Canada Gazette du Part I

Canada Gazette du Part I
Vol. 143, no 27
Vol. 143, No. 27
Canada
Gazette
Gazette
du Canada
Part I
Partie I
OTTAWA, SATURDAY, JULY 4, 2009
OTTAWA, LE SAMEDI 4 JUILLET 2009
NOTICE TO READERS
The Canada Gazette is published under authority of the
Statutory Instruments Act. It consists of three parts as described
below:
Part I
Material required by federal statute or regulation to
be published in the Canada Gazette other than items
identified for Part II and Part III below — Published
every Saturday
Part II
Statutory Instruments (Regulations) and other classes
of statutory instruments and documents — Published
January 7, 2009, and at least every second
Wednesday thereafter
Part III
Public Acts of Parliament and their enactment
proclamations — Published as soon as is reasonably
practicable after Royal Assent
The Canada Gazette is available in most public libraries for
consultation.
To subscribe to, or obtain copies of, the Canada Gazette,
contact bookstores selling government publications as listed
in the telephone directory or write to Government of Canada
Publications, Public Works and Government Services Canada,
Ottawa, Canada K1A 0S5.
The Canada Gazette is also available free of charge on the
Internet at http://gazette.gc.ca. It is accessible in Portable
Document Format (PDF) and in HyperText Mark-up Language
(HTML) as the alternate format. The on-line PDF format of Part I,
Part II and Part III is official since April 1, 2003, and is published
simultaneously with the printed copy.
Canada Gazette
Yearly subscription
Canada
Outside Canada
Per copy
Canada
Outside Canada
Part I
Part II
Part III
$135.00
US$135.00
$67.50
US$67.50
$28.50
US$28.50
$2.95
US$2.95
$3.50
US$3.50
$4.50
US$4.50
AVIS AU LECTEUR
La Gazette du Canada est publiée conformément aux
dispositions de la Loi sur les textes réglementaires. Elle est
composée des trois parties suivantes :
Partie I
Textes devant être publiés dans la Gazette du
Canada conformément aux exigences d’une loi
fédérale ou d’un règlement fédéral et qui ne satisfont
pas aux critères de la Partie II et de la Partie III —
Publiée le samedi
Partie II
Textes réglementaires (Règlements) et autres
catégories de textes réglementaires et de documents —
Publiée le 7 janvier 2009 et au moins tous les deux
mercredis par la suite
Partie III
Lois d’intérêt public du Parlement et les proclamations
énonçant leur entrée en vigueur — Publiée aussitôt que
possible après la sanction royale
On peut consulter la Gazette du Canada dans la plupart des
bibliothèques publiques.
On peut s’abonner à la Gazette du Canada ou en obtenir des
exemplaires en s’adressant aux agents libraires associés énumérés
dans l’annuaire téléphonique ou en s’adressant à : Publications
du gouvernement du Canada, Travaux publics et Services
gouvernementaux Canada, Ottawa, Canada K1A 0S5.
La Gazette du Canada est aussi offerte gratuitement sur Internet au
http://gazette.gc.ca. La publication y est accessible en format de
document portable (PDF) et en langage hypertexte (HTML) comme
média substitut. Le format PDF en direct de la Partie I, de la
Partie II et de la Partie III est officiel depuis le 1er avril 2003 et est
publié en même temps que la copie imprimée.
Gazette du Canada
Abonnement annuel
Canada
Extérieur du Canada
Exemplaire
Canada
Extérieur du Canada
Partie I
Partie II
Partie III
135,00 $
135,00 $US
67,50 $
67,50 $US
28,50 $
28,50 $US
2,95 $
2,95 $US
3,50 $
3,50 $US
4,50 $
4,50 $US
REQUESTS FOR INSERTION
DEMANDES D’INSERTION
Requests for insertion should be directed to the Canada
Gazette Directorate, Public Works and Government Services
Canada, 350 Albert Street, 5th Floor, Ottawa, Ontario K1A 0S5,
613-996-2495 (telephone), 613-991-3540 (fax).
Les demandes d’insertion doivent être envoyées à la
Direction de la Gazette du Canada, Travaux publics et Services
gouvernementaux Canada, 350, rue Albert, 5e étage, Ottawa
(Ontario) K1A 0S5, 613-996-2495 (téléphone), 613-991-3540
(télécopieur).
Bilingual texts received as late as six working days before the
desired Saturday’s date of publication will, if time and other
resources permit, be scheduled for publication that date.
Un texte bilingue reçu au plus tard six jours ouvrables avant la
date de parution demandée paraîtra, le temps et autres ressources
le permettant, le samedi visé.
Each client will receive a free copy of the Canada Gazette for
every week during which a notice is published.
Pour chaque semaine de parution d’un avis, le client recevra un
exemplaire gratuit de la Gazette du Canada.
© Her Majesty the Queen in Right of Canada, 2009
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2009
ISSN 1494-6076
© Sa Majesté la Reine du Chef du Canada, 2009
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2009
Le 4 juillet 2009
Gazette du Canada Partie I
TABLE OF CONTENTS
TABLE DES MATIÈRES
Vol. 143, No. 27 — July 4, 2009
Vol. 143, no 27 — Le 4 juillet 2009
1957
Government notices .........................................................
Appointments ...............................................................
Notice of vacancies ......................................................
1958
1958
1963
Avis du gouvernement .....................................................
Nominations .................................................................
Avis de postes vacants .................................................
1958
1958
1963
Parliament
House of Commons .....................................................
Bills assented to ...........................................................
1965
1965
Parlement
Chambre des communes ..............................................
Projets de loi sanctionnés ............................................
1965
1965
Commissions ...................................................................
(agencies, boards and commissions)
1966
Commissions ...................................................................
(organismes, conseils et commissions)
1966
Miscellaneous notices ......................................................
(banks; mortgage, loan, investment, insurance and
railway companies; other private sector agents)
1973
Avis divers .......................................................................
(banques; sociétés de prêts, de fiducie et
d’investissements; compagnies d’assurances et de
chemins de fer; autres agents du secteur privé)
1973
Proposed regulations .......................................................
(including amendments to existing regulations)
1977
Règlements projetés .........................................................
(y compris les modifications aux règlements existants)
1977
Index ...............................................................................
2017
Index ...............................................................................
2018
Supplements
Copyright Board
Suppléments
Commission du droit d’auteur
1958
Canada Gazette Part I
July 4, 2009
GOVERNMENT NOTICES
AVIS DU GOUVERNEMENT
DEPARTMENT OF THE ENVIRONMENT
MINISTÈRE DE L’ENVIRONNEMENT
CANADIAN ENVIRONMENTAL PROTECTION ACT, 1999
LOI CANADIENNE SUR LA PROTECTION DE
L’ENVIRONNEMENT (1999)
Order 2009-87-05-02 Amending the Non-domestic Substances
List
Arrêté 2009-87-05-02 modifiant la Liste extérieure
Whereas, pursuant to subsections 87(1) and (5) of the Canadian Environmental Protection Act, 1999a, the Minister of the
Environment has added the substances referred to in the annexed
Order to the Domestic Substances Listb.
Therefore, the Minister of the Environment, pursuant to subsections 87(1) and (5) of the Canadian Environmental Protection
Act, 1999a, hereby makes the annexed Order 2009-87-05-02
Amending the Non-domestic Substances List.
Ottawa, June 19, 2009
JIM PRENTICE
Minister of the Environment
Attendu que, conformément aux paragraphes 87(1) et (5) de la
Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999)a, le
ministre de l’Environnement a inscrit sur la Liste intérieureb les
substances visées par l’arrêté ci-après.
À ces causes, en vertu des paragraphes 87(1) et (5) de la Loi
canadienne sur la protection de l’environnement (1999)a, le ministre prend l’Arrêté 2009-87-05-02 modifiant la Liste extérieure,
ci-après.
Ottawa, le 19 juin 2009
Le ministre de l’Environnement
JIM PRENTICE
ORDER 2009-87-05-02 AMENDING THE
NON-DOMESTIC SUBSTANCES LIST
ARRÊTÉ 2009-87-05-02 MODIFIANT
LA LISTE EXTÉRIEURE
AMENDMENTS
MODIFICATION
1
17859-3 Amino acid, N,N-bis(carboxymethyl)-, tetrasodium salt
N,N-Bis(carboxyméthyl)acide aminé, sel de tétrasodium
1. La partie I de la Liste extérieure1 est modifiée par radiation de ce qui suit :
95912-89-3
852227-46-4
2. La partie II de la même liste est modifiée par radiation
de ce qui suit :
17859-3 Amino acid, N,N-bis(carboxymethyl)-, tetrasodium salt
N,N-Bis(carboxyméthyl)acide aminé, sel de tétrasodium
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
3. This Order comes into force on the day on which Order
2009-87-05-01 Amending the Domestic Substances List comes
into force.
3. Le présent arrêté entre en vigueur à la date d’entrée en
vigueur de l’Arrêté 2009-87-05-01 modifiant la Liste intérieure.
[27-1-o]
[27-1-o]
1. Part I of the Non-domestic Substances List is amended by
deleting the following:
95912-89-3
852227-46-4
2. Part II of the List is amended by deleting the following:
DEPARTMENT OF INDUSTRY
MINISTÈRE DE L’INDUSTRIE
OFFICE OF THE REGISTRAR GENERAL
BUREAU DU REGISTRAIRE GÉNÉRAL
Appointments
Nominations
Name and position/Nom et poste
Order in Council/Décret en conseil
Arctic Waters Pollution Prevention Act/Loi sur la prévention de la pollution des
eaux arctiques
Pollution prevention officers/Fonctionnaires chargés de la prévention de la
pollution
Ali, Syed Zahid
Allan, Andy William
Bégin, Bernard
———
———
a
a
b
1
S.C. 1999, c. 33
SOR/94-311
Supplement, Canada Gazette, Part I, January 31, 1998
b
1
2009-1035
L.C. 1999, ch. 33
DORS/94-311
Supplément, Gazette du Canada, Partie I, le 31 janvier 1998
Le 4 juillet 2009
Gazette du Canada Partie I
Name and position/Nom et poste
Order in Council/Décret en conseil
Gulati, Rahul
Johar, Jaideep Singh
Kamal, Wasif
Millen, Mark
Nair, Saran
Pawar, Ranjeet
Rawat, Shishir Suman
Baltacioğlu, Yaprak
Deputy Minister of Transport and Deputy Head of the Office of Infrastructure of
Canada to be styled Deputy Minister of Transport, Infrastructure and
Communities/Sous-ministre des Transports et administrateur général du Bureau de
l’infrastructure du Canada devant porter le titre de sous-ministre des Transports,
de l’Infrastructure et des Collectivités
2009-980
Bracken, The Hon./L’hon. Keith
Government of British Columbia/Gouvernement de la Colombie-Britannique
June 29 to August 31, 2009/Du 29 juin au 31 août 2009
2009-1050
Browne, The Hon./L’hon. Beverley A.
Court of Queen’s Bench of Alberta/Cour du Banc de la Reine de l’Alberta
Justice/Juge
Court of Appeal of Alberta/Cour d’appel de l’Alberta
Member ex officio/Membre d’office
2009-979
Côté, The Hon./L’hon. Jean E. L.
Government of Alberta/Gouvernement de l’Alberta
June 22 to September 1, 2009/Du 22 juin au 1er septembre 2009
2009-1049
Dupont, Serge
Privy Council Office/Bureau du Conseil privé
Deputy Minister — Intergovernmental Affairs/Sous-ministre — Affaires
intergouvernementales
Special Adviser to the Minister of Natural Resources/Conseiller spécial auprès de
la ministre des Ressources naturelles
Federal Court/Cour fédérale
Judges/Juges
Federal Court of Appeal/Cour d’appel fédérale
Members ex officio/Membres de droit
Boivin, Richard
Mainville, Robert
Near, David G.
Government of Ontario/Gouvernement de l’Ontario
Administrators/Administrateurs
Moldaver, The Hon./L’hon. Michael
June 22 to July 5, 2009/Du 22 juin au 5 juillet 2009
September 15 to 18, 2009/Du 15 au 18 septembre 2009
O’Connor, The Hon./L’hon. Dennis
July 30, 2009/Le 30 juillet 2009
August 19, 2009/Le 19 août 2009
Smith, The Hon./L’hon. Heather
September 1 to 8, 2009/Du 1er au 8 septembre 2009
Weiler, The Hon./L’hon. Karen
July 11 to 17, 2009/Du 11 au 17 juillet 2009
Indian Residential Schools Truth and Reconciliation Commission/Commission de
vérité et de réconciliation relative aux pensionnats indiens
Commissioner and Chairperson/Commissaire et président
Sinclair, The Hon./L’hon. Murray
Commissioners/Commissaires
Littlechild, Wilton
Wilson, Marie
King, Matthew
Associate Deputy Minister of Fisheries and Oceans/Sous-ministre délégué des
Pêches et des Océans
2009-982
2009-983
2009-1150
2009-1148
2009-1149
2009-1021
2009-1024
2009-1052
2009-1053
2009-1023
2009-1051
2009-928
2009-930
2009-929
2009-984
1959
1960
Canada Gazette Part I
July 4, 2009
Name and position/Nom et poste
Order in Council/Décret en conseil
Knubley, John
Deputy Minister of Agriculture and Agri-Food/Sous-ministre de l’Agriculture et
de l’Agroalimentaire
2009-981
Lee, Philip S., C.M./c.m.
Lieutenant Governor of the Province of Manitoba/Lieutenant-gouverneur de la
province du Manitoba
2009-1153
Philp, The Hon./L’hon. Alan R.
Government of Manitoba/Gouvernement du Manitoba
June 29 to September 7, 2009/Du 29 juin au 7 septembre 2009
2009-1022
Pizzitelli, Frank J.
Tax Court of Canada/Cour canadienne de l’impôt
Judge/Juge
2009-1151
Supreme Court of Yukon/Cour suprême du Yukon
Deputy Judges/Juges adjoints
Davies, The Hon./L’hon. Barry
Benotto, The Hon./L’hon. Mary Lou
Ducharme, The Hon./L’hon. Todd
Erb, The Hon./L’hon. Marsha
Gaul, The Hon./L’hon. Geoffrey
Germain, The Hon./L’hon. Adam
Gill, The Hon./L’hon. John
Goudge, The Hon./L’hon. Stephen
Groves, The Hon./L’hon. Joel
Heeney, The Hon./L’hon. Thomas
Hinkson, The Hon./L’hon. Chris
Humphries, The Hon./L’hon. Mary
Kelleher, The Hon./L’hon. Stephen
Keyser, The Hon./L’hon. Brenda
Martin, The Hon./L’hon. Sheilah
Menzies, The Hon./L’hon. John
Moen, The Hon./L’hon. Andrea
Nation, The Hon./L’hon. Rosemary
Ryan-Froslie, The Hon./L’hon. Jacelyn
Stach, The Hon./L’hon. Erwin
Stomberg-Stein, The Hon./L’hon. Sunni
Whitten, The Hon./L’hon. Alan
2009-1030
June 25, 2009
Le 25 juin 2009
DIANE BÉLANGER
Acting Manager
La gestionnaire par intérim
DIANE BÉLANGER
[27-1-o]
[27-1-o]
DEPARTMENT OF INDUSTRY
MINISTÈRE DE L’INDUSTRIE
RADIOCOMMUNICATION ACT
LOI SUR LA RADIOCOMMUNICATION
Notice No. DGTP-007-09 — Narrowband and Wideband Public
Safety Radiocommunication Systems in the Bands 768-776 MHz
and 798-806 MHz
Avis no DGTP-007-09 — Systèmes de radiocommunication à
bande étroite et à large bande pour les services de sécurité
publique dans les bandes 768-776 MHz et 798-806 MHz
Intent
Objet
The purpose of this notice is to announce the release of a spectrum utilization policy under the above-mentioned title. This
document announces Industry Canada’s decisions on public
safety use of the bands 768-776 MHz and 798-806 MHz, including a new band plan and transition measures.
Le but de cet avis est d’annoncer la parution d’une politique
d’utilisation du spectre sous le titre susmentionné. Ce document
annonce les décisions d’Industrie Canada quant à l’utilisation par
les systèmes de sécurité publique des bandes 768-776 MHz et
798-806 MHz, y compris un nouveau plan de répartition et de
nouvelles dispositions transitoires.
Background
Contexte
On January 19, 2008, the Department released a consultation
paper titled Proposed Revisions to the Frequency Plan for Public
Le 19 janvier 2008, le Ministère a publié un document de
consultation intitulé Proposition de révision du plan d’attribution
Le 4 juillet 2009
Gazette du Canada Partie I
1961
Safety in the 700 MHz Band (SMSE-004-08). Significant public
input was received on this consultation from the broadcasting,
mobile wireless and public safety communities. The decisions
made in this spectrum policy take into account these comments.
des fréquences pour les systèmes de sécurité publique dans la
bande 700 MHz (SMSE-004-08). Les milieux de la radiodiffusion, des services mobiles sans fil et de la sécurité publique ont
contribué de manière considérable à cette consultation. Les décisions prises dans cette politique du spectre prennent en considération ces commentaires.
Obtaining copies
Pour obtenir des copies
Copies of this notice and of documents referred to herein are
available electronically on Industry Canada’s Spectrum Management and Telecommunications Web site at www.ic.gc.ca/
spectrum.
Official versions of Canada Gazette notices can be viewed at
www.gazette.gc.ca/rp-pr/p1/index-eng.html. Printed copies of the
Canada Gazette can be ordered by telephoning the sales counter
of Canadian Government Publishing at 613-941-5995 or 1-800635-7943.
Le présent avis ainsi que les documents cités sont affichés sur
le site Web de Gestion du spectre et télécommunications d’Industrie Canada à l’adresse suivante : www.ic.gc.ca/spectre.
June 24, 2009
PAMELA MILLER
Acting Director General
Telecommunications Policy Branch
MARC DUPUIS
Director General
Spectrum Engineering Branch
On peut obtenir la version officielle des avis de la Gazette du
Canada à l’adresse suivante : www.gazette.gc.ca/rp-pr/p1/indexfra.html. On peut également se procurer un exemplaire de la Gazette du Canada en communiquant avec le comptoir des ventes
des Éditions du gouvernement du Canada au 613-941-5995 ou au
1-800-635-7943.
Le 24 juin 2009
La directrice générale par intérim
Direction générale de la politique
des télécommunications
PAMELA MILLER
Le directeur général
Direction générale du génie du spectre
MARC DUPUIS
[27-1-o]
[27-1-o]
DEPARTMENT OF INDUSTRY
MINISTÈRE DE L’INDUSTRIE
RADIOCOMMUNICATION ACT
LOI SUR LA RADIOCOMMUNICATION
Notice No. DGTP-008-09 — Release of Radio System Policy 25
for Public Safety Radio Interoperability
Avis no DGTP-008-09 — Publication de la Politique des systèmes
radio 25 exposant les lignes directrices visant l’interopérabilité
radio des services de sécurité publique
Intent
But
The purpose of this notice is to announce the release of the
above-mentioned document to facilitate radio interoperability in
the development and deployment of public safety radiocommunication systems.
Le présent avis annonce la publication du document précité
pour faciliter l’interopérabilité radio dans la mise au point et le
déploiement de systèmes de radiocommunications servant à la
sécurité publique.
Background
Contexte
Public safety agencies rely heavily on the ability to communicate with each other by radio, or to be interoperable. In recent
years, the need for radio interoperability has been identified in the
public safety community. The issue of radio interoperability is a
broad and complex matter. The above-mentioned radio system
policy addresses only the issue of radio interoperability as it relates to the area of technology, including radio frequency spectrum issues.
In June 2006, the Department released a consultation paper on
public safety radio interoperability through Canada Gazette Notice SMSE-005-06. This consultation proposed radio interoperability definitions and sought comments on methods the Department could use to facilitate and enable radio interoperability.
Les organismes de sécurité publique dépendent fortement de la
capacité de communiquer entre eux au moyen de la radio, ce qui
constitue l’interopérabilité. Ces dernières années, la nécessité de
l’interopérabilité radio a été établie dans le milieu de la sécurité
publique. L’interopérabilité radio est un enjeu vaste et complexe.
La politique précitée des systèmes radio ne porte que sur l’interopérabilité radio dans ses rapports avec la technologie, dont les
questions relatives au spectre des fréquences radioélectriques.
En juin 2006, le Ministère a annoncé, dans l’avis SMSE-00506 dans la Gazette du Canada, la publication d’un document de
consultation sur des lignes directrices visant l’interopérabilité
radio des services de sécurité publique. Dans le document de
consultation, le Ministère proposait des définitions en matière
d’interopérabilité radio et sollicitait des observations sur les méthodes dont il pourrait se servir pour faciliter et permettre l’interopérabilité radio.
Discussion
Examen
Comments in response to the consultation generally supported
the Department’s proposals. Subsequent to the consultation, the
Les observations présentées en réponse au document de consultation étaient, dans l’ensemble, favorables aux propositions du
1962
Canada Gazette Part I
July 4, 2009
Department participated at many meetings of the Canadian Interoperability Technology Interest Group, a group dedicated to furthering Canadian public safety interoperability. With the support
of Public Safety Canada, this group is facilitating the development of the Canadian Communication Interoperability Plan. Taking this into account, the Department considers it timely to release
its policy principles on this subject.
It is understood that there is a need for public safety radio interoperability. This release of Radio Systems Policy represents an
example of the Department’s commitment to assist the public
safety community in advancing radio interoperability.
Details of the Radio System Policy include definitions of radio
interoperability and other associated terms, descriptions of certain
radio technology solutions for inter-agency communications, and
descriptions of the Department’s policy principles with respect to
facilitating and enabling radio interoperability.
Ministère. Après la consultation, le Ministère a participé à de
nombreuses rencontres d’un groupe voué à favoriser l’interopérabilité radio de la sécurité publique au Canada, le Groupe d’intérêt
canadien en technologie de l’interopérabilité. Ce groupe, qui jouit
de l’appui de Sécurité publique Canada, facilite l’élaboration du
Plan d’interopérabilité des communications au Canada. Dans ce
contexte, le Ministère juge approprié de publier ses principes de
politique en la matière.
Il est entendu qu’il est nécessaire d’assurer l’interopérabilité
radio des services de sécurité publique. La publication de la politique des systèmes radio sur cette question illustre l’engagement
pris par le Ministère d’aider le milieu de la sécurité publique à
promouvoir l’interopérabilité radio.
La politique des systèmes radio dont la publication est annoncée aux présentes comprend la définition de l’interopérablité radio et d’autres termes et expressions connexes, la description de
certaines solutions techniques visant à assurer les communications entre les organismes et la formulation des principes de politique adoptés par le Ministère en vue de faciliter et de permettre
l’interopérablité radio.
Obtaining copies
Pour obtenir des copies
Copies of this notice and of documents referred to herein are
available electronically on Industry Canada’s Spectrum Management and Telecommunications Web site at www.ic.gc.ca/
spectrum.
Official versions of Canada Gazette notices can be viewed at
www.gazette.gc.ca/rp-pr/p1/index-eng.html. Printed copies of the
Canada Gazette can be ordered by telephoning the sales counter
of Canadian Government Publishing at 613-941-5995 or 1-800635-7943.
Le présent avis ainsi que les documents cités sont affichés sur
le site Web de Gestion du spectre et télécommunications d’Industrie Canada à l’adresse suivante : www.ic.gc.ca/spectre.
June 2009
PAMELA MILLER
Acting Director General
Telecommunications Policy Branch
MARC DUPUIS
Director General
Spectrum Engineering Branch
On peut obtenir la version officielle des avis de la Gazette du
Canada à l’adresse suivante : www.gazette.gc.ca/rp-pr/p1/indexfra.html. On peut également se procurer un exemplaire de la Gazette du Canada en communiquant avec le comptoir des ventes
des Éditions du gouvernement du Canada au 613-941-5995 ou au
1-800-635-7943.
Juin 2009
La directrice générale par intérim
Direction générale de la politique
des télécommunications
PAMELA MILLER
Le directeur général
Direction générale du génie du spectre
MARC DUPUIS
[27-1-o]
[27-1-o]
DEPARTMENT OF INDUSTRY
MINISTÈRE DE L’INDUSTRIE
RADIOCOMMUNICATION ACT
LOI SUR LA RADIOCOMMUNICATION
Notice No. DGTP-009-09 — Extension to the comment period:
Proposed revisions to the Canadian Table of Frequency
Allocations (2009 Edition)
Avis no DGTP-009-09 — Prolongation de la période de réception
des commentaires : Projet de révision du Tableau canadien
d’attribution des bandes de fréquences (édition 2009)
The above-noted consultation paper was announced in the
Canada Gazette on Saturday, May 9, 2009, as Notice DGTP-00309. The deadline for the receipt of comments was August 10,
2009.
The purpose of this notice is to advise all interested parties that,
based on the merits of a request for additional time by the Radio
Advisory Board of Canada, the deadline for the receipt of comments has been extended to September 30, 2009.
Le samedi 9 mai 2009, l’avis DGTP-003-09 publié dans la Gazette du Canada annonçait la publication du document susmentionné. L’échéance pour la réception des commentaires était le
10 août 2009.
À la demande du Conseil consultatif canadien de la radio pour
obtenir plus de temps, le présent avis a pour objet d’informer
toutes les parties concernées que le délai accordé pour la réception des commentaires a été prolongé jusqu’au 30 septembre
2009.
Toutes les observations reçues seront affichées sur le site Web
de Gestion du spectre et télécommunications d’Industrie Canada,
à l’adresse suivante : www.ic.gc.ca/spectre.
All comments received will be posted on Industry Canada’s
Spectrum Management and Telecommunications Web site at
www.ic.gc.ca/spectrum.
Le 4 juillet 2009
Gazette du Canada Partie I
1963
Obtaining copies
Pour obtenir des copies
Copies of this notice and of documents referred to herein are
available electronically on Industry Canada’s Spectrum Management and Telecommunications Web site at www.ic.gc.ca/
spectrum.
Official versions of Canada Gazette notices can be viewed at
www.gazette.gc.ca/rp-pr/p1/index-eng.html. Printed copies of the
Canada Gazette can be ordered by telephoning the sales counter
of Canadian Government Publishing at 613-941-5995 or 1-800635-7943.
Le présent avis ainsi que les documents cités sont affichés sur
le site Web de Gestion du spectre et télécommunications d’Industrie Canada à l’adresse suivante : www.ic.gc.ca/spectre.
June 25, 2009
PAMELA MILLER
Acting Director General
Telecommunications Policy Branch
On peut obtenir la version officielle des avis de la Gazette du
Canada à l’adresse suivante : www.gazette.gc.ca/rp-pr/p1/indexfra.html. On peut également se procurer un exemplaire de la Gazette du Canada en communiquant avec le comptoir des ventes
des Éditions du gouvernement du Canada au 613-941-5995 ou au
1-800-635-7943.
Le 25 juin 2009
La directrice générale par intérim
Direction générale de la politique
des télécommunications
PAMELA MILLER
[27-1-o]
[27-1-o]
NOTICE OF VACANCY
AVIS DE POSTE VACANT
OFFICE OF THE INFORMATION COMMISSIONER
COMMISSARIAT À L’INFORMATION DU CANADA
Information Commissioner (full-time position)
Commissaire à l’information (poste à temps plein)
Location: National Capital Region
The Office of the Information Commissioner was created in
1983 under the Access to Information Act. An agent of Parliament, the Information Commissioner oversees the implementation
of the Access to Information Act by government institutions. The
Information Commissioner is also responsible for investigating
complaints under the Access to Information Act regarding access
to government records and mediates between dissatisfied applicants and government institutions.
The successful candidate must have a degree from a recognized
university in a relevant field of study, or a combination of equivalent education, job-related training and/or experience. The preferred candidate must have demonstrated decision-making experience with respect to sensitive issues. Management experience,
at the senior executive level, in a private or public sector organization, including managing human and financial resources, with
experience in the interpretation and application of legislation,
regulations and policies, is required. The chosen candidate will
also have significant experience dealing with government, preferably with senior government officials, as well as stakeholders
and the media.
Lieu de travail : Région de la capitale nationale
Le Commissariat à l’information a été créé en 1983 en vertu de
la Loi sur l’accès à l’information. Un agent du Parlement, le
commissaire à l’information veille à la mise en œuvre de la Loi
sur l’accès à l’information par les institutions fédérales. Le commissaire est responsable de faire enquête sur les plaintes déposées
en vertu de la Loi sur l’accès à l’information concernant l’accès
aux documents de l’administration fédérale et joue le rôle de médiateur entre les requérants insatisfaits et les institutions fédérales.
La personne recherchée doit posséder un diplôme d’une université reconnue dans un domaine pertinent ou une combinaison
acceptable d’études, de formation relative au poste et/ou d’expérience. Elle doit de plus posséder de l’expérience relative à la
prise de décision concernant des questions de nature délicate.
L’expérience de la gestion, particulièrement au niveau de la haute
direction, dans un organisme du secteur public ou privé, notamment de la gestion des ressources humaines et financières, ainsi
que de l’interprétation et de l’application de lois, de règlements et
de politiques, est essentielle. La personne retenue doit avoir acquis une expérience appréciable dans le domaine des relations
avec le gouvernement, préférablement auprès de hauts fonctionnaires, ainsi qu’avec les intervenants et les médias.
En outre, le candidat ou la candidate retenu(e) doit impérativement connaître le mandat, les rôles et les responsabilités du
commissaire, ainsi que le rôle que doit jouer un agent du Parlement et ses relations avec le Parlement et le gouvernement. La
personne sélectionnée doit avoir une bonne connaissance du cadre
législatif et réglementaire en vertu duquel le commissaire à
l’information exerce son mandat, particulièrement la Loi sur
l’accès à l’information, la Loi sur la protection des renseignements personnels et leurs règlements. La connaissance de la jurisprudence fondamentale et des politiques du gouvernement en
matière d’accès à l’information, ainsi que des questions d’actualité au Canada concernant l’accès à l’information et des répercussions de ces questions sur le gouvernement, les Canadiens et les
Canadiennes et la société canadienne dans son ensemble, est importante. La connaissance des régimes d’accès à l’information
d’autres juridictions, provinciales ou internationales, serait un
atout. La personne recherchée possède également une connaissance du système parlementaire canadien et du travail des comités
parlementaires.
Knowledge of the mandate, roles and responsibilities of the
Commissioner, together with knowledge of the role of an agent of
Parliament and its relationship with Parliament and the government, is essential. The successful candidate will have knowledge
of the legislative and regulatory framework within which the
Commissioner carries out his or her mandate, in particular the
Access to Information Act, the Privacy Act and their regulations.
Knowledge of seminal case law and relevant government policies
on access to information, as well as emerging access to information issues in Canada and their impact on government, individual
Canadians and Canadian society at large, is important. Knowledge of access to information regimes in other jurisdictions, provincial or international, would be an asset. The preferred candidate
will also have knowledge of the Canadian parliamentary system
and the work of parliamentary committees.
1964
Canada Gazette Part I
July 4, 2009
The selected candidate must be a leader with sound judgment,
objectivity, integrity, strong professional ethics and superior
interpersonal skills. The successful candidate must also be able to
develop and maintain effective relationships with a broad range of
stakeholders, policy makers at all levels, the media and the public
at large. The ability to interpret relevant statutes, regulations and
policies and analyze complex situations in order to make equitable decisions and recommendations, while anticipating their
short and long-term consequences, is essential. The chosen candidate will have the ability to think strategically, anticipate trends
and act to influence the policy development process. Finally, superior communications skills, both written and oral, as well as the
ability to act as a spokesperson on access to information issues in
dealing with Parliament, the government, the media and other
organizations, are vital.
Proficiency in both official languages is essential.
The successful candidate must be willing to relocate to the National Capital Region or to a location within reasonable commuting distance.
The Government is committed to ensuring that its appointments are representative of Canada’s regions and official languages, as well as of women, Aboriginal peoples, disabled persons and visible minorities.
The preferred candidate must comply with the Ethical Guidelines for Public Office Holders and the Guidelines for the Political Activities of Public Office Holders. The guidelines are available on the Governor in Council Appointments Web site, under
“Reference Material,” at www.appointments-nominations.gc.ca.
The selected candidate will be subject to the Conflict of Interest
Act. Public office holders appointed on a full-time basis must
submit to the Office of the Conflict of Interest and Ethics Commissioner, within 60 days of appointment, a Confidential Report
in which they disclose all of their assets, liabilities and outside
activities. For more information, please visit the Office of the
Conflict of Interest and Ethics Commissioner’s Web site at http://
ciec-ccie.gc.ca.
This notice has been placed in the Canada Gazette to assist the
Governor in Council in identifying qualified candidates for this
position. It is not, however, intended to be the sole means of
recruitment.
Further details about the Office of the Information Commissioner and its activities can be found on its Web site at www.
infocom.gc.ca.
Interested candidates should forward their curriculum vitae by
July 13, 2009, to the Assistant Secretary to the Cabinet (Senior
Personnel), Privy Council Office, 59 Sparks Street, 1st Floor,
Ottawa, Ontario K1A 0A3, 613-957-5006 (fax), GICA-NGEC@
bnet.pco-bcp.gc.ca (email).
Bilingual notices of vacancies will be produced in an alternative format (audio cassette, diskette, braille, large print, etc.) upon
request. For further information, please contact Canadian Government Publishing, Public Works and Government Services
Canada, Ottawa, Ontario K1A 0S5, 613-941-5995 or 1-800-6357943.
[27-1-o]
La personne choisie doit faire preuve de leadership, de bon jugement, d’objectivité, d’intégrité et posséder de solides valeurs
éthiques professionnelles et une capacité supérieure à entretenir
des relations personnelles. Le candidat ou la candidate sélectionné(e) doit être capable de créer et d’entretenir de bonnes relations
avec une variété d’intervenants, les médias, l’ensemble du public
et les personnes qui élaborent les politiques à tous les niveaux. La
capacité d’interpréter les lois, les politiques et les règlements pertinents et d’analyser les situations complexes afin de formuler des
décisions et des recommandations équitables, tout en sachant
envisager leurs répercussions à court et à long terme, est essentielle. Il ou elle possède la capacité de réfléchir d’une manière
stratégique, de prévoir les tendances et de prendre les mesures
requises en vue d’avoir une influence sur le processus d’élaboration des politiques. Finalement, la capacité de communiquer de
façon efficace, autant de vive voix que par écrit, de même que la
capacité d’agir à titre de porte-parole à propos des questions
concernant l’accès à l’information dans le cadre des relations avec
le Parlement, le gouvernement, les médias et divers organismes,
sont requises.
La maîtrise des deux langues officielles est essentielle.
La personne idéale doit être disposée à s’établir dans la région
de la capitale nationale ou à un endroit situé à une distance raisonnable du lieu de travail.
Le gouvernement est déterminé à faire en sorte que ses nominations soient représentatives des régions du Canada et de ses
langues officielles, ainsi que des femmes, des Autochtones, des
personnes handicapées et des minorités visibles.
La personne sélectionnée doit se conformer aux Lignes directrices en matière d’éthique à l’intention des titulaires de charge
publique et aux Lignes directrices régissant les activités politiques des titulaires de charge publique. Vous pouvez consulter ces
lignes directrices sur le site Web des Nominations par le gouverneur en conseil, sous « Documents de référence », à l’adresse
suivante : www.appointments-nominations.gc.ca.
La personne sélectionnée sera assujettie à la Loi sur les conflits
d’intérêts. Les titulaires de charge publique nommés à temps
plein doivent soumettre au Commissariat aux conflits d’intérêts et
à l’éthique, dans les 60 jours qui suivent la date de leur nomination, un rapport confidentiel dans lequel ils déclarent leurs biens
et exigibilités ainsi que leurs activités extérieures. Pour plus
d’information, veuillez consulter le site Web du Commissariat
aux conflits d’intérêts et à l’éthique à l’adresse suivante : http://
ciec-ccie.gc.ca.
Cette annonce paraît dans la Gazette du Canada afin de permettre au gouverneur en conseil de trouver des personnes qualifiées pour ce poste. Cependant, le recrutement ne se limite pas à
cette seule façon de procéder.
Vous pouvez trouver d’autres renseignements sur le Commissariat à l’information et ses activités sur son site Web à l’adresse
suivante : www.infocom.gc.ca.
Les personnes intéressées doivent faire parvenir leur curriculum vitæ au plus tard le 13 juillet 2009 à la Secrétaire adjointe du
Cabinet (Personnel supérieur), Bureau du Conseil privé, 59, rue
Sparks, 1er étage, Ottawa (Ontario) K1A 0A3, 613-957-5006 (télécopieur), GICA-NGEC@bnet.pco-bcp.gc.ca (courriel).
Les avis de postes vacants sont disponibles sur demande, dans
les deux langues officielles et en média substitut (audiocassette,
disquette, braille, imprimé à gros caractères, etc.). Pour obtenir de
plus amples renseignements, veuillez communiquer avec les Éditions du gouvernement du Canada, Travaux publics et Services
gouvernementaux Canada, Ottawa (Ontario) K1A 0S5, 613-9415995 ou 1-800-635-7943.
[27-1-o]
Le 4 juillet 2009
Gazette du Canada Partie I
1965
PARLIAMENT
PARLEMENT
HOUSE OF COMMONS
CHAMBRE DES COMMUNES
Second Session, Fortieth Parliament
Deuxième session, quarantième législature
PRIVATE BILLS
PROJETS DE LOI D’INTÉRÊT PRIVÉ
Standing Order 130 respecting notices of intended applications
for private bills was published in the Canada Gazette, Part I, on
January 24, 2009.
For further information, contact the Private Members’ Business
Office, House of Commons, Centre Block, Room 134-C, Ottawa,
Ontario K1A 0A6, 613-992-6443.
L’article 130 du Règlement relatif aux avis de demande de projets de loi d’intérêt privé a été publié dans la Partie I de la Gazette
du Canada du 24 janvier 2009.
Pour obtenir d’autres renseignements, prière de communiquer
avec le Bureau des affaires émanant des députés, Chambre des
communes, Édifice du Centre, Pièce 134-C, Ottawa (Ontario)
K1A 0A6, 613-992-6443.
La greffière de la Chambre des communes
AUDREY O’BRIEN
AUDREY O’BRIEN
Clerk of the House of Commons
ROYAL ASSENT
SANCTION ROYALE
Tuesday, June 23, 2009
Le mardi 23 juin 2009
On Tuesday, June 23, 2009, Her Excellency the Governor
General signified assent in Her Majesty’s name to the Bills listed
below.
Assent was signified by written declaration, pursuant to the
Royal Assent Act, S.C. 2002, c. 15. Section 5 of that Act provides
that each Act “. . . is deemed to be assented to on the day on
which the two Houses of Parliament have been notified of the
declaration.”
The Senate was notified of the written declaration on Tuesday,
June 23, 2009.
The House of Commons was notified of the written declaration
on Tuesday, June 23, 2009.
An Act to amend the Marine Liability Act and the Federal
Courts Act and to make consequential amendments to other
Acts
(Bill C-7, chapter 21, 2009)
An Act to amend the Criminal Code (organized crime and protection of justice system participants)
(Bill C-14, chapter 22, 2009)
An Act respecting not-for-profit corporations and certain other
corporations
(Bill C-4, chapter 23, 2009)
An Act to promote safety and security with respect to human
pathogens and toxins
(Bill C-11, chapter 24, 2009)
An Act for granting to Her Majesty certain sums of money for
the federal public administration for the financial year ending March 31, 2010
(Bill C-48, chapter 25, 2009)
An Act for granting to Her Majesty certain sums of money for
the federal public administration for the financial year ending March 31, 2010
(Bill C-49, chapter 26, 2009)
PAUL C. BÉLISLE
Clerk of the Senate and
Clerk of the Parliaments
Le mardi 23 juin 2009, Son Excellence la Gouverneure générale a accordé la sanction royale au nom de Sa Majesté aux projets de loi mentionnés ci-dessous.
La sanction a été octroyée par déclaration écrite, conformément
à la Loi sur la sanction royale, L.C. 2002, ch. 15. Aux termes de
l’article 5 de cette loi, « la déclaration écrite porte sanction royale
le jour où les deux chambres du Parlement en ont été
avisées ».
Le Sénat a été informé de la déclaration écrite le mardi 23 juin
2009.
La Chambre des communes a été informée de la déclaration
écrite le mardi 23 juin 2009.
Loi modifiant la Loi sur la responsabilité en matière maritime,
la Loi sur les Cours fédérales et d’autres lois en conséquence
(Projet de loi C-7, chapitre 21, 2009)
[27-1-o]
[27-1-o]
Loi modifiant le Code criminel (crime organisé et protection
des personnes associées au système judiciaire)
(Projet de loi C-14, chapitre 22, 2009)
Loi régissant les organisations à but non lucratif et certaines
personnes morales
(Projet de loi C-4, chapitre 23, 2009)
Loi visant à promouvoir la sûreté des agents pathogènes humains et des toxines
(Projet de loi C-11, chapitre 24, 2009)
Loi portant octroi à Sa Majesté de crédits pour l’administration
publique fédérale pendant l’exercice se terminant le 31 mars
2010
(Projet de loi C-48, chapitre 25, 2009)
Loi portant octroi à Sa Majesté de crédits pour l’administration
publique fédérale pendant l’exercice se terminant le 31 mars
2010
(Projet de loi C-49, chapitre 26, 2009)
Le greffier du Sénat et
greffier des Parlements
PAUL C. BÉLISLE
1966
Canada Gazette Part I
July 4, 2009
COMMISSIONS
COMMISSIONS
CANADIAN INTERNATIONAL TRADE TRIBUNAL
TRIBUNAL CANADIEN DU COMMERCE EXTÉRIEUR
DETERMINATION
DÉCISION
Construction services
Services de construction
Notice is hereby given that, after completing its inquiry, the
Canadian International Trade Tribunal (the Tribunal) made a determination (File No. PR-2008-062) on June 24, 2009, with respect to a complaint filed by Adélard Soucy (1975) inc. (Adélard
Soucy), of Rivière-du-Loup, Quebec, under subsection 30.11(1)
of the Canadian International Trade Tribunal Act, R.S.C. 1985
(4th Supp.), c. 47, concerning a procurement (Solicitation
No. W7701-082667/A) by the Department of Public Works and
Government Services on behalf of the Department of National
Defence. The solicitation was for the provision of assembly,
welding and fabrication services for heavy mechanical parts.
Avis est donné par la présente que le Tribunal canadien du
commerce extérieur (le Tribunal), à la suite de son enquête, a
rendu une décision (dossier no PR-2008-062) le 24 juin 2009
concernant une plainte déposée par Adélard Soucy (1975) inc.
(Adélard Soucy), de Rivière-du-Loup (Québec), aux termes du
paragraphe 30.11(1) de la Loi sur le Tribunal canadien du commerce extérieur, L.R.C. 1985 (4e supp.), c. 47, au sujet d’un marché (invitation no W7701-082667/A) passé par le ministère des
Travaux publics et des Services gouvernementaux au nom du
ministère de la Défense nationale. L’invitation portait sur la prestation de services de montage, de soudure et de fabrication de
pièces mécaniques lourdes.
Adélard Soucy alleged that its proposal was not properly
evaluated.
Adélard Soucy alléguait que sa proposition avait été incorrectement évaluée.
Having examined the evidence presented by the parties and
considered the provisions of the Agreement on Internal Trade, the
Tribunal determined that the complaint was valid.
Après avoir examiné les éléments de preuve présentés par les
parties et tenu compte des dispositions de l’Accord sur le commerce intérieur, le Tribunal a jugé que la plainte était fondée.
Further information may be obtained from the Secretary,
Canadian International Trade Tribunal, Standard Life Centre,
15th Floor, 333 Laurier Avenue W, Ottawa, Ontario K1A 0G7,
613-993-3595 (telephone), 613-990-2439 (fax), secretary@citttcce.gc.ca (email).
Ottawa, June 24, 2009
HÉLÈNE NADEAU
Secretary
Pour plus de renseignements, veuillez communiquer avec le
Secrétaire, Tribunal canadien du commerce extérieur, Standard
Life Centre, 15e étage, 333, avenue Laurier Ouest, Ottawa (Ontario) K1A 0G7, 613-993-3595 (téléphone), 613-990-2439 (télécopieur) secretaire@tcce-citt.gc.ca (courriel).
Ottawa, le 24 juin 2009
Le secrétaire
HÉLÈNE NADEAU
[27-1-o]
[27-1-o]
CANADIAN INTERNATIONAL TRADE TRIBUNAL
TRIBUNAL CANADIEN DU COMMERCE EXTÉRIEUR
DETERMINATION
DÉCISION
Transportation, travel and relocation services
Services de transport, de voyage et de déménagement
Notice is hereby given that, after completing its inquiry, the
Canadian International Trade Tribunal (the Tribunal) made a determination (File No. PR-2008-048) on June 23, 2009, with respect to a complaint filed by Almon Equipment Limited (Almon),
of Toronto, Ontario, under subsection 30.11(1) of the Canadian
International Trade Tribunal Act, R.S.C. 1985 (4th Supp.), c. 47,
concerning a procurement (Solicitation No. W0125-088713/B) by
the Department of Public Works and Government Services
(PWGSC) on behalf of the Department of National Defence. The
solicitation was for aircraft ground de-icing services.
Avis est donné par la présente que le Tribunal canadien du
commerce extérieur (le Tribunal), à la suite de son enquête, a
rendu une décision (dossier no PR-2008-048) le 23 juin 2009 concernant une plainte déposée par Almon Equipment Limited (Almon), de Toronto (Ontario), aux termes du paragraphe 30.11(1)
de la Loi sur le Tribunal canadien du commerce extérieur,
L.R.C. 1985 (4e supp.), c. 47, au sujet d’un marché (invitation
no W0125-088713/B) passé par le ministère des Travaux publics
et des Services gouvernementaux (TPSGC) au nom du ministère
de la Défense nationale. L’invitation portait sur la prestation de
services de dégivrage au sol d’aéronefs.
Almon alleged that PWGSC improperly evaluated its proposal.
Almon alléguait que TPSGC n’avait pas évalué correctement
sa proposition.
Having examined the evidence presented by the parties and
considered the provisions of the Agreement on Internal Trade, the
Tribunal determined that the complaint was valid in part.
Après avoir examiné les éléments de preuve présentés par les
parties et tenu compte des dispositions de l’Accord sur le commerce intérieur, le Tribunal a jugé que la plainte était fondée en
partie.
Le 4 juillet 2009
Gazette du Canada Partie I
1967
Further information may be obtained from the Secretary,
Canadian International Trade Tribunal, Standard Life Centre,
15th Floor, 333 Laurier Avenue W, Ottawa, Ontario K1A 0G7,
613-993-3595 (telephone), 613-990-2439 (fax), secretary@citttcce.gc.ca (email).
Ottawa, June 23, 2009
HÉLÈNE NADEAU
Secretary
Pour plus de renseignements, veuillez communiquer avec le
Secrétaire, Tribunal canadien du commerce extérieur, Standard
Life Centre, 15e étage, 333, avenue Laurier Ouest, Ottawa (Ontario) K1A 0G7, 613-993-3595 (téléphone), 613-990-2439 (télécopieur), secretaire@tcce-citt.gc.ca (courriel).
Ottawa, le 23 juin 2009
Le secrétaire
HÉLÈNE NADEAU
[27-1-o]
[27-1-o]
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
NOTICE TO INTERESTED PARTIES
AVIS AUX INTÉRESSÉS
The following notices are abridged versions of the Commission’s original notices bearing the same number. The original
notices contain a more detailed outline of the applications, including additional locations and addresses where the complete files
may be examined. The relevant material, including the notices
and applications, is available for viewing during normal business
hours at the following offices of the Commission:
— Central Building, Les Terrasses de la Chaudière, Room 206,
1 Promenade du Portage, Gatineau, Quebec K1A 0N2, 819997-2429 (telephone), 994-0423 (TDD), 819-994-0218 (fax);
— Metropolitan Place, Suite 1410, 99 Wyse Road, Dartmouth,
Nova Scotia B3A 4S5, 902-426-7997 (telephone), 426-6997
(TDD), 902-426-2721 (fax);
— Kensington Building, Suite 1810, 275 Portage Avenue, Winnipeg, Manitoba R3B 2B3, 204-983-6306 (telephone),
983-8274 (TDD), 204-983-6317 (fax);
— 530–580 Hornby Street, Vancouver, British Columbia V6C
3B6, 604-666-2111 (telephone), 666-0778 (TDD), 604666-8322 (fax);
— CRTC Documentation Centre, 205 Viger Avenue W,
Suite 504, Montréal, Quebec H2Z 1G2, 514-283-6607 (telephone), 283-8316 (TDD), 514-283-3689 (fax);
— CRTC Documentation Centre, 55 St. Clair Avenue E,
Suite 624, Toronto, Ontario M4T 1M2, 416-952-9096 (telephone), 416-954-6343 (fax);
— CRTC Documentation Centre, Cornwall Professional Building, Room 103, 2125 11th Avenue, Regina, Saskatchewan
S4P 3X3, 306-780-3422 (telephone), 306-780-3319 (fax);
— CRTC Documentation Centre, 10405 Jasper Avenue,
Suite 520, Edmonton, Alberta T5J 3N4, 780-495-3224 (telephone), 780-495-3214 (fax).
Interventions must be filed with the Secretary General, Canadian Radio-television and Telecommunications Commission,
Ottawa, Ontario K1A 0N2, together with proof that a true copy of
the intervention has been served upon the applicant, on or before
the deadline given in the notice.
Secretary General
Les avis qui suivent sont des versions abrégées des avis originaux du Conseil portant le même numéro. Les avis originaux
contiennent une description plus détaillée de chacune des demandes, y compris les lieux et adresses où l’on peut consulter les dossiers complets. Tous les documents afférents, y compris les avis
et les demandes, sont disponibles pour examen durant les heures
normales d’ouverture aux bureaux suivants du Conseil :
— Édifice central, Les Terrasses de la Chaudière, Pièce 206,
1, promenade du Portage, Gatineau (Québec) K1A 0N2,
819-997-2429 (téléphone), 994-0423 (ATS), 819-994-0218
(télécopieur);
— Place Metropolitan, Bureau 1410, 99, chemin Wyse, Dartmouth (Nouvelle-Écosse) B3A 4S5, 902-426-7997 (téléphone), 426-6997 (ATS), 902-426-2721 (télécopieur);
— Édifice Kensington, Pièce 1810, 275, avenue Portage, Winnipeg (Manitoba) R3B 2B3, 204-983-6306 (téléphone),
983-8274 (ATS), 204-983-6317 (télécopieur);
— 580, rue Hornby, Bureau 530, Vancouver (ColombieBritannique) V6C 3B6, 604-666-2111 (téléphone), 666-0778
(ATS), 604-666-8322 (télécopieur);
— Centre de documentation du CRTC, 205, avenue Viger Ouest,
Bureau 504, Montréal (Québec) H2Z 1G2, 514-283-6607
(téléphone), 283-8316 (ATS), 514-283-3689 (télécopieur);
— Centre de documentation du CRTC, 55, avenue St. Clair Est,
Bureau 624, Toronto (Ontario) M4T 1M2, 416-952-9096
(téléphone), 416-954-6343 (télécopieur);
— Centre de documentation du CRTC, Édifice Cornwall Professional, Pièce 103, 2125, 11e Avenue, Regina (Saskatchewan) S4P 3X3, 306-780-3422 (téléphone), 306-780-3319
(télécopieur);
— Centre de documentation du CRTC, 10405, avenue Jasper,
Bureau 520, Edmonton (Alberta) T5J 3N4, 780-495-3224
(téléphone), 780-495-3214 (télécopieur).
Les interventions doivent parvenir au Secrétaire général, Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes,
Ottawa (Ontario) K1A 0N2, avec preuve qu’une copie conforme
a été envoyée à la requérante, avant la date limite d’intervention
mentionnée dans l’avis.
Secrétaire général
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
DECISIONS
DÉCISIONS
The complete texts of the decisions summarized below are
available from the offices of the CRTC.
On peut se procurer le texte complet des décisions résumées
ci-après en s’adressant au CRTC.
1968
Canada Gazette Part I
2009-263-1
July 4, 2009
June 22, 2009
2009-263-1
Le 22 juin 2009
Cablevision TRP-SDM inc.
Trois-Pistoles, Quebec
Correction — Multipoint distribution system radiocommunication
distribution undertaking — Licence amendment.
Cablevision TRP-SDM inc.
Trois-Pistoles (Québec)
Correction — Entreprise de distribution de radiocommunication
par système de distribution multipoint — modification de licence.
2009-264-1
2009-264-1
June 22, 2009
Le 22 juin 2009
Canadian Broadcasting Corporation, ARTV Inc., The Canadian
Documentary Channel Limited Partnership
Across Canada
Correction — Administrative renewals.
Société Radio-Canada, ARTV Inc., The Canadian
Documentary Channel Limited Partnership
L’ensemble du Canada
Correction — Renouvellements administratifs.
2009-376
2009-376
June 23, 2009
Le 23 juin 2009
Canadian Broadcasting Corporation
Caraquet, New Brunswick
Approved — Amendment to the broadcasting licence for the
French-language radio programming undertaking CBAF-FM
Moncton in order to operate a low-power, temporary FM transmitter in Caraquet.
Société Radio-Canada
Caraquet (Nouveau-Brunswick)
Approuvé — Modification de la licence de radiodiffusion de
l’entreprise de programmation de radio de langue française
CBAF-FM Moncton afin d’exploiter un émetteur temporaire FM
de faible puissance à Caraquet.
2009-380
2009-380
June 25, 2009
Le 25 juin 2009
Newcap Inc.
Sudbury, Ontario
Approved — Change to the authorized contours of the Englishlanguage commercial radio station CHNO-FM Sudbury, by increasing the effective radiated power, by increasing the effective
height of the antenna above average terrain and by relocating the
transmitter.
Newcap Inc.
Sudbury (Ontario)
Approuvé — Modification du périmètre de rayonnement autorisé
de la station de radio commerciale de langue anglaise CHNO-FM
Sudbury, en augmentant la puissance apparente rayonnée, en
augmentant la hauteur effective de l’antenne au-dessus sol moyen
et en déplaçant l’émetteur.
[27-1-o]
[27-1-o]
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
NOTICE OF CONSULTATION 2009-36-5
AVIS DE CONSULTATION 2009-36-5
Notice of hearing
Avis d’audience
March 30, 2009
Gatineau, Quebec
Item 26 is withdrawn from this public hearing
Further to its Broadcasting Notices of Consultation 2009-36,
2009-36-1, 2009-36-2, 2009-36-3 and 2009-36-4, the Commission announces the following:
The following item is withdrawn from this hearing. The Commission has closed the file on this application.
Item 26
Toronto, Ontario
Application No. 2008-1480-8
Application by United Christian Broadcasters Canada for a
broadcasting licence to operate an English-language AM commercial radio programming undertaking in Toronto.
Le 30 mars 2009
Gatineau (Québec)
L’article 26 est retiré de cette audience publique
À la suite des avis de consultation de radiodiffusion 2009-36,
2009-36-1, 2009-36-2, 2009-36-3 et 2009-36-4, le Conseil annonce ce qui suit :
L’article suivant est retiré de cette audience. Le Conseil a fermé le dossier de cette demande.
Article 26
Toronto (Ontario)
Numéro de demande 2008-1480-8
Demande présentée par United Christian Broadcasters Canada
en vue d’obtenir une licence de radiodiffusion afin d’exploiter
une entreprise de programmation de radio AM commerciale de
langue anglaise à Toronto.
Le 22 juin 2009
June 22, 2009
[27-1-o]
[27-1-o]
Le 4 juillet 2009
Gazette du Canada Partie I
1969
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
NOTICE OF CONSULTATION 2009-377
AVIS DE CONSULTATION 2009-377
Call for comments on proposed amendments to the Television
Broadcasting Regulations, 1987, the Pay Television Regulations,
1990, and the Specialty Services Regulations, 1990
Appel aux observations sur des modifications proposées au
Règlement de 1987 sur la télédiffusion, au Règlement de 1990
sur la télévision payante et au Règlement de 1990 sur les services
spécialisés
The Commission invites comments on the wording of the proposed Regulations Amending Certain Regulations Made Under
the Broadcasting Act, which are appended to this notice. The
Commission will accept comments that it receives on or before
July 23, 2009. The Commission cannot be held responsible for
postal delays and will not notify interested parties whose comments are received after the deadline date. The comments will not
be considered by the Commission and will not be part of the public record.
The Commission will not formally acknowledge comments. It
will, however, fully consider all comments, and they will form
part of the public record of the proceeding, provided that the procedures for filing have been followed.
June 23, 2009
Le Conseil sollicite des observations à l’égard du libellé du Règlement modifiant certains règlements pris en vertu de la Loi sur
la radiodiffusion, tel qu’il est proposé, à l’annexe du présent avis.
Le Conseil tiendra compte des observations déposées au plus tard
le 23 juillet 2009. Le Conseil ne peut être tenu responsable des
délais occasionnés par la poste et les parties intéressées ne seront
pas avisées si leur observation est reçue après la date limite. Dans
un tel cas, l’observation ne sera pas considérée par le Conseil et
ne sera pas déposée au dossier public.
Le Conseil n’accusera pas officiellement réception des observations. Il en tiendra toutefois pleinement compte et les versera au
dossier public de la présente instance, à la condition que la procédure de dépôt ait été suivie.
Le 23 juin 2009
Appendix to Broadcasting Notice of Consultation
CRTC 2009-377
Annexe à l’avis de consultation de radiodiffusion
CRTC 2009-377
REGULATIONS AMENDING CERTAIN
REGULATIONS MADE UNDER
THE BROADCASTING ACT
RÈGLEMENT MODIFIANT CERTAINS
RÈGLEMENTS PRIS EN VERTU DE
LA LOI SUR LA RADIODIFFUSION
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
TELEVISION BROADCASTING REGULATIONS, 1987
RÈGLEMENT DE 1987 SUR LA TÉLÉDIFFUSION
1. The definition “Canadian program” in section 2 of the Television Broadcasting Regulations, 1987 is replaced by the
following:
“Canadian program” means a program
(a) in respect of which a Canadian film or video production
certificate referred to in section 125.4 of the Income Tax Act
has been issued by the Minister of Canadian Heritage, or
(b) that qualifies as a Canadian program in accordance with the
criteria established by the Commission in Appendices I and II
to Public Notice CRTC 2000-42 dated March 17, 2000, entitled
Certification for Canadian Programs – A Revised Approach
and published in the Canada Gazette, Part I, on May 20, 2000;
(émission canadienne)
1. La définition de « émission canadienne », à l’article 2 du
Règlement de 1987 sur la télédiffusion est remplacée par ce qui
suit :
« émission canadienne » S’entend de l’émission :
a) soit à l’égard de laquelle un certificat de production cinématographique ou magnétoscopique canadienne au sens de l’article 125.4 de la Loi de l’impôt sur le revenu a été délivré par le
ministre du Patrimoine canadien;
b) soit qui satisfait aux critères d’une émission canadienne
fixés par le Conseil aux annexes I et II de l’avis public
CRTC 2000-42 du 17 mars 2000 intitulé Certification des
émissions canadiennes – Approche révisée et publié dans la
Gazette du Canada Partie I le 20 mai 2000. (Canadian
program)
PAY TELEVISION REGULATIONS, 1990
RÈGLEMENT DE 1990 SUR LA TÉLÉVISION PAYANTE
2. The definitions “Canadian program” and “program” in subsection 2(1) of the Pay Television Regulations, 1990 are replaced
by the following:
“Canadian program” means a program
(a) in respect of which a Canadian film or video production
certificate referred to in section 125.4 of the Income Tax Act
has been issued by the Minister of Canadian Heritage, or
(b) that qualifies as a Canadian program in accordance with the
criteria established by the Commission in Appendices I and II
to Public Notice CRTC 2000-42 dated March 17, 2000, entitled
Certification for Canadian Programs – A Revised Approach
and published in the Canada Gazette, Part I, on May 20, 2000;
(émission canadienne)
2. Les définitions de « émission » et « émission canadienne »,
au paragraphe 2(1) du Règlement de 1990 sur la télévision
payante, sont respectivement remplacées par ce qui suit :
« émission » Présentation radiodiffusée de matière sonore et visuelle visant à informer ou à divertir et qui fait partie d’une
catégorie visée à la colonne I de l’article 6 de l’annexe I, à
l’exception des images, muettes ou non, consistant essentiellement en des lettres ou des chiffres. (program)
« émission canadienne » S’entend de l’émission :
a) soit à l’égard de laquelle un certificat de production cinématographique ou magnétoscopique canadienne au sens de l’article 125.4 de la Loi de l’impôt sur le revenu a été délivré par le
ministre du Patrimoine canadien;
1970
Canada Gazette Part I
July 4, 2009
“program” means a broadcast presentation of sound and visual
matter that is designed to inform or entertain and that falls
into a category set out in item 6, column I, of Schedule I, but
does not include visual images, whether or not combined with
sounds, that consist predominantly of alphanumeric text;
(émission)
b) soit qui satisfait aux critères d’une émission canadienne
fixés par le Conseil aux annexes I et II de l’avis public
CRTC 2000-42 du 17 mars 2000 intitulé Certification des
émissions canadiennes – Approche révisée et publié dans
la Gazette du Canada Partie I le 20 mai 2000. (Canadian
program)
SPECIALTY SERVICES REGULATIONS, 1990
RÈGLEMENT DE 1990 SUR LES
SERVICES SPÉCIALISÉS
3. The definitions “Canadian program” and “program” in section 2 of the Specialty Services Regulations, 1990 are replaced by
the following:
“Canadian program” means a program
(a) in respect of which a Canadian film or video production
certificate referred to in section 125.4 of the Income Tax Act
has been issued by the Minister of Canadian Heritage, or
(b) that qualifies as a Canadian program in accordance with the
criteria established by the Commission in Appendices I and II
to Public Notice CRTC 2000-42 dated March 17, 2000, entitled
Certification for Canadian Programs – A Revised Approach
and published in the Canada Gazette, Part I, on May 20, 2000;
(émission canadienne)
“program” means a broadcast presentation of sound and visual
matter that is designed to inform or entertain and that falls
into a category set out in item 6, column I, of Schedule I, but
does not include visual images, whether or not combined with
sounds, that consist predominantly of alphanumeric text;
(émission)
3. Les définitions de « émission » et « émission canadienne », à
l’article 2 du Règlement de 1990 sur les services spécialisés, sont
respectivement remplacées par ce qui suit :
« émission » Présentation radiodiffusée de matière sonore et visuelle visant à informer ou à divertir et qui fait partie d’une
catégorie visée à la colonne I de l’article 6 de l’annexe I, à
l’exception des images, muettes ou non, consistant essentiellement en des lettres ou des chiffres. (program)
« émission canadienne » S’entend de l’émission :
a) soit à l’égard de laquelle un certificat de production cinématographique ou magnétoscopique canadienne au sens de l’article 125.4 de la Loi de l’impôt sur le revenu a été délivré par le
ministre du Patrimoine canadien;
b) soit qui satisfait aux critères d’une émission canadienne
fixés par le Conseil aux annexes I et II de l’avis public
CRTC 2000-42 du 17 mars 2000 intitulé Certification des
émissions canadiennes – Approche révisée et publié dans
la Gazette du Canada Partie I le 20 mai 2000. (Canadian
program)
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGEUR
4. These Regulations come into force on the day on which
they are registered.
4. Le présent règlement entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
[27-1-o]
[27-1-o]
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
NOTICE OF CONSULTATION 2009-378
AVIS DE CONSULTATION 2009-378
Notice of applications received
Various locations
Deadline for submission of interventions and/or comments:
July 28, 2009
Avis de demandes reçues
Plusieurs collectivités
Date limite pour le dépôt des interventions ou des observations :
le 28 juillet 2009
The Commission has received the following applications:
1. TELUS Communications Inc., and 1219823 Alberta ULC
in partnership with TELUS Communications Inc. in
TELE-MOBILE Company, partners in a general partnership
carrying on business as TELUS Communications Company
Calgary, Edmonton (including St. Albert, Sherwood Park,
Spruce Grove and Stony Plain), Fort McMurray,
Grande Prairie, Lethbridge, Medicine Hat and Red Deer,
Alberta
To renew the Class 1 regional licence for its terrestrial broadcasting distribution undertakings (BDUs) serving the abovenoted locations, expiring August 31, 2009.
Le Conseil a été saisi des demandes suivantes :
1. TELUS Communications Inc., et 1219823 Alberta ULC
en partenariat avec TELUS Communications Inc. dans
Société TÉLÉ-MOBILE, associés dans une société en nom
collectif faisant affaires sous le nom de Société TELUS
Communications
Calgary, Edmonton (y compris St. Albert, Sherwood Park,
Spruce Grove et Stony Plain), Fort McMurray, Grande Prairie,
Lethbridge, Medicine Hat et Red Deer (Alberta)
Afin de renouveler la licence régionale de classe 1 de ses entreprises de distribution de radiodiffusion (EDR) terrestres
desservant les localités susmentionnées, qui expire le 31 août
2009.
Le 4 juillet 2009
Gazette du Canada Partie I
2. TELUS Communications Inc., and 1219823 Alberta ULC
in partnership with TELUS Communications Inc. in
TELE-MOBILE Company, partners in a general partnership
carrying on business as TELUS Communications Company
Kamloops, Kelowna, Nanaimo, Penticton, Prince George,
Terrace, Vancouver (including Lower Mainland, Fraser Valley
and Whistler and surrounding areas), Vernon and Victoria,
British Columbia
To renew the Class 1 regional licence for its terrestrial broadcasting distribution undertakings (BDUs) serving the abovenoted locations, expiring August 31, 2009.
June 23, 2009
1971
2. TELUS Communications Inc., et 1219823 Alberta ULC
en partenariat avec TELUS Communications Inc. dans
Société TÉLÉ-MOBILE, associés dans une société en nom
collectif faisant affaires sous le nom de Société TELUS
Communications
Kamloops, Kelowna, Nanaimo, Penticton, Prince George,
Terrace, Vancouver (y compris Lower Mainland,
Fraser Valley et Whistler, ainsi que les régions avoisinantes),
Vernon et Victoria (Colombie-Britannique)
Afin de renouveler la licence régionale de classe 1 de ses entreprises de distribution de radiodiffusion (EDR) terrestres
desservant les localités susmentionnées, qui expire le 31 août
2009.
Le 23 juin 2009
[27-1-o]
[27-1-o]
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
NOTICE OF CONSULTATION 2009-381
AVIS DE CONSULTATION 2009-381
Notice of applications received
Avis de demandes reçues
Across Canada
Deadline for submission of interventions and/or comments:
July 30, 2009
L’ensemble du Canada
Date limite pour le dépôt des interventions ou des observations :
le 30 juillet 2009
The Commission has received the following applications:
Le Conseil a été saisi des demandes suivantes :
1. Food Network Canada Inc.
Across Canada
To amend the broadcasting licence of the national specialty
programming undertaking known as Food Network Canada in
order to allow the service to be made available for distribution
in the high-definition (HD) format.
1. Food Network Canada Inc.
L’ensemble du Canada
En vue de modifier la licence de radiodiffusion de l’entreprise
nationale de programmation d’émissions spécialisées appelée
Food Network Canada afin d’en permettre la distribution en
format haute définition (HD).
2. Showcase Television Inc.
Across Canada
To amend the broadcasting licence of the national specialty
programming undertaking known as Showcase in order to
allow the service to be made available for distribution in the
high-definition (HD) format.
2. Showcase Television Inc.
L’ensemble du Canada
En vue de modifier la licence de radiodiffusion de l’entreprise
nationale de programmation d’émissions spécialisées appelée
Showcase afin d’en permettre la distribution en format haute
définition (HD).
3. HGTV Canada Inc.
Across Canada
To amend the broadcasting licence of the national specialty
programming undertaking known as HGTV Canada – Home
and Garden Television in order to allow the service to be made
available for distribution in the high-definition (HD) format.
3. HGTV Canada Inc.
L’ensemble du Canada
En vue de modifier la licence de radiodiffusion de l’entreprise
nationale de programmation d’émissions spécialisées appelée
HGTV Canada – Home and Garden Television afin d’en permettre la distribution en format haute définition (HD).
4. History Television Inc.
Across Canada
To amend the broadcasting licence of the national specialty
programming undertaking known as History Television in
order to allow the service to be made available for distribution
in the high-definition (HD) format.
4. History Television Inc.
L’ensemble du Canada
En vue de modifier la licence de radiodiffusion de l’entreprise
nationale de programmation d’émissions spécialisées appelée
History Television afin d’en permettre la distribution en format haute définition (HD).
5. Life Network Inc.
Across Canada
To amend the broadcasting licence of the national specialty
programming undertaking known as Slice in order to allow
the service to be made available for distribution in the highdefinition (HD) format.
5. Réseau Life inc.
L’ensemble du Canada
En vue de modifier la licence de radiodiffusion de l’entreprise
nationale de programmation d’émissions spécialisées appelée
Slice afin d’en permettre la distribution en format haute définition (HD).
1972
Canada Gazette Part I
July 4, 2009
6. NGC Channel Inc.
Across Canada
To amend the broadcasting licence of the national Category 2
specialty programming undertaking known as National Geographic Channel in order to allow the service to be made
available for distribution in the high-definition (HD) format.
June 25, 2009
6. NGC Channel Inc.
L’ensemble du Canada
En vue de modifier la licence de radiodiffusion de l’entreprise
nationale de programmation d’émissions spécialisées de catégorie 2 appelée National Geographic Channel afin d’en permettre la distribution en format haute définition (HD).
Le 25 juin 2009
[27-1-o]
[27-1-o]
PUBLIC SERVICE COMMISSION
COMMISSION DE LA FONCTION PUBLIQUE
PUBLIC SERVICE EMPLOYMENT ACT
LOI SUR L’EMPLOI DANS LA FONCTION PUBLIQUE
Permission granted
Permission accordée
The Public Service Commission of Canada, pursuant to section 116 of the Public Service Employment Act, hereby gives notice that it has granted permission, pursuant to subsection 115(2)
of the said Act, to Lise Lortie, Senior Training and Learning Advisor and Executive Assistant within the office of the Director
(MG-03), Canada Revenue Agency, Québec, Quebec, to allow
her to be a candidate before and during the election period for the
position of Councillor for the District No. 3 of the City of SaintAugustin-de-Desmaures, Quebec, municipal election to be held
on November 1, 2009.
June 19, 2009
MARIA BARRADOS
President
La Commission de la fonction publique du Canada, en vertu de
l’article 116 de la Loi sur l’emploi dans la fonction publique,
donne avis par la présente qu’elle a accordé à Lise Lortie, conseillère principale en formation et apprentissage et adjointe exécutive
au bureau du directeur (MG-03), Agence du revenu du Canada,
Québec (Québec), la permission, aux termes du paragraphe 115(2) de ladite loi, de se porter candidate avant et pendant la
période électorale au poste de conseillère du district no 3 de la
ville de Saint-Augustin-de-Desmaures (Québec) à l’élection municipale prévue le 1er novembre 2009.
Le 19 juin 2009
La présidente
MARIA BARRADOS
[27-1-o]
[27-1-o]
Le 4 juillet 2009
Gazette du Canada Partie I
1973
MISCELLANEOUS NOTICES
AVIS DIVERS
AL SALAM HOUSE-CANADA INC.
AL SALAM HOUSE-CANADA INC.
APPLICATION TO ESTABLISH A BANK
DEMANDE D’ÉTABLISSEMENT D’UNE BANQUE
Notice is hereby given, pursuant to subsection 25(2) of the
Bank Act (Canada), that Al Salam House-Canada Inc. intends to
apply to the Minister of Finance for letters patent incorporating a
bank to carry on the business of banking in Canada.
Avis est par les présentes donné, aux termes du paragraphe 25(2) de la Loi sur les banques (Canada), qu’Al Salam
House-Canada Inc. entend demander au ministre des Finances des
lettres patentes pour constituer une banque afin d’exercer des
activités bancaires au Canada.
La banque exercera ses activités au Canada sous la dénomination Al Salam Bank Canada en anglais et Banque Al Salam Canada en français, et ses bureaux principaux seront situés à Toronto,
en Ontario.
Toute personne qui s’oppose peut notifier par écrit son opposition au Bureau du surintendant des institutions financières,
255, rue Albert, Ottawa (Ontario) K1A 0H2, au plus tard le
24 août 2009.
Le 4 juillet 2009
AL SALAM HOUSE-CANADA INC.
PAR SES CONSEILLERS JURIDIQUES
BLAKE, CASSELS & GRAYDON S.E.N.C.R.L./s.r.l.
Note : La publication du présent avis ne doit pas être interprétée
comme une confirmation que des lettres patentes seront émises
pour constituer la Banque. L’octroi de lettres patentes dépendra
du processus habituel d’examen des demandes aux termes de la
Loi sur les banques et du pouvoir discrétionnaire du ministre des
Finances.
The bank will carry on business in Canada under the name of
Al Salam Bank Canada in English and Banque Al Salam Canada
in French, and its principal office will be located in Toronto,
Ontario.
Any person who objects may submit an objection in writing to
the Office of the Superintendent of Financial Institutions,
255 Albert Street, Ottawa, Ontario K1A 0H2, on or before August 24, 2009.
July 4, 2009
AL SALAM HOUSE-CANADA INC.
BY ITS COUNSEL, BLAKE, CASSELS & GRAYDON LLP
Note: The publication of this notice should not be construed as
evidence that letters patent will be issued to establish the Bank.
The granting of letters patent will be dependent upon the normal
Bank Act application review process and the discretion of the
Minister of Finance.
[27-4-o]
[27-4-o]
CANADIAN FEDERATION OF
ORTHOTHERAPISTS INC.
FÉDÉRATION CANADIENNE DES
ORTHOTHÉRAPEUTES INC.
RELOCATION OF HEAD OFFICE
CHANGEMENT DE LIEU DU SIÈGE SOCIAL
Notice is hereby given that the Canadian Federation of Orthotherapists Inc. has changed the location of its head office to the
municipality of St-Valentin, province of Quebec.
April 26, 2009
JEAN BEAUREGARD
President
Avis est par les présentes donné que la Fédération Canadienne
des Orthothérapeutes Inc. a changé le lieu de son siège social qui
est maintenant situé à St-Valentin, province de Québec.
Le 26 avril 2009
Le président
JEAN BEAUREGARD
[27-1-o]
[27-1-o]
CANADIAN HORSE & ANIMAL PHYSICAL
THERAPISTS ASSOCIATION
CANADIAN HORSE & ANIMAL PHYSICAL
THERAPISTS ASSOCIATION
SURRENDER OF CHARTER
ABANDON DE CHARTE
Notice is hereby given that the Canadian Horse & Animal
Physical Therapists Association intends to apply to the Minister
of Industry for leave to surrender its charter pursuant to the Canada Corporations Act.
June 20, 2009
LAURIE EDGE-HUGHES
President
Avis est par les présentes donné que Canadian Horse & Animal
Physical Therapists Association demandera au ministre de l’Industrie la permission d’abandonner sa charte en vertu de la Loi
sur les corporations canadiennes.
Le 20 juin 2009
La présidente
LAURIE EDGE-HUGHES
[27-1-o]
[27-1]
1974
Canada Gazette Part I
July 4, 2009
CANCER REHAB INC.
CANCER REHAB INC.
SURRENDER OF CHARTER
ABANDON DE CHARTE
Notice is hereby given that Cancer Rehab Inc. intends to apply
to the Minister of Industry for leave to surrender its charter pursuant to the Canada Corporations Act.
July 4, 2009
IRA HENDERSON
President
Avis est par les présentes donné que Cancer Rehab Inc. demandera au ministre de l’Industrie la permission d’abandonner sa
charte en vertu de la Loi sur les corporations canadiennes.
Le 4 juillet 2009
Le président
IRA HENDERSON
[27-1-o]
[27-1-o]
INSTITUTE FOR THE ADVANCEMENT OF TEACHING
IN HIGHER EDUCATION / INSTITUT POUR
L’AVANCEMENT DE LA PÉDAGOGIE EN
ENSEIGNEMENT SUPÉRIEURE
INSTITUTE FOR THE ADVANCEMENT OF TEACHING
IN HIGHER EDUCATION / INSTITUT POUR
L’AVANCEMENT DE LA PÉDAGOGIE EN
ENSEIGNEMENT SUPÉRIEURE
SURRENDER OF CHARTER
ABANDON DE CHARTE
Notice is hereby given that INSTITUTE FOR THE ADVANCEMENT OF TEACHING IN HIGHER EDUCATION /
INSTITUT POUR L’AVANCEMENT DE LA PÉDAGOGIE EN
ENSEIGNEMENT SUPÉRIEURE intends to apply to the Minister of Industry for leave to surrender its charter pursuant to the
Canada Corporations Act.
July 4, 2009
NELLIGAN O’BRIEN PAYNE LLP
Lawyers / Patent and Trade-Mark Agents
Avis est par les présentes donné que INSTITUTE FOR THE
ADVANCEMENT OF TEACHING IN HIGHER EDUCATION /
INSTITUT POUR L’AVANCEMENT DE LA PÉDAGOGIE EN
ENSEIGNEMENT SUPÉRIEURE demandera au ministre de
l’Industrie la permission d’abandonner sa charte en vertu de la
Loi sur les corporations canadiennes.
Le 4 juillet 2009
Les avocats / agents aux brevets et marques de commerce
NELLIGAN O’BRIEN PAYNE s.r.l.
[27-1-o]
[27-1]
INTERNATIONAL FEDERATION ON AGEING
FÉDÉRATION INTERNATIONALE DU
VIEILLISSEMENT
RELOCATION OF HEAD OFFICE
CHANGEMENT DE LIEU DU SIÈGE SOCIAL
Notice is hereby given that the International Federation on
Ageing (IFA) has changed the location of its head office to the
city of Toronto, province of Ontario.
June 19, 2009
DR. JANE BARRATT
Secretary General
Avis est par les présentes donné que Fédération internationale
du vieillissement (FIV) a changé le lieu de son siège social qui est
maintenant situé à Toronto, province d’Ontario
Le 19 juin 2009
Le secrétaire général
DR JANE BARRATT
[27-1-o]
[27-1-o]
INTERNATIONAL REGULOME CONSORTIUM (IRC)
INTERNATIONAL REGULOME CONSORTIUM (IRC)
SURRENDER OF CHARTER
ABANDON DE CHARTE
Notice is hereby given that International Regulome Consortium
(IRC) intends to apply to the Minister of Industry for leave to
surrender its charter pursuant to the Canada Corporations Act.
MICHAEL RUDNICKI, Ph.D.
President
Avis est par les présentes donné que International Regulome
Consortium (IRC) demandera au ministre de l’Industrie la permission d’abandonner sa charte en vertu de la Loi sur les corporations canadiennes.
Le 26 juin 2009
Le président
MICHAEL RUDNICKI, Ph. D.
[27-1-o]
[27-1-o]
June 26, 2009
Le 4 juillet 2009
Gazette du Canada Partie I
1975
POHJOLA NON-LIFE INSURANCE COMPANY LTD.
POHJOLA NON-LIFE INSURANCE COMPANY LTD.
RELEASE OF ASSETS
LIBÉRATION D’ACTIF
Pursuant to section 651 of the Insurance Companies Act (Canada) [the “Act”], notice is hereby given that Pohjola Insurance Ltd., carrying on business in Canada as Pohjola Non-Life
Insurance Company Ltd., having ceased to carry on business in
Canada, intends to apply to the Superintendent of Financial Institutions on August 17, 2009, for the release of the assets that it
maintains in Canada in accordance with the Act.
Toronto, July 4, 2009
POHJOLA NON-LIFE INSURANCE COMPANY LTD.
Avis est par les présentes donné que, conformément à l’article 651 de la Loi sur les sociétés d’assurances (Canada) [la
« Loi »], que Pohjola Insurance Ltd., qui exerce des activités
commerciales au Canada en tant que Pohjola Non-Life Insurance
Company Ltd., a cessé d’exercer ses activités au Canada, a
l’intention de soumettre une demande au Bureau du surintendant
des institutions financières, le 17 août 2009, en vue de la libération de ses actifs au Canada conformément à la Loi.
Tout titulaire d’un contrat de Pohjola Insurance Ltd., qui exerce
des activités commerciales au Canada en tant que Pohjola NonLife Insurance Company Ltd., qui s’oppose à cette libération
d’actifs doit déposer un avis d’opposition au plus tard le 17 août
2009 auprès du Bureau du surintendant des institutions financières, Division de la législation et des approbations, 255, rue Albert,
Ottawa (Ontario) K1A 0H2.
Toronto, le 4 juillet 2009
POHJOLA NON-LIFE INSURANCE COMPANY LTD.
[27-4-o]
[27-4-o]
Any policyholder in Canada of Pohjola Insurance Ltd., carrying on business in Canada as Pohjola Non-Life Insurance
Company Ltd. who opposes that release must file notice of such
opposition with the Office of the Superintendent of Financial
Institutions, Legislation and Approvals Division, 255 Albert
Street, Ottawa, Ontario K1A 0H2, on or before August 17, 2009.
RESMOR TRUST COMPANY
COMPAGNIE DE FIDUCIE RESMOR
LETTERS PATENT OF CONTINUANCE
LETTRES PATENTES DE PROROGATION
Notice is hereby given that ResMor Trust Company intends to
apply to the Minister of Finance pursuant to section 33 of the
Bank Act for letters patent continuing it as a bank under the name
of Ally Bank Canada, in English, and Banque Ally Canada, in
French.
Any person who objects to the issuance of these letters patent
may submit the objection in writing, before August 18, 2009, to
the Office of the Superintendent of Financial Institutions,
255 Albert Street, Ottawa, Ontario K1A 0H2.
June 27, 2009
RESMOR TRUST COMPANY
Avis est par les présentes donné que Compagnie de Fiducie
ResMor a l’intention de présenter au ministre des Finances,
conformément à l’article 33 de la Loi sur les banques, une demande de lettres patentes aux fins de sa prorogation en tant que
banque sous la dénomination d’Ally Bank Canada, en anglais, et
de Banque Ally Canada, en français.
Toute personne qui s’oppose à la délivrance de ces lettres patentes peut, avant le 18 août 2009, notifier par écrit son opposition
au Bureau du surintendant des institutions financières, 255, rue
Albert, Ottawa (Ontario) K1A 0H2.
Le 27 juin 2009
COMPAGNIE DE FIDUCIE RESMOR
[26-4-o]
[26-4-o]
SASKATCHEWAN WATER CORPORATION
SASKATCHEWAN WATER CORPORATION
PLANS DEPOSITED
DÉPÔT DE PLANS
The Saskatchewan Water Corporation hereby gives notice that
an application has been made to the Minister of Transport, Infrastructure and Communities under the Navigable Waters Protection Act for approval of the plans and site of the work described
herein. Under subsection 6(4) or section 9 of the said Act, the
Saskatchewan Water Corporation has deposited with the Minister
of Transport, Infrastructure and Communities and in the office of
the Government Agent of the Information Services Corporation
of Saskatchewan, at the e-Business Services Centre, Regina,
under deposit No. 101995915, a description of the site and plans
for the proposed pump station and intake in Buffalo Pound Lake,
in the northeastern quarter of Section 34, Township 18, Range 25,
west of the Second Meridian, in front of Lot C, Plan 67MJ01552.
La Saskatchewan Water Corporation donne avis, par les présentes, qu’une demande a été déposée auprès du ministre des
Transports, de l’Infrastructure et des Collectivités, en vertu de la
Loi sur la protection des eaux navigables, pour l’approbation des
plans et de l’emplacement de l’ouvrage décrit ci-après. La Saskatchewan Water Corporation a, en vertu du paragraphe 6(4) ou
de l’article 9 de ladite loi, déposé auprès du ministre des Transports, de l’Infrastructure et des Collectivités et au bureau de
l’agent du gouvernement de la Information Services Corporation
of Saskatchewan (la société des services d’information de la Saskatchewan) situé au e-Business Services Centre, à Regina, sous le
numéro de dépôt 101995915, une description de l’emplacement et
les plans de la station de pompage et d’une prise d’eau que l’on
propose de construire au lac Buffalo Pound, dans le quart nord-est
de la section 34, canton 18, rang 25, à l’ouest du deuxième méridien, devant le lot C, plan 67MJ01552.
1976
Canada Gazette Part I
July 4, 2009
MART CRAM, P.Eng.
Vice-President
Les commentaires éventuels doivent être adressés au Gestionnaire régional, Programme de protection des eaux navigables,
Transports Canada, 9700, avenue Jasper, Bureau 1100, Edmonton
(Alberta) T5J 4E6. Veuillez noter que seuls les commentaires
faits par écrit, reçus au plus tard 30 jours suivant la date de publication de cet avis et relatifs à l’effet de l’ouvrage sur la navigation
maritime seront considérés. Même si tous les commentaires répondant à ces exigences seront considérés, aucune réponse individuelle ne sera envoyée.
Moose Jaw, le 24 juin 2009
Le vice-président
MART CRAM, ing.
[27-1-o]
[27-1]
Comments may be directed to the Regional Manager, Navigable Waters Protection Program, Transport Canada, 9700 Jasper
Avenue, Suite 1100, Edmonton, Alberta T5J 4E6. However, comments will be considered only if they are in writing, are received
not later than 30 days after the date of publication of this notice
and are related to the effects of this work on marine navigation.
Although all comments conforming to the above will be considered, no individual response will be sent.
Moose Jaw, June 24, 2009
UKRAINIAN FRATERNAL ASSOCIATION
UKRAINIAN FRATERNAL ASSOCIATION
RELEASE OF ASSETS
LIBÉRATION D’ACTIF
Pursuant to section 651 of Canada’s Insurance Companies Act
(the “Act”), notice is hereby given that Ukrainian Fraternal Association intends to apply to the Superintendent of Financial Institutions on July 27, 2009, for the release of the assets that it maintains in Canada in accordance with the Act.
UKRAINIAN FRATERNAL ASSOCIATION
Avis est par les présentes donné que, conformément à l’article 651 de la Loi sur les sociétés d’assurances (Canada) [la
« Loi »], Ukrainian Fraternal Association a l’intention de soumettre une demande au Bureau du surintendant des institutions financières, le 27 juillet 2009, en vue de la libération de ses actifs au
Canada conformément à la Loi.
Tout titulaire d’un contrat de Ukrainian Fraternal Association
au Canada qui s’oppose à cette libération d’actifs doit déposer un
avis d’opposition au plus tard le 27 juillet 2009 auprès du Bureau
du surintendant des institutions financières, Division de la législation et des approbations, 255, rue Albert, Ottawa (Ontario) K1A
0H2.
Le 13 juin 2009
UKRAINIAN FRATERNAL ASSOCIATION
[24-4-o]
[24-4]
Any policyholder in Canada of Ukrainian Fraternal Association
who opposes that release must file notice of such opposition with
the Office of the Superintendent of Financial Institutions, Legislation and Approvals Division, 255 Albert Street, Ottawa, Ontario
K1A 0H2, on or before July 27, 2009.
June 13, 2009
Le 4 juillet 2009
Gazette du Canada Partie I
PROPOSED REGULATIONS
RÈGLEMENTS PROJETÉS
Table of Contents
Table des matières
Page
Canadian Food Inspection Agency
Regulations Amending the Health of Animals
Regulations .............................................................
Regulations Amending the Reportable Diseases
Regulations .............................................................
Health, Dept. of
Regulations Amending the Food and Drug
Regulations (1587 — Food Additives)...................
Transport, Dept. of
Regulations Amending the CATSA Aerodrome
Designation Regulations.........................................
Regulations Amending the Canadian Aviation
Security Regulations and the Designated
Provisions Regulations ...........................................
1977
Page
1983
Agence canadienne d’inspection des aliments
Règlement modifiant le Règlement sur la santé des
animaux ..................................................................
Règlement modifiant le Règlement sur les maladies
déclarables ..............................................................
1983
1989
Santé, min. de la
Règlement modifiant le Règlement sur les aliments
et drogues (1587 — additifs alimentaires)..............
1989
1978
1992
2008
Transports, min. des
Règlement modifiant le Règlement sur la désignation
des aérodromes de l’ACSTA ..................................
Règlement modifiant le Règlement canadien sur la
sûreté aérienne et le Règlement sur les textes
désignés ..................................................................
1978
1992
2008
1978
Canada Gazette Part I
July 4, 2009
Regulations Amending the Health of Animals
Regulations
Règlement modifiant le Règlement sur la santé des
animaux
Statutory authority
Health of Animals Act
Fondement législatif
Loi sur la santé des animaux
Sponsoring agency
Canadian Food Inspection Agency
Organisme responsable
Agence canadienne d’inspection des aliments
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement.)
Issue and objectives
Question et objectifs
Bluetongue is a non-contagious, insect-borne disease that affects ruminant animals. Changes to Canada’s import policy on
February 1, 2007, eliminated bluetongue-related control measures
(testing requirements) for all ruminant animals imported from the
United States. These changes facilitated live cattle commerce and
enhanced Canada–United States trade relations, but they also
resulted in an inconsistency in Canada’s approach to this disease
in domestic ruminants. Currently, anyone with the care and control of ruminant animals who suspects that they may be suffering
from bluetongue is required to immediately notify the Canadian
Food Inspection Agency (CFIA) veterinary inspector of this suspicion, and may be subject to offence provisions if they do not do
so. This level of obligation and sanction is not consistent with the
new import policy. It would be more appropriate to allow the
United States serotypes of bluetongue to be covered by a less
severe reporting scheme, while maintaining the current status for
exotic serotypes of bluetongue.
La fièvre catarrhale du mouton est une maladie non contagieuse des ruminants qui est transmise par un insecte vecteur. La
politique d’importation du Canada a été modifiée le 1er février
2007, ce qui a entraîné l’élimination des mesures de contrôle relatives à la fièvre catarrhale du mouton (exigences de dépistage)
pour tous les ruminants importés des États-Unis. La nouvelle
politique canadienne a permis de faciliter le commerce des bovins
vivants et d’améliorer les relations commerciales canadoaméricaines, mais elle ne demeure pas moins incohérente avec
l’approche canadienne vis-à-vis de cette maladie chez les ruminants d’élevage. Actuellement, toute personne qui est responsable
ou qui est chargée des soins de ruminants doit, si elle soupçonne
chez eux la présence de fièvre catarrhale du mouton, aviser immédiatement l’inspecteur vétérinaire de l’Agence canadienne
d’inspection des aliments (ACIA), à défaut de quoi elle s’expose
à des dispositions prévoyant des infractions. Or, cette obligation
et les sanctions prévues en cas de manquement ne sont plus cohérentes dans le cadre de la nouvelle politique d’importation du
Canada. Il serait plus approprié de permettre que les sérotypes
américains du virus de la fièvre catarrhale du mouton soient couverts par un programme de déclaration moins sévère, tout en
maintenant le statu quo pour les sérotypes exotiques du virus.
La présente modification réglementaire permettrait d’ajouter
les sérotypes du virus de la fièvre catarrhale du mouton considérés comme endémiques aux États-Unis à la liste des maladies à
notification immédiate afin de permettre au Canada de continuer à
respecter ses obligations de déclaration envers l’Organisation
mondiale de la santé animale (OIE), tandis qu’une modification
concurrente permettrait de retirer ces sérotypes de la liste des
maladies à déclaration obligatoire.
This regulatory amendment would add the serotypes of bluetongue considered endemic in the United States to the immediately notifiable diseases list so that international reporting obligations for bluetongue to the World Organization for Animal Health
(OIE) are maintained while a concurrent amendment would remove them from the reportable diseases list.
Description and rationale
Description et justification
This proposed regulatory amendment is one part of two complementary amendments that seek to change the status of certain
serotypes of bluetongue virus endemic to the United States from
“reportable” to “immediately notifiable” diseases.
La présente modification réglementaire est l’une de deux modifications complémentaires visant à faire passer certains sérotypes
du virus de la fièvre catarrhale du mouton endémiques aux ÉtatsUnis du statut de « à déclaration obligatoire » à celui de « notification immédiate ».
Il est proposé d’ajouter les sérotypes 2, 10, 11, 13 et 17 du virus de la fièvre catarrhale du mouton à la liste des maladies à notification immédiate de l’annexe VII du Règlement sur la santé des
animaux, en laissant tous les autres sérotypes de la fièvre catarrhale du mouton sur la liste des maladies à déclaration obligatoire.
Cette approche est conforme à celle adoptée par le United States
Department of Agriculture — Animal and Plant Health Inspection
Service (USDA-APHIS).
It is proposed that bluetongue serotypes 2, 10, 11, 13 and 17 be
added to the list of immediately notifiable diseases in Schedule VII of the Health of Animals Regulations. All remaining bluetongue serotypes remain reportable. This is consistent with the
approach taken by the United States Department of Agriculture — Animal and Plant Health Inspection Service (USDAAPHIS).
Le 4 juillet 2009
Immediately notifiable diseases are set out in Schedule VII of
the Health of Animals Regulations. In general, immediately notifiable diseases are diseases exotic to Canada, of less concern than
reportable diseases, and for which control or eradication programs
do not necessarily exist. (This category also includes some indigenous diseases already present in Canada of trade concern.)
Only laboratories are required to contact the CFIA regarding the
suspicion or diagnosis of one of these diseases. When notified,
the CFIA reports the presence of the disease to trading partners
and the OIE as required. Maintaining the U.S. serotypes on the
immediately notifiable diseases list will also allow the CFIA to
investigate and assess whether the risk of U.S. serotypes have
changed.
Subsection 91.2(1) of the Health of Animals Regulations requires that laboratories diagnosing or suspecting the appearance in an animal or thing of a disease set out in Schedule VII
notify the Minister immediately of the diagnosis or suspicion,
along with additional required information as listed in subsection 91.2(2).
Bluetongue is a viral disease of domestic and wild ruminant
animals that can only be transmitted by biting insects of certain
species of Culicoides (also known as midges or “no-see-ums”).
Bluetongue virus cannot be spread directly from one infected
animal to another animal. Infection in cattle, goats and elk is generally unapparent or mild, but sheep and white-tailed deer may be
severely infected and death is possible. Bluetongue does not pose
any human health risk.
Worldwide, there exist 25 serotypes of bluetongue virus with
5 serotypes occurring in North America, 8 in Central America and
the Caribbean, 8 in Australia, and 20 in Africa. With respect to
the 5 bluetongue serotypes considered endemic in the United
States (2, 10, 11, 13 and 17), the midge species that is able to
transmit the virus is not considered present in Canada east of the
Ontario–Manitoba border. The midge does exist in British Columbia’s Okanagan Valley, and in Alberta, Saskatchewan and
Manitoba south of 53° north latitude.
Under the bluetongue import control measures in force until
February 2007, Canada had experienced five incursions over a
30-year period of two bluetongue serotypes (11 and 17) in British
Columbia’s Okanagan Valley. The incursions were believed to be
a result of southerly winds lofting and depositing infected midges
from the United States.
While some ruminant species such as sheep and white-tailed
deer may be severely affected by the bluetongue virus, significant
clinical disease and death losses are typically seen in climatic
zones not found in Canada. Four climatic zones, based on the
average duration of the frost-free period each year, have been
defined in the United States. Two zones that are located in northern United States are applicable to Canada. Bluetongue has either
not been reported in these zones or its prevalence is very low.
Even in the Okanagan Valley, which is the only area in Canada
where bluetongue has occurred and which would arguably provide the most suitable climatic conditions for the spread of bluetongue of any area in Canada, significant clinical disease or death
losses in sheep and white-tailed deer have only been reported
once, in 1987–88, and that incident was confounded by the presence of Epizootic Hemorrhagic Disease (EHD).
Gazette du Canada Partie I
1979
Les maladies à notification immédiate sont énumérées à l’annexe VII du Règlement sur la santé des animaux. En règle générale, les maladies à notification immédiate sont des maladies exotiques au Canada qui sont moins préoccupantes que les maladies à
déclaration obligatoire et qui ne font pas nécessairement l’objet
de programmes de lutte et d’éradication. (Les maladies à notification immédiate comprennent également certaines maladies indigènes déjà présentes au Canada qui revêtent une importance
commerciale.) Seuls les laboratoires doivent communiquer avec
l’ACIA s’ils constatent ou soupçonnent une de ces maladies. Une
fois avertie, l’ACIA peut signaler la présence de la maladie aux
partenaires commerciaux du Canada et à l’OIE, au besoin. Si les
sérotypes américains étaient ajoutés à liste des maladies à notification immédiate, l’ACIA pourrait également vérifier et évaluer
s’il y a eu une évolution dans le risque associé aux sérotypes
américains.
Conformément au paragraphe 91.2(1) du Règlement sur la santé des animaux, tout laboratoire qui constate ou soupçonne l’apparition chez un animal ou dans une chose d’une maladie mentionnée à l’annexe VII doit en aviser immédiatement le ministre
et lui transmettre les renseignements additionnels énumérés au
paragraphe 91.2(2).
La fièvre catarrhale du mouton est une maladie virale des ruminants d’élevage et sauvages qui ne peut être transmise que par
des insectes piqueurs appartenant à certaines espèces du genre
Culicoides (appelés également moucherons ou brûlots). Le virus
de la fièvre catarrhale du mouton n’est pas directement transmis
d’un animal infecté à un autre animal. L’infection chez les bovins, les chèvres et les wapitis est généralement inapparente ou
bénigne, mais elle peut gravement affecter les moutons et les
cerfs de Virginie et leur être fatale. La fièvre catarrhale du mouton ne présente pas de risque pour la santé humaine.
Sur la planète, il existe 25 sérotypes du virus de la fièvre
catarrhale du mouton. Cinq sont présents en Amérique du Nord;
8 en Amérique centrale et dans les Caraïbes, 8 en Australie et
20 en Afrique. Pour ce qui est des 5 sérotypes du virus de la fièvre catarrhale du mouton considérés comme endémiques aux
États-Unis (2, 10, 11, 13 et 17), il semble que le moucheron capable de transmettre le virus ne soit pas présent dans l’est du Canada, c’est-à-dire à l’est de la frontière séparant l’Ontario et le
Manitoba. Ce moucheron est cependant présent en ColombieBritannique (vallée de l’Okanagan), et en Alberta, en Saskatchewan et au Manitoba au sud du 53° de latitude nord.
Dans le cadre des mesures de contrôle à l’importation qui
étaient en vigueur jusqu’en février 2007, le Canada a connu,
sur une période de 30 ans, cinq incursions des sérotypes 11 et 17
du virus de la fièvre catarrhale du mouton dans la vallée de
l’Okanagan, en Colombie-Britannique. On croit que ces incursions auraient été causées par des vents du sud ayant entraîné des
moucherons infectés depuis les États-Unis.
Bien que certaines espèces de ruminants comme les moutons et
les cerfs de Virginie puissent être gravement affectées par le virus
de la fièvre catarrhale du mouton, ce sont typiquement dans des
zones climatiques qu’on ne trouve pas au Canada que la maladie
clinique sévit et que la mortalité est importante. Les États-Unis
comportent quatre zones climatiques définies selon la durée
moyenne de la période annuelle exempte de gel. La définition de
deux zones situées dans le nord des États-Unis est applicable au
Canada. Mais la maladie n’a pas été constatée dans ces zones ou
sa prévalence y est très faible. Dans la vallée de l’Okanagan —
seule région du Canada où la maladie est survenue et qui, de toutes les régions canadiennes, offre sans doute les conditions climatiques les plus propices à la propagation de la fièvre catarrhale du
mouton — on n’a signalé qu’une seule fois, c’est-à-dire en 19871988, la présence de la maladie clinique et un taux de mortalité
1980
Canada Gazette Part I
It is not anticipated that this regulatory change will have a significant impact on the environment.
As a result of the removal of bluetongue import control measures for ruminant animals from the United States, it is now possible that bluetongue may be introduced to Canada through the
importation of infected ruminants to where there are midges capable of further transmitting the virus. However, a 2004 study
found that the midge species known to transmit bluetongue in the
United States is at the northernmost limit of its range and has a
very poor capacity to transmit bluetongue in Western Canada.
Additionally, according to current knowledge, bluetongue virus is
not able to overwinter in Canada. Thus the updated scientific risk
analysis presented in the 2006 CFIA consultation paper, “An
Overview of Bluetongue and Assessing the Risks for Canada,”
concluded that the risk of bluetongue serotypes 2, 10, 11, 13
and 17 establishing themselves in Canadian livestock and in wildlife was limited. The 2006 consultation paper (closed May 31,
2006) is available on-line at www.inspection.gc.ca/english/
anima/heasan/disemala/blufie/blufie-consul-2e.shtml.
Easing import control measures also meant that restrictions for
animals moving out of the Okanagan Valley (which has experienced incursions of the bluetongue virus in the past) to other
areas in Canada would not apply, even if bluetongue activity is
detected.
By adding the bluetongue serotypes historically endemic in the
United States to the immediately notifiable disease list, the CFIA
would still be able to fulfill its international reporting obligations
to trading partners and the OIE.
This proposed amendment, along with the 2007 import policy
changes and changes to the OIE Terrestrial Animal Health Code
in May 2007, could result in international trading partners not
recognizing Canada’s bluetongue-free status as being in full compliance with the OIE Code. Trading partners should recognize
Eastern Canada, from the Ontario–Manitoba border to the Atlantic provinces, as a bluetongue-free zone once surveillance systems
meeting OIE guidelines are implemented, and because the midge
species that transmits bluetongue virus does not exist in these
areas. Further scientific research and surveillance may be required to substantiate a bluetongue-free status for Western Canada. Should evidence of bluetongue virus transmission occur in
Western Canada, restrictions might only be applied to this location provided surveillance systems meeting OIE guidelines are
maintained.
Traditionally, more than 99% of live cattle exports from Canada (approximately C$1.6 billion in 2007) are to the United
States, where bluetongue is a non-regulated disease at the federal
level. It is therefore unlikely that export of cattle to the United
States will be adversely affected as a result of this regulatory
amendment. Less than 2% of total exports of live ruminant animals are to overseas markets.
July 4, 2009
important chez des moutons et des cerfs de Virginie, mais la présence simultanée de la maladie hémorragique épizootique a mêlé
les données de cet incident.
L’on ne s’attend pas à ce que cette modification réglementaire
ait des répercussions environnementales importantes.
Comme les ruminants provenant des États-Unis ne sont plus
couverts par des mesures de contrôle à l’importation relatives à la
fièvre catarrhale du mouton, il existe maintenant un risque d’introduction de la fièvre catarrhale du mouton au Canada découlant
de l’importation de ruminants infectés à destination d’endroits
où il y a des moucherons capables de transmettre le virus. Cependant, selon une étude menée en 2004, l’espèce de moucheron
connue pour transmettre la fièvre catarrhale du mouton aux ÉtatsUnis est, dans l’Ouest du Canada, à la limite septentrionale de son
aire de répartition et sa capacité de transmission du virus y est très
faible. En outre, selon des données récentes, le virus de la fièvre
catarrhale du mouton ne peut survivre à l’hiver canadien. En
conséquence, selon une analyse scientifique du risque présentée
dans le rapport de consultation de l’ACIA publié en 2006 et
intitulé « Aperçu de la fièvre catarrhale du mouton et évaluation
du risque pour le Canada », le risque que les sérotypes 2, 10, 11,
13 et 17 du virus de la fièvre catarrhale du mouton s’établissent chez les animaux d’élevage et sauvages canadiens est
faible. Le document de consultation de 2006 (consultation
prenant fin le 31 mai 2006) est accessible en ligne, à l’adresse
suivante : www.inspection.gc.ca/francais/anima/heasan/disemala/
blufie/blufie-consul-2f.shtml.
Un assouplissement des mesures de contrôle à l’importation signifie également l’abandon des restrictions applicables aux animaux de la vallée de l’Okanagan (où le virus de la fièvre catarrhale du mouton a sévi dans le passé) à destination d’autres
régions du Canada, et ce, en dépit de la présence de signes
d’activité de la fièvre catarrhale du mouton.
Si l’on ajoutait les sérotypes de la fièvre catarrhale du mouton
historiquement endémiques aux États-Unis à la liste des maladies
à notification immédiate, l’ACIA serait encore en mesure de remplir ses obligations internationales en matière de déclaration envers ses partenaires commerciaux et l’OIE.
La modification proposée, tout comme les changements apportés à la politique d’importation en 2007 et ceux apportés au Code
sanitaire pour les animaux terrestres de l’OIE en mai 2007, pourrait amener nos partenaires commerciaux étrangers à considérer
que le statut de pays indemne de la fièvre catarrhale du mouton
du Canada n’est pas entièrement conforme au Code de l’OIE.
Nos partenaires commerciaux devraient reconnaître que l’Est du
Canada, depuis la frontière séparant l’Ontario et le Manitoba
jusqu’aux provinces de l’Atlantique, est une zone indemne de la
fièvre catarrhale du mouton parce qu’on y applique des systèmes
de surveillance conformes aux lignes directrices de l’OIE et qu’on
n’y trouve pas de moucherons capables de transmettre le virus de
la fièvre catarrhale du mouton. Il faudra peut-être pousser la recherche scientifique et la surveillance pour confirmer que la fièvre catarrhale du mouton n’est pas présente dans l’Ouest du Canada. Si les données indiquaient la transmission du virus de la
fièvre catarrhale du mouton dans l’Ouest du Canada, on pourrait
appliquer des restrictions uniquement dans cette région du Canada, sous réserve du maintien de systèmes de surveillance conformes aux lignes directrices de l’OIE.
Traditionnellement, plus de 99 % des exportations canadiennes
de bovins vivants (pour une valeur d’environ 1,6 milliard de dollars canadiens en 2007) sont destinées aux États-Unis, où la fièvre
catarrhale du mouton est une maladie non réglementée à l’échelle
fédérale. Ainsi, la présente modification réglementaire risque peu
de nuire à l’exportation de bovins aux États-Unis. Moins de 2 %
des exportations totales de ruminants vivants sont destinées aux
marchés d’outre-mer.
Le 4 juillet 2009
Gazette du Canada Partie I
1981
The only ruminant commodities for which export to other
countries significantly exceeds export to the United States are
semen and embryos (C$77.26 million for semen and C$8.97 million for embryos in 2007, with 43% of semen sales to the United
States). While a complete ban on these commodities would be
highly unlikely as a result of this amendment, there may be some
restrictions applied for a period of time to markets which may be
more sensitive to the presence of bluetongue.
Les seuls produits de ruminants dont les exportations vers
d’autres pays dépassent largement les exportations vers les ÉtatsUnis sont la semence et les embryons (valeur de 77,26 millions de
dollars canadiens pour la semence et de 8,97 millions de dollars
canadiens pour les embryons en 2007, avec 43 % des ventes de
semence aux États-Unis). Il est fort peu probable que la présente
modification entraîne une interdiction complète de ces produits,
mais certaines restrictions pourraient s’appliquer pendant un certain temps aux marchés pouvant être plus sensibles à la présence
de la fièvre catarrhale du mouton.
Consultation
Consultation
The May 2006 consultation paper, “An Overview of Bluetongue and Assessing the Risks for Canada,” was submitted to
industry groups. The consultation was largely focused on possible
changes to the import policy, but also included the proposed removal of bluetongue testing requirements from the import policy
for ruminants from the United States, as well as the removal of
the serotypes endemic to the United States from the list of reportable diseases.
Le document de consultation préparé en mai 2006 et intitulé
« Aperçu de la fièvre catarrhale du mouton et évaluation du risque
pour le Canada » a été soumis à des groupes sectoriels. La consultation a surtout été axée sur d’éventuels changements à apporter à
la politique d’importation, mais il y a aussi été question de l’élimination proposée des exigences relatives au dépistage de la fièvre catarrhale du mouton pour les ruminants importés des ÉtatsUnis ainsi que du retrait des sérotypes du virus endémiques aux
États-Unis de la liste des maladies déclarables.
Au total, 28 commentaires écrits ont été reçus et divisés en
6 grandes catégories selon leur provenance : gouvernement fédéral, gouvernements provinciaux, organismes et industries du Canada, particuliers et sociétés du Canada, organismes et industries
des États-Unis et gouvernement des États-Unis.
Vingt et un commentaires, y compris quatre des États-Unis,
étaient entièrement favorables à la modification proposée ou y
étaient favorables avec certaines réserves.
Des commentaires entièrement favorables ont été formulés par
certaines associations provinciales s’occupant d’animaux d’élevage. Par ailleurs, trois gouvernements provinciaux sur six et
plusieurs sociétés privées appuyaient fortement l’élimination des
restrictions à l’importation relatives à la fièvre catarrhale du mouton et la présente modification réglementaire. Selon l’Alberta
Beef Producers Association, « le risque que représente la fièvre
catarrhale du mouton pour l’industrie canadienne du bétail est
minime comparativement aux inconvénients causés par l’imposition de limites au commerce normalisé avec les États-Unis ».
Par ailleurs, la Manitoba Cattle Producers Association « croit que
les études menées par l’ACIA sur la fièvre catarrhale du mouton
contribueront non seulement à protéger la santé des animaux
d’élevage, mais aussi à résoudre certains problèmes commerciaux
qui opposent depuis longtemps le Canada et les États-Unis ».
Dans bon nombre des commentaires formulés, on recommandait
également à l’ACIA d’intensifier la surveillance et la recherche
sur les vecteurs, comme elle proposait de faire durant les
consultations.
Les commentaires soulèvent diverses questions : on craint que
le Canada ne perde son statut de pays indemne de la fièvre catarrhale du mouton et que les exportations d’animaux reproducteurs,
de semence et d’embryons n’en souffrent; on se préoccupe de
l’ampleur, de la portée et de la gestion du fonds d’indemnisation
proposé par la Canadian Cattlemen’s Association pour compenser
les pertes dues à la mortalité de moutons; on craint que l’ACIA
n’impose plus de contrôles lors d’éventuelles éclosions de fièvre
catarrhale du mouton.
L’ACIA a publié des réponses à tous les commentaires
reçus dans un rapport sommaire disponible en ligne, à l’adresse
suivante : www.inspection.gc.ca/francais/anima/heasan/disemala/
blufie/consult2007/analysf.shtml.
L’ACIA continuera, d’une part, d’assurer la liaison avec des
groupes sectoriels pour répondre à leurs nouvelles préoccupations
et, d’autre part, de prioriser les négociations menées avec nos
partenaires commerciaux pour assurer le maintien de nos marchés
d’exportation.
In total, 28 written submissions were received from 6 broad
groups: other federal departments, provincial governments, organizations and industries, private individuals and companies,
U.S. organizations and industries, and a U.S. government.
Twenty-one of the submissions, including four from the United
States, were fully supportive of the proposed amendment or were
supportive with some concerns.
Fully supportive comments received from some provincial cattle, bovine and other livestock associations, as well as three of six
provincial governments and several individual enterprises, were
in strong favour of the removal of bluetongue import restrictions
and this associated regulatory amendment. The Alberta Beef Producers Association stated that “the risk bluetongue poses to Canada’s livestock industry is insignificant compared to the damages
due to the restriction of normalized trade with the United States.”
The Manitoba Cattle Producers Association “believes that the
CFIA’s research related to bluetongue — in addition to protecting
the health of livestock — will also help to resolve some of the
long-standing trade issues between Canada and the United
States.” The CFIA was also directed, through many of the comments received, to conduct the enhanced surveillance and ongoing
vector research as proposed in its consultations.
Concerns received through submitted comments included the
potential loss of Canada’s bluetongue-free status and the impact
on exports of breeding animals, semen and embryos; the size,
scope and management of the indemnity fund proposed by the
Canadian Cattlemen’s Association to cover potential death losses
in sheep; and concerns that CFIA would no longer impose controls on any bluetongue incursions if they were to arise in the
future.
The CFIA published responses to all comments received in
a summary report, available on-line at www.inspection.gc.ca/
english/anima/heasan/disemala/blufie/consult2007/analyse.shtml.
The CFIA will continue to liaise with industry groups to address outstanding concerns and will prioritize negotiations with
trading partners to maintain export markets.
Canada Gazette Part I
1982
July 4, 2009
Implementation, enforcement and service standards
Mise en œuvre, application et normes de service
Although bluetongue serotypes 2, 10, 11, 13 and 17 are being
added to the list of immediately notifiable diseases in Schedule VII to the Health of Animals Regulations, all remaining bluetongue serotypes will remain reportable.
Même si les sérotypes 2, 10, 11, 13 et 17 du virus de la fièvre
catarrhale du mouton sont ajoutés à la liste des maladies à notification immédiate de l’annexe VII du Règlement sur la santé des
animaux, tous les autres sérotypes demeureront à déclaration
obligatoire.
Contact
Personne-ressource
Dorothy W. Geale, B.Sc. (Hons), Ph.D., DVM
Senior Staff Veterinarian, Foreign Animal Disease
Terrestrial Animal Health Division
Canadian Food Inspection Agency
185 King Street, Unit 203
Peterborough, Ontario
K9J 2R8
Dorothy W. Geale, B.Sc. (spécialisé), Ph. D., D.M.V.
Vétérinaire principale, Maladies animales exotiques
Division de la santé des animaux terrestres
Agence canadienne d’inspection des aliments
185, rue King, Bureau 203
Peterborough (Ontario)
K9J 2R8
PROPOSED REGULATORY TEXT
PROJET DE RÉGLEMENTATION
Notice is hereby given that the Governor in Council, pursuant
to paragraph 64(1)(m) of the Health of Animals Acta, proposes to
make the annexed Regulations Amending the Health of Animals
Regulations.
Interested persons may make representations concerning the
proposed Regulations within 30 days after the date of publication
of this notice. All such representations must cite the Canada Gazette, Part I, and the date of publication of this notice and be sent
to Dorothy Geale, Senior Staff Veterinarian, Foreign Animal Diseases, Canadian Food Inspection Agency, Floor 2, 185 King St,
Unit 203, Peterborough, Ontario K9J 2R8 (tel.: 705-750-4962;
fax: 705-750-4963; e-mail: Dorothy.Geale@inspection.gc.ca).
Avis est donné que la gouverneure en conseil, en vertu de l’alinéa 64(1)m) de la Loi sur la santé des animauxa, se propose de
prendre le Règlement modifiant le Règlement sur la santé des
animaux, ci-après.
Les intéressés peuvent présenter leurs observations au sujet du
projet de règlement dans les trente jours suivant la date de publication du présent avis. Ils sont priés d’y citer la Gazette du Canada Partie I, ainsi que la date de publication, et d’envoyer le tout à
Dorothy Geale, Vétérinaire principale, Maladies animales exotiques, Agence canadienne d’inspection des aliments, Étage 2,
185, rue King, Unité 203, Peterborough (Ontario) K9J 2R8 (tél. :
705-750-4962; téléc. : 705-750-4963; courriel : Dorothy.Geale@
inspection.gc.ca).
Ottawa, le 18 juin 2009
Le greffier adjoint intérimaire du Conseil privé
JURICA ČAPKUN
Ottawa, June 18, 2009
JURICA ČAPKUN
Acting Assistant Clerk of the Privy Council
REGULATIONS AMENDING THE HEALTH
OF ANIMALS REGULATIONS
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT
SUR LA SANTÉ DES ANIMAUX
AMENDMENT
MODIFICATION
1. Schedule VII to the Health of Animals Regulations1 is
amended by adding the following after item 6:
1. L’annexe VII du Règlement sur la santé des animaux1 est
modifiée par adjonction, après l’article 14, de ce qui suit :
Item
Disease
Article
Maladie
6.1
bluetongue (serotypes 2, 10, 11, 13 and 17)
14.1
fièvre catarrhale du mouton (sérotypes 2, 10, 11, 13 et 17)
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
2. These Regulations come into force on the day on which
they are registered.
2. Le présent règlement entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
[27-1-o]
[27-1-o]
———
———
a
a
1
S.C. 1990, c. 21
C.R.C., c. 296; SOR/91-525
1
L.C. 1990, ch. 21
C.R.C., ch. 296; DORS/91-525
Le 4 juillet 2009
Gazette du Canada Partie I
1983
Regulations Amending the Reportable Diseases
Regulations
Règlement modifiant le Règlement sur les maladies
déclarables
Statutory authority
Health of Animals Act
Fondement législatif
Loi sur la santé des animaux
Sponsoring agency
Canadian Food Inspection Agency
Organisme responsable
Agence canadienne d’inspection des aliments
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement.)
Issue and objectives
Question et objectifs
Bluetongue is a non-contagious, insect-borne disease that affects ruminant animals. Changes to Canada’s import policy on
February 1, 2007, eliminated bluetongue-related control measures
(testing requirements) for all ruminant animals imported from the
United States. These changes facilitated live cattle commerce and
enhanced Canada–United States trade relations, but they also
resulted in an inconsistency in Canada’s approach to this disease
in domestic ruminants. Currently, anyone responsible for the care
and control of ruminant animals who suspects that they may be
suffering from bluetongue is required to notify a Canadian Food
Inspection Agency (CFIA) veterinary inspector of this suspicion
immediately, and may be subject to offence provisions if they do
not do so. This level of obligation and sanction is not consistent
with the new import policy. It would be more appropriate to allow
the U.S. serotypes of bluetongue to be covered by a less severe
reporting scheme, while maintaining the current status for exotic
serotypes of bluetongue.
La fièvre catarrhale du mouton est une maladie non contagieuse des ruminants qui est transmise par un insecte vecteur. La
politique d’importation du Canada a été modifiée le 1er février
2007, ce qui a entraîné l’élimination des mesures de contrôle relatives à la fièvre catarrhale du mouton (exigences de dépistage)
pour tous les ruminants importés des États-Unis. La nouvelle
politique canadienne a permis de faciliter le commerce des bovins
vivants et d’améliorer les relations commerciales canadoaméricaines, mais elle ne demeure pas moins incohérente avec
l’approche canadienne à l’égard de cette maladie chez les ruminants au Canada. Actuellement, toute personne qui est responsable ou qui est chargée des soins de ruminants doit, si elle soupçonne chez eux la présence de fièvre catarrhale du mouton, aviser
immédiatement l’inspecteur vétérinaire de l’Agence canadienne
d’inspection des aliments (ACIA), à défaut de quoi elle s’expose
à des dispositions prévoyant des infractions. Or, cette obligation
et les sanctions prévues en cas de manquement ne sont plus cohérentes dans le cadre de la nouvelle politique d’importation du
Canada. Il serait plus approprié de permettre que les sérotypes
américains du virus soient couverts par un programme de déclaration moins sévère, tout en maintenant le statu quo pour les sérotypes exotiques du virus de la fièvre catarrhale du mouton.
This regulatory amendment would remove the serotypes of
bluetongue considered endemic in the United States from the
reportable diseases list while a concurrent amendment would add
them to the immediately notifiable diseases list so that international reporting obligations for bluetongue to the World Organization for Animal Health (OIE) are maintained.
La présente modification réglementaire permettrait de retirer
les sérotypes du virus de la fièvre catarrhale du mouton considérés comme endémiques aux États-Unis de la liste des maladies
déclarables, tandis qu’une modification simultanée permettrait
d’ajouter ces sérotypes à la liste des maladies à notification immédiate afin de permettre au Canada de continuer à respecter ses
obligations internationales de déclaration envers l’Organisation
mondiale de la santé animale (OIE).
Description and rationale
Description et justification
This proposed regulatory amendment is one part of two complementary amendments that seek to change the status of certain
serotypes of bluetongue virus endemic to the United States from
“reportable” to “immediately notifiable” diseases.
La présente modification réglementaire est l’une de deux modifications complémentaires visant à faire passer certains sérotypes
du virus de la fièvre catarrhale du mouton endémiques aux ÉtatsUnis du statut de « déclaration obligatoire » à celui de « notification immédiate ».
It is proposed that the entry for bluetongue (item 5) in the
Schedule of Reportable Diseases of the Reportable Diseases
Regulations be modified to specify that bluetongue serotypes 2,
Il est proposé d’ajouter à l’inscription de la fièvre catarrhale du
mouton (10e article) dans le Règlement sur les maladies déclarables une mention selon laquelle les sérotypes 2, 10, 11, 13 et 17
1984
Canada Gazette Part I
10, 11, 13 and 17 are no longer reportable. This is consistent with
the approach taken by the United States Department of Agriculture — Animal and Plant Health Inspection Service (USDAAPHIS).
All remaining bluetongue serotypes remain reportable. A concurrent regulatory amendment to Schedule VII of the Health of
Animals Regulations will add bluetongue serotypes 2, 10, 11, 13
and 17 to the list of immediately notifiable diseases.
Subsections 5(1) and (2) of the Health of Animals Act require
owners (or anyone having the care or control of an animal), veterinarians and laboratories to immediately report to a CFIA veterinary inspector when one of the 32 diseases listed in the Reportable Diseases Regulations is suspected to be present in an
animal under their care, or when the person becomes aware of
any fact indicating the disease’s presence. The CFIA then takes
action to either control (prevent the spread) or eradicate (eliminate from Canada) the disease.
Immediately notifiable diseases are set out in Schedule VII of
the Health of Animals Regulations. In general, immediately notifiable diseases are diseases exotic to Canada, of less concern than
reportable diseases, and for which control or eradication programs
do not necessarily exist. (This category also includes some indigenous diseases already present in Canada that are of trade concern.) Only laboratories are required to contact the CFIA regarding the suspicion or diagnosis of one of these diseases. When
notified, the CFIA reports the presence of the disease to trading
partners and the OIE as required. Maintaining the U.S. serotypes
on the immediately notifiable diseases list will also allow the
CFIA to investigate and assess whether the risk, of U.S. serotypes
have changed.
Bluetongue is a viral disease of domestic and wild ruminant
animals that can only be transmitted by biting insects of certain
species of Culicoides (also known as midges or “no-see-ums”).
Bluetongue virus cannot be spread directly from one infected
animal to another animal. Infection in cattle, goats and elk is generally unapparent or mild, but sheep and white-tailed deer may be
severely infected and death is possible. Bluetongue does not pose
any human health risk.
Worldwide, there exist 25 serotypes of bluetongue virus, with
5 serotypes occurring in North America, 8 in Central America and
the Caribbean, 8 in Australia, and 20 in Africa. With respect to
the 5 bluetongue serotypes considered endemic in the United
States (2, 10, 11, 13 and 17), the midge species that is able to
transmit the virus is not considered present in Canada east of
the Ontario–Manitoba border. The midge does exist in British
Columbia’s Okanagan Valley, and in Alberta, Saskatchewan and
Manitoba south of 53° north latitude.
Under the bluetongue import control measures in force until
February 2007, Canada had experienced five incursions, over a
30-year period, of 2 bluetongue serotypes (11 and 17) in British
Columbia’s Okanagan Valley. The incursions were believed to be
a result of southerly winds lofting and depositing infected midges
from the United States.
July 4, 2009
du virus de la fièvre catarrhale du mouton ne sont plus à déclaration obligatoire. Cette approche est conforme à celle adoptée par
le United States Department of Agriculture — Animal and Plant
Health Inspection Service (USDA-APHIS).
Tous les autres sérotypes du virus de la fièvre catarrhale du
mouton demeurent à déclaration obligatoire. Une modification
simultanée de l’annexe VII du Règlement sur la santé des animaux permettra d’ajouter les sérotypes 2, 10, 11, 13 et 17 du virus
de la fièvre catarrhale du mouton à la liste des maladies à notification immédiate.
Conformément aux paragraphes 5(1) et (2) de la Loi sur la santé des animaux, le propriétaire d’un animal (ou toute personne qui
en a la responsabilité ou la charge des soins), les vétérinaires et
les laboratoires sont tenus d’aviser sans délai un inspecteur vétérinaire de l’ACIA s’ils soupçonnent la présence d’une des
32 maladies figurant dans le Règlement sur les maladies déclarables chez un animal dont ils s’occupent ou quand ils sont informés d’un fait indiquant la présence d’une de ces maladies.
L’ACIA prendra ensuite des mesures de lutte (pour en prévenir la
propagation) ou d’éradication (pour l’éliminer du Canada) contre
cette maladie, selon le cas.
Les maladies à notification immédiate sont énumérées à l’annexe VII du Règlement sur la santé des animaux. En règle générale, les maladies à notification immédiate sont des maladies exotiques au Canada qui sont moins préoccupantes que les maladies à
déclaration obligatoire et qui ne sont pas nécessairement assujetties à des programmes de lutte et d’éradication. (Les maladies à
notification immédiate comprennent également certaines maladies
indigènes déjà présentes au Canada qui revêtent une importance
commerciale.) Seuls les laboratoires doivent communiquer avec
l’ACIA s’ils constatent ou soupçonnent une de ces maladies. Une
fois avertie, l’ACIA peut signaler la présence de la maladie aux
partenaires commerciaux du Canada et à l’OIE, au besoin. Si les
sérotypes américains étaient ajoutés à la liste des maladies à notification immédiate, l’ACIA pourrait également vérifier et évaluer
s’il y a eu une évolution dans le risque associé aux sérotypes
américains.
La fièvre catarrhale du mouton est une maladie virale des ruminants d’élevage et sauvages qui ne peut être transmise que par
des insectes piqueurs appartenant à certaines espèces du genre
Culicoides (appelés également moucherons ou brûlots). Le virus
de la fièvre catarrhale du mouton n’est pas directement transmis
d’un animal infecté à un autre animal. L’infection chez les bovins, les chèvres et les cerfs est généralement inapparente ou bénigne, mais elle peut gravement affecter les moutons et les cerfs
de Virginie et leur être fatale. La fièvre catarrhale du mouton ne
présente pas de risque pour la santé humaine.
Sur la planète, il existe 25 sérotypes du virus de la fièvre catarrhale du mouton dont 5 sont présents en Amérique du Nord,
8 en Amérique centrale et dans les Caraïbes, 8 en Australie et
20 en Afrique. Pour ce qui est des 5 sérotypes du virus de la fièvre catarrhale du mouton considérés comme endémiques aux
États-Unis (2, 10, 11, 13 et 17), on considère que le moucheron
capable de transmettre le virus est absent de l’est du Canada, et
ce, depuis la frontière séparant l’Ontario et le Manitoba jusqu’aux
provinces de l’Atlantique. Ce moucheron est cependant présent en
Colombie-Britannique (vallée de l’Okanagan), et en Alberta, en
Saskatchewan et au Manitoba au sud du 53° de latitude nord.
Dans le cadre des mesures de contrôle de l’importation qui
étaient en vigueur jusqu’en février 2007, le Canada a connu, sur
une période de 30 ans, 5 incursions des sérotypes 11 et 17 du
virus de la fièvre catarrhale du mouton dans la vallée de
l’Okanagan, en Colombie-Britannique. On croit que ces incursions auraient été causées par des vents austraux soulevant et
déposant des moucherons infectés provenant des États-Unis.
Le 4 juillet 2009
While some ruminant species such as sheep and white-tailed
deer may be severely affected by the bluetongue virus, significant
clinical disease and death losses are typically seen in climatic
zones not found in Canada. Four climatic zones, based on the
average duration of the frost-free period each year, have been
defined in the United States. Two zones that are located in the
northern states are applicable to Canada. Bluetongue has either
not been reported in these zones or its prevalence is very low.
Even in the Okanagan Valley, which is the only area in Canada
where bluetongue has occurred and which would arguably provide the most suitable climatic conditions of any area in Canada
for the spread of bluetongue, significant clinical disease or death
losses in sheep and white-tailed deer have only been reported
once, in 1987–88, and that incident was confounded by the presence of Epizootic Hemorrhagic Disease (EHD).
It is not anticipated that this regulatory change will have a significant impact on the environment.
As a result of the removal of bluetongue import control measures for ruminant animals from the United States, it is now possible that bluetongue may be introduced to Canada through the
importation of infected ruminants to where there are midges capable of further transmitting the virus. However, a 2004 study
found that the midge species known to transmit bluetongue in the
United States is at the northernmost limit of its range and has a
very poor capacity to transmit bluetongue in Western Canada.
Additionally, according to current knowledge, bluetongue virus is
not able to overwinter in Canada. Thus the updated scientific risk
analysis presented in the 2006 CFIA consultation paper, An Overview of Bluetongue and Assessing the Risks for Canada, concluded that the risk for bluetongue serotypes 2, 10, 11, 13 and 17
to establish in Canadian livestock and in wildlife was limited. The
2006 consultation paper (closed on May 31, 2006) is available
on-line at www.inspection.gc.ca/english/anima/heasan/disemala/
blufie/blufie-consul-2e.shtml.
Removing bluetongue from the reportable diseases list would
mean that the CFIA would no longer respond to bluetongue disease due to U.S. serotypes. The CFIA plans to enhance its bluetongue surveillance activities. This surveillance, coupled with
ongoing research and risk assessments, would provide ongoing
confirmation that risks to Canadian livestock and wildlife remain
very low.
Easing import control measures also meant that restrictions for
animals moving out of the Okanagan Valley (which has experienced incursions of the bluetongue virus in the past) to other areas
in Canada would not apply, even if bluetongue activity is
detected.
By making bluetongue virus an immediately notifiable disease
(via a concurrent regulatory amendment to the Health of Animals
Regulations), the CFIA would still be able to fulfill its international reporting obligations to trading partners and the OIE.
Gazette du Canada Partie I
1985
Bien que certaines espèces de ruminants du Canada comme les
moutons et les cerfs de Virginie puissent être gravement affectées
par le virus de la fièvre catarrhale du mouton, ce sont typiquement dans des zones climatiques que l’on ne trouve pas au
Canada que les pertes dues à la maladie clinique et à la mortalité
sont les plus importantes. Les États-Unis comportent quatre zones
climatiques établies selon la durée moyenne de la période
exempte de gel chaque année. Deux zones situées dans les zones
septentrionales des états frontaliers sont applicables au Canada.
Or, la fièvre catarrhale du mouton n’a pas été déclarée dans ces
zones ou sa prévalence y est très faible. Dans la vallée de
l’Okanagan, seule région du Canada où a déjà été présente la fièvre catarrhale du mouton et qui, de toutes les régions canadiennes, offre sans doute les conditions climatiques les plus propices à
la propagation de la fièvre catarrhale du mouton, on n’a signalé
qu’une seule fois, c’est-à-dire en 1987-1988, des pertes importantes dues à la maladie clinique ou à la mortalité chez des moutons
et des cerfs de Virginie, et l’incident a été confondu par la présence de la maladie hémorragique épizootique.
On ne s’attend pas à ce que cette modification réglementaire ait
des répercussions environnementales importantes.
Comme les ruminants provenant des États-Unis ne sont plus
couverts par des mesures de contrôle à l’importation relatives à la
fièvre catarrhale du mouton, il existe maintenant un risque
d’incursion de la fièvre catarrhale du mouton au Canada découlant de l’importation de ruminants infectés à destination d’endroits où il y a des moucherons capables de propager le virus.
Cependant, selon une étude menée en 2004, le moucheron réputé
transmettre la fièvre catarrhale du mouton aux États-Unis est,
dans l’Ouest du Canada, à la limite septentrionale de son aire de
répartition et y a une très faible capacité de transmettre le virus de
la fièvre catarrhale du mouton. En outre, selon des données récentes, le virus de la fièvre catarrhale du mouton ne peut survivre à
l’hiver canadien. En conséquence, selon une analyse scientifique
du risque présentée dans le rapport de consultation de l’ACIA
publié en 2006 et intitulé Aperçu de la fièvre catarrhale du mouton et évaluation du risque pour le Canada, les risques de propagation des sérotypes 2, 10, 11, 13 et 17 du virus de la fièvre catarrhale du mouton aux animaux d’élevage et sauvages canadiens
sont limités. Le document de consultation de 2006 (consultation
prenant fin le 31 mai 2006) est accessible en ligne, à l’adresse
suivante : www.inspection.gc.ca/francais/anima/heasan/disemala/
blufie/blufie-consul-2f.shtml.
Le fait de retirer la fièvre catarrhale du mouton de la liste des
maladies déclarables ne signifie pas que l’ACIA ne prendra plus
de mesures à l’égard de la présence de la maladie attribuable aux
sérotypes américains. L’ACIA prévoit même intensifier ses activités de surveillance de la fièvre catarrhale du mouton. Cette surveillance, combinée à ses activités permanentes de recherche et
d’évaluation des risques, permettra de confirmer que les risques
pour les animaux d’élevage et sauvages canadiens demeurent très
faibles.
Un assouplissement des mesures de contrôle à l’importation signifie également l’abandon des restrictions applicables aux animaux de la vallée de l’Okanagan (où a sévi le virus de la fièvre
catarrhale du mouton dans le passé) à destination d’autres régions
du Canada, et ce, en dépit de la présence de signes d’activité de la
fièvre catarrhale du mouton.
En faisant de la fièvre catarrhale du mouton une maladie à notification immédiate (par l’entremise d’une modification réglementaire simultanée du Règlement sur la santé des animaux), l’ACIA
sera encore en mesure de remplir ses obligations internationales
en matière de déclaration envers ses partenaires commerciaux et
l’OIE.
1986
Canada Gazette Part I
This proposed amendment, along with the 2007 import policy
changes and changes to the OIE Terrestrial Animal Health Code
in May 2007, could result in international trading partners not
recognizing Canada’s bluetongue-free status as being in full compliance with the OIE code. Trading partners should recognize
Eastern Canada from the Ontario–Manitoba border to the Atlantic
provinces as a bluetongue-free zone once surveillance systems
meeting OIE guidelines are implemented, and because the midge
species that transmits bluetongue virus does not exist in these
areas. Further scientific research and surveillance may be required
to substantiate a bluetongue-free status for Western Canada.
Should evidence of bluetongue virus transmission occur in Western Canada, restrictions might only be applied to this location
provided surveillance systems meeting OIE guidelines are
maintained.
Traditionally, more than 99% of live cattle exports from Canada (approximately C$1.6 billion in 2007) are to the United States
where bluetongue is a non-regulated disease at the federal level. It
is therefore unlikely that export of cattle to the United States will
be adversely affected as a result of this regulatory amendment.
Less than 2% of total exports of live ruminant animals are to
overseas markets.
The only ruminant commodities for which export to other
countries significantly exceeds export to the United States are
semen and embryos (C$77.26 million for semen and C$8.97 million for embryos in 2007, with 43% of semen sales to the United
States). While a complete ban on these commodities would be
highly unlikely as a result of this amendment, there may be some
restrictions applied for a period of time to markets which may be
more sensitive to the presence of bluetongue.
July 4, 2009
La modification proposée, tout comme les changements apportés à la politique d’importation en 2007 et ceux apportés au Code
sanitaire pour les animaux terrestres de l’OIE en mai 2007, pourrait amener nos partenaires commerciaux étrangers à ne pas
considérer le statut de pays indemne de la fièvre catarrhale du
mouton du Canada comme étant entièrement conforme au Code
de l’OIE. Nos partenaires commerciaux devraient reconnaître que
l’Est du Canada, depuis la frontière séparant l’Ontario et le Manitoba jusqu’aux provinces de l’Atlantique, est une zone indemne
de la fièvre catarrhale du mouton parce qu’on y applique des systèmes de surveillance conformes aux lignes directrices de l’OIE et
qu’on n’y trouve pas de moucherons capables de transmettre le
virus de la fièvre catarrhale du mouton. Il faudra peut-être pousser
la recherche scientifique et la surveillance pour confirmer que la
fièvre catarrhale du mouton n’est pas présente dans l’Ouest du
Canada. Si l’on faisait la preuve de la transmission du virus de la
fièvre catarrhale du mouton dans l’Ouest du Canada, on pourrait
appliquer des restrictions dans cette seule région du Canada, sous
réserve du maintien de systèmes de surveillance conformes aux
lignes directrices de l’OIE.
Traditionnellement, plus de 99 % des exportations canadiennes
d’animaux d’élevage vivants (pour une valeur d’environ 1,6 milliard de dollars canadiens en 2007) sont destinées aux États-Unis,
où la fièvre catarrhale du mouton est une maladie non réglementée à l’échelle fédérale. Ainsi, l’exportation d’animaux d’élevage
aux États-Unis ne sera fort probablement pas affectée négativement par la présente modification réglementaire. Moins de 2 %
des exportations totales de ruminants vivants sont destinées aux
marchés d’outre-mer.
Les seuls produits de ruminants dont les exportations vers
d’autres pays dépassent largement les exportations vers les ÉtatsUnis sont la semence et les embryons (valeur de 77,26 millions de
dollars canadiens pour la semence et de 8,97 millions de dollars
canadiens pour les embryons en 2007, avec 43 % des ventes de
semence aux États-Unis). Il est fort peu probable que la présente
modification entraîne une interdiction complète de ces produits,
mais certaines restrictions pourraient s’appliquer pendant un certain temps aux marchés pouvant être plus sensibles à la présence
de la fièvre catarrhale du mouton.
Consultation
Consultation
The May 2006 consultation paper, An Overview of Bluetongue
and Assessing the Risks for Canada, was submitted to industry
groups. The consultation was largely focused on possible changes
to the import policy, but also included the proposed removal of
bluetongue testing requirements from the import policy for ruminants from the United States, as well as the removal of bluetongue from the list of reportable diseases.
Le document de consultation préparé en mai 2006 et intitulé
Aperçu de la fièvre catarrhale du mouton et évaluation du risque
pour le Canada a été soumis à des groupes sectoriels. La consultation a surtout été axée sur d’éventuels changements à apporter à
la politique d’importation, mais il a aussi été question de
l’élimination proposée des exigences relatives au dépistage de la
fièvre catarrhale du mouton chez les ruminants importés des
États-Unis ainsi que du retrait de la fièvre catarrhale du mouton
de la liste des maladies déclarables.
Au total, 28 commentaires écrits ont été reçus et divisés en
6 grandes catégories selon leur provenance : gouvernement fédéral, gouvernements provinciaux, organismes et industries du Canada, particuliers et sociétés du Canada, organismes et industries
des États-Unis et gouvernement des États-Unis.
Vingt et une présentations, y compris quatre des États-Unis,
étaient entièrement favorables à la modification proposée ou y
étaient favorables avec certaines réserves.
Des commentaires entièrement favorables ont été formulés par
certaines associations provinciales s’occupant d’animaux d’élevage. Par ailleurs, trois gouvernementaux provinciaux sur six et
plusieurs sociétés privées appuyaient fortement la suppression des
restrictions à l’importation relatives à la fièvre catarrhale du mouton et la présente modification réglementaire. Selon l’Alberta
Beef Producers Association, « le risque que représente la fièvre
In total, 28 written submissions were received from 6 broad
groups: other federal departments, provincial governments, organizations and industries, private individuals and companies,
U.S. organizations and industries, and a U.S. state government.
Twenty-one of the submissions, including four from the United
States, were fully supportive of the proposed amendment or were
supportive with some concerns.
Fully supportive comments received from some provincial cattle, bovine and other livestock associations, as well as three of six
provincial governments and several individual enterprises, were
in strong favour of the removal of bluetongue import restrictions
and this associated regulatory amendment. The Alberta Beef Producers Association stated that “the risk bluetongue poses to Canada’s livestock industry is insignificant compared to the damages
Le 4 juillet 2009
due to the restriction of normalized trade with the United States.”
The Manitoba Cattle Producers Association “believes that the
CFIA’s research related to bluetongue — in addition to protecting
the health of livestock — will also help to resolve some of the
long-standing trade issues between Canada and the United
States.” The CFIA was also directed, through many of the comments received, to conduct the enhanced surveillance and ongoing
vector research as proposed in its consultations.
Concerns received through submitted comments included the
potential loss of Canada’s bluetongue-free status and the impact
on exports of breeding animals, semen and embryos; the size,
scope and management of the indemnity fund proposed by the
Canadian Cattlemen’s Association to cover potential death losses
in sheep; and concerns that CFIA would no longer impose controls on any bluetongue incursions if and when they were to arise
in the future.
The CFIA published responses to all comments received in a
summary report, available on-line at www.inspection.gc.ca/
english/anima/heasan/disemala/blufie/consult2007/analyse.shtml.
The CFIA will continue to liaise with industry groups to address outstanding concerns and will prioritize negotiations with
trading partners to maintain export markets.
Gazette du Canada Partie I
1987
catarrhale du mouton pour l’industrie canadienne du bétail est
minime comparativement aux inconvénients causés par l’imposition de limites au commerce normalisé avec les États-Unis ». Par
ailleurs, la Manitoba Cattle Producers Association « croit que les
études menées par l’ACIA sur la fièvre catarrhale du mouton
contribueront non seulement à protéger la santé des animaux
d’élevage, mais aussi à résoudre certains problèmes commerciaux
qui opposent depuis longtemps le Canada et les États-Unis ».
Dans bon nombre des commentaires formulés, on recommandait
également à l’ACIA d’intensifier la surveillance et la recherche
sur les vecteurs, comme elle proposait de faire durant les
consultations.
Les commentaires soulèvent diverses questions : on craint que
le Canada ne perde son statut de pays indemne de la fièvre catarrhale du mouton et que les exportations d’animaux reproducteurs,
de semence et d’embryons n’en souffrent; on se préoccupe de
l’ampleur, de la portée et de la gestion du fonds d’indemnisation
proposé par la Canadian Cattlemen’s Association pour compenser
les pertes dues à la mortalité de moutons; on craint que l’ACIA ne
cesse d’imposer des contrôles sur les incursions de fièvre catarrhale du mouton qui pourraient survenir.
L’ACIA a publié des réponses à tous les commentaires reçus
dans un rapport sommaire disponible en ligne, à l’adresse suivante : www.inspection.gc.ca/francais/anima/heasan/disemala/
blufie/consult2007/analysf.shtml.
L’ACIA continuera, d’une part, d’assurer la liaison avec des
groupes sectoriels pour répondre à leurs nouvelles préoccupations
et, d’autre part, de prioriser les négociations menées avec nos
partenaires commerciaux pour assurer le maintien de nos marchés
d’exportation.
Implementation, enforcement and service standards
Mise en œuvre, application et normes de service
Although bluetongue serotypes 2, 10, 11, 13 and 17 are being
removed from the Reportable Diseases Regulations, they are
proposed to be added to the list of immediately notifiable diseases
list in Schedule VII to the Health of Animals Regulations.
Même si les sérotypes 2, 10, 11, 13 et 17 du virus de la fièvre
catarrhale du mouton sont retirés du Règlement sur les maladies
déclarables, on propose de les ajouter à la liste des maladies à
notification immédiate de l’annexe VII du Règlement sur la santé
des animaux.
Contact
Personne-ressource
Dorothy W. Geale, B.Sc. (spécialisé), Ph. D., D.M.V.
Vétérinaire principale, Maladies animales exotiques
Division de la santé des animaux terrestres
Agence canadienne d’inspection des aliments
185, rue King, Bureau 203
Peterborough (Ontario)
K9J 2R8
Dorothy W. Geale, B.Sc. (Hons), Ph.D., DVM
Senior Staff Veterinarian, Foreign Animal Disease
Terrestrial Animal Health Division
Canadian Food Inspection Agency
185 King Street, Unit 203
Peterborough, Ontario
K9J 2R8
PROPOSED REGULATORY TEXT
PROJET DE RÉGLEMENTATION
Notice is hereby given that the Minister of Agriculture and
Agri-Food, pursuant to subsection 2(2) of the Health of Animals
Acta, proposes to make the annexed Regulations Amending the
Reportable Diseases Regulations.
Interested persons may make representations concerning the
proposed Regulations within 30 days after the date of publication
of this notice. All such representations must cite the Canada Gazette, Part I, and the date of publication of this notice and be sent
to Dorothy Geale, Senior Staff Veterinarian, Foreign Animal Diseases, Canadian Food Inspection Agency, Floor 2, 185 King St,
Avis est donné que le ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, en vertu du paragraphe 2(2) de la Loi sur la santé des
animauxa, se propose de prendre le Règlement modifiant le Règlement sur les maladies déclarables, ci-après.
Les intéressés peuvent présenter leurs observations au sujet du
projet de règlement dans les trente jours suivant la date de publication du présent avis. Ils sont priés d’y citer la Gazette du Canada Partie I, ainsi que la date de publication, et d’envoyer le tout à
Dorothy Geale, Vétérinaire principale, Maladies animales exotiques, Agence canadienne d’inspection des aliments, Étage 2,
———
———
a
a
S.C. 1990, c. 21
L.C. 1990, ch. 21
Canada Gazette Part I
1988
July 4, 2009
Unit 203, Peterborough, Ontario K9J 2R8 (tel.: 705-750-4962;
fax: 705-750-4963; e-mail: Dorothy.Geale@inspection.gc.ca).
Ottawa, June 18, 2009
GERRY RITZ
Minister of Agriculture and Agri-Food
185, rue King, Unité 203, Peterborough (Ontario) K9J 2R8
(tél. : 705-750-4962; téléc. : 705-750-4963; courriel : Dorothy.
Geale@inspection.gc.ca).
Ottawa, le 18 juin 2009
Le ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire
GERRY RITZ
REGULATIONS AMENDING THE REPORTABLE
DISEASES REGULATIONS
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT
SUR LES MALADIES DÉCLARABLES
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1. Item 5 of the schedule to the Reportable Diseases Regulations1 is replaced by the following:
1. L’article 5 de l’annexe du Règlement sur les maladies déclarables1 est remplacé par ce qui suit :
Item
Disease
Article
Maladie
5.
bluetongue (serotypes not listed
in item 6.1 of Schedule VII
to the Health of Animals
Regulations)
5.
fièvre catarrhale du mouton
(sérotypes qui ne figurent pas à
l’article 14.1 de l’annexe VII du
Règlement sur la santé des animaux)
2. Item 13 of the schedule to the French version of the
Regulations is replaced by the following:
2. L’article 13 de l’annexe de la version française du même
règlement est remplacé par ce qui suit :
Article
13.
Article
13.
Maladie
influenza aviaire hautement
pathogène
Maladie
influenza aviaire hautement
pathogène
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
3. These Regulations come into force on the day on which
they are registered.
3. Le présent règlement entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
[27-1-o]
[27-1-o]
———
———
1
1
SOR/91-2
DORS/91-2
Le 4 juillet 2009
Gazette du Canada Partie I
1989
Regulations Amending the Food and Drug
Regulations (1587 — Food Additives)
Règlement modifiant le Règlement sur les aliments
et drogues (1587 — additifs alimentaires)
Statutory authority
Food and Drugs Act
Fondement législatif
Loi sur les aliments et drogues
Sponsoring department
Department of Health
Ministère responsable
Ministère de la Santé
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement.)
Issue and objectives
Question et objectifs
The Food and Drug Regulations (“the Regulations”) regulate
the sale and use of food additives in Canada, listing the permitted
food additives and how they may be used. Health Canada has
received a submission from industry requesting that the Regulations be amended to permit the use of sodium hexametaphosphate
at a maximum level of use of 148 parts per million (p.p.m.) as a
sequestering agent in liquid whey during the evaporation process,
resulting to a level of 731 p.p.m. in the concentrated or dried
whey products following the evaporation process. The evaporated
products would include whey liquid concentrate, powder and its
derivatives; whey liquid or powder protein concentrate; and whey
lactose liquid concentrate or powder. These concentrated or dried
whey products would be used as ingredients in a variety of foods
including infant formula.
Le Règlement sur les aliments et drogues (« le Règlement »)
réglemente la vente et l’utilisation des additifs alimentaires au
Canada en établissant la liste de ceux qui sont autorisés et la façon dont ils peuvent être utilisés. Santé Canada a reçu une soumission de l’industrie demandant une modification au Règlement
qui vise à permettre l’utilisation de l’hexamétaphosphate de sodium à une limite de tolérance de 148 parties par million (p.p.m.)
comme agent séquestrant dans le petit-lait liquide lors du processus d’évaporation, ce qui entraînerait un niveau de 731 p.p.m.
dans les produits concentrés ou séchés de petit-lait après le processus d’évaporation. Les produits évaporés comprendraient le
petit-lait liquide concentré, le petit-lait en poudre et ses dérivés; le
petit-lait liquide ou les concentrés de protéines en poudre; et le
lactose de petit-lait liquide concentré ou en poudre. Ces produits
de petit-lait concentré ou séché serviraient d’ingrédients dans
divers aliments, y compris les préparations pour nourrissons.
L’évaluation des données disponibles confirme l’innocuité et
l’efficacité de cet additif alimentaire dans les utilisations énoncées ci-dessus. Il est donc proposé de modifier le Règlement afin
de permettre l’utilisation de l’hexamétaphosphate de sodium
comme agent séquestrant dans le petit-lait liquide pour la fabrication de produits concentrés ou séchés de petit-lait jusqu’à une
limite de tolérance de 800 p.p.m. dans les produits concentrés ou
séchés de petit-lait, et de permettre l’utilisation de ces produits de
petitlait dans les préparations pour nourrissons. Puisqu’il n’y a
pas d’inquiétude quant à l’innocuité de l’utilisation de l’hexamétaphosphate de sodium comme agent séquestrant dans le petitlait liquide, les modifications proposées permettraient également
aux produits évaporés de petit-lait qui en découlent d’être utilisés
comme ingrédients dans divers aliments pour lesquels aucune
soumission n’a été déposée à Santé Canada. L’adoption de ces
modifications allégerait le fardeau réglementaire, tant pour le
gouvernement que pour l’industrie.
Ces nouvelles utilisations proposées pour l’hexamétaphosphate
de sodium profiteraient aux consommateurs en rendant plus accessibles des produits alimentaires de qualité tout en continuant
de protéger leur santé et sécurité. En outre, son utilisation profiterait à l’industrie en facilitant la fabrication de produits alimentaires de qualité.
Evaluation of available data supports the safety and effectiveness of this food additive in the above-specified use. Therefore, it
is proposed to amend the Regulations to permit the use of sodium
hexametaphosphate in liquid whey as a sequestering agent for the
manufacture of concentrated or dried whey products at a maximum level of use not exceeding 800 p.p.m. in the concentrated or
dried whey products, and to permit these whey products to be
used in infant formula. Since there are no safety concerns regarding the use of sodium hexametaphosphate as a sequestering agent
in liquid whey, the proposed amendments would also permit the
resulting evaporated whey products to be used as ingredients in a
variety of foods that are not currently the subject of submissions
to Health Canada. Introducing these amendments would reduce
the regulatory burden to both government and industry.
The proposed new uses of sodium hexametaphosphate would
benefit the consumers by allowing greater availability of quality
food products, while continuing to protect their health and safety.
In addition, its use would benefit industry by facilitating the
manufacture of quality food products.
Description and rationale
Description et justification
The proposed amendments to the Regulations would enable the
use of sodium hexametaphosphate, a food additive currently listed
Les modifications proposées au Règlement permettraient l’utilisation de l’hexamétaphosphate de sodium, un additif alimentaire
1990
Canada Gazette Part I
in the Tables to section B.16.100, as a sequestering agent in liquid
whey during the evaporation process.
There is no anticipated increase in cost to government from the
administration of these proposed amendments to the Regulations.
The use of food additives is optional; therefore, a manufacturer
choosing to use a food additive in its products would voluntarily
assume the costs associated with its use and compliance with the
Regulations.
The only regulatory options available to address this submission are for the minister to recommend or not recommend to the
Governor in Council that the proposed new use for this food additive be listed in the Tables to section B.16.100 of the Regulations.
Based on its safety and efficacy assessment, Health Canada is
recommending to enable the new use of this food additive.
July 4, 2009
actuellement nommé aux tableaux de l’article B.16.100, comme
agent séquestrant dans le petit-lait liquide lors du processus
d’évaporation.
On ne prévoit pas que l’administration de ces modifications
proposées au Règlement entraînerait une hausse de coût pour le
gouvernement. L’utilisation d’additifs alimentaires est facultative.
Par conséquent, un fabricant choisissant d’utiliser volontairement un additif alimentaire dans ses produits assumerait les coûts
d’utilisation et de conformité au Règlement.
Les seules options réglementaires disponibles pour répondre à
cette soumission consistent à ce que le ministre recommande ou
non au gouverneur en conseil que la nouvelle utilisation proposée
pour cet additif alimentaire soit ajoutée aux tableaux de l’article
B.16.100 du Règlement. Sur la base de son évaluation d’innocuité
et d’efficacité, Santé Canada recommande de permettre la nouvelle utilisation de cet additif alimentaire.
Consultation
Consultation
The proposed amendments would permit the use of sodium
hexametaphosphate in foods for which there are compositional
and health and safety standards set out in Division 8 and 25 of the
Regulations. Consequently, input regarding the use of sodium
hexametaphosphate in liquid whey during the evaporation process
and the use of the resulting evaporated products such as whey
liquid concentrate, powder and its derivatives into infant formula
was sought from the Canadian Food Inspection Agency (“the
CFIA”) and the National Dairy Council. These organizations
expressed their support for these proposed amendments.
Les modifications proposées permettraient l’utilisation de
l’hexamétaphosphate de sodium dans des aliments pour lesquels
des normes de composition et de santé et sécurité sont visées aux
titres 8 et 25 du Règlement. Par conséquent, des consultations ont
été menées auprès de l’Agence canadienne d’inspection des aliments (« l’ACIA ») et du Conseil national de l’industrie laitière
concernant l’utilisation de l’hexamétaphosphate de sodium dans
le petit-lait liquide lors du processus d’évaporation et l’utilisation
des produits évaporés qui en découlent comme le petit-lait liquide
concentré, le petit-lait en poudre et ses dérivés dans les préparations pour nourrissons. Ces organismes ont manifesté leur appui
aux modifications proposées.
Implementation, enforcement and service standards
Mise en œuvre, application et normes de service
The CFIA is responsible for the enforcement of the Food and
Drugs Act and the Regulations with respect to foods. The CFIA
uses a science-based risk management approach to set its food
safety priorities. Using this approach as its foundation, the CFIA
plans its inspection and testing programs for foods, taking into
account the degree of risk associated with a particular sector and
would concentrate its resources where risk is greatest. Each CFIA
commodity inspection program performs ingredient verifications
at which time inspectors compare formulations and lists of ingredients, and perform on-site verification of the manufacture of
the product. The frequency of inspection would depend on the history of compliance of a particular product, the history of compliance of the manufacturer and the food safety risk.
L’ACIA est responsable de faire appliquer la Loi sur les aliments et drogues et le Règlement en ce qui a trait aux aliments.
Pour établir ses priorités en matière de salubrité des aliments,
l’ACIA a recours à une approche de gestion du risque à fondement scientifique en vertu de laquelle elle planifie ses programmes d’inspections et de vérifications pour les aliments en tenant
compte du degré de risque associé à un secteur donné et concentre
ses ressources là où le risque est plus élevé. Chacun des programmes d’inspection de produits de l’ACIA prévoit des vérifications d’ingrédients au cours desquelles l’inspecteur compare les
formulations et la liste des ingrédients, et doit effectuer une vérification sur place de la fabrication du produit. La fréquence d’inspection dépendrait de l’historique de conformité d’un produit
donné, de l’historique de conformité du fabricant et du risque
associé à l’innocuité d’un aliment.
Contact
Personne-ressource
John Salminen
Acting Director
Bureau of Chemical Safety
Health Canada
251 Sir Frederick Banting Driveway
Tunney’s Pasture
Address Locator: 2203B
Ottawa, Ontario
K1A 0K9
Telephone: 613-957-0973
Fax: 613-954-4674
Email: sche-ann@hc-sc.gc.ca
John Salminen
Directeur par intérim
Bureau d’innocuité des produits chimiques
Santé Canada
251, promenade Sir Frederick Banting
Pré Tunney
Indice de l’adresse : 2203B
Ottawa (Ontario)
K1A 0K9
Téléphone : 613-957-0973
Télécopieur : 613-954-4674
Courriel : sche-ann@hc-sc.gc.ca
Le 4 juillet 2009
Gazette du Canada Partie I
1991
PROPOSED REGULATORY TEXT
PROJET DE RÉGLEMENTATION
Notice is hereby given that the Governor in Council, pursuant
to subsection 30(1)a of the Food and Drugs Actb, proposes to
make the annexed Regulations Amending the Food and Drug
Regulations (1587 — Food Additives).
Interested persons may make representations with respect to
the proposed Regulations within 75 days after the date of publication of this notice. All such representations must cite the Canada
Gazette, Part I, and the date of publication of this notice, and be
addressed to John Salminen, A/Director, Bureau of Chemical
Safety, Department of Health, 251 Sir Frederick Banting Driveway, Tunney’s Pasture, Address Locator 2203B, Ottawa, Ontario
K1A 0K9 (tel.: 613-957-0973; fax: 613-954-4674; e-mail: scheann@hc-sc.gc.ca).
Ottawa, June 18, 2009
JURICA ČAPKUN
Acting Assistant Clerk of the Privy Council
Avis est donné que la gouverneure en conseil, en vertu du paragraphe 30(1)a de la Loi sur les aliments et droguesb, se propose
de prendre le Règlement modifiant le Règlement sur les aliments
et drogues (1587 — additifs alimentaires), ci-après.
Les intéressés peuvent présenter leurs observations au sujet du
projet de règlement dans les soixante-quinze jours suivant la date
de publication du présent avis. Ils sont priés d’y citer la Gazette
du Canada Partie I, ainsi que la date de publication, et d’envoyer
le tout à John Salminen, directeur par intérim, Bureau de
l’innocuité des produits chimiques, ministère de la Santé,
251, promenade Sir Frederick Banting, pré Tunney, indice
d’adresse 2203B, Ottawa (Ontario) K1A 0K9 (tél. : 613-9570973; téléc. : 613-954-4674; courriel : sche-ann@hc-sc.gc.ca).
Ottawa, le 18 juin 2009
Le greffier adjoint intérimaire du Conseil privé
JURICA ČAPKUN
REGULATIONS AMENDING THE FOOD AND DRUG
REGULATIONS (1587 — FOOD ADDITIVES)
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT SUR
LES ALIMENTS ET DROGUES (1587 —
ADDITIFS ALIMENTAIRES)
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1
1. Paragraph B.08.049(b) of the Food and Drug Regulations
is amended by striking out “and” at the end of subparagraph (iii), by adding “and” at the end of subparagraph (iv)
and by adding the following after subparagraph (iv):
(v) sodium hexametaphosphate, in the case of liquid whey
destined for the manufacture of concentrated or dried whey
products.
2. Item S.3 of Table XII to section B.16.100 of the Regulations is amended by adding, in columns II and III, the following after subitem (6):
Column II
1. L’alinéa B.08.049b) du Règlement sur les aliments et drogues1 est modifié par adjonction, après le sous-alinéa (iv), de
ce qui suit :
(v) de l’hexamétaphosphate de sodium, s’il s’agit de petitlait liquide destiné à la fabrication de produits de petit-lait
concentré ou séché.
2. L’article S.3 du tableau XII de l’article B.16.100 du
même règlement est modifié par adjonction, dans les colonnes II et III, après le paragraphe (6), de ce qui suit :
Column III
Colonne II
Colonne III
Item No.
Permitted in or Upon
Maximum Level of Use
Article
Permis dans ou sur
Limites de tolérance
S.3
(7) Liquid whey destined
for the manufacture of
concentrated or dried
whey products
(7) 800 p.p.m. in the
concentrated or dried
whey products
S.3
(7) Petit-lait liquide destiné
à la fabrication de
produits de petit-lait
concentré ou séché
(7) 800 p.p.m. dans les
produits de petit-lait
concentré ou séché
3. Subsection B.25.062(2) of the Regulations is amended by
striking out “or” at the end of paragraph (e), by adding “or”
at the end of paragraph (f) and by adding the following after
paragraph (f):
(g) infant formula that contains concentrated or dried whey
products manufactured with liquid whey to which sodium
hexametaphosphate has been added.
3. Le paragraphe B.25.062(2) du même règlement est modifié par adjonction, après l’alinéa f), de ce qui suit :
g) aux préparations pour nourrissons qui contiennent des produits de petit-lait concentré ou séché fabriqués avec du petitlait liquide auquel de l’hexamétaphosphate de sodium a été
ajouté.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
4. These Regulations come into force on the day on which
they are registered.
4. Le présent règlement entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
[27-1-o]
[27-1-o]
———
a
b
1
S.C. 2005, c. 42, s. 2
R.S., c. F-27
C.R.C., c. 870
———
a
b
1
L.C. 2005, ch. 42, art. 2
L.R., ch. F-27
C.R.C., ch. 870
1992
Canada Gazette Part I
July 4, 2009
Regulations Amending the CATSA Aerodrome
Designation Regulations
Règlement modifiant le Règlement sur la désignation
des aérodromes de l’ACSTA
Statutory authority
Canadian Air Transport Security Authority Act
Fondement législatif
Loi sur l’Administration canadienne de la sûreté du transport
aérien
Sponsoring department
Department of Transport
Ministère responsable
Ministère des Transports
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This summary is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement.)
Executive summary
Issue: In response to an August 2006 foiled terrorist plot
involving liquid explosives disguised as common liquids, the
Government of Canada, in concert with other countries, took
immediate action and limited the amount of liquids, aerosols
and gels (LAGs) passengers could take on an aircraft. This
restriction affected not only domestic flights, but international
operations as well, as air carriers flying from airports in Canada to international destinations had to have their passengers
screened for LAGs as a condition of entry into the foreign
country. To effect this restriction quickly, the Minister of
Transport exercised his authority under paragraph 6.41(1)(b)
of the Aeronautics Act and issued an interim order to include
LAGs in the existing list of prohibited items, for which the
Canadian Air Transport Security Authority (CATSA) must
screen. An interim order is in effect for one year unless
regulations replacing it are made. Given the continued threat
of an improvised explosive device being used on board a
passenger aircraft and ongoing international support to maintain these restrictions, Transport Canada is proposing that the
requirement for CATSA to screen for LAGs, in addition to
other prohibited items, become a permanent regulatory requirement in the Canadian Aviation Security Regulations
(CASR). In addition to the above, housekeeping amendments
are required to the CASR, the Designated Provisions Regulations (DPR) and the CATSA Aerodrome Designation Regulations in order to clarify and simplify these regulations.
Description: The proposed amendments would permanently
place in regulations the requirement for CATSA to screen
passengers and other persons for prohibited items. Other
proposed amendments to the CASR, DPR and CATSA Aerodrome Designation Regulations are editorial and minor in
nature.
Résumé
Question : À la suite de la mise en échec du complot terroriste
d’août 2006 à l’aide d’explosifs liquides ayant l’apparence de
liquides courants, le gouvernement du Canada, de concert
avec d’autres pays, a pris des mesures immédiates et a limité
la quantité de liquides, d’aérosols et de gels (LAG) que les
passagers peuvent prendre avec eux à bord d’un aéronef. Cette
restriction n’a pas seulement concerné les vols intérieurs, mais
également les vols internationaux, car les transporteurs aériens
dont les vols partent d’aéroports du Canada à destination
d’aéroports étrangers étaient tenus d’assurer le contrôle de
leurs passagers au chapitre des LAG comme condition d’entrée dans le pays étranger. Pour imposer rapidement une telle
restriction, le ministre des Transports a exercé les pouvoirs
que lui confère l’alinéa 6.41(1)b) de la Loi sur l’aéronautique
et a publié un arrêté d’urgence pour que les LAG figurent dans
la liste existante des articles interdits que l’Administration
canadienne de la sûreté du transport aérien (ACSTA) doit
contrôler. Un arrêté est en vigueur pendant un an à moins
qu’un règlement ne soit pris pour le remplacer. Compte tenu
de la menace persistante du recours à un dispositif explosif de
circonstance à bord d’un aéronef transportant des passagers et
du soutien international permanent pour de telles restrictions,
Transports Canada propose que l’obligation qui est faite à
l’ACSTA de contrôler les LAG, en plus des autres articles
interdits, devienne une exigence réglementaire permanente
dans le Règlement canadien sur la sûreté aérienne (RCSA).
Outre ce qui précède, il y a lieu d’apporter des modifications
d’ordre administratif au RCSA, au Règlement sur les textes
désignés (RTD) et au Règlement sur la désignation des
aérodromes de l’ACSTA pour les éclaircir et les simplifier.
Description : Les modifications proposées auraient pour
objectif d’insérer à titre permanent dans les règlements l’obligation qui incombe à l’ACSTA de contrôler les passagers et
d’autres personnes au chapitre des articles interdits. Les autres
modifications prévues du RCSA, du RTD et du Règlement sur
la désignation des aérodromes de l’ACSTA sont de pure forme
et sont mineures.
Le 4 juillet 2009
Gazette du Canada Partie I
Cost-benefit statement1: Potential costs of the LAGs
restrictions were estimated for duty-free stores and other
airport concessions, airports, passengers and the federal government. Costs to airport duty-free stores and concessions
were estimated to average $726,000 per year in lost profits
due to reduced sales. Airports face potential increased operating costs due to LAGs restrictions of $332,000 per year as
well as potential lost revenues of $100,000 per year. Costs to
passengers were estimated based on the value of surrendered
LAGs items as well as the value of additional wait times.
The value of surrendered items was estimated to average
$9.3 million per year from 2006 to 2015. The cost of additional delays for passengers due to LAGs was estimated at just
less than $4.9 million over 2006 and 2007. The total costs of
the LAGs restrictions over a 10-year time horizon were estimated to be $299.5 million in present value terms. The economic impact on Canada of not observing international LAGs
restrictions was not estimated, as this would have eliminated
international travel.
Énoncé des coûts et avantages1 : Les coûts possibles des
restrictions imposées sur les LAG ont été estimés pour les
boutiques hors taxes et autres concessions aéroportuaires, les
aéroports, les passagers et le gouvernement fédéral. On a estimé que les coûts pour les boutiques hors taxes et les concessions aéroportuaires se chiffraient en moyenne à 726 000 $
par an en manque à gagner à cause d’une baisse des ventes.
Les aéroports sont exposés à une hausse éventuelle de leurs
charges d’exploitation attribuable aux restrictions imposées
sur les LAG qui se chiffre à 332 000 $ par an et à un éventuel
manque à recevoir de 100 000 $ par an. Les coûts pour les
passagers ont été estimés en fonction de la valeur des LAG
restitués ainsi que de la valeur des délais d’attente supplémentaires. La valeur des objets restitués a été évaluée en moyenne
à 9,3 millions de dollars par an entre 2006 et 2015. Le coût
des retards supplémentaires subis par les passagers et attribuables aux LAG a été estimé à un peu moins de 4,9 millions de
dollars en 2006 et 2007. Les coûts totaux des restrictions
imposées sur les LAG sur un horizon de 10 ans ont été estimés
à 299,5 millions de dollars sur le plan de la valeur actualisée.
Les retombées économiques pour le Canada de ne pas
respecter les restrictions internationales sur les LAG n’ont pas
été estimées, ce qui aurait éliminé les voyages internationaux.
On a procédé à une analyse de rentabilité en utilisant la valeur
d’une vie statistique (fixée à 6,36 millions de dollars, selon les
recommandations du Conseil du Trésor du Canada). Selon
cette mesure, les restrictions imposées sur les LAG devront
épargner 47 vies statistiques sur une période de 10 ans, soit
une moyenne de 6,8 vies par an, pour que les coûts des règlements équivalent à leurs avantages.
Incidences sur les entreprises et les consommateurs : Les
incidences sont comprises dans les chiffres ci-dessus.
Coordination et coopération à l’échelle nationale et internationale : Le contrôle des articles interdits dans les aéroports
est une obligation imposée par l’Organisation de l’aviation
civile internationale (OACI), que le Canada, en tant qu’État
membre, est censé respecter. Les modifications prévues entraîneront la pérennité de l’obligation qui incombe à l’ACSTA
de contrôler les articles interdits et de respecter la norme de
l’OACI. Les restrictions actuelles imposées sur les LAG ont
été établies de concert avec les États-Unis et l’Union européenne. Les règlements canadiens revêtent une importance
névralgique non seulement pour atténuer les menaces et les
risques qu’une substance explosive liquide soit utilisée à bord
d’un aéronef décollant d’un aéroport canadien, mais pour
assurer la continuité des vols intérieurs et internationaux.
Mesures de rendement et plan d’évaluation : Le projet de
règlement sur les LAG s’inscrit dans le quatrième résultat stratégique de Transports Canada : intitulé Un réseau de transport
sûr, comme l’atteste l’Architecture des activités des programmes du Ministère. À cet égard, le projet de règlement appuie
le Programme de sûreté aérienne en vertu de la sous-activité
Cadre de réglementation de la sûreté aérienne (4.1.1). Le
Cadre de réglementation de la sûreté aérienne (dont ces règlements font partie) ainsi que les programmes de contribution à
la surveillance et aux services de police dans les aéroports
doivent être évalués par les Services d’évaluation de Transports Canada entre 2011-2012 et 2012-2013, et ils sont mentionnés dans le Plan d’évaluation de Transport Canada en date
d’avril 2009.
A cost-effectiveness analysis was conducted using the value of
a statistical life (set at $6.36 million, as recommended by the
Treasury Board of Canada). According to this measure, the
LAGs restrictions would need to save 47 statistical lives over
a 10-year period or an average of 6.8 lives/year for the costs of
the regulations to equal its benefits.
Business and consumer impacts: These impacts are included
in the above figures.
Domestic and international coordination and cooperation:
Screening for prohibited items at airports is an obligation of
the International Civil Aviation Organization (ICAO), which
as a member state, Canada is expected to meet. These proposed amendments would make permanent CATSA’s requirement to screen for prohibited items and meet the ICAO
standard. The current restrictions on LAGs were developed in
cooperation with the United States and the European Union.
The Canadian regulations are crucial not only to mitigate the
threat and risk of a liquid explosive being used on board an
aircraft departing a Canadian airport but also to maintain
uninterrupted domestic and international air operations.
Performance measurement and evaluation plan: The LAGs
regulatory proposal is part of Transport Canada’s fourth
Strategic Outcome - A Secure Transportation System, as noted
in the Department’s Program Activity Architecture. In this
context, the regulatory proposal supports the Aviation Security
Program under the sub-activity of the Aviation Security Regulatory Framework (4.1.1). The Aviation Security Regulatory
Framework (of which these regulations are a part) and the
Oversight and Airport Policing Contribution programs are to
be evaluated by Transport Canada’s Evaluation Services over
the 2011–12 to 2012–13 period and are referenced in
Transport Canada’s Evaluation Plan dated April 2009.
———
———
1
1
Note: For the purpose of this RIAS, the cost-benefit statement and the performance measurement and evaluation plan will focus on the proposed amendment to
make permanent the requirement for CATSA to screen for prohibited items and,
specifically, on the impact of volumetric restrictions placed on LAGs, which was
introduced through the Interim Order.
1993
Remarque : Pour les besoins du présent RÉIR, l’énoncé des coûts et avantages et
le plan de mesure d’évaluation du rendement porteront sur la modification prévue de rendre permanente l’obligation qui incombe à l’ACSTA de contrôler les
articles interdits et, en particulier, sur l’incidence des restrictions volumétriques
imposées sur les LAG qui ont été prescrites par l’arrêté en question.
1994
Canada Gazette Part I
July 4, 2009
Issue
Question
In August 2006, authorities in the United Kingdom disrupted a
terrorist plot to destroy civilian aircraft using commonly available
liquids to construct improvised explosive devices for planned inflight detonation in the cabin of a number of aircraft flying to the
United States and Canada.
En août 2006, les autorités du Royaume-Uni ont déjoué un
complot terroriste visant à détruire des aéronefs civils à l’aide de
liquides facilement accessibles afin de construire des engins explosifs de circonstance destinés à exploser en plein vol dans la
cabine d’un certain nombre d’aéronefs volant à destination des
États-Unis et du Canada.
Après avoir déjoué ce complot, les instances aéronautiques
d’un certain nombre de pays, dont le Canada, ont rapidement pris
des mesures afin d’imposer des contrôles très stricts, notamment
une interdiction totale de LAG, sur les articles que les passagers
sont autorisés à avoir avec eux avant de franchir les points de
contrôle de sûreté aux aéroports sur leurs territoires respectifs.
Ces mesures de contrôle ont été assouplies par la suite à l’issue
d’une évaluation plus approfondie de la menace. Toutefois, des restrictions volumétriques demeurent en vigueur pour tous les LAG, à
l’exception des LAG essentiels comme les médicaments et les aliments pour bébés autorisés aux points de contrôle aéroportuaires.
La réaction préliminaire frappant d’interdiction totale tous les
LAG franchissant les points de contrôle a été une réaction immédiate afin d’empêcher que les ingrédients d’éventuels explosifs ne
pénètrent à bord d’un aéronef. L’interdiction initiale a été jugée
nécessaire pour atténuer la menace jusqu’à ce qu’on puisse
l’évaluer de manière plus approfondie.
Des experts en la matière du milieu international de la sûreté
aérienne ont analysé les paramètres physiques et chimiques des
mélanges explosifs en puissance pour déterminer si les substances
envisagées exploseraient, dans quelles conditions, et pour établir
le niveau de fiabilité de leur explosion. Ils ont évalué l’efficacité
éventuelle des explosifs envisagés sur le plan de leur capacité à
causer des dégâts catastrophiques à un aéronef en vol et ont étudié
les autres facteurs susceptibles d’influencer la vitesse et la puissance des explosifs. Les conclusions auxquelles en sont venus les
experts en la matière ont été échangées avec les instances de
l’aviation civile internationale, notamment les responsables de la
sûreté de Transports Canada. Les précisions relatives à ces conclusions sont de nature névralgique pour la sécurité et elles ne
peuvent faire l’objet d’une divulgation publique. Compte tenu des
résultats obtenus, on a établi que le fait de limiter les liquides à de
petits flacons mis dans un sac transparent d’un litre limiterait le
risque de manière appréciable de causer des dommages à un aéronef en vol. Un autre facteur d’atténuation prescrivait que le sac
d’un litre et son contenu soit également contrôlé.
D’après ce qui précède, les limites internationales acceptées actuellement en vigueur, notamment au Canada et aux États-Unis,
permettent aux passagers de franchir les points de contrôle préembarquement avec des LAG, sous réserve que les articles soient
dans des contenants dont le volume est égal ou inférieur à
100 millilitres et que les contenants puissent être placés sans difficulté dans un sac en plastique transparent, fermé et réutilisable
d’une capacité égale ou inférieure à un litre.
Reconnaissant la nécessité d’une stratégie coordonnée en la
matière, l’OACI a étudié la question et a publié par la suite des
recommandations détaillées au sujet des éléments opérationnels
des contrôles de sûreté des LAG, qui sont devenues la norme
internationale de facto. Le Canada a participé à cette étude et a
souscrit à l’idée d’une stratégie coordonnée.
Deux ans après les événements d’août 2006, le risque que des
LAG soient utilisés pour créer des explosifs de circonstance continue de faire planer une sérieuse menace sur la sûreté de l’aviation civile. Même si les restrictions volumétriques imposées au
transport des LAG demeurent nécessaires, elles présentent des
difficultés d’ordre opérationnel et économique à l’industrie du
Following the disruption of this plot, aviation authorities in a
number of jurisdictions, including Canada, moved quickly to impose very tight controls, including a 100% ban on LAGs, on what
passengers were able to take through security screening points at
airports in their respective territories. These controls were subsequently eased following a more complete assessment of the
threat. However, volumetric restrictions remain in place on all but
essential LAGs such as medicines and baby formula allowed
through airport screening checkpoints.
The initial response to ban all LAGs going through screening
points was an immediate response to prevent potential explosive
ingredients from getting on an aircraft. The initial prohibition was
considered necessary to mitigate the threat until it could be more
thoroughly assessed.
Subject matter experts within the international aviation security
community examined the physics and chemistry of the potential
explosives mixes to evaluate whether the proposed materials
would detonate, under what circumstances, and to establish how
reliably they would detonate. They evaluated the potential effectiveness of the proposed explosives with respect to their potential
to cause catastrophic damage to an aircraft in flight and reviewed
what other factors might affect the speed and power of the explosives. The results found by the subject matter experts were shared
with international civil aviation authorities, including Transport
Canada security officials. The details of those findings are security sensitive and cannot be released publicly. Based on the resulting data, however, it was determined that limiting liquids to small
bottles placed in a transparent one-litre bag significantly reduced
the risk of causing damage to an aircraft in flight. A further mitigating factor is that the one-litre bag and its contents are also
screened.
Based on the above, accepted international limitations currently
in place, including in Canada and the United States, allow for
passengers to bring LAGs through passenger pre-board screening
checkpoints provided that the items are in containers with a capacity of 100 millilitres in volume or less and that the containers
fit comfortably in one clear, closed and resealable plastic bag with
a capacity of no more than one litre.
Recognizing the need for a coordinated approach to the matter,
ICAO studied the issue and subsequently produced detailed guidance material regarding the operational aspects of security controls for LAGs, which become the de facto international standard.
Canada participated in this study and supported a coordinated
approach.
Two years after the events of August 2006, the risk of LAGs
being used to create improvised explosive devices continues to
present a serious threat to the security of civil aviation. Although
volumetric restrictions on the carriage of LAGs remain necessary,
they present operational and economic challenges to the airline
industry. A long-term alternative to current screening procedures
Le 4 juillet 2009
Gazette du Canada Partie I
1995
lies in the development and deployment of enhanced screening
technologies capable of analyzing and detecting LAGs of
concern.
transport aérien. Une solution de rechange à long terme des procédures de contrôle en vigueur réside dans la mise au point et le
déploiement de technologies améliorées de contrôle capables
d’analyser et de détecter les LAG préoccupants.
Objectives
Objectifs
Canadian Aviation Security Regulations (CASR)
The proposed amendments to the CASR will codify in regulation the Interim Order Respecting Prohibited Items (Interim Order) approved by the Governor in Council on December 14, 2008.
The Interim Order will expire in one year unless permanent regulations are made. If regulations are not in place by December 2009, a subsequent Interim Order would again have to be
approved by the Governor in Council until these proposed regulations are finalized and also approved by the Governor in Council.
These proposed amendments to the CASR would also add clarity by organizing the regulations in a manner that is consistent
with 2004 amendments to the Aeronautics Act, by removing obsolete definitions and terminology and by making minor editorial
changes.
Règlement canadien sur la sûreté aérienne (RCSA)
Les modifications que l’on se propose d’apporter au RCSA codifieront dans la réglementation l’Arrêté d’urgence visant les
articles interdits (arrêté) approuvé par la gouverneure en conseil
le 14 décembre 2008. L’arrêté expirera dans un an sauf si un règlement permanent serait établi. Si un règlement n’est pas en
place d’ici décembre 2009, un arrêté ultérieur devra à nouveau
être approuvé par la gouverneure en conseil jusqu’à ce que ce
projet de règlement soit définitivement arrêté et pris par la gouverneure en conseil.
Les modifications que l’on se propose d’apporter au RCSA clarifieront aussi la situation en structurant les règlements d’une
manière conforme aux modifications apportées en 2004 à la Loi
sur l’aéronautique, en éliminant les définitions et la terminologie
périmées et en apportant des changements mineurs de pure forme.
Designated Provisions Regulations (DPR)
Règlement sur les textes désignés (RTD)
As a result of the numerous changes to the CASR (identified
above), consequential amendments to the DPR are also required.
En raison des nombreux changements au RCSA (identifié cidessus), plusieurs modifications sont requises au RTD.
CATSA Aerodrome Designation Regulations
The proposed amendments to these Regulations would update
references to aerodromes that have changed their names. For example, the reference to the Winnipeg International Airport has
been changed to reflect its new name — the Winnipeg James
Armstrong Richardson International Airport.
Règlement sur la désignation des aérodromes de l’ACSTA
Les modifications prévues de ce règlement aurait pour effet
d’actualiser les renvois aux aérodromes dont le nom a changé. Par
exemple, le renvoi à l’Aéroport international de Winnipeg a été
modifié pour refléter son nouveau nom — Aéroport international
James Armstrong Richardson de Winnipeg.
Description
Description
Canadian Aviation Security Regulations (CASR)
These proposed permanent amendments would require CATSA
to screen passengers and other persons who access sterile areas at
airports where CATSA screening takes place. These amendments
are necessary to prevent the introduction of items that could pose
a threat to aviation security (e.g. knives, guns, explosives) on
board aircraft or in airports’ restricted areas.
Règlement canadien sur la sûreté aérienne (RCSA)
En vertu des modifications permanentes envisagées, l’ACSTA
sera tenue de contrôler les passagers et les autres personnes qui
ont accès aux zones stériles aux aéroports où l’ACSTA procède à
ces contrôles. Ces modifications sont nécessaires pour empêcher
l’introduction d’articles interdits ou qui présentent un danger immédiat pour la sûreté aérienne (comme des couteaux, des armes à
feu et des explosifs) à bord des aéronefs ou dans les zones réglementées des aéroports.
Les modifications prévues de la réglementation incorporeront
par renvoi les Listes des articles interdits (TP 14628E/F disponible à l’adresse www.tc.gc.ca), même si le contenu de ces listes ne
fait pas partie intégrante de cette proposition. Les modifications
réglementaires apporteront également plus de structure à la façon
dont les listes peuvent être modifiées par le ministre des Transports (par exemple en précisant que le nouvel article pourrait
constituer un danger pour la sûreté aérienne, qu’il est interdit par
un pays sur les vols à destination de ce pays, ou qu’il est désigné
par l’OACI comme étant un article qui ne doit jamais être transporté à bord de la cabine d’un aéronef ou apporté dans une zone
réglementée). Les changements apportés aux listes proprement
dites continueront de l’être au moyen de méthodes d’évaluation
des risques et de consultations internes et externes, sous réserve
des conditions mentionnées ci-dessus, sauf dans les situations
d’urgence. La raison pour laquelle on incorpore les listes des articles interdits par renvoi plutôt que de l’intégrer au règlement est
de permettre à Transports Canada, dans certaines situations précises, d’ajouter rapidement un article aux listes ou d’en éliminer un
autre si l’on établit qu’il ne présente plus de danger. Les changements peuvent être influencés par un incident, des renseignements, un changement dans les normes internationales ou par les
améliorations apportées aux équipements ou aux modalités de
contrôle.
The proposed regulatory amendments would also incorporate,
by reference, the Prohibited Items Lists (TP 14628E/F available
at www.tc.gc.ca), although the content of the lists does not form
part of this proposal. The regulatory amendments would bring
greater structure to how the list may be amended by the Minister
of Transport — for example, the proposed new item would pose a
threat to aviation security, it is also prohibited by a country on
flights to that country, or it is identified by ICAO as an item that
must never be carried in the cabin of an aircraft or taken into a
restricted area. Changes to the lists would continue to be made
using risk assessment methods, and internal and external consultation, subject to the aforementioned conditions, except in exigent
circumstances. The rationale to have the lists of prohibited items
incorporated by reference and not part of the regulation is to allow Transport Canada, under these specific conditions, the flexibility to add an item to the lists quickly, or remove an item if it is
determined that it no longer presents a risk. Changes could be
influenced by an incident, intelligence, a change in international
standards or enhancements to screening equipment or procedures.
1996
Canada Gazette Part I
The appropriateness of the lists is maintained through an ongoing review of risk, intelligence, technology, international standards and practices, and stakeholder input. For example, a
departmental/industry working group was created to assess the
current list and to develop recommendations for departmental
consideration. In addition, as a member of the ICAO and the Security and Prosperity Partnership, Canada is encouraged to harmonize its rules with those of other countries and with international standards to the extent possible to maintain equivalency
and to acknowledge passengers’ desire for a seamless travel experience. Public opinion polls are also conducted to obtain passengers’ perspective on aviation security issues such as prohibited
items. The results of these opinion polls are reviewed and considered when making decisions.
Although the lists of prohibited items are separate from these
proposed regulations, the public should be aware that the Department continues to revisit the lists and to consider additional
factors such as reducing costs, enhancing screening consistency
and increasing passenger convenience in this area while maintaining appropriate aviation security levels.
The following editorial amendments are also proposed to the
CASR:
1. Removing definitions and terminology from the CASR that
now, as a result of the 2004 legislative amendments, appear
in the Aeronautics Act, such as removing the definition of
“screening” from the CASR because it is defined in the
Act.
2. Transferring certain substantive minimum hiring requirements for screening officers, currently found in an incorporated document to the CASR titled “Designation Standards for Screening Officers” (DSSO), to the CASR. These
proposed amendments would not change the existing minimum standards, which include minimum age, Canadian
citizenship, official language, transportation security clearance, etc., but would be moved into a more transparent
legal instrument.
3. Reinstating the requirement for lessees at all aerodromes
listed in the schedule to the CATSA Aerodrome Designation
Regulations to restrict access to airport restricted areas from
their buildings. This requirement was inadvertently removed in December 2006 with the introduction of the
CASR amendments respecting Restricted Area Identity
Cards.
4. Including editorial amendments recommended by the
Standing Joint Committee for the Scrutiny of Regulations.
The role of this Committee is to review regulations and
other statutory instruments on behalf of Parliament and to
recommend changes if necessary. The changes recommended by the Committee in this case clarify but do not
change the intent of the affected provisions.
5. Including a definition of a “restricted area identity card”
(RAIC) and “restricted area pass” (RAP) in the Regulations. When the Department introduced the RAIC program
in December 2006, the definition of RAP was removed.
However, in order to clarify the relationship between an
RAIC and the need for RAIC holders to have security
clearances, a definition of RAIC and RAP is necessary. The
Standing Joint Committee for the Scrutiny of Regulations
also identified the need for these definitions.
July 4, 2009
L’à-propos des listes est maintenu par un examen permanent
des risques, des renseignements, des technologies, des normes et
pratiques internationales et de la contribution des intervenants.
Par exemple, un groupe de travail composé de membres du Ministère et de l’industrie a été créé pour évaluer la liste actuelle et
formuler des recommandations à l’intention du Ministère. En
outre, en tant que membre de l’OACI et du Partenariat pour la
sécurité et la prospérité, le Canada a tout intérêt à harmoniser ses
règlements avec ceux d’autres pays et avec les normes internationales dans la mesure où cela est possible pour maintenir des équivalences et tenir compte du vœu des passagers d’une expérience
de voyage sans anicroche. On mène également des sondages
d’opinion pour connaître le point de vue des passagers sur les
questions de sûreté aérienne, comme les articles interdits. Les
résultats de ces sondages sont examinés et il en est tenu compte
au moment de prendre des décisions.
Même si les listes des articles interdits sont distinctes de ce
projet de règlement, le public doit savoir que le Ministère continue de revoir cette liste, d’envisager des solutions et d’envisager
d’autres facteurs tels que la réduction des coûts, l’amélioration de
l’uniformité de la vérification et accroître le niveau d’aise des
passagers dans ce domaine tout en maintenant des niveaux appropriés de sûreté aérienne.
Les modifications suivantes de pure forme sont également prévues dans le RCSA :
1. Supprimer les définitions et la terminologie du RCSA qui,
désormais, à cause des modifications législatives de 2004,
figurent dans la Loi sur l’aéronautique, notamment en éliminant la définition de « contrôle » du RCSA étant donné
que le terme est déjà défini dans la Loi.
2. Transférer certaines exigences de fond minimales de recrutement des agents de contrôle, que l’on trouve actuellement dans un document incorporé par renvoi dans le RCSA
intitulé « Normes relatives à la désignation des agents de
contrôle » (NDAC), dans le RCSA. Ces modifications ne
modifieront pas les normes minimales actuelles, qui englobent l’âge minimum, la citoyenneté canadienne, la langue
officielle, l’habilitation de sécurité en matière de transport,
etc., mais elles seront tout simplement déplacées vers un
instrument juridique plus transparent.
3. Rétablir l’exigence imposée aux locataires des aérodromes
énumérés à l’annexe du Règlement sur la désignation des
aérodromes de l’ACSTA qui les oblige à réglementer l’accès aux zones réglementées des aéroports à partir de leurs
bâtiments. Cette exigence a été éliminée par inadvertance
en décembre 2006 avec l’adoption des modifications du
RCSA au sujet des cartes d’identité de zones réglementées.
4. Insérer les modifications de pure forme préconisées par le
Comité mixte permanent d’examen de la réglementation.
Le rôle de ce comité est d’examiner, au nom du Parlement,
les règlements et autres textes réglementaires et de recommander, au besoin, des changements. Dans le cas présent,
les changements recommandés par le Comité clarifient sans
pour autant modifier l’esprit des dispositions concernées.
5. Insérer dans le Règlement une définition de carte d’identité
de zone réglementée (CIZR) et de laissez-passer de zone
réglementée (LPZR). Lorsque le Ministère a adopté le programme de CIZR en décembre 2006, la définition de LPZR
a été supprimée. Toutefois, pour clarifier le rapport entre
une CIZR et la nécessité pour les titulaires d’une CIZR
d’avoir une habilitation de sécurité, il est nécessaire d’avoir
une définition de CIZR et de LPZR. Le Comité mixte permanent d’examen de la réglementation a également établi le
besoin de ces définitions.
Le 4 juillet 2009
Gazette du Canada Partie I
1997
Designated Provision Regulations (DPR)
Règlement sur les textes désignés (RTD)
Making consequential amendments to the DPR, as required, is
a result of the above-mentioned proposed amendments to the
CASR, such as the re-numbering of the designated regulations.
The DPR are made pursuant to subsection 7.6(1) of the Aeronautics Act and identify regulations and orders that may be enforced
by the government by means of an administrative monetary penalty, instead of the court system.
Les modifications accessoires apportées au RTD sont le fruit
des modifications proposées mentionnées ci-dessus au RCSA,
notamment la renumérotation des textes désignés. Le RTD est
pris en vertu du paragraphe 7.6(1) de la Loi sur l’aéronautique et
il précise les règlements et les arrêtés qui peuvent être appliqués
par le gouvernement au moyen d’une sanction administrative
pécuniaire, au lieu de passer par le système judiciaire.
CATSA Aerodrome Designation Regulations
Règlement sur la désignation des aérodromes de l’ACSTA
These proposed amendments include references to airports that
have changed their names to the CATSA Aerodrome Designation
Regulations. For example, the reference to the Winnipeg International Airport will be changed to reflect its new name — the
Winnipeg James Armstrong Richardson International Airport.
These Regulations are made pursuant to paragraph 34(a) of the
CATSA Act.
Les modifications proposées comprennent des références à des
aéroports qui ont changé leur nom en vertu du Règlement sur la
désignation des aérodromes de l’ACSTA. Par exemple, le renvoi
qui est fait à l’Aéroport international de Winnipeg sera modifié
pour refléter son nouveau nom — l’Aéroport international James
Armstrong Richardson de Winnipeg. Ce règlement est pris en
vertu de l’alinéa 34a) de la Loi sur l’ACSTA.
Regulatory and non-regulatory options considered
Options réglementaires et non réglementaires considérées
Regulations to permanently codify the Interim Order
Règlements visant à codifier à titre permanent l’arrêté d’urgence
Section 6 of the CATSA Act gives CATSA a mandate “to take
actions, either directly or through a screening contractor, for the
effective and efficient screening of persons who access aircraft or
restricted areas through screening points, the property in their
possession or control and the belongings or baggage that they
give to an air carrier for transport.” In order to comply with the
constitutional requirement that all searches be authorized and
required by law, CATSA’s mandate is engaged through aviation
security regulations, security measures, emergency directions or
interim orders. Given the ongoing need for pre-board screening
and the public nature of this type of screening, proposed amendments to the CASR are the only regulatory option available to
Transport Canada.
L’article 6 de la Loi sur l’ACSTA confère à l’ACSTA la mission « de prendre, soit directement, soit par l’entremise d’un
fournisseur de services de contrôle, des mesures en vue de fournir
un contrôle efficace des personnes – ainsi que des biens en leur
possession ou sous leur contrôle, ou des effets personnels ou des
bagages qu’elles confient à une compagnie aérienne en vue de
leur transport – qui ont accès, par des points de contrôle, à un
aéronef ou à une zone réglementée ». Afin de se conformer à
l’impératif constitutionnel selon lequel toutes les fouilles doivent
être autorisées et prescrites par la loi, l’ACSTA s’acquitte de sa
mission par l’entremise des règlements sur la sûreté aérienne,
des mesures de sûreté, des directives d’urgence ou des arrêtés
d’urgence. Compte tenu du besoin permanent de contrôles préembarquement et de la nature publique de ce type de contrôle, les
modifications que l’on se propose d’apporter au RCSA sont
l’unique option réglementaire dont dispose Transports Canada.
Editorial Amendments to the CASR
Modifications de pure forme au RCSA
These proposed amendments are required to clarify the CASR
as a result of the (1) amendments made to the Aeronautics Act in
2004, (2) recommendations from the Standing Joint Committee
for the Scrutiny of Regulations, and (3) other minor, but necessary editorial corrections that were not included during the original drafting of the Regulations, such as minor inconsistencies in
the French version of the CASR. Proposed amendments to
the CASR are the only regulatory option available to Transport
Canada.
Les modifications proposées sont requises afin de clarifier le
RCSA à la suite 1) des modifications apportées à la Loi sur
l’aéronautique en 2004, 2) des recommandations du Comité
mixte permanent d’examen de la réglementation, 3) d’autres corrections de forme mineures, mais nécessaires, qui n’ont pas été
insérées lors de la rédaction initiale du Règlement, comme des
manques de concordance mineurs dans la version française du
RCSA. Les modifications proposées au RCSA sont l’unique option réglementaire dont dispose Transports Canada.
Designated Provision Regulations
Règlement sur les textes désignés
The DPR are made pursuant to subsection 7.6(1) of the Aeronautics Act and identify regulations and orders that may be enforced by the government by means of an administrative monetary penalty. This route of enforcement is preferable to both the
government and to the industry, as it ensures that non-compliance
with security requirements is dealt with at a lesser cost for both
the industry and the government. It gives the government more
flexibility over enforcement to encourage voluntary compliance
and is a more expeditious means of enforcing certain provisions
of the CASR than if violations were prosecuted through the court
system. Proposed amendments to the DPR are the preferred option of Transport Canada and are consequential in nature.
Le RTD est pris en vertu du paragraphe 7.6(1) de la Loi sur
l’aéronautique et il précise les règlements et les arrêtés qui peuvent être appliqués par le gouvernement au moyen d’une sanction
administrative pécuniaire. Ce mode d’application jouit de la préférence du gouvernement et de l’industrie, car il garantit que le
non-respect des exigences en matière de sûreté est résolu à un
moindre coût pour l’industrie et le gouvernement. Il confère au
gouvernement plus de souplesse en matière d’application afin
d’encourager la conformité volontaire et constitue un moyen plus
rapide de faire appliquer certaines dispositions du RCSA que
si l’on devait intenter des poursuites pour infraction par l’entremise du système judiciaire. Les modifications proposées au RTD
sont l’option privilégiée par Transports Canada et sont de nature
accessoire.
1998
Canada Gazette Part I
July 4, 2009
CATSA Aerodrome Designation Regulations
Règlement sur la désignation des aérodromes de l’ACSTA
These proposed amendments would correct references to aerodromes that have changed their names. For example, the reference
to the Winnipeg International Airport would be changed to reflect
its new name — the Winnipeg James Armstrong Richardson
International Airport. The CATSA Aerodrome Designation Regulations are made pursuant to paragraph 34(a) of the CATSA Act.
The proposed amendments are the only regulatory option available to Transport Canada.
Les modifications proposées auraient pour effet de corriger les
renvois aux aérodromes dont le nom a changé. Par exemple, le
renvoi à l’Aéroport international de Winnipeg serait modifié pour
refléter son nouveau nom — l’Aéroport international James Armstrong Richardson de Winnipeg. Le Règlement sur la désignation
des aérodromes de l’ACSTA est pris en vertu de l’alinéa 34a) de
la Loi sur l’ACSTA. Les modifications proposées sont la seule
option réglementaire à la disposition de Transports Canada.
Benefits and costs
Avantages et coûts
The potential costs and benefits of the proposed restrictions on
and screening of LAGs were identified through a review of the
literature, some primary research, and discussions with CATSA,
and the Canadian Airport Council (CAC) officials. The following
sections describe the potential costs and benefits for each stakeholder group significantly affected by the LAGs restrictions.
Where possible, quantified estimates of costs and benefits are
provided over a 10-year time horizon, from 2006 to 2015. All
dollar values are expressed in constant 2006 dollars. Below is an
overview of the cost-benefit analysis that was prepared for this
regulatory submission. A copy of the full report is available upon
request.
Les coûts et les avantages possibles des restrictions que l’on
propose d’imposer et du contrôle des LAG ont été établis par
l’entremise d’un examen de la documentation, par des recherches
de premier plan et des discussions avec l’ACSTA et des fonctionnaires du Conseil des aéroports du Canada (CAC). Les sections
qui suivent décrivent les coûts et avantages possibles pour chaque
groupe d’intervenants sérieusement touché par les restrictions
relatives aux LAG. Dans la mesure du possible, des estimations
quantifiées des coûts et des avantages sont fournies sur un horizon de 10 ans, soit de 2006 à 2015. Toutes les valeurs sont exprimées en dollars constants de 2006. On trouvera ci-après un aperçu
de l’analyse coûts-avantages préparée pour cette étude d’impact
de la réglementation. On peut obtenir un exemplaire du rapport
intégral sur demande.
Costs
Coûts
Five stakeholder groups were identified as being the most affected by the LAGs restrictions since August 2006: duty-free
stores and other airport concessions (food, beverage and retail
stores), airlines, airports, passengers and the federal government.
Cinq groupes d’intervenants ont été recensés comme étant le
plus sérieusement touchés par les restrictions imposées sur les
LAG depuis août 2006 : les boutiques hors taxes et autres concessions aéroportuaires (restauration, bars et magasins de vente au
détail), les compagnies aériennes, les aéroports, les passagers et le
gouvernement fédéral.
Duty-free stores and airport concessions
Boutiques hors taxes et concessions aéroportuaires
Duty-free stores and airport concessions have experienced declines in sales since the LAGs restrictions came into effect in
August 2006. Volumetric restrictions in place since August 2006
limit the amount of liquids, aerosols and gels passengers can take
through pre-board security screening to individual containers of
no more than 100 millilitres that can fit in a one-litre plastic bag.
This has affected the sale of LAGs at airports, both at shops located before pre-board security screening, and shops located after
security (e.g. duty free). For example, passengers can no longer
purchase beverages and carry them through pre-board screening,
and passengers purchasing LAGs in stores located post-security
(e.g. duty free), must ensure that their purchases remain within
the volumetric limitations (if they are connecting to flights at
other airports en route to their ultimate destination). Failure to do
so results in the necessity to surrender those purchases when
undergoing security screening at a connecting airport.
Les boutiques hors taxes et les concessions aéroportuaires ont
vu baisser leurs ventes depuis l’entrée en vigueur des restrictions
imposées sur les LAG en août 2006. En vertu des restrictions
volumétriques en vigueur depuis août 2006, les liquides, les aérosols et les gels que les passagers peuvent avoir en leur possession
au moment de subir les contrôles de sûreté de préembarquement
sont limités à des contenants individuels d’au plus 100 millilitres
qui peuvent entrer dans un sac en plastique d’un litre. Cela a été
préjudiciable aux ventes de LAG aux aéroports, aussi bien dans
les boutiques situées avant les contrôles de sûreté de préembarquement que dans les boutiques situées après les contrôles de
sûreté (comme les boutiques hors taxes). Par exemple, les passagers ne peuvent plus acheter de boissons et les avoir en leur possession au moment de franchir les contrôles de préembarquement,
et les passagers qui achètent des LAG dans les magasins situés
après les contrôles de sûreté (comme les boutiques hors taxes)
doivent s’assurer que leurs achats ne dépassent pas les limites
volumétriques (s’ils doivent prendre un vol de correspondance
dans un autre aéroport avant d’atteindre leur destination finale). À
défaut d’agir ainsi, ils sont tenus de remettre les produits ainsi
achetés au moment de passer les contrôles de sûreté à l’aéroport
de correspondance.
Même si les passagers ont le choix de placer les articles qui dépassent les limites autorisées dans leurs bagages enregistrés, cette
option est souvent peu pratique, étant donné que les passagers
enregistrent généralement leurs bagages aussitôt qu’ils arrivent à
l’aéroport. Si les achats dépassent les limites autorisées, les passagers n’ont pas d’autre choix que de consommer les boissons sur
place ou de les remettre aux agents de contrôle. Pour atténuer ce
dilemme, les passagers ont tout bonnement réduit leurs achats de
liquides, d’aérosols et de gels. Même lorsque les passagers ont
Even though passengers have the option of placing items in excess of the allowed limits into their checked baggage, this option
is often impractical, as passengers typically check their hold baggage as soon as they enter the airport. If the purchases made exceed the limits allowed, passengers may have no other choice but
to consume them on the spot or surrender them to the screening
officers. To alleviate this dilemma, passengers have simply cut
down on their purchases of liquids, aerosols and gels. Even when
passengers can access their checked baggage, some still refrain
Le 4 juillet 2009
from buying LAGs as, due to their fragility, they could break
during the flight or when checked baggage is transported to and
from the aircraft. Sales have not returned to their pre-August 2006
levels.
Overall losses in sales for airport concessions due to LAGs restrictions are difficult to estimate. Products not purchased in airports prior to boarding may be offset by purchases made postsecurity, and/or upon arrival at destination airports. For domestic
air travel, this would represent a transfer of sales within Canada
from one retailer to another, with no overall loss in sales to Canadian businesses.
Losses to airport duty-free stores were estimated to average
$10.76 million (2006 dollars) over the 10-year period from 2006
to 2015. This estimate was based on available data on annual
duty-free sales for 2005 to 2007, and assumes that the observed
difference in sales in 2006 and 2007 compared to 2005 can be
attributed to LAGs. This may result in a significant overestimate
of lost sales, since it does not isolate LAGs effects from other
influences such as exchange rates.
The costs of these potential lost sales to the airport retailers of
duty-free stores, calculated as lost profits, were estimated to be
$726,000 per year. The direct and indirect impact of these potential lost sales on employment, taxes and economic output are discussed below under “Other Potential Impacts.”
Gazette du Canada Partie I
1999
accès à leurs bagages enregistrés, certains continuent de s’abstenir
d’acheter des LAG car, en raison de leur fragilité, ils risquent de
se briser durant le vol ou lors du transport des bagages enregistrés
à destination et en provenance des aéronefs. Les ventes n’ont pas
retrouvé leurs niveaux d’avant août 2006.
Il est difficile d’estimer le manque à gagner des concessions
aéroportuaires attribuables aux restrictions imposées sur les LAG.
Les produits qui ne sont pas achetés dans les aéroports avant
l’embarquement peuvent être compensés par les achats effectués
après les contrôles de sûreté et à l’arrivée à l’aéroport de destination. Pour les vols intérieurs, cela représente un transfert des ventes au Canada d’un détaillant à un autre, sans manque à gagner
global pour les entreprises canadiennes.
Les pertes essuyées par les boutiques hors taxes dans les aéroports ont été estimées à 10,76 millions de dollars (en dollars de
2006) sur la période de 10 ans allant de 2006 à 2015. Cette estimation est fondée sur les données disponibles relatives aux ventes
annuelles hors taxes entre 2005 et 2007 et elle part de l’hypothèse que l’écart observé dans les ventes en 2006 et en 2007 par
rapport à 2005 peut être attribué aux LAG. Cela peut aboutir à
une sérieuse surestimation du manque à gagner, car les effets des
LAG ne sont pas isolés d’autres influences comme les taux de
change.
Les coûts de ces ventes perdues par les détaillants aéroportuaires de boutiques hors taxes, calculés comme manque à gagner,
ont été estimés à 726 000 $ par an. Les répercussions directes et
indirectes de ces ventes perdues sur l’emploi, les taxes et la production économique sont analysées plus loin sous le titre « Autres
impacts possibles ».
Airlines
Similarly to duty-free stores and concessions, airlines may have
also lost sales due to the LAGs restrictions, as several of them
offer duty-free items for sale onboard during flights. LAGs
bought onboard can be placed in passengers’ carry-on baggage,
but those may need to be surrendered should they transit through
another country enforcing the LAGs restrictions. This would
occur if the passenger were required to leave the secure area and
then be required to re-enter through a screening checkpoint to
continue the next leg of the trip. This situation has had a negative
impact on onboard passenger flight sales. The particulars of airport connections are sometimes such that even if LAGs do not
have to be surrendered, some passengers are unsure of the situation and refrain from making any purchases. This potential cost
was not estimated.
Compagnies aériennes
À l’instar des boutiques hors taxes et des concessions, les compagnies aériennes ont sans doute elles aussi essuyé des pertes à
cause des restrictions imposées sur les LAG, car plusieurs d’entre
elles vendent des articles hors taxes à bord des vols. Or, les LAG
achetés à bord peuvent être rangés dans les bagages de cabine des
passagers, mais il se peut qu’ils doivent être remis au cas où ces
derniers seraient en transit dans un autre pays qui impose les
mêmes restrictions sur les LAG. Cela peut se produire si le passager est tenu de quitter une zone stérile avant de franchir un point
de contrôle pour poursuivre le tronçon suivant de son voyage.
Cette situation a eu des effets fâcheux sur les ventes à bord des
vols de passagers. Les caractéristiques des correspondances aux
aéroports sont parfois telles que, même si les LAG ne doivent pas
être remis, certains passagers connaissent mal la situation et
s’abstiennent d’effectuer un achat. Ce coût potentiel n’a donc pas
été estimé.
Airports
There are two types of costs borne by airports: the first is the
revenue loss linked to decreased sales at duty-free stores and concessions, as airport authorities often reap a percentage of sales.
The second is an increase in operating costs associated with the
disposal of LAGs that are surrendered at the security checkpoint.
Aéroports
Les aéroports assument deux types de coûts : les premiers sont
les pertes de revenu découlant de la baisse des ventes dans les
boutiques hors taxes et les concessions, étant donné que les administrations aéroportuaires prélèvent souvent un certain pourcentage sur les ventes. Les deuxièmes sont une hausse des charges
d’exploitation associée à l’élimination des LAG qui sont remis
aux points de contrôle de sûreté.
Le manque à recevoir dans les aéroports a été estimé en
moyenne à 1,72 million de dollars par an, en partant de l’hypothèse que les recettes des aéroports canadiens sur les ventes hors
taxes et les concessionnaires représentent 16 % des recettes aéroportuaires totales, et que les recettes aéroportuaires sont directement touchées par le manque à recevoir estimé au titre des boutiques hors taxes et des concessions. Le coût de ces recettes
perdues a été estimé à un peu plus de 100 000 $ par an en manque
à gagner pour les aéroports canadiens. L’augmentation des charges d’exploitation attribuable aux LAG a été estimée à plus de
332 000 $ par an sur la période de 10 ans, soit de 2006 à 2015.
Lost revenues at airports were estimated to average $1.72 million per year, based on the assumption that Canadian airport revenues from duty-free stores and concession tenants are 16% of
total airport revenues, and that airport revenues would be directly
affected by lost revenues estimated for duty-free stores and concessions. The cost of these lost revenues was estimated to be just
over $100,000 per year in lost profits for Canadian airports. Increased operating costs due to LAGs were estimated to be over
$332,000 per year over the 10-year period from 2006 to 2015.
2000
Canada Gazette Part I
July 4, 2009
The direct and indirect impact of these potential lost revenues
on employment, taxes and economic output are included in
“Other Potential Impacts” below.
Les répercussions directes et indirectes de ces recettes perdues
sur l’emploi, les taxes et la production économique figurent à la
rubrique « Autres incidences possibles » ci-après.
Passengers
Passagers
This stakeholder group includes all Canadian passengers, as
well as airlines crew and other personnel. The main costs are the
costs of replacing surrendered items and delays due to the extra
screening for LAGs. To estimate the cost of surrendered items to
passengers, a count of LAGs surrendered at the Ottawa, Toronto
(Pearson) and Montréal (Dorval-Trudeau) airports was undertaken, and results were then scaled to a national total per year.
The value of surrendered items was estimated at $9.3 million per
year on average. The cost of additional delays for passengers due
to LAGs was estimated at $4.9 million over the first two years,
based on CATSA estimates of the average time spent in queues
and Transport Canada estimates of the value of time for business
and non-business passengers.
Les groupes d’intervenants englobent tous les passagers canadiens, de même que les équipages et autres membres du personnel
des compagnies aériennes. Les principaux coûts sont les coûts de
remplacement des articles restitués et les retards attribuables aux
contrôles supplémentaires des LAG. Pour estimer le coût des
articles restitués pour les passagers, on a entrepris de dénombrer
les LAG restitués aux aéroports d’Ottawa, de Toronto (Pearson)
et de Montréal (Dorval-Trudeau), et les résultats ont ensuite été
proportionnés à un total national par an. La valeur des articles
restitués a été estimée en moyenne à 9,3 millions de dollars par
an. Le coût des retards supplémentaires subis par les passagers à
cause des LAG a été estimé à 4,9 millions de dollars au cours des
deux premières années, selon les estimations de l’ACSTA de la
durée moyenne que les passagers passent dans les files et selon
les estimations de Transports Canada de la valeur du temps pour
les voyageurs d’affaires et d’agrément.
Canadian Air Transport Security Authority (CATSA)
Administration canadienne de la sûreté du transport aérien
(ACSTA)
The additional costs to CATSA to address the requirements of
the new regulations fall into three broad categories:
(1) Additional resources for the performance of random full
physical searches (a regulatory requirement) at domestic and
international passenger Pre-Board Screening (PBS) checkpoints. This is a new activity for CATSA, since random full
physical searches had not previously been required.
(2) Additional resources are needed to prepare passengers for
ban/size and quantity limitations on LAGs. While this is not a
requirement under the enhanced measures, this activity is
clearly a direct consequence of the LAGs regulations.
(3) Additional resources required to conduct secondary
searches (a regulatory requirement) as a result of the enhanced
measures.
Les coûts supplémentaires engagés par l’ACSTA pour satisfaire aux exigences des nouveaux règlements appartiennent à trois
grandes catégories :
(1) ressources supplémentaires pour l’exécution des fouilles
manuelles complètes aléatoires (une exigence réglementaire)
aux points de contrôle PEB des passagers intérieurs et internationaux. Il s’agit là d’une nouvelle activité pour l’ACSTA car,
jusqu’ici, les fouilles manuelles complètes aléatoires n’étaient
pas obligatoires;
(2) ressources supplémentaires nécessaires pour préparer les
passagers à l’interdiction et aux limites de taille et de quantité
des LAG. Même s’il ne s’agit pas d’une exigence en vertu des
mesures renforcées, cette activité est manifestement une conséquence directe des dispositions réglementaires visant les LAG;
(3) ressources supplémentaires nécessaires pour procéder à des
fouilles secondaires (une exigence réglementaire) en raison des
mesures renforcées.
Parmi les autres coûts engagés par l’ACSTA, il y a les coûts de
formation et de déplacement pour suivre la formation, les documents de formation, les uniformes, les heures supplémentaires, les
coûts de départ des employés, les coûts de communications et les
coûts des équipements supplémentaires.
Les coûts supplémentaires totaux qui résultent pour l’ACSTA
de l’imposition des restrictions aux LAG ont été estimés en
moyenne à 31,4 millions de dollars (dollars de 2006) par an au
cours de la période de 2006 à 2015.
Other costs to CATSA included training costs and travel for
training, training materials, uniforms, overtime, personnel attrition costs, communication costs and additional equipment costs.
Total additional costs to CATSA to enforce the LAGs restrictions were estimated to average $31.4 million (2006 dollars) per
year over the period 2006 to 2015.
Benefits
Avantages
Two stakeholder groups were identified during consultation
sessions with CATSA, CAC and Transport Canada as benefiting
the most from the LAGs regulations. The first group are passengers, which include all Canadian business and non-business air
travellers, airline crew and personnel and airport personnel. The
second group are airlines.
Au cours des séances de consultation avec l’ACSTA, le CAC
et Transports Canada, on a recensé deux groupes d’intervenants
bénéficiant le plus des règlements sur les LAG. Le premier
groupe est formé des passagers, ce qui englobe tous les voyageurs
d’affaires et à titre privé du Canada, les équipages et les membres
du personnel des compagnies aériennes et le personnel aéroportuaire. Le deuxième groupe est constitué des compagnies
aériennes.
Passengers
Passagers
The benefits of the LAGs restrictions for passengers are both
the increased safety and security due to the lower risk of a terrorist attack on an aircraft involving liquids, gels or aerosols and the
Au nombre des avantages qui résultent des restrictions imposées sur les LAG pour les passagers, il faut mentionner la sécurité
et la sûreté accrues attribuables à la baisse du risque d’un attentat
Le 4 juillet 2009
facilitation for persons travelling to other countries (such as the
United States and the European Union countries) that currently
have similar restrictions in place. Without the LAGs restrictions
that allow Canada to meet the obligations of the International
Civil Aviation Organization (ICAO), international air travel from
Canada could possibly be prohibited by both overflight and destination countries. The benefits of uninterrupted international and
domestic air travel for Canadian business and non-business air
travellers, tourism, and overall economic activity have not been
quantified, but are obviously very significant to Canada (see also
“Macroeconomic benefits” below).
One of the most challenging aspects of cost-benefit analysis of
security regulations is the lack of unclassified first-hand data to
measure the value to individuals of regulations that decrease the
probability of terrorist attacks. However, it is documented in the
literature that terrorism has profound negative effects on general
well-being because of the potential loss of life and the climate of
fear that arise from the perceived threat of terrorist acts. Accordingly, individuals appear to be willing to pay high costs to avoid
terrorism incidents. Frey, Luechinger, and Stutzer2 studied subjective well-being in the case of the Northern Ireland conflict and
found that individuals would be willing to pay 41% of their annual income for a reduction in terrorist activity to a level comparable to that in unaffected parts of the country. Viscusi and
Zeckhauser3 estimate that individuals are willing to pay 50% or
70% more for an airplane ticket if the risk of a terrorist act were
reduced by 25% and 100% respectively. These estimates are not
specific to Canada, but they clearly show the value that individuals place on reducing the risk of terrorism.
Gazette du Canada Partie I
2001
terroriste perpétré contre un aéronef au moyen de liquides, de gels
ou d’aérosols, et la plus grande facilité des voyages pour les personnes qui se rendent dans d’autres pays (comme les États-Unis
et les pays de l’Union européenne) qui ont actuellement des restrictions semblables en place. Sans les restrictions imposées sur
les LAG qui permettent au Canada de s’acquitter des obligations
de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI), les
vols internationaux en partance du Canada seraient sans doute
interdits à la fois par les pays survolés et de destination. Les avantages de vols aériens intérieurs et internationaux sans interruption
pour les voyageurs canadiens d’affaires et d’agrément, le tourisme et l’activité économique en général n’ont pas été quantifiés,
mais ils sont manifestement très importants pour le Canada (voir
aussi « Avantages macroéconomiques » ci-après).
L’un des éléments les plus redoutables des analyses coûtsavantages des règlements de sûreté est l’absence de données directes non classifiées permettant de mesurer la valeur pour les
voyageurs de règlements qui réduisent la probabilité d’attentats
terroristes. Toutefois, la documentation démontre amplement que
le terrorisme a des effets préjudiciables profonds sur le bien-être
général à cause d’éventuelles pertes de vie et du climat de peur
qui résulte de la menace perçue d’actes de terrorisme. Par conséquent, les voyageurs semblent prêts à payer le prix fort pour éviter les incidents terroristes. Frey, Luechinger et Stutzer2 ont étudié
le bien-être subjectif dans le cas du conflit en Irlande du Nord et
ont constaté que les personnes sont prêtes à payer 41 % de leur
revenu annuel pour un recul de l’activité terroriste à un niveau
comparable aux régions du pays qui ne sont pas touchées. Viscusi
et Zeckhauser3 estiment que les personnes sont prêtes à payer
50 % ou 70 % de plus pour un billet d’avion si le risque d’un acte
de terrorisme est réduit respectivement de 25 % et de 100 %. Ces
estimations ne sont pas propres au Canada, mais elles indiquent
clairement l’importance que les personnes attachent à la baisse
des risques de terrorisme.
Airlines
Compagnies aériennes
The benefits for airlines are similar to those for passengers: increased in-flight security for passengers, crew and aircraft. Also,
harmonization and reciprocal access to countries that also have
LAGs restrictions.
Les avantages qui en résultent pour les compagnies aériennes
sont analogues à ceux des passagers : augmentation de la sûreté
en vol des passagers, des membres d’équipage et des aéronefs.
Par ailleurs, harmonisation et accès réciproque aux pays qui ont
imposé des restrictions aux LAG.
Other potential impacts
Autres incidences possibles
Macroeconomic benefits
Avantages macroéconomiques
Broadly speaking, the key benefits from the security regulations are the human and economic costs avoided through the reduction in the probability of terrorist attacks. The raison d’être of
the LAGs restriction is to reduce the probability of a successful
terrorist attack using LAGs and to minimize the negative impact
of the threat of such terrorist attacks on Canadians and the economy. The major benefit of the regulations is therefore the cost
potentially avoided — in areas that are vulnerable to terrorist
threats — because of the security regulations. The trade, tourism
and insurance sectors are particularly affected by terrorism or
terrorism threats. The shocks to these sectors are transmitted to
other important economic variables, such as productivity.
En règle générale, les principaux avantages qui résultent des
règlements de sûreté sont les coûts humains et économiques que
l’on peut éviter en réduisant la probabilité d’attaques terroristes.
La raison d’être des restrictions imposées sur les LAG est précisément de réduire le risque d’un attentat terroriste réussi au
moyen de LAG et de minimiser les effets préjudiciables de la
menace de tels attentats terroristes sur les Canadiens et sur l’économie. Les principaux avantages des règlements sont donc les
coûts possibles évités, dans des secteurs vulnérables aux menaces
terroristes, grâce à la réglementation de sûreté. Les secteurs du
commerce, du tourisme et de l’assurance sont particulièrement
touchés par le terrorisme et les menaces terroristes. Les chocs
ressentis par ces secteurs sont répercutés sur d’autres variables
économiques importantes, comme la productivité.
———
———
2
2
3
Frey, Bruno S., Simon Leuchinger et al. “Calculating Tragedy: Assessing the
Costs of Terrorism.” CESifo Working paper No. 1314. Category 1: Public Finance. November 2004.
Viscusi and Zeckhauser. “Sacrificing Civil Liberties to Reduce Terrorist Risks.”
The Journal of Risk and Uncertainty, 26:2/3; pp. 99–120, 2003.
3
Frey, Bruno S., Simon Leuchinger et al. « Calculating Tragedy: Assessing the
Costs of Terrorism ». Document de travail no 1314 du CESifo. Catégorie 1 : Finances publiques, novembre 2004.
Viscusi et Zeckhauser. « Sacrificing Civil Liberties to Reduce Terrorist Risks ».
The Journal of Risk and Uncertainty, 26:2/3; p. 99–120, 2003.
2002
Canada Gazette Part I
Research on the macroeconomic effects of terrorism reveals
that the impact on economic growth is negative, statistically significant, but small. Countries with ongoing and sustained terrorist
threats stand to lose up to 10% of their gross domestic product
(GDP). Another finding is that terrorism has a significant negative impact on per capita GDP, investment and exports.4 Terrorism tends to have a relatively small impact in more diversified
economies with strong democratic governance.
Terrorism threats have an immediate impact on trade flows between the country affected and the rest of the world. For example,
using data from 200 countries from 1968 to 1979, Nitsch and
Schumacher5 find that a doubling of the number of terrorist incidents decreases bilateral trade between targeted economies by
about 4%. Trade-based economies are even more affected by terrorist events that result in the shutdown of major ports or airports.
Extra trade security measures taken in response to the 9/11 attacks cost from 1 to 3% of North American trade flows, equivalent to increasing traders’ annual costs from between US$5.6 and
US$15.8 billion (Organisation for Economic Co-operation and
Development, 2002).
The tourism sector is one sector that is significantly affected by
terrorism or the threat of terrorism. Following the 9/11 terrorist
attacks, total tourism expenditures in Canada in the fourth quarter
of 2002 were $201 million lower than in the second quarter of
2001; in the sixth quarter following 9/11, total tourism expenditures fell by 1.7%, while Canadian GDP increased by 4.1%.6
July 4, 2009
Les recherches sur les effets macroéconomiques du terrorisme
révèlent que l’impact sur la croissance économique est négatif,
statistiquement significatif, mais restreint. Les pays qui sont constamment menacés par les terroristes courent le risque de perdre
jusqu’à 10 % de leur produit intérieur brut (PIB). Une autre constatation est que le terrorisme a un effet négatif significatif sur le
PIB par tête d’habitant, sur les investissements et sur les exportations4. Le terrorisme a généralement un impact relativement minime sur les économies plus diversifiées dirigées par un gouvernement démocratique fort.
Les menaces terroristes ont un effet immédiat sur les échanges
commerciaux entre le pays touché et le reste du monde. Par
exemple, en prenant les données de 200 pays entre 1968 et 1979,
Nitsch et Schumacher5 ont constaté que la multiplication par deux
du nombre d’incidents terroristes réduit d’environ 4 % les échanges commerciaux bilatéraux entre les économies ciblées. Les économies tributaires du commerce sont encore plus touchées par les
incidents terroristes qui entraînent la fermeture des principaux
ports ou aéroports. Les mesures supplémentaires visant à assurer
la sécurité des échanges commerciaux prises à la suite des attentats du 11 septembre coûtent entre 1 % et 3 % des échanges commerciaux nord-américains, ce qui équivaut à une hausse des coûts
annuels des négociants se situant entre 5,6 et 15,8 milliards de
dollars américains (Organisation de coopération et de développement économiques, 2002).
Le tourisme est un secteur qui est sérieusement touché par le
terrorisme ou les menaces terroristes. À la suite des attentats terroristes du 11 septembre, les dépenses touristiques totales au Canada au quatrième trimestre de 2002 ont été inférieures de
201 millions de dollars par rapport au deuxième trimestre de
2001; au cours du sixième trimestre après les attentats du 11 septembre, les dépenses touristiques totales ont reculé de 1,7 %, alors
que le PIB du Canada a augmenté de 4,1 %6.
Macroeconomic costs
Coûts macroéconomiques
Potential lost sales due to LAGs for duty-free stores and airports could impact on employment, wages, taxes and overall economic output. Using input-output multipliers for the air transportation industry, the direct and indirect impact of lost sales were
estimated to
• result in 198 fewer jobs per year;
• reduce wages paid by about $6.7 million per year;
• result in $1.34 million less income tax paid to the federal government per year;
• reduce collection of sales tax by $300,000 per year; and
• reduce overall economic output in the Canadian economy by
$24.4 million per year.
L’éventuel manque à gagner des boutiques hors taxes et des aéroports à cause des LAG peut avoir un impact sur l’emploi, les
salaires, les impôts et la production économique en général. À
l’aide des processeurs d’entrée-sortie de l’industrie du transport
aérien, on a estimé que les répercussions directes et indirectes du
manque à gagner :
• se traduisaient par 198 emplois en moins par an;
• réduisaient les salaires versés d’environ 6,7 millions de dollars par an;
• entraînaient une baisse de 1,34 million de dollars de l’impôt
sur le revenu versé au gouvernement fédéral chaque année;
• réduisaient la perception des taxes de vente de 300 000 $ par
an;
• réduisaient la production économique globale dans l’économie canadienne de 24,4 millions de dollars par an.
Cost-benefit summary statement
État récapitulatif des coûts-avantages
The table below provides a summary of the estimated benefits
and costs of the LAGs regulatory proposal. Due to the uncertainty
in quantifying the potential benefits in terms of lives saved, the
net benefits are shown as the number of lives that would have to
Le tableau ci-dessous récapitule les coûts et les avantages estimatifs du projet de règlement sur les LAG. Compte tenu de l’incertitude qui auréole la quantification des avantages possibles sur
le plan des vies épargnées, les avantages nets représentent le
———
———
4
4
5
6
Todd Sandler and Walter Enders. “Economic Consequences of Terrorism in
Developed and Developing Countries,” 2005.
Nitsch, Volker and Dieter Schumacher. “Terrorism and international trade: An
empirical investigation.” European Journal of Political Economy, Vol. 20, 2004,
pp. 432–433.
David Wilton. “Long Term Trends and Cycles in Canadian Tourism.” A Research Report Prepared for the Canadian Tourism Commission. Ottawa, August
2004.
5
6
Todd Sandler et Walter Enders. « Economic Consequences of Terrorism in Developed and Developing Countries », 2005.
Nitsch, Volker et Dieter Schumacher. « Terrorism and international trade: An
empirical investigation ». European Journal of Political Economy, vol. 20, 2004,
p. 432 et 433.
David Wilton. « Tendances et cycles à long terme du tourisme au Canada ».
Rapport de recherche préparé pour la Commission canadienne du tourisme.
Ottawa, août 2004.
Le 4 juillet 2009
Gazette du Canada Partie I
be saved over the period 2006 to 2015 for the regulation to be
cost-effective — in other words, the number of lives saved to
realize a net present value of at least $0. While the cost-benefit
analysis concludes that at least 47 lives would have to be saved
over a 10-year time period to justify the costs of the LAGs restrictions, the August 2006 terrorist plot alone, if successful, could
have destroyed two Canadian aircraft carrying at least 400 people.
Cost-Benefit Statement
Base
Year
(2006)
Final
Year
(2015)
Total
(PV)
Average
Annual
A. Quantified Impacts $M
Benefits
Costs
Canadians
Private sector
CATSA
Passengers
nombre de vies qu’il faudrait épargner au cours de la période 2006 à 2015 pour que le règlement soit rentable — en d’autres
termes, le nombre de vies épargnées pour réaliser une valeur actualisée nette d’au moins 0 $. Bien que l’analyse des coûtsavantages conclue qu’au moins 47 vies devraient être sauvées sur
une période de 10 ans pour justifier les coûts relatifs aux restrictions des LAG, le complot terroriste survenu en août 2006, s’il
avait réussit, aurait détruit à lui seul deux avions canadiens avec
au moins 400 personnes à bord.
État récapitulatif des
coûts-avantages
Année de Dernière
référence année
(2006)
(2015)
Total
(VA)
Moyenne
annuelle
A. Impacts quantifiés M$
35.4
0.6
26.5
8.3
48.9
0.3
38.5
10.0
Net Benefits (number of lives saved to be cost effective)
B. Quantified Impacts – non $
299.5
6.6
221.6
71.4
43.5
1.0
31.4
11.2
47
6.8
Avantages Canadiens
35,4
48,9
Secteur privé
0,6
0,3
Coûts
ACSTA
26,5
38,5
Passagers
8,3
10,0
Avantages nets (nombre de vies qu’il faut sauver pour que
cela soit rentable)
B. Impacts quantifiés – non pécuniaires
No other impacts were quantified
Aucun autre impact n’a été quantifié
C. Qualitative Impacts
C. Impacts qualitatifs
•
•
•
2003
Significant positive impacts on Canadians’ ability to travel to other countries
(such as the United States and countries within the Europeen Union) that currently have similar regulations in place. If Canada did not maintain LAGs
security measures, international air travel from Canada could possibly be
prohibited by both overflight and destination countries.
Significant positive benefits tourism, investment, insurance costs, and passenger confidence.
•
299,5
6,6
221,6
71,4
43,5
1,0
31,4
11,2
47
6,8
Impacts positifs significatifs sur la capacité des Canadiens à se rendre dans
d’autres pays (comme les États-Unis et les pays membres de l’Union européenne) qui ont actuellement des règlements analogues en vigueur. Si le Canada ne maintenait pas de mesures de sûreté sur les LAG, les vols aériens internationaux au départ du Canada pourraient être interdits par les pays survolés et
de destination.
Avantages positifs significatifs sur le tourisme, les investissements, les coûts
d’assurance et la confiance des passagers.
Rationale
Justification
Screening for prohibited items at airports is an obligation of the
ICAO, which as a member state, Canada is expected to meet. These
proposed amendments would make permanent CATSA’s requirement to screen for prohibited items and meet the ICAO standard. The current restrictions on LAGs were developed in cooperation with the United States and the European Union. The
Canadian regulations are crucial to not only mitigate the threat
and risk of a liquid explosive being used on board an aircraft departing a Canadian airport but to maintain uninterrupted domestic
and international air operations.
Le contrôle des articles interdits dans les aéroports est une
obligation imposée par l’OACI que le Canada est censé remplir,
en sa qualité d’État membre. En vertu des modifications proposées, l’ACSTA sera tenue, à titre permanent, d’assurer le contrôle
des articles interdits et de respecter ainsi la norme de l’OACI. Les
restrictions imposées sur les LAG ont été établies avec la collaboration des États-Unis et de l’Union européenne. La réglementation canadienne ne revêt pas seulement une importance névralgique pour atténuer la menace et le risque que des explosifs liquides
soient utilisés à bord d’un aéronef au départ d’un aéroport canadien, mais pour éviter d’interrompre les vols aériens intérieurs et
internationaux.
Consultation
Consultation
Consultation with aviation security stakeholders
Consultations avec les intervenants de la sûreté aérienne
All the proposed amendments were developed using feedback
obtained through consultations with approximately 800 aviation
security stakeholders. Key participants in the consultation process
included the CATSA, aerodrome operators, air carriers, industry
associations, and labour groups. All stakeholders agreed that it
was necessary to permanently embed CATSA’s requirement to
screen for prohibited items, which is currently located in the Interim Order, into regulations, and that the terminology in the
Regulations should be clarified.
Toutes les modifications proposées ont été élaborées en tenant
compte de la teneur des consultations tenues avec environ
800 intervenants de la sûreté aérienne. Parmi les principaux participants à ces consultations, il faut mentionner l’ACSTA, les exploitants d’aéroports, les transporteurs aériens, les associations
industrielles et les groupes syndicaux. Tous les intervenants ont
convenu qu’il était indispensable d’enchâsser à titre permanent
dans un règlement l’obligation qui incombe à l’ACSTA de
contrôler les articles interdits, obligation qui figure actuellement
dans l’arrêté d’urgence, et qu’il fallait éclaircir la terminologie du
Règlement.
EKOS public opinion research on LAGs
Sondage d’opinion d’EKOS sur les LAG
According to the June 2008 EKOS Public Opinion Research
Poll, Public Awareness and Understanding of the Policy on
LAGs, 9 out of 10 travellers were aware of the LAGs restrictions
D’après le sondage d’opinion réalisé par EKOS en juin 2008,
Public Awareness and Understanding of the Policy on LAGs,
9 voyageurs sur 10 étaient au courant des restrictions imposées
2004
Canada Gazette Part I
July 4, 2009
at airports and 7 out of 10 travellers supported these restrictions.
The EKOS Poll was conducted to obtain Canadians’ perceptions
on security issues and to examine the public’s view of government responses to these issues. These results are a clear indicator
of travellers’ continued support.
sur les LAG dans les aéroports et 7 voyageurs sur 10 y étaient
favorables. Le sondage d’EKOS a été réalisé pour connaître les
perceptions des Canadiens sur les questions de sûreté et examiner
le point de vue du public au sujet des réactions du gouvernement
face à ces questions. Ces résultats indiquent clairement l’appui
indéfectible des voyageurs.
Implementation, enforcement and service standards
Mise en œuvre, application et normes de service
These proposed amendments also include consequential
amendments to the Designated Provision Regulations. Individuals, including the general public and companies, are subject to
these Regulations, where applicable. These are monetary penalties that Transport Canada could issue as a means to enforce the
Regulations.
In all cases, the enforcement response by Transport Canada’s
aviation security inspectors is tailored to achieve both compliance
and deterrence. Administrative monetary penalties are generally
imposed as a last recourse if other enforcement tools cannot
achieve that objective. Other enforcement options include warnings (oral and written), seeking assurances of compliance, and the
suspending or cancelling of Canadian aviation documents such as
an Air Operator Certificate.
Les modifications proposées comportent également des modifications accessoires au Règlement sur les textes désignés. Les
personnes, notamment le grand public et les entreprises, sont assujetties à ce règlement, le cas échéant. Des sanctions pécuniaires
peuvent être imposées par Transports Canada pour faire appliquer
le Règlement.
Dans tous les cas, la réaction des inspecteurs de sûreté aérienne
de Transports Canada en matière d’application de la loi est
conçue à la fois pour inciter à la conformité et comme facteur de
dissuasion. Des sanctions administratives pécuniaires sont généralement infligées en dernier recours si d’autres instruments d’application de la loi ne permettent pas d’atteindre cet objectif. Parmi
les autres options d’application de la loi, mentionnons les avertissements (verbaux et écrits), les garanties de conformité et la suspension ou l’annulation de documents d’aviation canadiens
comme un certificat d’exploitation aérienne.
L’instrument à utiliser dans un cas particulier dépendra des
éléments suivants :
a) la gravité de l’infraction;
b) les circonstances dans lesquelles elle a été commise (si elle a
été commise volontairement ou délibérément);
c) la gravité des conséquences;
d) le bilan de conformité du contrevenant;
e) la volonté du contrevenant de prendre des mesures pour assurer la conformité à l’avenir.
En vertu de la Loi sur l’aéronautique, la sanction pécuniaire
maximale qui peut être imposée au titre d’une infraction à un
règlement est de 5 000 $ pour les personnes physiques et de
25 000 $ pour les personnes morales.
Il vaut la peine de mentionner que les régimes de sanctions
administratives pécuniaires établis en vertu de la Loi sur l’aéronautique pour assurer la sûreté aérienne sont analogues aux régimes établis en vertu de cette loi pour la sécurité aérienne de
même qu’à ceux que contiennent la Loi sur la sûreté du transport
maritime et la Loi de 2001 sur la marine marchande du Canada,
qui sont toutes administrées par Transports Canada. D’autres
ministères et organismes du gouvernement fédéral, parmi lesquels
Santé Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada, ont recours à des régimes de sanctions administratives pécuniaires
comme solution de rechange aux poursuites devant les tribunaux
criminels.
À titre de comparaison, les États-Unis imposent une sanction
maximale de 10 000 $ pour les personnes physiques et de
25 000 $ pour les personnes morales au titre d’une infraction à sa
réglementation sur la sûreté aérienne. À l’instar de la philosophie
de Transports Canada, la Transportation Security Administration
des États-Unis utilise le Sanction Guideline Table pour calculer la
sanction pécuniaire qui convient à tel type d’infraction. Un éventail de facteurs, parmi lesquels des infractions préalables et des
circonstances atténuantes, sont également pris en considération
avant de déterminer la sanction qui convient.
The tool to be used in any particular instance will depend upon
the following:
(a) seriousness of the contravention;
(b) circumstances when it was committed (e.g. whether it was
committed willfully or deliberately);
(c) seriousness of any consequences;
(d) compliance record of the offender; and
(e) willingness of the offender to take measures to ensure compliance in the future.
Under the Aeronautics Act, the maximum monetary penalty
that can be assessed for the contravention of a regulation is
$5,000 for individuals and $25,000 for corporations.
It is worthwhile to note that administrative monetary penalty
schemes established under the Aeronautics Act for aviation security are similar to those under this Act for aviation safety as well as
those contained in the Marine Transportation Security Act and the
Canada Shipping Act, 2001, all of which are administered by
Transport Canada. Other federal departments and agencies, including Health Canada and Agriculture and Agri-Food Canada,
also rely on administrative monetary penalty schemes as an alternative to enforcing regulatory offences in the criminal courts.
By way of comparison, the United States imposes a maximum
penalty of $10,000 for individuals and a maximum of $25,000 for
corporations per violation of its aviation security regulations.
Similar to the enforcement philosophy used by Transport Canada,
the U.S. Transportation Security Administration uses the Sanction
Guideline Table to determine appropriate monetary penalty for
contraventions. A range of factors, including prior violations and
mitigating circumstances, is also considered in determining an
appropriate penalty.
Performance measurement and evaluation
Mesures de rendement et évaluation
The LAGs regulatory proposal is part of Transport Canada’s
fourth Strategic Outcome: A Secure Transportation System, as
Le projet de règlement sur les LAG s’inscrit dans le quatrième
résultat stratégique de Transports Canada intitulé Un réseau de
Le 4 juillet 2009
Gazette du Canada Partie I
2005
noted in the Department’s Program Activity Architecture. In this
context, the regulatory proposal supports the Aviation Security
Program under the sub-activity of the Aviation Security Regulatory Framework (4.1.1).
The proposed regulatory amendment makes permanent the authority for Canadian Air Transport Security personnel to screen
and restrict the amount of liquids, gels and aerosols that are
brought on board by passengers. The restrictions were developed
in cooperation with the United States and the European Union
and are consistent with international standards. Canadian regulations are crucial for mitigating the risk of a liquid explosive being
used successfully on board an aircraft departing a Canadian
airport and for maintaining uninterrupted air operations to the
countries of Canada’s international trading partners. Increased
awareness of the restrictions of LAG on aircraft and closer collaboration with CATSA personnel will ensure that passengers and
their belongings move quickly through screening checkpoints,
thus enabling CATSA to focus on areas of higher risk to the security of passengers. The proposal contributes to several key
aviation security outcomes, including
1. increased alignment of aviation security with risk;
2. increased capability with international trading partners; and
3. increased compliance with the regulations.
transport sûr, comme l’atteste l’Architecture des activités des
programmes du Ministère. À cet égard, le projet de règlement
appuie le Programme de sûreté aérienne en vertu de la sousactivité Cadre de réglementation de la sûreté aérienne (4.1.1).
La modification que l’on se propose d’apporter à la réglementation confère à titre permanent le pouvoir au personnel de l’Administration canadienne de la sûreté du transport aérien de contrôler et de limiter le volume de liquides, de gels et d’aérosols que
les passagers peuvent embarquer à bord d’un aéronef. Les restrictions ont été conçues avec la collaboration des États-Unis et de
l’Union européenne et elles sont conformes aux normes internationales. Le règlement canadien revêt une importance cruciale
pour atténuer le risque qu’un explosif liquide soit utilisé à bord
d’un aéronef au départ d’un aéroport canadien et pour éviter
l’interruption des vols aériens vers les pays qui sont des partenaires commerciaux internationaux du Canada. Grâce à une sensibilisation accrue aux restrictions frappant les LAG à bord des aéronefs et à une collaboration plus étroite avec le personnel de
l’ACSTA, les passagers et leurs effets pourront franchir plus rapidement les points de contrôle, ce qui permettra à l’ACSTA de
se concentrer sur les secteurs qui présentent plus de risques pour
la sûreté des passagers. La proposition contribue à plusieurs clés
de la sûreté aérienne, notamment à l’amélioration des points
suivants :
1. mesures de sûreté aérienne prises en fonction des risques;
2. capacité avec les partenaires commerciaux internationaux;
3. conformité à la réglementation.
Performance measurement and reporting
Mesures de rendement et rapports
Indicators which would be used to measure the performance of
the key aviation security outcomes include
• consistency of Canada’s security regulations with ICAO standards and those from other countries;
• an increase in public awareness of restrictions of LAGs and
reduction in the types and volumes of LAGs collected by
CATSA personnel; and
• the alignment of the aviation security with actual threat and
risk assessments.
Performance information on performance achieved will be reported annually to the Government Committee on Aviation Security as well as to the general public in Transport Canada’s Report on Plans and Priorities and the Departmental Performance
Report.
Parmi les indicateurs qui servirait à mesurer le rendement des
résultats clés de la sûreté aérienne, mentionnons :
• la cohérence entre la réglementation canadienne sur la sûreté
et les normes de l’OACI et celles des autres pays;
• la sensibilisation accrue du public aux restrictions des LAG et
la réduction des types et des volumes de LAG restitués par le
personnel de l’ACSTA;
• la cohérence entre les mesures de sûreté aérienne et les évaluations de la menace et des risques.
Les données sur le rendement atteint feront l’objet d’un rapport
annuel à l’intention du Comité gouvernemental sur la sûreté aérienne de même que du grand public dans le Rapport sur les plans
et les priorités et le Rapport sur le rendement ministériel de
Transports Canada.
Evaluation strategy
Stratégie d’évaluation
The Aviation Security Regulatory Framework (of which these
regulations form), and the Oversight and Airport Policing Contribution programs are to be evaluated by Transport Canada’s
Evaluation Services over the 2011–12 to 2012–13 period and
are referenced in Transport Canada’s Evaluation Plan dated
April 2009. The LAGs component of the regulatory proposal
forms one element of the broader program evaluation. The issues,
questions, and methodological approach to evaluating the performance of the LAGs regulatory proposal will be determined in
the plan for the broader evaluation.
Le Cadre de réglementation de la sûreté aérienne (dont ces règlements font partie) ainsi que les programmes de contribution à
la surveillance et aux services de police dans les aéroports doivent
être évalués par les Services d’évaluation de Transports Canada
entre 2011-2012 et 2012-2013, et ils sont mentionnés dans le Plan
d’évaluation de Transports Canada en date d’avril 2009. Le volet
LAG du projet de règlement constitue un seul élément de
l’évaluation plus vaste du programme. Les enjeux, les questions
et la stratégie méthodologique utilisés pour évaluer le rendement
du projet de règlement sur les LAG seront déterminés dans le plan
pour faire l’objet d’une évaluation plus approfondie.
Canada Gazette Part I
2006
July 4, 2009
Contact
Personne-ressource
Sandra Miller
Chief, Regulatory Planning and Services, Regulatory Affairs
Security
Transport Canada
330 Sparks Street
Place de Ville, Tower C, 13th Floor
Ottawa, Ontario
K1A 0N5
Telephone: 613-998-9605
Fax: 613-990-5046
Email: Sandra.Miller@tc.gc.ca
Sandra Miller
Chef de la Planification et des Services réglementaires, Affaires
réglementaires — Sûreté
Transports Canada
330, rue Sparks
Place de Ville, Tour C, 13e étage
Ottawa (Ontario)
K1A 0N5
Téléphone : 613-998-9605
Télécopieur : 613-990-5046
Courriel : Sandra.Miller@tc.gc.ca
PROPOSED REGULATORY TEXT
PROJET DE RÉGLEMENTATION
Notice is hereby given that the Governor in Council, pursuant
to paragraph 34(a) of the Canadian Air Transport Security Authority Acta, proposes to make the annexed Regulations Amending
the CATSA Aerodrome Designation Regulations.
Avis est donné que la gouverneure en conseil, en vertu de
l’alinéa 34a) de la Loi sur l’Administration canadienne de la sûreté du transport aériena, se propose de prendre le Règlement
modifiant le Règlement sur la désignation des aérodromes de
l’ACSTA, ci-après.
Les intéressés peuvent présenter au ministre des Transports, de
l’Infrastructure et des Collectivités leurs observations au sujet du
projet de règlement dans les trente jours suivant la date de publication du présent avis. Ils sont priés d’y citer la Gazette du Canada Partie I, ainsi que la date de publication, et d’envoyer le tout à
Sandra Miller, chef de la Planification et des Services réglementaires, Affaires réglementaires - Sûreté, Direction générale de la
sûreté aérienne, Transports Canada, Place de Ville, Tour C,
13e étage, 330, rue Sparks, Ottawa (Ontario) K1A 0N5 (tél. : 613998-9605; téléc. : 613-990-5046; courriel : sandra.miller@tc.gc.
ca).
Ottawa, le 11 juin 2009
Le greffier adjoint intérimaire du Conseil privé
JURICA ČAPKUN
Interested persons may make representations to the Minister of
Transport, Infrastructure and Communities concerning the proposed Regulations within 30 days after the date of publication of
this notice. All such representations must cite the Canada Gazette, Part I, and the date of publication of this notice, and be addressed to Sandra Miller, Chief, Regulatory Planning and Services, Regulatory Affairs Security, Aviation Security Directorate,
Transport Canada, Place de Ville, Tower C, 13th Floor,
330 Sparks Street, Ottawa, Ontario K1A 0N5 (tel.: 613-998-9605;
fax: 613-990-5046; e-mail: sandra.miller@tc.gc.ca).
Ottawa, June 11, 2009
JURICA ČAPKUN
Acting Assistant Clerk of the Privy Council
REGULATIONS AMENDING THE CATSA
AERODROME DESIGNATION REGULATIONS
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT SUR LA
DÉSIGNATION DES AÉRODROMES DE L’ACSTA
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1. The reference “Fredericton” in the schedule to the
CATSA Aerodrome Designation Regulations1 is replaced by the
following:
Fredericton International
2. The reference “Halifax International” in the schedule to
the Regulations is replaced by the following:
Halifax (Robert L. Stanfield International)
1. La mention « Fredericton » qui figure à l’annexe du Règlement sur la désignation des aérodromes de l’ACSTA1 est
remplacée par ce qui suit :
Fredericton (aéroport international)
2. La mention « Halifax (aéroport international) » qui figure à l’annexe du même règlement est remplacée par ce qui
suit :
Halifax (aéroport international Robert L. Stanfield)
3. La mention « Moncton » qui figure à l’annexe du même
règlement est remplacée par ce qui suit :
Moncton (aéroport international du Grand)
4. La mention « Winnipeg (aéroport international) » qui figure à l’annexe du même règlement est remplacée par ce qui
suit :
Winnipeg (aéroport international James Armstrong Richardson)
3. The reference “Moncton” in the schedule to the Regulations is replaced by the following:
Greater Moncton International
4. The reference “Winnipeg International” in the schedule
to the Regulations is replaced by the following:
Winnipeg (James Armstrong Richardson International)
———
———
a
a
1
S.C. 2002, c. 9, s. 2
SOR/2002-180
1
L.C. 2002, ch. 9, art. 2
DORS/2002-180
Le 4 juillet 2009
Gazette du Canada Partie I
2007
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
5. These Regulations come into force on September 30,
2009.
5. Le présent règlement entre en vigueur le 30 septembre
2009.
[27-1-o]
[27-1-o]
2008
Canada Gazette Part I
July 4, 2009
Regulations Amending the Canadian Aviation
Security Regulations and the Designated Provisions
Regulations
Règlement modifiant le Règlement canadien sur la
sûreté aérienne et le Règlement sur les textes désignés
Statutory authority
Aeronautics Act
Fondement législatif
Loi sur l’aéronautique
Sponsoring department
Department of Transport
Ministère responsable
Ministère des Transports
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
For the Regulatory Impact Analysis Statement, see page 1992.
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
Pour le résumé de l’étude d’impact de la réglementation, voir la
page 1992.
PROPOSED REGULATORY TEXT
PROJET DE RÉGLEMENTATION
Notice is hereby given that the Governor in Council, pursuant
to subsection 4.3(2)a, section 4.71b and subsection 7.6(1)c of the
Aeronautics Actd, proposes to make the annexed Regulations
Amending the Canadian Aviation Security Regulations and the
Designated Provisions Regulations.
Interested persons may make representations to the Minister of
Transport, Infrastructure and Communities concerning the proposed Regulations within 30 days after the date of publication of
this notice. All such representations must cite the Canada Gazette, Part I, and the date of publication of this notice, and be addressed to Sandra Miller, Chief, Regulatory Planning and Services, Regulatory Affairs Security, Aviation Security Directorate,
Transport Canada, Place de Ville, Tower C, 13th Floor,
330 Sparks Street, Ottawa, Ontario K1A 0N5 (tel.: 613-998-9605;
fax: 613-990-5046; e-mail: sandra.miller@tc.gc.ca).
Ottawa, June 11, 2009
JURICA ČAPKUN
Acting Assistant Clerk of the Privy Council
Avis est donné que la gouverneure en conseil, en vertu du paragraphe 4.3(2)a, de l’article 4.71b et du paragraphe 7.6(1)c de la
Loi sur l’aéronautiqued, se propose de prendre le Règlement modifiant le Règlement canadien sur la sûreté aérienne et le Règlement sur les textes désignés, ci-après.
Les intéressés peuvent présenter au ministre des Transports, de
l’Infrastructure et des Collectivités leurs observations au sujet du
projet de règlement dans les trente jours suivant la date de publication du présent avis. Ils sont priés d’y citer la Gazette du Canada Partie I, ainsi que la date de publication, et d’envoyer le tout à
Sandra Miller, chef de la Planification et des Services réglementaires, Affaires réglementaires - Sûreté, Direction générale de la
sûreté aérienne, Transports Canada, Place de Ville, Tour C,
13e étage, 330, rue Sparks, Ottawa (Ontario) K1A 0N5 (tél. : 613998-9605; téléc. : 613-990-5046; courriel : sandra.miller@tc.gc.ca).
Ottawa, le 11 juin 2009
Le greffier adjoint intérimaire du Conseil privé
JURICA ČAPKUN
REGULATIONS AMENDING THE CANADIAN
AVIATION SECURITY REGULATIONS AND THE
DESIGNATED PROVISIONS REGULATIONS
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT
CANADIEN SUR LA SÛRETÉ AÉRIENNE ET LE
RÈGLEMENT SUR LES TEXTES DÉSIGNÉS
CANADIAN AVIATION SECURITY REGULATIONS
RÈGLEMENT CANADIEN SUR LA SÛRETÉ AÉRIENNE
1. (1) The definition “screening” in section 1 of the Canadian Aviation Security Regulations1 is repealed.
1. (1) La définition de « contrôle », à l’article 1 du Règlement canadien sur la sûreté aérienne1, est abrogée.
———
———
a
a
b
c
d
1
R.S., c. 33 (1st Supp.), s. 1
S.C. 2004, c. 15, s. 5
S.C. 2004, c. 15, s. 18
R.S., c. A-2
SOR/2000-111
b
c
d
1
L.R., ch. 33 (1er suppl.), art. 1
L.C. 2004, ch. 15, art. 5
L.C. 2004, ch. 15, art. 18
L.R., ch. A-2
DORS/2000-111
Le 4 juillet 2009
Gazette du Canada Partie I
(2) The definition “screening authority” in section 1 of the
Regulations is replaced by the following:
“screening authority” means a person responsible for the screening of persons and goods. (administration de contrôle)
(3) Section 1 of the Regulations is amended by adding the
following in alphabetical order:
“general list of prohibited items” means Part 1 of TP 14628,
which lists or describes goods that
(a) could pose a threat to aviation security;
(b) are prohibited as carry-on baggage by the governments of
other countries; or
(c) are identified by the International Civil Aviation Organization as items that must never be carried in the cabin of an
aircraft or taken into a restricted area. (liste générale des articles interdits)
“restricted area identity card” means a restricted area pass issued
by or under the authority of the aerodrome operator of an
aerodrome listed in Schedule 2. (carte d’identité de zone
réglementée)
“restricted area pass” means a pass issued by or under the authority of an aerodrome operator to a person who requires ongoing
access to restricted areas as part of their employment. (laissezpasser de zone réglementée)
“screening officer” has the same meaning as in section 2 of the
Canadian Air Transport Security Authority Act. (agent de
contrôle)
“specific list of prohibited items” means Part 2 of TP 14628,
which lists flights or classes of flights that require additional
screening for reasons respecting elevated threat conditions or
the harmonization of screening rules and which lists or describes, for each flight or class of flight, goods that are supplemental to the goods listed or described in the general list of
prohibited items. (liste spécifique des articles interdits)
“TP 14628” means the document entitled Prohibited Items Lists,
published by the Department of Transport in December 2006,
as amended from time to time. (TP 14628)
2009
2. The heading before section 3 and sections 3 to 13 of the
Regulations are replaced by the following:
(2) La définition de « administration de contrôle », à l’article 1 du même règlement, est remplacée par ce qui suit :
« administration de contrôle » Personne responsable du contrôle
des personnes et des biens. (screening authority)
(3) L’article 1 du même règlement est modifié par adjonction, selon l’ordre alphabétique, de ce qui suit :
« agent de contrôle » S’entend au sens de l’article 2 de la Loi sur
l’Administration canadienne de la sûreté du transport aérien.
(screening officer)
« carte d’identité de zone réglementée » Laissez-passer de zone
réglementée délivré par l’exploitant d’un aérodrome énuméré à
l’annexe 2 ou sous son autorité. (restricted area identity card)
« laissez-passer de zone réglementée » Laissez-passer délivré par
l’exploitant d’un aérodrome ou sous son autorité à une personne qui a besoin d’avoir accès de façon continue à des zones
réglementées dans le cadre de son emploi. (restricted area
pass)
« liste générale des articles interdits » Partie 1 de la TP 14628 qui
énumère ou décrit les biens :
a) qui pourraient constituer un danger pour la sûreté
aérienne;
b) qui sont interdits comme bagages de cabine par les gouvernements d’autres pays;
c) qui sont désignés par l’Organisation de l’aviation civile
internationale comme étant des articles qui ne doivent jamais
être transportés à bord de la cabine d’un aéronef ou apportés
dans une zone réglementée. (general list of prohibited items)
« liste spécifique des articles interdits » Partie 2 de la TP 14628
qui énumère les vols ou les catégories de vols exigeant un
contrôle accru en raison de conditions de danger élevé ou de
l’harmonisation des règles de contrôle et qui énumère ou décrit,
pour chaque vol ou catégorie de vols, les biens qui s’ajoutent à
ceux énumérés ou décrits dans la liste générale des articles
interdits. (specific list of prohibited items)
« TP 14628 » Document intitulé Listes des articles interdits, publié en décembre 2006 par le ministère des Transports, avec ses
modifications successives. (TP 14628)
2. L’intertitre précédant l’article 3 et les articles 3 à 13 du
même règlement sont remplacés par ce qui suit :
PART 2
PARTIE 2
AVIATION SECURITY
SÛRETÉ AÉRIENNE
SCREENING OFFICERS
AGENTS DE CONTRÔLE
3. (1) A screening officer must not screen persons or goods
unless the screening officer
(a) is at least 18 years of age;
(b) is a Canadian citizen or permanent resident as defined in
subsection 2(1) of the Immigration and Refugee Protection Act;
(c) is able to express themselves effectively both orally and in
writing in one or both official languages;
(d) has a security clearance; and
(e) meets the minimum standards set out in the Designation
Standards for Screening Officers, published by the Department
of Transport in January 2000, as amended from time to time.
3. (1) Il est interdit à l’agent de contrôle d’effectuer le contrôle
des personnes ou des biens à moins de répondre aux conditions
suivantes :
a) il est âgé d’au moins 18 ans;
b) il est un citoyen canadien ou un résident permanent au sens
du paragraphe 2(1) de la Loi sur l’immigration et la protection
des réfugiés;
c) il est en mesure de communiquer efficacement, oralement et
par écrit, dans au moins une des langues officielles;
d) il est titulaire d’une habilitation de sécurité;
e) il répond aux normes minimales énoncées dans le document
intitulé Normes de désignation des agents de contrôle, publié
par le ministère des Transports en janvier 2000, avec ses modifications successives.
2010
Canada Gazette Part I
(2) A screening authority must ensure that any person who acts
or will act as a screening officer for it or on its behalf meets the
requirements set out in subsection (1).
(3) A screening authority must not permit a screening officer to
screen persons or goods for it or on its behalf unless the screening
officer meets the requirements set out in subsection (1).
July 4, 2009
(2) L’administration de contrôle doit veiller à ce que toute personne qui agit ou agira en tant qu’agent de contrôle pour elle
ou pour son compte réponde aux conditions énoncées au
paragraphe (1).
(3) Il est interdit à l’administration de contrôle de permettre à
l’agent de contrôle d’effectuer la fouille des personnes ou des
biens pour elle ou pour son compte à moins que celui-ci ne réponde aux conditions énoncées au paragraphe (1).
OFFICIAL LANGUAGES
LANGUES OFFICIELLES
4. At the airports that are listed in Schedule 1 and at all aerodromes where there is a significant demand from at least 5% of
the travelling public for services in either official language within
the meaning of the Official Languages (Communications with and
Services to the Public) Regulations, a screening authority must
(a) carry out screening by means that allow effective communication with members of the public in the official language
of their choice; and
(b) provide in both official languages any printed or prerecorded material that is used in respect of screening.
4. Aux aéroports qui sont énumérés à l’annexe 1 et aux aérodromes où il existe une demande importante d’au moins 5 % du
public voyageur pour des services offerts dans l’une ou l’autre
des langues officielles au sens du Règlement sur les langues officielles — communications avec le public et prestation des services, l’administration de contrôle doit :
a) effectuer le contrôle par des moyens permettant une communication efficace avec les membres du public dans la langue
officielle de leur choix;
b) fournir dans les deux langues officielles toute documentation
imprimée ou préenregistrée utilisée aux fins du contrôle.
CARRIAGE OF WEAPONS, EXPLOSIVE SUBSTANCES AND
INCENDIARY DEVICES DURING SCREENING
POSSESSION D’ARMES, DE SUBSTANCES EXPLOSIVES ET
D’ENGINS INCENDIAIRES DURANT UN CONTRÔLE
5. (1) A person must not submit to a screening or to the screening of goods in their possession or control while they are carrying
or have access to a weapon, an explosive substance or an incendiary device.
(2) A person referred to in section 25, 27 or 28 may submit to a
screening or to the screening of goods in their possession or control while they are carrying or have access to a weapon, a firearm
or ammunition.
(3) A person referred to in section 29 may submit to a screening or to the screening of goods in their possession or control
while they are carrying or have access to an explosive substance
or an incendiary device.
5. (1) Il est interdit à toute personne de se soumettre à un contrôle ou d’y soumettre les biens en sa possession ou sous sa garde
lorsqu’elle a en sa possession une arme, une substance explosive
ou un engin incendiaire ou y a accès.
(2) Toute personne visée aux articles 25, 27 ou 28 peut se soumettre à un contrôle ou y soumettre les biens en sa possession ou
sous sa garde lorsqu’elle a en sa possession une arme, une arme à
feu ou des munitions ou y a accès.
(3) Toute personne visée à l’article 29 peut se soumettre à un
contrôle ou y soumettre les biens en sa possession ou sous sa
garde lorsqu’elle a en sa possession une substance explosive ou
un engin incendiaire ou y a accès.
SCREENING FOR PROHIBITED ITEMS
CONTRÔLE POUR DES ARTICLES INTERDITS
6. Sections 7 to 8.2 apply in respect of aerodromes listed in the
schedule to the CATSA Aerodrome Designation Regulations.
6. Les articles 7 à 8.2 s’appliquent aux aérodromes énumérés à
l’annexe du Règlement sur la désignation des aérodromes de
l’ACSTA.
7. (1) Lorsqu’un règlement sur la sûreté aérienne, une mesure
de sûreté, une directive d’urgence ou un arrêté d’urgence exige le
contrôle d’une personne, il est interdit à l’administration de contrôle de permettre à cette personne de traverser un point de contrôle pour se rendre dans une zone stérile, à moins que l’administration ne s’assure que celle-ci n’a en sa possession ou sous sa
garde :
a) aucun bien énuméré ou décrit dans la liste générale des articles interdits;
b) aucun bien qui présente un danger immédiat pour la sûreté
aérienne.
(2) Si la zone stérile est destinée aux passagers d’un vol ou
d’une catégorie de vols énumérés dans la liste spécifique des articles interdits, il est interdit à l’administration de contrôle de permettre à la personne de traverser un point de contrôle pour s’y
rendre à moins que l’administration ne s’assure également que
celle-ci n’a en sa possession ou sous sa garde aucun des biens
énumérés ou décrits dans cette liste pour ce vol ou cette catégorie
de vols.
7. (1) If an aviation security regulation, a security measure, an
emergency direction or an interim order requires a person to be
screened, a screening authority must not permit the person to pass
beyond a screening checkpoint into a sterile area unless the
screening authority ensures that the person is not in possession or
control of any goods that
(a) are listed or described in the general list of prohibited items;
or
(b) pose an immediate threat to aviation security.
(2) If the sterile area is for passengers for a flight or class of
flight that is listed in the specific list of prohibited items, the
screening authority must not permit the person to pass beyond a
screening checkpoint into the area unless the screening authority
also ensures that the person is not in possession or control of any
goods that are listed or described in that list for that flight or class
of flight.
Le 4 juillet 2009
Gazette du Canada Partie I
2011
8.1 A screening authority may permit a person in possession or
control of goods listed or described in the general list of prohibited items to pass beyond a screening checkpoint into a sterile
area if the goods are medically necessary and the person declares
them to the screening authority.
8.2 A screening authority may permit a health care professional
in possession or control of a medical kit that contains goods listed
or described in the general list of prohibited items to pass beyond a screening checkpoint into a sterile area if the screening authority ensures that the kit does not include sharp or cutting
instruments.
[9 reserved]
8. L’administration de contrôle peut permettre à une personne
qui a en sa possession ou sous sa garde une arme, une substance
explosive ou un engin incendiaire de traverser un point de contrôle pour se rendre dans une zone stérile si ceux-ci sont en sa
possession ou qu’elle y a accès de la manière permise par le présent règlement, une mesure de sûreté, une directive d’urgence ou
un arrêté d’urgence.
8.1 L’administration de contrôle peut permettre à une personne
qui a en sa possession ou sous sa garde des biens énumérés ou
décrits dans la liste générale des articles interdits de traverser un
point de contrôle pour se rendre dans une zone stérile si ceux-ci
sont médicalement nécessaires et que la personne les lui déclare.
8.2 L’administration de contrôle peut permettre à un professionnel de la santé qui a en sa possession ou sous sa garde une
trousse médicale qui contient des biens énumérés ou décrits dans
la liste générale des articles interdits de traverser un point de contrôle pour se rendre dans une zone stérile si l’administration s’assure que la trousse ne contient pas d’objets pointus ou coupants.
[9 réservé]
CIRCUMVENTING SCREENING
ÉVITEMENT DU CONTRÔLE
10. If an aviation security regulation, a security measure, an
emergency direction or an interim order requires a person or any
goods in their possession or control to be screened, no person
may assist that person in circumventing the screening.
10. Lorsqu’un règlement sur la sûreté aérienne, une mesure de
sûreté, une directive d’urgence ou un arrêté d’urgence exige le
contrôle d’une personne ou des biens qui sont en sa possession ou
sous sa garde, il est interdit à toute personne de l’aider à éviter ce
contrôle.
FALSE DECLARATIONS
FAUSSES DÉCLARATIONS
11. A person who is at an aerodrome or on board an aircraft
must not falsely declare that
(a) they are carrying a weapon, an explosive substance, an incendiary device or any other item that could be used to jeopardize the security of an aerodrome or aircraft or that such an item
is contained in goods in their possession or control or in goods
that they have tendered or are tendering for screening or transportation; or
(b) another person who is at an aerodrome or on board an aircraft is carrying a weapon, an explosive substance, an incendiary device or any other item that could be used to jeopardize
the security of an aerodrome or aircraft or that such an item is
contained in goods in the other person’s possession or control
or in goods that the other person has tendered or is tendering
for screening or transportation.
11. Il est interdit à toute personne qui se trouve à un aérodrome
ou à bord d’un aéronef de faire de fausses déclarations en
prétendant :
a) qu’elle a en sa possession une arme, une substance explosive, un engin incendiaire ou un autre article qui pourrait être
utilisé pour compromettre la sûreté d’un aérodrome ou d’un aéronef ou qu’un tel objet se trouve dans les biens en sa possession ou sous sa garde ou dans les biens qu’elle a présentés ou
est en voie de présenter pour le contrôle ou le transport;
b) qu’une autre personne qui se trouve à un aérodrome ou est à
bord d’un aéronef a en sa possession une arme, une substance
explosive, un engin incendiaire ou un autre article qui pourrait
être utilisé pour compromettre la sûreté d’un aérodrome ou
d’un aéronef ou qu’un tel objet se trouve dans les biens en la
possession ou sous la garde de cette autre personne ou dans les
biens que cette autre personne a présenté ou est en voie de présenter pour le contrôle ou le transport.
[12 et 13 réservés]
3. Le paragraphe 25(1) de la version anglaise du même règlement est remplacé par ce qui suit :
25. (1) A peace officer may carry or have access to a weapon at
an aerodrome while in the performance of their duties.
4. (1) L’alinéa 31(1)b) de la version française du même règlement est remplacé par ce qui suit :
b) immédiatement avant de monter à bord de l’aéronef, effectuer une fouille de la personne sous garde et de ses bagages de
cabine pour vérifier qu’il n’y a pas d’armes ou d’autres objets
qui pourraient être utilisés pour compromettre la sécurité du
vol;
(2) Le paragraphe 31(2) du même règlement est remplacé
par ce qui suit :
(2) Lorsque l’agent d’escorte qui escorte une personne sous
garde n’est pas un agent de la paix, le transporteur aérien doit,
8. A screening authority may permit a person in possession or
control of a weapon, an explosive substance or an incendiary device to pass beyond a screening checkpoint into a sterile area if
the person is carrying or has access to the weapon, explosive substance or incendiary device in accordance with these Regulations,
a security measure, an emergency direction or an interim order.
[12 and 13 reserved]
3. Subsection 25(1) of the English version of the Regulations
is replaced by the following:
25. (1) A peace officer may carry or have access to a weapon at
an aerodrome while in the performance of their duties.
4. (1) Paragraph 31(1)(b) of the French version of the Regulations is replaced by the following:
b) immédiatement avant de monter à bord de l’aéronef, effectuer une fouille de la personne sous garde et de ses bagages de
cabine pour vérifier qu’il n’y a pas d’armes ou d’autres objets
qui pourraient être utilisés pour compromettre la sécurité du
vol;
(2) Subsection 31(2) of the Regulations is replaced by the
following:
(2) If an escort officer who is not a peace officer escorts a person in custody, the air carrier must, immediately before the
2012
Canada Gazette Part I
person boards the aircraft, cause the person in custody and their
carry-on baggage to be screened for weapons or other items that
could be used to jeopardize flight safety.
(3) The portion of paragraph 31(3)(b) of the Regulations
before subparagraph (i) is replaced by the following:
(b) ensure that a screening of the person and their carry-on
baggage for weapons or other items that could be used to jeopardize flight safety is conducted before the escort officer and
the person
5. Section 36 of the Regulations is replaced by the
following:
36. (1) This Part applies in respect of aerodromes listed in
Schedule 2.
(2) Sections 51 to 51.5 and 53 also apply in respect of aerodromes listed in the schedule to the CATSA Aerodrome Designation Regulations.
6. The portion of section 41.2 of the Regulations before
paragraph (a) is replaced by the following:
41.2 The Minister must ask CATSA to deactivate a restricted
area identity card if
7. Subsection 47(4) of the Regulations is replaced by the
following:
(4) CATSA must make its plan available to the Minister on
reasonable notice given by the Minister.
8. Subsection 47.1(4) of the Regulations is replaced by the
following:
(4) The aerodrome operator must make its plan available to the
Minister on reasonable notice given by the Minister.
9. Subsection 48(2) of the Regulations is replaced by the
following:
(2) No person other than an aerodrome operator or a person
designated by the aerodrome operator may
(a) disclose a combination code or personal identification code;
or
(b) use another person’s combination code or personal identification code.
10. Paragraph 50(3)(c) of the Regulations is replaced by the
following:
(c) the screening officer is conducting screening at a restricted
area access point or at a location in a restricted area and the
person who is in possession of the card refuses to submit to a
screening or to the screening of goods in his or her possession
or control.
11. Subsection 52.1(1) of the French version of the Regulations is replaced by the following:
52.1 (1) L’exploitant d’un aérodrome doit veiller à ce qu’au
moins une escorte soit affectée pour 10 personnes qui doivent être
escortées.
12. Section 52.3 of the Regulations is replaced by the
following:
52.3 An aerodrome operator must ensure that a person under
escort or surveillance and any goods in their possession or control
are screened at a screening checkpoint before the person enters a
sterile area.
July 4, 2009
immédiatement avant que la personne monte à bord de l’aéronef,
faire effectuer un contrôle de la personne sous garde et de ses
bagages de cabine afin de s’assurer qu’il n’y a ni armes ni autres
objets qui pourraient être utilisés pour compromettre la sécurité
du vol.
(3) Le passage de l’alinéa 31(3)b) du même règlement précédant le sous-alinéa (i) est remplacé par ce qui suit :
b) veiller à ce qu’un contrôle de la personne et de ses bagages
de cabine soit effectué afin de s’assurer qu’il n’y a ni armes ni
autres objets qui pourraient être utilisés pour compromettre la
sécurité du vol, avant que la personne et lui :
5. L’article 36 du même règlement est remplacé par ce qui
suit :
36. (1) La présente partie s’applique aux aérodromes qui sont
énumérés à l’annexe 2.
(2) Les articles 51 à 51.5 et 53 s’appliquent également aux aérodromes énumérés à l’annexe du Règlement sur la désignation
des aérodromes de l’ACSTA.
6. Le passage de l’article 41.2 du même règlement précédant l’alinéa a) est remplacé par ce qui suit :
41.2 Le ministre demande à l’ACSTA de désactiver une carte
d’identité de zone réglementée si, selon le cas :
7. Le paragraphe 47(4) du même règlement est remplacé
par ce qui suit :
(4) L’ACSTA doit mettre son plan à la disposition du ministre
sur préavis raisonnable de celui-ci.
8. Le paragraphe 47.1(4) du même règlement est remplacé
par ce qui suit :
(4) L’exploitant de l’aérodrome doit mettre son plan à la disposition du ministre sur préavis raisonnable de celui-ci.
9. Le paragraphe 48(2) du même règlement est remplacé
par ce qui suit :
(2) Il est interdit à toute personne, sauf à l’exploitant d’un aérodrome ou à une personne désignée par lui :
a) de communiquer un code d’accès ou un code d’identification
personnel;
b) d’utiliser le code d’accès ou le code d’identification personnel d’une autre personne.
10. L’alinéa 50(3)c) du même règlement est remplacé par ce
qui suit :
c) l’agent de contrôle effectue un contrôle à un point d’accès
aux zones réglementées ou à un endroit dans une zone réglementée et la personne en possession de la carte refuse de se
soumettre à un contrôle ou d’y soumettre les biens en sa possession ou sous sa garde.
11. Le paragraphe 52.1(1) de la version française du même
règlement est remplacé par ce qui suit :
52.1 (1) L’exploitant d’un aérodrome doit veiller à ce qu’au
moins une escorte soit affectée pour 10 personnes qui doivent être
escortées.
12. L’article 52.3 du même règlement est remplacé par ce
qui suit :
52.3 L’exploitant d’un aérodrome doit veiller à ce qu’une personne qui est sous escorte ou sous surveillance et les biens qui
sont en sa possession ou sous sa garde fassent l’objet d’un contrôle à un point de contrôle avant qu’elle entre dans une zone
stérile.
Le 4 juillet 2009
13. (1) Paragraph 56(1)(c) of the Regulations is replaced by
the following:
(c) inspecting the aircraft and causing a screening of the passengers and goods on board the aircraft to be conducted, unless
the inspection and screening are likely to jeopardize the safety
of the passengers and crew members.
(2) Paragraph 56(2)(c) of the Regulations is replaced by the
following:
(c) inspecting the aircraft and causing a search of the passengers and goods on board the aircraft to be conducted, unless the
inspection and search are likely to jeopardize the safety of the
passengers and crew members.
14. Paragraph 65(e) of the French version of the Regulations is replaced by the following:
e) une situation visant la sûreté aérienne qui comporte la participation d’un agent de la paix quel que soit l’endroit à l’aérodrome, sauf aux endroits dont un transporteur aérien est
responsable.
15. (1) The portion of subsection 65.1(1) of the Regulations
before paragraph (a) is replaced by the following:
65.1 (1) A screening authority must immediately notify the appropriate air carrier, the aerodrome operator, the appropriate police service and the Minister if any of the following is detected at
a restricted area access point or any other part of an aerodrome
where the screening of persons or goods is conducted:
(2) Subparagraph 65.1(1)(b)(i) of the French version of the
Regulations is replaced by the following:
(i) des munitions en la possession d’une personne autorisée à
avoir en sa possession une arme ou une arme à feu en vertu des
articles 25, 27 ou 28, ou à y avoir accès,
16. Paragraph 66(a) of the Regulations is replaced by the
following:
(a) information concerning the method of implementing the security measures, emergency directions or interim orders that
apply to the air carrier; and
17. Paragraph 67(a) of the Regulations is replaced by the
following:
(a) information concerning the method of implementing the security measures, emergency directions or interim orders that
apply to those persons; and
18. Paragraph 67.1(a) of the Regulations is replaced by the
following:
(a) information concerning the method of implementing the security measures, emergency directions or interim orders that
apply to the screening authority; and
19. Section 69 of the Regulations is replaced by the
following:
69. The aerodrome operator must establish an aerodrome security committee to advise on the development of security measures,
emergency directions and interim orders to be carried out at the
aerodrome and to coordinate their implementation.
20. Schedule 1 to the Regulations is amended by replacing
“(Section 9)” after the heading “SCHEDULE 1” with “(Section 4)”.
21. The reference “Halifax International Airport” in Schedule 1 to the Regulations is replaced by the following:
Halifax/Robert L. Stanfield International Airport
Gazette du Canada Partie I
2013
13. (1) L’alinéa 56(1)c) du même règlement est remplacé
par ce qui suit :
c) inspecter l’aéronef et faire effectuer le contrôle des passagers
et des biens à son bord, à moins que l’inspection et le contrôle
ne risquent de compromettre la sécurité des passagers et des
membres d’équipage.
(2) L’alinéa 56(2)c) du même règlement est remplacé par ce
qui suit :
c) inspecter l’aéronef et faire effectuer la fouille des passagers
et des biens à son bord, à moins que l’inspection et la fouille ne
risquent de compromettre la sécurité des passagers et des membres d’équipage.
14. L’alinéa 65e) de la version française du même règlement est remplacé par ce qui suit :
e) une situation visant la sûreté aérienne qui comporte la participation d’un agent de la paix quel que soit l’endroit à l’aérodrome, sauf aux endroits dont un transporteur aérien est
responsable.
15. (1) Le passage du paragraphe 65.1(1) du même règlement précédant l’alinéa a) est remplacé par ce qui suit :
65.1 (1) L’administration de contrôle doit aviser immédiatement le transporteur aérien compétent, l’exploitant de l’aérodrome, le corps policier compétent et le ministre lorsque l’un des
objets ci-après est détecté à un point d’accès d’une zone réglementée ou dans toute autre partie de l’aérodrome où s’effectue le
contrôle des personnes ou des biens :
(2) Le sous-alinéa 65.1(1)b)(i) de la version française du
même règlement est remplacé par ce qui suit :
(i) des munitions en la possession d’une personne autorisée à
avoir en sa possession une arme ou une arme à feu en vertu des
articles 25, 27 ou 28, ou à y avoir accès,
16. L’alinéa 66a) du même règlement est remplacé par ce
qui suit :
a) des renseignements sur le mode de mise en œuvre des mesures de sûreté, des directives d’urgence et des arrêtés d’urgence
qui sont applicables au transporteur aérien;
17. L’alinéa 67a) du même règlement est remplacé par ce
qui suit :
a) des renseignements sur le mode de mise en œuvre des mesures de sûreté, des directives d’urgence et des arrêtés d’urgence
qui sont applicables à ces personnes;
18. L’alinéa 67.1a) du même règlement est remplacé par ce
qui suit :
a) des renseignements sur le mode de mise en œuvre des mesures de sûreté, des directives d’urgence et des arrêtés d’urgence
qui sont applicables à l’administration de contrôle;
19. L’article 69 du même règlement est remplacé par ce qui
suit :
69. L’exploitant de l’aérodrome doit mettre sur pied un comité
de sûreté de l’aérodrome chargé de fournir des conseils sur l’élaboration de mesures de sûreté, de directives d’urgence et d’arrêtés
d’urgence à prendre à l’aérodrome et de coordonner leur mise en
œuvre.
20. La mention « (article 9) » qui suit le titre « ANNEXE 1 », à l’annexe 1 du même règlement, est remplacée
par « (article 4) ».
21. La mention « Halifax / Aéroport international » qui figure à l’annexe 1 du même règlement est remplacée par ce
qui suit :
Halifax / Aéroport international Robert L. Stanfield
2014
Canada Gazette Part I
July 4, 2009
22. The reference “Winnipeg International Airport” in
Schedule 1 to the Regulations is replaced by the following:
Winnipeg/James Armstrong Richardson International Airport
22. La mention « Winnipeg / Aéroport international » qui
figure à l’annexe 1 du même règlement est remplacée par ce
qui suit :
Winnipeg / Aéroport international James Armstrong Richardson
23. Schedule 2 to the Regulations is amended by replacing
“(Section 36)” after the heading “SCHEDULE 2” with “(Section 1 and subsection 36(1))”.
23. La mention « (article 36) » qui suit le titre « ANNEXE 2 », à l’annexe 2 du même règlement, est remplacée
par « (article 1 et paragraphe 36(1)) ».
24. The reference “Fredericton Airport” in Schedule 2 to
the Regulations is replaced by the following:
Fredericton International Airport
24. La mention « Fredericton / Aéroport » qui figure à l’annexe 2 du même règlement est remplacée par ce qui suit :
Fredericton / Aéroport international
25. The reference “Halifax International Airport” in
Schedule 2 to the Regulations is replaced by the following:
Halifax/Robert L. Stanfield International Airport
25. La mention « Halifax / Aéroport international » qui figure à l’annexe 2 du même règlement est remplacée par ce
qui suit :
Halifax / Aéroport international Robert L. Stanfield
26. The reference “Winnipeg International Airport” in
Schedule 2 to the Regulations is replaced by the following:
Winnipeg/James Armstrong Richardson International Airport
26. La mention « Winnipeg / Aéroport international » qui
figure à l’annexe 2 du même règlement est remplacée par ce
qui suit :
Winnipeg / Aéroport international James Armstrong Richardson
DESIGNATED PROVISIONS REGULATIONS
RÈGLEMENT SUR LES TEXTES DÉSIGNÉS
27. Subsection 3(1) of the Designated Provisions Regulations2 is replaced by the following:
27. Le paragraphe 3(1) du Règlement sur les textes désignés2
est remplacé par ce qui suit :
3. (1) The provisions of a security measure are designated as
provisions the contravention of which may be dealt with in accordance with the procedure set out in sections 7.7 to 8.2 of the
Act.
3. (1) Les dispositions d’une mesure de sûreté sont désignées
comme dispositions dont la transgression est traitée conformément à la procédure prévue aux articles 7.7 à 8.2 de la Loi.
28. Section 4 of the Regulations is replaced by the
following:
28. L’article 4 du même règlement est remplacé par ce qui
suit :
4. A notice referred to in subsection 7.7(1) of the Act must
specify
(a) the particulars of the alleged contravention;
(b) that the person on whom the notice is served or to whom it
is sent has the option of paying the amount specified in the notice or filing with the Tribunal a request for a review of the alleged contravention or the amount of the penalty;
(c) that payment of the amount specified in the notice will be
accepted by the Minister in satisfaction of the amount of the
penalty for the alleged contravention and that no further proceedings under Part I of the Act will be taken against the person on whom the notice in respect of that contravention is
served or to whom it is sent;
(d) that the person on whom the notice is served or to whom it
is sent will be provided with an opportunity consistent with
procedural fairness and natural justice to present evidence before the Tribunal and make representations in relation to the alleged contravention if the person files a request for a review
with the Tribunal; and
(e) that the person on whom the notice is served or to whom it
is sent will be deemed to have committed the contravention set
out in the notice if the person fails to pay the amount specified
in the notice and fails to file a request for a review with the
Tribunal within the prescribed period.
4. L’avis visé au paragraphe 7.7(1) de la Loi doit indiquer les
renseignements suivants :
a) une description des faits reprochés;
b) un énoncé indiquant que le destinataire de l’avis doit soit
payer le montant fixé dans l’avis, soit déposer auprès du Tribunal une requête en révision des faits reprochés ou du montant
de l’amende;
c) un énoncé indiquant que le paiement du montant fixé dans
l’avis sera accepté par le ministre en règlement de l’amende
imposée et qu’aucune poursuite ne sera intentée par la suite au
titre de la partie I de la Loi contre le destinataire de l’avis pour
la même contravention;
d) un énoncé indiquant que, si le destinataire de l’avis dépose
une requête en révision auprès du Tribunal, il se verra accorder
la possibilité de présenter ses éléments de preuve et ses observations sur les faits reprochés, conformément aux principes de
l’équité procédurale et de la justice naturelle;
e) un énoncé indiquant que l’omission par le destinataire de
l’avis de verser le montant fixé dans l’avis et de déposer dans
le délai imparti une requête en révision auprès du Tribunal vaudra déclaration de responsabilité à l’égard de la contravention.
———
———
2
SOR/2000-112
2
DORS/2000-112
Le 4 juillet 2009
Gazette du Canada Partie I
29. Items 1 to 9 of Schedule 2 to the Regulations are replaced by the following:
Item
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9. [reserved]
Column 1
Column 2
Column 3
Designated
Provision
Maximum Amount
Payable ($)
Individual
Maximum Amount
Payable ($)
Corporation
Subsection 3(1)
Subsection 3(2)
Subsection 3(3)
Paragraph 4(a)
Paragraph 4(b)
Subsection 7(1)
Subsection 7(2)
Section 10
5,000
5,000
5,000
3,000
3,000
5,000
5,000
5,000
25,000
25,000
10,000
10,000
25,000
25,000
30. Items 74 to 77 of Schedule 2 to the Regulations are replaced by the following:
Item
Column 1
Column 2
Column 3
Designated
Provision
Maximum Amount
Payable ($)
Individual
Maximum Amount
Payable ($)
Corporation
5,000
5,000
25,000
74.
Paragraph 48(2)(a)
75.
Paragraph 48(2)(b)
76. [reserved]
77. [reserved]
2015
29. Les articles 1 à 9 de l’annexe 2 du même règlement sont
remplacés par ce qui suit :
Colonne 1
Colonne 2
Colonne 3
Article
Texte désigné
Montant maximal
à payer ($)
Personne physique
Montant maximal
à payer ($)
Personne morale
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9. [réservé]
Paragraphe 3(1)
Paragraphe 3(2)
Paragraphe 3(3)
Alinéa 4a)
Alinéa 4b)
Paragraphe 7(1)
Paragraphe 7(2)
Article 10
5 000
5 000
5 000
3 000
3 000
5 000
5 000
5 000
25 000
25 000
10 000
10 000
25 000
25 000
30. Les articles 74 à 77 de l’annexe 2 du même règlement
sont remplacés par ce qui suit :
Article
Colonne 1
Colonne 2
Colonne 3
Texte désigné
Montant maximal
à payer ($)
Personne physique
Montant maximal
à payer ($)
Personne morale
5 000
5 000
25 000
74.
Alinéa 48(2)a)
75.
Alinéa 48(2)b)
76. [réservé]
77. [réservé]
31. The Regulations are amended by adding, after Schedule 3, the Schedule 4 set out in the schedule to these
Regulations.
31. Le même règlement est modifié par adjonction, après
l’annexe 3, de l’annexe 4 figurant à l’annexe du présent
règlement.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
32. These Regulations come into force on September 30,
2009.
32. Le présent règlement entre en vigueur le 30 septembre
2009.
SCHEDULE
(Section 31)
ANNEXE
(article 31)
SCHEDULE 4
(Section 2)
ANNEXE 4
(article 2)
DESIGNATED PROVISIONS OF THE ACT
TEXTES DÉSIGNÉS DE LA LOI
Column 1
Column 2
Item
Maximum Amount
Payable ($)
Designated Provision Individual
1.
2.
3.
Paragraph 4.85(1)(a)
Paragraph 4.85(1)(b)
Subsection 4.85(3)
5,000
5,000
5,000
Column 3
Colonne 1
Colonne 2
Colonne 3
Montant maximal
à payer ($)
Personne morale
25 000
Maximum Amount
Payable ($)
Corporation
Article
Texte désigné
Montant maximal
à payer ($)
Personne physique
25,000
1.
2.
3.
Alinéa 4.85(1)a)
Alinéa 4.85(1)b)
Paragraphe 4.85(3)
5 000
5 000
5 000
[27-1-o]
[27-1-o]
Le 4 juillet 2009
Gazette du Canada Partie I
INDEX
Vol. 143, No. 27 — July 4, 2009
(An asterisk indicates a notice previously published.)
COMMISSIONS
Canadian International Trade Tribunal
Construction services — Determination ...........................
Transportation, travel and relocation services —
Determination ...............................................................
Canadian Radio-television and Telecommunications
Commission
* Addresses of CRTC offices — Interventions.................
Decisions
2009-263-1, 2009-264-1, 2009-376 and 2009-380 ...........
Notices of consultation
2009-36-5 — Notice of hearing........................................
2009-377 — Call for comments on proposed
amendments to the Television Broadcasting
Regulations, 1987, the Pay Television Regulations,
1990, and the Specialty Services Regulations, 1990.....
2009-378 — Notice of applications received....................
2009-381 — Notice of applications received....................
Public Service Commission
Public Service Employment Act
Permisssion granted (Lortie, Lise) ....................................
GOVERNMENT NOTICES
Environment, Dept. of the
Canadian Environmental Protection Act, 1999
Order 2009-87-05-02 Amending the Non-domestic
Substances List..............................................................
Industry, Dept. of
Appointments....................................................................
Radiocommunication Act
DGTP-007-09 — Narrowband and Wideband Public
Safety Radiocommunication Systems in the
Bands 768-776 MHz and 798-806 MHz .......................
DGTP-008-09 — Release of Radio System Policy 25
for Public Safety Radio Interoperability .......................
DGTP-009-09 — Extension to the comment period:
Proposed revisions to the Canadian Table of
Frequency Allocations (2009 Edition) ..........................
Notice of Vacancy
Office of the Information Commissioner..........................
MISCELLANEOUS NOTICES
Al Salam House-Canada Inc., application to establish a
bank ..................................................................................
Canadian Federation of Orthotherapists, relocation of head
office.................................................................................
Canadian Horse & Animal Physical Therapists
Association, surrender of charter ......................................
Cancer Rehab Inc., surrender of charter ...............................
INSTITUTE FOR THE ADVANCEMENT OF
TEACHING IN HIGHER EDUCATION, surrender of
charter ...............................................................................
1966
1966
1967
1967
1968
1969
1970
1971
1972
1958
1958
1960
1961
1962
1963
1973
1973
1973
1974
1974
MISCELLANEOUS NOTICES — Continued
International Federation on Ageing, relocation of head
office.................................................................................
International Regulome Consortium (IRC), surrender of
charter ...............................................................................
Pohjola Non-Life Insurance Company Ltd., release of
assets.................................................................................
* ResMor Trust Company, letters patent of continuance......
Saskatchewan Water Corporation, pump station and intake
in Buffalo Pound Lake, Sask. ..........................................
* Ukrainian Fraternal Association, release of assets.............
2017
1974
1974
1975
1975
1975
1976
PARLIAMENT
House of Commons
* Filing applications for private bills
(Second Session, Fortieth Parliament) .......................... 1965
Senate
Royal Assent
Bills assented to ................................................................ 1965
PROPOSED REGULATIONS
Canadian Food Inspection Agency
Health of Animals Act
Regulations Amending the Health of Animals
Regulations ...................................................................
Regulations Amending the Reportable Diseases
Regulations ...................................................................
Health, Dept. of
Food and Drugs Act
Regulations Amending the Food and Drug Regulations
(1587 — Food Additives) .............................................
Transport, Dept. of
Aeronautics Act
Regulations Amending the Canadian Aviation Security
Regulations and the Designated Provisions
Regulations ...................................................................
Canadian Air Transport Security Authority Act
Regulations Amending the CATSA Aerodrome
Designation Regulations ...............................................
SUPPLEMENTS
Copyright Board
Statement of Proposed Royalties to Be Collected by
SOCAN for the Public Performance or the
Communication to the Public by Telecommunication,
in Canada, of Musical or Dramatico-Musical Works in
the Year 2010
1978
1983
1989
2008
1992
2018
Canada Gazette Part I
July 4, 2009
INDEX
Vol. 143, no 27 — Le 4 juillet 2009
(L’astérisque indique un avis déjà publié.)
AVIS DIVERS
Al Salam House-Canada Inc., demande d’établissement
d’une banque.....................................................................
Canadian Horse & Animal Physical Therapists
Association, abandon de charte.........................................
Cancer Rehab Inc., abandon de charte..................................
* Compagnie de Fiducie ResMor, lettres patentes de
prorogation........................................................................
Fédération Canadienne des Orthothérapeutes, changement
de lieu du siège social .......................................................
Fédération internationale du vieillissement, changement de
lieu du siège social............................................................
INSTITUT POUR L’AVANCEMENT DE LA
PÉDAGOGIE EN ENSEIGNEMENT SUPÉRIEURE,
abandon de charte .............................................................
International Regulome Consortium (IRC), abandon de
charte ................................................................................
Pohjola Non-Life Insurance Company Ltd., libération
d’actif................................................................................
Saskatchewan Water Corporation, station de pompage et
prise d’eau dans le lac Buffalo Pound (Sask.)...................
* Ukrainian Fraternal Association, libération d’actif............
AVIS DU GOUVERNEMENT
Avis de poste vacant
Commissariat à l’information du Canada .........................
Environnement, min. de l’
Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999)
Arrêté 2009-87-05-02 modifiant la Liste extérieure .........
Industrie, min. de l’
Nominations......................................................................
Loi sur la radiocommunication
DGTP-007-09 — Systèmes de radiocommunication à
bande étroite et à large bande pour les services de
sécurité publique dans les bandes 768-776 MHz et
798-806 MHz ................................................................
DGTP-008-09 — Publication de la Politique des
systèmes radio 25 exposant les lignes directrices
visant l’interopérabilité radio des services de
sécurité publique ...........................................................
DGTP-009-09 — Prolongation de la période de
réception des commentaires : Projet de révision du
Tableau canadien d’attribution des bandes de
fréquences (édition 2009)..............................................
1973
1973
1974
1975
1973
1974
1974
1974
1975
1975
1976
1963
1958
1958
1960
1961
1962
COMMISSIONS
Commission de la fonction publique
Loi sur l’emploi dans la fonction publique
Permission accordée (Lortie, Lise) ................................... 1972
COMMISSIONS (suite)
Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications
canadiennes
* Adresses des bureaux du CRTC — Interventions..........
Avis de consultation
2009-36-5 — Avis d’audience..........................................
2009-377 — Appel aux observations sur des
modifications proposées au Règlement de 1987 sur la
télédiffusion, au Règlement de 1990 sur la télévision
payante et au Règlement de 1990 sur les services
spécialisés .....................................................................
2009-378 — Avis de demandes reçues.............................
2009-381 — Avis de demandes reçues.............................
Décisions
2009-263-1, 2009-264-1, 2009-376 et 2009-380..............
Tribunal canadien du commerce extérieur
Services de construction — Décision ...............................
Services de transport, de voyage et de déménagement —
Décision ........................................................................
1967
1968
1969
1970
1971
1967
1966
1966
PARLEMENT
Chambre des communes
* Demandes introductives de projets de loi privés
(Deuxième session, quarantième législature) ................ 1965
Sénat
Sanction royale
Projets de loi sanctionnés.................................................. 1965
RÈGLEMENTS PROJETÉS
Agence canadienne d’inspection des aliments
Loi sur la santé des animaux
Règlement modifiant le Règlement sur la santé des
animaux.........................................................................
Règlement modifiant le Règlement sur les maladies
déclarables ....................................................................
Santé, min. de la
Loi sur les aliments et drogues
Règlement modifiant le Règlement sur les aliments et
drogues (1587 — additifs alimentaires) ........................
Transports, min. des
Loi sur l’Administration canadienne de la sûreté du
transport aérien
Règlement modifiant le Règlement sur la désignation
des aérodromes de l’ACSTA ........................................
Loi sur l’aéronautique
Règlement modifiant le Règlement canadien sur la
sûreté aérienne et le Règlement sur les textes
désignés.........................................................................
SUPPLÉMENTS
Commission du droit d’auteur
Projet de tarifs des redevances à percevoir par la SOCAN
pour l’exécution en public ou la communication au
public par télécommunication, au Canada, d’œuvres
musicales ou dramatico-musicales en 2010
1978
1983
1989
1992
2008
Supplement
Canada Gazette, Part I
July 4, 2009
Supplément
Gazette du Canada, Partie I
Le 4 juillet 2009
COPYRIGHT BOARD
COMMISSION DU DROIT
D’AUTEUR
Statement of Proposed Royalties to Be
Collected by SOCAN for the Public
Performance or the Communication to the
Public by Telecommunication, in Canada,
of Musical or Dramatico-Musical Works
in the Year 2010
Projet de tarifs des redevances à percevoir
par la SOCAN pour l’exécution en public
ou la communication au public par
télécommunication, au Canada, d’œuvres
musicales ou dramatico-musicales
en 2010
Le 4 juillet 2009
Supplément à la Gazette du Canada
3
COPYRIGHT BOARD
COMMISSION DU DROIT D’AUTEUR
FILE: Public Performance of Musical Works
DOSSIER : Exécution publique d’œuvres musicales
Statement of Proposed Royalties to Be Collected by SOCAN
for the Public Performance or the Communication to the
Public by Telecommunication, in Canada, of Musical and
Dramatico-Musical Works
Projet de tarifs des redevances à percevoir par la SOCAN
pour l’exécution en public ou la communication au public
par télécommunication, au Canada, d’œuvres musicales
ou dramatico-musicales
In accordance with subsection 67.1(5) of the Copyright Act, the
Copyright Board hereby publishes the statement of proposed royalties filed by the Society of Composers, Authors and Music Publishers of Canada (SOCAN) on March 27, 2009, with respect to
royalties it proposes to collect, effective January 1, 2010, for the
public performance or the communication to the public by telecommunication, in Canada, of musical or dramatico-musical
works.
In accordance with the provisions of the same subsection, the
Board hereby gives notice that all prospective users or their representative who wish to object to the statement may file written
objections with the Board, at the address indicated below, within
60 days of the publication hereof, that is no later than September 2, 2009.
Ottawa, July 4, 2009
CLAUDE MAJEAU
Secretary General
56 Sparks Street, Suite 800
Ottawa, Ontario
K1A 0C9
613-952-8621 (telephone)
613-952-8630 (fax)
claude.majeau@cb-cda.gc.ca (email)
Conformément au paragraphe 67.1(5) de la Loi sur le droit
d’auteur, la Commission du droit d’auteur publie le projet de
tarifs que la Société canadienne des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (SOCAN) a déposé auprès d’elle le 27 mars
2009, relativement aux redevances qu’elle propose de percevoir à
compter du 1er janvier 2010, pour l’exécution en public ou la
communication au public par télécommunication, au Canada,
d’œuvres musicales ou dramatico-musicales.
Conformément aux dispositions du même paragraphe, la Commission donne avis, par les présentes, que tout utilisateur éventuel
intéressé, ou son représentant, désirant s’opposer au projet doit
déposer son opposition auprès de la Commission, par écrit, à
l’adresse apparaissant ci-dessous, dans les 60 jours de la présente
publication, soit au plus tard le 2 septembre 2009.
Ottawa, le 4 juillet 2009
Le secrétaire général
CLAUDE MAJEAU
56, rue Sparks, Bureau 800
Ottawa (Ontario)
K1A 0C9
613-952-8621 (téléphone)
613-952-8630 (télécopieur)
claude.majeau@cb-cda.gc.ca (courriel)
Supplement to the Canada Gazette
4
July 4, 2009
TARIFF OF ROYALTIES TO BE COLLECTED BY THE
SOCIETY OF COMPOSERS, AUTHORS AND MUSIC
PUBLISHERS OF CANADA (SOCAN)
TARIF DES REDEVANCES QUE LA SOCIÉTÉ
CANADIENNE DES AUTEURS, COMPOSITEURS ET
ÉDITEURS DE MUSIQUE (SOCAN) PEUT PERCEVOIR
in compensation for the right to perform in public or to communicate to the public by telecommunication, in Canada, musical or
dramatico-musical works forming part of its repertoire.
en compensation pour l’exécution en public, ou la communication
au public par télécommunication, au Canada, d’œuvres musicales
ou dramatico-musicales faisant partie de son répertoire.
GENERAL PROVISIONS
DISPOSITIONS GÉNÉRALES
All amounts payable under these tariffs are exclusive of any
federal, provincial or other governmental taxes or levies of any
kind.
As used in these tariffs, the terms “licence,” “licence to perform” and “licence to communicate to the public by telecommunication” mean a licence to perform in public or to communicate to the public by telecommunication or to authorize the
performance in public or the communication to the public by telecommunication, as the context may require.
Les montants exigibles indiqués dans les présents tarifs ne
comprennent ni les taxes fédérales, provinciales ou autres, ni les
prélèvements d’autre genre qui pourraient s’appliquer.
Dans les présents tarifs, « licence », « licence permettant
l’exécution » et « licence permettant la communication au public
par télécommunication » signifient, selon le contexte, une licence
d’exécution en public ou de communication au public par télécommunication ou une licence permettant d’autoriser une tierce
partie à exécuter en public ou à communiquer au public par
télécommunication.
Sauf indication contraire, les redevances relatives à toute licence octroyée par la SOCAN sont dues et payables dès l’octroi
de la licence. Tout montant non payé à son échéance porte intérêt
à compter de la date à laquelle il aurait dû être acquitté jusqu’à la
date où il est reçu. L’intérêt est calculé quotidiennement, à un
taux de un pour cent au-dessus du taux officiel d’escompte de la
Banque du Canada en vigueur le dernier jour du mois précédent
(tel qu’il est publié par la Banque du Canada). L’intérêt n’est pas
composé.
Chaque licence reste valable en fonction des conditions qui y
sont énoncées. La SOCAN peut, en tout temps, mettre fin à toute
licence sur préavis écrit de 30 jours pour violation des modalités
de la licence.
Except where otherwise specified, fees payable for any licence
granted by SOCAN shall be due and payable upon grant of the
licence. Any amount not received by the due date shall bear interest from that date until the date the amount is received. Interest
shall be calculated daily, at a rate equal to one per cent above the
Bank of Canada Rate effective on the last day of the previous
month (as published by the Bank of Canada). Interest shall not
compound.
Each licence shall subsist according to the terms set out therein.
SOCAN shall have the right at any time to terminate a licence for
breach of terms or conditions upon 30 days’ notice in writing.
Tariff No. 1
Tarif no 1
RADIO
RADIO
A. Commercial Radio
A. Radio commerciale
Short Title
Titre abrégé
1. This tariff may be cited as the SOCAN-NRCC Commercial
Radio Tariff, 2010.
1. Tarif SOCAN-SCGDV pour la radio commerciale, 2010.
Definitions
Définitions
2. In this tariff,
“Act” means the Copyright Act; (« Loi »)
“Gross income” means the gross amounts paid by any person for
the use of one or more broadcasting services or facilities provided by the station’s operator, excluding the following:
(a) income accruing from investments, rents or any other
business unrelated to the station’s broadcasting activities.
However, income accruing from any allied or subsidiary
business that is a necessary adjunct to the station’s broadcasting services and facilities or which results in their being
used shall be included in the “gross income.” For greater certainty, the total revenues received by a station pursuant to
turnkey contracts with advertisers are part of that station’s
“gross income”;
(b) amounts received for the production of a program that is
commissioned by someone other than the licensee and which
becomes the property of that person;
2. Les définitions qui suivent s’appliquent au présent tarif.
« année » Année civile; (“year”)
« Loi » Loi sur le droit d’auteur; (“Act”)
« mois de référence » Mois antérieur au mois qui précède celui
pour lequel les redevances sont versées; (“reference month”)
« musique de production » Musique incorporée dans la programmation interstitielle, tels les messages publicitaires, les messages d’intérêt public et les ritournelles; (“production music”)
« Revenus bruts » S’entend des sommes brutes payées pour
l’utilisation d’une ou de plusieurs des installations ou services
de diffusion offerts par l’exploitant de la station, à l’exclusion
des sommes suivantes :
a) les revenus provenant d’investissements, de loyers ou
d’autres sources non reliées aux activités de diffusion. Il est
entendu que les revenus provenant d’activités indirectement
reliées ou associées aux activités de diffusion, qui en sont le
complément nécessaire ou ayant comme conséquence l’utilisation des services et installations de diffusion, font partie
Le 4 juillet 2009
Supplément à la Gazette du Canada
5
(c) the recovery of any amount paid to obtain the exclusive
national or provincial broadcast rights to a sporting event, if
the licensee can establish that the station was also paid normal fees for station time and facilities. SOCAN may require
the production of the contract granting these rights together
with the billing or correspondence relating to the use of these
rights by other parties; and
(d) amounts received by an originating station acting on
behalf of a group of stations, which do not constitute a permanent network and which broadcast a single event, simultaneously or on a delayed basis, that the originating station
subsequently pays out to the other stations participating in
the broadcast. These amounts paid to each participating station are part of that station’s “gross income”; (« revenus
bruts »)
“low-use station” means a station that
(a) broadcasts works in the repertoire of SOCAN for less
than 20 per cent of its total broadcast time (excluding production music) during the reference month; and
(b) keeps and makes available to SOCAN and NRCC complete recordings of its last 90 broadcast days; (« station à
faible utilisation »)
“production music” means music used in interstitial programming
such as commercials, public service announcements and jingles; (« musique de production »)
“reference month” means the second month before the month for
which royalties are being paid; (« mois de référence »)
“year” means a calendar year. (« année »)
des « revenus bruts ». Il est entendu que tous les revenus
d’une station en provenance de contrats clés en mains avec
des annonceurs sont inclus dans les « revenus bruts » d’une
station;
b) les sommes versées pour la réalisation d’une émission
pour le compte d’une personne autre que le titulaire de la licence et qui en devient le propriétaire;
c) les sommes reçues en recouvrement du coût d’acquisition
de droits exclusifs, nationaux ou provinciaux, de diffusion
d’événements sportifs, dans la mesure où le titulaire de la
licence établit que la station a aussi perçu des revenus normaux pour l’utilisation du temps d’antenne et des installations de la station. La SOCAN aura le droit d’exiger la production du contrat d’acquisition de ces droits, ainsi que des
factures ou autres documents se rattachant à l’usage de ces
droits par des tiers;
d) les sommes reçues par une station source agissant pour le
compte d’un groupe de stations qui ne constituent pas un
réseau permanent et qui diffusent, simultanément ou en différé, un événement particulier, que la station source remet
ensuite aux autres stations participant à la diffusion. Les
sommes ainsi remises à chaque station participante font partie des « revenus bruts » de cette station participante; (“gross
income”)
« station à faible utilisation » Station ayant diffusé des œuvres
faisant partie du répertoire de la SOCAN pour moins de
20 pour cent de son temps d’antenne total (sans tenir compte de
la musique de production) durant le mois de référence et qui
conserve et met à la disposition de la SOCAN et de la SCGDV
l’enregistrement complet de ses 90 dernières journées de radiodiffusion. (“low-use station”)
Application
Application
3. (1) This tariff sets the royalties to be paid each month by
commercial radio stations for the communication to the public by
telecommunication, by over-the-air broadcasting and for private
or domestic use, of musical and dramatico-musical works in
SOCAN’s repertoire and of published sound recordings embodying musical works and performers’ performances of such works
in NRCC’s repertoire.
(2) This tariff does not apply to a communication to the public
by telecommunication that is subject to another tariff, including
SOCAN Tariffs 16 or 22 or the SOCAN-NRCC Pay Audio Services Tariff.
4. This tariff is subject to the special royalty rates set out in
paragraph 68.1(1)(a) of the Act.
3. (1) Le présent tarif établit les redevances payables chaque
mois par une station de radio commerciale pour la communication
au public par télécommunication, par radiodiffusion hertzienne et
aux fins privées ou domestiques, d’œuvres musicales ou dramaticomusicales faisant partie du répertoire de la SOCAN et d’enregistrements sonores publiés constitués d’œuvres musicales ou
dramatico-musicales et de prestations de telles œuvres faisant
partie du répertoire de la SCGDV.
(2) Le présent tarif ne vise pas la communication au public par
télécommunication assujettie à un autre tarif, y compris les
tarifs 16 ou 22 de la SOCAN ou le tarif SOCAN-SCGDV applicable aux services sonores payants.
4. Le présent tarif est assujetti au taux spécial prévu à l’alinéa 68.1(1)a) de la Loi.
Royalties
Redevances
5. (1) A low-use station shall pay 2.6 per cent of its gross revenues during the reference month to SOCAN and [...] per cent of
these revenues to NRCC.
(2) Any other station shall pay 6 per cent of its gross revenues
during the reference month to SOCAN and [...] per cent of these
revenues to NRCC.
5. (1) Une station à faible utilisation verse 2,6 pour cent des revenus bruts qu’elle a perçus durant le mois de référence à la
SOCAN et [...] pour cent de ces recettes à la SCGDV.
(2) Toute autre station verse 6 pour cent des revenus bruts
qu’elle a perçus durant le mois de référence à la SOCAN et [...]
pour cent de ces recettes à la SCGDV.
Reporting Requirements
Obligations de rapport
6. No later than the first day of each month, the station shall
pay the royalties for that month and report the station’s gross
revenues for the reference month.
6. Au plus tard le premier du mois, la station verse les redevances payables pour ce mois et fait rapport de revenus bruts pour le
mois de référence.
Music and Sound Recording Use Information
Renseignements sur l’utilisation d’œuvres musicales et
d’enregistrements sonores
7. (1) Upon receipt of a written request from SOCAN or
NRCC, a station shall provide to both collective societies, with
7. (1) Sur demande écrite de la SOCAN ou de la SCGDV, la
station fournit aux deux sociétés les renseignements suivants à
6
Supplement to the Canada Gazette
July 4, 2009
respect to each musical work and to each published sound
recording embodying a musical work broadcast by the station
during the days listed in the request,
(a) the date and time of broadcast;
(b) the title of the work, the name of its author and composer;
and
(c) where applicable, the title of the album, the name of the
performers or performing groups and the record label.
(2) The information set out in subsection (1) shall be provided
in electronic format where possible, otherwise in writing, no later
than 14 days after the end of the month to which it relates.
(3) A station is not required to provide the information set out
in subsection (1) with respect to more than 14 days in a year.
l’égard de chaque œuvre musicale et de chaque enregistrement
sonore publié d’œuvre musicale qu’elle a diffusés pendant les
jours indiqués dans la demande :
a) la date et l’heure de diffusion;
b) le titre de l’œuvre, le nom de l’auteur et du compositeur;
c) le cas échéant, le titre de l’album, le nom des artistesinterprètes ou groupes d’interprètes et celui de la maison de
disque.
(2) La station fournit les renseignements visés au paragraphe (1) au plus tard 14 jours après la fin du mois auquel ils se
rapportent, si possible sous forme électronique et sinon, par écrit.
(3) La station n’est pas tenue de fournir les renseignements visés au paragraphe (1) à l’égard de plus de 14 jours par année.
Accounts and Records
Registres et vérifications
8. (1) A station shall keep and preserve, for a period of six
months after the end of the month to which they relate, records
from which information requested pursuant to section 7 can be
readily ascertained.
(2) A station shall keep and preserve, for a period of six years
after the end of the year to which they relate, records from which
the station’s gross revenues can be readily ascertained.
(3) A collective society may audit these records at any time
during the period set out in subsection (1) or (2), as well as the
broadcast day recordings of a low-use station, on reasonable notice and during normal business hours.
8. (1) La station tient et conserve durant six mois après la fin
du mois auquel ils se rapportent les registres permettant de déterminer facilement les renseignements demandés conformément à
l’article 7.
(2) La station tient et conserve durant six années après la fin de
l’année à laquelle ils se rapportent les registres permettant de
déterminer facilement ses revenus bruts.
(3) Une société de gestion peut vérifier ces registres à tout
moment durant la période visée au paragraphe (1) ou (2), de
même que l’enregistrement des journées de radiodiffusion d’une
station à faible utilisation, durant les heures régulières de bureau
et moyennant un préavis raisonnable.
(4) Dès qu’elle reçoit un rapport de vérification, la société de
gestion en fait parvenir une copie à la station ayant fait l’objet de
la vérification et à l’autre société de gestion.
(5) Si la vérification des registres d’une station révèle que les
redevances ont été sous-estimées de plus de dix pour cent pour un
mois quelconque, la station assume les coûts raisonnables de la
vérification dans les 30 jours suivant la date à laquelle on lui en
fait la demande.
(4) The collective society shall, upon receipt, supply a copy of
the report of the audit to the station which was the object of the
audit and to the other collective society.
(5) If the audit of a station discloses that the royalties due to the
collective society have been understated in any month by more
than ten per cent, the station shall pay the reasonable costs of
audit within 30 days of the demand for such payment.
Confidentiality
Traitement confidentiel
9. (1) Subject to subsections (2) and (3), a collective society
shall treat in confidence information received pursuant to this
tariff, unless the station that supplied the information consents in
writing to the information being treated otherwise.
9. (1) Sous réserve des paragraphes (2) et (3), une société de
gestion garde confidentiels les renseignements qui lui sont transmis en application du présent tarif, à moins que la station ayant
fourni les renseignements ne consente par écrit à ce qu’il en soit
autrement.
(2) Une société de gestion peut faire part des renseignements
visés au paragraphe (1)
a) à l’autre société de gestion;
b) à la Commission du droit d’auteur;
c) dans le cadre d’une affaire portée devant la Commission, si
la société de gestion donne préalablement à la station ayant
fourni les renseignements l’occasion de demander une ordonnance de confidentialité;
d) à une autre société de gestion ou à une personne qui demande le versement de redevances, dans la mesure où cela est
nécessaire pour effectuer la distribution;
e) si la loi ou une ordonnance d’un tribunal l’y oblige.
(3) Le paragraphe (1) ne s’applique pas aux renseignements
disponibles au public ou obtenus d’un tiers non tenu lui-même de
garder confidentiels ces renseignements.
(2) A collective society may share information referred to in
subsection (1)
(a) with the other collective society;
(b) with the Copyright Board;
(c) in connection with proceedings before the Copyright Board,
if the collective society has first provided a reasonable opportunity for the station that supplied the information to request a
confidentiality order;
(d) to the extent required to effect the distribution of royalties,
with any other collecting body or with its royalty claimants; or
(e) if required by law or by a court of law.
(3) Subsection (1) does not apply to information that is publicly
available, or to information obtained from someone other than the
station and who is not under an apparent duty of confidentiality to
that station.
Le 4 juillet 2009
Supplément à la Gazette du Canada
7
Adjustments
Ajustements
10. Adjustments in the amount of royalties owed (including
excess payments), as a result of the discovery of an error or otherwise, shall be made on the date the next royalty payment is due.
10. L’ajustement dans le montant des redevances payables (y
compris le trop-perçu), qu’il résulte ou non de la découverte
d’une erreur, s’effectue à la date à laquelle le prochain versement
doit être acquitté.
Interests on Late Payments
Intérêts sur paiements tardifs
11. Any amount not received by the due date shall bear interest
from that date until the date the amount is received. Interest shall
be calculated daily, at a rate equal to one per cent above the Bank
of Canada Rate effective on the last day of the previous month (as
published by the Bank of Canada). Interest shall not compound.
11. Tout montant non payé à son échéance porte intérêt à
compter de la date à laquelle il aurait dû être acquitté jusqu’à la
date où il est reçu. L’intérêt est calculé quotidiennement, à un
taux de un pour cent au-dessus du taux officiel d’escompte de la
Banque du Canada en vigueur le dernier jour du mois précédent
(tel qu’il est publié par la Banque du Canada). L’intérêt n’est pas
composé.
Addresses for Notices, etc.
Adresses pour les avis, etc.
12. (1) Anything addressed to SOCAN shall be sent to
41 Valleybrook Drive, Toronto, Ontario M3B 2S6, fax number
416-445-7108, or to any other address or fax number of which the
sender has been notified.
(2) Anything addressed to NRCC shall be sent to 1235 Bay
Street, Suite 910, Toronto, Ontario M5R 3K7, fax number 416962-7797, or to any other address or fax number of which the
sender has been notified.
(3) Anything addressed to a station shall be sent to the last address or fax number of which the sender has been notified.
12. (1) Toute communication avec la SOCAN est expédiée au
41, promenade Valleybrook, Toronto (Ontario) M3B 2S6, numéro de télécopieur 416-445-7108, ou à toute autre adresse ou tout
autre numéro dont l’expéditeur a été avisé.
(2) Toute communication avec la SCGDV est expédiée au
1235, rue Bay, Bureau 910, Toronto (Ontario) M5R 3K7, numéro
de télécopieur 416-962-7797, ou à toute autre adresse ou tout
autre numéro dont l’expéditeur a été avisé.
(3) Toute communication avec une station est expédiée à la
dernière adresse ou au dernier numéro de télécopieur dont l’expéditeur a été avisé.
Delivery of Notices and Payments
Expédition des avis et des paiements
13. (1) A notice may be delivered by hand, by postage-paid
mail, by fax or by email.
(2) A notice or payment mailed in Canada shall be presumed to
have been received three business days after the day it was
mailed.
(3) A notice sent by fax or email shall be presumed to have
been received the day it is transmitted.
13. (1) Un avis peut être livré par messager, par courrier affranchi, par télécopieur ou par courriel.
(2) L’avis ou le paiement posté au Canada est présumé avoir
été reçu trois jours ouvrables après la date de mise à la poste.
B. Non-Commercial Radio other than the Canadian
Broadcasting Corporation
B. Radio non commerciale autre que la Société Radio-Canada
For a licence to perform, at any time and as often as desired in
2010, for private and domestic use, any or all of the works in
SOCAN’s repertoire by a non-commercial AM or FM radio station other than a station of the Canadian Broadcasting Corporation, the fee payable is 1.9 per cent of the station’s gross operating costs in the year covered by the licence.
Pour une licence permettant l’exécution en tout temps et aussi
souvent que désiré en 2010, aux fins privées ou domestiques, de
l’une ou de la totalité des œuvres faisant partie du répertoire de la
SOCAN, par une station non commerciale de radiodiffusion MA
ou MF autre qu’une station de la Société Radio-Canada, le droit
exigible est de 1,9 pour cent des coûts bruts d’exploitation de la
station durant l’année visée par la licence.
Au plus tard le 31 janvier de l’année visée par la licence, le titulaire de la licence verse la redevance qu’il estime devoir payer
pour l’année en cause. Le paiement est accompagné d’un rapport
des coûts bruts réels d’exploitation de la station pour l’année précédente. La redevance est sujette à un rajustement lorsque les
coûts bruts réels d’exploitation pour l’année visée par la licence
ont été établis et qu’il en a été fait rapport à la SOCAN.
Si la période de radiodiffusion est moindre que l’année entière,
une demande de licence doit être présentée à la fin du premier
mois de radiodiffusion, sur le formulaire fourni par la SOCAN, et
la station fait parvenir sa demande accompagnée de sa remise
pour le droit estimatif payable.
Aux fins du présent tarif, « station non commerciale de radio
MA ou MF » comprend toute station sans but lucratif ou exploitée
sans but lucratif, qu’une partie de ses coûts d’exploitation provienne ou non de revenus publicitaires.
No later than January 31 of the year covered by the licence, the
licensee shall pay the estimated fee owing for that year. The payment shall be accompanied by a report of the station’s actual
gross operating costs for the previous year. The fee is subject to
adjustment when the actual gross operating costs for the year
covered by the licence have been determined and reported to
SOCAN.
If broadcasting takes place for less than the entire year, an application must be made for a licence by the end of the first month
of broadcasting on the form to be supplied by SOCAN and,
together with the application form, the station shall forward its
remittance for the estimated fee payable.
For the purpose of this tariff item, “non-commercial AM or FM
radio station” shall include any station which is non-profit or notfor-profit, whether or not any part of its operating expenses is
funded by advertising revenues.
(3) L’avis envoyé par télécopieur ou par courriel est présumé
avoir été reçu le jour où il est transmis.
8
Supplement to the Canada Gazette
July 4, 2009
SOCAN shall have the right to audit the licensee’s books and
records, on reasonable notice and during normal business hours,
to verify the statements rendered and the fee payable by the
licensee.
Tariff 1.B does not apply to the use of music covered by
Tariff 22 or the Pay Audio Services Tariff.
La SOCAN peut vérifier les livres et registres du titulaire de la
licence durant les heures de bureau régulières, moyennant un
préavis raisonnable, afin de confirmer les rapports soumis par le
titulaire de la licence et la redevance exigible de ce dernier.
L’usage de musique assujetti au tarif 22 et au tarif pour les
Services sonores payants n’est pas assujetti au présent tarif.
C. Canadian Broadcasting Corporation
C. Société Radio-Canada
For a licence to perform, at any time and as often as desired in
2010, for private and domestic use, any or all of the works in
SOCAN’s repertoire by means of the radio network and stations
owned and operated by the Canadian Broadcasting Corporation,
the annual fee shall be $3,750,000, payable in equal monthly
instalments on the first day of each month, commencing January 1 of the year for which the licence was issued.
Tariff 1.C does not apply to the use of music covered under
Tariff 22 or the Pay Audio Services Tariff.
Pour une licence permettant l’exécution en tout temps et aussi
souvent que désiré en 2010, aux fins privées ou domestiques, de
l’une ou de la totalité des œuvres faisant partie du répertoire de la
SOCAN sur les ondes radio du réseau et des stations que possède
ou exploite la Société Radio-Canada, la redevance annuelle sera
de 3 750 000 $, payable en versements mensuels égaux le premier
jour de chaque mois, à compter du 1er janvier de l’année pour
laquelle la licence est émise.
Le tarif 1.C ne s’applique pas à l’usage de musique assujetti au
tarif 22 ou au tarif pour les Services sonores payants.
Tariff No. 2
Tarif no 2
TELEVISION
TÉLÉVISION
A. Commercial Television Stations
A. Stations de télévision commerciales
Definitions
Définitions
1. In this tariff,
“ambient music” means music unavoidably picked up in the
background when an event is videotaped or broadcasted.
(« musique ambiante »)
“cleared music” means any music, other than ambient music or
production music, in respect of which a station does not require
a licence from SOCAN. (« musique affranchie »)
“cleared program” means
(a) if the only cleared music contained in the program is
music that was cleared before 60 days after the publication
of this tariff, a program containing no music other than
cleared music, ambient music or production music;
(b) if not, a program produced by a Canadian programming
undertaking and containing no music other than cleared
music, ambient music or production music. (« émission
affranchie »)
“gross income” means the gross amount paid by any person for
the use of one or more broadcasting services or facilities provided by the station’s operator, whether such amounts are paid
to the station owner or operator or to other persons, excluding
the following:
(a) any such amounts received by a person other than the
operator or owner of the station which form part of the base
for calculation of the SOCAN royalty payable by such other
person under this or another tariff;
(b) income accruing from investments, rents or any other
business unrelated to the station’s broadcasting activities.
However, income accruing from any allied or subsidiary
business that is a necessary adjunct to the station’s broadcasting services and facilities or which results in their being
used shall be included in the “gross income”;
(c) amounts received for the production of a program that is
commissioned by someone other than the licensee and which
becomes the property of that person;
(d) the recovery of any amount paid to obtain the exclusive
national or provincial broadcast rights to a sporting event, if
1. Les définitions qui suivent s’appliquent au présent tarif :
« émission affranchie »
a) émission contenant uniquement de la musique ambiante,
de production ou affranchie, si la seule musique affranchie
que contient l’émission l’était au plus tard 60 jours après la
publication du présent tarif;
b) sinon, émission produite par une entreprise de distribution
canadienne contenant uniquement de la musique ambiante,
de production ou affranchie. (“cleared program”)
« entreprise de programmation » Entreprise de distribution telle
qu’elle est définie dans la Loi sur la radiodiffusion, L.C. 1991,
ch. 11. (“programming undertaking”)
« musique affranchie » Musique, autre que de la musique ambiante ou de production, pour laquelle la station n’a pas besoin
d’une licence de la SOCAN. (“cleared music”)
« musique ambiante » Musique captée de façon incidente
lorsqu’un événement est diffusé ou enregistré. (“ambient
music”)
« musique de production » Musique incorporée dans la programmation interstitielle, tels les messages publicitaires, les messages d’intérêt public et les ritournelles. (“production music”)
« revenus bruts » Sommes brutes payées pour l’utilisation d’une
ou de plusieurs des installations ou services de diffusion offerts
par l’exploitant de la station, peu importe si ces montants sont
payés au propriétaire ou à l’exploitant de la station ou à une
autre personne, à l’exclusion des sommes suivantes :
a) les montants reçus par une personne autre que le propriétaire ou l’exploitant de la station et qui font partie de la base
de calcul de la redevance payable à la SOCAN par cette
autre personne en vertu du présent tarif ou d’un autre tarif;
b) les revenus provenant d’investissements, de loyers ou
d’autres sources non reliées aux activités de diffusion. Il est
entendu que les revenus provenant d’activités indirectement
reliées ou associées aux activités de diffusion, qui en sont le
complément nécessaire, ou ayant comme conséquence l’utilisation des services et installations de diffusion, font partie
des « revenus bruts »;
Le 4 juillet 2009
the licensee can establish that the station was also paid normal fees for station time and facilities. SOCAN may require
the production of the contract granting these rights together
with the billing or correspondence relating to the use of these
rights by other parties; and
(e) amounts received by an originating station acting on behalf of a group of stations which do not constitute a permanent network and which broadcast a single event, simultaneously or on a delayed basis, that the originating station pays
out to the other stations participating in the broadcast. These
amounts paid to each participating station are part of that
station’s “gross income.” (« revenus bruts »)
“production music” means music contained in interstitial programming such as commercials, public service announcements
and jingles. (« musique de production »)
“programming undertaking” means a programming undertaking
as defined in the Broadcasting Act, S.C. 1991, ch. 11. (« entreprise de programmation »)
Supplément à la Gazette du Canada
9
c) les sommes versées pour la réalisation d’une émission
pour le compte d’une personne autre que le titulaire de la licence et qui en devient le propriétaire;
d) les sommes reçues en recouvrement du coût d’acquisition
de droits exclusifs, nationaux ou provinciaux, de diffusion
d’événements sportifs, dans la mesure où le titulaire de la
licence établit que la station a aussi perçu des revenus normaux pour l’utilisation du temps d’antenne et des installations de la station. La SOCAN aura le droit d’exiger la production du contrat d’acquisition de ces droits, ainsi que des
factures ou autres documents se rattachant à l’usage de ces
droits par des tiers;
e) les sommes reçues par une station source agissant pour le
compte d’un groupe de stations qui ne constituent pas un réseau permanent et qui diffusent, simultanément ou en différé, un événement particulier, que la station source remet aux
autres stations participant à la diffusion. Les sommes ainsi
remises à chaque station participante font partie des « revenus bruts » de cette station participante. (“gross income”)
Application
Application
2. (1) This tariff applies to licences for the communication to
the public by telecommunication by a broadcast television station,
at any time and as often as desired, in 2010, for private or domestic use, of any or all of the works in SOCAN’s repertoire.
(2) This tariff does not apply to stations owned and operated by
the Canadian Broadcasting Corporation or licensed under a different tariff.
2. (1) Le présent tarif vise les licences pour la communication
au public par télécommunication en tout temps et aussi souvent
que désiré en 2010, aux fins privées ou domestiques, de l’une ou
de la totalité des œuvres faisant partie du répertoire de la SOCAN
sur les ondes d’une station de télévision commerciale.
(2) Les stations de télévision qui appartiennent en propre à la
Société Radio-Canada, de même que celles qui sont expressément
assujetties à un autre tarif, ne sont pas assujetties au présent tarif.
Election of Licence
Option
3. (1) A station can elect for the standard or modified blanket
licence.
(2) A station’s election must be in writing and must be received
by SOCAN at least 30 days before the first day of the month for
which the election is to take effect.
(3) A station’s election remains valid until it makes a further
election.
(4) A station can make no more than two elections in a calendar year.
(5) A station that has never made an election is deemed to have
elected for the standard blanket licence.
3. (1) Une station peut opter pour la licence générale standard
ou modifiée.
(2) L’option s’exerce par écrit. La SOCAN doit la recevoir au
moins 30 jours précédant le premier jour du mois au cours duquel
elle prend effet.
(3) Il est mis fin à une option en exerçant une autre option.
Standard Blanket Licence
La licence générale standard
4. (1) A station that has elected for the standard blanket licence
shall pay 1.9 per cent of the station’s gross income for the second
month before the month for which the licence is issued.
4. (1) La station qui opte pour la licence générale standard
verse 1,9 pour cent des revenus bruts de la station pour le mois
antérieur au mois qui précède le mois pour lequel la licence est
émise.
(2) Au plus tard le jour précédant le premier jour du mois pour
lequel la licence est émise, le titulaire de la licence verse la redevance exigible, accompagnée d’un rapport établissant les revenus
bruts de la station pour le mois antérieur au mois qui précède
celui pour lequel la licence est émise.
(2) No later than the day before the first day of the month for
which the licence is issued, the station shall pay the fee, and report the station’s gross income for the second month before the
month for which the licence is issued.
(4) Une station a droit à deux options par année civile.
(5) La station qui n’a jamais exercé d’option est réputée avoir
opté pour la licence générale standard.
Modified Blanket Licence (MBL)
La licence générale modifiée (LGM)
5. (1) A station that has elected for the modified blanket licence
shall pay the amount calculated in accordance with Form A
(found at the end of this Supplement).
(2) No later than the last day of the month after the month for
which the licence is issued, the station shall
(i) provide to SOCAN, using Form A, a report of the calculation of its licence fee,
5. (1) La station qui opte pour la licence générale modifiée
verse la redevance établie selon le formulaire A (qui se trouve à la
fin de ce supplément).
(2) Au plus tard le dernier jour du mois suivant celui à l’égard
duquel la licence est émise, la station
(i) fournit à la SOCAN un rapport établissant, selon le formulaire A, le montant de sa redevance,
10
Supplement to the Canada Gazette
(ii) provide to SOCAN, using Form B (found at the end of this
Supplement), reports identifying, in respect of each cleared
program, the music used in that program,
(iii) provide to SOCAN any document supporting its claim that
the music identified in Form B is cleared music, or a reference
to that document, if the document was provided previously, and
(iv) pay the amount payable pursuant to subsection (1).
July 4, 2009
(ii) fournit à la SOCAN des rapports établis selon le formulaire B (qui se trouve à la fin de ce supplément), précisant,
à l’égard de chaque émission affranchie, la musique utilisée
durant l’émission,
(iii) fournit à la SOCAN les documents sur lesquels elle se
fonde pour dire que les œuvres énumérées dans le formulaire B
sont de la musique affranchie, ou une référence à ces documents s’ils ont été fournis auparavant,
(iv) verse la redevance visée au paragraphe (1).
Audit Rights
Vérification
6. SOCAN shall have the right to audit any licensee’s books
and records, on reasonable notice and during normal business
hours, to verify the statements and reports rendered and the fee
payable by the licensee.
6. La SOCAN peut vérifier les livres et registres du titulaire de
la licence durant les heures de bureau régulières, moyennant un
préavis raisonnable, afin de confirmer les rapports soumis par le
titulaire de la licence et la redevance exigible de ce dernier.
MBL: Incorrect Cleared Program Claims
LGM : déclarations erronées d’émissions affranchies
7. Amounts paid pursuant to lines C and D of Form A on account of a program that a station incorrectly claimed as a cleared
program are not refundable.
7. Les sommes payées en application des lignes C et D du formulaire A à l’égard de l’émission que la station a erronément
déclaré être une émission affranchie ne sont pas remboursables.
B. Ontario Educational Communications Authority
B. Office de la télécommunication éducative de l’Ontario
For a licence to perform, at any time and as often as desired in
2010, for private or domestic use, any or all of the works in
SOCAN’s repertoire by a station operated by the Ontario Educational Communications Authority, the annual fee is $300,080
payable in equal quarterly instalments on January 1, April 1,
July 1 and October 1 of the year covered by the licence.
Tariff 2.B does not apply to the use of music covered under
Tariff 17 or Tariff 22.
Pour une licence permettant l’exécution en tout temps et aussi
souvent que désiré en 2010, aux fins privées ou domestiques, de
l’une ou de la totalité des œuvres faisant partie du répertoire de la
SOCAN sur les ondes d’une station exploitée par l’Office de la
télécommunication éducative de l’Ontario, la redevance annuelle
est de 300 080 $, payable en versements trimestriels égaux le
1er janvier, le 1er avril, le 1er juillet et le 1er octobre de l’année
visée par la licence.
L’usage de musique expressément assujetti au tarif 17 ou au
tarif 22 n’est pas assujetti au présent tarif.
C. Société de télédiffusion du Québec
C. Société de télédiffusion du Québec
For a licence to perform, at any time and as often as desired in
2010, for private or domestic use, any or all of the works in
SOCAN’s repertoire by a station operated by the Société de télédiffusion du Québec, the annual fee is $216,000 payable in equal
quarterly instalments on March 31, June 30, September 30 and
December 15 of the year covered by the licence.
Tariff 2.C does not apply to the use of music covered under
Tariff 17 or Tariff 22.
Pour une licence permettant l’exécution en tout temps et aussi
souvent que désiré en 2010, aux fins privées ou domestiques, de
l’une ou de la totalité des œuvres faisant partie du répertoire de la
SOCAN sur les ondes d’une station exploitée par la Société de
télédiffusion du Québec, la redevance annuelle est de 216 000 $,
payable en versements trimestriels égaux le 31 mars, le 30 juin,
le 30 septembre et le 15 décembre de l’année visée par la licence.
L’usage de musique expressément assujetti au tarif 17 ou au
tarif 22 n’est pas assujetti au présent tarif.
D. Canadian Broadcasting Corporation
D. Société Radio-Canada
For a licence to perform, at any time and as often as desired in
2010, for private or domestic use, any or all of the works in
SOCAN’s repertoire for all broadcasts of programs by the television network and stations owned and operated by the Canadian
Broadcasting Corporation, the annual fee shall be $6,922,586,
payable in equal monthly instalments on the first day of each
month, commencing January 1 of the year for which the licence is
issued.
Pour une licence à la Société Radio-Canada permettant l’exécution en tout temps et aussi souvent que désiré en 2010, aux fins
privées ou domestiques, de l’une ou de la totalité des œuvres faisant partie du répertoire de la SOCAN pour toutes les émissions
de la Société Radio-Canada diffusées sur les ondes du réseau et
des stations de télévision que possède ou exploite la Société
Radio-Canada, la redevance annuelle sera de 6 922 586 $, payable en versements mensuels égaux le premier jour de chaque mois
à compter du 1er janvier de l’année pour laquelle la licence est
émise.
L’usage de musique expressément assujetti au tarif 17 ou au
tarif 22 n’est pas assujetti au présent tarif.
Tariff 2.D does not apply to the use of music covered under
Tariff 17 or Tariff 22.
Le 4 juillet 2009
Supplément à la Gazette du Canada
11
Tariff No. 3
Tarif no 3
CABARETS, CAFES, CLUBS, COCKTAIL BARS, DINING
ROOMS, LOUNGES, RESTAURANTS, ROADHOUSES,
TAVERNS AND SIMILAR ESTABLISHMENTS
CABARETS, CAFÉS, CLUBS, BARS À COCKTAIL, SALLES
À MANGER, FOYERS, RESTAURANTS, AUBERGES,
TAVERNES ET ÉTABLISSEMENTS DU MÊME GENRE
[NOTE: Tariff No. 3 was certified by the Copyright Board for the
years 2005 to 2010 in the Supplement to the Canada Gazette,
Part I, dated March 22, 2008.]
[AVIS : Le tarif no 3 a été homologué par la Commission du droit
d’auteur pour les années 2005 à 2010 dans le supplément de la
Partie I de la Gazette du Canada, en date du 22 mars 2008.]
Tariff No. 4
Tarif no 4
LIVE PERFORMANCES AT THEATRES OR OTHER
PLACES OF ENTERTAINMENT
EXÉCUTIONS PAR DES INTERPRÈTES EN PERSONNE
DANS DES SALLES DE CONCERT OU D’AUTRES
LIEUX DE DIVERTISSEMENT
A. Popular Music Concerts
A. Concerts de musique populaire
1. Per Event Licence
1. Licence pour concerts individuels
For a licence to perform, at any time and as often as desired in
2010, any or all of the works in SOCAN’s repertoire, as live performances by musicians, singers, or both, and other entertainers at
theatres or other places where entertainment is presented, including open-air events, the fee payable per concert is as follows:
(a) 3 per cent of gross receipts from ticket sales of paid concerts, exclusive of sales and amusement taxes, with a minimum
fee per concert of $35; or
(b) 3 per cent of fees paid to singers, musicians, dancers, conductors, and other performing artists during a free concert, with
a minimum fee per concert of $35.
“Free concert” includes, with respect to festivals, celebrations
and other similar events, a concert for which no separate admission charge is made.
SOCAN shall have the right to audit the licensee’s books and
records, on reasonable notice and during normal business hours,
to verify the statements rendered and the fee payable by the
licensee.
Tariff 4.A.1 does not apply to performances covered under Tariff 3.A.
Pour une licence permettant l’exécution en tout temps et aussi
souvent que désiré en 2010, de l’une ou de la totalité des œuvres
faisant partie du répertoire de la SOCAN, par des exécutants en
personne, dans des salles de concert ou dans d’autres lieux de
divertissement, y compris les spectacles en plein air, la redevance
exigible par concert se calcule comme suit :
a) 3 pour cent des recettes brutes au guichet des concerts
payants, à l’exclusion des taxes de vente et d’amusement, sous
réserve d’une redevance minimale par concert de 35 $;
b) 3 pour cent des cachets versés aux chanteurs, musiciens,
danseurs, chefs d’orchestre et autres artistes-interprètes participant à un concert gratuit, sous réserve d’une redevance minimale par concert de 35 $.
« Concert gratuit » comprend le concert présenté dans le cadre
d’une fête, d’un festival ou d’un événement semblable et qui ne
fait pas l’objet d’un prix d’entrée supplémentaire.
La SOCAN peut vérifier les livres et registres du titulaire de la
licence durant les heures de bureau régulières, moyennant un
préavis raisonnable, afin de confirmer les rapports soumis par le
titulaire de la licence et la redevance exigible de ce dernier.
L’usage de musique expressément couvert par le tarif 3.A n’est
pas assujetti au présent tarif.
2. Annual Licence
2. Licence annuelle
For an annual licence to perform, at any time and as often as
desired in 2010, any or all of the works in SOCAN’s repertoire,
as live performances by musicians, singers, or both, and other
entertainers at theatres or other places where entertainment is
presented, including open-air events, the fee payable per concert
is as follows:
(a) 3 per cent of gross receipts from ticket sales of paid concerts, exclusive of sales and amusement taxes, with a minimum
annual fee of $60; or
(b) 3 per cent of fees paid to singers, musicians, dancers, conductors, and other performing artists during free concerts, with
a minimum annual fee of $60.
Pour une licence annuelle permettant l’exécution, en tout temps
et aussi souvent que désiré en 2010, de l’une ou de la totalité des
œuvres faisant partie du répertoire de la SOCAN, par des exécutants en personne, dans des salles de concert ou dans d’autres
lieux de divertissement, y compris les spectacles en plein air, la
redevance exigible se calcule comme suit :
a) 3 pour cent des recettes brutes au guichet des concerts
payants, à l’exclusion des taxes de vente et d’amusement, sous
réserve d’une redevance annuelle minimale de 60 $;
b) 3 pour cent des cachets versés aux chanteurs, musiciens,
danseurs, chefs d’orchestre et autres artistes-interprètes participant à un concert gratuit, sous réserve d’une redevance annuelle minimale de 60 $.
“Free concert” includes, with respect to festivals, celebrations
and other similar events, a concert for which no separate admission charge is made.
« Concert gratuit » comprend le concert présenté dans le cadre
d’une fête, d’un festival ou d’un événement semblable et qui ne
fait pas l’objet d’un prix d’entrée supplémentaire.
The licensee shall estimate the fee payable for the year for
which the licence is issued, based on the total receipts/fees paid
Le titulaire de la licence évalue la redevance exigible pour
l’année pour laquelle la licence est émise, en fonction des recettes
12
Supplement to the Canada Gazette
July 4, 2009
SOCAN shall have the right to audit the licensee’s books and
records, on reasonable notice and during normal business hours,
to verify the statements rendered and the fee payable by the
licensee.
Tariff 4.A.2 does not apply to performances covered under Tariff 3.A.
brutes/cachets pour l’année précédente et verse ce montant estimatif à la SOCAN au plus tard le 31 janvier de l’année pour laquelle la licence est émise. Le versement de la redevance payable
doit être accompagné du relevé des recettes brutes/cachets pour
l’année précédente.
Si les recettes brutes/cachets déclarés pour l’année précédente
ne tiennent compte que d’une partie de l’année, le paiement de
cette redevance doit être accompagné d’un rapport contenant le
montant estimatif des recettes brutes/cachets pour la totalité de
l’année pour laquelle la licence est émise.
Au plus tard le 31 janvier de l’année suivante, un rapport des
recettes brutes/cachets réels pour l’année civile pour laquelle la
licence a été émise est préparé, le montant de la redevance exigible est corrigé et toute redevance additionnelle exigible en vertu
du montant réel des recettes brutes/cachets doit être versée à la
SOCAN. Si le coût de la licence est inférieur au montant déjà
payé, la SOCAN porte le supplément au crédit du titulaire de la
licence.
La SOCAN peut vérifier les livres et registres du titulaire de la
licence durant les heures de bureau régulières, moyennant un
préavis raisonnable, afin de confirmer les rapports soumis par le
titulaire de la licence et la redevance exigible de ce dernier.
L’usage de musique expressément couvert par le tarif 3.A n’est
pas assujetti au présent tarif.
B. Classical Music Concerts
B. Concerts de musique classique
1. Per Concert Licence
1. Licence pour concerts individuels
For a licence to perform, at any time and as often as desired in
2010, any or all of the works in SOCAN’s repertoire, as live performances by musicians, singers, or both, at concerts or recitals of
classical music, the fee payable per concert is as follows:
(a) 1.56 per cent of gross receipts from ticket sales of paid concerts, exclusive of sales and amusement taxes, with a minimum
fee per concert of $35; or
(b) 1.56 per cent of fees paid to singers, musicians, dancers,
conductors and other performing artists during a free concert,
with a minimum fee per concert of $35.
“Free concert” includes, with respect to festivals, celebrations
and other similar events, a concert for which no separate admission charge is made.
SOCAN shall have the right to audit the licensee’s books and
records, on reasonable notice and during normal business hours,
to verify the statements rendered and the fee payable by the
licensee.
Pour une licence permettant l’exécution en tout temps et aussi
souvent que désiré en 2010, de l’une ou de la totalité des œuvres
faisant partie du répertoire de la SOCAN, par des exécutants en
personne, à l’occasion de concerts ou de récitals de musique classique, la redevance exigible par concert se calcule comme suit :
a) 1,56 pour cent des recettes brutes au guichet des concerts
payants, à l’exclusion des taxes de vente et d’amusement, sous
réserve d’une redevance minimale par concert de 35 $;
b) 1,56 pour cent des cachets versés aux chanteurs, musiciens,
danseurs, chefs d’orchestre et autres artistes-interprètes participant à un concert gratuit, sous réserve d’une redevance minimale par concert de 35 $.
« Concert gratuit » comprend le concert présenté dans le cadre
d’une fête, d’un festival ou d’un événement semblable et qui ne
fait pas l’objet d’un prix d’entrée supplémentaire.
La SOCAN peut vérifier les livres et les registres du titulaire de
la licence durant les heures de bureau régulières, moyennant un
préavis raisonnable, afin de confirmer les rapports soumis par le
titulaire de la licence et la redevance exigible de ce dernier.
2. Annual Licence for Orchestras
2. Licence annuelle pour orchestres
[NOTE: Tariff No. 4.B.2 was certified by the Copyright Board for
the years 2008 to 2012 in the Supplement to the Canada Gazette,
Part I, dated March 22, 2008.]
[AVIS : Le tarif no 4.B.2 a été homologué par la Commission du
droit d’auteur pour les années 2008 à 2012 dans le supplément de
la Partie I de la Gazette du Canada, en date du 22 mars 2008.]
3. Annual Licence for Presenting Organizations
3. Licence annuelle pour les diffuseurs
For an annual licence to perform, at any time and as often as
desired in 2010, any or all of the works in SOCAN’s repertoire,
during a series of concerts or recitals of classical music forming
part of an artistic season of a presenting organization, the fee payable is as follows:
0.96 per cent of gross receipts from ticket sales, subscription
and membership revenues, for all concerts (including concerts
where no work of SOCAN’s repertoire is performed), exclusive
Pour une licence annuelle permettant l’exécution en tout temps
et aussi souvent que désiré en 2010, de l’une ou de la totalité des
œuvres faisant partie du répertoire de la SOCAN, dans le cadre
d’une série de concerts ou de récitals de musique classique faisant
partie d’une saison artistique offerte par un diffuseur, la redevance payable se calcule comme suit :
0,96 pour cent des recettes brutes au guichet, des revenus
d’abonnement et des frais d’adhésion pour l’ensemble des
for the previous year, and shall pay such estimated fee to SOCAN
on or before January 31 of the year for which the licence is issued. Payment of the fee shall be accompanied by a report of the
gross receipts/fees paid for the previous year.
If the gross receipts/fees paid reported for the previous year
were not based on the entire year, payment of this fee shall be
accompanied by a report estimating the gross receipts/fees paid
for the entire year for which the licence is issued.
On or before January 31 of the following year, a report shall be
made of the actual gross receipts/fees paid during the calendar
year for which the licence is issued, an adjustment of the licence
fee payable to SOCAN shall be made, and any additional fees due
on the basis of the actual gross receipts/fees paid. If the fee due is
less than the amount paid, SOCAN shall credit the licensee with
the amount of the overpayment.
Le 4 juillet 2009
Supplément à la Gazette du Canada
of sales and amusement taxes, with a minimum annual fee
of $35.
13
Where fees are paid under this tariff, no fees shall be payable
under Tariff 4.B.1.
SOCAN shall have the right to audit the licensee’s books and
records, on reasonable notice and during normal business hours,
to verify the statements rendered and the fee payable by the
licensee.
concerts (y compris les concerts durant lesquels aucune œuvre
faisant partie du répertoire de la SOCAN n’est exécutée), à
l’exclusion des taxes de vente et d’amusement, sous réserve
d’une redevance annuelle minimale de 35 $.
Lorsqu’une série de concerts ou de récitals faisant partie de la
saison artistique d’un diffuseur est gratuite, la redevance se calcule comme suit :
0,96 pour cent des cachets versés aux chanteurs, musiciens,
danseurs, chefs d’orchestre et autres artistes-interprètes participant aux concerts (y compris les concerts durant lesquels aucune œuvre faisant partie du répertoire de la SOCAN n’est
exécutée) de la série, sous réserve d’une redevance annuelle
minimale de 35 $.
Au plus tard le 31 janvier de l’année pour laquelle la licence est
émise, le titulaire de la licence soumet à la SOCAN un rapport
estimant les recettes brutes au guichet, les revenus d’abonnement
et les frais d’adhésion pour cette année. Pour une série de concerts ou récitals gratuits, le titulaire de la licence soumet un rapport estimant les cachets versés aux chanteurs, musiciens, danseurs, chefs d’orchestre et autres artistes-interprètes participant
aux concerts de la série. Si la redevance est estimée à 100 $ ou
moins, le paiement est joint au rapport. Sinon, des versements
trimestriels sont effectués, conformément à l’estimation contenue
dans le rapport, dans les 30 jours suivant la fin de chaque
trimestre.
Au plus tard le 31 janvier de l’année suivante, le titulaire de la
licence soumet à la SOCAN un rapport établissant les recettes
brutes au guichet, les revenus d’abonnement et les frais d’adhésion réellement reçus ou, dans le cas d’une série de concerts ou
récitals gratuits, les cachets réellement versés aux chanteurs, musiciens, danseurs, chefs d’orchestre et autres artistes-interprètes
participant aux concerts, pendant l’année en cause, et le coût de la
licence est ajusté en conséquence. Le paiement de toute somme
due accompagne le rapport; si le coût de la licence est inférieur au
montant déjà payé, la SOCAN porte le supplément au crédit du
titulaire de la licence.
Le tarif 4.B.1 ne s’applique pas lorsque les redevances sont
payées en vertu du présent tarif.
La SOCAN peut vérifier les livres et registres du titulaire de la
licence durant les heures de bureau régulières, moyennant un
préavis raisonnable, afin de confirmer les rapports soumis par le
titulaire de la licence et la redevance exigible de ce dernier.
Tariff No. 5
Tarif no 5
EXHIBITIONS AND FAIRS
EXPOSITIONS ET FOIRES
A. For a licence to perform, at any time and as often as desired,
any or all of the works in SOCAN’s repertoire at an exhibition or
fair held in 2010, the fee is calculated as follows:
(a) Where the total attendance (excluding exhibitors and
staff) for the duration of the exhibition or fair does not exceed
75,000 persons:
A. Pour une licence permettant l’exécution de l’une ou de la totalité des œuvres faisant partie du répertoire de la SOCAN, en
tout temps et aussi souvent que désiré, lors d’une exposition ou
d’une foire tenue en 2010, la redevance payable s’établit comme
suit :
a) si l’assistance totale (excluant les exposants et le personnel)
pour la durée de l’exposition ou de la foire ne dépasse pas
75 000 personnes :
Total Attendance
Assistance totale
Where a series of concerts and recitals forming part of a presenting organization’s artistic season is free of charge, the fee
payable is as follows:
0.96 per cent of fees paid to singers, musicians, dancers, conductors, and other performing artists, for all concerts (including
concerts where no work of SOCAN’s repertoire is performed)
in the series, with a minimum annual fee of $35.
No later than January 31 of the year for which the licence is issued, the licensee shall file with SOCAN a report estimating the
gross receipts from ticket sales, subscription and membership
revenues for that year. For a series of free concerts and recitals,
the licensee shall file a report estimating the fees paid to singers,
musicians, dancers, conductors, and other performing artists for
all concerts in the series. If the estimated payment is $100 or less,
payment shall accompany the report. Otherwise, payments based
on the report’s estimate shall be made quarterly within 30 days of
the end of each quarter.
No later than January 31 of the following year, the licensee
shall file with SOCAN a report of the actual gross receipts from
ticket sales, subscription and membership revenues or, for a series
of free concerts and recitals, the fees paid to singers, musicians,
dancers, conductors and other performing artists, during the year
for which the licence is issued and an adjustment of the licence
fee shall be paid to SOCAN. Any amount due shall accompany
the report; if the fee due is less than the amount paid, SOCAN
shall credit the licensee with the amount of the overpayment.
Fee Payable per Day
Up to 25,000 persons...................................................................................... $12.81
25,001 to 50,000 persons ................................................................................ $25.78
50,001 to 75,000 persons ................................................................................ $64.31
Redevance quotidienne
Jusqu’à 25 000 personnes..............................................................................12,81 $
25 001 à 50 000 personnes ............................................................................25,78 $
50 001 à 75 000 personnes ............................................................................64,31 $
14
Supplement to the Canada Gazette
July 4, 2009
(b) Where the total attendance (excluding exhibitors and
staff) for the duration of the exhibition or fair exceeds
75,000 persons:
Total Attendance
Fee Payable per Person
For the first 100,000 persons ..........................................................................
For the next 100,000 persons..........................................................................
For the next 300,000 persons..........................................................................
All additional persons.....................................................................................
b) si l’assistance totale (excluant les exposants et le personnel) pour la durée de l’exposition ou de la foire dépasse
75 000 personnes :
Assistante totale
Redevance par personne
1.07¢
0.47¢
0.35¢
0.26¢
Pour les premières 100 000 personnes ........................................................... 1,07 ¢
Pour les 100 000 personnes suivantes ............................................................ 0,47 ¢
Pour les 300 000 personnes suivantes ............................................................ 0,35 ¢
Pour les personnes additionnelles................................................................... 0,26 ¢
In the case of an exhibition or fair that is scheduled yearly, the
fee shall be paid on the actual attendance figures in the preceding
year, on or before January 31 of the year covered by the licence.
The licensee shall submit with the licence fee the figures for actual attendance for the previous year and the duration, in days, of
the exhibition or fair.
B. Where an additional admission charge is made for attendance at musical concerts, an additional licence shall be required.
The fee payable for such licence in 2010 is calculated at the rate
of 3 per cent of gross receipts from ticket sales to the concert,
exclusive of sales and amusement taxes. Where the concert ticket
allows the purchaser access to the exhibition grounds at any time
after the opening on the day of the concert, the adult general
grounds admission price shall also be deducted from the ticket
price to produce the net ticket price.
The fees due under section B shall be calculated on a per concert basis and shall be payable immediately after the close of the
exhibition.
SOCAN shall have the right to audit the licensee’s books and
records, on reasonable notice and during normal business hours,
to verify the statements rendered and the fee payable by the
licensee.
Dans le cas d’une exposition ou d’une foire tenue chaque année, la redevance payable s’établit à partir de l’assistance réelle
au cours de l’année précédente et est acquittée au plus tard le
31 janvier de l’année visée par la licence. Avec son paiement, le
titulaire de la licence soumet les chiffres d’assistance réelle pour
l’année précédente et le nombre de jours de durée de l’exposition
ou de la foire.
Dans tous les autres cas, le titulaire de la licence, dans les
30 jours de la fermeture de l’exposition ou de la foire, fait rapport
de l’assistance et de la durée et acquitte la redevance payable sur
la base de ces données.
La SOCAN peut vérifier les livres et registres du titulaire de la
licence durant les heures de bureau régulières, moyennant un
préavis raisonnable, afin de confirmer les rapports soumis par le
titulaire de la licence et la redevance exigible de ce dernier.
Une licence délivrée en vertu du tarif 5.A n’autorise pas l’exécution d’œuvres musicales lors de concerts pour lesquels un prix
additionnel d’entrée est exigé; ces concerts sont assujettis au
tarif 5.B.
B. Lorsqu’un prix d’entrée supplémentaire est perçu pour l’accès à un concert en 2010, une licence additionnelle est exigée. La
redevance payable pour cette licence s’établit à 3 pour cent des
recettes brutes au guichet du spectacle, à l’exclusion des taxes de
vente et d’amusement. Si le prix du billet de concert permet à
l’acheteur d’accéder à l’exposition en tout temps à compter de
l’ouverture le jour du concert, le prix d’admission pour adultes est
aussi déduit du prix du billet avant d’établir les recettes servant au
calcul de la redevance payable.
Les redevances exigibles en vertu de l’article B sont calculées
par concert et sont versées immédiatement après la fermeture de
l’exposition.
La SOCAN peut vérifier les livres et registres du titulaire de la
licence durant les heures de bureau régulières, moyennant un
préavis raisonnable, afin de confirmer les rapports soumis par le
titulaire de la licence et la redevance exigible de ce dernier.
Tariff No. 6
Tarif no 6
MOTION PICTURE THEATRES
CINÉMAS
For a licence to perform, at any time and as often as desired in
2010, any or all of the works in SOCAN’s repertoire, covering the
operations of a motion picture theatre or any establishment exhibiting motion pictures at any time during the year, the annual fee is
as follows:
Pour une licence permettant l’exécution, en tout temps et aussi
souvent que désiré en 2010, de l’une ou de la totalité des œuvres
faisant partie du répertoire de la SOCAN, couvrant l’exploitation d’un cinéma ou tout établissement présentant des films en
tout temps durant l’année, la redevance annuelle exigible s’établit
comme suit :
In all other cases, the licensee shall, within 30 days of an exhibition’s or fair’s closing, report its attendance and duration and
submit the fee based on those figures.
SOCAN shall have the right to audit the licensee’s books and
records, on reasonable notice and during normal business hours,
to verify the statements rendered and the fee payable by the
licensee.
A licence issued under Tariff 5.A does not authorize performances of music at concerts for which an additional admission
charge is made; for such concerts, Tariff 5.B applies.
Rate per Seat
Minimum Fee Per Screen
Taux par siège
Redevance minimale par écran
$1.69
$169
1,69 $
169 $
The seating capacity of drive-in theatres is deemed to be three
times the maximum number of automobiles which may be accommodated at any one time.
Le nombre de sièges dans les cinémas en plein air est réputé
être trois fois le nombre maximum d’automobiles capables d’y
stationner en même temps.
Le 4 juillet 2009
Supplément à la Gazette du Canada
15
Theatres operating three days or less per week shall pay one
half of the above rates.
For theatres operating for less than 12 months in each year, the
fee payable shall be reduced by one twelfth for each full month
during the year in which no operations occur.
A licence obtained under this tariff does not authorize any concert or other performance of music when the exhibition of one or
more films is not an integral part of the program. The fees for
those performances shall be calculated under other applicable
tariffs.
SOCAN shall have the right to audit the licensee’s books and
records, on reasonable notice and during normal business hours,
to verify the statements rendered and the fee payable by the
licensee.
Les cinémas qui ouvrent leurs portes trois jours ou moins par
semaine versent la moitié de la redevance autrement exigible.
Pour les cinémas exploités moins de 12 mois par année, la redevance payable est réduite d’un douzième pour chaque mois
complet de non-exploitation.
La licence émise en vertu du présent tarif n’autorise pas les
concerts ou autres exécutions de musique, lorsque la projection
d’un ou de plusieurs films ne fait pas partie intégrante du programme. Les redevances pour ces exécutions sont établies conformément aux autres tarifs pertinents.
La SOCAN peut vérifier les livres et registres du titulaire de la
licence durant les heures de bureau régulières, moyennant un
préavis raisonnable, afin de confirmer les rapports soumis par le
titulaire de la licence et la redevance exigible de ce dernier.
Tariff No. 7
Tarif no 7
SKATING RINKS
PATINOIRES
o
[NOTE: Tariff No. 7 was certified by the Copyright Board for the
years 2005 to 2010 in the Supplement to the Canada Gazette,
Part I, dated March 22, 2008.]
[AVIS : Le tarif n 7 a été homologué par la Commission du droit
d’auteur pour les années 2005 à 2010 dans le supplément de la
Partie I de la Gazette du Canada, en date du 22 mars 2008.]
Tariff No. 8
Tarif no 8
RECEPTIONS, CONVENTIONS, ASSEMBLIES
AND FASHION SHOWS
RÉCEPTION, CONGRÈS, ASSEMBLÉES ET
PRÉSENTATIONS DE MODE
[NOTE: Tariff No. 8 was certified by the Copyright Board for the
years 2005 to 2010 in the Supplement to the Canada Gazette,
Part I, dated March 22, 2008.]
[AVIS : Le tarif no 8 a été homologué par la Commission du droit
d’auteur pour les années 2005 à 2010 dans le supplément de la
Partie I de la Gazette du Canada, en date du 22 mars 2008.]
Tariff No. 9
Tarif no 9
SPORTS EVENTS
ÉVÉNEMENTS SPORTIFS
For a licence to perform at any time and as often as desired in
2010, any or all of the works in SOCAN’s repertoire, by means of
performers in person or by means of recorded music, in connection with baseball, football, hockey, basketball, skating competitions, races, track meets and other sports events, the fee payable
per event shall be 0.095 per cent of gross receipts from ticket
sales, exclusive of sales and amusement taxes.
Pour une licence permettant l’exécution en tout temps et aussi
souvent que désiré en 2010 de l’une ou de la totalité des œuvres
faisant partie du répertoire de la SOCAN, par des exécutants en
personne ou au moyen de musique enregistrée, à l’occasion de
parties de baseball, football, hockey, basketball, compétitions de
patinage, courses, rencontres d’athlétisme et autres événements
sportifs, la redevance payable par événement est 0,095 pour cent
des recettes brutes d’entrée, à l’exclusion des taxes de vente et
d’amusement.
La redevance exigible pour un événement gratuit est de 5 $.
The fee payable for an event to which the admission is free
is $5.
A complimentary ticket is valued at half the lowest price paid
for a sold ticket from the same ticket category in the same event.
No later than 30 days after the end of each quarter, the licensee
shall file with SOCAN a report for that quarter of the actual number of events, together with payment of the licence fees.
A licence to which Tariff No. 9 applies does not authorize performances of music at opening and closing events for which an
additional admission charge is made; for such events, Tariff No. 4
shall apply.
Aux fins du calcul de la redevance, les billets de faveur sont
réputés avoir été vendus à la moitié du prix le plus bas auquel un
billet de la même catégorie s’est vendu pour le même événement.
Au plus tard 30 jours suivant la fin de chaque trimestre, le titulaire de la licence soumet à la SOCAN un rapport pour ce trimestre indiquant le nombre d’événements, accompagné du paiement
des redevances.
Une licence à laquelle le tarif no 9 s’applique n’autorise pas
l’exécution d’œuvres musicales lors d’événements d’ouverture
ou de clôture pour lesquels un prix d’entrée supplémentaire est
perçu; le tarif no 4 s’applique à ces événements.
16
Supplement to the Canada Gazette
July 4, 2009
SOCAN shall have the right to audit the licensee’s books and
records, on reasonable notice and during normal business hours,
to verify the statements rendered and the fee payable by the
licensee.
La SOCAN peut vérifier les livres et registres du titulaire de la
licence durant les heures de bureau régulières, moyennant un
préavis raisonnable, afin de confirmer les rapports soumis par le
titulaire de la licence et la redevance exigible de ce dernier.
Tariff No. 10
Tarif no 10
PARKS, PARADES, STREETS AND
OTHER PUBLIC AREAS
PARCS, PARADES, RUES ET
AUTRES ENDROITS PUBLICS
[NOTE: Tariff No. 10 was certified by the Copyright Board for
the years 2005 to 2010 in the Supplement to the Canada Gazette,
Part I, dated March 22, 2008.]
[AVIS : Le tarif no 10 a été homologué par la Commission du
droit d’auteur pour les années 2005 à 2010 dans le supplément de
la Partie I de la Gazette du Canada, en date du 22 mars 2008.]
Tariff No. 11
Tarif no 11
CIRCUSES, ICE SHOWS, FIREWORKS DISPLAYS, SOUND
AND LIGHT SHOWS AND SIMILAR EVENTS; COMEDY
SHOWS AND MAGIC SHOWS
CIRQUES, SPECTACLES SUR GLACE, FEUX D’ARTIFICE,
SPECTACLES SON ET LUMIÈRE ET ÉVÉNEMENTS
SIMILAIRES; SPECTACLES D’HUMORISTES ET
SPECTACLES DE MAGICIENS
[NOTE: Tariff No. 11 was certified by the Copyright Board for
the years 2005 to 2010 in the Supplement to the Canada Gazette,
Part I, dated March 22, 2008.]
[AVIS : Le tarif no 11 a été homologué par la Commission du
droit d’auteur pour les années 2005 à 2010 dans le supplément de
la Partie I de la Gazette du Canada, en date du 22 mars 2008.]
Tariff No. 12
Tarif no 12
THEME PARKS, ONTARIO PLACE CORPORATION AND
SIMILAR OPERATIONS; PARAMOUNT CANADA’S
WONDERLAND AND SIMILAR OPERATIONS
PARCS THÉMATIQUES, ONTARIO PLACE CORPORATION
ET ÉTABLISSEMENTS DU MÊME GENRE; PARAMOUNT
CANADA’S WONDERLAND ET ÉTABLISSEMENTS DU
MÊME GENRE
A. Theme Parks, Ontario Place Corporation and Similar
Operations
A. Parcs thématiques, Ontario Place Corporation et
établissements du même genre
For a licence to perform, at any time and as often as desired in
2010, any or all of the works in SOCAN’s repertoire, at theme
parks, Ontario Place Corporation and similar operations, the fee
payable is
(a) $2.41 per 1 000 persons in attendance on days on which
music is performed, rounding the number of persons to the
nearest 1 000;
PLUS
(b) 1.5 per cent of “live music entertainment costs.”
Pour une licence permettant l’exécution en tout temps et aussi
souvent que désiré en 2010, de l’une ou de la totalité des œuvres
faisant partie du répertoire de la SOCAN, à des parcs thématiques, à Ontario Place Corporation ou à un établissement du même
genre, la redevance payable s’établit comme suit :
a) 2,41 $ par 1 000 personnes d’assistance pour chaque journée
où des œuvres musicales sont exécutées, en arrondissant ce
nombre de personnes au millier le plus rapproché;
PLUS
b) 1,5 pour cent des « coûts d’exécution d’œuvres musicales
par des interprètes en personne ».
« Coûts d’exécution d’œuvres musicales par des interprètes en
personne » s’entend des dépenses directes de quelque nature que
ce soit (en argent ou sous une autre forme) engagées par le titulaire de la licence ou en son nom pour tout divertissement au
cours duquel des œuvres musicales sont exécutées sur les lieux
par des interprètes en personne. Ce montant n’inclut pas les sommes payées pour les accessoires de théâtre, le matériel d’éclairage, les décors, les costumes, la rénovation, l’expansion des installations, l’ameublement ou le matériel.
Au plus tard le 30 juin de l’année visée par la licence, le titulaire de la licence soumet à la SOCAN un rapport estimant l’assistance et les coûts d’exécution d’œuvres musicales par des interprètes en personne durant cette année, et verse la moitié de la
redevance estimée. Le solde de cette redevance est versé au plus
tard le 1er octobre de la même année.
“Live music entertainment costs” means all direct expenditures
of any kind and nature (whether in money or other form) paid by
the licensee or on the licensee’s behalf for all live entertainment
during which live music is performed on the premises. It does not
include amounts expended for stage props, lighting equipment,
set design and costumes, or expenditures for renovation, expansion of facilities or furniture and equipment.
No later than June 30 of the year covered by the licence, the
licensee shall file with SOCAN a statement estimating the attendance and the live music entertainment costs for that year,
together with payment of 50 per cent of the estimated fee. The
balance of the estimated fee is to be paid no later than October 1
of the same year.
Le 4 juillet 2009
Supplément à la Gazette du Canada
17
No later than the earliest of 30 days of the close of the season
and January 31 of the following year, the licensee shall file with
SOCAN an audited statement setting out the total attendance and
the live music entertainment costs for the year covered by the
licence. SOCAN shall then calculate the fee and submit a statement of adjustments.
Dans les 30 jours suivant la fermeture de la saison ou le 31 janvier de l’année suivante, selon la première de ces deux dates, le
titulaire de la licence soumet à la SOCAN un état vérifié indiquant l’assistance totale et les coûts d’exécution d’œuvres musicales par des interprètes en personne durant l’année visée par la
licence. La SOCAN calcule alors la redevance payable et fournit
un état rectificatif.
SOCAN shall have the right to audit the licensee’s books and
records, on reasonable notice and during normal business hours,
to verify the statements rendered and the fee payable by the
licensee.
La SOCAN peut vérifier les livres et registres du titulaire de la
licence durant les heures de bureau régulières, moyennant un
préavis raisonnable, afin de confirmer les rapports soumis par le
titulaire de la licence et la redevance exigible de ce dernier.
Tariff 12.A does not apply to performances covered under Tariff 4 or 5.
Le tarif 12.A ne s’applique pas aux exécutions assujetties au tarif 4 ou 5.
B. Paramount Canada’s Wonderland Inc. and Similar
Operations
B. Paramount Canada’s Wonderland Inc. et établissements du
même genre
For a licence to perform, at any time and as often as desired in
2010, any or all of the works in SOCAN’s repertoire at Paramount Canada’s Wonderland and similar operations, the fee payable is
(a) $5.09 per 1 000 persons in attendance on days on which
music is performed, rounding the number of persons to the
nearest 1 000;
PLUS
(b) 1.5 per cent of “live music entertainment costs.”
Pour une licence permettant l’exécution en tout temps et aussi
souvent que désiré en 2010, de l’une ou de la totalité des œuvres
faisant partie du répertoire de la SOCAN, à Paramount Canada’s
Wonderland ou à un établissement du même genre, la redevance
payable s’établit comme suit :
a) 5,09 $ par 1 000 personnes d’assistance pour chaque journée
où des œuvres musicales sont exécutées, en arrondissant ce
nombre de personnes au millier le plus rapproché;
PLUS
b) 1,5 pour cent des « coûts d’exécution d’œuvres musicales
par des interprètes en personne ».
“Live music entertainment costs” means all direct expenditures
of any kind and nature (whether in money or other form) paid by
the licensee or on the licensee’s behalf for all live entertainment
during which live music is performed on the premises. It does not
include amounts expended for stage props, lighting equipment,
set design and costumes, or expenditures for renovation, expansion of facilities or furniture and equipment.
« Coûts d’exécution d’œuvres musicales par des interprètes en
personne » s’entend des dépenses directes de quelque nature que
ce soit (en argent ou sous une autre forme) engagées par le titulaire de la licence ou en son nom pour tout divertissement au
cours duquel des œuvres musicales sont exécutées sur les lieux
par des interprètes en personne. Ce montant n’inclut pas les sommes payées pour les accessoires de théâtre, le matériel d’éclairage, les décors, les costumes, la rénovation, l’expansion des installations, l’ameublement ou le matériel.
No later than June 30 of the year covered by the licence, the licensee shall file with SOCAN a statement estimating the attendance and the live music entertainment costs for that year, together
with payment of 50 per cent of the estimated fee. The balance of
the estimated fee is to be paid no later than October 1 of the same
year.
Au plus tard le 30 juin de l’année visée par la licence, le titulaire de la licence soumet à la SOCAN un rapport estimant l’assistance et les coûts d’exécution d’œuvres musicales par des interprètes en personne durant cette année, et verse la moitié de la
redevance estimée. Le solde de cette redevance est versé au plus
tard le 1er octobre de la même année.
No later than the earliest of 30 days of the close of the season
and January 31 of the following year, the licensee shall file with
SOCAN an audited statement setting out the total attendance and
the live music entertainment costs for the year covered by the
licence. SOCAN shall then calculate the fee and submit a statement of adjustments.
Dans les 30 jours suivant la fermeture de la saison ou le 31 janvier de l’année suivante, selon la première de ces deux dates, le
titulaire de la licence soumet à la SOCAN un état vérifié indiquant l’assistance totale et les coûts d’exécution d’œuvres musicales par des interprètes en personne durant l’année visée par la
licence. La SOCAN calcule alors la redevance payable et fournit
un état rectificatif.
SOCAN shall have the right to audit the licensee’s books and
records, on reasonable notice and during normal business hours,
to verify the statements rendered and the fee payable by the
licensee.
La SOCAN peut vérifier les livres et registres du titulaire de la
licence durant les heures de bureau régulières, moyennant un
préavis raisonnable, afin de confirmer les rapports soumis par le
titulaire de la licence et la redevance exigible de ce dernier.
Tariff 12.B does not apply to performances covered under Tariff 4 or 5.
Le tarif 12.B ne s’applique pas aux représentations assujetties
au tarif 4 ou 5.
18
Supplement to the Canada Gazette
July 4, 2009
Tariff No. 13
Tarif no 13
PUBLIC CONVEYANCES
TRANSPORTS EN COMMUN
A. Aircraft
A. Avions
For a licence to perform in an aircraft, by means of recorded
music, at any time and as often as desired in 2010, any or all of
the works in SOCAN’s repertoire, the fee payable for each aircraft is as follows:
Pour une licence permettant l’exécution à bord d’un avion, au
moyen de musique enregistrée, en tout temps et aussi souvent que
désiré en 2010, de l’une ou de la totalité des œuvres faisant partie
du répertoire de la SOCAN, la redevance payable pour chaque
avion s’établit comme suit :
1.
1.
2.
Music while on ground
Seating Capacity
Fee per Calendar Quarter
0 to 100........................................................................................... $40.50
101 to 160 ....................................................................................... $51.30
161 to 250 ....................................................................................... $60.00
251 or more..................................................................................... $82.50
In-flight Music
Fee per Calendar Quarter
Seating Capacity
0 to 100......................................................................................... $162.00
101 to 160 ..................................................................................... $205.20
161 to 250 ..................................................................................... $240.00
251 or more................................................................................... $330.00
2.
Musique au sol
Nombre de places
Redevance trimestrielle
0 à 100.......................................................................................... 40,50 $
101 à 160...................................................................................... 51,30 $
161 à 250...................................................................................... 60,00 $
251 ou plus ................................................................................... 82,50 $
Musique en vol
Nombre de places
Redevance trimestrielle
0 à 100........................................................................................ 162,00 $
101 à 160.................................................................................... 205,20 $
161 à 250.................................................................................... 240,00 $
251 ou plus ................................................................................. 330,00 $
The fees under this tariff shall be payable on March 31,
June 30, September 30, and December 31.
SOCAN shall have the right to audit the licensee’s books and
records, on reasonable notice and during normal business hours,
to verify the statements rendered and the fee payable by the
licensee.
Where fees are paid under Tariff 13.A.2, no fees are payable
under Tariff 13.A.1.
Les redevances à cet égard sont payables le 31 mars, le 30 juin,
le 30 septembre et le 31 décembre de chaque année.
La SOCAN peut vérifier les livres et registres du titulaire de la
licence durant les heures de bureau régulières, moyennant un
préavis raisonnable, afin de confirmer les rapports soumis par le
titulaire de la licence et la redevance exigible de ce dernier.
Aucune redevance n’est payable au titre du tarif 13.A.1 si une
redevance est payée au titre du tarif 13.A.2.
B. Passenger Ships
B. Navires à passagers
For a licence to perform in a passenger ship, by means of recorded music, at any time and as often as desired in 2010, any or
all of the works in SOCAN’s repertoire, the fee payable for each
passenger ship is as follows:
$1.05 per person per year based on the authorized passenger
capacity of the ship, subject to a minimum annual fee of
$62.74.
For passenger ships operating for less than 12 months in each
year, the fee payable shall be reduced by one twelfth for each full
month during the year in which no operations occur.
On or before January 31 of the year covered by the licence, the
licensee shall report the authorized passenger capacity and pay
the applicable fee to SOCAN.
SOCAN shall have the right to audit the licensee’s books and
records, on reasonable notice and during normal business hours,
to verify the statements rendered and the fee payable by the
licensee.
Pour une licence permettant l’exécution à bord d’un navire à
passagers, au moyen de musique enregistrée, en tout temps et
aussi souvent que désiré en 2010, de l’une ou de la totalité des
œuvres faisant partie du répertoire de la SOCAN, la redevance
payable s’établit comme suit :
1,05 $ par personne par année, en se fondant sur le nombre
maximum de passagers autorisé par navire, sous réserve d’une
redevance annuelle minimale de 62,74 $.
Pour les navires exploités moins de 12 mois par année, la redevance payable est réduite d’un douzième pour chaque mois complet de non-exploitation.
Au plus tard le 31 janvier de l’année visée par la licence, le titulaire fournit un rapport du nombre maximum de passagers autorisé et verse à la SOCAN la redevance exigible.
La SOCAN peut vérifier les livres et les registres du titulaire de
la licence durant les heures de bureau régulières, moyennant un
préavis raisonnable, afin de confirmer les rapports soumis par le
titulaire de la licence et la redevance exigible de ce dernier.
C. Railroad Trains, Buses and Other Public Conveyances,
Excluding Aircraft and Passenger Ships
C. Trains, autobus et autres moyens de transport en commun,
à l’exclusion des avions et des navires à passagers
For a licence to perform in railroad trains, buses and other public conveyances, excluding aircraft and passenger ships, by means
of recorded music, at any time and as often as desired in 2010,
any or all of the works in SOCAN’s repertoire, the fee payable is
as follows:
$1.05 per person per year, based on the authorized passenger
capacity of the car, bus or other public conveyance, subject to a
minimum annual fee of $62.74.
Pour une licence permettant l’exécution à bord de trains,
d’autobus et d’autres moyens de transport en commun à l’exclusion des avions et des navires à passagers, au moyen de musique
enregistrée, en tout temps et aussi souvent que désiré en 2010, de
l’une ou de la totalité des œuvres faisant partie du répertoire de la
SOCAN, la redevance payable s’établit comme suit :
1,05 $ par personne par année, en se fondant sur le nombre
maximum de passagers autorisé par voiture, autobus ou autre
moyen de transport en commun, sous réserve d’une redevance
annuelle minimale de 62,74 $.
Le 4 juillet 2009
Supplément à la Gazette du Canada
19
On or before January 31 of the year covered by the licence, the
licensee shall report the authorized passenger capacity and pay
the applicable fee to SOCAN.
SOCAN shall have the right to audit the licensee’s books and
records, on reasonable notice and during normal business hours,
to verify the statements rendered and the fee payable by the
licensee.
Au plus tard le 31 janvier de l’année visée par la licence, le titulaire fournit un rapport du nombre maximum de passagers autorisé et verse à la SOCAN la redevance exigible.
La SOCAN peut vérifier les livres et registres du titulaire de la
licence durant les heures de bureau régulières, moyennant un
préavis raisonnable, afin de confirmer les rapports soumis par le
titulaire de la licence et la redevance exigible de ce dernier.
Tariff No. 14
Tarif no 14
PERFORMANCE OF AN INDIVIDUAL WORK
EXÉCUTION D’ŒUVRES PARTICULIÈRES
[NOTE: Tariff No. 14 was certified by the Copyright Board for
the years 2005 to 2010 in the Supplement to the Canada Gazette,
Part I, dated March 22, 2008.]
[AVIS : Le tarif no 14 a été homologué par la Commission du
droit d’auteur pour les années 2005 à 2010 dans le supplément de
la Partie I de la Gazette du Canada, en date du 22 mars 2008.]
Tariff No. 15
Tarif no 15
BACKGROUND MUSIC IN ESTABLISHMENTS
NOT COVERED BY TARIFF NO. 16
MUSIQUE DE FOND DANS LES ÉTABLISSEMENTS
NON RÉGIS PAR LE TARIF No 16
A. Background Music
A. Musique de fond
For a licence to perform recorded music forming part of
SOCAN’s repertoire, by any means, and at any time and as often
as desired in 2010, in an establishment not covered by Tariff 16,
the annual fee is $1.23 per square metre or 11.46¢ per square foot,
payable no later than January 31 of the year covered by the
licence.
The payment shall be accompanied by a report showing the
area of the establishment.
This tariff does not cover the use of music expressly covered in
other tariffs.
Pursuant to subsection 69(2) of the Copyright Act, no royalties
are collectable from the owner or user of a radio receiving set in
respect of public performances effected by means of that radio
receiving set in any place other than a theatre that is ordinarily
and regularly used for entertainments to which an admission
charge is made.
SOCAN shall have the right to audit the licensee’s books and
records, on reasonable notice and during normal business hours,
to verify the statements rendered and the fee payable by the
licensee.
Pour une licence permettant l’exécution de musique enregistrée
faisant partie du répertoire de la SOCAN, par tout moyen, en tout
temps et aussi souvent que désiré en 2010, de l’une ou de la totalité des œuvres faisant partie du répertoire de la SOCAN, dans un
établissement non assujetti au tarif 16, la redevance annuelle est
de 1,23 $ le mètre carré ou 11,46 ¢ le pied carré, payable avant le
31 janvier de l’année visée par la licence.
Si aucune musique n’est exécutée durant le mois de janvier de
la première année d’exploitation, la redevance payable est établie
au prorata du nombre de mois, calculée à compter du premier
mois de l’année durant lequel de la musique est exécutée, et est
versée dans les 30 jours de la date à laquelle de la musique a été
exécutée pour la première fois.
Les établissements saisonniers exploités moins de six mois par
année paient la moitié du taux mentionné ci-dessus.
Dans tous les cas, la redevance annuelle minimale est de
94,51 $.
Le paiement est accompagné d’un rapport indiquant la superficie de l’établissement.
Le présent tarif ne couvre pas l’utilisation de musique expressément assujettie à tout autre tarif.
Le paragraphe 69(2) de la Loi sur le droit d’auteur prévoit qu’à
l’égard des exécutions publiques effectuées au moyen d’un appareil radiophonique récepteur, en tout endroit autre qu’un théâtre
servant ordinairement et régulièrement de lieu d’amusement où
est exigé un prix d’entrée, aucune redevance n’est exigible du
propriétaire ou de l’usager de l’appareil radiophonique récepteur.
La SOCAN peut vérifier les livres et registres du titulaire de la
licence durant les heures de bureau régulières, moyennant un
préavis raisonnable, afin de confirmer les rapports soumis par le
titulaire de la licence et la redevance exigible de ce dernier.
B. Telephone Music on Hold
B. Attente musicale au téléphone
For a licence to communicate to the public by telecommunication over a telephone on hold, at any time and as often as desired
in 2010, any or all of the works in SOCAN’s repertoire, in an
establishment not covered by Tariff 16, the fee payable is as
follows:
Pour une licence permettant la communication au public par télécommunication aux fins d’attente musicale au téléphone, en tout
temps et aussi souvent que désiré en 2010, de l’une ou de la totalité des œuvres faisant partie du répertoire de la SOCAN, dans un
établissement non assujetti au tarif 16, la redevance payable
s’établit comme suit :
If no music is performed in January of the first year of operation, the fee shall be prorated on a monthly basis, calculated
from the month in which music was first performed, and shall
be paid within 30 days of the date on which music was first
performed.
Seasonal establishments operating less than six months per
year shall pay half the above rate.
In all cases, a minimum annual fee of $94.51 shall apply.
20
Supplement to the Canada Gazette
$94.51 for one trunk line, plus $2.09 for each additional trunk
line.
For the purposes of this tariff, “trunk line” means a telephone
line linking the licensee’s telephone switching equipment to the
public telephone system and over which music is provided to a
caller while on hold.
July 4, 2009
No later than January 31 of the year covered by the licence, the
licensee shall pay the applicable fee to SOCAN and report the
number of trunk lines.
SOCAN shall have the right to audit the licensee’s books and
records, on reasonable notice and during normal business hours,
to verify the statements rendered and the fee payable by the
licensee.
Where fees are paid under Tariff 16, no fees shall be payable
under Tariff 15.B.
94,51 $ pour une ligne principale de standard, plus 2,09 $ pour
chaque ligne principale de standard additionnelle.
Aux fins du présent tarif, « ligne principale de standard » signifie une ligne téléphonique reliant l’équipement de commutation
téléphonique du titulaire de la licence au système téléphonique
public et sur laquelle de la musique est fournie à une personne en
attente.
Au plus tard le 31 janvier de l’année visée par la licence, le titulaire verse la redevance applicable, accompagnée d’un rapport
indiquant le nombre de lignes principales de standard.
La SOCAN peut vérifier les livres et registres du titulaire de la
licence durant les heures de bureau régulières, moyennant un
préavis raisonnable, afin de confirmer les rapports soumis par le
titulaire de la licence et la redevance exigible de ce dernier.
Aucune redevance n’est payable au titre du tarif 15.B si une redevance est payée au titre du tarif 16.
Tariff No. 16
Tarif no 16
MUSIC SERVICES FOR BACKGROUND USE
FOURNISSEURS DE MUSIQUE DE FOND
This tariff applies to licences for the communication to the
public by telecommunication as well as for the performance in
public of any or all of the works in SOCAN’s repertoire, including telephone music on hold, at any time and as often as desired
in 2010, in circumstances where music is supplied to and performed by an establishment as background music.
Le présent tarif vise les licences pour la communication au public par télécommunication ainsi que pour l’exécution publique
de l’une ou de la totalité des œuvres faisant partie du répertoire de
la SOCAN, y compris l’attente musicale au téléphone, en tout
temps et aussi souvent que désiré en 2010, lorsque de la musique
est fournie à un établissement et exécutée par un établissement à
titre de musique de fond.
Le présent tarif s’applique uniquement si le fournisseur du service s’engage à remettre à la SOCAN les redevances établies dans
le présent tarif, ainsi que les renseignements qu’il prévoit.
La redevance payable par le fournisseur est 15 pour cent des
revenus bruts provenant de la fourniture de musique, y compris,
mais sans y être limité, les frais d’abonnements et revenus publicitaires, à l’exclusion de toute somme raisonnable et vérifiable
reçue pour de l’équipement fourni à l’abonné, sous réserve d’une
redevance annuelle minimale de 500,00 $.
Au plus tard le 31 janvier de l’année visée par la licence, le titulaire de la licence verse à la SOCAN la redevance qu’il estime
devoir payer durant cette année, établie de la façon suivante. Si le
titulaire de la licence a fourni de la musique l’année précédente,
la redevance est établie à partir du revenu brut de cette année-là.
Si aucune œuvre musicale n’a été fournie l’année précédente, le
titulaire de la licence soumet un rapport estimant les revenus bruts
anticipés durant l’année visée par la licence et verse la redevance
correspondante.
Au plus tard le 31 janvier de l’année suivante, le titulaire de la
licence soumet à la SOCAN un rapport des revenus bruts réels de
l’année précédente. La redevance exigible sera corrigée en fonction du rapport soumis, et toute redevance additionnelle exigible
en vertu de ce rapport devra être versée à la SOCAN. Si le coût de
la licence est inférieur au montant déjà payé, la SOCAN portera
le supplément au crédit du titulaire de la licence.
Au plus tard 30 jours après la fin de chaque mois, le titulaire de
la licence soumet un rapport en format numérique indiquant les
noms et adresses de chaque abonné, notant tout nouvel abonné et
toute annulation de services effectuée durant le mois.
This tariff applies only if the music supplier undertakes to
remit to SOCAN the licence fees set out in this tariff, together
with all the information requested under the terms of this tariff.
The fee payable by the supplier is 15 per cent of the supplier’s
gross revenue from the supply of music, including, but not limited
to, subscription fees and advertising revenue, net of any reasonable and verifiable amounts received for equipment provided to
the subscriber, and subject to a minimum annual fee of $500.00.
No later than January 31 of the year covered by the licence, the
licensee shall pay to SOCAN the estimated fee owing for that
year, as follows. If the licensee supplied music in the previous
year, the payment is based on the actual gross revenue during that
year. Otherwise, the licensee shall file a report estimating the
expected gross revenue during the year covered by the licence
and pay according to that report.
No later than January 31 of the following year, the licensee
shall file with SOCAN a report of the actual gross revenue during
the previous year and an adjustment of the licence fee will be
made accordingly. Any monies owed shall then be paid to
SOCAN; if the fee due is less than the amount paid, SOCAN shall
credit the licensee with the amount of the overpayment.
No later than 30 days after the end of each month, the licensee
shall file with SOCAN a report, in electronic format, containing
the name and mailing address of each subscriber, noting any new
subscribers and cancellations of service effected during that
month.
Music Use Information
Information sur l’usage de la musique
Upon receipt of a written request from SOCAN, a supplier
shall provide, with respect to each musical work supplied during
the days listed in the request: (a) the date and time that the work
Lors de la réception d’une demande écrite par la SOCAN, le
fournisseur du service fournit, pour chaque œuvre musicale transmise durant les jours énumérés dans la demande : a) la date et
Le 4 juillet 2009
Supplément à la Gazette du Canada
21
was supplied; and (b) the title of the work and the name of its
author and composer.
The music use information shall be provided in electronic format where possible, otherwise in writing, no later than 14 days
after the end of the month to which it relates.
This tariff does not cover the use of music expressly covered in
other tariffs.
SOCAN shall have the right to audit the licensee’s books and
records, on reasonable notice during normal business hours, to
verify the statements rendered and the fee payable by the licensee.
l’heure à laquelle l’œuvre a été fournie; b) le titre de l’œuvre et le
nom de l’auteur et du compositeur.
L’information sur l’usage de la musique est fournie, si possible,
en format numérique, et autrement par écrit, au plus tard 14 jours
après la fin du mois auquel elle se rapporte.
Ce tarif ne vise pas l’usage de la musique expressément visé
par d’autres tarifs.
La SOCAN peut vérifier les livres et registres du titulaire de la
licence durant les heures de bureau régulières, moyennant un
préavis raisonnable, afin de confirmer les rapports soumis par le
titulaire de la licence et la redevance exigible de ce dernier.
Tariff No. 17
Tarif no 17
TRANSMISSION OF PAY, SPECIALTY AND
OTHER TELEVISION SERVICES BY
DISTRIBUTION UNDERTAKINGS
TRANSMISSION DE SERVICES DE TÉLÉVISION
PAYANTE, SERVICES SPÉCIALISÉS ET AUTRES
SERVICES DE TÉLÉVISION PAR DES
ENTREPRISES DE DISTRIBUTION
Definitions
Définitions
1. In this tariff,
“affiliation payment” means the amount payable by a distribution
undertaking to a programming undertaking for the right to
carry the signal of the programming undertaking. (« paiement
d’affiliation »)
“ambient music” means music unavoidably picked up in the
background when an event is videotaped or broadcasted.
(« musique ambiante »)
“cleared music” means any music, other than ambient music or
production music, in respect of which a licence from SOCAN
is not required. (« musique affranchie »)
“cleared program” means a program produced by a Canadian
programming undertaking and containing no music other than
cleared music, ambient music or production music. (« émission
affranchie »)
“distribution undertaking” means a distribution undertaking as
defined in the Broadcasting Act, S.C. 1991, ch. 11. (« entreprise de distribution »)
“gross income” means the gross amount paid by any person for
the use of one or more broadcasting services or facilities provided by a programming undertaking, excluding the following:
(a) income accruing from investments, rents or any other
business unrelated to the broadcasting activities of the programming undertaking. However, income accruing from any
allied or subsidiary business that is a necessary adjunct to the
broadcasting services and facilities of the programming
undertaking or which results in their being used shall be included in the “gross income”;
(b) amounts received for the production of a program that is
commissioned by someone other than the programming
undertaking and which becomes the property of that person;
(c) the recovery of any amount paid to obtain the exclusive
national or provincial broadcast rights to a sporting event, if
the programming undertaking can establish that it was also
paid normal fees for its time and facilities. SOCAN may
require the production of the contract granting these rights
together with the billing or correspondence relating to the
use of these rights by other parties;
(d) amounts received by an originating programming undertaking acting on behalf of a group of programming undertakings, which do not constitute a permanent network and
1. Les définitions qui suivent s’appliquent au présent tarif.
« année » Année civile; (“year”)
« émission affranchie » Émission produite par une entreprise de
programmation canadienne et contenant uniquement de la
musique ambiante, de production ou affranchie; (“cleared
program”)
« entreprise de distribution » Entreprise de distribution telle
qu’elle est définie dans la Loi sur la radiodiffusion, L.C. 1991,
ch. 11; (“distribution undertaking”)
« entreprise de programmation » Entreprise de programmation
telle qu’elle est définie dans la Loi sur la radiodiffusion; (“programming undertaking”)
« local » Local tel qu’il est défini à l’article 2 du Règlement, qui
se lit comme suit :
« “local” Selon le cas :
a) une habitation, notamment une maison unifamiliale ou
un logement d’un immeuble à logements multiples;
b) une pièce d’un immeuble commercial ou d’un établissement »; (“premises”)
« mois pertinent » Mois à l’égard duquel les redevances sont
payables; (“relevant month”)
« musique affranchie » Musique, autre que de la musique ambiante ou de production, pour laquelle une licence de la
SOCAN n’est pas requise; (“cleared music”)
« musique ambiante » Musique captée de façon incidente lorsqu’un événement est diffusé ou enregistré; (“ambient music”)
« musique de production » Musique incorporée dans la programmation interstitielle tels les messages publicitaires, les messages d’intérêt public et les ritournelles; (“production music”)
« paiement d’affiliation » Montant payable par une entreprise de
distribution à une entreprise de programmation pour la transmission du signal de cette dernière; (“affiliation payment”)
« petit système de transmission par fil » Petit système de transmission par fil tel qu’il est défini aux articles 3 et 4 du Règlement, qui se lit comme suit :
« 3. (1) Sous réserve des paragraphes (2) à (4) et de
l’article 4, “petit système de transmission par fil” s’entend
d’un système de transmission par fil qui transmet un signal, à
titre gratuit ou non, à au plus 2 000 locaux situés dans la
même zone de service.
22
Supplement to the Canada Gazette
which broadcast a single event, simultaneously or on a
delayed basis, that the originating undertaking pays out to
the other programming undertakings participating in the
broadcast. These amounts paid to each participating undertaking are part of that undertaking’s “gross income”; and
(e) affiliation payments. (« revenus bruts »)
“premises” has the meaning attributed to it in section 2 of the
Regulations, which reads:
“ ‘premises’ means
(a) a dwelling, including a single-unit residence or a single unit within a multiple-unit residence; or
(b) a room in a commercial or institutional building.”
(« local »)
“production music” means music contained in interstitial programming such as commercials, public service announcements
and jingles. (« musique de production »)
“programming undertaking” means a programming undertaking
as defined in the Broadcasting Act. (« entreprise de
programmation »)
“Regulations” means the Definition of “Small Cable Transmission System” Regulations, SOR/94-755 (Canada Gazette,
Part II, Vol. 128, page 4096), amended by SOR/2005-148
(Canada Gazette, Part II, Vol. 139, page 1195). (« Règlement »)
“relevant month” means the month for which the royalties are
payable. (« mois pertinent »)
“service area” has the meaning attributed to it in section 2 of the
Regulations, which reads:
“ ‘service area’ means an area in which premises served in
accordance with the laws and regulations of Canada by a
cable transmission system are located.” (« zone de service »)
“signal” means a television signal, other than a signal within the
meaning of subsection 31(1) of the Copyright Act retransmitted
in accordance with subsection 31(2) of the Copyright Act.
“Signal” includes the signals of Canadian pay and specialty
services, non-Canadian specialty services, community channels, and other programming and non-programming services.
(« signal »)
“small cable transmission system” has the meaning attributed to it
in sections 3 and 4 of the Regulations, which read:
“3. (1) Subject to subsections (2) to (4) and section 4,
‘small cable transmission system’ means a cable transmission system that transmits a signal, with or without a fee, to
not more than 2,000 premises in the same service area.
(2) For the purpose of subsection (1), where a cable
transmission system is included in the same unit as one or
more other cable transmission systems, the number of premises to which the cable transmission system transmits a
signal is deemed to be equal to the total number of premises
to which all cable transmission systems included in that unit
transmit a signal.
(3) For the purpose of subsection (2), a cable transmission
system is included in the same unit as one or more other
cable transmission systems where
(a) they are owned or directly or indirectly controlled by
the same person or group of persons; and
(b) their service areas are each less than 5 km distant, at
some point, from at least one other among them, and those
service areas would constitute a series of contiguous service areas, in a linear or non-linear configuration, were it
not for the distance.
(4) Subsection (2) does not apply to a cable transmission
system that was included in a unit on December 31, 1993.
July 4, 2009
(2) Pour l’application du paragraphe (1), dans le cas d’un
système de transmission par câble qui, avec un ou plusieurs
autres systèmes de transmission par câble, fait partie d’une
unité, le nombre de locaux auxquels ce système transmet un
signal est réputé correspondre au nombre total de locaux
auxquels tous les systèmes de transmission par câble de cette
unité transmettent un signal.
(3) Pour l’application du paragraphe (2), font partie d’une
même unité les systèmes de transmission par fil qui répondent aux critères suivants :
a) ils sont la propriété ou sous le contrôle direct ou indirect de la même personne ou du même groupe de
personnes;
b) leurs zones de service respectives sont, à un point quelconque, à moins de 5 km d’au moins une d’entre elles et,
si ce n’était cette distance, celles-ci constitueraient une
suite — linéaire ou non — de zones de service contiguës.
(4) Le paragraphe (2) ne s’applique pas aux systèmes de
transmission par fil qui faisaient partie d’une unité au 31 décembre 1993.
4. Est exclu de la définition figurant au paragraphe 3(1) le
système de transmission par fil qui est un système à antenne
collective situé dans la zone de service d’un autre système de
transmission par fil qui transmet un signal, à titre gratuit ou
non, à plus de 2 000 locaux situés dans cette zone de service »;
(“small cable transmission system”)
« Règlement » Règlement sur la définition de « petit système de
transmission par fil », DORS/94-755 (Gazette du Canada, Partie II, vol. 128, page 4096), modifié par DORS/2005-148
(Gazette du Canada, Partie II, vol. 139, page 1195);
(“Regulations”)
« revenus bruts » Sommes brutes payées pour l’utilisation d’une
ou de plusieurs des installations ou services de diffusion offerts
par une entreprise de programmation, à l’exclusion des sommes
suivantes :
a) les revenus provenant d’investissements, de loyers ou
d’autres sources non reliées aux activités de diffusion. Il est
entendu que les revenus provenant d’activités indirectement
reliées ou associées aux activités de diffusion, qui en sont le
complément nécessaire, ou ayant comme conséquence l’utilisation des services et installations de diffusion, font partie
des « revenus bruts »;
b) les sommes versées pour la réalisation d’une émission
pour le compte d’une personne autre que le titulaire de la licence et qui en devient le propriétaire;
c) les sommes reçues en recouvrement du coût d’acquisition
de droits exclusifs, nationaux ou provinciaux, de diffusion de
manifestations sportives, dans la mesure où l’entreprise de
programmation établit qu’elle a aussi perçu des revenus
normaux pour l’utilisation de son temps d’antenne et de ses
installations. La SOCAN aura le droit d’exiger la production
du contrat d’acquisition de ces droits, ainsi que des factures
ou autres documents se rattachant à l’usage de ces droits par
des tiers;
d) les sommes reçues par une entreprise de programmation
source agissant pour le compte d’un groupe d’entreprises de
programmation qui ne constituent pas un réseau permanent
et qui diffusent, simultanément ou en différé, un événement
particulier, que l’entreprise de programmation source remet
aux autres entreprises de programmation participant à la diffusion. Les sommes ainsi remises à chaque entreprise participante font partie des « revenus bruts » de cette dernière;
e) les paiements d’affiliation; (“gross income”)
Le 4 juillet 2009
Supplément à la Gazette du Canada
23
2. For the purposes of this tariff, a cable transmission system
shall be deemed to be a small cable transmission system in a
given year if
(a) it is a small cable transmission system on the later of December 31 of the preceding year or the last day of the month in
which it first transmits a signal in the year; or
(b) the average number of premises, determined in accordance
with the Regulations, the system served or was deemed to serve
on the last day of each month during the preceding year was no
more than 2 000.
« signal » Signal de télévision, autre qu’un signal visé au paragraphe 31(1) de la Loi sur le droit d’auteur et retransmis conformément aux dispositions du paragraphe 31(2) de la Loi sur
le droit d’auteur. « Signal » inclut le signal d’un service canadien spécialisé, d’un service canadien de télévision payante,
d’un service spécialisé non canadien, d’un canal communautaire et d’autres services de programmation et hors programmation; (“signal”)
« TVRO » Station de télévision terrestre uniquement réceptrice
qui reçoit des signaux transmis par satellite; (“TVRO”)
« zone de service » Zone de service telle qu’elle est définie à
l’article 2 du Règlement, qui se lit comme suit :
« “zone de service” Zone dans laquelle sont situés les locaux
desservis par un système de transmission par fil en conformité avec les lois et les règlements du Canada ». (“service
area”)
2. Aux fins du présent tarif, un système de transmission par fil
est réputé être un petit système de transmission par fil durant une
année donnée
a) s’il est un petit système de transmission par fil le 31 décembre de l’année précédente ou le dernier jour du mois de l’année
au cours duquel il transmet un signal pour la première fois;
b) si le nombre moyen de locaux, établi conformément au Règlement, qu’il desservait ou était réputé desservir le dernier
jour de chaque mois de l’année précédente ne dépasse pas
2 000.
Application
Application
3. (1) This tariff applies to licences for the communication to
the public by telecommunication, as often as desired during 2010,
of any or all of the works in SOCAN’s repertoire, in connection
with the transmission of a signal for private or domestic use.
(2) This tariff does not apply to any use of music subject to
Tariffs 2, 16 or 22.
3. (1) Le présent tarif vise les licences pour la communication
au public par télécommunication, en tout temps et aussi souvent
que désiré en 2010, de l’une ou de la totalité des œuvres faisant
partie du répertoire de la SOCAN, lors de la transmission d’un
signal à des fins privées ou domestiques.
(2) Le présent tarif ne vise pas l’utilisation de musique assujettie au tarif 2, 16 ou 22.
Small Cable Transmission Systems and Unscrambled Low Power
Television Stations
Petits systèmes de transmission par fil et stations de télévision à
faible puissance transmettant en clair
4. (1) The total royalty payable in connection with the transmission of all signals shall be $10 a year where the distribution
undertaking is
(i) a small cable transmission system,
(ii) an unscrambled Low Power Television Station or Very
Low Power Television Station (as defined in Sections E and G
of Part IV of the Broadcast Procedures and Rules of Industry
Canada effective April 1997), or
(iii) a terrestrial system which performs a function comparable
to that of a cable transmission system, which uses Hertzian
waves to transmit the signals and which otherwise meets the
definition of “small cable transmission system.”
4. (1) La redevance totale payable pour la transmission de tous
les signaux offerts par une entreprise de distribution est de 10 $
par année si l’entreprise est
(i) un petit système de transmission par fil,
(ii) une station de télévision à faible puissance ou station de télévision à très faible puissance (au sens respectivement défini
aux articles E et G de la partie IV des Règles et procédures sur
la radiodiffusion d’Industrie Canada, en vigueur à compter
d’avril 1997) transmettant en clair,
(iii) un système terrestre dont l’activité est comparable à celle
d’un système de transmission par fil, et qui constituerait un petit système s’il transmettait des signaux par fil plutôt qu’en utilisant les ondes hertziennes.
(2) La redevance payable en vertu du paragraphe (1) est acquittée le 31 janvier de l’année pertinente ou le dernier jour du mois
qui suit celui où le système transmet un signal pour la première
fois durant l’année pertinente.
(3) Les renseignements énumérés ci-après sont fournis en
même temps que le versement des redevances à l’égard du système visé au paragraphe (1) :
a) le nombre de locaux desservis le 31 décembre de l’année
précédente ou le dernier jour du mois au cours duquel l’entreprise de distribution a transmis un signal pour la première fois
durant l’année pertinente;
b) s’il s’agit d’un petit système de transmission par fil par application de l’alinéa 3b) du Règlement, le nombre de locaux,
4. The definition set out in subsection 3(1) does not include a cable transmission system that is a master antenna
system located within the service area of another cable
transmission system that transmits a signal, with or without a
fee, to more than 2,000 premises in that service area.”
(« petit système de transmission par fil »)
“TVRO” means a Television Receive Only Earth Station designed for the reception of signals transmitted by satellite.
(« TVRO »)
“year” means a calendar year. (« année »)
(2) The royalty payable pursuant to subsection (1) is due on the
later of January 31 of the relevant year or the last day of the
month after the month in which the system first transmits a signal
in the relevant year.
(3) The following information shall be provided in respect of a
system for which royalties are being paid pursuant to subsection (1):
(a) the number of premises served on the later of December 31
of the preceding year or the last day of the month in which the
system first transmitted a signal in the relevant year;
(b) if the small cable transmission system qualifies as such by
virtue of paragraph 3(b) of the Regulations, the number of
premises, determined in accordance with the Regulations, the
24
Supplement to the Canada Gazette
system served or was deemed to serve on the last day of each
month during the preceding year;
(c) if the system is a master antenna system and is located
within the service area of another cable transmission system,
the name of that other system and a statement to the effect that
the other system transmits a signal, with or without a fee, to no
more than 2 000 premises in its licensed area; and
(d) if the system is included in a unit within the meaning of the
Regulations
(i) the date the system was included in the unit,
(ii) the names of all the systems included in the unit,
(iii) the names of the person or group of persons who own or
who directly or indirectly control the systems included in the
unit, and
(iv) the nature of the control exercised by these persons.
July 4, 2009
établi conformément au Règlement, que l’entreprise desservait
ou était réputé desservir le dernier jour de chaque mois de
l’année précédente;
c) s’il s’agit d’un système à antenne collective situé dans la
zone de desserte d’un autre système de transmission par fil, le
nom de ce système, ainsi qu’une déclaration selon laquelle ce
système ne transmet pas un signal, à titre gratuit ou non, à plus
de 2 000 locaux dans cette zone de desserte;
d) si le système fait partie d’une unité tel que l’entend le
Règlement,
(i) la date depuis laquelle le système fait partie de l’unité,
(ii) les noms de tous les systèmes faisant partie de l’unité,
(iii) les noms des personnes ou du groupe de personnes qui
possèdent ou contrôlent directement ou indirectement ces
systèmes,
(iv) la nature du contrôle exercé par ces personnes.
Other Distribution Undertakings
Autres entreprises de distribution
5. (1) Sections 6 to 15 apply to distribution undertakings that
are not subject to section 4.
(2) Unless otherwise provided, for the purposes of sections 6
to 15, any reference to a distribution undertaking, to affiliation
payments or to premises served excludes systems subject to section 4 or payments made or premises served by such systems.
5. (1) Les articles 6 à 15 s’appliquent si l’entreprise de distribution n’est pas assujettie à l’article 4.
(2) Sauf disposition contraire, pour l’application des articles 6
à 15, la mention d’une entreprise de distribution, de paiements
d’affiliation ou de locaux desservis n’inclut pas les systèmes assujettis à l’article 4, les paiements qu’ils effectuent ou les locaux
qu’ils desservent.
Community and Non-Programming Services
Services communautaires et hors programmation
6. The total royalty payable in any month in respect of all
community channels, non-programming services and other services generating neither affiliation payments nor gross income
that are transmitted by a distribution undertaking shall be 0.14¢
per premise or TVRO served by the distribution undertaking on
the last day of the relevant month.
6. La redevance payable pour un mois donné pour la transmission de tous les canaux communautaires, services hors programmation et autres services ne générant pas de paiements
d’affiliation ou de revenus bruts que transmet une entreprise de
distribution est de 0,14 ¢ par local ou TVRO que l’entreprise desservait le dernier jour du mois pertinent.
Election of Licence
Option
7. (1) A programming undertaking other than a service that is
subject to section 6 can elect for the standard or modified blanket
licence.
(2) An election must be in writing, and must be received by
SOCAN at least 30 days before the first day of the month for
which the election is to take effect.
(3) An election remains valid until a further election is made.
(4) A programming undertaking can make no more than two
elections in a year.
(5) A programming undertaking that has never made an election is deemed to have elected for the standard blanket licence.
7. (1) L’entreprise de programmation autre qu’un service assujetti à l’article 6 peut opter pour la licence générale standard ou
modifiée.
(2) L’option s’exerce par écrit. La SOCAN doit la recevoir au
moins 30 jours avant le premier jour du mois au cours duquel elle
prend effet.
(3) Il est mis fin à une option en exerçant une autre option.
(4) Une entreprise de programmation a droit à deux options par
année.
(5) L’entreprise de programmation qui n’a jamais exercé
d’option est réputée avoir opté pour la licence générale standard.
Standard Blanket Licence
La licence générale standard
8. (1) Subject to subsection (2), the monthly royalty payable for
the transmission of the signal of a programming undertaking that
has elected for the standard blanket licence is
(i) 1.9 per cent of affiliation payments payable in the relevant
month by a distribution undertaking to the programming undertaking, plus
(ii) X × Y × 1.9 per cent
Z
where
X is the gross income of the programming undertaking during
the relevant month
Y is the number of premises or TVROs served by the distribution undertaking and lawfully receiving the signal of the programming undertaking on the last day of the relevant month
8. (1) Sous réserve du paragraphe (2), la redevance mensuelle
payable pour la transmission du signal d’une entreprise de programmation ayant opté pour la licence générale standard est
(i) 1,9 pour cent des paiements d’affiliation payables par l’entreprise de distribution à l’entreprise de programmation pour le
mois pertinent, plus
(ii) X × Y × 1,9 pour cent
Z
étant entendu que
X représente les revenus bruts de l’entreprise de programmation durant le mois pertinent
Y représente le nombre de locaux ou de TVRO que l’entreprise
de distribution desservait et qui recevaient licitement le signal
de l’entreprise de programmation le dernier jour du mois
pertinent
Le 4 juillet 2009
Z is the total number of premises or TVROs (including those
served by systems subject to section 4) lawfully receiving the
signal of the programming undertaking on the last day of the
relevant month.
(2) Notwithstanding subsection (1)
(i) subparagraph (1)(ii) does not apply to non-Canadian specialty services,
(ii) the royalty rate is 0.8 per cent if a programming undertaking communicates works for which it requires a licence
from SOCAN, excluding production music and cleared
music, for less than 20 per cent of the programming undertaking’s total air time and keeps and makes available to
SOCAN complete recordings of its last 90 broadcast days.
(3) The royalty payable pursuant to subsection (1) is calculated
in accordance with Form A if the royalties are being paid by the
distribution undertaking, and in accordance with Form B if the
royalties are being paid by the programming undertaking.
Modified Blanket Licence (MBL)
9. (1) Subject to subsection (2), the monthly royalty payable for
the transmission of the signal of a programming undertaking that
has elected for the modified blanket licence is calculated in accordance with Form C (found at the end of this Supplement).
(2) Notwithstanding subsection (1)
(i) no account is taken of gross income in calculating the royalty payable in respect of a non-Canadian specialty service,
(ii) the royalty rate is 0.8 per cent if a programming
undertaking
(A) communicates works for which it requires a licence from
SOCAN, excluding production music and cleared music, for
less than 20 per cent of the programming undertaking’s total
air time, excluding the air time of cleared programs, and
(B) keeps and makes available to SOCAN complete recordings of its last 90 broadcast days.
Supplément à la Gazette du Canada
25
Z représente le nombre total de locaux ou de TVRO (y compris
ceux que desservaient des systèmes assujettis à l’article 4) qui
recevaient licitement le signal de l’entreprise de programmation le dernier jour du mois pertinent.
(2) Malgré le paragraphe (1)
(i) un service spécialisé non canadien n’est pas assujetti au
sous-alinéa (1)(ii),
(ii) le taux de redevance est 0,8 pour cent si l’entreprise de
programmation communique des œuvres pour lesquelles elle
requiert une licence de la SOCAN, exclusion faite de la musique de production et de la musique affranchie, durant
moins de 20 pour cent de son temps d’antenne et conserve et
met à la disposition de la SOCAN l’enregistrement complet
de ses 90 derniers jours de diffusion.
(3) La redevance payable en vertu du paragraphe (1) est établie
au moyen du formulaire A si c’est l’entreprise de distribution qui la
verse, et du formulaire B si c’est l’entreprise de programmation.
La licence générale modifiée (LGM)
9. (1) Sous réserve du paragraphe (2), la redevance mensuelle
payable pour la transmission du signal d’une entreprise de programmation ayant opté pour la licence générale modifiée est
établie selon le formulaire C (qui se trouve à la fin de ce
supplément).
(2) Malgré le paragraphe (1)
(i) il n’est pas tenu compte des revenus bruts d’un service spécialisé non canadien dans le calcul de la redevance,
(ii) le taux de redevance est 0,8 pour cent si l’entreprise de programmation communique des œuvres pour lesquelles elle requiert une licence de la SOCAN, exclusion faite de la musique
de production et de la musique affranchie, durant moins de
20 pour cent du temps d’antenne des émissions non affranchies
et conserve et met à la disposition de la SOCAN l’enregistrement complet de ses 90 derniers jours de diffusion.
Due Date for Royalties
Date à laquelle les redevances sont acquittées
10. Royalties shall be due on the last day of the third month
following the relevant month.
10. Les redevances sont acquittées le dernier jour du troisième
mois suivant le mois pertinent.
Reporting Requirements
Exigences de rapport
11. No later than the last day of the month following the relevant month, a distribution undertaking shall provide to SOCAN
and to each programming undertaking whose signal it transmitted
during the relevant month
(a) the number of premises or TVROs served by the distribution undertaking and lawfully receiving the signal on the last
day of the relevant month; and
(b) the amount of the distribution undertaking’s affiliation
payment for that signal for the relevant month.
12. (1) No later than the last day of the second month following
the relevant month, a programming undertaking that does not
intend to pay the royalty owed in respect of its signal for the relevant month shall provide to SOCAN and to each distribution
undertaking that transmitted its signal during the relevant month
(a) the number obtained by dividing its gross income for the
relevant month by the total number of premises or TVROs
(including those served by systems subject to section 4) lawfully receiving its signal on the last day of the relevant month;
(b) if the programming undertaking has elected for the modified blanket licence, the percentage of its gross income that was
generated by cleared programs in the relevant month and the
11. Au plus tard le dernier jour du mois suivant le mois pertinent, l’entreprise de distribution fournit à la SOCAN et à chacune
des entreprises de programmation dont elle a transmis le signal
durant le mois pertinent
a) le nombre de locaux ou de TVRO que l’entreprise de distribution desservait et qui recevaient licitement le signal le dernier jour du mois pertinent;
b) le montant de ses paiements d’affiliation pour le signal pour
le mois pertinent.
12. (1) Au plus tard le dernier jour du deuxième mois suivant le
mois pertinent, l’entreprise de programmation qui n’entend pas
payer la redevance pour le mois pertinent fournit à la SOCAN et à
chacune des entreprises de distribution ayant transmis son signal
durant le mois pertinent
a) le quotient de ses revenus bruts durant le mois pertinent par
le nombre total de locaux ou de TVRO (y compris ceux que
desservaient des systèmes assujettis à l’article 4) qui recevaient
licitement le signal de l’entreprise de programmation le dernier
jour du mois pertinent;
b) si l’entreprise de programmation a opté pour la licence générale modifiée, le pourcentage des revenus bruts générés durant
26
Supplement to the Canada Gazette
percentage of total air time of cleared programs during that
month; and
(c) if the programming undertaking claims that it complies with
subparagraph 8(2)(ii) or 9(2)(ii), a notice to that effect.
(2) A programming undertaking referred to in subsection (1)
shall also provide to SOCAN, by the date mentioned in subsection (1)
(a) its gross income during the relevant month;
(b) the total number of premises or TVROs (including those
served by systems subject to section 4) lawfully receiving the
signal of the programming undertaking on the last day of the
relevant month; and
(c) the total number of premises or TVROs (excluding those
served by systems subject to section 4) lawfully receiving the
signal of the programming undertaking on the last day of the
relevant month.
13. No later than the last day of the second month following the
relevant month, a programming undertaking that has elected for
the modified blanket licence shall provide to SOCAN, using
Form D (found at the end of this Supplement), reports identifying,
in respect of each cleared program, the music used in that program as well as any document supporting its claim that the music
identified in Form D is cleared music, or a reference to that
document, if the document was provided previously.
14. (1) A programming undertaking that makes a payment shall
provide to SOCAN with its payment the total amount of affiliation payments payable to it for the relevant month and the calculation of the royalty for the relevant month, using the applicable
form.
(2) A distribution undertaking that makes a payment shall provide to SOCAN with its payment, for the relevant month and in
respect of each programming undertaking whose signal it transmitted during the relevant month,
(a) the name of the programming undertaking, the name of its
signal and the affiliation payment;
(b) the number of premises or TVROs served by the distribution undertaking and lawfully receiving the signal of the programming undertaking on the last day of the relevant month;
and
(c) the calculation of the royalty, using the applicable form.
July 4, 2009
le mois pertinent par des émissions affranchies et le pourcentage de temps d’antenne de ces émissions durant ce mois;
c) si l’entreprise de programmation prétend se conformer au
sous-alinéa 8(2)(ii) ou 9(2)(ii), un avis à cet effet.
(2) L’entreprise de programmation mentionnée au paragraphe (1) fournit aussi à la SOCAN, au plus tard à la date prévue au
paragraphe (1)
a) ses revenus bruts pour le mois pertinent;
b) le nombre total de locaux ou de TVRO (y compris ceux que
desservaient des systèmes assujettis à l’article 4) qui recevaient
licitement le signal de l’entreprise de programmation le dernier
jour du mois pertinent;
c) le nombre total de locaux ou de TVRO (excluant ceux que
desservaient des systèmes assujettis à l’article 4) qui recevaient
licitement le signal de l’entreprise de programmation le dernier
jour du mois pertinent.
13. Au plus tard le dernier jour du deuxième mois suivant le
mois pertinent, l’entreprise de programmation qui a opté pour la
licence générale modifiée fournit à la SOCAN des rapports établis
selon le formulaire D (qui se trouve à la fin de ce supplément),
précisant, à l’égard de chaque émission affranchie, la musique
utilisée durant l’émission, ainsi que les documents sur lesquels
elle se fonde pour dire que les œuvres énumérées dans le formulaire D sont de la musique affranchie, ou une référence à ces documents s’ils ont été fournis auparavant.
14. (1) L’entreprise de programmation qui effectue un paiement fournit en même temps à la SOCAN, à l’égard du mois pertinent, le montant total des paiements d’affiliation qui lui sont dus
et, au moyen du formulaire pertinent, le calcul de la redevance.
(2) L’entreprise de distribution qui effectue un paiement fournit
en même temps à la SOCAN, à l’égard du mois pertinent et pour
chacune des entreprises de programmation dont elle a transmis le
signal durant ce mois
a) le nom de l’entreprise de programmation, celui du signal et
le paiement d’affiliation;
b) le nombre de locaux ou de TVRO que l’entreprise de distribution desservait et qui recevaient licitement le signal de l’entreprise de programmation le dernier jour du mois pertinent;
c) le calcul de la redevance, au moyen du formulaire pertinent.
MBL: Incorrect Cleared Program Claims
LGM : déclarations erronées d’émissions affranchies
15. Amounts paid pursuant to lines B and C of Form C on account of a program that a programming undertaking incorrectly
claimed as a cleared program are not refundable.
15. Les sommes payées en application des lignes B et C du
formulaire C à l’égard de l’émission que l’entreprise de programmation a erronément déclaré être une émission affranchie ne
sont pas remboursables.
Audit
Vérification
16. SOCAN shall have the right to audit the books and records
of a programming undertaking or of a distribution undertaking, on
reasonable notice and during normal business hours, to verify the
statements rendered and the royalty payable.
16. La SOCAN peut vérifier les livres et registres d’une entreprise de programmation ou de distribution durant les heures de
bureau régulières, moyennant un préavis raisonnable, afin de
confirmer les rapports soumis et la redevance exigible.
Confidentiality
Traitement confidentiel
17. (1) Subject to subsections (2) and (3), information received
pursuant to this tariff shall be treated in confidence, unless the
undertaking who supplied the information consents in writing to
the information being treated otherwise.
(2) Information referred to in subsection (1) can be shared
(i) to comply with this tariff,
(ii) with the Copyright Board,
17. (1) Sous réserve des paragraphes (2) et (3), les renseignements transmis en application du présent tarif sont gardés confidentiels, à moins que l’entreprise les ayant fournis ne consente
par écrit à ce qu’il en soit autrement.
(2) On peut faire part des renseignements visés au paragraphe (1)
(i) dans le but de se conformer au présent tarif,
Le 4 juillet 2009
Supplément à la Gazette du Canada
(iii) in connection with proceedings before the Copyright
Board, if the collective society has first provided a reasonable
opportunity for the undertaking providing the information to
request a confidentiality order,
(iv) to the extent required to effect the distribution of royalties,
with a royalty claimant, or
(v) if ordered by law or by a court of law.
(3) Subsection (1) does not apply to information that is publicly
available, or to information obtained from someone other than the
undertaking and who is not under an apparent duty of confidentiality to that undertaking.
27
(ii) à la Commission du droit d’auteur,
(iii) dans le cadre d’une affaire portée devant la Commission, si
la société de gestion a préalablement donné à l’entreprise qui
fournit les renseignements l’occasion de demander une ordonnance de confidentialité,
(iv) à une personne qui demande le versement de droits, dans la
mesure où cela est nécessaire pour effectuer la distribution,
(v) si la loi ou une ordonnance d’un tribunal l’y oblige.
(3) Le paragraphe (1) ne s’applique pas aux renseignements
disponibles au public ou obtenus d’un tiers non tenu lui-même de
garder confidentiels ces renseignements.
Interest on Late Payments
Intérêts sur paiements tardifs
18. Any amount not received by the due date shall bear interest
from that date until the date the amount is received. Interest shall
be calculated daily at a rate equal to one per cent above the Bank
Rate effective on the last day of the previous month (as published
by the Bank of Canada). Interest shall not compound.
18. Tout montant non payé à son échéance porte intérêt à
compter de la date à laquelle il aurait dû être acquitté jusqu’à la
date où il est reçu. L’intérêt est calculé quotidiennement, à un
taux de un pour cent au-dessus du taux officiel d’escompte de la
Banque du Canada en vigueur le dernier jour du mois précédent
(tel qu’il est publié par la Banque du Canada). L’intérêt n’est pas
composé.
Tariff No. 18
Tarif no 18
RECORDED MUSIC FOR DANCING
MUSIQUE ENREGISTRÉE UTILISÉE
AUX FINS DE DANSE
[NOTE: Tariff No. 18 was certified by the Copyright Board for
the years 2005 to 2010 in the Supplement to the Canada Gazette,
Part I, dated March 22, 2008.]
[AVIS : Le tarif no 18 a été homologué par la Commission du
droit d’auteur pour les années 2005 à 2010 dans le supplément de
la Partie I de la Gazette du Canada, en date du 22 mars 2008.]
Tariff No. 19
Tarif no 19
FITNESS ACTIVITIES AND DANCE INSTRUCTION
EXERCICES PHYSIQUES ET COURS DE DANSE
[NOTE: Tariff No. 19 was certified by the Copyright Board for
the years 2007 to 2010 in the Supplement to the Canada Gazette,
Part I, dated March 22, 2008.]
[AVIS : Le tarif no 19 a été homologué par la Commission du
droit d’auteur pour les années 2007 à 2010 dans le supplément de
la Partie I de la Gazette du Canada, en date du 22 mars 2008.]
Tariff No. 20
Tarif no 20
KARAOKE BARS AND SIMILAR
ESTABLISHMENTS
BARS KARAOKÉ ET ÉTABLISSEMENTS
DU MÊME GENRE
[NOTE: Tariff No. 20 was certified by the Copyright Board for
the years 2005 to 2010 in the Supplement to the Canada Gazette,
Part I, dated March 22, 2008.]
[AVIS : Le tarif no 20 a été homologué par la Commission du
droit d’auteur pour les années 2005 à 2010 dans le supplément de
la Partie I de la Gazette du Canada, en date du 22 mars 2008.]
Tariff No. 21
Tarif no 21
RECREATIONAL FACILITIES OPERATED
BY A MUNICIPALITY, SCHOOL,
COLLEGE, UNIVERSITY,
AGRICULTURAL SOCIETY OR
SIMILAR COMMUNITY ORGANIZATIONS
INSTALLATIONS RÉCRÉATIVES EXPLOITÉES PAR
UNE MUNICIPALITÉ, UNE ÉCOLE, UN COLLÈGE,
UNE UNIVERSITÉ, UNE SOCIÉTÉ AGRICOLE
OU AUTRES ORGANISATIONS
COMMUNAUTAIRES DU MÊME GENRE
[NOTE: Tariff No. 21 was certified by the Copyright Board for
the years 2005 to 2010 in the Supplement to the Canada Gazette,
Part I, dated March 22, 2008.]
[AVIS : Le tarif no 21 a été homologué par la Commission du
droit d’auteur pour les années 2005 à 2010 dans le supplément de
la Partie I de la Gazette du Canada, en date du 22 mars 2008.]
28
Supplement to the Canada Gazette
July 4, 2009
Tariff No. 22
Tarif no 22
INTERNET
INTERNET
A. Online Music Services
A. Services de musique en ligne
Short Title
Titre abrégé
1. This tariff may be cited as the SOCAN Online Music Services Tariff, 2010.
1. Tarif de la SOCAN pour les services de musique en ligne
2010.
Definitions
Définitions
2. In this part of the tariff,
“bundle” means two or more digital files offered as a single product, if at least one file is a permanent download; (« ensemble »)
“download” means a file intended to be copied onto a consumer’s
local storage device; (« téléchargement »)
“file” except in the definition of bundle, means a digital file of a
sound recording of a musical work, including a videoclip;
(« fichier »)
“gross revenue” means the gross amounts paid to an online music
service or its authorized distributors for access to and use of the
service, including membership and subscription fees, amounts
paid for advertising, sponsorship, promotion and product placement, commissions on third-party transactions, and
amounts equal to the value of the consideration received by an
online music service or its authorized distributors pursuant to
any contra and barter agreements related to the operation of the
service; (« revenus bruts »)
“identifier” means the unique identifier an online music service
assigns to a file or bundle; (« identificateur »)
“limited download” means a download that uses technology that
causes the file to become unusable when a subscription ends;
(« téléchargement limité »)
“on-demand stream” means a stream selected by its recipient;
(« transmission sur demande »)
“online music service” means a service that delivers streams or
limited downloads to subscribers or permanent downloads to
consumers, other than a service that offers only streams in
which the file is selected by the service, which can only be listened to at a time chosen by the service and for which no advance play list is published; (« service de musique en ligne »)
“permanent download” means a download other than a limited
download; (« téléchargement permanent »)
“play” means the single performance of an on-demand stream;
(« écoute »)
“portable limited download” means a limited download that uses
technology that allows the subscriber to reproduce the file on a
device other than a device to which an online music service delivered the file; (« téléchargement limité portable »)
“quarter” means from January to March, from April to June,
from July to September and from October to December;
(« trimestre »)
“stream” means a file that is intended to be copied onto a local
storage device only to the extent required to allow listening to
the file at substantially the same time as when the file is transmitted; (« transmission »)
“subscriber” means a person who accesses an online music service, pursuant to a contract or otherwise, and receives permanent downloads, limited downloads or streams, whether the
person pays a fee or provides other consideration for the service or uses the service free of charge. (« abonné »)
2. Les définitions qui suivent s’appliquent au présent tarif.
« abonné » Personne qui a accès à un service de musique en ligne,
en vertu d’un contrat ou autrement, et qui reçoit des téléchargements permanents, des téléchargements limités ou des transmissions, peu importe si la personne paie un frais ou une autre
contrepartie pour le service ou utilise le service gratuitement;
(“subscriber”)
« écoute » Exécution d’une transmission sur demande; (“play”)
« ensemble » Deux fichiers numériques ou plus offerts comme
produit unique, pour autant qu’au moins un des fichiers soit un
téléchargement permanent; (“bundle”)
« fichier » Sauf dans la définition d’« ensemble », fichier numérique de l’enregistrement sonore d’une œuvre musicale, incluant
un vidéo-clip; (“file”)
« identificateur » Numéro d’identification unique que le service
de musique en ligne assigne à un fichier ou à un ensemble;
(“identifier”)
« revenus bruts » Toute somme payé à un service de musique en
ligne, ou ses distributeurs autorisés, pour l’accès au service et
son utilisation, y compris des frais de membre et des frais
d’abonnement, des sommes qui leur sont payées pour de la publicité, de la commandite, de la promotion et du placement de
produits, des commissions sur des transactions avec des tiers, et
des sommes équivalant à la valeur pour le service de musique
en ligne, ou le distributeur autorisé, le cas échéant, d’ententes
de troc ou de publicité compensée reliée à l’exploitation du
service; (“gross revenue”)
« service de musique en ligne » Service qui livre des transmissions ou des téléchargements limités à ses abonnés ou des téléchargements permanents aux consommateurs, à l’exception des
services offrant uniquement des transmissions pour lesquelles
le fichier est choisi par le service, qui ne peut être écouté qu’au
moment déterminé par le service et pour lequel aucune liste de
diffusion n’est publiée à l’avance; (“online music service”)
« téléchargement » Fichier destiné à être copié sur la mémoire
locale d’un consommateur; (“download”)
« téléchargement limité » Téléchargement utilisant une technologie qui rend le fichier inutilisable lorsque l’abonnement prend
fin; (“limited download”)
« téléchargement limité portable » Téléchargement limité utilisant une technologie qui permet à l’abonné de reproduire le fichier sur un appareil autre qu’un appareil sur lequel le service
de musique en ligne a livré le fichier; (“portable limited
download”)
« téléchargement permanent » Téléchargement autre qu’un téléchargement limité; (“permanent download”)
« transmission » Fichier destiné à être copié sur la mémoire locale
uniquement dans la mesure nécessaire pour en permettre
l’écoute essentiellement au moment où il est livré; (“stream”)
« transmission sur demande » Transmission choisie par son destinataire; (“on-demand stream”)
« trimestre » De janvier à mars, d’avril à juin, de juillet à septembre et d’octobre à décembre. (“quarter”)
Le 4 juillet 2009
Supplément à la Gazette du Canada
29
Application
Application
3. (1) This part of Tariff 22 sets the royalties to be paid for the
communication to the public by telecommunication of works in
SOCAN’s repertoire in connection with the operation of an online
music service and its authorized distributors in 2010, including
the use of a musical work in a videoclip.
3. (1) Cette partie du tarif 22 établit les redevances payables
pour la communication au public par télécommunication d’œuvres faisant partie du répertoire de la SOCAN dans le cadre de
l’exploitation d’un service de musique en ligne et ses distributeurs
autorisés en 2010, incluant l’utilisation d’une œuvre musicale
dans un vidéo-clip.
(2) Cette partie du tarif ne s’applique pas aux utilisations visées
par d’autres tarifs applicables, incluant les tarifs 16 et 24 de la
SOCAN.
(2) This part of the tariff does not apply to uses covered by
other applicable tariffs, including SOCAN Tariffs 16 and 24.
Royalties
Redevances
On-demand streams
Transmissions sur demande
4. (1) The royalties payable in a month for an online music service that offers on-demand streams but does not offer limited
downloads shall be
A×B
C
where
(A) is 15.2 per cent of the gross revenue of the service for the
month, excluding amounts paid to the service for permanent
downloads,
(B) is the number of plays of files requiring a SOCAN licence
during the month, and
(C) is the number of plays of all files during the month,
subject to a minimum fee of 96.2¢ per subscriber.
4. (1) Les redevances payables chaque mois pour un service de
musique en ligne offrant des transmissions sur demande mais non
des téléchargements limités sont :
A×B
C
étant entendu que
(A) représente 15,2 pour cent des revenus bruts du service pour
le mois en excluant toute somme payée au service pour des
téléchargements permanents,
(B) représente le nombre d’écoutes de fichiers nécessitant une
licence de la SOCAN durant le mois,
(C) représente le nombre d’écoutes de tous les fichiers durant
le mois,
sous réserve d’une redevance minimale de 96,2 ¢ par abonné.
Limited downloads
Téléchargements limités
(2) The royalties payable in a month for an online music service that offers limited downloads with or without on-demand
streams shall be
A×B
C
where
(A) is 12.6 per cent of the gross revenue of the service for the
month (15.6 per cent in the case of a service that offers previews), excluding amounts paid to the service for permanent
downloads,
(B) is the number of limited downloads requiring a SOCAN licence during the month, and
(C) is the total number of limited downloads during the month,
subject to a minimum fee of $1.22 per subscriber if portable
limited downloads are allowed, and 79.8¢ per subscriber if they
are not.
(2) Les redevances payables chaque mois pour un service de
musique en ligne offrant des téléchargements limités, avec ou
sans transmissions sur demande, sont :
A×B
C
étant entendu que
(A) représente 12,6 pour cent des revenus bruts du service pour
le mois (15,6 pour cent dans le cas d’un service qui offre des
écoutes préalables), en excluant toute somme payée au service
pour des téléchargements permanents,
(B) représente le nombre de téléchargements limités nécessitant
une licence de la SOCAN durant le mois,
(C) représente le nombre total de téléchargements limités durant le mois,
sous réserve d’une redevance minimale de 1,22 $ par abonné
si les téléchargements limités portables sont permis et de
79,8 ¢ par abonné dans le cas contraire.
Permanent downloads
Téléchargements permanents
(3) The royalties payable in a month for an online music service that offers only permanent downloads shall be
A×B
C
where
(A) is 6.8 per cent of the gross revenue of the service for
the month (9.8 per cent in the case of a service that offers
previews),
(B) is the number of permanent downloads requiring a SOCAN
licence during the month, and
(C) is the total number of permanent downloads during the
month,
(3) Les redevances payables chaque mois pour un service de
musique en ligne offrant uniquement des téléchargements permanents sont :
A×B
C
étant entendu que
(A) représente 6,8 pour cent des revenus bruts du service pour
le mois (9,8 pour cent dans le cas d’un service qui offre des
écoutes préalables),
(B) représente le nombre de téléchargements permanents nécessitant une licence de la SOCAN durant le mois,
30
Supplement to the Canada Gazette
subject to a minimum fee of 3.4¢ per permanent download in a
bundle that contains 15 or more files, and 4.6¢ per permanent
download in all other cases.
(4) Where an online music service subject to subsection (1)
or (2) also offers permanent downloads, the royalty payable by
that service for each permanent download requiring a SOCAN
licence shall be 6.8 per cent of the amounts paid to the service for
the permanent downloads (9.8 per cent in the case of a service
that offers previews), subject to a minimum fee of 3.4¢ per
permanent download in a bundle that contains 15 or more files,
and 4.6¢ per permanent download in all other cases.
(5) For the purpose of calculating the minimum payable pursuant to subsections (1), (2) and (3), the number of subscribers shall
be determined as at the end of the quarter in respect of which the
royalties are payable.
July 4, 2009
(C) représente le nombre total de téléchargements permanents
durant le mois,
sous réserve d’une redevance minimale de 3,4 ¢ par téléchargement permanent faisant partie d’un ensemble contenant
15 fichiers ou plus et de 4,6 ¢ pour tout autre téléchargement
permanent.
(4) Lorsqu’un service de musique en ligne visé au paragraphe (1) ou (2) offre également des téléchargements permanents, la
redevance payable par le service pour chacun des téléchargements
permanents nécessitant une licence de la SOCAN est de 6,8 pour
cent de la somme payée au service pour les téléchargements
permanents (9,8 pour cent dans le cas d’un service qui offre des
écoutes préalables), sous réserve d’une redevance minimum de
3,4 ¢ par téléchargement permanent faisant partie d’un ensemble
contenant 15 fichiers ou plus et de 4,6 ¢ pour tout autre téléchargement permanent.
(5) Dans le calcul de la redevance minimale payable selon le
paragraphe (1), (2) ou (3), le nombre d’abonnés est établi à la fin
du trimestre à l’égard duquel la redevance est payable.
Free per-stream transactions
Transmissions gratuites
(6) Where an online music service subject to subsection (1),
(2) or (3) also offers streams free of charge, the royalty shall be
4.6¢ per streamed file requiring a SOCAN licence.
(6) Lorsqu’un service de musique en ligne visé au paragraphe (1), (2) ou (3) offre aussi des transmissions gratuites, la redevance payable est de 4,6 ¢ pour chaque transmission d’un fichier
nécessitant une licence de la SOCAN.
ADMINISTRATIVE PROVISIONS
DISPOSITIONS ADMINISTRATIVES
Reporting Requirements
Obligations de rapport
5. (1) No later than 20 days after the end of the first quarter
during which an online music service communicates a file requiring a SOCAN licence, the service shall provide to SOCAN the
following information:
(a) the name of the person who operates the service, including
(i) the name of a corporation and a mention of its jurisdiction
of incorporation,
(ii) the name of the proprietor of an individual proprietorship, or
(iii) the names of the principal officers of any other service,
together with any other trade name under which the service
carries on business;
(b) the address of its principal place of business;
(c) its address (including email) for the purposes of notice;
(d) the name and address of any authorized distributor;
(e) the Uniform Resource Locator (URL) of each Internet site
at or through which the service is or will be offered;
(f) with respect to each file that was communicated:
(i) its identifier,
(ii) the title of the musical work,
(iii) the name of each author of the musical work,
(iv) the name of each performer or group to whom the sound
recording is credited,
(v) the name of the person who released the sound recording,
(vi) the International Standard Recording Code (ISRC) assigned to the sound recording,
(vii) if the sound recording is or has been released in physical format as part of an album, the name, identifier, product
catalogue number and Universal Product Code (UPC) assigned to the album, together with the associated disc and
track numbers,
5. (1) Au plus tard 20 jours après la fin du premier trimestre
durant lequel un service de musique en ligne communique un
fichier nécessitant une licence de la SOCAN, le service fournit à
la SOCAN les renseignements suivants :
a) le nom de la personne qui exploite le service, y compris :
(i) sa raison sociale et la juridiction où il est constitué, dans
le cas d’une société par actions,
(ii) le nom du propriétaire, dans le cas d’une société à propriétaire unique, ou
(iii) les noms des principaux dirigeants, dans le cas de tout
autre service, ainsi que toute autre dénomination sous laquelle il fait affaire;
b) l’adresse de sa principale place d’affaires;
c) son adresse (incluant le courriel) aux fins de transmission
des avis;
d) le nom et l’adresse de tout distributeur autorisé;
e) l’adresse URL de chaque site Internet sur lequel ou à partir
duquel le service est ou sera offert;
f) pour chaque fichier ayant été communiqué :
(i) son identificateur,
(ii) le titre de l’œuvre musicale,
(iii) le nom de chacun des auteurs de l’œuvre musicale,
(iv) le nom de chaque interprète ou groupe associé à l’enregistrement sonore,
(v) le nom de la personne qui a publié l’enregistrement
sonore,
(vi) le code international normalisé des enregistrements
(ISRC) assigné à l’enregistrement sonore,
(vii) si l’enregistrement sonore a été publié sur support matériel comme partie d’un album, le nom, l’identificateur, le
numéro de catalogue et le code universel des produits (CUP)
Le 4 juillet 2009
(viii) if the file is being offered as part of a bundle, the name
and identifier of the bundle as well as the identifier of each
file in the bundle, and
(ix) if the service believes that a SOCAN licence is not required, an indication to that effect accompanied by a report
showing, with respect to each download or stream not requiring a SOCAN licence, information that establishes why
the licence is not required; and
(g) with respect to each file that was communicated, if the information is available:
(i) the name of the music publisher associated with the
musical work,
(ii) the International Standard Musical Work Code (ISWC)
assigned to the musical work,
(iii) the Global Release Identifier (GRID) assigned to the file
and, if applicable, the GRID of the album or bundle in which
the file was released,
(iv) the running time of the file, in minutes and seconds, and
(v) any alternative title used to designate the musical work or
sound recording.
(2) No later than 20 days after the end of each subsequent quarter, an online music service shall provide to SOCAN the following information:
(a) any change to the information previously reported pursuant
to paragraphs (l)(a) to (g) as well as any information set out in
paragraph (l)(g) that became available during the quarter;
(b) with respect to each file that the service first made available
during the quarter, the information set out in paragraphs (1)(f)
and (g); and
(c) with respect to each file that the service ceased to make
available during the quarter, its identifier.
Supplément à la Gazette du Canada
31
assigné à l’album, ainsi que les numéros de disque et de piste
reliés,
(viii) si le fichier fait partie d’un ensemble, le nom et l’identificateur de l’ensemble ainsi que l’identificateur de chaque
fichier en faisant partie,
(ix) si le service croit qu’une licence de la SOCAN n’est pas
requise, une note à cet effet accompagnée d’un rapport qui
démontre, eu égard à chaque téléchargement ou transmission
qui ne nécessite pas une licence de la SOCAN, l’information
sur laquelle le service se fonde;
g) pour chaque fichier ayant été communiqué, si l’information
est disponible :
(i) le nom de l’éditeur de musique associé à l’œuvre
musicale,
(ii) le code international normalisé des œuvres musicales
(ISWC) assigné à l’œuvre musicale,
(iii) le Global Release Identifier (GRID) assigné au fichier
et, le cas échéant, celui assigné à l’album ou à l’ensemble
dont le fichier fait partie,
(iv) la durée du fichier, en minutes et secondes,
(v) chaque variante de titre utilisée pour désigner l’œuvre
musicale ou l’enregistrement sonore.
(2) Au plus tard 20 jours après la fin de chaque trimestre suivant, le service de musique en ligne fournit à la SOCAN les renseignements suivants :
a) tout changement dans les renseignements fournis auparavant
en vertu des alinéas (1)a) à g) de même que tout renseignement
prévu à l’alinéa (1)g) qui est devenu disponible durant le
trimestre;
b) à l’égard d’un fichier que le service a rendu disponible pour
la première fois durant le trimestre, les renseignements prévus
aux alinéas (1)f) et g);
c) à l’égard d’un fichier que le service a retiré durant le trimestre, son identificateur.
Sales Reports
Rapports de ventes
6. (1) No later than 20 days after the end of each quarter, an
online music service that offers on-demand streams but does not
offer limited downloads shall provide to SOCAN a report setting
out, for that quarter:
(a) the identifier and number of plays of each file that requires
a SOCAN licence;
(b) the total number of plays of files that requires a SOCAN
licence;
(c) the total number of plays of all files;
(d) the number of subscribers to the service at the end of the
month and the total amounts paid by them;
(e) the gross revenue of the service for the quarter; and
(f) the total number of streams provided free of charge.
(2) No later than 20 days after the end of each quarter, an
online music service that offers limited downloads shall provide
to SOCAN a report setting out, for that quarter:
(a) the identifier, number of portable limited downloads, number of other limited downloads, and number of plays of each
file that requires a SOCAN licence;
(b) the total number of portable limited downloads, other limited downloads, and plays of files that requires a SOCAN
licence;
(c) the total number of portable limited downloads, other limited downloads, and plays of all files;
(d) the number of subscribers entitled to receive portable limited downloads at the end of the month, the number of other
6. (1) Au plus tard 20 jours après la fin de chaque trimestre, un
service de musique en ligne offrant des transmissions sur demande mais n’offrant pas des téléchargements limités fournit à la
SOCAN un rapport indiquant, pour ce trimestre :
a) l’identificateur et le nombre d’écoutes de chaque fichier qui
nécessite une licence de la SOCAN;
b) le nombre total d’écoutes de fichiers qui nécessite une licence de la SOCAN;
c) le nombre total d’écoutes de tous les fichiers;
d) le nombre d’abonnés au service à la fin du trimestre et le
montant total qu’ils ont versé;
e) les revenus bruts du service pour le trimestre;
f) le nombre total de transmissions fournies gratuitement.
(2) Au plus tard 20 jours après la fin de chaque trimestre, un
service de musique en ligne offrant des téléchargements limités
fournit à la SOCAN un rapport indiquant, pour ce trimestre :
a) l’identificateur, le nombre de téléchargements limités portables, le nombre d’autres téléchargements limités et le nombre
d’écoutes de chaque fichier qui nécessite une licence de la
SOCAN;
b) le nombre total de téléchargements limités portables, d’autres téléchargements limités et le nombre d’écoutes de chaque
fichier qui nécessite une licence de la SOCAN;
c) le nombre total de téléchargements limités portables,
d’autres téléchargements limités et d’écoutes de tous les
fichiers;
32
Supplement to the Canada Gazette
subscribers at the end of the month and the total amounts paid
by all subscribers;
(e) the gross revenue of the service for the quarter; and
(f) the total number of streams provided free of charge.
(3) No later than 20 days after the end of each quarter, an
online music service that offers permanent downloads shall provide to SOCAN a report setting out, for that quarter:
(a) the total number of permanent downloads supplied;
(b) the total number of permanent downloads requiring a
SOCAN licence supplied and the total amount payable by
subscribers for those downloads;
(c) with respect to each permanent download requiring a
SOCAN licence,
(i) the number of times the file was downloaded,
(ii) the number of times the file was downloaded as part of a
bundle, the identifier of each such bundle and of the file as
included in that bundle, the amount paid by consumers for
each such bundle, the share of that amount assigned by the
service to the file, and a description of the manner in which
that share was assigned, and
(iii) the identifier and number of other permanent downloads
of the file and the amounts paid by consumers for the file,
including, if the file is offered as a permanent download at
different prices from time to time, the number of permanent
downloads of the file at each different price;
(d) the total amount paid by consumers for bundles;
(e) the total amount paid by consumers for permanent
downloads;
(f) the gross revenue of the service for the quarter; and
(g) the total number of streams provided free of charge.
July 4, 2009
d) le nombre d’abonnés autorisés à recevoir des téléchargements limités portables à la fin du trimestre, le nombre total
d’abonnés à la fin du trimestre et le montant total versé par tous
les abonnés;
e) les revenus bruts du service pour le trimestre;
f) le nombre total de transmissions fournies gratuitement.
(3) Au plus tard 20 jours après la fin de chaque trimestre,
un service de musique en ligne offrant des téléchargements permanents fournit à la SOCAN un rapport indiquant, pour ce
trimestre :
a) le nombre total de téléchargements permanents fournis;
b) le nombre total de téléchargements permanents nécessitant
une licence de la SOCAN fournie et la somme totale payable
par les abonnés pour ces téléchargements;
c) pour chaque téléchargement permanent nécessitant une licence de la SOCAN :
(i) le nombre de téléchargements de chaque fichier,
(ii) le nombre de téléchargements de chaque fichier faisant
partie d’un ensemble, l’identificateur de chacun de ces ensembles et de chacun de ces fichiers, le montant payé par les
consommateurs pour cet ensemble et une description de la
façon dont le service a établi la part de ce montant revenant
au fichier,
(iii) l’identificateur et le nombre d’autres téléchargements
permanents de chaque fichier et les montants payés par les
consommateurs pour le fichier, y compris lorsque le fichier
est offert en téléchargement permanent à des prix différents,
le nombre de téléchargements permanents pour chaque différent prix;
d) la somme totale payée par les consommateurs pour les
ensembles;
e) la somme totale payée par les consommateurs pour les téléchargements permanents;
f) les revenus bruts du service pour le trimestre;
g) le nombre total de transmissions fournies gratuitement.
Calculation and Payment of Royalties
Calcul et versement des redevances
7. Royalties shall be calculated in accordance with section 4
and shall be due no later than 20 days after the end of each
quarter.
7. Les redevances seront comptabilisées conformément à l’article 4 et sont payables au plus tard 20 jours après la fin de chaque
trimestre.
Adjustments
Ajustements
8. (1) Subject to subsection (2), adjustments in the amount of
royalties owed, including excess payments, as a result of the discovery of an error or otherwise, shall be made on the date the next
royalty payment is due.
(2) Any excess payment resulting from an online music service
providing incorrect or incomplete information about a file shall be
deducted from future amounts owed for the use of works owned
by the same person as the work in that file.
(3) Adjustments in any information provided pursuant to section 6 or 7 shall be provided with the next report dealing with
such information.
8. (1) Sous réserve du paragraphe (2), l’ajustement dans le
montant des redevances payables, y compris le trop-perçu, qu’il
résulte ou non de la découverte d’une erreur, s’effectue à la date à
laquelle le prochain versement est payable.
(2) L’excédent versé parce qu’un service de musique en ligne a
fourni des renseignements inexacts ou incomplets pour un fichier
est déduit des montants payables par la suite pour l’utilisation
d’œuvres appartenant à la même personne que l’œuvre contenue
dans ce fichier.
(3) La mise à jour des renseignements fournis en vertu de l’article 6 ou 7 est fournie en même temps que le prochain rapport
traitant de tels renseignements.
Records and Audits
Registres et vérifications
9. (1) An online music service shall keep and preserve, for a
period of six years after the end of the month to which they relate,
records from which the information set out in sections 5 and 6 can
be readily ascertained.
(2) SOCAN may audit these records at any time during the
period set out in subsection (1) on reasonable notice and during
normal business hours.
9. (1) Le service de musique en ligne tient et conserve pendant
une période de six ans après la fin du mois auquel ils se rapportent, les registres permettant de déterminer facilement les renseignements prévus aux articles 5 et 6.
(2) La SOCAN peut vérifier ces registres à tout moment durant
la période visée au paragraphe (1) durant les heures régulières de
bureau et moyennant un préavis raisonnable.
Le 4 juillet 2009
Supplément à la Gazette du Canada
33
(4) For the purposes of subsection (3), any amount owing as a
result of an error or omission on the part of SOCAN shall not be
taken into account.
(3) Sous réserve du paragraphe (4), si une vérification révèle
que les redevances dues ont été sous-estimées de plus de 10 pour
cent pour un trimestre quelconque, le service de musique en ligne
assume les coûts raisonnables de la vérification dans les 30 jours
suivant la date à laquelle on lui en fait la demande.
(4) Aux fins du paragraphe (3), il n’est pas tenu compte des
montants non payés à la suite d’une erreur ou d’une omission de
la part de la SOCAN.
Confidentiality
Traitement confidentiel
10. (1) Subject to subsections (2) and (3), SOCAN shall treat in
confidence information received pursuant to this tariff, unless the
online music service consents in writing to the information being
treated otherwise.
10. (1) Sous réserve des paragraphes (2) et (3), la SOCAN
garde confidentiels les renseignements transmis en application du
présent tarif, à moins que le service de musique en ligne qui a
divulgué les renseignements ne consente par écrit à ce qu’ils
soient divulgués.
(2) Les renseignements mentionnés au paragraphe (1) peuvent
être révélés :
a) à la Commission du droit d’auteur;
b) dans le cadre d’une affaire portée devant la Commission du
droit d’auteur ou tout autre tribunal administratif, après que le
service de musique en ligne ait eu l’occasion de demander une
ordonnance de confidentialité;
c) à une personne qui connaît ou est présumée connaître le
renseignement;
d) à une personne qui demande le versement de redevances,
dans la mesure où cela est nécessaire pour effectuer la
répartition;
e) à une autre société de gestion;
f) si la loi le requiert ou une ordonnance d’un tribunal l’y
oblige.
(3) Le paragraphe (1) ne s’applique pas aux renseignements
disponibles au public ou obtenus d’une personne autre qu’un service de musique en ligne qui n’est pas tenue elle-même de garder
confidentiels ces renseignements.
(3) Subject to subsection (4), if an audit discloses that royalties
due have been understated in any quarter by more than 10 per
cent, the online music service shall pay the reasonable costs of the
audit within 30 days of the demand for such payment.
(2) Information referred to in subsection (1) may be shared
(a) with the Copyright Board;
(b) in connection with proceedings before the Copyright Board
and any other administrative tribunal, once the online music
service had a reasonable opportunity to request a confidentiality order;
(c) with any person who knows or is presumed to know the
information;
(d) to the extent required to effect the distribution of royalties,
with royalty claimants;
(e) with another other collective society; and
(f) if required by law or ordered by a court of law.
(3) Subsection (1) does not apply to information that is publicly
available, or to information obtained from someone other than an
online music service and who is not under an apparent duty of
confidentiality to the service.
INTERNET — OTHER USES OF MUSIC
INTERNET — AUTRES UTILISATIONS DE MUSIQUE
[NOTE TO PROSPECTIVE USERS: Tariff 22.B to 22.G was
first proposed by SOCAN for the year 2006 as part of a new Tariff 22 structure. It was again filed in a similar format for each of
the years 2007 to 2009. A hearing took place before the Copyright Board in 2007 and the Board released its Decision concerning Tariff 22.B to 22.G, for the years 1996 to 2006, on October 24, 2008. Certain aspects of that Decision are now the subject
of judicial review proceedings in the Federal Court of Appeal. For
2010, SOCAN refiles Tariff 22.B to 22.G in the same form as that
proposed for 2009, recognizing that further modifications may be
necessary. SOCAN reserves the right to propose changes to the
tariff as may be justified as a consequence of the court proceedings and the Board’s hearing process.]
[AVIS AUX UTILISATEURS ÉVENTUELS : Le tarif no 22.B à
22.G a été proposé par la SOCAN pour l’année 2006 au sein
d’une nouvelle structure pour le tarif 22. Il a aussi été déposé dans
un format semblable pour chacune des années 2007 à 2009. Des
audiences devant la Commission du droit d’auteur en 2007 ont
mené à une décision en date du 24 octobre 2008 concernant le
tarif 22.B à 22.G pour les années 1996 à 2006. Certaines parties
de cette décision font maintenant l’objet de procédures devant la
Cour d’appel fédérale. Pour l’année 2010, la SOCAN dépose à
nouveau le tarif 22.B à 22.G dans le même format que celui déposé pour 2009, reconnaissant que d’autres modifications pourraient
s’avérer nécessaires. La SOCAN se réserve le droit de proposer
tout changement au tarif qui serait justifié en vertu des procédures
judicaires et des audiences devant la Commission.]
B. Audio Webcasts
(i) For communications from Sites or Services whose content is
similar to that of a pay audio service subject to the SOCANNRCC Pay Audio Services Tariff, the greater of 20 per cent of
the Gross Revenues earned by the Site or Service or 20 per cent
of the Gross Operating Expenses of the Site or Service, with a
minimum monthly fee of $200.00,
(ii) For communications from Sites or Services whose content
is similar to that of a conventional radio station subject to Tariff 1.A, the greater of 15 per cent of the Gross Revenues earned
by the Site or Service or 15 per cent of the Gross Operating
B. Diffusions Web sonores
(i) Pour les communications de Sites ou de Services dont le
contenu est semblable à celui d’un service sonore payant assujetti au tarif SOCAN/SCGDV pour les services sonores payants :
le plus élevé entre 20 pour cent des Revenus Bruts réalisés par
le Site ou le Service et 20 pour cent des Coûts Bruts d’Exploitation du Site ou du Service, sous réserve d’une redevance minimale de 200,00 $ par mois,
(ii) Pour les communications de Sites ou de Services dont le
contenu est semblable à celui d’une station de radio conventionnelle assujettie au tarif 1.A : le plus élevé entre 15 pour
34
Supplement to the Canada Gazette
July 4, 2009
Expenses of the Site or Service, with a minimum monthly fee
of $200.00,
(iii) For communications from Sites or Services whose content
is similar to that of a conventional CBC radio station subject to
Tariff 1.C, the greater of 15 per cent of the Gross Revenues
earned by the Site or Service or 15 per cent of the Gross Operating Expenses of the Site or Service, with a minimum monthly
fee of $200.00, and
(iv) For communications from Sites or Services whose content
is similar to that of a conventional radio station subject to Tariff 1.B, the greater of 7.5 per cent of the Gross Revenues
earned by the Site or Service or 7.5 per cent of the Gross Operating Expenses of the Site or Service, with a minimum monthly
fee of $200.00.
cent des Revenus Bruts réalisés par le Site ou le Service et
15 pour cent des Coûts Bruts d’Exploitation du Site ou du Service, sous réserve d’une redevance minimale de 200,00 $ par
mois,
(iii) Pour les communications de Sites ou de Services dont le
contenu est semblable à celui d’une station de radio conventionnelle du réseau SRC assujettie au tarif 1.C : le plus élevé
entre 15 pour cent des Revenus Bruts réalisés par le Site ou le
Service et 15 pour cent des Coûts Bruts d’Exploitation du Site
ou du Service, sous réserve d’une redevance minimale de
200,00 $ par mois,
(iv) Pour les communications de Sites ou de Services dont le
contenu est semblable à celui d’une station de radio conventionnelle assujettie au tarif 1.B : le plus élevé entre 7,5 pour
cent des Revenus Bruts réalisés par le Site ou le Service et
7,5 pour cent des Coûts Bruts d’Exploitation du Site ou du Service, sous réserve d’une redevance minimale de 200,00 $ par
mois.
C. Webcasts of Radio Station Signals
(i) For communications of musical works as part of the signal
of a conventional radio station that is otherwise subject to Tariff 1.A, the greater of 15 per cent of the Gross Revenues earned
by the Site or Service or 15 per cent of the Gross Operating
Expenses of the Site or Service, with a minimum monthly fee
of $200.00,
(ii) For communications of musical works as part of the signal
of a conventional CBC radio station that is otherwise subject to
Tariff 1.C, the greater of 15 per cent of the Gross Revenues
earned by the Site or Service or 15 per cent of the Gross Operating Expenses of the Site or Service, with a minimum monthly
fee of $200.00, and
(iii) For communications of musical works as part of the signal
of a conventional radio station that is otherwise subject to Tariff 1.B, the greater of 7.5 per cent of the Gross Revenues
earned by the Site or Service or 7.5 per cent of the Gross Operating Expenses of the Site or Service, with a minimum monthly
fee of $200.00.
C. Diffusions Web de signaux de stations de radio
(i) Pour les communications d’œuvres musicales faisant partie
du signal d’une station de radio conventionnelle qui est autrement assujettie au tarif 1.A : le plus élevé entre 15 pour cent
des Revenus Bruts réalisés par le Site ou le Service et 15 pour
cent des Coûts Bruts d’Exploitation du Site ou du Service, sous
réserve d’une redevance minimale de 200,00 $ par mois,
(ii) Pour les communications d’œuvres musicales faisant partie
du signal d’une station de radio conventionnelle du réseau SRC
qui est autrement assujettie au tarif 1.C : le plus élevé entre
15 pour cent des Revenus Bruts réalisés par le Site ou le Service et 15 pour cent des Coûts Bruts d’Exploitation du Site ou
du Service, sous réserve d’une redevance minimale de 200,00 $
par mois,
(iii) Pour les communications d’œuvres musicales faisant partie
du signal d’une station de radio conventionnelle qui est autrement assujettie au tarif 1.B : le plus élevé entre 7,5 pour cent
des Revenus Bruts réalisés par le Site ou le Service et 7,5 pour
cent des Coûts Bruts d’Exploitation du Site ou du Service, sous
réserve d’une redevance minimale de 200,00 $ par mois.
D. Audiovisual Webcasts
D. Diffusions Web audiovisuelles
For communications of musical works as part of audiovisual
works from Sites or Services whose content is similar to that of a
conventional television station subject to Tariff 2 or a programming undertaking subject to Tariff 17, the greater of 15 per cent
of the Gross Revenues earned by the Site or Service or 15 per
cent of the Gross Operating Expenses of the Site or Service, with
a minimum monthly fee of $200.00.
Pour les communications d’œuvres musicales faisant partie
d’œuvres audiovisuelles de Sites ou de Services dont le contenu
est semblable à celui d’une station de télévision conventionnelle
assujettie au tarif 2 ou d’une entreprise de programmation assujettie au tarif 17 : le plus élevé entre 15 pour cent des Revenus Bruts
réalisés par le Site ou le Service et 15 pour cent des Coûts Bruts
d’Exploitation du Site ou du Service, sous réserve d’une redevance minimale de 200,00 $ par mois.
E. Webcasts of Television Station Signals
E. Diffusions Web de signaux de stations de télévision
For communications of musical works as part of the signal of a
conventional television station that is otherwise subject to Tariff 2
or a programming undertaking otherwise subject to Tariff 17, the
greater of 15 per cent of the Gross Revenues earned by the Site or
Service or 15 per cent of the Gross Operating Expenses of the
Site or Service, with a minimum monthly fee of $200.00.
Pour les communications d’œuvres musicales faisant partie du
signal d’une station de télévision conventionnelle assujettie au
tarif 2 ou d’une entreprise de programmation assujettie au tarif 17 :
le plus élevé entre 15 pour cent des Revenus Bruts réalisés par le
Site ou le Service et 15 pour cent des Coûts Bruts d’Exploitation
du Site ou du Service, sous réserve d’une redevance minimale de
200,00 $ par mois.
F. Game Sites
F. Sites de jeux
For communications of musical works as part of games, including gambling, from Sites or Services that consist predominantly
of games, the greater of 10 per cent of the Gross Revenues earned
by the Site or Service or 10 per cent of the Gross Operating Expenses of the Site or Service, with a minimum monthly fee of
$200.00.
Pour les communications d’œuvres musicales faisant partie de
jeux, y compris le jeu de hasard, de Sites ou de Services qui
consistent surtout de jeux : le plus élevé entre 10 pour cent des
Revenus Bruts réalisés par le Site ou le Service et 10 pour cent
des Coûts Bruts d’Exploitation du Site ou du Service, sous réserve d’une redevance minimale de 200,00 $ par mois.
Le 4 juillet 2009
Supplément à la Gazette du Canada
35
G. Other Sites
G. Autres sites
For communications of musical works from a Site or Service
other than one mentioned in items A through F above, the greater
of 10 per cent of the Gross Revenues earned by the Site or Service or 10 per cent of the Gross Operating Expenses of the Site or
Service, with a minimum monthly fee of $200.00.
“Similar Transmission Facilities” includes a telecommunications
facility from which musical works are communicated to cellular phones or other personal communication devices, utilizing
Internet and/or other transmission protocols.
“Sites or Services,” “Site,” or “Service” means a site or service
accessible via the Internet or Similar Transmission Facilities
from which content is transmitted to Users.
“Internet Transmissions” means transmissions of content to Users
from or through a Site or Service.
“Users” are all those who receive or access Internet Transmissions or transmissions from similar facilities.
“Gross Operating Expenses” include the amounts paid for all
goods and services that are required for the Site or Service to
operate.
“Gross Revenues” includes the total of all amounts paid by Users
for the right to access (including the right to select, listen to,
reproduce for later listening, or both listen to and reproduce for
later listening) musical works or content of which musical
works form a part, all amounts paid for the preparation, storage
or transmission of advertisements on the Site or Service,
whether such amounts are paid to the owner or operator of the
Site or Service or to another person or entity.
“Advertisements on the Site or Service” includes any sponsorship, announcement, trademark, commercial message or advertisement displayed, communicated or accessible during connection to or with the Site or Service or to which the User’s
attention is directly or indirectly guided by any means.
Pour les communications d’œuvres musicales d’un Site ou d’un
Service autre que ceux mentionnés aux paragraphes A à F cidessus : le plus élevé entre 10 pour cent des Revenus Bruts réalisés par le Site ou le Service et 10 pour cent des Coûts Bruts
d’Exploitation du Site ou du Service, sous réserve d’une redevance minimale de 200,00 $ par mois.
« Autres Moyens Semblables » s’entend notamment d’un moyen
de télécommunications par lequel des œuvres musicales sont
transmises à des téléphones cellulaires ou autres appareils de
communications personnelles sur protocole Internet et/ou autres protocoles de communication.
« Sites ou Services », « Site », ou « Service » s’entend d’un site
ou d’un service qui est accessible par Internet ou Autres
Moyens Semblables et duquel est transmis du contenu à des
Utilisateurs.
« Transmissions Internet » s’entend des transmissions de contenu
à des Utilisateurs à partir ou par l’intermédiaire d’un Site ou
d’un Service.
« Utilisateurs » s’entend de ceux qui recoivent ou qui ont accès à
des Transmissions par Internet ou Autres Moyens Semblables.
« Coûts Bruts d’Exploitation » s’entend notamment des sommes
payées pour tous les produits et services nécessaires à l’exploitation du Site ou du Service.
« Revenus Bruts » s’entend notamment du total de toutes les sommes payées par les Utilisateurs pour le droit d’accès (y compris
le droit de sélectionner, d’écouter, de reproduire pour fins
d’écoute subséquente, ou d’écouter et de reproduire pour fins
d’écoute subséquente) aux œuvres musicales ou à tout contenu
qui incorpore de la musique, ainsi que toutes les sommes
payées pour la préparation, mémorisation ou transmission de
publicité sur le Site ou le Service, peu importe si les sommes en
question sont remises au propriétaire ou à l’exploitant du Site
ou du Service, ou à tout autre personne ou entité.
« Publicité sur le Site ou le Service » s’entend notamment de
toute commandite, annonce, marque de commerce, message
commercial ou publicité affiché, communiqué ou accessible
pendant la connexion au ou avec le Site ou le Service ou auquel
l’attention de l’Utilisateur est directement ou indirectement dirigée par tout moyen.
La redevance doit être versée dans les 30 jours suivant la fin du
mois visé, et ce versement doit être accompagné d’un rapport
faisant état du nombre d’Utilisateurs, des Revenus Bruts et des
Coûts Bruts d’Exploitation pour le mois visé.
Le titulaire de la licence fournit à la SOCAN, en format numérique, des rapports trimestriels détaillés faisant état de l’usage de
la musique à partir des registres d’usage du Site ou du Service
concernant la transmission de toutes les œuvres musicales du Site
ou du Service. Ces rapports identifient, pour chacune des œuvres
musicales transmises, le titre et le ou les auteur(s), le ou les interprète(s), la maison de disque, le numéro de catalogue de l’enregistrement sonore (ou autre numéro d’identification du genre
ISWD, ISAN, etc.), la durée, l’usage de la musique en question
(thème, musique de fond, musique visuelle) ainsi que la nature de
l’exécution (instrumentale ou vocale), et le nombre de transmissions effectuées ainsi que la nature de ces transmissions (programmes d’enregistrement et de lecture en continu, téléchargement, etc.).
L’usage de musique au sein de Transmissions Internet ou Autres Moyens Semblables assujetties aux tarifs 16, 24 ou 25 n’est
pas assujetti au présent tarif.
The fee shall be paid within 30 days of the end of each month
together, where applicable, with a report of the number of Users,
the Gross Revenues and Gross Operating Expenses for the relevant month.
The licensee shall provide SOCAN, in electronic form, quarterly music use reports that shall contain detailed information
from the licensee’s Site or Service usage logs concerning the
transmission of all musical works from the Site or Service. Such
information shall identify each musical work by title, composer/writer, author, artist, record label, and unique identifier (e.g.
ISWD, ISAN) length, type of use (i.e. theme, background or feature performance) and the manner of performance (i.e. instrumental or vocal), and specify the number of times each musical work
was transmitted and whether the work was streamed or otherwise
downloaded.
Tariff 22 does not apply to the use of music in Internet Transmissions or Similar Transmission Facilities covered under Tariffs 16, 24 or 25.
36
Supplement to the Canada Gazette
July 4, 2009
SOCAN shall have the right to audit the licensee’s books and
records on reasonable notice and during normal business hours to
verify the statements rendered and the fee payable by the licensee.
La SOCAN aura le droit de vérifier les livres et registres du titulaire de la licence pendant les heures de bureau régulières,
moyennant un préavis raisonnable, afin de confirmer les rapports
soumis par le titulaire de la licence et la redevance exigible de ce
dernier.
Tariff No. 23
Tarif no 23
HOTEL AND MOTEL IN-ROOM SERVICES
SERVICES OFFERTS DANS LES CHAMBRES
D’HÔTEL ET DE MOTEL
Definitions
Définitions
1. In this tariff, “mature audience film” means an audio-visual
work that has sexual activity as its primary component and that is
separately marketed as adult entertainment.
1. Dans le présent tarif, « film pour adultes » s’entend d’une
œuvre audiovisuelle visant avant tout à représenter des activités
de nature sexuelle et qui est mise en marché en tant que divertissement pour adultes.
Application and Royalties
Application et redevances
2. For a licence to communicate to the public by telecommunication, at any time and as often as desired in 2010, any or all of
the works in SOCAN’s repertoire, by means of hotel or motel inroom audio-visual or musical services, the total fees payable shall
be
(a) 1.25 per cent of the fees paid by guests to view audio-visual
works other than mature audience films;
(b) 0.3125 per cent of the fees paid by guests to view mature
audience films containing any work in respect of which a
SOCAN licence is required; and
(c) 5.5 per cent of the revenues of the provider of any musical
service.
2. Pour une licence permettant la communication au public par
télécommunication, en tout temps et aussi souvent que désiré en
2010, de l’une ou de la totalité des œuvres faisant partie du répertoire de la SOCAN, dans le cadre de services audiovisuels ou
musicaux offerts dans une chambre d’hôtel ou de motel, le montant total des redevances est le suivant :
a) 1,25 pour cent des sommes versées par un client pour visionner une œuvre audiovisuelle autre qu’un film pour adultes;
b) 0,3125 pour cent des sommes versées par un client pour visionner un film pour adultes qui contient une œuvre nécessitant
une licence de la SOCAN;
c) 5,5 pour cent des recettes du fournisseur d’un service
musical.
Payment and Reporting Requirements
Obligations de paiement et de rapport
3. Royalties shall be due no later than 60 days after the end of
each quarter. The payment shall be accompanied by a report
showing, with respect to the relevant quarter,
(a) for audio-visual works other than mature audience films,
(i) the fees paid by guests to view the audio-visual content,
and
(ii) the individual titles of the audio-visual works used during the quarter;
(b) for mature audience films,
(i) the fees paid by guests to view the films,
(ii) a list of individual titles of the films used during the
quarter, indicating which films did not contain any work in
respect of which a SOCAN licence is required, and
(iii) if a film does not contain any work in respect of which a
SOCAN licence is required, documentation establishing that
no such works were used; and
(c) for musical services,
(i) the fees paid by guests to use the service,
(ii) the revenues of the provider of the service, and
(iii) the Universal Product Code (UPC) and the International
Standard Recording Code (ISRC) of the recordings used in
providing the service.
3. Les redevances sont payables au plus tard 60 jours après la
fin de chaque trimestre. Le paiement est accompagné d’un rapport
indiquant, pour le trimestre pertinent :
a) à l’égard des œuvres audiovisuelles autres que les films pour
adultes :
(i) les sommes versées par des clients pour visionner le contenu audiovisuel,
(ii) le titre des œuvres audiovisuelles utilisées durant le
trimestre;
b) à l’égard des films pour adultes :
(i) les sommes versées par des clients pour visionner un film,
(ii) le titre des films utilisés durant le trimestre, avec une indication des films ne contenant aucune œuvre nécessitant
une licence de la SOCAN,
(iii) si un film ne contenait aucune œuvre nécessitant une licence de la SOCAN, la documentation établissant que tel
était le cas;
c) à l’égard des services musicaux :
(i) les sommes versées par des clients pour utiliser le service,
(ii) les recettes du fournisseur du service,
(iii) le code-barres (UPC) et le code international normalisé
des enregistrements (ISRC) des albums utilisés pour fournir
le service.
Audits
Vérifications
4. SOCAN shall have the right to audit the licensee’s books
and records, on reasonable notice and during normal business
hours, to verify statements rendered and the fee payable by the
licensee.
4. La SOCAN peut vérifier les livres et registres du titulaire de
la licence durant les heures de bureau régulières, moyennant un
préavis raisonnable, afin de confirmer les rapports soumis par le
titulaire de la licence et la redevance exigible de ce dernier.
Le 4 juillet 2009
Supplément à la Gazette du Canada
37
Uses Not Targeted in the Tariff
Utilisations non visées par le tarif
5. (1) This tariff does not apply to uses covered by other
SOCAN tariffs, including Tariffs 17 and 22 and the Pay Audio
Services Tariff.
(2) This tariff does not apply to Internet access services or to
video games services.
5. (1) Le présent tarif ne vise pas les usages assujettis à d’autres
tarifs de la SOCAN, y compris les tarifs 17 et 22 et le tarif pour
les services sonores payants.
(2) Le présent tarif ne vise pas les services d’accès à Internet
ou les services offrant des jeux vidéo.
Tariff No. 24
Tarif no 24
RINGTONES AND RINGBACKS
SONNERIES ET SONNERIES D’ATTENTE
For a licence to communicate to the public by telecommunication, at any time and as often as desired in 2010, any or all of the
works in SOCAN’s repertoire in connection with the supply of
ringtones and ringbacks, the fee payable is as follows:
2. Ringbacks
For the supply of ringbacks, 15 per cent of the retail price of
the ringbacks supplied, subject to a minimum fee of 15¢ per
ringback.
“Ringtone” includes monophonic, polyphonic and master sound
recording tones (also known as “mastertones” or “ringtunes”)
which, when activated by an incoming telephone call, result in an
acoustic representation of a musical work that is audible to the
answering party.
“Ringback” (also known as “caller ringtones”) includes monophonic, polyphonic and master sound recording tones (also
known as “mastertones” or “ringtunes”) which, when activated by
an incoming telephone call, result in an acoustic representation of
a musical work that is audible to the calling party.
The fee shall be paid within 10 days of the end of each quarter
together with a report of the number of ringtones and ringbacks
supplied and the applicable retail price.
SOCAN shall have the right to audit the licensee’s books and
records, on reasonable notice and during normal business hours,
to verify the statements rendered and the fee payable by the
licensee.
Pour une licence permettant la communication au public par télécommunication des œuvres faisant partie du répertoire de la
SOCAN, en tout temps et aussi souvent que désiré en 2010, lors
de la fourniture de sonneries et de sonneries d’attente, la redevance exigible est comme suit :
1. Sonneries
Pour la fourniture de sonneries, 10 pour cent du prix au détail
des sonneries fournies, sous réserve d’une redevance minimale de
0,10 ¢ par sonnerie.
2. Sonneries d’attente
Pour la fourniture de sonneries d’attente, 15 pour cent du prix
au détail des sonneries d’attente fournies, sous réserve d’une redevance minimale de 0,15 ¢ par sonnerie d’attente.
« Sonnerie » s’entend notamment des sonneries monophoniques, polyphoniques et à bande sonore maîtresse, lesquelles donnent lieu à une exécution sonore d’une œuvre musicale pour
l’usager du téléphone lors d’un appel entrant.
« Sonnerie d’attente » (ou « sonnerie pour appelant ») s’entend
notamment des sonneries monophoniques, polyphoniques et à
bande sonore maîtresse, lesquelles donnent lieu à une exécution
sonore d’une œuvre musicale pour l’appelant lors d’un appel
entrant.
La redevance doit être versée dans les 10 jours suivant la fin du
trimestre visé, et ce versement doit être accompagné d’un rapport
faisant état du nombre de sonneries et de sonneries d’attente fournies et du prix au détail applicable.
La SOCAN peut vérifier les livres et registres du titulaire de la
licence durant les heures de bureau régulières, moyennant un
préavis raisonnable, afin de confirmer les rapports soumis par le
titulaire de la licence et la redevance exigible de ce dernier.
Tariff No. 25
Tarif no 25
DIRECT MULTI-CHANNEL SUBSCRIPTION
AUDIO SERVICES
SERVICES SONORES À CANAUX MULTIPLES
TRANSMIS DIRECTEMENT AUX ABONNÉS
For a monthly licence to communicate to the public by telecommunication, at any time and as often as desired in 2010, for
private and domestic use, any or all of the works in SOCAN’s
repertoire in connection with the direct transmission by a programming undertaking of a multi-channel subscription audio service to subscribers, the programming undertaking shall pay
SOCAN 25 per cent of the programming undertaking’s gross
income for the second month before the month for which the licence is issued.
Pour une licence mensuelle permettant la communication au
public par télécommunication en tout temps et aussi souvent que
désiré en 2010 à des fins privées ou domestiques, de l’une ou de
la totalité des œuvres faisant partie du répertoire de la SOCAN,
dans le cadre de la transmission de services sonores à canaux
multiples transmis directement aux abonnés par une entreprise de
programmation, la redevance payable par l’entreprise de programmation est de 25 pour cent des revenus bruts de celle-ci,
pour le mois antérieur au mois qui précède celui pour lequel la
licence est émise.
« Revenus bruts » s’entend des sommes brutes payables par les
abonnés du service et tout autre somme payable à l’entreprise de
1. Ringtones
For the supply of ringtones, 10 per cent of the retail price of the
ringtones supplied, subject to a minimum fee of 10¢ per ringtone.
“Gross income” means the gross amounts payable by subscribers for the programming service and any other amounts payable
38
Supplement to the Canada Gazette
July 4, 2009
to the programming undertaking by any person for the use of one
or more of the broadcasting services or facilities provided by the
programming undertaking, including but not limited to advertising and sponsorship revenue.
No later than the day before the first day of the month for
which the licence is issued, the programming undertaking shall
pay the royalty and report the programming undertaking’s gross
income and total number of subscribers for the second month
before the month for which the licence is issued.
The programming undertaking shall keep and preserve, for a
period of six years after the end of the month to which they relate,
records from which its gross income can be readily ascertained.
SOCAN may audit these records at any time within the six-year
period, on reasonable notice and during normal business hours.
SOCAN shall, upon receipt, supply a copy of the report of the
audit to the programming undertaking which was the object of the
audit. If an audit discloses that royalties due to SOCAN have
been understated in any month by more than 10 per cent, the programming undertaking which was the object of the audit shall pay
the reasonable costs of the audit within 30 days of the demand for
such payment.
The programming undertaking shall also report to SOCAN the
sequential lists of all recordings played on each audio channel.
Each entry list shall mention the title of the musical work, the
name of the author or composer of the work, the name of the performers or of the performing group, the title of the record album
and the record label. The information shall be provided for a
period of seven consecutive days for each month, no later than on
the last day of the following month. It shall be provided in electronic format where available.
This tariff does not apply to music uses covered by other tariffs, including SOCAN Tariffs 16, 18, 22 or SOCAN’s Pay Audio
Services Tariff.
programmation par toute personne pour l’utilisation d’une ou de
plusieurs des installations ou services de diffusion offerts par
l’entreprise de programmation, y compris les recettes publicitaires
et de commandite.
Au plus tard le jour avant le premier du mois pour lequel la licence est émise, l’entreprise de programmation versera la redevance exigible, accompagnée d’un rapport établissant ses revenus
bruts et le nombre total de ses abonnés pour le mois antérieur au
mois qui précède celui pour lequel la licence est émise.
L’entreprise de programmation tient et conserve, durant six années après la fin du mois auquel ils se rapportent, les registres
permettant de déterminer facilement ses revenus bruts. La
SOCAN peut vérifier ces registres à tout moment durant cette
période, durant les heures régulières de bureau et moyennant un
préavis raisonnable. Dès qu’elle reçoit un rapport de vérification,
la SOCAN en fait parvenir une copie à l’entreprise ayant fait
l’objet de la vérification. Si la vérification révèle que les redevances ont été sous-estimées de plus de 10 pour cent pour un mois
quelconque, l’entreprise ayant fait l’objet de la vérification en
acquitte les coûts raisonnables dans les 30 jours suivant la date à
laquelle on lui en fait la demande.
L’entreprise de programmation fournit aussi à la SOCAN la
liste séquentielle des enregistrements communiqués sur chaque
canal sonore. Chaque inscription mentionne le titre de l’œuvre
musicale, le nom de l’auteur ou du compositeur de l’œuvre, celui
des artistes-interprètes ou du groupe d’interprètes, le titre de
l’album et la maison de disque. L’information est fournie pour
une période de sept jours consécutifs une fois par mois, au plus
tard le dernier jour du mois suivant. Dans la mesure du possible,
elle est fournie en format numérique.
Ce tarif ne couvre pas les exécutions d’œuvres expressément
prévues par d’autres tarifs, y compris les tarifs 16, 18, 22 et le
tarif pour les services sonores payants.
PAY AUDIO SERVICES
SERVICES SONORES PAYANTS
Short Title
1. This tariff may be cited as the SOCAN Pay Audio Services
Tariff, 2010.
Definitions
2. In this tariff
“distribution undertaking” means a distribution undertaking as
defined in the Broadcasting Act, S.C. 1991, c. 11; (« entreprise
de distribution »)
“premises” has the meaning attributed to it in section 2 of the
Definition of “Small Cable Transmission System” Regulations,
SOR/94-755 (Canada Gazette, Part II, Vol. 128, page 4096),
which reads:
“‘premises’ means
(a) a dwelling, including a single-unit residence or a single unit within a multiple-unit residence; or
(b) a room in a commercial or institutional building.”
(« local »)
“programming undertaking” means a programming undertaking
as defined in the Broadcasting Act, S.C. 1991, c. 11; (« entreprise de programmation »)
“Regulations” means the Definition of “Small Cable Transmission System” Regulations, SOR/94-755 (Canada Gazette,
Part II, Vol. 128, page 4096), amended by SOR/2005-148
(Canada Gazette, Part II, Vol. 139, page 1195). (« Règlement »)
Titre abrégé
1. Tarif SOCAN applicable aux services sonores payants, 2010.
Définitions
2. Les définitions qui suivent s’appliquent au présent tarif.
« année » Année civile. (“year”)
« entreprise de distribution » Entreprise de distribution telle
qu’elle est définie dans la Loi sur la radiodiffusion, L.C. 1991,
ch. 11. (“distribution undertaking”)
« entreprise de programmation » Entreprise de programmation
telle qu’elle est définie dans la Loi sur la radiodiffusion,
L.C. 1991, ch. 11. (“programming undertaking”)
« local » a le sens que lui attribue l’article 2 du Règlement sur
la définition de petit système de transmission par fil,
DORS/94-755 (Gazette du Canada, Partie II, vol. 128,
page 4096), qui se lit comme suit :
« “local” Selon le cas :
a) une habitation, notamment une maison unifamiliale ou
un logement d’un immeuble à logements multiples;
b) une pièce d’un immeuble commercial ou d’un établissement. » (“premises”)
« petit système de transmission par fil » Petit système de transmission par fil tel qu’il est défini aux articles 3 et 4 du Règlement, qui se lit comme suit :
Le 4 juillet 2009
Supplément à la Gazette du Canada
39
3. For the purposes of this tariff, in respect of a cable transmission system that is exempt from licensing pursuant to the Exemption Order for Small Cable Undertakings (Appendix I, Public
Notice CRTC 2001-121, December 7, 2001), any reference to a
licensed area shall be read, effective as of
(i) the date of cancellation of the relevant licence in the case
of a system which held a licence on December 7, 2001,
(ii) the date the system begins operations in the case of all
other systems as a reference to the area in which premises
lawfully served by the cable transmission system are located.
« 3. (1) Sous réserve des paragraphes (2) à (4) et de l’article 4, “petit système de transmission par fil” s’entend d’un
système de transmission par fil qui transmet un signal, à titre
gratuit ou non, à au plus 2 000 locaux situés dans la même
zone de service.
(2) Pour l’application du paragraphe (1), dans le cas d’un
système de transmission par câble qui, avec un ou plusieurs
autres systèmes de transmission par câble, fait partie d’une
unité, le nombre de locaux auxquels ce système transmet un
signal est réputé correspondre au nombre total de locaux
auxquels tous les systèmes de transmission par câble de cette
unité transmettent un signal.
(3) Pour l’application du paragraphe (2), font partie d’une
même unité les systèmes de transmission par fil qui répondent aux critères suivants :
a) ils sont la propriété ou sous le contrôle direct ou indirect de la même personne ou du même groupe de
personnes;
b) leurs zones de service respectives sont, à un point quelconque, à moins de 5 km d’au moins une d’entre elles et,
si ce n’était cette distance, celles-ci constitueraient une
suite — linéaire ou non — de zones de service contiguës.
(4) Le paragraphe (2) ne s’applique pas aux systèmes de
transmission par fil qui faisaient partie d’une unité au 31 décembre 1993.
4. Est exclu de la définition figurant au paragraphe 3(1) le
système de transmission par fil qui est un système à antenne
collective situé dans la zone de service d’un autre système de
transmission par fil qui transmet un signal, à titre gratuit ou
non, à plus de 2 000 locaux situés dans cette zone de service. »
(“small cable transmission system”)
« Règlement » Règlement sur la définition de « petit système de
transmission par fil », DORS/94-755 (Gazette du Canada, Partie II, vol. 128, page 4096), modifié par DORS/2005-148
(Gazette du Canada, Partie II, vol. 139, page 1195).
(“Regulations”)
« signal » Signal de télévision ou signal sonore, autre qu’un signal visé au paragraphe 31(1) de la Loi, retransmis conformément aux dispositions du paragraphe 31(2) de la Loi. (“signal”)
3. Aux fins du présent tarif, s’agissant d’un système de transmission par câble visé dans l’Ordonnance d’exemption pour les
petites entreprises de câblodistribution (annexe I, avis public
CRTC 2001-121 du 7 décembre 2001), toute référence à une zone
de desserte est réputée être, à compter
(i) du jour de l’annulation de la licence s’il s’agit d’un système détenant une licence le 7 décembre 2001,
(ii) du premier jour d’exploitation du système dans tous les
autres cas une référence à la zone à l’intérieur de laquelle le
système dessert licitement des locaux.
Application
Application
4. (1) This tariff sets the royalties to be paid for the communication to the public by telecommunication of musical and
dramatico-musical works in SOCAN’s repertoire, in connection
with the transmission by a distribution undertaking of a pay audio
signal for private or domestic use in 2010.
(2) This tariff does not apply to uses covered by other applicable tariffs, including SOCAN Tariffs 16, 18 or 22.
4. (1) Le présent tarif établit les redevances payables pour la
communication au public par télécommunication d’œuvres musicales ou dramatico-musicales faisant partie du répertoire de la
SOCAN lors de la transmission d’un signal sonore payant par une
entreprise de distribution à des fins privées ou domestiques en
2010.
(2) Le présent tarif ne vise pas les usages visés par d’autres tarifs, y compris les tarifs 16, 18 et 22 de la SOCAN.
Royalties
Redevances
5. (1) Subject to subsection (2), the royalties payable to
SOCAN are 12.35 per cent of the affiliation payments payable
5. (1) Sous réserve du paragraphe (2), les redevances payables
à la SOCAN sont de 12,35 pour cent des paiements d’affiliation
“signal” means a television or audio signal, other than a signal
within the meaning of subsection 31(1) of the Act, retransmitted in accordance with subsection 31(2) of the Act; (« signal »)
“small cable transmission system” has the meaning attributed to it
in sections 3 and 4 of the Regulations, which read:
“3. (1) Subject to subsections (2) to (4) and section 4,
‘small cable transmission system’ means a cable transmission system that transmits a signal, with or without a fee, to
not more than 2,000 premises in the same service area.
(2) For the purpose of subsection (1), where a cable
transmission system is included in the same unit as one or
more other cable transmission systems, the number of premises to which the cable transmission system transmits a signal is deemed to be equal to the total number of premises to
which all cable transmission systems included in that unit
transmit a signal.
(3) For the purpose of subsection (2), a cable transmission
system is included in the same unit as one or more other
cable transmission systems where
(a) they are owned or directly or indirectly controlled by
the same person or group of persons; and
(b) their service areas are each less than 5 km distant, at
some point, from at least one other among them, and those
service areas would constitute a series of contiguous service areas, in a linear or non-linear configuration, where it
not for the distance.
(4) Subsection (2) does not apply to a cable transmission
system that was included in a unit on December 31, 1993.
4. The definition set out in subsection 3(1) does not include a cable transmission system that is a master antenna
system located within the service area of another cable
transmission system that transmits a signal, with or without a
fee, to more than 2,000 premises in that service area.” (« petit système de transmission par fil »)
“year” means a calendar year. (« année »)
40
Supplement to the Canada Gazette
during a month by a distribution undertaking for the transmission
for private or domestic use of a pay audio signal.
(2) The royalties payable to SOCAN are 6.175 per cent of the
affiliation payments payable during a year by a distribution
undertaking for the transmission for private or domestic use of a
pay audio signal, where the distribution undertaking is
(i) a small cable transmission system,
(ii) an unscrambled Low Power Television Station or Very
Low Power Television Station (as defined in Sections E and
G of Part IV of the Broadcast Procedures and Rules of Industry Canada effective April 1997), or
(iii) a system which performs a function comparable to that
of a cable transmission system, which uses Hertzian waves
to transmit the signals and which otherwise meets the definition of “small transmission system.”
July 4, 2009
payables durant un mois par une entreprise de distribution pour la
transmission d’un signal sonore payant à des fins privées ou
domestiques.
(2) Les redevances payables à la SOCAN sont de 6,175 pour
cent des paiements d’affiliation payables durant une année par
une entreprise de distribution pour la transmission d’un signal
sonore payant à des fins privées ou domestiques, lorsque l’entreprise de distribution est soit
(i) un petit système de transmission par fil,
(ii) une station de télévision à faible puissance ou station de
télévision à très faible puissance (au sens respectivement défini aux articles E et G de la partie IV des Règles et procédures sur la radiodiffusion d’Industrie Canada, en vigueur à
compter d’avril 1997) transmettant en clair,
(iii) un système terrestre dont l’activité est comparable à
celle d’un système de transmission par fil et qui constituerait
un petit système s’il transmettait des signaux par câble plutôt
qu’en utilisant les ondes hertziennes.
Dates of Payments
Dates de paiement
6. (1) Royalties payable pursuant to subsection 5(1) shall be
due on the last day of the month following the month for which
the royalties are being paid.
(2) Royalties payable pursuant to subsection 5(2) shall be due
on January 31 of the year following the year for which the royalties are being paid.
6. (1) Les redevances exigibles en application du paragraphe 5(1) sont payables au dernier jour du mois suivant celui à
l’égard duquel elles sont versées.
(2) Les redevances exigibles en application du paragraphe 5(2)
sont payables au 31 janvier suivant l’année à l’égard de laquelle
elles sont versées.
Reporting Requirements
Exigences de rapport
7. (1) A programming undertaking that makes a payment shall
provide with its payment, for the relevant period and with respect
to each distribution undertaking to which it supplied a pay audio
signal,
(a) the name of the distribution undertaking;
(b) the list of pay audio signals the programming undertaking
supplied to the distribution undertaking for transmission for
private or domestic use; and
(c) the amount of the affiliation payments payable for the transmission for private or domestic use of these signals.
(2) A distribution undertaking that makes a payment shall provide with its payment, for the relevant period and with respect to
each programming undertaking from which it purchased a signal,
(a) the name of the programming undertaking;
(b) the list of pay audio signals supplied to the distribution
undertaking by the programming undertaking for transmission
for private or domestic use; and
(c) the amount of the affiliation payments payable for the transmission for private or domestic use of these signals.
7. (1) Lorsqu’elle verse des redevances, l’entreprise de programmation fournit en même temps, pour la période visée et à
l’égard de chaque entreprise de distribution à laquelle elle fournissait un signal sonore payant,
a) le nom de l’entreprise de distribution;
b) la liste des signaux sonores payants que l’entreprise de programmation fournissait à l’entreprise de distribution pour transmission à des fins privées ou domestiques;
c) le montant des paiements d’affiliation payables pour la transmission à des fins privées ou domestiques de ces signaux.
(2) Lorsqu’elle verse des redevances, l’entreprise de distribution fournit en même temps, pour la période visée et à l’égard de
chaque entreprise de programmation qui lui fournissait un signal
sonore payant,
a) le nom de l’entreprise de programmation;
b) la liste des signaux sonores payants que l’entreprise de programmation fournissait à l’entreprise de distribution pour transmission à des fins privées ou domestiques;
c) le montant des paiements d’affiliation payables pour la transmission à des fins privées ou domestiques de ces signaux.
(3) The following information shall also be provided with respect to any system for which royalties are being paid pursuant to
subsection 5(2):
(a) the number of premises served in the system on the last day
of each month for which payment is being made;
(b) if the system is a master antenna system and is located
within the service area of another cable transmission system,
the name of that other system and a statement to the effect that
the other system transmits a signal, with or without a fee, to not
more than 2 000 premises in its licensed area, or that the other
system is operating pursuant to the Exemption Order for Small
Cable Undertakings; and
(3) Les renseignements suivants sont aussi fournis à l’égard du
système pour lequel des redevances sont versées en application du
paragraphe 5(2) :
a) le nombre de locaux desservis le dernier jour de chaque mois
pour lequel les redevances sont versées;
b) s’il s’agit d’un système à antenne collective situé dans la
zone de desserte d’un autre système de transmission par câble,
le nom de ce système, ainsi qu’une déclaration selon laquelle
ce système ne transmet pas un signal, à titre gratuit ou non, à
plus de 2 000 locaux dans cette zone de desserte ou que l’autre
système est exploité conformément à l’Ordonnance d’exemption pour les petites entreprises de câblodistribution;
Le 4 juillet 2009
(c) if the system is included in a unit within the meaning of the
Definition of “Small Cable Transmission System” Regulations,
(i) the date the system was included in the unit,
(ii) the names of all the systems included in the unit,
(iii) the names of the person or group of persons who own or
who directly or indirectly control the systems included in the
unit, and
(iv) the nature of the control exercised by these persons.
Supplément à la Gazette du Canada
41
c) si le petit système de transmission fait partie d’une unité tel
que l’entend le Règlement sur la définition de petit système de
transmission par fil,
(i) la date depuis laquelle le système fait partie de l’unité,
(ii) les noms de tous les systèmes faisant partie de l’unité,
(iii) les noms des personnes ou du groupe de personnes qui
possèdent ou contrôlent directement ou indirectement ces
systèmes,
(iv) la nature du contrôle exercé par ces personnes.
Sound Recording Use Information
Obligations de rapport : enregistrements sonores
8. (1) A programming undertaking shall provide to SOCAN the
sequential lists of all recordings played on each pay audio signal.
Each entry list shall mention the title of the musical work, the
name of the author or composer of the work, the name of the performers or of the performing group, the title of the record album
and the record label.
(2) The information set out in subsection (1) shall be provided
for a period of seven consecutive days for each month, no later
than on the last day of the following month. It shall be provided
in electronic format where available.
8. (1) L’entreprise de programmation fournit à la SOCAN la
liste séquentielle des enregistrements communiqués sur chaque
signal sonore payant. Chaque inscription mentionne le titre de
l’œuvre musicale, le nom de l’auteur ou du compositeur de l’œuvre, celui des artistes-interprètes ou du groupe d’interprètes, le
titre de l’album et la maison de disque.
(2) L’information visée au paragraphe (1) est fournie pour une
période de sept jours consécutifs une fois par mois, au plus tard le
dernier jour du mois suivant. Dans la mesure du possible, elle est
fournie en format numérique.
Records and Audits
Registres et vérifications
9. (1) A programming undertaking shall keep and preserve, for
a period of six months after the end of the month to which they
relate, records from which the information set out in section 8 can
be readily ascertained.
(2) Both the distribution undertaking and the programming
undertaking shall keep and preserve, for a period of six years after
the end of the year to which they relate, records from which a
distribution undertaking’s affiliation payments to the programming undertaking can be readily ascertained.
(3) SOCAN may audit these records at any time during the period set out in subsection (1) or (2), on reasonable notice and during normal business hours.
(4) SOCAN shall, upon receipt, supply a copy of the report of
the audit to the undertaking which was the object of the audit.
9. (1) L’entreprise de programmation tient et conserve, durant
six mois après la fin du mois auquel ils se rapportent, les registres
permettant de déterminer facilement les renseignements demandés au titre de l’article 8.
(2) L’entreprise de distribution et l’entreprise de programmation tiennent et conservent, durant six années après la fin de l’année à laquelle ils se rapportent, les registres permettant de déterminer facilement les paiements d’affiliation de l’entreprise de
distribution à l’entreprise de programmation.
(3) La SOCAN peut vérifier ces registres à tout moment durant
la période visée au paragraphe (1) ou (2), durant les heures régulières de bureau et moyennant un préavis raisonnable.
(4) Dès qu’elle reçoit un rapport de vérification, la SOCAN
en fait parvenir une copie à l’entreprise ayant fait l’objet de la
vérification.
(5) Si la vérification révèle que les redevances dues à la
SOCAN ont été sous-estimées de plus de dix pour cent pour un
mois quelconque, l’entreprise ayant fait l’objet de la vérification
en acquitte les coûts raisonnables dans les 30 jours suivant la date
à laquelle on lui en fait la demande.
(5) If an audit discloses that royalties due to SOCAN have been
understated in any month by more than ten per cent, the undertaking which was the object of the audit shall pay the reasonable
costs of the audit within 30 days of the demand for such payment.
Confidentiality
Traitement confidentiel
10. (1) Subject to subsections (2) and (3), SOCAN shall treat in
confidence information received pursuant to this tariff, unless the
undertaking who supplied the information consents in writing to
the information being treated otherwise.
10. (1) Sous réserve des paragraphes (2) et (3), la SOCAN
garde confidentiels les renseignements qui lui sont transmis en
application du présent tarif, à moins que l’entreprise lui ayant
fourni les renseignements ne consente par écrit à ce qu’il en soit
autrement.
(2) La SOCAN peut faire part des renseignements visés au paragraphe (1)
(i) à la Commission du droit d’auteur,
(ii) dans le cadre d’une affaire portée devant la Commission,
si la SOCAN a préalablement donné à l’entreprise qui fournit les renseignements l’occasion de demander une ordonnance de confidentialité,
(iii) à une autre société de gestion ou à une personne qui demande le versement de redevances, dans la mesure où cela
est nécessaire pour effectuer la distribution,
(iv) si la loi ou une ordonnance d’un tribunal l’y oblige.
(2) SOCAN may share information referred to in subsection (1)
(i) with the Copyright Board,
(ii) in connection with proceedings before the Copyright
Board, if SOCAN has first provided a reasonable opportunity for the undertaking providing the information to request a
confidentiality order,
(iii) to the extent required to effect the distribution of royalties, with any other collecting body or with its royalty claimants, or
(iv) if required by law or by a court of law.
42
Supplement to the Canada Gazette
July 4, 2009
(3) Subsection (1) does not apply to information that is publicly
available, or to information obtained from someone other than the
undertaking and who is not under an apparent duty of confidentiality to that undertaking.
(3) Le paragraphe (1) ne s’applique pas aux renseignements
disponibles au public ou obtenus d’un tiers non tenu lui-même de
garder confidentiels ces renseignements.
Adjustments
Ajustements
11. Adjustments in the amount of royalties owed (including excess payments), as a result of the discovery of an error or otherwise, shall be made on the date the next royalty payment is due.
11. L’ajustement dans le montant des redevances payables par
une station (y compris le trop-perçu), qu’il résulte ou non de la
découverte d’une erreur, s’effectue à la date à laquelle elle doit
acquitter son prochain versement.
Interest on Late Payments
Intérêts sur paiements tardifs
12. Any amount not received by the due date shall bear interest
from that date until the date the amount is received. Interest shall
be calculated daily at a rate equal to one per cent above the Bank
Rate effective on the last day of the previous month (as published
by the Bank of Canada). Interest shall not compound.
12. Tout montant non payé à son échéance porte intérêt à
compter de la date à laquelle il aurait dû être acquitté jusqu’à la
date où il est reçu. L’intérêt est calculé quotidiennement, à un
taux de un pour cent au-dessus du taux officiel d’escompte de la
Banque du Canada en vigueur le dernier jour du mois précédent
(tel qu’il est publié par la Banque du Canada). L’intérêt n’est pas
composé.
Addresses for Notices, etc.
Adresses pour les avis, etc.
13. (1) Anything that an undertaking sends to SOCAN shall be
sent to 41 Valleybrook Drive, Toronto, Ontario M3B 2S6, fax
number 416-445-7108, or to any other address or fax number of
which the undertaking has been notified.
(2) Anything that SOCAN sends to an undertaking shall be sent
to the last address of which the collective has been notified.
13. (1) Toute communication d’une entreprise avec la SOCAN
est adressée au 41, promenade Valleybrook, Toronto (Ontario)
M3B 2S6, numéro de télécopieur 416-445-7108, ou à toute autre
adresse ou tout autre numéro de télécopieur dont l’entreprise a été
avisée.
(2) Toute communication de la SOCAN avec une entreprise est
adressée à la dernière adresse connue par la SOCAN.
Delivery of Notices and Payments
Expédition des avis et des paiements
14. (1) A notice may be delivered by hand, by postage-paid
mail or by fax.
(2) A notice or payment mailed in Canada shall be presumed to
have been received three business days after the day it was
mailed.
(3) A notice sent by fax shall be presumed to have been received the day it is transmitted.
14. (1) Un avis peut être livré par messager, par courrier affranchi ou par télécopieur.
(2) L’avis ou le paiement posté au Canada est présumé avoir
été reçu trois jours ouvrables après la date de mise à la poste.
(3) L’avis envoyé par télécopieur est présumé avoir été reçu le
jour où il est transmis.
Le 4 juillet 2009
Supplément à la Gazette du Canada
43
TARIFF 2.A (COMMERCIAL TELEVISION STATIONS)
FORM A
CALCULATION OF LICENCE FEE FOR A MODIFIED BLANKET LICENCE (MBL) FOR THE MONTH OF ____________
Payment on account of cleared programs
— to account for additional expenses incurred by SOCAN because of the availability of the MBL:
3% × 1.9% × gross income from all programs
(A)
_____________
— to account for the fact that stations that use the MBL pay royalties two months later than other stations:
1% × 1.9% × gross income from all programs
(B)
_____________
— to account for the use of ambient and production music in cleared programs: 5% × 1.9% × gross income
from cleared programs
(C)
_____________
— to account for SOCAN’s general operating expenses: 22% × 95% × 1.9% × gross income from cleared
programs
(D)
_____________
TOTAL of A + B + C + D:
(E)
_____________
— 1.9% × gross income from all programs other than cleared programs:
(F)
_____________
TOTAL LICENCE FEE FOR THE MONTH (E + F):
(G)
_____________
Payment on account of programs other than cleared programs
Please remit the amount set out in (G)
44
Supplement to the Canada Gazette
July 4, 2009
TARIF 2.A (STATIONS DE TÉLÉVISION COMMERCIALES)
FORMULAIRE A
CALCUL DE LA REDEVANCE PAYABLE EN VERTU DE LA LICENCE GÉNÉRALE MODIFIÉE (LGM) POUR LE
MOIS DE __________________
Paiement à l’égard de la programmation affranchie
— pour les dépenses additionnelles que la SOCAN engage au motif que la LGM est disponible :
3 % × 1,9 % × revenus totaux bruts de la station
(A)
_____________
— pour tenir compte du fait que les stations qui optent pour la LGM versent leurs redevances deux mois
plus tard que les autres stations : 1 % × 1,9 % × revenus totaux bruts de la station
(B)
_____________
— pour l’utilisation de la musique ambiante et de production dans la programmation affranchie :
5 % × 1,9 % × revenus bruts de la station attribuables à la programmation affranchie
(C)
_____________
— pour les dépenses générales d’exploitation de la SOCAN : 22 % × 95 % × 1,9 % × revenus bruts de la
station attribuables à la programmation affranchie
(D)
_____________
TOTAL de A + B + C + D :
(E)
_____________
— 1,9 % × revenus bruts de la station attribuables à la programmation autre que la programmation
affranchie :
(F)
_____________
REDEVANCE TOTALE DU MOIS (E + F) :
(G)
_____________
Paiement à l’égard du reste de la programmation
Veuillez payer le montant indiqué à la ligne (G)
Le 4 juillet 2009
Supplément à la Gazette du Canada
45
TARIFF 2.A (COMMERCIAL TELEVISION STATIONS)
FORM B
MUSIC REPORT FOR CLEARED PROGRAMS
Television Station: ____________________________________________________________
Program Title and Episode Number: __________________________________________
Air Date: ____________________
Producer: _______________________________________________________
Gross Income from Program: ______________________________________________
Please complete the following report for EVERY musical work included in the program. Please provide, for each musical work, a copy
of any document on which you rely to conclude rights that the music is cleared music, or a reference to that document, if you provided
it previously.
COMPOSER
Item
Title
Use (Theme,
Feature,
Background)
Timing
NAME
CLEARANCE (DIRECT,
SOURCE, PUBLIC DOMAIN)
[with reference to any
supporting documents]
PUBLISHER
NAME
CLEARANCE (DIRECT,
SOURCE, PUBLIC DOMAIN)
[with reference to any
supporting documents]
PERFORMER
46
Supplement to the Canada Gazette
July 4, 2009
TARIF 2.A (STATIONS DE TÉLÉVISION COMMERCIALES)
FORMULAIRE B
RAPPORT D’UTILISATION DE MUSIQUE DANS LA PROGRAMMATION AFFRANCHIE
Nom de la station : ____________________________________________________
Titre de l’émission et numéro de l’épisode : _________________________________
Date de diffusion : ___________________
Producteur : _________________________________________________________
Revenus bruts attribuables à l’émission : __________________________________
Veuillez énumérer CHACUNE des œuvres musicales utilisées durant l’émission. Veuillez fournir, à l’égard de chacune de ces œuvres,
une copie des documents sur lesquels vous vous fondez pour dire que l’œuvre est de la musique affranchie, ou une référence à ces
documents si vous les avez déjà fournis.
COMPOSITEUR
Item
Titre
Type de
musique
(thème/vedette/
fond)
Durée
NOM
MODE
D’AFFRANCHISSEMENT
(DIRECT/À LA SOURCE/
DOMAINE PUBLIC)
[fournir une référence aux
documents pertinents]
ÉDITEUR
NOM
MODE
D’AFFRANCHISSEMENT
(DIRECT/À LA SOURCE/
DOMAINE PUBLIC)
[fournir une référence aux
documents pertinents]
INTERPRÈTE
Le 4 juillet 2009
Supplément à la Gazette du Canada
47
Tariff No. 17
TRANSMISSION OF PAY, SPECIALTY AND OTHER
TELEVISION SERVICES BY DISTRIBUTION UNDERTAKINGS
FORM A
CALCULATION OF LICENCE FEE FOR A STANDARD BLANKET LICENCE FOR THE MONTH OF _____________________
(Payment by the distribution undertaking)
Name of the distribution undertaking: ______________________________________________
Name of the programming undertaking or signal on account of which the royalties are being paid (please provide one form per
programming undertaking or signal):
(A) 1.9% × amount payable by the distribution undertaking for the right to carry the signal for the relevant month: ____________
(B) 1.9% × number supplied by the programming undertaking pursuant to paragraph 12(1)(a) of the tariff × number of premises or
TVROs served by the distribution undertaking and lawfully receiving the signal of the programming undertaking on the last day of the
relevant month: ___________________________
(C) TOTAL LICENCE FEE FOR THE MONTH (A + B): ______________________
Please remit the amount set out in (C)
NOTE: If the programming undertaking claims that it complies with subparagraph 8(2)(ii) of the tariff, the applicable royalty rate
is 0.8%.
Tarif no 17
TRANSMISSION DE SERVICES DE TÉLÉVISION PAYANTE, SERVICES SPÉCIALISÉS ET
AUTRES SERVICES DE TÉLÉVISION PAR DES ENTREPRISES DE DISTRIBUTION
FORMULAIRE A
CALCUL DE LA REDEVANCE PAYABLE EN VERTU DE LA LICENCE GÉNÉRALE STANDARD POUR LE MOIS
DE __________________ (paiement effectué par l’entreprise de distribution)
Nom de l’entreprise de distribution : ________________________________________________
Nom de l’entreprise de programmation ou du signal à l’égard duquel les redevances sont acquittées (veuillez remplir un formulaire par
entreprise de programmation ou signal) :
(A) 1,9 % × montant payable par l’entreprise de distribution pour transmettre le signal durant le mois pertinent : _____________
(B) 1,9 % × chiffre fourni par l’entreprise de programmation conformément à l’alinéa 12(1)a) du tarif × nombre de locaux ou de TVRO
que l’entreprise de distribution desservait et qui recevaient licitement le signal de l’entreprise de programmation le dernier jour du mois
pertinent : ___________________________
(C) REDEVANCE TOTALE DU MOIS (A + B) : ______________________
Veuillez acquitter le montant indiqué à la case (C)
NOTE : Si l’entreprise de programmation prétend se conformer au sous-alinéa 8(2)(ii) du tarif, le taux de redevance applicable
est 0,8 %.
48
Supplement to the Canada Gazette
July 4, 2009
FORM B
CALCULATION OF LICENCE FEE FOR A STANDARD BLANKET LICENCE FOR THE MONTH OF _______________
(Payment by the distribution undertaking)
Name of the programming undertaking or signal: ______________________________________________
List of the distribution undertakings on account of which royalties are being paid:_______________________________
A) 1.9% × total amount payable by the relevant distribution undertakings for the right to carry the signal of the programming
undertaking for the relevant month: ________________________
(B) X × Y × 1.9%: _____________
Z
where
X is the gross income of the programming undertaking during the relevant month
Y is the total number of premises or TVROs served by the distribution undertakings and lawfully receiving the signal of the
programming undertaking on the last day of the relevant month
Z is the total number of premises or TVROs (including those served by systems subject to section 4 of the tariff) lawfully receiving the
signal of the programming undertaking on the last day of that month.
(C) TOTAL LICENCE FEE FOR THE MONTH (A + B):______________________
Please remit the amount set out in (C)
NOTE: If the programming undertaking claims that it complies with subparagraph 8(2)(ii) of the tariff, the applicable royalty rate is
0.8%.
Le 4 juillet 2009
Supplément à la Gazette du Canada
FORMULAIRE B
CALCUL DE LA REDEVANCE PAYABLE EN VERTU DE LA LICENCE GÉNÉRALE STANDARD POUR LE MOIS DE
__________________ (paiement effectué par l’entreprise de programmation)
Nom de l’entreprise de programmation ou du signal : ___________________________________
Noms des entreprises de distribution à l’égard desquelles les redevances sont acquittées : ____________________________
(A) 1,9 % × montant total payable par les entreprises de distribution pertinentes pour transmettre le signal de l’entreprise de
programmation durant le mois pertinent : _______________________
(B) X × Y × 1,9 % : ________________
Z
étant entendu que
X représente les revenus bruts de l’entreprise de programmation durant le mois pertinent
Y représente le nombre de locaux ou de TVRO que les entreprises de distribution desservaient et qui recevaient licitement le signal
de l’entreprise de programmation le dernier jour du mois pertinent
Z représente le nombre total de locaux ou de TVRO (y compris ceux que desservaient des systèmes assujettis à l’article 4 du tarif)
qui recevaient licitement le signal de l’entreprise de programmation le dernier jour du mois pertinent.
(C) REDEVANCE TOTALE DU MOIS (A + B) : ____________________
Veuillez acquitter le montant indiqué à la case (C)
NOTE : Si l’entreprise de programmation prétend se conformer au sous-alinéa 8(2)(ii) du tarif, le taux de redevance applicable est
0,8 %.
49
50
Supplement to the Canada Gazette
July 4, 2009
FORM C
CALCULATION OF LICENCE FEE FOR A MODIFIED BLANKET LICENCE (MBL) FOR THE MONTH OF ____________
For the purposes of this form and for the month for which the royalties are being calculated,
“Affiliation payments” does not include payments made by systems subject to section 4 of the tariff (small systems).
“Total affiliation payments” means
(a) if a distribution undertaking fills the form, the affiliation payment payable by the distribution undertaking to the relevant programming undertaking for that month;
(b) if a programming undertaking fills the form, the affiliation payments payable to the programming undertaking by all the distribution undertakings that carried its signal during that month.
“Affiliation payments from cleared programs” means the total affiliation payments multiplied by the percentage of total air time attributable to cleared programs in that month. (That figure is provided by the programming undertaking pursuant to paragraph 12(1)(b)
of the tariff if a distribution undertaking fills the form.)
“Affiliation payments from programs other than cleared programs” means the difference between total affiliation payments and affiliation payments from cleared programs.
“Total gross income” means
(a) if a distribution undertaking fills the form, the number provided by the programming undertaking for that month pursuant to
paragraph 12(1)(a) of the tariff multiplied by the number of premises or TVROs served by the distribution undertaking and lawfully receiving the signal of the programming undertaking on the last day of that month;
(b) if a programming undertaking fills the form, the undertaking’s gross income for that month multiplied by the ratio of the total
number of premises or TVROs (excluding those served by systems subject to section 4 of the tariff) lawfully receiving its signal
on the last day of that month over the total number of premises or TVROs (including those served by systems subject to section 4
of the tariff) lawfully receiving its signal on the last day of that month.
“Gross income from cleared programs” means the total gross income multiplied by the percentage of gross income from cleared programs. (That figure is provided by the programming undertaking pursuant to paragraph 12(1)(b) of the tariff if a distribution undertaking fills the form.)
“Gross income from programs other than cleared programs” means the difference between total gross income and gross income from
cleared programs.
If the distribution undertaking fills the form, one form must be completed with respect to each programming undertaking that has
elected for the MBL that the distribution undertaking transmits in the relevant month. If the programming undertaking fills the form,
only one form needs to be completed.
Payment on account of cleared programs
— to account for additional expenses incurred by SOCAN because of the availability of the MBL:
3% × 1.9% × (total gross income + total affiliation payments)
(A)
______________
— to account for the use of ambient and production music in cleared programs:
5% × 1.9% × (gross income from cleared programs + affiliation payments from cleared programs)
(B)
______________
— to account for SOCAN’s general operating expenses: 22% × 95% × 1.9% × (gross income from cleared
programs + affiliation payments from cleared programs)
(C)
______________
TOTAL of A + B + C
(D)
______________
— 1.9% × (gross income from programs other than cleared programs + affiliation payments from programs
other than cleared programs)
(E)
______________
TOTAL LICENCE FEE FOR THE MONTH (D + E)
______________
Payment on account of all programs other than cleared programs
(F)
Please remit the amount set out in (F)
NOTE: If the programming undertaking claims that it complies with subparagraph 9(2)(ii) of the tariff, the applicable royalty rate is
0.8%.
Le 4 juillet 2009
Supplément à la Gazette du Canada
51
FORMULAIRE C
CALCUL DE LA REDEVANCE PAYABLE EN VERTU DE LA LICENCE GÉNÉRALE MODIFIÉE (LGM) POUR LE
MOIS DE __________________
Aux fins du présent formulaire et pour le mois à l’égard duquel les redevances sont établies (le mois pertinent), les définitions
suivantes s’appliquent :
« Paiements d’affiliation » exclut les paiements effectués par les systèmes assujettis à l’article 4 du tarif (les petits systèmes).
« Paiements totaux d’affiliation »
a) Si l’entreprise de distribution remplit le formulaire, les paiements d’affiliation payables par cette entreprise à l’entreprise de
programmation pertinente pour le mois pertinent;
b) si l’entreprise de programmation remplit le formulaire, les paiements d’affiliation payables à cette entreprise par toutes les
entreprises de distribution pertinentes ayant transmis son signal durant le mois pertinent.
« Paiements d’affiliation à l’égard des émissions affranchies » Produit du montant des paiements totaux d’affiliation multiplié par le
pourcentage du temps d’antenne total occupé par des émissions affranchies durant le moins pertinent. (Si l’entreprise de distribution remplit le formulaire, ce pourcentage lui est fourni par l’entreprise de programmation en application de l’alinéa 12(1)b) du
tarif).
« Paiement d’affiliation à l’égard des émissions non affranchies » Différence entre les paiements totaux d’affiliation et les paiements d’affiliation à l’égard des émissions affranchies.
« Revenus bruts totaux »
a) Si l’entreprise de distribution remplit le formulaire, le produit du chiffre fourni par l’entreprise de programmation pour le
mois pertinent conformément à l’alinéa 12(1)a) du tarif multiplié par le nombre de locaux ou de TVRO que l’entreprise de distribution desservait et qui recevaient licitement le signal de l’entreprise de programmation le dernier jour du mois pertinent;
b) si l’entreprise de programmation remplit le formulaire, le produit des revenus bruts de l’entreprise multiplié par le nombre
total de locaux ou de TVRO (excluant ceux que desservaient des systèmes assujettis à l’article 4 du tarif) qui recevaient licitement le signal de l’entreprise de programmation le dernier jour du mois pertinent, divisé par le nombre total de locaux ou de
TVRO (y compris ceux que desservaient des systèmes assujettis à l’article 4 du tarif) qui recevaient licitement le signal de
l’entreprise de programmation le dernier jour du mois pertinent.
« Revenus bruts des émissions affranchies » Montant des revenus bruts totaux multiplié par le pourcentage des revenus bruts attribuable aux émissions affranchies. (Si l’entreprise de distribution remplit le formulaire, ce pourcentage lui est fourni par
l’entreprise de programmation en application de l’alinéa 12(1)b) du tarif.)
« Revenus bruts des émissions non affranchies » Différence entre les revenus bruts totaux et les revenus bruts des émissions
affranchies.
Si l’entreprise de distribution remplit le formulaire, il faut compléter un formulaire à l’égard de chaque entreprise de programmation ayant opté pour la LGM que l’entreprise de distribution a transmis durant le mois pertinent. Si c’est l’entreprise de programmation qui remplit le formulaire, un seul formulaire suffit.
Paiement à l’égard de la programmation affranchie
— pour les dépenses additionnelles que la SOCAN engage au motif que la licence générale modifiée est
disponible : 3 % × 1,9 % × (Revenus totaux + Paiements d’affiliation totaux)
(A)
____________
— pour l’utilisation de la musique ambiante et de production : 5 % × 1,9 % × (Revenus bruts attribuables
aux émissions affranchies + Paiements d’affiliation attribuables aux émissions affranchies)
(B)
____________
— pour les dépenses générales d’exploitation de la SOCAN : 22 % × 95 % × 1,9 % × (Revenus bruts
attribuables aux émissions affranchies + Paiements d’affiliation attribuables aux émissions affranchies)
(C)
____________
TOTAL de A + B + C
(D)
____________
— 1,9 % × (Revenus bruts attribuables aux émissions non affranchies + Paiements d’affiliation
attribuables aux émissions non affranchies)
(E)
____________
REDEVANCE TOTALE DU MOIS (D + E)
(F)
____________
Paiement à l’égard du reste de la programmation
Veuillez acquitter le montant indiqué à la ligne (F)
NOTE : Si l’entreprise de programmation prétend se conformer au sous-alinéa 9(2)(ii) du tarif, le taux de redevance applicable est
0,8 %.
52
Supplement to the Canada Gazette
July 4, 2009
FORM D
MUSIC REPORT FOR CLEARED PROGRAMS
Signal / Channel: ____________________________________
Program Title and Episode Number: ____________________________________________________
Air Date: ___________________
Producer: __________________________________________
Gross Income from Program: __________________________
Please complete the following report for EVERY musical work included in the program.
Please provide, for each musical work, a copy of any document on which you rely to conclude that the music is cleared music, or a
reference to that document, if you provided it previously.
Item
Title
Use (Theme,
Feature,
Background)
Timing
NAME
COMPOSER
PUBLISHER
CLEARANCE (DIRECT,
SOURCE, PUBLIC
DOMAIN)
[with reference to any
supporting documents]
CLEARANCE (DIRECT,
SOURCE, PUBLIC
DOMAIN)
[with reference to any
supporting documents]
NAME
PERFORMER
Le 4 juillet 2009
Supplément à la Gazette du Canada
53
FORMULAIRE D
RAPPORT D’UTILISATION DE MUSIQUE DANS LA PROGRAMMATION AFFRANCHIE
Signal / Chaîne : _________________________________________
Titre de l’émission et numéro de l’épisode : __________________________________________________
Date de diffusion : __________________
Producteur : _______________________
Revenus bruts attribuables à l’émission : ________________________
Veuillez énumérer CHACUNE des œuvres musicales utilisées durant l’émission.
Veuillez fournir, à l’égard de chacune de ces œuvres, une copie des documents sur lesquels vous vous fondez pour dire que l’œuvre
est de la musique affranchie, ou une référence à ces documents si vous les avez déjà fournis.
Item
Titre
Type de musique
(thème/ vedette/
fond)
Durée
NOM
COMPOSITEUR
ÉDITEUR
MODE
D’AFFRANCHISSEMENT
(DIRECT/À LA SOURCE/
DOMAINE PUBLIC)
[fournir une référence aux
documents pertinents]
MODE
D’AFFRANCHISSEMENT
(DIRECT/À LA SOURCE/
DOMAINE PUBLIC)
[fournir une référence aux
documents pertinents]
NOM
INTERPRÈTE
If undelivered, return COVER ONLY to:
Government of Canada Publications
Public Works and Government Services
Canada
Ottawa, Canada K1A 0S5
En cas de non-livraison,
retourner cette COUVERTURE SEULEMENT à :
Publications du gouvernement du Canada
Travaux publics et Services gouvernementaux
Canada
Ottawa, Canada K1A 0S5
Available from Government of Canada Publications
Public Works and Government Services Canada
Ottawa, Canada K1A 0S5
En vente : Publications du gouvernement du Canada
Travaux publics et Services gouvernementaux Canada
Ottawa, Canada K1A 0S5
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising