Manual 18143313

Manual 18143313
Vol. 145, no 50
Vol. 145, No. 50
Canada
Gazette
Gazette
du Canada
Part I
Partie I
OTTAWA, SATURDAY, DECEMBER 10, 2011
OTTAWA, LE SAMEDI 10 DÉCEMBRE 2011
NOTICE TO READERS
The Canada Gazette is published under authority of the
Statutory Instruments Act. It consists of three parts as described
below:
Part I
Material required by federal statute or regulation to
be published in the Canada Gazette other than items
identified for Part II and Part III below — Published
every Saturday
Part II
Statutory Instruments (Regulations) and other classes
of statutory instruments and documents — Published
January 5, 2011, and at least every second
Wednesday thereafter
Part III
Public Acts of Parliament and their enactment
proclamations — Published as soon as is reasonably
practicable after Royal Assent
The Canada Gazette is available in most public libraries for
consultation.
To subscribe to, or obtain copies of, the Canada Gazette,
contact bookstores selling government publications as listed
in the telephone directory or write to Publishing and Depository
Services, Public Works and Government Services Canada,
Ottawa, Canada K1A 0S5.
The Canada Gazette is also available free of charge on the
Internet at http://gazette.gc.ca. It is accessible in Portable
Document Format (PDF) and in HyperText Mark-up Language
(HTML) as the alternate format. The on-line PDF format of Part I,
Part II and Part III is official since April 1, 2003, and is published
simultaneously with the printed copy.
For information regarding reproduction rights, please contact
Public Works and Government Services Canada, by telephone
at 613-996-6886 or by email at droitdauteur.copyright@tpsgc­
pwgsc.gc.ca.
Canada Gazette
Yearly subscription
Canada
Outside Canada
Per copy
Canada
Outside Canada
Part I
Part II
Part III
$135.00
US$135.00
$67.50
US$67.50
$28.50
US$28.50
$2.95
US$2.95
$3.50
US$3.50
$4.50
US$4.50
AVIS AU LECTEUR
La Gazette du Canada est publiée conformément aux
dispositions de la Loi sur les textes réglementaires. Elle est
composée des trois parties suivantes :
Partie I
Textes devant être publiés dans la Gazette du
Canada conformément aux exigences d’une loi
fédérale ou d’un règlement fédéral et qui ne satisfont
pas aux critères de la Partie II et de la Partie III —
Publiée le samedi
Partie II
Textes réglementaires (Règlements) et autres
catégories de textes réglementaires et de documents —
Publiée le 5 janvier 2011 et au moins tous les deux
mercredis par la suite
Partie III Lois d’intérêt public du Parlement et les proclamations
énonçant leur entrée en vigueur — Publiée aussitôt que
possible après la sanction royale
On peut consulter la Gazette du Canada dans la plupart des
bibliothèques publiques.
On peut s’abonner à la Gazette du Canada ou en obtenir des
exemplaires en s’adressant aux agents libraires associés énumérés
dans l’annuaire téléphonique ou en s’adressant aux Éditions et
Services de dépôt, Travaux publics et Services gouvernementaux
Canada, Ottawa, Canada K1A 0S5.
La Gazette du Canada est aussi offerte gratuitement sur Internet au
http://gazette.gc.ca. La publication y est accessible en format de
document portable (PDF) et en langage hypertexte (HTML) comme
média substitut. Le format PDF en direct de la Partie I, de la
Partie II et de la Partie III est officiel depuis le 1er avril 2003 et est
publié en même temps que la copie imprimée.
Pour obtenir des renseignements sur les droits de reproduction,
veuillez communiquer avec Travaux publics et Services
gouvernementaux Canada, par téléphone au 613-996-6886 ou par
courriel à l’adresse droitdauteur.copyright@tpsgc-pwgsc.gc.ca.
Gazette du Canada
Abonnement annuel
Canada
Extérieur du Canada
Exemplaire
Canada
Extérieur du Canada
Partie I
Partie II
Partie III
135,00 $
135,00 $US
67,50 $
67,50 $US
28,50 $
28,50 $US
2,95 $
2,95 $US
3,50 $
3,50 $US
4,50 $
4,50 $US
REQUESTS FOR INSERTION
DEMANDES D’INSERTION
Requests for insertion should be directed to the Canada
Gazette Directorate, Public Works and Government Services
Canada, 350 Albert Street, 5th Floor, Ottawa, Ontario K1A 0S5,
613-996-2495 (telephone), 613-991-3540 (fax).
Les demandes d’insertion doivent être envoyées à la
Direction de la Gazette du Canada, Travaux publics et Services
gouvernementaux Canada, 350, rue Albert, 5e étage, Ottawa
(Ontario) K1A 0S5, 613-996-2495 (téléphone), 613-991-3540
(télécopieur).
Bilingual texts received as late as six working days before the
desired Saturday’s date of publication will, if time and other
resources permit, be scheduled for publication that date.
Un texte bilingue reçu au plus tard six jours ouvrables avant la
date de parution demandée paraîtra, le temps et autres ressources
le permettant, le samedi visé.
Each client will receive a free copy of the Canada Gazette for
every week during which a notice is published.
Pour chaque semaine de parution d’un avis, le client recevra un
exemplaire gratuit de la Gazette du Canada.
© Her Majesty the Queen in Right of Canada, 2011
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2011
ISSN 1494-6076
© Sa Majesté la Reine du Chef du Canada, 2011
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2011
Le 10 décembre 2011
Gazette du Canada Partie I
TABLE OF CONTENTS
TABLE DES MATIÈRES
Vol. 145, No. 50 — December 10, 2011
Vol. 145, no 50 — Le 10 décembre 2011
3689
Government notices .........................................................
Notice of vacancies ......................................................
3690
3707
Avis du gouvernement .....................................................
Avis de postes vacants .................................................
3690
3707
Parliament
House of Commons .....................................................
3712
Parlement
Chambre des communes ..............................................
3712
Commissions ...................................................................
(agencies, boards and commissions)
3713
Commissions ...................................................................
(organismes, conseils et commissions)
3713
Miscellaneous notices ......................................................
(banks; mortgage, loan, investment, insurance and
railway companies; other private sector agents)
3719
Avis divers .......................................................................
(banques; sociétés de prêts, de fiducie et
d’investissements; compagnies d’assurances et de
chemins de fer; autres agents du secteur privé)
3719
Proposed regulations .......................................................
(including amendments to existing regulations)
3721
Règlements projetés .........................................................
(y compris les modifications aux règlements existants)
3721
Index ...............................................................................
3735
Index ...............................................................................
3736
3690
Canada Gazette Part I
December 10, 2011
GOVERNMENT NOTICES
AVIS DU GOUVERNEMENT
DEPARTMENT OF CITIZENSHIP AND IMMIGRATION
MINISTÈRE DE LA CITOYENNETÉ ET DE
L’IMMIGRATION
IMMIGRATION AND REFUGEE PROTECTION ACT
LOI SUR L’IMMIGRATION ET LA PROTECTION DES
RÉFUGIÉS
Notice requesting comments on a proposed regulatory
amendment that will affect the Private Sponsorship of Refugees
Program
Avis sollicitant des observations relatives à une modification
réglementaire proposée qui touchera le Programme de
parrainage privé de réfugiés
Notice is hereby given that Citizenship and Immigration Can­
ada (CIC) proposes to amend the Immigration and Refugee Pro­
tection Regulations to formalize Private Sponsorship of Refugees
(PSR) application procedures and to limit persons who may be
sponsored by Groups of Five (G5s) and Community Sponsors
(CSs) to refugees recognized by either the United Nations High
Commissioner for Refugees (UNHCR) or a State. CIC is solicit­
ing written comments from all interested parties on this proposed
regulatory amendment.
Avis est par les présentes donné que Citoyenneté et Immigra­
tion Canada (CIC) prévoit modifier le Règlement sur l’immigra­
tion et la protection des réfugiés afin d’officialiser la procédure
de demande de parrainage privé de réfugié (demande de PPR) et
de restreindre les personnes pouvant être parrainées par des grou­
pes de cinq (G5) et des répondants communautaires (RC) aux
réfugiés reconnus par le Haut Commissariat des Nations Unies
pour les réfugiés (HCR) ou par un État. CIC sollicite des observa­
tions écrites de la part de toutes les parties intéressées en ce qui
concerne cette modification réglementaire.
Summary
Résumé
Citizenship and Immigration Canada has developed a strategy
to deal with application quality issues, growing inventories and
long processing times in the PSR Program.
Citoyenneté et Immigration Canada a élaboré une stratégie
pour faire face aux problèmes de qualité des demandes, d’accu­
mulation des demandes à traiter et des longs délais de traitement
concernant le Programme de parrainage privé de réfugiés (PPPR).
La modification réglementaire exigerait qu’une demande de ré­
sidence permanente soit présentée en plus d’un engagement de
parrainage privé. Cette modification permettrait de définir ce qui
constitue une demande bien remplie et permettrait à CIC de ren­
voyer les deux demandes (de résidence permanente et de parrai­
nage) si elles sont incomplètes. Les mesures proposées visent à
réduire les retards dans le traitement des demandes de parrainage
privé de réfugiés. Il est à noter que la modification réglementaire
proposée ne ferait que changer la façon dont les demandes sont
présentées à CIC et renvoyées par le Ministère. Elle ne modi­
fierait pas les renseignements personnels recueillis par CIC dans
le cadre d’une demande de PPR, ou la façon dont ces renseigne­
ments sont utilisés dans le processus de décision sur la demande.
Récemment, le ministre a administrativement plafonné le nom­
bre de demandes que les signataires d’entente de parrainage
(SEP) peuvent présenter par année afin de favoriser la gestion de
l’arriéré. Toutefois, les G5 et les RC ne peuvent pas être gérés de
la même façon, soit par des mesures administratives, car, contrai­
rement aux SEP, ils ne bénéficient pas d’ententes pluriannuelles
en cours avec le ministre. La modification réglementaire proposée
limiterait les G5 et les RC à parrainer les réfugiés reconnus par le
HCR ou par un État. Limiter l’accès aux volets de parrainage de
réfugiés par les G5 et les RC devrait avoir pour effet d’augmenter
le taux d’approbation et de contribuer aux efforts de gestion des
admissions pour mieux gérer l’arriéré du PPPR.
The regulatory amendment would require a permanent resident
application to be submitted along with a private sponsorship
undertaking. These changes would define what constitutes a
complete application and allow CIC to return both applications
(permanent residence and sponsorship) if information is missing.
These proposed measures are intended to reduce delays in the
processing of privately sponsored refugee applications. This pro­
posed regulatory amendment would only change the way that
applications are submitted to and returned by CIC. It would not
change any of the personal information collected by CIC as part
of a PSR application, or the way this information is used for the
purpose of rendering a decision.
Recently, the Minister administratively capped the number of
applications Sponsorship Agreement Holders (SAHs) may submit
in a year to assist in the management of inventories. However,
G5s and CSs cannot be similarly managed through administrative
measures as they do not have ongoing, multi-year agreements
with the Minister as do SAHs. The proposed regulatory amend­
ment would limit G5s and CSs to sponsoring refugees recognized
by either the UNHCR or a State. Limiting access to the G5 and
CS refugee sponsorship streams is intended to increase approval
rates and contribute to intake management efforts to better man­
age the PSR inventory.
Background
Contexte
The PSR Program is an important part of Canada’s resettlement
program and is celebrated domestically and internationally as an
innovative and diverse public-private partnership. The PSR Pro­
gram was designed to facilitate the involvement of community,
religious, and ethno-cultural organizations, private corporations,
or groups of Canadian citizens or permanent residents in refugee
resettlement. The Program evolved during the mass movement of
Vietnamese refugees in the late 1970s. During this crisis, the Ca­
nadian government referred over 50 000 refugee families to or­
ganizations and groups of individuals in Canada, who provided
settlement support, including housing and income, help finding
employment and orientation, to these families after their arrival.
Le Programme de parrainage privé de réfugiés (PPPR) consti­
tue un élément important du programme de réinstallation du Ca­
nada et est reconnu à l’échelle nationale et internationale comme
un partenariat public-privé innovateur et diversifié. Le PPPR a été
conçu pour faciliter la participation des organisations communau­
taires, religieuses et ethnoculturelles, des sociétés privées, ou des
groupes de citoyens ou de résidents permanents du Canada à la
réinstallation des réfugiés. Le programme a évolué au cours du
mouvement de masse de réfugiés vietnamiens à la fin des années
1970. Pendant cette crise, le gouvernement canadien a recom­
mandé plus de 50 000 familles de réfugiés à des organisations et à
des groupes de personnes au Canada, qui ont offert à ces familles
Le 10 décembre 2011
Due to the overwhelming success of this program, it became en­
shrined as a fundamental part of Canada’s Refugee and Humani­
tarian Resettlement Program, and resulted in the people of Can­
ada receiving UNHCR’s Nansen Medal in 1986.
There are three types of groups under federal responsibility that
may sponsor refugees: Groups of Five (G5s), Sponsorship Agree­
ment Holders (SAHs) and Community Sponsors (CSs). G5s sub­
mit approximately 40% of all sponsorship applications, and SAHs
submit approximately 60%. Community Sponsors submit a hand­
ful of applications each year.
1. Groups of Five are five or more Canadian citizens or perma­
nent residents, who are at least 18 years of age, who live in the
applicant’s expected community of settlement and have collec­
tively arranged for the sponsorship of a refugee living abroad.
The five individuals act as guarantors that appropriate support
will be provided for the full duration of the sponsorship. An im­
migration officer assesses members’ collective contributions to
the sponsorship, both financial and non-financial. The G5 stream
is intended to allow people who may wish to sponsor one, to a
few, cases in their lifetime.
2. Sponsorship Agreement Holders are local, regional and
national incorporated organizations that have signed multi-year
agreements with the Minister for the purposes of submitting spon­
sorship cases on a regular basis. Most current SAHs are religious
organizations, ethno-cultural groups or other humanitarian or­
ganizations. SAHs assume overall responsibility for the manage­
ment of sponsorships under their agreement. SAHs generally
submit dozens or hundreds of sponsorships each year on an on­
going basis.
3. Community Sponsors are organizations (for-profit or notfor-profit, and incorporated or not incorporated) that have not
signed formal agreements with CIC. An immigration officer as­
sesses financial and settlement plans each time community spon­
sors wish to sponsor. CSs must demonstrate that the organization
is willing and able to commit funds toward the sponsorship. The
CS stream is designed for organizations that wish to sponsor only
once or twice, but do not need an ongoing agreement with the
Minister.
The Province of Quebec is responsible for its own sponsorship
criteria and the assessment of financial and settlement plans, and
it decides the number of sponsorships it will submit to CIC.
Two factors increase processing times in the PSR Program:
(i) Refugee and sponsorship applications often lack basic and
essential information and CIC does not currently have the au­
thority to return incomplete applications. Considerable time is
required to follow up with the refugee and/or sponsor to obtain
all the necessary information. Additionally, delays often occur
between the submission of the sponsorship undertaking in Can­
ada and the submission of the permanent residence applica­
tion overseas. A PSR application cannot be assessed until both
documents have been received by the visa office.
(ii) The PSR Program receives far more applications than the
number of persons it can admit in a given year. This has led
to a growing global inventory and lengthy processing times,
with some visa offices operating with a backlog in excess of
five years. As of June 2011, the global PSR inventory at all
visa offices stood at 23 200 persons. If the level of submissions
and current approval rates are maintained, even with the
Gazette du Canada Partie I
3691
une aide à l’établissement, y compris pour l’hébergement, le sou­
tien du revenu, la recherche d’emploi et l’orientation. En raison
de l’immense succès de ce programme, il a été consacré comme
partie fondamentale du Programme de réinstallation des réfugiés
et des personnes protégées à titre humanitaire, et a permis à la
population canadienne de recevoir la médaille Nansen du HCR en
1986.
Il existe trois types de groupes qui relèvent de la responsabilité
fédérale qui peuvent parrainer des réfugiés : les groupes de cinq
(G5), les signataires d’entente de parrainage (SEP) et les répon­
dants communautaires (RC). Les G5 soumettent environ 40 % de
toutes les demandes de parrainage, et les SEP, environ 60 %. Les
répondants communautaires n’envoient que quelques demandes
par année.
1. Les groupes de cinq sont des groupes de cinq citoyens ou ré­
sidents permanents du Canada ou plus, qui sont au moins âgés de
18 ans, qui vivent dans la localité où le demandeur doit venir
s’installer et qui ont collectivement pris des dispositions pour le
parrainage d’un réfugié vivant à l’étranger. Les cinq personnes
agissent de façon à garantir que le réfugié recevra le soutien ap­
proprié pendant toute la durée du parrainage. Un agent d’immi­
gration évalue la contribution collective des membres aux fins du
parrainage, tant sur le plan financier que non financier. Le volet
G5 existe afin de permettre à des personnes de parrainer un ou
quelques réfugiés dans leur vie si elles le souhaitent.
2. Les signataires d’entente de parrainages sont des organisa­
tions locales, régionales et nationales constituées en sociétés qui
ont signé des ententes pluriannuelles avec Citoyenneté et Immi­
gration Canada leur permettant de présenter des demandes de
parrainage régulièrement. La plupart des SEP actuels sont des
organisations religieuses, des groupes ethnoculturels ou d’autres
organisations humanitaires. Les SEP assument la responsabilité
générale de la gestion des parrainages conformément à leur en­
tente. Ils déposent généralement des dizaines ou des centaines de
demandes de parrainage chaque année et de façon continue.
3. Les répondants communautaires sont des organisations (avec
ou sans but lucratif; constituées en société ou non) qui n’ont pas
signé d’ententes officielles avec Citoyenneté et Immigration Ca­
nada. Un agent d’immigration évalue les plans financiers et en
matière d’établissement chaque fois qu’un répondant communau­
taire souhaite parrainer un réfugié. Les RC doivent démontrer que
leur organisation est disposée et apte à engager des fonds aux fins
du parrainage. Le volet des RC a été conçu pour les organisations
qui souhaitent effectuer un ou deux parrainages seulement, mais
qui n’ont pas besoin d’une entente continue avec le Ministère.
La province de Québec est responsable de ses propres critères
de parrainage et de l’évaluation des plans financiers et en matière
d’établissement, et elle décide du nombre de parrainages qu’elle
présentera à Citoyenneté et Immigration Canada.
Deux facteurs étirent les délais de traitement au sein du PPPR :
(i) Les demandes d’asile et de parrainage ne contiennent souvent pas tous les renseignements de base essentiels et CIC n’a
pas actuellement le pouvoir de renvoyer des demandes qui ne
sont pas bien remplies. Un temps considérable est nécessaire
pour assurer le suivi avec les réfugiés ou le répondant afin de
recueillir tous les renseignements nécessaires. De plus, des dé­
lais surviennent entre la présentation de l’engagement de par­
rainage au Canada et la présentation de la demande de rési­
dence permanente de l’étranger. Une demande de parrainage
privé de réfugiés ne peut être évaluée avant que les deux do­
cuments aient été reçus par le bureau des visas.
(ii) Le PPPR reçoit beaucoup plus de demandes que le nombre
de personnes de cette catégorie qu’il peut accueillir en une année donnée. Cela a entraîné le gonflement du nombre de de­
mandes à traiter à l’échelle mondiale et des délais de traite­
ment; certains bureaux des visas ont accumulé un arriéré de
3692
Canada Gazette Part I
additional 2 000 PSR spaces announced as part of the Balanced
Refugee Reform Act, it will take until 2025 to reduce the PSR
inventory to a manageable level.
This wait time situation rarely occurs within the GovernmentAssisted Refugee (GAR) Program. This is due in part to the Gov­
ernment of Canada’s regular discussions with UNHCR over the
number of refugee applications Canada can process in a given
year. This coordination results in a predictable intake of refugee
applications that is sufficient to achieve the level of GAR admis­
sions tabled annually in Parliament, but not more. These applica­
tions are also simpler to process, as persons recognized as refu­
gees by a State or by the UNHCR are issued documentation
confirming their status (acceptable documentation would include
a refugee or asylum status document or a certificate of mandate
refugee status).
Additionally, while historical approval rates in the GAR Pro­
gram for UNHCR referred refugees have been approximately
90%, global approval rates in the PSR Program between 2006 and
2010 averaged 57%. Given the poor quality of applications, cur­
rent PSR approval rates require visa officers to process approxi­
mately two cases for each case selected for resettlement. This
means that visa offices require more resources to meet their PSR
targets than GAR targets. The cases referred to Canada by
UNHCR have a high likelihood of meeting Canada’s eligibility
criteria, in part because they have already been interviewed and
assessed overseas by UNHCR. Given the differing structure of
the PSR Program and its added objective of engaging civil soci­
ety, an approval rate of 65–70% would be acceptable.
Low approval rates and long wait times in the PSR program
reduce program efficiency, program integrity and civil society
engagement. Long processing times mean that situations in a
country of origin may change and leave applicants ineligible for
resettlement because they may safely return home by the time
they are interviewed. Long wait times also lead to an increased
risk of the sponsor or the Department losing contact with
applicants.
The Minister of Citizenship and Immigration has taken action
to address these difficulties over the past four years. This has in­
cluded increased training and funding to improve communication
between sponsors, and more recently, the establishment of a
global cap on the number of PSR submissions the Department
will accept from SAHs. These measures will manage the intake
and improve the quality of applications submitted by one of the
three streams of sponsors to the PSR program — SAHs. Both
CIC and the SAH community have noted that any progress on
backlog reduction efforts would be ineffective unless the G5/CS
stream for sponsorship was also managed.
As CIC modernizes its application system, it will cease to print
application kits and provide them to clients as of December 1,
2011. The use of electronic applications will ensure that CIC re­
ceives complete applications, and is expected to speed up pro­
cessing across all business lines. The regulatory proposal sup­
poses that refugee applicants who may not have computer access
will be assisted by sponsors in providing complete applications.
December 10, 2011
plus de cinq ans. En juin 2011, l’arriéré mondial du PPPR dans
tous les bureaux des visas s’élevait à 23 200 personnes. Si le
nombre de demandes présentées et les taux d’approbation ac­
tuels sont maintenus, même avec les 2 000 places supplémen­
taires au titre du PPPR annoncées dans le cadre de la Loi sur
des mesures de réforme équitables concernant les réfugiés, il
faudra attendre jusqu’en 2025 pour que l’arriéré soit réduit à un
niveau gérable.
Cette situation de longs délais se produit rarement au sein du
Programme de réfugiés pris en charge par le gouvernement (Pro­
gramme de RPG). Cela est en partie dû au fait que le gouverne­
ment du Canada discute régulièrement avec le HCR sur le nombre
de demandes d’asile que le Canada peut traiter en une année donnée. Il en résulte un apport de demandes d’asile prévisible qui est
suffisant pour atteindre le niveau d’admissions de RPG prévu
annuellement dans le plan déposé au Parlement, mais pas plus.
Ces demandes sont également plus simples à traiter, comme les
personnes reconnues comme réfugiés par le HCR ou un État se
voient délivrer les documents confirmant leur statut (la documen­
tation acceptable inclurait le document de statut de réfugié ou le
certificat de réfugié protégé).
De plus, alors que les taux d’approbation des réfugiés recom­
mandés par le HCR aux termes du Programme de RPG oscillent
autour de 90 %, les taux d’approbation globaux aux termes du
PPPR entre 2006 et 2010 étaient en moyenne de 57 %. En raison
de la mauvaise qualité des demandes, les taux d’approbation ac­
tuels aux termes du PPPR exigent que les agents des visas traitent
environ deux cas pour chaque cas retenu aux fins de réinstalla­
tion. Cela signifie que les bureaux des visas ont besoin de plus de
ressources pour atteindre les cibles en matière de réfugiés parrai­
nés par le secteur privé, par rapport aux cibles de RPG. Les cas
recommandés au Canada par le HCR ont une forte probabilité de
respecter les critères d’admissibilité du Canada, en partie parce
que les réfugiés choisis ont déjà été interviewés et évalués à
l’étranger par le HCR. Compte tenu de la structure différente du
PPPR et de son objectif supplémentaire de faire participer la so­
ciété civile, un taux d’approbation de 65 à 70 % serait acceptable.
Le faible taux d’approbation et les longs temps d’attente dans
le PPPR réduisent l’efficacité du programme, son intégrité ainsi
que l’engagement de la société civile. Les longs délais de traite­
ment signifient que les situations dans un pays d’origine peuvent
changer et laisser les candidats inadmissibles à la réinstalla­
tion, car il est possible qu’au moment où ils seraient interrogés ils
puissent être en mesure de retourner en toute sécurité dans leur
pays d’origine. Les longs temps d’attente entraînent aussi une
augmentation du risque que le répondant ou le Ministère perde le
contact avec les demandeurs.
Le ministre de la Citoyenneté et de l’Immigration a pris des
mesures pour résoudre ces problèmes au cours des quatre derniè­
res années. Ces mesures comprennent l’augmentation de la for­
mation et du financement en vue d’améliorer la communication
entre les répondants, et plus récemment, l’établissement d’un
plafond global au nombre des demandes de RPSP présentées par
les SEP que le Ministère acceptera. Ces mesures permettront de
gérer l’apport et d’améliorer la qualité des demandes présentées
par l’un des trois volets de répondants du PPPR, soit les SEP. CIC
et la communauté des SEP estiment que tout progrès relativement
aux efforts de réduction de l’arriéré sera inutile, à moins que le
volet des G5 et des RC ne soit également géré.
Comme CIC modernise son système de demandes, il cessera
d’imprimer les trousses de demande et de les fournir aux clients à
partir du 1er décembre 2011. L’utilisation de demandes électroni­
ques permettra à CIC de recevoir des demandes bien remplies et
on s’attend à ce qu’elle accélère le traitement dans toutes les li­
gnes d’affaires de CIC. La proposition réglementaire prévoit que
les demandeurs d’asile qui n’ont pas accès à un ordinateur
Le 10 décembre 2011
Gazette du Canada Partie I
The amendments are expected to increase program efficiency
as a whole and improve the volume and quality of applications in
the G5/CS stream. The anticipated higher approval rates for
G5/CS applications will make it easier for CIC to predict and
manage the number of applications received each year from pri­
vate sponsors relative to the annual levels tabled in Parliament.
The expected higher quality of applications received is expected
to improve overall processing efficiency in this category.
3693
seraient assistés par les répondants afin de fournir des demandes
bien remplies.
La modification réglementaire proposée devrait améliorer
l’efficacité générale du programme ainsi que le volume et la qua­
lité des demandes du volet G5/RC. Les taux d’approbation plus
élevés prévus pour les demandes de G5/RC rendront plus facile
pour CIC la tâche de prévoir et de gérer le nombre de demandes
reçues chaque année de la part de répondants privés, par rapport
aux objectifs annuels déposés au Parlement. Le rehaussement
prévu de la qualité des demandes reçues devrait améliorer
l’efficacité générale du traitement dans cette catégorie.
Proposal
Proposition
Citizenship and Immigration Canada proposes to introduce
amendments to the Immigration and Refugee Protection Regula­
tions to require the submission of a permanent resident applica­
tion with a sponsorship undertaking application, define what
constitutes a complete application, and allow the Department to
return both applications (permanent residence and sponsorship
undertaking) if information is missing. Additionally, this proposal
would seek to define persons who may be sponsored by G5s and
CSs as refugees recognized by either the UNHCR or a State.
The regulatory amendment would be pre-published in the Can­
ada Gazette, Part I, at a later date.
Citoyenneté et Immigration Canada prévoit modifier le Règle­
ment sur l’immigration et la protection des réfugiés afin d’exiger
la présentation d’une demande de résidence permanente en plus
de la demande de parrainage privé de réfugié, de définir ce qui
constitue une demande bien remplie et de permettre au Ministère
de renvoyer les deux demandes (de résidence permanente et de
parrainage) si elles ne sont pas bien remplies. De plus, la proposi­
tion chercherait à définir les personnes pouvant être parrainées
par des groupes de cinq (G5) et des répondants communautaires
(RC) en tant que réfugiés reconnus par le Haut Commissariat des
Nations Unies pour les réfugiés (HCR) ou par un État.
On propose que les modifications suivantes soient apportées au
Règlement :
• Il est nécessaire de présenter une demande de résidence per­
manente et un engagement de parrainage dûment remplis à un
bureau de CIC désigné au Canada. Le Règlement définira ce
qui constitue une demande bien remplie, et permettra à CIC
de renvoyer les demandes de résidence permanente et d’en­
gagements de parrainage à une partie désignée par le de­
mandeur d’asile et le répondant si l’une des demandes est
incomplète.
• Les demandes de parrainage par un G5 ou un CS doivent in­
clure des éléments probants documentés, du HCR ou d’un
État, selon lesquels le demandeur parrainé est un réfugié
reconnu.
La modification réglementaire serait publiée au préalable dans
la Partie I de la Gazette du Canada, à une date ultérieure.
Comments
Observations
Any person, including members of the Sponsorship Agreement
Holders Association, members of the public and other interested
parties, may, within 30 days of the publication of this notice pro­
vide their comments on this Notice of Intent, in writing, to the
person named below at the address provided.
Comments would be appreciated on the proposed regulatory
amendment that will affect the Private Sponsorship of Refugees
Program.
Questions and requests for additional information, as well as
comments regarding this Notice of Intent, may be directed to
Derek Künsken, Manager of Resettlement Policy, Refugees
Branch, Citizenship and Immigration Canada, 365 Laurier Av­
enue W, 17th Floor, Ottawa, Ontario K1A 1L1, 613-946-7510
(telephone), 613-957-5836 (fax), derek.kunsken@cic.gc.ca
(email).
SARITA BHATLA
Director General, Refugees Branch
Citizenship and Immigration Canada
Toute personne, y compris les membres de l’association des si­
gnataires d’ententes de parrainage, les membres du public et les
autres parties intéressées sont invités, pendant les 30 jours suivant
la publication de cet avis, à fournir leurs observations concernant
le présent avis d’intention, par écrit, à l’intention de la personne
nommée ci-dessous, à l’adresse mentionnée.
Nous aimerions recevoir des observations au sujet de la modi­
fication réglementaire proposée qui touchera le Programme de
parrainage privé des réfugiés.
Veuillez transmettre toute question ou demande de renseigne­
ments supplémentaires ainsi que toute observation à l’égard du
présent avis d’intention à Derek Künsken, gestionnaire, Politique
de réinstallation, Direction générale des réfugiés, Citoyenneté et
Immigration Canada, 365, avenue Laurier Ouest, 17e étage, Otta­
wa (Ontario) K1A 1L1, 613-946-7510 (téléphone), 613-957-5836
(télécopieur), derek.kunsken@cic.gc.ca (courriel).
La directrice générale, Direction générale des réfugiés
Citoyenneté et Immigration Canada
SARITA BHATLA
[50-1-o]
[50-1-o]
It is proposed that the following amendments be made to the
Regulations:
• A complete permanent resident application and sponsorship
undertaking must be submitted together to a designated CIC
office in Canada. The Regulations would define what consti­
tutes a complete application and allow CIC to return perma­
nent resident and sponsorship undertaking applications to a
party designated by the refugee applicant and sponsor if either
application is incomplete.
• Applications for sponsorship by a G5 or a CS would need to
include documented proof, from the UNHCR or a State, that
the applicant being sponsored is a recognized refugee.
3694
Canada Gazette Part I
December 10, 2011
DEPARTMENT OF THE ENVIRONMENT
MINISTÈRE DE L’ENVIRONNEMENT
CANADIAN ENVIRONMENTAL PROTECTION ACT, 1999
LOI CANADIENNE SUR LA PROTECTION DE
L’ENVIRONNEMENT (1999)
Notice is hereby given that, pursuant to section 127 of the Can­
adian Environmental Protection Act, 1999, Disposal at Sea Per­
mit No. 4543-2-03541 authorizing the loading for disposal and
the disposal of waste or other matter at sea is approved.
Avis est par les présentes donné, conformément à l’article 127
de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999),
que le permis d’immersion en mer no 4543-2-03541, autorisant le
chargement pour immersion et l’immersion de déchets ou d’au­
tres matières en mer, est approuvé.
1. Titulaire : BelPacific Excavating & Shoring Ltd., Burnaby
(Colombie-Britannique).
2. Déchets ou autres matières à immerger : Matières géologi­
ques inertes et inorganiques.
2.1. Nature des déchets ou autres matières : Matières géologi­
ques inertes et inorganiques; tous les déchets de bois, de terre
végétale, d’asphalte et autres débris doivent être séparés en vue de
leur élimination par des méthodes autres que l’immersion en mer.
3. Durée du permis : Le permis est valide du 21 mars 2012 au
20 mars 2013.
4. Lieu(x) de chargement : Divers lieux d’excavation approu­
vés situés en Colombie-Britannique, à environ 49°16,35′ N.,
123°06,70′ O. (NAD83).
5. Lieu(x) d’immersion : Lieu d’immersion de la pointe Grey,
dans la zone s’étendant jusqu’à un mille marin de 49°15,40′ N.,
123°21,90′ O. (NAD83).
6. Méthode de chargement : Le dragage se fera à l’aide
d’équipement lourd terrestre, de camions ou de tapis roulants.
7. Parcours à suivre et mode de transport : Voie navigable la
plus directe entre le lieu de chargement et le lieu d’immersion par
canalisation, à l’aide d’un chaland à clapets, d’un chaland remor­
qué ou d’une drague suceuse-porteuse.
8. Méthode d’immersion : L’immersion se fera à l’aide d’un
chaland à fond ouvrant ou d’un chaland à bascule.
9. Quantité totale à immerger : Ne pas excéder 200 000 m3 mesure en place.
10. Approbations : Avant d’entreprendre les travaux, le titulaire
doit obtenir du bureau émetteur une lettre d’approbation pour
chaque activité de chargement ou d’immersion. Les travaux doi­
vent être réalisés conformément à la lettre en question. Le titulaire
doit suivre les procédures exposées dans le document intitulé
« Multi-Site Excavation Projects Involving Disposal at Sea: Re­
quests for Letters of Approval — Standard Procedures » (février
2011).
11. Droits : Le titulaire doit payer le droit prescrit en vertu du
Règlement sur les prix à payer pour les permis d’immersion en
mer.
12. Inspection :
12.1. En acceptant ce permis, le titulaire et ses entrepreneurs
acceptent d’être assujettis à des inspections conformément à la
partie 10 de la Loi canadienne sur la protection de l’environ­
nement (1999).
12.2. Le titulaire doit s’assurer que les registres de toutes les
activités de chargement et d’immersion sont gardés sur les lieux
pendant toute la durée du permis et qu’ils seront disponibles aux
fins d’inspection par tout agent d’application de la loi ou tout
analyste, pendant deux ans suivant l’expiration du permis.
12.3. Les navires visés par le présent permis doivent porter en
tout temps un dispositif réfléchissant les ondes radars au point
pratique le plus élevé de leur structure.
1. Permittee: BelPacific Excavating & Shoring Ltd., Burnaby,
British Columbia.
2. Waste or other matter to be disposed of: Inert, inorganic geo­
logical matter.
2.1. Nature of waste or other matter: Inert, inorganic geologic­
al matter; all wood, topsoil, asphalt and other debris is to be seg­
regated for disposal by methods other than disposal at sea.
3. Duration of permit: Permit is valid from March 21, 2012, to
March 20, 2013.
4. Loading site(s): Various approved excavation sites in
British Columbia, at approximately 49°16.35′ N, 123°06.70′ W
(NAD83).
5. Disposal site(s): Point Grey Disposal Site, within a one naut­
ical mile radius of 49°15.40′ N, 123°21.90′ W (NAD83).
6. Method of loading: Loading will be carried out using landbased heavy equipment, trucks or conveyor belts.
7. Route to disposal site(s) and method of transport: Most direct
navigational route from the loading site to the disposal site via
pipeline, hopper scow, towed scow or hopper dredge.
8. Method of disposal: Disposal will be carried out by bottom
dumping or end dumping.
9. Total quantity to be disposed of: Not to exceed 200 000 m3
place measure.
10. Approvals: The Permittee shall obtain from the permit-issuing
office a letter of approval for each loading and disposal activity
prior to undertaking the work, and conduct these activities in ac­
cordance with the relevant letter of approval. The Permittee shall
follow the procedures outlined in the document titled “Multi-Site
Excavation Projects Involving Disposal at Sea: Requests for Let­
ters of Approval — Standard Procedures” (February 2011).
11. Fees: The fee prescribed by the Disposal at Sea Permit Fee
Regulations shall be paid by the Permittee in accordance with
those Regulations.
12. Inspection:
12.1. By accepting this permit, the Permittee and their contract­
ors accept that they are subject to inspection pursuant to Part 10
of the Canadian Environmental Protection Act, 1999.
12.2. The Permittee shall ensure that records of all loading and
disposal activities are kept on site for the duration of the permit
and are available for inspection by any enforcement officer or
analyst, for two years following the expiry of the permit.
12.3. Ships operating under the authority of this permit shall
carry and display a radar-reflecting device at all times mounted
on the highest practical location.
Le 10 décembre 2011
Gazette du Canada Partie I
13. Contractors:
13.1. The loading or disposal at sea referred to under this per­
mit shall not be carried out by any person without written author­
ization from the Permittee.
13.2. The Permittee shall ensure that all persons involved in the
loading, transport or disposal activities authorized by this permit
conduct these activities in accordance with the relevant permit
conditions.
14. Reporting and notification:
14.1. The Permittee shall provide the following information at
least 48 hours before loading and disposal activities commence:
name or number of ship, platform or structure used to carry out
the loading and/or disposal, name of the contractor including cor­
porate and on-site contact information, and expected period of
loading and disposal activities. The above-noted information shall
be submitted to Environment Canada’s Environmental Enforce­
ment Division, Pacific and Yukon Region, 604-666-9059 (fax) or
das.pyr@ec.gc.ca (email).
3695
14.3. At all times, a copy of this permit and of documents and
drawings referenced in this permit shall be available at the load­
ing site and on all powered ships directly engaged in the loading
and disposal operations.
15. Special precautions:
15.1. The Permittee shall submit a written material disposal
plan to the Minister, as represented by the Regional Director
of the Environmental Protection Operations Directorate, identi­
fied in paragraph 14.2, for approval by Environment Canada prior
to commencement of the first excavation operation authorized by
this permit. The plan shall address procedures to accurately
measure or estimate quantities of material disposed of at the dis­
posal site(s), vessel tracking, and a schedule for use of the dis­
posal site. Modifications to the plan shall be made only with the
written approval of Environment Canada.
15.2. The loading and disposal at sea referred to under this
permit shall be carried out in accordance with the mitigation
measures summarized in the report titled “Environmental As­
sessment Report — BelPacific Excavating & Shoring Limited
Partnership — Loading of inert, inorganic geological matter re­
sulting from excavation at various sites in the City of Vancouver
and adjacent municipalities and subsequent disposal at sea (4543­
2-03541)” (October 2011).
DANIEL WOLFISH
Regional Director
Environmental Protection Operations Directorate
Pacific and Yukon Region
On behalf of the Minister of the Environment
13. Entrepreneurs :
13.1. Personne ne doit effectuer le chargement ou l’immersion
en mer désignés aux termes du présent permis sans l’autorisation
écrite du titulaire.
13.2. Le titulaire doit s’assurer que toutes les personnes qui
prennent part aux opérations de chargement, de transport ou d’im­
mersion pour lesquelles le permis a été accordé respectent les
conditions mentionnées dans le permis.
14. Rapports et avis :
14.1. Le titulaire doit fournir les renseignements suivants au
moins 48 heures avant le début des activités de chargement et
d’immersion : le nom ou le numéro d’identification du navire, de
la plate-forme ou de l’ouvrage duquel le chargement ou l’im­
mersion sont effectués, le nom de l’entrepreneur, y compris les
coordonnées des personnes-ressources de l’entreprise et de celles
qui se trouvent sur les lieux ainsi que la période prévue des activi­
tés de chargement et d’immersion. Les renseignements susmen­
tionnés doivent être acheminés à la Division de l’application de la
loi d’Environnement Canada, Région du Pacifique et du Yukon,
au 604-666-9059 (télécopieur) ou à l’adresse suivante : das.pyr@
ec.gc.ca (courriel).
14.2. Le titulaire doit présenter un rapport écrit au ministre, re­
présenté par le Directeur régional de la Direction des activités
de protection de l’environnement, Région du Pacifique et du
Yukon, 401, rue Burrard, Bureau 201, Vancouver (ColombieBritannique) V6C 3S5, 604-666-5928 (télécopieur) ou das.pyr@
ec.gc.ca (courriel), dans les 30 jours suivant le parachèvement des
travaux ou l’expiration du permis, selon la première de ces éven­
tualités. Ce rapport doit contenir les renseignements suivants :
une liste de tous les travaux effectués visés par le permis, y com­
pris les noms des lieux de chargement et d’immersion utilisés, la
quantité de matières immergées au(x) lieu(x) d’immersion et les
dates auxquelles les activités d’immersion ont eu lieu.
14.3. Une copie de ce permis et des documents et des dessins
visés par le présent permis doivent être conservées en tout temps
au lieu de chargement ainsi que sur tout navire participant direc­
tement aux opérations de chargement et d’immersion.
15. Précautions spéciales :
15.1. Le titulaire doit présenter un plan pour l’immersion des
matières écrit au ministre, représenté par le directeur régional de
la Direction des activités de protection de l’environnement, Ré­
gion du Pacifique et du Yukon, dont les coordonnées figurent au
paragraphe 14.2, aux fins d’approbation avant le début des opéra­
tions. Le plan doit inclure des méthodes pour mesurer ou estimer
adéquatement les quantités de matières immergées à chaque lieu
d’immersion, la surveillance des navires, et un horaire pour
l’usage de chaque lieu d’immersion. Toute modification apportée
au plan requiert l’approbation écrite d’Environnement Canada.
15.2. Le chargement et l’immersion en mer désignés aux ter­
mes du présent permis doivent être réalisés conformément aux
mesures d’atténuation énoncées dans le rapport intitulé « En­
vironmental Assessment Report — BelPacific Excavating &
Shoring Limited Partnership — Loading of inert, inorganic geo­
logical matter resulting from excavation at various sites in the
City of Vancouver and adjacent municipalities and subsequent
disposal at sea (4543-2-03541) » (octobre 2011).
Le directeur régional
Direction des activités de protection de l’environnement
Région du Pacifique et du Yukon
DANIEL WOLFISH
Au nom du ministre de l’Environnement
[50-1-o]
[50-1-o]
14.2. The Permittee shall submit a written report to the Minis­
ter, as represented by the Regional Director of the Environmental
Protection Operations Directorate, Pacific and Yukon Region,
201–401 Burrard Street, Vancouver, British Columbia V6C 3S5,
604-666-5928 (fax) or das.pyr@ec.gc.ca (email), within 30 days
of either the completion of the work or the expiry of the permit,
whichever comes first. This report shall contain the following
information: a list of all work completed pursuant to the permit,
including the location of the loading and disposal sites used, the
quantity of matter disposed of at the disposal site(s) and the dates
on which disposal activities occurred.
3696
Canada Gazette Part I
December 10, 2011
DEPARTMENT OF THE ENVIRONMENT
MINISTÈRE DE L’ENVIRONNEMENT
CANADIAN ENVIRONMENTAL PROTECTION ACT, 1999
LOI CANADIENNE SUR LA PROTECTION DE
L’ENVIRONNEMENT (1999)
Notice is hereby given that, pursuant to section 127 of the Can­
adian Environmental Protection Act, 1999, Disposal at Sea Per­
mit No. 4543-2-03542 authorizing the loading for disposal and
the disposal of waste or other matter at sea is approved.
Avis est par les présentes donné, conformément à l’article 127
de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999),
que le permis d’immersion en mer no 4543-2-03542, autorisant le
chargement pour immersion et l’immersion de déchets ou d’au­
tres matières en mer, est approuvé.
1. Titulaire : Katzie Coast Marine Operations (2009) Inc., Van­
couver (Colombie-Britannique).
2. Déchets ou autres matières à immerger : Matières géologi­
ques inertes et inorganiques.
2.1. Nature des déchets ou autres matières : Matières géologi­
ques inertes et inorganiques; tous les déchets de bois, de terre
végétale, d’asphalte et autres débris doivent être séparés en vue de
leur élimination par des méthodes autres que l’immersion en mer.
3. Durée du permis : Le permis est valide du 9 janvier 2012 au
8 janvier 2013.
4. Lieu(x) de chargement :
a) Divers lieux d’excavation approuvés en ColombieBritannique, à environ 49°16,35′ N., 123°06,70′ O. (NAD83);
b) Installations de déchargement du havre extérieur du pas­
sage Burrard (Colombie-Britannique), à environ 49°17,29′ N.,
123°04,73′ O. (NAD83).
5. Lieu(x) d’immersion : Lieu d’immersion de la pointe Grey,
dans la zone s’étendant jusqu’à un mille marin de 49°15,40′ N.,
123°21,90′ O. (NAD83).
6. Méthode de chargement : Le chargement se fera à l’aide
d’équipement lourd terrestre, de camions ou de tapis roulants.
7. Parcours à suivre et mode de transport : Voie navigable la
plus directe entre le lieu de chargement et le lieu d’immersion à
l’aide d’un chaland remorqué.
8. Méthode d’immersion : L’immersion se fera à l’aide d’un
chaland à fond ouvrant.
9. Quantité totale à immerger : Ne pas excéder 25 000 m3 mesure en place
10. Approbations : Avant d’entreprendre les travaux, le titulaire
doit obtenir du bureau émetteur une lettre d’approbation pour
chaque activité de chargement ou d’immersion. Les travaux doi­
vent être réalisés conformément à la lettre en question. Le titulaire
doit suivre les procédures exposées dans le document intitulé
« Multi-Site Excavation Projects Involving Disposal at Sea:
Requests for Letters of Approval — Standard Procedures » (fé­
vrier 2011).
11. Droits : Le titulaire doit payer le droit prescrit en vertu du
Règlement sur les prix à payer pour les permis d’immersion en
mer.
12. Inspection :
12.1. En acceptant ce permis, le titulaire et ses entrepreneurs
acceptent d’être assujettis à des inspections conformément à la
partie 10 de la Loi canadienne sur la protection de l’environ­
nement (1999).
12.2. Le titulaire doit s’assurer que les registres de toutes les
activités de chargement et d’immersion sont gardés sur les lieux
pendant toute la durée du permis et qu’ils seront disponibles aux
fins d’inspection par tout agent d’application de la loi ou tout
analyste, pendant deux ans suivant l’expiration du permis.
12.3. Les navires visés par le présent permis doivent porter en
tout temps un dispositif réfléchissant les ondes radars au point
pratique le plus élevé de leur structure.
1. Permittee: Katzie Coast Marine Operations (2009) Inc., Van­
couver, British Columbia.
2. Waste or other matter to be disposed of: Inert, inorganic geo­
logical matter.
2.1. Nature of waste or other matter: Inert, inorganic geologic­
al matter; all wood, topsoil, asphalt and other debris are to be
segregated for disposal by methods other than disposal at sea.
3. Duration of permit: Permit is valid from January 9, 2012, to
January 8, 2013.
4. Loading site(s):
(a) Various approved excavation sites in British Columbia, at
approximately 49°16.35′ N, 123°06.70′ W (NAD83); and
(b) Out-loading facility in the outer harbour of Burrard Inlet,
British Columbia, at approximately 49°17.29′ N, 123°04.73′ W
(NAD83).
5. Disposal site(s): Point Grey Disposal Site, within a one naut­
ical mile radius of 49°15.40′ N, 123°21.90′ W (NAD83).
6. Method of loading: Loading will be carried out using landbased heavy equipment, trucks or conveyor belts.
7. Route to disposal site(s) and method of transport: Most direct
navigational route from the loading site to the disposal site via
towed scow.
8. Method of disposal: Disposal will be carried out by bottom
dumping.
9. Total quantity to be disposed of: Not to exceed 25 000 m3
place measure.
10. Approvals: The Permittee shall obtain from the permit-issuing
office a letter of approval for each loading and disposal activity
prior to undertaking the work, and conduct these activities in ac­
cordance with the relevant letter of approval. The Permittee shall
follow the procedures outlined in the document titled “Multi-Site
Excavation Projects Involving Disposal at Sea: Requests for Let­
ters of Approval — Standard Procedures” (February 2011).
11. Fees: The fee prescribed by the Disposal at Sea Permit Fee
Regulations shall be paid by the Permittee in accordance with
those Regulations.
12. Inspection:
12.1. By accepting this permit, the Permittee and their contract­
ors accept that they are subject to inspection pursuant to Part 10
of the Canadian Environmental Protection Act, 1999.
12.2. The Permittee shall ensure that records of all loading and
disposal activities are kept on site for the duration of the permit
and are available for inspection by any enforcement officer or
analyst, for two years following the expiry of the permit.
12.3. Ships operating under the authority of this permit shall
carry and display a radar-reflecting device at all times mounted
on the highest practical location.
Le 10 décembre 2011
Gazette du Canada Partie I
13. Contractors:
13.1. The loading or disposal at sea referred to under this per­
mit shall not be carried out by any person without written author­
ization from the Permittee.
13.2. The Permittee shall ensure that all persons involved in the
loading, transport or disposal activities authorized by this permit
conduct these activities in accordance with the relevant permit
conditions.
14. Reporting and notification:
14.1. The Permittee shall provide the following information at
least 48 hours before loading and disposal activities commence:
name or number of ship, platform or structure used to carry out
the loading and/or disposal, name of the contractor including cor­
porate and on-site contact information, and expected period of
loading and disposal activities. The above-noted information shall
be submitted to Environment Canada’s Environmental Enforce­
ment Division, Pacific and Yukon Region, 604-666-9059 (fax) or
das.pyr@ec.gc.ca (email).
14.2. The Permittee shall submit a written report to the Minis­
ter, as represented by the Regional Director of the Environmental
Protection Operations Directorate, Pacific and Yukon Region,
201–401 Burrard Street, Vancouver, British Columbia V6C 3S5,
604-666-5928 (fax) or das.pyr@ec.gc.ca (email), within 30 days
of either the completion of the work or the expiry of the permit,
whichever comes first. This report shall contain the following
information: a list of all work completed pursuant to the permit,
including the location of the loading and disposal sites used, the
quantity of matter disposed of at the disposal site(s) and the dates
on which disposal activities occurred.
14.3. At all times, a copy of this permit and of documents and
drawings referenced in this permit shall be available at the load­
ing site and on all powered ships directly engaged in the loading
and disposal operations.
15. Special precautions:
15.1. The Permittee shall submit a written material disposal
plan to the Minister, as represented by the Regional Director
of the Environmental Protection Operations Directorate, Pacific
and Yukon Region identified in paragraph 14.2, for approval by
Environment Canada prior to commencement of the first excava­
tion operation authorized by this permit. The plan shall address
procedures to accurately measure or estimate quantities of mate­
rial disposed of at the disposal site(s), vessel tracking, and a
schedule for use of the disposal site. Modifications to the plan
shall be made only with the written approval of Environment
Canada.
15.2. The loading and disposal at sea referred to under this
permit shall be carried out in accordance with the mitiga­
tion measures summarized in the report titled “Environmental
Assessment Report — Katzie Coast Marine Operations (2009)
Inc. — Loading of inert, inorganic geological matter resulting
from excavation at various sites in the City of Vancouver and
subsequent disposal at sea” (November 2011).
DANIEL WOLFISH
Regional Director
Environmental Protection Operations Directorate
Pacific and Yukon Region
On behalf of the Minister of the Environment
[50-1-o]
3697
13. Entrepreneurs :
13.1. Personne ne doit effectuer le chargement ou l’immersion
en mer désignés aux termes du présent permis sans l’autorisation
écrite du titulaire.
13.2. Le titulaire doit s’assurer que toutes les personnes qui
prennent part aux opérations de chargement, de transport ou
d’immersion pour lesquelles le permis a été accordé respectent les
conditions mentionnées dans le permis.
14. Rapports et avis :
14.1. Le titulaire doit fournir les renseignements suivants au
moins 48 heures avant le début des activités de chargement et
d’immersion : le nom ou le numéro d’identification du navire, de
la plate-forme ou de l’ouvrage duquel le chargement ou
l’immersion sont effectués, le nom de l’entrepreneur, y compris
les coordonnées des personnes-ressources de l’entreprise et de
celles qui se trouvent sur les lieux ainsi que la période prévue des
activités de chargement et d’immersion. Les renseignements sus­
mentionnés doivent être acheminés à la Division de l’application
de la loi d’Environnement Canada, Région du Pacifique et du
Yukon, 604-666-9059 (télécopieur) ou à l’adresse suivante :
das.pyr@ec.gc.ca (courriel).
14.2. Le titulaire doit présenter un rapport écrit au ministre, re­
présenté par le Directeur régional de la Direction des activités
de protection de l’environnement, Région du Pacifique et du
Yukon, 401, rue Burrard, Bureau 201, Vancouver (ColombieBritannique) V6C 3S5, 604-666-5928 (télécopieur) ou das.pyr@
ec.gc.ca (courriel), dans les 30 jours suivant le parachèvement des
travaux ou l’expiration du permis, selon la première de ces éven­
tualités. Ce rapport doit contenir les renseignements suivants :
une liste de tous les travaux effectués visés par le permis, y com­
pris les noms des lieux de chargement et d’immersion utilisés, la
quantité de matières immergées au(x) lieu(x) d’immersion et les
dates auxquelles les activités d’immersion ont eu lieu.
14.3. Une copie de ce permis et des documents et des dessins
visés par le présent permis doivent être conservées en tout temps
au lieu de chargement ainsi que sur tout navire participant direc­
tement aux opérations de chargement et d’immersion.
15. Précautions spéciales :
15.1. Le titulaire doit présenter un plan pour l’immersion des
matières écrit au ministre, représenté par le directeur régional de
la Direction des activités de protection de l’environnement, Ré­
gion du Pacifique et du Yukon, dont les coordonnées figurent au
paragraphe 14.2, aux fins d’approbation avant le début des opéra­
tions. Le plan doit inclure des méthodes pour mesurer ou estimer
adéquatement les quantités de matières immergées à chaque lieu
d’immersion, la surveillance des navires, et un horaire pour
l’usage de chaque lieu d’immersion. Toute modification apportée
au plan requiert l’approbation écrite d’Environnement Canada.
15.2. Le chargement et l’immersion en mer désignés aux ter­
mes du présent permis doivent être réalisés conformément aux
mesures d’atténuation énoncées dans le rapport intitulé « En­
vironmental Assessment Report — Katzie Coast Marine Opera­
tions (2009) Inc. — Loading of inert, inorganic geological matter
resulting from excavation at various sites in the City of Vancou­
ver and subsequent disposal at sea » (novembre 2011).
Le directeur régional
Direction des activités de protection de l’environnement
Région du Pacifique et du Yukon
DANIEL WOLFISH
Au nom du ministre de l’Environnement
[50-1-o]
3698
Canada Gazette Part I
December 10, 2011
DEPARTMENT OF THE ENVIRONMENT
MINISTÈRE DE L’ENVIRONNEMENT
DEPARTMENT OF HEALTH
MINISTÈRE DE LA SANTÉ
CANADIAN ENVIRONMENTAL PROTECTION ACT, 1999
LOI CANADIENNE SUR LA PROTECTION DE
L’ENVIRONNEMENT (1999)
Publication of results of investigations and recommendations
for the substance — Aniline, CAS RN 62-53-31 — specified on
the Domestic Substances List (paragraphs 68(b) and (c) of the
Canadian Environmental Protection Act, 1999)
Publication des résultats des enquêtes et des recommandations
sur une substance — l’Aniline, numéro de CAS 62-53-31 —
inscrite sur la Liste intérieure [alinéas 68b) et c) de la Loi
canadienne sur la protection de l’environnement (1999)]
Whereas a summary of a follow-up human health assessment
report on aniline conducted pursuant to paragraphs 68(b) and
68(c) of the Canadian Environmental Protection Act, 1999 is an­
nexed hereby; and
Whereas it is concluded that aniline does not meet any of the
criteria set out in section 64 of the Act,
Notice therefore is hereby given that the Ministers of the En­
vironment and of Health propose to take no further action on the
substance at this time.
PETER KENT
Minister of the Environment
LEONA AGLUKKAQ
Minister of Health
Attendu qu’un résumé du rapport de suivi de l’évaluation
sur l’aniline réalisée sous le régime des alinéas 68b) et c) de la
Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999) est
ci-annexé;
Attendu qu’il est conclu que l’aniline ne satisfait à aucun des
critères prévus à l’article 64 de la Loi,
Avis est par les présentes donné que les ministres de l’Envi­
ronnement et de la Santé proposent de ne rien faire pour le mo­
ment à l’égard de cette substance.
Le ministre de l’Environnement
PETER KENT
La ministre de la Santé
LEONA AGLUKKAQ
ANNEX
ANNEXE
Summary of the Follow-up Human Health
Assessment Report on Aniline
Résumé du rapport de suivi de l’évaluation
préalable sur l’Aniline
More than 28 tonnes of aniline and its salts were manufactured
as a by-product of chemical manufacturing in Canada in 2007.
Between 13 and 48 tonnes of aniline and aniline salts were im­
ported into Canada from 2000 to 2007. Aniline may be released
during the production and use of rubber products but specific
monitoring data are not available.
En 2007, plus de 28 tonnes d’aniline et de chlorure d’anilinium
ont été fabriquées sous la forme de sous-produits chimiques au
Canada. De 13 à 48 tonnes d’aniline et de chlorure d’anilinium y
ont été importées pendant la période s’échelonnant de 2000 à
2007. La production et l’utilisation de produits de caoutchouc
peuvent entraîner des rejets d’aniline, quoique aucune donnée de
surveillance précise ne soit disponible.
L’aniline a été inscrite sur la Liste des substances d’intérêt
prioritaire en vertu de la Loi canadienne sur la protection de
l’environnement de 1988 (LCPE) afin d’en évaluer les risques
pour l’environnement et la santé humaine. Publié en 1994, le rap­
port d’évaluation de la Liste des substances d’intérêt prioritaire
sur l’aniline a permis de conclure que l’aniline ne pénétrait pas
dans l’environnement en une quantité, à une concentration ou
dans des conditions qui avaient un effet nocif sur l’environnement
et qui constituaient un danger pour l’environnement essentiel
pour la vie. Comme l’indique le rapport d’évaluation publié en
1994, les données pertinentes recueillies avant juin 1993 ont été
jugées insuffisantes pour permettre de conclure si l’aniline satis­
faisait aux critères relatifs à la santé humaine aux termes de
l’alinéa 11c) de la LCPE.
D’autres données relatives à la caractérisation de l’exposition
de la population canadienne sont disponibles depuis 1994. Les
données de surveillance disponibles dans le milieu environnemen­
tal et dans les aliments sont suffisantes pour élaborer des estima­
tions moyennes et de la limite supérieure de l’exposition pour la
population générale. La principale source d’exposition est
l’absorption par voie alimentaire, car l’aniline est présente dans
certains aliments, y compris les pommes. En outre, les données
Aniline was included on the Priority Substances List (PSL)
under the 1988 Canadian Environmental Protection Act (CEPA)
for assessment of potential risks to the environment and human
health. The PSL Assessment Report on aniline was published
in 1994 and concluded that aniline was not considered to be enter­
ing the environment in a quantity or concentration or under condi­
tions that were having a harmful effect on the environment and
that constituted a danger to the environment upon which human
life depends. As outlined in the assessment report released in
1994, relevant data identified before June 1993 were considered
insufficient to conclude whether aniline met the criteria relating to
human health under paragraph 11(c) of CEPA.
Additional data relevant to the characterization of exposure of
the population of Canada have become available since 1994. The
available monitoring data in environmental media and food are
sufficient to serve as a basis for derivation of average and upperbounding estimates of exposure to the general population. The
predominant route of exposure is from dietary intake as aniline is
present in some foods, including apples. In addition, information
on the presence of aniline in consumer products (cooking utensils
———
1
The Chemical Abstracts Service Registry Number (CAS RN) is the property
of the American Chemical Society and any use or redistribution, except as
required in supporting regulatory requirements and/or for reports to the
Government when the information and the reports are required by law or
administrative policy, is not permitted without the prior, written permission
of the American Chemical Society.
———
Le numéro de registre du Chemical Abstracts Service (numéro de CAS) est la propriété de l’American Chemical Society. Toute utilisation ou redistribu­
tion, sauf si elle sert à répondre aux besoins législatifs et/ou est nécessaire
aux rapports au gouvernement lorsque des renseignements ou des rapports
sont exigés par la loi ou une politique administrative, est interdite sans
l’autorisation écrite préalable de l’American Chemical Society.
1
Le 10 décembre 2011
Gazette du Canada Partie I
used in food preparation, some permanent markers) was sufficient
to estimate exposure from the use of these products.
Acute or short-term exposure to aniline has been reported to
cause reversible methaemoglobin formation in laboratory animals
and in humans. There is limited evidence of carcinogenicity of
aniline in laboratory animals exposed to high doses. The in vitro
or in vivo genotoxicity data were mixed; however, there is no
evidence to support the direct genotoxicity potential of aniline.
On the basis of consideration of a comparison of average and
upper-bounding estimates of exposure of the general population
to the Tolerable Daily Intake derived for aniline, it is concluded
that aniline is not entering the environment in a quantity or con­
centration or under conditions that constitute or may constitute a
danger in Canada to human life or health.
3699
dont on disposait sur la présence de l’aniline dans les produits de
consommation (les ustensiles de cuisson utilisés dans la prépara­
tion des aliments, certains marqueurs permanents) ont suffi à es­
timer l’exposition découlant de l’utilisation de ces produits.
L’exposition aiguë ou à court terme à l’aniline a été rapportée
comme causant la formation de méthémoglobine réversible chez
les animaux expérimentaux et les humains. Il y a peu d’in­
dications de cancérogénicité de l’aniline chez les animaux de
laboratoire exposés à de fortes doses. La génotoxicité directe de
l’aniline dans divers essais biologiques in vitro ou in vivo est va­
riable; cependant, il n’y a pas d’indications qui supportent le po­
tentiel génotoxique direct de l’aniline.
Lorsqu’on tient compte d’une comparaison effectuée entre les
estimations moyennes et la limite supérieure de l’exposition de la
population générale à l’aniline et la dose journalière admissible
d’aniline, on conclut que la substance ne pénètre pas dans l’en­
vironnement en une quantité, à une ou concentration ou dans des
conditions de nature à constituer ou à pouvoir constituer un risque
pour la vie ou la santé humaine.
Conclusion
Conclusion
Based on the information available, it is concluded that aniline
does not meet the criterion set out in paragraph 64(c) of the Can­
adian Environmental Protection Act, 1999.
The draft follow-up report for this substance is available on the
Government of Canada’s Chemical Substances Web site (www.
chemicalsubstances.gc.ca).
D’après les renseignements disponibles, il est conclu que l’ani­
line ne satisfait pas au critère de l’alinéa 64c) de la Loi cana­
dienne sur la protection de l’environnement (1999).
Le rapport de suivi concernant cette substance est acces­
sible sur le site Web du gouvernement du Canada portant
sur les substances chimiques à l’adresse suivante : www.
substanceschimiques.gc.ca.
[50-1-o]
[50-1-o]
DEPARTMENT OF FOREIGN AFFAIRS AND
INTERNATIONAL TRADE
MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET DU
COMMERCE INTERNATIONAL
NOTICE OF INTENT TO CONDUCT AN
ENVIRONMENTAL ASSESSMENT OF THE
CANADA-UKRAINE FREE TRADE AGREEMENT
AVIS D’INTENTION DE PROCÉDER À UNE ÉVALUATION
ENVIRONNEMENTALE D’UN ACCORD DE
LIBRE-ÉCHANGE ENTRE LE CANADA ET L’UKRAINE
The Government of Canada is now conducting an Environ­
mental Assessment (EA) to inform the negotiations for a CanadaUkraine Free Trade Agreement (FTA). Comments are invited on
any likely and significant environmental impacts on Canada of a
prospective FTA with Ukraine.
Le gouvernement du Canada entreprend maintenant une éva­
luation environnementale afin d’informer les négociations menées
en vue de la conclusion d’un accord de libre-échange (ALÉ) avec
l’Ukraine. Il recueillera des commentaires sur les effets environ­
nementaux importants et probables sur le Canada d’un ALÉ pos­
sible avec l’Ukraine.
Le gouvernement du Canada est résolument en faveur du déve­
loppement durable. Des politiques relatives au commerce, à
l’investissement et à l’environnement qui se renforcent mutuelle­
ment peuvent contribuer à la réalisation de cet objectif. À cette
fin, le ministre du Commerce international a invité les négocia­
teurs à approfondir leur compréhension et leur connaissance de la
corrélation entre les enjeux commerciaux et environnementaux
dès les premières étapes du processus décisionnel, qui doit rester
ouvert et inclusif. L’évaluation environnementale des négocia­
tions commerciales est un élément important de ce travail.
Ce processus est guidé par le Cadre pour l’évaluation environ­
nementale des négociations commerciales du Canada de 2001 et
la Directive du Cabinet sur l’évaluation environnementale des
projets de politiques, de plans et de programmes de 2010.
Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez consulter
le site Web suivant :
• Négociations en vue d’un accord de libre-échange entre
le Canada et l’Ukraine au www.international.gc.ca/trade­
agreements-accords-commerciaux/agr-acc/ukraine/index.aspx?
lang=fra&view=d.
The Government of Canada is committed to sustainable de­
velopment. Mutually supportive trade, investment and environ­
mental policies can contribute to this objective. To this end, the
Minister of International Trade has directed negotiators to im­
prove their understanding of, and information based on, the rela­
tionship between trade and environmental issues at the earliest
stages of decision making, and to do this through an open and
inclusive process. Environmental assessments of trade negotia­
tions are critical to this work.
This process is guided by the 2001 Framework for Conducting
Environmental Assessments of Trade Negotiations, with direction
from the 2010 Cabinet Directive on the Environmental Assess­
ment of Policy, Plan, and Program Proposals.
For more information, please visit the following Web site:
• Canada-Ukraine Free Trade Agreement Negotiations at www.
international.gc.ca/trade-agreements-accords-commerciaux/
agr-acc/ukraine/index.aspx?lang=en&view=d.
3700
Canada Gazette Part I
December 10, 2011
All interested parties are invited to submit their views on any
likely and significant environmental impacts on Canada resulting
from the prospective Canada-Ukraine FTA by Monday, Janu­
ary 9, 2012.
Contributions can be sent by email, fax or mail to
EAconsultationsEE@international.gc.ca (email), 613-992-9392
(fax), Canada-Ukraine FTA Environmental Assessment Consulta­
tions, Trade Policy and Negotiations Division I (TPE), Foreign
Affairs and International Trade Canada, Lester B. Pearson Build­
ing, 125 Sussex Drive, Ottawa, Ontario K1A 0G2.
Tous les intéressés sont invités à présenter, d’ici le lundi 9 jan­
vier 2012, leurs observations relatives aux effets environnemen­
taux importants et probables sur le Canada qu’engendrerait un
ALÉ entre le Canada et l’Ukraine.
Les observations peuvent être envoyées par courriel, par
télécopieur ou par courrier aux coordonnées suivantes :
EAconsultationsEE@international.gc.ca (courriel), 613-992-9392
(télécopieur), Évaluation environnementale d’un ALÉ CanadaUkraine, Direction de la politique et des négociations commercia­
les I (TPE), Affaires étrangères et Commerce international Cana­
da, Édifice Lester B. Pearson, 125, promenade Sussex, Ottawa
(Ontario) K1A 0G2.
[50-1-o]
[50-1-o]
DEPARTMENT OF TRANSPORT
MINISTÈRE DES TRANSPORTS
AERONAUTICS ACT
LOI SUR L’AÉRONAUTIQUE
Certain security measures related to aerodromes
Certaines mesures de sûreté liées aux aérodromes
Introduction
Introduction
Under subsection 4.72(2) of the Aeronautics Act, the Minister
of Transport may make confidential security measures, when an
aviation security regulation could be made in relation to the mat­
ter, and when aviation security, the security of any aircraft or
aerodrome or other aviation facility or the safety of the public,
passengers or crew members would be compromised if the sub­
ject were to be set out in a regulation.
Pursuant to subsection 4.79(1) of the Aeronautics Act, no per­
son other than the person who made the security measure shall
disclose its substance to any other person unless the disclosure is
required by law or is necessary to give effect to the security
measure.
Subsection 4.72(3) of the Aeronautics Act provides a frame­
work such that the substance of an existing security measure must
be disclosed and the security measure repealed within a year if the
Minister of Transport forms the opinion that disclosure would not
compromise aviation security.
The test for disclosure, as set out in subsection 4.72(3) of the
Aeronautics Act, is whether aviation security, the security of any
aircraft or aerodrome or other aviation facility, or the safety of the
public, passengers or crew members would no longer be com­
promised if the measure became public.
En vertu du paragraphe 4.72(2) de la Loi sur l’aéronautique, le
ministre des Transports ne peut prendre des mesures de sûreté
confidentielles que si la question peut faire l’objet d’un règlement
sur la sûreté aérienne et si la sûreté aérienne ou la sécurité d’un
aéronef, d’un aérodrome ou d’autres installations aéronautiques
ou celle du public, des passagers ou de l’équipage d’un aéronef
serait compromise si la matière était incluse dans un règlement.
Aux termes du paragraphe 4.79(1) de la Loi sur l’aéronautique,
seule la personne qui a pris la mesure de sûreté peut en communi­
quer la teneur, sauf si la communication est soit légalement exi­
gée, soit nécessaire pour la rendre efficace.
The framework sets out a process to disclose security measures
and convert to regulation those security measures that, in the
opinion of the Minister of Transport, would not compromise avia­
tion security if made as regulation. Specifically, a notice that sets
out the substance of the security measure must be published in the
Canada Gazette within 23 days of the Minister forming an opin­
ion and that the prohibition from disclosure no longer applies, and
repeal the security measure within a year of the notice or as soon
a regulation is made.
Le paragraphe 4.72(3) de la Loi sur l’aéronautique offre un
cadre selon lequel la teneur d’une mesure de sûreté existante doit
être divulguée et la mesure de sûreté abrogée dans un délai
d’un an si le ministre des Transports estime que sa divulgation ne
compromettrait pas la sûreté aérienne.
Le test de divulgation, tel qu’il est établi au paragraphe 4.72(3)
de la Loi sur l’aéronautique, consiste à déterminer si la sûreté
aérienne ou la sécurité d’un aéronef, d’un aérodrome ou d’autres
installations aéronautiques ou celle du public, des passagers ou de
l’équipage de l’aéronef serait compromise si la mesure était ren­
due publique.
Le cadre fixe un processus de divulgation des mesures de sûre­
té et convertit en dispositions réglementaires les mesures de sûre­
té qui, selon le ministre des Transports, ne compromettent pas la
sûreté aérienne si elles font l’objet d’un règlement. Plus précisé­
ment, un avis doit être publié dans la Gazette du Canada pour
énoncer la teneur de la mesure de sûreté dans un délai de 23 jours
après que le ministre aura formé son opinion et que l’interdiction
de divulguer ne s’appliquera plus. Le ministre abroge la mesure
de sûreté dans un délai d’un an après la publication de l’avis ou
dès qu’un règlement est établi.
Notice
Avis
The Minister has reviewed the following security measures re­
lated to aerodromes and is of the opinion that aviation security,
the security of any aircraft or aerodrome or other aviation facility
or the safety of the public, passengers or crew members would no
longer be compromised if the following security measures are
made public. Subsection 4.79(1) no longer applies in respect of
these security measures.
Le ministre a examiné les mesures de sûreté suivantes liées aux
aérodromes et il estime que la sûreté aérienne, la sécurité d’un
aéronef, d’un aérodrome ou d’autres installations aéronautiques
ou celle du public, des passagers ou de l’équipage ne serait plus
compromise si les mesures de sûreté suivantes sont rendues pu­
bliques. Le paragraphe 4.79(1) ne s’applique plus à ces mesures
de sûreté.
Le 10 décembre 2011
Gazette du Canada Partie I
3701
Signs
Panneaux
1. (1) The operator of an aerodrome listed in Schedule A, B
or C must post signs on the outside of each restricted area access
point and each security barrier. Each sign must
(a) be in at least both official languages;
(b) identify the restricted area as a restricted area; and
(c) state that access to the area is restricted to authorized
persons.
(2) The signs posted on a security barrier must be no more than
150 m apart.
1. (1) L’exploitant d’un aérodrome énuméré à l’annexe A, B
ou C installe des panneaux sur le côté extérieur de chaque point
d’accès aux zones réglementées et de chaque enceinte de sûreté.
Les panneaux sont conformes aux exigences suivantes :
a) ils sont au moins dans les deux langues officielles;
b) ils indiquent que les zones réglementées sont des zones
réglementées;
c) ils indiquent que l’accès aux zones est restreint aux person­
nes autorisées.
(2) La distance entre les panneaux installés sur une enceinte de
sûreté est d’au plus 150 m.
Access control systems
Systèmes de contrôle d’accès
2. The operator of an aerodrome listed in Schedule A, B or C
must ensure that each restricted area access point that allows ac­
cess from a non-restricted area to a restricted area has an access
control system consisting of one or more of the following
elements:
(a) surveillance by a person authorized by the operator of the
aerodrome to control access to restricted areas;
(b) manual locking equipment; and
(c) automated access control equipment.
3. The operator of an aerodrome listed in Schedule A, B or C
must ensure that each restricted area access point that is between
an air terminal building and a passenger loading bridge has a door
that can be locked.
2. L’exploitant d’un aérodrome énuméré à l’annexe A, B ou C
veille à ce chaque point d’accès aux zones réglementées qui permet l’accès à une zone réglementée à partir d’une zone non ré­
glementée ait un système de contrôle de l’accès qui comprend au
moins l’un des éléments suivants :
a) la surveillance par une personne autorisée par l’exploitant de l’aérodrome pour contrôler l’accès aux zones réglementées; b) un dispositif de verrouillage manuel; c) un dispositif automatisé de contrôle d’accès. 3. L’exploitant d’un aérodrome énuméré à l’annexe A, B ou C
veille à ce que chaque point d’accès aux zones réglementées entre
l’aérogare et une passerelle d’embarquement des passagers soit
muni d’une porte qui peut être verrouillée.
Access control — Official credentials
Contrôle d’accès — Pièce d’identité officielle
4. The operator of an aerodrome listed in Schedule A, B or C
must permit an inspector to enter or remain in a restricted area if
the inspector is acting in the course of their employment and pre­
sents their credentials.
4. L’exploitant d’un aérodrome énuméré à l’annexe A, B ou C
permet à un inspecteur qui agit dans le cadre de son emploi et qui
présente sa pièce d’identité officielle d’entrer ou de demeurer
dans une zone réglementée.
Documents of entitlement
Documents d’autorisation
5. The following documents that permit persons to enter re­
stricted areas are documents of entitlement at an aerodrome listed
in Schedule A or B:
(a) a temporary pass issued by the operator of the aerodrome;
(b) a boarding pass, ticket, or any other document accepted by
an air carrier that confirms the status of the person to whom it
was issued as a passenger on a flight and that is approved by
the operator of the aerodrome;
(c) a passenger escort form that is approved by the operator of
the aerodrome;
(d) a courtesy lounge or conference room pass that is issued by
an air carrier and is approved by the operator of the aerodrome;
and
(e) in those restricted areas used by general aviation at the
aerodrome, a Canadian pilot’s licence, if the holder is on duty
or in the performance of functions directly related to their work
and is also in possession of documentation attesting that the
holder is medically fit to fly.
5. Les documents ci-après qui permettent d’entrer dans des
zones réglementées sont des documents d’autorisation à un aéro­
drome énuméré à l’annexe A ou B :
a) un laissez-passer temporaire délivré par l’exploitant de
l’aérodrome;
b) la carte d’embarquement, le billet ou tout autre document accepté par un transporteur aérien qui confirme le statut du titu­
laire en tant que passager pour un vol et qui est approuvé par
l’exploitant de l’aérodrome; c) le formulaire d’escorte de passager qui est approuvé par l’exploitant de l’aérodrome; d) le laissez-passer pour un salon d’honneur ou une salle de
conférence qui est délivré par un transporteur aérien et qui est
approuvé par l’exploitant de l’aérodrome;
e) dans les zones réglementées utilisées par l’aviation générale
à l’aérodrome, une licence de pilote canadienne, si le titulaire
est en service ou s’il exerce des fonctions directement liées à
son travail et s’il est en possession de la documentation attes­
tant que le titulaire est médicalement apte à voler.
6. Les documents ci-après qui permettent d’entrer dans des
zones réglementées sont des documents d’autorisation à un aéro­
drome énuméré à l’annexe C :
a) la carte d’embarquement, le billet ou tout autre document
accepté par un transporteur aérien qui confirme le statut du titu­
laire en tant que passager pour un vol et qui est approuvé par
l’exploitant de l’aérodrome;
b) le formulaire d’escorte de passager qui est approuvé par
l’exploitant de l’aérodrome;
6. The following documents that permit persons to enter re­
stricted areas are documents of entitlement at an aerodrome listed
in Schedule C:
(a) a boarding pass, ticket, or any other document accepted by
an air carrier that confirms the status of the person to whom it
was issued as a passenger on a flight and that is approved by
the operator of the aerodrome;
(b) a passenger escort form that is approved by the operator of
the aerodrome;
3702
Canada Gazette Part I
(c) a courtesy lounge or conference room pass that is issued by
an air carrier and is approved by the operator of the aerodrome;
and
(d) in those restricted areas used by general aviation at the
aerodrome, a Canadian pilot’s licence, if the holder is on duty
or in the performance of functions directly related to their work
and is also in possession of documentation attesting that the
holder is medically fit to fly.
December 10, 2011
c) le laissez-passer pour un salon d’honneur ou une salle de
conférence qui est délivré par un transporteur aérien et qui est
approuvé par l’exploitant de l’aérodrome;
d) dans les zones réglementées utilisées par l’aviation générale
à l’aérodrome, une licence de pilote canadienne, si le titulaire
est en service ou s’il exerce des fonctions directement liées à
son travail et s’il est en possession de la documentation attes­
tant que le titulaire est médicalement apte à voler.
Emergency plans and procedures
Plans et procédures d’urgence
7. (1) The operator of an aerodrome where air carriers are
served must have an emergency plan that sets out the response
procedures to be followed at the aerodrome for
(a) bomb threats; and
(b) hijackings of aircraft.
(2) An emergency plan must, at a minimum, describe
(a) the actions to be taken by the operator of the aerodrome,
police, aerodrome control tower or flight service station, emer­
gency co-ordination centre, emergency response providers, air
carriers, and any other person or organization that is involved;
(b) the procedures to be followed for the evacuation and search
of air terminal buildings;
(c) the procedures to be followed for the handling and disposal
of a suspected bomb; and
(d) the procedures to be followed for the detention on the
ground of any aircraft involved in a bomb threat or hijacking.
7. (1) L’exploitant d’un aérodrome où des transporteurs aériens
sont desservis a un plan d’urgence qui prévoit la procédure
d’intervention à suivre à l’aérodrome dans les cas suivants :
a) les menaces à la bombe; b) les détournements d’aéronef.
(2) Le plan d’urgence, à tout le moins, décrit : a) les mesures que doivent prendre l’exploitant de l’aérodrome,
la police, la tour de contrôle de l’aérodrome ou la station
d’information de vol, le centre de coordination des urgences,
les fournisseurs de services d’urgence, les transporteurs aériens
et tout autre organisme concerné;
b) la procédure à suivre pour l’évacuation et la fouille des
aérogares;
c) la procédure à suivre lors de la manipulation et l’enlèvement
d’une bombe présumée;
d) la procédure à suivre pour la détention au sol de tout aéronef
impliqué dans une menace à la bombe ou un détournement.
(3) L’exploitant d’un aérodrome est tenu de conserver à l’aéro­
drome au moins une copie du plan d’urgence et la met à la dispo­
sition du ministre, sur préavis raisonnable de celui-ci.
(3) The operator of an aerodrome must maintain at the
aerodrome at least one copy of the emergency plan and shall
make it available to the Minister on reasonable notice given by
the Minister.
Emergency exercises
Exercices d’urgence
8. The operator of an aerodrome listed in Schedule A must, at
least once every three years, carry out a live exercise involving
the agencies identified in its emergency plan to test the effective­
ness of the plan in relation to an act of unlawful interference with
civil aviation. The operator of an aerodrome listed in Schedule B
or C must carry out a live exercise at least once every five years.
9. The operator of an aerodrome listed in Schedule A, B or C
must, at least once a year, carry out a table-top exercise involving
the agencies identified in its emergency plan to test the effective­
ness of the plan in relation to an act of unlawful interference with
civil aviation. However, the operator is not required to carry out a
table-top exercise in any year in which it carries out a live exer­
cise in accordance with section 7.
10. The operator of an aerodrome that is not listed in Sched­
ule A, B or C and that is an aerodromes where air carriers are
served must, at least once a year, carry out a table-top exercise
involving the agencies identified in its emergency plan to test the
effectiveness of the plan in relation to an act of unlawful interfer­
ence with civil aviation.
11. The operator of an aerodrome must prepare a written report
on each exercise it carries out in accordance with section 7, 8 or 9
and must make the reports available to the Minister on reasonable
notice given by the Minister.
8. L’exploitant d’un aérodrome énuméré à l’annexe A tient, au
moins une fois tous les trois ans, un exercice réel avec la partici­
pation des organismes mentionnés dans le plan d’urgence pour
vérifier l’efficacité du plan en réponse à un acte d’intervention
illicite contre l’aviation civile. L’exploitant d’un aérodrome énu­
méré aux annexes B ou C tient un exercice réel au moins une fois
tous les cinq ans.
9. L’exploitant d’un aérodrome énuméré à l’annexe A, B ou C
tient, au moins une fois par année, un exercice sur table avec la
participation des organismes mentionnés dans le plan d’urgence
pour vérifier l’efficacité du plan en réponse à un acte d’interven­
tion illicite contre l’aviation civile. Toutefois, l’exploitant n’est
pas tenu de le tenir au cours de l’année où il tient un exercice réel
conformément à l’article 7.
10. L’exploitant d’un aérodrome qui n’est pas énuméré aux an­
nexes A, B ou C et qui est un des aérodrome où des transporteurs
aériens sont desservis tient, au moins une fois par année, un exer­
cice sur table avec la participation des organismes mentionnés
dans le plan d’urgence pour vérifier l’efficacité du plan en ré­
ponse à un acte d’intervention illicite contre l’aviation civile.
11. L’exploitant d’un aérodrome rédige un rapport sur chaque
exercice tenu conformément aux articles 7, 8 ou 9 et met les
rapports à la disposition du ministre, sur préavis raisonnable de
celui-ci.
Baggage handling system
Système de manutention des bagages
12. The operator of an aerodrome listed in Schedule A, B or C
must take measures to prevent unauthorized access to a baggage
handling system that is in a restricted area.
12. L’exploitant d’un aérodrome énuméré à l’annexe A, B ou C
prend des mesures afin d’empêcher l’accès non autorisé à un sys­
tème de manutention des bagages enregistrés dans une zone
réglementée.
Le 10 décembre 2011
Gazette du Canada Partie I
3703
Screening checkpoints
Points de contrôle
13. (1) The operator of an aerodrome listed in Schedule A, B
or C must post a notice at each passenger screening checkpoint
stating that it is an offence for a person at the aerodrome to falsely
declare that
(a) they are carrying a weapon, an explosive substance, an in­
cendiary device or any other item that could be used to jeopard­
ize the security of an aerodrome or aircraft or that such an item
is contained in goods in their possession or control or in goods
that they have tendered or are tendering for screening or trans­
portation; or
(b) another person who is at an aerodrome or on board an air­
craft is carrying a weapon, an explosive substance, an incendi­
ary device or any other item that could be used to jeopardize
the security of an aerodrome or aircraft or that such an item is
contained in goods in the other person’s possession or control
or in goods that the other person has tendered or is tendering
for screening or transportation.
13. (1) L’exploitant d’un aérodrome énuméré à l’annexe A, B
ou C affiche à chaque point de contrôle des passagers un avis
selon lequel il est interdit à toute personne à l’aérodrome de faire
de fausses déclarations en prétendant :
a) qu’elle a en sa possession une arme, une substance explo­
sive, un engin incendiaire ou un autre article qui pourrait être
utilisé pour compromettre la sûreté d’un aérodrome ou d’un aé­
ronef ou qu’un tel objet se trouve dans les biens en sa posses­
sion ou sous sa garde ou dans les biens qu’elle a présentés ou
est en voie de présenter pour le contrôle ou le transport;
b) qu’une autre personne qui se trouve à un aérodrome ou est à
bord d’un aéronef a en sa possession une arme, une substance
explosive, un engin incendiaire ou un autre article qui pourrait
être utilisé pour compromettre la sûreté d’un aérodrome ou
d’un aéronef ou qu’un tel objet se trouve dans les biens en la
possession ou sous la garde de cette autre personne ou dans les
biens que cette autre personne a présentés ou est en voie de
présenter pour le contrôle ou le transport.
(2) The notice must be clearly visible and be in at least both of­
ficial languages.
(2) L’avis doit être clairement visible au moins dans les deux
langues officielles.
14. The operator of an aerodrome listed in Schedule A, B
or C must make a facility available for the private screening of
passengers.
14. L’exploitant d’un aérodrome énuméré à l’annexe A, B ou C
prévoit une installation où peut s’effectuer le contrôle en privé
des passagers.
U.S. preclearance areas
Zone de précontrôle des États-Unis
15. (1) If an aerodrome has a U.S. preclearance area, the oper­
ator of the aerodrome must ensure the continuous presence of at
least one armed police officer at the preclearance area during the
hours that the area is in operation.
15. (1) Si un aérodrome est doté d’une zone de précontrôle des
États-Unis, l’exploitant de l’aérodrome veille à ce qu’au moins un
agent de police armé soit continuellement présent à la zone de
précontrôle durant les heures de service de cette zone.
(2) The operator of the aerodrome must ensure that the armed
police officer makes regular patrols within the preclearance area
and responds rapidly and in person to emergency calls from, or
alarms activated by, U.S. preclearance personnel.
(2) L’exploitant de l’aérodrome veille aussi à ce que l’agent de
police armé effectue des patrouilles régulières à l’intérieur de la
zone de précontrôle et intervienne rapidement et en personne à
tout appel d’urgence provenant du personnel de précontrôle des
États-Unis ou à toute alarme déclenchée par celui-ci.
Screening of persons other than passengers
Contrôle des personnes autres que les passagers
16. The operator of an aerodrome listed in Schedule A or B
must make facilities available for non-passenger screening
checkpoints.
16. L’exploitant d’un aérodrome énuméré à l’annexe A ou B
prévoit des installations pour des points de contrôle des
non-passagers.
Notice respecting restrictions on liquids, gels and aerosols
Avis sur les restrictions visant les liquides, les gels et les aérosols
17. The operator of an aerodrome listed in Schedule A, B or C
must ensure that non-passengers who access sterile areas are ad­
vised of any restrictions on the possession of liquids, gels or aero­
sols in sterile areas.
17. L’exploitant d’un aérodrome énuméré à l’annexe A, B ou C
veille à ce que tous les non-passagers qui entrent dans des zones
stériles soient avisés de toute restriction visant la possession de
liquides, de gels ou d’aérosols dans les zones stériles.
Plans for construction
Plans en matière de construction
18. (1) The operator of an aerodrome listed in Schedule A, B
or C must notify the Minister of all plans to begin new construc­
tion or to effect a change to the physical security of the aero­
drome if the construction or change relates to regulatory require­
ments respecting aircraft, passengers, baggage, cargo or mail.
18. (1) L’exploitant d’un aérodrome énuméré à l’annexe A, B
ou C avise le ministre des plans visant à commencer une nouvelle
construction ou à apporter des modifications à la sûreté matérielle
de l’aérodrome, lorsque cette construction ou ces modifications se
rapportent aux exigences réglementaires à l’égard des aéronefs,
des passagers, des bagages, du fret ou du courrier.
(2) The notice must
(a) be in writing;
(b) state the date on which the construction will begin or the
change will be effected; and
(c) include a description of the construction or change and the
safeguards that will be taken to maintain security in areas of the
aerodrome affected by construction activities.
(2) L’avis doit :
a) être par écrit;
b) comporter la date du début de la construction ou la date où
les modifications seront apportées;
c) comporter une description de la construction ou des modifi­
cations ainsi que les mesures de protection qui seront prises
afin de maintenir la sûreté à l’aérodrome dans les zones qui se­
ront touchées par les activités de construction.
3704
Canada Gazette Part I
December 10, 2011
Availability of prohibited items
Disponibilité des articles interdits
19. (1) Subject to subsections (2) and (3), the operator of an
aerodrome listed in Schedule A, B or C must not permit goods
listed or described in the general list of prohibited items or, as
applicable, the specific list of prohibited items to be made avail­
able to persons in a sterile area.
(2) The operator of an aerodrome may, in accordance with se­
curity measures, permit liquids, gels and aerosols to be made
available to persons in a sterile area.
(3) The operator of an aerodrome may permit a concessionaire
that provides food or meal service in a sterile area to make
rounded, dull-blade knives and plastic knives available to its
customers.
19. (1) Sous réserve des paragraphes (2) et (3), il est interdit à
l’exploitant d’un aérodrome énuméré à l’annexe A, B ou C de
permettre que des biens énumérés ou décrits dans la liste générale
des articles interdits ou, le cas échéant, dans la liste spécifique des
articles interdits soient mis à la disposition des personnes dans
une zone stérile.
(2) L’exploitant d’un aérodrome peut permettre, conformément
aux mesures de sûreté, que des liquides, des gels et des aérosols
soient mis à la disposition des personnes dans une zone stérile.
(3) L’exploitant d’un aérodrome peut permettre aux conces­
sionnaires qui fournissent des aliments ou des repas dans une
zone stérile de mettre à la disposition de leurs clients des cou­
teaux à lame émoussée et arrondie et des couteaux en plastique.
Explosive detection screening checkpoints
Points de contrôle de détection d’explosifs
20. (1) The operator of an aerodrome listed in Schedule A, B
or C must make facilities available for explosives detection
screening checkpoints.
(2) For the purposes of this section, “explosives detection
screening checkpoint” means an area of an aerodrome where
screening equipment is used by the Canadian Air Transport Se­
curity Authority (CATSA) to search carry-on baggage, checked
baggage or baggage that is intended to be checked baggage.
20. (1) L’exploitant d’un aérodrome énuméré à l’annexe A, B
ou C fournit des installations pour des points de contrôle de détec­
tion d’explosifs.
(2) Pour l’application du présent article, « point de contrôle de
détection d’explosifs » s’entend d’un endroit à un aérodrome où
l’équipement de contrôle est utilisé par l’Administration cana­
dienne de la sûreté du transport aérien (l’ACSTA) pour la fouille
des bagages de cabine, des bagages enregistrés ou des bagages
destinés à devenir des bagages enregistrés.
21. Si l’exploitant d’un aérodrome énuméré à l’annexe A, B
ou C est responsable d’un système de manutention des bagages, il
lui est interdit d’y effectuer toute modification qui peut avoir une
incidence sur les opérations de contrôle à moins que l’ACSTA
n’y consente.
21. If the operator of an aerodrome listed in Schedule A, B or C
is responsible for a baggage handling system, the operator must
not make any modifications to the system that may affect screen­
ing operations unless the modifications are agreed to by CATSA.
ANNEXE A
SCHEDULE A
Class 1 Aerodromes / Name
ICAO Location Indicator
Aérodromes de Catégorie 1 / Nom
Indicateur d’emplacement
de l’OACI
Calgary International
CYYC
Calgary (aéroport international)
CYYC
Edmonton International
CYEG
Edmonton (aéroport international)
CYEG
Halifax (Robert L. Stanfield International)
CYHZ
Halifax (aéroport international Robert L.
Stanfield)
CYHZ
Montréal International (Mirabel)
CYMX
Montréal (aéroport international de Mirabel)
CYMX
Montréal (Montréal — Pierre Elliott Trudeau
International)
CYUL
Montréal (aéroport international
Pierre-Elliott-Trudeau)
CYUL
Ottawa (Macdonald-Cartier International)
CYOW
Ottawa (aéroport international
Macdonald-Cartier)
CYOW
Toronto (Lester B. Pearson International)
CYYZ
Toronto (aéroport international Lester B.
Pearson)
CYYZ
Vancouver International
CYVR
Vancouver (aéroport international)
CYVR
Winnipeg (James Armstrong Richardson
International)
CYWG
Winnipeg (aéroport international James
Armstrong Richardson)
CYWG
SCHEDULE B
Class 2 Aerodromes / Name
ANNEXE B
ICAO Location Indicator
Aérodromes de Catégorie 2 / Nom
Indicateur d’emplacement
de l’OACI
Charlottetown
CYYG
Charlottetown
Fredericton International
CYFC
Fredericton (aéroport international)
CYFC
Gander International
CYQX
Gander (aéroport international)
CYQX
Greater Moncton International
CYQM
Iqaluit
CYFB
CYYG
Le 10 décembre 2011
Gazette du Canada Partie I
SCHEDULE B — Continued
Class 2 Aerodromes / Name
ANNEXE B (suite)
ICAO Location Indicator
Aérodromes de Catégorie 2 / Nom
Indicateur d’emplacement
de l’OACI
Iqaluit
CYFB
Kelowna
Kelowna
CYLW
London
CYXU
London
CYXU
Moncton (aéroport international du Grand)
CYQM
Prince George
CYXS
Prince George
CYXS
Québec (Jean Lesage International)
CYQB
Québec (aéroport international Jean-Lesage)
CYQB
Regina International
CYQR
Regina (aéroport international)
CYQR
CYLW
Saint John
CYSJ
Saint John
CYSJ
St. John’s International
CYYT
St. John’s (aéroport international)
CYYT
Saskatoon (John D. Diefenbaker International)
CYXE
Saskatoon (aéroport international John G.
Diefenbaker)
CYXE
Sudbury
CYSB
Sudbury
CYSB
Thunder Bay
CYQT
Thunder Bay
CYQT
Toronto (Billy Bishop Toronto City)
CYTZ
Toronto (aéroport de la ville de Toronto —
Billy Bishop)
CYTZ
Victoria International
CYYJ
Victoria (aéroport international)
CYYJ
Whitehorse (Erik Neilsen International)
CYXY
Whitehorse (aéroport international Erik Neilsen) CYXY
Windsor
CYQG
Windsor
CYQG
Yellowknife
CYZF
Yellowknife
CYZF
SCHEDULE C
Other Aerodomes / Name
3705
ANNEXE C
ICAO Location Indicator
Autres Aérodromes / Nom
Indicateur d’emplacement
de l’OACI
Abbotsford International
CYXX
Abbotsford (aéroport international)
CYXX
Alma
CYTF
Alma
CYTF
Bagotville
CYBG
Bagotville
CYBG
Baie-Comeau
CYBC
Baie-Comeau
CYBC
Bathurst
CZBF
Bathurst
CZBF
Brandon Municipal
CYBR
Brandon (aéroport municipal)
CYBR
Campbell River
CYBL
Campbell River
CYBL
Castlegar (West Kootenay Regional)
CYCG
Castlegar (aéroport régional de West Kootenay)
CYCG
Charlo
CYCL
Charlo
CYCL
Chibougamau/Chapais
CYMT
Chibougamau/Chapais
CYMT
Churchill Falls
CZUM
Churchill Falls
CZUM
Comox
CYQQ
Comox
CYQQ
Cranbrook (Canadian Rockies International)
CYXC
Cranbrook (aéroport international des
Rocheuses)
CYXC
Dawson Creek
CYDQ
Dawson Creek
CYDQ
Deer Lake
CYDF
Deer Lake
CYDF
Fort McMurray
CYMM
Fort McMurray
CYMM
Fort St. John
CYXJ
Fort St. John
CYXJ
Gaspé
CYGP
Gaspé
CYGP
Goose Bay
CYYR
Goose Bay
CYYR
Grande Prairie
CYQU
Grande Prairie
CYQU
Hamilton (John C. Munro International)
CYHM
Hamilton (aéroport international John C. Munro) CYHM
Îles-de-la-Madeleine
CYGR
Îles-de-la-Madeleine
CYGR
Kamloops
CYKA
Kamloops
CYKA
Kingston
CYGK
Kingston
CYGK
Canada Gazette Part I
3706
December 10, 2011
SCHEDULE C — Continued
Other Aerodomes / Name
ANNEXE C (suite)
ICAO Location Indicator
Autres Aérodromes / Nom
Indicateur d’emplacement
de l’OACI
Kitchener/Waterloo Regional
CYKF
Kitchener/Waterloo (aéroport régional)
CYKF
Kuujjuaq
CYVP
Kuujjuaq
CYVP
Kuujjuarapik
CYGW
Kuujjuarapik
CYGW
La Grande Rivière
CYGL
La Grande Rivière
CYGL
Lethbridge
CYQL
Lethbridge
CYQL
Lloydminster
CYLL
Lloydminster
CYLL
Lourdes-de-Blanc-Sablon
CYBX
Lourdes-de-Blanc-Sablon
CYBX
Medicine Hat
CYXH
Medicine Hat
CYXH
Mont-Joli
CYYY
Mont-Joli
CYYY
Nanaimo
CYCD
Nanaimo
CYCD
North Bay
CYYB
North Bay
CYYB
Penticton
CYYF
Penticton
CYYF
Prince Albert (Glass Field)
CYPA
Prince Albert (Glass Field)
CYPA
Prince Rupert
CYPR
Prince Rupert
CYPR
Quesnel
CYQZ
Quesnel
CYQZ
Red Deer Regional
CYQF
Red Deer (aéroport régional)
CYQF
Rivière-Rouge/Mont-Tremblant International
CYFJ
Rivière-Rouge/Mont-Tremblant (aéroport
international)
CYFJ
Roberval
CYRJ
Roberval
CYRJ
Rouyn-Noranda
CYUY
Rouyn-Noranda
CYUY
St. Anthony
CYAY
St. Anthony
CYAY
Saint-Léonard
CYSL
Saint-Léonard
CYSL
Sandspit
CYZP
Sandspit
CYZP
Sarnia (Chris Hadfield)
CYZR
Sarnia (aéroport Chris Hadfield)
CYZR
Sault Ste. Marie
CYAM
Sault Ste. Marie
CYAM
Sept-Îles
CYZV
Sept-Îles
CYZV
Smithers
CYYD
Smithers
CYYD
Stephenville
CYJT
Stephenville
CYJT
Sydney (J. A. Douglas McCurdy)
CYQY
Sydney (J. A. Douglas McCurdy)
CYQY
Terrace
CYXT
Terrace
CYXT
Thompson
CYTH
Thompson
CYTH
Timmins (Victor M. Power)
CYTS
Timmins (Victor M. Power)
CYTS
Toronto/Buttonville Municipal
CYKZ
Toronto/Buttonville (aéroport municipal)
CYKZ
Val-d’Or
CYVO
Val-d’Or
CYVO
Wabush
CYWK
Wabush
CYWK
Williams Lake
CYWL
Williams Lake
CYWL
Yarmouth
CYQI
Yarmouth
CYQI
[50-1-o]
[50-1-o]
DEPARTMENT OF TRANSPORT MINISTÈRE DES TRANSPORTS
CANADA MARINE ACT
LOI MARITIME DU CANADA
Saint John Port Authority — Supplementary letters patent
Administration portuaire de Saint John — Lettres patentes
supplémentaires
BY THE MINISTER OF TRANSPORT
WHEREAS Letters Patent were issued by the Minister of Transport (“Minister”) for the Saint John Port Authority (“Authority”)
under the authority of the Canada Marine Act, effective May 1,
1999;
PAR LE MINISTRE DES TRANSPORTS
ATTENDU QUE des Lettres patentes ont été délivrées par le
ministre des Transports (« ministre ») à l’Administration por­
tuaire de Saint John (« Administration ») en vertu de la Loi mari­
time du Canada, prenant effet le 1er mai 1999;
Le 10 décembre 2011
Gazette du Canada Partie I
WHEREAS Schedule D of the Letters Patent describes the
classes of users in which each user of the Port of Saint John is
eligible for membership;
WHEREAS the board of directors of the Authority intends to
restructure the user group composition referred to in Schedule D
of the Letters Patent to reflect current business operations at the
Port of Saint John;
AND WHEREAS by resolution, the board of directors of the
Authority has requested that the Minister issue Supplementary
Letters Patent modifying the description of the classes of users in
Schedule D of the Letters Patent;
NOW THEREFORE under the authority of section 9 the Can­
ada Marine Act, section 1 of Schedule D of the Letters Patent of
the Authority is replaced by the following:
1. Each user of the Port of Saint John shall be eligible for
membership in one or more classes of users as follows:
Class 1 Those persons representing major industry who,
in the opinion of the Authority, regularly use or
operate within the Port shall be eligible for mem­
bership in Class 1;
Class 2 Those persons who, in the opinion of the Port Au­
thority, are operators of the Port or shipping
agents within the Port for the purpose of conduct­
ing domestic or international waterborne trade
shall be eligible for membership in Class 2;
Class 3 Those persons who, in the opinion of the Port Au­
thority, are carriers, freight forwarders or cruise
interests directly involved with domestic or inter­
national waterborne trade conducted within the
Port shall be eligible for membership in Class 3;
and
Class 4 Those persons who, in the opinion of the Port Au­
thority, represent associations, marine consulting,
unions, fishers, trucking and other commercial
users of the Port having done business with the
Port in the previous fiscal year and not included in
the other three classes shall be eligible for mem­
bership in Class 4.
Issued under my hand this 18th day of November, 2011.
__________________________________
Denis Lebel, P.C., M.P.
Minister of Transport
3707
ATTENDU QUE l’Annexe « D » des Lettres patentes décrit les
catégories d’utilisateurs auxquelles chaque utilisateur du Port de
Saint John est admissible;
ATTENDU QUE le conseil d’administration de l’Administration
a l’intention de restructurer la composition des groupes d’utilisa­
teurs visée dans l’Annexe « D » des Lettres patentes afin de reflé­
ter les activités actuelles au Port de Saint John;
ATTENDU QUE par résolution, le conseil d’administration de
l’Administration a demandé au ministre de délivrer les Lettres
patentes supplémentaires modifiant la description des catégories
d’utilisateurs visée dans l’Annexe « D » des Lettres patentes;
À CES CAUSES, en vertu de l’article 9 de la Loi maritime du
Canada, l’article 1 de l’Annexe « D » des Lettres patentes de
l’Administration est remplacé par ce qui suit :
1. Chaque utilisateur du Port de Saint John est admissible à
une ou plusieurs des catégories d’utilisateurs suivantes :
Catégorie 1 les personnes représentant les industries ma­
jeures qui, de l’avis de l’Administration, uti­
lisent le port ou s’y livrent à leurs activités
régulièrement sont admissibles à la Caté­
gorie 1;
Catégorie 2 les personnes qui, de l’avis de l’Adminis­
tration, sont des opérateurs du Port ou des
agents maritime à l’intérieur du Port, pour
fins de diriger le commerce maritime inté­
rieur ou international sont admissibles à la
Catégorie 2;
Catégorie 3 les personnes qui, de l’avis de l’Administra­
tion, sont des transporteurs, des transitaires,
ou qui ont des intérêts dans les croisières di­
rectement impliquées dans le commerce ma­
ritime intérieur ou international effectué à
l’intérieur du Port sont admissibles à la Caté­
gorie 3;
Catégorie 4 les personnes qui, de l’avis de l’Administra­
tion, représentent les sociétés, la consultation
maritime, les syndicats, les pêcheurs, le ca­
mionnage et les autres utilisateurs commer­
ciaux du port qui ont fait affaires avec le port
au cours de l’exercice précédent et qui ne
sont pas comprises dans les trois autres caté­
gories sont admissibles à la Catégorie 4.
Délivrées sous mon seing en ce 18e jour de novembre 2011.
____________________________________
Denis Lebel, C.P., député
Ministre des Transports
[50-1-o]
[50-1-o]
NOTICE OF VACANCY
AVIS DE POSTE VACANT
PUBLIC SERVICE LABOUR RELATIONS BOARD
COMMISSION DES RELATIONS DE TRAVAIL DANS LA
FONCTION PUBLIQUE
Vice-Chairperson (full-time position)
Vice-président, vice-présidente (poste à temps plein)
Salary range: $137,700–$162,000
Échelle de salaire : Entre 137 700 $ et 162 000 $
Location: National Capital Region
Lieu : Région de la capitale nationale
The Public Service Labour Relations Board (the Board) is an
independent quasi-judicial statutory tribunal, established under
the Public Service Labour Relations Act, responsible for adminis­
tering the collective bargaining and grievance adjudication sys­
tems in the federal public service, the Parliament of Canada and
La Commission des relations de travail dans la fonction publi­
que (la Commission) est un tribunal indépendant quasi judiciaire,
établi par la Loi sur les relations de travail dans la fonction pu­
blique, chargé de l’administration des régimes de négociation
collective et d’arbitrage des griefs dans la fonction publique
3708
Canada Gazette Part I
the Government of Yukon. Through its role in adjudicating griev­
ances and complaints, mediating disputes, supporting the collect­
ive bargaining process, and performing compensation analysis
and research, the Board helps foster harmonious labour relations
and good human resource management in the federal public ser­
vice. The Board is accountable to Parliament and reports on its
activities through the Minister of Canadian Heritage.
Reporting to the Chairperson of the Board, a Vice-Chairperson
hears and decides on, alone or presiding a panel, applications,
complaints and grievances that fall under the purview of the Pub­
lic Service Labour Relations Act, various acts within the Board’s
jurisdiction and other relevant labour relations legislation. The
Vice-Chairperson renders impartial and expert decisions in order
to resolve contentious issues. The Vice-Chairperson also assists
the Chairperson in the management and in the delivery of the
services of the Board and exercises any power and function dele­
gated to him/her by the Chairperson pursuant to the Act.
The successful candidate must possess a degree from a recog­
nized university in a relevant field of study or an acceptable com­
bination of education, job-related training and/or experience.
Formal legal training would be considered an asset. The position
requires experience in, or knowledge of, labour relations. The
qualified candidate should possess experience in rendering deci­
sions or in presenting cases before a quasi-judicial tribunal, as
well as experience in the interpretation and application of legisla­
tion within the context of a quasi-judicial proceeding.
The selected candidate should possess knowledge of the legis­
lative framework and mandate of the Board as well as knowledge
of the procedures and practices involved in conducting a quasijudicial hearing and in the legal principles involved, particularly
as they relate to evidence, legal interpretation and natural justice.
The ideal candidate should be knowledgeable of the legislative
framework governing labour relations in the federal public ser­
vice and in Parliament, including the Public Service Labour Rela­
tions Act, the Canadian Charter of Rights and Freedoms and the
Canadian Human Rights Act. Furthermore, knowledge of the
practices and principles underlying collective bargaining, media­
tion and conflict resolution is essential.
The suitable candidate should be able to provide leadership
within the Board and assistance to the Chairperson in carrying out
his/her mandate in accordance with the Public Service Labour
Relations Act. The chosen candidate’s strong analytical skills will
allow him/her to interpret the provisions of various statutes, regu­
lations, policies and other documents in a quasi-judicial context,
and to assess the relevance of precedents in order to render deci­
sions that are fair and equitable. In addition to the ability to
effectively conduct hearings of a quasi-judicial tribunal and
to write clear decisions on complex legal issues, the selected can­
didate should have the ability to work independently and as a
member of a team. Possessing superior interpersonal skills, the
successful candidate will be able to communicate effectively,
both orally and in writing. He/she will also demonstrate sound
judgment, integrity and impartiality, and will adhere to high ethic­
al standards.
Proficiency in both official languages would be preferred.
The successful candidate must be a Canadian citizen within the
meaning of the Citizenship Act or a permanent resident within the
meaning of subsection 2(1) of the Immigration and Refugee Pro­
tection Act. The successful candidate must not hold any other
December 10, 2011
fédérale, au Parlement du Canada et au gouvernement du Yukon.
La Commission favorise des relations de travail harmonieuses et
une bonne gestion des ressources humaines dans la fonction pu­
blique fédérale en assurant l’arbitrage de griefs et de plaintes de
même que la médiation de différends, en appuyant la négociation
collective et en effectuant des analyses et des recherches en ma­
tière de rémunération. La Commission rend compte de ses activi­
tés au Parlement par l’intermédiaire du ministre du Patrimoine
canadien.
Relevant du président de la Commission, un vice-président entend et rend des décisions, seul ou à titre de président d’un tribu­
nal, sur des demandes, des plaintes et des griefs qui sont dans la
portée de la Loi sur les relations de travail dans la fonction pu­
blique, de diverses lois du ressort de la Commission ainsi que
d’autres dispositions législatives pertinentes aux relations de tra­
vail. Le vice-président rend des décisions impartiales et éclairées
afin de régler des questions litigieuses. De plus, le vice-président
seconde le président en ce qui a trait à ses responsabilités de ges­
tion et à celles liées à la prestation des services de la Commission,
et exerce les pouvoirs et les fonctions qui lui sont délégués par le
président conformément à cette loi.
La personne retenue doit détenir un diplôme d’une université
reconnue dans un domaine pertinent ou une combinaison accep­
table d’études, de formation professionnelle et/ou d’expérience.
Une formation juridique officielle serait considérée un atout. Le
poste exige de l’expérience ou des connaissances en matière de
relations de travail. La personne qualifiée possède de l’expérience
à rendre des décisions ou à présenter des dossiers devant un tribu­
nal quasi judiciaire ainsi que de l’expérience dans l’interprétation
et l’application des lois dans le contexte d’une instance quasi
judiciaire.
La personne sélectionnée doit posséder une connaissance du
cadre législatif et du mandat de la Commission ainsi qu’une
connaissance des procédures et des pratiques applicables à la
tenue d’une audience quasi judiciaire et des principes juridiques
en cause, particulièrement ceux qui portent sur la preuve, l’inter­
prétation des lois et la justice naturelle. La personne idéale pos­
sède une connaissance du cadre législatif régissant les relations de
travail dans la fonction publique fédérale et au Parlement, y com­
pris la Loi sur les relations de travail dans la fonction publique,
la Charte canadienne des droits et libertés et la Loi canadienne
sur les droits de la personne. De plus, une connaissance des pra­
tiques et des principes sous-jacents à la négociation collective, à
la médiation et au règlement des conflits est essentielle.
La personne recherchée doit être capable d’assurer une direc­
tion au sein de la Commission et de seconder le président afin
qu’il puisse exercer son mandat conformément à la Loi sur les
relations de travail dans la fonction publique. Les aptitudes supé­
rieures en analyse de la personne choisie lui permettront d’inter­
préter les dispositions de diverses lois, les règlements, les politi­
ques et d’autres documents dans un contexte quasi judiciaire et
d’évaluer la pertinence de la jurisprudence afin de rendre des
décisions justes et équitables. En plus de la capacité à tenir effica­
cement les audiences d’un tribunal quasi judiciaire et de rédiger
des décisions éclairées sur des questions de droit complexes, la
personne sélectionnée doit pouvoir travailler seule ou en équipe.
Possédant d’excellentes aptitudes en relations interpersonnelles,
la personne retenue sera capable de communiquer de façon effi­
cace, tant de vive voix que par écrit. Elle devra également faire
preuve d’un jugement sûr, d’intégrité et d’impartialité et adhérer à
des normes éthiques élevées.
La maîtrise des deux langues officielles serait préférable.
La personne retenue doit être un citoyen canadien au sens de la
Loi sur la citoyenneté ou un résident permanent au sens du para­
graphe 2(1) de la Loi sur l’immigration et la protection des réfu­
giés. La personne retenue ne doit pas occuper une autre charge ou
Le 10 décembre 2011
Gazette du Canada Partie I
office or employment under the employer, nor be a member of or
hold an office or employment under an employee organization
certified as a bargaining agent, nor carry on any activity inconsis­
tent with the person’s functions.
The successful candidate must be prepared to relocate to
the National Capital Region or to a location within reasonable
commuting distance, and be prepared to travel regularly across
Canada.
The Government is committed to ensuring that its appoint­
ments are representative of Canada’s regions and official lan­
guages, as well as of women, Aboriginal peoples, disabled per­
sons and visible minorities.
The preferred candidate must comply with the Ethical and Pol­
itical Activity Guidelines for Public Office Holders. The Guide­
lines are available on the Governor in Council Appointments
Web site, under “Reference Material,” at www.appointments­
nominations.gc.ca.
The selected candidate will be subject to the Conflict of Interest
Act. Public office holders appointed on a full-time basis must
submit to the Office of the Conflict of Interest and Ethics Com­
missioner, within 60 days of appointment, a Confidential Report
in which they disclose all of their assets, liabilities and outside
activities. For more information, please visit the Office of
the Conflict of Interest and Ethics Commissioner’s Web site at
http://ciec-ccie.gc.ca.
This notice has been placed in the Canada Gazette to assist the
Governor in Council in identifying qualified candidates for this
position. It is not, however, intended to be the sole means of
recruitment.
Further details about the organization and its activities can be
found on its Web site at: www.pslrb-crtfp.gc.ca.
Interested candidates should forward their curriculum vitae
by January 6, 2012, to the Assistant Secretary to the Cabinet
(Senior Personnel), Privy Council Office, 59 Sparks Street, 1st
Floor, Ottawa, Ontario K1A 0A3, 613-957-5006 (fax), GICA­
NGEC@bnet.pco-bcp.gc.ca (email).
English and French notices of vacancies will be produced in an
alternative format (audio cassette, diskette, Braille, large print,
etc.) upon request. For further information, please contact Pub­
lishing and Depository Services, Public Works and Government
Services Canada, Ottawa, Ontario K1A 0S5, 613-941-5995 or
1-800-635-7943.
3709
un autre emploi relevant de l’employeur, ni adhérer à une organi­
sation syndicale accréditée à titre d’agent négociateur, ni occuper
une charge ou un emploi relevant d’une telle organisation, ni ac­
cepter de charge ou d’emploi, ni exercer d’activités incompatibles
avec ses fonctions.
La personne retenue doit être disposée à déménager dans la ré­
gion de la capitale nationale ou à une distance raisonnable du lieu
de travail et consentir à voyager régulièrement dans l’ensemble
du Canada.
Le gouvernement est déterminé à faire en sorte que ses nomi­
nations soient représentatives des régions du Canada et de ses
langues officielles, ainsi que des femmes, des Autochtones, des
personnes handicapées et des minorités visibles.
La personne sélectionnée doit se conformer aux Lignes direc­
trices en matière d’éthique et d’activités politiques à l’intention
des titulaires de charge publique. Il est possible de consulter ces
lignes directrices sur le site Web des Nominations par le gouver­
neur en conseil, sous la rubrique « Documents de référence », à
l’adresse suivante : www.appointments-nominations.gc.ca.
La personne sélectionnée sera assujettie à la Loi sur les conflits
d’intérêts. Les titulaires de charge publique nommés à temps
plein doivent soumettre au Commissariat aux conflits d’intérêts et
à l’éthique, dans les 60 jours suivant leur nomination, un rapport
confidentiel dans lequel ils déclarent leurs biens et exigibilités
ainsi que leurs activités extérieures. Pour plus d’information,
veuillez consulter le site Web du Commissariat aux conflits d’in­
térêts et à l’éthique à l’adresse suivante : http://ciec-ccie.gc.ca.
Cette annonce paraît dans la Gazette du Canada afin de per­
mettre au gouverneur en conseil de trouver des personnes quali­
fiées pour ce poste. Cependant, le recrutement ne se limite pas à
cette seule façon de procéder.
Vous pourrez trouver d’autres renseignements sur cet orga­
nisme et ses activités sur son site Web à l’adresse suivante :
www.pslrb-crtfp.gc.ca.
Les personnes intéressées doivent faire parvenir leur curricu­
lum vitæ au plus tard le 6 janvier 2012 à la Secrétaire adjointe du
Cabinet (Personnel supérieur), Bureau du Conseil privé, 59, rue
Sparks, 1er étage, Ottawa (Ontario) K1A 0A3, 613-957-5006 (té­
lécopieur), GICA-NGEC@bnet.pco-bcp.gc.ca (courriel).
Les avis de postes vacants sont disponibles sur demande, dans
les deux langues officielles et en média substitut (audiocassette,
disquette, braille, imprimé à gros caractères, etc.). Pour obtenir de
plus amples renseignements, veuillez communiquer avec les Édi­
tions et Services de dépôt, Travaux publics et Services gouver­
nementaux Canada, Ottawa (Ontario) K1A 0S5, 613-941-5995 ou
1-800-635-7943.
[50-1-o]
[50-1-o]
NOTICE OF VACANCIES
AVIS DE POSTES VACANTS
NATIONAL ENERGY BOARD
OFFICE NATIONAL DE L’ÉNERGIE
Members (full-time position(s))
Membres (poste(s) à plein temps)
Salary range: $168,500–$198,200
Échelle salariale : De 168 500 $ à 198 200 $
Location: Calgary, Alberta
Lieu : Calgary (Alberta)
The National Energy Board (NEB) is an independent federal
tribunal located in Calgary, Alberta. Its mandate is to promote
safety and security, environmental protection, efficient energy
infrastructure and markets, and to make decisions in the Canadian
L’Office national de l’énergie (ONÉ) est un tribunal fédéral in­
dépendant situé à Calgary, en Alberta. Il a pour mandat de pro­
mouvoir la sûreté et la sécurité, la protection de l’environnement
et l’efficience de l’infrastructure et des marchés énergétiques,
3710
Canada Gazette Part I
public interest within the mandate set by Parliament for the regu­
lation of pipelines, energy development and trade. The NEB has
a staff of approximately 400 employees and an annual budget
of $60 million. It reports to Parliament through the Minister of
Natural Resources.
Opportunities exist for one or more full-time Board member
positions at the NEB. This recruitment process is being initiated
to fill current and future openings.
The NEB consists of not more than nine full-time members,
each appointed for a period of seven years. They must reside in
Calgary, Alberta, or in a location within reasonable commuting
distance, and must be prepared to travel and work long hours
when required. The principal role of NEB members is to make in­
dependent decisions in the Canadian public interest in the area of
energy regulation.
Successful candidates for these positions should possess a de­
gree from a recognized university in a relevant field of study
or an acceptable combination of education, job-related training
and/or experience. A degree in economics, engineering, environ­
mental science, finance or law would be an asset.
The qualified candidates must have experience in dealing with
energy-related or regulatory issues as well as extensive experi­
ence in taking decisions requiring an objective and careful bal­
ance of conflicting or contradictory considerations. The chosen
candidates will have experience in the interpretation and applica­
tion of legislation. Experience in dealing with economic, social
and environmental issues within Aboriginal communities would
be considered an asset.
The suitable candidates will possess knowledge of the mandate
and operations of the NEB. Knowledge of the functioning of en­
ergy markets and the energy sector (economic, social or environ­
mental components) and of the role of government and regulatory
agencies in facilitating market outcomes that are in keeping with
the Canadian public interest is also essential. The favoured candi­
dates must be knowledgeable of administrative law, principles of
natural justice, and the rules and practices followed by adminis­
trative tribunals in Canada. They should also possess knowledge
of the aspirations of Canada’s Aboriginal peoples, their history,
and their vision of Canada’s future.
The selected candidates must be able to analyze significant
amounts of complex, technical information and make concrete
decisions within a time frame constrained by service standards.
They must have superior communication skills, both written and
oral, with the ability to write clear and concise reports, analyses
and decisions. The qualified candidates will have the capacity to
reconcile divergent stakeholder positions, taking into account as­
sociated economic, social and environmental implications.
The ideal candidates must be respectful, fair and impartial as
well as be tactful and discreet. Superior interpersonal skills, sound
judgement, high ethical standards and integrity are also important
requirements.
Proficiency in both official languages would be preferred.
Pursuant to the National Energy Board Act, Board members of
the NEB must be Canadian citizens or permanent residents within
the meaning of the Immigration and Refugee Protection Act. Ad­
ditionally, Board members must not, as owners, shareholders,
directors, officers, partners or otherwise, be engaged in any such
December 10, 2011
ainsi que de rendre des décisions dans l’intérêt public canadien,
en vertu du mandat conféré par le Parlement au chapitre de la
réglementation des pipelines, de la mise en valeur des ressources
énergétiques et du commerce de l’énergie. L’ONÉ emploie près
de 400 personnes et dispose d’un budget annuel de 60 millions de
dollars. Il rend compte au Parlement par l’entremise du ministre
des Ressources naturelles.
L’ONÉ a un ou plusieurs postes de membre de l’Office à plein
temps à pourvoir. Le processus de recrutement est lancé pour
pourvoir des postes vacants actuels et futurs.
L’ONÉ comprend au plus neuf membres à plein temps nommés
pour une période de sept ans. Ils doivent résider à Calgary, en
Alberta, ou à une distance raisonnable du lieu de travail, et doi­
vent être disposés à voyager et à travailler de longues heures au
besoin. Le rôle principal des membres de l’Office consiste à ren­
dre des décisions indépendantes conformes à l’intérêt public
canadien dans le domaine de la réglementation du secteur
énergétique.
Les personnes retenues pour ces postes doivent posséder un di­
plôme d’une université reconnue dans un domaine d’études perti­
nent ou une combinaison acceptable d’études, de formation et/ou
d’expérience relatives au poste. Un diplôme en économie, en gé­
nie, en sciences de l’environnement, en finance ou en droit consti­
tuerait un atout.
Les personnes recherchées doivent avoir de l’expérience dans
le traitement de questions liées à l’énergie et à la réglementation,
ainsi que dans la prise de décisions nécessitant un équilibre objec­
tif et délicat entre des éléments contradictoires ou conflictuels.
Les personnes choisies devront avoir de l’expérience dans l’inter­
prétation et l’application de la loi. L’expérience des questions
économiques, sociales et environnementales concernant les com­
munautés autochtones représente un atout.
Les personnes recherchées doivent également connaître le man­
dat et les activités de l’ONÉ. La connaissance du fonctionnement
des marchés et du secteur de l’énergie (aspects économiques,
sociaux et environnementaux), ainsi que le rôle joué par le gou­
vernement et les organismes de réglementation en vue d’obtenir
des effets du marché conformes à l’intérêt public canadien, est
aussi essentielle. Les personnes retenues doivent connaître le droit
administratif, les principes de justice naturelle ainsi que les règles
et les pratiques suivies par les tribunaux administratifs au Canada.
Il leur faut également connaître les aspirations et l’histoire des
peuples autochtones du Canada ainsi que leur vision de l’avenir
du pays.
Les personnes sélectionnées doivent pouvoir analyser une
grande quantité de renseignements techniques et complexes, et
prendre des décisions concrètes dans les délais impartis selon les
normes de service. D’excellentes habiletés de communication
orale et écrite, de même que la capacité de rédiger des rapports,
des analyses et des décisions de façon claire et concise, sont né­
cessaires. Les personnes recherchées doivent pouvoir concilier les
points de vue divergents des parties prenantes en tenant compte
des implications économiques, sociales et environnementales.
Les personnes idéales doivent être respectueuses, justes, impar­
tiales ainsi que diplomates et discrètes. D’excellentes aptitudes en
relations interpersonnelles, un bon jugement, des normes éthiques
élevées et de l’intégrité sont aussi des qualités importantes.
La maîtrise des deux langues officielles serait préférable.
Aux termes de la Loi sur l’Office national de l’énergie, les
membres de l’ONÉ doivent être citoyens canadiens ou résidents
permanents au sens de la Loi sur l’immigration et la protection
des réfugiés. De plus, les membres ne doivent pas se livrer, à titre
de propriétaire, d’actionnaire, d’administrateur, de dirigeant,
Le 10 décembre 2011
Gazette du Canada Partie I
business of producing, selling, buying, transmitting, exporting,
importing or otherwise dealing in hydrocarbons or electricity nor
hold any bond, debenture or other security of a corporation en­
gaged in any such business. Finally, they must devote the whole
of their time to the performance of their duties and shall not ac­
cept or hold any office or employment inconsistent with their
duties and functions.
The Government is committed to ensuring that its appoint­
ments are representative of Canada’s regions and official lan­
guages, as well as of women, Aboriginal peoples, disabled per­
sons and visible minorities.
The preferred candidates must comply with the Ethical and
Political Activity Guidelines for Public Office Holders. The
guidelines are available on the Governor in Council Appoint­
ments Web site, under “Reference Material,” at www.
appointments-nominations.gc.ca.
The selected candidates will be subject to the Conflict of Inter­
est Act. Public office holders appointed on a full-time basis must
submit to the Office of the Conflict of Interest and Ethics Com­
missioner, within 60 days of appointment, a confidential report in
which they disclose all of their assets, liabilities and outside ac­
tivities. For more information, please visit the Office of the Con­
flict of Interest and Ethics Commissioner’s Web site at http://ciec­
ccie.gc.ca.
This notice has been placed in the Canada Gazette to assist the
Governor in Council in identifying qualified candidates for these
positions. It is not, however, intended to be the sole means of
recruitment.
Further details about the NEB and its activities can be found on
its Web site at www.neb-one.gc.ca.
Interested candidates should forward their curriculum vitae by
January 31, 2012, to the Assistant Secretary to the Cabinet (Sen­
ior Personnel), Privy Council Office, 59 Sparks Street, 1st Floor,
Ottawa, Ontario K1A 0A3, 613-957-5006 (fax), GICA-NGEC@
bnet.pco-bcp.gc.ca (email).
Bilingual notices of vacancies will be produced in an alterna­
tive format (audio cassette, diskette, Braille, large print, etc.)
upon request. For further information, please contact Publishing
and Depository Services, Public Works and Government Services
Canada, Ottawa, Ontario K1A 0S5, 613-941-5995 or 1-800-635­
7943.
3711
d’associé ou de quelque autre façon, à la production, à la vente, à
l’achat, au transport, à l’exportation, à l’importation ou à quelque
autre forme de commerce d’hydrocarbures ou d’électricité, ni
détenir d’obligations, de débentures ou d’autres titres d’une socié­
té qui exerce de telles activités. Enfin, les membres doivent
s’acquitter de leurs fonctions à plein temps et n’occuper ni char­
ges ni emplois incompatibles avec leurs tâches.
Le gouvernement est déterminé à faire en sorte que ses nomi­
nations soient représentatives des régions du Canada et de ses
langues officielles, ainsi que des femmes, des Autochtones, des
personnes handicapées et des minorités visibles.
Les personnes sélectionnées doivent se conformer aux Lignes
directrices en matière d’éthique et d’activités politiques à l’in­
tention des titulaires de charge publique. Les lignes directrices
sont disponibles sur le site Web du gouverneur en conseil
sous « Documents de référence », à l’adresse suivante : www.
appointments-nominations.gc.ca.
Les personnes sélectionnées seront assujetties à la Loi sur les
conflits d’intérêts. Les titulaires de charge publique nommés à
temps plein doivent soumettre au Commissariat aux conflits d’in­
térêts et à l’éthique, dans les 60 jours qui suivent la date de leur
nomination, un rapport confidentiel dans lequel ils déclarent leurs
biens et exigibilités ainsi que leurs activités extérieures. Pour plus
d’information, veuillez consulter le site Web du Commissariat
aux conflits d’intérêts et à l’éthique à l’adresse suivante : http://
ciec-ccie.gc.ca.
Cette annonce paraît dans la Gazette du Canada afin de per­
mettre au gouverneur en conseil de trouver des personnes quali­
fiées pour ces postes. Cependant, le recrutement ne se limite pas à
cette seule façon de procéder.
Vous pourrez trouver d’autres renseignements sur l’ONÉ et
ses activités sur son site Web à l’adresse suivante : www.neb-one.
gc.ca.
Les personnes intéressées doivent faire parvenir leur curricu­
lum vitæ au plus tard le 31 janvier 2012 à la Secrétaire adjointe
du Cabinet (Personnel supérieur), Bureau du Conseil privé,
59, rue Sparks, 1er étage, Ottawa (Ontario) K1A 0A3, 613-957­
5006 (télécopieur), GICA-NGEC@bnet.pco-bcp.gc.ca (courriel).
Les avis de postes vacants sont disponibles sur demande, dans
les deux langues officielles et en média substitut (audiocassette,
disquette, braille, imprimé à gros caractères, etc.). Pour obtenir de
plus amples renseignements, veuillez communiquer avec les Édi­
tions et Services de dépôt, Travaux publics et Services gouver­
nementaux Canada, Ottawa (Ontario) K1A 0S5, 613-941-5995 ou
1-800-635-7943.
[50-1-o]
[50-1-o]
SUPREME COURT OF CANADA
COUR SUPRÊME DU CANADA
SUPREME COURT ACT
LOI SUR LA COUR SUPRÊME
Session advanced
Session avancée
The session of the Supreme Court of Canada which would
normally begin on Tuesday, January 24, 2012, will be advanced
and shall begin on Monday, January 9, 2012.
December 2, 2011
ROGER BILODEAU, Q.C.
Registrar
La session de la Cour suprême du Canada qui doit normale­
ment commencer le mardi 24 janvier 2012 est avancée et com­
mencera le lundi 9 janvier 2012.
Le 2 décembre 2011
Le registraire
ROGER BILODEAU, c.r.
[50-1-o]
[50-1-o]
3712
Canada Gazette Part I
December 10, 2011
PARLIAMENT
PARLEMENT
HOUSE OF COMMONS
CHAMBRE DES COMMUNES
First Session, Forty-First Parliament
Première session, quarante et unième législature
PRIVATE BILLS
PROJETS DE LOI D’INTÉRÊT PRIVÉ
Standing Order 130 respecting notices of intended applications
for private bills was published in the Canada Gazette, Part I, on
May 28, 2011.
For further information, contact the Private Members’ Business
Office, House of Commons, Centre Block, Room 134-C, Ottawa,
Ontario K1A 0A6, 613-992-6443.
L’article 130 du Règlement relatif aux avis de demande de projets de loi d’intérêt privé a été publié dans la Partie I de la Gazette
du Canada du 28 mai 2011.
Pour de plus amples renseignements, prière de communiquer
avec le Bureau des affaires émanant des députés, Chambre des
communes, Édifice du Centre, Pièce 134-C, Ottawa (Ontario)
K1A 0A6, 613-992-6443.
La greffière de la Chambre des communes
AUDREY O’BRIEN
AUDREY O’BRIEN
Clerk of the House of Commons
Le 10 décembre 2011
Gazette du Canada Partie I
3713
COMMISSIONS
COMMISSIONS
CANADA EMPLOYMENT INSURANCE FINANCING
BOARD
OFFICE DE FINANCEMENT DE
L’ASSURANCE-EMPLOI DU CANADA
EMPLOYMENT INSURANCE ACT
LOI SUR L’ASSURANCE-EMPLOI
Resolution
Résolution
The Board of Directors of the Canada Employment Insurance
Financing Board, pursuant to section 66.5 of the Employment In­
surance Act, S.C. 1996, c. 23, has set the 2012 employment insur­
ance premium rate for residents of all provinces, with the excep­
tion of Quebec, at $1.83 per $100 of insurable earnings. The
employment insurance premium rate for Quebec residents in 2012
is set at $1.47 per $100 of insurable earnings.
DAVID BROWN
Chair of the Board of Directors
GILLES BERNIER
TIM O’NEILL
JACQUES LEBLANC
ELAINE NOEL-BENTLEY
JANET PAU
Directors
Les membres du conseil d’administration de l’Office de finan­
cement de l’assurance-emploi du Canada, conformément à l’arti­
cle 66.5 de la Loi sur l’assurance-emploi, L.C. 1996, ch. 23, ont
fixé le taux de cotisation à l’assurance-emploi en 2012 à 1,83 $
pour chaque 100 $ de rémunération assurable pour les résidants
de toutes les provinces sauf ceux du Québec. Le taux de cotisa­
tion à l’assurance-emploi en 2012 pour les résidants du Québec
est fixé à 1,47 $ pour chaque 100 $ de rémunération assurable.
Le 14 novembre 2011
Le président du conseil d’administration
DAVID BROWN
Les membres du conseil d’administration
GILLES BERNIER
TIM O’NEILL
JACQUES LEBLANC
ELAINE NOEL-BENTLEY
JANET PAU
[50-1-o]
[50-1-o]
November 14, 2011
CANADA REVENUE AGENCY
AGENCE DU REVENU DU CANADA
INCOME TAX ACT
LOI DE L’IMPÔT SUR LE REVENU
Revocation of registration of a charity
Révocation de l’enregistrement d’un organisme de bienfaisance
The following notice of proposed revocation was sent to the
charity listed below revoking it for failure to meet the parts of the
Income Tax Act as listed in this notice:
“Notice is hereby given, pursuant to paragraph 168(1)(b) of the
Income Tax Act, that I propose to revoke the registration of the
organization listed below under subsection 149.1(2) and para­
graph 149.1(2)(b) and that the revocation of the registration is
effective on the date of publication of this notice.”
L’avis d’intention de révocation suivant a été envoyé à l’or­
ganisme de bienfaisance indiqué ci-après parce qu’il n’a pas res­
pecté les parties de la Loi de l’impôt sur le revenu tel qu’il est
indiqué ci-dessous :
« Avis est donné par les présentes que, conformément à l’ali­
néa 168(1)b), au paragraphe 149.1(2) et à l’alinéa 149.1(2)b)
de la Loi de l’impôt sur le revenu, j’ai l’intention de révoquer
l’enregistrement de l’organisme mentionné ci-dessous et que la
révocation de l’enregistrement entre en vigueur à la publication
du présent avis. »
Business Number
Numéro d’entreprise
Name/Nom
Address/Adresse
888207065RR0001
BETHESDA MISSIONARY TEMPLE (CANADA) INC., STERLING HEIGHTS, MICH., U.S.A.
CATHY HAWARA
Director General
Charities Directorate
La directrice générale
Direction des organismes de bienfaisance
CATHY HAWARA
[50-1-o]
[50-1-o]
3714
Canada Gazette Part I
December 10, 2011
CANADA REVENUE AGENCY
AGENCE DU REVENU DU CANADA
INCOME TAX ACT
LOI DE L’IMPÔT SUR LE REVENU
Revocation of registration of a charity
Révocation de l’enregistrement d’un organisme de bienfaisance
The following notice of proposed revocation was sent to the
charity listed below revoking it for failure to meet the parts of the
Income Tax Act as listed in this notice:
“Notice is hereby given, pursuant to paragraphs 168(1)(b),
168(1)(d) and 168(1)(e) of the Income Tax Act, that I propose
to revoke the registration of the organization listed below and
that the revocation of the registration is effective on the date of
publication of this notice.”
L’avis d’intention de révocation suivant a été envoyé à l’or­
ganisme de bienfaisance indiqué ci-après parce qu’il n’a pas res­
pecté les parties de la Loi de l’impôt sur le revenu tel qu’il est
indiqué ci-dessous :
« Avis est donné par les présentes que, conformément aux ali­
néas 168(1)b), 168(1)d) et 168(1)e) de la Loi de l’impôt sur le
revenu, j’ai l’intention de révoquer l’enregistrement de l’orga­
nisme mentionné ci-dessous et que la révocation de l’enregis­
trement entre en vigueur à la publication du présent avis. »
Business Number
Numéro d’entreprise
Name/Nom
Address/Adresse
118831510RR0001
CANADIAN FOUNDATION FOR TAMIL REFUGEE REHABILITATION, SCARBOROUGH, ONT.
CATHY HAWARA
Director General
Charities Directorate
La directrice générale
Direction des organismes de bienfaisance
CATHY HAWARA
[50-1-o]
[50-1-o]
CANADA REVENUE AGENCY
AGENCE DU REVENU DU CANADA
INCOME TAX ACT
LOI DE L’IMPÔT SUR LE REVENU
Revocation of registration of a charity
Révocation de l’enregistrement d’un organisme de bienfaisance
The following notice of proposed revocation was sent to the
charity listed below revoking it for failure to meet the parts of the
Income Tax Act as listed in this notice:
“Notice is hereby given, pursuant to paragraphs 168(1)(b),
168(1)(d) and 168(1)(e) of the Income Tax Act, that I propose
to revoke the registration of the organization listed below under
subsection 149.1(2) and that the revocation of the registration
is effective on the date of publication of this notice.”
L’avis d’intention de révocation suivant a été envoyé à l’or­
ganisme de bienfaisance indiqué ci-après parce qu’il n’a pas res­
pecté les parties de la Loi de l’impôt sur le revenu tel qu’il est
indiqué ci-dessous :
« Avis est donné par les présentes que, conformément aux ali­
néas 168(1)b), 168(1)d), et 168(1)e) et au paragraphe 149.1(2)
de la Loi de l’impôt sur le revenu, j’ai l’intention de révoquer
l’enregistrement de l’organisme mentionné ci-dessous et que la
révocation de l’enregistrement entre en vigueur à la publication
du présent avis. »
Business Number
Numéro d’entreprise
Name/Nom
Address/Adresse
890696990RR0001
UNITED HOLY LAND FUND, MISSISSAUGA, ONT.
CATHY HAWARA
Director General
Charities Directorate
La directrice générale
Direction des organismes de bienfaisance
CATHY HAWARA
[50-1-o]
[50-1-o]
CANADA REVENUE AGENCY
AGENCE DU REVENU DU CANADA
INCOME TAX ACT
LOI DE L’IMPÔT SUR LE REVENU
Revocation of registration of charities
Révocation de l’enregistrement d’organismes de bienfaisance
The following notice of intention to revoke was sent to the
charities listed below because they have not met the filing re­
quirements of the Income Tax Act:
“Notice is hereby given, pursuant to paragraph 168(1)(c) of the
Income Tax Act, that I propose to revoke the registration of the
charities listed below and that by virtue of paragraph 168(2)(b)
L’avis d’intention de révocation suivant a été envoyé aux orga­
nismes de bienfaisance indiqués ci-après parce qu’ils n’ont pas
présenté leurs déclarations tel qu’il est requis en vertu de la Loi de
l’impôt sur le revenu :
« Avis est donné par les présentes que, conformément à l’ali­
néa 168(1)c) de la Loi de l’impôt sur le revenu, j’ai l’intention
Le 10 décembre 2011
Gazette du Canada Partie I
thereof, the revocation of the registration is effective on the
date of publication of this notice.”
de révoquer l’enregistrement des organismes de bienfaisance
mentionnés ci-dessous en vertu de l’alinéa 168(2)b) de cette loi
et que la révocation de l’enregistrement entre en vigueur à la
publication du présent avis. »
Business Number
Numéro d’entreprise
Name/Nom
Address/Adresse
106885502RR0001
106951270RR0001
106968035RR0001
106991532RR0001
107360794RR0001
107394660RR0001
107460719RR0001
107471690RR0001
107481335RR0001
107540452RR0001
107597452RR0001
107770034RR0002
107833394RR0069
107846065RR0001
107859910RR0001
107876468RR0011
107910192RR0017
107910234RR0003
108004649RR0001
108005463RR0001
108020389RR0001
108051178RR0001
108103813RR0001
118787142RR0040
118793074RR0010
118798040RR0001
118799840RR0001
118807890RR0001
118813146RR0001
118819283RR0001
118819580RR0001
118820638RR0001
118825876RR0001
118832666RR0001
118836956RR0001
118849470RR0024
118850478RR0001
118874049RR0001
118882083RR0001
118889542RR0001
118894898RR0001
CENTRAL AVENUE UNITED CHURCH, FORT ERIE, ONT.
COCHRANE STREET UNITED CHURCH, ST. JOHN’S, N.L.
YETEV LEV CONGREGATION, MONTRÉAL, QUE.
CRANBROOK PASTORAL CHARGE, CRANBROOK, B.C.
LA FABRIQUE DE LA PAROISSE DE LA TRINITÉ-DES-MONTS, LA TRINITÉ-DES-MONTS (QC)
FORT LA REINE MUSEUM, PIONEER VILLAGE AND TOURIST BUREAU INC., PORTAGE LA PRAIRIE, MAN.
HALCROW LAKE DAY CARE CENTRE INC., THE PAS, MAN.
HAZELTON DISTRICT PUBLIC LIBRARY ASSOCIATION, HAZELTON, B.C.
HIGH PARK UNITED CHURCH, SARNIA, ONT.
JOHN CALVIN HUNGARIAN PRESBYTERIAN CHURCH, HAMILTON, ONT.
LAPPE LUTHERAN CHURCH, THUNDER BAY, ONT.
NEWFOUNDLAND & LABRADOR CONFERENCE OF THE UNITED CHURCH OF CANADA, ST. JOHN’S, N.L.
PENTECOSTAL ASSEMBLY, SWIFT CURRENT, N.L.
PINE RIVER UNITED CHURCH, PINE RIVER, MAN.
PRIVATE ADOPTIONS SOCIETY OF ALBERTA, EDMONTON, ALTA.
ROMAN CATHOLIC PARISH OF AVONDALE, AVONDALE, N.L.
HOLY FAMILY PARISH, PORT AUX CHOIX, N.L.
ST. JOHN THE BAPTIST PARISH, MISCOUCHE, P.E.I.
ST. ANDREW’S PRESBYTERIAN CHURCH, MOUNTAIN, ONT.
ST. ANDREW’S PRESBYTERIAN CHURCH, SWIFT CURRENT, SASK.
STIRLING MUNICIPAL LIBRARY, STIRLING, ALTA.
SUNDRE & DISTRICT E.M.S. SOCIETY (EMERGENCY MEDICAL SERVICES), SUNDRE, ALTA.
WELDON LUTHERAN CHURCH, WELDON, SASK.
ST. MARTIN IN-THE-FIELD ANGLICAN CHURCH OF CANADA, VICTORIA, B.C.
WATERVILLE SEVENTH-DAY ADVENTIST CHURCH, WATERVILLE, QUE.
BABBAGE RESEARCH CENTRE INCORPORATED CHARLES, WINNIPEG, MAN.
BASE DE PLEIN-AIR JEAN-JEUNE, LONGUEUIL (QC)
BIBLICAL BAPTIST CHURCH OF CASTOR, CASTOR, ALTA.
BOCABEC UNITED CHURCH, BOCABEC, N.B.
BROADVIEW AND DISTRICT DONOR’S CHOICE APPEAL, BROADVIEW, SASK.
BROCKVILLE AND DISTRICT HISTORICAL SOCIETY, BROCKVILLE, ONT.
BUCHANAN EASTWOOD UNITED CHURCH, EDMONTON, ALTA.
CALVIN SEMINARY OF CANADA, NORTH YORK, ONT.
AMIS CANADIEN/CANADIAN FRIENDS OF/DE MOSDOS BETH YITZCHOK D’SPINKA, MONTRÉAL (QC)
BOMBARDIER EMPLOYEES 4C FUND, THUNDER BAY, ONT.
CHURCH OF THE ASSUMPTION, POWELL RIVER, B.C.
CHARLTON AGRICULTURAL SOCIETY, CHARLTON, ONT.
CONGREGATION OF OUR LADY OF SION, TORONTO, ONT.
DANIEL E. KERT MEDICAL RESEARCH FOUNDATION, TORONTO, ONT.
DUNGANNON AGRICULTURAL SOCIETY INC., DUNGANNON, ONT.
ÉGLISE AMOUR GRACE ADORATION DU PÈRE ÉTERNEL (AGAPE) DE TROIS-RIVIÈRES INC.,
SAINT-MATHIEU-DU-PARC (QC)
ELKFORD ALLIANCE CHURCH, ELKFORD, B.C.
ESSEX COUNTY PHARMACISTS’ ASSOCIATION BURSARY TRUST FUND, LASALLE, ONT.
EVANGELICAL PENTECOSTAL CHURCH, MONTRÉAL, QUE.
MENDING SPIRITS RECOVERY SOCIETY, MISSION, B.C.
THE SCARBOROUGH HOPE (HELPING OTHER PEOPLE EVERYWHERE) CENTRE INC., AJAX, ONT.
CHACS CANADIAN HINDU ARTS AND CULTURAL SOCIETY/AUM CANADA, MISSISSAUGA, ONT.
BARH KOH ENVIRONMENT AND SUSTAINABLE DEVELOPMENT AID, TORONTO, ONT.
118897529RR0001
118902071RR0001
118903897RR0002
861040681RR0001
867234015RR0001
871609509RR0001
872148119RR0001
3715
CATHY HAWARA
Director General
Charities Directorate
La directrice générale
Direction des organismes de bienfaisance
CATHY HAWARA
[50-1-o]
[50-1-o]
3716
Canada Gazette Part I
December 10, 2011
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
NOTICE TO INTERESTED PARTIES
AVIS AUX INTÉRESSÉS
The Commission posts on its Web site the decisions, notices of
consultation and regulatory policies that it publishes, as well as
information bulletins and orders. On April 1, 2011, the Canadian
Radio-television and Telecommunications Commission Rules of
Practice and Procedure came into force. As indicated in Part 1 of
these Rules, some broadcasting applications are posted directly
on the Commission’s Web site, www.crtc.gc.ca, under “Part 1
Applications.”
Le Conseil affiche sur son site Web les décisions, les avis de
consultation et les politiques réglementaires qu’il publie ainsi que
les bulletins d’information et les ordonnances. Le 1er avril 2011,
les Règles de pratique et de procédure du Conseil de la radiodif­
fusion et des télécommunications canadiennes sont entrées en
vigueur. Tel qu’il est prévu dans la partie 1 de ces règles, le
Conseil affiche directement sur son site Web, www.crtc.gc.ca,
certaines demandes de radiodiffusion sous la rubrique « Deman­
des de la Partie 1 ».
To be up to date on all ongoing proceedings, it is important to
regularly consult “Today’s Releases” on the Commission’s Web
site, which includes daily updates to notices of consultation that
have been published and ongoing proceedings, as well as a link to
Part 1 applications.
Pour être à jour sur toutes les instances en cours, il est impor­
tant de consulter régulièrement la rubrique « Nouvelles du jour »
du site Web du Conseil, qui comporte une mise à jour quotidienne
des avis de consultation publiés et des instances en cours, ainsi
qu’un lien aux demandes de la partie 1.
The following documents are abridged versions of the Com­
mission’s original documents. The original documents contain a
more detailed outline of the applications, including the locations
and addresses where the complete files for the proceeding may
be examined. These documents are posted on the Commission’s
Web site and may also be examined at the Commission’s offices
and public examination rooms. Furthermore, all documents relat­
ing to a proceeding, including the notices and applications,
are posted on the Commission’s Web site under “Public
Proceedings.”
Les documents qui suivent sont des versions abrégées des do­
cuments originaux du Conseil. Les documents originaux contien­
nent une description plus détaillée de chacune des demandes, y
compris les lieux et les adresses où l’on peut consulter les
dossiers complets de l’instance. Ces documents sont affichés sur
le site Web du Conseil et peuvent également être consultés aux
bureaux et aux salles d’examen public du Conseil. Par ailleurs,
tous les documents qui se rapportent à une instance, y compris les
avis et les demandes, sont affichés sur le site Web du Conseil
sous « Instances publiques ».
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
PART 1 APPLICATIONS
DEMANDES DE LA PARTIE 1
The following applications were posted on the Commission’s
Web site between November 25, 2011, and December 8, 2011:
Les demandes suivantes ont été affichées sur le site Web du
Conseil entre le 25 novembre 2011 et le 8 décembre 2011 :
Sortir FM inc.
Québec, Quebec
2011-1518-9
Amendment to the technical parameters of CJNG-FM
Deadline for submission of interventions, comments and/or
answers: January 9, 2012
Sortir FM inc.
Québec (Québec)
2011-1518-9
Modification des paramètres techniques de
l’émetteur CJNG-FM
Date limite pour le dépôt des interventions, des observations ou
des réponses : le 9 janvier 2012
Sortir FM inc.
Québec, Quebec
2011-1513-9
Amendment of a condition of licence for CJNG-FM
Deadline for submission of interventions, comments and/or
answers: January 9, 2012
Sortir FM inc.
Québec (Québec)
2011-1513-9
Modification d’une condition de licence pour CJNG-FM
Date limite pour le dépôt des interventions, des observations ou
des réponses : le 9 janvier 2012
Canadian Broadcasting Corporation
Ottawa, Ontario
2011-1522-0
Amendment to the technical parameters of CBOFT-DT
Deadline for submission of interventions, comments and/or
answers: January 9, 2012
Société Radio-Canada
Ottawa (Ontario)
2011-1522-0
Modification des paramètres techniques de
l’émetteur CBOFT-DT
Date limite pour le dépôt des interventions, des observations ou
des réponses : le 9 janvier 2012
Canadian Broadcasting Corporation
Kispiox, British Columbia
2011-1531-1
Addition of a transmitter for CFPR AM
Deadline for submission of interventions, comments and/or
answers: January 9, 2012
Société Radio-Canada
Kispiox (Colombie-Britannique)
2011-1531-1
Ajout d’un émetteur pour CFPR AM
Date limite pour le dépôt des interventions, des observations ou
des réponses : le 9 janvier 2012
[50-1-o]
[50-1-o]
Le 10 décembre 2011
Gazette du Canada Partie I
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
NOTICE OF CONSULTATION
AVIS DE CONSULTATION
2011-732
November 28, 2011
Notice of applications received
Across Canada
Deadline for submission of interventions, comments and/or
answers: January 20, 2012
The Commission has received the following applications:
1. Bell ExpressVu Inc. (the general partner), and Bell Canada
(the limited partner), carrying on business as Bell ExpressVu
Limited Partnership
Across Canada
Application to renew the broadcasting licence for its direct-to­
home broadcasting distribution undertaking serving commun­
ities throughout Canada, expiring February 29, 2012, as well
as to add, amend and delete other conditions of licence.
2. Star Choice Television Network Incorporated
Across Canada
Application to renew the broadcasting licence for its direct-to­
home broadcasting distribution undertaking serving commun­
ities throughout Canada, expiring February 29, 2012, as well
as to add, amend and delete other conditions of licence.
2011-732
3717
Le 28 novembre 2011
Avis de demandes reçues
L’ensemble du Canada
Date limite pour le dépôt des interventions, des observations ou
des réponses : le 20 janvier 2012
Le Conseil a été saisi des demandes suivantes :
1. Bell ExpressVu Inc. (l’associé commandité), et Bell Canada
(l’associé commanditaire), faisant affaires sous le nom de
Bell ExpressVu Limited Partnership
L’ensemble du Canada
Demande en vue de renouveler la licence de radiodiffusion de
l’entreprise de distribution de radiodiffusion par satellite de
radiodiffusion directe desservant des collectivités partout au
Canada, qui expire le 29 février 2012, ainsi que d’ajouter, de
modifier et de supprimer certaines conditions de licence.
2. Réseau de télévision Star Choice incorporée
L’ensemble du Canada
Demande en vue de renouveler la licence de radiodiffusion de
l’entreprise de distribution de radiodiffusion par satellite de
radiodiffusion directe desservant l’ensemble du Canada, qui
expire le 29 février 2012, ainsi que d’ajouter, de modifier et de
supprimer certaines conditions de licence.
[50-1-o]
[50-1-o]
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
DECISIONS
DÉCISIONS
The complete texts of the decisions summarized below are
available from the offices of the CRTC.
On peut se procurer le texte complet des décisions résumées
ci-après en s’adressant au CRTC.
2011-737
November 30, 2011
Bell Canada
Hamilton/Niagara, Kingston, Kitchener, London, Oshawa,
Ottawa, Peterborough, Stratford, Toronto, Windsor and their
surrounding areas, Ontario; and Drummondville (region of
Centre-du-Québec), Gatineau, Joliette (region of Lanaudière),
Montréal, Québec, Saint-Jérôme (region of Laurentides),
Sherbrooke, Trois-Rivières (region of Mauricie) and their
surrounding areas, Quebec
Approved — Applications to renew the regional broadcasting
licences for the terrestrial broadcasting distribution undertakings
serving the localities set out above, from December 1, 2011, to
August 31, 2018.
2011-737
Le 30 novembre 2011
Bell Canada
Hamilton/Niagara, Kingston, Kitchener, London, Oshawa,
Ottawa, Peterborough, Stratford, Toronto, Windsor et leurs
régions avoisinantes (Ontario) et Drummondville
(région Centre-du-Québec), Gatineau, Joliette (région de
Lanaudière), Montréal, Québec, Saint-Jérôme (région des
Laurentides), Sherbrooke, Trois-Rivières (région de la
Mauricie) et leurs régions avoisinantes (Québec)
Approuvé — Demandes en vue de renouveler les licences régio­
nales de radiodiffusion des entreprises de distribution de radiodif­
fusion terrestres desservant les localités énumérées ci-dessus,
du 1er décembre 2011 au 31 août 2018.
2011-738
November 30, 2011
TELUS Communications Inc., and 1219823 Alberta ULC and
Emergis Inc. in partnership with TELUS Communications Inc.
in TELE-MOBILE Company, partners in a general partnership
carrying on business as TELUS Communications Company
Baie-Comeau, Gaspé, Montmagny, Mont-Tremblant,
Rimouski, Sainte-Marie, Saint-Georges, Sept-Îles and
surrounding areas, Quebec
2011-738
Le 30 novembre 2011
TELUS Communications Inc., et 1219823 Alberta ULC et
Emergis Inc. en partenariat avec TELUS Communications Inc.
dans Société TÉLÉ-MOBILE, associés dans une société en
nom collectif faisant affaires sous le nom de Société TELUS
Communications
Baie-Comeau, Gaspé, Montmagny, Mont-Tremblant,
Rimouski, Sainte-Marie, Saint-Georges, Sept-Îles et les
régions avoisinantes (Québec)
Approuvé — Demande en vue de renouveler la licence régionale
de radiodiffusion de l’entreprise de distribution de radiodiffusion
Approved — Application to renew the regional broadcasting li­
cence for the terrestrial broadcasting distribution serving the
3718
Canada Gazette Part I
December 10, 2011
localities set out above, from December 1, 2011, to August 31,
2018.
terrestre desservant les localités énumérées ci-dessus, du 1er dé­
cembre 2011 au 31 août 2018.
2011-739
November 30, 2011
Corus Premium Television Ltd.
Winnipeg, Manitoba
Approved — Application to renew the broadcasting licence
for the English-language commercial radio station CJGV-FM
Winnipeg.
Approved — Request to delete certain conditions of licence relat­
ing to its operation as a specialty format station.
2011-739
Le 30 novembre 2011
Corus Premium Television Ltd.
Winnipeg (Manitoba)
Approuvé — Demande en vue de renouveler la licence de radiodiffusion de la station de radio commerciale de langue anglaise
CJGV-FM Winnipeg.
Approuvé — Requête en vue de supprimer certaines conditions
de licence relativement à l’exploitation de la station en tant que
station spécialisée.
2011-742
December 1, 2011
Newfoundland Broadcasting Company Limited
St. John’s and Argentia, Newfoundland and Labrador
Approved — Application to change the technical parameters of
CJOM-TV Argentia, a transmitter of the English-language con­
ventional television programming station CJON-DT St. John’s.
2011-742
Le 1er décembre 2011
Newfoundland Broadcasting Company Limited
St. John’s et Argentia (Terre-Neuve-et-Labrador)
Approuvé — Demande en vue de modifier les paramètres techni­
ques de CJOM-TV Argentia, un émetteur de la station de télévi­
sion traditionnelle de langue anglaise CJON-DT St. John’s.
[50-1-o]
[50-1-o]
Le 10 décembre 2011
Gazette du Canada Partie I
3719
MISCELLANEOUS NOTICES
AVIS DIVERS
CANADIAN ALLIANCE OF PUBLICLY-OWNED
TELECOMMUNICATIONS SYSTEMS
CANADIAN ALLIANCE OF PUBLICLY-OWNED
TELECOMMUNICATIONS SYSTEMS
SURRENDER OF CHARTER
ABANDON DE CHARTE
Notice is hereby given that Canadian Alliance of PubliclyOwned Telecommunications Systems intends to apply to the Min­
ister of Industry for leave to surrender its charter pursuant to sub­
section 32(1) of the Canada Corporations Act.
Avis est par les présentes donné que Canadian Alliance of
Publicly-Owned Telecommunications Systems demandera au
ministre de l’Industrie la permission d’abandonner sa charte en
vertu du paragraphe 32(1) de la Loi sur les corporations
canadiennes.
November 30, 2011
Le 30 novembre 2011
AMEDEO BERNARDI
Secretary
Le secrétaire
AMEDEO BERNARDI
[50-1-o]
[50-1-o]
CANADIAN VIRTUAL COLLEGE CONSORTIUM
CONSORTIUM CANADIEN DES COLLÈGES VIRTUELS
SURRENDER OF CHARTER
ABANDON DE CHARTE
Notice is hereby given that the Canadian Virtual College Con­
sortium intends to apply to the Minister of Industry for leave to
surrender its charter pursuant to subsection 32(1) of the Canada
Corporations Act.
Avis est par les présentes donné que le Consortium canadien
des collèges virtuels demandera au ministre de l’Industrie la per­
mission d’abandonner sa charte en vertu du paragraphe 32(1) de
la Loi sur les corporations canadiennes.
November 16, 2011
Le 16 novembre 2011
PAUL LITTLE
Chair
Le président
PAUL LITTLE
[50-1-o]
[50-1-o]
CHRISTIAN BUSINESS MINISTRIES CANADA
CHRISTIAN BUSINESS MINISTRIES CANADA
RELOCATION OF HEAD OFFICE
CHANGEMENT DE LIEU DU SIÈGE SOCIAL
Notice is hereby given that CHRISTIAN BUSINESS MINIS­
TRIES CANADA has changed the location of its head office to
the city of Oshawa, province of Ontario.
Avis est par les présentes donné que CHRISTIAN BUSINESS
MINISTRIES CANADA a changé le lieu de son siège social, qui
est maintenant situé à Oshawa, province d’Ontario.
December 2, 2011
Le 2 décembre 2011
ANNE BELL
Administrator
L’administratrice
ANNE BELL
[50-1-o]
[50-1-o]
EXECUTIVE CHRISTIAN MINISTRIES INC.
EXECUTIVE CHRISTIAN MINISTRIES INC.
SURRENDER OF CHARTER
ABANDON DE CHARTE
Notice is hereby given that Executive Christian Ministries Inc.
intends to apply to the Minister of Industry for leave to surrender
its charter pursuant to subsection 32(1) of the Canada Corpora­
tions Act.
Avis est par les présentes donné que Executive Christian Min­
istries Inc. demandera au ministre de l’Industrie la permission
d’abandonner sa charte en vertu du paragraphe 32(1) de la Loi sur
les corporations canadiennes.
November 16, 2011
Le 16 novembre 2011
KENNETH DYNNA
President
Le président
KENNETH DYNNA
[50-1-o]
[50-1-o]
3720
Canada Gazette Part I
December 10, 2011
FONDATION OLANGI WOSHO-CANADA / OLANGI
WOSHO FOUNDATION-CANADA
FONDATION OLANGI WOSHO-CANADA / OLANGI
WOSHO FOUNDATION-CANADA
RELOCATION OF HEAD OFFICE
CHANGEMENT DE LIEU DU SIÈGE SOCIAL
Notice is hereby given that Fondation Olangi Wosho-Canada /
Olangi Wosho Foundation-Canada has changed the location of its
head office to the city of Ottawa, province of Ontario.
BENOIT KANDOLO
Secretary
Avis est par les présentes donné que la Fondation Olangi
Wosho-Canada / Olangi Wosho Foundation-Canada a changé le
lieu de son siège social, qui est maintenant situé à Ottawa, pro­
vince d’Ontario.
Le 14 novembre 2011
Le secrétaire
BENOIT KANDOLO
[50-1]
[50-1-o]
November 14, 2011
J SMARTS
J SMARTS
RELOCATION OF HEAD OFFICE
CHANGEMENT DE LIEU DU SIÈGE SOCIAL
Notice is hereby given that J Smarts has changed the location
of its head office to the city of Mississauga, province of Ontario.
RHODA BEECHER
Secretary
Avis est par les présentes donné que J Smarts a changé le lieu
de son siège social, qui est maintenant situé à Mississauga, pro­
vince d’Ontario.
Le 29 avril 2011
Le secrétaire
RHODA BEECHER
[50-1-o]
[50-1-o]
April 29, 2011
ORNGECO
ORNGECO
RELOCATION OF HEAD OFFICE
CHANGEMENT DE LIEU DU SIÈGE SOCIAL
Notice is hereby given that Orngeco has changed the location
of its head office to the city of Mississauga, province of Ontario.
CHRISTOPHER MAZZA
Secretary
Avis est par les présentes donné que Orngeco a changé le lieu
de son siège social, qui est maintenant situé à Mississauga, pro­
vince d’Ontario.
Le 3 novembre 2011
Le secrétaire
CHRISTOPHER MAZZA
[50-1-o]
[50-1-o]
November 3, 2011
PACIFIC JUSTICE SERVICES ASSOCIATION
PACIFIC JUSTICE SERVICES ASSOCIATION
SURRENDER OF CHARTER
ABANDON DE CHARTE
Notice is hereby given that Pacific Justice Services Association
intends to apply to the Minister of Industry for leave to surrender
its charter pursuant to subsection 32(1) of the Canada Corpora­
tions Act.
November 28, 2011
GRAHAM COOKE
President
Avis est par les présentes donné que Pacific Justice Services
Association demandera au ministre de l’Industrie la permission
d’abandonner sa charte en vertu du paragraphe 32(1) de la Loi sur
les corporations canadiennes.
Le 28 novembre 2011
Le président
GRAHAM COOKE
[50-1-o]
[50-1]
Le 10 décembre 2011
Gazette du Canada Partie I
PROPOSED REGULATIONS
RÈGLEMENTS PROJETÉS
Table of Contents
Table des matières
Page
Environment, Dept. of the, and Dept. of Health
Order Adding a Toxic Substance to Schedule 1 to the
Canadian Environmental Protection Act, 1999 ......
Justice, Dept. of
Order Amending the Order Approving Blood
Sample Containers..................................................
Page
3722
Environnement, min. de l’, et min. de la Santé
Décret d’inscription d’une substance toxique à
l’annexe 1 de la Loi canadienne sur la protection
de l’environnement (1999) .....................................
3722
3730
Justice, min. de la
Arrêté modifiant l’Arrêté approuvant des contenants
(échantillons de sang) .............................................
3730
3732
Administration de pilotage des Laurentides
Règlement abrogeant le Règlement sur la
circonscription no 3 de l’Administration de
pilotage des Laurentides .........................................
3732
Laurentian Pilotage Authority
Regulations Repealing the Laurentian Pilotage
Authority District No. 3 Regulations ......................
3721
3722
Canada Gazette Part I
December 10, 2011
Order Adding a Toxic Substance to Schedule 1 to the
Canadian Environmental Protection Act, 1999
Décret d’inscription d’une substance toxique à
l’annexe 1 de la Loi canadienne sur la protection de
l’environnement (1999)
Statutory authority
Canadian Environmental Protection Act, 1999
Fondement législatif
Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999)
Sponsoring departments
Department of the Environment and Department of Health
Ministères responsables
Ministère de l’Environnement et ministère de la Santé
REGULATORY IMPACT ANALYSIS STATEMENT RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Order.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Décret.)
Issue and objectives
Question et objectifs
Canadians depend on chemical substances that are used in hun­
dreds of goods, from medicines to computers, fabrics, and fuels.
Unfortunately, some chemical substances can negatively affect
our health and the environment when released in a certain quan­
tity or concentration in the environment. Scientific assessment of
hexabromocyclododecane (HBCD) reveals that this substance
exhibits toxicity characteristics in both aquatic and terrestrial
species and concluded that hexabromocyclododecane is entering
the environment in a quantity or concentration or under condi­
tions that have or may have an immediate or long-term harmful
effect on the environment or its biological diversity as defined
under paragraph 64(a) of the Canadian Environmental Protection
Act, 1999 (CEPA 1999 or the Act).
Les Canadiens dépendent des substances chimiques utilisées
dans des centaines de produits, que ce soit sur le plan médical,
informatique, de la fabrication de tissus ou de combustibles. Mal­
heureusement, certaines substances chimiques peuvent avoir des
effets nocifs sur l’environnement et la santé humaine si elles sont
libérées dans l’environnement en certaines quantités ou à cer­
taines concentrations. L’évaluation scientifique de l’hexabromo­
cyclododécane (HBCD) révèle que la substance présente des
caractéristiques de toxicité aussi bien chez les espèces aquati­
ques que terrestres et a conclu que l’hexabromocyclododécane
pénètre dans l’environnement en une quantité, à une concentra­
tion ou dans des conditions de nature à avoir, immédiatement ou à
long terme, un effet nocif sur l’environnement ou sur la diversité
biologique, comme le définit l’alinéa 64a) de la Loi canadienne
sur la protection de l’environnement (1999) [LCPE (1999) ou la
Loi].
Le projet de décret intitulé Décret d’inscription d’une sub­
stance toxique à l’annexe 1 de la Loi canadienne sur la protection
de l’environnement (1999) [ci-après appelé « projet de décret »],
établi en vertu du paragraphe 90(1) de la LCPE (1999), a pour
objet d’inscrire l’hexabromocyclododécane, dont la formule chi­
mique est C12H18Br6, sur la Liste des substances toxiques de
l’annexe 1 de la LCPE (1999), conformément à la recommanda­
tion du rapport d’évaluation préalable scientifique.
Cet ajout de substance permet au ministre de l’Environnement
et au ministre de la Santé (les ministres) d’établir des règlements
ou des instruments proposés afin de gérer les risques pour la santé
humaine et l’environnement que présente cette substance en vertu
de la LCPE (1999). Les ministres peuvent toutefois choisir
d’établir des instruments ne relevant pas de la LCPE (1999) pour
gérer ces risques.
The objective of the proposed Order Adding a Toxic Substance
to Schedule 1 to the Canadian Environmental Protection Act,
1999 (hereinafter referred to as the proposed Order), made under
subsection 90(1) of CEPA 1999, is to add hexabromocyclo­
dodecane, which has the molecular formula C12H18Br6, to the List
of Toxic Substances in Schedule 1 of CEPA 1999, as per the rec­
ommendation of the scientific screening assessment report.
This addition enables the Minister of the Environment and the
Minister of Health (the Ministers) to develop proposed regula­
tions or instruments to manage human health and environmental
risks posed by this substance under CEPA 1999. The Ministers
may, however, choose to develop instruments outside of the pur­
view of CEPA 1999 to manage these risks.
Description and rationale
Description et justification
Background
Contexte
Approximately 23 000 substances (often referred to as “exist­
ing” substances) were reported to be in use in Canada between
January 1, 1984, and December 31, 1986. These substances are
found on the Domestic Substances List (DSL), but many of these
have never been assessed to determine whether they meet any of
the toxicity criteria set out in section 64 of CEPA 1999. Sec­
tion 73 of CEPA 1999 requires that substances on the DSL be
On rapporte qu’environ 23 000 substances (souvent appelées
substances « existantes ») ont été utilisées au Canada entre le
1er janvier 1984 et le 31 décembre 1986. Ces substances se re­
trouvent sur la Liste intérieure (LI), et bon nombre d’entre elles
n’ont jamais fait l’objet d’une évaluation pour savoir si elles rem­
plissent les critères de toxicité énoncés dans l’article 64 de la
LCPE (1999). Conformément à l’article 73 de la Loi, toute
Le 10 décembre 2011
“categorized” to determine which of them pose the greatest poten­
tial for exposure to the general population as well as which of
them are persistent or bioaccumulative and inherently toxic to hu­
man beings or non-human organisms. Pursuant to section 74 of
CEPA 1999, substances that have met categorization criteria must
undergo an assessment to determine whether they meet any of the
criteria set out in section 64.
The Ministers completed the categorization exercise in Sep­
tember 2006. Of the approximately 23 000 substances on the
DSL, about 4 300 were identified as needing further attention.
Prior to the categorization exercise, a pilot project for screening
assessments was initiated by Environment Canada and Health
Canada in 2001. The pilot project was undertaken in order to
• refine the screening assessment process;
• develop and adopt new tools and approaches for screening
assessments;
• develop approaches for setting priorities for screening as­
sessments; and
• engage stakeholders on these new approaches and
priority-setting.
This pilot project initially identified 123 substances, including
hexabromocyclododecane (HBCD), which were anticipated to
meet the categorization criteria for
• being persistent and/or bioaccumulative and inherently toxic
to human and non-human organisms; and/or
• having a high potential of exposure to Canadians.
Therefore, a screening assessment was initiated for HBCD as
part of this pilot project. Furthermore, the categorization exercise
confirmed HBCD to be a high priority for assessment of ecologic­
al risk as it was found to meet the criteria for persistence, bioac­
cumulation potential and inherent toxicity to aquatic organisms.
Internationally, the European Chemicals Agency (ECHA) has
announced its intent to prohibit HBCD from commerce (including
imported products). As of June 2011, any person who wishes to
produce or import HBCD or a product containing HBCD must
submit a notification to ECHA. Companies can apply for author­
ization under the REACH Regulation to continue to use HBCD
and products containing HBCD beyond mid-2013, when the pro­
hibition would come into force. Individual European countries
such as Denmark, Germany, Norway, and Sweden are also taking
action on HBCD.
The United States have published an action plan for HBCD
which states their intent to consider initiating action under the
Toxic Substances Control Act to address the manufacturing, pro­
cessing, distribution in commerce, and use of HBCD. The U.S.
Environmental Protection Agency (EPA) has established a part­
nership under its Design for the Environment (DfE) program to
identify and evaluate alternatives to HBCD. The results of this
project are expected in December 2013.
The substance HBCD was nominated for listing on the Stockholm Convention on Persistent Organic Pollutants (POPs) by
Norway in 2008. Work is currently underway to support this proposal, and in 2013 the listing of HBCD could be considered by
Gazette du Canada Partie I
3723
substance figurant sur la Liste intérieure doit faire l’objet d’une
« catégorisation » pour déterminer celles qui présentent le plus
fort risque d’exposition pour la population générale et celles qui
sont jugées persistantes ou bioaccumulables et intrinsèquement
toxiques pour les humains et les organismes non humains. Con­
formément à l’article 74 de la LCPE (1999), les substances qui
répondent aux critères de catégorisation doivent subir une évalua­
tion afin de déterminer si elles satisfont à l’un ou plusieurs des
critères décrits dans l’article 64.
Les ministres ont complété le processus de catégorisation en
septembre 2006. Parmi les quelque 23 000 substances inscrites
sur la Liste intérieure, il a été déterminé qu’environ 4 300 néces­
sitaient une attention plus poussée.
Avant l’exercice de catégorisation, un projet pilote d’évalua­
tion préalable a été lancé par Environnement Canada et Santé
Canada en 2001. Le projet pilote a été entrepris dans le but de
réaliser les objectifs suivants :
• raffiner le processus d’évaluation préalable;
• élaborer et adopter de nouveaux outils et de nouvelles appro­
ches pour les évaluations préalables;
• constituer des approches afin d’établir des priorités pour les
évaluations préalables;
• faire participer les intervenants à ces nouvelles approches et à
l’établissement de priorités.
Au départ, le projet pilote a identifié 123 substances, notam­
ment l’hexabromocyclododécane (HBCD), qui, selon les prévi­
sions, devraient répondre aux critères de catégorisation pour les
raisons suivantes :
• elles sont persistantes ou bioaccumulables et intrinsèquement
toxiques pour les humains et les organismes non humains;
• le potentiel d’exposition des Canadiens est élevé.
Par conséquent, une évaluation préalable a été amorcée pour le
HBCD dans le cadre de ce projet pilote. De plus, l’exercice de
catégorisation a permis de confirmer le caractère hautement prio­
ritaire du HBCD pour l’évaluation des risques écologiques,
puisqu’il répond aux critères liés à la persistance, au potentiel de
bioaccumulation et à la toxicité intrinsèque pour les organismes
aquatiques.
Sur le plan international, l’Agence européenne des produits
chimiques (ECHA) a annoncé son intention d’interdire la com­
mercialisation du HBCD (y compris l’importation de produits en
contenant). À compter de juin 2011, toute personne qui souhaite
produire ou importer du HBCD, ou un produit en contenant, doit
soumettre une déclaration à l’ECHA. Les entreprises peuvent
faire une demande d’autorisation en application de la réglementa­
tion REACH pour continuer d’utiliser le HBCD et les produits qui
en contiennent après le milieu de l’année 2013, période à laquelle
l’interdiction entrerait en vigueur. Des pays européens indivi­
duels comme le Danemark, l’Allemagne, la Norvège et la Suède
prennent également des mesures concernant le HBCD.
Les États-Unis ont publié un plan d’action pour le HBCD, dans
lequel ils indiquent qu’ils envisagent de prendre des mesures en
vertu de la Toxic Substances Control Act pour gérer la fabrication,
le traitement, la distribution dans le commerce et l’utilisation du
HBCD. L’Environmental Protection Agency des États-Unis a
établi un partenariat en vertu du programme d’écoconception
pour déterminer et évaluer des produits de remplacement du
HBCD. Les résultats de ce projet sont attendus pour décem­
bre 2013.
Le HBCD a été choisi par la Norvège en 2008 pour figurer
dans la Convention de Stockholm sur les polluants organiques
persistants. Le travail visant à appuyer cette proposition est tou­
jours en cours et, en 2013, l’inscription du HBCD sur la liste
3724
Canada Gazette Part I
the Conference of the Parties. This would be dependent on the
outcome of the risk management evaluation that will be consid­
ered at the seventh meeting of the POPs Review Committee in
October 2011. In addition, the United Nations Economic Com­
mission for Europe (UNECE) Convention on Long-range Transboundary Air Pollution (LRTAP) agreed that HBCD should be
considered as a persistent organic pollutant as defined under the
POPs Protocol. Risk management options are currently being
discussed under the Protocol.
The screening assessment for HBCD was conducted to assess
whether the substance meets the criteria set out in section 64 of
CEPA 1999 — that is to determine whether the substance is en­
tering or may enter the environment in a quantity or concentration
or under conditions that
• have or may have an immediate or long-term harmful effect
on the environment or its biological diversity;
• constitute or may constitute a danger to the environment on
which life depends; or
• constitute or may constitute a danger in Canada to human life
or health.
When a substance is found to meet one or more of the criteria
set out in section 64, a recommendation can be made that the sub­
stance be added to Schedule 1 of CEPA 1999.
The addition of a substance to Schedule 1 allows the Ministers
to develop risk management instruments in order to meet their
obligations under section 91 of CEPA 1999 (to propose a regu­
lation or other regulatory instruments within two years of pub­
lication of the final assessment decision, and to finalize the in­
strument 18 months later). The Act enables the development of
risk management instruments (such as regulations, guidelines or
codes of practice) to protect the environment and human health.
These instruments can be developed for any aspect of the sub­
stance’s life cycle from the research and development stage
through manufacture, use, storage, transport and ultimate disposal
or recycling. A proposed risk management approach document,
which provides an indication of where the Government will focus
its risk management activities, has been prepared for HBCD
and is available on the Chemical Substances Web site at www.
chemicalsubstanceschimiques.gc.ca/challenge-defi/hexabromo-eng.
php#a2.
December 10, 2011
pourrait être examinée par la Conférence des Parties. Cela dépen­
drait des résultats de l’évaluation de la gestion des risques qui
sera abordée lors de la septième réunion du comité d’examen sur
les polluants organiques persistants qui se déroulera en octobre
2011. De plus, la Convention sur la pollution atmosphérique
transfrontière à longue distance de la Commission économique
des Nations Unies pour l’Europe (CEE-ONU) a convenu que le
HBCD devrait être considéré comme un polluant organique per­
sistant comme le définit le Protocole sur les polluants organiques
persistants. Des options de gestion des risques font actuellement
l’objet de discussion dans le cadre du Protocole.
L’évaluation préalable du HBCD a été effectuée afin d’établir
si la substance répond aux critères énoncés dans l’article 64 de la
LCPE (1999), c’est-à-dire pour vérifier si la substance pénètre ou
peut pénétrer dans l’environnement en une quantité, à une con­
centration ou dans des conditions qui peuvent :
• avoir, immédiatement ou à long terme, un effet nocif sur
l’environnement ou sur la diversité biologique;
• mettre en danger l’environnement essentiel pour la vie;
• constituer un danger au Canada pour la vie ou la santé
humaines.
The draft screening assessment for HBCD was published on
the Chemical Substances Web site, and the statement recom­
mending addition to Schedule 1 was published in the Canada
Gazette, Part I, on August 28, 2010, for a 60-day public comment
period (www.chemicalsubstanceschimiques.gc.ca/challenge-defi/
hexabromo-eng.php#a1).
The assessment summary, conclusions and an overview of the
public comments received during the public comment period are
presented below.
Lorsqu’il est établi qu’une substance satisfait à un ou à plu­
sieurs des critères indiqués à l’article 64, on peut recommander
qu’elle soit ajoutée à l’annexe 1 de la LCPE (1999).
L’inscription d’une substance à l’annexe 1 permet aux minis­
tres d’élaborer des instruments de gestion des risques afin de
s’acquitter de leurs obligations en vertu de l’article 91 de la LCPE
(1999) [proposer un règlement ou d’autres instruments réglemen­
taires dans les deux ans qui suivent la publication de la déci­
sion relative à l’évaluation finale et mettre au point l’instrument
18 mois plus tard]. La Loi permet l’élaboration d’instruments de
gestion des risques (comme des règlements, des directives ou des
codes de pratique) afin de protéger l’environnement et la santé
humaine. Ces instruments peuvent être élaborés en vue de contrô­
ler tous les aspects du cycle de vie d’une substance, depuis la
recherche et le développement jusqu’à l’élimination finale ou au
recyclage, en passant par la fabrication, l’utilisation, le stockage
et le transport. Un document proposant une approche de gestion
des risques et indiquant le centre de préoccupation des activités
de gestion des risques du gouvernement a été préparé pour le
HBCD et est disponible en ligne sur le site Web des substances
chimiques à l’adresse www.chemicalsubstanceschimiques.gc.ca/
challenge-defi/hexabromo-fra.php.
L’ébauche d’évaluation préalable visant le HBCD a été publiée
sur le site Web des substances chimiques et l’énoncé recomman­
dant l’ajout à l’annexe 1 a été publié dans la Partie I de la Gazette
du Canada, le 28 août 2010, en vue d’une période de commentai­
res du public de 60 jours (www.chemicalsubstanceschimiques.
gc.ca/challenge-defi/hexabromo-fra.php).
Le résumé et les conclusions de l’évaluation, ainsi qu’un aper­
çu des observations de la population reçues au cours de la période
de commentaires du public sont présentés ci-dessous.
Substance description, assessment summary and conclusions
Description des substances, résumé des évaluations et conclusion
The primary application of HBCD is as a flame retardant in
polystyrene foams that are used as thermal insulation materials in
the construction industry. A second application is as flame retard­
ant for textiles used in residential and commercial upholstered
furniture, transportation seating, wall coverings and draperies.
Minor uses include addition to latex binders, adhesives, and
paints and to high-impact polystyrene and styrene-acrylonitrile
resins for electrical and electronic equipment.
Le HBCD est principalement utilisé comme produit ignifuge
dans les mousses de polystyrène qui servent d’isolant thermique
dans l’industrie de la construction. Il est également utilisé comme
produit ignifuge pour les textiles de mobilier rembourré résiden­
tiel et commercial, des sièges dans l’industrie du transport, des
revêtements muraux et des rideaux. Il est également ajouté parfois
aux liants pour la peinture au latex, aux adhésifs et aux peintures,
au polystyrène choc et aux résines styrène acrylonitrile pour
l’équipement électronique et électrique.
Le 10 décembre 2011
The available data indicates that demand for HBCD has in­
creased since 2000. Global demand for HBCD was estimated at
16 700 tonnes in 2001, representing 8.2% of total demand for
brominated flame retardants that year, placing HBCD third in
global production of brominated flame retardants. Global demand
for HBCD increased the following two years, and was estimated
at 21 400 tonnes/annum in 2002, and at 22 000 tonnes/annum in
2003. Results from the Notice with Respect to Certain Substances
on the Domestic Substances List (DSL), published under sec­
tion 71 and conducted for the year 2000, indicated that HBCD
was not manufactured in Canada at that time. Amounts import­
ed into Canada in the same year were in the range of 100 000 to
1 000 000 kg.
Environmental monitoring and sampling studies document the
presence of HBCD in many media, including air, water, soil,
sediment, biota and sewage biosolids. The highest concentrations
in the environment have been reported near urban and industrial
sources. Analyses of sediment core samples show a clear trend of
increasing concentrations of HBCD since the 1970s, confirming
the stability of the substance in deep sediments for periods of
more than 30 years. As well, there is evidence of increasing
HBCD levels in North American and European biota, both within
species and along food chains.
The substance HBCD has demonstrated toxicity in both aquatic
and terrestrial species, with significant adverse effects on sur­
vival, reproduction and development reported in algae, daphnids
and annelid worms. Recent studies also indicate potential toxi­
cological effects in fish and mammals. Scientific evidence also
indicates that HBCD is persistent in the environment, and is bio­
accumulating in organisms and biomagnifying in food webs in
Canada and internationally.
Evidence that a substance is highly persistent and bioaccumula­
tive, as defined in the Persistence and Bioaccumulation Regula­
tions under CEPA 1999, taken together with potential for en­
vironmental release or formation and potential for toxicity in
organisms, provides a significant indication that the substance
may enter the environment under conditions that may have harm­
ful long-term ecological effects. Substances that are persistent
remain in the environment for a long time after being released,
increasing the potential magnitude and duration of exposure. Sub­
stances that have long half-lives in air and water and partition into
them in significant proportions have the potential to cause wide­
spread contamination. Releases of small amounts of bioaccumu­
lative substances may lead to high internal concentrations in
exposed organisms. Highly bioaccumulative and persistent sub­
stances are of special concern, since they may biomagnify in food
webs, resulting in very high internal exposures, especially to top
predators. In addition, the analysis of risk quotients determined
that HBCD concentrations in the Canadian environment have the
potential to cause adverse effects in populations of pelagic and
benthic organisms since the risk quotients exceeded one. Al­
though the risk quotients did not exceed one for soil organisms
and wildlife, it must be considered that the presence of even small
amounts of HBCD in the environment warrants concern for all
organisms in light of strong evidence that the substance is en­
vironmentally persistent and bioaccumulative.
Gazette du Canada Partie I
3725
Les données disponibles indiquent que la demande en HBCD a
augmenté depuis 2000. La demande mondiale a été estimée à
16 700 tonnes en 2001, ce qui représentait 8,2 % de la demande
totale d’ignifugeants bromés cette année-là, plaçant alors le
HBCD au troisième rang dans la production mondiale d’ignifu­
geants bromés. La demande mondiale en HBCD a augmenté au
cours des deux années suivantes; on l’a estimée à 21 400 tonnes
par année en 2002 et à 22 000 tonnes par année en 2003. Selon les
résultats d’une enquête menée pour l’année 2000 dans l’Avis
concernant certaines substances inscrites sur la Liste intérieure
des substances, publié en vertu de l’article 71, il n’y a eu aucune
fabrication de HBCD au Canada en 2000. Les quantités impor­
tées au Canada cette année-là étaient de l’ordre de 100 000 à
1 000 000 kg.
Les études relatives à la surveillance environnementale et aux
échantillonnages documentent la présence du HBCD dans beaucoup de milieux, notamment l’air, l’eau, le sol, les sédiments, le
biote et les biosolides des eaux usées. Les concentrations les plus
élevées dans l’environnement ont été déclarées près des sources
urbaines et industrielles. Des analyses de carottes de sédiments
indiquent clairement une augmentation des concentrations de
HBCD depuis les années 1970, ce qui confirme la stabilité de la
substance dans les sédiments profonds pouvant atteindre des pé­
riodes de plus de 30 ans. De même, des données confirment
l’augmentation des concentrations de HBCD dans le biote en
Amérique du Nord et en Europe, à la fois au sein des espèces et le
long des chaînes alimentaires.
Le HBCD s’est révélé toxique pour les espèces aquatiques et
terrestres et il a des effets nocifs importants sur la survie, la re­
production et le développement des algues, des daphnies et des
vers annelés. Des études récentes indiquent également des effets
toxicologiques potentiels chez les poissons et les mammifères.
Des preuves scientifiques indiquent également que le HBCD est
persistant dans l’environnement, qu’il est bioaccumulable dans
les organismes et bioamplifié dans les réseaux trophiques au Ca­
nada et à l’échelle internationale.
Lorsqu’ils sont examinés par rapport au potentiel de rejet ou de
formation dans l’environnement ainsi qu’au potentiel de toxicité
pour des organismes vivants, les indices selon lesquels une sub­
stance est très persistante et bioaccumulable en vertu du Règle­
ment sur la persistance et la bioaccumulation de la LCPE (1999)
constituent un signal fort que la substance à l’étude peut pénétrer
dans l’environnement dans des conditions de nature à avoir des
effets nocifs à long terme sur l’environnement. Les substances
persistantes demeurent longtemps dans l’environnement après y
avoir été rejetées, ce qui accroît l’ampleur et la durée possibles de
l’exposition. Celles dont la demi-vie dans l’air et l’eau est longue
et qui sont sujettes à se répartir en proportions appréciables dans
ces milieux peuvent causer une contamination étendue. Par ail­
leurs, le rejet de faibles quantités de substances bioaccumulables
peut donner lieu à des concentrations élevées de ces substances
dans les organismes exposés. Les substances fortement bioaccu­
mulables et persistantes sont particulièrement préoccupantes en
raison de la bioamplification possible dans les réseaux trophiques,
ce qui peut entraîner une exposition interne très élevée en particu­
lier chez les prédateurs des niveaux trophiques supérieurs. Par
ailleurs, l’analyse des quotients de risque a permis de déterminer
que les concentrations de HBCD dans l’environnement au Canada
peuvent nuire aux populations d’organismes pélagiques et benthi­
ques, puisque les quotients de risque étaient supérieurs à un. Bien
que les quotients de risque ne soient pas supérieurs à un pour les
organismes du sol et les espèces sauvages, il faut considérer le
fait que même la présence de petites quantités de HBCD dans
l’environnement mérite qu’on s’en préoccupe à la lumière de
solides données établissant que la substance y est persistante et
bioaccumulable.
3726
Canada Gazette Part I
December 10, 2011
Conclusion
Conclusion
Based on the information available, it is proposed to conclude
that HBCD is entering the environment in a quantity or concen­
tration or under conditions that have or may have an immediate or
long-term harmful effect on the environment or its biological
diversity as defined under paragraph 64(a) of CEPA 1999. Hexa­
bromocyclododecane is thus recommended for addition to Sched­
ule 1 of CEPA 1999.
The presence of HBCD in the environment results primarily
from human activity and the available data regarding persistence
and bioaccumulation indicates that the substance meets the criter­
ia set out in the Persistence and Bioaccumulation Regulations,
made under CEPA 1999. The substance thus meets the criteria for
implementation of virtual elimination of releases to the environ­
ment as defined under subsection 77(4).
The final screening assessment report, the proposed risk man­
agement approach document and the complete responses to com­
ments received on HBCD were published and may be ob­
tained from the Chemical Substances Web site at www.
chemicalsubstances.gc.ca or from the Program Development and
Engagement Division, Gatineau, Quebec K1A 0H3, 819-953­
7155 (fax), substances@ec.gc.ca (email).
Selon les renseignements disponibles, il est proposé de con­
clure que le HBCD pénètre dans l’environnement en une quantité,
à une concentration ou dans des conditions de nature à avoir, im­
médiatement ou à long terme, un effet nocif sur l’environnement
ou sur la diversité biologique comme le définit l’alinéa 64a) de la
LCPE (1999). Par conséquent, il a été proposé qu’on l’ajoute à
l’annexe 1 de la LCPE (1999).
La présence du HBCD dans l’environnement résulte surtout de
l’activité humaine et les données disponibles sur la persistance et
la bioaccumulation indiquent que cette substance répond au cri­
tère énoncé dans le Règlement sur la persistance et la bioaccumu­
lation de la LCPE (1999). Cette substance répond donc au critère
de mise en place de la quasi-élimination des rejets dans l’environ­
nement, conformément au paragraphe 77(4).
Le rapport final d’évaluation préalable, le document relatif à
l’approche de gestion des risques proposée et les réponses com­
plètes aux commentaires reçus sur le HBCD ont été publiés et
peuvent être obtenus à partir du site Web portant sur les substan­
ces chimiques à l’adresse www.substanceschimiques.gc.ca, ou
auprès de la Division de la mobilisation et de l’élaboration de pro­
grammes, Gatineau (Québec) K1A 0H3, 819-953-7155 (téléco­
pieur), substances@ec.gc.ca (courriel).
Alternatives
Solutions envisagées
The following measures can be taken after an assessment is
conducted under CEPA 1999:
• adding the substance to the Priority Substances List for further
assessment (when additional information is required to deter­
mine if a substance meets the criteria in section 64 or not);
• taking no further action in respect of the substance; or
• recommending that the substance be added to the List of
Toxic Substances in Schedule 1, and where applicable, the
implementation of virtual elimination.
It has been concluded in the final screening assessment report
that HBCD is entering or may enter the environment in a quantity
or concentration or under conditions that have or may have an
immediate or long-term harmful effect on the environment or its
biological diversity as defined under paragraph 64(a) of CEPA
1999. Adding this substance to Schedule 1, which will enable the
development of regulations or other risk management instru­
ments, is therefore the best option.
Après une évaluation menée en vertu de la LCPE (1999), il est
possible de prendre l’une des mesures suivantes :
• inscrire la substance sur la Liste des substances d’intérêt prio­
ritaire (lorsque des renseignements supplémentaires sont né­
cessaires pour déterminer si une substance répond ou non aux
critères énoncés à l’article 64);
• ne rien faire à l’égard de la substance;
• recommander son inscription sur la Liste des substances toxi­
ques de l’annexe 1 de la Loi et, s’il y a lieu, mettre en œuvre
sa quasi-élimination.
Dans le rapport final d’évaluation préalable, il a été conclu que
le HBCD pénètre ou peut pénétrer dans l’environnement en une
quantité, à une concentration ou dans des conditions de nature à
avoir, immédiatement ou à long terme, un effet nocif sur l’envi­
ronnement ou sur sa diversité biologique au sens de l’alinéa 64a)
de la LCPE (1999). Par conséquent, la meilleure solution consiste
à inscrire cette substance à l’annexe 1 afin de permettre la créa­
tion de règlements ou d’autres instruments de gestion des risques.
Benefits and costs
Avantages et coûts
The screening assessment concluded that HBCD met the criter­
ia under paragraph 64(a) and recommended the substance be
added to Schedule 1 of the Act. This addition enables the Minis­
ters to develop proposed regulations or instruments to manage
risks posed by this substance under CEPA 1999. These include
instruments such as pollution prevention plans, guidelines or
codes of practice. The Ministers may, however, choose to develop
instruments outside of the purview of the Act to help protect hu­
man health and the environment. The Ministers will assess costs
and benefits and consult with the public and other stakeholders
during the development of these risk management proposals.
L’évaluation préalable a conclu que le HBCD répond aux critè­
res énoncés dans l’alinéa 64a) et a recommandé l’inscription de la
substance à l’annexe 1 de la Loi. Cet ajout permet aux ministres
d’établir des règlements ou des instruments proposés afin de gérer
les risques que présente cette substance en vertu de la LCPE
(1999). Ceux-ci incluent des instruments tels que les plans de
prévention de la pollution, les lignes directrices ou les codes de
pratique. Les ministres peuvent toutefois choisir d’établir des
instruments ne relevant pas de la Loi pour aider à protéger la san­
té humaine et l’environnement. Au cours de l’établissement de
ces mesures proposées, les ministres feront une évaluation des
coûts et avantages et consulteront le public et d’autres parties
intéressées.
Consultation
Consultation
On August 28, 2010, the Ministers published a summary of the
scientific assessment for HBCD in the Canada Gazette, Part I, for
a 60-day public comment period. The risk management scope
document was also released on the same date, outlining the pre­
liminary options being examined for the management of HBCD,
Les ministres ont publié, le 28 août 2010, dans la Partie I de
la Gazette du Canada, un résumé de l’évaluation scientifique
du HBCD, en vue d’une période de commentaires du public de
60 jours. Le même jour a aussi été publié le document sur le cadre
de gestion des risques, où sont décrites les options préliminaires
Le 10 décembre 2011
which was proposed to be toxic under section 64 of CEPA 1999.
Prior to this publication, Environment Canada and Health Canada
informed the governments of the provinces and territories through
the CEPA National Advisory Committee (NAC) of the release of
the screening assessment report, the risk management scope
documents, and the public comment period mentioned above. No
comments were received from CEPA NAC.
During the 60-day public comment period, a total of six sub­
missions were received from four industry associations, three
submissions were received from two companies, and three sub­
missions1 were received from four non-governmental organiza­
tions. All comments were considered in developing the final
assessment.
Comments were also received on the risk management scope
document. They were considered when developing the proposed
risk management approach document, which is also subject to a
60-day public comment period.
Below is a summary of some key comments regarding the sci­
entific assessment of HBCD, as well as responses to these com­
ments. The complete responses to comments are available via the
Government of Canada’s Chemical Substances Web site, address,
fax number or email listed above.
Comment: A manufacturer commented that it disagrees with
the draft assessment’s interpretation of degradation product data,
in particular the persistence data for 1,5,9-cyclododectriene
(CDT). The commenter maintained that studies cited in the
screening assessment demonstrate CDT is not persistent.
Response: The lack of evidence for complete mineralization of
HBCD, along with other factors, supports the conclusion that
HBCD is persistent in sediment. The assessment examined pri­
mary degradation products of HBCD (e.g. CDT) in sediment to
more fully characterize potential ecological impacts of HBCD.
The studies cited in the screening assessment have demonstrated
that CDT is subject to primary degradation, and that low concen­
trations of CDT biodegrade to carbon dioxide under enhanced
aerobic biodegradation testing conditions. However, information
is not available on CDT’s biodegradation under the low oxygen
conditions that are most likely to prevail in subsurface soil and
sediment compartments (to which HBCD preferentially parti­
tions). Environment Canada recognizes that due to limited infor­
mation, there remains some uncertainty with respect to CDT’s
stability in sediment. The final assessment has been modified to
clearly reflect that CDT’s stability in sediment remains uncertain
due to limited information.
Comment: An industry manufacturer and two NGOs comment­
ed that further clarity on the oral exposure from mouthing textiles
scenario for infants and toddlers is necessary.
Gazette du Canada Partie I
examinées pour la gestion du HBCD que l’on propose de considé­
rer comme toxique au sens de l’article 64 de la LCPE (1999).
Préalablement, Environnement Canada et Santé Canada avaient
informé le gouvernement des provinces et des territoires, par
l’intermédiaire du Comité consultatif national (CCN) de la LCPE,
de la publication du rapport d’évaluation préalable, des docu­
ments sur le cadre de gestion des risques et de la période de
commentaires du public mentionnée ci-dessus. Le CCN de la
LCPE n’a fait part d’aucun commentaire.
Au cours de la période de commentaires du public de 60 jours,
quatre associations industrielles ont présenté un total de six soumissions, deux entreprises en ont présenté trois et quatre organi­
sations non gouvernementales en ont présenté trois1. Tous les
commentaires ont été considérés dans l’élaboration de l’évalua­
tion finale.
Des commentaires ont également été reçus au sujet du docu­
ment sur le cadre de gestion des risques. Ils ont été considérés
dans l’élaboration du document sur les approches de gestion des
risques proposées, lequel fera aussi l’objet d’une période de
commentaires du public de 60 jours.
Les paragraphes ci-dessous sont un résumé de quelques com­
mentaires clés liés à l’évaluation scientifique du HBCD, ainsi que
des réponses à ces commentaires. Les réponses complètes aux
commentaires reçus sont disponibles sur le site Web des substan­
ces chimiques du gouvernement du Canada et peuvent aussi être
obtenues auprès des services compétents par la poste, par téléco­
pieur ou par courriel aux coordonnées susmentionnées.
Commentaire : Un fabricant a indiqué qu’il n’était pas d’accord
avec l’interprétation de l’ébauche d’évaluation concernant les
données de produits de dégradation, en particulier les données sur
la persistance du cyclododéca-1,5,9-triène. Dans son commen­
taire, cette personne a maintenu que les études citées dans l’éva­
luation préalable démontraient que le cyclododéca-1,5,9-triène
n’est pas persistant.
Réponse : Le manque de données sur la minéralisation com­
plète du HBCD, ainsi que d’autres facteurs, appuie la conclusion
selon laquelle il persiste dans les sédiments. L’évaluation s’est in­
téressée aux produits de dégradation primaire du HBCD (par
exemple le cyclododéca-1,5,9-triène) dans les sédiments afin de
caractériser entièrement les répercussions écologiques potentielles
du HBCD. Les études citées dans l’évaluation préalable ont dé­
montré que le cyclododéca-1,5,9-triène est sujet à une dégrada­
tion primaire et que les faibles concentrations du cyclododéca­
1,5,9-triène se biodégradent en dioxyde de carbone dans des
conditions d’essai de biodégradation aérobie améliorées. Toute­
fois, aucun renseignement n’est disponible sur la biodégradation
du cyclododéca-1,5,9-triène dans des conditions de faible teneur
en oxygène, car ces conditions prévalent dans les couches infé­
rieures du sol et dans les sédiments (où le HBCD a tendance à se
répartir). Environnement Canada reconnaît qu’en raison des ren­
seignements limités, la stabilité du cyclododéca-1,5,9-triène de­
meure incertaine dans les sédiments. L’évaluation finale a été
modifiée afin de refléter clairement que la stabilité du cyclododé­
ca-1,5,9-triène dans les sédiments demeure incertaine en raison
des renseignements limités à ce sujet.
Commentaire : Un fabricant industriel et deux organisations
non gouvernementales ont indiqué qu’il est nécessaire d’apporter
plus de détails sur l’exposition par voie orale liée au scénario de
mâchonnement des textiles des nourrissons et des tout-petits.
———
———
1
1
One submission was signed by two non-governmental organizations.
3727
Une soumission a été signée par deux organisations non gouvernementales.
3728
Canada Gazette Part I
Response: The oral exposure from mouthing textiles scenario
has been updated in the screening assessment report and two ap­
proaches for characterizing potential exposure via the oral route
from textiles are presented.
Comment: Four NGOs commented that the HBCD assessment
does not take into consideration vulnerable populations, including
Arctic populations.
Response: The Government of Canada disagreed and clarified
that the information and approach used for the HBCD assessment
included environmental media and human biomonitoring data
from the Canadian Arctic, use of conservative inputs, conducting
age-specific exposure assessments as well as consideration of
vulnerable life stages in selection of critical effects for the charac­
terization of risk to human health.
December 10, 2011
Réponse : L’exposition par voie orale liée au scénario de mâ­
chonnement des textiles a été mise à jour dans le rapport d’éva­
luation préalable et deux approches visant à caractériser l’ex­
position potentielle par voie orale causée par les textiles sont
présentées.
Commentaire : Quatre organisations non gouvernementales ont
indiqué que l’évaluation du HBCD ne tient pas compte des popu­
lations vulnérables, y compris les populations de l’Arctique.
Réponse : Le gouvernement du Canada n’est pas d’accord et a
précisé que l’information et l’approche utilisées pour l’évaluation
du HBCD incluaient les milieux naturels et les données sur la
biosurveillance humaine de l’Arctique canadien, l’utilisation de
commentaires prudents, la réalisation d’évaluations de l’exposi­
tion en fonction de l’âge et la prise en compte des étapes de vie
vulnérables dans le choix des effets critiques pour la caractérisa­
tion des risques pour la santé humaine.
Implementation, enforcement and service standards
Mise en œuvre, application et normes de service
The proposed Order would add HBCD to Schedule 1 of
CEPA 1999, thereby allowing the Ministers to meet their obli­
gation to publish proposed regulations or other management in­
struments within 24 months after the publication of the final
screening assessment, which will be fall 2013. Also, the risk man­
agement instruments will be finalized within 18 months after the
publication of the proposal, which will be spring 2015. Develop­
ing an implementation plan, a compliance strategy or establishing
service standards are not considered necessary without any spe­
cific risk management proposals. An appropriate assessment of
implementation, compliance and enforcement will be undertaken
during the development of proposed regulations or control in­
strument(s) respecting preventive or control actions for HBCD.
Le projet de décret permettrait d’ajouter le HBCD à l’annexe 1
de la LCPE (1999), permettant ainsi aux ministres de répondre à
leur obligation de publier les règlements ou autres instruments de
gestion proposés dans les 24 mois qui suivent la publication de
l’évaluation préalable finale, prévue à l’automne 2013. En outre,
les instruments de gestion des risques seront finalisés dans les
18 mois suivant la publication de la proposition, qui se fera au
printemps 2015. L’élaboration d’un plan de mise en œuvre, d’une
stratégie de conformité ou l’établissement de normes de service
ne sont pas considérés comme nécessaires sans proposition pré­
cise de gestion des risques. Le gouvernement entreprendra une
évaluation appropriée de la mise en œuvre, de la conformité et de
l’application pendant l’élaboration d’un projet de règlement ou
d’instruments de contrôle proposés qui s’appliquent aux mesures
de prévention ou de contrôle à l’égard du HBCD.
Contacts
Personnes-ressources
Greg Carreau
Acting Executive Director
Program Development and Engagement Division
Environment Canada
Gatineau, Quebec
K1A 0H3
Substances Management Information Line
Telephone: 1-800-567-1999 (toll free in Canada)
Telephone: 819-953-7156 (outside of Canada)
Fax: 819-953-7155
Email: substances@ec.gc.ca
Michael Donohue
Risk Management Bureau
Health Canada
Ottawa, Ontario
K1A 0K9
Telephone: 613-948-2585
Fax: 613-952-8857
Email: michael.donohue@hc-sc.gc.ca
Greg Carreau
Directeur exécutif par intérim
Division de la mobilisation et de l’élaboration de programmes
Environnement Canada
Gatineau (Québec)
K1A 0H3
Ligne d’information de la gestion des substances
Téléphone : 1-800-567-1999 (sans frais au Canada)
Téléphone : 819-953-7156 (extérieur du Canada)
Télécopieur : 819-953-7155
Courriel : substances@ec.gc.ca
Michael Donohue
Bureau de gestion du risque
Santé Canada
Ottawa (Ontario)
K1A 0K9
Téléphone : 613-948-2585
Télécopieur : 613-952-8857
Courriel : michael.donohue@hc-sc.gc.ca
PROPOSED REGULATORY TEXT
PROJET DE RÉGLEMENTATION
Notice is hereby given, pursuant to subsection 332(1)a of the
Canadian Environmental Protection Act, 1999b, that the Governor in Council, on the recommendation of the Minister of the
Avis est donné, conformément au paragraphe 332(1)a de la Loi
canadienne sur la protection de l’environnement (1999)b, que le
gouverneur en conseil, sur recommandation du ministre de
———
———
a
a
b
S.C. 2004, c. 15, s. 31
S.C. 1999, c. 33
b
L.C. 2004, ch. 15, art. 31
L.C. 1999, ch. 33
Le 10 décembre 2011
Gazette du Canada Partie I
Environment and the Minister of Health, pursuant to subsec­
tion 90(1) of that Act, proposes to make the annexed Order
Adding a Toxic Substance to Schedule 1 to the Canadian En­
vironmental Protection Act, 1999.
Any person may, within 60 days after the date of publication of
this notice, file with the Minister of the Environment comments
with respect to the proposed Order or a notice of objection re­
questing that a board of review be established under section 333
of that Act and stating the reasons for the objection. All com­
ments and notices must cite the Canada Gazette, Part I, and the
date of publication of this notice, and be sent by mail to the
Executive Director, Program Development and Engagement Div­
ision, Department of the Environment, Gatineau, Quebec K1A
0H3, by fax to 819-953-7155 or by email to substances@ec.gc.ca.
3729
A person who provides information to the Minister of the En­
vironment may submit with the information a request for confi­
dentiality under section 313 of that Act.
Ottawa, December 1, 2011
JURICA ČAPKUN
Assistant Clerk of the Privy Council
l’Environnement et de la ministre de la Santé et en vertu du para­
graphe 90(1) de cette loi, se propose de prendre le Décret
d’inscription d’une substance toxique à l’annexe 1 de la Loi ca­
nadienne sur la protection de l’environnement (1999), ci-après.
Les intéressés peuvent présenter au ministre de l’Environne­
ment, dans les soixante jours suivant la date de publication du
présent avis, leurs observations au sujet du projet de décret ou un
avis d’opposition motivé demandant la constitution de la commis­
sion de révision prévue à l’article 333 de cette loi. Ils sont priés
d’y citer la Gazette du Canada Partie I, ainsi que la date de publi­
cation, et d’envoyer le tout par la poste au directeur exécutif, Di­
vision de la mobilisation et de l’élaboration de programmes, mi­
nistère de l’Environnement, Gatineau (Québec) K1A 0H3, par
télécopieur au 819-953-7155 ou par courriel à substances@
ec.gc.ca.
Quiconque fournit des renseignements au ministre peut en
même temps présenter une demande de traitement confidentiel
aux termes de l’article 313 de cette loi.
Ottawa, le 1er décembre 2011
Le greffier adjoint du Conseil privé
JURICA ČAPKUN
ORDER ADDING A TOXIC SUBSTANCE TO SCHEDULE 1 TO THE CANADIAN ENVIRONMENTAL PROTECTION ACT, 1999 DÉCRET D’INSCRIPTION D’UNE SUBSTANCE TOXIQUE À L’ANNEXE 1 DE LA LOI CANADIENNE SUR LA PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT (1999)
AMENDMENT
MODIFICATION
1. Schedule 1 to the Canadian Environmental Protection Act,
19991 is amended by adding the following:
Hexabromocyclododecane, which has the molecular formula
C12H18Br6
1. L’annexe 1 de la Loi canadienne sur la protection de l’en­
vironnement (1999)1 est modifiée par adjonction de ce qui
suit :
Hexabromocyclododécane, dont la formule moléculaire est
C12H18Br6
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
2. This Order comes into force on the day on which it is
registered.
2. Le présent décret entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
[50-1-o]
[50-1-o]
———
———
1
1
S.C. 1999, c. 33
L.C. 1999, ch. 33
3730
Canada Gazette Part I
December 10, 2011
Order Amending the Order Approving Blood Sample
Containers
Arrêté modifiant l’Arrêté approuvant des contenants
(échantillons de sang)
Statutory authority
Criminal Code
Fondement législatif
Code criminel
Sponsoring department
Department of Justice
Ministère responsable
Ministère de la Justice
REGULATORY IMPACT ANALYSIS STATEMENT RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Order.)
(Ce résumé ne fait pas partie de l’Arrêté.)
Description
Description
Before qualified medical practitioners, or qualified technicians
under their direction, may use a container designed to receive a
sample of blood of a person for analysis for Criminal Code pur­
poses, the Attorney General of Canada must approve the con­
tainer. Typically, the police departments provide the “approved
container,” in respect of blood samples, to medical staff. Pres­
ently, subsection 254(1) of the Criminal Code* lists the “Tri-Tech
Inc. TUG10” as an approved blood sample container. The manu­
facturer has changed its company name and, as such, the label on
the “Tri-Tech Inc. TUG10” blood sample container has been
changed to “TRITECHFORENSICS TUG10.” The proposed
Order will list the most current name that the manufacturer is
using on the label for the existing approved container. Adding the
“TRITECHFORENSICS TUG10” to the list of approved contain­
ers in section 254(1) of the Criminal Code* would also avoid the
need to explain, in some of the cases that will go to trial, that the
product, as labelled, remains an “approved container.” The Order
will be effective as of the date it is registered by the Registrar of
Statutory Instruments at the Privy Council Office.
Le médecin qualifié ou les techniciens qualifiés sous sa direc­
tion sont tenus d’utiliser, pour le prélèvement d’un échantillon de
sang aux fins des analyses prévues par le Code criminel, un
contenant préalablement approuvé par le procureur général du
Canada. En général, les services de police fournissent au person­
nel médical le « contenant approuvé » à cette fin. À l’heure ac­
tuelle, le paragraphe 254(1) du Code criminel* prévoit que
le « Tri-Tech Inc. TUG10 » est un contenant approuvé pour les
échantillons de sang. Toutefois, le fabricant a changé le nom
de son entreprise et, par conséquent, le nom du contenant « TriTech Inc. TUG10 » a été remplacé par « TRITECHFORENSICS
TUG10 ». L’arrêté proposé indiquera le nom le plus récent utilisé
par le fabricant pour désigner le contenant actuellement approuvé.
L’ajout du nom « TRITECHFORENSICS TUG10 » à la liste des
contenants approuvés qui figure au paragraphe 254(1) du Code
criminel* permettra également d’éviter de devoir expliquer, dans
certaines des affaires portées devant les tribunaux, que le produit
sous son nom actuel demeure un « contenant approuvé ».
L’Arrêté prendra effet à la date à laquelle il sera enregistré par le
registraire des textes réglementaires au Bureau du Conseil privé.
Alternatives
Solutions envisagées
No other regulatory alternatives were considered since the con­
tainer meets the appropriate scientific standards.
Aucune autre mesure réglementaire n’a été envisagée étant
donné que les contenants sont conformes aux normes scientifi­
ques pertinentes.
Benefits and costs
Avantages et coûts
Approval by the Attorney General for each name used by the
manufacturer for the existing “approved container,” in respect of
blood of a person for analysis, avoids the need to have a witness
explain the name change in some of the cases that go to trial.
En approuvant chacun des noms utilisés par le fabriquant pour
désigner le « contenant approuvé » à l’heure actuelle pour le pré­
lèvement d’échantillons sanguins aux fins d’analyses, on mettrait
fin à la nécessité d’un témoignage, dans les affaires se rendant
devant les tribunaux, pour établir que le contenant est connu sous
d’autres noms.
Consultation
Consultations
This container was considered by the Alcohol Test Committee
of the Canadian Society of Forensic Science and approval by the
Attorney General was recommended by this body. The Commit­
tee is composed of forensic specialists in the breath and bloodtesting field and has national representation.
Le Comité des analyses d’alcool de la Société canadienne des
sciences judiciaires a examiné les contenants susmentionnés et a
recommandé au procureur général de les approuver. Le Comité se
compose de spécialistes médicolégaux en matière d’analyse
d’échantillons d’haleine et de sang et compte des représentants
partout au pays.
———
———
* See Order Approving Blood Sample Containers.
* Voir l’Arrêté approuvant des contenants (échantillons de sang).
Le 10 décembre 2011
Gazette du Canada Partie I
3731
Compliance and enforcement
Respect et exécution
There are no compliance mechanisms required. Use of the con­
tainer by police authorities would be voluntary.
Aucun mécanisme d’application de la loi n’est requis. Les au­
torités policières seraient libres d’utiliser ces contenants.
Contact
Personne-ressource
Monique Macaranas
Paralegal
Criminal Law Policy Section
Department of Justice
East Memorial Building
284 Wellington Street, Room 5052
Ottawa, Ontario
K1A 0H8
Telephone: 613-957-4752
Monique Macaranas
Agente légale
Section de la politique en matière de droit pénal
Ministère de la Justice
Édifice commémoratif de l’Est
284, rue Wellington, Pièce 5052
Ottawa (Ontario)
K1A 0H8
Téléphone : 613-957-4752
PROPOSED REGULATORY TEXT
PROJET DE RÉGLEMENTATION
Notice is hereby given that the Attorney General of Canada,
pursuant to paragraph (b)a of the definition “approved container”
in subsection 254(1) of the Criminal Codeb, proposes to make
the annexed Order Amending the Order Approving Blood Sample
Containers.
Interested persons may make representations concerning the
proposed Order within 30 days after the date of publication of this
notice. All such representations must cite the Canada Gazette,
Part I, and the date of publication of this notice, and be addressed
to Catherine Kane, Director General and Senior General Counsel,
Criminal Law Policy Section, Department of Justice, 284 Wel­
lington Street, Ottawa, Ontario K1A 0H8.
Ottawa, November 24, 2011
CATHERINE KANE
Director General and Senior General Counsel
Avis est donné que le procureur général du Canada, en vertu de
la définition de « contenant approuvé »a au paragraphe 254(1) du
Code criminelb, se propose de prendre l’Arrêté modifiant l’Arrêté
approuvant des contenants (échantillons de sang), ci-après.
ORDER AMENDING THE ORDER APPROVING
BLOOD SAMPLE CONTAINERS ARRÊTÉ MODIFIANT L’ARRÊTÉ APPROUVANT DES
CONTENANTS (ÉCHANTILLONS DE SANG) AMENDMENT
MODIFICATION
1. Section 1 of the Order Approving Blood Sample Contain­
ers1 is amended by striking out “and” at the end of para­
graph (d), by adding “and” at the end of paragraph (e) and by
adding the following after paragraph (e):
(f) TRITECHFORENSICS TUG10.
1. L’article 1 de l’Arrêté approuvant des contenants (échan­
tillons de sang)1 est modifié par adjonction, après l’alinéa e),
de ce qui suit :
f) TRITECHFORENSICS TUG10.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
2. This Order comes into force on the day on which it is
registered.
2. Le présent arrêté entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
[50-1-o]
[50-1-o]
Les intéressés peuvent présenter leurs observations au sujet du
projet d’arrêté dans les trente jours suivant la date de publication
du présent avis. Ils sont priés d’y citer la Gazette du Canada
Partie I, ainsi que la date de publication, et d’envoyer le tout à
Catherine Kane, directrice générale et avocate générale princi­
pale, Section de la politique en matière de droit pénal, ministère
de la Justice, 284, rue Wellington, Ottawa (Ontario) K1A 0H8.
Ottawa, le 24 novembre 2011
La directrice générale et avocate générale principale
CATHERINE KANE
———
———
a
a
b
1
R.S., c. 27 (1st Supp.), s. 36
R.S., c. C-46
SOR/2005-37
b
1
L.R., ch. 27 (1er suppl.), art. 36
L.R., ch. C-46
DORS/2005-37
3732
Canada Gazette Part I
December 10, 2011
Regulations Repealing the Laurentian Pilotage
Authority District No. 3 Regulations
Règlement abrogeant le Règlement sur la
circonscription no 3 de l’Administration de
pilotage des Laurentides
Statutory authority
Pilotage Act
Fondement législatif
Loi sur le pilotage
Sponsoring agency
Laurentian Pilotage Authority
Organisme responsable
Administration de pilotage des Laurentides
REGULATORY IMPACT ANALYSIS STATEMENT RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement.)
Issues and objectives
Questions et objectifs
The Laurentian Pilotage Authority (the Authority) is a Crown
corporation whose objective is to establish, operate, maintain and
administer, in the interest of safety, an efficient pilotage service in
all Canadian waters in and around the province of Quebec except
the St. Lawrence Seaway and Chaleur Bay. Accordingly, it estab­
lishes the pilotage areas where these services are offered. District
No. 3 is a non-compulsory pilotage area located between Les
Escoumins and the Gulf of St. Lawrence.
L’Administration de pilotage des Laurentides (l’Administra­
tion) est une société d’État dont la mission est de mettre sur pied,
de faire fonctionner, d’entretenir et de gérer, pour la sécurité de la
navigation, un service de pilotage efficace dans toutes les eaux
canadiennes dans la province de Québec et autour de celle-ci,
sauf sur la Voie maritime du Saint-Laurent et dans la baie des
Chaleurs. À cette fin, elle détermine des zones de pilotage où sont
offerts ces services. La circonscription no 3 est une zone de pilo­
tage non obligatoire située entre Les Escoumins et le golfe du
Saint-Laurent.
Bien que cette circonscription existe depuis les débuts de l’Ad­
ministration, elle n’y a jamais offert des services de pilotage. Des
brevets de pilote ont été émis pour la zone contiguë en collabora­
tion réciproque avec l’Administration de pilotage de l’Atlan­
tique (l’APA) qui dessert le territoire voisin, mais celle-ci a cessé
d’émettre des brevets en zone contiguë, mettant ainsi fin à cette
pratique. Conséquemment, le Règlement sur la circonscription
no 3 de l’Administration de pilotage des Laurentides n’est plus
applicable et n’a plus d’utilité pratique depuis de nombreuses
années. Constatant cet état de fait, le Comité mixte permanent
d’examen de la réglementation a demandé à l’Administration
d’abroger le Règlement.
Although this district has existed since the Authority was cre­
ated, pilotage services have never been offered here. Pilot’s li­
cences had been issued for the district jointly with the Atlantic
Pilotage Authority (APA), which serves the neighbouring region,
but the APA has ceased issuing licences for contiguous zones,
ending this practice. Consequently, the Laurentian Pilotage Au­
thority District No. 3 Regulations have not been applicable or of
any practical use for several years. In consideration of these facts,
the Standing Joint Committee on Scrutiny of Regulations asked
the Authority to repeal the Regulations.
Description and rationale
Description et justification
Although the Authority possesses regulations that address the
possibility of offering pilotage services east of Les Escoumins,
licences have only been issued for the contiguous pilotage zone
on a reciprocal basis with the APA. The APA having put an end
to this practice, these Regulations have no concrete value. In this
context, the Board of the Laurentian Pilotage Authority has con­
cluded that the Regulations should be repealed. This decision also
addresses some pressing matters in this regard raised by the
Standing Joint Committee on Scrutiny of Regulations.
Bien que l’Administration dispose d’un règlement prévoyant la
possibilité d’offrir des services de pilotage à l’est de Les Escou­
mins, des brevets n’ont été émis que pour la zone de pilotage
contiguë de façon réciproque avec l’APA. L’APA ayant mis fin à
cette pratique, cette réglementation n’a plus d’utilité concrète.
Dans ce contexte, le conseil de l’Administration a conclu qu’il
était opportun d’abroger le Règlement. La décision répond éga­
lement aux demandes pressantes en ce sens du Comité mixte per­
manent d’examen de la réglementation.
Strategic environmental analysis
Analyse environnementale stratégique
In accordance with the Cabinet Directive on the Environmental
Assessment of Policy, Plan and Program Proposals of 1999
and the Transport Canada Policy Statement on Strategic En­
vironmental Assessment, a strategic environmental assessment of
these amendments was conducted in the form of a preliminary
scan. The strategic environmental assessment concluded that the
Conformément à la Directive du Cabinet sur l’évaluation envi­
ronnementale des projets de politiques, de plans et de pro­
grammes de 1999 et à l’Énoncé de principes de Transports Cana­
da sur l’évaluation environnementale stratégique, une évaluation
environnementale stratégique a été réalisée sous forme d’une
analyse préliminaire. L’évaluation environnementale stratégique a
Le 10 décembre 2011
Gazette du Canada Partie I
3733
amendments are not likely to have important environmental
effects.
permis de conclure que les modifications proposées n’auront vrai­
semblablement pas d’incidences importantes sur l’environnement.
Consultation
Consultation
Given that these Regulations are no longer enforced, users have
no interest in this issue.
Le Règlement n’étant plus appliqué, les usagers n’ont plus
d’intérêt pour cette question.
Contact
Réjean Lanteigne
Chief Executive Officer
Laurentian Pilotage Authority
555 René-Lévesque Boulevard W, Suite 1501
Montréal, Quebec
H2Z 1B1
Telephone: 514-954-3270
Fax: 514-496-2409
Email: rejean.lanteigne@apl.gc.ca
Personne-ressource
Réjean Lanteigne
Premier dirigeant
Administration de pilotage des Laurentides
555, boulevard René-Lévesque Ouest, Bureau 1501
Montréal (Québec)
H2Z 1B1
Téléphone : 514-954-3270
Télécopieur : 514-496-2409
Courriel : rejean.lanteigne@apl.gc.ca
PROPOSED REGULATORY TEXT
PROJET DE RÉGLEMENTATION
Notice is hereby given, pursuant to subsections 20(3)
and 34(1)a of the Pilotage Actb, that the Laurentian Pilotage Au­
thority, pursuant to subsections 20(1) and 33(1) of that Act, pro­
poses to make the annexed Regulations Repealing the Laurentian
Pilotage Authority District No. 3 Regulations.
Avis est donné, conformément aux paragraphes 20(3) et 34(1)a
de la Loi sur le pilotageb, que l’Administration de pilotage des
Laurentides, en vertu des paragraphes 20(1) et 33(1) de cette loi,
se propose de prendre le Règlement abrogeant le Règlement sur
la circonscription no 3 de l’Administration de pilotage des Lau­
rentides, ci après.
Interested persons who have reason to believe that the repeal,
by the proposed Regulations, of any qualification for the holder of
a licence is not in the public interest may, pursuant to subsec­
tion 21(1) of that Act, file a notice of objection setting out the
grounds for the objection with the Minister of Transport within
30 days after the date of publication of this notice. In addition,
interested persons may make representations concerning the pro­
posed Regulations to the Minister of Transport within 30 days
after the date of publication of this notice.
Les intéressés qui ont des raisons de croire que l’abrogation,
par le projet de règlement, d’une condition que le titulaire d’un
brevet doit remplir n’est pas dans l’intérêt public peuvent déposer
auprès du ministre des Transports un avis d’opposition motivé
conformément au paragraphe 21(1) de cette loi dans les trente
jours suivant la date de publication du présent avis. De plus, les
intéressés peuvent présenter au ministre des Transports leurs ob­
servations au sujet du projet de règlement dans les trente jours
suivant la date de publication du présent avis.
Each notice of objection or representation must be clearly
marked as a notice of objection or representation, cite the Canada
Gazette, Part I, and the date of publication of this notice, and be
sent to Julie Bédard, Manager, Pilotage and Policy, Marine Per­
sonnel Standards and Pilotage, Marine Safety Directorate, De­
partment of Transport, Place de Ville, Tower C, 8th Floor,
330 Sparks Street, Ottawa, Ontario K1A 0N5 (tel.: 613-993-9706;
fax: 613-990-1538; email: julie.bedard@tc.gc.ca).
Les avis d’opposition et les observations doivent indiquer clai­
rement qu’il s’agit d’avis d’opposition ou d’observations, citer la
Gazette du Canada Partie I, ainsi que la date de publication, et
être envoyés à Julie Bédard, gestionnaire, Pilotage et Politique,
Normes du personnel maritime et Pilotage, Direction générale de
la sécurité maritime, ministère des Transports, Place de Ville,
Tour C, 8e étage, 330, rue Sparks, Ottawa (Ontario) K1A
ON5 (tél. : 613-993-9706; téléc. : 613-990-1538; courriel : julie.
bedard@tc.gc.ca).
Montréal, le 30 novembre 2011
Le premier dirigeant de l’Administration
de pilotage des Laurentides
RÉJEAN LANTEIGNE
Montréal, November 30, 2011
RÉJEAN LANTEIGNE
Chief Executive Officer
Laurentian Pilotage Authority
———
———
a
a
b
S.C. 1998, c. 10, s. 150
R.S., c. P-14
b
L.C. 1998, ch. 10, art. 150
L.R., ch. P-14
3734
Canada Gazette Part I
December 10, 2011
REGULATIONS REPEALING THE LAURENTIAN
PILOTAGE AUTHORITY DISTRICT NO. 3
REGULATIONS
RÈGLEMENT ABROGEANT LE RÈGLEMENT SUR LA
CIRCONSCRIPTION No 3 DE L’ADMINISTRATION
DE PILOTAGE DES LAURENTIDES
REPEAL
ABROGATION
1. The Laurentian Pilotage Authority District No. 3 Regulations1 are repealed.
1. Le Règlement sur la circonscription no 3 de l’Administra­
tion de pilotage des Laurentides1 est abrogé.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
2. These Regulations come into force on the day on which
they are registered.
2. Le présent règlement entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
[50-1-o]
[50-1-o]
———
———
1
1
SOR/87-58
DORS/87-58
Le 10 décembre 2011
Gazette du Canada Partie I
INDEX
Vol. 145, No. 50 — December 10, 2011
(An asterisk indicates a notice previously published.)
COMMISSIONS
Canada Employment Insurance Financing Board
Employment Insurance Act
Resolution.........................................................................
Canada Revenue Agency
Income Tax Act
Revocation of registration of charities ..............................
Canadian Radio-television and Telecommunications
Commission
Decisions
2011-737 to 2011-739 and 2011-742................................
* Notice to interested parties ................................................
Notice of consultation
2011-732...........................................................................
Part 1 applications ................................................................
3713
3713
3717
3716
MISCELLANEOUS NOTICES
Canadian Alliance of Publicly-Owned
Telecommunications Systems, surrender of charter .........
Canadian Virtual College Consortium, surrender of
charter ...............................................................................
CHRISTIAN BUSINESS MINISTRIES CANADA,
relocation of head office ...................................................
Executive Christian Ministries Inc., surrender of
charter ...............................................................................
J Smarts, relocation of head office .......................................
Olangi Wosho Foundation-Canada, relocation of
head office ........................................................................
Orngeco, relocation of head office .......................................
Pacific Justice Services Association, surrender of
charter ...............................................................................
3735
3719
3719
3719
3719
3720
3720
3720
3720 PARLIAMENT
House of Commons
* Filing applications for private bills (First Session,
Forty-First Parliament).................................................. 3712
3717 3716 PROPOSED REGULATIONS
Environment, Dept. of the, and Dept. of Health
GOVERNMENT NOTICES
Canadian Environmental Protection Act, 1999
Citizenship and Immigration, Dept. of
Order Adding a Toxic Substance to Schedule 1 to the
Immigration and Refugee Protection Act
Canadian Environmental Protection Act, 1999 ............. 3722
Notice requesting comments on a proposed regulatory
Justice, Dept. of
amendment that will affect the Private Sponsorship
Criminal Code
of Refugees Program..................................................... 3690
Order Amending the Order Approving Blood Sample
Environment, Dept. of the
Containers ..................................................................... 3730
Canadian Environmental Protection Act, 1999
Laurentian Pilotage Authority
Permit No. 4543-2-03541 ................................................. 3694 Pilotage Act
Permit No. 4543-2-03542 ................................................. 3696
Regulations Repealing the Laurentian Pilotage
Environment, Dept. of the, and Dept. of Health
Authority District No. 3 Regulations ............................ 3732
Canadian Environmental Protection Act, 1999
Publication of results of investigations and
recommendations for the substance — Aniline,
CAS RN 62-53-3 — specified on the Domestic
Substances List (paragraphs 68(b) and (c) of the
Canadian Environmental Protection Act, 1999)............ 3698
Foreign Affairs and International Trade, Dept. of
Notice of intent to conduct an Environmental
Assessment of the Canada-Ukraine Free
Trade Agreement .......................................................... 3699
Notice of Vacancies
National Energy Board ..................................................... 3709 Public Service Labour Relations Board ............................ 3707 Supreme Court of Canada
Supreme Court Act
Session advanced .............................................................. 3711
Transport, Dept. of
Aeronautics Act
Certain security measures related to aerodromes.............. 3700
Canada Marine Act
Saint John Port Authority — Supplementary letters
patent............................................................................. 3706
3736
Canada Gazette Part I
December 10, 2011
INDEX
AVIS DU GOUVERNEMENT (suite)
Transports, min. des
Loi maritime du Canada
Administration portuaire de Saint John — Lettres
patentes supplémentaires............................................... 3706
Loi sur l’aéronautique
Certaines mesures de sûreté liées aux aérodromes............ 3700
Vol. 145, no 50 — Le 10 décembre 2011
(L’astérisque indique un avis déjà publié.)
AVIS DIVERS
Canadian Alliance of Publicly-Owned
Telecommunications Systems, abandon de charte............
CHRISTIAN BUSINESS MINISTRIES CANADA,
changement de lieu du siège social ...................................
Consortium canadien des collèges virtuels, abandon de
charte ................................................................................
Executive Christian Ministries Inc., abandon de
charte ................................................................................
Fondation Olangi Wosho-Canada, changement de
lieu du siège social............................................................
J Smarts, changement de lieu du siège social .......................
Orngeco, changement de lieu du siège social .......................
Pacific Justice Services Association, abandon de
charte ................................................................................
AVIS DU GOUVERNEMENT
Affaires étrangères et du Commerce international, min. des
Avis d’intention de procéder à une évaluation
environnementale d’un accord de libre-échange entre
le Canada et l’Ukraine...................................................
Avis de postes vacants
Commission des relations de travail dans la fonction
publique ........................................................................
Office national de l’énergie ..............................................
Citoyenneté et de l’Immigration, min. de la
Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés
Avis sollicitant des observations relatives à une
modification réglementaire proposée qui touchera
le Programme de parrainage privé de réfugiés ..............
Cour suprême du Canada
Loi sur la Cour suprême
Session avancée ................................................................
Environnement, min. de l’
Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999)
Permis no 4543-2-03541 ...................................................
Permis no 4543-2-03542 ...................................................
Environnement, min. de l’, et min. de la Santé
Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999)
Publication des résultats des enquêtes et des
recommandations sur une substance — l’Aniline,
numéro de CAS 62-53-3 — inscrite sur la
Liste intérieure [alinéas 68b) et c) de la Loi
canadienne sur la protection de
l’environnement (1999)] ...............................................
COMMISSIONS
Agence du revenu du Canada
Loi de l’impôt sur le revenu
3719
Révocation de l’enregistrement d’organismes de
bienfaisance ..................................................................
3719 Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications
canadiennes
3719 * Avis aux intéressés ............................................................
Avis de consultation
3720
2011-732...........................................................................
3720 Décisions
3720
2011-737 à 2011-739 et 2011-742....................................
Demandes de la partie 1........................................................
3720 Office de financement de l’assurance-emploi du
Canada
Loi sur l’assurance-emploi
Résolution.........................................................................
3719
3699
3707
3709
3713
3716
3717
3717 3716 3713
PARLEMENT
Chambre des communes
* Demandes introductives de projets de loi privés
(Première session, quarante et unième législature) ....... 3712
RÈGLEMENTS PROJETÉS
Administration de pilotage des Laurentides
Loi sur le pilotage
Règlement abrogeant le Règlement sur la
circonscription no 3 de l’Administration de
pilotage des Laurentides................................................ 3732
3690 Environnement, min. de l’, et min. de la Santé
Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999)
Décret d’inscription d’une substance toxique à
3711
l’annexe 1 de la Loi canadienne sur la protection
de l’environnement (1999)............................................ 3722
Justice, min. de la
3694 Code criminel
3696
Arrêté modifiant l’Arrêté approuvant des contenants
(échantillons de sang).................................................... 3730
3698 If undelivered, return COVER ONLY to:
Publishing and Depository Services
Public Works and Government Services
Canada
Ottawa, Canada K1A 0S5
En cas de non-livraison,
retourner cette COUVERTURE SEULEMENT à :
Les Éditions et Services de dépôt
Travaux publics et Services gouvernementaux
Canada
Ottawa, Canada K1A 0S5
Available from Publishing and Depository Services
Public Works and Government Services Canada
Ottawa, Canada K1A 0S5
En vente : Les Éditions et Services de dépôt
Travaux publics et Services gouvernementaux Canada
Ottawa, Canada K1A 0S5
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising