Canada Gazette du Part I

Canada Gazette du Part I
Vol. 144, no 40
Vol. 144, No. 40
Canada
Gazette
Gazette
du Canada
Part I
Partie I
OTTAWA, SATURDAY, OCTOBER 2, 2010
OTTAWA, LE SAMEDI 2 OCTOBRE 2010
NOTICE TO READERS
The Canada Gazette is published under authority of the
Statutory Instruments Act. It consists of three parts as described
below:
Part I
Material required by federal statute or regulation to
be published in the Canada Gazette other than items
identified for Part II and Part III below — Published
every Saturday
Part II
Statutory Instruments (Regulations) and other classes
of statutory instruments and documents — Published
January 6, 2010, and at least every second
Wednesday thereafter
Part III
Public Acts of Parliament and their enactment
proclamations — Published as soon as is reasonably
practicable after Royal Assent
The Canada Gazette is available in most public libraries for
consultation.
To subscribe to, or obtain copies of, the Canada Gazette,
contact bookstores selling government publications as listed
in the telephone directory or write to Publishing and Depository
Services, Public Works and Government Services Canada,
Ottawa, Canada K1A 0S5.
The Canada Gazette is also available free of charge on the
Internet at http://gazette.gc.ca. It is accessible in Portable
Document Format (PDF) and in HyperText Mark-up Language
(HTML) as the alternate format. The on-line PDF format of Part I,
Part II and Part III is official since April 1, 2003, and is published
simultaneously with the printed copy.
Canada Gazette
Yearly subscription
Canada
Outside Canada
Per copy
Canada
Outside Canada
Part I
Part II
Part III
$135.00
US$135.00
$67.50
US$67.50
$28.50
US$28.50
$2.95
US$2.95
$3.50
US$3.50
$4.50
US$4.50
AVIS AU LECTEUR
La Gazette du Canada est publiée conformément aux
dispositions de la Loi sur les textes réglementaires. Elle est
composée des trois parties suivantes :
Partie I
Textes devant être publiés dans la Gazette du
Canada conformément aux exigences d’une loi
fédérale ou d’un règlement fédéral et qui ne satisfont
pas aux critères de la Partie II et de la Partie III —
Publiée le samedi
Partie II
Textes réglementaires (Règlements) et autres
catégories de textes réglementaires et de documents —
Publiée le 6 janvier 2010 et au moins tous les deux
mercredis par la suite
Partie III
Lois d’intérêt public du Parlement et les proclamations
énonçant leur entrée en vigueur — Publiée aussitôt que
possible après la sanction royale
On peut consulter la Gazette du Canada dans la plupart des
bibliothèques publiques.
On peut s’abonner à la Gazette du Canada ou en obtenir des
exemplaires en s’adressant aux agents libraires associés énumérés
dans l’annuaire téléphonique ou en s’adressant aux Éditions et
Services de dépôt, Travaux publics et Services gouvernementaux
Canada, Ottawa, Canada K1A 0S5.
La Gazette du Canada est aussi offerte gratuitement sur Internet au
http://gazette.gc.ca. La publication y est accessible en format de
document portable (PDF) et en langage hypertexte (HTML) comme
média substitut. Le format PDF en direct de la Partie I, de la
Partie II et de la Partie III est officiel depuis le 1er avril 2003 et est
publié en même temps que la copie imprimée.
Gazette du Canada
Abonnement annuel
Canada
Extérieur du Canada
Exemplaire
Canada
Extérieur du Canada
Partie I
Partie II
Partie III
135,00 $
135,00 $US
67,50 $
67,50 $US
28,50 $
28,50 $US
2,95 $
2,95 $US
3,50 $
3,50 $US
4,50 $
4,50 $US
REQUESTS FOR INSERTION
DEMANDES D’INSERTION
Requests for insertion should be directed to the Canada
Gazette Directorate, Public Works and Government Services
Canada, 350 Albert Street, 5th Floor, Ottawa, Ontario K1A 0S5,
613-996-2495 (telephone), 613-991-3540 (fax).
Les demandes d’insertion doivent être envoyées à la
Direction de la Gazette du Canada, Travaux publics et Services
gouvernementaux Canada, 350, rue Albert, 5e étage, Ottawa
(Ontario) K1A 0S5, 613-996-2495 (téléphone), 613-991-3540
(télécopieur).
Bilingual texts received as late as six working days before the
desired Saturday’s date of publication will, if time and other
resources permit, be scheduled for publication that date.
Un texte bilingue reçu au plus tard six jours ouvrables avant la
date de parution demandée paraîtra, le temps et autres ressources
le permettant, le samedi visé.
Each client will receive a free copy of the Canada Gazette for
every week during which a notice is published.
Pour chaque semaine de parution d’un avis, le client recevra un
exemplaire gratuit de la Gazette du Canada.
© Her Majesty the Queen in Right of Canada, 2010
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2010
ISSN 1494-6076
© Sa Majesté la Reine du Chef du Canada, 2010
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2010
Le 2 octobre 2010
Gazette du Canada Partie I
TABLE OF CONTENTS
TABLE DES MATIÈRES
Vol. 144, No. 40 — October 2, 2010
Vol. 144, no 40 — Le 2 octobre 2010
2529
Government notices .........................................................
Notice of vacancies ......................................................
2530
2535
Avis du gouvernement .....................................................
Avis de postes vacants .................................................
2530
2535
Parliament
House of Commons .....................................................
Chief Electoral Officer ................................................
2540
2540
Parlement
Chambre des communes ..............................................
Directeur général des élections ....................................
2540
2540
Commissions ...................................................................
(agencies, boards and commissions)
2542
Commissions ...................................................................
(organismes, conseils et commissions)
2542
Miscellaneous notices ......................................................
(banks; mortgage, loan, investment, insurance and
railway companies; other private sector agents)
2553
Avis divers .......................................................................
(banques; sociétés de prêts, de fiducie et
d’investissements; compagnies d’assurances et de
chemins de fer; autres agents du secteur privé)
2553
Proposed regulations .......................................................
(including amendments to existing regulations)
2555
Règlements projetés .........................................................
(y compris les modifications aux règlements existants)
2555
Index ...............................................................................
2599
Index ...............................................................................
2600
Supplements
Department of the Environment and Department of
Health
Suppléments
Ministère de l’Environnement et ministère de la Santé
2530
Canada Gazette Part I
October 2, 2010
GOVERNMENT NOTICES
AVIS DU GOUVERNEMENT
DEPARTMENT OF THE ENVIRONMENT
MINISTÈRE DE L’ENVIRONNEMENT
CANADIAN ENVIRONMENTAL PROTECTION ACT, 1999
LOI CANADIENNE SUR LA PROTECTION DE
L’ENVIRONNEMENT (1999)
Notice of intent to amend the Domestic Substances List under
section 66 of the Canadian Environmental Protection Act, 1999
to indicate that two substances meet the reduced regulatory
requirement polymer criteria
Avis d’intention de modifier la Liste intérieure selon les
dispositions énoncées à l’article 66 de la Loi canadienne sur
la protection de l’environnement (1999), en vue d’indiquer que
deux substances remplissent les critères établis pour les
polymères à exigences réglementaires réduites
Whereas the Minister of the Environment and the Minister of
Health have conducted a screening assessment of each of the two
substances set out in Annex 1 to this Notice, under section 74 of
the Canadian Environmental Protection Act, 1999, and have released a summary of the results of this process under subsection 77(1) of that Act on October 2, 2010, in the Canada Gazette,
Part I, for a 60-day public comment period;
Attendu que le ministre de l’Environnement et la ministre de la
Santé ont effectué une évaluation préalable de chacune des deux
substances énumérées à l’annexe 1 de cet avis selon les dispositions énoncées à l’article 74 de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999) et qu’ils ont publié un résumé des
résultats de ce processus selon les dispositions énoncées au paragraphe 77(1) de cette loi, le 2 octobre 2010, dans la Partie I de la
Gazette du Canada, pour une période de consultation publique de
60 jours;
Attendu que les ministres sont convaincus que les substances
énumérées à l’annexe 1 de cet avis remplissent les critères établis
pour les polymères à exigences réglementaires réduites,
Avis est par conséquent donné par les présentes que le ministre
de l’Environnement a l’intention de modifier la Liste intérieure
selon les dispositions énoncées à l’article 66 de la Loi canadienne
sur la protection de l’environnement (1999) pour indiquer que les
deux substances énumérées à l’annexe 1 de cet avis remplissent
les critères établis pour les polymères à exigences réglementaires
réduites.
And whereas the Ministers are satisfied that the substances set
out in Annex 1 to this Notice meet the reduced regulatory requirement polymer criteria,
Therefore, notice is hereby given that the Minister of the Environment intends to amend the Domestic Substances List pursuant to section 66 of the Canadian Environmental Protection Act,
1999 to indicate that the substances set out in Annex 1 to this
Notice meet the reduced regulatory requirement polymer criteria.
Public comment period
Période de consultation publique
Any person may, within 60 days of publication of this Notice,
file with the Minister of the Environment comments with respect
to this proposal. All comments must cite the Canada Gazette,
Part I, and the date of publication of this Notice and be sent to the
Executive Director, Program Development and Engagement Division, Environment Canada, Gatineau, Quebec K1A 0H3, 819953-7155 (fax), existing.substances.existantes@ec.gc.ca (email).
Toute personne peut, dans les 60 jours suivant la publication du
présent avis, soumettre des commentaires au ministre de l’Environnement sur cette proposition. Tous les commentaires doivent
mentionner la Partie I de la Gazette du Canada, la date de publication de cet avis et être envoyés au Directeur exécutif, Division
de la mobilisation et de l’élaboration de programmes, Environnement Canada, Gatineau (Québec) K1A 0H3, 819-953-7155
(télécopieur), existing.substances.existantes@ec.gc.ca (courriel)
Les rapports des évaluations préalables des substances en question peuvent être consultés à partir du site Web du gouvernement
du Canada portant sur les substances chimiques, à l’adresse suivante : www.chemicalsubstanceschimiques.gc.ca.
Conformément à l’article 313 de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999), quiconque fournit des renseignements en réponse au présent avis peut en même temps demander que les renseignements fournis soient considérés comme
confidentiels.
Le directeur général
Direction des sciences et de l’évaluation des risques
GEORGE ENEI
Au nom du ministre de l’Environnement
The screening assessment reports for these substances may be
obtained from the Government of Canada’s Chemical Substances
Web site at www.chemicalsubstanceschimiques.gc.ca.
In accordance with section 313 of the Canadian Environmental
Protection Act, 1999, any person who provides information in
response to this Notice may submit with the information a request
that it be treated as confidential.
GEORGE ENEI
Director General
Science and Risk Assessment Directorate
On behalf of the Minister of the Environment
ANNEX 1
The substances to which the present Notice applies are
1. Siloxanes and Silicones, di-Me, hydrogen-terminated
(Chemical Abstracts Service [CAS] Registry No. 70900-21-9);
and
ANNEXE 1
Les substances auxquelles s’applique cet avis sont les
suivantes :
1. Siloxanes et silicones, diméthyl-, terminés par un atome
d’hydrogène (numéro de registre du Chemical Abstracts Service [CAS] 70900-21-9);
Le 2 octobre 2010
Gazette du Canada Partie I
2. Siloxanes and Silicones, Me 3,3,3-trifluoropropyl, Me
vinyl, hydroxy-terminated (CAS Registry No. 68952-02-3).
2531
2. 3,3,3-Trifluoropropyl(méthyl) et méthyl(vinyl)siloxanes et
silicones, terminés par un groupe hydroxyle (numéro de registre CAS 68952-02-3).
ANNEX 2
ANNEXE 2
1. Part 1 of the Domestic Substances List is proposed to be
amended by deleting the following:
70900-21-9
68952-02-3
2. Part 1 of the List is proposed to be amended by adding
the following in numerical order:
70900-21-9 P
68952-02-3 P
3. The Order would come into force on the day on which it
is registered.
1. Il est proposé de modifier la partie 1 de la Liste intérieure
par la suppression de ce qui suit :
70900-21-9
68952-02-3
2. Il est proposé de modifier la partie 2 de la Liste intérieure
par l’adjonction, par ordre numérique, de ce qui suit:
70900-21-9 P
68952-02-3 P
3. L’arrêté entrerait en vigueur à la date de son
enregistrement.
[40-1-o]
[40-1-o]
DEPARTMENT OF THE ENVIRONMENT
MINISTÈRE DE L’ENVIRONNEMENT
CANADIAN ENVIRONMENTAL PROTECTION ACT, 1999
LOI CANADIENNE SUR LA PROTECTION DE
L’ENVIRONNEMENT (1999)
Notice of intent to amend the Domestic Substances List under
subsection 87(3) of the Canadian Environmental Protection Act,
1999 to indicate that subsection 81(3) of that Act applies to six
substances
Avis d’intention de modifier la Liste intérieure en vertu du
paragraphe 87(3) de la Loi canadienne sur la protection
de l’environnement (1999), en vue d’indiquer que le
paragraphe 81(3) de cette loi s’applique à six substances
Whereas the six substances set out in Annex 1 to this Notice
are specified on the Domestic Substances List;
Whereas the Minister of the Environment and the Minister of
Health have conducted a screening assessment of each of the six
substances set out in Annex 1 to this Notice, under section 74 of
the Canadian Environmental Protection Act, 1999, and have released a summary of the results of this process under subsection 77(1) of that Act on October 2, 2010, in the Canada Gazette,
Part I, for a 60-day public comment period;
Whereas the Ministers are satisfied that the substances set out
in Annex 1 to this Notice are not being manufactured in or imported into Canada by any person in a quantity of more than
100 kg in any one calendar year;
And whereas the Ministers suspect that a significant new activity in relation to any of the six substances set out in Annex 1 to
this Notice may result in the substance becoming toxic within the
meaning of section 64 of the Canadian Environmental Protection
Act, 1999,
Therefore, notice is hereby given that the Minister of the Environment intends to amend the Domestic Substances List pursuant to subsection 87(3) of the Canadian Environmental Protection Act, 1999, to indicate that subsection 81(3) of that Act
applies to the six substances set out in Annex 1 to this Notice in
accordance with Annex 2.
Attendu que les six substances énumérées dans l’annexe 1 du
présent avis sont inscrites sur la Liste intérieure;
Attendu que le ministre de l’Environnement et la ministre de la
Santé ont effectué une évaluation préalable de ces six substances
en application de l’article 74 de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999) et qu’ils ont publié un résumé des
résultats de ce processus en application du paragraphe 77(1) de
cette loi le 2 octobre 2010, dans la Partie I de la Gazette du Canada, pour une période de consultation publique de 60 jours;
Attendu que les ministres sont convaincus que les six substances énumérées à l’annexe 1 du présent avis ne sont ni fabriquées
ni importées au Canada par une personne en une quantité supérieure à 100 kg au cours d’une année civile;
Attendu que les ministres soupçonnent qu’une nouvelle activité
relative à l’une des six substances énumérées à l’annexe 1 du
présent avis peut rendre celle-ci toxique au sens de l’article 64 de
la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999),
Public comment period
Période de consultation publique
Any person may, within 60 days of publication of this Notice,
file with the Minister of the Environment comments with respect
to this proposal. All comments must cite the Canada Gazette,
Part I, and the date of publication of this Notice and be sent to the
Executive Director, Program Development and Engagement Division, Environment Canada, Gatineau, Quebec K1A 0H3, 819953-7155 (fax), existing.substances.existantes@ec.gc.ca (email).
Toute personne peut, dans les 60 jours suivant la date de publication du présent avis, soumettre des commentaires au ministre de
l’Environnement sur cette proposition. Tous les commentaires
doivent citer la Partie I de la Gazette du Canada, ainsi que la date
de publication du présent avis, et être envoyés au Directeur exécutif, Division de la mobilisation et de l’élaboration de programmes, Environnement Canada, Gatineau (Québec) K1A 0H3, 819953-7155 (télécopieur), existing.substances.existantes@ec.gc.ca
(courriel).
Avis est donné par les présentes que le ministre de l’Environnement a l’intention de modifier la Liste intérieure en vertu du
paragraphe 87(3) de la Loi canadienne sur la protection de
l’environnement (1999) pour indiquer que le paragraphe 81(3)
s’applique aux six substances énumérées dans l’annexe 1 de cet
avis, conformément à l’annexe 2 du présent avis.
2532
Canada Gazette Part I
The screening assessment reports for these substances may be
obtained from the Government of Canada’s Chemical Substances
Web site at www.chemicalsubstanceschimiques.gc.ca.
In accordance with section 313 of the Canadian Environmental
Protection Act, 1999, any person who provides information in
response to this Notice may submit with the information a request
that it be treated as confidential.
GEORGE ENEI
Director General
Science and Risk Assessment Directorate
On behalf of the Minister of the Environment
October 2, 2010
Les rapports des évaluations préalables de ces substances peuvent être consultés à partir du site Web du gouvernement du Canada portant sur les substances chimiques, à l’adresse suivante :
www.chemicalsubstanceschimiques.gc.ca.
Conformément à l’article 313 de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999), quiconque fournit des renseignements en réponse au présent avis peut en même temps demander que les renseignements fournis soient considérés comme
confidentiels.
Le directeur général
Direction des sciences et de l’évaluation des risques
GEORGE ENEI
Au nom du ministre de l’Environnement
ANNEX 1
The substances to which the present Notice applies are
1. Bismuthine, triphenyl- (Chemical Abstracts Service [CAS]
Registry No. 603-33-8);
2. Cyclotetrasiloxane, heptamethylphenyl- (CAS Registry
No. 10448-09-6);
3. Benzene, 1,1′-(chlorophenylmethylene)bis[4-methoxy(CAS Registry No. 40615-36-9);
4. Phenol, 2-phenoxy-, trichloro deriv (CAS Registry
No. 64111-81-5);
5. Siloxanes and Silicones, di-Me, reaction products with
Me hydrogen siloxanes and 1,1,3,3-tetramethyldisiloxane
(CAS Registry No. 69430-47-3); and
6. Phenol, 4,4 -(1-methylethylidene)bis-, reaction products with
hexakis(methoxymethyl)melamine (CAS Registry No. 12532828-1).
ANNEXE 1
Les substances auxquelles s’applique cet avis sont les
suivantes :
1. Bismuthine, triphenyl- (numéro de registre du Chemical Abstracts Service [CAS] 603-33-8);
2. Cyclotetrasiloxane, heptamethylphenyl- (numéro de registre
CAS 10448-09-6);
3. 1,1′-(Chlorophenylmethylene)bis[4-methoxybenzene] (numéro de registre CAS 40615-36-9);
4. Phenol, 2-phenoxy-, trichloro deriv (numéro de registre
CAS 64111-81-5);
5. Dimethylsiloxanes et silicones, produits de réaction avec des
(methyl)hydrogenosiloxanes et le 1,1,3,3-tetramethyldisiloxane
(numéro de registre CAS 69430-47-3); and
6. 4,4′-Isopropylidenediphenol, produits de réaction avec
l’hexakis(methoxymethyl)melamine (numéro de registre
CAS 125328-28-1).
ANNEX 2
ANNEXE 2
1. Part 1 of the Domestic Substances List is proposed to be
amended by deleting the following:
603-33-8
10448-09-6
40615-36-9
64111-81-5
69430-47-3
125328-28-1
2. Part 2 of the List is proposed to be amended by adding
the following in numerical order:
1. Il est proposé de modifier la Partie 1 de la Liste intérieure
par suppression de ce qui suit :
603-33-8
10448-09-6
40615-36-9
64111-81-5
69430-47-3
125328-28-1
2. Il est proposé de modifier la partie 2 de la Liste intérieure
par adjonction, par ordre numérique, de ce qui suit :
Column 1
Column 2
Colonne 1
Colonne 2
Substance
Significant New Activity for which substance is subject to
subsection 81(3) of the Act
Substance
Nouvelle activité pour laquelle la substance est assujettie au
paragraphe 81(3) de la Loi
603-33-8 S’
1. Any activity involving, in any one calendar year, more than
100 kg of the substance Bismuthine, triphenyl-.
2. For each significant new activity, the following information
must be provided to the Minister at least 90 days before the day
on which the quantity of the substance exceeds 100 kg in any
one calendar year:
(a) a description of the proposed new activity in relation to the
substance; and
(b) the information specified in Schedule 6 to the New
Substances Notification Regulations (Chemicals and
Polymers).
3. The above information will be assessed within 90 days after
the day on which it is received by the Minister.
603-33-8 S’
1. Toute activité mettant en cause, au cours d’une année civile,
plus de 100 kg de la substance Bismuthine, triphenyl -.
2. Pour chaque nouvelle activité, les renseignements ci-après
doivent être fournis au ministre au moins 90 jours avant que la
quantité de la substance n’excède 100 kg au cours d’une année
civile :
a) la description de la nouvelle activité proposée à l’égard
de la substance;
b) les renseignements prévus à l’annexe 6 du Règlement
sur les renseignements concernant les substances nouvelles
(substances chimiques et polymères).
3. Les renseignements qui précèdent seront évalués dans les
90 jours suivant leur réception par le ministre.
Le 2 octobre 2010
Gazette du Canada Partie I
2533
Column 1
Column 2
Colonne 1
Colonne 2
Substance
Significant New Activity for which substance is subject to
subsection 81(3) of the Act
Substance
Nouvelle activité pour laquelle la substance est assujettie au
paragraphe 81(3) de la Loi
10448-09-6 S’
1. Any activity involving, in any one calendar year, more than
100 kg of the substance Cyclotetrasiloxane, heptamethylphenyl-.
2. For each significant new activity, the following information
must be provided to the Minister at least 90 days before the day
on which the quantity of the substance exceeds 100 kg in any
one calendar year:
(a) a description of the proposed new activity in relation to
the substance;
(b) the information specified in Schedule 4 to the New
Substances Notification Regulations (Chemicals and
Polymers);
(c) the information specified in item 2, subitems 3(a), (b), (e),
and (f), items 4 and 6 to 9 of Schedule 5 to those Regulations;
(i) the information specified in subitems 3(a), (b), (e), and
(f) of Schedule 5 to those Regulations shall be obtained
from an experimental study and exclude modeling or
alternative data; and
(ii) subitem 3(f) shall be obtained following the
Organisation for Economic Co-operation and Development
(OECD) Test Guideline No. 123: Partition Coefficient
(1-Octanol/Water): Slow-Stirring Method;
(d) the information specified in item 5 of Schedule 6 to those
Regulations;
(e) the test data and the test report obtained from a study to
determine the adsorption-desorption in respect of the substance
and excluding modeling or alternative data;
(f) the test data and the test report obtained from a study to
determine the hydrolysis rate of the chemical as a function of
pH in respect of the substance and excluding modeling or
alternative data and, if known, an identification of the products
of the hydrolysis from that study;
(g) the test data and the test report obtained from the following
toxicity studies in respect of the substance and excluding
modeling or alternative data:
(i) acute algae toxicity test following OECD Test Guideline
No. 201: Alga, Growth Inhibition;
(ii) early-life stage toxicity test with rainbow trout following
the OECD Test Guideline No. 210: Fish, Early-Life Stage
Toxicity Test;
(iii) fish reproduction test following the OECD Test
Guideline No. 229: Fish Short Term Reproduction Assay;
(iv) daphnia reproduction test following the OECD Test
Guideline No. 211: Daphnia magna Reproduction Test; and
(v) sediment toxicity test: OECD Test Guideline No. 218:
Sediment-Water Chironomid Toxicity Using Spiked
Sediment; and
(h) one repeated-dose mammalian toxicity test, of at least
28 days duration, administered orally following the OECD
Test Guideline No. 422: Combined Repeated Dose Toxicity
Study with the Reproduction/Developmental Toxicity
Screening Test.
3. (a) For greater certainty, the conditions to be met and test
procedures to be followed in developing test data for the
substance in order to comply with the information
requirements of section 2 must be consistent with the
conditions and procedures set out in the “OECD Test
Guidelines” that are current at the time the test data are
developed. The Guidelines are set out in Annex 1 of the
OECD Decision of the Council Concerning the Mutual
Acceptance of Data in the Assessment of Chemicals, adopted
by the Organisation for Economic Co-operation and
Development on May 12, 1981;
(b) for greater certainty and subject to subsection 3(c), the
laboratory practices to be followed in developing data for the
following tests must comply with the practices set out in the
“Principles of Good Laboratory Practice” that are current at
the time the test data are developed. The Principles are set out
10448-09-6 S’
1. Toute activité mettant en cause, au cours d’une année civile,
plus de 100 kg de la substance Cyclotetrasiloxane,
heptamethylphenyl-.
2. Pour chaque nouvelle activité, les renseignements ci-après
doivent être fournis au ministre au moins 90 jours avant que la
quantité de la substance n’excède 100 kg au cours d’une année
civile :
a) la description de la nouvelle activité proposée à l’égard de
la substance;
b) les renseignements prévus la l’annexe 4 du Règlement sur
les renseignements concernant les substances nouvelles
(substances chimiques et polymères);
c) les renseignements prévus à l’article 2, paragraphes 3a), b),
e) et f), articles 4 et 6 à 9 de l’annexe 5 du Règlement;
(i) les renseignements prévus aux paragraphes 3a), b), e)
et f) de l’annexe 5 du Règlement doivent être issus d’une
étude expérimentale et exclure toute donnée de modélisation
ou autre;
(ii) les renseignements prévus au paragraphe 3f) doivent être
obtenus suivant les lignes directrices 123 : Coefficient de
partage (1-octanol/eau) : méthode par agitation lente
de l’Organisation de coopération et de développement
économique (OCDE);
d) les renseignements prévus à l’article 5 de l’annexe 6 du
Règlement;
e) les données d’essai et le rapport d’essai obtenus d’une étude
visant à déterminer l’adsorption-désorption relativement à la
substance et excluant les données de modélisation ou
autres;
f) les données d’essai et le rapport d’essai obtenus d’une étude
visant à déterminer le taux d’hydrolyse du produit chimique en
fonction du pH relativement à la substance et excluant les
données de modélisation ou autres et une identification des
produits de l’hydrolyse découlant de cette étude, le cas
échéant;
g) les données d’essai et le rapport d’essai obtenus des études
de toxicité suivantes relativement à la substance et excluant les
données de modélisation ou autres :
(i) essai de toxicité aigu pour les algues suivant les lignes
directrices 201 de l’OCDE : Algue, essais d’inhibition de la
croissance;
(ii) essai de toxicité aux premiers stades de la vie des truites
arc-en-ciel suivant les lignes directrices 210 de l’OCDE :
Poisson, essai de toxicité aux premiers stades de la vie;
(iii) essai de reproduction des poissons suivant les lignes
directrices 229 de l’OCDE : Essai à court terme de
reproduction des poissons;
(iv) essai de reproduction des daphnies suivant les lignes
directrices 211 de l’OCDE : Daphnia magna, essai de
reproduction;
(v) essai de toxicité des sédiments suivant les lignes
directrices 218 de l’OCDE : Essai de toxicité sur les
chironomes dans un système eau-sédiment chargé;
h) essai de toxicité à doses répétées sur les mammifères pour
une durée minimale de 28 jours, administrées oralement
suivant les lignes directrices 422 de l’OCDE : Etude combinée
de toxicité à doses répétées et de dépistage de la toxicité pour
la reproduction et le développement.
3. a) Pour plus de certitude, les conditions à respecter et les
procédures d’essai à suivre dans le cadre de l’élaboration des
données d’essai pour la substance afin de se conformer aux
exigences relatives aux renseignements de l’article 2 doivent
également respecter les conditions et les procédures énoncées
dans les lignes directrices d’essai de l’OCDE en vigueur lors
de l’élaboration des données d’essais. Les lignes directrices
sont décrites à l’annexe de la Décision du Conseil de l’OCDE
relative à l’acceptation mutuelle des données pour
l’évaluation des produits chimiques, adoptée par
l’Organisation de coopération et de développement
économique le 12 mai 1981;
b) pour plus de certitude et sous réserve du paragraphe 3c), les
pratiques de laboratoire à suivre dans le cadre de l’élaboration
des données pour les essais suivants doivent être conformes
aux pratiques énoncées dans les « Principes de bonne pratique
2534
Canada Gazette Part I
October 2, 2010
Column 1
Column 2
Colonne 1
Colonne 2
Substance
Significant New Activity for which substance is subject to
subsection 81(3) of the Act
Substance
Nouvelle activité pour laquelle la substance est assujettie au
paragraphe 81(3) de la Loi
de laboratoire » en vigueur au moment de l’élaboration des
données d’essai. Les Principes sont énoncés à l’annexe 2 de la
Décision du Conseil de l’OCDE relative à l’acceptation
mutuelle des données pour l’évaluation des produits
chimiques, adoptée par l’Organisation de coopération et de
développement économique le 12 mai 1981 :
(i) essai de toxicité aigu pour les algues,
(ii) essai de toxicité aux premiers stades de la vie des truites
arc-en-ciel d’une durée suffisante pour atteindre des charges
corporelles à l’état stationnaire,
(iii) essai de reproduction des poissons,
(iv) essai de reproduction des daphnies;
in Annex 2 of the OECD Decision of the Council Concerning
the Mutual Acceptance of Data in the Assessment of
Chemicals, adopted by the Organisation for Economic
Co-operation and Development on May 12, 1981:
(i) acute algae toxicity test,
(ii) early-life stage toxicity test with rainbow trout of
sufficient duration to achieve steady-state body burdens,
(iii) fish reproduction test, and
(iv) daphnia reproduction test; and
(c) if the test was commenced or completed before the day on
which this notice comes into force, the laboratory practices
must be consistent with those referred to in subsection 3(a).
c) si l’essai a débuté ou a pris fin avant la journée où cet avis est
entré en vigueur, les pratiques de laboratoire doivent être
conformes à celles mentionnées au paragraphe 3a).
4. Les renseignements qui précèdent seront évalués dans les
90 jours suivant leur réception par le ministre.
4. The above information will be assessed within 90 days after
the day on which it is received by the Minister.
40615-36-9 S’
64111-81-5 S’
1. Any activity involving, in any one calendar year, more than
100 kg of the substance Benzene, 1,1′(chlorophenylmethylene)bis[4-methoxy-.
40615-36-9 S’
2. For each significant new activity, the following information
must be provided to the Minister at least 90 days before the day
on which the quantity of the substance exceeds 100 kg in any
one calendar year:
2. Pour chaque nouvelle activité, les renseignements ci-après
doivent être fournis au ministre au moins 90 jours avant que la
quantité de la substance n’excède 100 kg au cours d’une année
civile :
(a) a description of the proposed new activity in relation to the
substance; and
(b) the information specified in Schedule 6 to the New
Substances Notification Regulations (Chemicals and
Polymers).
3. The above information will be assessed within 90 days after
the day on which it is received by the Minister.
a) la description de la nouvelle activité proposée à l’égard de
la substance;
b) les renseignements prévus à l’annexe 6 du Règlement sur
les renseignements concernant les substances nouvelles
(substances chimiques et polymères).
3. Les renseignements qui précèdent seront évalués dans les
90 jours suivant leur réception par le ministre.
1. Any activity involving, in any one calendar year, more than
100 kg of the substance Phenol, 2-phenoxy-, trichloro deriv.
64111-81-5 S’
1. Toute activité mettant en cause, au cours d’une année civile,
plus de 100 kg de la substance Phenol, 2-phenoxy-, trichloro
deriv.
2. Pour chaque nouvelle activité, les renseignements ci-après
doivent être fournis au ministre au moins 90 jours avant que la
quantité de la substance n’excède 100 kg au cours d’une année
civile :
a) la description de la nouvelle activité proposée à l’égard de
la substance;
b) les renseignements prévus à l’annexe 6 du Règlement sur
les renseignements concernant les substances nouvelles
(substances chimiques et polymères).
3. Les renseignements qui précèdent seront évalués dans les
90 jours suivant leur réception par le ministre.
69430-47-3 S’
1. Toute activité mettant en cause, au cours d’une année civile,
plus de 100 kg de la substance Dimethylsiloxanes et silicones,
produits de reaction avec des (methyl)hydrogenosiloxanes et le
1,1,3,3-tetramethyldisiloxane.
2. For each significant new activity, the following information
must be provided to the Minister at least 90 days before the day
on which the quantity of the substance exceeds 100 kg in any
one calendar year:
(a) a description of the proposed new activity in relation to the
substance; and
(b) the information specified in Schedule 6 to the New
Substances Notification Regulations (Chemicals and
Polymers).
3. The above information will be assessed within 90 days after
the day on which it is received by the Minister.
69430-47-3 S’
1. Toute activité mettant en cause, au cours d’une année civile,
plus de 100 kg de la substance 1,1′(Chlorophenylmethylene)bis[4-methoxybenzene].
1. Any activity involving, in any one calendar year, more
than 100 kg of the substance Siloxanes and Silicones, di-Me,
reaction products with Me hydrogen siloxanes and
1,1,3,3-tetramethyldisiloxane.
2. For each significant new activity, the following information
must be provided to the Minister at least 90 days before the day
on which the quantity of the substance exceeds 100 kg in any
one calendar year:
2. Pour chaque nouvelle activité, les renseignements ci-après
doivent être fournis au ministre au moins 90 jours avant que la
quantité de la substance n’excède 100 kg au cours d’une année
civile :
(a) a description of the proposed new activity in relation to the
substance; and
(b) the information specified in Schedule 6 to the New
Substances Notification Regulations (Chemicals and
Polymers).
3. The above information will be assessed within 90 days after
the day on which it is received by the Minister.
a) la description de la nouvelle activité proposée à l’égard de
la substance;
b) les renseignements prévus à l’annexe 6 du Règlement sur
les renseignements concernant les substances nouvelles
(substances chimiques et polymères).
3. Les renseignements qui précèdent seront évalués dans les
90 jours suivant leur réception par le ministre.
125328-28-1 S’ 1. Any activity involving, in any one calendar year, more than
100 kg of the substance Phenol, 4,4 -(1-methylethylidene)bis-,
reaction products with hexakis(methoxymethyl)melamine.
2. For each significant new activity, the following information
must be provided to the Minister at least 90 days before the day
on which the quantity of the substance exceeds 100 kg in any
one calendar year:
(a) a description of the proposed new activity in relation to the
substance; and
125328-28-1 S’ 1. Toute activité mettant en cause, au cours d’une année civile,
plus de 100 kg de la substance 4,4′-Isopropylidenediphenol,
produits de reaction avec l’hexakis(methoxymethyl)melamine.
2. Pour chaque nouvelle activité, les renseignements ci-après
doivent être fournis au ministre au moins 90 jours avant que la
quantité de la substance n’excède 100 kg au cours d’une année
civile :
a) la description de la nouvelle activité proposée à l’égard de
la substance;
Le 2 octobre 2010
Gazette du Canada Partie I
2535
Column 1
Column 2
Colonne 1
Colonne 2
Substance
Significant New Activity for which substance is subject to
subsection 81(3) of the Act
Substance
Nouvelle activité pour laquelle la substance est assujettie au
paragraphe 81(3) de la Loi
(b) the information specified in Schedule 6 to the New
Substances Notification Regulations (Chemicals and
Polymers).
3. The above information will be assessed within 90 days after
the day on which it is received by the Minister.
b) les renseignements prévus à l’annexe 6 du Règlement sur
les renseignements concernant les substances nouvelles
(substances chimiques et polymères).
3. Les renseignements qui précèdent seront évalués dans les
90 jours suivant leur réception par le ministre.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
3. The Order would come into force on the day on which it
is registered.
3. L’arrêté entrerait en vigueur à la date de son
enregistrement.
[40-1-o]
[40-1-o]
NOTICE OF VACANCY
AVIS DE POSTE VACANT
CANADIAN CENTRE FOR OCCUPATIONAL HEALTH
AND SAFETY
CENTRE CANADIEN D’HYGIÈNE ET DE SÉCURITÉ
AU TRAVAIL
President (full-time position)
Président (poste à plein temps)
Salary: $122,600–$144,300
Location: Hamilton, Ontario
Rémunération : De 122 600 $ à 144 300 $
Lieu : Hamilton (Ontario)
The Canadian Centre for Occupational Health and Safety
(CCOHS) was created in 1978 as a national resource to collect
and disseminate information and best practices in the area of occupational health and safety (OHS). The CCOHS promotes and
facilitates consultation and cooperation among federal, provincial
and territorial jurisdictions as well as participation by labour,
employers and other stakeholders in the establishment and maintenance of high OHS standards and initiatives for Canadians.
Le Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail
(CCHST) a été créé en 1978, à titre de ressource nationale, afin
de recueillir et de diffuser de l’information et des pratiques exemplaires dans le domaine de la santé et de la sécurité au travail. Le
CCHST promeut et favorise la consultation et la collaboration
entre les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux ainsi
que la participation des organismes représentant les travailleurs,
des employeurs et d’autres partenaires à l’établissement et au
maintien de normes élevées et d’initiatives relatives à la santé et à
la sécurité au travail pour les Canadiens.
Le CCHST est régi par un conseil tripartite composé de représentants des travailleurs, des employeurs et des gouvernements.
Le Conseil des gouverneurs veille à ce que le CCHST soit toujours une source d’information indépendante, impartiale et fiable
pour les employeurs, les travailleurs et les gouvernements. Le
CCHST agit en tant qu’établissement public indépendant qui relève du Parlement par l’entremise du ministre du Travail.
C’est par un vaste éventail de produits et de services que le
CCHST remplit son mandat, celui de promouvoir l’hygiène et la
sécurité au travail. Ces produits et services sont conçus en collaboration avec des organismes de santé et de sécurité au travail
nationaux et internationaux, l’accent étant mis sur la prévention
des maladies, des blessures et des décès.
Le rôle du président est de promouvoir le droit fondamental des
Canadiens à un milieu de travail sain et sécuritaire, de gérer et de
diriger efficacement l’institution et de coopérer directement avec
le Conseil des gouverneurs afin d’identifier et de promouvoir les
priorités stratégiques. Le président agit à titre de chef de la direction de l’organisation et, à cet effet, assume la supervision et la
direction du travail et des employés du Centre, et préside le
Conseil exécutif.
Les candidats doivent détenir un diplôme décerné par une université reconnue dans un domaine d’études pertinent ou un agencement équivalent d’études, de formation professionnelle et d’expérience dans une ou plusieurs des disciplines connexes à la santé
et à la sécurité au travail. Un diplôme universitaire de deuxième
ou de troisième cycle dans une discipline connexe constituerait un
atout.
The CCOHS is governed by a tripartite Council with representation from labour, business, and governments. The Council of
Governors helps ensure that CCOHS remains a trusted source of
unbiased information for employers, workers and governments.
The CCOHS functions as a departmental corporation and is accountable to Parliament through the Minister of Labour.
The CCOHS fulfils its mandate to promote workplace health
and safety through a wide range of products and services. These
products and services are designed in cooperation with national
and international OHS organizations with an emphasis on preventing illnesses, injuries and fatalities.
The role of the President is to promote the fundamental right of
Canadians to a healthy and safe working environment, to effectively manage and lead the institution, and to work closely with
the Council of Governors to identify and advance strategic priorities. The President also acts as chief executive officer of the
organization. In this capacity, he/she has supervision over and
direction of the work and staff of the Centre and is also the chairperson of the executive board.
Candidates must possess a degree from a recognized university
in a relevant field of study or a combination of equivalent education, job-related training and experience in one or more relevant
disciplines related to the field of OHS. A graduate degree in a
relevant discipline would be an asset.
2536
Canada Gazette Part I
Candidates should possess excellent leadership and managerial
abilities and should have the ability to devise innovative and effective solutions for a broad range of OHS needs. The ability to
provide intellectual and strategic organizational leadership in
order to help an institution develop and promote its vision and to
define its objectives and strategies is required, as are superior
communication skills (written and oral) with the ability to act as
spokesperson in dealing with stakeholders, media, public institutions, governments, the public, and other organizations. Candidates must also be able to lead the organization, its stakeholders
and other significant organizations to advance occupational health
and safety in Canada.
Candidates must also have executive-level leadership and management experience in a private or public sector organization,
including managing human and financial resources. They should
also have experience in dealing with senior-level officials in the
federal, provincial and territorial governments as well as experience developing and fostering productive relationships with nongovernmental organizations and stakeholders. They must also
have experience in the identification, development and marketing
of new revenue generating or cost recovery business lines.
Candidates should have knowledge of the mandate and role of
CCOHS in addition to knowledge of national and international
OHS laws, standards, policies and best practices. Significant
technical expertise in the field of OHS is required. Knowledge of
the public policy environment and processes would be an asset.
Candidates must possess tact and discretion, be fair and impartial and adhere to high ethical standards. Sound judgment, integrity and superior interpersonal skills are also required.
Proficiency in both official languages would be strongly
preferred.
The chosen candidate must be willing to relocate to Hamilton,
Ontario. He/she must also be willing to travel throughout Canada
and internationally, to conduct and attend meetings with a variety
of stakeholders.
The Government is committed to ensuring that its appointments are representative of Canada’s regions and official languages, as well as of women, Aboriginal peoples, disabled persons and visible minorities.
The selected candidate must comply with the Ethical Guidelines for Public Office Holders and the Guidelines for the Political Activities of Public Office Holders. The guidelines are available on the Governor in Council Appointments Web site under
“Reference Material,” at www.appointments-nominations.gc.ca.
The selected candidate will be subject to the Conflict of Interest
Act. Public office holders appointed on a full-time basis must
submit to the Office of the Conflict of Interest and Ethics Commissioner, within 60 days of appointment, a Confidential Report
in which they disclose all of their assets, liabilities and outside
activities. For more information please visit the Office of the
Conflict of Interest and Ethics Commissioner’s Web site at
http://ciec-ccie.gc.ca.
October 2, 2010
Les candidats devraient posséder d’excellentes aptitudes en
leadership et en gestion et devraient être capables de concevoir
des solutions efficaces et novatrices répondant à un large éventail
de besoins en matière de santé et de sécurité au travail. La capacité de fournir un leadership stratégique et intellectuel afin d’aider
l’organisation à développer et à promouvoir sa vision et à définir
ses objectifs et stratégies est requise. Les candidats doivent également posséder des compétences supérieures en communication
(écrite et orale) et être capables d’agir à titre de porte-parole auprès des intervenants, des médias, des établissements publics, des
gouvernements, du public et d’autres organismes. Les candidats
doivent être capables de mener l’organisation, ses intervenants et
les autres organismes importants pour faire progresser la santé et
la sécurité au travail au Canada.
Les candidats doivent posséder une expérience de leadership et
de gestion au niveau de la haute direction d’un organisme du secteur privé ou public, notamment de la gestion des ressources humaines et financières. Ils doivent également justifier d’une expérience de travail avec des hauts fonctionnaires des gouvernements
fédéral, provinciaux et territoriaux, ainsi que d’une expérience de
l’établissement et du maintien de relations productives avec des
organismes et des partenaires non gouvernementaux. Ils doivent
aussi avoir acquis une expérience de l’identification, du développement et du marketing de nouveaux secteurs d’activité permettant de générer des recettes et de recouvrer des coûts.
Les candidats devraient connaître le mandat et le rôle du
CCHST, en plus des lois, normes, politiques et pratiques exemplaires nationales et internationales en matière de santé et de
sécurité au travail. Une expertise technique importante dans le
domaine de la santé et de la sécurité au travail est requise. La
connaissance de l’environnement et des processus en matière de
politiques publiques constituerait un atout.
Les candidats doivent faire preuve de tact, de discrétion,
d’équité et d’impartialité, et se conformer à des normes éthiques
élevées. Un bon jugement, de l’intégrité et d’excellentes compétences en relations interpersonnelles sont également requis.
La maîtrise des deux langues officielles est fortement préférable.
La personne choisie doit accepter de déménager à Hamilton, en
Ontario. Elle doit également être disposée à voyager d’un bout à
l’autre du Canada et à l’étranger, afin de diriger des réunions avec
divers partenaires, ou d’assister à de telles réunions.
Le gouvernement est déterminé à faire en sorte que ses nominations soient représentatives des régions du Canada et de ses
langues officielles, ainsi que des femmes, des Autochtones, des
personnes handicapées et des minorités visibles.
La personne sélectionnée doit se conformer aux Lignes directrices en matière d’éthique à l’intention des titulaires de charge
publique et aux Lignes directrices régissant les activités politiques des titulaires de charge publique. Ces lignes directrices sont
affichées sur le site Web des Nominations par le gouverneur en
conseil sous « Documents de référence », à l’adresse suivante :
www.appointments-nominations.gc.ca.
La personne sélectionnée sera assujettie à la Loi sur les conflits
d’intérêts. Les titulaires de charge publique nommés à temps
plein doivent soumettre au Commissariat aux conflits d’intérêts et
à l’éthique, dans les 60 jours qui suivent la date de leur nomination, un rapport confidentiel dans lequel ils déclarent leurs biens
et exigibilités ainsi que leurs activités extérieures. Pour plus d’information, veuillez consulter le site Web du Commissariat aux
conflits d’intérêts et à l’éthique à l’adresse suivante : http://ciecccie.gc.ca.
Le 2 octobre 2010
Gazette du Canada Partie I
This notice has been placed in the Canada Gazette to assist the
Governor in Council in identifying qualified candidates for this
position. It is not, however, intended to be the sole means of
recruitment.
Additional detail about CCOHS and its activities can be found
on its Web site at www.ccohs.ca.
Interested candidates should forward their curriculum vitae
by October 19, 2010, to the Assistant Secretary to the Cabinet
(Senior Personnel), Privy Council Office, 59 Sparks Street,
1st Floor, Ottawa, Ontario K1A 0A3, 613-957-5006 (fax),
GICA-NGEC@bnet.pco-bcp.gc.ca (email).
Bilingual notices of vacancies will be produced in an alternative format (audio cassette, diskette, Braille, large print, etc.)
upon request. For further information, please contact Publishing and Depository Services, Public Works and Government
Services Canada, Ottawa, Ontario K1A 0S5, 613-941-5995 or
1-800-635-7943.
2537
Cette annonce paraît dans la Gazette du Canada afin de permettre au gouverneur en conseil de trouver des personnes qualifiées pour ce poste. Cependant, le recrutement ne se limite pas à
cette seule façon de procéder.
Vous pourrez trouver d’autres renseignements sur le CCHST et
sur ses activités sur son site Web, à l’adresse suivante :
www.cchst.ca.
Les personnes intéressées doivent faire parvenir leur curriculum vitæ, au plus tard le 19 octobre 2010, à la Secrétaire adjointe
du Cabinet (Personnel supérieur), Bureau du Conseil privé,
59, rue Sparks, 1er étage, Ottawa (Ontario) K1A 0A3, par télécopieur, au 613-957-5006, ou par courriel, à GICA-NGEC@bnet.
pco-bcp.gc.ca.
Les avis de postes vacants sont disponibles sur demande, dans
les deux langues officielles en média substitut (audio-cassette,
disquette, braille, imprimé à gros caractères, etc.). Pour obtenir de
plus amples renseignements, veuillez communiquer avec les Éditions et Services de dépôt, Travaux publics et Services gouvernementaux Canada, Ottawa (Ontario) K1A 0S5, 613-941-5995 ou
1-800-635-7943.
[40-1-o]
[40-1-o]
NOTICE OF VACANCY
AVIS DE POSTE VACANT
OFFICE OF THE AUDITOR GENERAL OF CANADA
BUREAU DU VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL DU CANADA
Auditor General of Canada (full-time position)
Vérificateur général du Canada (poste à temps plein)
Salary: $322,900
Location: National Capital Region
Salaire : 322 900 $
Lieu : Région de la capitale nationale
The Auditor General of Canada is an Officer of Parliament
who is independent of the government of the day. The Auditor
General audits federal government departments and agencies,
most Crown corporations, and many other federal organizations,
and reports publicly to the House of Commons on matters that the
Auditor General believes should be brought to its attention. The
Auditor General of Canada is also the auditor for the territorial
governments and reports directly to their legislative assemblies.
The Auditor General’s powers and responsibilities are set forth in
the Auditor General Act, the Financial Administration Act and a
number of other statutes passed by Parliament.
Le vérificateur général du Canada est un haut fonctionnaire du
Parlement qui ne relève pas du gouvernement en place. Il vérifie
les ministères et les organismes fédéraux, la plupart des sociétés
d’État et de nombreuses autres organisations fédérales. Il signale,
publiquement, à la Chambre des communes, des questions qui,
selon lui, devraient être portées à son attention. Le vérificateur
général du Canada effectue également la vérification des gouvernements territoriaux et présente ses rapports directement à leur
assemblée législative. Les responsabilités et les pouvoirs du vérificateur général sont énoncés dans la Loi sur le vérificateur général, la Loi sur la gestion des finances publiques et d’autres lois
adoptées par le Parlement.
La fonction publique du Canada et la façon dont elle sert les
Canadiens ont changé au cours de la dernière décennie. La société
canadienne et la situation mondiale ont évolué, au même titre que
les attentes envers la fonction publique. L’un des changements les
plus notables a été l’accroissement de la responsabilité des politiciens et des fonctionnaires. Depuis l’adoption de la Loi fédérale
sur la responsabilité en 2006, les sous-ministres sont les administrateurs des comptes désignés de leur organisation. Par ailleurs,
l’établissement de comités de vérification des ministères et organismes (CVMO) est une importante modification apportée à la
gouvernance, puisque chaque ministère et organisme fédéral dispose maintenant de comités indépendants de vérification.
La personne retenue devra posséder un diplôme d’une université reconnue, de préférence avec spécialisation en comptabilité, et
être un comptable agréé et un vérificateur hautement qualifié et
expérimenté. La personne sélectionnée devra avoir de l’expérience des pratiques de la vérification d’organisations complexes,
telles que l’attestation, l’optimisation des ressources et l’optimisation de la gestion des ressources humaines. Un leadership démontré et une expérience de gestion au niveau de la haute direction
dans une grande organisation complexe du secteur privé ou public
The Public Service of Canada and how it serves Canadians has
changed in the last decade. As Canadian society and the broader
global context have evolved, so have the expectations placed
upon the public service. One of the most significant changes has
been the move for clearer accountabilities for both politicians and
public servants. With the introduction of the Federal Accountability Act in 2006, deputy ministers are designated accounting officers for their organizations. In addition, the establishment of the
Department and Agency Audit Committees (DAAC) is an important governance change, as each federal department and agency
now has independent audit committees.
The successful candidate should have a degree from a recognized university, preferably with a specialization in accounting,
and should be a highly competent, seasoned chartered accountant
and auditor. The preferred candidate should possess experience in
auditing complex organizations including attest audits and value
for money audits and human resources management optimization.
Proven leadership and management experience at the senior
executive level, in large, complex private or public sector organizations, with demonstrated success in strategic management and
2538
Canada Gazette Part I
organizational change, particularly in circumstances where financial and/or human resources constraints are major factors, are
required.
The selected candidate should have a good understanding of
the role, responsibilities and policies of the Office of the Auditor
General and its relationship to Parliament and Government, as
well as the Canadian Parliamentary system, how Government
operates, the roles and responsibilities of Deputy Heads, and the
management environment within the Public Service. Knowledge
of current Canadian and international developments within the
accounting and auditing fields, including International Financial
Reporting Standards (IFRS) and International Standards on
Auditing (ISA) and the implication for governments and Crown
corporations, as well as the experiences of other jurisdictions with
practices such as accrual-based appropriations and environmental
auditing, is necessary. The ideal candidate should have a good
understanding of the legal framework governing financial management in the federal government, including the role of the Financial Administration Act and Parliamentary appropriations. An
appreciation of the actions taken by the Government of Canada to
strengthen the management framework and the implications for
financial management is essential.
The suitable candidate should possess demonstrated strong analytical and managerial skills as well as the ability to understand
and respond strategically and reasonably to complex situations
and multiple interests. In addition to being able to evaluate and
measure results, and to identify, analyze and propose long-term
strategies, the successful candidate should have the ability to
anticipate the short- and long-term implications of his/her actions
and strategies. The ability to work constructively and collegially
with multiple stakeholders, such as Parliamentarians and the Public Service, as well as the ability to communicate effectively, in
writing and orally (with the requisite self-confidence and presence of mind), is required.
The chosen candidate will demonstrate decisiveness, as well as
have integrity, tact, sound judgement, and organizational awareness. He/she will be a visionary with strong professional ethics
and strong interest in public service. Being a team player, he/she
will also be action-oriented and will possess a constructive
approach.
Proficiency in both official languages is essential.
The successful candidate must be prepared to relocate to the
National Capital Region or to a location within reasonable commuting distance and must be prepared to travel as required across
Canada and abroad.
The Government is committed to ensuring that its appointments are representative of Canada’s regions and official languages, and reflect the diversity of Canada’s population.
The preferred candidate must comply with the Ethical Guidelines for Public Office Holders and the Guidelines for the Political Activities of Public Office Holders. The guidelines are available on the Governor in Council Appointments Web site, under
“Reference Material,” at www.appointments-nominations.gc.ca.
The selected candidate will be subject to the Conflict of Interest
Act. Public office holders appointed on a full-time basis must
submit to the Office of the Conflict of Interest and Ethics Commissioner, within 60 days of appointment, a Confidential Report
in which they disclose all of their assets, liabilities and outside
October 2, 2010
ainsi qu’une expérience fructueuse de la gestion stratégique et des
changements organisationnels, en particulier dans des circonstances où les contraintes financières et/ou les compressions d’effectifs sont des facteurs importants, sont exigés.
La personne sélectionnée devra aussi avoir une bonne compréhension du rôle, des responsabilités et des politiques du Bureau
du vérificateur général, ainsi que de ses rapports avec le Parlement et le gouvernement, et être familier avec le système parlementaire canadien, les rouages du gouvernement, le rôle et les
responsabilités des administrateurs généraux et l’environnement
de gestion de la fonction publique. La connaissance des tendances
actuelles à l’échelle nationale et internationale en comptabilité et
en vérification, notamment les Normes internationales d’information financière (IFRS) et les Normes internationales d’audit
(normes ISA) et ce qu’elles impliquent pour les gouvernements et
les sociétés d’État, ainsi que l’expérience que possèdent d’autres
administrations des pratiques de l’affectation de crédits suivant la
comptabilité d’exercice et de la vérification environnementale, est
nécessaire. La personne idéale devra posséder une bonne compréhension du cadre juridique applicable à la gestion des finances de
l’administration fédérale, en particulier le rôle de la Loi sur la
gestion des finances publiques et les crédits parlementaires. La
connaissance des mesures prises par le gouvernement du Canada
afin de renforcer le cadre de gestion, et de ce qu’elles impliquent
pour la gestion financière, est essentielle.
La personne recherchée devra faire preuve d’une grande capacité d’analyse et de gestion et devra posséder la capacité de comprendre des situations complexes et des intérêts divers et de réagir
de manière stratégique et raisonnable. En plus de pouvoir évaluer
et calculer les résultats, d’identifier, d’analyser et de suggérer des
stratégies à long terme, la personne retenue devra être capable de
prévoir les conséquences à court et à long terme de ses actes et
stratégies. La capacité de travailler de manière constructive et
concertée avec divers intervenants tels les parlementaires et la
fonction publique ainsi que la capacité de communiquer de façon
efficace, par écrit et de vive voix (avec la confiance en soi et la
présence d’esprit qui s’imposent) sont exigées.
La personne choisie possèdera un esprit de décision et un bon
jugement, fera preuve d’intégrité et de tact, et se montrera sensible aux attentes de l’organisation. Elle sera un visionnaire avec
une grande éthique professionnelle et un intérêt marqué pour le
service à la collectivité. Ayant l’esprit d’équipe, elle possédera
une prédisposition à l’action et une approche constructive.
La maîtrise des deux langues officielles est essentielle.
La personne retenue doit être prête à déménager dans la région
de la capitale nationale ou dans une localité située à une distance
raisonnable et doit consentir à voyager dans l’ensemble du Canada et à l’étranger à l’occasion.
Le gouvernement est déterminé à faire en sorte que ses nominations soient représentatives des régions du Canada et de ses
langues officielles et reflètent la diversité de la population
canadienne.
La personne sélectionnée doit se conformer aux Lignes directrices en matière d’éthique à l’intention des titulaires de charge
publique et aux Lignes directrices régissant les activités politiques des titulaires de charge publique. Vous pouvez consulter ces
lignes directrices sur le site Web des Nominations par le gouverneur en conseil, sous « Documents de référence », à l’adresse
suivante : www.appointments-nominations.gc.ca.
La personne sélectionnée sera assujettie à la Loi sur les conflits
d’intérêts. Les titulaires de charge publique nommés à temps
plein doivent soumettre au Commissariat aux conflits d’intérêts et
à l’éthique, dans les 60 jours qui suivent la date de leur nomination, un rapport confidentiel dans lequel ils déclarent leurs biens
Le 2 octobre 2010
Gazette du Canada Partie I
activities. For more information, please visit the Office of the
Conflict of Interest and Ethics Commissioner’s Web site at
http://ciec-ccie.gc.ca.
This notice has been placed in the Canada Gazette to assist the
Governor in Council in identifying qualified candidates for this
position. It is not, however, intended to be the sole means of
recruitment.
Further details about the organization and its activities can be
found on its Web site at www.oag-bvg.gc.ca.
Interested candidates should forward their curriculum vitae to
michelle.richard@odgersberndtson.ca. To discuss the opportunity, please call Michelle Richard, at 613-749-9909.
Bilingual notices of vacancies will be produced in an alternative format (audio cassette, diskette, Braille, large print, etc.)
upon request. For further information, please contact Publishing and Depository Services, Public Works and Government
Services Canada, Ottawa, Ontario K1A 0S5, 613-941-5995 or
1-800-635-7943.
[40-1-o]
2539
et exigibilités ainsi que leurs activités extérieures. Pour plus
d’information, veuillez consulter le site Web du Commissariat
aux conflits d’intérêts et à l’éthique à l’adresse suivante : http://
ciec-ccie.gc.ca.
Cette annonce paraît dans la Gazette du Canada afin de permettre au gouverneur en conseil de trouver des personnes qualifiées pour ce poste. Cependant, le recrutement ne se limite pas à
cette seule façon de procéder.
Vous pourrez trouver d’autres renseignements sur l’organisation et ses activités sur son site Web à l’adresse suivante :
www.oag-bvg.gc.ca.
Les personnes intéressées doivent faire parvenir leur curriculum vitæ à michelle.richard@odgersberndtson.ca. Pour discuter
de votre candidature, veuillez communiquer avec Michelle
Richard au 613-749-9909.
Les avis de postes vacants sont disponibles sur demande, dans
les deux langues officielles et en média substitut (audiocassette,
disquette, braille, imprimé à gros caractères, etc.). Pour obtenir de
plus amples renseignements, veuillez communiquer avec les Éditions et Services de dépôt, Travaux publics et Services gouvernementaux Canada, Ottawa (Ontario) K1A 0S5, 613-941-5995 ou
1-800-635-7943.
[40-1-o]
2540
Canada Gazette Part I
October 2, 2010
PARLIAMENT
PARLEMENT
HOUSE OF COMMONS
CHAMBRE DES COMMUNES
Third Session, Fortieth Parliament
Troisième session, quarantième législature
PRIVATE BILLS
PROJETS DE LOI D’INTÉRÊT PRIVÉ
Standing Order 130 respecting notices of intended applications
for private bills was published in the Canada Gazette, Part I, on
February 27, 2010.
For further information, contact the Private Members’ Business
Office, House of Commons, Centre Block, Room 134-C, Ottawa,
Ontario K1A 0A6, 613-992-6443.
L’article 130 du Règlement relatif aux avis de demande de projets de loi d’intérêt privé a été publié dans la Partie I de la Gazette
du Canada du 27 février 2010.
Pour obtenir d’autres renseignements, prière de communiquer
avec le Bureau des affaires émanant des députés, Chambre des
communes, Édifice du Centre, Pièce 134-C, Ottawa (Ontario)
K1A 0A6, 613-992-6443.
La greffière de la Chambre des communes
AUDREY O’BRIEN
AUDREY O’BRIEN
Clerk of the House of Commons
CHIEF ELECTORAL OFFICER
DIRECTEUR GÉNÉRAL DES ÉLECTIONS
CANADA ELECTIONS ACT
LOI ÉLECTORALE DU CANADA
Deregistration of a registered electoral district association
Radiation d’une association de circonscription enregistrée
On application by the electoral district association, in accordance with subsection 403.2(1) of the Canada Elections Act, the
“Egmont Federal Green Party Association” is deregistered, effective October 31, 2010.
September 16, 2010
FRANÇOIS BERNIER
Deputy Chief Electoral Officer
Political Financing
Sur demande de l’association de circonscription, conformément
au paragraphe 403.2(1) de la Loi électorale du Canada, l’association « Egmont Federal Green Party Association » est radiée. La
radiation prend effet le 31 octobre 2010.
Le 16 septembre 2010
Le sous-directeur général des élections
Financement politique
FRANÇOIS BERNIER
[40-1-o]
[40-1-o]
CHIEF ELECTORAL OFFICER
DIRECTEUR GÉNÉRAL DES ÉLECTIONS
CANADA ELECTIONS ACT
LOI ÉLECTORALE DU CANADA
Deregistration of registered electoral district associations
Radiation d’associations de circonscription enregistrées
As a result of the failure to comply with the obligations of sections 403.17 and 403.21(1) of the Canada Elections Act, the following associations are deregistered, pursuant to sections 403.18
and 403.21(4) of the Act, effective October 31, 2010.
Association du Parti conservateur Bourassa
Compton—Stanstead Federal Green Party Association
L’Association du Parti Vert du Canada de Portneuf—
Jacques-Cartier
L’Association du Parti Vert du Canada de Rosemont—
La Petite-Patrie
Peace River Federal Green Party Association
Windsor West Federal Green Party Association
MARC MAYRAND
Chief Electoral Officer
Par suite du défaut de remplir leurs obligations en vertu des articles 403.17 et 403.21(1) de la Loi électorale du Canada, les
associations suivantes sont radiées, en vertu des articles 403.18 et
403.21(4) de la Loi. La radiation prend effet le 31 octobre 2010.
Association du Parti conservateur Bourassa
Association fédérale du Parti Vert du Canada de la
circonscription de Compton—Stanstead
L’Association du Parti Vert du Canada de Portneuf—
Jacques-Cartier
L’Association du Parti Vert du Canada de Rosemont—
La Petite-Patrie
Peace River Federal Green Party Association
Windsor West Federal Green Party Association
Le 17 septembre 2010
Le directeur général des élections
MARC MAYRAND
[40-1-o]
[40-1-o]
September 17, 2010
Le 2 octobre 2010
Gazette du Canada Partie I
2541
CHIEF ELECTORAL OFFICER
DIRECTEUR GÉNÉRAL DES ÉLECTIONS
CANADA ELECTIONS ACT
LOI ÉLECTORALE DU CANADA
Deregistration of registered electoral district associations
Radiation d’associations de circonscription enregistrées
As a result of the failure to comply with the obligations of sections 403.17, 403.35 and 403.21(1) of the Canada Elections Act,
the following associations are deregistered, pursuant to sections 403.18, 403.19 and 403.21(4) of the Act, effective October 31, 2010.
Association libérale fédérale de Montcalm
Association de Québec du Parti Vert du Canada
Beauséjour Green Party Association
Humber—St. Barbe—Baie Verte Conservative Association
London West Progressive Canadian EDA
Yellowhead Federal Liberal Association
York—Simcoe PC Party Association
September 17, 2010
MARC MAYRAND
Chief Electoral Officer
Par suite du défaut de remplir leurs obligations en vertu des
articles 403.17, 403.35 et 403.21(1) de la Loi électorale du Canada, les associations suivantes sont radiées, en vertu des articles 403.18, 403.19 et 403.21(4) de la Loi. La radiation prend
effet le 31 octobre 2010.
Association libérale fédérale de Montcalm
Association de Québec du Parti Vert du Canada
Beauséjour Green Party Association
Humber—St. Barbe—Baie Verte Conservative Association
London West Progressive Canadian EDA
Yellowhead Federal Liberal Association
York—Simcoe PC Party Association
Le 17 septembre 2010
Le directeur général des élections
MARC MAYRAND
[40-1-o]
[40-1-o]
CHIEF ELECTORAL OFFICER
DIRECTEUR GÉNÉRAL DES ÉLECTIONS
CANADA ELECTIONS ACT
LOI ÉLECTORALE DU CANADA
Deregistration of registered electoral district associations
Radiation d’associations de circonscription enregistrées
As a result of the failure to comply with the obligations of sections 403.35 and 403.21(1) of the Canada Elections Act, the following associations are deregistered, pursuant to sections 403.19
and 403.21(4) of the Act, effective October 31, 2010.
Blackstrap Green Party of Canada EDA
Brampton—Springdale Federal Green Party Association
Burlington GPC EDA
Don Valley West Federal NDP Riding Association
Green Party of Canada – Western Arctic
Sackville—Eastern Shore Conservative Association
Tobique—Mactaquac Conservative Association
Vancouver Kingsway Federal Green Party Association
September 17, 2010
MARC MAYRAND
Chief Electoral Officer
Par suite du défaut de remplir leurs obligations en vertu des articles 403.35 et 403.21(1) de la Loi électorale du Canada, les
associations suivantes sont radiées, en vertu des articles 403.19 et
403.21(4) de la Loi. La radiation prend effet le 31 octobre 2010.
Blackstrap Green Party of Canada EDA
Brampton—Springdale Federal Green Party Association
Burlington GPC EDA
Don Valley West Federal NDP Riding Association
Green Party of Canada – Western Arctic
Sackville—Eastern Shore Conservative Association
Tobique—Mactaquac Conservative Association
Vancouver Kingsway Federal Green Party Association
Le 17 septembre 2010
Le directeur général des élections
MARC MAYRAND
[40-1-o]
[40-1-o]
2542
Canada Gazette Part I
October 2, 2010
COMMISSIONS
COMMISSIONS
CANADA BORDER SERVICES AGENCY
AGENCE DES SERVICES FRONTALIERS DU CANADA
SPECIAL IMPORT MEASURES ACT
LOI SUR LES MESURES SPÉCIALES D’IMPORTATION
Certain steel grating — Decision
Certains caillebotis en acier — Décision
On September 20, 2010, pursuant to subsection 31(1) of the
Special Import Measures Act, the President of the Canada Border
Services Agency (CBSA) initiated investigations into the alleged
injurious dumping and subsidizing of metal bar grating of carbon,
alloy, or stainless steel, consisting of load-bearing pieces and
cross pieces, produced as standard grating or heavy-duty grating,
in panel form, whether galvanized, painted, coated, clad or plated,
originating in or exported from the People’s Republic of China.
The goods in question are usually classified under the following Harmonized System classification numbers:
Le 20 septembre 2010, conformément au paragraphe 31(1) de
la Loi sur les mesures spéciales d’importation, le président de
l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) a ouvert des
enquêtes sur le présumé dumping et subventionnement dommageables des caillebotis en acier au carbone, en alliage d’acier ou
en acier inoxydable, composés de lames porteuses et de traverses,
de type standard ou extra-fort, sous forme de panneaux, qu’ils
soient galvanisés, peints, enduits, recouverts ou plaqués, originaires ou exportés de la République populaire de Chine.
Les marchandises en cause sont habituellement classées sous
les numéros de classement du Système harmonisé suivants :
7308.90.90.10
7308.90.90.20
7308.90.90.30
7308.90.90.40
7308.90.90.50
7308.90.90.10
7308.90.90.20
7308.90.90.30
7308.90.90.40
7308.90.90.50
7308.90.90.60
7308.90.90.91
7308.90.90.92
7308.90.90.93
7308.90.90.94
7308.90.90.95
7308.90.90.96
7308.90.90.99
7308.90.90.60
7308.90.90.91
7308.90.90.92
7308.90.90.93
7308.90.90.94
7308.90.90.95
7308.90.90.96
7308.90.90.99
The Canadian International Trade Tribunal (Tribunal) will
conduct a preliminary inquiry into the question of injury to the
Canadian industry. The Tribunal will make a decision within
60 days of the date of initiation. If the Tribunal concludes that the
evidence does not disclose a reasonable indication of injury, the
investigations will be terminated.
Le Tribunal canadien du commerce extérieur (Tribunal) mènera une enquête préliminaire sur la question de dommage causé à
l’industrie canadienne. Il rendra une décision à cet égard dans les
60 jours suivant l’ouverture des enquêtes. Si le Tribunal conclut
que les éléments de preuve n’indiquent pas, de façon raisonnable,
qu’un dommage a été causé, les enquêtes prendront fin.
Information
Renseignements
The Statement of Reasons regarding this decision will be
issued within 15 days and will be available on the CBSA’s
Web site at www.cbsa.gc.ca/sima or by contacting Ian Gallant
at 613-954-7186 or Gilles Bourdon at 613-954-7262 or by fax
at 613-948-4844.
L’Énoncé des motifs concernant cette décision sera publié d’ici
15 jours et il sera affiché sur le site Web de l’ASFC à l’adresse
suivante : www.asfc.gc.ca/lmsi. On peut aussi en obtenir une
copie en communiquant avec Gilles Bourdon par téléphone au
613-954-7262 ou par télécopieur au 613-948-4844.
Representations
Observations
Interested persons are invited to file written submissions presenting facts, arguments and evidence relevant to the alleged
dumping or subsidizing. Written submissions should be forwarded to the Canada Border Services Agency, Anti-dumping
and Countervailing Directorate, SIMA Registry and Disclosure
Unit, 11th Floor, 100 Metcalfe Street, Ottawa, Ontario K1A 0L8.
To be given consideration in these investigations, this information
should be received by October 27, 2010.
DANIEL GIASSON
Director General
Anti-dumping and Countervailing Directorate
Les personnes intéressées sont invitées à soumettre par écrit
tous les faits, arguments et éléments de preuve qu’elles jugent
pertinents en ce qui concerne le présumé dumping ou subventionnement. Les exposés écrits doivent être envoyés à l’Agence des
services frontaliers du Canada, Direction des droits antidumping
et compensateurs, Centre de dépôt et de communication des documents de la LMSI, 11e étage, 100, rue Metcalfe, Ottawa (Ontario) K1A 0L8. Nous devons recevoir ces renseignements d’ici le
27 octobre 2010 pour qu’ils soient pris en considération dans le
cadre de ces enquêtes.
Tous les renseignements présentés par les personnes intéressées
dans le cadre de ces enquêtes seront considérés comme publics à
moins qu’il ne soit clairement indiqué qu’ils sont confidentiels. Si
l’exposé d’une personne intéressée contient des renseignements
confidentiels, une version non confidentielle doit aussi être
présentée.
Ottawa, le 20 septembre 2010
Le directeur général
Direction des droits antidumping et compensateurs
DANIEL GIASSON
[40-1-o]
[40-1-o]
Any information submitted by interested persons concerning
these investigations will be considered public information unless
clearly marked confidential. When a submission is marked confidential, a non-confidential edited version of the submission also
must be provided.
Ottawa, September 20, 2010
Le 2 octobre 2010
Gazette du Canada Partie I
2543
CANADA BORDER SERVICES AGENCY
AGENCE DES SERVICES FRONTALIERS DU CANADA
SPECIAL IMPORT MEASURES ACT
LOI SUR LES MESURES SPÉCIALES D’IMPORTATION
Greenhouse bell peppers — Decision
Poivrons de serre — Décision
On September 20, 2010, the President of the Canada Border
Services Agency (CBSA) made a final determination of dumping,
pursuant to paragraph 41(1)(a) of the Special Import Measures
Act (SIMA), in respect of greenhouse bell peppers originating in
or exported from the Netherlands.
The goods in question are usually classified under the following Harmonized System classification number: 0709.60.90.10.
Le 20 septembre 2010, conformément à l’alinéa 41(1)a) de la
Loi sur les mesures spéciales d’importation (LMSI), le président
de l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) a rendu
une décision définitive de dumping des poivrons de serre originaires ou exportés des Pays-Bas.
Les marchandises en cause sont habituellement classées sous
le numéro de classement du Système harmonisé suivant :
0709.60.90.10.
Le Tribunal canadien du commerce extérieur (Tribunal) poursuit son enquête sur la question de dommage causé à la branche
de production nationale et rendra une ordonnance ou des conclusions d’ici le 19 octobre 2010. Des droits provisoires continueront
d’être perçus jusqu’à cette date.
Si le Tribunal détermine que le dumping a causé un dommage
ou menace de causer un dommage, les importations futures des
marchandises en cause seront assujetties à des droits antidumping
d’un montant égal à la marge de dumping établie pour les marchandises en cause. Dans ce cas, l’importateur au Canada doit
payer tous les droits imposés. La Loi sur les douanes s’applique,
incluant toute modification que les circonstances exigent, à
l’égard de la déclaration en détail et le paiement des droits
antidumping.
The Canadian International Trade Tribunal (Tribunal) is continuing its inquiry into the question of injury to the domestic industry and will make an order or finding by October 19, 2010.
Provisional duties will continue to apply until this date.
If the Tribunal finds that the dumping has caused injury or is
threatening to cause injury, future imports of subject goods will
be subject to anti-dumping duty equal to the margin of dumping
on the goods. In that event, the importer in Canada shall pay all
such duties. The Customs Act applies, with any modifications that
the circumstances require, with respect to the accounting and
payment of anti-dumping duty.
Information
Renseignements
The Statement of Reasons regarding this decision will be issued
within 15 days following the decision and will be available on the
CBSA’s Web site at www.cbsa-asfc.gc.ca/sima-lmsi or by contacting either Johnny Tong at 613-954-7350 or Danielle Newman
at 613-952-1963, or by fax at 613-948-4844.
DANIEL GIASSON
Director General
Anti-dumping and Countervailing Directorate
L’Énoncé des motifs portant sur cette décision sera émis dans
les 15 jours suivant la décision et il sera affiché sur le site Web de
l’ASFC à l’adresse suivante : www.cbsa-asfc.gc.ca/sima-lmsi. On
peut aussi en obtenir une copie en communiquant avec Danielle
Newman par téléphone au 613-952-1963, ou par télécopieur au
613-948-4844.
Ottawa, le 20 septembre 2010
Le directeur général
Direction des droits antidumping et compensateurs
DANIEL GIASSON
[40-1-o]
[40-1-o]
Ottawa, September 20, 2010
CANADA REVENUE AGENCY
AGENCE DU REVENU DU CANADA
INCOME TAX ACT
LOI DE L’IMPÔT SUR LE REVENU
Revocation of registration of charities
Révocation de l’enregistrement d’organismes de bienfaisance
The registered charities listed below have consolidated or
merged with other organizations and have requested that their
registration be revoked. Therefore, the following notice of intention to revoke has been sent to them, and is now being published
according to the requirements of the Income Tax Act:
“Notice is hereby given, pursuant to paragraph 168(1)(a) of the
Income Tax Act, that I propose to revoke the registration of the
charities listed below and that by virtue of paragraph 168(2)(a)
thereof, the revocation of the registration is effective on the
date of publication of this notice.”
Les organismes de bienfaisance enregistrés dont les noms figurent ci-dessous ont fusionné avec d’autres organismes et ont demandé que leur enregistrement soit révoqué. Par conséquent, le
Ministère leur a envoyé l’avis suivant qui est maintenant publié
conformément aux dispositions de la Loi de l’impôt sur le revenu :
« Avis est donné par les présentes que, conformément à l’alinéa 168(1)a) de la Loi de l’impôt sur le revenu, j’ai l’intention
de révoquer l’enregistrement des organismes de bienfaisance
mentionnés ci-dessous en vertu de l’alinéa 168(2)a) de cette loi
et que la révocation de l’enregistrement entre en vigueur à la
publication du présent avis. »
Business Number
Numéro d’entreprise
Name/Nom
Address/Adresse
107367013RR0001
107587065RR0001
107661449RR0001
118959659RR0001
LA FABRIQUE DE LA PAROISSE STE-MARGUERITE-MARIE-DE-MAGOG, MAGOG (QC)
LA FABRIQUE DE LA PAROISSE DE SAINT-PATRICE-DE-HINCHINBROOK, HINCHINBROOK (QC)
MANNING GOSPEL TABERNACLE, MANNING, ALTA.
HOLY CROSS LUTHERAN CHURCH, KIMBERLEY, B.C.
2544
Canada Gazette Part I
October 2, 2010
Business Number
Numéro d’entreprise
Name/Nom
Address/Adresse
130467335RR0001
132198862RR0001
132466640RR0001
863872933RR0001
889384061RR0001
890958267RR0001
891537649RR0001
LES RELIGIEUSES ADORATRICES DU PRÉCIEUX SANG DE SAINT-HYACINTHE, SAINT-HYACINTHE (QC)
LA FABRIQUE DE LA PAROISSE DE ST-LUC, COATICOOK (QC)
LA FABRIQUE DE STE AGNES DE DUNDEE, STE-AGNES DE DUNDEE (QC)
MT. ZION EVANGELICAL LUTHERAN CHURCH OF CRANBROOK BC, CRANBROOK, B.C.
FILIPINO CHRISTIAN ALLIANCE FELLOWSHIP, VANCOUVER, B.C.
THE FERNIE TRINITY LUTHERAN CHURCH SOCIETY, FERNIE, B.C.
ST. DAVID’S ANGLICAN CHURCH, ROSEMONT, ONT.
CATHY HAWARA
Acting Director General
Charities Directorate
La directrice générale par intérim
Direction des organismes de bienfaisance
CATHY HAWARA
[40-1-o]
[40-1-o]
CANADIAN INTERNATIONAL TRADE TRIBUNAL
TRIBUNAL CANADIEN DU COMMERCE EXTÉRIEUR
APPEAL
APPEL
Notice No. HA-2010-013
Avis no HA-2010-013
The Canadian International Trade Tribunal (the Tribunal) will
hold a public hearing to consider the appeal referenced hereunder.
This hearing will be held beginning at 9:30 a.m., in the Tribunal’s Hearing Room No. 2, 18th Floor, Standard Life Centre,
333 Laurier Avenue W, Ottawa, Ontario. Interested persons planning to attend should contact the Tribunal at 613-998-9908 to
obtain further information and to confirm that the hearing will be
held as scheduled.
Le Tribunal canadien du commerce extérieur (le Tribunal)
tiendra une audience publique afin d’entendre l’appel mentionné
ci-dessous. L’audience débutera à 9 h 30 et aura lieu dans la salle
d’audience no 2 du Tribunal, 18e étage, Standard Life Centre,
333, avenue Laurier Ouest, Ottawa (Ontario). Les personnes intéressées qui ont l’intention d’assister à l’audience doivent s’adresser au Tribunal en composant le 613-998-9908 si elles désirent
plus de renseignements ou si elles veulent confirmer la date de
l’audience.
Customs Act
Loi sur les douanes
Wolseley Canada Inc. v. President of the Canada Border Services Agency
Wolseley Canada Inc. c. Président de l’Agence des services frontaliers du Canada
Date of Hearing:
Appeal No.:
October 28, 2010
AP-2009-004
Goods in Issue:
Issue:
Boilers, model G234X
Whether the goods in issue, which are classified under tariff
item No. 8403.10.00, are entitled to the benefits of tariff item
No. 9948.00.00 as articles for use in process control apparatus,
excluding sensors, which converts analog signals from or to
digital signals.
Tariff Item at
Issue:
9948.00.00
September 24, 2010
Date de l’audience : Le 28 octobre 2010
Appel no :
AP-2009-004
Marchandises en
cause :
Chaudières, modèle G234X
Question en litige : Déterminer si les marchandises en cause, lesquelles sont
classées dans le numéro tarifaire 8403.10.00, ont droit aux
avantages du numéro tarifaire 9948.00.00 à titre d’articles
devant servir dans des appareils de processus industriel, à
l’exclusion des détecteurs, qui convertissent les signaux
analogiques en signaux numériques ou vice-versa.
Numéro tarifaire en
cause :
9948.00.00
Le 24 septembre 2010
By order of the Tribunal
DOMINIQUE LAPORTE
Secretary
Par ordre du Tribunal
Le secrétaire
DOMINIQUE LAPORTE
[40-1-o]
[40-1-o]
CANADIAN INTERNATIONAL TRADE TRIBUNAL
TRIBUNAL CANADIEN DU COMMERCE EXTÉRIEUR
COMMENCEMENT OF PRELIMINARY INJURY INQUIRY
OUVERTURE D’ENQUÊTE PRÉLIMINAIRE DE DOMMAGE
Steel grating
Caillebotis en acier
Notice was received by the Secretary of the Canadian International Trade Tribunal (the Tribunal) on September 20, 2010,
from the Director General of the Anti-dumping and Countervailing Directorate at the Canada Border Services Agency (CBSA)
stating that the President of the CBSA had initiated an investigation into a complaint respecting the alleged injurious dumping
and subsidizing of metal bar grating of carbon, alloy, or stainless
Le secrétaire du Tribunal canadien du commerce extérieur (le
Tribunal) a été avisé le 20 septembre 2010, par le directeur général de la Direction des droits antidumping et compensateurs de
l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC), que le président de l’ASFC avait ouvert une enquête sur une plainte concernant les présumés dumping et subventionnement dommageables des caillebotis en acier au carbone, en alliage d’acier ou en
Le 2 octobre 2010
steel, consisting of load-bearing pieces and cross pieces, produced
as standard grating or heavy-duty grating, in panel form, whether
galvanized, painted, coated, clad or plated, originating in or exported from the People’s Republic of China (the subject goods).
Pursuant to subsection 34(2) of the Special Import Measures
Act (SIMA), the Tribunal has initiated a preliminary inquiry (Preliminary Injury Inquiry No. PI-2010-001) to determine whether
the evidence discloses a reasonable indication that the dumping
and subsidizing of the subject goods have caused injury or retardation or are threatening to cause injury, as these words are defined in SIMA.
The Tribunal’s preliminary injury inquiry will be conducted by
way of written submissions. Each person or government wishing
to participate in the preliminary injury inquiry must file a notice
of participation with the Secretary on or before October 6, 2010.
Each counsel who intends to represent a party in the preliminary
injury inquiry must file a notice of representation, as well as a
declaration and undertaking, with the Secretary on or before October 6, 2010.
On October 12, 2010, the Tribunal will distribute the public
information received from the CBSA to all parties that have filed
notices of participation, and the confidential information to
counsel who have filed a declaration and undertaking with the
Secretary.
Submissions by parties opposed to the complaint must be filed
not later than noon, on October 21, 2010. These submissions
should include evidence, e.g. documents and sources that support
the factual statements in the submissions, and argument concerning the questions of
• whether there are goods produced in Canada, other than those
identified in the CBSA’s statement of reasons for initiating
the investigation, that are like goods to the subject goods;
• whether the subject goods comprise more than one class of
goods;
• which domestic producers of like goods comprise the domestic industry; and
• whether the information before the Tribunal discloses a reasonable indication that the alleged dumping and subsidizing of
the subject goods has caused injury or retardation, or is threatening to cause injury.
The complainant may make submissions in response to the
submissions of parties opposed to the complaint not later than
noon, on October 29, 2010. At that time, parties in support of the
complaint may also make submissions to the Tribunal.
Parties should note that the Tribunal does not consider exclusion requests during a preliminary injury inquiry, and, therefore,
none should be filed at this stage. Should the matter proceed to a
final inquiry, particulars regarding the schedule for filing exclusion requests will be included in the notice of commencement of
inquiry.
Under section 46 of the Canadian International Trade Tribunal
Act, a person who provides information to the Tribunal and who
wishes some or all of the information to be kept confidential must
submit to the Tribunal, at the time the information is provided, a
statement designating the information as confidential, together
with an explanation as to why that information is designated as
confidential. Furthermore, the person must submit a nonconfidential summary of the information designated as confidential or a statement indicating why such a summary cannot be
Gazette du Canada Partie I
2545
acier inoxydable, composés de lames porteuses et de traverses, de
type standard ou extra-fort, sous forme de panneaux, qu’ils soient
galvanisés, peints, enduits, recouverts ou plaqués, originaires ou
exportés de la République populaire de Chine (les marchandises
en question).
Aux termes du paragraphe 34(2) de la Loi sur les mesures spéciales d’importation (LMSI), le Tribunal a ouvert une enquête
préliminaire (enquête préliminaire de dommage no PI-2010-001)
en vue de déterminer si les éléments de preuve indiquent, de façon raisonnable, que le dumping et le subventionnement des marchandises en question ont causé un dommage ou un retard, ou
menacent de causer un dommage, les définitions de ces termes
dans la LMSI s’appliquant.
Aux fins de son enquête préliminaire de dommage, le Tribunal
procédera sous forme d’exposés écrits. Chaque personne ou chaque gouvernement qui souhaite participer à l’enquête préliminaire
de dommage doit déposer auprès du secrétaire un avis de participation au plus tard le 6 octobre 2010. Chaque conseiller qui désire
représenter une partie à l’enquête préliminaire de dommage doit
déposer auprès du secrétaire un avis de représentation ainsi qu’un
acte de déclaration et d’engagement au plus tard le 6 octobre 2010.
Le 12 octobre 2010, le Tribunal transmettra les renseignements
publics reçus de l’ASFC à toutes les parties qui ont déposé un
avis de participation, et transmettra les renseignements confidentiels aux conseillers qui ont déposé auprès du secrétaire un acte de
déclaration et d’engagement.
Les exposés des parties qui s’opposent à la plainte doivent être
déposés au plus tard le 21 octobre 2010, à midi. Ces exposés doivent comprendre des éléments de preuve, par exemple des documents et des sources à l’appui des énoncés des faits dans les observations, et des arguments concernant les questions suivantes :
• s’il se produit au Canada des marchandises, autres que les
marchandises dénommées dans l’énoncé des motifs d’ouverture d’enquête de l’ASFC, similaires aux marchandises en
question;
• si les marchandises en question représentent plus d’une catégorie de marchandises;
• quels producteurs nationaux de marchandises similaires sont
compris dans la branche de production nationale;
• si les renseignements mis à la disposition du Tribunal indiquent, de façon raisonnable, que les présumés dumping et
subventionnement des marchandises en question ont causé un
dommage ou un retard, ou menacent de causer un dommage.
La partie plaignante aura l’occasion de présenter des observations en réponse aux exposés des parties qui s’opposent à la
plainte au plus tard le 29 octobre 2010, à midi. Au même moment, les parties qui appuient la plainte peuvent aussi présenter
des exposés au Tribunal.
Les parties devraient noter que le Tribunal n’étudie pas les demandes d’exclusions dans le cadre d’une enquête préliminaire de
dommage et que, par conséquent, aucune demande ne devrait être
déposée à la présente étape. Si l’affaire est étudiée dans le cadre
d’une enquête finale, les détails de l’échéancier du dépôt des demandes d’exclusions paraîtront dans l’avis d’ouverture d’enquête.
Aux termes de l’article 46 de la Loi sur le Tribunal canadien
du commerce extérieur, une personne qui fournit des renseignements au Tribunal et qui désire qu’ils soient gardés confidentiels
en tout ou en partie doit fournir, en même temps que les renseignements, une déclaration désignant comme tels les renseignements qu’elle veut garder confidentiels avec explication à l’appui.
En outre, la personne doit fournir un résumé non confidentiel des
renseignements désignés confidentiels ou une déclaration et une
explication de tout refus de fournir le résumé. (Voir les Lignes
2546
Canada Gazette Part I
October 2, 2010
made. (See Procedural Guidelines for the Designation and Use of
Confidential Information in Canadian International Trade Tribunal Proceedings available on the Tribunal’s Web site at www.
citt-tcce.gc.ca.)
The Canadian International Trade Tribunal Rules govern these
proceedings.
All submissions must be filed with the Tribunal in 25 copies.
The Tribunal will distribute the public submissions to all parties
that have filed notices of participation and any confidential submissions to counsel who have filed a declaration and undertaking.
However, parties must still file paper copies in the required
number as instructed. Where a party is required to file hard copies, the electronic version and the hard-copy version must be
identical. In case of discrepancies, the hard-copy version will be
considered the original.
At the end of these proceedings, the Tribunal will issue a decision supported by a summary of the case, a summary of the arguments and an analysis of the case. The decision will be posted
on its Web site and distributed to the parties and interested persons, as well as to organizations and persons who have registered
to receive decisions of the Tribunal.
Written and oral communication with the Tribunal may be in
English or in French.
Ottawa, September 21, 2010
DOMINIQUE LAPORTE
Secretary
directrices concernant le processus de désignation et d’utilisation
des renseignements confidentiels dans une procédure du Tribunal
canadien du commerce extérieur disponibles sur le site Web du
Tribunal à l’adresse www.tcce-citt.gc.ca.)
Les Règles du Tribunal canadien du commerce extérieur s’appliquent à la présente enquête préliminaire de dommage.
Tous les exposés doivent être déposés auprès du Tribunal en
25 copies. Le Tribunal distribuera les exposés publics à toutes les
parties ayant déposé un avis de participation et les exposés confidentiels aux conseillers qui ont déposé un acte de déclaration et
d’engagement.
Le secrétaire a fait parvenir l’avis d’ouverture d’enquête préliminaire de dommage et le calendrier d’enquête préliminaire de
dommage aux producteurs nationaux, aux importateurs et aux
exportateurs qui, à la connaissance du Tribunal, sont intéressés
par l’enquête préliminaire de dommage. L’avis et le calendrier
des étapes importantes de l’enquête préliminaire de dommage sont
affichés sur le site Web du Tribunal à l’adresse www.tcce-citt.
gc.ca.
Les exposés écrits, la correspondance et les demandes de renseignements au sujet du présent avis doivent être envoyés au Secrétaire, Tribunal canadien du commerce extérieur, Standard Life
Centre, 15e étage, 333, avenue Laurier Ouest, Ottawa (Ontario)
K1A 0G7, 613-993-3595 (téléphone), 613-990-2439 (télécopieur),
secretaire@tcce-citt.gc.ca (courriel).
Les parties et le public peuvent déposer des documents électroniquement auprès du Tribunal au moyen de son Service de
dépôt électronique sécurisé à l’adresse www.tcce-citt.gc.ca/apps/
index_f.asp. Les renseignements sont entièrement chiffrés depuis
l’expéditeur jusqu’au Tribunal.
Cependant, les parties doivent continuer de déposer le nombre
de copies papier requises, selon les directives. La version électronique et la version papier doivent être identiques. S’il y a divergence, la version papier sera considérée comme la version
originale.
À la fin de la présente procédure, une décision du Tribunal sera
rendue, accompagnée d’un résumé du cas, d’un résumé des plaidoiries et d’une analyse du cas. La décision sera affichée sur son
site Web et distribuée aux parties et aux personnes intéressées,
ainsi qu’aux organismes et aux personnes qui se sont inscrits en
vue de recevoir les décisions du Tribunal.
La communication écrite et orale avec le Tribunal peut se faire
en français ou en anglais.
Ottawa, le 21 septembre 2010
Le secrétaire
DOMINIQUE LAPORTE
[40-1-o]
[40-1-o]
The Secretary has sent the notice of commencement of preliminary injury inquiry and the preliminary injury inquiry schedule to the domestic producers, to importers and to exporters with
a known interest in the preliminary injury inquiry. The notice and
schedule of key inquiry events are available on the Tribunal’s
Web site at www.citt-tcce.gc.ca.
Written submissions, correspondence and requests for information regarding this notice should be addressed to the Secretary,
Canadian International Trade Tribunal, Standard Life Centre,
15th Floor, 333 Laurier Avenue W, Ottawa, Ontario K1A 0G7,
613-993-3595 (telephone), 613-990-2439 (fax), secretary@
citt-tcce.gc.ca (email).
Parties and the public may file documents electronically with
the Tribunal through its Secure E-filing Service at www.
citt-tcce.gc.ca/apps/index_e.asp. The information is fully encrypted from the sender to the Tribunal.
CANADIAN INTERNATIONAL TRADE TRIBUNAL
TRIBUNAL CANADIEN DU COMMERCE EXTÉRIEUR
INQUIRY
ENQUÊTE
Medical equipment, supplies and pharmaceuticals
Fourniture et équipement médicaux et produits pharmaceutiques
The Canadian International Trade Tribunal (the Tribunal)
has received a complaint (File No. PR-2010-061) from
GlaxoSmithKline Inc. (GSK), of Mississauga, Ontario, concerning a procurement (Solicitation No. 6D034-100134/B) by the
Department of Public Works and Government Services (PWGSC)
on behalf of the Public Health Agency of Canada. The solicitation
is for the provision of two annual influenza vaccines which are
Le Tribunal canadien du commerce extérieur (le Tribunal)
a reçu une plainte (dossier no PR-2010-061) déposée par
GlaxoSmithKline Inc. (GSK), de Mississauga (Ontario), concernant un marché (invitation no 6D034-100134/B) passé par le ministère des Travaux publics et des Services gouvernementaux
(TPSGC) au nom de l’Agence de la santé publique du Canada.
L’invitation porte sur la fourniture de deux vaccins annuels contre
Le 2 octobre 2010
Gazette du Canada Partie I
2547
split virion, inactivated, trivalent types A and B. Pursuant to subsection 30.13(2) of the Canadian International Trade Tribunal
Act and subsection 7(2) of the Canadian International Trade Tribunal Procurement Inquiry Regulations, notice is hereby given
that the Tribunal has decided to conduct an inquiry into the
complaint.
GSK alleges that PWGSC has unfairly discriminated among
suppliers by requiring that they bid on both a vaccine targeted to
persons over the age of 65 and a vaccine targeted to the general
population.
Further information may be obtained from the Secretary,
Canadian International Trade Tribunal, Standard Life Centre,
15th Floor, 333 Laurier Avenue W, Ottawa, Ontario K1A 0G7,
613-993-3595 (telephone), 613-990-2439 (fax), secretary@citttcce.gc.ca (email).
Ottawa, September 20, 2010
DOMINIQUE LAPORTE
Secretary
l’influenza dont le virus a été rompu chimiquement et inactivé, de
types A et B. Conformément au paragraphe 30.13(2) de la Loi sur
le Tribunal canadien du commerce extérieur et au paragraphe 7(2) du Règlement sur les enquêtes du Tribunal canadien du
commerce extérieur sur les marchés publics, avis est donné par la
présente que le Tribunal a décidé d’enquêter sur la plainte.
GSK allègue que TPSGC a établi une distinction injuste entre
les fournisseurs en exigeant que ces derniers soumissionnent à la
fois un vaccin visant les personnes de plus de 65 ans et un vaccin
visant la population en général.
Pour plus de renseignements, veuillez communiquer avec le
Secrétaire, Tribunal canadien du commerce extérieur, Standard
Life Centre, 15e étage, 333, avenue Laurier Ouest, Ottawa (Ontario) K1A 0G7, 613-993-3595 (téléphone), 613-990-2439 (télécopieur), secretaire@tcce-citt.gc.ca (courriel).
Ottawa, le 20 septembre 2010
Le secrétaire
DOMINIQUE LAPORTE
[40-1-o]
[40-1-o]
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
NOTICE TO INTERESTED PARTIES
AVIS AUX INTÉRESSÉS
The following notices are abridged versions of the Commission’s original notices bearing the same number. The original
notices contain a more detailed outline of the applications, including additional locations and addresses where the complete files
may be examined. The relevant material, including the notices
and applications, is available for viewing during normal business
hours at the following offices of the Commission:
— Central Building, Les Terrasses de la Chaudière, Room 206,
1 Promenade du Portage, Gatineau, Quebec K1A 0N2, 819997-2429 (telephone), 994-0423 (TDD), 819-994-0218 (fax);
— Metropolitan Place, Suite 1410, 99 Wyse Road, Dartmouth,
Nova Scotia B3A 4S5, 902-426-7997 (telephone), 426-6997
(TDD), 902-426-2721 (fax);
— Kensington Building, Suite 1810, 275 Portage Avenue, Winnipeg, Manitoba R3B 2B3, 204-983-6306 (telephone),
983-8274 (TDD), 204-983-6317 (fax);
— 530–580 Hornby Street, Vancouver, British Columbia V6C
3B6, 604-666-2111 (telephone), 666-0778 (TDD), 604666-8322 (fax);
— CRTC Documentation Centre, 205 Viger Avenue W,
Suite 504, Montréal, Quebec H2Z 1G2, 514-283-6607 (telephone), 283-8316 (TDD), 514-283-3689 (fax);
— CRTC Documentation Centre, 55 St. Clair Avenue E,
Suite 624, Toronto, Ontario M4T 1M2, 416-952-9096 (telephone), 416-954-6343 (fax);
— CRTC Documentation Centre, Cornwall Professional Building, Room 103, 2125 11th Avenue, Regina, Saskatchewan
S4P 3X3, 306-780-3422 (telephone), 306-780-3319 (fax);
— CRTC Documentation Centre, 10405 Jasper Avenue,
Suite 520, Edmonton, Alberta T5J 3N4, 780-495-3224 (telephone), 780-495-3214 (fax).
Les avis qui suivent sont des versions abrégées des avis originaux du Conseil portant le même numéro. Les avis originaux
contiennent une description plus détaillée de chacune des demandes, y compris les lieux et adresses où l’on peut consulter les dossiers complets. Tous les documents afférents, y compris les avis
et les demandes, sont disponibles pour examen durant les heures
normales d’ouverture aux bureaux suivants du Conseil :
— Édifice central, Les Terrasses de la Chaudière, Pièce 206,
1, promenade du Portage, Gatineau (Québec) K1A 0N2,
819-997-2429 (téléphone), 994-0423 (ATS), 819-994-0218
(télécopieur);
— Place Metropolitan, Bureau 1410, 99, chemin Wyse, Dartmouth (Nouvelle-Écosse) B3A 4S5, 902-426-7997 (téléphone), 426-6997 (ATS), 902-426-2721 (télécopieur);
— Édifice Kensington, Pièce 1810, 275, avenue Portage, Winnipeg (Manitoba) R3B 2B3, 204-983-6306 (téléphone),
983-8274 (ATS), 204-983-6317 (télécopieur);
— 580, rue Hornby, Bureau 530, Vancouver (ColombieBritannique) V6C 3B6, 604-666-2111 (téléphone), 666-0778
(ATS), 604-666-8322 (télécopieur);
— Centre de documentation du CRTC, 205, avenue Viger Ouest,
Bureau 504, Montréal (Québec) H2Z 1G2, 514-283-6607
(téléphone), 283-8316 (ATS), 514-283-3689 (télécopieur);
— Centre de documentation du CRTC, 55, avenue St. Clair Est,
Bureau 624, Toronto (Ontario) M4T 1M2, 416-952-9096
(téléphone), 416-954-6343 (télécopieur);
— Centre de documentation du CRTC, Édifice Cornwall Professional, Pièce 103, 2125, 11e Avenue, Regina (Saskatchewan) S4P 3X3, 306-780-3422 (téléphone), 306-780-3319
(télécopieur);
— Centre de documentation du CRTC, 10405, avenue Jasper,
Bureau 520, Edmonton (Alberta) T5J 3N4, 780-495-3224
(téléphone), 780-495-3214 (télécopieur).
2548
Canada Gazette Part I
October 2, 2010
Interventions must be filed with the Secretary General, Canadian Radio-television and Telecommunications Commission,
Ottawa, Ontario K1A 0N2, together with proof that a true copy of
the intervention has been served upon the applicant, on or before
the deadline given in the notice.
Secretary General
Les interventions doivent parvenir au Secrétaire général, Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes,
Ottawa (Ontario) K1A 0N2, avec preuve qu’une copie conforme
a été envoyée à la requérante, avant la date limite d’intervention
mentionnée dans l’avis.
Secrétaire général
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
DECISIONS
DÉCISIONS
The complete texts of the decisions summarized below are
available from the offices of the CRTC.
On peut se procurer le texte complet des décisions résumées
ci-après en s’adressant au CRTC.
2010-562-1
2010-562-1
September 21, 2010
Various private conventional television, specialty, pay,
pay-per-view, video on demand, satellite-to-cable,
community-based television programming undertakings
and specialty audio programming undertakings
Across Canada
Le 21 septembre 2010
Diverses entreprises de programmation de télévision privée
traditionnelle, de télévision spécialisée, payante, à la carte,
de vidéo sur demande, transmises du satellite au câble, de
télévision communautaire et de programmation sonore
spécialisée
L’ensemble du Canada
The Commission corrects Administrative renewals, Broadcasting Decision CRTC 2010-562, August 9, 2010.
Le Conseil corrige Renouvellements administratifs, décision de
radiodiffusion CRTC 2010-562, 9 août 2010.
The following entry was omitted under CTVGLOBEMEDIA in
Appendix I:
L’entrée suivante a été omise de la rubrique CTVGLOBEMEDIA
à l’annexe I :
CTV Limited
CTV Limited
CHWI-TV Wheatley
and its transmitter
CHWI-TV Wheatley
et son émetteur
The following entry was erroneously listed under CANWEST
in Appendix II, and should have been listed as a separate entity,
administratively renewed until August 31, 2011:
L’entrée suivante a été incluse par erreur sous la rubrique
CANWEST à l’annexe II. Elle aurait dû paraître séparément et
être renouvelée par voie administrative jusqu’au 31 août 2011 :
The Cave (formerly
Canwest Television GP Inc. (the general partner) and
Men TV)
Canwest Media Inc. (the limited partner), carrying on
business as Canwest Television Limited Partnership, and
TVA Group Inc., partners in Men TV General Partnership
Canwest Television GP Inc. (l’associé commandité) et
The Cave
Canwest Media Inc. (l’associé commanditaire), faisant
(antérieurement Men
affaires sous le nom de Canwest Television Limited
TV)
Partnership, et Groupe TVA inc., associés dans la Société
en nom collectif Men TV
The following entry was erroneously listed under CANWEST
in Appendix II, and should have been listed under CORUS in
Appendix III:
L’entrée suivante a été incluse par erreur sous la rubrique
CANWEST à l’annexe II. Elle aurait dû paraître sous la rubrique
CORUS à l’annexe III :
3924181 Canada Inc.
3924181 Canada Inc.
Dusk
Dusk
The following entry was erroneously listed under
CTVGLOBEMEDIA in Appendix II, and should have been listed
as a separate entity in Appendix IV, administratively renewed
until August 31, 2012:
L’entrée suivante a été incluse par erreur sous la rubrique
CTVGLOBEMEDIA à l’annexe II. Elle aurait dû paraître séparément à l’annexe IV et être renouvelée par voie administrative
jusqu’au 31 août 2012 :
The NHL Network Inc.
The NHL Network Inc.
The NHL Network
The Commission further corrects the French version of Appendix IV of Broadcasting Decision 2010-562. The Commission
notes that the expiration date was erroneously listed as February 28, 2011, in the French version. The licences of the programming undertakings listed in Appendix IV of Broadcasting Decision 2010-562 will expire August 31, 2012.
The NHL Network
Le Conseil corrige de plus la version française de l’annexe IV
de la décision de radiodiffusion 2010-562. Le Conseil constate
que la date d’expiration du 28 février 2011 indiquée dans la version française de cette annexe est erronée. Les licences des entreprises de programmation énumérées l’annexe IV de la décision de
radiodiffusion 2010-562 expireront le 31 août 2012.
Le 2 octobre 2010
2010-695
Gazette du Canada Partie I
September 21, 2010
2010-695
2549
Le 21 septembre 2010
Canal Évasion inc.
Saint-Lambert, Quebec
Approved — Application to amend the broadcasting licence
for the national French-language analog specialty television
station known as Évasion by adding categories to the list of
programming categories from which the licensee may draw its
programming.
Canal Évasion inc.
Saint-Lambert (Québec)
Approuvé — Demande en vue de modifier la licence de radiodiffusion de l’entreprise nationale de télévision spécialisée analogique de langue française appelée Évasion, afin d’ajouter des catégories d’émissions à la liste des catégories dont elle est autorisée
à tirer sa programmation.
2010-701
2010-701
September 22, 2010
Le 22 septembre 2010
The Ontario Educational Communications Authority
Across Canada
Approved — Broadcasting licence to operate a new Category 2
specialty programming undertaking to be known as TVO Kids+.
Office de la télécommunication éducative de l’Ontario
L’ensemble du Canada
Approuvé — Licence de radiodiffusion afin d’exploiter une
nouvelle entreprise de programmation de télévision spécialisée de
catégorie 2 devant s’appeler TVO Kids+.
2010-710
2010-710
September 24, 2010
Le 24 septembre 2010
Rogers Broadcasting Limited
Across Canada
Approved — Application for authorization to redirect the tangible
benefits associated with the change in ownership of the national,
English-language Category 1 specialty service The Biography
Channel.
Rogers Broadcasting Limited
L’ensemble du Canada
Approuvé — Demande en vue d’obtenir l’autorisation de réorienter les avantages tangibles liés au changement de propriété du
service national spécialisé de catégorie 1 de langue anglaise The
Biography Channel.
[40-1-o]
[40-1-o]
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
NOTICE OF CONSULTATION 2010-498-4
AVIS DE CONSULTATION 2010-498-4
Notice of hearing
Avis d’audience
September 21, 2010
Calgary, Alberta
Item 2 — Shaw Communications Inc. (2010-0550-5)
Deadline for submitting final written comments
Le 21 septembre 2010
Calgary (Alberta)
Article 2 — Shaw Communications Inc. (2010-0550-5)
Date limite pour le dépôt d’observations écrites finales
At the September 21, 2010 hearing, the Commission confirmed
that those who filed comments for the above-noted application
will have an opportunity to file final written submissions following the hearing. The Commission hereby announces that it will
accept final written submissions from those who filed comments
for this application in this proceeding provided that they submit
such comments on or before September 30, 2010.
Lors de l’audience du 21 septembre 2010, le Conseil a confirmé que les parties qui ont déposé des observations pour la demande susmentionnée auront l’occasion de déposer des observations écrites finales à la suite de l’audience. Le Conseil annonce
par la présente qu’il acceptera les soumissions écrites des parties
qui ont déposé des observations pour la demande susmentionnée
dans le cadre de la présente instance pourvu qu’elles déposent
leurs observations au plus tard le 30 septembre 2010.
Les observations finales ne doivent pas dépasser 10 pages, à
l’exception de l’information que le Conseil a demandée au cours
des comparutions. Le Conseil rappelle aux parties qu’elles ne
doivent pas présenter de nouveaux éléments de preuve dans leurs
observations finales, à l’exception de l’information que le Conseil
a exigée.
Le 24 septembre 2010
Final submissions should be no more than 10 pages, excluding
information requested by the Commission during the oral phase
of the proceeding. Parties are reminded that no new evidence
should be introduced in their final submissions with the exception
of information requested by the Commission.
September 24, 2010
[40-1-o]
[40-1-o]
2550
Canada Gazette Part I
October 2, 2010
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
NOTICE OF CONSULTATION 2010-702
AVIS DE CONSULTATION 2010-702
Call for comments on standard requirements for
video-on-demand undertakings
Appel aux observations sur les exigences normalisées pour les
entreprises de vidéo sur demande
The Commission calls for comments on the standard conditions
of licence, expectations and encouragement set out in the appendix to this document. The Commission will accept comments that
it receives on or before October 25, 2010. The Commission cannot be held responsible for postal delays and will not notify a
party whose comment is received after the deadline. The comment will not be considered by the Commission and will not be
part of the public file.
September 23, 2010
Le Conseil sollicite des observations sur les conditions de licence, attentes et encouragements normalisés énoncés à l’annexe
du présent document. Le Conseil acceptera les observations déposées au plus tard le 25 octobre 2010. Le Conseil ne peut être tenu
responsable des délais occasionnés par la poste et n’avisera pas
un intervenant lorsque son intervention est reçue après la date
limite. Dans un tel cas, l’intervention ne sera pas considérée par le
Conseil et ne sera pas déposée au dossier public.
Le 23 septembre 2010
[40-1-o]
[40-1-o]
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
NOTICE OF CONSULTATION 2010-703
AVIS DE CONSULTATION 2010-703
Call for comments on a proposed exemption order for small
video-on-demand undertakings
Appel aux observations sur une proposition d’ordonnance
d’exemption pour les petites entreprises de vidéo sur demande
The Commission calls for comments on the proposed exemption order set out in the appendix to the document. The Commission will accept comments that it receives on or before October 25, 2010. The Commission will not formally acknowledge
written comments. It will, however, fully consider all comments,
and they will form part of the public record of the proceeding,
provided that the procedures for filing have been followed.
September 23, 2010
Le Conseil sollicite des observations sur la proposition d’ordonnance d’exemption énoncée à l’annexe du document. Le Conseil tiendra compte des observations déposées au plus tard le
25 octobre 2010. Le Conseil n’accusera pas officiellement réception des observations. Il en tiendra toutefois pleinement compte,
et il les versera au dossier public de la présente instance, à la
condition que la procédure de dépôt ait été suivie.
Le 23 septembre 2010
[40-1-o]
[40-1-o]
PUBLIC SERVICE COMMISSION
COMMISSION DE LA FONCTION PUBLIQUE
PUBLIC SERVICE EMPLOYMENT ACT
LOI SUR L’EMPLOI DANS LA FONCTION PUBLIQUE
Permission granted
Permission accordée
The Public Service Commission of Canada, pursuant to section 116 of the Public Service Employment Act, hereby gives notice that it has granted permission, pursuant to subsection 115(2)
of the said Act, to Lyle Murray Anderson, Senior Electrical Advisor (EG-07), Operations, Department of Public Works and Government Services, Ottawa, Ontario, to be a candidate, before and
during the election period, for the position of Councillor for the
Town of Arnprior, Ontario, in a municipal election to be held on
October 25, 2010.
KATHY NAKAMURA
Director General
Political Activities Directorate
La Commission de la fonction publique du Canada, en vertu de
l’article 116 de la Loi sur l’emploi dans la fonction publique,
donne avis par la présente qu’elle a accordé à Lyle Murray
Anderson, Conseiller principal en matière d’électricité (EG-07),
Opérations, ministère des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Ottawa (Ontario), la permission, aux termes du
paragraphe 115(2) de ladite loi, de se porter candidat, avant et
pendant la période électorale, au poste de conseiller pour la ville
de Arnprior (Ontario), à l’élection municipale prévue pour
le 25 octobre 2010.
Le 17 septembre 2010
La directrice générale
Direction des activités politiques
KATHY NAKAMURA
[40-1-o]
[40-1-o]
September 17, 2010
Le 2 octobre 2010
Gazette du Canada Partie I
2551
PUBLIC SERVICE COMMISSION
COMMISSION DE LA FONCTION PUBLIQUE
PUBLIC SERVICE EMPLOYMENT ACT
LOI SUR L’EMPLOI DANS LA FONCTION PUBLIQUE
Permission granted
Permission accordée
The Public Service Commission of Canada, pursuant to section 116 of the Public Service Employment Act, hereby gives notice that it has granted permission, pursuant to subsection 115(2)
of the said Act, to Robert Black, Collections Officer (SP-05),
Hamilton Tax Services Office, Canada Revenue Agency, Hamilton, Ontario, to be a candidate, before and during the election
period, for the position of Councillor, Ward 3, for the City of
Hamilton, Ontario, in a municipal election to be held on October 25, 2010.
September 21, 2010
MARIA BARRADOS
President
La Commission de la fonction publique du Canada, en vertu de
l’article 116 de la Loi sur l’emploi dans la fonction publique,
donne avis par la présente qu’elle a accordé à Robert Black, agent
de recouvrement (SP-05), Bureau des services fiscaux de Hamilton, Agence du revenu du Canada, Hamilton (Ontario), la permission, aux termes du paragraphe 115(2) de ladite loi, de se porter
candidat, avant et pendant la période électorale, au poste de
conseiller, quartier 3, pour la ville de Hamilton (Ontario), à
l’élection municipale prévue pour le 25 octobre 2010.
Le 21 septembre 2010
La présidente
MARIA BARRADOS
[40-1-o]
[40-1-o]
PUBLIC SERVICE COMMISSION
COMMISSION DE LA FONCTION PUBLIQUE
PUBLIC SERVICE EMPLOYMENT ACT
LOI SUR L’EMPLOI DANS LA FONCTION PUBLIQUE
Permission granted
Permission accordée
The Public Service Commission of Canada, pursuant to section 116 of the Public Service Employment Act, hereby gives notice that it has granted permission, pursuant to subsection 115(2)
of the said Act, to Paul Carr, Manager, Assessment and Intervention (WP-05), Bath Institution, Correctional Service of Canada,
Bath, Ontario, to be a candidate, before and during the election
period, for the position of Councillor for the City of Belleville,
Ontario, in a municipal election to be held on October 25, 2010.
KATHY NAKAMURA
Director General
Political Activities Directorate
La Commission de la fonction publique du Canada, en vertu de
l’article 116 de la Loi sur l’emploi dans la fonction publique,
donne avis par la présente qu’elle a accordé à Paul Carr, Gestionnaire, Évaluation et intervention (WP-05), Établissement Bath,
Service correctionnel du Canada, Bath (Ontario), la permission,
aux termes du paragraphe 115(2) de ladite loi, de se porter candidat, avant et pendant la période électorale, au poste de conseiller
pour la ville de Belleville (Ontario), à l’élection municipale prévue pour le 25 octobre 2010.
Le 9 septembre 2010
La directrice générale
Direction des activités politiques
KATHY NAKAMURA
[40-1-o]
[40-1-o]
September 9, 2010
PUBLIC SERVICE COMMISSION
COMMISSION DE LA FONCTION PUBLIQUE
PUBLIC SERVICE EMPLOYMENT ACT
LOI SUR L’EMPLOI DANS LA FONCTION PUBLIQUE
Permission granted
Permission accordée
The Public Service Commission of Canada, pursuant to section 116 of the Public Service Employment Act, hereby gives notice that it has granted permission, pursuant to subsection 115(2)
of the said Act, to Bruce Leslie Cummins, Platoon Chief (FR-03),
Canadian Forces Base Wainwright, Department of National Defence, Denwood, Alberta, to be a candidate, before and during the
election period, for the position of Councillor for the Town of
Wainwright, Alberta, in a municipal election to be held on October 18, 2010.
September 17, 2010
KATHY NAKAMURA
Director General
Political Activities Directorate
La Commission de la fonction publique du Canada, en vertu de
l’article 116 de la Loi sur l’emploi dans la fonction publique,
donne avis par la présente qu’elle a accordé à Bruce Leslie
Cummins, Chef de peloton (FR-03), Base des forces canadiennes
de Wainwright, ministère de la Défense nationale, Denwood (Alberta), la permission, aux termes du paragraphe 115(2) de ladite
loi, de se porter candidat, avant et pendant la période électorale,
au poste de conseiller pour la ville de Wainwright (Alberta), à
l’élection municipale prévue pour le 18 octobre 2010.
Le 17 septembre 2010
La directrice générale
Direction des activités politiques
KATHY NAKAMURA
[40-1-o]
[40-1-o]
2552
Canada Gazette Part I
October 2, 2010
PUBLIC SERVICE COMMISSION
COMMISSION DE LA FONCTION PUBLIQUE
PUBLIC SERVICE EMPLOYMENT ACT
LOI SUR L’EMPLOI DANS LA FONCTION PUBLIQUE
Permission granted
Permission accordée
The Public Service Commission of Canada, pursuant to section 116 of the Public Service Employment Act, hereby gives notice that it has granted permission, pursuant to subsection 115(2)
of the said Act, to Hafsa Goma, Community Employment Coordinator (WP-03), CORCAN — Prairies Region, Correctional
Service of Canada, Edmonton, Alberta, to be a candidate, before
and during the election period, for the position of Councillor,
Ward 4, for the City of Edmonton, Alberta, in a municipal election to be held on October 18, 2010.
September 21, 2010
MARIA BARRADOS
President
La Commission de la fonction publique du Canada, en vertu de
l’article 116 de la Loi sur l’emploi dans la fonction publique,
donne avis par la présente qu’elle a accordé à Hafsa Goma, coordonnatrice des services d’emploi (WP-03), CORCAN — région
des Prairies, Service correctionnel du Canada, Edmonton (Alberta), la permission, aux termes du paragraphe 115(2) de ladite loi,
de se porter candidate, avant et pendant la période électorale, au
poste de conseillère, quartier 4, pour la ville d’Edmonton (Alberta), à l’élection municipale prévue pour le 18 octobre 2010.
Le 21 septembre 2010
La présidente
MARIA BARRADOS
[40-1-o]
[40-1-o]
PUBLIC SERVICE COMMISSION
COMMISSION DE LA FONCTION PUBLIQUE
PUBLIC SERVICE EMPLOYMENT ACT
LOI SUR L’EMPLOI DANS LA FONCTION PUBLIQUE
Permission granted
Permission accordée
The Public Service Commission of Canada, pursuant to section 116 of the Public Service Employment Act, hereby gives notice that it has granted permission, pursuant to subsection 115(2)
of the said Act, to Donald Huisman, Townsite and Realty Manager (PM-05), Riding Mountain National Park, Parks Canada
Agency, Wasagaming, Manitoba, to be a candidate, before and
during the election period, for the position of Councillor for the
town of Erickson, Manitoba, in a municipal election to be held on
October 27, 2010.
September 17, 2010
KATHY NAKAMURA
Director General
Political Activities Directorate
La Commission de la fonction publique du Canada, en vertu de
l’article 116 de la Loi sur l’emploi dans la fonction publique,
donne avis par la présente qu’elle a accordé à Donald Huisman,
gestionnaire de lotissement urbain et de biens immobiliers (PM-05),
Parc national du Mont-Riding, Agence Parcs Canada, Wasagaming (Manitoba), la permission, aux termes du paragraphe 115(2)
de ladite loi, de se porter candidat, avant et pendant la période
électorale, au poste de conseiller pour le village d’Erickson (Manitoba), à l’élection municipale prévue pour le 27 octobre 2010.
Le 17 septembre 2010
La directrice générale
Direction des activités politiques
KATHY NAKAMURA
[40-1-o]
[40-1-o]
PUBLIC SERVICE COMMISSION
COMMISSION DE LA FONCTION PUBLIQUE
PUBLIC SERVICE EMPLOYMENT ACT
LOI SUR L’EMPLOI DANS LA FONCTION PUBLIQUE
Permission granted
Permission accordée
The Public Service Commission of Canada, pursuant to section 116 of the Public Service Employment Act, hereby gives notice that it has granted permission, pursuant to subsection 115(2)
of the said Act, to Ronald Tammer, Appeals Officer (SP-05),
Hamilton Tax Services Office, Canada Revenue Agency, Hamilton, Ontario, to be a candidate, before and during the election
period, for the position of Councillor, Ward 13, for the City of
Hamilton, Ontario, in a municipal election to be held on October 25, 2010.
September 21, 2010
MARIA BARRADOS
President
La Commission de la fonction publique du Canada, en vertu de
l’article 116 de la Loi sur l’emploi dans la fonction publique,
donne avis par la présente qu’elle a accordé à Ronald Tammer,
agent d’appel (SP-05), Bureau des services fiscaux de Hamilton,
Agence du revenu du Canada, Hamilton (Ontario), la permission,
aux termes du paragraphe 115(2) de ladite loi, de se porter candidat, avant et pendant la période électorale, au poste de conseiller,
quartier 13, pour la ville de Hamilton (Ontario), à l’élection municipale prévue pour le 25 octobre 2010.
Le 21 septembre 2010
La présidente
MARIA BARRADOS
[40-1-o]
[40-1-o]
Le 2 octobre 2010
Gazette du Canada Partie I
2553
MISCELLANEOUS NOTICES
AVIS DIVERS
CANADIAN SOCIETY OF NUCLEAR MEDICINE
SOCIÉTÉ CANADIENNE DE MÉDECINE NUCLÉAIRE
SURRENDER OF CHARTER
ABANDON DE CHARTE
Notice is hereby given that Canadian Society of Nuclear Medicine intends to apply to the Minister of Industry for leave to surrender its charter pursuant to subsection 32(1) of the Canada
Corporations Act.
September 9, 2010
DOUG ABRAMS
President
Avis est par les présentes donné que la Société canadienne de
médecine nucléaire demandera au ministre de l’Industrie la permission d’abandonner sa charte en vertu du paragraphe 32(1) de
la Loi sur les corporations canadiennes.
Le 9 septembre 2010
Le président
DOUG ABRAMS
[40-1-o]
[40-1-o]
COUNCIL FOR EARLY CHILD DEVELOPMENT INC.
COUNCIL FOR EARLY CHILD DEVELOPMENT INC.
SURRENDER OF CHARTER
ABANDON DE CHARTE
Notice is hereby given that Council for Early Child Development Inc. intends to apply to the Minister of Industry for leave to
surrender its charter pursuant to subsection 32(1) of the Canada
Corporations Act.
September 21, 2010
JANET AUSTIN
Vice-Chair
Avis est par les présentes donné que Council for Early Child
Development Inc. demandera au ministre de l’Industrie la permission d’abandonner sa charte en vertu du paragraphe 32(1) de la
Loi sur les corporations canadiennes.
Le 21 septembre 2010
Le vice-président
JANET AUSTIN
[40-1-o]
[40-1-o]
FROG’S BREATH FOUNDATION
FROG’S BREATH FOUNDATION
RELOCATION OF HEAD OFFICE
CHANGEMENT DE LIEU DU SIÈGE SOCIAL
Notice is hereby given that Frog’s Breath Foundation has
changed the location of its head office to the town of New
Liskeard, province of Ontario.
August 4, 2010
MONIQUE CHARTRAND
Secretary
Avis est par les présentes donné que Frog’s Breath Foundation
a changé le lieu de son siège social qui est maintenant situé à New
Liskeard, province d’Ontario.
Le 4 août 2010
Le secrétaire
MONIQUE CHARTRAND
[40-1-o]
[40-1-o]
THE PRUDENTIAL INSURANCE COMPANY
OF AMERICA
LA PRUDENTIELLE D’AMÉRIQUE,
COMPAGNIE D’ASSURANCE
RELEASE OF ASSETS
LIBÉRATION D’ACTIF
Pursuant to section 651 of the Insurance Companies Act (Canada) [the “Act”], notice is hereby given that The Prudential Insurance Company of America (“Prudential”), intends to apply to the
Superintendent of Financial Institutions (Canada), on or after
November 5, 2010, for the release of the assets that it maintains in
Canada in accordance with the Act.
Conformément à l’article 651 de la Loi sur les sociétés d’assurances (Canada) [la « Loi »], avis est par les présentes donné que
La Prudentielle d’Amérique, Compagnie d’Assurance (« Prudentielle »), a l’intention de faire une demande auprès du surintendant des institutions financières (Canada), le 5 novembre 2010 ou
après cette date, afin de pouvoir effectuer la libération des actifs
qu’elle gère au Canada conformément à la Loi.
Tout souscripteur ou créancier à l’égard des activités de la Prudentielle au Canada qui s’oppose à cette libération doit déposer
Any policyholder or creditor in respect of Prudential’s insurance business in Canada opposing that release must file notice of
2554
Canada Gazette Part I
October 2, 2010
such opposition with the Office of the Superintendent of Financial Institutions, Legislation and Approvals Division, 255 Albert Street, Ottawa, Ontario K1A 0H2, on or before November 5, 2010.
September 18, 2010
GOWLING LAFLEUR HENDERSON LLP
Barristers and solicitors
Note: The publication of this Notice should not be construed as
evidence that an Order will be issued. The granting of the Order
will be dependant upon the normal Insurance Companies Act
application review process.
un avis d’opposition auprès du Bureau du surintendant des institutions financières, Division de la législation et des approbations,
situé au 255, rue Albert, Ottawa (Ontario) K1A 0H2, au plus tard
le 5 novembre 2010.
Le 18 septembre 2010
GOWLING LAFLEUR HENDERSON S.E.N.C.R.L.
Avocats — Agents de brevets et de marque de commerce
Nota : La publication du présent avis ne doit pas être interprétée
comme une preuve que l’ordonnance sera octroyée. L’octroi de
l’ordonnance sera fait en accord avec le processus normal de
révision des demandes en vertu de la Loi sur les sociétés
d’assurances.
[38-4-o]
[38-4-o]
STRIDING TO MAKE A DIFFERENCE
STRIDING TO MAKE A DIFFERENCE
SURRENDER OF CHARTER
ABANDON DE CHARTE
Notice is hereby given that Striding to Make a Difference intends to apply to the Minister of Industry for leave to surrender its
charter pursuant to subsection 32(1) of the Canada Corporations
Act.
September 15, 2010
KEN GORDON
President
Avis est par les présentes donné que Striding to Make a Difference demandera au ministre de l’Industrie la permission d’abandonner sa charte en vertu du paragraphe 32(1) de la Loi sur les
corporations canadiennes.
Le 15 septembre 2010
Le président
KEN GORDON
[40-1-o]
[40-1-o]
Le 2 octobre 2010
Gazette du Canada Partie I
PROPOSED REGULATIONS
RÈGLEMENTS PROJETÉS
Table of Contents
Table des matières
Page
Citizenship and Immigration, Dept. of
Regulations Amending the Immigration and Refugee
Protection Regulations............................................
2556
2556
2560
Environnement, min. de l’, et min. de la Santé
Décret d’inscription de substances toxiques à
l’annexe 1 de la Loi canadienne sur la protection
de l’environnement (1999) .....................................
2560
2572
Conseil des produits agricoles du Canada
Décret sur les canneberges de la
Colombie-Britannique ............................................
2572
2576
Finances, min. des
Règlement modifiant le Règlement sur les mesures
spéciales d’importation...........................................
2576
2581
2585
Industrie, min. de l’
Règles modifiant les Règles générales sur la faillite
et l’insolvabilité ......................................................
Règles modifiant les Règles sur les brevets.................
2581
2585
2590
Administration de pilotage du Pacifique
Règlement modifiant le Règlement sur les tarifs de
l’Administration de pilotage du Pacifique ..............
2590
Farm Products Council of Canada
British Columbia Cranberry Order ..............................
Finance, Dept. of
Regulations Amending the Special Import Measures
Regulations .............................................................
Industry, Dept. of
Rules Amending the Bankruptcy and Insolvency
General Rules .........................................................
Rules Amending the Patent Rules ...............................
Pacific Pilotage Authority
Regulations Amending the Pacific Pilotage Tariff
Regulations .............................................................
Page
Citoyenneté et de l’Immigration, min. de la
Règlement modifiant le Règlement sur l’immigration
et la protection des réfugiés ....................................
Environment, Dept. of the, and Dept. of Health
Order Adding Toxic Substances to Schedule 1 to the
Canadian Environmental Protection Act, 1999 ......
2555
Canada Gazette Part I
2556
October 2, 2010
Regulations Amending the Immigration and Refugee
Protection Regulations
Règlement modifiant le Règlement sur l’immigration
et la protection des réfugiés
Statutory authority
Immigration and Refugee Protection Act
Fondement législatif
Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés
Sponsoring department
Department of Citizenship and Immigration
Ministère responsable
Ministère de la Citoyenneté et de l’Immigration
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement.)
Issue and objectives
Question et objectifs
In January 2006, the Standing Joint Committee for the Scrutiny
of Regulations (SJCSR) completed a review of the Immigration
and Refugee Protection Regulations (IRPR) and noted various
technical errors and inconsistencies that require attention by Citizenship and Immigration Canada (CIC).
En janvier 2006, le Comité mixte permanent d’examen de la
réglementation (CMPER) a, au terme d’un examen du Règlement
sur l’immigration et la protection des réfugiés (RIPR), relevé
divers manques d’uniformité et erreurs techniques qui requièrent
l’attention de Citoyenneté et Immigration Canada (CIC).
Description
Description
The proposed amendments to the IRPR fall broadly into the
following three categories:
• Amendments to certain English provisions so that they more
accurately reflect the language currently in use in the corresponding French texts;
• Amendments to certain French provisions so that they more
accurately reflect the language currently in use in the corresponding English texts; and
• Amendments to ensure consistency in the English and/or
French terminology used throughout the IRPR.
Les modifications proposées au RIPR peuvent globalement être
rangées sous trois catégories, selon qu’elles consistent à :
• modifier la version anglaise de certaines dispositions pour
qu’elle concorde mieux avec la version française
correspondante;
• modifier la version française de certaines dispositions pour
qu’elle concorde mieux avec la version anglaise
correspondante;
• uniformiser la terminologie française ou anglaise utilisée dans
l’ensemble du RIPR.
Rationale
Justification
The SJCSR is authorized under the Statutory Instruments Act to
scrutinize almost all federal statutory instruments, and it reviews
hundreds of regulations each year to ensure that
• the executive possessed the statutory authority to make the
regulation;
• the regulation complies with applicable laws, including the
Canadian Charter of Rights and Freedoms; and
• the executive followed the proper procedure in enacting the
regulation or issuing the statutory instrument.
When the SJCSR alleges that a regulation that does not comply
with the aforementioned criteria, it contacts the government body
responsible for the instrument.
CIC has been in communication with the SJCSR and acknowledged the need to amend the IRPR in a timely manner. This is
the second set of regulatory amendments that respond to the
SJCSR’s review — a previous package of technical amendments
corrected 25 errors and inconsistencies noted by the SJCSR
(SOR/2009-163 and SOR/2009-290).
Le CMPER est habilité en vertu de la Loi sur les textes réglementaires à examiner presque tous les textes réglementaires fédéraux. Il examine ainsi chaque année des centaines de règlements
afin de vérifier qu’ils sont conformes aux exigences suivantes :
• L’organe exécutif est habilité à prendre le règlement;
• Le règlement est conforme aux lois pertinentes, y compris la
Charte canadienne des droits et libertés;
• L’organe exécutif a respecté la procédure à suivre pour promulguer le règlement ou publier le texte réglementaire.
Lorsque le CMPER prétend qu’un règlement ne respecte pas
les critères susmentionnés, il communique avec l’organisme gouvernemental responsable du texte réglementaire.
CIC a été en relation avec le CMPER et a reconnu la nécessité
de modifier le RIPR en temps opportun. Le présent ensemble de
modifications est le deuxième à avoir été préparé en réponse à
l’examen du CMPER. Le précédent groupe de modifications
techniques avait permis de corriger 25 erreurs et manques
d’uniformité relevés par le CMPER (DORS/2009-163 et
DORS/2009-290).
Le 2 octobre 2010
Gazette du Canada Partie I
2557
The amendments have no impact on public policy and present
no cost to the Government of Canada or the private sector.
Ces modifications n’ont par ailleurs aucune incidence sur la politique publique et n’entraînent aucun coût pour le gouvernement
fédéral ou le secteur privé.
Consultation
Consultation
External consultations for the proposed regulatory amendments
were not undertaken, as the changes are not substantive in nature.
CIC has kept the SJCSR apprised of its progress on the required
regulatory amendments.
Les modifications proposées n’ont pas exigé la tenue de consultations externes, car il ne s’agit pas de modifications de fond.
CIC a tenu le CMPER au courant des progrès réalisés à l’égard
des modifications réglementaires exigées.
Given the statutory requirement to table these proposed Regulations before both Houses of Parliament, stakeholders are also
provided with a 15-day comment period following prepublication of this proposal in the Canada Gazette, Part I.
Comme la loi oblige à déposer ces projets de dispositions réglementaires devant chaque chambre du Parlement, les intervenants disposent en outre d’une période de 15 jours pour commenter les dispositions proposées après leur publication préalable
dans la Partie I de la Gazette du Canada.
Contact
Personne-ressource
Colin Boyd
Director
Cabinet Briefings and Regulatory Affairs
Strategic Policy Branch
Citizenship and Immigration Canada
365 Laurier Avenue W
Ottawa, Ontario
K1A 1L1
Telephone: 613-957-5981
Fax: 613-954-5896
Email: colin.boyd@cic.gc.ca
Colin Boyd
Directeur
Dossiers du Cabinet et affaires réglementaires
Direction générale des politiques stratégiques
Citoyenneté et Immigration Canada
365, avenue Laurier Ouest
Ottawa (Ontario)
K1A 1L1
Téléphone : 613-957-5981
Télécopieur : 613-954-5896
Courriel : colin.boyd@cic.gc.ca
PROPOSED REGULATORY TEXT
PROJET DE RÉGLEMENTATION
Notice is hereby given that the Governor in Council, pursuant
to subsection 5(1) and sections 17, 32 and 53 of the Immigration
and Refugee Protection Acta, proposes to make the annexed
Regulations Amending the Immigration and Refugee Protection
Regulations.
Avis est donné que la gouverneure en conseil, en vertu du paragraphe 5(1) et des articles 17, 32 et 53 de la Loi sur l’immigration et la protection des réfugiésa, se propose de prendre le
Règlement modifiant le Règlement sur l’immigration et la protection des réfugiés, ci-après.
Interested persons may make representations concerning the
proposed Regulations within 15 days after the date of publication
of this notice. All such representations must cite the Canada Gazette, Part I, and the date of publication of this notice, and be addressed to Colin Boyd, Director of Cabinet, Parliamentary and
Regulatory Affairs, Citizenship and Immigration Canada,
365 Laurier Avenue West, 18th floor, Ottawa, Ontario K1A 1L1
(tel.: 613-957-5981; email: colin.boyd@cic.gc.ca).
Les intéressés peuvent présenter leurs observations au sujet du
projet de règlement dans les quinze jours suivant la date de publication du présent avis. Ils sont priés d’y citer la Gazette du Canada Partie I, ainsi que la date de publication, et d’envoyer le tout à
Colin Boyd, directeur des Affaires réglementaires, parlementaires
et du Cabinet, Citoyenneté et Immigration Canada, 365, avenue
Laurier Ouest, 18e étage, Ottawa (Ontario) K1A 1L1 (tél. : 613957-5981; courriel : colin.boyd@cic.gc.ca).
Ottawa, September 23, 2010
Ottawa, le 23 septembre 2010
Le greffier adjoint du Conseil privé
JURICA ČAPKUN
JURICA ČAPKUN
Assistant Clerk of the Privy Council
———
———
a
a
S.C. 2001, c. 27
L.C. 2001, ch. 27
2558
Canada Gazette Part I
REGULATIONS AMENDING THE
IMMIGRATION AND REFUGEE
PROTECTION REGULATIONS
RÈGLEMENT MODIFIANT LE
RÈGLEMENT SUR L’IMMIGRATION
ET LA PROTECTION DES RÉFUGIÉS
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1. Subparagraphs 178(1)(b)(i) and (ii) of the
Immigration and Refugee Protection Regulations1
are replaced by the following:
(i) a statutory declaration attesting to the applicant’s identity made by a person who, before the applicant’s entry into Canada, knew
the applicant, a family member of the applicant or the applicant’s father, mother, brother,
sister, grandfather or grandmother, or
(ii) a statutory declaration attesting to the applicant’s identity made by an official of an organization representing nationals of the applicant’s country of nationality or former habitual
residence.
1. Les sous-alinéas 178(1)b)(i) et (ii) du Règlement sur l’immigration et la protection des réfugiés1 sont remplacés par ce qui suit :
(i) soit d’une affirmation solennelle qui atteste
l’identité du demandeur faite par une personne
qui, avant l’entrée de celui-ci au Canada, a
connu le demandeur, un membre de sa famille,
son père, sa mère, son frère, sa sœur, son
grand-père ou sa grand-mère,
(ii) soit d’une affirmation solennelle qui atteste
l’identité du demandeur faite par le représentant d’une organisation qui représente les ressortissants du pays dont le demandeur a la nationalité ou dans lequel il avait sa résidence
habituelle.
2. L’alinéa 186n) du même règlement est remplacé par ce qui suit :
n) à titre d’examinateur ou de responsable de
l’évaluation d’une thèse, d’un projet ou d’un
programme universitaires ou d’un projet de
recherche;
3. (1) Le passage du paragraphe 190(1) de la
version anglaise du même règlement précédant
l’alinéa a) est remplacé par ce qui suit :
190. (1) A foreign national is exempt from the
requirement to obtain a temporary resident visa if
they
(2) Le passage du paragraphe 190(2) de la
version anglaise du même règlement précédant
l’alinéa a) est remplacé par ce qui suit :
(2) A foreign national is exempt from the requirement to obtain a temporary resident visa if
they
(3) Le paragraphe 190(2.1) de la version anglaise du même règlement est remplacé par ce
qui suit :
(2.1) A foreign national who is a citizen of
Lithuania or Poland is exempt from the requirement
to obtain a temporary resident visa if they hold a
machine readable passport that contains a contactless integrated circuit chip and that is issued by
Lithuania or Poland, as the case may be.
(4) Le passage du paragraphe 190(3) de la
version anglaise du même règlement précédant
l’alinéa a) est remplacé par ce qui suit :
(3) A foreign national is exempt from the requirement to obtain a temporary resident visa if
they are seeking to enter and remain in Canada
solely
2. Paragraph 186(n) of the Regulations is replaced by the following:
(n) as an examiner or evaluator of research proposals or university projects, programs or theses;
Visa
exemption —
nationality
Visa
exemption —
documents
Visa
exemption —
nationality and
documents
Visa
exemption —
purpose of
entry
October 2, 2010
3. (1) The portion of subsection 190(1) of the
English version of the Regulations before paragraph (a) is replaced by the following:
190. (1) A foreign national is exempt from the
requirement to obtain a temporary resident visa if
they
(2) The portion of subsection 190(2) of the
English version of the Regulations before paragraph (a) is replaced by the following:
(2) A foreign national is exempt from the requirement to obtain a temporary resident visa if
they
(3) Subsection 190(2.1) of the English version
of the Regulations is replaced by the following:
(2.1) A foreign national who is a citizen of
Lithuania or Poland is exempt from the requirement
to obtain a temporary resident visa if they hold a
machine readable passport that contains a contactless integrated circuit chip and that is issued by
Lithuania or Poland, as the case may be.
(4) The portion of subsection 190(3) of the
English version of the Regulations before paragraph (a) is replaced by the following:
(3) A foreign national is exempt from the requirement to obtain a temporary resident visa if
they are seeking to enter and remain in Canada
solely
———
———
1
1
SOR/2002-227
DORS/2002-227
Visa
exemption —
nationality
Visa
exemption —
documents
Visa
exemption —
nationality and
documents
Visa
exemption —
purpose of
entry
Le 2 octobre 2010
Visa
exemption —
crew member
Qualité
Departure order
Exception
Application of
par. 42(b) of
the Act
Application of
par. 42(b) of
the Act
Gazette du Canada Partie I
(5) The portion of subsection 190(3.1) of the
Regulations before paragraph (a) is replaced by
the following:
(3.1) A foreign national who is a member of a
crew and who is carried to Canada by a vessel is
exempt from the requirement to obtain a temporary
resident visa if they are seeking
4. Section 192 of the French version of the
Regulations is replaced by the following:
192. Est un visiteur et appartient à la catégorie
des visiteurs l’étranger autorisé à entrer au Canada
et à y séjourner à ce titre.
5. Subsection 224(1) of the Regulations is replaced by the following:
224. (1) For the purposes of subsection 52(1) of
the Act, an enforced departure order is a circumstance in which the foreign national is exempt from
the requirement to obtain an authorization in order
to return to Canada.
6. (1) Subsection 225(2) of the Regulations is
replaced by the following:
(2) For the purposes of subsection 52(1) of the
Act, the expiry of a one-year period following the
enforcement of an exclusion order, or a two-year
period if subsection (3) applies, is a circumstance in
which the foreign national is exempt from the requirement to obtain an authorization in order to
return to Canada.
(2) Subsection 225(4) of the Regulations is replaced by the following:
(4) For the purposes of subsection 52(1) of the
Act, the making of an exclusion order against a
foreign national on the basis of inadmissibility
under paragraph 42(b) of the Act is a circumstance
in which the foreign national is exempt from the
requirement to obtain an authorization in order to
return to Canada.
7. Subsection 226(2) of the Regulations is replaced by the following:
(2) For the purposes of subsection 52(1) of the
Act, the making of a deportation order against a
foreign national on the basis of inadmissibility
under paragraph 42(b) of the Act is a circumstance
in which the foreign national is exempt from the
requirement to obtain an authorization in order to
return to Canada.
(5) Le passage du paragraphe 190(3.1) du
même règlement précédant l’alinéa a) est remplacé par ce qui suit :
(3.1) Est dispensé de l’obligation d’obtenir un visa de résident temporaire l’étranger membre d’équipage qui arrive au Canada à bord d’un bâtiment et
qui cherche, à la fois :
4. L’article 192 de la version française du
même règlement est remplacé par ce qui suit :
192. Est un visiteur et appartient à la catégorie
des visiteurs l’étranger autorisé à entrer au Canada
et à y séjourner à ce titre.
5. Le paragraphe 224(1) du même règlement
est remplacé par ce qui suit :
224. (1) Pour l’application du paragraphe 52(1)
de la Loi, l’exécution d’une mesure d’interdiction
de séjour à l’égard d’un étranger constitue un cas
dans lequel l’étranger est dispensé de l’obligation
d’obtenir l’autorisation pour revenir au Canada.
6. (1) Le paragraphe 225(2) du même règlement est remplacé par ce qui suit :
(2) Pour l’application du paragraphe 52(1) de la
Loi, l’expiration d’une période de un an — ou de
deux ans dans le cas visé au paragraphe (3) — suivant l’exécution d’une mesure d’exclusion constitue un cas dans lequel l’étranger visé par la mesure
est dispensé de l’obligation d’obtenir une autorisation pour revenir au Canada.
(2) Le paragraphe 225(4) du même règlement
est remplacé par ce qui suit :
(4) Pour l’application du paragraphe 52(1) de la
Loi, le fait que l’étranger soit visé par une mesure
d’exclusion en raison de son interdiction de territoire au titre de l’alinéa 42b) de la Loi constitue un
cas dans lequel l’étranger est dispensé de l’obligation d’obtenir une autorisation pour revenir au
Canada.
7. Le paragraphe 226(2) du même règlement
est remplacé par ce qui suit :
(2) Pour l’application du paragraphe 52(1) de la
Loi, le fait que l’étranger soit visé par une mesure
d’expulsion en raison de son interdiction de territoire au titre de l’alinéa 42b) de la Loi constitue un
cas dans lequel l’étranger est dispensé de l’obligation d’obtenir une autorisation pour revenir au
Canada.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
8. These Regulations come into force on the
day on which they are registered.
8. Le présent règlement entre en vigueur à la
date de son enregistrement.
[40-1-o]
2559
Dispense de
visa — membre
d’équipage
Qualité
Mesure
d’interdiction
de séjour
Exception
Application de
l’alinéa 42b) de
la Loi
Application de
l’alinéa 42b) de
la Loi
[40-1-o]
2560
Canada Gazette Part I
October 2, 2010
Order Adding Toxic Substances to Schedule 1 to the
Canadian Environmental Protection Act, 1999
Décret d’inscription de substances toxiques
à l’annexe 1 de la Loi canadienne sur la
protection de l’environnement (1999)
Statutory authority
Canadian Environmental Protection Act, 1999
Fondement législatif
Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999)
Sponsoring departments
Department of the Environment and Department of Health
Ministères responsables
Ministère de l’Environnement et ministère de la Santé
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Order.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Décret.)
Issue and objectives
Question et objectifs
Canadians depend on chemical substances that are used in hundreds of goods, from medicines to computers, fabrics, and fuels.
Unfortunately, some chemical substances can negatively affect
our health and environment when released in a certain quantity or
concentration in the environment. Scientific assessments of the
impact of human and environmental exposure have determined
that a number of these substances constitute or may constitute a
danger to human health or to the environment as per the criteria
set out under section 64 of the Canadian Environmental Protection Act, 1999 (CEPA 1999).
Les Canadiens dépendent des substances chimiques utilisées
dans des centaines de produits, des médicaments aux ordinateurs,
en passant par les tissus et les combustibles. Malheureusement,
certaines substances chimiques peuvent avoir des effets nocifs sur
l’environnement et la santé humaine si elles sont libérées dans
l’environnement en certaines quantités ou à certaines concentrations. Des évaluations scientifiques sur l’impact de l’exposition
des humains et de l’environnement ont révélé qu’un certain nombre de ces substances constituent ou peuvent constituer un danger
pour la santé humaine ou l’environnement selon les critères énoncés à l’article 64 de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999) [LCPE (1999)].
Le projet de décret intitulé Décret concernant l’inscription de
substances toxiques à l’annexe 1 de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999) [ci-après appelé « projet de
décret »] a pour objet d’inscrire des substances sur la Liste des
substances toxiques de l’annexe 1 de la LCPE (1999), conformément au paragraphe 90(1) de la Loi, soit :
• le 2-nitropropane (numéro de registre du Chemical Abstracts
Service [no CAS] 79-46-9);
• le 2-nitrotoluène (no CAS 88-72-2);
• le 4-sec-Butyl-2,6-di-tert-butylphénol (no CAS 17540-75-9),
ci-après appelé « DTBSBP »;
• l’Acétate de [p-(diméthylamino)phényl]bis[4-(éthylamino)-3méthylphényl]méthylium (no CAS 72102-55-7), ci-après appelé « MAPBAP acétate ».
The objective of the proposed Order Adding Toxic Substances to Schedule 1 to the Canadian Environmental Protection
Act, 1999 (hereinafter referred to as the proposed Order), made
under subsection 90(1) of CEPA 1999, is to add the following substances to the List of Toxic Substances in Schedule 1 of
CEPA 1999:
• Propane, 2-nitro- (Chemical Abstracts Service [CAS] Registry
No. 79-46-9), hereafter referred to as “2-nitropropane”;
• Benzene, 1-methyl-2-nitro- (CAS No. 88-72-2), hereafter
referred to as “2-nitrotoluene”;
• Phenol, 2,6-bis(1,1-dimethylethyl)-4-(1-methylpropyl)- (CAS
No. 17540-75-9), hereafter referred to as “DTBSBP”; and
• Methylium, [4-(dimethylamino)phenyl]bis[4-(ethylamino)-3methylphenyl]-, acetate (CAS No. 72102-55-7), hereafter referred to as “MAPBAP acetate.”
This addition enables the development of regulatory risk management proposals for these substances under CEPA 1999. The
Ministers may, however, choose to develop non-regulatory instruments to manage human health and environmental risks posed
by these substances.
Cette inscription permet d’établir des mesures réglementaires
de gestion des risques pour ces substances, dans le cadre de la
LCPE (1999). Les ministres peuvent toutefois choisir d’établir
des instruments non réglementaires afin de gérer les risques
que présentent ces substances pour la santé humaine et
l’environnement.
Description and rationale
Description et justification
Background
Contexte
Approximately 23 000 substances (often referred to as “existing” substances) were in use in Canada between January 1, 1984,
Environ 23 000 substances (souvent appelées substances
« existantes ») ont été utilisées au Canada entre le 1er janvier 1984
Le 2 octobre 2010
Gazette du Canada Partie I
2561
and December 31, 1986. These substances are found on the Domestic Substances List (DSL), but many of them have never been
assessed as to whether they meet any of the criteria set out in section 64 of CEPA 1999. Section 73 of the Act requires that substances on the DSL be categorized to determine which of them
pose the greatest potential for exposure to the general population.
Categorization also determines which of these substances are
persistent or bioaccumulative in accordance with the regulations
and inherently toxic to human beings or to non-human organisms.
Pursuant to section 74 of the Act, substances that were flagged
during the categorization process must undergo an assessment to
determine whether they meet any of the criteria set out in section 64. Assessments may also be published under section 68 of
the Act for substances identified as high priorities for action, but
that do not meet the categorization criteria set out under section 73 of the Act.
et le 31 décembre 1986. Ces substances se retrouvent sur la Liste
intérieure (LI), mais bon nombre d’entre elles n’ont jamais fait
l’objet d’une évaluation, à savoir si elles répondent aux critères
énoncés à l’article 64 de la LCPE (1999). Conformément à
l’article 73 de la Loi, toutes les substances figurant sur la LI doivent faire l’objet d’une catégorisation pour déterminer celles qui
présentent le plus fort risque d’exposition pour la population générale. La catégorisation permet également de déterminer les
substances qui sont jugées persistantes ou bioaccumulables
conformément au règlement et intrinsèquement toxiques pour les
humains et les organismes non humains. En application de
l’article 74 de la Loi, les substances qui ont été signalées au cours
du processus de catégorisation doivent subir une évaluation afin
de déterminer si elles répondent à l’un ou plusieurs des critères
énoncés à l’article 64. Des évaluations peuvent également être
publiées conformément à l’article 68 de la Loi pour les substances
déclarées hautement prioritaires, mais qui ne satisfont pas aux
critères de la catégorisation énoncés à l’article 73 de ladite loi.
The Minister of the Environment and the Minister of Health
(the Ministers) completed the categorization exercise in September 2006. Of the approximately 23 000 substances on the DSL,
about 4 300 were identified as needing further attention, and approximately 200 of these were identified as high priorities for
action.
Les ministres de l’Environnement et de la Santé (« les ministres ») ont complété le processus de catégorisation en septembre
2006. Parmi les quelque 23 000 substances retrouvées sur la LI,
environ 4 300 ont été définies comme méritant une attention plus
poussée et environ 200 d’entre elles ont été déclarées hautement
prioritaires.
As a result of categorization, the Chemicals Management Plan
(the Plan) was launched on December 8, 2006, with the objective
of enhancing the protection against hazardous chemicals.
Le 8 décembre 2006, par suite de ce travail de catégorisation, le
Plan de gestion des produits chimiques (« le Plan ») a été lancé en
vue d’améliorer la protection contre les substances chimiques
dangereuses.
A key element of the Plan is the collection of information on
the properties and uses of the approximately 200 substances identified as high priorities for action. This includes substances
• that were found to meet the categorization criteria for persistence, bioaccumulation potential and inherent toxicity to nonhuman organisms, and that are known to be in commerce, or
of commercial interest, in Canada; these substances are considered to be high priorities for assessment of ecological risk;
and/or
• that were found either to meet the categorization criteria for
greatest potential for exposure of Canadians or to present an
intermediate potential for exposure, and were identified as
posing a high hazard to human health based on available evidence on carcinogenicity, mutagenicity, developmental toxicity or reproductive toxicity; these substances are considered
to be high priorities for assessment of risk to human health.
Un élément clé du Plan consiste en la collecte de renseignements sur les propriétés et les utilisations des quelque 200 substances déclarées hautement prioritaires, à savoir celles dont on a
établi :
• qu’elles répondent à tous les critères environnementaux de la
catégorisation, notamment la persistance, le potentiel de
bioaccumulation et la toxicité intrinsèque pour les organismes
non humains, et qui sont commercialisées ou présentent un intérêt commercial au Canada; ces substances sont considérées
comme d’intérêt très prioritaire en vue d’une évaluation des
risques pour l’environnement;
• qu’elles répondent aux critères de la catégorisation pour le
plus fort risque d’exposition de la population canadienne ou
qui présentent un risque d’exposition intermédiaire et qui ont
été jugées particulièrement dangereuses pour la santé humaine
à la lumière des renseignements obtenus concernant leur cancérogénicité, leur mutagénicité ou leur toxicité pour le développement ou la reproduction; ces substances sont considérées
comme d’intérêt très prioritaire en vue d’une évaluation des
risques pour la santé humaine.
This information is being used to make decisions regarding the
best approaches to be taken in order to protect Canadians and
their environment from the risks these substances might
pose. This information-gathering initiative is known as the
“Challenge.”
Ces renseignements doivent servir à la prise de décisions concernant la meilleure démarche à adopter pour protéger la population canadienne et son environnement face aux risques que
peuvent présenter ces substances. Cette initiative de collecte de
données s’appelle le « Défi ».
To facilitate the process, Environment Canada and Health Canada have organized the approximately 200 substances into
12 “batches” of approximately 15 substances. A batch is released
every three months, and stakeholders are required to report information such as quantities imported, manufactured or used
in Canada via a mandatory survey issued under section 71 of
CEPA 1999. Affected parties are required to submit this information to better inform decision making, including determining
whether a substance meets one or more of the criteria set out in
Afin de faciliter le processus, Environnement Canada et Santé
Canada ont réparti les quelque 200 substances en 12 « lots » d’environ 15 substances chacun. Lorsque les documents relatifs à un
lot de substances sont publiés tous les trois mois, les parties intéressées sont alors tenues de présenter des renseignements (comme
les quantités importées, fabriquées ou utilisées au Canada) en
répondant à une enquête lancée en vertu de l’article 71 de la
LCPE (1999). Les parties concernées doivent fournir les renseignements nécessaires à l’amélioration de la prise de
2562
Canada Gazette Part I
section 64 of CEPA 1999 — that is to say, whether the substance
is entering or may enter the environment in a quantity or concentration or under conditions that
• have or may have an immediate or long-term harmful effect
on the environment or its biological diversity;
• constitute or may constitute a danger to the environment on
which life depends; or
• constitute or may constitute a danger in Canada to human life
or health.
Based on the information received and other available information, screening assessments are conducted in order to assess
whether substances meet one or more of the criteria of section 64.
The screening assessments are peer-reviewed and additional advice is also sought, as appropriate, through the Challenge Advisory Panel. The Panel, made up of experts from various fields
such as chemical policy, chemical production, economics and
environmental health, was formed to provide advice to the Government on the application of precaution and weight-of-evidence
to screening assessments in the Challenge. These screening assessments are then published on the Chemical Substances Web
site at www.chemicalsubstanceschimiques.gc.ca along with notices that are published in the Canada Gazette, Part I, that signal
the Ministers’ intent with regard to further risk management.
The Minister of the Environment is required under section 91
of CEPA 1999 to publish in the Canada Gazette a proposed regulation or other instrument establishing preventive or control
actions within two years of publishing a statement under paragraph 77(6)(b) of CEPA 1999 indicating that the measure the
Ministers propose to take, as confirmed or amended, is a recommendation that the substance be added to the List of Toxic Substances in Schedule 1 of CEPA 1999. Section 92 then requires
that the regulation or other instrument be finalized within
18 months following the publication in the Canada Gazette,
Part I.
The addition of substances onto Schedule 1 of CEPA 1999 allows the Ministers to develop risk management instruments in
order to meet the obligations under the Act (proposed regulation
or other instrument within two years and a final instrument
18 months later). The Act enables the development of risk management instruments (such as regulations, guidelines or codes of
practice) to protect human health and the environment. These
instruments can be developed for any aspect of the substance’s
life cycle from the research and development stage through manufacture, use, storage, transport and ultimate disposal or recycling.
Proposed risk management approach documents, which provide
an indication of where the Government will focus its risk management activities, have been prepared for Batch 8 substances
that meet one or more of the criteria set out in section 64 and are
available on the Chemical Substances Web site listed above.
The draft screening assessments for the eighth batch of the
Challenge comprising 14 substances were published on the
Chemical Substances Web site, and the statements recommending
addition to Schedule 1 were published in the Canada Gazette
on January 30, 2010, for a 60-day public comment period
(www.chemicalsubstanceschimiques.gc.ca/challenge-defi/batchlot-8/index-eng.php).
October 2, 2010
décisions pour ce qui est de déterminer si une substance répond à
l’un ou plusieurs des critères énoncés à l’article 64 de la LCPE
(1999), c’est-à-dire si la substance pénètre ou peut pénétrer dans
l’environnement en une quantité, à une concentration ou dans des
conditions de nature à :
• avoir, immédiatement ou à long terme, un effet nocif sur
l’environnement ou sur la diversité biologique;
• mettre en danger l’environnement essentiel pour la vie;
• constituer un danger au Canada pour la vie ou la santé
humaines.
Des évaluations préalables sont effectuées en tenant compte
des renseignements reçus et d’autres données disponibles afin de
déterminer si les substances répondent à un ou plusieurs des critères de l’article 64. Les évaluations préalables sont soumises à un
examen par les pairs. D’autres avis relatifs à ces évaluations sont
également obtenus, s’il y a lieu, par le truchement du Groupe
consultatif du Défi. Le Groupe a été créé pour conseiller le gouvernement sur l’application du principe de prudence et de la méthode du poids de la preuve dans les évaluations préalables réalisées dans le cadre du Défi. Il est composé d’experts de divers
domaines tels que la politique sur les produits chimiques, la fabrication de ces produits, l’économie et la santé de l’environnement. Ces évaluations préalables sont ensuite publiées sur le
site Web portant sur les substances chimiques (www.
chemicalsubstanceschimiques.gc.ca) en même temps que paraissent les avis dans la Partie I de la Gazette du Canada qui précisent l’intention des ministres de prendre des mesures supplémentaires de gestion des risques.
Conformément à l’article 91 de la LCPE (1999), le ministre de
l’Environnement est tenu de publier, dans la Gazette du Canada,
un projet de texte — règlement ou autre — portant sur les mesures de prévention ou de contrôle dans les deux ans suivant la publication d’un avis en vertu de l’alinéa 77(6)b) de la LCPE (1999)
indiquant que la mesure, confirmée ou modifiée, que proposent
les ministres, est une recommandation d’inscrire la substance sur
la Liste des substances toxiques de l’annexe 1 de la LCPE (1999).
L’article 92 les oblige ensuite à terminer le texte du règlement (ou
autre instrument) dans les 18 mois suivant la publication dans la
Partie I de la Gazette du Canada.
L’inscription de substances à l’annexe 1 de la LCPE (1999)
permet aux ministres de mettre au point des instruments de gestion des risques afin de s’acquitter de ces obligations en vertu de
la Loi (un projet de texte — règlement ou autre — dans les deux
ans et un texte définitif 18 mois plus tard). La Loi permet l’élaboration d’instruments de gestion des risques (comme des règlements, des directives ou des codes de pratique) afin de protéger la
santé des humains et l’environnement. Ces instruments peuvent
être conçus en vue de contrôler tous les aspects du cycle de vie
d’une substance, depuis la recherche et le développement jusqu’à
l’élimination finale ou au recyclage, en passant par la fabrication,
l’utilisation, le stockage et le transport. Des approches de gestion
des risques proposées indiquant le centre de préoccupation des
activités de gestion des risques du gouvernement ont été préparés
pour les substances du huitième lot qui répondent à un ou plusieurs critères énoncés à l’article 64 de la LCPE (1999). Elles sont
disponibles en ligne sur le site Web des substances chimiques
susmentionné.
Les ébauches d’évaluation préalable du huitième lot du Défi
visant 14 substances ont été publiées sur le site Web portant sur
les substances chimiques, et les avis recommandant l’inscription à
l’annexe 1 sont parus dans la Gazette du Canada du 30 janvier
2010, pour une période de commentaires publics de 60 jours
(www.chemicalsubstanceschimiques.gc.ca/challenge-defi/batchlot-8/index-fra.php).
Le 2 octobre 2010
Of the 14 substances assessed in Batch 8, 2 substances have
been concluded to meet paragraph 64(a) of CEPA 1999, as they
are entering the environment in a quantity or concentration or
under conditions that have or may have an immediate or longterm harmful effect on the environment or its biological diversity,
and 2 substances have been concluded to meet paragraph 64(c) of
the Act, as they constitute or may constitute a danger to human
life or health.
A summary of the assessments and conclusions and an
overview of the public comments received during the public
comment period on the draft assessment reports and on the risk
management scope documents for the substances are available from the Chemical Substances Web site, at www.
chemicalsubstanceschimiques.gc.ca/challenge-defi/batch-lot-8/
index-eng.php.
Gazette du Canada Partie I
2563
Parmi les 14 substances du huitième lot soumises à l’évaluation, il a été conclu que 2 d’entre elles répondent aux critères
énoncés à l’alinéa 64a) de la LCPE (1999), car elles pénètrent
dans l’environnement en une quantité, à une concentration ou
dans des conditions de nature à avoir, immédiatement ou à long
terme, un effet nocif sur l’environnement ou sur la diversité biologique. Il a aussi été conclu que 2 autres substances répondent
aux critères énoncés à l’alinéa 64c) de la Loi, car elles constituent ou pourraient constituer un danger pour la vie ou la santé
humaines.
Un résumé des évaluations et des conclusions ainsi qu’un aperçu des observations du public reçues au cours de la période de
commentaires sur les ébauches d’évaluation préalable et les
cadres de gestion des risques pour ces substances sont présentés
sur le site Web des substances chimiques à l’adresse suivante :
www.chemicalsubstanceschimiques.gc.ca/challenge-defi/batchlot-8/index-fra.php.
Substance descriptions, assessment summaries and conclusions
for Batch 8 substances proposed for addition onto Schedule 1
Résumé des évaluations, des conclusions et des descriptions des
substances du huitième lot que l’on propose d’inscrire à
l’annexe 1
Propane, 2-nitro-
2-Nitropropane
Propane, 2-nitro-, also known as “2-nitropropane,” is an industrial chemical used as a solvent and chemical intermediate. As a
solvent, it may be used in inks, paints, adhesives, varnishes,
polymers and synthetic materials. Additionally, 2-nitropropane
may be used as an intermediate in the synthesis of pharmaceuticals, dyes and insecticides. Although the substance may be used
in the production of printing inks for flexible food packaging, no
use in food packaging applications has been reported in Canada
for at least 10 years. The substance 2-nitropropane is permitted
for use in the processing of vegetable oils; however, available
information (provided by stakeholders to Health Canada, 2009)
has indicated that it is not used in vegetable oil processing in
North America. Also, its use as a food-processing solvent is discouraged internationally.1
Le 2-nitropropane est une substance chimique industrielle, utilisée comme solvant et comme produit chimique intermédiaire.
En tant que solvant, la substance peut être utilisée dans des encres, des peintures, des adhésifs, des vernis, des polymères et des
matériaux synthétiques. Par ailleurs, le 2-nitropropane peut servir
d’intermédiaire dans la synthèse de produits pharmaceutiques, de
teintures et d’insecticides. Bien que la substance puisse entrer
dans la production des encres d’imprimerie pour l’emballage alimentaire flexible, aucune utilisation à cette fin n’a été rapportée
au Canada au cours des 10 dernières années. L’utilisation de
2-nitropropane est autorisée dans la transformation des huiles
végétales. Cela dit, les données disponibles (fournies par les parties intéressées à Santé Canada en 2009) révèlent que cette substance n’a pas été utilisée à cette fin en Amérique du Nord. En
outre, il est déconseillé de l’utiliser comme solvant dans la transformation des produits alimentaires à l’échelle internationale1.
Au Canada, la quantité de 2-nitropropane produite n’a pas
dépassé le seuil de déclaration de 100 kg, alors que la quantité
importée se situait entre 100 kg et 1 000 kg en 20062. Les sources
potentielles d’exposition les plus importantes au 2-nitropropane
comprendraient vraisemblablement l’inhalation de la fumée de
cigarette et peut-être l’ingestion d’huile végétale, qui pourrait
contenir des concentrations résiduelles de cette substance.
Compte tenu des évaluations fondées sur des données probantes
qui ont été effectuées par des organismes internationaux, ainsi
que par des organismes nationaux (le Centre international de
recherche sur le cancer, la Commission européenne et le programme américain, dit National Toxicology Program), la cancérogénicité représente un effet critique du 2-nitropropane aux fins
de la caractérisation des risques pour la santé humaine. Diverses
études menées sur des animaux de laboratoire ont révélé une apparition accrue de tumeurs au foie. Par ailleurs, la génotoxicité du
2-nitropropane a été clairement démontrée chez les rats.
The substance 2-nitropropane was not manufactured in Canada
above the 100 kg threshold, while between 100 kg and 1 000 kg
were imported into Canada in 2006.2 The most significant sources
of potential exposure to 2-nitropropane are likely to include inhalation of cigarette smoke and possibly the ingestion of vegetable
oil, which may contain residual concentrations of this substance.
Based on weight-of-evidence-based assessments of international
and other national agencies (International Agency for Research
on Cancer, European Commission, U.S. National Toxicology
Program), the critical effect for the characterization of risks to
human health from exposure to 2-nitropropane is carcinogenicity.
Increased incidence of liver tumours in experimental animals was
reported in various studies and the substance has also demonstrated clear evidence of genotoxicity in rats.
2-Nitrotoluene
2-Nitrotoluène
The substance 2-nitrotoluene is an industrial chemical primarily limited to industrial applications in closed systems in the
explosives-manufacturing industry in Canada. Other known uses
internationally include the production of pesticides and pharmaceutical products, which could be imported into Canada. No
Le 2-nitrotoluène est un produit chimique industriel dont l’utilisation est réservée aux applications industrielles dans les
systèmes fermés de production des explosifs au Canada. D’autres
utilisations à l’étranger comprennent la fabrication de produits
pesticides et pharmaceutiques, qui pourraient être importés au
———
———
1
1
2
World Health Organization, 1992
Data for all substances in this document on manufacture and imports have been
taken from responses to notices published under section 71 of CEPA 1999.
2
Organisation mondiale de la Santé, 1992
Dans le présent document, les données sur l’importation et la fabrication de
toutes les substances proviennent des réponses aux avis émis aux termes de
l’article 71 de la LCPE (1999).
2564
Canada Gazette Part I
October 2, 2010
manufacturing was reported in Canada, while between 100 kg and
1 000 kg of the substance were imported into Canada in 2006. The
general population is not likely to be exposed to 2-nitrotoluene
through environmental media nor in food or beverages and consumer products. The substance 2-nitrotoluene has been classified
on the basis of carcinogenicity by other national and international
agencies (International Agency for Research on Cancer, European
Commission, U.S. National Toxicology Program). Although information on the potential carcinogenicity of 2-nitrotoluene in
humans is very limited, increased incidence of tumours was reported in experimental animals. Exposure has also been associated with non-cancer effects, including developmental and reproductive effects as well as effects in the lungs, liver, spleen,
bone marrow and the hematopoietic system. The substance
2-nitrotoluene was also genotoxic in essays in exposed rodents.
Canada. Aucune fabrication de cette substance n’a été signalée au
pays, alors que la quantité qui y a été importée se situait entre
100 kg et 1 000 kg en 2006. La population générale ne semble pas
être exposée au 2-nitrotoluène par l’intermédiaire de sources environnementales, de produits alimentaires, de boissons ou de produits de consommation. Le 2-nitrotoluène a été classé par d’autres
organismes nationaux et internationaux en fonction de sa cancérogénicité (le Centre international de recherche sur le cancer, la
Commission européenne et le programme américain appelé
National Toxicology Program). Bien qu’on ne dispose que de
très peu de données sur la cancérogénicité potentielle du
2-nitrotoluène chez les humains, on a enregistré une apparition
accrue de tumeurs chez les animaux de laboratoire. L’exposition à
cette substance a aussi été associée à d’autres effets que le cancer,
notamment des effets sur le développement, le système reproducteur, les poumons, le foie, la rate, la moelle osseuse et le système
hématopoïétique. Elle s’est également révélée génotoxique au
cours d’essais menés sur des rongeurs qui y ont été exposés.
DTBSBP
DTBSBP
The substance DTBSBP is not naturally produced in the environment and is used in Canada and elsewhere as an antioxidant
and liquid stabilizer in plastics such as polyvinyl chloride (PVC)
and polyurethane, as well as in brake fluids, ink resins and
mineral/vegetable oils used in industrial applications. It is also
used as an antioxidant in the petrochemical sector. While the substance was not manufactured in Canada, between 10 000 kg and
100 000 kg of DTBSBP were imported into Canada in 2006, for
use mainly in plastics manufacturing. The quantity of DTBSBP
imported into Canada, along with the potentially dispersive uses
of this substance, indicates that it may be released into the Canadian environment. In terms of assessment activities in other
countries, it was sponsored under the U.S. High Production Volume Program as part of the class “Alkylphenols,” and the U.S.
EPA completed a hazard assessment in 2007. The substance
DTBSBP is also currently being sponsored by Japan for a Screening Information Data Set (SIDS) under the OECD High Production Volume Program. Empirical3 and modelled4 data for
DTBSBP and empirical data for close structural analogues5 indicate that DTBSBP is expected to be persistent in water, soil and
sediments. Modelled6 and analogue data7 show that DTBSBP has
the potential to accumulate in organisms and may biomagnify in
food chains. The substance has been determined to meet the persistence and bioaccumulation criteria as set out in the Persistence
and Bioaccumulation Regulations. In addition, modelled data8
and empirical data for close structural analogue 2,4,6-tri-tertbutylphenol9 indicate that the substance is potentially highly hazardous to aquatic organisms.
Le DTBSBP est une substance qui ne se trouve pas naturellement dans l’environnement et que l’on utilise au Canada, et ailleurs dans le monde, comme antioxydant et agent stabilisant dans
les plastiques, notamment le polychlorure de vinyle (PVC) et le
polyuréthanne, ainsi que dans les liquides pour freins, les résines
pour encres et les huiles minérales ou végétales utilisées dans le
secteur industriel. Il est également utilisé comme antioxydant
dans le secteur pétrochimique. Bien que la substance ne soit pas
produite au Canada, la quantité importée se situe entre 10 000 kg
et 100 000 kg en 2006, essentiellement pour la fabrication de
produits plastiques. La quantité de DTBSBP importée au Canada
ainsi que des utilisations susceptibles d’entraîner la dispersion de
la substance indiquent qu’elle pourrait être rejetée dans l’environnement au pays. Pour ce qui est des activités d’évaluation dans les
autres pays, elles ont été parrainées par le High Production
Volume Program des États-Unis, cette substance ayant été considérée comme appartenant à la classe des « alkylphénols ». Par
ailleurs, l’Environmental Protection Agency des États-Unis a
effectué une évaluation des risques en 2007. À l’heure actuelle, le
DTBSBP est aussi parrainé par le Japon aux fins du Screening
Information Data Set (SIDS) en vertu du programme de l’Organisation de coopération et de développement économiques sur les
substances chimiques produites en grandes quantités. Les données
empiriques3, ainsi que les données modélisées4 relatives au
DTBSBP, en plus des données empiriques relatives aux substances similaires de structure apparentée5, indiquent que le DTBSBP
devrait être persistant dans l’eau, le sol et les sédiments. Les données modélisées6 ainsi que les données sur des substances analogues7 révèlent que le DTBSBP possède un potentiel de bioaccumulation dans les organismes et pourrait se bioamplifier dans les
chaînes alimentaires. Il a été déterminé que cette substance répond aux critères de la persistance et de la bioaccumulation définis dans le Règlement sur la persistance et la bioaccumulation.
En outre, les données modélisées8, ainsi que les données empiriques relatives à la substance similaire de structure apparentée, le
2,4,6-tri-tert-butylphénol9 indiquent que la substance pourrait
s’avérer très dangereuse pour les organismes aquatiques.
———
———
3
3
4
5
6
7
8
9
National Institute of Technology and Evaluation, 2002
Biodegradation Probability Program for Windows, 2000, from the U.S. Environmental Protection Agency and persistent organic pollutants (POPs) model from
Environment Canada, 2008
National Institute of Technology and Evaluation, 2002
BCF/BAF, 2008, and Organisation for Economic Co-operation and Development
(OECD), 2008
Chemicals Evaluation and Research Institute, 2009
Ecological Structural Activity Relationships, 2004, CPOPs model from Environment Canada, 2008, and OECD, 2008
National Institute of Technology and Evaluation, 2002, and Geiger et al., 1990
4
5
6
7
8
9
National Institute of Technology and Evaluation, 2002
Biodegradation Probability Program for Windows, 2000, de l’Environmental
Protection Agency des États-Unis; modèle des polluants organiques persistants
(POP) d’Environnement Canada, 2008
National Institute of Technology and Evaluation, 2002
Modèle BCF/BAF, 2008; Organisation de coopération et de développement
économiques (OCDE), 2008
Chemicals Evaluation and Research Institute, 2009
Ecological Structural Activity Relationships, 2004; modèle CPOP d’Environnement Canada, 2008; OCDE, 2008
National Institute of Technology and Evaluation, 2002; Geiger et al., 1990
Le 2 octobre 2010
Gazette du Canada Partie I
2565
MAPBAP acetate
MAPBAP acétate
The substance MAPBAP acetate is not occurring naturally in
the environment and is used in Canada and elsewhere as a cationic dye mainly in the production of paper products (newsprint).
While the substance was not manufactured in Canada, between
10 001 kg and 100 000 kg of MAPBAP acetate were imported
into Canada in 2006. The quantity of MAPBAP acetate imported
into Canada, along with the known uses of this substance, indicate that it could be released into the Canadian environment. Although no releases of MAPBAP acetate were reported in response
to a survey under section 71 of CEPA, releases to the environment could occur given the substance’s current use as a paper
dye. The substance was not assessed by the European Union or
the United States. Since there is no experimental data for the persistence and bioaccumulation potential of MAPBAP acetate,
modelled data was used for persistence. MAPBAP acetate is expected to be persistent in the environment, but is not expected to
bioaccumulate, under the criteria set out in the Persistence and
Bioaccumulation Regulations. In addition, available data indicate
that MAPBAP acetate is potentially highly hazardous to aquatic
organisms.
Le MAPBAP acétate est une substance qui n’est pas présente
naturellement dans l’environnement et que l’on utilise au Canada,
et ailleurs dans le monde, comme colorant cationique, essentiellement dans la production de produits de papier (papier journal).
Alors que cette substance n’était pas fabriquée au Canada, la
quantité qui y a été importée se situait entre 10 001 kg et
100 000 kg en 2006. La quantité de MAPBAP acétate importée
au Canada, ainsi que ses utilisations connues, indique que cette
substance pourrait être rejetée dans l’environnement au Canada.
Bien qu’aucun rejet de MAPBAP acétate n’ait été déclaré lors
d’une enquête menée en vertu de l’article 71 de la LCPE (1999),
des quantités pourraient être rejetées dans l’environnement,
compte tenu du fait que cette substance est actuellement utilisée
comme colorant pour papier. Cette substance n’a fait l’objet
d’aucune évaluation en Union européenne ou aux États-Unis.
Étant donné l’absence de données expérimentales sur la persistance et le potentiel de bioaccumulation du MAPBAP acétate, des
données modélisées ont servi à en évaluer la persistance. Il devrait être persistant dans l’environnement, mais pas bioaccumulable, compte tenu des critères définis dans le Règlement sur la
persistance et la bioaccumulation. En outre, les données disponibles révèlent que le MAPBAP acétate pourrait être hautement
dangereux pour les organismes aquatiques.
Assessment conclusions
Conclusions tirées de l’évaluation
On the basis of the carcinogenicity potential for which there is
a probability of harm at any level of exposure, as well as the potential for other harmful effects, it is concluded that 2-nitropropane and 2-nitrotoluene may be entering the environment in a
quantity or concentration or under conditions that constitute or
may constitute a danger in Canada to human life or health as set
out in paragraph 64(c) of CEPA 1999.
Compte tenu du potentiel de cancérogénicité dont découle la
probabilité de présence de risques, quel que soit le niveau d’exposition, en plus du potentiel relatif aux autres effets nocifs, le
2-nitropropane et le 2-nitrotoluène sont des substances qui peuvent pénétrer dans l’environnement en une quantité, à une concentration ou dans des conditions de nature à constituer un danger
au Canada pour la vie ou la santé humaines, conformément aux
critères énoncés à l’alinéa 64c) de la LCPE (1999).
Compte tenu des renseignements disponibles, le DTBSBP et le
MAPBAP acétate sont des substances qui peuvent ou pourraient
pénétrer dans l’environnement en une quantité, à une concentration ou dans des conditions de nature à avoir, immédiatement ou à
long terme, un effet nocif sur l’environnement ou sur la diversité
biologique, conformément aux critères énoncés à l’alinéa 64a) de
la LCPE (1999). Il a donc été proposé d’inscrire le 2-nitropropane, le 2-nitrotoluène, le DTBSBP et le MAPBAP acétate à
l’annexe 1 de la LCPE (1999).
Par ailleurs, la présence du DTBSBP dans l’environnement résulte principalement de l’activité humaine. De plus, les données
dont on dispose sur la persistance et la bioaccumulation indiquent
que la substance répond aux critères énoncés dans le Règlement
sur la persistance et la bioaccumulation, établi en vertu de la
LCPE (1999). Cette substance répond donc aux critères liés à la
mise en œuvre de la quasi-élimination des rejets dans l’environnement, conformément aux dispositions prescrites au paragraphe 77(4).
Les évaluations préalables, les approches de gestion des risques
proposées et les réponses complètes aux commentaires reçus
sur les substances du huitième lot ont été publiés le 31 juillet 2010 et peuvent être obtenues à partir du site Web portant
sur les substances chimiques à l’adresse suivante : www.
chemicalsubstanceschimiques.gc.ca/challenge-defi/batch-lot-8/
index-fra.php. Il est également possible d’obtenir des exemplaires
de ces documents auprès de la Division de la mobilisation et de
l’élaboration de programmes, Gatineau (Québec) K1A 0H3, 819953-7155 (télécopieur), Existing.Substances.Existantes@ec.gc.ca
(courriel).
Based on the information available, it is concluded that
DTBSBP and MAPBAP acetate are entering or may enter the
environment in a quantity or concentration or under conditions
that have or may have an immediate or long-term harmful effect
on the environment or its biological diversity as set out in paragraph 64(a) of CEPA 1999. The substances 2-nitropropane,
2-nitrotoluene, DTBSBP and MAPBAP acetate are thus proposed
for addition to Schedule 1 of CEPA 1999.
In addition, the presence of DTBSBP in the environment results primarily from human activity and the available data regarding persistence and bioaccumulation indicate that the substance
meets the criteria set out in the Persistence and Bioaccumulation
Regulations, made under CEPA 1999. The substance thus meets
the criteria for implementation of virtual elimination of releases to
the environment as defined under subsection 77(4).
The final screening assessment reports, the proposed risk management approach documents and the complete responses to
comments received on Batch 8 substances were published on
July 31, 2010, and may be obtained from the Chemical Substances Web site at www.chemicalsubstanceschimiques.gc.ca/
challenge-defi/batch-lot-8/index-eng.php, or from the Program
Development and Engagement Division, Gatineau, Quebec K1A
0H3, 819-953-7155 (fax), Existing.Substances.Existantes@ec.gc.ca
(email).
2566
Canada Gazette Part I
October 2, 2010
Alternatives
Solutions envisagées
The following measures can be taken after an assessment is
conducted under CEPA 1999:
• adding the substance to the Priority Substances List for further
assessment (when additional information is required to determine if a substance meets the criteria in section 64 or not);
• taking no further action in respect of the substance; or
• recommending that the substance be added to the List of
Toxic Substances in Schedule 1, and where applicable, recommending the implementation of virtual elimination.
Après une évaluation menée en vertu de la LCPE (1999), il est
possible de prendre l’une des mesures suivantes :
• inscrire la substance sur la Liste des substances d’intérêt prioritaire (lorsque des renseignements supplémentaires sont nécessaires pour déterminer si une substance répond ou non aux
critères énoncés à l’article 64);
• ne rien faire à l’égard de la substance;
• recommander son inscription sur la Liste des substances toxiques de l’annexe 1 de la Loi et, le cas échéant, recommander
la mise en œuvre de sa quasi-élimination.
It has been concluded in the final screening assessment reports
that 2-nitropropane and 2-nitrotoluene are entering, or may enter,
the environment in a quantity or concentration or under conditions that constitute or may constitute a danger in Canada to human life or health as set out in paragraph 64(c) of CEPA 1999,
and that DTBSBP and MAPBAP acetate are entering the environment in a quantity or concentration or under conditions that
have or may have an immediate or long-term harmful effect
on the environment or its biological diversity as set out in paragraph 64(a) of the Act. Adding these substances onto Schedule 1,
which will enable the development of regulations or other risk
management instruments, is therefore the best option.
Dans les évaluations préalables, il a été conclu que le
2-nitropropane et le 2-nitrotoluène pénètrent ou peuvent pénétrer
dans l’environnement en une quantité, à une concentration ou
dans des conditions de nature à constituer un danger au Canada
pour la vie ou la santé humaines, conformément aux critères
énoncés à l’alinéa 64c) de la LCPE (1999). De plus, il a aussi été
conclu que le DTBSBP et le MAPBAP acétate pénètrent dans
l’environnement en une quantité, à une concentration ou dans des
conditions de nature à avoir, immédiatement ou à long terme, un
effet nocif sur l’environnement ou sur la diversité biologique,
conformément aux critères énoncés à l’alinéa 64a) de la Loi. En
ce sens, la meilleure option consisterait à inscrire ces substances à
l’annexe 1, ce qui permettrait d’élaborer des règlements ou
d’autres instruments de gestion des risques.
Benefits and costs
Avantages et coûts
Adding these substances onto Schedule 1 enables the Ministers
to develop regulatory risk management proposals for these substances under CEPA 1999. The Ministers may, however, choose
to develop non-regulatory instruments (such as pollution prevention plans, environmental emergency plans, guidelines, codes of
practice or regulations) to help protect human health and the environment. The Ministers will undertake an assessment of the
potential impacts, include a cost-benefit analysis, and consult
with the public and other stakeholders during the development of
these risk management proposals.
L’inscription de ces substances à l’annexe 1 de la LCPE (1999)
permet aux ministres d’établir des mesures réglementaires de
gestion des risques proposées pour ces substances, dans le cadre
de la LCPE (1999). Ils ont toutefois la possibilité de mettre en
place des mesures non réglementaires (notamment des plans de
prévention de la pollution, des plans d’urgence environnementale,
des directives, des codes de pratiques ou des règlements) en vue
de protéger la santé humaine et l’environnement. Lors de l’élaboration de ces mesures proposées de gestion des risques, les ministres évalueront les impacts potentiels, effectueront une analyse
coûts-avantages et consulteront le public et les autres parties
intéressées.
Consultation
Consultation
On January 30, 2010, the Ministers published a summary of the
scientific assessments for 14 substances of Batch 8 in the Canada
Gazette, Part I, for a 60-day public comment period. Risk management scope documents were also released on the same date,
outlining the preliminary options being examined for the management of the four substances proposed to be toxic under section 64 of CEPA 1999. Prior to this publication, Environment
Canada and Health Canada had informed the governments of the
provinces and territories through the CEPA National Advisory
Committee (NAC) of the release of the Screening Assessment
reports on the 14 substances, the risk management scope documents, and the public comment period mentioned above. No
comments were received from CEPA NAC.
Conformément à la Loi, les ministres ont publié, le 30 janvier 2010, dans la Partie I de la Gazette du Canada, un résumé
des évaluations scientifiques effectuées pour les 14 substances du
huitième lot, en vue d’une période de commentaires publics de
60 jours. Le même jour ont aussi été publiés les cadres de gestion
des risques, où sont décrites les options préliminaires examinées
pour la gestion des quatre substances que l’on propose de considérer comme toxiques au sens de l’article 64 de la LCPE (1999).
Préalablement, Environnement Canada et Santé Canada avaient
informé le gouvernement des provinces et des territoires, par
l’intermédiaire du Comité consultatif national de la LCPE, de la
publication des évaluations préalables sur les 14 substances, des
cadres de gestion des risques et de la période de commentaires du
public mentionnée précédemment. Le Comité n’a fait part d’aucun commentaire.
Au cours de la période de commentaires publics de 60 jours,
4 intervenants de l’industrie et 4 organisations non gouvernementales ont fourni un total de 10 rétroactions sur les évaluations
scientifiques et les cadres de gestion des risques concernant les
substances du huitième lot que l’on propose d’inscrire à l’annexe 1 de la LCPE (1999). Tous les commentaires ont été pris en
During the 60-day public comment period, a total of 10 submissions were received from 4 industry stakeholders and 4 nongovernmental organizations, on the scientific assessment and risk
management scope documents for the Batch 8 substances proposed to be added to Schedule 1 of CEPA 1999. All comments
were considered in developing the final screening assessments.
Le 2 octobre 2010
Comments received on the risk management scope regarding the
substances were considered when developing the proposed risk
management approach documents, which are also subject to a
60-day public comment period.
Below is a summary of some key comments specific to the
assessments’ conclusions for toxicity and the departments’ responses to them. In cases where comments have been made concerning whether or not a substance meets the criteria of section 64 of the Act due to the lack of information or uncertainty,
the Government errs on the side of precaution to protect the
health of Canadians and their environment. The complete responses to comments are available on the Government of Canada’s Chemical Substances Web site, or at the address, fax number or email address listed above.
Gazette du Canada Partie I
2567
compte dans l’élaboration des évaluations préalables. Les commentaires au sujet des cadres de gestion des risques liés aux substances ont été considérés dans l’élaboration des approches de
gestion des risques proposées, lesquelles feront aussi l’objet d’une
période identique de commentaires publics.
Un résumé des principaux commentaires reçus sur les conclusions des évaluations concernant la toxicité des substances, ainsi
que les réponses des ministères à ces réactions, est fourni cidessous. En ce qui a trait aux commentaires formulés concernant
le fait qu’une substance satisfait ou non aux critères énoncés à
l’article 64 de la Loi, et lorsqu’il y a des incertitudes et un manque d’information, le gouvernement fait alors preuve de prudence
pour protéger la population canadienne et l’environnement. Les
réponses complètes aux commentaires reçus sont disponibles sur
le site Web du gouvernement du Canada portant sur les substances chimiques. Elles peuvent, par ailleurs, être obtenues en communiquant avec les services compétents par poste, par télécopieur
ou par courriel aux coordonnées susmentionnées.
Summary of general comments and responses
Résumé des commentaires généraux et des réponses
A chemical manufacturer commented that screening assessments represent a summary of critical information and do not
represent a review of all available data. This opens the door to
valid challenges to the assessment and/or the risk-management
actions.
Les commentaires d’un fabricant de produits chimiques laissaient entendre que les évaluations préalables étaient surtout un
résumé de renseignements critiques, plutôt que des examens de
l’ensemble des données disponibles. Cette affirmation ouvre la
voie à des remises en cause valables des évaluations ou des mesures de gestions des risques.
Réponse : Les évaluations préalables se fondent sur les données
dont on dispose actuellement pour déterminer les effets les plus
néfastes pour la santé et l’environnement. Les scientifiques d’Environnement Canada et de Santé Canada examinent plusieurs éléments de preuve extraits de documents soumis par les membres
de l’industrie [que ce soit volontairement ou selon les dispositions
inscrites à l’article 71 de la LCPE (1999)], des données scientifiques provenant d’une variété de sources, notamment des articles
publiés dans des revues scientifiques et des rapports d’examens
effectués à l’étranger, en plus des avis scientifiques et des examens d’experts lors de la proposition de conclusions. Santé Canada connaît le contexte dans lequel les organismes étrangers
effectuent les évaluations des risques fondées sur les données
probantes et les conséquences réglementaires de ces dernières.
Les évaluations sont aussi soumises aux commentaires du public
durant une période de 60 jours, ce qui donne à toutes les parties
intéressées une occasion supplémentaire d’apporter des commentaires, des données ou des renseignements. Ces commentaires
sont pris en compte lors de l’élaboration de la version finale des
évaluations. Dans l’éventualité où surviendraient des avancées
scientifiques, de nouveaux résultats ou de nouvelles certitudes, les
évaluations pourraient être revues, au besoin.
Un fabricant du secteur a demandé les raisons pour lesquelles
on a recours au nouveau modèle d’évaluation préalable des polluants organiques persistants (POP) de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).
Réponse : Utilisé depuis 2006, le modèle d’évaluation préalable des POP est un outil qui permet de prévoir le potentiel de
transport à grande distance d’une substance chimique. Il peut
prévoir la quantité de substance qui se retrouvera dans une région
donnée, ainsi que son potentiel de transport. Cette caractéristique
est unique à l’outil. Une autre caractéristique de cet outil consiste
en sa capacité à comparer une substance donnée à des POP, en
plus de déterminer si elle possède des propriétés semblables à
celles des POP. Grâce à ces caractéristiques, l’outil permet d’obtenir d’autres éléments de preuve concernant le potentiel de transport à grande distance lors de l’évaluation.
Response: Screening assessments are based on the information
currently available for the determination of the critical health and
ecological effects. Health Canada and Environment Canada scientists examine lines of evidence from industry submissions (voluntary or under section 71 of CEPA 1999), available scientific data
from a range of sources including published scientific journals, as
well as other international reviews, and seek additional scientific
advice and review from experts when proposing conclusions.
Health Canada is aware of the context and regulatory implications
of using weight-of-evidence evaluations of hazard done by other
international agencies. Assessments are also subject to a 60-day
public comment period, which additionally provides an opportunity to all stakeholders to provide comments or additional data
or information. These comments are taken into consideration in
finalizing the assessments. Should the science evolve and new
findings or certainties arise at a later date, the assessments may be
revisited as appropriate.
An industry manufacturer requested an explanation for why the
new POPs (persistent organic pollutants) screening model from
the Organisation for Economic Co-operation and Development
(OECD) is used.
Response: The persistent organic pollutants (POPs) screening
model is a tool for predicting the long-range transport potential
(LRTP) of a chemical and has been used since 2006. The tool has
the ability to predict how much of a chemical can end up in a
targeted region in addition to the transport potential. This feature
is unique to the tool. Another important feature is that the tool is
able to compare the substance in question with known POPs and
determine whether it has POP-like characteristics. Because of
these features, the tool provides an additional line of evidence
with respect to LRTP in the assessment.
2568
Canada Gazette Part I
An industry manufacturer questioned why risk quotients were
not calculated for persistent and bioaccumulative substances.
Response: It is generally acknowledged that when risks for persistent and bioaccumulative substances are estimated using standard methods, the risks may be underestimated since food consumption is usually the primary route of exposure to persistent
and bioaccumulative substances — especially for top predators.
Predicted no-effect concentrations (PNECs) may underestimate
effect thresholds if the food pathway is not considered in key
toxicity studies. Although conservative approaches (e.g. additional assessment or uncertainty factors) may be used to address
these shortcomings, there are significant uncertainties associated
with resulting risk estimates.
Evidence that a substance is both persistent and bioaccumulative provides a significant indication of its potential to be harmful
to the environment. This evidence, when taken together with
other information such as evidence of toxicity to laboratory or
other organisms, is sufficient to conclude that the substance may
meet the criteria set out in paragraph 64(a) of CEPA 1999. A risk
quotient is not calculated in these cases.
An environmental non-governmental organization (ENGO)
commented that the citing of confidential business information
(CBI) on use and volume of chemicals should be reviewed with
an aim to reducing claims for CBI. Stakeholders are not able to
appropriately comment on the assessments without access to that
information. CBI restrictions should be reconsidered by the government when there are public health and environmental impacts.
Response: The Ministers continually work with stakeholders to
ensure that information can be presented in the most transparent manner possible, in a way that also respects requests for
confidentiality.
October 2, 2010
Un fabricant du secteur a demandé les raisons pour lesquelles
les quotients de risque des substances persistantes et bioaccumulables n’ont pas été calculés.
Réponse : Il est généralement admis que lorsque les méthodes
classiques sont utilisées pour évaluer les risques liés aux substances persistantes et bioaccumulables, il y a des chances que ces
risques soient sous-estimés, puisque la consommation des aliments représente habituellement la principale voie d’exposition
aux substances persistantes et bioaccumulables — notamment
pour les prédateurs des niveaux trophiques supérieurs. Les
concentrations estimées sans effet peuvent entraîner une sousestimation des seuils d’effet si la voie alimentaire n’est pas prise
en compte lors des études de toxicité principales. Bien que les
démarches prudentes (par exemple les évaluations supplémentaires ou les facteurs d’incertitude) puissent permettre de combler
ces lacunes, les estimations des risques qui en découlent restent
empreintes de grandes incertitudes.
La preuve qu’une substance est persistante et bioaccumulable
représente aussi un indice important de ses effets nocifs sur
l’environnement. Cette preuve, conjuguée avec d’autres renseignements tels que les indications de toxicité chez les organismes
de laboratoire et d’autres organismes, suffit pour conclure qu’une
substance pourrait répondre aux critères énoncés à l’alinéa 64a)
de la LCPE (1999). Dans ces cas particuliers, le quotient de risque
n’est pas calculé.
Une organisation non gouvernementale de l’environnement
(ONGE) a fait remarquer que le fait de citer des renseignements
commerciaux confidentiels (RCC) concernant l’utilisation et le
volume des substances devrait être revu en vue de diminuer les
plaintes portant sur la divulgation de RCC. Les parties intéressées
ne peuvent formuler leurs commentaires de manière appropriée
sur les évaluations s’ils n’ont pas accès à ces renseignements. Le
gouvernement devrait revoir les restrictions liées aux RCC, lorsqu’il y a incidence sur la santé publique et l’environnement.
Réponse : Les ministres travaillent en permanence avec les parties intéressées pour veiller à ce que de tels renseignements soient
présentés de la façon la plus transparente possible et de manière à
répondre aux demandes de traitement confidentiel.
Summary of key comments on health priority substances
Résumé des principaux commentaires sur les substances d’intérêt
prioritaire pour la santé
2-Nitropropane
2-Nitropropane
One ENGO suggested that there is insufficient information on
environmental releases, and that research and monitoring is
needed to determine the concentration of 2-nitropropane in environmental media and consumer products.
Une ONGE a laissé entendre que les renseignements sur les rejets dans l’environnement étaient insuffisants. Par ailleurs, elle
suggère d’effectuer des recherches et de la surveillance pour déterminer les concentrations de 2-nitropropane dans les milieux
naturels et les produits de consommation.
Réponse : L’évaluation est fondée sur les renseignements disponibles qui laissent entendre que le degré d’exposition de la
population générale devrait être faible. Les importateurs et les
fabricants canadiens sont tenus de déclarer les rejets dans l’atmosphère, le sol et l’eau dans le cadre de l’enquête menée en application de l’article 71. Pour ce qui est des concentrations estimées
pour les milieux naturels, les renseignements disponibles concernant différents éléments (par exemple des volumes d’importation
faibles et des valeurs nulles de rejets déclarées) permettent de
conclure que l’exposition de la population dans les milieux naturels tend à être négligeable. Les hypothèses énoncées dans la présente évaluation sont jugées assez prudentes et elles apportent des
preuves suffisantes qui favorisent la prise de décision.
Response: The screening assessment is based on the information available, which suggests that the exposure of the general
population is expected to be low. Canadian importers and manufacturers are required to disclose releases to air, land and water as
part of the section 71 survey. With respect to the concentrations
estimated for environmental media, the information available on
various elements (e.g. low import volume, absence of reported
releases) supports the conclusion that the exposure for the population from environmental media is likely to be negligible. The
assumptions used in the assessment were considered to be appropriately conservative and to provide sufficient evidence for a
decision.
2-Nitrotoluene
2-Nitrotoluène
One ENGO commented that the assessment does not take into
consideration vulnerable populations.
Une ONGE a suggéré que l’évaluation ne tient pas compte des
populations vulnérables.
Le 2 octobre 2010
Response: The screening assessment for 2-nitrotoluene is a
science-based assessment of the available data. Taking into account the industrial use of 2-nitrotoluene in Canada, exposure to
all populations, including vulnerable populations, is not expected.
One environmental NGO indicated that there is concern that all
uses of 2-nitrotoluene in Canada are not known and that concentrations in the environment and in imported consumer goods are
underestimated or unknown. There was also concern about the
limited information available on releases to the Canadian environment and disposal.
Response: The assessment is based on the information available, which suggests that the exposure of the general population is
expected to be low. These concerns were raised during the screening assessment process. As a result, all possible worldwide uses
of 2-nitrotoluene were considered for their potential use in Canada. No additional information was available. The information
presented on releases was based on information provided by industry and obtained in the literature. Use trends (worldwide and
in Canada) indicate that the use of 2-nitrotoluene has decreased.
Therefore, the majority of information in the literature was based
on historical use. There was no disposal information reported,
potentially due to limited and low use of 2-nitrotoluene in industrial settings.
Gazette du Canada Partie I
2569
Réponse : L’évaluation préalable du 2-nitrotoluène est une évaluation des données disponibles fondée sur une méthode scientifique. Compte tenu de l’utilisation industrielle du 2-nitrotoluène au
Canada, aucune population ne devrait y être exposée, y compris
les populations vulnérables.
Une ONGE a exprimé ses préoccupations sur le fait qu’on ne
connaisse pas tous les types d’utilisation du 2-nitrotoluène au
Canada et sur le fait qu’on en sous-estime ou qu’on en ignore les
concentrations dans l’environnement et dans les produits de
consommation importés. Cette ONGE est également préoccupée
par le peu de renseignements disponibles sur les quantités éliminées de cette substance et celles qui sont rejetées dans l’environnement au Canada.
Réponse : L’évaluation repose sur les renseignements disponibles, qui laissent entendre que le degré d’exposition de la population générale devrait être faible. Ces préoccupations ont été formulées pendant que l’évaluation préalable était encore en cours.
Par conséquent, on a tenu compte de tous les types d’utilisation
du 2-nitrotoluène dans le monde pour étudier l’impact de l’éventuelle utilisation de cette substance au Canada. Aucun renseignement supplémentaire n’était disponible. Les renseignements présentés concernant les rejets se fondaient sur l’information fournie
par les membres de l’industrie et celle extraite de la documentation. Les tendances d’utilisation du 2-nitrotoluène (dans le monde
et au Canada) révèlent que le recours à cette substance a diminué.
Ainsi, la plupart des renseignements contenus dans les documents
concernaient les utilisations passées. Il n’y avait aucun renseignement concernant l’élimination de cette substance, ce qui peut
être lié aux quantités faibles ou limitées qui sont utilisées dans le
secteur industriel.
Summary of key comments on ecological priority substances
Résumé des principaux commentaires sur les substances d’intérêt
prioritaire pour l’environnement
DTBSBP
DTBSBP
One chemical manufacturer commented that the estimates and
model assumptions for releases of DTBSBP (e.g. wastewater
emissions) are extremely high and are not realistic.
Les commentaires d’un fabricant de produits chimiques ont
laissé entendre que les estimations des rejets de DTBSBP et les
hypothèses du modèle (par exemple les rejets dans les eaux usées)
sont extrêmement élevées et irréalistes.
Réponse : Les estimations des rejets de DTBSBP, même s’ils
représentent les pires scénarios possibles, restent réalistes (par
exemple quantités maximales de rejets). La plupart des hypothèses concernant les rejets dans l’environnement étaient extraites
des scénarios d’émissions publiés par l’Organisation de coopération et de développement économiques. Toutefois, les estimations
de rejets n’ont pas eu d’incidence sur les conclusions de cette
évaluation préalable ayant trait à l’environnement.
Response: The releases estimated for DTBSBP represent realistic worst-case scenarios (i.e. maximum potential releases). Most
assumptions for environmental releases were taken from emission
scenario documents issued by the OECD. However, the release
estimates did not affect the ecological conclusions of this screening assessment.
MAPBAP acetate
MAPBAP acétate
One chemical manufacturer provided new information on the
physical properties of the substance, as well as details on the import, uses and releases of the substance, and existing management
practices.
Response: Environment Canada and Health Canada scientists
have taken this new information into consideration in completing
the final assessment.
Un fabricant de produits chimiques a fourni de nouveaux renseignements sur les propriétés physiques de la substance, en plus
d’autres précisions sur les quantités importées, les utilisations, les
rejets, ainsi que les pratiques de gestion qui sont en place.
Réponse : Les scientifiques d’Environnement Canada et de
Santé Canada ont tenu compte de ces renseignements lors de
l’établissement de l’évaluation définitive.
Implementation, enforcement and service standards
Mise en œuvre, application et normes de service
The proposed Order would add the four above-mentioned substances to Schedule 1 to CEPA 1999, thereby allowing the Ministers to meet their obligation to publish proposed regulations or
other management instruments no later than July 31, 2012, and
finalize them no later than January 31, 2013. Developing an implementation plan or a compliance strategy or establishing service
Le décret proposé permettrait d’inscrire les quatre substances
susmentionnées à l’annexe 1 de la LCPE (1999), permettant ainsi
aux ministres de remplir leur obligation de publier les règlements
ou autres instruments proposés au plus tard le 31 juillet 2012 et de
les mettre au point au plus tard le 31 janvier 2013. L’élaboration
d’un plan de mise en œuvre ou d’une stratégie de conformité ou
2570
Canada Gazette Part I
October 2, 2010
standards are not considered necessary if no specific risk management proposals are made. An appropriate assessment of implementation, compliance and enforcement will be undertaken
during the development of proposed regulations or control instruments respecting preventive or control actions for these
substances.
encore l’établissement de normes de service ne sont pas considérés comme essentiels sans que des propositions particulières de
gestion des risques n’aient été faites. Le gouvernement entreprendra une évaluation appropriée de la mise en œuvre, de la conformité et de l’application pendant l’élaboration d’un projet de règlement ou d’instruments de contrôle proposés qui s’appliquent
aux mesures de prévention ou de contrôle à l’égard de ces
substances.
Contacts
Personnes-ressources
Mark Burgham
Program Development and Engagement Division
Environment Canada
Gatineau, Quebec
K1A 0H3
Telephone: 819-956-9313
Fax: 819-953-7155
Email: Existing.Substances.Existantes@ec.gc.ca
Arthur Sheffield
Risk Management Bureau
Health Canada
Ottawa, Ontario
K1A 0K9
Telephone: 613-957-8166
Fax: 613-952-8857
Email: Arthur.Sheffield@hc-sc.gc.ca
Mark Burgham
Division de la mobilisation et de l’élaboration de programmes
Environnement Canada
Gatineau (Québec)
K1A 0H3
Téléphone : 819-956-9313
Télécopieur : 819-953-7155
Courriel : Existing.Substances.Existantes@ec.gc.ca
Arthur Sheffield
Bureau de la gestion du risque
Santé Canada
Ottawa (Ontario)
K1A 0K9
Téléphone : 613-957-8166
Télécopieur : 613-952-8857
Courriel : Arthur.Sheffield@hc-sc.gc.ca
PROPOSED REGULATORY TEXT
PROJET DE RÉGLEMENTATION
Notice is hereby given, pursuant to subsection 332(1)a of the
Canadian Environmental Protection Act, 1999b, that the Governor in Council, on the recommendation of the Minister of the
Environment and the Minister of Health, pursuant to subsection 90(1) of that Act, proposes to make the annexed Order Adding Toxic Substances to Schedule 1 to the Canadian Environmental Protection Act, 1999.
Any person may, within 60 days after the date of publication of
this notice, file with the Minister of the Environment comments
with respect to the proposed Order or a notice of objection requesting that a board of review be established under section 333
of that Act and stating the reasons for the objection. All comments and notices must cite the Canada Gazette, Part I, and the
date of publication of this notice, and be sent by mail to the Executive Director, Program Development and Engagement Division, Department of the Environment, Gatineau, Quebec
K1A 0H3, by fax to 819-953-7155 or by email to Existing.
Substances.Existantes@ec.gc.ca.
A person who provides information to the Minister of the Environment may submit with the information a request for confidentiality under section 313 of that Act.
Ottawa, September 23, 2010
JURICA ČAPKUN
Assistant Clerk of the Privy Council
Avis est donné, conformément au paragraphe 332(1)a de la Loi
canadienne sur la protection de l’environnement (1999)b, que la
gouverneure en conseil, sur recommandation du ministre de
l’Environnement et de la ministre de la Santé et en vertu du paragraphe 90(1) de cette loi, se propose de prendre le Décret
d’inscription de substances toxiques à l’annexe 1 de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999), ci-après.
Les intéressés peuvent présenter au ministre de l’Environnement, dans les soixante jours suivant la date de publication du
présent avis, leurs observations au sujet du projet de décret ou un
avis d’opposition motivé demandant la constitution de la commission de révision prévue à l’article 333 de cette loi. Ils sont priés
d’y citer la Gazette du Canada Partie I, ainsi que la date de publication, et d’envoyer le tout par la poste au directeur exécutif, Division de la mobilisation et de l’élaboration de programmes,
ministère de l’Environnement, Gatineau (Québec) K1A 0H3,
par télécopieur au 819-953-7155 ou par courriel à Existing.
Substances.Existantes@ec.gc.ca.
Quiconque fournit des renseignements au ministre peut en
même temps présenter une demande de traitement confidentiel
aux termes de l’article 313 de cette loi.
Ottawa, le 23 septembre 2010
Le greffier adjoint du Conseil privé
JURICA ČAPKUN
———
———
a
b
S.C. 2004, c. 15, s. 31
S.C. 1999, c. 33
a
b
L.C. 2004, ch. 15, art. 31
L.C. 1999, ch. 33
Le 2 octobre 2010
Gazette du Canada Partie I
ORDER ADDING TOXIC SUBSTANCES TO SCHEDULE 1
TO THE CANADIAN ENVIRONMENTAL
PROTECTION ACT, 1999
2571
DÉCRET D’INSCRIPTION DE SUBSTANCES TOXIQUES
À L’ANNEXE 1 DE LA LOI CANADIENNE SUR LA
PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT (1999)
AMENDMENT
MODIFICATION
1. Schedule 1 to the Canadian Environmental Protection
Act, 19991 is amended by adding the following:
Propane, 2-nitro-, which has the molecular formula C3H7NO2
Benzene, 1-methyl-2-nitro-, which has the molecular formula
C7H7NO2
Phenol, 2,6-bis(1,1-dimethylethyl)-4-(1-methylpropyl)-, which
has the molecular formula C18H30O
Methylium, [4-(dimethylamino)phenyl]bis[4-(ethylamino)-3methylphenyl]-, acetate, which has the molecular formula
C27H34N3.C2H3O2
1. L’annexe 1 de la Loi canadienne sur la protection de
l’environnement (1999)1 est modifiée par adjonction de ce qui
suit :
2-Nitropropane, dont la formule moléculaire est C3H7NO2
2-Nitrotoluène, dont la formule moléculaire est C7H7NO2
4-sec-Butyl-2,6-di-tert-butylphénol, dont la formule moléculaire est C18H30O
Acétate de [p-(diméthylamino)phényl]bis[4-(éthylamino)-3méthylphényl]méthylium, dont la formule moléculaire est
C27H34N3.C2H3O2
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
2. This Order comes into force on the day on which it is
registered.
2. Le présent décret entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
[40-1-o]
[40-1-o]
———
1
S.C. 1999, c. 33
———
1
L.C. 1999, ch. 33
2572
Canada Gazette Part I
October 2, 2010
British Columbia Cranberry Order
Décret sur les canneberges de la
Colombie-Britannique
Statutory authority
Agricultural Products Marketing Act
Fondement législatif
Loi sur la commercialisation des produits agricoles
Sponsoring agency
Farm Products Council of Canada
Organisme responsable
Conseil des produits agricoles du Canada
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Order.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Décret.)
Issue and objectives
Question et objectifs
The British Columbia Cranberry Marketing Commission
(“Commission”) is a provincial commodity marketing board with
the authority to promote, regulate and control in any and all respects, to the extent of the powers of the Province, the transportation, processing, packing, storing and marketing of cranberries.
The British Columbia Cranberry Marketing Scheme was enacted
by the Province of British Columbia in 1968 by British Columbia
Regulation 259/68. It was updated in 2004 by British Columbia
Order in Council No. 1086.
As over 90% of the cranberries grown in British Columbia enter interprovincial and international trade, the Commission requires an extension of its provincial authority to impose and collect levies on all British Columbia cranberry production. As these
levies are currently all being paid voluntarily by every affected
grower without exception, the requested Order is formalizing the
current voluntary system and has a neutral impact.
La British Columbia Cranberry Marketing Commission (ciaprès la Commission) est un office de commercialisation provincial qui possède le pouvoir de promouvoir, de réglementer et de
contrôler, dans le cadre des compétences provinciales, tous les
aspects du transport, du traitement, de l’emballage, de l’entreposage et de la commercialisation des canneberges. La province de
la Colombie-Britannique a adopté en 1968 le British Columbia
Cranberry Marketing Scheme au moyen de son règlement 259/68
et l’a mis à jour en 2004 au moyen de son décret 1086.
Comme plus de 90 % des canneberges produites en ColombieBritannique sont commercialisées sur les marchés interprovincial
et international, la Commission doit ainsi étendre à toutes les
canneberges produites en Colombie-Britannique les pouvoirs
d’imposition et de perception de ses prélèvements qu’elle exerce
déjà sur le marché provincial. Considérant que les prélèvements
actuellement perçus sont versés sur une base facultative par tous
les producteurs sans exception, le décret proposé rendra officiel le
régime actuel facultatif et ne comportera donc aucune nouvelle
charge.
La réglementation proposée a pour objet :
• de renforcer et préciser les pouvoirs de la Commission;
• d’imposer et percevoir des prélèvements sur les canneberges
commercialisées sur les marchés interprovinciaux et
internationaux;
• d’utiliser les fonds tirés des prélèvements pour fournir des
services aux producteurs, notamment aux fins de recherche
sur la production, de recherche sur les effets bénéfiques pour
la santé et de promotion sur les marchés national et international de la canneberge.
The objectives of the proposed regulatory action are to
strengthen and clarify the Commission’s authority;
impose and collect levies on cranberries moving to
interprovincial and international trade; and
• use the funds generated by the levy to provide services to
growers, notably production research, health benefits
research, and national and international promotion of
cranberries.
•
•
Description and rationale
Description et justification
The proposed regulation will ensure the fair and equitable distribution of the costs of providing services to growers and administering the Commission. The proposed federal Order will apply
to all cranberries grown in British Columbia moving to interprovincial and international trade. The levy will be the same as
the levy imposed on growers marketing cranberries within British
Columbia. All levies will be withheld by buyers (first receivers)
from funds otherwise due to growers and remitted directly to the
Commission on behalf of those growers.
Le règlement proposé assurera la répartition juste et équitable
des coûts associés à la prestation des services aux producteurs et
au fonctionnement de la Commission. Le décret fédéral proposé
s’appliquera à toutes les canneberges produites en ColombieBritannique qui sont commercialisées sur les marchés interprovincial et international. Le taux de prélèvement sera identique au
taux imposé aux producteurs qui commercialisent leurs canneberges sur le marché provincial. Tous les prélèvements seront retenus par les acheteurs (les premiers intermédiaires) à même les
fonds payables aux producteurs et seront remis directement à la
Commission au nom de ces producteurs.
Le 2 octobre 2010
The British Columbia Investment Agriculture Foundation
(“IAF”), with funding from Agriculture and Agri-Food Canada
and the British Columbia Ministry of Agriculture and Lands, financially supports the Commission’s research and promotion
programs. Generally, IAF matches producer levies for specific
projects, meaning the producer levies are, in effect, doubled to
fund grower services. The Commission’s ability to receive grower
levies takes on an added importance. Levies are only imposed and
collected on British Columbia cranberry growers; no other sector
of the industry pays levies, and no other commodity is subject to
the Commission’s authority.
Levies are currently $0.003/lb (3 tenths of 1 cent per pound),
and when applied to an average annual British Columbia cranberry crop of 80 000 000 lbs, yield average annual revenues of
$240,000. The annual cost of operating the Commission is approximately $100,000, leaving $140,000 for grower services and,
when matched by IAF, the total funds available for services are
approximately $280,000.
Gazette du Canada Partie I
2573
Grâce à l’appui financier reçu d’Agriculture et Agroalimentaire
Canada et du Ministry of Agriculture and Lands de la ColombieBritannique, l’Investment Agriculture Foundation (IAF) de la
province accorde à son tour un appui financier aux programmes
de recherche et de promotion de la Commission. Les prélèvements sont en gros doublés par l’IAF pour financer les fonds de
contrepartie fournis par les producteurs qui sont affectés aux projets de recherche. L’habitude de la Commission à recevoir les
redevances des producteurs prend encore plus d’importance.
Seuls les producteurs de canneberges de la Colombie-Britannique
sont visés par l’imposition et la perception des prélèvements.
Aucun autre secteur de l’industrie ne verse quelque prélèvement à
la Commission, qui n’exerce de pouvoir pour aucune autre
denrée.
Les prélèvements sont actuellement établis à 0,003 $ la livre
(3 dixièmes de cent la livre). Pour une récolte annuelle moyenne
de 80 000 000 livres en Colombie-Britannique, cela signifie des
recettes annuelles de 240 000 $. Le coût annuel de fonctionnement de la Commission étant de quelque 100 000 $, il reste
140 000 $ pour les services aux producteurs et, une fois ajoutés
les fonds que verse l’IAF, le montant total disponible pour la
prestation de services atteint quelque 280 000 $.
Consultation
Consultation
The application for the federal order was supported unanimously by all British Columbia cranberry growers at four successive Commission annual general meetings (2006–2009). Additionally, the support of the British Columbia Cranberry Growers
Association was given by formal motion of their members.
The need for the British Columbia Cranberry federal Order is
also supported by the British Columbia Ministry of Agriculture
and Lands and by the British Columbia Farm Industry Review
Board.
L’application du décret fédéral a reçu l’appui unanime des producteurs de canneberges de la Colombie-Britannique lors des
quatre dernières assemblées générales annuelles de la Commission (2006 à 2009). En outre, les membres de la British Columbia
Cranberry Growers Association ont adopté une motion officielle
en ce sens.
La demande d’un décret fédéral pour les canneberges de la
Colombie-Britanique est aussi appuyée par le Ministry of Agriculture and Lands et par le Farm Industry Review Board de la
province.
Implementation, enforcement and service standards
Mise en œuvre, application et normes de service
All growers and handlers of cranberries grown in British Columbia must obtain an annual license issued by the Commission.
One requirement of the licence is that the applicant must be, and
remain to be, in good standing with the Commission, meaning
that in order to renew a license, levies must be remitted to the
Commission as required by the Commission’s General Order.
Tous les producteurs et autres intermédiaires qui commercialisent les canneberges produites en Colombie-Britannique doivent
obtenir un permis annuel délivré par la Commission. Une des
conditions pour la délivrance du permis est que le requérant soit
et reste membre en règle de la Commission, et ainsi le renouvellement du permis nécessite le versement des prélèvements conformément au règlement général de la Commission.
La Commission rencontre annuellement chaque acheteur pour
examiner la situation et pour assurer l’observation de ses décrets.
Tous les acheteurs doivent présenter les registres indiquant le
nombre de livres commercialisées et les prélèvements perçus et
remis.
The British Columbia Cranberry Marketing Commission meets
annually with each buyer to review any issues and to ensure compliance with its Orders. All buyers are required to submit records
of pounds handled and of levies retained and submitted.
Contact
Personne-ressource
Claude Janelle
Executive Director
Farm Products Council of Canada
344 Slater Street
Ottawa, Ontario
K1R 7Y3
Telephone: 613-995-0682
Email: claude.janelle@agr.gc.ca
Claude Janelle
Directeur exécutif
Conseil des produits agricoles du Canada
344, rue Slater
Ottawa (Ontario)
K1R 7Y3
Téléphone : 613-995-0682
Courriel : claude.janelle@agr.gc.ca
2574
Canada Gazette Part I
October 2, 2010
PROPOSED REGULATORY TEXT
PROJET DE RÉGLEMENTATION
Notice is hereby given that the Governor in Council, pursuant
to section 2a of the Agricultural Products Marketing Actb, proposes to make the annexed British Columbia Cranberry Order.
Avis est donné que la gouverneure en conseil, en vertu de
l’article 2a de la Loi sur la commercialisation des produits agricolesb, se propose de prendre le Décret sur les canneberges de la
Colombie-Britannique, ci-après.
Les intéressés peuvent présenter leurs observations au sujet du
projet de décret dans les trente jours suivant la date de publication
du présent avis. Ils sont priés d’y citer la Gazette du Canada Partie I, ainsi que la date de publication, et d’envoyer le tout à Pierre
Bigras, gestionnaire par intérim, Affaires réglementaires, Conseil
des produits agricoles du Canada, 10e étage, 344, rue Slater, Ottawa (Ontario) K1R 7Y3 (tél. : 613-995-8840; téléc. : 613-9952097; courriel : pierre.bigras@agr.gc.ca).
Ottawa, le 23 septembre 2010
Le greffier adjoint du Conseil privé
JURICA ČAPKUN
Interested persons may make representations concerning the
proposed Order within 30 days after the date of publication of this
notice. All such representations must cite the Canada Gazette,
Part I, and the date of publication of this notice, and be addressed
to Pierre Bigras, Acting Manager Regulatory Affairs, Farm Products Council of Canada, 10th Floor, 344 Slater Street, Ottawa,
Ontario K1R 7Y3 (tel.: 613-995-8840; fax: 613-995-2097; email:
Pierre.Bigras@agr.gc.ca).
Ottawa, September 23, 2010
JURICA ČAPKUN
Assistant Clerk of the Privy Council
BRITISH COLUMBIA CRANBERRY ORDER
DÉCRET SUR LES CANNEBERGES DE
LA COLOMBIE-BRITANNIQUE
INTERPRETATION
DÉFINITIONS
1. The following definitions apply in this Order.
“Act” means the Natural Products Marketing (BC) Act,
RSBC 1996, c. 330. (Loi)
“Commission” means the British Columbia Cranberry Marketing
Commission. (Commission)
“cranberries” means any variety of cranberries (vaccinium macrocarpon) grown in the area to which the Plan relates.
(canneberge)
“Plan” means the British Columbia Cranberry Marketing
Scheme, 1968. (plan)
1. Les définitions qui suivent s’appliquent au présent décret.
« canneberge » Toute variété de canneberge (vaccinium macrocarpon) cultivée dans la région à laquelle s’applique le plan.
(cranberries)
« Commission » La Commission appelée British Columbia Cranberry Marketing Commission. (Commission)
« Loi » La loi de la Colombie-Britannique intitulée Natural Products Marketing (BC) Act (RSBC 1996, ch. 330). (Act)
« plan » Le plan intitulé British Columbia Cranberry Marketing
Scheme, 1968. (Plan)
INTERPROVINCIAL AND EXPORT TRADE
MARCHÉ INTERPROVINCIAL ET
COMMERCE D’EXPORTATION
2. The Commission is authorized to regulate the marketing of
cranberries in interprovincial and export trade, and for those purposes may, with respect to persons and property situated within
British Columbia, exercise all or any powers like the powers exercisable by it in relation to the marketing of cranberries locally
within that province under the Act and the Plan.
2. Les pouvoirs conférés à la Commission par la Loi et le
plan relativement à la commercialisation de la canneberge en
Colombie-Britannique, à l’égard des personnes et des biens qui
s’y trouvent, sont étendus aux marchés interprovincial et
international.
LEVIES AND CHARGES
TAXES ET PRÉLÈVEMENTS
3. The Commission may, in relation to the powers granted to it
by section 2,
(a) fix, impose and collect levies or charges from persons
within British Columbia who are engaged in the production or
marketing of cranberries or any part of cranberries and for that
purpose may classify those persons into groups and fix the
levies or charges payable by the members of the different
groups in different amounts; and
(b) use the levies or charges for the purposes of the Commission, including the creation of reserves, the payment of expenses and losses resulting from the sale or disposal of cranberries and the equalization or adjustment among producers of
cranberries of money realized from the sale of cranberries during any period that the Commission may determine.
3. En ce qui concerne les pouvoirs qui lui sont conférés aux
termes de l’article 2, la Commission est habilitée :
a) à instituer et à percevoir des taxes ou prélèvements à payer
par les personnes qui se livrent, en Colombie-Britannique, à la
production ou à la commercialisation de la canneberge ou de
toute partie de ce produit et, à cette fin, à classer ces personnes
en groupes et à fixer les montants des taxes ou prélèvements à
payer par les membres des différents groupes;
b) à employer à son profit ces taxes ou prélèvements, notamment pour la création de réserves et le paiement des frais et
pertes résultant de la vente ou de l’aliénation des canneberges
et pour une meilleure répartition ou la péréquation, entre producteurs de canneberges, des sommes rapportées par la vente
de canneberges durant toute période qu’elle peut déterminer.
———
———
a
a
b
S.C. 1991, c. 34, s. 2
R.S., c. A-6
b
L.C. 1991, ch. 34, art. 2
L.R., ch. A-6
Le 2 octobre 2010
Gazette du Canada Partie I
2575
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
4. This Order comes into force on the day on which it is
registered.
4. Le présent décret entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
[40-1-o]
[40-1-o]
2576
Canada Gazette Part I
October 2, 2010
Regulations Amending the Special Import Measures
Regulations
Règlement modifiant le Règlement sur les mesures
spéciales d’importation
Statutory authority
Special Import Measures Act
Fondement législatif
Loi sur les mesures spéciales d’importation
Sponsoring department
Department of Finance
Ministère responsable
Ministère des Finances
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement.)
Issue and objectives
Question et objectifs
The Standing Joint Committee for the Scrutiny of Regulations
(SJCSR) has recommended that certain provisions of the Special
Import Measures Regulations (the Regulations) be amended to
properly reflect the enabling authority in the Special Import
Measures Act (the Act) and to provide more clarity as to their
purpose. These proposed amendments incorporate the SJCSR
recommendations as well as additional amendments to properly
reflect the current organizational structure of the Canada Border
Services Agency.
Le Comité mixte permanent d’examen de la réglementation (le
Comité) a recommandé que certaines dispositions du Règlement
sur les mesures spéciales d’importation (le Règlement) soient
modifiées afin de refléter adéquatement la disposition habilitante
dans la Loi sur les mesures spéciales d’importation (la Loi) et de
fournir plus de précisions quant à leur objet. Les modifications
proposées intègrent les recommandations du Comité ainsi que des
modifications supplémentaires afin de tenir compte comme il se
doit de la structure organisationnelle actuelle de l’Agence des
services frontaliers du Canada.
Description and rationale
Description et justification
The draft Regulations Amending the Special Import Measures
Regulations propose to
• Replace “I9” with “19” in section 3 to correct a typographical
error.
• Revoke paragraphs 37.1(1)(d) and 37.1(2)(h) of the Regulations, and replace with identical provisions. The SJCSR noted
that the enabling authority in paragraph 97(1)(a.1) of the
Act was amended in 1999 (S.C. 1999, c. 12). Since paragraphs 37.1(1)(d) and 37.1(2)(h) of the Regulations draw their
authority from this enabling provision in the Act, both paragraphs in the Regulations should have been revoked and replaced at the same time. As such, they would be revoked and
replaced in order to properly reflect the enabling provision in
paragraph 97(1)(a.1) of the Act.
• Replace subsections 37.1(1), 37.1(2), 37.1(3) and section 37.11 of the Regulations with new text consistent with
the enabling authority contained in paragraph 97(1)(a.1) of
the Act. The enabling authority provides that the Governor in
Council may, on the recommendation of the Minister of Finance, make regulations respecting the factors that may be
considered in determining the existence of injury, retardation
or threat of injury, and whether that injury, retardation or
threat of injury has been caused by the dumping or subsidizing of any goods, or by any other reason. Subsections 37.1(1),
37.1(2), 37.1(3) and section 37.11 of the Regulations are inconsistent with the enabling provision as they prescribe factors to be considered in determining whether the dumping or
subsidizing of any goods has caused injury or retardation, or
is threatening to cause injury. The proposed amendments
would change the Regulations to indicate that the listed factors may be considered, rather than prescribed, in order to be
Le projet de Règlement modifiant le Règlement sur les mesures
spéciales d’importation propose ce qui suit :
• Remplacer « I9 » par « 19 » à l’article 3 dans la version anglaise afin de corriger une erreur typographique.
• Abroger les alinéas 37.1(1)d) et 37.1(2)h) du Règlement et les
remplacer par des dispositions identiques. Le Comité a remarqué que la disposition habilitante à l’alinéa 97(1)a.1) de la Loi
avait été modifiée en 1999 (L.C. 1999, ch. 12). Puisque les
alinéas 37.1(1)d) et 37.1(2)h) du Règlement tirent leur autorité
de cette disposition habilitante dans la Loi, les deux alinéas du
Règlement devraient avoir été abrogés et remplacés à ce moment. Par conséquent, ils seraient abrogés et remplacés afin de
tenir compte comme il se doit de la disposition habilitante à
l’alinéa 97(1)a.1) de la Loi.
• Remplacer les paragraphes 37.1(1), 37.1(2), 37.1(3) et l’article 37.11 du Règlement par un nouveau texte conforme à la
disposition habilitante contenue dans l’alinéa 97(1)a.1) de la
Loi. Aux termes de la disposition habilitante, la gouverneure
générale en conseil peut, sur recommandation du ministre des
Finances, prendre des règlements concernant les facteurs qui
peuvent être pris en compte pour décider s’il y a un dommage,
un retard ou une menace de dommage et si le dumping ou le
subventionnement de marchandises, ou toute autre raison,
cause un dommage ou un retard ou menace de causer un
dommage. Les paragraphes 37.1(1), 37.1(2), 37.1(3) et l’article 37.11 du Règlement sont incompatibles avec la disposition habilitante, puisqu’ils décrivent les facteurs qui doivent
être pris en considération pour décider si le dumping ou le
subventionnement de marchandises a causé un dommage ou
un retard ou a menacé de causer un dommage. Aux termes des
modifications proposées, le Règlement serait modifié afin
Le 2 octobre 2010
Gazette du Canada Partie I
consistent with the enabling authority under the Act. This
would have no practical effect on the conduct of injury analyses by the Canadian International Trade Tribunal because of
the non-prescriptive nature of the enabling authority. Other
changes to these subsections would further strengthen consistency between the French and English versions of the
Regulations.
•
Replace paragraphs 37.2(1)(j) and 37.2(2)(k) of the Regulations with new text consistent with the enabling authority contained in paragraphs 97(1)(k.4) and 97(1)(k.5), respectively, of
the Act. These amendments would provide more clarity concerning the “other factors” that may be considered in the conduct of expiry reviews of orders and findings under the Act.
This level of specificity is required to reflect the prescribed
nature of these considerations under the enabling authority
of the Act (i.e. the basket clauses in paragraphs 37.2(1)(j)
and 37.2(2)(k) should prescribe specific factors for additional guidance, rather than simply stating “any other factors relevant in the circumstances”). Specifically, paragraph 37.2(1)(j) is amended to specify that the Canada Border
Services Agency may consider other factors pertaining to the
current or likely behaviour or state of a foreign government or
the domestic or international economy, market for goods or
industry as a whole or in relation to individual producers, exporters, brokers or traders when determining whether the expiry of an order is likely to result in the continuation or
resumption of dumping or subsidizing of certain goods. Paragraph 37.2(2)(k) is amended to specify that the Canadian
International Trade Tribunal may consider other factors pertaining to the current or likely behaviour or state of the domestic or international economy, market for goods or industry
as a whole or in relation to individual producers, exporters,
brokers or traders when determining whether the expiry of an
order or finding with respect to certain goods is likely to result
in injury or retardation. The proposed amendments will have
no practical effect on the conduct of expiry reviews of orders
and findings under the Act because of the broad nature of the
factors specified in these basket clauses.
•
•
Revoke paragraph 40.1(3)(d) of the Regulations, as it simply replicates subsection 45(3) of the Act and is therefore
redundant.
Replace “Commissioner” with “President” in paragraph 25.2(2)(c), subsection 36.4(1), paragraph 37.11(a), subsection 37.2(1), paragraphs 38(a) and (c), subsections 40(1)
to (3), and section 57.1 of the Regulations in order to properly
reflect the organizational structure of the Canada Border Services Agency.
Amend the mailing address of the Canada Border Services
Agency as it appears in section 47, section 51, and subsection 55(2) of the Regulations so that it reads “Director General, Anti-dumping and Countervailing Program, Trade Programs Directorate, Canada Border Services Agency, Ottawa,
Ontario, K1A 0L8”, and replace the words “Canada Customs
and Revenue Agency”, with “Canada Border Services
•
•
•
•
•
2577
d’indiquer que les facteurs énumérés peuvent être pris en
compte, plutôt qu’ils soient prescrits, pour être en conformité
avec la disposition habilitante en vertu de la Loi. Cette modification n’aurait aucun effet pratique sur le processus d’analyse de dommages du Tribunal canadien du commerce extérieur en raison de la nature non normative de la disposition
habilitante. D’autres modifications à ces paragraphes renforceraient la conformité entre les versions française et anglaise du Règlement.
Remplacer les alinéas 37.2(1)j) et 37.2(2)k) du Règlement par
un nouveau texte conforme à la disposition habilitante contenue dans les alinéas 97(1)k.4) et 97(1)k.5), respectivement, de
la Loi. Ces modifications assureraient plus de clarté concernant les « autres facteurs » qui peuvent être pris en compte
dans la conduite des réexamens relatifs à l’expiration des
ordonnances et des conclusions en vertu de la Loi. Ces précisions sont nécessaires afin de tenir compte de la nature normative de ces considérations aux termes de la disposition
habilitante de la Loi (c’est-à-dire les clauses omnibus aux
alinéas 37.2(1)j) et 37.2(2)k) devraient prévoir les facteurs
précis pour plus de précisions, plutôt que de simplement indiquer « tout autre facteur pertinent, compte tenu des circonstances »). Plus particulièrement, l’alinéa 37.2(1)j) est modifié
afin de préciser que l’Agence des services frontaliers du Canada peut prendre en compte d’autres facteurs relativement à
la conduite ou à l’état actuels ou probables d’un gouvernement étranger ou à l’économie nationale ou internationale,
aux marchés des marchandises ou à l’ensemble de l’industrie,
ou concernant les producteurs, les exportateurs, les courtiers
ou les négociants individuels au moment de déterminer si
l’expiration d’une ordonnance pourrait vraisemblablement entraîner la poursuite ou la reprise du dumping ou du subventionnement de certaines marchandises. L’alinéa 37.2(2)k) est
modifié afin de préciser que le Tribunal canadien du commerce extérieur peut prendre en compte d’autres facteurs relativement à la conduite ou à l’état actuels ou probables de
l’économie nationale ou internationale, aux marchés des marchandises ou à l’ensemble de l’industrie, ou concernant les
producteurs, les exportateurs, les courtiers ou les négociants
individuels au moment de déterminer si l’expiration d’une ordonnance ou d’une conclusion relativement à certaines marchandises pourrait vraisemblablement causer des dommages
ou entraîner un retard. Les modifications proposées n’auront
aucun effet pratique sur la conduite d’examens d’expiration
des ordonnances et des conclusions en vertu de la Loi en raison de la nature diverse des facteurs précisés dans ces clauses
omnibus.
Abroger l’alinéa 40.1(3)d) du Règlement, puisqu’il s’agit
simplement d’une répétition du paragraphe 45(3) de la Loi et
est donc redondant.
Remplacer le terme « commissaire » par le terme « président » à l’alinéa 25.2(2)c), au paragraphe 36.4(1), à l’alinéa 37.11a), au paragraphe 37.2(1), aux alinéas 38a) et c), aux
paragraphes 40(1) à (3) et à l’article 57.1 du Règlement afin
de tenir compte comme il se doit de la structure organisationnelle de l’Agence des services frontaliers du Canada.
Modifier l’adresse postale de l’Agence des services frontaliers
du Canada qui figure à l’article 47, à l’article 51 et au paragraphe 55(2) du Règlement comme suit : « Directeur général,
Programme des droits antidumping et compensateurs, Direction des programmes commerciaux, Agence des services frontaliers du Canada, Ottawa (Ontario) K1A 0L8 » et remplacer
l’expression « Agence des douanes et du revenu du Canada »
2578
Canada Gazette Part I
Agency” in paragraphs 56(a) and (b) of the Regulations, again
to properly reflect the organizational structure of the Canada
Border Services Agency.
October 2, 2010
There would be no cost implications associated with these
regulatory amendments.
par « Agence des services frontaliers du Canada » aux alinéas 56a) et b) du Règlement, ici encore afin de tenir compte
comme il se doit de la structure organisationnelle de l’Agence
des services frontaliers du Canada.
Aucun coût ne serait associé à ces modifications
réglementaires.
Consultation
Consultation
The Canada Border Services Agency, the Canadian International Trade Tribunal, the Department of Justice Canada and
the Standing Joint Committee for the Scrutiny of Regulations
were consulted in the drafting of these recommendations.
L’Agence des services frontaliers du Canada, le Tribunal canadien du commerce extérieur, le ministère de la Justice et le Comité mixte permanent d’examen de la réglementation ont été consultés dans le cadre de la rédaction de ces recommandations.
Implementation, enforcement and service standards
Mise en œuvre, application et normes de service
The proposed amendments would not require additional implementation or enforcement, and the Regulations of which they
are a part would continue to be administered by the Canada Border Services Agency and the Canadian International Trade
Tribunal.
Les modifications proposées ne nécessiteraient aucune nouvelle mise en œuvre ou application, et le Règlement duquel elles
font partie continuerait d’être appliqué par l’Agence des services frontaliers du Canada et le Tribunal canadien du commerce
extérieur.
Contact
Scott Winter
Senior Economist
International Trade Policy Division
Department of Finance
Telephone: 613-992-4418
Email: Scott.Winter@fin.gc.ca
Personne-ressource
Scott Winter
Économiste principal
Division de la politique commerciale internationale
Ministère des Finances
Téléphone : 613-992-4418
Courriel : Scott.Winter@fin.gc.ca
PROPOSED REGULATORY TEXT
PROJET DE RÉGLEMENTATION
Notice is hereby given that the Governor in Council, pursuant
to subsection 97(1)a of the Special Import Measures Actb, proposes to make the annexed Regulations Amending the Special
Import Measures Regulations.
Interested persons may make representations concerning the
proposed Regulations within 30 days after the date of publication
of this notice. All such representations must cite the Canada Gazette, Part I, and the date of publication of this notice, and be addressed to Scott Winter, Senior Economist, International Trade
Policy Division, Department of Finance, L’Esplanade Laurier,
14th Floor, 140 O’Connor Street, Ottawa, Ontario K1A 0G5
(tel.: 613-992-4418; fax: 613-992-6761; email: Scott.Winter@
fin.gc.ca).
Ottawa, September 23, 2010
JURICA ČAPKUN
Assistant Clerk of the Privy Council
Avis est donné que la gouverneure en conseil, en vertu du paragraphe 97(1)a de la Loi sur les mesures spéciales d’importationb, se propose de prendre le Règlement modifiant le Règlement
sur les mesures spéciales d’importation, ci-après.
Les intéressés peuvent présenter leurs observations au sujet du
projet de règlement dans les trente jours suivant la date de publication du présent avis. Ils sont priés d’y citer la Gazette du Canada Partie I, ainsi que la date de publication, et d’envoyer le tout à
Scott Winter, Économiste principal, Division de la politique
commerciale internationale, ministère des Finances, L’Esplanade
Laurier, 14e étage, 140, rue O’Connor, Ottawa (Ontario) K1A
0G5 (téléphone : 613-992-4418; télécopieur : 613-992-6761;
courriel : Scott.Winter@fin.gc.ca).
Ottawa, le 23 septembre 2010
Le greffier adjoint du Conseil privé
JURICA ČAPKUN
REGULATIONS AMENDING THE SPECIAL
IMPORT MEASURES REGULATIONS
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT SUR
LES MESURES SPÉCIALES D’IMPORTATION
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1. Section 3 of the English version of the Special Import
Measures Regulations1 is replaced by the following:
1. L’article 3 de la version anglaise du Règlement sur les
mesures spéciales d’importation1 est remplacé par ce qui suit :
———
———
a
b
1
S.C. 2005, c. 38, par. 134(z.40)
R.S., c. S-15
SOR/84-927
a
b
1
L.C. 2005, ch. 38, al. 134z.40)
L.R., ch. S-15
DORS/84-927
Le 2 octobre 2010
3. For the purposes of sections 15, 19 and 20 of the Act, the
price of like goods shall be adjusted to reflect the quantity discount generally granted in connection with a sale of like goods in
the same or substantially the same quantities as the quantities of
the goods sold to the importer in Canada.
2. (1) The portion of subsection 37.1(1) of the Regulations
before paragraph (a) is replaced by the following:
37.1 (1) The following factors may be considered in determining whether the dumping or subsidizing of goods has caused injury or retardation:
(2) Paragraph 37.1(1)(d) of the Regulations is replaced by
the following:
(d) any other factors that are relevant in the circumstances.
(3) The portion of subsection 37.1(2) of the Regulations before paragraph (a) is replaced by the following:
(2) The following factors may be considered in determining
whether the dumping or subsidizing of goods is threatening to
cause injury:
(4) Paragraph 37.1(2)(h) of the Regulations is replaced by
the following:
(h) any other factors that are relevant in the circumstances.
(5) The portion of subsection 37.1(3) of the Regulations before paragraph (a) is replaced by the following:
(3) The following additional factors may be considered in determining whether the dumping or subsidizing of goods has
caused injury or retardation or is threatening to cause injury:
(6) Subparagraph 37.1(3)(b)(vii) of the French version of
the Regulations is replaced by the following:
(vii) tout autre facteur pertinent dans les circonstances.
3. (1) The portion of section 37.11 of the Regulations before
paragraph (a) is replaced by the following:
37.11 The following factors may be considered in determining
whether injury has been caused by a massive importation of
dumped or subsidized goods, or by a series of importations of
dumped or subsidized goods where the importations have occurred within a relatively short period of time and in the aggregate are massive:
(2) Paragraph 37.11(e) of the French version of the Regulations is replaced by the following:
e) tout autre facteur pertinent dans les circonstances.
4. (1) Paragraph 37.2(1)(j) of the Regulations is replaced by
the following:
(j) any other factors pertaining to the current or likely behaviour or state of
(i) a foreign government, or
(ii) the domestic or international economy, market for goods
or industry as a whole or in relation to individual producers,
exporters, brokers or traders.
(2) Paragraph 37.2(2)(k) of the Regulations is replaced by
the following:
(k) any other factors pertaining to the current or likely behaviour or state of the domestic or international economy, market
for goods or industry as a whole or in relation to individual
producers, exporters, brokers or traders.
Gazette du Canada Partie I
2579
3. For the purposes of sections 15, 19 and 20 of the Act, the
price of like goods shall be adjusted to reflect the quantity discount generally granted in connection with a sale of like goods in
the same or substantially the same quantities as the quantities of
the goods sold to the importer in Canada.
2. (1) Le passage du paragraphe 37.1(1) du même règlement
précédant l’alinéa a) est remplacé par ce qui suit :
37.1 (1) Les facteurs qui peuvent être pris en compte pour décider si le dumping ou le subventionnement de marchandises a
causé un dommage ou un retard sont les suivants :
(2) L’alinéa 37.1(1)d) du même règlement est remplacé par
ce qui suit :
d) tout autre facteur pertinent dans les circonstances.
(3) Le passage du paragraphe 37.1(2) du même règlement
précédant l’alinéa a) est remplacé par ce qui suit :
(2) Les facteurs qui peuvent être pris en compte pour décider si
le dumping ou le subventionnement de marchandises menace de
causer un dommage sont les suivants :
(4) L’alinéa 37.1(2)h) du même règlement est remplacé par
ce qui suit :
h) tout autre facteur pertinent dans les circonstances.
(5) Le passage du paragraphe 37.1(3) du même règlement
précédant l’alinéa a) est remplacé par ce qui suit :
(3) En outre, les facteurs qui peuvent être pris en compte pour
décider si le dumping ou le subventionnement des marchandises a
causé un dommage ou un retard ou menace de causer un dommage sont les suivants :
(6) Le sous-alinéa 37.1(3)b)(vii) de la version française du
même règlement est remplacé par ce qui suit :
(vii) tout autre facteur pertinent dans les circonstances.
3. (1) Le passage de l’article 37.11 du même règlement précédant l’alinéa a) est remplacé par ce qui suit :
37.11 Les facteurs qui peuvent être pris en compte pour décider
si les marchandises sous-évaluées ou subventionnées représentent
une importation massive ou appartiennent à une série
d’importations, massives dans l’ensemble et échelonnées sur une
période relativement courte, qui a causé un dommage sont les
suivants :
(2) L’alinéa 37.11e) de la version française du même règlement est remplacé par ce qui suit :
e) tout autre facteur pertinent dans les circonstances.
4. (1) L’alinéa 37.2(1)j) du même règlement est remplacé
par ce qui suit :
j) tout autre facteur relatif au comportement ou à l’état actuel
ou probable des éléments suivants :
(i) un gouvernement étranger,
(ii) à l’échelle nationale ou internationale, l’économie, le
marché des marchandises ou la branche de production dans
son ensemble ou à l’égard d’un producteur, d’un exportateur,
d’un courtier ou d’un négociant en particulier.
(2) L’alinéa 37.2(2)k) du même règlement est remplacé par
ce qui suit :
k) tout autre facteur relatif au comportement ou à l’état actuel
ou probable, à l’échelle nationale ou internationale, de l’économie, du marché des marchandises ou de la branche de production dans son ensemble ou à l’égard d’un producteur, d’un exportateur, d’un courtier ou d’un négociant en particulier.
2580
Canada Gazette Part I
October 2, 2010
5. Subsection 40.1(3) of the Regulations is amended by adding “and” at the end of paragraph (b), by striking out “and”
at the end of paragraph (c) and by repealing paragraph (d).
6. Section 47 of the Regulations is replaced by the
following:
47. For the purposes of subsections 56(1.1) and 58(2) of the
Act, a request for a re-determination shall be delivered to the Director General, Anti-dumping and Countervailing Program, Trade
Programs Directorate, Canada Border Services Agency, Ottawa,
Ontario K1A 0L8.
7. Section 51 of the Regulations is replaced by the
following:
51. For the purposes of subsections 56(1.01) and 58(1.1) of the
Act, a request for a re-determination shall be delivered to the Director General, Anti-dumping and Countervailing Program, Trade
Programs Directorate, Canada Border Services Agency, Ottawa,
Ontario K1A 0L8.
8. Subsection 55(2) of the Regulations is replaced by the
following:
(2) A request for a review shall be delivered to the Director
General, Anti-dumping and Countervailing Program, Trade Programs Directorate, Canada Border Services Agency, Ottawa, Ontario K1A 0L8.
9. Paragraphs 56(a) and (b) of the Regulations are replaced
by the following:
(a) if it is in the form of cash or a certified cheque, with an officer at the Canada Border Services Agency office at which the
goods are, or are to be, released; and
(b) if it is in any other form, with an officer at the regional office of the Canada Border Services Agency of the region in
which the goods are, or are to be, released.
10. The Regulations are amended by replacing “Commissioner” with “President” in the following provisions:
(a) paragraph 25.2(2)(c);
(b) subsection 36.4(1);
(c) paragraph 37.11(a);
(d) the portion of subsection 37.2(1) before paragraph (a);
(e) paragraphs 38(a) and (c);
(f) section 40; and
(g) section 57.1.
5. L’alinéa 40.1(3)d) du même règlement est abrogé.
6. L’article 47 du même règlement est remplacé par ce qui
suit :
47. Pour l’application des paragraphes 56(1.1) et 58(2) de la
Loi, la demande de révision ou de réexamen est envoyée au directeur général, Programme des droits antidumping et compensateurs, Direction des programmes commerciaux, Agence des services frontaliers du Canada, Ottawa (Ontario) K1A 0L8.
7. L’article 51 du même règlement est remplacé par ce qui
suit :
51. Pour l’application des paragraphes 56(1.01) et 58(1.1) de la
Loi, la demande de révision ou de réexamen est envoyée au directeur général, Programme des droits antidumping et compensateurs, Direction des programmes commerciaux, Agence des services frontaliers du Canada, Ottawa (Ontario) K1A 0L8.
8. Le paragraphe 55(2) du même règlement est remplacé
par ce qui suit :
(2) La demande de réexamen est envoyée au directeur général,
Programme des droits antidumping et compensateurs, Direction
des programmes commerciaux, Agence des services frontaliers du
Canada, Ottawa (Ontario) K1A 0L8.
9. Les alinéas 56a) et b) du même règlement sont remplacés
par ce qui suit :
a) si elle est sous forme d’espèces ou de chèque certifié, à un
agent du bureau de l’Agence des services frontaliers du Canada
où sont ou seront dédouanées les marchandises;
b) sinon, à un agent du bureau régional de l’Agence des services frontaliers du Canada de la région où sont ou seront dédouanées les marchandises.
10. Dans les passages ci-après du même règlement, « commissaire » est remplacé par « président » :
a) l’alinéa 25.2(2)c);
b) le paragraphe 36.4(1);
c) l’alinéa 37.11a);
d) le passage du paragraphe 37.2(1) précédant l’alinéa a);
e) les alinéas 38a) et c);
f) l’article 40;
g) l’article 57.1.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
11. These Regulations come into force on the day on which
they are registered.
11. Le présent règlement entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
[40-1-o]
[40-1-o]
Le 2 octobre 2010
Gazette du Canada Partie I
2581
Rules Amending the Bankruptcy and Insolvency
General Rules
Règles modifiant les Règles générales sur la faillite et
l’insolvabilité
Statutory authority
Bankruptcy and Insolvency Act
Fondement législatif
Loi sur la faillite et l’insolvabilité
Sponsoring department
Department of Industry
Ministère responsable
Ministère de l’Industrie
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Rules.)
(Ce résumé ne fait pas partie des Règles.)
Issue and objectives
Question et objectifs
Issue
Question
Stakeholders have requested that the Bankruptcy and Insolvency General Rules (the “Rules”) be amended in order to prescribe MFDA Investor Protection Corporation (MFDA IPC) as a
“customer compensation body” pursuant to the definition of that
term in section 253 of the Bankruptcy and Insolvency Act (the
“Act”). Under Part XII of the Act, a customer compensation body
has certain rights, including the right to file an application for a
bankruptcy order in respect of an insolvent securities firm, to
participate in the administration of a bankruptcy estate by designating an inspector and to consult with the trustee in bankruptcy.
The Canadian Investor Protection Fund (CIPF) is specifically
named as a customer compensation body in section 253 of the
Act, and to date no other bodies have been prescribed. The CIPF
protects investors’ cash and security should an investment dealer,
a member of the Investment Industry Regulatory Organization of
Canada (IIROC), go bankrupt. The MFDA IPC provides coverage
to customers of members of the Mutual Fund Dealers Association
of Canada (MFDA) for losses of property in customer accounts
caused by the insolvency of a member. A mutual fund dealer is a
company that is registered with the provincial securities commissions to distribute mutual funds to Canadian investors.
The Office of the Superintendent of Bankruptcy (OSB) is proposing to amend the Rules to prescribe the MFDA IPC as a “customer compensation body” pursuant to the definition of that term
in section 253 of the Act. Without the proposed amendment to the
regulations, the MFDA IPC cannot avail itself of certain rights
offered to customer compensation bodies under Part XII of the
Act.
Des intervenants ont demandé que les Règles générales sur la
faillite et l’insolvabilité (les « Règles ») soient modifiées de manière à préciser que la Corporation de protection des investisseurs
de l’ACFM (CPI de l’ACFM) est un « organisme d’indemnisation
des clients » selon la définition de ce terme figurant à l’article 253
de la Loi sur la faillite et l’insolvabilité (la « Loi »). En vertu de
la partie XII de la Loi, un organisme d’indemnisation des clients
jouit de certains droits, dont le droit de déposer une requête en
faillite à l’égard d’un courtier en valeurs mobilières insolvable, de
participer à l’administration des actifs d’une faillite en désignant
un inspecteur et de consulter le syndic de faillite. Actuellement, le
Fonds canadien de protection des épargnants (FCPE) est le seul
organisme expressément désigné comme organisme d’indemnisation des clients en vertu de l’article 253 de la Loi. Le FCPE protège les sommes d’argent et les titres des investisseurs en cas de
faillite d’un courtier en placements membre de l’Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières
(OCRCVM). La CPI de l’ACFM protège les clients des membres
de l’Association canadienne des courtiers de fonds mutuels
(ACCFM) contre les pertes de biens dans les comptes clients causées par l’insolvabilité d’un membre. Un courtier de fonds mutuels est une société inscrite auprès d’une commission provinciale
des valeurs mobilières pour vendre des fonds mutuels aux investisseurs canadiens.
Le Bureau du surintendant des faillites (BSF) propose de modifier les Règles de manière à préciser que la CPI de l’ACFM est un
« organisme d’indemnisation des clients » selon la définition de
ce terme figurant à l’article 253 de la Loi. Si la modification proposée n’est pas adoptée, la CPI de l’ACFM ne pourra pas se prévaloir de certains droits conférés aux organismes d’indemnisation
des clients en vertu de la partie XII de la Loi.
Objective
Objectif
The objective of the proposed amendment is to enable a customer compensation body that is protecting customer accounts to
play a role in the bankruptcy proceeding of a firm whose customers the body protects. That customer compensation body will be
the largest stakeholder in the end, covering virtually the entire
L’objectif de la modification proposée est de permettre à un
organisme d’indemnisation des clients qui protège des comptes
clients de jouer un rôle dans les procédures de faillite d’une entreprise dont il protège les clients. Cet organisme d’indemnisation
des clients finira par devenir le principal intervenant et couvrira
2582
Canada Gazette Part I
October 2, 2010
shortfall in securities. The proposed amendment ensures that the
customer compensation body’s concerns and interests will be
considered in the administration of the bankruptcy in the same
manner as those of the CIPF.
pratiquement à lui seul l’insuffisance de la garantie. La modification proposée fait en sorte que les préoccupations et les intérêts de
l’organisme d’indemnisation des clients seront pris en compte
dans l’administration d’une faillite, de la même manière que ceux
de la FCPE.
Description and rationale
Description et justification
Part XII of the Act establishes a special regime for securities
firm bankruptcies. It streamlines the administration of a bankrupt
securities firm’s estate since it creates a particular class of securities, called “customer name securities,” that are registered or in
the process of being registered, which, pursuant to section 253 of
the Act, are to be returned to customers. All other securities and
cash held by the bankrupt firm are to be pooled in a “customer
pool fund” and distributed among all the customers of the firm on
a pro rata basis.
La partie XII de la Loi met en place un régime spécial pour les
faillites des courtiers en valeurs mobilières. Elle rationalise
l’administration des biens d’un courtier en valeurs mobilières en
faillite en créant une catégorie particulière de valeurs, appelée
« valeurs mobilières immatriculées », qui sont enregistrées ou en
voie d’enregistrement et qui, en vertu de l’article 253 de la Loi,
doivent être retournées aux clients. Toutes les autres valeurs mobilières et sommes d’argent détenues par le courtier en faillite
doivent être regroupées dans un « fonds des clients » et distribuées au prorata entre tous les clients du courtier.
Une requête en faillite contre un courtier en valeurs mobilières
peut être déposée non seulement par des créanciers ordinaires
mais aussi par une commission des valeurs mobilières, une bourse
de valeurs mobilières, un organisme d’indemnisation des clients
ou un séquestre. Ces organismes et ces personnes peuvent déposer une requête en faillite pour les mêmes motifs que les créanciers en général et aussi parce que le courtier a été suspendu pour
défaut de satisfaire aux exigences en matière de suffisance de
capital. Des fonctions et des pouvoirs administratifs spéciaux sont
également attribués au syndic (articles 257, 258 et 260 de la Loi)
et, dans une certaine mesure, au FCPE (expressément désigné
comme organisme d’indemnisation des clients en vertu de l’article 253 de la Loi) pour qu’ils puissent s’occuper des faillites
des courtiers en valeurs mobilières. En fait, lorsque les clients
sont protégés par un organisme d’indemnisation (c’est-à-dire
le FCPE), le syndic doit consulter l’organisme d’indemnisation au
sujet de l’administration des biens, et un inspecteur peut être désigné par l’organisme d’indemnisation (article 264 de la Loi).
La partie XII de la Loi ne précise ni les exigences ni les qualifications requises pour qu’un organisme d’indemnisation soit
reconnu comme tel aux fins de la Loi. Le FCPE est le seul organisme d’indemnisation expressément désigné par l’article 253 de
la Loi. La CPI de l’ACFM est l’équivalent fonctionnel du FCPE
en ce qui concerne les courtiers de fonds mutuels. Le FCPE protège les clients des courtiers en valeurs mobilières. L’objet premier de la CPI de l’ACFM est d’indemniser les clients des membres insolvables de l’ACCFM dans des circonstances qui, dans la
plupart des cas, seraient régies par les dispositions de la partie XII
de la Loi qui s’appliquent aux faillites des courtiers en valeurs
mobilières. De plus, les deux organismes offrent essentiellement
la même couverture : un maximum de un million de dollars pour
chaque compte général et chaque compte distinct tel qu’il est
déterminé par leurs polices respectives. Les courtiers en valeurs
mobilières de même que les courtiers de fonds mutuels sont
considérés comme des « courtiers en valeurs mobilières » aux fins
de l’article 253 de la Loi, car ils sont notamment des « personne[s] [...] qui achète[nt] des titres à un client ou pour celui-ci
ou [qui] vende[nt] des titres à un client ou pour celui-ci ».
La modification proposée pour que la CPI de l’ACFM soit désignée comme organisme d’indemnisation des clients permettrait
à celle-ci de jouir du même statut, des mêmes droits et des mêmes
pouvoirs que le FCPE aux fins de la partie XII de la Loi. Ces
droits sont importants pour les organismes d’indemnisation des
clients car ils réduisent au minimum les pertes pour les clients,
permettent de payer les demandes de règlement des clients en
temps opportun, et réduisent le risque dans le système financier
In addition to ordinary creditors, an application for a bankruptcy order against a securities firm may be filed by a securities
commission, a securities exchange, a customer compensation
body or a receiver. These bodies and persons may apply for a
bankruptcy order on the same grounds as are available to creditors generally and also on grounds that the firm has been suspended for failure to comply with capital adequacy requirements.
Special administrative powers and duties are also given to the
trustee (section 257, 258 and 260 of the Act) and to an extent to
CIPF (which is specifically named as a customer compensation
body under section 253 of the Act) to deal with securities firm
bankruptcies. In fact, where customers are protected by a consumer compensation body (i.e. CIPF), the trustee must consult the
compensation body on the administration of the estate and an
inspector can be designated by the compensation body (section 264 of the Act).
Part XII of the Act does not indicate the requirements or qualifications for a compensation body to be prescribed as a “compensation body” for the purpose of the Act. Section 253 of the legislation specifically names the CIPF as a customer compensation
body but no other bodies have been prescribed to date.
MFDA IPC is the functional equivalent of CIPF in respect to
mutual fund dealers. CIPF provides customer protection to securities dealers. The primary objective of the MFDA IPC is to provide compensation to customers of insolvent members of the
MFDA in circumstances which, in most cases, would be governed
by the provisions of Part XII of the Act applicable to securities
firm bankruptcies. Also, the basis of the coverage is substantially
the same and both have a maximum of $1 million coverage for
each general and separate account as determined by their respective coverage policies. Both securities dealers and mutual fund
dealers are “securities firms” for the purposes of section 253 of
the Act in that they are, among other things, “persons who carry
on the business of buying and selling securities from, to or for a
customer.”
The proposed amendment prescribing the MFDA IPC as a customer compensation body would permit the MFDA IPC to have
the same status, rights and authority as the CIPF for the purposes
of Part XII of the Act. These rights are significant to a customer
compensation body in that they minimize customer losses, permit
the timely payment of claims by customers and reduce risk in the
financial system by facilitating the efficient administration of
security firm insolvencies when they may occur.
Le 2 octobre 2010
The proposed amendment is also in the public interest as the
MFDA IPC ensures that customers recover losses where assets
available in the estate of the securities firm are not adequate.
Gazette du Canada Partie I
2583
en facilitant l’administration des cas d’insolvabilité qui surviennent chez les courtiers en valeurs mobilières.
La modification proposée servirait aussi l’intérêt public, car la
CPI de l’ACFM veille à ce que les clients recouvrent leurs pertes
lorsque les actifs disponibles du courtier en valeurs mobilières ne
sont pas suffisants.
Alternatives
Solutions envisagées
In the development of this regulatory proposal, the following
two options were considered.
Les deux options suivantes ont été prises en considération dans
l’élaboration de ce projet de modification réglementaire.
Option one — Status quo
Option un — Statu quo
The current Rules do not prescribe the MFDA IPC as a consumer compensation body, even though it is the functional
equivalent of the CIPF in respect of providing customer protection caused by the insolvency of a mutual fund dealer.
Les règles actuelles ne désignent pas la CPI de l’ACFM
comme organisme d’indemnisation des clients, bien qu’il s’agisse
de l’équivalent fonctionnel du FCPE en ce qui concerne la protection des clients contre l’insolvabilité d’un courtier de fonds
mutuels.
Option two — Prescribe the MFDA IPC as a “consumer
compensation body” under the Bankruptcy and Insolvency
General Rules (recommended)
Option deux — Désigner la CPI de l’ACFM comme « organisme
d’indemnisation des clients » en vertu des Règles générales sur la
faillite et l’insolvabilité (recommandée)
Option two is the recommended option as it would allow the
MFDA IPC to have the same status, rights and authority as the
CIPF under Part XII of the Act.
L’option deux est recommandée, car elle permettrait à la CPI
de l’ACFM de jouir du même statut, des mêmes droits et des
mêmes pouvoirs que le FCPE en vertu de la partie XII de la Loi.
Benefits and costs
Avantages et coûts
The benefit of the proposed amendments is that public protection will be enhanced by permitting the MDFA IPC to avail itself
of the rights available to a compensation body under Part XII of
the Act in the same manner that they are available to the CIPF.
L’avantage des modifications proposées est qu’elles amélioreront la protection du public en permettant à la CPI de l’ACFM de
se prévaloir des droits conférés aux organismes d’indemnisation
en vertu de la partie XII de la Loi, comme dans le cas du FCPE.
With respect to costs, the adoption of the regulatory amendment will have no significant monetary impact. The proposed
amendment does not add any new obligation or restriction. Therefore, there will be no direct cost to the industry or stakeholders.
En ce qui concerne les coûts, la modification réglementaire
proposée n’aura pas de répercussions pécuniaires importantes, car
elle n’impose aucune nouvelle obligation ou restriction. Il n’y
aura donc pas de coûts directs pour l’industrie ou les intervenants.
Consultation
Consultation
Consultations between the OSB, Industry Canada’s Corporate
and Insolvency Law Policy Directorate, and stakeholders with
respect to the proposed amendment as well as other legislative
changes have been ongoing since November 2007. Conference
calls and meetings were held to discuss possible regulatory and
legislative changes relating to Part XII of the Act. During these
discussions, the stakeholders have on numerous occasions advocated the addition of a rule prescribing the MFDA IPC as a consumer compensation body under the Rules. The proposed
amendment will enable MFDA IPC, a customer compensation
body protecting customer accounts, to play a role in the bankruptcy proceeding of a firm whose customers it protects. The
industry stakeholders, including IIROC, CIPF, MFDA and
MFDA IPC have been consulted and support the proposed
amendment to the Regulations. Further consultations will be held
during pre-publication of the Rules in the Canada Gazette, Part I.
Les consultations entre le BSF, la Direction des politiques du
droit corporatif et de l’insolvabilité d’Industrie Canada, et les
intervenants en ce qui concerne la modification proposée ainsi
que d’autres modifications législatives se poursuivent depuis novembre 2007. Des téléconférences et des réunions ont été organisées pour que les parties puissent discuter des modifications possibles aux lois et règlements qui se rapportent à la partie XII de la
Loi. Durant ces discussions, les intervenants ont, à de nombreuses
reprises, préconisé l’ajout d’une règle désignant la CPI de
l’ACFM comme organisme d’indemnisation des clients. La modification proposée permettra à la CPI de l’ACFM, un organisme
d’indemnisation qui protège les comptes clients, de jouer un rôle
dans les procédures de faillite d’un courtier dont elle protège les
clients. Les intervenants de l’industrie, dont l’OCRCVM, le
FCPE, l’ACCFM et la CPI de l’ACFM ont été consultés et appuient la modification proposée au Règlement. D’autres consultations auront lieu à l’étape de la publication préalable des Règles
dans la Partie I de la Gazette du Canada.
Compliance and enforcement
Respect et exécution
No new mechanisms for compliance and enforcement are required because the amendment does not impose any new obligations or restrictions. The OSB’s existing compliance and enforcement mechanisms are sufficient.
Aucun nouveau mécanisme de conformité et d’application
n’est requis, car la modification n’impose aucune nouvelle obligation ou restriction. Les mécanismes existants de conformité et
d’application du BSF sont suffisants.
Canada Gazette Part I
2584
October 2, 2010
Contact
Personne-ressource
Josée Pilotte, LL.L
Senior Policy Analyst
Policy and Regulatory Affairs
Office of the Superintendent of Bankruptcy
Industry Canada
Heritage Place
155 Queen Street, 4th Floor
Ottawa, Ontario
K1A 0H5
Telephone: 613-948-5007
Fax: 613-948-4080
Email: josee.pilotte@ic.gc.ca
Josée Pilotte, LL.L.
Analyste principale des politiques
Politiques et affaires réglementaires
Bureau du surintendant des faillites
Industrie Canada
Place Héritage
155, rue Queen, 4e étage
Ottawa (Ontario)
K1A 0H5
Téléphone : 613-948-5007
Télécopieur : 613-948-4080
Courriel : josee.pilotte@ic.gc.ca
PROPOSED REGULATORY TEXT
PROJET DE RÉGLEMENTATION
Notice is hereby given that the Governor in Council, pursuant
to subsection 209(1) of the Bankruptcy and Insolvency Acta, proposes to make the annexed Rules Amending the Bankruptcy and
Insolvency General Rules.
Interested persons may make representations concerning the
proposed Rules within 30 days after the date of publication of this
notice. All such representations must cite the Canada Gazette,
Part I, and the date of publication of this notice, and be addressed
to Josée Pilotte, Senior Policy Analyst, Policy and Regulatory
Affairs, Office of the Superintendent of Bankruptcy, Industry
Canada, Heritage Place, 155 Queen Street, 4th Floor, Ottawa,
Ontario K1A 0H5 (tel.: 613-948-5007; fax: 613-948-4080; email:
josee.pilotte@ic.gc.ca).
Ottawa, September 23, 2010
JURICA ČAPKUN
Assistant Clerk of the Privy Council
Avis est donné que la gouverneure en conseil, en vertu du paragraphe 209(1) de la Loi sur la faillite et l’insolvabilitéa, se propose de prendre les Règles modifiant les Règles générales sur la
faillite et l’insolvabilité, ci-après.
Les intéressés peuvent présenter leurs observations au sujet du
projet de règles dans les trente jours suivant la date de publication
du présent avis. Ils sont priés d’y citer la Gazette du Canada Partie I, ainsi que la date de publication, et d’envoyer le tout à Josée
Pilotte, analyste principale des politiques, Politiques et Affaires
réglementaires, Bureau du surintendant des faillites, Industrie
Canada, Place Héritage, 155, rue Queen, 4e étage Ottawa (Ontario) K1A 0H5, tél. : 613-948-5007 téléc. : 613-948-4080, courriel : josee.pilotte@ic.gc.ca.
Ottawa, le 23 septembre 2010
Le greffier adjoint du Conseil privé
JURICA ČAPKUN
RULES AMENDING THE BANKRUPTCY AND
INSOLVENCY GENERAL RULES
RÈGLES MODIFIANT LES RÈGLES GÉNÉRALES SUR
LA FAILLITE ET L’INSOLVABILITÉ
AMENDMENT
MODIFICATION
1
1. The Bankruptcy and Insolvency General Rules are
amended by adding the following after section 1.1:
1.2 The MFDA Investor Protection Corporation is a prescribed
body for the purposes of the definition “customer compensation
body” in section 253 of the Act.
1. Les Règles générales sur la faillite et l’insolvabilité1 sont
modifiées par adjonction, après l’article 1.1, de ce qui suit :
1.2 La Corporation de protection des investisseurs de l’ACFM
est une entité prescrite au sens de la définition de « organisme
d’indemnisation des clients » prévue à l’article 253 de la Loi.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
2. These Rules come into force on the day on which they are
registered.
2. Les présentes règles entrent en vigueur à la date de leur
enregistrement.
[40-1-o]
[40-1-o]
———
———
a
a
1
R.S., c. B-3; S.C. 1992, c. 27
C.R.C., c. 368; SOR/92-579; SOR/98-240
1
L.R., ch. B-3; L.C. 1992, ch. 27
C.R.C., ch. 368; DORS/92-579; DORS/98-240
Le 2 octobre 2010
Gazette du Canada Partie I
Rules Amending the Patent Rules
Règles modifiant les Règles sur les brevets
Statutory authority
Patent Act
Fondement législatif
Loi sur les brevets
Sponsoring department
Department of Industry
Ministère responsable
Ministère de l’Industrie
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Rules.)
(Ce résumé ne fait pas partie des Règles.)
2585
Issue and objectives
Question et objectifs
This regulatory initiative proposes amendments to the Patent
Rules under the authority of the Patent Act. The Patent Act and
associated regulations relate to the protection of new inventions
(art, process, machine, manufacture, composition of matter) or
any new and useful improvement of an existing invention.
Dans le cadre de cette initiative de réglementation, il est proposé d’apporter des modifications aux Règles sur les brevets sous
l’autorité de la Loi sur les brevets. La Loi sur les brevets et son
règlement d’application ont trait à la protection des inventions
(réalisation, procédé, machine, fabrication, composition de matières) ou de tout perfectionnement nouveau et utile d’une invention
existante.
Les modifications proposées visent à accélérer le traitement des
demandes de brevet se rapportant à des technologies environnementales (vertes) dans le régime de la propriété intellectuelle du
Canada afin de hâter la commercialisation des technologies qui
pourraient contribuer à résoudre ou à atténuer les incidences environnementales ou à préserver le milieu et les ressources naturelles
(technologies vertes).
La proposition se veut une aide à la commercialisation des demandes de brevet. L’accélération de l’examen aurait pour effet de
raccourcir le temps nécessaire pour breveter ces technologies
vertes, ce qui permettrait aux inventeurs de trouver du financement, de créer des entreprises et de mettre plus rapidement les
technologies vertes sur le marché.
Le traitement accéléré des demandes de brevet liées aux technologies vertes est envisagé pour le bien public et non en réponse
aux forces du marché. Il correspond aux priorités du gouvernement en matière de sciences et de technologies et servira à appuyer la croissance des petites et moyennes entreprises (PME), à
développer une économie de l’énergie verte et à concrétiser l’action gouvernementale relativement au réchauffement climatique
et au renforcement des capacités.
The proposed amendments seek to accelerate the prosecution
of patent applications relating to environmental (green) technologies within the Canadian intellectual property system in order to
expedite commercialization of technologies that could help to
resolve or mitigate environmental impacts or to conserve the
natural environment and resources (green technologies).
This proposal is constructed as a commercialization assist to
patent applications. Expedited examination would have the effect
of reducing the time it takes to patent these green technologies,
which would enable inventors to secure funding, create businesses and bring green technology to market quickly.
The fast-tracking of green technology patent applications is being proposed for the public good, not in response to market
forces. It is in line with the Government’s priorities on science
and technology, supporting the growth of small- and mediumsized businesses (SMEs), developing a clean energy economy
and taking government action on global warming and capacity
building.
Description and rationale
Description et justification
The current Patent Rules already provide authority for the
Commissioner to expedite the examination of an application upon
request and payment of the prescribed fee by the applicant or a
third party. Currently to grant such a request, the Commissioner
must determine that failure to expedite prosecution of the application is likely to prejudice the requestor’s rights.
The existing criteria in the Patent Rules would be expanded in
order to provide a mechanism to accelerate the examination of
patent applications relating to green technologies that could help
to resolve or mitigate environmental impacts or conserve the natural environment and resources.
Les Règles sur les brevets autorisent déjà le commissaire à accélérer l’examen d’une demande de brevet, à la demande du demandeur ou du tiers qui verse la taxe réglementaire. À l’heure
actuelle, pour accéder à une telle demande, le commissaire doit
juger que le non-devancement est susceptible de porter préjudice
aux droits du demandeur.
On élargirait les critères prévus aux Règles sur les brevets de
façon à instaurer un mécanisme pour accélérer l’examen des demandes de brevet liées à des technologies vertes qui pourraient
contribuer à résoudre ou à atténuer les incidences environnementales ou à préserver le milieu et les ressources naturelles.
2586
Canada Gazette Part I
October 2, 2010
More detailed descriptions of the proposed Patent Rules
amendments are as follows:
Voici une description plus détaillée des modifications proposées aux Règles sur les brevets :
(1) Advanced examination
1) Devancement d’un examen
This proposal would amend subsection 28(1) of the Patent
Rules. Subsection 28(1) currently provides that an application can
be advanced out of the routine order if the applicant or a third
party requests such an advancement, declares that failure to advance the application would prejudice their rights and pays the
prescribed fee.
This proposal would add paragraph 28(1)(b) to provide that the
Commissioner may also expedite the prosecution of an application when the invention is related to green technology. Specifically, paragraph 28(1)(b) would indicate that prosecution of an
application may be expedited by filing a request and making a
declaration that states the application relates to technology the
commercialization of which would help to resolve or mitigate
environmental impacts or that conserves the natural environment
and resources. The additional fee for expedited examinations
under the prejudice provision would not be applied to applications
relating to green technology.
As it is currently the case, advanced examination would only
apply if a request for examination were made pursuant to subsection 35(1) of the Patent Act.
Cette proposition modifierait le paragraphe 28(1) des Règles
sur les brevets. À l’heure actuelle, le paragraphe 28(1) prévoit
que la date normale d’examen d’une demande peut être devancée
si le demandeur ou un tiers en fait la demande, déclare que le
non-devancement serait susceptible de porter préjudice à ses
droits et verse la taxe réglementaire.
Cette proposition ajouterait l’alinéa 28(1)b) afin d’également
donner au commissaire le pouvoir d’accélérer le traitement d’une
demande quand l’invention se rapporte à une technologie verte.
Plus particulièrement, l’alinéa 28(1)b) indiquerait que le traitement d’une demande pourrait être accéléré en soumettant une
requête et en faisant une déclaration selon laquelle la demande se
rapporte à une technologie dont la commercialisation contribuerait à résoudre ou à atténuer des incidences environnementales ou
préserverait le milieu et les ressources naturelles. La taxe supplémentaire visant l’accélération de l’examen en vertu de la disposition sur le préjudice ne serait pas appliquée aux demandes liées à
une technologie verte.
Comme c’est actuellement le cas, le devancement d’un examen
n’interviendrait que si une requête d’examen était faite en vertu
du paragraphe 35(1) de la Loi sur les brevets.
(2) Restrictions for advanced examination
2) Restrictions visant le devancement d’un examen
This proposal would incorporate subsection 28(2), which limits
the application of subsection 28(1) to applications with respect to
which a request for examination is made pursuant to subsection 35(1) of the Patent Act, into amended subsection 28(1).
A new subsection 28(2) would be added to provide that the
Commissioner would not advance an application for examination
out of its routine order and would return to its routine order any
application that has been advanced for examination if the Commissioner must extend the time fixed for doing anything or if the
application has at any time been deemed abandoned in accordance with subsection 73(1) or (2) of the Patent Act.
The Patent Act provides that applications can become abandoned if an applicant fails to take a required action on an application within the prescribed time period. An application may become abandoned for a number of reasons including but not
limited to the failure to
• reply in good faith to any requisition of an examiner within
the time limit specified;
• complete the application and pay the completion fee within
the time limit specified;
• pay the prescribed maintenance fees within the time limit
specified; and
• request examination and pay the prescribed fee within the
time limit specified.
La proposition intégrerait dans le paragraphe 28(1) modifié le
paragraphe 28(2), qui limite l’application du paragraphe 28(1)
aux demandes à l’égard desquelles une requête d’examen est
déposée conformément au paragraphe 35(1) de la Loi sur les
brevets.
Un nouveau paragraphe 28(2) serait ajouté portant que le
commissaire ne devancerait pas la date d’examen d’une demande
et ramènerait à sa date prévue d’examen toute demande pour laquelle le commissaire doit prolonger le délai prévu pour
l’exécution d’une mesure ou toute demande qui, à un moment
quelconque, a été jugée abandonnée conformément au paragraphe 73(1) ou (2) de la Loi sur les brevets.
La Loi sur les brevets prévoit que des demandes peuvent être
considérées comme abandonnées si le demandeur ne donne pas
suite à une demande dans le délai prescrit. Une demande peut être
considérée comme abandonnée pour diverses raisons, entre autres, si le demandeur omet :
• de répondre de bonne foi à toute demande de l’examinateur
dans le délai fixé;
• de remplir la demande et de payer la taxe de complètement
dans le délai fixé;
• de payer la taxe de maintien en état réglementaire dans le
délai fixé;
• de présenter la requête d’examen et de payer la taxe réglementaire dans le délai fixé.
When an application becomes abandoned, the applicant may
reinstate the application within 12 months of the date the application was deemed abandoned by making a request for reinstatement, taking the action that should have been taken in order to
avoid the abandonment, and paying the fee set out in item 7 of
Part I of Schedule II of the Patent Rules, namely, $200.00.
The objective of an expedited prosecution is that an application
proceed through prosecution and examination at an accelerated
rate. The abandonment and reinstatement process which allows
for a 12-month delay within the prosecution period is contrary to
the objectives of the accelerated prosecution provision and it was
Lorsqu’une demande devient abandonnée, le demandeur peut
la rétablir dans les 12 mois de la date à laquelle elle a été jugée
abandonnée en présentant une demande à cet effet, en prenant les
mesures qui s’imposaient pour éviter l’abandon et en payant
la taxe réglementaire prévue à l’article 7 de la partie I de l’annexe II des Règles sur les brevets, à savoir 200 $.
L’objectif visé par le traitement accéléré est de permettre à une
demande de franchir plus rapidement les étapes du traitement et
de l’examen. Le processus d’abandon et de rétablissement qui
alloue un délai de 12 mois pendant la période de traitement est
contraire aux objectifs visés par la disposition sur le traitement
Le 2 octobre 2010
determined that applications which become abandoned should not
be entitled to the benefits associated with expediting examination.
Gazette du Canada Partie I
2587
Expedited examination would still be considered for applications that have been abandoned or that have benefited from time
extensions when the request for advanced examination comes
from a third party.
accéléré; il a donc été décidé que les demandes qui sont abandonnées ne devraient pas avoir droit aux avantages associés à
l’examen accéléré.
Il serait toujours possible d’envisager l’examen accéléré dans
le cas des demandes qui ont été abandonnées ou qui ont bénéficié
d’une prolongation quand la demande de devancement d’un examen provient d’un tiers.
Benefits and costs
Avantages et coûts
The proposed amendments do not require the allocation of additional resources toward administering Canada’s patent system.
Existing CIPO resources would be used to support the initiative,
thus the benefits would be conferred to applicants filing green
patents at no extra cost.
Les modifications proposées n’exigent pas que l’on consacre
des ressources additionnelles à l’administration du régime des
brevets du Canada. On se servirait des ressources actuelles de
l’OPIC pour appuyer l’initiative de sorte que les avantages en
soient transférés sans frais supplémentaires aux demandeurs qui
déposent des brevets verts.
Les modifications proposées favoriseraient la création et la diffusion de technologies et encourageraient et protégeraient le
transfert de l’innovation et de technologies en donnant rapidement accès au régime dynamique de la propriété intellectuelle du
Canada. Elles aideraient également à relever de façon efficace les
défis environnementaux en facilitant l’entrée sur le marché des
technologies écologiques. Grâce à la mise en application de ces
modifications visant la réglementation, on s’attend à une amélioration de la position et de la situation économique globale du
Canada dans le secteur des technologies vertes.
Partout dans le monde, d’autres grands offices de la propriété
intellectuelle ont déjà instauré des mécanismes semblables pour
favoriser et promouvoir le développement et le brevetage de technologies vertes. En emboîtant le pas, l’OPIC pourrait étendre son
rayonnement à l’échelle internationale.
The proposed amendments would allow for the creation and
diffusion of technology and would encourage and protect innovation and technology transfer by providing quick access to Canada’s strong intellectual property regime. The amendments would
further assist in contributing to an effective response to environmental challenges by facilitating the market entry of environmentally beneficial technology. Canada’s overall economic situation and position in the green technology sector is expected to be
enhanced as a result of the implementation of these regulatory
amendments.
Internationally, other major intellectual property offices have
already instituted similar mechanisms to advance and promote the
development and patenting of green technologies. By following
suit, CIPO would be able to raise its international profile.
Consultation
Consultation
Proposed amendments will be published in the Canada Gazette, Part I, for a 30-day consultation period.
Les modifications proposées seront publiées dans la Partie I
de la Gazette du Canada pour une période de consultation de
30 jours.
On a tenu des consultations sur la définition de technologie
verte avec RNCan et Environnement Canada.
Après avoir pris en considération les commentaires reçus, il a
été décidé qu’aucune définition officielle de technologie verte ne
serait proposée. Tous les demandeurs qui font une déclaration
claire selon laquelle leur invention pourrait aider à résoudre ou à
atténuer des incidences environnementales ou à préserver le milieu et les ressources naturelles seront admissibles à l’examen
devancé en vertu de la modification proposée.
Consultations on the definition of green technology have been
held with NRCan and Environment Canada.
Comments received were taken into consideration and it was
determined that a formal definition of green technology would not
be proposed. All applicants who make a clear declaration that
their invention could help to resolve or mitigate environmental
impacts or to conserve the natural environment and resources are
eligible for advanced examination under the proposed amendment.
Implementation, enforcement and service standards
Mise en œuvre, application et normes de service
The Patent Rules are enforced by the application of existing
provisions in the Patent Act. Enforcement and compliance provisions therefore remain unchanged as a result of the proposed
regulatory amendments. Accordingly, there are no new compliance and enforcement provisions and no additional costs to monitor and enforce these regulatory changes.
Les Règles sur les brevets sont mises à exécution par l’application des dispositions de la Loi sur les brevets. Les dispositions
visant l’exécution et la conformité demeurent donc inchangées
par suite des modifications proposées à la réglementation. En
conséquence, la surveillance et la mise en application de ces
changements relatifs à la réglementation n’exigeront aucune nouvelle disposition relative à l’exécution et à la conformité ni aucun
coût supplémentaire.
L’OPIC adoptera les normes de service suivantes dans le cas de
toutes les demandes qui se sont vu accorder un devancement
d’examen : à partir du moment où une demande de brevet est
acceptée, une réponse sera fournie au demandeur dans les deux
mois de la date de réception d’une pièce de correspondance à
l’OPIC.
Le site Web de l’OPIC fera état du respect de ces engagements
en matière de service. L’OPIC révisera ces normes sur une base
régulière.
CIPO will establish the following service standards for all applications that have been accorded advanced examination: until a
patent application is approved for allowance, a response will be
provided to the applicant within two months from the date a correspondence is received at CIPO.
Success in meeting these service commitments will be monitored and reported on CIPO’s Web site. CIPO will review these
standards on a regular basis.
2588
Canada Gazette Part I
October 2, 2010
The delivery of high-quality and timely intellectual property
products and services is at the core of CIPO’s mandate and commitment to achieving operational excellence.
La prestation en temps opportun de produits et services
de propriété intellectuelle de haute qualité est au cœur du mandat de l’OPIC et de son engagement à atteindre l’excellence
opérationnelle.
Contact
Personne-ressource
Scott Vasudev
Division Chief
Patent Administrative Policy, Classification and International
Affairs Division
Canadian Intellectual Property Office
Industry Canada
50 Victoria Street
Place du Portage, Phase I
Gatineau, Quebec
K1A 0C9
Telephone: 819-997-3055
Fax: 819-994-1989
Scott Vasudev
Chef de division
Division de la classification, des affaires internationales et de la
politique administrative
Office de la propriété intellectuelle du Canada
Industrie Canada
50, rue Victoria
Place du Portage, Phase I
Gatineau (Québec)
K1A 0C9
Téléphone : 819-997-3055
Télécopieur : 819-994-1989
PROPOSED REGULATORY TEXT
PROJET DE RÉGLEMENTATION
Notice is hereby given that the Governor in Council, pursuant
to section 12a of the Patent Actb, proposes to make the annexed
Rules Amending the Patent Rules.
Interested persons may make representations concerning the
proposed Rules within 30 days after the date of publication of this
notice. All such representations must cite the Canada Gazette,
Part I, and the date of publication of this notice, and be addressed
to Scott Vasudev, Chief, Patent Administrative Policy, Classification and International Affairs Division, Industry Canada, Place du
Portage, Phase I - Floor: 08 - Room: 811A, 50 Victoria Street,
Gatineau, Quebec K1A 0C9 (tel.: 819-997-3055; fax: 819-9941989; email: Scott.Vasudev@ic.gc.ca).
Ottawa, September 23, 2010
JURICA ČAPKUN
Assistant Clerk of the Privy Council
Avis est donné que la gouverneure en conseil, en vertu de
l’article 12a de la Loi sur les brevetsb, se propose de prendre les
Règles modifiant les Règles sur les brevets, ci-après.
Les intéressés peuvent présenter leurs observations au sujet du
projet de règles dans les trente jours suivant la date de publication
du présent avis. Ils sont priés d’y citer la Gazette du Canada
Partie I, ainsi que la date de publication, et d’envoyer le tout à
Scott Vasudev, chef, Division de la classification des affaires
internationales et de la politique administrative, Industrie Canada,
Place du Portage, Phase I, 8e étage, pièce 811A, 50, rue Victoria,
Gatineau (Québec) K1A 0C9 (téléphone : 819-997-3055; télécopieur : 819-994-1989; courriel : Scott.Vasudev@ic.gc.ca).
Ottawa, le 23 septembre 2010
Le greffier adjoint du Conseil privé
JURICA ČAPKUN
RULES AMENDING THE PATENT RULES
RÈGLES MODIFIANT LES RÈGLES SUR LES BREVETS
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1. Section 28 of the Patent Rules is replaced by the
following:
28. (1) In respect of an application that has a filing date on or
after October 1, 1989 and that is open to public inspection under
section 10 of the Act, the Commissioner shall advance out of its
routine order the examination of the application under subsection 35(1) of the Act on the request of
(a) any person, on payment of the fee set out in item 4 of
Schedule II, if failure to advance the application is likely to
prejudice that person’s rights; or
(b) the applicant, if the applicant files with the Commissioner a
declaration indicating that the application relates to technology
the commercialization of which would help to resolve or mitigate environmental impacts or to conserve the natural environment and resources.
1. L’article 28 des Règles sur les brevets1 est remplacé par ce
qui suit :
28. (1) À la demande de l’une ou l’autre des personnes
ci-après, le commissaire devance la date normale d’examen de
la demande de brevet visée au paragraphe 35(1) de la Loi dont
la date de dépôt est le 1er octobre 1989 ou une date postérieure et
qui est accessible au public pour consultation conformément à
l’article 10 de la Loi :
a) la personne qui verse la taxe prévue à l’article 4 de l’annexe II, si le fait de ne pas devancer la date d’examen est susceptible de porter préjudice aux droits de cette personne;
b) le demandeur qui dépose auprès du commissaire une déclaration précisant que sa demande de brevet se rapporte à une
technologie dont la commercialisation aiderait à remédier à des
problèmes environnementaux ou à en atténuer les conséquences, ou à préserver l’environnement et les ressources naturelles.
———
———
a
a
1
b
1
S.C. 1993, c. 15, s. 29
R.S., c. P-4
SOR/96-423
b
1
L.C. 1993, ch. 15, art. 29
L.R., ch. P-4
DORS/96-423
Le 2 octobre 2010
Gazette du Canada Partie I
(2) With respect to a request made under subsection (1) by an
applicant, the Commissioner shall not advance the examination of
the application out of its routine order and shall return to its routine order any examination that has been advanced if, after the
coming into force of this subsection,
(a) the Commissioner extends, under subsection 26(1), the time
fixed by these Rules or by the Commissioner under the Act for
doing anything in respect of the application; or
(b) the application is deemed to be abandoned under subsection 73(1) of the Act whether or not it is reinstated under subsection 73(3) of the Act.
2. The portion of item 4 of Schedule II to the Rules in column I is replaced by the following:
2589
(2) Dans le cas d’une demande présentée au titre du paragraphe (1) par le demandeur du brevet, le commissaire ne devance
pas la date normale d’examen de la demande de brevet et en rétablit la date normale d’examen si, après la date d’entrée en vigueur
du présent paragraphe :
a) il proroge, en application du paragraphe 26(1), le délai prévu
aux présentes règles ou celui qu’il a fixé en vertu de la Loi pour
l’accomplissement de tout acte à l’égard de la demande de
brevet;
b) la demande de brevet est considérée comme abandonnée au
titre du paragraphe 73(1) de la Loi, qu’elle ait été ou non rétablie au titre du paragraphe 73(3) de celle-ci.
2. Le passage de l’article 4 de l’annexe II des mêmes règles
figurant à la colonne I est remplacé par ce qui suit :
Column I
Colonne I
Item
Description
Article
Description
4.
On requesting the advance of an application for examination under
paragraph 28(1)(a) of these Rules....
4.
Demande de devancement de la date d’examen d’une demande au titre de
l’alinéa 28(1)a) des présentes règles..........................................................
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
3. These Rules come into force on the day on which they are
registered.
3. Les présentes règles entrent en vigueur à la date de leur
enregistrement.
[40-1-o]
[40-1-o]
2590
Canada Gazette Part I
October 2, 2010
Regulations Amending the Pacific Pilotage Tariff
Regulations
Règlement modifiant le Règlement sur les tarifs de
l’Administration de pilotage du Pacifique
Statutory authority
Pilotage Act
Fondement législatif
Loi sur le pilotage
Sponsoring agency
Pacific Pilotage Authority
Organisme responsable
Administration de pilotage du Pacifique
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement.)
Executive summary
Issue: The proposed regulatory amendment is intended to allow the Pacific Pilotage Authority (the Authority), a Crown
Corporation listed in Schedule III to the Financial Administration Act, to operate on a self-sustaining financial basis. Due to
increased costs in 2011 resulting from long-term contracts and
collective agreements and general inflationary pressures, the
Authority needs to amend its Regulations to ensure the revenue it receives from pilotage tariffs is sufficient to cover its
costs of providing the pilotage services for its clients.
Description: The following adjustments to the Pacific Pilotage Tariff Regulations are proposed:
• increase by 2.9% its general tariff for pilotage units and
hours;
• increase by 1.5% its general tariff for transportation and
pilot boat charges;
• decrease by $5.00 the charge per assignment covering
Portable Pilotage Units; and
• increase tethered tanker units by 5%.
Cost-benefit statement: The cost-benefit analysis conducted
for these four amendments indicates that the quantified cost in
2011 for the marine industry would be $1,123,188.
The main benefit of the proposal is that the Authority would
be enabled to continue to provide sustainable service to port
users as a result of the increased revenues these fees will
bring. Without the proposed fee increases, the Authority would
begin to operate in deficit and thus would need to reduce service levels in response. These services are beneficial in that
they provide stakeholders with a safe, efficient and timely
pilotage service that ensures protection of the public and its
health, and environmental and social concerns while taking
into account weather conditions, currents, traffic conditions,
protection of recreational boating and fishing, and tourism interests. As it is assumed that the proposed tariff increases
would not cause traffic to divert to other ports, the value of
pilotage services is worth, at a minimum, the proposed rates.
Résumé
Question : La modification réglementaire proposée vise à permettre à l’Administration de pilotage du Pacifique (l’Administration), une société d’État citée à l’Annexe III de la Loi sur la
gestion des finances publiques, d’assurer son autonomie financière. À cause de l’augmentation des coûts pour 2011,
provenant des contrats de longue durée, des conventions collectives et des tensions inflationnistes en général, l’Adminisration doit modifier sa réglementation pour s’assurer que les
recettes qu’elle touche du tarif de pilotage suffisent à couvrir
les dépenses engagées pour fournir des services de pilotage à
ses clients.
Description : Les ajustements suivants au Règlement sur
les tarifs de l’Administration de pilotage du Pacifique sont
proposés :
• une hausse de 2,9 % du tarif général des unités et heures
de pilotage;
• une hausse de 1,5 % du tarif général de transport facturé
pour un bateau-pilote;
• une diminution de 5,00 $ par affectation pour les droits
d’unités de pilotage;
• une hausse de 5 % du tarif des unités pour les naviresciternes.
Énoncé des coûts et avantages : L’analyse coûts-avantages
effectuée pour ces quatre modifications indique que les coûts
évalués pour l’année 2011 pour l’industrie maritime seront
de 1 123 188 $.
L’avantage principal de la proposition est de permettre à
l’Administration de continuer à offrir un service durable aux
utilisateurs des ports grâce à l’augmentation des revenus provenant de cette hausse de tarif. Sans les augmentations tarifaires proposées, l’Administration commencerait à fonctionner
en situation de déficit et aurait donc besoin de réduire les niveaux de ses services. Ces services sont utiles, car ils permettent de continuer à offrir aux clients un service de pilotage sécuritaire, efficace et ponctuel. Cela aura pour effet d’assurer la
protection et la santé du public tout en prenant en compte ses
préoccupations environnementales et sociales ainsi que les
conditions météorologiques, les courants et le trafic. Cela
assurera également la protection de la navigation de plaisance,
de la pêche et des intérêts relatifs au tourisme. Puisqu’on
Le 2 octobre 2010
Business and consumer impacts: The proposed amendments
would have a small impact on the costs to the shipping industry. It is assumed that the proposed tariff increases would not
likely cause traffic to divert to competitive ports, and that
there is a possibility that minor cost increases could be passed
on to Canadian importers, and then to consumers. It is expected that the impact upon the administrative burden of
stakeholders would be minimal.
Domestic and international coordination and cooperation:
These proposed amendments are not inconsistent, nor does
they interfere with the action(s) planned by other government
departments/agencies or another level of government.
Gazette du Canada Partie I
2591
suppose que les augmentations tarifaires proposées ne causeraient pas un détournement de trafic vers d’autres ports, la valeur des services de pilotage est au moins équivalente aux tarifs proposés.
Incidences sur les entreprises et les consommateurs : Les
modifications proposées auront une faible incidence sur les
coûts de l’industrie du transport maritime. On suppose que les
augmentations tarifaires proposées ne risquent pas de détourner le trafic vers d’autres ports plus compétitifs et qu’il existe
une possibilité que des augmentations mineures des coûts
pourraient se répercuter sur les importateurs canadiens, puis
sur les consommateurs. On s’attend à ce que l’incidence soit
minime sur le fardeau administratif des intervenants.
Coordination et coopération à l’échelle nationale et internationale : Ces modifications proposées ne vont pas à l’encontre des mesures prévues par les autres ministères et organismes ou d’autres ordres de gouvernement, pas plus qu’elles
n’y font obstacle.
Issue
Question
The Pacific Pilotage Authority (the Authority), is responsible
for maintaining and administering, in the interests of safety, an
efficient pilotage service within all Canadian waters in and
around the province of British Columbia. This area covers all
waters between Washington State in the south to Alaska in the
north, including Vancouver Island and the Fraser River. Section 33 of the Pilotage Act (the Act) requires the Authority to
prescribe tariffs of pilotage charges that are fair and reasonable to
permit the Authority to operate on a self-sustaining financial
basis.
The adjustments in the pilotage charges, which are consistent
with the costs of providing the services, result from annual service and collective agreement contract adjustments for 2011. The
Authority is submitting this regulation in order to match the anticipated cost pressures and thus prevent bank borrowings to fund
these costs, which would further incur interest charges.
L’Administration est responsable de l’entretien et de la gestion,
dans l’intérêt de la sécurité, d’un service de pilotage efficace à
l’intérieur de toutes les eaux canadiennes et le long de la province
de la Colombie-Britannique. Cette région couvre toutes les eaux
s’étendant de l’État de Washington, au Sud, jusqu’en Alaska, au
Nord, incluant les régions de l’île de Vancouver et de la rivière
Fraser. L’article 33 de la Loi sur le pilotage (la Loi) exige que
l’Administration établisse des tarifs de pilotage équitables et
raisonnables afin d’assurer à l’Administration une autonomie
financière.
Les ajustements apportés aux droits de pilotage, qui reflètent
les coûts relatifs à la prestation des services, proviennent des ajustements relatifs aux services et aux conventions collectives de
2011. L’Administration soumet la présente réglementation afin
d’apparier les tarifs aux coûts prévus et ainsi éviter de contracter
des emprunts bancaires pour financer ces coûts, ce qui entraînerait des frais supplémentaires en intérêts.
Objectives
Objectifs
The objective of the proposed amendments to the Pacific Pilotage Tariff Regulations (the Regulations) is to allow the Authority,
a Crown Corporation listed in Schedule III to the Financial Administration Act, to operate on a self-sustaining financial basis.
The proposed amendments are intended to ensure the Authority
remains in a positive cash flow basis for the year of 2011. The
amendments would cover the costs of pilotage services to its clients while the Authority continues to provide a safe and efficient
pilotage service in accordance with the Pilotage Act.
L’objectif des modifications proposées au Règlement sur les
tarifs de l’Administration de pilotage du Pacifique (le Règlement)
est de permettre à l’Administration, une société d’État citée à
l’Annexe III de la Loi sur la gestion des finances publiques,
d’assurer son autonomie financière. Les modifications proposées
visent à assurer que l’Administration reste avec un flux d’encaisse
positif pour l’année 2011. Les modifications permettraient à l’Administration de couvrir les coûts des services de pilotage aux
clients tout en continuant à fournir des services de pilotage efficaces et conformes à la Loi sur le pilotage.
Description
Description
The Authority is proposing to increase by 2.9% its general tariff for the following pilotage charges:
• pilotage assignments;
• time charges for bridge watches and minimum charges;
• cancellation charges, out-of-region charges, delay charges,
short order charges, hampered ship and remote port charges to
ensure financial self-sufficiency in each individual area; and
• additional to the increase above, the unit premiums for
tethered tanker ships would be adjusted by 5% (approximately $175) per trip to reflect the increased training costs
for tethered tugs associated with these transits.
L’Administration propose une hausse de 2,9 % de son tarif général pour les droits de pilotage suivants :
• affectations de pilotage;
• droits horaires pour un quart à la passerelle et droits
minimums;
• droits d’annulation, droits à l’extérieur de la région, droits de
retard, droits pour l’exécution d’un ordre donné à bref avis,
droits pour les navires difficiles à manœuvrer et droits de
ports éloignés, afin d’assurer une autonomie financière dans
chaque région;
• en supplément aux hausses ci-dessus, les primes des unités
pour les navires-citernes seront majorées de 5 % (environ 175 $)
2592
Canada Gazette Part I
These proposed increases would match the payments that are
currently committed to under labour and service agreements for
the year of 2011. These agreements cover contract pilots and employee pilots.
The Authority proposes to increase by 1.5% its general tariff
for the following pilotage charges:
• transportation charges;
• pilot boat operating charges.
These proposed increases would match the costs increases anticipated in the coming year and match payments that are currently committed to under labour agreements for the year of 2011
covering pilot boat, dispatch and billing staff employees.
October 2, 2010
par passage, afin de refléter l’augmentation des coûts de formation relatifs à l’assistance portée à ces navires par les
bateaux-remorqueurs associés à ces passages.
Ces hausses proposées s’apparieront aux paiements qui sont
actuellement engagés en vertu des conventions collectives et des
ententes touchant la prestation des services pour 2011. Ces ententes couvrent les pilotes salariés et contractuels.
L’Administration propose une hausse de 1,5 % de ses tarifs généraux pour les droits de pilotage suivants :
• frais de transport;
• frais de bateaux-pilotes.
Ces hausses proposées s’apparieront aux augmentations de
coûts anticipées pour l’année prochaine et reflèteront les paiements qui sont actuellement engagés en vertu des conventions
collectives de 2011 et couvrant les employés des bateaux-pilotes,
de la répartition et de la facturation.
L’Administration propose de réduire les frais de 5 $ par affectation d’unité portable de pilotage (UPP). Les frais d’UPP passeront donc de 25 $ à 20 $ par passage.
The Authority proposes to decrease the charge per assignment
covering Portable Pilotage Units (PPUs) by $5.00. The charge for
PPUs would be decreased to $20.00 per occasion from the current
charge of $25.00.
As a housekeeping item, the Authority is also proposing to
change the adjustment date that is used to set fuel charges for
pilot boats. Instead of using the price posted for the first business
day of each month, the Authority proposes to use the price posted
for the 25th day of the preceding month or the price posted for the
last day before the 25th day of the preceding month if no price is
posted for the 25th day.
These adjustments would offset the increased costs in providing pilotage services and launch operations, thereby ensuring that
the Authority will continue to operate on a self-sustaining financial basis.
Question d’intendance, l’Administration propose également de
modifier la date d’ajustement utilisée pour fixer les droits relatifs
au carburant pour les bateaux-pilotes. Au lieu d’utiliser le prix
affiché le premier jour ouvrable de chaque mois, l’Administration
propose d’utiliser le prix affiché le 25e jour du mois précédent ou
le prix affiché le dernier jour avant le 25e jour du mois précédent
au cas où aucun prix ne serait affiché le 25e jour.
Ces ajustements compenseraient pour les coûts accrus de prestation de services de pilotage et de mise à l’eau, assurant ainsi que
l’Administration sera en mesure de continuer à fonctionner avec
une autonomie financière.
Regulatory and non-regulatory options considered
Options réglementaires et non réglementaires considérées
The retention of the existing tariff rates was considered as a
possible option. However, the Authority rejected this status quo
alternative since the proposed increase of tariff rates is necessary
to reflect the actual costs for the various pilotage services provided to the industry. These amendments will ensure that the Authority maintains its financial self-sufficiency.
Further reductions in operating costs are not deemed to be an
alternative since it could reduce the quality of service provided.
Approximately 75% of the Authority’s annual revenues are used
to pay for pilot contracts, travel and dispatching expenses. Pilot
boat operations, including employee salaries, repairs, fuel and
contractor costs represent 12.5%. The remaining margin covers
pilot training and administrative overhead expenses. The Authority has maintained its administrative expenses at the lowest possible level, in the range of 9%, of annual revenues.
Le maintien des tarifs actuels a également été étudié. Toutefois,
l’Administration a rejeté le statu quo puisque les hausses tarifaires
proposées sont nécessaires et reflètent les coûts réels des divers
services de pilotage offerts à l’industrie. Ces modifications
permettront d’assurer le maintien de l’autonomie financière de
l’Administration.
De nouvelles réductions des coûts d’exploitation ne sont pas
envisagées, car la qualité des services fournis pourrait en souffrir.
Environ 75 % des revenus annuels de l’Administration sont utilisés pour payer les contrats, les frais de déplacement et de répartition des pilotes. Les bateaux-pilotes, y compris les salaires des
employés, les réparations, le carburant et les coûts des entrepreneurs représentent 12,5 %. La marge restante couvre la formation
des pilotes et les frais généraux administratifs. L’Administration a
maintenu ses dépenses administratives au niveau le plus bas possible, de l’ordre de 9 % des revenus annuels.
Benefits and costs
Avantages et coûts
During the development of these regulatory amendments, a
cost benefit analysis was conducted on behalf of the Authority
addressing each of its four major amendments.
The proposed increase in the pilotage charges is consistent with
the current costs of providing the service and it is anticipated
that these adjustments would result in an annual increase of
$1,123,188 in gross revenue. This would result in an average
increase of $98 per pilotage assignment for the users. Despite the
increase, the Authority’s pilotage rates would remain comparable
with other competing West Coast ports, who also regularly adjust
their rates, and therefore there would be no impact on Canada’s
international competitiveness.
Lors de l’élaboration de ces modifications réglementaires, une
analyse coûts-avantages a été réalisée pour le compte de l’Administration portant sur chacune des principales modifications.
L’augmentation proposée des tarifs est conforme aux coûts actuels de prestation de services de pilotage et donnerait lieu à une
augmentation annuelle moyenne du revenu brut de 1 123 188 $.
L’augmentation moyenne qui en résulterait serait de 98 $ par
affectation de pilotage pour les utilisateurs. Malgré cette hausse,
les tarifs de pilotage de l’Administration demeureraient comparables à ceux des autres ports concurrents de la côte Ouest, qui ajustent régulièrement leurs tarifs, et celle-ci n’affecterait pas la compétitivité internationale du Canada.
Le 2 octobre 2010
Gazette du Canada Partie I
2593
As a result of this increased revenue West Coast ports will be
able to continue to operate over the next year in a sustainable
manner. This will allow services to be offered to users in a safe
and efficient manner. Without the proposed fee increases these
operations would begin to run in deficit, accumulating debt, and
force the Authority to decrease levels of service, negatively impacting the efficient operation of West Coast ports. As it is assumed that the increased rates will not impact over-all usage of
the ports, it can be implied that user benefits from their safe and
efficient operation are at least equal to the increased cost.
Grâce à l’augmentation des revenus, les ports de la côte Ouest
seraient en mesure de continuer à fonctionner de manière durable
au cours de l’année prochaine. Cela permettrait d’offrir des services sûrs et efficaces aux utilisateurs. Sans l’augmentation proposée des tarifs, ces exploitations commenceraient à fonctionner en
situation de déficit, accumuleraient des dettes et l’Administration
serait donc forcée de réduire les niveaux de ses services, ce qui
aurait une incidence négative sur le fonctionnement efficace des
ports de la côte Ouest. Comme on suppose que l’augmentation
des tarifs n’aurait pas d’incidence sur l’utilisation globale des
ports, on peut en déduire que les utilisateurs en tireraient des
avantages qui seraient au moins équivalents à l’augmentation des
coûts.
Treatment of risk and uncertainty
Traitement des risques et incertitude
The conclusions of the cost-benefit analysis are subject to cautious interpretation, as reasonable assumptions had to be made in
order to depict the Authority’s financial future over the next
10 years. The analysis makes the assumption that the yearly number of assignments undertaken by the Authority will be consistent
with the Authority’s forecast traffic levels to 2012 and will remain static for each following year.
Les conclusions de l’analyse coûts-avantages doivent être interprétées prudemment parce qu’on a dû émettre des hypothèses
raisonnables afin de représenter l’avenir financier de l’Administration pour les 10 prochaines années. Dans l’analyse, l’hypothèse a été émise selon laquelle le nombre annuel de missions
effectuées par l’Administration sera conforme aux prévisions de
l’Administration pour les niveaux de trafic jusqu’à 2012 et
qu’elles resteront statiques pour chaque année suivante.
Les coûts et les avantages globaux, ainsi qu’une liste des incidences qualitatives des modifications se trouvent dans le relevé
des coûts et des avantages qui suit :
Aggregated costs and benefits, as well as a list of potential
qualitative impacts for these amendments can be found in the
following cost-benefit statement.
Costs, benefits and distribution
First Year
(2011)
…
Last Year
(2020)
Total
(Present Value)
Annual
Average
1,123,188
…
893,076
6,339,427
944,761
(1,123,188)
…
(893,076)
(6,339,427)
-944,761
—
—
A. QUANTIFIED IMPACTS IN $
Benefit — Guarantee of the continued
safe and efficient offering of service
Maritime transportation industry
Costs — Increased fees paid by industry Maritime transportation industry
Net Benefits
B. QUANTIFIED IMPACTS IN NON-$ — RISK ASSESSMENT, e.g. mortality, morbidity
Positive Impacts
N/A
Negative Impacts
N/A
C. QUALITATIVE IMPACTS
Canadian population — Safe, efficient and timely pilotage services in districts operated by PPA in the future.
Canadian importers and exporters — Since the elasticity of the demand curve for maritime transportation is likely to be low according to the existing literature, there
is a possibility that the incremental costs borne by the shipping industry may be passed on to Canadian importers in the case of incoming cargo. Additionally, Canadian
exporters may face a marginally decreased demand for their goods due to the possible increase in transportation costs for export cargo.
Coûts, avantages et répartition
Première année
(2011)
…
Dernière année
(2020)
Total
(valeur actuelle)
Moyenne
annuelle
A. INCIDENCES CHIFFRÉES EN DOLLARS
Avantage — Garantie du maintien de
l’offre de services sûrs et efficaces
Industrie du transport maritime
1 123 188
…
893 076
6 339 427
944 761
Coûts — Tarifs accrus pour l’industrie
Industrie du transport maritime
(1 123 188)
…
(893 076)
(6 339 427)
-944 761
—
—
Avantages nets
B. INCIDENCES CHIFFRÉES (NON EN DOLLARS) — ÉVALUATION DU RISQUE, par exemple mortalité, morbidité
Impacts positifs
S.O.
Impacts négatifs
S.O.
C. INCIDENCES QUALITATIVES
Population canadienne — Des services de pilotage sécuritaires, efficaces et ponctuels dans toutes les circonscriptions de l’APP à l’avenir.
Importateurs et exportateurs canadiens — Étant donné que l’élasticité de la courbe de la demande de transport maritime a des chances d’être faible si l’on en croit la
documentation existante, il est possible que les coûts supplémentaires à la charge de l’industrie maritime se répercutent sur les importateurs canadiens dans le cas des
marchandises d’arrivée. De plus, les exportateurs canadiens pourraient faire face à une réduction de la demande pour leurs marchandises, possiblement à cause des coûts
accrus de transport des marchandises expédiées.
2594
Canada Gazette Part I
October 2, 2010
Strategic environmental analysis
Analyse environnementale stratégique
In accordance with the Cabinet Directive on the Environmental
Assessment of Policy, Plan and Program Proposals of 1999 and
the Transport Canada Policy Statement on Strategic Environmental Assessment, a strategic environmental assessment of these
amendments was conducted in the form of a preliminary scan.
The strategic environmental assessment concluded that the
amendments are not likely to have important environmental
effects.
Conformément à la Directive du Cabinet sur l’évaluation environnementale des projets de politiques, de plans et de programmes de 1999, et à l’Énoncé de politique de Transports Canada sur
l’évaluation environnementale stratégique, une évaluation environnementale stratégique a été effectuée sous forme d’analyse
préliminaire. L’évaluation environnementale stratégique a permis
de conclure que les modifications n’auraient vraisemblablement
pas d’incidences importantes sur l’environnement.
Consultation
Consultation
The Authority has committed to regular consultation with the
Chamber of Shipping (CS), who represents the shipping community on the West Coast of British Columbia, along with other shipping community members, including North West and Canada
Cruise Association, agents, terminal operators and shipowners.
This consultation covers all aspects of the Authority’s operation,
including financial, operational and regulatory matters.
L’Administration s’est engagée à consulter périodiquement la
Chamber of Shipping (CS), qui représente le milieu du transport
maritime de la côte ouest de la Colombie-Britannique. Elle
consultera également d’autres membres de la communauté maritime, notamment des membres de la North West and Canada
Cruise Association, des agents, des exploitants de terminal maritime et des armateurs. Ces consultations porteront sur tous les
aspects des activités de l’Administration, y compris les aspects
financiers, opérationnels et réglementaires.
L’Administration a consulté la CS le 17 mai 2010 au sujet de
l’augmentation tarifaire proposée. Dans une lettre datée du 4 juin
2010, la CS a signifié son soutien de l’augmentation tarifaire
proposée.
The Authority consulted the CS on these proposed tariff increases on May 17, 2010. By way of a letter dated June 4, 2010,
the CS indicated its support of this proposed tariff increase.
Implementation, enforcement and service standards
Mise en œuvre, application et normes de service
Section 45 of the Act provides an enforcement mechanism for
the Pacific Pilotage Tariff Regulations in that a Pilotage Authority can inform a customs officer at any port in Canada to withhold
clearance from any ship for which pilotage charges are outstanding and unpaid. Section 48 of the Act stipulates that every
person who fails to comply with the Act or Regulations is guilty
of an offence and liable on summary conviction to a fine not
exceeding $5,000. These existing mechanisms are expected to
be sufficient for the implementation and enforcement of the
amendments.
L’article 45 de la Loi prévoit un mécanisme d’application du
Règlement sur les tarifs de l’Administration de pilotage du Pacifique en ce sens qu’une administration de pilotage peut donner
l’ordre à un agent des douanes dans un port quelconque du Canada de ne pas donner l’autorisation d’appareiller à un navire dont
les droits de pilotage sont exigibles et impayés. L’article 48 de la
Loi stipule que quiconque contrevient à la Loi ou à ses règlements
commet une infraction et est passible d’une amende qui ne saurait
dépasser 5 000 $ sur déclaration de culpabilité par procédure
sommaire. Ces mécanismes existants devraient être suffisants
pour la mise en œuvre et l’application des modifications.
Contact
Personne-ressource
Kevin Obermeyer
President and Chief Executive Officer
Pacific Pilotage Authority
1130 West Pender Street, Suite 1000
Vancouver, British Columbia
V6E 4A4
Telephone: 604-666-6771
Fax: 604-666-1647
Email: oberkev@ppa.gc.ca.
Kevin Obermeyer
Président et premier dirigeant
Administration de pilotage du Pacifique
1130, rue Pender Ouest, Bureau 1000
Vancouver (Colombie-Britannique)
V6E 4A4
Téléphone : 604-666-6771
Télécopieur : 604-666-1647
Courriel : oberkev@ppa.gc.ca.
PROPOSED REGULATORY TEXT
PROJET DE RÉGLEMENTATION
Notice is hereby given, pursuant to subsection 34(1)a of the
Pilotage Actb, that the Pacific Pilotage Authority, pursuant to
subsection 33(1) of that Act, proposes to make the annexed Regulations Amending the Pacific Pilotage Tariff Regulations.
Avis est donné, conformément au paragraphe 34(1)a de la Loi
sur le pilotageb, que l’Administration de pilotage du Pacifique, en
vertu du paragraphe 33(1) de cette loi, se propose de prendre le
Règlement modifiant le Règlement sur les tarifs de l’Administration de pilotage du Pacifique, ci-après.
———
———
a
a
b
S.C. 1998, c. 10, s. 150
R.S., c. P-14
b
L.C. 1998, ch. 10, art. 150
L.R., ch. P-14
Le 2 octobre 2010
Gazette du Canada Partie I
Interested persons who have reason to believe that any charge
in the proposed Regulations is prejudicial to the public interest,
including the public interest that is consistent with the national
transportation policy set out in section 5c of the Canada Transportation Actd, may file a notice of objection setting out the
grounds for the objection with the Canadian Transportation
Agency within 30 days after the date of publication of this notice.
The notice of objection must cite the Canada Gazette, Part I, and
the date of publication of this notice, and be sent to the Canadian
Transportation Agency, Ottawa, Ontario K1A 0N9.
2595
Les intéressés qui ont des raisons de croire qu’un droit figurant
dans le projet de règlement nuit à l’intérêt public, notamment
l’intérêt public qui est compatible avec la politique nationale des
transports énoncée à l’article 5c de la Loi sur les transports au
Canadad, peuvent déposer un avis d’opposition motivé auprès de
l’Office des transports du Canada dans les trente jours suivant la
date de publication du présent avis. Ils sont priés d’y citer la Gazette du Canada Partie I, ainsi que la date de publication, et
d’envoyer le tout à l’Office des transports du Canada, Ottawa
(Ontario) K1A 0N9.
Vancouver, September 24, 2010
Vancouver, le 24 septembre 2010
Le président et premier dirigeant de
l’Administration de pilotage du Pacifique
KEVIN OBERMEYER
KEVIN OBERMEYER
President and Chief Executive Officer
Pacific Pilotage Authority
REGULATIONS AMENDING THE PACIFIC
PILOTAGE TARIFF REGULATIONS
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT
SUR LES TARIFS DE L’ADMINISTRATION
DE PILOTAGE DU PACIFIQUE
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1. The definition “navire difficile à manœuvrer” in section 2
of the French version of the Pacific Pilotage Tariff Regulations1 is replaced by the following:
« navire difficile à manœuvrer » Navire qui ne peut naviguer
normalement en raison, notamment, d’une gîte excessive,
d’une position trop marquée en différence ou en contre différence, de dommages, d’une défectuosité des machines ou de
l’appareil à gouverner, d’un manque d’équipement ou d’aides à
la navigation normaux, ou d’une défectuosité de l’équipement
ou des aides à la navigation. (hampered ship)
1. La définition de « navire difficile à manœuvrer », à
l’article 2 de la version française du Règlement sur les tarifs de
l’Administration de pilotage du Pacifique1, est remplacée par
ce qui suit :
« navire difficile à manœuvrer » Navire qui ne peut naviguer
normalement en raison, notamment, d’une gîte excessive,
d’une position trop marquée en différence ou en contre différence, de dommages, d’une défectuosité des machines ou de
l’appareil à gouverner, d’un manque d’équipement ou d’aides à
la navigation normaux, ou d’une défectuosité de l’équipement
ou des aides à la navigation. (hampered ship)
2. (1) Paragraphs 6(2)(a) and (b) of the Regulations are replaced by the following:
(a) $3.1827 multiplied by the pilotage unit, and
(b) $0.00930 multiplied by the gross tonnage of the ship.
2. (1) Les alinéas 6(2)a) et b) du même règlement sont remplacés par ce qui suit :
a) 3,1827 $ multipliés par l’unité de pilotage;
b) 0,00930 $ multiplié par la jauge brute du navire.
(2) Subsection 6(3) of the Regulations is replaced by the
following:
(2) Le paragraphe 6(3) du même règlement est remplacé
par ce qui suit :
(3) Subject to subsection (4), for an assignment to a tethered
tanker ship with a deadweight tonnage (summer) that exceeds
39 999 metric tons, in any waters, the pilotage charge payable is
$5.471 multiplied by the pilotage unit.
(3) Sous réserve du paragraphe (4), pour toute affectation à
un navire-citerne d’un port en lourd (été) de plus de 39 999 tonnes métriques, assisté d’un remorqueur, dans des eaux, quelles
qu’elles soient, le droit de pilotage à payer correspond au produit
de 5,471 $ par l’unité de pilotage.
(3) Paragraphs 6(4)(a) and (b) of the Regulations are replaced by the following:
(a) $4.7741 multiplied by the pilotage unit, and
(b) $0.01395 multiplied by the gross tonnage of the ship.
(3) Les alinéas 6(4)a) et b) du même règlement sont remplacés par ce qui suit :
a) 4,7741 $ multipliés par l’unité de pilotage;
b) 0,01395 $ multiplié par la jauge brute du navire.
3. Section 8 of the Regulations is replaced by the following:
3. L’article 8 du même règlement est remplacé par ce qui
suit :
8. Despite sections 6 and 7, the total charges payable under
those sections in respect of a ship shall not be less than $847.71.
8. Malgré les articles 6 et 7, le total des droits à payer à l’égard
d’un navire en application de ces articles ne peut être inférieur
à 847,71 $.
———
———
c
c
d
1
S.C. 2007, c. 19, s. 2
S.C. 1996, c. 10
SOR/85-583
d
1
L.C. 2007, ch. 19, art. 2
L.C. 1996, ch. 10
DORS/85-583
2596
Canada Gazette Part I
October 2, 2010
4. Subsections 10(2) and (3) of the Regulations are replaced
by the following:
4. Les paragraphes 10(2) et (3) du même règlement sont
remplacés par ce qui suit :
(2) If a pilot embarks on or disembarks from a ship at
Anacortes, Bellingham, Cherry Point or Ferndale, in the State of
Washington, a charge of $1,636 per pilot is payable in addition to
any other charges.
(2) Lorsqu’un pilote embarque à bord d’un navire ou en débarque à Anacortes, à Bellingham, à Cherry Point ou à Ferndale,
dans l’État de Washington, un droit de 1 636 $ est à payer pour
chaque pilote, en plus de tout autre droit.
(3) If a pilot embarks on or disembarks from a ship at an outof-Region location that is not listed in subsection (2), a charge of
$2,181 per pilot is payable in addition to any other charges.
(3) Lorsqu’un pilote embarque à bord d’un navire ou en débarque à un endroit qui se trouve à l’extérieur de la région et qui
n’est pas énuméré au paragraphe (2), un droit de 2 181 $ est à
payer pour chaque pilote, en plus de tout autre droit.
5. Section 13.2 of the Regulations is replaced by the
following:
5. L’article 13.2 du même règlement est remplacé par ce
qui suit :
13.2 (1) On each occasion that a pilot boat is used to embark or
disembark a pilot at a location set out in Schedule 8, the charge
set out in the corresponding column for that location is payable.
Subject to subsection (2), the reference price that is to be used to
establish the price range set out in column 1 is the daily average
wholesale (rack) price per litre for diesel in Vancouver, British
Columbia, for the 25th day of the preceding month, as posted
on the following Natural Resources Canada internet site:
http://www2.nrcan.gc.ca/eneene/sources/pripri/wholesale_bycity_
e.cfm?PriceYear=2001&ProductID=13&LocationID=2.
13.2 (1) Chaque fois qu’un bateau-pilote est utilisé pour embarquer ou débarquer un pilote à un endroit indiqué à l’annexe 8,
le droit à payer est celui qui figure à la colonne qui correspond à
cet endroit. Sous réserve du paragraphe (2), le prix de référence à
utiliser pour déterminer la fourchette de prix indiqués à la colonne 1 correspond à la moyenne quotidienne du prix de gros (à
la rampe) au litre du diesel à Vancouver (Colombie-Britannique),
pour le 25e jour du mois précédent, qui est affichée sur le
site Internet de Ressources naturelles Canada suivant :
http://www2.nrcan.gc.ca/eneene/sources/pripri/wholesale_bycity_
f.cfm?PriceYear=2001&ProductID=13&LocationID=2.
(2) If a daily average wholesale (rack) price per litre for diesel
in Vancouver, British Columbia, is not posted on the internet site
for the 25th day of the preceding month, the reference price that is
to be used is the daily average (rack) price per litre for diesel in
Vancouver, British Columbia, for the last day before the 25th day
of the preceding month that is posted on that site.
(2) Si la moyenne quotidienne du prix de gros (à la rampe)
au litre du diesel à Vancouver (Colombie-Britannique) pour le
25e jour du mois précédent n’est pas affichée sur le site Internet,
le prix de référence à utiliser correspond à la moyenne quotidienne du prix de gros (à la rampe) au litre du diesel à Vancouver
(Colombie-Britannique), pour le dernier jour précédent le 25e jour
du mois précédent, qui est affichée sur ce site Internet.
6. Section 15 of the Regulations is replaced by the
following:
6. L’article 15 du même règlement est remplacé par ce qui
suit :
15. (1) On each occasion that a pilotage order is initiated
during the period that begins at 06:00 and ends at 17:59 with
less than 10 hours’ notice for local assignments and less than
12 hours’ notice for all other assignments, a charge of $732.28 is
payable in addition to any other charges.
15. (1) Chaque fois qu’un ordre de pilotage est donné durant la
période commençant à 6 h et se terminant à 17 h 59 et que l’avis
donné est plus court que dix heures pour les affectations locales
ou douze heures pour les autres affectations, un droit de 732,28 $
est à payer, en plus de tout autre droit.
(2) On each occasion that a pilotage order is initiated during the
period that begins at 18:00 and ends at 05:59 with less than
10 hours’ notice for local assignments and less than 12 hours’
notice for all other assignments, a charge of $1,464.56 is payable
in addition to any other charges.
(2) Chaque fois qu’un ordre de pilotage est donné durant la
période commençant à 18 h et se terminant à 5 h 59 et que
l’avis donné est plus court que dix heures pour les affectations
locales ou douze heures pour les autres affectations, un droit de
1 464,56 $ est à payer, en plus de tout autre droit.
7. Sections 16 and 17 of the Regulations are replaced by the
following:
7. Les articles 16 et 17 du même règlement sont remplacés
par ce qui suit :
16. On each occasion that the master or agent of a ship who initiates a pilotage order fails to inform the Authority that the ship is
a hampered ship that may require a bridge watch exceeding eight
consecutive hours, a charge of $1,376.50 is payable in addition to
any other charges.
16. Un droit de pilotage de 1 376,50 $ est à payer, en plus de
tout autre droit, chaque fois que le capitaine ou l’agent d’un
navire qui donne un ordre de pilotage omet d’informer
l’Administration que le navire est un navire difficile à manœuvrer
qui peut nécessiter un quart à la passerelle de plus de huit heures
consécutives.
17. On each occasion that a pilotage order is initiated for any
place other than a pilot boarding station, a charge of $4,754 per
pilot is payable in addition to any other charges.
17. Chaque fois qu’un ordre de pilotage est donné pour un endroit autre qu’une station d’embarquement de pilotes, un droit de
4 754 $ est à payer pour chaque pilote, en plus de tout autre droit.
Le 2 octobre 2010
Gazette du Canada Partie I
8. The portion of items 1 to 3 of Schedule 2 to the Regulations in column 3 is replaced by the following:
8. Le passage des articles 1 à 3 de l’annexe 2 du même règlement figurant dans la colonne 3 est remplacé par ce qui
suit :
Column 3
Colonne 3
Item
Amount ($)
Article
Montant ($)
1.
2.
3.
3.6472
7.2944
3.6472
1.
2.
3.
3,6472
7,2944
3,6472
9. The portion of item 1 of Schedule 3 to the Regulations in
column 2 is replaced by the following:
9. Le passage de l’article 1 de l’annexe 3 du même règlement figurant dans la colonne 2 est remplacé par ce qui suit :
Column 2
Colonne 2
Item
Time Charge ($)
Article
Droit horaire ($)
1.
183.07
1.
183,07
10. The portion of items 1 and 2 of Schedule 4 to the Regulations in column 2 is replaced by the following:
10. Le passage des articles 1 et 2 de l’annexe 4 du même règlement figurant dans la colonne 2 est remplacé par ce qui
suit :
Column 2
Colonne 2
Item
Cancellation Charge ($)
Article
Droit d’annulation ($)
1.
2.
732.28
183.07
1.
2.
732,28
183,07
11. The portion of items 1 to 3 of Schedule 5 to the Regulations in column 2 is replaced by the following:
11. Le passage des articles 1 à 3 de l’annexe 5 du même
règlement figurant dans la colonne 2 est remplacé par ce qui
suit :
Column 2
Colonne 2
Item
Charge ($) (per hour or part of an hour)
Article
Droit ($) (par heure ou fraction d’heure)
1.
2.
3.
183.07
183.07
183.07
1.
2.
3.
183,07
183,07
183,07
12. The portion of items 1 to 7 of Schedule 6 to the Regulations in column 2 is replaced by the following:
12. Le passage des articles 1 à 7 de l’annexe 6 du même
règlement figurant dans la colonne 2 est remplacé parce qui
suit :
Column 2
Item
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
2597
Colonne 2
Transportation Charges ($)
152
144
1,510
478
478
152
4,776
Article
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
Droit de déplacement ($)
152
144
1 510
478
478
152
4 776
13. Schedule 7 to the Regulations is replaced by the Schedule 7 set out in the schedule to these Regulations.
13. L’annexe 7 du même règlement est remplacée par l’annexe 7 figurant à l’annexe du présent règlement.
14. Schedule 8 to the Regulations is amended by replacing
“(Section 13.2)” after the heading “SCHEDULE 8” with
“(Subsection 13.2(1))”.
14. La mention « (article 13.2) » qui suit le titre « ANNEXE 8 », à l’annexe 8 du même règlement, est remplacée
par « (paragraphe 13.2(1)) ».
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
15. These Regulations come into force on January 1, 2011.
15. Le présent règlement entre en vigueur le 1er janvier 2011.
2598
Canada Gazette Part I
SCHEDULE
(Section 13)
ANNEXE
(Article 13)
SCHEDULE 7
(Sections 12, 13 and 13.1)
ANNEXE 7
(articles 12, 13 et 13.1)
PILOT BOAT AND HELICOPTER CHARGES
DROIT POUR BATEAU-PILOTE ET HÉLICOPTÈRE
Column 1
Item
Location
1.
Brotchie
Ledge
Sand Heads
Triple Islands
Cape Beale
Pine Island
the entrance
to Nanaimo
Harbour
2.
3.
4.
5.
6.
October 2, 2010
Column 2
Column 3
Additional
Charge ($) Charge
Column 4
Column 5
Colonne 1
Pilot Boat
Replacement
Charge ($)
Portable
Pilotage Unit
(PPU)
Charge ($)
Article
Endroit
Haut-fond
Brotchie
Sand Heads
Îles Triple
Cap Beale
Île Pine
Entrée du
port de
Nanaimo
345
n/a
180
20
1.
1,380
2,020
5,395
3,553
695
n/a
n/a
n/a
n/a
n/a
180
180
n/a
n/a
n/a
20
20
n/a
n/a
n/a
2.
3.
4.
5.
6.
[40-1-o]
Colonne 2
Colonne 3
Colonne 4
Colonne 5
Droit
supplémentaire
Droit de
remplacement
pour bateaupilote ($)
Droit pour
unités de
pilotage
portables
(UPP) ($)
345
s/o
180
20
1 380
2 020
5 395
3 553
695
s/o
s/o
s/o
s/o
s/o
180
180
s/o
s/o
s/o
20
20
s/o
s/o
s/o
Droit ($)
[40-1-o]
Gazette du Canada Partie I
Le 2 octobre 2010
INDEX
MISCELLANEOUS NOTICES
Canadian Society of Nuclear Medicine, surrender
of charter ..........................................................................
Council for Early Child Development Inc., surrender
of charter...........................................................................
Frog’s Breath Foundation, relocation of head office ............
* Prudential Insurance Company of America (The),
release of assets.................................................................
Striding to Make a Difference, surrender of charter .............
Vol. 144, No. 40 — October 2, 2010
(An asterisk indicates a notice previously published.)
COMMISSIONS
Canada Border Services Agency
Special Import Measures Act
Certain steel grating — Decision......................................
Greenhouse bell peppers — Decision...............................
Canada Revenue Agency
Income Tax Act
Revocation of registration of charities ..............................
Canadian International Trade Tribunal
Medical equipment, supplies and pharmaceuticals —
Inquiry...........................................................................
Notice No. HA-2010-013 — Appeal ................................
Steel grating — Commencement of preliminary
injury inquiry ................................................................
Canadian Radio-television and Telecommunications
Commission
* Addresses of CRTC offices — Interventions.................
Decisions
2010-562-1, 2010-695, 2010-701 and 2010-710 ..............
Notices of consultation
2010-498-4 — Notice of hearing......................................
2010-702 — Call for comments on standard
requirements for video-on-demand undertakings..........
2010-703 — Call for comments on a proposed
exemption order for small video-on-demand
undertakings..................................................................
Public Service Commission
Public Service Employment Act
Permission granted (Anderson, Lyle Murray) ..................
Permission granted (Black, Robert) ..................................
Permission granted (Carr, Paul)........................................
Permission granted (Cummins, Bruce Leslie) ..................
Permission granted (Goma, Hafsa) ...................................
Permission granted (Huisman, Donald) ............................
Permission granted (Tammer, Ronald) .............................
GOVERNMENT NOTICES
Environment, Dept. of the
Canadian Environmental Protection Act, 1999
Notice of intent to amend the Domestic Substances List
under section 66 of the Canadian Environmental
Protection Act, 1999 to indicate that two substances
meet the reduced regulatory requirement
polymer criteria ............................................................
Notice of intent to amend the Domestic Substances
List under subsection 87(3) of the Canadian
Environmental Protection Act, 1999 to indicate
that subsection 81(3) of that Act applies to six
substances .....................................................................
Notice of Vacancies
Canadian Centre for Occupational Health and Safety .....
Office of the Auditor General of Canada..........................
2542
2543
2543
2546
2544
2544
2547
2548
2549
2550
2550
2550
2551
2551
2551
2552
2552
2552
2530
2531
2535
2537
2599
2553
2553
2553
2553
2554
PARLIAMENT
Chief Electoral Officer
Canada Elections Act
Deregistration of registered electoral
district associations ....................................................... 2540
House of Commons
* Filing applications for private bills (Third Session,
Fortieth Parliament) ...................................................... 2540
PROPOSED REGULATIONS
Citizenship and Immigration, Dept. of
Immigration and Refugee Protection Act
Regulations Amending the Immigration and Refugee
Protection Regulations ..................................................
Environment, Dept. of the, and Dept. of Health
Canadian Environmental Protection Act, 1999
Order Adding Toxic Substances to Schedule 1 to the
Canadian Environmental Protection Act, 1999 .............
Farm Products Council of Canada
Agricultural Products Marketing Act
British Columbia Cranberry Order ..................................
Finance, Dept. of
Special Import Measures Act
Regulations Amending the Special Import
Measures Regulations ...................................................
Industry, Dept. of
Bankruptcy and Insolvency Act
Rules Amending the Bankruptcy and Insolvency
General Rules................................................................
Patent Act
Rules Amending the Patent Rules.....................................
Pacific Pilotage Authority
Pilotage Act
Regulations Amending the Pacific Pilotage
Tariff Regulations .........................................................
SUPPLEMENTS
Environment, Dept. of the, and Dept. of Health
Canadian Environmental Protection Act, 1999
Publication after screening assessment of substances —
Batches 6, 8 and 11 and Publication of results of
investigations and recommendations for a substance
2556
2560
2572
2576
2581
2585
2590
2600
Canada Gazette Part I
October 2, 2010
INDEX
Vol. 144, no 40 — Le 2 octobre 2010
(L’astérisque indique un avis déjà publié.)
AVIS DIVERS
Council for Early Child Development Inc., abandon
de charte............................................................................
Frog’s Breath Foundation, changement de lieu du
siège social........................................................................
* Prudentielle d’Amérique, Compagnie d’Assurance (La),
libération d’actif................................................................
Société canadienne de médecine nucléaire, abandon
de charte............................................................................
Striding to Make a Difference, abandon de charte................
AVIS DU GOUVERNEMENT
Avis de postes vacants
Bureau du vérificateur général du Canada ........................
Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail ..........
Environnement, min. de l’
Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999)
Avis d’intention de modifier la Liste intérieure en vertu
du paragraphe 87(3) de la Loi canadienne sur la
protection de l’environnement (1999), en vue
d’indiquer que le paragraphe 81(3) de cette loi
s’applique aux six substances........................................
Avis d’intention de modifier la Liste intérieure
selon les dispositions énoncées à l’article 66
de la Loi canadienne sur la protection de
l’environnement (1999), en vue d’indiquer que deux
substances remplissent les critères établis pour
les polymères à exigences réglementaires réduites .......
COMMISSIONS
Agence des services frontaliers du Canada
Loi sur les mesures spéciales d’importation
Certains caillebotis en acier — Décision ..........................
Poivrons de serre — Décision...........................................
Agence du revenu du Canada
Loi de l’impôt sur le revenu
Révocation de l’enregistrement d’organismes
de bienfaisance..............................................................
Commission de la fonction publique
Loi sur l’emploi dans la fonction publique
Permission accordée (Anderson, Lyle Murray) ................
Permission accordée (Black, Robert)................................
Permission accordée (Carr, Paul)......................................
Permission accordée (Cummins, Bruce Leslie) ................
Permission accordée (Goma, Hafsa).................................
Permission accordée (Huisman, Donald)..........................
Permission accordée (Tammer, Ronald)...........................
Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications
canadiennes
* Adresses des bureaux du CRTC — Interventions..........
Avis de consultation
2010-498-4 — Avis d’audience........................................
2010-702 — Appel aux observations sur les
exigences normalisées pour les entreprises de
vidéo sur demande ........................................................
2010-703 — Appel aux observations sur une
proposition d’ordonnance d’exemption pour
les petites entreprises de vidéo sur demande.................
2553
2553
2553
2553
2554
2537
2535
2531
2530
2542
2543
2543
2550
2551
2551
2551
2552
2552
2552
2547
2549
2550
2550
COMMISSIONS (suite)
Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications
canadiennes (suite)
Décisions
2010-562-1, 2010-695, 2010-701 et 2010-710 .................
Tribunal canadien du commerce extérieur
Avis no HA-2010-013 — Appel........................................
Caillebotis en acier — Ouverture d’enquête
préliminaire de dommage..............................................
Fourniture et équipement médicaux et produits
pharmaceutiques — Enquête.........................................
2548
2544
2544
2546
PARLEMENT
Chambre des communes
* Demandes introductives de projets de loi privés
(Troisième session, quarantième législature) ................ 2540
Directeur général des élections
Loi électorale du Canada
Radiation d’associations de circonscription
enregistrées ................................................................... 2540
RÈGLEMENTS PROJETÉS
Administration de pilotage du Pacifique
Loi sur le pilotage
Règlement modifiant le Règlement sur les tarifs de
l’Administration de pilotage du Pacifique.....................
Citoyenneté et de l’Immigration, min. de la
Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés
Règlement modifiant le Règlement sur l’immigration
et la protection des réfugiés...........................................
Conseil des produits agricoles du Canada
Loi sur la commercialisation des produits agricoles
Décret sur les canneberges de la Colombie-Britannique...
Environnement, min. de l’, et min. de la Santé
Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999)
Décret d’inscription de substances toxiques à l’annexe 1
de la Loi canadienne sur la protection de
l’environnement (1999).................................................
Finances, min. des
Loi sur les mesures spéciales d’importation
Règlement modifiant le Règlement sur les mesures
spéciales d’importation .................................................
Industrie, min. de l’
Loi sur la faillite et l’insolvabilité
Règles modifiant les Règles générales sur la faillite
et l’insolvabilité ............................................................
Loi sur les brevets
Règles modifiant les Règles sur les brevets ......................
SUPPLÉMENTS
Environnement, min. de l’, et min. de la Santé
Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999)
Publication après évaluation préalable de substances —
Lots 6, 8 et 11 et Publication des résultats des enquêtes
et des recommandations sur une substance
2590
2556
2572
2560
2576
2581
2585
Supplement
Canada Gazette, Part I
October 2, 2010
Supplément
Gazette du Canada, Partie I
Le 2 octobre 2010
DEPARTMENT OF
THE ENVIRONMENT
MINISTÈRE DE
L’ENVIRONNEMENT
DEPARTMENT OF
HEALTH
MINISTÈRE DE
LA SANTÉ
Publication after Screening
Assessment of Substances — Batch 6
CAS No. 85-86-9
CAS No. 6358-57-2
CAS No. 19800-42-1
CAS No. 7147-42-4
Publication après évaluation
préalable de substances — Lot 6
Numéro de CAS 85-86-9
Numéro de CAS 6358-57-2
Numéro de CAS 19800-42-1
Numéro de CAS 7147-42-4
Publication after Screening
Assessment of a Substance — Batch 8
CAS No. 65140-91-2
Publication après évaluation
préalable d’une substance — Lot 8
Numéro de CAS 65140-91-2
Publication after Screening
Assessment of Substances — Batch 11
CAS No. 103-23-1
CAS No. 68412-48-6
CAS No. 68478-45-5
CAS No. 68953-84-4
CAS No. 98-01-1
CAS No. 140-88-5
CAS No. 149-57-5
CAS No. 68952-02-3
CAS No. 70900-21-9
CAS No. 603-33-8
CAS No. 10448-09-6
CAS No. 40615-36-9
CAS No. 64111-81-5
CAS No. 69430-47-3
CAS No. 125328-28-1
Publication après évaluation
préalable de substances — Lot 11
Numéro de CAS 103-23-1
Numéro de CAS 68412-48-6
Numéro de CAS 68478-45-5
Numéro de CAS 68953-84-4
Numéro de CAS 98-01-1
Numéro de CAS 140-88-5
Numéro de CAS 149-57-5
Numéro de CAS 68952-02-3
Numéro de CAS 70900-21-9
Numéro de CAS 603-33-8
Numéro de CAS 10448-09-6
Numéro de CAS 40615-36-9
Numéro de CAS 64111-81-5
Numéro de CAS 69430-47-3
Numéro de CAS 125328-28-1
Publication of Results of Investigations and
Recommendations for a Substance
CAS No. 107-22-2
Publication des résultats des enquêtes et des
recommandations sur une substance
Numéro de CAS 107-22-2
Le 2 octobre 2010
Supplément à la Gazette du Canada
3
DEPARTMENT OF THE ENVIRONMENT
MINISTÈRE DE L’ENVIRONNEMENT
DEPARTMENT OF HEALTH
MINISTÈRE DE LA SANTÉ
CANADIAN ENVIRONMENTAL PROTECTION ACT, 1999
LOI CANADIENNE SUR LA PROTECTION DE
L’ENVIRONNEMENT (1999)
Publication after screening assessment of a substance —
1-[[4-(phenylazo)phenyl]azo]- 2-Naphthalenol (Solvent Red 23),
CAS No. 85-86-9 — specified on the Domestic Substances List
(subsection 77(1) of the Canadian Environmental Protection Act,
1999)
Publication après évaluation préalable d’une substance —
1-(4-(Phénylazo)phénylazo)-2-naphtol (Solvent Red 23), numéro
de CAS 85-86-9 — inscrite sur la Liste intérieure
[paragraphe 77(1) de la Loi canadienne sur la protection de
l’environnement (1999)]
Whereas 1-[[4-(phenylazo)phenyl]azo]- 2-Naphthalenol is
a substance on the Domestic Substances List identified under
subsection 73(1) of the Canadian Environmental Protection Act,
1999;
Whereas a summary of the draft Screening Assessment conducted on the substance pursuant to section 74 of the Act is annexed hereby;
Whereas it is proposed to conclude that the substance meets
one or more of the criteria set out in section 64 of the Act,
Notice therefore is hereby given that the Ministers of the Environment and of Health propose to recommend to Her Excellency the Governor in Council that the substance be added to
Schedule 1 of the Act.
Notice is furthermore given that the Ministers of the Environment and of Health have released a risk management scope
document for this substance to initiate discussions with stakeholders on the development of a proposed risk management approach document.
Attendu que le 1-(4-(Phénylazo)phénylazo)-2-naphtol est une
substance inscrite sur la Liste intérieure répondant aux critères du
paragraphe 73(1) de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999);
Attendu qu’un résumé de l’ébauche du rapport d’évaluation
préalable sur cette substance réalisé en vertu de l’article 74 de la
Loi est ci-annexé;
Attendu qu’il est proposé de conclure que cette substance remplit un ou plusieurs des critères énoncés à l’article 64 de la Loi,
Avis est donné par les présentes que les ministres de l’Environnement et de la Santé proposent de recommander à Son Excellence la Gouverneure générale en conseil que cette substance soit
ajoutée à l’annexe 1 de la Loi.
Avis est de plus donné que les ministres de l’Environnement et
de la Santé ont rendu disponible le document sur le cadre de gestion du risque sur cette substance pour amorcer les discussions
avec les intervenants au sujet de l’élaboration de la méthode de
gestion des risques.
Public comment period
Délai pour recevoir les commentaires du public
As specified under subsection 77(5) of the Canadian Environmental Protection Act, 1999, any person may, within 60 days
after publication of this notice, file with the Minister of the Environment written comments on the measure the Ministers propose to take and on the scientific considerations on the basis of
which the measure is proposed. More information regarding the
scientific considerations may be obtained from the Government of Canada’s Chemical Substances Web site (www.
chemicalsubstances.gc.ca). All comments must cite the Canada
Gazette, Part I, and the date of publication of this notice and be
sent to the Executive Director, Program Development and Engagement Division, Gatineau, Quebec K1A 0H3, 819-953-7155
(fax), Existing.Substances.Existantes@ec.gc.ca (email).
Comme le précise le paragraphe 77(5) de la Loi canadienne sur
la protection de l’environnement (1999), dans les 60 jours suivant
la publication du présent avis, quiconque le souhaite peut soumettre par écrit au ministre de l’Environnement ses observations
sur la mesure qui y est énoncée et les considérations scientifiques la justifiant. Des précisions sur les considérations scientifiques peuvent être obtenues à partir du site Web du gouvernement du Canada portant sur les substances chimiques (www.
substanceschimiques.gc.ca). Tous les commentaires doivent mentionner la Partie I de la Gazette du Canada et la date de publication du présent avis, et être envoyés au Directeur exécutif,
Division de la mobilisation et de l’élaboration de programmes, Gatineau (Québec) K1A 0H3, 819-953-7155 (télécopieur),
Existing.Substances.Existantes@ec.gc.ca (courriel).
Conformément à l’article 313 de la Loi canadienne sur la
protection de l’environnement (1999), quiconque fournit des renseignements en réponse au présent avis peut en même temps
demander que ces renseignements soient considérés comme
confidentiels.
Le directeur général
Direction des sciences
et de l’évaluation des risques
GEORGE ENEI
Au nom du ministre de l’Environnement
La directrice générale
Direction du secteur des produits chimiques
MARGARET KENNY
Au nom du ministre de l’Environnement
In accordance with section 313 of the Canadian Environmental
Protection Act, 1999, any person who provides information in
response to this notice may submit with the information a request
that it be treated as confidential.
GEORGE ENEI
Director General
Science and Risk Assessment Directorate
On behalf of the Minister of the Environment
MARGARET KENNY
Director General
Chemicals Sector Directorate
On behalf of the Minister of the Environment
4
Supplement to the Canada Gazette
KAREN LLOYD
Director General
Safe Environments Directorate
On behalf of the Minister of Health
October 2, 2010
La directrice générale
Direction de la sécurité des milieux
KAREN LLOYD
Au nom de la ministre de la Santé
ANNEX
ANNEXE
Summary of the Screening Assessment Report of
1-[[4-(phenylazo)phenyl]azo]- 2-Naphthalenol
Résumé de l’évaluation préalable du
1-(4-(Phénylazo)phénylazo)-2-naphtol
Pursuant to section 74 of the Canadian Environmental Protection Act, 1999 (CEPA 1999), the Ministers of the Environment
and of Health have conducted a screening assessment of 1-[[4(phenylazo)phenyl]azo]- 2-Naphthalenol, (herein referred to as
Solvent Red 23), Chemical Abstracts Service Registry No. 8586-9. This substance was identified as a high priority for screening assessment and included in the Challenge because it was
found to meet the ecological categorization criteria for persistence, bioaccumulation potential and inherent toxicity to nonhuman organisms and is believed to be in commerce in Canada.
Conformément à l’article 74 de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999) [LCPE (1999)], les ministres
de l’Environnement et de la Santé ont effectué une évaluation
préalable sur le 1-(4-(Phénylazo)phénylazo)-2-naphtol (ci-après
appelé Solvent Red 23), dont le numéro de registre du Chemical
Abstracts Service est 85-86-9. Une priorité élevée a été accordée
à l’évaluation préalable de cette substance inscrite au Défi, car
elle répondait aux critères environnementaux de la catégorisation
relatifs à la persistance, au potentiel de bioaccumulation et à la
toxicité intrinsèque pour les organismes non humains et l’on croit
qu’elle est commercialisée au Canada.
L’évaluation des risques que présente le Solvent Red 23 pour la
santé humaine n’a pas été jugée hautement prioritaire à la lumière
des résultats fournis par les outils simples de détermination du
risque d’exposition et du risque pour la santé élaborés par Santé
Canada aux fins de la catégorisation des substances de la Liste
intérieure.
Le Solvent Red 23 est une substance organique utilisée au Canada principalement dans des huiles, des graisses et des cires,
mais aussi dans des solvants alcooliques, esters et hydrocarbonés,
dans du polystyrène et des cosmétiques et comme indicateur. On
l’utilise aussi comme colorant pour pesticides et il a déjà été utilisé comme teinture à textile. Cette substance n’est pas produite
naturellement dans l’environnement. La fabrication du Solvent
Red 23 n’a pas été déclarée au Canada. En 2006, du Solvent
Red 23 a été importé ou utilisé au Canada. Toutefois, quatre entreprises ont déclaré avoir importé entre 100 et 1 000 kg de cette
substance en produits au pays en 2005 en réponse au sondage
mené au Canada conformément à l’article 71 de la LCPE (1999).
En se basant sur les profils d’utilisation déclarés au Canada
dans les produits de soins personnels, on peut penser que tous les
produits contenant du Solvent Red 23 pourraient être rejetés dans
les égouts, les eaux de surface ou le sol au cours de leur utilisation. Les eaux d’égout pourraient recevoir la plus forte proportion
de Solvent Red 23 au cours de l’utilisation des produits. On prévoit que la majeure partie de cette substance, fixée aux boues
d’épuration des eaux usées venant des installations de traitement à
la suite de rejets aux égouts de cosmétiques et de produits de
soins personnels, sera entraînée dans les boues vers des sites
d’enfouissement. En plus d’être mis en décharge, une partie des
biosolides produits par les installations de traitement des eaux
usées peuvent être épandus sur des terres forestières ou agricoles,
et un petit pourcentage peut être incinéré.
On croit que le Solvent Red 23 n’est pas soluble dans l’eau et
n’est pas volatil, mais qu’il sera adsorbé sur des particules en
raison de sa nature hydrophobe. Pour ces raisons et parce qu’il est
plus dense que l’eau, le Solvent Red 23 se retrouvera sans doute
principalement dans les sédiments, et peut-être à moindre titre
dans les sols agricoles amendés avec des boues provenant de stations de traitement des eaux usées, après son rejet dans l’eau. On
est d’avis que le Solvent Red 23 ne sera pas présent de manière
significative dans d’autres milieux, et qu’il est peu probable qu’il
fasse l’objet d’un transport atmosphérique à grande distance.
The substance Solvent Red 23 was not considered to be a high
priority for assessment of potential risks to human health, based
on the application of the simple exposure and hazard tools developed by Health Canada for categorization of substances on the
Domestic Substances List.
Solvent Red 23 is an organic substance that is used in Canada
primarily in oils, fats and waxes, but also in alcohol-based, ester
and hydrocarbon solvents, in polystyrene, in cosmetics and as an
indicator. It is also used as a pesticide colourant and has been
known to be used as a textile dye. It is not naturally produced in
the environment. Solvent Red 23 is not reported to be manufactured in Canada. In 2006, Solvent Red 23 was not reported to be
imported or used in Canada. However, four companies reported
importing between 100 and 1 000 kg of the substance into the
country in 2005 in products in response to a Canadian survey
conducted under section 71 of CEPA 1999.
Based on reported use patterns in Canada related to personal
care products, it is anticipated that 100% of products containing
Solvent Red 23 could be released to sewer, surface water or land
during their use. Sewer water is the medium potentially receiving
the greatest proportion of Solvent Red 23 during product use. It is
anticipated that the majority of Solvent Red 23, bound to sewage
sludge from down-the-drain releases of cosmetics and personal
care products to sewage treatment plants (STPs), will be sent
entrained in sludge to landfills. In addition to being found in landfills, some of the biosolids from wastewater treatment facilities
may be applied to forested or agricultural land and a small percentage may be incinerated.
Solvent Red 23 is not expected to be soluble in water or to be
volatile, but is expected to adsorb to particles because of its
hydrophobic nature. For these reasons and because it is heavier
than water, after release to water, Solvent Red 23 will likely be
found in sediments and, possibly to a much lesser extent, in agricultural soil that has been amended with sewage sludge. Solvent
Red 23 is not expected to be significantly present in other media
and is not expected to be subject to long-range atmospheric
transport.
Le 2 octobre 2010
Based on the physical and chemical properties of Solvent
Red 23, it is expected to be persistent in soil, sediment, and water.
However, new experimental data relating to the bioaccumulation
potential of a relatively close structural analogue suggests that
this dye has a low potential to accumulate in the lipid tissues of
organisms. This substance therefore meets the persistence criteria
but does not meet the bioaccumulation criteria as set out in the
Persistence and Bioaccumulation Regulations. In addition, experimental toxicity data for chemical analogues suggest that Solvent Red 23 does not cause acute harm to aquatic organisms exposed at low concentrations.
Supplément à la Gazette du Canada
5
Where relevant, research and monitoring will support verification of assumptions used during the screening assessment and,
where appropriate, the performance of potential control measures
identified during the risk management phase.
D’après ses propriétés physiques et chimiques, le Solvent
Red 23 devrait être persistant dans l’eau, le sol et les sédiments.
Toutefois, de nouvelles données expérimentales sur le potentiel
de bioaccumulation d’un analogue à la structure relativement
similaire semblent indiquer que ce colorant a un faible potentiel
d’accumulation dans les tissus adipeux des organismes. Cette
substance répond donc aux critères de la persistance, mais non à
ceux de bioaccumulation énoncés dans le Règlement sur la persistance et la bioaccumulation. De plus, des données expérimentales
sur la toxicité d’analogues chimiques amènent à penser que le
Solvent Red 23 n’entraîne pas d’effets nocifs aigus chez les organismes aquatiques exposés à de faibles concentrations.
Pour la présente ébauche d’évaluation préalable, on a retenu un
scénario d’exposition cumulative prudent, dans lequel une même
station de traitement des eaux usées rejette, dans le milieu aquatique, la quantité maximale de Solvent Red 23 selon le sondage le
plus récent. De plus, étant donné que le Solvent Red 23 peut être
utilisé dans les produits de consommation, un scénario de rejet
prudent a été élaboré selon une estimation de la quantité de ce
colorant sur le marché canadien. Les concentrations environnementales estimées étaient largement inférieures à la concentration
estimée sans effet calculée pour les espèces aquatiques fragiles.
À la lumière des renseignements disponibles, on propose de
conclure que le Solvent Red 23 ne pénètre pas dans l’environnement en une quantité, à une concentration ou dans des conditions de nature à avoir, immédiatement ou à long terme, un effet
nocif sur l’environnement ou sur sa diversité biologique, ou à
mettre en danger l’environnement essentiel pour la vie.
On est d’avis que l’exposition du public au Solvent Red 23
dans l’environnement est négligeable. Toutefois, il peut y être
exposé lors de l’utilisation de cosmétiques et de produits de soins
personnels contenant du Solvent Red 23. Les données empiriques
sur les effets sur la santé pour cette substance sont limitées. Le
Solvent Red 23 fait partie de la classe de composés caractérisés
par la présence d’une liaison azoïque ou plus (-N=N-), ce qui
peut donner lieu à un clivage réducteur des azoïques causant le
rejet d’amines aromatiques. Le clivage réducteur des azoïques
du Solvent Red 23 peut notamment causer le rejet de
4-aminoazobenzène, une substance qui a été classée par le Centre
international de recherche sur le cancer (CIRC) et la Commission européenne en fonction de sa cancérogénicité. La structure
du Solvent Red 23 est également similaire à celle d’un colorant
azoïque qui provoque un processus néoplasique du foie chez les
rats mâles et femelles exposés oralement selon la dose administrée, et il est classé comme étant un agent mutagène et cancérogène par la Commission européenne. Selon la considération du
potentiel d’exposition de l’ensemble de la population découlant
de l’utilisation de cosmétiques et de produits de soins personnels
contenant du Solvent Red 23, et des données démontrant le potentiel de génotoxicité et de cancérogénicité pour lesquelles il peut y
avoir une probabilité de préjudice à tous les niveaux d’exposition,
il est proposé de conclure que le Solvent Red 23 est rejeté dans
l’environnement en une quantité, à une concentration ou dans des
conditions pouvant constituer un danger au Canada pour la vie et
la santé humaines.
Des activités de recherche et de surveillance viendront, s’il y a
lieu, appuyer la vérification des hypothèses formulées au cours de
l’évaluation préalable et, le cas échéant, l’efficacité des mesures
de contrôle possibles définies à l’étape de la gestion des risques.
Proposed conclusion
Conclusion proposée
Based on the information available, it is proposed to conclude
that 1-[[4-(phenylazo)phenyl]azo]- 2-Naphthalenol meets one or
more of the criteria set out in section 64 of CEPA 1999.
D’après les renseignements disponibles, il est proposé de conclure que le 1-(4-(Phénylazo)phénylazo)-2-naphtol répond à un
ou plusieurs des critères énoncés à l’article 64 de la LCPE (1999).
For this draft screening assessment, a conservative exposure
scenario was selected in which a single wastewater treatment
plant was assumed to discharge all the maximum quantity range
of Solvent Red 23 based on the most recent survey. Additionally,
since Solvent Red 23 may be used in consumer products, a conservative consumer release scenario was developed based on an
estimate of the quantity of this dye in Canadian commerce. The
predicted environmental concentration in water was below the
predicted no-effect concentration calculated for sensitive aquatic
species.
Based on the information available, it is proposed to conclude
that Solvent Red 23 is not entering the environment in a quantity
or concentration or under conditions that have or may have an
immediate or long-term harmful effect on the environment or its
biological diversity or that constitute or may constitute a danger
to the environment on which life depends.
Exposure of the general population to Solvent Red 23 from environmental media is expected to be negligible. However, exposure can occur through the use of cosmetics and personal care
products containing Solvent Red 23. Empirical health effects data
for Solvent Red 23 are limited. Solvent Red 23 is a member of a
class of substances characterized by the presence of one or more
azo (-N=N-) groups, which can be subject to azo reductive cleavage resulting in the release of aromatic amines. In particular, azo
reductive cleavage of Solvent Red 23 may result in the release of
4-aminoazobenzene, a substance that has been classified by the
International Agency for Research on Cancer (IARC) and the
European Commission on the basis of its carcinogenicity. Solvent
Red 23 is also structurally similar to another azo dye that has
been demonstrated to induce liver neoplasias in orally exposed
male and female rats in a dose dependent manner and is classified
as a mutagen and carcinogen by the European Commission.
Based on consideration of the potential for exposure to the general population from use of cosmetics and personal care products
containing Solvent Red 23, and on evidence of potential genotoxicity and carcinogenicity for which there may be a probability of
harm at any level of exposure, Solvent Red 23 is proposed to be
entering the environment in a quantity or concentration or under
conditions that constitute or may constitute a danger in Canada to
human life or health.
6
Supplement to the Canada Gazette
October 2, 2010
The draft Screening Assessment as well as the risk management scope document for this substance is available on the
Government of Canada’s Chemical Substances Web site (www.
chemicalsubstances.gc.ca).
L’ébauche du rapport d’évaluation préalable de cette substance ainsi que le document proposé sur le cadre de gestion du
risque sont accessibles sur le site Web du gouvernement du Canada portant sur les substances chimiques à l’adresse www.
substanceschimiques.gc.ca.
Publication after screening assessment of a substance —
2,7-Naphthalenedisulfonic acid, 3-[[2,2′-dimethyl-4′-[[4-[[(4methylphenyl)sulfonyl]oxy]phenyl]azo][1,1′-biphenyl]-4-yl]azo]4-hydroxy-, disodium salt (Acid Red 111), CAS No. 6358-57-2 —
specified on the Domestic Substances List (subsection 77(1) of
the Canadian Environmental Protection Act, 1999)
Publication après évaluation préalable d’une substance —
3-[[2,2′-Diméthyl-4′-[(4-[[(p-tolyl)sulfonyl]oxy]phényl]azo][1,1′biphényl]-4-yl]azo]-4-hydroxynaphtalène-2,7-disulfonate de
disodium (Acid Red 111), numéro de CAS 6358-57-2 — inscrite
sur la Liste intérieure [paragraphe 77(1) de la Loi canadienne sur
la protection de l’environnement (1999)]
Whereas 2,7-Naphthalenedisulfonic acid, 3-[[2,2′-dimethyl4′-[[4-[[(4-methylphenyl)sulfonyl]oxy]phenyl]azo][1,1′-biphenyl]
-4-yl]azo]-4-hydroxy-, disodium salt is a substance on the Domestic Substances List identified under subsection 73(1) of the Canadian Environmental Protection Act, 1999;
Whereas a summary of the draft Screening Assessment conducted on the substance pursuant to section 74 of the Act is annexed hereby;
Whereas it is proposed to conclude that the substance does not
meet any of the criteria set out in section 64 of the Act; and
Whereas the Minister of the Environment intends to amend the
Domestic Substances List, under subsection 87(3) of the Act, to
indicate that subsection 81(3) thereof applies with respect to this
substance,
Notice therefore is hereby given that the Ministers of the Environment and of Health propose to take no further action on the
substance at this time under section 77 of the Act.
Attendu que 3-[[2,2′-Diméthyl-4′-[(4-[[(p-tolyl)sulfonyl]oxy]
phényl]azo][1,1′-biphényl]-4-yl]azo]-4-hydroxynaphtalène-2,7disulfonate de disodium est une substance inscrite sur la Liste
intérieure répondant aux critères du paragraphe 73(1) de la Loi
canadienne sur la protection de l’environnement (1999);
Attendu qu’un résumé de l’ébauche du rapport d’évaluation
préalable sur cette substance réalisé en vertu de l’article 74 de la
Loi est ci-annexé;
Attendu qu’il est proposé de conclure que cette substance ne
remplit aucun des critères énoncés à l’article 64 de la Loi;
Attendu que le ministre de l’Environnement a l’intention de
modifier la Liste intérieure en vertu du paragraphe 87(3) de
la Loi, de façon à ce que le paragraphe 81(3) s’applique à cette
substance,
Avis est par les présentes donné que les ministres de l’Environnement et de la Santé proposent de ne rien faire pour le moment à
l’égard de cette substance en vertu de l’article 77 de la Loi.
Public comment period
Délai pour recevoir les commentaires du public
As specified under subsection 77(5) of the Canadian Environmental Protection Act, 1999, any person may, within 60 days
after publication of this notice, file with the Minister of the Environment written comments on the measure the Ministers propose to take and on the scientific considerations on the basis of
which the measure is proposed. More information regarding the
scientific considerations may be obtained from the Government of Canada’s Chemical Substances Web site (www.
chemicalsubstances.gc.ca). All comments must cite the Canada
Gazette, Part I, and the date of publication of this notice and be
sent to the Executive Director, Program Development and Engagement Division, Gatineau, Quebec K1A 0H3, 819-953-7155
(fax), Existing.Substances.Existantes@ec.gc.ca (email).
Comme le précise le paragraphe 77(5) de la Loi canadienne sur
la protection de l’environnement (1999), dans les 60 jours suivant
la publication du présent avis, quiconque le souhaite peut soumettre par écrit au ministre de l’Environnement ses observations sur
la mesure qui y est énoncée et les considérations scientifiques
la justifiant. Des précisions sur les considérations scientifiques
peuvent être obtenues à partir du site Web du gouvernement
du Canada portant sur les substances chimiques (www.
substanceschimiques.gc.ca). Tous les commentaires doivent
mentionner la Partie I de la Gazette du Canada et la date de publication du présent avis, et être envoyés au Directeur exécutif,
Division de la mobilisation et de l’élaboration de programmes,
Gatineau (Québec) K1A 0H3, 819-953-7155 (télécopieur),
Existing.Substances.Existantes@ec.gc.ca (courriel).
Conformément à l’article 313 de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999), quiconque fournit des renseignements en réponse au présent avis peut en même temps
demander que ces renseignements soient considérés comme
confidentiels.
Le directeur général
Direction des sciences
et de l’évaluation des risques
GEORGE ENEI
Au nom du ministre de l’Environnement
La directrice générale
Direction du secteur des produits chimiques
MARGARET KENNY
Au nom du ministre de l’Environnement
In accordance with section 313 of the Canadian Environmental
Protection Act, 1999, any person who provides information in
response to this notice may submit with the information a request
that it be treated as confidential.
GEORGE ENEI
Director General
Science and Risk Assessment Directorate
On behalf of the Minister of the Environment
MARGARET KENNY
Director General
Chemicals Sector Directorate
On behalf of the Minister of the Environment
Le 2 octobre 2010
Supplément à la Gazette du Canada
KAREN LLOYD
Director General
Safe Environments Directorate
On behalf of the Minister of Health
7
La directrice générale
Direction de la sécurité des milieux
KAREN LLOYD
Au nom de la ministre de la Santé
ANNEX
ANNEXE
Summary of the Screening Assessment Report of 2,7Naphthalenedisulfonic acid, 3-[[2,2′-dimethyl-4′-[[4-[[(4methylphenyl)sulfonyl]oxy]phenyl]azo][1,1′-biphenyl]-4-yl]
azo]-4-hydroxy-, disodium salt
Résumé de l’évaluation préalable du 3-[[2,2′-Diméthyl-4′-[(4[[(p-tolyl)sulfonyl]oxy]phényl]azo][1,1′-biphényl]-4-yl]azo]-4hydroxynaphtalène-2,7-disulfonate de disodium
Pursuant to section 74 of the Canadian Environmental
Protection Act, 1999 (CEPA 1999), the Ministers of the Environment and of Health have conducted a screening assessment
of 2,7-Naphthalenedisulfonic acid, 3-[[2,2′-dimethyl-4′-[[4[[(4-methylphenyl)sulfonyl]oxy]phenyl]azo][1,1′-biphenyl]-4-yl]
azo]-4-hydroxy-, disodium salt (herein referred to as Acid
Red 111), Chemical Abstracts Service Registry No. 6358-57-2.
This substance was identified as a high priority for screening assessment and included in the Challenge because it had been found
to meet the ecological categorization criteria for persistence, bioaccumulation potential and inherent toxicity to non-human organisms and is believed to be in commerce in Canada. Acid Red 111
was not considered to be a high priority for assessment of potential risks to human health, based on the application of the simple
exposure and hazard tools developed by Health Canada for categorization of substances on the Domestic Substances List.
Conformément à l’article 74 de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999) [LCPE (1999)], les ministres
de l’Environnement et de la Santé ont réalisé une évaluation
préalable sur le 3-[[2,2′-Diméthyl-4′-[(4-[[(p-tolyl)sulfonyl]oxy]
phényl]azo][1,1′-biphényl]-4-yl]azo]-4-hydroxynaphtalène-2,7disulfonate de disodium (ci-après appelé Acid Red 111), dont le
numéro de registre du Chemical Abstracts Service est 6358-57-2.
Une priorité élevée a été accordée à l’évaluation préalable de
cette substance inscrite au Défi, car il a été établi qu’elle répond
aux critères environnementaux de la catégorisation relatifs à la
persistance, au potentiel de bioaccumulation et à la toxicité intrinsèque pour les organismes non humains, et il semble qu’elle soit
commercialisée au Canada. L’évaluation des risques que présente
l’Acid Red 111 pour la santé humaine n’a pas été jugée hautement prioritaire à la lumière des résultats fournis par les outils
simples de détermination du risque d’exposition et du risque pour
la santé élaborés par Santé Canada aux fins de la catégorisation
des substances de la Liste intérieure.
L’Acid Red 111 est un colorant synthétique principalement utilisé dans l’industrie textile. Parmi les applications de cette substance figurent le papier, le cuir, les matières plastiques, les encres et les peintures. Cette substance n’est pas présente de façon
naturelle dans l’environnement. À la suite de sondages menés
dans l’industrie conformément à l’article 71 de la LCPE (1999),
des entreprises ont déclaré l’importation d’un total combiné variant entre 100 et 1 000 kg de cette substance au Canada, soit des
quantités à un niveau supérieur aux seuils de déclaration en 2005
et en 2006.
Selon les profils d’utilisation déclarés et certaines hypothèse
relatives aux colorants en général, le rejet de l’Acid Red 111 dans
l’environnement au Canada au moment de sa formulation et de
son utilisation par les consommateurs de produits contenant ces
substances, est estimé à 15 % dans les eaux usées, alors que 85 %
des quantités rejetées se retrouvent dans les sites d’élimination
des déchets (sites d’enfouissement et incinérateurs). L’Acid
Red 111 est un colorant azoïque comportant deux groupes d’acide
sulfonique, qui lui confèrent des caractéristiques d’adsorption et
une solubilité importante dans l’eau. Les colorants ont une affinité intrinsèque élevée pour les substrats, et une grande partie de
ces substances est potentiellement éliminée pendant le traitement
des eaux usées par adsorption dans les biosolides.
Des renseignements sur des colorants acides analogues disulfonés, ainsi que les résultats de modèles RQSA, amènent à penser
que l’Acid Red 111 serait présent dans des environnements aérobies (c’est-à-dire l’eau, le sol, les sédiments). La dégradation de
l’Acid Red 111 dans des conditions anaérobies ou réductrices
peut se faire assez rapidement, mais elle est limitée à des environnements particuliers (par exemple couches profondes de sédiments) et s’accompagne de la formation de métabolites potentiellement nocifs due au clivage de ses liaisons azoïques. Toutefois,
dans de telles situations, l’exposition des organismes aquatiques à
cette substance serait limitée. La forte solubilité dans l’eau de ces
Acid Red 111 is a synthetic dye that is used as a colourant primarily in the textile industry. Applications of this substance include paper, leather, plastics, inks and paints. This substance does
not naturally occur in the environment. As a result of industry
surveys conducted pursuant to section 71 of CEPA 1999, companies reported a combined total import of 100–1 000 kg of this
substance into Canada above the reporting thresholds in both
2005 and 2006.
Based on reported use patterns and certain assumptions related
to dyes in general, releases of Acid Red 111 to the Canadian environment during the formulation and consumer use of products
containing this substance are estimated to be 15% to wastewater
and 85% transferred to waste disposal sites (landfill and incineration). Acid Red 111 is an azo dye with two sulfonic acid groups,
which dictate its adsorption characteristics and impart high water
solubility. Dyes have an inherently high affinity to substrates, and
a potentially large proportion can be removed during wastewater
treatment as a result of such substances being adsorbed to
biosolids.
Information on other disulfonated acid dyes, as well as results
of QSAR modelling, suggests that Acid Red 111 is expected to
persist in aerobic environments (i.e. water, soil, sediment). Degradation of Acid Red 111 under anaerobic or reducing conditions
may occur relatively rapidly, but would be limited to specific
environments (e.g. deep layers of sediments), with potentially
harmful metabolites being formed as a result of cleavage of its
azo bonds. However, in these situations exposure to aquatic organisms would be limited. The high water solubility of this substance, as well as other physical and chemical properties (e.g.
large molecular size), suggests that it has a low potential to
8
Supplement to the Canada Gazette
accumulate in the lipid tissues of organisms. Therefore, Acid
Red 111 meets the persistence criteria but does not meet the bioaccumulation criteria as set out in the Persistence and Bioaccumulation Regulations. In addition, experimental toxicity data
for Acid Red 111 and other disulfonated acid dyes suggest that
this substance is not expected to cause acute harm to aquatic organisms at low concentrations.
For this draft screening assessment, a conservative exposure
scenario was selected in which an industrial operation discharges
this substance into the aquatic environment through a single
wastewater treatment plant. The upper end of the reporting range
of 1 000 kg was used to conservatively estimate release and exposure levels. The predicted environmental concentration in water
of this substance (0.03 mg/L) was below the predicted no-effect
concentration for sensitive aquatic organisms (> 0.1 mg/L), resulting in a risk quotient of much lower than one.
Based on the ecological information available, it is proposed to
conclude that Acid Red 111 is not entering the environment in a
quantity or concentration or under conditions that have or may
have an immediate or long-term harmful effect on the environment or its biological diversity or that constitute or may constitute
a danger to the environment on which life depends.
The potential for exposure of the general population to Acid
Red 111 from environmental media is expected to be negligible.
Exposure to Acid Red 111 from consumer products (e.g. fabrics,
textiles, personal apparel), is expected to be negligible as Acid
Red 111 is predominantly used as a colourant in textiles that are
not frequently used by the general population. Empirical data
pertaining to the health effects of Acid Red 111 were limited.
However, information from analogues of Acid Red 111, and from
potential azo cleavage products indicates that there may be concern for genotoxicity and carcinogenicity. Although the potential
high hazard of Acid Red 111 is recognized, on the basis of information which indicates that general population exposure is expected to be negligible due to the nature of its use and application,
risk to human health is considered to be low.
Because Acid Red 111 is listed on the Domestic Substances
List, its import and manufacture in Canada are not subject to notification under subsection 81(1). Given the potential health hazards of this substance, there is concern that new activities that
have not been identified or assessed could lead to this substance
meeting the criteria set out in section 64 of the Act. Therefore, it
is recommended to amend the Domestic Substance List, under
subsection 87(3) of the Act, to indicate that subsection 81(3) of
the Act applies with respect to this substance so that new manufacture, import or use of this substance be subject to notification
and undergo ecological and human health risk assessments.
October 2, 2010
substances, ainsi que d’autres propriétés physiques et chimiques
(par exemple la grande taille de la molécule), semblent indiquer
qu’elles ont un faible potentiel d’accumulation dans les tissus
adipeux de ces organismes. Cette substance répond donc aux critères de la persistance, mais non à ceux de bioaccumulation énoncés dans le Règlement sur la persistance et la bioaccumulation.
De plus, les données expérimentales sur la toxicité de l’Acid
Red 111 et autres colorants acides disulfonés amènent à penser
que cette substance n’entraîne pas d’effets nocifs aigus chez les
organismes aquatiques exposés à de faibles concentrations.
Aux fins de la présente ébauche d’évaluation préalable, un scénario d’exposition prudent a été choisi selon lequel des rejets
industriels de cette substance ont lieu dans le milieu aquatique à
partir d’une seule usine de traitement des eaux usées. La valeur
maximale du seuil de déclaration de 1 000 kg a été utilisée pour
estimer de façon prudente les niveaux de rejet et d’exposition. La
concentration environnementale estimée dans l’eau de cette substance (0,03 mg/L) pour les organismes aquatiques sensibles était
inférieure à la concentration estimée sans effet (> 0,1 mg/L), d’où
l’obtention d’un quotient de risque prudent bien inférieur à un.
À la lumière des renseignements disponibles, on propose de
conclure que l’Acid Red 111 ne pénètre pas dans l’environnement
en une quantité, à une concentration ou dans des conditions de
nature à avoir, immédiatement ou à long terme, un effet nocif sur
l’environnement ou sur sa diversité biologique, ou à mettre en
danger l’environnement essentiel pour la vie.
L’exposition potentielle de la population générale à l’Acid
Red 111 dans l’environnement devrait être négligeable. L’exposition à l’Acid Red 111 provenant des produits de consommation
(par exemple les tissus, les textiles, les vêtements) devrait être
négligeable puisque l’Acid Red 111 est principalement utilisé
comme colorant dans les textiles qui ne sont pas utilisés fréquemment par l’ensemble de la population. Les données empiriques relatives aux effets sur la santé de l’Acid Red 111 étaient
limitées. Toutefois, les renseignements sur des analogues de
l’Acid Red 111, et sur des produits potentiels de clivages des
azoïques, indiquent que son niveau de génotoxicité et de cancérogénicité peut être préoccupant. Bien que le potentiel de risque
élevé de l’Acid Red 111 soit reconnu, selon les renseignements
indiquant que l’exposition de l’ensemble de la population devrait
être négligeable en raison de la nature de son utilisation et de son
application, on considère que le risque pour la santé humaine est
faible.
Puisque cette substance est inscrite sur la Liste intérieure, son
importation et sa fabrication au Canada ne requièrent pas de déclaration aux termes du paragraphe 81(1). Étant donné les propriétés dangereuses potentielles de cette substance, on craint que
des utilisations nouvelles non décelées ni évaluées fassent en
sorte qu’elle réponde aux critères de l’article 64 de la Loi. Par
conséquent, il est recommandé de modifier la Liste intérieure en
vertu du paragraphe 87(3) de la Loi afin d’indiquer que le paragraphe 81(3) s’applique à cette substance. Ainsi, toute nouvelle
fabrication, importation ou utilisation de cette dernière devra être
déclarée et faire l’objet d’une évaluation des risques pour
l’environnement et la santé humaine.
Proposed conclusion
Conclusion proposée
Based on the information available, it is proposed to conclude
that 2,7-Naphthalenedisulfonic acid, 3-[[2,2′-dimethyl-4′-[[4-[[(4methylphenyl)sulfonyl]oxy]phenyl]azo][1,1′-biphenyl]-4-yl]azo]4-hydroxy-, disodium salt does not meet any of the criteria set out
in section 64 of CEPA 1999.
The draft Screening Assessment for this substance is available
on the Government of Canada’s Chemical Substances Web site
(www.chemicalsubstances.gc.ca).
D’après les renseignements disponibles, il est proposé de
conclure que le 3-[[2,2′-Diméthyl-4′-[(4-[[(p-tolyl)sulfonyl]oxy]
phényl]azo][1,1′-biphényl]-4-yl]azo]-4-hydroxynaphtalène-2,7disulfonate de disodium ne répond pas aux critères énoncés à
l’article 64 de la LCPE (1999).
L’ébauche du rapport d’évaluation préalable de cette substance
est disponible sur le site Web du gouvernement du Canada
portant sur les substances chimiques à l’adresse www.
substanceschimiques.gc.ca.
Le 2 octobre 2010
Supplément à la Gazette du Canada
9
Publication after screening assessment of a substance — Phenol,
4-[[2-methoxy-4-[(4-nitrophenyl)azo]phenyl]azo]- (Disperse
Orange 29), CAS No. 19800-42-1 — specified on the Domestic
Substances List (subsection 77(1) of the Canadian Environmental
Protection Act, 1999)
Publication après évaluation préalable d’une substance — 4-[[2Méthoxy-4-[(4-nitrophényl)azo]phényl]azo)]phénol (Disperse
Orange 29), numéro de CAS 19800-42-1 — inscrite sur la Liste
intérieure [paragraphe 77(1) de la Loi canadienne sur la
protection de l’environnement (1999)]
Whereas Phenol, 4-[[2-methoxy-4-[(4-nitrophenyl)azo]phenyl]
azo]- is a substance on the Domestic Substances List identified
under subsection 73(1) of the Canadian Environmental Protection Act, 1999;
Whereas a summary of the draft Screening Assessment conducted on the substance pursuant to section 74 of the Act is annexed hereby; and
Whereas it is proposed to conclude that the substance does not
meet any of the criteria set out in section 64 of the Act,
Notice therefore is hereby given that the Ministers of the Environment and of Health propose to take no further action on the
substance at this time under section 77 of the Act.
Attendu que le 4-[[2-Méthoxy-4-[(4-nitrophényl)azo]phényl]
azo)]phénol est une substance inscrite sur la Liste intérieure répondant aux critères du paragraphe 73(1) de la Loi canadienne
sur la protection de l’environnement (1999);
Attendu qu’un résumé de l’ébauche du rapport d’évaluation
préalable sur cette substance réalisé en vertu de l’article 74 de la
Loi est ci-annexé;
Attendu qu’il est proposé de conclure que cette substance ne
remplit aucun des critères énoncés à l’article 64 de la Loi,
Avis est par les présentes donné que les ministres de l’Environnement et de la Santé proposent de ne rien faire pour le moment à
l’égard de cette substance en vertu de l’article 77 de la Loi.
Public comment period
Délai pour recevoir les commentaires du public
As specified under subsection 77(5) of the Canadian Environmental Protection Act, 1999, any person may, within 60 days
after publication of this notice, file with the Minister of the
Environment written comments on the measure the Ministers
propose to take and on the scientific considerations on the
basis of which the measure is proposed. More information regarding the scientific considerations may be obtained from the
Government of Canada’s Chemical Substances Web site
(www.chemicalsubstances.gc.ca). All comments must cite the
Canada Gazette, Part I, and the date of publication of this notice
and be sent to the Executive Director, Program Development and
Engagement Division, Gatineau, Quebec K1A 0H3, 819-9537155 (fax), Existing.Substances.Existantes@ec.gc.ca (email).
Comme le précise le paragraphe 77(5) de la Loi canadienne sur
la protection de l’environnement (1999), dans les 60 jours suivant
la publication du présent avis, quiconque le souhaite peut soumettre par écrit au ministre de l’Environnement ses observations sur
la mesure qui y est énoncée et les considérations scientifiques la
justifiant. Des précisions sur les considérations scientifiques
peuvent être obtenues à partir du site Web du gouvernement
du Canada portant sur les substances chimiques (www.
substanceschimiques.gc.ca). Tous les commentaires doivent mentionner la Partie I de la Gazette du Canada et la date de publication du présent avis, et être envoyés au Directeur exécutif,
Division de la mobilisation et de l’élaboration de programmes,
Gatineau (Québec) K1A 0H3, 819-953-7155 (télécopieur),
Existing.Substances.Existantes@ec.gc.ca (courriel).
Conformément à l’article 313 de la Loi canadienne sur la
protection de l’environnement (1999), quiconque fournit des renseignements en réponse au présent avis peut en même temps demander que ces renseignements soient considérés comme
confidentiels.
Le directeur général
Direction des sciences
et de l’évaluation des risques
GEORGE ENEI
Au nom du ministre de l’Environnement
La directrice générale
Direction du secteur des produits chimiques
MARGARET KENNY
Au nom du ministre de l’Environnement
La directrice générale
Direction de la sécurité des milieux
KAREN LLOYD
Au nom de la ministre de la Santé
In accordance with section 313 of the Canadian Environmental
Protection Act, 1999, any person who provides information in
response to this notice may submit with the information a request
that it be treated as confidential.
GEORGE ENEI
Director General
Science and Risk Assessment Directorate
On behalf of the Minister of the Environment
MARGARET KENNY
Director General
Chemicals Sector Directorate
On behalf of the Minister of the Environment
KAREN LLOYD
Director General
Safe Environments Directorate
On behalf of the Minister of Health
10
Supplement to the Canada Gazette
October 2, 2010
ANNEX
ANNEXE
Summary of the Screening Assessment Report of Phenol,
4-[[2-methoxy-4-[(4-nitrophenyl)azo]phenyl]azo]-
Résumé de l’évaluation préalable du 4-[[2-Méthoxy-4[(4-nitrophényl)azo]phényl]azo)]phénol
Pursuant to section 74 of the Canadian Environmental Protection Act, 1999 (CEPA 1999), the Ministers of the Environment
and of Health have conducted a screening assessment of Phenol,
4-[[2-methoxy-4-[(4-nitrophenyl)azo]phenyl]azo]- (herein referred
to as Disperse Orange 29), Chemical Abstracts Service Registry
No. 19800-42-1. This substance was identified as a high priority
for screening assessment and included in the Challenge because it
was found to meet the ecological categorization criteria for persistence, bioaccumulation potential and inherent toxicity to nonhuman organisms and is believed to be in commerce in Canada.
Conformément à l’article 74 de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999) [LCPE (1999)], les ministres
de l’Environnement et de la Santé ont effectué une évaluation
préalable du 4-[[2-Méthoxy-4-[(4-nitrophényl)azo]phényl]azo)]
phénol (ci-après appelé Disperse Orange 29), dont le numéro de
registre du Chemical Abstracts Service est 19800-42-1. Une priorité élevée a été accordée à l’évaluation préalable de cette substance inscrite au Défi, car elle répondait aux critères environnementaux de la catégorisation relatifs à la persistance, au potentiel
de bioaccumulation et à la toxicité intrinsèque pour les organismes non humains, et il semble qu’elle soit commercialisée au
Canada.
L’évaluation des risques que présente le Disperse Orange 29
pour la santé humaine n’a pas été jugée hautement prioritaire à la
lumière des résultats fournis par les outils simples de détermination du risque d’exposition et du risque pour la santé élaborés par
Santé Canada aux fins de la catégorisation des substances de la
Liste intérieure.
Le Disperse Orange 29 est une substance organique principalement utilisée au Canada comme teinture à textile. Elle n’est
pas produite naturellement dans l’environnement. Le Disperse
Orange 29 n’a pas été fabriqué au Canada en 2006 ou en 2005;
toutefois, en 2006, une entreprise a importé 2 000 kg de cette
substance au pays. En 2005, deux entreprises ont déclaré avoir
importé du Disperse Orange 29 au Canada. Selon les renseignements fournis par l’industrie en application de l’article 71 de la
LCPE (1999), une entreprise a importé entre 100 et 1 000 kg de
cette substance et une autre entreprise en a importé entre 1 001 et
100 000 kg, soit dans des produits, soit pour la fabrication de
divers produits, colorés.
En se basant sur les profils d’utilisation déclarés au Canada et
sur certaines hypothèses, on pense que la majorité des quantités
de Disperse Orange 29 utilisées au Canada se retrouvent en
grande partie dans les sites d’élimination des déchets. On estime
toutefois qu’une quantité importante (14,8 %) se retrouve dans les
eaux usées. On croit que cette substance n’est pas soluble dans
l’eau et n’est pas volatile, mais qu’elle est adsorbée sur des particules en raison de sa nature hydrophobe. Pour ces raisons et parce
qu’il est plus dense que l’eau, le Disperse Orange 29 se retrouvera
sans doute dans les sédiments, et peut-être à moindre titre dans les
sols agricoles amendés avec des boues provenant de stations de
traitement des eaux usées, après leur rejet dans l’eau. On est
d’avis que le Disperse Orange 29 ne sera pas présent de manière
significative dans d’autres milieux. De plus, il est peu probable
qu’il fasse l’objet d’un transport atmosphérique à grande distance.
D’après ses propriétés physiques et chimiques, le Disperse
Orange 29 devrait être persistant dans l’eau, le sol et les sédiments. De nouvelles données expérimentales sur le potentiel de
bioaccumulation d’un analogue à la structure relativement similaire semblent indiquer que ce colorant a un faible potentiel
d’accumulation dans les tissus adipeux des organismes. Cette
substance répond donc aux critères de la persistance, mais non à
ceux de bioaccumulation énoncés dans le Règlement sur la persistance et la bioaccumulation. De plus, des données expérimentales
sur la toxicité d’analogues chimiques amènent à penser que le
Disperse Orange 29 n’entraîne pas d’effets nocifs aigus chez les
organismes aquatiques exposés à de faibles concentrations.
Pour la présente ébauche d’évaluation préalable, on a retenu un
scénario d’exposition cumulative prudent, dans lequel une même
station de traitement des eaux usées rejette la quantité maximum
The substance Disperse Orange 29 was not considered to be a
high priority for assessment of potential risks to human health,
based on the application of the simple exposure and hazard tools
developed by Health Canada for categorization of substances on
the Domestic Substances List.
Disperse Orange 29 is an organic substance that is used in Canada primarily as a textile dye. It is not naturally produced in the
environment. Disperse Orange 29 was not reported to be manufactured in Canada in 2006 or 2005; however, in 2006, one company reported importing 2 000 kg of the substance into the country. In 2005, two companies reported importing Disperse Orange 29
into Canada. Based on information provided by industry in response to a survey conducted under section 71 of CEPA 1999,
one company imported between 100 and 1 000 kg and another
company imported between 1 001 and 100 000 kg, either in products or for use in the manufacturing of various coloured products.
Based on reported use patterns in Canada and certain assumptions, it is expected that the majority of the quantity of Disperse
Orange 29 which is used in Canada ultimately is deposited in
waste disposal sites. A significant amount would, however, be
estimated to be released to sewer water (14.8%). Disperse
Orange 29 is not expected to be soluble in water or to be volatile,
but is expected to adsorb on particles because of its hydrophobic
nature. For these reasons and because it is heavier than water,
after release to water, Disperse Orange 29 will likely be found in
sediments and, possibly to a much lesser extent, in agricultural
soil that has been amended with sewage sludge. Disperse
Orange 29 is not expected to be significantly present in other
media and is not expected to be subject to long-range atmospheric
transport.
Based on its physical and chemical properties, Disperse Orange 29 is expected to be persistent in soil, sediment, and water. However, new experimental data relating to the bioaccumulation potential of a relatively close structural analogue suggests
that this dye has a low potential to accumulate in the lipid tissues
of organisms. This substance therefore meets the persistence criteria but does not meet the bioaccumulation criteria as set out in
the Persistence and Bioaccumulation Regulations. In addition,
experimental toxicity data for chemical analogues suggest that
Disperse Orange 29 does not cause acute harm to aquatic organisms exposed at low concentrations.
For this draft screening assessment, a conservative exposure
scenario was selected in which a single wastewater treatment
plant was assumed to discharge the maximum quantity of
Le 2 octobre 2010
Disperse Orange 29 based on the most recent survey. Additionally, since Disperse Orange 29 may be used in consumer products, a conservative consumer release scenario was developed
based on an estimate of the quantity of this dye in Canadian
commerce. The predicted environmental concentration in water
was below the predicted no-effect concentration calculated for
sensitive aquatic species.
Based on the information available, it is proposed to conclude
that Disperse Orange 29 is not entering the environment in a
quantity or concentration or under conditions that have or may
have an immediate or long-term harmful effect on the environment or its biological diversity or that constitute or may constitute
a danger to the environment on which life depends.
Exposure of the general population to Disperse Orange 29 from
environmental media is expected to be negligible. The general
population may be exposed to Disperse Orange 29 from its use as
a dye in textiles and fabrics; however, dermal and oral exposure is
expected to be low. No empirical health effects data were available for Disperse Orange 29 or for suitable analogues. Although
the potential hazard of Disperse Orange 29 due to possible formation of component aromatic amines from azo cleavage is recognized, taking into consideration the expected low exposure to the
general population, the potential risk to human health is considered to be low at current levels. It is proposed to conclude that
Disperse Orange 29 is not entering the environment in a quantity
or concentration or under conditions that constitute or may constitute a danger in Canada to human life or health.
Supplément à la Gazette du Canada
11
de Disperse Orange 29 selon les sondages les plus récents. De
plus, étant donné que le Disperse Orange 29 peut être utilisé dans
des produits de consommation, un scénario prudent de rejet provenant de l’utilisation par les consommateurs a été élaboré selon
une estimation de la quantité de ce colorant dans les produits
commerciaux au Canada. Les concentrations environnementales
estimées dans l’eau étaient inférieures aux concentrations estimées sans effet calculées pour des espèces aquatiques sensibles.
À la lumière des renseignements disponibles, on propose de
conclure que le Disperse Orange 29 ne pénètre pas dans l’environnement en une quantité, à une concentration ou dans des
conditions de nature à avoir, immédiatement ou à long terme, un
effet nocif sur l’environnement ou sur sa diversité biologique, ou
à mettre en danger l’environnement essentiel pour la vie.
On s’attend à ce que l’exposition de l’ensemble de la population au Disperse Orange 29 dans les milieux environnementaux
soit négligeable. La population générale peut être exposée au
Disperse Orange 29 en raison de son utilisation comme colorant
pour les textiles et les tissus; cependant, on s’attend à ce que
l’exposition cutanée et orale soit faible. Aucune donnée empirique sur les effets sur la santé n’était disponible pour le Disperse
Orange 29 ou pour des analogues fiables. Les dangers potentiels
du Disperse Orange 29 sont reconnus à cause de sa possibilité de
former de composés aromatiques aminés à partir de clivages
azoïques. Toutefois, lorsque que l’on considère que l’exposition
prévue de la population est faible, les risques potentiels pour la
santé humaine sont considérés faibles aux présents niveaux
d’exposition. Il est proposé de considérer que le Disperse
Orange 29 ne pénètre pas dans l’environnement en une quantité, à
une concentration ou dans des conditions de nature à constituer
un danger au Canada pour la vie ou la santé humaines.
Proposed conclusion
Conclusion proposée
Based on the information available, it is proposed to conclude
that Phenol, 4-[[2-methoxy-4-[(4-nitrophenyl)azo]phenyl]azo]does not meet any of the criteria set out in section 64 of
CEPA 1999.
The draft Screening Assessment for this substance is available
on the Government of Canada’s Chemical Substances Web site
(www.chemicalsubstances.gc.ca).
D’après les renseignements disponibles, il est proposé de conclure que le 4-[[2-Méthoxy-4-[(4-nitrophényl)azo]phényl]azo)]
phénol ne répond pas aux critères énoncés à l’article 64 de la
LCPE (1999).
L’ébauche du rapport d’évaluation préalable de cette substance
est disponible sur le site Web du gouvernement du Canada
portant sur les substances chimiques à l’adresse www.
substanceschimiques.gc.ca.
Publication after screening assessment of a substance —
Butanamide, 2,2′-[(3,3′-dimethoxy[1,1′-biphenyl]-4,4′diyl)bis(azo)]bis[N-(2-methylphenyl)-3-oxo-(BPAOPB),
CAS No. 7147-42-4 — specified on the Domestic Substances
List (subsection 77(1) of the Canadian Environmental Protection
Act, 1999)
Publication après évaluation préalable d’une substance —
2,2′-[(3,3′-Diméthoxy[1,1′-biphényl]-4,4′-diyl)bis(azo)]bis[N(2-méthylphényl)-3-oxobutyramide] (BPAOPB), numéro
de CAS 7147-42-4 — inscrite sur la Liste intérieure
[paragraphe 77(1) de la Loi canadienne sur la
protection de l’environnement (1999)]
Whereas Butanamide, 2,2′-[(3,3′-dimethoxy[1,1′-biphenyl]4,4′-diyl)bis(azo)]bis[N-(2-methylphenyl)-3-oxo- is a substance
on the Domestic Substances List identified under subsection 73(1)
of the Canadian Environmental Protection Act, 1999;
Attendu que le 2,2′-[(3,3′-Diméthoxy[1,1′-biphényl]-4,4′diyl)bis(azo)]bis[N-(2-méthylphényl)-3-oxobutyramide] est une
substance inscrite sur la Liste intérieure répondant aux critères du
paragraphe 73(1) de la Loi canadienne sur la protection de
l’environnement (1999);
Attendu qu’un résumé de l’ébauche du rapport d’évaluation
préalable sur cette substance réalisé en vertu de l’article 74 de la
Loi est ci-annexé;
Attendu qu’il est proposé de conclure que cette substance ne
remplit aucun des critères énoncés à l’article 64 de la Loi,
Avis est par les présentes donné que les ministres de l’Environnement et de la Santé proposent de ne rien faire pour le moment à
l’égard de cette substance en vertu de l’article 77 de la Loi.
Whereas a summary of the draft Screening Assessment conducted on the substance pursuant to section 74 of the Act is annexed hereby; and
Whereas it is proposed to conclude that the substance does not
meet any of the criteria set out in section 64 of the Act,
Notice therefore is hereby given that the Ministers of the Environment and of Health propose to take no further action on the
substance at this time under section 77 of the Act.
12
Supplement to the Canada Gazette
October 2, 2010
Public comment period
Délai pour recevoir les commentaires du public
As specified under subsection 77(5) of the Canadian Environmental Protection Act, 1999, any person may, within 60 days
after publication of this notice, file with the Minister of the Environment written comments on the measure the Ministers propose to take and on the scientific considerations on the basis
of which the measure is proposed. More information regarding
the scientific considerations may be obtained from the Government of Canada’s Chemical Substances Web site (www.
chemicalsubstances.gc.ca). All comments must cite the Canada
Gazette, Part I, and the date of publication of this notice and be
sent to the Executive Director, Program Development and Engagement Division, Gatineau, Quebec K1A 0H3, 819-953-7155
(fax), Existing.Substances.Existantes@ec.gc.ca (email).
Comme le précise le paragraphe 77(5) de la Loi canadienne sur
la protection de l’environnement (1999), dans les 60 jours suivant
la publication du présent avis, quiconque le souhaite peut soumettre par écrit au ministre de l’Environnement ses observations sur
la mesure qui y est énoncée et les considérations scientifiques la
justifiant. Des précisions sur les considérations scientifiques
peuvent être obtenues à partir du site Web du gouvernement du Canada portant sur les substances chimiques (www.
substanceschimiques.gc.ca). Tous les commentaires doivent mentionner la Partie I de la Gazette du Canada et la date de publication du présent avis, et être envoyés au Directeur exécutif,
Division de la mobilisation et de l’élaboration de programmes,
Gatineau (Québec) K1A 0H3, 819-953-7155 (télécopieur),
Existing.Substances.Existantes@ec.gc.ca (courriel).
Conformément à l’article 313 de la Loi canadienne sur la
protection de l’environnement (1999), quiconque fournit des
renseignements en réponse au présent avis peut en même temps
demander que ces renseignements soient considérés comme
confidentiels.
Le directeur général
Direction des sciences
et de l’évaluation des risques
GEORGE ENEI
Au nom du ministre de l’Environnement
La directrice générale
Direction du secteur des produits chimiques
MARGARET KENNY
Au nom du ministre de l’Environnement
La directrice générale
Direction de la sécurité des milieux
KAREN LLOYD
Au nom de la ministre de la Santé
In accordance with section 313 of the Canadian Environmental
Protection Act, 1999, any person who provides information in
response to this notice may submit with the information a request
that it be treated as confidential.
GEORGE ENEI
Director General
Science and Risk Assessment Directorate
On behalf of the Minister of the Environment
MARGARET KENNY
Director General
Chemicals Sector Directorate
On behalf of the Minister of the Environment
KAREN LLOYD
Director General
Safe Environments Directorate
On behalf of the Minister of Health
ANNEX
ANNEXE
Summary of the Screening Assessment Report of Butanamide,
2,2′-[(3,3′-dimethoxy[1,1′-biphenyl]-4,4′-diyl)bis(azo)]bis
[N-(2-methylphenyl)-3-oxo-
Résumé de l’évaluation préalable du 2,2′-[(3,3′-Diméthoxy[1,1′biphényl]-4,4′-diyl)bis(azo)]bis[N-(2-méthylphényl)-3oxobutyramide]
Pursuant to section 74 of the Canadian Environmental Protection Act, 1999 (CEPA 1999), the Ministers of the Environment
and of Health have conducted a screening assessment of Butanamide, 2,2′-[(3,3′-dimethoxy[1,1′-biphenyl]-4,4′-diyl)bis(azo)]bis
[N-(2-methylphenyl)-3-oxo- (BPAOPB), Chemical Abstracts
Service Registry No. 7147-42-4.
This substance was identified as a high priority for screening
assessment and included in the Challenge because it had been
found to meet the ecological categorization criteria for persistence, bioaccumulation potential and inherent toxicity to nonhuman organisms and is believed to be in commerce in Canada.
The substance BPAOPB was not considered to be a high priority
for assessment of potential risks to human health, based on the
application of the simple exposure and hazard tools developed by
Health Canada for categorization of substances on the Domestic
Substances List.
Conformément à l’article 74 de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999) [LCPE (1999)], les ministres
de l’Environnement et de la Santé ont réalisé une évaluation
préalable du 2,2′-[(3,3′-Diméthoxy-[1,1′-biphényl]-4,4′diyl)bis
(azo)]bis[N-(2-méthylphényl)-3-oxobutanamide (BPAOPB), dont
le numéro de registre du Chemical Abstracts Service est 7147-42-4.
Une priorité élevée a été accordée à l’évaluation préalable de
cette substance inscrite au Défi, car il a été établi qu’elle répond
aux critères environnementaux de la catégorisation relatifs à la
persistance, au potentiel de bioaccumulation et à la toxicité intrinsèque pour les organismes non humains et elle semble être commercialisée au Canada. Le BPAOPB n’a pas été déclaré d’intérêt
très prioritaire pour l’évaluation des risques qu’il présente pour la
santé humaine à la lumière des résultats fournis par les outils simples de détermination du risque pour la santé et du risque
d’exposition mis au point par Santé Canada pour la catégorisation
visant la Liste intérieure.
Le BPAOPB est un pigment organique diazoïque et diarylique
qui se présente sous forme de poudre. De tels pigments sont principalement utilisés comme colorant pour des encres d’imprimerie et des matières plastiques, et à moindre titre dans des
The substance BPAOPB is a disazo diarylide organic pigment
that exists as a powder. Such pigments are used primarily as colour pigments in printing inks and plastics, and to a lesser extent
in coatings. This substance does not naturally occur in the
Le 2 octobre 2010
environment. As a result of industry surveys conducted pursuant
to section 71 of CEPA 1999, total manufacturing of BPAOPB
was reported between 100 and 1 000 kg in Canada in 2006, while
no imports or uses were reported for that year.
Based on reported use patterns and certain assumptions, releases of BPAOPB to the Canadian environment resulting from
its manufacture are estimated to be less than 1% to air and 4% to
wastewater. It is estimated that 2% is transferred to waste disposal
sites. There are no experimental data available on the physical
and chemical properties of this substance. Given the data available for other pigments identified as suitable analogues, BPAOPB
is believed to be present in the environment as a chemically
stable, non-volatile, solid particle that has very low water solubility. As a result, it would be found in sediments if released to surface waters and would tend to remain in soils if released to terrestrial environments.
Modelled data suggest that little degradation of this substance
would occur in aerobic environments (i.e. water, sediment, soil).
Model-generated bioaccumulation estimates that are based on
experimental data for the solubility in octanol and water of pigments identified as analogues, as well as the fact that BPAOPB is
a very large molecule, suggest that this pigment has a low potential to accumulate in the lipid tissues of organisms. Therefore,
BPAOPB is persistent but not bioaccumulative in accordance
with criteria set out in the Persistence and Bioaccumulation
Regulations. In addition, experimental toxicity data for other
pigments identified as analogues suggest that saturated solutions
of the substance do not cause acute harm to aquatic organisms.
For this draft screening assessment, a conservative exposure
scenario was selected in which an industrial operation discharges
BPAOPB into the aquatic environment through a single waste
water treatment plant. The upper end of the reporting range of
1 000 kg per year was used to conservatively estimate release and
exposure levels. The predicted environmental concentration in
water for this substance (0.009 mg/L) was below the predicted no-effect concentration for sensitive aquatic organisms
(0.76 mg/L), resulting in a risk quotient of much lower than one.
Based on the ecological information available, it is proposed to
conclude that BPAOPB is not entering the environment in a quantity or concentration or under conditions that have or may have an
immediate or long-term harmful effect on the environment or its
biological diversity or that constitute or may constitute a danger
to the environment on which life depends.
Exposure of the general population to BPAOPB from environmental media is considered to be negligible. Exposures from use
of consumer products were not identified. No empirical health
effects data were available for BPAOPB. Based on metabolism
information and information on health effects of analogues, the
hazard potential of BPAOPB is expected to be low. Based on the
low hazard potential of BPAOPB and expected negligible exposure of the general population, the potential risks to human health
for this substance are considered to be low. It is proposed to conclude that BPAOPB is not a substance entering the environment
in a quantity or concentration or under conditions that constitute
or may constitute a danger in Canada to human life or health.
Supplément à la Gazette du Canada
13
revêtements. Cette substance n’est pas présente de façon naturelle
dans l’environnement. À la suite de sondages menés dans l’industrie conformément à l’article 71 de la LCPE (1999), des entreprises ont déclaré avoir fabriqué au total entre 100 et 1 000 kg de
cette substance au Canada en 2006, et aucune importation ni aucune utilisation n’a été déclarée pour cette même année.
En se basant sur les profils d’utilisation déclarés et sur certaines hypothèses, les rejets de BPAOPB dans l’environnement au
Canada lors de sa fabrication sont estimés à moins de 1 % dans
l’air et à 4 % dans les eaux usées. On estime que 2 % se retrouvent dans les sites d’élimination des déchets. Il n’existe aucune
donnée expérimentale sur les propriétés chimiques et physiques
de cette substance. Étant donné les données disponibles sur
d’autres pigments identifiés comme analogues, le BPAOPB serait
présent dans l’environnement sous forme de particules solides,
chimiquement stables et non volatiles, ayant une très faible solubilité dans l’eau. On en trouvera donc dans les sédiments si on en
rejette dans les eaux de surface, et il aura tendance à rester dans le
sol si on en rejette dans des environnements terrestres.
Les données modélisées sur le BPAOPB amènent à penser que
cette substance se dégradera peu une fois dans un environnement
aérobie (c’est-à-dire l’eau, le sol et les sédiments). Les estimations de bioaccumulation obtenues par modélisation, basées sur
des données expérimentales de solubilité dans l’octanol et dans
l’eau de pigments identifiés comme analogues, ainsi que le fait
que le BPAOPB est une très grande molécule, semblent indiquer
que ce pigment a un faible potentiel d’accumulation dans les tissus adipeux des organismes. Le BPAOPB est donc persistant,
mais il n’est pas sujet à la bioaccumulation en vertu du Règlement
sur la persistance et la bioaccumulation. De plus, les données
expérimentales sur la toxicité d’autres pigments identifiés comme
analogues portent à croire que des solutions saturées de cette substance n’entraînent pas d’effets nocifs aigus chez les organismes
aquatiques.
Aux fins de la présente ébauche d’évaluation préalable, un scénario d’exposition prudent a été choisi selon lequel des rejets
industriels de BPAOPB ont lieu dans le milieu aquatique à partir
d’une seule usine de traitement des eaux usées. La valeur maximale du seuil de déclaration de 1 000 kg a été utilisée pour estimer de façon prudente les niveaux de rejet et d’exposition. La
concentration environnementale estimée dans l’eau (0,009 mg/L)
de cette substance pour les organismes aquatiques sensibles était
inférieure à la concentration estimée sans effet (0,76 mg/L), d’où
l’obtention d’un quotient de risque bien inférieur à un.
À la lumière des renseignements disponibles, on propose de
conclure que le BPAOPB ne pénètre pas dans l’environnement en
une quantité, à concentration ou dans des conditions de nature à
avoir, immédiatement ou à long terme, un effet nocif sur l’environnement ou sur sa diversité biologique, ou à mettre en danger
l’environnement essentiel pour la vie.
On considère que l’exposition de l’ensemble de la population
au BPAOPB dans les milieux environnementaux est négligeable.
L’exposition découlant de l’utilisation de produits de consommation n’est pas déterminée. Aucune donnée empirique relative aux
effets sur la santé n’était disponible pour le BPAOPB. Selon les
renseignements sur le métabolisme du BPAOPB et les renseignements sur les effets sur la santé d’analogues, le potentiel de
risque pour cette substance devrait être faible. Selon le faible potentiel de danger du BPAOPB et sur l’exposition de la population
qui est prévue être négligeable, les risques potentiels de cette
substance pour la santé humaine sont considérés faibles. Il est
proposé de conclure que le BPAOPB n’est pas une substance qui
pénètre dans l’environnement en une quantité, à une concentration ou dans des conditions de nature à constituer un danger au
Canada pour la vie et la santé humaines.
14
Supplement to the Canada Gazette
October 2, 2010
Proposed conclusion
Conclusion proposée
Based on the information available, it is proposed to conclude
that Butanamide, 2,2′-[(3,3′-dimethoxy[1,1′-biphenyl]-4,4′-diyl)
bis(azo)]bis[N-(2-methylphenyl)-3-oxo- does not meet any of the
criteria set out in section 64 of CEPA 1999.
The draft Screening Assessment for this substance is available
on the Government of Canada’s Chemical Substances Web site
(www.chemicalsubstances.gc.ca).
D’après les renseignements disponibles, il est proposé de conclure que le 2,2′-[(3,3′-Diméthoxy[1,1′-biphényl]-4,4′-diyl)bis
(azo)]bis[N-(2-méthylphényl)-3-oxobutyramide] ne répond pas
aux critères énoncés à l’article 64 de la LCPE (1999).
L’ébauche du rapport d’évaluation préalable de cette substance
est disponible sur le site Web du gouvernement du Canada portant sur les substances chimiques à l’adresse www.
substanceschimiques.gc.ca.
Publication after screening assessment of a substance —
Phosphonic acid, [[3,5-bis(1,1-dimethylethyl)-4hydroxyphenyl]methyl]-, monoethyl ester, calcium salt (2:1),
CAS No. 65140-91-2 — specified on the Domestic Substances
List (subsection 77(1) of the Canadian Environmental Protection
Act, 1999)
Publication après évaluation préalable d’une substance —
le Bis[[[3,5-bis(1,1-diméthyléthyl)-4-hydroxyphényl]méthyl]
phosphonate] de calcium et de diéthyle, numéro
de CAS 65140-91-2 — inscrite sur la Liste intérieure
[paragraphe 77(1) de la Loi canadienne sur la protection de
l’environnement (1999)]
Whereas Phosphonic acid, [[3,5-bis(1,1-dimethylethyl)-4hydroxyphenyl]methyl]-, monoethyl ester, calcium salt (2:1) is a
substance on the Domestic Substances List identified under subsection 73(1) of the Canadian Environmental Protection Act,
1999;
Whereas new information was received in the form of public
comments in response to the publication of an earlier draft
Screening Assessment conducted on this substance and released
for public comment on January 30, 2010;
Whereas a summary of a revised draft Screening Assessment
conducted on the substance pursuant to section 74 of the Act is
annexed hereby; and
Whereas it is proposed to conclude that the substance does not
meet any of the criteria set out in section 64 of the Act,
Notice therefore is hereby given that the Ministers of the Environment and of Health propose to take no further action on the
substance at this time under section 77 of the Act.
Attendu que le Bis[[[3,5-bis(1,1-diméthyléthyl)-4-hydroxyphényl]méthyl]phosphonate] de calcium et de diéthyle est une
substance inscrite sur la Liste intérieure répondant aux critères du
paragraphe 73(1) de la Loi canadienne sur la protection de
l’environnement (1999);
Attendu que de nouvelles informations ont été reçues sous
forme de commentaires en réponse à la publication d’une ébauche
d’évaluation préalable antérieure portant sur cette substance et
publiée pour une période de consultation publique le 30 janvier
2010;
Attendu qu’un résumé de l’ébauche d’évaluation préalable révisée de cette substance réalisée en application de l’article 74 de
la Loi est ci-annexé;
Attendu qu’il est proposé de conclure que cette substance ne
satisfait à aucun des critères prévus à l’article 64 de la Loi,
Avis est par les présentes donné que les ministres de l’Environnement et de la Santé proposent de ne rien faire pour le moment à
l’égard de cette substance sous le régime de l’article 77 de la Loi.
Public comment period
Délai pour recevoir les commentaires du public
As specified under subsection 77(5) of the Canadian Environmental Protection Act, 1999, any person may, within 60 days
after publication of this notice, file with the Minister of the Environment written comments on the measure the Ministers propose to take and on the scientific considerations on the basis of
which the measure is proposed. More information regarding
the scientific considerations may be obtained from the Government of Canada’s Chemical Substances Web site (www.
chemicalsubstances.gc.ca). All comments must cite the Canada
Gazette, Part I, and the date of publication of this notice and be
sent to the Executive Director, Program Development and Engagement Division, Gatineau, Quebec K1A 0H3, 819-953-7155
(fax), Existing.Substances.Existantes@ec.gc.ca (email).
Comme le précise le paragraphe 77(5) de la Loi canadienne sur
la protection de l’environnement (1999), dans les 60 jours suivant
la publication du présent avis, quiconque le souhaite peut soumettre par écrit au ministre de l’Environnement ses commentaires sur
la mesure qui y est énoncée et les considérations scientifiques la
justifiant. Des précisions sur les considérations scientifiques
peuvent être obtenues à partir du site Web du gouvernement
du Canada portant sur les substances chimiques (www.
substanceschimiques.gc.ca). Tous les commentaires doivent
mentionner la Partie I de la Gazette du Canada et la date de publication du présent avis, et être envoyés au Directeur exécutif,
Division de la mobilisation et de l’élaboration de programmes,
Gatineau (Québec) K1A 0H3, 819-953-7155 (télécopieur),
Existing.Substances.Existantes@ec.gc.ca (courriel).
Conformément à l’article 313 de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999), quiconque fournit des renseignements en réponse au présent avis peut en même temps demander que ceux-ci soient considérés comme confidentiels.
Le directeur général
Direction des sciences
et de l’évaluation des risques
GEORGE ENEI
Au nom du ministre de l’Environnement
In accordance with section 313 of the Canadian Environmental
Protection Act, 1999, any person who provides information in
response to this notice may submit with the information a request
that it be treated as confidential.
GEORGE ENEI
Director General
Science and Risk Assessment Directorate
On behalf of the Minister of the Environment
Le 2 octobre 2010
Supplément à la Gazette du Canada
MARGARET KENNY
Director General
Chemicals Sector Directorate
On behalf of the Minister of the Environment
KAREN LLOYD
Director General
Safe Environments Directorate
On behalf of the Minister of Health
15
La directrice générale
Direction du secteur des produits chimiques
MARGARET KENNY
Au nom du ministre de l’Environnement
La directrice générale
Direction de la sécurité des milieux
KAREN LLOYD
Au nom de la ministre de la Santé
ANNEX
ANNEXE
Summary of the Screening Assessment Report of Phosphonic
acid, [[3,5-bis(1,1-dimethylethyl)-4-hydroxyphenyl]methyl]-,
monoethyl ester, calcium salt (2:1)
Résumé de l’évaluation préalable du Bis[[[3,5-bis(1,1diméthyléthyl)-4-hydroxyphényl]méthyl]phosphonate]
de calcium et de diéthyle
Pursuant to section 74 of the Canadian Environmental Protection Act, 1999 (CEPA 1999), the Ministers of the Environment and of Health have conducted a screening assessment of
Phosphonic acid, [[3,5-bis(1,1-dimethylethyl)-4-hydroxyphenyl]
methyl]-, monoethyl ester, calcium salt (2:1), hereinafter referred
to as PADMEC, Chemical Abstracts Service Registry No. 6514091-2. This substance was identified as a high priority for screening assessment and included in the Challenge because it was
found to meet the ecological categorization criteria for persistence, bioaccumulation potential and inherent toxicity to nonhuman organisms and was believed to be in commerce in Canada.
Conformément à l’article 74 de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999) [LCPE (1999)], les ministres
de l’Environnement et de la Santé ont effectué une évaluation
préalable de la substance Bis[[[3,5-bis(1,1-diméthyléthyl)-4hydroxyphényl]méthyl]phosphonate] de calcium et de diéthyle,
ci-après appelée PADMEC, dont le numéro de registre du Chemical Abstracts Service est 65140-91-2. Une priorité élevée a été
accordée à l’évaluation préalable de cette substance inscrite au
Défi, car elle répond aux critères de la catégorisation écologique
relatifs à la persistance, au potentiel de bioaccumulation et à la
toxicité intrinsèque pour les organismes non humains et elle semble être commercialisée au Canada.
L’évaluation des risques que présente le PADMEC pour la santé humaine n’a pas été jugée hautement prioritaire à la lumière
des résultats fournis par les outils simples de détermination du
risque d’exposition et du risque pour la santé élaborés par Santé
Canada aux fins de la catégorisation des substances de la Liste
intérieure. Par conséquent, la présente évaluation est axée sur
les renseignements utiles à l’évaluation des risques pour
l’environnement.
Le PADMEC est une substance organique utilisée comme antioxydant et agent stabilisant dans les plastiques, les fibres synthétiques, les élastomères, les adhésifs, les cires, les huiles et les
graisses pour assurer une protection contre la dégradation thermooxydante. Cette substance n’est pas produite naturellement
dans l’environnement. Entre 1 000 et 100 000 kg de PADMEC
ont été importés au Canada en 2005, et même si on n’a déclaré
aucune quantité commercialisée au Canada en 2006, une entreprise a indiqué au gouvernement du Canada qu’elle envisage la
possibilité d’importer du PADMEC ultérieurement. D’après ces
renseignements, on s’attend donc à des rejets de cette substance
dans l’environnement du Canada.
Les profils d’utilisations prévus et certaines hypothèses permettent de croire que la plus grande partie de cette substance aboutirait dans les sites d’enfouissement. Une petite partie serait rejetée
dans l’eau en provenance des eaux usées (0,8 %) et une plus petite
partie serait rejetée dans le sol en provenance de sites d’enfouissement et de boues d’épuration. On ne s’attend à aucun rejet dans
l’air. La forme anionique du PADMEC qui existe à des valeurs de
pH ambiantes est très soluble dans l’eau, n’est pas volatile et n’a
pas tendance à se répartir dans les particules et les lipides (gras)
des organismes. Par conséquent, le PADMEC est susceptible de
se retrouver principalement dans l’eau et, dans une moindre mesure, dans le sol.
Le PADMEC ne devrait pas se dégrader rapidement dans le
milieu naturel où il pourrait être rejeté. Il est donc considéré persistant dans l’eau et le sol. De nouvelles données expérimentales
The substance PADMEC was not considered to be a high priority for assessment of potential risks to human health, based on the
application of the simple exposure and hazard tools developed by
Health Canada for categorization of substances on the Domestic
Substances List. Therefore, this assessment focuses on information relevant to the evaluation of ecological risks.
The substance PADMEC is an organic substance that is used as
an antioxidant/stabilizer in plastics, synthetic fibres, elastomers,
adhesives, waxes, oils and fats, to protect against thermooxidative degradation. The substance is not naturally produced in
the environment. Between 1 000 and 100 000 kg of PADMEC
were imported into Canada in 2005, and even though none was
reportedly in commerce in Canada in 2006, one company has
indicated to the Government of Canada that they are considering
importing PADMEC in the future. This information indicates that
releases of this substance into the Canadian environment could be
expected.
Based on expected usage patterns and certain assumptions,
most of the substance would end up in waste disposal sites. A
small proportion would be released to water through wastewater
(0.8%) and a smaller proportion to soil through landfills and sewage sludge. No releases to air would be expected. The anionic
form of PADMEC that exists at ambient pH range is very soluble
in water, is not volatile and does not have a tendency to partition
to particles and lipids (fat) of organisms. Therefore, PADMEC
would likely be found mainly in water, and to a lesser extent in
soils.
The substance PADMEC is not expected to degrade quickly in
the environmental media where it may be released. It is, therefore,
considered persistent in water and soil. New experimental and
16
Supplement to the Canada Gazette
modelled data relating to its partitioning between octanol and
water suggest that it has a low potential to accumulate in the lipid
tissues of organisms. The substance has been determined to meet
the persistence criteria but not the bioaccumulation criteria as set
out in the Persistence and Bioaccumulation Regulations. In addition, new experimental toxicity data suggest that PADMEC has
low toxicity to aquatic organisms.
A very conservative exposure scenario was prepared in which
the upper end of the range for quantities of PADMEC imported
into Canada in 2005 (100 000 kg) was assumed to be used at a
single industrial site, with discharge into the aquatic environment.
The predicted environmental concentration in water (PEC) was
below the predicted no-effect concentration (PNEC) calculated
for sensitive aquatic species.
Empirical health effects data were not identified for PADMEC.
Based on health effects data for an analogue, a high hazard potential has not been identified for PADMEC. As PADMEC is not
currently imported or manufactured in Canada at levels above the
reporting threshold, the likelihood of exposure to the general
population in Canada is considered to be low. Therefore, it is
proposed to conclude that PADMEC is not entering the environment in a quantity or concentration or under conditions that have
or may have an immediate or long-term harmful effect on human
life and health.
Based on the information available, it is proposed to conclude
that PADMEC is not entering the environment in a quantity or
concentration or under conditions that have or may have an immediate or long-term harmful effect on the environment or its
biological diversity or that constitute or may constitute a danger
to the environment on which life depends.
This substance will be considered for inclusion in the Domestic
Substances List inventory update initiative. In addition and where
relevant, research and monitoring will support verification of
assumptions used during the screening assessment.
October 2, 2010
et modélisées relatives à sa répartition entre l’octanol et l’eau
laissent entendre que cette substance a un faible potentiel de
bioaccumulation dans les tissus adipeux des organismes. Il a été
déterminé que cette substance répond aux critères de persistance,
mais non à ceux de bioaccumulation énoncés dans le Règlement
sur la persistance et la bioaccumulation. En outre, de nouvelles
données de toxicité expérimentales indiquent que le PADMEC
présente une faible toxicité pour les organismes aquatiques.
Un scénario d’exposition très prudent a été choisi. Selon ce
scénario, on a laissé entendre que la partie supérieure de la plage
des quantités de PADMEC importées au Canada en 2005
(100 000 kg) était utilisée dans un seul site industriel et qu’il y
avait des rejets dans l’environnement aquatique. La concentration
environnementale estimée (CEE) dans l’eau pour les organismes
aquatiques pélagiques était inférieure à la concentration estimée
sans effet (CESE) calculée pour les espèces aquatiques fragiles.
Aucune donnée empirique relative aux effets sur la santé n’a
été relevée pour le PADMEC. Selon les données relatives aux
effets sur la santé pour un analogue, on n’a déterminé aucun potentiel de risque élevé pour cette substance. Étant donné que le
PADMEC n’est actuellement pas importé ou fabriqué au Canada
à des niveaux supérieurs au seuil de déclaration, la probabilité
d’exposition de la population générale du Canada est considérée
comme faible. Il est donc proposé de conclure que le PADMEC
soit considéré comme une substance ne pénétrant pas dans
l’environnement en une quantité, à une concentration ou dans des
conditions qui ont ou peuvent avoir un effet nocif immédiat ou à
long terme sur la vie et la santé humaines.
À la lumière des renseignements disponibles, on propose de
conclure que le PADMEC ne pénètre pas dans l’environnement
en une quantité, à une concentration ou dans des conditions de
nature à avoir, immédiatement ou à long terme, un effet nocif sur
l’environnement ou sur sa diversité biologique, ou à mettre en
danger l’environnement essentiel pour la vie.
L’inclusion de cette substance sera considérée dans la prochaine mise à jour de l’inventaire de la Liste intérieure. De plus,
des activités de recherche et de surveillance viendront, le cas
échéant, appuyer la vérification des hypothèses formulées au
cours de l’évaluation préalable.
Proposed conclusion
Conclusion proposée
Based on the information available, it is proposed to conclude
that Phosphonic acid, [[3,5-bis(1,1-dimethylethyl)-4-hydroxyphenyl]methyl]-, monoethyl ester, calcium salt (2:1) does not
meet any of the criteria set out in section 64 of CEPA 1999.
The draft Screening Assessment for this substance is available
on the Government of Canada’s Chemical Substances Web site
(www.chemicalsubstances.gc.ca).
D’après les renseignements disponibles, il est proposé de
conclure que le Bis[[[3,5-bis(1,1-diméthyléthyl)-4-hydroxyphényl]méthyl]phosphonate] de calcium et de diéthyle ne satisfait
à aucun des critères de l’article 64 de la LCPE (1999).
L’ébauche d’évaluation préalable concernant cette substance
est accessible sur le site Web du gouvernement du Canada
portant sur les substances chimiques à l’adresse www.
substanceschimiques.gc.ca.
Publication of results of investigations and recommendations
for a substance — Ethanedial, CAS No. 107-22-2 — specified on
the Domestic Substance List (paragraphs 68(b) and (c) of the
Canadian Environmental Protection Act, 1999)
Publication des résultats des enquêtes et des recommandations
sur une substance — le Glyoxal, numéro de CAS 107-22-2 —
inscrite sur la Liste intérieure [alinéas 68b) et c) de la Loi
canadienne sur la protection de l’environnement (1999)]
Whereas ethanedial is a substance identified as high priority for
action under the Challenge, published in the Canada Gazette,
Part I, on December 9, 2006;
Attendu que le glyoxal est une substance déclarée comme une
priorité élevée pour la prise de mesures dans le cadre du Défi
publié le 9 décembre 2006 dans la Partie I de la Gazette du
Canada;
Attendu qu’un résumé de l’ébauche d’évaluation préalable de
cette substance menée sous le régime des alinéas 68b) et c) de la
Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999) est
ci-annexé;
Whereas the summary of the draft Screening Assessment conducted on the substance pursuant to paragraphs 68(b) and (c) of
the Canadian Environmental Protection Act, 1999 is annexed
hereby; and
Le 2 octobre 2010
Supplément à la Gazette du Canada
17
Whereas it is proposed to conclude that the substance does not
meet any of the criteria set out in section 64 of the Act,
Notice therefore is hereby given that the Ministers of the Environment and of Health propose to take no further action on the
substance at this time.
Attendu qu’il est proposé de conclure que cette substance ne
satisfait à aucun des critères prévus à l’article 64 de la Loi,
Avis est par les présentes donné que les ministres de l’Environnement et de la Santé proposent de ne rien faire pour le moment à l’égard de cette substance.
Public comment period
Délai pour recevoir les commentaires du public
Any person may, within 60 days after publication of this notice, file with the Minister of the Environment written comments
on the measure the Ministers propose to take and on the scientific
considerations on the basis of which the measure is proposed.
More information regarding the scientific considerations may be
obtained from the Government of Canada’s Chemical Substances
Web site (www.chemicalsubstances.gc.ca). All comments must
cite the Canada Gazette, Part I, and the date of publication of this
notice and be sent to the Executive Director, Program Development and Engagement Division, Gatineau, Quebec K1A 0H3,
819-953-7155 (fax), Existing.Substances.Existantes@ec.gc.ca
(email).
In accordance with section 313 of the Canadian Environmental
Protection Act, 1999, any person who provides information in
response to this notice may submit with the information a request
that it be treated as confidential.
GEORGE ENEI
Director General
Science and Risk Assessment Directorate
On behalf of the Minister of the Environment
Dans les 60 jours suivant la publication du présent avis, quiconque le souhaite peut soumettre par écrit au ministre de
l’Environnement ses commentaires sur la mesure qui y est énoncée et les considérations scientifiques la justifiant. Des précisions
sur les considérations scientifiques peuvent être obtenues à partir
du site Web du gouvernement du Canada portant sur les substances chimiques (www.substanceschimiques.gc.ca). Tous les commentaires doivent mentionner la Partie I de la Gazette du Canada
et la date de publication du présent avis, et être envoyés au Directeur exécutif, Division de la mobilisation et de l’élaboration de
programmes, Gatineau (Québec) K1A 0H3, 819-953-7155 (télécopieur), Existing.Substances.Existantes@ec.gc.ca (courriel).
Conformément à l’article 313 de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999), quiconque fournit des renseignements en réponse au présent avis peut en même temps demander que ceux-ci soient considérés comme confidentiels.
Le directeur général
Direction des sciences
et de l’évaluation des risques
GEORGE ENEI
Au nom du ministre de l’Environnement
La directrice générale
Direction du secteur des produits chimiques
MARGARET KENNY
Au nom du ministre de l’Environnement
La directrice générale
Direction de la sécurité des milieux
KAREN LLOYD
Au nom de la ministre de la Santé
MARGARET KENNY
Director General
Chemicals Sector Directorate
On behalf of the Minister of the Environment
KAREN LLOYD
Director General
Safe Environments Directorate
On behalf of the Minister of Health
ANNEX
ANNEXE
Summary of the Screening Assessment of Ethanedial
Résumé de l’évaluation préalable du Glyoxal
The Ministers of the Environment and of Health have conducted a screening assessment of ethanedial, Chemical Abstracts
Service Registry No. 107-22-2. The substance ethanedial was
identified in the categorization of the Domestic Substance List as
a high priority for action under the Challenge. Ethanedial was
identified as a high priority as it was considered to pose intermediate potential for exposure of individuals in Canada and is
classified by other agencies on the basis of genotoxicity. This
substance did not meet the ecological categorization criteria for
persistence, bioaccumulation or inherent toxicity to aquatic organisms. Therefore, the focus of this assessment of ethanedial
relates principally to evaluation of risks to human health.
Les ministres de l’Environnement et de la Santé ont effectué
une évaluation préalable du glyoxal, dont le numéro de registre du
Chemical Abstracts Service est 107-22-2. Une priorité élevée a
été accordée à la prise de mesures à l’égard de cette substance
durant la catégorisation visant la Liste intérieure dans le cadre du
Défi. On a déterminé que le glyoxal constitue une priorité élevée,
parce qu’on estime qu’il présente un risque d’exposition intermédiaire pour la population canadienne et qu’il est inscrit sur une
liste de produits génotoxiques par d’autres organismes. Cette
substance n’a pas satisfait aux critères de catégorisation écologique relatifs à la persistance, au potentiel de bioaccumulation et à
la toxicité intrinsèque pour les organismes aquatiques. Par conséquent, la présente évaluation est axée principalement sur les risques pour la santé humaine.
Le glyoxal peut être naturellement présent dans l’environnement. Au Canada, il est également utilisé dans des inhibiteurs
de corrosion et des agents antitartre, comme agent de finition
dans les textiles, le papier et le cuir, comme intermédiaire dans
les réactions visant à produire d’autres substances à usage
commercial, comme agent technologique pour la production de
Ethanedial can occur naturally. It is also used in Canada in corrosion inhibitors and anti-scaling agents, as a finishing agent in
textiles, paper and leather, as an intermediate in reactions to produce other substances for commercial use, as a processing aid for
petroleum production, as a viscosity adjustor, as a paint and coating additive, and in pest control products. According to information
18
Supplement to the Canada Gazette
reported under section 71 of the Canadian Environmental Protection Act, 1999 (CEPA 1999), between 100 and 1 000 kg of
ethanedial was manufactured in Canada in 2006. In addition, Canadian companies reported importing over 135 000 kg and using
just under 242 000 kg in that year. Between 10 000 and 100 000
kg of ethanedial was released into the environment in 2006, with
the highest release to wastewater.
Based on available information on concentrations of ethanedial
in the environment (water, soil and air) and food, as well as on
data submitted under section 71 of CEPA 1999, the general population is expected to be exposed to ethanedial primarily from environmental media (ambient and indoor air) and from its naturally
occurring presence in food. Additionally, the general population
may be exposed to low levels of ethanedial resulting from its
presence as a residual in certain consumer products, such as paint
and face wash, and from its use as a finishing agent in paper.
As ethanedial was classified on the basis of genotoxicity by the
European Union, genotoxicity was a key focus for this screening
assessment. Ethanedial tested positive in a range of in vitro assays
for mutagenicity and genotoxicity. However, the results of in vivo
tests indicated that genotoxicity occurred predominantly at the
site of entry and in the liver, but not in distant tissues, when administered orally. Carcinogenicity was not observed when
ethanedial was administered dermally to mice for their lifespan
(cancer bioassays by oral and inhalation routes have not been
conducted). Based on the existence of protective mechanisms, it
is expected that intracellular ethanedial concentrations must overcome a threshold before genotoxicity occurs. Therefore, a threshold approach is used to characterize risk to human health.
Non-cancer effects were observed in repeated-dose studies.
Decreased body and organ weight, and decreased food intake,
were the most consistently observed effects in rats exposed to the
substance by the oral route in repeated-dose studies. Exposure by
inhalation to ethanedial aerosols induced minimal squamous
metaplasia of the rat epiglottal epithelium, while acute exposures
to ethanedial vapour saturated atmospheres caused an increased
breathing rate in rats. Repeated dermal exposures resulted in irritation and necrotic areas on the skin of some exposed mice. The
margins between upper-bounding estimates of exposure and the
critical effect levels are considered to be adequate to address uncertainties in health effects and exposure databases. It is proposed
to conclude that ethanedial is not a substance that is entering the
environment in a quantity or concentration or under conditions
that constitute or may constitute a danger in Canada to human life
or health.
Based on its physical and chemical properties, it is expected
that if released to air, the substance partitions to soil and water,
and that if released to soil or water, the substance will mostly
remain in these compartments. Based on these considerations and
the use pattern of ethanedial, the substance will mainly be found
in water.
Based on empirical biodegradation studies, ethanedial is not
expected to be persistent in the environment. It is also expected to
have very low bioaccumulation potential based on modelled data.
October 2, 2010
pétrole, comme régulateur de viscosité, comme additif pour peinture ou revêtement, et dans les produits antiparasitaires. Selon
les renseignements déclarés conformément à l’article 71 de la
Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999)
[LCPE (1999)], de 100 à 1 000 kg de glyoxal ont été produits au
Canada en 2006. De plus, les entreprises canadiennes ont indiqué
en avoir importé plus de 135 000 kg et en avoir utilisé un peu
moins de 242 000 kg cette année-là. Entre 10 000 et 100 000 kg
de glyoxal ont été rejetés dans l’environnement en 2006, en particulier dans les eaux usées.
D’après les renseignements disponibles sur les concentrations
de glyoxal présentes dans l’environnement (eau, sol et air) et dans
la nourriture, et selon les données transmises en vertu de l’article 71 de la LCPE (1999), les sources d’exposition de la population au glyoxal seraient principalement les milieux environnementaux (air ambiant et air intérieur) et la nourriture, où il est
naturellement présent. Par ailleurs, la population pourrait être
exposée à de faibles quantités de glyoxal en raison de sa présence
à l’état de résidu dans certains produits de consommation, tels que
la peinture et les nettoyants pour le visage, et en raison de son utilisation comme agent de finition dans le papier.
Comme le glyoxal a été classé par la Commission européenne
sur la base de sa génotoxicité, la présente évaluation préalable a
porté principalement sur cette capacité de la substance. Les tests
de mutagénicité et de génotoxicité in vitro ont révélé des résultats
positifs pour le glyoxal. Toutefois, les résultats des tests in vivo
ont montré que la génotoxicité apparaissait surtout au point
d’entrée et dans le foie, et non dans des tissus éloignés, lorsque la
substance a été administrée par voie orale. La cancérogénicité n’a
pas été observée lorsque le glyoxal a été administré par voie
cutanée à des souris pendant toute leur durée de vie (aucun essai
biologique sur le cancer par voie orale et par inhalation n’a été
réalisé). D’après l’existence de mécanismes de protection, les
concentrations intracellulaires de glyoxal devraient dépasser un
seuil d’innocuité avant l’apparition de la génotoxicité. Donc, une
approche fondée sur le seuil d’innocuité est utilisée pour caractériser le risque pour la santé humaine.
Des effets non cancéreux ont été observés dans des études à
doses répétées. Une diminution du poids du corps et des organes
et une baisse de l’apport alimentaire ont été les effets les plus
couramment observés chez les rats exposés par voie orale lors
d’études à doses répétées. L’exposition par inhalation aux aérosols contenant du glyoxal ont conduit à des métaplasies squameuses minimes sur l’épithélium de l’épiglotte du rat, tandis que des
expositions aiguës à des atmosphères saturées de vapeurs de
glyoxal ont causé une accélération du rythme de la respiration
chez les rats. Les expositions cutanées répétées ont conduit à une
irritation et à des zones nécrotiques sur la peau de quelques souris
exposées. Les marges entre l’estimation de la limite supérieure
d’exposition et le niveau des effets critiques sont considérées
comme adéquates pour tenir compte des incertitudes dans les
bases de données des effets sur la santé et de l’exposition. Il est
proposé de conclure que le glyoxal n’est pas une substance qui
pénètre dans l’environnement en une quantité, à des concentrations ou dans des conditions de nature à constituer un danger au
Canada pour la vie ou la santé humaines.
Selon ses propriétés physiques et chimiques, si la substance est
rejetée dans l’air, elle devrait se répartir dans le sol et dans l’eau,
et si elle est rejetée dans le sol ou l’eau, la substance devrait principalement rester dans ces milieux. D’après ces considérations et
le modèle d’utilisation du glyoxal, on trouvera principalement la
substance dans l’eau.
Selon les résultats de l’étude empirique sur la biodégradation,
le glyoxal ne devrait pas être persistant dans l’environnement.
Il devrait également présenter un très faible potentiel de
Le 2 octobre 2010
Ethanedial therefore does not meet the persistence or bioaccumulation criteria as set out in the Persistence and Bioaccumulation
Regulations. It was also found to have low acute toxicity to
aquatic organisms.
For the evaluation of ecological risk, conservative exposure
scenarios were examined in which the six largest users/importers
of ethanedial in Canada discharge ethanedial into the aquatic environment. The predicted environmental concentrations in water
at these sites were all below the predicted no-effect concentrations calculated for algae, which was the most sensitive aquatic
species.
Based on the information available, it is proposed to conclude
that ethanedial is not entering the environment in a quantity or
concentration or under conditions that have or may have an immediate or long-term harmful effect on the environment or its
biological diversity or that constitute or may constitute a danger
to the environment on which life depends.
This substance will be considered for inclusion in the Domestic
Substances List inventory update initiative. In addition and where
relevant, research and monitoring will support verification of
assumptions used during the screening assessment.
Supplément à la Gazette du Canada
19
bioaccumulation, compte tenu des données modélisées. Le
glyoxal ne satisfait donc pas aux critères de persistance et de
bioaccumulation énoncés dans le Règlement sur la persistance et
la bioaccumulation. Il a également été découvert qu’il présentait
une faible toxicité aiguë pour les organismes aquatiques.
Pour évaluer le risque écologique, des scénarios d’exposition
prudents ont été examinés, dans lesquels les six plus grands utilisateurs ou importateurs de glyoxal au Canada rejettent la substance dans les milieux aquatiques. Les concentrations environnementales estimées sur ces sites étaient largement inférieures à
la concentration estimée sans effet calculée pour les algues, espèces aquatiques les plus fragiles.
À la lumière des renseignements disponibles, on propose de
conclure que le glyoxal ne pénètre pas dans l’environnement en
une quantité, à une concentration ou dans des conditions de nature
à avoir, immédiatement ou à long terme, un effet nocif sur
l’environnement ou sur sa diversité biologique, ou à mettre en
danger l’environnement essentiel pour la vie.
L’inclusion de cette substance sera considérée dans la prochaine mise à jour de l’inventaire de la Liste intérieure. De plus,
des activités de recherche et de surveillance viendront, le cas
échéant, appuyer la vérification des hypothèses formulées au
cours de l’évaluation préalable.
Proposed conclusion
Conclusion proposée
Based on the information available, it is proposed to conclude
that ethanedial does not meet any of the criteria set out in section 64 of CEPA 1999.
The draft Screening Assessment for this substance is available
on the Government of Canada’s Chemical Substances Web site
(www.chemicalsubstances.gc.ca).
D’après les renseignements disponibles, il est proposé de
conclure que le glyoxal ne satisfait à aucun des critères de
l’article 64 de la LCPE (1999).
L’ébauche d’évaluation préalable concernant cette substance
est accessible sur le site Web du gouvernement du Canada
portant sur les substances chimiques à l’adresse www.
substancechimiques.gc.ca.
Publication after screening assessment of a substance —
Hexanedioic acid, bis(2-ethylhexyl) ester, CAS No. 103-23-1 —
specified on the Domestic Substances List (subsection 77(1)
of the Canadian Environmental Protection Act, 1999)
Publication après évaluation préalable d’une substance —
l’Adipate de bis(2-éthylhexyle), numéro de CAS 103-23-1 —
inscrite sur la Liste intérieure [paragraphe 77(1) de la Loi
canadienne sur la protection de l’environnement (1999)]
Whereas Hexanedioic acid, bis(2-ethylhexyl) ester is a substance on the Domestic Substances List identified under subsection 73(1) of the Canadian Environmental Protection Act, 1999;
Whereas a summary of the draft Screening Assessment conducted on the substance pursuant to section 74 of the Act is annexed hereby; and
Whereas it is proposed to conclude that Hexanedioic acid,
bis(2-ethylhexyl) ester meets one or more of the criteria set out in
section 64 of the Act,
Notice therefore is hereby given that the Ministers of the Environment and of Health propose to recommend to Her Excellency the Governor in Council that Hexanedioic acid,
bis(2-ethylhexyl) ester be added to Schedule 1 of the Act.
Notice is furthermore given that the Ministers of the Environment and of Health have released a risk management scope
document for this substance to initiate discussions with stakeholders on the development of a proposed risk management approach document.
Attendu que l’Adipate de bis(2-éthylhexyle) est une substance
inscrite sur la Liste intérieure répondant aux critères du paragraphe 73(1) de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999);
Attendu qu’un résumé de l’ébauche d’évaluation préalable de
cette substance réalisée en application de l’article 74 de la Loi est
ci-annexé;
Attendu qu’il est proposé de conclure que l’Adipate de bis(2éthylhexyle) satisfait au moins à l’un des critères prévus à l’article 64 de la Loi,
Avis est donné par les présentes que les ministres de l’Environnement et de la Santé proposent de recommander à Son Excellence la Gouverneure générale en conseil que l’Adipate de
bis(2-éthylhexyle) soit inscrite à l’annexe 1 de la Loi.
Avis est de plus donné que les ministres de l’Environnement et
de la Santé ont rendu public le document sur le cadre de gestion
des risques sur cette substance pour amorcer les discussions avec
les parties intéressées au sujet de l’élaboration de l’approche de
gestion des risques.
Public comment period
Délai pour recevoir les commentaires du public
As specified under subsection 77(5) of the Canadian Environmental Protection Act, 1999, any person may, within 60 days
Comme le précise le paragraphe 77(5) de la Loi canadienne sur
la protection de l’environnement (1999), dans les 60 jours suivant
20
Supplement to the Canada Gazette
after publication of this notice, file with the Minister of the Environment written comments on the measure the Ministers propose to take and on the scientific considerations on the basis of
which the measure is proposed. More information regarding
the scientific considerations may be obtained from the Government of Canada’s Chemical Substances Web site (www.
chemicalsubstances.gc.ca). All comments must cite the Canada
Gazette, Part I, and the date of publication of this notice and be
sent to the Executive Director, Program Development and Engagement Division, Gatineau, Quebec K1A 0H3, 819-953-7155
(fax), Existing.Substances.Existantes@ec.gc.ca (email).
In accordance with section 313 of the Canadian Environmental
Protection Act, 1999, any person who provides information in
response to this notice may submit with the information a request
that it be treated as confidential.
GEORGE ENEI
Director General
Science and Risk Assessment Directorate
On behalf of the Minister of the Environment
MARGARET KENNY
Director General
Chemicals Sector Directorate
On behalf of the Minister of the Environment
KAREN LLOYD
Director General
Safe Environments Directorate
On behalf of the Minister of Health
October 2, 2010
la publication du présent avis, quiconque le souhaite peut soumettre par écrit au ministre de l’Environnement ses commentaires sur
la mesure qui y est énoncée et les considérations scientifiques la
justifiant. Des précisions sur les considérations scientifiques
peuvent être obtenues à partir du site Web du gouvernement
du Canada portant sur les substances chimiques (www.
substanceschimiques.gc.ca). Tous les commentaires doivent mentionner la Partie I de la Gazette du Canada et la date de publication du présent avis, et être envoyés au Directeur exécutif, Division de la mobilisation et de l’élaboration de programmes,
Gatineau (Québec) K1A 0H3, 819-953-7155 (télécopieur),
Existing.Substances.Existantes@ec.gc.ca (courriel).
Conformément à l’article 313 de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999), quiconque fournit des renseignements en réponse au présent avis peut en même temps demander que ceux-ci soient considérés comme confidentiels.
Le directeur général
Direction des sciences
et de l’évaluation des risques
GEORGE ENEI
Au nom du ministre de l’Environnement
La directrice générale
Direction du secteur des produits chimiques
MARGARET KENNY
Au nom du ministre de l’Environnement
La directrice générale
Direction de la sécurité des milieux
KAREN LLOYD
Au nom de la ministre de la Santé
ANNEX
ANNEXE
Summary of the Screening Assessment Report of
Hexanedioic acid, bis(2-ethylhexyl) ester
Résumé d’évaluation préalable de
l’Adipate de bis(2-éthylhexyle)
Pursuant to section 74 of the Canadian Environmental Protection Act, 1999 (CEPA 1999), the Ministers of the Environment and of Health have conducted a screening assessment of
Hexanedioic acid, bis(2-ethylhexyl) ester (DEHA), Chemical
Abstracts Service Registry No. 103-23-1. The substance DEHA
was identified in the categorization of the Domestic Substances
List as a high priority for action under the Challenge as it was
determined to present “greatest potential for exposure” of individuals in Canada and was considered to present a high hazard to
human health, based on the classification by other agencies on the
basis of carcinogenicity. Although originally the substance did
not meet the ecological categorization criteria for persistence,
bioaccumulation or inherent toxicity to aquatic organisms, the
assessment determined DEHA to be toxic to aquatic organisms.
Conformément à l’article 74 de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999) [LCPE (1999)], les ministres
de l’Environnement et de la Santé ont effectué une évaluation
préalable de l’Adipate de bis(2-éthylhexyle) [DEHA], dont le
numéro de registre du Chemical Abstracts Service est 103-23-1.
Une priorité élevée a été accordée à la prise de mesures à l’égard
de cette substance lors de la catégorisation visant la Liste intérieure dans le cadre du Défi, car elle présente un risque
d’exposition très élevé pour les Canadiens, et on estime que le
risque qu’elle présente pour la santé humaine est élevé, en fonction de sa classification par d’autres organismes sur la base de sa
cancérogénicité. Même si initialement le DEHA ne répondait pas
aux critères de la catégorisation écologique relatifs à la persistance, à la bioaccumulation ou à la toxicité intrinsèque pour les
organismes aquatiques, l’évaluation a déterminé que la substance
est toxique pour ces derniers.
Selon les renseignements déclarés conformément à l’article 71
de la LCPE (1999), entre 1 et 10 millions de kilogrammes de
DEHA ont été fabriqués au Canada en 2006. Par ailleurs, une
quantité approximative de 250 000 kg de plus que le seuil de déclaration de 100 kg pour cette substance a été importée au Canada
durant la même année. La majorité des renseignements transmis
en vertu de l’article 71 de la LCPE (1999) indique que le DEHA
est utilisé comme plastifiant. La substance est principalement
utilisée comme plastifiant dans l’industrie du vinyle souple et elle
peut être utilisée dans les pellicules d’emballages alimentaires en
polychlorure de vinyle (PVC) [film autocollant]. Les sources
According to information reported under section 71 of
CEPA 1999, DEHA was manufactured in Canada in 2006 at
quantities between 1 and 10 million kilograms. Approximately
250 000 kg of DEHA were imported into Canada above the reporting threshold of 100 kg in the same reporting year. The majority of information submitted under section 71 of CEPA 1999
indicated that DEHA is used as a plasticizer. Globally, this substance is primarily used as a plasticizer in the flexible vinyl industry and may be used in flexible polyvinylchloride (PVC) food
packaging (cling film). Sources of exposure of the general population of Canada are expected to be environmental media, food
Le 2 octobre 2010
(as a result of migration from food packaging), and consumer
products containing DEHA in Canada (including cosmetics and
personal care products, auto interior protectants, heavy-duty hand
cleansers, and lubricants).
As DEHA was classified with regards to its potential carcinogenicity by international agencies, this health effect was examined in this screening assessment. Increased liver tumours were
observed in female mice, occurring at mid and high doses, but not
in rats. The proposed mode of tumour induction is not considered
to operate in humans, and the observed tumours are therefore
considered to be of limited relevance to human health risk characterization. Additionally, while the mode of induction has not been
fully elucidated, consideration of the available information on
genotoxicity indicates that DEHA is not likely to be genotoxic.
Accordingly, a threshold approach is used to characterize risk to
human health.
The critical effect for characterization of risk to human health
for DEHA is developmental toxicity (increased postnatal deaths
observed in rats). Based on a comparison of estimated exposures
to DEHA in Canada to the critical effect levels for developmental
effects, and taking into account the uncertainties in the databases
on exposure and effects, it is considered that the margins of exposure resulting from use of certain cosmetics and personal care
products are potentially inadequate. Based on the available information, it is proposed to conclude that DEHA is entering the environment in a quantity or concentration or under conditions that
constitute or may constitute a danger in Canada to human life or
health.
The low water solubility of DEHA, as well as its tendency to
partition to particles and lipids (fat) of organisms, indicates that it
will predominantly reside in soil and sediment when released to
the environment. Despite its tendency to partition to lipids,
DEHA appears to have a low bioaccumulation potential, likely
due to rapid metabolism. Both empirical and modelled data demonstrate that DEHA biodegrades fast in water, and it is also not
expected to persist in air, sediment, or soil. Acute toxicity studies
generally report no effects to aquatic organisms at the water solubility limit, but there is potential for chronic toxicity, particularly
for invertebrates.
For this screening assessment, realistic estimates of exposure
were determined for site-specific industrial release and consumer
release to water. A comparison of these predicted environmental
concentrations (as well as actual concentrations measured in Canadian river water and effluents) with the predicted no-effect concentration suggests that harm to aquatic organisms is possible at
many of the sites.
On the basis of ecological hazard and estimated releases of
DEHA, it is proposed to conclude that this substance is entering
or may be entering the environment in a quantity or concentration
or under conditions that have or may have an immediate or longterm harmful effect on the environment or its biological diversity.
The substance DEHA does not meet the criteria for persistence or
bioaccumulation as set out in the Persistence and Bioaccumulation Regulations.
Supplément à la Gazette du Canada
21
d’exposition de la population générale du Canada au DEHA sont
principalement l’environnement et les aliments (ceci résultant de
la migration dans les aliments à partir des pellicules d’emballages
alimentaires), ainsi que les produits de consommation contenant
du DEHA au Canada (incluant les cosmétiques et certains produits de soins personnels, les agents protecteurs des garnitures
intérieures pour voitures, les nettoyants puissants pour les mains
et les lubrifiants).
Comme le DEHA a été classé en fonction de sa cancérogénicité
potentielle par d’autres organismes internationaux, cette caractéristique a été examinée dans la présente évaluation préalable. On
a observé une incidence accrue des tumeurs hépatiques chez des
souris femelles traitées à des doses moyennes à élevées, mais pas
chez les rats. Le mode proposé d’induction des tumeurs n’est pas
considéré comme applicable chez les être humains et les tumeurs
observées sont donc considérées comme étant d’importance limitée en ce qui a trait à la caractérisation du risque pour la santé
humaine. De plus, bien que le mode d’induction n’ait pas été
complètement élucidé, les renseignements disponibles sur la génotoxicité indiquent que le DEHA ne devrait pas être génotoxique. Par conséquent, une approche fondée sur le seuil d’innocuité
a été utilisée pour caractériser le risque pour la santé humaine.
L’effet critique défini aux fins de la caractérisation du risque
du DEHA pour la santé humaine est la toxicité pour le développement (augmentation des décès postnataux observée chez les
rats). D’après la comparaison de l’exposition estimative au
DEHA au Canada et du seuil d’effet critique pour les effets sur le
développement, et compte tenu des incertitudes inhérentes aux
bases de données sur l’exposition et les effets, on considère que
les marges d’exposition résultant de l’utilisation de certains cosmétiques et produits de soins personnels sont potentiellement
inadéquates. À la lumière des renseignements disponibles, il est
proposé de considérer le DEHA comme une substance qui pénètre
dans l’environnement en une quantité, à des concentrations ou
dans des conditions de nature à constituer un danger au Canada
pour la vie ou la santé humaines.
La faible solubilité dans l’eau du DEHA de même que sa tendance à se distribuer dans la phase particulaire et à passer dans les
tissus adipeux (matières grasses) indiquent qu’il résidera principalement dans le sol et les sédiments s’il est rejeté dans l’environnement. Malgré sa tendance à se répartir dans les lipides, le
DEHA semble avoir un faible potentiel de bioaccumulation probablement en raison de son métabolisme rapide. Les données
empiriques et modélisées montrent que le DEHA se biodégrade
rapidement dans l’eau et qu’il ne devrait pas être persistant dans
l’air, le sol ou les sédiments. Des études sur la toxicité aiguë
n’indiquent généralement aucun effet sur les organismes aquatiques à la limite d’hydrosolubilité; cependant, on note un risque de
toxicité chronique, notamment pour les invertébrés.
Pour cette évaluation préalable, des estimations réalistes de
l’exposition ont été déterminées pour les rejets industriels propres
aux sites et les rejets des consommateurs dans l’eau. Une comparaison des concentrations environnementales prévues (et des
concentrations réelles mesurées dans les rivières canadiennes et
leurs effluents) avec la concentration estimée sans effet laisse
entendre des effets nocifs éventuels sur les organismes aquatiques
à de nombreux sites.
D’après le danger écologique et les rejets estimés de DEHA, il
a été proposé de conclure que cette substance pénètre ou peut
pénétrer dans l’environnement en une quantité, à une concentration ou dans des conditions de nature à avoir, immédiatement ou à
long terme, un effet nocif sur l’environnement ou sur la diversité
biologique. Le DEHA ne satisfait pas aux critères de persistance
et de bioaccumulation énoncés dans le Règlement sur la persistance et la bioaccumulation.
22
Supplement to the Canada Gazette
October 2, 2010
This substance will be considered for inclusion in the Domestic
Substances List inventory update initiative. In addition and where
relevant, research and monitoring will support verification of
assumptions used during the screening assessment and, where
appropriate, the performance of potential control measures identified during the risk management phase.
L’inclusion de cette substance sera considérée dans la prochaine mise à jour de l’inventaire de la Liste intérieure. De plus,
des activités de recherche et de surveillance viendront, s’il y a
lieu, appuyer la vérification des hypothèses formulées au cours de
l’évaluation préalable et, le cas échéant, l’efficacité des mesures
de contrôle possibles définies à l’étape de la gestion des risques.
Proposed conclusion
Conclusion proposée
Based on the information available, it is proposed to conclude
that Hexanedioic acid, bis(2-ethylhexyl) ester meets one or more
of the criteria set out in section 64 of CEPA 1999.
The draft Screening Assessment as well as the risk management scope document for this substance is available on the
Government of Canada’s Chemical Substances Web site (www.
chemicalsubstances.gc.ca).
D’après les renseignements disponibles, il est proposé de
conclure que l’Adipate de bis(2-éthylhexyle) satisfait au moins à
l’un des critères de l’article 64 de la LCPE (1999).
L’ébauche d’évaluation préalable et le document proposé sur le
cadre de gestion des risques concernant cette substance sont accessibles sur le site Web du gouvernement du Canada portant sur
les substances chimiques à l’adresse www.substanceschimiques.
gc.ca.
Publication after screening assessment of a substance —
2-Propanone, reaction products with diphenylamine,
CAS No. 68412-48-6 — specified on the Domestic Substances
List (subsection 77(1) of the Canadian Environmental Protection
Act, 1999)
Publication après évaluation préalable d’une substance —
l’Acétone, produits de réaction avec la dianiline, numéro de
CAS 68412-48-6 — inscrite sur la Liste intérieure
[paragraphe 77(1) de la Loi canadienne sur la protection de
l’environnement (1999)]
Whereas 2-Propanone, reaction products with diphenylamine is
a substance on the Domestic Substances List identified under
subsection 73(1) of the Canadian Environmental Protection Act,
1999;
Whereas a summary of the draft Screening Assessment conducted on the substance pursuant to section 74 of the Act is annexed hereby;
Whereas it is proposed to conclude that 2-Propanone, reaction
products with diphenylamine meets one or more of the criteria set
out in section 64 of the Act; and
Whereas the Ministers are satisfied that the criteria set out
under subsection 77(4) of the Act are met,
Notice therefore is hereby given that the Ministers of the Environment and of Health propose to recommend to Her Excellency the Governor in Council that 2-Propanone, reaction products with diphenylamine be added to Schedule 1 of the Act.
Notice therefore is further given that the Ministers of the Environment and of Health propose the implementation of virtual
elimination of 2-Propanone, reaction products with diphenylamine under subsection 65(3) of the Act.
Notice is furthermore given that the Ministers of the Environment and of Health have released a risk management scope
document for this substance to initiate discussions with stakeholders on the development of a proposed risk management approach document.
Attendu que l’Acétone, produits de réaction avec la dianiline
est une substance inscrite sur la Liste intérieure répondant aux
critères du paragraphe 73(1) de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999);
Attendu qu’un résumé de l’ébauche d’évaluation préalable de
cette substance réalisée en application de l’article 74 de la Loi est
ci-annexé;
Attendu qu’il est proposé de conclure que l’Acétone, produits
de réaction avec la dianiline satisfait au moins à l’un des critères
prévus à l’article 64 de la Loi;
Attendu que les ministres sont convaincus que les critères
énoncés au paragraphe 77(4) de la Loi sont remplis,
Avis est donné par les présentes que les ministres de
l’Environnement et de la Santé proposent de recommander à Son
Excellence la Gouverneure générale en conseil que l’Acétone,
produits de réaction avec la dianiline soit inscrite à l’annexe 1 de
la Loi.
Avis est aussi donné que les ministres de l’Environnement et
de la Santé proposent la mise en œuvre de la quasi-élimination de
l’Acétone, produits de réaction avec la dianiline, en vertu du paragraphe 65(3) de la Loi.
Avis est de plus donné que les ministres de l’Environnement et
de la Santé ont rendu public le document sur le cadre de gestion
des risques sur cette substance pour amorcer les discussions avec
les parties intéressées au sujet de l’élaboration de l’approche de
gestion des risques.
Public comment period
Délai pour recevoir les commentaires du public
As specified under subsection 77(5) of the Canadian Environmental Protection Act, 1999, any person may, within 60 days
after publication of this notice, file with the Minister of the Environment written comments on the measures the Ministers propose to take and on the scientific considerations on the
basis of which the measure is proposed. More information
regarding the scientific considerations may be obtained from the
Government of Canada’s Chemical Substances Web site (www.
chemicalsubstances.gc.ca). All comments must cite the Canada
Gazette, Part I, and the date of publication of this notice and be
sent to the Executive Director, Program Development and
Comme le précise le paragraphe 77(5) de la Loi canadienne sur
la protection de l’environnement (1999), dans les 60 jours suivant
la publication du présent avis, quiconque le souhaite peut soumettre par écrit au ministre de l’Environnement ses commentaires sur
les mesures qui y sont énoncées et les considérations scientifiques
les justifiant. Des précisions sur les considérations scientifiques
peuvent être obtenues à partir du site Web du gouvernement
du Canada portant sur les substances chimiques (www.
substanceschimiques.gc.ca). Tous les commentaires doivent
mentionner la Partie I de la Gazette du Canada et la date de publication du présent avis, et être envoyés au Directeur exécutif,
Le 2 octobre 2010
Supplément à la Gazette du Canada
Engagement Division, Gatineau, Quebec K1A 0H3, 819-9537155 (fax), Existing.Substances.Existantes@ec.gc.ca (email).
In accordance with section 313 of the Canadian Environmental
Protection Act, 1999, any person who provides information in
response to this notice may submit with the information a request
that it be treated as confidential.
GEORGE ENEI
Director General
Science and Risk Assessment Directorate
On behalf of the Minister of the Environment
MARGARET KENNY
Director General
Chemicals Sector Directorate
On behalf of the Minister of the Environment
KAREN LLOYD
Director General
Safe Environments Directorate
On behalf of the Minister of Health
23
Division de la mobilisation et de l’élaboration de programmes,
Gatineau (Québec) K1A 0H3, 819-953-7155 (télécopieur),
Existing.Substances.Existantes@ec.gc.ca (courriel).
Conformément à l’article 313 de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999), quiconque fournit des renseignements en réponse au présent avis peut en même temps demander que ceux-ci soient considérés comme confidentiels.
Le directeur général
Direction des sciences
et de l’évaluation des risques
GEORGE ENEI
Au nom du ministre de l’Environnement
La directrice générale
Direction du secteur des produits chimiques
MARGARET KENNY
Au nom du ministre de l’Environnement
La directrice générale
Direction de la sécurité des milieux
KAREN LLOYD
Au nom de la ministre de la Santé
ANNEX
ANNEXE
Summary of the Screening Assessment Report of 2-Propanone,
Reaction Products With Diphenylamine
Résumé d’évaluation préalable de l’Acétone, produits
de réaction avec la dianiline
Pursuant to section 74 of the Canadian Environmental Protection Act, 1999 (CEPA 1999), the Ministers of the Environment
and of Health have conducted a screening assessment of
2-Propanone, reaction products with diphenylamine (PREPOD),
Chemical Abstracts Service Registry No. 68412-48-6. This substance was identified as a high priority for a screening assessment
and included in the Challenge because it was found to meet the
ecological categorization criteria for persistence, bioaccumulation
potential and inherent toxicity to non-human organisms and is
believed to be in commerce in Canada.
Conformément à l’article 74 de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999) [LCPE (1999)], les ministres
de l’Environnement et de la Santé ont effectué une évaluation
préalable de l’Acétone, produits de réaction avec la dianiline
(ADPA), dont le numéro de registre du Chemical Abstracts Service est 68412-48-6. Une priorité élevée a été accordée à l’évaluation préalable de cette substance inscrite au Défi lancé par les
ministres, car elle répond aux critères de la catégorisation écologique relatifs à la persistance, au potentiel de bioaccumulation et
à la toxicité intrinsèque pour les organismes non humains et elle
semble être commercialisée au Canada.
L’évaluation des risques que présente l’ADPA pour la santé
humaine n’a pas été jugée hautement prioritaire à la lumière des
résultats fournis par les outils simples de détermination du risque
d’exposition et du risque pour la santé élaborés aux fins de la
catégorisation des substances de la Liste intérieure des substances. Par conséquent, la présente évaluation est axée sur les renseignements utiles à l’évaluation des risques pour l’environnement.
L’ADPA est une substance UVCB organique (substances de
composition inconnue ou variable, produits de réactions complexes ou matières biologiques) qui est utilisée au Canada et dans
d’autres pays comme un plastifiant dans l’industrie automobile et
comme antioxydant dans la fabrication de caoutchouc et de produits plastiques. Cette substance n’est pas produite naturellement
dans l’environnement. Entre 100 et 1 000 kg d’ADPA ont été
importés au Canada en 2006. Entre 100 000 et 1 000 000 kg
d’ADPA ont été fabriqués et utilisés au Canada en 2006. La quantité d’ADPA fabriquée et utilisée au Canada indique que d’importantes quantités pourraient être libérées dans l’environnement
canadien.
Les profils d’utilisation déclarés et certaines hypothèses permettent de croire que la plus grande partie de cette substance
aboutit dans les sites d’enfouissement. D’après les estimations, de
The substance PREPOD was not considered to be a high priority for assessment of potential risks to human health, based on
the application of the simple exposure and hazard tools developed for categorization of substances on the Domestic Substances List. Therefore, this assessment focuses on information
relevant to the evaluation of ecological risks.
The substance PREPOD is an organic UVCB (Unknown or
Variable Composition, Complex Reaction Products or Biological
Materials) substance that is used in Canada and elsewhere as a
plasticizer for automotive applications, and as an antioxidant in
rubber and plastics manufacturing. The substance is not naturally
produced in the environment. Between 100 and 1 000 kg of
PREPOD were imported into Canada in 2006. Between 100 000
and 1 000 000 kg of PREPOD were manufactured and used in
Canada in 2006. The quantity of PREPOD manufactured and
used in Canada indicates that high quantities could be released
into the Canadian environment.
Based on reported use patterns and certain assumptions, most
of the substance ends up in waste disposal sites. Small proportions are estimated to be released to wastewater (7.1%) and air by
24
Supplement to the Canada Gazette
October 2, 2010
incineration (0.1%). PREPOD is not very soluble in water, is not
volatile and has a tendency to partition to particles and lipids (fat)
of organisms because of its hydrophobic nature. For these reasons, PREPOD will likely be found mostly in soil and sediments.
It is not expected to be significantly present in other media.
petites fractions sont rejetées dans les eaux usées (7,1 %) et dans
l’air par incinération (0,1 %). L’ADPA n’est ni très soluble dans
l’eau, ni volatile. De plus, comme elle est hydrophobe, elle tend à
se distribuer dans la phase particulaire et à passer dans les tissus
adipeux (matières grasses) des organismes. Pour ces raisons,
l’ADPA est susceptible de se retrouver surtout dans le sol ou les
sédiments. Elle ne devrait pas être présente dans d’autres milieux
de façon importante.
Based on its physical and chemical properties, PREPOD is not
expected to degrade quickly in the environment. It is, therefore,
persistent in water, soil and sediments. PREPOD is also expected
to have the potential to accumulate in organisms and may biomagnify in trophic food chains. The substance has thus been determined to meet the criteria as set out in the Persistence and
Bioaccumulation Regulations. In addition, modelled acute aquatic
toxicity data indicate that the substance is potentially highly hazardous to aquatic organisms.
D’après ses propriétés physiques et chimiques, l’ADPA ne devrait pas se dégrader rapidement dans l’environnement. Elle devrait donc être persistante dans l’eau, le sol et les sédiments.
L’ADPA a également le potentiel de s’accumuler dans les organismes et présente un risque de bioamplification dans les chaînes
trophiques. Il a ainsi été déterminé que cette substance répond aux
critères définis dans le Règlement sur la persistance et la bioaccumulation. En outre, les données de toxicité aquatique aiguës
modélisées indiquent que cette substance pourrait représenter un
risque élevé pour les organismes aquatiques.
Given that long-term risks associated with persistent and bioaccumulative substances cannot at present be reliably predicted,
quantitative risk estimates have limited relevance. Furthermore,
since accumulations of such substances may be widespread and
are difficult to reverse, a conservative response to uncertainty is
justified.
Étant donné qu’il est actuellement impossible de prévoir de façon fiable les risques à long terme associés aux substances persistantes et bioaccumulables, la pertinence des estimations quantitatives des risques s’en trouve restreinte. Comme l’accumulation de
ces substances peut être répandue et difficilement réversible, il est
justifié de réagir de façon prudente.
Based on the information available, it is proposed to conclude
that PREPOD is entering the environment in a quantity or concentration or under conditions that have or may have an immediate or long-term harmful effect on the environment or its biological diversity.
Selon les renseignements disponibles, il est proposé de
conclure que l’ADPA pénètre dans l’environnement en une quantité, à une concentration ou dans des conditions qui ont ou peuvent avoir un effet nocif immédiat ou à long terme sur l’environnement ou sa diversité biologique.
Exposure of the general population to PREPOD through environmental media (air, drinking water and soil) and food and
beverages is expected to be low. General population exposure to
PREPOD from use of consumer products is not expected.
On s’attend à ce que l’exposition de la population générale à
l’ADPA présente dans les milieux naturels (air, eau potable et
sol), y compris les aliments et les boissons, soit faible. On ne
prévoit aucune exposition de la population générale à l’ADPA
issue de l’utilisation de produits de consommation.
Empirical health effects information for PREPOD is limited.
Quantitative structure activity relationship (QSAR) model predictions for carcinogenicity, genotoxicity, and reproductive and developmental toxicity for PREPOD were mixed. Limited studies
on analogues did not indicate genotoxicity and were used to identify critical non-cancer effect levels. Based on the information
available, the margin of exposure between the upper-bounding
estimate of exposure via environmental media for PREPOD and
the level of an analogue associated with effects in experimental
animals is considered to be adequate to address uncertainties in
the health effects and exposure databases.
Les données empiriques relatives aux effets de l’ADPA sur la
santé sont limitées. Les prévisions modélisées des relations quantitatives structure-activité (RQSA) concernant la cancérogénicité,
la génotoxicité et la toxicité pour la reproduction et le développement relatives à l’ADPA étaient variables. Des études limitées
sur ses analogues n’ont pas indiqué de génotoxicité. Ces études
ont permis de repérer les niveaux d’effet non cancérogènes critiques. Selon les données disponibles, la marge d’exposition entre
l’estimation de la limite supérieure d’exposition de l’ADPA dans
les milieux naturels et les concentrations d’un analogue associées
à des effets chez les animaux de laboratoire est considérée comme
adéquate pour tenir compte des incertitudes dans les bases de
données des effets sur la santé et de l’exposition.
Based on the information presented in this draft screening assessment, it is proposed to conclude that PREPOD is not entering
the environment in a quantity or concentration or under conditions that constitute or may constitute a danger in Canada to human life or health.
À la lumière des renseignements présentés dans le présent document, il est proposé de conclure que l’ADPA ne pénètre pas
dans l’environnement en une quantité, à des concentrations ou
dans des conditions qui constituent ou peuvent constituer un risque pour la vie ou la santé humaines.
This substance will be considered for inclusion in the Domestic
Substances List inventory update initiative. In addition and where
relevant, research and monitoring will support verification of
assumptions used during the screening assessment and, where
appropriate, the performance of potential control measures identified during the risk management phase.
L’inclusion de cette substance sera considérée dans la prochaine mise à jour de l’inventaire de la Liste intérieure. De plus,
des activités de recherche et de surveillance viendront, s’il y a
lieu, appuyer la vérification des hypothèses formulées au cours de
l’évaluation préalable et, le cas échéant, l’efficacité des mesures
de contrôle possibles définies à l’étape de la gestion des risques.
Le 2 octobre 2010
Supplément à la Gazette du Canada
25
Proposed conclusion
Conclusion proposée
Based on the information available, it is proposed to conclude
that 2-Propanone, reaction products with diphenylamine meets
one or more of the criteria set out in section 64 of CEPA 1999.
In addition, it is proposed to conclude that 2-Propanone, reaction products with diphenylamine meets the criteria for persistence and bioaccumulation potential as out in the Persistence and
Bioaccumulation Regulations and its presence in the environment
results primarily from human activity.
The draft Screening Assessment as well as the risk management scope document for this substance is available on the
Government of Canada’s Chemical Substances Web site (www.
chemicalsubstances.gc.ca).
D’après les renseignements disponibles, il est proposé de conclure que l’Acétone, produits de réaction avec la dianiline satisfait
au moins à l’un des critères de l’article 64 de la LCPE (1999).
De plus, il est proposé de conclure que l’Acétone, produits de
réaction avec la dianiline est persistante et bioaccumulable au
sens du Règlement sur la persistance et la bioaccumulation et que
sa présence dans l’environnement est due principalement à
l’activité humaine.
L’ébauche d’évaluation préalable et le document proposé sur le
cadre de gestion des risques concernant cette substance sont accessibles sur le site Web du gouvernement du Canada portant sur
les substances chimiques à l’adresse www.substanceschimiques.
gc.ca.
Publication after screening assessment of two substances —
1,4-Benzenediamine, N,N′-mixed tolyl and xylyl derivs.,
CAS No. 68478-45-5; and 1,4-Benzenediamine, N,N′-mixed Ph
and tolyl derivs., CAS No. 68953-84-4 — specified on the
Domestic Substances List (subsection 77(1) of the Canadian
Environmental Protection Act, 1999)
Publication après évaluation préalable de deux substances —
Benzène-1,4-diamine, dérivés N,N′-(tolyles et de xylyles) mixtes,
numéro de CAS 68478-45-5 et Benzène-1,4-diamine, dérivés
mixtes de N,N′-(phényle et tolyle), numéro de
CAS 68953-84-4 — inscrites sur la Liste intérieure
[paragraphe 77(1) de la Loi canadienne sur la protection de
l’environnement (1999)]
Whereas 1,4-Benzenediamine, N,N′-mixed tolyl and xylyl
derivs. and 1,4-Benzenediamine, N,N′-mixed Ph and tolyl derivs.
are substances on the Domestic Substances List identified under
subsection 73(1) of the Canadian Environmental Protection Act,
1999;
Whereas a summary of the draft Screening Assessment conducted on the substances pursuant to section 74 of the Act is annexed hereby;
Whereas it is proposed to conclude that 1,4-Benzenediamine,
N,N′-mixed tolyl and xylyl derivs. and 1,4-Benzenediamine,
N,N′-mixed Ph and tolyl derivs. meet one or more of the criteria
set out in section 64 of the Act; and
Notice therefore is further given that the Ministers of the Environment and of Health propose the implementation of virtual
elimination of 1,4-Benzenediamine, N,N′-mixed tolyl and xylyl
derivs. and 1,4-Benzenediamine, N,N′-mixed Ph and tolyl derivs.
under subsection 65(3) of the Act.
Notice is furthermore given that the Ministers of the Environment and of Health have released a risk management scope
document for these substances to initiate discussions with stakeholders on the development of a proposed risk management approach document.
Attendu que le Benzène-1,4-diamine, dérivés N,N′-(tolyles et
de xylyles) mixtes et le Benzène-1,4-diamine, dérivés mixtes de
N,N′-(phényle et tolyle) sont des substances inscrites sur la Liste
intérieure répondant aux critères du paragraphe 73(1) de la Loi
canadienne sur la protection de l’environnement (1999);
Attendu qu’un résumé de l’ébauche d’évaluation préalable de
ces substances réalisée en application de l’article 74 de la Loi est
ci-annexé;
Attendu qu’il est proposé de conclure que le Benzène1,4-diamine, dérivés N,N′-(tolyles et de xylyles) mixtes et le
Benzène-1,4-diamine, dérivés mixtes de N,N′-(phényle et tolyle)
satisfont au moins à l’un des critères prévus à l’article 64 de la
Loi;
Attendu que les ministres sont convaincus que les critères
énoncés au paragraphe 77(4) de la Loi sont remplis,
Avis est donné par les présentes que les ministres de l’Environnement et de la Santé proposent de recommander à Son Excellence la Gouverneure générale en conseil que le Benzène-1,4diamine, dérivés N,N′-(tolyles et de xylyles) mixtes et le
Benzène-1,4-diamine, dérivés mixtes de N,N′-(phényle et tolyle)
soient inscrites à l’annexe 1 de la Loi.
Avis est aussi donné que les ministres de l’Environnement et
de la Santé proposent la mise en œuvre de la quasi-élimination du
Benzène-1,4-diamine, dérivés N,N′-(tolyles et de xylyles) mixtes
et du Benzène-1,4-diamine, dérivés mixtes de N,N′-(phényle et
tolyle), en vertu du paragraphe 65(3) de la Loi.
Avis est de plus donné que les ministres de l’Environnement et
de la Santé ont rendu public le document sur le cadre de gestion
des risques pour ces substances pour amorcer les discussions avec
les parties intéressées au sujet de l’élaboration de l’approche de
gestion des risques.
Public comment period
Délai pour recevoir les commentaires du public
As specified under subsection 77(5) of the Canadian Environmental Protection Act, 1999, any person may, within 60 days
after publication of this notice, file with the Minister of the Environment written comments on the measures the Ministers propose to take and on the scientific considerations on the basis of
Comme le précise le paragraphe 77(5) de la Loi canadienne sur
la protection de l’environnement (1999), dans les 60 jours suivant
la publication du présent avis, quiconque le souhaite peut soumettre par écrit au ministre de l’Environnement ses commentaires sur
les mesures qui y sont énoncées et les considérations scientifiques
Whereas the Ministers are satisfied that the criteria set out
under subsection 77(4) of the Act are met,
Notice therefore is hereby given that the Ministers of the Environment and of Health propose to recommend to Her Excellency the Governor in Council that 1,4-Benzenediamine, N,N′mixed tolyl and xylyl derivs. and 1,4-Benzenediamine, N,N′mixed Ph and tolyl derivs. be added to Schedule 1 of the Act.
26
Supplement to the Canada Gazette
which the measures are proposed. More information regarding the
scientific considerations may be obtained from the Government of Canada’s Chemical Substances Web site (www.
chemicalsubstances.gc.ca). All comments must cite the Canada
Gazette, Part I, and the date of publication of this notice and be
sent to the Executive Director, Program Development and
Engagement Division, Gatineau, Quebec K1A 0H3, 819-9537155 (fax), Existing.Substances.Existantes@ec.gc.ca (email).
In accordance with section 313 of the Canadian Environmental
Protection Act, 1999, any person who provides information in
response to this notice may submit with the information a request
that it be treated as confidential.
GEORGE ENEI
Director General
Science and Risk Assessment Directorate
On behalf of the Minister of the Environment
MARGARET KENNY
Director General
Chemicals Sector Directorate
On behalf of the Minister of the Environment
KAREN LLOYD
Director General
Safe Environments Directorate
On behalf of the Minister of Health
October 2, 2010
les justifiant. Des précisions sur les considérations scientifiques
peuvent être obtenues à partir du site Web du gouvernement
du Canada portant sur les substances chimiques (www.
substanceschimiques.gc.ca). Tous les commentaires doivent
mentionner la Partie I de la Gazette du Canada et la date de publication du présent avis, et être envoyés au Directeur exécutif,
Division de la mobilisation et de l’élaboration de programmes,
Gatineau (Québec) K1A 0H3, 819-953-7155 (télécopieur),
Existing.Substances.Existantes@ec.gc.ca (courriel).
Conformément à l’article 313 de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999), quiconque fournit des renseignements en réponse au présent avis peut en même temps demander que ceux-ci soient considérés comme confidentiels.
Le directeur général
Direction des sciences
et de l’évaluation des risques
GEORGE ENEI
Au nom du ministre de l’Environnement
La directrice générale
Direction du secteur des produits chimiques
MARGARET KENNY
Au nom du ministre de l’Environnement
La directrice générale
Direction de la sécurité des milieux
KAREN LLOYD
Au nom de la ministre de la Santé
ANNEX
ANNEXE
Summary of the Screening Assessment Report of
1,4-Benzenediamine, N,N′-mixed tolyl and xylyl derivs. and
1,4-Benzenediamine, N,N′-mixed Ph and tolyl derivs.
Résumé d’évaluation préalable du Benzène-1,4-diamine, dérivés
N,N′-(tolyles et de xylyles) mixtes et du Benzène-1,4-diamine,
dérivés mixtes de N,N′-(phényle et tolyle)
Pursuant to section 74 of the Canadian Environmental Protection Act, 1999 (CEPA 1999), the Ministers of the Environment
and of Health have conducted a screening assessment of
1,4-Benzenediamine, N,N′-mixed Phenyl and tolyl derivatives
(BENPAT), Chemical Abstracts Service Registry No. 68953-84-4,
and 1,4-Benzenediamine, N,N′-mixed tolyl and xylyl derivatives
(BENTAX), Chemical Abstracts Service Registry No. 68478-45-5.
Conformément à l’article 74 de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999) [LCPE (1999)], les ministres
de l’Environnement et de la Santé ont effectué une évaluation
préalable du Benzène-1,4-diamine, dérivés mixtes de N,N′(phényle et tolyle) [BENPAT], dont le numéro de registre du
Chemical Abstracts Service est 68953-84-4, ainsi que du
Benzène-1,4-diamine, dérivés N,N′-(tolyles et de xylyles) mixtes
(BENTAX), dont le numéro de registre du Chemical Abstracts
Service est 68478-45-5.
Une priorité élevée a été accordée à l’évaluation préalable de
ces substances inscrites au Défi, car elles répondent aux critères
de la catégorisation écologique relatifs à la persistance, au potentiel de bioaccumulation et à la toxicité intrinsèque pour les organismes non humains et elles semblent être commercialisées au
Canada.
L’évaluation des risques que présentent ces substances pour la
santé humaine n’a pas été jugée hautement prioritaire à la lumière
des résultats fournis par les outils simples de détermination du
risque d’exposition et du risque pour la santé élaborés aux fins de
la catégorisation des substances de la Liste intérieure. La présente
évaluation est donc axée principalement sur les renseignements
présentant de l’intérêt pour l’évaluation des risques touchant
l’environnement.
Le BENPAT et le BENTAX sont classés comme des substances UVCB (substances de composition inconnue ou variable, des
produits de réactions complexes ou des matières biologiques)
utilisées au Canada et ailleurs dans le cadre de la fabrication de
produits à base de caoutchouc. Le BENPAT et le BENTAX
These substances were identified as a high priority for screening assessment and included in the Challenge because they were
found to meet the ecological categorization criteria for persistence, bioaccumulation potential and inherent toxicity to nonhuman organisms and are believed to be in commerce in Canada.
These substances were not considered to be a high priority for
assessment of potential risks to human health, based on the application of the simple exposure and hazard tools developed for
categorization of substances on the Domestic Substances List.
Therefore, this assessment focuses principally on information
relevant to the evaluation of ecological risks.
The substances BENPAT and BENTAX are classified as
UVCBs (Unknown or Variable Composition, Complex Reaction
Products, or Biological Materials), and they are used in Canada
and elsewhere in rubber product manufacturing. BENPAT and
BENTAX function as antidegradents (antiozonants and
Le 2 octobre 2010
antioxidants) in rubber products. These substances are not naturally produced in the environment. Between 100 and 1 000 kg of
BENTAX and between 1 000 000 and 10 000 000 kg of
BENPAT were imported into Canada in 2006. The quantities of
BENPAT and BENTAX imported into Canada, along with the
potentially dispersive uses of these substances, indicate that they
could be released into the Canadian environment.
Supplément à la Gazette du Canada
27
Based on the information presented in this draft screening assessment, it is proposed to conclude that BENTAX and BENPAT
are not entering the environment in a quantity or concentration or
under conditions that constitute or may constitute a danger in
Canada to human life or health.
These substances will be considered for inclusion in the Domestic Substances List inventory update initiative. In addition and
where relevant, research and monitoring will support verification
of assumptions used during the screening assessment and, where
appropriate, the performance of potential control measures identified during the risk management phase.
agissent en tant qu’agents protecteurs (antiozonants et antioxydants) dans les produits à base de caoutchouc. Ces substances ne
sont pas naturellement produites dans l’environnement. De 100
à 1 000 kg de BENTAX et de 1 000 000 à 10 000 000 kg de
BENPAT ont été importés au Canada en 2006. Les quantités de
BENTAX et de BENPAT importées au Canada ainsi que les utilisations potentiellement dispersives de ces substances indiquent
qu’elles pourraient être rejetées dans l’environnement canadien.
D’après les données expérimentales sur la dégradation de ces
deux substances et d’après leurs propriétés physiques et chimiques, le BENPAT et le BENTAX ne devraient pas se dégrader
rapidement dans l’environnement. Ils sont persistants dans l’eau,
le sol et les sédiments. Le BENPAT et le BENTAX ont également le potentiel de s’accumuler dans les organismes et présentent un risque de bioamplification dans les chaînes trophiques. Il a
été déterminé que ces substances répondent aux critères de persistance et de bioaccumulation définis dans le Règlement sur la persistance et la bioaccumulation. En outre, les valeurs expérimentales sur la toxicité révèlent que ces substances représentent un
danger très élevé pour les organismes aquatiques.
Étant donné qu’il est actuellement impossible de prévoir de façon fiable les risques à long terme associés aux substances persistantes et bioaccumulables, la pertinence des estimations quantitatives des risques s’en trouve restreinte. Comme l’accumulation de
ces substances peut être répandue et difficilement réversible, il est
justifié de réagir de façon prudente.
Selon les renseignements disponibles, il est proposé de conclure que le BENPAT et le BENTAX pénètrent dans l’environnement en une quantité, à une concentration ou dans des conditions qui ont ou peuvent avoir un effet nocif immédiat ou à long
terme sur l’environnement ou la diversité biologique.
Les études chroniques concernant le BENPAT et une substance
analogue n’ont apporté aucune preuve de cancérogénicité chez
des animaux de laboratoire. En outre, les renseignements disponibles sur la génotoxicité indiquent qu’il est peu probable que le
BENPAT et le BENTAX soient génotoxiques. Puisque l’exposition de la population générale au BENTAX a été jugée négligeable, le risque pour la santé humaine a été considéré comme
faible. Les marges d’exposition entre l’estimation de la limite
supérieure d’exposition au BENPAT dans les milieux naturels et
les niveaux critiques produisant un effet chez les animaux de laboratoire sont considérées comme adéquates pour tenir compte
des incertitudes dans les bases de données des effets sur la santé
et de l’exposition.
À la lumière des renseignements présentés dans le présent
document, il est proposé de conclure que le BENTAX et le
BENPAT ne pénètrent pas dans l’environnement en une quantité,
à des concentrations ou dans des conditions qui constituent ou
peuvent constituer un risque pour la vie ou la santé humaines.
L’inclusion de ces substances sera considérée dans la prochaine
mise à jour de l’inventaire de la Liste intérieure. De plus, des
activités de recherche et de surveillance viendront, s’il y a lieu,
appuyer la vérification des hypothèses formulées au cours de
l’évaluation préalable et, le cas échéant, l’efficacité des mesures
de contrôle possibles définies à l’étape de la gestion des risques.
Proposed conclusion
Conclusion proposée
Based on the information available, it is proposed to conclude
that 1,4-Benzenediamine, N,N′-mixed tolyl and xylyl derivs. and
1,4-Benzenediamine, N,N′-mixed Ph and tolyl derivs. meet one or
more of the criteria set out in section 64 of CEPA 1999.
D’après les renseignements disponibles, il est proposé de
conclure que le Benzène-1,4-diamine, dérivés N,N′-(tolyles et de
xylyles) mixtes et le Benzène-1,4-diamine, dérivés mixtes de
N,N′-(phényle et tolyle) satisfont au moins à l’un des critères de
l’article 64 de la LCPE (1999).
De plus, il est proposé de conclure que le Benzène-1,4diamine, dérivés N,N′-(tolyles et de xylyles) mixtes et le
Based on experimental degradation data as well as their physical and chemical properties, both BENPAT and BENTAX are
not expected to degrade quickly in the environment. They are
persistent in water, soil and sediments. BENPAT and BENTAX
also have the potential to accumulate in organisms and may biomagnify in trophic food chains. These substances have been determined to meet the persistence and bioaccumulation criteria as
set out in the Persistence and Bioaccumulation Regulations. In
addition, experimental toxicity values indicate that these substances are highly hazardous to aquatic organisms.
Given that long-term risks associated with persistent and bioaccumulative substances cannot at present be reliably predicted,
quantitative risk estimates have limited relevance. Furthermore,
since accumulations of such substances may be widespread and
are difficult to reverse, a conservative response to uncertainty is
justified.
Based on the information available, it is proposed to conclude
that BENPAT and BENTAX are entering the environment in a
quantity or concentration or under conditions that have or may
have an immediate or long-term harmful effect on the environment or its biological diversity.
Chronic studies for BENPAT and an analogue indicated no
evidence of carcinogenicity in experimental animals and available information on genotoxicity indicates that BENPAT and
BENTAX are not likely to be genotoxic. As general population
exposure to BENTAX was considered to be negligible, the risk to
human health was considered to be low. Margins of exposure
between upper-bounding estimates of exposure to BENPAT via
environmental media and critical effects levels in experimental
animals are considered to be adequate to address uncertainties in
the health effects and exposure databases.
In addition, it is proposed to conclude that
1,4-Benzenediamine, N,N′-mixed tolyl and xylyl derivs. and
28
Supplement to the Canada Gazette
October 2, 2010
1,4-Benzenediamine, N,N′-mixed Ph and tolyl derivs. meet the
criteria for persistence and bioaccumulation potential as set out in
the Persistence and Bioaccumulation Regulations and their presence in the environment results primarily from human activity.
The draft Screening Assessment as well as the risk management scope document for these substances is available on the
Government of Canada’s Chemical Substances Web site (www.
chemicalsubstances.gc.ca).
Benzène-1-4-diamine, dérivés mixtes de N,N′-(phénile et totyle)
sont persistentes et bioaccumulables au sens du Règlement sur la
persistance et la bioaccumulation et que leur présence dans l’environnement est due principalement à l’activité humaine.
L’ébauche d’évaluation préalable et le document proposé sur le
cadre de gestion des risques concernant ces substances sont accessibles sur le site Web du gouvernement du Canada portant sur
les substances chimiques à l’adresse www.substanceschimiques.
gc.ca.
Publication after screening assessment of a substance —
2-Furancarboxaldehyde, CAS No. 98-01-1 — specified on
the Domestic Substances List (subsection 77(1) of the Canadian
Environmental Protection Act, 1999)
Publication après évaluation préalable d’une substance —
le 2-Furaldéhyde, numéro de CAS 98-01-1 — inscrite sur la
Liste intérieure [paragraphe 77(1) de la Loi canadienne sur
la protection de l’environnement (1999)]
Whereas 2-Furancarboxaldehyde is a substance on the Domestic Substances List identified under subsection 73(1) of the Canadian Environmental Protection Act, 1999;
Whereas a summary of the draft Screening Assessment conducted on the substance pursuant to section 74 of the Act is annexed hereby; and
Whereas it is proposed to conclude that the substance does not
meet any of the criteria set out in section 64 of the Act,
Notice therefore is hereby given that the Ministers of the Environment and of Health propose to take no further action on the
substance at this time under section 77 of the Act.
Attendu que le 2-Furaldéhyde est une substance inscrite sur la
Liste intérieure répondant aux critères du paragraphe 73(1) de la
Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999);
Attendu qu’un résumé de l’ébauche d’évaluation préalable de
cette substance réalisée en application de l’article 74 de la Loi est
ci-annexé;
Attendu qu’il est proposé de conclure que cette substance ne
satisfait à aucun des critères prévus à l’article 64 de la Loi,
Avis est par les présentes donné que les ministres de l’Environnement et de la Santé proposent de ne rien faire pour le moment à
l’égard de cette substance sous le régime de l’article 77 de la Loi.
Public comment period
Délai pour recevoir les commentaires du public
As specified under subsection 77(5) of the Canadian Environmental Protection Act, 1999, any person may, within 60 days
after publication of this notice, file with the Minister of the Environment written comments on the measure the Ministers propose to take and on the scientific considerations on the basis
of which the measure is proposed. More information regarding
the scientific considerations may be obtained from the Government of Canada’s Chemical Substances Web site (www.
chemicalsubstances.gc.ca). All comments must cite the Canada
Gazette, Part I, and the date of publication of this notice and be
sent to the Executive Director, Program Development and Engagement Division, Gatineau, Quebec K1A 0H3, 819-953-7155
(fax), Existing.Substances.Existantes@ec.gc.ca (email).
Comme le précise le paragraphe 77(5) de la Loi canadienne sur
la protection de l’environnement (1999), dans les 60 jours suivant
la publication du présent avis, quiconque le souhaite peut soumettre par écrit au ministre de l’Environnement ses commentaires sur
la mesure qui y est énoncée et les considérations scientifiques
la justifiant. Des précisions sur les considérations scientifiques peuvent être obtenues à partir du site Web du gouvernement du Canada portant sur les substances chimiques (www.
substanceschimiques.gc.ca). Tous les commentaires doivent mentionner la Partie I de la Gazette du Canada et la date de publication du présent avis, et être envoyés au Directeur exécutif,
Division de la mobilisation et de l’élaboration de programmes,
Gatineau (Québec) K1A 0H3, 819-953-7155 (télécopieur),
Existing.Substances.Existantes@ec.gc.ca (courriel).
Conformément à l’article 313 de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999), quiconque fournit des renseignements en réponse au présent avis peut en même temps demander que ceux-ci soient considérés comme confidentiels.
Le directeur général
Direction des sciences
et de l’évaluation des risques
GEORGE ENEI
Au nom du ministre de l’Environnement
La directrice générale
Direction du secteur des produits chimiques
MARGARET KENNY
Au nom du ministre de l’Environnement
La directrice générale
Direction de la sécurité des milieux
KAREN LLOYD
Au nom de la ministre de la Santé
In accordance with section 313 of the Canadian Environmental
Protection Act, 1999, any person who provides information in
response to this notice may submit with the information a request
that it be treated as confidential.
GEORGE ENEI
Director General
Science and Risk Assessment Directorate
On behalf of the Minister of the Environment
MARGARET KENNY
Director General
Chemicals Sector Directorate
On behalf of the Minister of the Environment
KAREN LLOYD
Director General
Safe Environments Directorate
On behalf of the Minister of Health
Le 2 octobre 2010
Supplément à la Gazette du Canada
29
ANNEX
ANNEXE
Summary of the Screening Assessment
Report of 2-Furancarboxaldehyde
Résumé de l’évaluation préalable du 2-Furaldéhyde
Pursuant to section 74 of the Canadian Environmental Protection Act, 1999 (CEPA 1999), the Ministers of the Environment and of Health have conducted a screening assessment of
2-Furancarboxaldehyde, also known as furfural, Chemical Abstracts Service Registry No. 98-01-1. This substance was identified in the categorization of the Domestic Substances List as a
high priority for action under the Challenge. Furfural was identified as a high priority as it was determined to present a “greatest
potential for exposure” of individuals in Canada and had been
classified by other agencies on the basis of carcinogenicity. Furfural also met the ecological categorization criterion for inherent
toxicity to aquatic organisms but did not meet the criteria for persistence and bioaccumulation potential. Therefore, the focus of
this assessment relates primarily to human health aspects.
Conformément à l’article 74 de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999) [LCPE (1999)], les ministres
de l’Environnement et de la Santé ont effectué une évaluation
préalable du 2-Furaldéhyde, aussi connu sous le nom de furan-2carbaldéhyde, dont le numéro de registre du Chemical Abstracts
Service est 98-01-1. Une priorité élevée a été accordée à la prise
de mesures à l’égard de cette substance lors de la catégorisation
visant la Liste intérieure dans le cadre du Défi. On a déterminé
que le 2-Furaldéhyde constitue une priorité élevée, parce qu’on
estime qu’il présente un risque d’exposition élevé à la population
canadienne et que cette substance est inscrite sur une liste de
produits cancérogènes par d’autres organismes. Bien que le
2-Furaldéhyde réponde aux critères de catégorisation écologique
relatifs à la toxicité intrinsèque pour les organismes aquatiques, il
ne répond pas à ceux relatifs à la persistance et au potentiel de
bioaccumulation. Par conséquent, la présente évaluation est centrée principalement sur les risques pour la santé humaine.
Selon les renseignements soumis en vertu de l’article 71 de la
LCPE (1999), entre 100 000 et 1 000 000 kg ont été importés et
utilisés au Canada en 2006. Au Canada, toutes les utilisations de
2-Furaldéhyde stipulées au cours de l’enquête menée conformément à l’article 71 de la LCPE (1999) sont de nature industrielle.
Le 2-Furaldéhyde est une substance naturellement présente dans
une variété d’aliments et de boissons (par exemple les fruits et les
légumes), et peut également être formée durant le traitement
thermique des aliments. Cette substance peut aussi être ajoutée
aux aliments en tant qu’aromatisant. D’après les renseignements
disponibles sur les sources et les utilisations du 2-Furaldéhyde, la
population générale devrait être exposée à cette substance principalement en raison de sa présence naturelle dans les aliments,
mais aussi dans les milieux environnementaux (air ambiant et
intérieur), ainsi qu’à partir de l’utilisation de produits de consommation qui contiennent cette substance.
Des organismes internationaux ont examiné l’ensemble des
renseignements disponibles concernant la cancérogénicité et ont
découvert que les preuves relatives sont limitées. Selon les renseignements disponibles à propos de la génotoxicité, ainsi que
les conclusions tirées par ces organismes internationaux, le
2-Furaldéhyde n’est probablement pas génotoxique et une démarche basée sur les seuils a été utilisée dans la caractérisation des
risques. Les effets critiques de la caractérisation des risques pour
la santé humaine découlant de l’exposition par voie orale et par
inhalation au 2-Furaldéhyde sont des effets sur le foie et des effets
sur les fosses nasales, respectivement.
La caractérisation des risques pour la santé humaine a principalement ciblé l’exposition de l’ensemble de la population au
2-Furaldéhyde provenant de sources autres que sa présence naturelle dans les aliments (air ambiant et intérieur, produits de
consommation) et les marges d’expositions ont été considérées
comme étant adéquates pour répondre aux incertitudes liées aux
bases de données des effets sur la santé et de l’exposition. On
propose donc de conclure que le 2-Furaldéhyde ne pénètre pas
dans l’environnement en une quantité, à une concentration ou
dans des conditions pouvant constituer un danger au Canada pour
la vie ou la santé humaines.
Le 2-Furaldéhyde ne satisfait pas aux critères de persistance et
de bioaccumulation énoncés dans le Règlement sur la persistance
et la bioaccumulation. Alors que la substance pourrait avoir le
potentiel de causer des effets nocifs sur les organismes aquatiques
vulnérables, qui y sont exposés pendant de longues périodes de
According to information submitted under section 71 of
CEPA 1999, between 100 000 and 1 000 000 kg were imported
into, and used in Canada in 2006. In Canada, all uses of furfural
identified as a result of a survey conducted under section 71 of
CEPA 1999 are industrial uses. Furfural is naturally occurring in
a variety of foods and beverages (e.g. fruits and vegetables), and
can also be formed during the thermal processing of food. It can
also be added to foods as a flavouring agent. Based on available
information on sources and uses of furfural, the general population is expected to be exposed to furfural predominantly from its
naturally occurring presence in food but also from environmental
media (ambient and indoor air), and from use of consumer products containing the substance.
International agencies have reviewed the collective information
on carcinogenicity and have found the evidence limited. On the
basis of the available information regarding genotoxicity, and
conclusions from international agencies, furfural is not likely to
be genotoxic and a threshold approach is used for risk characterization. Critical effects for characterization of risk to human
health from exposure to furfural via the oral route are liver effects
and via the inhalation route are effects on nasal tissue.
The focus of risk characterization for human health was on
general population exposures to furfural from sources other than
its naturally occurring presence in foods (indoor and ambient air,
consumer products) and margins of exposure were considered
adequate to address uncertainty in the health effects and exposure
databases. It is, therefore, proposed to conclude that furfural is not
entering the environment in a quantity or concentration or under
conditions that may constitute a danger in Canada to human life
or health.
Furfural does not meet the criteria for persistence and bioaccumulation as set out in the Persistence and Bioaccumulation
Regulations. While the substance may have the potential to cause
adverse effects in sensitive aquatic organisms exposed for long
periods of time to relatively low concentrations, a conservative
30
Supplement to the Canada Gazette
October 2, 2010
risk quotient analysis determined that exposure concentrations
derived from anthropogenic sources of furfural into the Canadian
environment are unlikely to reach levels seen to elicit adverse
effects in organisms. On the basis of low persistence and bioaccumulation potential, as well as low exposure concentrations in
the environment, it is proposed to conclude that furfural is not
entering the environment in a quantity or concentration or under
conditions that have or may have an immediate or long-term
harmful effect on the environment or its biological diversity or
that constitute or may constitute a danger to the environment on
which life depends.
temps à des concentrations relativement faibles, une analyse du
quotient du risque prudent a permis de déterminer que les concentrations d’exposition obtenues à partir des sources anthropiques
de 2-Furaldéhyde dans l’environnement canadien n’atteindront
pas des niveaux qui pourraient causer des effets nocifs aux organismes. Sur la base de la faible pertinence et du potentiel de
bioaccumulation peu élevé, ainsi que des concentrations d’exposition basses dans l’environnement, on propose de déterminer que
le 2-Furaldéhyde ne pénètre pas dans l’environnement en une
quantité, à une concentration ou dans des conditions de nature à
avoir, immédiatement ou à long terme, un effet nocif sur l’environnement ou sur la diversité biologique, ni à mettre en danger
l’environnement essentiel pour la vie.
This substance will be considered for inclusion in the Domestic
Substances List inventory update initiative. In addition and where
relevant, research and monitoring will support verification of
assumptions used during the screening assessment
L’inclusion de cette substance sera considérée dans la prochaine mise à jour de l’inventaire de la Liste intérieure. De plus,
des activités de recherche et de surveillance viendront, le cas
échéant, appuyer la vérification des hypothèses formulées au
cours de l’évaluation préalable.
Proposed conclusion
Conclusion proposée
Based on the information available, it is proposed to conclude that 2-Furancarboxaldehyde does not meet any of the criteria set out in section 64 of CEPA 1999.
D’après les renseignements disponibles, il est proposé de
conclure que le 2-Furaldéhyde ne satisfait à aucun des critères de
l’article 64 de la LCPE (1999).
The draft Screening Assessment for this substance is available
on the Government of Canada’s Chemical Substances Web site
(www.chemicalsubstances.gc.ca).
L’ébauche d’évaluation préalable concernant cette substance est accessible sur le site Web du gouvernement du Canada portant sur les substances chimiques à l’adresse www.
substanceschimiques.gc.ca.
Publication after screening assessment of a substance —
2-Propenoic acid, ethyl ester, CAS No. 140-88-5 — specified on
the Domestic Substances List (subsection 77(1) of the Canadian
Environmental Protection Act, 1999)
Publication après évaluation préalable d’une substance —
l’Acrylate d’éthyle, numéro de CAS 140-88-5 — inscrite sur la
Liste intérieure [paragraphe 77(1) de la Loi canadienne sur la
protection de l’environnement (1999)]
Whereas 2-Propenoic acid, ethyl ester is a substance on the
Domestic Substances List identified under subsection 73(1) of the
Canadian Environmental Protection Act, 1999;
Attendu que l’acrylate d’éthyle est une substance inscrite sur la
Liste intérieure répondant aux critères du paragraphe 73(1) de la
Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999);
Whereas a summary of the draft Screening Assessment conducted on the substance pursuant to section 74 of the Act is annexed hereby; and
Attendu qu’un résumé de l’ébauche d’évaluation préalable de
cette substance réalisée en application de l’article 74 de la Loi est
ci-annexé;
Whereas it is proposed to conclude that the substance does not
meet any of the criteria set out in section 64 of the Act,
Attendu qu’il est proposé de conclure que cette substance ne
satisfait à aucun des critères prévus à l’article 64 de la Loi,
Notice therefore is hereby given that the Ministers of the Environment and of Health propose to take no further action on the
substance at this time under section 77 of the Act.
Avis est par les présentes donné que les ministres de l’Environnement et de la Santé proposent de ne rien faire pour le moment à
l’égard de cette substance sous le régime de l’article 77 de la Loi.
Public comment period
Délai pour recevoir les commentaires du public
As specified under subsection 77(5) of the Canadian Environmental Protection Act, 1999, any person may, within 60 days
after publication of this notice, file with the Minister of the Environment written comments on the measure the Ministers propose to take and on the scientific considerations on the basis of
which the measure is proposed. More information regarding the
scientific considerations may be obtained from the Government of Canada’s Chemical Substances Web site (www.
chemicalsubstances.gc.ca). All comments must cite the Canada
Gazette, Part I, and the date of publication of this notice and be
sent to the Executive Director, Program Development and Engagement Division, Gatineau, Quebec K1A 0H3, 819-953-7155
(fax), Existing.Substances.Existantes@ec.gc.ca (email).
Comme le précise le paragraphe 77(5) de la Loi canadienne sur
la protection de l’environnement (1999), dans les 60 jours suivant
la publication du présent avis, quiconque le souhaite peut soumettre par écrit au ministre de l’Environnement ses commentaires sur
la mesure qui y est énoncée et les considérations scientifiques
la justifiant. Des précisions sur les considérations scientifiques
peuvent être obtenues à partir du site Web du gouvernement
du Canada portant sur les substances chimiques (www.
substanceschimiques.gc.ca). Tous les commentaires doivent mentionner la Partie I de la Gazette du Canada et la date de publication du présent avis, et être envoyés au Directeur exécutif, Division de la mobilisation et de l’élaboration de programmes,
Gatineau (Québec) K1A 0H3, 819-953-7155 (télécopieur),
Existing.Substances.Existantes@ec.gc.ca (courriel).
Le 2 octobre 2010
Supplément à la Gazette du Canada
In accordance with section 313 of the Canadian Environmental
Protection Act, 1999, any person who provides information in
response to this notice may submit with the information a request
that it be treated as confidential.
GEORGE ENEI
Director General
Science and Risk Assessment Directorate
On behalf of the Minister of the Environment
MARGARET KENNY
Director General
Chemicals Sector Directorate
On behalf of the Minister of the Environment
KAREN LLOYD
Director General
Safe Environments Directorate
On behalf of the Minister of Health
31
Conformément à l’article 313 de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999), quiconque fournit des renseignements en réponse au présent avis peut en même temps demander que ceux-ci soient considérés comme confidentiels.
Le directeur général
Direction des sciences
et de l’évaluation des risques
GEORGE ENEI
Au nom du ministre de l’Environnement
La directrice générale
Direction du secteur des produits chimiques
MARGARET KENNY
Au nom du ministre de l’Environnement
La directrice générale
Direction de la sécurité des milieux
KAREN LLOYD
Au nom de la ministre de la Santé
ANNEX
ANNEXE
Summary of the Screening Assessment of
2-Propenoic Acid, Ethyl Ester
Résumé de l’évaluation préalable de l’Acrylate d’éthyle
Pursuant to section 74 of the Canadian Environmental Protection Act, 1999 (CEPA 1999), the Ministers of the Environment and of Health have conducted a screening assessment of
2-Propenoic acid, ethyl ester (ethyl acrylate), Chemical Abstracts
Service Registry No. 140-88-5. The substance ethyl acrylate was
identified in the categorization of the Domestic Substances List as
a high priority for action under the Challenge. Ethyl acrylate was identified as a high priority as it was considered to pose
the “greatest potential for exposure” of individuals in Canada and
it is classified by other agencies on the basis of carcinogenicity.
The substance did not meet the ecological categorization criteria
for persistence, bioaccumulation potential or inherent toxicity to
aquatic organisms.
Conformément à l’article 74 de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999) [LCPE (1999)], les ministres
de l’Environnement et de la Santé ont effectué une évaluation
préalable de l’acrylate d’éthyle, dont le numéro de registre du
Chemical Abstracts Service est 140-88-5. Une priorité élevée a
été accordée à la prise de mesures à l’égard de l’acrylate d’éthyle
lors de la catégorisation visant la Liste intérieure dans le cadre du
Défi. On a déterminé que l’acrylate d’éthyle constitue une substance d’importance prioritaire parce qu’il a été considéré comme
présentant le « plus fort risque d’exposition » à la population canadienne et qu’il a été inscrit sur une liste de produits
cancérigènes par d’autres organismes. La substance n’a pas satisfait aux critères de catégorisation écologique relatifs à la persistance, au potentiel de bioaccumulation ou à la toxicité intrinsèque
pour les organismes aquatiques.
Selon les renseignements soumis en application de l’article 71
de la LCPE (1999), aucune entreprise du Canada n’a fabriqué
d’acrylate d’éthyle au cours de l’année civile 2006 en quantité
supérieure au seuil de déclaration de 100 kg. On a toutefois signalé que 1 000 000 à 10 000 000 kg d’acrylate d’éthyle ont été importés en 2006. L’acrylate d’éthyle est principalement utilisé dans
la fabrication de polymères et de copolymères. Même si des rejets
d’acrylate d’éthyle provenant de ces sources se produisent dans
l’environnement, on ne s’attend pas à ce que la population canadienne en général soit exposée à un degré appréciable à l’acrylate
d’éthyle.
Comme l’acrylate d’éthyle a été classé par les organismes de
réglementation internationaux sur la base de sa cancérogénicité, la
présente évaluation préalable a porté principalement sur cette
capacité de la substance. On a observé la formation de tumeurs du
secteur gastrique antérieur chez des rats et des souris auxquels on
avait administré de l’acrylate d’éthyle par gavage oral pendant
deux ans. On n’a toutefois pas observé de formation de tumeurs
lorsque l’administration de la substance s’est faite par d’autres
voies telles que l’absorption d’eau potable par la bouche, l’inhalation et le contact cutané. L’ensemble de preuves issu des études de génotoxicité laisse entendre que l’acrylate d’éthyle n’est
pas susceptible d’être mutagène, mais qu’il pourrait manifester
des effets clastogènes in vitro. Bien que le mode de formation des
According to information submitted under section 71 of
CEPA 1999, ethyl acrylate was not manufactured by any company in Canada in the calendar year 2006 above the 100 kg
reporting threshold. However, between 1 000 000 and
10 000 000 kg of ethyl acrylate was reported to have been imported in 2006. The major use of ethyl acrylate is in the manufacture of polymers and copolymers. Releases of ethyl acrylate to the
environment from these sources do occur. However, exposure of
the general population of Canada to ethyl acrylate is not expected
to occur at any appreciable level.
As ethyl acrylate was classified on the basis of carcinogenicity
by international regulatory agencies, carcinogenicity was a key
focus for this screening assessment. Induction of forestomach
tumours was observed in rats and mice that were administered
ethyl acrylate by oral gavage for two years. However, no induction of tumours was observed by other routes of administration,
including oral (drinking water), inhalation and dermal. Collective
evidence from genotoxicity studies suggests that ethyl acrylate is
not likely to be mutagenic but may exert some clastogenic effects
in vitro. While the mode of induction of tumours has not been
fully elucidated, sustained forestomach hyperplasia has been suggested to be a precursor event. Therefore, a threshold approach is
used to characterize risk to human health.
32
Supplement to the Canada Gazette
Margins between upper-bounding estimates of exposure to
ethyl acrylate from environmental media, food and the use of consumer products and levels associated with effects in experimental
animals are considered to be adequately protective to account for
uncertainties in the health effects and exposure databases.
Based on the information presented in this draft screening assessment, it is proposed to conclude that ethyl acrylate is not entering the environment in a quantity or concentration or under
conditions that constitute or may constitute a danger in Canada to
human life or health.
Based on available empirical data and modelling results, ethyl
acrylate is not expected to be persistent or to bioaccumulate in the
environment. The substance therefore does not meet the persistence criteria or the bioaccumulation criteria as set out in the Persistence and Bioaccumulation Regulations. In addition, available
empirical data suggest that the substance has a moderate to high
potential to be toxic to aquatic organisms. However, based on a
comparison of predicted no-effect concentrations with estimated
reasonable worst-case environmental exposure concentrations, it
is considered unlikely that ethyl acrylate is causing ecological
harm in Canada.
Based on the information available, it is proposed to conclude
that ethyl acrylate is not entering the environment in a quantity or
concentration or under conditions that have or may have an immediate or long-term harmful effect on the environment or its
biological diversity or that constitute or may constitute a danger
to the environment on which life depends.
This substance will be considered for inclusion in the Domestic
Substances List inventory update initiative. In addition and where
relevant, research and monitoring will support verification of
assumptions used during the screening assessment.
October 2, 2010
tumeurs n’ait pas été entièrement élucidé, on a laissé entendre que
l’hyperplasie prolongée du secteur gastrique antérieur pourrait
constituer un facteur précurseur. En conséquence, on a utilisé une
approche fondée sur le seuil d’innocuité pour caractériser le risque de la substance pour la santé humaine.
Les marges entre l’estimation de la limite supérieure d’exposition à l’acrylate d’éthyle dans les milieux naturels, les aliments
ou l’utilisation de produits de consommation et les niveaux associés aux effets sur les animaux de laboratoire sont considérées
comme adéquates pour tenir compte des incertitudes dans les
bases de données concernant les effets sur la santé et l’exposition.
À la lumière des renseignements présentés dans le présent document, il est proposé de conclure que l’acrylate d’éthyle ne pénètre pas dans l’environnement en une quantité, à des concentrations ou dans des conditions qui constituent ou peuvent constituer
un danger au Canada pour la vie ou la santé humaines.
D’après les données empiriques disponibles, lesquelles proviennent de modèles, l’acrylate d’éthyle ne devrait pas être persistant, ni se bioaccumuler dans l’environnement. Cette substance ne
répond donc pas aux critères de persistance ou de bioaccumulation énoncés dans le Règlement sur la persistance et la bioaccumulation. En outre, les données empiriques disponibles indiquent
que cette substance présente un risque modéré à élevé de se révéler toxique pour les organismes aquatiques. Après comparaison de
la concentration estimée sans effet toxique et de la concentration
estimée raisonnable de la pire exposition dans l’environnement,
on estime peu probable que l’acrylate d’éthyle ait des effets écologiques nocifs au Canada.
Selon les renseignements disponibles, il est proposé de conclure que l’acrylate d’éthyle ne pénètre pas dans l’environnement
en une quantité, à une concentration ou dans des conditions ayant
ou pouvant avoir un effet nocif immédiat ou à long terme sur
l’environnement ou sur sa diversité biologique, ou qui constitue
ou peut constituer un danger pour l’environnement essentiel pour
la vie.
L’inclusion de cette substance sera considérée dans la prochaine mise à jour de l’inventaire de la Liste intérieure. De plus,
des activités de recherche et de surveillance viendront, le cas
échéant, appuyer la vérification des hypothèses formulées au
cours de l’évaluation préalable.
Proposed conclusion
Conclusion proposée
Based on the information available, it is proposed to conclude
that 2-Propenoic acid, ethyl ester does not meet any of the criteria
set out in section 64 of CEPA 1999.
The draft Screening Assessment for this substance is available
on the Government of Canada’s Chemical Substances Web site
(www.chemicalsubstances.gc.ca).
D’après les renseignements disponibles, il est proposé de
conclure que l’acrylate d’éthyle ne satisfait à aucun des critères
de l’article 64 de la LCPE (1999).
L’ébauche d’évaluation préalable concernant cette substance est accessible sur le site Web du gouvernement du Canada
portant sur les substances chimiques à l’adresse www.
substanceschimiques.gc.ca.
Publication after screening assessment of a substance —
Hexanoic acid, 2-ethyl-, CAS No. 149-57-5 — specified on
the Domestic Substances List (subsection 77(1) of the Canadian
Environmental Protection Act, 1999)
Publication après évaluation préalable d’une substance —
l’Acide 2-éthylhexanoïque, numéro de CAS 149-57-5 — inscrite
sur la Liste intérieure [paragraphe 77(1) de la Loi canadienne
sur la protection de l’environnement (1999)]
Whereas Hexanoic acid, 2-ethyl- is a substance on the Domestic
Substances List identified under subsection 73(1) of the Canadian Environmental Protection Act, 1999;
Attendu que l’Acide 2-éthylhexanoïque est une substance inscrite sur la Liste intérieure répondant aux critères du paragraphe 73(1) de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999);
Attendu qu’un résumé de l’ébauche d’évaluation préalable de
cette substance réalisée en application de l’article 74 de la Loi est
ci-annexé;
Whereas a summary of the draft Screening Assessment conducted on the substance pursuant to section 74 of the Act is annexed hereby; and
Le 2 octobre 2010
Supplément à la Gazette du Canada
33
Whereas it is proposed to conclude that the substance does not
meet any of the criteria set out in section 64 of the Act,
Notice therefore is hereby given that the Ministers of the Environment and of Health propose to take no further action on the
substance at this time under section 77 of the Act.
Attendu qu’il est proposé de conclure que cette substance ne
satisfait à aucun des critères prévus à l’article 64 de la Loi,
Avis est par les présentes donné que les ministres de l’Environnement et de la Santé proposent de ne rien faire pour le moment à
l’égard de cette substance sous le régime de l’article 77 de la Loi.
Public comment period
Délai pour recevoir les commentaires du public
As specified under subsection 77(5) of the Canadian Environmental Protection Act, 1999, any person may, within 60 days after
publication of this notice, file with the Minister of the Environment written comments on the measure the Ministers propose to take and on the scientific considerations on the basis of
which the measure is proposed. More information regarding the
scientific considerations may be obtained from the Government of Canada’s Chemical Substances Web site (www.
chemicalsubstances.gc.ca). All comments must cite the Canada
Gazette, Part I, and the date of publication of this notice and be
sent to the Executive Director, Program Development and Engagement Division, Gatineau, Quebec K1A 0H3, 819-953-7155
(fax), Existing.Substances.Existantes@ec.gc.ca (email).
Comme le précise le paragraphe 77(5) de la Loi canadienne sur
la protection de l’environnement (1999), dans les 60 jours suivant
la publication du présent avis, quiconque le souhaite peut soumettre par écrit au ministre de l’Environnement ses commentaires sur
la mesure qui y est énoncée et les considérations scientifiques
la justifiant. Des précisions sur les considérations scientifiques
peuvent être obtenues à partir du site Web du gouvernement
du Canada portant sur les substances chimiques (www.
substanceschimiques.gc.ca). Tous les commentaires doivent mentionner la Partie I de la Gazette du Canada et la date de publication du présent avis, et être envoyés au Directeur exécutif,
Division de la mobilisation et de l’élaboration de programmes,
Gatineau (Québec) K1A 0H3, 819-953-7155 (télécopieur),
Existing.Substances.Existantes@ec.gc.ca (courriel).
Conformément à l’article 313 de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999), quiconque fournit des renseignements en réponse au présent avis peut en même temps demander que ceux-ci soient considérés comme confidentiels.
Le directeur général
Direction des sciences
et de l’évaluation des risques
GEORGE ENEI
Au nom du ministre de l’Environnement
La directrice générale
Direction du secteur des produits chimiques
MARGARET KENNY
Au nom du ministre de l’Environnement
La directrice générale
Direction de la sécurité des milieux
KAREN LLOYD
Au nom de la ministre de la Santé
In accordance with section 313 of the Canadian Environmental
Protection Act, 1999, any person who provides information in
response to this notice may submit with the information a request
that it be treated as confidential.
GEORGE ENEI
Director General
Science and Risk Assessment Directorate
On behalf of the Minister of the Environment
MARGARET KENNY
Director General
Chemicals Sector Directorate
On behalf of the Minister of the Environment
KAREN LLOYD
Director General
Safe Environments Directorate
On behalf of the Minister of Health
ANNEX
ANNEXE
Summary of the Screening Assessment Report of
Hexanoic acid, 2-ethyl-
Résumé de l’évaluation préalable de
l’Acide hexanoïque, 2-éthyl-
Pursuant to section 74 of the Canadian Environmental Protection Act, 1999 (CEPA 1999), the Ministers of the Environment
and of Health have conducted a screening assessment of Hexanoic
acid, 2-ethyl- (2-ethylhexanoic acid), Chemical Abstracts Service
Registry No. 149-57-5. This substance was identified in the categorization of the Domestic Substances List as a high priority for
action under the Chemicals Management Plan Challenge initiative. The substance 2-ethylhexanoic acid (2-EHA) was identified
as a high priority as it was considered to pose “greatest potential
for exposure” (GPE) of individuals in Canada and is classified by
the European Commission on the basis of developmental toxicity.
The substance did not meet the ecological categorization criteria
for persistence, bioaccumulation potential or inherent toxicity to
aquatic organisms.
Conformément à l’article 74 de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999) [LCPE (1999)], les ministres
de l’Environnement et de la Santé ont effectué une évaluation
préalable de l’Acide hexanoïque, 2-éthyl- (acide 2-éthylhexanoïque),
dont le numéro de registre du Chemical Abstracts Service est
149-57-5. Une priorité élevée a été accordée à la prise de mesures
à l’égard de cette substance lors de la catégorisation visant la
Liste intérieure dans le cadre du Plan de gestion des produits
chimiques. L’acide 2-éthylhexanoïque a été jugé hautement prioritaire car il a été reconnu comme une substance présentant le
« plus fort risque d’exposition » (PFRE) pour les Canadiens.
L’acide 2-éthylhexanoïque avait été classé par la Commission
européenne sur la base de sa toxicité sur le plan du développement. La substance n’a pas satisfait aux critères de catégorisation
écologique relatifs à la persistance, au potentiel de bioaccumulation et à la toxicité intrinsèque pour les organismes aquatiques.
34
Supplement to the Canada Gazette
According to information reported under section 71 of
CEPA 1999, 2-EHA was not manufactured in Canada in 2006
above the reporting threshold of 100 kg, but was imported into
the country in a quantity ranging from 100 000 to 1 000 000 kg in
2006. The major use of 2-EHA is in the preparation of metal salts
used in various applications including as drying agents in paint
and inks. The substance 2-ethylhexanoic acid is also used to produce an ester utilized as a plasticizer. Since 2-EHA is primarily
an industrial intermediate, the finished products will likely contain derivatives and not the substance.
Data were identified for 2-EHA concentrations in the Canadian environment (water and sediment), as well as concentrations in influents, effluents and biosolids from a number of
wastewater treatment plants in Quebec, Canada. In 2006, the majority of 2-EHA in Canada was sent to non-hazardous, off-site
waste management. Limited data were available regarding concentrations of 2-EHA in food.
The critical health effect associated with exposure to 2-EHA is
developmental toxicity, based on observations in experimental
animals. In addition, effects on the liver and stomach and reduced
body weight gain were observed following repeated-dose exposure to 2-EHA and 2-ethylhexanol, which is metabolized extensively to 2-EHA. The margins between upper-bounding estimates
of exposure from environmental media and food and consumer
products (alkyd paint) and critical effect levels in experimental
animals are considered adequate to address uncertainties in the
health effects and exposure databases.
On the basis of the adequacy of the margins between upperbound estimates of exposure to 2-EHA and critical effect levels, it
is proposed to conclude that 2-EHA is a substance that is not entering the environment in a quantity or concentration or under
conditions that constitute or may constitute a danger in Canada to
human life or health.
On the basis of ecological hazard and estimated releases of
2-EHA it is proposed to conclude that the substance is not entering the environment in a quantity or concentration or under conditions that have or may have an immediate or long-term harmful
effect on the environment or its biological diversity or that constitute or may constitute a danger to the environment on which life
depends. The substance 2-EHA does not meet the criteria for persistence or bioaccumulation as set out in the Persistence and Bioaccumulation Regulations.
This substance will be considered for inclusion in the Domestic
Substances List inventory update initiative. In addition and where
relevant, research and monitoring will support verification of
assumptions used during the screening assessment.
October 2, 2010
D’après les renseignements transmis conformément à l’article 71 de la LCPE (1999), l’acide 2-éthylhexanoïque n’a pas été
fabriqué au Canada en 2006 en une quantité supérieure au seuil de
déclaration de 100 kg. Toutefois, la quantité de la substance importée au pays en 2006 se situait entre 100 000 et 1 000 000 kg.
L’acide 2-éthylhexanoïque est principalement employé dans
la préparation de sels métalliques utilisés dans différentes applications, y compris comme desséchant dans la peinture et les
encres. L’acide 2-éthylhexanoïque sert également à produire
un ester utilisé comme plastifiant. Étant donné que l’acide
2-éthylhexanoïque est surtout un produit intermédiaire industriel,
les produits finis contiendront probablement des dérivés et non la
substance.
Des données ont été relevées concernant des concentrations
d’acide 2-éthylhexanoïque dans l’environnement canadien (eau
et sédiments), ainsi que des concentrations dans les influents, les
effluents et les biosolides de plusieurs usines de traitement des
eaux usées au Québec, au Canada. En 2006, la grande partie de
l’acide 2-éthylhexanoïque au Canada a été envoyée à des installations de gestion des déchets non dangereux hors site. On a
trouvé très peu de données sur les concentrations d’acide
2-éthylhexanoïque dans les aliments.
L’effet critique sur la santé associé à l’exposition à l’acide
2-éthylhexanoïque est la toxicité pour le développement, selon
des observations sur des animaux de laboratoire. De plus, des
effets sur le foie et l’estomac et un gain réduit du poids corporel
ont été observés après des expositions répétées à l’acide
2-éthylhexanoïque et au éthyl-2 hexanol, qui se métabolise beaucoup en acide 2-éthylhexanoïque. Les marges entre les estimations
de la limite supérieure de l’exposition provenant de l’environnement, des aliments ainsi que des produits de consommation (peinture alkyde) et les seuils d’effets critiques chez les animaux de
laboratoire sont considérés comme adéquats pour tenir compte
des incertitudes dans les bases de données des effets sur la santé
et de l’exposition.
Compte tenu de l’adéquation des marges entre les estimations
de limite supérieure de l’exposition à l’acide 2-éthylhexanoïque et
des seuils des effets critiques, il est proposé de conclure que
l’acide 2-éthylhexanoïque est une substance qui ne pénètre pas
dans l’environnement en une quantité, à des concentrations ou
dans des conditions qui constituent ou peuvent constituer un danger pour la vie ou la santé humaines au Canada.
D’après le risque écologique que présentent l’acide
2-éthylhexanoïque et ses rejets estimés, il est proposé de conclure
que cette substance ne pénètre pas dans l’environnement en une
quantité, à une concentration ou dans des conditions de nature à
avoir, immédiatement ou à long terme, un effet nocif sur l’environnement ou sur la diversité biologique, ni à mettre en danger
l’environnement essentiel pour la vie. L’acide 2-éthylhexanoïque
ne satisfait pas aux critères de persistance et de bioaccumulation
énoncés dans le Règlement sur la persistance et la bioaccumulation.
L’inclusion de cette substance sera considérée dans la prochaine mise à jour de l’inventaire de la Liste intérieure. De plus,
des activités de recherche et de surveillance viendront, le cas
échéant, appuyer la vérification des hypothèses formulées au
cours de l’évaluation préalable.
Proposed conclusion
Conclusion proposée
Based on the information available, it is proposed to conclude
that Hexanoic acid, 2-ethyl- does not meet any of the criteria set
out in section 64 of CEPA 1999.
The draft Screening Assessment for this substance is available
on the Government of Canada’s Chemical Substances Web site
(www.chemicalsubstances.gc.ca).
D’après les renseignements disponibles, il est proposé de conclure que l’acide 2-éthylhexanoïque ne satisfait à aucun des critères de l’article 64 de la LCPE (1999).
L’ébauche d’évaluation préalable concernant cette substance
est accessible sur le site Web du gouvernement du Canada
portant sur les substances chimiques à l’adresse www.
substanceschimiques.gc.ca.
Le 2 octobre 2010
Supplément à la Gazette du Canada
35
Publication after screening assessment of a substance —
Siloxanes and Silicones, Me 3,3,3-trifluoropropyl, Me vinyl,
hydroxy-terminated, CAS No. 68952-02-3 — specified on the
Domestic Substances List (subsection 77(1) of the Canadian
Environmental Protection Act, 1999)
Publication après évaluation préalable d’une substance —
3,3,3-Trifluoropropyl(méthyl) et méthyl(vinyl)siloxanes
et silicones, terminés par un groupe hydroxyle, numéro
de CAS 68952-02-3 — inscrite sur la Liste intérieure
[paragraphe 77(1) de la Loi canadienne sur la protection
de l’environnement (1999)]
Whereas Siloxanes and Silicones, Me 3,3,3-trifluoropropyl,
Me vinyl, hydroxy-terminated is a substance on the Domestic
Substances List identified under subsection 73(1) of the Canadian
Environmental Protection Act, 1999;
Whereas a summary of the draft Screening Assessment conducted on the substance pursuant to section 74 of the Act is annexed hereby; and
Whereas it is proposed to conclude that the substance does not
meet any of the criteria set out in section 64 of the Act,
Notice therefore is hereby given that the Ministers of the Environment and of Health propose to take no further action on the
substance at this time under section 77 of the Act.
Attendu que le 3,3,3-Trifluoropropyl(méthyl) et méthyl(vinyl)
siloxanes et silicones, terminés par un groupe hydroxyle est une
substance inscrite sur la Liste intérieure répondant aux critères du
paragraphe 73(1) de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999);
Attendu qu’un résumé de l’ébauche d’évaluation préalable de
cette substance réalisée en application de l’article 74 de la Loi est
ci-annexé;
Attendu qu’il est proposé de conclure que cette substance ne
satisfait à aucun des critères prévus à l’article 64 de la Loi,
Avis est par les présentes donné que les ministres de l’Environnement et de la Santé proposent de ne rien faire pour le moment à
l’égard de cette substance sous le régime de l’article 77 de la Loi.
Public comment period
Délai pour recevoir les commentaires du public
As specified under subsection 77(5) of the Canadian Environmental Protection Act, 1999, any person may, within 60 days
after publication of this notice, file with the Minister of the Environment written comments on the measure the Ministers propose to take and on the scientific considerations on the basis of
which the measure is proposed. More information regarding
the scientific considerations may be obtained from the Government of Canada’s Chemical Substances Web site (www.
chemicalsubstances.gc.ca). All comments must cite the Canada
Gazette, Part I, and the date of publication of this notice and be
sent to the Executive Director, Program Development and Engagement Division, Gatineau, Quebec K1A 0H3, 819-953-7155
(fax), Existing.Substances.Existantes@ec.gc.ca (email).
Comme le précise le paragraphe 77(5) de la Loi canadienne sur
la protection de l’environnement (1999), dans les 60 jours suivant
la publication du présent avis, quiconque le souhaite peut soumettre par écrit au ministre de l’Environnement ses commentaires sur
la mesure qui y est énoncée et les considérations scientifiques
la justifiant. Des précisions sur les considérations scientifiques peuvent être obtenues à partir du site Web du gouvernement du Canada portant sur les substances chimiques (www.
substanceschimiques.gc.ca). Tous les commentaires doivent mentionner la Partie I de la Gazette du Canada et la date de publication du présent avis, et être envoyés au Directeur exécutif,
Division de la mobilisation et de l’élaboration de programmes,
Gatineau (Québec) K1A 0H3, 819-953-7155 (télécopieur),
Existing.Substances.Existantes@ec.gc.ca (courriel).
Conformément à l’article 313 de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999), quiconque fournit des renseignements en réponse au présent avis peut en même temps demander que ceux-ci soient considérés comme confidentiels.
Le directeur général
Direction des sciences
et de l’évaluation des risques
GEORGE ENEI
Au nom du ministre de l’Environnement
La directrice générale
Direction du secteur des produits chimiques
MARGARET KENNY
Au nom du ministre de l’Environnement
La directrice générale
Direction de la sécurité des milieux
KAREN LLOYD
Au nom de la ministre de la Santé
In accordance with section 313 of the Canadian Environmental
Protection Act, 1999, any person who provides information in
response to this notice may submit with the information a request
that it be treated as confidential.
GEORGE ENEI
Director General
Science and Risk Assessment Directorate
On behalf of the Minister of the Environment
MARGARET KENNY
Director General
Chemicals Sector Directorate
On behalf of the Minister of the Environment
KAREN LLOYD
Director General
Safe Environments Directorate
On behalf of the Minister of Health
36
Supplement to the Canada Gazette
October 2, 2010
ANNEX
ANNEXE
Summary of the Screening Assessment Report of Siloxanes and
Silicones, Me 3,3,3-trifluoropropyl, Me vinyl,
hydroxy-terminated
Résumé de l’évaluation préalable du 3,3,3Trifluoropropyl(méthyl) et méthyl(vinyl)siloxanes et
silicones, terminés par un groupe hydroxyle
Pursuant to section 74 of the Canadian Environmental Protection Act, 1999 (CEPA 1999), the Ministers of the Environment
and of Health have conducted a screening assessment of Siloxanes and silicones, Me 3,3,3-trifluoropropyl, Me vinyl, hydroxyterminated (MVTFS), Chemical Abstracts Service Registry
No. 68952-02-3. This substance was identified as a high priority
for screening assessment and included in the Challenge because it
had been found to meet the ecological categorization criteria for
persistence, bioaccumulation potential and inherent toxicity
to non-human organisms and is believed to be in commerce in
Canada.
Conformément à l’article 74 de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999) [LCPE (1999)], les ministres
de l’Environnement et de la Santé ont effectué une évaluation
préalable du 3,3,3-Trifluoropropyl(méthyl) et méthyl(vinyl)
siloxanes et silicones, terminés par un groupe hydroxyle
(MVTFS), dont le numéro de registre du Chemical Abstracts Service est 68952-02-3. Une priorité élevée a été accordée à l’évaluation préalable de cette substance inscrite au Défi, car elle répondait aux critères de la catégorisation écologique relatifs à la
persistance, au potentiel de bioaccumulation et à la toxicité intrinsèque pour les organismes non humains et on croit qu’elle est
commercialisée au Canada.
L’évaluation des risques que présente le MVTFS pour la santé
humaine n’a pas été jugée hautement prioritaire à la lumière des
résultats fournis par les outils simples de détermination du risque
d’exposition et du risque pour la santé élaborés aux fins de la
catégorisation des substances de la Liste intérieure (LI). Par
conséquent, la présente évaluation est axée sur les renseignements
utiles à l’évaluation des risques pour l’environnement.
Cette substance a été classée dans la catégorie des UVCB organiques (substances de composition inconnue ou variable, produits de réactions complexes ou matières biologiques) au cours de
la catégorisation de la LI. D’après les nouveaux renseignements
reçus, la substance est considérée comme un polymère de siloxane organique.
La substance est utilisée au Canada principalement pour la fabrication d’adhésifs et de caoutchouc synthétique. Elle n’est pas
produite naturellement dans l’environnement. Elle ne serait pas
non plus fabriquée au Canada; cependant, on a importé entre
10 000 et 100 000 kg du polymère dans le pays en 2006.
D’après certaines hypothèses et les profils d’utilisation déclarés
au Canada, la plus grande partie de cette substance aboutit dans
les sites d’enfouissement. On estime qu’une petite fraction est
rejetée dans les eaux usées et, dans une moindre mesure, dans
l’air et le sol, pendant la phase d’utilisation industrielle, tandis
qu’on prévoit que la majorité de la substance finit dans la décharge des sites d’enfouissement.
Selon les données disponibles, il est déterminé que la forme du
MVTFS commercialisée au Canada satisfait aux critères des polymères à exigences réglementaires réduites précisés dans le Règlement sur les renseignements concernant les substances nouvelles (substances chimiques et polymères). Le MVTFS devrait être
non volatil et insoluble dans l’eau, avec une gravité particulière
plus lourde que l’eau. La substance devrait montrer une résistance
à la chaleur, à certains liquides et aux attaques chimiques, et elle
devrait présenter une faible température de transition vitreuse. Le
polymère devrait exister dans un état caoutchoutique à des températures ambiantes et demeurer fonctionnel dans une vaste plage de
températures.
D’après les données déduites à partir d’analogues de ses propriétés physiques et chimiques, le MVTFS devrait être persistant
dans l’environnement. En outre, si l’on considère l’information
déterminée récemment à propos de la bioaccumulation d’un polymère analogue, et compte tenu du poids moléculaire élevé du
MVTFS, le polymère ne sera probablement pas biodisponible
pour les organismes environnementaux et son potentiel de bioaccumulation ne devrait pas être significatif. Par conséquent, il est
proposé de conclure que la substance répond aux critères de la
The substance MVTFS was not considered to be a high priority
for assessment of potential risks to human health, based on the
application of the simple exposure and hazard tools developed for
categorization of substances on the Domestic Substances List
(DSL). Therefore, this assessment focuses on information relevant to the evaluation of ecological risks.
The substance MVTFS was classified as an organic UVCB
(Unknown or Variable Composition, Complex Reaction Products
or Biological Material) during the DSL categorization. Based on
new information received, the substance is considered to be an
organic siloxane polymer substance.
The substance is used in Canada primarily for the manufacturing of adhesives and synthetic rubber. It is not naturally produced
in the environment. It is not reported to be manufactured in Canada; however, between 10 000 and 100 000 kg of the polymer
were imported into the country in 2006.
Based on certain assumptions and reported use patterns in Canada, most of the substance ends up in waste disposal sites. A
small fraction is estimated to be released to wastewater, and to a
lesser extent air and land, during the industrial use stage, while
the majority is expected to end up in landfill at waste disposal
sites.
Based on the available information, it is determined that the
form of MVTFS in commerce in Canada meets the reduced regulatory requirement polymer criteria as specified in the New Substances Notification Regulations (Chemicals and Polymers). The
substance MVTFS is expected to be non-volatile and insoluble in
water, with a specific gravity heavier than water. The substance is
expected to display resistance to heat, some fluid and chemical
attack, as well as to demonstrate a low glass transition temperature. The polymer is anticipated to exist in a rubber-like state at
environmental temperatures and remain functional within a wide
range of temperatures.
Based on the read-across data of the physical and chemical
properties for its analogues, MVTFS is expected to be persistent
in the environment. Furthermore, based on consideration of recently identified information on the bioaccumulation of an analogous polymer, and taking into account the high molecular weight
of MVTFS, the polymer is not likely to be bioavailable to environmental organisms and is not anticipated to have significant
potential for bioaccumulation. It is therefore proposed to conclude
that the substance meets the persistence criteria but does not meet
Le 2 octobre 2010
the bioaccumulation criteria as set out in the Persistence and Bioaccumulation Regulations. In addition, recently identified experimental toxicity data for the analogous polymer and the model
predictions on the hydrolysis products suggest that the polymer
has a low potential to cause harm to organisms in the
environment.
For this screening assessment, a very conservative exposure
scenario was selected in which an industrial operation (user of the
polymer) discharges MVTFS into the aquatic environment. The
predicted environmental concentration in water (PEC) for the
polymer was well below the predicted no-effect concentration
(PNEC) for aquatic organisms. Therefore, based on the information presented in this screening assessment, it is proposed to conclude that MVTFS is not entering the environment in a quantity
or concentration or under conditions that have or may have an
immediate or long-term harmful effect on the environment or its
biological diversity or that constitute or may constitute a danger
to the environment on which life depends.
Empirical health effects data were not identified for MVTFS.
Based on limited health effects data for fluorosilicones which
have similar structures, MVTFS is not considered to demonstrate
high hazard potential.
Exposure of the general population to MVTFS through environmental media (air, drinking water and soil), or in food and
beverages, is expected to be negligible. General population exposure from use of consumer products containing MVTFS is not
expected. Accordingly, risk to human health from exposure to
MVTFS in Canada is considered to be low. It is thus proposed to
conclude that MVTFS is not entering the environment in a quantity or concentration or under conditions that constitute or may
constitute a danger in Canada to human life or health.
Given the complexity associated with the polymer formulation
and the potentially hazardous properties associated with low molecular weight polymers, there is concern that new activities for
MVTFS which have not been identified or assessed under
CEPA 1999 could lead to the substances meeting the criteria as
set out in section 64 of the Act. Therefore, it is recommended that
the DSL be amended to indicate that MVTFS meets the reduced
regulatory requirement polymer criteria. Should other forms of
MVTFS not meeting the reduced regulatory requirement polymer
criteria be introduced on the Canadian market, those forms would
be subject to the requirements of the New Substances Notification
Regulations.
Supplément à la Gazette du Canada
37
persistance, mais pas à ceux de la bioaccumulation, énoncés dans
le Règlement sur la persistance et la bioaccumulation. En outre,
les données expérimentales de toxicité relevées récemment pour
le polymère analogue et les prévisions modélisées sur les produits de l’hydrolyse semblent indiquer que le polymère présente
un danger faible pour les organismes dans l’environnement.
Aux fins de la présente évaluation préalable, un scénario
d’exposition très prudent a été choisi; d’après celui-ci, une activité industrielle (utilisant le polymère) rejette du MVTFS dans le
milieu aquatique. La concentration environnementale estimée
(CEE) du polymère dans l’eau pour les organismes aquatiques
était sensiblement inférieure à la concentration estimée sans effet
(CESE). Par conséquent, d’après les renseignements contenus
dans la présente évaluation préalable, il est proposé de conclure
que le MVTFS ne pénètre pas dans l’environnement en une quantité, à une concentration ou dans des conditions qui ont ou peuvent avoir un effet nocif immédiat ou à long terme sur l’environnement ou sa diversité biologique, ou qui constituent ou
peuvent constituer un danger pour l’environnement essentiel pour
la vie.
Aucune donnée empirique relative aux effets sur la santé n’a
été relevée pour le MVTFS. D’après les données limitées relatives aux effets sur la santé de fluorosilicones ayant des structures
similaires, on considère que le MVTFS ne présente pas un potentiel de risque élevé.
On s’attend à ce que l’exposition de l’ensemble de la population au MVTFS présent dans les milieux naturels (air, eau potable
et sol) ou dans les aliments et les boissons soit négligeable. On ne
prévoit aucune exposition de l’ensemble de la population à partir
de l’utilisation de produits de consommation contenant du
MVTFS. Par conséquent, on considère que le risque pour la santé
humaine découlant de l’exposition au MVTFS au Canada est
faible. Il est donc proposé de conclure que le MVTFS ne pénètre
pas dans l’environnement en une quantité, à une concentration ou
dans des conditions de nature à constituer un danger au Canada
pour la vie ou la santé humaines.
En raison de la complexité associée à la formulation du polymère et des propriétés potentiellement dangereuses associées aux
polymères ayant un faible poids moléculaire, on craint que les
utilisations nouvelles du MVTFS qui ne sont ni décelées ni évaluées en vertu de la LCPE (1999) fassent en sorte que les substances répondent aux critères de l’article 64 de la Loi. Dès lors, on
recommande la modification de la LI pour indiquer que le
MVTFS répond aux critères des polymères à exigences réglementaires réduites. Si d’autres formes du MVTFS ne répondant pas
aux exigences réglementaires réduites sont introduites sur le marché canadien, ces formes seront soumises aux exigences du
Règlement sur les renseignements concernant les substances
nouvelles.
Proposed conclusion
Conclusion proposée
Based on the information available, it is proposed to conclude
that the reduced regulatory requirement form of Siloxanes and
Silicones, Me 3,3,3-trifluoropropyl, Me vinyl, hydroxyterminated does not meet any of the criteria set out in section 64
of CEPA 1999.
The draft Screening Assessment for this substance is available
on the Government of Canada’s Chemical Substances Web site
(www.chemicalsubstances.gc.ca).
D’après les renseignements disponibles, il est proposé de
conclure que la forme à exigences réglementaires réduites du
3,3,3-Trifluoropropyl(méthyl) et méthyl(vinyl)siloxanes et silicones, terminés par un groupe hydroxyle ne satisfait à aucun des
critères de l’article 64 de la LCPE (1999).
L’ébauche d’évaluation préalable concernant cette substance
est accessible sur le site Web du gouvernement du Canada portant sur les substances chimiques à l’adresse www.
substanceschimiques.gc.ca.
38
Supplement to the Canada Gazette
October 2, 2010
Publication after screening assessment of a substance —
Siloxanes and Silicones, di-Me, hydrogen-terminated,
CAS No. 70900-21-9 — specified on the Domestic Substances
List (subsection 77(1) of the Canadian Environmental Protection
Act, 1999)
Publication après évaluation préalable d’une substance —
Siloxanes et silicones, diméthyl-, terminés par un atome
d’hydrogène, numéro de CAS 70900-21-9 — inscrite sur la Liste
intérieure [paragraphe 77(1) de la Loi canadienne sur la
protection de l’environnement (1999)]
Whereas the substance Siloxanes and Silicones, di-Me,
hydrogen-terminated is on the Domestic Substances List identified under subsection 73(1) of the Canadian Environmental Protection Act, 1999;
Whereas a summary of the draft Screening Assessment conducted on the substance pursuant to section 74 of the Act is annexed hereby; and
Whereas it is proposed to conclude that the substance does not
meet any of the criteria set out in section 64 of the Act,
Notice therefore is hereby given that the Ministers of the Environment and of Health propose to take no further action on the
substance at this time under section 77 of the Act.
Attendu que la substance Siloxanes et silicones, diméthyl-,
terminés par un atome d’hydrogène est inscrite sur la Liste intérieure qui répond aux critères du paragraphe 73(1) de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999);
Attendu qu’un résumé de l’ébauche d’évaluation préalable de
cette substance réalisée en application de l’article 74 de la Loi est
ci-annexé;
Attendu qu’il est proposé de conclure que cette substance ne
satisfait à aucun des critères prévus à l’article 64 de la Loi,
Avis est par les présentes donné que les ministres de l’Environnement et de la Santé proposent de ne rien faire pour le moment à
l’égard de cette substance sous le régime de l’article 77 de la Loi.
Public comment period
Délai pour recevoir les commentaires du public
As specified under subsection 77(5) of the Canadian Environmental Protection Act, 1999, any person may, within 60 days
after publication of this notice, file with the Minister of the Environment written comments on the measure the Ministers
propose to take and on the scientific considerations on the basis
of which the measure is proposed. More information regarding the scientific considerations may be obtained from the
Government of Canada’s Chemical Substances Web site (www.
chemicalsubstances.gc.ca). All comments must cite the Canada
Gazette, Part I, and the date of publication of this notice and be
sent to the Executive Director, Program Development and Engagement Division, Gatineau, Quebec K1A 0H3, 819-953-7155
(fax), Existing.Substances.Existantes@ec.gc.ca (email).
Comme le précise le paragraphe 77(5) de la Loi canadienne sur
la protection de l’environnement (1999), dans les 60 jours suivant
la publication du présent avis, quiconque le souhaite peut soumettre par écrit au ministre de l’Environnement ses commentaires sur
la mesure qui y est énoncée et les considérations scientifiques la
justifiant. Des précisions sur les considérations scientifiques
peuvent être obtenues à partir du site Web du gouvernement du Canada portant sur les substances chimiques (www.
substanceschimiques.gc.ca). Tous les commentaires doivent mentionner la Partie I de la Gazette du Canada et la date de publication du présent avis, et être envoyés au Directeur exécutif, Division de la mobilisation et de l’élaboration de programmes,
Gatineau (Québec) K1A 0H3, 819-953-7155 (télécopieur),
Existing.Substances.Existantes@ec.gc.ca (courriel).
Conformément à l’article 313 de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999), quiconque fournit des renseignements en réponse au présent avis peut en même temps demander que ceux-ci soient considérés comme confidentiels.
Le directeur général
Direction des sciences
et de l’évaluation des risques
GEORGE ENEI
Au nom du ministre de l’Environnement
La directrice générale
Direction du secteur des produits chimiques
MARGARET KENNY
Au nom du ministre de l’Environnement
La directrice générale
Direction de la sécurité des milieux
KAREN LLOYD
Au nom de la ministre de la Santé
In accordance with section 313 of the Canadian Environmental
Protection Act, 1999, any person who provides information in
response to this notice may submit with the information a request
that it be treated as confidential.
GEORGE ENEI
Director General
Science and Risk Assessment Directorate
On behalf of the Minister of the Environment
MARGARET KENNY
Director General
Chemicals Sector Directorate
On behalf of the Minister of the Environment
KAREN LLOYD
Director General
Safe Environments Directorate
On behalf of the Minister of Health
ANNEX
ANNEXE
Summary of the Screening Assessment Report of Siloxanes
and Silicones, di-Me, hydrogen-terminated
Résumé de l’évaluation préalable des Siloxanes et silicones,
diméthyl-, terminés par un atome d’hydrogène
Pursuant to section 74 of the Canadian Environmental Protection Act, 1999 (CEPA 1999), the Ministers of the Environment
and of Health have conducted a screening assessment of Siloxanes and Silicones, di-Me, hydrogen-terminated (MHDnMH),
Conformément à l’article 74 de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999) [LCPE (1999)], les ministres
de l’Environnement et de la Santé ont effectué une évaluation
préalable de la substance Siloxanes et silicones, diméthyl-,
Le 2 octobre 2010
Chemical Abstracts Service Registry No. 70900-21-9. This substance was identified as a high priority for screening assessment
and included in the Challenge because, based on model predictions, it was found to meet the ecological categorization criteria
for persistence, bioaccumulation potential and inherent toxicity to
non-human organisms and is believed to be in commerce in
Canada.
The substance MHDnMH was not considered to be a high priority for assessment of potential risks to human health, based on
the application of the simple exposure and hazard tools developed for categorization of substances on the Domestic Substances List (DSL). Therefore, this assessment focuses on information relevant to the evaluation of ecological risks.
The substance MHDnMH was classified as an organic UVCB
(Unknown or Variable Composition, Complex Reaction Products
or Biological Material) during the DSL categorization. Based on
new information received, the substance is considered to be an
organic siloxane polymer.
The substance MHDnMH is not naturally produced in the environment. In 2006, between 10 000 and 100 000 kg of the substance were manufactured in Canada, and less than 100 kg were
imported into the country.
Based on reported use, MHDnMH is manufactured as an intermediate polymer, and then exported in bulk form out of the country for producing plastics. During the industrial process, a small
amount of the polymer is released to wastewater, and to a lesser
extent air and land; however, the total environmental release is
not significant.
Based on the available information, it is determined that the
form of MHDnMH in commerce in Canada meets the Reduced
Regulatory Requirement polymer criteria as specified in the New
Substances Notification Regulations (Chemicals and Polymers).
Given that polymers are often complex mixtures and the molecular weight of a polymer varies as a function of the number of repeating units, two forms of the polymer of different molecular
weights were considered in this assessment. This was done in
order to address concerns relating to both average (e.g. MHDnMH
where n = 34) and low (e.g. MHDnMH where n = 5) molecular
weight forms of the polymer.
The substance is expected to be persistent in the environment.
Furthermore, based on consideration of recently identified information for an analogue polymer on the potential for bioaccumulation, and taking into account its relatively large molecular size,
the substance is not likely to be bioavailable and is expected to
have a low potential to accumulate in the lipid tissues of organisms. The substance therefore meets the persistence criteria but
does not meet the bioaccumulation criteria as set out in the Persistence and Bioaccumulation Regulations. In addition, new modelled toxicity data for the substance and experimental data for an
analogue polymer suggest that MHDnMH has a low potential to
cause harm to organisms in water, soil, and sediment.
For this screening assessment, a very conservative exposure
scenario was selected in which an industrial operation discharges
MHDnMH into aquatic environment. The predicted environmental concentration in water was well below the predicted
no-effect concentration calculated for aquatic organisms. Therefore, based on the information presented in this screening assessment, it is expected that MHDnMH is not entering the environment in a quantity or concentration or under conditions that
Supplément à la Gazette du Canada
39
terminés par un atome d’hydrogène (MHDnMH), dont le numéro
de registre du Chemical Abstracts Service est 70900-21-9. Une
priorité élevée a été accordée à l’évaluation préalable de cette
substance inscrite au Défi ministériel, car, d’après les prévisions
modélisées, elle répond aux critères de la catégorisation écologique relatifs à la persistance, au potentiel de bioaccumulation et à
la toxicité intrinsèque pour les organismes non humains et on
croit qu’elle est commercialisée au Canada.
L’évaluation des risques que présente le MHDnMH pour la santé humaine n’a pas été jugée hautement prioritaire à la lumière
des résultats fournis par les outils simples de détermination du
risque d’exposition et du risque pour la santé élaborés aux fins de
la catégorisation des substances de la Liste intérieure. Par conséquent, la présente évaluation est axée sur les renseignements utiles à l’évaluation des risques pour l’environnement.
Le MHDnMH a été classé dans la catégorie des UVCB organiques (substances de composition inconnue ou variable, produits
de réactions complexes ou matières biologiques) au cours de la
catégorisation de la Liste intérieure. D’après les nouveaux renseignements obtenus, la substance est considérée comme un polymère de siloxane organique.
Le MHDnMH n’est pas produit naturellement dans l’environnement. En 2006, entre 10 000 et 100 000 kg de cette substance ont
été fabriqués au Canada, et moins de 100 kg ont été importés au
pays.
Selon l’utilisation déclarée, le MHDnMH est fabriqué en tant
que polymère intermédiaire, qui est par la suite exporté en vrac
pour la fabrication de plastiques. Le procédé industriel utilisé
entraîne le rejet du polymère en petite quantité dans les eaux
usées, ainsi que dans l’air et le sol, mais dans une moindre mesure. Toutefois, les rejets totaux dans l’environnement ne sont pas
importants.
Selon les données actuelles, la forme de MHDnMH commercialisée au Canada satisfait aux critères pour les polymères à exigences réglementaires réduites précisés dans le Règlement sur les
renseignements concernant les substances nouvelles (substances
chimiques et polymères). Étant donné que les polymères sont
souvent des mélanges complexes et que leur poids moléculaire
varie en fonction du nombre d’unités répétées, deux formes du
polymère de deux poids moléculaires différents ont été prises en
compte dans cette évaluation. Cette approche vise à répondre aux
préoccupations liées aux poids moléculaires moyen (par exemple
MHDnMH, où n = 34) et faible (par exemple MHDnMH, où
n = 5) du polymère.
Cette substance devrait être persistante dans l’environnement.
En outre, d’après l’information obtenue récemment à propos de la
bioaccumulation d’un polymère analogue, et compte tenu de son
poids moléculaire relativement élevé, elle n’est probablement pas
biodisponible et son potentiel de bioaccumulation dans les tissus
adipeux des organismes devrait être faible. Elle répond donc aux
critères de persistance énoncés dans le Règlement sur la persistance et la bioaccumulation, mais ne répond pas à ceux de bioaccumulation. Qui plus est, les nouvelles données de toxicité modélisées et les données expérimentales pour un polymère analogue
portent à croire que le MHDnMH représente un faible risque pour
les organismes qui se trouvent dans l’eau, le sol et les sédiments.
Aux fins de la présente évaluation préalable, un scénario
d’exposition très prudent a été choisi. Selon ce scénario, les rejets
industriels de MHDnMH ont lieu dans le milieu aquatique. La
concentration environnementale estimée dans l’eau pour les organismes aquatiques était très inférieure à la concentration estimée
sans effet. Par conséquent, d’après les renseignements inclus dans
la présente évaluation préalable, le MHDnMH ne devrait pas pénétrer dans l’environnement en une quantité, à une concentration
40
Supplement to the Canada Gazette
have or may have an immediate or long-term harmful effect on
the environment or its biological diversity or that constitute
or may constitute a danger to the environment on which life
depends.
Empirical health effects data were not identified for MHDnMH.
Based on health effects data about the analogue polydimethylsiloxane (PDMS), and on the weight-of-evidence-based risk assessments for PDMS conducted by international agencies, it is
considered that MHDnMH demonstrates low hazard potential.
Based on the estimated concentrations of MHDnMH in
environmental media (air, drinking water and soil), exposure of
the general population is expected to be negligible. General
population exposure can occur through use of consumer products
containing MHDnMH. Margins between conservative upperbounding estimates of exposure for MHDnMH and effect levels
from health effects studies with the analogue, PDMS, are considered adequate to address uncertainties in the health effects and
exposure databases. It is therefore proposed to conclude that
MHDnMH is not entering the environment in a quantity or concentration or under conditions that constitute or may constitute a
danger in Canada to human life or health.
Given the complexity associated with the polymer formulation
and the potentially hazardous properties associated with low molecular weight polymers, there is concern that new activities for
MHDnMH which have not been identified or assessed under
CEPA 1999 could lead to the substance meeting the criteria as set
out in section 64 of the Act. Therefore, it is recommended that the
DSL be amended to indicate that MHDnMH meets the reduced
regulatory requirement polymer criteria. Should other forms of
MHDnMH not meeting the reduced regulatory requirement polymer criteria be introduced on the Canadian market, those forms
would be subject to the requirements of the New Substances Notification Regulations.
October 2, 2010
ou dans des conditions de nature à avoir, immédiatement ou à
long terme, un effet nocif sur l’environnement ou la diversité
biologique, ni à mettre en danger l’environnement essentiel pour
la vie.
Aucune donnée empirique relative aux effets sur la santé n’a
été relevée pour le MHDnMH. En s’appuyant sur les données
relatives aux effets sur la santé du polydiméthylsiloxane (PDMS),
une substance analogue, et sur les évaluations de cette substance
qui sont fondées sur le poids de la preuve et qui ont été réalisées
par des organismes internationaux, on estime que le MHDnMH
présente un faible potentiel de risque.
Selon les concentrations estimées de MHDnMH dans l’environnement (air, eau potable et sol), l’exposition de l’ensemble de la
population devrait être négligeable. Cette exposition peut avoir
lieu par l’utilisation de produits de consommation qui contiennent
du MHDnMH. Les marges entre l’estimation de la limite supérieure d’exposition pour le MHDnMH et les niveaux associés à
des effets dans le cadre des études des effets du PDMS sur la
santé sont considérées comme adéquates pour tenir compte des
incertitudes dans les bases de données des effets sur la santé et de
l’exposition. On estime donc que le MHDnMH ne pénètre pas
dans l’environnement en une quantité, à une concentration ou
dans des conditions qui constituent ou peuvent constituer un danger au Canada pour la vie ou la santé humaines.
En raison de la complexité associée à la formulation du polymère et des propriétés potentiellement dangereuses associées aux
polymères ayant un faible poids moléculaire, on craint que les
utilisations nouvelles MHDnMH qui ne sont ni décelées ni évaluées en vertu de la LCPE (1999) fassent en sorte que la substance réponde aux critères de l’article 64 de la Loi. Pour cette
raison, il est recommandé de modifier la Liste intérieure de façon
à indiquer que le MHDnMH répond aux critères pour les polymères à exigences réglementaires réduites. Si d’autres formes du
MHDnMH qui ne répondent pas aux exigences réglementaires
réduites sont introduites sur le marché canadien, elles seront soumises aux exigences du Règlement sur les renseignements concernant les substances nouvelles.
Proposed conclusion
Conclusion proposée
Based on the information available, it is proposed to conclude
that the reduced regulatory requirement form of Siloxanes and
Silicones, di-Me, hydrogen-terminated does not meet any of the
criteria set out in section 64 of CEPA 1999.
D’après les renseignements disponibles, il est proposé de
conclure que la forme à exigences réglementaires réduites des
Siloxanes et silicones, diméthyl-, terminés par un atome
d’hydrogène ne satisfait à aucun des critères de l’article 64 de la
LCPE (1999).
L’ébauche d’évaluation préalable concernant cette substance
est accessible sur le site Web du gouvernement du Canada
portant sur les substances chimiques à l’adresse www.
substanceschimiques.gc.ca.
The draft Screening Assessment for this substance is available
on the Government of Canada’s Chemical Substances Web site
(www.chemicalsubstances.gc.ca).
Le 2 octobre 2010
Supplément à la Gazette du Canada
41
Publication after screening assessment of six substances —
Bismuthine, triphenyl-, CAS No. 603-33-8; Cyclotetrasiloxane,
heptamethylphenyl-, CAS No. 10448-09-6; Benzene, 1,1′(chlorophenylmethylene)bis[4-methoxy-, CAS No. 40615-36-9;
Phenol, 2-phenoxy-, trichloro deriv., CAS No. 64111-81-5;
Siloxanes and Silicones, di-Me, reaction products with Me
hydrogen siloxanes and 1,1,3,3-tetramethyldisiloxane,
CAS No. 69430-47-3; and Phenol, 4,4 -(1-methylethylidene)
bis-, reaction products with hexakis(methoxymethyl)melamine,
CAS No. 125328-28-1 — specified on the Domestic Substances
List (subsection 77(1) of the Canadian Environmental Protection
Act, 1999)
Publication après évaluation préalable de six substances —
le Triphénylbismuth, numéro de CAS 603-33-8; le
Heptaméthylphénylcyclotétrasiloxane, numéro
de CAS 10448-09-6; le 1,1′-(Chlorophénylméthylène)bis
[4-méthoxybenzène], numéro de CAS 40615-36-9; le Phénol,
2-phénoxy-, trichloro dériv., numéro de CAS 64111-81-5; les
Diméthylsiloxanes et silicones, produits de réaction avec
des (méthyl)hydrogénosiloxanes, numéro de CAS 69430-47-3
et le 4,4′-Isopropylidènediphénol, produits de réaction
avec l’hexakis(méthoxyméthyl)mélamine, numéro de
CAS 125328-28-1 — inscrites sur la Liste intérieure
[paragraphe 77(1) de la Loi canadienne sur la protection
de l’environnement (1999)]
Whereas Bismuthine, triphenyl-; Cyclotetrasiloxane, heptamethylphenyl-;
Benzene,
1,1′-(chlorophenylmethylene)bis
[4-methoxy-; Phenol, 2-phenoxy-, trichloro deriv.; Siloxanes
and Silicones, di-Me, reaction products with Me hydrogen
siloxanes and 1,1,3,3-tetramethyldisiloxane; and Phenol, 4,4 -(1methylethylidene)bis-,
reaction
products
with
hexakis
(methoxymethyl)melamine are substances on the Domestic Substances List identified under subsection 73(1) of the Canadian
Environmental Protection Act, 1999;
Whereas a summary of the draft Screening Assessment conducted on the substances pursuant to section 74 of the Act is annexed hereby;
Whereas it is proposed to conclude that the substances do not
meet any of the criteria set out in section 64 of the Act; and
Whereas the Minister of the Environment intends to amend the
Domestic Substances List, under subsection 87(3) of the Act, to
indicate that subsection 81(3) thereof applies with respect to these
substances,
Notice therefore is hereby given that the Ministers of the Environment and of Health propose to take no further action on
these substances at this time under section 77 of the Act.
Attendu que le Triphénylbismuth; le Heptaméthylphénylcyclotétrasiloxane;
le
1,1′-(Chlorophénylméthylène)bis[4méthoxybenzène]; le Phénol, 2-phénoxy-, trichloro dériv.; les
Diméthylsiloxanes et silicones, produits de réaction avec des
(méthyl)hydrogénosiloxanes et le 4,4′-Isopropylidènediphénol,
produits de réaction avec l’hexakis(méthoxyméthyl)mélamine
sont des substances inscrites sur la Liste intérieure répondant aux
critères du paragraphe 73(1) de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999);
Attendu qu’un résumé de l’ébauche d’évaluation préalable de
ces substances qui a été réalisée en application de l’article 74 de
la Loi est ci-annexé;
Attendu qu’il est proposé de conclure que ces substances ne
remplissent aucun des critères prévus à l’article 64 de la Loi;
Attendu que le ministre de l’Environnement a l’intention de
modifier la Liste intérieure, en application du paragraphe 87(3) de
la Loi, de manière à indiquer que le paragraphe 81(3) s’applique à
ces substances,
Avis est par les présentes donné que les ministres de l’Environnement et de la Santé proposent de ne rien faire pour le moment à
l’égard de ces substances sous le régime de l’article 77 de la Loi.
Public comment period
Délai pour recevoir les commentaires du public
As specified under subsection 77(5) of the Canadian Environmental Protection Act, 1999, any person may, within 60 days
after publication of this notice, file with the Minister of the Environment written comments on the measure the Ministers propose to take and on the scientific considerations on the basis
of which the measure is proposed. More information regarding
the scientific considerations may be obtained from the Government of Canada’s Chemical Substances Web site (www.
chemicalsubstances.gc.ca). All comments must cite the Canada
Gazette, Part I, and the date of publication of this notice and be
sent to the Executive Director, Program Development and Engagement Division, Gatineau, Quebec K1A 0H3, 819-953-7155
(fax), Existing.Substances.Existantes@ec.gc.ca (email).
Comme le précise le paragraphe 77(5) de la Loi canadienne sur
la protection de l’environnement (1999), dans les 60 jours suivant
la publication du présent avis, quiconque le souhaite peut soumettre par écrit au ministre de l’Environnement ses commentaires
sur la mesure qui y est énoncée et les considérations scientifiques
la justifiant. Des précisions sur les considérations scientifiques
peuvent être obtenues à partir du site Web du gouvernement
du Canada portant sur les substances chimiques (www.
substanceschimiques.gc.ca). Tous les commentaires doivent mentionner la Partie I de la Gazette du Canada et la date de publication du présent avis, et être envoyés au Directeur exécutif,
Division de la mobilisation et de l’élaboration de programmes,
Gatineau (Québec) K1A 0H3, 819-953-7155 (télécopieur),
Existing.Substances.Existantes@ec.gc.ca (courriel).
Conformément à l’article 313 de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999), quiconque fournit des renseignements en réponse au présent avis peut en même temps demander que ceux-ci soient considérés comme confidentiels.
Le directeur général
Direction des sciences et de l’évaluation des risques
GEORGE ENEI
Au nom du ministre de l’Environnement
La directrice générale
Direction du secteur des produits chimiques
MARGARET KENNY
Au nom du ministre de l’Environnement
In accordance with section 313 of the Canadian Environmental
Protection Act, 1999, any person who provides information in
response to this notice may submit with the information a request
that it be treated as confidential.
GEORGE ENEI
Director General
Science and Risk Assessment Directorate
On behalf of the Minister of the Environment
MARGARET KENNY
Director General
Chemicals Sector Directorate
On behalf of the Minister of the Environment
42
Supplement to the Canada Gazette
October 2, 2010
KAREN LLOYD
Director General
Safe Environments Directorate
On behalf of the Minister of Health
La directrice générale
Direction de la sécurité des milieux
KAREN LLOYD
Au nom de la ministre de la Santé
ANNEX
ANNEXE
Summary of the Screening Assessment of
the Six Substances Listed Below
Résumé de l’évaluation préalable des
six substances indiquées ci-dessous
CAS RN*
603-33-8
10448-09-6
40615-36-9
64111-81-5
69430-47-3
DSL Name
Bismuthine, triphenylCyclotetrasiloxane, heptamethylphenylBenzene, 1,1′-(chlorophenylmethylene)bis[4-methoxyPhenol, 2-phenoxy-, trichloro deriv.
Siloxanes and Silicones, di-Me, reaction products with
Me hydrogen siloxanes and 1,1,3,3-tetramethyldisiloxane
Numéro CAS*
603-33-8
10448-09-6
40615-36-9
64111-81-5
69430-47-3
125328-28-1
Phenol, 4,4 -(1-methylethylidene)bis-, reaction products
with hexakis(methoxymethyl)melamine
125328-28-1
Nom LI
Triphénylbismuth
Heptaméthylphénylcyclotétrasiloxane
1,1′-(Chlorophénylméthylène)bis[4-méthoxybenzène]
Phénol, 2-phénoxy-, trichloro dériv.
Diméthylsiloxanes et silicones, produits de réaction avec
des (méthyl)hydrogénosiloxanes et le 1,1,3,3tétraméthyldisiloxane
4,4′-Isopropylidènediphénol, produits de reaction avec
l’hexakis(méthoxyméthyl)mélamine
*CAS RN = Chemical Abstracts Service Registry Number
*Numéro CAS = Numéro de registre du Chemical Abstracts Service
The above six substances on the Domestic Substances List
(DSL) were identified as high priority for screening assessment,
to be part of the Challenge, because they meet the ecological categorization criteria for persistence (P) and bioaccumulation (B)
and inherent toxicity to non-human organisms (iT), under paragraph 73(1)(b) of the Canadian Environmental Protection Act,
1999 (CEPA 1999), and were believed to be in commerce in Canada. However, these substances were not identified as posing a
high hazard to human health based on classifications by other
national or international agencies for carcinogenicity, genotoxicity, developmental toxicity or reproductive toxicity. Also, they
are not on the European Union’s Candidate List of Substances of
Very High Concern for Authorisation.
Une priorité élevée a été accordée à l’évaluation préalable des
six substances de la Liste intérieure mentionnées ci-dessus pour
leur inclusion dans le Défi, car elles répondent aux critères environnementaux de la catégorisation relatifs à la persistance, à la
bioaccumulation et à la toxicité intrinsèque pour les organismes
non humains en vertu de l’alinéa 73(1)b) de la Loi canadienne sur
la protection de l’environnement (1999) [LCPE (1999)], et elles
semblent être commercialisées au Canada. Cependant, le risque
que présentent ces substances pour la santé humaine n’a pas été
jugé élevé, compte tenu des classifications qui ont été établies par
d’autres organismes nationaux ou internationaux concernant leur
cancérogénicité, leur génotoxicité, leur toxicité pour le développement ou la reproduction. Par ailleurs, elles ne font pas partie de
la liste des substances très préoccupantes de l’Union européenne
devant faire l’objet d’une autorisation.
En application de l’article 74 de la LCPE (1999), les ministres
de l’Environnement et de la Santé ont effectué une évaluation
préalable des six substances.
Les résultats des avis émis en vertu de l’alinéa 71(1)b) de la
LCPE (1999), le 4 mars 2006 et le 26 septembre 2009, dans le
cadre du Défi, n’ont révélé aucune activité de fabrication ou
d’importation des substances au Canada en une quantité égale ou
supérieure au seuil de 100 kg pour les années de déclaration 2005
et 2006, respectivement. Ces résultats indiquent que, en 2005 et
en 2006, les substances en question n’étaient pas utilisées en une
quantité supérieure au seuil de déclaration fixé. Par conséquent, la
probabilité d’exposition à ces substances au Canada en raison de
l’activité industrielle est faible. Pour le moment, on n’a pas encore déterminé d’autres sources d’entrée dans l’environnement.
Les renseignements obtenus en réponse aux avis émis en vertu
de l’alinéa 71(1)b) de la LCPE (1999) et au questionnaire du
26 septembre 2009 qui y était joint n’ont révélé aucune nouvelle
donnée importante en ce qui a trait à la persistance, à la bioaccumulation et à la toxicité intrinsèque de ces six substances. Puisque
aucune activité d’importation ou de fabrication dépassant le seuil
de déclaration ne concerne ces substances, aucun effort supplémentaire n’a été déployé pour recueillir ou analyser des renseignements portant sur leur persistance, leur bioaccumulation et leurs
effets sur l’environnement, à l’exclusion de ce qui avait déjà été
Pursuant to paragraph 74(a) of CEPA 1999, the Ministers of
the Environment and of Health have conducted a screening assessment on these substances.
Results from notices issued under paragraph 71(1)(b) of
CEPA 1999 on March 4, 2006, and September 26, 2009, as part
of the Challenge revealed no reports of industrial activity (import
or manufacture) with respect to these substances in Canada,
above the reporting threshold of 100 kg, for the specified reporting year of 2005 and 2006, respectively. These results indicate
that in 2005 and 2006, these substances were not in use above the
specified reporting threshold, and therefore the likelihood of exposure to this substance in Canada resulting from commercial
activity is low. Other sources of entry into the environment have
not been identified at this time.
Responses to the above notices issued under paragraph 71(1)(b) of CEPA 1999 and the accompanying questionnaire of September 26, 2009, also revealed no new information
relevant to the PBiT properties of these substances. Given the
lack of import or manufacture activity above the reporting threshold for these substances, no further collection or analysis relevant
to the persistence, bioaccumulation and ecological effects of these
substances, beyond what was done for categorization, has been
conducted. Therefore, the decisions on PBiT properties made
during categorization remain unchanged and accordingly these
Le 2 octobre 2010
substances are considered to be highly hazardous to non-human
organisms. They are also considered to meet the criteria for both
persistence and bioaccumulation as set out in the Persistence and
Bioaccumulation Regulations.
As mentioned above, since the results from notices issued
under paragraph 71(1)(b) of CEPA 1999 on March 4, 2006, and
September 26, 2009, indicate that these substances are not in use
above the specified reporting threshold, the likelihood of exposure to the general population in Canada is considered to be low;
hence, the potential risk to human health is considered to be low.
Furthermore, these substances were not identified as posing a
high hazard to human health based on classifications by other
national or international agencies for carcinogenicity, genotoxicity, developmental toxicity or reproductive toxicity. Also, they
are not on the European Union’s Candidate List of Substances of
Very High Concern for Authorisation.
Supplément à la Gazette du Canada
43
fait dans le cadre de la catégorisation. Par conséquent, les décisions qui ont été prises durant la catégorisation concernant la persistance, la bioaccumulation et la toxicité intrinsèque de ces
substances demeurent inchangées. Elles sont considérées comme
hautement dangereuses pour les organismes non humains. Elles
répondent également aux critères de la persistance et de la bioaccumulation prévus dans le Règlement sur la persistance et la
bioaccumulation.
Tel qu’il est mentionné précédemment, étant donné que les
résultats des avis émis en vertu de l’alinéa 71(1)b) de la
LCPE (1999), le 4 mars 2006 et le 26 septembre 2009, indiquent
que les quantités de ces substances ne dépassent pas le seuil de
déclaration indiqué, il est peu probable que l’ensemble de la population soit exposé à ces substances. Par conséquent, le risque
potentiel pour la santé humaine est faible. De plus, le risque que
présentent ces substances pour la santé humaine n’a pas été jugé
élevé compte tenu des classifications établies par d’autres organismes nationaux ou internationaux concernant leur cancérogénicité, leur génotoxicité ou leur toxicité pour le développement ou
la reproduction. Par ailleurs, elles ne font pas partie de la liste des
substances très préoccupantes de l’Union européenne devant faire
l’objet d’une autorisation.
Proposed conclusion
Conclusion proposée
Based on available information, and until new information is
received indicating that these substances are entering, or may
enter the environment, from commercial activity or from other
sources, it is proposed to conclude that the above substances are
currently not entering or likely to enter the environment in a
quantity or concentration or under conditions that have or may
have an immediate or long-term harmful effect on the environment or its biological diversity or constitute a danger to the environment on which life depends or that constitute a danger in
Canada to human life or health. Therefore, it is proposed to conclude that they do not meet any of the criteria as set out in section 64 of CEPA 1999.
D’après les renseignements disponibles, et jusqu’à ce que de
nouvelles données indiquent que ces substances pénètrent ou
peuvent pénétrer dans l’environnement en raison d’activités commerciales ou d’autres sources, on propose de conclure que les
substances susmentionnées ne pénètrent actuellement pas ou ne
devraient pas pénétrer dans l’environnement en une quantité, à
une concentration ou dans des conditions qui ont ou peuvent avoir
un effet nuisible immédiat ou à long terme sur l’environnement
ou sa diversité biologique, ou qui constituent ou peuvent constituer un danger pour l’environnement essentiel pour la vie, ou pour
la vie humaine ou la santé au Canada. Il est donc proposé de
conclure qu’elles ne répondent à aucun des critères de l’article 64
de la LCPE (1999).
Les substances précisées étant inscrites sur la Liste intérieure,
leur importation et leur fabrication au Canada ne sont pas visées
par les exigences de déclaration prévues au paragraphe 81(1) de
la Loi. Compte tenu des propriétés dangereuses de ces substances
(persistance, potentiel de bioaccumulation et toxicité intrinsèque),
on craint que les nouvelles activités qui n’ont pas été recensées ni
évaluées pourraient faire en sorte que les substances répondent
aux critères prévus à l’article 64 de la Loi. En conséquence,
on recommande de modifier la Liste intérieure en application du
paragraphe 87(3) de la Loi afin d’indiquer que le paragraphe 81(3) de cette loi s’applique aux substances en question, de
sorte que toute nouvelle activité de fabrication, d’importation ou
d’utilisation soit déclarée et que les risques qu’elles présentent
pour la santé humaine et l’environnement soient évalués.
L’ébauche d’évaluation préalable de ces substances est accessible sur le site Web du gouvernement du Canada portant sur les
substances chimiques à l’adresse www.substanceschimiques.
gc.ca.
Because these substances are listed on the Domestic Substances
List, their import and manufacture in Canada are not subject to
notification under subsection 81(1) of CEPA 1999. Given the
hazardous PBiT properties of these substances, there is concern
that new activities that have not been identified or assessed could
lead to these substances meeting the criteria set out in section 64
of the Act. Therefore, it is recommended to amend the Domestic
Substances List, under subsection 87(3) of the Act, to indicate
that subsection 81(3) of the Act applies with respect to these substances so that new manufacture, import or use of these substances be subject to notification and undergo ecological and
human health risk assessments.
The draft Screening Assessment for these substances is available on the Government of Canada’s Chemical Substances Web
site (www.chemicalsubstances.gc.ca).
If undelivered, return COVER ONLY to:
Publishing and Depository Services
Public Works and Government Services
Canada
Ottawa, Canada K1A 0S5
En cas de non-livraison,
retourner cette COUVERTURE SEULEMENT à :
Les Éditions et Services de dépôt
Travaux publics et Services gouvernementaux
Canada
Ottawa, Canada K1A 0S5
Available from Publishing and Depository Services
Public Works and Government Services Canada
Ottawa, Canada K1A 0S5
En vente : Les Éditions et Services de dépôt
Travaux publics et Services gouvernementaux Canada
Ottawa, Canada K1A 0S5
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising