Canada Gazette du Part I

Canada Gazette du Part I
Vol. 144, no 38
Vol. 144, No. 38
Canada
Gazette
Gazette
du Canada
Part I
Partie I
OTTAWA, SATURDAY, SEPTEMBER 18, 2010
OTTAWA, LE SAMEDI 18 SEPTEMBRE 2010
NOTICE TO READERS
The Canada Gazette is published under authority of the
Statutory Instruments Act. It consists of three parts as described
below:
Part I
Material required by federal statute or regulation to
be published in the Canada Gazette other than items
identified for Part II and Part III below — Published
every Saturday
Part II
Statutory Instruments (Regulations) and other classes
of statutory instruments and documents — Published
January 6, 2010, and at least every second
Wednesday thereafter
Part III
Public Acts of Parliament and their enactment
proclamations — Published as soon as is reasonably
practicable after Royal Assent
The Canada Gazette is available in most public libraries for
consultation.
To subscribe to, or obtain copies of, the Canada Gazette,
contact bookstores selling government publications as listed
in the telephone directory or write to Publishing and Depository
Services, Public Works and Government Services Canada,
Ottawa, Canada K1A 0S5.
The Canada Gazette is also available free of charge on the
Internet at http://gazette.gc.ca. It is accessible in Portable
Document Format (PDF) and in HyperText Mark-up Language
(HTML) as the alternate format. The on-line PDF format of Part I,
Part II and Part III is official since April 1, 2003, and is published
simultaneously with the printed copy.
Canada Gazette
Yearly subscription
Canada
Outside Canada
Per copy
Canada
Outside Canada
Part I
Part II
Part III
$135.00
US$135.00
$67.50
US$67.50
$28.50
US$28.50
$2.95
US$2.95
$3.50
US$3.50
$4.50
US$4.50
AVIS AU LECTEUR
La Gazette du Canada est publiée conformément aux
dispositions de la Loi sur les textes réglementaires. Elle est
composée des trois parties suivantes :
Partie I
Textes devant être publiés dans la Gazette du
Canada conformément aux exigences d’une loi
fédérale ou d’un règlement fédéral et qui ne satisfont
pas aux critères de la Partie II et de la Partie III —
Publiée le samedi
Partie II
Textes réglementaires (Règlements) et autres
catégories de textes réglementaires et de documents —
Publiée le 6 janvier 2010 et au moins tous les deux
mercredis par la suite
Partie III
Lois d’intérêt public du Parlement et les proclamations
énonçant leur entrée en vigueur — Publiée aussitôt que
possible après la sanction royale
On peut consulter la Gazette du Canada dans la plupart des
bibliothèques publiques.
On peut s’abonner à la Gazette du Canada ou en obtenir des
exemplaires en s’adressant aux agents libraires associés énumérés
dans l’annuaire téléphonique ou en s’adressant aux Éditions et
Services de dépôt, Travaux publics et Services gouvernementaux
Canada, Ottawa, Canada K1A 0S5.
La Gazette du Canada est aussi offerte gratuitement sur Internet au
http://gazette.gc.ca. La publication y est accessible en format de
document portable (PDF) et en langage hypertexte (HTML) comme
média substitut. Le format PDF en direct de la Partie I, de la
Partie II et de la Partie III est officiel depuis le 1er avril 2003 et est
publié en même temps que la copie imprimée.
Gazette du Canada
Abonnement annuel
Canada
Extérieur du Canada
Exemplaire
Canada
Extérieur du Canada
Partie I
Partie II
Partie III
135,00 $
135,00 $US
67,50 $
67,50 $US
28,50 $
28,50 $US
2,95 $
2,95 $US
3,50 $
3,50 $US
4,50 $
4,50 $US
REQUESTS FOR INSERTION
DEMANDES D’INSERTION
Requests for insertion should be directed to the Canada
Gazette Directorate, Public Works and Government Services
Canada, 350 Albert Street, 5th Floor, Ottawa, Ontario K1A 0S5,
613-996-2495 (telephone), 613-991-3540 (fax).
Les demandes d’insertion doivent être envoyées à la
Direction de la Gazette du Canada, Travaux publics et Services
gouvernementaux Canada, 350, rue Albert, 5e étage, Ottawa
(Ontario) K1A 0S5, 613-996-2495 (téléphone), 613-991-3540
(télécopieur).
Bilingual texts received as late as six working days before the
desired Saturday’s date of publication will, if time and other
resources permit, be scheduled for publication that date.
Un texte bilingue reçu au plus tard six jours ouvrables avant la
date de parution demandée paraîtra, le temps et autres ressources
le permettant, le samedi visé.
Each client will receive a free copy of the Canada Gazette for
every week during which a notice is published.
Pour chaque semaine de parution d’un avis, le client recevra un
exemplaire gratuit de la Gazette du Canada.
© Her Majesty the Queen in Right of Canada, 2010
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2010
ISSN 1494-6076
© Sa Majesté la Reine du Chef du Canada, 2010
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2010
Le 18 septembre 2010
Gazette du Canada Partie I
TABLE OF CONTENTS
TABLE DES MATIÈRES
Vol. 144, No. 38 — September 18, 2010
Vol. 144, no 38 — Le 18 septembre 2010
2469
Government notices .........................................................
2470
Avis du gouvernement .....................................................
2470
Parliament
House of Commons .....................................................
2476
Parlement
Chambre des communes ..............................................
2476
Commissions ...................................................................
(agencies, boards and commissions)
2477
Commissions ...................................................................
(organismes, conseils et commissions)
2477
Miscellaneous notices ......................................................
(banks; mortgage, loan, investment, insurance and
railway companies; other private sector agents)
2486
Avis divers .......................................................................
(banques; sociétés de prêts, de fiducie et
d’investissements; compagnies d’assurances et de
chemins de fer; autres agents du secteur privé)
2486
Index ...............................................................................
2491
Index ...............................................................................
2492
Supplements
Department of the Environment and Department of
Health
Suppléments
Ministère de l’Environnement et ministère de la Santé
2470
Canada Gazette Part I
September 18, 2010
GOVERNMENT NOTICES
AVIS DU GOUVERNEMENT
DEPARTMENT OF THE ENVIRONMENT
MINISTÈRE DE L’ENVIRONNEMENT
CANADIAN ENVIRONMENTAL PROTECTION ACT, 1999
LOI CANADIENNE SUR LA PROTECTION DE
L’ENVIRONNEMENT (1999)
Notice of intent to amend the Domestic Substances List
under subsection 87(3) of the Canadian Environmental
Protection Act, 1999 to indicate that subsection 81(3) of that
Act applies to Spiro[isobenzofuran-1(3H),9′-[9H]xanthen]-3-one,
3′,6′-bis(diethylamino)-
Avis d’intention de modifier la Liste intérieure en
vertu du paragraphe 87(3) de la Loi canadienne sur la
protection de l’environnement (1999) en vue d’indiquer
que le paragraphe 81(3) de la Loi s’applique au 3′,6′Bis(diéthylamino)spiro[isobenzofurane-1(3H),9′-[9H]xanthène]3-one
Whereas
the
substance
Spiro[isobenzofuran-1(3H),9′[9H]xanthen]-3-one, 3′,6′-bis(diethylamino)- (Chemical Abstracts
Service Registry No. 509-34-2) is specified on the Domestic Substances List;
Whereas the Minister of the Environment and the Minister of
Health have conducted a screening assessment of the substance,
under section 74 of the Canadian Environmental Protection
Act, 1999, and have released the final decision on the screening
assessment under subsection 77(6) of that Act on September 18,
2010, in the Canada Gazette, Part I;
Whereas the Ministers are satisfied that this substance is not
being manufactured in or imported into Canada by any person in
a quantity of more than 100 kg in any one calendar year;
And whereas the Ministers suspect that a significant new activity in relation to the substance may result in that substance becoming toxic within the meaning of section 64 of the Canadian
Environmental Protection Act, 1999,
Therefore, notice is hereby given that the Minister of the Environment intends to amend the Domestic Substances List pursuant to subsection 87(3) of the Canadian Environmental Protection Act, 1999 to indicate that subsection 81(3) of the Act applies
to the substance in accordance with the Annex.
Attendu que le 3′,6′-Bis(diéthylamino)spiro[isobenzofurane1(3H),9′-[9H]xanthène]-3-one (numéro de registre du Chemical
Abstracts Service 509-34-2) est inscrit sur la Liste intérieure;
Public comment period
Période de consultation publique
Any person may, within 60 days of publication of this notice,
file with the Minister of the Environment comments with respect
to this proposal. All comments must cite the Canada Gazette,
Part I, and the date of publication of this notice and be sent to
the Executive Director, Program Development and Engagement
Division, Environment Canada, Gatineau, Quebec K1A 0H3,
819-953-7155 (fax), substances@ec.gc.ca (email).
Toute personne peut, dans les 60 jours suivant la publication du
présent avis, soumettre des commentaires au ministre de l’Environnement sur cette proposition. Tous les commentaires doivent
mentionner la Partie I de la Gazette du Canada et la date de publication du présent avis, et être envoyés au Directeur exécutif,
Division de la mobilisation et de l’élaboration de programmes,
Environnement Canada, Gatineau (Québec) K1A 0H3, 819-9537155 (télécopieur), substances@ec.gc.ca (courriel).
Le rapport d’évaluation préalable de la substance en question
peut être consulté à partir du site Web du gouvernement du Canada sur les substances chimiques, à l’adresse suivante : www.
chemicalsubstanceschimiques.gc.ca.
Conformément à l’article 313 de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999), quiconque fournit des renseignements en réponse au présent avis peut en même temps demander que les renseignements fournis soient considérés comme
confidentiels.
Le directeur général
Direction des sciences et de l’évaluation des risques
GEORGE ENEI
Au nom du ministre de l’Environnement
The screening assessment report for this substance may be obtained from the Government of Canada’s Chemical Substances
Web site at www.chemicalsubstanceschimiques.gc.ca.
In accordance with section 313 of the Canadian Environmental
Protection Act, 1999, any person who provides information in
response to this notice may submit with the information a request
that it be treated as confidential.
GEORGE ENEI
Director General
Science and Risk Assessment Directorate
On behalf of the Minister of the Environment
Attendu que le ministre de l’Environnement et la ministre de la
Santé ont effectué une évaluation préalable de cette substance en
application de l’article 74 de la Loi canadienne sur la protection
de l’environnement (1999) et ont publié la décision finale, selon
les dispositions inscrites au paragraphe 77(6) de cette loi, dans la
Partie I de la Gazette du Canada, le 18 septembre 2010;
Attendu que les ministres sont convaincus que cette substance
n’est ni fabriquée ni importée au Canada par une personne en une
quantité supérieure à 100 kg au cours d’une année civile;
Attendu que les ministres soupçonnent qu’une nouvelle activité
relative à cette substance peut rendre celle-ci toxique au sens de
l’article 64 de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999),
Avis est par conséquent donné par la présente que le ministre
de l’Environnement a l’intention de modifier la Liste intérieure en
vertu du paragraphe 87(3) de la Loi canadienne sur la protection
de l’environnement (1999) de façon à indiquer que le paragraphe 81(3) s’applique à la substance, tel qu’il est décrit à l’annexe.
ANNEX
ANNEXE
1. Part 1 of the Domestic Substances List is proposed to be
amended by deleting the following:
509-34-2
1. Il est proposé de modifier la partie 1 de la Liste intérieure
par la suppression de ce qui suit :
509-34-2
Le 18 septembre 2010
Gazette du Canada Partie I
2. Part 2 of the List is proposed to be amended by adding
the following in numerical order:
2471
2. Il est proposé de modifier la partie 2 de la Liste intérieure
par adjonction, par ordre numérique, de ce qui suit :
Column 1
Column 2
Colonne 1
Colonne 2
Substance
Significant New Activity for which substance is subject to
subsection 81(3) of the Act
Substance
Nouvelle activité pour laquelle la substance est assujettie
aux dispositions inscrites au paragraphe 81(3) de la Loi.
509-34-2 S′
1. Any activity involving, in any one calendar year, more
than 100 kg of the substance Spiro[isobenzofuran-1(3H),9′[9H]xanthen]-3-one, 3′,6′-bis(diethylamino)- other than its use
in any activity regulated under the Pest Control Products Act.
2. For each significant new activity, the following information
must be provided to the Minister at least 90 days before the day
on which the quantity of the substance exceeds 100 kg in any
one calendar year:
(a) a description of the proposed new activity in relation to
the substance;
(b) the information specified in Schedule 4 to the New
Substances Notification Regulations (Chemicals and
Polymers);
(c) the information specified in paragraphs 2(d) to (f), and in
items 8 and 9 specified in Schedule 5 to those Regulations;
and
(d) the information specified in item 11 specified in
Schedule 6 to those Regulations.
3. The above information will be assessed within 90 days after
the day on which it is received by the Minister.
509-34-2 S′
1. Toute activité mettant en cause, au cours d’une année civile,
plus de 100 kg de la substance 3′,6′-Bis(diethylamino)spiro
[isobenzofurane-1(3H),9′-[9H]xanthène]-3-one autre que son
utilisation dans une activité réglementée aux termes de la Loi
sur les produits antiparasitaires.
2. Pour chaque nouvelle activité, les renseignements ci-après
doivent être fournis au ministre au moins 90 jours avant que la
quantité de la substance excède 100 kg au cours d’une année
civile :
a) la description de la nouvelle activité proposée à l’égard de
la substance;
b) les renseignements prévus à l’annexe 4 du Règlement sur
les renseignements concernant les substances nouvelles
(substances chimiques et polymères);
c) les renseignements prévus aux alinéas 2d), e) et f) et aux
articles 8 et 9 de l’annexe 5 de ce règlement;
d) les renseignements prévus à l’article 11 de l’annexe 6 de
ce règlement.
3. Les renseignements qui précèdent seront évalués dans les
90 jours suivant leur réception par le ministre.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
3. The Order would come into force on the day on which it
is registered.
3. Le présent arrêté entrerait en vigueur à la date de son
enregistrement.
[38-1-o]
[38-1-o]
DEPARTMENT OF INDUSTRY
MINISTÈRE DE L’INDUSTRIE
ELECTRICITY AND GAS INSPECTION ACT
LOI SUR L’INSPECTION DE L’ÉLECTRICITÉ ET DU GAZ
Delegation of authorities by the President of Measurement
Canada
Délégation de pouvoirs par le président de Mesures Canada
Notice is hereby given, pursuant to subsection 4(2) of the Electricity and Gas Inspection Regulations, that the President of
Measurement Canada, pursuant to subsection 4(1) of the Regulations, proposes to delegate to the organization set out in column I
of the Schedule, the functions under the Electricity and Gas Inspection Act set out in column II thereof.
Avis est donné, conformément au paragraphe 4(2) du Règlement sur l’inspection de l’électricité et du gaz, que le président de
Mesures Canada, en vertu du paragraphe 4(1) du Règlement, propose de déléguer à l’organisme indiqué à la colonne I de l’annexe,
les fonctions établies selon la Loi sur l’inspection de l’électricité
et du gaz et énoncées dans la colonne II.
SCHEDULE
ANNEXE
Electricity and Gas Inspection Regulations
Règlement sur l’inspection de l’électricité et du gaz
Column I
Column II
Colonne I
Colonne II
Manitoba Hydro
400 Dovercourt Drive
Winnipeg, Manitoba
R3Y 1L7
8(1): For the purposes of section 5 of the Act, the
calibration of a measuring apparatus referred to in
section 7 shall be certified by the director.
Manitoba Hydro is being delegated this function for
the following types of measuring apparatus:
Electricity meter calibration consoles.
Manitoba Hydro
400 Dovercourt Drive
Winnipeg, Manitoba
R3Y 1L7
8(1) : Aux fins de l’article 5 de la Loi, l’étalonnage
d’un appareil de mesure visé à l’article 7 est certifié
par le directeur.
Cette fonction est déléguée à Manitoba Hydro pour
les types d’appareils de mesures suivants :
Consoles d’étalonnage des compteurs
d’électricité.
September 18, 2010
Le 18 septembre 2010
ALAN E. JOHNSTON
President
Measurement Canada
Le président
Mesures Canada
ALAN E. JOHNSTON
[38-1-o]
[38-1-o]
2472
Canada Gazette Part I
September 18, 2010
DEPARTMENT OF TRANSPORT
MINISTÈRE DES TRANSPORTS
AERONAUTICS ACT
LOI SUR L’AÉRONAUTIQUE
Interim Order No. 2 Respecting Identity Screening
Arrêté d’urgence no 2 visant le contrôle de l’identité
Whereas, pursuant to subsection 6.41(1.2)a of the Aeronautics
Actb, the Minister of Transport has consulted with the persons and
organizations that the Minister considers appropriate in the circumstances concerning the annexed Interim Order No. 2 Respecting Identity Screening;
Therefore, the Minister of Transport, pursuant to subsection 6.41(1)a of the Aeronautics Actb, hereby makes the annexed
Interim Order No. 2 Respecting Identity Screening.
Ottawa, September 2, 2010
CHUCK STRAHL
Minister of Transport
Attendu que, conformément au paragraphe 6.41(1.2)a de la Loi
sur l’aéronautiqueb, le ministre des Transports a consulté au préalable les personnes et organismes qu’il estime opportun de consulter au sujet de l’Arrêté d’urgence no 2 visant le contrôle de
l’identité, ci-après,
À ces causes, le ministre des Transports, en vertu du paragraphe 6.41(1)a de la Loi sur l’aéronautiqueb, prend l’Arrêté d’urgence no 2 visant le contrôle de l’identité, ci-après.
Ottawa, le 2 septembre 2010
Le ministre des Transports
CHUCK STRAHL
Definition
Conflict
Application
INTERIM ORDER NO. 2 RESPECTING
IDENTITY SCREENING
ARRÊTÉ D’URGENCE No 2 VISANT LE
CONTRÔLE DE L’IDENTITÉ
INTERPRETATION
DÉFINITION ET INTERPRÉTATION
1. In this Interim Order, “Act” means the Aeronautics Act.
2. If there is a conflict between this Interim Order and the Identity Screening Regulations, this
Interim Order prevails to the extent of the conflict.
1. Dans le présent arrêté d’urgence, « Loi »
s’entend de la Loi sur l’aéronautique.
2. Les dispositions du présent arrêté d’urgence
l’emportent sur les dispositions incompatibles du
Règlement sur le contrôle de l’identité.
APPLICATION
APPLICATION
3. This Interim Order applies in respect of the
following passenger-carrying flights if the passengers are screened before boarding for weapons,
explosive substances, incendiary devices or their
components or other dangerous items that could be
used to jeopardize the security of an aerodrome or
an aircraft:
(a) domestic flights that depart from aerodromes
listed in the schedule to the CATSA Aerodrome
Designation Regulations and are conducted by
air carriers under Subpart 5 of Part VII of the
Canadian Aviation Regulations; and
(b) international flights that depart from or will
arrive at aerodromes listed in the schedule to the
CATSA Aerodrome Designation Regulations and
are conducted by air carriers
(i) under Subpart 1 of Part VII of the Canadian Aviation Regulations using aircraft
that have a maximum certificated take-off
weight (MCTOW) of more than 8 618 kg
(19,000 pounds) or have a seating configuration, excluding crew seats, of 20 or more, or
(ii) under Subpart 5 of Part VII of the Canadian Aviation Regulations.
3. Le présent arrêté d’urgence s’applique aux
vols ci-après transportant des passagers si les passagers font l’objet d’un contrôle avant l’embarquement pour des armes, des substances explosives,
des engins incendiaires ou leurs parties constituantes ou d’autres articles dangereux qui pourraient
être utilisés pour compromettre la sécurité d’un
aérodrome ou d’un aéronef :
a) les vols intérieurs qui partent d’aérodromes
énumérés à l’annexe du Règlement sur la désignation des aérodromes de l’ACSTA et qui sont
effectués par des transporteurs aériens en application de la sous-partie 5 de la partie VII du Règlement de l’aviation canadien;
b) les vols internationaux qui partent d’aérodromes énumérés à l’annexe du Règlement sur la
désignation des aérodromes de l’ACSTA ou y arriveront et :
(i) qui sont effectués par des transporteurs aériens en application de la sous-partie 1 de la
partie VII du Règlement de l’aviation canadien et qui utilisent des aéronefs ayant une
masse maximale homologuée au décollage
(MMHD) de plus de 8 618 kg (19 000 livres)
ou dont la configuration prévoit 20 sièges ou
plus, sans compter les sièges de l’équipage,
(ii) qui sont effectués par des transporteurs
aériens en application de la sous-partie 5
de la partie VII du Règlement de l’aviation
canadien.
———
———
a
a
b
S.C. 2004, c. 15, s. 11(1)
R.S., c. A-2
b
L.C. 2004, ch. 15, par. 11(1)
L.R., ch. A-2
Définition
Incompatibilité
Application
Le 18 septembre 2010
Domestic
flights
Required
identification
International
flights
Required
identification
BOARDING GATE SCREENINGS
CONTRÔLE À LA PORTE
D’EMBARQUEMENT
4. (1) An air carrier must, at a boarding gate for a
domestic flight, screen each passenger for the flight
by looking at the passenger, and in particular his or
her entire face, to determine if he or she appears to
be 18 years of age or older.
(2) The air carrier must also screen each passenger who appears to be 18 years of age or older by
comparing the passenger, and in particular his or
her entire face, against
(a) a restricted area identity card;
(b) one piece of government-issued photo identification that shows the passenger’s name, date of
birth and gender; or
(c) two pieces of government-issued identification at least one of which shows the passenger’s
name, date of birth and gender.
4. (1) Le transporteur aérien effectue, à la porte
d’embarquement d’un vol intérieur, le contrôle de
chaque passager du vol en regardant celui-ci, et en
particulier son visage en entier, afin d’établir s’il
semble être âgé de 18 ans ou plus.
(2) Le transporteur aérien effectue également le
contrôle de chaque passager qui semble être âgé de
18 ans ou plus en comparant celui-ci, et en particulier son visage en entier, avec l’un des documents
suivants :
a) une carte d’identité de zone réglementée;
b) une pièce d’identité avec photo délivrée par un
gouvernement qui comporte ses nom, date de
naissance et sexe;
c) deux pièces d’identité délivrées par un gouvernement, dont au moins une comporte ses
nom, date de naissance et sexe.
5. (1) Le transporteur aérien effectue, à la porte
d’embarquement d’un vol international, le contrôle
de chaque passager du vol en regardant celui-ci, et
en particulier son visage en entier, afin d’établir s’il
semble être âgé de 18 ans ou plus.
(2) Le transporteur aérien effectue également le
contrôle de chaque passager qui semble être âgé de
18 ans ou plus en comparant celui-ci, et en particulier son visage en entier, avec l’un des documents
suivants :
a) une carte d’identité de zone réglementée;
b) une pièce d’identité avec photo délivrée par un
gouvernement qui comporte ses nom, date de
naissance et sexe.
6. (1) Le transporteur aérien peut effectuer
le contrôle d’un passager qui semble être âgé de
18 ans ou plus en comparant celui-ci, et en particulier son visage en entier, avec un autre moyen
d’identification si celui-ci présente de la documentation délivrée par un gouvernement ou un corps
policier attestant que la pièce d’identité exigée en
vertu du paragraphe 4(2) ou 5(2) a été perdue ou
volée.
(2) Les autres moyens d’identification comprennent notamment les cartes d’identité d’employé, les
laissez-passer de transport en commun et les certificats de baptême.
7. Il est interdit au transporteur aérien de transporter un passager dans les cas suivants :
a) le passager présente une pièce d’identité avec
photo et ne ressemble pas à la photo;
b) l’âge du passager ne semble pas correspondre
à l’âge indiqué par la date de naissance sur la
pièce d’identité qu’il a présentée;
c) le passager ne semble pas être du sexe indiqué
sur la pièce d’identité qu’il a présentée;
d) le passager présente plus d’un moyen d’identification et il y a une divergence importante entre
ces moyens d’identification.
5. (1) An air carrier must, at a boarding gate for
an international flight, screen each passenger for
the flight by looking at the passenger, and in particular his or her entire face, to determine if he or
she appears to be 18 years of age or older.
(2) The air carrier must also screen each passenger who appears to be 18 years of age or older by
comparing the passenger, and in particular his or
her entire face, against
(a) a restricted area identity card; or
(b) one piece of government-issued photo identification that shows the passenger’s name, date of
birth and gender.
Lost or stolen
identification
6. (1) An air carrier may screen a passenger who
appears to be 18 years of age or older by comparing
the passenger, and in particular his or her entire
face, against an alternative form of identification if
the passenger presents documentation from a government or police service attesting to the loss
or theft of the identification required under subsection 4(2) or 5(2).
Examples
(2) Alternative forms of identification include
but are not limited to employee identity cards, public transit passes and baptismal certificates.
Prohibition
Gazette du Canada Partie I
7. An air carrier must not transport a passenger if
(a) the passenger presents a piece of photo identification and does not resemble the photograph;
(b) the passenger does not appear to be the age
indicated by the date of birth on the identification
he or she presents;
(c) the passenger does not appear to be the gender indicated on the identification he or she presents; or
(d) the passenger presents more than one form of
identification and there is a major discrepancy
between those forms of identification.
2473
Vols intérieurs
Pièces
d’identité
exigées
Vols
internationaux
Pièces
d’identité
exigées
Pièce d’identité
perdue ou volée
Exemples
Interdiction
2474
Canada Gazette Part I
Medical
exception
Designation
Maximum
amounts
Notice of
contraventions
September 18, 2010
Exception
médicale
8. An air carrier may transport a passenger who
presents a piece of photo identification and does not
resemble the photograph if
(a) the passenger was disfigured after the photograph was taken and he or she presents the air
carrier with a document signed by a health care
professional that attests to this fact; or
(b) the passenger’s face is bandaged for medical
reasons and he or she presents the air carrier with
a document signed by a health care professional
that attests to this fact.
8. Le transporteur aérien peut transporter le passager qui présente une pièce d’identité avec photo
et qui ne ressemble pas à la photo si, selon le cas :
a) le passager a été défiguré après la prise de la
photo et présente au transporteur aérien un document signé par un professionnel de la santé qui
en fait foi;
b) le passager a des bandages sur son visage pour
des raisons médicales et présente au transporteur
aérien un document signé par un professionnel
de la santé qui en fait foi.
DESIGNATED PROVISIONS
TEXTES DÉSIGNÉS
9. (1) The following provisions of this Interim
Order are designated as provisions the contravention of which may be dealt with under and in accordance with the procedure set out in sections 7.7
to 8.2 of the Act:
(a) subsection 4(1);
(b) subsection 4(2);
(c) subsection 5(1);
(d) subsection 5(2); and
(e) section 7.
(2) The maximum amount payable in respect of a
contravention of a designated provision referred to
in subsection (1) is
(a) $5,000, in the case of an individual; and
(b) $25,000, in the case of a corporation.
9. (1) Les dispositions ci-après du présent arrêté
d’urgence sont désignées comme dispositions dont
la transgression est traitée conformément à la procédure prévue aux articles 7.7 à 8.2 de la Loi :
a) le paragraphe 4(1);
b) le paragraphe 4(2);
c) le paragraphe 5(1);
d) le paragraphe 5(2);
e) l’article 7.
Désignation
(2) Le montant maximal à payer au titre d’une
contravention à un texte désigné visé au paragraphe (1) est :
a) de 5 000 $, dans le cas des personnes
physiques;
b) de 25 000 $, dans le cas des personnes
morales.
10. L’avis mentionné au paragraphe 7.7(1) de la
Loi doit indiquer les renseignements suivants :
a) une description des faits reprochés;
b) un énoncé indiquant que le destinataire de
l’avis doit soit payer le montant fixé dans l’avis,
soit déposer auprès du Tribunal une requête en
révision des faits reprochés ou du montant de
l’amende;
c) un énoncé indiquant que le paiement du montant fixé dans l’avis sera accepté par le ministre
en règlement de l’amende imposée et qu’aucune
poursuite ne sera intentée par la suite au titre de
la partie I de la Loi contre le destinataire de
l’avis pour la même contravention;
d) un énoncé indiquant que, si le destinataire de
l’avis dépose une requête en révision auprès du
Tribunal, il se verra accorder la possibilité de
présenter ses éléments de preuve et ses observations sur les faits reprochés, conformément aux
principes de l’équité procédurale et de la justice
naturelle;
e) un énoncé indiquant que l’omission par le destinataire de l’avis de verser le montant fixé dans
l’avis et de déposer dans le délai imparti une
requête en révision auprès du Tribunal vaudra déclaration de responsabilité à l’égard de la
contravention.
Montant
maximal
10. A notice referred to in subsection 7.7(1) of
the Act must specify
(a) the particulars of the alleged contravention;
(b) that the person on whom the notice is served
or to whom it is sent has the option of paying the
amount specified in the notice or filing with the
Tribunal a request for a review of the alleged
contravention or the amount of the penalty;
(c) that payment of the amount specified in the
notice will be accepted by the Minister in satisfaction of the amount of the penalty for the alleged contravention and that no further proceedings under Part I of the Act will be taken against
the person on whom the notice in respect of that
contravention is served or to whom it is sent;
(d) that the person on whom the notice is served
or to whom it is sent will be provided with an
opportunity consistent with procedural fairness
and natural justice to present evidence before the
Tribunal and make representations in relation to
the alleged contravention if the person files a request for a review with the Tribunal; and
(e) that the person on whom the notice is served
or to whom it is sent will be deemed to have
committed the contravention set out in the notice
if the person fails to pay the amount specified in
the notice and fails to file a request for a review
with the Tribunal within the prescribed period.
[38-1-o]
Avis de
contravention
[38-1-o]
Le 18 septembre 2010
Gazette du Canada Partie I
2475
DEPARTMENT OF TRANSPORT
MINISTÈRE DES TRANSPORTS
CANADA MARINE ACT
LOI MARITIME DU CANADA
Halifax Port Authority — Supplementary letters patent
Administration portuaire de Halifax — Lettres patentes
supplémentaires
BY THE MINISTER OF TRANSPORT
PAR LE MINISTRE DES TRANSPORTS
WHEREAS letters patent were issued by the Minister of Transport (“Minister”) for the Halifax Port Authority (“Authority”)
under the authority of the Canada Marine Act effective March 1,
1999;
NOW THEREFORE under the authority of section 9 of the
Canada Marine Act, the letters patent are amended by removing
from Part I of Schedule B of the letters patent the federal real
property described below by adding the following after the property description of PLAN NO. 70762-103 (Southern Side of
Northwest Arm) in Part I of Schedule B of the letters patent:
ATTENDU QUE des lettres patentes ont été délivrées par le
ministre des Transports (« ministre ») à l’Administration portuaire de Halifax (« Administration ») en vertu des pouvoirs prévus dans la Loi maritime du Canada, prenant effet le 1er mars
1999;
ATTENDU QUE l’Annexe « B » des lettres patentes décrit les
biens réels fédéraux dont la gestion est confiée à l’Administration
et inclut les biens réels fédéraux décrits ci-après;
ATTENDU QUE le conseil d’administration de l’Administration
a informé le ministre que les biens réels fédéraux décrits ci-après
ne sont plus nécessaires à l’exploitation du port et en conséquence
a demandé au ministre d’enlever de l’Annexe « B » des lettres
patentes lesdits biens réels pour permettre au ministre de vendre
lesdits biens réels à Charles C.E. Cron et R. Marie Cron;
ATTENDU QUE le conseil d’administration de l’Administration
a demandé au ministre des Transports de délivrer des lettres patentes supplémentaires afin de modifier l’Annexe B des lettres patentes en conséquence;
À CES CAUSES, en vertu de l’article 9 de la Loi maritime du
Canada, les lettres patentes sont modifiées en enlevant de la partie I de l’Annexe « B » des lettres patentes les biens réels fédéraux décrits ci-après en ajoutant ce qui suit après la description de
bien réel de Plan Numéro 70762-103 (côté sud du Northwest
Arm) à la partie I de l’Annexe « B » des lettres patentes :
EXCEPTING THEREFROM
À L’EXCEPTION DE
ALL those certain parcels of land shown as Parcel P and Parcel R
on a plan (Servant, Dunbrack, McKenzie & MacDonald Ltd. Plan
No. 14-1424-0) of survey of Lot 6 – PR, John T. Cruikshank
Subdivision, Consolidation of lands conveyed to Charles C.E. &
R. Marie Cron and Lands Claim by Halifax Port Authority,
Milton Drive, Halifax, Halifax County, Nova Scotia signed by
Terrance R. Doogue, N.S.L.S., dated the 16th day of October 2009.
These supplementary letters patent are to be effective on the date
of registration in the Halifax Land Registry Office of the transfer
documents evidencing the transfer of the federal real property
described in the Annex hereto from Her Majesty the Queen in
right of Canada to Charles C.E. Cron and R. Marie Cron.
Issued under my hand to be effective this 14th day of January, 2010.
La totalité des parcelles de terrain figurant comme la parcelle P et
la parcelle R sur un plan d’arpentage (plan no 14-1424-0 de
Servant, Dunbrack, McKenzie & MacDonald Ltd.) du Lot 6 - PR,
la subdivision de John T. Cruikshank, consolidation des terrains
cédés à Charles C.E. & R. Marie Cron et réclamation des terrains
par l’Administration portuaire de Halifax, promenade Milton,
comté de Halifax, Halifax, la Nouvelle-Écosse, signé par
Terrance R. Doogue, arpenteur-géomètre de la Nouvelle-Écosse,
en date du 16 octobre 2009.
Les présentes lettres patentes supplémentaires entreront en vigueur à la date où seront enregistrés au bureau d’enregistrement
des titres fonciers de Halifax les documents de transfert attestant
le transfert des biens réels décrits ci-dessus de Sa Majesté la
Reine du chef du Canada à Charles C.E. Cron et R. Marie Cron.
Délivrées sous mon seing et en vigueur le 14e jour de janvier 2010.
___________________________________
John Baird, P.C., M.P.
Minister of Transport
___________________________________
John Baird, C.P., député
Ministre des Transports
[38-1-o]
[38-1-o]
WHEREAS Schedule B of the letters patent describes the federal
real property managed by the Authority and includes the federal
real property described below;
WHEREAS the board of directors of the Authority has informed
the Minister that the federal real property described below is no
longer required for port purposes and consequently has requested
that the Minister remove from Schedule B of the letters patent the
said property to permit the Minister to sell the said property to
Charles C.E. Cron and R. Marie Cron;
AND WHEREAS the board of directors of the Authority has
requested that the Minister issue supplementary letters patent to
amend Schedule B of the letters patent accordingly;
2476
Canada Gazette Part I
September 18, 2010
PARLIAMENT
PARLEMENT
HOUSE OF COMMONS
CHAMBRE DES COMMUNES
Third Session, Fortieth Parliament
Troisième session, quarantième législature
PRIVATE BILLS
PROJETS DE LOI D’INTÉRÊT PRIVÉ
Standing Order 130 respecting notices of intended applications
for private bills was published in the Canada Gazette, Part I, on
February 27, 2010.
For further information, contact the Private Members’ Business
Office, House of Commons, Centre Block, Room 134-C, Ottawa,
Ontario K1A 0A6, 613-992-6443.
L’article 130 du Règlement relatif aux avis de demande de projets de loi d’intérêt privé a été publié dans la Partie I de la Gazette
du Canada du 27 février 2010.
Pour obtenir d’autres renseignements, prière de communiquer
avec le Bureau des affaires émanant des députés, Chambre des
communes, Édifice du Centre, Pièce 134-C, Ottawa (Ontario)
K1A 0A6, 613-992-6443.
La greffière de la Chambre des communes
AUDREY O’BRIEN
AUDREY O’BRIEN
Clerk of the House of Commons
Le 18 septembre 2010
Gazette du Canada Partie I
2477
COMMISSIONS
COMMISSIONS
CANADIAN INTERNATIONAL TRADE TRIBUNAL
TRIBUNAL CANADIEN DU COMMERCE EXTÉRIEUR
INQUIRY
ENQUÊTE
EDP hardware and software
Matériel et logiciel informatiques
The Canadian International Trade Tribunal (the Tribunal) has
received complaints (File Nos. PR-2010-056 to PR-2010-058)
from Enterasys Networks of Canada Ltd. (Enterasys), of
Thornhill, Ontario, concerning procurements (Solicitation
Nos. W0106-10818B/A [RVD 783], 51019-109035/A [RVD 784]
and W010S-11D100/A [RVD 785]) by the Department of Public
Works and Government Services (PWGSC). The solicitations are
for the provision of networking equipment. Pursuant to subsection 30.13(2) of the Canadian International Trade Tribunal Act
and subsection 7(2) of the Canadian International Trade Tribunal
Procurement Inquiry Regulations, notice is hereby given that the
Tribunal has decided to conduct an inquiry into the complaints.
Enterasys alleges that PWGSC improperly conducted the
above-noted solicitations.
Further information may be obtained from the Secretary,
Canadian International Trade Tribunal, Standard Life Centre,
15th Floor, 333 Laurier Avenue W, Ottawa, Ontario K1A 0G7,
613-993-3595 (telephone), 613-990-2439 (fax), secretary@citttcce.gc.ca (email).
Ottawa, September 9, 2010
DOMINIQUE LAPORTE
Secretary
Le Tribunal canadien du commerce extérieur (le Tribunal) a
reçu des plaintes (dossiers nos PR-2010-056 à PR-2010-058) déposées par Enterasys Networks of Canada Ltd. (Enterasys), de
Thornhill (Ontario), concernant des marchés (invitations
nos W0106-10818B/A [DRV 783], 51019-109035/A [DRV 784]
et W010S-11D100/A [DRV 785]) passés par le ministère des
Travaux publics et des Services gouvernementaux (TPSGC). Les
invitations portent sur la fourniture d’équipement de réseau.
Conformément au paragraphe 30.13(2) de la Loi sur le Tribunal
canadien du commerce extérieur et au paragraphe 7(2) du Règlement sur les enquêtes du Tribunal canadien du commerce extérieur sur les marchés publics, avis est donné par la présente que
le Tribunal a décidé d’enquêter sur les plaintes.
Enterasys allègue que TPSGC a procédé aux invitations susmentionnées de façon irrégulière.
Pour plus de renseignements, veuillez communiquer avec le
Secrétaire, Tribunal canadien du commerce extérieur, Standard
Life Centre, 15e étage, 333, avenue Laurier Ouest, Ottawa (Ontario) K1A 0G7, 613-993-3595 (téléphone), 613-990-2439 (télécopieur), secretaire@tcce-citt.gc.ca (courriel).
Ottawa, le 9 septembre 2010
Le secrétaire
DOMINIQUE LAPORTE
[38-1-o]
[38-1-o]
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
NOTICE TO INTERESTED PARTIES
AVIS AUX INTÉRESSÉS
The following notices are abridged versions of the Commission’s original notices bearing the same number. The original
notices contain a more detailed outline of the applications, including additional locations and addresses where the complete files
may be examined. The relevant material, including the notices
and applications, is available for viewing during normal business
hours at the following offices of the Commission:
— Central Building, Les Terrasses de la Chaudière, Room 206,
1 Promenade du Portage, Gatineau, Quebec K1A 0N2, 819997-2429 (telephone), 994-0423 (TDD), 819-994-0218 (fax);
— Metropolitan Place, Suite 1410, 99 Wyse Road, Dartmouth,
Nova Scotia B3A 4S5, 902-426-7997 (telephone), 426-6997
(TDD), 902-426-2721 (fax);
— Kensington Building, Suite 1810, 275 Portage Avenue, Winnipeg, Manitoba R3B 2B3, 204-983-6306 (telephone),
983-8274 (TDD), 204-983-6317 (fax);
— 530–580 Hornby Street, Vancouver, British Columbia V6C
3B6, 604-666-2111 (telephone), 666-0778 (TDD), 604666-8322 (fax);
— CRTC Documentation Centre, 205 Viger Avenue W,
Suite 504, Montréal, Quebec H2Z 1G2, 514-283-6607 (telephone), 283-8316 (TDD), 514-283-3689 (fax);
— CRTC Documentation Centre, 55 St. Clair Avenue E,
Suite 624, Toronto, Ontario M4T 1M2, 416-952-9096 (telephone), 416-954-6343 (fax);
Les avis qui suivent sont des versions abrégées des avis originaux du Conseil portant le même numéro. Les avis originaux
contiennent une description plus détaillée de chacune des demandes, y compris les lieux et adresses où l’on peut consulter les dossiers complets. Tous les documents afférents, y compris les avis
et les demandes, sont disponibles pour examen durant les heures
normales d’ouverture aux bureaux suivants du Conseil :
— Édifice central, Les Terrasses de la Chaudière, Pièce 206,
1, promenade du Portage, Gatineau (Québec) K1A 0N2,
819-997-2429 (téléphone), 994-0423 (ATS), 819-994-0218
(télécopieur);
— Place Metropolitan, Bureau 1410, 99, chemin Wyse, Dartmouth (Nouvelle-Écosse) B3A 4S5, 902-426-7997 (téléphone), 426-6997 (ATS), 902-426-2721 (télécopieur);
— Édifice Kensington, Pièce 1810, 275, avenue Portage, Winnipeg (Manitoba) R3B 2B3, 204-983-6306 (téléphone),
983-8274 (ATS), 204-983-6317 (télécopieur);
— 580, rue Hornby, Bureau 530, Vancouver (ColombieBritannique) V6C 3B6, 604-666-2111 (téléphone), 666-0778
(ATS), 604-666-8322 (télécopieur);
— Centre de documentation du CRTC, 205, avenue Viger Ouest,
Bureau 504, Montréal (Québec) H2Z 1G2, 514-283-6607
(téléphone), 283-8316 (ATS), 514-283-3689 (télécopieur);
— Centre de documentation du CRTC, 55, avenue St. Clair Est,
Bureau 624, Toronto (Ontario) M4T 1M2, 416-952-9096
(téléphone), 416-954-6343 (télécopieur);
2478
Canada Gazette Part I
September 18, 2010
— CRTC Documentation Centre, Cornwall Professional Building, Room 103, 2125 11th Avenue, Regina, Saskatchewan
S4P 3X3, 306-780-3422 (telephone), 306-780-3319 (fax);
— CRTC Documentation Centre, 10405 Jasper Avenue,
Suite 520, Edmonton, Alberta T5J 3N4, 780-495-3224 (telephone), 780-495-3214 (fax).
Interventions must be filed with the Secretary General, Canadian Radio-television and Telecommunications Commission,
Ottawa, Ontario K1A 0N2, together with proof that a true copy of
the intervention has been served upon the applicant, on or before
the deadline given in the notice.
Secretary General
— Centre de documentation du CRTC, Édifice Cornwall Professional, Pièce 103, 2125, 11e Avenue, Regina (Saskatchewan) S4P 3X3, 306-780-3422 (téléphone), 306-780-3319
(télécopieur);
— Centre de documentation du CRTC, 10405, avenue Jasper,
Bureau 520, Edmonton (Alberta) T5J 3N4, 780-495-3224
(téléphone), 780-495-3214 (télécopieur).
Les interventions doivent parvenir au Secrétaire général, Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes,
Ottawa (Ontario) K1A 0N2, avec preuve qu’une copie conforme
a été envoyée à la requérante, avant la date limite d’intervention
mentionnée dans l’avis.
Secrétaire général
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
DECISIONS
DÉCISIONS
The complete texts of the decisions summarized below are
available from the offices of the CRTC.
On peut se procurer le texte complet des décisions résumées
ci-après en s’adressant au CRTC.
2010-659
2010-659
September 3, 2010
Le 3 septembre 2010
Canadian Broadcasting Corporation
Trois-Rivières, Clova, Lac Édouard, Parent and
Montréal, Quebec
Approved — Application to amend the broadcasting licences for
the French-language radio stations CBF-FM-8 Trois-Rivières and
CBF-FM Montréal by adding the transmitters CBF-16 Clova,
CBF-17 Lac Édouard and CBF-18 Parent to CBF FM-8’s licence
in order to rebroadcast its programming and by removing these
transmitters from CBF-FM’s licence.
Société Radio-Canada
Trois-Rivières, Clova, Lac Édouard, Parent et
Montréal (Québec)
Approuvé — Demande en vue de modifier les licences de radiodiffusion des stations de radio de langue française CBF-FM-8
Trois-Rivières et CBF-FM Montréal en ajoutant les émetteurs
CBF-16 Clova, CBF-17 Lac Édouard et CBF-18 Parent à la licence de CBF-FM-8 afin d’en rediffuser la programmation et en
les retirant de la licence de CBF-FM.
2010-661
2010-661
September 3, 2010
Le 3 septembre 2010
Canadian Broadcasting Corporation
Montréal and Saint-Donat, Quebec
Approved — Application to change the authorized contours of the
French-language radio station CBF-FM Montréal by decreasing
the average effective radiated power of CBF-FM-20 Saint-Donat.
Société Radio-Canada
Montréal et Saint-Donat (Québec)
Approuvé — Demande relativement à la station de radio de langue française CBF-FM Montréal afin de modifier le périmètre de
rayonnement autorisé de CBF-FM-20 Saint-Donat en diminuant
la puissance apparente rayonnée moyenne.
2010-665
2010-665
September 8, 2010
Le 8 septembre 2010
Touch Canada Broadcasting (2006) Inc. (the general partner),
and Touch Canada Broadcasting Inc. (the limited partner),
carrying on business as Touch Canada Broadcasting
Limited Partnership
Edmonton, Alberta
Approved — Renewal of the broadcasting licence for the Englishlanguage commercial radio station CJCA Edmonton from December 1, 2010, to August 31, 2014.
Touch Canada Broadcasting (2006) Inc. (l’associé
commandité), et Touch Canada Broadcasting Inc.
(l’associé commanditaire), faisant affaires sous le nom
de Touch Canada Broadcasting Limited Partnership
Edmonton (Alberta)
Approuvé — Renouvellement de la licence de radiodiffusion de
la station de radio commerciale de langue anglaise CJCA Edmonton du 1er décembre 2010 au 31 août 2014.
2010-666
2010-666
September 8, 2010
CKDX Radio Limited
Newmarket, Ontario
Approved — Renewal of the broadcasting licence for the Englishlanguage commercial radio station CKDX-FM Newmarket, from
December 1, 2010, to August 31, 2017.
Le 8 septembre 2010
CKDX Radio Limited
Newmarket (Ontario)
Approuvé — Renouvellement de la licence de radiodiffusion de
la station de radio commerciale de langue anglaise CKDX-FM
Newmarket du 1er décembre 2010 au 31 août 2017.
Le 18 septembre 2010
2010-667
Gazette du Canada Partie I
September 8, 2010
2010-667
2479
Le 8 septembre 2010
Club Social La Grande
Camp Rupert, Quebec
Approved — Revocation of the broadcasting licence for the
radiocommunication distribution undertaking authorized to serve
Camp Rupert.
Club Social La Grande
Campement Rupert (Québec)
Approuvé — Révocation de la licence de radiodiffusion de
l’entreprise de distribution de radiocommunication autorisée à
desservir le Campement Rupert.
[38-1-o]
[38-1-o]
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
NOTICE OF CONSULTATION 2010-454-1
AVIS DE CONSULTATION 2010-454-1
Notice of applications received
Avis de demandes reçues
Various locations
Correction to item 5
Extension of deadline for submission of interventions and/or
comments for item 5 only: October 12, 2010
Plusieurs collectivités
Correction à l’article 5
Prorogation de la date limite pour le dépôt des interventions ou
des observations concernant l’article 5 seulement :
le 12 octobre 2010
Further to Broadcasting Notice of Consultation CRTC 2010454, the Commission announces the following modification to
item 5 (the changes are in bold):
Ottawa, Ontario
Application No. 2010-0867-3
Application by the Canadian Broadcasting Corporation relating
to the licence of the English-language radio programming
undertaking CBO-FM Ottawa.
With this modification, the licensee would decrease its potential listenership by 11.5% (from 36 950 to 32 720 persons)
in the 3 mV/m contour and by 10.5% (from 59 133 to
53 021 persons) in the 0.5 mV/m contour.
À la suite de l’avis de consultation de radiodiffusion
CRTC 2010-454, le Conseil annonce la modification suivante à
l’article 5 (les changements paraissent en caractères gras) :
Ottawa (Ontario)
Numéro de demande 2010-0867-3
Demande présentée par la Société Radio-Canada relativement à
la licence de radiodiffusion de l’entreprise de programmation
de radio de langue anglaise CBO-FM Ottawa.
À la suite de cette modification, la titulaire diminuerait son
auditoire potentiel de 11,5 % (de 36 950 à 32 720 personnes)
dans le périmètre de rayonnement de 3 mV/m et de 10,5 %
(de 59 133 à 53 021 personnes) dans le périmètre de rayonnement de 0,5 mV/m.
Le 7 septembre 2010
September 7, 2010
[38-1-o]
[38-1-o]
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
NOTICE OF CONSULTATION 2010-497-2
AVIS DE CONSULTATION 2010-497-2
Notice of hearing
Avis d’audience
September 20, 2010
Calgary, Alberta
Revised hearing time
Further to Broadcasting Notices of Consultation 2010-497 and
2010-497-1, the Commission announces the following:
The Commission will hold its hearing commencing on September 20, 2010, at 8:30 a.m., at the Four Points by Sheraton
Calgary Airport, 2875 Sunridge Way NE, Calgary, Alberta.
Le 20 septembre 2010
Calgary (Alberta)
Changement de l’heure de l’audience
À la suite des avis de consultation de radiodiffusion 2010-497
et 2010-497-1, le Conseil annonce ce qui suit :
Le Conseil tiendra son audience à partir du 20 septembre 2010,
à 8 h 30, au Four Points by Sheraton Calgary Airport,
2875, voie Sunridge Nord-Est, Calgary (Alberta).
Le 9 septembre 2010
September 9, 2010
[38-1-o]
[38-1-o]
2480
Canada Gazette Part I
September 18, 2010
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
NOTICE OF CONSULTATION 2010-498-2
AVIS DE CONSULTATION 2010-498-2
Notice of hearing
Avis d’audience
September 21, 2010
Calgary, Alberta
Date and time of the hearing
Further to Broadcasting Notices of Consultation 2010-498 and
2010-498-1, the Commission announces the following:
The Commission will hold its hearing commencing on September 21, 2010, at 9:00 a.m., at the Four Points by Sheraton Calgary Airport, 2875 Sunridge Way NE, Calgary, Alberta.
September 9, 2010
Le 21 septembre 2010
Calgary (Alberta)
Date et heure de l’audience
À la suite des avis de consultation de radiodiffusion 2010-498
et 2010-498-1, le Conseil annonce ce qui suit :
Le Conseil tiendra son audience à partir du 21 septembre 2010,
à 9 h, au Four Points by Sheraton Calgary Airport, 2875, voie
Sunridge Nord-Est, Calgary (Alberta).
Le 9 septembre 2010
[38-1-o]
[38-1-o]
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
NOTICE OF CONSULTATION 2010-509-1
AVIS DE CONSULTATION 2010-509-1
Converged Rules of Procedure — Correction relating to
Appendix 4: Information that can generally be designated
confidential
Règles de procédure harmonisées — Correction relative à
l’annexe 4 : renseignements qui, en règle générale, peuvent
être désignés comme étant confidentiels
In Converged Rules of Procedure, the Commission called for
comments on changes that have been made to its Proposed Rules
of Procedure and on proposed Information Bulletins that are intended to complement and clarify these rules.
Dans Règles de procédure harmonisées, le Conseil a sollicité
des observations à l’égard des modifications apportées aux règles
de procédure proposées et à l’égard de bulletins d’information
proposés qui sont un complément aux règles de procédure proposées et ont pour but de clarifier ces règles.
L’annexe à l’annexe 4 de l’avis de consultation de radiodiffusion et de télécom 2010-509 a été omis par erreur. Par conséquent, le Conseil remplace, par le présent avis de consultation,
l’annexe 4 de ce document par l’annexe 4 qui se trouve en annexe
au document.
En conséquence, le délai pour le dépôt des observations à
l’égard de l’annexe 4 seulement est prolongé jusqu’au 15 septembre 2010. Le délai pour le dépôt des observations à l’égard des
autres documents est toujours fixé au 9 septembre 2010, et celui
pour le dépôt des répliques à l’égard de tous les documents, au
20 septembre 2010.
Le 3 septembre 2010
An appendix to Appendix 4 to Broadcasting and Telecom
Notice of Consultation 2010-509 has been omitted by error. Consequently, the Commission hereby replaces Appendix 4 to that
document with the Appendix 4 that is appended to the document.
As a result, the deadline to file comments on Appendix 4 only
is extended to September 15, 2010. The deadline for comments
on the other documents remains September 9, 2010, and the deadline for reply comments on all documents remains September 20,
2010.
September 3, 2010
[38-1-o]
[38-1-o]
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
NOTICE OF CONSULTATION 2010-650-1
AVIS DE CONSULTATION 2010-650-1
Call for comments on the proposed addition of German Kino Plus
to the lists of eligible satellite services for distribution on a digital
basis — Correction
Appel aux observations sur l’ajout proposé de German Kino Plus
aux listes des services par satellite admissibles à une distribution
en mode numérique — Correction
1. The Commission notes that the French version of Call for
comments on the proposed addition of German Kino Plus to the
lists of eligible satellite services for distribution on a digital
basis, Broadcasting Notice of Consultation CRTC 2010-650,
September 1, 2010, erroneously referred to the document as a
decision rather than a notice of consultation. Accordingly, the
name of the French document is amended as follows:
Appel aux observations sur l’ajout proposé de German Kino
Plus aux listes des services par satellite admissibles à une
1. Le Conseil note que la version française de Appel aux observations sur l’ajout proposé de German Kino Plus aux listes des
services par satellite admissibles à une distribution en mode numérique, décision de radiodiffusion CRTC 2010-650, 1er septembre 2010, a fait référence au document comme une décision au
lieu d’un avis de consultation. Par conséquent, le nom du document en français est corrigé comme suit :
Appel aux observations sur l’ajout proposé de German Kino
Plus aux listes des services par satellite admissibles à une
Le 18 septembre 2010
Gazette du Canada Partie I
2481
distribution en mode numérique, avis de consultation de radiodiffusion CRTC 2010-650, 1er septembre 2010
September 9, 2010
distribution en mode numérique, avis de consultation de radiodiffusion CRTC 2010-650, 1er septembre 2010
Le 9 septembre 2010
[38-1-o]
[38-1-o]
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
NOTICE OF CONSULTATION 2010-654-1
AVIS DE CONSULTATION 2010-654-1
Notice of applications received
Avis de demandes reçues
Various locations
Correction of deadline for submission of interventions and/or
comments
Further to Broadcasting Notice of Consultation CRTC 2010654, the Commission announces the following (the change is in
bold):
Correction of deadline for submission of interventions and/or
comments:
Deadline for submission of interventions and/or comments:
September 22, 2010.
September 13, 2010
Plusieurs collectivités
Correction à la date limite pour le dépôt des interventions ou des
observations
À la suite de l’avis de consultation de radiodiffusion
CRTC 2010-654, le Conseil annonce ce qui suit (le changement
est en caractères gras) :
Correction à la date limite pour le dépôt des interventions ou
des observations :
Date limite pour le dépôt des interventions ou des observations : le 22 septembre 2010.
Le 13 septembre 2010
[38-1-o]
[38-1-o]
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
NOTICE OF CONSULTATION 2010-660
AVIS DE CONSULTATION 2010-660
Notice of application received
Avis de demande reçue
Toronto, Ontario
Deadline for submission of interventions and/or comments:
October 8, 2010
The Commission has received the following application:
1. Radio 1540 Limited
Toronto, Ontario
To amend the broadcasting licence of the commercial ethnic
AM radio station CHIN and its transmitter CHIN-FM-1 Toronto by changing the authorized contours of its transmitter
CHIN-FM-1 by increasing the average effective radiated
power (ERP) from 161 to 1 850 W (maximum ERP from 350
to 5 000 W with an effective height of antenna above average
terrain of 86 m).
September 3, 2010
Toronto (Ontario)
Date limite pour le dépôt des interventions ou des observations :
le 8 octobre 2010
Le Conseil a été saisi de la demande suivante :
1. Radio 1540 Limited
Toronto (Ontario)
En vue de modifier la licence de radiodiffusion de la station
de radio AM commerciale à caractère ethnique CHIN et son
émetteur CHIN-FM-1 Toronto en modifiant le périmètre de
rayonnement autorisé de son émetteur CHIN-FM-1 en augmentant la puissance apparente rayonnée (PAR) moyenne de
161 à 1 850 W (PAR maximale de 350 à 5 000 W avec une
hauteur effective d’antenne au-dessus du sol moyen de 86 m).
Le 3 septembre 2010
[38-1-o]
[38-1-o]
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
NOTICE OF CONSULTATION 2010-663
AVIS DE CONSULTATION 2010-663
Call for comments on the proposed addition of National
Geographic Wild to the lists of eligible satellite services for
distribution on a digital basis
Appel aux observations sur l’ajout proposé de National
Geographic Wild aux listes des services par satellite admissibles
à une distribution en mode numérique
1. The Commission calls for comments on Shaw’s request to add
National Geographic Wild to the digital lists. Parties submitting comments on the request should also submit a true copy
1. Le Conseil lance un appel aux observations sur la demande de
Shaw d’ajouter National Geographic Wild aux listes numériques. Les parties qui déposent des observations doivent en
2482
Canada Gazette Part I
September 18, 2010
of their comments to the Canadian sponsor, Shaw, at the following address:
Shaw Communications Inc.
40 Elgin Street
Suite 1400
Ottawa, Ontario
K1P 5K6
Fax: 613-688-6753
Email: cynthia.rathwell@shawdirect.ca
2. Proof that comments have been sent to Shaw must accompany
the original version of the comments sent to the Commission.
3. Comments on Shaw’s request must be received by the Commission no later than October 7, 2010. A copy of the comments must be received by Shaw no later than the deadline for
receipt of comments by the Commission. The Commission
cannot be held responsible for postal delays and will not notify
a party whose intervention is received after the deadline date.
The comment will not be considered by the Commission and
will not be part of the public file.
4. Shaw may file a written reply to any comments received concerning its request. This reply should be filed with the Commission, and a copy sent to the person who submitted the
comments, by no later than October 21, 2010.
September 7, 2010
faire parvenir une copie conforme au parrain canadien, Shaw,
à l’adresse suivante :
Shaw Communications Inc.
40, rue Elgin
Bureau 1400
Ottawa (Ontario)
K1P 5K6
Télécopieur : 613-688-6753
Courriel : cynthia.rathwell@shawdirect.ca
2. Les preuves d’envoi des observations à Shaw doivent aussi
être jointes aux observations originales déposées au Conseil.
3. Les observations sur la demande de Shaw doivent parvenir au
Conseil au plus tard le 7 octobre 2010. Une copie des observations doit avoir été reçue par Shaw au plus tard à cette date. Le
Conseil ne peut être tenu responsable des délais occasionnés
par la poste et n’avisera pas une partie lorsque son observation
est reçue après la date limite. Dans un tel cas, l’observation ne
sera pas considérée par le Conseil et ne sera pas déposée au
dossier public.
4. Shaw peut déposer une réplique écrite à toute observation reçue à l’égard de sa demande. Cette réplique doit être déposée
auprès du Conseil au plus tard le 21 octobre 2010 et une copie
doit être signifiée dans chaque cas à l’auteur de l’observation.
Le 7 septembre 2010
[38-1-o]
[38-1-o]
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
NOTICE OF CONSULTATION 2010-664
AVIS DE CONSULTATION 2010-664
Call for comments on the proposed addition of FUEL TV to
the lists of eligible satellite services for distribution on a
digital basis
1. The Commission calls for comments on Rogers’ request to
add FUEL TV to the digital lists. Parties submitting comments on the request should also submit a true copy of their
comments to the Canadian sponsor, Rogers, at the following
address:
Rogers Communications Inc.
9th Floor, 333 Bloor Street E
Toronto, Ontario
M4W 1G9
Fax: 416-935-4875
Email: cable.regulatory@rci.rogers.com
2. Proof that comments have been sent to Rogers must accompany the original version of the comments sent to the
Commission.
3. Comments on Rogers’ request must be received by the Commission no later than October 7, 2010. A copy of the comments must be received by Rogers no later than the deadline
for receipt of comments by the Commission. The Commission
cannot be held responsible for postal delays and will not notify a party whose intervention is received after the deadline
date. The comment will not be considered by the Commission
and will not be part of the public file.
4. Rogers may file a written reply to any comments received
concerning its request. This reply should be filed with the
Commission, and a copy sent to the person who submitted the
comments, by no later than October 21, 2010.
September 7, 2010
Appel aux observations sur l’ajout proposé de FUEL TV aux
listes des services par satellite admissibles à une distribution
en mode numérique
1. Le Conseil lance un appel aux observations sur la demande de
Rogers d’ajouter FUEL TV aux listes numériques. Les parties
qui déposent des observations doivent également en faire parvenir une copie conforme au parrain canadien, Rogers, à
l’adresse suivante :
Rogers Communications Inc.
9e étage, 333, rue Bloor Est
Toronto (Ontario)
M4W 1G9
Télécopieur : 416-935-4875
Courriel : cable.regulatory@rci.rogers.com
2. Les preuves d’envoi des observations à Rogers doivent aussi
être jointes aux observations originales déposées au Conseil.
3. Les observations sur la demande de Rogers doivent parvenir
au Conseil au plus tard le 7 octobre 2010. Une copie des observations doit avoir été reçue par Rogers au plus tard à cette
date. Le Conseil ne peut être tenu responsable des délais occasionnés par la poste et n’avisera pas une partie lorsque son observation est reçue après la date limite. Dans un tel cas, l’observation ne sera pas considérée par le Conseil et ne sera pas
déposée au dossier public.
4. Rogers peut déposer une réplique écrite à toute observation reçue à l’égard de sa demande. Cette réplique doit être déposée
auprès du Conseil au plus tard le 21 octobre 2010 et une copie
doit être signifiée dans chaque cas à l’auteur de l’observation.
Le 7 septembre 2010
[38-1-o]
[38-1-o]
Le 18 septembre 2010
Gazette du Canada Partie I
2483
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
NOTICE OF CONSULTATION 2010-669
AVIS DE CONSULTATION 2010-669
Notice of application received
Avis de demande reçue
Calgary, Alberta
Deadline for submission of interventions and/or comments:
September 28, 2010
The Commission has received the following application:
1. Canadian Broadcasting Corporation
Calgary, Alberta
To amend the broadcasting licence of the conventional television programming undertaking CBRT-TV Calgary.
Calgary (Alberta)
Date limite pour le dépôt des interventions ou des observations :
le 28 septembre 2010
Le Conseil a été saisi de la demande suivante :
1. Société Radio-Canada
Calgary (Alberta)
En vue de modifier la licence de radiodiffusion de l’entreprise
de programmation de télévision traditionnelle CBRT-TV
Calgary.
Le 8 septembre 2010
September 8, 2010
[38-1-o]
[38-1-o]
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
NOTICE OF CONSULTATION 2010-670
AVIS DE CONSULTATION 2010-670
Notice of application received
Avis de demande reçue
St. Paul, Alberta
Deadline for submission of interventions and/or comments:
October 13, 2010
The Commission has received the following application:
1. Newcap Inc.
St. Paul, Alberta
Relating to the broadcasting licence of the English-language
commercial radio programming undertaking CHLW-FM
St. Paul.
September 8, 2010
St. Paul (Alberta)
Date limite pour le dépôt des interventions ou des observations :
le 13 octobre 2010
Le Conseil a été saisi de la demande suivante :
1. Newcap Inc.
St. Paul (Alberta)
Relativement à la licence de radiodiffusion de l’entreprise de
programmation de radio commerciale de langue anglaise
CHLW-FM St. Paul.
Le 8 septembre 2010
[38-1-o]
[38-1-o]
PUBLIC SERVICE COMMISSION
COMMISSION DE LA FONCTION PUBLIQUE
PUBLIC SERVICE EMPLOYMENT ACT
LOI SUR L’EMPLOI DANS LA FONCTION PUBLIQUE
Permission granted
Permission accordée
The Public Service Commission of Canada, pursuant to section 116 of the Public Service Employment Act, hereby gives notice that it has granted permission, pursuant to subsection 115(2)
of the said Act, to Randolph John Boyd, Utility Officer (EG-06),
Engineer Services Company, Canadian Forces Base, Department
of National Defence, Edmonton, Alberta, to be a candidate, before and during the election period, for the position of Mayor for
the Town of Bon Accord, Alberta, in a municipal election to be
held on October 18, 2010.
KATHY NAKAMURA
Director General
Political Activities Directorate
La Commission de la fonction publique du Canada, en vertu de
l’article 116 de la Loi sur l’emploi dans la fonction publique,
donne avis par la présente qu’elle a accordé à Randolph John
Boyd, préposé au travail général (EG-06), Compagnie des services de génie, Base des Forces canadiennes, ministère de la Défense nationale, Edmonton (Alberta), la permission, aux termes
du paragraphe 115(2) de ladite loi, de se porter candidat, avant et
pendant la période électorale, au poste de maire pour la municipalité de Bon Accord (Alberta), à l’élection municipale prévue pour
le 18 octobre 2010.
Le 9 septembre 2010
La directrice générale
Direction des activités politiques
KATHY NAKAMURA
[38-1-o]
[38-1-o]
September 9, 2010
2484
Canada Gazette Part I
September 18, 2010
PUBLIC SERVICE COMMISSION
COMMISSION DE LA FONCTION PUBLIQUE
PUBLIC SERVICE EMPLOYMENT ACT
LOI SUR L’EMPLOI DANS LA FONCTION PUBLIQUE
Permission granted
Permission accordée
The Public Service Commission of Canada, pursuant to section 116 of the Public Service Employment Act, hereby gives notice that it has granted permission, pursuant to subsection 115(2)
of the said Act, to Frank Corvese, Investigator (FB-05), Criminal
Investigations Division, Canada Border Services Agency, Mississauga, Ontario, to be a candidate, before and during the election
period, for the position of Regional Councillor, Wards 9 and 10,
for the City of Brampton, Ontario, in a municipal election to be
held on October 25, 2010.
September 8, 2010
MARIA BARRADOS
President
La Commission de la fonction publique du Canada, en vertu de
l’article 116 de la Loi sur l’emploi dans la fonction publique,
donne avis par la présente qu’elle a accordé à Frank Corvese,
enquêteur (FB-05), Division des enquêtes criminelles, Agence des
services frontaliers du Canada, Mississauga (Ontario), la permission, aux termes du paragraphe 115(2) de ladite loi, de se porter
candidat, avant et pendant la période électorale, au poste de
conseiller régional, quartiers 9 et 10, pour la ville de Brampton
(Ontario), à l’élection municipale prévue pour le 25 octobre 2010.
Le 8 septembre 2010
La présidente
MARIA BARRADOS
[38-1-o]
[38-1-o]
PUBLIC SERVICE COMMISSION
COMMISSION DE LA FONCTION PUBLIQUE
PUBLIC SERVICE EMPLOYMENT ACT
LOI SUR L’EMPLOI DANS LA FONCTION PUBLIQUE
Permission granted
Permission accordée
The Public Service Commission of Canada, pursuant to section 116 of the Public Service Employment Act, hereby gives notice that it has granted permission, pursuant to subsection 115(2)
of the said Act, to Antonio DiBartolomeo, Acting Coordinator,
Industry Specialist Services (AU-06), whose substantial position
is Industry Specialist, Automotive and Other Manufacturing
(AU-06), Canada Revenue Agency, Windsor, Ontario, to be a
candidate, before and during the election period, for the position
of Councillor for the Town of Amherstburg, Ontario, in a municipal election to be held on October 25, 2010.
KATHY NAKAMURA
Director General
Political Activities Directorate
La Commission de la fonction publique du Canada, en vertu de
l’article 116 de la Loi sur l’emploi dans la fonction publique,
donne avis par la présente qu’elle a accordé à Antonio
DiBartolomeo, coordonnateur par intérim, Services des spécialistes en industrie (AU-06), dont le poste d’attache est spécialiste de
l’industrie, Industries manufacturières et Automobile (AU-06),
Agence du revenu du Canada, Windsor (Ontario), la permission,
aux termes du paragraphe 115(2) de ladite loi, de se porter candidat, avant et pendant la période électorale, au poste de conseiller
pour la ville de Amherstburg (Ontario), à l’élection municipale
prévue pour le 25 octobre 2010.
Le 9 septembre 2010
La directrice générale
Direction des activités politiques
KATHY NAKAMURA
[38-1-o]
[38-1-o]
September 9, 2010
PUBLIC SERVICE COMMISSION
COMMISSION DE LA FONCTION PUBLIQUE
PUBLIC SERVICE EMPLOYMENT ACT
LOI SUR L’EMPLOI DANS LA FONCTION PUBLIQUE
Permission granted
Permission accordée
The Public Service Commission of Canada, pursuant to section 116 of the Public Service Employment Act, hereby gives notice that it has granted permission, pursuant to subsection 115(2)
of the said Act, to Christopher Lawrence Fraser, Learning Assistant (CR-04), Professional Development Division, Public Works
and Government Services Canada, Gatineau, Quebec, to be a candidate, before and during the election period, for the position of
Councillor, Ward 2, for the City of Ottawa, Ontario, in a municipal election to be held on October 25, 2010.
MARIA BARRADOS
President
La Commission de la fonction publique du Canada, en vertu de
l’article 116 de la Loi sur l’emploi dans la fonction publique,
donne avis par la présente qu’elle a accordé à Christopher
Lawrence Fraser, adjoint en apprentissage (CR-04), Division du
perfectionnement professionnel, Travaux publics et Services gouvernementaux Canada, Gatineau (Québec), la permission, aux
termes du paragraphe 115(2) de ladite loi, de se porter candidat,
avant et pendant la période électorale, au poste de conseiller,
quartier 2, pour la ville d’Ottawa (Ontario), à l’élection municipale prévue pour le 25 octobre 2010.
Le 3 septembre 2010
La présidente
MARIA BARRADOS
[38-1-o]
[38-1-o]
September 3, 2010
Le 18 septembre 2010
Gazette du Canada Partie I
2485
PUBLIC SERVICE COMMISSION
COMMISSION DE LA FONCTION PUBLIQUE
PUBLIC SERVICE EMPLOYMENT ACT
LOI SUR L’EMPLOI DANS LA FONCTION PUBLIQUE
Permission granted
Permission accordée
The Public Service Commission of Canada, pursuant to section 116 of the Public Service Employment Act, hereby gives notice that it has granted permission, pursuant to subsection 115(2)
of the said Act, to Alistair David MacKenzie, Records Clerk
(CR-04), Royal Canadian Mounted Police, Edmonton, Alberta, to
be a candidate, before and during the election period, for the position of Councillor for the Town of Bon Accord, Alberta, in a municipal election to be held on October 18, 2010.
KATHY NAKAMURA
Director General
Political Activities Directorate
La Commission de la fonction publique du Canada, en vertu de
l’article 116 de la Loi sur l’emploi dans la fonction publique,
donne avis par la présente qu’elle a accordé à Alistair David
MacKenzie, commis aux dossiers (CR-04), Gendarmerie royale
du Canada, Edmonton (Alberta), la permission, aux termes du
paragraphe 115(2) de ladite loi, de se porter candidat, avant et
pendant la période électorale, au poste de conseiller pour la municipalité de Bon Accord (Alberta), à l’élection municipale prévue
pour le 18 octobre 2010.
Le 8 septembre 2010
La directrice générale
Direction des activités politiques
KATHY NAKAMURA
[38-1-o]
[38-1-o]
September 8, 2010
PUBLIC SERVICE COMMISSION
COMMISSION DE LA FONCTION PUBLIQUE
PUBLIC SERVICE EMPLOYMENT ACT
LOI SUR L’EMPLOI DANS LA FONCTION PUBLIQUE
Permission granted
Permission accordée
The Public Service Commission of Canada, pursuant to section 116 of the Public Service Employment Act, hereby gives notice that it has granted permission, pursuant to subsection 115(2)
of the said Act, to Karolyne Pickett, Department of Fisheries and
Oceans, Ottawa, Ontario, to be a candidate, before and during the
election period, for the position of Councillor, Ward 1, for the
City of Guelph, Ontario, in a municipal election to be held on
October 25, 2010.
September 8, 2010
KATHY NAKAMURA
Director General
Political Activities Directorate
La Commission de la fonction publique du Canada, en vertu de
l’article 116 de la Loi sur l’emploi dans la fonction publique,
donne avis par la présente qu’elle a accordé à Karolyne Pickett,
ministère des Pêches et des Océans, Ottawa (Ontario), la permission, aux termes du paragraphe 115(2) de ladite loi, de se porter
candidate, avant et pendant la période électorale, au poste de
conseillère, quartier 1, pour la ville de Guelph (Ontario), à l’élection municipale prévue pour le 25 octobre 2010.
Le 8 septembre 2010
La directrice générale
Direction des activités politiques
KATHY NAKAMURA
[38-1-o]
[38-1-o]
PUBLIC SERVICE COMMISSION
COMMISSION DE LA FONCTION PUBLIQUE
PUBLIC SERVICE EMPLOYMENT ACT
LOI SUR L’EMPLOI DANS LA FONCTION PUBLIQUE
Permission granted
Permission accordée
The Public Service Commission of Canada, pursuant to section 116 of the Public Service Employment Act, hereby gives notice that it has granted permission, pursuant to subsection 115(2)
of the said Act, to Philip Wood, Intelligence Analyst (PM-04),
Transport Canada, Ottawa, Ontario, to be a candidate, before and
during the election period, for the position of Councillor, Town of
Mississippi Mills, Ontario, in a municipal election to be held on
October 25, 2010.
September 1, 2010
KATHY NAKAMURA
Director General
Political Activities Directorate
La Commission de la fonction publique du Canada, en vertu de
l’article 116 de la Loi sur l’emploi dans la fonction publique,
donne avis par la présente qu’elle a accordé à Philip Wood, analyste des renseignements (PM-04), Transports Canada, Ottawa
(Ontario), la permission, aux termes du paragraphe 115(2) de
ladite loi, de se porter candidat, avant et pendant la période électorale, au poste de conseiller, municipalité de Mississippi Mills
(Ontario), à l’élection municipale prévue pour le 25 octobre 2010.
Le 1er septembre 2010
La directrice générale
Direction des activités politiques
KATHY NAKAMURA
[38-1-o]
[38-1-o]
2486
Canada Gazette Part I
September 18, 2010
MISCELLANEOUS NOTICES
AVIS DIVERS
AL SALAM HOUSE-CANADA INC.
AL SALAM HOUSE-CANADA INC.
APPLICATION TO ESTABLISH A BANK
DEMANDE DE CONSTITUTION D’UNE BANQUE
Notice is hereby given, pursuant to subsection 25(2) of the
Bank Act (Canada), that Al Salam House-Canada Inc. (the “Applicant”), a corporation incorporated under the Canada Business
Corporations Act with its head office in Calgary, Alberta, intends
to apply to the Minister of Finance for letters patent incorporating
a bank to carry on the business of banking. The Applicant is currently wholly-owned by Mr. Yousif Al-Bassam, a resident of
Calgary, Alberta.
Avis est par les présentes donné, aux termes du paragraphe 25(2) de la Loi sur les banques (Canada), qu’Al Salam
House-Canada Inc. (la « requérante »), société constituée en vertu
de la Loi canadienne sur les sociétés par actions ayant son siège
social à Calgary (Alberta) entend demander au ministre des Finances des lettres patentes pour constituer une banque afin
d’exercer des activités bancaires. La requérante appartient actuellement en propriété exclusive à M. Yousif Al-Bassam, résident de
Calgary (Alberta).
Les actionnaires proposés de la requérante qui auront une participation importante directe ou indirecte dans la banque sont
M. Hussein Al Meeza, résident de Dubaï, Les Émirats Arabes
Unis, SDQ Trading Est., dont le siège social est à Bahreïn et qui
est contrôlée par AbdulRahman Al-Bassam, résident de Bahreïn,
et The Yousif Al-Bassam Family Trust, fiducie an Alberta contrôlée par M. Yousif Al-Bassam.
Les promoteurs de la demande sont M. Yousif Al-Bassam et
M. Al Meeza.
La banque exercera ses activités au Canada sous la dénomination Al Salam Bank Canada en anglais et Banque Al Salam Canada en français et son siège social sera situé à Mississauga
(Ontario).
Toute personne qui s’oppose à la constitution proposée peut
notifier par écrit son opposition au Bureau du surintendant des
institutions financières, 255, rue Albert, Ottawa (Ontario) K1A
0H2, au plus tard le 18 octobre 2010. La demande sera faite le
18 septembre 2010 ou après cette date.
Toronto, le 28 août 2010
AL SALAM HOUSE-CANADA INC.
Par ses conseillers juridiques
BLAKE, CASSELS & GRAYDON S.E.N.C.R.L./s.r.l.
Nota : La publication du présent avis ne doit pas être interprétée
comme une confirmation que des lettres patentes seront émises
pour constituer la banque proposée. L’octroi de lettres patentes
dépendra du processus habituel d’examen des demandes aux termes de la Loi sur les banques et du pouvoir discrétionnaire du
ministre des Finances.
The proposed shareholders of the Applicant that will have a
direct or indirect significant interest in the bank are Mr. Hussein
Al Meeza, a resident of Dubai, The United Arab Emirates,
SDQ Trading Est., headquartered in Bahrain, and controlled
by AbdulRahman Al-Bassam, a resident of Bahrain, and The
Yousif Al-Bassam Family Trust, an Alberta trust controlled by
Mr. Yousif Al-Bassam.
The promoters of the application are Mr. Yousif Al-Bassam
and Mr. Al Meeza.
The bank will carry on business in Canada under the name
Al Salam Bank Canada in English and Banque Al Salam Canada
in French and its head office will be located in Mississauga,
Ontario.
Any person who objects to the proposed incorporation may
submit an objection in writing to the Office of the Superintendent
of Financial Institutions, 255 Albert Street, Ottawa, Ontario K1A
0H2, on or before October 18, 2010. The application will be made
on or after September 18, 2010.
Toronto, August 28, 2010
AL SALAM HOUSE-CANADA INC.
By its Counsel
BLAKE, CASSELS & GRAYDON LLP
Note: The publication of this Notice should not be construed as
evidence that letters patent will be issued to establish the proposed bank. The granting of letters patent will be dependent upon
the normal Bank Act application review process and the discretion
of the Minister of Finance.
[35-4-o]
[35-4-o]
BRACEBRIDGE GENERATION LTD.
BRACEBRIDGE GENERATION LTD.
PLANS DEPOSITED
DÉPÔT DE PLANS
Bracebridge Generation Ltd. hereby gives notice that an application has been made to the Minister of Transport, Infrastructure
and Communities under the Navigable Waters Protection Act for
approval of the plans and site of the work described herein. Under
section 9 of the said Act, MMM Group Limited has deposited
with the Minister of Transport, Infrastructure and Communities
and in the Land Registry Office for the Registry Division of Muskoka (No. 35), at 15 Dominion Street, Bracebridge, Ontario P1L
2E7, under deposit Nos. DM373826 (for the Bracebridge Falls
Dam) and DM373827 (for the Wilson’s Falls Dams), a description of the site and plans for the approval of the Bracebridge Falls
Dam, and the Wilson’s Falls Main Dam and Headpond Dam in
the town of Bracebridge, in the North Branch of the Muskoka
La société Bracebridge Generation Ltd. donne avis, par les présentes, qu’une demande a été déposée auprès du ministre des
Transports, de l’Infrastructure et des Collectivités, en vertu de la
Loi sur la protection des eaux navigables, pour l’approbation des
plans et de l’emplacement de l’ouvrage décrit ci-après. La société
MMM Group Limited a, en vertu de l’article 9 de ladite loi, déposé auprès du ministre des Transports, de l’Infrastructure et des
Collectivités et au bureau d’enregistrement de la circonscription
foncière de Muskoka (No. 35) situé au 15, rue Dominion, Bracebridge (Ontario) P1L 2E7, sous les numéros de dépôt DM373826
(pour le barrage de Bracebridge Falls) et DM373827 (pour les
barrages Wilson’s Falls), une description de l’emplacement et les
plans soumis pour l’approbation du barrage Bracebridge Falls et
Le 18 septembre 2010
Gazette du Canada Partie I
River at the Bracebridge Falls Generating Station, 35 Wharf Road
(accessed from Bay Park); and at the Wilson’s Falls Generating
Station, 500 Wilson’s Falls Road (River Road) [accessed from the
north end of Wilson’s Falls Road].
2487
Comments may be directed to the Superintendent, Navigable
Waters Protection Program, Transport Canada, 100 Front Street S,
Sarnia, Ontario N7T 2M4. However, comments will be considered only if they are in writing, are received not later than 30 days
after the date of publication of this notice and are related to the
effects of this work on marine navigation. Although all comments
conforming to the above will be considered, no individual response will be sent.
Markham, September 10, 2010
MMM GROUP LIMITED
J. A. BERTULLI
Senior Environmental Planner
du barrage principal et du barrage du bassin d’amont de Wilson’s
Falls, dans la ville de Bracebridge, dans le bras nord de la rivière
Muskoka, à la centrale électrique de Bracebridge Falls, située au
35, chemin Wharf (accès du parc Bay) et à la centrale électrique
de Wilson’s Falls, située au 500, chemin Wilson’s Falls (chemin
River) [accès par l’extrémité nord du chemin Wilson’s Falls].
Les commentaires éventuels doivent être adressés au Surintendant, Programme de protection des eaux navigables, Transports
Canada, 100, rue Front Sud, Sarnia (Ontario) N7T 2M4. Veuillez
noter que seuls les commentaires faits par écrit, reçus au plus tard
30 jours suivant la date de publication de cet avis et relatifs à
l’effet de l’ouvrage sur la navigation maritime seront considérés.
Même si tous les commentaires répondant à ces exigences seront
considérés, aucune réponse individuelle ne sera envoyée.
Markham, le 10 septembre 2010
MMM GROUP LIMITED
L’urbaniste en environnement principal
J. A. BERTULLI
[38-1-o]
[38-1]
B2B TRUSTCO
B2B TRUSTCO
APPLICATION TO ESTABLISH A TRUST COMPANY
DEMANDE DE CONSTITUTION D’UNE SOCIÉTÉ DE
FIDUCIE
Notice is hereby given, pursuant to subsection 24(2) of the
Trust and Loan Companies Act (Canada) [the “Act”], that B2B
Trust, a trust company governed by the Act and a subsidiary of
Laurentian Bank of Canada, intends to file with the Superintendent of Financial Institutions, on or after September 27, 2010, an
application for the Minister of Finance to issue letters patent incorporating a trust company under the name B2B Trustco, to
carry on trust activities in Canada. B2B Trustco will be controlled
by B2B Trust and its head office will be located in Toronto,
Ontario.
Any person who objects to the proposed incorporation may
submit an objection in writing to the Office of the Superintendent
of Financial Institutions, 255 Albert Street, Ottawa, Ontario K1A
0H2, on or before October 25, 2010.
Montréal, September 4, 2010
OGILVY RENAULT LLP
Attorneys
Note: The publication of this notice should not be construed as
evidence that letters patent will be issued to incorporate the trust
company. The granting of the letters patent will be dependent
upon the normal Trust and Loan Companies Act (Canada)
application review process and the discretion of the Minister of
Finance.
Avis est par les présentes donné, en vertu du paragraphe 24(2)
de la Loi sur les sociétés de fiducie (Canada) [la « Loi »], que
B2B Trust, une société de fiducie régie par la Loi et une filiale de
la Banque Laurentienne du Canada, a l’intention de déposer auprès du surintendant des institutions financières, le 27 septembre
2010 ou après cette date, une demande pour que le ministre des
Finances émette des lettres patentes constituant une société de
fiducie sous la dénomination sociale de B2B Trustco afin de
poursuivre des activités fiduciaires au Canada. B2B Trustco sera
sous le contrôle de B2B Trust et son siège social sera situé à
Toronto (Ontario).
Toute personne qui s’oppose à la constitution envisagée peut
formuler une opposition en écrivant au Bureau du surintendant
des institutions financières, 255, rue Albert, Ottawa (Ontario)
K1A 0H2, au plus tard le 25 octobre 2010.
Montréal, le 4 septembre 2010
Les conseillers juridiques
OGILVY RENAULT S.E.N.C.R.L., s.r.l.
Nota : La publication de cet avis ne devrait pas être interprétée
comme une preuve que les lettres patentes seront émises afin de
constituer la société de fiducie. L’octroi des lettres patentes est
soumis au processus normal de révision des demandes en vertu de
la Loi sur les sociétés de fiducie et de prêt (Canada) et à la
discrétion du ministre des Finances.
[36-4-o]
[36-4-o]
THE CANADIAN TRANSIT COMPANY
THE CANADIAN TRANSIT COMPANY
ANNUAL MEETING
ASSEMBLÉE ANNUELLE
Notice is hereby given that the annual meeting of shareholders
of The Canadian Transit Company will be held at the offices of
The Detroit International Bridge Company, 12225 Stephens
Road, Warren, Michigan, on Tuesday, October 5, 2010, at 2 p.m.,
for the purpose of electing directors of the Company and for the
Avis est par les présentes donné que l’assemblée annuelle des
actionnaires de The Canadian Transit Company se tiendra aux
bureaux de la Detroit International Bridge Company, situés au
12225 Stephens Road, Warren, Michigan, le mardi 5 octobre
2010, à 14 h, afin d’élire les administrateurs de la compagnie et
2488
Canada Gazette Part I
September 18, 2010
transaction of any other business authorized or required to be
transacted by the shareholders.
Windsor, August 16, 2010
DAN STAMPER
President
de délibérer sur toutes les questions soulevées par les actionnaires
ou approuvées par ceux-ci.
Windsor, le 16 août 2010
Le président
DAN STAMPER
[36-4-o]
[36-4]
COMMUNITY OF HOPE CHURCH INC.
COMMUNITY OF HOPE CHURCH INC.
RELOCATION OF HEAD OFFICE
CHANGEMENT DE LIEU DU SIÈGE SOCIAL
Notice is hereby given that Community of Hope Church Inc.
has changed the location of its head office from the city of Surrey
to the city of Delta, province of British Columbia.
September 8, 2010
PHILIP BRYANT
President
Avis est par les présentes donné que Community of Hope
Church Inc. a changé le lieu de son siège social de Surrey à Delta,
province de la Colombie-Britannique.
Le 8 septembre 2010
Le président
PHILIP BRYANT
[38-1-o]
[38-1-o]
FONDATION ÉLÉANOR CÔTÉ INC.
FONDATION ÉLÉANOR CÔTÉ INC.
SURRENDER OF CHARTER
ABANDON DE CHARTE
Notice is hereby given that FONDATION ÉLÉANOR CÔTÉ
INC. intends to apply to the Minister of Industry for leave to surrender its charter pursuant to subsection 32(1) of the Canada
Corporations Act.
September 9, 2010
PAUL-ÉMILE BOUDREAU
President
Avis est par les présentes donné que la FONDATION
ÉLÉANOR CÔTÉ INC. demandera au ministre de l’Industrie la
permission d’abandonner sa charte en vertu du paragraphe 32(1)
de la Loi sur les corporations canadiennes.
Le 9 septembre 2010
Le président
PAUL-ÉMILE BOUDREAU
[38-1-o]
[38-1-o]
THE PRUDENTIAL INSURANCE COMPANY
OF AMERICA
LA PRUDENTIELLE D’AMÉRIQUE,
COMPAGNIE D’ASSURANCE
RELEASE OF ASSETS
LIBÉRATION D’ACTIF
Pursuant to section 651 of the Insurance Companies Act (Canada) [the “Act”], notice is hereby given that The Prudential Insurance Company of America (“Prudential”), intends to apply to the
Superintendent of Financial Institutions (Canada), on or after
November 5, 2010, for the release of the assets that it maintains in
Canada in accordance with the Act.
Conformément à l’article 651 de la Loi sur les sociétés d’assurances (Canada) [la « Loi »], avis est par les présentes donné que
La Prudentielle d’Amérique, Compagnie d’Assurance (« Prudentielle »), a l’intention de faire une demande auprès du surintendant des institutions financières (Canada), le 5 novembre 2010 ou
après cette date, afin de pouvoir effectuer la libération des actifs
qu’elle gère au Canada conformément à la Loi.
Tout souscripteur ou créancier à l’égard des activités de la Prudentielle au Canada qui s’oppose à cette libération doit déposer
un avis d’opposition auprès du Bureau du surintendant des institutions financières, Division de la législation et des approbations,
situé au 255, rue Albert, Ottawa (Ontario) K1A 0H2, au plus tard
le 5 novembre 2010.
Le 18 septembre 2010
GOWLING LAFLEUR HENDERSON S.E.N.C.R.L.
Avocats — Agents de brevets et de marque de commerce
Nota : La publication du présent avis ne doit pas être interprétée
comme une preuve que l’ordonnance sera octroyée. L’octroi de
l’ordonnance sera fait en accord avec le processus normal de
révision des demandes en vertu de la Loi sur les sociétés
d’assurances.
Any policyholder or creditor in respect of Prudential’s insurance business in Canada opposing that release must file notice of
such opposition with the Office of the Superintendent of Financial Institutions, Legislation and Approvals Division, 255 Albert Street, Ottawa, Ontario K1A 0H2, on or before November 5, 2010.
September 18, 2010
GOWLING LAFLEUR HENDERSON LLP
Barristers and solicitors
Note: The publication of this Notice should not be construed as
evidence that an Order will be issued. The granting of the Order
will be dependant upon the normal Insurance Companies Act
application review process.
[38-4-o]
[38-4-o]
Le 18 septembre 2010
Gazette du Canada Partie I
2489
WESTLB AG
WESTLB AG
RELEASE OF ASSETS
LIBÉRATION D’ACTIF
Notice is hereby given, pursuant to subsection 599(2) of the
Bank Act (Canada), that WestLB AG intends to make application
to the Superintendent of Financial Institutions on or after October 18, 2010, for the release of its assets in Canada.
WESTLB AG
Avis est par les présentes donné, aux termes du paragraphe 599(2) de la Loi sur les banques (Canada), que WestLB AG
prévoit effectuer une demande auprès du surintendant des institutions financières le 18 octobre 2010 ou après cette date pour la
libération de ses éléments d’actif au Canada.
WestLB AG a acquitté, ou a pris des dispositions pour l’acquittement, de la totalité de ses dettes au Canada. Les déposants ou
les créanciers de WestLB AG qui s’opposent à la libération doivent faire acte d’opposition auprès du Surintendant des institutions financières (Canada), 255, rue Albert, Ottawa (Ontario)
K1A 0H2, le 18 octobre 2010 ou avant cette date.
Toronto, le 4 septembre 2010
WESTLB AG
[36-4-o]
[36-4-o]
WestLB AG has discharged or provided for the discharge of all
of its liabilities in Canada. Depositors or creditors of WestLB AG
opposing the release must file their opposition with the Superintendent of Financial Institutions (Canada), 255 Albert Street,
Ottawa, Ontario K1A 0H2, on or before October 18, 2010.
Toronto, September 4, 2010
Gazette du Canada Partie I
Le 18 septembre 2010
INDEX
Vol. 144, No. 38 — September 18, 2010
(An asterisk indicates a notice previously published.)
COMMISSIONS
Canadian International Trade Tribunal
EDP hardware and software — Inquiry............................
Canadian Radio-television and Telecommunications
Commission
* Addresses of CRTC offices — Interventions.................
Decisions
2010-659, 2010-661 and 2010-665 to 2010-667...............
Notices of consultation
2010-454-1 — Notice of applications received ................
2010-497-2 — Notice of hearing......................................
2010-498-2 — Notice of hearing......................................
2010-509-1 — Converged Rules of Procedure —
Correction relating to Appendix 4: Information that
can generally be designated confidential.......................
2010-650-1 — Call for comments on the proposed
addition of German Kino Plus to the lists of eligible
satellite services for distribution on a digital basis —
Correction .....................................................................
2010-654-1 — Notice of applications received ................
2010-660 — Notice of application received .....................
2010-663 — Call for comments on the proposed
addition of National Geographic Wild to the lists
of eligible satellite services for distribution on a
digital basis ...................................................................
2010-664 — Call for comments on the proposed
addition of FUEL TV to the lists of eligible satellite
services for distribution on a digital basis .....................
2010-669 — Notice of application received .....................
2010-670 — Notice of application received .....................
Public Service Commission
Public Service Employment Act
Permission granted (Boyd, Randolph John)......................
Permission granted (Corvese, Frank)................................
Permission granted (DiBartolomeo, Antonio) ..................
Permission granted (Fraser, Christopher Lawrence).........
Permission granted (MacKenzie, Alistair David) .............
Permission granted (Pickett, Karolyne) ............................
Permission granted (Wood, Philip)...................................
2477
2477
2478
2479
2479
2480
GOVERNMENT NOTICES
Environment, Dept. of the
Canadian Environmental Protection Act, 1999
Notice of intent to amend the Domestic Substances List
under subsection 87(3) of the Canadian Environmental
Protection Act, 1999 to indicate that subsection 81(3)
of that Act applies to Spiro[isobenzofuran-1(3H),9′[9H]xanthen]-3-one, 3′,6′-bis(diethylamino)- ..............
Industry, Dept. of
Electricity and Gas Inspection Act
Delegation of authorities by the President of
Measurement Canada....................................................
Transport, Dept. of
Aeronautics Act
Interim Order No. 2 Respecting Identity Screening .........
Canada Marine Act
Halifax Port Authority — Supplementary letters patent ...
2491
2470
2471
2472
2475
2481
MISCELLANEOUS NOTICES
* Al Salam House-Canada Inc., application to establish a
bank ..................................................................................
Bracebridge Generation Ltd., dams in the Muskoka River,
Ont. ..................................................................................
* B2B Trustco, application to establish a trust company......
* Canadian Transit Company (The), annual meeting ...........
Community of Hope Church Inc., relocation of head
office.................................................................................
FONDATION ÉLÉANOR CÔTÉ INC., surrender of
charter ...............................................................................
Prudential Insurance Company of America (The), release
of assets.............................................................................
* WestLB AG, release of assets ...........................................
2482
2483
2483
PARLIAMENT
House of Commons
* Filing applications for private bills (Third Session,
Fortieth Parliament) ...................................................... 2476
2480
2480
2481
2481
2483
2484
2484
2484
2485
2485
2485
SUPPLEMENTS
Environment, Dept. of the, and Dept. of Health
Canadian Environmental Protection Act, 1999
Publication of final decision after screening assessment
of substances — Batch 9 and Publication of results of
investigations and recommendations for substances
2486
2486
2487
2487
2488
2488
2488
2489
2492
Canada Gazette Part I
September 18, 2010
INDEX
Vol. 144, no 38 — Le 18 septembre 2010
(L’astérisque indique un avis déjà publié.)
AVIS DIVERS
* Al Salam House-Canada Inc., demande de constitution
d’une banque.....................................................................
Bracebridge Generation Ltd., barrages dans la rivière
Muskoka (Ont.).................................................................
* B2B Trustco, demande de constitution d’une société de
fiducie ...............................................................................
* Canadian Transit Company (The), assemblée annuelle.....
Community of Hope Church Inc., changement de lieu du
siège social........................................................................
FONDATION ÉLÉANOR CÔTÉ INC., abandon de
charte ................................................................................
Prudentielle d’Amérique, Compagnie d’Assurance (La),
libération d’actif................................................................
* WestLB AG, libération d’actif ..........................................
AVIS DU GOUVERNEMENT
Environnement, min. de l’
Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999)
Avis d’intention de modifier la Liste intérieure en vertu
du paragraphe 87(3) de la Loi canadienne sur la
protection de l’environnement (1999) en vue
d’indiquer que le paragraphe 81(3) de la Loi
s’applique au 3′,6′-Bis(diéthylamino)spiro
[isobenzofurane-1(3H),9′-[9H]xanthène]-3-one ..........
Industrie, min. de l’
Loi sur l’inspection de l’électricité et du gaz
Délégation de pouvoirs par le président de Mesures
Canada ..........................................................................
Transports, min. des
Loi maritime du Canada
Administration portuaire de Halifax — Lettres patentes
supplémentaires.............................................................
Loi sur l’aéronautique
Arrêté d’urgence no 2 visant le contrôle de l’identité........
COMMISSIONS
Commission de la fonction publique
Loi sur l’emploi dans la fonction publique
Permission accordée (Boyd, Randolph John) ...................
Permission accordée (Corvese, Frank)..............................
Permission accordée (DiBartolomeo, Antonio) ................
Permission accordée (Fraser, Christopher Lawrence).......
Permission accordée (MacKenzie, Alistair David) ...........
Permission accordée (Pickett, Karolyne) ..........................
Permission accordée (Wood, Philip).................................
2486
2486
2487
2487
2488
2488
2488
2489
2470
2471
2475
2472
2483
2484
2484
2484
2485
2485
2485
COMMISSIONS (suite)
Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications
canadiennes
* Adresses des bureaux du CRTC — Interventions..........
Avis de consultation
2010-454-1 — Avis de demandes reçues .........................
2010-497-2 — Avis d’audience........................................
2010-498-2 — Avis d’audience........................................
2010-509-1 — Règles de procédure harmonisées —
Correction relative à l’annexe 4 : renseignements qui,
en règle générale, peuvent être désignés comme étant
confidentiels..................................................................
2010-650-1 — Appel aux observations sur l’ajout
proposé de German Kino Plus aux listes des services
par satellite admissibles à une distribution en mode
numérique — Correction ..............................................
2010-654-1 — Avis de demandes reçues .........................
2010-660 — Avis de demande reçue................................
2010-663 — Appel aux observations sur l’ajout proposé
de National Geographic Wild aux listes des services
par satellite admissibles à une distribution en mode
numérique .....................................................................
2010-664 — Appel aux observations sur l’ajout proposé
de FUEL TV aux listes des services par satellite
admissibles à une distribution en mode numérique.......
2010-669 — Avis de demande reçue................................
2010-670 — Avis de demande reçue................................
Décisions
2010-659, 2010-661 et 2010-665 à 2010-667...................
Tribunal canadien du commerce extérieur
Matériel et logiciel informatiques — Enquête ..................
2477
2479
2479
2480
2480
2480
2481
2481
2481
2482
2483
2483
2478
2477
PARLEMENT
Chambre des communes
* Demandes introductives de projets de loi privés
(Troisième session, quarantième législature) ................ 2476
SUPPLÉMENTS
Environnement, min. de l’, et min. de la Santé
Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999)
Publication de la décision finale après évaluation
préalable de substances — Lot 9 et Publication des
résultats des enquêtes et des recommandations pour
des substances
Supplement
Canada Gazette, Part I
September 18, 2010
Supplément
Gazette du Canada, Partie I
Le 18 septembre 2010
DEPARTMENT OF
THE ENVIRONMENT
MINISTÈRE DE
L’ENVIRONNEMENT
DEPARTMENT OF
HEALTH
MINISTÈRE DE
LA SANTÉ
Publication of Final Decision after
Screening Assessment of Substances — Batch 9
Publication de la décision finale après
évaluation préalable de substances — Lot 9
CAS No. 1314-62-1
CAS No. 7758-01-2
CAS No. 7328-97-4
CAS No. 71032-95-6
CAS No. 475-71-8
CAS No. 1326-05-2
CAS No. 14295-43-3
CAS No. 38465-55-3
CAS No. 58161-93-6
CAS No. 509-34-2
CAS No. 2134-15-8
CAS No. 2379-74-0
CAS No. 41556-26-7
CAS No. 64338-16-5
CAS No. 1309-64-4
Numéro de CAS 1314-62-1
Numéro de CAS 7758-01-2
Numéro de CAS 7328-97-4
Numéro de CAS 71032-95-6
Numéro de CAS 475-71-8
Numéro de CAS 1326-05-2
Numéro de CAS 14295-43-3
Numéro de CAS 38465-55-3
Numéro de CAS 58161-93-6
Numéro de CAS 509-34-2
Numéro de CAS 2134-15-8
Numéro de CAS 2379-74-0
Numéro de CAS 41556-26-7
Numéro de CAS 64338-16-5
Numéro de CAS 1309-64-4
Publication of Results of Investigations and
Recommendations for Substances
Publication des résultats des enquêtes et des
recommandations pour des substances
CAS No. 93-15-2
CAS No. 88-12-0
Numéro de CAS 93-15-2
Numéro de CAS 88-12-0
Le 18 septembre 2010
Supplément à la Gazette du Canada
3
DEPARTMENT OF THE ENVIRONMENT
MINISTÈRE DE L’ENVIRONNEMENT
DEPARTMENT OF HEALTH
MINISTÈRE DE LA SANTÉ
CANADIAN ENVIRONMENTAL PROTECTION ACT, 1999
LOI CANADIENNE SUR LA PROTECTION DE
L’ENVIRONNEMENT (1999)
Publication of final decision after screening assessment of a
substance — Vanadium oxide V2O5 (vanadium pentoxide),
CAS No. 1314-62-1 — specified on the Domestic Substances List
(subsection 77(6) of the Canadian Environmental Protection Act,
1999)
Publication de la décision finale après évaluation
préalable d’une substance — le Pentaoxyde de divanadium,
numéro de CAS 1314-62-1 — inscrite sur la Liste intérieure
[paragraphe 77(6) de la Loi canadienne sur la protection de
l’environnement (1999)]
Whereas vanadium pentoxide is a substance on the Domestic
Substances List identified under subsection 73(1) of the Canadian
Environmental Protection Act, 1999;
Whereas a summary of the Screening Assessment conducted
on vanadium pentoxide pursuant to section 74 of the Act is annexed hereby; and
Whereas vanadium pentoxide meets one or more of the criteria
set out in section 64 of the Act,
Notice therefore is hereby given that the Ministers of the Environment and of Health propose to recommend to Her Excellency the Governor in Council that vanadium pentoxide be added
to Schedule 1 to the Act.
Notice is furthermore given that the Ministers of the Environment and of Health are releasing a proposed risk management
approach document for this substance on the Government of Canada’s Chemical Substances Web site (www.chemicalsubstances.
gc.ca) to continue discussions with stakeholders on the manner in
which the Ministers intend to develop a proposed regulation or
instrument respecting preventive or control actions in relation to
the substance.
Attendu que le pentaoxyde de divanadium est une substance
inscrite sur la Liste intérieure répondant aux critères du paragraphe 73(1) de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999);
Attendu qu’un résumé de l’évaluation préalable du pentaoxyde
de divanadium réalisée en application de l’article 74 de la Loi est
ci-annexé;
Attendu que le pentaoxyde de divanadium remplit au moins un
des critères prévus à l’article 64 de la Loi,
Avis est donné par les présentes que les ministres de l’Environnement et de la Santé proposent de recommander à Son Excellence la Gouverneure générale en conseil que le pentaoxyde de
divanadium soit inscrit à l’annexe 1 de la Loi.
Avis est de plus donné que les ministres de l’Environnement et de la Santé ont publié, sur le site Web du gouvernement du Canada portant sur les substances chimiques (www.
substanceschimiques.gc.ca), l’approche de gestion des risques
proposée pour la substance afin de poursuivre des discussions
avec les parties intéressées sur la façon dont ils entendent élaborer
un projet de texte réglementaire concernant les mesures de prévention ou de contrôle relatives à cette substance.
Public comment period on the proposed risk management
approach document
Délai pour recevoir les commentaires du public sur l’approche de
gestion des risques proposée
Any person may, within 60 days after publication of the proposed risk management approach document, file with the Minister
of the Environment written comments on the proposed risk management approach document. More information regarding the
proposed risk management approach may be obtained from the
Government of Canada’s Chemical Substances Web site (www.
chemicalsubstances.gc.ca). All comments must cite the Canada
Gazette, Part I, and the date of publication of this notice and be
sent to the Executive Director, Program Development and Engagement Division, Gatineau, Quebec K1A 0H3, 819-953-7155
(fax), Existing.Substances.Existantes@ec.gc.ca (email).
In accordance with section 313 of the Canadian Environmental
Protection Act, 1999, any person who provides information in
response to this notice may submit with the information a request
that it be treated as confidential.
JIM PRENTICE
Minister of the Environment
LEONA AGLUKKAQ
Minister of Health
Dans les 60 jours suivant la publication de l’approche de gestion des risques proposée, quiconque le souhaite peut présenter
des commentaires par écrit au ministre de l’Environnement à ce
sujet. Des précisions sur cette approche peuvent être obtenues sur
le site Web du gouvernement du Canada portant sur les substances chimiques (www.substanceschimiques.gc.ca). Tous les commentaires doivent mentionner la Partie I de la Gazette du Canada
et la date de publication du présent avis et être envoyés au Directeur exécutif, Division de la mobilisation et de l’élaboration de
programmes, Gatineau (Québec) K1A 0H3, 819-953-7155 (télécopieur), Existing.Substances.Existantes@ec.gc.ca (courriel).
Conformément à l’article 313 de la Loi canadienne sur la
protection de l’environnement (1999), quiconque fournit des renseignements en réponse au présent avis peut en même temps demander que ceux-ci soient considérés comme confidentiels.
Le ministre de l’Environnement
JIM PRENTICE
La ministre de la Santé
LEONA AGLUKKAQ
ANNEX
ANNEXE
Summary of the Screening Assessment of
Vanadium Pentoxide
Résumé de l’évaluation préalable du
Pentaoxyde de divanadium
Pursuant to section 74 of the Canadian Environmental Protection Act, 1999 (CEPA 1999), the Ministers of the Environment
En application de l’article 74 de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999) [LCPE (1999)], les ministres
4
Supplement to the Canada Gazette
and of Health have conducted a screening assessment of vanadium pentoxide, Chemical Abstracts Service Registry No. 131462-1. This substance was identified in the categorization of the
Domestic Substances List as a high priority for action under the
Challenge. Vanadium pentoxide was identified as a high priority
as it was considered to pose greatest potential for exposure of
individuals in Canada and had been classified by the International
Agency for Research on Cancer on the basis of carcinogenicity
and by the European Commission on the basis of genotoxicity
and developmental toxicity. The substance also met the ecological
categorization criteria for persistence and inherent toxicity to
aquatic organisms. Therefore, this assessment of vanadium pentoxide considers both environmental and human health risks.
According to information submitted under section 71 of
CEPA 1999, between 1 000 000 and 10 000 000 kg of vanadium
pentoxide was incidentally produced in Canada in the 2006 calendar year. Some importation activities were reported in the same
year, at a total quantity of between 100 000 and 1 000 000 kg.
Between 1 000 000 and 10 000 000 kg of vanadium pentoxide
was used in 2006.
Vanadium is naturally occurring in the environment. Measurements of vanadium in environmental media (ambient air,
drinking water, surface water and sediment) and food in Canada
and elsewhere capture total vanadium, including any vanadium
pentoxide present. In Canada, the major uses of vanadium pentoxide are in the manufacture of ferrovanadium, as a catalyst in the
production of sulphuric acid, in catalytic cracking applications
and for catalytic reduction of nitrogen oxide and sulphur emissions from power plants. The major anthropogenic sources of
vanadium pentoxide are the burning of certain fossil fuels.
Based principally on the weight-of-evidence-based assessments
of international or other national agencies, a critical effect for
characterization of risk to human health for vanadium pentoxide
is carcinogenicity. Increased incidences of lung tumours were
observed in male and female mice and in male rats following
inhalation exposure. Genotoxicity was observed in both in vivo
and in vitro assays with vanadium pentoxide in mammalian cells.
Based on lung tumours observed in rats and mice for which
modes of induction have not been fully elucidated, it cannot be
precluded that vanadium pentoxide induces tumours via a mode
of action involving direct interaction with genetic material.
Repeated-dose studies with vanadium pentoxide based on oral
exposure showed effects in the spleen, liver, kidney and lung as
well as on the immune system of rats.
On the basis of the carcinogenic potential of vanadium
pentoxide, for which there may be a probability of harm at any
level of exposure, it is concluded that vanadium pentoxide is a
substance that may be entering the environment in a quantity or
concentration or under conditions that constitute or may constitute a danger in Canada to human life or health.
September 18, 2010
de l’Environnement et de la Santé ont effectué une évaluation
préalable du pentaoxyde de divanadium, dont le numéro de registre du Chemical Abstracts Service est 1314-62-1. Une priorité
élevée a été accordée à la prise de mesures à l’égard de cette substance durant la catégorisation visant les substances de la Liste
intérieure dans le cadre du Défi. On a déterminé que le pentaoxyde de divanadium est une substance hautement prioritaire,
parce qu’on estime qu’elle présente le plus fort risque d’exposition pour les particuliers au Canada et que le Centre International
de Recherche sur le Cancer l’a classée en fonction de sa cancérogénicité et la Commission européenne, en fonction de sa génotoxicité et de sa toxicité pour la reproduction. En outre, cette
substance répond aux critères environnementaux de la catégorisation relatifs à la persistance et à la toxicité intrinsèque pour les
organismes aquatiques. La présente évaluation du pentaoxyde de
divanadium est donc axée principalement sur les risques pour
l’environnement et la santé humaine.
Selon les renseignements fournis en application de l’article 71
de la LCPE (1999), de 1 000 000 à 10 000 000 kg de pentaoxyde
de divanadium ont été fortuitement produits au Canada au cours
de l’année civile 2006. Certaines activités d’importation ont été
déclarées, les quantités totales variant de 100 000 à 1 000 000 kg
en 2006. En outre, de 1 000 000 à 10 000 000 kg de cette substance ont été utilisés durant la même année.
Le vanadium est présent de façon naturelle dans l’environnement. Les mesures de cette substance prises dans des milieux
naturels (air ambiant, eau potable, eau de surface et sédiments)
ainsi que dans les aliments au Canada et ailleurs dans le monde
permettent d’obtenir la quantité totale de vanadium, y compris de
pentaoxyde de vanadium. Au Canada, le pentaoxyde de divanadium est principalement utilisé pour la fabrication du ferrovanadium et comme catalyseur pour la production d’acide sulfurique,
le craquage catalytique et la réduction catalytique des émissions
d’oxyde d’azote et de soufre provenant de centrales électriques.
La combustion de certains combustibles fossiles constitue les
principales sources anthropiques du pentaoxyde de divanadium.
En s’appuyant principalement sur les évaluations reposant sur
le poids de la preuve qui ont été réalisées par des organismes
internationaux ou d’autres organismes nationaux, on a déterminé
que la cancérogénicité constitue un effet critique à considérer aux
fins de la caractérisation des risques que présente le pentaoxyde
de divanadium pour la santé humaine. Une augmentation du
nombre de tumeurs pulmonaires a été observée chez les souris
mâles et femelles et chez les rats mâles exposés par inhalation. De
plus, la génotoxicité a été constatée dans les cellules de mammifères au cours d’essais in vivo et in vitro menés avec du pentaoxyde
de divanadium. À partir des tumeurs pulmonaires observées chez
les rats et les souris pour lesquels les modes d’induction n’ont
pas été totalement élucidés, on ne peut exclure la possibilité que
le pentaoxyde de divanadium provoque des tumeurs par un
mode d’action impliquant une interaction directe avec le matériel
génétique.
Des effets sur la rate, le foie, les reins et les poumons ainsi que
sur le système immunitaire des rats ont été notés à la suite d’une
exposition orale dans le cadre d’études en doses répétées avec le
pentaoxyde de divanadium.
Compte tenu du pouvoir cancérogène du pentaoxyde de divanadium, pour lequel il pourrait exister une probabilité d’effets
nocifs quel que soit le niveau d’exposition, le pentaoxyde de
divanadium est considéré comme une substance pouvant pénétrer
dans l’environnement en une quantité, à une concentration ou
dans des conditions de nature à constituer un danger au Canada
pour la vie ou la santé humaines.
Le 18 septembre 2010
The releases of vanadium pentoxide into the Canadian environment are mainly atmospheric emissions from various industrial activities, in particular fossil fuel combustion. Deposition of
the vanadium pentoxide to surrounding terrestrial and aquatic
ecosystems then occurs. Because vanadium pentoxide is soluble,
it will dissolve in contact with moisture in these ecosystems and
yield a variety of dissolved vanadium species, depending on the
environmental conditions. Vanadium has been demonstrated to
have moderate to high acute and chronic toxicity to aquatic organisms and up to a high chronic toxicity to terrestrial organisms.
Supplément à la Gazette du Canada
5
Where relevant, research and monitoring will support verification of assumptions used during the screening assessment and,
where appropriate, the performance of potential control measures
identified during the risk management phase.
Les rejets de pentaoxyde de divanadium dans l’environnement
au Canada sont principalement attribuables aux émissions atmosphériques issues de diverses activités industrielles, notamment
de la combustion de combustibles fossiles. Des dépôts dans les
écosystèmes aquatiques et terrestres avoisinants font suite à ces
émissions. Le pentaoxyde de divanadium étant soluble, il se dissoudra au contact de l’humidité, une fois dans ces écosystèmes, et
produira diverses espèces de vanadium dissoutes en fonction des
conditions du milieu. Il a été démontré que le vanadium présente
une toxicité aiguë et chronique variant de moyenne à élevée pour
les organismes aquatiques et une toxicité chronique pouvant atteindre un niveau élevé pour les organismes terrestres.
Des scénarios industriels propres au site et fondés sur les données de surveillance ont été élaborés pour les plus importantes
sources de rejet de pentaoxyde de divanadium dans l’environnement. À partir des analyses du quotient de risque, il est improbable que l’exposition au pentaoxyde de divanadium ait des effets
nocifs sur les organismes aquatiques et terrestres. Il est donc
conclu que cette substance ne pénètre pas dans l’environnement
en une quantité, à une concentration ou dans des conditions de
nature à avoir, immédiatement ou à long terme, un effet nocif sur
l’environnement ou sur la diversité biologique, ni à mettre en
danger l’environnement essentiel pour la vie. De plus, le pentaoxyde de vanadium répond aux critères de la persistance, mais il
ne répond pas à ceux du potentiel de bioaccumulation prévus
dans le Règlement sur la persistance et la bioaccumulation de la
LCPE (1999).
Des activités de recherche et de surveillance viendront, s’il y a
lieu, appuyer la vérification des hypothèses formulées au cours de
l’évaluation préalable et, le cas échéant, l’efficacité des mesures
de contrôle possibles définies à l’étape de la gestion des risques.
Conclusion
Conclusion
Based on the information available, it is concluded that
vanadium pentoxide meets one or more of the criteria set out in
section 64 of CEPA 1999.
The final Screening Assessment as well as the proposed risk
management approach document for this substance is available
on the Government of Canada’s Chemical Substances Web site
(www.chemicalsubstances.gc.ca).
D’après les renseignements disponibles, il est conclu que le
pentaoxyde de divanadium répond au moins à l’un des critères de
l’article 64 de la LCPE (1999).
La version finale de l’évaluation préalable ainsi que l’approche
de gestion des risques proposée concernant cette substance sont
accessibles sur le site Web du gouvernement du Canada portant
sur les substances chimiques (www.substanceschimiques.gc.ca).
Publication of final decision after screening assessment of a
substance — Bromic acid, potassium salt (potassium bromate),
CAS No. 7758-01-2 — specified on the Domestic Substances
List (subsection 77(6) of the Canadian Environmental
Protection Act, 1999)
Publication de la décision finale après évaluation préalable
d’une substance — le Bromate de potassium, numéro de
CAS 7758-01-2 — inscrite sur la Liste intérieure
[paragraphe 77(6) de la Loi canadienne sur la protection
de l’environnement (1999)]
Whereas Bromic acid, potassium salt (also known as potassium
bromate) is a substance on the Domestic Substances List identified under subsection 73(1) of the Canadian Environmental Protection Act, 1999;
Attendu que le bromate de potassium est une substance inscrite
sur la Liste intérieure répondant aux critères du paragraphe 73(1)
de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999);
Whereas a summary of the Screening Assessment conducted
on potassium bromate pursuant to section 74 of the Act is annexed hereby; and
Attendu qu’un résumé de l’évaluation préalable du bromate
de potassium réalisée en application de l’article 74 de la Loi est
ci-annexé;
Whereas potassium bromate meets one or more of the criteria
set out in section 64 of the Act,
Attendu que le bromate de potassium remplit au moins un des
critères prévus à l’article 64 de la Loi,
Notice therefore is hereby given that the Ministers of the Environment and of Health propose to recommend to Her Excellency the Governor in Council that potassium bromate be added
to Schedule 1 to the Act.
Avis est donné par les présentes que les ministres de l’Environnement et de la Santé proposent de recommander à Son Excellence la Gouverneure générale en conseil que le bromate de potassium soit inscrit à l’annexe 1 de la Loi.
Site-specific industrial scenarios based on monitoring data
were developed for the most important sources of release of
vanadium pentoxide to the environment. Based on risk quotient
analyses, harm to aquatic and terrestrial organisms resulting from
exposure to vanadium pentoxide is unlikely. Hence, it is concluded that the substance is not entering the environment in a
quantity or concentration or under conditions that have or may
have an immediate or long-term harmful effect on the environment or its biological diversity or that constitute or may constitute
a danger to the environment on which life depends. Vanadium
pentoxide does meet the criteria for persistence but does not meet
the criteria for bioaccumulation potential as set out in the Persistence and Bioaccumulation Regulations of CEPA 1999.
6
Supplement to the Canada Gazette
September 18, 2010
Notice is furthermore given that the Ministers of the Environment and of Health are releasing a proposed risk management
approach document for this substance on the Government of Canada’s Chemical Substances Web site (www.chemicalsubstances.
gc.ca) to continue discussions with stakeholders on the manner in
which the Ministers intend to develop a proposed regulation or
instrument respecting preventive or control actions in relation to
the substance.
Avis est de plus donné que les ministres de l’Environnement et
de la Santé ont publié, sur le site Web du gouvernement du Canada portant sur les substances chimiques (www.substanceschimiques.
gc.ca), l’approche de gestion des risques proposée pour la substance afin de poursuivre des discussions avec les parties intéressées sur la façon dont ils entendent élaborer un projet de texte
réglementaire concernant les mesures de prévention ou de contrôle relatives à cette substance.
Public comment period on the proposed risk management
approach document
Délai pour recevoir les commentaires du public sur l’approche de
gestion des risques proposée
Any person may, within 60 days after publication of the proposed risk management approach document, file with the Minister
of the Environment written comments on the proposed risk management approach document. More information regarding the
proposed risk management approach may be obtained from the
Government of Canada’s Chemical Substances Web site (www.
chemicalsubstances.gc.ca). All comments must cite the Canada
Gazette, Part I, and the date of publication of this notice and be
sent to the Executive Director, Program Development and Engagement Division, Gatineau, Quebec K1A 0H3, 819-953-7155
(fax), Existing.Substances.Existantes@ec.gc.ca (email).
In accordance with section 313 of the Canadian Environmental
Protection Act, 1999, any person who provides information in
response to this notice may submit with the information a request
that it be treated as confidential.
JIM PRENTICE
Minister of the Environment
LEONA AGLUKKAQ
Minister of Health
Dans les 60 jours suivant la publication de l’approche de gestion des risques proposée, quiconque le souhaite peut présenter
des commentaires par écrit au ministre de l’Environnement à ce
sujet. Des précisions sur cette approche peuvent être obtenues sur
le site Web du gouvernement du Canada portant sur les substances chimiques (www.substanceschimiques.gc.ca). Tous les commentaires doivent mentionner la Partie I de la Gazette du Canada
et la date de publication du présent avis et être envoyés au Directeur exécutif, Division de la mobilisation et de l’élaboration de
programmes, Gatineau (Québec) K1A 0H3, 819-953-7155 (télécopieur), Existing.Substances.Existantes@ec.gc.ca (courriel).
Conformément à l’article 313 de la Loi canadienne sur la
protection de l’environnement (1999), quiconque fournit des renseignements en réponse au présent avis peut en même temps demander que ceux-ci soient considérés comme confidentiels.
Le ministre de l’Environnement
JIM PRENTICE
La ministre de la Santé
LEONA AGLUKKAQ
ANNEX
ANNEXE
Summary of the Screening Assessment of
Bromic Acid, Potassium Salt
Résumé de l’évaluation préalable du
Bromate de potassium
Pursuant to section 74 of the Canadian Environmental Protection Act, 1999 (CEPA 1999), the Ministers of the Environment
and of Health have conducted a screening assessment of potassium bromate, Chemical Abstracts Service Registry No. 7758-01-2.
The substance potassium bromate was identified in the categorization of the Domestic Substances List as a high priority for action under the Challenge. Potassium bromate was identified as a
high priority as it was considered to pose intermediate potential
for exposure of individuals in Canada and is classified by other
agencies on the basis of carcinogenicity. This substance met
the ecological categorization criteria for persistence and inherent toxicity to aquatic organisms, but not for bioaccumulation
potential.
En application de l’article 74 de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999) [LCPE (1999)], les ministres
de l’Environnement et de la Santé ont effectué une évaluation
préalable du bromate de potassium, dont le numéro de registre du
Chemical Abstracts Service est 7758-01-2. Une priorité élevée a
été accordée à la prise de mesures à l’égard du bromate de potassium durant la catégorisation visant les substances de la Liste
intérieure dans le cadre du Défi. On a déterminé que le bromate
de potassium est une substance hautement prioritaire, parce qu’on
estime qu’il présente un risque d’exposition intermédiaire pour
les particuliers au Canada et que d’autres organismes l’ont classé
en fonction de sa cancérogénicité. Cette substance répond aux
critères environnementaux de la catégorisation relatifs à la persistance et la toxicité intrinsèque pour les organismes aquatiques,
mais non à ceux applicables au potentiel de bioaccumulation.
Selon les renseignements transmis en réponse à une enquête
réalisée en application de l’article 71 de la LCPE (1999), une
quantité de bromate de potassium inférieure à 1 000 kg a été importée au Canada en 2006. Aucune entreprise canadienne n’a
déclaré fabriquer du bromate de potassium en 2006, et la substance n’a pas non plus été rejetée dans l’environnement cette
même année. Au Canada, le bromate de potassium est utilisé dans
des applications principalement industrielles et non destinées à la
consommation.
D’après les renseignements disponibles issus de diverses sources et les résultats de l’enquête susmentionnée, l’exposition de la
population générale au bromate de potassium dans les milieux
According to information submitted in response to a survey
published under section 71 of CEPA 1999, less than 1 000 kg of
potassium bromate was imported into Canada in 2006. No Canadian companies reported manufacturing potassium bromate in
2006, and it was not reported to be released into the environment
in 2006. In Canada, potassium bromate is used in primarily industrial and non-consumer applications.
Based on available information from various sources and
results from the aforementioned survey, exposure of the general population to potassium bromate in environmental media
Le 18 septembre 2010
Supplément à la Gazette du Canada
7
(e.g. drinking water) and in consumer products is considered to be
negligible.
naturels (par exemple l’eau potable) et dans les produits de consommation est considérée comme étant négligeable.
As potassium bromate was classified on the basis of carcinogenicity by international regulatory agencies, carcinogenicity was
a key focus for this screening assessment. Kidney tumours, mesotheliomas (testes and peritoneal), and thyroid tumours were all
observed after administration of potassium bromate in drinking
water. No evidence was available to suggest a carcinogenic potential for potassium bromate via the inhalation or dermal routes.
Data from a wide range of genotoxicity studies suggests that potassium bromate is genotoxic in vitro and in vivo. Although the
mode of induction of tumours has not been fully elucidated, based
on the genotoxicity of potassium bromate, it cannot be precluded
that potassium bromate induces tumours via a mode of action
involving direct interaction with genetic material.
On the basis of the carcinogenic potential of potassium bromate, for which there may be a probability of harm at any exposure level, it is concluded that potassium bromate is a substance
that may be entering the environment in a quantity or concentration or under conditions that constitute or may constitute a danger
in Canada to human life or health.
Comme le bromate de potassium a été classé par des organismes de réglementation internationaux sur la base de sa cancérogénicité, la présente évaluation préalable porte principalement sur
cette capacité de la substance. Les tumeurs au rein, les mésothéliomes (des testicules et du péritoine) et les tumeurs à la thyroïde
ont tous été observés après l’administration de bromate de potassium dans l’eau potable. Aucune donnée ne laisse supposer le
pouvoir cancérogène du bromate de potassium par inhalation ou
par voie cutanée. Les données issues d’une vaste gamme d’études
de génotoxicité laissent entendre que le bromate de potassium est
génotoxique in vitro et in vivo. Bien que le mode d’induction des
tumeurs n’ait pas été complètement élucidé, on ne peut exclure la
possibilité que, compte tenu de sa génotoxicité, le bromate de
potassium provoque des tumeurs par un mode d’action impliquant
une interaction directe avec le matériel génétique.
L’exposition au bromate de potassium a également été associée
à divers effets non cancérogènes chez les animaux de laboratoire.
Parmi eux, l’on peut citer des effets sur le système reproducteur et
le système immunitaire, ainsi que des effets non néoplasiques
dans les reins, la thyroïde, les testicules et l’hypophyse. Étant
donné que l’exposition au bromate de potassium devrait être négligeable et que les effets non cancérogènes les plus importants
sont apparus à une dose où des lésions prénéoplasiques et des
tumeurs ont également été observées, les marges d’exposition
n’ont pas été calculées pour les effets non cancérogènes.
Compte tenu du pouvoir cancérogène du bromate de potassium,
pour lequel il pourrait exister une probabilité d’effets nocifs quel
que soit le niveau d’exposition, le bromate de potassium est une
substance qui peut pénétrer dans l’environnement en une quantité,
à une concentration ou dans des conditions de nature à constituer
un danger au Canada pour la vie ou la santé humaines.
Based on the information available (relatively low quantity in
commerce, moderate aquatic toxicity), it is concluded that potassium bromate is not entering the environment in a quantity or
concentration or under conditions that have or may have an immediate or long-term harmful effect on the environment or its
biological diversity or that constitute or may constitute a danger
to the environment on which life depends. Potassium bromate meets criteria for persistence in water but not the bioaccumulation criteria as set out in the Persistence and Bioaccumulation Regulations.
Selon les renseignements disponibles (quantité commercialisée
relativement faible, toxicité modérée en milieu aquatique), le
bromate de potassium ne pénètre pas dans l’environnement en
une quantité, à une concentration ou dans des conditions de nature
à avoir, immédiatement ou à long terme, un effet nocif sur l’environnement ou sur la diversité biologique, ni à mettre en danger
l’environnement essentiel pour la vie. De plus, le bromate de potassium répond aux critères de la persistance dans l’eau, mais il
ne répond pas à ceux de la bioaccumulation prévus dans le Règlement sur la persistance et la bioaccumulation.
Where relevant, research and monitoring will support verification of assumptions used during the screening assessment and,
where appropriate, the performance of potential control measures
identified during the risk management phase.
Des activités de recherche et de surveillance viendront, s’il y a
lieu, appuyer la vérification des hypothèses formulées au cours de
l’évaluation préalable et, le cas échéant, l’efficacité des mesures
de contrôle possibles définies à l’étape de la gestion des risques.
Conclusion
Conclusion
Based on the information available, it is concluded that potassium bromate meets one or more of the criteria set out in section 64 of CEPA 1999.
D’après les renseignements disponibles, il est conclu que le
bromate de potassium répond au moins à l’un des critères de
l’article 64 de la LCPE (1999).
The final Screening Assessment as well as the proposed risk
management approach document for this substance is available
on the Government of Canada’s Chemical Substances Web site
(www.chemicalsubstances.gc.ca).
La version finale de l’évaluation préalable ainsi que l’approche
de gestion des risques proposée concernant cette substance sont
accessibles sur le site Web du gouvernement du Canada portant
sur les substances chimiques (www.substanceschimiques.gc.ca).
Exposure to potassium bromate has also been associated with a
variety of non-cancer effects in experimental animals. These include reproductive and immunological effects, as well as nonneoplastic effects in the kidney, thyroid, testes, and pituitary
gland. Since exposure to potassium bromate is expected to be
negligible and the most sensitive non-cancer effects occurred at a
dose level at which pre-neoplastic lesions and tumours were also
observed, margins of exposures were not calculated for noncancer effects.
8
Supplement to the Canada Gazette
September 18, 2010
Publication of results of investigations and recommendations
for a substance — Benzene, 1,2-dimethoxy-4-(2-propenyl)(methyl eugenol), CAS No. 93-15-2 — specified on the Domestic
Substances List (paragraphs 68(b) and (c) of the Canadian
Environmental Protection Act, 1999)
Publication des résultats des enquêtes et des recommandations
sur une substance — le 4-Allylvératrole, numéro de
CAS 93-15-2 — inscrite sur la Liste intérieure [alinéas 68b)
et c) de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement
(1999)]
Whereas Benzene, 1,2-dimethoxy-4-(2-propenyl)- (also known
as methyl eugenol) is a substance identified as high priority for
action under the Challenge, published in the Canada Gazette,
Part I, on December 9, 2006;
Whereas the summary of the Screening Assessment conducted
on methyl eugenol, pursuant to paragraph 68(b) of the Canadian
Environmental Protection Act, 1999 is annexed hereby; and
Whereas methyl eugenol meets one or more of the criteria set
out in section 64 of the Act,
Notice therefore is hereby given that the Ministers of the Environment and of Health propose to recommend to Her Excellency the Governor in Council that methyl eugenol be added to
Schedule 1 to the Act.
Notice is furthermore given that the Ministers of the Environment and of Health are releasing a proposed risk management
approach document for this substance on the Government of Canada’s Chemical Substances Web site (www.chemicalsubstances.
gc.ca) to continue discussions with stakeholders on the manner in
which the Ministers intend to develop a proposed regulation or
instrument respecting preventive or control actions in relation to
the substance.
Attendu que le 4-allylvératrole est une substance déclarée
comme une priorité élevée pour la prise de mesures dans le cadre
du Défi publié le 9 décembre 2006 dans la Partie I de la Gazette
du Canada;
Attendu qu’un résumé de l’évaluation préalable du
4-allylvératrole menée sous le régime de l’alinéa 68b) de la Loi
canadienne sur la protection de l’environnement (1999) est
ci-annexé;
Attendu que le 4-allylvératrole remplit au moins un des critères
prévus à l’article 64 de la Loi,
Avis est donné par les présentes que les ministres de l’Environnement et de la Santé proposent de recommander à Son Excellence la Gouverneure générale en conseil que le 4-allylvératrole
soit inscrit à l’annexe 1 de la Loi.
Avis est de plus donné que les ministres de l’Environnement et de la Santé ont publié, sur le site Web du gouvernement
du Canada portant sur les substances chimiques (www.
substanceschimiques.gc.ca), l’approche de gestion des risques
proposée pour la substance afin de poursuivre des discussions
avec les parties intéressées sur la façon dont ils entendent élaborer
un projet de texte réglementaire concernant les mesures de prévention ou de contrôle relatives à cette substance.
Public comment period on the proposed risk management
approach document
Délai pour recevoir les commentaires du public sur l’approche de
gestion des risques proposée
Any person may, within 60 days after publication of the proposed risk management approach document, file with the Minister
of the Environment written comments on the proposed risk management approach document. More information regarding the
proposed risk management approach may be obtained from the
Government of Canada’s Chemical Substances Web site (www.
chemicalsubstances.gc.ca). All comments must cite the Canada
Gazette, Part I, and the date of publication of this notice and be
sent to the Executive Director, Program Development and Engagement Division, Gatineau, Quebec K1A 0H3, 819-953-7155
(fax), Existing.Substances.Existantes@ec.gc.ca (email).
In accordance with section 313 of the Canadian Environmental
Protection Act, 1999, any person who provides information in
response to this notice may submit with the information a request
that it be treated as confidential.
JIM PRENTICE
Minister of the Environment
LEONA AGLUKKAQ
Minister of Health
Dans les 60 jours suivant la publication de l’approche de gestion des risques proposée, quiconque le souhaite peut présenter
des commentaires par écrit au ministre de l’Environnement à ce
sujet. Des précisions sur cette approche peuvent être obtenues sur
le site Web du gouvernement du Canada portant sur les substances chimiques (www.substanceschimiques.gc.ca). Tous les commentaires doivent mentionner la Partie I de la Gazette du Canada
et la date de publication du présent avis et être envoyés au Directeur exécutif, Division de la mobilisation et de l’élaboration de
programmes, Gatineau (Québec) K1A 0H3, 819-953-7155 (télécopieur), Existing.Substances.Existantes@ec.gc.ca (courriel).
Conformément à l’article 313 de la Loi canadienne sur la
protection de l’environnement (1999), quiconque fournit des renseignements en réponse au présent avis peut en même temps demander que ceux-ci soient considérés comme confidentiels.
Le ministre de l’Environnement
JIM PRENTICE
La ministre de la Santé
LEONA AGLUKKAQ
ANNEX
ANNEXE
Summary of the Screening Assessment of Benzene,
1,2-dimethoxy-4-(2-propenyl)-
Résumé de l’évaluation préalable
du 4-Allylvératrole
The Ministers of the Environment and of Health have conducted a screening assessment of Benzene, 1,2-dimethoxy-4-(2propenyl)- (commonly called methyl eugenol), Chemical Abstracts
Service Registry No. 93-15-2. Methyl eugenol was identified
in the categorization of the Domestic Substances List as a high
priority for action under the Challenge, as it was considered to
Les ministres de l’Environnement et de la Santé ont effectué
une évaluation préalable du 4-allylvératrole, dont le numéro de
registre du Chemical Abstracts Service est 93-15-2. Une priorité
élevée a été accordée à la prise de mesures à l’égard du
4-allylvératrole durant la catégorisation visant les substances de la
Liste intérieure dans le cadre du Défi. Le 4-allylvératrole a été
Le 18 septembre 2010
pose an intermediate potential for exposure of individuals in Canada and it had been classified by the United States National Toxicology Program on the basis of carcinogenicity. This substance
was not considered to be a high priority for assessment of potential risks to the environment as it did not meet the ecological
categorization criteria for persistence, bioaccumulation potential
or inherent toxicity to aquatic organisms. Therefore, this assessment focuses principally on information relevant to the evaluation
of human health.
Methyl eugenol is an organic substance that occurs naturally in
the essential oils of several plant species. These oils are extracted
for use principally as flavour ingredients in food and beverages
and as fragrance ingredients and emollients in personal care products. Methyl eugenol can be a component of citronella oil, which
is registered as an active ingredient in personal insect repellent in
Canada. Based on information reported pursuant to section 71 of
the Canadian Environmental Protection Act, 1999 (CEPA 1999),
methyl eugenol was not reported to be manufactured in Canada in
2006, and less than 100 kg of the substance was imported into the
country in the same calendar year.
Methyl eugenol is considered to be ubiquitous in air and water
at very low concentrations. The predominant source of exposure
to the general population is expected to be its naturally occurring
presence in food and beverages, with smaller contributions from
the use of personal care products and citronella oil-based personal
insect repellents.
Based principally on the weight-of-evidence-based assessments
of international or other national agencies, a critical effect for the
characterization of risk to human health for methyl eugenol is
carcinogenicity. In the standard two-year carcinogenicity studies
with rats and mice, methyl eugenol induced multiple types of
tumours in both males and females in a dose-related manner. Of
note were the significantly increased incidences of liver tumours
observed at the lowest dose tested in both rats and mice in the
chronic studies. Methyl eugenol was genotoxic in a range of in
vivo and in vitro assays, although it was not mutagenic in bacterial cells. Methyl eugenol bound to liver DNA and formed DNA
adducts in vivo and in vitro. In addition, methyl eugenol caused
gene mutation in the liver of transgenic animals and induced
mutation of β-catenin gene in mouse liver tumours. While the
mode of induction of tumours has not been fully elucidated, based
on genotoxicity of methyl eugenol, it cannot be precluded that
methyl eugenol induces tumours via a mode of action involving
direct interaction with genetic material.
Methyl eugenol is also associated with non-cancer effects in
experimental animals including cytological alteration, necrosis,
hyperplasia, atrophy, and organ or body weight changes in rats
and mice. The critical non-cancer effect was reduced body weight
or body weight gain. With respect to non-cancer effects, comparison of the critical effect level with upper-bounding estimates of
exposure to the general population from the use of methyl
eugenol-containing personal care products and citronella oilbased personal insect repellents results in margins of exposure
that are considered adequate.
Supplément à la Gazette du Canada
9
jugé hautement prioritaire, car il a été reconnu comme une substance présentant un risque d’exposition intermédiaire pour les
particuliers au Canada et il a été classé par le National Toxicology
Program des États-Unis en fonction de sa cancérogénicité. L’évaluation des risques que représente cette substance pour l’environnement n’a pas été jugée hautement prioritaire étant donné qu’elle
ne répond pas aux critères relatifs à la persistance, au potentiel de
bioaccumulation ou à la toxicité intrinsèque pour les organismes
aquatiques. La présente évaluation est donc axée principalement
sur les renseignements utiles à l’évaluation des risques pour la
santé humaine.
Le 4-allylvératrole est une substance organique présente de façon naturelle dans les huiles essentielles de plusieurs espèces
végétales. Ces huiles sont extraites pour être utilisées principalement comme ingrédients aromatisants dans les aliments et les
boissons et comme ingrédients parfumés et émollients dans les
produits de soins personnels. Le 4-allylvératrole entre dans la
composition de l’huile de citronnelle, qui est homologuée au Canada pour usage comme ingrédient actif dans les insectifuges
personnels. Selon les renseignements déclarés en application de
l’article 71 de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999) [LCPE (1999)], cette substance n’a pas été fabriquée
au Canada en 2006 et elle a été importée au pays en une quantité
inférieure à 100 kg au cours de la même année civile.
Le 4-allylvératrole est omniprésent dans l’air et l’eau à de très
faibles concentrations. La principale source d’exposition pour
l’ensemble de la population devrait résulter du fait qu’on le
trouve naturellement dans les aliments et les boissons, et, à des
quantités plus faibles, dans les produits de soins personnels et les
insectifuges personnels à base d’huile de citronnelle.
En s’appuyant principalement sur des évaluations reposant sur
le poids de la preuve qui ont été réalisées par des organismes internationaux ou d’autres organismes nationaux, on a déterminé
que la cancérogénicité constitue un effet critique à considérer aux
fins de la caractérisation des risques que présentent le
4-allylvératrole pour la santé humaine. Les études de cancérogénicité standard menées sur des rats et des souris durant deux ans
ont montré que l’exposition au 4-allylvératrole entraînait plusieurs types de tumeurs tant chez les mâles que chez les femelles,
proportionnellement à la dose administrée. Il faut mentionner que
l’on a observé une augmentation significative du nombre de tumeurs du foie à la dose minimale chez les rats et les souris, dans
le cadre des études sur la toxicité chronique. Le 4-allylvératrole
s’est avéré génotoxique dans une série d’essais in vivo et in vitro,
bien qu’il ne se soit pas révélé mutagène dans les cellules bactériennes. Il s’est lié à l’acide désoxyribonucléique (ADN) du foie
et a entraîné la formation d’adduits à l’ADN in vivo et in vitro. De
plus, il a entraîné une mutation génique dans le foie d’animaux transgéniques et une mutation du gène β-caténine dans les
tumeurs du foie chez la souris. Bien que le mode d’induction des
tumeurs n’ait pas été complètement élucidé, on ne peut exclure la
possibilité que, compte tenu de sa génotoxicité, le 4-allylvératrole
provoque des tumeurs par un mode d’action impliquant une interaction directe avec le matériel génétique.
Le 4-allylvératrole est également associé à des effets autres que
le cancer, observés chez les animaux de laboratoire, tels que
l’altération cytologique, la nécrose, l’hyperplasie, l’atrophie et les
variations du poids corporel ou du poids des organes chez les rats
et les souris. L’effet critique autre que le cancer était la diminution du poids corporel ou du gain de poids corporel. Pour ce qui
est des effets autres que le cancer, on obtient des marges d’exposition jugées adéquates en comparant la concentration associée à
un effet critique avec l’estimation de la limite supérieure d’exposition de l’ensemble de la population relativement à la présence
de 4-allylvératrole découlant de l’utilisation des produits de soins
10
Supplement to the Canada Gazette
September 18, 2010
Where relevant, research and monitoring will support verification of assumptions used during the screening assessment and,
where appropriate, the performance of potential control measures
identified during the risk management phase.
personnels et des insectifuges personnels à base d’huile de
citronnelle.
Compte tenu du pouvoir cancérogène du 4-allylvératrole, pour
lequel il pourrait exister une probabilité d’effets nocifs quel que
soit le niveau d’exposition, on considère le 4-allylvératrole
comme une substance pouvant pénétrer dans l’environnement en
une quantité, à une concentration ou dans des conditions de nature
à constituer un danger au Canada pour la vie ou la santé
humaines.
D’après ses propriétés physiques et chimiques et les données de
dégradation limitées, le 4-allylvératrole ne répond pas aux critères
de la persistance et de la bioaccumulation prévus dans le Règlement sur la persistance et la bioaccumulation de la LCPE (1999).
En outre, les données de toxicité expérimentales et modélisées
indiquent que cette substance pourrait représenter un risque modéré pour les organismes aquatiques. Étant donné la faible quantité de 4-allylvératrole présente dans les produits commerciaux au
Canada, la concentration de cette substance dans l’environnement
devrait être bien inférieure à la concentration estimée sans effet.
Compte tenu de ce qui précède, le 4-allylvératrole ne pénètre pas
dans l’environnement en une quantité, à une concentration ou
dans des conditions de nature à avoir, immédiatement ou à long
terme, un effet nocif sur l’environnement ou sur la diversité biologique, ni à mettre en danger l’environnement essentiel pour la
vie.
Des activités de recherche et de surveillance viendront, s’il y a
lieu, appuyer la vérification des hypothèses formulées au cours de
l’évaluation préalable et, le cas échéant, l’efficacité des mesures
de contrôle possibles définies à l’étape de la gestion des risques.
Conclusion
Conclusion
Based on the information available, it is concluded that Benzene, 1,2-dimethoxy-4-(2-propenyl)- meets one or more of the
criteria set out in section 64 of CEPA 1999.
The final Screening Assessment as well as the proposed risk
management approach document for this substance is available
on the Government of Canada’s Chemical Substances Web site
(www.chemicalsubstances.gc.ca).
D’après les renseignements disponibles, il est conclu que le
4-allylvératrole répond au moins à l’un des critères de l’article 64
de la LCPE (1999).
La version finale de l’évaluation préalable ainsi que l’approche
de gestion des risques proposée concernant cette substance sont
accessibles sur le site Web du gouvernement du Canada portant
sur les substances chimiques (www.substanceschimiques.gc.ca).
Publication of final decision after screening assessment of a
substance — Oxirane, 2,2′,2″,2″′-[1,2-ethanediylidenetetrakis
(4,1-phenyleneoxymethylene)]tetrakis-, CAS No. 7328-97-4 —
specified on the Domestic Substances List (subsection 77(6) of
the Canadian Environmental Protection Act, 1999)
Publication de la décision finale après évaluation préalable
d’une substance — le 2,2′,2″,2″′-[Éthane-1,2-diylidènetétrakis
(p-phénylénoxyméthylène)]tétraoxirane, numéro de
CAS 7328-97-4 — inscrite sur la Liste intérieure
[paragraphe 77(6) de la Loi canadienne sur la protection de
l’environnement (1999)]
Whereas Oxirane, 2,2′,2″,2″′-[1,2-ethanediylidenetetrakis(4,1phenyleneoxymethylene)]tetrakis- is a substance on the Domestic
Substances List identified under subsection 73(1) of the Canadian
Environmental Protection Act, 1999;
Whereas a summary of the Screening Assessment conducted on Oxirane, 2,2′,2″,2″′-[1,2-ethanediylidenetetrakis(4,1phenyleneoxymethylene)]tetrakis- pursuant to section 74 of the
Act is annexed hereby; and
Whereas Oxirane, 2,2′,2″,2″′-[1,2-ethanediylidenetetrakis(4,1phenyleneoxymethylene)]tetrakis- meets one or more of the criteria set out in section 64 of the Act,
Notice therefore is hereby given that the Ministers of the Environment and of Health propose to recommend to Her Excellency the Governor in Council that Oxirane, 2,2′,2″,2″′-[1,2ethanediylidenetetrakis(4,1-phenyleneoxymethylene)]tetrakis- be
added to Schedule 1 to the Act.
Attendu que le 2,2′,2″,2″′-[Éthane-1,2-diylidènetétrakis(pphénylénoxyméthylène)]tétraoxirane est une substance inscrite
sur la Liste intérieure répondant aux critères du paragraphe 73(1)
de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999);
Attendu qu’un résumé de l’évaluation préalable du 2,2′,
2″,2″′-[Éthane-1,2-diylidènetétrakis(p-phénylénoxyméthylène)]
tétraoxirane réalisée en application de l’article 74 de la Loi est
ci-annexé;
Attendu que le 2,2′,2″,2″′-[Éthane-1,2-diylidènetétrakis(pphénylénoxyméthylène)]tétraoxirane remplit au moins un des
critères prévus à l’article 64 de la Loi,
Avis est donné par les présentes que les ministres de
l’Environnement et de la Santé proposent de recommander à
Son Excellence la Gouverneure générale en conseil que le
2,2′,2″,2″′-[Éthane-1,2-diylidènetétrakis(p-phénylénoxyméthylène)]
tétraoxirane soit inscrit à l’annexe 1 de la Loi.
On the basis of the carcinogenic potential of methyl eugenol,
for which there may be a probability of harm at any exposure
level, it is concluded that methyl eugenol is a substance that may
be entering the environment in a quantity or concentration or
under conditions that constitute or may constitute a danger in
Canada to human life or health.
Based on its physical and chemical properties and available
limited degradation data, methyl eugenol does not meet the persistence and bioaccumulation criteria as set out in the Persistence
and Bioaccumulation Regulations of CEPA 1999. In addition,
both experimental and modelled toxicity data suggest that the
substance is only moderately hazardous to aquatic organisms.
Given the low quantity of methyl eugenol in commerce in Canada, its environmental concentration is predicted to be well below
the predicted no-effect concentration. On this basis, it is concluded that methyl eugenol is not entering the environment in a
quantity or concentration or under conditions that have or may
have an immediate or long-term harmful effect on the environment or its biological diversity or that constitute or may constitute
a danger to the environment on which life depends.
Le 18 septembre 2010
Supplément à la Gazette du Canada
11
Notice is furthermore given that the Ministers of the Environment and of Health are releasing a proposed risk management
approach document for this substance on the Government of Canada’s Chemical Substances Web site (www.chemicalsubstances.
gc.ca) to continue discussions with stakeholders on the manner in
which the Ministers intend to develop a proposed regulation or
instrument respecting preventive or control actions in relation to
the substance.
Avis est de plus donné que les ministres de l’Environnement et de la Santé ont publié, sur le site Web du gouvernement du Canada portant sur les substances chimiques (www.
substanceschimiques.gc.ca), l’approche de gestion des risques
proposée pour la substance afin de poursuivre des discussions
avec les parties intéressées sur la façon dont ils entendent élaborer
un projet de texte réglementaire concernant les mesures de prévention ou de contrôle relatives à cette substance.
Public comment period on the proposed risk management
approach document
Délai pour recevoir les commentaires du public sur l’approche de
gestion des risques proposée
Any person may, within 60 days after publication of the proposed risk management approach document, file with the Minister
of the Environment written comments on the proposed risk management approach document. More information regarding the
proposed risk management approach may be obtained from the
Government of Canada’s Chemical Substances Web site (www.
chemicalsubstances.gc.ca). All comments must cite the Canada
Gazette, Part I, and the date of publication of this notice and be
sent to the Executive Director, Program Development and Engagement Division, Gatineau, Quebec K1A 0H3, 819-953-7155
(fax), Existing.Substances.Existantes@ec.gc.ca (email).
In accordance with section 313 of the Canadian Environmental
Protection Act, 1999, any person who provides information in
response to this notice may submit with the information a request
that it be treated as confidential.
JIM PRENTICE
Minister of the Environment
LEONA AGLUKKAQ
Minister of Health
Dans les 60 jours suivant la publication du document sur
l’approche de gestion des risques proposée, quiconque le souhaite
peut présenter des commentaires par écrit au ministre de l’Environnement à ce sujet. Des précisions sur l’approche de gestion
des risques proposée peuvent être obtenues sur le site Web du
gouvernement du Canada portant sur les substances chimiques
(www.substanceschimiques.gc.ca). Tous les commentaires doivent mentionner la Partie I de la Gazette du Canada et la date de
publication du présent avis et être envoyés au Directeur exécutif,
Division de la mobilisation et de l’élaboration de programmes,
Gatineau (Québec) K1A 0H3, 819-953-7155 (télécopieur),
Existing.Substances.Existantes@ec.gc.ca (courriel).
Conformément à l’article 313 de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999), quiconque fournit des renseignements en réponse au présent avis peut en même temps demander que ceux-ci soient considérés comme confidentiels.
Le ministre de l’Environnement
JIM PRENTICE
La ministre de la Santé
LEONA AGLUKKAQ
ANNEX
ANNEXE
Summary of the Screening Assessment Report of Oxirane,
2,2′,2″,2″′-[1,2-ethanediylidenetetrakis
(4,1-phenyleneoxymethylene)]tetrakis-
Résumé de l’évaluation préalable du
2,2′,2″,2″′-[Éthane-1,2-diylidènetétrakis
(p-phénylénoxyméthylène)]tétraoxirane
Pursuant to section 74 of the Canadian Environmental
Protection Act, 1999 (CEPA 1999), the Ministers of the Environment and of Health have conducted a screening assessment of Oxirane, 2,2′,2″,2″′-[1,2-ethanediylidenetetrakis(4,1phenyleneoxymethylene)]tetrakis- (TGOPE), Chemical Abstracts
Service Registry No. 7328-97-4. This substance was identified as
a high priority for screening assessment and included in the Challenge because it had been found to meet the ecological categorization criteria for persistence, bioaccumulation potential and inherent toxicity to non-human organisms and is believed to be in
commerce in Canada.
The substance TGOPE was not considered to be a high priority
for assessment of potential risks to human health, based on the
application of the simple exposure and hazard tools developed by
Health Canada for categorization of substances on the Domestic
Substances List.
En application de l’article 74 de la Loi canadienne sur la
protection de l’environnement (1999) [LCPE (1999)], les ministres de l’Environnement et de la Santé ont effectué une évaluation préalable du 2,2′,2″,2″′-[Éthane-1,2-diylidènetétrakis(pphénylénoxyméthylène)]tétraoxirane (TGOPE) dont le numéro de
registre du Chemical Abstracts Service est 7328-97-4. Une priorité élevée a été accordée à l’évaluation préalable de cette substance inscrite au Défi, car elle répond aux critères environnementaux de la catégorisation relatifs à la persistance, au potentiel
de bioaccumulation et à la toxicité intrinsèque pour les organismes non humains et elle semble être commercialisée au Canada.
L’évaluation des risques que présente le TGOPE pour la santé
humaine n’a pas été jugée hautement prioritaire à la lumière des
résultats fournis par les outils simples de détermination du risque
d’exposition et du risque pour la santé élaborés par Santé Canada
aux fins de la catégorisation visant les substances de la Liste
intérieure.
Le TGOPE est une résine époxyde solide utilisée au Canada et
ailleurs, principalement dans la fabrication de peintures, de revêtements et d’adhésifs. Cette substance n’est pas présente de façon
naturelle dans l’environnement. Elle ne serait pas non plus fabriquée au Canada, mais de 1 000 à 10 000 kg ont été importés au
pays en 2006.
The substance TGOPE is a solid epoxy resin that is used in
Canada and elsewhere primarily in the manufacture of paints,
coatings and adhesives. The substance is not naturally occurring
in the environment. It is not reported to be manufactured in Canada; however, between 1 000 and 10 000 kg were imported into
the country in 2006.
12
Supplement to the Canada Gazette
The potential for exposure of the general population to TGOPE
from environmental media is expected to be negligible. There is
no expected exposure from food. Exposure to TGOPE from consumer products may occur during use of epoxy adhesives; however, such exposure is expected to be low. Therefore, exposure
of the general population in Canada is expected to be low to
negligible.
During the manufacturing process of items containing TGOPE,
virtually all of the TGOPE will chemically react and therefore
become chemically transformed and unavailable for release. The
very small amount of unreacted TGOPE remaining in manufactured items is assumed to be disposed of in landfill sites. About
1.6% of the mass of TGOPE reported to be sold in Canada is estimated to be released in industrial wastewater during industrial
processing, 1% is disposed of in landfills in waste products, and
no releases are predicted to air and soil. The substance TGOPE
has low predicted water solubility (0.06 mg/L). It is essentially
non-volatile. It will partition to sediments (57%) if released to
surface waters and will remain in soil if released to soil.
Based on its physical and chemical properties and on data from
a chemical analogue, TGOPE is not considered to be persistent in
the environment, as it is predicted to hydrolyze in water. Modelled bioaccumulation data that take into account metabolic transformation suggests that this substance has a high potential to accumulate in the lipid tissues of organisms. The hydrolysis product
of TGOPE is predicted to have a low potential to bioaccumulate
but is expected to persist in the environment. Given that TGOPE
hydrolyses to a transformation product with different characteristics, TGOPE does not meet the persistence criteria but does meet
the bioaccumulation criteria as set out in the Persistence and Bioaccumulation Regulations.
Experimental toxicity data for a chemical analogue suggest that
saturated solutions of TGOPE cause chronic harm to aquatic organisms. The hydrolysis product of TGOPE is predicted to have
low toxicity to aquatic organisms.
For this screening assessment, a conservative site-specific exposure scenario was selected in which an industrial operation
discharges TGOPE into the aquatic environment. The predicted
environmental concentration in water was below the predicted noeffect concentration for pelagic aquatic organisms.
With regard to human health, while limited toxicity data for
TGOPE were identified, the genotoxicity assays identified for
TGOPE indicate mutagenic potential in vitro. In addition, structural analogues of TGOPE were found to have carcinogenic potential in experimental animals and direct-acting mutagenic potential in a range of in vitro assays and mixed results in in vivo
assays. Therefore, given the positive results for genotoxicity of
TGOPE, and the collective evidence from genotoxicity and carcinogenicity data for the analogues of TGOPE, it is considered
that TGOPE may cause harm at any level of exposure.
On the basis of the carcinogenic potential of TGOPE, for which
there may be a probability of harm at any level of exposure, it is
concluded that TGOPE is a substance that may be entering the
environment in a quantity or concentration or under conditions
that constitute or may constitute a danger in Canada to human life
or health.
September 18, 2010
Le risque d’exposition de la population générale au TGOPE
présent dans les milieux naturels devrait être négligeable. Il ne
devrait pas y avoir d’exposition à partir de la nourriture. Quant à
l’exposition au TGOPE contenu dans les produits de consommation, elle pourrait se produire pendant l’utilisation des adhésifs
époxydes, mais elle devrait être faible. Par conséquent, l’exposition de la population générale au Canada devrait être faible ou
négligeable.
Pendant la fabrication des articles contenant du TGOPE, la
quasi-totalité du TGOPE réagira chimiquement et, par conséquent, sera chimiquement transformée et ne pourra pas être libérée. La très faible quantité de TGOPE n’ayant pas réagi et demeurant dans les articles manufacturés devrait être éliminée dans des
décharges. On estime qu’environ 1,6 % de la masse de TGOPE
vendue au Canada est rejetée dans l’eau durant la transformation
industrielle, que 1 % de la substance est éliminé dans les déchets
enfouis dans les décharges et qu’aucun rejet n’est prévu dans
l’atmosphère ni dans le sol. Le TGOPE a une faible solubilité
prévue dans l’eau (0,06 mg/L). Comme il est essentiellement non
volatil, il se dépose dans les sédiments (57 %) s’il est rejeté dans
les eaux de surface et demeure dans le sol, s’il est rejeté dans le
sol.
D’après ses propriétés physiques et chimiques et les données
relatives à un analogue chimique, le TGOPE n’est pas jugé persistant dans l’environnement, étant donné qu’on estime qu’il est
hydrolysé. Des données modélisées sur la bioaccumulation, qui
tiennent compte de la transformation métabolique, laissent entendre que le potentiel de bioaccumulation du TGOPE dans les tissus
adipeux des organismes est élevé. Le produit d’hydrolyse du
TGOPE devrait avoir un faible potentiel de bioaccumulation,
mais il devrait être persistant dans l’environnement. Puisque le
TGOPE s’hydrolyse en un dérivé aux caractéristiques différentes,
le TGOPE ne satisfait pas aux critères de la persistance prévus
dans le Règlement sur la persistance et la bioaccumulation, mais
il satisfait à ceux de la bioaccumulation en vertu de ce règlement.
Des données expérimentales sur la toxicité d’un analogue chimique révèlent que les solutions saturées de TGOPE provoquent
une nocivité chronique chez les organismes aquatiques. Par
contre, le produit d’hydrolyse du TGOPE devrait être peu toxique
pour ces organismes.
Aux fins de la présente évaluation préalable, on a choisi un
scénario d’exposition prudent propre au site selon lequel une exploitation industrielle rejette du TGOPE dans le milieu aquatique.
La concentration environnementale estimée dans l’eau était inférieure à la concentration estimée sans effet pour les organismes
pélagiques.
En ce qui a trait à la santé humaine, quelques données sur la
toxicité du TGOPE ont été relevées; toutefois, les essais de génotoxicité portant sur cette substance indiquent un pouvoir mutagène in vitro. En outre, on a découvert que des analogues structurels du TGOPE ont un pouvoir cancérogène chez les animaux de
laboratoire et un pouvoir mutagène à action directe dans une
gamme d’essais in vitro. Toutefois, les résultats des essais in vivo
à leur sujet sont variables. Étant donné la génotoxicité du TGOPE
et l’ensemble des preuves issu des données de cancérogénicité et
de génotoxicité concernant ses analogues, on juge donc que le
TGOPE peut être nocif quel que soit le niveau d’exposition.
Compte tenu de la cancérogénicité possible du TGOPE, pour
lequel il pourrait exister une possibilité d’effets nocifs quel que
soit le niveau d’exposition, on considère que cette substance peut
pénétrer dans l’environnement en une quantité, à une concentration ou dans des conditions de nature à constituer un danger au
Canada pour la vie ou la santé humaines.
Le 18 septembre 2010
Supplément à la Gazette du Canada
13
Based on the information available, it is concluded that
TGOPE is not entering the environment in a quantity or concentration or under conditions that have or may have an immediate or
long-term harmful effect on the environment or its biological
diversity or that constitute or may constitute a danger to the environment on which life depends. The substance TGOPE does not
meet the persistence criteria but does meet the bioaccumulation criteria as set out in the Persistence and Bioaccumulation
Regulations.
Where relevant, research and monitoring will support verification of assumptions used during the screening assessment and,
where appropriate, the performance of potential control measures
identified during the risk management phase.
À la lumière des renseignements disponibles, le TGOPE ne pénètre pas dans l’environnement en une quantité, à une concentration ou dans des conditions de nature à avoir, immédiatement ou à
long terme, un effet nocif sur l’environnement ou sur la diversité
biologique, ni à mettre en danger l’environnement essentiel pour
la vie. Le TGOPE ne répond pas aux critères de la persistance
prévus dans le Règlement sur la persistance et la bioaccumulation, mais il répond à ceux de la bioaccumulation en vertu de ce
règlement.
Des activités de recherche et de surveillance viendront, s’il y a
lieu, appuyer la vérification des hypothèses formulées au cours de
l’évaluation préalable et, le cas échéant, l’efficacité des mesures
de contrôle possibles définies à l’étape de la gestion des risques.
Conclusion
Conclusion
Based on the information available, it is concluded that
TGOPE meets one or more of the criteria set out in section 64 of
CEPA 1999.
The final Screening Assessment as well as the proposed risk
management approach document for this substance is available
on the Government of Canada’s Chemical Substances Web site
(www.chemicalsubstances.gc.ca).
D’après les renseignements disponibles, il est conclu que le
TGOPE répond au moins à l’un des critères de l’article 64 de la
LCPE (1999).
La version finale de l’évaluation préalable ainsi que l’approche
de gestion des risques proposée concernant cette substance sont
accessibles sur le site Web du gouvernement du Canada portant
sur les substances chimiques (www.substanceschimiques.gc.ca).
Publication of final decision after screening assessment of a
substance — 2-Naphthalenesulfonic acid, 7-[[4,6-bis[[3(diethylamino)propyl]amino]-1,3,5-triazin-2-yl]amino]-4hydroxy-3-[[4-(phenylazo)phenyl]azo]-, monoacetate (salt),
CAS No. 71032-95-6 — specified on the Domestic Substances
List (subsection 77(6) of the Canadian Environmental
Protection Act, 1999)
Publication de la décision finale après évaluation préalable
d’une substance — l’Acide 7-[[4,6-bis[[3-(diéthylamino)propyl]
amino]-1,3,5-triazin-2-yl]amino]-4-hydroxy-3-[[p-(phénylazo)
phényl]azo]naphtalène-2-sulfonique, monoacétate, numéro
de CAS 71032-95-6 — inscrite sur la Liste intérieure
[paragraphe 77(6) de la Loi canadienne sur la protection de
l’environnement (1999)]
Whereas
2-Naphthalenesulfonic
acid,
7-[[4,6-bis[[3(diethylamino)propyl]amino]-1,3,5-triazin-2-yl]amino]-4-hydroxy3-[[4-(phenylazo)phenyl]azo]-, monoacetate (salt) is a substance
on the Domestic Substances List identified under subsection 73(1)
of the Canadian Environmental Protection Act, 1999;
Whereas a summary of the Screening Assessment conducted on
2-Naphthalenesulfonic acid, 7-[[4,6-bis[[3-(diethylamino)propyl]
amino]-1,3,5-triazin-2-yl]amino]-4-hydroxy-3-[[4-(phenylazo)
phenyl]azo]-, monoacetate (salt) pursuant to section 74 of the Act
is annexed hereby;
Whereas
2-Naphthalenesulfonic
acid,
7-[[4,6-bis[[3(diethylamino)propyl]amino]-1,3,5-triazin-2-yl]amino]-4-hydroxy3-[[4-(phenylazo)phenyl]azo]-, monoacetate (salt) does not meet
any of the criteria set out in section 64 of the Act; and
Whereas the Minister of the Environment intends to amend the
Domestic Substances List, under subsection 87(3) of the Act, to
indicate that subsection 81(3) thereof applies with respect to this
substance,
Notice therefore is hereby given that the Ministers of the Environment and of Health propose to take no further action on
2-Naphthalenesulfonic acid, 7-[[4,6-bis[[3-(diethylamino)propyl]
amino]-1,3,5-triazin-2-yl]amino]-4-hydroxy-3-[[4-(phenylazo)
phenyl]azo]-, monoacetate (salt) at this time under section 77 of
the Act.
JIM PRENTICE
Minister of the Environment
LEONA AGLUKKAQ
Minister of Health
Attendu que l’Acide 7-[[4,6-bis[[3-(diéthylamino)propyl]amino]1,3,5-triazin-2-yl]amino]-4-hydroxy-3-[[p-(phénylazo)phényl]azo]
naphtalène-2-sulfonique, monoacétate est une substance inscrite
sur la Liste intérieure répondant aux critères du paragraphe 73(1)
de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999);
Attendu qu’un résumé de l’évaluation préalable de l’Acide 7[[4,6-bis[[3-(diéthylamino)propyl]amino]-1,3,5-triazin-2-yl]amino]4-hydroxy-3-[[p-(phénylazo)phényl]azo]naphtalène-2-sulfonique,
monoacétate réalisée en application de l’article 74 de la Loi est
ci-annexé;
Attendu que l’Acide 7-[[4,6-bis[[3-(diéthylamino)propyl]amino]1,3,5-triazin-2-yl]amino]-4-hydroxy-3-[[p-(phénylazo)phényl]azo]
naphtalène-2-sulfonique, monoacétate ne remplit aucun des critères prévus à l’article 64 de la Loi;
Attendu que le ministre de l’Environnement a l’intention de
modifier la Liste intérieure, en application du paragraphe 87(3) de
la Loi, de manière à indiquer que le paragraphe 81(3) s’applique à
cette substance,
Avis est par les présentes donné que les ministres de l’Environnement et de la Santé proposent de ne rien faire pour le moment à l’égard de l’Acide 7-[[4,6-bis[[3-(diéthylamino)propyl]
amino]-1,3,5-triazin-2-yl]amino]-4-hydroxy-3-[[p-(phénylazo)
phényl]azo]naphtalène-2-sulfonique, monoacétate aux termes de
l’article 77 de la Loi.
Le ministre de l’Environnement
JIM PRENTICE
La ministre de la Santé
LEONA AGLUKKAQ
14
Supplement to the Canada Gazette
September 18, 2010
ANNEX
ANNEXE
Summary of the Screening Assessment Report of
2-Naphthalenesulfonic acid, 7-[[4,6-bis[[3-(diethylamino)
propyl]amino]-1,3,5-triazin-2-yl]amino]-4-hydroxy-3-[[4(phenylazo)phenyl]azo]-, monoacetate (salt)
Résumé de l’évaluation préalable de l’Acide 7-[[4,6-bis[[3(diéthylamino)propyl]amino]-1,3,5-triazin-2-yl]amino]4-hydroxy-3-[[p-(phénylazo)phényl]azo]naphtalène2-sulfonique, monoacétate
Pursuant to section 74 of the Canadian Environmental Protection Act, 1999 (CEPA 1999), the Ministers of the Environment and of Health have conducted a screening assessment of
2-Naphthalenesulfonic acid, 7-[[4,6-bis[[3-(diethylamino)propyl]
amino]-1,3,5-triazin-2-yl]amino]-4-hydroxy-3-[[4-(phenylazo)
phenyl]azo]-, monoacetate (salt) [NDTHPM], Chemical Abstracts
Service Registry No. 71032-95-6. This substance was identified
as a high priority for screening assessment and included in the
Challenge because it had been found to meet the ecological categorization criteria for persistence, bioaccumulation potential and
inherent toxicity to non-human organisms and is believed to be in
commerce in Canada. The substance NDTHPM was not considered to be a high priority for assessment of potential risks to
human health, based on the application of the simple exposure
and hazard tools developed by Health Canada for categorization
of substances on the Domestic Substances List.
En application de l’article 74 de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999) [LCPE (1999)], les ministres
de l’Environnement et de la Santé ont effectué une évaluation
préalable de l’Acide 7-[[4,6-bis[[3-(diéthylamino)propyl]amino]1,3,5-triazin-2-yl]amino]-4-hydroxy-3-[[p-(phénylazo)phényl]
azo]naphtalène-2-sulfonique, monoacétate (NDTHPM), dont le
numéro de registre du Chemical Abstracts Service est 71032-95-6.
Une priorité élevée a été accordée à l’évaluation préalable de
cette substance inscrite au Défi, car elle répond aux critères environnementaux de la catégorisation relatifs à la persistance, au
potentiel de bioaccumulation et à la toxicité intrinsèque pour les
organismes non humains et elle semble être commercialisée au
Canada. L’évaluation des risques que présente le NDTHPM pour
la santé humaine n’a pas été jugée hautement prioritaire à la lumière des résultats fournis par les outils simples de détermination
du risque d’exposition et du risque pour la santé élaborés par Santé Canada aux fins de la catégorisation visant les substances de la
Liste intérieure.
Le NDTHPM est un colorant synthétique direct cationique
(azoïque) surtout utilisé pour colorer le papier. Cette substance
n’est pas présente de façon naturelle dans l’environnement. À la
suite d’une enquête menée auprès de l’industrie en vertu de l’article 71 de la LCPE (1999), aucune entreprise n’a déclaré avoir
fabriqué ou utilisé de NDTHPM au Canada dans des quantités
supérieures au seuil de déclaration en 2006. Par ailleurs, les données présentées confirment que la quantité totale de cette substance importée au Canada variait de 100 à 1 000 kg en 2005 et
en 2006. La quantité de NDTHPM importée au Canada ainsi que
son utilisation prévue indiquent que cette substance pourrait être
rejetée dans l’environnement au pays.
D’après certaines hypothèses formulées et les profils d’utilisation déclarés en lien avec les colorants en général, une grande
proportion de cette substance devrait finir dans des sites d’enfouissement ou être incinérée (à peu près 37 %). Environ 11 % de
cette substance serait rejetée dans les eaux usées, tandis que la
masse restante (à peu près 52 %) serait transférée à des activités
de recyclage. Selon les données sur un analogue structural, on
présume que le NDTHPM est très soluble dans l’eau. Toutefois,
étant donné les charges positives et négatives présentes dans la
molécule en solution (pH 6 à 9) et à l’instar d’autres colorants
ioniques, cette substance sera attirée par les particules solides en
raison des interactions électrostatiques. Par conséquent, il est
possible que le NDTHPM se dépose dans une certaine mesure sur
les matériaux du lit et qu’il reste dans le sol s’il y est présent.
Les données estimées laissent entendre que le NDTHPM persiste dans un milieu aérobie (eau, sol et sédiments). La dégradation des colorants azoïques dans des conditions anaérobies ou
réductrices peut se faire assez rapidement, mais elle est limitée à
des environnements particuliers (par exemple couches profondes
de sédiments) et s’accompagne de la formation de métabolites
potentiellement nocifs en raison du clivage de ses liaisons azoïques. Cependant, l’exposition des organismes aquatiques à cette
substance serait limitée dans de telles situations. L’hydrosolubilité élevée et d’autres propriétés physiques et chimiques (par
exemple faibles valeurs expérimentales du log Koe) d’un analogue
structural du NDTHPM, ainsi que de la charge portée et de la
grande taille de la molécule de la substance elle-même, laissent
supposer que le potentiel d’accumulation du NDTHPM dans les
tissus adipeux des organismes est faible. Cette substance répond
The substance NDTHPM is a synthetic cationic direct (azo)
dye that is used as a colorant primarily for paper. The substance
does not naturally occur in the environment. As a result of an
industry survey conducted pursuant to section 71 of CEPA 1999,
no companies reported manufacturing or using NDTHPM in Canada above reporting thresholds in 2006. However, data that were
submitted confirmed that this substance was imported into Canada in a total quantity between 100 and 1 000 kg in both 2005 and
2006. The quantity of NDTHPM imported into Canada, along
with its intended use, indicate that it could be released into the
Canadian environment.
Based on reported use patterns and certain assumptions related
to dyes in general, a large proportion of the substance is predicted
to end up in landfills or be incinerated (~37%). Approximately
11% is estimated to be released to wastewater, while the remaining mass (~52%) is estimated to be transferred to recycling activities. The substance NDTHPM is anticipated to be highly soluble
in water, based on data for a structural analogue. However, given
the positive and negative charges that exist on the molecule in
solution (pH 6–9), like other ionic dyes, it will have an affinity
for solid particles due to electrostatic interactions. Thus, it may
settle in bed sediments to some degree and if present in soil, will
tend to remain there.
Predicted data suggest that NDTHPM will persist in aerobic
environments (water, soil and sediment). Degradation of azo dyes
under anaerobic or reducing conditions may occur relatively
rapidly, but would be limited to specific environments (e.g. deep
layers of sediments), with potentially harmful metabolites being
formed as a result of cleavage of its azo bonds. However, in these
situations, exposure to aquatic organisms would be limited. The
high water solubility as well as other physical and chemical properties (e.g. low experimental log Kow) of its structural analogue,
and the charged nature and large molecular size of the substance
itself, suggest that NDTHPM has a low potential to accumulate in
the lipid tissues of organisms. Therefore, this substance meets the
persistence criteria but does not meet the bioaccumulation criteria
as set out in the Persistence and Bioaccumulation Regulations. In
addition, experimental acute and chronic aquatic toxicity values
Le 18 septembre 2010
for NDTHPM and a structural analogue indicate that this substance is not expected to cause acute harm to aquatic organisms at
low concentrations.
For this screening assessment, a conservative exposure scenario was selected in which an industrial operation discharges
NDTHPM into the aquatic environment through a single wastewater treatment plant. The upper end of the reporting range of
1 000 kg was used to conservatively estimate release and exposure levels. The predicted environmental concentration in water
of this substance was below the predicted no-effect concentration
for sensitive aquatic organisms, resulting in a conservative risk
quotient much lower than 1.
No empirical health effects information was identified for
NDTHPM. The outputs of quantitative structure-activity relationship (QSAR) predictions for genotoxicity and carcinogenicity
were mixed. Information from aromatic amines potentially generated from cleavage of the azo bonds in NDTHPM suggests a potential concern for genotoxicity and carcinogenicity. The potential
for exposure of the general population to NDTHPM from environmental media is expected to be negligible. There is no expected exposure to NDTHPM from food. Exposure to NDTHPM
from consumer products (e.g. non-food paper products containing
NDTHPM dye) is expected to be negligible by dermal route of
exposure and low for incidental events such as mouthing by toddlers. Although the potential hazard of NDTHPM is recognized,
as exposure of the general population in Canada based on the use
of the substance as a paper dye is expected to be low to negligible, the risk to human health is considered to be low.
Based on the ecological information available, it is concluded
that NDTHPM is not entering the environment in a quantity or
concentration or under conditions that have or may have an immediate or long-term harmful effect on the environment or its
biological diversity or that constitute or may constitute a danger
to the environment on which life depends. The substance
NDTHPM meets the persistence criteria but does not meet the
bioaccumulation criteria as set out in the Persistence and Bioaccumulation Regulations.
Based on the information available, it is concluded that
NDTHPM is not a substance entering the environment in a quantity or concentration or under conditions that constitute or may
constitute a danger in Canada to human life or health.
Supplément à la Gazette du Canada
15
donc aux critères de la persistance prévus dans le Règlement sur
la persistance et la bioaccumulation, mais non à ceux de la
bioaccumulation en vertu de ce règlement. De plus, des valeurs
expérimentales sur la toxicité aiguë et chronique du NDTHPM et
d’un analogue structural en milieu aquatique indiquent que de
faibles concentrations de cette substance ne devraient pas entraîner d’effets nocifs aigus chez les organismes aquatiques.
Aux fins de la présente évaluation préalable, on a choisi un
scénario d’exposition prudent selon lequel une exploitation industrielle rejette du NDTHPM dans le milieu aquatique à partir d’une
seule usine de traitement des eaux usées. La valeur maximale de
l’intervalle du seuil de déclaration de 1 000 kg a été utilisée pour
estimer de façon prudente les niveaux de rejet et d’exposition. La
concentration environnementale estimée de cette substance dans
l’eau était inférieure à la concentration estimée sans effet pour les
organismes aquatiques sensibles, d’où l’obtention d’un quotient
de risque prudent bien inférieur à 1.
Aucune donnée empirique relative aux effets sur la santé n’a
été repérée pour le NDTHPM. Les résultats des prévisions obtenues sur la génotoxicité et la cancérogénicité à l’aide des modèles
de relations quantitatives structure-activité étaient partagés. Les
renseignements sur des amines aromatiques qui pourraient résulter du clivage des liaisons azoïques dans le NDTHPM laissent
entrevoir un problème potentiel de génotoxicité et de cancérogénicité. Le risque d’exposition de la population générale au
NDTHPM présent dans les milieux naturels devrait être négligeable. Par ailleurs, aucun risque d’exposition à cette substance par
les aliments n’est prévu. Quant à l’exposition au NDTHPM à
partir des produits de consommation (par exemple produits de
papier non alimentaires contenant le colorant NDTHPM), elle
devrait être négligeable par voie cutanée et faible lors d’événements fortuits, notamment lorsque de jeunes enfants portent ces
produits à leur bouche. Bien que les risques potentiels du
NDTHPM soient reconnus et puisque l’exposition de la population générale au Canada est fondée sur l’utilisation de cette substance comme colorant pour papier, l’exposition devrait être faible à négligeable et les risques connexes pour la santé humaine
devraient être considérés faibles.
Selon les renseignements disponibles pour l’environnement, le
NDTHPM ne pénètre pas dans l’environnement en une quantité, à
une concentration ou dans des conditions de nature à avoir, immédiatement ou à long terme, un effet nocif sur l’environnement
ou sur la diversité biologique, ni à mettre en danger l’environnement essentiel pour la vie. Le NDTHPM répond aux critères de la
persistance prévus dans le Règlement sur la persistance et la bioaccumulation, mais il ne répond pas à ceux de la bioaccumulation
en vertu de ce règlement.
À la lumière des renseignements disponibles, il est conclu que
le NDTHPM n’est pas une substance qui pénètre dans l’environnement en une quantité, à une concentration ou dans des conditions de nature à constituer un danger au Canada pour la vie ou
la santé humaines.
Conclusion
Conclusion
Based on the information available, it is concluded that
NDTHPM does not meet any of the criteria set out in section 64
of CEPA 1999.
Because this substance is listed on the Domestic Substances
List, its import and manufacture in Canada are not subject to notification under subsection 81(1). Given the hazardous properties of
this substance, there is concern that new activities that have not
been identified or assessed could lead to the substance meeting
the criteria set out in section 64 of the Act. Therefore, it is recommended to amend the Domestic Substances List, under subsection 87(3) of the Act, to indicate that subsection 81(3) of the Act
D’après les renseignements disponibles, il est conclu que le
NDTHPM ne répond à aucun des critères de l’article 64 de la
LCPE (1999).
Puisque cette substance est inscrite sur la Liste intérieure, son
importation et sa fabrication au Canada ne requièrent pas de déclaration en application du paragraphe 81(1). Étant donné les
propriétés dangereuses de cette substance, on craint que des activités nouvelles non recensées ni évaluées fassent en sorte qu’elle
réponde aux critères de l’article 64 de la LCPE (1999). Par conséquent, il est recommandé de modifier la Liste intérieure par
application du paragraphe 87(3) de la Loi afin d’indiquer que le
16
Supplement to the Canada Gazette
applies with respect to this substance so that new manufacture,
import or use of the substance be subject to notification and
undergo ecological and human health risk assessments.
September 18, 2010
The final Screening Assessment for this substance is available
on the Government of Canada’s Chemical Substances Web site
(www.chemicalsubstances.gc.ca).
paragraphe 81(3) s’applique à cette substance. Ainsi, toute nouvelle activité (fabrication, importation ou utilisation) relative à
cette dernière devra être déclarée et faire l’objet d’une évaluation
des risques pour l’environnement et la santé humaine.
La version finale de l’évaluation préalable de cette substance
est accessible sur le site Web du gouvernement du Canada portant
sur les substances chimiques (www.substanceschimiques.gc.ca).
Publication of final decision after screening assessment of
five substances — Benzo[h]benz[5,6]acridino[2,1,9,8klmna]acridine-8,16-dione, CAS No. 475-71-8;
Spiro[isobenzofuran-1(3H),9′-[9H]xanthen]-3-one, 2′,4′,5′,7′tetrabromo-3′,6′-dihydroxy-, lead salt, CAS No. 1326-05-2;
Benzo[b]thiophen-3(2H)-one, 4,7-dichloro-2-(4,7-dichloro-3oxobenzo[b]thien-2(3H)-ylidene)-, CAS No. 14295-43-3;
Nickel, bis[1-[4-(dimethylamino)phenyl]-2-phenyl-1,2ethenedithiolato(2-)-S,S′]-, CAS No. 38465-55-3; and Benzoic
acid, 4-[1-[[(2,4-dichlorophenyl)amino]carbonyl]-3,3-dimethyl2-oxobutoxy]-, CAS No. 58161-93-6 — specified on the Domestic
Substances List (subsection 77(6) of the Canadian Environmental
Protection Act, 1999)
Publication de la décision finale après évaluation préalable de
cinq substances — le Benzo[h]benz[5,6]acridino[2,1,9,8klmna]acridine-8,16-dione, numéro de CAS 475-71-8; l’Acide 2(2,4,5,7-tétrabromo-3,6-dihydroxyxanthèn-9-yl)benzoïque, sel de
plomb, numéro de CAS 1326-05-2; le 4,7-Dichloro-2-(4,7dichloro-3-oxobenzo[b]thién-2(3H)-ylidène)benzo[b]thiophén3(2H)-one, numéro de CAS 14295-43-3; le Bis{1-[4(diméthylamino)phényl]-2-phényléthylène-1,2-dithiolato(2-)S,S′}nickel, numéro de CAS 38465-55-3 et l’Acide 4-[1-[[(2,4dichlorophényl)amino]carbonyl]-3,3-diméthyl-2oxobutoxy]benzoïque, numéro de CAS 58161-93-6 — inscrites
sur la Liste intérieure [paragraphe 77(6) de la Loi canadienne sur
la protection de l’environnement (1999)]
Whereas substances benzo[h]benz[5,6]acridino[2,1,9,8-klmna]
acridine-8,16-dione; spiro[isobenzofuran-1(3H),9′-[9H]xanthen]3-one, 2′,4′,5′,7′-tetrabromo-3′,6′dihydroxy-, lead salt; benzo[b]
thiophen-3(2H)-one, 4,7-dichloro-2-(4,7-dichloro-3-oxobenzo[b]
thien-2(3H)-ylidene)-; nickel, bis[1-[4-(dimethylamino)phenyl]2-phenyl-1,2-ethenedithiolato(2-)-S,S′]-; and benzoic acid, 4-[1[[(2,4-dichlorophenyl)amino]carbonyl]-3,3-dimethyl-2-oxobutoxy]are substances on the Domestic Substances List identified under
subsection 73(1) of the Canadian Environmental Protection Act,
1999;
Attendu que le benzo[h]benz[5,6]acridino[2,1,9,8-klmna]acridine8,16-dione; l’acide 2-(2,4,5,7-tétrabromo-3,6-dihydroxyxanthèn9-yl)benzoïque, sel de plomb; le 4,7-dichloro-2-(4,7-dichloro3-oxobenzo[b]thién-2(3H)-ylidène)benzo[b]thiophén-3(2H)-one;
le
bis{1-[4-(diméthylamino)phényl]-2-phényléthylène-1,2dithiolato(2-)-S,S′}nickel et l’acide 4-[1-[[(2,4-dichlorophényl)
amino]carbonyl]-3,3-diméthyl-2-oxobutoxy] benzoïque sont des
substances inscrites sur la Liste intérieure répondant aux critères
du paragraphe 73(1) de la Loi canadienne sur la protection de
l’environnement (1999);
Whereas a summary of the Screening Assessment conducted
on these substances pursuant to section 74 of the Act is annexed
hereby; and
Attendu qu’un résumé de l’évaluation préalable de ces substances qui a été réalisée en application de l’article 74 de la Loi est
ci-annexé;
Whereas the Ministers of the Environment and of Health have
identified no manufacture or importation activity for these substances above 100 kg per calendar year;
Attendu que les ministres de l’Environnement et de la Santé
n’ont relevé, à l’égard de ces substances, aucune activité de fabrication ou d’importation mettant en cause une quantité supérieure
à 100 kg par année civile;
Whereas these substances do not meet any of the criteria set out
in section 64 of the Act; and
Attendu que ces substances ne remplissent aucun des critères
prévus à l’article 64 de la Loi;
Whereas the Minister of the Environment intends to amend the
Domestic Substances List, under subsection 87(3) of the Act, to
indicate that subsection 81(3) thereof applies with respect to these
substances,
Attendu que le ministre de l’Environnement a l’intention de
modifier la Liste intérieure, en application du paragraphe 87(3) de
la Loi, de manière à indiquer que le paragraphe 81(3) s’applique à
ces substances,
Notice therefore is hereby given that the Ministers of the Environment and of Health propose to take no further action on
these substances at this time under section 77 of the Act.
Avis est par les présentes donné que les ministres de l’Environnement et de la Santé proposent de ne rien faire pour le moment à l’égard de ces substances aux termes de l’article 77 de la
Loi.
Le ministre de l’Environnement
JIM PRENTICE
La ministre de la Santé
LEONA AGLUKKAQ
JIM PRENTICE
Minister of the Environment
LEONA AGLUKKAQ
Minister of Health
Le 18 septembre 2010
CAS RN*
475-71-8
1326-05-2
14295-43-3
38465-55-3
58161-93-6
Supplément à la Gazette du Canada
ANNEX
ANNEXE
Summary of the Screening Assessment of the
Five Substances Listed Below
Résumé de l’évaluation préalable des cinq
substances indiquées ci-dessous
DSL Name
Benzo[h]benz[5,6]acridino[2,1,9,8-klmna]acridine-8,16-dione
Spiro[isobenzofuran-1(3H),9′-[9H]xanthen]-3-one, 2′,4′,5′,7′tetrabromo-3′,6′-dihydroxy-, lead salt
Benzo[b]thiophen-3(2H)-one, 4,7-dichloro-2-(4,7-dichloro3-oxobenzo[b]thien-2(3H)-ylidene)Nickel, bis[1-[4-(dimethylamino)phenyl]-2-phenyl-1,2ethenedithiolato(2-)-S,S′]Benzoic acid, 4-[1-[[(2,4-dichlorophenyl)amino]carbonyl]3,3-dimethyl-2-oxobutoxy]-
17
Numéro de CAS* Nom dans la Liste intérieure
475-71-8
Benzo[h]benz[5,6]acridino[2,1,9,8-klmna]acridine-8,16-dione
1326-05-2
Acide 2-(2,4,5,7-tétrabromo-3,6-dihydroxyxanthèn9-yl)benzoïque, sel de plomb
14295-43-3
4,7-Dichloro-2-(4,7-dichloro-3-oxobenzo[b]thién2(3H)-ylidène)benzo[b]thiophén-3(2H)-one
38465-55-3
Bis{1-[4-(diméthylamino)phényl]-2-phényléthylène1,2-dithiolato(2-)-S,S′}nickel
58161-93-6
Acide 4-[1-[[(2,4-dichlorophényl)amino]carbonyl]3,3-diméthyl-2-oxobutoxy]benzoïque
*CAS RN = Chemical Abstracts Service Registry Number
* Numéro de registre du Chemical Abstracts Service
The above five substances on the Domestic Substances List
(DSL) were identified as high priorities for screening assessment,
to be part of the Challenge, because they met the ecological categorization criteria for persistence (P) and bioaccumulation (B)
and inherent toxicity to non-human organisms (iT), under paragraph 73(1)(b) of the Canadian Environmental Protection Act,
1999 (CEPA 1999), and were believed to be in commerce in Canada. However, these substances were not identified as posing a
high hazard to human health based on classifications by other
national or international agencies for carcinogenicity, genotoxicity, developmental toxicity or reproductive toxicity. Also, they
are not on the European Union’s Candidate List of Substances of
Very High Concern for Authorisation.
Une priorité élevée a été accordée à l’évaluation préalable des
cinq substances de la Liste intérieure mentionnées ci-dessus en
vue de leur inclusion dans le Défi, car elles répondent aux critères
environnementaux de la catégorisation relatifs à la persistance, à
la bioaccumulation et à la toxicité intrinsèque pour les organismes
non humains en vertu de l’alinéa 73(1)b) de la Loi canadienne sur
la protection de l’environnement (1999) [LCPE (1999)], et elles
semblent être commercialisées au Canada. Cependant, le risque
de ces substances pour la santé humaine n’a pas été jugé élevé,
compte tenu des classifications qui ont été établies par d’autres
organismes nationaux ou internationaux concernant leur cancérogénicité, leur génotoxicité et leur toxicité pour le développement
ou la reproduction. Par ailleurs, elles ne font pas partie de la liste
candidate de l’Union européenne pour les substances très préoccupantes devant faire l’objet d’une autorisation.
En application de l’article 74 de la LCPE (1999), les ministres
de l’Environnement et de la Santé ont réalisé une évaluation préalable des cinq substances.
Les résultats des avis émis en vertu de l’alinéa 71(1)b) de la
LCPE 1999 en mars 2009 n’ont révélé aucune activité de fabrication ou d’importation de la substance au Canada en une quantité
égale ou supérieure au seuil de 100 kg pour l’année de déclaration
2006. Ces résultats indiquent que les substances en question ne
sont pas actuellement utilisées en une quantité supérieure au seuil
de déclaration fixé. Par conséquent, la probabilité d’exposition à
ces substances au Canada en raison de l’activité industrielle est
faible.
Les renseignements obtenus en réponse aux avis susmentionnés
et au questionnaire de mars 2009 qui y était joint n’ont révélé
aucune nouvelle donnée importante en ce qui a trait à la persistance, à la bioaccumulation et à la toxicité intrinsèque de ces cinq
substances. Puisque aucune activité commerciale importante ne
concerne ces substances, aucun effort supplémentaire n’a été déployé pour recueillir ou analyser des renseignements portant sur
leur persistance, leur bioaccumulation et leurs effets sur l’environnement, à l’exclusion de ce qui avait déjà été fait dans le cadre
de la catégorisation. Par conséquent, les décisions qui ont été
prises durant la catégorisation concernant la persistance, la bioaccumulation et la toxicité intrinsèque de ces substances demeurent
inchangées. Elles sont considérées comme très dangereuses pour
les organismes non humains. Elles répondent également aux critères de la persistance et de la bioaccumulation prévus dans le Règlement sur la persistance et la bioaccumulation.
Tel qu’il est mentionné précédemment, étant donné que les
résultats des avis émis en vertu de l’alinéa 71(1)b) de la
LCPE (1999) en mars 2009 indiquent que les quantités de ces
substances ne dépassent pas le seuil de déclaration indiqué, il est
peu probable que l’ensemble de la population soit exposé à ces
substances.
Pursuant to paragraph 74(a) of CEPA 1999, the Ministers of
the Environment and of Health have conducted a screening assessment on the five substances.
Results from notices issued under paragraph 71(1)(b) of
CEPA 1999 in March 2009 revealed no reports of industrial activity (import or manufacture) with respect to these substances in
Canada, equal to or above the reporting threshold of 100 kg, for
the 2006 reporting year. These results suggest that these substances are currently not in use above the specified reporting
threshold, and therefore the likelihood of exposure to these substances in Canada resulting from commercial activity is low.
Information received as a result of the aforementioned notices
and the accompanying questionnaire of March 2009 also revealed
no significant new data relevant to the persistence (P) and bioaccumulation (B) and inherent toxicity to non-human organisms
(iT) of these five substances. Given the lack of any significant
commercial activity for these substances, no additional efforts
have been made to collect or analyze information relevant to the
persistence, bioaccumulation and ecological effects of these five
substances beyond what was done for categorization. Therefore,
the decisions on PBiT properties made during categorization remain unchanged. The substances are considered to be highly hazardous to non-human organisms. They also meet the criteria for
both persistence and bioaccumulation as set out in the Persistence
and Bioaccumulation Regulations.
As mentioned above, since the results from notices issued
under paragraph 71(1)(b) of CEPA 1999 in March 2009 indicate
that these substances are not currently in use above the specified
reporting threshold, the likelihood of exposure to the general
population in Canada is considered to be low; hence, the potential
risk to human health is considered to be low.
18
Supplement to the Canada Gazette
September 18, 2010
Conclusion
Conclusion
Based on available information, it is concluded that
benzo[h]benz[5,6]acridino[2,1,9,8-klmna]acridine-8,16-dione; spiro
[isobenzofuran-1(3H),9′-[9H]xanthen]-3-one,
2′,4′,5′,7′tetrabromo-3′,6′-dihydroxy-, lead salt; benzo[b]thiophen-3(2H)one,
4,7-dichloro-2-(4,7-dichloro-3-oxobenzo[b]thien-2(3H)ylidene)-; nickel, bis[1-[4-(dimethylamino)phenyl]-2-phenyl-1,2ethenedithiolato(2-)-S,S′]-; and benzoic acid, 4-[1-[[(2,4dichlorophenyl) amino]carbonyl]-3,3-dimethyl-2-oxobutoxy]- do
not meet any of the criteria set out in section 64 of CEPA 1999.
Because these substances are listed on the Domestic Substances
List, their import and manufacture in Canada are not subject to
notification under subsection 81(1). Given the hazardous properties of these substances, there is concern that new activities that
have not been identified or assessed could lead to these substances meeting the criteria set out in section 64 of the Act.
Therefore, it is recommended to amend the Domestic Substances
List, under subsection 87(3) of the Act, to indicate that subsection 81(3) of the Act applies with respect to these substances so
that new manufacture, import or use of these substances be subject to notification and undergo ecological and human health risk
assessments.
The final Screening Assessment for these substances is available on the Government of Canada’s Chemical Substances Web
site (www.chemicalsubstances.gc.ca).
D’après les renseignements disponibles, il est conclu que
le benzo[h]benz[5,6]acridino[2,1,9,8-klmna]acridine-8,16-dione;
l’acide
2-(2,4,5,7-tétrabromo-3,6-dihydroxyxanthèn-9-yl)
benzoïque, sel de plomb; le 4,7-dichloro-2-(4,7-dichloro-3oxobenzo[b]thién-2(3H)-ylidène)benzo[b]thiophén-3(2H)-one; le
bis{1-[4-(diméthylamino)phényl]-2-phényléthylène-1,2-dithiolato
(2-)-S,S′}nickel et l’acide 4-[1-[[(2,4-dichlorophényl)amino]
carbonyl]-3,3-diméthyl-2-oxobutoxy]benzoïque ne répondent à
aucun des critères de l’article 64 de la LCPE (1999).
Puisque ces substances sont inscrites sur la Liste intérieure,
leur importation et leur fabrication au Canada ne requièrent pas
de déclaration en application du paragraphe 81(1). Étant donné
les propriétés dangereuses de ces substances, on craint que des
activités nouvelles non recensées ni évaluées fassent en sorte
qu’elles répondent aux critères de l’article 64 de la LCPE (1999).
Par conséquent, il est recommandé de modifier la Liste intérieure
par application du paragraphe 87(3) de la Loi afin d’indiquer que
le paragraphe 81(3) s’applique à ces substances. Ainsi, toute nouvelle activité (fabrication, importation ou utilisation) relative à ces
dernières devra être déclarée et faire l’objet d’une évaluation des
risques pour l’environnement et la santé humaine.
La version finale de l’évaluation préalable de ces substances est
accessible sur le site Web du gouvernement du Canada portant
sur les substances chimiques (www.substanceschimiques.gc.ca).
Publication of final decision after screening assessment of a
substance — Spiro[isobenzofuran-1(3H),9′-[9H]xanthen]-3-one,
3′,6′-bis(diethylamino)- (Solvent Red 49), CAS No. 509-34-2 —
specified on the Domestic Substances List (subsection 77(6) of
the Canadian Environmental Protection Act, 1999)
Publication de la décision finale après évaluation préalable
d’une substance — le 3′,6′-Bis(diéthylamino)spiro
[isobenzofurane-1(3H),9′ -[9H]xanthène]-3-one (Solvent
Red 49), numéro de CAS 509-34-2 — inscrite sur la Liste
intérieure [paragraphe 77(6) de la Loi canadienne sur la
protection de l’environnement (1999)]
Whereas
Spiro[isobenzofuran-1(3H),9′-[9H]xanthen]-3-one,
3′,6′-bis(diethylamino)- (also known as Solvent Red 49) is a substance on the Domestic Substances List identified under subsection 73(1) of the Canadian Environmental Protection Act, 1999;
Attendu que le 3′,6′-Bis(diéthylamino)spiro[isobenzofurane1(3H),9′-[9H]xanthène]-3-one (aussi connu sous le nom de Solvent Red 49) est une substance inscrite sur la Liste intérieure
répondant aux critères du paragraphe 73(1) de la Loi canadienne
sur la protection de l’environnement (1999);
Attendu qu’un résumé de l’évaluation préalable du Solvent
Red 49 réalisée en application de l’article 74 de la Loi est
ci-annexé;
Attendu que les ministres de l’Environnement et de la Santé
n’ont relevé, à l’égard du Solvent Red 49, aucune activité de fabrication ou d’importation mettant en cause une quantité supérieure à 100 kg par année civile;
Attendu que le Solvent Red 49 ne remplit aucun des critères
prévus à l’article 64 de la Loi;
Attendu que le ministre de l’Environnement a l’intention de
modifier la Liste intérieure, en application du paragraphe 87(3) de
la Loi, de manière à indiquer que le paragraphe 81(3) s’applique
au Solvent Red 49,
Avis est par les présentes donné que les ministres de l’Environnement et de la Santé proposent de ne rien faire pour le moment à
l’égard du Solvent Red 49 aux termes de l’article 77 de la Loi.
Le ministre de l’Environnement
JIM PRENTICE
La ministre de la Santé
LEONA AGLUKKAQ
Whereas a summary of the Screening Assessment conducted
on Solvent Red 49 pursuant to section 74 of the Act is annexed
hereby;
Whereas the Ministers of the Environment and of Health have
identified no manufacture or importation activity for Solvent
Red 49 above 100 kg per calendar year;
Whereas Solvent Red 49 does not meet any of the criteria set
out in section 64 of the Act; and
Whereas the Minister of the Environment intends to amend the
Domestic Substances List, under subsection 87(3) of the Act, to
indicate that subsection 81(3) thereof applies with respect to this
substance,
Notice therefore is hereby given that the Ministers of the Environment and of Health propose to take no further action on Solvent Red 49 at this time under section 77 of the Act.
JIM PRENTICE
Minister of the Environment
LEONA AGLUKKAQ
Minister of Health
Le 18 septembre 2010
Supplément à la Gazette du Canada
19
ANNEX
ANNEXE
Summary of the Screening Assessment of Spiro[isobenzofuran1(3H),9′-[9H]xanthen]-3-one, 3′,6′-bis(diethylamino)-
Résumé de l’évaluation préalable du 3′,6′-Bis(diéthylamino)spiro
[isobenzofurane-1(3H),9′-[9H]xanthène]-3-one
Pursuant to section 74 of the Canadian Environmental Protection Act, 1999 (CEPA 1999), the Ministers of the Environment and of Health have conducted a screening assessment
of Spiro[isobenzofuran-1(3H),9′-[9H]xanthen]-3-one, 3′,6′-bis
(diethylamino)- (Solvent Red 49), Chemical Abstracts Service
Registry No. 509-34-2. This substance was identified as a high
priority for screening assessment and included in the Challenge
because it had been found to meet the ecological categorization
criteria for persistence, bioaccumulation potential and inherent
toxicity to non-human organisms and is believed to be in commerce in Canada.
The substance Solvent Red 49 was not considered to be a high
priority for assessment of potential risks to human health, based
on the application of the simple exposure and hazard tools developed by Health Canada for categorization of substances on the
Domestic Substances List. Therefore, this assessment focuses
principally on information relevant to the evaluation of ecological
risks.
En application de l’article 74 de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999) [LCPE (1999)], les ministres
de l’Environnement et de la Santé ont effectué une évaluation
préalable du 3′,6′-Bis(diéthylamino)spiro[isobenzofurane-1(3H),
9′-[9H]xanthène]-3-one (Solvent Red 49), dont le numéro de registre du Chemical Abstracts Service est 509-34-2. Une priorité
élevée a été accordée à l’évaluation préalable de cette substance
inscrite au Défi, car elle répond aux critères environnementaux de
la catégorisation relatifs à la persistance, au potentiel de bioaccumulation et à la toxicité intrinsèque pour les organismes non humains et elle semble être commercialisée au Canada.
L’évaluation des risques que présente le Solvent Red 49 pour la
santé humaine n’a pas été jugée hautement prioritaire à la lumière
des résultats fournis par les outils simples de détermination du
risque d’exposition et du risque pour la santé élaborés par Santé
Canada aux fins de la catégorisation visant les substances de la
Liste intérieure. La présente évaluation est donc axée principalement sur les renseignements utiles à l’évaluation des risques pour
l’environnement.
En 2006, aucune entreprise n’a déclaré avoir importé ou fabriqué cette substance dans des quantités supérieures au seuil de
déclaration de 100 kg par année. De plus, aucune entreprise n’a
déclaré l’avoir utilisé dans des quantités supérieures au seuil de
déclaration de 1 000 kg par année au cours de la même année.
Cependant, cinq entreprises ont manifesté un intérêt pour le Solvent Red 49.
Les rejets de Solvent Red 49 dans l’environnement au Canada
devraient être très faibles, car aucune déclaration n’a été reçue
pour 2006 concernant l’utilisation, l’importation ou la fabrication
de cette substance au pays, et ce, en quantité égale ou supérieure
aux seuils de déclaration précisés dans l’avis publié en application
de l’article 71 de la LCPE (1999). De manière prudente, on a
donc supposé que 100 kg par année étaient utilisés dans des scénarios d’utilisation par les industries et les consommateurs.
Le Solvent Red 49 présente des valeurs modélisées élevées
d’hydrosolubilité et un faible coefficient de partage octanol-eau.
Il est présent dans l’environnement principalement sous forme de
zwitterion (c’est-à-dire une espèce comprenant des charges positives et négatives) non volatil, il est relativement stable du point
de vue chimique et il aurait tendance à se répartir dans les sédiments, s’il est rejeté dans les eaux de surface, et à s’adsorber sur
les sols s’il est rejeté sur la terre. Ce comportement est principalement régi par les interactions électrostatiques.
D’après ses propriétés physiques et chimiques, le Solvent
Red 49 devrait être persistant dans l’eau, le sol et les sédiments.
Néanmoins, de nouvelles données expérimentales relatives à sa
solubilité dans l’octanol et l’eau et des données empiriques sur la
bioaccumulation d’un analogue chimique laissent entendre que ce
colorant a un faible potentiel de bioaccumulation dans les tissus
adipeux des organismes. Il répond donc aux critères de la persistance prévus dans le Règlement sur la persistance et la bioaccumulation, mais il ne répond pas à ceux de la bioaccumulation en
vertu de ce règlement. En outre, de nouvelles données expérimentales sur la toxicité d’un analogue chimique, ainsi que de nouvelles prévisions sur la toxicité qui tiennent compte des estimations
révisées du potentiel de bioaccumulation, semblent indiquer que
la substance ne devrait présenter qu’un potentiel modéré de toxicité pour les organismes aquatiques.
In 2006, no companies reported importing or manufacturing the
substance above the reporting threshold of 100 kg/year. No company reported using the substance above the reporting threshold
of 1 000 kg/year in 2006; however, five companies reported a
stakeholder interest in Solvent Red 49.
Since there were no reports of use, import or manufacture of
Solvent Red 49 in Canada in 2006 at or above the reporting
thresholds specified in the notice published under section 71 of
CEPA 1999, releases of this substance to the Canadian environment are expected to be very low. As a conservative measure, it
was assumed that 100 kg/year were used in both industrial and
consumer use scenarios.
Solvent Red 49 has a high modelled water solubility and a low
octanol-water partitioning coefficient. It is present in the environment primarily as a zwitterion (i.e. both positive and negative
charges present) that is not volatile, is rather chemically stable,
and is expected to have a tendency to partition to sediments if
released to surface waters, and adsorb to soils if released to land.
This behaviour is mainly governed by electrostatic interactions.
Based on its physical and chemical properties, Solvent Red 49
is expected to be persistent in water, soil and sediment. However,
new experimental data relating to its solubility in octanol and
water and empirical bioaccumulation data for a chemical analogue suggest that this dye has a low potential to accumulate in
the lipid tissues of organisms. The substance therefore meets the
persistence criteria but does not meet the bioaccumulation criteria
as set out in the Persistence and Bioaccumulation Regulations. In
addition, new experimental toxicity data for a chemical analogue,
as well as new toxicity predictions that take into account revised
estimates of bioaccumulation potential, suggest that the substance
is likely to have only a moderate potential for toxicity to aquatic
organisms.
20
Supplement to the Canada Gazette
For this screening assessment, two very conservative exposure
scenarios were considered involving both industrial use and consumer use, which would result in discharges of Solvent Red 49
into the aquatic environment. The highest predicted environmental concentration in water, which was for the industrial use
scenario, was more than two orders of magnitude below the predicted no-effect concentration calculated for sensitive aquatic
biota.
Although the potential hazard to human health is recognized
for Solvent Red 49, there were no reports of use, import or manufacture of Solvent Red 49 in Canada in 2006 at or above the reporting thresholds specified in the notice published under section 71 of CEPA 1999. The likelihood of exposure to the general
population is therefore low, and hence the risk to human health is
likewise considered to be low. Therefore, it is concluded that
Solvent Red 49 is a substance that is not entering the environment
in a quantity or concentration or under conditions that constitute a
danger in Canada to human life or health.
Based on the information available, it is concluded that Solvent
Red 49 is not entering the environment in a quantity or concentration or under conditions that have or may have an immediate or
long-term harmful effect on the environment or its biological
diversity or that constitute or may constitute a danger to the environment on which life depends. Solvent Red 49 meets the persistence criteria but does not meet the bioaccumulation criteria as
set out in the Persistence and Bioaccumulation Regulations.
September 18, 2010
Aux fins de la présente évaluation préalable, on a envisagé
deux scénarios d’exposition très prudents aussi bien pour l’utilisation par les industries que pour celle par les consommateurs, qui
entraîneraient des rejets de Solvent Red 49 dans le milieu aquatique. La concentration environnementale estimée la plus élevée
dans l’eau, pour le scénario d’utilisation industrielle, était plus de
deux fois inférieure à la concentration estimée sans effet calculée
pour le biote aquatique sensible.
Bien qu’il soit reconnu que le Solvent Red 49 présente un risque pour la santé humaine, aucune déclaration n’a été reçue
concernant l’utilisation, l’importation ou la fabrication de cette
substance en 2006 au Canada, et ce, en quantité égale ou supérieure aux seuils de déclaration précisés dans l’avis publié en
application de l’article 71 de la LCPE (1999). La probabilité
d’exposition de la population générale est donc faible et, de ce
fait, le risque pour la santé humaine est également considéré
comme faible. Par conséquent, le Solvent Red 49 est une substance qui ne pénètre pas dans l’environnement en une quantité, à
une concentration ou dans des conditions qui constituent un danger au Canada pour la vie ou la santé humaines.
Par ailleurs, les renseignements disponibles permettent aussi
d’établir que le Solvent Red 49 ne pénètre pas dans l’environnement en une quantité, à une concentration ou dans des conditions
de nature à avoir, immédiatement ou à long terme, un effet nocif
sur l’environnement ou sur la diversité biologique, ni à mettre en
danger l’environnement essentiel pour la vie. De plus, le Solvent
Red 49 répond aux critères de la persistance prévus dans le Règlement sur la persistance et la bioaccumulation, mais il ne répond pas à ceux de la bioaccumulation en vertu de ce règlement.
Conclusion
Conclusion
Based on available information, it is concluded that
Spiro[isobenzofuran-1(3H),9′-[9H]xanthen]-3-one,
3′,6′-bis
(diethylamino)- does not meet any of the criteria set out in section 64 of CEPA 1999.
Because this substance is listed on the Domestic Substances
List, its import and manufacture in Canada are not subject to notification under subsection 81(1). Given the hazardous properties of
this substance, there is concern that new activities that have not
been identified or assessed could lead to the substance meeting
the criteria set out in section 64 of the Act. Therefore, it is recommended to amend the Domestic Substances List, under subsection 87(3) of the Act, to indicate that subsection 81(3) of the Act
applies with respect to this substance so that new manufacture,
import or use of the substance be subject to notification and
undergo ecological and human health risk assessments.
D’après les renseignements disponibles, il est conclu que le
Solvent Red 49 ne répond à aucun des critères de l’article 64 de la
LCPE (1999).
The final Screening Assessment for this substance is available
on the Government of Canada’s Chemical Substances Web site
(www.chemicalsubstances.gc.ca).
Puisque cette substance est inscrite sur la Liste intérieure, son
importation et sa fabrication au Canada ne requièrent pas de déclaration en application du paragraphe 81(1). Étant donné les
propriétés dangereuses de cette substance, on craint que des activités nouvelles non recensées ni évaluées fassent en sorte qu’elle
réponde aux critères de l’article 64 de la LCPE (1999). Par
conséquent, il est recommandé de modifier la Liste intérieure en
application du paragraphe 87(3) de la Loi afin d’indiquer que le
paragraphe 81(3) s’applique à cette substance. Ainsi, toute nouvelle activité (fabrication, importation ou utilisation) relative à
cette dernière devra être déclarée et faire l’objet d’une évaluation
des risques pour l’environnement et la santé humaine.
La version finale de l’évaluation préalable de cette substance
est accessible sur le site Web du gouvernement du Canada portant
sur les substances chimiques (www.substanceschimiques.gc.ca).
Publication of final decision after screening assessment of a
substance — Benzoic acid, 2,3,4,5-tetrachloro-6-(2,4,5,7tetrabromo-6-hydroxy-3-oxo-3H-xanthen-9-yl)- (Solvent Red 48),
CAS No. 2134-15-8 — specified on the Domestic Substances List
(subsection 77(6) of the Canadian Environmental Protection Act,
1999)
Publication de la décision finale après évaluation préalable
d’une substance — l’Acide 2,3,4,5-tétrachloro-6-(2,4,5,7tétrabromo-6-hydroxy-3-oxo-3H-xanthén-9-yl)benzoïque
(Solvent Red 48), numéro de CAS 2134-15-8 — inscrite sur la
Liste intérieure [paragraphe 77(6) de la Loi canadienne sur la
protection de l’environnement (1999)]
Whereas
Benzoic
acid,
2,3,4,5-tetrachloro-6-(2,4,5,7tetrabromo-6-hydroxy-3-oxo-3H-xanthen-9-yl)- (also known as
Solvent Red 48) is a substance on the Domestic Substances List
identified under subsection 73(1) of the Canadian Environmental
Protection Act, 1999;
Whereas a summary of the Screening Assessment conducted
on Solvent Red 48 pursuant to section 74 of the Act is annexed
hereby; and
Attendu que l’Acide 2,3,4,5-tétrachloro-6-(2,4,5,7-tétrabromo6-hydroxy-3-oxo-3H-xanthén-9-yl)benzoïque (aussi connu sous
le nom de Solvent Red 48) est une substance inscrite sur la Liste
intérieure répondant aux critères du paragraphe 73(1) de la Loi
canadienne sur la protection de l’environnement (1999);
Attendu qu’un résumé de l’évaluation préalable du Solvent
Red 48 réalisée en application de l’article 74 de la Loi est
ci-annexé;
Le 18 septembre 2010
Supplément à la Gazette du Canada
Whereas Solvent Red 48 does not meet any of the criteria set
out in section 64 of the Act,
Notice therefore is hereby given that the Ministers of the Environment and of Health propose to take no further action on Solvent Red 48 at this time under section 77 of the Act.
JIM PRENTICE
Minister of the Environment
LEONA AGLUKKAQ
Minister of Health
21
Attendu que le Solvent Red 48 ne remplit aucun des critères
prévus à l’article 64 de la Loi,
Avis est par les présentes donné que les ministres de l’Environnement et de la Santé proposent de ne rien faire pour le moment à l’égard du Solvent Red 48 aux termes de l’article 77 de la
Loi.
Le ministre de l’Environnement
JIM PRENTICE
La ministre de la Santé
LEONA AGLUKKAQ
ANNEX
ANNEXE
Summary of the Screening Assessment Report of Benzoic acid,
2,3,4,5-tetrachloro-6-(2,4,5,7-tetrabromo-6-hydroxy-3oxo-3H-xanthen-9-yl)-
Résumé de l’évaluation préalable de l’Acide 2,3,4,5-tétrachloro6-(2,4,5,7-tétrabromo-6-hydroxy-3-oxo-3H-xanthén-9yl)benzoïque
Pursuant to section 74 of the Canadian Environmental Protection Act, 1999 (CEPA 1999), the Ministers of the Environment
and of Health have conducted a screening assessment of Benzoic
acid, 2,3,4,5-tetrachloro-6-(2,4,5,7-tetrabromo-6-hydroxy-3-oxo3H-xanthen-9-yl)- (Solvent Red 48), Chemical Abstracts Service
Registry No. 2134-15-8. This substance was identified as a high
priority for screening assessment and included in the Challenge
because it had been found to meet the ecological categorization
criteria for persistence, bioaccumulation potential and inherent
toxicity to non-human organisms and is believed to be in commerce in Canada.
En application de l’article 74 de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999) [LCPE (1999)], les ministres
de l’Environnement et de la Santé ont effectué une évaluation
préalable de l’Acide 2,3,4,5-tétrachloro-6-(2,4,5,7-tétrabromo-6hydroxy-3-oxo-3H-xanthén-9-yl)benzoïque (Solvent Red 48)
dont le numéro de registre du Chemical Abstracts Service
est 2134-15-8. Une priorité élevée a été accordée à l’évaluation
préalable de cette substance inscrite au Défi, car elle répond aux
critères environnementaux de la catégorisation relatifs à la persistance, au potentiel de bioaccumulation et à la toxicité intrinsèque
pour les organismes non humains et elle semble être commercialisée au Canada.
L’évaluation des risques que présente le Solvent Red 48 pour
la santé humaine n’a pas été jugée hautement prioritaire à la lumière des résultats fournis par les outils simples de détermination
du risque d’exposition et du risque pour la santé élaborés par Santé Canada aux fins de la catégorisation visant les substances
de la Liste intérieure. La présente évaluation est donc axée sur
les renseignements utiles à l’évaluation des risques pour
l’environnement.
Le Solvent Red 48 est une substance organique qui peut être
utilisée comme colorant au Canada dans différentes applications,
y compris dans les produits de soins personnels et les médicaments. D’après l’enquête effectuée en application de l’article 71
de la LCPE (1999), aucune entreprise n’a signalé d’importation
ou de fabrication de la substance susmentionnée dans des quantités supérieures au seuil de déclaration de 100 kg par année et
aucune utilisation de cette substance dans des quantités supérieures au seuil de déclaration de 1 000 kg par année n’a été signalée
en 2006. Toutefois, deux entreprises ont manifesté un intérêt pour
le Solvent Red 48.
Les rejets de Solvent Red 48 dans l’environnement au Canada devraient être très faibles, car aucune déclaration n’a été
reçue pour 2006 concernant l’utilisation, l’importation ou la fabrication de cette substance au Canada, et ce, en quantité égale ou
supérieure aux seuils de déclaration précisés dans l’avis publié
en application de l’article 71 de la LCPE (1999). De manière
prudente, on a donc supposé que 100 kg par année étaient
utilisés dans des scénarios d’utilisation par les industries et les
consommateurs.
D’après les renseignements disponibles, y compris les résultats
d’une enquête menée en application de l’article 71 de la LCPE
(1999), l’exposition de la population générale au Solvent Red 48
en milieux naturels (air ambiant, air intérieur, eau potable, sol et
sédiments) devrait être négligeable. La population générale du
The substance Solvent Red 48 was not considered to be a high
priority for assessment of potential risks to human health, based
on the application of the simple exposure and hazard tools developed by Health Canada for categorization of substances on the
Domestic Substances List. Therefore, this assessment focuses
on information relevant to the evaluation of ecological risks.
Solvent Red 48 is an organic substance that may be used as a
dye in Canada in various applications including in personal-care
products and in drugs. Based on the survey conducted under section 71 of CEPA 1999, no companies reported importing or
manufacturing the substance above the reporting threshold of
100 kg/year, and no use of the substance was reported above the
reporting threshold of 1 000 kg/year in 2006. However, two companies reported a stakeholder interest in Solvent Red 48.
Since there was no reporting of use, import or manufacture of
Solvent Red 48 in Canada in 2006 at or above the reporting
thresholds specified in the notice published under section 71 of
CEPA 1999, releases of this substance to the Canadian environment are expected to be very low. As a conservative measure, it
was assumed that 100 kg per year were used in both industrial
and consumer use scenarios.
Based on available information, including a survey under section 71 of CEPA 1999, exposure of the general population to
Solvent Red 48 from environmental media (ambient and indoor
air, drinking water, soil, and sediment) is expected to be negligible. The general population of Canada may be exposed to
22
Supplement to the Canada Gazette
Solvent Red 48 from use of certain cosmetics, including some
personal care products, as it is an ingredient in some products on
the Canadian market.
Solvent Red 48 is expected to have a high water solubility and
a low octanol-water partition coefficient. It would be present in
the environment primarily as a di-anion that is not volatile, is
rather chemically stable, and is expected to have a tendency to
partition to sediments if released to surface waters, and to remain
in soils if released to land. This behaviour is mainly governed by
electrostatic interactions.
Based on its physical and chemical properties, Solvent Red 48
is expected to be persistent in water, soil and sediment. With its
relatively large molecular size and weight and low octanol-water
partition coefficient, modelled results suggest that this substance
is not bioaccumulative. The substance therefore meets the criteria
for persistence in water, soil and sediment, but does not meet the
criteria for bioaccumulation potential as set out in the Persistence
and Bioaccumulation Regulations. In addition, newly identified
experimental toxicity data for a chemical analogue, as well as
new toxicity predictions that take into account revised estimates
of bioaccumulation potential, suggest that the substance is likely
to have a moderate to high potential for toxicity to sensitive
aquatic organisms.
For this screening assessment, two very conservative exposure
scenarios were considered involving both industrial use and consumer use, which result in discharges of Solvent Red 48 into the
aquatic environment. The highest predicted environmental concentration in water, which was for the industrial use scenario, was
almost two orders of magnitude below the predicted no-effect
concentration calculated for sensitive aquatic biota.
Solvent Red 48 was not identified as posing a high hazard to
human health. Based on consideration of the hazard profile of
Solvent Red 48, upper-bounding estimates of exposure to cosmetics, including some personal care products containing this substance, and toxicokinetics of the substance, a concern for human
health was not identified.
Based on the information available, it is concluded that Solvent
Red 48 is not entering the environment in a quantity or concentration or under conditions that constitute or may constitute a danger
in Canada to human life or health.
Based on the information available, it is concluded that Solvent
Red 48 is not entering the environment in a quantity or concentration or under conditions that have or may have an immediate or
long-term harmful effect on the environment or its biological
diversity or that constitute or may constitute a danger to the environment on which life depends. Solvent Red 48 meets the criteria for persistence, but does not meet the criteria for bioaccumulation potential as set out in the Persistence and Bioaccumulation
Regulations.
This substance will be considered for inclusion in the Domestic
Substances List inventory update initiative. In addition and where
relevant, research and monitoring will support verification of
assumptions used during the screening assessment.
September 18, 2010
Canada peut être exposée au Solvent Red 48 en utilisant certains
produits cosmétiques, incluant quelques produits de soins personnels, car cette substance entre dans la composition de certains
produits en vente sur le marché canadien.
Le Solvent Red 48 devrait avoir une hydrosolubilité élevée et
un faible coefficient de partage octanol-eau. Il serait présent dans
l’environnement principalement sous forme de dianion non volatil
qui est relativement stable du point de vue chimique et aurait tendance à se répartir dans les sédiments s’il était rejeté dans les
eaux de surface et à demeurer dans les sols s’il était rejeté sur la
terre. Ce comportement est principalement régi par les interactions électrostatiques.
D’après ses propriétés physiques et chimiques, le Solvent
Red 48 devrait être persistant dans l’eau, le sol et les sédiments.
Les résultats modélisés semblent indiquer que cette substance
n’est pas bioaccumulable en raison de sa taille et de sa masse
moléculaires relativement élevées et de son faible coefficient de
partage octanol-eau. Il répond donc aux critères de la persistance
dans l’eau, le sol et les sédiments prévus dans le Règlement sur la
persistance et la bioaccumulation, mais il ne répond pas à ceux
de la bioaccumulation en vertu de ce règlement. En outre, des
données expérimentales nouvellement repérées sur la toxicité
d’un analogue chimique, ainsi que de nouvelles prévisions sur la
toxicité qui tiennent compte des estimations révisées du potentiel
de bioaccumulation, laissent entendre que la substance pourrait
avoir un potentiel modéré à élevé de toxicité pour les organismes
aquatiques sensibles.
Aux fins de la présente évaluation préalable, on a envisagé
deux scénarios d’exposition très prudents aussi bien pour l’utilisation par les industries que pour celle par les consommateurs, qui
entraîneraient des rejets de Solvent Red 48 dans le milieu aquatique. La concentration environnementale estimée la plus élevée
dans l’eau, pour le scénario d’utilisation industrielle, était presque
deux fois inférieure à la concentration estimée sans effet calculée
pour le biote aquatique sensible.
Il n’a pas été démontré que le Solvent Red 48 était très nocif
pour la santé humaine. D’après l’examen du profil de risque du
Solvent Red 48, les estimations de la limite supérieure d’exposition aux produits cosmétiques, dont quelques produits de soins
personnels contenant cette substance, et la toxicocinétique de la
substance, celle-ci ne suscite aucune préoccupation pour la santé
humaine.
À la lumière des renseignements disponibles, le Solvent Red 48
n’est pas une substance qui pénètre dans l’environnement en une
quantité, à une concentration ou dans des conditions de nature à
constituer un danger au Canada pour la vie ou la santé humaines.
Ces renseignements permettent aussi d’établir que le Solvent
Red 48 ne pénètre pas dans l’environnement en une quantité, à
une concentration ou dans des conditions de nature à avoir, immédiatement ou à long terme, un effet nocif sur l’environnement
ou sur la diversité biologique, ni à mettre en danger l’environnement essentiel pour la vie. De plus, le Solvent Red 48 répond aux
critères de la persistance prévus dans le Règlement sur la persistance et la bioaccumulation, mais il ne répond pas à ceux de la
bioaccumulation en vertu de ce règlement.
On envisagera d’inclure cette substance dans la mise à jour de
l’inventaire de la Liste intérieure. De plus, des activités de recherche et de surveillance viendront, le cas échéant, appuyer la
vérification des hypothèses formulées au cours de l’évaluation
préalable.
Le 18 septembre 2010
Supplément à la Gazette du Canada
23
Conclusion
Conclusion
Based on the information available, it is concluded that Benzoic acid, 2,3,4,5-tetrachloro-6-(2,4,5,7-tetrabromo-6-hydroxy-3oxo-3H-xanthen-9-yl)- does not meet any of the criteria set out in
section 64 of CEPA 1999.
The final Screening Assessment for this substance is available
on the Government of Canada’s Chemical Substances Web site
(www.chemicalsubstances.gc.ca).
D’après les renseignements disponibles, il est conclu que le
Solvent Red 48 ne répond à aucun des critères de l’article 64 de la
LCPE (1999).
Publication of final decision after screening assessment of a
substance — Benzo[b]thiophen-3(2H)-one, 6-chloro-2-(6-chloro4-methyl-3-oxobenzo[b]thien-2(3H)-ylidene)-4-methyl- (Pigment
Red 181), CAS No. 2379-74-0 — specified on the Domestic
Substances List (subsection 77(6) of the Canadian Environmental
Protection Act, 1999)
Publication de la décision finale après évaluation préalable
d’une substance — le 6-Chloro-2-(6-chloro-4-méthyl-3oxobenzo[b]thién-2(3H)-ylidène)-4-méthylbenzo[b]thiophén3(2H)-one (Pigment Red 181), numéro de CAS 2379-74-0 —
inscrite sur la Liste intérieure [paragraphe 77(6) de la Loi
canadienne sur la protection de l’environnement (1999)]
Whereas Benzo[b]thiophen-3(2H)-one, 6-chloro-2-(6-chloro-4methyl-3-oxobenzo[b]thien-2(3H)-ylidene)-4-methyl- (also known
as Pigment Red 181) is a substance on the Domestic Substances
List identified under subsection 73(1) of the Canadian Environmental Protection Act, 1999;
Whereas a summary of the Screening Assessment conducted
on Pigment Red 181 pursuant to section 74 of the Act is annexed
hereby; and
Whereas Pigment Red 181 does not meet any of the criteria set
out in section 64 of the Act,
Notice therefore is hereby given that the Ministers of the Environment and of Health propose to take no further action on
Pigment Red 181 at this time under section 77 of the Act.
JIM PRENTICE
Minister of the Environment
LEONA AGLUKKAQ
Minister of Health
Attendu que le 6-Chloro-2-(6-chloro-4-méthyl-3-oxobenzo[b]
thién-2(3H)-ylidène)-4-méthylbenzo[b]thiophén-3(2H)-one (aussi
connu sous le nom de Pigment Red 181) est une substance inscrite sur la Liste intérieure répondant aux critères du paragraphe 73(1) de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999);
Attendu qu’un résumé de l’évaluation préalable du Pigment
Red 181 réalisée en application de l’article 74 de la Loi est
ci-annexé;
Attendu que le Pigment Red 181 ne remplit aucun des critères
prévus à l’article 64 de la Loi,
Avis est par les présentes donné que les ministres de l’Environnement et de la Santé proposent de ne rien faire pour le moment à
l’égard du Pigment Red 181 aux termes de l’article 77 de la Loi.
Le ministre de l’Environnement
JIM PRENTICE
La ministre de la Santé
LEONA AGLUKKAQ
ANNEX
ANNEXE
Summary of the Screening Assessment of Benzo[b]thiophen3(2H)-one, 6-chloro-2-(6-chloro-4-methyl-3oxobenzo[b]thien-2(3H)-ylidene)-4-methyl-
Résumé de l’évaluation préalable du 6-Chloro-2-(6-chloro4-méthyl-3-oxobenzo[b]thién-2(3H)-ylidène)-4méthylbenzo[b]thiophén-3(2H)-one
Pursuant to section 74 of the Canadian Environmental Protection Act, 1999 (CEPA 1999), the Ministers of the Environment
and of Health have conducted a screening assessment of
Benzo[b]thiophen-3(2H)-one, 6-chloro-2-(6-chloro-4-methyl-3oxobenzo[b]thien-2(3H)-ylidene)-4-methyl-, Chemical Abstracts
Service Registry No. 2379-74-0. This substance, also known as
Pigment Red 181, was identified as a high priority for screening
assessment and included in the Challenge because it had been
found to meet the ecological categorization criteria for persistence, bioaccumulation potential and inherent toxicity to nonhuman organisms and is believed to be in commerce in Canada.
En application de l’article 74 de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999) [LCPE (1999)], les ministres
de l’Environnement et de la Santé ont effectué une évaluation
préalable du 6-Chloro-2-(6-chloro-4-méthyl-3-oxobenzo[b]thién2(3H)-ylidène)-4-méthylbenzo[b]thiophén-3(2H)-one, dont le
numéro de registre du Chemical Abstracts Service est 2379-74-0.
Une priorité élevée a été accordée à l’évaluation préalable de
cette substance, également appelée Pigment Red 181, inscrite au
Défi, car elle répond aux critères environnementaux de la catégorisation relatifs à la persistance, au potentiel de bioaccumulation
et à la toxicité intrinsèque pour les organismes non humains et
elle semble être commercialisée au Canada.
L’évaluation des risques que présente le Pigment Red 181 pour
la santé humaine n’a pas été jugée hautement prioritaire à la lumière des résultats fournis par les outils simples de détermination
du risque d’exposition et du risque pour la santé élaborés par Santé Canada aux fins de la catégorisation visant les substances de la
Liste intérieure. La présente évaluation est donc axée principalement sur les renseignements utiles à l’évaluation des risques pour
l’environnement.
The substance Pigment Red 181 was not considered to be a
high priority for assessment of potential risks to human health,
based on the application of the simple exposure and hazard tools
developed by Health Canada for categorization of substances on
the Domestic Substances List. Therefore, this assessment focuses
principally on information relevant to the evaluation of ecological
risks.
L’évaluation préalable finale de cette substance est accessible
sur le site Web du gouvernement du Canada portant sur les substances chimiques (www.substanceschimiques.gc.ca).
24
Supplement to the Canada Gazette
Pigment Red 181 is a special-purpose pigment for polystyrene
and similar polymers. It is also used in personal care products.
The substance does not naturally occur in the environment. It is
not reported to be manufactured in Canada; however, between
100 and 1 000 kg of the pigment were imported into the country
in 2006, both as an industrial chemical and in imported coloured
products.
Based on reported use patterns in Canada and on certain assumptions, most of the substance is exported from Canada in
finished products, and the portion that remains in Canada is believed to be released ultimately to wastewater either during the
manufacture of coloured items or after consumer use of such
items. There are no releases predicted to air and soil. Pigment
Red 181 presents very low experimental solubility in water and
low solubility in octanol. It is present in the environment primarily as micro-particulate matter that is not volatile and is relatively
chemically stable, and it has a tendency to partition by gravity to
sediments if released to surface waters, and to soils if released to
air.
Based on its physical and chemical properties, Pigment
Red 181 is expected to be persistent in water, soil and sediment.
New experimental data relating to its solubility in n-octanol and
water suggest that this pigment has a low potential to accumulate
in the lipid tissues of organisms. The substance meets the persistence criteria but does not meet the bioaccumulation criteria as set
out in the Persistence and Bioaccumulation Regulations. In addition, new toxicity predictions that take into account revised
estimates of bioaccumulation potential suggest that saturated
solutions of the substance do not cause acute harm to aquatic
organisms, but could potentially cause chronic harm to sensitive
organisms.
For this screening assessment, two conservative exposure scenarios were used. In one scenario, an industrial operation (user of
the pigment) discharges Pigment Red 181 into the aquatic environment. In the second scenario, use of Pigment Red 181 in
cosmetics by consumers results in the release of the substance to
the aquatic environment. In both scenarios, predicted environmental concentrations in water were below the predicted no-effect
concentration for sensitive aquatic organisms, except at one site.
The exception is likely an overestimate given the number of conservative assumptions used. Therefore, releases of Pigment
Red 181 are not expected to cause harm to aquatic organisms.
Based on available information, and a survey under section 71
of CEPA 1999, exposure of the general population to Pigment
Red 181 from environmental media (ambient and indoor air,
drinking water, soil and sediment) is expected to be negligible.
The general population of Canada may be exposed to Pigment
Red 181 from use of cosmetics, including some personal care
products, as it is an ingredient in some products on the Canadian
market.
Pigment Red 181 was not identified as posing a high hazard to
human health. Based on consideration of the hazard profile of
Pigment Red 181 and upper-bounding estimates of exposure to
cosmetics, including some personal care products containing this
substance, and toxicokinetics of the substance, a concern for
human health was not identified.
September 18, 2010
Le Pigment Red 181 est un pigment spécialisé pour le polystyrène et les polymères similaires. Il est aussi utilisé dans la fabrication de produits de soins personnels. De plus, il n’est pas présent
de façon naturelle dans l’environnement et ne serait pas fabriqué
au Canada. Toutefois, de 100 à 1 000 kg de ce pigment ont été
importés au pays en 2006, en tant que produit chimique industriel
et dans des produits colorés importés.
D’après les profils d’utilisation déclarés au Canada et certaines
hypothèses formulées, la majorité de la substance est exportée du
Canada sous forme de produits finis, et la partie restant au pays
serait finalement rejetée dans les eaux usées soit pendant la fabrication d’articles colorés, soit après l’utilisation de tels articles par
les consommateurs. Aucun rejet n’est prévu dans l’atmosphère ni
dans le sol. Selon des données expérimentales, le Pigment
Red 181 présente une très faible solubilité dans l’eau et une faible
solubilité dans l’octanol. Il est présent dans l’environnement surtout sous forme de microparticules non volatiles et relativement
stables du point de vue chimique. De plus, il a tendance à se répartir par gravité dans les sédiments s’il est rejeté dans les eaux
de surface et dans les sols s’il est rejeté dans l’air.
D’après ses propriétés physiques et chimiques, le Pigment
Red 181 devrait être persistant dans l’eau, le sol et les sédiments.
De nouvelles données expérimentales relatives à sa solubilité
dans le n-octanol et l’eau laissent entendre que ce pigment a un
faible potentiel de bioaccumulation dans les tissus adipeux des
organismes. Cette substance répond aux critères de la persistance
prévus dans le Règlement sur la persistance et la bioaccumulation, mais non à ceux de la bioaccumulation en vertu de ce
règlement. En outre, de nouvelles prévisions sur la toxicité qui
prennent en compte les estimations révisées du potentiel de bioaccumulation semblent indiquer que les solutions saturées de la
substance ne provoquent pas de nocivité aiguë chez les organismes aquatiques, mais qu’elles pourraient potentiellement causer
de la nocivité chronique chez les organismes sensibles.
Aux fins de la présente évaluation préalable, deux scénarios
d’exposition prudents ont été utilisés. Dans le premier scénario,
l’exploitation industrielle (qui utilise du Pigment Red 181) rejette
le pigment dans le milieu aquatique. Dans le second scénario,
l’utilisation que font les consommateurs de ce pigment présent
dans des produits cosmétiques entraîne le rejet de la substance
dans le milieu aquatique. Dans ces deux scénarios, sauf à un site,
la concentration environnementale estimée dans l’eau calculée
pour les organismes aquatiques sensibles était inférieure à la
concentration estimée sans effet. Le site d’exception ferait suite à
la surestimation des risques étant donné le nombre d’hypothèses
prudentes formulées lors de cette analyse. Ainsi, les rejets de
Pigment Red 181 ne provoquent pas de nocivité chez les organismes aquatiques.
D’après les renseignements disponibles, y compris les résultats
d’une enquête menée en application de l’article 71 de la
LCPE (1999), l’exposition de la population générale au Pigment
Red 181 en milieux naturels (air ambiant, air intérieur, eau potable, sol et sédiments) devrait être négligeable. La population
générale du Canada peut être exposée au Pigment Red 181 en
utilisant certains produits cosmétiques, incluant des produits de
soins personnels, car il entre dans la composition de certains produits en vente sur le marché canadien.
Il n’a pas été démontré que le Pigment Red 181 était très nocif
pour la santé humaine. D’après l’examen du profil de risque du
Pigment Red 181, les estimations de la limite supérieure d’exposition aux produits cosmétiques, dont quelques produits de soins
personnels contenant cette substance, et la toxicocinétique de
cette substance, celle-ci ne suscite aucune préoccupation pour la
santé humaine.
Le 18 septembre 2010
Supplément à la Gazette du Canada
25
Based on the information available, it is concluded that
Pigment Red 181 is not entering the environment in a quantity or
concentration or under conditions that constitute or may constitute a danger in Canada to human life or health.
Based on the information available, it is concluded that
Pigment Red 181 is not entering the environment in a quantity or
concentration or under conditions that have or may have an immediate or long-term harmful effect on the environment or its
biological diversity or that constitute or may constitute a danger
to the environment on which life depends. Pigment Red 181
meets the persistence criteria but does not meet the bioaccumulation criteria as set out in the Persistence and Bioaccumulation
Regulations.
This substance will be considered for inclusion in the Domestic
Substances List inventory update initiative. In addition and where
relevant, research and monitoring will support verification of
assumptions used during the screening assessment.
À la lumière des renseignements disponibles, le Pigment
Red 181 ne pénètre pas dans l’environnement en une quantité, à
une concentration ou dans des conditions de nature à constituer
un danger au Canada pour la vie ou la santé humaines.
Ces renseignements permettent aussi d’établir que le Pigment
Red 181 ne pénètre pas dans l’environnement en une quantité, à
une concentration ou dans des conditions de nature à avoir, immédiatement ou à long terme, un effet nocif sur l’environnement
ou sur la diversité biologique, ni à mettre en danger l’environnement essentiel pour la vie. De plus, le Pigment Red 181 répond
aux critères de la persistance prévus dans le Règlement sur la
persistance et la bioaccumulation, mais il ne répond pas à ceux
de la bioaccumulation en vertu de ce règlement.
On envisagera d’inclure cette substance dans la mise à jour de
l’inventaire de la Liste intérieure. De plus, des activités de recherche et de surveillance viendront, le cas échéant, appuyer la
vérification des hypothèses formulées au cours de l’évaluation
préalable.
Conclusion
Conclusion
Based on the information available, it is concluded that
Benzo[b]thiophen-3(2H)-one, 6-chloro-2-(6-chloro-4-methyl-3oxobenzo[b]thien-2(3H)-ylidene)-4-methyl- does not meet any of
the criteria set out in section 64 of CEPA 1999.
The final Screening Assessment for this substance is available
on the Government of Canada’s Chemical Substances Web site
(www.chemicalsubstances.gc.ca).
D’après les renseignements disponibles, il est conclu que le
Pigment Red 181 ne répond à aucun des critères de l’article 64 de
la LCPE (1999).
Publication of final decision after screening assessment of a
substance — Decanedioic acid, bis(1,2,2,6,6-pentamethyl4-piperidinyl) ester, CAS No. 41556-26-7 — specified on the
Domestic Substances List (subsection 77(6) of the Canadian
Environmental Protection Act, 1999)
Publication de la décision finale après évaluation préalable
d’une substance — le Sébaçate de bis(1,2,2,6,6-pentaméthyl-4pipéridyle), numéro de CAS 41556-26-7 — inscrite sur la Liste
intérieure [paragraphe 77(6) de la Loi canadienne sur la
protection de l’environnement (1999)]
Whereas Decanedioic acid, bis(1,2,2,6,6-pentamethyl-4piperidinyl) ester is a substance on the Domestic Substances List
identified under subsection 73(1) of the Canadian Environmental
Protection Act, 1999;
Whereas a summary of the Screening Assessment conducted
on Decanedioic acid, bis(1,2,2,6,6-pentamethyl-4-piperidinyl)
ester pursuant to section 74 of the Act is annexed hereby; and
Whereas Decanedioic acid, bis(1,2,2,6,6-pentamethyl-4piperidinyl) ester does not meet any of the criteria set out in section 64 of the Act,
Notice therefore is hereby given that the Ministers of the Environment and of Health propose to take no further action on
Decanedioic acid, bis(1,2,2,6,6-pentamethyl-4-piperidinyl) ester
at this time under section 77 of the Act.
JIM PRENTICE
Minister of the Environment
LEONA AGLUKKAQ
Minister of Health
Attendu que le Sébaçate de bis(1,2,2,6,6-pentaméthyl-4pipéridyle) est une substance inscrite sur la Liste intérieure répondant aux critères du paragraphe 73(1) de la Loi canadienne
sur la protection de l’environnement (1999);
Attendu qu’un résumé de l’évaluation préalable du Sébaçate de
bis(1,2,2,6,6-pentaméthyl-4-pipéridyle) réalisée en application de
l’article 74 de la Loi est ci-annexé;
Attendu que le Sébaçate de bis(1,2,2,6,6-pentaméthyl-4pipéridyle) ne remplit aucun des critères prévus à l’article 64 de la
Loi,
Avis est par les présentes donné que les ministres de l’Environnement et de la Santé proposent de ne rien faire pour le moment à
l’égard du Sébaçate de bis(1,2,2,6,6-pentaméthyl-4-pipéridyle)
aux termes de l’article 77 de la Loi.
Le ministre de l’Environnement
JIM PRENTICE
La ministre de la Santé
LEONA AGLUKKAQ
ANNEX
ANNEXE
Summary of the Screening Assessment Report of Decanedioic
acid, bis(1,2,2,6,6-pentamethyl-4-piperidinyl) ester
Résumé de l’évaluation préalable du Sébaçate de
bis(1,2,2,6,6-pentaméthyl-4-pipéridyle)
Pursuant to section 74 of the Canadian Environmental Protection Act, 1999 (CEPA 1999), the Ministers of the Environment and of Health have conducted a screening assessment of
En application de l’article 74 de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999) [LCPE (1999)], les ministres
de l’Environnement et de la Santé ont effectué une évaluation
La version finale de l’évaluation préalable de cette substance
est accessible sur le site Web du gouvernement du Canada portant
sur les substances chimiques (www.substanceschimiques.gc.ca).
26
Supplement to the Canada Gazette
Decanedioic acid, bis(1,2,2,6,6-pentamethyl-4-piperidinyl)-ester
(PEDA), Chemical Abstracts Service Registry No. 41556-26-7. This
substance was identified as a high priority for screening assessment and included in the Challenge because it was found to meet
the ecological categorization criteria for persistence, bioaccumulation potential and inherent toxicity to non-human organisms and
is believed to be in commerce in Canada.
The substance PEDA was not considered to be a high priority
for assessment of potential risks to human health, based on the
application of the simple exposure and hazard tools developed by
Health Canada for categorization of substances on the Domestic
Substances List. Therefore, this assessment focuses principally on
information relevant to the evaluation of ecological risks.
The substance PEDA is an organic substance that is used in
Canada and elsewhere in paint and coatings for automobiles, as a
component of polymers and as a photosensitive agent. Although
the products are not intended to be used by the general population, the following consumer products that contain PEDA were
identified in the Canadian consumer market: automobile interior
protectants, waterborne semi-transparent stain products, aerosol
solvent borne paints, paint coating additives and window sealants.
The substance is not naturally occurring in the environment.
A total of 54 358 kg of PEDA was imported into Canada and
9 541 kg were used in 2006. The quantity of PEDA imported into
Canada, along with the potentially dispersive uses of this
substance, indicate that it could be released into the Canadian
environment.
Based on reported use patterns and certain assumptions, the
majority of the substance ends up in waste disposal sites (71.7%)
with a lesser amount going to recycling (15.1%). Smaller proportions are estimated to be lost to water (6.2% — wastewater),
paved/unpaved land surfaces (3.8%), incineration (2.2%) and
export (1.0%).
The primary dissociation constant of the substance (pKa1 =
10.02; base form) indicates that there is complete protonation of
the substance at ambient pH levels (6–9) such that only the positively charged form is present. However, the protonation of the
substance was not accounted for during categorization.
Based on experimental and modelled physical and chemical
properties, the charged form of the substance is moderately soluble in water, is non-volatile and is unlikely to partition in significant amounts to particles and lipids (fat) of organisms because
of its charged nature and large molecular size. For these reasons,
PEDA will be found mostly in water and in soil, depending on the
medium to which it is released. It is not expected to be significantly present in other media.
Based on an atmospheric oxidation half-life of 0.067 days,
PEDA is expected to rapidly oxidize in air. Model results indicate
that PEDA may undergo relatively rapid primary biodegradation
in water but biodegradation modelling results indicate that the
ultimate biodegradation half-life of PEDA is likely to be greater
than 182 days in both water and soil, and than 365 days in sediments. It is, therefore, persistent in water, soil and sediment.
PEDA was initially categorized as bioaccumulative based on
September 18, 2010
préalable du Sébaçate de bis(1,2,2,6,6-pentaméthyl-4-pipéridyle)
[PEDA], dont le numéro de registre du Chemical Abstracts Service est 41556-26-7. Une priorité élevée a été accordée à
l’évaluation préalable de cette substance inscrite au Défi, car elle
répond aux critères environnementaux de la catégorisation relatifs
à la persistance, au potentiel de bioaccumulation et à la toxicité
intrinsèque pour les organismes non humains et elle semble être
commercialisée au Canada.
L’évaluation des risques que présente le PEDA pour la santé
humaine n’a pas été jugée hautement prioritaire à la lumière des
résultats fournis par les outils simples de détermination du risque
d’exposition et du risque pour la santé élaborés par Santé Canada
aux fins de la catégorisation visant les substances de la Liste
intérieure. La présente évaluation est donc axée principalement
sur les renseignements utiles à l’évaluation des risques pour
l’environnement.
Le PEDA est une substance organique utilisée au Canada et
dans d’autres pays dans les peintures et les revêtements pour automobiles ainsi que comme composante de polymères et agente
photosensible. Bien que ces produits ne soient pas destinés à être
utilisés par la population générale, les produits de consommation
suivants contenant du PEDA ont été relevés sur le marché canadien : agents protecteurs des garnitures intérieures pour voitures,
teintures semi-transparentes à base d’eau, peintures en aérosol à
base de solvant, additifs pour peinture ou revêtement et produits
d’étanchéité pour fenêtres.
Cette substance n’est pas présente de façon naturelle dans l’environnement. En 2006, l’importation de PEDA au Canada
s’élevait à 54 358 kg et l’utilisation, à 9 541 kg. La quantité de
PEDA importée au Canada ainsi que les utilisations potentiellement dispersives de cette substance indiquent qu’elle pourrait être
rejetée dans l’environnement.
D’après les profils d’utilisation déclarés et certaines hypothèses
formulées, la plus grande partie de la substance aboutit dans des
sites d’élimination des déchets (71,7 %) et une quantité moindre
est recyclée (15,1 %). Selon les estimations, de petites fractions
sont perdues, c’est-à-dire qu’elles sont rejetées dans l’eau (6,2 %
dans les eaux usées) ou sur les surfaces terrestres pavées ou non
pavées (3,8 %) ou encore qu’elles sont envoyées à l’incinération
(2,2 %) et exportées (1 %).
La constante de dissociation primaire du PEDA (pKa1 = 10,02;
forme basique) indique une protonation totale de la substance à
des valeurs de pH normalement observées dans l’environnement
(entre 6 et 9), si bien que seule sa forme chargée positivement est
présente. Cependant la protonation de cette substance n’a pas été
prise en compte lors de la catégorisation.
D’après les valeurs expérimentales et modélisées des propriétés
physiques et chimiques, la forme chargée de la substance est
moyennement soluble dans l’eau et non volatile, et elle risque peu
de se distribuer dans une large mesure dans la phase particulaire
et de passer en quantités importantes dans les tissus adipeux (matières grasses) des organismes, en raison de sa charge et de la
grande taille de sa molécule. Pour ces raisons, le PEDA se retrouve principalement dans l’eau et le sol, en fonction du milieu
où il est rejeté. Il ne devrait pas être présent dans d’autres milieux
de façon importante.
Ayant une demi-vie d’oxydation atmosphérique de 0,067 jour,
le PEDA devrait s’oxyder rapidement. Les résultats de certains
modèles indiquent qu’il peut subir une biodégradation relativement rapide dans l’eau, mais les résultats des modèles de biodégradation indiquent que la demi-vie de biodégradation ultime de
la substance est susceptible d’être supérieure à 182 jours, dans
l’eau et le sol, et à 365 jours, dans les sédiments. Il est donc persistant dans l’eau, le sol et les sédiments. Le PEDA a initialement
Le 18 septembre 2010
model predictions for the neutral molecule; however, modelling
results that take into consideration the presence of the charged
form of the compound indicate that this substance does not have
the potential to accumulate to a significant extent in aquatic organisms or to biomagnify in trophic food chains. The substance
has therefore been determined to meet the persistence criteria but
not the bioaccumulation criteria as set out in the Persistence and
Bioaccumulation Regulations.
Empirical acute toxicity data indicate that PEDA has the potential to cause adverse effects to aquatic organisms at relatively low
concentrations. However, no empirical chronic effects data were
available about PEDA. Modelled chronic data based on results
that take into account the charged character of the substance suggest that PEDA has the potential to be moderately to highly toxic
to aquatic organisms.
With regard to human health, no measured concentrations of
PEDA in environmental media were identified in Canada or elsewhere. No information with regard to the presence of PEDA in
foods was identified. Exposure of the Canadian population to this
substance from environmental media is expected to be negligible
according to estimates based on the quantity of PEDA in Canadian commerce in 2006. Exposure to PEDA resulting from its
use in food packaging applications is expected to be negligible.
Estimates of exposure to PEDA from its use in consumer products were derived.
Limited empirical data related to health effects were available
about PEDA. The outputs of PEDA quantitative structure activity
relationship (QSAR) model predictions for carcinogenicity,
genotoxicity, reproductive and developmental toxicity were
mixed. Information on analogues of PEDA indicate potential
effects on the liver and nervous system in experimental animals.
Based on the information available, the margins of exposure
between upper-bounding estimates of exposure to PEDA from
use of consumer products and levels associated with effects in
experimental animals observed in studies with analogues of
PEDA are considered to be adequately protective.
For this screening assessment, two very conservative exposure
scenarios were selected to predict the environmental concentrations of PEDA in Canada: one to predict the potential industrial
emissions of the substance to the aquatic environment and the
other to quantify the level of aquatic exposure to the substance
released from consumer products. Risk quotient analysis comparing the predicted environmental concentration (PEC) associated
with industrial releases with a predicted no-effect concentration
(PNEC) resulted in a risk quotient value of 0.02 to 0.46. The PEC
for the consumer release was below the PNEC calculated for sensitive aquatic life. These results suggest that releases of PEDA are
not likely to be harming the aquatic environment.
Therefore, it is concluded that PEDA is not entering the environment in a quantity or concentration or under conditions that
have or may have an immediate or long-term harmful effect on
the environment or its biological diversity or that constitute or
may constitute a danger to the environment on which life
depends.
Supplément à la Gazette du Canada
27
été classé comme substance bioaccumulable en fonction des prévisions des modèles pour la molécule neutre. Cependant, selon les
résultats de modèles qui tiennent compte de la présence de la
forme chargée de la substance, le PEDA ne peut pas s’accumuler
de façon importante chez les organismes aquatiques ni être
bioamplifié dans les chaînes trophiques. Il a donc été déterminé
que cette substance répond aux critères de la persistance prévus
dans le Règlement sur la persistance et la bioaccumulation, mais
qu’elle ne répond pas à ceux de la bioaccumulation en vertu de ce
règlement.
Les données empiriques sur la toxicité aiguë indiquent que le
PEDA peut avoir des effets nocifs sur les organismes aquatiques à
des concentrations relativement faibles. Néanmoins, aucune donnée empirique sur les effets chroniques n’était disponible pour
cette substance. Les données modélisées sur la toxicité chronique
basées sur des résultats qui prennent en compte la forme chargée
de la substance laissent entendre que le PEDA présente un risque
de toxicité modéré à élevé pour les organismes aquatiques.
En ce qui concerne la santé humaine, on n’a relevé aucune
concentration mesurée de PEDA dans les milieux naturels au
Canada ou ailleurs, ni aucune donnée relative à sa présence dans
les aliments. Par ailleurs, l’exposition de la population canadienne
à cette substance présente dans les milieux naturels devrait être
négligeable selon les estimations fondées sur la quantité commercialisée de PEDA au Canada en 2006. L’exposition au PEDA
découlant de son utilisation dans les emballages alimentaires devrait aussi être négligeable. Quant à l’exposition attribuable à
l’utilisation dans les produits de consommation, des estimations
ont été produites.
Des données empiriques limitées sont disponibles à l’égard des
effets du PEDA sur la santé. De plus, les prévisions modélisées
des relations quantitatives structure-activité ayant trait à la cancérogénicité, à la génotoxicité ainsi qu’à la toxicité pour le développement et la reproduction sont, quant à elles, partagées. Enfin, les
données sur les analogues du PEDA indiquent des effets potentiels sur le foie et le système nerveux des animaux de laboratoire.
Selon les renseignements disponibles, les marges entre les estimations de la limite supérieure d’exposition au PEDA due à
l’utilisation de produits de consommation et les concentrations
associées à des effets observés chez les animaux de laboratoire
dans des études portant sur des analogues du PEDA sont considérées comme adéquates en matière de protection.
Aux fins de la présente évaluation préalable, deux scénarios
d’exposition prudents ont été choisis pour la prévision des
concentrations environnementales de PEDA au Canada : l’un
pour prévoir les possibles émissions industrielles de la substance
dans le milieu aquatique et l’autre pour quantifier le niveau
d’exposition en milieu aquatique provenant de produits de
consommation contenant la substance. L’analyse du quotient de
risque comparant la concentration environnementale estimée
(CEE) associée aux rejets industriels et la concentration estimée
sans effet (CESE) a permis d’obtenir un quotient de risque d’une
valeur comprise entre 0,02 et 0,46. La CEE relative au rejet par
les consommateurs était inférieure à la CESE calculée pour les
organismes aquatiques sensibles. Ces résultats laissent entendre
que les rejets de PEDA n’ont probablement pas d’effets nocifs sur
le milieu aquatique.
Par conséquent, le PEDA ne pénètre pas dans l’environnement
en une quantité, à une concentration ou dans des conditions de
nature à avoir, immédiatement ou à long terme, un effet nocif sur
l’environnement ou sur la diversité biologique, ni à mettre en
danger l’environnement essentiel pour la vie.
28
Supplement to the Canada Gazette
Based on the information available, PEDA meets the criteria
for persistence but does not meet the criteria for bioaccumulation
as set out in the Persistence and Bioaccumulation Regulations.
Given the information presented in this final screening assessment, it is concluded that PEDA is not entering the environment
in a quantity or concentration or under conditions that constitute
or may constitute a danger in Canada to human life or health.
This substance will be considered for inclusion in the Domestic
Substances List inventory update initiative. In addition and where
relevant, research and monitoring will support verification of
assumptions used during the screening assessment.
September 18, 2010
De plus, à la lumière des renseignements disponibles, le PEDA
répond aux critères de la persistance prévus dans le Règlement sur
la persistance et la bioaccumulation, mais il ne répond pas à ceux
de la bioaccumulation en vertu de ce règlement.
Ces renseignements ont aussi permis d’établir que le PEDA ne
pénètre pas dans l’environnement en une quantité, à une concentration ou dans des conditions de nature à constituer un danger au
Canada pour la vie ou la santé humaines.
On envisagera d’inclure cette substance dans la mise à jour de
l’inventaire de la Liste intérieure. De plus, des activités de recherche et de surveillance viendront, le cas échéant, appuyer la
vérification des hypothèses formulées au cours de l’évaluation
préalable.
Conclusion
Conclusion
Based on the information available, it is concluded that
Decanedioic acid, bis(1,2,2,6,6-pentamethyl-4-piperidinyl) ester
does not meet any of the criteria set out in section 64 of
CEPA 1999.
The final Screening Assessment for this substance is available
on the Government of Canada’s Chemical Substances Web site
(www.chemicalsubstances.gc.ca).
D’après les renseignements disponibles, il est conclu que
le PEDA ne répond à aucun des critères de l’article 64 de la
LCPE (1999).
Publication of final decision after screening assessment of a
substance — 7-Oxa-3,20-diazadispiro[5.1.11.2]heneicosan-21one, 2,2,4,4-tetramethyl-, CAS No. 64338-16-5 — specified on the
Domestic Substances List (subsection 77(6) of the Canadian
Environmental Protection Act, 1999)
Publication de la décision finale après évaluation préalable
d’une substance — le 2,2,4,4-Tétraméthyl-7-oxa-3,20diazadispiro[5.1.11.2]-hénéicosan-21-one, numéro de
CAS 64338-16-5 — inscrite sur la Liste intérieure
[paragraphe 77(6) de la Loi canadienne sur la protection de
l’environnement (1999)]
Whereas 7-Oxa-3,20-diazadispiro[5.1.11.2]heneicosan-21-one,
2,2,4,4-tetramethyl- is a substance on the Domestic Substances
List identified under subsection 73(1) of the Canadian Environmental Protection Act, 1999;
Whereas a summary of the Screening Assessment conducted
on 7-Oxa-3,20-diazadispiro[5.1.11.2]heneicosan-21-one, 2,2,4,4tetramethyl- pursuant to section 74 of the Act is annexed hereby;
and
Whereas 7-Oxa-3,20-diazadispiro[5.1.11.2]heneicosan-21-one,
2,2,4,4-tetramethyl- does not meet any of the criteria set out in
section 64 of the Act,
Notice therefore is hereby given that the Ministers of the
Environment and of Health propose to take no further action
on 7-Oxa-3,20-diazadispiro[5.1.11.2]heneicosan-21-one, 2,2,4,4tetramethyl- at this time under section 77 of the Act.
JIM PRENTICE
Minister of the Environment
LEONA AGLUKKAQ
Minister of Health
Attendu que le 2,2,4,4-Tétraméthyl-7-oxa-3,20-diazadispiro
[5.1.11.2]-hénéicosan-21-one est une substance inscrite sur la
Liste intérieure répondant aux critères du paragraphe 73(1) de la
Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999);
Attendu qu’un résumé de l’évaluation préalable du 2,2,4,4Tétraméthyl-7-oxa-3,20-diazadispiro[5.1.11.2]-hénéicosan-21one réalisée en application de l’article 74 de la Loi est ci-annexé;
Attendu que le 2,2,4,4-Tétraméthyl-7-oxa-3,20-diazadispiro
[5.1.11.2]-hénéicosan-21-one ne remplit aucun des critères prévus
à l’article 64 de la Loi,
Avis est par les présentes donné que les ministres de l’Environnement et de la Santé proposent de ne rien faire pour le moment à l’égard du 2,2,4,4-Tétraméthyl-7-oxa-3,20-diazadispiro
[5.1.11.2]-hénéicosan-21-one aux termes de l’article 77 de la Loi.
Le ministre de l’Environnement
JIM PRENTICE
La ministre de la Santé
LEONA AGLUKKAQ
ANNEX
ANNEXE
Summary of the Screening Assessment Report of 7-Oxa-3,20diazadispiro[5.1.11.2]heneicosan-21-one, 2,2,4,4-tetramethyl-
Résumé de l’évaluation préalable du 2,2,4,4-Tétraméthyl-7-oxa3,20-diazadispiro[5.1.11.2]-hénéicosan-21-one
Pursuant to section 74 of the Canadian Environmental Protection Act, 1999 (CEPA 1999), the Ministers of the Environment
and of Health have conducted a screening assessment of 7-Oxa3,20-diazadispiro[5.1.11.2]heneicosan-21-one, 2,2,4,4-tetramethyl(ODHO), Chemical Abstracts Service Registry No. 64338-16-5.
This substance was identified as a high priority for screening assessment and included in the Challenge because it was found to
En application de l’article 74 de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999) [LCPE (1999)], les ministres
de l’Environnement et de la Santé ont effectué une évaluation
préalable du 2,2,4,4-Tétraméthyl-7-oxa-3,20-diazadispiro[5.1.11.2]hénéicosan-21-one (ODHO), dont le numéro de registre du
Chemical Abstracts Service est 64338-16-5. Une priorité élevée a
été accordée à l’évaluation préalable de cette substance inscrite au
La version finale de l’évaluation préalable de cette substance
est accessible sur le site Web du gouvernement du Canada portant
sur les substances chimiques (www.substanceschimiques.gc.ca).
Le 18 septembre 2010
meet the ecological categorization criteria for persistence, bioaccumulation potential and inherent toxicity to non-human organisms and is believed to be in commerce in Canada.
The substance ODHO was not considered to be a high priority
for assessment of potential risks to human health, based on the
application of the simple exposure and hazard tools developed by
Health Canada for categorization of substances on the Domestic
Substances List. Therefore, this assessment focuses principally on
information relevant to the evaluation of ecological risks.
The substance ODHO is an organic substance that is used to
protect plastic polymers and industrial materials from photochemical degradation. The substance does not occur naturally
in the environment. Surveys conducted under section 71 of
CEPA 1999 determined that, in 2005 and 2006, ODHO was not
manufactured in Canada in quantities equal to or greater than
100 kg; however, in both years, imports of the substance into
Canada were in the range of 100–1 000 kg/year.
A predicted acid dissociation constant (pKa) value of greater
than 9 for the amine suggests that ODHO will exist almost entirely as a charged molecule in the environmentally relevant pH
range of 6–9, with the substance existing primarily as a protonated cation and acting as a weak base. Therefore, when released
to the environment ODHO is expected to partition predominantly
into water, although partitioning to soil, and to a lesser extent
sediment, may also occur depending upon the compartment of
release.
With a predicted atmospheric oxidation half-life of 0.11 day,
ODHO is expected to be rapidly oxidized in air. Biodegradation
modelling predicts that ODHO in water, soil and sediment will
undergo primary biodegradation in less than 182 days, but the
identities of the degradation products are not known. However,
ultimate biodegradation modelling indicates that complete mineralization will occur only slowly, and the substance and/or its
degradation products may therefore persist in water, soil and
sediment. Based on the available data, ODHO meets the persistence criteria in water, soil and sediment (half-lives in soil and
water ≥ 182 days and half-life in sediment ≥ 365 days), but does
not meet the criterion for air (half-life criterion of ≥ 2 days) as set
out in the Persistence and Bioaccumulation Regulations.
The substance ODHO was initially categorized as potentially
bioaccumulative based on model predictions for the neutral compound. However, given the evidence for molecular charge at ambient pH levels (6–9), as well as a new measured bioconcentration
factor of about 4.0 and new predicted bioaccumulation and bioconcentration factors (BAF/BCF) ranging from 12.8 to 1 580 that
take into account the fact that the charged form is expected to
predominate, it is considered unlikely that ODHO will accumulate in large amounts in organisms. Therefore, it is considered not
to meet the bioaccumulation criteria as set out in the Persistence
and Bioaccumulation Regulations.
Empirical data suggest that ODHO has a moderate to low
potential for acute toxicity in aquatic organisms. However, no
empirical data are available on possible effects following longterm exposure, an issue of importance given the evidence for stability of the substance in the environment. For this reason,
predicted data were also considered in evaluating the potential for
toxicity. Model estimates which take into consideration the presence of the charged form of the substance suggest that ODHO
Supplément à la Gazette du Canada
29
Défi, car elle répond aux critères environnementaux de la catégorisation relatifs à la persistance, au potentiel de bioaccumulation
et à la toxicité intrinsèque pour les organismes non humains et
elle semble être commercialisée au Canada.
L’évaluation des risques que présente l’ODHO pour la santé
humaine n’a pas été jugée hautement prioritaire à la lumière des
résultats fournis par les outils simples de détermination du risque
d’exposition et du risque pour la santé élaborés par Santé Canada
aux fins de la catégorisation visant les substances de la Liste intérieure. La présente évaluation est donc axée principalement sur
les renseignements utiles à l’évaluation des risques pour
l’environnement.
L’ODHO est une substance organique utilisée pour protéger les
polymères plastiques et les matériaux industriels contre la dégradation photochimique. Cette substance n’est pas présente de façon
naturelle dans l’environnement. Les enquêtes menées en application de l’article 71 de la LCPE (1999) ont déterminé que, en 2005
et en 2006, l’ODHO n’a pas été fabriqué au Canada en quantités
équivalentes ou supérieures à 100 kg; toutefois, au cours de ces
deux années, les importations de cette substance au pays se sont
situées entre 100 et 1 000 kg par année.
Une valeur prévue de la constante de dissociation acide supérieure à 9 pour l’amine semble indiquer que l’ODHO existerait
principalement en tant que molécule chargée à des valeurs de pH
normalement observées dans l’environnement (de 6 à 9), et ce,
sous forme de cation protoné agissant comme une base faible. Par
conséquent, lorsque l’ODHO est rejeté dans l’environnement, il
devrait surtout se répartir dans l’eau, bien qu’il puisse également
se retrouver dans le sol et, dans une moindre mesure, dans les
sédiments, selon le milieu où il est rejeté.
Dans l’air, l’ODHO devrait s’oxyder rapidement puisque la
demi-vie prévue par oxydation atmosphérique est de 0,11 jour.
Selon les modèles de biodégradation, l’ODHO subira une biodégradation primaire dans l’eau, le sol et les sédiments en moins de
182 jours; toutefois, on ignore l’identité des produits de dégradation. Cependant, la modélisation de la biodégradation ultime indique que la minéralisation complète s’effectuera lentement; la
substance (ou ses produits de dégradation) peut donc persister
dans l’eau, le sol et les sédiments. D’après les données disponibles, l’ODHO répond aux critères de la persistance dans l’eau et
le sol (demi-vie ≥ 182 jours) et dans les sédiments (demi-vie
≥ 365 jours) qui sont prévus dans le Règlement sur la persistance
et la bioaccumulation, mais il ne répond pas au critère applicable
à l’air (demi-vie ≥ 2 jours) en vertu de ce règlement.
L’ODHO a initialement été classé comme substance potentiellement bioaccumulable selon les prévisions modélisées pour le
composé neutre. Néanmoins, compte tenu des preuves de charge
moléculaire à des valeurs de pH ambiantes (de 6 à 9), ainsi que du
nouveau facteur de bioconcentration mesuré d’environ 4 et des
nouveaux facteurs de bioaccumulation et de bioconcentration
prévus de 12,8 à 1 580 qui prennent en compte le fait que la
forme chargée devrait prédominer, on considère qu’il est peu
probable que l’ODHO s’accumule en grandes quantités dans les
organismes. Par conséquent, il ne répond pas aux critères de la
bioaccumulation prévus dans le Règlement sur la persistance et la
bioaccumulation.
Les données empiriques laissent entendre que l’ODHO a un
potentiel de toxicité aiguë modéré à faible pour les organismes
aquatiques. Cependant, aucune donnée empirique n’est disponible
concernant les effets possibles à la suite d’une exposition à long
terme, ce qui représente un problème important étant donné les
preuves de stabilité de la substance dans l’environnement. Pour
cette raison, des données estimées ont également été examinées
pour l’évaluation du potentiel de toxicité. Les estimations des
30
Supplement to the Canada Gazette
will generally have moderate toxicity to aquatic organisms. However, a chronic toxicity estimate of 0.3 mg/L is considered to
indicate that ODHO may have the potential to cause adverse
effects following long-term exposure of aquatic organisms to
relatively low concentrations in the environment.
The substance ODHO is considered to have low exposure potential based on relatively low import volumes and information
indicating that when added to plastics and coatings during processing operations, it becomes chemically reacted into the matrix
material, thereby reducing the potential for release into the environment from finished products.
A risk quotient analysis, integrating a conservative predicted
environmental concentration (PEC) with a conservative predicted
no-effect concentration (PNEC) resulted in a risk quotient (PEC/
PNEC) value of 0.4, indicating that current estimated exposure
concentrations of ODHO in water are unlikely to cause ecological
harm at the current and foreseeable level of use in Canada.
With regard to human health, no measured concentrations of
ODHO in environmental media were identified in Canada and
elsewhere. However, the potential for exposure of the general
population to ODHO from environmental media is expected to be
negligible according to estimates based on the quantity of ODHO
in Canadian commerce in 2006. No information with regard to the
presence of ODHO in foods was identified. Exposure from food,
if any, would be negligible. No consumer products were identified in Canada that contain ODHO.
There are very limited toxicological data available about
ODHO, and quantitative structure activity relationship programs
for carcinogenicity, genotoxicity, and reproductive and developmental toxicity did not generate predictions in most cases.
Since exposure of the general population to ODHO in Canada
is expected to be negligible, and since ODHO was not identified
as posing a high hazard to human health based on the limited
information available, it is concluded that ODHO is not entering
the environment in a quantity or concentration or under conditions that constitute or may constitute a danger in Canada to human life or health.
It is further concluded that ODHO is not entering the environment in a quantity or concentration or under conditions that have
or may have an immediate or long-term harmful effect on the
environment or its biological diversity or that constitute or may
constitute a danger to the environment on which life depends.
ODHO meets the criteria for persistence but does not meet criteria for bioaccumulation potential as set out in the Persistence
and Bioaccumulation Regulations.
This substance will be considered for inclusion in the Domestic
Substances List inventory update initiative. In addition and where
relevant, research and monitoring will support verification of
assumptions used during the screening assessment.
September 18, 2010
modèles qui prennent en considération la présence de la forme
chargée de la substance portent à croire que l’ODHO aura généralement un potentiel de toxicité modéré pour les organismes aquatiques. Toutefois, l’estimation de 0,3 mg/L relative à la toxicité
chronique tend à indiquer que l’ODHO peut avoir des effets nocifs sur les organismes aquatiques à la suite d’une exposition à
long terme à des concentrations relativement faibles dans
l’environnement.
On considère que l’ODHO présente un faible risque d’exposition si l’on en juge par les volumes d’importation relativement
faibles et les renseignements indiquant qu’il devient chimiquement réactif dans le matériau de base lorsqu’il est ajouté aux plastiques et aux revêtements au cours des opérations de traitement,
ce qui réduit le risque de rejet dans l’environnement issu des produits finis.
Une analyse du quotient de risque, intégrant une valeur prudente de la concentration environnementale estimée (CEE) et une
valeur prudente de la concentration estimée sans effet (CESE), a
permis d’obtenir un quotient de risque (CEE/CESE) de 0,4. Les
concentrations d’exposition estimées actuellement pour l’ODHO
dans l’eau ne devraient donc pas causer d’effets écologiques nocifs au niveau d’utilisation actuel et prévisible au Canada.
En ce qui concerne la santé humaine, aucune concentration mesurée d’ODHO dans les milieux naturels n’a été relevée au Canada et ailleurs. Cependant, le risque d’exposition de la population
générale à l’ODHO présent dans les milieux naturels devrait être
négligeable selon les estimations fondées sur la quantité de cette
substance offerte sur le marché canadien en 2006. Aucune donnée
relative à la présence d’ODHO dans les aliments n’a été repérée.
L’exposition à partir de la nourriture, s’il y en avait une, serait
négligeable. De plus, aucun produit de consommation contenant
de l’ODHO n’a été relevé au Canada.
Les données toxicologiques disponibles concernant l’ODHO
sont très limitées, et les programmes de prévision des relations
quantitatives structure-activité concernant la cancérogénicité, la
génotoxicité et la toxicité pour le développement et la reproduction n’ont produit aucun résultat dans la plupart des cas.
Étant donné que l’exposition de la population générale à
l’ODHO au Canada devrait être négligeable et que l’on considère
que l’ODHO ne présente pas de risque élevé pour la santé humaine d’après les données disponibles limitées, il est conclu que
cette substance ne pénètre pas dans l’environnement en une quantité, à une concentration ou dans des conditions de nature à constituer un danger au Canada pour la vie ou la santé humaines.
Il est également conclu que l’ODHO ne pénètre pas dans l’environnement en une quantité, à une concentration ou dans des
conditions de nature à avoir, immédiatement ou à long terme, un
effet nocif sur l’environnement ou sur la diversité biologique, ni à
mettre en danger l’environnement essentiel pour la vie. De plus,
l’ODHO répond aux critères de la persistance prévus dans le Règlement sur la persistance et la bioaccumulation, mais il ne répond pas à ceux du potentiel de bioaccumulation en vertu de ce
règlement.
On envisagera d’inclure cette substance dans la mise à jour de
l’inventaire de la Liste intérieure. De plus, des activités de recherche et de surveillance viendront, le cas échéant, appuyer la
vérification des hypothèses formulées au cours de l’évaluation
préalable.
Conclusion
Conclusion
Based on the information available, it is concluded that 7-Oxa3,20-diazadispiro[5.1.11.2]heneicosan-21-one, 2,2,4,4-tetramethyldoes not meet any of the criteria set out in section 64 of
CEPA 1999.
D’après les renseignements disponibles, il est conclu que
l’ODHO ne répond à aucun des critères de l’article 64 de la
LCPE (1999).
Le 18 septembre 2010
Supplément à la Gazette du Canada
31
The final Screening Assessment for this substance is available
on the Government of Canada’s Chemical Substances Web site
(www.chemicalsubstances.gc.ca).
La version finale de l’évaluation préalable de cette substance
est accessible sur le site Web du gouvernement du Canada portant
sur les substances chimiques (www.substanceschimiques.gc.ca).
Publication of results of investigations and recommendations for
a substance — 2-Pyrrolidinone, 1-ethenyl-, CAS No. 88-12-0 —
specified on the Domestic Substances List (paragraphs 68(b)
and (c) of the Canadian Environmental Protection Act, 1999)
Publication des résultats des enquêtes et des recommandations
sur une substance — la 1-Vinyl-2-pyrrolidone, numéro de
CAS 88-12-0 — inscrite sur la Liste intérieure [alinéas 68b) et c)
de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999)]
Whereas 2-Pyrrolidinone, 1-ethenyl-is a substance identified as
high priority for action under the Challenge, published in the
Canada Gazette, Part I, on December 9, 2006;
Attendu que la 1-Vinyl-2-pyrrolidone est une substance déclarée comme une priorité élevée pour la prise de mesures dans le
cadre du Défi publié le 9 décembre 2006 dans la Partie I de la
Gazette du Canada;
Attendu qu’un résumé de l’évaluation préalable de la 1-Vinyl2-pyrrolidone menée aux termes de l’alinéa 68b) de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999) est ci-annexé;
Whereas the summary of the Screening Assessment conducted
on 2-Pyrrolidinone, 1-ethenyl- pursuant to paragraph 68(b) of the
Canadian Environmental Protection Act, 1999 is annexed hereby;
and
Whereas 2-Pyrrolidinone, 1-ethenyl- does not meet any of the
criteria set out in section 64 of the Act,
Notice therefore is hereby given that the Ministers of the Environment and of Health propose to take no further action on
2-Pyrrolidinone, 1-ethenyl- at this time.
JIM PRENTICE
Minister of the Environment
LEONA AGLUKKAQ
Minister of Health
Attendu que la 1-Vinyl-2-pyrrolidone ne remplit aucun des critères prévus à l’article 64 de la Loi,
Avis est par les présentes donné que les ministres de l’Environnement et de la Santé proposent de ne rien faire pour le moment à l’égard de la 1-Vinyl-2-pyrrolidone.
Le ministre de l’Environnement
JIM PRENTICE
La ministre de la Santé
LEONA AGLUKKAQ
ANNEX
ANNEXE
Summary of the Screening Assessment of
2-Pyrrolidinone, 1-ethenyl-
Résumé de l’évaluation préalable de la
1-Vinyl-2-pyrrolidone
The Ministers of the Environment and of Health have conducted a screening assessment of 2-Pyrrolidinone, 1-ethenyl(1-vinyl-2-pyrrolidone, abbreviated as NVP), Chemical Abstracts
Service Registry No. 88-12-0. This substance was identified as a
high priority for screening assessment and included in the Challenge. The substance NVP was identified as a high priority as it
was classified by the European Commission on the basis of carcinogenicity. The substance did not meet the ecological categorization criteria for persistence, bioaccumulation potential or inherent toxicity to aquatic organisms. Therefore, the focus of this
assessment of NVP relates primarily to human health risks.
Les ministres de l’Environnement et de la Santé ont effectué
une évaluation préalable de la 1-Vinyl-2-pyrrolidone (NVP), dont
le numéro de registre du Chemical Abstracts Service est 88-12-0.
Une priorité élevée a été accordée à la prise de mesures à l’égard
de la NVP durant la catégorisation visant les substances de la
Liste intérieure dans le cadre du Défi. La NVP a été jugée hautement prioritaire, car elle a été classée par la Commission européenne en fonction de sa cancérogénicité. La substance ne répond
pas aux critères environnementaux de la catégorisation relatifs à
la persistance, au potentiel de bioaccumulation et à la toxicité
intrinsèque pour les organismes aquatiques. La présente évaluation de la NVP est donc axée principalement sur les risques pour
la santé humaine.
Selon les renseignements fournis en application de l’article 71
de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999)
[LCPE (1999)], aucune entreprise au Canada n’a fabriqué de
NVP en une quantité supérieure au seuil de déclaration de 100 kg
au cours de l’année civile 2006. Toutefois, environ 10 000
à 100 000 kg de la substance ont été importés durant la même
année. La NVP sert surtout à la fabrication industrielle de polymères dérivés de cette substance, qui sont utilisés par l’industrie
des produits de soins personnels. Les polymères servent d’agglutinant, de dispersant et de liant dans les cosmétiques ainsi que de
raidissant dans les produits de soins capillaires. La NVP polymérisée a de multiples usages dans l’industrie pharmaceutique. Elle
est utilisée comme agent liant pour les comprimés et sert au pelliculage des gélules afin d’en faciliter l’ingestion. Les polymères
dérivés de la NVP servent de stabilisateur pour les enzymes et les
médicaments sensibles à la chaleur, ainsi que d’inhibiteur de cristallisation dans les médicaments liquides. Parmi les usages industriels de la NVP figure la fabrication d’encres et de revêtements à
According to information submitted under section 71 of the
Canadian Environmental Protection Act, 1999 (CEPA 1999),
NVP was not manufactured above the 100 kg reporting threshold
by any company in Canada in the calendar year 2006. However,
approximately 10 000 to 100 000 kg of the substance was
imported in 2006. The major use of NVP is in the industrial
manufacturing of NVP-derived polymers, which are used in the
personal care products industry. The polymers function as thickeners, dispersing agents and binders in cosmetics and as stiffeners
in hair grooming products. Polymerized NVP has many uses in
the pharmaceutical industry. It is used as a binding agent for tablets and in film coatings of capsules to aid ingestion. Polymers
derived from NVP function as stabilizers for enzymes and heatsensitive drugs as well as crystallization inhibitors in liquid medications. Industrial uses of NVP include the manufacturing of
ultraviolet curable inks and coatings. The substance NVP is used
as a formulant in 11 pesticides registered for commercial use in
Canada.
32
Supplement to the Canada Gazette
The principal source of exposure of the general population in
Canada is thought to be through personal care products (cosmetics). Chronic exposure to NVP from pharmaceuticals is lower
than exposure from personal care products.
As NVP was classified on the basis of carcinogenicity by other
national and international agencies, carcinogenicity was a key
focus for this screening assessment. In a chronic/carcinogenicity
study, rats exposed to NVP by inhalation showed dose-related
increased incidences of hepatocellular carcinomas and nasal cavity adenomas and adenocarcinomas as well as increased incidences of squamous carcinomas of the larynx at the highest dose
tested. Neoplastic changes were also seen in female rats exposed
to NVP by inhalation for 3 months followed by 21 months of
recovery. However, no long-term study investigating exposure to
NVP in other species or via the oral or dermal route of exposure
was identified. Consideration of the available information regarding genotoxicity and the conclusions of other agencies indicate
that NVP is not likely to be mutagenic. Accordingly, a threshold
approach is used to assess the risk to human health.
Non-neoplastic effects based on inhalation exposure in
repeated-dose studies were observed at the same critical effect
level as the neoplastic effects, and the liver and respiratory tract
of rats and mice were identified as the target organs. The margins
between upper-bounding estimates of exposure from acute and
chronic exposure to personal care products and the critical effect
level are considered to be adequately protective to account for
data gaps and uncertainties in the human health assessment for
both cancer and non-cancer effects.
Based on the available information on the potential to cause
harm to human health and the resulting margins of exposure, it is
concluded that NVP is a substance that is not entering the environment in a quantity or concentration or under conditions that
constitute or may constitute a danger in Canada to human life or
health.
On the basis of its low ecological hazard and reported releases
of NVP to the environment, it is concluded that the substance is
not entering the environment in a quantity or concentration or
under conditions that have or may have an immediate or longterm harmful effect on the environment or its biological diversity
or that constitute or may constitute a danger to the environment
on which life depends. The substance NVP does not meet the
criteria for persistence or bioaccumulation potential as set out in
the Persistence and Bioaccumulation Regulations.
This substance will be considered for inclusion in the Domestic
Substances List inventory update initiative. In addition and where
relevant, research and monitoring will support verification of
assumptions used during the screening assessment.
September 18, 2010
séchage UV. La NVP est aussi utilisée comme principe actif dans
11 pesticides homologués pour l’utilisation commerciale au
Canada.
Les produits de soins personnels (cosmétiques) constitueraient
la principale source d’exposition au NVP pour la population générale au Canada. En effet, l’exposition chronique à cette substance lors de l’utilisation de produits pharmaceutiques est inférieure à l’exposition lors de l’utilisation de produits de soins
personnels.
Comme la NVP a été classée par d’autres organismes nationaux et internationaux en fonction de sa cancérogénicité, la
présente évaluation préalable porte principalement sur cette caractéristique. Dans une étude sur la toxicité chronique et la cancérogénicité, les rats exposés à la NVP par inhalation ont présenté une
augmentation liée à la dose de l’incidence des carcinomes hépatocellulaires et des adénocarcinomes et adénomes des fosses nasales, ainsi qu’une augmentation des carcinomes malpighiens du
larynx à la plus forte dose. Des modifications néoplasiques ont
également été constatées chez les femelles exposées à la NVP par
inhalation pendant 3 mois, suivis de 21 mois de récupération.
Toutefois, aucune étude à long terme portant sur l’exposition à la
NVP chez d’autres espèces ou sur l’exposition par voie orale ou
cutanée n’a été repérée. Compte tenu des renseignements disponibles à l’égard de la génotoxicité et des conclusions formulées
par d’autres organismes, la NVP n’est pas susceptible d’être mutagène. Par conséquent, une approche fondée sur le seuil d’innocuité a servi à évaluer les risques pour la santé humaine.
À la suite d’une exposition par inhalation dans le cadre d’études en doses répétées, on a observé des effets non néoplasiques à
la même concentration associée à un effet critique que celle ayant
entraîné des effets néoplasiques; il a également été déterminé que
le foie et les voies respiratoires des rats et des souris constituaient
les organes cibles. On considère que la marge entre les estimations de la limite supérieure d’exposition, aiguë et chronique, à
des produits de soins personnels et la concentration associée à un
effet critique assure une protection adéquate pour tenir compte du
manque de données et des incertitudes liées à l’évaluation des
risques pour la santé humaine concernant aussi bien les effets
cancérogènes que les effets non cancérogènes.
À la lumière des renseignements disponibles sur sa capacité à
nuire à la santé humaine et de la marge d’exposition en découlant,
il est conclu que la NVP ne pénètre pas dans l’environnement
en une quantité, à une concentration ou dans des conditions de
nature à constituer un danger au Canada pour la vie ou la santé
humaines.
D’après le faible danger que présentent les rejets de NVP dans
l’environnement, il est conclu que cette substance ne pénètre pas
dans l’environnement en une quantité, à une concentration ou
dans des conditions de nature à avoir, immédiatement ou à long
terme, un effet nocif sur l’environnement ou sur la diversité biologique, ni à mettre en danger l’environnement essentiel pour la
vie. De plus, la NVP ne satisfait pas aux critères de la persistance
et du potentiel de bioaccumulation prévus dans le Règlement sur
la persistance et la bioaccumulation.
On envisagera d’inclure cette substance dans la mise à jour de
l’inventaire de la Liste intérieure. De plus, des activités de recherche et de surveillance viendront, le cas échéant, appuyer la
vérification des hypothèses formulées au cours de l’évaluation
préalable.
Proposed conclusion
Conclusion
Based on the information available, it is proposed to conclude
that 2-Pyrrolidinone, 1-ethenyl- does not meet any of the criteria
set out in section 64 of CEPA 1999.
D’après les renseignements disponibles, il est conclu que la
NVP ne répond à aucun des critères de l’article 64 de la LCPE
(1999).
Le 18 septembre 2010
Supplément à la Gazette du Canada
33
The final Screening Assessment for this substance is available
on the Government of Canada’s Chemical Substances Web site
(www.chemicalsubstances.gc.ca).
La version finale de l’évaluation préalable de cette substance
est accessible sur le site Web du gouvernement du Canada portant
sur les substances chimiques (www.substanceschimiques.gc.ca).
Publication of final decision after screening assessment
of a substance — Antimony oxide (antimony trioxide),
CAS No. 1309-64-4 — specified on the Domestic
Substances List (subsection 77(6) of the Canadian
Environmental Protection Act, 1999)
Publication de la décision finale après évaluation préalable
d’une substance — le trioxyde de diantimoine, numéro de
CAS 1309-64-4 — inscrite sur la Liste intérieure
[paragraphe 77(6) de la Loi canadienne sur la protection de
l’environnement (1999)]
Whereas Antimony oxide (also known as antimony trioxide) is
a substance on the Domestic Substances List identified under
subsection 73(1) of the Canadian Environmental Protection Act,
1999;
Whereas a summary of the Screening Assessment conducted
on antimony trioxide pursuant to section 74 of the Act is annexed
hereby; and
Whereas antimony trioxide does not meet any of the criteria set
out in section 64 of the Act,
Notice therefore is hereby given that the Ministers of the Environment and of Health propose to take no further action on antimony trioxide at this time under section 77 of the Act.
Attendu que le trioxyde de diantimoine est une substance inscrite sur la Liste intérieure répondant aux critères du paragraphe 73(1) de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999);
Attendu qu’un résumé de l’évaluation préalable du trioxyde de
diantimoine réalisée en application de l’article 74 de la Loi est
ci-annexé;
Attendu que le trioxyde de diantimoine ne remplit aucun des
critères prévus à l’article 64 de la Loi,
Avis est par les présentes donné que les ministres de l’Environnement et de la Santé proposent de ne rien faire pour le moment à
l’égard du trioxyde de diantimoine aux termes de l’article 77 de la
Loi.
Le ministre de l’Environnement
JIM PRENTICE
La ministre de la Santé
LEONA AGLUKKAQ
JIM PRENTICE
Minister of the Environment
LEONA AGLUKKAQ
Minister of Health
ANNEX
ANNEXE
Summary of the Screening Assessment of
Antimony Oxide (Antimony Trioxide)
Résumé de l’évaluation préalable
du trioxyde de diantimoine
Pursuant to section 74 of the Canadian Environmental Protection Act, 1999 (CEPA 1999), the Ministers of the Environment
and of Health have conducted a screening assessment of antimony
trioxide, Chemical Abstracts Service Registry No. 1309-64-4.
The substance antimony trioxide was identified in the categorization of the Domestic Substances List as a high priority for action
under the Challenge. Antimony trioxide was identified as a high
priority as it was considered to pose “greatest potential” for exposure of individuals in Canada and is classified by other agencies on the basis of carcinogenicity. In addition, this substance
met the ecological categorization criteria for persistence and inherent toxicity to non-human organisms. The focus of this assessment of antimony trioxide relates to both human health and ecological risks
En application de l’article 74 de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999) [LCPE (1999)], les ministres
de l’Environnement et de la Santé ont effectué une évaluation
préalable du trioxyde de diantimoine, dont le numéro de registre
du Chemical Abstracts Service est 1309-64-4. Une priorité élevée
a été accordée à la prise de mesures à l’égard du trioxyde de diantimoine durant la catégorisation visant les substances de la Liste
intérieure dans le cadre du Défi. On a déterminé que le trioxyde
de diantimoine est une substance hautement prioritaire, car on
considère qu’elle présente le plus fort risque d’exposition pour les
particuliers au Canada. Le trioxyde de diantimoine a été classé
par d’autres organismes en fonction de sa cancérogénicité et il
répond aux critères environnementaux de la catégorisation relatifs
à la persistance et à la toxicité intrinsèque pour les organismes
non humains. La présente évaluation du trioxyde de diantimoine
est donc axée principalement sur les risques pour la santé humaine et l’environnement.
Selon les renseignements fournis en application de l’article 71
de la LCPE (1999), de 1 000 000 à 10 000 000 kg de trioxyde de
diantimoine ont été fabriqués au Canada en 2006. De plus, les
entreprises canadiennes ont indiqué en avoir importé plus de
1 850 000 kg et en avoir utilisé environ 3 270 000 kg cette annéelà. De 1 000 à 10 000 kg de trioxyde de diantimoine ont été rejetés dans l’environnement en 2006, en particulier dans les sites
d’enfouissement. Au Canada, le trioxyde de diantimoine est principalement utilisé à titre de catalyseur de plastique dans la fabrication du polyéthylène téréphtalate ainsi qu’à titre de synergiste avec les composés halogénés pour offrir des propriétés
According to information reported under section 71 of
CEPA 1999, between 1 000 000 and 10 000 000 kg of antimony
trioxide were manufactured in Canada in 2006. In addition,
Canadian companies reported importing over 1 850 000 kg and
using approximately 3 270 000 kg in that year. Between 1 000 to
10 000 kg of antimony trioxide were released into the environment in 2006, with the majority disposed of in landfill sites. In
Canada, antimony trioxide is used primarily as a plastic catalyst
in manufacturing polyethylene terephthalate and as a synergist
with halogenated compounds to provide flame retardancy properties. Flame retardants are used in a variety of household items
34
Supplement to the Canada Gazette
including furniture upholstery, carpets, mattress covers and other
textiles.
Based on available information on concentrations of antimony
in environmental media (soil, drinking water, ambient air) and
food, as well as results for antimony trioxide from a survey conducted under section 71 of CEPA 1999, the general population is
expected to be exposed to antimony trioxide primarily from
household items containing flame retardants. However, the total
exposure level to antimony trioxide resulting from household
products and environmental media identified in this screening assessment is expected to be low.
As antimony trioxide was classified on the basis of carcinogenicity by international regulatory agencies, carcinogenicity was a
key focus for this screening assessment. Lung tumours were observed in female but not male rats exposed to the highest concentrations of antimony trioxide tested in one-year inhalation bioassays. No evidence was available to suggest carcinogenic potential
for antimony trioxide via the oral route. Collective evidence from
genotoxicity studies suggests that antimony trioxide is not likely
to be mutagenic but may exert some clastogenic effects in vitro.
The mode of action for induction of tumours proposed by other
regulatory agencies links to local inflammatory response and
pulmonary overload. Although the mode of induction of tumours
is not fully elucidated, the tumours observed are not considered to
have resulted from direct interaction with genetic material. Therefore, a threshold approach is used to characterize risk to human
health.
There was some evidence for adverse effects on fertility in limited developmental and reproductive toxicity studies in experimental animals, as well as in epidemiological studies. The critical
effect concentration for non-cancer effects was based on an increase in lung weight, pulmonary changes and no significant increase in the incidence of lung tumours in female rats exposed by
inhalation to antimony trioxide for a year. For the oral route, the
critical effect level was based on histopathological changes in the
liver and an increase of aspartate transaminase (serum glutamic
oxaloacetic transaminase) activity in male rats administered antimony trioxide for 24 weeks. The critical effect levels were also
below the levels at which reproductive and developmental toxicity may occur. The margins between upper-bounding estimates
of exposure to antimony trioxide from environmental media
(based on antimony) and from use of household items and levels
associated with effects in experimental animals are considered to
be adequately protective to account for uncertainties in the health
effects and exposure databases.
On the basis of the adequacy of the margins between conservative estimates of exposure to antimony trioxide and critical effect
levels in experimental animals, it is concluded that antimony trioxide is not entering the environment in a quantity or concentration or under conditions that constitute or may constitute a danger
in Canada to human life or health.
September 18, 2010
ignifugeantes. Les ignifugeants sont employés dans divers articles
ménagers, notamment dans le rembourrage de meubles, les tapis,
les housses pour matelas et d’autres textiles.
D’après les renseignements disponibles sur les concentrations
d’antimoine dans les milieux naturels (sol, eau potable et air ambiant) et les aliments, ainsi que les résultats concernant le trioxyde
de diantimoine tirés d’une enquête menée en application de l’article 71 de la LCPE (1999), la population générale devrait être exposée au trioxyde de diantimoine surtout par l’intermédiaire d’articles ménagers contenant des ignifugeants. Toutefois, le niveau
d’exposition total au trioxyde de diantimoine à partir des produits
ménagers et des milieux naturels dont il est question dans la présente évaluation préalable devrait être faible.
Comme le trioxyde de diantimoine a été classé par les organismes de réglementation internationaux en fonction de sa cancérogénicité, la présente évaluation préalable porte principalement
sur cette capacité de la substance. Des tumeurs pulmonaires ont
été observées chez les rats femelles (mais pas chez les rats mâles)
exposés aux plus fortes concentrations de trioxyde de diantimoine
administrées lors d’essais biologiques par inhalation d’une durée
d’un an. Aucune preuve ne laisse supposer le pouvoir cancérogène du trioxyde de diantimoine par voie orale. L’ensemble des
preuves issu des études de génotoxicité laisse entendre que le
trioxyde de diantimoine n’est pas susceptible d’être mutagène,
mais qu’il pourrait entraîner des effets clastogènes in vitro. Le
mode d’action, proposé par d’autres organismes de réglementation, en ce qui concerne l’induction des tumeurs est associé à une
réaction inflammatoire locale et à une surcharge pulmonaire. Ainsi, même si le mode d’induction de tumeurs n’a pas été clairement
établi, on n’estime pas que les tumeurs observées résultent d’une
interaction directe avec le matériel génétique. Par conséquent, une
approche fondée sur le seuil d’innocuité a servi à caractériser les
risques pour la santé humaine.
Certains effets nocifs sur la fertilité ont été mis en évidence
dans quelques études sur la toxicité pour la reproduction et le
développement, menées sur des animaux, ainsi que dans des études épidémiologiques. La concentration associée à un effet critique pour les effets autres que le cancer était basée sur une augmentation du poids des poumons, des changements pulmonaires
et aucune augmentation importante de l’incidence des tumeurs
pulmonaires chez les rats femelles exposés au trioxyde de diantimoine pendant un an. En ce qui concerne l’exposition par voie
orale, la concentration associée à un effet critique était fondée sur
des modifications histopathologiques du foie et sur une augmentation du sérum glutamo-oxalacétique transaminase (aspartate
aminotransférase) chez les rats mâles ayant reçu du trioxyde de
diantimoine pendant 24 semaines. De même, les concentrations
associées à un effet critique étaient inférieures à celles où peuvent
se produire des effets toxiques sur la reproduction et le développement. Les marges entre les estimations de la limite supérieure
d’exposition au trioxyde de diantimoine dans les milieux naturels,
basées sur l’antimoine, et l’utilisation d’articles ménagers, tout
comme les concentrations entraînant des effets chez les animaux
de laboratoire, sont considérées comme adéquates pour tenir
compte des incertitudes relatives aux bases de données sur l’exposition et les effets sur la santé.
Compte tenu de l’adéquation des marges d’exposition entre les
estimations prudentes de l’exposition au trioxyde de diantimoine
et les concentrations associées à un effet critique chez les animaux de laboratoire, il est conclu que le trioxyde de diantimoine
est considéré comme une substance ne pénétrant pas dans l’environnement en une quantité, à une concentration ou dans des
conditions de nature à constituer un danger au Canada pour la vie
ou la santé humaines.
Le 18 septembre 2010
Antimony trioxide is released into the Canadian environment
mainly as a result of its use as a synergistic flame retardant and as
atmospheric emissions from fossil fuel combustion and nonferrous metal production. Antimony trioxide emitted to air is then
deposited onto surrounding terrestrial and aquatic ecosystems.
Because antimony trioxide has some solubility in water, it will
dissolve in contact with moisture once in these ecosystems and
yield a variety of dissolved antimony species, depending on the
environmental conditions. Antimony has been demonstrated to
have a moderate potential to cause harm to aquatic, soil and
sediment organisms.
Site-specific industrial scenarios based on monitoring data
were developed for the most important sources of releases of antimony trioxide to the environment. Modelled exposure concentrations in the aquatic environment were also estimated, mainly for
the plastics industry from the use of antimony trioxide as a flame
retardant. Based on a risk quotient analysis, harm to aquatic and
terrestrial organisms resulting from exposure to antimony trioxide
is unlikely. Hence, it is concluded that the substance is not entering the environment in a quantity or concentration or under conditions that have or may have an immediate or long-term harmful
effect on the environment or its biological diversity or that constitute or may constitute a danger to the environment on which life
depends. Antimony trioxide meets the criteria for persistence but
does not meet the criteria for bioaccumulation potential as set
out in the Persistence and Bioaccumulation Regulations of
CEPA 1999.
This substance will be considered for inclusion in the Domestic
Substances List inventory update initiative. In addition and where
relevant, research and monitoring will support verification of
assumptions used during the screening assessment.
Supplément à la Gazette du Canada
35
Les rejets de trioxyde de diantimoine dans l’environnement au
Canada sont principalement attribuables à son utilisation en tant
qu’ignifugeant et aux émissions atmosphériques provenant de la
combustion de combustibles fossiles et de la production de métaux non ferreux. Des dépôts dans les écosystèmes aquatiques et
terrestres avoisinants font suite à ces émissions. Le trioxyde de
diantimoine étant quelque peu soluble, il se dissoudra au contact
de l’humidité une fois dans ces écosystèmes et produira diverses
espèces chimiques d’antimoine dissoutes en fonction des conditions du milieu. Il a été démontré que l’antimoine présente un
faible potentiel de nuire aux organismes aquatiques, aux sols et
aux sédiments.
Des scénarios industriels propres au site et fondés sur les données de surveillance ont été élaborés pour les plus importantes
sources de rejet de trioxyde de diantimoine dans l’environnement.
Des concentrations de l’exposition en milieu aquatique obtenues
par modélisation ont également été estimées notamment pour l’industrie du plastique à partir de l’utilisation de trioxyde de diantimoine comme ignifugeant. Selon une analyse du quotient de risque, il est improbable que l’exposition au trioxyde de diantimoine
ait des effets nocifs sur les organismes aquatiques et terrestres.
Par conséquent, cette substance ne pénètre pas dans l’environnement en une quantité, à une concentration ou dans des
conditions de nature à avoir, immédiatement ou à long terme, un
effet nocif sur l’environnement ou sur la diversité biologique, ni à
mettre en danger l’environnement essentiel pour la vie. De plus,
le trioxyde de diantimoine répond aux critères de la persistance
prévus dans le Règlement sur la persistance et la bioaccumulation, mais il ne répond pas à ceux du potentiel de bioaccumulation
en vertu de ce règlement.
On envisagera d’inclure cette substance dans la mise à jour de
l’inventaire de la Liste intérieure. De plus, des activités de recherche et de surveillance viendront, le cas échéant, appuyer la
vérification des hypothèses formulées au cours de l’évaluation
préalable.
Conclusion
Conclusion
Based on the information available, it is concluded that Antimony oxide does not meet any of the criteria set out in section 64
of CEPA 1999.
The final Screening Assessment for this substance is available
on the Government of Canada’s Chemical Substances Web site
(www.chemicalsubstances.gc.ca).
D’après les renseignements disponibles, il est conclu que le
trioxyde de diantimoine ne répond à aucun des critères de l’article 64 de la LCPE (1999).
La version finale de l’évaluation préalable de cette substance
est accessible sur le site Web du gouvernement du Canada portant
sur les substances chimiques (www.substanceschimiques.gc.ca).
If undelivered, return COVER ONLY to:
Publishing and Depository Services
Public Works and Government Services
Canada
Ottawa, Canada K1A 0S5
En cas de non-livraison,
retourner cette COUVERTURE SEULEMENT à :
Les Éditions et Services de dépôt
Travaux publics et Services gouvernementaux
Canada
Ottawa, Canada K1A 0S5
Available from Publishing and Depository Services
Public Works and Government Services Canada
Ottawa, Canada K1A 0S5
En vente : Les Éditions et Services de dépôt
Travaux publics et Services gouvernementaux Canada
Ottawa, Canada K1A 0S5
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising