipment and its operation, including its normal operating pressure,
(iii) the information describing the size and shape of the
nozzle of the equipment which controls the spread of the jet,
(iv) the information regarding the particle size distribution of
the applied spray produced by the equipment characterized
by mean mass median aerodynamic diameter,
(v) any information regarding safety labelling for the product
containing the substance, such as recommended ventilation
and personal protective equipment for users, and
(vi) the test data and a test report from a 28-day repeateddose inhalation toxicity study in respect of the substance,
conducted according to the methodology described in the
Organisation for Economic Co-operation and Development
(OECD) Test Guideline No. 412 titled Subacute Inhalation
Toxicity: 28-Day Study;
(h) for a new activity described in paragraph 1(b), the test data
and a test report from a 28-day repeated-dose dermal toxicity
study in respect of the substance conducted according to the
methodology described in the OECD Test Guideline No. 410
titled Repeated Dose Dermal Toxicity: 28-day study; and
(i) all other information or test data concerning the substance
that are in the possession of the person proposing the significant new activity, or to which they have access, and that are
relevant to determining whether the substance is toxic or capable of becoming toxic.
3. The test data and the test reports described in subparagraph 2(g)(vi) and paragraph 2(h) must be in conformity with the
practices described in the OECD Principles of Good Laboratory
Practice (Principles of GLP) set out in Annex 2 of the Decision of
the Council Concerning the Mutual Acceptance of Data in the
Assessment of Chemicals adopted on May 12, 1981, and where
both the Test Guidelines and Principles of GLP are current at the
time the test data are developed.
Gazette du Canada Partie I
2287
b) les renseignements prévus à l’annexe 4 du Règlement sur les
renseignements concernant les substances nouvelles (substances chimiques et polymères);
c) les renseignements prévus aux articles 8 et 10 de l’annexe 5
de ce règlement;
d) la quantité annuelle prévue de substance devant être utilisée
pour la nouvelle activité;
e) les noms des autres organismes publics, à l’étranger et au
Canada, qui ont été avisés par la personne de la nouvelle activité proposée à l’égard de la substance et, s’ils sont connus, le
numéro de dossier de l’organisme, les résultats de l’évaluation et les mesures de gestion des risques imposées par ces
organismes;
f) s’ils sont connus, les trois sites au Canada où les plus grandes
quantités de substance à l’égard de la nouvelle activité seront
utilisées ou transformées, ainsi que la quantité prévue par site;
g) pour une nouvelle activité décrite à l’alinéa 1a) :
(i) l’identification de l’équipement qu’il est possible d’utiliser ou dont l’utilisation est recommandée par le fabricant
pour appliquer le produit, notamment s’il s’agit d’une pompe
de vaporisation à main, d’un applicateur sous forme d’aérosol avec propulseur ou d’un vaporisateur pneumatique avec
un compresseur,
(ii) l’information décrivant l’équipement et son fonctionnement, notamment sa pression normale de fonctionnement,
(iii) l’information décrivant la taille et la forme de la buse de
l’équipement qui contrôle la propagation du jet,
(iv) l’information concernant la distribution granulométrique
de la pulvérisation effectuée au moyen de l’équipement, caractérisée par un diamètre aérodynamique médian de masse
moyen,
(v) toute information concernant l’étiquetage du produit
contenant la substance et les règles d’utilisation sécuritaire
qui y sont énoncées, notamment celles concernant la ventilation et les équipements de protection individuelle,
(vi) les données d’essai et le rapport provenant d’un essai de
toxicité à doses répétées par inhalation de 28 jours à l’égard
de la substance, effectué selon la méthode décrite dans la ligne directrice 412 de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), intitulée Toxicité subaigüe par inhalation : étude sur 28 jours;
h) pour une nouvelle activité décrite à l’alinéa 1b), les données
d’essai et le rapport provenant d’un essai de toxicité à doses répétées cutanées de 28 jours à l’égard de la substance, effectué
selon la méthode décrite dans la ligne directrice 410 de
l’OCDE, intitulée Toxicité cutanée à doses répétées : 28 jours;
i) tout autre renseignement ou donnée d’essai à l’égard de la
substance dont dispose la personne ayant l’intention d’utiliser
la substance pour la nouvelle activité proposée, ou auquel elle a
accès, et qui est utile pour déterminer si la substance est effectivement ou potentiellement toxique.
3. Les résultats et les rapports requis aux termes du sousalinéa 2g)(vi) et de l’alinéa 2h) doivent être réalisés suivant des
pratiques de laboratoire conformes à celles énoncées dans Les
principes de l’OCDE des Bonnes pratiques de laboratoire (les
« principes de BPL ») figurant à l’annexe 2 de la Décision du
Conseil relative à l’acceptation mutuelle des données pour l’évaluation des produits chimiques adoptée le 12 mai 1981, dans la
version à jour à la fois des lignes directrices et des principes de
BPL au moment de l’obtention des données d’essai.
2288
Canada Gazette Part I
August 11, 2012
4. The above information will be assessed within 90 days after
the day on which it is received by the Minister.
4. Les renseignements qui précèdent seront évalués dans les
90 jours suivant leur réception par le ministre.
EXPLANATORY NOTE
NOTE EXPLICATIVE
(This explanatory note is not part of the
Significant New Activity Notice.)
(La présente note explicative ne fait pas partie
de l’avis de nouvelle activité.)
A Significant New Activity Notice is a legal instrument issued
by the Minister of the Environment pursuant to section 85 of the
Canadian Environmental Protection Act, 1999. The Significant
New Activity Notice sets out the appropriate information that
must be provided to the Minister for assessment prior to the
commencement of a new activity as described in the Notice.
Substances that are not listed on the Domestic Substances List
can be manufactured or imported only by the person who has met
the requirements set out in section 81 of the Canadian Environmental Protection Act, 1999. Under section 86 of the Canadian
Environmental Protection Act, 1999, in circumstances where a
Significant New Activity Notice is issued for a new substance, it
is the responsibility of every person who transfers the physical
possession or control of the substance to notify all persons to
whom the possession or control is transferred of the obligation to
comply with the Significant New Activity Notice and of the obligation to notify the Minister of the Environment of any new activity and all other information as described in the Notice. It is the
responsibility of the users of the substance to be aware of and
comply with the Significant New Activity Notice and to submit a
Significant New Activity notification to the Minister prior to the
commencement of a significant new activity associated with the
substance. However, as mentioned in subsection 81(6) of the
Canadian Environmental Protection Act, 1999, a Significant New
Activity notification is not required when the proposed new activity is regulated under an act or regulations listed on Schedule 2 to
the Canadian Environmental Protection Act, 1999.
A Significant New Activity Notice does not constitute an endorsement from Environment Canada or the Government of Canada of the substance to which it relates, or an exemption from any
other laws or regulations that are in force in Canada and that may
apply to this substance or activities involving the substance.
Un avis de nouvelle activité est un document juridique publié
par le ministre de l’Environnement en vertu de l’article 85 de la
Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999).
L’avis de nouvelle activité indique les renseignements qui
doivent, avant le début de la nouvelle activité décrite dans l’avis,
parvenir au ministre pour qu’il les évalue.
Les substances qui ne sont pas inscrites sur la Liste intérieure
ne peuvent être fabriquées ou importées que par la personne qui
satisfait aux exigences de l’article 81 de la Loi canadienne sur la
protection de l’environnement (1999). Lorsqu’un avis de nouvelle
activité est publié pour une substance nouvelle, la personne qui
transfère la possession matérielle ou le contrôle de la substance doit, aux termes de l’article 86 de la Loi canadienne sur la
protection de l’environnement (1999), aviser tous ceux à qui elle
en transfère la possession ou le contrôle de leur obligation de se
conformer à l’avis de nouvelle activité et de déclarer au ministre
de l’Environnement toute nouvelle activité et toute autre information décrite dans l’avis. Il incombe également aux utilisateurs de
la substance de prendre connaissance de l’avis de nouvelle activité et de s’y conformer, ainsi que d’envoyer une déclaration de
nouvelle activité au ministre avant le début d’une nouvelle activité associée à la substance. Il est à noter que le paragraphe 81(6)
de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999)
précise qu’une déclaration de nouvelle activité n’est pas requise
lorsque la nouvelle activité proposée est réglementée par une loi
ou un règlement inscrit à l’annexe 2 de la Loi canadienne sur la
protection de l’environnement (1999).
Un avis de nouvelle activité ne constitue ni une approbation
d’Environnement Canada ou du gouvernement du Canada à
l’égard de la substance à laquelle il est associé, ni une exemption
de l’application de toute autre loi ou de tout autre règlement en
vigueur au Canada pouvant également s’appliquer à la substance
ou à des activités connexes qui la concernent.
[32-1-o]
[32-1-o]
DEPARTMENT OF INDUSTRY
MINISTÈRE DE L’INDUSTRIE
ELECTRICITY AND GAS INSPECTION ACT
LOI SUR L’INSPECTION DE L’ÉLECTRICITÉ ET DU GAZ
Delegation of authorities by the President of Measurement
Canada
Délégation de pouvoirs par le président de Mesures Canada
Notice is hereby given, pursuant to subsection 4(2) of the Electricity and Gas Inspection Regulations, that the President of
Measurement Canada, pursuant to subsection 4(1) of the Regulations, proposes to delegate to the organization set out in column I
of the Schedule, the functions under the Electricity and Gas Inspection Act set out in column II thereof.
Avis est donné, conformément au paragraphe 4(2) du Règlement sur l’inspection de l’électricité et du gaz, que le président de
Mesures Canada, en vertu du paragraphe 4(1) du Règlement, propose de déléguer à l’organisme indiqué à la colonne I de l’annexe,
les fonctions établies selon la Loi sur l’inspection de l’électricité
et du gaz et énoncées dans la colonne II.
Le 11 août 2012
Gazette du Canada Partie I
SCHEDULE
ANNEXE
Electricity and Gas Inspection Regulations
Règlement sur l’inspection de l’électricité et du gaz
2289
Column I
Column II
Colonne I
Colonne II
Jabil Circuit, Inc.
10560 Dr. Martin Luther
King Jr. St. North
St. Petersburg, Florida
33716, USA
At testing facility in
Alejandro Dumas Avenue 11341
Complejo Industrial Chihuahua
C.P. 31109 Chihuahua, CHIH
México
8(1): For the purposes of section 5 of the
Act, the calibration of a measuring apparatus
referred to in section 7 shall be certified by
the director.
Jabil Circuit, Inc. is being delegated this
function for the following types of measuring
apparatus:
Electricity meter calibration consoles.
Jabil Circuit, Inc.
10560 Dr. Martin Luther
King Jr. St. North
St. Petersburg, Florida
33716, USA
Installation d’essai à :
Alejandro Dumas Avenue 11341
Complejo Industrial Chihuahua
C.P. 31109 Chihuahua, CHIH
México
8(1) : Aux fins de l’article 5 de la Loi,
l’étalonnage d’un appareil de mesure visé à
l’article 7 est certifié par le directeur.
Cette fonction est déléguée à Jabil Circuit,
Inc. pour les types d’appareils de mesures
suivants :
Consoles d’étalonnage des compteurs
d’électricité.
August 11, 2012
Le 11 août 2012
ALAN E. JOHNSTON
President
Measurement Canada
Le président
Mesures Canada
ALAN E. JOHNSTON
[32-1-o]
[32-1-o]
DEPARTMENT OF PUBLIC SAFETY AND
EMERGENCY PREPAREDNESS
MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ PUBLIQUE ET
DE LA PROTECTION CIVILE
CRIMINAL CODE
CODE CRIMINEL
Designation as fingerprint examiner
Désignation à titre de préposé aux empreintes digitales
Pursuant to subsection 667(5) of the Criminal Code, I hereby
designate the following person of the Saskatoon Police Service as
a fingerprint examiner:
Cameron McBride
En vertu du paragraphe 667(5) du Code criminel, je nomme par
la présente la personne suivante du service de police de Saskatoon
à titre de préposé aux empreintes digitales :
Cameron McBride
Ottawa, July 31, 2012
Ottawa, le 31 juillet 2002
RICHARD WEX
Assistant Deputy Minister
Law Enforcement and Policing Branch
Le sous-ministre adjoint
Secteur de la police et de l’application de la loi
RICHARD WEX
[32-1-o]
[32-1-o]
DEPARTMENT OF PUBLIC SAFETY AND
EMERGENCY PREPAREDNESS
MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ PUBLIQUE ET
DE LA PROTECTION CIVILE
CRIMINAL CODE
CODE CRIMINEL
Revocation of designation as fingerprint examiner
Révocation de nomination à titre de préposé aux empreintes
digitales
Pursuant to subsection 667(5) of the Criminal Code, I hereby
revoke the designation of the following persons of the Saanich
Police Service as fingerprint examiners:
Kelly Michael Dukeshire
Robert Cortlandt John Olsen
En vertu du paragraphe 667(5) du Code criminel, je révoque
par la présente la nomination des personnes suivantes du service
de police de Saanich à titre de préposé aux empreintes digitales :
Kelly Michael Dukeshire
Robert Cortlandt John Olsen
Ottawa, July 30, 2012
Ottawa, le 30 juillet 2012
RICHARD WEX
Assistant Deputy Minister
Law Enforcement and Policing Branch
Le sous-ministre adjoint
Secteur de la police et de l’application de la loi
RICHARD WEX
[32-1-o]
[32-1-o]
2290
Canada Gazette Part I
August 11, 2012
DEPARTMENT OF PUBLIC SAFETY AND
EMERGENCY PREPAREDNESS
MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ PUBLIQUE ET
DE LA PROTECTION CIVILE
CRIMINAL CODE
CODE CRIMINEL
Revocation of designation as fingerprint examiner
Révocation de nomination à titre de préposé aux empreintes
digitales
Pursuant to subsection 667(5) of the Criminal Code, I hereby
revoke the designation of the following persons of the Edmonton
Police Service as fingerprint examiners:
Michael Morgan
Ken Bruns
Kevin Clague
Darrin Gordon
Devin Brian Laforce
Ottawa, July 31, 2012
RICHARD WEX
Assistant Deputy Minister
Law Enforcement and Policing Branch
En vertu du paragraphe 667(5) du Code criminel, je révoque
par la présente la nomination des personnes suivantes du service
de police d’Edmonton à titre de préposé aux empreintes digitales :
Michael Morgan
Ken Bruns
Kevin Clague
Darrin Gordon
Devin Brian Laforce
Ottawa, le 31 juillet 2012
Le sous-ministre adjoint
Secteur de la police et de l’application de la loi
RICHARD WEX
[32-1-o]
[32-1-o]
DEPARTMENT OF TRANSPORT
MINISTÈRE DES TRANSPORTS
CANADA MARINE ACT
LOI MARITIME DU CANADA
Toronto Port Authority — Supplementary letters patent
Administration portuaire de Toronto — Lettres patentes
supplémentaires
BY THE MINISTER OF TRANSPORT
WHEREAS Letters Patent were issued by the Minister of Transport (“Minister”) for the Toronto Port Authority (“Authority”)
under the authority of the Canada Marine Act (“Act”), effective
June 8, 1999;
PAR LE MINISTRE DES TRANSPORTS
ATTENDU QUE les Lettres patentes ont été délivrées par le
ministre des Transports (« ministre ») à l’Administration portuaire de Toronto (« Administration ») en vertu des pouvoirs
prévus dans la Loi maritime du Canada (« Loi »), prenant effet
le 8 juin 1999;
ATTENDU QUE le conseil d’administration de l’Administration
a demandé au ministre de délivrer des Lettres patentes supplémentaires afin d’augmenter la limite du pouvoir d’emprunt à l’article 9.2 des Lettres patentes de 27 000 000 $ à 52 100 000 $;
ATTENDU QUE, par le décret C.P. 2012-257 du 5 mars 2012, le
gouverneur en conseil, en vertu du paragraphe 8(5) de la Loi, a
approuvé les dispositions du projet de Lettres patentes supplémentaires augmentant la limite du pouvoir de l’Administration
d’emprunter des fonds sur son crédit pour l’exploitation de port;
WHEREAS the board of directors of the Authority has requested
that the Minister issue Supplementary Letters Patent for the purpose of increasing the borrowing limit set out in section 9.2 of the
Letters Patent from $27,000,000 to $52,100,000;
WHEREAS, by Order in Council P.C. 2012-257 of March 5,
2012, the Governor in Council, pursuant to subsection 8(5) of
the Act, approved the provisions of the proposed Supplementary
Letters Patent increasing the aggregate limit on the power of the
Authority to borrow money on the credit of the Authority for port
purposes;
AND WHEREAS the Minister is satisfied that the amendment to
the Letters Patent of the Authority is consistent with the Act,
NOW THEREFORE, under the authority of section 9 of the
Canada Marine Act, the Letters Patent are amended as follows:
1. Section 9.2 of the Letters Patent issued to the Toronto
Port Authority is replaced by the following:
9.2 Restriction on Incurrence of Borrowing. The Authority shall not incur any item of Borrowing so that the aggregate Borrowing of the Authority would exceed $52,100,000.
Issued under my hand to be effective this 30th day of July, 2012.
ATTENDU QUE le ministre est convaincu que la modification
aux Lettres patentes de l’Administration est compatible avec la
Loi,
À CES CAUSES, en vertu de l’article 9 de la Loi maritime du
Canada, les Lettres patentes sont modifiées comme suit :
1. L’article 9.2 des Lettres patentes délivrées à l’Administration portuaire de Toronto est remplacé par ce qui suit :
9.2 Restriction sur les Emprunts. L’Administration ne doit
pas contracter des Emprunts dont le total serait supérieur
à 52 100 000 $.
Délivrées sous mon seing et en vigueur le 30e jour de juillet 2012.
___________________________________
Denis Lebel, P.C., M.P.
Minister of Transport
___________________________________
Denis Lebel, C.P., député
Ministre des Transports
[32-1-o]
[32-1-o]
Le 11 août 2012
Gazette du Canada Partie I
2291
DEPARTMENT OF TRANSPORT
MINISTÈRE DES TRANSPORTS
CANADA MARINE ACT
LOI MARITIME DU CANADA
Toronto Port Authority — Supplementary letters patent
Administration portuaire de Toronto — Lettres patentes
supplémentaires
BY THE MINISTER OF TRANSPORT
PAR LE MINISTRE DES TRANSPORTS
WHEREAS Letters Patent were issued by the Minister of Transport for the Toronto Port Authority (“Authority”) under the authority of the Canada Marine Act (“Act”), effective June 8, 1999;
Issued under my hand to be effective this 6th day of March, 2012.
ATTENDU QUE les Lettres patentes prenant effet le 8 juin
1999, ont été délivrées par le ministre des Transports à
l’Administration portuaire de Toronto (« Administration ») en
vertu des pouvoirs prévus dans la Loi maritime du Canada
(« Loi »);
ATTENDU QUE le conseil d’administration de l’Administration
a demandé au ministre des Transports de délivrer des Lettres patentes supplémentaires pour ajouter une limite additionnelle à ses
pouvoirs d’emprunt se rapportant spécifiquement à un projet déterminé et pour modifier l’alinéa 7.2j) des Lettres patentes;
ATTENDU QUE le ministre des Transports est convaincu que
les modifications aux Lettres patentes de l’Administration sont
compatibles avec la Loi;
ATTENDU QU’en vertu du paragraphe 8(4) de la Loi, le président du Conseil du Trésor et le ministre des Finances ont approuvé la disposition proposée modifiant l’alinéa 7.2j) des Lettres
patentes;
ATTENDU QUE, par le décret C.P. 2012-257 du 5 mars 2012, le
gouverneur en conseil, en vertu du paragraphe 8(5) de la Loi, a
approuvé les dispositions du projet de Lettres patentes supplémentaires ajoutant une limite additionnelle à ses pouvoirs d’emprunt se rapportant spécifiquement à un projet déterminé;
À CES CAUSES, en vertu de l’article 9 de la Loi maritime du
Canada, les Lettres patentes sont modifiées comme suit :
1. L’alinéa 7.2j) des Lettres patentes délivrées à l’Administration portuaire de Toronto est remplacé par ce qui suit :
j) exploitation et entretien de l’aéroport Billy Bishop de Toronto (anciennement l’aéroport du centre-ville de Toronto)
conformément à l’accord tripartite conclu entre la Corporation of the City of Toronto, Sa Majesté la Reine du chef du
Canada et les Commissaires du havre de Toronto le 30 juin
1983, y compris l’exploitation du service de traversier, et la
construction, l’exploitation et l’entretien d’un tunnel piétonnier et utilitaire au lieu dit Western Gap dans le port de Toronto pour fournir l’accès à l’aéroport Billy Bishop de Toronto (anciennement l’aéroport du centre-ville de Toronto) et
appuyer son exploitation;
2. Les Lettres patentes sont modifiées par adjonction, après
le paragraphe 9.2 de ce qui suit :
9.2.1 Limite du pouvoir d’Emprunt additionnel pour la
conception, la construction, et le financement d’un nouveau tunnel piétonnier à l’aéroport Billy Bishop de Toronto (le « Projet »).
Malgré le paragraphe 9.2, l’Administration peut, en sus du
pouvoir d’Emprunt mentionné au paragraphe 9.2, contracter
des obligations qui seront classées comme un paiement du
prix d’achat différé de biens ou de services, jusqu’à concurrence de 140 000 000 $ aux termes de l’accord relatif au Projet, conclu entre l’Administration et une Tierce Partie pour le
Projet.
Délivrées sous mon seing et en vigueur le 6e jour de mars 2012.
___________________________________
Denis Lebel, P.C., M.P.
Minister of Transport
___________________________________
Denis Lebel, C.P., député
Ministre des Transports
[32-1-o]
[32-1-o]
WHEREAS the board of directors of the Authority has requested
that the Minister of Transport issue Supplementary Letters Patent
to add an additional project-specific borrowing limit and to
amend paragraph 7.2(j) of the Letters Patent;
WHEREAS the Minister of Transport is satisfied that the
amendments to the Letters Patent of the Authority are consistent
with the Act;
WHEREAS in accordance with subsection 8(4) of the Act, the
President of the Treasury Board and the Minister of Finance have
approved the proposed amendment to paragraph 7.2(j) of the Letters Patent;
WHEREAS, by Order in Council P.C. 2012-257 of March 5,
2012, the Governor in Council, pursuant to subsection 8(5) of the
Act, approved the provisions of the proposed Supplementary Letters Patent adding an additional project-specific borrowing limit;
NOW THEREFORE, under the authority of section 9 of the
Canada Marine Act, the Letters Patent are amended as follows:
1. Paragraph 7.2(j) of the Letters Patent issued to the Toronto Port Authority is replaced by the following:
(j) the operation and maintenance of the Billy Bishop Toronto City Airport (formerly the Toronto City Centre Airport) in accordance with the Tripartite Agreement among the
Corporation of the City of Toronto, Her Majesty the Queen
in Right of Canada and The Toronto Harbour Commissioners dated the 30th day of June, 1983, including, to provide
access to and to support the operation of the Billy Bishop
Toronto City Airport (formerly the Toronto City Centre Airport), the operation of ferry service across and the construction, operation and maintenance of a pedestrian and utility
tunnel across the Western Gap of the Toronto harbour;
2. The Letters Patent are amended by adding the following
after section 9.2:
9.2.1 Additional Borrowing Limit for the design, construction, and finance of a new pedestrian tunnel facility
at the Billy Bishop Toronto City Airport (the “Project”).
Notwithstanding section 9.2, the Authority may, in addition
to the aggregate amount referred to in section 9.2, incur
obligations which would be classified as a deferred purchase price of property or services up to a maximum of
$140,000,000 under the Project agreement, entered into by
the Authority and a Third Party for the Project.
2292
Canada Gazette Part I
August 11, 2012
PARLIAMENT
PARLEMENT
HOUSE OF COMMONS
CHAMBRE DES COMMUNES
First Session, Forty-First Parliament
Première session, quarante et unième législature
PRIVATE BILLS
PROJETS DE LOI D’INTÉRÊT PRIVÉ
Standing Order 130 respecting notices of intended applications
for private bills was published in the Canada Gazette, Part I, on
May 28, 2011.
For further information, contact the Private Members’ Business
Office, House of Commons, Centre Block, Room 134-C, Ottawa,
Ontario K1A 0A6, 613-992-6443.
L’article 130 du Règlement relatif aux avis de demande de projets de loi d’intérêt privé a été publié dans la Partie I de la Gazette
du Canada du 28 mai 2011.
Pour de plus amples renseignements, prière de communiquer
avec le Bureau des affaires émanant des députés, Chambre des
communes, Édifice du Centre, Pièce 134-C, Ottawa (Ontario)
K1A 0A6, 613-992-6443.
La greffière de la Chambre des communes
AUDREY O’BRIEN
AUDREY O’BRIEN
Clerk of the House of Commons
CHIEF ELECTORAL OFFICER
DIRECTEUR GÉNÉRAL DES ÉLECTIONS
CANADA ELECTIONS ACT
LOI ÉLECTORALE DU CANADA
Deregistration of a registered electoral district association
Radiation d’une association de circonscription enregistrée
On application by the electoral district association, in accordance with subsection 403.2(1) of the Canada Elections Act, the
“Calgary—Nose Hill Federal Green Party Association” is deregistered, effective August 31, 2012.
July 31, 2012
FRANÇOIS BERNIER
Acting Deputy Chief Electoral Officer
Political Financing
Sur demande de l’association de circonscription, conformément
au paragraphe 403.2(1) de la Loi électorale du Canada, l’association « Calgary—Nose Hill Federal Green Party Association »
est radiée. La radiation prend effet le 31 août 2012.
Le 31 juillet 2012
Le sous-directeur général des élections par intérim
Financement politique
FRANÇOIS BERNIER
[32-1-o]
[32-1-o]
Le 11 août 2012
Gazette du Canada Partie I
2293
COMMISSIONS
COMMISSIONS
CANADA REVENUE AGENCY
AGENCE DU REVENU DU CANADA
INCOME TAX ACT
LOI DE L’IMPÔT SUR LE REVENU
Revocation of registration of a charity
Révocation de l’enregistrement d’un organisme de bienfaisance
The following notice of proposed revocation was sent to the
charity listed below revoking it for failure to meet the parts of the
Income Tax Act as listed in this notice:
“Notice is hereby given, pursuant to paragraphs 168(1)(b) and
149.1(2)(b) of the Income Tax Act, that I propose to revoke the
registration of the organization listed below and that the revocation of registration is effective on the date of publication of
this notice.”
L’avis d’intention de révocation suivant a été envoyé à l’organisme de bienfaisance indiqué ci-après parce qu’il n’a pas respecté les parties de la Loi de l’impôt sur le revenu tel qu’il est
indiqué ci-dessous :
« Avis est donné par les présentes que, conformément aux alinéas 168(1)b) et 149.1(2)b) de la Loi de l’impôt sur le revenu,
j’ai l’intention de révoquer l’enregistrement de l’organisme de
bienfaisance mentionné ci-dessous et que la révocation de
l’enregistrement entrera en vigueur à la date de publication du
présent avis. »
Business Number
Numéro d’entreprise
Name/Nom
Address/Adresse
869102897RR0001
THE CHILDHOOD ASTHMA FOUNDATION, NIAGARA FALLS, ONT.
CATHY HAWARA
Director General
Charities Directorate
La directrice générale
Direction des organismes de bienfaisance
CATHY HAWARA
[32-1-o]
[32-1-o]
CANADA REVENUE AGENCY
AGENCE DU REVENU DU CANADA
INCOME TAX ACT
LOI DE L’IMPÔT SUR LE REVENU
Revocation of registration of charities
Révocation de l’enregistrement d’organismes de bienfaisance
Following a request from the charities listed below to have
their status as a charity revoked, the following notice of intention
to revoke was sent:
“Notice is hereby given, pursuant to paragraph 168(1)(a) of the
Income Tax Act, that I propose to revoke the registration of the
charities listed below and that by virtue of paragraph 168(2)(a)
thereof, the revocation of the registration is effective on the
date of publication of this notice in the Canada Gazette.”
À la suite d’une demande présentée par les organismes de bienfaisance indiqués ci-après, l’avis d’intention de révocation suivant
a été envoyé :
« Avis est donné par les présentes que, conformément à l’alinéa 168(1)a) de la Loi de l’impôt sur le revenu, j’ai l’intention
de révoquer l’enregistrement des organismes de bienfaisance
mentionnés ci-dessous en vertu de l’alinéa 168(2)a) de cette loi
et que la révocation de l’enregistrement entre en vigueur à la
publication du présent avis dans la Gazette du Canada. »
Business Number
Numéro d’entreprise
Name/Nom
Address/Adresse
106738446RR0001
106813207RR0001
118832757RR0001
118862226RR0002
119165330RR0001
119170314RR0001
119174118RR0001
AURORA NURSERY SCHOOL INC., AURORA, ONT.
THE BROCKVILLE MONTESSORI SCHOOL INC., BROCKVILLE, ONT.
CANADIAN FRIENDS OF YESHIVATH HADAROM, TORONTO, ONT.
CHURCH OF ST. PETER ST. JOHN, BADDECK, N.S.
ST. ANDREW’S PRESBYTERIAN CHURCH, FLIN FLON, MAN.
ST. CECILIA’S MISSION BERWYN, BERWYN, ALTA.
ST. FREDERIC’S CATHEDRAL NATIONAL EVANGELICAL SPIRITUAL BAPTIST FAITH ARCHIDIOCESE OF CANADA INC.,
TORONTO, ONT.
THE VIVIAN AND DAVID CAMPBELL FAMILY FOUNDATION, TORONTO, ONT.
NIGEL - SERVICES FOR ADULTS WITH DISABILITIES SOCIETY, VICTORIA, B.C.
COMMUNITY PLANNING ASSOCIATION OF ALBERTA, EDMONTON, ALTA.
CHURCH OF THE ASCENSION, SAINT-LAURENT, QUE.
TEMPLE BETH TIKVAH INC., REGINA, SASK.
ROYAL OAK COMMUNITY CHURCH, BURNABY, B.C.
LIBERAL JUDAISM LIBRARY OF OTTAWA, OTTAWA, ONT.
UKRAINIAN DAWN BIBLE STUDENTS ASSOCIATION, WINNIPEG, MAN.
PIER 21 SOCIETY, HALIFAX, N.S.
ALBERTA NEUROFIBROMATOSIS ASSOCIATION, CALGARY, ALTA.
ONTARIO CHILD SAFETY NETWORK, PETERBOROUGH, ONT.
PLACE DES HOMMES, RIMOUSKI (QC)
119261832RR0001
119281749RR0001
126615962RR0001
129195640RR0001
129476396RR0001
130536758RR0001
135902120RR0001
136171105RR0001
136780590RR0001
803258342RR0001
808581144RR0001
816607949RR0001
2294
Canada Gazette Part I
August 11, 2012
Business Number
Numéro d’entreprise
Name/Nom
Address/Adresse
828932160RR0001
830293544RR0001
833217565RR0001
834237760RR0001
835342254RR0001
840594816RR0001
841330814RR0001
841716020RR0001
851094326RR0001
851719757RR0001
853198521RR0001
853232619RR0001
855034005RR0001
855221354RR0001
857472013RR0001
859782336RR0001
861413508RR0001
862896610RR0001
863892295RR0001
865368310RR0001
866546484RR0001
867106932RR0001
868573833RR0001
868780347RR0001
868864372RR0001
869217745RR0001
869509976RR0001
870001849RR0001
870896800RR0001
873619803RR0001
887679991RR0001
888040920RR0001
888068731RR0001
888548229RR0001
889480976RR0001
890147069RR0001
890676794RR0001
890919277RR0001
891140279RR0001
891283244RR0001
891838641RR0001
891861973RR0001
894595560RR0001
899788665RR0001
THE COMPUTER RECYCLING SOCIETY OF CANADA, VANCOUVER, B.C.
THORNDALE FRIENDS OF THE LIBRARY, LONDON, ONT.
WAYPOINT CHURCH ASSOCIATION, VANCOUVER, B.C.
NARAMATA CONSERVATION INITIATIVE SOCIETY, NARAMATA, B.C.
MACKENZIERO: THE IRISH REPERTORY THEATRE COMPANY OF CANADA, TORONTO, ONT.
FONDATION LE DERNIER COUP D’ŒIL, SAINT-DIDACE (QC)
SPINAL NEURORESTORATIVE SOCIETY, WATERDOWN, ONT.
DIZAINES FOR BATOCHE DEVELOPMENT CO-OPERATIVE LTD., BRUNO, SASK.
DUNDAS VALLEY SKATING RINK TRUST, TECUMSEH, ONT.
TRES DIAS OF VANCOUVER ISLAND SOCIETY, VICTORIA, B.C.
COMOX VALLEY AFFORDABLE HOUSING SOCIETY, COMOX, B.C.
THE FISHMAN FAMILY FOUNDATION, TORONTO, ONT.
SPRING VALLEY ANIMAL SHELTER, CAMPBELLFORD, ONT.
FRIENDS OF TRANSITION HOUSE INC., FREDERICTON, N.B.
GO PLAY OUTSIDE FOUNDATION OF SOUTHERN ALBERTA, LETHBRIDGE, ALTA.
CALVARY CHAPEL LANGLEY CHURCH, LANGLEY, B.C.
D.A.R.E. GREATER MONCTON INC., MONCTON, N.B.
PIER 21 FOUNDATION, HALIFAX, N.S.
THE MAURICE YOUNG MILLENIUM PLACE SOCIETY, WHISTLER, B.C.
ST. CATHARINES AND AREA ARTS COUNCIL, ST. CATHARINES, ONT.
KELSEY’S FOR KIDS, VAUGHAN, ONT.
VOURNEEN “BUFF” JACK MEMORIAL CENTRE, COLBORNE, ONT.
NEW BEGINNINGS MINISTRIES, QUESNEL, B.C.
CHATHAM-KENT WHITE CANE CLUB, CHATHAM, ONT.
WORD OF LIFE ONTARIO CHURCH OF GOD IN CHRIST, SCARBOROUGH, ONT.
LES AMIS (ES) DE SAINT BENOIT LABRE, VILLEBOIS (QC)
MUSQUODOBOIT VALLEY BAND PARENT ASSOCIATION, MIDDLE MUSQUODOBOIT, N.S.
CHURCH OF THE REDEEMER, WEIR, QUE.
SOUTH FRASER HOME SUPPORT SOCIETY, LANGLEY, B.C.
CENTRE DE SERVICES PRÉVENTIFS À L’ENFANCE DE CÔTE DES NEIGES, MONTRÉAL (QC)
GRACE UNITED CHURCH, SWIFT CURRENT, SASK.
ÉGLISE COMMUNAUTAIRE DE LA PAROLE VIVANTE/LIVING WORD COMMUNITY CHURCH, KIRKLAND (QC)
TRI CHURCH WOMEN, NORTH YORK, ONT.
FRIENDS OF THE C. & E. (1891) RAILWAY STATION SOCIETY, EDMONTON, ALTA.
FONDATION JEAN-GROU, MONTRÉAL (QC)
FONDATION PRÉVENTION EN TOXICOMANIE DU CENTRE LACORDAIRE DE LAC-MÉGANTIC, LAC-MÉGANTIC (QC)
CANADIAN DRAMA FOUNDATION, TORONTO, ONT.
NOREEN YOUNG BURSARY, ALMONTE, ONT.
THE EVELYN RICHARDSON MEMORIAL LITERARY TRUST, HALIFAX, N.S.
THE ANGLICAN CATHOLIC SOCIETY OF FORT ST. JOHN, FORT ST. JOHN, B.C.
AMNESTY INTERNATIONAL CANADA ORILLIA GROUP 10, ORILLIA, ONT.
CROSS CONTINENTAL MISSIONS ASSOCIATION, KELOWNA, B.C.
CANAAN CHRISTIAN ASSEMBLY, CALGARY, ALTA.
TAMARA’S HOUSE: SERVICES FOR SEXUAL ABUSE SURVIVORS INC., SASKATOON, SASK.
CATHY HAWARA
Director General
Charities Directorate
La directrice générale
Direction des organismes de bienfaisance
CATHY HAWARA
[32-1-o]
[32-1-o]
CANADIAN INTERNATIONAL TRADE TRIBUNAL
TRIBUNAL CANADIEN DU COMMERCE EXTÉRIEUR
APPEAL
APPEL
Notice No. HA-2012-008
Avis no HA-2012-008
The Canadian International Trade Tribunal (the Tribunal) will
hold a public hearing to consider the appeal referenced hereunder.
This hearing will be held beginning at 9:30 a.m., in the Tribunal’s
Hearing Room No. 2, 18th Floor, 333 Laurier Avenue W, Ottawa,
Ontario. Interested persons planning to attend should contact the
Tribunal at 613-998-9908 to obtain further information and to
confirm that the hearing will be held as scheduled.
Le Tribunal canadien du commerce extérieur (le Tribunal)
tiendra une audience publique afin d’entendre l’appel mentionné
ci-dessous. L’audience débutera à 9 h 30 et aura lieu dans la salle
d’audience no 2 du Tribunal, 18e étage, 333, avenue Laurier
Ouest, Ottawa (Ontario). Les personnes intéressées qui ont
l’intention d’assister à l’audience doivent s’adresser au Tribunal
en composant le 613-998-9908 si elles désirent plus de renseignements ou si elles veulent confirmer la date d’une audience.
Le 11 août 2012
Gazette du Canada Partie I
Customs Act
2295
Loi sur les douanes
De Ronde Tire Supply, Inc. v. President of the Canada Border Services Agency
Date of Hearing:
Appeal No.:
September 6, 2012
AP-2011-014
Goods in Issue:
Issue:
Various tire brands
Whether the goods in issue are entitled to preferential tariff
treatment under the North American Free Trade Agreement.
August 2, 2012
De Ronde Tire Supply, Inc. c. Président de l’Agence des services frontaliers du
Canada
Date de l’audience : Le 6 septembre 2012
Appel no :
AP-2011-014
Marchandises en
cause :
Diverses marques de pneus
Question en litige : Déterminer si les marchandises en cause peuvent bénéficier
du traitement tarifaire préférentiel en vertu de l’Accord de
libre-échange nord-américain.
Le 2 août 2012
By order of the Tribunal
DOMINIQUE LAPORTE
Secretary
Par ordre du Tribunal
Le secrétaire
DOMINIQUE LAPORTE
[32-1-o]
[32-1-o]
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
NOTICE TO INTERESTED PARTIES
AVIS AUX INTÉRESSÉS
The Commission posts on its Web site the decisions, notices of
consultation and regulatory policies that it publishes, as well as
information bulletins and orders. On April 1, 2011, the Canadian
Radio-television and Telecommunications Commission Rules of
Practice and Procedure came into force. As indicated in Part 1 of
these Rules, some broadcasting applications are posted directly
on the Commission’s Web site, www.crtc.gc.ca, under “Part 1
Applications.”
To be up to date on all ongoing proceedings, it is important to
regularly consult “Today’s Releases” on the Commission’s Web
site, which includes daily updates to notices of consultation that
have been published and ongoing proceedings, as well as a link to
Part 1 applications.
The following documents are abridged versions of the Commission’s original documents. The original documents contain a
more detailed outline of the applications, including the locations
and addresses where the complete files for the proceeding may
be examined. These documents are posted on the Commission’s
Web site and may also be examined at the Commission’s offices
and public examination rooms. Furthermore, all documents relating to a proceeding, including the notices and applications,
are posted on the Commission’s Web site under “Public
Proceedings.”
Le Conseil affiche sur son site Web les décisions, les avis de
consultation et les politiques réglementaires qu’il publie ainsi que
les bulletins d’information et les ordonnances. Le 1er avril 2011,
les Règles de pratique et de procédure du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes sont entrées en
vigueur. Tel qu’il est prévu dans la partie 1 de ces règles, le
Conseil affiche directement sur son site Web, www.crtc.gc.ca,
certaines demandes de radiodiffusion sous la rubrique « Demandes de la Partie 1 ».
Pour être à jour sur toutes les instances en cours, il est important de consulter régulièrement la rubrique « Nouvelles du jour »
du site Web du Conseil, qui comporte une mise à jour quotidienne
des avis de consultation publiés et des instances en cours, ainsi
qu’un lien aux demandes de la partie 1.
Les documents qui suivent sont des versions abrégées des documents originaux du Conseil. Les documents originaux contiennent une description plus détaillée de chacune des demandes, y
compris les lieux et les adresses où l’on peut consulter les
dossiers complets de l’instance. Ces documents sont affichés sur
le site Web du Conseil et peuvent également être consultés aux
bureaux et aux salles d’examen public du Conseil. Par ailleurs,
tous les documents qui se rapportent à une instance, y compris les
avis et les demandes, sont affichés sur le site Web du Conseil
sous « Instances publiques ».
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
PART 1 APPLICATIONS
DEMANDES DE LA PARTIE 1
The following applications were posted on the Commission’s
Web site between July 27, 2012, and August 2, 2012:
Canadian Broadcasting Corporation
Kuujjuarapik, Quebec
2012-0899-2
Addition of a transmitter for CFFB Iqaluit
Deadline for submission of interventions, comments and/or
answers: August 29, 2012
Les demandes suivantes ont été affichées sur le site Web du
Conseil entre le 27 juillet 2012 et le 2 août 2012 :
Société Radio-Canada
Kuujjuarapik (Québec)
2012-0899-2
Ajout d’un émetteur pour CFFB Iqaluit
Date limite pour le dépôt des interventions, des observations ou
des réponses : le 29 août 2012
2296
Canada Gazette Part I
August 11, 2012
Canadian Broadcasting Corporation
Kuujjuaq (Fort Chimo), Quebec
2012-0898-4
Addition of a transmitter for CFFB Iqaluit
Deadline for submission of interventions, comments and/or
answers: August 29, 2012
Canadian Broadcasting Corporation
Salluit, Quebec
2012-0897-6
Addition of a transmitter for CFFB Iqaluit
Deadline for submission of interventions, comments and/or
answers: August 29, 2012
Canadian Broadcasting Corporation
Inukjuak, Quebec
2012-0896-8
Addition of a transmitter for CFFB Iqaluit
Deadline for submission of interventions, comments and/or
answers: August 29, 2012
Canadian Broadcasting Corporation
Puvirnituq, Quebec
2012-0895-0
Addition of a transmitter for CFFB Iqaluit
Deadline for submission of interventions, comments and/or
answers: August 29, 2012
OWN Inc.
Across Canada
2012-0877-8
Various amendments to the broadcasting licence for OWN:
The Oprah Winfrey Network (formerly OWN; formerly
VIVA), including to its nature of service description, with the
objective of obtaining a re-designation of the service as a
specialty Category B service
Deadline for submission of interventions, comments and/or
answers: August 29, 2012
Société Radio-Canada
Kuujjuaq (Fort Chimo) [Québec]
2012-0898-4
Ajout d’un émetteur pour CFFB Iqaluit
Date limite pour le dépôt des interventions, des observations ou
des réponses : le 29 août 2012
Société Radio-Canada
Salluit (Québec)
2012-0897-6
Ajout d’un émetteur pour CFFB Iqaluit
Date limite pour le dépôt des interventions, des observations ou
des réponses : le 29 août 2012
Société Radio-Canada
Inukjuak (Québec)
2012-0896-8
Ajout d’un émetteur pour CFFB Iqaluit
Date limite pour le dépôt des interventions, des observations ou
des réponses : le 29 août 2012
Société Radio-Canada
Puvirnituq (Québec)
2012-0895-0
Ajout d’un émetteur pour CFFB Iqaluit
Date limite pour le dépôt des interventions, des observations ou
des réponses : le 29 août 2012
OWN Inc.
L’ensemble du Canada
2012-0877-8
Diverses modifications à la licence de radiodiffusion de OWN:
The Oprah Winfrey Network (auparavant connu sous le nom
OWN; auparavant connu sous le nom VIVA), y compris à la
description de sa nature de service, avec l’objectif d’obtenir
une nouvelle désignation du service comme un service de
catégorie B spécialisé
Date limite pour le dépôt des interventions, des observations ou
des réponses : le 29 août 2012
[32-1-o]
[32-1-o]
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
DECISIONS
DÉCISIONS
The complete texts of the decisions summarized below are
available from the offices of the CRTC.
On peut se procurer le texte complet des décisions résumées
ci-après en s’adressant au CRTC.
2012-417
August 1, 2012
Various licensees
Across Canada
Renewed — Broadcasting licences for the national direct-to-home
satellite distribution undertakings and the national satellite relay
distribution undertakings listed in the appendix to the decision,
from September 1, 2012, to October 31, 2012.
2012-417
Le 1er août 2012
Diverses titulaires
L’ensemble du Canada
Renouvelé — Licences de radiodiffusion des entreprises nationales de distribution par satellite de radiodiffusion directe et des
entreprises nationales de distribution par relais satellite énumérées
à l’annexe de la décision, du 1er septembre 2012 au 31 octobre
2012.
2012-419
August 1, 2012
GlassBOX Television Inc. and 8182493 Canada Inc., partners
in a general partnership carrying on business as Blue Ant
Media Partnership
Across Canada
Approved — Application for authority to acquire, as part of a
corporate reorganization, the assets of the broadcasting undertakings held by GlassBOX Television Inc. and 7506465 Canada Inc.
2012-419
Le 1 er août 2012
GlassBOX Television Inc. et 8182493 Canada Inc., associés
dans une société en nom collectif faisant affaires sous le nom
de Blue Ant Media Partnership
L’ensemble du Canada
Approuvé — Demande en vue d’obtenir l’autorisation d’acquérir,
dans le cadre d’une réorganisation intrasociété, l’actif des entreprises de radiodiffusion détenues par GlassBOX Television Inc.
et 7506465 Canada Inc.
[32-1-o]
[32-1-o]
Le 11 août 2012
Gazette du Canada Partie I
2297
NATIONAL ENERGY BOARD
OFFICE NATIONAL DE L’ÉNERGIE
APPLICATION TO EXPORT ELECTRICITY TO THE
UNITED STATES
DEMANDE VISANT L’EXPORTATION D’ÉLECTRICITÉ
AUX ÉTATS-UNIS
Manitoba Hydro — Amendment to Permit EPE-35 to allow an
increase in export of energy to Great River Energy
Manitoba Hydro — Modification du permis EPE-35 pour
autoriser l’accroissement des exportations d’énergie à la société
Great River Energy
By an application dated July 16, 2012, Manitoba Hydro (the
“Applicant”) has applied to the National Energy Board (the
“Board”), under subsection 21(2) of the National Energy Board
Act (the “Act”), for approval to amend Permit EPE-35 to allow
for an increase in the quantity of energy to be exported under that
permit (from 663 GWh to 1 400 GWh annually) and more flexibility in the timing of such export (both the summer season and
the winter season). This export would be in accordance with the
terms of the Diversity Agreement dated February 1, 1991, as supplemented May 1, 2012, between Manitoba Hydro and Great
River Energy.
The Board wishes to obtain the views of interested parties on
this application before issuing a permit or recommending to the
Governor in Council that the application be designated for a licensing procedure. The directions on procedure that follow explain in detail the procedure that will be used.
Manitoba Hydro (le « demandeur ») a déposé auprès de l’Office national de l’énergie (l’« Office »), aux termes du paragraphe 21(2) de la Loi sur l’Office national de l’énergie (la « Loi »),
une demande datée du 16 juillet 2012 afin d’obtenir l’autorisation
d’accroître (de 663 GWh à 1 400 GWh annuellement) la quantité
d’énergie qu’elle peut exporter en vertu du permis EPE-35 et afin
d’obtenir plus de flexibilité en ce qui concerne la détermination
du moment d’une telle exportation (les saisons estivale et hivernale). L’énergie serait exportée en conformité avec les conditions
de l’accord sur la diversité conclu le 1er février 1991 entre Manitoba Hydro et Great River Energy et modifié le 1er mai 2012.
L’Office souhaite obtenir les commentaires des parties intéressées sur la présente demande avant de délivrer un permis ou de
recommander au gouverneur en conseil que la demande soit désignée pour un processus de délivrance de permis. Les instructions
relatives au processus énoncées ci-après exposent en détail la
démarche qui sera suivie.
1. Le demandeur doit déposer et conserver en dossier des copies de la demande, aux fins d’examen public pendant les heures
normales d’ouverture, à ses bureaux situés au 360 Portage Avenue, 22e étage, Winnipeg (Manitoba) R3C 0G8, 204-360-3041
(téléphone), nzettler@hydro.mb.ca (courriel), et en fournir une
copie à quiconque en fait la demande. Il est également possible de
consulter une copie de la demande, pendant les heures normales
d’ouverture, à la bibliothèque de l’Office, située au 444 Seventh
Avenue SW, Pièce 1002, Calgary (Alberta) T2P 0X8, ou en ligne
à l’adresse www.neb-one.gc.ca.
2. Les parties qui désirent déposer un mémoire doivent le faire
auprès de la Secrétaire, Office national de l’énergie, 444 Seventh
Avenue SW, Calgary (Alberta) T2P 0X8, 403-292-5503 (télécopieur), et le signifier au demandeur, au plus tard le 14 septembre 2012.
3. Conformément au paragraphe 119.06(2) de la Loi, l’Office
tiendra compte de tous les facteurs qu’il estime pertinents. En
particulier, il s’intéresse aux points de vue des déposants sur les
questions suivantes :
a) les conséquences de l’exportation sur les provinces autres
que la province exportatrice;
b) si le demandeur :
(i) a informé quiconque s’est montré intéressé par l’achat
d’électricité pour consommation au Canada des quantités et
des catégories de services offerts,
(ii) a donné la possibilité d’acheter de l’électricité à des conditions aussi favorables que celles indiquées dans la demande
à ceux qui ont, dans un délai raisonnable suivant la communication de ce fait, manifesté l’intention d’acheter de l’électricité pour consommation au Canada.
4. Si le demandeur souhaite répondre aux mémoires visés aux
points 2 et 3 du présent avis de la demande et des présentes instructions relatives à la procédure, il doit déposer sa réponse auprès de la secrétaire de l’Office et en signifier une copie à la partie qui a déposé le mémoire, au plus tard le 29 septembre 2012.
1. The Applicant shall deposit and keep on file, for public inspection during normal business hours, copies of the application at its offices located at 360 Portage Avenue, 22nd Floor,
Winnipeg, Manitoba R3C 0G8, 204-360-3041 (telephone),
nzettler@hydro.mb.ca (email), and provide a copy of the application to any person who requests one. A copy of the application is
also available for viewing during normal business hours in the
Board’s library, at 444 Seventh Avenue SW, Room 1002, Calgary, Alberta T2P 0X8, or online at www.neb-one.gc.ca.
2. Submissions that any party wishes to present shall be filed
with the Secretary, National Energy Board, 444 Seventh Avenue
SW, Calgary, Alberta T2P 0X8, 403-292-5503 (fax), and served
on the Applicant by September 14, 2012.
3. Pursuant to subsection 119.06(2) of the Act, the Board shall
have regard to all considerations that appear to it to be relevant. In
particular, the Board is interested in the views of submitters with
respect to
(a) the effect of the exportation of the electricity on provinces
other than that from which the electricity is to be exported; and
(b) whether the Applicant has
(i) informed those who have declared an interest in buying
electricity for consumption in Canada of the quantities and
classes of service available for sale, and
(ii) given an opportunity to purchase electricity on terms and
conditions as favourable as the terms and conditions specified in the application to those who, within a reasonable time
of being so informed, demonstrate an intention to buy electricity for consumption in Canada.
4. Any answer to submissions that the Applicant wishes to present in response to items 2 and 3 of this notice of application and
directions on procedure shall be filed with the Secretary of the
Board and served on the party that filed the submission by September 29, 2012.
2298
Canada Gazette Part I
August 11, 2012
5. For further information on the procedures governing the
Board’s examination, contact the Secretary of the Board at 403292-4800 (telephone) or 403-292-5503 (fax).
SHERI YOUNG
Secretary
5. Pour obtenir de plus amples renseignements sur les méthodes régissant l’examen mené par l’Office, veuillez communiquer
avec la secrétaire de l’Office, par téléphone au 403-292-4800 ou
par télécopieur au 403-292-5503.
La secrétaire
SHERI YOUNG
[32-1-o]
[32-1-o]
PUBLIC SERVICE COMMISSION
COMMISSION DE LA FONCTION PUBLIQUE
PUBLIC SERVICE EMPLOYMENT ACT
LOI SUR L’EMPLOI DANS LA FONCTION PUBLIQUE
Permission and leave granted
Permission et congé accordés
The Public Service Commission of Canada, pursuant to section 116 of the Public Service Employment Act, hereby gives notice that it has granted permission, pursuant to subsection 114(4)
of the said Act, to Christopher Skeete, Senior Programs Officer
(FB-4), Commercial — Secondary Unit, Canada Border Services
Agency, Laval, Quebec, to allow him to be a candidate during the
election period in the provincial election for the electoral district
of Vimont, Quebec. The date of the provincial election has not
been confirmed.
The Public Service Commission of Canada, pursuant to subsection 114(5) of the said Act, has also granted a leave of absence
without pay during the election period, effective at close of business on the first day of the election period, to allow him to be a
candidate during the election.
July 30, 2012
HÉLÈNE LAURENDEAU
Senior Vice-President
Policy Branch
La Commission de la fonction publique du Canada, en vertu de
l’article 116 de la Loi sur l’emploi dans la fonction publique,
donne avis par la présente qu’elle a accordé à Christopher Skeete,
agent principal des programmes (FB-4), Unité Commerce —
secondaire, Agence des services frontaliers du Canada, Laval
(Québec), la permission, aux termes du paragraphe 114(4) de
ladite loi, de tenter d’être candidat pendant la période électorale,
pour la circonscription de Vimont (Québec) à la prochaine élection provinciale. La date de l’élection provinciale n’a pas encore
été fixée.
En vertu du paragraphe 114(5) de ladite loi, la Commission de
la fonction publique du Canada lui a aussi accordé, pour la période électorale, un congé sans solde devant commencer à la fermeture des bureaux le premier jour de cette période électorale
pour lui permettre d’être candidat à cette élection.
Le 30 juillet 2012
La vice-présidente principale
Direction générale des politiques
HÉLÈNE LAURENDEAU
[32-1-o]
[32-1-o]
PUBLIC SERVICE COMMISSION
COMMISSION DE LA FONCTION PUBLIQUE
PUBLIC SERVICE EMPLOYMENT ACT
LOI SUR L’EMPLOI DANS LA FONCTION PUBLIQUE
Permission granted
Permission accordée
The Public Service Commission of Canada, pursuant to section 116 of the Public Service Employment Act, hereby gives notice that it has granted permission, pursuant to subsection 115(2)
of the said Act, to Samuel Austin, Real Estate Analyst (EC-4),
Department of Public Works and Government Services, Halifax,
Nova Scotia, to be a candidate, before and during the election
period, for the position of Councillor for the Halifax Regional
Municipality, Nova Scotia, in a municipal election to be held on
October 20, 2012.
July 26, 2012
KATHY NAKAMURA
Director General
Political Activities and
Non-Partisanship Directorate
La Commission de la fonction publique du Canada, en vertu de
l’article 116 de la Loi sur l’emploi dans la fonction publique,
donne avis par la présente qu’elle a accordé à Samuel Austin,
analyste en immobilier (EC-4), ministère des Travaux publics et
des Services gouvernementaux, Halifax (Nouvelle-Écosse), la
permission, aux termes du paragraphe 115(2) de ladite loi, de se
porter candidat, avant et pendant la période électorale, au poste de
conseiller de la municipalité régionale de Halifax (NouvelleÉcosse), à l’élection municipale prévue pour le 20 octobre 2012.
Le 26 juillet 2012
La directrice générale
Direction des activités politiques
et de l’impartialité politique
KATHY NAKAMURA
[32-1-o]
[32-1-o]
Le 11 août 2012
Gazette du Canada Partie I
2299
MISCELLANEOUS NOTICES
AVIS DIVERS
L’ASSOCIATION DES GESTIONNAIRES
CRÉDIT-CAMIONNAGE INC.
L’ASSOCIATION DES GESTIONNAIRES
CRÉDIT-CAMIONNAGE INC.
SURRENDER OF CHARTER
ABANDON DE CHARTE
Notice is hereby given that L’ASSOCIATION DES GESTIONNAIRES CRÉDIT-CAMIONNAGE INC. intends to apply
to the Minister of Industry for leave to surrender its charter pursuant to subsection 32(1) of the Canada Corporations Act.
ANGELO D’ANELLO
Administrator
Avis est par les présentes donné que L’ASSOCIATION DES
GESTIONNAIRES CRÉDIT-CAMIONNAGE INC. demandera
au ministre de l’Industrie la permission d’abandonner sa charte
en vertu du paragraphe 32(1) de la Loi sur les corporations
canadiennes.
Le 1er juillet 2012
L’administrateur
ANGELO D’ANELLO
[32-1-o]
[32-1-o]
July 1, 2012
CITY OF VICTORIA
CITY OF VICTORIA
PLANS DEPOSITED
DÉPÔT DE PLANS
The City of Victoria hereby gives notice that an application has
been made to the Minister of Transport, Infrastructure and Communities under the Navigable Waters Protection Act for approval
of the plans and site of the work described herein. Under section 9
of the said Act, the City of Victoria has deposited with the Minister of Transport, Infrastructure and Communities and in the Land
Titles Office for the Victoria Land Titles District, at Victoria,
British Columbia, under deposit No. FB459536, a description of
the site and plans for the demolition and replacement of the Johnson Street Bridge over Victoria Harbour, connecting the neighbourhoods of West Victoria to Downtown. The location of the
bridge also delineates the transition between the Inner Harbour
and the Upper Harbour, which are designated areas within the
Port of Victoria Master Plan. The bridge is located at the foot of
Pandora Avenue and Johnson Street to the east and Johnson
Street and Esquimalt Road to the west.
DWAYNE KALYNCHUK
Project Manager
La City of Victoria donne avis, par les présentes, qu’une demande a été déposée auprès du ministre des Transports, de
l’Infrastructure et des Collectivités, en vertu de la Loi sur la protection des eaux navigables, pour l’approbation des plans et de
l’emplacement de l’ouvrage décrit ci-après. La City of Victoria a,
en vertu de l’article 9 de ladite loi, déposé auprès du ministre
des Transports, de l’Infrastructure et des Collectivités et au
bureau des titres fonciers du district d’enregistrement de
Victoria, à Victoria (Colombie-Britannique), sous le numéro de
dépôt FB459536, une description de l’emplacement et les plans
de la démolition et du remplacement du pont Johnson Street
au-dessus du havre de Victoria, qui relie les quartiers de West
Victoria au centre-ville. L’emplacement du pont indique aussi le
point de démarcation entre le havre Inner et le havre Upper, qui
sont des zones désignées dans le plan directeur du port de Victoria. Le pont se situe à l’extrémité de l’avenue Pandora et de la
rue Johnson, à l’est, et à l’extrémité de la rue Johnson et de la rue
Esquimalt, à l’ouest.
Tout commentaire relatif à l’incidence de cet ouvrage sur la
navigation maritime peut être adressé au Surintendant, Programme de protection des eaux navigables, Transports Canada, 800, rue Burrard, Bureau 620, Vancouver (ColombieBritannique) V6Z 2J8. Veuillez noter que seuls les commentaires
faits par écrit et reçus au plus tard 30 jours suivant la date de publication du dernier avis seront considérés. Même si tous les
commentaires respectant les conditions précitées seront considérés, aucune réponse individuelle ne sera transmise.
Victoria, le 1er août 2012
Le gestionnaire de projet
DWAYNE KALYNCHUK
[32-1-o]
[32-1]
Comments regarding the effect of this work on marine navigation may be directed to the Superintendent, Navigable Waters
Protection Program, Transport Canada, 800 Burrard Street,
Suite 620, Vancouver, British Columbia V6Z 2J8. However, comments will be considered only if they are in writing and are received not later than 30 days after the date of publication of the
last notice. Although all comments conforming to the above will
be considered, no individual response will be sent.
Victoria, August 1, 2012
DEXIA CRÉDIT LOCAL S.A.
DEXIA CRÉDIT LOCAL S.A.
RELEASE OF ASSETS
LIBÉRATION D’ACTIF
Notice is hereby given, pursuant to subsection 599(2) of the
Bank Act (Canada), that Dexia Crédit Local S.A. intends to make
application to the Superintendent of Financial Institutions on or
after September 4, 2012, for the release of its assets in Canada.
Avis est par les présentes donné, aux termes du paragraphe 599(2) de la Loi sur les banques (Canada), que Dexia Crédit
Local S.A. prévoit effectuer une demande auprès du surintendant
des institutions financières le 4 septembre 2012 ou après cette
date pour la libération de ses éléments d’actif au Canada.
2300
Canada Gazette Part I
August 11, 2012
Depositors or creditors of Dexia Crédit Local S.A. opposing
the release must file their opposition with the Superintendent of
Financial Institutions (Canada), 255 Albert Street, Ottawa, Ontario K1A 0H2, on or before September 4, 2012.
DEXIA CRÉDIT LOCAL S.A.
Les déposants ou les créanciers de Dexia Crédit Local S.A. qui
s’opposent à la libération doivent faire acte d’opposition auprès
du Surintendant des institutions financières (Canada), 255, rue
Albert, Ottawa (Ontario) K1A 0H2, au plus tard le 4 septembre 2012.
Montréal, le 28 juillet 2012
DEXIA CRÉDIT LOCAL S.A.
[30-4-o]
[30-4-o]
Montréal, July 28, 2012
IFA 2009 CANADA VANCOUVER CONGRESS
IFA 2009 CANADA VANCOUVER CONGRESS
SURRENDER OF CHARTER
ABANDON DE CHARTE
Notice is hereby given that IFA 2009 Canada Vancouver Congress intends to apply to the Minister of Industry for leave to surrender its charter pursuant to subsection 32(1) of the Canada
Corporations Act.
July 27, 2012
ELIZABETH HOOPER
Secretary
Avis est par les présentes donné que IFA 2009 Canada Vancouver Congress demandera au ministre de l’Industrie la permission d’abandonner sa charte en vertu du paragraphe 32(1) de la
Loi sur les corporations canadiennes.
Le 27 juillet 2012
La secrétaire
ELIZABETH HOOPER
[32-1-o]
[32-1-o]
THE KINGSTON AND PEMBROKE RAILWAY
COMPANY
COMPAGNIE DU CHEMIN DE FER DE KINGSTON À
PEMBROKE
ANNUAL GENERAL MEETING
ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ANNUELLE
Notice is hereby given that the annual general meeting of the
shareholders of The Kingston and Pembroke Railway Company
will be held on Tuesday, September 11, 2012, at 9:45 a.m., Calgary time, in the Yale Room, Suite 920, Gulf Canada Square,
401 9th Avenue SW, Calgary, Alberta, for presentation of the
financial statements, the election of directors and for the transaction of such other business as may properly come before the
meeting.
Calgary, July 16, 2012
By order of the Board
M. H. LEONG
Secretary-Treasurer
L’assemblée générale annuelle des actionnaires de la Compagnie du chemin de fer de Kingston à Pembroke se tiendra au Gulf
Canada Square, 401 9th Avenue SW, Calgary (Alberta), dans la
salle Yale, bureau 920, le mardi 11 septembre 2012, à 9 h 45,
heure de Calgary, pour présenter les états financiers, élire les administrateurs et examiner toutes les questions dont elle pourra être
saisie.
[31-4-o]
[31-4-o]
Calgary, le 16 juillet 2012
Par ordre du conseil
Le secrétaire-trésorier
M. H. LEONG
THE LAKE ERIE AND NORTHERN RAILWAY
COMPANY
LE CHEMIN DE FER DU LAC ÉRIÉ ET DU NORD
ANNUAL GENERAL MEETING
ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ANNUELLE
Notice is hereby given that the annual general meeting of the
shareholders of The Lake Erie and Northern Railway Company
will be held on Tuesday, September 11, 2012, at 9:15 a.m., Calgary time, in the Yale Room, Suite 920, Gulf Canada Square,
401 9th Avenue SW, Calgary, Alberta, for presentation of the
financial statements, the election of directors and for the transaction of such other business as may properly come before the
meeting.
Calgary, July 16, 2012
By order of the Board
M. H. LEONG
Secretary
L’assemblée générale annuelle des actionnaires du Chemin de
fer du Lac Érié et du Nord se tiendra au Gulf Canada Square,
401 9th Avenue SW, Calgary (Alberta), dans la salle Yale, bureau 920, le mardi 11 septembre 2012, à 9 h 15, heure de Calgary,
pour présenter les états financiers, élire les administrateurs et
examiner toutes les questions dont elle pourra être saisie.
[31-4-o]
[31-4-o]
Calgary, le 16 juillet 2012
Par ordre du conseil
Le secrétaire
M. H. LEONG
Le 11 août 2012
Gazette du Canada Partie I
2301
MANITOBA AND NORTH WESTERN RAILWAY
COMPANY OF CANADA
COMPAGNIE DU CHEMIN DE FER DU MANITOBA ET
DU NORD-OUEST DU CANADA
ANNUAL GENERAL MEETING
ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ANNUELLE
Notice is hereby given that the annual general meeting of the
shareholders of Manitoba and North Western Railway Company
of Canada will be held on Tuesday, September 11, 2012, at
10 a.m., Calgary time, in the Yale Room, Suite 920, Gulf Canada
Square, 401 9th Avenue SW, Calgary, Alberta, for presentation of
the financial statements, the election of directors and for the
transaction of such other business as may properly come before
the meeting.
Calgary, July 16, 2012
By order of the Board
M. H. LEONG
Secretary
L’assemblée générale annuelle des actionnaires de la Compagnie du chemin de fer du Manitoba et du Nord-Ouest du Canada
se tiendra au Gulf Canada Square, 401 9th Avenue SW, Calgary
(Alberta), dans la salle Yale, bureau 920, le mardi 11 septembre
2012, à 10 h, heure de Calgary, pour présenter les états financiers,
élire les administrateurs et examiner toutes les questions dont elle
pourra être saisie.
[31-4-o]
[31-4-o]
Calgary, le 16 juillet 2012
Par ordre du conseil
Le secrétaire
M. H. LEONG
MINISTÈRE DES TRANSPORTS DU QUÉBEC
MINISTÈRE DES TRANSPORTS DU QUÉBEC
PLANS DEPOSITED
DÉPÔT DE PLANS
The Ministère des Transports du Québec [the department of
transportation of Quebec] hereby gives notice that an application
has been made to the Minister of Transport, Infrastructure and
Communities under the Navigable Waters Protection Act for approval of the plans and site of the work described herein. Under
section 9 of the said Act, the Ministère des Transports du Québec
has deposited with the Minister of Transport, Infrastructure and
Communities and in the office of the District Registrar of the
Land Registry District of Abitibi, at 552 1re Avenue, Amos, Quebec, under deposit No. 19 249 697, a description of the site and
plans for a new bridge to replace existing bridge 00083 on
Road 117, over Endormi Lake (the Louvicourt River), in Val-d’Or,
and located on a portion of a road (as shown on the original plan),
in the township of Louvicourt, in the registration division of
Abitibi.
Comments regarding the effect of this work on marine navigation may be directed to the Manager, Navigable Waters Protection Program, Transport Canada, 1550 D’Estimauville Avenue,
Suite 401, Québec, Quebec G1J 0C8. However, comments will be
considered only if they are in writing and are received not later
than 30 days after the date of publication of the last notice. Although all comments conforming to the above will be considered,
no individual response will be sent.
YVES COUTU, P.Eng.
Director, Abitibi-Témiscamingue
Le ministère des Transports du Québec donne avis, par les présentes, qu’une demande a été déposée auprès du ministre des
Transports, de l’Infrastructure et des Collectivités, en vertu de la
Loi sur la protection des eaux navigables, pour l’approbation des
plans et de l’emplacement de l’ouvrage décrit ci-après. Le ministère des Transports du Québec a, en vertu de l’article 9 de ladite
loi, déposé auprès du ministre des Transports, de l’Infrastructure
et des Collectivités et au bureau de la publicité des droits du district d’enregistrement de l’Abitibi, au 552, 1re Avenue, à Amos
(Québec), sous le numéro de dépôt 19 249 697, une description de
l’emplacement et les plans d’un pont que l’on propose de
construire, en remplacement du pont existant P-00083, sur la
route 117, au-dessus du lac Endormi (la rivière Louvicourt), à
Val-d’Or, situé sur une partie d’un chemin montré à l’originaire,
dans le canton de Louvicourt, circonscription foncière d’Abitibi.
Tout commentaire relatif à l’incidence de cet ouvrage sur la
navigation maritime peut être adressé au Gestionnaire, Programme de protection des eaux navigables, Transports Canada,
1550, avenue d’Estimauville, Bureau 401, Québec (Québec) G1J
0C8. Veuillez noter que seuls les commentaires faits par écrit et
reçus au plus tard 30 jours suivant la date de publication du dernier avis seront considérés. Même si tous les commentaires respectant les conditions précitées seront considérés, aucune réponse
individuelle ne sera transmise.
Rouyn-Noranda, le 30 juillet 2012
Le directeur de l’Abitibi-Témiscamingue
YVES COUTU, ing.
[32-1-o]
[32-1-o]
Rouyn-Noranda, July 30, 2012
THE MONTREAL AND ATLANTIC RAILWAY
COMPANY
COMPAGNIE DU CHEMIN DE FER DE MONTRÉAL À
L’ATLANTIQUE
ANNUAL GENERAL MEETING
ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ANNUELLE
Notice is hereby given that the annual general meeting of the
shareholders of The Montreal and Atlantic Railway Company
will be held on Tuesday, September 11, 2012, at 10:20 a.m.,
Montréal time, in Room 400-088, Windsor Station, Montréal,
L’assemblée générale annuelle des actionnaires de la Compagnie du chemin de fer de Montréal à l’Atlantique se tiendra à la
gare Windsor, Montréal (Québec), dans la salle 400-088, le mardi
11 septembre 2012, à 10 h 20, heure de Montréal, pour présenter
2302
Canada Gazette Part I
August 11, 2012
Quebec, for presentation of the financial statements, the election
of directors and for the transaction of such other business as may
properly come before the meeting.
Calgary, July 16, 2012
By order of the Board
M. H. LEONG
Secretary
les états financiers, élire les administrateurs et examiner toutes les
questions dont elle pourra être saisie.
[31-4-o]
[31-4-o]
Calgary, le 16 juillet 2012
Par ordre du conseil
Le secrétaire
M. H. LEONG
REDBRICK BANK
BANQUE DE BRIQUE ROUGE
APPLICATION TO ESTABLISH A BANK
DEMANDE DE CONSTITUTION D’UNE BANQUE
Notice is hereby given, pursuant to subsection 25(2) of the
Bank Act (Canada), that Canadian First Financial Holdings Limited (“Canadian First”), which presently owns Canadian First
Financial Centres Limited and Canadian First Financial Insurance
Services, an Ontario life insurance agency, and is associated with
the Canadian First Financial Centres group of companies, intends
to apply to the Minister of Finance, through its wholly owned
subsidiary Canadian First Financial Capital Corporation, for letters patent incorporating a wholly owned bank to carry on the
business of banking in Canada. Canadian First’s head office is in
Toronto, Ontario.
The bank will carry on business in Canada under the name of
RedBrick Bank in English and Banque de Brique Rouge in
French, and its head office will be located in Toronto, Ontario.
Any person who objects may submit an objection in writing
to the Office of the Superintendent of Financial Institutions,
255 Albert Street, Ottawa, Ontario K1A 0H2, on or before
September 10, 2012.
July 21, 2012
REDBRICK BANK
Note: The publication of this Notice should not be construed as
evidence that letters patent will be issued to establish the bank.
The granting of the order will be dependent upon the normal Bank
Act application review process and the discretion of the Minister
of Finance.
Avis est par les présentes donné, conformément au paragraphe 25(2) de la Loi sur les banques (Canada), que Canadian First
Financial Holdings Limited (« Canadian First »), qui détient actuellement Canadian First Financial Centres Limited et Canadian
First Financial Insurance Services, une agence d’assurance-vie en
Ontario, et qui est associée avec le groupe des entreprises Canadian First Financial Centres, a l’intention de demander au ministre des Finances, par l’entremise de sa filiale en propriété exclusive Canadian First Financial Capital Corporation, des lettres
patentes constituant une banque en propriété exclusive pour y
mener des activités bancaires au Canada. Le siège social de Canadian First est situé à Toronto, en Ontario.
La banque exercera des activités au Canada sous le nom de
RedBrick Bank en anglais et Banque de Brique Rouge en français, et son siège social sera situé à Toronto, en Ontario.
Toute personne qui s’oppose à la délivrance des lettres patentes
peut soumettre une objection par écrit au Bureau du surintendant
des institutions financières, 255, rue Albert, Ottawa (Ontario)
K1A 0H2, au plus tard le 10 septembre 2012.
Le 21 juillet 2012
BANQUE DE BRIQUE ROUGE
Nota : La publication du présent avis ne doit pas être interprétée
comme une preuve que des lettres patentes seront émises pour
constituer la banque. L’octroi des lettres patentes sera assujetti au
processus normal d’examen des demandes en vertu de la Loi sur
les banques et à la discrétion du ministre des Finances.
[29-4-o]
[29-4-o]
Le 11 août 2012
Gazette du Canada Partie I
PROPOSED REGULATIONS
RÈGLEMENTS PROJETÉS
Table of Contents
Table des matières
Page
Immigration and Refugee Board
Refugee Protection Division Rules..............................
Refugee Appeal Division Rules...................................
Page
2304
2360
Commission de l’immigration et du statut de réfugié
Règles de la Section de la protection des réfugiés.......
Règles de la Section d’appel des réfugiés....................
2304
2360
2395
Finances, min. des
Règlement sur les régimes de pension agréés
collectifs .................................................................
2395
Finance, Dept. of
Pooled Registered Pension Plans Regulations.............
2303
2304
Canada Gazette Part I
August 11, 2012
Refugee Protection Division Rules
Règles de la Section de la protection des réfugiés
Statutory authority
Immigration and Refugee Protection Act
Fondement législatif
Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés
Sponsoring agency
Immigration and Refugee Board
Organisme responsable
Commission de l’immigration et du statut de réfugié
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the rules.)
(Ce résumé ne fait pas partie des règles.)
1. Executive summary
Issue: Canada’s refugee determination system is respected
internationally for its high degree of fairness and the quality of
its proceedings and decisions. However, the system is being
undermined by long wait times and a significant backlog of
cases. To address these challenges, the Balanced Refugee Reform Act (BRRA), introduced by the Minister of Citizenship,
Immigration and Multiculturalism, was passed by Parliament
on June 29, 2010. The BRRA included legislative amendments to the Immigration and Refugee Protection Act (IRPA)
that were intended to improve the efficiency of the refugee determination system in order to reduce the amount of time individuals wait to receive decisions on their claims. To further
expedite the processing of refugee claims, the Protecting Canada’s Immigration System Act (PCISA), which includes legislative amendments to the BRRA and the IRPA, received
Royal Assent on June 28, 2012. In order to realize the efficiencies and objectives of the BRRA and the PCISA, there is a
need for new Refugee Protection Division Rules (RPD Rules)
and Refugee Appeal Division Rules (RAD Rules). The RPD
Rules and RAD Rules provide clear and transparent direction on the practices and procedures of the Immigration and
Refugee Board (IRB) Divisions (or Tribunals) to parties and
their counsel appearing before the IRB, to the IRB staff who
process cases and to decision makers (or members) who render decisions on cases. If new RPD Rules and RAD Rules are
not made prior to implementation of the new system, it will be
impossible to properly implement and operationalize the legislative amendments assented to in the BRRA and the PCISA.
Description: The following IRB Rules are being proposed:
• New Refugee Protection Division Rules (RPD Rules) —
the rules that govern the processes of the Refugee Protection Division (RPD); and
• New Refugee Appeal Division Rules (RAD Rules) — the
rules that govern the processes of the Refugee Appeal
Division (RAD).
1. Résumé
Enjeu : Le système canadien de protection des réfugiés jouit
d’un grand respect partout dans le monde pour sa grande équité et la qualité de sa procédure et de ses décisions. Cependant,
les longs délais et l’arriéré important de cas qui le caractérisent nuisent au système. Pour surmonter ces difficultés, la Loi
sur des mesures de réforme équitables concernant les réfugiés
(LMRER), présentée par le ministre de la Citoyenneté, de
l’Immigration et du Multiculturalisme, a été adoptée par le
Parlement le 29 juin 2010. La LMRER prévoyait des modifications à la Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés
(LIPR) qui visaient à accroître l’efficacité du système de protection des réfugiés afin de réduire le délai d’attente d’une décision concernant une demande d’asile. Dans le but d’accélérer davantage le traitement des demandes d’asile, la Loi visant
à protéger le système d’immigration du Canada (LVPSIC),
qui prévoit des modifications à la LMRER et à la LIPR, a reçu
la sanction royale le 28 juin 2012. Pour que la LMRER et la
LVPSIC puissent être pleinement efficaces et qu’elles puissent
atteindre leurs objectifs, il faut se doter de nouvelles Règles de
la Section de la protection des réfugiés (Règles de la SPR) et
Règles de la Section d’appel des réfugiés (Règles de la SAR).
Les Règles de la SPR et les Règles de la SAR fournissent des
directives claires et transparentes sur les pratiques et les procédures des sections de la Commission de l’immigration et du
statut de réfugié du Canada (CISR) aux parties et à leurs
conseils qui comparaissent devant la CISR, au personnel de la
CISR qui s’occupe du traitement des cas et aux décideurs (ou
commissaires) qui rendent des décisions sur les cas. Si les
nouvelles Règles de la SPR et Règles de la SAR ne sont pas
établies avant la mise en œuvre du nouveau système, il sera
impossible de bien mettre en œuvre et d’appliquer les modifications sanctionnées dans la LMRER et la LVPSIC.
Description : Les règles de la CISR proposées sont les
suivantes :
• nouvelles Règles de la Section de la protection des réfugiés (Règles de la SPR) — les règles qui régissent les processus de la Section de la protection des réfugiés (SPR);
• nouvelles Règles de la Section d’appel des réfugiés (Règles de la SAR) — les règles qui régissent les processus de
la Section d’appel des réfugiés (SAR).
Le 11 août 2012
The new Oath or Solemn Affirmation of Office Rules (Immigration and Refugee Board), the rules that govern the oath or
solemn affirmation of office taken by IRB decision makers,
are not being amended from the version published in the Canada Gazette, Part I, on July 2, 2011.
New RPD Rules and RAD Rules are being proposed in order
to implement the procedural changes to the refugee determination system under the BRRA, as amended, and the PCISA,
and to address recommendations of the Standing Joint Committee for the Scrutiny of Regulations (SJCSR) and the Office
of the Commissioner of Official Languages (OCOL).
Cost-benefit statement: The RPD Rules and RAD Rules, as
outlined in this proposal, would contribute to the systemic savings that will result from faster processing under the BRRA
and the PCISA. Overall, it has been estimated by Citizenship
and Immigration Canada (CIC) that the PCISA will result in
provincial savings estimated at $1.4 billion in present
value (PV) terms over five years (2012/13–2016/17) due to
faster processing and faster removals largely as a result of
failed claimants spending less time in Canada with access to
welfare and social services. The proposed RPD Rules and
RAD Rules would contribute to the faster processing of claims
while maintaining fairness.
Additional costs associated with the proposed new RPD Rules
and RAD Rules are estimated to be $1.9 million (PV) over a
10-year study horizon (2012/13–2021/22) and are outlined
below. All figures are in present value terms and are reflected
in 2012 dollars. The additional costs are a result of process
changes and new operational requirements arising from the
BRRA and the PCISA. All monetized costs would be absorbed by the IRB within existing resources and resources that
the IRB has secured for the implementation of the BRRA reform package as a whole.
Business and consumer impacts: The proposed RPD Rules
and RAD Rules would have no economic impact or implications for business, consumers, competition, jobs or trade.
Domestic and international coordination and cooperation:
These proposed RPD Rules and RAD Rules would require
changes to the existing procedures of CIC and the Canada
Border Services Agency (CBSA). Therefore, in a manner
which respects its status as an independent administrative tribunal, the IRB will continue to work closely with CIC and the
CBSA to ensure that the RPD Rules and the RAD Rules support a fair and efficient refugee determination system. Both
CIC and the CBSA have expressed their support for this regulatory proposal.
Performance measurement and evaluation plan: Three
years after implementation of the new refugee determination
system under the BRRA and PCISA, a full review of the new
system would be carried out, an effort which will be led by
CIC. The IRB would participate in a manner which respects
the IRB’s status as an independent administrative tribunal.
Gazette du Canada Partie I
2305
Les nouvelles Règles sur le serment professionnel ou la déclaration (Commission de l’immigration et du statut de réfugié),
les règles qui régissent le serment professionnel ou la déclaration que doivent prêter les décideurs, n’ont pas été modifiées
par rapport à la version publiée dans la Partie I de la Gazette
du Canada le 2 juillet 2011.
Les nouvelles Règles de la SPR et Règles de la SAR sont
proposées dans le but de mettre en œuvre les modifications
procédurales se rapportant au système de protection des réfugiés prévues dans la version de la LMRER, modifiée, et dans
la LVPSIC, et de donner suite aux recommandations formulées par le Comité mixte permanent d’examen de la réglementation (CMPER) et le Commissariat aux langues officielles
(CLO).
Énoncé des coûts et avantages : Les Règles de la SPR et les
Règles de la SAR, comme l’explique la présente proposition,
contribueront aux économies systémiques qui découleront du
traitement plus rapide des cas sous le régime de la LMRER et
de la LVPSIC. Selon l’estimation de Citoyenneté et Immigration Canada (CIC), la LVPSIC entraînera globalement des
économies à l’échelle provinciale de 1,4 milliard de dollars
(valeur actuelle [VA]) sur cinq ans (de 2012-2013 à 20162017) grâce au traitement et aux renvois plus rapides, du fait
que les demandeurs d’asile déboutés passeront moins de temps
au Canada et profiteront moins longtemps de l’aide sociale et
des services sociaux. Les modifications aux Règles de la SPR
et aux Règles de la SAR proposées contribueront au traitement
plus rapide des demandes d’asile tout en préservant l’équité.
Selon les estimations, les coûts supplémentaires liés aux nouvelles Règles de la SPR et Règles de la SAR proposées seront
de 1,9 million de dollars (VA) sur une période de 10 ans
(2012-2013 à 2021-2022) et sont indiqués ci-dessous. Tous les
montants sont indiqués selon leur valeur actuelle et en dollars
de 2012. Ces coûts supplémentaires sont le résultat de changements apportés aux processus et de nouvelles exigences
opérationnelles découlant de la LMRER et de la LVPSIC.
Tous les coûts monétaires seront couverts par les ressources
actuelles et les ressources obtenues par la CISR pour mettre en
œuvre la réforme liée à la LMRER et tout ce qui en découle.
Incidences sur les entreprises et les consommateurs : Les
Règles de la SPR et les Règles de la SAR proposées n’auront
aucune répercussion économique sur les entreprises, les consommateurs, la concurrence, les emplois ou le commerce.
Coordination et coopération à l’échelle nationale et internationale : Les Règles de la SPR et les Règles de la SAR proposées nécessiteront la modification des procédures actuelles
de CIC et de l’Agence des services frontaliers du Canada
(ASFC). Par conséquent, tout en respectant son statut de tribunal administratif indépendant, la CISR continuera à collaborer étroitement avec CIC et l’ASFC pour veiller à ce que les
Règles de la SPR et les Règles de la SAR soutiennent un système de protection des réfugiés équitable et efficace. CIC ainsi
que l’ASFC ont tous deux exprimé leur appui à l’égard de ce
projet de réglementation.
Mesures de rendement et plan d’évaluation : Trois ans
après la mise en œuvre du nouveau système de protection des
réfugiés sous le régime de la LMRER et de la LVPSIC, on
procédera à un examen complet du nouveau système, examen
qui sera dirigé par CIC. La CISR participera à l’examen en
fonction de ce que lui permet son statut de tribunal administratif indépendant.
2306
Canada Gazette Part I
August 11, 2012
2. Background
2. Contexte
Canada’s refugee determination system is respected internationally for its high degree of fairness and the quality of its
proceedings and decisions. However, the system is being undermined by long wait times and a significant backlog of cases. Individuals who have made an in-Canada refugee protection claim
currently wait on average approximately 18 months for an initial
decision on their claim. Canada’s refugee determination system
is further burdened by a backlog of cases which consisted of
39 400 claims as of the end of March 2012.
On February 16, 2012, the Minister introduced Bill C-31, the
Protecting Canada’s Immigration System Act (PCISA). The
PCISA, which received Royal Assent on June 28, 2012, includes
legislative amendments to the BRRA and the IRPA that are intended to further expedite the processing of refugee claims.
Le système canadien de protection des réfugiés jouit d’un
grand respect partout dans le monde pour sa grande équité et la
qualité de sa procédure et de ses décisions. Cependant, les longs
délais et l’arriéré important de cas qui le caractérisent nuisent au
système. Les personnes qui présentent une demande d’asile à
partir du Canada attendent actuellement environ 18 mois pour
obtenir une décision initiale sur leur demande d’asile, et le système canadien de protection des réfugiés est aux prises avec un
arriéré important de cas, qui s’élevait à 39 400 demandes d’asile à
la fin de mars 2012.
Pour surmonter ces difficultés ainsi que d’autres défis, le ministre de la Citoyenneté, de l’Immigration et du Multiculturalisme
(le ministre) a déposé le projet de loi C-11, la Loi sur des mesures
de réforme équitables concernant les réfugiés (LMRER). La
LMRER, qui a reçu la sanction royale le 29 juin 2010, comporte
des modifications à la Loi sur l’immigration et la protection des
réfugiés (LIPR), qui visaient à accroître l’efficacité du système de
protection des réfugiés afin de réduire le délai d’attente d’une
décision concernant une demande d’asile.
Le 16 février 2012, le ministre a déposé le projet de loi C-31, la
Loi visant à protéger le système d’immigration du Canada
(LVPSIC). La LVPSIC, qui a reçu la sanction royale le 28 juin
2012, comporte des modifications à la LMRER et à la LIPR, qui
visent à accélérer davantage le traitement des demandes d’asile.
3. Issue
3. Enjeux/problèmes
In order to implement the BRRA and the PCISA, there is a
need to revise the RPD Rules and RAD Rules that were prepublished in the Canada Gazette, Part I, on July 2, 2011. The
RPD Rules and RAD Rules would govern the processes of the
RPD and RAD respectively.
Afin de mettre en œuvre la LMRER et la LVPSIC, il faut réviser les Règles de la SPR et les Règles de la SAR qui ont fait
l’objet d’une publication préalable dans la Partie I de la Gazette
du Canada le 2 juillet 2011. Les Règles de la SPR et les
Règles de la SAR régiront les processus de la SPR et de la SAR
respectivement.
Le paragraphe 161(1) de la LIPR prévoit que, sous réserve de
l’agrément du gouverneur en conseil, le président de la CISR peut
prendre des règles visant les travaux, la procédure et la pratique
des sections. Des règles particulières régissent le processus décisionnel de chaque section de la CISR. Les règles sont essentielles
au bon fonctionnement de la CISR puisqu’elles fournissent des
directives claires et transparentes sur les pratiques et les procédures de la CISR aux parties et à leurs conseils qui comparaissent
devant la CISR, au personnel de la CISR qui s’occupe du traitement des cas et aux commissaires qui rendent des décisions sur
les cas. Elles assurent un processus uniforme aux parties qui
comparaissent devant les sections de la CISR et qui y présentent
leurs cas ainsi que le traitement administratif équitable et efficient
des cas. Les règles fournissent aussi une orientation aux sections
de sorte que tous les cas sont traités d’une manière uniforme dans
le respect des principes d’équité et de justice naturelle.
Il est nécessaire d’établir de nouvelles Règles de la SPR et Règles de la SAR afin de mettre en œuvre les modifications procédurales liées au système de protection des réfugiés, tel qu’il est
prévu dans la LMRER et la LVPSIC. Les dispositions pertinentes
de la LMRER et de la LVPSIC entreront en vigueur d’ici la fin
de 2012.
To address these and other challenges, the Minister of Citizenship, Immigration and Multiculturalism (the Minister) introduced
Bill C-11, the Balanced Refugee Reform Act (BRRA). The
BRRA, which received Royal Assent on June 29, 2010, included
legislative amendments to the Immigration and Refugee Protection Act (IRPA) that were intended to improve the efficiency of
the refugee determination system in order to reduce the amount of
time individuals wait to receive decisions on their claims.
Subsection 161(1) of the IRPA provides that, subject to the approval of the Governor in Council, the IRB Chairperson may
make rules respecting the activities, practices and procedures of
each Division (also know as Tribunals). Each IRB Tribunal has
its own rules to govern its tribunal processes. Rules are necessary
for the proper functioning of the IRB, as they provide clear and
transparent direction on the practices and procedures of the IRB
to parties and their counsel appearing before the IRB, the IRB
staff who process cases and members who render decisions on
cases. This direction ensures that parties appear and present their
cases before the IRB’s Divisions in a consistent manner, thereby
facilitating the fair and efficient administrative processing of
cases. It also provides guidance to the Divisions to ensure that all
cases are processed in a consistent manner that respects the principles of fairness and natural justice.
New RPD Rules and RAD Rules are necessary in order to implement the procedural changes in the refugee determination system under the BRRA and the PCISA. It is anticipated that the
relevant provisions of the BRRA and the PCISA will come into
force by the end of 2012.
4. Objectives
4. Objectifs
The objective of the new RPD Rules and RAD Rules, as described in this proposal, is to contribute to the implementation of
the BRRA, as amended, and the PCISA, so that their intended
objectives may be fully realized.
The IRB is a quasi-judicial, independent, administrative tribunal currently comprised of three Divisions, each being a separate
Tribunal with a unique statutory mandate. The IRB is responsible
Les nouvelles Règles de la SPR et Règles de la SAR qui sont
décrites dans la présente proposition visent à contribuer à la mise
en œuvre de la LMRER, dans sa version modifiée, et de la
LVPSIC, de façon à réaliser pleinement leurs objectifs.
La CISR est un tribunal administratif indépendant quasi judiciaire composé actuellement de trois sections, lesquelles constituent chacune un tribunal distinct ayant son propre mandat
Le 11 août 2012
for resolving immigration and refugee matters efficiently, fairly
and in accordance with the law.
The RPD’s primary function is to decide claims for refugee
protection made by persons already in Canada. The Immigration
Division (ID) conducts hearings with respect to persons alleged to
be inadmissible to Canada and holds detention reviews for those
detained for immigration reasons. Finally, the Immigration Appeal Division (IAD) hears appeals from refusals of sponsored
applications for permanent residence made by family members,
appeals by permanent residents and protected persons who are
subject to a removal order, appeals by permanent residents determined by an immigration officer abroad not to have fulfilled their
residency obligation, and appeals by the Minister of certain decisions made by members of the ID. The IRPA also created a fourth
Division, the Refugee Appeal Division (RAD), which considers
appeals of certain RPD decisions. The provisions creating the
RAD were not proclaimed in force when the IRPA came into
force on June 28, 2002. However, as indicated below, the BRRA
and the PCISA will implement a new RAD at the IRB.
As a result of the BRRA, as amended by the PCISA, the following changes would be introduced at the IRB upon coming into
force:
• A first-level hearing of refugee claims at the RPD conducted
by public servant decision makers at the IRB;
• A new RAD at the IRB with Governor in Council (GIC)
appointed decision makers;
• Greater rights and flexibility for the Minister to intervene in
RAD proceedings;
• Limits on the jurisdiction of the RPD and the RAD to reopen
previously decided claims and appeals;
• Limits on the types of claims that would have access to an
appeal to the RAD;
• Provision for “Designated Countries of Origin” (DCO), for
the purpose of requiring expedited scheduling of RPD hearings and barring access to an appeal to the RAD;
• A provision allowing claims that are rejected at the first-level
hearing to be determined by RPD decision makers as manifestly unfounded;
• Transfer of the Pre-Removal Risk Assessment (PRRA) function to the RPD (except applications where the applicant falls
under subsection 112(3) of the IRPA, e.g. security grounds,
serious criminality); and
• Transitional provisions regarding the processing of claims for
refugee protection made before the coming into force of the
BRRA and the PCISA.
It is anticipated that the relevant provisions of the BRRA and
the PCISA will come into force by the end of 2012. However, the
transfer of the PRRA function from CIC to the RPD is expected
to take place two years after the other changes to the refugee determination system come into force.
Accordingly, it is anticipated that in 2013–14 the RPD Rules
would be further amended to introduce the changes required by
the transfer of the PRRA function from CIC to the RPD as
Gazette du Canada Partie I
2307
conféré par la loi. La mission de la CISR consiste à régler, de
manière efficace, équitable et conforme à la loi, les cas
d’immigration et de statut de réfugié.
La fonction première de la SPR consiste à statuer sur les demandes d’asile présentées par les personnes qui sont déjà au Canada. La Section de l’immigration (SI) effectue des enquêtes sur
les personnes qui seraient interdites de territoire au Canada et
procède au contrôle des motifs de détention des personnes qui
sont détenues pour des raisons d’immigration. La Section d’appel
de l’immigration (SAI), quant à elle, instruit les appels interjetés
contre le refus de demandes parrainées de résidence permanente
au titre de la catégorie du regroupement familial, les appels interjetés par des résidents permanents et des personnes protégées qui
sont visés par une mesure de renvoi, les appels interjetés par des
résidents permanents dont un agent d’immigration à l’étranger a
conclu qu’ils avaient manqué à l’obligation de résidence, ainsi
que les appels interjetés par le ministre contre certaines décisions
rendues par des commissaires de la SI. La LIPR prévoyait aussi
une quatrième section, la Section d’appel des réfugiés (SAR), qui
instruit les appels interjetés contre certaines décisions de la SPR.
Les dispositions menant à la création de la SAR n’ont toutefois
pas été proclamées en vigueur au moment de l’adoption de la
LIPR le 28 juin 2002. Quoi qu’il en soit, tel qu’il est mentionné
ci-dessous, la LMRER et la LVPSIC prévoient la création d’une
nouvelle SAR à la CISR.
À la suite de l’entrée en vigueur de la LMRER, dans sa version
modifiée par la LVPSIC, les changements suivants seraient effectués à la CISR au moment de son entrée en vigueur :
• Le premier palier d’audience sur les demandes d’asile sera à
la SPR et sera dirigé par des décideurs fonctionnaires de la
CISR;
• Une nouvelle section, la SAR, sera mise sur pied à la CISR et
sera composée de décideurs nommés par décret;
• Des droits plus étendus et une plus grande souplesse seront
accordés au ministre pour intervenir dans la procédure de la
SAR;
• Des limites seront prévues aux compétences de la SPR et de la
SAR pour rouvrir des demandes d’asile et des appels ayant
déjà fait l’objet d’une décision;
• Des limites seront prévues aux types de demandes d’asile
pouvant faire l’objet d’un appel à la SAR;
• Il y aura une disposition pour les « pays d’origine désignés »
(POD), ce qui permettra d’exiger une mise au rôle accélérée
des audiences devant la SPR et d’interdire la possibilité
d’interjeter appel à la SAR;
• Il y aura une disposition qui permettra aux décideurs de la
SPR de désigner les demandes d’asile rejetées au premier palier comme des demandes d’asile manifestement infondées;
• Il y aura transfert de la fonction d’examen des risques avant
renvoi (ERAR) à la SPR [sauf dans le cas des demandeurs visés au paragraphe 112(3) de la LIPR, par exemple pour des
raisons de sécurité, pour grande criminalité];
• Il y aura des dispositions transitoires régissant le traitement
des demandes d’asile présentées avant l’entrée en vigueur de
la LMRER et de la LVPSIC.
Il est prévu que les dispositions pertinentes de la LMRER et de
la LVPSIC entreront en vigueur d’ici la fin de 2012. Toutefois, le
transfert de la fonction d’ERAR de CIC à la SPR aurait lieu quelque deux ans après l’entrée en vigueur des autres changements
apportés au système de protection des réfugiés.
Ainsi, il est prévu que, en 2013-2014, les Règles de la SPR seront de nouveau modifiées afin de tenir compte des changements
nécessaires par suite du transfert de la fonction d’ERAR de CIC à
2308
Canada Gazette Part I
outlined in the BRRA and the PCISA. The transfer will come into
force two years after the system comes into force. These further
changes to the RPD Rules would be made in time for this transfer.
In addition to the changes necessary to implement the BRRA
and the PCISA, other proposed changes to the RPD Rules and
RAD Rules would also be made in response to recommendations
of the Standing Joint Committee for the Scrutiny of Regulations
(SJCSR) and the Office of the Commissioner of Official Languages (OCOL).
Furthermore, later in 2012, the IRB would also be making new
Oath or Solemn Affirmation of Office Rules (Immigration and
Refugee Board), which are the rules that govern the oath or solemn affirmation of office taken by IRB decision makers. These
proposed rules were also prepublished in the Canada Gazette,
Part I, on July 2, 2011.
The IRB also anticipates making amendments to the Immigration Division Rules and to the Immigration Appeal Division Rules
in 2012–13. These amendments would clarify and streamline IRB
procedures, harmonize rules that are common to all of the IRB’s
Divisions, and address recommendations of the SJCSR.
August 11, 2012
la SPR, conformément à la LMRER et à la LVPSIC. Le transfert
prendra effet deux ans après la mise en vigueur du système. Ces
autres changements seront apportés aux Règles de la SPR à temps
pour le transfert.
D’autres modifications proposées aux Règles de la SPR et aux
Règles de la SAR pourront venir s’ajouter aux changements nécessaires pour la mise en œuvre de la LMRER et de la LVPSIC,
afin de donner suite aux recommandations formulées par le
CMPER et par le CLO.
En outre, ultérieurement en 2012, la CISR prendrait les nouvelles Règles sur le serment professionnel ou la déclaration (Commission de l’immigration et du statut de réfugié), qui régissent le
serment professionnel ou la déclaration que prêtent les décideurs
de la CISR. Ces règles proposées avaient également fait l’objet
d’une publication préalable dans la Partie I de la Gazette du Canada le 2 juillet 2011.
La CISR prévoit également apporter des modifications aux Règles de la Section de l’immigration et aux Règles de la Section
d’appel de l’immigration en 2012-2013. Ces modifications permettront de préciser et de rationaliser les procédures de la CISR,
d’harmoniser les règles communes à toutes les Sections de la
CISR et de donner suite aux recommandations du CMPER.
5. Description
5. Description
Each Division (or Tribunal) is supported by its own rules.
These rules provide clear and transparent direction on the practices and procedures of the Divisions to parties and their counsel
appearing before the IRB, the IRB staff who process cases and
members who render decisions on cases. This direction ensures
that parties appear and present their cases before the IRB’s Divisions in a consistent manner, therefore facilitating the fair and
efficient administrative processing of cases. It also provides guidance to the Divisions to ensure that all cases are processed in a
consistent manner that respects the principles of fairness and
natural justice. The efficient and fair administration of cases, facilitated by the use of rules, helps contribute to the overall objectives of the BRRA and the PCISA. If new RPD Rules and
RAD Rules were not made prior to implementation of the new
system, it would be impossible to properly give effect to the
BRRA and the PCISA. Accordingly, it is proposed that the following changes be made to the RPD Rules and RAD Rules.
Chaque section (ou tribunal) dispose de ses propres règles. Ces
règles fournissent des directives claires et transparentes sur les
pratiques et les procédures des sections aux parties et à leurs
conseils qui comparaissent devant la CISR, au personnel de la
CISR qui s’occupe du traitement des cas et aux commissaires qui
rendent des décisions sur les cas. Ces règles assurent un processus
uniforme aux parties qui comparaissent devant les sections de la
CISR et qui y présentent leurs cas ainsi que le traitement administratif équitable et efficient des cas. Les règles fournissent également une orientation aux sections de sorte que tous les cas sont
traités d’une manière uniforme et qui respecte les principes
d’équité et de justice naturelle. L’administration équitable et efficiente des cas, favorisée par l’utilisation des règles, contribue à la
réalisation des objectifs globaux de la LMRER et de la LVPSIC.
Si les nouvelles Règles de la SPR et Règles de la SAR ne sont pas
établies avant la mise en œuvre du nouveau système, il serait impossible de bien mettre en œuvre et d’appliquer la LMRER et la
LVPSIC. Il est donc proposé d’apporter les changements suivants
aux Règles de la SPR et aux Règles de la SAR.
Refugee Protection Division Rules (RPD Rules)
Règles de la Section de la protection des réfugiés (Règles de la
SPR)
The RPD Rules were prepublished in the Canada Gazette,
Part I, on July 2, 2011, in order to implement the changes introduced under the BRRA. The legislative amendments contained in
the BRRA and the PCISA would impact the procedures at the
RPD, whose primary function is to decide claims for refugee protection made in Canada. The BRRA had set out a procedure
whereby information regarding the claim would be gathered by
the IRB through an interview no earlier than 15 days following
referral of the claim. With the changes set out in the PCISA, refugee protection claimants instead have to provide information regarding the basis of their claim within the time limits that are set
out in the Immigration and Refugee Protection Regulations
(IRPR). The RPD Rules would require that this information be
collected in the Basis of Claim Form. The Government has indicated that the timelines for submitting the Basis of Claim Form to
the IRB would be 15 days following referral for claimants who
make their claim at a Port of Entry. For claimants who make their
claim inland, the PCISA stipulates that the documents and information required by the rules of the Board in respect of the basis of
the claim are to be provided within the time limits provided for in
Les Règles de la SPR ont fait l’objet d’une publication préalable dans la Partie I de la Gazette du Canada le 2 juillet 2011, afin
de mettre en œuvre les changements découlant de la LMRER. Les
modifications prévues à la LMRER et à la LVPSIC auraient des
incidences sur les procédures en vigueur à la SPR, dont la principale fonction est de statuer sur les demandes d’asile présentées au
Canada. La LMRER avait établi une procédure prévoyant une
entrevue de collecte de renseignements par la CISR au plus tôt
15 jours après la date à laquelle la demande d’asile lui a été déférée. Suivant les changements prévus dans la LVPSIC, les demandeurs d’asile seront plutôt tenus de fournir des renseignements
liés au fondement de leur demande d’asile dans les délais qui sont
prévus dans le Règlement sur l’immigration et la protection des
réfugiés (RIPR). Les Règles de la SPR exigeraient que les renseignements soient recueillis dans le Formulaire de fondement de la
demande. Le gouvernement a indiqué que le délai prévu pour la
présentation du formulaire serait de 15 jours suivant la date à
laquelle a été déféré le cas pour le demandeur d’asile qui a présenté sa demande d’asile à un point d’entrée. Dans le cas du demandeur d’asile qui présente sa demande d’asile dans un bureau
Le 11 août 2012
the Regulations to the referring officer. Effectively, this means
that an inland claimant would submit the Basis of Claim Form at
the eligibility interview.
Under the BRRA, the date for the interview at the RPD was to
be set by the referring officer in accordance with the rules of the
Board. Under the PCISA, the interview no longer exists but the
referring officer at CIC or the CBSA will schedule the hearing in
accordance with the Regulations, the rules of the Board and any
directions of the Chairperson of the Board. The Government has
indicated that the timelines for these hearings, which are to be set
out in the IRPR, would be as follows:
• Within 30 days of referral for DCO claimants who have made
their claim inland;
• Within 45 days of referral for DCO claimants who have made
their claim at a Port of Entry; and
• Within 60 days of referral for all non-DCO claimants.
The following new RPD Rules would be required under the
BRRA and the PCISA for the Basis of Claim Form and the first
level hearing. These rules were not part of the RPD Rules which
were prepublished in the Canada Gazette, Part I, on July 2, 2011:
• The content of the Basis of Claim Form and the way in which
it must be provided to the IRB;
• Procedures for claimants to request an extension of time to
provide the Basis of Claim Form;
• Abandonment procedures should claimants fail to provide the
Basis of Claim Form within the regulated timelines; and
• Setting of the date for the RPD hearing with an IRB public
servant decision maker.
The RPD Rules would also include the following provisions,
which were prepublished in the Canada Gazette, Part I, on
July 2, 2011:
• The conduct of a hearing;
• Changes incorporating procedures currently contained in
Chairperson’s Guidelines and IRB policies, for example regarding designating a representative, changing the location of
a proceeding, and postponing or adjourning a proceeding;
• Changes requested by the Standing Joint Committee for the
Scrutiny of Regulations (SJCSR), including some substantive
changes, such as a clarification that before a division of the
IRB acts on its own initiative, it will give prior notice to the
parties and give them an opportunity to object, as well as corrections to technical errors and/or inconsistencies between the
English and French versions of the RPD Rules and RAD
Rules;
• Changes requested by the Office of the Commissioner of Official Languages (OCOL) regarding the language of RPD proceedings; and
• Changes requested by stakeholders regarding vulnerable persons appearing before the RPD.
Gazette du Canada Partie I
2309
intérieur au Canada, la LVPSIC précise qu’il est tenu de fournir à
l’agent qui défère la demande d’asile, dans les délais prévus par
règlement et conformément aux règles de la CISR, les renseignements et documents, y compris ceux qui sont relatifs au fondement de la demande d’asile, exigés par ces règles. En pratique,
cela signifie qu’un demandeur d’asile qui présente sa demande
d’asile dans un bureau intérieur devra fournir le Formulaire de
fondement de la demande à l’entrevue visant à déterminer la
recevabilité.
Selon la LMRER, la date de l’entrevue à la SPR devait être
établie par l’agent qui défère la demande d’asile, conformément
aux règles de la CISR. Sous le régime de la LVPSIC, l’entrevue
n’existe plus, mais l’agent de CIC ou de l’ASFC qui défère la
demande d’asile mettra l’audience au rôle conformément au Règlement, aux règles de la CISR et aux directives du président de
la CISR. Le gouvernement a indiqué que les délais prévus pour la
tenue de ces audiences, qui seront énoncés dans le RIPR, seraient
les suivants :
• dans les 30 jours suivant la date à laquelle a été déféré le cas
des demandeurs d’asile venant d’un POD et ayant présenté
leurs demandes d’asile dans un bureau intérieur;
• dans les 45 jours suivant la date à laquelle a été déféré le cas
des demandeurs d’asile venant d’un POD et ayant présenté
leurs demandes d’asile à un point d’entrée;
• dans les 60 jours suivant la date à laquelle a été déféré le cas
de tous les demandeurs d’asile ne venant pas d’un POD.
Les nouvelles Règles de la SPR suivantes seront établies sous
le régime de la LMRER et de la LVPSIC en ce qui a trait au Formulaire de fondement de la demande et à l’audience au premier
palier. Ces règles ne faisaient pas partie des Règles de la SPR
ayant fait l’objet d’une publication préalable dans la Partie I de la
Gazette du Canada le 2 juillet 2011 :
• Le contenu du Formulaire de fondement de la demande et le
mode de transmission à la CISR;
• Les procédures que les demandeurs d’asile doivent suivre
pour demander la prorogation du délai de présentation du
Formulaire de fondement de la demande;
• La procédure de désistement prévue dans le cas où le demandeur d’asile omet de présenter le Formulaire de fondement de
la demande dans les délais réglementaires prescrits;
• L’établissement de la date de l’audience à la SPR devant un
décideur fonctionnaire de la CISR.
Les Règles de la SPR comprendraient également les dispositions suivantes, qui ont fait l’objet d’une publication préalable
dans la Partie I de la Gazette du Canada le 2 juillet 2011 :
• Tenue d’une audience;
• Changements intégrant les procédures figurant actuellement
dans les Directives du président et dans les politiques de la
CISR, par exemple en ce qui concerne les représentants désignés, le changement de lieu d’une procédure et les remises ou
les ajournements d’une procédure;
• Changements demandés par le CMPER, notamment des modifications importantes visant à préciser que, avant d’agir de sa
propre initiative, toute section de la CISR doit aviser au préalable les parties et accorder à celles-ci la possibilité de
s’opposer, ainsi que des modifications visant à corriger des erreurs techniques ou des incohérences entre les versions française et anglaise des Règles de la SPR et des Règles de la
SAR;
• Changements demandés par le CLO concernant la langue de
la procédure à la SPR;
• Changements demandés par des intervenants concernant les
personnes vulnérables qui comparaissent devant la SPR.
2310
Canada Gazette Part I
Changes would also be made to the RPD Rules that were prepublished in the Canada Gazette, Part I, on July 2, 2011. Some
changes were made as a result of comments received, while
others were made to respond to the new processes under the
PCISA. These changes would include the following:
• Changes in order for the RPD to be able to comply with the
time limits for the holding of hearings that would be set out in
the IRPR. The time limits set out in the RPD Rules would
cover such matters as the disclosure of documents, changing
the language of the proceedings, changing the language of interpretation, allowing a claim without a hearing, applications,
responses and replies, and applications for changing the date
and time of hearings;
• In order to expedite the Division’s appointment of a designated representative, the officer, or counsel, would be required to notify the Division if they believe that the RPD
should designate a representative. The change clarifies that
their duty to notify the RPD does not apply in the case of a
minor claimant whose claim is joined with the claim of their
parent or legal guardian, if the parent or legal guardian is
18 years of age or older;
• The disclosure of country documentation by the Division
would be done by providing a list of those documents or information as to where a list could be found on the Board’s
Web site;
• If a time limit under the RPD Rules ends on a day that is not a
working day, it would be extended to end on the next day that
is a working day;
• Amended abandonment procedures should a claimant fail to
provide the Basis of Claim Form in time or fail to attend a
hearing. The rules would specify that for these defaults, officers at the time of referral will provide claimants with notices
to appear for a special hearing at which they would have the
opportunity to explain why the claim should not be abandoned. The rule would also specify when the proceeding must
start or continue if the Division decides not to declare the
claim abandoned;
• Clarification that if a party provides more than one document
at a time, a list of those documents would have to be provided
and the pages within the package of documents would have to
be consecutively numbered;
• Unless an application to change the date and time of a proceeding is received by the Division no later than three working days before the proceeding, the party making the application would be required to appear and make the application
orally on the day of the proceeding, before the time the proceeding is scheduled to start. Also, the rules would provide for
a process for an application to change the date and time of a
proceeding for situations where counsel was retained or the
availability of counsel was provided after the hearing date was
fixed;
• For the purpose of an application to have a proceeding conducted in public, the Minister would be considered to be a
party whether or not the Minister takes part in the proceedings; and
• Two factors included in the prepublished rules as relevant
considerations for the Division deciding an application to reopen have been deleted, namely whether an appeal to the
RAD or an application for judicial review by the Federal
Court had previously been denied. These considerations are
precluded by the PCISA amendment to the IRPA that takes
away the RPD’s jurisdiction to reopen once the RAD has
made a final determination of an appeal or the Federal Court
has made a final determination on an application for judicial
review.
August 11, 2012
Des modifications seraient également apportées aux Règles de
la SPR ayant fait l’objet d’une publication préalable dans la Partie I de la Gazette du Canada le 2 juillet 2011. Certains changements découlaient des commentaires reçus, tandis que d’autres
visaient à s’adapter aux nouveaux processus prévus sous le régime de la LVPSIC. Ces changements comprendraient les éléments suivants :
• Les changements visant à permettre à la SPR de respecter les
délais prévus pour la tenue des audiences, délais qui seraient
établis dans le RIPR. Les délais établis dans les Règles de
la SPR traiteraient notamment de la communication de
documents, du changement de la langue de la procédure, du
changement de la langue d’interprétation, de l’accueil d’une
demande d’asile sans tenir d’audience, des demandes, des
réponses et des répliques, ainsi que des demandes de changement de la date et de l’heure d’une audience;
• Afin d’accélérer la nomination par la Section d’un représentant désigné, l’agent ou le conseil qui croit que la SPR devrait
désigner un représentant sera tenu d’en aviser la Section. Le
changement sert à préciser que leur obligation d’aviser la SPR
ne s’applique pas dans le cas d’un demandeur d’asile mineur
dont la demande est jointe à celle d’un parent ou d’un tuteur
légal, si le parent ou le tuteur légal est âgé d’au moins 18 ans;
• La communication par la Section de la documentation relative
au pays se fera au moyen d’une liste des documents en question ou de renseignements quant à l’endroit où figure une telle
liste sur le site Web de la CISR;
• Si le délai prévu dans les Règles de la SPR se termine à une
date qui n’est pas un jour ouvrable, le délai serait reporté au
premier jour ouvrable suivant;
• Il y aura une modification de la procédure de désistement dans
le cas où un demandeur d’asile omet de transmettre le Formulaire de fondement de la demande dans les délais ou qu’il
omet de se présenter à l’audience. Selon les règles, dans de
tels cas, l’agent fournira au demandeur d’asile, au moment où
le cas est déféré, un avis de convocation à une audience spéciale qui permettra au demandeur d’asile d’expliquer pourquoi
la Section ne devrait pas prononcer le désistement de la demande d’asile. La disposition préciserait également le moment
auquel la procédure devra commencer ou continuer si la Section décide de ne pas prononcer le désistement de la demande
d’asile;
• Il faudra préciser que, si une partie transmet plus d’un document à la fois, elle doit remettre une liste de ces documents
numérotés consécutivement;
• À moins que la Section reçoive une demande de changement
de la date et de l’heure d’une procédure au plus tard trois jours
ouvrables avant la date fixée pour la procédure, la partie qui
fait la demande devra se présenter à la date fixée pour la procédure et faire sa demande oralement avant l’heure fixée pour
la procédure. En outre, les règles établiraient un processus
pour demander un changement de la date et de l’heure d’une
procédure dans des cas où les services d’un conseil ont été retenus ou sa disponibilité a été transmise après la date à laquelle l’audience a été fixée;
• Dans le cas d’une demande visant à ce que la procédure ait
lieu en public, le ministre sera réputé être une partie, qu’il
prenne part ou non à la procédure;
• Deux facteurs compris dans les règles ayant fait l’objet d’une
publication préalable en tant que considérations pertinentes
pour la Section qui statue sur une demande de réouverture ont
été supprimés, soit dans le cas où un appel interjeté à la SAR a
été rejeté ou dans le cas où une demande de contrôle judiciaire
à la Cour fédérale a déjà été rejetée. Ces considérations ne
sont pas autorisées par la LVPSIC modifiant la LIPR, qui
retire à la SPR le pouvoir de rouvrir un cas une fois que la
SAR a rendu sa décision en dernier ressort sur un appel ou
Le 11 août 2012
Gazette du Canada Partie I
2311
Another change that would be made to the RPD Rules that
were prepublished in the Canada Gazette, Part I, on July 2, 2011,
is a direct result of the changes in the IRPA which came into
force on June 30, 2011. Previously, the IRPR, not the IRPA, defined who was allowed to represent, advise or consult with persons who were the subjects of Board proceedings. Since June 30,
2011, it is the IRPA that sets out who may represent or advise for
consideration. References in the prepublished rules to regulations
governing counsel have been amended to refer to the IRPA.
que la Cour fédérale a rendu sa décision en dernier ressort sur
une demande de contrôle judiciaire.
Un autre changement qui serait apporté aux Règles de la SPR
ayant fait l’objet d’une publication préalable dans la Partie I de la
Gazette du Canada le 2 juillet 2011 découle directement des modifications à la LIPR entrées en vigueur le 30 juin 2011. Auparavant, le RIPR, et non la LIPR, définissait qui avait le droit de
représenter une personne en cause dans toute affaire devant la
CISR ou de faire office de conseil. Depuis le 30 juin 2011, c’est
la LIPR qui prévoit qui peut représenter ou conseiller une personne moyennant rétribution. Tout renvoi aux règlements régissant les conseils dans les règles qui ont fait l’objet d’une publication préalable a été modifié pour faire référence à la LIPR.
Refugee Appeal Division Rules (RAD Rules)
Règles de la Section d’appel des réfugiés (Règles de la SAR)
The BRRA and the PCISA also amend and will bring into force
the unproclaimed provisions of the IRPA regarding the RAD.
With the establishment of the RAD, certain claimants and the
Minister will have the right to appeal a decision by the RPD
either rejecting or allowing a claim. The appeal may be made on a
question of law, fact, or mixed law and fact.
La LMRER et la LVPSIC modifient également les dispositions
non proclamées de la LIPR concernant la SAR et prévoient leur
entrée en vigueur. À la mise sur pied de la SAR, certains demandeurs d’asile et le ministre auront le droit d’interjeter appel de la
décision de la SPR ayant rejeté ou accueilli une demande d’asile.
L’appel pourra porter sur une question de droit, de fait ou de droit
et de fait.
De nouvelles dispositions aux Règles de la SAR sont nécessaires pour établir les pratiques et les procédures à la SAR. Les
dispositions suivantes, qui ont fait l’objet d’une publication préalable dans la Partie I de la Gazette du Canada le 2 juillet 2011,
sont comprises dans la présente proposition :
• Des délais permettant à la SAR de respecter les délais qui
seront prescrits dans le RIPR pour les décisions concernant les
appels; ces délais se rapporteraient notamment à des questions
comme la réplique aux appels, la préparation du dossier de la
SPR et la date à laquelle une décision peut être rendue sans
qu’il soit nécessaire d’en aviser les parties;
• Des pratiques et des procédures à la SAR, comme le fait de
devenir conseil inscrit au dossier, de choisir la langue de
l’appel, de désigner un représentant, d’utiliser des connaissances spécialisées, de déposer un avis de question constitutionnelle, de tenir une conférence, de transmettre des documents,
de présenter une demande, de joindre ou de séparer des appels, de tenir des audiences en public, de traiter avec des intervenants ou le HCR, de présenter des demandes de retrait,
de rétablissement ou de réouverture ainsi que de rendre des
décisions;
• Des dispositions applicables aux appels dans les cas où une
audience serait tenue. Ces dispositions s’appliqueraient à divers éléments liés aux audiences, par exemple les avis d’audience, les restrictions concernant l’audience, la convocation
de témoins, le changement apporté au lieu d’une audience, les
demandes de remises et d’ajournements d’une audience et la
procédure de désistement.
Des modifications seraient également apportées aux Règles de
la SAR ayant fait l’objet d’une publication préalable dans la Partie I de la Gazette du Canada le 2 juillet 2011. Certaines modifications découlaient des commentaires reçus, tandis que d’autres
découlaient de changements apportés par la LVPSIC. Ces changements comprendraient les éléments suivants :
• Des différentes pratiques et procédures dans le cas d’appels
interjetés par un demandeur d’asile (dans le cadre duquel le
ministre peut intervenir) et d’appels interjetés par le ministre
(par exemple, les exigences sont différentes selon qu’il s’agit
d’un demandeur d’asile ou du ministre en ce qui a trait à la façon d’interjeter un appel et de le mettre en état);
• Des règles liées aux demandes de prorogation de délai présentées par le ministre et le demandeur d’asile pour interjeter appel et le mettre en état, répondre à un appel interjeté par le
ministre ou répliquer à l’intervention du ministre ou à la
New rules for the RAD are required in order to establish the
practice and procedure before the RAD. The following provisions
which were prepublished in the Canada Gazette, Part I, on July 2,
2011, would be included in this proposal:
• Time limits enabling the RAD to be able to comply with the
time limits for decisions on appeals that would be set out in
the IRPR. These time limits would cover such matters as responding to appeals, the preparation of the RPD record, and
the date that a decision can be made without further notice to
the parties;
• Practices and procedures before the RAD including becoming
counsel of record, choosing the language of the appeal, designating a representative, using specialized knowledge, providing a notice of constitutional question, holding conferences,
providing documents, making applications, joining or separating appeals, conducting proceedings in public, dealing with
the UNHCR and interested persons, making applications for
withdrawal, reinstatement and reopening, and rendering decisions; and
• Provisions applicable to appeals where a hearing would be
held. This would apply to a variety of elements related to
hearings, including notice of hearing; restriction of the hearing; the calling of witnesses; changing the location of a hearing; applications for postponements and adjournments of a
hearing; and abandonment procedures.
Changes would also be made to the RAD Rules that were prepublished in the Canada Gazette, Part I, on July 2, 2011. Some
changes were made as a result of comments received, while
others were made to respond to the changes brought about by the
PCISA. These changes would include the following:
• Different practices and procedures for appeals made by the
refugee claimant (where the Minister may intervene in the appeal) and appeals made by the Minister (for example, there
are different requirements for the claimant and the Minister
respecting the manner in which an appeal is filed and
perfected);
• Rules regarding applications for extensions of time to file and
perfect an appeal by both the claimant and the Minister, respond to a Minister’s appeal, or reply to a Minister’s intervention or claimant’s response (the factors for deciding applications for extensions of time to file and perfect an appeal are
2312
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
Canada Gazette Part I
not set out in the RAD Rules as the legislation provides that
time limits, including the extension of those time limits, are to
be set out in the IRPR; therefore, guidance on these factors
may be provided in another IRB policy instrument);
The RPD record would only be requested by the RAD once an
appeal has been perfected;
If a time limit under the RAD Rules ends on a day that is not a
working day, it would be extended to end on the next day that
is a working day;
Clarification that if a party provides more than one document
at a time, a list of those documents would have to be provided
and the pages within the package of documents would have to
be consecutively numbered;
A hearing could be requested by a party at the reply stage if it
was not previously requested;
A clarification of when the person who is the subject of the
appeal would be required to provide an explanation in their
submissions of how any of the documentary evidence they are
relying on meets the requirements of subsection 110(4) of the
IRPA;
A change that a party may provide either a full or partial transcript of the RPD hearing, if they are relying on it in the
appeal;
A change that the United Nations High Commissioner for
Refugees may only give notice of its intention to participate in
an appeal conducted by a panel of three members;
Counsel’s contact information would have to be included in
an application to reinstate or to reopen an appeal, if the applicant is the person who is the subject of the appeal;
Simplification of abandonment proceedings: Appellants explaining why their appeal should not be declared abandoned
would not have to provide a written explanation and then attend a special abandonment hearing. Instead, they would simply have to attend a special abandonment hearing; and
The rule regarding applications to reopen appeals now reflects
the amendment to the IRPA set out in the PCISA removing
the RAD’s jurisdiction to reopen an appeal if the Federal
Court has made a final determination on an application for judicial review in the case.
August 11, 2012
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
réponse d’un demandeur d’asile (les facteurs à considérer
pour statuer sur les demandes de prorogation de délai pour interjeter appel et le mettre en état ne sont pas établis dans les
Règles de la SAR, car la loi prévoit que les délais, y compris
les prorogations de délai, doivent être établis dans le RIPR;
par conséquent, les indications relatives à ces facteurs peuvent
être fournies dans d’autres instruments stratégiques de la
CISR);
La SAR ne demanderait le dossier de la SPR qu’une fois que
l’appel aurait été mis en état;
Si le délai prévu dans les Règles de la SAR se termine à une
date qui n’est pas un jour ouvrable, le délai serait reporté au
premier jour ouvrable suivant;
Il faudra préciser que, si une partie transmet plus d’un document à la fois, elle doit remettre une liste de ces documents
numérotés consécutivement;
Une partie pourrait demander une audience à l’étape de la
réplique si elle ne l’a pas déjà fait;
Il faudra préciser le moment où la personne en cause dans
l’appel sera tenue d’expliquer, dans ses observations, en quoi
la preuve documentaire sur laquelle elle s’appuie respecte les
exigences prévues au paragraphe 110(4) de la LIPR;
Un changement prévoyant qu’une partie puisse transmettre la
transcription complète ou partielle d’une audience de la SPR
si elle veut l’invoquer dans l’appel;
Un changement prévoyant que le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés pourra seulement donner un avis
de son intention de participer à un appel si celui-ci est instruit
par trois commissaires;
Les coordonnées du conseil devraient être incluses dans une
demande de rétablissement ou de réouverture d’un appel si le
demandeur est la personne en cause;
La simplification de la procédure de désistement : les appelants faisant valoir que le désistement de leur appel ne devrait
pas être prononcé n’auraient pas à fournir une explication
écrite, puis à assister ensuite à une audience spéciale sur le désistement. Ils seraient seulement tenus d’assister à une audience spéciale sur le désistement;
La règle relative à une demande de réouverture d’un appel
reflète dorénavant la modification apportée à la LIPR prévue
dans la LVPSIC, laquelle retire le pouvoir de rouvrir un appel
lorsque la Cour fédérale a rendu une décision en dernier ressort concernant une demande de contrôle judiciaire dans
l’affaire.
Another change that would be made to the RAD Rules that
were prepublished in the Canada Gazette, Part I, on July 2, 2011,
is a direct result of the changes in IRPA which came into force on
June 30, 2011. The provisions regarding “authorized representatives” set out in the IRPR were replaced by new provisions in the
IRPA regarding who may represent or advise for consideration.
Un autre changement qui sera apporté aux Règles de la SAR
qui ont fait l’objet d’une publication préalable dans la Partie I de
la Gazette du Canada le 2 juillet 2011 découle directement des
modifications à la LIPR entrées en vigueur le 30 juin 2011. Les
dispositions touchant le « représentant autorisé » établies dans le
RIPR ont été remplacées par de nouvelles dispositions dans la
LIPR, prévoyant qui peut représenter ou conseiller moyennant
une rétribution.
6. Regulatory and non-regulatory options considered
6. Options réglementaires et non réglementaires considérées
Under subsection 161(1) of the IRPA, the IRB Chairperson,
subject to the approval of the Governor in Council, may make
rules respecting the activities, practices and procedures of each
Division of the IRB.
En vertu du paragraphe 161(1) de la LIPR, le président de la
CISR peut, sous réserve de l’agrément du gouverneur en conseil,
prendre des règles visant les travaux, la procédure et la pratique
des sections de la CISR.
Le 11 août 2012
Gazette du Canada Partie I
2313
Consideration was given to establishing instructions on the
practices and procedures of the IRB’s Divisions through the use
of other instruments such as Chairperson’s guidelines, policies,
policy notes, or Chairperson’s instructions.1 However, it was determined that enshrining these practices and procedures in rules,
the most authoritative instrument at the disposal of the IRB,
would provide for more robust and transparent identification of
the basic practices and procedures of the IRB. In addition, for
persons appearing before an IRB Division, one comprehensive
instrument is more readily accessible and easier to use than a
series of instruments.
Il a été envisagé d’établir des instructions sur les pratiques et
les procédures des sections de la CISR dans d’autres outils,
comme les directives du président, les politiques, les notes sur les
politiques ou les instructions du président1. Toutefois, il a été
conclu que, comme les règles sont, parmi les documents dont
dispose la CISR, ceux qui font le plus autorité, le fait d’y incorporer les pratiques et les procédures de la CISR garantirait une plus
grande rigueur et une plus grande transparence dans leur utilisation. En outre, pour les personnes qui comparaissent devant une
section de la CISR, il est plus facile de consulter un seul document complet qu’une série de documents.
7. Benefits and costs
7. Avantages et coûts
Overall benefits associated with a reformed refugee
determination system
Avantages globaux associés à un système de protection des
réfugiés réformé
The RPD Rules and RAD Rules, as outlined in this proposal,
would contribute to the systemic savings that will result from
faster processing under the BRRA and the PCISA. Overall, it has
been estimated by CIC that the BRRA and the PCISA will result in savings of $1.4 billion in present value (PV) terms [or
$310 million (PV) in net savings] over 10 years due to faster
processing and faster removals, largely as a result of failed claimants spending less time in Canada with access to welfare and
social services.
Les Règles de la SPR et les Règles de la SAR, telles qu’elles
sont décrites dans la présente proposition, contribueraient aux
économies systémiques du fait du traitement plus rapide exigé par
la LMRER et la LVPSIC. CIC a estimé que la LMRER et la
LVPSIC entraîneraient, globalement, des économies de 1,4 milliard de dollars exprimées en valeur actuelle (VA) [ou 310 millions de dollars (VA) en économies nettes] sur 10 ans, principalement parce que le traitement des demandes et les renvois se
feront plus rapidement étant donné que les demandeurs d’asile
déboutés passeront moins de temps au Canada et profiteront
moins longtemps de l’aide sociale et des services sociaux.
The RPD Rules and RAD Rules would contribute to the overall
objectives of the BRRA and the PCISA by supporting the fairness, integrity and efficiency of IRB proceedings, and thus increase the overall fairness and efficiency of the refugee determination system.
Les Règles de la SPR et les Règles de la SAR contribueraient
aux objectifs globaux de la LMRER et de la LVPSIC en préservant l’équité, l’intégrité et l’efficacité des procédures de la CISR,
ce qui accroîtrait l’équité et l’efficacité globales du système de
protection des réfugiés.
Benefits and costs associated directly with the proposed
RPD Rules and RAD Rules
Avantages et coûts directs des Règles de la SPR et des Règles
de la SAR proposées
The following sections, as summarized in Table 1, identify in
quantitative and qualitative terms the costs and benefits associated directly with the proposed RPD Rules and RAD Rules.
Les parties suivantes, telles qu’elles sont résumées dans le tableau 1, font état, en termes quantitatifs et qualitatifs, des coûts et
des avantages directs liés aux Règles de la SPR et aux Règles de
la SAR proposées.
All costs and benefits were assessed in terms of incremental
changes resulting from the proposed RPD Rules and RAD
Rules — these costs would not occur if not for the proposed
Rules. Costs that could be quantified were forecasted over a period of 10 years, from fiscal years 2012–13 to 2021–22, expressed
in PV terms, were discounted at a rate of 8% and are based on
current program costs. Program costs were calculated understanding that the IRB will receive funding to process and finalize a
volume of 24 500 RPD cases and 10 700 RAD cases in fiscal year
2012–13. In fiscal year 2013–14 and in ongoing years, the IRB
will receive funding to process and finalize 22 500 RPD cases and
9 800 RAD cases. Costs and benefits which could not be estimated reliably in monetary terms due to data limitations were
addressed qualitatively.
Tous les coûts et les avantages ont été évalués en fonction des
changements graduels découlant des Règles de la SPR et des Règles de la SAR proposées, c’est-à-dire que les coûts ne seraient
pas engagés si ce n’était des règles proposées. Pour ce qui est des
coûts qui peuvent être calculés, les prévisions visent une période
de 10 ans, soit de l’exercice 2012-2013 à l’exercice 2021-2022,
exprimées selon leur VA, sont actualisées selon un taux de 8 % et
sont fondées sur les coûts actuels du programme. Les coûts du
programme ont été calculés en fonction du fait que la CISR recevra un financement pour traiter et régler 24 500 cas de la SPR et
10 700 cas de la SAR au cours de l’exercice 2012-2013. Pour
l’exercice 2013-2014 et pour les exercices subséquents, la CISR
recevra un financement pour traiter et régler 22 500 cas de la SPR
et 9 800 cas de la SAR. Les coûts et les avantages qui ne pouvaient être évalués de manière fiable sur le plan monétaire en
raison des lacunes en matière de données ont fait l’objet d’un
examen qualitatif.
———
———
1
1
See www.irb-cisr.gc.ca/eng/brdcom/references/pol/Pages/index.aspx for a description of the policy process at the IRB, including governance of policy development and definitions of the seven policy instruments the IRB uses to promote
consistency, fairness and transparency.
Voir www.cisr-irb.gc.ca/fra/brdcom/references/pol/Pages/index.aspx pour obtenir
une description du processus d’élaboration des politiques à la CISR, y compris la
gouvernance relative à l’élaboration des politiques et la définition des sept instruments de politique que la CISR utilise pour favoriser la cohérence, l’équité et
la transparence.
2314
Canada Gazette Part I
August 11, 2012
Table 1: Cost-benefit statement of the proposed RPD Rules and RAD Rules
2012–13
(Base Year)
Cost-benefit statement
2021–22
(Final Year)
2016–17
Total
Present Value
Average
Annual Value
A. Quantified impacts in thousands of dollars
Benefits
Affected stakeholder
Savings
Canadian public, federal
government, provinces and
territories
The proposed RPD Rules and RAD Rules would contribute to the savings that will result from
faster processing under the BRRA and the PCISA. The benefits of the proposed RPD Rules and
RAD Rules have been estimated to contribute to part of CIC’s estimated $1.4B (PV) benefits over
five years derived from the broader package of reforms under the BRRA and the PCISA.
Costs
New forms, documents, policies
and case management manuals
IRB
$376.6
--
--
$376.6
$37.6
Record of RPD proceeding
IRB
$32.4
$95.2
$64.8
$842.2
$84.2
Interpretation for RAD hearing
IRB
$2.3
$69.7
$47.4
$595.2
$59.5
Written reasons for RPD positive
decisions
IRB
$466.6
$342.9
$233.4
$3,381.6
$338.2
Designated representative for
RAD hearing
IRB
$4.3
$12.7
$8.6
$112.3
$11.2
$882.4
$520.8
$354.4
$5,308.2
$530.8
Total present value cost*
B. Quantified impacts in non-dollars (not applicable)
C. Qualitative impacts
Benefits
Affected stakeholder
Fairness, integrity, and efficiency Canadian public, federal
government, parties before the
IRB
The proposed RPD Rules and RAD Rules would contribute to the savings that will result from
faster processing under the BRRA and the PCISA by increasing the efficiency and integrity of
IRB proceedings, and thus increasing the overall efficiency and integrity of the refugee
determination system, while maintaining fairness in the proceedings.
Costs
Medical certificates
Federal government, provinces
and territories, refugee claimants
before the IRB
By requiring a person to obtain a note signed by a medical practitioner when requesting a
postponement of a proceeding or in abandonment proceedings, this proposal would place
additional pressures on provincial health authorities in instances where a person’s illness would
prevent them from being able to attend a proceeding, but not so serious as to require them to visit
a medical practitioner under normal circumstances. Costs would be incurred by the parties in
instances where medical practitioners charge a fee for the issuance of a medical certificate.
Conferences
Federal government, provinces
and territories, parties before the
IRB
As is the case in the current RPD Rules, the proposed RAD Rules would stipulate that the RAD
may require the parties to participate in a pre-hearing conference to discuss issues, relevant facts,
and any other matter in order to make the proceedings fairer and more efficient. Parties may incur
costs in order to participate in conferences as they may choose to be represented by counsel at
their own expense. Should the parties obtain representation through provincial or territorial legal
aid services, costs would be borne by these organizations.
Transcripts
Refugee claimants and
CIC/CBSA appearing before the
RAD
The proposed RAD Rules would require the parties, should they choose to rely on the transcript
of the RPD hearing at the RAD appeal, to submit a full or partial transcript of the hearing to the
RAD. It is not expected that the parties would require a transcript in every appeal. Although
parties could produce the transcript at no cost by producing the transcript themselves, or relying
on friends, family, or community volunteers to create the transcript, costs would be incurred
should they choose a service provider, such as a professional transcription company, to complete
the transcript. A review of billing schedules by service providers indicates that transcription
companies charge on average $300 to transcribe a complete RPD hearing.
Summons
Refugee claimants and
CIC/CBSA appearing before the
RAD
As is the case in the current RPD Rules, the proposed RAD Rules would provide that if a party
wants the Division to order a person to testify, they must request a summons from the Division. If
the Division decides to issue a summons, the Rules would require that the party pay or offer to
pay the summoned person the applicable witness fees and travel expenses set out in the Federal
Courts Rules. Should a party pay the summoned witness, the fees would range between $20 and
$100 per case, where applicable, plus reasonable travel expenses, unless a party agrees to pay a
greater amount.
Provision of key documents
Refugee claimants
The new RPD Rules in certain circumstances require claimants to provide a copy of their Basis of
Claim Form, any amendments to their Basis of Claim Form, identity and travel documents, and
any other relevant documents in their possession to both the IRB and the Minister. Placing the
onus on the claimant to serve both the IRB and the Minister represents a change as currently it is
the IRB Registry that shares documentation with the Minister. This additional cost will be borne
by the claimant. Documents may be provided by hand, mail in some cases, fax in some cases, and
courier.
* Totals may not add due to rounding.
Le 11 août 2012
Gazette du Canada Partie I
2315
Tableau 1 : Énoncé des coûts et des avantages liés aux Règles de la SPR et aux Règles de la SAR proposées
Énoncé des coûts et des avantages
2012-2013
(année de base)
Total
(valeur
actualisée)
2021-2022
(année finale)
2016-2017
Moyenne
annuelle
A. Incidences chiffrées en milliers de dollars
Avantages
Intervenants touchés
Économies
Population canadienne,
gouvernement fédéral, provinces
et territoires
Les Règles de la SPR et les Règles de la SAR proposées contribueraient aux économies qui
découleraient d’un traitement plus rapide des cas suivant la LMRER et la LVPSIC. Il est prévu
que les avantages liés aux Règles de la SPR et aux Règles de la SAR proposées contribueraient en
partie aux avantages prévus sur cinq ans pour CIC [1,4 G$ (VA)] découlant de la LMRER et de
la LVPSIC.
Coûts
Nouveaux formulaires,
documents et manuels de gestion
des cas et nouvelles politiques
CISR
376,6 $
--
--
376,6 $
37,6 $
Enregistrement des audiences à la
SPR
CISR
32,4 $
95,2 $
64,8 $
842,2 $
84,2 $
Services d’interprétation pour les
audiences à la SAR
CISR
2,3 $
69,7 $
47,4 $
595,2 $
59,5 $
Motifs écrits pour les décisions
favorables de la SPR
CISR
466,6 $
342,9 $
233,4 $
3 381,6 $
338,2 $
Représentants désignés pour les
audiences à la SAR
CISR
4,3 $
12,7 $
8,6 $
112,3 $
11,2 $
882,4 $
520,8 $
354,4 $
5 308,2 $
530,8 $
Total des coûts en VA*
B. Incidences chiffrées non monétaires (non applicables)
C. Incidences qualitatives
Avantages
Intervenants touchés
Équité, intégrité et efficacité
Population canadienne,
gouvernement fédéral et parties
comparaissant devant la CISR
Les Règles de la SPR et les Règles de la SAR proposées contribueraient aux économies qui
découleraient d’un traitement accéléré des cas suivant la LMRER et la LVPSIC en améliorant
l’efficacité et l’intégrité des procédures de la CISR, et elles permettraient ainsi d’accroître
l’efficacité et l’intégrité générales du système de protection des réfugiés, tout en préservant
l’équité de la procédure.
Certificats médicaux
Gouvernement fédéral, provinces
et territoires et demandeurs
d’asile devant la CISR
La proposition d’obliger une personne à obtenir une note signée par un médecin lorsqu’elle
demande la remise d’une procédure ou dans le cadre d’une procédure de désistement soumettrait
les autorités provinciales en matière de santé à des pressions supplémentaires lorsque la maladie
d’une personne l’empêche d’assister à la procédure, mais n’est pas assez grave pour que la
personne doive consulter un médecin dans des circonstances normales. Les parties engageraient
des coûts lorsque les médecins perçoivent des frais pour la remise d’un certificat médical.
Conférences
Gouvernement fédéral, provinces
et territoires et parties
comparaissant devant la CISR
Comme c’est le cas avec les Règles de la SPR actuelles, les Règles de la SAR établiraient que la
SAR pourrait exiger que les parties prennent part à une conférence préparatoire pour discuter des
questions à trancher, des faits pertinents et de toute autre question aux fins d’une plus grande
équité et efficacité de la procédure. Les parties peuvent engager des coûts afin de prendre part à
des conférences, car elles peuvent décider d’être représentées par un conseil à leurs propres frais.
Si des parties étaient représentées par l’intermédiaire de services d’aide juridique provinciaux ou
territoriaux, les coûts seraient assumés par ces organisations.
Transcriptions
Demandeurs d’asile et
représentants de CIC ou de
l’ASFC comparaissant devant la
SAR
Selon les Règles de la SAR proposées, les parties qui décident de s’appuyer sur la transcription de
l’audience à la SPR dans le cadre de l’appel devant la SAR devraient remettre à la SAR la
transcription complète ou partielle de l’audience. Les parties ne devraient pas toujours avoir
besoin d’une transcription dans le cadre d’un appel. Les parties pourraient produire la
transcription sans frais en le faisant elles-mêmes ou en demandant à des amis, à de la famille ou à
des bénévoles communautaires de le faire, mais elles engageraient des coûts si elles choisissaient
un fournisseur de services, comme une entreprise de transcription professionnelle, pour transcrire
l’audience. Un examen des tableaux d’honoraires des fournisseurs de services révèle qu’une
entreprise de transcription perçoit en moyenne 300 $ pour transcrire une audience complète de la
SPR.
Citation à comparaître
Demandeurs d’asile et
représentants de CIC ou de
l’ASFC comparaissant devant la
SAR
Comme le prévoient les Règles de la SPR actuelles, les Règles de la SAR proposées établiraient
que, si une partie souhaite que la Section cite une personne à témoigner, elle doit demander une
citation à comparaître de la Section. Si la Section décide d’acquiescer à sa demande, suivant les
Règles, la partie devra payer ou offrir de payer à la personne citée à comparaître le montant de
l’indemnité de témoin et des frais de déplacement prévus dans les Règles des Cours fédérales. Si
une partie dédommage un témoin cité à comparaître, le montant pourrait varier de 20 à 100 $ par
cas, s’il y a lieu, frais de déplacement raisonnables en sus, à moins que la partie n’accepte de
verser un montant supérieur.
Coûts
2316
Canada Gazette Part I
August 11, 2012
Tableau 1 : Énoncé des coûts et des avantages liés aux Règles de la SPR et aux Règles de la SAR proposées (suite)
C. Incidences qualitatives (suite)
Coûts (suite)
Transmission de documents clés
Demandeurs d’asile
Les nouvelles Règles de la SPR exigent, dans certaines circonstances, que le demandeur d’asile
transmette une copie de son Formulaire de fondement de la demande, toute modification à ce
formulaire, ses documents d’identité, ses titres de voyage et tout autre document pertinent en sa
possession à la CISR et au ministre. Le fait qu’il incomberait au demandeur d’asile de transmettre
ces documents à la CISR et au ministre représente un changement, puisque, à l’heure actuelle,
c’est le greffe de la CISR qui transmet la documentation au ministre. Le coût supplémentaire
devra être assumé par le demandeur d’asile. Ce dernier peut transmettre les documents en
personne et, dans certains cas, par courrier, télécopieur ou messager.
* Les totaux peuvent ne pas être exacts parce que les chiffres ont été arrondis.
Benefits associated directly with the proposed RPD Rules and
RAD Rules
Avantages directs des Règles de la SPR et des Règles de la SAR
proposées
The proposed RPD Rules and RAD Rules outlined in this proposal would contribute directly to the integrity and efficiency of
IRB proceedings while maintaining fairness, thus increasing the
overall fairness and efficiency of the refugee determination
system.
The RPD Rules and RAD Rules provide clear and transparent
direction on the practices and procedures of the Divisions to parties and their counsel appearing before the IRB, the IRB staff who
process cases and members who render decisions on cases. This
direction ensures that parties appear and present their cases before
the IRB’s Divisions in a consistent manner, facilitating the fair
and efficient administrative processing of cases. The rules also
provide guidance to the Divisions to ensure that all cases are
processed in a consistent manner that respects the principles of
fairness and natural justice.
Les Règles de la SPR et les Règles de la SAR décrites dans la
présente proposition contribueraient directement à renforcer
l’intégrité et l’efficacité des procédures de la CISR, de même qu’à
en préserver l’équité, ce qui aurait pour effet d’accroître l’équité
et l’efficacité globales du système de protection des réfugiés.
Les Règles de la SPR et les Règles de la SAR fournissent des
directives claires et transparentes sur les pratiques et les procédures utilisées par les sections aux parties et à leurs conseils qui
comparaissent devant la CISR, au personnel de la CISR qui
s’occupe du traitement des cas et aux commissaires qui rendent
des décisions sur les cas. Elles assurent un processus uniforme
aux parties qui comparaissent devant les sections de la CISR et
qui y présentent leurs cas, ce qui contribue à un traitement administratif équitable et efficient des cas. Les règles fournissent également une orientation aux sections pour garantir le traitement
uniforme de tous les cas, conformément aux principes d’équité et
de justice naturelle.
Benefits — Medical certificates
Avantages liés aux certificats médicaux
The following qualitative benefits would be derived from the
new medical certificate requirements:
• a reduction in the number of cases that are rescheduled by
deterring persons who are the subject of proceedings from
making frivolous applications that are not supported by objective evidence;
• where explanations include medical reasons, those reasons
would be supported by appropriate objective medical evidence: the objective evidence would allow the decision maker
to make an informed decision according to the circumstances
of each application;
• the IRB could schedule its proceedings efficiently and effectively by knowing if the proceeding could be conducted by
other means than in person and knowing in advance when a
person would be able to participate in a proceeding; and
• the RPD Rules and RAD Rules would be consistent with the
proposed common rules of the other Divisions.
Les avantages qualitatifs découlant de ces nouvelles exigences
sont les suivants :
• une réduction du nombre de cas remis au rôle, du fait de dissuader les personnes visées par une procédure de présenter
des demandes futiles ne s’appuyant pas sur des éléments de
preuve objectifs;
• si une personne invoque des raisons médicales à l’appui de sa
demande, elle devra fournir des éléments de preuve objectifs
de nature médicale; ceux-ci permettront au décideur de prendre une décision éclairée, en fonction des circonstances de
chaque demande;
• la CISR pourra effectuer sa mise au rôle de façon efficiente et
efficace si elle sait qu’une personne peut participer à un autre
type de procédure qu’une audience, et si elle sait à l’avance le
moment où une personne devrait être en mesure de participer
à la procédure;
• les Règles de la SPR et les Règles de la SAR concorderaient
avec les règles communes proposées des autres sections.
Costs associated directly with the proposed RPD Rules and
RAD Rules
Coûts associés directement aux Règles de la SPR et aux Règles de
la SAR proposées
While the new RPD Rules and RAD Rules would generally be
cost neutral, there are specific costs, captured in Table 1 and outlined below, associated with process changes and new operational
requirements as a result of the BRRA and the PCISA.
Même si, globalement, l’établissement des nouvelles Règles de
la SPR et Règles de la SAR n’entraînera pas de coûts, des coûts
précis sont associés aux changements de processus et aux nouvelles exigences opérationnelles découlant de la LMRER et de la
LVPSIC. Ces coûts sont décrits ci-dessous (voir tableau 1).
Tous les coûts associés aux nouvelles règles seraient couverts
par les ressources actuelles et les ressources obtenues par la CISR
pour mettre en œuvre la réforme liée à la LMRER et à la LVPSIC
et tout ce qui en découle.
Any quantified costs associated with new rules would be absorbed by existing resources and resources that the IRB has secured for the implementation of the BRRA and the PCISA reform
package as a whole.
Le 11 août 2012
Gazette du Canada Partie I
2317
Operational and process requirements
• The proposed RPD Rules and RAD Rules would require a
number of new forms, documents, policies and case management manuals to be developed, and in some cases, translated
into multiple languages. These materials would contribute to
fair and efficient processes in the RPD and the RAD. Examples of material that would be needed include basic process
information to be shared with claimants, notices to appear for
various proceedings, notices of decision for the RAD, and
forms for various RAD processes. The one-time cost for
the development of these materials would not exceed
$376 600 (PV).
• Once an appeal to the RAD has been filed, the RPD would
have to prepare a record (a document that contains all of the
information the decision maker relied upon at the hearing) to
share with all parties to the appeal. The creation of the RAD
and the stipulation in the proposed RAD Rules that the RPD
must supply the record of the RPD proceeding represent an
additional expense for the IRB. Based on the previously identified processing volume of RPD and RAD cases, the annual
average cost for preparing the RPD record for the RAD would
be $84 200 (PV) over a 10-year period.
• In keeping with principles of fairness and natural justice that
govern proceedings before the IRB, the proposed RAD Rules
would provide for interpretation at the oral RAD hearing, if
one is held. While the RPD requires interpreters currently, the
additional demand on interpreters as a result of the RAD hearing will create additional costs for the IRB. Additional interpreters would have to be recruited and certified to meet the
demand, and the number of interpreter hours at the IRB would
increase due to the new requirement for an interpreter at the
RAD oral hearings. Based on the previously identified processing volume of RAD cases, the annual average costs associated with an increased requirement for interpretation would
be $59 500 (PV) over a 10-year period.
Exigences opérationnelles et exigences liées au processus
• Les Règles de la SPR et les Règles de la SAR proposées exigeraient la création d’un certain nombre de nouveaux formulaires, documents et manuels de gestion des cas, ainsi que
d’un certain nombre de nouvelles politiques. Dans certains
cas, ces documents devraient être traduits en plusieurs langues. Tout cela contribuerait à l’équité et à l’efficience
des processus de la SPR et de la SAR. Voici quelques
exemples de documents qui seraient nécessaires : documents
d’information de base sur le processus à l’intention des demandeurs d’asile; avis de convocation à diverses procédures;
avis de décision de la SAR; formulaires relatifs à divers processus de la SAR. Le coût ponctuel de la production de ces
documents ne dépasserait pas 376 600 $ (VA).
• Une fois qu’un appel a été interjeté à la SAR, la SPR aurait à
préparer un dossier (document contenant tous les renseignements sur lesquels le décideur s’est appuyé durant l’audience)
à transmettre à toutes les parties à l’appel. La création de la
SAR et la disposition des Règles de la SAR proposées prévoyant que la SPR doive fournir le dossier lié à la procédure
de la SPR représentent des dépenses supplémentaires pour la
CISR. Selon le volume déjà établi de cas à traiter à la SPR et à
la SAR, le coût annuel moyen de la préparation du dossier de
la SPR pour la SAR serait de 84 200 $ (VA) sur une période
de 10 ans.
• En conformité avec les principes d’équité et de justice naturelle qui régissent les procédures devant la CISR, les Règles
de la SAR proposées prévoiraient des services d’interprétation
durant l’audience de la SAR, le cas échéant. Même si la SPR a
actuellement besoin d’interprètes, les demandes supplémentaires de services d’interprétation en raison de la tenue d’une audience à la SAR créeront des coûts supplémentaires pour la
CISR. Il faudra recruter et certifier des interprètes additionnels pour satisfaire à la demande, et le nombre d’heures
d’interprétation à la CISR augmenterait en raison de la nouvelle exigence selon laquelle un interprète doit être présent
durant les audiences de la SAR. Selon le volume déjà établi de
cas à traiter à la SAR, le coût annuel moyen lié à l’augmentation du recours à des services d’interprétation serait de
59 500 $ (VA) sur une période de 10 ans.
Written reasons for RPD positive decisions
Motifs écrits de décisions favorables de la SPR
The new RPD Rules require RPD decision makers in most
cases to provide written reasons for positive decisions on claims
for refugee protection. This new requirement represents an additional cost to the IRB, as written reasons for positive decisions are
not currently provided on a routine basis. The overall cost includes the cost of the transcription of the relevant portion of the
proceedings if the decision and reasons are delivered orally, as
well as the cost of the time required of members and their support
staff when drafting and editing reserved decisions and reasons
(i.e. those not delivered orally at the hearing). The average annual
costs to the IRB associated with this requirement would be
$358 500 (PV) over a 10-year period.
Selon les nouvelles Règles de la SPR, les décideurs de la SPR
seront tenus de fournir, dans la plupart des cas, des motifs écrits
de décisions favorables relativement à des demandes d’asile.
Cette nouvelle exigence entraîne des coûts supplémentaires pour
la CISR, puisque, à l’heure actuelle, elle n’est pas tenue de fournir ces motifs de façon courante. Le coût global comprend la
transcription des parties pertinentes de l’audience, si la décision et
les motifs sont exposés de vive voix, ainsi que le temps que les
commissaires et le personnel de soutien devront consacrer à la
rédaction et à la révision des décisions mises en délibéré (c’est-àdire les décisions qui ne sont pas prononcées de vive voix
à l’audience). Le coût annuel moyen associé à cette exigence
s’élèverait, pour la CISR, à 358 500 $ (VA) sur une période de
10 ans.
Designated representatives
Représentants désignés
A representative is designated when the person concerned is
less than 18 years of age or, in the opinion of a Division, is unable
to appreciate the nature of the proceedings. In certain circumstances, the IRB pays an honorarium to the individual acting as
the designated representative. Designated representatives are currently required for RPD claims; under the new procedures, designated representatives would also be required throughout the
appeal process at the RAD. Based on previously identified
processing volumes and the number of representatives designated
Un représentant est désigné lorsque la personne en cause a
moins de 18 ans, ou qu’une section estime que la personne en
cause est incapable de comprendre la nature de la procédure.
Dans certaines circonstances, la CISR verse une rétribution à la
personne qui agit à titre de représentant désigné. À l’heure actuelle, la présence d’un représentant désigné est exigée dans le
cadre des audiences de la SPR; selon les nouvelles dispositions,
un représentant devra être désigné pour toute la durée du processus d’appel à la SAR. Selon le volume déjà établi de cas à traiter
2318
Canada Gazette Part I
August 11, 2012
in 2008–09 and 2009–10 at the RPD, the average annual costs to
the IRB associated with this requirement would be $11 200 (PV)
over a 10-year period.
et le nombre de représentants désignés en 2008-2009 et en 20092010 à la SPR, le coût annuel moyen à la CISR lié à cette exigence serait de 11 200 $ (VA) sur une période de 10 ans.
Conferences at the RAD
Conférences à la SAR
In accordance with the current RPD Rules, the RPD may require the parties to participate in a pre-hearing conference to discuss issues, relevant facts, and any other matter in order to make
the proceedings fairer and more efficient. Conferences are not
called in all proceedings, and are generally required to organize
cases that are lengthier in nature, or to address procedural issues
that require resolution prior to the actual hearing. Parties may
incur costs to participate in conferences as they may choose to be
represented by counsel at their own expense. Despite this, the
RPD’s experience with conferences has underscored the fact that
they are cost-effective instruments as they make proceedings
more fair and efficient. As a result of this positive experience, the
proposed RAD Rules make similar provisions for conferences to
make the appeal more fair and efficient. As is the case in the
RPD, parties may incur costs when participating in conferences at
the RAD should they choose to be represented by counsel at their
own expense. Should the parties obtain representation through
provincial or territorial legal aid services, costs would be borne by
these organizations. Although this is a new process, the IRB currently estimates that approximately 2.5% of all RAD appeals will
require conferences. The costs associated with this new process
have not been quantified given that the number of parties who
will choose to be represented by counsel at these conferences is
unknown and that conferences increase the overall fairness and
efficiency of proceedings.
Selon les Règles de la SPR en vigueur, la SPR peut exiger que
les parties participent à une conférence préparatoire à l’audience
pour discuter des questions à trancher, des faits pertinents ou de
toute autre question afin que les procédures soient plus équitables
et efficaces. Une conférence n’a pas lieu dans le cadre de toutes
les procédures. En général, une conférence est convoquée pour
organiser des cas plus longs ou traiter de questions d’ordre procédural qui doivent être réglées avant la tenue de l’audience même.
Les parties peuvent engager des frais pour participer aux conférences si elles choisissent d’être représentées par un conseil à
leurs frais. Malgré cela, l’expérience de la SPR en la matière
montre que la conférence est un instrument rentable puisqu’elle
rend les procédures plus équitables et plus efficaces. Étant donné
cette expérience concluante, les Règles de la SAR proposées prévoient des dispositions semblables relativement aux conférences,
de sorte que les appels seront traités de façon plus équitable et
plus efficace. Comme c’est le cas à la SPR, les parties peuvent
engager des frais lorsqu’elles participent à des conférences à la
SAR si elles choisissent d’être représentées par un conseil à leurs
propres frais. Pour ce qui est des parties représentées par les services d’aide juridique d’une province ou d’un territoire, les coûts
seraient assumés par ces organisations. Bien qu’il s’agisse d’un
nouveau processus, la CISR estime, à l’heure actuelle, qu’environ
2,5 % de tous les appels à la SAR nécessiteront la tenue de conférences. Les coûts associés à ce nouveau processus n’ont pas été
quantifiés étant donné que le nombre de parties qui choisiront
d’être représentées par un conseil à ces conférences est inconnu et
que les conférences contribuent à des procédures généralement
plus équitables et plus efficientes.
Medical certificates
Certificats médicaux
To fulfill its legislated mandate and meet the regulatory timelines for RPD hearings, the IRB must schedule its proceedings so
that cases before its various divisions are finalized as quickly as
possible. Proceedings that are postponed and then rescheduled to
a later date negatively impact this objective. Moreover, significant costs are incurred by the IRB when a proceeding must be
rescheduled. In the RPD, if a hearing is postponed on the day it
was scheduled to proceed, the direct salary costs incurred by the
IRB are $251. In the RAD, the costs are $289.2
The IRB is taking various steps to minimize the number of proceedings that are unnecessarily postponed and rescheduled. To
support this initiative, the RPD Rules and RAD Rules would provide that if a party, other than the Minister, appearing before the
RPD or the RAD wishes to change the date or time of a proceeding for medical reasons (other than those related to counsel), they
must provide a medical certificate signed by a qualified medical
practitioner.
The rules would also require that a claimant at the RPD or an
appellant who is the subject of an appeal at the RAD provide a
medical certificate in instances where the appellant or the claimant is explaining why a claim or an appeal should not be declared
abandoned and the explanation includes medical reasons (other
than those related to counsel).
Pour s’acquitter de son mandat prévu par la loi et respecter les
délais réglementaires prévus pour les audiences de la SPR, la
CISR doit mettre au rôle ses procédures de manière à ce que les
cas dont sont saisies ses diverses sections soient réglés le plus
rapidement possible. La remise d’une procédure et sa remise au
rôle à une date ultérieure nuisent à la réalisation de cet objectif.
De plus, la remise au rôle d’une procédure entraîne des coûts
considérables pour la CISR. À la SPR, si une audience est remise
la journée où elle devait avoir lieu, les coûts salariaux directs que
doit assumer la CISR s’élèvent à 251 $. En ce qui a trait à la SAR,
ces coûts s’élèvent à 289 $2.
La CISR prend diverses mesures pour réduire au minimum le
nombre de procédures inutilement remises et remises au rôle. À
l’appui de cette initiative, les Règles de la SPR et les Règles de la
SAR prévoient que, si une partie (autre que le ministre) qui doit
se présenter devant la SPR ou la SAR souhaite faire changer la
date ou l’heure d’une procédure pour des raisons médicales (à
l’exception de celles en lien avec son conseil), elle doit fournir un
certificat médical signé par un médecin autorisé.
Les règles exigent également qu’un demandeur d’asile à la SPR
ou un appelant à la SAR fournissent un certificat médical dans les
cas où l’appelant ou le demandeur d’asile explique pourquoi le
désistement ne devrait pas être prononcé et que l’explication
comporte des raisons médicales (à l’exception de celles en lien
avec son conseil).
———
———
2
2
It is estimated that if a proceeding is postponed more than 48 hours before it was
scheduled to occur, the direct salary costs to the RPD for such a postponement
are $137. At the RAD, the costs are $172.
Selon les estimations, si la remise d’une audience est effectuée plus de 48 heures
avant le moment prévu pour la tenue de l’audience, les coûts salariaux directs que
doit assumer la SPR s’élèvent à 137 $. À la SAR, les coûts se chiffrent à 172 $.
Le 11 août 2012
Gazette du Canada Partie I
2319
Finally, the rules would require that a claimant at the RPD provide a medical certificate in instances where the claimant is explaining why they should be granted an extension of time to complete their Basis of Claim Form and the explanation includes
medical reasons (other than those related to counsel).
The rules would specify that the certificate must include information regarding
• the particulars of the medical condition, without specifying
the diagnosis, that prevents the party from participating in the
hearing or completing their Basis of Claim Form on the date
fixed;
• whether the party could participate in the proceeding if it were
conducted in writing or by means of live telecommunication;
and
• the date on which the party is expected to be able to participate in the proceeding (or pursue their appeal for explanations
regarding abandonment of an appeal).
Enfin, selon les règles, un demandeur d’asile devrait fournir à
la SPR un certificat médical s’il demande une prorogation du
délai prévu pour remplir le Formulaire de fondement de la demande, et l’explication devrait comprendre les raisons médicales
(à l’exception de celles en lien avec son conseil).
Les règles mentionneraient expressément que le certificat médical doit comprendre ce qui suit :
• une description détaillée du trouble médical (sans mention du
diagnostic) qui empêche la personne de participer à l’audience
ou de remplir le Formulaire de fondement de la demande à la
date prévue;
• des renseignements sur la question de savoir si la personne
pourrait participer à la procédure si celle-ci se tenait par écrit
ou par un moyen de télécommunication en direct;
• la date à laquelle la personne devrait être en mesure de participer à la procédure (ou de poursuivre son appel en fournissant des explications concernant le désistement de l’appel).
Cost — Medical certificate to support extension of time to file a
Basis of Claim Form or abandonment or to support postponement
of a hearing
Coûts liés à la transmission d’un certificat médical à l’appui
d’une demande de prorogation du délai prévu pour la présentation
du Formulaire de fondement de la demande, ou d’explications
relatives au désistement ou à l’appui d’une demande de remise
d’une audience
Costs would be incurred by persons who are the subject of proceedings in instances where medical practitioners charge a fee for
the issuance of a medical certificate. Following a review of medical fees in various jurisdictions and based on the current legislation, it is estimated that a person would pay on average $20 to
obtain the required medical certificate.
It is expected that in most circumstances, persons whose explanations include medical reasons would seek medical assistance; therefore, they would obtain a medical certificate regardless
of the requirement set out in this proposal. However, it is anticipated that this may place pressures on social services in instances
where a person’s illness might prevent them from attending a
hearing, but is not sufficiently serious to justify a visit to a medical practitioner. It is expected that postponement requests of this
nature would be made on the day of the hearing.
Dans les cas où la délivrance d’un certificat médical s’assortit
de frais, ceux-ci seront assumés par la personne en cause dans une
procédure. Selon un examen des frais médicaux dans diverses
administrations et d’après les dispositions législatives en vigueur,
on estime qu’une personne devra débourser en moyenne 20 $
pour obtenir le certificat médical exigé.
Il est prévu que, dans la plupart des cas, les personnes dont les
explications comprennent des raisons médicales consulteraient un
médecin, et que, par conséquent, elles obtiendraient un certificat
médical, indépendamment de l’exigence énoncée dans la présente
proposition. Toutefois, il est prévu que, dans les cas où un trouble
médical peut empêcher une personne de se présenter à une
audience, mais qu’il n’est pas suffisamment grave pour justifier la
consultation d’un médecin, cela pourrait exercer des pressions sur
les services sociaux. Il est prévu que les demandes de remise de
cette nature seraient présentées le jour prévu pour la tenue de
l’audience.
Le tableau 2 énonce les paiements directs bruts versés par les
autorités provinciales en matière de santé aux médecins qui procèdent à une « évaluation majeure »3 d’un patient. Aux fins de
comparaison des coûts qu’entraîne la remise au rôle d’une audience pour les services sociaux et la CISR, il a été établi que les
« évaluations majeures » constitueraient le service médical le plus
susceptible d’être fourni à une personne atteinte d’un trouble médical l’empêchant d’assister à une procédure, mais dont le trouble
médical n’est pas suffisamment grave pour justifier, dans des
circonstances normales, la consultation d’un médecin.
Table 2 sets out the gross direct payments made by provincial
health authorities to physicians who provide a “major assessment”3 to a patient. For purposes of comparing costs to social
services and costs to the IRB to reschedule a proceeding, the “major assessment” category was determined to be the most likely
medical service provided to a person whose illness would prevent
them from attending a proceeding, but not so serious as to require
them to visit a medical practitioner under normal circumstances.
———
———
3
3
A “major assessment” is defined by the Canadian Institute for Health Information
(CIHI) as “general and specific assessments, reassessments, initial visits with a
complete exam, new condition seen for first time and including complete history
and exam, complete specific exam depending upon the physician specialty, annual exams, newborn/premature care and special eye exams performed in any
location where no special call is involved.” Source: Canadian Institute for Health
Information, National Physician Database, 2008–2009 — Data Release (Ottawa,
Ont.: CIHI, 2010).
Selon l’Institut canadien d’information sur la santé (ICIS), la catégorie « évaluation majeure » est définie de la manière suivante : « Évaluations générales et particulières; réévaluations; visites initiales avec examen complet; nouveau problème constaté pour la première fois et comprenant les antécédents et un examen
complet; examen spécifique complet selon la spécialité médicale; examens annuels; soins aux nouveau-nés/prématurés; et examens spéciaux de la vue effectués à n’importe quel endroit qui ne comportent pas de visites spéciales. »
Source : Institut canadien d’information sur la santé, Base des données nationale sur
les médecins, 2008-2009 — Publication des données (Ottawa, Ontario : ICIS,
2010).
2320
Canada Gazette Part I
August 11, 2012
Table 2: Family medicine — Cost per service by national
grouping system strata and province or territory, 2008–09
in dollars
Major assessments
Major assessments
Tableau 2 : Médecine familiale — Coût par service par strate
du système de groupement national et par province ou
territoire, 2008-2009 (en dollars)
N.L.
P.E.I.
N.S.
N.B.
Que.
Ont.
49.72
NR
49.89
48.53
69.26
58.51
Évaluations majeures 49,72
T.-N.-L. Î.-P.-É.
N.-É.
N.-B.
Qc
Ont.
N.C.
49,89
48,53
69,26
58,51
Man.
Sask.
Alta.
B.C.
Y.T.
Total
Man.
Sask.
Alb.
C.-B.
Yn
Total
59.79
65.68
78.10
72.31
NR
65.57
Évaluations majeures 59,79
65,68
78,10
72,31
N.C.
65,57
Notes:
Remarques :
NR: Not reported
Prince Edward Island data is excluded due to a data quality review of data quality issues with service utilization information.
Based on gross domestic payments. Reciprocal billing payments
not included.
Alternative forms of reimbursement, such as salary and capitation, are not included.
Source: Canadian Institute for Health Information (CIHI), National Physician Database, 2008–2009 — Data Release (Ottawa,
Ont.: CIHI, 2010).
N.C. : Non communiquées
Les données concernant l’Île-du-Prince-Édouard ont été exclues
parce qu’un examen a révélé que la qualité des données touchant
l’utilisation des services soulevait des problèmes.
Données fondées sur les paiements intérieurs bruts. Paiements liés
à la facturation réciproque non compris.
Autres formes de remboursement (par exemple salaires ou capitation) non compris.
Source : Institut canadien d’information sur la santé (ICIS), Base
des données nationale sur les médecins, 2008-2009 — Publication des données (Ottawa, Ontario : ICIS, 2010).
Compte tenu du coût lié à la remise au rôle d’une audience, il
est prévu que les avantages qualitatifs de la présente proposition
aient plus de poids que les coûts que devraient assumer les personnes qui se présentent devant la SPR ou la SAR ou qui ont recours aux services des autorités provinciales en matière de santé.
Les coûts totaux et les avantages monétaires annuels liés à cette
exigence n’ont pas été évalués puisqu’il s’agit d’avantages de
nature qualitative. De fait, il est impossible de faire des estimations fiables touchant la mesure dans laquelle la diminution du
nombre de remises pourrait être attribuée à la présente proposition
ou le nombre de fois qu’une personne devrait consulter un médecin, car la CISR ne conserve pas de données systématiques sur le
nombre de demandes de remise d’une audience liées à des raisons
médicales, ni sur le nombre de fois que de telles raisons sont évoquées par une personne pour faire valoir qu’il ne faudrait pas prononcer le désistement d’une demande d’asile ou d’un appel.
Taking into account the cost of rescheduling a proceeding, it
is estimated that the qualitative benefits of this proposal would
outweigh the costs to individuals appearing before the RPD or
the RAD and provincial health authorities. The total annual
monetized costs and benefits of this requirement have not been
estimated as the benefits are qualitative, and it is impossible to
reliably estimate the decrease in postponements that could be
attributed to this proposal or the number of times a person would
have to visit a medical practitioner as the IRB does not maintain
systematic data on the number of applications to postpone a proceeding for medical reasons, nor does it maintain data on the
number of times an explanation for why a claim or an appeal
should not be abandoned includes medical reasons.
Transcripts
Transcriptions
The proposed RAD Rules would require the parties, should
they choose to rely on the transcript of the RPD hearing at the
RAD appeal, to submit a full or partial transcript of the hearing to
the RAD. It is not expected that the parties would require a transcript in every appeal. Unlike what was indicated in the Regulatory Impact Analysis Statement (RIAS) accompanying the RPD
Rules and RAD Rules which were prepublished in the Canada
Gazette, Part I, on July 2, 2011, the IRB would not, as a practice,
provide parties with a transcript of the RPD proceeding for the
purposes of filing an appeal at the RAD. The RAD Rules would
stipulate that a party must file with the RAD a full or partial transcript of the RPD hearing, if the party wishes to rely on the transcript in the appeal. The proposed RAD Rules would not stipulate
how a party is to obtain a transcript, or who is to create the transcript. They would state that the transcript must be full or partial
and accompanied by a transcriber’s declaration. As is the case
currently, an electronic recording of the RPD hearing would be
made available to claimants and the Minister. It would therefore
be for the parties to decide how they would obtain a transcript.
Parties could obtain the transcript at no cost by transcribing it
themselves, or with the help of family members, friends, or community volunteers. The parties would incur monetized costs
should they choose a service provider, such as a professional transcription company, to complete the transcript. A review of billing
Selon les Règles de la SAR proposées, les parties qui veulent,
dans le cadre d’un appel à la SAR, invoquer la transcription de
l’audience de la SPR, devront fournir à la SAR une transcription
complète ou partielle de l’audience en question. On ne s’attend
pas à ce que les parties exigent une transcription dans le cadre de
chaque appel. Contrairement à ce qui était indiqué dans le Résumé de l’étude d’impact de la réglementation (RÉIR) joint aux
Règles de la SPR et aux Règles de la SAR au moment de leur
publication préalable dans la Partie I de la Gazette du Canada, le
2 juillet 2011, la CISR ne fournirait pas aux parties, à titre de
pratique, la transcription de l’audience de la SPR aux fins du dépôt d’un appel devant la SAR. Les Règles de la SAR proposées
énonceraient qu’une partie doit soumettre à la SAR une transcription complète ou partielle de l’audience de la SPR si elle souhaite
l’invoquer dans le cadre de l’appel. Ces règles ne préciseraient
pas de quelle façon une partie devrait procéder pour obtenir une
transcription ni qui devrait effectuer la transcription. Elles préciseraient que la transcription doit être complète ou partielle et accompagnée d’une déclaration du transcripteur. Comme c’est le
cas actuellement, un enregistrement électronique de l’audience de
la SPR serait fourni aux demandeurs d’asile et au ministre. Il incomberait donc aux parties de déterminer comment elles veulent
procéder pour obtenir une transcription. Elles pourraient en obtenir une sans frais en l’effectuant elles-mêmes ou en demandant à
Le 11 août 2012
Gazette du Canada Partie I
2321
schedules by service providers indicates that transcription companies charge on average $300 to transcribe a complete RPD
hearing. The total costs associated with this new process have not
been quantified given that it is unknown how many parties will
choose to rely on the transcript of the RPD hearing, or how the
parties will go about obtaining transcripts.
des parents, à des amis ou à des bénévoles de leur collectivité de
le faire. Les parties devraient assumer les coûts liés à la transcription si, pour l’obtenir, elles faisaient appel aux services d’un
fournisseur professionnel, par exemple une entreprise de transcription. Une analyse des barèmes de facturation des fournisseurs
de services indique que les entreprises de transcription exigent en
moyenne 300 $ pour transcrire une audience complète de la SPR.
Les coûts liés à ce nouveau processus n’ont pas été calculés,
puisqu’on ne connaît ni le nombre de parties qui invoqueront une
transcription de l’audience de la SPR ni la façon dont les parties
choisiront de procéder pour obtenir une transcription.
Summons
Citation à comparaître
As is the case in the current RPD Rules, the proposed RPD
Rules and RAD Rules would provide that if a party wants the
Division to order a person to testify, they must request the Division for a summons. If the Division decides to issue a summons,
which traditionally has occurred in extremely rare circumstances,
the rules would require that the party pay, or offer to pay the
summoned person the applicable witness fees and travel expenses
set out in the Federal Courts Rules. Should a party pay the summoned witness, the fees would be $20 per day plus reasonable
travel expenses. The fees would be increased to $100 per day plus
reasonable travel expenses if the witness is an expert witness. The
parties would also be able to pay a witness a greater amount equal
to the expense or any loss incurred by the witness in attending a
proceeding. A party may also pay the expert witness a greater
amount established by contract for his or her services in preparing
to give evidence and giving evidence. The total costs associated
with this new process have not been quantified given that it is
unknown how many summons will be requested and granted, and
how many parties will have to pay the summoned witness the fees
described above.
Comme c’est le cas dans les Règles de la SPR actuelles, les
Règles de la SPR et les Règles de la SAR proposées énonceront
que la partie qui veut que la Section ordonne à une personne de
témoigner à l’audience lui demande de délivrer une citation à
comparaître. Si la Section décide de le faire, ce qui n’est arrivé
qu’à de très rares occasions dans le passé, la partie devra payer
ou offrir de payer à la personne sommée l’indemnité de témoin et
les frais de déplacement prévus par les Règles des Cours fédérales; le cas échéant, l’indemnité s’élèvera à 20 $ par jour (frais
de déplacement raisonnables en sus). S’il s’agit d’un témoin expert, l’indemnité s’élèvera à 100 $ par jour (frais de déplacement
raisonnables en sus). La partie devra également être en mesure
de verser un montant plus élevé au témoin en compensation des
dépenses et du manque à gagner qui résulte, pour lui, de sa comparution. En outre, une partie peut verser au témoin expert un
montant supérieur fixé par contrat en compensation de ce qu’il a
dû faire pour se préparer à déposer et pour déposer. Les coûts
totaux liés à ce nouveau processus n’ont pas été établis, puisque
le nombre de citations à comparaître qui sera demandé et délivré
et le nombre de parties qui devront verser aux personnes citées à
comparaître les montants énoncés plus haut ne sont pas connus.
Provision of key documents
Transmission de documents clés
The new RPD Rules in certain circumstances require claimants
to provide a copy of their Basis of Claim Form, including any
amendments to their Basis of Claim Form, identity and travel
documents, and any other relevant documents in their possession
to both the IRB and the Minister. Placing the onus on the claimant
to serve both the IRB and the Minister represents a change, as
currently it is the IRB Registry that shares documentation with
the Minister. This additional cost will be borne by the claimant.
Documents may be provided by hand, mail in some cases, fax in
some cases, and courier.
Les nouvelles Règles de la SPR exigent, dans certaines circonstances, que le demandeur d’asile transmette une copie de son
Formulaire de fondement de la demande, y compris toute modification à ce formulaire, ses documents d’identité, ses titres de
voyage et tout autre document pertinent en sa possession à la
CISR et au ministre. Le fait qu’il incombera au demandeur d’asile
de transmettre ces documents à la CISR et au ministre représente
un changement, puisque, à l’heure actuelle, c’est le greffe de la
CISR qui transmet la documentation au ministre. Le coût supplémentaire devra être assumé par le demandeur d’asile. Ce dernier
peut transmettre les documents en personne ou par messager et,
dans certains cas, par courrier ou télécopieur.
8. Small business lens
8. Lentille des petites entreprises
This proposal will not impose any level of compliance costs
and/or administrative costs on small business.
La présente proposition n’imposera aucun coût de conformité
ni aucun coût administratif aux petites entreprises.
9. Consultation
9. Consultation
Balanced Refugee Reform Act (BRRA)
Loi sur des mesures de réforme équitables concernant les
réfugiés (LMRER)
Information sessions and written consultations
Séances d’information et consultations écrites
The proposed RPD Rules and RAD Rules, prepublished in July
2011, were originally drafted to ensure consistency with the
BRRA. As part of their development, the IRB conducted information sessions in the fall of 2010 for stakeholders in Montréal, Toronto and Vancouver, as well as a period of written consultations
during which portfolio partners within the federal public service
and stakeholders were provided with draft copies of the proposed
Les Règles de la SPR et les Règles de la SAR proposées, qui
ont fait l’objet d’une publication préalable en juillet 2011, ont été
initialement rédigées de manière à ce qu’elles cadrent avec la
LMRER. Dans le cadre de leur élaboration, la CISR a tenu, à
l’automne 2010, des séances d’information à l’intention des intervenants à Montréal, à Toronto et à Vancouver, de même qu’une
période de consultations écrites durant laquelle les partenaires du
2322
Canada Gazette Part I
RPD Rules and RAD Rules and asked to submit written comments. Comments were solicited from CIC, CBSA, selected academics, and national stakeholders such as the Canadian Council
for Refugees, the Canadian Bar Association (Citizenship and
Immigration Law Section), the Ontario Bar Association, the Quebec Immigration Lawyers Association, the Refugee Lawyers’
Association of Ontario, the Programme régional d’accueil et
d’intégration des demandeurs d’asile, the Canadian Association
of Professional Immigration Consultants, and the United Nations
High Commissioner for Refugees. Regional stakeholders, such
as provincial legal aid organizations, as well as local nongovernmental organizations (advocacy groups and settlement
organizations) were also included in this period of written
consultations.
The draft RPD Rules and RAD Rules, which were circulated to
stakeholders and portfolio partners, were received with a mixed
level of support and opposition. While stakeholders were pleased
that the draft RPD Rules and RAD Rules incorporated changes
that had been requested in the past, and portfolio partners were
satisfied that the draft RPD Rules and RAD Rules were consistent
with the intent of the BRRA, a number of concerns were expressed. These concerns were reviewed and addressed to the
extent possible in the RPD Rules and RAD Rules that were prepublished in the Canada Gazette, Part I, on July 2, 2011. The prepublished proposal reflected the following changes made as a
result of stakeholder and portfolio partner comments:
• In an Application to Vacate Refugee Protection or an Application to Cease Refugee Protection, it would no longer be necessary for the Minister to send a copy of the application, in
addition to the original application, to the RPD.
• Lawyers’ organizations expressed concerns about the apparent
restricted role of counsel in the interview as outlined in the
draft RPD Rules and RAD Rules. The prepublished RPD
Rules which are the subject of this proposal provided for a
more positive description of the role for counsel.
• The information kit that CBSA and CIC officers would provide to referred claimants satisfied the suggestion that prehearing information be made available.
• The recording of the interview would be provided to
claimants.
• The proposed RPD Rules and RAD Rules clearly set out the
information and documents an appellant would be required to
file with the RAD in order to perfect the appeal within the
mandatory time limits that would be set out in the IRPR.
• The IRB would provide, at no cost to the parties, a transcript
of the RPD hearing for the purposes of pursuing an appeal at
the RAD. This would be the practice of the IRB as the rules
do not specify that the parties must provide the transcript at
their own cost.
• The proposed RPD Rules and RAD Rules incorporate detailed
procedures for the designation of representatives.
August 11, 2012
portefeuille au sein de la fonction publique fédérale et les intervenants ont reçu l’ébauche des Règles de la SPR et des Règles de la
SAR proposées et ont été invités à soumettre des commentaires
par écrit. On a demandé des commentaires à CIC, à l’ASFC, à des
universitaires choisis ainsi qu’à des intervenants nationaux,
comme le Conseil canadien pour les réfugiés, l’Association du
Barreau canadien (Section du droit de l’immigration et de la citoyenneté), l’Association du Barreau de l’Ontario, l’Association
québécoise des avocats et avocates en droit de l’immigration, la
Refugee Lawyers’ Association of Ontario, le Programme régional
d’accueil et d’intégration des demandeurs d’asile, l’Association
canadienne des conseillers professionnels en immigration et le
Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés. Des intervenants régionaux, comme les organisations provinciales
d’aide juridique ainsi que des organisations non gouvernementales locales (groupes de revendications et organisations dans le
domaine de l’établissement), ont également été appelés à participer à ces consultations écrites.
Certains des intervenants et des partenaires du portefeuille ont
appuyé l’ébauche des Règles de la SPR et des Règles de la SAR,
tandis que d’autres s’y sont opposés. Même si les intervenants
étaient heureux que l’ébauche des Règles de la SPR et des Règles
de la SAR comprenne certains des changements qu’ils avaient
demandés par le passé, et même si les partenaires du portefeuille
étaient contents de constater que ces règles étaient conformes à
l’objectif de la LMRER, un certain nombre de préoccupations ont
été soulevées. Ces préoccupations ont été, dans la mesure du possible, examinées et prises en considération au moment de l’élaboration de la version des Règles de la SPR et des Règles de la SAR
qui a fait l’objet d’une publication préalable dans la Partie I de la
Gazette du Canada, le 2 juillet 2011. La proposition publiée préalablement reflétait les changements qui ont été apportés par suite
des commentaires des intervenants et des partenaires du portefeuille. Ces changements sont les suivants :
• Dans le cas d’une demande d’annulation de l’asile ou d’une
demande de constat de perte d’asile, il ne sera plus nécessaire
pour le ministre d’envoyer, en plus de la demande originale,
une copie de la demande à la SPR.
• Des organisations d’avocats se sont dites préoccupées par le
rôle apparemment réduit du conseil à l’entrevue, tel qu’il est
mentionné dans l’ébauche des Règles de la SPR et des Règles
de la SAR. Les Règles de la SPR publiées préalablement, qui
font l’objet de la présente proposition, contenaient une description plus concrète du rôle des conseils.
• La trousse d’information fournie par l’ASFC et les agents de
CIC aux demandeurs d’asile désignés donnait suite à la suggestion selon laquelle des renseignements devraient être disponibles avant l’audience.
• L’enregistrement de l’entrevue devait être remis aux demandeurs d’asile.
• Les Règles de la SPR et les Règles de la SAR proposées établissaient clairement les renseignements et les documents
qu’un appelant devait fournir à la SAR pour mettre en état son
appel dans les délais prescrits, à établir dans le RIPR.
• La CISR fournissait gratuitement aux parties une transcription
de l’audience de la SPR aux fins d’un appel à la SAR. La
CISR aurait recours à cette pratique puisque les règles ne précisaient pas que les parties devaient fournir la transcription à
leurs propres frais.
• Les Règles de la SPR et les Règles de la SAR proposées comprenaient une procédure détaillée pour désigner un
représentant.
Prepublication comments
Commentaires formulés à la suite de la publication préalable
The proposed RPD Rules and RAD Rules were prepublished in
the Canada Gazette, Part I, on July 2, 2011, and open for public
Les Règles de la SPR et les Règles de la SAR proposées ont
fait l’objet d’une publication préalable dans la Partie I de la
Le 11 août 2012
comment for a period of 30 days. Submissions were received
from the Canadian Council for Refugees, the Legal Services Society of British Columbia, the Refugee Lawyers’ Association of
Ontario, the United Nations High Commissioner for Refugees,
and an academic. A total of 78 comments about specific RPD
Rules and RAD Rules were received. Of the five respondents, one
also provided comments on the Regulatory Impact Analysis
Statement (RIAS) and two provided general comments on the
proposed RPD Rules and RAD Rules. One respondent welcomed
the detailing of the role of designated representatives in the RPD
Rules and RAD Rules. A respondent also welcomed changes to
Schedules 1 and 2 of the RPD Rules. No comments were received
on the Oath or Solemn Affirmation of Office Rules (Immigration
and Refugee Board), which were also prepublished on the same
date. The comments were reviewed and given careful consideration to determine if changes to the text of the rules were required.
Changes to the RPD Rules and RAD Rules following prepublication in the Canada Gazette, Part I, are reported in the
“Description” section above.
The following outlines key concerns raised by respondents that
did not result in further changes to the proposed rules.
•
Two respondents were critical of the RPD Rules regarding the
conduct of a hearing — in particular, the rules regarding the
order of questioning at a hearing, and the rule requiring that
an oral decision and reasons be rendered at the end of a hearing unless it is not practicable to do so.
With regard to the order of questioning, one respondent suggested that refugee claimants will not be given a fair opportunity to prove their case as refugee claimants will be asked
questions about their claim by an official of the Board at an
interview and then by a member at the hearing. Refugee
claimants will only have the opportunity to present their case
once the member has finished asking questions at the hearing.
With regard to oral decisions and reasons, one respondent
suggested that the mandatory language of the rule could lead
to breaches of natural justice in numerous circumstances.
Concerning rules regarding the order of questioning, no
changes were made as the Federal Court of Appeal in
Thamotharem4 held that the procedures regarding the order of
questioning set out in Guideline 7: Concerning Preparation
and Conduct of a Hearing in the Refugee Protection Division5
did not breach a claimant’s right to procedural fairness.
Concerning oral decisions, the IRB strives to achieve the objective of quality and timeliness in decision making, as well as
a more responsive and accessible administration of justice.
Oral decisions and reasons delivered at the conclusion of a
Gazette du Canada Partie I
Gazette du Canada, le 2 juillet 2011, et le public a eu 30 jours
pour présenter des commentaires à leur égard. Le Conseil canadien pour les réfugiés, la Legal Services Society of British
Columbia, la Refugee Lawyers’ Association of Ontario, le HautCommissariat des Nations Unies pour les réfugiés et un universitaire ont soumis des observations. Au total, 78 commentaires
touchant des dispositions précises des règles de la SPR et des
Règles de la SAR ont été formulés. Un des cinq répondants a
également formulé des commentaires concernant le RÉIR, et deux
d’entre eux ont formulé des commentaires généraux sur les règles
proposées. Un des répondants a relevé avec satisfaction la description détaillée du rôle des représentants désignés dans les Règles de la SPR et les Règles de la SAR. Un autre a indiqué qu’il
voyait d’un bon œil les modifications apportées aux annexes 1 et 2 des Règles de la SPR. Aucun commentaire n’a été
formulé à propos des Règles sur le serment professionnel ou la
déclaration (Commission de l’immigration et du statut de réfugié), qui ont aussi fait l’objet d’une publication préalable à la
même date. Les commentaires ont été examinés et ont été minutieusement pris en considération afin de déterminer si le texte des
règles devait être modifié.
Les modifications apportées aux Règles de la SPR et aux Règles de la SAR à la suite de la publication préalable dans la Partie I de la Gazette du Canada sont mentionnées ci-dessus (voir la
section « Description »).
Les répondants ont soulevé des préoccupations qui ne se sont
pas traduites par une modification des règles proposées. Les principales sont énoncées ci-dessous.
• Deux répondants ont formulé des critiques à l’égard des dispositions des Règles de la SPR touchant le déroulement de
l’audience, plus particulièrement celles ayant trait à l’ordre
des interrogatoires durant l’audience et au fait que le commissaire rend sa décision et donne ses motifs de vive voix à
l’audience, à moins qu’il ne soit pas possible de le faire.
En ce qui concerne l’ordre des interrogatoires, un répondant a
suggéré que les demandeurs d’asile n’auront pas véritablement l’occasion de démontrer le bien-fondé de leur cas, car ils
se verront poser des questions concernant leur demande
d’asile par un représentant de la CISR pendant une entrevue,
puis par un commissaire à l’audience. Les demandeurs d’asile
n’auront la possibilité de présenter leur cas qu’une fois que le
commissaire aura terminé de poser ses questions à l’audience.
Un répondant a suggéré que le libellé contraignant des dispositions relatives au prononcé de vive voix des décisions et des
motifs pourrait donner lieu, dans de multiples circonstances, à
des manquements à la justice naturelle.
En ce qui concerne les dispositions relatives à l’ordre des interrogatoires, aucune modification n’a été apportée, puisque,
dans l’affaire Thamotharem4, la Cour d’appel fédérale a
conclu que la procédure énoncée dans les Directives no 7 : Directives concernant la préparation et la tenue des audiences à
la Section de la protection des réfugiés5 en ce qui a trait à
l’ordre des interrogatoires ne portait pas atteinte au droit d’un
demandeur d’asile à l’équité procédurale.
Pour ce qui est du prononcé de vive voix des décisions, la
CISR travaille afin d’atteindre les objectifs en matière de qualité et de célérité du processus décisionnel, ainsi que d’administration de la justice souple et accessible. Le prononcé de
———
———
4
4
5
Thamotharem v. Canada (Minister of Citizenship and Immigration), [2008],
1 F.C.R. 385 (F.C.A.).
The procedures regarding the conduct of a hearing, including the order of questioning, were originally set out by the IRB in Guideline 7: Concerning Preparation and Conduct of a Hearing in the Refugee Protection Division. Immigration
and Refugee Board of Canada. Effective December 1, 2003.
2323
5
Thamotharem c. Canada (Ministre de la Citoyenneté et de l’Immigration), [2008],
1 R.C.F. 385 (C.A.F.).
La procédure relative au déroulement d’une audience, y compris l’ordre des
interrogatoires, a été initialement énoncée par la CISR dans les Directives no 7 :
Directives concernant la préparation et la tenue des audiences à la Section de la
protection des réfugiés. Commission de l’immigration et du statut de réfugié.
Date d’entrée en vigueur : 1er décembre 2003.
2324
Canada Gazette Part I
August 11, 2012
hearing contribute to these objectives. This practice has been
the norm for decision making in the Immigration and Refugee
Board since 2000.6
•
•
The IRB has therefore chosen to raise the procedures regarding oral decisions and the order of questioning to the RPD
Rules, as enshrining these practices and procedures in rules,
the most authoritative instrument at the disposal of the IRB,
will provide for more robust and transparent identification of
the basic practices and procedures of the IRB. However, the
IRB recognizes that exceptional circumstances may arise
where the order of questioning set out in the rules or the issuing of an oral decision and reasons at the conclusion of the
hearing may not serve the principles of fairness and natural
justice. Therefore, the RPD Rules allow for members to deviate from these procedures and processes as necessary.
Two respondents were critical of the RPD Rules which provide that if the RPD believes that there is a possibility that
issues relating to the integrity of the Canadian refugee protection system may arise from the claim, and the RPD is of the
opinion that the Minister’s participation may help in the full
and proper hearing of the claim, the Division must without delay notify the Minister (represented by the Canada Border
Services Agency). Once the information is provided, the Minister may do with it as the Minister sees fit, including participating in the proceeding for the purposes of opposing the
refugee claim.
While one respondent articulated that it was not clear why
such a rule was required, another articulated that such a rule
was problematic as “the integrity of the Canadian refugee protection system” is a vague concept that has no basis in law and
is not defined in the rules. The respondent’s view was that
this would lead to an inconsistent application of the Rule.
Moreover, such a rule would threaten the non-adversarial nature of RPD proceedings.
The IRB has chosen to include this provision in the RPD
Rules as such a procedure is consistent with the objectives and
application of the IRPA.7 Furthermore, the Minister is responsible for the administration of the IRPA, including enforcement. It is therefore appropriate that the RPD Rules would set
out procedures and parameters for when the RPD would notify the Minister when circumstances relating to the integrity
of the Canadian refugee protection system may arise from a
claim for refugee protection.
Respondents commented that the RPD Rules and RAD Rules
should provide for further accommodations for claimants that
are not represented by legal counsel.
•
•
The RPD Rules and RAD Rules set out clear and transparent
direction on the practices and procedures of each Division.
While each individual rule does not necessarily make specific
accommodations for specific circumstances, including situations where claimants are not represented by legal counsel,
both Divisions must enforce the rules in a manner that respects the principles of fairness and natural justice. This includes taking into consideration the circumstances of individual claimants. The rules also contemplate situations where a
claimant may not be able to comply with a rule for valid
vive voix des décisions et des motifs à la fin d’une audience contribue à la réalisation de ces objectifs. Depuis 2000,
cette pratique est la norme de la CISR en matière de prise de
décisions6.
Ainsi, la CISR a décidé d’incorporer la procédure touchant le
prononcé de vive voix des décisions et l’ordre des interrogatoires aux Règles de la SPR — l’outil faisant le plus autorité
dont elle dispose —, car cela permettra de cerner de façon
plus rigoureuse et plus transparente ses pratiques et procédures fondamentales. Toutefois, elle reconnaît qu’il peut arriver,
dans des circonstances exceptionnelles, que l’ordre des interrogatoires prévu par les règles ou le prononcé de vive voix des
décisions et des motifs à la fin de l’audience porte atteinte aux
principes d’équité et de justice naturelle. Par conséquent, les
Règles de la SPR autorisent les commissaires à s’écarter, au
besoin, de ces pratiques et procédures.
Deux répondants se sont montrés critiques à l’égard des dispositions des Règles de la SPR qui énoncent que si la SPR
croit qu’il y a une possibilité que la demande d’asile soulève
des questions relatives à l’intégrité du processus canadien
d’asile et qu’elle est d’avis que la participation du ministre
pourrait contribuer à assurer l’instruction complète et adéquate de la demande d’asile, elle en avise sans délai le ministre (représenté par l’ASFC). Une fois informé, le ministre peut
prendre les mesures qu’il estime appropriées, y compris le fait
de participer à la procédure afin de s’opposer à la demande
d’asile.
Un répondant a mentionné que la nécessité d’une telle disposition n’était pas évidente, et un autre a souligné que cette disposition soulevait des problèmes, car la notion d’« intégrité du
système canadien de protection des réfugiés » est vague, n’est
pas fondée en droit et n’est pas définie dans les règles. Selon
ce répondant, cela entraînera une application incohérente de la
disposition en question. De plus, cette dernière porterait atteinte à la nature non accusatoire de la procédure de la SPR.
La CISR a choisi d’incorporer cette disposition aux Règles de
la SPR puisqu’elle cadre avec les objectifs et l’application de
la LIPR7. De plus, le ministre est responsable de l’administration de la LIPR, y compris de son application; ainsi, il est
approprié que les Règles de la SPR énoncent la procédure et
les paramètres touchant le moment où la SPR doit aviser le
ministre du fait qu’une demande d’asile risque de soulever des
questions relatives à l’intégrité du processus canadien de protection des réfugiés.
Les répondants ont indiqué que les Règles de la SPR et les
Règles de la SAR devraient offrir d’autres mesures d’accommodement aux demandeurs d’asile qui ne sont pas représentés
par un conseiller juridique.
Les Règles de la SPR et les Règles de la SAR fournissent des
directives claires et transparentes sur les pratiques et la procédure de chaque Section. Même si des mesures d’accommodement précises visant des circonstances particulières —
notamment les cas où des demandeurs d’asile ne sont pas
représentés par un conseiller juridique — ne sont pas nécessairement prévues par les dispositions de chacune des règles,
chaque Section doit appliquer ces dernières conformément
aux principes d’équité et de justice naturelle. Cela comprend
le fait de prendre en considération la situation propre à chaque
———
———
6
6
7
Policy on Oral Decisions and Oral Reasons. Immigration and Refugee Board of
Canada. Effective July 1, 2000, and re-issued September 10, 2003.
IRPA subsection 3(2): The objectives of this Act with respect to refugees are . . .
(e) to establish fair and efficient procedures that will maintain the integrity of the
Canadian refugee protection system, while upholding Canada’s respect for the
human rights and fundamental freedoms of all human beings . . . .
7
Politique sur le prononcé de vive voix des décisions et des motifs. Commission
de l’immigration et du statut de réfugié du Canada. Date d’entrée en vigueur :
1er juillet 2000. Version révisée : 10 septembre 2003.
LIPR, paragraphe 3(2) : S’agissant des réfugiés, la présente loi a pour objet : […]
e) de mettre en place une procédure équitable et efficace qui soit respectueuse,
d’une part, de l’intégrité du processus canadien d’asile et, d’autre part, des droits
et des libertés fondamentales reconnus à tout être humain […].
Le 11 août 2012
Gazette du Canada Partie I
reasons. As a result, the RPD Rules and RAD Rules include
provisions to change the requirement of a rule, or excuse a
person from a requirement of a rule.
•
One respondent was critical of the content and focus of the
prepublished RIAS. The respondent argued that it presented
the context and rationale for the changes to the RPD Rules
and RAD Rules in a manner that was inappropriate for an independent tribunal by
• emphasizing efficiency over fairness as an objective of the
BRRA; and
• concerning itself with the quick removal of claimants
and presenting figures about the costs of failed refugee
claimants.
The RIAS, which accompanied the rules which were prepublished in the Canada Gazette, Part I, on July 2, 2011,
strikes the appropriate balance by accurately outlining the objectives and changes brought about by the BRRA. Moreover,
it emphasizes that the rules are designed to ensure that cases
are processed efficiently and in a manner which respects the
principles of fairness and natural justice.
•
2325
demandeur d’asile. En outre, les règles prennent en compte les
situations où un demandeur d’asile peut être, pour des raisons
valables, dans l’impossibilité de se conformer à une disposition réglementaire. Ainsi, les Règles de la SPR et les Règles
de la SAR comportent des dispositions permettant de modifier
une exigence d’une règle ou de permettre à une personne de
ne pas suivre une règle.
Un répondant a formulé des critiques à propos du contenu et
de l’orientation du RÉIR publié au préalable. Il a fait valoir
que le contexte et la justification concernant les modifications
apportées aux Règles de la SPR et aux Règles de la SAR
étaient présentés d’une manière inappropriée de la part d’un
tribunal indépendant, et ce, pour les raisons suivantes :
• En ce qui concerne les objectifs de la LMRER, le RÉIR accorde une place plus importante à l’efficacité qu’à l’équité.
• Le RÉIR traite du renvoi rapide des demandeurs d’asile et
fait mention des coûts liés aux demandeurs d’asile déboutés.
Le RÉIR joint aux règles qui ont fait l’objet d’une publication préalable dans la Partie I de la Gazette du Canada, le
2 juillet 2011, établit un juste équilibre en énonçant de façon
précise les objectifs de la LMRER et des changements qui en
découlent. De plus, le RÉIR met l’accent sur le fait que les
règles ont été conçues pour faire en sorte que les affaires
soient traitées de manière efficace et conforme aux principes
d’équité et de justice naturelle.
Protecting Canada’s Immigration System Act (PCISA)
Loi visant à protéger le système d’immigration du Canada
(LVPSIC)
Following the prepublication of the proposed rules in the
Canada Gazette, Part I, on July 2, 2011, the Minister introduced
Bill C-31, the Protecting Canada’s Immigration System Act
(PCISA). The PCISA, which received Royal Assent on June 28,
2012, includes legislative amendments to the BRRA and the
IRPA that are intended to further expedite the processing of refugee claims. As a result of these legislative amendments, the proposed RPD Rules and RAD Rules have been updated. The proposed updated rules will be shared with stakeholders, partners and
staff, and the IRB will conduct consultations.
À la suite de la publication préalable des règles proposées
dans la Partie I de la Gazette du Canada le 2 juillet 2011, le ministre a déposé le projet de loi C-31, Loi visant à protéger le système d’immigration du Canada (LVPSIC), qui a reçu la sanction
royale le 28 juin 2012. La LVPSIC comprend notamment des
modifications à la LMRER et à la LIPR qui visent à accélérer le
traitement des demandes d’asile. Par suite de ces modifications
aux dispositions législatives, les Règles de la SPR et les Règles de
la SAR proposées ont été mises à jour. Les règles proposées
mises à jour seront communiquées aux intervenants, aux partenaires et au personnel, et la CISR tiendra des consultations.
10. Rationale
10. Justification
As stated above, the proposed RPD Rules and RAD Rules
would make an important contribution to the overall objectives of
the BRRA and the PCISA, which are to ensure the faster processing of claims, faster removals of failed claimants, and the deterrence of non-genuine claims.
Comme il a été mentionné précédemment, les Règles de la SPR
et les Règles de la SAR proposées contribueront de façon importante à la réalisation des objectifs généraux de la LMRER et de la
LVPSIC, qui consistent à accélérer le traitement des demandes
d’asile et le renvoi des demandeurs d’asile déboutés et à dissuader
la présentation de demandes d’asile non authentiques.
Plus précisément, les Règles de la SPR et les Règles de la SAR
proposées seraient conformes aux modifications législatives contenues dans la LMRER et la LVPSIC. L’objectif qui sous-tend la
proposition de nouvelles Règles de la SPR et Règles de la SAR
est de garantir que les Règles de la SPR et les Règles de la SAR
soient claires et qu’elles concordent avec la LIPR, suivant les
modifications découlant de la LMRER et de la LVPSIC.
De surcroît, les Règles de la SPR et les Règles de la SAR fournissent des directives claires et transparentes sur les pratiques et
la procédure des sections aux parties et à leurs conseils qui se
présentent devant la CISR, au personnel de la CISR qui traite les
cas et aux commissaires qui rendent des décisions sur les cas. Ces
directives assurent l’uniformité du processus dans le cadre duquel
les parties se présentent devant les sections de la CISR et y présentent leurs cas, ce qui contribue à un traitement administratif
efficient des cas. En outre, elles fournissent une orientation aux
sections pour garantir le traitement cohérent des cas et conforme
More specifically, the proposed RPD Rules and RAD Rules
would be consistent with the legislative amendments in the
BRRA and the PCISA. The objective of proposing new RPD
Rules and RAD Rules is to ensure harmony and clarity among the
RPD Rules and RAD Rules and the IRPA as it will be modified
by the BRRA and the PCISA.
Furthermore, the RPD Rules and RAD Rules provide clear and
transparent direction on the practices and procedures of the Divisions to parties and their counsel appearing before the IRB, the
IRB staff who process cases and members who render decisions
on cases. This direction ensures that parties appear and present
their cases before the IRB’s Divisions in a consistent manner,
facilitating the efficient administrative processing of cases. The
rules also provide guidance to the Divisions to ensure that all
cases are processed in a consistent manner that respects the principles of fairness and natural justice. The efficient administration
2326
Canada Gazette Part I
of cases, facilitated by the use of rules, helps contribute to the
overall objective of the BRRA and the PCISA.
As previously stated, if the RPD Rules and RAD Rules are not
changed or new RPD Rules and RAD Rules are not made prior to
implementation of the new system, it will be impossible to properly give effect to the BRRA and the PCISA.
August 11, 2012
aux principes d’équité et de justice naturelle. L’administration
efficiente des cas, rendue possible par l’application des règles,
facilite la réalisation de l’objectif global de la LMRER et de la
LVPSIC.
Comme il a déjà été indiqué, si les Règles de la SPR et les Règles de la SAR ne sont pas modifiées, ou si de nouvelles Règles
de la SPR et Règles de la SAR ne sont pas établies avant la mise
en œuvre du nouveau système, il sera impossible d’appliquer la
LMRER et la LVPSIC comme il se doit.
11. Implementation and enforcement
11. Mise en œuvre et application
The implementation of the proposed RPD Rules and RAD
Rules would include activities related to the development of new
processes, forms, documents, policies and case management
manuals to support the rules, as well as training for the staff affected by the RPD Rules and RAD Rules.
All of these activities are being pursued as a part of the overall
implementation strategy for the BRRA and the PCISA.
La mise en œuvre des Règles de la SPR et des Règles de la
SAR proposées comprendrait des activités liées à la création de
nouveaux processus, formulaires, documents et manuels de gestion de cas, ainsi que de nouvelles politiques à l’appui des règles,
de même que des activités de formation à l’intention du personnel
concerné.
Toutes ces activités sont menées dans le cadre de la stratégie
globale de mise en œuvre de la LMRER et de la LVPSIC.
12. Performance measurement and evaluation
12. Mesures de rendement et évaluation
The proposed RPD Rules and RAD Rules would allow the
practices of the IRB to be consistent with the BRRA and the
PCISA. If new RPD Rules and RAD Rules are not made prior to
the implementation of the new system, it would be impossible to
give effect properly to the BRRA and the PCISA.
Les Règles de la SPR et les Règles de la SAR proposées rendront les pratiques de la CISR conformes à la LMRER et à la
LVPSIC. Si les nouvelles Règles de la SPR et Règles de la SAR
ne sont pas établies avant la mise en œuvre du nouveau système,
il sera impossible d’appliquer la LMRER et la LVPSIC comme il
se doit.
Citoyenneté et Immigration Canada procéderait à une évaluation du nouveau système de protection des réfugiés établi au titre
de la LMRER et de la LVPSIC trois ans après son entrée en vigueur. L’évaluation serait coordonnée par CIC, et tous les partenaires touchés par la mise en œuvre de la LMRER et de la
LVPSIC y participeraient. La CISR prendrait part à l’évaluation
d’une manière compatible avec son statut de tribunal administratif
indépendant.
Three years after the implementation of the new refugee determination system under the BRRA and the PCISA, an evaluation
of the new system would be carried out by CIC. The evaluation
would be coordinated by CIC and would include all partners involved in implementing the BRRA and the PCISA. The IRB
would participate in a manner which respects the IRB’s status as
an independent administrative tribunal.
13. Contact
13. Personne-ressource
Sylvia Cox-Duquette
Senior General Counsel
Immigration and Refugee Board of Canada
344 Slater Street
Ottawa, Ontario
K1A 0K1
Email: reform-reforme@irb-cisr.gc.ca
Fax: 613-995-2355
Sylvia Cox-Duquette
Avocate générale principale
Commission de l’immigration et du statut de réfugié du Canada
344, rue Slater
Ottawa (Ontario)
K1A 0K1
Courriel : reforme-reform@cisr-irb.gc.ca
Télécopieur : 613-995-2355
PROPOSED REGULATORY TEXT
PROJET DE RÉGLEMENTATION
Notice is hereby given that the Chairperson of the Immigration
and Refugee Board, pursuant to subsection 161(1) of the Immigration and Refugee Protection Acta, and subject to the approval
of the Governor in Council, in consultation with the Deputy
Chairpersons and the Director General of the Immigration Division, proposes to make the annexed Refugee Protection Division
Rules.
Interested persons may make representations concerning the
proposed Rules within 30 days after the date of publication of this
notice. All such representations must cite the Canada Gazette,
Avis est donné que le président de la Commission de l’immigration et du statut de réfugié, en vertu du paragraphe 161(1) de la
Loi sur l’immigration et la protection des réfugiésa, se propose,
sous réserve de l’agrément du gouverneur en conseil et en consultation avec les vice-présidents et le directeur général de la Section
de l’immigration, de prendre les Règles de la Section de la protection des réfugiés, ci-après.
Les intéressés peuvent présenter leurs observations au sujet du
projet de règles dans les trente jours suivant la date de publication
du présent avis. Ils sont priés d’y citer la Gazette du Canada
———
———
a
a
S.C. 2001, c. 27
L.C. 2001, ch. 27
Le 11 août 2012
Gazette du Canada Partie I
Part I, and the date of publication of this notice, and be addressed
to Sylvia Cox-Duquette, Senior General Counsel, Immigration
and Refugee Board, 344 Slater Street, Ottawa, Ontario K1A 0K1
(fax: 613-995-2355; email: reform-reforme@irb-cisr.gc.ca).
Ottawa, July 25, 2012
JURICA ČAPKUN
Assistant Clerk of the Privy Council
Definitions
“Act”
« Loi »
“Basis of Claim
Form”
« Formulaire
de fondement
de la
demande »
“contact
information”
« coordonnées »
“Division”
« Section »
“officer”
« agent »
“party”
« partie »
“proceeding”
« procédure »
“Regulations”
« Règlement »
“vulnerable
person”
« personne
vulnérable »
“working day”
« jour
ouvrable »
Communicating with
Division
Partie I, ainsi que la date de publication, et d’envoyer le tout à
Sylvia Cox-Duquette, avocate générale principale, Commission
de l’immigration et du statut de réfugié, 344, rue Slater, Ottawa
(Ontario), K1A 0K1 (téléc. : 613-995-2355; courriel : reformreforme@irb-cisr.gc.ca).
Ottawa, le 25 juillet 2012
Le greffier adjoint du Conseil privé
JURICA ČAPKUN
REFUGEE PROTECTION
DIVISION RULES
RÈGLES DE LA SECTION DE LA
PROTECTION DES RÉFUGIÉS
INTERPRETATION
DÉFINITIONS
1. The following definitions apply in these Rules.
“Act” means the Immigration and Refugee Protection Act.
“Basis of Claim Form” means the form in which a
claimant gives the information referred to in
Schedule 1.
1. Les définitions qui suivent s’appliquent aux
présentes règles.
« agent » Personne désignée à ce titre par le ministre en application du paragraphe 6(1) de la Loi.
« coordonnées » Les renseignements ci-après à
l’égard d’une personne :
a) ses nom, adresse postale, numéro de téléphone
et, le cas échéant, numéro de télécopieur et
adresse de courriel;
b) dans le cas où le conseil du demandeur d’asile
ou de la personne protégée est une personne visée à l’un des alinéas 91(2)a) à c) de la Loi, en
plus des renseignements visés à l’alinéa a), le
nom de l’organisme dont il est membre et le
numéro de membre qui lui a été délivré par
l’organisme.
« Formulaire de fondement de la demande » Le
formulaire sur lequel le demandeur d’asile fournit
les renseignements prévus à l’annexe 1.
“contact information” means, with respect to a
person,
(a) the person’s name, postal address and telephone number, and their fax number and email
address, if any; and
(b) in the case of counsel for a claimant or protected person, if the counsel is a person referred
to in any of paragraphs 91(2)(a) to (c) of the Act,
in addition to the information referred to in paragraph (a), the name of the body of which the
counsel is a member and the membership identification number issued to the counsel.
“Division” means the Refugee Protection Division.
2327
“officer” means a person designated as an officer
by the Minister under subsection 6(1) of the Act.
“party” means,
(a) in the case of a claim for refugee protection,
the claimant and, if the Minister intervenes in the
claim, the Minister; and
(b) in the case of an application to vacate or to
cease refugee protection, the protected person
and the Minister.
“proceeding” includes a conference, an application
or a hearing.
“Regulations” means the Immigration and Refugee
Protection Regulations.
“vulnerable person” means a person who has been
identified as vulnerable under the Guideline on
Procedures with Respect to Vulnerable Persons
Appearing Before the IRB issued under paragraph 159(1)(h) of the Act.
“working day” does not include Saturdays, Sundays
or other days on which the Board offices are closed.
« jour ouvrable » Jour autre qu’un samedi, un dimanche ou un autre jour où les bureaux de la
Commission sont fermés.
« Loi » La Loi sur l’immigration et la protection
des réfugiés.
« partie »
a) Dans le cas d’une demande d’asile, le demandeur d’asile et, s’il intervient dans la demande
d’asile, le ministre;
b) dans le cas d’une demande d’annulation ou de
constat de perte d’asile, la personne protégée et
le ministre.
« personne vulnérable » Personne identifiée comme
étant vulnérable selon les Directives sur les procédures concernant les personnes vulnérables qui
comparaissent devant la CISR données selon
l’alinéa 159(1)h) de la Loi.
« procédure » S’entend notamment d’une conférence, d’une demande ou d’une audience.
« Règlement » Le Règlement sur l’immigration et
la protection des réfugiés.
« Section » La Section de la protection des réfugiés.
COMMUNICATING WITH THE DIVISION
COMMUNICATION AVEC LA SECTION
2. All communication with the Division must
be directed to the registry office specified by the
Division.
2. Pour communiquer avec la Section, il faut
s’adresser au greffe désigné par elle.
Définitions
« agent »
“officer”
« coordonnées »
“contact
information”
« Formulaire de
fondement de
la demande »
“Basis of
Claim Form”
« jour
ouvrable »
“working day”
« Loi »
“Act”
« partie »
“party”
« personne
vulnérable »
“vulnerable
person”
« procédure »
“proceeding”
« Règlement »
“Regulations”
« Section »
“Division”
Communication avec la
Section
2328
Canada Gazette Part I
Fixing date,
time and
location of
hearing
Date fixed by
officer
Factors
Providing
information to
claimant in
writing
August 11, 2012
INFORMATION AND DOCUMENTS
TO BE PROVIDED
RENSEIGNEMENTS ET
DOCUMENTS À FOURNIR
CLAIMS FOR REFUGEE PROTECTION
DEMANDE D’ASILE
3. (1) As soon as a claim for refugee protection is
referred to the Division, or as soon as possible before it is deemed to be referred under subsection 100(3) of the Act, an officer must fix a date,
time and location for the claimant to attend a hearing on the claim, within the time limits set out in
the Regulations, from the dates, times and locations
provided by the Division.
(2) Subject to paragraph 3(b), the officer must
select the date closest to the last day of the applicable time limit set out in the Regulations, unless the
claimant agrees to an earlier date.
(3) In fixing the date, time and location for the
hearing, the officer must consider
(a) the claimant’s preference of location; and
(b) counsel’s availability, if the claimant has
retained counsel at the time of referral and the
officer has been informed that counsel will be
available to attend a hearing on one of the dates
provided by the Division.
3. (1) Dès qu’une demande d’asile est déférée à
la Section ou dès que possible avant qu’une demande soit réputée avoir été déférée selon le paragraphe 100(3) de la Loi, l’agent fixe une date, une
heure et un lieu pour l’audience relative à la demande du demandeur d’asile, dans les délais prévus
par le Règlement, parmi les date, heure et lieu proposés par la Section.
(2) Sous réserve de l’alinéa (3)b), l’agent choisit
la date la plus proche du dernier jour du délai applicable prévu par le Règlement, à moins que le demandeur consente à une date plus rapprochée.
(3) Pour fixer les date, heure et lieu de l’audience, l’agent prend en considération les éléments
suivants :
a) le lieu que le demandeur d’asile préfère;
b) la disponibilité du conseil, si le demandeur
d’asile a retenu les services d’un conseil au moment où sa demande a été déférée et que l’agent
a été avisé de la disponibilité du conseil pour assister à l’audience à l’une des dates proposées
par la Section.
(4) Il incombe à l’agent :
a) d’aviser par écrit le demandeur d’asile, par un
avis de convocation :
(i) des date, heure et lieu de l’audience relative
à la demande d’asile,
(ii) des date, heure et lieu de toute audience
spéciale sur le désistement de la demande
d’asile tenue selon les paragraphes 65(2)
et (3);
b) de transmettre au demandeur d’asile un Formulaire de fondement de la demande, sauf si
celui-ci a déjà, aux termes du paragraphe 99(3.1)
de la Loi, fourni à l’agent ce formulaire rempli;
c) de transmettre au demandeur d’asile par écrit
des renseignements :
(i) lui expliquant à quel moment et de quelle
façon transmettre le Formulaire de fondement
de la demande et d’autres documents à la Section et au ministre,
(ii) l’informant de l’importance d’obtenir la
preuve documentaire pertinente sans délai,
(iii) lui expliquant le déroulement de
l’audience,
(iv) l’informant de son obligation d’aviser la
Section et le ministre de ses coordonnées et de
tout changement de coordonnées,
(v) l’informant de la possibilité d’être représenté par un conseiller juridique ou un autre
conseil, à ses propres frais,
(vi) l’informant de la possibilité que la Section
prononce le désistement de sa demande
d’asile, sans lui donner d’autre avis, s’il omet
de transmettre le Formulaire de fondement
de la demande rempli ou de se présenter à
l’audience.
(4) The officer must
(a) notify the claimant in writing by way of a notice to appear
(i) of the date, time and location of the hearing
of the claim; and
(ii) of the date, time and location of any special hearing on the abandonment of the claim
under subrules 65(2) and (3);
(b) unless the claimant has provided a completed
Basis of Claim Form to the officer in accordance
with subsection 99(3.1) of the Act, provide to the
claimant the Basis of Claim Form; and
(c) provide to the claimant information in writing
(i) explaining how and when to provide a
Basis of Claim Form and other documents to
the Division and to the Minister,
(ii) informing the claimant of the importance
of obtaining relevant documentary evidence
without delay,
(iii) explaining how the hearing will proceed,
(iv) informing the claimant of the obligation
to notify the Division and the Minister of the
claimant’s contact information and any
changes to that information,
(v) informing the claimant that they may, at
their own expense, be represented by legal or
other counsel, and
(vi) informing the claimant that the claim may
be declared abandoned without further notice
if the claimant fails to provide the completed
Basis of Claim Form or fails to appear at the
hearing.
Détermination
des date, heure
et lieu de
l’audience
Date fixée par
l’agent
Éléments à
considérer
Transmission
des
renseignements
par écrit au
demandeur
d’asile
Le 11 août 2012
Providing
information in
writing and
documents to
Division
(5) After providing to the claimant the information set out in subrule (4), the officer must without
delay provide to the Division
(a) a written statement indicating how and when
the information set out in subrule (4) was provided to the claimant;
(b) the completed Basis of Claim Form for a
claimant referred to in subsection 99(3.1) of the
Act;
(c) a copy of each notice to appear provided to
the claimant in accordance with paragraph (4)(a);
(d) the information set out in Schedule 2;
(e) a copy of any identity and travel documents
of the claimant that have been seized by the
officer;
(f) a copy of the notice of seizure of any seized
documents referred to in paragraph (e): and
(g) a copy of any other relevant documents that
are in the possession of the officer.
Providing
copies to
claimant
(6) The officer must provide to the claimant a
copy of any documents or information that the officer has provided to the Division under paragraphs (5)(d) to (g).
4. (1) The claimant must provide their contact
information in writing to the Division and the
Minister.
(2) The claimant’s contact information must be
received by the Division and the Minister no later
than 10 days after the day on which the claimant
receives the information provided by the officer
under subrule 3(4).
(3) If the claimant’s contact information changes,
the claimant must without delay provide the
changes in writing to the Division and to the
Minister.
(4) A claimant who is represented by counsel
must without delay, on retaining counsel, provide
the counsel’s contact information in writing to the
Division and to the Minister and notify them of any
limitations on the counsel’s retainer. If that information changes, the claimant must without delay
provide the changes in writing to the Division and
to the Minister.
5. If a claimant retains counsel who is not a person referred to in any of paragraphs 91(2)(a) to (c)
of the Act, both the claimant and their counsel must
without delay provide the information and declarations set out in Schedule 3 to the Division in
writing.
Claimant’s
contact
information
Time limit
Change to
contact
information
Information
concerning
claimant’s
counsel
Declaration —
counsel not
representing or
advising for
consideration
Claimant’s
declarations
Gazette du Canada Partie I
2329
(5) Après avoir transmis au demandeur d’asile
les renseignements prévus au paragraphe (4), l’agent
transmet sans délai à la Section :
a) une déclaration écrite indiquant à quel moment et de quelle façon les renseignements prévus au paragraphe (4) ont été transmis au demandeur d’asile;
b) le Formulaire de fondement de la demande
rempli pour un demandeur visé au paragraphe 99(3.1) de la Loi;
c) une copie de chacun des avis de convocation transmis au demandeur d’asile selon l’alinéa (4)a);
d) les renseignements prévus à l’annexe 2;
e) une copie des documents d’identité et titres de
voyage du demandeur d’asile qu’il a saisis, le cas
échéant;
f) une copie de l’avis de saisie de tout document
visé à l’alinéa e);
g) une copie de tout autre document pertinent en
sa possession.
(6) L’agent transmet au demandeur d’asile une
copie de tous les documents ou renseignements
transmis à la Section selon les alinéas (5)d) à g).
Transmission
des
renseignements
par écrit et des
documents à la
Section
4. (1) Le demandeur d’asile transmet ses coordonnées par écrit à la Section et au ministre.
Coordonnées
du demandeur
d’asile
(2) Les coordonnées doivent être reçues par la
Section et le ministre au plus tard dix jours après la
date de réception, par le demandeur d’asile, des
renseignements transmis par l’agent selon le paragraphe 3(4).
(3) Si ses coordonnées changent, le demandeur
d’asile transmet sans délai ses nouvelles coordonnées par écrit à la Section et au ministre.
Délai
(4) Dès qu’il retient les services d’un conseil, le
demandeur d’asile transmet les coordonnées de
celui-ci par écrit à la Section et au ministre et les
avise de toute restriction à son mandat. Si des
changements sont apportés à ces renseignements, le
demandeur d’asile les transmet sans délai par écrit à
la Section et au ministre.
Renseignements
au sujet du
conseil du
demandeur
d’asile
5. Si le demandeur d’asile retient les services
d’un conseil qui n’est pas une personne visée à l’un
des alinéas 91(2)a) à c) de la Loi, le demandeur
d’asile et son conseil transmettent sans délai par
écrit à la Section les renseignements et les déclarations prévus à l’annexe 3.
Déclaration —
représentation
ou conseil sans
rétribution
BASIS OF CLAIM FORM
FORMULAIRE DE FONDEMENT DE LA DEMANDE
6. (1) The claimant must complete a Basis of
Claim Form and sign and date the declaration stating that
(a) the information given by the claimant is
complete, true and correct; and
(b) the claimant understands that the declaration
is of the same force and effect as if made under
oath.
6. (1) Le demandeur d’asile remplit le Formulaire de fondement de la demande et signe et date la
déclaration attestant :
a) que les renseignements qu’il fournit sont
complets, vrais et exacts;
b) qu’il comprend que sa déclaration est assimilée à une déclaration sous serment.
Transmission
des copies au
demandeur
d’asile
Changement
des
coordonnées
Déclarations du
demandeur
d’asile
2330
Canada Gazette Part I
Form
completed
without
interpreter
(2) If the claimant completes the Basis of Claim
Form without an interpreter’s assistance, the claimant must sign and date the declaration stating that
they can read the language of the form and understand what information is requested.
Interpreter’s
declaration
(3) If the claimant completes the Basis of Claim
Form with an interpreter’s assistance, the interpreter must sign and date the declaration in the
form stating that
(a) they are proficient in the language and dialect, if any, used, and were able to communicate
effectively with the claimant;
(b) the completed Basis of Claim Form and all
attached documents were interpreted to the
claimant; and
(c) the claimant indicated that the claimant
understood what was interpreted.
7. (1) A claimant referred to in subsection 99(3.1) of the Act must provide the original
and one copy of a completed Basis of Claim Form
to the officer referred to in rule 3.
Providing
Basis of Claim
Form — inland
claim
Providing
Basis of Claim
Form — port of
entry claim
Documents to
be attached
Documents
obtained after
providing Basis
of Claim Form
Providing
Basis of Claim
Form — port of
entry claim
Application for
extension of
time
(2) A claimant other than a claimant referred to
in subsection 99(3.1) of the Act must provide
(a) the original completed Basis of Claim Form
to the Division; and
(b) one copy to the Minister.
(3) The claimant must attach to the original and
the copy of the completed Basis of Claim Form a
copy of their identity and travel documents, genuine or not, and a copy of any other relevant documents in their possession. The claimant does not
have to attach the copy of a document that has been
seized by an officer or provided to the Division by
an officer.
(4) If the claimant obtains an identity or travel
document after the Division and the Minister have
received the completed Basis of Claim Form, they
must provide a copy of the document to the Division and to the Minister without delay.
(5) The Basis of Claim Form provided under
subrule (2) must be
(a) received by the Division and the Minister
within the time limit set out in the Regulations,
and
(b) provided in any of the following ways:
(i) by hand,
(ii) by courier,
(iii) by fax if the document is no more than
20 pages long, unless the recipient consents to
receiving more than 20 pages, or
(iv) by email or other electronic means if the
Division allows.
(6) A claimant who provides the Basis of Claim
Form by fax must provide the original to the Division at the beginning of the hearing.
8. (1) A claimant who makes an application for
an extension of time to provide the completed Basis
of Claim Form must make the application in
August 11, 2012
(2) Si le demandeur d’asile remplit le Formulaire
de fondement de la demande sans l’aide d’un interprète, il signe et date la déclaration attestant qu’il
peut lire la langue dans laquelle le formulaire
est écrit et qu’il comprend les renseignements
demandés.
(3) Si le demandeur d’asile remplit le Formulaire
de fondement de la demande avec l’aide d’un interprète, ce dernier signe et date la déclaration prévue
au formulaire attestant :
a) qu’il maîtrise la langue et, le cas échéant, le
dialecte utilisés et qu’il a pu communiquer efficacement avec le demandeur d’asile;
b) qu’il a interprété pour le demandeur d’asile le
Formulaire de fondement de la demande rempli
et tous les documents annexés;
c) que le demandeur d’asile lui a indiqué avoir
bien compris ce qui a été interprété.
7. (1) Le demandeur visé au paragraphe 99(3.1)
de la Loi transmet l’original et une copie du Formulaire de fondement de la demande rempli à l’agent
visé à la règle 3.
Formulaire
rempli sans
interprète
(2) Le demandeur autre qu’un demandeur visé au
paragraphe 99(3.1) de la Loi transmet :
a) l’original du Formulaire de fondement de la
demande rempli à la Section;
b) une copie au ministre.
(3) Le demandeur d’asile joint à l’original et à la
copie du Formulaire de fondement de la demande
rempli, une copie de ses documents d’identité, de
ses titres de voyage, qu’ils soient authentiques ou
non, et de tout autre document pertinent en sa possession. Il n’a pas à le faire dans le cas d’un document saisi par l’agent ou transmis à la Section par
l’agent.
(4) Le demandeur d’asile qui obtient un document d’identité ou un titre de voyage, après la réception du Formulaire de fondement de la demande
rempli par la Section et le ministre, en transmet
sans délai une copie à la Section et au ministre.
(5) Le Formulaire de fondement de la demande
transmis selon le paragraphe (2) est, à la fois :
a) reçu par la Section et le ministre dans le délai
prévu par le Règlement;
b) transmis par l’un des moyens suivants :
(i) remise en mains propres,
(ii) messager,
(iii) télécopieur, si le document n’a pas plus de
vingt pages; s’il en compte plus de vingt,
l’envoi se fait sur autorisation du destinataire,
(iv) courriel ou autre moyen électronique, si la
Section l’autorise.
Transmission
du Formulaire —
demande à
un point
d’entrée
(6) Le demandeur d’asile qui transmet par télécopieur le Formulaire de fondement de la demande
en transmet l’original à la Section au début de
l’audience.
8. (1) Le demandeur d’asile qui présente une
demande de prorogation du délai pour transmettre
le Formulaire de fondement de la demande rempli
Original du
Formulaire de
fondement de
la demande
Déclaration de
l’interprète
Transmission
du formulaire —
demande
ailleurs qu’à un
point d’entrée
Documents à
joindre
Documents
obtenus après
la transmission
du formulaire
Transmission
du formulaire —
demande à
un point
d’entrée
Demande de
prorogation de
délai
Le 11 août 2012
Gazette du Canada Partie I
(2) The documents referred to in subrule (1) must
be provided to their recipients without delay and
must be received by them no later than 10 days
before the date fixed for the hearing.
(3) The documents provided to the Division
under subrule (1) must be accompanied by a written
statement indicating how and when they were provided to the Minister.
fait sa demande selon la règle 50 au plus tard trois
jours ouvrables avant l’expiration du délai prévu
par le Règlement.
(2) S’il présente une demande pour des raisons
médicales, à l’exception de celles ayant trait à son
conseil, le demandeur d’asile transmet avec la demande un certificat médical récent, daté et lisible,
signé par un médecin qualifié, et sur lequel sont
imprimés ou estampillés les nom et adresse de ce
dernier. Le demandeur d’asile qui a transmis une
copie du certificat à la Section lui transmet sans
délai le document original.
(3) Le certificat médical indique, sans mentionner de diagnostic, les particularités de la situation
médicale qui empêchent le demandeur d’asile de
transmettre le Formulaire de fondement de la demande rempli dans le délai prévu à l’alinéa 7(5)a).
(4) Si la prorogation du délai est accordée, le
demandeur d’asile transmet le Formulaire de fondement de la demande rempli à la Section et au
ministre conformément aux paragraphes 7(2) et (3),
au plus tard à la date indiquée par la Section et par
un moyen prévu à l’alinéa 7(5)b).
9. (1) Afin d’effectuer des modifications ou des
ajouts au Formulaire de fondement de la demande,
le demandeur d’asile, à la fois :
a) transmet chacune des pages du formulaire à
laquelle des modifications ou des ajouts ont été
effectués, accompagnée d’une explication complète de ces modifications ou ajouts, au ministre
puis à la Section;
b) signe et date chacune des nouvelles pages et
souligne les modifications ou ajouts effectués.
(2) Les documents visés au paragraphe (1) sont
transmis à leurs destinataires sans délai et doivent
être reçus par eux au plus tard dix jours avant la
date fixée pour l’audience.
(3) Les documents transmis à la Section selon le
paragraphe (1) sont accompagnés d’une déclaration
écrite indiquant à quel moment et de quelle façon
ils ont été transmis au ministre.
CONDUCT OF A HEARING
DÉROULEMENT D’UNE AUDIENCE
Standard order
of questioning
10. (1) In a hearing of a claim for refugee protection, if the Minister is not a party, any witness, including the claimant, will be questioned first by the
Division and then by the claimant’s counsel.
Order of
questioning —
Minister’s
intervention on
exclusion issue
(2) In a hearing of a claim for refugee protection,
if the Minister is a party and has intervened on an
issue of exclusion under subrule 29(3), any witness,
including the claimant, will be questioned first by
the Minister’s counsel, then by the Division and
then by the claimant’s counsel.
Order of
questioning —
Minister’s
intervention not
on exclusion
issue
(3) In a hearing of a claim for refugee protection,
if the Minister is a party but has not intervened on
an issue of exclusion under subrule 29(3), any witness, including the claimant, will be questioned
first by the Division, then by the Minister’s counsel
and then by the claimant’s counsel.
10. (1) Lors d’une audience relative à une demande d’asile à laquelle le ministre n’est pas une
partie, tout témoin, y compris le demandeur d’asile,
est d’abord interrogé par la Section puis par le
conseil du demandeur d’asile.
(2) Lors d’une audience à laquelle le ministre est
une partie parce qu’il est intervenu relativement à
une clause d’exclusion selon le paragraphe 29(3),
tout témoin, y compris le demandeur d’asile, est
d’abord interrogé par le conseil du ministre, ensuite
par la Section, puis par le conseil du demandeur
d’asile.
(3) Lors d’une audience relative à une demande
d’asile à laquelle le ministre est une partie, mais
dans laquelle il n’est pas intervenu relativement à
une clause d’exclusion selon le paragraphe 29(3),
tout témoin, y compris le demandeur d’asile, est
d’abord interrogé par la Section, ensuite par le
conseil du ministre, puis par le conseil du demandeur d’asile.
Application for
medical
reasons
Content of
certificate
Providing Basis
of Claim Form
after extension
granted
Changes or
additions to
Basis of Claim
Form
Time limit
Proof
documents
provided
accordance with rule 50 and no later than three
working days before the expiry of the time limit set
out in the Regulations.
(2) If a claimant makes the application for medical reasons, other than those related to their counsel, they must provide, together with the application, a legible, recently dated medical certificate
signed by a qualified medical practitioner whose
name and address are printed or stamped on the
certificate. A claimant who has provided a copy of
the certificate to the Division must provide the
original document to the Division without delay.
(3) The medical certificate must set out the particulars of the medical condition, without specifying the diagnosis, that prevent the claimant from
providing the completed Basis of Claim Form in
the time limit referred to in paragraph 7(5)(a).
(4) If an extension of time is granted, the claimant must provide the completed Basis of Claim
Form to the Division and to the Minister in accordance with subrules 7(2) and (3), no later than on the
date indicated by the Division and by a means set
out in paragraph 7(5)(b).
9. (1) To make changes or add any information
to the Basis of Claim Form, the claimant must
(a) provide each page of the form to which
changes or additions have been made, together
with a full explanation for the changes or additions, first to the Minister and then to the Division; and
(b) sign and date each new page and underline
the changes or additions made.
2331
Demande pour
raisons
médicales
Contenu du
certificat
Transmission
du formulaire à
la suite de
l’octroi d’une
prorogation
Modifications
ou ajouts au
formulaire
Délai
Preuve de
transmission
des documents
Ordre habituel
des
interrogatoires
Ordre des
interrogatoires —
intervention
du ministre
sur clause
d’exclusion
Ordre des
interrogatoires —
intervention
du ministre
si clause
d’exclusion
non en cause
2332
Canada Gazette Part I
August 11, 2012
Order of
questioning —
application to
vacate or cease
refugee
protection
(4) In a hearing into an application to vacate or to
cease refugee protection, any witness, including the
protected person, is to be questioned first by the
Minister’s counsel, then by the Division and then
by the protected person’s counsel.
(4) Lors d’une audience relative à une demande
d’annulation ou de constat de perte d’asile, tout
témoin, y compris la personne protégée, est d’abord
interrogé par le conseil du ministre, ensuite par la
Section, puis par le conseil de la personne protégée.
Ordre des
interrogatoires —
demande
d’annulation ou
de constat de
perte d’asile
Variation of
order of
questioning
(5) The Division must not vary the order of questioning unless there are exceptional circumstances,
including that the variation is required to accommodate a vulnerable person.
(6) The Division may limit the questioning of
witnesses, including a claimant or a protected person, taking into account the nature and complexity
of the issues and the relevance of the questions.
(5) La Section ne peut changer l’ordre des interrogatoires, sauf en cas de circonstances exceptionnelles, notamment si le changement est nécessaire
pour accommoder une personne vulnérable.
(6) La Section peut limiter les interrogatoires des
témoins, y compris celui du demandeur d’asile ou
de la personne protégée, en prenant en considération la nature et la complexité des points litigieux et
la pertinence des questions.
(7) Les observations se font oralement à la fin
d’une audience, à moins d’une décision contraire de
la Section.
(8) Le commissaire de la Section rend une décision et donne les motifs de la décision de vive voix
à l’audience, à moins qu’il ne soit pas possible de le
faire.
Changement
dans l’ordre des
interrogatoires
Limiting
questioning of
witnesses
Oral
representations
Oral decision
and reasons
(7) Representations must be made orally at
the end of a hearing unless the Division orders
otherwise.
(8) A Division member must render an oral decision and reasons for the decision at the hearing
unless it is not practicable to do so.
Limites à
l’interrogatoire
des témoins
Observations
faites
oralement
Décision de
vive voix et
motifs
DOCUMENTS ESTABLISHING IDENTITY AND
OTHER ELEMENTS OF THE CLAIM
DOCUMENT ÉTABLISSANT L’IDENTITÉ ET
11. The claimant must provide acceptable documents establishing their identity and other elements
of the claim. A claimant who does not provide acceptable documents must explain why they did not
provide the documents and what steps they took to
obtain them.
11. Le demandeur d’asile transmet des documents acceptables qui permettent d’établir son
identité et les autres éléments de sa demande
d’asile. S’il ne peut le faire, il en donne la raison et
indique quelles mesures il a prises pour se procurer
de tels documents.
APPLICATION TO VACATE OR TO
CEASE REFUGEE PROTECTION
DEMANDE D’ANNULATION OU DE
CONSTAT DE PERTE D’ASILE
12. If an application to vacate or to cease refugee
protection is made, the protected person must without delay notify the Division and the Minister in
writing of
(a) any change in their contact information; and
(b) their counsel’s contact information and any
limitations on the counsel’s retainer, if represented by counsel, and any changes to that
information.
13. If a protected person retains counsel who
is not a person referred to in any of paragraphs 91(2)(a) to (c) of the Act, both the protected
person and their counsel must without delay provide the information and declarations set out in
Schedule 3 to the Division in writing.
12. Dans le cas d’une demande d’annulation ou
de constat de perte d’asile, la personne protégée
avise sans délai par écrit la Section et le ministre :
a) de tout changement de ses coordonnées;
b) si elle est représentée par un conseil, des coordonnées de ce dernier, de toute restriction au
mandat de celui-ci ainsi que, le cas échéant, de
tout changement à ces renseignements.
Coordonnées
13. Si une personne protégée retient les services
d’un conseil qui n’est pas une personne visée à l’un
des alinéas 91(2)a) à c) de la Loi, la personne protégée et son conseil transmettent sans délai par écrit
à la Section les renseignements et les déclarations
prévus à l’annexe 3.
Déclaration —
représentation
ou conseil sans
rétribution
COUNSEL OF RECORD
CONSEIL INSCRIT AU DOSSIER
Becoming
counsel of
record
14. (1) Subject to subrule (2), as soon as counsel
for a claimant or protected person agrees to a date
for a proceeding, or as soon as a person becomes
counsel after a date for a proceeding has been fixed,
the counsel becomes counsel of record for the
claimant or protected person.
Limitation on
counsel’s
retainer
(2) If a claimant or a protected person has notified the Division of a limitation on their counsel’s
retainer, counsel is counsel of record only to the
extent of the services to be provided within the
14. (1) Sous réserve du paragraphe (2), dès que
le conseil du demandeur d’asile ou de la personne
protégée consent à une date relativement à une procédure ou dès qu’une personne devient le conseil de
l’un ou l’autre après qu’une telle date a été fixée, le
conseil devient le conseil inscrit au dossier du demandeur d’asile ou de la personne protégée.
(2) Si le demandeur d’asile ou la personne protégée a informé la Section d’une restriction au mandat de son conseil, ce dernier est le conseil inscrit
au dossier uniquement à l’égard des services prévus
Documents
Contact
information
Declaration —
counsel not
representing or
advising for
consideration
AUTRES ÉLÉMENTS DE LA DEMANDE
Documents
Devenir le
conseil inscrit
au dossier
Restriction au
mandat du
conseil
Le 11 août 2012
Request to be
removed as
counsel of
record
Oral request
Division’s
permission
required
Removing
counsel of
record
Ceasing to be
counsel of
record
Choice of
language —
claim for
refugee
protection
Changing
language
Choice of
language —
application to
vacate or
cease refugee
protection
Changing
language
Need for
interpreter —
claimant
Changing
language of
interpretation
Gazette du Canada Partie I
limited retainer. Counsel ceases to be counsel of
record as soon as those services are completed.
15. (1) To be removed as counsel of record,
counsel for a claimant or a protected person must
first provide to the person represented and to the
Minister, if the Minister is a party, a copy of a written request to be removed and then provide the
written request to the Division, no later than three
working days before the date fixed for the next
proceeding.
(2) If it is not possible for counsel to make the
request in accordance with subrule (1), counsel
must appear on the date fixed for the proceeding
and make the request to be removed orally before
the time fixed for the proceeding.
(3) Counsel remains counsel of record unless the
request to be removed is granted.
16. (1) To remove counsel as counsel of record, a
claimant or protected person must first provide to
counsel and to the Minister, if the Minister is a
party, a copy of a written notice that counsel is no
longer counsel for the claimant or protected person,
as the case may be, and then provide the written
notice to the Division.
(2) Counsel ceases to be counsel of record as
soon as the Division receives the notice.
dans le mandat restreint. Il cesse d’être le conseil
inscrit au dossier dès que ces services sont rendus.
15. (1) Le conseil d’un demandeur d’asile ou
d’une personne protégée inscrit au dossier qui veut
se retirer du dossier transmet d’abord une copie
d’une demande de retrait par écrit à la personne
qu’il représente et au ministre, si le ministre est une
partie, puis transmet la demande par écrit à la Section au plus tard trois jours ouvrables avant la date
fixée pour la prochaine procédure.
(2) S’il lui est impossible de faire la demande
conformément au paragraphe (1), le conseil se présente à la date fixée pour la procédure et fait sa
demande de retrait oralement avant l’heure fixée
pour la procédure.
(3) Le conseil demeure le conseil inscrit au
dossier à moins que la demande de retrait soit
accordée.
16. (1) Pour révoquer le conseil inscrit à son dossier, le demandeur d’asile ou la personne protégée
transmet à ce dernier et au ministre, si celui-ci est
une partie, une copie d’un avis écrit indiquant que
le conseil ne le représente plus, puis transmet l’avis
écrit à la Section.
(2) Le conseil cesse d’être le conseil inscrit au
dossier dès que la Section reçoit l’avis.
2333
Demande de
retrait du
conseil inscrit
au dossier
Demande faite
oralement
Autorisation
de la Section
requise
Révocation du
conseil inscrit
au dossier
Prise d’effet de
la révocation
LANGUAGE OF PROCEEDINGS
LANGUE DES PROCÉDURES
17. (1) A claimant must choose English or
French as the language of the proceedings at the
time of the referral of their claim for refugee protection to the Division.
(2) A claimant may change the language of the
proceedings that they chose under subrule (1) by
notifying the Division and the Minister in writing.
The notice must be received by the Division and
the Minister no later than 10 days before the date
fixed for the next proceeding.
18. (1) The language that is chosen under rule 17
is to be the language of the proceedings in any application made by the Minister to vacate or to cease
refugee protection with respect to that claim.
17. (1) Le demandeur d’asile choisit le français
ou l’anglais comme langue des procédures au moment où sa demande d’asile est déférée à la Section.
Choix de la
langue —
demande
d’asile
(2) Le demandeur d’asile peut changer la langue
des procédures choisie aux termes du paragraphe (1) en avisant par écrit la Section et le ministre.
L’avis doit être reçu par la Section et le ministre au
plus tard dix jours avant la date fixée pour la prochaine procédure.
18. (1) La langue choisie aux termes de la
règle 17 est la langue des procédures de toute demande d’annulation ou de constat de perte d’asile
présentée par le ministre relativement à la demande
d’asile.
(2) La personne protégée peut changer la langue
des procédures en avisant par écrit la Section et le
ministre. L’avis doit être reçu par la Section et le
ministre au plus tard dix jours avant la date fixée
pour la prochaine procédure.
Changement de
langue
(2) A protected person may change the language
of the proceedings by notifying the Division and
the Minister in writing. The notice must be received
by the Division and the Minister no later than
10 days before the date fixed for the next
proceeding.
INTERPRETERS
INTERPRÈTES
19. (1) If a claimant needs an interpreter for the
proceedings, the claimant must notify an officer at
the time of the referral of the claim to the Division
and specify the language and dialect, if any, to be
interpreted.
(2) A claimant may change the language and dialect, if any, that they specified under subrule (1), or
if they had not indicated that an interpreter was
needed, they may indicate that they need an interpreter, by notifying the Division in writing and
19. (1) Si le demandeur d’asile a besoin des services d’un interprète dans le cadre des procédures,
il en avise l’agent au moment où sa demande
d’asile est déférée à la Section en indiquant la langue et, le cas échéant, le dialecte à interpréter.
(2) Le demandeur d’asile peut changer la langue
et, le cas échéant, le dialecte à interpréter qu’il a
indiqués aux termes du paragraphe (1), ou, s’il
n’avait pas indiqué qu’il avait besoin des services
d’un interprète, il peut le faire en avisant la Section
Choix de
langue —
demande
d’annulation ou
de constat de
perte d’asile
Changement de
langue
Besoin des
services d’un
interprète —
demandeur
d’asile
Changement
de langue
d’interprétation
2334
Canada Gazette Part I
Need for
interpreter —
protected
person
Need for
interpreter —
witness
Interpreter’s
oath
Duty of counsel
or officer to
notify
Exception
Content of
notice
indicating the language and dialect, if any, to be
interpreted. The notice must be received by the
Division no later than 10 days before the date fixed
for the next proceeding.
(3) If a protected person needs an interpreter for
the proceedings, the protected person must notify
the Division in writing and specify the language
and dialect, if any, to be interpreted. The notice
must be received by the Division no later than
10 days before the date fixed for the next proceeding.
(4) If any party’s witness needs an interpreter for
the proceedings, the party must notify the Division
in writing and specify the language and dialect, if
any, to be interpreted. The notice must be received
by the Division no later than 10 days before the
date fixed for the next proceeding.
August 11, 2012
(5) The interpreter must take an oath or make a
solemn affirmation to interpret accurately.
par écrit en indiquant la langue et, le cas échéant, le
dialecte à interpréter. L’avis doit être reçu par la
Section au plus tard dix jours avant la date fixée
pour la prochaine procédure.
(3) Si la personne protégée a besoin des services
d’un interprète dans le cadre des procédures, elle en
avise la Section par écrit en indiquant la langue et,
le cas échéant, le dialecte à interpréter. L’avis doit
être reçu par la Section au plus tard dix jours avant
la date fixée pour la prochaine procédure.
(4) Si le témoin d’une partie a besoin des services d’un interprète dans le cadre des procédures, la
partie en avise la Section par écrit en indiquant la
langue et, le cas échéant, le dialecte à interpréter.
L’avis doit être reçu par la Section au plus tard
dix jours avant la date fixée pour la prochaine
procédure.
(5) L’interprète s’engage sous serment ou sous
affirmation solennelle à interpréter fidèlement.
DESIGNATED REPRESENTATIVES
DÉSIGNATION D’UN REPRÉSENTANT
20. (1) If counsel for a party or if an officer believes that the Division should designate a representative for the claimant or protected person
because the claimant or protected person is under
18 years of age or is unable to appreciate the nature
of the proceedings, counsel or the officer must
without delay notify the Division in writing.
(2) Subrule (1) does not apply in the case of a
claimant under 18 years of age whose claim is
joined with the claim of their parent or legal guardian if the parent or legal guardian is 18 years of age
or older.
(3) The notice must include the following
information:
(a) whether counsel or the officer is aware of a
person in Canada who meets the requirements to
be designated as a representative and, if so, the
person’s contact information;
(b) a copy of any available supporting documents; and
(c) the reasons why counsel or the officer believes that a representative should be designated.
20. (1) Si le conseil d’une partie ou l’agent est
d’avis que la Section devrait désigner un représentant pour le demandeur d’asile ou la personne protégée parce que l’un ou l’autre est âgé de moins de
dix-huit ans ou n’est pas en mesure de comprendre
la nature de la procédure, il en avise la Section sans
délai par écrit.
(2) Le paragraphe (1) ne s’applique pas dans le
cas du demandeur d’asile âgé de moins de dix-huit
ans dont la demande d’asile est jointe à celle de son
père, de sa mère ou de son tuteur si son père, sa
mère ou son tuteur est âgé d’au moins dix-huit ans.
(3) L’avis comporte les renseignements suivants :
a) la mention que le conseil ou l’agent connaît ou
non une personne au Canada qui remplit les conditions requises pour être désignée comme représentant et, dans l’affirmative, les coordonnées de
cette personne;
b) une copie de tout document disponible à
l’appui;
c) les raisons pour lesquelles le conseil ou
l’agent est d’avis qu’un représentant devrait être
désigné.
(4) Les conditions requises pour être désigné
comme représentant sont les suivantes :
a) être âgé d’au moins dix-huit ans;
b) comprendre la nature de la procédure;
c) être disposé et apte à agir dans le meilleur
intérêt du demandeur d’asile ou de la personne
protégée;
d) ne pas avoir d’intérêts conflictuels par rapport
à ceux du demandeur d’asile ou de la personne
protégée.
(5) Pour établir si le demandeur d’asile ou la personne protégée est en mesure ou non de comprendre la nature de la procédure, la Section prend en
compte tout élément pertinent, notamment :
a) la capacité ou l’incapacité de la personne de
comprendre la raison d’être de la procédure et de
donner des directives à son conseil;
Requirements
for being
designated
(4) To be designated as a representative, a person
must
(a) be 18 years of age or older;
(b) understand the nature of the proceedings;
(c) be willing and able to act in the best interests
of the claimant or protected person; and
(d) not have interests that conflict with those of
the claimant or protected person.
Factors
(5) When determining whether a claimant or protected person is unable to appreciate the nature of
the proceedings, the Division must consider any
relevant factors, including
(a) whether the person can understand the reason
for the proceeding and can instruct counsel;
Besoin des
services d’un
interprète —
personne
protégée
Besoin des
services d’un
interprète —
témoin
Serment de
l’interprète
Obligation du
conseil ou de
l’agent d’aviser
Exception
Contenu de
l’avis
Conditions
requises pour
être désigné
Éléments à
considérer
Le 11 août 2012
Designation
applies to all
proceedings
End of
designation —
person reaches
18 years of age
Termination of
designation
Designation
criteria
Responsibilities
of
representative
Disclosure of
information
from another
claim
Gazette du Canada Partie I
(b) the person’s statements and behaviour at the
proceeding;
(c) expert evidence, if any, on the person’s intellectual or physical faculties, age or mental condition; and
(d) whether the person has had a representative
designated for a proceeding in another division
of the Board.
(6) The designation of a representative for a person who is under 18 years of age or who is unable
to appreciate the nature of the proceedings applies
to all subsequent proceedings in the Division with
respect to that person unless the Division orders
otherwise.
(7) The designation of a representative for a person who is under 18 years of age ends when
the person reaches 18 years of age unless that representative has also been designated because the
person is unable to appreciate the nature of the
proceedings.
(8) The Division may terminate a designation if
the Division is of the opinion that the representative
is no longer required or suitable and may designate
a new representative if required.
(9) Before designating a person as a representative, the Division must
(a) assess the person’s ability to fulfil the responsibilities of a designated representative; and
(b) ensure that the person has been informed
of the responsibilities of a designated
representative.
(10) The responsibilities of a designated representative include
(a) deciding whether to retain counsel and, if
counsel is retained, instructing counsel or assisting the represented person in instructing counsel;
(b) making decisions regarding the claim or application or assisting the represented person in
making those decisions;
(c) informing the represented person about the
various stages and procedures in the processing
of their case;
(d) assisting in gathering evidence to support the
represented person’s case and in providing evidence and, if necessary, being a witness at the
hearing;
(e) protecting the interests of the represented person and putting forward the best possible case to
the Division;
(f) informing and consulting the represented person to the extent possible when making decisions
about the case; and
(g) filing and perfecting an appeal to the Refugee
Appeal Division, if required.
b) ses déclarations et son comportement lors de
la procédure;
c) toute preuve d’expert relative à ses facultés intellectuelles, à ses capacités physiques, à son âge
ou à son état mental;
d) la question de savoir si un représentant a déjà
été désigné pour elle dans une procédure devant
une autre section de la Commission.
(6) La désignation d’un représentant pour une
personne qui est âgée de moins de dix-huit ans ou
qui n’est pas en mesure de comprendre la nature de
la procédure vaut pour toutes les procédures subséquentes de la Section concernant cette personne, à
moins que la Section ne décide du contraire.
(7) La désignation d’un représentant pour une
personne âgée de moins de dix-huit ans prend fin
lorsque celle-ci atteint cet âge, à moins que ce représentant ait également été désigné pour elle parce
qu’elle n’est pas en mesure de comprendre la nature
de la procédure.
(8) La Section peut révoquer la désignation d’un
représentant si elle est d’avis que celui-ci n’est plus
requis ou ne convient plus; elle peut désigner un
nouveau représentant, au besoin.
(9) Avant de désigner une personne comme représentant, la Section :
a) évalue la capacité de la personne de s’acquitter des responsabilités d’un représentant
désigné;
b) s’assure que la personne a été informée des
responsabilités d’un représentant désigné.
(10) Les responsabilités d’un représentant désigné sont notamment les suivantes :
a) décider s’il y a lieu de retenir les services d’un
conseil et, le cas échéant, donner à celui-ci des
directives, ou aider la personne représentée à lui
donner des directives;
b) prendre des décisions concernant la demande
d’asile ou toute autre demande ou aider la personne représentée à prendre de telles décisions;
c) informer la personne représentée des diverses
étapes et procédures dans le traitement de son
cas;
d) aider la personne représentée à réunir et à
transmettre les éléments de preuve à l’appui de
son cas et, au besoin, témoigner à l’audience;
e) protéger les intérêts de la personne représentée
et présenter les meilleurs arguments possibles à
l’appui de son cas devant la Section;
f) informer et consulter, dans la mesure du possible, la personne représentée lorsqu’il prend des
décisions relativement à l’affaire;
g) interjeter et mettre en état un appel devant la
Section d’appel des réfugiés, si nécessaire.
DISCLOSURE OF PERSONAL
INFORMATION
COMMUNICATION DE RENSEIGNEMENTS
PERSONNELS
21. (1) Subject to subrule (5), the Division may
disclose to a claimant personal and other information that it wants to use from any other claim if the
claims involve similar questions of fact or if the
information is otherwise relevant to the determination of their claim.
21. (1) Sous réserve du paragraphe (5), la Section
peut communiquer au demandeur d’asile des renseignements personnels et tout autre renseignement
qu’elle veut utiliser et qui proviennent de toute
autre demande d’asile si la demande d’asile soulève
des questions de fait semblables à celles d’une autre
2335
Désignation
applicable à
toutes les
procédures
Fin de la
désignation —
personne qui
atteint l’âge de
dix-huit ans
Révocation de
la désignation
Critères de
désignation
Responsabilités
d’un
représentant
Communication
de
renseignements
d’une autre
demande
d’asile
2336
Canada Gazette Part I
Notice to
another
claimant
(2) If the personal or other information of
another claimant has not been made public, the
Division must make reasonable efforts to notify the
other claimant in writing that
(a) it intends to disclose the information to a
claimant; and
(b) the other claimant may object to that
disclosure.
Request for
disclosure
(3) In order to decide whether to object to the
disclosure, the other claimant may make a written
request to the Division for personal and other information relating to the claimant. Subject to
subrule (5), the Division may disclose only information that is necessary to permit the other claimant to make an informed decision.
Notice to
claimant
(4) If the personal or other information of the
claimant has not been made public, the Division
must make reasonable efforts to notify the claimant
in writing that
(a) it intends to disclose the information to the
other claimant; and
(b) the claimant may object to that disclosure.
Information not
to be disclosed
(5) The Division must not disclose personal or
other information unless it is satisfied that
(a) there is not a serious possibility that disclosing the information will endanger the life, liberty
or security of any person; or
(b) disclosing the information is not likely to
cause an injustice.
Information
from joined
claims
(6) Personal or other information from a joined
claim is not subject to this rule. If claims were once
joined but were later separated, only personal or
other information that was provided before the
separation is not subject to this rule.
Notice to
parties
Claim allowed
without hearing
August 11, 2012
demande ou si ces renseignements sont par ailleurs
utiles pour statuer sur la demande.
(2) Dans le cas où des renseignements — personnels ou autres — concernant un autre demandeur d’asile n’ont pas déjà été rendus publics, la
Section fait des efforts raisonnables pour aviser par
écrit celui-ci des faits suivants :
a) elle a l’intention de les communiquer à un
demandeur d’asile;
b) l’autre demandeur d’asile peut s’opposer à
cette communication.
(3) Pour décider s’il s’opposera à la communication, l’autre demandeur d’asile peut demander à la
Section, par écrit, qu’elle lui communique des renseignements personnels et autres renseignements
sur le demandeur d’asile. Sous réserve du paragraphe (5), la Section ne communique à l’autre demandeur d’asile que les renseignements nécessaires
pour qu’il puisse prendre sa décision en connaissance de cause.
(4) Dans le cas où des renseignements — personnels ou autres — concernant le demandeur
d’asile n’ont pas déjà été rendus publics, la Section
fait des efforts raisonnables pour aviser par écrit
celui-ci des faits suivants :
a) elle a l’intention de les communiquer à l’autre
demandeur d’asile;
b) le demandeur d’asile peut s’opposer à cette
communication.
(5) La Section ne doit pas communiquer de renseignements — personnels ou autres — à moins
qu’elle soit convaincue, selon le cas, que cette
communication :
a) n’entraînerait pas de risques sérieux pour la
vie, la liberté ou la sécurité d’une personne;
b) ne causerait vraisemblablement pas
d’injustice.
(6) Les renseignements — personnels ou autres — de demandes d’asile jointes ne sont pas assujettis à la présente règle. Si des demandes d’asile
jointes sont séparées, seuls les renseignements —
personnels ou autres — transmis avant la séparation
ne sont pas assujettis à la présente règle.
SPECIALIZED KNOWLEDGE
CONNAISSANCES SPÉCIALISÉES
22. Before using any information or opinion that
is within its specialized knowledge, the Division
must notify the claimant or protected person and, if
the Minister is present at the hearing, the Minister,
and give them an opportunity to
(a) make representations on the reliability and
use of the information or opinion; and
(b) provide evidence in support of their
representations.
22. Avant d’utiliser des renseignements ou des
opinions qui sont du ressort de sa spécialisation, la
Section en avise le demandeur d’asile ou la personne protégée et le ministre — si celui-ci est présent à l’audience — et leur donne la possibilité
de faire ce qui suit :
a) présenter des observations sur la fiabilité et
l’utilisation du renseignement ou de l’opinion;
b) transmettre des éléments de preuve à l’appui
de leurs observations.
ALLOWING A CLAIM WITHOUT
A HEARING
DEMANDE D’ASILE ACCUEILLIE
SANS AUDIENCE
23. For the purpose of paragraph 170(f) of the
Act, the period during which the Minister must
notify the Division of the Minister’s intention to
intervene is no later than 10 days after the day on
which the Minister receives the Basis of Claim
Form.
23. Pour l’application de l’alinéa 170f) de la Loi,
le délai dont dispose le ministre pour donner à la
Section un avis de son intention d’intervenir est
d’au plus dix jours après la date à laquelle il a reçu
le Formulaire de fondement de la demande.
Avis à un autre
demandeur
d’asile
Demande de
communication
Avis au
demandeur
d’asile
Renseignements
qui ne peuvent
être
communiqués
Renseignements
de demandes
jointes
Avis aux
parties
Demande
d’asile
accueillie sans
audience
Le 11 août 2012
Requirement to
participate at
conference
Information or
documents
Written record
Notice to
appear
Notice to
appear for
hearing
Date fixed for
hearing
Notice to
Minister of
possible
exclusion
before hearing
Notice to
Minister of
possible
exclusion
during hearing
Disclosure to
claimant
Resumption of
hearing
Gazette du Canada Partie I
CONFERENCES
CONFÉRENCES
24. (1) The Division may require the parties to
participate at a conference to fix a date for a proceeding or to discuss issues, relevant facts and any
other matter to make the proceedings fairer and
more efficient.
(2) The Division may require the parties to give
any information or provide any document, at or
before the conference.
(3) The Division must make a written record
of any decisions and agreements made at the
conference.
24. (1) La Section peut exiger que les parties participent à une conférence pour fixer la date d’une
procédure ou pour discuter de points litigieux, de
faits pertinents ou de toute autre question afin que
les procédures soient plus équitables et efficaces.
(2) La Section peut exiger que les parties, avant
ou pendant la conférence, lui communiquent tout
renseignement ou lui transmettent tout document.
(3) La Section note dans un procès-verbal toutes
les décisions prises et tous les accords conclus à la
conférence.
NOTICE TO APPEAR
AVIS DE CONVOCATION
25. (1) The Division must notify the claimant or
protected person and the Minister in writing of the
date, time and location of the proceeding.
(2) In the case of a hearing on a refugee claim,
the notice may be provided by an officer under
paragraph 3(4)(a).
(3) The date fixed for a hearing of a claim or an
application to vacate or to cease refugee protection
must not be earlier than 20 days after the day on
which the parties receive the notice referred to in
subrule (1) or (2) unless
(a) the hearing has been adjourned or postponed
from an earlier date; or
(b) the parties consent to an earlier date.
25. (1) La Section avise par écrit le demandeur
d’asile ou la personne protégée et le ministre des
date, heure et lieu de la procédure.
(2) Dans le cas d’une audience relative à une
demande d’asile, l’avis peut être fourni par l’agent
selon l’alinéa 3(4)a).
(3) La date fixée pour une audience relative à
une demande d’asile, d’annulation ou de constat de
perte d’asile ne peut être moins de vingt jours suivant la date à laquelle les parties reçoivent l’avis
prévu aux paragraphes (1) ou (2), sauf dans l’un ou
l’autre des cas suivants :
a) à une date ultérieure, l’audience a été ajournée
ou remise;
b) les parties consentent à une date plus
rapprochée.
EXCLUSION, INTEGRITY
ISSUES, INADMISSIBILITY
AND INELIGIBILITY
EXCLUSION, QUESTIONS CONCERNANT
L’INTÉGRITÉ, INTERDICTION DE
TERRITOIRE ET IRRECEVABILITÉ
26. (1) If the Division believes, before a hearing
begins, that there is a possibility that section E or F
of Article 1 of the Refugee Convention applies to
the claim, the Division must without delay notify
the Minister in writing and provide any relevant
information to the Minister.
(2) If the Division believes, after a hearing begins, that there is a possibility that section E or F of
Article 1 of the Refugee Convention applies to the
claim and the Division is of the opinion that the
Minister’s participation may help in the full and
proper hearing of the claim, the Division must adjourn the hearing and without delay notify the Minister in writing and provide any relevant information to the Minister.
(3) The Division must provide to the claimant a
copy of any notice or information that the Division
provides to the Minister.
(4) The Division must fix a date for the resumption of the hearing that is as soon as practicable
(a) if the Minister responds to the notice referred
to in subrule (2), after receipt of the response; or
(b) otherwise, no earlier than 14 days after the
provision of notice to the Minister.
26. (1) Si la Section croit, avant le début d’une
audience, qu’il est possible que les sections E ou F
de l’article premier de la Convention sur les réfugiés s’appliquent à la demande d’asile, la Section,
sans délai, en avise par écrit le ministre et lui
transmet tout renseignement pertinent.
(2) Si la Section croit, après le début d’une audience, qu’il est possible que les sections E ou F de
l’article premier de la Convention sur les réfugiés
s’appliquent à la demande d’asile, et qu’elle est
d’avis que la participation du ministre peut contribuer à assurer une instruction approfondie de la
demande d’asile, elle ajourne l’audience et, sans
délai, en avise par écrit le ministre et lui transmet
tout renseignement pertinent.
(3) La Section transmet au demandeur d’asile
une copie de tout avis ou renseignement transmis
au ministre.
(4) La Section fixe une date pour la reprise de
l’audience qui tombe dès que possible :
a) après la réception de la réponse du ministre, si
celui-ci répond à l’avis visé au paragraphe (2);
b) après un délai minimal de quatorze jours suivant la transmission de l’avis au ministre, si
celui-ci n’y a pas répondu.
2337
Convocation à
une conférence
Renseignements
ou documents
Procès-verbal
Avis de
convocation
Avis de
convocation
pour l’audience
Date fixée pour
l’audience
Avis au
ministre d’une
possible
exclusion avant
l’audience
Avis au
ministre d’une
possible
exclusion
pendant
l’audience
Communication
au demandeur
d’asile
Reprise de
l’audience
2338
Canada Gazette Part I
Notice to
Minister of
possible
integrity issues
before hearing
Notice to
Minister of
possible
integrity issues
during hearing
Integrity issues
Disclosure to
claimant
Resumption of
hearing
Notice of
possible
inadmissibility
or ineligibility
27. (1) If the Division believes, before a hearing
begins, that there is a possibility that issues relating
to the integrity of the Canadian refugee protection
system may arise from the claim and the Division is
of the opinion that the Minister’s participation may
help in the full and proper hearing of the claim, the
Division must without delay notify the Minister in
writing and provide any relevant information to the
Minister.
(2) If the Division believes, after a hearing begins, that there is a possibility that issues relating to
the integrity of the Canadian refugee protection
system may arise from the claim and the Division is
of the opinion that the Minister’s participation may
help in the full and proper hearing of the claim, the
Division must adjourn the hearing and without delay notify the Minister in writing and provide any
relevant information to the Minister.
(3) For the purpose of this rule, claims in which
the possibility that issues relating to the integrity of
the Canadian refugee protection system may arise
include those in which there is
(a) information that the claim may have been
made under a false identity in whole or in part;
(b) a substantial change to the basis of the claim
from that indicated in the Basis of Claim Form
first provided to the Division;
(c) information that, in support of the claim, the
claimant submitted documents that may be
fraudulent; or
(d) other information that the claimant may be
directly or indirectly misrepresenting or withholding material facts relating to a relevant
matter.
(4) The Division must provide to the claimant a
copy of any notice or information provided to the
Minister.
(5) The Division must fix a date for the resumption of the hearing that is as soon as practicable,
(a) if the Minister responds to the notice referred
to in subrule (2), after receipt of the response
from the Minister; or
(b) otherwise, no earlier than 14 days after the
provision of notice to the Minister.
28. (1) The Division must without delay notify
the Minister in writing and provide the Minister
with any relevant information if the Division believes that
(a) a claimant may be inadmissible on grounds of
security, violating human or international rights,
serious criminality or organized criminality;
(b) there is an outstanding charge against the
claimant for an offence under an Act of Parliament that is punishable by a maximum term of
imprisonment of at least 10 years; or
(c) the claimant’s claim may be ineligible to be
referred under section 101 or paragraph 104(1)(c)
or (d) of the Act.
August 11, 2012
27. (1) Si la Section croit, avant le début d’une
audience, qu’il est possible que des questions concernant l’intégrité du processus canadien d’asile
soient soulevées par la demande d’asile, et qu’elle
est d’avis que la participation du ministre peut contribuer à assurer une instruction approfondie de la
demande d’asile, elle, sans délai, en avise par
écrit le ministre et lui transmet tout renseignement
pertinent.
(2) Si la Section croit, après le début d’une audience, qu’il est possible que des questions concernant l’intégrité du processus canadien d’asile soient
soulevées par la demande d’asile, et qu’elle est
d’avis que la participation du ministre peut contribuer à assurer une instruction approfondie de la
demande d’asile, elle ajourne l’audience et, sans
délai, en avise par écrit le ministre et lui transmet
tout renseignement pertinent.
(3) Pour l’application de la présente règle, les
demandes d’asiles qui pourraient soulever des questions concernant l’intégrité du processus canadien
d’asile sont notamment celles où, selon le cas :
a) des renseignements indiquent que la demande
d’asile pourrait avoir été faite, en tout ou en partie, sous une fausse identité;
b) une modification importante est apportée au
fondement de la demande d’asile par rapport à ce
qui est indiqué dans le Formulaire de fondement
de la demande transmis initialement à la Section;
c) des renseignements indiquent que le demandeur d’asile a soumis à l’appui de la demande d’asile des documents qui pourraient être
frauduleux;
d) d’autres renseignements indiquent que le demandeur d’asile pourrait avoir fait, directement
ou indirectement, une présentation erronée sur un
fait important quant à un objet pertinent, ou une
réticence sur ce fait.
(4) La Section transmet au demandeur d’asile
une copie de tout avis ou renseignement transmis
au ministre.
(5) La Section fixe une date pour la reprise de
l’audience qui tombe dès que possible :
a) après la réception de la réponse du ministre, si
celui-ci répond à l’avis visé au paragraphe (2);
b) après un délai minimal de quatorze jours suivant la transmission de l’avis au ministre, si
celui-ci n’y a pas répondu.
28. (1) La Section, sans délai, avise par écrit le
ministre et lui transmet tout renseignement pertinent si elle croit :
a) que le demandeur d’asile pourrait être interdit
de territoire pour raison de sécurité ou pour atteinte aux droits humains ou internationaux, ou
pour grande criminalité ou criminalité organisée;
b) qu’il y a une accusation en instance contre le
demandeur d’asile pour une infraction à une loi
fédérale punissable d’un emprisonnement maximal d’au moins dix ans;
c) que la demande d’asile pourrait être irrecevable en raison de l’article 101 ou des alinéas 104(1)c) ou d) de la Loi.
Avis au
ministre —
questions
concernant
l’intégrité avant
l’audience
Avis au
ministre —
questions
concernant
l’intégrité
pendant
l’audience
Questions
concernant
l’intégrité
Communication
au demandeur
d’asile
Reprise de
l’audience
Avis de la
possibilité
d’une
interdiction de
territoire ou
d’irrecevabilité
Le 11 août 2012
Disclosure to
claimant
Continuation of
proceeding
Gazette du Canada Partie I
2339
(2) The Division must provide to the claimant a
copy of any notice or information that the Division
provides to the Minister.
(3) If, within 20 days after provision of the notice
referred to in subrule (1), the Minister does not
notify the Division that the proceedings are suspended under paragraph 103(1)(a) or (b) of the Act
or that the pending proceedings respecting the
claim are terminated under section 104 of the Act,
the Division may continue with the proceedings.
(2) La Section transmet au demandeur d’asile
une copie de tout avis ou renseignement transmis
au ministre.
(3) Si le ministre n’avise pas la Section, dans un
délai de vingt jours suivant la transmission de l’avis
visé au paragraphe (1), qu’il y a sursis à l’étude de
la demande d’asile selon les alinéas 103(1)a) ou b)
de la Loi ou qu’il est mis fin à l’affaire en cours
selon l’article 104 de la Loi, la Section peut continuer les procédures.
Communication
au demandeur
d’asile
INTERVENTION BY THE MINISTER
INTERVENTION DU MINISTRE
Notice of
intention to
intervene
29. (1) To intervene in a claim, the Minister must
provide
(a) to the claimant, a copy of a notice of the Minister’s intention to intervene; and
(b) to the Division, the original of the notice, together with a written statement indicating how
and when a copy was provided to the claimant.
Contents of
notice
(2) In the notice, the Minister must state
(a) the purpose for which the Minister will
intervene;
(b) whether the Minister will intervene in writing
only, in person, or both; and
(c) the Minister’s counsel’s contact information.
(3) If the Minister believes that section E or F of
Article 1 of the Refugee Convention may apply to
the claim, the Minister must also state in the notice
the facts and law on which the Minister relies.
(4) Documents provided under this rule must be
received by their recipients no later than 10 days
before the date fixed for a hearing.
29. (1) Pour intervenir dans une demande d’asile,
le ministre transmet :
a) au demandeur d’asile, une copie de l’avis
d’intention d’intervenir;
b) à la Section, l’original de cet avis accompagné
d’une déclaration écrite indiquant à quel moment
et de quelle façon la copie de l’avis a été transmise au demandeur d’asile.
(2) Dans l’avis, le ministre indique les éléments
suivants :
a) le but de son intervention;
b) s’il interviendra par écrit seulement ou en personne, ou les deux;
c) les coordonnées de son conseil.
(3) S’il croit que les sections E ou F de l’article
premier de la Convention sur les réfugiés pourrait
s’appliquer à la demande d’asile, le ministre énonce
également dans l’avis les faits et les règles de droit
sur lesquels il s’appuie.
(4) Les documents transmis selon la présente règle doivent être reçus par leurs destinataires au plus
tard dix jours avant la date fixée pour une audience.
CLAIMANT OR PROTECTED
PERSON IN CUSTODY
DEMANDEUR D’ASILE OU PERSONNE
PROTÉGÉE EN DÉTENTION
30. The Division may order a person who holds a
claimant or protected person in custody to bring the
claimant or protected person to a proceeding at a
location specified by the Division.
30. La Section peut ordonner à la personne qui
détient le demandeur d’asile ou la personne protégée de l’amener au lieu, précisé par la Section, où
se déroule une procédure.
DOCUMENTS
DOCUMENTS
FORM AND LANGUAGE OF DOCUMENTS
PRÉSENTATION ET LANGUE DES DOCUMENTS
Documents
prepared by
party
31. (1) A document prepared for use by a party
in a proceeding must be typewritten, in a type not
smaller than 12 point, on one or both sides of
216 mm by 279 mm (8 1/2 inches x 11 inches)
paper.
Photocopies
(2) Any photocopy provided by a party must be a
clear copy of the document photocopied and be
on one or both sides of 216 mm by 279 mm
(8 1/2 inches x 11 inches) paper.
List of
documents
(3) If more than one document is provided, the
party must provide a list identifying each of the
documents.
31. (1) Tout document rédigé en vue d’être utilisé par une partie dans une procédure doit être dactylographié, aux recto et verso, ou au recto seulement, de feuilles de papier de 216 mm sur 279 mm
(8 1/2 po x 11 po). Les caractères utilisés sont d’au
moins douze points.
(2) Toute photocopie transmise par une partie
doit reproduire clairement le document photocopié
et doit être aux recto et verso, ou au recto seulement, de feuilles de papier de 216 mm sur 279 mm
(8 1/2 po x 11 po).
(3) La partie qui transmet plusieurs documents
transmet également une liste indiquant chacun des
documents transmis.
Intervention —
exclusion
clauses
Time limit
Custody
Continuation
des procédures
Avis
d’intention
d’intervenir
Contenu de
l’avis
Motif d’intervention —
clauses
d’exclusion
Délai
Détention
Documents
rédigés par une
partie
Photocopies
Liste de
documents
2340
Canada Gazette Part I
August 11, 2012
Consecutively
numbered
pages
(4) A party must consecutively number each
page of all the documents provided as if they were
one document.
(4) La partie numérote consécutivement chaque
page de tous les documents qu’elle transmet
comme s’il s’agissait d’un seul document.
Language of
documents —
claimant or
protected
person
32. (1) All documents used by a claimant or protected person in a proceeding must be in English or
French or, if in another language, be provided together with an English or French translation and a
declaration signed by the translator.
Language of
Minister’s
documents
(2) All documents used by the Minister in a proceeding must be in the language of the proceeding
or be provided together with a translation in the
language of the proceeding and a declaration signed
by the translator.
(3) The declaration must include the translator’s
name, the language and dialect, if any, translated
and a statement that the translation is accurate.
32. (1) Tout document utilisé dans une procédure
par le demandeur d’asile ou la personne protégée
est rédigé en français ou en anglais ou, s’il est rédigé dans une autre langue, est accompagné d’une
traduction française ou anglaise et d’une déclaration signée par le traducteur.
(2) Tout document utilisé dans une procédure par
le ministre est rédigé dans la langue de la procédure
ou est accompagné d’une traduction dans la langue
de la procédure et d’une déclaration signée par le
traducteur.
(3) Dans sa déclaration, le traducteur indique son
nom, la langue et, le cas échéant, le dialecte qui ont
été traduits et atteste que la traduction est fidèle.
DISCLOSURE AND USE OF DOCUMENTS
COMMUNICATION ET UTILISATION DES DOCUMENTS
33. (1) Subject to subrule (2), if the Division
wants to use a document in a hearing, the Division
must provide a copy of the document to each party.
(2) The Division may disclose country documentation by providing to the parties a list of those
documents or providing information as to where a
list of those documents can be found on the Board’s
website.
33. (1) Sous réserve du paragraphe (2), pour utiliser un document à une audience, la Section en
transmet une copie aux parties.
(2) La Section peut communiquer la documentation relative à un pays en transmettant aux parties
une liste de ces documents ou en transmettant des
renseignements concernant l’endroit où une liste de
ces documents se trouve sur le site Internet de la
Commission.
34. (1) Pour utiliser un document à une audience,
une partie en transmet une copie à l’autre partie, le
cas échéant, et une copie à la Section.
Communication
de documents
par la Section
(2) La copie du document transmise à la Section
est accompagnée d’une déclaration écrite indiquant
à quel moment et de quelle façon la copie a été
transmise à l’autre partie, le cas échéant.
(3) Les documents transmis selon la présente règle doivent être reçus par leurs destinataires au plus
tard, selon le cas :
a) dix jours avant la date fixée pour l’audience;
b) si le document est transmis en réponse à un
document reçu d’une partie ou de la Section,
cinq jours avant la date fixée pour l’audience.
35. Chaque document transmis par une partie
pour être utilisé dans une procédure remplit les
critères suivants :
a) il est pertinent à la procédure;
b) il ne fait pas double emploi avec d’autres
documents transmis par une partie ou par la
Section.
36. La partie qui ne transmet pas un document
conformément à la règle 34 ne peut utiliser celui-ci
à l’audience à moins d’une autorisation de la
Section. Pour décider si elle autorise ou non l’utilisation du document à l’audience, la Section
prend en considération tout élément pertinent,
notamment :
a) la pertinence et la valeur probante du
document;
b) toute nouvelle preuve que le document apporte à l’audience;
Preuve de
transmission
Translator’s
declaration
Disclosure of
documents by
Division
Disclosure of
country
documentation
by Division
Disclosure of
documents by
party
Proof that
document was
provided
Time limit
Documents
relevant and
not duplicate
Use of
undisclosed
documents
34. (1) If a party wants to use a document in a
hearing, the party must provide a copy of the
document to the other party, if any, and to the
Division.
(2) The copy of the document provided to the
Division must be accompanied by a written statement indicating how and when a copy of that
document was provided to the other party, if any.
(3) Documents provided under this rule must be
received by their recipients no later than
(a) 10 days before the date fixed for the hearing;
or
(b) five days before the date fixed for the hearing
if the document is provided to respond to another
document provided by a party or the Division.
35. Each document provided by a party for use at
a proceeding must
(a) be relevant to the particular proceeding; and
(b) not duplicate other documents provided by a
party or by the Division.
36. A party who does not provide a document in
accordance with rule 34 must not use the document
at the hearing unless allowed to do so by the Division. In deciding whether to allow its use, the Division must consider any relevant factors, including
(a) the document’s relevance and probative
value;
(b) any new evidence the document brings to the
hearing; and
(c) whether the party, with reasonable effort,
could have provided the document as required by
rule 34.
Pages
numérotées
consécutivement
Langue des
documents du
demandeur
d’asile ou de la
personne
protégée
Langue des
documents du
ministre
Déclaration du
traducteur
Communication
de
documentation
relative à un
pays par la
Section
Communication
de documents
par une partie
Délai
Documents qui
sont pertinents
et qui ne font
pas double
emploi
Utilisation d’un
document non
communiqué
Le 11 août 2012
Gazette du Canada Partie I
2341
c) la possibilité qu’aurait eue la partie, en faisant
des efforts raisonnables, de transmettre le document selon la règle 34.
PROVIDING A DOCUMENT
TRANSMISSION D’UN DOCUMENT
General
provision
37. Rules 38 to 41 apply to any document, including a notice or request in writing.
Disposition
générale
Providing
documents to
Division
38. (1) A document to be provided to the Division must be provided to the registry office specified by the Division.
(2) A document to be provided to the Minister
must be provided to the Minister’s counsel.
37. Les règles 38 à 41 s’appliquent à tout document, notamment à l’avis écrit ou à la demande par
écrit.
38. (1) Le document à transmettre à la Section
doit parvenir au greffe désigné par celle-ci.
(2) Le document à transmettre au ministre doit
parvenir à son conseil.
Documents
transmis au
ministre
Documents
transmis à une
personne autre
que le ministre
Providing
documents to
Minister
Providing
documents to
person other
than Minister
How to provide
document
Application if
unable to
provide
document
Form of
application
Allowing
application
When
document
received by
Division
When
document
received by
recipient other
than Division
Extension of
time limit —
next working
day
Original
documents
(3) A document to be provided to a person other
than the Minister must be provided to the person’s
counsel if the person has counsel of record. If the
person does not have counsel of record, the document must be provided to the person.
39. Unless these Rules provide otherwise, a
document may be provided in any of the following
ways:
(a) by hand;
(b) by regular mail or registered mail;
(c) by courier;
(d) by fax if the recipient has a fax number and
the document is no more than 20 pages long,
unless the recipient consents to receiving more
than 20 pages; and
(e) by email or other electronic means if the Division allows.
40. (1) If a party is unable to provide a document
in a way required by rule 39, the party may make
an application to the Division to be allowed to provide the document in another way or to be excused
from providing the document.
(2) The application must be made in accordance
with rule 50.
(3) The Division must not allow the application
unless the party has made reasonable efforts to provide the document to the person to whom the
document must be provided.
41. (1) A document provided to the Division is
considered to be received by the Division on the
day on which the document is date-stamped by the
Division.
(2) A document provided by regular mail other
than to the Division is considered to be received
seven days after the day on which it was mailed. If
the seventh day is not a working day, the document
is considered to be received on the next working
day.
(3) When the time limit for providing a document ends on a day that is not a working day, the
time limit is extended to the next working day.
(3) Le document à transmettre à une personne
autre que le ministre doit parvenir à cette personne
ou, si elle est représentée par un conseil inscrit au
dossier, à ce dernier.
ORIGINAL DOCUMENTS
DOCUMENTS ORIGINAUX
42. (1) A party who has provided a copy of a
document to the Division must provide the original
document to the Division
(a) without delay, on the written request of the
Division; or
42. (1) La partie transmet à la Section l’original
de tout document dont elle lui a transmis copie :
a) sans délai, sur demande écrite de la Section;
b) sinon, au plus tard au début de la procédure au
cours de laquelle le document sera utilisé.
Documents
transmis à la
Section
39. Sauf indication contraire des présentes règles,
les moyens ci-après peuvent être utilisés pour
transmettre un document :
a) remise en mains propres;
b) courrier ordinaire ou courrier recommandé;
c) messager;
d) télécopieur, si le destinataire a un numéro de
télécopieur et si le document n’a pas plus de
vingt pages; s’il en compte plus de vingt, l’envoi
se fait sur autorisation du destinataire;
e) courriel ou autre moyen électronique, si la
Section l’autorise.
40. (1) Si la partie est incapable de transmettre
un document par l’un des moyens prévus à la règle 39, elle peut demander à la Section l’autorisation de transmettre le document par un autre moyen
ou d’être dispensée de la transmission.
(2) La partie fait sa demande conformément à la
règle 50.
(3) La Section ne peut accueillir la demande que
si la partie a fait des efforts raisonnables pour
transmettre le document à son destinataire.
Moyens de
transmettre un
document
41. (1) Le document transmis à la Section est
considéré comme reçu le jour où la Section y appose la date de réception au moyen d’un timbre
dateur.
(2) Le document transmis par courrier ordinaire à
un destinataire autre que la Section est considéré
comme reçu sept jours après la date de sa mise à la
poste. Si le septième jour n’est pas un jour ouvrable, le document est alors considéré comme reçu le
premier jour ouvrable suivant.
(3) Lorsque le délai de transmission expire un
jour autre qu’un jour ouvrable, le délai est prorogé
jusqu’au prochain jour ouvrable.
Date de
réception d’un
document par
la Section
Demande si
incapable de
transmettre un
document
Forme de la
demande
Accueil de la
demande
Date de
réception d’un
document par
un destinataire
autre que la
Section
Prorogation du
délai au
prochain jour
ouvrable
Documents
originaux
2342
Canada Gazette Part I
Documents
referred to
in paragraph 3(5)(e)
or (g)
Documents
after hearing
Application
Factors
Providing
witness
information
Proof witness
information
provided
Time limit
Failure to
provide witness
information
Factors
(b) if the Division does not make a request, no
later than at the beginning of the proceeding at
which the document will be used.
(2) On the written request of the Division, the
Minister must without delay provide to the Division
the original of any document referred to in paragraph 3(5)(e) or (g) that is in the possession of an
officer.
August 11, 2012
(2) Sur demande écrite de la Section, le ministre
transmet à celle-ci, sans délai, l’original de tout
document mentionné aux alinéas 3(5)e) ou g) qui
est en la possession d’un agent.
Documents
mentionnés aux
alinéas 3(5)e)
ou g)
ADDITIONAL DOCUMENTS
DOCUMENTS SUPPLÉMENTAIRES
43. (1) A party who wants to provide a document
as evidence after a hearing but before a decision takes effect must make an application to the
Division.
(2) The party must attach a copy of the document
to the application that must be made in accordance
with rule 50, but the party is not required to give
evidence in an affidavit or statutory declaration.
(3) In deciding the application, the Division must
consider any relevant factors, including
(a) the document’s relevance and probative
value;
(b) any new evidence the document brings to the
proceedings; and
(c) whether the party, with reasonable effort,
could have provided the document as required by
rule 34.
43. (1) La partie qui souhaite transmettre à la
Section après l’audience, mais avant qu’une décision prenne effet, un document à admettre en
preuve, lui présente une demande à cet effet.
(2) La partie joint une copie du document à la
demande, faite conformément à la règle 50, mais
elle n’est pas tenue d’y joindre un affidavit ou une
déclaration solennelle.
(3) Pour statuer sur la demande, la Section
prend en considération tout élément pertinent,
notamment :
a) la pertinence et la valeur probante du
document;
b) toute nouvelle preuve que le document apporte aux procédures;
c) la possibilité qu’aurait eue la partie, en faisant
des efforts raisonnables, de transmettre le document selon la règle 34.
WITNESSES
TÉMOINS
44. (1) If a party wants to call a witness, the
party must provide the following witness information in writing to the other party, if any, and to the
Division:
(a) the witness’s contact information;
(b) a brief statement of the purpose and substance of the witness’s testimony or, in the case
of an expert witness, the expert witness’s brief
signed summary of the testimony to be given;
(c) the time needed for the witness’s testimony;
(d) the party’s relationship to the witness;
(e) in the case of an expert witness, a description
of the expert witness’s qualifications; and
(f) whether the party wants the witness to testify
by means of live telecommunication.
(2) The witness information provided to the Division must be accompanied by a written statement
indicating how and when it was provided to the
other party, if any.
44. (1) Pour faire comparaître un témoin, la partie transmet par écrit à l’autre partie, le cas échéant,
et à la Section les renseignements ci-après à l’égard
du témoin :
a) ses coordonnées;
b) un bref énoncé de l’objet et de la teneur du
témoignage ou, dans le cas du témoin expert, un
bref résumé, signé par lui, de son témoignage;
c) la durée du témoignage;
d) le lien entre le témoin et la partie;
e) dans le cas du témoin expert, ses compétences;
f) le fait qu’elle veut faire comparaître le témoin
en direct par l’intermédiaire d’un moyen de
télécommunication.
Transmission
des
renseignements
concernant les
témoins
(2) Les renseignements concernant les témoins
transmis à la Section sont accompagnés d’une déclaration écrite indiquant à quel moment et de
quelle façon ils ont été transmis à l’autre partie, le
cas échéant.
(3) Les documents transmis selon la présente règle doivent être reçus par leurs destinataires au plus
tard dix jours avant la date fixée pour l’audience.
(4) Si la partie ne transmet pas les renseignements concernant un témoin, ce dernier ne peut
témoigner à l’audience à moins que la Section l’y
autorise.
(5) Pour décider si elle autorise la comparution
d’un témoin, la Section prend en considération tout
élément pertinent, notamment :
a) la pertinence et la valeur probante du témoignage proposé;
Preuve de
transmission
des
renseignements
concernant les
témoins
(3) Documents provided under this rule must be
received by their recipients no later than 10 days
before the date fixed for the hearing.
(4) If a party does not provide the witness information, the witness must not testify at the hearing
unless the Division allows them to testify.
(5) In deciding whether to allow a witness to
testify, the Division must consider any relevant
factors, including
(a) the relevance and probative value of the proposed testimony; and
Documents
après
l’audience
Demande
Éléments à
considérer
Délai
Omission de
transmettre les
renseignements
concernant les
témoins
Éléments à
considérer
Le 11 août 2012
Requesting
summons
Factors
Using
summons
Cancelling
summons
Application
Arrest warrant
Written request
Requirements
for issue of
arrest warrant
Content of
warrant
(b) the reason why the witness information was
not provided.
45. (1) A party who wants the Division to order a
person to testify at a hearing must make a request to
the Division for a summons, either orally at a proceeding or in writing.
(2) In deciding whether to issue a summons,
the Division must consider any relevant factors,
including
(a) the necessity of the testimony to a full and
proper hearing;
(b) the person’s ability to give that testimony;
and
(c) whether the person has agreed to be summoned as a witness.
(3) If a party wants to use a summons, the party
must
(a) provide the summons to the person by hand;
(b) provide a copy of the summons to the Division, together with a written statement indicating the name of the person who provided the
summons and the date, time and place that it was
provided; and
(c) pay or offer to pay the person the applicable
witness fees and travel expenses set out in Tariff A of the Federal Courts Rules.
46. (1) If a person who is summoned to appear
as a witness wants the summons cancelled, the person must make an application in writing to the
Division.
(2) The person must make the application in accordance with rule 50, but is not required to give
evidence in an affidavit or statutory declaration.
47. (1) If a person does not obey a summons to
appear as a witness, the party who requested the
summons may make a request to the Division orally
at the hearing, or in writing, to issue a warrant for
the person’s arrest.
(2) A party who makes a written request for a
warrant must provide supporting evidence by affidavit or statutory declaration.
(3) The Division must not issue a warrant unless
(a) the person was provided the summons by
hand or the person is avoiding being provided the
summons;
(b) the person was paid or offered the applicable
witness fees and travel expenses set out in Tariff A of the Federal Courts Rules;
(c) the person did not appear at the hearing as required by the summons; and
(d) the person’s testimony is still needed for a
full and proper hearing.
(4) A warrant issued by the Division for the arrest of a person must include directions concerning
detention or release.
Gazette du Canada Partie I
b) la raison pour laquelle les renseignements
concernant le témoin n’ont pas été transmis.
45. (1) La partie qui veut que la Section ordonne
à une personne de témoigner à l’audience lui demande soit oralement lors d’une procédure, soit par
écrit, de délivrer une citation à comparaître.
(2) Pour décider si elle délivre une citation à
comparaître, la Section prend en considération tout
élément pertinent, notamment :
a) la nécessité du témoignage pour l’instruction
approfondie de l’affaire;
b) la capacité de la personne de présenter ce
témoignage;
c) la question de savoir si la personne a accepté
d’être citée à comparaître.
(3) Pour utiliser la citation à comparaître, la
partie :
a) la remet en mains propres à la personne;
b) en transmet une copie à la Section, accompagnée d’une déclaration écrite indiquant le nom de
la personne qui a remis la citation à comparaître
et les date, heure et lieu de cette remise;
c) paie ou offre de payer à la personne l’indemnité de témoin et les frais de déplacement prévus
au tarif A des Règles des Cours fédérales.
2343
Demande de
citation à
comparaître
Éléments à
considérer
Utilisation de la
citation à
comparaître
46. (1) Toute personne qui est citée à comparaître peut demander par écrit à la Section
d’annuler la citation à comparaître.
Annulation
d’une citation à
comparaître
(2) La personne fait sa demande conformément à
la règle 50, mais elle n’est pas tenue d’y joindre un
affidavit ou une déclaration solennelle.
47. (1) Si la personne citée à comparaître n’obéit
pas à la citation, la partie qui a demandé à la Section de délivrer la citation peut demander à celle-ci
soit oralement à l’audience, soit par écrit, de décerner un mandat d’arrestation contre la personne.
(2) La partie qui présente une demande écrite de
décerner un mandat d’arrestation joint à celle-ci un
affidavit ou une déclaration solennelle établissant la
preuve à l’appui.
(3) La Section ne peut décerner un mandat
d’arrestation à moins que les conditions ci-après ne
soient réunies :
a) la citation à comparaître a été remise à la personne en mains propres ou la personne évite la
remise de la citation;
b) la personne a reçu ou s’est vu offrir l’indemnité de témoin et les frais de déplacement applicables prévus au tarif A des Règles des Cours
fédérales;
c) la personne ne s’est pas présentée à l’audience
comme l’exigeait la citation;
d) le témoignage de la personne est toujours nécessaire pour permettre l’instruction approfondie
de l’affaire.
(4) La Section inclut, dans le mandat d’arrestation qu’elle décerne, les instructions quant à la
garde ou à la mise en liberté de la personne.
Demande
Mandat
d’arrestation
Demande écrite
Exigences —
mandat
d’arrestation
Contenu du
mandat
2344
Canada Gazette Part I
Excluded
witness
General
provision
Written
application and
time limit
Oral
application
Content of
application
Affidavit or
statutory
declaration
Providing
application to
other party and
Division
Responding to
written
application
August 11, 2012
48. If the Division excludes a witness from a
hearing room, no person may communicate to the
witness any evidence given while the witness was
excluded unless allowed to do so by the Division or
until the witness has finished testifying.
48. À moins que la Section l’autorise, il est interdit de communiquer à un témoin exclu de la salle
d’audience toute preuve présentée pendant son absence ou avant la fin de son témoignage.
APPLICATIONS
DEMANDES
GENERAL
DISPOSITION GÉNÉRALE
49. Unless these Rules provide otherwise,
(a) a party who wants the Division to make a decision on any matter in a proceeding, including
the procedure to be followed, must make an application to the Division in accordance with
rule 50;
(b) a party who wants to respond to the application must respond in accordance with rule 51;
and
(c) a party who wants to reply to a response must
reply in accordance with rule 52.
49. Sauf indication contraire des présentes
règles :
a) la partie qui veut que la Section statue sur
toute question soulevée dans le cadre d’une procédure, notamment sur le déroulement de celleci, lui en fait la demande conformément à la règle 50;
b) la partie qui veut répondre à la demande le fait
conformément à la règle 51;
c) la partie qui veut répliquer à la réponse le fait
conformément à la règle 52.
Exclusion de
témoins
Disposition
générale
HOW TO MAKE AN APPLICATION
COMMENT FAIRE UNE DEMANDE
50. (1) Unless these Rules provide otherwise, an
application must be made in writing, without delay,
and must be received by the Division no later
than 10 days before the date fixed for the next
proceeding.
(2) The Division must not allow a party to make
an application orally at a proceeding unless the
party, with reasonable effort, could not have made a
written application before the proceeding.
50. (1) Sauf indication contraire des présentes
règles, toute demande est faite par écrit, sans délai,
et est reçue par la Section au plus tard dix jours
avant la date fixée pour la prochaine procédure.
Demande par
écrit et délai
(2) La Section ne peut autoriser que la demande
soit faite oralement pendant une procédure que si
la partie a été dans l’impossibilité, malgré des
efforts raisonnables, de le faire par écrit avant la
procédure.
(3) Dans sa demande écrite, sauf indication
contraire des présentes règles, la partie :
a) énonce la décision recherchée;
b) énonce les motifs pour lesquels la Section devrait rendre cette décision;
c) indique si l’autre partie, le cas échéant,
consent à la demande, dans le cas où elle connaît
l’opinion de cette autre partie.
Demande faite
oralement
(4) Sauf indication contraire des présentes règles,
la partie énonce dans un affidavit ou une déclaration solennelle qu’elle joint à sa demande écrite
tout élément de preuve qu’elle veut soumettre à
l’examen de la Section.
(5) La partie qui fait une demande par écrit
transmet :
a) à l’autre partie, le cas échéant, une copie de la
demande et, selon le cas, de l’affidavit ou de la
déclaration solennelle;
b) à la Section, l’original de la demande et, selon
le cas, de l’affidavit ou de la déclaration solennelle, accompagnés d’une déclaration écrite indiquant à quel moment et de quelle façon la copie
de ces documents a été transmise à l’autre partie,
le cas échéant.
Affidavit ou
déclaration
solennelle
(3) Unless these Rules provide otherwise, in a
written application the party must
(a) state the decision the party wants the Division
to make;
(b) give reasons why the Division should make
that decision; and
(c) if there is another party and the views of that
party are known, state whether the other party
agrees to the application.
(4) Unless these Rules provide otherwise, any
evidence that the party wants the Division to consider with a written application must be given in an
affidavit or statutory declaration that accompanies
the application.
(5) A party who makes a written application
must provide
(a) to the other party, if any, a copy of the application and a copy of any affidavit or statutory
declaration; and
(b) to the Division, the original application and
the original of any affidavit or statutory declaration, together with a written statement indicating
how and when the party provided a copy to the
other party, if any.
HOW TO RESPOND TO A WRITTEN APPLICATION
COMMENT RÉPONDRE À UNE DEMANDE ÉCRITE
51. (1) A response to a written application must
be in writing and
(a) state the decision the party wants the Division
to make; and
51. (1) La réponse à une demande écrite se fait
par écrit et énonce :
a) la décision recherchée;
Contenu de la
demande
Transmission
de la demande
à l’autre partie
et à la Section
Réponse à une
demande écrite
Le 11 août 2012
Gazette du Canada Partie I
2345
(b) give reasons why the Division should make
that decision.
(2) Any evidence that the party wants the Division to consider with the written response must be
given in an affidavit or statutory declaration that
accompanies the response. Unless the Division
requires it, an affidavit or statutory declaration is
not required if the party who made the application
was not required to give evidence in an affidavit or
statutory declaration, together with the application.
(3) A party who responds to a written application
must provide
(a) to the other party, a copy of the response and
a copy of any affidavit or statutory declaration;
and
(b) to the Division, the original response and the
original of any affidavit or statutory declaration,
together with a written statement indicating how
and when the party provided a copy to the other
party.
(4) Documents provided under subrule (3) must
be received by their recipients no later than five
days after the date on which the party receives the
copy of the application.
b) les motifs pour lesquels la Section devrait rendre cette décision.
(2) La partie énonce, dans un affidavit ou une
déclaration solennelle qu’elle joint à sa réponse
écrite, tout élément de preuve qu’elle veut soumettre à l’examen de la Section. À moins que la Section l’exige, il n’est pas nécessaire d’y joindre un
affidavit ou une déclaration solennelle dans le cas
où la partie qui a fait la demande n’était pas tenue
de joindre un tel document à la demande.
(3) La partie qui répond à une demande écrite
transmet :
a) à l’autre partie, une copie de la réponse et,
selon le cas, de l’affidavit ou de la déclaration
solennelle;
b) à la Section, l’original de la réponse et, selon
le cas, de l’affidavit ou de la déclaration solennelle, accompagnés d’une déclaration écrite indiquant à quel moment et de quelle façon la copie
de ces documents a été transmise à l’autre partie.
(4) Les documents transmis selon le paragraphe (3) doivent être reçus par leurs destinataires au
plus tard cinq jours après la date de réception de la
copie de la demande par la partie.
HOW TO REPLY TO A WRITTEN RESPONSE
COMMENT RÉPLIQUER À UNE RÉPONSE ÉCRITE
Replying to
written
response
52. (1) A reply to a written response must be in
writing.
52. (1) La réplique à une réponse écrite se fait
par écrit.
Réplique à une
réponse écrite
Evidence in
reply
(2) Any evidence that the party wants the Division to consider with the written reply must be
given in an affidavit or statutory declaration that
accompanies the reply. Unless the Division requires
it, an affidavit or statutory declaration is not required if the party was not required to give evidence in an affidavit or statutory declaration, together with the application.
(3) A party who replies to a written response
must provide
(a) to the other party, a copy of the reply and a
copy of any affidavit or statutory declaration;
and
(b) to the Division, the original reply and the
original of any affidavit or statutory declaration,
together with a written statement indicating how
and when the party provided a copy to the other
party.
(4) Documents provided under subrule (3) must
be received by their recipients no later than three
days after the date on which the party receives the
copy of the response.
(2) La partie énonce, dans un affidavit ou une
déclaration solennelle qu’elle joint à sa réplique
écrite, tout élément de preuve qu’elle veut soumettre à l’examen de la Section. À moins que la Section l’exige, il n’est pas nécessaire d’y joindre un
affidavit ou une déclaration solennelle dans le cas
où la partie n’était pas tenue de joindre un tel document à la demande.
(3) La partie qui réplique à une réponse par écrit
transmet :
a) à l’autre partie, une copie de la réplique et,
selon le cas, de l’affidavit ou de la déclaration
solennelle;
b) à la Section, l’original de la réplique et, selon
le cas, de l’affidavit ou de la déclaration solennelle, accompagnés d’une déclaration écrite indiquant à quel moment et de quelle façon la copie
de ces documents a été transmise à l’autre partie.
(4) Les documents transmis selon le paragraphe (3) doivent être reçus par leurs destinataires au
plus tard trois jours après la date de réception de la
copie de la réponse par la partie.
Éléments de
preuve à une
réplique
CHANGING THE LOCATION
OF A PROCEEDING
CHANGEMENT DE LIEU
D’UNE PROCÉDURE
Application to
change location
53. (1) A party may make an application to the
Division to change the location of a proceeding.
53. (1) Une partie peut demander à la Section de
changer le lieu d’une procédure.
Demande de
changement de
lieu
Form and
content of
application
(2) The party must make the application in accordance with rule 50, but is not required to give
evidence in an affidavit or statutory declaration.
(2) La partie fait sa demande conformément à la
règle 50, mais elle n’est pas tenue d’y joindre un
affidavit ou une déclaration solennelle.
Forme et
contenu de la
demande
Evidence in
written
response
Providing
response
Time limit
Providing reply
Time limit
Éléments de
preuve à une
réponse écrite
Transmission
de la réponse
Délai
Transmission
de la réplique
Délai
2346
Canada Gazette Part I
August 11, 2012
Time limit
(3) Documents provided under this rule must be
received by their recipients no later than 20 days
before the date fixed for the proceeding.
Factors
(4) In deciding the application, the Division must
consider any relevant factors, including
(a) whether the party is residing in the location
where the party wants the proceeding to be held;
(b) whether a change of location would allow the
proceeding to be full and proper;
(c) whether a change of location would likely delay the proceeding;
(d) how a change of location would affect the
Division’s operation;
(e) how a change of location would affect the
parties;
(f) whether a change of location is necessary to
accommodate a vulnerable person; and
(g) whether a hearing may be conducted by a
means of live telecommunication with the claimant or protected person.
Duty to appear
(5) Unless a party receives a decision from the
Division allowing the application, the party must
appear for the proceeding at the location fixed and
be ready to start or continue the proceeding.
(3) Les documents transmis selon la présente règle doivent être reçus par leurs destinataires au
plus tard vingt jours avant la date fixée pour la
procédure.
(4) Pour statuer sur la demande, la Section
prend en considération tout élément pertinent,
notamment :
a) la question de savoir si la partie réside au lieu
où elle veut que la procédure se tienne;
b) la question de savoir si le changement de
lieu permettrait une instruction approfondie de
l’affaire;
c) la question de savoir si le changement de lieu
retarderait vraisemblablement la procédure;
d) l’effet du changement de lieu sur le fonctionnement de la Section;
e) l’effet du changement de lieu sur les parties;
f) la question de savoir si le changement de lieu
est nécessaire pour accommoder une personne
vulnérable;
g) la question de savoir si l’audience peut avoir
lieu en direct avec le demandeur d’asile ou
la personne protégée par l’intermédiaire d’un
moyen de télécommunication.
(5) Sauf si elle reçoit une décision de la Section
accueillant la demande, la partie est tenue de se
présenter pour la procédure au lieu fixé et d’être
prête à commencer ou à poursuivre la procédure.
CHANGING THE DATE OR TIME
OF A PROCEEDING
CHANGEMENT DE DATE OU D’HEURE
D’UNE PROCÉDURE
54. (1) Subject to subrule (5), an application to
change the date or time of a proceeding must be
made in accordance with rule 50 but the party is not
required to give evidence in an affidavit or statutory
declaration.
(2) The application must
(a) be made without delay;
(b) be received by the Division no later than
three working days before the date fixed for the
proceeding, unless the application is made for
medical reasons or other emergencies; and
(c) include at least three dates and times, which
are no later than five working days after the
date originally fixed for the proceeding, on
which the party is available to start or continue
the proceeding.
(3) If it is not possible for the party to make the
application in accordance with paragraph (2)(b), the
party must appear on the date fixed for the proceeding and make the application orally before the time
fixed for the proceeding.
(4) Subject to subrule (5), the Division must not
allow the application unless there are exceptional
circumstances, such as
(a) the change is required to accommodate a vulnerable person; or
(b) an emergency or other development outside
the party’s control and the party has acted
diligently.
54. (1) Sous réserve du paragraphe (5), la demande de changer la date ou l’heure d’une procédure est faite conformément à la règle 50, mais la
partie n’est pas tenue d’y joindre un affidavit ou
une déclaration solennelle.
(2) La demande :
a) est faite sans délai;
b) est reçue par la Section au plus tard trois jours
ouvrables avant la date fixée pour la procédure, à
moins que la demande soit faite pour des raisons
médicales ou d’autres urgences;
c) inclut au moins trois dates et heures, qui sont
au plus tard cinq jours ouvrables après la date
initialement fixée pour la procédure, auxquelles
la partie est disponible pour commencer ou poursuivre la procédure.
(3) S’il ne lui est pas possible de faire la demande conformément à l’alinéa (2)b), la partie se
présente à la date fixée pour la procédure et fait sa
demande oralement avant l’heure fixée pour la
procédure.
(4) Sous réserve du paragraphe (5), la Section ne
peut accueillir la demande, sauf en cas des circonstances exceptionnelles, notamment :
a) le changement est nécessaire pour accommoder une personne vulnérable;
b) dans le cas d’une urgence ou d’un autre développement hors du contrôle de la partie, lorsque
celle-ci s’est conduite avec diligence.
Application in
writing
Submission and
content of
application
Oral
application
Factors
Délai
Éléments à
considérer
Obligation de
se présenter
Demande par
écrit
Transmission et
contenu de la
demande
Demande faite
oralement
Éléments à
considérer
Le 11 août 2012
Counsel
retained or
availability of
counsel
provided after
hearing date
fixed
(5) If, at the time the officer fixed the hearing
date under subrule 3(1), a claimant did not have
counsel or was unable to provide the dates when
their counsel would be available to attend a hearing, the claimant may make an application to
change the date or time of the hearing. Subject to
operational limitations, the Division must allow the
application if
(a) the claimant retains counsel no later than five
working days after the day on which the hearing
date was fixed by the officer;
(b) the counsel retained is not available on the
date fixed for the hearing;
(c) the application is made in writing;
(d) the application is made without delay and no
later than five working days after the day on
which the hearing date was fixed by the officer;
and
(e) the claimant provides at least three dates and
times when counsel is available, which are
within the time limits set out in the Regulations
for the hearing of the claim.
Application for
medical
reasons
(6) If a claimant or protected person makes the
application for medical reasons, other than those
related to their counsel, they must provide, together
with the application, a legible, recently dated medical certificate signed by a qualified medical practitioner whose name and address are printed or
stamped on the certificate. A claimant or protected
person who has provided a copy of the certificate to
the Division must provide the original document to
the Division without delay.
(7) The medical certificate must set out
(a) the particulars of the medical condition,
without specifying the diagnosis, that prevent the
claimant or protected person from participating
in the proceeding on the date fixed for the
proceeding;
(b) whether the claimant or protected person
could participate if the proceeding or any part of
it were conducted in writing or by means of live
telecommunication; and
(c) the date on which the claimant or protected
person is expected to be able to participate in the
proceeding.
(8) If the party made a previous application that
was denied, the Division must consider the reasons
for the denial and must not allow the subsequent
application unless there are exceptional circumstances supported by new evidence.
Content of
certificate
Subsequent
application
Duty to appear
(9) Unless a party receives a decision from the
Division allowing the application, the party must
appear for the proceeding at the date and time fixed
and be ready to start or continue the proceeding.
New date
(10) If an application for a change to the date or
time of a proceeding is allowed, the new date fixed
by the Division must be no later than five working
days after the date originally fixed for the proceeding or as soon as possible after that date.
Gazette du Canada Partie I
2347
(5) Si, au moment où l’agent a fixé la date d’une
audience selon le paragraphe 3(1), il n’avait pas de
conseil ou était incapable de transmettre les dates
auxquelles son conseil serait disponible pour se
présenter à une audience, le demandeur d’asile peut
faire une demande pour changer la date ou l’heure
de l’audience. Sous réserve de restrictions d’ordre
fonctionnel, la Section accueille la demande si, à la
fois :
a) le demandeur d’asile retient les services d’un
conseil au plus tard cinq jours ouvrables après la
date à laquelle l’audience a été fixée par l’agent;
b) le conseil n’est pas disponible à la date fixée
pour l’audience;
c) la demande est faite par écrit;
d) la demande est faite sans délai et au plus tard
cinq jours ouvrables après la date à laquelle l’audience a été fixée par l’agent;
e) le demandeur d’asile transmet au moins trois
dates et heures auxquelles le conseil est disponible, qui sont dans les délais prévus par le Règlement pour l’audience relative à la demande
d’asile.
(6) Si le demandeur d’asile ou la personne protégée présente une demande pour des raisons médicales, à l’exception de celles ayant trait à son conseil,
il transmet avec la demande un certificat médical
récent, daté et lisible, signé par un médecin qualifié, et sur lequel sont imprimés ou estampillés les
nom et adresse de ce dernier. Le demandeur d’asile
ou la personne protégée qui a transmis une copie du
certificat à la Section lui transmet sans délai le document original.
(7) Le certificat médical indique, à la fois :
a) sans mentionner de diagnostic, les particularités de la situation médicale qui empêchent le
demandeur d’asile ou la personne protégée de
participer à la procédure à la date fixée;
b) la possibilité que le demandeur d’asile ou la
personne protégée puisse participer à la procédure si celle-ci se tenait, en totalité ou en partie,
par écrit ou en direct par l’intermédiaire d’un
moyen de télécommunication;
c) la date à laquelle le demandeur d’asile ou la
personne protégée devrait être en mesure de participer à la procédure.
(8) Si la partie a déjà présenté une demande qui a
été refusée, la Section prend en considération les
motifs du refus et ne peut accueillir la demande
subséquente, sauf en cas de circonstances exceptionnelles fondées sur l’existence de nouveaux éléments de preuve.
(9) Sauf si elle reçoit une décision de la Section
accueillant la demande, la partie est tenue de se
présenter pour la procédure à la date et à l’heure
fixées et d’être prête à commencer ou à poursuivre
la procédure.
(10) Si la demande de changement de date ou
d’heure d’une procédure est accueillie, la Section
fixe une nouvelle date qui tombe au plus tard cinq
jours ouvrables après la date initialement fixée ou
dès que possible après cette date.
Conseil retenu
ou
disponibilités
du conseil
transmises
après la date à
laquelle
l’audience a été
fixée
Demande pour
raisons
médicales
Contenu du
certificat
Demande
subséquente
Obligation de
se présenter
Nouvelle date
2348
Canada Gazette Part I
August 11, 2012
JOINING OR SEPARATING CLAIMS
OR APPLICATIONS
JONCTION OU SÉPARATION
DE DEMANDES
Claims
automatically
joined
55. (1) The Division must join the claim of a
claimant to a claim made by the claimant’s spouse
or common-law partner, child, parent, legal guardian, brother, sister, grandchild or grandparent,
unless it is not practicable to do so.
Jonction
automatique
de demandes
d’asile
Applications
joined if claims
joined
(2) Applications to vacate or to cease refugee
protection are joined if the claims of the protected
persons were joined.
Application to
join
56. (1) A party may make an application to the
Division to join claims or applications to vacate or
to cease refugee protection.
(2) A party may make an application to the Division to separate claims or applications to vacate or
to cease refugee protection that are joined.
(3) A party who makes an application to join or
separate claims or applications to vacate or to cease
refugee protection must do so in accordance with
rule 50, but the party is not required to give evidence in an affidavit or statutory declaration. The
party must also
(a) provide a copy of the application to any person who will be affected by the Division’s decision on the application; and
(b) provide to the Division a written statement
indicating how and when the copy of the application was provided to any affected person, together with proof that the party provided the
copy to that person.
(4) Documents provided under this rule must be
received by their recipients no later than 20 days
before the date fixed for the hearing.
(5) In deciding the application to join or separate,
the Division must consider any relevant factors,
including whether
(a) the claims or applications to vacate or to
cease refugee protection involve similar questions of fact or law;
(b) allowing the application to join or separate
would promote the efficient administration of the
Division’s work; and
(c) allowing the application to join or separate
would likely cause an injustice.
55. (1) La Section joint la demande d’asile d’un
demandeur d’asile à celle de son époux ou de son
conjoint de fait, de son enfant, de son père, de sa
mère, de son tuteur, de son frère, de sa sœur, de son
petit-fils, de sa petite-fille, de son grand-père et de
sa grand-mère, à moins qu’il ne soit pas possible de
le faire.
(2) La Section joint les demandes d’annulation
ou de constat de perte d’asile dans le cas où les
demandes d’asile des personnes protégées étaient
jointes.
56. (1) Toute partie peut demander à la Section
de joindre des demandes d’asile, d’annulation ou de
constat de perte d’asile.
(2) Toute partie peut demander à la Section de
séparer des demandes d’asile, d’annulation ou de
constat de perte d’asile qui sont jointes.
(3) La partie fait sa demande de jonction ou de
séparation des demandes d’asile ou d’annulation ou
de constat de perte d’asile conformément à la
règle 50, mais elle n’est pas tenue d’y joindre un
affidavit ou une déclaration solennelle. De plus,
elle transmet :
a) à toute personne qui sera touchée par la décision de la Section à l’égard de la demande, une
copie de la demande;
b) à la Section, une déclaration écrite indiquant à
quel moment et de quelle façon la copie de la
demande a été transmise à toute personne touchée, et une preuve de la transmission.
(4) Les documents transmis selon la présente règle doivent être reçus par leurs destinataires au plus
tard vingt jours avant la date fixée pour l’audience.
(5) Pour statuer sur la demande de jonction ou de
séparation, la Section prend en considération tout
élément pertinent, notamment la possibilité que :
a) des questions similaires de droit ou de fait découlent des demandes d’asile, d’annulation ou de
constat de perte d’asile;
b) l’accueil de la demande de jonction ou de séparation puisse favoriser l’efficacité du travail de
la Section;
c) l’accueil de la demande de jonction ou de
séparation puisse vraisemblablement causer une
injustice.
Délai
Application to
separate
Form of
application and
providing
application
Time limit
Factors
Minister
considered
party
Application
Oral
application
PROCEEDINGS CONDUCTED IN PUBLIC
PUBLICITÉ DES DÉBATS
57. (1) For the purpose of this rule, the Minister
is considered to be a party whether or not the Minister takes part in the proceedings.
(2) A person who makes an application to the
Division to have a proceeding conducted in public
must do so in writing and in accordance with this
rule rather than rule 50.
(3) The Division must not allow a person to
make an application orally at a proceeding unless
the person, with reasonable effort, could not have
made a written application before the proceeding.
57. (1) Pour l’application de la présente règle, le
ministre est considéré comme une partie, qu’il
prenne ou non part aux procédures.
(2) La demande relative à la publicité des débats
que toute personne peut présenter à la Section est
faite par écrit conformément à la présente règle et
non conformément à la règle 50.
(3) La Section ne peut autoriser une personne à
présenter une demande oralement lors d’une procédure que si cette dernière a été dans l’impossibilité,
malgré des efforts raisonnables, de le faire par écrit
avant la procédure.
Jonction de
demandes
d’annulation ou
de constat de
perte d’asile
Demande de
jonction
Demande de
séparation
Forme et
transmission de
la demande
Éléments à
considérer
Ministre
considéré une
partie
Demande
Demande faite
oralement
Le 11 août 2012
Content of
application
Providing
application
Response to
application
Providing
response
Providing
response to
applicant
Reply to
response
Providing reply
Time limit
Confidentiality
(4) In the application, the person must
(a) state the decision they want the Division to
make;
(b) give reasons why the Division should make
that decision;
(c) state whether they want the Division to consider the application in public or in the absence
of the public;
(d) give reasons why the Division should consider the application in public or in the absence
of the public;
(e) if they want the Division to hear the application orally, give reasons why the Division should
do so; and
(f) include any evidence that they want the Division to consider in deciding the application.
(5) The person must provide the original application together with two copies to the Division. The
Division must provide a copy of the application to
the parties.
(6) A party may respond to a written application.
The response must
(a) state the decision they want the Division to
make;
(b) give reasons why the Division should make
that decision;
(c) state whether they want the Division to consider the application in public or in the absence
of the public;
(d) give reasons why the Division should consider the application in public or in the absence
of the public;
(e) if they want the Division to hear the application orally, give reasons why the Division should
do so; and
(f) include any evidence that they want the Division to consider in deciding the application.
(7) The party must provide a copy of the response to the other party and provide the original
response and one copy to the Division, together
with a written statement indicating how and when
the party provided the copy to the other party.
(8) The Division must provide to the applicant
either a copy of the response or a summary of the
response referred to in paragraph (12)(a).
(9) An applicant or a party may reply in writing
to a written response or a summary of a response.
(10) An applicant or a party who replies to a
written response or a summary of a response must
provide the original reply and two copies to the
Division. The Division must provide a copy of the
reply to the parties.
(11) An application made under this rule must be
received by the Division without delay. The Division must specify the time limit within which a
response or reply, if any, is to be provided.
(12) The Division may take any measures it considers necessary to ensure the confidentiality of the
proceeding in respect of the application, including
(a) providing a summary of the response to the
applicant instead of a copy; and
Gazette du Canada Partie I
2349
(4) La demande contient les renseignements
suivants :
a) la décision recherchée;
b) les motifs pour lesquels la Section devrait rendre cette décision;
c) le fait que la personne souhaite que la Section
examine la demande en public ou à huis clos;
d) les motifs pour lesquels la Section devrait
examiner la demande en public ou à huis clos;
e) si elle souhaite que la Section examine la demande oralement, les motifs à l’appui;
f) tout élément de preuve qu’elle veut soumettre
à l’examen de la Section pour statuer sur la
demande.
Contenu de la
demande
(5) La personne transmet la demande originale et
deux copies à la Section. La Section transmet une
copie de la demande aux parties.
Transmission
de la demande
(6) Une partie peut répondre à la demande faite
par écrit. La réponse contient les renseignements
suivants :
a) la décision recherchée;
b) les motifs pour lesquels la Section devrait rendre cette décision;
c) le fait qu’elle souhaite que la Section examine
la demande en public ou à huis clos;
d) les motifs pour lesquels la Section devrait
examiner la demande en public ou à huis clos;
e) si elle souhaite que la Section examine la demande oralement, les motifs à l’appui;
f) tout élément de preuve qu’elle veut soumettre
à l’examen de la Section pour statuer sur la
demande.
Réponse à une
demande
(7) La partie transmet une copie de la réponse à
l’autre partie et transmet la réponse originale et une
copie à la Section, accompagnées d’une déclaration
écrite indiquant à quel moment et de quelle façon la
copie a été transmise à l’autre partie.
(8) La Section transmet au demandeur une copie
de la réponse ou le résumé de la réponse visé à
l’alinéa (12)a).
(9) Le demandeur ou une partie peut répliquer
par écrit à la réponse écrite ou au résumé de la
réponse.
(10) Le demandeur ou la partie qui réplique à la
réponse écrite ou au résumé de la réponse transmet
la réplique originale et deux copies à la Section.
La Section transmet une copie de la réplique aux
parties.
(11) La demande faite selon la présente règle doit
être reçue par la Section sans délai. La Section indique le délai applicable à la transmission d’une
réponse ou d’une réplique, le cas échéant.
(12) La Section peut prendre toutes les mesures
qu’elle considère nécessaires afin d’assurer la confidentialité de la procédure portant sur la demande,
notamment les mesures suivantes :
a) transmettre au demandeur un résumé de la réponse, au lieu d’une copie;
Transmission
d’une réponse
Transmission
d’une réponse
au demandeur
Réplique à une
réponse
Transmission
d’une réplique
Délai
Confidentialité
2350
Canada Gazette Part I
(b) if the Division holds a hearing in respect of
the application,
(i) excluding the applicant or the applicant and
their counsel from the hearing while the party
responding to the application provides evidence and makes representations, or
(ii) allowing the presence of the applicant’s
counsel at the hearing while the party responding to the application provides evidence and
makes representations, upon receipt of a written undertaking by counsel not to disclose any
evidence or information adduced until a decision is made to hold the hearing in public.
Summary of
response
Notification of
decision on
application
(13) If the Division provides a summary of
the response under paragraph (12)(a), or excludes
the applicant and their counsel from a hearing in
respect of the application under subparagraph (12)(b)(i), the Division must provide a summary of the representations and evidence, if any,
that is sufficient to enable the applicant to reply,
while ensuring the confidentiality of the proceeding
having regard to the factors set out in paragraph 166(b) of the Act.
(14) The Division must notify the applicant and
the parties of its decision on the application and
provide reasons for the decision.
August 11, 2012
b) dans le cas où la Section tient une audience
afin d’entendre la demande :
(i) soit exclure de l’audience le demandeur ou
le demandeur et son conseil pendant que la
partie qui répond à la demande présente des
éléments de preuve et des observations,
(ii) soit autoriser la présence à l’audience du
conseil du demandeur pendant que la partie
qui répond à la demande présente des éléments
de preuve et des observations, sur réception
d’un engagement par écrit du conseil de ne divulguer aucun élément de preuve ni aucun renseignement présenté, jusqu’à ce qu’une décision de tenir l’audience en public soit rendue.
(13) Si la Section transmet le résumé de la réponse selon l’alinéa (12)a) ou exclut de l’audience
relative à la demande, selon le sous-alinéa (12)b)(i),
le demandeur et son conseil, la Section transmet un
résumé des observations et des éléments de preuve,
le cas échéant, qui est suffisant pour permettre au
demandeur de répliquer, en prenant en considération les éléments prévus à l’alinéa 166b) de la Loi
pour assurer la confidentialité de la procédure.
(14) La Section avise le demandeur et les parties
de sa décision sur la demande et transmet les motifs
de sa décision.
Résumé de la
réponse
Avis de la
décision sur la
demande
OBSERVERS
OBSERVATEURS
Observers
58. (1) An application under rule 57 is not necessary if an observer is a member of the staff of the
Board, a representative or agent of the United Nations High Commissioner for Refugees or if the
claimant or protected person consents to or requests
the presence of an observer other than the media at
the proceeding.
Observateurs
Observers —
factor
(2) The Division must allow the attendance of
an observer unless, in the opinion of the Division,
the observer’s attendance is likely to impede the
proceeding.
(3) The Division may take any measures that it
considers necessary to ensure the confidentiality of
the proceeding despite the presence of an observer.
58. (1) La demande visée à la règle 57 n’est
pas nécessaire si l’observateur est un membre du
personnel de la Commission, un représentant ou un
mandataire du Haut-Commissariat des Nations
Unies pour les réfugiés ou si le demandeur d’asile
ou la personne protégée consent à la présence, ou
demande la présence, lors de la procédure, d’un
observateur autre que les médias.
(2) La Section autorise la présence d’un observateur à moins qu’elle soit d’avis que sa présence
entraverait vraisemblablement la procédure.
(3) La Section peut prendre toutes les mesures
qu’elle considère nécessaires afin d’assurer la confidentialité de la procédure, malgré la présence d’un
observateur.
Observateurs —
confidentialité
de la procédure
Observers —
confidentiality
of proceeding
Abuse of
process
Withdrawal if
no substantive
evidence
accepted
WITHDRAWAL
RETRAIT
59. (1) For the purpose of subsection 168(2) of
the Act, withdrawal of a claim or of an application
to vacate or to cease refugee protection is an abuse
of process if withdrawal would likely have a negative effect on the Division’s integrity. If no substantive evidence has been accepted in the hearing,
withdrawal is not an abuse of process.
(2) If no substantive evidence has been accepted
in the hearing, a party may withdraw the party’s
claim or the application to vacate or to cease refugee protection by notifying the Division orally at a
proceeding or in writing.
59. (1) Pour l’application du paragraphe 168(2)
de la Loi, il y a abus de procédure si le retrait d’une
demande d’asile, d’annulation ou de constat de
perte d’asile aurait vraisemblablement un effet néfaste sur l’intégrité de la Section. Il n’y a pas abus
de procédure si aucun élément de preuve de fond
n’a été accepté lors de l’audience.
(2) Dans le cas où aucun élément de preuve de
fond n’a été accepté lors de l’audience, la partie
peut retirer sa demande d’asile, d’annulation ou de
constat de perte d’asile en avisant la Section soit
oralement lors d’une procédure, soit par écrit.
Observateurs —
élément à
considérer
Abus de
procédure
Retrait si aucun
élément de
preuve de fond
n’a été accepté
Le 11 août 2012
Withdrawal if
substantive
evidence
accepted
Application to
reinstate
withdrawn
claim
Form and
content of
application
Factors
Factors
Subsequent
application
Gazette du Canada Partie I
2351
(3) If substantive evidence has been accepted in
the hearing, a party who wants to withdraw the
party’s claim or the application to vacate or to
cease refugee protection must make an application
to the Division in accordance with rule 50.
(3) Dans le cas où des éléments de preuve de
fond ont été acceptés lors de l’audience, la partie
qui veut retirer sa demande d’asile, d’annulation ou
de constat de perte d’asile en fait la demande à la
Section conformément à la règle 50.
Retrait si des
éléments de
preuve de fond
ont été acceptés
REINSTATING A WITHDRAWN
CLAIM OR APPLICATION
RÉTABLISSEMENT
D’UNE DEMANDE
60. (1) A person may apply to the Division to reinstate a claim that was made by the person and
was withdrawn.
60. (1) Toute personne peut demander à la Section de rétablir une demande d’asile qu’elle a faite
et ensuite retirée.
(2) The person must make the application in accordance with rule 50, include in the application
their contact information and, if represented by
counsel, their counsel’s contact information and
any limitations on counsel’s retainer, and provide a
copy of the application to the Minister.
(3) The Division must not allow the application
unless it is established that there was a failure
to observe a principle of natural justice or it is
otherwise in the interests of justice to allow the
application.
(4) In deciding the application, the Division must
consider any relevant factors including whether the
application was made in a timely manner and the
justification for any delay.
(5) If the person made a previous application to
reinstate that was denied, the Division must consider the reasons for the denial and must not allow
the subsequent application unless there are exceptional circumstances supported by new evidence.
(2) La personne fait sa demande conformément à
la règle 50, elle y indique ses coordonnées et, si elle
est représentée par un conseil, les coordonnées de
celui-ci et toute restriction à son mandat et en
transmet une copie au ministre.
Application to
reinstate
withdrawn
application to
vacate or to
cease refugee
protection
61. (1) The Minister may make an application to
the Division to reinstate an application to vacate or
to cease refugee protection that was withdrawn.
Form of
application
(2) The Minister must make the application in
accordance with rule 50.
(3) The Division must not allow the application
unless it is established that there was a failure
to observe a principle of natural justice or it is
otherwise in the interests of justice to allow the
application.
(4) In deciding the application, the Division must
consider any relevant factors including whether the
application was made in a timely manner and the
justification for any delay.
(5) If the Minister made a previous application to
reinstate that was denied, the Division must consider the reasons for the denial and must not allow
the subsequent application unless there are exceptional circumstances supported by new evidence.
Factors
Factors
Subsequent
application
Application to
reopen claim
Demande de
rétablissement
d’une demande
d’asile retirée
Forme et
contenu de la
demande
(3) La Section ne peut accueillir la demande que
si un manquement à un principe de justice naturelle
est établi ou qu’il est par ailleurs dans l’intérêt de la
justice de le faire.
Éléments à
considérer
(4) Pour statuer sur la demande, la Section prend
en considération tout élément pertinent, notamment
le fait que la demande a été faite en temps opportun
et, le cas échéant, la justification du retard.
(5) Si la personne a déjà présenté une demande
de rétablissement qui a été refusée, la Section prend
en considération les motifs du refus et ne peut
accueillir la demande subséquente, sauf en cas de
circonstances exceptionnelles fondées sur l’existence de nouveaux éléments de preuve.
61. (1) Le ministre peut demander à la Section de
rétablir une demande d’annulation ou de constat de
perte d’asile qu’il avait retirée.
Éléments à
considérer
(2) Le ministre fait sa demande conformément à
la règle 50.
(3) La Section ne peut accueillir la demande que
si un manquement à un principe de justice naturelle
est établi ou qu’il est par ailleurs dans l’intérêt de la
justice de le faire.
Forme de la
demande
(4) Pour statuer sur la demande, la Section prend
en considération tout élément pertinent, notamment
le fait que la demande a été faite en temps opportun
et, le cas échéant, la justification du retard.
(5) Si le ministre a déjà présenté une demande de
rétablissement qui a été refusée, la Section prend en
considération les motifs du refus et ne peut accueillir la demande subséquente, sauf en cas de circonstances exceptionnelles fondées sur l’existence de
nouveaux éléments de preuve.
Éléments à
considérer
REOPENING A CLAIM OR APPLICATION
RÉOUVERTURE D’UNE DEMANDE
62. (1) At any time before the Refugee Appeal
Division or the Federal Court has made a final determination in respect of a claim for refugee protection that has been decided or declared abandoned,
the claimant or the Minister may make an application to the Division to reopen the claim.
62. (1) À tout moment avant que la Section
d’appel des réfugiés ou la Cour fédérale rende une
décision en dernier ressort sur la demande d’asile
qui a fait l’objet d’une décision ou dont le désistement a été prononcé, le demandeur d’asile ou le
ministre peut demander à la Section de rouvrir cette
demande d’asile.
Demande
subséquente
Demande de
rétablissement
d’une demande
d’annulation ou
de constat de
perte d’asile
retirée
Éléments à
considérer
Demande
subséquente
Demande de
réouverture
d’une demande
d’asile
2352
Canada Gazette Part I
Form of
application
Contact
information
Allegations
against counsel
Copy of notice
of appeal or
pending
application
Factor
Factors
(2) The application must be made in accordance with rule 50 and, for the purpose of paragraph 50(5)(a), the Minister is considered to be a
party whether or not the Minister took part in the
proceedings.
(3) If a claimant makes the application, they
must include in the application their contact information and, if represented by counsel, their counsel’s contact information and any limitations on
counsel’s retainer.
(4) If it is alleged in the application that the
claimant’s counsel in the proceedings that are the
subject of the application provided inadequate
representation,
(a) the claimant must first provide a copy of the
application to the counsel and then provide the
original application to the Division, and
(b) the application provided to the Division must
be accompanied by a written statement indicating
how and when the copy of the application was
provided to the counsel.
(5) The application must be accompanied by a
copy of any notice of pending appeal or any pending application for leave to apply for judicial review or any pending application for judicial review.
(6) The Division must not allow the application
unless it is established that there was a failure to
observe a principle of natural justice.
(7) In deciding the application, the Division must
consider any relevant factors including
(a) whether the application was made in a timely
manner and the justification for any delay; and
(b) the reasons why
(i) a party who had the right of appeal to the
Refugee Appeal Division did not appeal, or
(ii) a party did not make an application for
leave to apply for judicial review or an application for judicial review.
Subsequent
application
(8) If the party made a previous application to
reopen that was denied, the Division must consider
the reasons for the denial and must not allow the
subsequent application unless there are exceptional
circumstances supported by new evidence.
Other remedies
(9) If there is a pending appeal to the Refugee
Appeal Division or a pending application for leave
to apply for judicial review or a pending application
for judicial review on the same or similar grounds,
the Division must, as soon as is practicable, allow
the application to reopen if it is necessary for the
timely and efficient processing of a claim, or dismiss the application.
Application to
reopen
application to
vacate or to
cease refugee
protection
63. (1) At any time before the Federal Court has
made a final determination in respect of an application to vacate or to cease refugee protection that has
been decided or declared abandoned, the Minister
or the protected person may make an application to
the Division to reopen the application.
August 11, 2012
(2) La demande est faite conformément à la règle 50 et, pour l’application de l’alinéa 50(5)a), le
ministre est considéré comme une partie, qu’il ait
ou non pris part aux procédures.
Forme de la
demande
(3) Si la demande est faite par le demandeur
d’asile, celui-ci indique ses coordonnées dans sa
demande et, s’il est représenté par un conseil, les
coordonnées de celui-ci et toute restriction à son
mandat.
(4) S’il est allégué dans sa demande que son conseil, dans les procédures faisant l’objet de la demande, l’a représenté inadéquatement :
a) le demandeur d’asile transmet une copie de la
demande au conseil, puis l’original à la Section;
b) la demande transmise à la Section est accompagnée d’une déclaration écrite indiquant à quel
moment et de quelle façon la copie de la demande a été transmise au conseil.
Coordonnées
(5) La demande est accompagnée d’une copie de
tout avis d’appel en instance, de toute demande
d’autorisation de présenter une demande de contrôle judiciaire en instance ou de toute demande de
contrôle judiciaire en instance.
(6) La Section ne peut accueillir la demande que
si un manquement à un principe de justice naturelle
est établi.
(7) Pour statuer sur la demande, la Section
prend en considération tout élément pertinent,
notamment :
a) la question de savoir si la demande a été faite
en temps opportun et, le cas échéant, la justification du retard;
b) les raisons pour lesquelles :
(i) soit une partie qui en avait le droit n’a pas
interjeté appel auprès de la Section d’appel des
réfugiés,
(ii) soit une partie n’a pas présenté une demande d’autorisation de présenter une demande de contrôle judiciaire ou une demande
de contrôle judiciaire.
(8) Si la partie a déjà présenté une demande de
réouverture qui a été refusée, la Section prend en
considération les motifs du refus et ne peut accueillir la demande subséquente, sauf en cas de circonstances exceptionnelles fondées sur l’existence de
nouveaux éléments de preuve.
(9) Si un appel en instance à la Section d’appel
des réfugiés, une demande d’autorisation de présenter une demande de contrôle judiciaire en instance
ou une demande de contrôle judiciaire en instance
est fondé sur des motifs identiques ou similaires, la
Section, dès que possible, soit accueille la demande
de réouverture si cela est nécessaire pour traiter
avec célérité et efficacité une demande d’asile, soit
rejette la demande.
63. (1) À tout moment avant que la Cour fédérale
rende une décision en dernier ressort sur la demande d’annulation ou de constat de perte d’asile
qui a fait l’objet d’une décision ou dont le désistement a été prononcé, le ministre ou la personne
protégée peut demander à la Section de rouvrir
Copie de l’avis
d’appel ou de
la demande en
instance
Allégations à
l’égard d’un
conseil
Élément à
considérer
Éléments à
considérer
Demande
subséquente
Autres recours
Demande de
réouverture
d’une demande
d’annulation ou
de constat de
perte d’asile
Le 11 août 2012
Form of
application
Contact
information
Allegations
against counsel
Copy of
pending
application
Factor
Factors
(2) The application must be made in accordance
with rule 50.
(3) If a protected person makes the application,
they must include in the application their contact
information and, if represented by counsel, their
counsel’s contact information and any limitations
on counsel’s retainer, and they must provide a copy
of the application to the Minister.
(4) If it is alleged in the application that the protected person’s counsel in the proceedings that are
the subject of the application to reopen, provided
inadequate representation,
(a) the protected person must first provide a copy
of the application to the counsel and then provide
the original application to the Division; and
(b) the application provided to the Division must
be accompanied by a written statement indicating
how and when the copy of the application was
provided to the counsel.
(5) The application must be accompanied by a
copy of any pending application for leave to apply
for judicial review or pending application for judicial review in respect of the application to vacate or
to cease refugee protection.
(6) The Division must not allow the application
unless it is established that there was a failure to
observe a principle of natural justice.
(7) In deciding the application, the Division must
consider any relevant factors, including
(a) whether the application was made in a timely
manner and the justification for any delay; and
(b) if a party did not make an application for
leave to apply for judicial review or an application for judicial review, why an application was
not made.
Subsequent
application
(8) If the party made a previous application to
reopen that was denied, the Division must consider
the reasons for the denial and must not allow the
subsequent application unless there are exceptional
circumstances supported by new evidence.
Other remedy
(9) If there is a pending application for leave to
apply for judicial review or a pending application
for judicial review on the same or similar grounds,
the Division must, as soon as is practicable, allow
the application to reopen if it is necessary for the
timely and efficient processing of a claim, or dismiss the application.
Form of
application
Gazette du Canada Partie I
cette demande d’annulation ou de constat de perte
d’asile.
(2) La demande est faite conformément à la
règle 50.
(3) Si la demande est faite par la personne protégée, celle-ci indique ses coordonnées dans sa demande et, si elle est représentée par un conseil, les
coordonnées de celui-ci et toute restriction à son
mandat et transmet une copie de la demande au
ministre.
(4) S’il est allégué dans sa demande que son
conseil, dans les procédures faisant l’objet de
la demande de réouverture, l’a représentée
inadéquatement :
a) la personne protégée transmet une copie de la
demande au conseil, puis l’original à la Section;
b) la demande transmise à la Section est accompagnée d’une déclaration écrite indiquant à quel
moment et de quelle façon la copie de la demande a été transmise au conseil.
(5) La demande est accompagnée d’une copie
de toute demande d’autorisation de présenter une
demande de contrôle judiciaire en instance ou de
toute demande de contrôle judiciaire en instance à
l’égard de la demande d’annulation ou de constat
de perte d’asile.
(6) La Section ne peut accueillir la demande que
si un manquement à un principe de justice naturelle
est établi.
(7) Pour statuer sur la demande, la Section
prend en considération tout élément pertinent,
notamment :
a) la question de savoir si la demande a été faite
en temps opportun et, le cas échéant, la justification du retard;
b) les raisons pour lesquelles la partie n’a pas
présenté une demande d’autorisation de présenter
une demande de contrôle judiciaire ou une demande de contrôle judiciaire.
(8) Si la partie a déjà présenté une demande de
réouverture qui a été refusée, la Section prend en
considération les motifs du refus et ne peut accueillir la demande subséquente, sauf en cas de circonstances exceptionnelles fondées sur l’existence de
nouveaux éléments de preuve.
(9) Si une demande d’autorisation de présenter
une demande de contrôle judiciaire en instance ou
une demande de contrôle judiciaire en instance est
fondée sur des motifs identiques ou similaires, la
Section, dès que possible, soit accueille la demande
de réouverture si cela est nécessaire pour traiter
avec célérité et efficacité une demande d’asile, soit
rejette la demande.
APPLICATIONS TO VACATE OR TO CEASE
REFUGEE PROTECTION
DEMANDE D’ANNULATION OU DE
CONSTAT DE PERTE D’ASILE
64. (1) An application to vacate or to cease refugee protection made by the Minister must be in
writing and made in accordance with this rule.
64. (1) La demande d’annulation ou de constat
de perte d’asile que le ministre présente à la Section
est faite par écrit conformément à la présente règle.
2353
Forme de la
demande
Coordonnées
Allégations à
l’égard d’un
conseil
Copie de toute
demande en
instance
Élément à
considérer
Éléments à
considérer
Demande
subséquente
Autres recours
Forme de la
demande
2354
Canada Gazette Part I
Content of
application
Providing
application to
protected
person and
Division
(2) In the application, the Minister must include
(a) the contact information of the protected person and of their counsel, if any;
(b) the identification number given by the Department of Citizenship and Immigration to the
protected person;
(c) the date and file number of any Division decision with respect to the protected person;
(d) in the case of a person whose application for
protection was allowed abroad, the person’s file
number, a copy of the decision and the location
of the office;
(e) the decision that the Minister wants the Division to make; and
(f) the reasons why the Division should make
that decision.
(3) The Minister must provide
(a) a copy of the application to the protected person; and
(b) the original of the application to the registry
office that provided the notice of decision in the
claim or to a registry office specified by the Division, together with a written statement indicating how and when a copy was provided to the
protected person.
August 11, 2012
(2) Dans sa demande, le ministre inclut :
a) les coordonnées de la personne protégée et de
son conseil, le cas échéant;
b) le numéro d’identification que le ministère de
la Citoyenneté et de l’Immigration a attribué à la
personne protégée;
c) la date et le numéro de dossier de la décision
de la Section touchant la personne protégée, le
cas échéant;
d) dans le cas de la personne dont la demande de
protection a été acceptée à l’étranger, son numéro du dossier, une copie de la décision et le lieu
où se trouve le bureau qui l’a rendue;
e) la décision recherchée;
f) les motifs pour lesquels la Section devrait rendre cette décision.
(3) Le ministre transmet :
a) une copie de la demande, à la personne
protégée;
b) l’original de la demande accompagnée d’une
déclaration écrite indiquant à quel moment et
de quelle façon la copie de la demande a été
transmise à la personne protégée, au greffe qui a
transmis l’avis de décision concernant la demande d’asile ou au greffe désigné par la
Section.
ABANDONMENT
DÉSISTEMENT
Opportunity to
explain
65. (1) In determining whether a claim has been
abandoned under subsection 168(1) of the Act, the
Division must give the claimant an opportunity
to explain why the claim should not be declared
abandoned
(a) immediately, if the claimant is present at the
proceeding and the Division considers that it is
fair to do so; or
(b) in any other case, by way of a special
hearing.
Special
hearing —
Basis of Claim
Form
(2) The special hearing on the abandonment of
the claim for the failure to provide a completed
Basis of Claim Form in accordance with paragraph 7(5)(a) must be held no later than five working days after the day on which the completed
Basis of Claim Form was due. At the special hearing, the claimant must provide their completed
Basis of Claim Form, unless the form has already
been provided to the Division.
(3) The special hearing on the abandonment of
the claim for the failure to appear for the hearing of
the claim must be held no later than five working
days after the day originally fixed for the hearing of
the claim.
65. (1) Lorsqu’elle détermine si elle prononce ou
non le désistement d’une demande d’asile aux termes du paragraphe 168(1) de la Loi, la Section
donne au demandeur d’asile la possibilité d’expliquer pourquoi le désistement ne devrait pas être
prononcé :
a) sur-le-champ, dans le cas où le demandeur
d’asile est présent à la procédure et où la Section
juge qu’il est équitable de le faire;
b) au cours d’une audience spéciale, dans tout
autre cas.
(2) L’audience spéciale sur le désistement de la
demande d’asile pour omission de transmettre un
Formulaire de fondement de la demande rempli
selon l’alinéa 7(5)a) est tenue au plus tard cinq
jours ouvrables après la date à laquelle le formulaire devait être transmis. À l’audience spéciale, le
demandeur d’asile transmet son Formulaire de fondement de la demande rempli, à moins qu’il ne l’ait
déjà transmis à la Section.
(3) L’audience spéciale sur le désistement de la
demande d’asile pour omission de se présenter à
l’audience relative à la demande d’asile est tenue au
plus tard cinq jours ouvrables après la date initialement fixée pour l’audience relative à la demande
d’asile.
(4) Pour décider si elle prononce le désistement
de la demande d’asile, la Section prend en considération l’explication donnée par le demandeur
d’asile et tout autre élément pertinent, notamment
le fait qu’il est prêt à commencer ou à poursuivre
les procédures.
(5) Si l’explication du demandeur d’asile comporte des raisons médicales, à l’exception de celles
Special
hearing —
failure to
appear
Factors to
consider
(4) The Division must consider, in deciding if the
claim should be declared abandoned, the explanation given by the claimant and any other relevant
factors, including the fact that the claimant is ready
to start or continue the proceedings.
Medical
reasons
(5) If the claimant’s explanation includes medical reasons, other than those related to their counsel,
Contenu de la
demande
Transmission
de la demande
à la personne
protégée et à la
Section
Possibilité de
s’expliquer
Audience
spéciale —
Formulaire de
fondement de
la demande
Audience
spéciale —
omission de se
présenter
Éléments à
considérer
Raisons
médicales
Le 11 août 2012
Content of
certificate
Start or
continue
proceedings
Notice of
constitutional
question
Form and
content of
notice
Providing
notice
Time limit
Notice of
decision and
reasons
Gazette du Canada Partie I
they must provide, together with the explanation, the original of a legible, recently dated
medical certificate signed by a qualified medical
practitioner whose name and address are printed or
stamped on the certificate.
(6) The medical certificate must set out
(a) the particulars of the medical condition,
without specifying the diagnosis, that prevented
the claimant from providing the completed Basis
of Claim Form on the due date, appearing for the
hearing of the claim, or otherwise pursuing their
claim, as the case may be; and
(b) the date on which the claimant is expected to
be able to pursue their claim.
(7) If the Division decides not to declare the
claim abandoned, other than under subrule (2), it
must start or continue the proceedings on the day
the decision is made or as soon as possible after
that day.
ayant trait à son conseil, le demandeur d’asile
transmet avec l’explication un certificat médical
original, récent, daté et lisible, signé par un médecin qualifié, et sur lequel sont imprimés ou estampillés les nom et adresse de ce dernier.
(6) Le certificat médical indique, à la fois :
a) sans mentionner de diagnostic, les particularités de la situation médicale qui ont empêché le
demandeur d’asile de transmettre le Formulaire
de fondement de la demande rempli à la date à
laquelle il devait être transmis, de se présenter à
l’audience relative à la demande d’asile ou de
poursuivre l’affaire, selon le cas;
b) la date à laquelle il devrait être en mesure de
poursuivre l’affaire.
(7) Si la Section décide de ne pas prononcer le
désistement, sauf dans le cas prévu au paragraphe (2), elle commence ou poursuit les procédures
le jour même de cette décision ou, dès que possible
après cette date.
NOTICE OF CONSTITUTIONAL QUESTION
AVIS DE QUESTION CONSTITUTIONNELLE
66. (1) A party who wants to challenge the constitutional validity, applicability or operability of a
legislative provision must complete a notice of
constitutional question.
(2) The party must complete the notice as set out
in Form 69 of the Federal Courts Rules or any
other form that includes
(a) the party’s name;
(b) the Division file number;
(c) the date, time and location of the hearing;
(d) the specific legislative provision that is being
challenged;
(e) the material facts relied on to support the
constitutional challenge; and
(f) a summary of the legal argument to be made
in support of the constitutional challenge.
(3) The party must provide
(a) a copy of the notice to the Attorney General
of Canada and to the attorney general of each
province of Canada, in accordance with section 57 of the Federal Courts Act;
(b) a copy of the notice to the Minister;
(c) a copy of the notice to the other party, if any;
and
(d) the original notice to the Division, together
with a written statement indicating how and
when the copies of the notice were provided
under paragraphs (a) to (c), and proof that they
were provided.
(4) Documents provided under this rule must be
received by their recipients no later than 10 days
before the day on which the constitutional argument is made.
66. (1) La partie qui veut contester la validité,
l’applicabilité ou l’effet, sur le plan constitutionnel,
d’une disposition législative, établit un avis de
question constitutionnelle.
(2) La partie établit son avis soit selon la formule 69 des Règles des Cours fédérales, soit selon
toute autre formule comportant :
a) son nom;
b) le numéro du dossier de la Section;
c) les date, heure et lieu de l’audience;
d) la disposition législative contestée;
e) les faits substantiels à l’appui de la
contestation;
f) un résumé du fondement juridique de la
contestation.
DECISIONS
DÉCISIONS
67. (1) When the Division makes a decision,
other than an interlocutory decision, it must provide
in writing a notice of decision to the claimant or the
protected person, as the case may be, and to the
Minister.
67. (1) Lorsqu’elle rend une décision autre
qu’interlocutoire, la Section transmet par écrit un
avis de décision au demandeur d’asile ou à la personne protégée, selon le cas, et au ministre.
(3) La partie transmet :
a) une copie de l’avis au procureur général du
Canada et à ceux des provinces, conformément à
l’article 57 de la Loi sur les Cours fédérales;
b) une copie de l’avis au ministre;
c) une copie de l’avis à l’autre partie, le cas
échéant;
d) l’original de l’avis à la Section, accompagné
d’une déclaration écrite indiquant à quel moment
et de quelle façon chaque copie de l’avis a été
transmise selon les alinéas a) à c), et d’une
preuve de la transmission.
(4) Les documents transmis selon la présente règle doivent être reçus par leurs destinataires au plus
tard dix jours avant la date à laquelle la question
constitutionnelle sera débattue.
2355
Contenu du
certificat
Commencer ou
poursuivre les
procédures
Avis de
question
constitutionnelle
Forme et
contenu de
l’avis
Transmission
de l’avis
Délai
Avis de
décision et
motifs
2356
Canada Gazette Part I
Written reasons
(2) The Division must provide written reasons
for the decision together with the notice of decision
(a) if written reasons must be provided under
paragraph 169(1)(d) of the Act;
(b) if the Minister was not present when the Division rendered an oral decision and reasons allowing a claim for refugee protection; or
(c) when the Division makes a decision on
an application to vacate or to cease refugee
protection.
Request for
written reasons
(3) A request under paragraph 169(1)(e) of the
Act for written reasons for a decision must be made
in writing.
68. A decision allowing or rejecting a claim for
refugee protection takes effect
(a) if given orally at a hearing, when a Division
member states the decision and gives the reasons; and
(b) if made in writing, when a Division member
signs and dates the reasons for the decision.
When decision
takes effect —
decision on
claim
When decision
takes effect —
application to
vacate or cease
refugee
protection
69. A decision on an application to vacate or to
cease refugee protection takes effect
(a) if given orally at a hearing, when a Division
member states the decision and gives the reasons; and
(b) if made in writing, when a Division member
signs and dates the reasons for the decision.
When decision
takes effect —
decision on
abandonment
70. A decision on the abandonment of a claim or
of an application to vacate or to cease refugee protection takes effect
(a) if given orally at a hearing, when a Division
member states the decision and gives the reasons; and
(b) if made in writing, when a Division member
signs and dates the reasons for the decision.
When decision
takes effect —
allowing
application to
withdraw
71. A decision allowing an application to withdraw a claim or to withdraw an application to vacate or to cease refugee protection takes effect
(a) if given orally at a hearing, when a Division
member states the decision and gives the reasons; and
(b) if made in writing, when a Division member
signs and dates the reasons for the decision.
August 11, 2012
(2) La Section transmet les motifs écrits de la décision, avec l’avis de décision, dans l’un ou l’autre
des cas suivants :
a) lorsque des motifs écrits doivent être transmis
selon l’alinéa 169(1)d) de la Loi;
b) lorsque la Section rend une décision accueillant la demande d’asile et donne ses motifs oralement et que le ministre n’est pas présent;
c) lorsque la Section rend une décision sur une
demande d’annulation ou de constat de perte
d’asile.
(3) La demande de transmission des motifs écrits
d’une décision, visée à l’alinéa 169(1)e) de la Loi,
est faite par écrit.
68. La décision accueillant ou rejetant une demande d’asile prend effet :
a) si elle est rendue de vive voix à l’audience, au
moment où un commissaire de la Section la rend
et en donne les motifs;
b) si elle est rendue par écrit, au moment où un
commissaire de la Section en signe et date les
motifs.
69. La décision portant sur une demande d’annulation ou de constat de perte d’asile prend effet :
a) si elle est rendue de vive voix à l’audience, au
moment où un commissaire de la Section la rend
et en donne les motifs;
b) si elle est rendue par écrit, au moment où un
commissaire de la Section en signe et date les
motifs.
70. La décision prononçant le désistement d’une
demande d’asile, d’annulation ou de constat de
perte d’asile prend effet :
a) si elle est rendue de vive voix à l’audience, au
moment où un commissaire de la Section la rend
et en donne les motifs;
b) si elle est rendue par écrit, au moment où un
commissaire de la Section en signe et date les
motifs.
71. La décision accueillant la demande de retrait
d’une demande d’asile, d’annulation ou de constat
de perte d’asile prend effet :
a) si elle est rendue de vive voix à l’audience, au
moment où un commissaire de la Section la rend
et en donne les motifs;
b) si elle est rendue par écrit, au moment où un
commissaire de la Section en signe et date les
motifs.
GENERAL PROVISIONS
DISPOSITIONS GÉNÉRALES
No applicable
rule
72. In the absence of a provision in these Rules
dealing with a matter raised during the proceedings,
the Division may do whatever is necessary to deal
with the matter.
Powers of
Division
73. The Division may, after giving the parties notice and an opportunity to object,
(a) act on its own initiative, without a party
having to make an application or request to the
Division;
72. Dans le cas où les présentes règles ne contiennent pas de dispositions permettant de régler
une question qui survient dans le cadre des procédures, la Section peut prendre toute mesure nécessaire pour régler celle-ci.
73. La Section peut, si elle en avise au préalable
les parties et leur donne la possibilité de s’opposer :
a) agir de sa propre initiative sans qu’une partie
ait à lui présenter une demande;
b) modifier l’exigence d’une règle;
Motifs écrits
Demande pour
motifs écrits
Prise d’effet de
la décision
concernant une
demande
d’asile
Prise d’effet de
la décision
concernant la
demande
d’annulation ou
de constat de
perte d’asile
Prise d’effet de
la décision
prononçant le
désistement
Prise d’effet de
la décision
accueillant le
retrait d’une
demande
Cas non prévus
Pouvoirs de la
Section
Le 11 août 2012
Failure to
follow rule
Repeal
Repeal
S.C. 2010, c. 8
Gazette du Canada Partie I
(b) change a requirement of a rule;
(c) excuse a person from a requirement of a rule;
and
(d) extend a time limit, before or after the time
limit has expired, or shorten it if the time limit
has not expired.
74. Unless proceedings are declared invalid by
the Division, a failure to follow any requirement of
these Rules does not make the proceedings invalid.
74. Le non-respect d’une exigence des présentes
règles ne rend les procédures invalides que si la
Section les déclare invalides.
REPEALS
ABROGATIONS
75. The Convention Refugee Determination
Division Rules1 are repealed.
76. The Refugee Protection Division Rules2 are
repealed.
75. Les Règles de la section du statut de réfugié1 sont abrogées.
76. Les Règles de la Section de la protection des
réfugiés2 sont abrogées.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
77. These Rules come into force on the day on
which section 26 of the Balanced Refugee Reform
Act comes into force, but if they are registered
after that day, they come into force on the day
on which they are registered.
77. Les présentes règles entrent en vigueur à
la date d’entrée en vigueur de l’article 26 de la
Loi sur des mesures de réforme équitables
concernant les réfugiés ou, si elle est postérieure,
à la date de leur enregistrement.
2357
c) permettre à une personne de ne pas suivre une
règle;
d) proroger un délai avant ou après son expiration ou l’abréger avant son expiration.
Non-respect
des règles
Abrogation
Abrogation
L.C. 2010,
ch. 8
SCHEDULE 1
(Rule 1)
ANNEXE 1
(règle 1)
CLAIMANT’S INFORMATION
AND BASIS OF CLAIM
RENSEIGNEMENTS SUR LE DEMANDEUR D’ASILE
ET LE FONDEMENT DE LA DEMANDE D’ASILE
Item
Information
Article
Renseignements
1.
Claimant’s name at birth and any other name used or known by.
1.
2.
3.
4.
5.
Claimant’s date and place of birth.
Claimant’s gender.
Claimant’s nationality, ethnic or racial group, or tribe.
Language and dialect, if any, that the claimant first learned to speak and
the languages and dialects, if any, that the claimant speaks.
Claimant’s religion and denomination or sect.
Whether the claimant believes that they would experience harm,
mistreatment or threats if they returned to their country today. If yes,
description of what the claimant expects would happen, including who
would harm, mistreat or threaten them and what the claimant believes
would be the reasons for it.
2.
3.
4.
5.
8.
Whether the claimant or the claimant’s family have ever experienced
harm, mistreatment or threats in the past. If yes, a description of the
harm, mistreatment or threats, including when it occurred, who caused it,
what the claimant believes are the reasons for it and whether similarly
situated persons have experienced such harm, mistreatment or threats.
8.
9.
Whether the claimant took any steps to obtain protection from any
authority or organization in their country. If no steps were taken, an
explanation of why they were not. If steps were taken, a description of
what the claimant did and what happened as a result.
When the claimant left their country, the reasons for leaving at that time
and the claimant’s intentions.
Whether the claimant moved to another part of their country to seek
safety. If not, an explanation of why not. If the claimant moved to a safe
place in another part of their country, the reasons for leaving it and an
explanation why the claimant could not live there or some other safe
place in another part of their country today.
9.
Nom à la naissance et tout autre nom utilisé ou sous lequel le demandeur
d’asile est connu.
Date et lieu de naissance.
Sexe.
Nationalité, groupe ethnique ou racial, ou tribu.
Première langue et, le cas échéant, premier dialecte appris et langues et,
le cas échéant, dialectes parlés.
Religion et confession religieuse ou secte.
Mention indiquant s’il croit qu’il subirait un préjudice, des mauvais
traitements ou des menaces s’il retournait dans son pays aujourd’hui. Si
oui, une description de ce qui, selon lui, pourrait lui arriver, y compris
l’identification des personnes qui causeraient ce préjudice, ces mauvais
traitements ou ces menaces et son avis quant aux raisons expliquant
ceux-ci.
Mention indiquant si lui, ou des membres de sa famille ont subi un
préjudice, des mauvais traitements ou des menaces dans le passé. Si oui,
une description du préjudice, des mauvais traitements ou des menaces, y
compris quand ils ont eu lieu, l’identification des personnes qui les ont
causés, son avis quant aux raisons expliquant ceux-ci et mention
indiquant si d’autres personnes placées dans une situation semblable ont
subi un tel préjudice ou de tels mauvais traitements ou menaces.
Mention indiquant s’il a pris des mesures en vue d’obtenir la protection
de toute autorité ou organisation dans son pays. Si aucune mesure n’a été
prise, les raisons sous-jacentes. Si des mesures ont été prises, description
de ce qu’il a fait et de ce qui est arrivé en conséquence.
Le moment où il a quitté son pays, les motifs pour lesquels il a quitté à ce
moment et ses intentions.
Mention indiquant s’il a déménagé dans une autre partie de son pays pour
y chercher refuge. Si non, les raisons sous-jacentes. S’il a déménagé dans
un endroit sûr dans une autre partie de son pays, les raisons pour
lesquelles il a quitté cet endroit et les raisons pour lesquelles il ne peut
pas y vivre ou pour lesquelles il ne peut pas vivre dans un autre endroit
sûr dans une autre partie de son pays aujourd’hui.
6.
7.
10.
11.
6.
7.
10.
11.
———
———
1
1
2
SOR/93-45
SOR/2002-228
2
DORS/93-45
DORS/2002-228
2358
Canada Gazette Part I
August 11, 2012
SCHEDULE 1 — Continued
ANNEXE 1 (suite)
CLAIMANT’S INFORMATION
AND BASIS OF CLAIM — Continued
RENSEIGNEMENTS SUR LE DEMANDEUR D’ASILE
ET LE FONDEMENT DE LA DEMANDE D’ASILE (suite)
Item
Information
Article
Renseignements
12.
Whether the claimant moved to another country to seek safety. If yes,
details including the name of the country, when the claimant moved
there, length of stay and whether the claimant claimed refugee protection
there. If the claimant did not claim refugee protection there, an
explanation of why not.
Whether minors are claiming refugee protection with the claimant. If yes,
whether the claimant is the minor’s parent and the other parent is in
Canada, or whether the claimant is not the minor’s parent, or whether the
claimant is the minor’s parent but the other parent is not in Canada. If the
claimant is not the minor’s parent or if the claimant is the minor’s parent
but the other parent is not in Canada, details of any legal documents or
written consent allowing the claimant to take care of the minor or travel
with the minor. If the claimant does not have such documents, an
explanation of why not.
If a child six years old or younger is claiming refugee protection with the
claimant, an explanation of why the claimant believes the child would be
at risk of being harmed, mistreated or threatened if returned to their
country.
Other details the claimant considers important for the refugee protection
claim.
Country or countries in which the claimant fears persecution, torture, a
risk to their life or a risk of cruel and unusual treatment or punishment.
12.
Mention indiquant s’il a déménagé dans un autre pays pour y chercher
refuge. Si oui, les détails y compris le nom du pays, le moment où il y est
déménagé, la durée du séjour et s’il a demandé l’asile dans ce pays. S’il
n’a pas demandé l’asile, les raisons sous-jacentes.
13.
Mention indiquant si des mineurs demandent l’asile avec lui. Si oui,
mention indiquant s’il est l’un des parents du mineur et l’autre parent est
au Canada, ou s’il n’est pas l’un des parents du mineur, ou s’il est l’un
des parents du mineur mais que l’autre parent n’est pas au Canada. S’il
n’est pas l’un des parents du mineur, ou s’il est l’un des parents du
mineur mais que l’autre parent n’est pas au Canada, les détails de tout
document juridique ou consentement écrit l’autorisant à s’occuper du
mineur ou à voyager avec lui. S’il n’a pas ces documents, les raisons
sous-jacentes.
Si un enfant âgé de 6 ans ou moins demande l’asile avec lui, les raisons
pour lesquelles il croit que l’enfant subirait un préjudice, des mauvais
traitements ou des menaces s’il retournait dans son pays.
13.
14.
15.
16.
17.
18.
19.
20.
21.
22.
23.
24.
25.
14.
15.
Autres détails qu’il considère important pour la demande d’asile.
16.
Nom du ou des pays où il craint d’être persécuté, d’être soumis à la
torture, d’être exposé à une menace à sa vie ou au risque de traitements
ou peines cruels et inusités.
Motifs de sa demande d’asile.
Nom, date de naissance, citoyenneté et lieu et pays de résidence de son
époux, de son conjoint de fait — y compris de son partenaire de même
sexe — de ses enfants, de ses père et mère et de ses frères et sœurs.
Si lui-même, son époux, son conjoint de fait, son partenaire de même
sexe, son enfant, son père, sa mère, son frère ou sa sœur ont demandé
l’asile au Canada ou dans tout autre pays — y compris à un bureau du
Canada dans un autre pays ou au Haut Commissariat des Nations Unies
pour les réfugiés — les détails de la demande y compris le nom de la
personne qui a demandé l’asile, la date, le lieu et le résultat de la
demande et le numéro de dossier de la CISR ou le numéro de client de
CIC, le cas échéant.
Détails de ses voyages dans tout pays au cours des dix dernières années,
y compris les voyages au Canada et tout pays par lequel il a passé pour se
rendre au Canada, notamment les dates d’arrivée et de départ, le nom du
ou des pays, le lieu dans le pays et le but du voyage.
Détails — y compris le numéro du document, le pays et la date de
production, la personne ou l’autorité qui les a produits, le lieu où ils se
trouvent — de tous ses titres de voyage, pièces d’identité, documents
médicaux, psychologiques ou de police, ou tout autre document à l’appui
de sa demande qu’il a en sa possession ou qu’il peut obtenir avant
l’audience. S’il s’agit de documents qu’il peut obtenir, la date prévue
de réception.
Ses coordonnées.
Mention indiquant s’il a un conseil. Si oui, les détails concernant le
conseil, y compris ses coordonnées.
Langue officielle qu’il a choisie comme langue de communication avec la
Commission et comme langue des procédures devant celle-ci.
Mention indiquant s’il a besoin des services d’un interprète pendant les
procédures ainsi que la langue et, le cas échéant, le dialecte à interpréter.
Grounds on which the claim is made.
Name, date of birth, citizenship and place and country of residence of the
claimant’s spouse, common-law partner — including same-sex partner —
children, parents, brothers and sisters.
If the claimant or the claimant’s spouse, common-law partner or
same-sex partner, child, parent, brother or sister has claimed refugee
protection or asylum in Canada or in any other country — including at a
Canadian office abroad or from the United Nations High Commissioner
for Refugees — the details of the claim including the name of the person
who made the claim, and the date, location, result of the claim and IRB
file number or CIC client ID number, if any.
17.
18.
Details of the claimant’s travel to any countries within the last 10 years,
including trips to Canada and any countries the claimant travelled to on
the way to Canada. Details to include dates of arrival and departure, name
of the country or countries, location in the country and purpose of travel.
Details — including document number, country and date of issue, issuing
person or authority and the current location — of the claimant’s travel,
identity, medical, psychological or police documents, or any other
document that support their claim, that the claimant has or can obtain
before the hearing. If document has to be obtained, the expected date of
receipt.
20.
Claimant’s contact information.
Whether the claimant has counsel and if so, details concerning counsel —
including counsel’s contact information.
Claimant’s choice of official language for communications with and
proceedings before the Board.
Whether the claimant needs an interpreter during any proceeding, and the
language and dialect, if any, to be interpreted.
19.
21.
22.
23.
24.
25.
SCHEDULE 2
(Paragraph 3(5)(d))
ANNEXE 2
(alinéa 3(5)d))
INFORMATION TO BE PROVIDED ABOUT
THE CLAIMANT BY AN OFFICER
RENSEIGNEMENTS SUR LE DEMANDEUR D’ASILE
À TRANSMETTRE PAR UN AGENT
Item
Information
Article
Renseignements
1.
2.
Name, gender and date of birth.
Department of Citizenship and Immigration client identification number.
1.
2.
3.
If the claimant is detained, the name and address of the place of
detention.
3.
Nom, sexe et date de naissance.
Numéro d’identification de client attribué par le ministère de la
Citoyenneté et de l’Immigration.
Dans le cas où il est détenu, le nom et l’adresse du lieu de sa détention.
Le 11 août 2012
Gazette du Canada Partie I
2359
SCHEDULE 2 — Continued
ANNEXE 2 (suite)
INFORMATION TO BE PROVIDED ABOUT
THE CLAIMANT BY AN OFFICER— Continued
RENSEIGNEMENTS SUR LE DEMANDEUR D’ASILE
À TRANSMETTRE PAR UN AGENT (suite)
Item
Information
Article
Renseignements
4.
5.
6.
Claimant’s contact information in Canada, if any.
Contact information of any counsel for the claimant.
Official language chosen by the claimant as the language of proceedings
before the Board.
Date the claim was referred or deemed to be referred to the Division.
4.
5.
6.
Section of the Act under which the claim is being referred.
Officer’s decision about the claim’s eligibility under section 100 of the
Act, if a decision has been made.
The country or countries in which the claimant fears persecution, torture,
a risk to their life or a risk of cruel and unusual treatment or punishment.
8.
9.
Whether the claimant may need a designated representative and the
contact information for any proposed designated representative.
Whether the claimant needs an interpreter, including a sign language
interpreter, during any proceeding, and the language and dialect, if any,
to be interpreted.
If a claim of the claimant’s spouse, common-law partner or any relative
has been referred to the Division, the name and Department of
Citizenship and Immigration client identification numbers of each of
those persons.
When and how the officer notified the claimant of the referral of the
claim to the Division.
Whether the claim was made at a port of entry or inside Canada other
than at a port of entry.
Any other information gathered by the officer about the claimant that is
relevant to the claim.
11.
Coordonnées au Canada, le cas échéant.
Coordonnées de son conseil, le cas échéant.
Langue officielle qu’il a choisie comme langue des procédures à la
Commission.
Date réelle ou réputée à laquelle la demande d’asile a été déférée à la
Section.
Article de la Loi au terme duquel la demande d’asile a été déférée.
Décision de l’agent, le cas échéant, relativement à la recevabilité de la
demande d’asile prise en application de l’article 100 de la Loi.
Nom des pays où il craint d’être persécuté, d’être soumis à la torture ou
d’être exposé au risque de traitements ou peines cruels et inusités ou à
une menace à sa vie.
Le fait que le demandeur d’asile puisse avoir besoin d’un représentant
désigné, et les coordonnées de tout représentant désigné proposé.
Nécessité ou non des services d’un interprète — y compris un interprète
gestuel — pendant une procédure ainsi que la langue et, le cas échéant,
le dialecte que l’interprète aura à interpréter.
Nom de son époux ou de son conjoint de fait et de tout membre de sa
parenté dont la demande a été déférée à la Section et leur numéro
d’identification de client attribué à ceux-ci par le ministère de la
Citoyenneté et de l’Immigration.
À quel moment et de quelle façon l’agent a informé le demandeur d’asile
du déféré de la demande d’asile à la Section.
Si la demande d’asile a été faite à un point d’entrée ou au Canada ailleurs
qu’à un point d’entrée.
Tout autre renseignement recueilli par l’agent concernant le demandeur
d’asile et qui est pertinent à la demande d’asile.
7.
8.
9.
10.
11.
12.
13.
14.
15.
16.
7.
10.
12.
13.
14.
15.
16.
SCHEDULE 3
(Rules 5 and 13)
ANNEXE 3
(règles 5 et 13)
INFORMATION AND DECLARATIONS — COUNSEL
NOT REPRESENTING OR ADVISING
FOR CONSIDERATION
RENSEIGNEMENTS ET DÉCLARATIONS —
REPRÉSENTATION OU CONSEIL
SANS RÉTRIBUTION
Item
Information
Article
Renseignements
1.
IRB Division and file number with respect to the claimant or protected
person.
Name of counsel who is representing or advising the claimant or
protected person and who is not receiving consideration for those
services.
Name of counsel’s firm or organization, if applicable, and counsel’s
postal address, telephone number, fax number and email address, if any.
1.
La section de la CISR et le numéro du dossier du demandeur d’asile ou
de la personne protégée.
Le nom du conseil qui représente ou conseille le demandeur d’asile ou la
personne protégée sans rétribution pour ces services.
If applicable, a declaration, signed by the interpreter, that includes the
interpreter’s name, the language and dialect, if any, interpreted and a
statement that the interpretation is accurate.
Declaration signed by the claimant or protected person that the counsel
who is representing or advising them is not receiving consideration and
the information provided in the form is complete, true and correct.
4.
Declaration signed by counsel that they are not receiving consideration
for representing or advising the claimant or protected person and the
information provided in the form is complete, true and correct.
6.
2.
3.
4.
5.
6.
[32-1-o]
2.
3.
5.
Le nom de la société ou de l’organisation dont le conseil fait partie, s’il y
a lieu, ainsi que l’adresse postale, le numéro de téléphone et, le cas
échéant, le numéro de télécopieur et l’adresse de courriel du conseil.
Le cas échéant, la déclaration signée par l’interprète dans laquelle celui-ci
indique son nom, la langue et, le cas échéant, le dialecte à interpréter et
atteste que l’interprétation est fidèle.
La déclaration signée du demandeur d’asile ou de la personne protégée
attestant que le conseil qui le représente ou le conseille ne reçoit pas de
rétribution et que les renseignements fournis sur le formulaire sont
complets, vrais et exacts.
La déclaration signée par le conseil attestant qu’il ne reçoit pas de
rétribution pour représenter ou conseiller le demandeur ou la personne
protégée et que les renseignements fournis sur le formulaire sont
complets, vrais et exacts.
[32-1-o]
2360
Canada Gazette Part I
August 11, 2012
Refugee Appeal Division Rules
Règles de la Section d’appel des réfugiés
Statutory authority
Immigration and Refugee Protection Act
Fondement législatif
Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés
Sponsoring agency
Immigration and Refugee Board
Organisme responsable
Commission de l’immigration et du statut de réfugié
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
For the Regulatory Impact Analysis Statement, see page 2304.
Pour le résumé de l’étude d’impact de la réglementation, voir la
page 2304.
PROPOSED REGULATORY TEXT
PROJET DE RÉGLEMENTATION
Notice is hereby given that the Chairperson of the Immigration
and Refugee Board, pursuant to subsection 161(1) of the Immigration and Refugee Protection Acta, and subject to the approval
of the Governor in Council, in consultation with the Deputy
Chairpersons and the Director General of the Immigration Division, proposes to make the annexed Refugee Appeal Division
Rules.
Interested persons may make representations concerning the
proposed Rules within 30 days after the date of publication of this
notice. All such representations must cite the Canada Gazette,
Part I, and the date of publication of this notice, and be addressed
to Sylvia Cox-Duquette, Senior General Counsel, Immigration
and Refugee Board, 344 Slater Street, Ottawa, Ontario K1A 0K1
(fax: 613-995-2355; email: reform-reforme@irb-cisr.gc.ca).
Avis est donné que le président de la Commission de l’immigration et du statut de réfugié, en vertu du paragraphe 161(1) de la
Loi sur l’immigration et la protection des réfugiésa, se propose,
sous réserve de l’agrément du gouverneur en conseil et en consultation avec les vice-présidents et le directeur général de la Section
de l’immigration, de prendre les Règles de la Section d’appel des
réfugiés, ci-après.
Les intéressés peuvent présenter leurs observations au sujet du
projet de règles dans les trente jours suivant la date de publication
du présent avis. Ils sont priés d’y citer la Gazette du Canada Partie I, ainsi que la date de publication, et d’envoyer le tout à Sylvia
Cox-Duquette, avocate générale principale, Commission de
l’immigration et du statut de réfugié, 344, rue Slater, Ottawa
(Ontario), K1A 0K1 (téléc. : 613-995-2355; courriel : reformreforme@irb-cisr.gc.ca).
Ottawa, le 25 juillet 2012
Le greffier adjoint du Conseil privé
JURICA ČAPKUN
Ottawa, July 25, 2012
JURICA ČAPKUN
Assistant Clerk of the Privy Council
Definitions
“Act”
« Loi »
“appellant”
« appelant »
“contact
information”
« coordonnées »
REFUGEE APPEAL
DIVISION RULES
RÈGLES DE LA SECTION
D’APPEL DES RÉFUGIÉS
INTERPRETATION
DÉFINITIONS
1. The following definitions apply in these Rules.
“Act” means the Immigration and Refugee Protection Act.
“appellant” means a person who is the subject of an
appeal, or the Minister, who makes an appeal to the
Division from a decision of the Refugee Protection
Division.
“contact information” means, with respect to a
person,
(a) the person’s name, postal address and telephone number, and their fax number and email
address, if any; and
1. Les définitions qui suivent s’appliquent aux
présentes règles.
« appelant » La personne en cause ou le ministre
qui interjette appel à la Section d’une décision rendue par la Section de la protection des réfugiés.
« coordonnées » Les renseignements ci-après à
l’égard d’une personne :
a) ses nom, adresse postale, numéro de téléphone
et, le cas échéant, numéro de télécopieur et
adresse de courriel;
b) dans le cas où le conseil de la personne
en cause est une personne visée à l’un des
———
———
a
a
S.C. 2001, c. 27
L.C. 2001, ch. 27
Définitions
« appelant »
“appellant”
« coordonnées »
“contact
information”
Le 11 août 2012
“Division”
« Section »
Gazette du Canada Partie I
(b) in the case of counsel for a person who is the
subject of an appeal, if the counsel is a person referred to in any of paragraphs 91(2)(a) to (c) of
the Act, in addition to the information referred to
in paragraph (a), the name of the body of which
the counsel is a member and the membership
identification number issued to the counsel.
“Division” means the Refugee Appeal Division.
“interested
person”
« personne
intéressée »
“interested person” means a person whose application to participate in an appeal under rule 44 has
been granted.
“party”
« partie »
“party” means,
(a) in the case of an appeal by a person who is
the subject of an appeal, the person and, if the
Minister intervenes in the appeal, the Minister;
and
(b) in the case of an appeal by the Minister, the
person who is the subject of the appeal and the
Minister.
“proceeding” includes a conference, an application,
or an appeal that is decided with or without a
hearing.
“Regulations” means the Immigration and Refugee
Protection Regulations.
“respondent” means a person who is the subject of
an appeal in the case of an appeal by the Minister.
“UNHCR” means the United Nations High Commissioner for Refugees.
“vulnerable person” means a person who has been
identified as vulnerable under the Guideline on
Procedures with Respect to Vulnerable Persons
Appearing Before the IRB issued under paragraph 159(1)(h) of the Act.
“working day” does not include Saturdays, Sundays
or other days on which the Board offices are closed.
“proceeding”
« procédure »
“Regulations”
« Règlement »
“respondent”
« intimé »
“UNHCR”
« HCR »
“vulnerable
person”
« personne
vulnérable »
“working day”
« jour
ouvrable »
Filing and
perfecting
appeal
Content of
notice of appeal
alinéas 91(2)a) à c) de la Loi, en plus des renseignements visés à l’alinéa a), le nom de l’organisme dont il est membre et le numéro de membre qui lui a été délivré par l’organisme.
« HCR » Haut Commissariat des Nations Unies
pour les réfugiés.
« intimé » Personne en cause dans le cas d’un appel
interjeté par le ministre.
« jour ouvrable » Jour autre qu’un samedi, un dimanche ou un autre jour où les bureaux de la
Commission sont fermés.
« Loi » La Loi sur l’immigration et la protection
des réfugiés.
« partie »
a) Dans le cas d’un appel interjeté par la personne en cause, cette personne et le ministre, s’il
intervient dans l’appel;
b) dans le cas d’un appel interjeté par le ministre,
la personne en cause et le ministre.
« personne intéressée » Personne dont la demande
de participation dans un appel, faite selon la
règle 44, a été accordée.
« personne vulnérable » Personne identifiée comme
étant vulnérable selon les Directives sur les procédures concernant les personnes vulnérables qui
comparaissent devant la CISR données selon l’alinéa 159(1)h) de la Loi.
« procédure » S’entend notamment d’une conférence, d’une demande ou d’un appel sur lequel il
est statué avec ou sans audience.
« Règlement » Le Règlement sur l’immigration et
la protection des réfugiés.
« Section » La Section d’appel des réfugiés.
2361
« HCR »
“UNHCR”
« intimé »
“respondent”
« jour
ouvrable »
“working day”
« Loi »
“Act”
« partie »
“party”
« personne
intéressée »
“interested
person”
« personne
vulnérable »
“vulnerable
person”
« procédure »
“proceeding”
« Règlement »
“Regulations”
« Section »
“Division”
PART 1
PARTIE 1
RULES APPLICABLE TO APPEALS MADE
BY A PERSON WHO IS THE SUBJECT
OF AN APPEAL
RÈGLES APPLICABLES AUX APPELS
INTERJETÉS PAR LA PERSONNE
EN CAUSE
FILING AND PERFECTING AN APPEAL
INTERJETER ET METTRE EN ÉTAT UN APPEL
2. (1) To file and perfect an appeal, the person
who is the subject of the appeal must provide, first
to the Minister — whether or not the Minister took
part in the proceedings before the Refugee Protection Division — a written notice of appeal, together
with the appellant’s record, and then to the Division, two copies of the written notice of appeal,
together with one copy of the appellant’s record.
(2) In the notice of appeal, the appellant must
indicate
(a) their name and telephone number, and an address where documents can be provided to them;
(b) if represented by counsel, counsel’s contact
information and any limitations on counsel’s
retainer;
(c) the identification number given by the Department of Citizenship and Immigration to
them;
2. (1) Pour interjeter et mettre en état un appel,
la personne en cause transmet au ministre — que
celui-ci ait pris part ou non aux procédures devant
la Section de la protection des réfugiés — un avis
d’appel écrit accompagné du dossier de l’appelant,
puis à la Section, deux copies de l’avis d’appel écrit
accompagné d’une copie du dossier de l’appelant.
Interjeter et
mettre en état
un appel
(2) Dans l’avis d’appel, l’appelant indique :
a) ses nom et numéro de téléphone, ainsi que
l’adresse à laquelle des documents peuvent lui
être transmis;
b) les coordonnées de son conseil, le cas échéant,
et toute restriction au mandat de celui-ci;
c) le numéro d’identification que le ministère de
la Citoyenneté et de l’Immigration lui a attribué;
Contenu de
l’avis d’appel
2362
Canada Gazette Part I
Content of
appellant’s
record
Length of
memorandum
Proof
documents
were provided
(d) the Refugee Protection Division file number,
the date of the notice of decision relating to the
decision being appealed and the date that they
received the written reasons for the decision;
(e) the language — English or French — chosen
by them as the language of the appeal;
(f) the language and dialect, if any, to be interpreted, if the Division decides that a hearing is
necessary and they need an interpreter;
(g) the representative’s contact information if the
Refugee Protection Division has designated a
representative for them in the proceedings relating to the decision being appealed, and any proposed change in representative;
(h) whether they are relying on any evidence referred to in subsection 110(4) of the Act; and
(i) whether they are requesting that a hearing be
held under subsection 110(6) of the Act.
(3) The appellant’s record must contain the following documents, on consecutively numbered
pages, in the following order:
(a) a memorandum that includes full and detailed
submissions regarding
(i) the errors that are the grounds of the appeal,
(ii) where the errors are located in the record of the Refugee Protection Division’s
proceedings,
(iii) how any documentary evidence referred
to in paragraph (d) meets the requirements of
subsection 110(4) of the Act and how that evidence relates to the appellant,
(iv) the decision the appellant wants the Division to make, and
(v) why the Division should hold a hearing
under subsection 110(6) of the Act if the appellant is requesting that a hearing be held;
(b) all or part of the transcript of the Refugee
Protection Division hearing if the appellant
wants to rely on the transcript in the appeal, together with a declaration, signed by the transcriber, that includes the transcriber’s name and a
statement that the transcript is accurate;
(c) any documents that the Refugee Protection
Division refused to accept as evidence, during or
after the hearing, if the appellant wants to rely on
the documents in the appeal;
(d) any documentary evidence that the appellant
wants to rely on in the appeal;
(e) any law, case law or other legal authority that
the appellant wants to rely on in the appeal; and
(f) the notice of decision and written reasons for
the Refugee Protection Division’s decision that
the appellant is appealing.
(4) The memorandum referred to in paragraph (3)(a) must not be more than 30 pages long if
typewritten on one side or 15 pages if typewritten
on both sides.
(5) The notice of appeal and the appellant’s record provided to the Division must be accompanied
by a written statement indicating how and when the
notice of appeal and the appellant’s record were
provided to the Minister, together with proof that
they were provided.
August 11, 2012
d) le numéro de dossier de la Section de la protection des réfugiés, la date de l’avis de décision
concernant la décision portée en appel et la
date à laquelle il a reçu les motifs écrits de la
décision;
e) la langue de l’appel — l’anglais ou le français — qu’il a choisie;
f) la langue et, le cas échéant, le dialecte à interpréter, si la Section décide qu’une audience est
nécessaire et s’il a besoin d’un interprète;
g) les coordonnées de son représentant, si la Section de la protection des réfugiés en a désigné un
dans les procédures concernant la décision portée
en appel, et de tout remplaçant éventuel;
h) s’il veut invoquer des éléments de preuve visés au paragraphe 110(4) de la Loi;
i) s’il demande la tenue d’une audience selon le
paragraphe 110(6) de la Loi.
(3) Le dossier de l’appelant comporte les documents ci-après, sur des pages numérotées consécutivement, dans l’ordre qui suit :
a) un mémoire qui inclut des observations complètes et détaillées concernant :
(i) les erreurs commises qui constituent les
motifs d’appel,
(ii) l’endroit où se trouvent ces erreurs au dossier des procédures de la Section de la protection des réfugiés,
(iii) la façon dont les éléments de preuve documentaire visés à l’alinéa d) sont conformes
aux exigences du paragraphe 110(4) de la Loi
et la façon dont ils sont liés à l’appelant,
(iv) la décision recherchée,
(v) si l’appelant demande la tenue d’une audience, les motifs pour lesquels la Section devrait en tenir une selon le paragraphe 110(6)
de la Loi;
b) la transcription complète ou partielle de l’audience de la Section de la protection des réfugiés,
si l’appelant veut l’invoquer dans l’appel, accompagnée d’une déclaration signée par le transcripteur dans laquelle celui-ci indique son nom et
atteste que la transcription est fidèle;
c) tout document que la Section de la protection
des réfugiés a refusé d’admettre en preuve pendant ou après l’audience, si l’appelant veut l’invoquer dans l’appel;
d) tout élément de preuve documentaire que
l’appelant veut invoquer dans l’appel;
e) toute loi, jurisprudence ou autre autorité légale
que l’appelant veut invoquer dans l’appel;
f) l’avis de décision et les motifs écrits de la décision de la Section de la protection des réfugiés
portée en appel.
(4) Le mémoire prévu à l’alinéa (3)a) ne peut
comporter plus de trente pages dactylographiées au
recto seulement ou quinze pages dactylographiées
aux recto et verso.
(5) L’avis d’appel et le dossier de l’appelant
transmis à la Section sont accompagnés d’une déclaration écrite indiquant à quel moment et de
quelle façon ils ont été transmis au ministre, et
d’une preuve de la transmission.
Contenu du
dossier de
l’appelant
Longueur du
mémoire
Preuve de
transmission
des documents
Le 11 août 2012
Time limit
Notice of
intervention
Content of
notice of
intervention
Minister’s
intervention
record
Length of
memorandum
Additional
documents
Gazette du Canada Partie I
2363
Délai
(6) Documents provided under this rule must be
received by the Division within the time limit
for filing and perfecting an appeal set out in the
Regulations.
(6) Les documents transmis selon la présente règle doivent être reçus par la Section dans le délai
prévu par le Règlement pour interjeter et mettre en
état un appel.
INTERVENTION BY THE MINISTER
INTERVENTION DU MINISTRE
3. (1) To intervene in an appeal at any time before the Division makes a decision, the Minister
must provide, first to the appellant and then to the
Division, a notice of intervention, together with any
documentary evidence that the Minister wants to
rely on in the appeal.
(2) In the notice of intervention, the Minister
must indicate
(a) counsel’s contact information;
(b) the identification number given by the Department of Citizenship and Immigration to the
appellant;
(c) the appellant’s name, the Refugee Protection
Division file number, the date of the notice of
decision relating to the decision being appealed
and the date that the Minister received the written reasons for the decision;
(d) whether the Minister is relying on any documentary evidence referred to in subsection 110(3) of the Act and the relevance of that
evidence; and
(e) whether the Minister is requesting that a hearing be held under subsection 110(6) of the Act
and why the Division should hold a hearing.
3. (1) Pour intervenir dans un appel à tout moment avant que la Section rende une décision, le
ministre transmet à l’appelant, puis à la Section, un
avis d’intervention accompagné des éléments de
preuve documentaire qu’il veut invoquer dans
l’appel.
(2) Dans l’avis d’intervention, le ministre
indique :
a) les coordonnées de son conseil;
b) le numéro d’identification que le ministère de
la Citoyenneté et de l’Immigration a attribué à
l’appelant;
c) le nom de l’appelant, le numéro de dossier de
la Section de la protection des réfugiés, la date de
l’avis de décision concernant la décision portée
en appel et la date à laquelle le ministre a reçu
les motifs écrits de la décision;
d) si le ministre veut invoquer des éléments de
preuve documentaire visés au paragraphe 110(3)
de la Loi et la pertinence de ces éléments de
preuve;
e) si le ministre demande la tenue d’une audience
selon le paragraphe 110(6) de la Loi et les motifs
pour lesquels la Section devrait tenir une
audience.
(3) En plus des documents visés au paragraphe (1), le ministre peut transmettre à l’appelant,
puis à la Section, le dossier d’intervention du ministre qui comporte les documents ci-après, sur des
pages numérotées consécutivement, dans l’ordre
qui suit :
a) un mémoire qui inclut des observations complètes et détaillées concernant :
(i) les motifs sur lesquels le ministre conteste
l’appel,
(ii) la décision recherchée;
b) la transcription complète ou partielle de
l’audience de la Section de la protection des réfugiés, si le ministre veut l’invoquer dans l’appel
et que la transcription n’a pas été transmise avec
le dossier de l’appelant, accompagnée d’une déclaration signée par le transcripteur dans laquelle
celui-ci indique son nom et atteste que la transcription est fidèle;
c) toute loi, jurisprudence ou autre autorité légale
que le ministre veut invoquer dans l’appel.
Avis
d’intervention
(4) Le mémoire prévu à l’alinéa (3)a) ne peut
comporter plus de trente pages dactylographiées au
recto seulement ou quinze pages dactylographiées
aux recto et verso.
(5) Si, en tout temps avant que la Section rende
une décision, le ministre, aux termes de l’alinéa 171a.5) de la Loi, produit des éléments de
preuve documentaire ou présente des observations
Longueur du
mémoire
(3) In addition to the documents referred to in
subrule (1), the Minister may provide, first to the
appellant and then to the Division, the Minister’s
intervention record containing the following documents, on consecutively numbered pages, in the
following order:
(a) a memorandum that includes full and detailed
submissions regarding
(i) the grounds on which the Minister contests
the appeal, and
(ii) the decision the Minister wants the Division to make;
(b) all or part of the transcript of the Refugee
Protection Division hearing if the Minister wants
to rely on the transcript in the appeal and the
transcript was not provided with the appellant’s
record, together with a declaration, signed by the
transcriber, that includes the transcriber’s name
and a statement that the transcript is accurate;
and
(c) any law, case law or other legal authority that
the Minister wants to rely on in the appeal.
(4) The memorandum referred to in paragraph (3)(a) must not be more than 30 pages long if
typewritten on one side or 15 pages if typewritten
on both sides.
(5) If, at any time before the Division makes a
decision, the Minister, in accordance with paragraph 171(a.5) of the Act, submits documentary
evidence or makes written submissions in support
Contenu de
l’avis
d’intervention
Dossier
d’intervention
du ministre
Documents
supplémentaires
2364
Canada Gazette Part I
Proof
documents
were provided
Reply to
Minister’s
intervention
Content of
reply record
Length of
memorandum
Proof
document was
provided
Time limit
August 11, 2012
of the Minister’s intervention that were not provided with the notice of intervention or the Minister’s intervention record, if any, the Minister must
provide the documentary evidence or written
submissions first to the appellant and then to the
Division.
(6) The documents provided to the Division
under this rule must be accompanied by a written
statement indicating how and when they were provided to the appellant, together with proof that they
were provided.
écrites à l’appui de son intervention qui n’ont pas
été transmis avec l’avis d’intervention ou le dossier
d’intervention du ministre, le cas échéant, il les
transmet à l’appelant, puis à la section.
REPLY
RÉPLIQUE
4. (1) To reply to a Minister’s intervention, an
appellant must provide, first to the Minister and
then to the Division, a reply record.
(2) The reply record must contain the following
documents, on consecutively numbered pages, in
the following order:
(a) a memorandum that includes full and detailed
submissions regarding
(i) only the grounds raised by the Minister,
(ii) how any documentary evidence referred to
in paragraph (c) meets the requirements of
subsection 110(4) or (5) of the Act and how
that evidence relates to the appellant, and
(iii) why the Division should hold a hearing
under subsection 110(6) of the Act if the appellant is requesting that a hearing be held and
they did not include such a request in the appellant’s record;
(b) all or part of the transcript of the Refugee
Protection Division hearing if the appellant
wants to rely on the transcript to support the reply and the transcript was not provided with the
appellant’s record or by the Minister, together
with a declaration, signed by the transcriber, that
includes the transcriber’s name and a statement
that the transcript is accurate;
(c) any documentary evidence that the appellant
wants to rely on to support the reply and that was
not provided with the appellant’s record or by the
Minister; and
(d) any law, case law or other legal authority that
the appellant wants to rely on to support the reply and that was not provided with the appellant’s record or by the Minister.
4. (1) Pour répliquer à une intervention du
ministre, l’appelant transmet au ministre, puis à la
Section, un dossier de réplique.
(2) Le dossier de réplique comporte les documents ci-après, sur des pages numérotées consécutivement, dans l’ordre qui suit :
a) un mémoire qui inclut des observations complètes et détaillées concernant :
(i) uniquement les motifs soulevés par le
ministre,
(ii) la façon dont les éléments de preuve documentaire visés à l’alinéa c) sont conformes
aux exigences des paragraphes 110(4) ou (5)
de la Loi et la façon dont ils sont liés à
l’appelant,
(iii) si l’appelant demande la tenue d’une audience et qu’il n’a pas inclus cette demande
dans le dossier de l’appelant, les motifs pour
lesquels la Section devrait en tenir une selon le
paragraphe 110(6) de la Loi;
b) la transcription complète ou partielle de
l’audience de la Section de la protection des réfugiés — n’ayant pas été transmise en même
temps que le dossier de l’appelant ou par le ministre — si l’appelant veut l’invoquer à l’appui
de sa réplique, accompagnée d’une déclaration
signée par le transcripteur dans laquelle celui-ci
indique son nom et atteste que la transcription est
fidèle;
c) tout élément de preuve documentaire —
n’ayant pas été transmise en même temps que le
dossier de l’appelant ou par le ministre — que
l’appelant veut invoquer à l’appui de sa réplique;
d) toute loi, jurisprudence ou autre autorité légale — n’ayant pas été transmise en même temps
que le dossier de l’appelant ou par le ministre —
que l’appelant veut invoquer à l’appui de sa
réplique.
(3) Le mémoire prévu à l’alinéa (2)a) ne peut
comporter plus de trente pages dactylographiées au
recto seulement ou quinze pages dactylographiées
aux recto et verso.
(4) Le dossier de réplique transmis à la Section
est accompagné d’une déclaration écrite indiquant à
quel moment et de quelle façon il a été transmis au
ministre, et d’une preuve de la transmission.
Réplique à
l’intervention
du ministre
(5) Les documents transmis selon la présente règle doivent être reçus par la Section au plus tard dix
Délai
(3) The memorandum referred to in paragraph (2)(a) must not be more than 30 pages long if
typewritten on one side or 15 pages if typewritten
on both sides.
(4) The reply record provided to the Division
must be accompanied by a written statement indicating how and when the reply record was provided
to the Minister, together with proof that it was
provided.
(5) Documents provided under this rule must be
received by the Division no later than 10 days after
(6) Les documents transmis à la Section selon la
présente règle sont accompagnés d’une déclaration
écrite indiquant à quel moment et de quelle façon
ils ont été transmis à l’appelant, et d’une preuve de
la transmission.
Preuve de
transmission
des documents
Contenu du
dossier de
réplique
Longueur du
mémoire
Preuve de
transmission
Le 11 août 2012
Application for
extension of
time to file and
perfect
Content of
application
Accompanying
documents
Application for
extension of
time to reply
Factors —
reply
Notification of
decision on
application
Decision
without further
notice
Gazette du Canada Partie I
2365
the day on which the appellant receives the Minister’s notice of intervention, Minister’s intervention
record, or any additional documents provided by
the Minister, as the case may be.
jours après la date de réception par l’appelant, selon
le cas, de l’avis d’intervention, du dossier d’intervention du ministre, le cas échéant, ou de tout autre
document supplémentaire transmis par le ministre.
EXTENSION OF TIME
PROROGATION DE DÉLAI
5. (1) A person who is the subject of an appeal
who makes an application to the Division for an
extension of the time to file and perfect an appeal
under the Regulations must do so in accordance
with rule 35. For the purpose of paragraph 35(5)(a),
the Minister is considered to be a party whether or
not the Minister takes part in the proceedings.
(2) The person who is the subject of the appeal
must include in an application under subrule (1)
(a) their name and telephone number, and an address where documents can be provided to them;
(b) if represented by counsel, counsel’s contact
information and any limitations on counsel’s
retainer;
(c) the identification number given by the
Department of Citizenship and Immigration to
them; and
(d) the Refugee Protection Division file number,
the date of the notice of decision relating to the
decision being appealed and the date that they
received the written reasons for the decision.
(3) An application under subrule (1) must be accompanied by a notice of appeal and an appellant’s
record.
(4) A person who is the subject of an appeal may
make an application to the Division for an extension of the time to reply to a Minister’s intervention
in accordance with rule 35.
(5) In deciding an application under subrule (4),
the Division must consider any relevant factors,
including
(a) whether the application was made in a timely
manner and the justification for any delay;
(b) whether there is an arguable case;
(c) prejudice to the Minister, if the application
was granted; and
(d) the nature and complexity of the appeal.
5. (1) La personne en cause qui fait une demande
de prorogation du délai à la Section pour interjeter
et mettre en état un appel aux termes du Règlement
le fait conformément à la règle 35 et, pour l’application de l’alinéa 35(5)a), le ministre est considéré
comme une partie, qu’il prenne ou non part aux
procédures.
(2) Dans la demande faite selon le paragraphe (1), la personne en cause indique :
a) ses nom et numéro de téléphone, ainsi que
l’adresse à laquelle des documents peuvent lui
être transmis;
b) les coordonnées de son conseil, le cas échéant,
et toute restriction au mandat de celui-ci;
c) le numéro d’identification que le ministère de
la Citoyenneté et de l’Immigration lui a attribué;
d) le numéro de dossier de la Section de la protection des réfugiés, la date de l’avis de décision
concernant la décision portée en appel et la date
à laquelle elle a reçu les motifs écrits de la
décision.
(3) La demande faite selon le paragraphe (1) est
accompagnée d’un avis d’appel et du dossier de
l’appelant.
(4) La personne en cause peut faire, conformément à la règle 35, une demande de prorogation du
délai pour répliquer à une intervention du ministre.
Demande de
prorogation du
délai pour
interjeter et
mettre en état
un appel
(5) Pour statuer sur la demande faite selon le paragraphe (4), la Section prend en considération tout
élément pertinent, notamment :
a) le fait que la demande a été faite en temps opportun et la justification de tout retard;
b) la question de savoir si la cause est
soutenable;
c) le préjudice que subirait le ministre si la demande est accordée;
d) la nature et la complexité de l’appel.
(6) La Section avise sans délai par écrit la personne en cause et le ministre de sa décision sur la
demande faite selon les paragraphes (1) ou (4).
Éléments à
considérer —
réplique
(6) The Division must without delay notify both
the person who is the subject of the appeal and the
Minister in writing of its decision with respect to an
application under subrule (1) or (4).
DISPOSITION OF AN APPEAL
DÉCISION SUR L’APPEL
6. Unless a hearing is held under subsection 110(6) of the Act, the Division may, without
further notice to the appellant and to the Minister,
decide an appeal on the basis of the materials
provided
(a) if a period of 15 days has passed since the
day on which the Minister received the notice of
appeal and the appellant’s record; or
(b) if the reply record has been provided, or the
time to provide it has expired.
6. Sauf si une audience est tenue selon le paragraphe 110(6) de la Loi, la Section peut, sans en
aviser l’appelant et le ministre, rendre une décision
sur l’appel sur la foi des documents qui ont été présentés, dans l’une ou l’autre des circonstances
suivantes :
a) si un délai de quinze jours s’est écoulé après la
date de réception par le ministre de l’avis d’appel
et du dossier de l’appelant;
b) si le dossier de réplique a été transmis ou le
délai de transmission de celui-ci est expiré.
Contenu de la
demande
Documents
joints
Demande de
prorogation du
délai pour
répliquer
Avis de
décision sur la
demande
Décision sans
aviser les
parties
2366
Canada Gazette Part I
Filing and
perfecting
appeal
Content of
notice of appeal
Content of
appellant’s
record
August 11, 2012
PART 2
PARTIE 2
RULES APPLICABLE TO APPEALS
MADE BY THE MINISTER
RÈGLES APPLICABLES AUX APPELS
INTERJETÉS PAR LE MINISTRE
FILING AND PERFECTING AN APPEAL
INTERJETER ET METTRE EN ÉTAT UN APPEL
7. (1) To file and perfect an appeal in accordance
with subsection 110(1.1) of the Act, the Minister
must provide, first to the person who is the subject
of the appeal, a written notice of appeal, together
with any supporting documents that the Minister
wants to rely on in the appeal, and then to the Division, two copies of the written notice of appeal,
together with any supporting documents.
(2) In the notice of appeal, the Minister must
indicate
(a) counsel’s contact information;
(b) the name of the person who is the subject of
the appeal and the identification number given
by the Department of Citizenship and Immigration to them;
(c) the Refugee Protection Division file number,
the date of the notice of decision relating to the
decision being appealed and the date that the
Minister received the written reasons for the
decision;
(d) whether the Minister is relying on any
documentary evidence referred to in subsection 110(3) of the Act and the relevance of that
evidence; and
(e) whether the Minister is requesting that a hearing be held under subsection 110(6) of the Act
and why the Division should hold a hearing.
(3) In addition to the documents referred to in
subrule (2), the Minister may provide, first to the
person who is the subject of the appeal and then to
the Division, the appellant’s record containing the
following documents, on consecutively numbered
pages, in the following order:
(a) a memorandum that includes full and detailed
submissions regarding
(i) the errors that are the grounds of the appeal,
(ii) where the errors are located in the record
of the Refugee Protection Division’s proceedings, and
(iii) the decision the Minister wants the Division to make;
(b) all or part of the transcript of the Refugee
Protection Division hearing if the Minister wants
to rely on the transcript in the appeal, together
with a declaration, signed by the transcriber, that
includes the transcriber’s name and a statement
that the transcript is accurate;
(c) any documents that the Refugee Protection
Division refused to accept as evidence, during or
after the hearing, if the Minister wants to rely on
the documents in the appeal;
(d) any law, case law or other legal authority that
the Minister wants to rely on in the appeal; and
(e) the notice of decision and written reasons for
the Refugee Protection Division’s decision that
the Minister is appealing.
7. (1) Pour interjeter et mettre en état un appel
aux termes du paragraphe 110(1.1) de la Loi, le
ministre transmet à la personne en cause, un avis
d’appel écrit accompagné de tout document à
l’appui qu’il veut invoquer dans l’appel, puis à la
Section, deux copies de l’avis d’appel écrit accompagné de tout document à l’appui.
Interjeter et
mettre en état
un appel
(2) Dans l’avis d’appel, le ministre indique :
a) les coordonnées de son conseil;
b) le nom de la personne en cause et le numéro
d’identification que le ministère de la Citoyenneté et de l’Immigration a attribué à celle-ci;
c) le numéro de dossier de la Section de la protection des réfugiés, la date de l’avis de décision
concernant la décision portée en appel et la date
à laquelle le ministre a reçu les motifs écrits de la
décision;
d) si le ministre veut invoquer des éléments de
preuve documentaire visés au paragraphe 110(3)
de la Loi et la pertinence de ces éléments de
preuve;
e) si le ministre demande la tenue d’une audience
selon le paragraphe 110(6) de la Loi et les motifs
pour lesquels la Section devrait tenir une
audience.
Contenu de
l’avis d’appel
(3) En plus des documents visés au paragraphe (2), le ministre peut transmettre à la personne en cause, puis à la Section, le dossier de
l’appelant qui comporte les documents ci-après, sur
des pages numérotées consécutivement, dans
l’ordre qui suit :
a) un mémoire qui inclut des observations complètes et détaillées concernant :
(i) les erreurs commises qui constituent les
motifs d’appel,
(ii) l’endroit où se trouvent ces erreurs au dossier des procédures de la Section de la protection des réfugiés,
(iii) la décision recherchée;
b) la transcription complète ou partielle de l’audience de la Section de la protection des réfugiés,
si le ministre veut l’invoquer dans l’appel, accompagnée d’une déclaration signée par le transcripteur dans laquelle celui-ci indique son nom et
atteste que la transcription est fidèle;
c) tout document que la Section de la protection
des réfugiés a refusé d’admettre en preuve pendant ou après l’audience, si le ministre veut l’invoquer dans l’appel;
d) toute loi, jurisprudence ou autre autorité légale
que le ministre veut invoquer dans l’appel;
e) l’avis de décision et les motifs écrits de la décision de la Section de la protection des réfugiés
portée en appel.
Contenu du
dossier de
l’appelant
Le 11 août 2012
Length of
memorandum
Proof
documents
were provided
Time limit
Response to
appeal
Content of
notice of intent
to respond
Content of
respondent’s
record
Gazette du Canada Partie I
(4) The memorandum referred to in paragraph (3)(a) must not be more than 30 pages long if
typewritten on one side or 15 pages if typewritten
on both sides.
(5) The notice of appeal and the appellant’s record, if any, provided to the Division must be accompanied by a written statement indicating how
and when the notice of appeal and the appellant’s
record were provided to the person who is the subject of the appeal, together with proof that they
were provided.
(6) Documents provided under this rule must be
received by the Division within the time limit
for filing and perfecting an appeal set out in the
Regulations.
2367
(4) Le mémoire prévu à l’alinéa (3)a) ne peut
comporter plus de trente pages dactylographiées au
recto seulement ou quinze pages dactylographiées
aux recto et verso.
(5) L’avis d’appel et le dossier de l’appelant,
le cas échéant, transmis à la Section sont accompagnés d’une déclaration écrite indiquant à quel
moment et de quelle façon ils ont été transmis à
la personne en cause, et d’une preuve de la
transmission.
Longueur du
mémoire
(6) Les documents transmis selon la présente règle doivent être reçus par la Section dans le délai
prévu par le Règlement pour interjeter et mettre en
état un appel.
Délai
Preuve de
transmission
des documents
RESPONSE TO AN APPEAL
RÉPONSE À UN APPEL
8. (1) To respond to an appeal, a person who is
the subject of the appeal must provide, first to the
Minister and then to the Division, a notice of intent
to respond, together with the respondent’s record.
(2) In the notice of intent to respond, the respondent must indicate
(a) their name and telephone number, and an address where documents can be provided to them;
(b) if represented by counsel, counsel’s contact
information and any limitations on counsel’s
retainer;
(c) the identification number given by the
Department of Citizenship and Immigration to
them;
(d) the Refugee Protection Division file number
and the date of the notice of decision relating to
the decision being appealed;
(e) the language — English or French — chosen
by them as the language of the appeal;
(f) the language and dialect, if any, to be interpreted, if the Division decides that a hearing is
necessary and they need an interpreter; and
(g) the representative’s contact information if the
Refugee Protection Division has designated a
representative for them in the proceedings relating to the decision being appealed, and any proposed change in representative.
(3) The respondent’s record must contain the
following documents, on consecutively numbered
pages, in the following order:
(a) a memorandum that includes full and detailed
submissions regarding
(i) the grounds on which the respondent contests the appeal,
(ii) the decision the respondent wants the Division to make, and
(iii) why the Division should hold a hearing
under subsection 110(6) of the Act if the respondent is requesting that a hearing be held;
(b) all or part of the transcript of the Refugee
Protection Division hearing if the respondent
wants to rely on the transcript in the appeal and
the transcript was not provided with the appellant’s record, together with a declaration, signed
by the transcriber, that includes the transcriber’s name and a statement that the transcript is
accurate;
8. (1) Pour répondre à un appel, la personne en
cause transmet au ministre, puis à la Section, un
avis d’intention de répondre, accompagné du dossier de l’intimé.
(2) Dans l’avis d’intention de répondre, l’intimé
indique :
a) ses nom et numéro de téléphone, ainsi que
l’adresse à laquelle les documents peuvent lui
être transmis;
b) les coordonnées de son conseil, le cas échéant,
et toute restriction au mandat de celui-ci;
c) le numéro d’identification que le ministère de
la Citoyenneté et de l’Immigration lui a attribué;
d) le numéro de dossier de la Section de la protection des réfugiés et la date de l’avis de décision concernant la décision portée en appel;
e) la langue de l’appel — l’anglais ou le français — qu’il a choisie;
f) la langue et, le cas échéant, le dialecte à interpréter, si la Section décide qu’une audience est
nécessaire et qu’il a besoin d’un interprète;
g) les coordonnées de son représentant, si la Section de la protection des réfugiés en a désigné un
dans les procédures concernant la décision portée
en appel, et de tout remplaçant éventuel.
Réponse à un
appel
(3) Le dossier de l’intimé comporte les documents ci-après, sur des pages numérotées consécutivement, dans l’ordre qui suit :
a) un mémoire qui inclut des observations complètes et détaillées concernant :
(i) les motifs sur lesquels l’intimé s’appuie
pour contester l’appel,
(ii) la décision recherchée,
(iii) si l’intimé demande la tenue d’une audience, les motifs pour lesquels la Section devrait en tenir une selon le paragraphe 110(6)
de la Loi;
b) la transcription complète ou partielle de
l’audience de la Section de la protection des réfugiés si l’intimé veut l’invoquer dans l’appel et
qu’elle n’a pas été transmise avec le dossier de
l’appelant, accompagnée d’une déclaration signée par le transcripteur dans laquelle celui-ci
indique son nom et atteste que la transcription est
fidèle;
Contenu du
dossier de
l’intimé
Contenu de
l’avis
d’intention de
répondre
2368
Canada Gazette Part I
Length of
memorandum
Proof
documents
were provided
Time limit
Minister’s
reply
Reply record
Length of
memorandum
August 11, 2012
(c) any documentary evidence that the respondent wants to rely on in the appeal; and
(d) any law, case law or other legal authority that
the respondent wants to rely on in the appeal.
(4) The memorandum referred to in paragraph (3)(a) must not be more than 30 pages long if
typewritten on one side or 15 pages if typewritten
on both sides.
(5) The notice of intent to respond and the respondent’s record provided to the Division must be
accompanied by a written statement indicating how
and when the notice of intent to respond and the
respondent’s record were provided to the Minister,
together with proof that they were provided.
(6) Documents provided under this rule must be
received by the Division no later than 15 days after
(a) the day on which the respondent receives the
notice of appeal and the appellant’s record, if
any; or
(b) if the Division allows an application for an
extension of time to file and perfect the appeal
under rule 10, the day on which the respondent is
notified of the decision to allow the extension of
time.
c) tout élément de preuve documentaire que
l’intimé veut invoquer dans l’appel;
d) toute loi, jurisprudence ou autre autorité légale
que l’intimé veut invoquer dans l’appel.
(4) Le mémoire prévu à l’alinéa (3)a) ne peut
comporter plus de trente pages dactylographiées au
recto seulement ou quinze pages dactylographiées
aux recto et verso.
(5) L’avis d’intention de répondre et le dossier de
l’intimé transmis à la Section sont accompagnés
d’une déclaration écrite indiquant à quel moment et
de quelle façon ils ont été transmis au ministre, et
d’une preuve de la transmission.
REPLY
RÉPLIQUE
9. (1) To reply to a response by the respondent,
the Minister must provide, first to the respondent
and then to the Division, any documentary evidence
that the Minister wants to rely on to support the
reply and that was not provided with the notice of
appeal or the respondent’s record.
(2) In addition to the documents referred to in
subrule (1), the Minister may provide, first to the
respondent and then to the Division, a reply record
containing the following documents, on consecutively numbered pages, in the following order:
(a) a memorandum that includes full and detailed
submissions regarding
(i) only the grounds raised by the respondent,
and
(ii) why the Division should hold a hearing
under subsection 110(6) of the Act if the Minister is requesting that a hearing be held and
did not include such a request in the notice of
appeal;
(b) all or part of the transcript of the Refugee
Protection Division hearing if the Minister wants
to rely on the transcript to support the reply and
the transcript was not provided with the appellant’s record, if any, or the respondent’s record,
together with a declaration, signed by the transcriber, that includes the transcriber’s name and a
statement that the transcript is accurate; and
(c) any law, case law or other legal authority that
the Minister wants to rely on to support the reply
and that was not provided with the appellant’s
record, if any, or the respondent’s record.
9. (1) Pour répliquer à une réponse de l’intimé, le
ministre transmet à l’intimé, puis à la Section, tout
élément de preuve documentaire qu’il veut invoquer à l’appui de sa réplique et qui n’a pas été
transmis en même temps que l’avis d’appel ou le
dossier de l’intimé.
(2) En plus des documents visés au paragraphe (1), le ministre peut transmettre à l’intimé, puis
à la Section, un dossier de réplique qui comporte
les documents ci-après, sur des pages numérotées
consécutivement, dans l’ordre qui suit :
a) un mémoire qui inclut des observations complètes et détaillées concernant :
(i) uniquement les motifs soulevés par
l’intimé,
(ii) si le ministre demande la tenue d’une audience et qu’il n’a pas inclus cette demande
dans l’avis d’appel, les motifs pour lesquels la
Section devrait en tenir une selon le paragraphe 110(6) de la Loi;
b) la transcription complète ou partielle de
l’audience de la Section de la protection des réfugiés — n’ayant pas été transmise en même
temps que le dossier de l’appelant, le cas
échéant, ou le dossier de l’intimé — si le ministre veut l’invoquer à l’appui de sa réplique, accompagnée d’une déclaration signée par le transcripteur dans laquelle celui-ci indique son nom et
atteste que la transcription est fidèle;
c) toute loi, jurisprudence ou autre autorité légale — n’ayant pas été transmise en même temps
que le dossier de l’appelant, le cas échéant, ou le
dossier de l’intimé — que le ministre veut invoquer à l’appui de sa réplique.
(3) Le mémoire prévu à l’alinéa (2)a) ne peut
comporter plus de trente pages dactylographiées au
recto seulement ou quinze pages dactylographiées
aux recto et verso.
(3) The memorandum referred to in paragraph (2)(a) must not be more than 30 pages long if
typewritten on one side or 15 pages if typewritten
on both sides.
(6) Les documents transmis selon la présente règle doivent être reçus par la Section au plus tard
quinze jours après, selon le cas :
a) le jour où l’intimé reçoit l’avis d’appel et le
dossier de l’appelant, le cas échéant;
b) si la Section accueille la demande de prorogation du délai pour interjeter et mettre en état un
appel selon la règle 10, le jour où l’intimé est
avisé de la décision autorisant la prorogation du
délai.
Longueur du
mémoire
Preuve de
transmission
des documents
Délai
Réplique du
ministre
Dossier de
réplique
Longueur du
mémoire
Le 11 août 2012
Proof document
was provided
Application for
extension of
time —
Minister
Accompanying
documents
Application for
extension of
time — person
Content of
application for
extension of
time to respond
to appeal
Factors —
respond
Notification of
decision on
application
Decision
without further
notice
Gazette du Canada Partie I
2369
Preuve de
transmission
(4) The documents provided to the Division
under this rule must be accompanied by a written
statement indicating how and when they were provided to the respondent, together with proof that
they were provided.
(4) Les documents transmis à la Section selon la
présente règle sont accompagnés d’une déclaration
écrite indiquant à quel moment et de quelle façon
ils ont été transmis à l’intimé, et d’une preuve de la
transmission.
EXTENSION OF TIME
PROROGATION DE DÉLAI
10. (1) If the Minister makes an application to
the Division for an extension of the time to file and
perfect an appeal under the Regulations, the Minister must do so in accordance with rule 35.
(2) An application under subrule (1) must be accompanied by a notice of appeal, together with any
supporting documents, and an appellant’s record, if
any.
(3) A person who is the subject of an appeal may
make an application to the Division for an extension of the time to respond to an appeal in accordance with rule 35.
(4) The person who is the subject of the appeal
must include in an application under subrule (3)
(a) their name and telephone number, and an address where documents can be provided to them;
(b) if represented by counsel, counsel’s contact
information and any limitations on counsel’s
retainer;
(c) the identification number given by the Department of Citizenship and Immigration to
them; and
(d) the Refugee Protection Division file number,
the date of the notice of decision relating to the
decision being appealed and the date that they
received the written reasons for the decision.
(5) In deciding an application under subrule (3),
the Division must consider any relevant factors,
including
(a) whether the application was made in a timely
manner and the justification for any delay;
(b) whether there is an arguable case;
(c) prejudice to the Minister, if the application
was granted; and
(d) the nature and complexity of the appeal.
10. (1) Si le ministre fait une demande de prorogation du délai à la Section pour interjeter et mettre
en état un appel aux termes du Règlement, il le fait
conformément à la règle 35.
(2) La demande faite selon le paragraphe (1) est
accompagnée d’un avis d’appel, de tout document à
l’appui et du dossier de l’appelant, le cas échéant.
Demande de
prorogation de
délai —
ministre
(3) La personne en cause peut faire, conformément à la règle 35, une demande de prorogation du
délai à la Section pour répondre à un appel.
Demande de
prorogation de
délai —
personne en
cause
(4) Dans la demande faite selon le paragraphe (3), la personne en cause indique :
a) ses nom et numéro de téléphone, ainsi que
l’adresse à laquelle des documents peuvent lui
être transmis;
b) les coordonnées de son conseil, le cas échéant,
et toute restriction au mandat de celui-ci;
c) le numéro d’identification que le ministère de
la Citoyenneté et de l’Immigration lui a attribué;
d) le numéro de dossier de la Section de la protection des réfugiés, la date de l’avis de décision
concernant la décision portée en appel et la date
à laquelle elle a reçu les motifs écrits de la
décision.
(5) Pour statuer sur la demande faite selon le paragraphe (3), la Section prend en considération tout
élément pertinent, notamment :
a) le fait que la demande a été faite en temps opportun et la justification de tout retard;
b) la question de savoir si la cause est
soutenable;
c) le préjudice que subirait le ministre si la demande est accordée;
d) la nature et la complexité de l’appel.
(6) La Section avise sans délai par écrit la personne en cause et le ministre de sa décision sur la
demande faite selon les paragraphes (1) ou (3).
Contenu de la
demande de
prorogation
pour répondre à
un appel
(6) The Division must without delay notify both
the person who is the subject of the appeal and the
Minister in writing of its decision with respect to an
application under subrule (1) or (3).
DISPOSITION OF AN APPEAL
DÉCISION SUR L’APPEL
11. Unless a hearing is held under subsection 110(6) of the Act, the Division may, without
further notice to the parties, decide an appeal on the
basis of the materials provided
(a) if a period of 15 days has passed since the
day on which the Minister received the response
record, or the time to provide it has expired; or
(b) if the Minister’s reply has been provided.
11. Sauf si une audience est tenue selon le paragraphe 110(6) de la Loi, la Section peut, sans en
aviser les parties, rendre une décision sur l’appel
sur la foi des documents qui ont été présentés, dans
l’une ou l’autre des circonstances suivantes :
a) si un délai de quinze jours s’est écoulé après la
date de réception par le ministre du dossier de
réponse ou le délai de transmission de celui-ci est
expiré;
b) si le ministre a transmis une réplique.
Documents
joints
Éléments à
considérer —
réponse
Avis de
décision sur la
demande
Décision sans
aviser les
parties
2370
Canada Gazette Part I
Communicating
with Division
Change to
contact
information
Retaining
counsel after
providing
notice
Change to
counsel’s
contact
information —
person
Change to
counsel’s
contact
information —
Minister
Declaration —
counsel not
representing or
advising for
consideration
Becoming
counsel of
record
Limitation on
counsel’s
retainer
Request to be
removed as
counsel of
record
Written
statement
Request — if
date for
proceeding
fixed
August 11, 2012
PART 3
PARTIE 3
RULES APPLICABLE TO ALL APPEALS
RÈGLES APPLICABLES À TOUS LES APPELS
COMMUNICATING WITH THE DIVISION
COMMUNICATION AVEC LA SECTION
12. All communication with the Division must
be directed to the registry office specified by the
Division.
13. If the contact information of a person who is
the subject of an appeal changes, the person must
without delay provide the changes in writing to the
Division and to the Minister.
12. Pour communiquer avec la Section, il faut
s’adresser au greffe désigné par elle.
Communication
avec la Section
13. Si ses coordonnées changent, la personne en
cause transmet sans délai ses nouvelles coordonnées par écrit à la Section et au ministre.
Changement
des
coordonnées
COUNSEL
CONSEIL
14. (1) If a person who is the subject of an appeal
retains counsel after providing a notice of appeal,
the person must without delay provide the counsel’s contact information in writing to the Division
and to the Minister.
(2) If the contact information of counsel for a
person who is the subject of an appeal changes, the
person must without delay provide the changes in
writing to the Division and to the Minister.
14. (1) Dès que la personne en cause retient les
services d’un conseil après avoir transmis un avis
d’appel, elle transmet les coordonnées de celui-ci
par écrit à la Section et au ministre.
Retenir les
services d’un
conseil après
avoir transmis
un avis
(2) Si les coordonnées de son conseil changent,
la personne en cause transmet sans délai les nouvelles coordonnées par écrit à la Section et au
ministre.
Changement
des
coordonnées du
conseil —
personne en
cause
(3) If the contact information of counsel for the
Minister changes, the Minister must without delay
provide the changes in writing to the Division and
to the person who is the subject of the appeal.
15. If a person who is the subject of an appeal retains counsel who is not a person referred to in any
of paragraphs 91(2)(a) to (c) of the Act, both the
person who is the subject of the appeal and their
counsel must without delay provide the information
and declarations set out in the schedule to the Division in writing.
16. (1) Subject to subrule (2), as soon as counsel
for a person who is the subject of an appeal provides on behalf of the person a notice of appeal, or
as soon as a person becomes counsel after the person provided a notice, the counsel becomes counsel
of record for the person.
(2) If a person who is the subject of an appeal
has notified the Division of a limitation on their
counsel’s retainer, counsel is counsel of record only
to the extent of the services to be provided within
the limited retainer. Counsel ceases to be counsel of
record as soon as those services are completed.
17. (1) To be removed as counsel of record,
counsel for a person who is the subject of an appeal
must first provide to the person and to the Minister
a copy of a written request to be removed and then
provide the written request to the Division.
(3) Si les coordonnées de son conseil changent,
le ministre transmet sans délai les nouvelles coordonnées par écrit à la Section et à la personne en
cause.
15. Si la personne en cause retient les services
d’un conseil qui n’est pas une personne visée à l’un
des alinéas 91(2)a) à c) de la Loi, la personne en
cause et son conseil transmettent sans délai par écrit
à la Section les renseignements et les déclarations
prévus à l’annexe.
Changement
des
coordonnées du
conseil —
ministre
16. (1) Sous réserve du paragraphe (2), dès que
le conseil d’une personne en cause présente au nom
de cette dernière un avis d’appel ou dès qu’une
personne devient son conseil après qu’elle a présenté un avis, le conseil devient le conseil inscrit au
dossier de cette personne.
(2) Si la personne en cause a informé la Section
d’une restriction au mandat de son conseil, ce dernier est le conseil inscrit au dossier uniquement à
l’égard des services prévus dans le mandat restreint.
Le conseil cesse d’être le conseil inscrit au dossier
dès que ces services sont rendus.
17. (1) Le conseil de la personne en cause inscrit
au dossier qui veut se retirer du dossier transmet
d’abord une copie d’une demande de retrait par
écrit à la personne en cause qu’il représente et au
ministre, puis transmet la demande par écrit à la
Section.
(2) La demande transmise à la Section est accompagnée d’une déclaration écrite indiquant à
quel moment et de quelle façon les copies ont été
transmises à la personne qu’il représente et au ministre, et d’une preuve de la transmission.
(3) Si la date d’une procédure a été fixée et s’il
reste trois jours ouvrables ou moins avant cette
date, le conseil fait sa demande oralement lors de la
procédure.
Devenir le
conseil inscrit
au dossier
(2) The request provided to the Division must be
accompanied by a written statement indicating how
and when the copies were provided to the person
represented and to the Minister, together with proof
that they were provided.
(3) If a date for a proceeding has been fixed and
three working days or less remain before that
date, counsel must make the request orally at the
proceeding.
Déclaration —
représentation
ou conseil sans
rétribution
Restriction au
mandat du
conseil
Demande de
retrait du
conseil inscrit
au dossier
Déclaration
écrite
Demande — si
date d’une
procédure fixée
Le 11 août 2012
Division’s
permission
required
(4) Counsel remains counsel of record unless the
request to be removed is granted.
Removing
counsel of
record
18. (1) To remove counsel as counsel of record, a
person who is the subject of an appeal must first
provide to counsel and to the Minister a copy of a
written notice that counsel is no longer counsel for
the person and then provide the written notice to
the Division.
(2) The notice provided to the Division must be
accompanied by a written statement indicating how
and when the copies were provided to counsel and
to the Minister, together with proof that they were
provided.
(3) Counsel ceases to be counsel of record when
the Division receives the notice.
Written
statement
Ceasing to be
counsel of
record
Providing
notice of
appeal
Preparing and
providing
record
Content of
record
Providing
record to absent
Minister
Choice of
language
Language —
Minister’s
appeals
Gazette du Canada Partie I
2371
(4) Le conseil demeure le conseil inscrit au
dossier à moins que la demande de retrait soit
accordée.
18. (1) Pour révoquer le conseil inscrit à son dossier, la personne en cause transmet à ce dernier et
au ministre une copie d’un avis écrit indiquant que
le conseil ne la représente plus, puis transmet l’avis
écrit à la Section.
Autorisation de
la Section
requise
(2) L’avis transmis à la Section est accompagné
d’une déclaration écrite indiquant à quel moment
et de quelle façon les copies ont été transmises
au conseil et au ministre, et d’une preuve de la
transmission.
(3) Le conseil cesse d’être le conseil inscrit au
dossier dès que la Section reçoit l’avis.
Déclaration
écrite
REFUGEE PROTECTION
DIVISION RECORD
DOSSIER DE LA SECTION DE LA
19. (1) The Division must without delay provide
the notice of appeal to the Refugee Protection Division after the appeal is filed and perfected under
rule 2 or 7, as the case may be.
(2) The Refugee Protection Division must prepare a record and provide it to the Division no later
than 10 days after the day on which the Refugee
Protection Division receives the notice of appeal.
(3) The Refugee Protection Division record must
contain
(a) the notice of decision and written reasons for
the decision that is being appealed;
(b) the Basis of Claim Form as defined in the
Refugee Protection Division Rules and any
changes or additions to it;
(c) all documentary evidence that the Refugee
Protection Division accepted as evidence, during
or after the hearing;
(d) any written representations made during or
after the hearing but before the decision being
appealed was made; and
(e) any audio or other electronic recording of the
hearing.
19. (1) La Section transmet l’avis d’appel à la
Section de la protection des réfugiés sans délai
après qu’un appel a été interjeté et mis en état selon
les règles 2 ou 7, selon le cas.
(2) La Section de la protection des réfugiés prépare un dossier et le transmet à la Section au plus
tard dix jours après la date à laquelle elle a reçu
l’avis d’appel.
(3) Le dossier de la Section de la protection des
réfugiés contient, à la fois :
a) l’avis de décision et les motifs écrits de la décision portée en appel;
b) le Formulaire de fondement de la demande, au
sens des Règles de la Section de la protection des
réfugiés, et toute modification ou tout ajout apporté à ce formulaire;
c) tout élément de preuve documentaire admis en
preuve par la Section de la protection des réfugiés pendant ou après l’audience;
d) toute observation écrite formulée pendant ou
après l’audience, mais avant que la décision portée en appel n’ait été rendue;
e) tout enregistrement audio ou électronique de
l’audience.
(4) Si le ministre n’a pas pris part aux procédures
liées à la décision faisant l’objet de l’appel, la Section lui transmet une copie du dossier de la Section
de la protection des réfugiés dès sa réception.
(4) If the Minister did not take part in the proceedings relating to the decision being appealed,
the Division must provide a copy of the Refugee
Protection Division record to the Minister as soon
as the Division receives it.
Révocation du
conseil inscrit
au dossier
Prise d’effet de
la révocation
PROTECTION DES RÉFUGIÉS
Transmission
de l’avis
d’appel
Préparation et
transmission du
dossier
Contenu du
dossier
Transmission
du dossier au
ministre absent
LANGUAGE OF THE APPEAL
LANGUE DE L’APPEL
20. (1) A person who is the subject of an appeal
must choose English or French as the language of
the appeal. The person must indicate that choice
in the notice of appeal if they are the appellant or
in the notice of intent to respond if they are the
respondent.
(2) If the appellant is the Minister, the language
of the appeal is the language chosen by the person
who is the subject of the appeal in the proceedings
relating to the decision being appealed.
20. (1) La personne en cause choisit le français
ou l’anglais comme langue de l’appel. Elle indique
ce choix dans l’avis d’appel ou dans l’avis d’intention de répondre, selon qu’elle est l’appelant ou
l’intimé.
Changement de
langue
(2) Si l’appelant est le ministre, la langue de
l’appel est la langue choisie par la personne en
cause dans les procédures liées à la décision portée
en appel.
Langue —
appels du
ministre
2372
Canada Gazette Part I
August 11, 2012
Changing
language
(3) A person who is the subject of an appeal may
change the language of the appeal that they chose
under subrule (1) by notifying the Division and the
Minister in writing without delay and, if a date for a
proceeding has been fixed, the notice must be received by their recipients no later than 20 days before that date.
DESIGNATED REPRESENTATIVES
DÉSIGNATION D’UN REPRÉSENTANT
Continuation of
designation
21. (1) If the Refugee Protection Division designated a representative for the person who is the
subject of the appeal in the proceedings relating to
the decision being appealed, the representative is
deemed to have been designated by the Division,
unless the Division orders otherwise.
(2) If the Refugee Protection Division did not
designate a representative for the person who is the
subject of the appeal and counsel for a party believes that the Division should designate a representative for the person because the person is under
18 years of age or is unable to appreciate the nature
of the proceedings, counsel must without delay
notify the Division in writing.
(3) Subrule (2) does not apply in the case of a
person under 18 years of age whose appeal is
joined with the appeal of their parent or legal
guardian if the parent or legal guardian is 18 years
of age or older.
(4) The notice must include the following
information:
(a) whether counsel is aware of a person in Canada who meets the requirements to be designated
as a representative and, if so, the person’s contact
information;
(b) a copy of any available supporting documents; and
(c) the reasons why counsel believes that a representative should be designated.
21. (1) La désignation faite par la Section de la
protection des réfugiés d’un représentant pour la
personne en cause dans les procédures liées à la
décision portée en appel est réputée valoir pour la
procédure d’appel, à moins d’une décision contraire
de la Section.
(2) Si la Section de la protection des réfugiés n’a
pas désigné de représentant pour la personne en
cause et que le conseil d’une partie est d’avis
qu’elle devrait en désigner un parce que cette personne est âgée de moins de dix-huit ans ou n’est
pas en mesure de comprendre la nature des procédures, il en avise la Section sans délai par écrit.
Continuation
de la
désignation
(3) Le paragraphe (2) ne s’applique pas dans le
cas d’une personne âgée de moins de dix-huit ans
dont l’appel est joint à l’appel de son père, de sa
mère ou de son tuteur si son père, sa mère ou son
tuteur est âgé d’au moins dix-huit ans.
(4) L’avis comporte les renseignements
suivants :
a) la mention que le conseil connaît ou non une
personne au Canada qui remplit les conditions
requises pour être désignée comme représentant
et, dans l’affirmative, les coordonnées de cette
personne;
b) une copie de tout document disponible à
l’appui;
c) les raisons pour lesquelles le conseil est d’avis
qu’un représentant devrait être désigné.
(5) Les conditions requises pour être désigné
comme représentant sont les suivantes :
a) être âgé d’au moins dix-huit ans;
b) comprendre la nature de la procédure;
c) être disposé et apte à agir dans le meilleur intérêt de la personne en cause;
d) ne pas avoir d’intérêts conflictuels par rapport
à ceux de la personne en cause.
Exception
(6) Pour établir si la personne en cause est en
mesure ou non de comprendre la nature de la procédure, la Section prend en compte tout élément
pertinent, notamment :
a) la capacité ou l’incapacité de la personne de
comprendre la raison d’être de la procédure et de
donner des directives à son conseil;
b) ses déclarations et son comportement lors de
la procédure;
c) toute preuve d’expert relative à ses facultés intellectuelles ou physiques, à son âge ou à son état
mental;
d) la question de savoir si un représentant a déjà
été désigné pour elle dans une procédure devant
une section autre que la Section de la protection
des réfugiés.
Éléments à
considérer
Duty of counsel
to notify
Exception
Content of
notice
Requirements
for being
designated
Factors
(5) To be designated as a representative, a person
must
(a) be 18 years of age or older;
(b) understand the nature of the proceedings;
(c) be willing and able to act in the best interests
of the person who is the subject of the appeal;
and
(d) not have interests that conflict with those of
the person who is the subject of the appeal.
(6) When determining whether a person who is
the subject of an appeal is unable to appreciate the
nature of the proceedings, the Division must consider any relevant factors, including
(a) whether the person can understand the reason
for the proceeding and can instruct counsel;
(b) the person’s statements and behaviour at the
proceeding;
(c) expert evidence, if any, on the person’s intellectual or physical faculties, age or mental condition; and
(d) whether the person has had a representative
designated for a proceeding in a division other
than the Refugee Protection Division.
(3) La personne en cause peut changer la langue
de l’appel choisie aux termes du paragraphe (1) en
avisant par écrit, sans délai, la Section et le ministre; si une date a été fixée pour une procédure,
l’avis doit être reçu par leurs destinataires au plus
tard vingt jours avant cette date.
Changement de
langue
Obligation du
conseil d’aviser
Contenu de
l’avis
Conditions
requises pour
être désigné
Le 11 août 2012
Designation
applies to all
proceedings
End of
designation —
person reaches
18 years of age
Termination of
designation
Designation
criteria
Responsibilities
of
representative
Notice to
parties
Gazette du Canada Partie I
(7) The designation of a representative for a person who is under 18 years of age or who is unable
to appreciate the nature of the proceedings applies
to all subsequent proceedings in the Division with
respect to that person unless the Division orders
otherwise.
(8) The designation of a representative for a person who is under 18 years of age ends when the
person reaches 18 years of age unless a representative has also been designated because the person is
unable to appreciate the nature of the proceedings.
(9) The Division may terminate a designation if
the Division is of the opinion that the representative
is no longer required or suitable and may designate
a new representative if required.
(10) Before designating a person as a representative, the Division must
(a) assess the person’s ability to fulfil the responsibilities of a designated representative; and
(b) ensure that the person has been informed of the responsibilities of a designated
representative.
(11) The responsibilities of a designated representative include
(a) deciding whether to retain counsel and, if
counsel is retained, instructing counsel or assisting the represented person in instructing
counsel;
(b) making decisions regarding the appeal or assisting the represented person in making those
decisions;
(c) informing the represented person about the
various stages and procedures in the processing
of their case;
(d) assisting in gathering evidence to support the
represented person’s case and in providing evidence and, if necessary, being a witness at the
hearing;
(e) protecting the interests of the represented person and putting forward the best possible case to
the Division; and
(f) informing and consulting the represented person to the extent possible when making decisions
about the case.
2373
(7) La désignation d’un représentant pour une
personne qui est âgée de moins de dix-huit ans ou
qui n’est pas en mesure de comprendre la nature
des procédures vaut pour toutes les procédures subséquentes de la Section concernant cette personne,
à moins que la Section ne décide du contraire.
(8) La désignation d’un représentant pour une
personne âgée de moins de dix-huit ans prend fin
lorsque celle-ci atteint cet âge, à moins que ce représentant ait également été désigné pour elle parce
qu’elle n’est pas en mesure de comprendre la nature
de la procédure.
(9) La Section peut révoquer la désignation du
représentant si elle est d’avis que celui-ci n’est plus
requis ou ne convient plus; elle peut désigner un
nouveau représentant, au besoin.
(10) Avant de désigner une personne comme représentant, la Section :
a) évalue la capacité de la personne de s’acquitter des responsabilités d’un représentant désigné;
b) s’assure que la personne a été informée des
responsabilités d’un représentant désigné.
Désignation
applicable à
toutes les
procédures
(11) Les responsabilités du représentant désigné
sont notamment les suivantes :
a) décider s’il y a lieu de retenir les services d’un
conseil et, le cas échéant, donner à celui-ci des
directives, ou aider la personne représentée à lui
donner des directives;
b) prendre des décisions concernant l’appel, ou
aider la personne représentée à prendre de telles
décisions;
c) informer la personne représentée des diverses
étapes et procédures dans le traitement de son
cas;
d) aider la personne représentée à réunir et à
transmettre les éléments de preuve à l’appui de
son cas et, au besoin, témoigner à l’audience;
e) protéger les intérêts de la personne représentée
et présenter les meilleurs arguments possibles à
l’appui de son cas devant la Section;
f) informer et consulter, dans la mesure du possible, la personne représentée lorsqu’il prend des
décisions relativement à l’affaire.
Responsabilités
du représentant
SPECIALIZED KNOWLEDGE
CONNAISSANCES SPÉCIALISÉES
22. (1) Before using any information or opinion
that is within its specialized knowledge, the Division must notify the parties and give them an opportunity to,
(a) if a date for a hearing has not been fixed,
make written representations on the reliability
and use of the information or opinion and provide written evidence in support of their representations; and
(b) if a date for a hearing has been fixed, make
oral or written representations on the reliability
and use of the information or opinion and provide evidence in support of their representations.
22. (1) Avant d’utiliser des renseignements ou
des opinions qui sont du ressort de sa spécialisation, la Section en avise les parties et leur donne la
possibilité de faire ce qui suit :
a) présenter des observations écrites sur la fiabilité et l’utilisation du renseignement ou de
l’opinion et transmettre des éléments de preuve
par écrit à l’appui de leurs observations, si aucune date d’audience n’a été fixée;
b) présenter des observations oralement ou par
écrit sur la fiabilité et l’utilisation du renseignement ou de l’opinion et transmettre des éléments
de preuve à l’appui de leurs observations, si une
date d’audience a été fixée.
Fin de la
désignation —
personne qui
atteint l’âge de
dix-huit ans
Révocation de
la désignation
Critères de
désignation
Avis aux
parties
2374
Canada Gazette Part I
August 11, 2012
Providing
written
representations
and evidence
(2) A party must provide its written representations and evidence first to any other party and
then to the Division.
(2) Toute partie transmet ses observations écrites
et ses éléments de preuve par écrit à toute autre
partie, puis à la Section.
Transmission
des
observations
écrites et des
éléments de
preuve
Proof of written
representations
and evidence
were provided
(3) The written representations and evidence
provided to the Division must be accompanied by a
written statement indicating how and when they
were provided to any other party, together with
proof that they were provided.
(3) Les observations écrites et les éléments de
preuve transmis à la Section sont accompagnés
d’une déclaration écrite indiquant à quel moment et
de quelle façon ils ont été transmis à toute autre
partie, et d’une preuve de la transmission.
Preuve de
transmission
des
observations
écrites et des
éléments de
preuve
NOTICE OF CONSTITUTIONAL QUESTION
AVIS DE QUESTION CONSTITUTIONNELLE
Notice of
constitutional
question
23. (1) A party who wants to challenge the constitutional validity, applicability or operability of a
legislative provision must complete a notice of
constitutional question.
(2) The party must complete the notice as set out
in Form 69 of the Federal Courts Rules or any
other form that includes
(a) the party’s name;
(b) the Division file number;
(c) the specific legislative provision that is being
challenged;
(d) the material facts relied on to support the
constitutional challenge; and
(e) a summary of the legal argument to be made
in support of the constitutional challenge.
(3) The party must provide
(a) a copy of the notice to the Attorney General
of Canada and to the attorney general of
each province of Canada, in accordance with section 57 of the Federal Courts Act;
(b) a copy of the notice to the Minister even if
the Minister has not yet intervened in the appeal;
(c) a copy of the notice to the UNHCR, if the
UNHCR has provided notice of its intention to
provide written submissions, and to any interested person; and
(d) the original notice to the Division, together
with a written statement indicating how and
when the copies of the notice were provided
under paragraphs (a) to (c), and proof that they
were provided.
(4) Documents provided under this rule must be
received by their recipients at the same time as the
Division receives the notice of appeal or the reply.
23. (1) La partie qui veut contester la validité,
l’applicabilité ou l’effet, sur le plan constitutionnel,
d’une disposition législative établit un avis de question constitutionnelle.
(2) La partie établit son avis soit selon la formule 69 des Règles des Cours fédérales, soit selon
toute autre formule comportant :
a) son nom;
b) le numéro du dossier de la Section;
c) la disposition législative contestée;
d) les faits substantiels à l’appui de la
contestation;
e) un résumé du fondement juridique de la
contestation.
Form and
content of
notice
Providing
notice
Time limit
Deciding of
constitutional
question
Requirement to
participate at
conference
Information or
documents
(3) La partie transmet :
a) une copie de l’avis au procureur général du
Canada et à ceux des provinces, conformément à
l’article 57 de la Loi sur les Cours fédérales;
b) une copie de l’avis au ministre, même s’il
n’est pas encore intervenu dans l’appel;
c) une copie de l’avis au HCR, si celui-ci a
transmis un avis de son intention de transmettre des observations écrites, et à toute personne
intéressée;
d) l’original de l’avis à la Section, accompagné
d’une déclaration écrite indiquant à quel moment
et de quelle façon chaque copie de l’avis a été
transmise selon les alinéas a) à c), et d’une
preuve de la transmission.
(5) The Division must not make a decision on the
constitutional question until at least 10 days after
the day on which it receives the notice of constitutional question and written statement.
(4) Les documents transmis selon la présente règle doivent être reçus par leurs destinataires en
même temps que la Section reçoit l’avis d’appel ou
la réplique.
(5) La Section ne décide de la question constitutionnelle qu’après un délai d’au moins dix jours
suivant la date de réception de l’avis de question
constitutionnelle et de la déclaration écrite.
CONFERENCES
CONFÉRENCES
24. (1) The Division may require the parties to
participate at a conference to discuss issues, relevant facts and any other matter in order to make
the appeal fairer and more efficient.
(2) The Division may require the parties to give
any information or provide any document, at or
before the conference.
24. (1) La Section peut exiger que les parties participent à une conférence pour discuter de points
litigieux, de faits pertinents ou de toute autre question afin que l’appel soit plus équitable et efficace.
(2) La Section peut exiger que les parties, avant
ou pendant la conférence, lui communiquent tout
renseignement ou lui transmettent tout document.
Avis de
question
constitutionnelle
Forme et
contenu de
l’avis
Transmission
de l’avis
Délai
Décision sur la
question
constitutionnelle
Convocation à
une conférence
Renseignements
ou documents
Le 11 août 2012
Written record
Gazette du Canada Partie I
2375
Procès-verbal
(3) The Division must make a written record
of any decisions and agreements made at the
conference.
(3) La Section note dans un procès-verbal toutes
les décisions prises et les accords conclus à la
conférence.
DOCUMENTS
DOCUMENTS
Form and Language of Documents
Présentation et langue des documents
Documents
prepared by
party
25. (1) A document prepared for use by a party
in a proceeding must be typewritten, in a type
not smaller than 12 point, on one or both sides of
216 mm by 279 mm (8 1/2 inches x 11 inches)
paper.
Documents
rédigés par une
partie
Photocopies
(2) Any photocopy provided by a party must
be a clear copy of the document photocopied and
be on one or both sides of 216 mm by 279 mm
(8 1/2 inches x 11 inches) paper.
List of
documents
(3) If more than one document is provided, the
party must provide a list identifying each of the
documents.
(4) A party must consecutively number each
page of all the documents provided as if they were
one document.
25. (1) Tout document rédigé en vue d’être utilisé par une partie dans une procédure doit être dactylographié aux recto et verso, ou au recto seulement, de feuilles de papier de 216 mm sur 279 mm
(8 1/2 po x 11 po). Les caractères utilisés sont d’au
moins douze points.
(2) Toute photocopie transmise par une partie
doit reproduire clairement le document photocopié
et doit être aux recto et verso, ou au recto seulement, de feuilles de papier de 216 mm sur 279 mm
(8 1/2 po x 11 po).
(3) La partie qui transmet plusieurs documents
transmet également une liste indiquant chacun des
documents transmis.
(4) La partie numérote consécutivement chaque
page de tous les documents qu’elle transmet
comme s’il s’agissait d’un seul document.
26. (1) All documents used by a person who is
the subject of an appeal in an appeal must be in
English or French or, if in another language, be
provided together with an English or French translation and a declaration signed by the translator.
(2) All documents used by the Minister in an appeal must be in the language of the appeal or
be provided together with a translation in the language of the appeal and a declaration signed by the
translator.
(3) A translator’s declaration must include the
translator’s name, the language and dialect, if any,
translated and a statement that the translation is
accurate.
26. (1) Tout document utilisé dans un appel par
la personne en cause est rédigé en français ou en
anglais ou, s’il est rédigé dans une autre langue, est
accompagné d’une traduction française ou anglaise
et d’une déclaration signée par le traducteur.
(2) Tout document utilisé dans un appel par le
ministre est rédigé dans la langue de l’appel ou est
accompagné d’une traduction dans la langue de
l’appel et d’une déclaration signée par le traducteur.
Langue des
documents de
la personne en
cause
(3) Dans sa déclaration, le traducteur indique son
nom, la langue et, le cas échéant, le dialecte qui ont
été traduits et atteste que la traduction est fidèle.
Déclaration du
traducteur
Documents Not Previously Provided
Documents non transmis au préalable
27. (1) A person who is the subject of an appeal
who does not provide a document with the appellant’s record, respondent’s record or reply record
must not use the document in the appeal unless
allowed to do so by the Division.
(2) If a person who is the subject of an appeal
wants to use a document that was not previously
provided, the person must make an application to
the Division in accordance with rule 35.
(3) In deciding whether to allow an application,
the Division must consider any relevant factors,
including
(a) the document’s relevance and probative
value;
(b) any new evidence the document brings to the
appeal; and
(c) whether the person who is the subject of the
appeal, with reasonable effort, could have provided the document with the appellant’s record,
respondent’s record or reply record.
27. (1) La personne en cause qui ne transmet pas
un document avec le dossier de l’appelant, le dossier de l’intimé ou le dossier de réplique ne peut
utiliser ce document dans l’appel à moins d’une
autorisation de la Section.
(2) Si la personne en cause veut utiliser un document qui n’a pas été transmis au préalable, elle
en fait la demande à la Section conformément à la
règle 35.
(3) Pour décider si elle accueille ou non la demande, la Section prend en considération tout élément pertinent, notamment :
a) la pertinence et la valeur probante du
document;
b) toute nouvelle preuve que le document apporte à l’appel;
c) la possibilité qu’aurait eue la personne en
cause, en faisant des efforts raisonnables, de
transmettre le document avec le dossier de
l’appelant, le dossier de l’intimé ou le dossier de
réplique.
Consecutively
numbered
pages
Language of
documents —
person
Language of
Minister’s
documents
Translator’s
declaration
Documents not
previously
provided —
person
Application to
Division
Factors
Photocopies
Liste de
documents
Pages
numérotées
consécutivement
Langue des
documents du
ministre
Documents non
transmis au
préalable —
personne en
cause
Demande à la
Section
Éléments à
considérer
2376
Canada Gazette Part I
Documents not
previously
provided —
Minister
General
provision
Providing
documents to
Division
Providing
documents to
Refugee
Protection
Division
Providing
documents to
Minister
Providing
documents to
person other
than Minister
How to provide
document
Application if
unable to
provide
document
Form of
application
Allowing
application
Proof
document was
provided
August 11, 2012
Documents non
transmis au
préalable —
ministre
(4) If the Minister provides a document that was
not previously provided with the notice of appeal,
notice of intervention, Minister’s intervention record, if any, or Minister’s reply, the person who is
the subject of the appeal may reply to the additional
document in accordance with rule 4 with any modifications that the circumstances require.
(4) Si le ministre transmet un document qui n’a
pas été transmis au préalable avec l’avis d’appel,
l’avis d’intervention, le dossier d’intervention du
ministre, le cas échéant, ou la réplique du ministre,
la personne en cause peut répliquer au document
supplémentaire conformément à la règle 4, avec les
adaptations nécessaires.
Providing a Document
Transmission d’un document
28. Rules 29 to 33 apply to any document, including a notice or request in writing.
29. (1) A document to be provided to the Division must be provided to the Division’s registry
office that is located in the same region as the
Refugee Protection Division’s registry office
through which the notice of decision under appeal
was provided.
(2) A document to be provided to the Refugee
Protection Division must be provided to the Refugee Protection Division’s registry office through
which the notice of decision under appeal was
provided.
(3) A document to be provided to the Minister
must be provided to the Minister’s counsel.
28. Les règles 29 à 33 s’appliquent à tout document, notamment à l’avis ou à la demande par écrit.
29. (1) Le document à transmettre à la Section
doit parvenir au greffe de la Section qui est situé
dans la même région que le greffe de la Section de
la protection des réfugiés par l’entremise duquel
l’avis de la décision portée en appel a été transmis.
Disposition
générale
(2) Le document à transmettre à la Section de la
protection des réfugiés doit parvenir au greffe de la
Section de la protection des réfugiés par lequel
l’avis de la décision portée en appel a été transmis.
Documents
transmis à la
Section de la
protection des
réfugiés
(3) Le document à transmettre au ministre doit
parvenir à son conseil.
Documents
transmis au
ministre
(4) A document to be provided to a person other
than the Minister must be provided to the person’s
counsel if the person has counsel of record. If the
person does not have counsel of record, the document must be provided to the person.
30. A document may be provided in any of the
following ways:
(a) by hand;
(b) by regular mail or registered mail;
(c) by courier;
(d) by fax if the recipient has a fax number and
the document is no more than 20 pages long,
unless the recipient consents to receiving more
than 20 pages; and
(e) by email or other electronic means if the Division allows.
31. (1) If a party is unable to provide a document
in a way required by rule 30, the party may make
an application to the Division to be allowed to provide the document in another way or to be excused
from providing the document.
(2) The application must be made in accordance
with rule 35.
(3) The Division must not allow the application
unless the party has made reasonable efforts to provide the document to the person to whom the
document must be provided.
32. Proof that a document was provided must be
established by
(a) an acknowledgment of receipt signed by the
recipient if the document was provided by hand;
(b) a confirmation of receipt if the document was
provided by registered mail, courier, fax or email
or other electronic means; or
(c) a statement of service if the document was
provided by regular mail.
(4) Le document à transmettre à une personne
autre que le ministre doit parvenir à cette personne
ou, si elle est représentée par un conseil inscrit au
dossier, à ce dernier.
Documents
transmis à une
personne autre
que le ministre
30. Les moyens ci-après peuvent être utilisés
pour transmettre un document :
a) remise en mains propres;
b) courrier ordinaire ou courrier recommandé;
c) messager;
d) télécopieur, si le destinataire a un numéro de
télécopieur et si le document n’a pas plus de
vingt pages; s’il compte plus de vingt pages,
l’envoi se fait sur autorisation du destinataire;
e) courriel ou autre moyen électronique, si la
Section l’autorise.
31. (1) Si la partie est incapable de transmettre
un document par l’un des moyens prévus à la
règle 30, elle peut demander à la Section l’autorisation de transmettre le document par un autre moyen
ou d’être dispensée de la transmission.
(2) La partie fait sa demande conformément à la
règle 35.
(3) La Section ne peut accueillir la demande que
si la partie a fait des efforts raisonnables pour
transmettre le document à son destinataire.
Moyens de
transmettre un
document
32. La preuve de transmission d’un document
peut être établie par l’un des documents suivants :
a) un accusé de réception signé par le destinataire, si le document lui a été remis en mains
propres;
b) une confirmation de réception, si le document
a été transmis par courrier recommandé, par
messager, par télécopieur, par courriel ou par un
autre moyen électronique;
Preuve de
transmission
Documents
transmis à la
Section
Demande si
incapable de
transmettre un
document
Forme de la
demande
Accueil de la
demande
Le 11 août 2012
When
document
received by
Division
When
document
received by
recipient other
than Division
Extension of
time limit —
next working
day
General
provision
Form of
application and
time limit
Oral
application
Content of
application
Affidavit or
statutory
declaration
Providing the
application to
other party and
Division
Gazette du Canada Partie I
(3) When the time limit for providing a document ends on a day that is not a working day, the
time limit is extended to the next working day.
c) une déclaration de signification, si le document a été transmis par courrier ordinaire.
33. (1) Le document transmis à la Section ou à la
Section de la protection des réfugiés est considéré
comme reçu le jour où cette section y appose la
date de réception au moyen d’un timbre dateur.
(2) Le document transmis par courrier ordinaire à
un destinataire autre que la Section ou la Section de
la protection des réfugiés est considéré comme reçu
sept jours après la date de sa mise à la poste. Si le
septième jour n’est pas un jour ouvrable, le document est alors considéré comme reçu le premier
jour ouvrable suivant.
(3) Lorsque le délai de transmission expire un
jour autre qu’un jour ouvrable, le délai est prorogé
jusqu’au prochain jour ouvrable.
APPLICATIONS
DEMANDES
General
Disposition générale
33. (1) A document provided to the Division or
to the Refugee Protection Division is considered to
be received on the day on which the document is
date-stamped by that division.
(2) A document provided by regular mail other
than to the Division or to the Refugee Protection
Division is considered to be received seven days
after the day on which it was mailed. If the seventh
day is not a working day, the document is considered to be received on the next working day.
34. Unless these Rules provide otherwise,
(a) a party who wants the Division to make a decision on any matter in a proceeding, including
the procedure to be followed, must make an
application to the Division in accordance with
rule 35;
(b) a party who wants to respond to the application must respond in accordance with rule 36;
and
(c) a party who wants to reply to a response must
reply in accordance with rule 37.
34. Sauf indication contraire des présentes
règles :
a) la partie qui veut que la Section statue sur
toute question soulevée dans le cadre d’une procédure, notamment sur le déroulement de celleci, lui en fait la demande conformément à la
règle 35;
b) la partie qui veut répondre à la demande le fait
conformément à la règle 36;
c) la partie qui veut répliquer à la réponse le fait
conformément à la règle 37.
2377
Date de
réception d’un
document par
une section
Date de
réception d’un
document par
un destinataire
autre qu’une
section
Prorogation du
délai au
prochain jour
ouvrable
Disposition
générale
How to Make an Application
Comment faire une demande
35. (1) Unless these Rules provide otherwise, an
application must be made in writing and without
delay.
(2) If a date for a hearing has been fixed, the
Division must not allow a party to make an application orally at the hearing unless the party, with reasonable effort, could not have made a written application before that date.
(3) Unless these Rules provide otherwise, in a
written application, the party must
(a) state the decision the party wants the Division
to make;
(b) give reasons why the Division should make
that decision; and
(c) if there is another party and the views of that
party are known, state whether the other party
agrees to the application.
(4) Unless these Rules provide otherwise, any
evidence that the party wants the Division to consider with a written application must be given in an
affidavit or statutory declaration that accompanies
the application.
(5) A party who makes a written application
must provide
(a) to any other party, a copy of the application
and a copy of any affidavit or statutory declaration; and
35. (1) Sauf indication contraire des présentes
règles, toute demande est faite par écrit sans délai.
Forme de la
demande et
délai
(2) Si une date d’audience a été fixée, la Section
ne peut autoriser que la demande soit faite oralement à l’audience que si la partie a été dans
l’impossibilité, malgré des efforts raisonnables, de
le faire par écrit avant cette date.
(3) Dans sa demande écrite, sauf indication
contraire des présentes règles, la partie :
a) énonce la décision recherchée;
b) énonce les motifs pour lesquels la Section devrait rendre cette décision;
c) indique si l’autre partie, le cas échéant,
consent à la demande, dans le cas où elle connaît
l’opinion de cette autre partie.
Demande faite
oralement
(4) Sauf indication contraire des présentes règles,
la partie énonce dans un affidavit ou une déclaration solennelle qu’elle joint à sa demande écrite
tout élément de preuve qu’elle veut soumettre à
l’examen de la Section.
(5) La partie qui fait une demande par écrit
transmet :
a) à toute autre partie, une copie de la demande
et, selon le cas, de l’affidavit ou de la déclaration
solennelle;
Affidavit ou
déclaration
solennelle
Contenu de la
demande
Transmission
de la demande
à l’autre partie
et à la Section
2378
Canada Gazette Part I
(b) to the Division, the original application and
the original of any affidavit or statutory declaration, together with a written statement indicating
how and when the party provided a copy to any
other party and proof that it was provided.
August 11, 2012
b) à la Section, l’original de la demande et, selon
le cas, de l’affidavit ou de la déclaration solennelle, accompagnés d’une déclaration écrite indiquant à quel moment et de quelle façon la copie
de ces documents a été transmise à toute autre
partie, et d’une preuve de la transmission.
How to Respond to a Written Application
Comment répondre à une demande écrite
36. (1) A response to a written application must
be in writing and
(a) state the decision the party wants the Division
to make; and
(b) give reasons why the Division should make
that decision.
(2) Any evidence that the party wants the Division to consider with the written response must be
given in an affidavit or statutory declaration that
accompanies the response. Unless the Division
requires it, an affidavit or statutory declaration is
not required if the party who made the application
was not required to give evidence in an affidavit or
statutory declaration, together with the application.
(3) A party who responds to a written application
must provide
(a) to the other party, a copy of the response and
a copy of any affidavit or statutory declaration;
and
(b) to the Division, the original response and the
original of any affidavit or statutory declaration,
together with a written statement indicating how
and when the party provided a copy to the other
party and proof that it was provided.
36. (1) La réponse à une demande écrite se fait
par écrit et énonce :
a) la décision recherchée;
b) les motifs pour lesquels la Section devrait rendre cette décision.
Réponse à une
demande écrite
Éléments de
preuve à une
réponse écrite
(4) Documents provided under subrule (3) must
be received by their recipients no later than seven
days after the day on which the party receives the
copy of the application.
(2) La partie énonce, dans un affidavit ou une
déclaration solennelle qu’elle joint à sa réponse
écrite, tout élément de preuve qu’elle veut soumettre à l’examen de la Section. À moins que la Section l’exige, il n’est pas nécessaire d’y joindre un
affidavit ou une déclaration solennelle dans le cas
où la partie qui a fait la demande n’était pas tenue
de joindre un tel document à la demande.
(3) La partie qui répond à une réponse écrite
transmet :
a) à l’autre partie, une copie de la réponse et,
selon le cas, de l’affidavit ou de la déclaration
solennelle;
b) à la Section, l’original de la réponse et, selon
le cas, de l’affidavit ou de la déclaration solennelle, accompagnés d’une déclaration écrite indiquant à quel moment et de quelle façon la copie
de ces documents a été transmise à l’autre partie,
et d’une preuve de la transmission.
(4) Les documents transmis selon le paragraphe (3) doivent être reçus par leurs destinataires au
plus tard sept jours après la date de réception de la
copie de la demande par la partie.
How to Reply to a Written Response
Comment répliquer à une réponse écrite
Replying to
written
response
37. (1) A reply to a written response must be in
writing.
37. (1) La réplique à une réponse écrite se fait
par écrit.
Réplique à une
réponse écrite
Evidence in
the reply
(2) Any evidence that the party wants the Division to consider with the written reply must be
given in an affidavit or statutory declaration that
accompanies the reply. Unless the Division requires
it, an affidavit or statutory declaration is not required if the party was not required to give evidence in an affidavit or statutory declaration, together with the application.
(3) A party who replies to a written response
must provide
(a) to the other party, a copy of the reply and a
copy of any affidavit or statutory declaration;
and
(b) to the Division, the original reply and the
original of any affidavit or statutory declaration,
together with a written statement indicating how
and when the party provided a copy to the other
party and proof that it was provided.
(2) La partie énonce, dans un affidavit ou une
déclaration solennelle qu’elle joint à sa réplique
écrite, tout élément de preuve qu’elle veut soumettre à l’examen de la Section. À moins que la Section l’exige, il n’est pas nécessaire d’y joindre un
affidavit ou une déclaration solennelle dans le cas
où la partie n’était pas tenue de joindre un tel document à la demande.
(3) La partie qui réplique à une réponse par écrit
transmet :
a) à l’autre partie, une copie de la réplique et, selon le cas, de l’affidavit ou de la déclaration
solennelle;
b) à la Section, l’original de la réplique et, selon
le cas, de l’affidavit ou de la déclaration solennelle, accompagnés d’une déclaration écrite indiquant à quel moment et de quelle façon la copie
de ces documents a été transmise à l’autre partie,
et d’une preuve de la transmission.
Élément de
preuve à une
réplique
Responding to
written
application
Evidence in
written
response
Providing
response
Time limit
Providing reply
Transmission
de la réponse
Délai
Transmission
de la réplique
Le 11 août 2012
Time limit
Gazette du Canada Partie I
2379
Délai
(4) Documents provided under subrule (3) must
be received by their recipients no later than five
days after the day on which the party receives the
copy of the response.
(4) Les documents transmis selon le paragraphe (3) doivent être reçus par leurs destinataires au
plus tard cinq jours après la date de réception de la
copie de la réponse par la partie.
JOINING OR SEPARATING APPEALS
JONCTION OU SÉPARATION D’APPELS
Appeals
automatically
joined
38. The Division must join any appeals of decisions on claims that were joined at the time that the
Refugee Protection Division decided the claims.
Jonction
automatique
d’appels
Application to
join
39. (1) A party may make an application to the
Division to join appeals.
(2) A party may make an application to the Division to separate appeals that are joined.
(3) A party who makes an application to join or
separate appeals must do so in accordance with
rule 35, but the party is not required to give evidence in an affidavit or statutory declaration. The
party must also
(a) provide a copy of the application to any person who will be affected by the Division’s decision on the application; and
(b) provide to the Division a written statement
indicating how and when the copy of the application was provided to any affected person, together with proof that the party provided the
copy to that person.
(4) Documents provided under this rule must be
received by their recipients,
(a) if the person who is the subject of the appeal
is the applicant, at the same time as the Division
receives the person’s notice of appeal, notice of
intent to respond or reply record; or
(b) if the Minister is the applicant, at the same
time as the Division receives the Minister’s notice of appeal, notice of intervention, or reply.
(5) In deciding the application, the Division must
consider any relevant factors, including whether
(a) the appeals involve similar questions of fact
or law;
(b) allowing the application would promote the
efficient administration of the Division’s work;
and
(c) allowing the application would likely cause
an injustice.
38. La Section joint tous les appels des décisions
rendues à l’égard des demandes d’asile qui étaient
jointes au moment où les décisions ont été rendues
par la Section de la protection des réfugiés.
39. (1) Toute partie peut demander à la Section
de joindre des appels.
(2) Toute partie peut demander à la Section de
séparer des appels qui sont joints.
(3) La partie fait sa demande de jonction ou de
séparation des appels conformément à la règle 35,
mais elle n’est pas tenue d’y joindre un affidavit ou
une déclaration solennelle. De plus, elle transmet :
a) à toute personne qui sera touchée par la décision de la Section à l’égard de la demande, une
copie de la demande;
b) à la Section, une déclaration écrite indiquant à
quel moment et de quelle façon la copie de la
demande a été transmise à toute personne touchée, et une preuve de la transmission.
(4) Les documents transmis selon la présente règle doivent être reçus par leurs destinataires :
a) dans le cas où la personne en cause est le demandeur, en même temps que la Section reçoit
l’avis d’appel, l’avis d’intention de répondre ou
le dossier de réplique de la personne;
b) dans le cas où le ministre est le demandeur, en
même temps que la Section reçoit l’avis d’appel,
l’avis d’intervention ou la réplique du ministre.
(5) Pour statuer sur la demande de jonction ou de
séparation, la Section prend en considération tout
élément pertinent, notamment la possibilité que :
a) les appels portent sur des questions similaires
de droit ou de fait;
b) l’accueil de la demande de jonction ou de séparation puisse favoriser l’efficacité du travail de
la Section;
c) l’accueil de la demande de jonction ou de séparation puisse vraisemblablement causer une
injustice.
Délai
Application to
separate
Form of
application and
providing
application
Time limit
Factors
PROCEEDINGS CONDUCTED IN PUBLIC
PUBLICITÉ DES DÉBATS
Minister
considered
party
40. (1) For the purpose of this rule, the Minister
is considered to be a party whether or not the Minister takes part in the proceedings.
40. (1) Pour l’application de la présente règle, le
ministre est considéré comme une partie, qu’il
prenne ou non part aux procédures.
Application
(2) A person who makes an application to the
Division to have a proceeding conducted in public
must do so in writing and in accordance with this
rule rather than rule 35.
(3) If a date for a hearing has been fixed, the
Division must not allow a person to make an application orally at the hearing unless the person, with
reasonable effort, could not have made a written
application before that date.
(2) La demande relative à la publicité des débats
que toute personne peut présenter à la Section est
faite par écrit conformément à la présente règle et
non conformément à la règle 35.
(3) Si une date d’audience a été fixée, la Section
ne peut autoriser une personne à présenter une demande oralement lors de l’audience que si cette
dernière a été dans l’impossibilité, malgré des efforts raisonnables, de le faire par écrit avant cette
date.
Oral
application
Demande de
jonction
Demande de
séparation
Forme et
transmission de
la demande
Éléments à
considérer
Ministre
considéré
comme une
partie
Demande
Demande faite
oralement
2380
Canada Gazette Part I
Content of
application
Providing
application
Response to
application
Minister’s
notice
Providing
response
Providing
response to
applicant
Reply to
response
Providing reply
Time limit
Confidentiality
(4) In the application, the person must
(a) state the decision they want the Division to
make;
(b) give reasons why the Division should make
that decision;
(c) state whether they want the Division to consider the application in public or in the absence
of the public;
(d) give reasons why the Division should consider the application in public or in the absence
of the public; and
(e) include any evidence that they want the Division to consider in deciding the application.
(5) The person must provide the original application and two copies to the Division. The Division
must provide a copy of the application to the
parties.
(6) A party may respond to a written application.
The response must
(a) state the decision they want the Division to
make;
(b) give reasons why the Division should make
that decision;
(c) state whether they want the Division to consider the application in public or in the absence
of the public;
(d) give reasons why the Division should consider the application in public or in the absence
of the public; and
(e) include any evidence that they want the Division to consider in deciding the application.
(7) If the Minister responds to a written application, the response must be accompanied by a notice
of intervention in accordance with subrule 3(2), if
one was not previously provided.
(8) The party must provide a copy of the response to the other party and provide the original
response and one copy to the Division, together
with a written statement indicating how and when
they provided the copy to the other party and proof
that it was provided.
(9) The Division must provide to the applicant
either a copy of the response or a summary of the
response referred to in paragraph (13)(a).
(10) An applicant or a party may reply in writing
to a written response or a summary of a response.
(11) An applicant or a party who replies to a
written response or a summary of a response must
provide the original reply and two copies to the
Division. The Division must provide a copy of the
reply to the parties.
(12) An application made under this rule must be
received by the Division without delay. The Division must specify the time limit within which a
response or reply, if any, is to be provided.
(13) The Division may take any measures it considers necessary to ensure the confidentiality of the
proceeding in respect of the application, including
(a) providing a summary of the response to the
applicant instead of a copy; and
August 11, 2012
(4) La demande contient les renseignements
suivants :
a) la décision recherchée;
b) les motifs pour lesquels la Section devrait rendre cette décision;
c) le fait que la personne souhaite que la Section
examine la demande en public ou à huis clos;
d) les motifs pour lesquels la Section devrait
examiner la demande en public ou à huis clos;
e) tout élément de preuve qu’elle veut soumettre
à l’examen de la Section pour statuer sur la
demande.
Contenu de la
demande
(5) La personne transmet la demande originale et
deux copies à la Section. La Section transmet une
copie de la demande aux parties.
Transmission
de la demande
(6) Une partie peut répondre à la demande faite
par écrit. La réponse contient les renseignements
suivants :
a) la décision recherchée;
b) les motifs pour lesquels la Section devrait rendre cette décision;
c) le fait qu’elle souhaite que la Section examine
la demande en public ou à huis clos;
d) les motifs pour lesquels la Section devrait
examiner la demande en public ou à huis clos;
e) tout élément de preuve qu’elle veut soumettre
à l’examen de la Section pour statuer sur la
demande.
Réponse à une
demande
(7) La réponse du ministre à une demande écrite
est accompagnée d’un avis d’intervention établi
conformément au paragraphe 3(2), si un tel avis n’a
pas déjà été transmis.
(8) La partie transmet une copie de la réponse à
l’autre partie et transmet la réponse originale et une
copie à la Section, accompagnées d’une déclaration
écrite indiquant à quel moment et de quelle façon la
copie a été transmise à l’autre partie, et d’une
preuve de la transmission.
(9) La Section transmet au demandeur une copie
de la réponse ou le résumé de la réponse visé à
l’alinéa (13)a).
(10) Le demandeur ou une partie peut répliquer
par écrit à la réponse écrite ou au résumé de la
réponse.
(11) Le demandeur ou la partie qui réplique à la
réponse écrite ou au résumé de la réponse transmet
la réplique originale et deux copies à la Section. La
Section transmet une copie de la réplique aux
parties.
(12) La demande faite selon la présente règle doit
être reçue par la Section sans délai. La Section indique le délai applicable à la transmission d’une
réponse ou d’une réplique, le cas échéant.
(13) La Section peut prendre toutes les mesures
qu’elle considère nécessaires afin d’assurer la
confidentialité de la procédure portant sur la demande, notamment les mesures suivantes :
a) transmettre au demandeur un résumé de la réponse, au lieu d’une copie;
Avis du
ministre
Transmission
d’une réponse
Transmission
d’une réponse
au demandeur
Réplique à une
réponse
Transmission
d’une réplique
Délai
Confidentialité
Le 11 août 2012
Gazette du Canada Partie I
(b) if the Division holds a hearing in respect of
the appeal and the application,
(i) excluding the applicant or the applicant and
their counsel from the hearing while the party
responding to the application provides evidence and makes representations, or
(ii) allowing the presence of the applicant’s
counsel at the hearing while the party responding to the application provides evidence and
makes representations, upon receipt of a written undertaking by counsel not to disclose any
evidence or information adduced until a decision is made to hold the hearing in public.
Summary of
response
Notification of
decision on
application
(14) If the Division provides a summary of the
response under paragraph (13)(a), or excludes the
applicant and their counsel from a hearing
in respect of the application under subparagraph (13)(b)(i), the Division must provide a summary of the representations and evidence, if any,
that is sufficient to enable the applicant to reply,
while ensuring the confidentiality of the proceeding having regard to the factors set out in paragraph 166(b) of the Act.
(15) The Division must notify the applicant and
the parties of its decision on the application and
provide reasons for the decision.
ASSIGNMENT OF THREE-MEMBER PANEL
b) dans le cas où la Section tient une audience
afin d’entendre l’appel et la demande :
(i) soit exclure de l’audience le demandeur ou
le demandeur et son conseil pendant que la
partie qui répond à la demande présente des
éléments de preuve et des observations,
(ii) soit autoriser la présence à l’audience du
conseil du demandeur pendant que la partie
qui répond à la demande présente des éléments
de preuve et des observations, sur réception
d’un engagement par écrit du conseil de ne divulguer aucun élément de preuve ni aucun
renseignement présenté, jusqu’à ce qu’une décision de tenir l’audience en public soit
rendue.
(14) Si la Section transmet le résumé de la réponse selon l’alinéa (13)a) ou exclut de l’audience
relative à la demande, selon le sous-alinéa (13)b)(i),
le demandeur et son conseil, la Section transmet un
résumé des observations et des éléments de preuve,
le cas échéant, qui est suffisant pour permettre au
demandeur de répliquer, en prenant en considération les éléments prévus à l’alinéa 166b) de la Loi
pour assurer la confidentialité de la procédure.
(15) La Section avise le demandeur et les parties
de sa décision sur la demande et transmet les motifs
de sa décision.
2381
Résumé de la
réponse
Avis de la
décision sur la
demande
FORMATION D’UN TRIBUNAL CONSTITUÉ
DE TROIS COMMISSAIRES
Notice of order
Providing
documents to
UNHCR
UNHCR’s
notice to
Division
Time limit
41. (1) If the Chairperson of the Board orders a
proceeding to be conducted by three Division
members, the Division must without delay notify
the parties — including the Minister even if the
Minister has not yet intervened in the appeal — and
the UNHCR in writing of the order.
(2) The Division must provide the UNHCR with
a copy of the following documents at the same time
that it provides notice of the order:
(a) the Refugee Protection Division record;
(b) the notice of appeal, appellant’s record, notice of intent to respond, respondent’s record, reply record, Minister’s notice of intervention,
Minister’s intervention record, if any, Minister’s
reply, and Minister’s reply record, if any; and
(c) the written submissions of any interested
person.
(3) If the UNHCR receives notice of an order,
the UNHCR may provide notice to the Division in
accordance with subrule 43(1) of its intention to
provide written submissions.
(4) The Division may, without further notice to
the parties and to the UNHCR, decide the appeal on
the basis of the materials provided if a period of
15 days has passed since the day on which the Minister and the UNHCR receive notice of the order.
41. (1) Si le président de la Commission ordonne
la formation d’un tribunal constitué de trois commissaires de la Section pour instruire une procédure, la Section en avise sans délai les parties par
écrit, y compris le ministre, même s’il n’est pas
encore intervenu dans l’appel, ainsi que le HCR.
(2) En même temps qu’elle transmet l’avis de
l’ordonnance, la Section transmet au HCR une copie des documents suivants :
a) le dossier de la Section de la protection des
réfugiés;
b) l’avis d’appel, le dossier de l’appelant, l’avis
d’intention de répondre, le dossier de l’intimé, le
dossier de réplique, l’avis d’intervention du ministre, le dossier d’intervention du ministre, le
cas échéant, la réplique du ministre et le dossier
de réplique du ministre, le cas échant;
c) les observations écrites de toute personne
intéressée.
(3) Lorsqu’il reçoit un avis d’ordonnance, le
HCR peut transmettre un avis à la Section conformément au paragraphe 43(1) de son intention de
fournir des observations écrites.
(4) La Section peut, sans en aviser les parties et
le HCR, rendre une décision sur l’appel sur la foi
des documents qui ont été présentés si un délai de
quinze jours s’est écoulé après la date de réception
de l’avis d’ordonnance par le ministre et le HCR.
Avis de
l’ordonnance
Transmission
des documents
au HCR
Avis du HCR à
la Section
Délai
2382
Canada Gazette Part I
August 11, 2012
UNHCR AND INTERESTED PERSONS
LE HCR ET LES PERSONNES INTÉRESSÉES
42. These Rules, with the exception of rules 23
(notice of constitutional question) and 45 to 47
(withdrawal, reinstatement, reopening), apply to the
UNHCR and interested persons with any modifications that the circumstances require.
43. (1) The UNHCR must notify the Division in
writing of its intention to provide written submissions in an appeal conducted by a three-member
panel, and include its contact information and that
of its counsel, if any.
(2) The Division must without delay provide a
copy of the UNHCR’s notice to the person who is
subject of the appeal and to the Minister.
(3) The UNHCR’s written submissions must be
received by the Division no later than 10 days after
the day on which the UNHCR provided the notice.
42. Les présentes règles, à l’exception des
règles 23 (avis de question constitutionnelle) et 45 à
47 (retrait, rétablissement et réouverture), s’appliquent au HCR et aux personnes intéressées, avec
les adaptations nécessaires.
43. (1) Le HCR avise par écrit la Section de son
intention de transmettre des observations écrites
dans un appel instruit par un tribunal constitué de
trois commissaires et inclut dans l’avis ses coordonnées et celles de son conseil, le cas échéant.
(2) La Section transmet sans délai une copie de
l’avis écrit du HCR à la personne en cause et au
ministre.
(3) Les observations écrites du HCR doivent être
reçues par la Section au plus tard dix jours après la
date à laquelle celui-ci a transmis l’avis.
Règles
applicables au
HCR et aux
personnes
intéressées
Limitation —
written
submissions
(4) The UNHCR’s written submissions must not
raise new issues.
(4) Les observations écrites du HCR ne peuvent
soulever de nouvelles questions.
Limite —
observations
écrites
Length of
written
submissions
(5) The UNHCR’s written submissions must not
be more than 30 pages long if typewritten on one
side or 15 pages if typewritten on both sides.
Nombre de
pages des
observations
écrites
Providing
written
submissions
(6) The Division must without delay provide a
copy of the UNHCR’s written submissions to the
person who is the subject of the appeal and to the
Minister.
(7) The person who is the subject of the appeal or
the Minister may respond to the UNHCR’s submissions in writing.
(8) A response must not raise new issues.
(5) Les observations écrites du HCR ne peuvent
comporter plus de trente pages dactylographiées au
recto seulement ou quinze pages dactylographiées
aux recto et verso.
(6) La Section transmet sans délai une copie des
observations écrites du HCR à la personne en cause
et au ministre.
(7) La personne en cause ou le ministre peut répondre aux observations du HCR par écrit.
Réponse
(8) La réponse ne peut soulever de nouvelles
questions.
(9) La réponse ne peut comporter plus de trente
pages dactylographiées au recto seulement ou
quinze pages dactylographiées aux recto et verso.
(10) La réponse est transmise à la personne en
cause ou au ministre, selon le cas, puis à la Section.
Limite —
réponse
(11) La réponse transmise à la Section est accompagnée d’une déclaration écrite indiquant à
quel moment et de quelle façon elle a été transmise
à la personne en cause ou au ministre, selon le cas,
et d’une preuve de la transmission.
Preuve de
transmission de
la réponse
(12) Les documents transmis selon les paragraphes (10) et (11) doivent être reçus par leurs destinataires au plus tard sept jours après la date de réception des observations du HCR par la personne
en cause ou le ministre, selon le cas.
Délai
44. (1) Toute personne, autre que le HCR, peut
demander à la Section l’autorisation de participer à
un appel instruit par un tribunal constitué de trois
commissaires. Elle présente sa demande sans délai
conformément à la présente règle.
Demande de
participation
d’une personne
Rules
applicable to
UNHCR and
interested
persons
Notice to
Division
Notice to
person and
Minister
Providing
written
submissions to
Division
Response
Limitation —
response
Length of
response
Providing
response
Proof response
provided
Time limit
Application by
person to
participate
(9) A response must not be more than 30 pages
long if typewritten on one side or 15 pages if typewritten on both sides.
(10) The response must first be provided to the
person who is the subject of the appeal or to the
Minister, as the case may be, and then to the
Division.
(11) The response provided to the Division must
be accompanied by a written statement indicating
how and when the response was provided to the
person who is the subject of the appeal or to the
Minister, as the case may be, together with proof
that it was provided.
(12) Documents provided under subrules (10)
and (11) must be received by their recipients no
later than seven days after the day on which the
person who is the subject of the appeal or the Minister, as the case may be, receives the UNHCR’s
submissions.
44. (1) Any person, other than the UNHCR, may
make an application to the Division to be allowed
to participate in an appeal conducted by a threemember panel. The person must make the application without delay and in accordance with this rule.
Avis à la
Section
Avis à la
personne et au
ministre
Transmission
des
observations
écrites à la
Section
Transmission
des
observations
écrites
Nombre de
pages de la
réponse
Transmission
de la réponse
Le 11 août 2012
Form and
content of
application
Providing
application
Response
Time limit
Notification of
decision on
application
Providing
documents
(2) The application must be in writing and
include
(a) the applicant’s name;
(b) an explanation of why the applicant wants to
participate;
(c) the submissions the applicant wants to put
forward and an explanation of how they are relevant to the appeal;
(d) an explanation of the differences between the
applicant’s submissions and those of the person
who is the subject of the appeal and the Minister;
(e) an explanation of how the applicant’s submissions may help the Division decide the appeal; and
(f) the contact information of the applicant and
their counsel, if any.
(3) The Division must provide a copy of the application to the person who is the subject of the
appeal and to the Minister.
(4) The person who is the subject of the appeal or
the Minister may respond to the application in
writing.
(5) A response must be received by the Division
no later than 10 days after the day on which the
person who is the subject of the appeal or the Minister, as the case may be, receives the application.
(6) The Division must without delay notify the
applicant, the person who is the subject of the appeal and the Minister in writing of its decision on
the application.
(7) If the Division allows the application, it must
without delay provide the interested person with a
copy of the following documents as soon as they
are available:
(a) the Refugee Protection Division record;
(b) the notice of appeal, appellant’s record, notice of intent to respond, respondent’s record, reply record, Minister’s notice of intervention,
Minister’s intervention record, if any, Minister’s
reply, and Minister’s reply record, if any; and
(c) the written submissions of any other interested person and the UNHCR.
Limitation —
written
submissions
(8) The interested person’s written submissions
must not raise new issues.
Length of
written
submissions
(9) The interested person’s written submissions
must not be more than 30 pages long if typewritten
on one side or 15 pages if typewritten on both
sides.
(10) The interested person’s written submissions
must first be provided to the person who is the subject of the appeal and to the Minister and then to
the Division.
(11) The written submissions provided to the
Division must be accompanied by a written statement indicating how and when the submissions
were provided to the person who is the subject of
the appeal and to the Minister, together with proof
that they were provided.
Providing
written
submissions
Proof written
submissions
provided
Gazette du Canada Partie I
2383
(2) La demande est faite par écrit et comprend
les éléments suivants :
a) le nom du demandeur;
b) la raison pour laquelle il souhaite participer;
c) les observations qu’il souhaite présenter ainsi
qu’une explication de leur pertinence dans
l’appel;
d) une explication de la différence entre ses observations et celles de la personne en cause et du
ministre;
e) une explication de la façon dont les observations qu’il souhaite présenter sont susceptibles
d’aider la Section à statuer sur l’appel;
f) ses coordonnées et celles de son conseil, le cas
échéant.
Forme et
contenu de la
demande
(3) La Section transmet une copie de la demande
à la personne en cause et au ministre.
Transmission
de la demande
(4) La personne en cause ou le ministre peuvent
répondre à la demande par écrit.
Réponse à la
demande
(5) La réponse doit être reçue par la Section au
plus tard dix jours après la date de réception de la
demande par la personne en cause ou le ministre,
selon le cas.
(6) La Section avise par écrit sans délai le demandeur, la personne en cause et le ministre de sa
décision sur la demande.
Délai
(7) Si la Section accueille la demande, elle
transmet sans délai à la personne intéressée une
copie des documents ci-après dès qu’ils sont
disponibles :
a) le dossier de la Section de la protection des
réfugiés;
b) l’avis d’appel, le dossier de l’appelant, l’avis
d’intention de répondre, le dossier de l’intimé, le
dossier de réplique, l’avis d’intervention du ministre, le dossier d’intervention du ministre, le
cas échéant, la réplique du ministre et le dossier
de réplique du ministre, le cas échéant;
c) les observations écrites de toute autre personne intéressée et du HCR.
(8) Les observations écrites de la personne intéressée ne peuvent soulever de nouvelles questions.
Transmission
de documents
(9) Les observations écrites de la personne intéressée ne peuvent comporter plus de trente pages
dactylographiées au recto seulement ou quinze
pages dactylographiées aux recto et verso.
(10) La personne intéressée transmet ses observations écrites à la personne en cause et au ministre, puis à la Section.
Nombre de
pages des
observations
écrites
(11) Les observations écrites transmises à la Section sont accompagnées d’une déclaration écrite
indiquant à quel moment et de quelle façon elles
ont été transmises à la personne en cause et au ministre, et d’une preuve de la transmission.
Preuve de
transmission
des
observations
écrites
Avis de
décision sur la
demande
Limite —
observations
écrites
Transmission
des
observations
écrites
2384
Canada Gazette Part I
Response
Limitation —
response
Length of
response
Providing
response
Proof response
provided
Time limit
(12) The person who is the subject of the appeal
or the Minister may respond to the written submissions in writing.
(13) A response must not raise new issues.
(14) A response must not be more than 30 pages
long if typewritten on one side or 15 pages if typewritten on both sides.
(15) The response must first be provided to the
interested person, then to the person who is the
subject of the appeal or to the Minister, as the case
may be, and then to the Division.
(16) The response provided to the Division must
be accompanied by a written statement indicating
how and when the responses were provided to the
interested person, and to the person who is the subject of the appeal or to the Minister, as the case may
be, together with proof that they were provided.
(17) Documents provided under subrules (15)
and (16) must be received by their recipients no
later than seven days after the day on which the
person who is the subject of the appeal or the Minister, as the case may be, receives the interested
person’s written submissions.
August 11, 2012
(12) La personne en cause ou le ministre peut répondre aux observations écrites par écrit.
Réponse
(13) La réponse ne peut soulever de nouvelles
questions.
(14) La réponse ne peut comporter plus de
trente pages dactylographiées au recto seulement ou
quinze pages dactylographiées aux recto et verso.
(15) La réponse est transmise à la personne intéressée, ensuite à la personne en cause ou au ministre, selon le cas, puis à la Section.
Limite —
réponse
(16) La réponse transmise à la Section est accompagnée d’une déclaration écrite indiquant à
quel moment et de quelle façon elle a été transmise
à la personne intéressée, et à la personne en cause
ou au ministre, selon le cas, et d’une preuve de la
transmission.
(17) Les documents transmis selon les paragraphes (15) et (16) doivent être reçus par leurs destinataires au plus tard sept jours après la date de réception des observations écrites de la personne
intéressée par la personne en cause ou le ministre,
selon le cas.
Preuve de
transmission de
la réponse
Nombre de
pages de la
réponse
Transmission
de la réponse
Délai
WITHDRAWAL
RETRAIT
45. (1) For the purpose of subsection 168(2) of
the Act, withdrawal of an appeal is an abuse of
process if withdrawal would likely have a negative
effect on the Division’s integrity. If the requirements set out in rule 6 or 11, as the case may be, for
deciding an appeal on the basis of the materials
provided have not been met, withdrawal is not an
abuse of process.
(2) If the requirements set out in rule 6 or 11, as
the case may be, for deciding an appeal have not
been met, an appellant may withdraw an appeal by
notifying the Division in writing.
(3) If the requirements set out in rule 6 or 11, as
the case may be, for deciding an appeal have been
met, an appellant who wants to withdraw an appeal
must make an application to the Division in accordance with rule 35.
45. (1) Pour l’application du paragraphe 168(2)
de la Loi, il y a abus de procédure si le retrait d’un
appel aurait vraisemblablement un effet néfaste sur
l’intégrité de la Section. Si les exigences prévues
aux règles 6 ou 11, selon le cas, pour rendre une
décision sur un appel sur la foi des documents qui
ont été présentés n’ont pas été remplies, le retrait
n’est pas un abus de procédure.
(2) Si les exigences prévues aux règles 6 ou 11,
selon le cas, pour rendre une décision sur un appel
n’ont pas été remplies, l’appelant peut retirer son
appel en avisant la Section par écrit.
(3) Si les exigences pour rendre une décision sur
un appel prévues aux règles 6 ou 11, selon le cas,
ont été remplies, l’appelant qui veut retirer son
appel en fait la demande à la Section conformément
à la règle 35.
REINSTATING A WITHDRAWN APPEAL
RÉTABLISSEMENT D’UN APPEL RETIRÉ
Application to
reinstate
withdrawn
appeal
46. (1) An appellant may apply to the Division to
reinstate an appeal that was made by the appellant
and was withdrawn.
46. (1) L’appelant peut demander à la Section de
rétablir l’appel qu’il a interjeté et ensuite retiré.
Demande de
rétablissement
d’un appel
retiré
Form and
content of
application
(2) The appellant must make the application in
accordance with rule 35. If a person who is the
subject of an appeal makes the application, they
must include in the application their contact information and, if represented by counsel, their counsel’s contact information and any limitations on
counsel’s retainer, and provide a copy of the application to the Minister.
(3) The Division must not allow the application
unless it is established that there was a failure to
observe a principle of natural justice or it is
otherwise in the interests of justice to allow the
application.
(2) L’appelant fait sa demande conformément à
la règle 35. Si la demande est faite par la personne
en cause, celle-ci y indique ses coordonnées et, si
elle est représentée par un conseil, les coordonnées
de celui-ci et toute restriction à son mandat et en
transmet une copie au ministre.
Forme et
contenu de la
demande
(3) La Section ne peut accueillir la demande que
si un manquement à un principe de justice naturelle
est établi ou qu’il est par ailleurs dans l’intérêt de la
justice de le faire.
Éléments à
considérer
Abuse of
process
Withdrawal on
notice
Application to
withdraw
Factors
Abus de
procédure
Retrait sur avis
Demande de
retrait
Le 11 août 2012
Factors
Subsequent
application
Application to
reopen appeal
Form of
application
Contact
information
Allegations
against counsel
Copy of
pending
application
Factor
Factors
Subsequent
application
Gazette du Canada Partie I
2385
Éléments à
considérer
(4) In deciding the application, the Division must
consider any relevant factors including whether the
application was made in a timely manner and the
justification for any delay.
(5) If the appellant made a previous application
to reinstate an appeal that was denied, the Division
must consider the reasons for the denial and must
not allow the subsequent application unless there
are exceptional circumstances supported by new
evidence.
(4) Pour statuer sur la demande, la Section prend
en considération tout élément pertinent, notamment
le fait que la demande a été faite en temps opportun
et la justification de tout retard.
(5) Si l’appelant a déjà présenté une demande de
rétablissement de l’appel qui a été refusée, la Section prend en considération les motifs du refus et ne
peut accueillir la demande subséquente, sauf en cas
de circonstances exceptionnelles fondées sur l’existence de nouveaux éléments de preuve.
REOPENING AN APPEAL
RÉOUVERTURE D’UN APPEL
47. (1) At any time before the Federal Court has
made a final determination of an appeal that has
been decided or declared abandoned, the appellant
may make an application to the Division to reopen
the appeal.
(2) The application must be made in accordance
with rule 35 and, for the purpose of paragraph 35(5)(a), the Minister is considered to be a
party whether or not the Minister took part in the
proceedings.
(3) If a person who is the subject of an appeal
makes the application, they must include in the
application their contact information and, if represented by counsel, their counsel’s contact information and any limitations on counsel’s retainer.
(4) If it is alleged in the application that the person who is the subject of the appeal’s counsel in the
proceedings that are the subject of the application
provided inadequate representation,
(a) the person must first provide a copy of the
application to the counsel and then provide the
original application to the Division; and
(b) the application provided to the Division must
be accompanied by a written statement indicating
how and when the copy of the application was
provided to the counsel, together with proof that
it was provided.
(5) The application must be accompanied by a
copy of any pending application for leave to apply
for judicial review or any pending application for
judicial review.
(6) The Division must not allow the application
unless it is established that there was a failure to
observe a principle of natural justice.
(7) In deciding the application, the Division must
consider any relevant factors, including
(a) whether the application was made in a timely
manner and the justification for any delay; and
(b) if the appellant did not make an application
for leave to apply for judicial review or an application for judicial review, the reasons why an
application was not made.
47. (1) À tout moment avant que la Cour fédérale
rende une décision en dernier ressort sur l’appel qui
a fait l’objet d’une décision ou dont le désistement
a été prononcé, l’appelant peut demander à la Section de rouvrir cet appel.
(2) La demande est faite conformément à la
règle 35 et, pour l’application de l’alinéa 35(5)a), le
ministre est considéré comme une partie, qu’il ait
ou non pris part aux procédures.
Demande de
réouverture
d’un appel
(3) Si la demande est faite par la personne en
cause, celle-ci indique ses coordonnées dans sa
demande et, si elle est représentée par un conseil,
les coordonnées de celui-ci et toute restriction à son
mandat.
(4) S’il est allégué dans sa demande que son
conseil, dans les procédures faisant l’objet de la
demande, l’a représentée inadéquatement :
a) la personne en cause transmet une copie de la
demande au conseil, puis l’original à la Section;
b) la demande transmise à la Section est accompagnée d’une déclaration écrite indiquant à quel
moment et de quelle façon la copie de la demande a été transmise au conseil, et d’une
preuve de la transmission.
Coordonnées
(5) La demande est accompagnée d’une copie de
toute demande d’autorisation de présenter une demande de contrôle judiciaire en instance ou de toute
demande de contrôle judiciaire en instance.
(6) La Section ne peut accueillir la demande que
si un manquement à un principe de justice naturelle
est établi.
(7) Pour statuer sur la demande, la Section
prend en considération tout élément pertinent,
notamment :
a) la question de savoir si la demande a été faite
en temps opportun et la justification de tout
retard;
b) si l’appelant n’a pas présenté une demande
d’autorisation de présenter une demande de
contrôle judiciaire ou une demande de contrôle
judiciaire, les raisons pour lesquelles il ne l’a pas
fait.
(8) Si l’appelant a déjà présenté une demande de
réouverture d’un appel qui a été refusée, la Section
prend en considération les motifs du refus et ne
peut accueillir la demande subséquente, sauf en cas
de circonstances exceptionnelles fondées sur l’existence de nouveaux éléments de preuve.
Copie de la
demande en
instance
(8) If the appellant made a previous application
to reopen an appeal that was denied, the Division
must consider the reasons for the denial and must
not allow the subsequent application unless there
are exceptional circumstances supported by new
evidence.
Demande
subséquente
Forme de la
demande
Allégations à
l’égard d’un
conseil
Élément à
considérer
Éléments à
considérer
Demande
subséquente
2386
Canada Gazette Part I
Other remedies
Notice of
decision
Written reasons
Request for
written reasons
When decision
of single
member takes
effect
August 11, 2012
(9) If there is a pending application for leave to
apply for judicial review or a pending application
for judicial review on the same or similar grounds,
the Division must, as soon as is practicable, allow
the application to reopen if it is necessary for the
timely and efficient processing of appeals or dismiss the application.
(9) Si une demande d’autorisation de présenter
une demande de contrôle judiciaire en instance ou
une demande de contrôle judiciaire en instance est
fondée sur des motifs identiques ou similaires, la
Section, dès que possible, soit accueille la demande
de réouverture si cela est nécessaire pour traiter
avec célérité et efficacité les appels, soit rejette la
demande.
DECISIONS
DÉCISIONS
48. (1) When the Division makes a decision,
other than an interlocutory decision, it must provide
in writing a notice of decision to the person who is
the subject of the appeal, to the Minister and to the
Refugee Protection Division. The Division must
also provide in writing a notice of decision to the
UNHCR and to any interested person, if they provided written submissions in the appeal.
(2) The Division must provide written reasons
for the decision, together with the notice of decision, if a hearing
(a) was not held under subsection 110(6) of the
Act; or
(b) was held under subsection 110(6) of the Act
and the decision and reasons were not given
orally at the hearing.
48. (1) Lorsqu’elle rend une décision autre
qu’interlocutoire, la Section transmet par écrit un
avis de décision à la personne en cause, au ministre
et à la Section de la protection des réfugiés. La
Section transmet également par écrit un avis de
décision au HCR et à toute personne intéressée,
s’ils ont transmis des observations écrites dans
l’appel.
(2) La Section transmet les motifs écrits de la décision, avec l’avis de décision, dans l’un ou l’autre
des cas suivants :
a) lorsqu’une audience n’est pas tenue selon le
paragraphe 110(6) de la Loi;
b) lorsqu’une audience est tenue selon le paragraphe 110(6) de la Loi et que la décision et les
motifs n’ont pas été rendus oralement lors de
l’audience.
(3) La demande de transmission des motifs écrits
d’une décision, visée à l’alinéa 169(1)e) de la Loi,
est faite par écrit.
49. (1) La décision autre qu’interlocutoire prise
par un seul commissaire de la Section prend effet :
a) si elle est rendue par écrit, au moment où
le commissaire signe et date les motifs de la
décision;
b) si elle est rendue de vive voix à l’audience, au
moment où le commissaire rend la décision et en
donne les motifs.
(2) La décision autre qu’interlocutoire prise par
un tribunal constitué de trois commissaires de la
Section prend effet :
a) si elle est rendue par écrit, au moment où tous
les commissaires signent et datent les motifs de
la décision;
b) si elle est rendue de vive voix à l’audience, au
moment où tous les commissaires rendent leur
décision et en donnent les motifs.
50. La décision accueillant la demande de retrait
d’un appel prend effet :
a) si elle est rendue par écrit, au moment où un
commissaire de la Section signe et date les motifs de la décision;
b) si elle est rendue de vive voix à l’audience, au
moment où un commissaire de la Section rend la
décision et en donne les motifs.
(3) A request under paragraph 169(1)(e) of the
Act for written reasons for a decision must be made
in writing.
49. (1) A decision, other than an interlocutory
decision, made by a single Division member takes
effect
(a) if made in writing, when that member signs
and dates the reasons for the decision; and
(b) if given orally at a hearing, when that member states the decision and gives the reasons.
When
decision of
three-member
panel takes
effect
(2) A decision, other than an interlocutory decision, made by a panel of three Division members
takes effect
(a) if made in writing, when all the members sign
and date their reasons for the decision; and
(b) if given orally at a hearing, when all
the members state their decision and give their
reasons.
When decision
allowing
application to
withdraw takes
effect
50. A decision allowing an application to withdraw an appeal takes effect
(a) if made in writing, when a Division member
signs and dates the reasons for the decision; and
(b) if given orally at a hearing, when a Division
member states the decision and gives the reasons.
No applicable
rule
GENERAL PROVISIONS
DISPOSITIONS GÉNÉRALES
51. In the absence of a provision in these Rules
dealing with a matter raised during the proceedings,
the Division may do whatever is necessary to deal
with the matter.
51. Dans le cas où les présentes règles ne
contiennent pas de dispositions permettant de régler
une question qui survient dans le cadre des procédures, la Section peut prendre toute mesure nécessaire pour régler celle-ci.
Autres recours
Avis de
décision
Motifs écrits
Demande pour
motifs écrits
Prise d’effet de
la décision —
un seul
commissaire
Prise d’effet de
la décision —
tribunal
constitué de
trois
commissaires
Prise d’effet de
la décision —
demande de
retrait
accueillie
Cas non prévus
Le 11 août 2012
Powers of
Division
Failure to
follow rules
Conference to
fix date for
hearing
Notice to
appear
Date fixed for
hearing
Restriction of
hearing
Standard order
of questioning
Variation of
order of
questioning
Limiting
questioning of
witnesses
Gazette du Canada Partie I
2387
52. The Division may, after giving the parties notice and an opportunity to object,
(a) act on its own initiative, without a party
having to make an application or request to the
Division;
(b) change a requirement of a rule;
(c) excuse a person from a requirement of a rule;
and
(d) extend a time limit, before or after the time
limit has expired, or shorten it if the time limit
has not expired.
53. Unless proceedings are declared invalid by
the Division, a failure to follow any requirement of
these Rules does not make the proceedings invalid.
52. La Section peut, si elle en avise au préalable
les parties et leur donne la possibilité de s’opposer :
a) agir de sa propre initiative sans qu’une partie
ait à lui présenter une demande;
b) modifier l’exigence d’une règle;
c) permettre à une personne de ne pas suivre une
règle;
d) proroger un délai avant ou après son expiration ou l’abréger avant son expiration.
Pouvoirs de la
Section
53. Le non-respect d’une exigence des présentes
règles ne rend les procédures invalides que si la
Section les déclare invalides.
Non-respect
des règles
PART 4
PARTIE 4
RULES APPLICABLE TO AN APPEAL
FOR WHICH A HEARING IS HELD
RÈGLES APPLICABLES AUX APPELS POUR
LESQUELS UNE AUDIENCE EST TENUE
FIXING A DATE FOR A HEARING
FIXATION DE LA DATE D’AUDIENCE
54. The Division may require the parties to participate in a scheduling conference or otherwise
give information to help the Division fix a date for
a hearing.
54. Pour faciliter la fixation de la date d’une audience, la Section peut exiger que les parties participent à une conférence de mise au rôle ou qu’elles
lui fournissent des renseignements d’une autre
façon.
NOTICE TO APPEAR
AVIS DE CONVOCATION
55. (1) When, in accordance with paragraph 171(a) of the Act, the Division gives notice
to the person who is the subject of the appeal and
the Minister of any hearing, it must notify them in
writing of the date, time and location fixed for the
hearing and the issues that will be raised at the
hearing.
(2) The date fixed for the hearing of an appeal
must not be earlier than 10 days after the day on
which the person who is the subject of the appeal
and the Minister receive the notice referred to in
subrule (1), unless they consent to an earlier date.
55. (1) Lorsque, conformément à l’alinéa 171a)
de la Loi, la Section avise la personne en cause et le
ministre de la tenue de toute audience, elle le fait
par écrit en indiquant les date, heure et lieu fixés
pour l’audience et les questions qui y seront
soulevées.
Avis de
convocation
(2) La date fixée pour l’audience relative à un
appel ne peut être moins de dix jours suivant la date
à laquelle la personne en cause et le ministre reçoivent l’avis prévu au paragraphe (1), sauf s’ils
consentent à une date plus rapprochée.
Date fixée pour
l’audience
Conférence —
fixation de la
date d’audience
CONDUCT OF A HEARING
DÉROULEMENT D’UNE AUDIENCE
56. (1) A hearing is restricted to matters relating
to the issues provided with the notice to appear
unless the Division considers that other issues have
been raised by statements made by the person who
is the subject of the appeal or by a witness during
the hearing.
(2) Any witness, including the person who is the
subject of the appeal, will be questioned first by the
Division, then by the appellant and then by any
other party.
(3) The Division must not vary the order of questioning unless there are exceptional circumstances,
including that the variation is required to accommodate a vulnerable person.
(4) The Division may limit the questioning of
witnesses, including the person who is the subject
of the appeal, taking into account the nature and
complexity of the issues and the relevance of the
questions.
56. (1) L’audience ne porte que sur les points relatifs aux questions transmises avec l’avis de
convocation, à moins que la Section estime que les
déclarations de la personne en cause ou d’un
témoin faites à l’audience soulèvent d’autres
questions.
(2) Tout témoin, y compris la personne en cause,
est d’abord interrogé par la Section, ensuite par
l’appelant, puis par toute autre partie.
Limites de
l’audience
(3) La Section ne peut changer l’ordre des interrogatoires, sauf en cas de circonstances exceptionnelles, notamment si le changement est nécessaire
pour accommoder une personne vulnérable.
(4) La Section peut limiter les interrogatoires des
témoins, y compris celui de la personne en cause,
en prenant en considération la nature et la complexité des points litigieux et la pertinence des
questions.
Changement
dans l’ordre des
interrogatoires
Ordre des
interrogatoires
Limites à
l’interrogatoire
des témoins
2388
Canada Gazette Part I
Oral
representations
August 11, 2012
Observations
faites
oralement
(5) Representations must be made orally at the
end of a hearing unless the Division orders
otherwise.
(6) After all the evidence has been heard, the
Division must
(a) set time limits for representations, taking into
account the complexity of the issues and the
amount of relevant evidence heard; and
(b) indicate what issues need to be addressed in
the representations.
(5) Les observations se font oralement à la fin
d’une audience, à moins d’une décision contraire de
la Section.
(6) Après avoir entendu toute la preuve, la
Section :
a) fixe des limites de temps pour la présentation
des observations, en tenant compte de la complexité des points litigieux et du volume de la
preuve pertinente entendue;
b) indique sur quels points litigieux les observations doivent porter.
PERSON WHO IS THE SUBJECT OF AN
APPEAL IN CUSTODY
PERSONNE EN CAUSE EN DÉTENTION
57. The Division may order a person who holds a
person who is the subject of an appeal in custody to
bring the person to a proceeding at a location specified by the Division.
57. La Section peut ordonner à la personne qui
détient la personne en cause de l’amener au lieu,
précisé par la Section, où se déroule une procédure.
INTERPRETERS
INTERPRÈTES
58. (1) If a person who is the subject of an appeal
needs an interpreter, the person must indicate the
language and dialect, if any, to be interpreted in the
notice of appeal if they are the appellant or in
the notice of intent to respond if they are the
respondent.
(2) A person who is the subject of an appeal may
change the language and dialect, if any, that they
specified under subrule (1), or if they had not indicated that an interpreter was needed, they may indicate that they need an interpreter, by notifying the
Division in writing and indicating the language and
dialect, if any, to be interpreted. The notice must be
received by the Division no later than 20 days before the date fixed for the hearing.
(3) If any party’s witness needs an interpreter for
a hearing, the party must notify the Division in
writing and specify the language and dialect, if any,
to be interpreted. The notice must be received by
the Division no later than 20 days before the date
fixed for the hearing.
(4) The interpreter must take an oath or make a
solemn affirmation to interpret accurately.
58. (1) Si la personne en cause a besoin des services d’un interprète, elle indique la langue et, le
cas échéant, le dialecte à interpréter dans l’avis
d’appel ou dans l’avis d’intention de répondre, selon qu’elle est l’appelante ou l’intimée.
Besoin des
services d’un
interprète —
personne en
cause
(2) La personne en cause peut changer la langue
et, le cas échéant, le dialecte à interpréter qu’elle a
indiqués aux termes du paragraphe (1), ou, si elle
n’avait pas indiqué qu’elle avait besoin des services
d’un interprète, elle peut le faire en avisant la Section par écrit et en indiquant la langue et, le cas
échéant, le dialecte à interpréter. L’avis doit être
reçu par la Section au plus tard vingt jours avant la
date fixée pour l’audience.
(3) Si le témoin d’une partie a besoin des services d’un interprète à une audience, la partie en
avise la Section par écrit en indiquant la langue et,
le cas échéant, le dialecte à interpréter. L’avis doit
être reçu par la Section au plus tard vingt jours
avant la date fixée pour l’audience.
(4) L’interprète s’engage sous serment ou sous
affirmation solennelle à interpréter fidèlement.
Changement de
langue
d’interprétation
OBSERVERS
OBSERVATEURS
Observers
59. (1) An application under rule 40 is not necessary if an observer is a member of the staff of the
Board, a representative or agent of the UNHCR or
if the person who is the subject of the appeal consents to or requests the presence of an observer
other than the media at the proceeding.
Observateurs
Observers —
factor
(2) The Division must allow the attendance of an
observer unless, in the opinion of the Division,
the observer’s attendance is likely to impede the
proceeding.
(3) The Division may take any measures it considers necessary to ensure the confidentiality of the
proceeding despite the presence of an observer.
59. (1) La demande visée à la règle 40 n’est pas
nécessaire si l’observateur est un membre du personnel de la Commission, un représentant ou un
mandataire du HCR ou si la personne en cause
consent à la présence, ou demande la présence, lors
de la procédure, d’un observateur autre que les
médias.
(2) La Section autorise la présence d’un observateur à moins qu’elle soit d’avis que sa présence
entraverait vraisemblablement la procédure.
(3) La Section peut prendre toutes les mesures
qu’elle considère nécessaires afin d’assurer la confidentialité de la procédure, malgré la présence d’un
observateur.
Observateurs —
confidentialité
de la procédure
Limits on
representations
Custody
Need for
interpreter —
person
Changing
language of
interpretation
Need for
interpreter —
witness
Interpreter’s
oath
Observers —
confidentiality
of proceeding
Limites aux
observations
Détention
Besoin des
services d’un
interprète —
témoins
Serment de
l’interprète
Observateurs —
élément à
considérer
Le 11 août 2012
Documents
after hearing —
person
Application
New evidence
Factors
Documents
after hearing —
Minister
Providing
witness
information
Proof witness
information
provided
Time limit
Gazette du Canada Partie I
2389
ADDITIONAL DOCUMENTS
DOCUMENTS SUPPLÉMENTAIRES
60. (1) A person who is the subject of an appeal
who wants to provide a document as evidence after
a hearing but before a decision takes effect must
make an application to the Division.
(2) The person who is the subject of the appeal
must attach a copy of the document to the application that must be made in accordance with rule 35,
but the person is not required to give evidence in an
affidavit or statutory declaration.
(3) The person who is the subject of the appeal
must include in the application an explanation of
how the document meets the requirements of subsection 110(4) of the Act, and how that evidence
relates to the appellant, unless the document is being presented in response to evidence presented by
the Minister.
(4) In deciding the application, the Division must
consider any relevant factors, including
(a) the document’s relevance and probative
value;
(b) any new evidence the document brings to the
proceedings; and
(c) whether the person who is the subject of the
appeal, with reasonable effort, could have provided the document with the appellant’s record,
respondent’s record or reply record.
60. (1) La personne en cause qui souhaite transmettre à la Section après une audience, mais avant
qu’une décision prenne effet, un document à admettre en preuve, lui présente une demande à cet effet.
(2) La personne en cause joint une copie du document à sa demande, faite conformément à la
règle 35, mais elle n’est pas tenue d’y joindre un
affidavit ou une déclaration solennelle.
Documents
après
l’audience —
personne en
cause
Nouvelle
preuve
(5) If the Minister provides a document as evidence after a hearing but before a decision takes
effect, the person who is the subject of the appeal
may reply to the additional document in accordance
with rule 4 with any modifications that the circumstances require.
(3) La personne en cause inclut dans la demande
une explication de la façon dont le document est
conforme aux exigences du paragraphe 110(4) de la
Loi et de la façon dont cette preuve est liée à
l’appelant, à moins que le document soit présenté
en réponse à un élément de preuve présenté par le
ministre.
(4) Pour statuer sur la demande, la Section
prend en considération tout élément pertinent,
notamment :
a) la pertinence et la valeur probante du
document;
b) toute nouvelle preuve que le document apporte aux procédures;
c) la possibilité qu’aurait eue la personne en
cause, en faisant des efforts raisonnables, de
transmettre le document avec le dossier de l’appelant, le dossier de l’intimé ou le dossier de
réplique.
(5) Si le ministre transmet à la Section après
l’audience, mais avant qu’une décision prenne effet, un document à admettre en preuve, la personne
en cause peut répliquer au document supplémentaire conformément à la règle 4, avec les adaptations nécessaires.
WITNESSES
TÉMOINS
61. (1) If a party wants to call a witness, the
party must provide the following witness information in writing to any other party and to the
Division:
(a) the witness’s contact information;
(b) a brief statement of the purpose and substance of the witness’s testimony or, in the case
of an expert witness, the expert witness’s brief
signed summary of the testimony to be given;
(c) the time needed for the witness’s testimony;
(d) the party’s relationship to the witness;
(e) in the case of an expert witness, a description
of the expert witness’s qualifications; and
(f) whether the party wants the witness to testify
by means of live telecommunication.
(2) The witness information provided to the Division must be accompanied by a written statement
indicating how and when it was provided to
any other party, together with proof that it was
provided.
(3) Documents provided under this rule must be
received by their recipients no later than 20 days
before the date fixed for the hearing.
61. (1) Pour faire comparaître un témoin, la partie transmet par écrit à toute autre partie et à la
Section les renseignements ci-après à l’égard du
témoin :
a) ses coordonnées;
b) un bref énoncé de l’objet et de la teneur du
témoignage ou, dans le cas du témoin expert, un
bref résumé, signé par lui, de son témoignage;
c) la durée du témoignage;
d) le lien entre le témoin et la partie;
e) dans le cas du témoin expert, ses compétences;
f) le fait qu’elle veut faire comparaître le témoin en direct par l’intermédiaire d’un moyen de
télécommunication.
Transmission
des
renseignements
concernant les
témoins
(2) Les renseignements concernant les témoins
transmis à la Section sont accompagnés d’une déclaration écrite indiquant à quel moment et de
quelle façon ils ont été transmis à toute autre partie,
et d’une preuve de la transmission.
(3) Les documents transmis selon la présente règle doivent être reçus par leurs destinataires au plus
tard vingt jours avant la date fixée pour l’audience.
Preuve de
transmission
des
renseignements
concernant les
témoins
Demande
Éléments à
considérer
Documents
après
l’audience —
ministre
Délai
2390
Canada Gazette Part I
Failure to
provide witness
information
(4) If a party does not provide the witness information, the witness must not testify at the hearing
unless the Division allows them to testify.
Factors
(5) In deciding whether to allow a witness to
testify, the Division must consider any relevant
factors, including
(a) the relevance and probative value of the proposed testimony; and
(b) the reason why the witness information was
not provided.
62. (1) A party who wants the Division to order a
person to testify at a hearing must make a request to
the Division for a summons, either orally at a proceeding or in writing.
(2) In deciding whether to issue a summons,
the Division must consider any relevant factors,
including
(a) the necessity of the testimony to a full and
proper hearing;
(b) the person’s ability to give that testimony;
and
(c) whether the person has agreed to be summoned as a witness.
(3) If a party wants to use a summons, they must
(a) provide the summons to the person by hand;
(b) provide a copy of the summons to the Division, together with a written statement indicating the name of the person who provided the
summons, the date, time and place that it was
provided and proof that it was provided; and
(c) pay or offer to pay the person the applicable
witness fees and travel expenses set out in Tariff A of the Federal Courts Rules.
Requesting
summons
Factors
Using
summons
Cancelling
summons
Application
Arrest warrant
Written request
Requirements
for issue of
arrest warrant
63. (1) If a person who is summoned to appear
as a witness wants the summons cancelled, the person must make an application in writing to the
Division.
(2) The person must make the application in accordance with rule 35, but is not required to give
evidence in an affidavit or statutory declaration.
64. (1) If a person does not obey a summons to
appear as a witness, the party who requested the
summons may make a request to the Division orally
at the hearing, or in writing, to issue a warrant for
the person’s arrest.
(2) A party who makes a written request for a
warrant must provide supporting evidence by affidavit or statutory declaration.
(3) The Division must not issue a warrant unless
(a) the person was provided the summons by
hand or the person is avoiding being provided the
summons;
(b) the person was paid or offered the applicable
witness fees and travel expenses set out in Tariff A of the Federal Courts Rules;
(c) the person did not appear at the hearing as required by the summons; and
August 11, 2012
(4) Si la partie ne transmet pas les renseignements concernant un témoin, ce dernier ne peut
témoigner à l’audience à moins que la Section l’y
autorise.
(5) Pour décider si elle autorise la comparution
d’un témoin, la Section prend en considération tout
élément pertinent, notamment :
a) la pertinence et la valeur probante du témoignage proposé;
b) la raison pour laquelle les renseignements
concernant le témoin n’ont pas été transmis.
62. (1) La partie qui veut que la Section ordonne
à une personne de témoigner à l’audience lui demande soit oralement lors d’une procédure, soit par
écrit, de délivrer une citation à comparaître.
(2) Pour décider si elle délivre une citation à
comparaître, la Section prend en considération tout
élément pertinent, notamment :
a) la nécessité du témoignage pour l’instruction
approfondie de l’affaire;
b) la capacité de la personne de présenter ce
témoignage;
c) la question de savoir si la personne a accepté
d’être citée à comparaître.
(3) Pour utiliser la citation à comparaître, la
partie :
a) la remet en mains propres à la personne;
b) en transmet une copie à la Section, accompagnée d’une déclaration écrite indiquant le nom de
la personne qui a remis la citation à comparaître
et les date, heure et lieu de cette remise, et d’une
preuve de la transmission;
c) paie ou offre de payer à la personne l’indemnité de témoin et les frais de déplacement prévus
au tarif A des Règles des Cours fédérales.
63. (1) Toute personne qui est citée à comparaître peut demander par écrit à la Section d’annuler
la citation à comparaître.
Omission de
transmettre les
renseignements
concernant les
témoins
(2) La personne fait sa demande conformément à
la règle 35, mais elle n’est pas tenue d’y joindre un
affidavit ou une déclaration solennelle.
64. (1) Si la personne citée à comparaître n’obéit
pas à la citation, la partie qui a demandé à la Section de délivrer la citation peut demander à celle-ci
soit oralement à l’audience, soit par écrit, de décerner un mandat d’arrestation contre la personne.
(2) La partie qui présente une demande écrite de
décerner un mandat d’arrestation joint à celle-ci un
affidavit ou une déclaration solennelle établissant la
preuve à l’appui.
(3) La Section ne peut décerner un mandat d’arrestation à moins que les conditions ci-après ne
soient réunies :
a) la citation à comparaître a été remise à la personne en mains propres ou la personne évite la
remise de la citation;
b) la personne a reçu ou s’est vu offrir l’indemnité de témoin et les frais de déplacement
applicables prévus au tarif A des Règles des
Cours fédérales;
Demande
Éléments à
considérer
Demande de
citation à
comparaître
Éléments à
considérer
Utilisation de la
citation à
comparaître
Annulation
d’une citation à
comparaître
Mandat
d’arrestation
Demande écrite
Exigences —
mandat
d’arrestation
Le 11 août 2012
Gazette du Canada Partie I
(d) the person’s testimony is still needed for a
full and proper hearing.
Content of
warrant
Excluded
witness
(4) A warrant issued by the Division for the arrest of a person must include directions concerning
detention or release.
65. If the Division excludes a witness from a
hearing room, no person may communicate to the
witness any evidence given while the witness was
excluded unless allowed to do so by the Division or
until the witness has finished testifying.
c) la personne ne s’est pas présentée à l’audience
comme l’exigeait la citation;
d) le témoignage de la personne est toujours nécessaire pour permettre l’instruction approfondie
de l’affaire.
(4) La Section inclut, dans le mandat d’arrestation qu’elle décerne, les instructions quant à la
garde ou à la mise en liberté de la personne.
65. À moins que la Section l’autorise, il est interdit de communiquer à un témoin exclu de la salle
d’audience toute preuve présentée pendant son absence ou avant la fin de son témoignage.
CHANGING THE LOCATION OF A HEARING
CHANGEMENT DE LIEU D’UNE AUDIENCE
Application to
change location
66. (1) A party may make an application to the
Division to change the location of a hearing.
66. (1) Une partie peut demander à la Section de
changer le lieu d’une audience.
Form and
content of
application
(2) The party must make the application in accordance with rule 35, but is not required to give
evidence in an affidavit or statutory declaration.
(3) Documents provided under this rule must be
received by their recipients no later than 30 days
before the date fixed for the hearing.
(4) In deciding the application, the Division must
consider any relevant factors, including
(a) whether the party is residing in the location
where the party wants the hearing to be held;
(b) whether a change of location would allow the
hearing to be full and proper;
(c) whether a change of location would likely delay the hearing;
(d) how a change of location would affect the
Division’s operation;
(e) how a change of location would affect the
parties;
(f) whether a change of location is necessary in
order to accommodate a vulnerable person; and
(g) whether a hearing may be conducted by
means of live telecommunication with the person
who is the subject of the appeal.
(2) La partie fait sa demande conformément à la
règle 35, mais elle n’est pas tenue d’y joindre un
affidavit ou une déclaration solennelle.
(3) Les documents transmis selon la présente règle doivent être reçus par leurs destinataires au plus
tard trente jours avant la date fixée pour l’audience.
(4) Pour statuer sur la demande, la Section
prend en considération tout élément pertinent,
notamment :
a) la question de savoir si la partie réside au lieu
où elle veut que l’audience se tienne;
b) la question de savoir si le changement de lieu
permettrait une instruction approfondie de
l’affaire;
c) la question de savoir si le changement de lieu
retarderait vraisemblablement l’audience;
d) l’effet du changement de lieu sur le fonctionnement de la Section;
e) l’effet du changement de lieu sur les parties;
f) la question de savoir si le changement de lieu
est nécessaire pour accommoder une personne
vulnérable;
g) la question de savoir si l’audience
peut avoir lieu en direct avec la personne en
cause par l’intermédiaire d’un moyen de
télécommunication.
(5) Sauf si elle reçoit une décision de la Section
accueillant la demande, la partie est tenue de se
présenter pour l’audience au lieu fixé et d’être prête
à commencer ou à poursuivre l’audience.
Time limit
Factors
Duty to appear
Application to
change date or
time
Form and
content of
application
(5) Unless a party receives a decision from the
Division allowing the application, the party must
appear for the hearing at the location fixed and be
ready to start or continue the hearing.
CHANGING THE DATE OR TIME OF A HEARING
CHANGEMENT DE DATE OU D’HEURE
D’UNE AUDIENCE
67. (1) A party may make an application to
the Division to change the date or time fixed for a
hearing.
67. (1) Une partie peut demander à la Section de
changer la date ou l’heure fixée pour une audience.
(2) The party must
(a) make the application in accordance with
rule 35, but is not required to give evidence in an
affidavit or statutory declaration; and
(b) give at least six dates and times, within the
period specified by the Division, on which the
party is available to start or continue the hearing.
(2) La partie :
a) fait sa demande conformément à la règle 35,
mais elle n’est pas tenue d’y joindre un affidavit
ou une déclaration solennelle;
b) indique dans sa demande au moins six dates et
heures, comprises dans la période fixée par la
Section, auxquelles elle est disponible pour commencer ou poursuivre l’audience.
2391
Contenu du
mandat
Exclusion de
témoins
Demande de
changement de
lieu
Forme et
contenu de la
demande
Délai
Éléments à
considérer
Obligation de
se présenter
Demande de
changement de
la date ou de
l’heure
Forme et
contenu de la
demande
2392
Canada Gazette Part I
Notice of
period
specified by
Division
Hearing two
working days
or less away
Factors
(3) The Division must provide notice of the
period referred to in paragraph (2)(b) in a manner
that will allow public access to it.
(3) La Section transmet un avis de la période visée à l’alinéa (2)b) de façon à ce que le public
puisse y avoir accès.
Avis de la
période fixée
par la Section
(4) If the party wants to make an application two
working days or less before the date fixed for the
hearing, the party must make the application orally
on the date fixed for the hearing.
(5) In deciding the application, the Division must
consider any relevant factors, including
(a) in the case of a date and time that was fixed
after the Division consulted or tried to consult
the party, any exceptional circumstances for allowing the application;
(b) when the party made the application;
(c) the time the party has had to prepare for the
hearing;
(d) the efforts made by the party to be ready to
start or continue the hearing;
(e) in the case of a party who requests more time
to obtain information in support of their arguments, the Division’s ability to proceed in the
absence of that information without causing an
injustice;
(f) whether the party has counsel;
(g) the knowledge and experience of any counsel
who represents the party;
(h) any previous delays and the reasons for them;
(i) whether the date and time fixed were
peremptory;
(j) whether the change is required to accommodate a vulnerable person;
(k) whether allowing the application would unreasonably delay the hearing or likely cause an
injustice; and
(l) the nature and complexity of the matter to be
heard.
(4) Si la partie veut faire sa demande deux jours
ouvrables ou moins avant la date fixée pour
l’audience, elle fait sa demande oralement à la date
fixée pour l’audience.
(5) Pour statuer sur la demande, la Section
prend en considération tout élément pertinent,
notamment :
a) dans le cas où elle a fixé la date et l’heure de
l’audience après avoir consulté ou tenté de
consulter la partie, toute circonstance exceptionnelle qui justifie l’accueil de la demande;
b) le moment auquel la demande a été faite;
c) le temps dont la partie a disposé pour se préparer pour l’audience;
d) les efforts faits par la partie pour être prête à
commencer ou à poursuivre l’audience;
e) dans le cas où la partie demande un délai supplémentaire pour obtenir des renseignements
appuyant ses arguments, la possibilité pour la
Section d’aller de l’avant en l’absence de ces
renseignements sans causer une injustice;
f) la question de savoir si la partie est
représentée;
g) dans le cas où la partie est représentée, les
connaissances et l’expérience de son conseil;
h) tout report antérieur et sa justification;
i) la question de savoir si la date et l’heure
avaient été fixées péremptoirement;
j) la question de savoir si le changement est
nécessaire pour accommoder une personne
vulnérable;
k) la question de savoir si l’accueil de la demande ralentirait l’audience de manière déraisonnable ou causerait vraisemblablement une
injustice;
l) la nature et la complexité de l’affaire.
(6) Si la partie a déjà présenté une demande qui a
été refusée, la Section prend en considération les
motifs du refus et ne peut accueillir la demande
subséquente, sauf en cas de circonstances exceptionnelles fondées sur l’existence de nouveaux éléments de preuve.
(7) Si la personne en cause présente une demande pour des raisons médicales, à l’exception de
celles ayant trait à son conseil, elle transmet avec la
demande un certificat médical récent, daté et lisible, signé par un médecin qualifié, et sur lequel
sont imprimés ou estampillés les nom et adresse de
ce dernier. La personne qui a transmis une copie du
certificat à la Section lui transmet sans délai le document original.
Audience dans
deux jours
ouvrables ou
moins
Subsequent
application
(6) If the party made a previous application that
was denied, the Division must consider the reasons
for the denial and must not allow the subsequent
application unless there are exceptional circumstances supported by new evidence.
Application
for medical
reasons
(7) If a person who is the subject of an appeal
makes the application for medical reasons, other
than those related to their counsel, they must provide, together with the application, a legible, recently dated medical certificate signed by a qualified medical practitioner whose name and address
are printed or stamped on the certificate. A person
who has provided a copy of the certificate to the
Division must provide the original document to the
Division without delay.
(8) The medical certificate must set out
(a) the particulars of the medical condition,
without specifying the diagnosis, that prevent the
person from participating in the hearing on the
date fixed for the hearing;
(b) whether the person could participate if the
hearing or any part of it were conducted in writing or by means of live telecommunication; and
Content of
certificate
August 11, 2012
(8) Le certificat médical indique, à la fois :
a) sans mentionner de diagnostic, les particularités de la situation médicale qui empêchent la personne de participer à l’audience à la date fixée;
b) la possibilité que la personne puisse participer
à l’audience si celle-ci se tenait, en totalité ou en
partie, par écrit ou en direct par l’intermédiaire
d’un moyen de télécommunication;
Éléments à
considérer
Demande
subséquente
Demande pour
raisons
médicales
Contenu du
certificat
Le 11 août 2012
Duty to appear
Abandonment
after hearing
scheduled
Factors to
consider
Medical
reasons
Content of
certificate
Start or
continue
proceedings
S.C. 2010, c. 8
Gazette du Canada Partie I
2393
(c) the date on which the person is expected to be
able to participate in the hearing.
(9) Unless a party receives a decision from the
Division allowing the application, the party must
appear for the hearing at the date and time fixed
and be ready to start or continue the hearing.
c) la date à laquelle la personne devrait être en
mesure de participer à l’audience.
(9) Sauf si elle reçoit une décision accueillant la
demande, la partie est tenue de se présenter à
l’audience à la date et à l’heure fixées et être prête à
commencer ou à poursuivre l’audience.
ABANDONMENT
DÉSISTEMENT
68. (1) In determining whether an appeal has
been abandoned under subsection 168(1) of the Act
after a date for a hearing has been fixed, the Division must give the appellant an opportunity to explain why the appeal should not be declared
abandoned,
(a) immediately, if the appellant is present at the
hearing and the Division considers that it is fair
to do so; or
(b) in any other case, by way of a special hearing, after notifying the appellant in writing.
(2) The Division must consider, in deciding if the
appeal should be declared abandoned, the explanation given by the appellant and any other relevant
factors, including the fact that the appellant is ready
to start or continue the proceedings.
(3) If the appellant is the person who is the subject of the appeal and the explanation includes
medical reasons, other than those related to their
counsel, they must provide, together with the explanation, the original of a legible, recently dated
medical certificate signed by a qualified medical
practitioner whose name and address are printed or
stamped on the certificate.
(4) The medical certificate must set out
(a) the particulars of the medical condition,
without specifying the diagnosis, that prevented
the person from pursuing their appeal; and
(b) the date on which the person is expected to be
able to pursue their appeal.
(5) If the Division decides not to declare the appeal abandoned, it must start or continue the proceedings without delay.
68. (1) Lorsqu’elle détermine si elle prononce ou
non le désistement d’un appel aux termes du paragraphe 168(1) de la Loi après que la date d’une
audience a été fixée, la Section donne à l’appelant
la possibilité d’expliquer pourquoi le désistement
de l’appel ne devrait pas être prononcé :
a) sur-le-champ, dans le cas où l’appelant est
présent à l’audience et où la Section juge qu’il
est équitable de le faire;
b) dans tout autre cas, au cours d’une audience
spéciale, après en avoir avisé l’appelant par écrit.
(2) Pour décider si elle prononce le désistement
de l’appel, la Section prend en considération l’explication donnée par l’appelant et tout autre élément pertinent, notamment le fait qu’il est prêt à
commencer ou à poursuivre les procédures.
(3) Si l’appelant est la personne en cause et que
l’explication comporte des raisons médicales, à
l’exception de celles ayant trait à son conseil, l’appelant transmet avec l’explication un certificat médical original, récent, daté et lisible, signé par un
médecin qualifié, et sur lequel sont imprimés ou
estampillés les nom et adresse de ce dernier.
Désistement —
date d’audience
fixée
(4) Le certificat médical indique, à la fois :
a) sans mentionner de diagnostic, les particularités de la situation médicale qui ont empêché la
personne de poursuivre son appel;
b) la date à laquelle la personne devrait être en
mesure de poursuivre son appel.
(5) Si la Section décide de ne pas prononcer le
désistement, elle commence ou poursuit les procédures sans délai.
Contenu du
certificat
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
69. These Rules come into force on the day on
which section 26 of the Balanced Refugee Reform
Act comes into force, but if they are registered after
that day, they come into force on the day on which
they are registered.
69. Les présentes règles entrent en vigueur à la
date d’entrée en vigueur de l’article 26 de la Loi sur
des mesures de réforme équitables concernant les
réfugiés ou, si elle est postérieure, à la date de leur
enregistrement.
Obligation de
se présenter
Éléments à
considérer
Raisons
médicales
Commencer ou
poursuivre les
procédures
L.C. 2010,
ch. 8
SCHEDULE
(Rule 15)
ANNEXE
(règle 15)
INFORMATION AND DECLARATIONS — COUNSEL
NOT REPRESENTING OR ADVISING
FOR CONSIDERATION
RENSEIGNEMENTS ET DÉCLARATIONS —
REPRÉSENTATION OU CONSEIL SANS
RÉTRIBUTION
Item
Information
Article
Renseignements
1.
IRB Division and file number with respect to the person who is the
subject of the appeal.
Name of counsel who is representing or advising the person who is the
subject of the appeal and who is not receiving consideration for those
services.
1.
La section de la CISR et le numéro du dossier de la personne en cause.
2.
Le nom du conseil qui représente ou conseille la personne en cause sans
rétribution pour ces services.
2.
2394
Canada Gazette Part I
August 11, 2012
SCHEDULE — Continued
ANNEXE (suite)
INFORMATION AND DECLARATIONS — COUNSEL
NOT REPRESENTING OR ADVISING
FOR CONSIDERATION — Continued
RENSEIGNEMENTS ET DÉCLARATIONS —
REPRÉSENTATION OU CONSEIL SANS
RÉTRIBUTION (suite)
Item
Information
Article
Renseignements
3.
Name of counsel’s firm or organization, if applicable, and counsel’s
postal address, telephone number and fax number and email address, if
any.
If applicable, a declaration, signed by the interpreter, that includes the
interpreter’s name, the language and dialect, if any, interpreted and a
statement that the interpretation is accurate.
Declaration signed by the person who is the subject of the appeal that
the counsel who is representing or advising them is not receiving
consideration and that the information provided in the form is
complete, true and correct.
Declaration signed by counsel that they are not receiving consideration
for representing or advising the person who is the subject of the appeal
and that the information provided in the form is complete, true and
correct.
3.
Le nom de la société ou de l’organisation dont le conseil fait partie, s’il y
a lieu, ainsi que l’adresse postale, le numéro de téléphone et, le cas
échéant, le numéro de télécopieur et l’adresse de courriel du conseil.
Le cas échéant, la déclaration signée par l’interprète dans laquelle celui-ci
indique son nom, la langue et, le cas échéant, le dialecte à interpréter et
atteste que l’interprétation est fidèle.
La déclaration signée de la personne en cause attestant que le conseil qui
la représente ou la conseille ne reçoit pas de rétribution et que les
renseignements fournis sur le formulaire sont complets, vrais et exacts.
4.
5.
6.
[32-1-o]
4.
5.
6.
La déclaration signée par le conseil attestant qu’il ne reçoit pas de
rétribution pour représenter ou conseiller la personne en cause et que les
renseignements fournis sur le formulaire sont complets, vrais et exacts.
[32-1-o]
Le 11 août 2012
Gazette du Canada Partie I
2395
Pooled Registered Pension Plans Regulations
Règlement sur les régimes de pension agréés collectifs
Statutory authority
Pooled Registered Pension Plans Act
Fondement législatif
Loi sur les régimes de pension agréés collectifs
Sponsoring department
Department of Finance
Ministère responsable
Ministère des Finances
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement.)
Issue and objectives
Question et objectifs
In December 2010, federal, provincial and territorial finance
ministers agreed to move forward to introduce Pooled Registered
Pension Plans (PRPPs) as an effective and appropriate way to
help bridge existing gaps in the retirement income system.
En décembre 2010, les ministres fédéral, provinciaux et territoriaux des finances ont convenu d’aller de l’avant avec les régimes de pension agréés collectifs (RPAC) en tant que moyen
efficace et adéquat pour combler les lacunes existantes dans le
système de revenu de retraite.
La Loi sur les régimes de pension agréés collectifs (« la Loi »)
met en œuvre le volet fédéral du cadre d’établissement et
d’administration des RPAC. Les RPAC seront des régimes de
pension à cotisation déterminée gérés professionnellement qui
s’adressent aux salariés et aux travailleurs autonomes n’ayant pas
accès à un régime de pension offert au travail. En 2010, plus de
5 millions de Canadiens travaillaient au sein de petites entreprises
et plus de 2,5 millions de Canadiens étaient des travailleurs autonomes. Les RPAC mettraient en commun les fonds dans les
comptes des salariés et des travailleurs autonomes participants
(c’est-à-dire les participants) pour abaisser les frais de gestion des
investissements et d’administration du régime. Les RPAC comporteront des caractéristiques qui élimineront les obstacles habituels qui, auparavant, ont pu faire en sorte que certains
employeurs — notamment les petites et moyennes entreprises —
choisissaient de ne pas offrir de régime de pension à leurs
employés. Plus particulièrement, les obligations fiduciaires liées à
la gestion du régime pour le compte des participants passeraient
de l’employeur aux administrateurs autorisés. En outre, les responsabilités liées à la gestion professionnelle du régime seraient
assumées par l’administrateur autorisé.
La Loi s’applique aux RPAC qui relèvent des secteurs de compétence législative fédérale, par exemple les RPAC offerts aux
employés des secteurs des télécommunications, des banques et du
transport interprovincial. La Loi s’applique également aux personnes employées au Yukon, dans les Territoires du Nord-Ouest
et au Nunavut, et inclut les travailleurs autonomes. Comme pour
les régimes de pension agréés de juridiction fédérale, le surintendant des institutions financières serait chargé de la supervision
des RPAC de juridiction fédérale. Des lois habilitantes provinciales devront également être mises en œuvre pour que tous les
employeurs, employés et travailleurs autonomes du Canada aient
accès aux RPAC.
La Loi confère un pouvoir de réglementation au gouverneur en
conseil relativement aux RPAC de compétence fédérale. Des règlements doivent être pris afin de déterminer les détails de l’application de diverses dispositions de la Loi nécessaires pour la
mise en œuvre et l’administration des RPAC.
The Pooled Registered Pension Plans Act (“the Act”) implements the federal portion of the framework for the establishment
and administration of PRPPs. PRPPs will be professionally administered, defined contribution pension plans targeted to employees and self-employed persons who do not have access to a
workplace pension plan. In 2010, more than 5 million Canadians
worked for small businesses and more than 2.5 million Canadians
were self-employed. PRPPs would pool the funds in the accounts
of participating employees and self-employed persons (i.e. members) to achieve low costs in relation to investment management
and plan administration. PRPPs are intended to have design features which will remove traditional barriers that might have kept
small- and medium-sized businesses from offering workplace
pension plans to their employees in the past. In particular, the
fiduciary obligations related to the management of the plan on
behalf of plan members would be shifted from the employer to
licensed administrators. In addition, responsibilities related to the
professional administration of the plan would be borne by the
licensed administrator.
The Act applies to PRPPs within the legislative authority of the
federal government, such as PRPPs offered to employees in the
telecommunications, banking and inter-provincial transportation
sectors. The Act also applies to persons employed in the Yukon,
the Northwest Territories and Nunavut, including the selfemployed. As with existing federally regulated registered pension
plans, the Superintendent of Financial Institutions would be responsible for the supervision of federally regulated PRPPs. In
order for PRPPs to be available to all employers, employees and
the self-employed across Canada, provincial enabling legislation
must also be implemented.
The Act provides regulation-making authority to the Governor
in Council for PRPPs within federal jurisdiction. Regulations are
required to prescribe details for the application of various provisions of the Act necessary for the implementation and administration of PRPPs.
2396
Canada Gazette Part I
August 11, 2012
The objective of the proposed Pooled Registered Pension
Plans Regulations (“the proposed Regulations”) is to address
provisions of the Act respecting
• the conditions that a corporation must meet in order to
be eligible for a licence authorizing it to be a PRPP
administrator;
• permitted investments made by administrators with a member’s funds as well as the way in which funds in a member’s
account must be held;
• the process by which an administrator offers a member investment options and how a member makes a choice, and details with respect to the investment options;
• details on inducements that will be permitted under the
Regulations;
• conditions for determining whether a PRPP is being provided
to members at low cost, as required by the Act;
• conditions under which a PRPP member is allowed to set his
or her contribution rate to 0%; and
• information that plan administrators must disclose to plan
members, employers and to the Superintendent of Financial
Institutions.
Further regulations will follow addressing the transfer of funds
from a member’s account, the manner and frequency of remittances, the form and content of notices, locking-in rules, variable
payments, electronic communications, and other technical rules
related to the implementation of the framework.
L’objectif du projet de Règlement sur les régimes de pension
agréés collectifs (« le projet de règlement ») consiste à traiter des
dispositions de la Loi concernant :
• les conditions que doit remplir une personne morale pour
pouvoir obtenir un permis l’autorisant à être un administrateur
des RPAC;
• les placements autorisés des fonds d’un participant qui sont
faits par des administrateurs et la façon dont le compte d’un
participant doit être détenu;
• le processus par lequel un administrateur offre des options de
placement à un participant et la façon dont ce dernier fait un
choix, ainsi que les détails sur les options de placement;
• les détails sur les incitatifs qui seront autorisés en vertu du
Règlement;
• les conditions permettant de déterminer si un RPAC offert aux
participants est peu coûteux, comme l’exige la Loi;
• les conditions dans lesquelles un participant à un RPAC est
autorisé à établir son taux de cotisation à 0 %;
• l’information que doivent divulguer les administrateurs du
régime aux participants du régime, aux employeurs et au surintendant des institutions financières.
Suivront d’autres dispositions réglementaires sur le transfert de
fonds d’un compte de participant, sur la façon d’effectuer les versements et leur fréquence, sur la forme et le contenu des avis, sur
les règles relatives à l’immobilisation des cotisations, sur les
paiements variables, sur les communications électroniques, ainsi
que sur d’autres règles techniques concernant la mise en œuvre du
cadre.
Description and rationale
Description et justification
Licensing
Permis
The Act provides that the Superintendent of Financial Institutions may issue a licence to any Canadian corporation that intends
to administer a PRPP and meets the conditions prescribed in the
proposed Regulations when applying to be an administrator. The
proposed Regulations would require the corporation to submit a
five-year business plan, demonstrate that it has the financial resources and operational capacity required to administer a PRPP,
demonstrate that the officers and directors are of good character,
and provide any other information required by the Superintendent
of Financial Institutions to assess against the criteria.
La Loi prévoit que le surintendant des institutions financières
peut délivrer un permis à toute personne morale canadienne qui
entend gérer un RPAC et qui satisfait aux conditions prévues dans
le projet de règlement lorsque ladite personne morale présente
une demande en vue de devenir administrateur. Le projet de règlement exigerait que la personne morale présente un plan
d’affaires quinquennal, établisse qu’elle dispose des ressources
financières et des ressources matérielles requises pour administrer
un RPAC, démontre que les dirigeants et les administrateurs
jouissent d’une bonne réputation, et fournisse toute autre information exigée par le surintendant des institutions financières à examiner en regard des critères.
Le surintendant des institutions financières percevrait des droits
de recouvrement des coûts auprès des administrateurs pour la
délivrance de permis et la surveillance continue des RPAC. La
Loi sur le surintendant des institutions financières confère au
surintendant des institutions financières le pouvoir de recouvrer
des coûts.
The Superintendent of Financial Institutions would levy costrecovery fees on administrators for the licensing and ongoing
supervision of PRPPs. The authority for the Superintendent of
Financial Institutions to recover costs is provided for through the
Office of the Superintendent of Financial Institutions Act.
Permitted investments
Placements autorisés
The proposed Regulations would include investment rules that
provide minimum safeguards to protect plan members’ interests,
as well as providing administrators with the flexibility to determine how they could best fulfill their duty under the Act to prudently invest the funds in members’ accounts. The proposed
Regulations would provide a quantitative limit on holdings to
limit concentration risk (i.e. a maximum of 10% of an individual
member’s assets can be invested in any one entity or associated
entities), provide a quantitative limit on control of corporations
(i.e. a maximum of 30% on voting rights to elect directors), and
limit administrators’ investments in related parties. The proposed
Regulations would also require that funds in members’ accounts
be held in a name that clearly indicates that the investments are
Le projet de règlement comprendrait des règles sur les placements qui prévoient des mesures minimales de protection des
intérêts des participants au régime et qui donnent aux administrateurs la souplesse d’établir la meilleure façon de s’acquitter de
leurs obligations prévues par la Loi en vue de placer de manière
prudente les fonds détenus dans les comptes des participants. Le
projet de règlement prévoirait une limite quantitative applicable
aux avoirs afin de restreindre le risque de concentration (c’est-àdire qu’un maximum de 10 % de l’actif d’un participant peut être
placé dans une entité ou dans des entités qui y sont associées),
une limite quantitative applicable au contrôle des sociétés (c’està-dire un maximum de 30 % des droits de vote à l’élection des
administrateurs), et limiterait les placements des administrateurs
Le 11 août 2012
Gazette du Canada Partie I
2397
held in trust for the plan, or in the name of a financial institution
in accordance with a custodial agreement entered into on behalf
of the plan (i.e. an agreement providing that members’ funds are
invested on behalf of members and the ownership can be traced to
members at any time).
dans les apparentés. Le projet de règlement exigerait également
que les fonds dans les comptes des participants soient détenus
sous un nom qui indique clairement que les placements sont détenus en fiducie pour le régime ou au nom d’une institution financière conformément à une entente de fiducie conclue au nom du
régime (c’est-à-dire une entente prévoyant que les fonds des participants sont placés au nom de ces derniers et que la propriété
peut être associée aux participants en tout temps).
Investment choices
Choix de placement
The Act requires that administrators must provide members
with a default investment option and may offer plan members
investment choices. The proposed Regulations would require that
administrators may provide plan members with a maximum of six
investment options (including the default option). The limit of six
investment options is intended to provide enough flexibility to
plan administrators to offer options of varying degrees of risk and
expected return. The proposed Regulations would provide that if
an administrator permits investment choice, the options must be
the same for all members of a plan, and a member would have
60 days to communicate his/her choice; otherwise, the default
option would automatically apply. The proposed Regulations
would also provide that an administrator would have to offer the
same default option for all of the plans that it administers. The
default option would be required to be a portfolio of investments
that takes into account a member’s age (for example, a life-cycle
fund where age is used as the primary factor to determine the
appropriate asset mix for a member) or is a balanced fund (for
example, a mix of investments that takes into account the characteristics of the group of employees as a whole).
La Loi exige que les administrateurs soient tenus de fournir aux
participants une option de placement par défaut et puissent offrir
des choix de placement aux participants au régime. Le projet de
règlement exigerait que les administrateurs puissent fournir aux
participants au régime un maximum de six options de placement
(dont l’option de placement par défaut). La limite de six options
de placement a pour but d’accorder suffisamment de souplesse
aux administrateurs du régime pour offrir des options comportant
divers niveaux de risque et de rendement escompté. Le projet de
règlement prévoirait que si un administrateur offre un choix de
placement, les options doivent être les mêmes pour tous les participants à un régime, et un participant disposerait de 60 jours pour
communiquer son choix; si ce délai n’est pas respecté, l’option de
placement par défaut s’appliquera automatiquement. Le projet de
règlement prévoirait en outre qu’un administrateur serait tenu
d’offrir la même option de placement par défaut pour tous les
régimes qu’il administre. L’option de placement par défaut devrait être constituée d’un portefeuille de placements qui tiendrait
compte de l’âge du participant (par exemple, un fonds de placement selon les étapes de la vie dans le cadre duquel l’âge est utilisé comme facteur principal pour établir la composition d’actifs
appropriée pour un participant) ou un fonds équilibré (par exemple, une composition de placements qui tient compte des caractéristiques du groupe de salariés pris globalement).
Permitted inducements
Incitatifs autorisés
Subject to the proposed Regulations, the Act prohibits PRPP
administrators from offering, and an employer from accepting,
inducements to enter into a contract to establish a PRPP. The
proposed Regulations would permit the administrator to offer and
the employer to accept certain inducements. In particular, the
administrator would be permitted to offer a product or service on
more favourable terms if it is for the equal benefit of the employees of that employer that are eligible to be members of the PRPP.
In order to promote competition, the proposed Regulations would
also permit the administrator to provide a payment to the employer that is no greater than the employer’s costs associated with
the transfer of assets from one PRPP to another.
Sous réserve du projet de règlement, la Loi interdit aux administrateurs des RPAC d’offrir et à un employeur d’accepter des
incitatifs dans le but de conclure un contrat pour établir un RPAC.
Le projet de règlement permettrait néanmoins à l’administrateur
d’offrir certains incitatifs et à l’employeur de les accepter. Plus
particulièrement, l’administrateur serait autorisé à offrir un produit ou un service dans des conditions plus favorables si ceux-ci
profitent également aux salariés de cet employeur qui sont admissibles à devenir participants au RPAC. Afin de promouvoir la
concurrence, le projet de règlement autoriserait également
l’administrateur à verser à l’employeur un paiement n’excédant
pas les frais engagés par l’employeur qui sont liés au transfert des
éléments d’actif d’un RPAC à un autre.
Low cost
Faible coût
The Act requires that PRPPs must be provided to members at a
low cost. The proposed Regulations would require that costs be at
or below those charged to members of defined contribution plans
that provide investment options to groups of 500 or more members. The costs would include all fees, levies or other charges that
reduce a member’s return on investment, other than those that are
triggered by the actions of the member. The costs of a PRPP provided by the administrator to self-employed members would be
required to be the same as those provided to employees of an
employer participating in a PRPP.
La Loi exige que les RPAC offerts aux participants soient peu
coûteux. Le projet de règlement exigerait que les coûts se situent
à un niveau égal ou inférieur à ceux qui sont imputés aux participants aux régimes à cotisation déterminée qui offrent des options
de placement à des groupes de 500 participants ou plus. Les coûts
comprendraient tous les frais, prélèvements ou autres dépenses
qui réduisent le rendement du placement d’un participant, outre
ceux qui découlent des décisions prises par le participant. Les
coûts d’un RPAC imputés par l’administrateur aux participants
qui sont des travailleurs autonomes devraient être les mêmes que
ceux qui sont imputés aux salariés d’un employeur qui participe à
un RPAC.
Contribution rate of 0%
Taux de cotisation à 0 %
The Act provides that, subject to the Regulations, a member
may, after notifying the administrator, set his or her contribution
La Loi prévoit que sous réserve du Règlement, un participant
peut établir son taux de cotisation à 0 % après en avoir informé
2398
Canada Gazette Part I
August 11, 2012
rate to 0%. The proposed Regulations would provide that members could set their contribution rate to 0% at any time after
12 months from when they begin to contribute to their PRPP
account. The proposed Regulations would also provide that the
contribution rate could be set to 0% for between 3 months and
5 years. In addition, there would be no limit on the number of
times that the contribution rate may be set to 0%. The administrator would be responsible for ensuring that the member’s contributions are set to 0%, and must provide the plan member with written confirmation of when the contribution rate will be set to 0%
and when contributions will resume. In addition, at least 90 days
prior to the day on which contributions are to resume, the administrator must provide the plan member with written notice of the
day of resumption and the contribution rate on resumption.
l’administrateur. Le projet de règlement prévoirait que les participants pourraient fixer leur taux de cotisation à 0 % en tout temps
après une période de 12 mois suivant le début des cotisations à
leur compte de RPAC. Le projet de règlement prévoirait en outre
que le taux de cotisation pourrait être fixé à 0 % pour une période
de 3 mois à 5 ans. De plus, il n’y aurait pas de limite au nombre
de fois que le taux de cotisation peut être établi à 0 %. L’administrateur serait chargé de veiller à ce que les cotisations du participant soient établies à 0 %, et devrait fournir au participant au
régime une attestation écrite de la date de l’établissement de ce
taux de cotisation à 0 % et de la reprise des cotisations. En outre,
au moins 90 jours avant la date prévue de reprise des cotisations,
l’administrateur doit donner au participant au régime un préavis
écrit de la date de reprise et du taux de cotisation à la reprise.
Rights to information
Droits à l’information
The Act requires that PRPP members and the Superintendent of
Financial Institutions must be provided with information as prescribed. In order to facilitate transparency and comparability
across PRPPs, the proposed disclosure requirements would apply
industry standards relating to the disclosure of mutual funds and
capital accumulation plans, as appropriate. Administrators would
be required to provide information on a Web site and on the request of a member or employer, such as a description of each
investment option, a statement of transfer options available to
plan members, and a description of any fees, charges or other
levies that will be triggered by the actions of the member. The
proposed Regulations would also require that members be provided with a written statement annually that would include information such as the investment option the member is invested in,
account balance information, a summary of transactions, and specific information related to the member’s investment option. The
proposed Regulations would also require administrators to provide an information return to the Superintendent of Financial
Institutions on an annual basis or at any other intervals that the
Superintendent directs. The information return would include
information such as the options offered to members, a breakdown
of costs charged to members for each investment option, any fees
triggered by the actions of members, total assets under the plan
and the default contribution rate set by the administrator.
La Loi exige que les participants aux RPAC et le surintendant
des institutions financières reçoivent l’information réglementaire.
Afin de faciliter la transparence et la comparabilité entre les
RPAC, les exigences de communication de renseignements qui
sont proposées appliqueraient les normes de l’industrie qui ont
trait à la communication des régimes de fonds communs de placement et d’accumulation du capital, selon le cas. Les administrateurs seraient tenus de fournir de l’information dans un site Internet et sur la demande d’un participant ou d’un employeur portant
notamment sur la description de chaque option de placement, le
relevé des options de transfert qui s’offrent aux participants au
régime et la description des frais, prélèvements ou autres dépenses découlant des décisions du participant. Le projet de règlement exigerait en outre que les participants reçoivent un relevé
annuel qui comprendrait notamment de l’information comme
l’option de placement retenue par le participant, des données sur
le solde du compte, un sommaire des opérations, ainsi que des
renseignements précis sur l’option de placement du participant.
Le projet de règlement exigerait par ailleurs que les administrateurs fournissent un rapport annuel au surintendant des institutions financières ou à d’autres intervalles établis par le surintendant. Le rapport comprendrait de l’information comme les options
offertes aux participants, la ventilation des coûts exigés des participants pour chaque option de placement, les frais découlant des
décisions prises par les participants, l’actif total sous le régime et
le taux de cotisation par défaut établi par l’administrateur.
Consultation
Consultation
The proposed Regulations have benefitted from review and
collaborative discussion with provincial and territorial officials.
Associations representing small businesses, employees, pension
funds, financial institutions and other stakeholders have also provided their views for consideration throughout the development
of the PRPP framework and the proposed Regulations.
Le projet de règlement a fait l’objet d’un examen et de discussions concertées avec des représentants provinciaux et territoriaux. Les associations qui représentent les petites entreprises, les
employés, les fonds de pension, les institutions financières et
d’autres intervenants ont également fait part de leurs points de
vue afin que ceux-ci soient pris en compte tout au long de l’élaboration du cadre des RPAC et du projet de règlement.
Les intervenants ont formulé des commentaires lors de la consultation publique sur l’instauration du cadre des RPAC, de même
que des observations écrites et des éléments de dialogue tout au
long de l’élaboration du projet de règlement. Le ministre d’État
(Finances) a également rencontré des propriétaires de petites entreprises et des représentants de Chambres de commerce partout
au pays pour répondre à des questions et demander de la rétroaction sur les RPAC. Dans l’ensemble, la réaction des intervenants
et des employeurs de divers secteurs de l’industrie aux RPAC
s’est révélée favorable.
Stakeholders provided comments through public consultation
with the introduction of the PRPP framework, as well as written
comments and dialogue throughout the development of the proposed Regulations. The Minister of State (Finance) also met with
small business owners and Chambers of Commerce across the
country to answer questions and solicit feedback on PRPPs.
Overall, reaction to PRPPs by various industry stakeholders and
employers has been positive.
Implementation, enforcement and service standards
Mise en œuvre, application et normes de service
The proposed Regulations will apply to federally regulated
PRPPs. The Superintendent of Financial Institutions, under the
direction of the Minister of Finance, is responsible for the control
and supervision of the administration of the Act. The Superintendent of Financial Institutions will be responsible for issuing
Le projet de règlement s’appliquera aux RPAC sous réglementation fédérale. Sous l’autorité du ministre des Finances, le surintendant des institutions financières est chargé de l’application de
la Loi. Le surintendant des institutions financières sera chargé de
délivrer des permis aux administrateurs et possède le pouvoir de
Le 11 août 2012
Gazette du Canada Partie I
2399
licences to administrators, and has the authority to compel information, issue a direction of compliance, and terminate a PRPP as
provided for in the Act. Through bilateral or multilateral agreements with provinces that enact similar legislation, the federal
government could authorize the Superintendent of Financial Institutions to exercise any powers of a supervisory authority of a
designated province, and authorize a supervisory authority of a
designated province to exercise any of the Superintendent’s powers under the Act.
rendre obligatoire la communication de renseignements, de donner une directive et de mettre fin à un RPAC comme le prévoit la
Loi. En vertu d’ententes bilatérales ou multilatérales conclues
avec les provinces qui adoptent des lois similaires, le gouvernement fédéral pourrait autoriser le surintendant des institutions
financières à exercer des pouvoirs de supervision d’une province
désignée, et autoriser une autorité de supervision d’une province
désignée à exercer l’un ou l’autre des pouvoirs du surintendant
prévus par la Loi.
Contact
Personne-ressource
Leah Anderson
Director
Financial Sector Division
Department of Finance
L’Esplanade Laurier, East Tower, 20th Floor
140 O’Connor Street
Ottawa, Ontario
K1A 0G5
Telephone: 613-992-6516
Fax: 613-943-8436
Email: leah.anderson@fin.gc.ca
Leah Anderson
Directrice
Division du secteur financier
Ministère des Finances
L’Esplanade Laurier, Tour Est, 20e étage
140, rue O’Connor
Ottawa (Ontario)
K1A 0G5
Téléphone : 613-992-6516
Télécopieur : 613-943-8436
Courriel : leah.anderson@fin.gc.ca
PROPOSED REGULATORY TEXT
PROJET DE RÉGLEMENTATION
Notice is hereby given that the Governor in Council, pursuant
to section 76 of the Pooled Registered Pension Plans Acta, proposes to make the annexed Pooled Registered Pension Plans
Regulations.
Interested persons may make representations concerning the
proposed regulations within 30 days after the date of publication
of this notice. All such representations must cite the Canada Gazette, Part I, and the date of publication of this notice, and be addressed to Leah Anderson, Director, Financial Sector Division,
Finance Canada, L’Esplanade Laurier, 140 O’Connor Street, Ottawa, Ontario K1A 0G5 (Tel.: 613-992-6516; Fax: 613-943-8436;
Email: leah.anderson@fin.gc.ca).
Ottawa, July 25, 2012
JURICA ČAPKUN
Assistant Clerk of the Privy Council
Avis est donné que le gouverneur en conseil, en vertu de l’article 76 de la Loi sur les régimes de pension agréés collectifs, se
propose de prendre le Règlement sur les régimes de pension
agréés collectifsa, ci-après.
Les intéressés peuvent présenter leurs observations au sujet du
projet de règlement dans les trente jours suivant la date de publication du présent avis. Ils sont priés d’y citer la Gazette du Canada Partie I, ainsi que la date de publication, et d’envoyer le tout à
Leah Anderson, directrice, Division du secteur financier, Finances Canada, L’Esplanade Laurier, 140, rue O’Connor, Ottawa
(Ontario) K1A 0G5 (tél. : 613-992-6516; téléc. : 613-943-8436;
courriel : leah.anderson@fin.gc.ca).
Ottawa, le 25 juillet 2012
Le greffier adjoint du Conseil privé
JURICA ČAPKUN
Definitions
“Act”
« Loi »
“child”
« enfant »
POOLED REGISTERED PENSION
PLANS REGULATIONS
RÈGLEMENT SUR LES RÉGIMES DE
PENSION AGRÉÉS COLLECTIFS
INTERPRETATION
DÉFINITIONS
1. The following definitions apply in these
Regulations.
“Act” means the Pooled Registered Pension Plans
Act.
“child”, in relation to a person, includes
(a) an individual of whom the person is the legal
parent;
(b) an individual who is wholly dependent on the
person for support and of whom the person has,
or immediately before the individual attained the
age of 19 years had, in law or in fact, the custody
and control;
1. Les définitions qui suivent s’appliquent au
présent règlement.
« action avec droit de vote » Action d’une personne
morale comportant — quelle qu’en soit la catégorie — un droit de vote en tout état de cause ou en
raison soit de la survenance d’un fait qui perdure,
soit de la réalisation d’une condition.
« apparenté » À l’égard d’un RPAC, se dit à l’égard
des personnes suivantes :
a) un dirigeant, un administrateur, un employé
ou un membre du conseil d’administration de
l’administrateur du RPAC;
———
———
a
a
S.C. 2012, c. 16
L.C. 2012, ch. 16
Définitions
« action avec
droit de vote »
“voting share”
« apparenté »
“related party”
2400
Canada Gazette Part I
“costs”
« coûts »
“debt
obligation”
« titre de
créance »
“entity”
« entité »
“loan”
« prêt »
“marketplace”
« marché »
“market value”
« valeur
marchande »
“mutual fund”
or “pooled
fund”
« caisse
commune » or
« fonds
commun »
“person”
« personne »
(c) a child of the person’s spouse or common-law
partner; and
(d) a spouse or common-law partner of a child of
the person.
“costs” means all fees, levies and other charges that
reduce a member’s return on investment other than
those that are triggered by the actions of the
member.
“debt obligation” means a bond, debenture, note or
other evidence of indebtedness of an entity.
“entity” means
(a) a corporation, trust, partnership or fund or an
unincorporated association or organization; or
(b) Her Majesty in right of Canada or of a province or the government of a foreign country or of
a political subdivision of a foreign country, or an
agency of any of them.
“loan” includes a deposit, financial lease, conditional sales contract, repurchase agreement and any
other similar arrangement for obtaining money or
credit, but does not include investments in securities or the making of an acceptance, endorsement
or other guarantee mechanism.
“marketplace” means
(a) an exchange;
(b) a quotation and trade reporting system;
(c) an entity not included in paragraph (a) or (b)
that
(i) constitutes, maintains or provides a market
or facility for bringing together buyers and
sellers of securities or derivatives,
(ii) brings together the orders for securities or
derivatives of multiple buyers and sellers, and
(iii) uses established, non-discretionary methods under which the orders interact with each
other and with which the buyers and sellers
entering the orders agree to the terms of a
trade.
“market value”, in respect of an asset, means the
price that would be obtained in the purchase or sale
of the asset in an open market under conditions
requisite to a fair transaction between parties who
are at arm’s length and acting prudently, knowledgeably and willingly.
“mutual fund” or “pooled fund” means a fund established as a trust or by a corporation that is
authorized to operate a fund in which moneys from
two or more depositors are accepted for investment
and in which shares allocated to each depositor
serve to establish the proportionate interest at any
time of each depositor in the assets of the fund.
“person” includes an entity.
“PRPP”
« RPAC »
“PRPP” means a pooled registered pension plan.
“related party”
« apparenté »
“related party”, in respect of a PRPP, means a
person — other than Her Majesty in right of
Canada or of a province, or an agency of either one,
August 11, 2012
b) la personne chargée de détenir ou d’investir
l’actif du RPAC ou un dirigeant, un administrateur ou un employé de cette personne;
c) un participant du RPAC;
d) l’époux ou conjoint de fait ou l’enfant de toute
personne visée à l’un des alinéas a) à c);
e) la personne morale contrôlée directement ou
indirectement par une personne visée à l’un des
alinéas a) à d);
f) l’entité dans laquelle une personne visée aux
alinéas a) ou b), l’époux ou conjoint de fait ou
l’enfant d’une telle personne a un intérêt de
groupe financier;
g) l’entité qui a un intérêt de groupe financier
dans l’administrateur du RPAC.
Sont exclus de la présente définition Sa Majesté du
chef du Canada ou d’une province et ses organismes, ainsi que toute banque, société de fiducie
ou autre institution financière qui détient l’actif du
RPAC sans être l’administrateur du RPAC.
« caisse commune » ou « fonds commun » Fonds
établi en fiducie ou par une personne morale
autorisée à exploiter un fonds dans lequel des
sommes d’argent provenant d’au moins deux
déposants sont acceptées à des fins de placement et
selon lequel les parts attribuées à chaque déposant
servent à établir sa participation proportionnelle à
l’actif du fonds.
« coûts » Ensemble des frais, prélèvements et autres dépenses réduisant le rendement des placements, à l’exception de ceux attribuables aux décisions prises par un participant à l’égard d’un
RPAC.
« enfant » À l’égard d’une personne :
a) l’individu dont la personne est légalement le
père ou la mère;
b) un individu qui est entièrement à la charge de
la personne et dont celle-ci a la garde et la surveillance, en droit ou de fait, ou les avait juste
avant que cet individu ait atteint l’âge de 19 ans;
c) un enfant de l’époux ou conjoint de fait de la
personne;
d) le conjoint d’un enfant de la personne.
« entité »
a) Personne morale, fiducie, société de personnes, fonds ou tout organisme ou association non
doté de la personnalité morale;
b) Sa Majesté du chef du Canada ou d’une province, le gouvernement d’un pays étranger ou de
l’une de ses subdivisions politiques, ou un organisme de l’un ou l’autre.
« fonds distinct » Fonds établi par une personne
morale autorisée à gérer un fonds dans lequel les
cotisations versées à un RPAC sont déposées et
dont l’actif est détenu aux seules fins de ce RPAC
ou aux fins de ce RPAC et d’au moins un autre
RPAC.
« Loi » La Loi sur les régimes de pension agréés
collectifs.
« caisse
commune » ou
« fonds
commun »
“mutual fund”
or “pooled
fund”
« coûts »
“costs”
« enfant »
“child”
« entité »
“entity”
« fonds
distinct »
“segregated
fund”
« Loi »
“Act”
Le 11 août 2012
“security”
« titre » ou
« valeur
mobilière »
“segregated
fund”
« fonds
distinct »
“transaction”
« transaction »
“voting share”
« action avec
droit de vote »
Indirect
investments
Gazette du Canada Partie I
2401
or a bank, trust company or other financial institution that holds the assets of the PRPP, if that person
is not the administrator of the PRPP — who is
(a) an officer, a director or an employee or a
member of the board of trustees of the administrator of the PRPP;
(b) responsible for holding or investing the assets
of the PRPP, or an officer, director or employee
of the person who is responsible for holding or
investing those assets;
(c) a member of the PRPP;
(d) the spouse or common-law partner or a child
of any person referred to in any of paragraphs (a)
to (c);
(e) a corporation that is directly or indirectly controlled by a person referred to in any of paragraphs (a) to (d);
(f) an entity in which a person referred to in paragraph (a) or (b), or the spouse or common-law
partner or a child of such a person, has a substantial investment; or
(g) an entity that holds a substantial investment
in the administrator of the PRPP.
“security” means
(a) in respect of a corporation, a share of any
class of shares of the corporation or a debt obligation of the corporation, and includes a warrant
of the corporation, but does not include a deposit
with a financial institution or a document evidencing such a deposit; and
(b) in respect of any other entity, any ownership
interest in or debt obligation of the entity.
“segregated fund” means a fund established by a
corporation that is authorized to operate a fund in
which contributions to a PRPP are deposited and
the assets of which are held exclusively for the
purposes of that PRPP or that PRPP and one or
more other PRPPs.
“transaction” includes
(a) the making of an investment in securities;
(b) the taking of an assignment of, or otherwise
acquiring, a loan made by a third party;
(c) the taking of a security interest in securities
or a hypothec on securities; and
(d) any modification, renewal or extension of a
prior transaction.
It does not include the making of a variable payment, the transfer of funds into a member’s account
or the withdrawal of funds from a member’s
account.
“voting share” means a share of any class of shares
of a corporation that carries voting rights under all
circumstances, by reason of an event that has occurred and is continuing or by reason of a condition
that has been fulfilled.
« marché » Selon le cas :
a) une bourse;
b) un système de cotation et de déclaration des
transactions;
c) une entité, autre que celle visée aux a) et b),
qui remplit les conditions suivantes :
(i) elle établit, maintient ou offre un marché ou
un mécanisme qui sert d’intermédiaire entre
les acheteurs et vendeurs de valeurs mobilières
ou de produits dérivés,
(ii) elle regroupe les ordres de nombreux acheteurs et vendeurs de valeurs mobilières ou de
produits dérivés,
(iii) elle utilise des méthodes éprouvées, non
discrétionnaires, selon lesquelles les ordres interagissent et les acheteurs et les vendeurs qui
passent des ordres s’entendent sur les conditions d’une transaction.
« personne » Est assimilée à une personne l’entité.
« marché »
“marketplace”
« prêt » Sont assimilés au prêt le dépôt, le créditbail, le contrat de vente conditionnelle, la convention de rachat et tout autre arrangement semblable
pour obtenir des fonds ou du crédit. La présente
définition ne vise pas les placements dans les
valeurs mobilières, les acceptations, les endossements et autres mécanismes de garantie.
« RPAC » Régime de pension agréé collectif.
« prêt »
“loan”
« titre » ou « valeur mobilière »
a) Dans le cas d’une personne morale, action de
toute catégorie ou titre de créance sur cette dernière, ainsi que le bon de souscription correspondant, mais à l’exclusion des dépôts effectués
auprès d’une institution financière ou des documents les attestant;
b) dans le cas de toute autre entité, titre de participation ou titre de créance y afférents.
« titre de créance » Tout document attestant l’existence d’une créance sur une entité et notamment
une obligation, une débenture ou un billet.
« transaction » Vise notamment :
a) tout placement dans des valeurs mobilières;
b) l’acquisition, notamment par cession, d’un
prêt consenti par un tiers;
c) la constitution d’une sûreté sur des titres;
d) la modification, le renouvellement ou la prolongation d’une transaction antérieure.
Ne sont pas visés par la présente définition le
versement de paiements variables, le transfert ou le
retrait de fonds dans le compte du participant.
« valeur marchande » À l’égard d’un élément d’actif, le prix qui serait obtenu lors de sa vente ou de
son achat sur un marché libre dans les conditions
nécessaires à une transaction équitable entre des
parties sans lien de dépendance qui agissent prudemment, en toute liberté et en pleine connaissance
de cause.
« titre » ou
« valeur
mobilière »
“security”
GENERAL
DISPOSITIONS GÉNÉRALES
2. For the purposes of these Regulations, the
making, holding or acquiring of an investment indirectly by an administrator on behalf of a PRPP,
the holding, acquiring or owning of property
2. Pour l’application du présent règlement, l’administrateur du RPAC, pour le compte du RPAC,
fait, détient ou acquiert indirectement un placement, détient ou acquiert indirectement un bien ou
« personne »
“person”
« RPAC »
“PRPP”
« titre de
créance »
“debt
obligation”
« transaction »
“transaction”
« valeur
marchande »
“market value”
Détention
indirecte
2402
Control
Presumed
control
Affiliates
Substantial
investment
Associated
Canada Gazette Part I
indirectly by an administrator on behalf of a PRPP
or the lending of money indirectly by an administrator on behalf of a PRPP includes the holding,
making, acquiring, owning or lending of an investment, a property or money, as the case may be, by a
mutual fund, a pooled fund, a trust fund or a segregated fund in which the funds of the member’s
account have been invested.
3. (1) For the purposes of these Regulations,
(a) a person or an administrator of a PRPP controls a corporation if securities of the corporation
to which are attached more than 50% of the votes
that may be cast to elect the directors of the corporation are beneficially owned by the person or
the administrator and the votes attached to those
securities are sufficient, if exercised, to elect a
majority of the directors of the corporation;
(b) a person or an administrator of a PRPP controls an unincorporated entity, other than a limited partnership, if more than 50% of the ownership interests into which the unincorporated
entity is divided are beneficially owned by the
person or the administrator and the person or the
administrator is able to direct the business and
affairs of the unincorporated entity;
(c) the general partner of a limited partnership
controls the limited partnership; and
(d) a trustee of a trust controls the trust.
(2) For the purpose of these Regulations, a person or the administrator of a PRPP who controls an
entity controls any other entity that is controlled by
the entity.
4. For the purposes of these Regulations, an entity is affiliated with another entity if the entity is
controlled by the other entity or if both entities are
controlled by the same person.
5. For the purposes of these Regulations, a person or an administrator of a PRPP has a substantial
investment in
(a) an unincorporated entity if the person or the
administrator, or an entity controlled by the person or the administrator, beneficially owns more
than 25% of the ownership interests in the unincorporated entity; and
(b) a corporation if
(i) the voting rights attached to voting shares
of the corporation that are beneficially owned
by the person or the administrator, or by an entity controlled by the person or the administrator, exceed 10% of the voting rights attached
to all of the outstanding voting shares of the
corporation, or
(ii) shares of the corporation that are beneficially owned by the person or the administrator, or by an entity controlled by the person or
the administrator, represent ownership of more
than 25% of the shareholders’ equity of the
corporation.
6. For the purposes of these Regulations, a person or an administrator of a PRPP is associated
with
(a) a corporation that the person or the administrator controls and every affiliate of every such
corporation;
August 11, 2012
en est indirectement le propriétaire, ou prête indirectement des sommes, notamment dans les cas où
l’entité qui, effectivement, fait, détient ou acquiert
le placement, détient ou acquiert le bien ou en est
propriétaire, ou prête les sommes, est une caisse
commune ou fonds commun, un fonds en fiducie
ou un fonds distinct dans lesquels les fonds détenus
dans le compte du participant ont été investis.
3. (1) Pour l’application du présent règlement :
a) a le contrôle d’une personne morale la personne ou l’administrateur d’un RPAC qui détient
la propriété effective de titres de la personne morale lui conférant plus de 50 % des droits de vote
dont l’exercice lui permet d’élire la majorité des
administrateurs de la personne morale;
b) a le contrôle d’une entité non constituée en
personne morale, à l’exception d’une société en
commandite, la personne ou l’administrateur du
RPAC qui en détient, à titre de véritable propriétaire, plus de 50 % des titres de participation et
qui a la capacité d’en diriger tant les activités
commerciales que les affaires internes;
c) a le contrôle d’une société en commandite le
commandité;
d) a le contrôle d’une fiducie le fiduciaire.
Contrôle
(2) Pour l’application du présent règlement, la
personne ou l’administrateur du RPAC qui contrôle
une entité contrôle toute autre entité contrôlée par
celle-ci.
4. Pour l’application du présent règlement, sont
du même groupe les entités dont l’une est contrôlée
par l’autre ou les entités qui sont contrôlées par la
même personne.
5. Pour l’application du présent règlement, une
personne ou l’administrateur d’un RPAC a un intérêt de groupe financier :
a) dans une entité non constituée en personne
morale, si l’un ou l’autre ou une entité qu’il
contrôle détient la propriété effective de plus
de 25 % de l’ensemble des titres de participation
de l’entité non constituée en personne morale;
b) dans une personne morale, si l’un ou l’autre
ou une entité qu’il contrôle détient la propriété
effective :
(i) soit d’un nombre total d’actions avec droit
de vote de la personne morale comportant plus
de 10 % des droits de vote attachés à
l’ensemble des actions avec droit de vote en
circulation de celle-ci,
(ii) soit d’un nombre total d’actions de la personne morale représentant plus de 25 % de
l’avoir des actionnaires de celle-ci.
Contrôle réputé
6. Pour l’application du présent règlement, une
personne ou l’administrateur d’un RPAC est associé, selon le cas :
a) à toute personne morale qu’il contrôle et à
toutes les entités membres du groupe de cette
personne morale;
Associé
Groupe
Intérêt de
groupe
financier
Le 11 août 2012
Gazette du Canada Partie I
(b) a person who controls the person or the
administrator;
(c) a partner who has a substantial investment in
a partnership in which the person or the administrator has a substantial investment;
(d) a trust or estate or succession in which the
person or the administrator has a substantial investment or for which the person or the administrator serves as trustee or in a similar capacity to
a trustee;
(e) the spouse or common-law partner of the person; and
(f) a brother, sister or child or other descendant
of the person, or the spouse or common-law
partner of any of them.
Prescribed
conditions
Permitted
investments
2403
b) à toute personne qui le contrôle;
c) à tout associé qui a un intérêt de groupe financier dans une société de personnes dans laquelle
la personne ou l’administrateur du RPAC a un
intérêt de groupe financier;
d) à toute fiducie ou succession dans laquelle il a
un intérêt de groupe financier ou pour laquelle il
agit comme fiduciaire ou assume des fonctions
analogues;
e) à son époux ou conjoint de fait;
f) à ses frères, sœurs, enfants ou autres descendants ou à leur époux ou conjoint de fait.
LICENSING
PERMIS D’ADMINISTRATEUR
7. For the purposes of subsection 11(1) of the
Act, the Superintendent may, on application, issue a
licence authorizing a corporation to be an administrator if
(a) the corporation submits to the Superintendent
a five-year business plan that includes
(i) the reasons why the corporation believes
that the PRPPs that it intends to administer
will be sustainable over the course of the business plan,
(ii) the number of pension plans that the corporation intends to have registered as PRPPs,
(iii) a description of how the corporation intends to meet the requirement to provide the
PRPP to its members at low cost, and
(iv) an estimate of the costs and of the fees,
levies or other charges that would be triggered
by the actions of a member;
(b) the corporation has the financial resources
required for the administration of a PRPP;
(c) the corporation has procedures in place that
are sufficient to identify, manage and control
risks associated with the PRPP;
(d) the corporation has the operational capability
to administer a PRPP;
(e) the officers and directors of the corporation
are of good character; and
(f) the corporation provides, on the request of the
Superintendent, any other document or information required to assess whether the corporation
meets the conditions set out in paragraphs (b)
to (e).
7. Pour l’application du paragraphe 11(1) de la
Loi, le surintendant peut, sur demande, délivrer un
permis d’administrateur à toute personne morale
qui satisfait aux conditions suivantes :
a) elle lui soumet un plan d’affaires quinquennal
comportant les éléments suivants :
(i) les raisons pour lesquelles elle croit que les
RPAC qu’elle prévoit administrer seront viables pendant toute la durée du plan,
(ii) le nombre de régimes qu’elle compte
agréer à titre de RPAC,
(iii) une description de la façon dont elle entend remplir les exigences pour offrir un
RPAC peu coûteux aux participants,
(iv) une évaluation des coûts, des frais,
des prélèvements et des autres dépenses pouvant découler des décisions prises par un
participant;
b) elle possède les ressources financières nécessaires pour gérer un RPAC;
c) elle a mis en place des moyens suffisants pour
déterminer, gérer et contrôler les risques liés au
RPAC;
d) elle possède les ressources matérielles pour
gérer un RPAC;
e) ses dirigeants et ses administrateurs ont une
bonne réputation;
f) elle fournit au surintendant, à sa demande, tout
autre document ou renseignement dont il a besoin pour vérifier le respect des exigences prévues aux alinéas b) à e).
PERMITTED INVESTMENTS
PLACEMENTS AUTORISÉS
8. (1) Every PRPP must provide that the funds in
a member’s account are to be
(a) invested in accordance with sections 9 to 14;
and
(b) invested
(i) in a name that clearly indicates that the investment is held in trust for the PRPP and, if
the investment is capable of being registered,
registered in that name,
(ii) in the name of a financial institution, or a
nominee of it, in accordance with a custodial
8. (1) Tout RPAC prévoit que les fonds détenus
dans le compte d’un participant sont placés :
a) conformément aux articles 9 à 14;
b) selon le cas :
(i) sous un nom qui indique clairement que le
placement est détenu en fiducie pour le
compte du RPAC, lequel placement est enregistré sous ce nom, s’il est de nature à être
enregistré,
(ii) sous le nom d’une institution financière ou
de son représentant, aux termes d’un accord ou
Conditions
réglementaires
Placements
permis
2404
Canada Gazette Part I
agreement or trust agreement that is entered
into on behalf of the PRPP with a financial
institution and that clearly indicates that the
investment is held for the PRPP, or
(iii) in the name of CDS Clearing and Depository Services Inc., or a nominee of it, in accordance with a custodial agreement or trust
agreement that is entered into on behalf of the
PRPP with a financial institution and that
clearly indicates that the investment is held for
the PRPP.
Custodial
agreement
10% limit
Exception
Exception
(2) For the purposes of subsection (1), a custodial agreement must provide that an investment
made or held on behalf of a PRPP under the agreement shall not at any time constitute an asset of the
custodian or nominee.
9. (1) The administrator of a PRPP must not directly or indirectly invest more than 10% of the total
market value of the funds in a member’s account in,
or lend more than 10% of the total market value of
the funds in a member’s account to
(a) any one person;
(b) associated persons; or
(c) affiliated corporations.
(2) Subsection (1) does not apply in respect of
the funds in a member’s account that are held by a
bank, trust company or other financial institution to
the extent that the funds are fully insured by the
Canada Deposit Insurance Corporation, by Assuris
or by any similar provincial body established for
the purpose of providing insurance against loss of
deposits with trust companies or other financial
institutions.
(3) Subsection (1) does not apply in respect of
investments
(a) in a segregated fund, mutual fund or pooled
fund that meets the requirements of sections 10
to 14;
(b) in an unallocated general fund of a person authorized to carry on a life insurance business in
Canada;
(c) that are made in accordance with sections 12
to 14 of Schedule III to the Pension Benefits
Standards Regulations, 1985;
(d) in securities issued or fully guaranteed by the
Government of Canada, the government of a
province, or an agency of either one;
(e) in a fund composed of mortgage-backed securities that are fully guaranteed by the Government of Canada, the government of a province,
or an agency of either one;
(f) in a fund that replicates the composition of a
widely recognized index of a broad class of securities traded at a marketplace; or
(g) that involves the purchase of a contract
or agreement in respect of which the return is
based on the performance of a widely recognized
index of a broad class of securities traded at a
marketplace.
August 11, 2012
d’une convention de fiducie conclue avec
l’institution financière pour le compte du
RPAC, lequel accord ou convention indique
clairement que le placement est détenu pour le
compte du RPAC,
(iii) sous le nom de Services de dépôt et
de compensation CDS inc. ou de son représentant, aux termes d’un accord ou d’une convention de fiducie conclue avec une institution
financière pour le compte du RPAC, lequel
accord ou convention indique clairement que
le placement est détenu pour le compte du
RPAC.
(2) Pour l’application du paragraphe (1), l’accord
de fiducie précise qu’un placement effectué ou
détenu pour le compte du RPAC aux termes de
celui-ci ne doit jamais constituer un actif du fiduciaire ou de son représentant.
9. (1) L’administrateur d’un RPAC ne peut, directement ou indirectement, prêter ou effectuer des
placements totalisant plus de 10 % de la valeur
marchande des fonds détenus dans le compte d’un
participant auprès des personnes suivantes :
a) une seule personne;
b) des personnes associées;
c) des personnes morales faisant partie du même
groupe.
(2) Le paragraphe (1) ne s’applique pas aux
fonds détenus dans le compte du participant par une
banque, une société de fiducie ou une autre institution financière si ces fonds sont entièrement assurés
par la Société d’assurance-dépôts du Canada, par
Assuris ou par un organisme provincial analogue
constitué pour fournir une assurance contre les risques de perte des dépôts auprès de sociétés de fiducie ou d’autres institutions financières.
(3) Le paragraphe (1) ne s’applique pas aux
placements effectués :
a) dans des fonds distincts ou des caisses communes ou des fonds communs qui satisfont aux
exigences prévues aux articles 10 à 14;
b) dans un fonds général non réparti d’une
personne autorisée à effectuer des transactions
d’assurance-vie au Canada;
c) conformément aux articles 12 à 14 de l’annexe III du Règlement de 1985 sur les normes de
prestation de pension;
d) dans des titres ou des valeurs mobilières émis
ou entièrement garantis par le gouvernement
du Canada ou d’une province ou par un de ses
organismes;
e) dans un fonds composé de titres hypothécaires
entièrement garantis par le gouvernement du
Canada ou d’une province ou par un de ses
organismes;
f) dans un fonds dont la composition ressemble à
celle d’un indice généralement reconnu comptant
une vaste gamme de titres négociés sur un
marché;
g) dans l’achat d’un contrat ou d’un accord dont
le rendement est fondé sur un indice généralement reconnu comptant une vaste gamme de titres négociés sur un marché.
Accord de
fiducie
Total de 10 %
Exception
Exceptions
Le 11 août 2012
Voting shares
Exception
Related party
transactions
Prohibition —
related party
12-month
period
Exception —
services of a
related party
Exception —
securities of a
related party
10. (1) The administrator of a PRPP must not,
directly or indirectly, invest the assets of the PRPP
in the securities of a corporation to which are attached more than 30% of the votes that may be cast
to elect the directors of the corporation.
(2) Subsection (1) does not apply to investments
that are made in accordance with sections 12 to 14
of Schedule III to the Pension Benefits Standards
Regulations, 1985.
11. For the purposes of sections 12 and 13,
(a) if a transaction is entered into by, or on behalf of, a PRPP with a person who the administrator of the PRPP, or any person acting on the
administrator’s behalf, knows will become a related party to the PRPP, the person is considered
to be a related party of the PRPP in respect of the
transaction; and
(b) the fulfilment of an obligation under the
terms of any transaction, including the payment
of interest on a loan or deposit, is part of the
transaction and not a separate transaction.
12. (1) Subject to sections 13 and 14, the administrator of a PRPP must not, directly or indirectly,
(a) lend the funds in a member’s account to a related party or invest those funds in the securities
of a related party; or
(b) enter into a transaction with a related party on
behalf of the PRPP.
(2) Subject to sections 13 and 14, during the period of 12 months after the day on which a person
ceases to be a related party of a PRPP, the administrator of the PRPP must not, directly or indirectly,
(a) lend the funds in a member’s account to that
person or invest those funds in the securities of
that person; or
(b) enter into a transaction with that person on
behalf of the PRPP.
13. (1) The administrator of a PRPP may engage
the services of any related party for the operation or
administration of the PRPP under terms and conditions that are not less favourable than those, including those relating to price, rent or interest rate, that
would apply to a similar transaction in an open
market under conditions requisite to a fair transaction between parties who are at arm’s length and
acting prudently, knowledgeably and willingly.
(2) The administrator of a PRPP may invest in
the securities of a related party that are
(a) held by a segregated fund, mutual fund or
pooled fund that meets the requirements of sections 9 to 14 and that is offered to investors other
than the administrator and its affiliates and in
which other investors invest;
(b) held by a fund that replicates the composition
of a widely recognized index of a broad class of
securities traded at a marketplace; or
(c) issued or fully guaranteed by the Government
of Canada, the government of a province or an
agency of either one.
Gazette du Canada Partie I
2405
10. (1) L’administrateur d’un RPAC ne peut, directement ou indirectement, investir l’actif du
RPAC dans les titres d’une personne morale comportant plus de 30 % des droits de vote requis pour
élire les administrateurs de cette personne morale.
(2) Le paragraphe (1) ne s’applique pas aux placements effectués conformément aux articles 12 à
14 de l’annexe III du Règlement de 1985 sur les
normes de prestation de pension.
11. Pour l’application des articles 12 et 13 :
a) lorsque le RPAC, ou quiconque agit pour le
compte de celui-ci, prend part à une transaction
avec une personne dont l’administrateur, ou quiconque agit pour celui-ci, sait qu’elle deviendra
apparentée au RPAC, cette personne est réputée
y être apparentée en ce qui touche la transaction;
b) l’exécution d’une obligation liée à une transaction, y compris le paiement d’intérêts sur un
prêt ou un dépôt, fait partie de celle-ci et ne
constitue pas une transaction distincte.
Droits de vote
12. (1) Sous réserve des articles 13 et 14, l’administrateur d’un RPAC ne peut, directement ou
indirectement :
a) prêter les fonds détenus dans le compte d’un
participant à un apparenté ou les investir dans les
valeurs mobilières de ce dernier;
b) prendre part à une transaction avec un apparenté pour le compte du RPAC.
(2) Sous réserve des articles 13 et 14, l’administrateur d’un RPAC ne peut, directement ou indirectement, dans les douze mois suivant la date où une
personne cesse d’être apparentée au RPAC :
a) prêter les fonds détenus dans le compte d’un
participant à cette personne ou les investir dans
les valeurs mobilières de celle-ci;
b) prendre part à une transaction avec cette
personne pour le compte du RPAC.
13. (1) L’administrateur d’un RPAC peut recourir aux services d’un apparenté pour l’administration et le fonctionnement d’un RPAC à des
conditions au moins aussi favorables que celles —
notamment en matière de prix, loyer ou taux
d’intérêt — qui sont normales pour une transaction
semblable sur un marché libre dans les conditions
nécessaires à une transaction équitable entre des
parties sans lien de dépendance qui agissent prudemment, en toute liberté et en pleine connaissance
de cause.
(2) L’administrateur d’un RPAC peut investir
dans les valeurs mobilières d’un apparenté si ces
valeurs sont :
a) détenues dans une caisse commune ou un
fonds commun, ou un fonds distinct qui satisfait
aux exigences prévues aux articles 9 à 14 et qui
est offert aux investisseurs autres que l’administrateur et les entités faisant partie de son
groupe et dans lequel d’autres investisseurs ont
des placements;
b) détenues dans un fonds dont la composition
ressemble à celle d’un indice généralement reconnu comptant une vaste gamme de titres négociés sur un marché;
Interdictions —
transactions
entre
apparentés
Exception
Transactions
entre
apparentés
Délai de douze
mois
Exception :
services d’un
apparenté
Exception :
valeurs
mobilières d’un
apparenté
2406
Canada Gazette Part I
August 11, 2012
c) des titres émis ou entièrement garantis par le
gouvernement du Canada ou d’une province ou
par un de ses organismes.
Nonapplication
14. Sections 4 to 12 do not apply in respect of
(a) investments in a corporation that are held by,
or on behalf of, a PRPP as a result of an
arrangement, within the meaning of subsection 192(1) of the Canada Business Corporations
Act, for the reorganization or liquidation of the
corporation or for the amalgamation of the corporation with another corporation, if the investments are to be exchanged for shares or debt
obligations; or
(b) assets that are acquired by, or on behalf of, a
PRPP through the realization of a security interest or a hypothec held by, or on behalf of, the
PRPP and that are held for a period not exceeding two years from the day on which the assets
were acquired.
14. Les articles 4 à 12 ne s’appliquent pas :
a) aux placements dans une personne morale qui
sont détenus par un RPAC ou pour son compte
dans le cadre d’un arrangement — au sens du paragraphe 192(1) de la Loi canadienne sur les sociétés par actions — de réorganisation ou de
liquidation de la personne morale ou d’une convention de fusion de la personne morale avec une
autre, s’ils doivent être échangés contre des actions ou des titres de créance;
b) aux éléments d’actif qui sont acquis par le
RPAC ou pour son compte par l’effet de la réalisation d’une sûreté détenue par le RPAC ou pour
son compte, et qui sont détenus pendant une période maximale de deux ans suivant la date de
leur acquisition.
Exceptions
INVESTMENT CHOICES
CHOIX DE PLACEMENT
Default
option —
prescribed
period
15. For the purposes of subsection 23(3) of the
Act, if a member does not make an investment
choice referred to in subsection 23(1) of the Act
within the 60-day period referred to in paragraph 41(2)(a) of the Act, the investment option
chosen by the administrator as the default option
will apply to the member’s account.
15. L’option de placement par défaut prévue au
paragraphe 23(3) de la Loi s’applique à l’égard du
compte de tout participant n’ayant pas exercé le
choix prévu au paragraphe 23(1) de la Loi dans les
soixante jours suivant l’avis écrit prévu à l’alinéa 41(2)a) de la Loi.
Option de
placement par
défaut
Default option
16. (1) An administrator of a PRPP must offer
the same default option for all of the PRPPs that it
administers.
16. (1) L’option de placement par défaut est la
même pour tous les RPAC administrés par un
même administrateur.
Option de
placement par
défaut
Default
option —
investments
(2) The default option shall be
(a) a balanced fund; or
(b) a portfolio of investments that takes into account a member’s age.
(2) L’option prévoit :
a) un fonds équilibré;
b) un portefeuille de placements tenant compte
de l’âge du participant.
Caractéristiques de
l’option de
placement par
défaut
Investment
options
17. The administrator of a PRPP must provide
(a) no more than six investment options — including the default option — in the PRPP; and
(b) the same investment options to all members
of the PRPP.
17. L’administrateur d’un RPAC offre :
a) au plus six options de placement, dont l’option
de placement par défaut;
b) les mêmes options de placement à tous les
participants.
Choix
d’options de
placement
Changes to
investment
choice —
administrator
18. (1) If an investment option chosen by a
member will no longer be available, the administrator of a PRPP must notify the member.
18. (1) Si une option de placement n’est plus offerte l’administrateur en avise le participant.
Changement
d’option de
placement
Default options
(2) If the member does not choose another investment option within 60 days after the notification, the administrator must invest the member’s
funds in an option that is similar to the prior option
or in the default option.
(2) Si le participant ne choisit pas une nouvelle
option de placement dans les soixante jours suivant
l’avis, l’administrateur du RPAC place les fonds du
participant dans une option semblable à l’option
initiale ou dans l’option de placement par défaut.
Option par
défaut
No charge
(3) There shall be no fee, charge or other levy associated with the transfer of the funds in a member’s account into a new investment option.
(3) Aucuns frais, aucun prélèvement ou aucune
autre dépense ne peuvent être facturés au compte
du participant à l’égard d’un transfert de fonds de
son compte dans une nouvelle option.
Transfert de
fonds
PERMITTED INDUCEMENTS
INCITATIFS AUTORISÉS
19. An administrator may give, offer or agree to
give or offer to an employer and an employer may
demand, accept or offer or agree to accept from an
19. Un administrateur peut donner, offrir ou
convenir de donner ou d’offrir à un employeur un
incitatif pour l’amener à conclure un contrat avec
Permitted
inducements
Incitatifs
autorisés
Le 11 août 2012
Gazette du Canada Partie I
administrator, as an inducement to enter into a contract with the administrator in respect of a PRPP
(a) a product or a service on more favourable
terms or conditions than the administrator would
otherwise offer if the inducement is for the equal
benefit of the employees of that employer who
are eligible to be members of the PRPP; or
(b) in relation to a transfer of assets into the
PRPP administered by the administrator, an
amount no greater than the employer’s costs associated with the transfer of assets into that
PRPP.
Criteria
Condition
Duration
Contents of
notice
Duties
of
administrator
Information to
be
provided
lui en vue d’offrir un RPAC et l’employeur peut
exiger, accepter, convenir ou offrir d’accepter de
l’administrateur un incitatif pour conclure un
contrat avec ce dernier à cette même fin, dans les
cas suivants :
a) l’incitatif — sous forme de produit ou de service — est plus avantageux que ne l’aurait été
ce même service ou produit sans la conclusion
d’une entente de RPAC et l’avantage est le
même pour tout employé admissible au RPAC;
b) s’agissant du transfert des actifs du RPAC géré par l’administrateur, une somme égale ou inférieure aux coûts liés au transfert dans le nouveau
RPAC est consentie.
LOW COST PLAN
RÉGIME PEU COÛTEUX
20. The following criteria shall be used to determine whether a PRPP is being provided to its
members at low cost:
(a) that costs are to be at or below those incurred
by members of defined contribution plans that
provide investment options to groups of 500 or
more members; and
(b) that costs are to be the same for all members
of a PRPP.
20. Les critères ci-après doivent servir à établir si
un RPAC offert aux participants est peu coûteux :
a) les coûts sont égaux ou inférieurs à ceux des
régimes à cotisations déterminées visant cinq
cents personnes ou plus et offrant des choix de
placements;
b) les coûts sont les mêmes pour tous les
participants.
0% CONTRIBUTION RATE
TAUX DE COTISATION À 0 %
21. (1) A member may set a contribution rate of
0% if 12 months have elapsed since the member’s
contributions to the PRPP began.
(2) The rate may be set at 0% for a period of 3 to
60 months. There is no limit on the number of
times that the rate may be set at 0%.
21. (1) Tout participant cotisant à un RPAC depuis plus de douze mois peut établir le taux de ses
cotisations à 0 %.
(2) Le taux de cotisation à 0 % peut être établi
pour une période de trois à soixante mois et aucune
limite n’est fixée quant au nombre de fois qu’il peut
en être ainsi.
(3) Le participant présente par écrit à l’administrateur du RPAC l’avis prévu au paragraphe 45(2)
de la Loi, comportant les renseignements suivants :
a) les nom et coordonnées du participant et le
nom de l’employeur;
b) la période pendant laquelle s’applique le taux
de cotisation à 0 %.
(4) L’administrateur du RPAC prend les mesures
suivantes:
a) dans les soixante jours suivant l’avis donné à
l’administrateur au titre du paragraphe 45(2) de
la Loi :
(i) il transmet au participant une attestation de
la date à laquelle les cotisations seront établies
à 0 % et de celle à laquelle elles seront
rétablies,
(ii) il s’assure que l’employeur établit le taux
de cotisation à 0 %;
b) dans les quatre-vingt-dix jours précédant le rétablissement des cotisations, il transmet au participant un avis indiquant la date de la reprise des
cotisations et leurs taux.
(3) The notice to be provided to the administrator
under subsection 45(2) of the Act must be in writing and shall include
(a) the member’s name and contact information
and the name of the member’s employer; and
(b) the period for which the contribution rate is
to be set at 0%.
(4) The administrator must
(a) no more than 60 days after the day on which
the administrator is notified under subsection 45(2) of the Act
(i) provide the member with written confirmation of when the contribution rate will be set at
0% and when contributions will resume, and
(ii) ensure that the member’s contribution rate
is set at 0%; and
(b) no fewer than 90 days before the day
on which contributions are to resume, provide
the member with written notice of the day of
resumption and the contribution rate on
resumption.
2407
RIGHTS TO INFORMATION
DROIT À L’INFORMATION
22. For the purposes of subparagraph 57(1)(a)(ii)
of the Act, a PRPP must provide that each member
22. Pour l’application du sous-alinéa 57(1)a)(ii)
de la Loi, le RPAC prévoit que tout participant et
Critères
Condition
Période
Contenu de
l’avis
Obligations de
l’administrateur
du RPAC
Renseignements
à fournir
2408
Canada Gazette Part I
Prescribed
information —
written
statement
Information
return —
prescribed
information
and each employer that is participating in the PRPP
will be given
(a) on a website and, on the request of a member,
directly to the member or employer, as the case
may be
(i) a description of each investment option including its name, type of investments, investment objective, asset allocation, top 10 holdings by market value, costs, the degree of risk
associated with the investment option and its
performance history,
(ii) a statement of the transfer options available to a member and the costs associated with
those options, and
(iii) a description of any fees, levies or other
charges that would be triggered by the actions
of a member; and
(b) on the request of a member, the details of any
transactions that have occurred to date for the
year in the member’s account, including any
fees, levies or other charges incurred.
23. For the purposes of subparagraph 57(1)(b)(ii)
of the Act, the written statement must show
(a) the investment option in which the member is
contributing;
(b) account balance information for the year, including the opening balance, contributions, the
net change in the value of the investments and
the closing balance;
(c) a summary of any transactions for the year;
(d) the name and description of the benchmark
that best reflects the composition of the member’s investment option as well as an explanation
of the choice of the benchmark;
(e) the historical performance of the member’s
investment option over 1, 3, 5 and 10 years compared to that of the benchmark;
(f) the degree of risk associated with the investment option;
(g) that past performance of the investment
option is not necessarily an indication of future
performance;
(h) any costs, expressed as a fixed amount or
percentage, as the case may be;
(i) any fees, levies or other charges triggered by
the actions of a member; and
(j) how to access the information referred to in
this section.
24. For the purposes of subsection 58(1) of the
Act, an information return shall contain
(a) a list of the investment options offered by the
administrator that identifies the default option;
(b) an indication of the performance of each investment option;
(c) a list of the costs in relation to each investment option;
(d) a list of any fees, levies or charges triggered
by the actions of a member;
August 11, 2012
tout employeur participant doit recevoir les renseignements suivants :
a) sur un site Web ou, à sa demande,
personnellement :
(i) une description de chaque option de placement offerte, notamment les nom et le type de
placements, les objectifs de placement, la répartition des actifs et les dix placements les
plus importants en valeur marchande de
l’option, les coûts, le niveau de risques et le
profil de rendement antérieur de l’option,
(ii) une description des options de transfert
d’actifs offertes et des coûts liés à chacune de
ces options,
(iii) une description des frais, prélèvements et
autres dépenses découlant des décisions prises
par le participant;
b) sur demande du participant, les détails de
toute transaction réalisée au cours d’une année
dans le compte de celui-ci, y compris tous frais,
prélèvements et autres dépenses.
23. Pour l’application du sous-alinéa 57(1)b)(ii)
de la Loi, les renseignements ci-après figurent au
relevé transmis au participant :
a) l’option de placement du participant;
b) l’information sur le solde du compte, notamment le solde d’ouverture, les cotisations, la variation nette dans la valeur des placements et le
solde de fermeture, pour l’année;
c) un résumé de toute transaction effectuée dans
l’année;
d) le nom et la description de l’indice de référence qui reflète le mieux le contenu de l’option
de placement ainsi qu’une explication du choix
de cet indice de référence;
e) le profil de rendement antérieur de l’option de
placement pour une, trois, cinq et dix années,
comparativement à celui de l’indice de référence;
f) le niveau de risque que présente l’option de
placement;
g) une déclaration selon laquelle le rendement
antérieur de l’option de placement n’est pas nécessairement une indication de son rendement
futur;
h) les coûts, exprimés en taux fixe ou en
pourcentage;
i) les frais, les prélèvements et les autres dépenses découlant des décisions prises par le
participant;
j) une indication des moyens d’obtenir les renseignements visés au présent article.
24. Pour l’application du paragraphe 58(1) de la
Loi, l’état relatif au RPAC contient les renseignements suivants :
a) la liste des options de placement, y compris
l’option de placement par défaut dûment
identifiée;
b) le rendement de chacune des options de
placement;
c) les coûts liés à chacune des options de
placement;
Contenu du
relevé
Renseignements
sur l’état relatif
au RPAC
Le 11 août 2012
Gazette du Canada Partie I
(e) a statement of the total assets of the PRPP
and of the amounts held in each investment
option;
(f) a statement of the asset allocation and a list of
the investments held in each investment option;
(g) the default contribution rate set by the
administrator;
(h) a list of the employers who are or had been
participating in the PRPP;
(i) the number of members in the PRPP;
(j) an auditor’s report on the assets of the PRPP;
and
(k) a certificate of the administrator or any person preparing, compiling or filing any information on their behalf that certifies that the information provided to the Superintendent is accurate.
Registration
d) les frais, prélèvements et autres dépenses découlant des décisions prises par le participant;
e) une mention de la somme totale de l’actif du
RPAC et de sa répartition dans chacune des options de placement;
f) une mention de l’actif de chacune des options
et la liste du portefeuille de placements de chacune d’entre elles;
g) le taux de cotisation par défaut établi par
l’administrateur du RPAC;
h) la liste des employés qui contribuent ou ont
contribué au RPAC;
i) le nombre de participants du RPAC;
j) un rapport d’un vérificateur relativement à
l’actif du RPAC;
k) une attestation de l’administrateur, ou de toute
personne recueillant et déclarant les renseignements pour le compte de celui-ci, selon laquelle
les renseignements transmis au surintendant sont
véridiques.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
25. These Regulations come into force on the
day on which they are registered.
25. Le présent règlement entre en vigueur à la
date de son enregistrement.
[32-1-o]
2409
Entrée en
vigueur
[32-1-o]
Le 11 août 2012
Gazette du Canada Partie I
INDEX
Vol. 146, No. 32 — August 11, 2012
(An asterisk indicates a notice previously published.)
COMMISSIONS
Canada Revenue Agency
Income Tax Act
Revocation of registration of charities ..............................
Canadian International Trade Tribunal
Notice No. HA-2012-008 — Appeal ................................
Canadian Radio-television and Telecommunications
Commission
Decisions
2012-417 and 2012-419 ....................................................
* Notice to interested parties ................................................
Part 1 applications ................................................................
National Energy Board
Manitoba Hydro — Amendment to Permit EPE-35
to allow an increase in export of energy to
Great River Energy .......................................................
Public Service Commission
Public Service Employment Act
Permission and leave granted (Skeete, Christopher).........
Permission granted (Austin, Samuel)................................
GOVERNMENT NOTICES
Environment, Dept. of the
Canadian Environmental Protection Act, 1999
Significant New Activity Notice No. 16774 .....................
Industry, Dept. of
Electricity and Gas Inspection Act
Delegation of authorities by the President of
Measurement Canada....................................................
Public Safety and Emergency Preparedness, Dept. of
Criminal Code
Designation as fingerprint examiner .................................
Revocation of designation as fingerprint examiner...........
Transport, Dept. of
Canada Marine Act
Toronto Port Authority — Supplementary letters
patent.............................................................................
2293
2294
2296
2295
2295
2297
2298
2298
2286
2288
2289
2289
2290
MISCELLANEOUS NOTICES
ASSOCIATION DES GESTIONNAIRES
CRÉDIT-CAMIONNAGE INC. (L’), surrender of
charter ...............................................................................
* Dexia Crédit Local S.A., release of assets .........................
IFA 2009 Canada Vancouver Congress, surrender of
charter ...............................................................................
* Kingston and Pembroke Railway Company (The),
annual general meeting .....................................................
* Lake Erie and Northern Railway Company (The),
annual general meeting .....................................................
* Manitoba and North Western Railway Company of
Canada, annual general meeting .......................................
* Montreal and Atlantic Railway Company (The),
annual general meeting .....................................................
Québec, Ministère des Transports du, bridge on road 117
over Endormi Lake, Que...................................................
* RedBrick Bank, application to establish a bank ................
Victoria, City of, demolition and replacement of the
Johnson Street Bridge over Victoria Harbour, B.C. .........
2411
2299
2299
2300
2300
2300
2301
2301
2301
2302
2299
PARLIAMENT
Chief Electoral Officer
Canada Elections Act
Deregistration of a registered electoral district
association..................................................................... 2292
House of Commons
* Filing applications for private bills (First Session,
Forty-First Parliament).................................................. 2292
PROPOSED REGULATIONS
Finance, Dept. of
Pooled Registered Pension Plans Act
Pooled Registered Pension Plans Regulations .................. 2395
Immigration and Refugee Board
Immigration and Refugee Protection Act
Refugee Appeal Division Rules........................................ 2360
Refugee Protection Division Rules ................................... 2304
SUPPLEMENTS
Chief Electoral Officer
Electoral districts — Proposal for the province of
Saskatchewan (Published separately)
2412
Canada Gazette Part I
August 11, 2012
INDEX
Vol. 146, no 32 — Le 11 août 2012
(L’astérisque indique un avis déjà publié.)
AVIS DIVERS
ASSOCIATION DES GESTIONNAIRES
CRÉDIT-CAMIONNAGE INC. (L’), abandon de
charte ................................................................................
* Banque de Brique Rouge, demande de constitution
d’une banque.....................................................................
* Chemin de fer du Lac Érié et du Nord (Le), assemblée
générale annuelle ..............................................................
* Compagnie du chemin de fer de Kingston à Pembroke,
assemblée générale annuelle .............................................
* Compagnie du chemin de fer de Montréal à
l’Atlantique, assemblée générale annuelle........................
* Compagnie du chemin de fer du Manitoba et du
Nord-Ouest du Canada, assemblée générale annuelle ......
* Dexia Crédit Local S.A., libération d’actif ........................
IFA 2009 Canada Vancouver Congress, abandon de
charte ................................................................................
Québec, ministère des Transports du, pont sur la
route 117 au-dessus du lac Endormi (Qc) .........................
Victoria, City of, démolition et remplacement du pont
Johnson Street au-dessus du havre de Victoria (C.-B.).....
AVIS DU GOUVERNEMENT
Environnement, min. de l’
Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999)
Avis de nouvelle activité no 16774 ...................................
Industrie, min. de l’
Loi sur l’inspection de l’électricité et du gaz
Délégation de pouvoirs par le président de Mesures
Canada ..........................................................................
Sécurité publique et de la Protection civile, min. de la
Code criminel
Désignation à titre de préposé aux empreintes
digitales.........................................................................
Révocation de nomination à titre de préposé aux
empreintes digitales.......................................................
Transports, min. des
Loi maritime du Canada
Administration portuaire de Toronto — Lettres patentes
supplémentaires.............................................................
2299
2302
2300
2300
2301
2301
2299
2300
2301
2299
2286
2288
2289
2289
2290
COMMISSIONS
Agence du revenu du Canada
Loi de l’impôt sur le revenu
Révocation de l’enregistrement d’organismes de
bienfaisance ..................................................................
Commission de la fonction publique
Loi sur l’emploi dans la fonction publique
Permission accordée (Austin, Samuel) .............................
Permission et congé accordés (Skeete, Christopher) ........
Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications
canadiennes
* Avis aux intéressés ............................................................
Décisions
2012-417 et 2012-419.......................................................
Demandes de la partie 1........................................................
Office national de l’énergie
Manitoba Hydro — Modification du permis EPE-35
pour autoriser l’accroissement des exportations
d’énergie à la société Great River Energy.....................
Tribunal canadien du commerce extérieur
Avis no HA-2012-008 — Appel........................................
2293
2298
2298
2295
2296
2295
2297
2294
PARLEMENT
Chambre des communes
* Demandes introductives de projets de loi privés
(Première session, quarante et unième législature) ....... 2292
Directeur général des élections
Loi électorale du Canada
Radiation d’une association de circonscription
enregistrée ..................................................................... 2292
RÈGLEMENTS PROJETÉS
Commission de l’immigration et du statut de réfugié
Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés
Règles de la Section d’appel des réfugiés ......................... 2360
Règles de la Section de la protection des réfugiés ............ 2304
Finances, min. des
Loi sur les régimes de pension agréés collectifs
Règlement sur les régimes de pension agréés
collectifs........................................................................ 2395
SUPPLÉMENTS
Directeur général des élections
Circonscriptions électorales — Proposition pour la
province de la Saskatchewan (publié à part)
If undelivered, return COVER ONLY to:
Publishing and Depository Services
Public Works and Government Services
Canada
Ottawa, Canada K1A 0S5
En cas de non-livraison,
retourner cette COUVERTURE SEULEMENT à :
Les Éditions et Services de dépôt
Travaux publics et Services gouvernementaux
Canada
Ottawa, Canada K1A 0S5
Available from Publishing and Depository Services
Public Works and Government Services Canada
Ottawa, Canada K1A 0S5
En vente : Les Éditions et Services de dépôt
Travaux publics et Services gouvernementaux Canada
Ottawa, Canada K1A 0S5
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising