Canada Gazette du Part I

Canada Gazette du Part I
Vol. 143, no 51
Vol. 143, No. 51
Canada
Gazette
Gazette
du Canada
Part I
Partie I
OTTAWA, SATURDAY, DECEMBER 19, 2009
OTTAWA, LE SAMEDI 19 DÉCEMBRE 2009
NOTICE TO READERS
The Canada Gazette is published under authority of the
Statutory Instruments Act. It consists of three parts as described
below:
Part I
Material required by federal statute or regulation to
be published in the Canada Gazette other than items
identified for Part II and Part III below — Published
every Saturday
Part II
Statutory Instruments (Regulations) and other classes
of statutory instruments and documents — Published
January 7, 2009, and at least every second
Wednesday thereafter
Part III
Public Acts of Parliament and their enactment
proclamations — Published as soon as is reasonably
practicable after Royal Assent
The Canada Gazette is available in most public libraries for
consultation.
To subscribe to, or obtain copies of, the Canada Gazette,
contact bookstores selling government publications as listed
in the telephone directory or write to Government of Canada
Publications, Public Works and Government Services Canada,
Ottawa, Canada K1A 0S5.
The Canada Gazette is also available free of charge on the
Internet at http://gazette.gc.ca. It is accessible in Portable
Document Format (PDF) and in HyperText Mark-up Language
(HTML) as the alternate format. The on-line PDF format of Part I,
Part II and Part III is official since April 1, 2003, and is published
simultaneously with the printed copy.
Canada Gazette
Yearly subscription
Canada
Outside Canada
Per copy
Canada
Outside Canada
Part I
Part II
Part III
$135.00
US$135.00
$67.50
US$67.50
$28.50
US$28.50
$2.95
US$2.95
$3.50
US$3.50
$4.50
US$4.50
AVIS AU LECTEUR
La Gazette du Canada est publiée conformément aux
dispositions de la Loi sur les textes réglementaires. Elle est
composée des trois parties suivantes :
Partie I
Textes devant être publiés dans la Gazette du
Canada conformément aux exigences d’une loi
fédérale ou d’un règlement fédéral et qui ne satisfont
pas aux critères de la Partie II et de la Partie III —
Publiée le samedi
Partie II
Textes réglementaires (Règlements) et autres
catégories de textes réglementaires et de documents —
Publiée le 7 janvier 2009 et au moins tous les deux
mercredis par la suite
Partie III
Lois d’intérêt public du Parlement et les proclamations
énonçant leur entrée en vigueur — Publiée aussitôt que
possible après la sanction royale
On peut consulter la Gazette du Canada dans la plupart des
bibliothèques publiques.
On peut s’abonner à la Gazette du Canada ou en obtenir des
exemplaires en s’adressant aux agents libraires associés énumérés
dans l’annuaire téléphonique ou en s’adressant à : Publications
du gouvernement du Canada, Travaux publics et Services
gouvernementaux Canada, Ottawa, Canada K1A 0S5.
La Gazette du Canada est aussi offerte gratuitement sur Internet au
http://gazette.gc.ca. La publication y est accessible en format de
document portable (PDF) et en langage hypertexte (HTML) comme
média substitut. Le format PDF en direct de la Partie I, de la
Partie II et de la Partie III est officiel depuis le 1er avril 2003 et est
publié en même temps que la copie imprimée.
Gazette du Canada
Abonnement annuel
Canada
Extérieur du Canada
Exemplaire
Canada
Extérieur du Canada
Partie I
Partie II
Partie III
135,00 $
135,00 $US
67,50 $
67,50 $US
28,50 $
28,50 $US
2,95 $
2,95 $US
3,50 $
3,50 $US
4,50 $
4,50 $US
REQUESTS FOR INSERTION
DEMANDES D’INSERTION
Requests for insertion should be directed to the Canada
Gazette Directorate, Public Works and Government Services
Canada, 350 Albert Street, 5th Floor, Ottawa, Ontario K1A 0S5,
613-996-2495 (telephone), 613-991-3540 (fax).
Les demandes d’insertion doivent être envoyées à la
Direction de la Gazette du Canada, Travaux publics et Services
gouvernementaux Canada, 350, rue Albert, 5e étage, Ottawa
(Ontario) K1A 0S5, 613-996-2495 (téléphone), 613-991-3540
(télécopieur).
Bilingual texts received as late as six working days before the
desired Saturday’s date of publication will, if time and other
resources permit, be scheduled for publication that date.
Un texte bilingue reçu au plus tard six jours ouvrables avant la
date de parution demandée paraîtra, le temps et autres ressources
le permettant, le samedi visé.
Each client will receive a free copy of the Canada Gazette for
every week during which a notice is published.
Pour chaque semaine de parution d’un avis, le client recevra un
exemplaire gratuit de la Gazette du Canada.
© Her Majesty the Queen in Right of Canada, 2009
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2009
ISSN 1494-6076
© Sa Majesté la Reine du Chef du Canada, 2009
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2009
Le 19 décembre 2009
Gazette du Canada Partie I
TABLE OF CONTENTS
TABLE DES MATIÈRES
Vol. 143, No. 51 — December 19, 2009
Vol. 143, no 51 — Le 19 décembre 2009
3713
Government notices .........................................................
3714
Avis du gouvernement .....................................................
3714
Parliament
House of Commons .....................................................
3725
Parlement
Chambre des communes ..............................................
3725
Commissions ...................................................................
(agencies, boards and commissions)
3726
Commissions ...................................................................
(organismes, conseils et commissions)
3726
Miscellaneous notices ......................................................
(banks; mortgage, loan, investment, insurance and
railway companies; other private sector agents)
3733
Avis divers .......................................................................
(banques; sociétés de prêts, de fiducie et
d’investissements; compagnies d’assurances et de
chemins de fer; autres agents du secteur privé)
3733
Orders in Council ............................................................
3736
Décrets en conseil ............................................................
3736
Proposed regulations .......................................................
(including amendments to existing regulations)
3742
Règlements projetés .........................................................
(y compris les modifications aux règlements existants)
3742
Index ...............................................................................
3807
Index ...............................................................................
3808
3714
Canada Gazette Part I
December 19, 2009
GOVERNMENT NOTICES
AVIS DU GOUVERNEMENT
DEPARTMENT OF THE ENVIRONMENT
MINISTÈRE DE L’ENVIRONNEMENT
CANADIAN ENVIRONMENTAL PROTECTION ACT, 1999
LOI CANADIENNE SUR LA PROTECTION DE
L’ENVIRONNEMENT (1999)
Order 2008-66-04-02 Amending the Non-domestic Substances List
Arrêté 2008-66-04-02 modifiant la Liste extérieure
Whereas, pursuant to subsection 66(4) of the Canadian
Environmental Protection Act, 1999a, the Minister of the Environment has deleted from the Domestic Substances Listb the substances referred to in the annexed Order;
Therefore, the Minister of the Environment, pursuant to subsection 66(4) of the Act, hereby makes the annexed Order 200866-04-02 Amending the Non-domestic Substances List.
Attendu que, conformément au paragraphe 66(4) de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999)a, le ministre
de l’Environnement a radié de la Liste intérieureb les substances
visées par l’arrêté ci-après,
À ces causes, en vertu du paragraphe 66(4) de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999)a, le ministre de
l’Environnement prend l’Arrêté 2008-66-04-02 modifiant la Liste
extérieure, ci-après.
Ottawa, le 2 décembre 2009
Le ministre de l’Environnement
JIM PRENTICE
Ottawa, December 2, 2009
JIM PRENTICE
Minister of the Environment
ORDER 2008-66-04-02 AMENDING THE
NON-DOMESTIC SUBSTANCES LIST
ARRÊTÉ 2008-66-04-02 MODIFIANT
LA LISTE EXTÉRIEURE
AMENDMENT
MODIFICATION
1
1. Part I of the Non-domestic Substances List is amended by
adding the following in numerical order:
1. La partie I de la Liste extérieure1 est modifiée par adjonction, selon l’ordre numérique, de ce qui suit :
51-67-2
56-12-2
75-26-3
75-86-5
76-50-6
78-27-3
78-94-4
79-03-8
79-76-5
83-46-5
83-67-0
88-14-2
91-60-1
94-59-7
97-45-0
97-87-0
97-96-1
98-51-1
99-89-8
99-93-4
100-09-4
102-17-0
103-61-7
104-90-5
105-66-8
51-67-2
56-12-2
75-26-3
75-86-5
76-50-6
78-27-3
78-94-4
79-03-8
79-76-5
83-46-5
83-67-0
88-14-2
91-60-1
94-59-7
97-45-0
97-87-0
97-96-1
98-51-1
99-89-8
99-93-4
100-09-4
102-17-0
103-61-7
104-90-5
105-66-8
2416-94-6
2436-90-0
2444-46-4
2445-67-2
2445-78-5
2519-30-4
2550-11-0
2565-82-4
2565-83-5
2568-25-4
2628-17-3
2721-22-4
2835-39-4
3056-64-2
3239-35-8
3240-09-3
3240-29-7
3289-28-9
3385-61-3
3460-44-4
3489-28-9
3572-06-3
3623-51-6
3650-46-2
3720-16-9
29460-90-0
29461-14-1
29811-50-5
30361-28-5
31996-78-8
32665-23-9
34495-71-1
34545-88-5
34687-43-9
35061-61-1
36789-59-0
37172-02-4
37172-53-5
37617-03-1
37674-63-8
37837-44-8
38205-60-6
38205-64-0
39189-74-7
39251-88-2
39252-03-4
39924-27-1
40188-41-8
40702-13-4
40789-98-8
———
———
a
a
b
1
S.C. 1999, c. 33
SOR/94-311
Supplement, Canada Gazette, Part I, January 31, 1998
b
1
2416-94-6
2436-90-0
2444-46-4
2445-67-2
2445-78-5
2519-30-4
2550-11-0
2565-82-4
2565-83-5
2568-25-4
2628-17-3
2721-22-4
2835-39-4
3056-64-2
3239-35-8
3240-09-3
3240-29-7
3289-28-9
3385-61-3
3460-44-4
3489-28-9
3572-06-3
3623-51-6
3650-46-2
3720-16-9
29460-90-0
29461-14-1
29811-50-5
30361-28-5
31996-78-8
32665-23-9
34495-71-1
34545-88-5
34687-43-9
35061-61-1
36789-59-0
37172-02-4
37172-53-5
37617-03-1
37674-63-8
37837-44-8
38205-60-6
38205-64-0
39189-74-7
39251-88-2
39252-03-4
39924-27-1
40188-41-8
40702-13-4
40789-98-8
L.C. 1999, ch. 33
DORS/94-311
Supplément, Gazette du Canada, Partie I, 31 janvier 1998
Le 19 décembre 2009
105-67-9
105-75-9
105-91-9
107-25-5
107-96-0
109-25-1
109-49-9
109-80-8
109-95-5
110-13-4
110-39-4
110-74-7
120-45-6
121-34-6
122-27-0
122-45-2
122-59-8
122-74-7
122-84-9
139-45-7
140-25-0
142-60-9
286-20-4
300-57-2
404-86-4
443-79-8
472-64-0
494-90-6
498-00-0
499-54-7
499-70-7
505-79-3
511-59-1
526-75-0
528-79-0
533-87-9
536-50-5
536-74-3
539-30-0
539-82-2
540-42-1
540-88-5
541-41-3
542-55-2
543-49-7
546-79-2
547-63-7
589-82-2
592-76-7
592-84-7
592-88-1
598-75-4
616-25-1
617-05-0
3724-54-7
3777-71-7
3891-33-6
3943-74-6
4077-47-8
4112-89-4
4125-43-3
4219-24-3
4265-97-8
4312-99-6
4359-47-1
4362-22-5
4488-57-7
4606-15-9
4630-82-4
4643-25-8
4730-22-7
4861-85-2
4938-52-7
5166-53-0
5331-32-8
5340-36-3
5349-51-9
5396-89-4
5441-06-5
5459-37-0
5461-08-5
5466-06-8
6000-43-7
6032-29-7
6222-35-1
6658-48-6
6963-56-0
7143-69-3
7289-52-3
7367-82-0
7367-88-6
7416-35-5
7492-65-1
7493-63-2
7493-69-8
7493-78-9
7578-36-1
7756-96-9
7764-50-3
7774-44-9
7774-74-5
7778-83-8
7779-17-1
7779-41-1
7779-67-1
7779-75-1
7785-26-4
7787-70-4
Gazette du Canada Partie I
41448-29-7
41820-22-8
42348-12-9
42370-06-9
42436-07-7
42604-12-6
42919-64-2
50638-95-4
50816-18-7
51755-66-9
51756-08-2
52191-01-2
52210-18-1
53243-59-7
53243-60-0
53263-58-4
53338-05-9
53338-06-0
53398-80-4
53398-83-7
53398-86-0
53399-81-8
53833-30-0
54300-08-2
54947-74-9
55764-22-2
55764-23-3
55764-25-5
55764-28-8
55915-70-3
56105-46-5
56767-18-1
56973-87-6
57934-97-1
58096-46-1
58260-78-9
59471-80-6
60066-88-8
60523-21-9
60763-42-0
60784-31-8
60826-15-5
61197-09-9
61295-41-8
61295-50-9
61295-51-0
61699-38-5
61789-08-0
61949-23-3
62265–99-0
63649-51-4
64165-57-7
65405-67-6
65405-72-3
105-67-9
105-75-9
105-91-9
107-25-5
107-96-0
109-25-1
109-49-9
109-80-8
109-95-5
110-13-4
110-39-4
110-74-7
120-45-6
121-34-6
122-27-0
122-45-2
122-59-8
122-74-7
122-84-9
139-45-7
140-25-0
142-60-9
286-20-4
300-57-2
404-86-4
443-79-8
472-64-0
494-90-6
498-00-0
499-54-7
499-70-7
505-79-3
511-59-1
526-75-0
528-79-0
533-87-9
536-50-5
536-74-3
539-30-0
539-82-2
540-42-1
540-88-5
541-41-3
542-55-2
543-49-7
546-79-2
547-63-7
589-82-2
592-76-7
592-84-7
592-88-1
598-75-4
616-25-1
617-05-0
3724-54-7
3777-71-7
3891-33-6
3943-74-6
4077-47-8
4112-89-4
4125-43-3
4219-24-3
4265-97-8
4312-99-6
4359-47-1
4362-22-5
4488-57-7
4606-15-9
4630-82-4
4643-25-8
4730-22-7
4861-85-2
4938-52-7
5166-53-0
5331-32-8
5340-36-3
5349-51-9
5396-89-4
5441-06-5
5459-37-0
5461-08-5
5466-06-8
6000-43-7
6032-29-7
6222-35-1
6658-48-6
6963-56-0
7143-69-3
7289-52-3
7367-82-0
7367-88-6
7416-35-5
7492-65-1
7493-63-2
7493-69-8
7493-78-9
7578-36-1
7756-96-9
7764-50-3
7774-44-9
7774-74-5
7778-83-8
7779-17-1
7779-41-1
7779-67-1
7779-75-1
7785-26-4
7787-70-4
41448-29-7
41820-22-8
42348-12-9
42370-06-9
42436-07-7
42604-12-6
42919-64-2
50638-95-4
50816-18-7
51755-66-9
51756-08-2
52191-01-2
52210-18-1
53243-59-7
53243-60-0
53263-58-4
53338-05-9
53338-06-0
53398-80-4
53398-83-7
53398-86-0
53399-81-8
53833-30-0
54300-08-2
54947-74-9
55764-22-2
55764-23-3
55764-25-5
55764-28-8
55915-70-3
56105-46-5
56767-18-1
56973-87-6
57934-97-1
58096-46-1
58260-78-9
59471-80-6
60066-88-8
60523-21-9
60763-42-0
60784-31-8
60826-15-5
61197-09-9
61295-41-8
61295-50-9
61295-51-0
61699-38-5
61789-08-0
61949-23-3
62265–99-0
63649-51-4
64165-57-7
65405-67-6
65405-72-3
3715
3716
620-40-6
622-45-7
622-62-8
623-19-8
623-22-3
623-91-6
624-24-8
624-51-1
625-33-2
625-45-6
625-55-8
625-60-5
625-86-5
626-77-7
627-90-7
628-46-6
629-50-5
629-62-9
629-63-0
629-78-7
629-82-3
629-92-5
629-94-7
629-97-0
632-68-8
637-64-9
638-11-9
644-49-5
688-74-4
689-89-4
693-95-8
705-58-8
762-26-5
763-32-6
764-40-9
814-67-5
828-26-2
831-97-0
846-70-8
874-66-8
874-90-8
923-69-3
928-80-3
932-16-1
937-30-4
1006-27-5
1119-44-4
1191-15-7
1191-62-4
1197-33-7
1335-42-8
1502-22-3
1504-55-8
1516-17-2
Canada Gazette Part I
8006-86-8
8007-27-0
9038-43-1
9061-82-9
10031-96-6
10072-05-6
10094-41-4
10098-89-2
10519-33-2
10522-26-6
10588-15-5
10599-70-9
13040-19-2
13215-88-8
13246-52-1
13341-72-5
13360-64-0
13494-08-1
13586-68-0
13623-11-5
13678-68-7
13679-61-3
13706-86-0
13794-73-5
13925-00-3
13925-03-6
14159-61-6
14289-65-7
14360-50-0
14727-47-0
14735-72-9
14765-30-1
15103-32-9
15323-35-0
15591-90-9
15679-13-7
15679-19-3
15760-18-6
16128-68-0
16251-77-7
16853-85-3
17909-77-2
18138-04-0
18189-07-6
18409-17-1
19224-26-1
19550-54-0
19872-52-7
20483-36-7
20777-49-5
20780-48-7
21188-58-9
21679-31-2
21835-01-8
December 19, 2009
65405-76-7
65894-83-9
66072-32-0
67583-77-1
67633-98-1
67633-99-2
67634-05-3
67634-25-7
67634-26-8
67707-75-9
67710-71-8
67739-11-1
67746-30-9
67770-79-0
67800-80-0
67801-27-8
67801-45-0
67874-78-6
67874-80-0
67952-68-5
67999-56-8
68039-24-7
68083-53-4
68133-72-2
68259-31-4
68345-22-2
68378-13-2
68478-36-4
68480-08-0
68480-12-6
68480-17-1
68527-77-5
68555-58-8
68606-99-5
68608-35-5
68916-47-2
68916-60-9
68917-09-9
68917-12-4
68917-40-8
68917-43-1
68917-59-9
68917-63-5
68917-72-6
68921-26-6
68959-28-4
68990-12-5
68991-96-8
68991-97-9
70321-69-6
72007-81-9
72089-08-8
72175-33-8
72214-33-6
620-40-6
622-45-7
622-62-8
623-19-8
623-22-3
623-91-6
624-24-8
624-51-1
625-33-2
625-45-6
625-55-8
625-60-5
625-86-5
626-77-7
627-90-7
628-46-6
629-50-5
629-62-9
629-63-0
629-78-7
629-82-3
629-92-5
629-94-7
629-97-0
632-68-8
637-64-9
638-11-9
644-49-5
688-74-4
689-89-4
693-95-8
705-58-8
762-26-5
763-32-6
764-40-9
814-67-5
828-26-2
831-97-0
846-70-8
874-66-8
874-90-8
923-69-3
928-80-3
932-16-1
937-30-4
1006-27-5
1119-44-4
1191-15-7
1191-62-4
1197-33-7
1335-42-8
1502-22-3
1504-55-8
1516-17-2
8006-86-8
8007-27-0
9038-43-1
9061-82-9
10031-96-6
10072-05-6
10094-41-4
10098-89-2
10519-33-2
10522-26-6
10588-15-5
10599-70-9
13040-19-2
13215-88-8
13246-52-1
13341-72-5
13360-64-0
13494-08-1
13586-68-0
13623-11-5
13678-68-7
13679-61-3
13706-86-0
13794-73-5
13925-00-3
13925-03-6
14159-61-6
14289-65-7
14360-50-0
14727-47-0
14735-72-9
14765-30-1
15103-32-9
15323-35-0
15591-90-9
15679-13-7
15679-19-3
15760-18-6
16128-68-0
16251-77-7
16853-85-3
17909-77-2
18138-04-0
18189-07-6
18409-17-1
19224-26-1
19550-54-0
19872-52-7
20483-36-7
20777-49-5
20780-48-7
21188-58-9
21679-31-2
21835-01-8
65405-76-7
65894-83-9
66072-32-0
67583-77-1
67633-98-1
67633-99-2
67634-05-3
67634-25-7
67634-26-8
67707-75-9
67710-71-8
67739-11-1
67746-30-9
67770-79-0
67800-80-0
67801-27-8
67801-45-0
67874-78-6
67874-80-0
67952-68-5
67999-56-8
68039-24-7
68083-53-4
68133-72-2
68259-31-4
68345-22-2
68378-13-2
68478-36-4
68480-08-0
68480-12-6
68480-17-1
68527-77-5
68555-58-8
68606-99-5
68608-35-5
68916-47-2
68916-60-9
68917-09-9
68917-12-4
68917-40-8
68917-43-1
68917-59-9
68917-63-5
68917-72-6
68921-26-6
68959-28-4
68990-12-5
68991-96-8
68991-97-9
70321-69-6
72007-81-9
72089-08-8
72175-33-8
72214-33-6
Le 19 décembre 2009
1534-08-3
1576-77-8
1576-78-9
1653-30-1
1669-44-9
1670-47-9
1679-07-8
1708-36-7
1878-18-8
1901-38-8
2050-01-3
2050-09-1
2051-78-7
2052-14-4
2065-23-8
2108-05-6
2153-28-8
2177-77-7
2217-33-6
2305-25-1
2307-10-0
2308-18-1
2311-46-8
2315-68-6
2345-24-6
2349-13-5
2351-90-8
2409-55-4
2412-80-8
22014-48-8
22029-76-1
22030-19-9
22037-88-3
22104-80-9
22104-81-0
23328-62-3
23550-40-5
23787-80-6
24048-13-3
24330-52-7
24401-36-3
25225-10-9
25409-08-9
25485-88-5
25564-22-1
26446-38-8
26619-69-2
27625-35-0
28217-92-7
28219-60-5
28387-62-4
28588-73-0
28588-75-2
28664-35-9
28897-20-3
28983-56-4
29171-20-8
Gazette du Canada Partie I
72869-73-9
72894-11-2
72894-12-3
72968-48-0
72968-49-1
73018-51-6
73157-43-4
74298-89-8
76649-25-7
77851-07-1
78649-62-4
80623-07-0
80858-47-5
81787-06-6
84029-92-5
84642-61-5
85232-76-4
85554-72-9
87118-95-4
92585-24-5
93893-89-1
94087-83-9
94108-09-5
97676-27-2
99343-90-5
99343-91-6
122795-41-9
125352-06-9
1534-08-3
1576-77-8
1576-78-9
1653-30-1
1669-44-9
1670-47-9
1679-07-8
1708-36-7
1878-18-8
1901-38-8
2050-01-3
2050-09-1
2051-78-7
2052-14-4
2065-23-8
2108-05-6
2153-28-8
2177-77-7
2217-33-6
2305-25-1
2307-10-0
2308-18-1
2311-46-8
2315-68-6
2345-24-6
2349-13-5
2351-90-8
2409-55-4
2412-80-8
22014-48-8
22029-76-1
22030-19-9
22037-88-3
22104-80-9
22104-81-0
23328-62-3
23550-40-5
23787-80-6
24048-13-3
24330-52-7
24401-36-3
25225-10-9
25409-08-9
25485-88-5
25564-22-1
26446-38-8
26619-69-2
27625-35-0
28217-92-7
28219-60-5
28387-62-4
28588-73-0
28588-75-2
28664-35-9
28897-20-3
28983-56-4
29171-20-8
3717
72869-73-9
72894-11-2
72894-12-3
72968-48-0
72968-49-1
73018-51-6
73157-43-4
74298-89-8
76649-25-7
77851-07-1
78649-62-4
80623-07-0
80858-47-5
81787-06-6
84029-92-5
84642-61-5
85232-76-4
85554-72-9
87118-95-4
92585-24-5
93893-89-1
94087-83-9
94108-09-5
97676-27-2
99343-90-5
99343-91-6
122795-41-9
125352-06-9
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
2. This Order comes into force on the day on which Order
2008-66-04-01 Amending the Domestic Substances List comes
into force.
2. Le présent arrêté entre en vigueur à la date d’entrée en
vigueur de l’Arrêté 2008-66-04-01 modifiant la Liste intérieure.
[51-1-o]
[51-1-o]
DEPARTMENT OF HEALTH
MINISTÈRE DE LA SANTÉ
FOOD AND DRUGS ACT
LOI SUR LES ALIMENTS ET LES DROGUES
Notice of Intent — Food and Drug Regulations — Project
No. 1652 — Schedule F
Avis d’intention — Règlement sur les aliments et drogues —
Projet no 1652 — Annexe F
The purpose of this Notice of Intent (NOI) is to provide an opportunity for comment on the proposal to amend the current listing for l-asparaginase (also known as asparaginase) in Part I of
Schedule F to the Food and Drug Regulations to maintain prescription status for injectable dosage forms while providing an
exemption from prescription status for other dosage forms.
Le présent avis d’intention a pour but de permettre des commentaires sur la proposition de modifier la classification actuelle
de la L-asparaginase (également connue sous le nom d’asparaginase) dans la partie I de l’annexe F du Règlement sur les aliments et drogues, en vue de maintenir sa classification comme
médicament vendu sur ordonnance pour les formes posologiques
injectables tout en offrant une exemption du statut de vendu sur
ordonnance pour les autres formes posologiques.
L’annexe F est une liste d’ingrédients médicinaux, dont la vente est régie expressément par les articles C.01.041 à C.01.049 du
Règlement sur les aliments et drogues. La partie I de l’annexe F énumère des ingrédients qui requièrent une ordonnance
pour usage humain et pour usage vétérinaire. La partie II de
l’annexe F énumère les ingrédients qui requièrent une ordonnance
pour usage humain, mais n’en requièrent pas pour un usage vétérinaire si l’étiquette l’affiche ou si la forme ne convient pas aux
humains.
Schedule F is a list of medicinal ingredients, the sale of which
is controlled under sections C.01.041 to C.01.049 of the Food and
Drug Regulations. Part I of Schedule F lists ingredients that require a prescription for human use and for veterinary use. Part II
of Schedule F lists ingredients that require a prescription for human use, but do not require a prescription for veterinary use if so
labelled or if in a form unsuitable for human use.
3718
Canada Gazette Part I
December 19, 2009
Description
Description
L-asparaginase is an enzyme that breaks down the amino acid
asparagine in the body and is used as an injectable drug to treat
some forms of cancer. L-asparaginase is not given orally to treat
cancer because it is broken down in the stomach and therefore not
absorbed by the body. Available information indicates that
l-asparaginase is used therapeutically as an injectable drug but not
in any other dosage forms. Therefore prescription status is required only for the injectable dosage form.
La L-asparaginase est une enzyme qui décompose l’acide aminé asparagine dans l’organisme et qui est utilisée sous forme injectable pour traiter certains types de cancer. La L-asparaginase
n’est pas administrée oralement pour traiter le cancer puisqu’elle
se décompose dans l’estomac et n’est donc pas absorbée par
l’organisme. Les renseignements disponibles indiquent que la
L-asparaginase est un médicament utilisé à des fins thérapeutiques sous forme injectable seulement. La classification comme
médicament vendu sur ordonnance s’applique donc uniquement à
la forme injectable.
The enzyme, asparaginase, can also act on food to reduce the
amount of the amino acid, asparagine. Adding asparaginase to
food to reduce the amount of asparagine can reduce the risk of
formation of the chemical acrylamide which occurs during processing. Any residual asparaginase in the food would be broken
down in the stomach and consequently would not be absorbed by
the body.
L’enzyme asparaginase peut également agir sur les aliments
pour réduire la quantité d’acide aminé asparagine. L’ajout
d’asparaginase aux aliments pour réduire la quantité d’asparagine
peut effectivement réduire le risque de formation d’acrylamide
chimique pendant la transformation. Tout résidu d’asparaginase
dans les aliments serait ainsi décomposé dans l’estomac, ce qui
éviterait l’absorption par l’organisme.
The Joint Food and Agriculture Organization and World Health
Organization Expert Committee on Food Additives and Contaminants has determined that acrylamide in food may be a human
health concern. Health Canada agrees with this assessment. This
proposed amendment to the listing of l-asparaginase in Schedule F
would remove prescription restrictions from asparaginase when
used orally. This would then allow asparaginase to be proposed
for use as a food additive under the Food and Drug Regulations
for the reduction of acrylamide in prepared and packaged foods.
Information on the proposal to use asparaginase in certain food
products can be found in the consultation section of the Food and
Nutrition part of the Health Canada Web site. Requests for information on the proposal can also be sent by email to the Food
Directorate at sche-ann@hc-sc.gc.ca.
Le Comité mixte d’experts sur les additifs alimentaires et les
contaminants de l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture et de l’Organisation mondiale de la santé a déterminé que
la présence d’acrylamide dans les aliments peut constituer un
problème pour la santé humaine. Santé Canada appuie cette évaluation. Cette modification proposée à la classification de la
L-asparaginase dans l’annexe F lèverait l’exigence d’être vendu
sur ordonnance pour l’asparaginase utilisée sous forme orale.
Ainsi, l’asparaginase pourrait être proposée comme additif alimentaire sous le Règlement des aliments et drogues pour réduire
la présence d’acrylamide dans les aliments préparés et emballés.
L’information sur l’intention d’utiliser l’asparaginase dans certains produits alimentaires peut être trouvée dans la section
consultation de la partie Aliments et nutrition sur le site Web de
Santé Canada. Toutes les demandes d’information sur la proposition peuvent aussi être envoyées par courriel à la Direction des
aliments à sche-ann@hc-sc.gc.ca.
Alternatives
Solutions envisagées
The alternative option would be to leave l-asparaginase in
Schedule F for all strengths, dosages, dosage forms and conditions of use. As measured against the factors for listing drugs in
Schedule F, it has been determined that maintaining the current
listing in Schedule F for l-asparaginase is not appropriate.
La solution de rechange consisterait à laisser la L-asparaginase
inscrite à l’annexe F pour toutes les concentrations, les doses, les
formes posologiques et les conditions d’utilisation. Après examen
en fonction des facteurs conduisant à l’inscription de substances à
l’annexe F, il a été établi que le maintien de l’inscription actuelle
à l’annexe F pour L-asparaginase n’est pas approprié.
As well, any alternatives to the degree of regulatory control
recommended in this amendment would need to be established
through additional scientific information and clinical experience.
De plus, on ne pourra opter pour une autre forme de contrôle
réglementaire que si des données scientifiques additionnelles et
de nouvelles études cliniques le justifient.
Benefits and costs
Avantages et coûts
•
•
Public
Public
The public would benefit from continued prescription status
and oversight by a practitioner for injectable dosage forms of
l-asparaginase, which are used in the treatment of cancer.
Le public continuerait de bénéficier de la classification comme
médicament vendu sur ordonnance et de la supervision d’un praticien pour les formes posologiques injectables de
L-asparaginase utilisées dans le traitement du cancer.
The public would benefit from exemption from prescription
status for oral forms of l-asparaginase, as this would allow it to be
proposed for use as a food additive under the Food and Drug
Regulations to reduce the amount of acrylamide produced in the
processing of some foods.
Le public profiterait de la levée de la classification comme médicament vendu sur ordonnance pour les formes orales de
L-asparaginase, ce qui permettrait de proposer son utilisation
comme additif alimentaire sous le Règlement des aliments et drogues visant à réduire la quantité d’acrylamide produite pendant la
transformation de certains aliments.
Le 19 décembre 2009
•
Gazette du Canada Partie I
•
Manufacturers
3719
Fabricants
There would be no immediate impact on manufacturers, as
there are currently no products on the market in Canada for the
dosage forms proposed for exemption from Schedule F. The
status of currently marketed prescription drugs containing
l-asparaginase would not change. Food manufacturers would
benefit from a proposal to allow asparaginase as a food additive
under the Food and Drug Regulations to reduce the amount of
acrylamide produced in the processing of some foods.
Il n’y aurait aucune répercussion immédiate pour les fabricants,
car il n’y a actuellement sur le marché canadien aucun produit
connu vendu sur ordonnance correspondant aux formes posologiques dont l’exemption de l’annexe F est proposé. Le statut des
médicaments vendus sur ordonnance actuellement en vente contenant de L-asparaginase ne serait pas modifié. Les fabricants de
produits alimentaires bénéficieraient d’une proposition permettant
l’asparaginase comme additif alimentaire sous le Règlement des
aliments et drogues visant à réduire la quantité d’acrylamide produite pendant la transformation de certains aliments.
•
•
Health insurance plans
Régimes d’assurance-maladie
There would be no change in costs to drug benefit plans for
prescription drugs containing this medicinal ingredient, as their
status would not change.
Il n’y aurait aucun changement dans les coûts assumés par les
régimes d’assurance-médicaments pour les médicaments vendus
sur ordonnance contenant cet ingrédient médicinal, puisque leur
statut ne serait pas modifié.
•
•
Provincial health care services
Services de soins de santé provinciaux
There would be no change in costs to drug benefit plans for
prescription drugs containing this medicinal ingredient, as their
status would not change.
Il n’y aurait aucun changement dans les coûts assumés par les
régimes d’assurance-médicaments pour les médicaments vendus
sur ordonnance contenant cet ingrédient médicinal, puisque leur
statut ne serait pas modifié.
Compliance and enforcement
Respect et exécution
This amendment would not alter existing compliance mechanisms under the provisions of the Food and Drugs Act and the
Food and Drug Regulations.
Cette modification ne changerait rien aux mécanismes d’application actuellement en place en vertu de la Loi sur les aliments et
drogues et du Règlement sur les aliments et drogues.
Consultation
Consultation
The process for this consultation with stakeholders is described
in the Memorandum of Understanding (MOU) to streamline regulatory amendments to Schedule F, which came into effect on February 22, 2005. The MOU is posted on the Health Canada Web
site.
This NOI is being sent by email to stakeholders and is also being posted on the Health Canada Web site and the “Consulting
with Canadians” Web site.
Any comments regarding this proposed amendment should be
sent as follows within 75 days following the date of publication in
the Canada Gazette, Part I. The policy analyst for this project,
Karen Ash, may be contacted at the following address: Refer to
Project No. 1652, Bureau of Policy, Science and International
Programs, Therapeutic Products Directorate, Health Canada, Holland Cross, Tower B, 2nd Floor, 1600 Scott Street, Address Locator 3102C5, Ottawa, Ontario K1A 0K9, 613-948-4623 (telephone), 613-941-6458 (fax), regaff-affreg@hc-sc.gc.ca (email).
Le processus pour cette consultation avec les parties intéressées
est décrit dans le Protocole d’entente (PE) qui simplifie le processus de modification réglementaire de l’annexe F qui est entré en
vigueur le 22 février 2005. Le PE est affiché sur le site Web de
Santé Canada.
Cet avis d’intention est envoyé aux parties intéressées par courriel et est affiché sur le site Web de Santé Canada, ainsi que sur le
site Web « Consultation auprès des Canadiens ».
On doit faire parvenir toute remarque relative à ce projet de
modification proposée dans les 75 jours à la suite de la date de
publication de l’avis d’intention dans la Partie I de la Gazette du
Canada. On peut communiquer avec l’analyste de politiques pour
ce projet, Karen Ash, à l’adresse suivante : Mentionner le projet
no 1652, Bureau des politiques, sciences et programmes internationaux, Direction des produits thérapeutiques, Santé Canada,
Holland Cross, Tour B, 2e étage, 1600, rue Scott, Indice de
l’adresse 3102C5, Ottawa (Ontario) K1A 0K9, 613-948-4623
(téléphone), 613-941-6458 (télécopieur), regaff-affreg@hc-sc.
gc.ca (courriel).
Final approval
Approbation finale
In accordance with the MOU process, it is anticipated that this
amendment will proceed directly from this consultation to consideration for final approval by the Governor in Council, approximately six to eight months from the date of publication of
this NOI in the Canada Gazette, Part I. If the amendment is approved by the Governor in Council, publication in the Canada
Gazette, Part II, would follow. The amendment would come into
force on the date of registration.
MEENA BALLANTYNE
Assistant Deputy Minister
Conformément au processus du PE, il est prévu que cette modification procèdera directement de cette consultation pour considération pour approbation finale par la gouverneure en conseil, approximativement de six à huit mois de la date de publication de
cet avis d’intention dans la Partie I de la Gazette du Canada. Si la
modification est approuvée par la gouverneure en conseil, la publication dans la Partie II de la Gazette du Canada, suivra. La
modification entrera en vigueur à la date de son enregistrement.
La sous-ministre adjointe
MEENA BALLANTYNE
[51-1-o]
[51-1-o]
3720
Canada Gazette Part I
December 19, 2009
DEPARTMENT OF INDUSTRY
MINISTÈRE DE L’INDUSTRIE
RADIOCOMMUNICATION ACT
LOI SUR LA RADIOCOMMUNICATION
Notice No. DGTP-010-09 — Consultation on the spectrum
allocations and spectrum utilization policies for the frequency
range 1435-1525 MHz (L-Band)
Avis DGTP-010-09 — Consultation sur les attributions et les
politiques d’utilisation du spectre dans la gamme de fréquences
de 1 435 MHz à 1 525 MHz (bande-L)
This notice announces the publication of a consultation paper
that initiates a review of the frequency range 1435-1525 MHz.
Early in 2007, Industry Canada indicated its intention to review
the future use of the spectrum assigned for digital audio broadcasting (DAB) in the band 1452-1492 MHz. Also, it is timely to
review the spectrum adjacent to the DAB band in order to address
the spectrum requirements for aeronautical mobile telemetry applications and provide more flexibility to the subscriber radio
systems (SRS), which operates in rural areas.
Le présent avis annonce la publication d’un document de
consultation sur le lancement d’un examen de la gamme de fréquences de 1 435 MHz à 1 525 MHz. Au début de 2007, Industrie
Canada avait fait part de son intention de procéder à un examen
de l’utilisation future des fréquences attribuées à la radiodiffusion
audionumérique (RAN) dans la bande 1 452-1 492 MHz. En outre, le moment est venu d’examiner les fréquences adjacentes à la
bande de la RAN afin de tenir compte des besoins de spectre pour
les applications de télémesure mobile aéronautique et d’accroître
la souplesse des systèmes de réseaux hertziens d’abonnés (RHA)
exploités en régions rurales.
The consultation paper discusses the spectrum allocations and
utilization policies for the band 1435-1525 MHz, with a view to
increasing regulatory flexibility and balancing the spectrum
requirements of the SRS, broadcasting and utility telemetry, along
with new applications, including fixed and mobile broadband
wireless access and aeronautical mobile telemetry applications.
Proposals include new allocations and changes to the Canadian
Table of Frequency Allocations, spectrum utilization policies and
transition policies.
Le document de consultation examine les attributions et les politiques d’utilisation du spectre dans la gamme de 1 435 MHz à
1 525 MHz, en vue d’accroître la souplesse de la réglementation
et d’atteindre un équilibre entre les besoins en fréquences des
applications du RHA, de la radiodiffusion et de la télémesure de
services publics, ainsi que des nouvelles applications, y compris
les applications de l’accès sans fil à large bande fixe et mobile et
de la télémesure mobile aéronautique. Les propositions comprennent de nouvelles attributions et des modifications touchant le
Tableau canadien d’attribution des bandes de fréquences, les
politiques d’utilisation du spectre et les politiques de transition.
To reduce transition issues, the Department is adopting a moratorium on new licensing in the band 1435-1525 MHz and will not
issue new broadcasting certificates.
Dans le but de réduire les problèmes de transition, le Ministère
décrète un moratoire à l’égard de la délivrance de nouvelles licences dans la gamme de 1 435 MHz à 1 525 MHz et n’émettra
pas de nouveau certificat de radiodiffusion.
Submitting comments
Invitation à faire part d’observations
Interested parties are invited to submit comments on the consultation paper. These comments are to be submitted by February 19, 2010. Soon after the close of the comment period, all
comments received will be posted on Industry Canada’s Spectrum
Management and Telecommunications Web site at www.ic.gc.ca/
spectrum.
Les intéressés sont invités à faire part de leurs observations au
sujet du document de consultation, au plus tard le 19 février 2010.
Peu après la date limite, les observations reçues seront affichées
sur le site Web de Gestion du spectre et télécommunications d’Industrie Canada, à l’adresse www.ic.gc.ca/spectre.
Respondents are requested to provide their comments in
XHTML format to the following email address: wireless@ic.
gc.ca. Other electronic formats such as WordPerfect, Microsoft
Word or Adobe PDF will also be accepted, along with a note
specifying the software, version number and operating system
used.
Les répondants sont invités à soumettre leurs observations en
format XHTML à l’adresse de courriel wireless@ic.gc.ca. Ils
peuvent présenter leurs observations dans d’autres formats électroniques, comme WordPerfect, Microsoft Word ou Adobe PDF,
en y joignant une note précisant le logiciel, la version du logiciel
et le système d’exploitation.
Written submissions should be addressed to the Director General, Telecommunications Policy Branch, Industry Canada,
300 Slater Street, Ottawa, Ontario K1A 0C8.
Les observations présentées par écrit doivent être adressées à la
Directrice générale, Direction générale de la politique des télécommunications, Industrie Canada, 300, rue Slater, Ottawa (Ontario) K1A 0C8.
All submissions should cite the Canada Gazette, Part I, the
publication date, the title and the notice reference number
(DGTP-010-09).
Tous les documents doivent citer la Partie I de la Gazette du
Canada, la date de publication, le titre et le numéro de référence
de l’avis (DGTP-010-09).
Obtaining copies
Pour obtenir des copies
Copies of this notice and of documents referred to herein are
available electronically on Industry Canada’s Spectrum Management and Telecommunications Web site at www.ic.gc.ca/spectrum.
Le présent avis ainsi que les documents cités sont affichés sur
le site Web de Gestion du spectre et télécommunications d’Industrie Canada à l’adresse suivante : www.ic.gc.ca/spectre.
Le 19 décembre 2009
Gazette du Canada Partie I
Official versions of Canada Gazette notices can be viewed at
www.gazette.gc.ca/rp-pr/p1/index-eng.html. Printed copies of the
Canada Gazette can be ordered by telephoning the sales counter
of Canadian Government Publishing at 613-941-5995 or 1-800635-7943.
December 11, 2009
PAMELA MILLER
Director General
Telecommunications Policy Branch
3721
On peut obtenir la version officielle des avis dans la Gazette du
Canada à l’adresse suivante : www.gazette.gc.ca/rp-pr/p1/indexfra.html. On peut également se procurer un exemplaire de la Gazette du Canada en communiquant avec le comptoir des ventes
des Éditions du gouvernement du Canada au 613-941-5995 ou au
1-800-635-7943.
Le 11 décembre 2009
La directrice générale
Direction générale de la politique
des télécommunications
PAMELA MILLER
[51-1-o]
[51-1-o]
DEPARTMENT OF INDUSTRY
MINISTÈRE DE L’INDUSTRIE
RADIOCOMMUNICATION ACT
LOI SUR LA RADIOCOMMUNICATION
Notice No. DGTP-012-09 — Spectrum utilization policy,
technical and licensing decisions on a portion of the band
14.5-15.35 GHz for tactical common data link (TCDL) systems
Avis no DGTP-012-09 — Politique d’utilisation du spectre :
décisions sur les aspects techniques et la délivrance de licences
dans une partie de la bande 14,5-15,35 GHz pour les systèmes de
liaison de données commune tactique (TCDL)
The purpose of this notice is to announce the release of the
above-mentioned spectrum document to accommodate TCDL
systems in a portion of the band 14.5-15.35 GHz.
Le présent avis a pour objet d’annoncer la publication du document susmentionné en vue de permettre les systèmes TCDL
dans une partie de la bande 14,5-15,35 GHz.
Discussion
Contexte
The Government of Canada has identified the need for the exclusive Canada-wide use of the sub-band pair 14.660-14.820 GHz
and 15.135-15.295 GHz. Currently, the band 14.5-15.35 GHz is
allocated to the fixed service, on a primary basis, and to the mobile service, on a secondary basis, for the exclusive use of the
Government of Canada. This band is presently shared by the fixed
service and the Government of Canada under a coordination
agreement for operation near Canadian Forces bases.
Le gouvernement du Canada a constaté un besoin pour l’utilisation exclusive, dans tout le pays, des sous-bandes 14,66014,820 GHz et 15,135-15,295 GHz. À l’heure actuelle, la bande
14,5-15,35 GHz est attribuée au service fixe à titre primaire et au
service mobile à titre secondaire pour l’usage exclusif du gouvernement du Canada. Cette bande est actuellement partagée par le
service fixe et le gouvernement du Canada en vertu d’un accord
de coordination relatif aux opérations à proximité de bases des
Forces canadiennes.
En décembre 2008, Industrie Canada a publié le Document
de consultation sur l’utilisation d’une partie de la bande 14,515,35 GHz par les systèmes de liaison de données commune tactique (TCDL) [DGTP-004-08]. Par la suite, toujours en décembre
2008, le Ministère a publié un bulletin consultatif sur le spectre
(BCS-001-08) pour décréter un moratoire à l’égard de la délivrance de licences pour les services fixes dans les bandes 14,6614,82 GHz et 15,135-15,295 GHz, pendant qu’il évaluait des
modifications possibles à la politique qui régit ces bandes.
En réponse à la consultation, des observations ont été reçues
de sept parties. Les observations étaient généralement favorables
à la proposition présentée par le Ministère en vue d’ouvrir une
partie de la bande 14,5-15,35 GHz aux systèmes TCDL. La
PS-14,5 GHz donne de plus amples renseignements sur la politique d’utilisation du spectre, qui établit les dispositions des aspects
techniques, de la délivrance de licences et de la transition en vue
de permettre les systèmes TCDL dans la bande 14,5-15,35 GHz.
In December 2008, Industry Canada released the Consultation
Paper on Using a Portion of the Band 14.5-15.35 GHz for Tactical Common Data Link (TCDL) Systems (DGTP-004-08). Also,
in December 2008, a Spectrum Advisory Bulletin (SAB-001-08)
was issued to announce a moratorium on licensing of fixed services in the bands 14.66-14.82 GHz and 15.135-15.295 GHz,
while the Department assessed possible policy amendments to
these bands.
In response to the consultation, seven comments were received.
These comments generally supported the Department’s proposal
to open a portion of the 14.5-15.35 GHz band for TCDL systems.
Details of the spectrum policy, technical, licensing and transition
provisions to allow TCDL systems in the 14.5-15.35 GHz band
are specified in SP-14.5 GHz.
Obtaining copies
Pour obtenir des copies
Copies of this notice and of documents referred to herein are
available electronically on Industry Canada’s Spectrum Management and Telecommunications Web site at www.ic.gc.ca/spectrum.
Le présent avis ainsi que les documents cités sont affichés sur
le site Web de Gestion du spectre et télécommunications d’Industrie Canada à l’adresse suivante : www.ic.gc.ca/spectre.
3722
Canada Gazette Part I
December 19, 2009
Official versions of Canada Gazette notices can be viewed at
www.gazette.gc.ca/rp-pr/p1/index-eng.html. Printed copies of the
Canada Gazette can be ordered by telephoning the sales counter
of Canadian Government Publishing at 613-941-5995 or 1-800635-7943.
November 10, 2009
PAMELA MILLER
Director General
Telecommunications Policy Branch
MARC DUPUIS
Director General
Engineering, Planning and Standards Branch
On peut obtenir la version officielle des avis de la Gazette du
Canada à l’adresse suivante : www.gazette.gc.ca/rp-pr/p1/indexfra.html. On peut également se procurer un exemplaire de la Gazette du Canada en communiquant avec le comptoir des ventes
des Éditions du gouvernement du Canada au 613-941-5995 ou au
1-800-635-7943.
Le 10 novembre 2009
La directrice générale
Direction générale de la politique
des télécommunications
PAMELA MILLER
Le directeur général
Direction générale du génie,
de la planification et des normes
MARC DUPUIS
[51-1-o]
[51-1-o]
DEPARTMENT OF PUBLIC SAFETY AND
EMERGENCY PREPAREDNESS
MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ PUBLIQUE ET
DE LA PROTECTION CIVILE
CRIMINAL CODE
CODE CRIMINEL
Designation as fingerprint examiner
Désignation à titre d’inspecteur d’empreintes digitales
Pursuant to subsection 667(5) of the Criminal Code, I hereby
designate the following person of the Royal Canadian Mounted
Police as a fingerprint examiner:
Douglas Edward Standing
Ottawa, November 18, 2009
RICHARD WEX
Assistant Deputy Minister
Law Enforcement and Policing Branch
En vertu du paragraphe 667(5) du Code criminel, je nomme par
la présente la personne suivante de la Gendarmerie royale du Canada à titre d’inspecteur d’empreintes digitales :
Douglas Edward Standing
Ottawa, le 18 novembre 2009
Le sous-ministre adjoint
Secteur de la police et de l’application de la loi
RICHARD WEX
[51-1-o]
[51-1-o]
Le 19 décembre 2009
Gazette du Canada Partie I
3723
BANK OF CANADA
Balance sheet as at November 30, 2009
(Millions of dollars)
Unaudited
ASSETS
LIABILITIES AND CAPITAL
Cash and foreign deposits ..................
Loans and receivables
Advances to members of the
Canadian Payments Association.....
Advances to Governments..............
Securities purchased under resale
agreements .....................................
Other loans and receivables............
7.8
Deposits
Government of Canada ..................
Members of the Canadian
Payments Association ....................
Other ..............................................
53,285.2
17,006.6
2,690.5
605.9
26,695.2
2.7
20,303.0
26,697.9
Investments
Treasury bills of Canada.................
Other securities issued or
guaranteed by Canada:
maturing within three years..........
maturing in over three years but
not over five years........................
maturing in over five years but
not over ten years.........................
maturing in over ten years............
Other investments ..........................
Bank notes in circulation....................
Liabilities in foreign currencies
Government of Canada ..................
Other ..............................................
14,285.9
Other liabilities
Securities sold under
repurchase agreements ...................
All other liabilities .........................
13,719.1
5,297.5
449.7
449.7
74,037.9
6,378.7
7,516.6
38.0
47,235.8
Bank premises....................................
138.1
Other assets ........................................
98.6
Capital
Share capital...................................
Statutory reserve ............................
Special reserve ...............................
Accumulated other comprehensive
income ...........................................
5.0
25.0
100.0
10.3
140.3
74,178.2
74,178.2
I declare that the foregoing return is correct according to the books of the Bank.
I declare that the foregoing return is to the best of my knowledge and belief correct,
and shows truly and clearly the financial position of the Bank, as required by
section 29 of the Bank of Canada Act.
Ottawa, December 10, 2009
Ottawa, December 10, 2009
H. A. WOERMKE
Acting Chief Accountant
M. CARNEY
Governor
[51-1-o]
3724
Canada Gazette Part I
December 19, 2009
BANQUE DU CANADA
Bilan au 30 novembre 2009
(En millions de dollars)
Non vérifié
ACTIF
PASSIF ET CAPITAL
Encaisse et dépôts en devises..............
Prêts et créances
Avances aux membres de
l’Association canadienne des
paiements........................................
Avances aux gouvernements ..........
Titres achetés dans le cadre de
conventions de revente ...................
Autres prêts et créances ..................
7,8
Dépôts
Gouvernement du Canada ..............
Membres de l’Association
canadienne des paiements...............
Autres.............................................
53 285,2
17 006,6
2 690,5
605,9
20 303,0
26 695,2
2,7
26 697,9
Placements
Bons du Trésor du Canada..............
Autres valeurs mobilières émises
ou garanties par le Canada :
échéant dans les trois ans..............
échéant dans plus de trois ans
mais dans au plus cinq ans ...........
échéant dans plus de cinq ans
mais dans au plus dix ans .............
échéant dans plus de dix ans.........
Autres placements ..........................
Billets de banque en circulation..........
14 285,9
Passif en devises étrangères
Gouvernement du Canada ..............
Autres.............................................
Autres éléments du passif
Titres vendus dans le cadre de
conventions de rachat .....................
Tous les autres éléments
du passif .........................................
13 719,1
5 297,5
449,7
449,7
74 037,9
6 378,7
7 516,6
38,0
47 235,8
Immeubles de la Banque.....................
138,1
Autres éléments de l’actif ...................
98,6
Capital
Capital-actions................................
Réserve légale ................................
Réserve spéciale .............................
Cumul des autres éléments du
résultat étendu ................................
5,0
25,0
100,0
10,3
140,3
74 178,2
74 178,2
Je déclare que l’état ci-dessus est exact, au vu des livres de la Banque.
Je déclare que l’état ci-dessus est exact, à ma connaissance, et qu’il montre
fidèlement et clairement la situation financière de la Banque, en application de
l’article 29 de la Loi sur la Banque du Canada.
Ottawa, le 10 décembre 2009
Ottawa, le 10 décembre 2009
Le comptable en chef suppléant
H. A. WOERMKE
Le gouverneur
M. CARNEY
[51-1-o]
Le 19 décembre 2009
Gazette du Canada Partie I
3725
PARLIAMENT
PARLEMENT
HOUSE OF COMMONS
CHAMBRE DES COMMUNES
Second Session, Fortieth Parliament
Deuxième session, quarantième législature
PRIVATE BILLS
PROJETS DE LOI D’INTÉRÊT PRIVÉ
Standing Order 130 respecting notices of intended applications
for private bills was published in the Canada Gazette, Part I, on
January 24, 2009.
For further information, contact the Private Members’ Business
Office, House of Commons, Centre Block, Room 134-C, Ottawa,
Ontario K1A 0A6, 613-992-6443.
L’article 130 du Règlement relatif aux avis de demande de projets de loi d’intérêt privé a été publié dans la Partie I de la Gazette
du Canada du 24 janvier 2009.
Pour obtenir d’autres renseignements, prière de communiquer
avec le Bureau des affaires émanant des députés, Chambre des
communes, Édifice du Centre, Pièce 134-C, Ottawa (Ontario)
K1A 0A6, 613-992-6443.
La greffière de la Chambre des communes
AUDREY O’BRIEN
AUDREY O’BRIEN
Clerk of the House of Commons
3726
Canada Gazette Part I
December 19, 2009
COMMISSIONS
COMMISSIONS
CANADIAN INTERNATIONAL TRADE TRIBUNAL
TRIBUNAL CANADIEN DU COMMERCE EXTÉRIEUR
DETERMINATION
DÉCISION
Polyiso insulation board
Panneaux isolants en polyiso
Notice is hereby given that, on December 7, 2009, pursuant to
subsection 37.1(1) of the Special Import Measures Act, the Canadian International Trade Tribunal determined that there was evidence that disclosed a reasonable indication that the dumping of
faced rigid cellular polyurethane-modified polyisocyanurate
thermal insulation board originating in or exported from the
United States of America had caused injury (Preliminary Injury
Inquiry No. PI-2009-004).
DOMINIQUE LAPORTE
Secretary
Avis est donné par la présente que, le 7 décembre 2009, aux
termes du paragraphe 37.1(1) de la Loi sur les mesures spéciales
d’importation, le Tribunal canadien du commerce extérieur a
déterminé que les éléments de preuve indiquaient, de façon raisonnable, que le dumping des panneaux d’isolation thermique en
polyisocyanurate (polyuréthane modifié), alvéolaires, rigides et
revêtus, originaires ou exportés des États-Unis d’Amérique avait
causé un dommage (enquête préliminaire de dommage no PI2009-004).
Ottawa, le 7 décembre 2009
Le secrétaire
DOMINIQUE LAPORTE
[51-1-o]
[51-1-o]
Ottawa, December 7, 2009
CANADIAN INTERNATIONAL TRADE TRIBUNAL
TRIBUNAL CANADIEN DU COMMERCE EXTÉRIEUR
INQUIRY
ENQUÊTE
Architect and engineering services
Services d’architecture et d’ingénierie
The Canadian International Trade Tribunal (the Tribunal) has
received a complaint (File No. PR-2009-063) from BMT Technology Limited (BMT), of Kanata, Ontario, concerning a procurement (Solicitation No. F7013-090024/A) by the Department
of Public Works and Government Services (PWGSC) on behalf
of the Department of Fisheries and Oceans, Canadian Coast
Guard. The solicitation is for the development of bid design packages for offshore vessels. Pursuant to subsection 30.13(2) of the
Canadian International Trade Tribunal Act and subsection 7(2)
of the Canadian International Trade Tribunal Procurement Inquiry Regulations, notice is hereby given that the Tribunal has
decided to conduct an inquiry into the complaint.
BMT alleges that PWGSC (1) improperly rejected its proposal,
citing unfair advantage concerns, (2) improperly applied the
evaluation criteria and (3) failed to ensure equal access to the
procurement.
Further information may be obtained from the Secretary,
Canadian International Trade Tribunal, Standard Life Centre,
15th Floor, 333 Laurier Avenue W, Ottawa, Ontario K1A 0G7,
613-993-3595 (telephone), 613-990-2439 (fax), secretary@citttcce.gc.ca (email).
Ottawa, December 4, 2009
DOMINIQUE LAPORTE
Secretary
Le Tribunal canadien du commerce extérieur (le Tribunal) a
reçu une plainte (dossier no PR-2009-063) déposée par BMT
Technology Limited (BMT), de Kanata (Ontario), concernant un
marché (invitation no F7013-090024/A) passé par le ministère des
Travaux publics et des Services gouvernementaux (TPSGC) au
nom du ministère des Pêches et des Océans, la Garde côtière
canadienne. L’invitation porte sur l’élaboration de concepts et de
devis/cahiers de charges pour des navires hauturiers. Conformément au paragraphe 30.13(2) de la Loi sur le Tribunal canadien
du commerce extérieur et au paragraphe 7(2) du Règlement sur
les enquêtes du Tribunal canadien du commerce extérieur sur les
marchés publics, avis est donné par la présente que le Tribunal a
décidé d’enquêter sur la plainte.
BMT allègue que TPSGC 1) a incorrectement rejeté sa proposition, soulignant sa crainte quant à la possibilité d’un avantage
indu, 2) a incorrectement appliqué les critères d’évaluation, 3) n’a
pas assuré l’égalité d’accès au marché public.
Pour plus de renseignements, veuillez communiquer avec le
Secrétaire, Tribunal canadien du commerce extérieur, Standard
Life Centre, 15e étage, 333, avenue Laurier Ouest, Ottawa (Ontario) K1A 0G7, 613-993-3595 (téléphone), 613-990-2439 (télécopieur), secretaire@tcce-citt.gc.ca (courriel).
Ottawa, le 4 décembre 2009
Le secrétaire
DOMINIQUE LAPORTE
[51-1-o]
[51-1-o]
Le 19 décembre 2009
Gazette du Canada Partie I
3727
CANADIAN INTERNATIONAL TRADE TRIBUNAL
TRIBUNAL CANADIEN DU COMMERCE EXTÉRIEUR
INQUIRY
ENQUÊTE
Communications, photographic, mapping, printing and
publication services
Services de communication, de photographie, de cartographie,
d’impression et de publication
The Canadian International Trade Tribunal (the Tribunal) has
received a complaint (File No. PR-2009-064) from Krista Dunlop
& Associates Inc. (KD&A Inc.), of Ottawa, Ontario, concerning
a procurement (Solicitation No. 10090828) by the Department
of Canadian Heritage (Canadian Heritage). The solicitation is
for the provision of graphic design services. Pursuant to subsection 30.13(2) of the Canadian International Trade Tribunal Act
and subsection 7(2) of the Canadian International Trade Tribunal
Procurement Inquiry Regulations, notice is hereby given that the
Tribunal has decided to conduct an inquiry into the complaint.
KD&A Inc. alleges that Canadian Heritage improperly evaluated its proposal.
Further information may be obtained from the Secretary,
Canadian International Trade Tribunal, Standard Life Centre,
15th Floor, 333 Laurier Avenue W, Ottawa, Ontario K1A 0G7,
613-993-3595 (telephone), 613-990-2439 (fax), secretary@citttcce.gc.ca (email).
Ottawa, December 7, 2009
DOMINIQUE LAPORTE
Secretary
Le Tribunal canadien du commerce extérieur (le Tribunal) a
reçu une plainte (dossier no PR-2009-064) déposée par Krista
Dunlop & Associates Inc. (KD&A Inc.), d’Ottawa (Ontario),
concernant un marché (invitation no 10090828) passé par le ministère du Patrimoine canadien (Patrimoine canadien). L’invitation porte sur la prestation de services de conception graphique.
Conformément au paragraphe 30.13(2) de la Loi sur le Tribunal
canadien du commerce extérieur et au paragraphe 7(2) du Règlement sur les enquêtes du Tribunal canadien du commerce extérieur sur les marchés publics, avis est donné par la présente que
le Tribunal a décidé d’enquêter sur la plainte.
KD&A Inc. allègue que Patrimoine canadien a incorrectement
évalué sa proposition.
Pour plus de renseignements, veuillez communiquer avec le
Secrétaire, Tribunal canadien du commerce extérieur, Standard
Life Centre, 15e étage, 333, avenue Laurier Ouest, Ottawa (Ontario) K1A 0G7, 613-993-3595 (téléphone), 613-990-2439 (télécopieur), secretaire@tcce-citt.gc.ca (courriel).
Ottawa, le 7 décembre 2009
Le secrétaire
DOMINIQUE LAPORTE
[51-1-o]
[51-1-o]
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
NOTICE TO INTERESTED PARTIES
AVIS AUX INTÉRESSÉS
The following notices are abridged versions of the Commission’s original notices bearing the same number. The original
notices contain a more detailed outline of the applications, including additional locations and addresses where the complete files
may be examined. The relevant material, including the notices
and applications, is available for viewing during normal business
hours at the following offices of the Commission:
— Central Building, Les Terrasses de la Chaudière, Room 206,
1 Promenade du Portage, Gatineau, Quebec K1A 0N2, 819997-2429 (telephone), 994-0423 (TDD), 819-994-0218 (fax);
— Metropolitan Place, Suite 1410, 99 Wyse Road, Dartmouth,
Nova Scotia B3A 4S5, 902-426-7997 (telephone), 426-6997
(TDD), 902-426-2721 (fax);
— Kensington Building, Suite 1810, 275 Portage Avenue, Winnipeg, Manitoba R3B 2B3, 204-983-6306 (telephone),
983-8274 (TDD), 204-983-6317 (fax);
— 530–580 Hornby Street, Vancouver, British Columbia V6C
3B6, 604-666-2111 (telephone), 666-0778 (TDD), 604666-8322 (fax);
— CRTC Documentation Centre, 205 Viger Avenue W,
Suite 504, Montréal, Quebec H2Z 1G2, 514-283-6607 (telephone), 283-8316 (TDD), 514-283-3689 (fax);
— CRTC Documentation Centre, 55 St. Clair Avenue E,
Suite 624, Toronto, Ontario M4T 1M2, 416-952-9096 (telephone), 416-954-6343 (fax);
— CRTC Documentation Centre, Cornwall Professional Building, Room 103, 2125 11th Avenue, Regina, Saskatchewan
S4P 3X3, 306-780-3422 (telephone), 306-780-3319 (fax);
Les avis qui suivent sont des versions abrégées des avis originaux du Conseil portant le même numéro. Les avis originaux
contiennent une description plus détaillée de chacune des demandes, y compris les lieux et adresses où l’on peut consulter les dossiers complets. Tous les documents afférents, y compris les avis
et les demandes, sont disponibles pour examen durant les heures
normales d’ouverture aux bureaux suivants du Conseil :
— Édifice central, Les Terrasses de la Chaudière, Pièce 206,
1, promenade du Portage, Gatineau (Québec) K1A 0N2,
819-997-2429 (téléphone), 994-0423 (ATS), 819-994-0218
(télécopieur);
— Place Metropolitan, Bureau 1410, 99, chemin Wyse, Dartmouth (Nouvelle-Écosse) B3A 4S5, 902-426-7997 (téléphone), 426-6997 (ATS), 902-426-2721 (télécopieur);
— Édifice Kensington, Pièce 1810, 275, avenue Portage, Winnipeg (Manitoba) R3B 2B3, 204-983-6306 (téléphone),
983-8274 (ATS), 204-983-6317 (télécopieur);
— 580, rue Hornby, Bureau 530, Vancouver (ColombieBritannique) V6C 3B6, 604-666-2111 (téléphone), 666-0778
(ATS), 604-666-8322 (télécopieur);
— Centre de documentation du CRTC, 205, avenue Viger Ouest,
Bureau 504, Montréal (Québec) H2Z 1G2, 514-283-6607
(téléphone), 283-8316 (ATS), 514-283-3689 (télécopieur);
— Centre de documentation du CRTC, 55, avenue St. Clair Est,
Bureau 624, Toronto (Ontario) M4T 1M2, 416-952-9096
(téléphone), 416-954-6343 (télécopieur);
— Centre de documentation du CRTC, Édifice Cornwall Professional, Pièce 103, 2125, 11e Avenue, Regina (Saskatchewan) S4P 3X3, 306-780-3422 (téléphone), 306-780-3319
(télécopieur);
3728
Canada Gazette Part I
December 19, 2009
— CRTC Documentation Centre, 10405 Jasper Avenue,
Suite 520, Edmonton, Alberta T5J 3N4, 780-495-3224 (telephone), 780-495-3214 (fax).
Interventions must be filed with the Secretary General, Canadian Radio-television and Telecommunications Commission,
Ottawa, Ontario K1A 0N2, together with proof that a true copy of
the intervention has been served upon the applicant, on or before
the deadline given in the notice.
Secretary General
— Centre de documentation du CRTC, 10405, avenue Jasper,
Bureau 520, Edmonton (Alberta) T5J 3N4, 780-495-3224
(téléphone), 780-495-3214 (télécopieur).
Les interventions doivent parvenir au Secrétaire général, Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes,
Ottawa (Ontario) K1A 0N2, avec preuve qu’une copie conforme
a été envoyée à la requérante, avant la date limite d’intervention
mentionnée dans l’avis.
Secrétaire général
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
DECISIONS
DÉCISIONS
The complete texts of the decisions summarized below are
available from the offices of the CRTC.
On peut se procurer le texte complet des décisions résumées
ci-après en s’adressant au CRTC.
2009-737
2009-737
December 1, 2009
Le 1er décembre 2009
Rogers Broadcasting Limited
Across Canada
Approved — Acquisition of the assets of the English-language
specialty programming undertaking known as The Biography
Channel, and issuance of a new broadcasting licence to continue
the operation of the undertaking.
Rogers Broadcasting Limited
L’ensemble du Canada
Approuvé — Acquisition de l’actif de l’entreprise de programmation d’émissions spécialisées de langue anglaise appelée The Biography Channel, et obtention d’une licence de radiodiffusion afin
de poursuivre l’exploitation de cette entreprise.
2009-738
2009-738
December 1, 2009
Le 1er décembre 2009
Videotron Ltd.
Across Canada
Approved — Acquisition of the assets of the national Frenchlanguage general interest pay-per-view television programming
undertaking distributed by cable known as Canal Indigo and issuance of a new broadcasting licence to continue the operation of
the undertaking.
Vidéotron ltée
L’ensemble du Canada
Approuvé — Acquisition de l’actif de l’entreprise nationale de
programmation de télévision à la carte d’intérêt général de langue
française distribuée par câble connue sous le nom de Canal Indigo, et obtention d’une licence de radiodiffusion afin de poursuivre
l’exploitation de cette entreprise.
2009-739
2009-739
December 1, 2009
Le 1er décembre 2009
TVA Group Inc.
Toronto, Hamilton, London and Ottawa, Ontario
Approved — Acquisition of the assets of the English-language
television programming undertaking CKXT-TV Toronto and its
transmitter CKXT-TV-1 Hamilton and the assets of the Englishlanguage transitional digital television programming undertaking
CKXT-DT Toronto and its transmitters CKXT-DT-1 Hamilton,
CKXT-DT-2 London and CKXT-DT-3 Ottawa and for new licences to continue the operation of the undertakings.
Groupe TVA inc.
Toronto, Hamilton, London et Ottawa (Ontario)
Approuvé — Acquisition de l’actif de l’entreprise de programmation de télévision de langue anglaise CKXT-TV Toronto et son
émetteur CKXT-TV-1 Hamilton et de l’entreprise de programmation de télévision numérique transitoire de langue anglaise
CKXT-DT Toronto et ses émetteurs CKXT-DT-1 Hamilton,
CKXT-DT-2 London et CKXT-DT-3 Ottawa, et obtention de
licences de radiodiffusion afin de poursuivre l’exploitation de ces
entreprises.
2009-761
2009-761
December 8, 2009
Touch Canada Broadcasting (2006) Inc. (the general partner)
and 1188011 Alberta Ltd. and Touch Canada Broadcasting Inc.
(the limited partners), carrying on business as Touch Canada
Broadcasting Limited Partnership
Red Deer, Alberta
Approved — Use of frequency 90.5 MHz for the new commercial
FM station in Red Deer.
Le 8 décembre 2009
Touch Canada Broadcasting (2006) Inc. (l’associé
commandité) et 1188011 Alberta Ltd. et Touch Canada
Broadcasting Inc. (les associés commanditaires),
faisant affaires sous le nom de Touch Canada Broadcasting
Limited Partnership
Red Deer (Alberta)
Approuvé — Utilisation de la fréquence 90,5 MHz par la nouvelle station de radio FM commerciale à Red Deer.
Le 19 décembre 2009
2009-771
Gazette du Canada Partie I
December 10, 2009
2009-771
3729
Le 10 décembre 2009
Northern Native Broadcasting (Terrace, B.C.)
Terrace, Alkali Lake, Fort Babine and various other locations,
British Columbia
Approved — Amendment to the broadcasting licence for CFNRFM Terrace in order to add new low-power rebroadcasting transmitters at Alkali Lake and Fort Babine, and to add to this licence
various low-power rebroadcasting transmitters that are currently
in operation and are located throughout northern British Columbia.
Northern Native Broadcasting (Terrace, B.C.)
Terrace, Alkali Lake, Fort Babine et diverses autres localités
(Colombie-Britannique)
Approuvé — Modification de la licence de radiodiffusion de la
station de radio CFNR-FM Terrace afin d’ajouter des réémetteurs
de faible puissance à Alkali Lake et Fort Babine et d’ajouter à la
licence divers réémetteurs de faible puissance qui sont actuellement en exploitation et qui sont situés dans le Nord de la
Colombie-Britannique.
[51-1-o]
[51-1-o]
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
INFORMATION BULLETIN 2009-760
BULLETIN D’INFORMATION 2009-760
Applications processed pursuant to streamlined procedures
Demandes ayant été traitées conformément aux procédures
simplifiées
In the information bulletin, the Commission sets out lists of applications that did not require a public process and that it processed during the period from September 1, 2009, to October 31,
2009, pursuant to its streamlined procedures. These applications
involve transfers of ownership and changes in the effective control of broadcasting undertakings, as well as applications for
amendments or extensions of deadlines.
December 8, 2009
Dans le bulletin d’information, le Conseil énonce des listes de
demandes n’exigeant pas de processus public qu’il a traitées entre
le 1er septembre 2009 et le 31 octobre 2009 conformément à ses
procédures simplifiées. Ces demandes visent des transferts de
propriété et des changements au contrôle effectif d’entreprises de
radiodiffusion, ainsi que des demandes de modification et de prolongation de délai.
Le 8 décembre 2008
[51-1-o]
[51-1-o]
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
NOTICE OF CONSULTATION 2009-614-1
AVIS DE CONSULTATION 2009-614-1
Notice of hearing
Avis d’audience
December 7, 2009
Gatineau, Quebec
Deadlines for the submission of comments in the proceeding on
a request by the Governor in Council to prepare a report on the
implications and advisability of implementing a compensation
regime for the value of local television signals
The Commission opened an online consultation that will be
open until December 21, 2009. The transcript of this online consultation will be added to the public record of this proceeding.
Parties that have appeared before the Commission during the
oral phase of the hearing may file written comments by no later
than December 18, 2009.
Parties that did not appear at the public hearing can avail themselves of the Commission’s online consultation to file their comments by no later than December 21, 2009.
December 11, 2009
Le 7 décembre 2009
Gatineau (Québec)
Dates limites pour le dépôt d’observations dans le cadre de
l’instance faisant suite à une demande de la gouverneure en
conseil en vue de faire rapport sur les conséquences et la
pertinence d’adopter un système de compensation pour la
valeur des signaux de télévision locaux
Le Conseil a entamé une consultation en ligne qui prendra fin
le 21 décembre 2009. Sa transcription sera versée au dossier public de la présente instance.
Les parties ayant comparu devant le Conseil au cours de l’audience peuvent déposer des observations écrites au plus tard le
18 décembre 2009.
Les parties n’ayant pas comparu à l’audience peuvent profiter
de la consultation en ligne pour déposer leurs observations au
plus tard le 21 décembre 2009.
Le 11 décembre 2009
[51-1-o]
[51-1-o]
3730
Canada Gazette Part I
December 19, 2009
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
NOTICE OF CONSULTATION 2009-758
AVIS DE CONSULTATION 2009-758
Notice of applications received
Avis de demandes reçues
Various locations
Deadline for submission of interventions and/or comments:
January 12, 2010
The Commission has received the following applications:
1. Radio de la communauté francophone d’Ottawa
Ottawa, Ontario
For the use of frequency 94.5 MHz (channel 233B1) for the
operation of the new French-language Type B community FM
radio programming undertaking approved in part in Reconsideration of Broadcasting Decision 2008-222 pursuant to Orders in Council P.C. 2008-1769 and P.C. 2008-1770, Broadcasting Decision CRTC 2009-481, August 11, 2009.
2. Norwesto Communications Ltd.
Sioux Lookout, Ontario
To amend the broadcasting licence for the English-language
commercial radio programming undertaking CKQV-FM Vermilion Bay, Ontario, in order to change the frequency of
transmitter CKQV-FM-3 Sioux Lookout from 104.5 MHz
(channel 283LP) to 104.1 MHz (channel 281LP). All other
technical parameters remain unchanged.
3. Rogers Broadcasting Limited
Vancouver, British Columbia
Relating to the broadcasting licence for the transitional digital
television programming undertaking CHNM-DT Vancouver,
British Columbia.
December 8, 2009
Plusieurs collectivités
Date limite pour le dépôt des interventions ou des observations :
le 12 janvier 2010
Le Conseil a été saisi des demandes suivantes :
1. Radio de la communauté francophone d’Ottawa
Ottawa (Ontario)
Visant l’utilisation de la fréquence 94,5 MHz (canal 233B1)
pour l’exploitation de la nouvelle entreprise de programmation
de radio FM communautaire de type B de langue française approuvée en partie dans Réexamen de la décision de radiodiffusion 2008-222 conformément aux décrets C.P. 2008-1769 et
C.P. 2008-1770, décision de radiodiffusion CRTC 2009-481,
11 août 2009.
2. Norwesto Communications Ltd.
Sioux Lookout (Ontario)
En vue de modifier la licence de radiodiffusion de l’entreprise
de programmation de radio commerciale de langue anglaise
CKQV-FM Vermilion Bay (Ontario) afin de changer la
fréquence de son émetteur CKQV-FM-3 Sioux Lookout de
104,5 MHz (canal 283FP) à 104,1 MHz (canal 281FP). Tous
les autres paramètres techniques demeurent inchangés.
3. Rogers Broadcasting Limited
Vancouver (Colombie-Britannique)
Relativement à la licence de radiodiffusion de l’entreprise de
programmation de télévision numérique de transition CHNMDT Vancouver (Colombie-Britannique).
Le 8 décembre 2009
[51-1-o]
[51-1-o]
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
NOTICE OF CONSULTATION 2009-759
AVIS DE CONSULTATION 2009-759
Notice of application received
Avis de demande reçue
Various locations in Ontario, New Brunswick and Newfoundland
and Labrador
Deadline for submission of interventions and/or comments:
January 12, 2010
The Commission has received the following application:
1. Rogers Cable Communications Inc.
Various locations in Ontario, New Brunswick, and
Newfoundland and Labrador
To amend the Class 1 and 2 regional broadcasting licences for
its terrestrial broadcasting distribution undertakings (BDUs)
serving various locations in Ontario and the Class 1, 2 and 3
regional broadcasting licences for its terrestrial BDUs serving
various locations in New Brunswick, and Newfoundland and
Labrador.
December 8, 2009
Diverses localités en Ontario, au Nouveau-Brunswick et à
Terre-Neuve-et-Labrador
Date limite pour le dépôt des interventions ou des observations :
le 12 janvier 2010
Le Conseil a été saisi de la demande suivante :
1. Communications Rogers Câble inc.
Diverses localités en Ontario, au Nouveau-Brunswick et
à Terre-Neuve-et-Labrador
En vue de modifier ses licences de radiodiffusion régionales
de classes 1 et 2 pour ses entreprises de distribution de radiodiffusion (EDR) terrestre desservant diverses localités en Ontario et ses licences de radiodiffusion régionales de classes 1, 2
et 3 pour ses EDR terrestre desservant diverses localités au
Nouveau-Brunswick et à Terre-Neuve-et-Labrador.
Le 8 décembre 2009
[51-1-o]
[51-1-o]
Le 19 décembre 2009
Gazette du Canada Partie I
3731
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
NOTICE OF CONSULTATION 2009-769
AVIS DE CONSULTATION 2009-769
Notice of application received
Fort McMurray, Alberta
Deadline for submission of interventions and/or comments:
January 14, 2010
The Commission has received the following application:
1. Newcap Inc.
Fort McMurray, Alberta
To change the authorized contours of the English-language
commercial radio programming undertaking CHFT-FM Fort
McMurray by increasing the effective radiated power from
20 000 W to 50 000 W (non-directional antenna).
Avis de demande reçue
Fort McMurray (Alberta)
Date limite pour le dépôt des interventions ou des observations :
le 14 janvier 2010
Le Conseil a été saisi de la demande suivante :
1. Newcap Inc.
Fort McMurray (Alberta)
En vue de modifier le périmètre de rayonnement autorisé de
l’entreprise de programmation de radio commerciale de langue
anglaise CHFT-FM Fort McMurray en augmentant la puissance apparente rayonnée de 20 000 W à 50 000 W (antenne non
directionnelle).
Le 10 décembre 2009
December 10, 2009
[51-1-o]
[51-1-o]
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
NOTICE OF CONSULTATION 2009-770
AVIS DE CONSULTATION 2009-770
Notice of application received
Avis de demande reçue
Across Canada
Deadline for submission of interventions and/or comments:
January 14, 2010
The Commission has received the following application:
1. CTVglobemedia Inc.
Across Canada
To amend the broadcasting licence for the specialty television
programming undertaking The Sports Network to incorporate
the new conditions of licence described in Conditions of licence for competitive Canadian specialty services operating in
the genres of mainstream sports and national news, Broadcasting Regulatory Policy CRTC 2009-562, September 4, 2009, in
which the Commission announced standard conditions of licence for competitive Canadian mainstream sports and news
specialty services.
L’ensemble du Canada
Date limite pour le dépôt des interventions ou des observations :
le 14 janvier 2010
Le Conseil a été saisi de la demande suivante :
1. CTVglobemedia Inc.
L’ensemble du Canada
En vue de modifier la licence de radiodiffusion de l’entreprise
de programmation de télévision d’émissions spécialisées The
Sports Network afin d’ajouter les nouvelles conditions de licence énoncées dans Conditions de licence pour les services
spécialisés canadiens concurrents consacrés aux genres d’intérêt général des sports et des nouvelles nationales, politique
réglementaire de radiodiffusion CRTC 2009-562, le 4 septembre 2009, dans laquelle le Conseil a annoncé les conditions de
licence normalisées qui s’appliqueront aux services spécialisés
concurrents de sports et de nouvelles nationales d’intérêt
général.
Le 10 décembre 2009
December 10, 2009
[51-1-o]
[51-1-o]
NATIONAL ENERGY BOARD
OFFICE NATIONAL DE L’ÉNERGIE
APPLICATION TO EXPORT ELECTRICITY TO THE
UNITED STATES
DEMANDE VISANT L’EXPORTATION D’ÉLECTRICITÉ
AUX ÉTATS-UNIS
Iberdrola Renewables, Inc.
Iberdrola Renewables, Inc.
By an application dated December 11, 2009, Iberdrola Renewables, Inc. (the “Applicant”) has applied to the National Energy
Board (the “Board”), under Division II of Part VI of the National
Energy Board Act (the “Act”), for authorization to export up to
100 000 MWh of firm and/or interruptible power and energy for a
period of 10 years.
Iberdrola Renewables, Inc. (le « demandeur ») a déposé auprès
de l’Office national de l’énergie (l’« Office »), aux termes de la
section II de la partie VI de la Loi sur l’Office national de
l’énergie (la « Loi »), une demande datée du 11 décembre 2009
en vue d’obtenir l’autorisation d’exporter jusqu’à 100 000 MWh
de puissance et d’énergie garanties et d’énergie interruptible pendant une période de 10 ans.
3732
Canada Gazette Part I
December 19, 2009
The Board wishes to obtain the views of interested parties on
this application before issuing a permit or recommending to the
Governor in Council that a public hearing be held. The directions
on procedure that follow explain in detail the procedure that will
be used.
1. The Applicant shall deposit and keep on file, for public inspection during normal business hours, copies of the application
at its offices located at Iberdrola Renewables, Inc., 1125 Northwest Couch Street, Suite 700, Portland, Oregon, 97209, 503-7967061 (telephone), 503-796-6905 (fax), Pamela.Simonsen@
iberdrolausa.com (email), and provide a copy of the application to
any person who requests one. A copy of the application is also
available for viewing during normal business hours in the Board’s
library, at 444 Seventh Avenue SW, Room 1002, Calgary, Alberta T2P 0X8.
CLAUDINE DUTIL-BERRY
Secretary
L’Office souhaite obtenir les commentaires des parties intéressées sur cette demande avant de délivrer un permis ou de recommander au gouverneur en conseil la tenue d’une audience publique. Les instructions relatives à la procédure énoncées ci-après
exposent en détail la démarche qui sera suivie.
1. Le demandeur doit déposer et conserver en dossier des
copies de la demande, aux fins d’examen public pendant les heures normales d’ouverture, à ses bureaux situés à l’adresse suivante : Iberdrola Renewables, Inc., 1125 Northwest Couch Street,
Suite 700, Portland, Oregon, 97209, 503-796-7061 (téléphone),
503-796-6905 (télécopieur), Pamela.Simonsen@iberdrolausa.com
(courriel), et en fournir une copie à quiconque en fait la demande.
Il est également possible de consulter une copie de la demande,
pendant les heures normales d’ouverture, à la bibliothèque de
l’Office, située au 444 Seventh Avenue SW, Pièce 1002, Calgary
(Alberta) T2P 0X8.
2. Les parties qui désirent déposer un mémoire doivent le faire
auprès de la Secrétaire, Office national de l’énergie, 444 Seventh
Avenue SW, Calgary (Alberta) T2P 0X8, 403-292-5503 (télécopieur), et le signifier au demandeur, au plus tard le 18 janvier
2010.
3. Conformément au paragraphe 119.06(2) de la Loi, l’Office
tiendra compte de tous les facteurs qu’il estime pertinents. En
particulier, il s’intéresse aux points de vue des déposants sur les
questions suivantes :
a) les conséquences de l’exportation sur les provinces autres
que la province exportatrice;
b) les conséquences de l’exportation sur l’environnement;
c) si le demandeur :
(i) a informé quiconque s’est montré intéressé par l’achat
d’électricité pour consommation au Canada des quantités et
des catégories de services offerts,
(ii) a donné la possibilité d’acheter de l’électricité à des conditions aussi favorables que celles indiquées dans la demande
à ceux qui ont, dans un délai raisonnable suivant la communication de ce fait, manifesté l’intention d’acheter de l’électricité pour consommation au Canada.
4. Si le demandeur souhaite répondre aux mémoires visés aux
points 2 et 3 du présent avis de la demande et des présentes instructions relatives à la procédure, il doit déposer sa réponse auprès de la secrétaire de l’Office et en signifier une copie à la partie qui a déposé le mémoire, au plus tard le 2 février 2010.
5. Pour obtenir de plus amples renseignements sur les méthodes régissant l’examen mené par l’Office, veuillez communiquer
avec la secrétaire de l’Office, Claudine Dutil-Berry, par téléphone
au 403-299-2714 ou par télécopieur au 403-292-5503.
La secrétaire
CLAUDINE DUTIL-BERRY
[51-1-o]
[51-1-o]
2. Submissions that any party wishes to present shall be filed
with the Secretary, National Energy Board, 444 Seventh Avenue
SW, Calgary, Alberta T2P 0X8, 403-292-5503 (fax), and served
on the Applicant by January 18, 2010.
3. Pursuant to subsection 119.06(2) of the Act, the Board shall
have regard to all considerations that appear to it to be relevant. In
particular, the Board is interested in the views of submitters with
respect to
(a) the effect of the exportation of the electricity on provinces
other than that from which the electricity is to be exported;
(b) the impact of the exportation on the environment; and
(c) whether the Applicant has
(i) informed those who have declared an interest in buying
electricity for consumption in Canada of the quantities and
classes of service available for sale, and
(ii) given an opportunity to purchase electricity on terms and
conditions as favourable as the terms and conditions specified in the application to those who, within a reasonable time
of being so informed, demonstrate an intention to buy electricity for consumption in Canada.
4. Any answer to submissions that the Applicant wishes to present in response to items 2 and 3 of this notice of application and
directions on procedure shall be filed with the Secretary of the
Board and served on the party that filed the submission by February 2, 2010.
5. For further information on the procedures governing the
Board’s examination, contact the Secretary of the Board, Claudine
Dutil-Berry, at 403-299-2714 (telephone) or 403-292-5503 (fax).
Le 19 décembre 2009
Gazette du Canada Partie I
3733
MISCELLANEOUS NOTICES
AVIS DIVERS
AUVSI-CANADA
AUVSI-CANADA
SURRENDER OF CHARTER
ABANDON DE CHARTE
Notice is hereby given that AUVSI-Canada intends to apply to
the Minister of Industry for leave to surrender its charter pursuant
to subsection 32(1) of the Canada Corporations Act.
ANNE HEALEY
Executive Director
Avis est par les présentes donné que AUVSI-Canada demandera au ministre de l’Industrie la permission d’abandonner sa
charte en vertu du paragraphe 32(1) de la Loi sur les corporations
canadiennes.
Le 3 décembre 2009
La directrice exécutive
ANNE HEALEY
[51-1-o]
[51-1-o]
December 3, 2009
CANADIAN CENTRE FOR MARINE
COMMUNICATIONS
CANADIAN CENTRE FOR MARINE
COMMUNICATIONS
SURRENDER OF CHARTER
ABANDON DE CHARTE
Notice is hereby given that Canadian Centre for Marine Communications intends to apply to the Minister of Industry for leave
to surrender its charter pursuant to subsection 32(1) of the Canada Corporations Act.
December 3, 2009
GLENN BLACKWOOD
Vice-Chairperson
Avis est par les présentes donné que Canadian Centre for Marine Communications demandera au ministre de l’Industrie la permission d’abandonner sa charte en vertu du paragraphe 32(1) de
la Loi sur les corporations canadiennes.
Le 3 décembre 2009
Le vice-président
GLENN BLACKWOOD
[51-1-o]
[51-1-o]
CHRISTIAN COUNCIL FOR RECONCILIATION:
PRISON MINISTRY/CONSEIL CHRÉTIEN DE
RÉCONCILIATION : MINISTÈRE AUPRÈS DES
PRISONNIERS
CHRISTIAN COUNCIL FOR RECONCILIATION:
PRISON MINISTRY/CONSEIL CHRÉTIEN DE
RÉCONCILIATION : MINISTÈRE AUPRÈS DES
PRISONNIERS
RELOCATION OF HEAD OFFICE
CHANGEMENT DE LIEU DU SIÈGE SOCIAL
Notice is hereby given that Christian Council for Reconciliation: Prison Ministry/Conseil chrétien de réconciliation : ministère auprès des prisonniers has changed the location of its head
office to the city of Springhill, province of Nova Scotia.
REV. STEPHEN BROWN
President
Avis est par les présentes donné que Christian Council for Reconciliation: Prison Ministry/Conseil chrétien de réconciliation :
ministère auprès des prisonniers a changé le lieu de son siège
social qui est maintenant situé à Springhill, province de la
Nouvelle-Écosse.
Le 2 décembre 2009
Le président
REV. STEPHEN BROWN
[51-1-o]
[51-1-o]
December 2, 2009
CITY OF HAMILTON
CITY OF HAMILTON
PLANS DEPOSITED
DÉPÔT DE PLANS
The City of Hamilton hereby gives notice that an application
has been made to the Minister of Transport, Infrastructure and
Communities under the Navigable Waters Protection Act for approval of the plans and site of the work described herein. Under
section 9 of the said Act, the City of Hamilton has deposited with
the Minister of Transport, Infrastructure and Communities and in
the office of the District Registrar of the Land Registry District of
La City of Hamilton donne avis, par les présentes, qu’une demande a été déposée auprès du ministre des Transports, de
l’Infrastructure et des Collectivités, en vertu de la Loi sur la protection des eaux navigables, pour l’approbation des plans et de
l’emplacement de l’ouvrage décrit ci-après. La City of Hamilton
a, en vertu de l’article 9 de ladite loi, déposé auprès du ministre
des Transports, de l’Infrastructure et des Collectivités et au
3734
Canada Gazette Part I
December 19, 2009
Hamilton-Wentworth, at 119 King Street W, 4th Floor, Hamilton,
Ontario, under deposit No. VM280175, a description of the site
and plans for the proposed wetland and extension of Red Hill
Creek, in Windermere Basin, at Hamilton Harbour, south of
175 Pier 24 Gateway.
Comments may be directed to the Superintendent, Navigable
Waters Protection Program, Transport Canada, 100 Front Street S,
Sarnia, Ontario N7T 2M4. However, comments will be considered only if they are in writing, are received not later than 30 days
after the date of publication of this notice and are related to the
effects of this work on marine navigation. Although all comments
conforming to the above will be considered, no individual response will be sent.
Hamilton, November 26, 2009
JOHN HELKA
bureau de la publicité des droits du district d’enregistrement de
Hamilton-Wentworth, situé au 119, rue King Ouest, 4e étage,
Hamilton (Ontario), sous le numéro de dépôt VM280175, une
description de l’emplacement et les plans pour le marécage que
l’on propose de créer et pour l’agrandissement du ruisseau Red
Hill dans le bassin Windermere, dans le port de Hamilton, au sud
du 175 Pier 24 Gateway.
Les commentaires éventuels doivent être adressés au Surintendant, Programme de protection des eaux navigables, Transports
Canada, 100, rue Front Sud, Sarnia (Ontario) N7T 2M4. Veuillez
noter que seuls les commentaires faits par écrit, reçus au plus tard
30 jours suivant la date de publication de cet avis et relatifs à
l’effet de l’ouvrage sur la navigation maritime seront considérés.
Même si tous les commentaires répondant à ces exigences seront
considérés, aucune réponse individuelle ne sera envoyée.
Hamilton, le 26 novembre 2009
JOHN HELKA
[51-1-o]
[51-1]
INTERFACE DEVELOPMENT CORP.
INTERFACE DEVELOPMENT CORP.
PLANS DEPOSITED
DÉPÔT DE PLANS
Interface Development Corp. hereby gives notice that an application has been made to the Minister of Transport, Infrastructure
and Communities under the Navigable Waters Protection Act for
approval of the plans and site of the work described herein. Under
section 9 of the said Act, Interface Development Corp. has deposited with the Minister of Transport, Infrastructure and Communities and in the office of the Government Agent and in the
Land Registry of Osoyoos Division, Yale District, at Vernon,
British Columbia, under deposit No. 1000037, a description of the
site and plans for the proposed boat moorage on Okanagan Lake,
at Westbank, fronting on the Tsinstikeptum Indian Reserve
No. 10, Parcel AA and Parcel BB of CLSR Plan 53510, and
Lot 111, CLSR Plan 66715.
MARK SHUPARSKI
Director
La société Interface Development Corp. donne avis, par les
présentes, qu’une demande a été déposée auprès du ministre des
Transports, de l’Infrastructure et des Collectivités, en vertu de la
Loi sur la protection des eaux navigables, pour l’approbation des
plans et de l’emplacement de l’ouvrage décrit ci-après. La Interface Development Corp. a, en vertu de l’article 9 de ladite loi,
déposé auprès du ministre des Transports, de l’Infrastructure et
des Collectivités et au bureau de l’agent du gouvernement et au
bureau de la publicité des droits dans la division d’Osoyoos
du district d’enregistrement de Yale, à Vernon (ColombieBritannique), sous le numéro de dépôt 1000037, une description
de l’emplacement et les plans d’une marina que l’on propose de
construire sur le lac Okanagan, à Westbank, devant la réserve
indienne Tsinstikeptum no 10, parcelle AA et parcelle BB du
plan 53510 du CLSR et lot 111, plan 66715 du CLSR.
Les commentaires relatifs à l’effet de l’ouvrage sur la navigation maritime peuvent être adressés au Surintendant, Programme
de protection des eaux navigables, Transports Canada, 800, rue
Burrard, Bureau 620, Vancouver (Colombie-Britannique) V6Z 2J8.
Veuillez noter que seuls les commentaires faits par écrit et reçus
au plus tard 30 jours suivant la date de publication de cet avis
seront considérés. Même si tous les commentaires répondant à ces
exigences seront considérés, aucune réponse individuelle ne sera
envoyée.
Vancouver, le 7 décembre 2009
Le directeur
MARK SHUPARSKI
[51-1-o]
[51-1-o]
Comments regarding the effect of this work on marine navigation may be directed to the Superintendent, Navigable Waters
Protection Program, Transport Canada, 800 Burrard Street,
Suite 620, Vancouver, British Columbia V6Z 2J8. However, comments will be considered only if they are in writing and are received not later than 30 days after the date of publication of this
notice. Although all comments conforming to the above will be
considered, no individual response will be sent.
Vancouver, December 7, 2009
SOUTHSHORE BROADCASTING INC.
SOUTHSHORE BROADCASTING INC.
RELOCATION OF HEAD OFFICE
CHANGEMENT DE LIEU DU SIÈGE SOCIAL
Notice is hereby given that Southshore Broadcasting Inc. has
changed the location of its head office to the city of Leamington,
province of Ontario.
December 7, 2009
TONY VIDAL
President
Avis est par les présentes donné que Southshore Broadcasting
Inc. a changé le lieu de son siège social qui est maintenant situé à
Leamington, province d’Ontario.
Le 7 décembre 2009
Le président
TONY VIDAL
[51-1-o]
[51-1-o]
Le 19 décembre 2009
Gazette du Canada Partie I
3735
TROIKA VENTURES INC.
TROIKA VENTURES INC.
PLANS DEPOSITED
DÉPÔT DE PLANS
Troika Ventures Inc. hereby gives notice that an application
has been made to the Minister of Transport, Infrastructure and
Communities under the Navigable Waters Protection Act for approval of the plans and site of the work described herein. Under
section 9 of the said Act, Troika Ventures Inc. has deposited with
the Minister of Transport, Infrastructure and Communities and in
the office of the Government Agent, at Vernon, British Columbia,
under deposit No. 100, a description of the site and plans for the
proposed breakwater, pier and marina on Okanagan Lake at
49°53′31.7″ N and 119°32′2.8″ W, in front of Lot 417 of
Plan 3133R and Parcel Z of Plan 53510, Tsinstikeptum Indian
Reserve No. 10, ODYD, Westbank, British Columbia.
B.C. DOCK AND MARINA LTD.
RICHARD DICK
President
La société Troika Ventures Inc. donne avis, par les présentes,
qu’une demande a été déposée auprès du ministre des Transports,
de l’Infrastructure et des Collectivités, en vertu de la Loi sur la
protection des eaux navigables, pour l’approbation des plans et de
l’emplacement de l’ouvrage décrit ci-après. La Troika Ventures
Inc. a, en vertu de l’article 9 de ladite loi, déposé auprès du ministre des Transports, de l’Infrastructure et des Collectivités et au
bureau de l’agent du gouvernement à Vernon (ColombieBritannique), sous le numéro de dépôt 100, une description de
l’emplacement et les plans du brise-lames, du quai et de la marina
que l’on propose de construire dans le lac Okanagan, aux coordonnées 49°53′31,7″ N. et 119°32′2,8″ O., en face du lot 417 du
plan 3133R, et de la parcelle Z du plan 53510, dans la réserve
indienne Tsinstikeptum no 10, ODYD, à Westbank, en ColombieBritannique.
Les commentaires relatifs à l’effet de l’ouvrage sur la navigation maritime peuvent être adressés au Surintendant, Programme
de protection des eaux navigables, Transports Canada, 800, rue
Burrard, Bureau 620, Vancouver (Colombie-Britannique) V6Z
2J8. Veuillez noter que seuls les commentaires faits par écrit et
reçus au plus tard 30 jours suivant la date de publication de cet
avis seront considérés. Même si tous les commentaires répondant
à ces exigences seront considérés, aucune réponse individuelle ne
sera envoyée.
Vernon, le 7 décembre 2009
B.C. DOCK AND MARINA LTD.
Le président
RICHARD DICK
[51-1-o]
[51-1]
Comments regarding the effect of this work on marine navigation may be directed to the Superintendent, Navigable Waters
Protection Program, Transport Canada, 800 Burrard Street,
Suite 620, Vancouver, British Columbia V6Z 2J8. However, comments will be considered only if they are in writing and are received not later than 30 days after the date of publication of this
notice. Although all comments conforming to the above will be
considered, no individual response will be sent.
Vernon, December 7, 2009
XCEED MORTGAGE CORPORATION
CORPORATION HYPOTHÉCAIRE XCEED
LETTERS PATENT OF CONTINUANCE
LETTRES PATENTES DE PROROGATION
Notice is hereby given that Xceed Mortgage Corporation intends to a file an application pursuant to subsection 33(2) of the
Bank Act for letters patent continuing it as a bank under the name
Xceed Bank, in English, and Banque Xceed, in French.
Any person who objects to the issuance of these letters patent
may submit an objection in writing to the Office of the Superintendent of Financial Institutions, 255 Albert Street, Ottawa,
Ontario K1A 0H2, on or before January 18, 2010.
November 28, 2009
XCEED MORTGAGE CORPORATION
Avis est par les présentes donné que la Corporation hypothécaire Xceed a l’intention de déposer une demande en vertu du
paragraphe 33(2) de la Loi sur les banques en vue d’obtenir des
lettres patentes de prorogation comme banque sous la dénomination Xceed Bank, en anglais, et Banque Xceed, en français.
Toute personne qui s’oppose à la délivrance de ces lettres
patentes peut notifier son opposition par écrit au Bureau du surintendant des institutions financières, 255, rue Albert, Ottawa (Ontario) K1A 0H2, au plus tard le 18 janvier 2010.
Le 28 novembre 2009
CORPORATION HYPOTHÉCAIRE XCEED
[48-4-o]
[48-4-o]
3736
Canada Gazette Part I
December 19, 2009
ORDERS IN COUNCIL
DÉCRETS EN CONSEIL
GOVERNMENT HOUSE
RÉSIDENCE DU GOUVERNEUR GÉNÉRAL
Letters patent amending the Sacrifice Medal Regulations, 2009
Lettres patentes modifiant le Règlement sur la médaille du
sacrifice (2009)
P.C. 2009-1747
C.P. 2009-1747
October 16, 2009
Whereas, by letters patent issued on April 17, 2008, the Sacrifice Medal was instituted and created in Canada;
Whereas those letters patent ordained, directed and appointed
that the Sacrifice Medal shall be governed by the Sacrifice Medal
Regulations annexed to the letters patent;
And whereas it is desirable and Our Privy Council for Canada
has advised that letters patent do issue to amend the purpose of
the Sacrifice Medal contained in the letters patent in order to accord recognition to any person enrolled in, attached to or working
with the Canadian Forces who died or was wounded as a direct
result of hostile action or to any member of the Canadian Forces
who died as a result of an injury or disease related to military
service and to repeal the Sacrifice Medal Regulations and to make
the annexed Sacrifice Medal Regulations, 2009 in substitution;
Therefore, Her Excellency the Governor General in Council,
on the recommendation of the Prime Minister, hereby orders that
letters patent do issue, under the Great Seal of Canada,
(a) to amend the purpose of the Sacrifice Medal contained in
the letters patent issued on April 17, 2008 in order to accord
recognition to any person enrolled in, attached to or working
with the Canadian Forces who died or was wounded as a direct
result of hostile action or to any member of the Canadian
Forces who died as a result of an injury or disease related to
military service; and
(b) to repeal the Sacrifice Medal Regulations and to make the
annexed Sacrifice Medal Regulations, 2009 in substitution.
Le 16 octobre 2009
Attendu que, par des lettres patentes délivrées le 17 avril 2008,
a été créée et instituée au Canada la Médaille du sacrifice;
Attendu que, en vertu de ces lettres patentes, il a été ordonné,
décrété et prescrit que la Médaille du sacrifice soit régie par le
Règlement sur la Médaille du sacrifice, figurant à l’annexe des
lettres patentes;
Attendu qu’il est souhaitable et que Notre Conseil privé pour le
Canada a recommandé que soient délivrées des lettres patentes
modifiant l’objet de la Médaille du sacrifice énoncé dans les lettres patentes pour rendre témoignage à toute personne qui, étant
enrôlée dans les Forces canadiennes, affectée à celles-ci ou travaillant avec elles, est décédée ou a été blessée en conséquence
directe d’un acte d’hostilité ou à tout membre des Forces canadiennes qui est décédé des suites d’une blessure ou d’une maladie
liée au service, et que le Règlement sur la Médaille du sacrifice
soit abrogé et remplacé par le Règlement sur la Médaille du sacrifice (2009), ci-après,
À ces causes, sur recommandation du premier ministre, Son
Excellence la Gouverneure générale en conseil ordonne la délivrance, sous le grand sceau du Canada, de lettres patentes :
a) modifiant l’objet de la Médaille du sacrifice énoncé dans les
lettres patentes délivrées le 17 avril 2008 pour rendre témoignage à toute personne qui, étant enrôlée dans les Forces canadiennes, affectée à celles-ci ou travaillant avec elles, est
décédée ou a été blessée en conséquence directe d’un acte
d’hostilité ou à tout membre des Forces canadiennes qui est
décédé des suites d’une blessure ou d’une maladie liée au service;
b) abrogeant le Règlement sur la Médaille du sacrifice et le
remplaçant par le Règlement sur la Médaille du sacrifice
(2009), ci-après.
ELIZABETH R.
[Great Seal of Canada]
[Grand Sceau du Canada]
CANADA
ELIZABETH THE SECOND, by the Grace of God of the
United Kingdom, Canada and Her other Realms and Territories
QUEEN, Head of the Commonwealth and Defender of the Faith.
To ALL TO WHOM these Presents shall come or whom the
same may in any concerns,
ELIZABETH DEUX, par la Grâce de Dieu, REINE du
Royaume-Uni, du Canada et de ses autres royaumes et territoires,
Chef du Commonwealth, Défenseur de la Foi.
À TOUS CEUX à qui les présentes parviennent ou qu’elles
peuvent de quelque manière concerner,
GREETING:
SALUT :
Whereas, by Our letters patent issued on April 17, 2008, We
instituted and created in Canada the Sacrifice Medal for the purpose of according recognition to any person enrolled in, attached
to or working with the Canadian Forces who died or was
wounded as a direct result of hostile action;
Attendu que, par Nos lettres patentes délivrées le 17 avril 2008,
Nous avons créé et institué au Canada la Médaille du sacrifice
pour rendre témoignage à toute personne qui, étant enrôlée dans
les Forces canadiennes ou affectée à celles-ci ou travaillant avec
elles, est décédée ou a été blessée en conséquence directe d’un
acte d’hostilité;
Le 19 décembre 2009
Gazette du Canada Partie I
Whereas We did, by those letters patent, ordain, direct and appoint that the Sacrifice Medal shall be governed by the Sacrifice
Medal Regulations annexed to the letters patent;
And whereas it is desirable and Our Privy Council for Canada
has advised that the purpose of the Sacrifice Medal contained in
Our letters patent be amended in order to accord recognition to
any person enrolled in, attached to or working with the Canadian
Forces who died or was wounded as a direct result of hostile action or to any member of the Canadian Forces who died as a result of an injury or disease related to military service and that the
Sacrifice Medal Regulations be repealed and the annexed Sacrifice Medal Regulations, 2009 be made in substitution;
Now know you that We, by and with the advice of Our Privy
Council for Canada, do by these presents amend the purpose of
the Sacrifice Medal contained in letters patent issued on April 17,
2008 in order to accord recognition to any person enrolled in,
attached to or working with the Canadian Forces who died or was
wounded as a direct result of hostile action or to any member of
the Canadian Forces who died as a result of an injury or disease
related to military service, and repeal the Sacrifice Medal Regulations, made by letters patent issued on April 17, 2008, and make
the annexed Sacrifice Medal Regulations, 2009, in substitution
therefor.
IN WITNESS WHEREOF, We have caused these Our Letters
to be made Patent and the Great Seal of Canada to be hereunto
affixed.
3737
Attendu que, en vertu de ces lettres patentes, Nous avons ordonné, décrété et prescrit que la Médaille du sacrifice soit régie
par le Règlement sur la Médaille du sacrifice figurant à l’annexe
des lettres patentes;
Attendu qu’il est souhaitable et que Notre Conseil privé pour le
Canada a recommandé que soit modifié l’objet de la Médaille du
sacrifice énoncé dans Nos lettres patentes pour rendre témoignage
à toute personne qui, étant enrôlée dans les Forces canadiennes,
affectée à celles-ci ou travaillant avec elles, est décédée ou a été
blessée en conséquence directe d’un acte d’hostilité ou à tout
membre des Forces canadiennes qui est décédé des suites d’une
blessure ou d’une maladie liée au service et que le Règlement sur
la Médaille du sacrifice soit abrogé et remplacé par le Règlement
sur la Médaille du sacrifice (2009) ci-après,
Sachez que, sur et avec l’avis de Notre Conseil privé pour le
Canada, Nous modifions l’objet de la Médaille du sacrifice énoncé dans Nos lettres patentes délivrées le 17 avril 2008 pour rendre
témoignage à toute personne qui, étant enrôlée dans les Forces
canadiennes, affectée à celles-ci ou travaillant avec elles, est décédée ou a été blessée en conséquence directe d’un acte d’hostilité ou à tout membre des Forces canadiennes qui est décédé des
suites d’une blessure ou d’une maladie liée au service, et que
Nous abrogeons le Règlement sur la Médaille du sacrifice, pris
par lettres patentes délivrées le 17 avril 2008, et le remplaçons par
le Règlement sur la Médaille du sacrifice (2009) ci-après.
EN FOI DE QUOI, Nous avons fait délivrer Nos présentes lettres patentes et y avons fait apposer le grand sceau du Canada.
WITNESS:
TÉMOIN :
Our Right Trusty and Well-beloved Michaëlle Jean, Chancellor
and Principal Companion of Our Order of Canada, Chancellor
and Commander of Our Order of Military Merit, Chancellor and
Commander of Our Order of Merit of the Police Forces, Governor
General and Commander-in-chief of Canada.
AT OUR GOVERNMENT HOUSE, in Our City of Ottawa,
this sixth day of November in the year of Our Lord two thousand
and nine and in the fifty-eight year of Our Reign.
Notre très fidèle et bien-aimée Michaëlle Jean, chancelière et
compagnon principal de Notre Ordre du Canada, chancelière et
commandeure de Notre Ordre du mérite militaire, chancelière et
commandeure de Notre Ordre du mérite du corps policiers, gouverneure générale et commandante en chef du Canada.
À NOTRE HÔTEL DU GOUVERNEMENT, en Notre ville
d’Ottawa, ce sixième jour de novembre de l’an de grâce deux
mille neuf, cinquante-huitième de Notre règne.
BY HER MAJESTY’S COMMAND,
PAR ORDRE DE SA MAJESTÉ,
STEPHEN HARPER
PRIME MINISTER OF CANADA
LE PREMIER MINISTRE DU CANADA
SACRIFICE MEDAL REGULATIONS, 2009
RÈGLEMENT SUR LA MÉDAILLE DU SACRIFICE (2009)
INTERPRETATION
DÉFINITIONS
1. The following definitions apply in these Regulations.
“Bar” means the bar described in subsection 2(5). (barrette)
“Canadian Forces” means the Regular Force, Primary Reserve,
Cadet Organizations Administration and Training Service and
the Canadian Rangers. (Forces canadiennes)
“Medal” means the Sacrifice Medal described in section 2.
(Médaille)
1. Les définitions qui suivent s’appliquent au présent
règlement.
« barrette » La barrette décrite au paragraphe 2(5). (Bar)
« Forces canadiennes » S’entend de la force régulière, de la réserve primaire, du Service d’administration et d’instruction des
organisations de cadets et des Rangers canadiens. (Canadian
Forces)
« Médaille » La Médaille du sacrifice décrite à l’article 2.
(Medal)
3738
Canada Gazette Part I
December 19, 2009
DESCRIPTION
DESCRIPTION
2. (1) The Medal shall consist of a silver circular medal that is
36 mm across, has a claw at the top of it in the form of the Royal
Crown, and is attached to a straight slotted bar.
2. (1) La Médaille, d’un diamètre de 36 mm, est une médaille
en argent de forme ronde et sa partie supérieure est munie d’une
attache à laquelle est fixée une barrette de suspension droite.
L’attache a la forme de la Couronne royale.
(2) On the obverse of the Medal shall appear a contemporary
effigy of Her Majesty the Queen of Canada, facing right, wearing
a Canadian diadem composed alternately of maple leaves and
snow flakes, and circumscribed with the inscriptions
“ELIZABETH II DEI GRATIA REGINA” and “CANADA”,
separated by small maple leaves.
(2) L’avers de la Médaille porte l’effigie contemporaine de Sa
Majesté la Reine du Canada, faisant face à droite, ceinte d’un
diadème canadien composé en alternance de feuilles d’érable et
de flocons de neige, entourée des inscriptions « ELIZABETH II
DEI GRATIA REGINA » et « CANADA » séparées par de petites feuilles d’érable.
(3) On the reverse of the Medal shall appear a representation of
the statue named “Canada” – that forms part of the Canadian National Vimy Memorial – facing right, overlooking the horizon.
The inscription “SACRIFICE” shall appear in the lower right half
of the Medal.
(3) Le revers de la Médaille porte une représentation de la statue appelée « Canada » — qui fait partie du Monument commémoratif du Canada à Vimy —, faisant face à droite, le regard
tourné vers l’horizon. L’inscription « SACRIFICE » figure dans
la partie inférieure droite de la Médaille.
(4) The Medal shall be suspended from a watered ribbon that is
32 mm in width consisting of a 10 mm black stripe in the middle
that is flanked by 11 mm red stripes on which are centred 1 mm
white stripes.
(4) La Médaille est suspendue à un ruban moiré de 32 mm de
largeur comportant une bande centrale noire de 10 mm, bordée de
chaque côté d’une bande rouge de 11 mm qui porte en son centre
une bande blanche de 1 mm.
(5) The Bar to the Medal shall be in silver with raised edges
and shall bear a centred, single silver maple leaf overall.
(5) La barrette de la Médaille est en argent et comporte une
bordure en relief et une feuille d’érable en argent au centre.
(6) The Medal shall be engraved on the rim with the service
number, rank, forename initials and surname of any military recipient or with the forenames and surname of any civilian
recipient.
(6) La tranche de la Médaille porte les numéro de service, grade, initiales du prénom et nom du récipiendaire militaire ou les
prénoms et nom du récipiendaire civil.
ELIGIBILITY
ADMISSIBILITÉ
3. (1) Subject to subsection (5), the Medal may be awarded to
any person who is a member of the Canadian Forces, a member of
an allied force who has worked as an integral part of the Canadian
Forces such as exchange personnel or a Canadian citizen, deployed as part of a military mission, in the employ of Her Majesty
in right of Canada or under contract with the Government of Canada, who has, on or after October 7, 2001, died or been wounded
under honourable circumstances as a direct result of a hostile
action or an action which was intended for a hostile force, on the
condition that the wounds sustained required treatment by a physician and the treatment has been documented.
3. (1) Sous réserve du paragraphe (5), la Médaille peut être attribuée soit à un membre des Forces canadiennes ou à un membre
des forces alliées qui est intégré aux Forces canadiennes, notamment en vertu d’un programme d’échange, soit à un citoyen canadien, déployé dans le cadre d’une mission militaire, employé par
Sa Majesté la Reine du chef du Canada ou engagé à contrat par le
gouvernement du Canada, qui le 7 octobre 2001 ou après cette
date, est décédé ou a été blessé lors de circonstances honorables,
en conséquence directe d’un acte d’hostilité ou d’un acte destiné
à des forces ennemies, à la condition que la blessure subie ait
nécessité des traitements par un médecin et que ceux-ci soient
documentés.
(2) The Medal may be awarded under subsection (1) in the following circumstances:
(a) death or wounds due to a terrorist attack, mine or bomb disposal duty, direct or indirect fire, rescue duty, or collision of an
aircraft, vehicle or vessel, on the condition that the occurrence
is directly related to a hostile action;
(b) death or wounds as a direct result of fire aimed at a hostile
force or what is or was thought to be a hostile force;
(c) death or wounds that require not less than seven days of
treatment in hospital, or an equivalent course of treatment, and
that were caused by
(i) exposure to the elements as a consequence of an aircraft,
vehicle or vessel being destroyed or disabled by a hostile
action,
(ii) harsh treatment or neglect while a captive of a hostile
force, or
(iii) the use of nuclear, biological or chemical agents by a
hostile force; or
(d) mental disorders that are diagnosed according to the criteria
set out in the Diagnostic and Statistical Manual of Mental
(2) Constituent les circonstances dans lesquelles la Médaille
peut être attribuée au titre du paragraphe (1) :
a) le décès ou les blessures survenus lors d’un attentat terroriste, dans le cadre de fonctions de déminage, de neutralisation de
bombes ou de sauvetage, lors de la collision d’un aéronef, d’un
véhicule ou d’un navire ou encore causés par un tir direct ou
indirect, à la condition que ces événements soient directement
liés à un acte d’hostilité;
b) le décès ou les blessures directement causés par un tir dirigé
vers des forces ennemies, qu’elles soient réelles ou perçues;
c) le décès ou les blessures qui nécessitent au moins sept jours
de traitements dans un hôpital ou une série de traitements semblables et qui sont causées par :
(i) soit l’exposition aux éléments par suite de la destruction
ou de la mise hors d’état, en raison d’un acte d’hostilité, d’un
aéronef, d’un véhicule ou d’un navire,
(ii) soit un traitement sévère ou la négligence lors de la détention de la personne par des forces ennemies,
(iii) soit l’emploi d’agents nucléaires, biologiques ou chimiques par des forces ennemies;
Le 19 décembre 2009
Gazette du Canada Partie I
3739
Disorders, published by the American Psychiatric Association,
as amended from time to time, and, based on a review by a
qualified mental health care practitioner, are directly attributable to a hostile action or an action which was intended for a
hostile force.
d) les troubles mentaux qui sont diagnostiqués d’après les critères établis dans le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux – publié par l’American Psychiatric Association –,
avec ses modifications successives, et qui sont, suivant un
examen effectué par un professionnel de la santé mentale qualifié, directement attribuables à un acte d’hostilité ou à un acte
destiné à des forces ennemies.
(3) Subject to paragraph (5)(d), the Medal may also be awarded
to the following member or former member if they served on or
after October 7, 2001 and died, on or after that date, under
honourable circumstances as a result of an injury or disease related to military service:
(a) a member or former member of the Canadian Forces; or
(b) a member or former member of the Supplementary Reserve
who served in or with the Canadian Forces.
(3) Sous réserve de l’alinéa (5)d), la Médaille peut aussi être attribuée au membre ou à l’ancien membre ci-après, s’il a servi le
7 octobre 2001 ou après cette date et s’il est décédé lors de circonstances honorables, le 7 octobre 2001 ou après cette date des
suites d’une blessure ou d’une maladie liée au service :
a) soit le membre ou l’ancien membre des Forces canadiennes;
b) soit le membre ou l’ancien membre de la réserve supplémentaire qui a servi dans ou avec les Forces canadiennes.
(4) The Medal may be awarded under subsection (3) in the following circumstances:
(a) death as a result of mental disorders that are diagnosed according to the criteria set out in the Diagnostic and Statistical
Manual of Mental Disorders, published by the American Psychiatric Association, as amended from time to time, and, based
on a review by a qualified mental health care practitioner, are
directly attributable to military service; or
(b) death related to service, including the following:
(i) during training or operations, following a vehicle accident, plane crash, shipwreck, parachute or diving accident,
loss at sea, an accidental discharge of weapons, an ammunition handling accident, a fire or explosion, fatal fall, heart attack or as a result of a heat stroke, physical exhaustion or
stress during mandated training, or
(ii) accidental death when travelling on duty.
(4) Constituent les circonstances dans lesquelles la Médaille
peut être attribuée au titre du paragraphe (3) :
a) le décès causé par des troubles mentaux diagnostiqués
d’après les critères établis dans le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux – publié par l’American Psychiatric Association –, avec ses modifications successives, et qui
sont, suivant un examen effectué par un professionnel de la
santé mentale qualifié, directement attribuables au service;
b) le décès lié au service, notamment :
(i) lors de l’instruction ou des opérations, par suite de l’écrasement d’un aéronef, du naufrage d’un navire, d’un accident
de la route, de parachute ou de plongée, ou lié à la manutention de munitions, d’une disparition en mer, de la décharge
accidentelle d’une arme à feu, d’un incendie, d’une explosion, d’une chute, d’une crise cardiaque, ou en raison d’un
coup de chaleur, de l’épuisement ou du stress pendant
l’instruction obligatoire,
(ii) par suite d’un accident survenu pendant un voyage en
service.
(5) The Medal may not be awarded in the following circumstances, including:
(a) wounds due to exposure to the elements other than as set
out in subparagraph (2)(c)(i), or caused by acts of God;
(b) wounds caused by an accident arising from employment in
a theatre of operations but not directly attributable to a hostile
action;
(c) wounds that were self-inflicted or caused by the victim’s
negligence, other than in cases set out in paragraph (2)(d); or
(d) death while travelling to or from a place of duty.
(5) Les circonstances suivantes ne donnent pas lieu à l’attribution de la Médaille, notamment :
a) les blessures attribuables à une exposition aux éléments autre que celle visée aux sous-alinéas (2)c)(i) ou à des cas de force majeure;
b) les blessures attribuables aux accidents survenus dans un
théâtre d’opérations sans avoir été directement causés par un
acte d’hostilité;
c) les blessures auto-infligées ou attribuables à la négligence de
la victime, autres que celles visées à l’alinéa (2)d);
d) le décès lors des déplacements à partir du lieu de service ou
vers celui-ci.
4. (1) The Medal shall only be awarded to a person once, and
any additional occasions on which the person is wounded under
circumstances described in subsection 3(1) shall be recognized by
the awarding of a Bar.
4. (1) La Médaille n’est attribuée à une personne qu’une seule
fois, les autres occasions où elle a été blessée dans les circonstances visées au paragraphe 3(1) étant soulignées par l’attribution
d’une barrette.
(2) If a person has died under circumstances described in subsection 3(1) and 3(3) after having been awarded the Medal, the
person shall be recognized by the awarding of a Bar.
(2) Si la personne est décédée dans les circonstances visées aux
paragraphes 3(1) et (3) après s’être vue attribuer la Médaille, son
décès est souligné par l’attribution d’une barrette.
5. The Medal or Bar represents each occasion on which a person has been wounded but does not represent the number of
wounds sustained on any one occasion.
5. La Médaille ou la barrette signale chaque occasion où une
personne a été blessée et non chaque blessure subie à la même
occasion.
3740
Canada Gazette Part I
AWARD
6. An award of the Medal and the Bars shall be made
(a) on the recommendation of the Chief of the Defence Staff,
who shall make a list of all persons, military and civilian, who
are eligible to be awarded the Medal or the Bars and shall forward the list to the Governor General; and
(b) by an instrument signed by the Governor General.
7. The Medal or Bar may be awarded posthumously.
December 19, 2009
ATTRIBUTION
6. L’attribution de la Médaille ou de la barrette est faite :
a) sur recommandation du chef d’état-major de la défense, qui
dresse la liste des personnes — militaires et civils — admissibles à la Médaille ou à une barrette et la transmet au gouverneur général;
b) au moyen d’un instrument signé par le gouverneur général.
7. La Médaille ou la barrette peut être attribuée à titre
posthume.
PRESENTATION
REMISE
8. Unless the Governor General otherwise directs, the Medal or
Bar shall be presented to the recipient, as arranged by the Chief of
the Defence Staff.
8. Sauf directive contraire du gouverneur général, la Médaille
ou la barrette est présentée au récipiendaire suivant les dispositions prises par le chef d’état-major de la défense.
WEARING OF MEDAL AND BAR
PORT DE LA MÉDAILLE ET DE LA BARRETTE
9. (1) The Medal shall be worn on the left breast, suspended
from the ribbon described in subsection 2(4). The Governor in
Council shall determine the order of precedence of the Medal.
(2) A single Bar shall be worn centred on the ribbon.
(3) When several Bars are awarded, they shall be spaced evenly
on the ribbon.
(4) When the undress ribbon is worn, a silver maple leaf shall
be worn centred on the ribbon of the Medal to indicate the award
of a Bar, a gold maple leaf shall be worn to indicate the award of
a second Bar and a red maple leaf shall be worn to indicate the
award of a third Bar. If more than three Bars have been awarded,
the maple leaves shall be worn in combination so as to indicate
the total number of Bars awarded.
10. A recipient of the Medal may wear a miniature medal,
which is one-half the size of the Medal, on all occasions when the
wearing of a miniature medal is customary.
9. (1) La Médaille est portée du côté gauche de la poitrine, suspendue au ruban visé au paragraphe 2(4), dans l’ordre de préséance établi par le gouverneur en conseil.
(2) La barrette portée seule se porte au centre du ruban.
(3) Lorsque plusieurs barrettes sont attribuées, elles sont espacées également sur le ruban.
(4) Porté seul, le ruban de la Médaille est orné d’une feuille
d’érable en argent en son centre pour indiquer l’attribution d’une
barrette. Une feuille d’érable en or est portée pour indiquer l’attribution d’une deuxième barrette et une feuille d’érable rouge pour
indiquer l’attribution d’une troisième barrette. Si plus de trois
barrettes ont été attribuées, les feuilles d’érable sont portées ensemble afin d’indiquer le nombre total de barrettes attribuées.
10. Le récipiendaire de la Médaille peut en porter le modèle réduit — dont la dimension équivaut à la moitié de celle de la Médaille — dans les circonstances où le port des modèles réduits est
de mise.
CANCELLATION AND REINSTATEMENT
ANNULATION ET NOUVELLE ATTRIBUTION
11. (1) The Governor General may, on the recommendation of
the Chief of the Defence Staff,
(a) cancel or annul the award of the Medal or Bar to any person; and
(b) restore the award of a Medal or Bar that has been cancelled
or annulled.
(2) If the award of a Medal or Bar is cancelled or annulled, the
recipient’s name shall be deleted from the register referred to in
paragraph 12(c).
11. (1) Le gouverneur général peut, sur recommandation du
chef d’état-major de la défense :
a) révoquer ou annuler l’attribution de la Médaille ou de la
barrette;
b) attribuer de nouveau la Médaille ou la barrette dont l’attribution a été révoquée ou annulée.
(2) En cas de révocation ou d’annulation de l’attribution de la
Médaille ou de la barrette, le nom du récipiendaire est radié du
registre prévu à l’alinéa 12c).
ADMINISTRATION
ADMINISTRATION
12. The Director, Honours, Chancellery of Honours shall
(a) acquire the Medals and Bars;
(b) provide the Medals and Bars to the Chief of the Defence
Staff;
(c) maintain a register containing the names of the recipients of
the Medal and Bars and any other records relating to the award
that the Director considers necessary; and
(d) perform any other functions in respect of awards of the
Medal and Bars that the Governor General may require the
Director to perform.
12. Le directeur, Distinctions honorifiques, Chancellerie des
distinctions honorifiques :
a) fait l’acquisition des Médailles et des barrettes;
b) fournit celles-ci au chef d’état-major de la défense;
c) tient un registre des noms des récipiendaires ainsi que tout
autre dossier sur l’attribution de la Médaille et de la barrette
qu’il juge nécessaire;
d) exécute, à la demande du gouverneur général, toute autre
tâche ayant trait à l’attribution de la Médaille et de la barrette.
Le 19 décembre 2009
Gazette du Canada Partie I
3741
GENERAL
DISPOSITION GÉNÉRALE
13. Nothing in these Regulations limits the right of the Governor General to exercise all of the powers and authorities of Her
Majesty in respect of the Medal and Bar.
13. Le présent règlement n’a pas pour effet de restreindre le
droit du gouverneur général d’exercer tous les pouvoirs de Sa
Majesté à l’égard de la Médaille et de la barrette.
[51-1-o]
[51-1-o]
3742
Canada Gazette Part I
December 19, 2009
PROPOSED REGULATIONS
RÈGLEMENTS PROJETÉS
Table of Contents
Table des matières
Page
Page
Canadian Food Inspection Agency
Regulations Amending the Health of Animals
Regulations .............................................................
3743
Regulations Amending the Phytophthora Ramorum
Compensation Regulations .....................................
3774
Agence canadienne d’inspection des aliments
Règlement modifiant le Règlement sur la santé des
animaux ..................................................................
Règlement modifiant le Règlement sur
l’indemnisation relative au Phytophthora
ramorum .................................................................
3781
Citoyenneté et de l’Immigration, min. de la
Règlement modifiant le Règlement sur l’immigration
et la protection des réfugiés ....................................
Citizenship and Immigration, Dept. of
Regulations Amending the Immigration and Refugee
Protection Regulations............................................
Environment, Dept. of the, and Dept. of Fisheries
and Oceans
Deposit Out of the Normal Course of Events
Notification Regulations.........................................
Regulations Amending Certain Regulations Made
Under the Fisheries Act ..........................................
Release and Environmental Emergency Notification
Regulations .............................................................
Transport, Dept. of
Order Amending the Shipping Safety Control Zones
Order.......................................................................
3787
Environnement, min. de l’, et min. des Pêches et des
Océans
Règlement sur les avis de rejet ou d’immersion
irréguliers................................................................
Règlement modifiant certains règlements pris en
vertu de la Loi sur les pêches..................................
Règlement sur les avis de rejet ou d’urgence
environnementale....................................................
3800
Transports, min. des
Décret modifiant le Décret sur les zones de contrôle
de la sécurité de la navigation.................................
3794
3796
3743
3774
3781
3794
3796
3787
3800
Le 19 décembre 2009
Gazette du Canada Partie I
Regulations Amending the Health of Animals
Regulations
Règlement modifiant le Règlement sur la santé
des animaux
Statutory authority
Health of Animals Act
Fondement législatif
Loi sur la santé des animaux
Sponsoring agency
Canadian Food Inspection Agency
Organisme responsable
Agence canadienne d’inspection des aliments
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement.)
Executive summary
Issue: Canada has no national regulations to control the import or movement of crustaceans, molluscs or finfish species
other than salmonids for disease control purposes. In areas
where programs for the control of aquatic animal disease exist,
implementation is limited and varies between provinces/
territories. This leaves Canada’s aquatic resources vulnerable
to devastation by the introduction or spread of diseases and
also leaves exporters vulnerable to market closures. Canada’s
regulatory infrastructure currently lags behind international
standards for aquatic animal health control measures.
Description: Amendments to the Health of Animals Regulations and the Reportable Diseases Regulations are needed to
address regulatory gaps and to implement Canada’s National
Aquatic Animal Health Program (NAAHP). Federal intervention is required to meet international trade standards and prevent loss of aquatic resources due to disease introduction or
spread. The proposed amendments to the Health of Animals
Regulations (the Regulations) add aquatic animals and diseases of national and international significance to the regulatory framework currently applied to terrestrial animals. The
regulatory changes require the Canadian Food Inspection
Agency (CFIA) to be informed of the presence of listed diseases and implement controls to prevent these diseases from
being introduced into, or spread within, Canada.
Cost-benefit statement: These regulations ensure aquatic animals, and their products that pose a risk of listed disease
spread, meet the requirements of international standards for
national aquatic animal disease management. This supports
Canada’s reputation for high quality seafood exports and the
CFIA’s current investment in securing market access (domestic and international).
3743
Résumé
Question : Au Canada, il n’existe aucun mécanisme national
de contrôle des importations ou des déplacements de crustacés, de mollusques ou d’espèces de poissons autres que des
salmonidés aux fins de lutte contre les maladies. Dans les secteurs où il existe des programmes de lutte contre les maladies
des animaux aquatiques, la mise en œuvre de ces programmes
est limitée et varie entre les provinces et les territoires. De ce
fait, les ressources aquatiques du Canada sont susceptibles
d’être dévastées par l’introduction ou la propagation de maladies, et les exportateurs risquent de faire face à une fermeture
des marchés. Actuellement, l’infrastructure réglementaire du
Canada accuse un retard par rapport aux normes internationales s’appliquant aux mesures de lutte contre les maladies
des animaux aquatiques.
Description : On doit modifier le Règlement sur la santé des
animaux et le Règlement sur les maladies déclarables si l’on
veut combler les lacunes en matière de réglementation et mettre en œuvre le Programme national sur la santé des animaux
aquatiques (PNSAA). L’intervention du gouvernement fédéral
est nécessaire si l’on veut se conformer aux normes commerciales internationales et prévenir la perte de ressources aquatiques due à l’introduction ou à la propagation de maladies. Les
modifications que l’on propose d’apporter au Règlement sur la
santé des animaux (le Règlement) visent à ajouter les animaux
aquatiques et les maladies d’intérêt national et international
au cadre réglementaire actuellement appliqué pour les animaux terrestres. Les changements apportés à la réglementation
exigent que l’Agence canadienne d’inspection des aliments
(l’ACIA) soit tenue au courant de la présence de maladies inscrites dans la liste et mette en œuvre des mesures de lutte pour
empêcher que ces maladies soient introduites ou se propagent
au Canada.
Énoncé des coûts et avantages : Ces règlements font en sorte
que les animaux aquatiques et leurs produits qui présentent un
risque de propagation d’une maladie inscrite dans la liste répondent aux exigences des normes internationales relatives à
la gestion des maladies des animaux aquatiques à l’échelle nationale. Cela vient conforter la réputation du Canada relativement à l’exportation de poissons et de fruits de mer de haute
qualité ainsi que les efforts actuellement investis par l’ACIA
pour consolider l’accès aux marchés (intérieur et international).
3744
Canada Gazette Part I
In 2006, Canada exported marine, freshwater and aquaculture
fish and seafood products worth $4.1 billion, representing 85%
(in value) of catches and aquaculture production. Imports for
the same period were worth $2.1 billion, some of which were
processed and re-exported. Fishery harvest and processing industries represent a multi-billion-dollar investment to coastal
and rural economies in Canada, including Aboriginal communities. In 2006, marine and freshwater fisheries employed
(directly and indirectly) 51 462 people, while the processing
industry and aquaculture employed, respectively, 28 587 and
3 970 people. Furthermore, money spent on recreational fishing activities contributed $7.5 billion to local economies
across Canada.
Increasingly stringent international standards are driving seafood importing nations to require Canada to certify health
(disease) status, not just food safety, of live aquatic animals
and their products. Without the proposed regulatory amendments, Canada cannot meet these standards, and is facing increasing challenges to export market access. Canada is already
subject to a lesser market access than the United States,
Europe and some other nations due to our current, outdated,
federal regulatory framework.
Business and consumer impacts: Import controls and compulsory notification of regulated diseases would support the
health attestation required to access current markets and would
also increase the competitive access for Canadian fish and seafood to new export markets. The regulatory amendments
would also reduce Canada’s current vulnerability to losses by
a wide range of seafood sector users due to the introduction or
spread of infectious diseases. Costs of compliance for businesses and individuals involved in importing live aquatic animals and products or movements within Canada from highrisk to low-risk areas would depend on the conditions imposed
to mitigate the risk of disease transfer.
Currently, if an aquatic disease were to be discovered in one
part of Canada, it would have the potential to affect the disease status of the whole country. This amendment would allow for areas to be designated as infected and as buffer areas,
thereby preserving a higher status in the rest of the country.
The impact on consumers would be minimal as table ready
seafood is not controlled under the proposed regulatory
amendments. However, the protection given to Canada’s
aquatic animal resources would help sustainable productivity
which, indirectly, benefits consumers with stable pricing.
Domestic and international coordination and cooperation:
Canada is a member of the World Organisation for Animal
Health (OIE), which has 175 member countries and is the
international standard-setting body for the World Trade Organization (WTO) Agreement on the Application of Sanitary
and Phytosanitary Measures (SPS Agreement), as applied to
December 19, 2009
En 2006, les exportations canadiennes de produits de fruits de
mer et du poisson provenant de la pêche en mer, de la pêche
en eau douce et de l’aquaculture se sont établies à 4,1 milliards de dollars, ce qui représente 85 % (en valeur) des prises
et de l’aquaculture. Pour la même période, les importations se
sont établies à 2,1 milliards de dollars; certaines d’entre elles
étaient des produits transformés et réexportés. Les secteurs de
la pêche et de la transformation représentent un investissement
de plusieurs milliards de dollars dans les économies des régions côtières et rurales du Canada, y compris les communautés autochtones. En 2006, 51 462 personnes ont été employées
dans les pêches en mer et en eau douce (directement et indirectement), tandis que 28 587 et 3 970 personnes respectivement ont été employées dans le secteur de la transformation et
l’aquaculture. Qui plus est, l’argent dépensé pour les activités de pêche récréative a contribué 7,5 milliards de dollars
aux économies locales du Canada.
En raison des normes internationales de plus en plus rigoureuses, les nations importatrices de poissons et de fruits de mer
exigent du Canada qu’il certifie l’état sanitaire des animaux
aquatiques vivants et de leurs produits et non pas seulement la
salubrité des aliments. S’il n’effectue pas les modifications réglementaires proposées, le Canada ne pourra satisfaire à ces
normes et fera face à des difficultés croissantes touchant
l’accès aux marchés d’exportation. Le Canada affiche déjà
un accès aux marchés inférieur à celui des États-Unis, de
l’Europe et d’autres nations en raison de son cadre réglementaire fédéral désuet.
Incidences sur les entreprises et les consommateurs : Les
mesures de contrôle des importations et l’obligation de signaler la présence des maladies réglementées permettront d’étayer
l’attestation de santé requise pour l’accès aux marchés actuels
et accroîtront également l’entrée concurrentielle des poissons
et des fruits de mer canadiens dans de nouveaux marchés
d’exportation. Les modifications réglementaires permettront
également de réduire la vulnérabilité actuelle du Canada concernant les pertes subies par un grand nombre d’utilisateurs du
secteur des poissons et des fruits de mer occasionnées par
l’introduction ou la propagation de maladies infectieuses. Les
coûts de la mise aux normes pour les entreprises et pour les
personnes qui importent des animaux aquatiques vivants et des
produits de ceux-ci ou, encore, qui transportent des produits
au Canada à partir de zones à risque élevé vers des zones à
risque faible découleront des conditions que l’on a imposées
pour atténuer le risque de propagation de maladies.
À l’heure actuelle, la découverte d’une maladie des animaux
aquatiques dans une région du Canada pourrait toucher l’état
zoosanitaire de l’ensemble du pays. La présente modification
permettra de désigner des zones infectées et des zones tampons, ce qui permettra la préservation d’un statut plus élevé
dans le reste du pays.
L’impact sur les consommateurs sera minime, car les modifications réglementaires proposées ne concernent pas les produits de la mer prêts-à-manger. Cependant, la protection accordée aux ressources animales aquatiques du Canada aidera à
maintenir une productivité durable qui, indirectement, profitera aux consommateurs en stabilisant les prix.
Coordination et coopération à l’échelle nationale et internationale : Le Canada est membre de l’Organisation mondiale
de la santé animale (OIE), qui regroupe 175 pays et qui est
l’instance internationale responsable de l’établissement de
normes dans le cadre de l’Accord sur l’application de mesures
sanitaires et phytosanitaires (Accord SPS) de l’Organisation
Le 19 décembre 2009
animal health. Canada is an active member at the world and
regional levels, and is working with the United States on
measures applied to shared waters. Canada is working to ensure that the application of the standards are aligned with
those of key trade partners, such as Europe. The regulations
proposed for the amendment are based on the international
standard with specific conditions to protect Canada’s aquatic
resources and health status.
Gazette du Canada Partie I
3745
mondiale du commerce (OMC) en ce qui concerne la santé
animale. Le Canada est un membre actif à l’échelle mondiale
et régionale, et travaille avec les États-Unis sur des mesures à
appliquer aux eaux transfrontières. Le Canada s’assure que
l’application des normes est en harmonie avec celle de partenaires commerciaux clés comme l’Europe. La modification
proposée est fondée sur la norme internationale et contient des
modalités particulières visant à protéger les ressources aquatiques et l’état sanitaire du Canada.
Issue
Question
Disease is a significant threat to sustainable farmed and wild
aquatic stocks worldwide. The diseases proposed for control
under the NAAH can result in a high mortality rate, produce significant negative impacts on aquatic animal populations and interfere with trade.
Dans le monde entier, la maladie représente une menace importante pour la viabilité des stocks d’animaux aquatiques sauvages
et d’élevage. Les maladies ciblées par les mesures de lutte dans le
cadre du PNSAA peuvent entraîner un taux de mortalité élevé,
avoir des répercussions négatives importantes sur les populations
d’animaux aquatiques et interférer avec le commerce.
Le Canada ne dispose d’aucun programme national complet
pour protéger ses populations d’animaux aquatiques contre l’introduction ou la propagation de maladies graves au Canada. Aux
fins de lutte contre les maladies, les règlements fédéraux actuels
adoptés en vertu de la Loi sur les pêches, y compris le Règlement
sur la protection de la santé des poissons, ne ciblent que l’importation et le déplacement à l’intérieur des provinces et entre cellesci d’espèces de salmonidés sauvages et d’élevage (saumons et
truites). Il n’existe aucun mécanisme national de contrôle des
importations ou des déplacements de crustacés, de mollusques ou
d’espèces de poissons autres que les salmonidés aux fins de lutte
contre les maladies. Dans certaines provinces et certains territoires, différents règlements s’appliquent en vertu de la Loi sur les
pêches ou en vertu d’une loi provinciale particulière. Les programmes de lutte contre les maladies administrés en vertu de ces
règlements varient d’une province à l’autre.
Le Canada est membre de l’OIE, qui compte 175 pays membres et qui est reconnue par l’OMC en tant qu’instance responsable de l’établissement de normes pour prévenir la transmission de
maladies animales infectieuses par les échanges commerciaux.
L’absence d’un programme national complet empêche le Canada
de respecter ses engagements internationaux en vertu de l’OIE.
Le fait que le Canada ne puisse satisfaire aux exigences de ses
partenaires commerciaux relatives à l’importation porte préjudice
à la capacité du pays à exporter des animaux aquatiques, des poissons et des fruits de mer. Ces exigences sont fondées sur la norme
internationale visant à prévenir l’introduction ou la propagation
d’une maladie par l’entremise du commerce d’animaux vivants et
de leurs produits, laquelle norme est établie par l’OIE dans le
Code sanitaire pour les animaux aquatiques. Selon le Code, les
pays doivent disposer d’un programme national pour permettre la
certification de l’état sanitaire des stocks d’animaux aquatiques
avant d’autoriser l’exportation de poissons et de fruits de mer.
L’OIE recommande l’exécution d’un programme national qui
comprend les éléments suivants : obligation légale de déclarer les
maladies qui présentent une menace pour les animaux aquatiques;
capacité de certifier l’origine et l’état sanitaire des animaux, des
poissons et des fruits de mer exportés aux fins de lutte contre les
maladies; exécution de programmes de contrôle des importations
et des déplacements sur le marché intérieur; désignation d’une
« autorité compétente » responsable du respect des normes et de
la certification des exportations.
Les modifications proposées offriront au Canada un cadre réglementaire pour la déclaration des maladies et l’exécution de
programmes de contrôle des déplacements.
Canada does not have a comprehensive national program to
protect our aquatic animal populations from either the introduction of serious diseases or the spread of those diseases within
Canada. For disease control purposes, the current federal regulations under the Fisheries Act, including the Fish Health Protection Regulations, only address the import and movement within
and between provinces of wild and cultured salmonid species
(salmon and trout). There is no national control on the import or
movement of crustaceans, molluscs or finfish species other than
salmonids for disease control purposes. In certain provinces and
territories there are different regulations either under the Fisheries
Act or under specific provincial legislation. Disease control programs administered under these regulations vary from province to
province.
Canada is a member of the OIE which has 175 member countries and is recognised by the WTO as responsible for setting the
standards to prevent the transmission of infectious diseases of
animals through trade. The lack of a comprehensive national program means Canada fails to meet its international commitments
under the OIE. Canada’s ability to export aquatic animals and
seafood is suffering due to an inability to meet the import requirements of our trading partners. These requirements are based
on the international standard for preventing the introduction or
spread of disease through trade in live animals and their products
as set by the OIE in the Aquatic Animal Health Code. The Code
advises that countries have a national program to allow for the
certification of the disease status of stocks of aquatic animals
before seafood is permitted to be exported. The OIE recommends
a national program that includes a legal requirement to report
diseases which present a threat to aquatic animals; the ability to
certify the origin and health status of the exported animals and
seafood for disease control purposes; import and domestic
movement control programs; and a “competent authority” that is
responsible for ensuring the standards are met and for certification of exports.
The proposed amendments would provide Canada with a regulatory framework governing the reporting of diseases and for
movement control programs.
3746
Canada Gazette Part I
December 19, 2009
Objectives
Objectifs
The proposed Regulations are being made for the purpose of
implementing the NAAHP. The program objectives are to prevent
the introduction into, and spread within, Canada of serious diseases of aquatic animals; to facilitate the export of Canadian
aquatic animals and seafood by maximizing our ability to meet
the international standards; and to maintain healthy and vigorous
aquatic animal populations in Canada by preventing disease introduction and spread. The program will enhance the economic
competitiveness of Canadian fisheries and aquaculture businesses,
and safeguard our environment and recreational fisheries.
Le projet de règlement vise la mise en œuvre du PNSAA. Les
objectifs du programme sont les suivants : prévenir l’introduction
et la propagation au Canada de maladies graves touchant les animaux aquatiques; faciliter l’exportation d’animaux aquatiques
ainsi que de poissons et de fruits de mer canadiens en optimisant
notre capacité de satisfaire aux normes internationales; maintenir
des populations d’animaux aquatiques saines et vigoureuses au
Canada en prévenant l’introduction et la propagation des maladies. Le programme permettra de rehausser la position concurrentielle, sur le plan économique, des secteurs canadiens des pêches
et de l’aquaculture, tout en protégeant l’environnement et la pêche récréative.
Description
Description
This proposal is modeled after Canada’s internationally recognized terrestrial animal health program and is aligned with the
international standards of the OIE. The Health of Animals Act (the
Act) and its regulations were established to control and eradicate
diseases of animals. The Act and its regulations are recognized as
providing Canada with a solid basis for meeting domestic and
import disease control requirements for animals, thus allowing
Canada to comply with the export demands of our trading partners. A certifying “competent authority,” as recognized by the
OIE, is expected to have in place the regulatory infrastructure to
control imports, the requirement to report regulated diseases and
the ability to respond to an animal health emergency. These regulations would put in place the first two requirements. The third is
in place by virtue of the Act applying to aquatic, as well as terrestrial animals.
Le programme s’inspire du programme national pour la santé
des animaux terrestres, reconnu à l’échelle internationale et est
conforme aux normes internationales de l’OIE. Le Canada a mis
en place la Loi sur la santé des animaux (la Loi) et son règlement
d’application pour lutter contre les maladies qui touchent les animaux et éradiquer celles-ci. Il est reconnu que la Loi et son règlement fournissent au Canada un fondement solide permettant au
pays de répondre aux exigences relatives à la lutte contre les maladies concernant les animaux, ce qui permet au Canada de se
conformer aux exigences relatives à l’exportation de nos partenaires commerciaux. Une « autorité compétente » de certification,
telle que reconnue par l’OIE, devrait avoir l’infrastructure réglementaire pour le contrôle des importations, l’exigence de déclarer
les maladies réglementées et la capacité d’intervenir en cas d’une
urgence en matière de santé animale. Ce règlement mettrait en
place les deux premières exigences. La troisième exigence est en
place en vertu du fait que la Loi s’applique aux animaux aquatiques et terrestres.
Le projet de modification exige la déclaration de toutes les maladies inscrites dans la liste et autorise les mesures de lutte qui
visent à prévenir leur introduction et leur propagation. La Loi stipule que les animaux et les choses auxquelles elle s’applique soient
présentés pour inspection au moment de leur importation. Aux
termes du présent projet de modification réglementaire, quiconque
désirant importer un animal aquatique vulnérable (annexe III
du Règlement) doit obtenir un permis. Les poissons, les crustacés
et les mollusques sont inclus dans la liste des espèces vulnérables.
Les mesures de contrôle figurant sur le permis d’importation seront fondées sur la vulnérabilité de l’animal, sur l’utilisation finale prévue et sur les risques que l’espèce ou ses produits présentent
s’ils sont importés au Canada.
Le Règlement proposé imposera également, pour les carcasses
d’animaux aquatiques, des mesures de contrôle similaires à celles
établies pour l’importation d’animaux terrestres. Il faudra obtenir
un permis pour importer la carcasse ou les abats provenant d’un
animal aquatique figurant sur la liste des espèces vulnérables si
cette carcasse est importée pour des usages particuliers qui sont
considérés comme présentant un risque. Ces usages sont les suivantes : pour utilisation comme appât, pour l’alimentation d’animaux aquatiques ou pour la fabrication d’aliments destinés aux
animaux aquatiques, pour la recherche, pour le diagnostic ou pour
toute autre fin qui entraînera la production d’abats ou d’effluents
par des résidus provenant de ces animaux.
Le Règlement proposé exemptera certaines espèces d’animaux
aquatiques vulnérables des exigences relatives à la délivrance de
permis, même si elles sont inscrites dans la liste de l’annexe III, si
elles appartiennent personnellement à un propriétaire privé et si
elles sont destinées à être utilisées dans un aquarium au domicile
de ce propriétaire. La majorité des espèces identifiées comme
poissons d’ornement sont des animaux d’eaux chaudes qui sont
The proposed amendment requires notification of all listed diseases and enables controls to prevent the introduction and spread
of those diseases. The Act requires that animals and things to
which it applies be presented for inspection when they are imported. This proposed regulatory amendment would require anyone who wishes to import a susceptible aquatic animal (Schedule III of the Regulations) to obtain a permit. Finfish, crustaceans
and molluscs are included on the susceptible species list. The
controls contained on the import permit would be based on the
susceptibility of the animal, its final use and the risk that the species or its products present if imported into Canada.
The proposed Regulations would also impose similar controls
for aquatic animal carcasses as those for the import of terrestrial
animals. A permit would be required to import the carcass or offal
of an aquatic animal on the susceptible species list if the carcass
is being imported for specific uses that are considered to present a
risk. Those uses are as bait, for use in feeding to, or manufacturing feed for aquatic animals, in research or diagnosis, or for any
other purpose that will produce offal or effluent from those
aquatic animals.
The proposed Regulations would enable an exemption of certain susceptible aquatic animal species from permit requirements,
even though they are listed on Schedule III, if they are personally
owned and destined for use in the owner’s home aquaria. The
majority of species identified as pet fish are warm water animals
that are typically housed indoors. Natural temperatures for their
survival (18°C and up) are generally higher than natural Canadian
Le 19 décembre 2009
climatic conditions; therefore, it is unlikely that they would survive if placed in Canadian waters, thus they pose a negligible risk
to Canadian aquatic resources. Among the conditions placed on
the import of aquatic animals as pets would be the requirement
that they be maintained in aquaria within the owner’s household
and not be exposed to aquatic animals other than the animals in
the owner’s aquaria. Those wishing to import susceptible species
under this exemption would have to meet the above-mentioned
requirements; otherwise, a permit would be required.
Anyone who wishes to import an aquatic animal that is not on
the susceptible species list would not require a permit, but would
need to present the information required by the proposed Regulations at the time the animal is presented for import into Canada.
The information required includes the identity of the exporter and
importer, the origin of the aquatic animal and whether it was born
in captivity or the wild. These aquatic animals would not be subject to any disease control measures such as inspection or health
certification. The information would allow the CFIA to assess the
risk posed by the import of the non-susceptible species and to
trace its movement should the species later be determined to pose
a risk of introducing a significant disease.
Permits would also be used to control the movement of live
aquatic animals or their products. Section 160 of the Health of
Animals Regulations sets out the general criteria for permits while
sections 191, 194 and 198 contain the wording requiring permits
for aquatic animals and their products. The issuance of permits
would be flexible in that they could be issued on an annual, shipment or multi-shipment basis, and contain conditions specific to
the risk posed by the specific movement.
The conditions contained in import permits would be designed
to allow animals or their products to be imported into Canada
without their introducing or spreading the diseases identified in
the reportable and immediately notifiable diseases lists. The risk
of the movement introducing or spreading disease and, therefore,
the cost of complying with the conditions would depend on the
species, the life stage, the disease agent, the disease status of the
place of origin and the use for which the animals or carcasses are
being moved. The conditions would be based on the risk and the
science surrounding the disease (method of transmission, species
affected) and on the national program for control of each specific
disease.
The scope of aquatic animals requiring a permit is limited to
those susceptible to the listed diseases that can introduce or
spread disease. A list of these species would form Schedule III of
the Regulations. This list of aquatic animal species that are susceptible to the reportable and immediately notifiable diseases
would be reviewed regularly to determine whether the science
behind the listing has changed. The NAAHP Aquatic Animal
Health Committee, representing all the stakeholders, would be
given the opportunity to request clarification or changes.
This proposed amendment would add 23 diseases affecting
aquatic animals to the Immediately Notifiable Diseases list
(Schedule VII to the Regulations). The immediately notifiable
Gazette du Canada Partie I
3747
habituellement gardés à l’intérieur. Les températures naturelles de
survie de ces animaux (18 °C ou plus) sont d’ordinaire plus élevées que les conditions climatiques que l’on trouve naturellement
au Canada. Comme il est peu probable que ces animaux survivraient s’ils étaient introduits dans des eaux canadiennes, ils présentent un risque négligeable pour les ressources aquatiques
canadiennes. Parmi les conditions appliquées à l’importation
d’animaux aquatiques utilisés aux fins d’ornement figure l’obligation de conserver ces animaux dans un aquarium à l’intérieur de
l’habitation du propriétaire et de ne pas les exposer à des animaux
aquatiques autres que ceux gardés dans cet aquarium. Quiconque
souhaite importer une espèce vulnérable en vertu de cette exemption devra satisfaire aux exigences susmentionnées; sans quoi, il
faudra obtenir un permis.
Quiconque souhaite importer un animal aquatique non inscrit
dans la liste des espèces vulnérables n’aura pas à obtenir un permis, mais devra présenter l’information exigée par le règlement
proposé au moment où l’animal est présenté pour importation au
Canada. L’information exigée identifiera l’exportateur et l’importateur et indiquera l’origine de l’animal aquatique et si celui-ci est
né en captivité ou en milieu sauvage. Les animaux aquatiques non
vulnérables ne feront pas l’objet de mesures de lutte contre les
maladies telles qu’une inspection ou une certification sanitaire.
L’information permettra à l’ACIA d’évaluer le risque posé par
l’importation de l’espèce non vulnérable et de suivre ses déplacements s’il devait être plus tard déterminé que l’espèce pose un
risque relatif à l’introduction d’une maladie importante.
On utilisera également des permis pour contrôler les déplacements d’animaux aquatiques vivants ou de leurs produits. L’article 160 du Règlement sur la santé des animaux établit les critères
généraux s’appliquant à l’obtention d’un permis, tandis que les
articles 191, 194 et 198 exigent l’obtention de permis pour les
animaux aquatiques et leurs produits. La délivrance de permis
sera souple du fait que ceux-ci peuvent être délivrés sur une base
annuelle, pour une seule expédition ou pour de multiples envois et
prévoira des conditions propres au risque posé par le déplacement
particulier.
Les conditions énoncées dans les permis d’importation permettront l’importation au Canada d’animaux et de leurs produits sans
que ces activités n’occasionnent l’introduction ou la propagation
de maladies inscrites dans les listes des maladies déclarables et à
notification immédiate. Le risque que le déplacement soit à
l’origine de l’introduction ou de la propagation d’une maladie et,
par conséquent, le coût qu’il faudra engager pour se conformer
aux conditions seront fonction de l’espèce, du stade du cycle biologique, de l’agent pathogène en cause, de l’état sanitaire du lieu
d’origine et de l’utilisation prévue des animaux ou des carcasses à
déplacer. Les conditions seront fondées sur le risque, sur les
connaissances scientifiques concernant la maladie (mode de transmission, espèces touchées) et sur le programme national de lutte
mis en œuvre pour chaque maladie particulière.
Le nombre d’animaux aquatiques requérant un permis est limité à ceux qui sont vulnérables aux maladies inscrites dans la liste
et qui sont susceptibles d’introduire ou de propager une maladie.
Une liste de ces espèces constituera l’annexe III du Règlement.
On examinera régulièrement cette liste d’espèces d’animaux
aquatiques qui pourraient entrer dans la catégorie des maladies
déclarables et à notification immédiate pour déterminer si les
connaissances scientifiques sur lesquelles cette liste repose ont
changé. Le Comité de la santé des animaux aquatiques du
PNSAA, qui représente tous les intervenants, aura la possibilité
de réclamer des éclaircissements ou des modifications.
La modification proposée entraînera l’ajout de 23 maladies
touchant les animaux aquatiques à la liste des Maladies à notification immédiate (annexe VII du Règlement). Que l’on sache, les
3748
Canada Gazette Part I
diseases for aquatic animals are not known to exist in Canada and
usually can be diagnosed only by testing in laboratories. Since the
introduction of these diseases could have devastating effects on
Canada’s aquatic animal stocks, they would be controlled under
the proposed import permit provisions. Generally, the response to
a detection or outbreak would be an emergency response. If, however, after investigation the immediately notifiable disease is
found to be established in Canada, then disease control measures
could be established.
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
Schedule VII, Immediately Notifiable Diseases, would include
abalone viral mortality (abalone mortality virus)
bonamiosis (Bonamia exitiosa)
brown ring disease (Vibrio tapetis)
channel catfish virus disease (channel catfish virus)
crayfish plague (Aphanomyces astaci [EU strain])
enteric septicaemia of catfish (Edwardsiella ictaluri)
epizootic ulcerative syndrome (Aphanomyces invadans)
gyrodactylosis (Gyrodactylus salaris)
hepatopancreatic parvovirus disease (hepatopancreatic
parvovirus)
infectious hypodermal and haematopoietic necrosis
(infectious hypodermal and haematopoietic necrosis virus)
infectious myonecrosis (infectious myonecrosis virus)
marteiliosis (Marteilia sydneyi)
mikrocytosis (Mikrocytos roughleyi)
Mourilyan virus disease (Mourilyan virus)
necrotizing hepatopancreatitis
Oncorhynchus masou virus disease (Oncorhynchus masou
virus)
piscirickettsiosis (Piscirickettsia salmonis [Chilean strain])
red sea bream iridoviral disease (red sea bream iridovirus)
spawner-isolated mortality virus disease (spawner isolated
mortality virus)
spherical baculovirosis (Penaeus monodon-type baculovirus)
tetrahedral baculovirosis (Baculovirus penaei)
white tail disease (white tail virus)
withering syndrome of abalone (Xenohaliotis californiensis)
This proposed amendment would add six diseases affecting
aquatic animals to the Annually Notifiable Diseases list (Schedule VIII to the Regulations). Annually notifiable diseases would
not be controlled by the NAAHP. Information on these diseases
would be collected in order to determine where they have been
found in Canada. Canada submits an annual report to the OIE
indicating their presence or absence. These diseases do not warrant a national program as they are found throughout Canada; do
not have sufficient impact on fish stocks; or, in the case of captive
aquatic animals, can be controlled by treatment or by biosecurity
measures.
•
•
•
•
•
•
Schedule VIII, Annually Notifiable Diseases, would include
bacterial kidney disease (Renibacterium salmoninarum)
enteric red mouth disease (Yersinia ruckeri)
furunculosis (Aeromonas salmonicida)
streptococcosis (Streptococcus iniae)
seaside organism (Haplosporidium costale)
QPX disease (Quahog parasite unknown)
December 19, 2009
maladies à notification immédiate des animaux aquatiques ne sont
pas présentes au Canada et ne peuvent habituellement être diagnostiquées qu’au moyen d’analyses de laboratoire. Comme
l’introduction de ces maladies pourrait avoir des effets dévastateurs sur les stocks d’animaux aquatiques canadiens, les dispositions relatives aux permis d’importation permettraient de lutter
contre ces maladies. En général, la réponse à la détection ou à une
flambée sera une intervention d’urgence. Cependant, si on détermine après une enquête que la maladie à notification immédiate
est établie au Canada, on pourra alors établir des mesures de
contrôle des maladies.
Les maladies à notification immédiate de l’annexe VII incluront ce qui suit.
• Mortalité virale de l’ormeau
• Maladie (infection à) (Bonamia exitiosa)
• Maladie de l’anneau brun (Vibrio tapetis)
• Hèrpèsvirose du poisson-chat (Hèrpèsvirose des itactaluridae
de type I)
• Peste de l’écrevisse (Aphanomyces astaci)
• Entérosepticémie du poisson-chat (Edwardsiella ictaluri)
• Syndrome ulcératif épizootique (Aphanomyces invadans)
• Gyrodactylose (Gyrodactylus salaris)
• Maladie due à l’infection par le parvovirus
hépatopancréatique
• Nécrose hypodermique et hématopoïétique infectieuse
• Myonécrose infectieuse
• Maladie (infection à) (Marteilia sydneyi)
• Maladie (infection à) (Mikrocytos roughleyi)
• Maladie due à l’infection par le virus Mourilyan (virus
Mourilyan)
• Hépatopancréatite nécrosante
• Hèrpèsvirose de l’Oncorhynchus masou
• Piscirickettsiose (Piscirickettsia salmonis (souche chilienne))
• Iridovirose de la dorade japonaise
• Virose létale des géniteurs
• Baculovirose sphérique (Baculovirus spécifique de Penaeus
monodon)
• Baculovirose tétraédrique (Baculovirus panaei)
• Maladie des queues blanches
• Maladie (infection à) (Xenohaliotis californiensis)
La modification proposée entraînera l’ajout de six maladies
touchant les animaux aquatiques à la liste des maladies à notification annuelle (annexe VIII du Règlement). La gestion de ces maladies ne relève pas du PNSAA, et on recueillera de l’information
à leur propos afin de déterminer quels sont les lieux où elles ont
été décelées au Canada. Le Canada soumet un rapport annuel à
l’OIE concernant la présence ou l’absence de ces maladies.
Celles-ci ne justifient pas l’établissement d’un programme national, car elles sont dispersées dans tout le pays, n’ont pas suffisamment de répercussions sur les stocks de poissons ou, dans le
cas des animaux aquatiques élevés en captivité, peuvent être maîtrisées par des traitements ou des mesures de biosécurité.
Les maladies à notification annuelle de l’annexe VIII incluront
ce qui suit.
• Rénibactériose (Renibacterium salmoninarum)
• Maladie de la bouche rouge (Yersinia ruckeri)
• Furonculose (Aeromonas salmonicida)
• Maladie QPX (parasite inconnu de la palourde américaine)
• Maladie (infection à) Haplosporidium costale
• Streptococcose (Streptococcus iniae)
Le 19 décembre 2009
Gazette du Canada Partie I
3749
A complementary ministerial amendment would add diseases
of aquatic animals to the schedule in the Reportable Diseases
Regulations. These diseases are difficult to control because they
are easily spread, can result in large die-offs and are not affected
by treatment; furthermore, management practices are difficult, are
expensive to implement and can easily fail. They would be subject to import restrictions and domestic disease controls enabled
by these regulations.
Une modification ministérielle complémentaire permettrait
d’ajouter des maladies des animaux aquatiques à l’annexe du
Règlement sur les maladies déclarables. Ces maladies sont difficiles à maîtriser du fait qu’elles se propagent facilement, qu’elles
peuvent entraîner des mortalités massives et qu’elles ne répondent
pas aux traitements. En outre, les pratiques de gestion sont difficiles à appliquer, leur mise en œuvre est coûteuse et elles peuvent
facilement échouer. Grâce à la modification proposée, ces maladies feront l’objet de restrictions à l’importation et de mesures de
lutte à l’intérieur du pays.
The current amendment would not have any immediate impact
on aquatic animal movements within Canada; however, the
amendment would set out the framework for further regulation
which would call for movement permits between areas of differing disease status in Canada. The future eradication areas, established by ministerial declaration for each disease, would be based
on the geographic distribution of specific reportable diseases as
established after considerable consultation with stakeholders.
“Each province, each territory, and the territorial sea and contiguous zone of Canada taken together” would be established as an
‘eradication area’ for the control of reportable diseases that are
already present in Canada. If an eradication area is broken up into
parts, there would be a description of the geography of the ‘parts’.
The declaration would be published and would name the disease
and the susceptible species, and would describe the geographical
areas to which controls apply and the health status of each with
respect to the spread of disease. The levels include free, provisionally free, buffer and infected, in order of least to most risk.
La modification actuelle n’aurait pas une incidence immédiate
sur les déplacements d’animaux aquatiques au Canada; cependant, elle établira un cadre pour une réglementation plus poussée
qui exigera la délivrance de permis de déplacement entre des régions au Canada dont l’état zoosanitaire diffère. Les futures zones
d’éradication, établies par déclaration ministérielle pour chaque
maladie, seront fondées sur la répartition géographique de maladies déclarables particulières telle que celle qui a été établie après
la tenue de consultations considérables auprès des intervenants.
Chaque province, chaque territoire ainsi que les eaux territoriales
et la zone contiguë du Canada réunis ensemble seront établies
comme une « zone d’éradication » pour la lutte contre les maladies déclarables déjà présentes au Canada. Si une zone d’éradication est divisée en parties, on décrira la géographie de chacune
des « parties ». La déclaration publiée nommera la maladie et les
espèces qui y sont vulnérables et décrira les zones géographiques
visées par les mesures de lutte et l’état sanitaire de chacune
d’elles en ce qui concerne la propagation de la maladie. Les zones
seront catégorisées comme étant indemnes, provisoirement indemnes, sous surveillance ou infectées, selon un ordre croissant
de risque.
Establishing eradication areas would take into consideration the
standards set out by the OIE. It would also consider the relevant
scientific criteria, including, but not limited to, the history of the
occurrence or spread of disease, the disease surveillance programs
in place, the measures that are taken to prevent the spread of disease, the ability to enforce those measures, the barriers to the
natural movement of aquatic animals or water, and any trade or
other factors that could spread disease.
L’établissement de zones d’éradication tiendra compte des
normes établies par l’OIE. Le processus tiendra également
compte des critères scientifiques appropriés, y compris, mais sans
s’y limiter, de l’historique de l’occurrence ou de la propagation de
la maladie, des programmes de surveillance de la maladie en place, des mesures qui sont prises pour prévenir la propagation de la
maladie, de la capacité de mettre ces mesures en application, des
obstacles au déplacement naturel des animaux aquatiques ou de
l’eau ainsi que de tout échange commercial ou autre facteur qui
pourrait contribuer à la propagation de la maladie.
Once a ministerial declaration is published, the regulation
would require anyone who wishes to move an aquatic animal
species listed in the declaration from an eradication area or part of
such an area that is at a higher risk level to an area that is at a
lower risk level, to obtain a permit to move the aquatic animal or
carcass of that animal.
Conformément au règlement, après la publication d’une déclaration ministérielle, quiconque désire déplacer une espèce animale aquatique inscrite dans la déclaration d’une zone d’éradication ou d’une partie d’une zone à risque plus élevé vers une
zone à risque moindre doit obtenir un permis autorisant le déplacement de l’animal ou de la carcasse de l’animal.
Regulatory and non-regulatory options considered
Options réglementaires et non réglementaires considérées
1. Adopt a non-regulatory solution to the control of aquatic animal diseases. This option is not an acceptable solution because
the international standard for trade in animals as set by the
OIE requires a government authority to be responsible for the
control of diseases of animals and for export certification. The
OIE is recognized by the WTO as the body governing the SPS
provisions for trade. Many of Canada’s trading partners require a competent authority to sign the certification.
1. Adopter une solution non réglementaire pour la lutte contre les
maladies des animaux aquatiques. Cette option n’est pas une
solution acceptable du fait que la norme internationale régissant les échanges commerciaux d’animaux, telle qu’elle a été
établie par l’OIE, exige qu’une instance gouvernementale soit
responsable de la lutte contre les maladies animales et de la
certification des exportations. L’OIE est reconnue par l’OMC
en tant qu’entité responsable de l’administration des dispositions relatives aux mesures sanitaires et phytosanitaires (SPS)
dans les échanges commerciaux. De nombreux partenaires
commerciaux du Canada exigent qu’une « autorité compétente » signe le certificat délivré.
2. Maintain the current controls under the Fisheries Act and provincial legislation. This option would not result in a nationally
uniform program and would present enforcement challenges.
2. Maintenir les mesures de lutte actuelles prises en vertu de la
Loi sur les pêches et des lois provinciales. Cette option ne se
traduirait pas par la mise en œuvre d’un programme uniforme
3750
Canada Gazette Part I
Trading partners have expressed concern that the current regulatory framework would not fully meet any of the requirements as set by the OIE. This option would not provide for
import controls for the protection of molluscs, crustaceans and
non-salmonid finfish.
3. Utilize the powers of the Health of Animals Act to implement a
program similar to that for terrestrial animal health. This is the
preferred option and would introduce a regulatory framework
to control imports and domestic movements of aquatic animals
and carcasses, and would be similar to the requirements for
terrestrial animals. This option would allow the CFIA to satisfy the requirements of the OIE and trading partners. The
aquatic animal industry and the provincial governments have
lobbied for putting this program under this option since 2003.
December 19, 2009
à l’échelle nationale et présenterait des difficultés sur le plan
de la mise en application. Nos partenaires commerciaux se
préoccupent du fait que le cadre réglementaire actuel ne satisferait pas pleinement aux exigences établies par l’OIE. Cette
option ne protégerait pas les mollusques, les crustacés et les
poissons autres que des salmonidés puisque la prise d’aucune
mesure de contrôle à l’importation n’est prévue.
3. Utiliser les pouvoirs conférés par la Loi sur la santé des animaux pour mettre en œuvre un programme semblable à celui
qui a été établi pour la santé des animaux terrestres. On privilégie cette option, car elle introduirait un cadre réglementaire
pour le contrôle des importations et des déplacements d’animaux aquatiques et de carcasses au Canada, cadre dont les
exigences seraient semblables à celles établies pour les animaux terrestres. Cette option permettrait à l’ACIA de satisfaire
aux exigences de l’OIE et des partenaires commerciaux. L’industrie des animaux aquatiques et les gouvernements provinciaux exercent depuis 2003 des pressions politiques pour que
le programme corresponde à cette option.
Benefits and costs
Avantages et coûts
The following is a qualitative summary of a more detailed economic assessment developed by the CFIA to describe the potential benefits and costs resulting from this amendment. Due to the
varied nature of the sector to be regulated and to the fact that historically it has not been subject to national-level movement controls, data were either unavailable or incomplete; however, best
estimates are presented. While some data exist on the parts of the
aquatic sector, other areas, such as the recreational and sport fishing industries, are particularly difficult to quantify. Also, the cultural value of the sector to Canada’s First Nations, as well as
coastal and maritime communities, is immeasurable.
On trouvera ci-après un résumé qualitatif d’une évaluation
économique plus détaillée que l’ACIA a élaborée pour décrire les
avantages et les coûts potentiels découlant de la présente modification. En raison de la nature diversifiée du secteur à réglementer
et du fait que, historiquement, celui-ci n’a pas fait l’objet de contrôles des déplacements à l’échelle nationale, les données étaient
non disponibles ou incomplètes; cependant, les meilleures estimations sont présentées. Bien qu’il existe certaines données sur des
domaines du secteur aquatique, d’autres domaines, comme celui
des industries de la pêche récréative et sportive, sont particulièrement difficiles à quantifier. En outre, la valeur culturelle du
secteur pour les Premières nations du Canada, ainsi que pour les
collectivités côtières et maritimes, est incommensurable.
Benefits
Avantages
The fisheries and aquaculture sectors in Canada provide a major economic value to the country. Fishery harvest and processing
industries represent a multi-billion-dollar investment to coastal
and rural economies in Canada, including Aboriginal communities. Direct and indirect employment in the industry amounted to
84 019 people in 2006, with employment related to aquaculture
accounting for 3 900 people. In 2005, money spent on recreational fishing activities contributed $7.5 billion to rural economies
across Canada.
In 2006, Canada exported marine, freshwater and aquaculture
fish and seafood products worth $4.1 billion, representing 85% (in
value) of catches and aquaculture production. Imports for the
same period were worth $2.1 billion, some of which were processed and re-exported. The largest benefit of this regulatory
amendment would be to allow the fisheries and aquaculture sectors to meet the export requirements of importing countries, allowing opportunities for expanded market access.
Les secteurs de la pêche et de l’aquaculture au Canada donnent
une valeur économique importante au pays. Les industries de la
pêche et de la transformation représentent un investissement de
plusieurs milliards de dollars pour l’économie côtière et rurale au
Canada, y compris pour les communautés autochtones. On comptait 84 019 emplois directs et indirects dans l’industrie en 2006;
de ce nombre, 3 900 étaient liés à l’aquaculture. En 2005, l’argent
dépensé pour les activités de pêche récréative a contribué
7,5 milliards de dollars aux économies rurales du Canada.
En 2006, les exportations canadiennes de produits de fruits de
mer et du poisson provenant de la pêche en mer, de la pêche en
eau douce et de l’aquaculture se sont établies à 4,1 milliards de
dollars, ce qui représente 85 % (en valeur) des prises et de l’aquaculture. Pour la même période, les importations se sont établies à
2,1 milliards de dollars; certaines d’entre elles comprenaient des
produits transformés et réexportés. Le plus important avantage de
cette modification réglementaire serait de permettre aux secteurs
de la pêche et de l’aquaculture de satisfaire aux exigences relatives à l’exportation des pays importateurs, ce qui permettrait
d’améliorer l’accès aux marchés.
La modification proposée contribuera à mieux positionner le
Canada dans les échanges commerciaux internationaux des animaux aquatiques. Par exemple, la flambée de la maladie des
points blancs chez la crevette tropicale et les flambées subséquentes de maladies telles que l’anémie infectieuse du saumon chez le
saumon ont amené de nombreux pays à se rendre compte que
l’introduction de maladies ou les déplacements peuvent causer
des dommages économiques graves aux pêches et à l’environnement d’un pays. Ces flambées ont amené les pays à déployer des
The proposed amendment would contribute to better positioning Canada in the international trade of aquatic animals. For
example, the outbreak of white spot disease in tropical shrimp and
subsequent outbreaks of diseases such as infectious salmon anemia (ISA) in salmon have caused many countries to realize that
severe economic damage to a country’s fisheries and environment
can result from disease introduction or movement. These outbreaks have resulted in efforts by countries through the OIE to
have international aquatic animal health standards developed to
Le 19 décembre 2009
prevent the spread of diseases through trade. Additionally, individual countries have started to impose increasingly strict disease
control measures on trade of aquatic animals and their products.
Thus, to maintain current markets and to access new ones, Canada’s exports of aquatic animals and seafood must meet the demands of other countries for health certification, mandatory disease reporting and import controls.
The lack of a NAAHP means Canada is often unable to demonstrate that aquatic animals and their products exported from Canada meet these expectations for trade. In addition, disease outbreaks can result in increased costs to regain market access
through more stringent testing and certification requirements.
Once the NAAHP requirements for movement control and compulsory disease notification have been established, Canada would
then be able to prevent and control spread of aquatic animal
diseases.
The environmental benefits of healthy aquatic animals for Canadians are difficult to evaluate. The loss of an ecological keystone
species can have an impact on the food chain, fish habitats and
biodiversity. The rate and level of return to environmental conditions that existed prior to the disease introduction varies with the
disease and the species affected. In many cases, once a disease is
introduced to the wild, nothing can be done except to attempt to
prevent it from spreading to other waters.
The diseases chosen for control cause a high rate of mortality
in aquatic populations and, even if affected populations survive,
the longer term impact can result in failure to thrive, poor reproduction, decreasing quality and quantity of harvested aquatic
animals. An example of the potential impact on wild populations
occurred in the late 1990s when VHS caused massive die-off of
pilchards and herring in British Columbia. The benefit from the
NAAHP for fisheries includes prevention of direct loss of aquatic
animal stocks, whether wild or cultured, and the loss of quality of
the fish available to these sectors.
In 2005, a DFO survey indicated the value of the recreational
fisheries in Canada was $7.5 billion (DFO, Survey of Recreational Fishing in Canada, published in 2007). This survey provides a good idea of the importance of this portion of the aquatic
sector to the economy. Aquatic animal diseases could also affect
both the quantity and the quality of the fish available to the recreational fishery and, therefore, impact on the activity of the estimated 3.25 million anglers reported active on the 2005 survey. In
addition, a 2006 outbreak of VHS in the Great Lakes caused massive die-offs in game fish and some of the fish stocks used in the
recreational fishery. The finding of VHS in the Great Lakes
eliminated the $1-million live bait fish export industry in Ontario.
Disease can also impact shellfish populations, reducing their
size and affecting the sustainability of the fishery. In 2002, the
introduction of the MSX (caused by Haplosporidium nelsoni), an
oyster disease, into the Bras d’Or Lake area caused losses of over
Gazette du Canada Partie I
3751
efforts, par l’entremise de l’OIE, pour établir des normes internationales relatives à la santé des animaux aquatiques afin de prévenir la propagation de maladies par les échanges commerciaux. En
outre, les pays ont commencé à imposer des mesures de plus en
plus strictes de lutte contre les maladies dans le commerce des
animaux aquatiques et de leurs produits. Aussi, pour maintenir les
marchés actuels et pour accéder à de nouveaux marchés, les exportations d’animaux aquatiques ainsi que de poissons et de fruits
de mer en provenance du Canada doivent répondre aux exigences
d’autres pays en matière de certification sanitaire, de déclaration
obligatoire des maladies et de mesures de contrôle à l’importation.
L’absence d’un PNSAA signifie que le Canada est souvent incapable de faire la preuve que les animaux aquatiques et leurs
produits qui sont exportés du Canada répondent aux attentes du
commerce. En outre, les flambées de maladies peuvent accroître
les coûts du rétablissement de l’accès aux marchés en raison
d’exigences plus strictes en matière de dépistage et de certification. Lorsque les exigences du PNSAA relatives au contrôle des
déplacements et à la déclaration obligatoire des maladies seront
établies, le Canada pourra alors prévenir et contrôler la propagation des maladies d’animaux aquatiques.
Il est difficile d’évaluer les avantages environnementaux que
représentent les animaux aquatiques sains pour les Canadiens. Il
est possible que la perte d’espèces clés sur le plan écologique se
répercute sur la chaîne alimentaire, sur l’habitat du poisson et sur
la biodiversité. Le retour aux conditions environnementales qui
régnaient avant l’introduction de la maladie se fait de façon plus
ou moins rapide et complète selon la maladie et l’espèce touchée.
Souvent, lorsqu’une maladie a été introduite en milieu sauvage,
on ne peut rien faire sauf tenter de prévenir sa progression dans
d’autres eaux.
Les maladies ciblées par les mesures de contrôle causent une
mortalité élevée chez les populations d’animaux aquatiques et,
même si ces dernières sont touchées et survivent, les répercussions à plus long terme peuvent se manifester par un arrêt du développement, une baisse de la reproduction ainsi qu’une diminution de la qualité des animaux aquatiques capturés et de leur
nombre. Un exemple de répercussion potentielle sur les populations sauvages est survenu à la fin des années 1990, en ColombieBritannique, lorsque la septicémie hémorragique virale (SHV) a
causé des mortalités massives chez les sardines et le hareng.
L’avantage du PNSAA pour les pêches comprend la prévention
de la perte directe de stocks d’animaux aquatiques, qu’ils soient
sauvages ou d’élevage, et de la perte de qualité des poissons disponibles pour ces secteurs.
En 2005, selon une enquête du ministère des Pêches et des
Océans (MPO), la valeur des pêches récréatives s’élevait à
7,5 milliards de dollars (MPO — Enquête sur la pêche récréative
au Canada, publiée en 2007). Cette enquête donne une bonne idée
de l’importance de cette partie du secteur aquatique pour l’économie. Les maladies des animaux aquatiques pourraient également
influer sur le nombre de poissons disponibles pour la pêche récréative et sur leur qualité et, par conséquent, avoir une incidence
sur l’activité des pêcheurs à la ligne jugés actifs dans l’enquête de
2005, dont le nombre est estimé à 3,25 millions. En outre, en
2006, une flambée de SHV dans les Grands Lacs a causé des mortalités massives chez les poissons gibiers ainsi que dans certains
stocks de poissons utilisés pour la pêche récréative. La découverte
de SHV dans les Grands Lacs a provoqué la perte de l’industrie
de l’exportation ontarienne du poisson-appât, dont la valeur
s’établissait à un million de dollars.
La maladie peut également toucher des populations de mollusques et de crustacés, réduisant par le fait même la taille et influant
sur la viabilité de la pêche. En 2002, l’introduction de la maladie
MSX (causée par Haplosporidium nelsoni) chez l’huître dans la
3752
Canada Gazette Part I
90%. The impact was felt by the oyster fishery, including commercial harvesters, First Nations and aquaculturists. Controls
were put in place to stop the disease spread and to protect the
Malpeque oyster industry, worth $10 million. The controls did
not, however, restrict the movement of the susceptible species.
The proposed amendment would allow for measures that would
help to prevent the introduction and spread of such diseases.
Finally, the proposed amendment would enable the CFIA to
impose longer-term, domestic control measures across the country to contain diseases and prevent spread within the country by
requiring permits for all movements from higher risk to lower risk
areas. This additional requirement for permits for domestic
movement would be established for each disease by ministerial
declaration after this proposed amendment comes into effect.
December 19, 2009
région du lac Bras d’Or a entraîné des pertes de plus de 90 %, ce
qui a eu une incidence sur les intervenants de la pêche aux huîtres, y compris sur les pêcheurs commerciaux, les Premières nations et les aquaculteurs. On a mis en place des mesures de lutte
pour arrêter la propagation des maladies et pour protéger
l’industrie de l’huître Malpèque, évaluée à 10 millions de dollars.
Ces mesures n’ont toutefois pas restreint le déplacement des espèces vulnérables. La modification proposée permettra d’établir
des mesures qui aideront à prévenir l’introduction et la propagation de telles maladies.
Pour terminer, la modification proposée permettra à l’ACIA
d’imposer des mesures de lutte nationales à plus long terme partout au Canada pour confiner les maladies et pour prévenir la
propagation à l’intérieur du pays. Ces mesures se traduiraient par
l’obtention obligatoire d’un permis pour tous les déplacements
d’une zone à risque plus élevé vers une zone à risque moindre.
Cette exigence supplémentaire relative aux permis de déplacement dans le marché intérieur sera établie par déclaration ministérielle pour chaque maladie après l’entrée en vigueur de la présente modification proposée.
Costs
Coûts
The proposed regulatory amendments establish an import permit regime with conditions designed to allow the animals to be
imported into Canada while addressing the risk of introduction of
disease. The risk and therefore the cost of the measures applied as
import conditions would depend on the species, the disease and
the final use.
Cost data was difficult to gather mainly because the relevant
information on import was not required in the past. A survey from
the Canada Border Services Agency (CBSA) was used to generate some annual data (e.g. number of transactions) in order to
generate some annual cost numbers. Even with the assistance of
the survey, it is clear that with time, as the proposed amendments
are implemented, it would be possible to improve the data on
costs.
Les modifications réglementaires proposées établissent un régime de permis d’importation doté de conditions visant à permettre l’importation d’animaux au Canada, tout en traitant du risque
d’introduction de maladies. Le risque, et par conséquent le coût
des mesures appliquées en tant que conditions d’importation, sera
fonction de l’espèce, de la maladie et de l’utilisation finale.
Il a été difficile de recueillir les données relatives aux coûts, la
raison principale étant que l’information pertinente sur l’importation n’était pas requise par le passé. On s’est servi d’une étude de
l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) pour produire certaines données annuelles (par exemple le nombre de transactions) afin que l’on puisse produire certains coûts annuels. Même
avec l’étude, il est clair qu’avec le temps, lorsque les modifications proposées seront mises en œuvre, il sera possible
d’améliorer les données relatives aux coûts.
On trouve un résumé de l’analyse des coûts dans l’annexe 1, au
tableau 1. Selon ce tableau, sur une période de 10 ans et à un taux
d’actualisation de 8 %, la valeur annuelle actuelle des coûts se
situe entre 5 et 5,3 millions de dollars; l’ACIA assume 62 % de
ces coûts. Selon une analyse de sensibilité (annexe 1, tableau 2),
la part des coûts assumés par l’ACIA restera presque la même. À
des taux d’actualisation de 6 % et de 10 %, les coûts se situent
respectivement entre 5,4 et 5,7 millions de dollars et entre 4,6 et
4,9 millions de dollars.
En ce qui concerne la déclaration obligatoire des maladies à
notification immédiate et à notification annuelle1, l’inscription
des maladies d’animaux aquatiques dans les listes des maladies à
notification obligatoire entraînera une légère hausse des coûts de
diagnostic, hausse qui sera assumée initialement par les secteurs
privés et publics, en particulier par les services de laboratoire
provinciaux. Ces coûts pourraient être transmis aux éleveurs d’animaux aquatiques. Comme la fréquence à laquelle des maladies
inscrites dans les listes (en général les maladies exotiques) sont
diagnostiquées devrait être minime, les coûts connexes seront
également minimes.
A summary of the cost analysis is shown in Appendix 1,
Table 1. According to that table, over a 10-year period, and under
a discount rate of 8%, the annual present cost is between $5.0 and
$5.3 million, of which approximately 62% is borne by CFIA. A
sensitivity analysis (Appendix 1, Table 2) suggests that the share
of the costs borne by CFIA remains almost unchanged. At the
discount rates of 6% and 10%, the cost range from low to high
cost are respectively of $5.4 to $5.7 million, and $4.6 to $4.9
million.
With regard to mandatory reporting of Immediately Notifiable
and Annually Notifiable Diseases,1 the inclusion of aquatic animal diseases in the notifiable lists, would result in marginally
increased costs for diagnosis that would be initially borne by the
private and public sectors, primarily provincial laboratory services. These costs could be passed along to the aquatic animal
producer. The frequency with which the listed diseases (mostly
exotic) are diagnosed is anticipated to be minimal. Therefore the
related costs would also be minimal.
Net benefit
Avantage net
A quantitative assessment was not possible for the reasons
listed above. However, although the cost data is incomplete, the
magnitude of the cost (in the $5 million range discounted) suggests it is relatively small compared to the potential harm to the
Il n’a pas été possible d’effectuer une évaluation quantitative à
cause des raisons susmentionnées. Cependant, même si les données relatives aux coûts sont incomplètes, l’ampleur des coûts (de
l’ordre de 5 millions de dollars et actualisés) nous indique qu’ils
———
———
1
1
Refer to SOR/2003-155
Consulter le DORS/2003-155
Le 19 décembre 2009
Gazette du Canada Partie I
3753
industry (and even to some of the industry sectors such as recreational fisheries) if the multi-billion dollar industry were to be
seriously affected by disease introduction or spread. In other
words, the benefits of the proposal likely outweigh the costs.
sont relativement bas comparativement aux dommages qui pourraient être causés à l’industrie (et même à certains des secteurs de
l’industrie, comme la pêche récréative) si l’industrie de plusieurs
milliards de dollars était gravement touchée par l’introduction ou
par la propagation de maladies. Autrement dit, les avantages de la
proposition surpassent les coûts.
Rationale
Justification
Given the potentially devastating losses that could result from
an outbreak of a serious disease of aquatic animals on aquatic
animal populations and the Canadians who depend on those sectors, it is important that steps be taken to address this risk. It is
also important that the proposal meet the standards set by the OIE
to preserve Canada’s export markets for aquatic animals and
products derived from them. Regulatory amendments instituting
import restrictions and domestic control measures for aquatic
animals are necessary to reach these objectives.
En raison des pertes dévastatrices que pourraient subir, à la suite
d’une flambée d’une maladie grave touchant les animaux aquatiques, les populations d’animaux aquatiques et les Canadiens qui
dépendent de ces secteurs, il est important de prendre des mesures
pour s’attaquer à ce risque. Il est également important que la proposition réponde aux normes établies par l’OIE de préserver les
marchés canadiens d’exportation des animaux aquatiques et des
produits qui en sont dérivés. L’adoption de modifications réglementaires qui instituent des restrictions en matière d’importation
et des mesures de contrôle nationales s’appliquant aux animaux
aquatiques est nécessaire pour l’atteinte de ces objectifs.
La manière la plus efficace de mettre en œuvre ces exigences
est d’élaborer un programme semblable au programme pour la
santé des animaux terrestres, lequel porte sur la lutte contre les
maladies et permet de répondre aux exigences du commerce international. Le programme canadien pour la santé des animaux
terrestres est reconnu de par le monde comme ayant permis
l’atteinte d’un des niveaux les plus élevés au chapitre de l’état
sanitaire des animaux terrestres. Les mesures proposées reposeraient sur les points forts du programme canadien pour la santé
des animaux terrestres et elles incluraient également des mesures
pour gérer les risques précis associés aux eaux canadiennes.
Plus récemment, l’OIE a inclus les maladies des animaux aquatiques. Le Canada, qui est un membre actif à l’échelon régional de
même qu’à l’échelle mondiale, s’emploie à s’assurer de la vocation scientifique des normes de l’OIE et de leur caractère raisonnable du point de vue de l’évaluation du risque posé par les
échanges commerciaux. Le Canada collabore actuellement avec
les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Australie, la Nouvelle-Zélande,
le Mexique et de nombreux autres pays à la coordination des programmes de lutte contre les maladies des animaux terrestres et se
lance maintenant dans le déploiement d’efforts semblables à
l’égard des animaux aquatiques.
The most effective way to implement these requirements is to
develop a similar program as that for terrestrial animals to control
diseases and meet international trade requirements. The Canadian
terrestrial program has been recognized around the world as having achieved one of the world’s highest health statuses in terrestrial animals. The proposed measures would build on Canada’s
successes with the terrestrial animal program and would also include measures to deal with the specific risks associated with
Canada’s waters.
More recently, the OIE has included aquatic animals. Canada is
an active member at the world and regional levels, working to
ensure the OIE standards are developed on a scientific basis and
are reasonable in assessing the risk posed by trade. Canada currently works with the United States, the United Kingdom, Australia, New Zealand and Mexico along with many other countries
to coordinate disease control programs for terrestrial animals, and
is now embarking upon similar efforts with respect to aquatic
animals.
Consultation
Consultation
The need for a uniform national program to control disease in
aquatic animals was discussed for many years by the provinces,
the federal government and stakeholders such as the Canadian
Veterinary Medical Association, the Fisheries Council of Canada
and the Canadian Aquaculture Industry Alliance.
Les provinces, le gouvernement fédéral et des intervenants tels
que l’Association canadienne des médecins vétérinaires, le
Conseil canadien des pêches et l’Alliance de l’industrie canadienne de l’aquiculture discutent depuis bien des années de la nécessité de mettre en œuvre un programme national uniforme de lutte
contre les maladies qui touchent les animaux aquatiques.
Après l’annonce de la création du PNSAA en 2005, l’ACIA et
le MPO ont mis sur pied le Comité de la santé des animaux aquatiques pour discuter des questions liées au PNSAA, y compris les
possibles exigences en matière de réglementation. Le Comité
comptait parmi ses membres des représentants des gouvernements
provinciaux, de l’industrie de l’aquaculture et des pêches,
d’usines de transformation et de groupes autochtones ainsi que
des vétérinaires et des universitaires. En raison du manque
d’uniformité réglementaire au Canada, il a été conclu que l’adoption d’un cadre réglementaire national s’imposait.
En mars et en juin 2007, les consultations ont débuté auprès
des ministères fédéraux s’intéressant aux animaux aquatiques et à
leurs maladies ainsi qu’auprès de ceux qui pourraient être touchés
par la mise en œuvre du PNSAA. De l’information a également
été présentée aux groupes concernés, comme les comités sur
l’implantation et le transfert d’espèces, qui doivent actuellement
After the announcement of the NAAHP in 2005, CFIA and
DFO formed the Aquatic Animal Health Committee to discuss
NAAHP issues including possible regulatory requirements. The
Committee included representatives of provincial governments,
veterinarians, aquaculture, fisheries, processors, academia and
aboriginal peoples. Due to the lack of regulatory consistency
across Canada, it was determined that a national regulatory
framework was required.
Consultation began in March and June 2007 with federal departments with an interest in aquatic animals and their diseases
and those that would be affected by the implementation of the
NAAHP. Information was also provided to affected groups such
as the Introduction and Transfers Committees (ITC) which are
currently responsible for advising DFO on the issuance of
3754
Canada Gazette Part I
licences for fish being released into fish habitat or transferred to
rearing facilities.
In September 2007, a request to consult was sent to Provincial
Deputy Ministers and Assistant Deputy Ministers responsible for
programs associated with commercial fisheries, aquaculture, recreational fisheries and wildlife. At the same time, stakeholders,
DFO and NAAHP provincial contacts were contacted requesting
the opportunity to discuss the proposed regulatory amendments.
In addition, workbooks were distributed to allow an opportunity
for more specific comments.
Meetings were held to discuss the impact of the proposed
amendments and the proposed plan for the NAAHP with federal
and provincial government staff, industry and other stakeholders.
Additional meetings were held with crab and lobster harvesters
and processing groups in Atlantic Canada. National organizations
including the Pet Industry Joint Advisory Council of Canada, the
Canadian Wildlife Federation, the Canadian Aquaculture Industry
Alliance, the Fisheries Council of Canada and the National Seafood Sector Council attended meetings held in Ottawa. Discussions were held with several Aboriginal groups, including a presentation to the Assembly of First Nations National Fisheries
Committee.
In total, more than 225 individuals and organisations participated in the consultation process. The consensus of opinion was
that this proposed amendment, along with the concurrent amendment to the Reportable Diseases Regulations, was acceptable and
necessary to ensure the continued health and sustainability of
aquatic animals in Canada.
The stakeholders and provinces expressed their desire for continued consultation on the development and implementation of
the domestic disease control programs including emergency response. Between January and March 2009, follow up face-to-face
meetings were held with the same stakeholders as well as additional representatives from the wild fisheries sectors.
Specific concerns expressed during the consultation included
the delivery of the program, compensation for loss of animals to
disease, the impact of the program on individuals, the control of
effluent from processing plants and on the number of diseases and
whether they where reportable, immediately notifiable or annually notifiable.
Concern over the delivery of the domestic program dealt with
the issue of introducing a national program into an area where
several provinces and DFO had initiatives. Discussions have been
ongoing through the Canadian Council of Fisheries and Aquaculture Ministers and the CFIA-DFO Transition Steering Committee
to arrive at a uniform method of delivery satisfactory to the majority of stakeholders that would minimize the costs to the industry and utilize programs already in place. However, even in the
absence of a uniform method of delivery, the programs would be
able to co-exist.
CFIA’s initial movement control programs would deal with
preventing the introduction of disease into Canada through controlling the importation of aquatic animals, their carcasses and
their by-products. Since there is currently a very limited legal
December 19, 2009
conseiller le MPO sur la délivrance des permis pour les poissons
remis à l’eau dans un habitat du poisson ou transférés à des installations d’élevage.
En septembre 2007, une demande de consultation a été
envoyée aux sous-ministres et aux sous-ministres adjoints provinciaux responsables des programmes liés aux pêches commerciales, à l’aquaculture, aux pêches récréatives et à la faune. Parallèlement, on a communiqué avec les intervenants, le MPO et les
personnes-ressources du PNSAA à l’échelon provincial pour leur
demander s’il était possible de discuter des modifications réglementaires proposées. On a également distribué des cahiers de
consultation pour donner aux intervenants l’occasion de présenter
des commentaires plus précis.
On a tenu des réunions afin de discuter de l’incidence des modifications et du plan proposés pour le PNSAA avec le personnel
des gouvernements fédéral et provinciaux, l’industrie et d’autres
intervenants. On a également tenu des réunions supplémentaires
avec des pêcheurs de crabe et de homard ainsi qu’avec des groupes d’entreprises de transformation du Canada atlantique. Des
organismes nationaux, y compris le Conseil consultatif mixte de
l’industrie des animaux de compagnie du Canada, la Fédération
canadienne de la faune, l’Alliance de l’industrie canadienne de
l’aquiculture, le Conseil canadien des pêches et le Conseil national du secteur des produits de la mer, ont participé à des réunions
qui ont eu lieu à Ottawa. Des discussions initiales ont été tenues
avec plusieurs groupes autochtones, et une présentation a été faite
devant le Comité national des pêches de l’Assemblée des Premières nations.
Au total, plus de 225 personnes et organismes ont participé au
processus de consultation. L’ensemble des participants était
d’avis qu’il était acceptable et nécessaire d’adopter la modification proposée ainsi que la modification concurrente au Règlement
sur les maladies déclarables pour préserver la santé des animaux
aquatiques et la viabilité de ce secteur au Canada.
Les intervenants et les provinces ont exprimé le désir de poursuivre la consultation sur l’élaboration et la mise en œuvre de
programmes nationaux de lutte contre les maladies, y compris des
mesures d’intervention en cas d’urgence. Entre janvier et mars
2009, des rencontres individuelles de suivi ont eu lieu avec les
mêmes intervenants ainsi qu’avec d’autres représentants des secteurs de la pêche en milieu sauvage.
Pendant les consultations, les inquiétudes exprimées portaient
notamment sur l’exécution du programme, sur l’indemnisation en
cas de pertes d’animaux attribuables à des maladies, sur l’incidence du programme sur les individus, sur les mesures de lutte
contre la pollution des effluents provenant des installations
d’usines de transformation, sur le nombre des maladies et sur la
classification de celles-ci (maladies déclarables, à notification
immédiate ou à notification annuelle).
Les inquiétudes entourant l’exécution du programme national
portaient sur la difficulté d’introduire un programme national
dans un secteur où plusieurs provinces ainsi que le MPO avaient
déjà lancé des initiatives. On poursuit les discussions avec l’aide
du Conseil canadien des ministres des pêches et de l’aquaculture
et du Comité directeur de la transition ACIA-MPO afin d’arriver
à une méthode uniforme pour l’exécution qui conviendra à la
majorité des intervenants, qui limitera les coûts pour l’industrie et
qui reposera sur les programmes déjà en place. Cependant, même
en l’absence d’une méthode d’exécution uniforme, les programmes pourraient coexister.
Les premiers programmes de contrôle des déplacements de
l’ACIA viseraient à prévenir l’introduction de maladies au Canada par le contrôle de l’importation d’animaux aquatiques, de leurs
carcasses et de leurs sous-produits. Étant donné le caractère très
Le 19 décembre 2009
control of imports of aquatic animals, this proposal has been supported by the vast majority of stakeholders. A few stakeholders
who import aquatic animals for the aquarium industry and distribute them throughout the country have expressed concern over
the proposal and the CFIA is working with those organizations to
minimize the impact on them.
The Act provides for compensation to be paid for animals or
things that are ordered destroyed or treated by an inspector as part
of a disease control program. Compensation cannot be paid for
losses due to disease or loss of income. The stakeholders initially
had hoped for compensation for losses caused by disease but are
now aware that the legislation does not allow for payment of
compensation for anything other than animals or things destroyed
or treated in accordance with the Act.
Concern was expressed on the impact of the program on individuals. Information on how the program would function, including the cost of the required permits and which diseases would be
controlled, was provided to those concerned.
Multiple changes have been made as a result of the discussions
and feedback during consultation. Several changes were made to
the initial lists of reportable diseases and susceptible animals presented during consultation.
Instead of regulating all aquatic animals as was initially proposed, only species susceptible to the reportable and immediately
notifiable diseases have been added to Schedule III, the list of
susceptible species of fish. This would greatly reduce the number
of aquatic animals that would require import permits.
The import or the movement of live aquatic animals or carcasses for processing from countries or areas considered positive
for aquatic animal disease poses a risk for disease introduction
and spread due to the possibility of release of infected material
via solid waste or effluent. Effluent controls have been identified
as a primary requirement for reducing or eliminating this risk.
CFIA has discussed the issue with the seafood sector (Fisheries
Council of Canada) and agreed that a strategy for moving forward
on implementation of effluent control measures is required, in
consultation with other federal regulatory authorities.
Preparatory steps toward effluent controls are necessary to
make the transition from the historic lack of control of effluent for
disease control purposes to the imposition of such controls without severely damaging the economy. The CFIA would not be
implementing effluent controls immediately, and the decision on
when effluent controls would be required would be based on an
assessment of the risks that effluent would carry aquatic animal
pathogens. Factors such as the health status of the country of origin, the risk associated with the animals and the end use would be
considered. Permit conditions or mitigation measures that include
the requirement for use of effluent treatment, would be evidencebased and in accordance with the appropriate level of protection
required to mitigate the import of regulated diseases.
Gazette du Canada Partie I
3755
limité du contrôle actuel des importations d’animaux aquatiques
sur le plan juridique, cette proposition a été appuyée par la grande
majorité des intervenants. Certains intervenants qui importent des
animaux aquatiques pour l’industrie de l’aquariophilie et qui les
distribuent partout au pays ont exprimé des inquiétudes au sujet
de la proposition; l’ACIA travaille donc avec ces organismes afin
que ces intervenants soient le moins touchés possible.
La Loi prévoit le paiement d’une indemnité pour des animaux
ou des choses dont la destruction ou le traitement a été ordonné
par un inspecteur dans le cadre d’un programme de lutte contre
les maladies. L’indemnité ne peut être payée pour des pertes imputables à une maladie ou pour des pertes de revenus. Les intervenants avaient d’abord espéré obtenir une indemnité pour les
pertes causées par des maladies, mais savent maintenant que la
Loi ne prévoit pas le paiement d’une indemnité pour quoi que ce
soit autre que les animaux ou les choses détruites ou traitées selon
la Loi.
On a exprimé des préoccupations à l’égard de l’incidence du
programme sur les individus. De l’information concernant le
fonctionnement du programme, y compris le coût des permis exigés ainsi que le nom des maladies ciblées par le programme, a été
présentée aux personnes préoccupées par ces questions.
De multiples changements ont été apportés à la suite des discussions qui ont été tenues et des commentaires qui ont été formulés au cours de la consultation. Plusieurs modifications ont été
apportées aux listes initiales des maladies déclarables et des espèces d’animaux vulnérables présentées durant la consultation.
Au lieu de réglementer l’ensemble des animaux aquatiques,
comme on l’avait proposé au départ, seules les espèces vulnérables aux maladies déclarables et à notification immédiate ont été
ajoutées à l’annexe III, qui constitue la liste des espèces de poissons vulnérables. Le nombre d’animaux aquatiques pour lesquels
on devra obtenir un permis sera du coup grandement réduit.
L’importation ou le déplacement d’animaux aquatiques vivants
ou de carcasses aux fins de transformation à partir de régions ou
de pays considérés comme étant infectés par des maladies des
animaux aquatiques pose un risque d’introduction et de propagation des maladies en raison de la possibilité que des substances
infectées soient rejetées par l’entremise de déchets solides ou
d’effluents. On a établi que les mesures de lutte contre la pollution des effluents sont indispensables à la réduction ou à l’élimination du risque susmentionné. L’ACIA a discuté de la question avec le secteur des poissons et des fruits de mer (Conseil
canadien des pêches) et a convenu de la nécessité d’une stratégie
pour faire progresser la mise en œuvre de mesures de lutte contre
la pollution des effluents, en consultation avec d’autres organismes de réglementation fédéraux.
Il faudra prévoir des étapes préparatoires aux mesures de lutte
contre la pollution des effluents pour effectuer la transition entre
l’absence historique de telles mesures pour lutter contre les maladies et l’imposition de telles mesures pour éviter tout préjudice
économique grave. L’ACIA ne mettra pas en œuvre ces mesures
dans l’immédiat, et la décision relative à leur date d’entrée en
vigueur reposera sur une évaluation du risque que les effluents
transportent des agents pathogènes dangereux pour les animaux
aquatiques. Il faudra tenir compte de facteurs comme l’état zoosanitaire du pays d’origine, le risque associé aux animaux importés et l’utilisation finale prévue. Les conditions rattachées à un
permis ou les mesures d’atténuation qui incluent l’obligation de
faire traiter les effluents devront être fondées sur des faits et être
conformes au niveau de protection à atteindre pour limiter l’introduction de maladies réglementées par des produits importés.
3756
Canada Gazette Part I
December 19, 2009
Implementation, enforcement and service standards
Mise en œuvre, application et normes de service
Implementation
Mise en œuvre
The requirements for Immediately and Annually Notifiable
diseases (Schedules VII and VIII) would come into force on the
day on which the Regulations are registered. At that point, laboratories would be required to report the presence of these diseases.
The Aquatic Animal Health Division has been discussing the
development and implementation of the specific programs with a
wide variety of federal and provincial authorities, and stakeholders. There has been ongoing close cooperation between DFO
and CFIA pertaining to the transfer of authority for aquatic animal health from DFO to CFIA. Discussion with the provincial
authorities would include the possibility of joint delivery of some
aspects of the program.
Les exigences relatives aux maladies à notification immédiate
et annuelle (annexes VII et VIII) prendront effet le jour de l’enregistrement du Règlement. À partir de cette date, les laboratoires
devront déclarer la présence de ces maladies.
Le personnel de la Division de la santé des animaux aquatiques
a discuté de l’élaboration et de la mise en œuvre des programmes
particuliers avec un vaste éventail d’instances responsables fédérales et provinciales ainsi qu’avec des intervenants. Le MPO et
l’ACIA collaborent de façon étroite et continue afin d’assurer le
transfert des pouvoirs en matière de santé des animaux aquatiques
du MPO à l’ACIA. La discussion qui aura lieu avec les instances
provinciales portera notamment sur la possibilité d’une administration conjointe de certains aspects du programme.
Le MPO est chargé d’offrir des services de laboratoire pour le
compte de l’instance compétente, de fournir une expertise technique de laboratoire, de tenir des laboratoires nationaux de référence utilisés pour le diagnostic de maladies réglementées ainsi que
de réaliser des recherches pour le compte du PNSAA.
La mise en œuvre de négociations concernant l’exportation et
de la certification par l’ACIA n’exige pas de modification réglementaire, et le transfert de cette responsabilité entre le personnel
du MPO et celui de l’ACIA a déjà eu lieu en grande partie.
L’ACIA et l’ASFC discuteront de la mise en œuvre des exigences relatives à l’importation. Un programme d’importation
parallèle est déjà en place en vertu du programme pour la santé
des animaux terrestres; son personnel fournit de l’information,
reçoit des demandes, délivre des permis et vérifie la conformité
aux principaux points d’entrée au Canada. L’ASFC et l’ACIA
devraient présenter de l’information afin d’aider à aviser les courtiers en douanes et d’autres importateurs des nouvelles exigences
auxquelles ils pourraient avoir à se conformer en vertu de la présente modification réglementaire. L’ACIA communique avec les
importateurs, y compris le Conseil consultatif mixte de l’industrie
des animaux de compagnie, qui représente les principaux importateurs et détaillants de poissons tropicaux ou d’aquarium, lesquels n’ont jamais été réglementés par le passé.
Les mesures de contrôle à l’importation entreront en vigueur le
1er mars 2011. Étant donné que cette modification réglementaire
touchera les industries pour lesquelles aucune mesure de contrôle
relative à la santé des animaux aquatiques n’était exigée, cette
période nous permettra de nous assurer que les importateurs
connaissent le programme et qu’ils ont la possibilité de se préparer afin de se conformer à ses exigences avant leur entrée en
vigueur.
Les parties de la modification qui touchent le déplacement
d’animaux aquatiques au Canada ne prendront effet qu’après la
publication d’une déclaration concernant l’état zoosanitaire des
zones d’éradication ou de parties de celles-ci. Les permis de déplacement ne seront pas exigés tant que l’on n’aura pas publié une
déclaration concernant l’état zoosanitaire d’une zone, sauf au
cours d’une intervention d’urgence. L’établissement des modalités de la lutte contre les maladies au Canada fait l’objet de discussions depuis plusieurs années, et ces discussions se poursuivront
dans le cadre du processus de déclaration de l’état zoosanitaire
d’une zone. La mise en œuvre du programme fait aussi actuellement l’objet de discussions avec les instances responsables provinciales et territoriales ainsi qu’avec les comités sur l’implantation et le transfert d’espèces. Ces comités formulent des avis à
l’intention des instances régionales du MPO dans les provinces
dans lesquelles l’article 55 du Règlement de pêche (dispositions
générales) exige des permis pour contrôler l’introduction d’animaux aquatiques dans des habitats aquatiques ou leur transfert
dans des installations d’élevage.
DFO is responsible for providing laboratory services for the
competent authority, technical laboratory expertise, maintenance
of national reference laboratories for the diagnosis of regulated
diseases, and the delivery of research for NAAHP.
Implementation of export negotiations and certification by the
CFIA does not require regulatory amendment and most of the
transfer of this responsibility from DFO to the CFIA staff has
already taken place.
Discussions on implementation of the import requirements will
occur between CFIA and CBSA. A parallel import program already exists under the terrestrial animal health program for providing information, receiving applications, issuing permits and
enforcing compliance at major Canadian ports of entry. CBSA
and the CFIA are expected to provide information to aid in notifying customs brokers and other importers of the new requirements
they would face under these regulations. The CFIA is communicating with importers, including the Pet Industry Joint Advisory
Council of Canada, which represents the major importers and
retailers of tropical or aquarium fish, which have not been regulated previously.
The import controls would come into effect March 1, 2011. As
this regulatory change would affect industries which have not
previously required aquatic animal health controls, this period
would ensure importers are aware of the program and have the
opportunity to prepare to comply with the requirements before
they come into effect.
Implementation of the parts of the amendment which affect the
movement of aquatic animals within Canada would only come
into effect after the health status of eradication areas, or parts
thereof, have been declared. Except during an emergency response, movement permits would not be required until an area’s
health status has been declared. Discussions on development of
the actual conditions for the control of diseases within Canada
have been ongoing for several years and would continue as part of
the process to declare Area health statuses. Discussions on implementation of the program have also been ongoing with provincial and territorial authorities and the Introduction and Transfers
Committees (ITCs). These provide advice to the DFO Regional
authorities in provinces where section 55 of the Fishery (General)
Regulations require licences to control the introduction of aquatic
animals into aquatic habitat or their transfer into rearing facilities.
Le 19 décembre 2009
Gazette du Canada Partie I
3757
There would be communication of the requirements to Canadians who are involved in the aquatic animal industry. The CFIA
would take steps in conjunction with provincial governments and
other stakeholder groups to notify those affected.
Les exigences seront communiquées aux Canadiens qui œuvrent dans l’industrie des animaux aquatiques. L’ACIA prendra
des mesures, en collaboration avec les gouvernements provinciaux et d’autres groupes d’intervenants, pour aviser les parties
concernées.
Enforcement
Application de la réglementation
Section 65 of the Act provides for punishment on conviction of
refusing or neglecting to perform a duty imposed by the Act or
the Regulations. Summary conviction of an offence under the Act
or a regulation made under the Act carries a fine of up to $50,000.
Where violations are discovered, compensation can be withheld
from owners of animals or things ordered destroyed or treated,
and imports can be ordered out of Canada or destroyed without
compensation.
L’article 65 de la Loi prévoit l’imposition de peines, sur déclaration de culpabilité, à quiconque refuse ou néglige d’accomplir
une obligation imposée par la Loi ou son règlement d’application.
L’amende maximale prévue pour une déclaration de culpabilité
par procédure sommaire en vertu de la Loi ou de son règlement
d’application s’élève à 50 000 dollars. En cas d’infractions,
l’indemnité qui devait être payée aux propriétaires d’animaux ou
de choses dont on a ordonné la destruction pourra être retenue, et
on pourra ordonner le renvoi des importations ou leur destruction
sans que l’indemnité soit versée.
Aux termes du paragraphe 91.2 du Règlement, un laboratoire
doit déclarer qu’il constate ou soupçonne l’apparition d’une maladie à notification immédiate. L’omission de déclarer constitue
une infraction en vertu du Règlement.
On peut déterminer qu’il y a eu omission de déclarer une maladie à notification immédiate par la réalisation d’enquêtes sur les
flambées ou sur la présentation, par des laboratoires, des résultats
des analyses d’échantillons de diagnostic provenant d’installations qui n’ont pas déclaré la maladie. De même, les tests de
dépistage réalisés à l’étranger pourraient permettre de détecter des
maladies qui n’ont pas été déclarées.
Aux termes de l’article 16 de la Loi, l’importateur d’animaux,
de produits ou de sous-produits de ceux-ci ou, encore, de choses
qui sont susceptibles d’introduire une maladie au Canada est tenu
de présenter l’expédition à un inspecteur ou à un agent des douanes. Les agents des douanes retiendront toute expédition jusqu’à
l’approbation de celle-ci par l’ACIA. Les expéditions qui ne sont
pas présentées seront détruites. Celles qui ne satisfont pas aux
exigences légales seront interdites d’entrée au Canada ou, si
l’importateur ne souhaite pas les sortir du Canada, seront
détruites.
La mise en application, à la frontière canadienne, des exigences
relatives à l’importation relève de l’ASFC, en collaboration avec
l’ACIA.
Aux termes de l’article 198 proposé du Règlement, après la publication d’une déclaration ministérielle, quiconque déplace un
poisson, un mollusque ou un crustacé vulnérable à partir d’une
zone d’éradication à risque plus élevé de maladie vers une zone à
risque moindre sans détenir un permis commet une infraction.
La mise en application des exigences relatives à la délivrance
de permis de déplacement d’animaux aquatiques reposerait sur
l’examen des animaux et de registres d’écloseries et d’autres installations qui participent au déplacement d’animaux aquatiques.
Certaines instances provinciales ont adopté des règlements qui
régissent les écloseries et d’autres installations, et l’ACIA discuterait d’une possible collaboration en vue de la mise en application des exigences relatives à la délivrance de permis.
Section 91.2 of the Regulations requires that a laboratory report
the diagnosis or suspicion of the appearance of an immediately
notifiable disease. Failure to report is an offence under the
Regulations.
Determination of failure to report an immediately notifiable
disease would be by investigation of disease outbreaks or reporting the results of diagnostic samples by laboratories from
facilities that have not reported disease. Similarly, testing for
disease by other countries may detect disease that has not been
reported.
Section 16 of the Act requires anyone importing any animal,
product or by-product or thing which might introduce disease into
Canada to present the animal to an inspector or to a customs officer. Customs officers would not release any shipments until they
are approved by the CFIA. Shipments which are not presented
would be destroyed. Those which do not meet the legal requirements would be refused entry into Canada or, if the importer does
not wish to remove them from Canada, they would be destroyed.
Enforcement of the import requirements at the Canadian border
is by CBSA with the assistance of the CFIA.
The proposed section 198 of the Regulations makes it an offence to move a susceptible fish, mollusc or crustacean from an
eradication area with higher risk for a disease to one with a lower
risk without a permit where a declaration has been published.
Enforcement of requirements for permits to move aquatic animals would be by examination of animals and of records of
hatcheries and other facilities that move aquatic animals. Some
provincial authorities have regulations which regulate hatcheries
and other facilities, and the CFIA would discuss possible cooperation in enforcing the permit requirements.
Service standards
Normes de service
The CFIA responds to CBSA requests for dealing with animals
imported into Canada on a priority basis. Live animals are normally inspected initially within the first day after arrival. Things
such as products are normally dealt with by CFIA import service
centres and, provided the requirements are met, are approved for
release the same day.
L’ACIA répond aux demandes de l’ASFC concernant le traitement des animaux importés au Canada sur une base prioritaire.
Les animaux vivants sont d’ordinaire inspectés une première fois
au cours de la journée suivant leur arrivée. Les choses telles que
les produits d’animaux sont normalement traitées par les centres
de service à l’importation de l’ACIA et, lorsque les exigences
sont satisfaites, leur mainlevée est accordée au cours de la même
journée.
3758
Canada Gazette Part I
December 19, 2009
Under the terrestrial animal health program, applications for
import permits are replied to within five days. Subsequent action
depends on whether the request is for a routine import or for an
unusual or new import which may require investigation, negotiations with the exporting country or a risk assessment to determine
what steps must be taken to provide an acceptable risk if the proposed import proceeds. For high risk, more complicated applications, the process may take more than a year or the application
may be refused as presenting too high a risk. For first time applications, where a risk assessment has never been done, the applicant may be responsible for providing information to support a
CFIA risk assessment which meets the OIE standard. The risk
assessment is the basis for CFIA’s decision on the issuance of an
import permit. These same standards would also apply to imports
under NAAHP.
The policy and implementation plans for the domestic disease
control program would be developed and service standards set as
part of further discussions with stakeholders. There is no parallel
permit system in place for terrestrial animals, so the service standards would depend on the complexity of the program demands.
Initially, it is expected that service standards would mirror those
for import and applications for movement permits would be replied to within five days.
En vertu du programme pour la santé des animaux terrestres,
on répondra aux demandes de permis d’importation en cinq jours.
Les mesures qui s’imposeront par la suite seront fonction de la
nature de la demande, à savoir si elle concerne une importation
ordinaire ou une importation inhabituelle ou nouvelle qui peut
exiger la réalisation d’un examen, la tenue de négociations avec le
pays exportateur ou, encore, une évaluation du risque afin que
l’on puisse déterminer quelles sont les démarches qu’il faudra
entreprendre pour limiter le risque à un niveau acceptable si l’on
décide de donner suite au projet d’importation. Dans le cas des
demandes plus complexes présentant un risque élevé, le processus
pourra nécessiter plus d’une année ou, encore, la demande pourra
être refusée si elle présente un risque trop élevé. Dans le cas des
demandes qui sont présentées pour la toute première fois et pour
lesquelles aucune évaluation du risque n’a jamais été effectuée, il
peut incomber au demandeur de fournir, à l’appui de l’évaluation
du risque de l’ACIA, de l’information conforme aux normes de
l’OIE. La décision prise par l’ACIA concernant la délivrance
d’un permis d’importation repose sur cette évaluation du risque.
Ces mêmes normes s’appliqueront également aux importations
réalisées en vertu du PNSAA.
Les plans en matière de politique et de mise en œuvre du programme national de lutte contre les maladies ainsi que les normes
de service seront établis dans le cadre de nouvelles discussions
avec des intervenants. Il n’existe aucun système parallèle de délivrance de permis pour les animaux terrestres; les normes de service seront donc établies en fonction de la complexité des demandes formulées à l’endroit du programme. A priori, on s’attend à ce
que les normes de service correspondent à celles relatives aux
importations. Quant aux demandes de permis de déplacement,
une réponse sera donnée dans un délai de cinq jours.
Contact
Personne-ressource
Dr. Carolyn Inch
Acting Director
Aquatic Animal Health Division
Canadian Food Inspection Agency
Ottawa, Ontario
K1A 0Y9
Telephone: 613-221-1487
Email: Carolyn.inch@inspection.gc.ca
Dre Carolyn Inch
Directrice intérimaire
Santé des animaux aquatiques
Agence canadienne d’inspection des aliments
Ottawa (Ontario)
K1A 0Y9
Téléphone : 613-221-1487
Courriel : Carolyn.inch@inspection.gc.ca
Table 1: Cost Summary Table of Yearly Cost For 10 Year Period at an 8% Discount Rate
Low-cost Scenario
Reference Year
Present Value
Categories
Cost to importers of complying (includes cost of
applying for a permit and cost with conditions)
− Import and release into open waters/breeding
facilities
− Import of susceptible, live aquatic animals for retail
as food
− Import of susceptible aquatic animals for processing
− Import for display or show
− Import of non-susceptible aquatic animals
− Import of personal “pets”
− Import of carcasses for use as bait/feeding to aquatic
animals
− Import for research and diagnosis
Subtotal — Cost to importers
High-cost Scenario
Reference Year
Present Value
171,443.60
120,167.65
182,855.50
128,166.44
47,040.00
2,288,890.00
31,175.00
150,000.00
7,500.00
32,971.11
1,604,320.75
21,851.07
105,137.47
5,256.87
47,510.40
2,311,778.90
31,175.00
151,500.00
7,500.00
34,752.30
1,690,990.27
21,851.07
110,817.27
5,256.87
3,000.00
1,500.00
2,700,548.60
2,102.75
1,051.37
1,892,859.05
3,030.00
1,500.00
2,736,849.80
2,216.35
1,051.37
1,995,101.93
Le 19 décembre 2009
Gazette du Canada Partie I
3759
Table 1: Cost Summary Table of Yearly Cost For 10 Year Period at an 8% Discount Rate — Continued
Low-cost Scenario
Reference Year
Present Value
Categories
Cost to CFIA (includes cost of processing permit
applications as well as inspection cost)
− Import and release into open waters/breeding
facilities
− Import of susceptible, live aquatic animals for
retail as food
− Import of susceptible aquatic animals for processing
− Import for display or show
− Import of non-susceptible aquatic animals
− Import of personal “pets”
− Import of carcasses for use as bait/feeding to aquatic
animals
− Import for research and diagnosis
Subtotal — Cost to CFIA
Total cost
High-cost Scenario
Reference Year
Present Value
140,114.00
98,208.21
142,760.00
100,062.84
62,720.00
4,191,862.50
8,337.50
26,700.00
400.50
43,961.48
2,938,145.55
5,843.89
18,714.47
280.72
63,347.20
4,233,781.13
8,337.50
26,967.00
400.50
46,336.39
3,096,871.71
5,843.89
19,725.47
280.72
9,750.00
2,133.50
4,442,018.00
6,833.94
1,495.41
3,113,483.67
9,847.50
2,133.50
4,487,574.33
7,203.12
1,495.41
3,277,819.55
7,142,566.60
5,006,342.72
7,224,424.13
5,272,921.49
Tableau 1 — Résumé de l’analyse des coûts annuels sur une période de dix ans et selon un taux d’actualisation de 8 %
Scénario à coûts bas
Année de référence
Valeur actuelle
Catégories
Coûts pour les importateurs (comprennent les coûts de
demande d’un permis et ceux de la conformité aux
conditions)
− Importation et remise en eaux libres/dans des
installations d’élevage
− Importation d’animaux aquatiques vivants vulnérables
aux fins de vente au détail sous forme d’aliments
− Importation d’animaux aquatiques vulnérables aux
fins de transformation
− Importation aux fins d’exposition ou de présentation
− Importation d’animaux aquatiques non vulnérables
− Importation d’« animaux d’agrément »
− Importation de carcasses pour utilisation comme
appât/pour l’alimentation d’animaux aquatiques
− Importation pour la recherche et pour le diagnostic
Sous-total — Coûts pour les importateurs
Coûts pour l’ACIA (comprennent les coûts du
traitement des demandes de permis et ceux liés
aux inspections)
− Importation et remise en eaux libres/dans des
installations d’élevage
− Importation d’animaux aquatiques vivants vulnérables
aux fins de vente au détail sous forme d’aliments
− Importation d’animaux aquatiques vulnérables aux
fins de transformation
− Importation aux fins d’exposition ou de présentation
− Importation d’animaux aquatiques non vulnérables
− Importation d’« animaux d’agrément »
− Importation de carcasses pour utilisation comme
appât/pour l’alimentation d’animaux aquatiques
− Importation pour la recherche et pour le diagnostic
Sous-total — Coûts pour l’ACIA
Coûts totaux
Scénario à coûts élevés
Année de référence
Valeur actuelle
171 443,60
120 167,65
182 855,50
128 166,44
47 040,00
32 971,11
47 510,40
34 752,30
2 288 890,00
31 175,00
150 000,00
7 500,00
1 604 320,75
21 851,07
105 137,47
5 256,87
2 311 778,90
31 175,00
151 500,00
7 500,00
1 690 990,27
21 851,07
110 817,27
5 256,87
3 000,00
1 500,00
2 700 548,60
2 102,75
1 051,37
1 892 859,05
3 030,00
1 500,00
2 736 849,80
2 216,35
1 051,37
1 995 101,93
140 114,00
98 208,21
142 760,00
100 062,84
62 720,00
43 961,48
63 347,20
46 336,39
4 191 862,50
8 337,50
26 700,00
400,50
2 938 145,55
5 843,89
18 714,47
280,72
4 233 781,13
8 337,50
26 967,00
400,50
3 096 871,71
5 843,89
19 725,47
280,72
9 750,00
2 133,50
4 442 018,00
7 142 566,60
6 833,94
1 495,41
3 113 483,67
5 006 342,72
9 847,50
2 133,50
4 487 574,33
7 224 424,13
7 203,12
1 495,41
3 277 819,55
5 272 921,49
For the analysis, the costs to importers and to CFIA were
grouped into eight risk-based import categories: Import and release into open waters/breeding facilities; Import of susceptible,
live aquatic animals for retail as food; Import of susceptible
aquatic animals for processing; Import for display or show;
Import of personal “pets”; Import of carcasses for use as bait/
feeding to aquatic animals; and Import for research and diagnosis. The cost associated with import of non-susceptible aquatic
En ce qui concerne l’analyse, on a groupé les coûts pour les
importateurs et ceux pour l’ACIA en huit catégories d’importation selon le risque : importation et remise en eaux libres/
dans des installations d’élevage; importation d’animaux aquatiques vivants vulnérables aux fins de vente au détail sous forme
d’aliments; importation d’animaux aquatiques vulnérables aux fins
de transformation; importation aux fins d’exposition ou de présentation; importation d’« animaux d’agrément »; importation de
3760
Canada Gazette Part I
December 19, 2009
animals not directly required to have permits but mentioned in the
regulatory amendment was also included. Where applicable, the
cost to importers was based on the time invested in permit application, presence during inspection and certification, compliance
activities, sample collection time and treatment. For CFIA, the
costs were for inspection, permit issue and approval (for processing facilities). The costs are based on the general principles of
risk, biosecurity, and possibility of exposure to the Canadian
aquatic animal stocks and to “open” water.
Data from CBSA surveys were used to establish the annual
cost, which was subsequently applied to a 10 year period in order
to arrive at a yearly present value of the cost. A low-cost and a
high-cost scenario were considered. For the high-cost scenario, it
is assumed that the volume of transactions from high-risk areas
and the inspection cost for CFIA are higher for the permit issue
for gamete import (which is under the “Import and release into
open waters/breeding facilities” category). In addition, there is a
1% yearly increase in transactions for susceptible and nonsusceptible aquatic animals, and for carcasses. This simulates an
increasing demand driven by population growth. It is worth mentioning that, although plausible, the assumption that imports from
high-risk areas would increase is unlikely as most of the imports
are already from low-risk areas. Furthermore, as the data was
based on a conservative analysis, it is more likely that the cost
would be on the low-cost scenario side.
carcasses pour utilisation comme appât/pour l’alimentation d’animaux aquatiques; importation pour la recherche et pour le diagnostic. On a également inclus les coûts liés à l’importation
d’animaux aquatiques non vulnérables pour lesquels il n’est pas
directement nécessaire d’obtenir de permis, mais qui sont pris en
compte dans le projet de modification réglementaire. S’il y avait
lieu, on a fondé les coûts pour les importateurs sur le temps
consacré à la demande de permis, sur la présence pendant l’inspection et la certification, sur les activités de conformité, sur le
temps de prélèvement des échantillons et sur le traitement de
ceux-ci. Pour l’ACIA, les coûts sont ceux rattachés à l’inspection,
à la délivrance et à l’approbation de permis (pour les installations
de transformation). Les coûts sont fondés sur les principes généraux du risque, sur la biosécurité et sur la possibilité d’exposition aux stocks d’animaux aquatiques et aux eaux « libres » du
Canada.
Des données d’études de l’ASFC ont été utilisées afin d’établir
les coûts annuels, lesquels ont été ensuite appliqués à une période
de dix ans afin d’obtenir leur valeur annuelle actuelle. On a
considéré un scénario à coûts bas et un scénario à coûts élevés. En
ce qui concerne ce dernier, on suppose un volume plus élevé de
transactions d’une zone à risque élevé et des coûts d’inspection
plus élevés pour l’ACIA lorsqu’il est question de la délivrance de
permis pour l’importation de gamètes (qui figure dans la catégorie
« Importation et remise en eaux libres/dans des installations
d’élevage »). En outre, il y a une hausse annuelle de 1 % des transactions pour les animaux aquatiques vulnérables et non vulnérables ainsi que pour les carcasses. Cela simule une demande grandissante découlant de la croissance de la population. Il convient
de mentionner que, même si elle est plausible, la supposition de la
hausse des importations en provenance de zones à risque élevé est
improbable, étant donné que la majorité des importations sont
déjà en provenance de zones à risque faible. Qui plus est, comme
les données sont fondées sur une analyse prudente, il est plus
probable que les coûts réels soient ceux du scénario à coûts bas.
Table 2: Sensitivity Analysis
6%
Discount rate
8%
Tableau 2 — Analyse de sensibilité
Lower-cost scenario
Cost to importer
Cost to CFIA
Total cost
2,052,438.31
3,375,968.83
5,428,407.14
1,892,859.05
3,113,483.67
5,006,342.72
2,166,924.62
3,560,406.71
5,727,331.33
1,995,101.93
3,277,819.55
5,272,921.49
Taux d’actualisation
8%
10 %
1,754,022.79
2,885,117.79
4,639,140.58
Scénario à coûts plus bas
Coûts pour les
importateurs
Coûts pour l’ACIA
Coûts totaux
2 052 438,31
3 375 968,83
5 428 407,14
1 892 859,05
3 113 483,67
5 006 342,72
1 754 022,79
2 885 117,79
4 639 140,58
1,845,779.78
3,032,250.94
4,878,030.72
Scénario à coûts plus élevés
Coûts pour les
importateurs
Coûts pour l’ACIA
Coûts totaux
2 166 924,62
3 560 406,71
5 727 331,33
1 995 101,93
3 277 819,55
5 272 921,49
1 845 779,78
3 032 250,94
4 878 030,72
Higher-cost scenario
Cost to importer
Cost to CFIA
Total cost
6%
10%
PROPOSED REGULATORY TEXT
PROJET DE RÉGLEMENTATION
Notice is hereby given that the Governor in Council, pursuant
to subsection 64(1)a of the Health of Animals Actb, proposes to
make the annexed Regulations Amending the Health of Animals
Regulations.
Avis est donné que la gouverneure en conseil, en vertu du paragraphe 64(1)a de la Loi sur la santé des animauxb, se propose de
prendre le Règlement modifiant le Règlement sur la santé des
animaux, ci-après.
———
———
a
a
b
S.C. 1993, c. 34, s. 76
S.C. 1990, c. 21
b
L.C. 1993, ch. 34, art. 76
L.C. 1990, ch. 21
Le 19 décembre 2009
Gazette du Canada Partie I
3761
Interested persons may make representations concerning the
proposed Regulations within 75 days after the date of publication
of this notice. All such representations must cite the Canada Gazette, Part I, and the date of publication of this notice, and be addressed to Dr. Carolyn Inch, Director, Aquatic Animal Health
Division, Canadian Food Inspection Agency, 59 Camelot Drive,
Ottawa, Ontario K1A 0Y9 (tel.: 613-221-1487; e-mail: carolyn.
inch@inspection.gc.ca).
Ottawa, December 10, 2009
JURICA ČAPKUN
Assistant Clerk of the Privy Council
Les intéressés peuvent présenter leurs observations au sujet du
projet de règlement dans les soixante-quinze jours suivant la date
de publication du présent avis. Ils sont priés d’y citer la Gazette
du Canada Partie I, ainsi que la date de publication, et d’envoyer
le tout au Dr. Carolyn Inch, directrice de la Division de la santé
des animaux aquatiques, Agence canadienne d’inspection des
aliments, 59, promenade Camelot, Ottawa (Ontario) K1A 0Y9
(tél. : 613-221-1487; courriel : carolyn.inch@inspection.gc.ca).
Ottawa, le 10 décembre 2009
Le greffier adjoint du Conseil privé
JURICA ČAPKUN
REGULATIONS AMENDING THE HEALTH OF
ANIMALS REGULATIONS
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT
SUR LA SANTÉ DES ANIMAUX
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1
1. Subsection 8(1) of the Health of Animals Regulations is
replaced by the following:
8. (1) The Minister may accept a certificate or any other document referred to in this Part, any of Parts III to VIII or Part XVI
that is transmitted in electronic form, including by facsimile.
2. The Regulations are amended by adding the following
after section 189:
1. Le paragraphe 8(1) du Règlement sur la santé des animaux1 est remplacé par ce qui suit :
8. (1) Le ministre peut accepter un certificat ou tout autre document visé à la présente partie ou à l’une ou l’autre des parties III à VIII et XVI qui est transmis par un moyen électronique,
notamment par télécopieur.
2. Le même règlement est modifié par adjonction, après
l’article 189, de ce qui suit :
PART XVI
PARTIE XVI
AQUATIC ANIMALS
ANIMAUX AQUATIQUES
INTERPRETATION
DÉFINITIONS
190. The following definitions apply in this Part.
“aquatic animal” means any finfish, mollusc or crustacean, including any germplasm or life stage of those animals. (animal
aquatique)
“eviscerated”, in relation to a finfish, means that the internal organs, excluding the brain and gills, have been removed.
(éviscéré)
“finfish” means any cold-blooded aquatic vertebrate possessing
fins and gills. (poisson à nageoires)
“germplasm” means semen, male or female germ cells or genetic
material taken from a male or female germ cell for the purpose
of producing a zygote. (matériel génétique)
“offal”, in relation to an aquatic animal, means waste portions
including the visceral organs, cut-offs, raw material and organs.
(abats)
“species” means, in respect of germplasm, the species of the
aquatic animal that it is from. (espèce)
190. Les définitions qui suivent s’appliquent à la présente
partie.
« abats » S’agissant d’un animal aquatique, s’entend des déchets,
y compris les organes viscéraux, les parties coupées, les matières brutes et les organes. (offal)
« animal aquatique » Poisson à nageoires, mollusque ou crustacé,
y compris tout matériel génétique ou toute étape du cycle de
vie de ces animaux. (aquatic animal)
« espèce » À l’égard du matériel génétique, espèce à laquelle
appartient l’animal aquatique dont provient ce matériel.
(species)
« éviscéré » Se dit d’un poisson à nageoires dont les organes internes, sauf la cervelle et les branchies, ont été retirés.
(eviscerated)
« matériel génétique » Sperme, cellules germinales mâles ou femelles, ou matériel héréditaire prélevé de ces cellules pour
produire un zygote. (germplasm)
« poisson à nageoires » Vertébré aquatique à sang froid muni de
nageoires et de branchies. (finfish)
———
———
1
1
C.R.C. c. 296
C.R.C. ch. 296
3762
Canada Gazette Part I
December 19, 2009
3. The Regulations are amended by adding the following
after Section 190:
3. Le même règlement est modifié par adjonction, après
l’article 190, de ce qui suit :
IMPORTATION OF AQUATIC ANIMALS
IMPORTATION D’ANIMAUX AQUATIQUES
Importation of Aquatic Animals Listed in Schedule III
Animaux aquatiques énumérés à l’annexe III
191. No person shall import an aquatic animal listed in Schedule III except in accordance with a permit issued under section 160.
191. Il est interdit d’importer un animal aquatique visé à l’annexe III, sauf en conformité avec un permis délivré en vertu de
l’article 160.
Pet Aquatic Animals
Animaux aquatiques de compagnie
192. (1) Despite section 191, a person may import an aquatic
animal listed in Schedule III without a permit if
(a) the aquatic animal is a member of one of the following species: Barbonymus gonionotus, Carassius auratus, Devario
devario, Danio rerio, Eigenmannia virescens, Glossogobius
giuris, Osphronemus goramy, Oxyeleotris marmorata, Pangasius hypophthalmus, Poecilia reticulata, Puntius conchonius,
Puntius sophore, Symphysodon discus, Toxotes chatareus, or
Trichogaster pectoralis;
(b) the aquatic animal has not been taken to a show or display
outside Canada;
(c) the aquatic animal is imported by its owner;
(d) the aquatic animal is accompanied or picked up by its
owner at the point of entry into Canada; and
(e) the owner presents proof of the owner’s identity and his or
her ownership of the animal to the inspector.
(2) Every person who imports an aquatic animal under subsection (1) shall retain the aquatic animal in the person’s aquarium in
his or her household, and shall not, for the year following the
importation, expose it to any aquatic animals other than those
kept in the household.
(3) No person shall import any aquatic animal under subsection (1) if the person imported an aquatic animal under that subsection in the previous 90 days.
(4) Every person who imports an aquatic animal under subsection (1) shall keep the records of the importation, including the
documents required under paragraph (1)(e).
192. (1) Malgré l’article 191, un animal aquatique visé à l’annexe III peut être importé sans permis si les conditions suivantes
sont remplies :
a) il appartient à l’une des espèces suivantes : Barbonymus
gonionotus, Carassius auratus, Devario devario, Danio rerio,
Eigenmannia virescens, Glossogobius giuris, Osphronemus
goramy, Oxyeleotris marmorata, Pangasius hypophthalmus,
Pœcilia reticulata, Puntius conchonius, Puntius sophore, Symphysodon discus, Toxotes chatareus et Trichogaster pectoralis;
b) il n’a été exhibé à aucune foire ou exposition à l’extérieur du
Canada;
c) il est importé par son propriétaire;
d) il est accompagné de son propriétaire ou son propriétaire
vient le chercher au point d’entrée au Canada;
e) le propriétaire présente à l’inspecteur une preuve d’identité
ainsi qu’une preuve de propriété de l’animal aquatique.
(2) Quiconque importe un animal aquatique aux termes du paragraphe (1) le garde dans un aquarium de sa résidence et il lui est
interdit, dans l’année qui suit son importation, de le mettre en
contact avec d’autres animaux aquatiques, sauf ceux qui sont
gardés dans la même résidence.
(3) Quiconque importe un animal aquatique aux termes du paragraphe (1) ne peut, au cours des quatre-vingt-dix jours suivant
l’importation, en importer un autre.
(4) Quiconque importe un animal aquatique aux termes du paragraphe (1) conserve les documents d’importation, y compris les
documents visés à l’alinéa (1)e).
Aquatic Animals not Listed in Schedule III
Animaux aquatiques non énumérés à l’annexe III
193. No person shall import an aquatic animal that is not listed
in Schedule III unless it is accompanied by a document that is
satisfactory to an inspector and that includes the following
information:
(a) the name and address of the exporter;
(b) the name and address of the importer;
(c) the taxonomic name of the aquatic animal, the life stage,
and the number being imported, if more than one; and
(d) the country in which the aquatic animal was born or where
the germplasm came from and, in the case of an aquatic animal,
whether it was born in captivity or in the wild.
193. Il est interdit d’importer un animal aquatique dont le nom
ne figure pas à l’annexe III, sauf s’il est accompagné d’un document jugé satisfaisant par l’inspecteur et sur lequel sont consignés
les renseignements suivants :
a) le nom et l’adresse de l’exportateur;
b) le nom et l’adresse de l’importateur;
c) le nom taxonomique de l’animal aquatique, l’étape de son
cycle de vie et, si plus d’un animal est importé, leur nombre;
d) le pays dans lequel l’animal aquatique est né ou d’où provient le matériel génétique et, dans le cas d’un animal aquatique, s’il est né en captivité ou en milieu sauvage.
Importation of Carcasses and Offal
Importation de carcasses et d’abats
194. No person shall import into Canada, except in accordance
with a permit issued under section 160
(a) the carcass of a finfish listed in Schedule III for use as bait,
for use in feeding to, or manufacturing feed for aquatic animals, for research or diagnosis or, if the carcass has not been
194. Sauf en conformité avec un permis délivré en vertu de
l’article 160, il est interdit d’importer au Canada :
a) la carcasse d’un poisson à nageoires visé à l’annexe III aux
fins d’appâtage, d’alimentation d’animaux aquatiques, de fabrication d’aliments pour animaux aquatiques, de recherche ou de
Le 19 décembre 2009
Gazette du Canada Partie I
3763
eviscerated, for any other purpose that will produce offal or effluent containing anything from the finfish;
(b) the carcass of a mollusc listed in Schedule III, for use as
bait, for use in feeding to, or manufacturing feed for aquatic
animals, for research or diagnosis, or for a purpose that will
produce offal or effluent containing anything from the mollusc;
or
(c) the carcass or a part of the carcass of a crustacean listed in
Schedule III that has the shell attached, for use as bait, for use
in feeding to, or manufacturing feed for aquatic animals, for research or diagnosis, or for a purpose that will produce offal or
effluent containing anything from the crustacean;
(d) offal from any aquatic animal.
diagnostic ou, si la carcasse n’est pas éviscérée, à toute autre
fin qui entraîne la production d’abats ou d’effluents contenant
des matières issues du poisson à nageoires;
b) la carcasse d’un mollusque visé à l’annexe III aux fins
d’appâtage, d’alimentation d’animaux aquatiques, de fabrication d’aliments pour animaux aquatiques, de recherche ou de
diagnostic, ou à toute autre fin qui entraîne la production
d’abats ou d’effluents contenant des matières issues du
mollusque;
c) tout ou partie de la carcasse d’un crustacé visé à l’annexe III,
auquel la coquille est encore fixée, aux fins d’appâtage,
d’alimentation d’animaux aquatiques, de fabrication d’aliments
pour animaux aquatiques, de recherche ou de diagnostic, ou à
toute fin qui entraîne la production d’abats ou d’effluents
contenant des matières issues du crustacé;
d) des abats provenant d’un animal aquatique.
4. The Regulations are amended by adding the following
after section 194:
4. Le même règlement est modifié par adjonction, après
l’article 194, de ce qui suit :
PREVENTING THE SPREAD OF DISEASES OF AQUATIC ANIMALS
PRÉVENTION DE LA PROPAGATION DES MALADIES DES
ANIMAUX AQUATIQUES
Eradication Areas
Zones d’éradication
195. Each province, each territory, and the territorial sea and
contiguous zone of Canada taken together, is established as an
eradication area in which
(a) any finfish, mollusc or crustacean listed in Schedule III may
be inspected, segregated and tested for any disease listed in the
schedule to the Reportable Diseases Regulations; and
(b) disease eradication programs may be instituted for preventing the spread of any disease listed in the schedule to the Reportable Diseases Regulations.
195. Les provinces, les territoires et les eaux territoriales formant un tout avec la zone contiguë du Canada constituent chacun
une zone d’éradication dans laquelle :
a) tout poisson à nageoires, mollusque ou crustacé visé à l’annexe III peut être examiné, isolé et soumis à des épreuves de
dépistage de toute maladie visée à l’annexe du Règlement sur
les maladies déclarables;
b) des programmes d’éradication de maladies peuvent être mis
en place pour empêcher la propagation de toute maladie visée à
l’annexe du Règlement sur les maladies déclarables.
196. Every owner or person having the possession, care or control of an aquatic animal or a thing in an eradication area shall,
when requested by a veterinary inspector, an inspector or an accredited veterinarian endorsed by a veterinary inspector, permit
tests for any of the diseases listed in the schedule to the Reportable Diseases Regulations to be conducted on the aquatic animal
or the thing.
196. Le propriétaire ou la personne ayant la possession, la
responsabilité ou la charge des soins d’animaux aquatiques ou
choses qui se trouvent dans une zone d’éradication permet, sur
demande d’un inspecteur vétérinaire, d’un inspecteur ou d’un
vétérinaire agréé à cette fin par un inspecteur vétérinaire, que ces
animaux aquatiques ou choses subissent des épreuves de dépistage de toute maladie visée à l’annexe du Règlement sur les maladies déclarables.
197. (1) The Minister may declare an eradication area, or a part
of one, to be an infected area with respect to any of the diseases
of aquatic animals listed in the schedule to the Reportable Diseases Regulations if the disease has been identified in the eradication area, or part of it, and may designate the aquatic animals
susceptible to that disease, unless
(a) the infected animals and any things that have been exposed
to the disease have been treated or disposed of in a manner that
satisfies a veterinary inspector that the disease has been eliminated from the eradication area or part of it, and the result of an
epidemiological investigation satisfies the veterinary inspector
in charge of the investigation that the disease has been eradicated from the eradication area or part of it; or
(b) the animals, things or disease are located in a containment
facility.
197. (1) Le ministre peut déclarer qu’une zone d’éradication,
ou une partie d’une telle zone, est contaminée par une maladie
des animaux aquatiques visée à l’annexe du Règlement sur les
maladies déclarables si la maladie a été diagnostiquée dans la
zone ou partie de zone, et peut désigner les animaux aquatiques
susceptibles de contracter la maladie, sauf si :
a) les animaux atteints de la maladie et toutes les choses qui
ont été exposées à la maladie ont été traités ou éliminés de manière à convaincre l’inspecteur vétérinaire que la maladie a été
éliminée de la zone ou partie de zone et, à la lumière des résultats d’une enquête épidémiologique, l’inspecteur vétérinaire
responsable de l’enquête conclut que la maladie a été éradiquée
de la zone ou de partie de zone;
b) les animaux, les choses ou les maladies se trouvent dans une
installation de confinement.
3764
Canada Gazette Part I
December 19, 2009
(2) The Minister may declare an eradication area, or a part of
one, to be a free area with respect to any of the diseases of aquatic
animals listed in the schedule to the Reportable Diseases Regulations if he or she is satisfied that
(a) the eradication area, or part of it, is free of that disease,
based on one or more of the following factors:
(i) the amount of time since the disease was last identified in
the area or part of it,
(ii) the investigation of all suspected outbreaks and the decision by the veterinary inspector that the disease is not
present,
(iii) the actions taken to eradicate the disease, if it was identified, and the success of those actions, based on the factors
set out in paragraphs (1)(a) and (b),
(iv) the disease detection activities are sufficient to detect the
presence of the disease,
(v) the measures taken to prevent the introduction of the disease into the eradication area, or part of it, and the ability to
enforce those measures,
(vi) the physical barriers to the spread of the disease,
(vii) any other scientific information relevant to the disease,
or
(viii) the separation of the free area, or part of it, from any
infected area by a buffer area; and
(b) disease detection activities sufficient to detect the presence
of the disease are maintained while the declaration is in effect.
(3) The Minister may declare an eradication area, or a part of
one, to be a buffer area for any of the diseases listed in the schedule to the Reportable Diseases Regulations if he or she is satisfied
that even though the disease has not been detected within the
eradication area, or part of it, that area or part of it is at risk of
becoming infected, because of its epidemiological relationship to
an infected area.
(4) The Minister may declare an eradication area, or a part of it,
to be a provisionally free area for any of the diseases listed in the
schedule to the Reportable Diseases Regulations if the eradication area or part of it is not an infected area, free area or buffer
area.
(5) Any declaration under this section shall include a description of the eradication area, or part of it, the name of the disease
on which the declaration is based and the list of the species of
aquatic animals and carcasses or parts of carcasses of those
aquatic animals that are susceptible to that disease.
(2) Le ministre peut déclarer, qu’une zone d’éradication, ou
une partie d’une telle zone, est exempte de toute maladie des
animaux aquatiques visée à l’annexe du Règlement sur les maladies déclarables s’il est convaincu :
a) sur le fondement de l’un ou plusieurs des facteurs ci-après,
que la zone ou partie de zone est exempte de cette maladie :
(i) le temps écoulé depuis que la maladie a été diagnostiquée
pour la dernière fois dans la zone ou partie de zone,
(ii) l’enquête sur tous les foyers soupçonnés de la maladie et
la décision de l’inspecteur vétérinaire de déclarer la maladie
absente,
(iii) les mesures prises pour éradiquer la maladie, si elle a été
diagnostiquée, et la réussite de ces mesures, selon les situations énoncées aux alinéas (1)a) et b),
(iv) les activités de dépistage sont suffisantes pour détecter la
présence de la maladie,
(v) les mesures prises pour empêcher l’introduction de la
maladie dans la zone ou partie de zone, et la capacité d’appliquer ces mesures,
(vi) les obstacles matériels à la propagation de la maladie,
(vii) toutes autres données scientifiques concernant la
maladie,
(viii) la séparation, par une zone tampon, de la zone ou partie
de zone exempte, de toute zone contaminée;
b) que les activités de dépistage de la maladie seront maintenues durant la période à laquelle s’applique la déclaration.
(3) Le ministre peut déclarer qu’une zone d’éradication, ou une
partie d’une telle zone, est une zone tampon pour toute maladie
visée à l’annexe du Règlement sur les maladies déclarables, s’il
est convaincu que, bien que la maladie n’ait pas été détectée dans
la zone ou partie de zone, celle-ci risque d’être contaminée en
raison de ses liens épidémiologiques avec la zone contaminée.
MOVEMENT OF AQUATIC ANIMALS
Déplacement d’animaux aquatiques
198. (1) No person shall move, or cause to be moved, an
aquatic animal or a thing specified in a declaration made under
subsection 197(1) from an eradication area, or part of one, that
has been declared an infected area for a disease named in the declaration, to a free area, buffer area or provisionally free area for
that disease, except in accordance with a permit issued under section 160.
198. (1) Il est interdit de déplacer ou de faire déplacer une
chose ou un animal aquatique nommé dans la déclaration faite en
vertu du paragraphe 197(1), d’une zone d’éradication, ou de la
partie d’une telle zone, déclarée contaminée par une maladie
mentionnée dans cette déclaration, vers une zone exempte, une
zone tampon ou une zone temporairement exempte de cette maladie, sauf en conformité avec le permis délivré en vertu de l’article 160.
(2) Il est interdit de déplacer ou de faire déplacer une chose ou
un animal aquatique nommé dans la déclaration faite en vertu du
paragraphe 197(3), d’une zone d’éradication, ou de la partie d’une
telle zone, déclarée zone tampon pour une maladie mentionnée
dans cette déclaration, vers une zone exempte, une autre zone
tampon ou une zone temporairement exempte de cette maladie,
sauf en conformité avec un permis délivré en vertu de l’article 160.
(2) No person shall move, or cause to be moved, an aquatic
animal or a thing specified in a declaration made under subsection 197(3) from an eradication area, or part of it, that has been
declared a buffer area for a disease named in the declaration, to
a free area, another buffer area or a provisionally free area for
that disease, except in accordance with a permit issued under section 160.
(4) Le ministre peut déclarer qu’une zone d’éradication, ou une
partie d’une telle zone, est une zone temporairement exempte de
toute maladie visée à l’annexe du Règlement sur les maladies
déclarables s’il ne s’agit pas d’une zone contaminée, d’une zone
exempte ni d’une zone tampon.
(5) Toute déclaration faite en vertu du présent article contient
une description de la zone d’éradication ou d’une partie d’une
telle zone, le nom de la maladie sur laquelle est fondée la déclaration ainsi que la liste des espèces d’animaux aquatiques et des
carcasses ou parties de carcasses susceptibles d’être contaminées
par la maladie.
Le 19 décembre 2009
Gazette du Canada Partie I
(3) No person shall move, or cause to be moved, an aquatic
animal or thing specified in the declaration made under subsection 197(4) from an eradication area, or part of it, that has been
declared a provisionally free area for a disease named in the declaration, to a free area for that disease, except in accordance with
a permit issued under section 160.
3765
199. If, in the opinion of the Minister, an aquatic animal is
moved into an area in violation of section 198, the Minister may
order that the aquatic animal be taken back without delay to the
area from which it was moved or to an area of equal or lesser
health status.
(3) Il est interdit de déplacer ou de faire déplacer une chose ou
un animal aquatique nommé dans la déclaration faite en vertu du
paragraphe 197(4), d’une zone d’éradication, ou de la partie d’une
telle zone, déclarée temporairement exempte d’une maladie mentionnée dans cette déclaration, vers une zone exempte de cette
maladie, sauf en conformité avec un permis délivré en vertu de
l’article 160.
199. Lorsqu’il est d’avis qu’un animal aquatique est transporté
dans une zone en violation de l’article 198, le ministre peut ordonner que l’animal soit renvoyé immédiatement dans la zone
d’où il provient ou dans une zone de catégorie sanitaire semblable
ou inférieure.
MARKING OF AQUATIC ANIMALS
MARQUAGE DES ANIMAUX AQUATIQUES
200. If a person administers a test for a disease listed in the
schedule to the Reportable Diseases Regulations or a disease
named in Schedule VII to an aquatic animal and the animal reacts
positively to the test, the person shall permanently mark it with an
identifier appropriate to the species.
200. Lorsqu’une personne soumet un animal aquatique à une
épreuve de dépistage d’une maladie visée à l’annexe du Règlement sur les maladies déclarables ou d’une maladie visée à
l’annexe VII et que l’animal y réagit positivement, elle le marque
de façon indélébile par un moyen convenant à son espèce.
GENERAL
DISPOSITION GÉNÉRALE
201. If, under this Part, a permit, certificate or other document
is required for the removal or transportation of an aquatic animal,
the person having the possession, care or control of the aquatic
animal shall, when requested to do so by an inspector or peace
officer appointed under the Act, produce the permit, certificate or
other document.
5. The Regulations are amended by adding, after Schedule II,
the Schedule III set out in Schedule I to these Regulations.
201. Lorsque, sous le régime de la présente partie, un permis,
un certificat ou un autre document est exigé pour l’enlèvement ou
le transport d’un animal aquatique, la personne ayant la possession, la responsabilité ou la charge des soins de cet animal présente le document exigé à l’inspecteur ou l’agent de la paix nommé
en vertu de la Loi, lorsqu’il lui en fait la demande.
5. Le même règlement est modifié par adjonction, après
l’annexe II, de l’annexe III figurant à l’annexe 1 du présent
règlement.
6. L’annexe VII du même règlement est remplacée par
l’annexe VII figurant à l’annexe 2 du présent règlement.
7. L’annexe VIII du même règlement est remplacée par
l’annexe VIII figurant à l’annexe 3 du présent règlement.
6. Schedule VII to the Regulations is replaced by the
Schedule VII set out in Schedule 2 to these Regulations.
7. Schedule VIII to the Regulations is replaced by the
Schedule VIII set out in Schedule 3 to these Regulations.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
8. These Regulations come into force on the day on which
they are registered, except section 3 which comes into force on
March 1, 2011.
8. Le présent règlement entre en vigueur à la date de son
enregistrement sauf l’article 3, qui entre en vigueur 1er mars
2011.
SCHEDULE 1
(Section 3)
ANNEXE 1
(article 3)
SCHEDULE III
(Sections 191 to 195)
ANNEXE III
Articles 191 à 195
SUSCEPTIBLE SPECIES OF AQUATIC ANIMALS
ESPÈCES D’ANIMAUX AQUATIQUES VULNÉRABLES
PART 1
PARTIE 1
Finfish
Poissons à nageoires
Item
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
Species
Abramis brama
Acanthopagrus australis
Acanthopagrus latus
Acanthopagrus schlegelii
Acipenser baerii
Acipenser brevirostrum
Acipenser fulvescens
Acipenser gueldenstaedtii
Article
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
Espèce
Abramis brama
Acanthopagrus australis
Acanthopagrus latus
Acanthopagrus schlegelii
Acipenser baerii
Acipenser brevirostrum
Acipenser fulvescens
Acipenser gueldenstaedtii
3766
Canada Gazette Part I
December 19, 2009
SCHEDULE 1 — Continued
ANNEXE 1 (suite)
PART 1 — Continued
PARTIE 1 (suite)
Finfish — Continued
Item
9.
10.
11.
12.
13.
14.
15.
16.
17.
18.
19.
20.
21.
22.
23.
24.
25.
26.
27.
28.
29.
30.
31.
32.
33.
34.
35.
36.
37.
38.
39.
40.
41.
42.
43.
44.
45.
46.
47.
48.
49.
50.
51.
52.
53.
54.
55.
56.
57.
58.
59.
60.
61.
62.
63.
64.
65.
66.
67.
68.
69.
Species
Acipenser oxyrinchus
Acipenser transmontanus
Ambloplites rupestris
Ameiurus catus
Ameiurus melas
Ameiurus natalis
Ameiurus nebulosus
Ammodytes hexapterus
Ammodytes personatus
Anabas testudineus
Anguilla anguilla
Aplodinotus grunniens
Argentina sphyraena
Atractoscion nobilis
Aulorhynchus flavidus
Barbonymus gonionotus
Barbus barbus
Barbus graellsii
Bidyanus bidyanus
Brevoortia tyrannus
Carassius auratus
Carassius carassius
Catostomus commersonii
Channa striata
Chondrostoma nasus
Chondrostoma polylepis
Chondrostoma toxostoma
Cinetodus froggatti
Cirrhinus mrigala
Clarias batrachus
Clupea harengus
Clupea pallasii
Colisa lalia
Coregonus clupeaformis
Ctenopharyngodon idella
Cymatogaster aggregata
Cyprinus carpio
Cyprinus carpio goi
Cyprinus carpio koi
Danio rerio
Devario devario
Dicentrarchus labrax
Diplodus sargus
Dorosoma cepedianum
Eigenmannia virescens
Enchelyopus cimbrius
Epinephelus akaara
Epinephelus awoara
Epinephelus bruneus
Epinephelus coioides
Epinephelus fuscoguttatus
Epinephelus lanceolatus
Epinephelus malabaricus
Epinephelus melanostigma
Epinephelus septemfasciatus
Epinephelus tauvina
Esox lucius
Esox masquinongy
Evynnis japonica
Exocoetus volitans
Gadus macrocephalus
Poissons à nageoires (suite)
Article
9.
10.
11.
12.
13.
14.
15.
16.
17.
18.
19.
20.
21.
22.
23.
24.
25.
26.
27.
28.
29.
30.
31.
32.
33.
34.
35.
36.
37.
38.
39.
40.
41.
42.
43.
44.
45.
46.
47.
48.
49.
50.
51.
52.
53.
54.
55.
56.
57.
58.
59.
60.
61.
62.
63.
64.
65.
66.
67.
68.
69.
Espèce
Acipenser oxyrinchus
Acipenser transmontanus
Ambloplites rupestris
Ameiurus catus
Ameiurus melas
Ameiurus natalis
Ameiurus nebulosus
Ammodytes hexapterus
Ammodytes personatus
Anabas testudineus
Anguilla anguilla
Aplodinotus grunniens
Argentina sphyraena
Atractoscion nobilis
Aulorhynchus flavidus
Barbonymus gonionotus
Barbus barbus
Barbus graellsii
Bidyanus bidyanus
Brevoortia tyrannus
Carassius auratus
Carassius carassius
Catostomus commersonii
Channa striata
Chondrostoma nasus
Chondrostoma polylepis
Chondrostoma toxostoma
Cinetodus froggatti
Cirrhinus mrigala
Clarias batrachus
Clupea harengus
Clupea pallasii
Colisa lalia
Coregonus clupeaformis
Ctenopharyngodon idella
Cymatogaster aggregata
Cyprinus carpio
Cyprinus carpio goi
Cyprinus carpio koi
Danio rerio
Devario devario
Dicentrarchus labrax
Diplodus sargus
Dorosoma cepedianum
Eigenmannia virescens
Enchelyopus cimbrius
Epinephelus akaara
Epinephelus awoara
Epinephelus bruneus
Epinephelus coioides
Epinephelus fuscoguttatus
Epinephelus lanceolatus
Epinephelus malabaricus
Epinephelus melanostigma
Epinephelus septemfasciatus
Epinephelus tauvina
Esox lucius
Esox masquinongy
Evynnis japonica
Exocoetus volitans
Gadus macrocephalus
Le 19 décembre 2009
Gazette du Canada Partie I
SCHEDULE 1 — Continued
ANNEXE 1 (suite)
PART 1 — Continued
PARTIE 1 (suite)
Finfish — Continued
Item
70.
71.
72.
73.
74.
75.
76.
77.
78.
79.
80.
81.
82.
83.
84.
85.
86.
87.
88.
89.
90.
91.
92.
93.
94.
95.
96.
97.
98.
99.
100.
101.
102.
103.
104.
105.
106.
107.
108.
109.
110.
111.
112.
113.
114.
115.
116.
117.
118.
119.
120.
121.
122.
123.
124.
125.
126.
127.
128.
129.
130.
Species
Gadus morhua
Galaxias olidus
Gambusia affinis
Gasterosteus aculeatus
Gibelion catla
Girella punctata
Glossogobius giuris
Gobio gobio
Hexanematichthys sagor
Hippoglossus hippoglossus
Hucho hucho
Hypomesus pretiosus
Hypophthalmichthys molitrix
Hypophthalmichthys nobilis
Ictalurus furcatus
Ictalurus punctatus
Kurtus gulliveri
Labeo rohita
Lampetra ayresii
Lampetra fluviatilis
Larimichthys crocea
Lateolabrax japonicus
Lates calcarifer
Lepomis gibbosus
Lepomis macrochirus
Lethrinus haematopterus
Lethrinus nebulosus
Leuciscus idus
Limanda limanda
Lota lota
Maccullochella peelii
Macquaria ambigua
Macquaria australasica
Macquaria novemaculeata
Melanogrammus aeglefinus
Merlangius merlangus
Merluccius productus
Microgadus proximus
Micromesistius poutassou
Micropterus dolomieu
Micropterus salmoides
Misgurnus anguillicaudatus
Monopterus albus
Morone americana
Morone chrysops
Morone saxatilis
Moxostoma anisurum
Moxostoma macrolepidotum
Mugil cephalus
Neogobius melanostomus
Notropis atherinoides
Notropis hudsonius
Oncorhynchus clarkii
Oncorhynchus gorbuscha
Oncorhynchus keta
Oncorhynchus kisutch
Oncorhynchus masou
Oncorhynchus mykiss
Oncorhynchus nerka
Oncorhynchus rhodurus
Oncorhynchus tshawytscha
Poissons à nageoires (suite)
Article
70.
71.
72.
73.
74.
75.
76.
77.
78.
79.
80.
81.
82.
83.
84.
85.
86.
87.
88.
89.
90.
91.
92.
93.
94.
95.
96.
97.
98.
99.
100.
101.
102.
103.
104.
105.
106.
107.
108.
109.
110.
111.
112.
113.
114.
115.
116.
117.
118.
119.
120.
121.
122.
123.
124.
125.
126.
127.
128.
129.
130.
Espèce
Gadus morhua
Galaxias olidus
Gambusia affinis
Gasterosteus aculeatus
Gibelion catla
Girella punctata
Glossogobius giuris
Gobio gobio
Hexanematichthys sagor
Hippoglossus hippoglossus
Hucho hucho
Hypomesus pretiosus
Hypophthalmichthys molitrix
Hypophthalmichthys nobilis
Ictalurus furcatus
Ictalurus punctatus
Kurtus gulliveri
Labeo rohita
Lampetra ayresii
Lampetra fluviatilis
Larimichthys crocea
Lateolabrax japonicus
Lates calcarifer
Lepomis gibbosus
Lepomis macrochirus
Lethrinus haematopterus
Lethrinus nebulosus
Leuciscus idus
Limanda limanda
Lota lota
Maccullochella peelii
Macquaria ambigua
Macquaria australasica
Macquaria novemaculeata
Melanogrammus aeglefinus
Merlangius merlangus
Merluccius productus
Microgadus proximus
Micromesistius poutassou
Micropterus dolomieu
Micropterus salmoides
Misgurnus anguillicaudatus
Monopterus albus
Morone americana
Morone chrysops
Morone saxatilis
Moxostoma anisurum
Moxostoma macrolepidotum
Mugil cephalus
Neogobius melanostomus
Notropis atherinoides
Notropis hudsonius
Oncorhynchus clarkii
Oncorhynchus gorbuscha
Oncorhynchus keta
Oncorhynchus kisutch
Oncorhynchus masou
Oncorhynchus mykiss
Oncorhynchus nerka
Oncorhynchus rhodurus
Oncorhynchus tshawytscha
3767
3768
Canada Gazette Part I
December 19, 2009
SCHEDULE 1 — Continued
ANNEXE 1 (suite)
PART 1 — Continued
PARTIE 1 (suite)
Finfish — Continued
Item
131.
132.
133.
134.
135.
136.
137.
138.
139.
140.
141.
142.
143.
144.
145.
146.
147.
148.
149.
150.
151.
152.
153.
154.
155.
156.
157.
158.
159.
160.
161.
162.
163.
164.
165.
166.
167.
168.
169.
170.
171.
172.
173.
174.
175.
176.
177.
178.
179.
180.
181.
182.
183.
184.
185.
186.
187.
188.
189.
190.
191.
Species
Oplegnathus fasciatus
Oplegnathus punctatus
Oreochromis niloticus
Osphronemus goramy
Oxyeleotris marmorata
Oxyeleotris selheimi
Pagrus major
Pagrus pagrus
Pangasius hypophthalmus
Paralichthys dentatus
Paralichthys lethostigma
Paralichthys olivaceus
Parambassis gulliveri
Parapristipoma trilineatum
Parophrys vetulus
Perca flavescens
Perca fluviatilis
Percopsis omiscomaycus
Phoxinus phoxinus
Pimephales notatus
Platichthys flesus
Platycephalus fuscus
Plecoglossus altivelis
Plectorhinchus cinctus
Pleuronectes platessa
Poecilia reticulata
Pollachius virens
Pomatoschistus minutus
Pomoxis nigromaculatus
Psetta maxima
Pseudocaranx dentex
Puntius conchonius
Puntius sophore
Rachycentron canadum
Reinhardtius hippoglossoides
Rhacochilus vacca
Rutilus rutilus
Salmo salar
Salmo trutta
Salvelinus alpinus
Salvelinus fontinalis
Salvelinus namaycush
Sander lucioperca
Sander vitreus
Sardinops sagax
Scaphirhynchus albus
Scaphirhynchus platorynchus
Scardinius erythrophthalmus
Scatophagus argus
Sciaenops ocellatus
Scomber japonicus
Scomberomorus niphonius
Sebastes inermis
Sebastes schlegelii
Seriola dumerili
Seriola hippos
Seriola lalandi
Seriola quinqueradiata
Sillago ciliata
Silurus glanis
Siniperca chuatsi
Poissons à nageoires (suite)
Article
131.
132.
133.
134.
135.
136.
137.
138.
139.
140.
141.
142.
143.
144.
145.
146.
147.
148.
149.
150.
151.
152.
153.
154.
155.
156.
157.
158.
159.
160.
161.
162.
163.
164.
165.
166.
167.
168.
169.
170.
171.
172.
173.
174.
175.
176.
177.
178.
179.
180.
181.
182.
183.
184.
185.
186.
187.
188.
189.
190.
191.
Espèce
Oplegnathus fasciatus
Oplegnathus punctatus
Oreochromis niloticus
Osphronemus goramy
Oxyeleotris marmorata
Oxyeleotris selheimi
Pagrus major
Pagrus pagrus
Pangasius hypophthalmus
Paralichthys dentatus
Paralichthys lethostigma
Paralichthys olivaceus
Parambassis gulliveri
Parapristipoma trilineatum
Parophrys vetulus
Perca flavescens
Perca fluviatilis
Percopsis omiscomaycus
Phoxinus phoxinus
Pimephales notatus
Platichthys flesus
Platycephalus fuscus
Plecoglossus altivelis
Plectorhinchus cinctus
Pleuronectes platessa
Poecilia reticulata
Pollachius virens
Pomatoschistus minutus
Pomoxis nigromaculatus
Psetta maxima
Pseudocaranx dentex
Puntius conchonius
Puntius sophore
Rachycentron canadum
Reinhardtius hippoglossoides
Rhacochilus vacca
Rutilus rutilus
Salmo salar
Salmo trutta
Salvelinus alpinus
Salvelinus fontinalis
Salvelinus namaycush
Sander lucioperca
Sander vitreus
Sardinops sagax
Scaphirhynchus albus
Scaphirhynchus platorynchus
Scardinius erythrophthalmus
Scatophagus argus
Sciaenops ocellatus
Scomber japonicus
Scomberomorus niphonius
Sebastes inermis
Sebastes schlegelii
Seriola dumerili
Seriola hippos
Seriola lalandi
Seriola quinqueradiata
Sillago ciliata
Silurus glanis
Siniperca chuatsi
Le 19 décembre 2009
Gazette du Canada Partie I
SCHEDULE 1 — Continued
ANNEXE 1 (suite)
PART 1 — Continued
PARTIE 1 (suite)
Finfish — Continued
Item
192.
193.
194.
195.
196.
197.
198.
199.
200.
201.
202.
203.
204.
205.
206.
207.
208.
209.
Species
Solea solea
Sparus aurata
Sprattus sprattus
Symphysodon discus
Takifugu rubripes
Thaleichthys pacificus
Theragra chalcogramma
Thunnus thynnus
Thymallus thymallus
Tinca tinca
Toxotes chatareus
Trachinotus blochii
Trachurus japonicus
Trichogaster pectoralis
Trichogaster trichopterus
Trisopterus esmarkii
Trisopterus minutus
Verasper variegatus
Poissons à nageoires (suite)
Article
192.
193.
194.
195.
196.
197.
198.
199.
200.
201.
202.
203.
204.
205.
206.
207.
208.
209.
Espèce
Solea solea
Sparus aurata
Sprattus sprattus
Symphysodon discus
Takifugu rubripes
Thaleichthys pacificus
Theragra chalcogramma
Thunnus thynnus
Thymallus thymallus
Tinca tinca
Toxotes chatareus
Trachinotus blochii
Trachurus japonicus
Trichogaster pectoralis
Trichogaster trichopterus
Trisopterus esmarkii
Trisopterus minutus
Verasper variegatus
PART 2
PARTIE 2
Molluscs
Mollusques
Item
Species
Article
Espèce
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
11.
12.
13.
14.
15.
16.
17.
18.
19.
20.
21.
22.
23.
24.
25.
26.
27.
28.
29.
30.
31.
32.
33.
34.
Anadara trapezia
Argopecten gibbus
Austrovenus stutchburyi
Cerastoderma edule
Crassostrea angulata
Crassostrea ariakensis
Crassostrea echinata
Crassostrea gigas
Crassostrea nippon
Crassostrea rhizophorae
Crassostrea sikamea
Crassostrea virginica
Haliotis corrugata
Haliotis cracherodii
Haliotis cyclobates
Haliotis discus hannai
Haliotis diversicolor
Haliotis fulgens
Haliotis laevigata
Haliotis midae
Haliotis rubra
Haliotis rufescens
Haliotis scalaris
Haliotis sorenseni
Haliotis tuberculata
Haliotis wallalensis
Katelysia rhytiphora
Macoma balthica
Macoma mitchelli
Mercenaria mercenaria
Mya arenaria
Mytilus edulis
Mytilus galloprovincialis
Ostrea angasi
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
11.
12.
13.
14.
15.
16.
17.
18.
19.
20.
21.
22.
23.
24.
25.
26.
27.
28.
29.
30.
31.
32.
33.
34.
Anadara trapezia
Argopecten gibbus
Austrovenus stutchburyi
Cerastoderma edule
Crassostrea angulata
Crassostrea ariakensis
Crassostrea echinata
Crassostrea gigas
Crassostrea nippon
Crassostrea rhizophorae
Crassostrea sikamea
Crassostrea virginica
Haliotis corrugata
Haliotis cracherodii
Haliotis cyclobates
Haliotis discus hannai
Haliotis diversicolor
Haliotis fulgens
Haliotis laevigata
Haliotis midae
Haliotis rubra
Haliotis rufescens
Haliotis scalaris
Haliotis sorenseni
Haliotis tuberculata
Haliotis wallalensis
Katelysia rhytiphora
Macoma balthica
Macoma mitchelli
Mercenaria mercenaria
Mya arenaria
Mytilus edulis
Mytilus galloprovincialis
Ostrea angasi
3769
3770
Canada Gazette Part I
December 19, 2009
PART 2 — Continued
PARTIE 2 (suite)
Molluscs — Continued
Mollusques (suite)
Item
Species
Article
Espèce
35.
36.
37.
38.
39.
40.
41.
42.
43.
44.
45.
46.
47.
48.
49.
50.
51.
52.
53.
54.
55.
Ostrea chilensis
Ostrea conchaphila
Ostrea denselamellosa
Ostrea edulis
Ostrea puelchana
Paphia undulata
Pinctada margaritifera
Pinctada martensii
Ruditapes decussates
Ruditapes pullastra
Ruditapes semidecussatus
Saccostrea forskali
Saccostrea glomerata
Striostrea mytiloides
Tapes pullastra
Tapes rhomboideus
Tridacna crocea
Tridacna gigas
Tridacna maxima
Venerupis aurea
Venerupis philippinarum
35.
36.
37.
38.
39.
40.
41.
42.
43.
44.
45.
46.
47.
48.
49.
50.
51.
52.
53.
54.
55.
Ostrea chilensis
Ostrea conchaphila
Ostrea denselamellosa
Ostrea edulis
Ostrea puelchana
Paphia undulata
Pinctada margaritifera
Pinctada martensii
Ruditapes decussates
Ruditapes pullastra
Ruditapes semidecussatus
Saccostrea forskali
Saccostrea glomerata
Striostrea mytiloides
Tapes pullastra
Tapes rhomboideus
Tridacna crocea
Tridacna gigas
Tridacna maxima
Venerupis aurea
Venerupis philippinarum
PART 3
PARTIE 3
Crustaceans
Crustacés
Item
Species
Article
Espèce
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
11.
12.
13.
14.
15.
16.
17.
18.
19.
20.
21.
22.
23.
24.
25.
26.
27.
28.
29.
30.
31.
32.
Astacus astacus
Astacus leptodactylus
Austropotamobius pallipes
Austropotamobius torrentium
Callinectes sapidus
Cambroides japonicus
Cancer irroratus
Cherax destructor
Cherax quadricarinutus
Cherax quinquecarinatus
Eriocheir sinensis
Exopalaemon styliferus
Farfantepenaeus aztecus
Farfantepenaeus brasiliensis
Farfantepenaeus californiensis
Farfantepenaeus duorarum
Farfantepenaeus paulensis
Farfantepenaeus subtilis
Fenneropenaeus chinensis
Fenneropenaeus merguiensis
Fenneropenaeus penicillatus
Homarus americanus
Litopenaeus occidentalis
Litopenaeus schmitti
Litopenaeus setiferus
Litopenaeus stylirostris
Litopenaeus vannamei
Macrobrachium rosenbergii
Marsupenaeus japonicus
Melicertus kerathurus
Melicertus marginatus
Melicertus plebejus
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
11.
12.
13.
14.
15.
16.
17.
18.
19.
20.
21.
22.
23.
24.
25.
26.
27.
28.
29.
30.
31.
32.
Astacus astacus
Astacus leptodactylus
Austropotamobius pallipes
Austropotamobius torrentium
Callinectes sapidus
Cambroides japonicus
Cancer irroratus
Cherax destructor
Cherax quadricarinutus
Cherax quinquecarinatus
Eriocheir sinensis
Exopalaemon styliferus
Farfantepenaeus aztecus
Farfantepenaeus brasiliensis
Farfantepenaeus californiensis
Farfantepenaeus duorarum
Farfantepenaeus paulensis
Farfantepenaeus subtilis
Fenneropenaeus chinensis
Fenneropenaeus merguiensis
Fenneropenaeus penicillatus
Homarus americanus
Litopenaeus occidentalis
Litopenaeus schmitti
Litopenaeus setiferus
Litopenaeus stylirostris
Litopenaeus vannamei
Macrobrachium rosenbergii
Marsupenaeus japonicus
Melicertus kerathurus
Melicertus marginatus
Melicertus plebejus
Le 19 décembre 2009
Gazette du Canada Partie I
PART 3 — Continued
PARTIE 3 (suite)
Crustaceans — Continued
Crustacés (suite)
Item
Species
Article
Espèce
33.
34.
35.
36.
37.
38.
39.
40.
41.
42.
43.
44.
45.
Metapenaeus ensis
Orconectes limosus
Orconectes punctimanus
Pacifastacus leniusculus
Penaeus ensis
Penaeus esculentus
Penaeus indicus
Penaeus merguiensis
Penaeus monodon
Penaeus schmitti
Penaeus semisulcatus
Procambarus clarkii
Trachypenaeus similis
33.
34.
35.
36.
37.
38.
39.
40.
41.
42.
43.
44.
45.
Metapenaeus ensis
Orconectes limosus
Orconectes punctimanus
Pacifastacus leniusculus
Penaeus ensis
Penaeus esculentus
Penaeus indicus
Penaeus merguiensis
Penaeus monodon
Penaeus schmitti
Penaeus semisulcatus
Procambarus clarkii
Trachypenaeus similis
SCHEDULE 2
(Section 4)
ANNEXE 2
(article 4)
SCHEDULE VII
(Subsection 91.2(1))
ANNEXE VII
(paragraphe 91.2(1))
IMMEDIATELY NOTIFIABLE DISEASES
MALADIES À NOTIFICATION IMMÉDIATE
3771
Item
Disease
Article
Maladie
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
11.
12.
13.
14.
15.
16.
17.
18.
19.
20.
21.
22.
23.
24.
25.
26.
27.
28.
29.
30.
31.
32.
33.
34.
35.
36.
abalone viral mortality (abalone mortality virus)
aino virus infection
akabane disease
avian chlamydiosis (C. pscittaci)
avian encephalomyelitis
avian infectious laryngotracheitis
besnoitiosis
bonamiosis (Bonamia exitiosa)
Borna disease
bovine babesiosis (B. bovis)
bovine ephemeral fever
bovine petechial fever
brown ring disease (Vibrio tapetis)
channel catfish virus disease (channel catfish virus)
contagious agalactia
contagious caprine pleuropneumonia
crayfish plague (Aphanomyces astaci (EU strain))
dourine
duck hepatitis
egg drop syndrome (adenovirus)
enteric septicaemia of catfish (Edwardsiella ictaluri)
enterovirus encephalomyelitis (Teschen disease)
epizootic haemorrhagic disease
epizootic lymphangitis
epizootic ulcerative syndrome (Aphanomyces invadans)
equine encephalomyelitis, western and eastern
fluvalinate-resistant Varroa mite
fowl cholera
glanders
goose parvovirus infection (Derzsy’s disease)
gyrodactylosis (Gyrodactylus salaris)
hepatopancreatic parvovirus disease (hepatopancreatic parvovirus)
heartwater (cowdriosis)
hendra virus
herpes virus of cervidae
Ibarak disease
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
11.
12.
13.
14.
15.
16.
17.
18.
19.
20.
21.
22.
23.
24.
25.
26.
27.
28.
29.
30.
31.
32.
33.
34.
35.
36.
Mortalité virale de l’ormeau
Infection virale d’Aino
Maladie d’Akabane
Chlamydiose aviaire (C. pscittaci)
Encéphalomyélite aviaire
Laryngotrachéite infectieuse aviaire
Besnoïtiose
Maladie (infection à) (Bonamia exitiosa)
Maladie de Borna
Babésiose bovine (B. bovis)
Fièvre éphémère bovine
Fière pétéchiale bovine
Maladie de l’anneau brun (Vibrio tapetis)
Hèrpèsvirose du poisson-chat (Hèrpèsvirose des itactaluridae de type I)
Agalaxie contagieuse
Pleuropneumonie contagieuse caprine
Peste de l’écrevisse [Aphanomyces astaci (souche de l’UE)]
Dourine
Hépatite virale du canard
Syndrome de la chute de ponte (adénovirus)
Entérosepticémie du poisson-chat (Edwardsiella ictaluri)
Encéphalomyélite à entérovirus (maladie de Teschen)
Hémorragie épizootique
Lymphangite épizootique
Syndrome ulcératif épizootique (Aphanomyces invadans)
Encéphalomyélite équine de l’Ouest et de l’Est
Varroa résistant au fluvalinate
Choléra aviaire
Morve
Infection à parvovirus de l’oie (maladie de Derzsy)
Gyrodactylose (Gyrodactularus salaris)
Maladie due à l’infection par le parvovirus hépatopancréatique
Heartwater (cowdriose)
Virus de Hendra
Herpèsvirus des cervidés
Maladie d’Ibaraki
3772
Canada Gazette Part I
December 19, 2009
SCHEDULE 2 — Continued
ANNEXE 2 (suite)
Item
Disease
Article
Maladie
37.
infectious hypodermal and hematopoietic necrosis (infectious
hypodermal and haematopoietic necrosis virus)
infectious myonecrosis (infectious myonecrosis virus)
Japanese encephalitis
louping ill
marteiliosis (Marteilia sydneyi)
mikrocytosis (Mikrocytos roughleyi)
Mourilyan virus disease (Mourilyan virus)
Nairobi sheep disease
necrotizing hepatopancreatitis
Nipah virus
Oncorhynchus masou virus disease (Oncorhynchus masou virus)
piscirickettsiosis (Piscirickettsia salmonis (Chilean strain))
red sea bream iridoviral disease (red sea bream iridovirus)
screwworm (Cochliomyia hominivorax) and (Chrysomyia bezziana)
small hive beetle (Aethina tumida)
spawner-isolated mortality virus disease (spawner-isolated mortality
virus)
spherical baculovirosis (Penaeus monodon-type baculovirus)
tetrahedral baculovirosis (Baculovirus penaei)
theileriasis
tick-borne fever (Cytoecetes phagocytophilia)
tissue worm (Elaphostrongylus cervi)
trypanosomiasis (exotic to Canada)
turkey viral rhinotracheitis or swollen head disease in chickens
viral haemorrhagic disease of rabbits
Wesselbron’s disease
West Nile fever
white tail disease (white tail virus)
withering syndrome of abalone (Xenohaliotis californiensis)
37.
Nécrose hypodermique et hématopoïétique infectieuse
38.
39.
40.
41.
42.
43.
44.
45.
46.
47.
48.
49.
50.
51.
52.
Myonécrose infectieuse
Encéphalite japonaise
Encéphalomyélite ovine (louping ill)
Maladie (infection à) (Marteilia sydneyi)
Maladie (infection à) (Mikrocytos roughleyi)
Maladie due à l’infection par le virus du Mourilyan (virus du Mourilyan)
Maladie de Nairobi
Hépatopancréatite nécrosante
Virus de Nipah
Herpèsvirose de l’Oncorhynchus masou
Piscirickettsiose [Piscirickettsia salmonis (souche chilienne)]
Iridovirose de la dorade japonaise
Myiase à Cochliomyia hominivorax et myiase à Chrysomyia bezziana
Petit coléoptère des ruches (Aethina tumida)
Virose létale des géniteurs
53.
54.
55.
56.
57.
58.
59.
60.
61.
62.
63.
64.
Baculovirose sphérique (Baculovirus spécifique de Penaeus monodon)
Baculovirose tétraédrique (Baculovirus penaei)
Théilériose
Fièvre à tiques (Cytoecetes phagocytophilia)
Larve du tissu musculaire (Elaphostrongylus cervi)
Trypanosomose (forme exotique)
Rhinotrachéite virale du dindon ou syndrome de la grosse tête des poulets
Maladie hémorragique virale du lapin
Maladie de Wesselbron
Fièvre du Nil occidental
Maladie des queues blanches
Maladie (infection à) (Xenohaliotis californiensis)
38.
39.
40.
41.
42.
43.
44.
45.
46.
47.
48.
49.
50.
51.
52.
53.
54.
55.
56.
57.
58.
59.
60.
61.
62.
63.
64.
SCHEDULE 3
(Section 5)
ANNEXE 3
(article 5)
SCHEDULE VIII
(Subsection 91.2 (3))
ANNEXE VIII
(paragraphe 91.2(3))
ANNUALLY NOTIFIABLE DISEASES
MALADIES À NOTIFICATION ANNUELLE
Item
Disease
Article
Maladie
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
11.
12.
13.
14.
15.
16.
17.
18.
19.
20.
21.
acarine disease
actinomycosis
American foul brood
atrophic rhinitis
avian infectious bronchitis
avian leukosis
avian salmonellosis
avian spirochaetosis
avian tuberculosis
bacterial kidney disease (Renibacterium salmoninarum)
blackleg
botulism
bovine genital campylobacteriosis
bovine malignant catarrhal fever
bovine viral diarrhoea or mucosal disease
caprine arthritis-encephalitis
caseous lymphadenitis
coccidiosis
contagious ophthalmia
contagious pustular dermatitis
dermatophilosis
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
11.
12.
13.
14.
15.
16.
17.
18.
19.
20.
21.
Acariose des abeilles
Actinomycose
Loque américaine
Rhinite atrophique du porc
Bronchite infectieuse aviaire
Leucose aviaire
Salmonellose aviaire
Spirochétose aviaire
Tuberculose aviaire
Rénibactériose (Renibacterium salmoninarum)
Charbon symptomatique
Botulisme
Campylobactériose génitale bovine
Fière catarrhale maligne des bovins (coryza gangreneux)
Maladie des muqueuses ou diarrhée virale des bovins
Arthrite-encéphalite caprine
Lymphadénite caséeuse
Coccidiose
Ophthalmie contagieuse
Ecthyma contagieux
Dermatophilose
Le 19 décembre 2009
Gazette du Canada Partie I
SCHEDULE 3 — Continued
3773
ANNEXE 3 (suite)
Item
Disease
Article
Maladie
22.
23.
24.
25.
26.
27.
28.
29.
30.
31.
32.
33.
34.
35.
36.
37.
38.
39.
40.
41.
42.
43.
44.
45.
46.
47.
48.
49.
50.
51.
52.
53.
54.
55.
56.
57.
58.
59.
60.
61.
62.
63.
64.
65.
66.
67.
68.
69.
70.
71.
72.
distomatosis (liver fluke)
duck virus enteritis
echinococcosis or hydatidosis
enteric red mouth disease (Yersinia ruckeri)
enterotoxaemia
enzootic abortion
enzootic bovine leucosis
equine coital exanthema
equine influenza
equine rhinopneumonitis
European foul brood
filariasis
foot-rot
fowl pox
furunculosis (Aeromonas salmonicida)
haemorrhagic septicaemia
horse mange (Psoroptes equi)
equine viral arteritis
infectious bovine rhinotracheitis (IBR or IPV)
infectious bursal disease (Gumboro disease)
infectious coryza
intestinal salmonella infections
listeriosis
maedi-visna
Marek’s disease
melioidosis
avian mycoplasmosis (M. Gallisepticum)
myxomatosis
nosematosis of bees
other clostridial infections
other pasteurelloses
ovine epididymitis (Brucella ovis)
ovine pulmonary adenomatosis
paratuberculosis (Johne’s disease)
porcine reproductive and respiratory syndrome (PRRS)
Q fever
QPX disease (Quahog parasite unknown)
Salmonella abortus ovis
Salmonella abortus equi
seaside organism (haplosporidium costale)
sheep mange (scab)
strangles
streptococcosis (Streptococcus iniae)
swine erysipelas
toxoplasmosis
transmissible gastroenteritis (TGE)
trichomoniasis
tularaemia
ulcerative lymphangitis
vibrionic dysentery
warble infestation
22.
23.
24.
25.
26.
27.
28.
29.
30.
31.
32.
33.
34.
35.
36.
37.
38.
39.
40.
41.
42.
43.
44.
45.
46.
47.
48.
49.
50.
51.
52.
53.
54.
55.
56.
57.
58.
59.
60.
61.
62.
63.
64.
65.
66.
67.
68.
69.
70.
71.
72.
Distomatose hépatobiliaire (douve du foie)
Entérite virale du canard
Échinococcose ou hydatidose
Maladie de la bouche rouge (Yersinia ruckeri)
Entérotoxémie
Avortement enzootique des brebis
Leucose bovine enzootique
Exanthème coïtal équin
Grippe équine
Rhinopneumonie équine
Loque européenne
Filariose
Piétin
Variole aviaire
Furonculose (Aeromonas salmonicida)
Septicémie hémorrhagique
Gale des équidés (Psoroptes equi)
Artérite virale équine
Rhinotrachéite infectieuse bovine (IBR ou IPV)
Bursite infectieuse (maladie de Gumboro)
Coryza infectieux des poules
Salmonellose intestinale
Listériose
Maedi-visna
Maladie de Marek
Mélioïdose
Mycoplasmose aviaire (M. gallisepticum)
Myxomatose
Nosémose des abeilles
Autres infections clostridiales
Autres pasteurelloses
Épididymite ovine (Brucella ovis)
Adénomatose pulmonaire ovine
Paratuberculose (maladie de Johne)
Syndrome dysgénésique et respiratoire du porc
Fièvre Q
Maladie QPX (parasite inconnu de la palourde américaine)
Salmonella abortus ovis
Salmonella abortus equi
Maladie (infection à) Haplosporidium costale
Gale des ovins
Gourme
Streptococcose (Streptococcus iniae)
Rouget du porc
Toxoplasmose
Gastro-entérite transmissible
Trichomonose
Tularémie
Lymphangite ulcéreuse bactérienne
Dysenterie vibrionique
Hypodermose (varron)
[51-1-o]
[51-1-o]
3774
Canada Gazette Part I
December 19, 2009
Regulations Amending the Phytophthora Ramorum
Compensation Regulations
Règlement modifiant le Règlement sur
l’indemnisation relative au Phytophthora ramorum
Statutory authority
Plant Protection Act
Fondement législatif
Loi sur la protection des végétaux
Sponsoring agency
Canadian Food Inspection Agency
Organisme responsable
Agence canadienne d’inspection des aliments
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement.)
Issue and objectives
Question et objectifs
Issue
Question
The Phytophthora Ramorum Compensation Regulations (PRC
Regulations) provide partial compensation to persons or businesses that have received a notice to dispose of one or more
plants or that have carried out treatments as a result of the presence of Phytophthora ramorum (P. ramorum). P. ramorum is the
pathogen that causes Sudden Oak Death (SOD), a serious disease
affecting mainly tanoaks in California. In Canada, P. ramorum is
a quarantine pest and is now considered to be a nursery disease.
Le Règlement sur l’indemnisation relative au Phytophthora
Ramorum (Règlement IPR) fournit une indemnisation partielle
aux personnes ou aux entreprises ayant reçu un avis exigeant
la disposition de végétaux, notamment par destruction, ou tout
traitement en raison de la présence du ravageur Phytophthora
ramorum (P. ramorum). P. ramorum est l’organisme responsable
de l’encre des chênes rouges (ECR), grave maladie qui touche
principalement les chênes à tan en Californie. Au Canada,
P. ramorum est un ravageur justiciable de quarantaine et il est
désormais considéré comme une maladie de pépinière.
Pour avoir droit à l’indemnisation prévue par le Règlement
IPR, les personnes ou les entreprises doivent avoir reçu, au plus
tard le 31 décembre 2008, un avis exigeant la disposition de végétaux infectés, ou tout traitement; avoir été le propriétaire des végétaux ou en avoir eu la possession, la responsabilité ou la charge
au moment de la réception de l’avis; avoir subi des pertes à la
suite de la disposition ou du traitement; avoir pris toutes les mesures raisonnables pour limiter les pertes; et avoir présenté au ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire (le ministre) une
demande d’indemnisation au plus tard le 31 décembre 2010. Les
montants maximaux d’indemnisation sont indiqués dans le Règlement IPR.
L’Agence canadienne d’inspection des aliments (l’Agence)
propose de prolonger de deux ans l’application du Règlement
IPR, étant donné que le règlement actuel ne prévoit aucune indemnisation concernant les avis reçus après le 31 décembre 2008.
Sans la modification proposée au Règlement IPR actuel, les propriétaires qui ont reçu un avis après le 31 décembre 2008 exigeant
l’élimination de végétaux ou l’application de traitements n’auraient droit à aucune indemnisation, même s’ils ont subi des pertes similaires à ceux qui ont reçu leur avis avant cette date.
Comme les mesures de lutte contre P. Ramorum de l’ACIA demeurent en vigueur, la modification proposée vise simplement à
repousser la date limite de réception de l’avis exigeant l’élimination ou l’application de traitements et la date limite de présentation des demandes d’indemnisation.
To be eligible for compensation under the PRC Regulations, a
person or business must have received a notice to dispose or carry
out treatment of infected plants issued by December 31, 2008;
owned or had possession, care or control of the plants at the time
the person received the notice; incurred a loss resulting from the
disposition or treatment; taken all reasonable measures to mitigate
the loss; and submitted an application for compensation to the
Minister of Agriculture and Agri-Food (Minister) no later than
December 31, 2010. Maximum amounts of compensation are
provided for in the PRC Regulations.
The Canadian Food Inspection Agency (Agency) is proposing
a two-year extension of the PRC Regulations as the current PRC
Regulations do not allow for compensation for notices received
after December 31, 2008. Without the proposed amendment to the
current PRC Regulations, owners who receive a notice to dispose
of one or more plants or carry out treatments after December 31,
2008, would not be eligible for compensation even though they
would have suffered similar losses to those receiving a notice
before December 31, 2008. As the Agency’s control measures for
P. ramorum remain in effect, the proposed amendment simply
extends the deadline for the receipt of a notice to dispose or the
carrying out of treatments, and the deadline to submit an application for compensation.
Le 19 décembre 2009
Gazette du Canada Partie I
3775
Objectives
Objectifs
The objectives of the proposed PRC Regulations are to
• continue to provide compensation to persons and businesses
that have received a notice to dispose resulting in plant losses
and/or costs incurred for treatments when the Agency finds
plants and plant material to be infested with P. ramorum;
• encourage early pest reporting and timely eradication actions
which will prevent the spread of P. ramorum.
Les objectifs du Règlement IPR proposé sont les suivants :
• continuer à accorder une indemnisation aux personnes et aux
entreprises qui ont reçu un avis exigeant la disposition, et qui
ont par conséquent subi des pertes de plantes ou engagé des
frais de traitement lorsque l’Agence a conclu à la présence de
végétaux et de matériel végétal infectés par P. ramorum;
• encourager le signalement précoce du ravageur et la prise de
mesures d’éradication en temps opportun pour prévenir la
propagation de P. ramorum.
Description and rationale
Description et justification
The purpose of the Plant Protection Act (the “Act”) is to protect plant life and the agricultural and forestry sectors of the Canadian economy by preventing the importation, exportation and
spread of plant pests (e.g. insects and pathogens) and by controlling or eradicating pests in Canada.
La Loi sur la protection des végétaux (la « Loi ») a pour objet
de protéger la vie végétale et les secteurs de l’agriculture et des
forêts de l’économie canadienne en empêchant l’importation,
l’exportation et la propagation de phytoparasites comme des insectes et des agents pathogènes et en luttant ou en éliminant les
ravageurs au Canada.
Aux termes de la Loi et de son Règlement sur la protection des
végétaux, les inspecteurs peuvent ordonner le traitement ou la
disposition de végétaux afin de contenir ou d’éliminer les phytoparasites lorsqu’il existe des motifs raisonnables de penser qu’une
chose est un parasite, est parasité ou est susceptible de l’être ou
encore constitue ou peut constituer un obstacle biologique à la
lutte antiparasitaire. La Loi autorise également le ministre à ordonner de payer une indemnité du Trésor pour tout traitement,
entreposage ou disposition d’une chose exigée en vertu du Règlement sur la protection des végétaux. Enfin, la Loi autorise la
prise de règlements, y compris ceux prescrivant les conditions de
versement d’indemnités et leur plafond.
En application du Règlement IPR, qui a été adopté le 7 juin
2007, les personnes et les entreprises qui ont reçu un avis exigeant la disposition d’une ou de plusieurs plantes, ou tout traitement à cause de la présence de P. ramorum entre le 1er janvier
2003 et le 31 décembre 2008 peuvent être admissibles à une indemnisation, pourvu qu’ils présentent une demande au plus tard
le 31 décembre 2010. En outre, les personnes peuvent avoir droit
à des paiements au titre du programme de gestion des risques
d’entreprise Agri-stabilité mis en œuvre par Agriculture et Agroalimentaire Canada (le programme Agri-stabilité), lequel prévoit
de l’aide pour les producteurs subissant d’importantes pertes de
revenus.
Les modifications proposées au Règlement IPR n’auraient aucun effet sur l’admissibilité des producteurs aux paiements prévus
par le programme Agri-stabilité. Ce programme continuerait de
tenir compte des paiements d’indemnisation versés en application
du Règlement IPR lors du calcul des paiements prévus par le programme, ce qui réduirait le risque de trop-payés.
L’Agence prévoit modifier le Règlement IPR de manière à repousser la date limite d’indemnisation de deux ans, étant donné
que le Règlement actuellement en vigueur ne prévoit aucune indemnisation pour les personnes qui ont reçu un avis après le
31 décembre 2008. Sans la modification proposée au Règlement
IPR actuel, les propriétaires qui ont reçu un avis exigeant
l’élimination de végétaux ou l’application de traitements après le
31 décembre 2008 n’auraient droit à aucune indemnisation, même
s’ils avaient subi des pertes similaires à ceux qui ont reçu leur
avis avant cette date. Comme les mesures de lutte contre P. Ramorum de l’ACIA demeurent en vigueur, la modification proposée repoussait la date limite de réception des avis du 31 décembre
2008 au 31 décembre 2010. La date limite de la présentation des
demandes d’indemnisation serait également repoussée, soit du
31 décembre 2010 au 31 décembre 2012.
Under the authority of the Act and the Plant Protection Regulations, inspectors may order the treatment or disposition of
plants to control or eradicate plant pests in cases where there are
reasonable grounds to believe that a thing is a pest, is or could be
infested, or constitutes or could constitute a biological obstacle to
the control of a pest. The Act also permits the Minister to order
compensation to be paid from the Consolidated Revenue Fund in
respect of any treatment, storage or disposition of a thing required
under it or the Plant Protection Regulations. Finally, the Act
permits the making of regulations, including those prescribing the
terms and conditions on which compensation may be ordered and
the maximum levels of compensation.
The PRC Regulations were made on June 7, 2007, and as a result, all persons and businesses who received a notice to dispose
of one or more plants or to carry out treatments as a result of
P. ramorum from January 1, 2003, to December 31, 2008, may be
eligible for compensation if an application is submitted by December 31, 2010. In addition, individuals may be eligible for
payments under the Agriculture and Agri-Food Canada AgriStability business risk management program (AgriStability program) which provides support when a producer experiences a
significant income loss.
The proposed amendment to the PRC Regulations would not
affect producer eligibility for payments under the AgriStability
program. The AgriStability program would continue to take compensation payments made under the PRC Regulations into account when calculating program benefits, thereby minimizing the
risk of overpayment.
The Agency is proposing an amendment to the PRC Regulations that would extend the deadline for compensation payments
by two years as the current PRC Regulations do not allow for
compensation for notices received after December 31, 2008.
Without the proposed amendment to the current PRC Regulations, owners who receive a notice to dispose of one or more
plants or to carry out treatments after December 31, 2008, would
not be eligible for compensation even though they would have
suffered similar losses to those receiving a notice before December 31, 2008. The Agency’s control measures for P. ramorum
continue so the proposed amendment would extend the deadline
for the receipt of notices from December 31, 2008, to December 31, 2010. The deadline to submit an application for compensation would also be extended from December 31, 2010, to December 31, 2012.
3776
Canada Gazette Part I
December 19, 2009
The proposed amendment would also correct a language discrepancy between the English and French versions of paragraph 2(4)(a) and would also clarify the language of the schedule
to ensure compensation for non-standard plant pot sizes. Although the incidence of non-standard pot sizes has not been an
issue under the current PRC Regulations, this proposed amendment would ensure that an appropriate value is determined for
compensation for any plant ordered disposed of.
En outre, la modification proposée permettrait d’éliminer un
écart de sens entre la version anglaise et la version française de
l’alinéa 2(4)a) et de préciser le texte contenu dans l’annexe afin
d’assurer que l’indemnisation tienne compte des contenants de
dimension non standard. Bien que l’existence de contenants de
dimension non standard n’ait pas créé de difficultés lors de
l’application du Règlement IPR en vigueur, la modification proposée permettrait d’assurer qu’une valeur appropriée serait retenue pour l’indemnisation de toutes les plantes devant être
disposées.
The proposed amendment would not result in any additional
compensation payments or any change to the maximum amount
of prescribed compensation under the PRC Regulations; it would
simply extend the deadline for receipt of notice and application
for compensation by two years.
La modification proposée ne donnerait lieu à aucun paiement
d’indemnisation supplémentaire ni à aucun changement dans le
montant maximal d’indemnisation prévu par le Règlement IPR;
elle repousserait simplement de deux ans la date limite de réception des avis et de demande d’indemnisation.
The estimated direct cost of compensation for the two year extension for compensation under the PRC Regulations is projected
to be less than $2 million, which represents less than $1 million
per year. The annual amount of compensation estimated for the
next two years is less than in previous years due to improved scientific knowledge and changes to policy requirements resulting
from bilateral arrangements between Canada and the United
States. The bilateral discussions resulted in agreement by both
countries to reduce the number and types of plants that would be
disposed of in the event that P. ramorum were to be detected in
the future.
Le coût direct estimatif des indemnisations prévues par le Règlement IPR pendant les deux années supplémentaires devrait
s’établir à moins de 2 millions de dollars (moins d’un million de
dollars par année). Le montant annuel approximatif d’indemnisation pour les deux prochaines années est inférieur à celui des
années précédentes en raison de l’amélioration des connaissances
scientifiques et des modifications aux exigences imposées par
suite des ententes bilatérales prises entre le Canada et les ÉtatsUnis. Les discussions entre les deux pays ont donné lieu à une
entente qui prévoit de réduire le nombre et les différents types de
végétaux qui devraient être disposés en cas de détection de
P. ramorum.
It is estimated that compensation payments to date total
$14.3 million, with additional claims pending and eligible applications not yet filed in the amount of $6.7 million. Compensation
amounts will continue to be paid from the Consolidated Revenue
Fund. Administrative and operational costs will continue to be
absorbed by the Agency.
On évalue les paiements d’indemnisation versés à ce jour à
14,3 millions de dollars, auxquels s’ajoutent 6,7 millions de dollars correspondant aux demandes en cours ainsi qu’aux demandes
admissibles mais non encore présentées. Les paiements d’indemnisation continueront de provenir du Trésor. L’Agence continuera
d’absorber les frais administratifs et opérationnels.
Background on P. ramorum
Contexte au sujet de P. ramorum
P. ramorum is a quarantine pest for Canada and is also listed as
a quarantine pest for the United States and several of Canada’s
principal trading partners. P. ramorum thrives in cool, wet climates such as the California coastal fog belt and can also be detected in nurseries which have a cool and moist climate. In Canada, P. ramorum is now considered to be a nursery disease, and
while many plant species can be infected with the pathogen, it is
believed that five plant genera (Rhododendron, Camillia, Kalmia,
Viburnum and Pieris) are most likely to cause the spread of the
pathogen.
P. ramorum est un ravageur justiciable de quarantaine au Canada, et figure également sur la liste des ravageurs justiciables de
quarantaine aux États-Unis et chez plusieurs des plus importants
partenaires commerciaux du Canada. Les conditions idéales de
développement de P. ramorum sont caractérisées par un climat
frais et humide tel que celui rencontré dans la zone du brouillard
côtier de la Californie; on le rencontre également dans les pépinières où existent des conditions ambiantes fraîches et humides.
Au Canada, P. ramorum est désormais considéré comme une
maladie de pépinière. Si on dénombre plusieurs espèces végétales
vulnérables à cet agent pathogène, on estime que cinq genres du
règne végétal (Rhododendron, Camillia, Kalmia, Viburnum et
Pieris) sont probablement à l’origine de sa propagation.
Based on the most recent pest risk assessment completed in
January 2008, the Agency is now focusing its eradication efforts
in nurseries on these high risk host plants rather than on all plants
that could potentially be infected. The assessment concluded that
most areas of Canada are at low risk for the potential impact of
the pest, while south coastal British Columbia and the interior
region are at medium risk. Tree mortality has been confined to the
coastal fog belt in California and it is unlikely to naturally spread
to British Columbia because those particular tree species do not
exist in Canada. The artificial spread of P. ramorum to Canada is
possible through the importation of nursery stock; however, this
situation is being mitigated through regulatory restrictions. To
date, P. ramorum is limited to a few nurseries in British Columbia
and has not spread to other areas or provinces.
En se basant sur la plus récente évaluation du risque phytosanitaire, réalisée en janvier 2008, l’Agence concentre maintenant ses
efforts d’éradication dans les pépinières sur ces plantes hôtes en
particulier plutôt que sur l’ensemble des plantes susceptibles
d’être infectées. L’évaluation a permis de conclure que l’impact
potentiel du ravageur dans la plupart des régions au Canada constitue un faible risque. Par contre, il existe un risque moyen dans la
région côtière du sud de la Colombie-Britannique ainsi que dans
l’intérieur de la province. Des cas de mortalité d’arbres ont été
signalés uniquement dans la zone du brouillard côtier de la Californie. Il est peu probable que le ravageur se propage de façon
naturelle à la Colombie-Britannique étant donné que les espèces
d’arbre vulnérables ne sont pas présentes au Canada. La propagation artificielle de P. ramorum au Canada pourrait provenir de
l’importation de produits de pépinière, mais les contraintes imposées par la réglementation ont permis d’atténuer ce risque.
Le 19 décembre 2009
Changes have also been made to the protocol for nurseries infested with P. ramorum to reflect the lower risk status of the disease. The modified protocol now requires the testing of smaller
areas for disease and if it is found, only this area or possibly only
the plant is destroyed. This significantly reduces the financial
impact on businesses affected by P. ramorum. In addition, it is
anticipated that the amount of compensation claimed and paid out
following implementation of the proposed regulations will be less
than in previous years because fewer plants will be destroyed
from December 31, 2008, to December 31, 2010.
The Agency has made changes to its existing programs to manage and control the future spread of P. ramorum and to maintain
market access domestically and for exports to the United States
and other international trading partners. The programs include
policies covering strict import controls for nursery stock imports
from regulated (infested) areas, ongoing annual monitoring for
the pest and immediate eradication upon detection of the pest. Cooperative nursery management programs ensure management
practices that minimize the risk of pest introduction and spread.
Furthermore, to maintain market access and to prevent the spread
of P. ramorum within Canada, and to provide assurances to their
customers of their P. ramorum-free status, most nurseries in
British Columbia currently participate in a voluntary certification
program for P. ramorum for all growers in Canada. Nursery exports are being regulated by the Agency to prevent the movement
of the disease; however, absolute protection from the disease is
next to impossible without imposing prohibitions on imports and
severe eradication measures to currently infested sites.
These programs are essential to managing and controlling the
spread of P. ramorum, but also contribute to sustaining domestic
and international market access. Should P. ramorum be detected
in Canada beyond the current detection range, Canada’s principal
trading partners of forest products and nursery stock could restrict
their imports of Canadian products to prevent the spread of this
regulated pest. The value of the nursery and floriculture sectors of
British Columbia is estimated at $500 million, with approximately $170 million in export sales to the United States. The impact on Canada’s export of forest products alone could be several
million dollars.
Gazette du Canada Partie I
3777
Jusqu’ici, P. ramorum n’a été signalé que dans quelques pépinières en Colombie-Britannique et ne s’est pas propagé à d’autres
régions ni aux autres provinces.
Des modifications ont également été apportées au protocole
applicable aux pépinières infectées par P. ramorum compte tenu
du risque plus faible présenté par cette maladie. Selon le nouveau
protocole, les analyses de détection doivent porter sur de plus
petites superficies; en cas de découverte du ravageur, seule la
superficie visée, ou possiblement uniquement la plante, est détruite. Cela permet de réduire considérablement le fardeau financier supporté par les entreprises touchées par P. ramorum. En
outre, on prévoit que le montant des indemnisations réclamées et
accordées après l’entrée en vigueur du règlement proposé sera
inférieur à ceux des années précédentes étant donné qu’un plus
petit nombre de plantes seront détruites du 31 décembre 2008 au
31 décembre 2010.
L’Agence a apporté des changements à ses programmes afin de
gérer et de maîtriser la propagation de P. ramorum et afin de préserver l’accès au marché intérieur et aux marchés d’exportation
aux États-Unis et chez les autres partenaires internationaux. Ces
programmes comprennent des politiques de mesures de contrôle
rigoureux des importations de produits de pépinières à partir des
régions réglementées (infestées), une surveillance annuelle continue et l’éradication du ravageur dès sa détection. Des programmes coopératifs de gestion des pépinières permettent d’assurer
l’adoption de pratiques de gestion qui réduisent le risque d’introduction et de propagation du ravageur. En outre, afin de maintenir
l’accès aux marchés et de prévenir la propagation de P. ramorum
au Canada et afin d’assurer les clients que les pépinières sont
exemptes de P. ramorum, la plupart des pépinières de ColombieBritannique souscrivent actuellement à un programme facultatif
de certification concernant P. ramorum offert à tous les producteurs canadiens. L’Agence réglemente les exportations de produits des pépinières afin de prévenir la propagation de la maladie.
Toutefois, il est pratiquement impossible d’offrir une protection
absolue contre le ravageur sans mettre en place des interdictions
sur les importations et sans imposer aux sites actuellement infectés des mesures d’éradication draconiennes.
Ces programmes sont indispensables pour gérer et maîtriser la
propagation de P. ramorum, et ils contribuent aussi à préserver
l’accès des produits de pépinière au marché intérieur et à
l’exportation. Si P. ramorum venait à être détecté au Canada ailleurs que dans la région actuellement identifiée, les principaux
partenaires commerciaux acheteurs de produits forestiers et de
produits de pépinière pourraient imposer des limites sur leurs
importations de produits d’origine canadienne afin d’empêcher la
propagation de ce ravageur réglementé. On évalue la contribution
économique du secteur des pépinières et de la floriculture de
Colombie-Britannique à 500 millions de dollars, dont approximativement 170 millions de dollars en ventes à l’exportation aux
États-Unis. L’incidence de l’imposition d’une limite aux importations de produits forestiers uniquement pourrait se chiffrer à plusieurs millions de dollars.
Regulatory options considered
Options réglementaires considérées
In the development of this regulatory proposal, the following
two options were considered.
Les deux options suivantes ont été envisagées lors de l’élaboration de cette proposition.
Option one — Status quo
Première option — Le maintien du statu quo
The current PRC Regulations do not allow owners who have
received or will receive a notice after December 31, 2008, to be
eligible for compensation even though they will have suffered
similar losses to those receiving notice between, January 1, 2003,
and December 31, 2008.
Le Règlement IPR actuel ne prévoit pas d’indemnisation pour
les propriétaires qui ont reçu ou recevront un avis après le
31 décembre 2008, même si les pertes qu’ils auront subies sont
similaires à celle de ceux qui ont reçu un avis entre le 1er janvier
2003 et le 31 décembre 2008.
3778
Canada Gazette Part I
December 19, 2009
Option two — Introduced limited compensation regulations
(recommended)
Deuxième option — L’introduction d’un règlement prévoyant une
indemnisation limitée (option recommandée)
Option two is the recommended option as it would allow individuals, who have received orders for plant disposal or treatment
due to the presence of P. ramorum and who have received notice
after December 31, 2008, to apply for compensation before December 31, 2012. Compensation amounts are limited by maximum amounts specified in the PRC Regulations.
Cette deuxième option est recommandée parce qu’elle permettrait aux personnes qui ont reçu des avis d’obligation de disposer
ou de traiter des plantes à cause de la présence de P. ramorum, et
ce après le 31 décembre 2008, de demander une indemnisation
avant le 31 décembre 2012. Les montants de ces indemnisations
sont soumis à un plafond prévu dans le Règlement IPR.
Consultation
Consultation
Consultations with industry and stakeholders with respect to
the proposed extension of the PRC Regulations have been ongoing since October 2008. The Agency holds conference calls
with stakeholders as needed to review issues related to
P. ramorum. During these conference calls, the affected industries
have on numerous occasions advocated for the extension of compensation provisions to encourage early reporting of the pest by
nursery producers. A delay or failure to report the disease may
result in it becoming established. The nursery industry stakeholders, including British Columbia Landscape and Nurseries
Association (BCLNA) and the Canadian Landscape and Nursery
Association (CLNA), have been consulted and support the proposed extension of the PRC Regulations. The B.C. and Ontario
provincial governments are supportive of the eradication effort
and compensation. Natural Resources Canada (NRCan) has been
extensively involved in addressing the P. ramorum issue for Canada and has been strongly supportive of the Agency’s regulatory
program. In particular, NRCan has provided scientific expertise in
conducting the biological risk assessment and negotiating market
access with trading partners.
Des consultations ont débuté en octobre 2008 et se poursuivent
afin de connaître l’avis de l’industrie et des parties intéressées
concernant la prolongation proposée du Règlement IPR.
L’Agence coordonne au besoin des conférences téléphoniques
avec les parties intéressées afin de passer en revue les questions
relatives à P. ramorum. Pendant ces conférences téléphoniques,
les industries touchées par le ravageur ont à maintes reprises défendu la prolongation des dispositions d’indemnisation afin
d’encourager le signalement précoce du ravageur par les pépiniéristes. Tout retard ou omission dans le signalement de la maladie
peut contribuer à son établissement. Les parties intéressées du
secteur des pépinières, notamment la British Columbia Landscape
and Nurseries Association et l’Association canadienne des pépiniéristes et des paysagistes (ACPP), ont été consultées et ont appuyé la prolongation proposée du Règlement IPR. Les gouvernements provinciaux de la Colombie-Britannique et de l’Ontario
sont en faveur des efforts d’éradication et des mesures d’indemnisation. Ressources naturelles Canada (RNCan) a participé activement aux mesures visant à contrer P. ramorum au Canada et a
soutenu résolument le programme de réglementation mis en œuvre par l’Agence. En particulier, RNCan a fourni une expertise
scientifique dans le cadre de l’évaluation des risques biologiques
et de la négociation de l’accès au marché avec les partenaires
commerciaux du Canada.
In addition, the Agency has made information available on the
status of the control actions with respect to this pest on a regular
basis through the Internet and other communication methods including print media. The Agency’s Web site provides information
relevant to the PRC Regulations including news releases, information bulletins, pest fact sheets, pest risk summaries and Frequently Asked Questions. The CFIA continues to distribute information as it becomes available.
En outre, l’Agence a présenté régulièrement de l’information
sur l’état des moyens de lutte à l’égard de ce ravageur, sur le Web
et dans le cadre d’autres moyens de communication, notamment
la diffusion d’information écrite. L’Agence publie sur son site
Web de l’information relative au Règlement IPR par l’entremise
de communiqués, de bulletins d’information, de feuillets d’information sur les ravageurs, de résumés sur les risques phytosanitaires et d’une Foire aux questions. L’ACIA continue de diffuser de
l’information à mesure qu’elle la reçoit.
Based on consultation and correspondence received, industry
and stakeholders are strongly supportive of the proposed extension to the PRC Regulations and are anticipating further
compensation.
D’après les consultations menées et la correspondance reçue,
l’industrie et les parties intéressées sont clairement en faveur de la
prolongation proposée du Règlement IPR et s’attendent à ce que
d’autres indemnités soient accordées.
Contacts
Personnes-ressources
English
Mr. Greg Stubbings
Director
Plant Program Integration Division
Canadian Food Inspection Agency
1400 Merivale Road
Ottawa, Ontario
K1A 0Y9
Telephone: 613-221-4316
Fax: 613-228-6606
Email: Greg.Stubbings@inspection.gc.ca
Anglais
Monsieur Greg Stubbings
Directeur
Division de l’intégration des programmes sur les végétaux
Agence canadienne d’inspection des aliments
1400, chemin Merivale
Ottawa (Ontario)
K1A 0Y9
Téléphone : 613-221-4316
Télécopieur : 613-228-6606
Courriel : Greg.Stubbings@inspection.gc.ca
Le 19 décembre 2009
Gazette du Canada Partie I
French
Dominique Pelletier
Horticulture Program Specialist
Greenhouse and Nursery
Canadian Food Inspection Agency
59 Camelot Drive
Ottawa, Ontario
K1A 0Y9
Telephone: 613-221-4570
Fax: 613-228-6603
Email: Dominique.Pelletier@inspection.gc.ca
3779
Français
Dominique Pelletier
Spécialiste, Programme de l’horticulture
Section des serres et pépinières
Agence canadienne d’inspection des aliments
59, promenade Camelot
Ottawa (Ontario)
K1A 0Y9
Téléphone : 613-221-4570
Télécopieur : 613-228-6603
Courriel : Dominique.Pelletier@inspection.gc.ca
PROPOSED REGULATORY TEXT
PROJET DE RÉGLEMENTATION
Notice is hereby given that the Governor in Council, pursuant
to paragraph 47(q) of the Plant Protection Acta, proposes to make
the annexed Regulations Amending the Phytophthora Ramorum
Compensation Regulations.
Interested persons may make representations concerning the
proposed Regulations within 30 days after the date of publication
of this notice. All such representations must cite the Canada Gazette, Part I, and the date of publication of this notice, and be addressed to Greg Stubbings, Director, Plant Program Integration
Division, Canadian Food Inspection Agency, 59 Camelot Drive,
Ottawa, Ontario K1A 0Y9 (tel.: 613-221-4316; fax: 613-2286606; e-mail: Greg.Stubbings@inspection.gc.ca).
Avis est donné que la gouverneure en conseil, en vertu de
l’alinéa 47q) de la Loi sur la protection des végétauxa, se propose
de prendre le Règlement modifiant le Règlement sur l’indemnisation relative au Phytophthora ramorum, ci-après.
Les intéressés peuvent présenter leurs observations au sujet du
projet de règlement dans les trente jours suivant la date de publication du présent avis. Ils sont priés d’y citer la Gazette du Canada Partie I, ainsi que la date de publication, et d’envoyer le tout
à Greg Stubbings, Directeur, Division de l’intégration des programmes végétaux, Agence canadienne d’inspection des aliments,
59, promenade Camelot, Ottawa (Ontario) K1A 0Y9 (tél. : 613221-4316; téléc. : 613-228-6606; courriel : Greg.Stubbings@
inspection.gc.ca).
Ottawa, le 10 décembre 2009
Le greffier adjoint du Conseil privé
JURICA ČAPKUN
Ottawa, December 10, 2009
JURICA ČAPKUN
Assistant Clerk of the Privy Council
REGULATIONS AMENDING THE PHYTOPHTHORA
RAMORUM COMPENSATION REGULATIONS
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT
SUR L’INDEMNISATION RELATIVE
AU PHYTOPHTHORA RAMORUM
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1. (1) The portion of subsection 2(1) of the Phytophthora
Ramorum Compensation Regulations1 before paragraph (a) is
replaced by the following:
2. (1) Subject to subsections (2) to (4), the Minister may order
that compensation be paid under subsection 39(1) of the Plant
Protection Act to a person who has received a notice, issued by an
inspector under that Act or the Plant Protection Regulations during the period beginning on January 1, 2003 and ending on December 31, 2010, to dispose of one or more plants or carry out
treatment as a result of the presence of Phytophthora ramorum, if
the person
(2) Paragraph 2(1)(d) of the Regulations is replaced by the
following:
(d) submits an application for compensation to the Minister no
later than December 31, 2012.
1. (1) Le passage du paragraphe 2(1) du Règlement sur
l’indemnisation relative au Phytophthora ramorum1 précédant
l’alinéa a) est remplacé par ce qui suit :
2. (1) Sous réserve des paragraphes (2) à (4), le ministre peut
ordonner le versement d’une indemnité, en vertu du paragraphe 39(1) de la Loi sur la protection des végétaux, à toute personne qui a reçu un avis établi par un inspecteur en vertu de cette
loi ou du Règlement sur la protection des végétaux, pendant la
période commençant le 1er janvier 2003 et se terminant le 31 décembre 2010, et exigeant la disposition de végétaux, notamment
par destruction, ou tout traitement en raison de la présence de
Phytophthora ramorum, si la personne :
(2) L’alinéa 2(1)d) du même règlement est remplacé par ce
qui suit :
d) présente au ministre, au plus tard le 31 décembre 2012, une
demande d’indemnisation.
———
———
a
a
1
S.C. 1990, c. 22
SOR/2007-135
1
L.C. 1990, ch. 22
DORS/2007-135
3780
Canada Gazette Part I
December 19, 2009
(3) Paragraph 2(4)(a) of the English version of the Regulations is replaced by the following:
(a) natural or wild areas, other than land used for woodlots,
parks, sportsfields, recreation trails or similar recreational
areas, golf courses and land belonging to education institutions
or hospitals;
2. The portion of items 3 to 6 of the schedule to the Regulations in column 1 is replaced by the following:
(3) L’alinéa 2(4)a) de la version anglaise du même règlement est remplacé par ce qui suit :
(a) natural or wild areas, other than land used for woodlots,
parks, sportsfields, recreation trails or similar recreational
areas, golf courses and land belonging to education institutions
or hospitals;
2. Le passage des articles 3 à 6 de l’annexe du même règlement figurant dans la colonne 1 est remplacé par ce qui suit :
Column 1
Item
3.
4.
5.
6.
Colonne 1
Size of plant disposed of or size of container
Container 1 gallon in size or greater but less than 2 gallons
Container 2 gallons in size or greater but less than 3 gallons
Container 3 gallons in size or greater but less than 7 gallons
Container 7 gallons in size or greater but less than 20 gallons
Article
3.
4.
5.
6.
Taille du végétal ayant fait l’objet d’une disposition ou
capacité de son contenant
Contenant d’au moins 1 gallon mais de moins de 2 gallons
Contenant d’au moins 2 gallons mais de moins de 3 gallons
Contenant d’au moins 3 gallons mais de moins de 7 gallons
Contenant d’au moins 7 gallons mais de moins de 20 gallons
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
3. These Regulations come into force on the day on which
they are registered.
3. Le présent règlement entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
[51-1-o]
[51-1-o]
Le 19 décembre 2009
Gazette du Canada Partie I
3781
Regulations Amending the Immigration and Refugee
Protection Regulations
Règlement modifiant le Règlement sur l’immigration
et la protection des réfugiés
Statutory authority
Immigration and Refugee Protection Act
Fondement législatif
Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés
Sponsoring department
Department of Citizenship and Immigration
Ministère responsable
Ministère de la Citoyenneté et de l’Immigration
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement.)
Issue and objectives
Question et objectifs
The Live-in Caregiver Program (LCP) is a stream of the Temporary Foreign Worker Program (TFWP) that facilitates qualified,
low-skilled foreign workers entering Canada as live-in caregivers
to care for children, elderly or disabled persons in the private
home where the person being cared for resides, when there are
not enough Canadians or permanent residents to fill available
positions.
Le Programme concernant les aides familiaux résidants
(PAFR) est un volet du Programme des travailleurs étrangers
temporaires (PTET). Le PAFR facilite l’entrée au Canada de travailleurs peu spécialisés qui sont qualifiés pour fournir à domicile, à titre d’aides familiaux résidants, des soins à des enfants,
des personnes âgées ou des personnes handicapées, lorsqu’il n’y a
pas suffisamment de Canadiens ou de résidents permanents pour
occuper les postes disponibles.
Les employeurs doivent demander et obtenir un avis sur le
marché du travail (AMT) neutre ou favorable de la part de Ressources humaines et Développement des compétences Canada
(RHDCC) ou de Service Canada (SC). Les agents qui étudient les
demandes d’AMT présentées par les employeurs déterminent,
entre autres, si la rémunération et les conditions de travail sont
comparables à celles offertes aux Canadiens qui exercent cette
profession et si le travailleur étranger comblerait une pénurie de
main-d’œuvre. Après que son employeur a obtenu un AMT neutre ou favorable, l’aide familial peut demander un permis de travail. S’il répond aux conditions du programme et qu’il remplit les
autres critères prévus, notamment en ce qui touche la sécurité et
l’admissibilité du point de vue sanitaire, il obtient un permis de
travail lui permettant de travailler au Canada à titre d’aide familial résidant.
Après avoir travaillé deux ans à titre d’aide familial résidant, au
cours des trois années suivant la date de son arrivée au Canada, le
participant au PAFR peut présenter une demande de statut de
résident permanent au Canada même. À l’heure actuelle, plus de
90 % des étrangers munis d’un permis de travail qui entrent au
Canada pour travailler à titre d’aides familiaux résidants demandent la résidence permanente (RP) dans le cadre du PAFR, et
98 % de ces demandeurs sont acceptés.
Suivant des discussions entamées avec les intervenants et les
aides familiaux, divers aspects du programme ont été soulevés, y
compris ceux visés par les projets de modifications réglementaires dont il est ici question.
Par exemple, certains aides familiaux résidants, en raison de
maladies prolongées ou d’autres circonstances indépendantes de
leur volonté, éprouvent de la difficulté à acquérir l’expérience
exigée pendant le délai de trois ans prévu et peuvent ainsi être
non admissibles à la résidence permanente. D’autres ont indiqué
s’être sentis contraints de conserver un emploi insatisfaisant pour
ne pas déroger à cette exigence. Dans son rapport de mai 2009,
Employers must apply for and receive a positive or neutral
labour market opinion (LMO) from Human Resources and Skills
Development Canada (HRSDC) or from Service Canada (SC).
LMO applications from employers are reviewed by officers who
consider, among other factors, whether the wages and working
conditions are comparable to those offered to Canadians working
in the occupation and if the foreign worker would be filling a
labour shortage. Once their employer has a positive or neutral
LMO, live-in caregivers can apply for a work permit. If they meet
all the program criteria and satisfy additional criteria, including
security and medical admissibility, they are issued a temporary
work permit to work as a live-in caregiver in Canada.
After working as a live-in caregiver for two years within three
years of their date of entry to Canada, LCP participants may
apply from within Canada to become permanent residents. Currently, over 90% of foreign nationals who enter Canada as a livein caregiver with a work permit apply for permanent residence (PR)
through this stream, and of these applicants, 98% are successful.
Following engagement with stakeholders and live-in caregivers, various aspects of the program were raised, including
those that are the subject of the proposed regulatory amendments
discussed in this document.
For example, some live-in caregivers have experienced difficulty in obtaining the required experience within three years due
to protracted illness or other circumstances beyond their control,
which could result in their ineligibility for permanent residence.
Others identified that they have felt pressure to remain in unsatisfactory employment to avoid failing to meet this requirement.
The Standing Committee on Citizenship and Immigration, in its
3782
Canada Gazette Part I
May 2009 report titled Temporary Foreign Workers and Nonstatus Workers, recommended that the time limit to achieve the
requisite work experience be extended from three to four years.
In addition, live-in caregivers and stakeholders noted that livein caregiver’s overtime hours are not reflected in their work
experience component for permanent residence.
Another issue that was raised during the recent round table and
in the Standing Committee report is that of the second medical
examination. Currently, live-in caregivers must undergo two medical examinations, one as part of a work permit application prior
to entry to Canada as a temporary resident, and another as part of
their application for permanent residence. Due to the differing
assessments of temporary and permanent residency applications,
or due to changes in health over time, it is possible that a live-in
caregiver be admitted as a temporary resident but denied as a
permanent resident. Though this situation is rare (average
three cases per year), it could unduly penalize live-in caregivers
who have contributed to the Canadian economy. It is expected
that if this requirement remains unchanged, these sorts of cases
will continue to arise from time to time.
To address these program issues, CIC has recommended a
multi-instrument approach combining administrative and regulatory changes. The former could include improved information
products for live-in caregivers and mandatory clauses in employment contracts that stipulate how hours of work and overtime
would be compensated and documented. The proposed regulatory
amendments to the LCP would facilitate the attainment of the
employment requirement for permanent residence status by livein caregivers, provide flexibility in the way the experience
requirement for permanent residence is calculated, and would
improve efficiencies in the medical examination process (and
reduce costs for live-in caregivers) by eliminating the second
medical examination.
Both administrative and regulatory changes would improve the
LCP while maintaining the objective of the program to respond to
labour market shortages. They would also contribute to the Immigration and Refugee Protection Act objective to protect the health
and safety of Canadians. This multi-instrument approach would
also complement proposed regulatory changes to the TFWP
intended to improve program integrity that were pre-published in
the Canada Gazette on October 10, 2009. In particular, the proposed LCP changes would complement the proposed amendments
related to a more rigorous assessment of the genuineness of offers
of employment. They would also build upon the pre-published
TFWP regulation that would make employers ineligible to access
the TFWP for two years where the employer has been found, in
the past, to have provided significantly different wages, working
conditions and/or occupation than those initially offered to a temporary foreign worker.
December 19, 2009
Les travailleurs étrangers temporaires et les travailleurs sans
statut légal, le Comité permanent de la citoyenneté et de l’immigration a par ailleurs recommandé de porter de trois à quatre ans
le délai fixé pour acquérir l’expérience nécessaire.
Les aides familiaux résidants ainsi que les intervenants ont de
plus fait observer que les heures supplémentaires des aides familiaux n’entrent pas en ligne de compte dans le calcul de l’expérience de travail exigée pour obtenir la résidence permanente.
La deuxième visite médicale est un autre point qui a été soulevé lors de la récente table ronde, ainsi que dans le rapport du
Comité permanent. À l’heure actuelle, les aides familiaux résidants doivent se soumettre à deux visites médicales : la première,
lorsqu’ils demandent un permis de travail avant d’entrer au Canada à titre de résident temporaire; la deuxième, lorsqu’ils demandent la résidence permanente. Comme les demandes de résidence
temporaire et de résidence permanente sont soumises à une évaluation différente, ou que l’état de santé peut changer au fil du
temps, il se peut que l’aide familial soit admis à titre de résident
temporaire, mais refusé comme résident permanent. Bien que
cette situation se produise rarement (trois cas en moyenne par
année), elle pourrait inutilement pénaliser des aides familiaux qui
ont contribué à l’économie canadienne. Si cette exigence n’est
pas modifiée, on peut s’attendre à ce que d’autres cas de ce genre
continuent de se présenter à l’occasion.
Pour surmonter ces difficultés, CIC a recommandé d’utiliser
plusieurs instruments combinant des modifications d’ordre administratif et réglementaire. Les modifications administratives pourraient entre autres consister à améliorer les produits d’information
destinés aux aides familiaux résidants et à prévoir l’ajout, dans les
contrats d’embauche, de clauses obligatoires stipulant la façon
dont les heures de travail et les heures supplémentaires seraient
rémunérées et attestées par des documents. Sur le plan réglementaire, les modifications proposées au PAFR aideraient les aides
familiaux résidants à acquérir plus facilement l’expérience de
travail exigée pour obtenir la résidence permanente. Elles accorderaient en outre une plus grande latitude pour calculer l’expérience de travail exigée aux fins de l’acquisition de la résidence
permanente. En éliminant la deuxième visite médicale, ces modifications amélioreraient enfin la procédure régissant la visite médicale (et réduiraient le coût entraîné pour les aides familiaux
résidants).
Les modifications administratives et réglementaires permettraient d’améliorer le PAFR tout en en maintenant l’objectif :
combler les pénuries de main-d’œuvre. Elles contribueraient par
ailleurs à l’atteinte de l’objectif de la Loi sur l’immigration et la
protection des réfugiés de préserver la santé et la sécurité des
Canadiens. L’utilisation de plusieurs instruments est par ailleurs
une approche qui compléterait les modifications (prépubliées dans
la Gazette du Canada le 10 octobre 2009), qu’il est proposé d’apporter aux dispositions réglementaires régissant le PTET, afin
d’améliorer l’intégrité du programme. Les modifications proposées au PAFR compléteraient plus particulièrement les projets de
modifications visant à assurer une évaluation plus rigoureuse de
l’authenticité des offres d’emploi. Ces modifications s’harmoniseraient également bien avec la disposition réglementaire prépubliée qui rend non admissible au PTET pendant deux ans tout
employeur ayant procuré dans le passé une rémunération, des
conditions de travail et un emploi très différents de ceux qu’il
avait initialement offerts à un travailleur étranger temporaire.
Le 19 décembre 2009
Gazette du Canada Partie I
3783
Description and rationale
Description et justification
1. Increase the time allowed to complete the employment
requirement from three years to four years
1. Porter de trois à quatre le nombre d’années allouées pour
remplir l’exigence relative à l’emploi
One of the requirements to qualify for permanent residence
under the LCP is completion of two years of employment as a
live-in caregiver within three years of arrival in Canada.
L’une des exigences à respecter pour être admissible à la résidence permanente, dans le cadre du PAFR, est d’avoir travaillé
pendant deux ans à titre d’aide familial résidant pendant les trois
années ayant suivi l’entrée au Canada.
Il est proposé d’allouer quatre ans plutôt que trois aux aides
familiaux résidants pour remplir l’exigence du PAFR relative à
l’emploi.
Cette mesure donnerait suite aux préoccupations selon lesquelles certains aides familiaux résidants ne peuvent accumuler les
deux années d’emploi exigées au cours des trois années suivant
leur arrivée au Canada pour des raisons indépendantes de leur
volonté (comme une grave maladie).
Cette modification réglementaire s’appliquerait, dès son entrée
en vigueur, à tous les aides familiaux résidants, y compris à ceux
qui se trouvent déjà au Canada, et dont la demande de résidence
permanente serait toujours en attente d’une décision.
It is proposed that live-in caregivers would have four years,
rather than three years, to complete the employment requirement
of the LCP.
This would respond to concerns that some live-in caregivers
are not able to gain the required two years of employment within
three years of arriving in Canada for reasons beyond their control
such as serious illness.
This regulatory amendment would apply, upon implementation, to all live-in caregivers, including those already in Canada,
for whom a determination on permanent residence had not yet
been made.
2. Allow an hours-based calculation of the employment
requirement based on 3 900 hours within a minimum of
22 months
2. Permettre de calculer la période d’emploi exigée en heures,
soit 3 900 heures pendant un minimum de 22 mois
Live-in caregivers are currently required to complete two years
of employment to qualify for permanent residence. The calculation of the two-year period is based on the start and end dates
of employment, as outlined in the employment contract and
termination/resignation documents.
Les aides familiaux résidants sont actuellement tenus de travailler pendant deux ans pour être admissibles à la résidence permanente. Cette période de deux ans est établie en fonction de la
date de début et de fin de l’emploi, selon les indications contenues dans le contrat d’embauche et les documents de démission
ou de cessation d’emploi.
Il est proposé de donner aux aides familiaux résidants la possibilité de choisir entre les deux options suivantes pour calculer la
période d’emploi exigée : la méthode actuelle; un nouveau mode
de calcul fondé sur les heures, à savoir 3 900 heures pendant un
minimum de 22 mois. Pour empêcher que cette nouvelle option
n’encourage les aides familiaux résidants ou leurs employeurs à
chercher à accumuler un nombre excessif d’heures supplémentaires, la proportion des heures supplémentaires pouvant entrer
dans le calcul de la période de travail exigée est limitée à 10 %.
Le calcul en heures de la période d’emploi exigée permettrait
de mieux refléter la période d’emploi réellement accumulée par
certains aides familiaux résidants, en tenant compte des heures
supplémentaires.
Cette modification réglementaire s’appliquerait, dès son entrée
en vigueur, à tous les aides familiaux résidants, y compris à ceux
qui se trouvent déjà au Canada et dont la demande de résidence
permanente serait toujours en attente d’une décision.
It is proposed that live-in caregivers would have the option of
selecting the current system for calculating the work requirement,
or selecting a new hours-based calculation option of 3 900 hours
of employment completed in a minimum of 22 months. A maximum of 10% of their overtime hours could be counted towards
that work requirement, to ensure this new option does not encourage caregivers and/or their employers to seek excessive overtime
hours of work.
An hours-based calculation of the employment criterion would
more accurately reflect the actual accumulated work of some livein caregivers, including overtime hours.
This amendment will apply, upon implementation, to all live-in
caregivers, including those already in Canada, for whom a determination on permanent residence had not yet been made.
3. Conduct assessment of medical examination at the work permit
application stage with a long-term view and eliminate
mandatory medical examination at PR application stage
3. Évaluer les résultats d’une visite médicale à l’étape de la
demande du permis de travail, dans une perspective à long
terme, et éliminer la visite médicale exigée à l’étape de la
demande de résidence permanente
Live-in caregivers are currently required to undergo two medical examinations: one at the work permit/temporary residence
stage before entering Canada and one at the permanent resident
application stage, after a minimum of two years of work experience in Canada. Although both examinations are similar in that
they test for health conditions that would pose a risk to public
health and safety in Canada or create an excessive demand on the
health or social systems in Canada, the difference lies in the manner in which excessive demand costs are calculated — short-term
for work permit/temporary residence applicants and long-term for
permanent residence applicants.
Les aides familiaux résidants sont actuellement tenus de se
soumettre à deux visites médicales : la première, à l’étape du permis de travail ou de la résidence temporaire avant l’entrée au Canada; la deuxième, à l’étape de la résidence permanente, après
avoir accumulé au moins deux années de travail au Canada. Les
deux visites sont semblables en ceci qu’elles consistent à vérifier
si l’état de santé de l’étranger présenterait un danger pour la santé
et la sécurité publiques, ou s’il entraînerait un fardeau excessif
pour les systèmes sociaux et de santé du Canada. La différence
qu’elles présentent tient au mode de calcul du coût entraîné par le
fardeau excessif : à court terme pour les demandeurs du permis de
travail ou de la résidence temporaire, et à long terme pour les
demandeurs de la résidence permanente.
3784
Canada Gazette Part I
It is proposed that all live-in caregivers no longer be required to
complete a medical examination when they apply for permanent
residence. Instead, the medical examination completed to qualify
for the initial work permit/temporary residence as a live-in caregiver would be assessed for excessive demand in anticipation of
the applicant applying for permanent residence under the LCP
rather than just for temporary residence. Based on the current
costing thresholds used in the calculation of excessive demand,
this change would mean that applicants who have a medical condition which would likely result in costs to the health or social
systems in Canada of more than $5,000 per year over a five-year
period (total of $25,000) would typically be deemed to be medically inadmissible due to excessive demand, at the work permit
application stage.
By eliminating one of the two medical examinations and requiring that live-in caregivers, at the time of their application for
a work permit, be assessed with a long-term view in anticipation
of their application for PR status under the LCP, administrative processes would be streamlined and cost savings for live-in
caregivers could be achieved. The examination at the work
permit/temporary resident stage would continue to screen for
infectious disease and the chance of contracting such a disease
after arriving in Canada would be minimal.
CIC would assume a one-time cost of approximately $25,000
in order to update LCP information products concerning these
changes. All live-in caregivers applying for permanent residence,
a modest estimated average of 10 000 per year for the next
10 years, would save the estimated average cost of the second
medical examination of $125, which would be a savings of approximately $8,000,000 over 10 years (noting that full savings
won’t be reflected until 2012, as some of those live-in caregivers
who arrive in Canada prior to the potential implementation of this
new initiative would still need to undergo a medical examination
at the permanent residence application stage).
This change would apply to live-in caregivers whose applications for a temporary work permit and related medical examination have not already been reviewed. For some live-in caregivers
already medically assessed as part of their work permit application (and therefore assessed on a short-term rather than long-term
basis), results of the initial medical examination may be reassessed at the time of application for permanent residence, where
concerns were identified at the initial examination stage.
December 19, 2009
Il est proposé de ne plus obliger les aides familiaux résidants à
se soumettre à une visite médicale lorsqu’ils demandent la résidence permanente. Les résultats de la visite médicale exigée pour
être admissible au permis de travail ou au statut de résident temporaire seraient évalués dans l’optique du fardeau excessif en
prévision du dépôt, par l’intéressé, d’une demande de résidence
permanente dans le cadre du PAFR, plutôt que d’une demande de
résidence temporaire seulement. Si l’on se reporte aux seuils actuellement utilisés pour calculer le coût du fardeau excessif, cette
modification signifierait que les demandeurs dont l’état de santé
entraînerait probablement, pour les systèmes sociaux et de santé
du Canada, un coût annuel supérieur à 5 000 $ sur cinq ans
(25 000 $ en tout) seraient généralement jugés interdits de territoire pour fardeau excessif, à l’étape de la demande du permis de
travail.
L’élimination de l’une des deux visites médicales et l’obligation d’évaluer les dossiers des aides familiaux résidants, dès que
ceux-ci présentent une demande de permis de travail, dans une
perspective à long terme, en prévision du dépôt d’une demande de
RP dans le cadre du PAFR, voilà deux mesures qui simplifieraient
les formalités administratives et épargneraient des coûts aux aides
familiaux. La visite médicale exigée à l’étape du permis de travail
ou de la demande de résidence temporaire permettrait toujours
de dépister les maladies infectieuses, si bien que l’intéressé risquerait très peu de contracter une telle maladie après son entrée
au Canada.
CIC assumerait un coût ponctuel d’environ 25 000 $ pour mettre à jour les produits d’information relatifs au PAFR, afin de
faire connaître ces modifications. Les aides familiaux résidants
qui demandent la résidence permanente, soit une moyenne de
10 000 par année pour les 10 prochaines années, selon une estimation modeste, économiseraient 125 $, le coût estimatif moyen
du deuxième examen médical. La somme économisée s’élèverait
ainsi à environ 8 000 000 $ sur 10 ans (à noter que ces économies
ne seront pas entièrement constatées avant 2012, puisque certains
des aides familiaux résidants qui entreront au Canada avant la
mise en œuvre éventuelle de cette nouvelle initiative devraient
toujours subir un examen médical à l’étape de la demande de la
résidence permanente).
Cette modification s’appliquerait aux aides familiaux dont la
demande de permis de travail et les résultats de la visite médicale
n’ont pas encore été examinés. Dans le cas de certains aides familiaux qui se seront déjà soumis à une visite médicale dans le cadre
de leur demande de permis de travail (et qui auront donc été évalués à court terme plutôt qu’à long terme), les résultats de la première visite médicale pourraient être réévalués lors de la présentation de la demande de résidence permanente, lorsque la première
visite aura soulevé des préoccupations.
Consultation
Consultation
In developing the proposed regulatory amendments, CIC engaged key stakeholders, including live-in caregivers, through the
Minister’s round tables in Vancouver on March 29, 2009, and
with the employer community on September 9, 2009. Similar
round tables were also held in Toronto on April 26, 2009, and
Montréal on May 25, 2009. The Department also participated in a
consultation organized by the Maytree Foundation, with several
stakeholder organizations, on May 29, 2009. In addition to these
specific consultations, the Minister and the Department have received numerous letters, papers and other submissions recommending changes to the LCP. It was through these consultations
that live-in caregivers expressed their concern with the current
three-year limitation, calculation of the eligibility requirement
and medical examination requirements.
Pour élaborer les modifications réglementaires proposées, CIC
a rencontré les principaux intervenants, notamment les aides familiaux résidants, dans le cadre de tables rondes tenues par le
ministre à Vancouver, le 29 mars 2009, et avec les employeurs, le
9 septembre 2009. Des tables rondes semblables ont par ailleurs
eu lieu à Toronto le 26 avril 2009 ainsi qu’à Montréal le 25 mai
suivant. Le 29 mai 2009, le Ministère a également participé à des
consultations organisées par la Maytree Foundation avec plusieurs organisations d’intervenants. Le ministre et le Ministère ont
par ailleurs reçu beaucoup de lettres, de documents et d’autres
mémoires recommandant des modifications à apporter au PAFR.
C’est à l’occasion de ces consultations que les aides familiaux
résidants ont exprimé leurs réserves au sujet de l’actuelle limite
de trois ans, du calcul de la période d’emploi exigée pour être
admissible et des exigences relatives à l’examen médical.
Le 19 décembre 2009
Gazette du Canada Partie I
3785
Furthermore, CIC has consulted with the Ministère de l’Immigration et des Communautés culturelles (MICC), and begun to
work to coordinate these potential changes with the Government
of Quebec processes. Officials-level consultations with other
provinces and territories are planned for late November.
CIC a de plus consulté le ministère de l’Immigration et des
Communautés culturelles (MICC), et a commencé à harmoniser
ces éventuelles modifications avec les procédures du gouvernement du Québec. Des consultations avec les fonctionnaires des
autres provinces et territoires sont prévues pour la fin novembre.
Implementation, enforcement and service standards
Mise en œuvre, application et normes de service
Necessary implementation measures, including training of current staff, would be funded out of resources already allocated. An
implementation Working Group, comprised of CIC officials from
all branches and divisions affected by these changes, will be established to ensure that all necessary procedures, systems support
and communication tools will be in place prior to implementation.
Standard evaluation of the implementation and impacts of the
regulatory amendments would be conducted by program departments and is expected to be completed by 2013.
Les mesures de mise en œuvre nécessaires, y compris la formation du personnel, seraient financées au moyen des ressources
déjà affectées. Un groupe de travail sur la mise en œuvre, qui
comprendrait des fonctionnaires de toutes les divisions et les directions générales de CIC touchées par ces modifications, sera
établi pour veiller à ce que les procédures, le soutien informatique
et les outils de communication nécessaires soient en place avant
la mise en œuvre. L’évaluation d’usage de la mise en œuvre et de
l’incidence des modifications réglementaires serait effectuée par
les ministères visés par le programme. Elle devrait être réalisée
d’ici 2013.
Les normes de service concernant le traitement des demandes
de résidence permanente présentées par les aides familiaux résidants ne devraient pas beaucoup se ressentir de ces modifications
réglementaires. On ne s’attend pas, par exemple, à ce que l’élimination du deuxième examen ait un effet important sur les temps
de traitement.
Service standards relating to processing of applications for
permanent residence from live-in caregivers are not anticipated to
be largely affected by these regulatory changes. For example,
processing times are not expected to be impacted significantly by
the elimination of the second medical exam.
Contact
Personne-ressource
Maia Welbourne
Director
Temporary Resident Policy and Program Development Division
Citizenship and Immigration Canada
Jean Edmonds Tower South, 8th Floor
365 Laurier Avenue W
Ottawa, Ontario
K1A 1L1
Telephone: 613-957-0001
Fax: 613-954-0850
Email: Maia.Welbourne@cic.gc.ca
Maia Welbourne
Directrice
Division des politiques et programmes à l’intention des résidents
temporaires
Citoyenneté et Immigration Canada
Tour Jean-Edmonds Sud, 8e étage
365, avenue Laurier Ouest
Ottawa (Ontario)
K1A 1L1
Téléphone : 613-957-0001
Télécopieur : 613-954-0850
Courriel : Maia.Welbourne@cic.gc.ca
PROPOSED REGULATORY TEXT
PROJET DE RÉGLEMENTATION
Notice is hereby given that the Governor in Council, pursuant
to subsections 5(1) and 14(2) and section 17 of the Immigration
and Refugee Protection Acta, proposes to make the annexed Regulations Amending the Immigration and Refugee Protection
Regulations.
Interested persons may make representations with respect to
the proposed Regulations within 30 days after the date of publication of this notice. All such representations must cite the Canada
Gazette, Part I, and the date of publication of this notice, and be
addressed to Maia Welbourne, Director, Citizenship and Immigration Canada, Temporary Resident Policy and Program Development Division, Jean Edmonds Tower South, 8th Floor,
365 Laurier Avenue West, Ottawa, Ontario K1A 1L1 (tel.: 613957-0001; e-mail: Maia.Welbourne@cic.gc.ca).
Ottawa, December 10, 2009
JURICA ČAPKUN
Assistant Clerk of the Privy Council
Avis est donné que la gouverneure en conseil, en vertu des paragraphes 5(1) et 14(2) et de l’article 17 de la Loi sur l’immigration et la protection des réfugiésa, se propose de prendre le
Règlement modifiant le Règlement sur l’immigration et la protection des réfugiés, ci-après.
Les intéressés peuvent présenter leurs observations au sujet du
projet de règlement dans les trente jours suivant la date de publication du présent avis. Ils sont priés d’y citer la Gazette du Canada Partie I, ainsi que la date de publication, et d’envoyer le tout à
Maia Welbourne, directrice, Citoyenneté et Immigration Canada,
Division des politiques et programmes à l’intention des résidents
temporaires, 365, avenue Laurier Ouest, Tour Jean Edmonds Sud,
8e étage, Ottawa (Ontario) K1A 1L1 (tél. : 613-957-0001;
courriel : Maia.Welbourne@cic.gc.ca).
Ottawa, le 10 décembre 2009
Le greffier adjoint du Conseil privé
JURICA ČAPKUN
———
———
a
a
S.C. 2001, c. 27
L.C. 2001, ch. 27
3786
Canada Gazette Part I
December 19, 2009
REGULATIONS AMENDING THE
IMMIGRATION AND REFUGEE
PROTECTION REGULATIONS
Exception
Calculation
RÈGLEMENT MODIFIANT LE
RÈGLEMENT SUR L’IMMIGRATION
ET LA PROTECTION DES RÉFUGIÉS
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1. Section 30 of the Immigration and Refugee
Protection Regulations1 is amended by adding
the following after subsection (2):
(2.1) A foreign national who has applied for
permanent resident status and is a member of the
live-in caregiver class is not required to submit to a
medical examination under subsection (1).
2. (1) The portion of paragraph 113(1)(d) of
the Regulations before subparagraph (i) is replaced by the following:
(d) they entered Canada as a live-in caregiver
and for at least two of the four years immediately
following their entry or, alternatively, for at least
3,900 hours during a period of not less than
22 months in those four years,
(2) Subsection 113(2) of the Regulations is replaced by the following:
(2) For the purposes of paragraph (1)(d),
(a) the periods of two years and 3,900 hours may
be in respect of more than one employer or
household, but may not be in respect of more
than one employer or household at a time; and
(b) the 3,900 hours are not to include more than
390 hours of overtime.
1. L’article 30 du Règlement sur l’immigration
et la protection des réfugiés1 est modifié par adjonction, après le paragraphe (2), de ce qui suit :
(2.1) L’étranger faisant partie de la catégorie des
aides familiaux qui a demandé le statut de résident
permanent n’est pas requis de se soumettre à la
visite médicale visée au paragraphe (1).
2. (1) Le passage de l’alinéa 113(1)d) du même
règlement précédant le sous-alinéa (i) est remplacé par ce qui suit :
d) il est entré au Canada à titre d’aide familial et,
au cours des quatre ans suivant son entrée, il a,
durant au moins deux ans, ou encore, durant au
moins 3 900 heures réparties sur une période de
vingt-deux mois ou plus :
(2) Le paragraphe 113(2) du même règlement
est remplacé par ce qui suit :
(2) Pour l’application de l’alinéa (1)d) :
a) la période de deux ans ou celle de 3 900 heures peuvent être passées au service de plus d’un
employeur ou dans plus d’une résidence dès lors
qu’elles ne le sont pas simultanément;
b) seules 390 heures supplémentaires peuvent
être comprises dans les 3 900 heures prévues.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
3. These Regulations come into force on the
day on which they are registered.
3. Le présent règlement entre en vigueur à la
date de son enregistrement.
[51-1-o]
Calcul
[51-1-o]
———
———
1
1
SOR/2002-227
Nonapplication
DORS/2002-227
Le 19 décembre 2009
Gazette du Canada Partie I
3787
Release and Environmental Emergency Notification
Regulations
Règlement sur les avis de rejet ou d’urgence
environnementale
Statutory authority
Canadian Environmental Protection Act, 1999
Fondement législatif
Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999)
Sponsoring departments
Department of the Environment and Department of Fisheries
and Oceans
Ministères responsables
Ministère de l’Environnement et ministère des Pêches et des
Océans
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie des règlements.)
Issue and objectives
Question et objectifs
Provincial, territorial and federal laws require, in most cases,
notification of the same events involving a release or a deposit of
a substance into the environment. To avoid duplication of effort,
Environment Canada has negotiated proposed Environmental
Occurrences Notification Agreements with Alberta, British Columbia, Manitoba, Ontario and Saskatchewan, as well as with the
Northwest Territories and Yukon. Under these proposed Notification Agreements, one organization for each province and territory
would receive environmental occurrences notifications on behalf
of Environment Canada. Environment Canada is thus required to
designate and prescribe, respectively, the persons providing
24-hour emergency telephone service for the organizations operating for the provinces and territories, enabling them to receive
notifications under the Canadian Environmental Protection Act,
1999 (CEPA 1999) and under the Fisheries Act (hereinafter collectively referred to as the Acts).
Dans la plupart des cas, un même événement impliquant le
rejet ou l’immersion d’une substance dans l’environnement doit
faire l’objet d’un avis en vertu des lois provinciales, territoriales
et fédérales, respectivement. Afin d’éviter le doublement des efforts, Environnement Canada a négocié des projets d’Accord
sur les avis d’événements environnementaux avec l’Alberta, la
Colombie-Britannique, le Manitoba, l’Ontario et la Saskatchewan, ainsi qu’avec les Territoires du Nord-Ouest et le Yukon.
Selon ces projets d’Accord sur les avis, une organisation opérant
pour une province ou un territoire recevrait les avis d’événements
environnementaux au nom d’Environnement Canada. Environnement Canada est, par conséquent, appelé à désigner et à habiliter, respectivement, les personnes fournissant le service téléphonique d’urgence de 24 heures pour les organisations opérant pour
les provinces et les territoires afin qu’elles puissent recevoir les
avis en vertu de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999) [LCPE (1999)] ainsi qu’en vertu de la Loi sur les
pêches (ci-après collectivement appelées les Lois).
Le projet de Règlement sur les avis de rejet ou d’urgence environnementale et le projet de Règlement sur les avis de rejet ou
d’immersion irréguliers (ci-après collectivement appelés les projets de Règlement sur les avis) visent à désigner et à habiliter,
respectivement, les personnes fournissant le service téléphonique
d’urgence de 24 heures pour la province ou le territoire en question. Ces personnes recevraient les avis qui, autrement, devraient
être faits directement à Environnement Canada. Les projets de
Règlement sur les avis entreraient en vigueur à la date de leur
enregistrement.
Le projet de Règlement modifiant certains règlements pris en
vertu de la Loi sur les pêches (le projet de Modification) enlèverait les obligations actuelles d’avis contenues dans le Règlement
sur les effluents des mines de métaux (REMM) et le Règlement
sur les effluents des fabriques de pâtes et papiers (REFPP),
éliminant ainsi toute répétition de ces obligations. Le projet de
Modification entrerait en vigueur à la date d’entrée en vigueur
du projet de Règlement sur les avis de rejet ou d’immersion
irréguliers.
The objective of the proposed Release and Environmental
Emergency Notification Regulations and the proposed Deposit
Out of the Normal Course of Events Notification Regulations
(hereinafter collectively referred to as the proposed Notification
Regulations) is to designate and prescribe, respectively, the
persons providing 24-hour emergency telephone service for the
relevant province or territory. These persons would receive notifications that would otherwise have to be made directly to Environment Canada. The proposed Notification Regulations would
come into force on the day on which they are registered.
The proposed Regulations Amending Certain Regulations
Made Under the Fisheries Act (the proposed Amendments) would
remove the current notification requirements in the Metal Mining
Effluent Regulations (MMER) and the Pulp and Paper Effluent
Regulations (PPER), thereby preventing a duplication of these
requirements. The proposed Amendments would come into force
on the same day the proposed Deposit Out of the Normal Course
of Events Notification Regulations come into force.
Description and rationale
Description et justification
In the event or the likelihood of a release of a substance into
the environment in contravention of regulations referred to in
section 95, 169, 179 or 212 of CEPA 1999, or in the event of an
En cas de rejet — effectif ou probable — d’une substance dans
l’environnement en violation d’un règlement mentionné aux articles 95, 169, 179 ou 212 de la LCPE (1999), ou en cas d’urgence
3788
Canada Gazette Part I
environmental emergency under section 201 of CEPA 1999, any
person described therein is obligated, as soon as possible in the
circumstances, to notify an enforcement officer or any other person designated by regulation.
Similarly, in the event of a deposit of a deleterious substance
out of the normal course of events or a serious and imminent danger thereof, subsection 38(4) of the Fisheries Act obligates any
person described therein to report such occurrence to an inspector
or such other person or authority as is prescribed by regulation.
The proposed Release and Environmental Emergency Notification Regulations would designate the persons providing 24-hour
emergency telephone service to receive, on behalf of Environment Canada, notification of a release of a substance, the likelihood of such a release or an environmental emergency under
paragraph 95(1)(a), 169(1)(a), 179(1)(a), 201(1)(a) or 212(1)(a)
of CEPA 1999.
The proposed Deposit Out of the Normal Course of Events
Notification Regulations would prescribe the persons providing
24-hour emergency telephone service to receive, on behalf of
Environment Canada, notification of a deposit of a deleterious
substance out of the normal course of events or a serious and imminent danger thereof under subsection 38(4) of the Fisheries
Act.
The proposed Notification Regulations would also provide the
appropriate office name and telephone number of the organization
operating for each province and territory to which notifications
are to be made. In the majority of jurisdictions, an organization
within the respective provincial or territorial government would
provide this service. In the Atlantic Provinces, the Canadian
Coast Guard would serve in this capacity, and, in Nunavut, the
Government of the Northwest Territories would do so. In Quebec,
Environment Canada would receive notifications directly from
the regulated community and the public.
The proposed Amendments would remove from the MMER
and the PPER existing requirements for notification. These proposed Amendments would ensure that there is no duplication with
the new requirements of the proposed Notification Regulations. In
addition, the proposed Amendments would update the existing
Schedules in the MMER and the PPER which prescribe persons
to whom written reports regarding deposits out of the normal
course of events must be submitted, in accordance with the provisions of these Regulations.
December 19, 2009
All notification requirements under sections 95, 169, 179, 201
and 212 of CEPA 1999, and subsection 38(4) of the Fisheries Act
(including notification requirements under the MMER and
the PPER), would be addressed by the proposed Notification
Regulations.
environnementale en vertu de l’article 201 de la LCPE (1999),
toute personne qui y est décrite est obligée, dans les meilleurs
délais possible, de signaler l’événement à un agent de l’autorité
ou à toute autre personne désignée par règlement.
De la même façon, en cas de rejet ou d’immersion irréguliers — effectifs, ou fort probables et imminents — d’une substance nocive, le paragraphe 38(4) de la Loi sur les pêches oblige
toute personne qui y est décrite d’en faire rapport à un inspecteur
ou à toute autre personne ou autorité prévue par règlement.
Le projet de Règlement sur les avis de rejet ou d’urgence environnementale désignerait les personnes fournissant le service
téléphonique d’urgence de 24 heures afin qu’elles puissent recevoir, au nom d’Environnement Canada, l’avis d’un rejet — effectif ou probable — d’une substance ou l’avis d’une urgence environnementale en vertu des alinéas 95(1)a), 169(1)a), 179(1)a),
201(1)a) ou 212(1)a) de la LCPE (1999).
Le projet de Règlement sur les avis de rejet ou d’immersion irréguliers habiliterait les personnes fournissant le service téléphonique d’urgence de 24 heures afin qu’elles puissent recevoir, au
nom d’Environnement Canada, l’avis d’un rejet ou d’une immersion irréguliers — effectifs, ou fort probables et imminents —
d’une substance nocive en vertu du paragraphe 38(4) de la Loi sur
les pêches.
Les projets de Règlement sur les avis fourniraient aussi le nom
et le numéro de téléphone appropriés de l’organisation en service
pour chaque province et territoire à laquelle les avis devront être
faits. Dans la plupart des compétences provinciales et territoriales, une organisation du gouvernement respectif fournirait ce
service. Dans les provinces de l’Atlantique, la Garde côtière canadienne servirait de point de contact principal, et, au Nunavut, le
gouvernement des Territoires du Nord-Ouest agirait à ce titre. Au
Québec, Environnement Canada recevrait les avis directement de
la communauté réglementée et du public.
Le projet de Modification enlèverait les obligations actuelles
relatives aux avis contenues dans le REMM et le REFPP. De cette
façon, le projet de Modification éliminerait les obligations dans
ces règlements qui auraient chevauché les nouvelles obligations
concernant les avis contenues dans les présents projets de Règlement sur les avis. En outre, le projet de Modification mettrait à
jour les annexes actuelles dans le REMM et le REFPP qui habilitent les personnes auxquelles les rapports écrits en matière de
rejet ou d’immersion irréguliers doivent être faits, conformément
aux dispositions de ces règlements.
Les projets de Règlement sur les avis tiendraient compte de
toutes les obligations d’avis en vertu des articles 95, 169, 179,
201 et 212 de la LCPE (1999), ainsi qu’en vertu du paragraphe 38(4) de la Loi sur les pêches (y compris les obligations
d’avis en vertu du REMM et du REFPP).
Alternatives
Solutions envisagées
A number of alternatives were considered; below is a description of these alternatives and a rationale for rejecting or selecting
from them.
Certaines solutions ont été envisagées. La description de chacune d’elles, ainsi que la raison de son rejet ou de son adoption,
sont indiquées ci-dessous.
Status quo
Statu quo
Environment Canada has negotiated proposed Environmental
Occurrences Notification Agreements with Alberta, British Columbia, Manitoba, Ontario and Saskatchewan, as well as with the
Northwest Territories and Yukon. Environment Canada is thus
required to designate and prescribe the persons providing 24-hour
emergency telephone service for the organizations operating for
these provinces and territories to receive notifications under the
Acts. The proposed Notification Agreements could not designate
and prescribe these persons, since notifications are to be made to
Environnement Canada a négocié des projets d’Accord sur
les avis d’événements environnementaux avec l’Alberta, la
Colombie-Britannique, le Manitoba, l’Ontario et la Saskatchewan, ainsi qu’avec les Territoires du Nord-Ouest et le Yukon.
Environnement Canada est, par conséquent, appelé à désigner et
à habiliter les personnes fournissant le service téléphonique
d’urgence de 24 heures pour les organisations en service pour ces
provinces et ces territoires afin qu’elles puissent recevoir les avis
en vertu des Lois. Les projets d’Accord sur les avis ne pourraient
Le 19 décembre 2009
an enforcement officer or any other person designated by regulation, under CEPA 1999, and to an inspector or such other person
or authority as is prescribed by regulation, under the Fisheries
Act.
Gazette du Canada Partie I
3789
Since notification requirements under the Acts would be addressed by the proposed Notification Regulations, not amending
the MMER and the PPER would lead to an unnecessary duplication of these requirements, with the potential to result in confusion amongst the regulated community and the public.
For the above reasons, keeping the status quo has been rejected
as a viable option.
désigner et habiliter ces personnes, puisque les avis doivent être
faits à un agent de l’autorité ou à toute autre personne désignée
par règlement, en vertu de la LCPE (1999), et à un inspecteur ou à
toute autre autorité prévue par règlement, en vertu de la Loi sur
les pêches.
Puisque les exigences relatives aux avis en vertu des Lois seraient couvertes par les projets de Règlement sur les avis, ne pas
modifier le REMM et le REFPP résulterait en une répétition inutile de ces exigences, ce qui pourrait mener possiblement à la
confusion parmi la communauté réglementée et le public.
En raison des motifs évoqués ci-dessus, l’option de conserver
le statu quo n’est pas viable.
Administrative approach
Approche administrative
The persons providing 24-hour emergency telephone service
for the provinces and territories would be designated by the Minister of the Environment as enforcement officers and prescribed
by the Minister of Fisheries and Oceans as inspectors, for the
purpose of receiving notifications on behalf of Environment
Canada.
Under CEPA 1999, designating classes of persons is possible
and would seem to be an efficient method of designating the persons providing 24-hour emergency telephone service for the organizations operating for the provinces and territories. Further,
the Minister of the Environment may specify limits on the powers
of persons designated as enforcement officers, to the receipt of
notifications.
Under the Fisheries Act, the administrative approach cannot be
used to designate classes of persons as inspectors, since that Act
requires that each inspector be prescribed individually, potentially
creating a significant amount of administrative work. Further, the
Minister of Fisheries and Oceans does not have the authority
under the Fisheries Act to limit the powers of the persons prescribed as inspectors providing 24-hour emergency telephone
service for the provinces and territories to the receipt of notifications. For these reasons, the administrative approach has been
rejected.
Les personnes fournissant le service téléphonique d’urgence de
24 heures pour les provinces et les territoires seraient désignées
par le ministre de l’Environnement à titre d’agents de l’autorité et
habilitées par le ministre des Pêches et des Océans à titre
d’inspecteurs, dans le but de recevoir les avis au nom d’Environnement Canada.
La LCPE (1999) permet la désignation de catégories de personnes. Cette méthode semblerait efficace pour désigner les personnes fournissant le service téléphonique d’urgence de 24 heures
pour les organisations en service pour les provinces et les territoires. De plus, le ministre de l’Environnement peut restreindre
les pouvoirs des personnes désignées à titre d’agents de l’autorité
à la réception des avis.
L’approche administrative ne peut être employée en vertu de la
Loi sur les pêches pour habiliter les catégories de personnes à titre
d’inspecteurs étant donné que cette Loi exige que chaque inspecteur soit habilité individuellement, ce qui, ce faisant, pourrait
entraîner une charge administrative importante. De plus, le ministre des Pêches et des Océans n’a pas l’autorité en vertu de la Loi
sur les pêches de restreindre à la réception des avis les pouvoirs
des personnes habilitées à titre d’inspecteurs fournissant le service téléphonique d’urgence de 24 heures pour les provinces et les
territoires. Pour les motifs évoqués, l’approche administrative a
été rejetée.
Regulatory approach
Approche réglementaire
In the event or the likelihood of a release of a substance into
the environment in contravention of regulations referred to in
section 95, 169, 179 or 212 of CEPA 1999, in the event of an
environmental emergency under section 201 of CEPA 1999, or in
the event of a deposit of a deleterious substance out of the normal
course of events or a serious and imminent danger thereof under
the Fisheries Act, a notification or a report must be made. The
persons providing 24-hour emergency telephone service for the
organizations operating for the provinces and territories would
therefore be designated and prescribed to receive these notifications on behalf of Environment Canada by the proposed Notification Regulations.
Given that the proposed Notification Regulations would provide the necessary notification requirements in the event or the
likelihood of a release or a deposit of a substance into the environment, not amending the MMER and the PPER to remove
such information would result in an unnecessary duplication of
these requirements.
For the above reasons, the regulatory approach is considered to
be the best option.
En cas de rejet — effectif ou probable — d’une substance dans
l’environnement en violation d’un règlement mentionné à l’article 95, 169, 179 ou 212 de la LCPE (1999), en cas d’urgence
environnementale en vertu de l’article 201 de la LCPE (1999), ou
en cas de rejet ou d’immersion irréguliers — effectifs, ou fort
probables et imminents — d’une substance nocive en vertu de la
Loi sur les pêches, un avis ou un rapport doit être fait. Les personnes fournissant le service téléphonique d’urgence de 24 heures
pour les organisations opérant pour les provinces et les territoires
seraient donc désignées et habilitées par les projets de Règlement
sur les avis afin qu’elles puissent recevoir les avis au nom
d’Environnement Canada.
Étant donné que les projets de Règlement sur les avis contiendraient les obligations nécessaires d’avis en cas de rejet ou d’immersion — effectifs ou probables — d’une substance dans l’environnement, le fait de ne pas modifier le REMM et le REFPP
entraînerait une répétition inutile de ces obligations.
Pour les motifs évoqués ci-dessus, l’approche réglementaire est
considérée comme la meilleure option.
3790
Canada Gazette Part I
December 19, 2009
Benefits and costs
Avantages et coûts
Benefits
Avantages
The regulated community and the public would be provided
with the name and 24-hour emergency telephone number of the
organization operating for each province and territory specified in
the proposed Notification Regulations. The contact information
for each organization would apply for all notification requirements under the Acts. Moreover, the proposed Notification Regulations would ensure that the persons providing 24-hour emergency telephone service are designated and prescribed under the
Acts to receive notifications from the regulated community and
the public; therefore, the proposed Notification Regulations
would complement and support the Environmental Occurrences
Notification Agreements.
As well, the proposed Amendments would streamline the
MMER and the PPER by removing unnecessary information and
duplication of notification requirements.
La communauté réglementée et le public disposeraient du nom
et du numéro de téléphone d’urgence de 24 heures de l’organisation opérant pour chaque province et territoire spécifié dans
les projets de Règlement sur les avis. Les coordonnées de chaque
organisation s’appliqueraient à toutes les obligations d’avis en
vertu des Lois. En outre, les projets de Règlement sur les avis
serviraient également à désigner et à habiliter les personnes fournissant le service téléphonique d’urgence de 24 heures afin
qu’elles puissent recevoir les avis de la communauté réglementée
et du public en vertu des Lois; donc, les projets de Règlement sur
les avis appuieraient et compléteraient les Accords sur les avis
d’événements environnementaux.
Aussi, en retirant les renseignements inutiles et les répétitions
des obligations d’avis, le projet de Modification rationaliserait le
REMM et le REFPP.
Costs
Coûts
The proposed Notification Regulations and the proposed
Amendments are administrative in nature. They are not expected
to result in any incremental costs to the regulated community, to
any municipal, provincial or territorial government, to other federal departments, or to the public, as persons are currently required to notify, in most cases, the relevant province or territory
and Environment Canada of the same events involving a release
or a deposit of a substance into the environment.
In conclusion, since the proposed Notification Regulations
would designate and prescribe the persons providing 24-hour
emergency telephone service under the Acts while not imposing
any incremental costs to Environment Canada and, since the proposed Amendments would remove duplication and provide updated contact information for written reporting, the impact of
these initiatives is expected to be positive.
Les projets de Règlement sur les avis et le projet de Modification sont de nature administrative. Ils ne devraient donc imposer
aucun coût différentiel à la communauté réglementée, aux administrations municipales, aux gouvernements provinciaux ou territoriaux, à d’autres ministères fédéraux, ou au public, puisque les
personnes sont présentement obligées d’aviser, dans la plupart des
cas, la province ou le territoire en question et Environnement
Canada d’un même événement impliquant le rejet ou l’immersion
d’une substance dans l’environnement.
En résumé, les projets de Règlement sur les avis désigneraient
et habiliteraient les personnes fournissant le service téléphonique
d’urgence de 24 heures en vertu des Lois, sans imposer de coûts
différentiels à Environnement Canada. Aussi, le projet de Modification éliminerait les répétitions et mettrait à jour les coordonnées
relatives aux rapports écrits. Pour les motifs évoqués, ces initiatives devraient avoir une incidence positive.
Consultation
Consultation
In September 2006, Environment Canada consulted the provinces and territories, through the CEPA National Advisory
Committee, regarding its proposal to negotiate Environmental
Occurrences Notification Agreements with them. This initial consultation also involved the appropriate organizations operating for
the provinces and territories. All parties concurred to proceed
with the negotiations of the proposed Notification Agreements.
Subsequently, in May 2009, CEPA National Advisory Committee members were given an offer to be consulted regarding the
proposed Release and Environmental Emergency Notification
Regulations under CEPA 1999. No comments were received and
no consultation requests were made.
En septembre 2006, Environnement Canada a consulté les provinces et les territoires par l’entremise du comité consultatif national de la LCPE au sujet de la négociation des projets d’Accord
sur les avis d’événements environnementaux. Cette consultation
initiale a aussi impliqué les organisations appropriées en service
pour les provinces et les territoires. Toutes les parties ont convenu
de poursuivre la négociation des projets d’Accord sur les avis.
Subséquemment, en mai 2009, les membres du comité consultatif national de la LCPE se sont vu offrir l’occasion d’être
consultés au sujet du projet de Règlement sur les avis de rejet ou
d’urgence environnementale en vertu de la LCPE (1999). Aucun
commentaire n’a été reçu et aucune demande de consultation n’a
été faite.
Environnement Canada a également eu des discussions interministérielles avec Pêches et Océans Canada et la Garde côtière
canadienne en ce qui a trait aux projets de Règlement sur les avis.
Aucune inquiétude n’a été soulevée.
Étant donné que le projet de Modification serait pris en vue
d’éliminer les répétitions d’obligations relatives aux avis et mettrait à jour les coordonnées relatives à la soumission de rapports
écrits, il est considéré comme étant de nature administrative et on
s’attend à ce qu’il ne comporte aucune incidence pour la communauté réglementée ou le public; donc, aucune consultation officielle auprès des industries de fabrication de pâtes et papiers et de
mines de métaux n’a eu lieu.
Environment Canada also held interdepartmental discussions
with Fisheries and Oceans Canada and the Canadian Coast Guard
regarding the proposed Notification Regulations. No concerns
were raised.
As the proposed Amendments would be made to remove duplication of notification requirements and update contact information for submitting written reports, they are considered administrative in nature, with no anticipated impact on the regulated
community or the public; hence, no formal consultations were
held with the pulp and paper and the metal mining industries.
Le 19 décembre 2009
Gazette du Canada Partie I
3791
Implementation, enforcement and service standards
Mise en œuvre, application et normes de service
As part of the implementation of these proposed Regulations
and proposed Amendments, the planned compliance promotion
activities are an update of Environment Canada’s existing Web
site (www.ec.gc.ca/ee-ue) and an electronic mail-out to the regulated community. The goal of these activities is to maintain and
augment the regulated community’s and the public’s awareness of
the environmental occurrences notification systems in operation
in the provinces and territories.
Pour ce qui est de la mise en œuvre des projets de Règlement
sur les avis et du projet de Modification, les activités prévues de
promotion de la conformité consistent à mettre à jour le site Web
actuel d’Environnement Canada (www.ec.gc.ca/ee-ue), et à envoyer un courrier électronique à la communauté réglementée. Ces
activités visent à maintenir et à accroître le degré de sensibilisation de la communauté réglementée et du public à l’égard des
systèmes d’avis d’événements environnementaux en service dans
les provinces et les territoires.
Contacts
Personnes-ressources
Lynn Provost
Head
Preparedness
Environmental Emergencies Division
Environment Canada
351 Saint-Joseph Boulevard
Gatineau, Quebec
K1A 0H3
Telephone: 819-997-3053
Fax: 819-997-5029
Email: Lynn.Provost@ec.gc.ca
Markes Cormier
Senior Economist
Regulatory Analysis and Instrument Choice Division
Environment Canada
10 Wellington Street
Gatineau, Quebec
K1A 0H3
Telephone: 819-953-5236
Fax: 819-997-2769
Email: Markes.Cormier@ec.gc.ca
Lynn Provost
Chef
État de préparation
Division des urgences environnementales
Environnement Canada
351, boulevard Saint-Joseph
Gatineau (Québec)
K1A 0H3
Téléphone : 819-997-3053
Télécopieur : 819-997-5029
Courriel : Lynn.Provost@ec.gc.ca
Markes Cormier
Économiste principal
Division de l’analyse réglementaire et du choix d’instruments
Environnement Canada
10, rue Wellington
Gatineau (Québec)
K1A 0H3
Téléphone : 819-953-5236
Télécopieur : 819-997-2769
Courriel : Markes.Cormier@ec.gc.ca
PROPOSED REGULATORY TEXT
PROJET DE RÉGLEMENTATION
Notice is hereby given, pursuant to subsection 332(1)a of the
Canadian Environmental Protection Act, 1999b, that the Governor in Council, pursuant to paragraph 97(a), subsection 200(1)
and paragraph 209(1)(d) of that Act, proposes to make the
annexed Release and Environmental Emergency Notification
Regulations.
Any person may, within 60 days after the date of publication of
this notice, file with the Minister of the Environment comments
with respect to the proposed Regulations or a notice of objection
requesting that a board of review be established under section 333
of that Act and stating the reasons for the objection. All comments and notices must cite the Canada Gazette, Part I, and the
date of publication of this notice, and be addressed to the Head,
Preparedness, Environmental Emergencies Division, Department
of the Environment, Gatineau, Quebec K1A 0H3.
A person who provides information to the Minister of the Environment may submit with the information a request for confidentiality under section 313 of that Act.
Ottawa, December 10, 2009
JURICA ČAPKUN
Assistant Clerk of the Privy Council
Avis est donné, conformément au paragraphe 332(1)a de la Loi
canadienne sur la protection de l’environnement (1999)b, que la
gouverneure en conseil, en vertu de l’alinéa 97a), du paragraphe 200(1) et de l’alinéa 209(1)d) de cette loi, se propose de
prendre le Règlement sur les avis de rejet ou d’urgence environnementale, ci-après.
Les intéressés peuvent présenter au ministre de l’Environnement, dans les soixante jours suivant la date de publication du
présent avis, leurs observations au sujet du projet de règlement ou
un avis d’opposition motivé demandant la constitution de la
commission de révision prévue à l’article 333 de cette loi. Ils sont
priés d’y citer la Gazette du Canada Partie I, ainsi que la date de
publication, et d’envoyer le tout au chef, État de préparation, Division des urgences environnementales, ministère de l’Environnement, Gatineau (Québec) K1A 0H3.
Quiconque fournit des renseignements au ministre peut en
même temps présenter une demande de traitement confidentiel
aux termes de l’article 313 de cette loi.
Ottawa, le 10 décembre 2009
Le greffier adjoint du Conseil privé
JURICA ČAPKUN
———
———
a
a
b
S.C. 2004, c. 15, s. 31
S.C. 1999, c. 33
b
L.C. 2004, ch. 15, art. 31
L.C. 1999, ch. 33
3792
Canada Gazette Part I
December 19, 2009
RELEASE AND ENVIRONMENTAL EMERGENCY
NOTIFICATION REGULATIONS
RÈGLEMENT SUR LES AVIS DE REJET OU
D’URGENCE ENVIRONNEMENTALE
1. (1) For the purposes of paragraphs 95(1)(a), 169(1)(a),
179(1)(a), 201(1)(a) and 212(1)(a) of the Canadian Environmental Protection Act, 1999, the following persons are designated, namely, those providing 24-hour emergency telephone
service provided by the office set out in column 2 of the schedule
for the province, set out in column 1, where either the release of a
substance, the likelihood of such a release or the environmental
emergency occurs, as applicable.
(2) Any person required by paragraph 95(1)(a), 169(1)(a),
179(1)(a), 201(1)(a) or 212(1)(a) of the Canadian Environmental
Protection Act, 1999 to provide notification of the occurrence or
likelihood of a release or the occurrence of an environmental
emergency shall, as soon as possible in the circumstances, notify
an enforcement officer or a person referred to in subsection (1) at
the applicable telephone number set out in column 3 of the schedule of the occurrence, likelihood or environmental emergency, as
applicable.
2. These Regulations come into force on the day on which they
are registered.
1. (1) Est désignée, pour l’application des alinéas 95(1)a),
169(1)a), 179(1)a), 201(1)a) et 212(1)a) de la Loi canadienne sur
la protection de l’environnement (1999), toute personne qui est
membre du personnel chargé du service téléphonique d’urgence
de vingt-quatre heures fourni par le secteur mentionné à la colonne 2 de l’annexe en regard de la province, mentionnée à la colonne 1, où a lieu le rejet — effectif ou probable — d’une substance ou l’urgence environnementale, selon le cas.
(2) En cas de rejet — effectif ou probable — d’une substance ou d’urgence environnementale, toute personne tenue de le
signaler, en application de l’alinéa 95(1)a), 169(1)a), 179(1)a),
201(1)a) ou 212(1)a) de la Loi canadienne sur la protection de
l’environnement (1999), en avise dans les meilleurs délais possible un agent de l’autorité ou toute personne visée au paragraphe (1), au numéro de téléphone indiqué à la colonne 3 de
l’annexe, selon le cas.
SCHEDULE
(Section 1)
ANNEXE
(article 1)
NOTIFICATION OF RELEASE OR
ENVIRONMENTAL EMERGENCY
AVIS DE REJET OU D’URGENCE
ENVIRONNEMENTALE
Column 1
Column 2
Column 3
Item
Province
Office
Telephone number
1.
Ontario
Spills Action Centre
Ontario Ministry of the
Environment
2.
Quebec
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
11.
12.
Environmental Protection
Operations Directorate –
Quebec
Environment Canada
Nova Scotia
Maritimes Regional Office
Canadian Coast Guard
Fisheries and Oceans Canada
New Brunswick Maritimes Regional Office
Canadian Coast Guard
Fisheries and Oceans Canada
Manitoba
Manitoba Department of
Conservation
British Columbia British Columbia Provincial
Emergency Program
Ministry of Public Safety
and Solicitor General
Prince Edward
Maritimes Regional Office
Island
Canadian Coast Guard
Fisheries and Oceans Canada
Saskatchewan
Saskatchewan Ministry of
Environment
Alberta
Alberta Ministry of
Environment
Newfoundland
Newfoundland and Labrador
and Labrador
Regional Office
Canadian Coast Guard
Fisheries and Oceans Canada
Yukon
Yukon Department of
Environment
Northwest
Department of Environment
Territories
and Natural Resources
Government of the Northwest
Territories
2. Le présent règlement entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
Colonne 1
Colonne 2
Colonne 3
Article
Province
Secteur
Numéro de
téléphone
416-325-3000 or
1-800-268-6060*
1.
Ontario
514-283-2333 or
1-866-283-2333*
2.
902-426-6030 or
1-800-565-1633*
3.
902-426-6030 or
1-800-565-1633*
4.
204-944-4888
5.
1-800-663-3456
6.
902-426-6030 or
1-800-565-1633*
7.
1-800-667-7525
8.
780-422-4505 or
1-800-222-6514*
709-772-2083 or
1-800-563-9089*
9.
10.
867-667-7244
11.
867-920-8130
12.
Centre d’intervention en cas
de déversement
Ministère de l’Environnement
de l’Ontario
Québec
Direction des activités de
protection de l’environnement –
Québec
Environnement Canada
Nouvelle-Écosse Bureau régional des Maritimes
Garde côtière canadienne
Pêches et Océans Canada
NouveauBureau régional des Maritimes
Brunswick
Garde côtière canadienne
Pêches et Océans Canada
Manitoba
Ministère de la Conservation
du Manitoba
ColombieBritish Columbia Provincial
Britannique
Emergency Program
Ministry of Public Safety and
Solicitor General
Île-du-PrinceBureau régional des Maritimes
Édouard
Garde côtière canadienne
Pêches et Océans Canada
Saskatchewan
Saskatchewan Ministry of
Environment
Alberta
Alberta Ministry of
Environment
Terre-Neuve-et- Bureau régional de
Labrador
Terre-Neuve-et-Labrador
Garde côtière canadienne
Pêches et Océans Canada
Yukon
Ministère de l’Environnement
du Yukon
Territoires du
Ministère de l’Environnement
Nord-Ouest
et des Ressources naturelles
Gouvernement des Territoires
du Nord-Ouest
416-325-3000 ou
1-800-268-6060*
514-283-2333 ou
1-866-283-2333*
902-426-6030 ou
1-800-565-1633*
902-426-6030 ou
1-800-565-1633*
204-944-4888
1-800-663-3456
902-426-6030 ou
1-800-565-1633*
1-800-667-7525
780-422-4505 ou
1-800-222-6514*
709-772-2083 ou
1-800-563-9089*
867-667-7244
867-920-8130
Le 19 décembre 2009
Gazette du Canada Partie I
SCHEDULE — Continued
3793
ANNEXE (suite)
Column 1
Column 2
Column 3
Item
Province
Office
Telephone number
13.
Nunavut
Department of Environment
and Natural Resources
Government of the Northwest
Territories
867-920-8130
* Telephone number accessible only within the respective province.
Colonne 1
Colonne 2
Colonne 3
Article
Province
Secteur
Numéro de
téléphone
13.
Nunavut
Ministère de l’Environnement
et des Ressources naturelles
Gouvernement des Territoires
du Nord-Ouest
867-920-8130
* En service qu’à l’intérieur de la province.
[51-1-o]
[51-1-o]
3794
Canada Gazette Part I
December 19, 2009
Deposit Out of the Normal Course of Events
Notification Regulations
Règlement sur les avis de rejet ou d’immersion
irréguliers
Statutory authority
Fisheries Act
Fondement législatif
Loi sur les pêches
Sponsoring departments
Department of the Environment and Department of Fisheries
and Oceans
Ministères responsables
Ministère de l’Environnement et ministère des Pêches et des
Océans
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
For the Regulatory Impact Analysis Statement, see page 3787.
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
Pour le résumé de l’étude d’impact de la réglementation, voir la
page 3787.
PROPOSED REGULATORY TEXT
PROJET DE RÉGLEMENTATION
Notice is hereby given that the Governor in Council, pursuant
to paragraph 38(9)(a) of the Fisheries Acta, proposes to make the
annexed Deposit Out of the Normal Course of Events Notification
Regulations.
Interested persons may make representations concerning the
proposed Regulations within 60 days after the date of publication
of this notice. All such representations must cite the Canada Gazette, Part I, and the date of publication of this notice, and be addressed to the Head, Preparedness, Environmental Emergencies
Division, Environment Canada, Gatineau, Quebec K1A 0H3.
Avis est donné que la gouverneure en conseil, en vertu de
l’alinéa 38(9)a) de la Loi sur les pêchesa, se propose de prendre
le Règlement sur les avis de rejet ou d’immersion irréguliers,
ci-après.
Les intéressés peuvent présenter leurs observations au sujet du
projet de règlement dans les soixante jours suivant la date de publication du présent avis. Ils sont priés d’y citer la Gazette du
Canada Partie I, ainsi que la date de publication, et d’envoyer le
tout au chef, État de préparation, Division des urgences environnementales, ministère de l’Environnement, Gatineau (Québec)
K1A 0H3.
Ottawa, le 10 décembre 2009
Le greffier adjoint du Conseil privé
JURICA ČAPKUN
Ottawa, December 10, 2009
JURICA ČAPKUN
Assistant Clerk of the Privy Council
DEPOSIT OUT OF THE NORMAL COURSE OF
EVENTS NOTIFICATION REGULATIONS
RÈGLEMENT SUR LES AVIS DE REJET OU
D’IMMERSION IRRÉGULIERS
1. (1) For the purpose of subsection 38(4) of the Fisheries Act,
the following persons are prescribed, namely, those providing
24-hour emergency telephone service provided by the office set
out in column 2 of the schedule for the province, set out in column 1, where the deposit of a deleterious substance out of the
normal course of events or serious and imminent danger of such a
deposit occurs.
(2) Any person required by subsection 38(4) of the Fisheries
Act to report the occurrence of a deposit of a deleterious substance out of the normal course of events, or a serious and imminent danger of that occurrence, shall immediately notify an inspector or a person referred to in subsection (1) at the applicable
telephone number set out in column 3 of the schedule of the occurrence or danger.
1. (1) Est désignée, pour l’application du paragraphe 38(4) de
la Loi sur les pêches, toute personne qui est membre du personnel
chargé du service téléphonique d’urgence de vingt-quatre heures
fourni par le secteur mentionné à la colonne 2 de l’annexe
en regard de la province, mentionnée à la colonne 1, où a lieu le
rejet ou l’immersion irréguliers — effectifs, ou fort probables et
imminents — d’une substance nocive.
(2) En cas de rejet ou d’immersion irréguliers — effectifs, ou
fort probables et imminents — d’une substance nocive, toute personne tenue d’en faire rapport en application du paragraphe 38(4)
de la Loi sur les pêches, en avise sans délai un inspecteur ou toute
personne visée au paragraphe (1), au numéro de téléphone indiqué à la colonne 3 de l’annexe.
———
a
R.S., c. F-14
———
a
L.R., ch. F-14
Le 19 décembre 2009
Gazette du Canada Partie I
3795
2. These Regulations come into force on the day on which they
are registered.
2. Le présent règlement entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
SCHEDULE
(Section 1)
ANNEXE
(article 1)
NOTIFICATION OF DEPOSITS OUT OF
THE NORMAL COURSE OF EVENTS
AVIS DE REJET OU D’IMMERSION
IRRÉGULIERS
Column 1
Column 2
Column 3
Colonne 1
Colonne 2
Colonne 3
Item
Province
Office
Telephone number
Article
Province
Secteur
Numéro de
téléphone
1.
Ontario
Spills Action Centre
Ontario Ministry of the
Environment
416-325-3000 or
1-800-268-6060*
1.
Ontario
514-283-2333 or
1-866-283-2333*
2.
Québec
902-426-6030 or
1-800-565-1633*
3.
NouvelleÉcosse
902-426-6030 or
1-800-565-1633*
4.
NouveauBrunswick
204-944-4888
5.
Manitoba
1-800-663-3456
6.
ColombieBritannique
902-426-6030 or
1-800-565-1633*
7.
Île-du-PrinceÉdouard
1-800-667-7525
8.
Saskatchewan
780-422-4505 or
1-800-222-6514*
709-772-2083 or
1-800-563-9089*
9.
Alberta
10.
Terre-Neuveet-Labrador
867-667-7244
11.
Yukon
867-920-8130
12.
Territoires du
Nord-Ouest
867-920-8130
13.
Nunavut
Centre d’intervention en cas de
déversement
Ministère de l’Environnement
de l’Ontario
Direction des activités de
protection de l’environnement –
Québec
Environnement Canada
Bureau régional des Maritimes
Garde côtière canadienne
Pêches et Océans Canada
Bureau régional des Maritimes
Garde côtière canadienne
Pêches et Océans Canada
Ministère de la Conservation
du Manitoba
British Columbia Provincial
Emergency Program
Ministry of Public Safety and
Solicitor General
Bureau régional des Maritimes
Garde côtière canadienne
Pêches et Océans Canada
Saskatchewan Ministry of
Environment
Alberta Ministry of
Environment
Bureau régional de
Terre-Neuve-et-Labrador
Garde côtière canadienne
Pêches et Océans Canada
Ministère de l’Environnement
du Yukon
Ministère de l’Environnement
et des Ressources naturelles
Gouvernement des Territoires
du Nord-Ouest
Ministère de l’Environnement
et des Ressources naturelles
Gouvernement des Territoires
du Nord-Ouest
2.
Quebec
3.
Nova Scotia
4.
New Brunswick
5.
Manitoba
6.
British
Columbia
7.
Prince Edward
Island
8.
Saskatchewan
9.
Alberta
10.
Newfoundland
and Labrador
11.
Yukon
12.
Northwest
Territories
13.
Nunavut
Environmental Protection
Operations Directorate –
Quebec
Environment Canada
Maritimes Regional Office
Canadian Coast Guard
Fisheries and Oceans Canada
Maritimes Regional Office
Canadian Coast Guard
Fisheries and Oceans Canada
Manitoba Department of
Conservation
British Columbia Provincial
Emergency Program
Ministry of Public Safety and
Solicitor General
Maritimes Regional Office
Canadian Coast Guard
Fisheries and Oceans Canada
Saskatchewan Ministry of
Environment
Alberta Ministry of
Environment
Newfoundland and Labrador
Regional Office
Canadian Coast Guard
Fisheries and Oceans Canada
Yukon Department of
Environment
Department of Environment
and Natural Resources
Government of the Northwest
Territories
Department of Environment
and Natural Resources
Government of the Northwest
Territories
* Telephone number accessible only within the respective province.
416-325-3000 ou
1-800-268-6060*
514-283-2333 ou
1-866-283-2333*
902-426-6030 ou
1-800-565-1633*
902-426-6030 ou
1-800-565-1633*
204-944-4888
1-800-663-3456
902-426-6030 ou
1-800-565-1633*
1-800-667-7525
780-422-4505 ou
1-800-222-6514*
709-772-2083 ou
1-800-563-9089*
867-667-7244
867-920-8130
867-920-8130
* En service qu’à l’intérieur de la province.
[51-1-o]
[51-1-o]
Canada Gazette Part I
3796
December 19, 2009
Regulations Amending Certain Regulations Made
Under the Fisheries Act
Règlement modifiant certains règlements pris en
vertu de la Loi sur les pêches
Statutory authority
Fisheries Act
Fondement législatif
Loi sur les pêches
Sponsoring departments
Department of the Environment and Department of Fisheries
and Oceans
Ministères responsables
Ministère de l’Environnement et ministère des Pêches et des
Océans
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
For the Regulatory Impact Analysis Statement, see page 3787.
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
Pour le résumé de l’étude d’impact de la réglementation, voir la
page 3787.
PROPOSED REGULATORY TEXT
PROJET DE RÉGLEMENTATION
Notice is hereby given that the Governor in Council, pursuant
to paragraph 38(9)(a) of the Fisheries Acta, proposes to make the
annexed Regulations Amending Certain Regulations Made Under
the Fisheries Act.
Interested persons may make representations concerning the
proposed Regulations within 60 days after the date of publication
of this notice. All such representations must cite the Canada Gazette, Part I, and the date of publication of this notice, and be addressed to the Chief, Mining and Processing, Public and Resources Sectors, or to the Director, Forestry, Agriculture and
Aquaculture Division, Environment Canada, Gatineau, Quebec
K1A 0H3.
Ottawa, December 10, 2009
JURICA ČAPKUN
Assistant Clerk of the Privy Council
Avis est donné que la gouverneure en conseil, en vertu de
l’alinéa 38(9)a) de la Loi sur les pêchesa, se propose de prendre le
Règlement modifiant certains règlements pris en vertu de la Loi
sur les pêches, ci-après.
Les intéressés peuvent présenter leurs observations au sujet du
projet de règlement dans les soixante jours suivant la date de publication du présent avis. Ils sont priés d’y citer la Gazette du
Canada Partie I, ainsi que la date de publication, et d’envoyer le
tout au chef, Mines et traitement, Secteurs publics et des ressources, ou au directeur, Division de la foresterie, de l’agriculture et
de l’aquaculture, ministère de l’Environnement, Gatineau (Québec) K1A 0H3.
Ottawa, le 10 décembre 2009
Le greffier adjoint du Conseil privé
JURICA ČAPKUN
REGULATIONS AMENDING CERTAIN REGULATIONS
MADE UNDER THE FISHERIES ACT
RÈGLEMENT MODIFIANT CERTAINS RÈGLEMENTS
PRIS EN VERTU DE LA LOI SUR LES PÊCHES
PULP AND PAPER EFFLUENT REGULATIONS
RÈGLEMENT SUR LES EFFLUENTS DES FABRIQUES
DE PÂTES ET PAPIERS
1. Subsections 32(1) and (2) of the Pulp and Paper Effluent
Regulations1 are replaced by the following:
32. (1) For the purpose of subsection 38(4) of the Act, the following person is prescribed, namely, the person occupying the
position set out in column II of Schedule VI, for the province, set
out in column I, where the mill or the off-site treatment facility is
located.
1. Les paragraphes 32(1) et (2) du Règlement sur les effluents des fabriques de pâtes et papiers1 sont remplacés par ce
qui suit :
32. (1) Pour l’application du paragraphe 38(4) de la Loi, l’autorité est la personne qui occupe le poste mentionné à la colonne II de l’annexe VI en regard de la province mentionnée à la
colonne I, où la fabrique ou l’installation extérieure de traitement
est située.
———
———
a
a
1
R.S., c. F-14
SOR/92-269
1
L.R., ch. F-14
DORS/92-269
Le 19 décembre 2009
Gazette du Canada Partie I
3797
(2) Any person required by subsection 38(4) of the Act to report the occurrence of a deposit of a deleterious substance out of
the normal course of events shall, if a deposit has occurred, submit a written report to an inspector or the person referred to in
subsection (1) as soon as possible in the circumstances and, in
any event, not later than 30 days after the deposit occurred.
2. Subsections 38(1) and (2) of the Regulations are replaced
by the following:
38. (1) For the purpose of subsection 38(4) of the Act, the following person is prescribed, namely, the person occupying the
position set out in item 6, column II, of Schedule VI.
(2) Any person required by subsection 38(4) of the Act to report the occurrence of a deposit of a deleterious substance out of
the normal course of events shall, if a deposit has occurred, submit a written report to an inspector or the person referred to in
subsection (1) as soon as possible in the circumstances and, in
any event, not later than 30 days after the deposit occurred.
3. Schedule VI to the Regulations is replaced by the Schedule VI set out in Schedule 1 to these Regulations.
(2) En cas de rejet ou d’immersion irréguliers effectifs d’une
substance nocive, toute personne tenue d’en faire rapport en application du paragraphe 38(4) de la Loi présente le rapport par
écrit à l’inspecteur ou à l’autorité visée au paragraphe (1), le plus
tôt possible dans les circonstances, mais au plus tard dans les
trente jours qui suivent.
2. Les paragraphes 38(1) et (2) du même règlement sont
remplacés par ce qui suit :
38. (1) Pour l’application du paragraphe 38(4) de la Loi, l’autorité désignée est la personne qui occupe le poste mentionné à
l’article 6 de l’annexe VI, dans la colonne II.
(2) En cas de rejet ou d’immersion irréguliers effectifs d’une
substance nocive, toute personne tenue d’en faire rapport en application du paragraphe 38(4) de la Loi présente le rapport par
écrit à l’inspecteur ou à l’autorité visée au paragraphe (1), le plus
tôt possible dans les circonstances, mais au plus tard dans les
trente jours qui suivent.
3. L’annexe VI du même règlement est remplacée par
l’annexe VI figurant à l’annexe 1 du présent règlement.
METAL MINING EFFLUENT REGULATIONS
RÈGLEMENT SUR LES EFFLUENTS DES
MINES DE MÉTAUX
4. Section 29 of the Metal Mining Effluent Regulations2 is
replaced by the following:
29. For the purpose of subsection 38(4) of the Act, the following person is prescribed, namely, the person occupying the position set out in column 2 of Schedule 6.1, for the province, set out
in column 1, where the mine is located.
5. Subsection 31(1) of the Regulations is replaced by the
following:
31. (1) Any person required by subsection 38(4) of the Act to
report the occurrence of a deposit out of the normal course of
events of a deleterious substance within the meaning of subsection 34(1) of the Act shall, if a deposit has occurred, submit a
written report to an inspector or the person referred to in section 29 as soon as possible in the circumstances and, in any event,
not later than 30 days after the deposit occurred.
6. Schedule 6.1 to the Regulations is replaced by the Schedule 6.1 set out in Schedule 2 to these Regulations.
4. L’article 29 du Règlement sur les effluents des mines de
métaux2 est remplacé par ce qui suit :
29. Pour l’application du paragraphe 38(4) de la Loi, l’autorité
désignée est la personne qui occupe le poste mentionné à la colonne 2 de l’annexe 6.1 en regard de la province mentionnée à la
colonne 1, où la mine est située.
5. Le paragraphe 31(1) du même règlement est remplacé
par ce qui suit :
31. (1) Toute personne tenue de faire rapport, en application du
paragraphe 38(4) de la Loi, du rejet irrégulier effectif d’une substance nocive au sens du paragraphe 34(1) de la Loi présente le
rapport par écrit à l’inspecteur ou à l’autorité visée à l’article 29,
le plus tôt possible dans les circonstances, mais au plus tard trente
jours après la date du rejet.
6. L’annexe 6.1 du même règlement est remplacée par l’annexe 6.1 figurant à l’annexe 2 du présent règlement.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
7. These Regulations come into force on the day on which
the Deposit Out of the Normal Course of Events Notification
Regulations come into force.
7. Le présent règlement entre en vigueur à la date d’entrée
en vigueur du Règlement sur les avis de rejet ou d’immersion
irréguliers.
SCHEDULE 1
(Section 3)
ANNEXE 1
(article 3)
SCHEDULE VI
(Subsections 32(1) and 38(1))
ANNEXE VI
(paragraphes 32(1) et 38(1))
PRESCRIBED PERSONS FOR REPORTING
AUTORITÉS DÉSIGNÉES AUX FINS DE RAPPORT
Column I
Column II
Item
Province
Position
1.
Ontario
Regional Director
Environmental Enforcement Division —
Ontario
Environment Canada
Colonne I
Colonne II
Article
Province
Poste
1.
Ontario
Directeur régional
Division de l’application de la loi en
environnement — Ontario
Environnement Canada
———
———
2
2
SOR/2002-222
DORS/2002-222
3798
Canada Gazette Part I
December 19, 2009
SCHEDULE 1 — Continued
Column I
ANNEXE 1 (suite)
Column II
Colonne I
Colonne II
Item
Province
Position
Article
Province
Poste
2.
Quebec
2.
Québec
3.
Nova Scotia
3.
Nouvelle-Écosse
4.
New Brunswick
4.
Nouveau-Brunswick
5.
Manitoba
5.
Manitoba
6.
British Columbia
6.
Colombie-Britannique
7.
Saskatchewan
7.
Saskatchewan
8.
Alberta
8.
Alberta
9.
Newfoundland and
Labrador
Regional Director
Environmental Enforcement Division —
Quebec
Environment Canada
Regional Director
Environmental Enforcement Division —
Atlantic
Environment Canada
Regional Director
Environmental Enforcement Division —
Atlantic
Environment Canada
Regional Director
Environmental Enforcement Division —
Prairie and Northern
Environment Canada
Regional Director
Environmental Enforcement Division —
Pacific and Yukon
Environment Canada
Executive Director
Compliance and Field Services Branch
Saskatchewan Ministry of Environment
Director
Enforcement and Monitoring Division
Alberta Ministry of Environment
Regional Director
Environmental Enforcement Division —
Atlantic
Environment Canada
9.
Terre-Neuve-etLabrador
Directeur régional
Division de l’application de la loi en
environnement — Québec
Environnement Canada
Directeur régional
Division de l’application de la loi en
environnement — Atlantique
Environnement Canada
Directeur régional
Division de l’application de la loi en
environnement — Atlantique
Environnement Canada
Directeur régional
Division de l’application de la loi en
environnement — Prairies et Nord
Environnement Canada
Directeur régional
Division de l’application de la loi en
environnement — Pacifique et Yukon
Environnement Canada
Executive Director
Compliance and Field Services Branch
Saskatchewan Ministry of Environment
Director
Enforcement and Monitoring Division
Alberta Ministry of Environment
Directeur régional
Division de l’application de la loi en
environnement — Atlantique
Environnement Canada
SCHEDULE 2
(Section 6)
ANNEXE 2
(article 6)
SCHEDULE 6.1
(Section 29)
ANNEXE 6.1
(article 29)
PRESCRIBED PERSONS FOR REPORTING
AUTORITÉS DÉSIGNÉES AUX FINS DE RAPPORT
Column 1
Column 2
Item
Province
Position
1.
Ontario
2.
Quebec
3.
Nova Scotia
4.
New Brunswick
5.
Manitoba
6.
British Columbia
7.
Prince Edward Island
Regional Director
Environmental Enforcement Division —
Ontario
Environment Canada
Regional Director
Environmental Enforcement Division —
Quebec
Environment Canada
Regional Director
Environmental Enforcement Division —
Atlantic
Environment Canada
Regional Director
Environmental Enforcement Division —
Atlantic
Environment Canada
Regional Director
Environmental Enforcement Division —
Prairie and Northern
Environment Canada
Regional Director
Environmental Enforcement Division —
Pacific and Yukon
Environment Canada
Regional Director
Environmental Enforcement Division —
Atlantic
Environment Canada
Article
Colonne 1
Colonne 2
Province
Poste
1.
Ontario
2.
Québec
3.
Nouvelle-Écosse
4.
Nouveau-Brunswick
5.
Manitoba
6.
Colombie-Britannique
7.
Île-du-Prince-Édouard
Directeur régional
Division de l’application de la loi en
environnement — Ontario
Environnement Canada
Directeur régional
Division de l’application de la loi en
environnement — Québec
Environnement Canada
Directeur régional
Division de l’application de la loi en
environnement — Atlantique
Environnement Canada
Directeur régional
Division de l’application de la loi en
environnement — Atlantique
Environnement Canada
Directeur régional
Division de l’application de la loi en
environnement — Prairies et Nord
Environnement Canada
Directeur régional
Division de l’application de la loi en
environnement — Pacifique et Yukon
Environnement Canada
Directeur régional
Division de l’application de la loi en
environnement — Atlantique
Environnement Canada
Le 19 décembre 2009
Gazette du Canada Partie I
SCHEDULE 2 — Continued
Item
Column I
Column II
ANNEXE 2 (suite)
Colonne I
Province
Position
8.
Saskatchewan
9.
Alberta
Executive Director
Compliance and Field Services Branch
Saskatchewan Ministry of Environment
Director
Enforcement and Monitoring Division
Alberta Ministry of Environment
Regional Director
Environmental Enforcement Division —
Atlantic
Environment Canada
Regional Director
Environmental Enforcement Division —
Pacific and Yukon
Environment Canada
Regional Director
Environmental Enforcement Division —
Prairie and Northern
Environment Canada
Regional Director
Environmental Enforcement Division —
Prairie and Northern
Environment Canada
10.
Newfoundland and
Labrador
11.
Yukon
12.
Northwest Territories
13.
Nunavut
3799
Article
[51-1-o]
Colonne II
Province
Poste
8.
Saskatchewan
9.
Alberta
Executive Director
Compliance and Field Services Branch
Saskatchewan Ministry of Environment
Director
Enforcement and Monitoring Division
Alberta Ministry of Environment
Directeur régional
Division de l’application de la loi en
environnement — Atlantique
Environnement Canada
Directeur régional
Division de l’application de la loi en
environnement — Pacifique et Yukon
Environnement Canada
Directeur régional
Division de l’application de la loi en
environnement — Prairies et Nord
Environnement Canada
Directeur régional
Division de l’application de la loi en
environnement — Prairies et Nord
Environnement Canada
10.
Terre-Neuve-etLabrador
11.
Yukon
12.
Territoires du
Nord-Ouest
13.
Nunavut
[51-1-o]
3800
Canada Gazette Part I
December 19, 2009
Order Amending the Shipping Safety Control Zones
Order
Décret modifiant le Décret sur les zones de contrôle
de la sécurité de la navigation
Statutory authority
Arctic Waters Pollution Prevention Act
Fondement législatif
Loi sur la prévention de la pollution des eaux arctiques
Sponsoring department
Department of Transport
Ministère responsable
Ministère des Transports
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Order.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Décret.)
Issue and objectives
Question et objectifs
The Shipping Safety Control Zones Order prescribes certain
areas of the arctic waters as shipping safety control zones. Shipping safety control zones are prescribed for several purposes,
including the making of regulations to prevent pollution via the
control of navigation of vessels in arctic waters. In accordance
with subsection 11(1) of the Arctic Waters Pollution Prevention
Act (AWPPA), the Governor in Council may, by order, prescribe
as a shipping safety control zone any area of the arctic waters that
is specified in the order. In accordance with section 12 of the Act,
the Governor in Council may make regulations, applicable to
ships of any class specified, setting standards for any ship of that
class when navigating within any shipping safety control zone,
and prohibiting any ship of that class from navigating within
any shipping safety control zone unless it complies with those
standards.
Le Décret sur les zones de contrôle de la sécurité de la navigation prescrit certains secteurs des eaux arctiques à titre de zones
de contrôle de la sécurité de la navigation. Les zones de contrôle
de la sécurité de la navigation sont désignées à des fins diverses, y
compris la prise de règlements visant à prévenir la pollution par le
contrôle de la navigation des bâtiments dans les eaux arctiques.
Conformément au paragraphe 11(1) de la Loi sur la prévention de
la pollution des eaux arctiques (LPPEA), le gouverneur en
conseil peut, par décret, désigner à titre de zones de contrôle de la
sécurité de la navigation toute zone des eaux arctiques précisées
dans le décret. Conformément à l’article 12 de la LPPEA, le gouverneur en conseil peut prendre des règlements visant des navires
d’une catégorie visée, pour établir des normes pour tout navire de
cette catégorie lorsqu’il navigue dans une zone de contrôle de la
sécurité de la navigation et l’interdiction à un navire de cette catégorie de naviguer dans une zone de contrôle de la sécurité de la
navigation à moins de satisfaire aux normes réglementaires.
Le décret proposé intitulé Décret modifiant le Décret sur les
zones de contrôle de la sécurité de la navigation introduirait les
zones de contrôle de la sécurité de la navigation existante à la
nouvelle définition élargie des eaux arctiques (autres que les rivières, les fleuves, les lacs et autres plans d’eau douce qui sont
inclus dans la nouvelle définition), telle qu’elle est modifiée par le
projet de loi C-3, Loi modifiant la loi sur la prévention de la pollution des eaux arctiques, qui a reçu la sanction royale le 11 juin
2009.
The proposed Order Amending the Shipping Safety Control
Zones Order would bring the existing shipping safety control
zones in line with the new, expanded definition of arctic waters
(not including rivers, lakes and other fresh waters which the new
definition includes), as amended by Bill C-3, An Act to amend the
Arctic Waters Pollution Prevention Act, which received Royal
Assent on June 11, 2009.
Description and rationale
Description et justification
The objective of the proposed amendments to the Shipping
Safety Control Zones Order is to align the Order with the
amended AWPPA (with the exception of rivers, lakes and other
fresh waters which the new definition includes). The amendment
to the definition of arctic waters in the AWPPA is intended to
• help protect the environment;
• make the AWPPA consistent with other Canadian Acts respecting the outward sea boundary;
• be consistent with the United Nations Convention on the Law
of the Sea (UNCLOS);
• clarify the framework for future economic development in
Canada’s 200 mile Exclusive Economic Zone;
Les modifications proposées au Décret sur les zones de contrôle de la sécurité de la navigation visent à ce que le décret
s’harmonise avec la LPPEA (autres que les rivières, les fleuves,
les lacs et autres plans d’eau douce qui sont inclus dans la nouvelle définition). Les modifications à la définition des eaux arctiques
dans la LPPEA visent les fins suivantes :
• Protéger l’environnement;
• Aligner la LPPEA avec les autres lois canadiennes sur les
limites au large;
• Être conforme à la Convention des Nations Unies sur le droit
de la mer (UNCLOS);
Le 19 décembre 2009
•
demonstrate Canada’s commitment to Arctic environmental
stewardship; and
• strengthen the exercise of Canadian sovereignty in the Arctic.
The proposed consequential regulatory amendments to the
Shipping Safety Control Zones Order would extend the Seaward
(outer) Boundary of the shipping safety control zones to the outer
limit of the Exclusive Economic Zone, which is the extent of the
new definition of “arctic waters” under the recently amended
AWPPA.
Shipping Safety Control Zones 1, 9, 10, 13 and 15 would be affected, as follows: Zone 1, to the northwest of the arctic archipelago, would increase by roughly 400 000 km²; Zone 9 would increase by roughly 65 000 km²; Zone 10 would increase by
roughly 15 000 km²; Zone 13 would increase by roughly
5 000 km²; and Zone 15 would increase by roughly 100 000 km²,
for a total of approximately 500 000 km² to 600 000 km². For
clarity, it is important to note that although the proposed Order
would amend the wording of the description of Zone 4, the actual
size and shape of the zone would not change. On the other hand,
while the proposed Order would not amend the wording description of Zone 10 or 15, the size and shape of those zones have
changed as a result of the new, expanded definition of arctic waters in the AWPPA.
Article 234 of UNCLOS states that “Coastal States have the
right to adopt and enforce non-discriminatory laws and regulations for the prevention, reduction and control of marine pollution
from vessels in ice-covered areas within the limits of the exclusive economic zone.” Therefore, the proposed amendments are
consistent and compatible with international law.
The Canadian Hydraulics Centre of the National Research
Council has conducted over two decades of ice research to determine the science-based limits of each shipping safety control
zone. It is important to note that this amendment does not alter
any of the internal limits of the shipping safety control zones.
Gazette du Canada Partie I
3801
•
Préciser le cadre pour l’éventuel développement économique
dans la zone économique exclusive canadienne de 200 milles
marins;
• Démontrer l’engagement du Canada envers l’intendance environnementale dans l’Arctique;
• Renforcer l’exercice de la souveraineté du Canada dans
l’Arctique.
Les modifications réglementaires proposées découlant du Décret sur les zones de contrôle de la sécurité de la navigation visent à étendre la limite au large (extérieure) des zones de contrôle
de la sécurité de la navigation jusqu’à la limite extérieure de la
zone économique exclusive, qui correspond à la portée de la nouvelle définition des « eaux arctiques » en vertu de la LPPEA récemment modifiée.
Les zones de contrôle de la sécurité de la navigation 1, 9, 10,
13 et 15 seraient touchées de la manière suivante : la zone 1, depuis le nord-ouest de l’archipel arctique, serait augmentée d’environ 400 000 km²; la zone 9 serait augmentée d’environ
65 000 km²; la zone 10 serait augmentée d’environ 15 000 km²; la
zone 13 serait augmentée d’environ 5 000 km² et la zone 15 serait
augmentée d’environ 100 000 km², pour un total de près de
500 000 km² à 600 000 km². Pour plus de précision, il est important de noter que même si le décret proposé vise à modifier le
libellé de la description de la zone 4, ni la dimension réelle ni la
forme de la zone ne changeraient. D’autre part, alors que le décret
proposé ne changerait pas la description du libellé de la zone 10
ou 15, la dimension et la forme de ces zones ont changé en raison
de la nouvelle définition élargie des eaux arctiques dans la
LPPEA.
L’article 234 d’UNCLOS stipule que « les États côtiers ont le
droit d’adopter et de faire appliquer des lois et règlements non
discriminatoires afin de prévenir, réduire et maîtriser la pollution
du milieu marin par les navires dans les zones recouvertes par les
glaces et comprises dans les limites de la zone économique exclusive ». Par conséquent, les modifications proposées sont cohérentes et compatibles avec le droit international.
Le Centre d’hydraulique canadien du Conseil national de recherches a mené pendant plus de deux décennies des recherches
sur les glaces afin de déterminer les limites des recherches scientifiques de chaque zone de contrôle de la sécurité de la navigation. Il est important de noter que cette modification proposée ne
change en rien les limites internes des zones de contrôle de la
sécurité de la navigation.
Strategic environmental analysis
Analyse environnementale stratégique
With respect to the amendment to the definition of arctic waters in the AWPPA, an environmental scan was undertaken in
accordance with the criteria of Transport Canada’s Strategic Environmental Assessment Policy. As any environmental impact
related to the proposed amendments to the Shipping Safety Control Zones Order will be identical to the amended AWPPA, further assessments or studies regarding environmental effects of
this initiative are not likely to yield a different determination.
En ce qui concerne la modification de la définition des eaux
arctiques dans la LPPEA, une analyse de l’environnement a été
effectuée conformément aux critères de l’Énoncé de politique de
Transports Canada sur l’évaluation environnementale stratégique.
Comme les incidences environnementales liées aux modifications
proposées au Décret sur les zones de contrôle de la sécurité de la
navigation seront les mêmes que celles de la LPPEA modifiée,
des évaluations ou des études additionnelles liées aux effets de
cette initiative sur l’environnement ne sont pas susceptibles de
donner un résultat différent.
Costs
Coûts
As there is currently no vessel traffic in the expanded area
north of the existing shipping safety control zones, and all vessels
currently transiting in the expanded area to the east of the existing
zones comply with the regulations, this amendment will have no
financial impact on Arctic shipping.
Comme aucun bâtiment ne circule dans la région élargie au
nord des actuelles zones de contrôle de la sécurité de la navigation, et que tous les bâtiments qui naviguent actuellement dans la
région élargie à l’est des zones existantes se conforment à la réglementation, cette modification proposée n’aura aucune incidence financière sur la navigation dans l’Arctique.
3802
Canada Gazette Part I
December 19, 2009
At the present time, there is no navigation in Zone 1 other than
Canadian and U.S. icebreakers transiting to the area outside the
Exclusive Economic Zone in order to undertake scientific work to
delineate the continental shelf. Historically, there has been no
commercial navigation in Zone 1. In the expanded area between
Baffin Island and Greenland (Baffin Bay, Davis Strait, and the
northern part of Labrador Sea), there may be approximately twodozen ships navigating each year, plus some commercial fishing
vessel activity. All of the vessels that are bound for Canadian
ports or waters inside the archipelago would already have to be
compliant with the current shipping safety control zone requirements and will not be affected by the extended Zones 9, 10, 13
and 15.
Pour le moment, il n’y a pas de navigation dans la zone 1 outre
les brise-glaces canadiens et américains qui transitent dans ce
secteur à l’extérieur de la zone économique exclusive pour des
activités scientifiques visant à délimiter le plateau continental. Il
n’y a jamais eu de navigation commerciale dans la zone 1. Dans
le secteur élargi entre l’île de Baffin et le Groenland (baie de
Baffin, détroit de Davis et la partie nord de la mer du Labrador),
on peut compter environ deux douzaines de navires chaque année,
puis un peu de pêche commerciale. Tous les bâtiments se dirigeant vers des ports canadiens ou des eaux à l’intérieur de
l’archipel doivent déjà se conformer aux exigences actuelles de la
zone de contrôle de la sécurité de la navigation et ne seront pas
touchés par l’élargissement des zones 9, 10, 13 et 15.
Consultation
Consultation
As the proposed amendments to the Shipping Safety Control
Zones Order are consequential to the amended AWPPA, it was
determined that no further consultations were necessary.
Comme les modifications proposées au Décret sur les zones
de contrôle de la sécurité de la navigation font suite aux modifications effectuées à la LPPEA modifiée, il a été déterminé
qu’aucune autre consultation n’était nécessaire.
Contact
Personne-ressource
Ross A. MacDonald
Manager, Special Projects and Arctic Shipping (AMSRP)
Transport Canada, Marine Safety
Place de Ville, Tower C
330 Sparks Street
Ottawa, Ontario
K1A 0N5
Telephone: 613-991-3145
Fax: 613-991-4818
Email: ross.macdonald@tc.gc.ca
Ross A. MacDonald
Gestionnaire, Projets spéciaux et navire dans l’Arctique
(AMSRP)
Transports Canada, Sécurité maritime
Place de Ville, Tour C
330, rue Sparks
Ottawa (Ontario)
K1A 0N5
Téléphone : 613-991-3145
Télécopieur : 613-991-4818
Courriel : ross.macdonald@tc.gc.ca
PROPOSED REGULATORY TEXT
PROJET DE RÉGLEMENTATION
Notice is hereby given, pursuant to subsection 11(2) of the Arctic Waters Pollution Prevention Acta, that the Governor in Council, pursuant to subsection 11(1) of that Act, proposes to make the
annexed Order Amending the Shipping Safety Control Zones
Order.
Interested persons may make representations to the Minister of
Transport with respect to the proposed Order within 60 days after
the date of publication of this notice. All such representations
must be in writing and cite the Canada Gazette, Part I, and the
date of publication of this notice, and be sent to Tia McEwan,
Regulatory Services and Quality Assurance (AMSX), Marine
Safety Directorate, Department of Transport, Place de Ville,
Tower C, 330 Sparks Street, Ottawa, Ontario K1A 0N5 (tel.: 613998-5352; fax: 613-991-5670; e-mail: tia.mcewan@tc.gc.ca).
Avis est donné, conformément au paragraphe 11(2) de la Loi
sur la prévention de la pollution des eaux arctiquesa, que la gouverneure en conseil, en vertu du paragraphe 11(1) de cette loi, se
propose de prendre le Décret modifiant le Décret sur les zones de
contrôle de la sécurité de la navigation, ci-après.
Les intéressés peuvent présenter par écrit au ministre des
Transports leurs observations au sujet du projet de décret dans les
soixante jours suivant la date de publication du présent avis. Ils
sont priés d’y citer la Gazette du Canada Partie I, ainsi que la
date de publication, et d’envoyer le tout à Tia McEwan, Affaires
réglementaires et Assurance de la qualité (AMSX), Direction
générale de la sécurité maritime, ministère des Transports, Place
de Ville, Tour C, 330, rue Sparks, Ottawa (Ontario) K1A 0N5
(tél. : 613-998-5352; téléc. : 613-991-5670; courriel : tia.
mcewan@tc.gc.ca.)
Ottawa, le 10 décembre 2009
Le greffier adjoint du Conseil privé
JURICA ČAPKUN
Ottawa, December 10, 2009
JURICA ČAPKUN
Assistant Clerk of the Privy Council
———
———
a
a
R.S., c. A-12
L.R., ch. A-12
Le 19 décembre 2009
Gazette du Canada Partie I
3803
ORDER AMENDING THE SHIPPING SAFETY
CONTROL ZONES ORDER
DÉCRET MODIFIANT LE DÉCRET SUR LES ZONES DE
CONTRÔLE DE LA SÉCURITÉ DE LA NAVIGATION
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1. Sections 2 and 3 of the Shipping Safety Control Zones
Order1 are replaced by the following:
2. In this Order, seaward boundary means the outer limit of the
exclusive economic zone of Canada. However, where the international boundary between Canada and Greenland is less than
200 nautical miles from the baselines of the territorial sea of Canada, the international boundary shall be substituted for that outer
limit.
1. Les articles 2 et 3 du Décret sur les zones de contrôle de la
sécurité de la navigation1 sont remplacés par ce qui suit :
2. Dans le présent décret, « limite au large » s’entend de la limite extérieure de la zone économique exclusive du Canada. Toutefois, là où la frontière internationale entre le Canada et le
Groenland est à moins de deux cents milles marins de la ligne de
base de la mer territoriale du Canada, cette frontière internationale est substituée à cette limite extérieure.
SHIPPING SAFETY CONTROL ZONES
ZONES DE CONTRÔLE DE LA SÉCURITÉ
DE LA NAVIGATION
3. The areas of the arctic waters described in the zones set out
in Schedule 1 and shown in Schedule 2, other than any rivers,
lakes or other fresh waters, are hereby prescribed as shipping
safety control zones.
2. The heading “SCHEDULE I” in Schedule I to the Order
is replaced by the following:
3. Les zones des eaux arctiques — autres que les rivières, les
fleuves, les lacs ou autres plans d’eau douce — décrites à l’annexe 1 et qui figurent à l’annexe 2 sont désignées comme les zones de contrôle de la sécurité de la navigation.
2. Le titre « ANNEXE I », à l’annexe I du même décret, est
remplacé par ce qui suit :
SCHEDULE 1
ANNEXE 1
3. The description of Zone 1 in Schedule 1 to the Order is
replaced by the following:
COMMENCING at latitude 76°40′, longitude 99°00′; THENCE
along parallel of latitude 76°40′, to longitude 96°25′; THENCE
along a line to latitude 80°25′, longitude 88°00′; THENCE along
a line to the intersection of latitude 82°00′ with the seaward
boundary in Robeson Channel; THENCE along the seaward
boundary northerly and southwesterly to longitude 141°00′;
THENCE along meridian of longitude 141°00′ to latitude 71°20′;
THENCE along a line to latitude 71°15′, longitude 137°00′;
THENCE along a line to latitude 71°30′, longitude 134°00′;
THENCE along a line to latitude 72°00′, longitude 131°30′;
THENCE along a line to latitude 72°40′, longitude 131°00′;
THENCE along a line to the most westerly intersection of latitude
74°20′ with the shore of Banks Island, near Cape Prince Alfred;
THENCE along the northerly and northeasterly shore of Banks
Island to its most easterly intersection with latitude 73°30′, near
Russell Point; THENCE along a line to latitude 74°30′, longitude
112°50′; THENCE along a line to latitude 75°30′, longitude
106°10′; THENCE along a line to latitude 75°50′, longitude
99°00′; THENCE along meridian of longitude 99°00′ to the point
of commencement.
4. The description of Zone 4 in Schedule 1 to the Order is
replaced by the following:
COMMENCING at latitude 70°30′, longitude 141°00′; THENCE
along parallel of latitude 70°30′, to longitude 138°00′; THENCE
along a line to latitude 72°00′, longitude 127°00′; THENCE along
a line to latitude 73°30′, longitude 125°00′; THENCE along parallel of latitude 73°30′, to its most westerly intersection with the
shore of Banks Island, near Bernard Island; THENCE along the
westerly shore of Banks Island to its most westerly intersection
with latitude 74°20′, near Cape Prince Alfred; THENCE along a
line to latitude 72°40′, longitude 131°00′; THENCE along a line
to latitude 72°00′, longitude 131°30′; THENCE along a line
to latitude 71°30′, longitude 134°00′; THENCE along a line to
3. La description de la zone 1, à l’annexe 1 du même décret,
est remplacée par ce qui suit :
Commençant au point 76°40′ de latitude, 99°00′ de longitude; de
là, le long du parallèle 76°40′ de latitude jusqu’à 96°25′ de longitude; de là, le long d’une ligne jusqu’à 80°25′ de latitude, 88°00′
de longitude; de là, le long d’une ligne jusqu’au point d’intersection de 82°00′ de latitude avec la limite au large dans le détroit
de Robeson; de là, le long de la limite au large vers le nord et vers
le sud-ouest jusqu’à 141°00′ de longitude; de là, le long du méridien 141°00′ de longitude jusqu’à 71°20′ de latitude; de là, le
long d’une ligne jusqu’à 71°15′ de latitude, 137°00′ de longitude;
de là, le long d’une ligne jusqu’à 71°30′ de latitude, 134°00′ de
longitude; de là, le long d’une ligne jusqu’à 72°00′ de latitude,
131°30′ de longitude; de là, le long d’une ligne jusqu’à 72°40′ de
latitude, 131°00′ de longitude; de là, le long d’une ligne jusqu’au
point d’intersection le plus à l’ouest de la latitude 74°20′ avec le
littoral de l’île Banks, près du cap Prince Alfred; de là, le long du
littoral nord et nord-est de l’île Banks jusqu’à son point d’intersection le plus à l’est avec la latitude 73°30′, près de la pointe
Russell; de là, le long d’une ligne jusqu’à 74°30′ de latitude,
112°50′ de longitude; de là, le long d’une ligne jusqu’à 75°30′ de
latitude, 106°10′ de longitude; de là, le long d’une ligne jusqu’à
75°50′ de latitude, 99°00′ de longitude; de là, le long du méridien
99°00′ de longitude jusqu’au point de départ.
4. La description de la zone 4, à l’annexe 1 du même décret,
est remplacée par ce qui suit :
Commençant au point 70°30′ de latitude, 141°00′ de longitude; de
là, le long du parallèle 70°30′ de latitude jusqu’à 138°00′ de longitude; de là, le long d’une ligne jusqu’à 72°00′ de latitude,
127°00′ de longitude; de là, le long d’une ligne jusqu’à 73°30′ de
latitude, 125°00′ de longitude; de là, le long du parallèle 73°30′
de latitude jusqu’à son point d’intersection le plus à l’ouest avec
le littoral de l’île Banks, près de l’île Bernard; de là, le long du
littoral ouest de l’île Banks jusqu’à son point d’intersection le
plus à l’ouest avec 74°20′ de latitude, près du cap Prince Alfred;
de là, le long d’une ligne jusqu’à 72°40′ de latitude, 131°00′ de
longitude; de là, le long d’une ligne jusqu’à 72°00′ de latitude,
———
———
1
1
C.R.C., c. 356
C.R.C., ch. 356
3804
Canada Gazette Part I
latitude 71°15′, longitude 137°00′; THENCE along a line to latitude 71°20′, longitude 141°00′; THENCE along meridian of longitude 141°00′ to the point of commencement.
December 19, 2009
7. The note at the end of Schedule 1 to the Order is replaced by the following:
Note:
In the descriptions of the shipping safety control zones set out
above,
(a) all lines are the shortest lines between points named, unless
otherwise specified;
(b) “shore” means the upper limit of the shore; and
(c) the geographical names are based on the Atlas of Canada,
published by the Department of Natural Resources.
8. Schedule II to the Order is replaced by the Schedule 2 set
out in the schedule to this Order.
131°30′ de longitude; de là, le long d’une ligne jusqu’à 71°30′ de
latitude, 134°00′ de longitude; de là, le long d’une ligne jusqu’à
71°15′ de latitude, 137°00′ de longitude; de là, le long d’une ligne
jusqu’à 71°20′ de latitude, 141°00′ de longitude; de là, le long du
méridien 141°00′ de longitude jusqu’au point de départ.
5. La description de la zone 9, à l’annexe 1 du même décret,
est remplacée par ce qui suit :
Commençant au point d’intersection le plus à l’est de la latitude
66°35′ avec le littoral de l’île de Baffin, près du cap Dyer; de là,
le long du parallèle 66°35′ de latitude jusqu’à la limite au large
dans le détroit de Davis; de là, le long de la limite au large jusqu’à
73°35′ de latitude dans la baie de Baffin; de là, le long d’une ligne jusqu’au point d’intersection le plus à l’est de la latitude
72°30′ avec le littoral de l’île de Baffin, près du cap Macculloch;
de là, le long du littoral est de l’île de Baffin jusqu’au point de
départ.
6. La description de la zone 13, à l’annexe 1 du même décret, est remplacée par ce qui suit :
Commençant au point d’intersection de la latitude 76°30′ avec la
limite au large dans la baie de Baffin; de là, le long d’une ligne
jusqu’à 75°00′ de latitude, 82°00′ de longitude; de là, le long du
parallèle 75°00′ de latitude jusqu’à 95°00′ de longitude; de là, le
long du méridien 95°00′ de longitude jusqu’à 73°45′ de latitude;
de là, le long du parallèle 73°45′ de latitude jusqu’à 87°00′ de
longitude; de là, le long du méridien 87°00′ de longitude jusqu’à
70°50′ de latitude; de là, le long du parallèle 70°50′ de latitude
jusqu’à 84°00′ de longitude; de là, le long d’une ligne jusqu’au
point d’intersection le plus à l’est de la latitude 72°30′ avec le
littoral de l’île de Baffin, près du cap Macculloch; de là, le long
d’une ligne jusqu’au point d’intersection de la latitude 73°35′
avec la limite au large dans la baie de Baffin; de là, le long de la
limite au large jusqu’au point de départ.
7. Le nota qui figure à la fin de l’annexe I du même décret
est remplacé par ce qui suit :
Note :
Dans les descriptions ci-dessus des zones de contrôle de la sécurité de la navigation, les indications suivantes s’appliquent :
a) toutes les lignes sont celles qui sont les plus courtes entre les
points indiqués, sauf indication contraire;
b) « littoral » s’entend de la limite extrême du littoral;
c) les noms géographiques sont conformes à l’Atlas du Canada
publié par le ministère des Ressources naturelles.
8. L’annexe II du même décret est remplacée par l’annexe 2
figurant à l’annexe du présent décret.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
9. This Order comes into force on the day on which it is
registered.
9. Le présent décret entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
5. The description of Zone 9 in Schedule 1 to the Order is
replaced by the following:
COMMENCING at the most easterly intersection of latitude
66°35′ with the shore of Baffin Island, near Cape Dyer; THENCE
along parallel of latitude 66°35′ to the seaward boundary in Davis
Strait; THENCE along the seaward boundary to latitude 73°35′ in
Baffin Bay; THENCE along a line to the most easterly intersection of latitude 72°30′ with the shore of Baffin Island, near Cape
Macculloch; THENCE along the easterly shore of Baffin Island to
the point of commencement.
6. The description of Zone 13 in Schedule 1 to the Order is
replaced by the following:
COMMENCING at the intersection of latitude 76°30′ with the
seaward boundary in Baffin Bay; THENCE along a line to latitude 75°00′, longitude 82°00′; THENCE along parallel of latitude
75°00′ to longitude 95°00′; THENCE along meridian of longitude
95°00′ to latitude 73°45′; THENCE along parallel of latitude
73°45′ to longitude 87°00′; THENCE along meridian of longitude
87°00′ to latitude 70°50′; THENCE along parallel of latitude
70°50′ to longitude 84°00′; THENCE along a line to the most
easterly intersection of latitude 72°30′ with the shore of Baffin
Island, near Cape Macculloch; THENCE along a line to the intersection of latitude 73°35′ with the seaward boundary in Baffin
Bay; THENCE along the seaward boundary to the point of
commencement.
Le 19 décembre 2009
Gazette du Canada Partie I
3805
SCHEDULE
(Section 8)
SCHEDULE 2
(Section 3)
SHIPPING SAFETY CONTROL ZONES
[51-1-o]
3806
Canada Gazette Part I
December 19, 2009
ANNEXE
(article 8)
ANNEXE 2
(article 3)
ZONES DE CONTRÔLE DE LA SÉCURITÉ
DE LA NAVIGATION
[51-1-o]
Le 19 décembre 2009
Gazette du Canada Partie I
INDEX
Vol. 143, No. 51 — December 19, 2009
(An asterisk indicates a notice previously published.)
COMMISSIONS
Canadian International Trade Tribunal
Architect and engineering services — Inquiry..................
Communications, photographic, mapping, printing and
publication services — Inquiry .....................................
Polyiso insulation board — Determination.......................
Canadian Radio-television and Telecommunications
Commission
* Addresses of CRTC offices — Interventions.................
Decisions
2009-737 to 2009-739, 2009-761 and 2009-771...............
Information bulletin
2009-760 — Applications processed pursuant to
streamlined procedures .................................................
Notices of consultation
2009-614-1 — Notice of hearing......................................
2009-758 — Notice of applications received....................
2009-759 — Notice of application received .....................
2009-769 — Notice of application received .....................
2009-770 — Notice of application received .....................
National Energy Board
Iberdrola Renewables, Inc. — Application to export
electricity to the United States ......................................
GOVERNMENT NOTICES
Bank of Canada
Statement
Balance sheet as at November 30, 2009 ...........................
Environment, Dept. of the
Canadian Environmental Protection Act, 1999
Order 2008-66-04-02 Amending the Non-domestic
Substances List..............................................................
Health, Dept. of
Food and Drugs Act
Notice of Intent — Food and Drug Regulations —
Project No. 1652 — Schedule F ...................................
Industry, Dept. of
Radiocommunication Act
DGTP-010-09 — Consultation on the spectrum
allocations and spectrum utilization policies for the
frequency range 1435-1525 MHz (L-Band)..................
DGTP-012-09 — Spectrum utilization policy, technical
and licensing decisions on a portion of the
band 14.5-15.35 GHz for tactical common
data link (TCDL) systems .............................................
Public Safety and Emergency Preparedness, Dept. of
Criminal Code
Designation as fingerprint examiner .................................
3726
3727
3726
3727
3728
3729
3729
3730
3730
3731
3731
3731
3723
3714
3717
3720
3721
3722
MISCELLANEOUS NOTICES
AUVSI-Canada, surrender of charter ...................................
Canadian Centre for Marine Communications, surrender
of charter...........................................................................
Christian Council for Reconciliation: Prison Ministry,
relocation of head office ...................................................
Hamilton, City of, wetland and extension of Red Hill
Creek in Windermere Basin, Ont. ....................................
Interface Development Corp., boat moorage on
Okanagan Lake, B.C. .......................................................
Southshore Broadcasting Inc., relocation of head office ......
Troika Ventures Inc., breakwater, pier and marina on
Okanagan Lake, B.C. .......................................................
* Xceed Mortgage Corporation, letters patent of
continuance.......................................................................
3807
3733
3733
3733
3733
3734
3734
3735
3735
ORDERS IN COUNCIL
Government House
Letters patent amending the Sacrifice Medal
Regulations, 2009 ......................................................... 3736
PARLIAMENT
House of Commons
* Filing applications for private bills (Second Session,
Fortieth Parliament) ...................................................... 3725
PROPOSED REGULATIONS
Canadian Food Inspection Agency
Health of Animals Act
Regulations Amending the Health of Animals
Regulations ...................................................................
Plant Protection Act
Regulations Amending the Phytophthora Ramorum
Compensation Regulations............................................
Citizenship and Immigration, Dept. of
Immigration and Refugee Protection Act
Regulations Amending the Immigration and Refugee
Protection Regulations ..................................................
Environment, Dept. of the, and Dept. of Fisheries and
Oceans
Canadian Environmental Protection Act, 1999
Release and Environmental Emergency
Notification Regulations ...............................................
Fisheries Act
Deposit Out of the Normal Course of Events
Notification Regulations ...............................................
Regulations Amending Certain Regulations Made
Under the Fisheries Act.................................................
Transport, Dept. of
Arctic Waters Pollution Prevention Act
Order Amending the Shipping Safety Control
Zones Order ..................................................................
3743
3774
3781
3787
3794
3796
3800
3808
Canada Gazette Part I
December 19, 2009
INDEX
Vol. 143, no 51 — Le 19 décembre 2009
(L’astérisque indique un avis déjà publié.)
AVIS DIVERS
AUVSI-Canada, abandon de charte......................................
Canadian Centre for Marine Communications, abandon de
charte ................................................................................
Conseil chrétien de réconciliation : ministère auprès des
prisonniers, changement de lieu du siège social ...............
* Corporation hypothécaire Xceed, lettres patentes de
prorogation........................................................................
Hamilton, City of, marécage et agrandissement du
ruisseau Red Hill dans le bassin Windermere (Ont.) ........
Interface Development Corp., marina sur le lac
Okanagan (C.-B.)..............................................................
Southshore Broadcasting Inc., changement de lieu du
siège social........................................................................
Troika Ventures Inc., brise-lames, quai et marina dans le
lac Okanagan (C.-B.) ........................................................
AVIS DU GOUVERNEMENT
Banque du Canada
Bilan
Bilan au 30 novembre 2009 ..............................................
Environnement, min. de l’
Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999)
Arrêté 2008-66-04-02 modifiant la Liste extérieure .........
Industrie, min. de l’
Loi sur la radiocommunication
DGTP-010-09 — Consultation sur les attributions et les
politiques d’utilisation du spectre dans la gamme de
fréquences de 1 435 à 1 525 MHz (bande-L) ................
DGTP-012-09 — Politique d’utilisation du spectre :
décisions sur les aspects techniques et la délivrance de
licences dans une partie de la bande 14,5-15,35 GHz
pour les systèmes de liaison de données commune
tactique (TCDL)............................................................
Santé, min. de la
Loi sur les aliments et drogues
Avis d’intention — Règlement sur les aliments et
drogues — Projet no 1652 — Annexe F........................
Sécurité publique et de la Protection civile, min. de la
Code criminel
Désignation à titre d’inspecteur d’empreintes digitales ....
COMMISSIONS
Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications
canadiennes
* Adresses des bureaux du CRTC — Interventions..........
Avis de consultation
2009-614-1 — Avis d’audience........................................
2009-758 — Avis de demandes reçues.............................
2009-759 — Avis de demande reçue................................
2009-769 — Avis de demande reçue................................
2009-770 — Avis de demande reçue................................
3733
3733
3733
3735
3733
3734
3734
3735
3724
3714
3720
3721
3717
3722
3727
3729
3730
3730
3731
3731
COMMISSIONS (suite)
Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications
canadiennes (suite)
Bulletin d’information
2009-760 — Demandes ayant été traitées conformément
aux procédures simplifiées............................................
Décisions
2009-737 à 2009-739, 2009-761 et 2009-771...................
Office national de l’énergie
Iberdrola Renewables, Inc. — Demande visant
l’exportation d’électricité aux États-Unis......................
Tribunal canadien du commerce extérieur
Panneaux isolants en polyiso — Décision ........................
Services d’architecture et d’ingénierie — Enquête...........
Services de communication, de photographie, de
cartographie, d’impression et de publication —
Enquête .........................................................................
3729
3728
3731
3726
3726
3727
DÉCRETS EN CONSEIL
Résidence du Gouverneur général
Lettres patentes modifiant le Règlement sur la médaille
du sacrifice (2009) ........................................................ 3736
PARLEMENT
Chambre des communes
* Demandes introductives de projets de loi privés
(Deuxième session, quarantième législature) ................ 3725
RÈGLEMENTS PROJETÉS
Agence canadienne d’inspection des aliments
Loi sur la protection des végétaux
Règlement modifiant le Règlement sur l’indemnisation
relative au Phytophthora ramorum................................
Loi sur la santé des animaux
Règlement modifiant le Règlement sur la santé des
animaux.........................................................................
Citoyenneté et de l’Immigration, min. de la
Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés
Règlement modifiant le Règlement sur l’immigration et
la protection des réfugiés ..............................................
Environnement, min. de l’, et min. des Pêches et des
Océans
Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999)
Règlement sur les avis de rejet ou d’urgence
environnementale ..........................................................
Loi sur les pêches
Règlement modifiant certains règlements pris en vertu
de la Loi sur les pêches .................................................
Règlement sur les avis de rejet ou d’immersion
irréguliers ......................................................................
Transports, min. des
Loi sur la prévention de la pollution des eaux arctiques
Décret modifiant le Décret sur les zones de contrôle de
la sécurité de la navigation............................................
3774
3743
3781
3787
3796
3794
3800
If undelivered, return COVER ONLY to:
Government of Canada Publications
Public Works and Government Services
Canada
Ottawa, Canada K1A 0S5
En cas de non-livraison,
retourner cette COUVERTURE SEULEMENT à :
Publications du gouvernement du Canada
Travaux publics et Services gouvernementaux
Canada
Ottawa, Canada K1A 0S5
Available from Government of Canada Publications
Public Works and Government Services Canada
Ottawa, Canada K1A 0S5
En vente : Publications du gouvernement du Canada
Travaux publics et Services gouvernementaux Canada
Ottawa, Canada K1A 0S5
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising