Canada Gazette du Part I

Canada Gazette du Part I
Vol. 142, no 12
Vol. 142, No. 12
Canada
Gazette
Gazette
du Canada
Part I
Partie I
OTTAWA, SATURDAY, MARCH 22, 2008
OTTAWA, LE SAMEDI 22 MARS 2008
NOTICE TO READERS
The Canada Gazette is published under authority of the
Statutory Instruments Act. It consists of three parts as described
below:
Part I
Material required by federal statute or regulation to
be published in the Canada Gazette other than items
identified for Part II and Part III below — Published
every Saturday
Part II
Statutory Instruments (Regulations) and other classes
of statutory instruments and documents — Published
January 9, 2008, and at least every second
Wednesday thereafter
Part III
Public Acts of Parliament and their enactment
proclamations — Published as soon as is reasonably
practicable after Royal Assent
The Canada Gazette is available in most public libraries for
consultation.
To subscribe to, or obtain copies of, the Canada Gazette,
contact bookstores selling government publications as listed
in the telephone directory or write to Government of Canada
Publications, Public Works and Government Services Canada,
Ottawa, Canada K1A 0S5.
The Canada Gazette is also available free of charge on the
Internet at http://canadagazette.gc.ca. It is accessible in Portable
Document Format (PDF) and in HyperText Mark-up Language
(HTML) as the alternate format. The on-line PDF format of Part I,
Part II and Part III is official since April 1, 2003, and is published
simultaneously with the printed copy.
Canada Gazette
Yearly subscription
Canada
Outside Canada
Per copy
Canada
Outside Canada
Part I
Part II
Part III
$135.00
US$135.00
$67.50
US$67.50
$28.50
US$28.50
$2.95
US$2.95
$3.50
US$3.50
$4.50
US$4.50
AVIS AU LECTEUR
La Gazette du Canada est publiée conformément aux
dispositions de la Loi sur les textes réglementaires. Elle est
composée des trois parties suivantes :
Partie I
Textes devant être publiés dans la Gazette du
Canada conformément aux exigences d’une loi
fédérale ou d’un règlement fédéral et qui ne satisfont
pas aux critères de la Partie II et de la Partie III —
Publiée le samedi
Partie II
Textes réglementaires (Règlements) et autres catégories
de textes réglementaires et de documents — Publiée le
9 janvier 2008 et au moins tous les deux mercredis par la
suite
Partie III
Lois d’intérêt public du Parlement et les proclamations
énonçant leur entrée en vigueur — Publiée aussitôt que
possible après la sanction royale
On peut consulter la Gazette du Canada dans la plupart des
bibliothèques publiques.
On peut s’abonner à la Gazette du Canada ou en obtenir des
exemplaires en s’adressant aux agents libraires associés énumérés
dans l’annuaire téléphonique ou en s’adressant à : Publications
du gouvernement du Canada, Travaux publics et Services
gouvernementaux Canada, Ottawa, Canada K1A 0S5.
La Gazette du Canada est aussi offerte gratuitement sur Internet au
http://gazetteducanada.gc.ca. La publication y est accessible en
format de document portable (PDF) et en langage hypertexte
(HTML) comme média substitut. Le format PDF en direct de la
Partie I, de la Partie II et de la Partie III est officiel depuis le
1er avril 2003 et est publié en même temps que la copie imprimée.
Gazette du Canada
Abonnement annuel
Canada
Extérieur du Canada
Exemplaire
Canada
Extérieur du Canada
Partie I
Partie II
Partie III
135,00 $
135,00 $US
67,50 $
67,50 $US
28,50 $
28,50 $US
2,95 $
2,95 $US
3,50 $
3,50 $US
4,50 $
4,50 $US
REQUESTS FOR INSERTION
DEMANDES D’INSERTION
Requests for insertion should be directed to the Canada
Gazette Directorate, Public Works and Government Services
Canada, 350 Albert Street, 5th Floor, Ottawa, Ontario K1A 0S5,
613-996-2495 (telephone), 613-991-3540 (fax).
Les demandes d’insertion doivent être envoyées à la
Direction de la Gazette du Canada, Travaux publics et Services
gouvernementaux Canada, 350, rue Albert, 5e étage, Ottawa
(Ontario) K1A 0S5, 613-996-2495 (téléphone), 613-991-3540
(télécopieur).
Bilingual texts received as late as six working days before the
desired Saturday’s date of publication will, if time and other
resources permit, be scheduled for publication that date.
Un texte bilingue reçu au plus tard six jours ouvrables avant la
date de parution demandée paraîtra, le temps et autres ressources
le permettant, le samedi visé.
Each client will receive a free copy of the Canada Gazette for
every week during which a notice is published.
Pour chaque semaine de parution d’un avis, le client recevra un
exemplaire gratuit de la Gazette du Canada.
© Her Majesty the Queen in Right of Canada, 2008
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2008
ISSN 1494-6076
© Sa Majesté la Reine du Chef du Canada, 2008
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2008
Le 22 mars 2008
Gazette du Canada Partie I
TABLE OF CONTENTS
TABLE DES MATIÈRES
Vol. 142, No. 12 — March 22, 2008
Vol. 142, no 12 — Le 22 mars 2008
739
Government notices .........................................................
Appointments ...............................................................
740
740
Avis du gouvernement .....................................................
Nominations .................................................................
740
740
Parliament
House of Commons .....................................................
Bills assented to ...........................................................
744
744
Parlement
Chambre des communes ..............................................
Projets de loi sanctionnés ............................................
744
744
Commissions ...................................................................
(agencies, boards and commissions)
745
Commissions ...................................................................
(organismes, conseils et commissions)
745
Miscellaneous notices ......................................................
(banks; mortgage, loan, investment, insurance and
railway companies; other private sector agents)
754
Avis divers .......................................................................
(banques; sociétés de prêts, de fiducie et
d’investissements; compagnies d’assurances et de
chemins de fer; autres agents du secteur privé)
754
Proposed regulations .......................................................
(including amendments to existing regulations)
761
Règlements projetés .........................................................
(y compris les modifications aux règlements existants)
761
Index ...............................................................................
837
Index ...............................................................................
838
Supplements
Copyright Board
Suppléments
Commission du droit d’auteur
740
Canada Gazette Part I
March 22, 2008
GOVERNMENT NOTICES
AVIS DU GOUVERNEMENT
(Erratum)
(Erratum)
DEPARTMENT OF THE ENVIRONMENT
MINISTÈRE DE L’ENVIRONNEMENT
CANADIAN ENVIRONMENTAL PROTECTION ACT, 1999
LOI CANADIENNE SUR LA PROTECTION DE
L’ENVIRONNEMENT (1999)
Notice with respect to substances in the National Pollutant
Release Inventory for 2007 — Amendment
Modification de l’Avis concernant certaines substances de
l’Inventaire national des rejets de polluants pour l’année 2007
Notice is hereby given that in the above-titled notice, published
in the Canada Gazette, Part I, Vol. 142, No. 7, on Saturday, February 16, 2008, the following text should have appeared before
section 4 of the amendments, on page 339.
Section 1 of Schedule 2 to the French version of the notice is
amended by adding paragraph 1(h):
h) production annuelle de la sablière ou de la carrière est égale
ou supérieure à 500 000 tonnes.
Avis est par les présentes donné que dans l’avis susmentionné,
publié dans la Partie I de la Gazette du Canada, vol. 142, no 7, le
samedi 16 février 2008, le texte qui suit aurait dû figurer avant
l’article 4 des modifications, à la page 339.
L’article 1 de l’annexe 2 de la version française de l’avis est
modifié par l’ajout de l’alinéa 1h) :
h) production annuelle de la sablière ou de la carrière est égale
ou supérieure à 500 000 tonnes.
GEORGE ENEI
Acting Director General
Science and Risk Assessment Directorate
On behalf of the Minister of the Environment
Le directeur général par intérim
Direction des sciences et
de l’évaluation des risques
GEORGE ENEI
Au nom du ministre de l’Environnement
[12-1-o]
[12-1-o]
DEPARTMENT OF INDUSTRY
MINISTÈRE DE L’INDUSTRIE
OFFICE OF THE REGISTRAR GENERAL
BUREAU DU REGISTRAIRE GÉNÉRAL
Appointments
Nominations
Name and position/Nom et poste
Order in Council/Décret en conseil
Beveridge, Duncan R., Q.C./c.r.
Supreme Court of Nova Scotia/Cour suprême de la Nouvelle-Écosse
Judge/Juge
Nova Scotia Court of Appeal/Cour d’appel de la Nouvelle-Écosse
Judge ex officio/Juge d’office
2008-496
Caceres Caceres, Claudia Patricia
Canadian Race Relations Foundation/Fondation canadienne des relations raciales
Director of the Board of Directors/Administrateur du conseil d’administration
2008-491
Callon, James Douglas
Superintendent of Bankruptcy/Surintendant des faillites
2008-478
Canada Pension Plan/Régime de pensions du Canada
Review Tribunal/Tribunal de révision
Members/Membres
Bouchard, Luc Roch — Québec
Schloegl, Andrea Erika — Vancouver
Canadian Tourism Commission/Commission canadienne du tourisme
Allan, J. Stephens
Chairperson of the Board of Directors/Président du conseil d’administration
Dean, Kelliann
Director of the Board of Directors/Administrateur du conseil d’administration
Charron, Claude-Yves
International Development Research Centre/Centre de recherches pour le
développement international
Governor of the Board of Governors/Gouverneur du Conseil des gouverneurs
2008-489
2008-488
2008-479
2008-480
2008-460
Le 22 mars 2008
Gazette du Canada Partie I
Name and position/Nom et poste
Order in Council/Décret en conseil
Employment Insurance Act/Loi sur l’assurance-emploi
Chairpersons of the Boards of Referees/Présidents des conseils arbitraux
British Columbia/Colombie-Britannique
Waters, James Arthur — Kelowna
Manitoba
Fontaine, Gérald Raymond — Winnipeg
Foster, Elizabeth Mary — Winnipeg
Tétrault, Laurent Gérard — Winnipeg
Ontario
Hénault, Philippe Gérard — Ottawa
Quebec/Québec
Boudreault, Alcide — Alma
Dubreuil, Luc — Longueuil
Fawcett, Sue
Business Development Bank of Canada/Banque de développement du Canada
Director of the Board of Directors/Administrateur du conseil d’administration
2008-487
2008-484
2008-486
2008-485
2008-483
2008-481
2008-482
2008-477
First Nations Financial Management Board/Conseil de gestion financière des
premières nations
Directors of the Board of Directors/Conseillers du conseil d’administration
Nott, Gary
Robb, Barrie
2008-456
2008-457
First Nations Tax Commission/Commission de la fiscalité des premières nations
Commissioners/Commissaires
Lafond, Lester David
Price, Randy
Shaw, Ann C.
2008-454
2008-453
2008-455
Fournier, Roch A.
Canadian Human Rights Commission/Commission canadienne des droits de la
personne
Part-time member/Commissaire à temps partiel
2008-476
Hogan, Barry A.
Blue Water Bridge Authority/Administration du pont Blue Water
Member/Membre
2008-465
Hogan, Robert J.
Tax Court of Canada/Cour canadienne de l’impôt
Judge/Juge
2008-494
Immigration and Refugee Board/Commission de l’immigration et du statut de
réfugié
Full-time members/Membres à temps plein
Band, Lawrence L., Q.C./c.r.
Dawson, Richard Adam
Forsey, Dian J.
Rangan, Veda
Uppal, Atam
Waters, James W.
2008-499
2008-474
2008-471
2008-472
2008-473
2008-475
International Centre for Human Rights and Democratic Development/
Centre international des droits de la personne et du développement démocratique
Directors of the Board of Directors/Administrateurs du conseil d’administration
Akhavan, Payam
Gauthier, Jacques
Guibeault, Jean, Q.C./c.r.
Tepper, Elliot
2008-462
2008-463
2008-461
2008-464
741
742
Canada Gazette Part I
March 22, 2008
Name and position/Nom et poste
Order in Council/Décret en conseil
Jennings, John N.
Historic Sites and Monuments Board of Canada/Commission des lieux et
monuments historiques du Canada
Member/Commissaire
2008-459
Loveless, Marilyn
National Seniors Council/Conseil national des aînés
Member/Membre
2008-490
McKnight, The Hon./L’hon. Bill, P.C./c.p.
Office of the Treaty Commissioner in Saskatchewan/Bureau du Commissaire aux
traités de la Saskatchewan
Commissioner/Commissaire
2008-458
McQuaid, The Hon./L’hon. John A.
Government of Prince Edward Island/Gouvernement de l’Île-du-Prince-Édouard
Administrator/Administrateur
March 12 and 13, 2008/Les 12 et 13 mars 2008
2008-530
Port Authority/Administration portuaire
Directors/Administrateurs
Bolduc, Alain — Trois-Rivières
Bonneau, Jean-Guy — Saguenay
Dupuis, François — Trois-Rivières
Girard, Mario — Québec
Marchand, Cléo — Trois-Rivières
2008-468
2008-467
2008-470
2008-466
2008-469
Quigg, The Hon./L’hon. Kathleen A.
Court of Appeal of New Brunswick/Cour d’appel du Nouveau-Brunswick
Judge/Juge
2008-495
Whitmore, Peter A., Q.C./c.r.
Her Majesty’s Court of Queen’s Bench for Saskatchewan/Cour du Banc de la
Reine de la Saskatchewan
Judge/Juge
2008-497
March 13, 2008
Le 13 mars 2008
JACQUELINE GRAVELLE
Manager
La gestionnaire
JACQUELINE GRAVELLE
[12-1-o]
[12-1-o]
DEPARTMENT OF INDUSTRY
MINISTÈRE DE L’INDUSTRIE
ELECTRICITY AND GAS INSPECTION ACT
LOI SUR L’INSPECTION DE L’ÉLECTRICITÉ ET DU GAZ
Delegation of authorities by the President of Measurement
Canada
Délégation de pouvoirs par le président de Mesures Canada
Notice is hereby given, pursuant to subsection 4(2) of the Electricity and Gas Inspection Regulations, that the President of Measurement Canada, pursuant to subsection 4(1) of the Regulations,
proposes to delegate to the organization set out in column I of the
Schedule, the functions under the Electricity and Gas Inspection
Act set out in column II thereof.
Avis est donné, conformément au paragraphe 4(2) du Règlement sur l’inspection de l’électricité et du gaz, que le président de
Mesures Canada, en vertu du paragraphe 4(1) du Règlement, propose de déléguer à l’organisme indiqué à la colonne I de l’annexe,
les fonctions établies selon la Loi sur l’inspection de l’électricité
et du gaz et énoncées dans la colonne II.
Le 22 mars 2008
Gazette du Canada Partie I
SCHEDULE
ANNEXE
Electricity and Gas Inspection Regulations
Règlement sur l’inspection de l’électricité et du gaz
743
Column I
Column II
Colonne I
Colonne II
General Electric Company
130 Main Street
Somersworth, New Hampshire, USA
03878-3194
8(1): For the purposes of section 5 of the
Act, the calibration of a measuring
apparatus referred to in section 7 shall be
certified by the director.
General Electric Company is being
delegated this function for the following
types of measuring apparatus:
Electricity meter calibration consoles.
General Electric Company
130 Main Street
Somersworth (New Hampshire) USA
03878-3194
8(1) : Aux fins de l’article 5 de la Loi,
l’étalonnage d’un appareil de mesure visé
à l’article 7 est certifié par le directeur.
Cette fonction est déléguée à la General
Electric Company pour les types
d’appareils de mesures suivants :
Consoles d’étalonnage des compteurs
d’électricité.
March 22, 2008
Le 22 mars 2008
ALAN E. JOHNSTON
President
Measurement Canada
Le président
Mesures Canada
ALAN E. JOHNSTON
[12-1-o]
[12-1-o]
744
Canada Gazette Part I
March 22, 2008
PARLIAMENT
PARLEMENT
HOUSE OF COMMONS
CHAMBRE DES COMMUNES
Second Session, Thirty-Ninth Parliament
Deuxième session, trente-neuvième législature
PRIVATE BILLS
PROJETS DE LOI D’INTÉRÊT PRIVÉ
Standing Order 130 respecting notices of intended applications
for private bills was published in the Canada Gazette, Part I, on
October 13, 2007.
For further information, contact the Private Members’ Business
Office, House of Commons, Centre Block, Room 134-C, Ottawa,
Ontario K1A 0A6, 613-992-6443.
L’article 130 du Règlement relatif aux avis de demande de
projets de loi d’intérêt privé a été publié dans la Partie I de la
Gazette du Canada du 13 octobre 2007.
Pour obtenir d’autres renseignements, prière de communiquer
avec le Bureau des affaires émanant des députés, Chambre des
communes, Édifice du Centre, Pièce 134-C, Ottawa (Ontario)
K1A 0A6, 613-992-6443.
La greffière de la Chambre des communes
AUDREY O’BRIEN
AUDREY O’BRIEN
Clerk of the House of Commons
ROYAL ASSENT
SANCTION ROYALE
Thursday, March 13, 2008
Le jeudi 13 mars 2008
On March 13, 2008, the Honourable Morris J. Fish, acting in
his capacity as Deputy of the Governor General, signified assent
in Her Majesty’s name to the Bills listed below.
Assent was signified by written declaration, pursuant to the
Royal Assent Act, S.C. 2002, c. 15. Section 5 of that Act provides
that each Act “. . . is deemed to be assented to on the day on
which the two Houses of Parliament have been notified of the
declaration.”
The Senate was notified of the written declaration on Thursday,
March 13, 2008.
The House of Commons was notified of the written declaration
on Thursday, March 13, 2008.
An Act to implement the Convention on the Settlement of Investment Disputes between States and Nationals of Other
States (ICSID Convention)
(Bill C-9, chapter 8, 2008)
An Act to amend the Museums Act and to make consequential
amendments to other Acts
(Bill C-42, chapter 9, 2008)
An Act for granting to Her Majesty certain sums of money for
the federal public administration for the financial year ending March 31, 2008
(Bill C-48, chapter 10, 2008)
An Act for granting to Her Majesty certain sums of money for
the federal public administration for the financial year ending March 31, 2009
(Bill C-49, chapter 11, 2008)
PAUL C. BÉLISLE
Clerk of the Senate and
Clerk of the Parliaments
Le jeudi 13 mars 2008, l’honorable Morris J. Fish, en sa qualité
de suppléant du Gouverneur général, a accordé la sanction royale
au nom de Sa Majesté aux projets de loi mentionnés ci-dessous.
La sanction a été octroyée par déclaration écrite, conformément
à la Loi sur la sanction royale, L.C. 2002, ch. 15. Aux termes de
l’article 5 de cette loi, « la déclaration écrite porte sanction royale
le jour où les deux chambres du Parlement en ont été avisées ».
[12-1-o]
[12-1-o]
Le Sénat a été informé de la déclaration écrite le jeudi 13 mars
2008.
La Chambre des communes a été informée de la déclaration
écrite le jeudi 13 mars 2008.
Loi de mise en œuvre de la Convention pour le règlement des
différends relatifs aux investissements entre États et ressortissants d’autres États (Convention du CIRDI)
(Projet de loi C-9, chapitre 8, 2008)
Loi modifiant la Loi sur les musées et d’autres lois en
conséquence
(Projet de loi C-42, chapitre 9, 2008)
Loi portant octroi à Sa Majesté de crédits pour l’administration
publique fédérale pendant l’exercice se terminant le 31 mars
2008
(Projet de loi C-48, chapitre 10, 2008)
Loi portant octroi à Sa Majesté de crédits pour l’administration
publique fédérale pendant l’exercice se terminant le 31 mars
2009
(Projet de loi C-49, chapitre 11, 2008)
Le greffier du Sénat et
greffier des Parlements
PAUL C. BÉLISLE
Le 22 mars 2008
Gazette du Canada Partie I
745
COMMISSIONS
COMMISSIONS
CANADIAN INTERNATIONAL TRADE TRIBUNAL
TRIBUNAL CANADIEN DU COMMERCE EXTÉRIEUR
FINDING
CONCLUSIONS
Seamless carbon or alloy steel oil and gas well casing
Caissons sans soudure en acier au carbone ou en acier allié pour
puits de pétrole et de gaz
Notice is hereby given that, on March 10, 2008, pursuant to
subsection 43(1) of the Special Import Measures Act, the Canadian International Trade Tribunal found (Inquiry No. NQ-2007001) that the dumping and subsidizing of seamless carbon or alloy steel oil and gas well casing originating in or exported from
the People’s Republic of China have not caused injury but are
threatening to cause injury to the domestic industry.
SUSANNE GRIMES
Acting Secretary
Avis est donné par la présente que, le 10 mars 2008, conformément au paragraphe 43(1) de la Loi sur les mesures spéciales d’importation, le Tribunal canadien du commerce extérieur a conclu
(enquête no NQ-2007-001) que le dumping et le subventionnement des caissons sans soudure en acier au carbone ou en acier
allié pour puits de pétrole et de gaz originaires ou exportés de la
République populaire de Chine n’avaient pas causé un dommage
mais menaçaient de causer un dommage à la branche de production nationale.
Ottawa, le 11 mars 2008
Le secrétaire intérimaire
SUSANNE GRIMES
[12-1-o]
[12-1-o]
Ottawa, March 11, 2008
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
NOTICE TO INTERESTED PARTIES
AVIS AUX INTÉRESSÉS
The following notices are abridged versions of the Commission’s
original notices bearing the same number. The original notices
contain a more detailed outline of the applications, including additional locations and addresses where the complete files may be
examined. The relevant material, including the notices and applications, is available for viewing during normal business hours at
the following offices of the Commission:
— Central Building, Les Terrasses de la Chaudière, Room 206,
1 Promenade du Portage, Gatineau, Quebec K1A 0N2, 819997-2429 (telephone), 994-0423 (TDD), 819-994-0218 (fax);
— Metropolitan Place, Suite 1410, 99 Wyse Road, Dartmouth,
Nova Scotia B3A 4S5, 902-426-7997 (telephone), 426-6997
(TDD), 902-426-2721 (fax);
— Kensington Building, Suite 1810, 275 Portage Avenue, Winnipeg, Manitoba R3B 2B3, 204-983-6306 (telephone),
983-8274 (TDD), 204-983-6317 (fax);
— 530–580 Hornby Street, Vancouver, British Columbia V6C
3B6, 604-666-2111 (telephone), 666-0778 (TDD), 604666-8322 (fax);
— CRTC Documentation Centre, 205 Viger Avenue W,
Suite 504, Montréal, Quebec H2Z 1G2, 514-283-6607 (telephone), 283-8316 (TDD), 514-283-3689 (fax);
— CRTC Documentation Centre, 55 St. Clair Avenue E,
Suite 624, Toronto, Ontario M4T 1M2, 416-952-9096 (telephone), 416-954-6343 (fax);
— CRTC Documentation Centre, Cornwall Professional Building, Room 103, 2125 11th Avenue, Regina, Saskatchewan
S4P 3X3, 306-780-3422 (telephone), 306-780-3319 (fax);
— CRTC Documentation Centre, 10405 Jasper Avenue,
Suite 520, Edmonton, Alberta T5J 3N4, 780-495-3224 (telephone), 780-495-3214 (fax).
Les avis qui suivent sont des versions abrégées des avis originaux
du Conseil portant le même numéro. Les avis originaux contiennent
une description plus détaillée de chacune des demandes, y compris
les lieux et adresses où l’on peut consulter les dossiers complets.
Tous les documents afférents, y compris les avis et les demandes,
sont disponibles pour examen durant les heures normales d’ouverture aux bureaux suivants du Conseil :
— Édifice central, Les Terrasses de la Chaudière, Pièce 206,
1, promenade du Portage, Gatineau (Québec) K1A 0N2,
819-997-2429 (téléphone), 994-0423 (ATS), 819-994-0218
(télécopieur);
— Place Metropolitan, Bureau 1410, 99, chemin Wyse, Dartmouth (Nouvelle-Écosse) B3A 4S5, 902-426-7997 (téléphone), 426-6997 (ATS), 902-426-2721 (télécopieur);
— Édifice Kensington, Pièce 1810, 275, avenue Portage, Winnipeg (Manitoba) R3B 2B3, 204-983-6306 (téléphone),
983-8274 (ATS), 204-983-6317 (télécopieur);
— 580, rue Hornby, Bureau 530, Vancouver (ColombieBritannique) V6C 3B6, 604-666-2111 (téléphone), 666-0778
(ATS), 604-666-8322 (télécopieur);
— Centre de documentation du CRTC, 205, avenue Viger Ouest,
Bureau 504, Montréal (Québec) H2Z 1G2, 514-283-6607
(téléphone), 283-8316 (ATS), 514-283-3689 (télécopieur);
— Centre de documentation du CRTC, 55, avenue St. Clair Est,
Bureau 624, Toronto (Ontario) M4T 1M2, 416-952-9096
(téléphone), 416-954-6343 (télécopieur);
— Centre de documentation du CRTC, Édifice Cornwall Professional, Pièce 103, 2125, 11e Avenue, Regina (Saskatchewan) S4P 3X3, 306-780-3422 (téléphone), 306-780-3319
(télécopieur);
— Centre de documentation du CRTC, 10405, avenue Jasper,
Bureau 520, Edmonton (Alberta) T5J 3N4, 780-495-3224
(téléphone), 780-495-3214 (télécopieur).
746
Canada Gazette Part I
March 22, 2008
Interventions must be filed with the Secretary General, Canadian
Radio-television and Telecommunications Commission, Ottawa,
Ontario K1A 0N2, together with proof that a true copy of the
intervention has been served upon the applicant, on or before the
deadline given in the notice.
Secretary General
Les interventions doivent parvenir au Secrétaire général, Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes,
Ottawa (Ontario) K1A 0N2, avec preuve qu’une copie conforme
a été envoyée à la requérante, avant la date limite d’intervention
mentionnée dans l’avis.
Secrétaire général
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
DECISIONS
DÉCISIONS
The complete texts of the decisions summarized below are
available from the offices of the CRTC.
On peut se procurer le texte complet des décisions résumées
ci-après en s’adressant au CRTC.
2008-53-1
2008-53-1
March 11, 2008
Northern Native Broadcasting (Terrace, B.C.)
Terrace and Williams Lake, British Columbia
Le 11 mars 2008
Northern Native Broadcasting (Terrace, B.C.)
Terrace et Williams Lake (Colombie-Britannique)
Erratum — The Commission corrects the French version of
Broadcasting Decision CRTC 2008-53, March 3, 2008, as indicated in the decision.
Erratum — Le Conseil corrige la version française de la décision
de radiodiffusion CRTC 2008-53, 3 mars 2008, tel qu’il est indiqué dans la décision.
2008-54-1
2008-54-1
March 11, 2008
United Christian Broadcasters Canada
Belleville and Kingston, Ontario
Le 11 mars 2008
United Christian Broadcasters Canada
Belleville et Kingston (Ontario)
Erratum — The Commission corrects the French version of
Broadcasting Decision CRTC 2008-54, March 3, 2008, as indicated in the decision.
Erratum — Le Conseil corrige la version française de la décision
de radiodiffusion CRTC 2008-54, 3 mars 2008, tel qu’il est indiqué dans la décision.
2008-60
2008-60
March 12, 2008
TFG Communications Inc.
Saint John, New Brunswick
Le 12 mars 2008
TFG Communications Inc.
Saint John (Nouveau-Brunswick)
Denied — Amendment to the broadcasting licence of CJEF-FM
Saint John.
Refusé — Modification de la licence de radiodiffusion de
CJEF-FM Saint John.
2008-61
2008-61
March 13, 2008
Manitoba Jockey Club Inc.
Winnipeg, Manitoba
Le 13 mars 2008
Manitoba Jockey Club Inc.
Winnipeg (Manitoba)
Approved — Renewal of the broadcasting licence for the satelliteto-cable programming undertaking serving Winnipeg, from September 1, 2008, to August 31, 2015.
Approuvé — Renouvellement de la licence de radiodiffusion de
l’entreprise de programmation du satellite au câble desservant
Winnipeg, du 1er septembre 2008 au 31 août 2015.
[12-1-o]
[12-1-o]
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
PUBLIC HEARING 2007-10-5
AUDIENCE PUBLIQUE 2007-10-5
Notice of consultation and hearing — Review of the regulatory
frameworks for broadcasting distribution undertakings and
discretionary programming services
Avis de consultation et d’audience — Révision des cadres de
réglementation des entreprises de distribution de radiodiffusion
et des services de programmation facultatifs
April 7, 2008
Gatineau, Quebec
Revised hearing date
Further to its Broadcasting Notices of Public Hearing CRTC
2007-10 dated July 5, 2007, CRTC 2007-10-1 and 2007-10-2
Le 7 avril 2008
Gatineau (Québec)
Nouvelle date d’audience
À la suite de ses avis d’audience publique de radiodiffusion
CRTC 2007-10 du 5 juillet 2007, CRTC 2007-10-1 et 2007-10-2
Le 22 mars 2008
Gazette du Canada Partie I
dated September 12 and 26, 2007, and CRTC 2007-10-3 and
2007-10-4 dated November 5 and 30, 2007, the Commission announces the following:
The hearing will now commence on Tuesday, April 8, 2008,
at 9 a.m.
March 10, 2008
747
des 12 et 26 septembre 2007 et CRTC 2007-10-3 et 2007-10-4
des 5 et 30 novembre 2007, le Conseil annonce ce qui suit :
L’audience publique débutera maintenant le mardi 8 avril 2008,
à 9 h.
Le 10 mars 2008
[12-1-o]
[12-1-o]
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
PUBLIC NOTICE 2008-20
AVIS PUBLIC 2008-20
Notice of consultation
Avis de consultation
Applications received
Various locations
Deadline for submission of interventions and/or comments:
April 14, 2008
The Commission has received the following applications:
1. Groupe Radio Antenne 6 inc.
Alma, Quebec
To amend the licence of radio programming undertaking
CKYK-FM Alma, Quebec.
2. Sun Country Cablevision Ltd.
Salmon Arm, British Columbia
To renew the Class 3 licence of its cable broadcasting distribution undertaking serving Salmon Arm, expiring August 31,
2008.
March 10, 2008
Demandes reçues
Plusieurs collectivités
Date limite pour le dépôt des interventions ou des observations :
le 14 avril 2008
Le Conseil a été saisi des demandes suivantes :
1. Groupe Radio Antenne 6 inc.
Alma (Québec)
En vue de modifier la licence de l’entreprise de programmation de radio CKYK-FM Alma (Québec).
2. Sun Country Cablevision Ltd.
Salmon Arm (Colombie-Bitannique)
En vue de renouveler la licence de classe 3 de son entreprise
de distribution de radiodiffusion par câble desservant Salmon
Arm, qui expire le 31 août 2008.
Le 10 mars 2008
[12-1-o]
[12-1-o]
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
PUBLIC NOTICE 2008-21
AVIS PUBLIC 2008-21
Notice of consultation
Avis de consultation
Call for applications
Radio — London, Ontario
The Commission announces that it has received an application
for a broadcasting licence to provide a commercial radio service
to serve London, Ontario.
The Commission hereby calls for applications from other parties wishing to obtain a broadcasting licence (or licences) to serve
this area.
Persons interested in responding to this call must submit a formal application to the Commission no later than May 12, 2008.
Applicants are also required to submit all necessary technical
documentation to the Department of Industry by the same date.
It should be noted that, in making this call, the Commission has
not reached any conclusion with respect to the licensing of any
service at this time.
Appel de demandes
Radio — London (Ontario)
Le Conseil annonce qu’il a reçu une demande de licence de radiodiffusion en vue d’offrir un service de radio commerciale à
London (Ontario).
Le Conseil invite par la présente la soumission de demandes
d’autres parties intéressées à obtenir une licence (ou des licences)
afin de desservir cette région.
Toute personne intéressée devra déposer sa demande au Conseil au plus tard le 12 mai 2008. Les requérantes devront aussi soumettre la documentation technique nécessaire au ministère de l’Industrie à la même date.
Prière de noter qu’en publiant cet appel de demandes, le Conseil n’a pas pour autant tiré de conclusion quant à l’attribution de
licences pour un service à ce moment.
748
Canada Gazette Part I
March 22, 2008
Applicants will be required to provide evidence giving clear
indication that there is a demand and a market for the station and
the proposed service. Without restricting the scope of the issues to
be considered, the following should be addressed:
1. The contribution that the proposed service will make to
achieve the objectives established in the Broadcasting Act and, in
particular, to the production of local and regional programming.
2. The factors relevant to the evaluation of applications, as outlined in Decision CRTC 1999-480 dated October 28, 1999.
3. The means by which the applicant will contribute to Canadian content development, with initiatives that will support,
promote, train and develop Canadian musical and spoken word
talent, including journalists.
4. An analysis of the markets involved and potential advertising revenues, taking into account the results of any survey
undertaken supporting the estimates.
5. Evidence as to the availability of financial resources consistent with the requirements established in the financial projections of the applicant’s business plan. For the convenience of
applicants, the Commission has available upon request a document entitled Documentation Required by the Commission to
Support the Availability of an Applicant’s Proposed Financing.
For the convenience of interested parties, the financial summary for the London radio market will be available on March 28,
2008.
The Commission also reminds applicants that they must comply with the eligibility requirements set out in the Direction to the
CRTC (Ineligibility of Non-Canadians), SOR/97-192, dated
April 8, 1997, as amended by SOR/98-378, dated July 15, 1998,
and the Direction to the CRTC (Ineligibility to Hold Broadcasting
Licences), SOR/85-627, dated June 27, 1985, as amended by
SOR/97-231, dated April 22, 1997, and SOR/2007-73, dated
April 19, 2007.
The Commission will announce at a later date the public process for considering applications and where they may be examined by the public. As part of that process, the public will be
given the opportunity to comment on any application by submitting written interventions to the CRTC.
Notice of each application will also be published in newspapers
of general circulation within the area to be served.
Applications filed in response to this call must be forwarded in
electronic form using epass.
For instructions on how to file applications using epass, consult
the CRTC Web site at www.crtc.gc.ca/eng/file.htm.
Applicants who are unable to file their applications using epass
should contact Robert Cousineau, Manager, Broadcasting Process
and External Liaison, for information on alternate filing options.
Mr. Cousineau may be reached by telephone at 819-997-4681 or
by email at robert.cousineau@crtc.gc.ca.
March 13, 2008
[12-1-o]
Les requérantes devront donc faire la preuve démontrant clairement qu’il y a une demande et un marché pour la station et le
service proposé. Sans limiter la portée des questions devant faire
l’objet de l’étude, il faudrait se pencher sur les questions suivantes :
1. La contribution que le nouveau service apportera à la réalisation des objectifs de la Loi sur la radiodiffusion, en particulier
la production d’émissions locales et régionales.
2. Les facteurs pertinents à l’évaluation des demandes, tel qu’il
est exposé dans la décision CRTC 1999-480 du 28 octobre 1999.
3. Les méthodes par lesquelles la requérante contribuera à
l’élaboration du contenu canadien avec des initiatives consacrées au soutien, à la promotion, à la formation et au rayonnement des talents canadiens tant dans le domaine de la musique
que de la création orale, y compris des journalistes.
4. Une analyse des marchés et des recettes de publicité possibles, en tenant compte des résultats de toute enquête menée qui
appuie les estimations.
5. Une preuve de la disponibilité de ressources financières
compatibles avec les exigences exposées dans les projections
financières à même le plan d’affaires de la requérante. À cet
égard, les requérantes peuvent s’adresser au Conseil pour obtenir le document intitulé Politique du Conseil en matière de pièces probantes confirmant la disponibilité du financement.
Pour faciliter la tâche aux parties intéressées, le sommaire financier du marché radio de London sera disponible le 28 mars
2008.
Le Conseil rappelle aussi aux requérantes qu’elles doivent satisfaire aux exigences d’admissibilité établies dans le décret intitulé Instructions au CRTC (Inadmissibilité de non-Canadiens),
DORS/97-192 du 8 avril 1997, modifié par DORS/98-378 du
15 juillet 1998, et dans le décret intitulé Instructions au CRTC
(Inadmissibilité aux licences de radiodiffusion), DORS/85-627 du
27 juin 1985, modifié par DORS/97-231 du 22 avril 1997 et
DORS/2007-73 du 19 avril 2007.
Le Conseil annoncera plus tard le processus public où les demandes seront étudiées et les endroits où le public pourra les consulter. Dans le cadre de ce processus, le public pourra formuler
des observations concernant l’une ou l’autre des demandes en
déposant une (des) intervention(s) écrite(s) au CRTC.
Un avis concernant chaque demande sera également publié
dans des journaux à grand tirage de la région à desservir.
Les demandes faisant suite à cet appel doivent être déposées
par voie électronique en utilisant epass.
Pour savoir comment utiliser epass aux fins du dépôt des demandes, il suffit de consulter le site Web du Conseil à l’adresse
suivante : www.crtc.gc.ca/frn/file.htm.
Les requérantes qui sont dans l’impossibilité de soumettre leurs
demandes par voie électronique en utilisant epass pourront
s’adresser à Robert Cousineau, gestionnaire, Processus en radiodiffusion et relations externes, afin d’obtenir des renseignements
sur les autres façons de soumettre leurs demandes. On peut le
joindre par téléphone au 819-997-4681 ou par courriel à l’adresse
robert.cousineau@crtc.gc.ca.
Le 13 mars 2008
[12-1-o]
Le 22 mars 2008
Gazette du Canada Partie I
749
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
PUBLIC NOTICE 2008-22
AVIS PUBLIC 2008-22
Notice of consultation
Avis de consultation
Call for applications
Radio — Guelph, Ontario
The Commission announces that it has received an application
for a broadcasting licence to provide a commercial radio service
to serve Guelph, Ontario.
The Commission hereby calls for applications from other parties wishing to obtain a broadcasting licence (or licences) to serve
this area.
Persons interested in responding to this call must submit a formal application to the Commission no later than May 12, 2008.
Applicants are also required to submit all necessary technical
documentation to the Department of Industry by the same date.
It should be noted that, in making this call, the Commission has
not reached any conclusion with respect to the licensing of any
service at this time.
Applicants will be required to provide evidence giving clear
indication that there is a demand and a market for the station and
the proposed service. Without restricting the scope of the issues to
be considered, the following should be addressed:
1. The contribution that the proposed service will make to
achieve the objectives established in the Broadcasting Act and, in
particular, to the production of local and regional programming.
2. The factors relevant to the evaluation of applications, as outlined in Decision CRTC 1999-480 dated October 28, 1999.
3. The means by which the applicant will contribute to Canadian content development, with initiatives that will support,
promote, train and develop Canadian musical and spoken word
talent, including journalists.
4. An analysis of the markets involved and potential advertising revenues, taking into account the results of any survey
undertaken supporting the estimates.
5. Evidence as to the availability of financial resources consistent with the requirements established in the financial projections of the applicant’s business plan. For the convenience of
applicants, the Commission has available upon request a document entitled Documentation Required by the Commission to
Support the Availability of an Applicant’s Proposed Financing.
Appel de demandes
Radio — Guelph (Ontario)
Le Conseil annonce qu’il a reçu une demande de licence de radiodiffusion en vue d’offrir un service de radio commerciale à
Guelph (Ontario).
Le Conseil invite par la présente la soumission de demandes
d’autres parties intéressées à obtenir une licence (ou des licences)
afin de desservir cette région.
Toute personne intéressée devra déposer sa demande au Conseil au plus tard le 12 mai 2008. Les requérantes devront aussi soumettre la documentation technique nécessaire au ministère de l’Industrie à la même date.
Prière de noter qu’en publiant cet appel de demandes, le Conseil n’a pas pour autant tiré de conclusion quant à l’attribution de
licences pour un service à ce moment.
Les requérantes devront donc faire la preuve démontrant clairement qu’il y a une demande et un marché pour la station et le
service proposé. Sans limiter la portée des questions devant faire
l’objet de l’étude, il faudrait se pencher sur les questions suivantes :
1. La contribution que le nouveau service apportera à la réalisation des objectifs de la Loi sur la radiodiffusion, en particulier
la production d’émissions locales et régionales.
2. Les facteurs pertinents à l’évaluation des demandes, tel qu’il
est exposé dans la décision CRTC 1999-480 du 28 octobre 1999.
3. Les méthodes par lesquelles la requérante contribuera à
l’élaboration du contenu canadien avec des initiatives consacrées au soutien, à la promotion, à la formation et au rayonnement des talents canadiens tant dans le domaine de la musique
que de la création orale, y compris des journalistes.
4. Une analyse des marchés et des recettes de publicité possibles, en tenant compte des résultats de toute enquête menée qui
appuie les estimations.
5. Une preuve de la disponibilité de ressources financières
compatibles avec les exigences exposées dans les projections
financières à même le plan d’affaires de la requérante. À cet
égard, les requérantes peuvent s’adresser au Conseil pour obtenir le document intitulé Politique du Conseil en matière de pièces probantes confirmant la disponibilité du financement.
Le Conseil note que, conformément aux lignes directrices relatives au traitement confidentiel des rapports annuels (circulaire 429), le sommaire financier global pour le marché de Guelph
n’est pas disponible en raison du nombre limité de titulaires desservant ce marché.
Le Conseil rappelle aussi aux requérantes qu’elles doivent satisfaire aux exigences d’admissibilité établies dans le décret intitulé Instructions au CRTC (Inadmissibilité de non-Canadiens),
DORS/97-192 du 8 avril 1997, modifié par DORS/98-378 du
15 juillet 1998, et dans le décret intitulé Instructions au CRTC
(Inadmissibilité aux licences de radiodiffusion), DORS/85-627 du
27 juin 1985, modifié par DORS/97-231 du 22 avril 1997 et
DORS/2007-73 du 19 avril 2007.
Le Conseil annoncera plus tard le processus public où les demandes seront étudiées et les endroits où le public pourra les consulter. Dans le cadre de ce processus, le public pourra formuler
des observations concernant l’une ou l’autre des demandes en
déposant une (des) intervention(s) écrite(s) au CRTC.
The Commission notes that, in accordance with the guidelines
respecting the confidential treatment of annual returns (Circular 429), an aggregate financial summary for the Guelph radio
market cannot be made available due to the limited financial of
incumbents serving that market.
The Commission also reminds applicants that they must comply with the eligibility requirements set out in the Direction to
the CRTC (Ineligibility of Non-Canadians), SOR/97-192, dated
April 8, 1997, as amended by SOR/98-378, dated July 15, 1998,
and the Direction to the CRTC (Ineligibility to Hold Broadcasting
Licences), SOR/85-627, dated June 27, 1985, as amended by
SOR/97-231, dated April 22, 1997, and SOR/2007-73, dated
April 19, 2007.
The Commission will announce at a later date the public process for considering applications and where they may be examined by the public. As part of that process, the public will be
given the opportunity to comment on any application by submitting written interventions to the CRTC.
750
Canada Gazette Part I
March 22, 2008
Notice of each application will also be published in newspapers
of general circulation within the area to be served.
Applications filed in response to this call must be forwarded in
electronic form using epass.
For instructions on how to file applications using epass, consult
the CRTC Web site at www.crtc.gc.ca/eng/file.htm.
Applicants who are unable to file their applications using epass
should contact Robert Cousineau, Manager, Broadcasting Process
and External Liaison, for information on alternate filing options.
Mr. Cousineau may be reached by telephone at 819-997-4681 or
by email at robert.cousineau@crtc.gc.ca.
March 13, 2008
Un avis concernant chaque demande sera également publié
dans des journaux à grand tirage de la région à desservir.
Les demandes faisant suite à cet appel doivent être déposées
par voie électronique en utilisant epass.
Pour savoir comment utiliser epass aux fins du dépôt des demandes, il suffit de consulter le site Web du Conseil à l’adresse
suivante : www.crtc.gc.ca/frn/file.htm.
Les requérantes qui sont dans l’impossibilité de soumettre leurs
demandes par voie électronique en utilisant epass pourront
s’adresser à Robert Cousineau, gestionnaire, Processus en radiodiffusion et relations externes, afin d’obtenir des renseignements
sur les autres façons de soumettre leurs demandes. On peut le
joindre par téléphone au 819-997-4681 ou par courriel à l’adresse
robert.cousineau@crtc.gc.ca.
Le 13 mars 2008
[12-1-o]
[12-1-o]
NATIONAL ENERGY BOARD
OFFICE NATIONAL DE L’ÉNERGIE
APPLICATION TO EXPORT ELECTRICITY TO THE
UNITED STATES
DEMANDE VISANT L’EXPORTATION D’ÉLECTRICITÉ
AUX ÉTATS-UNIS
Sempra Energy Trading (Calgary) ULC
Sempra Energy Trading (Calgary) ULC
By an application dated February 29, 2008, Sempra Energy
Trading (Calgary) ULC (the “Applicant”) has applied to the National Energy Board (the “Board”), under Division II of Part VI
of the National Energy Board Act (the “Act”), for authorization to
export up to 29 MW/250 000 MWh of firm power and energy and
up to 0 MWh of interruptible energy for a period of ten years.
Avis est par les présentes donné que le 29 février 2008, la société Sempra Energy Trading (Calgary) ULC (le « demandeur »)
a déposé auprès de l’Office national de l’énergie (l’« Office »),
aux termes de la section II de la partie VI de la Loi sur l’Office
national de l’énergie (la « Loi »), une demande en vue d’obtenir
l’autorisation d’exporter jusqu’à 29 MW/250 000 MWh de puissance et d’énergie garanties et jusqu’à 0 MWh d’énergie interruptible pendant une période de dix ans.
L’Office souhaite obtenir les commentaires des parties intéressées à l’égard de cette demande avant de délivrer un permis ou de
recommander au gouverneur en conseil la tenue d’une audience
publique. Les directives sur la procédure énoncées ci-après exposent en détail la démarche qui sera suivie.
1. Le demandeur doit déposer et conserver au dossier des
exemplaires de la demande aux fins d’examen public pendant les
heures normales d’ouverture aux bureaux des conseillers juridiques de Sempra Energy Trading (Calgary) ULC, Stikeman Elliott
LLP, situés au 4300 Bankers Hall W, Calgary (Alberta) T2P 5C5
(poste), 403-266-9034 (télécopieur), et en fournir un exemplaire à
quiconque en fait la demande. Il est également possible de consulter un exemplaire de la demande, pendant les heures normales d’ouverture, à la bibliothèque de l’Office, située au 444 Seventh Avenue SW, Pièce 1002, Calgary (Alberta) T2P 0X8.
2. Les parties qui désirent déposer des commentaires doivent le
faire auprès du secrétaire de l’Office, au 444 Seventh Avenue
SW, Calgary (Alberta) T2P 0X8, 403-292-5503 (télécopieur), et
le signifier au demandeur, au plus tard le 21 avril 2008.
3. Conformément au paragraphe 119.06(2) de la Loi, l’Office
tiendra compte de tous les facteurs qu’il estime pertinents. En
particulier, il s’intéresse aux commentaires des déposants sur les
questions suivantes :
a) les conséquences de l’exportation sur les provinces autres
que la province exportatrice;
b) les conséquences de l’exportation sur l’environnement;
c) si le demandeur :
(i) a informé quiconque s’est montré intéressé par l’achat
d’électricité pour consommation au Canada des quantités et
des catégories de services offerts,
The Board wishes to obtain the views of interested parties on
this application before issuing a permit or recommending to the
Governor in Council that a public hearing be held. The directions
on procedure that follow explain in detail the procedure that will
be used.
1. The Applicant shall deposit and keep on file, for public inspection during normal business hours, copies of the application
at its counsel’s offices located at Stikeman Elliott LLP, 4300
Bankers Hall W, Calgary, Alberta T2P 5C5 (mail), 403-266-9034
(fax), and provide a copy of the application to any person who
requests one. A copy of the application is also available for viewing
during normal business hours in the Board’s library, 444 Seventh
Avenue SW, Room 1002, Calgary, Alberta T2P 0X8.
2. Submissions that any party wishes to present shall be filed
with the Secretary of the Board, 444 Seventh Avenue SW, Calgary, Alberta T2P 0X8, 403-292-5503 (fax), and served on the
Applicant, by April 21, 2008.
3. Pursuant to subsection 119.06(2) of the Act, the Board shall
have regard to all considerations that appear to it to be relevant. In
particular, the Board is interested in the views of submitters with
respect to
(a) the effect of the exportation of the electricity on provinces
other than the one from which the electricity is to be exported;
(b) the impact of the exportation on the environment; and
(c) whether the Applicant has
(i) informed those who have declared an interest in buying
electricity for consumption in Canada of the quantities and
classes of service available for sale, and
Le 22 mars 2008
Gazette du Canada Partie I
751
CLAUDINE DUTIL-BERRY
Secretary
(ii) a donné la possibilité d’acheter de l’électricité à des conditions aussi favorables que celles indiquées dans la demande à ceux qui ont, dans un délai raisonnable suivant la
communication de ce fait, manifesté l’intention d’acheter de
l’électricité pour consommation au Canada.
4. Toute réponse aux commentaires que le demandeur désire
présenter à la suite des points 2 et 3 du présent avis de demande et
des présentes directives sur la procédure doit être déposée auprès
du secrétaire de l’Office et signifiée à la partie qui a déposé le
commentaire, au plus tard le 6 mai 2008.
5. Pour obtenir de plus amples renseignements sur les méthodes régissant l’examen mené par l’Office, veuillez communiquer
avec le secrétaire de l’Office, Claudine Dutil-Berry, par téléphone
au 403-299-2714 ou par télécopieur au 403-292-5503.
Le secrétaire
CLAUDINE DUTIL-BERRY
[12-1-o]
[12-1-o]
(ii) given an opportunity to purchase electricity on terms and
conditions as favourable as the terms and conditions specified in the application to those who, within a reasonable time
of being so informed, demonstrate an intention to buy electricity for consumption in Canada.
4. Any answer to submissions that the Applicant wishes to present in response to items 2 and 3 of this notice of application and
directions on procedure shall be filed with the Secretary of the
Board and served on the party that filed the submission, by
May 6, 2008.
5. For further information on the procedures governing the
Board’s examination, contact the Secretary of the Board, Claudine
Dutil-Berry, at 403-299-2714 (telephone), 403-292-5503 (fax).
NATIONAL ENERGY BOARD
OFFICE NATIONAL DE L’ÉNERGIE
APPLICATION TO EXPORT ELECTRICITY TO THE
UNITED STATES
DEMANDE VISANT L’EXPORTATION D’ÉLECTRICITÉ
AUX ÉTATS-UNIS
Twin Cities Power — Canada, ULC
Twin Cities Power — Canada, ULC
By an application dated March 5, 2008, Twin Cities Power —
Canada, ULC (the “Applicant”) has applied to the National Energy Board (the “Board”), under Division II of Part VI of the National Energy Board Act (the “Act”), for authorization to export
up to 1 000 MW/2 000 000 MWh of firm power and energy and
up to 0 MWh of interruptible energy for a period of ten years.
Avis est par les présentes donné que le 5 mars 2008, la société
Twin Cities Power — Canada, ULC (le « demandeur ») a déposé
auprès de l’Office national de l’énergie (l’« Office »), aux termes
de la section II de la partie VI de la Loi sur l’Office national de
l’énergie (la « Loi »), une demande en vue d’obtenir l’autorisation d’exporter jusqu’à 1 000 MW/2 000 000 MWh de puissance
et d’énergie garanties et jusqu’à 0 MWh d’énergie interruptible
pendant une période de dix ans.
L’Office souhaite obtenir les commentaires des parties intéressées à l’égard de cette demande avant de délivrer un permis ou de
recommander au gouverneur en conseil la tenue d’une audience
publique. Les directives sur la procédure énoncées ci-après exposent en détail la démarche qui sera suivie.
1. Le demandeur doit verser et conserver au dossier des exemplaires de la demande aux fins d’examen public pendant les heures normales d’ouverture, à ses bureaux situés au 205 5th Avenue
SW, Pièce 3700, Calgary (Alberta) T2P 2V7, 952-431-0407 (téléphone), 952-431-8470 (télécopieur), sgarrett@fairwaydairy.com
(courriel), et en fournir un exemplaire à quiconque en fait la
demande. Il est également possible de consulter un exemplaire de
la demande, pendant les heures normales d’ouverture, à la bibliothèque de l’Office, située au 444 Seventh Avenue SW,
Pièce 1002, Calgary (Alberta) T2P 0X8.
2. Les parties qui désirent déposer des commentaires doivent le
faire auprès du secrétaire de l’Office, au 444 Seventh Avenue
SW, Calgary (Alberta) T2P 0X8, 403-292-5503 (télécopieur), et
les signifier au demandeur, au plus tard le 21 avril 2008.
3. Conformément au paragraphe 119.06(2) de la Loi, l’Office
tiendra compte de tous les facteurs qu’il estime pertinents. En
particulier, il s’intéresse aux commentaires des déposants sur les
questions suivantes :
a) les conséquences de l’exploitation sur les provinces autres
que la province exportatrice;
b) les conséquences de l’exportation sur l’environnement;
c) si le demandeur :
(i) a informé quiconque s’est montré intéressé par l’achat
d’électricité pour consommation au Canada des quantités et
des catégories de services offerts,
The Board wishes to obtain the views of interested parties on
this application before issuing a permit or recommending to the
Governor in Council that a public hearing be held. The directions
on procedure that follow explain in detail the procedure that will
be used.
1. The Applicant shall deposit and keep on file, for public inspection during normal business hours, copies of the application
at its offices located at 205 5th Avenue SW, Suite 3700, Calgary,
Alberta T2P 2V7, 952-431-0407 (telephone), 952-431-8470 (fax),
sgarrett@fairwaydairy.com (email), and provide a copy of the application to any person who requests one. A copy of the application is also available for viewing during normal business hours in
the Board’s library, 444 Seventh Avenue SW, Room 1002, Calgary, Alberta T2P 0X8.
2. Submissions that any party wishes to present shall be filed
with the Secretary of the Board, 444 Seventh Avenue SW, Calgary, Alberta T2P 0X8, 403-292-5503 (fax), and served on the
Applicant, by April 21, 2008.
3. Pursuant to subsection 119.06(2) of the Act, the Board shall
have regard to all considerations that appear to it to be relevant. In
particular, the Board is interested in the views of submitters with
respect to
(a) the effect of the exportation of the electricity on provinces
other than the one from which the electricity is to be exported;
(b) the impact of the exportation on the environment; and
(c) whether the Applicant has
(i) informed those who have declared an interest in buying
electricity for consumption in Canada of the quantities and
classes of service available for sale, and
752
Canada Gazette Part I
March 22, 2008
(ii) given an opportunity to purchase electricity on terms and
conditions as favourable as the terms and conditions specified in the application to those who, within a reasonable time
of being so informed, demonstrate an intention to buy electricity for consumption in Canada.
4. Any answer to submissions that the Applicant wishes to present in response to items 2 and 3 of this notice of application and
directions on procedure shall be filed with the Secretary of the
Board and served on the party that filed the submission, by
May 6, 2008.
5. For further information on the procedures governing the
Board’s examination, contact the Secretary of the Board, Claudine
Dutil-Berry, at 403-299-2714 (telephone), 403-292-5503 (fax).
CLAUDINE DUTIL-BERRY
Secretary
(ii) a donné la possibilité d’acheter de l’électricité à des conditions aussi favorables que celles indiquées dans la demande à ceux qui ont, dans un délai raisonnable suivant la
communication de ce fait, manifesté l’intention d’acheter de
l’électricité pour consommation au Canada.
4. Toute réponse aux commentaires que le demandeur désire
présenter à la suite des points 2 et 3 du présent avis de demande et
des présentes directives sur la procédure doit être déposée auprès
du secrétaire de l’Office et signifiée à la partie qui a déposé le
commentaire, au plus tard le 6 mai 2008.
5. Pour obtenir de plus amples renseignements sur les méthodes régissant l’examen mené par l’Office, veuillez communiquer
avec le secrétaire de l’Office, Claudine Dutil-Berry, par téléphone
au 403-299-2714 ou par télécopieur au 403-292-5503.
Le secrétaire
CLAUDINE DUTIL-BERRY
[12-1-o]
[12-1-o]
PATENTED MEDICINE PRICES REVIEW BOARD
CONSEIL D’EXAMEN DU PRIX DES MÉDICAMENTS
BREVETÉS
PATENT ACT
LOI SUR LES BREVETS
Hearing
Audition
In the matter of the Patent Act, R.S.C. 1985, c. P-4, as amended
And in the matter of Apotex Inc. (the “Respondent”)
Take notice that the Patented Medicine Prices Review Board
(the “Board”) will hold a hearing at its offices in the Standard
Life Centre, 18th Floor, 333 Laurier Avenue W, Ottawa, Ontario,
on a date to be set by the Board.
The purpose of this proceeding is to receive the evidence and
argument of the Staff of the Board (“Board Staff”) and the Respondent on the Application by Board Staff dated December 27,
2007, for Orders pursuant to sections 81 and 88 of the Patent Act
(the “Act”) requiring the Respondent to provide certain information concerning the Respondent’s status as a patentee within the
meaning of the Act and to file all statutory information required
of a patentee pursuant to the Act and the Patented Medicines
Regulations, 1994.
Persons wishing to intervene in the proceeding are required to
apply to the Board for leave to intervene on or before April 2,
2008. Such persons should contact the Secretary of the Board for
further information on the procedure.
Applications for leave to intervene should be addressed to
the Secretary of the Board: Sylvie Dupont, Standard Life Centre,
Suite 1400, 333 Laurier Avenue W, Ottawa, Ontario K1P 1C1,
1-877-861-2350 (toll-free number), 613-954-8299 (direct line),
613-952-7626 (fax), sdupont@pmprb-cepmb.gc.ca (email).
Dans l’affaire de la Loi sur les brevets, L.R.C. (1985), ch. P-4
modifiée
Et dans l’affaire d’Apotex Inc. (l’« intimée »)
Prenez avis que le Conseil d’examen du prix des médicaments
brevetés (le « Conseil ») tiendra une audition à ses bureaux du
Centre Standard Life, 18e étage, sis au 333, avenue Laurier Ouest,
Ottawa (Ontario), à une date encore non déterminée.
L’audition aura pour objet de recevoir les éléments de preuve
et d’entendre les arguments du personnel du Conseil et de l’intimée concernant l’Avis de requête du personnel du Conseil en date
du 27 décembre 2007 en vertu des articles 81 et 88 de la Loi sur
les brevets (la « Loi »), aux fins d’obtenir de l’intimée certains
éléments d’information concernant son statut de breveté au sens
qu’en donne la Loi ainsi que tous les renseignements qu’il est
tenu de fournir au Conseil en vertu de la Loi et du Règlement sur
les médicaments brevetés, 1994.
Les personnes qui désirent intervenir dans cette affaire doivent
déposer une requête d’intervention auprès du Conseil au plus tard
le 2 avril 2008. Ces personnes sont priées de s’adresser à la secrétaire du Conseil pour obtenir des renseignements sur la procédure.
Les requêtes d’intervention doivent être acheminées à la secrétaire du Conseil : Sylvie Dupont, Centre Standard Life,
Bureau 1400, 333, avenue Laurier Ouest, Ottawa (Ontario) K1P
1C1, 1-877-861-2350 (numéro sans frais), 613-954-8299 (téléphone), 613-952-7626 (télécopieur), sdupont@pmprb-cepmb.gc.ca
(courriel).
[12-1-o]
[12-1-o]
PUBLIC SERVICE COMMISSION
COMMISSION DE LA FONCTION PUBLIQUE
PUBLIC SERVICE EMPLOYMENT ACT
LOI SUR L’EMPLOI DANS LA FONCTION PUBLIQUE
Permission granted
Permission accordée
The Public Service Commission of Canada, pursuant to section 116 of the Public Service Employment Act, hereby gives notice that it has granted permission, pursuant to subsection 115(2)
La Commission de la fonction publique du Canada, en vertu de
l’article 116 de la Loi sur l’emploi dans la fonction publique,
donne avis par la présente qu’elle a accordé à Wayne Atwater,
Le 22 mars 2008
Gazette du Canada Partie I
753
MARIA BARRADOS
President
menuisier (GL-WOW-10), Base des Forces canadiennes de Greenwood, ministère de la Défense nationale, Greenwood (NouvelleÉcosse), la permission, aux termes du paragraphe 115(2) de ladite
loi, de se porter candidat avant et pendant la période électorale pour
le poste de conseiller de la circonscription électorale municipale
numéro 5 de la municipalité de County of Kings (NouvelleÉcosse) à l’élection municipale générale prévue le 18 octobre 2008.
S’il est élu comme conseiller, la Commission accorde également
la permission à M. Atwater de se porter candidat pour le poste de
vice-président de conseil de comté pour la municipalité de County
of Kings (Nouvelle-Écosse).
Le 5 mars 2008
La présidente
MARIA BARRADOS
[12-1-o]
[12-1-o]
of the said Act, to Wayne Atwater, Carpenter (GL-WOW-10),
Canadian Forces Base Greenwood, Department of National Defence, Greenwood, Nova Scotia, to allow him to be a candidate
before and during the election period for the position of Councillor for Polling District No. 5 in the Municipality of the County of
Kings, Nova Scotia, municipal general election to be held on October 18, 2008. If he is elected as Councillor, the Commission
also grants permission to Mr. Atwater to seek nomination for the
position of Deputy Warden for the Municipality of the County of
Kings, Nova Scotia.
March 5, 2008
754
Canada Gazette Part I
March 22, 2008
MISCELLANEOUS NOTICES
AVIS DIVERS
CANADIAN ASSOCIATION OF PHARMACY
TECHNICIANS INC.
ASSOCIATION CANADIENNE DES TECHNICIENS
PHARMACEUTIQUES INC.
RELOCATION OF HEAD OFFICE
CHANGEMENT DE LIEU DU SIÈGE SOCIAL
Notice is hereby given that Canadian Association of Pharmacy
Technicians Inc. has changed the location of its head office to the
regional municipality of Niagara, province of Ontario.
ERIC P. COHEN
Solicitor
Avis est par les présentes donné que Association Canadienne
des Techniciens Pharmaceutiques Inc. a changé le lieu de son
siège social qui est maintenant situé dans la municipalité régionale de Niagara, province d’Ontario.
Le 11 mars 2008
L’avocat
ERIC P. COHEN
[12-1-o]
[12-1-o]
March 11, 2008
DEPARTMENT OF TRANSPORTATION OF
NEW BRUNSWICK
MINISTÈRE DES TRANSPORTS DU
NOUVEAU-BRUNSWICK
PLANS DEPOSITED
DÉPÔT DE PLANS
The Department of Transportation of New Brunswick hereby
gives notice that an application has been made to the Minister of
Transport, Infrastructure and Communities under the Navigable
Waters Protection Act for approval of the plans and site of the
work described herein. Under section 9 of the said Act, the Department of Transportation of New Brunswick has deposited with
the Minister of Transport, Infrastructure and Communities and in
the office of the District Registrar of the Land Registry District of
Charlotte County, at St. Stephen, New Brunswick, under deposit
No. 25186090, a description of the site and plans of the existing
Deer Island Ferry Wharf, near Butler Point, on Deer Island.
Comments regarding the effect of this work on marine navigation may be directed to the Superintendent, Navigable Waters
Protection Program, Transport Canada, P.O. Box 1013, Dartmouth, Nova Scotia B2Y 4K2. However, comments will be considered only if they are in writing and are received not later than
30 days after the date of publication of this notice. Although all
comments conforming to the above will be considered, no individual response will be sent.
Fredericton, March 6, 2008
DENIS LANDRY
Minister of Transportation
Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick donne
avis, par les présentes, qu’une demande a été déposée auprès du
ministre des Transports, de l’Infrastructure et des Collectivités,
en vertu de la Loi sur la protection des eaux navigables, pour
l’approbation des plans et de l’emplacement de l’ouvrage décrit
ci-après. Le ministère des Transports du Nouveau-Brunswick a,
en vertu de l’article 9 de ladite loi, déposé auprès du ministre des
Transports, de l’Infrastructure et des Collectivités et au bureau de
la publicité des droits du district d’enregistrement du comté de
Charlotte, à St. Stephen (Nouveau-Brunswick), sous le numéro de
dépôt 25186090, une description de l’emplacement et les plans de
l’actuel quai de traversier Deer Island, près de Butler Point, sur
l’île Deer.
Les commentaires relatifs à l’effet de l’ouvrage sur la navigation maritime peuvent être adressés au Surintendant, Programme
de protection des eaux navigables, Transports Canada, Case postale 1013, Dartmouth (Nouvelle-Écosse) B2Y 4K2. Veuillez noter
que seuls les commentaires faits par écrit et reçus au plus tard
30 jours suivant la date de publication de cet avis seront considérés. Même si tous les commentaires répondant à ces exigences
seront considérés, aucune réponse individuelle ne sera envoyée.
Fredericton, le 6 mars 2008
Le ministre des Transports
DENIS LANDRY
[12-1-o]
[12-1-o]
THE DOMINION ATLANTIC RAILWAY COMPANY
COMPAGNIE DU CHEMIN DE FER
DOMINION-ATLANTIC
ANNUAL MEETING
ASSEMBLÉE ANNUELLE
The annual meeting of the shareholders of The Dominion
Atlantic Railway Company will be held in the Yale Room,
Suite 920, 401 9th Avenue SW, Calgary, Alberta, on Tuesday,
April 8, 2008, at 9:30 a.m., for the presentation of the financial
L’assemblée annuelle des actionnaires de la Compagnie du
chemin de fer Dominion-Atlantic se tiendra dans la salle Yale,
Bureau 920, 401 9th Avenue SW, Calgary (Alberta), le mardi
8 avril 2008, à 9 h 30, pour présenter les états financiers, élire les
Le 22 mars 2008
Gazette du Canada Partie I
755
statements, the election of directors, the appointment of the auditor of the Company, and for the transaction of such other business
as may properly come before the meeting.
Calgary, February 21, 2008
By order of the Board
M. H. LEONG
Secretary
administrateurs, nommer le vérificateur de la Compagnie et examiner toutes les questions dont elle pourra être saisie.
[10-4-o]
[10-4-o]
Calgary, le 21 février 2008
Par ordre du conseil
Le secrétaire
M. H. LEONG
JAMESON INTERNATIONAL FOREIGN EXCHANGE
CORPORATION
JAMESON INTERNATIONAL FOREIGN EXCHANGE
CORPORATION
LETTERS PATENT OF CONTINUANCE
LETTRES PATENTES DE PROROGATION
Notice is hereby given that Jameson International Foreign Exchange Corporation (the “Company”) intends to file an application with the Superintendent of Financial Institutions, pursuant to
section 33 of the Bank Act (Canada), to request that the Minister
of Finance issue letters patent of continuance to continue the
Company as a bank under the name of Jameson Bank.
Any person who objects to the issuance of these letters patent
may submit the objection in writing, before April 30, 2008, to the
Office of the Superintendent of Financial Institutions, 255 Albert
Street, Ottawa, Ontario K1A 0H2.
February 29, 2008
JAMES LAU
President
Avis est donné par la présente que Jameson International
Foreign Exchange Corporation (la « Compagnie ») a l’intention
de demander au surintendant des institutions financières, en vertu
de l’article 33 de la Loi sur les banques (Canada), que le ministre
des Finances délivre des lettres patentes de prorogation en vue de
proroger la Compagnie en une banque, laquelle portera le nom de
Jameson Bank.
Toute personne qui s’oppose à la délivrance de ces lettres
patentes peut soumettre son objection par écrit au Bureau du
surintendant des institutions financières, 255, rue Albert, Ottawa
(Ontario) K1A 0H2, avant le 30 avril 2008.
Le 29 février 2008
Le président
JAMES LAU
[10-4-o]
[10-4-o]
MIDDLE BAY LIMITED PARTNERSHIP
MIDDLE BAY LIMITED PARTNERSHIP
PLANS DEPOSITED
DÉPÔT DE PLANS
Middle Bay Limited Partnership hereby gives notice that an
application has been made to the Minister of Transport, Infrastructure and Communities under the Navigable Waters Protection Act for approval of the plans and site of the work described
herein. Under section 9 of the said Act, Middle Bay Limited Partnership has deposited with the Minister of Transport, Infrastructure and Communities and in the office of the Government Agent,
at Campbell River, British Columbia, under deposit No. 1000048,
a description of the site and plans for the installation of a floating,
solid wall containment aquaculture facility comprised of four
tanks, each of 30 m in diameter, one tank of 24 m in diameter,
access walkways, and a waste control system with a 30-m deep
outfall extending to the tenure boundary located 422 m from the
shore. The system will be secured by multiple anchor points attached to pile-driven plate anchors and the access walkways will
be secured to piles. The installation will be in Middle Bay, Campbell River, British Columbia, in the tenure boundaries of the surveyed water lot with legal description District Lot 1696, Sayward District, and bounded by the property having civic address
4380 Terminal Place, Campbell River, British Columbia.
La société Middle Bay Limited Partnership donne avis, par les
présentes, qu’une demande a été déposée auprès du ministre des
Transports, de l’Infrastructure et des Collectivités, en vertu de la
Loi sur la protection des eaux navigables, pour l’approbation des
plans et de l’emplacement de l’ouvrage décrit ci-après. La Middle
Bay Limited Partnership a, en vertu de l’article 9 de ladite loi,
déposé auprès du ministre des Transports, de l’Infrastructure et
des Collectivités et au bureau de l’agent du gouvernement, à
Campbell River (Colombie-Britannique), sous le numéro de dépôt 1000048, une description de l’emplacement et les plans d’une
installation d’aquaculture flottante retenue par un mur solide et
constituée de quatre bassins de 30 m de diamètre chacun, d’un
bassin de 24 m de diamètre, de passerelles d’accès et d’un système de contrôle des déchets comprenant un émissaire d’une profondeur de 30 m qui se déverse à la ligne de démarcation et qui
est situé à 422 m du rivage. Le système sera fixé solidement à
l’aide de plusieurs points d’amarrage attachés à des dispositifs
d’ancrage à pilotis et les passerelles d’accès seront fixées aux
pilotis. L’installation sera située dans la baie de Middle, à Campbell River, en Colombie-Britannique, à l’intérieur des lignes de
démarcation du lot de grève arpenté dont la description officielle
correspond au lot de district 1696, district de Sayward, et délimité
par une adresse municipale, soit le 4380, place Terminal, Campbell River (Colombie-Britannique).
756
Canada Gazette Part I
March 22, 2008
Comments regarding the effect of this work on marine navigation may be directed to the Superintendent, Navigable Waters
Protection Program, Transport Canada, 800 Burrard Street,
Suite 620, Vancouver, British Columbia V6Z 2J8. However, comments will be considered only if they are in writing and are received not later than 30 days after the date of publication of this
notice. Although all comments conforming to the above will be
considered, no individual response will be sent.
Campbell River, March 10, 2008
Les commentaires relatifs à l’effet de l’ouvrage sur la navigation maritime peuvent être adressés au Surintendant, Programme
de protection des eaux navigables, Transports Canada, 800, rue
Burrard, Bureau 620, Vancouver (Colombie-Britannique) V6Z
2J8. Veuillez noter que seuls les commentaires faits par écrit et
reçus au plus tard 30 jours suivant la date de publication de cet
avis seront considérés. Même si tous les commentaires répondant
à ces exigences seront considérés, aucune réponse individuelle ne
sera envoyée.
Campbell River, le 10 mars 2008
MIDDLE BAY LIMITED PARTNERSHIP
MIDDLE BAY LIMITED PARTNERSHIP
[12-1-o]
[12-1]
MINISTÈRE DES TRANSPORTS DU QUÉBEC
MINISTÈRE DES TRANSPORTS DU QUÉBEC
PLANS DEPOSITED
DÉPÔT DE PLANS
The Direction de la Côte-Nord du ministère des Transports du
Québec (the department of transportation of Quebec, directorate
of Côte-Nord) hereby gives notice that an application has been
made to the Minister of Transport, Infrastructure and Communities under the Navigable Waters Protection Act for approval of
the plans and site of the work described herein. Under section 9 of
the said Act, the ministère des Transports du Québec has deposited with the Minister of Transport, Infrastructure and Communities and in the post office of Kegaska, in the district of Duplessis,
Quebec, a description of the site and plans for the construction of
a wood-and-steel bridge over the Kegaska River, in Côte-Norddu-Golfe-du-Saint-Laurent, connecting the village of Kegaska to
Natashquan.
La Direction de la Côte-Nord du ministère des Transports du
Québec donne avis, par les présentes, qu’une demande a été déposée auprès du ministre des Transports, de l’Infrastructure et des
Collectivités, en vertu de la Loi sur la protection des eaux navigables, pour l’approbation des plans et de l’emplacement de l’ouvrage décrit ci-après. Le ministère des Transports du Québec a, en
vertu de l’article 9 de ladite loi, déposé auprès du ministre des
Transports, de l’Infrastructure et des Collectivités et au bureau de
poste de Kegaska, dans la circonscription de Duplessis (Québec),
une description de l’emplacement et les plans de la construction
d’un pont en acier et en bois qui enjambe la rivière Kegaska, à
Côte-Nord-du-Golfe-du-Saint-Laurent, et qui relie le village de
Kegaska à Natashquan.
Comments regarding the effect of this work on marine navigation may be directed to the Superintendent, Navigable Waters
Protection Program, Transport Canada, 901 Du Cap-Diamant
Street, Suite 310, Québec, Quebec G1K 4K1. However, comments will be considered only if they are in writing and are received not later than 30 days after the date of publication of this
notice. Although all comments conforming to the above will be
considered, no individual response will be sent.
Les commentaires relatifs à l’effet de l’ouvrage sur la navigation maritime peuvent être adressés au Surintendant, Programme
de protection des eaux navigables, Transports Canada, 901, rue
du Cap-Diamant, Bureau 310, Québec (Québec) G1K 4K1. Veuillez noter que seuls les commentaires faits par écrit et reçus au
plus tard 30 jours suivant la date de publication de cet avis seront
considérés. Même si tous les commentaires répondant à ces exigences seront considérés, aucune réponse individuelle ne sera
envoyée.
Baie-Comeau, March 11, 2008
Baie-Comeau, le 11 mars 2008
MINISTÈRE DES TRANSPORTS DU QUÉBEC
MINISTÈRE DES TRANSPORTS DU QUÉBEC
[12-1-o]
[12-1-o]
MINISTRY OF TRANSPORTATION OF ONTARIO
MINISTÈRE DES TRANSPORTS DE L’ONTARIO
PLANS DEPOSITED
DÉPÔT DE PLANS
The Ministry of Transportation of Ontario hereby gives notice
that an application has been made to the Minister of Transport,
Infrastructure and Communities under the Navigable Waters Protection Act for approval of the plans and site of the work described herein. Under section 9 of the said Act, the Ministry of
Transportation of Ontario has deposited with the Minister of
Transport, Infrastructure and Communities and in the office of the
District Registrar of the Land Registry District of Algoma, at
Sault Ste. Marie, Ontario, under deposit No. T467961, a description of the site and plans for the proposed rehabilitation (structural steel coating) of the Thessalon River Bridge carrying Highway 17 over the Thessalon River, approximately 200 m west of
Le ministère des Transports de l’Ontario donne avis, par les
présentes, qu’une demande a été déposée auprès du ministre des
Transports, de l’Infrastructure et des Collectivités, en vertu de la
Loi sur la protection des eaux navigables, pour l’approbation des
plans et de l’emplacement de l’ouvrage décrit ci-après. Le ministère des Transports de l’Ontario a, en vertu de l’article 9 de ladite
loi, déposé auprès du ministre des Transports, de l’Infrastructure
et des Collectivités et au bureau de la publicité des droits du district d’enregistrement d’Algoma, à Sault Ste. Marie (Ontario),
sous le numéro de dépôt T467961, une description de l’emplacement et les plans de la réfection (peinture pour constructions) que
l’on propose d’effectuer au pont Thessalon River sur la route 17,
Le 22 mars 2008
Gazette du Canada Partie I
757
Highway 129, in the town of Thessalon, district of Algoma, province of Ontario.
Comments may be directed to the Superintendent, Navigable
Waters Protection Program, Transport Canada, 100 Front Street S,
Sarnia, Ontario N7T 2M4. However, comments will be considered only if they are in writing, are received not later than 30 days
after the date of publication of this notice and are related to the
effects of this work on marine navigation. Although all comments
conforming to the above will be considered, no individual response will be sent.
Hamilton, March 20, 2008
STANTEC CONSULTING LTD.
Consulting Engineers
au-dessus de la rivière Thessalon, à environ 200 m à l’ouest de la
route 129, à Thessalon, district d’Algoma, province d’Ontario.
Les commentaires éventuels doivent être adressés au Surintendant, Programme de protection des eaux navigables, Transports
Canada, 100, rue Front Sud, Sarnia (Ontario) N7T 2M4. Veuillez
noter que seuls les commentaires faits par écrit, reçus au plus tard
30 jours suivant la date de publication de cet avis et relatifs à
l’effet de l’ouvrage sur la navigation maritime seront considérés.
Même si tous les commentaires répondant à ces exigences seront
considérés, aucune réponse individuelle ne sera envoyée.
Hamilton, le 20 mars 2008
Les ingénieurs-conseils
STANTEC CONSULTING LTD.
[12-1-o]
[12-1-o]
NATIONAL MORTGAGE GUARANTY HOLDINGS INC.
NATIONAL MORTGAGE GUARANTY HOLDINGS INC.
APPLICATION TO ESTABLISH AN INSURANCE
COMPANY
DEMANDE DE CONSTITUTION D’UNE SOCIÉTÉ
D’ASSURANCES
Notice is hereby given, pursuant to subsection 25(2) of the Insurance Companies Act (Canada), that National Mortgage Guaranty Holdings Inc. intends to apply to the Minister of Finance, on
or after May 6, 2008, for letters patent incorporating an insurance
company to carry on the business of mortgage insurance in
Canada.
The company will carry on business in Canada under the name
National Guaranty Mortgage Insurance Company, in English, and
Société d’assurance hypothécaire National Guaranty, in French,
and its principal office will be located in Toronto, Ontario.
Any person who objects to the proposed incorporation may
submit an objection in writing to the Office of the Superintendent
of Financial Institutions, 255 Albert Street, Ottawa, Ontario K1A
0H2, on or before May 5, 2008.
March 15, 2008
NATIONAL MORTGAGE GUARANTY HOLDINGS INC.
Avis est par les présentes donné, aux termes du paragraphe 25(2) de la Loi sur les sociétés d’assurances (Canada), que
National Mortgage Guaranty Holdings Inc. entend demander au
ministre des Finances, le 6 mai 2008 ou plus tard, des lettres patentes pour la constitution d’une société d’assurances afin d’exercer des activités d’assurance hypothécaire au Canada.
La société exercera des activités au Canada sous la dénomination « National Guaranty Mortgage Insurance Company » en anglais et la dénomination « Société d’asssurance hypothécaire National Guaranty » en français, et son bureau principal sera situé à
Toronto, en Ontario.
Toute personne qui s’oppose au projet de constitution peut notifier par écrit son opposition au Bureau du surintendant des institutions financières, 255, rue Albert, Ottawa (Ontario) K1A 0H2,
au plus tard le 5 mai 2008.
Le 15 mars 2008
NATIONAL MORTGAGE GUARANTY HOLDINGS INC.
[11-4-o]
[11-4-o]
NOËL BENOIT AND BRUNO BENOIT
NOËL BENOIT ET BRUNO BENOIT
PLANS DEPOSITED
DÉPÔT DE PLANS
Noël Benoit and Bruno Benoit hereby give notice that an application has been made to the Minister of Transport, Infrastructure
and Communities under the Navigable Waters Protection Act for
approval of the plans and site of the work described herein. Under
section 9 of the said Act, Noël Benoit and Bruno Benoit have
deposited with the Minister of Transport, Infrastructure and Communities and in the office of the District Registrar of the Land
Registry District of Northumberland, at Miramichi, New Brunswick, under deposit No. 25277089, a description of the site and
plans for aquaculture site MS-1216 for the cultivation of molluscs
using suspended culture in Tabusintac Bay, near Brantville.
Noël Benoit et Bruno Benoit donnent avis, par les présentes,
qu’une demande a été déposée auprès du ministre des Transports,
de l’Infrastructure et des Collectivités, en vertu de la Loi sur la
protection des eaux navigables, pour l’approbation des plans et de
l’emplacement de l’ouvrage décrit ci-après. Noël Benoit et Bruno
Benoit ont, en vertu de l’article 9 de ladite loi, déposé auprès du
ministre des Transports, de l’Infrastructure et des Collectivités et
au bureau de la publicité des droits du district d’enregistrement de
Northumberland, à Miramichi (Nouveau-Brunswick), sous le numéro de dépôt 25277089, une description de l’emplacement et les
plans du site aquacole MS-1216 pour la culture de mollusques en
suspension dans la baie de Tabusintac, près de Brantville.
Les commentaires relatifs à l’effet de l’ouvrage sur la navigation maritime peuvent être adressés au Surintendant, Programme
de protection des eaux navigables, Transports Canada, Case postale 1013, Dartmouth (Nouvelle-Écosse) B2Y 4K2. Veuillez noter
Comments regarding the effect of this work on marine navigation may be directed to the Superintendent, Navigable Waters
Protection Program, Transport Canada, P.O. Box 1013, Dartmouth, Nova Scotia B2Y 4K2. However, comments will be
758
Canada Gazette Part I
March 22, 2008
considered only if they are in writing and are received not later
than 30 days after the date of publication of this notice. Although
all comments conforming to the above will be considered, no
individual response will be sent.
Brantville, March 8, 2008
NOËL BENOIT AND BRUNO BENOIT
que seuls les commentaires faits par écrit et reçus au plus tard
30 jours suivant la date de publication de cet avis seront considérés. Même si tous les commentaires répondant à ces exigences
seront considérés, aucune réponse individuelle ne sera envoyée.
Brantville, le 8 mars 2008
NOËL BENOIT ET BRUNO BENOIT
[12-1-o]
[12-1-o]
THE REGIONAL MUNICIPALITY OF DURHAM
THE REGIONAL MUNICIPALITY OF DURHAM
PLANS DEPOSITED
DÉPÔT DE PLANS
The Regional Municipality of Durham hereby gives notice that
an application has been made to the Minister of Transport, Infrastructure and Communities under the Navigable Waters Protection Act for approval of the plans and site of the work described
herein. Under section 9 of the said Act, The Regional Municipality of Durham has deposited with the Minister of Transport, Infrastructure and Communities and in the Land Registry Office for
the Registry Division of Durham, at 590 Rossland Road E, Whitby, Ontario L1N 9G5, under deposit No. D551580, a description
of the site and plans for the proposed rehabilitation of the bridge
carrying Shore Line Road traffic over the Talbot River.
Comments may be directed to the Superintendent, Navigable
Waters Protection Program, Transport Canada, 100 Front Street S,
Sarnia, Ontario N7T 2M4. However, comments will be considered only if they are in writing, are received not later than 30 days
after the date of publication of this notice and are related to the
effects of this work on marine navigation. Although all comments
conforming to the above will be considered, no individual response will be sent.
March 11, 2008
THE REGIONAL MUNICIPALITY OF DURHAM
The Regional Municipality of Durham donne avis, par les présentes, qu’une demande a été déposée auprès du ministre des
Transports, de l’Infrastructure et des Collectivités, en vertu de la
Loi sur la protection des eaux navigables, pour l’approbation des
plans et de l’emplacement de l’ouvrage décrit ci-après. The Regional Municipality of Durham a, en vertu de l’article 9 de ladite
loi, déposé auprès du ministre des Transports, de l’Infrastructure
et des Collectivités et au bureau d’enregistrement de la circonscription foncière de Durham, situé au 590, chemin Rossland Est,
Whitby (Ontario) L1N 9G5, sous le numéro de dépôt D551580,
une description de l’emplacement et les plans de la réfection que
l’on propose d’effectuer au pont au-dessus de la rivière Talbot,
sur le chemin de canton Shore.
Les commentaires éventuels doivent être adressés au Surintendant, Programme de protection des eaux navigables, Transports
Canada, 100, rue Front Sud, Sarnia (Ontario) N7T 2M4. Veuillez
noter que seuls les commentaires faits par écrit, reçus au plus tard
30 jours suivant la date de publication de cet avis et relatifs à
l’effet de l’ouvrage sur la navigation maritime seront considérés.
Même si tous les commentaires répondant à ces exigences seront
considérés, aucune réponse individuelle ne sera envoyée.
Le 11 mars 2008
THE REGIONAL MUNICIPALITY OF DURHAM
[12-1-o]
[12-1]
SUMMIT POWER CORP
SUMMIT POWER CORP
PLANS DEPOSITED
DÉPÔT DE PLANS
Summit Power Corp hereby gives notice that an application has
been made to the Minister of Transport, Infrastructure and Communities under the Navigable Waters Protection Act for approval
of the plans and site of the work described herein. Under section 9
of the said Act, Summit Power Corp has deposited with the Minister of Transport, Infrastructure and Communities and in the
office of the District Registrar of the Land Registry District of
New Westminster at Squamish-Lillooet, at Squamish, British
Columbia, under deposit No. 1000006, a description of the site
and plans of the existing dam and related hydroelectric works,
including intake weir, penstock and powerhouse in the Soo River,
at District Lot 7821, GP1, New Westminster, at coordinates
50°13′34.06″ north latitude and 122°54′41.49″ west longitude.
La société Summit Power Corp donne avis, par les présentes,
qu’une demande a été déposée auprès du ministre des Transports,
de l’Infrastructure et des Collectivités, en vertu de la Loi sur la
protection des eaux navigables, pour l’approbation des plans et de
l’emplacement de l’ouvrage décrit ci-après. La Summit Power
Corp a, en vertu de l’article 9 de ladite loi, déposé auprès du ministre des Transports, de l’Infrastructure et des Collectivités et au
bureau de la publicité des droits du district d’enregistrement de
New Westminster à Squamish-Lillooet, à Squamish (ColombieBritannique), sous le numéro de dépôt 1000006, une description
de l’emplacement et les plans du barrage actuel et des ouvrages
hydroélectriques qui s’y rattachent, y compris ceux d’un barrage
d’admission, d’une conduite forcée et d’une centrale électrique
dans la rivière Soo, lot de district 7821, GP1, à New Westminster,
aux coordonnées 50°13′34,06″ de latitude nord par 122°54′41,49″
de longitude ouest.
Les commentaires relatifs à l’effet de l’ouvrage sur la navigation maritime peuvent être adressés au Surintendant, Programme
de protection des eaux navigables, Transports Canada, 800, rue
Comments regarding the effect of this work on marine navigation may be directed to the Superintendent, Navigable Waters
Protection Program, Transport Canada, 800 Burrard Street,
Le 22 mars 2008
Gazette du Canada Partie I
759
SUMMIT POWER CORP
Burrard, Bureau 620, Vancouver (Colombie-Britannique) V6Z
2J8. Veuillez noter que seuls les commentaires faits par écrit et
reçus au plus tard 30 jours suivant la date de publication de cet
avis seront considérés. Même si tous les commentaires répondant
à ces exigences seront considérés, aucune réponse individuelle ne
sera envoyée.
Burnaby, le 13 mars 2008
SUMMIT POWER CORP
[12-1-o]
[12-1]
Suite 620, Vancouver, British Columbia V6Z 2J8. However, comments will be considered only if they are in writing and are received not later than 30 days after the date of publication of this
notice. Although all comments conforming to the above will be
considered, no individual response will be sent.
Burnaby, March 13, 2008
TOWN OF HALTON HILLS
TOWN OF HALTON HILLS
PLANS DEPOSITED
DÉPÔT DE PLANS
G.D. Jewell Engineering Inc., on behalf of the Town of Halton
Hills, hereby gives notice that an application has been made to the
Minister of Transport, Infrastructure and Communities under the
Navigable Waters Protection Act for approval of the plans and
site of the work described herein. Under section 9 of the said Act,
G.D. Jewell Engineering Inc. has deposited with the Minister of
Transport, Infrastructure and Communities and in the Land Registry Office for the Registry Division of Halton (No. 20), at Milton,
Ontario, under deposit No. G-64, a description of the site and
plans for the rehabilitation of Glen Williams Bridge No. 3, over
the Credit River, at Main Street, at 0.05 km north of Confederation Street.
Comments may be directed to the Superintendent, Navigable
Waters Protection Program, Transport Canada, 100 Front Street S,
Sarnia, Ontario N7T 2M4. However, comments will be considered only if they are in writing, are received not later than 30 days
after the date of publication of this notice and are related to the
effects of this work on marine navigation. Although all comments
conforming to the above will be considered, no individual response will be sent.
Mississauga, March 12, 2008
KASEY BARTUSEVICIUS, P.Eng.
La société G.D. Jewell Engineering Inc., au nom de la Town of
Halton Hills, donne avis, par les présentes, qu’une demande a été
déposée auprès du ministre des Transports, de l’Infrastructure et
des Collectivités, en vertu de la Loi sur la protection des eaux
navigables, pour l’approbation des plans et de l’emplacement de
l’ouvrage décrit ci-après. La G.D. Jewell Engineering Inc. a, en
vertu de l’article 9 de ladite loi, déposé auprès du ministre des
Transports, de l’Infrastructure et des Collectivités et au bureau
d’enregistrement de la circonscription foncière de Halton (no 20),
à Milton (Ontario), sous le numéro de dépôt G-64, une description de l’emplacement et les plans de la réfection du pont Glen
Williams no 3 au-dessus de la rivière Credit, sur la rue Main,
à 0,05 km au nord de la rue Confederation.
Les commentaires éventuels doivent être adressés au Surintendant, Programme de protection des eaux navigables, Transports
Canada, 100, rue Front Sud, Sarnia (Ontario) N7T 2M4. Veuillez
noter que seuls les commentaires faits par écrit, reçus au plus tard
30 jours suivant la date de publication de cet avis et relatifs à
l’effet de l’ouvrage sur la navigation maritime seront considérés.
Même si tous les commentaires répondant à ces exigences seront
considérés, aucune réponse individuelle ne sera envoyée.
Mississauga, le 12 mars 2008
KASEY BARTUSEVICIUS, ing.
[12-1-o]
[12-1-o]
TOWNSHIP OF ST. CLAIR
TOWNSHIP OF ST. CLAIR
PLANS DEPOSITED
DÉPÔT DE PLANS
The Township of St. Clair hereby gives notice that an application has been made to the Minister of Transport, Infrastructure
and Communities under the Navigable Waters Protection Act for
approval of the plans and site of the work described herein. Under
section 9 of the said Act, the Township of St. Clair has deposited
with the Minister of Transport, Infrastructure and Communities
and in the office of the District Registrar of the Land Registry District of Lambton, at Sarnia, Ontario, under deposit
No. 963243, a description of the site and plans for the rehabilitation of the St. Clair Parkway Bridge over Talfourd Creek, in
Lot 68, Front Concession, geographical township of Moore.
Le Township of St. Clair donne avis, par les présentes, qu’une
demande a été déposée auprès du ministre des Transports, de l’Infrastructure et des Collectivités, en vertu de la Loi sur la protection des eaux navigables, pour l’approbation des plans et de l’emplacement de l’ouvrage décrit ci-après. Le Township of St. Clair
a, en vertu de l’article 9 de ladite loi, déposé auprès du ministre
des Transports, de l’Infrastructure et des Collectivités et au bureau de la publicité des droits du district d’enregistrement de
Lambton, à Sarnia (Ontario), sous le numéro de dépôt 963243,
une description de l’emplacement et les plans de la réfection du
pont St. Clair Parkway au-dessus du ruisseau Talfourd, dans le
lot 68, concession Front, dans le canton géographique de Moore.
Les commentaires éventuels doivent être adressés au Surintendant, Programme de protection des eaux navigables, Transports
Canada, 100, rue Front Sud, Sarnia (Ontario) N7T 2M4. Veuillez
noter que seuls les commentaires faits par écrit, reçus au plus tard
30 jours suivant la date de publication de cet avis et relatifs à
Comments may be directed to the Superintendent, Navigable
Waters Protection Program, Transport Canada, 100 Front Street S,
Sarnia, Ontario N7T 2M4. However, comments will be considered only if they are in writing, are received not later than 30 days
after the date of publication of this notice and are related to the
760
Canada Gazette Part I
March 22, 2008
effects of this work on marine navigation. Although all comments
conforming to the above will be considered, no individual response will be sent.
Mooretown, March 10, 2008
KEN GRAHAM, P.Eng.
Coordinator of Engineering
l’effet de l’ouvrage sur la navigation maritime seront considérés.
Même si tous les commentaires répondant à ces exigences seront
considérés, aucune réponse individuelle ne sera envoyée.
Mooretown, le 10 mars 2008
Le coordonnateur de l’ingénierie
KEN GRAHAM, ing.
[12-1-o]
[12-1-o]
TRIAD GUARANTY INSURANCE CORPORATION
CANADA
CORPORATION D’ASSURANCE TRIAD GUARANTY DU
CANADA
CERTIFICATE OF CONTINUANCE
CERTIFICAT DE PROROGATION
Notice is hereby given, in accordance with subsection 39(3) of
the Insurance Companies Act (Canada), that Triad Guaranty Insurance Corporation Canada intends to apply to the Minister of
Finance on or after March 31, 2008, for approval to apply under
the Canada Business Corporations Act for a certificate of continuance as a corporation under that Act.
GREGORY J. MCKENZIE
President and Chief Executive Officer
Avis est par les présentes donné, conformément au paragraphe 39(3) de la Loi sur les sociétés d’assurances (Canada), que
Corporation d’assurance Triad Guaranty du Canada entend présenter, avec l’agrément du ministre des Finances, le 31 mars 2008
ou après cette date, une demande de délivrance d’un certificat de
prorogation en société en vertu de la Loi canadienne sur les sociétés par actions.
Toronto, le 8 mars 2008
Le chef de la direction
GREGORY J. MCKENZIE
[10-4-o]
[10-4-o]
Toronto, March 8, 2008
WEYERHAEUSER CANADA LTD.
WEYERHAEUSER CANADA LTD.
PLANS DEPOSITED
DÉPÔT DE PLANS
Allnorth Consultants Limited, on behalf of Weyerhaeuser Canada Ltd., hereby gives notice that an application has been made to
the Minister of Transport, Infrastructure and Communities under
the Navigable Waters Protection Act for approval of the plans and
site of the work described herein. Under section 9 of the said Act,
Allnorth Consultants Limited has deposited with the Minister of
Transport, Infrastructure and Communities and in the office of
Alberta Registries, at Edmonton, under plan No. 082 2049, a description of the site and plans for upgrades to the bridge over Bald
Mountain Creek at 02-03-68-07 W6M.
Grande Prairie, March 10, 2008
ALLNORTH CONSULTANTS LIMITED
RENÉ VILLIGER, P.Eng.
La société Allnorth Consultants Limited, au nom de la Weyerhaeuser Canada Ltd., donne avis, par les présentes, qu’une
demande a été déposée auprès du ministre des Transports, de l’Infrastructure et des Collectivités, en vertu de la Loi sur la protection des eaux navigables, pour l’approbation des plans et de l’emplacement de l’ouvrage décrit ci-après. L’Allnorth Consultants
Limited a, en vertu de l’article 9 de ladite loi, déposé auprès du
ministre des Transports, de l’Infrastructure et des Collectivités et
au bureau de l’enregistrement des titres de l’Alberta, à Edmonton,
sous le numéro de plan 082 2049, une description de l’emplacement et les plans de la réfection du pont au-dessus du ruisseau
Bald Mountain, aux coordonnées 02-03-68-07, à l’ouest du
sixième méridien.
Les commentaires éventuels doivent être adressés au Gestionnaire régional, Programme de protection des eaux navigables,
Transports Canada, 9700, avenue Jasper, Bureau 1100, Edmonton
(Alberta) T5J 4E6. Veuillez noter que seuls les commentaires
faits par écrit, reçus au plus tard 30 jours suivant la date de publication de cet avis et relatifs à l’effet de l’ouvrage sur la navigation
maritime seront considérés. Même si tous les commentaires répondant à ces exigences seront considérés, aucune réponse individuelle ne sera envoyée.
Grande Prairie, le 10 mars 2008
ALLNORTH CONSULTANTS LIMITED
RENÉ VILLIGER, ing.
[12-1-o]
[12-1-o]
Comments may be directed to the Regional Manager, Navigable Waters Protection Program, Transport Canada, 9700 Jasper
Avenue, Suite 1100, Edmonton, Alberta T5J 4E6. However, comments will be considered only if they are in writing, are received
not later than 30 days after the date of publication of this notice
and are related to the effects of this work on marine navigation.
Although all comments conforming to the above will be considered, no individual response will be sent.
Le 22 mars 2008
Gazette du Canada Partie I
PROPOSED REGULATIONS
RÈGLEMENTS PROJETÉS
Table of Contents
Table des matières
Page
Citizenship and Immigration, Dept. of
Regulations Amending the Immigration and Refugee
Protection Regulations (Erratum)...........................
Fisheries and Oceans, Dept. of
Bowie Seamount Marine Protected Area
Regulations .............................................................
Transport, Dept. of
International Bridges and Tunnels Regulations ...........
Ottawa Macdonald-Cartier International Airport
Zoning Regulations.................................................
Regulations Amending the Motor Vehicle Safety
Regulations (Bumpers) ...........................................
Regulations Amending the Motor Vehicle Safety
Regulations (Standard 216 ― Roof Crush
Resistance and Standard 220 ― Rollover
Protection) ..............................................................
761
Page
762
Citoyenneté et de l’immigration, min. de la
Règlement modifiant le Règlement sur l’immigration
et la protection des réfugiés (Erratum) ...................
762
763
Pêches et des Océans, min. des
Règlement sur la zone de protection marine du mont
sous-marin Bowie ...................................................
763
782
796
822
828
Transports, min. des
Règlement sur les ponts et tunnels internationaux.......
Règlement de zonage de l’aéroport international
Macdonald-Cartier d’Ottawa ..................................
Règlement modifiant le Règlement sur la sécurité
des véhicules automobiles (pare-chocs)..................
Règlement modifiant le Règlement sur la sécurité
des véhicules automobiles (norme 216 ―
résistance du toit à l’écrasement et norme 220 ―
protection contre les tonneaux)...............................
782
796
822
828
762
Canada Gazette Part I
March 22, 2008
(Erratum)
(Erratum)
Regulations Amending the Immigration and Refugee
Protection Regulations
Règlement modifiant le Règlement sur l’immigration
et la protection des réfugiés
Statutory authority
Immigration and Refugee Protection Act
Fondement législatif
Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés
Sponsoring department
Department of Citizenship and Immigration
Notice is hereby given that the Regulatory Impact Analysis
Statement (RIAS) to the Regulations Amending the Immigration
and Refugee Protection Regulations published in the Canada Gazette, Part I, Vol. 142, No. 10, Saturday, March 8, 2008, contained
an error on page 599. The following paragraph should not have
appeared in the RIAS and is being removed:
“Under the proposed Regulations, to become a permanent resident of Canada, a provincial nominee must present their
permanent resident visa to an officer at an office of CIC in the
province or territory that nominated them. This provision is designed to encourage the applicant to settle in the province that
nominated them and would provide more certainty for that
province.”
Ministère responsable
Ministère de la Citoyenneté et de l’Immigration
Avis est par les présentes donné qu’une erreur s’est glissée
dans le résumé de l’étude d’impact de la réglementation accompagnant le Règlement modifiant le Règlement sur l’immigration et la
protection des réfugiés, publié le 8 mars 2008 dans la Partie I de
la Gazette du Canada, vol. 142, no 10, page 599. Le paragraphe
qui suit n’aurait pas dû être publié et est retiré du résumé :
« En vertu des modifications proposées, le candidat d’une province qui souhaite acquérir le statut de résident permanent du
Canada doit présenter son visa de résident permanent à un
agent dans un bureau de CIC situé dans la province ou dans le
territoire l’ayant sélectionné. Cette disposition vise à encourager le demandeur à s’installer dans la province qui l’a sélectionné et donnera plus d’assurance à cette province. »
[12-1-o]
[12-1-o]
Le 22 mars 2008
Gazette du Canada Partie I
763
Bowie Seamount Marine Protected Area Regulations
Règlement sur la zone de protection marine du mont
sous-marin Bowie
Statutory authority
Oceans Act
Fondement législatif
Loi sur les océans
Sponsoring department
Department of Fisheries and Oceans
Ministère responsable
Ministère des Pêches et des Océans
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement.)
Description
Description
The Oceans Act came into force on January 31, 1997. Part II of
the Act authorizes the establishment of Canada’s Ocean Strategy
(COS), which is a policy framework for coastal and oceans management, based on the principles of sustainable development,
integrated management and the precautionary approach. This part
of the Act also provides authority for the development of tools
necessary to carry out COS, tools such as the establishment of
Marine Protected Areas (MPAs).
La Loi sur les océans est entrée en vigueur le 31 janvier 1997.
La deuxième partie de la Loi autorise l’élaboration d’une Stratégie sur les océans du Canada (SOC), qui constitue un cadre stratégique en matière de gestion des eaux côtières, axé sur les principes de développement durable et de gestion intégrée, ainsi que
sur une approche de précaution. Cette partie de la Loi autorise
également la mise au point des outils nécessaires pour mettre en
œuvre la SOC, dont la création des zones de protection marines
(ZPM).
À l’article 35 de la Loi, on autorise le gouverneur en conseil à
désigner, par voie de règlement, des ZPM pour une ou plusieurs
des raisons suivantes :
a) la conservation et la protection des ressources halieutiques,
commerciales ou autres, y compris les mammifères marins et
leur habitat;
b) la conservation et la protection des espèces menacées ou en
voie de disparition et de leur habitat;
c) la conservation et la protection d’habitats uniques;
d) la conservation et la protection d’espaces marins riches sur
le plan de la biodiversité ou de la productivité biologique;
e) la conservation et la protection d’autres ressources ou habitats marins, pour la réalisation du mandat du ministre des Pêches et des Océans.
La ZPM du mont sous-marin Bowie, qui se trouve à 180 km à
l’ouest de Haida Gwaii (îles de la Reine-Charlotte) sur la côte
canadienne du Pacifique et qui est adjacente à la zone économique exclusive du Canada, comprend les monts sous-marins Bowie, Hodgkins et Davidson de la chaîne de monts sous-marins
Kodiak-Bowie, et sa superficie totale est d’environ 6 131 km2.
En 1998, le ministre des Pêches et des Océans faisait du mont
sous-marin Bowie une zone d’intérêt (ZI) en vertu du programme
des ZPM. Ce site répond aux critères énoncés ci-dessus aux alinéas 35a), b), c), d) et e) de la Loi. L’écosystème du mont sousmarin Bowie répond à ces critères parce qu’il s’agit d’une zone de
productivité biologique intense, on y constate une juxtaposition
unique d’espèces océaniques et côtières qui partagent le même
écosystème, sans compter qu’on a observé au mont sous-marin
Bowie des espèces inscrites en vertu de la Loi sur les espèces en
péril (LEP), dont :
• Le guillemot à cou blanc (Synthliboramphus antiquus) qu’on a
inscrit à la LEP comme étant une espèce « particulièrement
préoccupante »;
Section 35 of the Act authorizes the Governor in Council to
designate, by regulation, MPAs for one or more of the following
reasons:
(a) the conservation and protection of commercial and noncommercial fishery resources, including marine mammals and
their habitats;
(b) the conservation and protection of endangered or threatened
marine species and their habitats;
(c) the conservation and protection of unique habitats;
(d) the conservation and protection of marine areas of high biodiversity or biological productivity; and
(e) the conservation and protection of any other marine resource or habitat as is necessary to fulfill the mandate of the
Minister.
The Bowie Seamount MPA is located 180 km west of Haida
Gwaii (Queen Charlotte Islands) on Canada’s Pacific coast and is
adjacent to Canada’s Exclusive Economic Zone. It comprises the
Bowie, Hodgkins and Davidson seamounts of the Kodiak-Bowie
seamount chain and has a total area of approximately 6 131 km2.
In 1998, the Minister of Fisheries and Oceans selected Bowie
Seamount as an Area of Interest (AOI) under the MPA program.
The site meets the criteria set out above in paragraphs 35(a), (b),
(c), (d) and (e) of the Act. The Bowie Seamount ecosystem meets
these criteria in that it is an area of high biological productivity,
there is a unique juxtaposition of oceanic and near-shore species
living in the same ecosystem, and a number of species listed under the federal Species at Risk Act (SARA) have been observed at
the Bowie Seamount, including
• the Ancient Murrelet (Synthliboramphus antiquus) which has
been listed under SARA as a species of “special concern”;
• the Steller Sea Lion (Eumetopias jubatas) which has been
listed under SARA as a species of “special concern”;
764
•
Canada Gazette Part I
March 22, 2008
•
MPAs are established according to a step-by-step process set
out in the National Framework for Establishing and Managing
Marine Protected Areas. This process involves the identification
of AOIs, a series of evaluations including ecological and socioeconomic assessments of the area, the development of regulations
outlining the MPA boundary and regulatory management measures to be implemented within the MPA, and the development of
a Management Plan to accompany the Regulations, which includes ongoing management, monitoring and enforcement activities in the MPA.
Le lion de mer Steller (Eumetopias jubatas) qu’on a inscrit à la LEP comme étant une espèce « particulièrement
préoccupante »;
• L’orque (Orcinus orca) dont les populations au large dans la
partie nord-est du Pacifique ont été inscrites à la LEP comme
étant une espèce « particulièrement préoccupante »;
• La scorpène Bocaccio (Sebastes paucispinis) que le Comité
sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) a
désigné comme étant « menacée ».
L’objectif de conservation du mont sous-marin Bowie consiste
à conserver et à protéger la biodiversité unique et la productivité
sur le plan biologique de l’écosystème marin de la zone comprenant les monts sous-marins Bowie, Hodgkins et Davidson, les
eaux environnantes, le fond de l’océan et le sous-sol.
Conformément à la Loi sur les océans, le ministre doit encadrer
et coordonner la mise sur pied d’un système national d’aires marines protégées au nom du gouvernement du Canada. La Stratégie
fédérale sur les aires marines protégées établit la base nous permettant de construire un système national en collaboration avec
nos partenaires pour rehausser notre capacité collective de gérer et
de surveiller les zones de protection marines ainsi qu’accroître la
sensibilisation et la compréhension des Canadiens face à la question de conservation des ressources marines. La désignation de la
ZPM du mont sous-marin Bowie représentera une contribution de
premier plan à la mise sur pied de ce système national et nous
permettera de répondre aux engagements budgétaires de 2007 pris
dans le cadre du volet « Santé des océans » de la Stratégie nationale sur l’eau, qui repose sur le cadre législatif et politique de la
Loi sur les océans, la Stratégie sur les océans du Canada et la
Stratégie fédérale sur les aires marines protégées.
La création des ZPM se déroule étape par étape de la façon décrite dans le Cadre national pour l’établissement et la gestion des
zones de protection marines. Ce processus consiste, entre autres, à
identifier les ZI, à procéder à une série d’évaluations, y compris
des évaluations écologiques et socio-économiques de la zone, à
élaborer des règlements définissant les mesures de délimitation et
de gestion réglementaire de la ZPM qu’on devra mettre en œuvre
au sein de celle-ci, ainsi qu’à élaborer un plan de gestion connexe
au Règlement et dans lequel on fera état des activités continues de
gestion, de surveillance et d’exécution de la ZPM.
Ecological description
Description écologique
Seamounts are underwater mountains formed by volcanic activity. They rise above the ocean floor but do not reach the surface. Despite the fact that many people are unfamiliar with seamounts, they actually represent one of the most common types of
deep-sea geological features. Bowie Seamount rises from a depth
of approximately 3 000 m to within 24 m of the surface, making it
the shallowest seamount within Canada’s Pacific waters.
Les monts sous-marins sont des montagnes qui se trouvent sous
l’eau et résultent de l’activité volcanique. Ils se forment au fond
de l’océan, sans toutefois rejoindre la surface. Malgré que peu de
gens connaissent les monts sous-marins, ceux-ci représentent en
réalité une des caractéristiques géologiques les plus répandues
dans les profondeurs océaniques. Le mont sous-marin Bowie
s’élève à une hauteur de 3 000 m du fond et il ne lui manque que
24 m pour atteindre la surface de l’eau, ce qui en fait le mont
sous-marin le moins profond dans les eaux du Pacifique appartenant au Canada.
Dans les zones des monts sous-marins peu profonds, les caractéristiques géologiques favorisent des interactions océanographiques uniques alors que les courants forment des remous localisés
qui englobent le mont sous-marin. Ces remous enrichissent et emprisonnent les nutriments autour du mont sous-marin, ce qui augmente alors la productivité à cet endroit. La productivité accrue
qui en résulte favorise un écosystème riche sur le plan biologique
lorsqu’on le compare à l’écosystème environnant au fond de la
mer.
Parmi les autres caractéristiques océanographiques qu’on a observées près de Bowie, mentionnons ce qui ressemble à une interaction biologique entre les écosystèmes du mont sous-marin et
•
the Killer Whale (Orcinus orca), whose Northeast Pacific
offshore populations have been listed under SARA as a species of “special concern”; and
the Bocaccio rockfish (Sebastes paucispinis), which has been
designated by the Committee on the Status of Endangered
Wildlife in Canada (COSEWIC) as “threatened.”
The Bowie Seamount MPA conservation objective is to conserve and protect the unique biodiversity and biological productivity of the area’s marine ecosystem, which includes the Bowie,
Hodgkins and Davidson seamounts and the surrounding waters,
seabed and subsoil.
Under the Oceans Act, the Minister is directed to lead and coordinate the establishment of a national system of marine protected areas on behalf of the Government of Canada. Canada’s
Federal Marine Protected Areas Strategy sets the foundation for
building the national system collaboratively with our partners,
enhancing our collective ability to manage and monitor marine
protected areas and increasing the awareness and understanding
of Canadians in marine conservation issues. The designation of
the Bowie Seamount MPA will be a key contribution to the development of this national system and to meeting 2007 budgetary
commitments under the “Health of the Oceans” component of the
National Water Strategy, which builds upon the legislative and
policy framework of the Oceans Act, Canada’s Oceans Strategy
and Canada’s Federal Marine Protected Areas Strategy.
In shallow seamount areas, geological features provide for
unique oceanographic interactions whereby currents form localized eddies that encompass the seamount. These eddies enrich
and trap nutrients around the seamount, which in turn serve to
enhance productivity of the area. The resulting increased productivity supports a biologically rich ecosystem as compared to the
surrounding deep-sea ecosystem.
Other oceanographic features observed near Bowie include
what appears to be a biological interaction between the seamount
and coastal ecosystems through a phenomenon referred to as
Le 22 mars 2008
Gazette du Canada Partie I
765
“Haida Eddies.” Our limited understanding of this phenomenon
indicates that ocean currents interact with coastal currents of
Haida Gwaii (Queen Charlotte Islands) and result in an oceanic
gyre or “eddy” that often travels from the coast out into the
Northeast Pacific, sometimes passing over Bowie, Hodgkins and
Davidson seamounts. Scientists suspect that this oceanographic
phenomenon may distribute organisms and nutrients between the
coast and the seamounts, resulting in a rich habitat for a variety of
deep-water and coastal species. Furthermore, an eddy stalled over
Bowie seamount may equally influence Davidson and Hodgkins
Seamounts, leading to the hypothesis that the ocean’s large physical processes, such as currents and eddies, ecologically link the
three seamounts.
les écosystèmes côtiers grâce à un phénomène qu’on qualifie de
« remous de Haida ». Notre compréhension limitée de ce phénomène nous révèle que les courants océaniques interagissent avec
les courants côtiers de Haida Gwaii (îles de la Reine-Charlotte)
pour provoquer ainsi un tourbillon océanique ou « remous » qui
se déplace fréquemment de la côte vers la partie nord-est du Pacifique pour surmonter parfois les monts sous-marins Bowie,
Hodgkins et Davidson. Les scientifiques soupçonnent ce phénomène océanographique de distribuer des organismes et des nutriments entre la côte et les monts sous-marins, ce qui procure un
habitat riche où vit une variété d’espèces abyssales et côtières. De
plus, un remous persistant au-dessus du mont sous-marin Bowie
peut également influencer les monts sous-marins Davidson et
Hodgkins, donnant ainsi naissance à l’hypothèse voulant que les
processus physiques importants qui se déroulent dans les océans,
comme les courants et les remous, servent de lien écologique entre les trois monts sous-marins.
MPA boundary and management zones
Limites et zones de gestion de la ZPM
The proposed Regulations establish the outer boundary of the
MPA. Three internal management zones will be described in the
MPA Management Plan, in which different activities may be
permitted, provided that they do not compromise the overall conservation objective of the MPA.
• Zone 1 consists of the fragile and productive photic zone
(depth where sunlight penetrates sufficiently) of the Bowie
Seamount defined by the 457-metre (250 fathom) bathymetric
contour. This area, which is approximately 44 km2, is considered sensitive and is afforded a higher level of protection.
• Zone 2 consists of the Bowie Seamount structure, the surrounding waters, seabed and subsoil, excluding the sensitive
upper portion identified in Zone 1. This covers an area of approximately 2 538 km2.
• Zone 3 consists of the Hodgkins and Davidson Seamount
structures, the surrounding waters, seabed and subsoil. This
area covers approximately 3 549 km2.
Le règlement proposé définit la limite de la ZPM. Trois zones
de gestion interne seront décrites dans le plan de gestion; on pourra y réaliser différentes activités, pourvu qu’elles ne compromettent pas les objectifs de conservation de la ZPM.
• La zone 1 comprend la zone photique (profondeur où la pénétration de la lumière est suffisante) fragile et productive du
mont sous-marin Bowie délimitée par l’isobathe de 457 m
(250 brasses). Cette zone, qui mesure près de 44 km2, est considérée comme étant sensible et bénéficie d’une protection
plus importante.
• La zone 2 comprend la structure du mont sous-marin Bowie,
les eaux environnantes, le fond de l’océan et le sous-sol, à
l’exception de la partie supérieure sensible qu’on a identifiée
dans la zone 1. Cette aire occupe une superficie d’environ
2 538 km2.
• La zone 3 comprend les structures des monts sous-marins
Hodgkins et Davidson, les eaux environnantes, le fond de
l’océan et le sous-sol. Cette aire couvre tout près de 3 549 km2.
La réglementation renferme une interdiction générale incluant
tout dérangement, dommage, destruction ou retrait d’un organisme marin vivant, d’une partie de son habitat ou de toute partie
du fond marin, dont le sous-sol à l’intérieur de la ZPM. De plus,
ces règlements interdisent le dépôt, le déversement ou la vidange
de toute substance ou toute activité entraînant le dépôt, le déversement ou la vidange de toute substance dans la ZPM qui puisse
entraîner tout dérangement, dommage, destruction ou retrait d’un
organisme marin vivant ou d’une partie de son habitat.
On reconnaît, dans la réglementation, que certaines activités
(comme la recherche scientifique et certains types précis d’activités de pêche) peuvent toujours se dérouler à l’intérieur de la
ZPM, mais dans des conditions particulières et pourvu qu’elles ne
viennent pas compromettre les objectifs de conservation. De plus,
certaines activités, dont la surveillance, peuvent être nécessaires
afin d’appuyer la gestion et la protection de la ZPM, alors que
d’autres activités peuvent devoir se dérouler à des fins générales
précises, comme la sécurité et la protection du public. En vertu de
ces règlements, la gestion de ces activités s’effectue (1) au moyen
d’exceptions précises aux interdictions générales en fonction de
conditions prescrites; (2) grâce à la présentation et à l’approbation
de plans consacrés à des activités précises en fonction de conditions prescrites. Ces conditions sont décrites ci-dessous.
Toute activité réalisée dans le but d’assurer la protection du
public, l’exécution de la loi, la sécurité nationale, la défense nationale ou la capacité d’intervention en cas d’urgence sera permise à la grandeur de la ZPM pour garantir ainsi la protection des
Canadiens.
The Regulations contain a general prohibition on the disturbance, damage, destruction or removal of any living marine organism, any part of its habitat or any part of the seabed, including the
subsoil within the MPA. In addition, the Regulations prohibit the
depositing, discharging or dumping of substances within the MPA
that is likely to result in the disturbance, damage, destruction or
removal of any living marine organism or any part of its habitat
within the MPA.
The regulations recognize that certain activities (such as scientific research and specific types of fishing activities) may still be
allowed to occur within the MPA under specified conditions,
provided that they do not compromise the conservation objectives. Moreover, certain activities such as monitoring may be required to support the management and protection of the MPA,
while other activities may be required for specific over-arching
purposes, such as public safety and security. Within the Regulations, activities are managed through (1) specific exceptions to
the general prohibitions according to specified conditions; and
(2) the submission and approval of plans for specified activities
according to specified conditions. These are described below.
Throughout the MPA, activities for the purpose of public
safety, law enforcement, national security, national defence or
emergency response are permitted to ensure the safety of Canadians.
766
Canada Gazette Part I
Fishing by Aboriginal Peoples will be permitted throughout the
MPA, in accordance with the Aboriginal Communal Fishing Licences Regulations.
Scientific research, monitoring, educational activities and commercial marine tourism may be approved throughout the MPA
under specified conditions. In order to ensure that activities being
undertaken in the MPA are consistent with the conservation objectives, the Regulations require that an activity plan containing
specified information be submitted for the approval of the Minister of Fisheries and Oceans. The submission of a plan will be
required 60 days in advance of the proposed activity. The Minister will approve a plan within 30 days of receiving the submission
if the proposed activity meets the conditions set out below.
March 22, 2008
Given the relative infrequency of its occurrence, recreational
fishing will be permitted within the MPA. Foreign vessels may
occasionally pass through the MPA but will remain only as long
as it takes to transit the area.
Every person involved in an accident that is likely to result in
any disturbance, damage, destruction or removal referred to in the
general prohibitions of the Regulations shall, within two hours
after its occurrence, report the accident to the Canadian Coast
Guard.
La pêche pratiquée par les peuples autochtones sera permise à
la grandeur de la ZPM, et ce, conformément au Règlement sur les
permis de pêche communautaires des Autochtones.
La recherche scientifique, la surveillance, les activités éducatives et le tourisme maritime commercial peuvent être approuvés à
la grandeur de la ZPM en vertu de conditions précises. Pour s’assurer que les activités entreprises à l’intérieur de la ZPM soient
conformes aux objectifs de conservation, on exige, dans le Règlement, de soumettre un plan d’activités contenant certains renseignements précis à l’approbation du ministre des Pêches et des
Océans. La présentation d’un tel plan sera exigée 60 jours avant la
tenue de l’activité proposée. Le ministre approuvera tout plan
dans les 30 jours après avoir reçu celui-ci si l’activité proposée
répond aux conditions énoncées ci-dessous.
Dans le cas de la recherche scientifique et de la surveillance, le
ministre n’approuvera le plan que si l’activité vise à mieux comprendre l’écologie de la zone, à contribuer à la gestion de la ZPM
et à surveiller l’efficacité des mesures de conservation qu’on met
en œuvre, et si la méthodologie employée n’endommagera ou ne
détruira probablement pas l’habitat des organismes marins vivant
au sein de la ZPM. Dans le cas des activités éducatives ou du
tourisme maritime commercial, le ministre n’approuvera le plan
que si l’activité a pour but de sensibiliser davantage le public à la
ZPM et si les activités n’endommageront ou ne détruiront probablement pas l’habitat des organismes marins vivant au sein de la
ZPM. On tiendra ainsi compte des effets environnementaux cumulatifs de ces activités à la grandeur de la ZPM, combinés à toutes
les autres activités passées et actuelles entreprises à l’intérieur de
la ZPM.
La pêche commerciale à l’intérieur de la ZPM sera permise tant
qu’elle est faite conformément au paragraphe 7(1) de la Loi sur
les pêches. La pêche à la morue charbonnière qui existe présentement sera administrée par l’intermédiaire du Plan de gestion
intégrée des pêches (PGIP), la variation annuelle de l’ordre, et des
conditions de permis. Elle sera limitée à la zone 2 de la ZPM
(telle qu’elle est décrite dans le Plan de gestion de la ZPM et le
PGIP), et à un seul navire par mois (sur une période de six mois,
peu importe l’année), et devra faire exclusivement appel à des
trappes (afin de réduire le nombre de prises accessoires d’autres
espèces).
Compte tenu de sa fréquence relativement limitée, la pêche
sportive sera permise à l’intérieur de la ZPM. Les navires étrangers pourront traverser la ZPM, mais ils n’y demeureront que le
temps nécessaire pour traverser la zone.
Toute personne en cause dans un accident susceptible d’entraîner toute perturbation, tout endommagement, toute destruction
ou tout enlèvement dont on fait mention dans les interdictions
générales du Règlement devra en aviser la Garde côtière canadienne dans les deux heures.
MPA Management Plan
Plan de gestion de la ZPM
A Management Plan will elaborate on the regulations to
achieve and implement the conservation and management objectives for the MPA. The MPA Management Plan will address matters such as monitoring, enforcement and compliance, and will
provide the details required to ensure that the rationale for management decisions, prohibitions, controls and approvals is clearly
justified and understood. This Management Plan will be completed within 24 months following designation of the MPA.
Un plan de gestion consacré aux règlements dans le but de réaliser les objectifs de conservation et la gestion de la ZPM sera
élaboré. On abordera, dans ce plan de gestion, des questions telles
la surveillance, l’exécution et la conformité, sans compter qu’on y
présentera les détails permettant de bien justifier et de comprendre
les décisions, les interdictions, les contrôles et les approbations en
matière de gestion. Le plan de gestion sera achevé dans les
24 mois après la désignation de la ZPM.
Alternatives
Solutions envisagées
Status quo
Statu quo
The status quo was an option that was considered but rejected.
Although the risk of damage to the seamount habitats is limited at
this time, it is anticipated that interest to conduct commercial
Le statu quo était une option envisagée, mais on l’a rejeté.
Même si le risque de dommages aux habitats des monts sousmarins est limité pour l’instant, on s’attend à ce que l’intérêt à
In the case of scientific research and monitoring, the Minister
will approve a plan only if the activity is for the purposes of
understanding the ecology of the area, contributing to the management of the MPA, monitoring the effectiveness of the conservation measures being implemented, and if the methodology used
is not likely to damage or destroy the habitat of a living marine
organism within the MPA. In the case of educational activities or
commercial marine tourism, the Minister will approve a plan only
if the activity is for the purposes of increasing public awareness
of the MPA and the activity is not likely to damage or destroy the
habitat of a living marine organism within the MPA. Throughout
the MPA, the cumulative environmental effects of these activities,
in combination with all other past and current activities being
undertaken within the MPA, will also be taken into consideration.
Commercial fishing within the MPA will be allowed as long as
this is carried out in accordance with subsection 7(1) of the Fisheries Act. The existing sablefish fishery will be administered
through the Integrated Fisheries Management Plan (IFMP), annual variation order, and licence conditions. It will be restricted to
Zone 2 of the MPA (as shown on the MPA Management Plan and
IFMP), to only one vessel per month (over a six-month period of
any year), and to the use of trap gear only (to minimize the bycatch of other species).
Le 22 mars 2008
Gazette du Canada Partie I
767
fishing on the Bowie Seamount will grow. The status quo would
not provide the protection required to control the activities that
could damage elements of this ecosystem and thus manage the
risks associated with those activities.
l’égard de la pêche commerciale sur le mont sous-marin Bowie
connaisse un certain regain. Le statu quo n’offrirait pas la protection nécessaire pour limiter les activités susceptibles d’endommager les éléments de cet écosystème et de gérer ainsi les risques
associés à ces activités.
Fisheries Act, Canada Shipping Act, 2001 and Species at Risk Act
Loi sur les pêches, Loi de 2001 sur la marine marchande du
Canada et Loi sur les espèces en péril
Although the provisions of the Fisheries Act, the Canada Shipping Act, 2001 and the Species at Risk Act will complement the
conservation focus given to the Bowie Seamount MPA by the
present regulatory proposal, the use of the provisions of these acts
is considered insufficient to provide comprehensive and enduring
protection of the area.
Même si les dispositions de la Loi sur les pêches, la Loi de
2001 sur la marine marchande du Canada et la Loi sur les espèces en péril viendront s’ajouter aux priorités de conservation
qu’on accorde à la ZPM du mont sous-marin Bowie en vertu de
l’actuel règlement proposé, on considère que le recours aux dispositions de ces lois ne suffit pas à assurer une protection complète et durable de la zone.
Voluntary measures
Mesures volontaires
Although there is infrequent use of the Bowie Seamount area
for commercial or recreational purposes, primarily due to its distance from shore and its exposure to high winds and treacherous
seas, voluntary measures were not considered sufficient to afford
the area adequate protection. Without a regulatory regime and
accompanying management measures, it would be difficult to
ensure consistent compliance in the future. The regulatory approach will also provide a basis from which to conduct monitoring of management effectiveness.
Même si on n’utilise que rarement la zone du mont sous-marin
Bowie à des fins commerciales ou sportives, principalement en
raison de sa distance par rapport au rivage et à son exposition à
des vents forts et à ses eaux perfides, on a jugé que les mesures
volontaires ne suffisaient pas à protéger convenablement cette zone.
Sans régime de réglementation et sans mesures de gestion connexes, il serait difficile d’assurer une conformité uniforme dans
l’avenir. L’approche de réglementation servira également de base
à la surveillance d’une gestion efficace.
MPA designation and management
Désignation et gestion de la ZPM
The proposed option of designating Bowie Seamount as a MPA
is the only alternative which will give focus and long-term recognition to this unique and highly productive area. The broad-based
umbrella of protection provided by the designation will ensure
comprehensive, ecosystem-based and long-term management and
protection for this exceptional part of Canada.
Although the regulations will provide the primary tool for protecting the MPA, the environmental provisions of existing legislation, regulations and policies will also contribute to achieving the
conservation objective. Access to and activities in the MPA will
be managed and controlled through provisions of the Fisheries
Act (to deal with domestic fishing and fish habitat related issues);
the Coastal Fisheries Protection Act (to control foreign fishing
vessel activity); and the Coasting Trade Act Foreign Vessel
Clearance Request Process (to control other foreign vessel activity).
L’option proposée de désigner le mont sous-marin Bowie
comme ZPM est la seule solution qui permettra de mieux reconnaître à long terme cette zone unique et très productive. La protection générale que confère cette désignation assurera à long
terme une gestion et une protection globales et axées sur les écosystèmes de cette partie exceptionnelle du Canada.
Même si la réglementation deviendra le principal outil permettant de protéger la ZPM, les dispositions environnementales de la
loi, des politiques et des règlements actuels nous aideront également à atteindre l’objectif de conservation. L’accès à cet endroit
et les activités qui s’y déroulent feront l’objet d’une gestion et
d’un contrôle basés sur les dispositions de la Loi sur les pêches
(pour traiter les questions touchant la pêche intérieure et l’habitat
du poisson); de la Loi sur la protection des pêcheries côtières
(pour limiter les activités des bateaux de pêche étrangers); ainsi
que du processus de demande de licence des navires étrangers en
vertu de la Loi sur le cabotage (pour limiter les activités des autres bateaux étrangers).
Benefits and costs
Avantages et coûts
The primary benefit to Canadians of the proposed Bowie Seamount MPA Regulations is the recognition and long-term protection that will be afforded to this productive and unique oceanic
seamount ecosystem. The MPA designation will serve to prevent
species loss and allow ecosystem concerns to be addressed in a
comprehensive manner.
The Bowie Seamount is of both national and international significance. Current research has determined that biologically productive seamounts are of crucial importance to marine ecosystems. The magnitude of these benefits is significant on a local
and possibly regional scale. As a 3 000-metre-high seamount
with many trophic zones, Bowie Seamount provides significant
nursery functions and acts as a sanctuary for flora and fauna.
This includes the multitude of resident species that inhabit the
Seamount, as well as transient mammals, fish and seabirds that
frequent it.
L’avantage premier qu’offre la réglementation proposée sur la
ZPM du mont sous-marin Bowie consiste dans la reconnaissance
et la protection à long terme dont bénéficiera l’écosystème de ce
mont sous-marin océanique productif et unique. La désignation de
la ZPM contribuera à empêcher la perte d’espèces et d’aborder
globalement les préoccupations relatives aux écosystèmes.
Le mont sous-marin Bowie est important sur les plans national
et international. La recherche actuelle a révélé que les monts
sous-marins productifs sur le plan biologique sont d’une importance cruciale pour les écosystèmes marins. L’ampleur de ces
avantages est importante à l’échelle locale et possiblement régionale. En tant que mont sous-marin d’une hauteur de 3 000 mètres
doté de plusieurs zones trophiques, le mont sous-marin Bowie
constitue un refuge important et joue à plusieurs égards un rôle de
pépinière pour la flore et la faune. On y retrouve plusieurs espèces résidentes qui habitent le mont sous-marin, ainsi que des
mammifères, des poissons et des oiseaux de mer de passage qui
fréquentent l’endroit.
768
Canada Gazette Part I
Internationally, nations such as the United States of America,
New Zealand and Australia, having recognized the ecological
importance of oceanic seamounts, have implemented protection
measures such as the establishment of marine protected areas to
protect and conserve seamounts within their respective exclusive
economic zones. In Canada, general public support for protection
measures for oceanic seamounts is growing as Canadians recognize the importance of proactive marine conservation and biodiversity protection.
While global scientific knowledge on oceanic seamount ecosystems is growing, significant gaps still remain. In addition, the
Bowie, Hodgkins and Davidson seamount chain is a discreet ecosystem due to its isolation from coastal ecosystems. However,
because the seamounts contain many of the same fishes found in
coastal ecosystems, protection of this MPA will provide a useful
reference area which will allow Canada an opportunity to improve our understanding of the impacts of fishing in relation to
environmental effects such as climate change.
Designation of the Bowie Seamount will provide Canada with
international recognition in the important field of marine biodiversity protection. Furthermore, the establishment of this MPA
will clearly demonstrate Canada’s resolve to fulfil its international commitments for ocean management and marine conservation.
These include commitments made under the 1994 Convention on
Biological Diversity, the World Commission on Protected Area
Program and the 2002 World Summit on Sustainable Development to establish a network of marine protected areas by 2012.
Traditional enforcement, surveillance and monitoring methods
utilizing departmental surface vessels large enough to safely
operate at Bowie Seamount cost $20,000 to $30,000 per day. It is
anticipated that departmental vessels will be in the vicinity of
Bowie Seamount in conjunction with other monitoring and scientific research 10 to 12 days annually, costing DFO approximately
$200,000 to $360,000 per year. DFO air surveillance patrols cost
approximately $10,000 per day and it is anticipated that these
flights will periodically add time to their regular offshore patrols
to monitor the Bowie Seamount MPA, which will cost $5,000 to
$10,000 per year (0.5–1.0 flight day per year). The Canadian
Sablefish Association (CSA), which has a long history of activity
at Bowie Seamount, will provide monitoring and surveillance
when they are harvesting in the area at no additional cost to Canada. Emerging technologies such as remote sensors are being
explored, but initial indications are that these technologies require
additional refinement before they can be considered a reliable
alternative. However, as remote sensors would only cost about
$72,000 a year to operate, this is a potentially attractive low-cost
option that could provide safe and effective year-round monitoring. Due to the efficiencies of utilizing existing departmental
surveillance and enforcement methods at the Bowie Seamount,
the total added compliance costs to Government will be minimal.
There are no mineral or oil or gas resources identified in this
area, and its remoteness negates any potential revenue from touristrelated activities. Economic activity on Bowie has been limited to
commercial fishing conducted by vessels capable of operating
safely in this remote and hostile area. The average value of sablefish harvested at Bowie Seamount is 1 to 1.5 million dollars
March 22, 2008
Sur le plan international, des pays comme les États-Unis, la
Nouvelle-Zélande et l’Australie, qui ont reconnu l’importance des
monts sous-marins dans les océans, ont adopté des mesures de
protection, par exemple, en créant des aires marines protégées
dans le but de protéger et de conserver les monts sous-marins situés
à l’intérieur de leurs zones économiques exclusives. Au Canada,
le soutien général que la population accorde aux mesures de protection des monts sous-marins océaniques ne cesse de croître
alors que les Canadiens reconnaissent l’importance des mesures
proactives en matière de conservation marine et de protection de
la biodiversité.
Alors que les connaissances scientifiques mondiales sur les
écosystèmes des monts sous-marins océaniques augmentent constamment, il reste quand même des lacunes importantes qu’on doit
combler. De plus, la chaîne des monts sous-marins Bowie, Hodgkins et Davidson constitue un écosystème discret, puisqu’il est
isolé des écosystèmes côtiers. Cependant, puisque les monts sousmarins renferment plusieurs des mêmes poissons qu’on retrouve
dans les écosystèmes côtiers, la protection de cette ZPM nous
procurera une zone de référence utile qui permettra au Canada de
mieux comprendre les impacts de la pêche par rapport aux effets
environnementaux, comme le changement climatique.
La désignation du mont sous-marin Bowie permettra au Canada d’accéder à la reconnaissance internationale dans le domaine
de la protection de la biodiversité marine. De plus, la création de
cette ZPM démontrera clairement la détermination du Canada à
respecter ses engagements internationaux en matière de gestion
des océans et de conservation marine. Il s’agit là des engagements
pris en vertu de la Convention de 1994 sur la diversité biologique,
de la Commission mondiale sur le programme des aires protégées, ainsi que du Sommet mondial de 2002 sur le développement
durable afin d’établir un réseau de zones de protection marines
d’ici 2012.
Les méthodes traditionnelles d’exécution, de surveillance et de
contrôle faisant appel à des navires de surface suffisamment grands
pour fonctionner en toute sécurité au niveau du mont sous-marin
Bowie coûtent entre 20 000 $ et 30 000 $ par jour. On s’attend à
ce que les navires du Ministère se trouvent à proximité du mont
sous-marin Bowie alors qu’on procédera à d’autres activités de
surveillance et de recherche scientifique entre 10 et 12 jours par
année, ce qui coûtera au MPO tout près de 200 000 $ à 360 000 $
par année. Les patrouilles de surveillance aérienne du MPO coûtent environ 10 000 $ par jour et on s’attend à ce que ces vols
s’ajoutent régulièrement aux patrouilles régulières en haute mer
dans le but de surveiller la ZPM du mont sous-marin Bowie, ce
qui coûtera environ de 5 000 $ à 10 000 $ par année (0,5 à 1 vol
par jour par année). La Canadian Sablefish Association (CSA),
qui a longtemps réalisé des activités au mont sous-marin Bowie,
s’occupera de la surveillance au moment de pratiquer la récolte à
cet endroit, et ce, sans coût additionnel pour le Canada. Les nouvelles technologies, tels les capteurs à distance, doivent faire
l’objet de nouvelles améliorations avant qu’on ne puisse les considérer comme une alternative fiable. Cependant, alors que les
capteurs à distance ne coûteraient environ que 72 000 $ par année
à exploiter, il s’agit là d’une option abordable possiblement intéressante qui pourrait permettre d’assurer une surveillance sécuritaire et efficace toute l’année durant. Comme l’utilisation des méthodes de surveillance et d’application déjà en place s’avérera
efficace au mont sous-marin Bowie, le coût d’observation supplémentaire total sera minime pour le gouvernement.
On n’a identifié aucune ressource minérale, pétrolière ou gazière à cet endroit et, puisqu’elle est si éloignée, elle empêche
toute possibilité de recettes découlant d’éventuelles activités touristiques. L’activité économique sur Bowie s’est limitée à la pêche commerciale pratiquée par des navires capables de s’aventurer en toute sécurité dans cette zone éloignée et hostile. La valeur
Le 22 mars 2008
annually. The value of rockfish harvested (between the periods
1990 until this fishery was closed in 2000) averaged approximately $250,000 to $350,000 annually. Halibut catch records
indicate sporadic fishing from 1984 to 1992, with an estimated
annual value of $50,000 to $60,000. Prohibitions of rockfish and
halibut fishing in the MPA will not affect coast-wide harvest allocations for these species and will not impact employment in fish
processing.
Gazette du Canada Partie I
769
The benefits of protecting this unique and productive ecosystem outweigh the costs to Government and Canadians; therefore, the net benefit of establishing a MPA at Bowie Seamount is
expected to be positive.
moyenne de la morue charbonnière récoltée au mont sous-marin
Bowie s’élève entre 1 et 1,5 million de dollars par année. La valeur de la scorpène récoltée (de 1990 jusqu’à la fermeture de cette
pêcherie en 2000) se situait en moyenne entre 250 000 $ et
350 000 $ par année. Les registres de la pêche au flétan révèlent
qu’on a pratiqué cette activité de façon sporadique entre 1984 et
1992 pour une valeur estimée de 50 000 $ à 60 000 $. Les interdictions portant sur la pêche à la scorpène et au flétan dans la
ZPM n’influenceront aucunement les attributions de récolte de
ces espèces sur l’ensemble des côtes, pas plus qu’elles n’auront
un impact sur l’emploi dans le domaine de la transformation du
poisson.
Les avantages de protéger cet écosystème unique et productif
l’emportent sur les coûts pour le gouvernement et les Canadiens.
Or, l’avantage net d’établir une ZPM au mont sous-marin Bowie
est appelé à être positif.
Consultation
Consultations
In March of 2000, Fisheries and Oceans Canada held initial
consultations to gather feedback on the draft Bowie Seamount
Ecosystem Overview and other management issues. This consultation included other sectors of the Department and representatives of federal and provincial governments (Parks Canada
Agency, Natural Resources Canada, British Columbia Ministries
of Energy and Mines, of Environment, Lands and Parks, of Fisheries and the Information, Science and Technology Agency), U.S.
National Oceanic and Atmospheric Administration, academic
institutions (Universities of Victoria, Washington, and Quebec at
Montréal, Lester B. Pearson College, Oregon State and Pennsylvania State Universities), museums (Canadian Museum of Nature,
Royal BC Museum), and oceanographic groups (Bamfield Marine Station, Canadian Scientific Submersible Facility). The workshop participants determined that a Bowie Seamount MPA was
feasible.
Au mois de mars 2000, Pêches et Océans Canada a tenu des
consultations initiales dans le but de recueillir des commentaires
sur l’ébauche de survol des écosystèmes du mont sous-marin
Bowie, ainsi que sur d’autres questions relatives à la gestion.
Cette consultation impliquait d’autres secteurs du Ministère, ainsi que des représentants de ministères fédéraux et provinciaux
(l’Agence Parcs Canada, Ressources naturelles Canada, les ministères de l’Énergie et des Mines, de l’Environnement, des Terrains
et des Parcs, des Pêches, ainsi que l’Agence d’information, des
sciences et de la technologie de la Colombie-Britannique), la U.S.
National Oceanic and Atmospheric Administration, des établissements d’enseignement (les universités de Victoria, de Washington et du Québec à Montréal, le Lester B. Pearson College, les
universités des états de l’Oregon et de la Pennsylvanie), des musées (le Musée canadien de la nature, le Royal BC Museum), ainsi
que des groupes océanographiques (la Bamfield Marine Station et
l’Établissement canadien des submersibles scientifiques). Les
participants à l’atelier ont déterminé qu’une ZPM du mont sousmarin Bowie était possible.
On a ensuite consulté les membres de la communauté à Haida
Gwaii (îles de la Reine-Charlotte) au mois d’août 2001, ainsi que
les gouvernements locaux et régionaux (ville de Prince Rupert, le
15 octobre 2001 et le district régional de Skeena Queen Charlotte,
le 23 novembre 2001). Les gouvernements locaux et régionaux se
sont dits préoccupés par l’étendue de la ZPM qui, selon eux, nuirait à la pêche commerciale, entraînant ainsi une baisse des recettes locales. Les citoyens de la place se sont dits préoccupés par les
limites et le manque de financement permettant d’étudier et de
mieux comprendre les écosystèmes marins du Pacifique, ainsi que
le mont sous-marin Bowie. On s’est attaqué aux préoccupations
relatives aux limites en réduisant la taille de la ZPM, ce qui
consistait à fixer les limites à la base du mont sous-marin et à
s’assurer qu’on prévoie une étude scientifique plus poussée dans
les règlements. On a aussi abordé les préoccupations touchant la
perte possible de recettes en permettant la pêche commerciale à la
morue charbonnière sur une base limitée à l’intérieur de la zone 2
de la ZPM.
Community consultations were then conducted in Haida Gwaii
(Queen Charlotte Islands) in August of 2001 and with local and
regional governments (the City of Prince Rupert on October 15,
2001, and the Skeena Queen Charlotte Regional District on November 23, 2001). Local and regional government expressed concerns with the size of the MPA, which they felt would inhibit
commercial fishing, leading to a drop in local revenues. Local
citizens expressed concerns regarding the boundaries and the lack
of funding to study and better understand Pacific marine ecosystems and the Bowie Seamount. Concerns regarding the boundaries were addressed by reducing the size of the MPA by basing
the boundaries on the toe of the seamount and ensuring that the
regulations allow for further scientific study. Concerns regarding
the potential loss of revenue were also addressed by continuing to
allow a limited commercial sablefish fishery within Zone 2 of the
MPA.
Other government departments
Autres ministères du gouvernement
Consultations with federal government departments occurred in
May of 2001, when letters were issued seeking any concerns with
the proposed establishment of the Bowie Seamount MPA. This
consultative process included Transport Canada (TC), Natural
Resources Canada (NRCan), Western Economic Diversification
(WED), Health Canada (HC), the Department of National Defence (DND), the Royal Canadian Mounted Police (RCMP),
Industry Canada (IC), NAV CANADA, Human Resources and
Development Canada (HRDC), Environment Canada (EC), the
Pacific Pilotage Authority, Public Works and Government
Les consultations avec les ministères du gouvernement fédéral
se sont déroulées en mai 2001 alors qu’on publiait des lettres
visant à connaître les préoccupations entourant la création proposée de la ZPM du mont sous-marin Bowie. Ce processus de
consultation impliquait Transports Canada (TC), Ressources naturelles Canada (RNCan), Diversification de l’économie de l’Ouest
Canada (DEO), Santé Canada (SC), le ministère de la Défense
nationale (MDN), la Gendarmerie royale du Canada (GRC), Industrie Canada (IC), NAV CANADA, Développement des ressources humaines Canada (DRHC), Environnement Canada (EC),
770
Canada Gazette Part I
Services Canada (PWGSC), the Transportation Safety Board
(TSB), Indian and Northern Affairs Canada (INAC), the Canadian Environmental Assessment Agency (CEAA), the National
Research Council (NRC), the Canadian Food Inspection Agency
(CFIA) and the Parks Canada Agency (PCA).
March 22, 2008
The Province of British Columbia preferred direct contact with
DFO on Bowie Seamount MPA discussions and did not initially
express interest in being included in the Advisory Team. At their
request, in January 2007, they were included in the Advisory
Team. The Province supports the designation of the MPA.
l’Administration de pilotage du Pacifique, Travaux publics et Services gouvernementaux Canada (TPSGC), le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST), Affaires indiennes et du Nord
Canada (AINC), l’Agence canadienne d’évaluation environnementale (ACEE), le Conseil national de recherche (CNR), l’Agence
canadienne d’inspection des aliments (ACIA) et l’Agence Parcs
Canada (APC).
Presque tous ces ministères et organismes du fédéral ont répondu par écrit. Le MDN a manifesté son soutien, tant et aussi
longtemps que la ZPM ne limitera pas sa capacité d’assurer la
sécurité et la souveraineté canadiennes et qu’on abordera ces préoccupations dans les règlements. L’APC appuie la ZPM et a
contribué à financer la recherche pour examiner les liens entre le
mont sous-marin Bowie et l’aire marine protégée nationale proposée de Gwaii Haanas. EC était en faveur de la ZPM, puisque le
mont sous-marin Bowie semble favoriser plusieurs espèces d’oiseaux marins. RNCan a précisé qu’on ne détenait aucun intérêt
possible en matière de minerais ou d’hydrocarbures à cet endroit,
de sorte qu’on n’entretenait aucune préoccupation particulière. La
GRC, l’ACEE, NAV CANADA, DRHC, le BST, TC, l’ACIA, IC
et SC ont précisé qu’ils n’étaient aucunement préoccupés par la
création de la ZPM. D’autres ministères et organismes du fédéral,
tels DEO, l’Administration de pilotage du Pacifique, l’AINC et le
CNR n’ont donné aucune réponse. Les ministères et organismes
qui se sont dits intéressés par la ZPM sont devenus membres de
l’équipe consultative.
La province de la Colombie-Britannique préférait être en contact direct avec le MPO et, à priori, n’avait manifesté aucun intérêt à être intégrée à l’équipe consultative. En janvier 2007, on l’a
intégrée, à sa demande, à l’équipe consultative. La province appuie la désignation de la ZPM.
Advisory Team
Équipe consultative
In 2001, a Bowie Advisory Team was established to study the
feasibility of the proposed Bowie Seamount MPA, develop recommendations and develop and implement a consultation plan for
the proposed MPA. Based on input received through consultations, the membership of the Advisory Team evolved to include
stakeholders from a variety of sectors. The finalised Advisory
Team, lead by Fisheries and Oceans Canada, consists of representatives from
• Fisheries and Oceans Canada;
• Environment Canada;
• Natural Resources Canada;
• the Parks Canada Agency;
• the Department of National Defence;
• the Council of the Haida Nation;
• local government;
• the Province of British Columbia;
• the British Columbia Chamber of Shipping;
• the commercial fishing industry;
• non-government Canadian scientists; and
• environmental non-government organisations.
En 2001, on mettait sur pied une équipe consultative sur le
mont sous-marin Bowie dans le but d’étudier la faisabilité de la
ZPM proposée du mont sous-marin Bowie, d’élaborer des recommandations et d’élaborer et de mettre en œuvre un plan de
consultation consacré à la ZPM proposée. D’après les commentaires recueillis lors des consultations, la composition de l’équipe
consultative a évolué pour inclure des intervenants provenant de
divers secteurs. L’équipe consultative finale, encadrée par Pêches
et Océans Canada, comprend des représentants provenant des
ministères et organismes suivants :
• Pêches et Océans Canada;
• Environnement Canada;
• Ressources naturelles Canada;
• l’Agence Parcs Canada;
• le ministère de la Défense nationale;
• le Conseil de la nation Haida;
• le gouvernement local;
• la Province de la Colombie-Britannique;
• la Chamber of Shipping of British Columbia;
• l’industrie de la pêche commerciale;
• des scientifiques canadiens qui ne sont pas au service du
gouvernement;
• des organisations non-gouvernementales de l’environnement.
Des réunions de l’équipe consultative ont eu lieu le 17 octobre
2001, le 19 février 2002 et le 23 janvier 2007. Les questions
qu’ont soulevées les divers intervenants membres de l’équipe consultative sont présentées plus en détail ci-dessous. On s’est finalement entendu à l’unanimité sur l’approche de réglementation
lors de la réunion du 23 janvier 2007 de l’équipe consultative.
Almost all of these federal departments and agencies provided
a written response. DND indicated their support as long as the
MPA did not restrict their ability to ensure Canada’s security and
sovereignty and these concerns were addressed in the Regulations.
PCA is supportive of the MPA and assisted in funding research to
examine links between Bowie Seamount and the proposed Gwaii
Haanas National Marine Conservation Area. EC was supportive
of the MPA, as Bowie Seamount appears to support a number of
marine bird species. NRCan indicated that there were no potential
mineral or hydrocarbon interests in the area and therefore they
had no specific concerns. The RCMP, CEAA, NAV CANADA,
HRDC, TSB, TC, CFIA, IC and HC indicated that they had no
concerns with the creation of the MPA. Other federal departments
and agencies, such as WED, the Pacific Pilotage Authority, INAC
and NRC, did not provide any response. Those departments and
agencies that expressed interest in the MPA also became members of the Advisory Team.
Advisory Team meetings were held on October 17, 2001, February 19, 2002, and January 23, 2007. The issues that were raised
by the various sectors on the Advisory Team are expanded upon
below. A broad consensus on the regulatory approach was finally
reached at the January 23, 2007 Advisory Team meeting.
Le 22 mars 2008
Gazette du Canada Partie I
771
First Nations
Premières Nations
The Bowie Seamount MPA lies entirely within the claimed territory of the Haida and there are no overlaps with the claimed
territories of other coastal First Nations. The Haida were consulted directly on September 6, 2001, September 2, 2003, and
January 16, 2007, and were also part of the Advisory Team. During bilateral consultations with the Council of the Haida Nation
(CHN), the CHN indicated that they have an historical connection
with the Bowie Seamount. The Haida people refer to Bowie Seamount as Sgaan Kinghlas, which roughly translates to “supernatural being looking upwards.”
La ZPM du mont sous-marin Bowie se situe entièrement à l’intérieur du territoire que réclame la nation Haida et celle-ci ne
présente aucun chevauchement avec les territoires revendiqués
des autres Premières Nations côtières. On a consulté directement
la nation Haida le 6 septembre 2001, le 2 septembre 2003 et le
16 janvier 2007, sans compter que celle-ci faisait également partie
de l’équipe consultative. Lors des consultations bilatérales avec le
Conseil de la nation Haida (CNH), celle-ci a précisé qu’elle était
historiquement liée au mont sous-marin Bowie. Les Haida ont
baptisé le mont sous-marin Bowie Sgaan Kinghlas, ce qui signifie
à peu près « être surnaturel regardant vers le haut ».
The Haida requested that they be provided an opportunity to
work cooperatively with DFO to protect and conserve the proposed Bowie Seamount MPA. Consequently, DFO negotiated a
Memorandum of Understanding with the CHN, which was subsequently signed on April 18, 2007.
Les Haida ont demandé qu’on leur offre la possibilité de collaborer avec le MPO afin de protéger et de conserver la ZPM proposée du mont sous-marin Bowie. Par conséquent, le MPO a négocié un protocole d’entente avec le CNH qui a été signé le
18 avril 2007.
Consistent with the Oceans Act, the Regulations will neither
abrogate nor derogate from any existing aboriginal or treaty rights
of the aboriginal people of Canada, as provided under section 35
of the Constitution Act (1982). In addition, the proposed Regulations allow for fishing by Aboriginal Peoples, in accordance with
the Aboriginal Communal Fishing Licences Regulations.
Conformément à la Loi sur les océans, la réglementation n’entraînera aucune abrogation ou dérogation aux droits actuels des
Autochtones du Canada ou à leurs droits en vertu des traités,
comme on le prévoit à l’article 35 de la Loi constitutionnelle
(1982). De plus, le règlement proposé permet aux peuples autochtones de pratiquer la pêche, et ce, conformément au Règlement
sur les permis de pêche communautaires des Autochtones.
Major oil tanker companies
Grandes sociétés de pétroliers
Letters were sent on April 5, 2000, to the major oil tanker companies operating the route between Alaska and ports along the
Pacific Northwest. Feedback received indicated that tankers stay
in excess of 100 nautical miles west of the Bowie area. It was
therefore concluded that alterations to the Tanker Exclusion Zone
(administered by Transport Canada) were not required at this
time.
On a écrit, le 5 avril 2000, aux grandes sociétés de pétroliers
qui exploitent la route entre l’Alaska et les ports longeant la partie
nord-ouest du Pacifique. Les commentaires recueillis révèlent que
les pétroliers demeurent à plus de 100 milles nautiques à l’ouest
de l’aire Bowie. Par conséquent, on en a déduit qu’il n’était pas
nécessaire, pour l’instant, de modifier la zone d’exclusion des pétroliers (administrée par Transports Canada).
Mining associations
Associations minières
Information on the proposed MPA was provided on May 28,
2003, to the Mining Association of British Columbia and the British Columbia and Yukon Chamber of Mines, requesting their
input. Neither of these organizations expressed objections or concerns about the proposed MPA designation.
On a fait parvenir, le 28 mai 2003, l’information sur la ZPM
proposée à la Mining Association of British Columbia, ainsi qu’à
la Chambre des mines de la Colombie-Britannique et du Yukon
en leur demandant de nous faire part de leurs commentaires. Aucune de ces organisations n’a exprimé d’objections ou de préoccupations sur la désignation proposée de la ZPM.
Oil and gas industry
Industrie pétrolière et gazière
During a stakeholder consultation workshop in March 2000,
the British Columbia Ministry of Energy and Mines indicated that
there is no potential for the development of oil and gas exploration in the proposed MPA and, therefore, that they had no
concerns.
Lors d’un atelier de consultation des intervenants en mars
2000, le Ministry of Energy and Mines (le ministère de l’énergie
et des mines) de la Colombie-Britannique a précisé qu’il n’existe
aucune possibilité d’exploration pétrolière et gazière dans la ZPM
proposée, de sorte qu’il n’y a pas lieu de s’en préoccuper.
Commercial fishing industry
Industrie de la pêche commerciale
Commercial fishing interests were consulted on September 5,
2001, May 8, 2002, December 18, 2003, and November 21, 2006.
Representatives included the sablefish, halibut and rockfish fishing industries (which were also part of the Advisory Team).
On a consulté les intervenants dans le domaine de la pêche
commerciale le 5 septembre 2001, le 8 mai 2002, le 18 décembre
2003 et le 21 novembre 2006. Ceux-ci comprenaient des représentants des industries de la pêche à la morue charbonnière, au
flétan et à la scorpène (qui font également partie de l’équipe
consultative).
The sablefish industry, represented by the Canadian Sablefish
Association (CSA), has actively fished the MPA since 1982. The
CSA agreed that DFO should establish an MPA at Bowie Seamount but requested that their fishery be allowed to continue to
harvest below the 250 fathom depth contour—which would permit protection of the sensitive shallow zone. They further proposed that the sablefish fishery be restricted to selective trap gear
L’industrie de la morue charbonnière, représentée par la Canadian Sablefish Association (CSA), a pratiqué activement la pêche dans la ZPM depuis 1982. La CSA a accepté que le MPO
procède à la création d’une ZPM au mont sous-marin Bowie,
mais elle a demandé qu’on lui permette de poursuivre ses activités de récolte en deçà de l’isobathe de 250 brasses, ce qui permettrait ainsi de protéger la zone peu profonde et sensible. De plus,
772
Canada Gazette Part I
to eliminate by-catch of both marine birds and other marine species and that fishing be limited to one vessel per month over a sixmonth period of any year. The CSA indicated that sablefish vessels would continue to provide DFO with catch information and
biological samples as and when required by DFO. Consequently,
the Regulations will allow for continued opportunities for collaborative research between DFO and the sablefish fishing industry. This will be reflected in the IFMP, variation order, and licence conditions.
The rockfish and halibut fisheries requested that they be allowed to continue harvesting on Bowie Seamount. Rockfish and
halibut are harvested in shallower water than the sablefish fishery.
To re-introduce these fisheries would require that the rockfish and
halibut fisheries be allowed to fish the sensitive upper portion of
the Bowie Seamount in Zone 1, which was deemed to be inconsistent with achieving the conservation objectives of the MPA.
Thus, it was determined that the regulatory proposal would prohibit halibut and rockfish fishing within the MPA. Although these
fisheries have historically occurred relatively infrequently, representatives from the halibut and rockfish fisheries have requested
compensation for lost fishing opportunities. As the establishment
of the Bowie MPA will not alter the allocation process for determining the level of resources available to the halibut and rockfish
fisheries on the Pacific Coast, the request for compensation is not
being considered, as the exclusion of halibut and rockfish fisheries will not affect the overall coast-wide TAC for these fisheries.
The decision has subsequently been communicated.
There are no official records of tuna fishing occurring on
Bowie Seamount, although there is some anecdotal information of
sporadic tuna harvesting occurring in this area. The tuna fishing
industry, represented by the British Columbia Tuna Fishermen’s
Association, has requested that tuna fishing be allowed to continue within all zones of the MPA. This is based on the industry’s
view that climate change may provide future opportunities to
harvest tuna on the Bowie Seamount. DFO consulted with the
British Columbia Tuna Fishermen’s Association in December
2007. Tuna fishers use surface-trolled jigs and are of the opinion
that this harvesting method has a low impact on the seamount
ecosystem. The Regulations have been drafted to recognize fishing by holders of a valid commercial fishing license.
March 22, 2008
on a proposé de limiter la pêche à la morue charbonnière à
certains types de trappes pour ainsi éliminer les prises accessoires
d’oiseaux marins et d’autres espèces marines et de limiter la pêche à un navire par mois sur une période de six mois pour toute
année. La CSA a précisé que les bateaux de pêche à la morue
charbonnière continueraient de remettre au MPO l’information
sur leurs prises et des échantillons biologiques au fur et à mesure
des besoins du Ministère. Par conséquent, les règlements offriront
d’autres possibilités de recherche axée sur la collaboration entre
le MPO et l’industrie de la pêche à la morue charbonnière. Cellesci seront intégrées au PGIP, à la variation annuelle de l’ordre,
ainsi qu’aux conditions de permis.
Les responsables de la pêche à la scorpène et au flétan ont demandé qu’on leur permette de poursuivre la récolte sur le mont
sous-marin Bowie. La récolte de ces deux types de poisson s’effectue dans des eaux moins profondes que la pêche à la morue
charbonnière. Pour réintroduire ces activités, il faudrait permettre
la pêche à la scorpène et au flétan dans la partie supérieure sensible du mont sous-marin Bowie dans la zone 1, ce qu’on a jugé
contraire aux objectifs de conservation de la ZPM. Ainsi, on a
déterminé que la proposition réglementaire empêcherait de pêcher
le flétan et la scorpène à l’intérieur de la ZPM. Même si ces activités de pêche ont toujours été relativement peu fréquentes, les
représentants de la pêche au flétan et à la scorpène ont demandé
compensation en raison des possibilités de pêche ainsi perdues.
Alors que la création de la ZPM Bowie ne modifiera aucunement
le processus d’attribution permettant de déterminer le niveau de
ressources disponibles dans le cas de la pêche au flétan et à la
scorpène sur la côte du Pacifique, on n’accorde aucunement d’attention à la demande de compensation puisque l’exclusion de la
pêche au flétan et à la scorpène ne touchera pas le TAC global de
l’ensemble de la côte pour ces pêcheries. On leur a communiqué
la décision par la suite.
Il n’existe aucun registre officiel de la pêche au thon sur le
mont sous-marin Bowie, même si on dispose de certains renseignements anecdotiques de récolte sporadique de ce poisson à cet
endroit. L’industrie de la pêche au thon, représentée par la British
Columbia Tuna Fishermen’s Association, a demandé qu’on permette de poursuivre ce type de pêche dans toutes les zones de la
ZPM. Cette demande découle du fait que l’industrie voit les changements climatiques comme une possibilité future de récolter le
thon sur le mont sous-marin Bowie. Le MPO a consulté la British
Columbia Tuna Fishermen’s Association en décembre 2007. Les
pêcheurs de thons utilisent des leurres de surface comme méthode
de capture et sont de l’opinion que cette méthode de capture a un
impact minime sur l’écosystème du mont sous-marin. Les règlements sont rédigés de manière à reconnaître la pêche par les titulaires d’un permis de pêche commerciale valide.
Environmental interest groups
Groupes d’intérêt environnementaux
The World Wildlife Fund of Canada (WWF) and the Canadian
Parks and Wilderness Society (CPAWS) were consulted directly,
and both organizations were on the Advisory Team. WWF was
critical of the slow progress made in implementing the MPA.
Consequently, WWF became instrumental in working with other
key stakeholders on the Advisory Team, such as the CSA, to define the regulatory approach and other management measures that
would satisfy conservation interests while allowing for continued
participation of the sablefish industry in the MPA to move the
process forward.
On a consulté directement le Fonds mondial pour la nature
(Canada) et la Société pour la protection des parcs et des sites
naturels du Canada (SPPSNC), deux organisations qui sont membres de l’équipe consultative. Le Fonds mondial critiquait la lenteur des progrès au niveau de la mise en œuvre de la ZPM. Par
conséquent, il s’est impliqué davantage avec les autres intervenants importants faisant partie de l’équipe consultative, comme la
CSA, afin de définir l’approche de réglementation et les autres
mesures de gestion qui répondraient aux intérêts dans le domaine
de la conservation, tout en permettant une participation continue
de l’industrie de la morue charbonnière au sein de la ZPM afin de
faire avancer le processus.
La SPPSNC était moins en faveur de la poursuite de la pêche à
la morue charbonnière sur le mont sous-marin Bowie, et elle a précisé qu’elle aurait préféré une approche plus prudente. Cependant,
CPAWS was less supportive of the continuation of the sablefish fishery on Bowie Seamount and indicated that they would
have preferred to take a more precautionary approach. However,
Le 22 mars 2008
Gazette du Canada Partie I
773
CPAWS was also critical of the slow pace of progress of implementation of the MPA and, in the interest of expediency, supported the continued participation of the sablefish industry in the
MPA in order to move the process forward. It should be noted
that Canadian Pacific sablefish is listed as a “Best Choice” in
Canada’s Seafood Guide, indicating that “this species is currently
fished/harvested sustainably.” This guidebook is a publication of
Sustainable Seafood Canada, which is a coalition of leading
Canadian conservation organizations, and of which CPAWS is a
member.
cette société critiquait également la lenteur des progrès au niveau
de la mise en œuvre de la ZPM et, dans le but d’accélérer le processus, elle favorisait la participation continue de l’industrie de la
morue charbonnière au sein de la ZPM. On devrait cependant
préciser que la morue charbonnière du Pacifique est considérée
comme un « Meilleur choix » dans le Canada’s Seafood Guide (le
Guide canadien des produits de la mer), où l’on mentionne que
« cette espèce fait toujours l’objet d’une pêche/récolte durable ».
Ce guide est une publication de Sustainable Seafood Canada, une
coalition d’organismes canadiens importants dans le domaine de
la conservation dont la SPPSNC est membre.
Shipping
Navigation
The British Columbia Chamber of Shipping was consulted directly on September 26, 2001, and was also part of the Bowie Advisory Team. Consultations with the Chamber of Shipping confirmed that vessels rarely transit the Bowie Seamount area and
that tankers stay in excess of 100 nautical miles west of it. It was
therefore concluded that current national and international controls on the discharge of substances from vessels, such as the requirements regarding oil content in water, are consistent with the
conservation objectives of the MPA. The Regulations recognize
international navigational rights and do not place added restrictions on shipping. Vessels will be expected to adhere to any regulations, controls and management measures under the Canada
Shipping Act, 2001 and other relevant Canadian legislation.
On a consulté directement la British Columbia Chamber of
Shipping le 26 septembre 2001, et celle-ci siège également au
sein de l’équipe consultative Bowie. Les consultations avec la
Chamber of Shipping ont confirmé que les navires empruntent
rarement la zone du mont sous-marin Bowie et que les pétroliers
ne s’en approchent jamais de plus de 100 milles nautiques à l’ouest.
Par conséquent, on en a déduit que les actuelles mesures de contrôle nationales et internationales relatives au déversement de
substances des navires, telles les exigences régissant la teneur
d’huile dans l’eau, sont conformes aux objectifs de conservation
de la ZPM. On reconnaît, dans la réglementation, les droits à la
navigation internationale et on n’impose aucune restriction additionnelle au transport maritime. On s’attendra à ce que les navires
respectent tout règlement et toute mesure de contrôle ou de gestion en vertu de la Loi de 2001 sur la marine marchande du Canada et d’autres lois canadiennes pertinentes.
Tourism
Tourisme
Bowie Seamount is located 180 km offshore in an area that is
frequented by quick-moving and unpredictable storms. These
conditions negate the area’s potential for future tourist activities.
Some limited interest from the undersea submarine company Atlantis Submarines International was expressed during consultations in March of 2000. However, they quickly ascertained that
Bowie Seamount had limited potential as a future site for tourist
operations and disengaged from the process.
Le mont sous-marin Bowie se trouve à 180 km au large d’une
zone où sévissent des tempêtes qui évoluent rapidement en plus
d’être imprévisibles. Ces conditions empêchent toute activité
touristique éventuelle à cet endroit. La société de sous-marins
Atlantic Submarines International a manifesté un certain intérêt
au cours des consultations qui se sont déroulées en mars 2000.
Cependant, celle-ci a rapidement réalisé que le mont sous-marin
Bowie offrait des possibilités limitées en tant qu’éventuel site
touristique, de sorte qu’elle a délaissé le processus.
Strategic environmental assessment
Évaluation environnementale stratégique
Impacts of these prohibitions and management actions are
understood, accepted and supported among the user groups. A
strategic environmental assessment (SEA) has been completed for
the Bowie Seamount MPA initiative in compliance with the 2004
Cabinet Directive on the Environmental Assessment of Policy,
Plan and Program Proposals. Generally, it is anticipated that any
environmental effects resulting from the Bowie Seamount MPA
will be positive.
Les groupes d’utilisateurs comprennent, acceptent et appuient
les impacts de ces interdictions et de ces mesures de gestion. On
a réalisé une évaluation environnementale stratégique (ÉES) de
l’initiative de la ZPM du mont sous-marin Bowie comme l’exige la directive de 2004 du Cabinet sur l’évaluation environnementale des projets de politiques, de plans et de programmes. De
façon générale, on s’attend à ce que tout effet environnemental
attribuable à la ZPM du mont sous-marin Bowie soit positif.
Compliance and enforcement
Respect et exécution
A coordinated inter-agency approach to compliance and enforcement is required for the MPA, given its remote offshore
location. A compliance and enforcement component of the management plan will define roles and responsibilities for government authorities to meet the regulatory requirements of the MPA.
The management plan will also identify compliance promotion
tools and approaches for the MPA, including stewardship activities involving stakeholders.
Une approche coordonnée entre les divers organismes s’impose
en matière de conformité et d’exécution pour la ZPM, compte
tenu de son éloignement de la terre ferme. On définira, dans un
volet du plan de gestion consacré à la conformité et à l’exécution,
les rôles et les responsabilités des autorités gouvernementales dans
le but de respecter les exigences réglementaires de la ZPM. On
énoncera également, dans le plan de gestion, les outils de promotion et les approches de conformité ayant trait à la ZPM, y compris les activités d’intendance impliquant les intervenants.
As the lead federal authority for the MPA, DFO will have
overall responsibility for ensuring that conservation measures are
respected and enforced. This will be undertaken through the Department’s legislated enforcement mandate and responsibilities
Étant la principale autorité fédérale en ce qui concerne la ZPM,
il reviendra au MPO de s’assurer qu’on respecte et qu’on mette en
œuvre les mesures de conservation. Pour ce faire, le Ministère se
prévaudra du mandat et des responsabilités d’exécution qui lui
774
Canada Gazette Part I
under the Oceans Act and the Fisheries Act (and other departmental legislation), including those for fisheries conservation, environmental protection, habitat protection and marine safety. The
primary means of departmental enforcement presence will be
through an already existing fisheries aerial surveillance program.
Other platforms of opportunity, primarily in the form of research cruises either conducted by or under contract to DFO, will
provide monitoring opportunities. Complimentary opportunities
to monitor the Bowie Seamount area by the U.S. Coast Guard,
which conducts regular offshore patrols, will also be explored.
DFO fishery officers working together with other law enforcement personnel (or enforcement officers so designated by the
Minister according to section 39 of the Oceans Act) will enforce
the proposed management actions and regulations for the area.
Enforcement of the regulations and subsequent offences will be
dealt with under sections 37 and 38 of the Oceans Act.
Violations of the MPA Regulations carry penalties under section 37 of the Oceans Act. Contraventions of activity approvals
and conditions can also result in charges under the Fisheries Act
and other applicable legislation, such as the Canada Shipping Act,
2001. Convictions can result in fines and imprisonments under
these various Acts.
March 22, 2008
sont conférés en vertu de la Loi sur les océans et de la Loi sur les
pêches (ainsi que d’autres lois ministérielles), y compris des lois
régissant la conservation de la pêche, la protection de l’environnement, la protection de l’habitat et la sécurité maritime.
Pour assurer cette exécution, le Ministère fera principalement
sentir sa présence dans le cadre d’un programme de surveillance
aérienne déjà en vigueur dans le domaine de la pêche.
D’autres types de possibilités prenant principalement la forme
de croisières de recherche menées ou sous-traitées par le MPO
permettront d’assurer la surveillance. On examinera également
des possibilités complémentaires de surveillance du mont sousmarin Bowie offertes par la Garde côtière américaine, qui mène
régulièrement des patrouilles au large. Des agents des pêches du
MPO collaborant avec d’autres employés d’exécution de la loi
(ou des agents d’exécution désignés par le ministre conformément
à l’article 39 de la Loi sur les océans) feront respecter les mesures
et les règlements de gestion proposés dans cette zone. L’exécution des règlements et les infractions éventuelles seront traitées de
la façon prévue aux articles 37 et 38 de la Loi sur les océans.
Les violations des règlements des ZPM donnent lieu à des
amendes en vertu de l’article 37 de la Loi sur les océans. Les contraventions aux activités approuvées et aux conditions peuvent
également mener à des accusations en vertu de la Loi sur les pêches et d’autres lois en vigueur, comme la Loi de 2001 sur la
marine marchande du Canada. Une déclaration de culpabilité
dans de tels cas peut entraîner des amendes et des peines d’emprisonnement en vertu de ces différentes lois.
Le 22 mars 2008
Schedule 1/Annexe 1
Gazette du Canada Partie I
775
776
Canada Gazette Part I
Schedule 2/Annexe 2
March 22, 2008
Le 22 mars 2008
Gazette du Canada Partie I
Contacts
Personnes-ressources
Pacific Region:
Dale Gueret
Integrated Coastal Zone Management Coordinator
Fisheries and Oceans Canada
417 2nd Avenue W
Prince Rupert, British Columbia
V8J 1G8
Telephone: 250-627-3408
Fax: 250-627-3480
Email: gueretd@pac.dfo-mpo.gc.ca
National Capital Region:
Sam Macharia
Senior Analyst
Fisheries and Oceans Canada
200 Kent Street, Station 12E223
Ottawa, Ontario
K1A 0E6
Telephone: 613-990-9376
Fax: 613-990-4810
Email: sam.macharia@dfo-mpo.gc.ca
Dave Luck
Policy Analyst
Legislative and Regulatory Affairs
Fisheries and Oceans Canada
200 Kent Street
Ottawa, Ontario
K1A 0E6
Telephone: 613-990-0199
Fax: 613-990-0168
Email: dave.luck@dfo-mpo.gc.ca
Région du Pacifique :
Dale Gueret
Coordonnateur de la gestion intégrée des zones côtières
Pêches et Océans Canada
417 2nd Avenue W
Prince Rupert (Colombie Britannique)
V8J 1G8
Téléphone : 250-627-3408
Télécopieur : 250-627-3480
Courriel : gueretd@pac.dfo-mpo.gc.ca
Région de la capitale nationale :
Sam Macharia
Conseiller principal
Pêches et Océans Canada
200, rue Kent, succursale 12E223
Ottawa (Ontario)
K1A 0E6
Téléphone : 613-990-9376
Télécopieur : 613-990-4810
Courriel : sam.macharia@dfo-mpo.gc.ca
Dave Luck
Analyste des politiques
Affaires législatives et réglementaires
Pêches et Océans Canada
200, rue Kent
Ottawa (Ontario)
K1A 0E6
Téléphone : 613-990-0199
Télécopieur : 613-990-0168
Courriel : dave.luck@dfo-mpo.gc.ca
777
PROPOSED REGULATORY TEXT
PROJET DE RÉGLEMENTATION
Notice is hereby given that the Governor in Council, pursuant
to subsection 35(3) of the Oceans Acta, proposes to make the annexed Bowie Seamount Marine Protected Area Regulations.
Avis est donné que la gouverneure en conseil, en vertu du paragraphe 35(3) de la Loi sur les océansa, se propose de prendre le
Règlement sur la zone de protection marine du mont sous-marin
Bowie, ci-après.
Les intéressés peuvent présenter leurs observations au sujet du
projet de règlement dans les quinze jours suivant la date de publication du présent avis. Ils sont priés d’y citer la Gazette du Canada Partie I, ainsi que la date de publication, et d’envoyer le tout à
Sam Macharia, analyste principal des activités du Pacifique, Direction des opérations régionales des Océans, Pêches et Océans
Canada, 200, rue Kent, Ottawa (Ontario) K1A 0E6 (tél. : 613990-9376; téléc. : 613-990-4810; courriel : sam.macharia@dfo-mpo.
gc.ca).
Ottawa, le 11 mars 2008
La greffière adjointe du Conseil privé
MARY PICHETTE
Interested persons may make representations concerning the
proposed Regulations within 15 days after the date of publication
of this notice. All such representations must cite the Canada Gazette, Part I, and the date of publication of this notice, and be addressed to Sam Macharia, Senior Analyst, Oceans Directorate,
Fisheries and Oceans Canada, 200 Kent Street, Ottawa, Ontario
K1A 0E6 (tel.: 613-990-9376; fax: 613-990-4810; e-mail: sam.
macharia@dfo-mpo.gc.ca.).
Ottawa, March 11, 2008
MARY PICHETTE
Assistant Clerk of the Privy Council
———
———
a
a
S.C. 1996, c. 31
L.C. 1996, ch. 31
778
Canada Gazette Part I
BOWIE SEAMOUNT MARINE PROTECTED
AREA REGULATIONS
March 22, 2008
RÈGLEMENT SUR LA ZONE DE PROTECTION
MARINE DU MONT SOUS-MARIN BOWIE
INTERPRETATION
DÉFINITIONS ET INTERPRÉTATION
1. (1) In these Regulations, “Area” means the Bowie Seamount
Marine Protected Area designated under section 2.
1. (1) Dans le présent règlement, « zone » s’entend de la zone
de protection marine du mont sous-marin Bowie désignée en vertu de l’article 2.
(2) Dans le présent règlement, les coordonnées géographiques — latitude et longitude — sont exprimées selon le Système
de référence géodésique de l’Amérique du Nord 1983 (NAD 83).
(3) Dans l’annexe, les lignes reliant les points entre eux sont
des loxodromies.
(2) In these Regulations, all geographical coordinates (latitude
and longitude) are expressed in the North America Datum 1983
(NAD 83) geodetic reference system.
(3) In the schedule, the lines connecting the points are rhumb
lines.
DESIGNATION
DÉSIGNATION
2. The area of the Pacific Ocean — consisting of the seabed, the subsoil and the water column above the seabed — that
is bounded by a series of rhumb lines drawn from a point
53°03′07.6″ N, 135°50′25.9″ W, to a point 53°16′20.9″ N,
134°59′55.4″ W, then to a point 53°39′49.2″ N, 135°17′04.9″ W,
then to a point 53°39′18.0″ N, 135°53′46.5″ W, then to a point
53°52′16.7″ N, 136°30′23.1″ W, then to a point 53°49′19.6″ N,
136°47′33.1″ W, then to a point 53°40′02.5″ N, 136°57′03.5″ W,
then to a point 53°13′59.2″ N, 136°10′00.0″ W, then back to the
point of commencement (which points are shown as points 1 to 8,
respectively, of the schedule) is designated as the Bowie Seamount Marine Protected Area.
2. Est désignée comme « zone de protection marine du mont
sous-marin Bowie » la zone de l’océan Pacifique qui se compose
du fond marin, du sous-sol et des eaux qui lui sont surjacentes et
qui est délimitée par la loxodromie partant du point 53° 03′ 07,6″ N.,
135° 50′ 25,9″ O., passant par les points 53° 16′ 20,9″ N.,
134° 59′ 55,4″ O., 53° 39′ 49,2″ N., 135° 17′ 04,9″ O.,
53° 39′ 18,0″ N., 135° 53′ 46,5″ O., 53° 52′ 16,7″ N.,
136° 30′ 23,1″ O., 53° 49′ 19,6″ N., 136° 47′ 33,1″ O.,
53° 40′ 02,5″ N., 136° 57′ 03,5″ O., 53° 13′ 59,2″ N.,
136° 10′ 00,0″ O., — les points 1 à 8, respectivement, indiqués à
l’annexe, puis revenant au point de départ.
PROHIBITED ACTIVITIES
ACTIVITÉS INTERDITES
3. In the Area, no person shall
(a) disturb, damage or destroy, or remove from the Area, any
living marine organism or any part of its habitat;
(b) disturb, damage or destroy or remove from the Area, any
part of the seabed; or
(c) carry out any activity — including depositing, discharging
or dumping any substance, or causing any substance to be deposited, discharged or dumped — that is likely to result in the
disturbance, damage, destruction or removal of a living marine
organism or any part of its habitat.
3. Il est interdit :
a) de perturber, d’endommager, de détruire ou d’enlever, dans
la zone, tout organisme marin vivant ou toute partie de son
habitat;
b) de perturber, d’endommager, de détruire ou d’enlever, dans
la zone, toute partie du fond marin;
c) de mener toute activité — notamment déposer, déverser ou
rejeter une substance ou faire déposer, déverser ou rejeter une
substance — susceptible de perturber, d’endommager, de détruire ou d’enlever un organisme marin ou toute partie de son
habitat.
EXCEPTIONS
EXCEPTIONS
4. Despite section 3, the following activities may be carried out
in the Area:
(a) commercial fishing that is carried out in accordance with
the Fisheries Act and its regulations;
(b) recreational fishing that is carried out in accordance with
the Fisheries Act and its regulations;
(c) fishing that is carried out in accordance with the Aboriginal
Communal Fishing Licences Regulations;
(d) vessel travel carried out in accordance with the Canada
Shipping Act, 2001 and its regulations;
(e) foreign vessel travel carried out in accordance with the
Canada Shipping Act, 2001 and its regulations and foreign ship
travel carried out in accordance with the Coasting Trade Act
and its regulations;
(f) any movement or other activity of a ship, submarine or aircraft if the movement or other activity is carried out for the
purpose of public safety, law enforcement or national security
or for the exercise of Canadian sovereignty and
(i) the ship, submarine or aircraft is owned or operated by or
on behalf of Her Majesty in right of Canada or by a foreign
military force acting in cooperation with, or under the command or control of, the Canadian Forces; or
4. Malgré l’article 3, il est permis d’exercer les activités
suivantes :
a) la pêche commerciale pratiquée conformément à la Loi sur
les pêches et à ses règlements;
b) la pêche sportive pratiquée conformément à la Loi sur les
pêches et à ses règlements;
c) la pêche pratiquée conformément au Règlement sur les permis de pêche communautaires des Autochtones;
d) le déplacement des bâtiments conformément à la Loi de
2001 sur la marine marchande du Canada et à ses règlements;
e) le déplacement des bâtiments étrangers conformément à la
Loi de 2001 sur la marine marchande du Canada et à la Loi
sur le cabotage, ainsi qu’à leurs règlements;
f) les mouvements et autres activités effectués par les navires,
sous-marins ou aéronefs ci-après dans le but d’assurer la sécurité publique, l’exécution de la loi, la sécurité nationale ou
l’exercice de la souveraineté canadienne :
(i) ceux qui appartiennent à Sa Majesté du chef du Canada,
ou sont exploités par elle ou en son nom ou par des forces
militaires étrangères en collaboration avec les Forces canadiennes ou sous leur commandement ou contrôle,
Le 22 mars 2008
Gazette du Canada Partie I
(ii) the movement or other activity is carried out for the purpose of an emergency response under the direction, command or control of the Canadian Coast Guard;
(g) marine scientific research activities that are carried out or
sponsored by a foreign government and in respect of which that
government has received the consent of the Minister of Foreign
Affairs under paragraph 3(2)(c) of the Coasting Trade Act, if
the activities are carried out in a manner that complies with the
terms and conditions of the consent; and
(h) an activity approved under section 6.
779
(ii) ceux qui participent à des interventions d’urgence sous la
direction, le commandement ou le contrôle de la Garde côtière canadienne;
g) les activités menées dans le cadre de recherches océanographiques conduites ou commanditées par un gouvernement
étranger, si celui-ci a obtenu l’autorisation du ministre des Affaires étrangères aux termes de l’alinéa 3(2)c) de la Loi sur le
cabotage et si les activités sont menées conformément aux
conditions de l’autorisation;
h) toute activité approuvée par le ministre en vertu de l’article 6.
ACTIVITY PLAN
PLAN D’ACTIVITÉ
5. Every person who proposes to carry out a scientific research,
monitoring, educational or commercial marine tourism activity in
the Area shall submit to the Minister for approval, not less than
60 days before the day on which the activity is proposed to begin,
a plan that contains
(a) the name, address and telephone number and, if applicable,
the facsimile number and electronic mail address of a person
who can be contacted in respect of the plan;
(b) a detailed description of the proposed activity that sets out
(i) its purpose,
(ii) the period or periods during which it is to be carried out,
(iii) its location on a map;
(iv) the types of data that are to be collected, if any, and the
sampling protocols or other techniques to be used to collect
the data,
(v) the types of equipment, if any, that are to be used during
the proposed activity, including those for gathering data and,
if any of the equipment is to be anchored or moored in the
Area, the methods by which the anchoring or mooring is to
be conducted,
(vi) the type and identity of every ship that is to be used to
carry out the proposed activity, and
(vii) every substance, if any, that is to be deposited, discharged or dumped within the Area during the proposed
activity;
(c) an assessment of the environmental effects that are likely to
occur within the Area as a result of the proposed activity; and
(d) a list of every licence, permit, authorization or consent obtained or applied for in respect of the proposed activity.
6. (1) Subject to subsection (2), the Minister shall, within
30 days after the day on which a plan that is submitted in accordance with section 5 is received, approve the plan if
(a) in the case of scientific research and monitoring, the activity is for the purpose of
(i) understanding the ecology of the Area,
(ii) contributing to the management of the Area, or
(iii) monitoring the effectiveness of the conservation measures being implemented within the Area; or
(b) in the case of educational activities or commercial marine
tourism activities, the activity is for the purpose of increasing
public awareness of the Area.
(2) The Minister shall not approve a plan if
(a) the activity is likely to damage or destroy the habitat of a
living organism within the Area; or
(b) the cumulative environmental effects of the proposed activity, in combination with any other past and current activities
carried out within the Area, are likely to damage or destroy the
habitat of living marine organisms in the Area.
5. Quiconque prévoit mener une activité de recherche scientifique, de surveillance, éducative ou de tourisme maritime commercial dans la zone soumet à l’approbation du ministre, au moins
soixante jours avant le début de l’activité, un plan comportant les
renseignements et les documents suivants :
a) les nom, adresse et numéro de téléphone de la personneressource ainsi que, le cas échéant, ses numéro de télécopieur
et adresse électronique;
b) la description détaillée de l’activité proposée précisant :
(i) l’objet de l’activité,
(ii) la ou les périodes prévues de l’activité,
(iii) une carte indiquant le lieu de l’activité,
(iv) les données à recueillir et, le cas échéant, les protocoles
d’échantillonnage ou autres techniques qui seront utilisés
pour les recueillir,
(v) le cas échéant, le type de matériel qui sera utilisé pour
l’activité, notamment pour recueillir les données et, dans le
cas où le matériel sera ancré ou amarré, la méthode d’ancrage ou d’amarrage,
(vi) le type et l’identité de tout navire qui sera utilisé pour
l’activité,
(vii) le cas échéant, les substances qui seront déposées, déversées ou rejetées dans la zone;
c) une évaluation des effets environnementaux que l’activité est
susceptible d’entraîner dans la zone;
d) une liste des permis, licences, autorisations ou consentements obtenus ou demandés relativement à l’activité.
6. (1) Sous réserve du paragraphe (2), le ministre approuve le
plan soumis conformément à l’article 5 dans les trente jours suivant sa réception si :
a) dans le cas d’une activité de recherche scientifique ou de
surveillance, l’activité est menée :
(i) pour comprendre l’écologie,
(ii) à des fins de gestion de la zone,
(iii) à des fins de contrôle de l’efficacité des mesures de conservation qui sont mises en place dans la zone;
b) dans le cas d’une activité éducative ou de tourisme maritime
commercial, l’activité vise à accroître la sensibilisation du public à l’égard de la zone.
(2) Le ministre n’approuve pas le plan si :
a) l’activité est susceptible d’endommager ou de détruire l’habitat de tout organisme marin vivant dans la zone;
b) les effets cumulatifs environnementaux de l’activité proposée, lorsqu’elle est combinée à d’autres activités terminées ou
en cours dans la zone, sont susceptibles d’endommager ou de
détruire l’habitat de tout organisme marin vivant dans cette
zone.
780
Canada Gazette Part I
March 22, 2008
REPORTING OF ACCIDENTS
AVIS D’ACCIDENT
7. Every person involved in an accident that is likely to result
in any disturbance, damage, destruction or removal prohibited
under section 3 shall, within two hours after its occurrence, report
the accident to the Canadian Coast Guard.
7. Toute personne en cause dans un accident susceptible d’entraîner une perturbation, un endommagement, une destruction ou
un enlèvement interdits par l’article 3 en avise la Garde côtière
canadienne dans les deux heures.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
8. These Regulations come into force on the day on which they
are registered.
8. Le présent règlement entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
Le 22 mars 2008
Gazette du Canada Partie I
781
SCHEDULE/ANNEXE
(Subsection 1(3) and section 2)/(paragraphe 1(3) et article 2)
BOWIE SEAMOUNT MARINE PROTECTED AREA / ZONE DE PROTECTION
MARINE DU MONT SOUS-MARIN BOWIE
[12-1-o]
[12-1-o]
782
Canada Gazette Part I
March 22, 2008
International Bridges and Tunnels Regulations
Règlement sur les ponts et tunnels internationaux
Statutory authority
International Bridges and Tunnels Act
Fondement législatif
Loi sur les ponts et tunnels internationaux
Sponsoring department
Department of Transport
Ministère responsable
Ministère des Transports
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
Executive summary
Issue: Bridge and tunnel structures are key to the Canadian
road network, particularly with respect to trade and the transportation of goods across Canada. Whenever such a structure
fails or its load-carrying capacity is compromised, public safety is jeopardized, the efficiency of the transportation network
is impaired, and the public is inconvenienced.
There are 33 international bridges and tunnels between Canada and the United States with various governance regimes
(Crown corporations, joint authorities, private companies),
which do not necessarily have obligations to report on operations and maintenance to the Government of Canada (GoC).
Of these bridges and tunnels, 24 are vehicular crossings and
9 are railway crossings.
Following the collapse of a portion of the De La Concorde
overpass, in Laval in the fall of 2006, and the collapse of the
bridge in Minneapolis in the summer of 2007, the public has
looked at various levels of government to ensure the viability
of these important elements of the national transportation infrastructure. The International Bridges and Tunnels Act
(IBTA), adopted in 2007, has given to the GoC an oversight
responsibility for the operations, maintenance and security of
these international bridges and tunnels.
In order for the GoC to decide on any necessary action, information must be available. Without regulations, it is difficult to
ensure that all bridge and tunnel owners provide consistent information on maintenance and operation of their structures.
The proposed International Bridges and Tunnels Regulations
(the Regulations) are necessary to create a consistent approach
for reporting on maintenance and operation of these structures.
Description: The proposed Regulations would apply to the
vehicular crossings and would put into place requirements
concerning reporting and scheduled inspections, and would
require reports every two years on maintenance and operations
(e.g. frequency and type of major maintenance performed, the
inspection results, the type of vehicles permitted and any restrictions applied to them), which would include identifying
necessary actions to ensure the structures are kept in good
condition.
Cost-benefit statement: The proposed Regulations are not
expected to create significant burden on international bridge
and tunnel owners. Given that Canada’s trade with the United
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
Sommaire
Objet : Les structures des ponts et tunnels sont des éléments
clés du réseau routier du Canada, en particulier pour le commerce et le transport des marchandises d’un bout à l’autre du
Canada. Lorsqu’une telle structure présente une défectuosité
ou que sa capacité portante est compromise, la sécurité du public est mise en péril, l’efficacité du réseau de transport est réduite et le public en subit les inconvénients.
Il y a 33 ponts et tunnels internationaux entre le Canada et les
États-Unis assujettis à différents régimes de gouvernance (sociétés d’État, autorités conjointes, entreprises privées), qui ne
sont pas nécessairement tenus de faire rapport sur leur exploitation et entretien au gouvernement du Canada (GC). De ces
ponts et tunnels, 24 sont des passages véhiculaires, et 9 sont
des passages ferroviaires.
À la suite de l’effondrement d’une partie du viaduc de la Concorde, survenu à Laval à l’automne 2006, et de l’effondrement
du pont à Minneapolis, à l’été 2007, le public s’est tourné vers
différents ordres de gouvernement pour assurer la viabilité de
ces éléments importants de l’infrastructure de transport nationale. La Loi sur les ponts et tunnels internationaux (LPTI),
adoptée en 2007, confère au GC une responsabilité de surveillance pour l’exploitation, l’entretien et la sûreté de ces ponts et
tunnels internationaux.
Pour que le GC puisse décider des mesures à prendre, il doit
pouvoir disposer de renseignements. Sans réglementation, il
est difficile de s’assurer que tous les propriétaires de ponts et
tunnels communiquent les renseignements pertinents relativement à l’entretien et à l’exploitation de leurs structures. Le
projet de Règlement sur les ponts et tunnels internationaux (le
Règlement) est nécessaire pour la mise en place d’une approche uniforme pour les rapports sur l’entretien et l’exploitation
de ces structures.
Description : Le règlement proposé s’appliquerait aux passages véhiculaires et mettrait en place des exigences concernant les rapports et les inspections périodiques, et exigerait des
rapports tous les deux ans sur l’entretien et l’exploitation —
par exemple la fréquence et le type d’entretien majeur effectué, les résultats de l’inspection, les types de véhicules
autorisés et toutes les limites qui s’appliquent — lesquels
comprendraient les mesures nécessaires pour s’assurer que ces
structures demeurent en bon état.
Énoncé coûts-avantages : Le règlement proposé ne devrait
pas constituer un fardeau important pour les propriétaires
de ponts et tunnels internationaux. Compte tenu du fait que les
Le 22 mars 2008
States is equivalent to 53% of its gross domestic product
(GDP) and the vast majority (62%) of Canadian trade with the
United States crosses our shared border by land, the proposed
Regulations would help ensure the safe operation and longterm viability of these crossings.
Business and consumer impacts: Industry groups have stated
that, in the event a that crossing was compromised, in a matter
of several hours, production lines would begin to stop in various parts of Canada and the United States. The free flow of
goods through international bridges and tunnels also significantly affects exporters, importers and consumers because
of the strong economic ties between Canada and the United
States.
Domestic and international coordination and cooperation:
The Canadian approach on the collection of information from
bridge and tunnel owners and the government authority to request specific intervention would be compatible with the
United States’ approach. The GoC would coordinate with the
United States’ bridge authority for any intervention that may
affect both sides of an international bridge or tunnel.
Performance measurement and evaluation plan: In order to
evaluate the effectiveness of the proposed Regulations, data
compiled using inspection reports from the crossings would be
reviewed on a biennial basis. The data reported would be used
to support a five-year review of the provisions and operation
of the IBTA and its proposed Regulations. The review would
be tabled before the House of Commons. It would allow for an
assessment of how the IBTA works, whether there are problems or not in its scheme or application, and whether any
changes are warranted.
Issue
The IBTA received Royal Assent of February 1, 2007. This
Act establishes an approval mechanism for the construction, alteration and acquisition of international bridges and tunnels and
provides authority to establish regulations for their operation,
maintenance, and security. Furthermore, the Act provides the
GoC with the authority to order international bridge and tunnel
owners to take necessary action to ensure the safe and secure
operation of these important elements of Canada’s infrastructure.
Under the IBTA, the Governor in Council (GIC) has the authority to make regulations requiring the owner of an international
bridge and tunnel to report on the condition of the structure,
specifying the frequency of the reports and the information to be
included in the reports, requiring any person to provide information on the maintenance and repair of the structures, and providing for the inspection of the structure by the Minister of Transport, Infrastructure and Communities (the Minister) or another
person. The GIC also has the authority to make regulations respecting the operations and use of international bridges and tunnels by different types of vehicles, respecting any matter relating
to complaints, tolls and other charges, respecting the level of service to be provided, and requiring that information be provided on
the operation and use of the structures.
Transportation plays such a vital role in Canada’s economic
life and in the lives of all Canadians that, under the Act, international bridges and tunnels are declared to be works for the general
Gazette du Canada Partie I
783
échanges commerciaux du Canada avec les États-Unis équivalent à 53 % de son produit intérieur brut (PIB) et que la vaste
majorité (62 %) de ces échanges s’effectue de part et d’autre
de notre frontière commune par voie terrestre, le règlement
proposé permettrait d’assurer l’exploitation sécuritaire et la
viabilité à long terme de ces passages frontaliers.
Impacts sur les entreprises et les consommateurs : Selon
les groupes industriels, si une difficulté survenait à un passage
frontalier, en quelques heures seulement, les chaînes de production ne tarderaient pas à s’arrêter dans les différentes régions du Canada et des États-Unis. La libre circulation des
biens par les ponts et tunnels internationaux a également des
répercussions importantes pour les exportateurs, les importateurs et les consommateurs en raison des liens économiques
très étroits qui existent entre le Canada et les États-Unis.
Coordination et collaboration à l’échelle nationale et internationale : L’approche canadienne en ce qui a trait à la collecte de renseignements auprès des propriétaires de ponts et
tunnels et au pouvoir du gouvernement d’exiger des interventions précises serait semblable à celle adoptée par les
États-Unis. Le GC coordonnerait ses activités responsables
avec les autorités des ponts des États-Unis pour toute intervention pouvant avoir des répercussions des deux côtés d’un pont
ou d’un tunnel international.
Mesure du rendement et plan d’évaluation : Dans le but
d’évaluer l’efficacité du règlement proposé, des données recueillies à partir des rapports d’inspection des passages frontaliers seraient examinées tous les deux ans. Les données des
rapports serviraient de matière à l’examen quinquennal des
dispositions et de l’application de la LPTI et de son règlement
proposé. Le rapport d’examen serait déposé à la Chambre des
communes. L’examen permettrait de procéder à une évaluation de la LPTI, à savoir s’il existe ou non des problèmes
quant à ses dispositions ou à son application et si des modifications sont justifiées.
Objet
La LPTI a reçu la sanction royale le 1er février 2007. Cette loi a
pour objet de subordonner la construction, la modification et
l’acquisition des ponts et tunnels internationaux à l’obtention
d’un agrément et de régir leur exploitation, leur entretien et leur
sûreté. En outre, la Loi confère au GC le pouvoir d’ordonner aux
propriétaires de ponts et tunnels internationaux de prendre les
mesures nécessaires pour assurer l’exploitation sécuritaire et sûre
de ces éléments importants de l’infrastructure du Canada.
La LPTI habilite le gouverneur en conseil à prendre des règlements exigeant que les propriétaires de ponts et tunnels internationaux fassent rapport sur la condition des structures, précisant la
fréquence des rapports et les renseignements devant y être inclus,
demandant à toute personne de fournir des renseignements sur
l’entretien et la réparation des structures, et prévoyant l’inspection
des structures par le ministre des Transports, de l’Infrastructure et
des Collectivités (le ministre) ou une autre personne. Le gouverneur en conseil est également habilité à prendre des règlements
ayant trait à l’exploitation et à l’usage des ponts et tunnels internationaux en fonction des différents types de véhicules, à toute
question relative aux plaintes à l’égard des droits, au niveau de
service devant être offert, et à l’obligation de transmettre des renseignements sur l’exploitation et l’usage des structures.
Le transport joue un rôle si essentiel dans l’économie canadienne et dans la vie de tous les Canadiens qu’en vertu de la Loi,
les ponts et tunnels internationaux sont déclarés être des ouvrages
784
Canada Gazette Part I
advantage of Canada.1 This also confirms that the GoC has legislative jurisdiction with respect to these.2
The proposed Regulations would provide a consistent approach
for stakeholders in satisfying the accountability needs of Canadians. They would also ensure a transparent approach to the safe
operation and longevity of these crossings.
Following the collapse of a portion of the De La Concorde
overpass, in Laval, Quebec, in the fall of 2006, and the collapse
of the bridge in Minneapolis, Minnesota, in the summer of 2007,
the public has questioned the structural integrity of bridges and
tunnels. Various reports pointed to the Government’s role in ensuring the viability of these structures. Not only was there the
report by the Commission of Inquiry into the Collapse of the de la
Concorde Overpass,3 but there was also the report commissioned
by the Residential and Civil Construction Alliance of Ontario,4
and one prepared for the Federation of Canadian Municipalities,5
that highlighted the need to take action and implement better
oversight on the potential frailty of Canada’s international bridges
and tunnels.
In order for the GoC to fully play its oversight role and decide
on any necessary action, it must have access to information. The
proposed Regulations would include requirements that are applied
equally to affected parties, such as requiring inspections and reporting on their conclusions, at regular intervals. It is expected
that this would provide a level playing field for all owners without impacting their competitiveness. The proposed requirements
would also provide the GoC with important information on which
to base its infrastructure decisions.
The risk of not having the necessary decision-making information could lead to events similar to those that occurred in Laval
and Minneapolis. While this would have different impacts for
various crossings, in all cases, it would have an impact on lives,
bordering economies, trade and social services, as well as the
public’s confidence in Canada’s road infrastructure.
March 22, 2008
à l’avantage général du Canada1. Cela confirme également que
le GC a la responsabilité législative en ce qui concerne ces
ouvrages2.
Le règlement proposé fournirait une approche cohérente pour
les intervenants en répondant aux besoins de responsabilisation des Canadiens. Cette proposition garantirait également une
approche transparente quant à l’exploitation sécuritaire et à la
longévité de ces passages frontaliers.
À la suite de l’effondrement d’une partie du viaduc de la
Concorde, survenu à Laval, au Québec, à l’automne 2006, et de
l’effondrement du pont de Minneapolis, au Minnesota, à l’été
2007, le public s’est interrogé sur l’intégrité structurale des ponts
et tunnels. Différents rapports ont fait mention du rôle du gouvernement pour assurer la viabilité de ces structures. Il n’y a pas
seulement le rapport de la Commission d’enquête sur le viaduc de
la Concorde3, mais aussi le rapport élaboré à la demande de la
Residential and Civil Construction Alliance of Ontario4 et celui
préparé à l’intention de la Fédération canadienne des municipalités5, qui faisaient ressortir le besoin de prendre des mesures et de
mieux surveiller la fragilité éventuelle des ponts et tunnels du
Canada.
Pour que le GC soit en mesure d’exercer pleinement son rôle
de surveillance et puisse décider des mesures à prendre, il doit
avoir accès à des renseignements. Le règlement proposé inclurait
des exigences qui s’appliqueraient également aux parties affectées, telles qu’exiger des inspections et de soumettre les conclusions à des intervalles réguliers. Il est attendu que cela fournirait
aux propriétaires des règles du jeu équitables sans nuire à leur
compétitivité. Les exigences proposées permettraient également
au GC d’obtenir des renseignements importants sur lesquels fonder ses décisions relatives à l’infrastructure.
Le risque de ne pas disposer des renseignements nécessaires à
la prise de décision pourrait mener à des événements semblables à
ceux survenus à Laval et à Minneapolis. Bien que cela aurait diverses répercussions selon les passages frontaliers, dans tous les
cas, il y aurait des répercussions sur la vie des Canadiens, sur
l’économie de part et d’autre de la frontière, sur le commerce et
les services sociaux ainsi que sur la confiance du public envers
l’infrastructure routière du Canada.
Objectives
Objectifs
The purpose of the proposed maintenance and repair provisions
is to provide the GoC with information and to strengthen its federal oversight role in order to ensure that structures are safe,
maintained to maximize their long-term viability and operated in
a manner to prevent any interference with the uninterrupted flow
of goods and people across the border. The purpose of the operation and use provisions is to help ensure that the international
bridges and tunnels are being commercially operated in a manner
that will ensure the efficient and competitive flow of goods and
people without compromising safety. As an example, by having
authority over the operation and use, safety related issues arising
from the transportation of dangerous goods could be minimized
and prevented.
Le but des dispositions proposées pour l’entretien et la réparation est de fournir de l’information au GC et de renforcer le rôle
de surveillance à l’échelle fédérale pour s’assurer que les structures sont sécuritaires, qu’elles sont entretenues de manière à optimiser leur longévité et qu’elles sont exploitées de manière à assurer
une circulation continue des biens et des personnes aux passages
frontaliers. Le but des dispositions visant l’exploitation et l’application est de veiller à ce que les ponts et tunnels internationaux
soient exploités commercialement pour garantir de manière efficace et compétitive la circulation des biens et des personnes sans
que la sécurité soit compromise. À titre d’exemple, en exerçant
une autorité sur l’exploitation et l’usage des ponts, il serait possible de réduire et même de prévenir nombre de problèmes liés à la
sécurité découlant du transport des marchandises dangereuses.
———
———
1
1
2
3
4
5
Section 5 of the International Bridges and Tunnels Act (S.C. 2007, c. 1)
Under the Constitution Act, 1867, subsection 91(29) gives Parliament jurisdiction
over such works
Commission of Inquiry into the Collapse of the de la Concorde Overpass,
www.cevc.gouv.qc.ca/Rapport/index.html, October 2007
Ontario’s Bridges Bridging the Gap, prepared by: MMM Group, November 2007
Danger Ahead: The Coming Collapse of Canada’s Municipal Infrastructure,
Saeed Mirza, Ph.D., Eng., November 2007
2
3
4
5
Article 5 de la Loi sur les ponts et tunnels internationaux (L.C. 2007, ch. 1)
En vertu de la Loi constitutionnelle de 1867, le paragraphe 91(29) confère au
Parlement la responsabilité de tels ouvrages
Commission d’enquête sur le viaduc de la Concorde, www.cevc.gouv.qc.ca/
Rapport/index.html, octobre 2007
Ontario’s Bridges Bridging the Gap, préparé par : MMM Group, novembre 2007
Attention : danger — L’effondrement imminent de l’infrastructure municipale du
Canada, Saeed Mirza, Ph. D., ing., novembre 2007
Le 22 mars 2008
Gazette du Canada Partie I
785
Description
Description
The proposed Regulations would put into place requirements
that would require reports every two years on maintenance and
operations (e.g. frequency and type of maintenance performed
and the inspection results, the types of authorized vehicles and all
applicable restrictions) which would include identifying necessary actions to ensure the structures are kept in good condition.
Le règlement proposé définirait des mécanismes et des procédures pour les rapports et inclurait une exigence pour la soumission, aux deux ans, de rapports sur l’entretien et l’exploitation —
par exemple, la fréquence et l’entretien effectué, les résultats de
l’inspection, les types de véhicules autorisés et toutes les restrictions qui s’appliquent — y compris les mesures nécessaires pour
s’assurer que ces structures demeurent en bon état.
The reporting requirements would also include gathering information on the types of vehicles permitted to use the structure;
complaints in respect of tolls, fees and other charges and procedures to be followed for dealing with complaints; and would require owners to provide the Minister with information related to
the operation and use of the structures, such as complete or partial
closures.
Les exigences en matière de rapports permettraient de recueillir
des renseignements sur les types de véhicules qui peuvent emprunter les structures, les plaintes relatives aux droits et la procédure applicable pour résoudre ces plaintes, et obligeraient les
propriétaires à présenter au ministre des renseignements concernant l’exploitation et l’usage des structures, telles les fermetures
complètes ou partielles.
This proposal further supports recommendations to ensure
proper accreditation of persons performing bridge and tunnel
inspections. The proposed Regulations would require that all persons inspecting international bridges and tunnels either be supervised or report to a team leader, who could also perform inspections. This would be an engineer, who would also be the person
responsible and would approve the inspection report. This would
also be compatible with industry standards for bridges and
tunnels.
La proposition appuie également les recommandations visant à
assurer un agrément adéquat des personnes inspectant les ponts et
les tunnels. Le règlement proposé exigerait que toute personne
effectuant une inspection des ponts et tunnels internationaux soit
supervisée ou se rapporte à un chef d’équipe, lequel pourrait luimême effectuer une inspection. Celui-ci serait un ingénieur qui
serait aussi la personne responsable qui approuve le rapport
d’inspection. Cette mesure serait compatible avec les normes de
l’industrie pour les ponts et tunnels.
Regulatory and non-regulatory options considered
Options envisagées en matière de réglementation et autres
The option of revising and harmonizing all the existing specific
legislations for each international crossing was considered; however, the GoC did not believe it would be able to reach a level
playing field for all the crossing owners. Furthermore, this option
would have proven to be a laborious task and would not necessarily achieve the GoC’s objectives. In the past, specific legislations
typically focused on the financial aspects of the construction, and
minimal provisions were devoted to the long-term operation and
maintenance.
L’option de réviser et d’harmoniser toutes les lois spécifiques
pour chaque passage frontalier international a été prise en compte.
Toutefois, le GC est d’avis que cela ne permettait pas à tous les
propriétaires de passages frontaliers de bénéficier de règles du jeu
équitables. En outre, cette option se serait avérée une tâche laborieuse et n’aurait pas nécessairement permis au GC d’atteindre ses
objectifs. Par le passé, les lois spécifiques portaient habituellement sur les aspects financiers de la construction et les dispositions consacrées à l’exploitation et à l’entretien à long terme
étaient minimales.
Options that are more of a voluntary nature were also considered, such as simply requesting information on a regular basis or
to have GoC officials perform inspections themselves, and assess
the crossings’ secure and safe operation. Leaving it to the discretion of stakeholders to provide the necessary information was not
considered effective, as not all of them were willing to cooperate
for reasons of confidentiality or national security. Having the
GoC perform the safety assessments itself was also not considered an effective solution, both since it would increase the cost of
operation for the GoC and would have duplicated the current industry practice of inspecting on a regular basis.
Des options comportant un mécanisme volontaire ont également été envisagées, comme celle consistant tout simplement à
demander des renseignements de façon périodique ou à demander
aux représentants du GC de procéder à des inspections et d’évaluer l’exploitation des passages frontaliers sur le plan de la sécurité et de la sûreté. Laisser à la discrétion des parties intéressées le
soin de fournir l’information nécessaire s’est avéré inefficace,
puisque ces parties n’étaient pas toutes prêtes à collaborer pour
des raisons de confidentialité ou de sûreté nationale. Que le GC
procède lui-même à des évaluations en matière de sécurité n’a pas
été considéré une solution efficace, puisque ceci hausserait les
coûts d’opération du GC et doublerait la pratique courante de l’industrie qui consiste à procéder régulièrement à des inspections.
Given that, a non-regulatory option was not considered acceptable. Hence, without these Regulations, it would be difficult for
the GoC to fulfill its oversight role and meet the objectives of the
Act. In addition, the information gathering would not be uniform.
L’option non réglementaire n’a donc pas été jugée acceptable.
Par conséquent, sans ce règlement, il serait difficile pour le GC
d’effectuer son rôle de surveillance et de se conformer aux objectifs de la Loi. De plus, la collecte de renseignements manquerait
d’uniformité.
Benefits and costs
Avantages et coûts
Rationale
Justification
On November 23, 2006, the GoC presented Advantage Canada, a forward-looking plan. It recognized that for Canada—a
trade-dependent nation—to remain competitive, it must create
world-class infrastructure that ensures the seamless flow of
Le 23 novembre 2006, le GC a présenté le plan Avantage Canada, un plan avant-gardiste. Ce plan reconnaît que le Canada —
un pays tributaire du commerce — doit, pour demeurer compétitif, créer une infrastructure de calibre mondial qui garantit la
786
Canada Gazette Part I
people, goods and services across its roads and bridges, through
its ports and gateways, and via its public transit.6
This regulatory proposal would satisfy the Government’s role
and would provide it with information for an appropriate involvement. The benefits would outweigh the minimal administrative burden of reporting requirements because mitigating measures are being proposed which are based on current practices of
the industry. The information that would be required in the reports is essential to the GoC to help ensure the viability of elements of Canada’s transportation infrastructure.
Considering that of the largest border crossings for cars and
other vehicles in Canada, the top three are international bridges
and tunnels, and that for trucks, the top four are international
bridges, these crossings have proven to be significantly important
to the economic ties between Canada and the United States.7
For example, the Ambassador Bridge, the Blue Water Bridge
and the Peace Bridge altogether carry approximately 50% of all
the truck traffic at Canada-United States land and bridge-tunnel
border crossings. Over 30% of passenger and other vehicle traffic
make use of the Ambassador Bridge, the Peace Bridge, the
Detroit-Windsor Tunnel and the Blue Water Bridge. Traffic volumes at other international bridge and tunnel crossings are not as
significant; however, the necessity of having an international link
in some of the smaller or remote communities is of great importance for the local economy.
Canada and the United States enjoy an economic partnership
unique in the contemporary world. In fact, the Canada-United
States trade relationship is the largest ever to exist between two
nations. In historical terms, Canada has been the leading foreign
export market for United States goods since 1946, while the
United States has been the number one destination for Canadian
exports since 1942. Today, Canada is a larger market for United
States goods than all 27 countries of the European Union combined, which has more than 15 times the population of Canada.
Since the implementation of the North-American Free Trade
Agreement (NAFTA) in 1989, trade between the two countries
has tripled. Under NAFTA, growth in bilateral trade between
Canada and the United States has averaged almost 6% annually
over the last decade. In 2006, Canada’s bilateral trade in goods
and services was C$577 billion, with over C$1.6 billion worth of
goods and services crossing the border every single day.
Canada’s trade with the United States is equivalent to 53% of
the Canadian GDP. The United States represents roughly fourfifths of Canada’s exports and one-half of our imports. Canada, in
return, represents 22.2% of America’s exports and 16.5% of its
imports. To date, Canada is the number one foreign market for
goods exports for 36 of the 50 states and ranked in the top three
for another four states. Canada’s total exports shipped to the
United States are greater than the total amount of Canada’s trade
with all of its other trading partners combined.
———
6
7
Transport Canada’s 2007-2008 Estimates Report on Plans and Priorities
Transportation in Canada 2006, Table A7-13 and 14, www.tc.gc.ca/pol/en/
Report/anre2006/add/index.htm
March 22, 2008
circulation continue des personnes, des biens et des services sur
ses routes et ses ponts, par ses ports, ses portes d’entrée et son
transport en commun6.
Le règlement proposé permettrait au GC d’exercer son rôle et
d’obtenir les renseignements dont il a besoin pour intervenir de
façon appropriée. Le nombre d’avantages l’emporterait sur le
fardeau administratif minime que représenteraient les exigences
en matière de rapports, car des mesures pour réduire le fardeau
sont proposées qui sont basées sur les pratiques courantes de
l’industrie. Les renseignements qui seraient exigés par les rapports sont essentiels au GC pour l’aider à assurer la viabilité des
éléments de l’infrastructure de transport du Canada.
Compte tenu que, des principaux passages frontaliers au Canada, trois des plus achalandés sont des ponts et tunnels internationaux utilisés par les voitures et autres véhicules, et que quatre
d’entre eux sont des ponts internationaux utilisés par les camions,
ces passages frontaliers se sont révélés très importants pour les
liens économiques entre le Canada et les États-Unis7.
Par exemple, le pont Ambassador, le pont Blue Water et le pont
Peace assurent environ 50 % de tout le trafic de camionnage aux
passages frontaliers par voie terrestre et par un pont ou tunnel
entre le Canada et les États-Unis. Plus de 30 % de la circulation
de voitures et autres véhicules emprunte le pont Ambassador, le
pont Peace, le tunnel Detroit-Windsor et le pont Blue Water. Le
débit de la circulation aux autres ponts et tunnels internationaux
n’est pas aussi important; toutefois, la nécessité de maintenir un
lien international dans un certain nombre de collectivités plus
petites ou éloignées revêt une grande importance pour l’économie
locale.
Le Canada et les États-Unis jouissent d’un partenariat économique unique dans le monde contemporain. En fait, les relations
commerciales canado-américaines représentent les relations les
plus importantes de tous les temps entre deux pays. Sur le plan
historique, le Canada est le principal marché d’exportation étranger pour les produits américains depuis 1946, tandis que les ÉtatsUnis sont la première destination pour les exportations canadiennes depuis 1942. Aujourd’hui, le Canada représente un marché
plus important pour les produits des États-Unis que l’ensemble
des 27 pays de l’Union européenne, qui totalise plus de 15 fois la
population du Canada.
Depuis l’entrée en vigueur de l’Accord de libre-échange nordaméricain (ALÉNA) en 1989, les échanges entre les deux pays
ont triplé. Dans le cadre de l’ALÉNA, la croissance des échanges
bilatéraux entre le Canada et les États-Unis a augmenté en
moyenne de presque 6 % par année au cours de la dernière décennie. En 2006, le commerce bilatéral de biens et services du
Canada s’est chiffré à 577 milliards de dollars canadiens, et des
biens et services pour une valeur de 1,6 milliard de dollars canadiens ont franchi la frontière chaque jour.
Les échanges commerciaux du Canada avec les États-Unis
équivalent à 53 % du produit intérieur brut canadien. Environ les
quatre cinquièmes des exportations du Canada se font vers les
États-Unis et la moitié de nos importations proviennent de notre
voisin du Sud. Quant au Canada, il reçoit 22,2 % des exportations
américaines et compte pour 16,5 % des importations des ÉtatsUnis. À l’heure actuelle, le Canada est le principal marché d’exportation étranger pour 36 des 50 États américains, et figure parmi
les trois premiers pour quatre autres États américains. La valeur
totale des marchandises expédiées aux États-Unis est supérieure
au montant total des échanges commerciaux du Canada avec
l’ensemble de ses autres partenaires commerciaux.
———
6
7
Transports Canada — Budget des dépenses 2007-2008 — Rapport sur les plans
et les priorités
Les transports au Canada 2006, Tableaux A7-13 et 14, www.tc.gc.ca/pol/fr/
rapport/anre2006/add/index.htm
Le 22 mars 2008
Gazette du Canada Partie I
787
It is difficult to overstate the impact of international trade on
the economies and employment of Canada and the United States.
Simply put, millions of jobs in each country are supported as a
direct result of our two countries sharing the world’s largest and
most comprehensive trading relationships.
On ne saurait exagérer l’impact des échanges internationaux
sur les économies et l’emploi au Canada et aux États-Unis. Autrement dit, des millions d’emplois dans les deux pays dépendent
directement des plus importantes relations commerciales au
monde qu’entretiennent nos deux pays.
The vast majority, 62%, of Canadian and United States bilateral trade crosses our shared border by land. Each day, almost
36 000 trucks cross the Canada-United States border, one-third of
those at Windsor-Detroit. The Detroit Customs Port of Entry
ranks the fifth largest in commercial value in the United States,
following the ports of Los Angeles/Long Beach, New York/
Newark, Chicago and JFK. The Windsor Customs Port of Entry is
Canada’s top commercial site. Actually, the trade that crosses at
Windsor-Detroit in total is greater than all the trade that exists
between the United States and Japan.
La grande majorité, soit 62 %, des échanges bilatéraux entre le
Canada et les États-Unis s’effectue par voie terrestre. Chaque
jour, presque 36 000 camions franchissent la frontière canadoaméricaine, dont un tiers à Windsor-Detroit. Le poste douanier de
Detroit se classe au cinquième rang aux États-Unis en ce qui a
trait à la valeur commerciale après les ports de Los Angeles/Long
Beach, New York/Newark, Chicago et JFK. Le poste douanier de
Windsor-Detroit est celui où s’effectue le plus grand nombre
d’échanges commerciaux au Canada. À l’heure actuelle, la valeur
totale des échanges à ce poste est supérieure à la valeur de tous
les échanges entre les États-Unis et le Japon.
Industry groups’ studies show that, should the crossings over
the Detroit River be closed, in a matter of several hours, production lines would begin to stop in various parts of Canada and the
United States. There is a significant interdependency of the Canadian and American economies, and there is nothing more important to exporters, importers and consumers on both sides of the
border than being able to ensure that traffic at the border flows
efficiently and that the international supply chain remains strong.
Les études des groupes industriels ont montré qu’il suffirait de
quelques heures pour que les chaînes de production s’arrêtent
dans différentes régions du Canada et des États-Unis si les passages frontaliers au-dessus de la rivière Detroit étaient fermés. Il
existe une interdépendance primordiale entre les économies canadiennes et américaines et rien n’est plus important pour les exportateurs, les importateurs et les consommateurs des deux côtés de
la frontière que de veiller à ce que la circulation soit efficace à la
frontière et à ce que la chaîne d’approvisionnement internationale
demeure solide.
Mitigating measures were considered for this regulatory proposal. They include recognition of various inspection manuals
that owners already use for inspections of their crossings. Thus,
the proposed Regulations are not expected to create additional
burden on owners. The frequency of inspection proposed is also
compatible with those required in the manuals or by individual
provincial or state requirements.
Des mesures pour réduire le fardeau des propriétaires ont été
considérées pour cette proposition réglementaire. Elles incluent la
reconnaissance de plusieurs manuels d’inspection que les propriétaires utilisent déjà pour les inspections de leurs passages frontaliers. Ainsi, le règlement proposé ne devrait pas imposer aux propriétaires un fardeau additionnel. La fréquence prévue pour les
inspections correspond aussi à ce qui est exigé dans les manuels
ou par chaque province ou État.
Furthermore, considering that this proposal requests only a
summary report of the inspections, this would lighten the administrative burden. In addition, this proposal requests engineers,
who have either participated in the inspection exercise or have
supervised the trained and qualified inspectors, to sign the reports,
which would offer a reassurance of the validity of the information
provided. This would further satisfy the need for responsibility
and accountability of the owners regarding their crossings.
De plus, en tenant compte du fait que la proposition prévoit la
présentation d’un rapport sommaire à la suite de la conduite des
inspections, le fardeau administratif serait allégé. La proposition
prévoit également que les ingénieurs, qui ont pris part à l’inspection ou supervisé les inspecteurs formés et qualifiés, signent
les rapports, ce qui offrirait ainsi l’assurance de l’exactitude des
renseignements présentés. Ceci satisferait de plus aux exigences
en matière de responsabilité et de responsabilisation des propriétaires de passages frontaliers.
Requiring information on what type of vehicles are permitted
and on any restrictions applied over a certain period of time, on
operating hours and closures, and on traffic volumes would provide the GoC with useful information to consider in its decisions
for possible support or intervention.
Exiger des renseignements quant aux types de véhicules pouvant utiliser les ponts ou tunnels et sur toute restriction appliquée
sur une certaine période, sur les heures d’exploitation et de fermeture et sur le débit de la circulation permettrait au GC de disposer
de renseignements utiles dont il doit tenir compte lors de ses
prises de décisions en matière d’appui ou d’intervention.
While the proposed Regulations are not expected to have a direct or immediate impact on security and safety, the reporting requirements are expected to provide for a better understanding of
the operation and viability of these crossings. This would in turn
enhance the long-term safety and security of international bridges
and tunnels.
Même si le règlement proposé n’aura pas d’impact direct ou
immédiat au niveau de la sûreté et de la sécurité, les exigences en
matière de rapports devraient assurer une meilleure compréhension de l’exploitation ainsi que de la viabilité de ces passages
frontaliers. À leur tour, ces renseignements permettraient d’améliorer la sécurité et la sûreté à long terme de ces ponts et tunnels
internationaux.
In accordance with the Cabinet Directive on the Environmental
Assessment of Policy, Plan and Program Proposals, and the Canadian Department of Transport Policy Statement on Strategic
Environmental Assessment, a strategic environmental assessment
(SEA) of this proposal was conducted, in the form of a Preliminary Scan. The SEA concluded that the proposal is not likely to
have important environmental effects.
Conformément à la Directive du Cabinet sur l’évaluation environnementale des projets de politiques, de plans et de programmes, et à l’énoncé de politique du ministère des Transports du
Canada sur l’évaluation environnementale stratégique, une évaluation environnementale stratégique (ÉES) de cette proposition
a été effectuée, sous forme d’un rapport d’examen préliminaire.
Les résultats de l’ÉES permettent de conclure que le règlement
788
Canada Gazette Part I
March 22, 2008
proposé n’est pas susceptible d’avoir des effets importants sur
l’environnement.
Consultation
Consultations
In preparation for the proposed Regulations, the GoC consulted
stakeholders regularly, in face-to-face meetings and teleconferences with owners, operators, affected provinces, as well as with
federal authorities of the United States.
En vue de la nouvelle réglementation proposée, le GC a consulté régulièrement des intervenants, lors des réunions et des téléconférences avec les propriétaires, les exploitants, les représentants des provinces concernées ainsi que les autorités fédérales
des États-Unis.
Lorsque la LPTI a été adoptée, le GC a tenu un atelier à l’intention des intervenants dans le but d’entamer des discussions
générales sur les orientations à donner aux différentes dispositions
du règlement proposé. Les participants aux discussions comprenaient des propriétaires et exploitants de ponts et tunnels internationaux, des représentants officiels des gouvernements provinciaux,
d’autres ministères fédéraux et organismes gouvernementaux, du
gouvernement américain et des ministères des transports d’États
américains limitrophes (par exemple, du Michigan et du Minnesota) ainsi que d’autres groupes au sein du ministère des Transports
du GC.
À la suite de la tenue du premier atelier, le GC a organisé une
seconde rencontre regroupant les propriétaires et exploitants des
ponts et tunnels internationaux. Les discussions ont aidé à l’élaboration d’un cadre réglementaire qui répondrait aux objectifs du
GC de veiller à ce que la manière dont ces ponts et tunnels sont
gérés et entretenus n’entrave pas, de quelque façon que ce soit, la
circulation de biens et de personnes, permette que la sûreté et la
sécurité soient mises au premier plan, que nos intérêts nationaux
soient protégés, que nos frontières soient sûres, et que la sécurité
du public soit maintenue. Au terme de ces deux ateliers, des versions préliminaires du règlement proposé ont été envoyées aux
parties concernées, qui ont répondu en faisant part de leurs
commentaires.
Des discussions de suivi ont eu lieu entre les intervenants concernés et le ministère des Transports du Canada. Celles-ci ont
permis d’énoncer des mesures contribuant à réduire le fardeau
imposé aux intervenants, par exemple en utilisant une liste existante de manuels d’inspection et en harmonisant la fréquence des
inspections. De plus, les intervenants ont convenu qu’il serait
important de garantir l’exactitude des renseignements présentés et
de répondre au besoin de responsabilité et de responsabilisation
des propriétaires de passages frontaliers.
Ce ne sont pas tous les propriétaires qui ont dit être en mesure
de surveiller le débit de la circulation ou les différents types de
véhicules. On a tenu compte de cette question dans le règlement
proposé et on l’a modifiée de manière à exiger que la fréquence
des rapports soit la même que celle des inspections. De plus, on a
modifié certaines dispositions afin de simplifier la collecte de
données ayant trait aux véhicules qui empruntent les ponts et tunnels internationaux.
De plus, des dispositions ont été proposées en vue de permettre
aux inspecteurs du gouvernement d’effectuer l’inspection des
ponts et tunnels internationaux, pourvu que les propriétaires en
soient informés dans un délai raisonnable. Les intéressés ont exprimé leurs inquiétudes au fait qu’un « délai raisonnable » n’était
pas défini explicitement. Il est reconnu que ce délai pourrait
varier selon la nature et l’importance de l’inspection. Par contre,
une telle flexibilité est nécessaire pour répondre aux situations
urgentes.
When the IBTA was adopted, the GoC held a workshop for
stakeholders to engage in general discussions on the direction of
the various provisions needed for the Regulations. The parties in
attendance included international bridge and tunnel owners and
operators, as well as provincial government officials, other federal department and agency officials, officials from the United
States federal and some bordering states’ Departments of Transportation (e.g. Michigan and Minnesota), and other groups within
the GoC’s Department of Transport.
Further to the first workshop, the GoC hosted a second gathering with owners and operators of international bridges and tunnels.
The discussions were helpful in the development of a regulatory
framework that would satisfy the GoC’s objectives of ensuring
that the way in which these crossings are managed does not interfere, in any way, with the uninterrupted flow of goods and people
across the border, of ensuring that the crossings are operated and
maintained to keep security and safety at the forefront, to have
Canada’s national interest protected, that its borders are secure,
and that the safety of the public is maintained. Following these
two workshops, draft versions of the proposed Regulations prepared for consultation purposes were shared with the affected
parties and their feedback was received.
Follow-up discussions between interested stakeholders and the
Department of Transport were instrumental in identifying mitigating measures, e.g. using existing inspection manuals and harmonizing the frequency of inspections. Furthermore, parties agreed in
principle that it would be important to offer a reassurance of the
validity of the information provided and to satisfy the need for
responsibility and accountability of the owners regarding their
crossings.
Not all owners were confident that they would be capable of
monitoring the volume of traffic or the different vehicle types.
The regulatory proposal considered this aspect and was modified
to harmonize reporting requirements with the same frequency as
those for inspections, and changes to the provisions are present to
simplify the data collection of vehicles crossing the international
bridges and tunnels.
Also, provisions are being proposed to allow government inspectors to inspect international bridges and tunnels, upon providing the owner with a reasonable notice. Stakeholders expressed
concerns that “reasonable notice” was not defined explicitly. It is
recognized that a reasonable time may vary depending on the
nature and the importance of the inspection. However, such flexibility is required to respond in a timely fashion to urgent situations.
Implementation, enforcement and service standards
Normes relatives à la mise en œuvre, à l’application de la loi et
au service
It is being proposed that the proposed Regulations come into
effect on the date they are published in the Canada Gazette, Part II.
Il est recommandé que le règlement proposé entre en vigueur à
la date de sa publication dans la Partie II de la Gazette du Canada.
Le 22 mars 2008
The IBTA contains provisions with respect to enforcement and
administrative monetary penalties, which detail the process to be
followed in a case of contravention of any provisions of the Act,
the Regulations, and any order or directive made under the Act. If
an owner or an operator of a bridge or tunnel does not comply
with the applicable provisions set out in the IBTA, the owner or
operator may be fined as prescribed in the IBTA.
Sections 38 to 42 of the IBTA lay out the process for enforcement of the proposed Regulations, and sections 42 and 43 provide
for offences: up to $5,000 in the case of an individual and up to
$25,000 in the case of a corporation. A continuing offence exists
for offences that are committed or continued on more than one
day. Furthermore, section 43 provides for the contravention regime, which the Minister designates by regulation, and which will
be finalized with the implementation of the proposed Regulations.
Summary reports on the various inspections listed in the proposed Regulations and on the operation of the international bridge
or tunnel are to be sent to the Minister where they would be reviewed and monitored against future maintenance and repair or
operation activities of the crossing. The information gathered
would be considered and kept for necessary support or intervention.
Gazette du Canada Partie I
789
La LPTI renferme des dispositions concernant les pouvoirs
d’application de la Loi et les sanctions administratives pécuniaires, lesquelles prévoient le processus à suivre en cas de contravention à toute disposition de la Loi, aux règlements et à tout
ordre ou toute directive donnée sous le régime de la Loi. Si un
propriétaire ou un exploitant d’un pont ou tunnel ne se conforme
pas aux dispositions de la LPTI, celui-ci pourrait se voir imposer
des amendes conformément à la LPTI.
Les articles 38 à 42 de la LPTI prévoient les mesures d’application du règlement proposé et les articles 42 et 43 traitent des
infractions et peines : jusqu’à 5 000 $ dans le cas des personnes
physiques et jusqu’à 25 000 $ pour des personnes morales. Une
infraction continue est une infraction qui est commise pendant
plus d’une journée. De plus, l’article 43 prévoit le régime de
contravention à un texte que le ministre désigne par règlement,
lequel sera finalisé lors de la mise en œuvre du règlement proposé.
Il est prévu que des rapports sommaires sur les différentes inspections énumérées dans le règlement proposé et sur l’exploitation des ponts ou tunnels internationaux doivent être présentés
au ministre aux fins d’examen. Ils seraient étudiés dans le cadre
de la surveillance de l’entretien et de la réparation ou des activités
liées à l’exploitation des passages frontaliers. Les renseignements
recueillis seraient pris en considération et conservés aux fins
d’appui ou d’intervention.
Performance measurement and evaluation
Mesure du rendement et évaluation
The proposed Regulations include provisions for reporting requirements related to maintenance and repair and to the operation
and use of international bridges and tunnels. The proposed Regulations are expected to help improve governance and accountability of key transportation infrastructure, which is in line with the
Canadian Department of Transport’s performance objectives.8
Receipt of reports would have the expected result of verifying
that a consistent application of safety and security standards is
being applied and would help in the assurance that these international crossings are operated and maintained in accordance with
government objectives.
In order to evaluate the effectiveness of the Regulations, data
compiled using inspection reports from the crossings would be
collected and reviewed on a biennial basis. The data reported
would be used to support a five-year review of the provisions and
operation of the Act and its attending Regulations. The report of
the review would be tabled before the House of Commons. The
review would allow for an assessment of how the Act works,
whether there are problems in its scheme or application, and
whether any changes are warranted.
Le règlement proposé énonce des dispositions relativement aux
exigences en matière de rapports concernant l’entretien et la réparation ainsi que l’exploitation et l’usage des ponts et tunnels internationaux. Le règlement proposé devrait contribuer à améliorer
la gouvernance et la responsabilisation relativement aux principales infrastructures de transport, ce qui répond aux objectifs de
rendement8 du ministère des Transports du Canada. Le fait de
présenter des rapports permettrait de vérifier l’application uniforme des normes en matière de sécurité et de sûreté et aiderait à
garantir que ces passages frontaliers internationaux sont exploités
et entretenus conformément aux objectifs du gouvernement.
Dans le but d’évaluer l’efficacité du règlement proposé, des
données recueillies à partir des rapports d’inspection des passages
frontaliers seraient examinées tous les deux ans. Les données
saisies serviraient à appuyer l’examen quinquennal des dispositions ainsi que de l’application de la Loi et de son règlement connexe. Le rapport de l’examen serait déposé à la Chambre des communes. L’examen permettrait de procéder à une évaluation de la
mise en œuvre de la Loi, à savoir s’il existe des problèmes quant à
ses dispositions ou à son application et si des modifications sont
justifiées.
Contact
Personne-ressource
For further information, please contact
Brian E. Hicks, P.Eng.
Director, Bridge Safety and Regulations
Surface Infrastructure Programs Directorate
Transport Canada
330 Sparks Street
Ottawa, Ontario
K1A 0N5
Telephone: 613-998-1900
Fax: 613-990-9639
Email: hicksb@tc.gc.ca
Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer
avec :
Brian E. Hicks, ing.
Directeur, Sécurité et réglementation des ponts
Direction générale des programmes d’infrastructure de surface
Transports Canada
330, rue Sparks
Ottawa (Ontario)
K1A 0N5
Téléphone : 613-998-1900
Télécopieur : 613-990-9639
Courriel : hicksb@tc.gc.ca
———
———
8
8
Progress Against the Department’s Regulatory Plan, Departmental Performance
Report, www.tc.gc.ca/Finance/DPR/06-07/eng/Progress_Against_Department_Reg_
Plan/Progress_Against_Department_Reg_Plan.htm
Progrès accomplis au regard du plan de réglementation du Ministère, Rapport ministériel sur le rendement, www.tc.gc.ca/Finance/DPR/06-07/fra/Progres_Accomplis_
Reg_Ministere/Progres_Accomplis_Reg_Ministere.htm
790
Canada Gazette Part I
March 22, 2008
PROPOSED REGULATORY TEXT
PROJET DE RÉGLEMENTATION
Notice is hereby given that the Governor in Council, pursuant
to sections 14 and 15 of the International Bridges and Tunnels
Acta, proposes to make the annexed International Bridges and
Tunnels Regulations.
Interested persons may make representations with respect to
the proposed Regulations to the Minister of Transport, Infrastructure and Communities within 30 days after the date of publication
of this notice. All such representations must be in writing and cite
the Canada Gazette, Part I, and the date of publication of this
notice, and be sent to Brian E. Hicks, Director, Bridge Safety and
Regulations, Surface Infrastructure Programs, Department of
Transport, Place de Ville, Tower C, 330 Sparks Street, Ottawa,
Ontario K1A 0N5 (tel.: 613-998-1900; fax: 613-990-9639;
e-mail: hicksb@tc.gc.ca).
Ottawa, March 11, 2008
MARY PICHETTE
Assistant Clerk of the Privy Council
Avis est donné que la gouverneure en conseil, en vertu des articles 14 et 15 de la Loi sur les ponts et tunnels internationauxa, se
propose de prendre le Règlement sur les ponts et tunnels internationaux, ci-après.
Les intéressés peuvent présenter par écrit au ministre des
Transports, de l’Infrastructure et des Collectivités leurs observations au sujet du projet de règlement dans les trente jours suivant
la date de publication du présent avis. Ils sont priés d’y citer la
Gazette du Canada Partie I, ainsi que la date de publication, et
d’envoyer le tout à Brian E. Hicks, directeur, Sécurité et réglementation des ponts, Programmes d’infrastructure de surface,
ministère des Transports, Place de Ville, Tour C, 330, rue Sparks,
Ottawa (Ontario) K1A 0N5 (tél. : 613-998-1900; téléc. : 613-9909639; courriel : hicksb@tc.gc.ca).
Ottawa, le 11 mars 2008
La greffière adjointe du Conseil privé
MARY PICHETTE
INTERNATIONAL BRIDGES AND
TUNNELS REGULATIONS
RÈGLEMENT SUR LES PONTS ET
TUNNELS INTERNATIONAUX
INTERPRETATION
DÉFINITIONS ET INTERPRÉTATION
1. (1) The following definitions apply in these Regulations.
“Bridge Inspection Manual” means the Bridge Inspection Manual —
Bridge Engineering Highways and Bridges, March 2001, published by Public Works and Government Services Canada.
(Manuel d’inspection des structures)
“Canadian Highway Bridge Design Code” means standard CAN/
CSA-S6-06, Canadian Highway Bridge Design Code, November 2006, published by the Canadian Standards Association.
(Code canadien sur le calcul des ponts routiers)
“detailed visual inspection” means an element-by-element visual
assessment (including hands-on inspection of fracture critical
members) of the material defects, performance defects and
maintenance needs of an international bridge or tunnel. (inspection visuelle détaillée)
“engineer” means the holder of a licence from the Ordre des ingénieurs du Québec or an association of professional engineers
of a province of Canada or state of the United States.
(ingénieur)
“Highway and Rail Transit Tunnel Inspection Manual” means the
Highway and Rail Transit Tunnel Inspection Manual (2005)
published by the Federal Highway Administration and Federal
Transit Administration of the United States Department of
Transportation. (Highway and Rail Transit Tunnel Inspection
Manual)
“Manual for Condition Evaluation of Bridges” means the Manual
for Condition Evaluation of Bridges, second edition, published
by the American Association of State Highway and Transportation Officials. (Manual for Condition Evaluation of Bridges)
“Manuel d’évaluation de la capacité portante des structures”
means the Manuel d’évaluation de la capacité portante des
structures, December 2005, published by the ministère des
Transports du gouvernement du Québec. (Manuel d’évaluation
de la capacité portante des structures)
“Manuel d’inspection des structures — Évaluation des dommages” means the Manuel d’inspection des structures — Évaluation
1. (1) Les définitions qui suivent s’appliquent au présent
règlement.
« Bridge Inspection Manual de l’État de New York » Le Bridge
Inspection Manual — 1997, publié par le State of New York
Department of Transportation. (New York State Bridge Inspection Manual)
« Code canadien sur le calcul des ponts routiers » La norme
CAN/CSA-S6–06, intitulée le Code canadien sur le calcul des
ponts routiers, novembre 2006, publiée par l’Association canadienne de normalisation. (Canadian Highway Bridge Design
Code)
« Highway and Rail Transit Tunnel Inspection Manual » Le
Highway and Rail Transit Tunnel Inspection Manual, 2005,
publié par la Federal Highway Administration et la Federal
Transit Administration du Department of Transportation des
États-Unis. (Highway and Rail Transit Tunnel Inspection
Manual)
« ingénieur » Titulaire d’un permis de l’Ordre des ingénieurs
du Québec ou d’une association professionnelle d’ingénieurs
d’une province canadienne ou d’un État américain. (engineer)
« inspection sous-marine » Inspection visuelle ou tactile des éléments immergés de la structure d’un pont international. Sont
visées par la présente définition les inspections d’affouillement.
(underwater inspection)
« inspection visuelle détaillée » Évaluation visuelle effectuée
élément par élément (y compris une inspection doigt sur pièce
des membrures critiques) des défauts de matériaux, des défauts
de performance et des besoins en entretien d’un pont ou tunnel
international. (detailed visual inspection)
« Manual for Condition Evaluation of Bridges » Le Manual for
Condition Evaluation of Bridges, 2e édition, publié par l’American Association of State Highway and Transportation Officials. (Manual for Condition Evaluation of Bridges)
« Manuel d’évaluation de la capacité portante des structures » Le
Manuel d’évaluation de la capacité portante des structures,
———
———
a
a
S.C. 2007, c. 1
L.C. 2007, ch. 1
Le 22 mars 2008
Gazette du Canada Partie I
des dommages, December 2004, published by the ministère des
Transports du gouvernement du Québec, including its 2005 update. (Manuel d’inspection des structures — Évaluation des
dommages)
“Minister” means the Minister of Transport. (ministre)
“National Bridge Inspection Standards” means the National
Bridge Inspection Standards in Title 23, Part 650, Subpart C of
the Code of Federal Regulations of the United States (December 2007). (National Bridge Inspection Standards)
“New York State Bridge Inspection Manual” means the Bridge
Inspection Manual — 1997, published by the Department of
Transportation of the State of New York. (Bridge Inspection
Manual de l’État de New York)
“Ontario Structure Inspection Manual” means the Ontario Structure Inspection Manual (OSIM), October 2000, published by
the Ministry of Transportation of Ontario. (Ontario Structure
Inspection Manual)
“underwater inspection” means a visual or tactual inspection of
the submerged structural elements of an international bridge,
including a scouring inspection of the bridge. (inspection sousmarine)
(2) In the event of an inconsistency between a provision of any
material incorporated by reference into these Regulations and any
other provision of these Regulations, that other provision shall
prevail to the extent of the inconsistency.
791
décembre 2005, publié par le ministère des Transports du gouvernement du Québec. (Manuel d’évaluation de la capacité
portante des structures)
« Manuel d’inspection des structures » Le Manuel d’inspection
des structures — Génie des ponts et chaussées, octobre 2005,
publié par le ministère des Travaux publics et des Services
gouvernementaux Canada. (Bridge Inspection Manual)
« Manuel d’inspection des structures — Évaluation des dommages » Le Manuel d’inspection des structures — Évaluation des
dommages, décembre 2004, publié par le ministère des Transports du gouvernement du Québec, y compris la mise à jour de
novembre 2005. (Manuel d’inspection des structures — Évaluation des dommages)
« ministre » Le ministre des Transports. (Minister)
« National Bridge Inspection Standards » Les National Bridge
Inspection Standards qui figurent à la sous-partie C de la
partie 650, titre 23 du Code of Federal Regulations, décembre
2007, des États-Unis. (National Bridge Inspection Standards)
« Ontario Structure Inspection Manual » L’Ontario Structure
Inspection Manual (OSIM), octobre 2000, publié par le ministère des Transports du gouvernement de l’Ontario. (Ontario
Structure Inspection Manual)
(2) Les dispositions du présent règlement l’emportent sur les
dispositions incompatibles d’un document incorporé par renvoi
dans le présent règlement.
APPLICATION
APPLICATION
2. (1) These Regulations apply in respect of the international
bridges and tunnels listed in the schedule.
(2) These Regulations do not apply in respect of railway bridges and tunnels.
2. (1) Le présent règlement s’applique aux ponts et tunnels internationaux énumérés à l’annexe.
(2) Le présent règlement ne s’applique pas aux ponts et tunnels
ferroviaires.
PART 1
PARTIE 1
MAINTENANCE AND REPAIR
ENTRETIEN ET RÉPARATION
INTERPRETATION
DÉFINITIONS
3. The following definitions apply in this Part.
“international bridge” means a bridge, or any part of it, that connects any place in Canada to any place outside Canada, and includes approaches to the bridge but does not include facilities
related to the bridge. (pont international)
“international tunnel” means a tunnel, or any part of it, that connects any place in Canada to any place outside Canada, and includes approaches to the tunnel but does not include facilities
related to the tunnel. (tunnel international)
“team leader” means, in respect of the inspection of an international bridge or international tunnel, an engineer who conducts the inspection or who exercises supervisory functions
over the certified bridge or tunnel inspectors who conduct the
inspection, and who has
(a) in the case of a bridge, a minimum of five years of experience in the design, construction, repair, maintenance and
inspection of bridges; and
(b) in the case of a tunnel, a minimum of five years of experience in the design, construction, repair, maintenance and
inspection of tunnels, including their installed electrical,
communication, mechanical and plumbing systems and a
knowledge of the standards and codes applicable to the construction and operation of tunnels. (chef d’équipe)
3. Les définitions qui suivent s’appliquent à la présente partie.
« chef d’équipe » À l’égard de l’inspection d’un pont international ou d’un tunnel international, ingénieur qui effectue l’inspection ou exerce des fonctions de surveillance des inspecteurs
agréés qui effectuent l’inspection, et qui :
a) s’agissant d’un pont, a au moins cinq années d’expérience
dans la conception, la construction, la réparation, l’entretien
et l’inspection des ponts;
b) s’agissant d’un tunnel, a au moins cinq années d’expérience dans la conception, la construction, la réparation, l’entretien et l’inspection des tunnels, y compris des systèmes
électriques, de communications, mécaniques et de plomberie
qui y sont installés, et possède des connaissances relatives
aux normes et aux codes applicables à la construction et à
l’exploitation des tunnels. (team leader)
« pont international » Tout ou partie du pont reliant tout lieu au
Canada à un lieu hors du Canada, y compris ses approches. Ne
sont pas visées par la présente définition les installations connexes du pont. (international bridge)
« tunnel international » Tout ou partie du tunnel reliant tout lieu
au Canada à un lieu hors du Canada, y compris ses approches.
Ne sont pas visées par la présente définition les installations
connexes du tunnel. (international tunnel)
792
Canada Gazette Part I
March 22, 2008
INSPECTION
INSPECTION
4. (1) An owner of an international bridge shall ensure that a
detailed visual inspection or an underwater inspection of the
bridge is conducted in the manner set out in the
(a) Bridge Inspection Manual;
(b) Ontario Structure Inspection Manual;
(c) Manuel d’inspection des structures — Évaluation des
dommages;
(d) Manual for Condition Evaluation of Bridges;
(e) New York State Bridge Inspection Manual; or
(f) National Bridge Inspection Standards.
4. (1) Le propriétaire d’un pont international doit veiller à ce
qu’une inspection visuelle détaillée ou une inspection sousmarine de celui-ci soit effectuée de la manière prévue dans l’un
des documents suivants :
a) le Manuel d’inspection des structures;
b) l’Ontario Structure Inspection Manual;
c) le Manuel d’inspection des structures — Évaluation des
dommages;
d) le Manual for Condition Evaluation of Bridges;
e) le Bridge Inspection Manual de l’État de New York;
f) les National Bridge Inspection Standards.
(2) Le propriétaire d’un tunnel international doit veiller à ce
qu’une inspection visuelle détaillée ou une inspection des systèmes électriques, de communications, mécaniques et de plomberie
de celui-ci soit effectuée de la manière prévue dans le Highway
and Rail Transit Tunnel Inspection Manual.
(2) An owner of an international tunnel shall ensure that a detailed visual inspection or an inspection of the electrical, communication, mechanical and plumbing systems of the tunnel is
conducted in the manner set out in the Highway and Rail Transit
Tunnel Inspection Manual.
FREQUENCY OF INSPECTIONS — INTERNATIONAL BRIDGES
FRÉQUENCE DES INSPECTIONS — PONTS INTERNATIONAUX
5. (1) An owner of an international bridge shall ensure that a
detailed visual inspection of the bridge is conducted at least once
every two years.
(2) An owner of an international bridge shall ensure that an
underwater inspection of the bridge is conducted at least once
every five years.
5. (1) Le propriétaire d’un pont international doit veiller à ce
qu’une inspection visuelle détaillée de celui-ci soit effectuée au
moins une fois tous les deux ans.
(2) Le propriétaire d’un pont international doit veiller à ce
qu’une inspection sous-marine de celui-ci soit effectuée au moins
une fois tous les cinq ans.
FREQUENCY OF INSPECTIONS — INTERNATIONAL TUNNELS
FRÉQUENCE DES INSPECTIONS — TUNNELS INTERNATIONAUX
6. (1) An owner of an international tunnel shall ensure that a
detailed visual inspection of the tunnel is conducted at least once
every year.
(2) An owner of an international tunnel shall ensure that an inspection of the electrical, communication, mechanical and plumbing systems of the tunnel is conducted at least once every year.
6. (1) Le propriétaire d’un tunnel international doit veiller à ce
qu’une inspection visuelle détaillée de celui-ci soit effectuée au
moins une fois par année.
(2) Le propriétaire d’un tunnel international doit veiller à ce
qu’une inspection des systèmes électriques, de communications,
mécaniques et de plomberie de celui-ci soit effectuée au moins
une fois par année.
INSPECTION BY THE MINISTER
INSPECTION PAR LE MINISTRE
7. (1) The Minister may conduct an inspection of an international bridge or international tunnel after giving reasonable
notice to the owner.
(2) An owner of an international bridge or international tunnel
shall allow the Minister access to the bridge or tunnel for inspection in accordance with the notice.
7. (1) Le ministre peut effectuer une inspection d’un pont international ou d’un tunnel international après avoir donné au propriétaire un avis raisonnable.
(2) Le propriétaire d’un pont international ou d’un tunnel international doit permettre à celui-ci l’accès au pont ou au tunnel
pour l’inspection conformément à l’avis.
REPORTS
RAPPORTS
OBLIGATION TO REPORT
OBLIGATION DE RENDRE COMPTE
8. An owner of an international bridge or international tunnel
shall submit to the Minister, for each inspection conducted under
section 5 or 6, a report on the condition of the bridge or tunnel.
8. Le propriétaire d’un pont international ou d’un tunnel international doit présenter au ministre, pour chacune des inspections
prévues aux articles 5 ou 6, un rapport sur l’état du pont ou du
tunnel.
CONTENTS OF REPORT
CONTENU DU RAPPORT
9. (1) The report referred in section 8 shall include the following information:
(a) the date of the inspection;
(b) the names of the persons who conducted the inspection;
(c) the elements of the international bridge or international tunnel that were inspected;
9. (1) Le rapport visé à l’article 8 doit comprendre les renseignements suivants :
a) la date de l’inspection;
b) le nom des personnes qui ont effectué l’inspection;
c) les éléments du pont international ou du tunnel international
qui ont été inspectés;
Le 22 mars 2008
Gazette du Canada Partie I
793
d) s’agissant d’un tunnel international, la liste des systèmes
électriques, de communications, mécaniques et de plomberie
qui ont été inspectés;
e) les services publics et leurs éléments connexes dont les
dommages auraient une incidence sur la sécurité du pont international ou du tunnel international;
f) les recommandations visant les projets d’entretien et de réparation, y compris celles visant les échéanciers de ceux-ci et la
liste des travaux d’entretien à effectuer;
g) la liste des inspections à effectuer à la suite de l’inspection
pour laquelle le rapport est préparé et la recommandation quant
à la date à laquelle les inspections doivent être terminées;
h) les travaux d’entretien, les réparations majeures, les enquêtes techniques, les essais, les études spéciales sur l’état du pont
international ou du tunnel international et les autres travaux
terminés depuis le rapport d’inspection précédent.
(d) in the case of an international tunnel, a list of the electrical,
communication, mechanical and plumbing systems that were
inspected;
(e) the utilities and their supports whose damage would have an
impact on the safety of the international bridge or international
tunnel;
(f) recommendations in respect of maintenance and repair
projects, including recommendations as to when such projects
must be completed and a list of maintenance work to be carried
out;
(g) a list of inspections to be conducted following the inspection in respect of which the report is prepared, and a recommendation as to when those inspections must be completed;
and
(h) the maintenance work, major repairs, engineering investigations, testing, special condition surveys on the condition of the
international bridge or international tunnel and other work
completed since the previous inspection report.
(2) The report shall be accompanied by a letter signed and
sealed by two engineers, one of whom is the team leader, attesting
to the correctness of the information in the report and providing a
statement as to the overall condition of the structure.
(2) Le rapport doit être accompagné d’une lettre qui porte la signature de deux ingénieurs et leur sceau, dont l’un est le chef
d’équipe, et qui atteste l’exactitude des renseignements du rapport
et énonce l’état général de la structure.
SUBMISSION OF REPORT
PRÉSENTATION DU RAPPORT
10. The report referred to in section 8 shall be submitted within
one month after the day on which it is approved by the owner but
not more than six months after the day on which the inspection is
completed.
10. Le rapport visé à l’article 8 doit être présenté dans le mois
qui suit la date de son approbation par le propriétaire, mais
au plus tard six mois après la date à laquelle l’inspection est
terminée.
ADDITIONAL ENGINEERING INVESTIGATIONS
ENQUÊTES TECHNIQUES SUPPLÉMENTAIRES
11. An owner of an international bridge or international tunnel
shall submit to the Minister a final report that is signed and sealed
by two engineers relating to an additional engineering investigation, a special condition survey or testing, within one month after
the day on which the report is approved by the owner of the
bridge or tunnel but not more than six months after the day on
which the investigation, survey or testing is completed.
11. Le propriétaire d’un pont international ou d’un tunnel international doit présenter au ministre un rapport définitif qui porte
la signature de deux ingénieurs et leur sceau, et qui concerne les
enquêtes techniques supplémentaires, les études visant les conditions spéciales ou les essais, dans le mois suivant la date de son
approbation par le propriétaire du pont ou du tunnel, mais au plus
tard six mois après la date à laquelle les enquêtes, les études ou
les essais sont terminés.
EVALUATION OF THE LOAD CARRYING CAPACITY
OF AN INTERNATIONAL BRIDGE
ÉVALUATION DE LA CAPACITÉ PORTANTE
D’UN PONT INTERNATIONAL
12. An owner of an international bridge shall ensure that an
evaluation of the bridge’s capacity to carry traffic loads is conducted in accordance with the requirements set out in the Canadian Highway Bridge Design Code, the Manual for Condition
Evaluation of Bridges or the Manuel d’évaluation de la capacité
portante des structures, when any of the following occur:
(a) observed or suspected defects, deterioration or damage that
may affect load capacity;
(b) an anticipated increase in actual or permitted traffic loading
or in loading effect;
(c) a change in road classification;
(d) a review of the load limit that is posted;
(e) an alteration to the bridge that may affect its live load carrying capacity;
(f) an application for a permit to allow a vehicle not conforming to limits to cross the bridge; or
(g) an unsatisfactory performance of the bridge in respect of
serviceability or fatigue.
12. Le propriétaire d’un pont international doit veiller à ce
qu’une évaluation de la capacité du pont à porter la charge de la
circulation soit effectuée conformément aux exigences prévues
dans le Code canadien sur le calcul des ponts routiers, le Manual
for Condition Evaluation of Bridges ou le Manuel d’évaluation de
la capacité portante des structures, lorsque survient l’une des situations suivantes :
a) des défauts, des détériorations ou des dommages ont été
constatés ou sont soupçonnés et peuvent avoir une incidence
sur la capacité portante;
b) une augmentation anticipée de la charge de la circulation
réelle ou autorisée, ou de l’effet de celle-ci;
c) un changement dans le classement des routes;
d) un examen de la limite de charge qui est signalée;
e) des modifications au pont qui peuvent avoir une incidence
sur sa capacité portante de charge vive;
f) une demande de permis autorisant un véhicule non conforme
aux limites de charge à traverser le pont;
g) une performance insatisfaisante du pont quant à son état de
service ou sa fatigue.
794
Canada Gazette Part I
March 22, 2008
LOAD CARRYING CAPACITY EVALUATION REPORT
RAPPORT D’ÉVALUATION DE LA CAPACITÉ PORTANTE
13. (1) An owner of an international bridge shall submit to the
Minister a report on an evaluation of the bridge’s capacity to
carry traffic loads within 60 days after the day on which the
evaluation is completed.
(2) If an owner of an international bridge has completed an
evaluation of the bridge’s capacity to carry traffic loads before the
day on which these Regulations come into force, the owner shall
submit a report on that evaluation to the Minister within 60 days
after the day on which these Regulations come into force.
(3) A report on the evaluation of a bridge’s capacity to carry
traffic loads shall be signed and sealed by two engineers.
13. (1) Le propriétaire d’un pont international doit présenter au
ministre un rapport d’évaluation de la capacité du pont à porter la
charge de la circulation dans les 60 jours qui suit la date à laquelle
l’évaluation est terminée.
(2) Si le propriétaire d’un pont international a terminé l’évaluation de la capacité du pont à porter la charge de la circulation
avant la date d’entrée en vigueur du présent règlement, il doit
présenter au ministre un rapport sur cette évaluation dans les
60 jours suivant la date d’entrée en vigueur du présent règlement.
(3) Le rapport d’évaluation de la capacité du pont à porter la
charge de la circulation doit porter la signature de deux ingénieurs
et leur sceau.
PART 2
PARTIE 2
OPERATIONS AND USE
EXPLOITATION ET USAGE
REPORTS
RAPPORTS
14. (1) An owner of an international bridge or tunnel shall
submit to the Minister at least once every two years a report related to the operation and use of the bridge or tunnel.
(2) The first report related to the operation and use of the
bridge or tunnel shall be submitted to the Minister within six
months after the day on which these Regulations come into force.
(3) The report shall be submitted within 90 days after the last
day of the period covered by the report.
14. (1) Le propriétaire d’un pont ou tunnel international doit
présenter au ministre au moins une fois tous les deux ans un rapport sur l’exploitation et l’usage du pont ou tunnel international.
(2) Le premier rapport sur l’exploitation et l’usage du pont ou
tunnel international doit être présenté au ministre dans les six
mois suivant la date d’entrée en vigueur du présent règlement.
(3) Le rapport doit être présenté dans les 90 jours après le dernier jour de la période prévue par celui-ci.
CONTENTS OF REPORT
CONTENU DU RAPPORT
15. The report referred to in section 14 shall contain, at a
minimum, the following information in respect of the period since
the period covered by the last report:
(a) the number of vehicles passing over a point or segment of
an international bridge or tunnel per month for each of the following types of vehicles:
(i) passenger cars,
(ii) trucks, and
(iii) buses and vehicles other than those referred to in subparagraphs (i) and (ii);
(b) the types of vehicles that were permitted to use the international bridge or tunnel and the conditions or restrictions related to that use;
(c) the tolls, fees or other charges applicable to users for the use
of the international bridge or tunnel;
(d) a brief description of all written complaints received in respect of the operation and use of the international bridge or
tunnel; and
(e) a description of the procedures that the owner has put in
place to manage complaints from the public relating to the
operation and use of the international tunnel.
15. Le rapport visé à l’article 14 doit contenir, à tout le moins,
pour la période écoulée depuis la période prévue par le dernier
rapport, les renseignements suivants :
a) pour chacun des types de véhicules ci-après, le nombre de
véhicules qui circulent sur un point ou un segment d’un pont ou
tunnel international pendant un mois :
(i) les voitures de tourisme,
(ii) les camions,
(iii) les autobus et les véhicules, autres que ceux visés aux
sous-alinéas (i) et (ii);
b) les types de véhicules qui ont été autorisés à utiliser le pont
ou tunnel international et les conditions ou restrictions liées à
l’utilisation;
c) les droits applicables aux utilisateurs quant à l’utilisation du
pont ou tunnel international;
d) la description sommaire des plaintes formulées par écrit qui
ont été reçues concernant l’exploitation et l’utilisation du pont
ou tunnel international;
e) la description de la procédure que le propriétaire a mise en
place pour le traitement des plaintes concernant l’exploitation
et l’utilisation du pont ou tunnel international.
CHANGES AND CLOSURES
CHANGEMENTS ET FERMETURE
16. The owner of an international bridge or tunnel shall inform
the Minister, in writing, of any of the following events within
30 days of its occurrence:
(a) a change in tolls, fees or other charges;
(b) a change in the types of vehicles permitted to use the international bridge or tunnel and, in the case of a newly permitted
type of vehicle, the conditions or restrictions under which that
type of vehicle is permitted to use the bridge or tunnel;
16. Le propriétaire d’un pont ou tunnel international doit informer par écrit le ministre de l’un ou l’autre des événements ciaprès dans les 30 jours suivant celui-ci :
a) les changements visant les droits;
b) les changements visant les types de véhicules qui peuvent
utiliser le pont ou tunnel international et, s’il s’agit de types de
véhicules qui peuvent l’utiliser depuis peu, les conditions ou
restrictions selon lesquelles ceux-ci peuvent l’utiliser;
Le 22 mars 2008
Gazette du Canada Partie I
795
c) les changements visant les conditions ou restrictions selon
lesquelles les types de véhicules visés par le plus récent rapport
peuvent traverser le pont ou emprunter le tunnel;
d) les changements dans les heures d’exploitation habituelles;
e) la fermeture du pont ou tunnel ou la fermeture pendant
48 heures ou plus de l’une de ses voies de circulation.
(c) a change in the conditions or restrictions under which a type
of vehicle referred to in the most recent report is permitted to
cross the international bridge or traverse the international
tunnel;
(d) a change in normal operating hours; and
(e) a lane closure for a period of 48 hours or more and any
bridge or tunnel closure.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
17. These Regulations come into force on the day on which
they are published in the Canada Gazette, Part II.
17. Le présent règlement entre en vigueur à la date de sa publication dans la Gazette du Canada Partie II.
SCHEDULE
(Subsection 2(1))
ANNEXE
(paragraphe 2(1))
INTERNATIONAL BRIDGES AND TUNNELS
PONTS ET TUNNELS INTERNATIONAUX
Item
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
11.
12.
13.
14.
15.
16.
17.
18.
19.
20.
21.
22.
23.
24.
Name and Location
Article
New Brunswick to Maine
Campobello — Lubec Bridge (Campobello, New Brunswick — Lubec,
Maine)
Clair — Fort Kent Bridge (Clair, New Brunswick — Fort Kent, Maine)
Edmundston — Madawaska Bridge (Edmundston, New Brunswick —
Madawaska, Maine)
Forest City Bridge (Forest City, New Brunswick — Forest City, Maine)
Thoroughfare International Bridge (Fosterville, New Brunswick —
Orient, Maine)
Milltown Bridge (St. Stephen, New Brunswick — Calais, Maine)
St. Croix — Vanceboro Bridge (St. Croix, New Brunswick —
Vanceboro, Maine)
St. Leonard — Van Buren Bridge (St. Leonard, New Brunswick —
Van Buren, Maine)
St. Stephen — Calais Bridge (St. Stephen, New Brunswick — Calais,
Maine)
Ontario to the states of Michigan, Minnesota or New York
Ambassador Bridge (Windsor, Ontario — Detroit, Michigan)
Baudette — Rainy River Bridge (Rainy River, Ontario — Baudette,
Minnesota)
Blue Water Bridge (Point Edward, Ontario — Port Huron, Michigan)
Fort Frances International Falls Bridge (Fort Frances, Ontario —
International Falls, Minnesota)
International Rift Bridge (Hill Island, Ontario — Wellesley Island,
New York)
Peace Bridge (Fort Erie, Ontario — Buffalo, New York)
Pigeon River Bridge (Pigeon River, Ontario — Grand Portage,
Minnesota)
Prescott — Ogdensburg Bridge (Prescott, Ontario — Ogdensburg,
New York)
Queenston — Lewiston Bridge (Queenston, Ontario — Lewiston,
New York)
Rainbow Bridge (Niagara Falls, Ontario — Niagara Falls, New York)
Sault Ste. Marie International Bridge (Sault Ste. Marie, Ontario —
Sault Ste. Marie, Michigan)
Three Nations Crossing Bridge (Cornwall, Ontario — Roosevelttown,
New York)
Whirpool Rapids Bridge (Niagara Falls, Ontario — Niagara Falls,
New York)
Windsor — Detroit Tunnel (Windsor, Ontario — Detroit, Michigan)
Quebec to Vermont
Glen Sutton — East Richford Bridge (Glen Sutton, Quebec —
East Richford, Maine)
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
11.
12.
13.
14.
15.
16.
17.
18.
19.
20.
21.
22.
23.
24.
[12-1-o]
Noms et lieux
Nouveau-Brunswick vers le Maine
Pont Campobello — Lubec (Campobello, au Nouveau-Brunswick —
Lubec, au Maine)
Pont Clair — Fort Kent (Clair, au Nouveau-Brunswick — Fort Kent, au
Maine)
Pont Edmundston — Madawaska (Edmundston, au
Nouveau-Brunswick — Madawaska, au Maine)
Pont Forest City (Forest City, au Nouveau-Brunswick — Forest City, au
Maine)
Pont international Thoroughfare (Fosterville, au Nouveau-Brunswick —
Orient, au Maine)
Pont Milltown (St. Stephen, au Nouveau-Brunswick — Calais, au Maine)
Pont St. Croix — Vanceboro (St. Croix, au Nouveau-Brunswick —
Vanceboro, au Maine)
Pont St. Leonard — Van Buren (St. Leonard, au Nouveau-Brunswick —
Van Buren, au Maine)
Pont St. Stephen — Calais (St. Stephen, au Nouveau-Brunswick —
Calais, au Maine)
Ontario vers les États de New York, du Michigan ou du Minnesota
Pont Ambassador (Windsor, en Ontario — Detroit, au Michigan)
Pont Beaudette — Rainy River (Rainy River, en Ontario — Beaudette, au
Minnesota)
Pont Blue Water (Point Edward, en Ontario — Port Huron, au Michigan)
Pont Fort Frances International Falls (Fort Frances, en Ontario —
International Falls, au Minnesota)
Pont international Rift (île Hill, en Ontario — Wellesley Island, dans
l’État de New York)
Pont Peace (Fort Erie, en Ontario — Buffalo, dans l’État de New York)
Pont de la rivière Pigeon (Pigeon River, en Ontario — Grand Portage, au
Minnesota)
Pont Prescott — Ogdensburg (Prescott, en Ontario — Ogdensburg, dans
l’État de New York)
Pont Queenston — Lewiston (Queenston, en Ontario — Lewiston, dans
l’État de New York)
Pont Rainbow (Niagara Falls, en Ontario — Niagara Falls, dans l’État de
New York)
Pont international Sault Ste. Marie (Sault Ste. Marie, en Ontario —
Sault Ste. Marie, au Michigan)
Pont des Trois Nations (Cornwall, en Ontario — Roosevelttown, dans
l’État de New York)
Pont Whirpool Rapids (Niagara Falls, en Ontario — Niagara Falls, dans
l’État de New York)
Tunnel Windsor — Detroit (Windsor, en Ontario — Detroit, au
Michigan)
Québec vers le Vermont
Pont Glen Sutton — East Richford (Glen Sutton, au Québec —
East Richford, au Vermont)
[12-1-o]
796
Canada Gazette Part I
March 22, 2008
Ottawa Macdonald-Cartier International Airport
Zoning Regulations
Règlement de zonage de l’aéroport international
Macdonald-Cartier d’Ottawa
Statutory authority
Aeronautics Act
Fondement législatif
Loi sur l’aéronautique
Sponsoring department
Department of Transport
Ministère responsable
Ministère des Transports
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement.)
Description
Description
The safety of aircraft operating in the airspace surrounding our
airports is of vital concern to private citizens and to federal and
municipal governments. To ensure that obstacles do not intrude
into this airspace, Transport Canada imposes height restrictions in
accordance with the airport zoning provisions of the federal
Aeronautics Act.
La sécurité des aéronefs qui évoluent dans l’espace aérien entourant nos aéroports est une préoccupation cruciale pour les
simples citoyens, le gouvernement fédéral et les administrations
municipales. Afin de garantir qu’il n’y a pas d’obstacles qui se
dressent dans cet espace aérien, Transports Canada impose des
restrictions quant à la hauteur des constructions conformément aux
dispositions sur le zonage aéroportuaire de la Loi sur l’aéronautique.
Le règlement actuel, soit le Règlement de zonage de l’aéroport
international d’Ottawa, est entré en vigueur en 1964 et doit être
abrogé et remplacé par le règlement proposé : le Règlement de
zonage de l’aéroport international Macdonald-Cartier d’Ottawa
pour assurer une exploitation plus sûre des aéronefs et de l’aéroport. Le règlement proposé limitera la hauteur des nouvelles constructions et des nouveaux bâtiments et objets ou des rajouts
à des constructions, bâtiments et objets existants, y compris la
végétation.
Le règlement proposé interdira aussi que les terrains qui sont
situés aux abords et dans le voisinage de l’aéroport international
Macdonald-Cartier d’Ottawa soient utilisés ou aménagés d’une
façon susceptible d’interférer avec les signaux ou les communications avec les aéronefs ou toute installation utilisée pour fournir
des services aéronautiques. Le règlement proposé restreindra aussi l’utilisation des biens-fonds et les activités susceptibles d’attirer
des oiseaux constituant un danger pour la sécurité aéronautique.
Aucune construction s’élevant à plus de 45 m au-dessus de
l’altitude attribuée des points de référence de l’aéroport ne sera
permise dans un rayon d’environ 4 000 m des points de référence
de l’aéroport (la surface extérieure). Des restrictions plus sévères
seront imposées à l’intérieur des surfaces de décollage/d’approche
et des surfaces de transition.
The current Ottawa International Airport Zoning Regulations
were made in 1964 and will be repealed and replaced by proposed
new regulations entitled the Ottawa Macdonald-Cartier International Airport Zoning Regulations (the “proposed Regulations”)
to better ensure the safe operation of aircraft and the airport. The
proposed Regulations will limit the height of new buildings,
structures and objects, or additions to any existing buildings,
structures or objects, including objects of natural growth.
The proposed Regulations will also prohibit lands that are adjacent to and in the vicinity of the Ottawa Macdonald-Cartier International Airport to be used or developed in a manner that causes
interference with any signals or communications to or from aircraft or any facility used to provide services relating to aeronautics. The proposed Regulations will also restrict land uses and activities attracting birds that create a hazard to aviation safety.
No construction exceeding 45 m above the assigned elevation
of the airport reference points will be permitted within a radius of
approximately 4 000 m of the airport reference points (the outer
surface). More restrictive limitations will be imposed within takeoff/approach surfaces and transitional surfaces.
Alternatives
Solutions envisagées
No alternative means provide adequate protection to the airspace over lands adjacent to, and in the vicinity of, the airport.
Aucune autre solution ne fournit une protection adéquate de
l’espace aérien au-dessus des biens-fonds aux abords et dans le
voisinage de la zone aéroportuaire.
Le zonage aéroportuaire est le seul moyen légal permettant de
restreindre la hauteur des nouvelles constructions et des nouveaux
bâtiments et objets, y compris la végétation, d’interdire toute interférence électronique et de restreindre les utilisations des biensfonds et les activités susceptibles d’attirer des oiseaux constituant
un danger pour la sécurité aérienne. Sans la protection légale offerte par un règlement de zonage de l’aéroport, les autorités provinciales ou municipales pourraient autoriser un aménagement
Airport zoning is the only legal method through which to limit
the height of new buildings, structures and objects, including
objects of natural growth; to prohibit electronic interference and
to restrict land uses and activities attracting birds that create a
hazard to aviation safety. Without the legal protection of airport
zoning regulations, development that is incompatible with the
safe operations of the airport may be permitted by provincial or
municipal authorities.
Le 22 mars 2008
Gazette du Canada Partie I
797
incompatible avec l’exploitation sûre de l’aéroport international
Macdonald-Cartier d’Ottawa.
Benefits and costs
Avantages et coûts
With the proposed Regulations, the airspace associated with
the Ottawa Macdonald-Cartier International Airport will be kept
obstacle-free, increasing the safety of aircraft operating in the
vicinity of the airport. The risk of electronic interference will be
reduced and future communication and navigation services will
be protected. By restricting land uses and activities attractive
to birds, the proposed Regulations will reduce the risk of bird
strikes.
Some landowners will be affected by the height and land use
restrictions of the proposed Regulations. However, there will be
minimal social or environmental impact for Canadians. No existing structures will be removed directly and solely because of the
proposed Regulations. There will be no major negative effects on
land development patterns or land values in the vicinity of the
airport.
The requirement to amend the Ottawa International Airport
Zoning Regulations was identified prior to the transfer of the
Ottawa Macdonald-Cartier International Airport from Transport
Canada to the Ottawa Macdonald-Cartier International Airport
Authority on February 1, 1997. Since work on the amendment has
been done before and after the transfer of the airport, Transport
Canada and the Airport Authority have agreed to share the costs,
which are expected to be approximately $400,000. The cost of the
proposed Regulations is far outweighed by the benefits of increased safety for the Ottawa Macdonald-Cartier International
Airport operations, the flying public and the residential areas adjacent to and in the vicinity of the airport.
Avec le règlement proposé de zonage de l’aéroport, l’espace aérien associé à l’aéroport international Macdonald-Cartier d’Ottawa
demeurera libre de tout obstacle, augmentant ainsi la sécurité des
aéronefs évoluant dans les environs de l’aéroport. Le risque d’interférence électronique sera réduit et les futurs services de communication et de navigation seront ainsi protégés. En restreignant
l’utilisation des biens-fonds et les activités susceptibles d’attirer
des oiseaux, le règlement de zonage proposé de l’aéroport réduira
le risque de collision avec des oiseaux.
Certains propriétaires fonciers seront touchés par les restrictions imposées par le règlement proposé. Toutefois, les répercussions sociales ou environnementales seront minimes pour les Canadiens. Aucun bâtiment existant ne sera enlevé directement et
exclusivement en raison du règlement proposé. Il n’y aura pas
d’effets négatifs importants sur les schémas d’aménagement ou la
valeur des biens-fonds dans les environs de la zone aéroportuaire.
Le besoin de modifier le Règlement de zonage de l’aéroport international d’Ottawa a été établi avant le transfert de cet aéroport
de Transports Canada à l’Administration de l’aéroport international Macdonald-Cartier le 1er février 1997. Comme le travail associé à cette modification a été effectué avant et après le transfert de
l’aéroport, Transports Canada et l’administration aéroportuaire
ont convenu de partager les coûts, qui devraient totaliser environ
400 000 $. Le coût du règlement proposé est de loin compensé
par les avantages que procure l’accroissement de la sécurité des
activités de l’aéroport international Macdonald-Cartier d’Ottawa,
le public voyageur et les secteurs résidentiels adjacents à l’aéroport et ceux qui se trouvent dans sa proximité.
Environmental assessment
Impact sur l’environnement
In accordance with the 1999 Cabinet Directive on the Environmental Assessment of Policy, Plan and Program Proposals,
and the Transport Canada Policy Statement on Strategic Environmental Assessment, a strategic environmental assessment (SEA)
of this proposal was conducted, in the form of a preliminary scan.
The SEA concluded that the proposal is not likely to have important environmental effects.
Tel que l’exige la directive de 1999 du Cabinet sur l’évaluation
environnementale des projets de politiques, de plans et de programmes et l’énoncé de politique sur l’évaluation environnementale stratégique de Transports Canada, une exploration préliminaire de la présente proposition a été effectuée. Cette étude a
permis de conclure que cette proposition n’aura probablement pas
de répercussions importantes sur l’environnement.
Consultation
Consultations
Transport Canada met with representatives from the amalgamated City of Ottawa on June 17, 2002, and briefed them on the
proposed Regulations. The City of Ottawa amalgamated in 2002
and now includes the former City of Cumberland, the former City
of Gloucester, the former City of Vanier, the former Village of
Rockliffe Park, the former City of Ottawa, the former City of
Nepean, the former City of Kanata, the former Township of Osgoode, the former Township of Rideau, the former Township of
Goulbourn, the former Township of West Carleton and the former
Regional Municipality of Ottawa-Carleton.
The proposed Regulations will be published in the Canada Gazette, Part I, and notice of the proposed Regulations will be published in local newspapers. The full text of the proposed Regulations and plans will be published on the Transport Canada Web
site.
There will be a 60-day formal public consultation period where
any person may make a written representation to the Minister of
Transport. The Ottawa Macdonald-Cartier International Airport
will hold one or more public information sessions, with representatives from the airport, Transport Canada and Public Works and
Government Services Canada in attendance, in order to afford the
public an opportunity to obtain detailed information about the
proposed Regulations and ask questions.
Le 17 juin 2002, des représentants de Transports Canada ont
rencontré ceux de la ville fusionnée d’Ottawa pour leur fournir
des renseignements sur le règlement proposé. La ville fusionnée
d’Ottawa, qui a été formée en 2002, comprend les anciennes villes de Cumberland, de Gloucester, de Vanier, d’Ottawa, de Nepean et de Kanata, les anciens cantons d’Osgoode, de Rideau, de
Goulbourn et de West Carleton, ainsi que l’ancien village de
Rockliffe Park et l’ancienne municipalité régionale d’OttawaCarleton.
Le règlement proposé sera publié dans la Partie I de la Gazette
du Canada et un avis du règlement proposé sera publié dans les
journaux locaux. Le texte intégral du règlement proposé et les
plans seront publiés sur le site Web de Transports Canada.
Il y aura une période de consultation publique officielle de
60 jours durant laquelle toute personne pourra soumettre des observations écrites au ministre des Transports. L’Administration de
l’aéroport international Macdonald-Cartier d’Ottawa organisera
une ou plusieurs séances d’informations publiques auxquelles
participeront des représentants de l’aéroport, de Transports Canada et de Travaux publics et Services gouvernementaux Canada,
afin de donner aux membres du public l’occasion d’obtenir des
798
Canada Gazette Part I
March 22, 2008
renseignements détaillés sur le règlement proposé et de poser des
questions.
Compliance and enforcement
Respect et exécution
The Department of Transport Civil Aviation Safety Inspectors
will monitor compliance.
Les inspecteurs de la sécurité de l’aviation civile du ministère
des Transports surveilleront le respect du règlement proposé.
Contact
Personne-ressource
Clifford Frank Jr.
Regional Manager
Aerodromes and Air Navigation
Transport Canada
4900 Yonge Street, Suite 400
Toronto, Ontario
M2N 6A5
Telephone: 416-952-0248
Fax: 416-952-0050
Email: frankc@tc.gc.ca
Clifford Frank Jr.
Gestionnaire régional
Sécurité des aérodromes et Navigation aérienne
Transports Canada
4900, rue Yonge, Bureau 400
Toronto (Ontario)
M2N 6A5
Téléphone : 416-952-0248
Fax : 416-952-0050
Courriel : frankc@tc.gc.ca
PROPOSED REGULATORY TEXT
PROJET DE RÉGLEMENTATION
Notice is hereby given, pursuant to subsection 5.5(1)a of the
Aeronautics Act, that the Governor in Council proposes, pursuant to paragraphs 5.4(2)(b)a and (c)a of that Act, to make the
annexed Ottawa Macdonald-Cartier International Airport Zoning
Regulations.
Interested persons may make representations concerning the
proposed Regulations to the Minister of Transport, Infrastructure
and Communities within 60 days after the date of publication of
this notice. All such representations must cite the Canada Gazette, Part I, and the date of publication of this notice, and be sent
to David Bayliss, Regional Manager, Aerodromes and Air Navigation, Transport Canada, 4900 Yonge Street, Suite 400, Toronto,
Ontario M2N 6A5 (tel.: 416-952-0248; fax: 416-952-0050;
e-mail: baylisd@tc.gc.ca).
Ottawa, March 6, 2008
MARY PICHETTE
Assistant Clerk of the Privy Council
Avis est donné, conformément au paragraphe 5.5(1)a de la Loi
sur l’aéronautique, que la gouverneure en conseil, en vertu des
alinéas 5.4(2)b)a et c)a de cette loi, se propose de prendre le Règlement de zonage de l’aéroport international Macdonald-Cartier
d’Ottawa, ci-après.
Les intéressés peuvent présenter au ministre des Transports, de
l’Infrastructure et des Collectivités leurs observations au sujet du
projet de règlement dans les soixante jours suivant la date de publication du présent avis. Ils sont priés d’y citer la Gazette du
Canada Partie I, ainsi que la date de publication, et d’envoyer le
tout à David Bayliss, gestionnaire régional, Aérodromes et Navigation aérienne, ministère des Transports, 4900, rue Yonge, bureau 400, Toronto (Ontario) M2N 6A5 (tél. : 416-952-0248; téléc. :
416-952-0050; courriel : baylisd@tc.gc.ca).
Ottawa, le 6 mars 2008
La greffière adjointe du Conseil privé
MARY PICHETTE
OTTAWA MACDONALD-CARTIER INTERNATIONAL
AIRPORT ZONING REGULATIONS
RÈGLEMENT DE ZONAGE DE L’AÉROPORT
INTERNATIONAL MACDONALD-CARTIER D’OTTAWA
INTERPRETATION
DÉFINITIONS ET INTERPRÉTATION
1. (1) The following definitions apply in these Regulations.
“airport” means the Ottawa Macdonald-Cartier International Airport, in the City of Ottawa, in the Province of Ontario.
(aéroport)
“airport reference point” means a point near the centre of the airport as described in Part 1 of the schedule. (point de référence
de l’aéroport)
“bird hazard zone” means the area in the immediate vicinity of
the airport as described in Part 7 of the schedule. (zone de péril
aviaire)
“outer surface” means the imaginary surface located above and in
the immediate vicinity of the airport as described in Part 3 of
the schedule. (surface extérieure)
1. (1) Les définitions qui suivent s’appliquent au présent
règlement.
« aéroport » L’aéroport international Macdonald-Cartier d’Ottawa,
dans la ville d’Ottawa, dans la province d’Ontario. (airport)
« point de référence de l’aéroport » Point qui est situé à proximité
du centre de l’aéroport et dont la description figure à la partie 1
de l’annexe. (airport reference point)
« surface de bande » Surface imaginaire associée aux pistes de
l’aéroport, y compris les pistes ou les prolongements de piste
proposés, qui est aménagée pour le décollage et l’atterrissage
des aéronefs dans une direction donnée, et dont la description
figure à la partie 4 de l’annexe. (strip surface)
———
———
a
a
R.S., c. 33 (1st Supp.), s. 1
L.R., ch. 33 (1er suppl.), art. 1
Le 22 mars 2008
Gazette du Canada Partie I
“strip surface” means an imaginary surface associated with the
airport runways as described in Part 4 of the schedule, including proposed runways or runway extensions, prepared for the
take-off and landing of aircraft in a particular direction. (surface de bande)
“take-off/approach surface” means an imaginary inclined surface
as described in Part 2 of the schedule, that extends upward and
outward from each end of a strip surface. (surface de décollage/d’approche)
“transitional surface” means an imaginary inclined surface as described in Part 5 of the schedule, that extends upward and outward from the lateral limits of a strip surface and a take-off/
approach surface. (surface de transition)
(2) For the purposes of these Regulations, the assigned elevation of the airport reference points is 106.790 m above sea level,
Canadian Geodetic Vertical Datum — CGVD28.
799
« surface de décollage/d’approche » Surface inclinée imaginaire
qui s’élève vers l’extérieur à partir de chaque extrémité d’une
surface de bande et dont la description figure à la partie 2 de
l’annexe. (take-off/approach surface)
« surface de transition » Surface inclinée imaginaire qui s’élève
vers l’extérieur à partir des limites latérales d’une surface de
bande et d’une surface de décollage/d’approche, et dont la description figure à la partie 5 de l’annexe. (transitional surface)
« surface extérieure » Surface imaginaire qui est située au-dessus
et dans le voisinage immédiat de l’aéroport et dont la description figure à la partie 3 de l’annexe. (outer surface)
« zone de péril aviaire » La zone qui est située dans le voisinage
immédiat de l’aéroport et dont la description figure à la partie 7
de l’annexe. (bird hazard zone)
(2) Pour l’application du présent règlement, l’altitude attribué
des points de référence de l’aéroport est de 106,790 m au-dessus
du niveau de la mer, Système canadien de référence altimétrique
(CGVD28).
APPLICATION
APPLICATION
2. These Regulations apply in respect of all land, including
public road allowances, that is adjacent to or in the vicinity of the
airport, within the outer limit described in Part 6 of the schedule.
2. Le présent règlement s’applique aux biens-fonds, y compris
les emprises de voies publiques, situés aux abords ou dans le voisinage de l’aéroport, dans la limite extérieure décrite à la partie 6
de l’annexe.
BUILDING RESTRICTIONS
LIMITES DE CONSTRUCTIONS
3. No person shall erect or construct, on land in respect of
which these Regulations apply, a building, structure or object, or
an addition to an existing building, structure or object, any part of
which would, at the location of that part of the building, structure,
object or addition, exceed in elevation
(a) a take-off/approach surface;
(b) the outer surface;
(c) a transitional surface; or
(d) a strip surface.
3. Il est interdit, sur un bien-fonds visé par le présent règlement, d’ériger ou de construire un bâtiment, ouvrage ou objet, ou
un rajout à un bâtiment, ouvrage ou objet existant, dont une partie
serait plus élevée, à l’endroit où se trouve cette partie, que l’une
quelconque des surfaces suivantes :
a) les surfaces de décollage/d’approche;
b) la surface extérieure;
c) les surfaces de transition;
d) une surface de bande.
INTERFERENCE WITH COMMUNICATION
INTERFÉRENCE DANS LES COMMUNICATIONS
4. No owner or lessee of land within the limit of the outer surface shall permit any part of that land to be used or developed in a
manner that causes interference with any signal or communication to or from an aircraft or any facility used to provide services
relating to aeronautics.
4. Il est interdit au propriétaire ou au locataire d’un bien-fonds
visé par le présent règlement de permettre un usage ou un aménagement de toute partie de celui-ci qui cause des interférences dans
les communications avec les aéronefs ou les installations comportant des équipements destinés à fournir des services liés à
l’aéronautique.
NATURAL GROWTH
VÉGÉTATION
5. No owner or lessee of land in respect of which these Regulations apply shall permit any part of an object of natural growth
that is on the land to grow to a height that exceeds, at the location
of that part of the object, the elevation of any surface referred to
in section 3.
5. Il est interdit au propriétaire ou au locataire d’un bien-fonds
visé par le présent règlement de laisser croître toute partie de la
végétation au-delà de la hauteur, à l’endroit où se trouve cette
partie, de l’une quelconque des surfaces visées à l’article 3.
BIRD HAZARD
PÉRIL AVIAIRE
6. No owner or lessee of land within the limits of the bird hazard zone shall permit any part of that land to be used for activities
or uses attracting birds that create a hazard to aviation safety.
6. Il est interdit au propriétaire ou au locataire d’un bien-fonds
situé dans les limites de la zone de péril aviaire de permettre
l’utilisation de toute partie de celui-ci pour des activités ou des
usages qui attirent les oiseaux qui constituent un danger pour la
sécurité aéronautique.
800
Canada Gazette Part I
March 22, 2008
REPEAL
ABROGATION
7. The Ottawa International Airport Zoning Regulations1 are
repealed.
7. Le Règlement de zonage de l’aéroport international d’Ottawa1 est abrogé.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
8. These Regulations come into force on the day on which
the requirements prescribed in subsection 5.6(2) of the Aeronautics Act are met.
8. Le présent règlement entre en vigueur à la date où les
exigences prévues au paragraphe 5.6(2) de la Loi sur l’aéronautique sont respectées.
SCHEDULE
ANNEXE
(Subsection 1(1) and section 2)
(paragraphe 1(1) et article 2)
In this schedule, all grid coordinates are in metres (m) and refer
to the 1927 North American Datum (1974 adjustment), Zone 18,
Universal Transverse Mercator (UTM) projection. Grid coordinates have been computed using a combined average scale factor
of 0.9996160.
Dans la présente annexe, toutes les coordonnées du quadrillage
sont en mètres (m) et font référence aux coordonnées de la projection universelle transverse de Mercator (UTM), zone 18, suivant
le Système de référence nord-américain de 1927 (compensation
de 1974). Elles ont été calculées à l’aide d’un facteur d’échelle
moyen combiné de 0,9996160.
Dans la présente annexe, toutes les valeurs d’altitude sont en
mètres (m), suivant le Système canadien de référence altimétrique
(CGVD28).
In this schedule, all elevation values are in metres (m) and refer
to the Canadian Geodetic Vertical Datum — CGVD28.
PART 1
PARTIE 1
DESCRIPTION OF THE AIRPORT REFERENCE POINTS
DESCRIPTION DES POINTS DE RÉFÉRENCE
DE L’AÉROPORT
The airport reference points A and B, shown on Ottawa
Macdonald-Cartier International Airport Zoning Plan No. 06-006
94-128, Sheet 13, dated February 20, 1996, are points that may be
located by:
For airport reference point A
commencing at the intersection of the centrelines of runways
07L-25R and 14-32, having grid coordinates of 447 841.99 E
and 5 018 054.69 N;
thence northwesterly along the centreline of runway 14-32,
975.36 m to a point;
thence northeasterly and perpendicular to the centreline of
runway 14-32, 304.80 m to the airport reference point A, having grid coordinates of 447 243.76 E and 5 018 882.67 N.
For airport reference point B
commencing at the intersection of the centrelines of runways
07L-25R and 14-32, having grid coordinates of 447 841.99 E
and 5 018 054.69 N;
thence southeasterly along the centreline and projected centreline of runway 14-32, 1 737.36 m to a point;
thence northeasterly and perpendicular to the projected centreline of runway 14-32, 304.80 m to the airport reference point B,
having grid coordinates of 449 415.16 E and 5 017 258.42 N.
Les points de référence A et B de l’aéroport, figurant sur le
plan de zonage de l’aéroport international Macdonald-Cartier
d’Ottawa no 06-006 94-128, feuille 13, daté du 20 février 1996,
sont des points qui peuvent être déterminés comme suit :
Pour le point de référence A de l’aéroport
Commençant à l’intersection des axes des pistes 07L-25R et
14-32, dont les données du quadrillage sont 447 841,99 E. et
5 018 054,69 N.;
de là en direction nord-ouest suivant l’axe de la piste 14-32, sur
une distance de 975,36 m jusqu’à un point;
de là en direction nord-est et perpendiculairement à l’axe de la
piste 14-32, sur une distance de 304,80 m jusqu’au point de référence A de l’aéroport, dont les coordonnées du quadrillage
sont 447 243,76 E. et 5 018 882,67 N.
Pour le point de référence B de l’aéroport
Commençant à l’intersection des axes des pistes 07L-25R et
14-32, dont les données du quadrillage sont 447 841,99 E. et
5 018 054,69 N.;
de là en direction sud-est, suivant l’axe actuel et l’axe prévu de
la piste 14-32, sur une distance de 1 737,36 m jusqu’à un point;
de là en direction nord-est et perpendiculairement à l’axe prévu
de la piste 14-32, sur une distance de 304,80 m jusqu’au point
de référence B de l’aéroport, dont les coordonnées du quadrillage sont 449 415,16 E. et 5 017 258,42 N.
PART 2
PARTIE 2
DESCRIPTION OF THE
TAKE-OFF/APPROACH SURFACES
DESCRIPTION DES SURFACES DE
DÉCOLLAGE/D’APPROCHE
The elevation of a take-off/approach surface at any point is
equal to the elevation of the nearest point on the centreline of that
take-off/approach surface.
L’altitude d’une surface de décollage/d’approche est en tout
point égale à l’altitude du point le plus proche sur l’axe de la surface de décollage/d’approche.
———
———
1
1
C.R.C., c. 100
C.R.C., ch. 100
Le 22 mars 2008
The elevation of a take-off/approach surface centreline is calculated from the elevation of the abutting end of the strip surface,
increasing at the constant ratios as provided herein.
The take-off/approach surfaces, shown on Ottawa MacdonaldCartier International Airport Zoning Plan No. 06-006 94-128,
Sheets 1 to 10, 12, 13, 14, 16 to 22 and 24 to 40 dated February 20, 1996, are surfaces abutting each end of the strip surfaces
associated with runways 07R-25L, 07L-25R, 07C-25C, 14-32,
and 04-22. The take-off/approach surfaces are described as
follows:
(a) the take-off/approach surface abutting the 07R end of the
strip surface associated with runway 07R-25L, consisting of an
inclined surface having a ratio of 1.000 m measured vertically
to 60.000 m measured horizontally, rising to an imaginary line
drawn at right angles to the projected centreline of the strip surface and distant 3 000.000 m measured horizontally from the
end of the strip surface; thence continuing upward at a ratio of
1.000 m measured vertically to 50.000 m measured horizontally, rising to the outer edge of the take-off/approach surface
drawn at right angles to the projected centreline of the strip surface and distant 15 000.000 m measured horizontally from the
end of the strip surface; the outer edge having a length of
2 400.000 m on either side of the projected centreline and a
height of 290.000 m above the elevation at the end of the strip
surface;
(b) the take-off/approach surface abutting the 25L end of the
strip surface associated with runway 07R-25L, consisting of an
inclined surface having a ratio of 1.000 m measured vertically
to 60.000 m measured horizontally, rising to an imaginary line
drawn at right angles to the projected centreline of the strip surface and distant 3 000.000 m measured horizontally from the
end of the strip surface; thence continuing upward at a ratio of
1.000 m measured vertically to 50.000 m measured horizontally, rising to the outer edge of the take-off/approach surface
drawn at right angles to the projected centreline of the strip surface and distant 15 000.000 m measured horizontally from the
end of the strip surface; the outer edge having a length of
2 400.000 m on either side of the projected centreline and a
height of 290.000 m above the elevation at the end of the strip
surface;
(c) the take-off/approach surface abutting the 07L end of the
strip surface associated with runway 07L-25R, consisting of an
inclined surface having a ratio of 1.000 m measured vertically
to 60.000 m measured horizontally, rising to an imaginary line
drawn at right angles to the projected centreline of the strip surface and distant 3 000.000 m measured horizontally from the
end of the strip surface; thence continuing upward at a ratio of
1.000 m measured vertically to 50.000 m measured horizontally, rising to the outer edge of the take-off/approach surface
drawn at right angles to the projected centreline of the strip surface and distant 15 000.000 m measured horizontally from the
end of the strip surface; the outer edge having a length of
2 400.000 m on either side of the projected centreline and a
height of 290.000 m above the elevation at the end of the strip
surface;
(d) the take-off/approach surface abutting the 25R end of the
strip surface associated with runway 07L-25R, consisting of an
inclined surface having a ratio of 1.000 m measured vertically
to 60.000 m measured horizontally, rising to an imaginary line
drawn at right angles to the projected centreline of the strip surface and distant 3 000.000 m measured horizontally from the
end of the strip surface; thence continuing upward at a ratio of
1.000 m measured vertically to 50.000 m measured horizontally, rising to the outer edge of the take-off/approach surface
drawn at right angles to the projected centreline of the strip
Gazette du Canada Partie I
801
L’altitude de l’axe d’une surface de décollage/d’approche est
calculée d’après l’altitude de l’extrémité de la surface de bande
attenante et augmente suivant les rapports constants indiqués dans
la présente partie.
Les surfaces de décollage/d’approche, figurant sur le plan de
zonage de l’aéroport international Macdonald-Cartier d’Ottawa
no 06-006 94-128, feuilles 1 à 10, 12, 13, 14, 16 à 22 et 24 à 40,
daté du 20 février 1996, sont des surfaces attenantes à chacune
des extrémités des surfaces de bande associées aux pistes 07R-25L,
07L-25R, 07C-25C, 14-32 et 04-22, et sont décrites comme suit :
a) la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 07R de la surface de bande associée à la piste 07R-25L
consiste en une surface inclinée à raison de 1,000 m suivant
la verticale pour 60,000 m suivant l’horizontale, qui s’élève
jusqu’à une ligne imaginaire tracée à angle droit par rapport au
prolongement de l’axe de la surface de bande et à une distance
suivant l’horizontale de 3 000,000 m à partir de l’extrémité de
la surface de bande; de là, elle se prolonge vers le haut à raison
de 1,000 m suivant la verticale pour 50,000 m suivant l’horizontale jusqu’au bord extérieur de la surface de décollage/
d’approche tracée à angle droit par rapport au prolongement de
l’axe et à une distance suivant l’horizontale de 15 000,000 m à
partir de l’extrémité de la surface de bande; le bord extérieur
mesure 2 400,000 m de chaque côté du prolongement de l’axe
et se trouve à 290,000 m au-dessus de l’altitude de l’extrémité
de la surface de bande;
b) la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 25L de la surface de bande associée à la piste 07R-25L
consiste en une surface inclinée à raison de 1,000 m suivant
la verticale pour 60,000 m suivant l’horizontale, qui s’élève
jusqu’à une ligne imaginaire tracée à angle droit par rapport au
prolongement de l’axe de la surface de bande et à une distance
suivant l’horizontale de 3 000,000 m à partir de l’extrémité de
la surface de bande; de là, elle se prolonge vers le haut à raison
de 1,000 m suivant la verticale pour 50,000 m suivant l’horizontale jusqu’au bord extérieur de la surface de décollage/
d’approche tracée à angle droit par rapport au prolongement de
l’axe de la surface de bande et à une distance suivant l’horizontale de 15 000,000 m à partir de l’extrémité de la surface de
bande; le bord extérieur mesure 2 400,000 m de chaque côté du
prolongement de l’axe et se trouve à 290,000 m au-dessus de
l’altitude de l’extrémité de la surface de bande;
c) la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 07L de la surface de bande associée à la piste 07L-25R
consiste en une surface inclinée à raison de 1,000 m suivant
la verticale pour 60,000 m suivant l’horizontale, qui s’élève
jusqu’à une ligne imaginaire tracée à angle droit par rapport au
prolongement de l’axe de la surface de bande et à une distance
suivant l’horizontale de 3 000,000 m à partir de l’extrémité de
la surface de bande; de là, elle se prolonge vers le haut à raison
de 1,000 m suivant la verticale pour 50,000 m suivant l’horizontale jusqu’au bord extérieur de la surface de décollage/
d’approche tracée à angle droit par rapport au prolongement de
l’axe de la surface de bande et à une distance suivant l’horizontale de 15 000,000 m à partir de l’extrémité de la surface de
bande; le bord extérieur mesure 2 400,000 m de chaque côté du
prolongement de l’axe et se trouve à 290,000 m au-dessus de
l’altitude de l’extrémité de la surface de bande;
d) la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 25R de la surface de bande associée à la piste 07L-25R consiste en une surface inclinée à raison de 1,000 m suivant la verticale pour 60,000 m suivant l’horizontale, qui s’élève jusqu’à
une ligne imaginaire tracée à angle droit par rapport au prolongement de l’axe de la surface de bande et à une distance suivant l’horizontale de 3 000,000 m à partir de l’extrémité de la
surface de bande; de là, elle se prolonge vers le haut à raison de
802
Canada Gazette Part I
surface and distant 15 000.000 m measured horizontally from
the end of the strip surface; the outer edge having a length of
2 400.000 m on either side of the projected centreline and a
height of 290.000 m above the elevation at the end of the strip
surface;
(e) the take-off/approach surface abutting the 07C end of the
strip surface associated with runway 07C-25C, consisting of an
inclined surface having a ratio of 1.000 m measured vertically
to 60.000 m measured horizontally, rising to an imaginary line
drawn at right angles to the projected centreline of the strip surface and distant 3 000.000 m measured horizontally from the
end of the strip surface; thence continuing upward at a ratio of
1.000 m measured vertically to 50.000 m measured horizontally, rising to the outer edge of the take-off/approach surface
drawn at right angles to the projected centreline of the strip surface and distant 15 000.000 m measured horizontally from the
end of the strip surface; the outer edge having a length of
2 616.390 m on either side of the projected centreline and a
height of 290.000 m above the elevation at the end of the strip
surface;
(f) the take-off/approach surface abutting the 25C end of the
strip surface associated with runway 07C-25C, consisting of an
inclined surface having a ratio of 1.000 m measured vertically
to 60.000 m measured horizontally, rising to an imaginary line
drawn at right angles to the projected centreline of the strip surface and distant 3 000.000 m measured horizontally from the
end of the strip surface; thence continuing upward at a ratio of
1.000 m measured vertically to 50.000 m measured horizontally, rising to the outer edge of the take-off/approach surface
drawn at right angles to the projected centreline of the strip surface and distant 15 000.000 m measured horizontally from the
end of the strip surface; the outer edge having a length of
2 616.390 m on either side of the projected centreline and a
height of 290.000 m above the elevation at the end of the strip
surface;
(g) the take-off/approach surface abutting the 14 end of the
strip surface associated with runway 14-32, consisting of an inclined surface having a ratio of 1.000 m measured vertically to
60.000 m measured horizontally, rising to an imaginary line
drawn at right angles to the projected centreline of the strip surface and distant 3 000.000 m measured horizontally from the
end of the strip surface; the imaginary line drawn at right angles
to the projected centreline of the strip surface having a length
of 600.000 m on either side of the projected centreline and a
height of 50.000 m above the elevation at the end of the strip
surface; thence continuing upward at a ratio of 1.000 m measured vertically to 50.000 m measured horizontally, rising to the
outer edge of the take-off/approach surface being the boundary
between the Province of Ontario and the Province of Quebec
lying between the intersections of the lateral limits of the takeoff/approach surface abutting the 14 end of the strip surface associated with runway 14-32 with the boundary between the
Province of Ontario and the Province of Quebec;
(h) the take-off/approach surface abutting the 32 end of the
strip surface associated with runway 14-32, consisting of an inclined surface having a ratio of 1.000 m measured vertically to
60.000 m measured horizontally, rising to an imaginary line
drawn at right angles to the projected centreline of the strip surface and distant 3 000.000 m measured horizontally from the
end of the strip surface; thence continuing upward at a ratio of
1.000 m measured vertically to 50.000 m measured horizontally, rising to the outer edge of the take-off/approach surface
drawn at right angles to the projected centreline of the strip surface and distant 15 000.000 m measured horizontally from the
end of the strip surface; the outer edge having a length of
2 400.000 m on either side of the projected centreline and a
March 22, 2008
1,000 m suivant la verticale pour 50,000 m suivant l’horizontale jusqu’au bord extérieur de la surface de décollage/
d’approche tracée à angle droit par rapport au prolongement de
l’axe de la surface de bande et à une distance suivant l’horizontale de 15 000,000 m à partir de l’extrémité de la surface de
bande; le bord extérieur mesure 2 400,000 m de chaque côté du
prolongement de l’axe et se trouve à 290,000 m au-dessus de
l’altitude de l’extrémité de la surface de bande;
e) la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité
07C de la surface de bande associée à la piste 07C-25C
consiste en une surface inclinée à raison de 1,000 m suivant
la verticale pour 60,000 m suivant l’horizontale, qui s’élève
jusqu’à une ligne imaginaire tracée à angle droit par rapport au
prolongement de l’axe de la surface de bande et à une distance
suivant l’horizontale de 3 000,000 m à partir de l’extrémité de
la surface de bande; de là, elle se prolonge vers le haut à raison
de 1,000 m suivant la verticale pour 50,000 m suivant l’horizontale jusqu’au bord extérieur de la surface de décollage/
d’approche tracée à angle droit par rapport au prolongement de
l’axe de la surface de bande et à une distance suivant l’horizontale de 15 000,000 m à partir de l’extrémité de la surface de
bande; le bord extérieur mesure 2 616,390 m de chaque côté
du prolongement de l’axe et se trouve à 290,000 m au-dessus
de l’altitude de l’extrémité de la surface de bande;
f) la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 25C
de la surface de bande associée à la piste 07C-25C consiste en
une surface inclinée à raison de 1,000 m suivant la verticale
pour 60,000 m suivant l’horizontale, qui s’élève jusqu’à une ligne imaginaire tracée à angle droit par rapport au prolongement
de l’axe de la surface de bande et à une distance suivant
l’horizontale de 3 000,000 m à partir de l’extrémité de la surface de bande; de là, elle se prolonge vers le haut à raison de
1,000 m suivant la verticale pour 50,000 m suivant l’horizontale jusqu’au bord extérieur de la surface de décollage/
d’approche tracée à angle droit par rapport au prolongement de
l’axe de la surface de bande et à une distance suivant l’horizontale de 15 000,000 m à partir de l’extrémité de la surface de
bande; le bord extérieur mesure 2 616,390 m de chaque côté du
prolongement de l’axe et se trouve à 290,000 m au-dessus de
l’altitude de l’extrémité de la surface de bande;
g) la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 14
de la surface de bande associée à la piste 14-32 consiste en une
surface inclinée à raison de 1,000 m suivant la verticale pour
60,000 m suivant l’horizontale, qui s’élève jusqu’à une ligne
imaginaire tracée à angle droit par rapport au prolongement de
l’axe de la surface de bande et à une distance suivant l’horizontale de 3 000,000 m à partir de l’extrémité de la surface de
bande; la ligne imaginaire tracée à angle droit par rapport au prolongement de l’axe de la surface de bande mesure 600,000 m
de chaque côté du prolongement et se trouve à 50,000 m audessus de l’altitude de l’extrémité de la surface de bande; de là,
elle se prolonge vers le haut à raison de 1,000 m suivant la verticale pour 50,000 m suivant l’horizontale jusqu’au bord extérieur de la surface de décollage/d’approche, qui consiste en la
limite entre les provinces d’Ontario et de Québec, située entre
les intersections des limites latérales de la surface de décollage/
d’approche attenante à l’extrémité 14 de la surface de bande
associée à la piste 14-32 et de la limite entre les provinces
d’Ontario et de Québec;
h) la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 32
de la surface de bande associée à la piste 14-32 consiste en une
surface inclinée à raison de 1,000 m suivant la verticale pour
60,000 m suivant l’horizontale, qui s’élève jusqu’à une ligne
imaginaire tracée à angle droit par rapport au prolongement de
l’axe de la surface de bande et à une distance suivant l’horizontale de 3 000,000 m à partir de l’extrémité de la surface de
Le 22 mars 2008
Gazette du Canada Partie I
height of 290.000 m above the elevation at the end of the strip
surface;
(i) the take-off/approach surface abutting the 04 end of the strip
surface associated with runway 04-22, consisting of an inclined
surface having a ratio of 1.000 m measured vertically to 25.000 m
measured horizontally, rising to the outer edge of the take-off/
approach surface drawn at right angles to the projected centreline of the strip surface and distant 2 500.000 m measured horizontally from the end of the strip surface; the outer edge having
a length of 280.000 m on either side of the projected centreline
and a height of 100.000 m above the elevation at the end of the
strip surface; and
(j) the take-off/approach surface abutting the 22 end of the strip
surface associated with runway 04-22, consisting of an inclined
surface having a ratio of 1.000 m measured vertically to 25.000 m
measured horizontally, rising to the outer edge of the take-off/
approach surface drawn at right angles to the projected centreline of the strip surface and distant 2 500.000 m measured horizontally from the end of the strip surface; the outer edge having
a length of 280.000 m on either side of the projected centreline
and a height of 100.000 m above the elevation at the end of the
strip surface.
PART 3
803
bande; de là, elle se prolonge vers le haut à raison de 1,000 m
suivant la verticale pour 50,000 m suivant l’horizontale
jusqu’au bord extérieur de la surface de décollage/d’approche
tracée à angle droit par rapport au prolongement de l’axe de la
surface de bande et à une distance suivant l’horizontale de
15 000,000 m à partir de l’extrémité de la surface de bande; le
bord extérieur mesure 2 400,000 m de chaque côté du prolongement de l’axe et se trouve à 290,000 m au-dessus de l’altitude
de l’extrémité de la surface de bande;
i) la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 04
de la surface de bande associée à la piste 04-22 consiste en une
surface inclinée à raison de 1,000 m suivant la verticale pour
25,000 m suivant l’horizontale, qui s’élève jusqu’au bord extérieur de la surface de décollage/d’approche tracée à angle droit
par rapport au prolongement de l’axe de la surface de bande et
à une distance suivant l’horizontale de 2 500,000 m à partir de
l’extrémité de la surface de bande; le bord extérieur mesure
280,000 m de chaque côté du prolongement de l’axe et se
trouve à 100,000 m au-dessus de l’altitude de l’extrémité de la
surface de bande;
j) la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 22
de la surface de bande associée à la piste 04-22 consiste en une
surface inclinée à raison de 1,000 m suivant la verticale pour
25,000 m suivant l’horizontale, qui s’élève jusqu’au bord extérieur de la surface de décollage/d’approche tracée à angle droit
par rapport au prolongement de l’axe de la surface de bande et
à une distance suivant l’horizontale de 2 500,000 m à partir de
l’extrémité de la surface de bande; le bord extérieur mesure
280,000 m de chaque côté du prolongement de l’axe et se
trouve à 100,000 m au-dessus de l’altitude de l’extrémité de la
surface de bande.
PARTIE 3
DESCRIPTION OF THE OUTER SURFACE
DESCRIPTION DE LA SURFACE EXTÉRIEURE
The outer surface, shown on Ottawa Macdonald-Cartier International Airport Zoning Plan No. 06-006 94-128, Sheets 1 to 4, 6
to 20 and 22 to 24, dated February 20, 1996, is an imaginary surface established at a constant elevation that is 45.000 m above the
assigned elevation of the airport reference points, except that,
where that surface is less than 9.000 m above the surface of the
ground, the outer surface is located at 9.000 m above the surface of
the ground. The limit of the outer surface is described as follows:
La surface extérieure, figurant sur le plan de zonage de
l’aéroport international Macdonald-Cartier d’Ottawa no 06-006
94-128, feuilles 1 à 4, 6 à 20 et 22 à 24, daté du 20 février 1996,
est une surface imaginaire établie à une altitude constante qui est
de 45,000 m au-dessus de l’altitude attribuée des points de référence de l’aéroport; cette surface extérieure est toutefois située à
9,000 m au-dessus de la surface du sol lorsque la surface décrite
ci-dessus est à moins de 9,000 m au-dessus de la surface du sol.
Les limites de la surface extérieure sont décrites comme suit :
Tous les biens-fonds situés dans les anciennes villes d’Ottawa,
de Nepean et de Gloucester, maintenant dans la ville d’Ottawa;
Commençant à l’angle sud-est du lot 27, dans la concession 4
donnant sur la Rideau, dans le canton géographique de Gloucester, maintenant dans la ville d’Ottawa (voir la feuille 20);
de là en direction ouest, le long de la limite sud du lot 27, dans la
concession 4 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle sud-ouest de
ce lot (voir la feuille 19);
de là en direction ouest, le long du prolongement de la limite sud
du lot 27, dans la concession 4 donnant sur la Rideau, en ligne
droite, traversant l’emprise de voie publique entre la concession 4
donnant sur la Rideau et la concession 3 donnant sur la Rideau,
jusqu’à l’intersection de la limite ouest de cette emprise de voie
publique, dans le canton géographique de Gloucester (voir la
feuille 24);
de là en direction sud, le long de la limite ouest de l’emprise de
voie publique entre la concession 4 donnant sur la Rideau et la
concession 3 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle sud-est du
lot 27, dans la concession 3 donnant sur la Rideau;
All those lands situate in the City of Ottawa, formerly in the
Cities of Ottawa, Nepean and Gloucester;
commencing at the southeastern corner of Lot 27, Concession 4
Rideau Front, in the Geographic Township of Gloucester, now in
the City of Ottawa (see Sheet 20);
thence westerly along the southern boundary of Lot 27, Concession 4 Rideau Front, to the southwestern corner of Lot 27 (see
Sheet 19);
thence westerly along the production of the southern boundary of
Lot 27, Concession 4 Rideau Front, in a straight line across the
allowance for road between Concession 4 Rideau Front and Concession 3 Rideau Front to the intersection with the western limit
of the allowance for road between Concession 4 Rideau Front and
Concession 3 Rideau Front, Geographic Township of Gloucester
(see Sheet 24);
thence southerly along the western limit of the allowance for road
between Concession 4 Rideau Front and Concession 3 Rideau
Front to the southeastern corner of Lot 27, Concession 3 Rideau
Front;
804
Canada Gazette Part I
thence westerly along the southern boundary of Lot 27, in Concession 3 Rideau Front, to the southwestern corner of Lot 27,
Concession 3 Rideau Front;
thence southwesterly in a straight line across the allowance for
road between Concession 3 Rideau Front and the Gore Concession to the southeastern corner of Lot 27, Gore Concession;
thence westerly along the southern boundary of Lot 27, Gore
Concession, to the southwestern corner of Lot 27, Gore Concession;
thence southerly along the eastern boundary of Lot 27, in Concession 2 Rideau Front, to the southeastern corner of Lot 27, Concession 2 Rideau Front;
thence westerly along the southern boundary of Lot 27, Concession 2 Rideau Front, to the southwestern corner of Lot 27, Concession 2 Rideau Front, Geographic Township of Gloucester (see
Sheet 23);
thence northerly along the western boundaries of Lots 27 and 26,
Concession 2 Rideau Front, to the northwestern corner of Lot 26,
Concession 2 Rideau Front;
thence northerly in a straight line across the allowance for road
between Lots 26 and 25, Concession 2 Rideau Front, to the
southwestern corner of Lot 25, Concession 2 Rideau Front;
thence northerly along the western boundaries of Lots 25, 24, 23
and 22, Concession 2 Rideau Front, to the intersection with the
easterly production of the southern boundary of Lot 22, in Concession 1 Rideau Front;
thence westerly along the production of the southern boundary of
Lot 22, Concession 1 Rideau Front, across the allowance for road
between Concession 2 Rideau Front and Concession 1 Rideau
Front, to the southeastern corner of Lot 22, Concession 1 Rideau
Front;
thence westerly along the southern boundary of Lot 22, Concession 1 Rideau Front, to the intersection with the eastern limit of
Regional Road Number 19, also known as River Road (see
Sheet 22);
thence in a northerly direction along the eastern limit of Regional
Road Number 19, also known as River Road, to the intersection
with the southern boundary of Lot 16, Concession 1 Rideau
Front, Geographic Township of Gloucester (see Sheet 17);
thence westerly across Regional Road Number 19, also known as
River Road, along the southern boundary of Lot 16, Concession 1
Rideau Front, in the Geographic Township of Gloucester, to the
high water mark on the east bank of the Rideau River and Rideau
Canal;
thence westerly in a straight line across the Rideau River and
Rideau Canal to the intersection of the high water mark on the
west bank of the Rideau River and Rideau Canal and the southern
boundary of Lot 15, Concession 1 Rideau Front, in the Geographic Township of Nepean, now in the City of Ottawa;
thence in a northerly direction along the high water mark on the
west bank of the Rideau River and Rideau Canal to the intersection with the northern boundary of Lot 15, Concession 1 Rideau
Front, in the Geographic Township of Nepean;
thence westerly along the northern boundary of Lot 15, Concession 1 Rideau Front, to the intersection with the western limit of
Leikin Drive, according to a plan registered in the Land Registry
Office for the Land Titles Division of Ottawa-Carleton (Number 4)
as 4M-821;
thence southerly along the western limit of Leikin Drive to the
northern limit of Crestway Drive, as shown on registered
plan 4M-821;
March 22, 2008
de là en direction ouest, le long de la limite sud du lot 27, dans la
concession 3 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle sud-ouest de
ce lot, dans cette concession;
de là en direction sud-ouest, en ligne droite, traversant l’emprise
de voie publique entre la concession 3 donnant sur la Rideau et la
concession Gore, jusqu’à l’angle sud-est du lot 27, dans la concession Gore;
de là en direction ouest, le long de la limite sud du lot 27, dans la
concession Gore, jusqu’à l’angle sud-ouest de ce lot, dans cette
concession;
de là en direction sud, le long de la limite est du lot 27, dans la
concession 2 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle sud-est de ce
lot, dans cette concession;
de là en direction ouest, le long de la limite sud du lot 27, dans la
concession 2 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle sud-ouest de
ce lot, dans cette concession, dans le canton géographique de
Gloucester (voir la feuille 23);
de là en direction nord, le long des limites ouest des lots 27 et 26,
dans la concession 2 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle nordouest du lot 26, dans cette concession;
de là en direction nord, en ligne droite, traversant l’emprise de
voie publique entre les lots 26 et 25, dans la concession 2 donnant
sur la Rideau, jusqu’à l’angle sud-ouest du lot 25, dans cette
concession;
de là en direction nord, le long des limites ouest des lots 25, 24,
23 et 22, dans la concession 2 donnant sur la Rideau, jusqu’à
l’intersection du prolongement est de la limite sud du lot 22, dans
la concession 1 donnant sur la Rideau;
de là en direction ouest, le long du prolongement de la limite sud
du lot 22, dans la concession 1 donnant sur la Rideau, traversant
l’emprise de voie publique entre la concession 2 donnant sur la
Rideau et la concession 1 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle
sud-est de ce lot, dans la concession 1 donnant sur la Rideau;
de là en direction ouest, le long de la limite sud du lot 22, dans la
concession 1 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’intersection de la
limite est de la route régionale no 19, aussi connue sous le nom de
chemin River (voir la feuille 22);
de là en direction nord, le long de la limite est de la route régionale no 19, aussi connue sous le nom de chemin River, jusqu’à
l’intersection de la limite sud du lot 16, dans la concession 1 donnant sur la Rideau, dans le canton géographique de Gloucester
(voir la feuille 17);
de là en direction ouest, traversant la route régionale no 19, aussi
connue sous le nom de chemin River, le long de la limite sud du
lot 16, dans la concession 1 donnant sur la Rideau, dans le canton
géographique de Gloucester, jusqu’à la laisse des hautes eaux de
la rive est de la rivière Rideau et du canal Rideau;
de là en direction ouest, en ligne droite, traversant la rivière Rideau et le canal Rideau, jusqu’à l’intersection de la laisse des
hautes eaux de la rive ouest de cette rivière et de ce canal et de la
limite sud du lot 15, dans la concession 1 donnant sur la Rideau,
dans le canton géographique de Nepean, maintenant dans la ville
d’Ottawa;
de là en direction nord, le long de la laisse des hautes eaux de la
rive ouest de la rivière Rideau et du canal Rideau, jusqu’à l’intersection de la limite nord du lot 15, dans la concession 1 donnant
sur la Rideau, dans le canton géographique de Nepean;
de là en direction ouest, le long de la limite nord du lot 15, dans la
concession 1 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’intersection de la
limite ouest de la promenade Leikin, selon le plan enregistré sous
le numéro 4M-821 au Bureau d’enregistrement de la Division d’enregistrement des droits immobiliers d’Ottawa-Carleton (no 4);
Le 22 mars 2008
thence westerly and southerly along the northern limit of Crestway Drive to the western boundary of registered plan 4M-821,
also being a point in the eastern boundary of a plan registered in
the Registry Office for the Land Titles Division of OttawaCarleton (Number 4) as 4M-905 (see Sheet 16);
thence northerly along the eastern boundary of registered
plan 4M-905 to the northeast corner of registered plan 4M-905;
thence westerly along the northern boundary of registered
plan 4M-905 to the northwest corner of registered plan 4M-905;
thence along the production westerly of the northern boundary of
registered plan 4M-905 to the intersection with the eastern limit
of the original allowance for road between Concession 1 Rideau
Front and Concession 2 Rideau Front, Geographic Township of
Nepean;
thence northerly in a straight line across the allowance for road
between Lots 15 and 16, in Concession 1 Rideau Front, to the
southwestern corner of Lot 16, in Concession 1 Rideau Front;
thence northerly along the eastern limit of the original allowance
for road between Concession 1 Rideau Front and Concession 2
Rideau Front to the northwestern corner of Lot 20, Concession 1
Rideau Front;
thence northerly in a straight line across the allowance for road
between Lots 20 and 21, in Concession 1 Rideau Front, to the
southwestern corner of Lot 21, Concession 1 Rideau Front;
thence northerly along the eastern limit of the original allowance
for road between Concession 1 Rideau Front and Concession 2
Rideau Front to the northwestern corner of Lot 25, Concession 1
Rideau Front, Geographic Township of Nepean (see Sheet 11);
thence northerly in a straight line across the allowance for road
between Lots 25 and 26, in Concession 1 Rideau Front, to the
southwestern corner of Lot 26, Concession 1 Rideau Front;
thence northerly along the eastern limit of the original allowance
for road between Concession 1 Rideau Front and Concession 2
Rideau Front to the northwestern corner of Lot 27, Concession 1
Rideau Front, Geographic Township of Nepean (see Sheet 6);
thence easterly along the northern boundary of Lot 27, in Concession 1 Rideau Front, to the northeastern corner of Lot 27, Concession 1 Rideau Front;
thence easterly along the production of the northern boundary of
Lot 27, Concession 1 Rideau Front, across the allowance for road
between Concession 1 Rideau Front and Concession A Rideau
Front to the intersection with the eastern limit of the allowance
for road between Concession 1 Rideau Front and Concession A
Rideau Front;
thence northerly along the eastern limit of the allowance for road
between Concession 1 Rideau Front and Concession A Rideau
Front to the northwestern corner of Lot 30, Concession A Rideau
Front;
thence northerly in a straight line across the allowance for road
between Lots 30 and 31, in Concession A Rideau Front, to the
southwestern corner of Lot 31, Concession A Rideau Front;
thence northerly along the eastern limit of the allowance for road
between Concession 1 Rideau Front and Concession A Rideau
Front to the northwestern corner of Lot 32, Concession A Rideau
Front, Geographic Township of Nepean (see Sheet 1);
thence easterly along the northern boundary of Lot 32, Concession A Rideau Front, to a point in the western limit of Block B as
shown on a plan registered in the Land Registry Office for the
Registry Division of Ottawa-Carleton (Number 4) as plan 521472;
Gazette du Canada Partie I
805
de là en direction sud, le long de la limite ouest de la promenade
Leikin, jusqu’à la limite nord de la promenade Crestway, selon le
plan enregistré no 4M-821;
de là en direction ouest et sud, le long de la limite nord de la
promenade Crestway, jusqu’à la limite ouest du plan enregistré no 4M-821, constituant également un point de la limite est du
plan enregistré sous le numéro no 4M-905, au Bureau d’enregistrement immobilier de la Division d’enregistrement des droits immobiliers d’Ottawa-Carleton (no 4) (voir la feuille 16);
de là en direction nord, le long de la limite est du plan enregistré no 4M-905, jusqu’à l’angle nord-est de ce plan;
de là en direction ouest, le long de la limite nord du plan enregistré no 4M-905, jusqu’à l’angle nord-ouest de ce plan;
de là, le long du prolongement ouest de la limite nord du plan
enregistré no 4M-905, jusqu’à l’intersection de la limite est de
l’emprise de voie publique initiale entre la concession 1 donnant
sur la Rideau et la concession 2 donnant sur la Rideau, dans le
canton géographique de Nepean;
de là en direction nord, en ligne droite, traversant l’emprise de
voie publique entre les lots 15 et 16, dans la concession 1 donnant
sur la Rideau, jusqu’à l’angle sud-ouest du lot 16, dans cette
concession;
de là en direction nord, le long de la limite est de l’emprise de
voie publique initiale entre la concession 1 donnant sur la Rideau
et la concession 2 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle nordouest du lot 20, dans la concession 1 donnant sur la Rideau;
de là en direction nord, en ligne droite, traversant l’emprise de
voie publique entre les lots 20 et 21, dans la concession 1 donnant
sur la Rideau, jusqu’à l’angle sud-ouest du lot 21, dans cette
concession;
de là en direction nord, le long de la limite est de l’emprise de
voie publique initiale entre la concession 1 donnant sur la Rideau
et la concession 2 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle nordouest du lot 25, dans la concession 1 donnant sur la Rideau, dans
le canton géographique de Nepean (voir la feuille 11);
de là en direction nord, en ligne droite, traversant l’emprise de
voie publique entre les lots 25 et 26, dans la concession 1 donnant
sur la Rideau, jusqu’à l’angle sud-ouest du lot 26, dans cette
concession;
de là en direction nord, le long de la limite est de l’emprise de
voie publique initiale entre la concession 1 donnant sur la Rideau
et la concession 2 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle nordouest du lot 27, dans la concession 1 donnant sur la Rideau, dans
le canton géographique de Nepean (voir la feuille 6);
de là en direction est, le long de la limite nord du lot 27, dans la
concession 1 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle nord-est de ce
lot, dans cette concession;
de là en direction est, le long du prolongement de la limite nord
du lot 27, dans la concession 1 donnant sur la Rideau, traversant
l’emprise de voie publique entre cette concession et la concession A donnant sur la Rideau, jusqu’à l’intersection de la limite
est de cette emprise de voie publique;
de là en direction nord, le long de la limite est de l’emprise de
voie publique entre la concession 1 donnant sur la Rideau et la
concession A donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle nord-ouest
du lot 30, dans la concession A donnant sur la Rideau;
de là en direction nord, en ligne droite, traversant l’emprise de
voie publique entre les lots 30 et 31, dans la concession A donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle sud-ouest du lot 31, dans cette
concession;
806
Canada Gazette Part I
thence northerly along the western limit of Blocks B and A in
registered plan 521472 to the northwesterly corner of Block A in
registered plan 521472, also being a point in the southeastern
limit of Meadowlands Drive;
thence northeasterly along the southeastern limit of Meadowlands
Drive, as shown on registered plan 521472, to the northeastern
corner of Block E in registered plan 521472;
thence southerly along the eastern limit of Block E in registered
plan 521472 to the most northern corner of Carleton Condominium Plan No. 5;
thence southerly along the eastern limit of Carleton Condominium Plan No. 5 to the northern limit of Carleton Condominium
Plan No. 5;
thence easterly along the northern limit of Carleton Condominium
Plan No. 5, to the northeastern corner, also being a point on the
western limit of Chesterton Drive as shown on a plan registered in
the Land Registry Office for the Registry Division of OttawaCarleton (Number 4) as plan 495960;
thence easterly in a straight line across Chesterton Drive to the
northwestern corner of Lot 29 in registered plan 495960;
thence easterly along the northern boundary of plans registered in
the Land Registry Office for the Registry Division of OttawaCarleton (Number 4) as plans 495960, 495961 and 289002, to the
northeastern corner of registered plan 289002 (see Sheet 2);
thence easterly along the production of the northern boundary of
registered plan 289002 across the allowance for road between
Concession A Rideau Front and Concession B Rideau Front, also
known as Fisher Avenue, to a point in the western boundary of
registered plan 455, in the Geographic Township of Nepean, now
in the City of Ottawa;
thence northerly along the western boundary of registered
plan 455 to the northwestern corner of registered plan 455, also
being a point on the division line between Lots 33 and 34 in Concession B Rideau Front;
thence easterly along the northern boundary of registered
plan 455, also being the division line between Lots 33 and 34,
Concession B Rideau Front, to the northeastern corner of registered plan 455, also being a point in the western limit of King’s
Highway Number 16 also known as Prince of Wales Drive;
thence easterly in a straight line across King’s Highway Number 16, also known as Prince of Wales Drive, to the northwestern
corner of registered plan 435, also being on the division line between Lots 33 and 34, Concession B Rideau Front, Geographic
Township of Nepean;
thence easterly along the division line between Lots 33 and 34,
Concession B Rideau Front, to the intersection with the high water mark of the west bank of the Rideau River and Rideau Canal;
thence in a southerly direction along the high water mark of the
west bank of the Rideau River and Rideau Canal to the intersection with the production westerly of the northern boundary of
Lot A, Concession 2 Rideau Front, Geographic Township of
Gloucester, now in the City of Ottawa;
thence easterly along the northern boundary of Lot A, in Concession 2 Rideau Front, and its production westerly to the northeastern corner of Lot A, Concession 2 Rideau Front;
thence easterly in a straight line across the allowance for road
between Concession 2 Rideau Front and Concession 3 Rideau
Front to the northwestern corner of Lot A, Concession 3 Rideau
Front, Geographic Township of Gloucester;
March 22, 2008
de là en direction nord, le long de la limite est de l’emprise de
voie publique entre la concession 1 donnant sur la Rideau et la
concession A donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle nord-ouest
du lot 32, dans la concession A donnant sur la Rideau, dans le
canton géographique de Nepean (voir la feuille 1);
de là en direction est, le long de la limite nord du lot 32, dans la
concession A donnant sur la Rideau, jusqu’à un point de la limite
ouest du bloc B, selon le plan enregistré sous le numéro 521472
au Bureau d’enregistrement immobilier de la Division d’enregistrement des droits immobiliers d’Ottawa-Carleton (no 4);
de là en direction nord, le long de la limite ouest des blocs B et A,
selon le plan enregistré no 521472, jusqu’à l’angle nord-ouest du
bloc A, selon ce plan, constituant également un point de la limite
sud-est de la promenade Meadowlands;
de là en direction nord-est, le long de la limite sud-est de la promenade Meadowlands, selon le plan enregistré no 521472, jusqu’à
l’angle nord-est du bloc E, selon ce plan;
de là en direction sud, le long de la limite est du bloc E selon le
plan no 521472, jusqu’à l’angle le plus au nord du plan d’association condominicale no 5 de Carleton;
de là en direction sud, le long de la limite est du plan d’association condominicale no 5 de Carleton, jusqu’à la limite nord de
ce plan;
de là en direction est, le long de la limite nord du plan d’association condominicale no 5 de Carleton, jusqu’à l’angle nord-est,
constituant également un point de la limite ouest de la promenade
Chesterton, selon le plan enregistré sous le numéro 495960, au
Bureau d’enregistrement des droits immobiliers de la Division
d’enregistrement d’Ottawa-Carleton (no 4);
de là en direction est, en ligne droite, traversant la promenade
Chesterton, jusqu’à l’angle nord-ouest du lot 29, selon le plan
enregistré no 495960;
de là en direction est, le long de la limite nord des plans enregistrés sous les numéros 495960, 495961 et 289002 au Bureau d’enregistrement immobilier de la Division d’enregistrement des
droits immobiliers d’Ottawa-Carleton (no 4), jusqu’à l’angle nordest du plan enregistré no 289002 (voir la feuille 2);
de là en direction est, le long du prolongement de la limite nord
du plan enregistré no 289002, traversant l’emprise de voie publique entre la concession A donnant sur la Rideau et la concession B donnant sur la Rideau, aussi connue sous le nom d’avenue
Fisher, jusqu’à un point de la limite ouest du plan enregistré no 455, dans le canton géographique de Nepean, maintenant
dans la ville d’Ottawa;
de là en direction nord, le long de la limite ouest du plan enregistré no 455, jusqu’à l’angle nord-ouest de ce plan, constituant également un point de la ligne de division entre les lots 33 et 34, dans
la concession B donnant sur la Rideau;
de là en direction est, le long de la limite nord du plan enregistré no 455, constituant également la ligne de division entre les
lots 33 et 34, dans la concession B donnant sur la Rideau, jusqu’à
l’angle nord-est de ce plan, constituant aussi un point de la limite
ouest de la route principale no 16, aussi connue sous le nom de
promenade Prince of Wales;
de là en direction est, en ligne droite, traversant la route principale no 16, aussi connue sous le nom de promenade Prince of Wales,
jusqu’à l’angle nord-ouest du plan enregistré no 435, constituant
aussi la ligne de division entre les lots 33 et 34, dans la concession B donnant sur la Rideau, dans le canton géographique de
Nepean;
Le 22 mars 2008
thence easterly along the northern boundary of Lot A, in Concession 3 Rideau Front, to the northwestern corner of registered
plan M-24 (see Sheet 3);
thence southerly along the western limit of registered plan M-24
to the southwesterly corner of registered plan M-24, also being
the northwestern corner of registered plan M-35;
thence southerly along the western limit of registered plan M-35
to the southwestern corner of registered plan M-35;
thence southerly in a straight line to the most westerly corner of
Lot 1 in registered plan 198;
thence easterly and northerly along the northern and western limit
of Lot 1, registered plan 198, to the intersection with the southern
boundary of Lot 1, Concession 3 Rideau Front, Geographic Township of Gloucester;
thence easterly along the southern boundary of Lot 1, in Concession 3 Rideau Front, to the southeastern corner of Lot 1, Concession 3 Rideau Front, also being a point in the western limit of the
allowance for road between Concession 3 Rideau Front and Concession 4 Rideau Front;
thence southerly along the western limit of the allowance for road
between Concession 3 Rideau Front and Concession 4 Rideau
Front to the intersection with the production westerly of the southern boundary of the allowance for road between Lots 5 and 6, in
Concession 4 Rideau Front;
thence easterly along the production across the allowance for road
between Concession 3 Rideau Front and Concession 4 Rideau
Front and along the southern boundary of the allowance for road
between Lots 5 and 6, in Concession 4 Rideau Front, to the northeastern corner of Lot 6, Concession 4 Rideau Front, Geographic
Township of Gloucester (see Sheet 4);
thence southerly along the western limit of the original allowance
for road between Concessions 4 and 5 Rideau Front, to the southeastern corner of Lot 10, Concession 4 Rideau Front;
thence southerly in a straight line across the allowance for road
between Lot 10 and Lot 11, in Concession 4 Rideau Front, to the
northeastern corner of Lot 11, Concession 4 Rideau Front;
thence southerly along the western limit of the original allowance
for road between Concessions 4 and 5 Rideau Front, to the southeastern corner of Lot 15, Concession 4 Rideau Front, Geographic
Township of Gloucester (see Sheet 9);
thence southerly in a straight line across the allowance for road
between Lot 15 and Lot 16 in Concession 4 Rideau Front to the
northeastern corner of Lot 16, Concession 4 Rideau Front;
thence southerly along the western limit of the original allowance
for road between Concessions 4 and 5 Rideau Front to the southeastern corner of Lot 20, Concession 4 Rideau Front, Geographic
Township of Gloucester (see Sheets 10 and 15);
thence southerly in a straight line across the allowance for road
between Lot 20 and Lot 21 in Concession 4 Rideau Front to the
northeastern corner of Lot 21, Concession 4 Rideau Front;
thence southerly along the western limit of the original allowance
for road between Concessions 4 and 5 Rideau Front to the southeastern corner of Lot 25, Concession 4 Rideau Front, Geographic
Township of Gloucester (see Sheet 20);
thence southerly in a straight line across the allowance for road
between Lot 25 and Lot 26, in Concession 4 Rideau Front to the
northeastern corner of Lot 26, Concession 4 Rideau Front; and
thence southerly along the western limit of the original allowance
for road between Concessions 4 and 5 Rideau Front to the southeastern corner of Lot 27, Concession 4 Rideau Front, Geographic
Gazette du Canada Partie I
807
de là en direction est, le long de la ligne de division entre les
lots 33 et 34, dans la concession B donnant sur la Rideau, jusqu’à
l’intersection de la laisse des hautes eaux de la rive ouest de la
rivière Rideau et du canal Rideau;
de là en direction sud, le long de la laisse des hautes eaux de la
rive ouest de la rivière Rideau et du canal Rideau, jusqu’à l’intersection du prolongement ouest de la limite nord du lot A, dans la
concession 2 donnant sur la Rideau, dans le canton géographique
de Gloucester, maintenant dans la ville d’Ottawa;
de là en direction est, le long de la limite nord du lot A, dans la
concession 2 donnant sur la Rideau et son prolongement ouest,
jusqu’à l’angle nord-est de ce lot, dans cette concession;
de là en direction est, en ligne droite, traversant l’emprise de voie
publique entre la concession 2 donnant sur la Rideau et la concession 3 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle nord-ouest du lot A,
dans la concession 3 donnant sur la Rideau, dans le canton géographique de Gloucester;
de là en direction est, le long de la limite nord du lot A, dans la
concession 3 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle nord-ouest du
plan enregistré no M-24 (voir la feuille 3);
de là en direction sud, le long de la limite ouest du plan enregistré no M-24, jusqu’à l’angle sud-ouest de ce plan, constituant également l’angle nord-ouest du plan enregistré no M-35;
de là en direction sud, le long de la limite ouest du plan enregistré no M-35, jusqu’à l’angle sud-ouest de ce plan;
de là en direction sud, en ligne droite, jusqu’à l’angle le plus à
l’ouest du lot 1, selon le plan enregistré no 198;
de là en direction est et nord, le long de la limite nord et ouest du
lot 1, selon le plan enregistré no 198, jusqu’à l’intersection de la
limite sud de ce lot, dans la concession 3 donnant sur la Rideau,
dans le canton géographique de Gloucester;
de là en direction est, le long de la limite sud du lot 1, dans la
concession 3 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle sud-est de ce
lot, dans cette concession, constituant aussi un point de la limite
ouest de l’emprise de voie publique entre cette concession et la
concession 4 donnant sur la Rideau;
de là en direction sud, le long de la limite ouest de l’emprise de
voie publique entre la concession 3 donnant sur la Rideau et la
concession 4 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’intersection du prolongement ouest de la limite sud de l’emprise de voie publique
entre les lots 5 et 6, dans la concession 4 donnant sur la Rideau;
de là en direction est, le long du prolongement, traversant l’emprise de voie publique entre la concession 3 donnant sur la Rideau
et la concession 4 donnant sur la Rideau, et le long de la limite
sud de l’emprise de voie publique entre les lots 5 et 6, dans la
concession 4 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle nord-est du
lot 6, dans la concession 4 donnant sur la Rideau, dans le canton
géographique de Gloucester (voir la feuille 4);
de là en direction sud, le long de la limite ouest de l’emprise de
voie publique initiale entre la concession 4 donnant sur la Rideau
et la concession 5 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle sud-est
du lot 10, dans la concession 4 donnant sur la Rideau;
de là en direction sud, en ligne droite, traversant l’emprise de voie
publique entre les lots 10 et 11, dans la concession 4 donnant
sur la Rideau, jusqu’à l’angle nord-est du lot 11, dans cette
concession;
de là en direction sud, le long de la limite ouest de l’emprise de
voie publique initiale entre la concession 4 donnant sur la Rideau
et la concession 5 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle sud-est
du lot 15, dans la concession 4 donnant sur la Rideau, dans le
canton géographique de Gloucester (voir la feuille 9);
808
Canada Gazette Part I
March 22, 2008
Township of Gloucester, now in the city of Ottawa, being the point
of commencement.
de là en direction sud, en ligne droite, traversant l’emprise de voie
publique entre les lots 15 et 16, dans la concession 4 donnant sur la
Rideau, jusqu’à l’angle nord-est du lot 16, dans cette concession;
de là en direction sud, le long de la limite ouest de l’emprise de
voie publique initiale entre la concession 4 donnant sur la Rideau
et la concession 5 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle sud-est
du lot 20, dans la concession 4 donnant sur la Rideau, dans le
canton géographique de Gloucester (voir les feuilles 10 et 15);
de là en direction sud, en ligne droite, traversant l’emprise de voie
publique entre les lots 20 et 21, dans la concession 4 donnant sur la
Rideau, jusqu’à l’angle nord-est du lot 21, dans cette concession;
de là en direction sud, le long de la limite ouest de l’emprise de
voie publique initiale entre la concession 4 donnant sur la Rideau
et la concession 5 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle sud-est
du lot 25, dans la concession 4 donnant sur la Rideau, dans le
canton géographique de Gloucester (voir la feuille 20);
de là en direction sud, en ligne droite, traversant l’emprise de voie
publique entre les lots 25 et 26, dans la concession 4 donnant sur la
Rideau, jusqu’à l’angle nord-est du lot 26, dans cette concession;
de là en direction sud, le long de la limite ouest de l’emprise de
voie publique initiale entre la concession 4 donnant sur la Rideau
et la concession 5 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle sud-est
du lot 27, dans la concession 4 donnant sur la Rideau, dans le
canton géographique de Gloucester, maintenant dans la ville d’Ottawa, constituant le point de départ.
PART 4
PARTIE 4
DESCRIPTION OF THE STRIP SURFACES
DESCRIPTION DES SURFACES DE BANDES
The elevation of a strip surface at any point is equal to the elevation of the nearest point on the centreline of that strip surface.
The elevation of the strip surface centreline between the strip
surface end and the closest strip surface threshold is equal to the
elevation of the strip surface end. The elevation of the strip surface centreline between the strip surface thresholds is calculated
using a constant ratio between the elevations of the strip surface
thresholds or between the elevations of the points along the runway centreline as provided herein.
The strip surfaces, shown on Ottawa Macdonald-Cartier International Airport Zoning Plan No. 06-006 94-128, Sheets 7, 8, 12,
13, 14 and 18, dated February 20, 1996, are imaginary surfaces
associated with an airport runway that are prepared for the takeoff and landing of aircraft in a particular direction. The strip surfaces are described as follows:
(a) the strip surface associated with proposed runway 07R-25L
is 300.000 m in total width, being 150.000 m on either side of
the centreline of the proposed runway. The strip surface commences 60.000 m to the southwest of threshold 07R and ends
60.000 m to the northeast of threshold 25L, having a total
length of 2 559.000 m. The 07R end of the strip surface has an
elevation of 100.000 m and the 25L end of the strip surface has
an elevation of 105.000 m. The azimuth of the centreline from
threshold 07R to threshold 25L is 57°56′36″. Threshold 07R
has grid coordinates of 447 897.32 E and 5 016 543.09 N and
threshold 25L has grid coordinates of 4499 63.64 E and
5 017 837.10 N. There are no additional points between thresholds, along proposed runway 07R-25L, that control the elevation of the proposed runway centerline;
L’altitude d’une surface de bande est en tout point égale à l’altitude du point le plus proche sur l’axe de la surface de bande.
L’altitude de l’axe de la surface de bande entre l’extrémité de
la surface de bande et le seuil de surface de bande le plus proche
est égale à l’altitude de l’extrémité de la surface de bande. L’altitude de l’axe de la surface de bande entre les seuils de surface de
bande est calculée d’après un rapport constant entre les altitudes
des seuils de la surface de bande ou de points le long de l’axe de
la piste tels qu’ils figurent dans le présent règlement.
Les surfaces de bande, figurant sur le plan de zonage de
l’aéroport international Macdonald-Cartier d’Ottawa no 06-006
94-128, feuilles 7, 8, 12, 13, 14 et 18, daté du 20 février 1996,
sont des surfaces imaginaires associées à une piste de l’aéroport
qui sont aménagées pour le décollage et l’atterrissage d’aéronef
dans une direction particulière et sont décrites comme suit :
a) la surface de bande associée à la piste proposée 07R-25L est
d’une largeur totale de 300,000 m, soit de 150,000 m de chaque
côté de l’axe de la piste. La surface de bande commence à
60,000 m au sud-ouest du seuil 07R et se termine à 60,000 m
au nord-est du seuil 25L, et sa longueur totale est de 2 559,000 m.
L’altitude de l’extrémité 07R de la surface de bande est de
100,000 m et l’altitude de l’extrémité 25L de la surface de
bande est de 105,000 m. L’azimut de l’axe entre le seuil 07R et
le seuil 25L est de 57°56′36″. Les coordonnées du quadrillage
du seuil 07R sont 447 897,32 E. et 5 016 543,09 N. et celles du
seuil 25L sont 449 963,64 E. et 5 017 837,10 N. Il n’existe
aucun autre point entre les seuils, le long de la piste proposée
07R-25L, où est déterminée l’altitude de l’axe de la piste
proposée.
Le 22 mars 2008
Gazette du Canada Partie I
b) la surface de bande associée à la piste proposée 07C-25C est
d’une largeur totale de 732,780 m, soit de 366,390 m de chaque
côté de l’axe de la piste. La surface de bande commence à
60,000 m au sud-ouest du seuil 07C et se termine à 60,000 m
au nord-est du seuil 25C, et sa longueur totale est de 3 001,370 m.
L’altitude de l’extrémité 07C de la surface de bande est de
100,000 m et l’altitude de l’extrémité 25C de la surface de
bande est de 105,000 m. L’azimut de l’axe entre le seuil 07C et
le seuil 25C est de 57°56′36″. Les coordonnées du quadrillage
du seuil 07C sont 447 545,67 E. et 5 016 976,87 N. et celles du
seuil 25C sont 449 986,76 E. et 5 018 505,59 N. Les points entre les seuils, le long de la piste proposée 07C-25C, où est déterminée l’altitude de l’axe de la piste proposée, sont indiqués
dans le tableau suivant :
(b) the strip surface associated with proposed runway 07C-25C
is 732.780 m in total width, being 366.390 m on either side of
the centreline of the proposed runway. The strip surface commences 60.000 m to the southwest of threshold 07C and ends
60.000 m to the northeast of threshold 25C, having a total
length of 3 001.370 m. The 07C end of the strip surface has an
elevation of 100.000 m and the 25C end of the strip surface has
an elevation of 105.000 m. The azimuth of the centreline from
threshold 07C to threshold 25C is 57°56′36″. Threshold 07C
has grid coordinates of 447 545.67 E and 5 016 976.87 N and
threshold 25C has grid coordinates of 449 986.76 E and
5 018 505.59 N. The points between thresholds, along proposed runway 07C-25C, that control the elevation of the proposed runway centreline are:
Column 1
Column 2
Item
Threshold Number
Distance from
Threshold to Point
along Runway
Centreline (m)
Elevation of Point (m)
1.
07C
1 116.12
112.20
Colonne 1
Colonne 2
Article
Numéro du seuil
Distance entre le seuil
et le point le long de
l’axe de la piste (m)
Altitude du point (m)
1.
07C
1 116,12
Column 3
Column 3
Column 2
Item
Threshold Number
Distance from
Threshold to Point
along Runway
Centreline (m)
Elevation of Point (m)
1.
2.
3.
4.
5.
07L
07L
07L
07L
07L
734.01
884.01
1 234.01
1 584.01
1 984.01
112.90
113.50
113.50
114.10
113.30
(d) the strip surface associated with runway 14-32 is 300.000 m
in total width, being 150.000 m on either side of the centreline
of the runway. The strip surface commences 60.000 m to the
northwest of threshold 14 and ends 60.000 m to the southeast
of threshold 32, having a total length of 3 167.870 m. The
14 end of the strip surface has an elevation of 107.000 m and
the 32 end of the strip surface has an elevation of 111.700 m.
The azimuth of the centreline from threshold 14 to threshold 32
is 127°47′50″. Threshold 14 has grid coordinates of 446 196.46 E
and 5 019 285.58 N and threshold 32 has grid coordinates of
448 636.14 E and 5 017 460.65 N. The points between thresholds, along proposed runway 14-32, that control the elevation
of the proposed runway centreline are:
Colonne 3
112,20
c) la surface de bande associée à la piste existante et proposée 07L-25R est d’une largeur totale de 300,000 m, soit de
150,000 m de chaque côté de l’axe de la piste. La surface de
bande commence à 60,000 m au sud-ouest du seuil 07L et se
termine à 60,000 m au nord-est du seuil 25R, et sa longueur totale est de 3 167,540 m. L’altitude de l’extrémité 07L de la surface de bande est de 111,900 m et celle de l’extrémité 25R de
la surface de bande est de 108,900 m. L’azimut de l’axe entre
le seuil 07L et le seuil 25R est de 57°56′36″. Les coordonnées
du quadrillage du seuil 07L sont 447 093,05 E. et 5 017 585,68 N.
et celles du seuil 25R sont 449 674,92 E. et 5 019 202,56 N.
Les points entre les seuils, le long de la piste existante et proposée 07L-25R, où est déterminée l’altitude de l’axe de la
piste, sont indiqués dans le tableau suivant :
(c) the strip surface associated with existing and proposed runway 07L-25R is 300.000 m in total width, being 150.000 m on
either side of the centreline of the existing and proposed runway. The strip surface commences 60.000 m to the southwest
of threshold 07L and ends 60.000 m to the northeast of threshold 25R, having a total length of 3 167.540 m. The 07L end of
the strip surface has an elevation of 111.900 m and the 25R end
of the strip surface has an elevation of 108.900 m. The azimuth
of the centreline from threshold 07L to threshold 25R is
57°56′36″. Threshold 07L has grid coordinates of 447 093.05 E
and 5 017 585.68 N and threshold 25R has grid coordinates of
449 674.92 E and 5 019 202.56 N. The points between thresholds, along existing and proposed runway 07L-25R, that control the elevation of the existing and proposed runway centreline are:
Column 1
809
Colonne 3
Colonne 1
Colonne 2
Article
Numéro du seuil
Distance entre le seuil
et le point le long de
l’axe de la piste (m)
Altitude du point (m)
1.
2.
3.
4.
5.
07L
07L
07L
07L
07L
734,01
884,01
1 234,01
1 584,01
1 984,01
112,90
113,50
113,50
114,10
113,30
d) la surface de bande associée à la piste 14-32 est d’une largeur totale de 300,000 m, soit de 150,000 m de chaque côté de
l’axe de la piste. La surface de bande commence à 60,000 m au
nord-ouest du seuil 14 et se termine à 60,000 m au sud-est du
seuil 32, et sa longueur totale est de 3 167,870 m. L’altitude de
l’extrémité 14 de la surface de bande est de 107,000 m et
l’altitude de l’extrémité 32 de la surface de bande est de
111,700 m. L’azimut de l’axe entre le seuil 14 et le seuil 32 est
de 127°47′50″. Les coordonnées du quadrillage du seuil 14
sont 446 196,46 E. et 5 019 285,58 N. et celles du seuil 32 sont
448 636,14 E. et 5 017 460,65 N. Les points entre les seuils, le
long de la piste 14-32, où est déterminée l’altitude de l’axe de
la piste proposée, sont indiqués dans le tableau suivant :
Canada Gazette Part I
810
March 22, 2008
Column 1
Column 2
Item
Threshold Number
Distance from
Threshold to Point
along Runway
Centreline (m)
Elevation of Point (m)
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
14
14
14
14
14
14
14
155.74
1 205.74
1 405.74
1 805.74
2 055.74
2 205.74
2 866.86
107.50
113.50
114.00
113.50
113.50
113.10
112.20
Colonne 1
Colonne 2
Article
Numéro du seuil
Distance entre le seuil
et le point le long de
l’axe de la piste (m)
Altitude du point (m)
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
14
14
14
14
14
14
14
155,74
1 205,74
1 405,74
1 805,74
2 055,74
2 205,74
2 866,86
Column 3
Column 3
Column 2
Item
Threshold Number
Distance from
Threshold to Point
along Runway
Centreline (m)
Elevation of Point (m)
1.
2.
04
04
300.00
778.82
105.60
102.70
107,50
113,50
114,00
113,50
113,50
113,10
112,20
e) la surface de bande associée à la piste 04-22 est d’une largeur totale de 60,000 m, soit de 30,000 m de chaque côté de
l’axe de la piste. La surface de bande commence à 60,000 m au
sud du seuil 04 et se termine à 60,000 m au nord du seuil 22, et
sa longueur totale est de 1 048,820 m. L’altitude de l’extrémité 04 de la surface de bande est de 105,800 m et l’altitude de
l’extrémité 22 de la surface de bande est de 102,000 m. L’azimut de l’axe entre le seuil 04 et le seuil 22 est de 25°51′38″.
Les coordonnées du quadrillage du seuil 04 sont 445 977,19 E.
et 5 019 248,76 N. et celles du seuil 32 sont 446 382,17 E. et
5 020 084,24 N. Les points entre les seuils, le long de la piste
proposée 04-22, où est déterminée l’altitude de l’axe de la piste
proposée, sont indiqués dans le tableau suivant :
(e) the strip surface associated with runway 04-22 is 60.000 m
in total width, being 30.000 m on either side of the centreline
of the runway. The strip surface commences 60.000 m to the
south of threshold 04 and ends 60.000 m to the north of threshold 22, having a total length of 1 048.820 m. The 04 end of the
strip surface has an elevation of 105.800 m and the 22 end of
the strip surface has an elevation of 102.000 m. The azimuth of
the centreline from threshold 04 to threshold 22 is 25°51′38″.
Threshold 04 has grid coordinates of 445 977.19 E and
5 019 248.76 N and threshold 32 has grid coordinates of
446 382.17 E and 5 020 084.24 N. The points between thresholds, along proposed runway 04-22, that control the elevation
of the proposed runway centreline are:
Column 1
Colonne 3
Colonne 3
Colonne 1
Colonne 2
Article
Numéro du seuil
Distance entre le seuil
et le point le long de
l’axe de la piste (m)
Altitude du point (m)
1.
2.
04
04
300,00
778,82
105,60
102,70
PART 5
PARTIE 5
DESCRIPTION OF THE TRANSITIONAL SURFACES
DESCRIPTION DES SURFACES DE TRANSITION
The elevation of a point on the lower edge of a transitional surface abutting a strip surface is equal to the elevation of the nearest
point on the centreline of the abutting strip surface.
The elevation of a point on the lower edge of a transitional surface abutting a take-off/approach surface is equal to the elevation
of the nearest point on the centreline of the abutting take-off/
approach surface.
The transitional surfaces associated with runways 07L-25R,
07R-25L, 07C-25C and 14-32, shown on Ottawa MacdonaldCartier International Airport Zoning Plan No. 06-006 94-128,
Sheets 7, 8, 9, 12, 13, 14, 17, 18 and 19, dated February 20, 1996,
are imaginary inclined surfaces that extend upward and outward
from the lateral limits of the abutting strip surface and the abutting take-off/approach surface rising at a ratio of 1.000 m measured vertically to 7.000 m measured horizontally and perpendicularly to the centreline of each strip surface and take-off/approach
surface, to an intersection with the outer surface or with the transitional surface of an adjoining strip.
L’altitude d’un point à l’extrémité inférieure d’une surface de
transition attenante à une surface de bande est égale à l’altitude du
point le plus proche sur l’axe de la surface de bande attenante.
L’altitude d’un point à l’extrémité inférieure d’une surface de
transition attenante à une surface de décollage/d’approche est
égale à l’altitude du point le plus proche sur l’axe de la surface de
décollage/d’approche attenante.
Les surfaces de transition associées aux pistes 07L-25R, 07R25L, 07C-25C et 14-32, figurant sur le plan de zonage de l’aéroport international Macdonald-Cartier d’Ottawa no 06-006 94-128,
feuilles 7, 8, 9, 12, 13, 14, 17, 18 et 19, daté du 20 février 1996,
sont des surfaces inclinées imaginaires s’élevant vers l’extérieur à
partir des limites latérales de la surface de bande attenante et de la
surface de décollage/d’approche attenante à raison de 1,000 m
suivant la verticale pour 7,000 m suivant l’horizontale perpendiculairement à l’axe de chaque surface de bande et de chaque surface de décollage/d’approche, jusqu’à l’intersection avec la surface extérieure ou la surface de transition d’une surface de bande
adjacente.
Les surfaces de transition associées à la piste 04-22, figurant
sur le plan de zonage de l’aéroport international MacdonaldCartier d’Ottawa no 06-006 94-128, feuilles 7, 8 et 12, daté du
20 février 1996, sont des surfaces inclinées imaginaires s’élevant
vers l’extérieur à partir des limites latérales de la surface de bande
The transitional surfaces for runway 04-22, shown on Ottawa
Macdonald-Cartier International Airport Zoning Plan No. 06-006
94-128, Sheets 7, 8 and 12, dated February 20, 1996, are imaginary inclined surfaces that extend upward and outward from
the lateral limits of the abutting strip surface and the abutting
Le 22 mars 2008
Gazette du Canada Partie I
811
take-off/approach surface rising at a ratio of 1.000 m measured
vertically to 7.000 m measured horizontally and perpendicularly
to the centreline of each strip surface and take-off/approach surface, to an intersection with the outer surface or with the transitional surface of an adjoining strip.
attenante et de la surface de décollage/d’approche attenante à
raison de 1,000 m suivant la verticale pour 7,000 m suivant l’horizontale perpendiculairement à l’axe de chaque surface de bande et
de chaque surface de décollage/d’approche, jusqu’à l’intersection
avec la surface extérieure ou la surface de transition d’une surface
de bande adjacente.
PART 6
PARTIE 6
DESCRIPTION OF THE OUTER LIMIT OF THE LAND IN
RESPECT OF WHICH THESE REGULATIONS APPLY
DESCRIPTION DE LA LIMITE EXTÉRIEURE DES
BIENS-FONDS VISÉS PAR LE PRÉSENT RÈGLEMENT
The outer limit of the land to which these Regulations apply,
shown on Ottawa Macdonald-Cartier International Airport Zoning Plan No. 06-006 94-128, sheets 1 to 40, dated February 20,
1996, is generally defined by the limit of the area covered by the
take-off/approach surfaces, bird hazard zone, outer surface, strip
surfaces and transitional surfaces, and is more particularly described as follows:
All those lands situate in the City of Ottawa, formerly in the
Cities of Ottawa, Gloucester and Nepean, and formerly in the
Towns of Osgoode and Goulbourne, described as follows:
commencing at the southeasterly corner of Lot 27, in Concession 4 Rideau Front, the Geographic Township of Gloucester,
now in the City of Ottawa (see Sheet 20);
thence westerly along the southern boundary of Lot 27, in Concession 4 Rideau Front, to the intersection with the northern lateral limit of the take-off/approach surface abutting the 32 end of
the strip surface associated with runway 14-32;
thence easterly along the northern lateral limit of the take-off/
approach surface abutting the 32 end of the strip surface associated with runway 14-32, on an azimuth of 118°15′59″, to the northeasterly corner of the said take-off/approach surface, having grid
coordinates of 462 127.98 E and 5 010 364.50 N (see Sheets 25,
26 and 27);
thence southerly along the eastern limit (outer edge) of the takeoff/approach surface abutting the 32 end of the strip surface associated with runway 14-32, on an azimuth of 216°47′50″, to the
southeastern corner of the said take-off/approach surface, having
grid coordinates of 459 253.96 E and 5 006 522.32 N;
thence westerly along the southern lateral limit of the take-off/
approach surface abutting the 32 end of the strip surface associated with runway 14-32, on an azimuth of 315°19′41″, to the intersection with the southern boundary of Lot 27, Concession 3 Rideau Front, Geographic Township of Gloucester (see Sheets 26,
25 and 24);
thence westerly along the southern boundary of Lot 27, in Concession 3 Rideau Front, to the southwestern corner of Lot 27,
Concession 3 Rideau Front;
thence southwesterly in a straight line across the allowance for
road between Concession 3 Rideau Front and the Gore Concession to the southeastern corner of Lot 27, Gore Concession;
thence westerly along the southern boundary of Lot 27, Gore Concession, to the southwestern corner of Lot 27, Gore Concession;
thence southerly along the eastern boundary of Lot 27, in Concession 2 Rideau Front, to the southeastern corner of Lot 27, Concession 2 Rideau Front;
thence westerly along the southern boundary of Lot 27, Concession 2 Rideau Front, to the southwestern corner of Lot 27, Concession 2 Rideau Front, Geographic Township of Gloucester (see
Sheet 23);
La limite extérieure des biens-fonds visés par le présent règlement, figurant sur le plan de zonage de l’aéroport international
Macdonald-Cartier d’Ottawa no 06-006 94-128, feuilles 1 à 40,
daté du 20 février 1996, correspond, de manière générale, à la
limite du secteur formé par les surfaces de décollage/d’approche,
la zone de péril aviaire, la surface extérieure, les surfaces de
bande et les surfaces de transition, et est plus particulièrement
décrite comme suit :
Les biens-fonds situés dans les anciennes villes d’Ottawa, de
Gloucester et de Nepean et les anciennes collectivités d’Osgoode
et de Goulbourne, maintenant dans la ville d’Ottawa, et décrits
comme suit :
Commençant à l’angle sud-est du lot 27, dans la concession 4
donnant sur la Rideau, dans le canton géographique de Gloucester, maintenant dans la ville d’Ottawa (voir la feuille 20);
de là en direction ouest, le long de la limite sud du lot 27, dans
la concession 4 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’intersection de
la limite latérale nord de la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 32 de la surface de bande associée à la
piste 14-32;
de là en direction est, le long de la limite latérale nord de la
surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 32 de la
surface de bande associée à la piste 14-32, selon un azimut de 118°15′59″, jusqu’à l’angle nord-est de cette surface de
décollage/d’approche, dont les coordonnées du quadrillage sont
462 127,98 E. et 5 010 364,50 N. (voir les feuilles 25, 26 et 27);
de là en direction sud, le long de la limite est (bord extérieur)
de la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 32
de la surface de bande associée à la piste 14-32, selon un azimut de 216°47′50″, jusqu’à l’angle sud-est de cette surface de
décollage/d’approche, dont les coordonnées du quadrillage sont
459 253,96 E. et 5 006 522,32 N.;
de là en direction ouest, le long de la limite latérale sud de la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 32 de la surface de bande associée à la piste 14-32, selon un azimut de
315°19′41″, jusqu’à l’intersection de la limite sud du lot 27, dans
la concession 3 donnant sur la Rideau, dans le canton géographique de Gloucester (voir les feuilles 26, 25 et 24);
de là en direction ouest, le long de la limite sud du lot 27, dans la
concession 3 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle sud-ouest de
ce lot, dans cette concession;
de là en direction sud-ouest, en ligne droite, traversant l’emprise
de voie publique entre la concession 3 donnant sur la Rideau et la
concession Gore, jusqu’à l’angle sud-est du lot 27, dans la
concession Gore;
de là en direction ouest suivant la limite sud du lot 27, dans la
concession Gore, jusqu’à l’angle sud-ouest de ce lot, dans cette
concession;
de là en direction sud, le long de la limite est du lot 27, dans la
concession 2 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle sud-est de ce
lot, dans cette concession;
812
Canada Gazette Part I
thence northerly along the western boundaries of Lots 27 and 26,
Concession 2 Rideau Front, to the northwestern corner of Lot 26,
Concession 2 Rideau Front;
thence northerly in a straight line across the allowance for road
between Lots 26 and 25, Concession 2 Rideau Front, to the southwestern corner of Lot 25, Concession 2 Rideau Front;
thence northerly along the western boundaries of Lots 25, 24, 23
and 22, Concession 2 Rideau Front, to the intersection with the
easterly production of the southern boundary of Lot 22, in Concession 1 Rideau Front;
thence westerly along the production of the southern boundary of
Lot 22, Concession 1 Rideau Front, across the allowance for road
between Concession 2 Rideau Front and Concession 1 Rideau
Front, to the southeastern corner of Lot 22, Concession 1 Rideau
Front;
thence westerly along the southern boundary of Lot 22, Concession 1 Rideau Front, to the intersection with the eastern limit
of Regional Road Number 19, also known as River Road (see
Sheet 22);
thence in a northerly direction along the eastern limit of Regional
Road Number 19 to the intersection with the southerly lateral
limit of the take-off/approach surface abutting the 07R end of the
strip surface associated with runway 07R-25L (see Sheet 17);
thence westerly along the southern lateral limit of the take-off/
approach surface abutting the 07R end of the strip surface associated with runway 07R-25L, on an azimuth of 229°24′45″, to
the southwestern corner of the said take-off/approach surface,
having grid coordinates of 436 411.84 E and 5 006 519.68 N (see
Sheets 22, 21, 28 and 32);
thence northerly along the western limit (outer edge) of the takeoff/approach surface abutting the 07R end of the strip surface
associated with runway 07R-25L, on an azimuth of 327°56′36″,
to the intersection with the southern lateral limit of the take-off/
approach surface abutting the 07C end of the strip surface associated with runway 07C-25C;
thence westerly along the southern lateral limit of the take-off/
approach surface abutting the 07C end of the strip surface associated with runway 07C-25C, on an azimuth of 229°24′45″, to the
southwestern corner of the said take-off/approach surface, having
grid coordinates of 436 175.00 E and 5 006 770.14 N;
thence northerly along the western limit (outer edge) of the takeoff/approach surface abutting the 07C end of the strip surface
associated with runway 07C-25C, on an azimuth of 327°56′36″,
to the intersection with the southern lateral limit of the take-off/
approach surface abutting the 07L end of the strip surface associated with runway 07L-25R;
thence westerly along the southern lateral limit of the take-off/
approach surface abutting the 07L end of the strip surface associated with runway 07L-25R, on an azimuth of 229°24′45″, to the
southwestern corner of the said take-off/approach surface, having
grid coordinates of 435 607.57 E and 5 007 562.27 N;
thence northerly along the western limit (outer edge) of the takeoff/approach surface abutting the 07L end of the strip surface associated with runway 07L-25R, on an azimuth of 327°56′36″, to
the northwestern corner of the said take-off/approach surface,
having grid coordinates of 433 060.91 E and 5 011 628.82 N (see
Sheet 31);
thence easterly along the northern lateral limit of the take-off/
approach surface abutting the 07L end of the strip surface associated with runway 07L-25R, on an azimuth of 66°28′27″, to the
intersection with the western boundary of Lot 20, Concession 1
Rideau Front, also being a point in the eastern limit of the original
March 22, 2008
de là en direction ouest, le long de la limite sud du lot 27, dans la
concession 2 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle sud-ouest de
ce lot, dans cette concession, dans le canton géographique de
Gloucester (voir la feuille 23);
de là en direction nord, le long des limites ouest des lots 27 et 26,
dans la concession 2 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle nordouest du lot 26, dans cette concession;
de là en direction nord, en ligne droite, traversant l’emprise de
voie publique entre les lots 26 et 25, dans la concession 2 donnant
sur la Rideau, jusqu’à l’angle sud-ouest du lot 25, dans cette
concession;
de là en direction nord, le long des limites ouest des lots 25, 24,
23 et 22, dans la concession 2 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’intersection du prolongement est de la limite sud du lot 22, dans la
concession 1 donnant sur la Rideau;
de là en direction ouest, le long du prolongement de la limite sud
du lot 22, dans la concession 1 donnant sur la Rideau, traversant
l’emprise de voie publique entre la concession 2 donnant sur la
Rideau et la concession 1 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle
sud-est de ce lot, dans la concession 1 donnant sur la Rideau;
de là en direction ouest, le long de la limite sud du lot 22, dans la
concession 1 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’intersection de la
limite est de la route régionale no 19, aussi connue sous le nom de
chemin River (voir la feuille 22);
de là en direction nord, le long de la limite est de la route régionale no 19, jusqu’à l’intersection de la limite latérale sud de la
surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 07R de la
surface de bande associée à la piste 07R-25L (voir la feuille 17);
de là en direction ouest, le long de la limite latérale sud de la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 07R de
la surface de bande associée à la piste 07R-25L, selon un azimut
de 229°24′45″, jusqu’à l’angle sud-ouest de cette surface de
décollage/d’approche, dont les coordonnées du quadrillage sont
436 411,84 E. et 5 006 519,68 N. (voir les feuilles 22, 21, 28
et 32);
de là en direction nord, le long de la limite ouest (bord extérieur)
de la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 07R
de la surface de bande associée à la piste 07R-25L, selon un azimut de 327°56′36″, jusqu’à l’intersection de la limite latérale sud
de la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 07C
de la surface de bande associée à la piste 07C-25C;
de là en direction ouest, le long de la limite latérale sud de la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 07C de la
surface de bande associée à la piste 07C-25C, selon un azimut
de 229°24′45″, jusqu’à l’angle sud-ouest de ladite surface de
décollage/d’approche, dont les coordonnées du quadrillage sont
436 175,00 E. et 5 006 770,14 N.;
de là en direction nord, le long de la limite ouest (bord extérieur)
de la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 07C
de la surface de bande associée à la piste 07C-25C, selon un azimut de 327°56′36″, jusqu’à l’intersection de la limite latérale sud
de la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 07L
de la surface de bande associée à la piste 07L-25R;
de là en direction ouest, le long de la limite latérale sud de la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 07L de la
surface de bande associée à la piste 07L-25R, selon un azimut
de 229°24′45″, jusqu’à l’angle sud-ouest de cette surface de
décollage/d’approche, dont les coordonnées du quadrillage sont
435 607,57 E. et 5 007 562,27 N.;
de là en direction nord, le long de la limite ouest (bord extérieur)
de la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 07L
de la surface de bande associée à la piste 07L-25R, selon un
Le 22 mars 2008
allowance for road between Concession 1 Rideau Front and Concession 2 Rideau Front, Geographic Township of Nepean, now in
the City of Ottawa (see Sheets 30 and 16);
thence northerly along the eastern limit of the original allowance
for road between Concession 1 Rideau Front and Concession 2
Rideau Front, to the northwestern corner of Lot 20, Concession 1
Rideau Front;
thence northerly in a straight line across the allowance for road
between Lots 20 and 21, in Concession 1 Rideau Front, to the
southwestern corner of Lot 21, Concession 1 Rideau Front;
thence northerly along the eastern limit of the original allowance
for road between Concession 1 Rideau Front and Concession 2
Rideau Front to the northwestern corner of Lot 25, Concession 1
Rideau Front, Geographic Township of Nepean (see Sheet 11);
thence northerly in a straight line across the allowance for road
between Lots 25 and 26, in Concession 1 Rideau Front, to the
southwestern corner of Lot 26, Concession 1 Rideau Front;
thence northerly along the eastern limit of the original allowance
for road between Concession 1 Rideau Front and Concession 2
Rideau Front to the northwestern corner of Lot 27, Concession 1
Rideau Front, Geographic Township of Nepean (see Sheet 6);
thence easterly along the northern boundary of Lot 27, in Concession 1 Rideau Front, to the northeastern corner of Lot 27, Concession 1 Rideau Front;
thence easterly along the production of the northern boundary of
Lot 27, Concession 1 Rideau Front, across the allowance for road
between Concession 1 Rideau Front and Concession A Rideau
Front to the intersection with the eastern limit of the allowance
for road between Concession 1 Rideau Front and Concession A
Rideau Front;
thence northerly along the eastern limit of the allowance for road
between Concession 1 Rideau Front and Concession A Rideau
Front, in the Geographic Township of Nepean, to the intersection with the southern lateral limit of the take-off/approach surface abutting the 14 end of the strip surface associated with runway 14-32;
thence westerly along the southern lateral limit of the take-off/
approach surface abutting the 14 end of the strip surface associated with runway 14-32, on an azimuth of 298°15′59″ to the
northwestern corner of the said take-off/approach surface, being
the intersection of the said southern lateral limit of the said takeoff/approach surface with the boundary between the Province of
Ontario and the Province of Quebec, situate within the Ottawa
River (see Sheets 1, 33, 34 and 35);
thence northerly along the western limit (outer edge) of the takeoff/approach surface abutting the 14 end of the strip surface associated with runway 14-32 and along the boundary between the
Province of Ontario and the Province of Quebec to the intersection with the northern lateral limit of the take-off/approach
surface abutting the 14 end of the strip surface associated with
runway 14-32 (see Sheet 36);
thence easterly along the northern lateral limit of the take-off/
approach surface abutting the 14 end of the strip surface associated with runway 14-32, on an azimuth of 135°19′41″, to the
intersection with the northern boundary of a plan registered in the
Land Registry Office for the Registry Division of OttawaCarleton (Number 4) as plan 495961 (see Sheets 37 and 1);
thence easterly along the northern boundary of plans registered in
the Land Registry Office for the Registry Division of OttawaCarleton (Number 4) as plans 495961 and 289002, to the northeastern corner of registered plan 289002 (see Sheet 2);
Gazette du Canada Partie I
813
azimut de 327°56′36″, jusqu’à l’angle nord-ouest de cette surface
de décollage/d’approche, dont les coordonnées du quadrillage
sont 433 060,91 E. et 5 011 628,82 N. (voir la feuille 31);
de là en direction est, le long de la limite latérale nord de la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 07L de la
surface de bande associée à la piste 07L-25R, selon un azimut de
66°28′27″, jusqu’à l’intersection de la limite ouest du lot 20, dans
la concession 1 donnant sur la Rideau, constituant également un
point de la limite est de l’emprise de voie publique initiale entre
cette concession et la concession 2 donnant sur la Rideau, dans le
canton géographique de Nepean, maintenant dans la ville d’Ottawa (voir les feuilles 30 et 16);
de là en direction nord, le long de la limite est de l’emprise de
voie publique initiale entre la concession 1 donnant sur la Rideau
et la concession 2 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle nordouest du lot 20, dans la concession 1 donnant sur la Rideau;
de là en direction nord, en ligne droite, traversant l’emprise de
voie publique entre les lots 20 et 21, dans la concession 1 donnant
sur la Rideau, jusqu’à l’angle sud-ouest du lot 21, dans cette
concession;
de là en direction nord, le long de la limite est de l’emprise de
voie publique initiale entre la concession 1 donnant sur la Rideau
et la concession 2 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle nordouest du lot 25, dans la concession 1 donnant sur la Rideau, dans
le canton géographique de Nepean (voir la feuille 11);
de là en direction nord, en ligne droite, traversant l’emprise de
voie publique entre les lots 25 et 26, dans la concession 1 donnant
sur la Rideau, jusqu’à l’angle sud-ouest du lot 26, dans cette
concession;
de là en direction nord, le long de la limite est de l’emprise de
voie publique initiale entre la concession 1 donnant sur la Rideau
et la concession 2 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle nordouest du lot 27, dans la concession 1 donnant sur la Rideau, dans
le canton géographique de Nepean (voir la feuille 6);
de là en direction est, le long de la limite nord du lot 27, dans la
concession 1 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle nord-est de ce
lot, dans cette concession;
de là en direction est, le long du prolongement de la limite nord
du lot 27, dans la concession 1 donnant sur la Rideau, traversant
l’emprise de voie publique entre cette concession et la concession A donnant sur la Rideau, jusqu’à l’intersection de la limite
est de cette emprise de voie publique;
de là en direction nord, le long de la limite est de l’emprise de
voie publique entre la concession 1 donnant sur la Rideau et la
concession A donnant sur la Rideau, dans le canton géographique
de Nepean, jusqu’à l’intersection de la limite latérale sud de la
surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 14 de la
surface de bande associée à la piste 14-32;
de là en direction ouest, le long de la limite latérale sud de la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 14 de la surface de bande associée à la piste 14-32, selon un azimut de
298°15′59″, jusqu’à l’angle nord-ouest de cette surface de décollage/
d’approche, constituant l’intersection de cette limite et de la limite entre les provinces d’Ontario et de Québec, située dans la
rivière des Outaouais (voir les feuilles 1, 33, 34 et 35);
de là en direction nord suivant la limite ouest (bord extérieur) de
la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 14 de la
surface de bande associée à la piste 14-32 et suivant la limite entre les provinces d’Ontario et de Québec, jusqu’à l’intersection de
la limite latérale nord de cette surface de décollage/d’approche
(voir la feuille 36);
814
Canada Gazette Part I
thence easterly along the production of the northern boundary of
registered plan 289002 across the allowance for road between
Concession A Rideau Front and Concession B Rideau Front, also
known as Fisher Avenue, to a point in the western boundary of
registered plan 455, in the Geographic Township of Nepean, now
in the City of Ottawa;
thence northerly along the western boundary of registered
plan 455, to the northwestern corner of registered plan 455, also
being a point on the division line between Lots 33 and 34 in Concession B Rideau Front;
thence easterly along the northern boundary of registered
plan 455, also being the division line between Lots 33 and 34,
Concession B Rideau Front, to the northeastern corner of registered plan 455, also being a point in the western limit of King’s
Highway Number 16, also known as Prince of Wales Drive;
thence easterly in a straight line across King’s Highway Number 16, also known as Prince of Wales Drive, to the northwestern
corner of registered plan 435, also being on the division line between Lots 33 and 34, Concession B Rideau Front, Geographic
Township of Nepean;
thence easterly along the division line between Lots 33 and 34,
Concession B Rideau Front, to the intersection with the high water mark of the west bank of the Rideau River and Rideau Canal;
thence in a southerly direction along the high water mark of the
west bank of the Rideau River and Rideau Canal to the intersection with the production westerly of the northern boundary of
Lot A, Concession 2 Rideau Front, Geographic Township of
Gloucester, now in the City of Ottawa;
thence easterly along the northern boundary of Lot A, in Concession 2 Rideau Front, and its production westerly to the northeastern corner of Lot A, Concession 2 Rideau Front;
thence easterly in a straight line across the allowance for road
between Concession 2 Rideau Front and Concession 3 Rideau
Front to the northwestern corner of Lot A, Concession 3 Rideau
Front, Geographic Township of Gloucester;
thence easterly along the northern boundary of Lot A, in Concession 3 Rideau Front, to the northwestern corner of registered
plan M-24 (see Sheet 3);
thence southerly along the western limit of registered plan M-24
to the southwesterly corner of registered plan M-24, also being
the northwestern corner of registered plan M-35;
thence southerly along the western limit of registered plan M-35
to the southwestern corner of registered plan M-35;
thence southerly in a straight line to the most westerly corner of
Lot 1 in registered plan 198;
thence easterly and northerly along the northern and western limit
of Lot 1, registered plan 198, to the intersection with the southern
boundary of Lot 1, Concession 3 Rideau Front, Geographic
Township of Gloucester;
thence easterly along the southern boundary of Lot 1, in Concession 3 Rideau Front, to the southeasterly corner of Lot 1, Concession 3 Rideau Front, also being a point in the western limit of
the allowance for road between Concession 3 Rideau Front and
Concession 4 Rideau Front;
thence southerly along the western limit of the allowance for road
between Concession 3 Rideau Front and Concession 4 Rideau
Front to the intersection with the production westerly of the
southern boundary of the allowance for road between Lots 5
and 6, in Concession 4 Rideau Front;
thence easterly along the production across the allowance for road
between Concession 3 Rideau Front and Concession 4 Rideau
March 22, 2008
de là en direction est, le long de la limite latérale nord de la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 14 de la surface de bande associée à la piste 14-32, selon un azimut de
135°19′41″, jusqu’à l’intersection de la limite nord du plan enregistré sous le numéro 495961 au Bureau d’enregistrement immobilier de la Division d’enregistrement des droits immobiliers
d’Ottawa-Carleton (no 4) (voir les feuilles 37 et 1);
de là en direction est, le long de la limite nord des plans enregistrés sous les numéros 495961 et 289002 au Bureau d’enregistrement immobilier de la Division d’enregistrement des droits immobiliers d’Ottawa-Carleton (no 4), jusqu’à l’angle nord-est du
plan no 289002 (voir la feuille 2);
de là en direction est, le long du prolongement de la limite nord
du plan enregistré no 289002, traversant l’emprise de voie publique entre la concession A donnant sur la Rideau et la concession B donnant sur la Rideau, aussi connue sous le nom d’avenue
Fisher, jusqu’à un point de la limite ouest du plan enregistré no 455, dans le canton géographique de Nepean, maintenant
dans la ville d’Ottawa;
de là en direction nord, le long de la limite ouest du plan enregistré no 455, jusqu’à l’angle nord-ouest de ce plan, constituant également un point de la ligne de division entre les lots 33 et 34, dans
la concession B donnant sur la Rideau;
de là en direction est, le long de la limite nord du plan enregistré no 455, constituant aussi la ligne de division entre les lots 33
et 34, dans la concession B donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle
nord-est de ce plan, constituant aussi un point de la limite ouest
de la route principale no 16, aussi connue sous le nom de promenade Prince of Wales;
de là en direction est, en ligne droite, traversant la route principale no 16, aussi connue sous le nom de promenade Prince of
Wales, jusqu’à l’angle nord-ouest du plan enregistré no 435, se
trouvant également sur la ligne de division entre les lots 33 et 34,
dans la concession B donnant sur la Rideau, dans le canton géographique de Nepean;
de là en direction est, le long de la ligne de division entre les
lots 33 et 34, dans la concession B donnant sur la Rideau, jusqu’à
l’intersection de la laisse des hautes eaux de la rive ouest de la
rivière Rideau et du canal Rideau;
de là en direction sud, le long de la laisse des hautes eaux de la
rive ouest de la rivière Rideau et du canal Rideau, jusqu’à l’intersection du prolongement ouest de la limite nord du lot A, dans la
concession 2 donnant sur la Rideau, dans le canton géographique
de Gloucester, maintenant dans la ville d’Ottawa;
de là en direction est, le long de la limite nord du lot A, dans la
concession 2 donnant sur la Rideau et son prolongement ouest,
jusqu’à l’angle nord-est de ce lot, dans cette concession;
de là en direction est, en ligne droite, traversant l’emprise de voie
publique entre la concession 2 donnant sur la Rideau et la concession 3 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle nord-ouest du lot A,
dans la concession 3 donnant sur la Rideau, dans le canton géographique de Gloucester;
de là en direction est, le long de la limite nord du lot A, dans la
concession 3 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle nord-ouest du
plan enregistré no M-24 (voir la feuille 3);
de là en direction sud, le long de la limite ouest du plan enregistré no M-24, jusqu’à l’angle sud-ouest de ce plan, constituant aussi
l’angle nord-ouest du plan enregistré no M-35;
de là en direction sud, le long de la limite ouest du plan no M-35,
jusqu’à l’angle sud-ouest de ce plan;
de là en direction sud, en ligne droite, jusqu’à l’angle le plus à
l’ouest du lot 1, figurant sur le plan enregistré no 198;
Le 22 mars 2008
Front and along the southern boundary of the allowance for road
between Lots 5 and 6, in Concession 4 Rideau Front, to the northeastern corner of Lot 6, Concession 4 Rideau Front, Geographic
Township of Gloucester (see Sheet 4);
thence southerly along the western limit of the original allowance
for road between Concessions 4 and 5 Rideau Front to the intersection with the northern lateral limit of the take-off/approach
surface abutting the 25R end of the strip surface associated with
runway 07L-25R;
thence easterly along the northern lateral limit of the take-off/
approach surface abutting the 25R end of the strip surface associated with runway 07L-25R, on an azimuth of 49°24′45″, to
the northeastern corner of the said take-off/approach surface, having grid coordinates of 461 160.41 E and 5 029 225.97 N (see
Sheets 5, 38 and 39);
thence southerly along the eastern limit (outer edge) of the takeoff/approach surface abutting the 25R end of the strip surface
associated with runway 07L-25R, on an azimuth of 147°56′36″,
to the southeastern corner of take-off/approach surface 25R, having grid coordinates of 463 707.06 E and 5 025 159.41 N (see
Sheet 40);
thence westerly along the southern lateral limit of the take-off/
approach surface abutting the 25R end of the strip surface associated with runway 07L-25R, on an azimuth of 246°28′27″, to the
intersection with the eastern limit of the take-off/approach surface
abutting the 25C end of the strip surface associated with runway 07C-25C;
thence southerly along the eastern limit (outer edge) of the takeoff/approach surface abutting the 25C end of the strip surface associated with runway 07C-25C, on an azimuth of 147°56′36″, to
the southeastern corner of the said take-off/approach surface,
having grid coordinates of 464 133.71 E and 5 024 279.12 N;
thence westerly along the southern lateral limit of the take-off/
approach surface abutting the 25C end of the strip surface associated with runway 07C-25C, on an azimuth of 246°28′27″, to the
intersection with the eastern limit of the take-off/approach surface
abutting the 25L end of the strip surface associated with runway 07R-25L;
thence southerly along the eastern limit (outer edge) of the takeoff/approach surface abutting the 25L end of the strip surface
associated with runway 07R-25L, on an azimuth of 147°56′36″,
to the southeastern corner of the said take-off/approach surface,
having grid coordinates of 463 995.77 E and 5 023 793.96 N;
thence westerly along the southern lateral limit of the take-off/
approach surface abutting the 25L end of the strip surface associated with runway 07R-25L, on an azimuth of 246°28′27″, to the
intersection with the western limit of the original allowance for
road between Concessions 4 and 5 Rideau Front, Geographic
Township of Gloucester (see Sheets 38 and 10);
thence southerly along the western limit of the original allowance
for road between Concessions 4 and 5 Rideau Front to the southeastern corner of Lot 20 in Concession 4 Rideau Front (see
Sheet 15);
thence southerly in a straight line across the allowance for road
between Lot 20 and Lot 21, in Concession 4 Rideau Front, to the
northeastern corner of Lot 21, Concession 4 Rideau Front;
thence southerly along the western limit of the original allowance
for road between Concessions 4 and 5 Rideau Front to the southeastern corner of Lot 25, Concession 4 Rideau Front, Geographic
Township of Gloucester (see Sheet 20);
thence southerly in a straight line across the allowance for road
between Lot 25 and Lot 26, in Concession 4 Rideau Front, to the
northeastern corner of Lot 26, Concession 4 Rideau Front; and
Gazette du Canada Partie I
815
de là en direction est et nord, le long de la limite nord et ouest du
lot 1, selon le plan enregistré no 198, jusqu’à l’intersection de la
limite sud de ce lot, dans la concession 3 donnant sur la Rideau,
dans le canton géographique de Gloucester;
de là en direction est, le long de la limite sud du lot 1, dans la
concession 3 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle sud-est de ce
lot, dans cette concession, constituant également un point de la
limite ouest de l’emprise de voie publique entre cette concession
et la concession 4 donnant sur la Rideau;
de là en direction sud, le long de la limite ouest de l’emprise de
voie publique entre la concession 3 donnant sur la Rideau et la
concession 4 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’intersection du prolongement ouest de la limite sud de l’emprise de voie publique
entre les lots 5 et 6, dans la concession 4 donnant sur la Rideau;
de là en direction est, le long du prolongement, traversant l’emprise de voie publique entre la concession 3 donnant sur la Rideau
et la concession 4 donnant sur la Rideau, et le long de la limite
sud de l’emprise de voie publique entre les lots 5 et 6, dans la
concession 4 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle nord-est du
lot 6, dans la concession 4 donnant sur la Rideau, dans le canton
géographique de Gloucester (voir la feuille 4);
de là en direction sud, le long de la limite ouest de l’emprise
de voie publique initiale entre la concession 4 donnant sur la
Rideau et la concession 5 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’intersection de la limite latérale nord de la surface de décollage/
d’approche attenante à l’extrémité 25R de la surface de bande
associée à la piste 07L-25R;
de là en direction est, le long de la limite latérale nord de la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 25R de la
surface de bande associée à la piste 07L-25R, selon un azimut de
49°24′45″, jusqu’à l’angle nord-est de cette surface de décollage/
d’approche, dont les coordonnées du quadrillage sont 461 160,41 E.
et 5 029 225,97 N. (voir les feuilles 5, 38 et 39);
de là en direction sud, le long de la limite est (bord extérieur) de
la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 25R de
la surface de bande associée à la piste 07L-25R, selon un azimut
de 147°56′36″, jusqu’à l’angle sud-est de la surface de décollage/
d’approche 25R, dont les coordonnées du quadrillage sont
463 707,06 E. et 5 025 159,41 N. (voir la feuille 40);
de là en direction ouest, le long de la limite latérale sud de la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 25R de la
surface de bande associée à la piste 07L-25R, selon un azimut de
246°28′27″, jusqu’à l’intersection de la limite est de la surface de
décollage/d’approche attenante à l’extrémité 25C de la surface de
bande associée à la piste 07C-25C;
de là en direction sud, le long de la limite est (bord extérieur) de
la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 25C de
la surface de bande associée à la piste 07C-25C, selon un azimut
de 147°56′36″, jusqu’à l’angle sud-est de cette surface de décollage/
d’approche, dont les coordonnées du quadrillage sont 464 133,71 E.
et 5 024 279,12 N.;
de là en direction ouest, le long de la limite latérale sud de la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 25C de la
surface de bande associée à la piste 07C-25C, selon un azimut de
246°28′27″, jusqu’à l’intersection de la limite est de la surface de
décollage/d’approche attenante à l’extrémité 25L de la surface de
bande associée à la piste 07R-25L;
de là en direction sud, le long de la limite est (bord extérieur) de
la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 25L
de la surface de bande associée à la piste 07R-25L, selon un azimut de 147°56′36″, jusqu’à l’angle sud-est de cette surface de
décollage/d’approche, dont les coordonnées du quadrillage sont
463 995,77 E. et 5 023 793,96 N.;
816
Canada Gazette Part I
March 22, 2008
thence southerly along the western limit of the original allowance
for road between Concessions 4 and 5 Rideau Front to the southeastern corner of Lot 27, Concession 4 Rideau Front, Geographic
Township of Gloucester, now in the city of Ottawa, being the
point of commencement.
de là en direction ouest, le long de la limite latérale sud de la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 25L de la
surface de bande associée à la piste 07R-25L, selon un azimut de
246°28′27″, jusqu’à l’intersection de la limite ouest de l’emprise
de voie publique initiale entre la concession 4 donnant sur la Rideau et la concession 5 donnant sur la Rideau, dans le canton géographique de Gloucester (voir les feuilles 38 et 10);
de là en direction sud, le long de la limite ouest de l’emprise de
voie publique initiale entre la concession 4 donnant sur la Rideau
et la concession 5 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle sud-est
du lot 20, dans la concession 4 donnant sur la Rideau (voir la
feuille 15);
de là en direction sud, en ligne droite, traversant l’emprise de voie
publique entre les lots 20 et 21, dans la concession 4 donnant sur
la Rideau, jusqu’à l’angle nord-est du lot 21, dans cette concession;
de là en direction sud, le long de la limite ouest de l’emprise de
voie publique initiale entre la concession 4 donnant sur la Rideau
et la concession 5 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle sud-est
du lot 25, dans la concession 4 donnant sur la Rideau, dans le
canton géographique de Gloucester (voir la feuille 20);
de là en direction sud, en ligne droite, traversant l’emprise de voie
publique entre les lots 25 et 26, dans la concession 4 donnant
sur la Rideau, jusqu’à l’angle nord-est du lot 26, dans cette
concession;
de là en direction sud, le long de la limite ouest de l’emprise de
voie publique initiale entre la concession 4 donnant sur la Rideau
et la concession 5 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle sud-est
du lot 27, dans la concession 4 donnant sur la Rideau, dans le
canton géographique de Gloucester, maintenant dans la ville d’Ottawa, constituant le point de départ.
PART 7
PARTIE 7
DESCRIPTION OF THE BIRD HAZARD ZONE
DESCRIPTION DE LA ZONE DE PÉRIL AVIAIRE
The bird hazard zone, shown on Ottawa Macdonald-Cartier
International Airport Zoning Plan No. 06-006 94-128, sheets 1 to
26, 28 to 30, 33 and 36 to 38, dated February 20, 1996, comprises
all lands, including public road allowances, adjacent to or in the
vicinity of the airport, described as follows:
All those lands situate in the City of Ottawa, formerly in the
Cities of Ottawa, Gloucester and Nepean, and formerly in the
Towns of Osgoode and Goulbourne, described as follows:
commencing at the southeasterly corner of Lot 27, in Concession 4 Rideau Front, the Geographic Township of Gloucester,
now in the City of Ottawa (see Sheet 20);
thence westerly along the southern boundary of Lot 27, in Concession 4 Rideau Front, to the intersection with the northern lateral limit of the take-off/approach surface abutting the 32 end of
the strip surface associated with runway 14-32;
thence easterly along the northern lateral limit of the take-off/
approach surface abutting the 32 end of the strip surface associated with runway 14-32, on an azimuth of 118°15′59″, to the
intersection with an arc having a radius of 8 000.000 m and centred on airport reference point B as described in Part 1, having grid
coordinates of 456 434.00 E and 5 013 426.09 N (see Sheets 25
and 26);
thence southerly along the said arc to the intersection with the
southern lateral limit of the take-off/approach surface abutting the
32 end of the strip surface associated with runway 14-32, having
grid coordinates of 454 632.03 E and 5 011 197.47 N;
La zone de péril aviaire, figurant sur le plan de zonage de
l’aéroport international Macdonald-Cartier d’Ottawa no 06-006
94-128, feuilles 1 à 26, 28 à 30, 33 et 36 à 38, daté du 20 février
1996, est constituée de tous les biens-fonds, y compris les emprises de voies publiques, situés aux abords ou dans le voisinage de
l’aéroport, lesquels sont décrits comme suit :
Tous les biens-fonds situés dans les anciennes villes d’Ottawa,
de Gloucester et de Nepean et les anciennes collectivités d’Osgoode et de Goulbourne, maintenant dans la ville d’Ottawa, et
décrits comme suit :
Commençant à l’angle sud-est du lot 27, dans la concession 4
donnant sur la Rideau, dans le canton géographique de Gloucester, maintenant dans la ville d’Ottawa (voir la feuille 20);
de là en direction ouest, le long de la limite sud du lot 27, dans la
concession 4 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’intersection de la
limite latérale nord de la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 32 de la surface de bande associée à la
piste 14-32;
de là en direction est, le long de la limite latérale nord de la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 32 de la surface de bande associée à la piste 14-32, selon un azimut de
118°15′59″, jusqu’à l’intersection d’un arc dont le rayon mesure
8 000,000 m à partir du point de référence B de l’aéroport décrit à
la partie 1, dont les coordonnées du quadrillage sont 456 434,00 E.
et 5 013 426,09 N. (voir les feuilles 25 et 26);
Le 22 mars 2008
thence westerly along the southern lateral limit of the take-off/
approach surface abutting the 32 end of the strip surface associated with runway 14-32, on an azimuth of 315°19′41″, to the
intersection with the southern boundary of Lot 27, Concession 3
Rideau Front, Geographic Township of Gloucester (see Sheets 25
and 24);
thence westerly along the southern boundary of Lot 27, in Concession 3 Rideau Front, to the southwestern corner of Lot 27,
Concession 3 Rideau Front;
thence southwesterly in a straight line across the allowance for
road between Concession 3 Rideau Front and the Gore Concession, to the southeastern corner of Lot 27, Gore Concession;
thence westerly along the southern boundary of Lot 27, Gore Concession, to the southwestern corner of Lot 27, Gore Concession;
thence southerly along the eastern boundary of Lot 27, in Concession 2 Rideau Front, to the southeastern corner of Lot 27, Concession 2 Rideau Front;
thence westerly along the southern boundary of Lot 27, Concession 2 Rideau Front, to the southwestern corner of Lot 27, Concession 2 Rideau Front, Geographic Township of Gloucester (see
Sheet 23);
thence northerly along the western boundaries of Lots 27 and 26,
Concession 2 Rideau Front, to the northwestern corner of Lot 26,
Concession 2 Rideau Front;
thence northerly in a straight line across the allowance for road
between Lots 26 and 25, Concession 2 Rideau Front, to the southwestern corner of Lot 25, Concession 2 Rideau Front;
thence northerly along the western boundaries of Lots 25, 24, 23
and 22, Concession 2 Rideau Front, to the intersection with the
easterly production of the southern boundary of Lot 22, in Concession 1 Rideau Front;
thence westerly along the production of the southern boundary of
Lot 22, Concession 1 Rideau Front, across the allowance for road
between Concession 2 Rideau Front and Concession 1 Rideau
Front, to the southeastern corner of Lot 22, Concession 1 Rideau
Front;
thence westerly along the southern boundary of Lot 22, Concession 1 Rideau Front, to the intersection with the eastern limit of
Regional Road Number 19, also known as River Road (see
Sheet 22);
thence in a northerly direction along the eastern limit of Regional
Road Number 19 to the intersection with the southerly lateral
limit of the take-off/approach surface abutting the 07R end of the
strip surface associated with runway 07R-25L (see Sheet 17);
thence westerly along the southern lateral limit of the take-off/
approach surface abutting the 07R end of the strip surface associated with runway 07R-25L, on an azimuth of 229°24′45″ to the
intersection with an arc having a radius of 8 000.000 m and
centred on airport reference point A as described in Part 1, having grid coordinates of 442 960.16 E and 5 012 129.77 N (see
Sheets 21 and 22);
thence northerly along the said arc to the intersection with the
northern lateral limit of the take-off/approach surface abutting the
07L end of the strip surface associated with runway 07L-25R,
having grid coordinates of 440 362.93 E and 5 014 807.74 N (see
Sheet 30);
thence easterly along the northern lateral limit of the take-off/
approach surface abutting the 07L end of the strip surface associated with runway 07L-25R, on an azimuth of 66°28′27″, to the
intersection with the western boundary of Lot 20, Concession 1
Rideau Front, also being a point in the eastern limit of the original
Gazette du Canada Partie I
817
de là en direction sud, le long de cet arc, jusqu’à l’intersection de
la limite latérale sud de la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 32 de la surface de bande associée à la
piste 14-32, dont les coordonnées du quadrillage sont 454 632,03 E.
et 5 011 197,47 N.;
de là en direction ouest, le long de la limite latérale sud de la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 32 de la surface de bande associée à la piste 14-32, selon un azimut de
315°19′41″, jusqu’à l’intersection de la limite sud du lot 27, dans
la concession 3 donnant sur la Rideau, dans le canton géographique de Gloucester (voir les feuilles 25 et 24);
de là en direction ouest, le long de la limite sud du lot 27, dans la
concession 3 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle sud-ouest de
ce lot, dans cette concession;
de là en direction sud-ouest, en ligne droite, traversant l’emprise
de voie publique entre la concession 3 donnant sur la Rideau et la
concession Gore, jusqu’à l’angle sud-est du lot 27, dans la concession Gore;
de là en direction ouest, le long de la limite sud du lot 27, dans la
concession Gore, jusqu’à l’angle sud-ouest de ce lot, dans cette
concession;
de là en direction sud, le long de la limite est du lot 27, dans la
concession 2 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle sud-est de ce
lot, dans cette concession;
de là en direction ouest, le long de la limite sud du lot 27, dans la
concession 2 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle sud-ouest de
ce lot, dans cette concession, dans le canton géographique de
Gloucester (voir la feuille 23);
de là en direction nord, le long des limites ouest des lots 27 et 26,
dans la concession 2 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle nordouest du lot 26, dans cette concession;
de là en direction nord, en ligne droite, traversant l’emprise de
voie publique entre les lots 26 et 25, dans la concession 2 donnant
sur la Rideau, jusqu’à l’angle sud-ouest du lot 25, dans cette
concession;
de là en direction nord, le long des limites ouest des lots 25, 24,
23 et 22, dans la concession 2 donnant sur la Rideau, jusqu’à
l’intersection du prolongement est de la limite sud du lot 22, dans
la concession 1 donnant sur la Rideau;
de là en direction ouest, le long du prolongement de la limite sud
du lot 22, dans la concession 1 donnant sur la Rideau, traversant
l’emprise de voie publique entre la concession 2 donnant sur la
Rideau et la concession 1 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle
sud-est de ce lot, dans la concession 1 donnant sur la Rideau;
de là en direction ouest, le long de la limite sud du lot 22, dans la
concession 1 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’intersection de la
limite est de la route régionale no 19, aussi connue sous le nom de
chemin River (voir la feuille 22);
de là en direction nord, le long de la limite est de la route régionale no 19, jusqu’à l’intersection de la limite latérale sud de la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 07R de la
surface de bande associée à la piste 07R-25L (voir la feuille 17);
de là en direction ouest, le long de la limite latérale sud de la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 07R de la
surface de bande associée à la piste 07R-25L, selon un azimut de
229°24′45″, jusqu’à l’intersection d’un arc dont le rayon mesure
8 000,000 m à partir du point de référence A de l’aéroport décrit à
la partie 1, dont les coordonnées du quadrillage sont 442 960,16 E.
et 5 012 129,77 N. (voir les feuilles 21 et 22);
de là en direction nord, le long de cet arc, jusqu’à l’intersection
de la limite latérale nord de la surface de décollage/d’approche
818
Canada Gazette Part I
allowance for road between Concession 1 Rideau Front and Concession 2 Rideau Front, Geographic Township of Nepean, now in
the City of Ottawa (see Sheet 16);
thence northerly along the eastern limit of the original allowance
for road between Concession 1 Rideau Front and Concession 2
Rideau Front to the northwestern corner of Lot 20, Concession 1
Rideau Front;
thence northerly in a straight line across the allowance for road
between Lots 20 and 21, in Concession 1 Rideau Front, to the
southwestern corner of Lot 21, Concession 1 Rideau Front;
thence northerly along the eastern limit of the original allowance
for road between Concession 1 Rideau Front and Concession 2
Rideau Front to the northwestern corner of Lot 25, Concession 1
Rideau Front, Geographic Township of Nepean (see Sheet 11);
thence northerly in a straight line across the allowance for road
between Lots 25 and 26, in Concession 1 Rideau Front, to the
southwestern corner of Lot 26, Concession 1 Rideau Front;
thence northerly along the eastern limit of the original allowance
for road between Concession 1 Rideau Front and Concession 2
Rideau Front to the northwestern corner of Lot 27, Concession 1
Rideau Front, Geographic Township of Nepean (see Sheet 6);
thence easterly along the northern boundary of Lot 27, in Concession 1 Rideau Front, to the northeastern corner of Lot 27, Concession 1 Rideau Front;
thence easterly along the production of the northern boundary of
Lot 27, Concession 1 Rideau Front, across the allowance for road
between Concession 1 Rideau Front and Concession A Rideau
Front to the intersection with the eastern limit of the allowance
for road between Concession 1 Rideau Front and Concession A
Rideau Front;
thence northerly along the eastern limit of the allowance for road
between Concession 1 Rideau Front and Concession A Rideau
Front, in the Geographic Township of Nepean, to the intersection
with the southern lateral limit of the take-off/approach surface
abutting the 14 end of the strip surface associated with runway 14-32;
thence westerly along the southern lateral limit of the take-off/
approach surface abutting the 14 end of the strip surface associated with runway 14-32, on an azimuth of 298°15′59″, to the
intersection with an arc having a radius of 8 000.000 m and centred
on airport reference point A as described in Part 1, having grid
coordinates of 440 071.92 E and 5 022 420.41 N (see Sheets 1
and 33);
thence northerly along the said arc to the intersection with the
northern lateral limit of the take-off/approach surface abutting
the 14 end of the strip surface associated with runway 14-32, having grid coordinates of 441 397.02 E and 5 024 338.54 N (see
Sheets 1 and 37);
thence easterly along the northern lateral limit of the take-off/
approach surface abutting the 14 end of the strip surface associated with runway 14-32, on an azimuth of 135°19′41″, to the
intersection with the northern boundary of a plan registered in the
Land Registry Office for the Registry Division of OttawaCarleton (Number 4) as registered plan 495961 (see Sheets 37
and 1);
thence easterly along the northern boundary of plans registered in
the Land Registry Office for the Registry Division of OttawaCarleton (Number 4) as plans 495961 and 289002, to the northeastern corner of registered plan 289002 (see Sheet 2);
thence easterly along the production of the northern boundary of
registered plan 289002, across the allowance for road between
Concession A Rideau Front and Concession B Rideau Front, also
March 22, 2008
attenante à l’extrémité 07L de la surface de bande associée à la
piste 07L-25R, dont les coordonnées du quadrillage sont
440 362,93 E. et 5 014 807,74 N. (voir la feuille 30);
de là en direction est, le long de la limite latérale nord de la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 07L de la
surface de bande associée à la piste 07L-25R, selon un azimut de
66°28′27″, jusqu’à l’intersection de la limite ouest du lot 20, dans
la concession 1 donnant sur la Rideau, constituant aussi un point
de la limite est de l’emprise de voie publique initiale entre la concession 1 donnant sur la Rideau et la concession 2 donnant sur la
Rideau, dans le canton géographique de Nepean, maintenant dans
la ville d’Ottawa (voir la feuille 16);
de là en direction nord, le long de la limite est de l’emprise de
voie publique initiale entre la concession 1 donnant sur la Rideau
et la concession 2 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle nordouest du lot 20, dans la concession 1 donnant sur la Rideau;
de là en direction nord, en ligne droite, traversant l’emprise de
voie publique entre les lots 20 et 21, dans la concession 1 donnant
sur la Rideau, jusqu’à l’angle sud-ouest du lot 21, dans cette
concession;
de là en direction nord, le long de la limite est de l’emprise de
voie publique initiale entre la concession 1 donnant sur la Rideau
et la concession 2 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle nordouest du lot 25, dans la concession 1 donnant sur la Rideau, dans
le canton géographique de Nepean (voir la feuille 11);
de là en direction nord, en ligne droite, traversant l’emprise de
voie publique entre les lots 25 et 26, dans la concession 1 donnant
sur la Rideau, jusqu’à l’angle sud-ouest du lot 26, dans cette
concession;
de là en direction nord, le long de la limite est de l’emprise de
voie publique initiale entre la concession 1 donnant sur la Rideau
et la concession 2 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle nordouest du lot 27, dans la concession 1 donnant sur la Rideau, dans
le canton géographique de Nepean (voir la feuille 6);
de là en direction est, le long de la limite nord du lot 27, dans la
concession 1 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle nord-est de ce
lot, dans cette concession;
de là en direction est, le long du prolongement de la limite nord
du lot 27, dans la concession 1 donnant sur la Rideau, traversant
l’emprise de voie publique entre la concession 1 donnant sur la
Rideau et la concession A donnant sur la Rideau, jusqu’à l’intersection de la limite est de cette emprise de voie publique;
de là en direction nord, le long de la limite est de l’emprise de
voie publique entre la concession 1 donnant sur la Rideau et la
concession A donnant sur la Rideau, dans le canton géographique
de Nepean, jusqu’à l’intersection de la limite latérale sud de la
surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 14 de la
surface de bande associée à la piste 14-32;
de là en direction ouest, le long de la limite latérale sud de la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 14 de la surface de bande associée à la piste 14-32, selon un azimut de
298°15′59″, jusqu’à l’intersection d’un arc dont le rayon mesure
8 000,000 m à partir du point de référence « A » de l’aéroport
décrit à la partie 1, dont les coordonnées du quadrillage sont
440 071,92 E. et 5 022 420,41 N. (voir les feuilles 1 et 33);
de là en direction nord, le long de cet arc, jusqu’à l’intersection de
la limite latérale nord de la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 14 de la surface de bande associée à la
piste 14-32, dont les coordonnées du quadrillage sont 441 397,02 E.
et 5 024 338,54 N. (voir les feuilles 1 et 37);
de là en direction est, le long de la limite latérale nord de la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 14 de la
Le 22 mars 2008
known as Fisher Avenue, to a point in the western boundary of
registered plan 455, in the Geographic Township of Nepean, now
in the City of Ottawa;
thence northerly along the western boundary of registered
plan 455, to the northwestern corner of registered plan 455, also
being a point on the division line between Lots 33 and 34, in
Concession B Rideau Front;
thence easterly along the northern boundary of registered
plan 455, also being the division line between Lots 33 and 34, Concession B Rideau Front, to the northeasterly corner of registered
plan 455, also being a point in the western limit of King’s Highway Number 16 also known as Prince of Wales Drive;
thence easterly in a straight line across King’s Highway Number 16, also known as Prince of Wales Drive, to the northwestern
corner of registered plan 435, also being a point on the division
line between Lots 33 and 34, Concession B Rideau Front, Geographic Township of Nepean;
thence easterly along the division line between Lots 33 and 34,
Concession B Rideau Front, to the intersection with the high water mark of the west bank of the Rideau River and Rideau Canal;
thence in a southerly direction along the high water mark of the
west bank of the Rideau River and Rideau Canal to the intersection with the production westerly of the northern boundary of
Lot A, Concession 2 Rideau Front, Geographic Township of
Gloucester, now in the City of Ottawa;
thence easterly along the northern boundary of Lot A, in Concession 2 Rideau Front, and its production westerly to the northeastern corner of Lot A, Concession 2 Rideau Front;
thence easterly in a straight line across the allowance for road
between Concession 2 Rideau Front and Concession 3 Rideau
Front to the northwestern corner of Lot A, Concession 3 Rideau
Front, Geographic Township of Gloucester;
thence easterly along the northern boundary of Lot A, in Concession 3 Rideau Front, to the northwestern corner of registered
plan M-24 (see Sheet 3);
thence southerly along the western limit of registered plan M-24
to the southwestern corner of registered plan M-24, also being the
northwesterly corner of registered plan M-35;
thence southerly along the western limit of registered plan M-35
to the southwestern corner of registered plan M-35;
thence southerly in a straight line to the most westerly corner of
Lot 1 in registered plan 198;
thence easterly and northerly along the northern and western limit
of Lot 1, registered plan 198 to the intersection with the southern
boundary of Lot 1, Concession 3 Rideau Front, Geographic Township of Gloucester;
thence easterly along the southern boundary of Lot 1, in Concession 3 Rideau Front, to the southeastern corner of Lot 1, Concession 3 Rideau Front, also being a point in the western limit of the
allowance for road between Concession 3 Rideau Front and Concession 4 Rideau Front;
thence southerly along the western limit of the allowance for road
between Concession 3 Rideau Front and Concession 4 Rideau
Front to the intersection with the production westerly of the
southern boundary of the allowance for road between Lots 5 and 6,
in Concession 4 Rideau Front;
thence easterly along the production across the allowance for road
between Concession 3 Rideau Front and Concession 4 Rideau
Front and along the southern boundary of the allowance for road
Gazette du Canada Partie I
819
surface de bande associée à la piste 14-32, selon un azimut de
135°19′41″, jusqu’à l’intersection de la limite nord du plan enregistré sous le numéro 495961, au Bureau d’enregistrement immobilier de la Division d’enregistrement des droits immobiliers
d’Ottawa-Carleton (no 4) (voir les feuilles 37 et 1);
de là en direction est, le long de la limite nord des plans enregistrés nos 495961 et 289002, déposés au Bureau d’enregistrement immobilier de la Division d’enregistrement des droits immobiliers d’Ottawa-Carleton (no 4), jusqu’à l’angle nord-est du
plan no 289002 (voir la feuille 2);
de là en direction est, le long du prolongement de la limite nord
du plan enregistré no 289002, traversant l’emprise de voie publique entre la concession A donnant sur la Rideau et la concession B donnant sur la Rideau, aussi connue sous le nom d’avenue
Fisher, jusqu’à un point de la limite ouest du plan no 455, dans
le canton géographique de Nepean, maintenant dans la ville
d’Ottawa;
de là en direction nord, le long de la limite ouest du plan enregistré no 455, jusqu’à l’angle nord-ouest de ce plan, constituant aussi
la ligne de division entre les lots 33 et 34, dans la concession B
donnant sur la Rideau;
de là en direction est, le long de la limite nord du plan enregistré no 455, constituant aussi un point de la ligne de division entre
les lots 33 et 34, dans la concession B donnant sur la Rideau,
jusqu’à l’angle nord-est de ce plan, constituant également un
point de la limite ouest de la route principale no 16, aussi connue
sous le nom de promenade Prince of Wales;
de là en direction est, en ligne droite, traversant la route principale no 16, aussi connue sous le nom de promenade Prince of
Wales, jusqu’à l’angle nord-ouest du plan enregistré no 435, constituant également un point de la ligne de division entre les lots 33
et 34, dans la concession B donnant sur la Rideau, dans le canton
géographique de Nepean;
de là en direction est, le long de la ligne de division entre les
lots 33 et 34, dans la concession B donnant sur la Rideau, jusqu’à
l’intersection de la laisse des hautes eaux de la rive ouest de la
rivière Rideau et du canal Rideau;
de là en direction sud, le long de la laisse des hautes eaux de la
rive ouest de la rivière Rideau et du canal Rideau, jusqu’à l’intersection du prolongement ouest de la limite nord du lot A, dans
la concession 2 donnant sur la Rideau, dans le canton géographique de Gloucester, maintenant dans la ville d’Ottawa;
de là en direction est, le long de la limite nord du lot A, dans la
concession 2 donnant sur la Rideau et son prolongement ouest,
jusqu’à l’angle nord-est de ce lot, dans cette concession;
de là en direction est, en ligne droite, traversant l’emprise de voie
publique entre la concession 2 donnant sur la Rideau et la concession 3 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle nord-ouest du lot A,
dans la concession 3 donnant sur la Rideau, dans le canton géographique de Gloucester;
de là en direction est, le long de la limite nord du lot A, dans la
concession 3 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle nord-ouest du
plan enregistré no M-24 (voir la feuille 3);
de là en direction sud, le long de la limite ouest du plan enregistré no M-24, jusqu’à l’angle sud-ouest dudit plan, constituant aussi
l’angle nord-ouest du plan enregistré no M-35;
de là en direction sud, le long de la limite ouest du plan enregistré no M-35, jusqu’à l’angle sud-ouest de ce plan;
de là en direction sud, en ligne droite, jusqu’à l’angle le plus à
l’ouest du lot 1, figurant sur le plan enregistré no 198;
820
Canada Gazette Part I
between Lots 5 and 6, in Concession 4 Rideau Front, to the northeastern corner of Lot 6, Concession 4 Rideau Front, Geographic
Township of Gloucester (see Sheet 4);
thence southerly along the western limit of the original allowance
for road between Concessions 4 and 5 Rideau Front to the intersection with the northern lateral limit of the take-off/approach
surface abutting the 25R end of the strip surface associated with
runway 07L-25R;
thence easterly along the northern lateral limit of the take-off/
approach surface abutting the 25R end of the strip surface associated with runway 07L-25R, on an azimuth of 49°24′45″, to the
intersection with an arc having a radius of 8 000.000 m and
centred on airport reference point B as described in Part 1, having
the grid coordinates of 454 446.64 E and 5 023 474.13 N (see
Sheets 5 and 38);
thence southerly along the said arc to the intersection with the
southern lateral limit of the take-off/approach surface abutting the
25L end of the strip surface associated with runway 07R-25L,
having grid coordinates of 456 676.92 E and 5 020 607.70 N;
thence westerly along the southern lateral limit of the take-off/
approach surface abutting the 25L end of the strip surface associated with runway 07R-25L, on an azimuth of 246°28′27″, to the
intersection with the western limit of the original allowance for
road between Concessions 4 and 5 Rideau Front, Geographic
Township of Gloucester (see Sheet 10);
thence southerly along the western limit of the original allowance
for road between Concessions 4 and 5 Rideau Front, to the southeastern corner of Lot 20, Concession 4 Rideau Front (see
Sheet 15);
thence southerly in a straight line across the allowance for road
between Lot 20 and Lot 21, in Concession 4 Rideau Front, to the
northeastern corner of Lot 21, Concession 4 Rideau Front;
thence southerly along the western limit of the original allowance
for road between Concessions 4 and 5 Rideau Front to the southeastern corner of Lot 25, Concession 4 Rideau Front, Geographic
Township of Gloucester (see Sheet 20);
thence southerly in a straight line across the allowance for road
between Lot 25 and Lot 26, in Concession 4 Rideau Front, to the
northeastern corner of Lot 26, Concession 4 Rideau Front; and
thence southerly along the western limit of the original allowance
for road between Concessions 4 and 5 Rideau Front to the southeastern corner of Lot 27, Concession 4 Rideau Front, Geographic
Township of Gloucester, now in the city of Ottawa, being the
point of commencement.
March 22, 2008
de là en direction est et nord, le long de la limite nord et ouest du
lot 1, figurant sur le plan no 198, jusqu’à l’intersection de la limite
sud de ce lot, dans la concession 3 donnant sur la Rideau, dans le
canton géographique de Gloucester;
de là en direction est, le long de la limite sud du lot 1, dans la
concession 3 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle sud-est de ce
lot, dans cette concession, constituant également un point de la
limite ouest de l’emprise de voie publique entre la concession 3
donnant sur la Rideau et la concession 4 donnant sur la Rideau;
de là en direction sud, le long de la limite ouest de l’emprise de
voie publique entre la concession 3 donnant sur la Rideau et la
concession 4 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’intersection du prolongement ouest de la limite sud de l’emprise de voie publique
entre les lots 5 et 6, dans la concession 4 donnant sur la Rideau;
de là en direction est, le long du prolongement, traversant l’emprise de voie publique entre la concession 3 donnant sur la Rideau
et la concession 4 donnant sur la Rideau, et le long de la limite
sud de l’emprise de voie publique entre les lots 5 et 6, dans la
concession 4 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle nord-est du
lot 6, dans la concession 4 donnant sur la Rideau, dans le canton
géographique de Gloucester (voir la feuille 4);
de là en direction sud, le long de la limite ouest de l’emprise de
voie publique initiale entre la concession 4 donnant sur la Rideau
et la concession 5 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’intersection de
la limite latérale nord de la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 25R de la surface de bande associée à la
piste 07L-25R;
de là en direction est, le long de la limite latérale nord de la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 25R de la
surface de bande associée à la piste 07L-25R, selon un azimut de
49°24′45″, jusqu’à l’intersection d’un arc dont le rayon mesure
8 000,000 m à partir du point de référence B de l’aéroport décrit à
la partie 1, dont les coordonnées du quadrillage sont 454 446,64 E.
et 5 023 474,13 N. (voir les feuilles 5 et 38);
de là en direction sud, le long de cet arc, jusqu’à l’intersection
de la limite latérale sud de la surface de décollage/d’approche
attenante à l’extrémité 25L de la surface de bande associée
à la piste 07R-25L, dont les coordonnées du quadrillage sont
456 676,92 E. et 5 020 607,70 N.;
de là en direction ouest, le long de la limite latérale sud de la surface de décollage/d’approche attenante à l’extrémité 25L de la
surface de bande associée à la piste 07R-25L, selon un azimut de
246°28′27″, jusqu’à l’intersection de la limite ouest de l’emprise
de voie publique initiale entre la concession 4 donnant sur la Rideau et la concession 5 donnant sur la Rideau, dans le canton
géographique de Gloucester (voir la feuille 10);
de là en direction sud, le long de la limite ouest de l’emprise de
voie publique initiale entre la concession 4 donnant sur la Rideau
et la concession 5 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle sud-est
du lot 20, dans la concession 4 donnant sur la Rideau (voir la
feuille 15);
de là en direction sud, en ligne droite, traversant l’emprise de voie
publique entre les lots 20 et 21, dans la concession 4 donnant sur la
Rideau, jusqu’à l’angle nord-est du lot 21, dans cette concession;
de là en direction sud, le long de la limite ouest de l’emprise de
voie publique initiale entre la concession 4 donnant sur la Rideau
et la concession 5 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle sud-est
du lot 25, dans la concession 4 donnant sur la Rideau, dans le
canton géographique de Gloucester (voir la feuille 20);
de là en direction sud, en ligne droite, traversant l’emprise de voie
publique entre les lots 25 et 26, dans la concession 4 donnant sur la
Rideau, jusqu’à l’angle nord-est du lot 26, dans cette concession;
Le 22 mars 2008
Gazette du Canada Partie I
821
de là en direction sud, le long de la limite ouest de l’emprise de
voie publique initiale entre la concession 4 donnant sur la Rideau
et la concession 5 donnant sur la Rideau, jusqu’à l’angle sud-est
du lot 27, dans la concession 4 donnant sur la Rideau, dans le
canton géographique de Gloucester, maintenant dans la ville d’Ottawa, constituant le point de départ.
[11-2-o]
[11-2-o]
822
Canada Gazette Part I
March 22, 2008
Regulations Amending the Motor Vehicle Safety
Regulations (Bumpers)
Règlement modifiant le Règlement sur la sécurité des
véhicules automobiles (pare-chocs)
Statutory authority
Motor Vehicle Safety Act
Fondement législatif
Loi sur la sécurité automobile
Sponsoring department
Deparment of Transport
Ministère responsable
Ministère des Transports
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement.)
Issue and objectives
Question et objectifs
The proposed amendment to section 215 of Schedule IV of the
Motor Vehicle Safety Regulations1 would modify the Canadian
safety standard for bumpers via incorporation by reference of
similar safety standards from the United States and Europe. This
would have the effect of aligning the testing speeds with those of
Europe and the United States and provide manufacturers the option of meeting the European safety requirements or the safety
and no damage provisions of the United States. This proposed
amendment would result in one consistent set of globally regulated test speed requirements for the design of bumpers, which
would simplify the task of designing bumpers for vehicles destined for North American and European markets. This proposal
would also facilitate the introduction in Canada of the impending Global Technical Regulation for pedestrian safety, being developed under the auspices of the United Nations Economic
Commission of Europe (UN/ECE).
Le projet de modification à l’article 215 de l’annexe IV du Règlement sur la sécurité des véhicules automobiles1 modifierait la
Norme de sécurité canadienne pour les pare-chocs en incorporant
par renvoi des normes de sécurité similaires des États-Unis et
de l’Europe afin d’harmoniser les vitesses d’essai avec celles des
États-Unis et de l’Europe et d’offrir l’option aux constructeurs de
se conformer aux exigences de sécurité de l’Europe ou aux exigences des États-Unis en ce qui a trait à la sécurité et aux critères
relatifs à l’endommagement des véhicules. Le projet de modification aurait pour résultat d’établir des exigences uniformisées à
l’échelle mondiale pour ce qui est des vitesses d’essai pour les
pare-chocs, ce qui simplifierait la conception des pare-chocs pour
les véhicules destinés aux marchés nord-américains et européens.
Le projet faciliterait aussi l’introduction, au Canada, du Règlement technique mondial sur la sécurité des piétons qui est en
cours d’élaboration sous les auspices de la Commission économique des Nations Unies pour l’Europe (CEE-ONU).
Description and rationale
Description et justification
Canada and the United States introduced safety standards for
bumpers in the early 1970s. When the Canadian and the U.S.
regulations were originally introduced, they were harmonized
with a test speed of 5 mph (8 km/h) for front and rear impacts and
3 mph (4.8 km/h) for corner impact tests. However, in 1979, the
United States added more stringent requirements that included
cosmetic damage criteria, while maintaining the (harmonized) test
speed and the original safety components damage protection requirements. In 1982, the United States reduced the speed requirements to 2.5 mph (4 km/h) for front and rear impacts and 1.5 mph
(2.4 km/h) for corner impacts, and maintained their cosmetic and
safety damage requirements.
In 1983, when the Canadian government proposed an amendment to harmonize the test speeds with those of the U.S. requirements (i.e. 4 and 2.4 km/h), many Canadian stakeholders, such as
the public, provincial and territorial governments, media and the
insurance industry, were against the proposed test speed reduction. As a result, the harmonization of test speed requirements was
not pursued; thus for the past 26 years Canada has had a unique
higher speed bumper test requirement for passenger cars.
Le Canada et les États-Unis ont introduit des normes de sécurité pour les pare-chocs au début des années 1970. À l’origine,
lorsque les dispositions réglementaires du Canada et des ÉtatsUnis ont été adoptées, ces dispositions étaient harmonisées en
spécifiant une vitesse d’essai de 5 mi/h (8 km/h) pour les impacts
arrière et avant et de 3 mi/h (4,8 km/h) pour les impacts sur les
coins. Cependant, en 1979, les États-Unis ont ajouté des exigences plus rigoureuses qui comprenaient des critères relatifs à
l’endommagement esthétique tout en maintenant les vitesses
d’essai harmonisées et les critères de sécurité initiaux en matière
de protection à l’endommagement des composantes. En 1982, les
États-Unis ont réduit les vitesses d’essai réglementaire à 2,5 mi/h
(4 km/h) pour les impacts avant et arrière et à 1,5 mi/h (2,4 km/h)
pour les impacts sur les coins, et ont maintenu les exigences liées
à l’endommagement esthétique et à la sécurité.
En 1983, lorsque le gouvernement canadien a proposé une modification pour harmoniser ses vitesses d’essai avec celles des
États-Unis (c’est-à-dire 4 km/h et 2,4 km/h), de nombreux intervenants canadiens, comme le public, les gouvernements provinciaux et territoriaux, les médias et l’industrie de l’assurance se
sont opposés à cette réduction de vitesse. De ce fait, l’harmonisation des exigences liées aux vitesses d’essai réglementaire ne
s’est pas produite; par conséquent, depuis 26 ans, le Canada
———
———
1
1
C.R.C., c. 1038
C.R.C., ch. 1038
Le 22 mars 2008
This higher speed has resulted in some vehicle models not being available to Canadian consumers. In addition, in this period
there have been some vehicles sold at the retail level in the United
States that have been inadmissible for importation into Canada as
they have not met the Canadian bumper requirements.
Manufacturers are presently more concerned with the ability
to design vehicles capable of concomitantly meeting the unique
higher Canadian test speeds and future pedestrian safety requirements that are being developed internationally, rather than the
limitation of vehicle models available on the Canadian market.
The Global Technical Regulation is aimed at reducing pedestrian
fatalities by requiring that the front upper portion of vehicles be
designed to reduce head contact forces when a pedestrian strikes
the vehicle. This is accomplished by providing space between the
vehicle exterior parts, such as the hood and upper fenders, and the
solid structure of the vehicle, such as the motor or frame. In addition to reducing head injuries, the Global Technical Regulation on
pedestrian safety will require that the bumpers of vehicles be designed to reduce lower leg injuries.
Manufacturers have strongly noted that a conflict exists in
meeting the requirements of the three existing world regulations,
ECE regulation number 42, Canada Motor Vehicle Safety Standard 215, and Part 581, Title 49 of the United States Code of Federal Regulations. As the European and Canadian requirements are
aimed at improving safety, the intention at the time of introduction of the requirements was to protect the safety equipment of
the vehicle, such as the lights, from damage in a low speed collision. The intention of the current U.S. bumper standard is to reduce damage to the bumper system and thus provide American
consumers with a lower bumper damage replacement and repair
cost, while also maintaining the integrity of the safety systems.
Manufacturers have noted that from a design standpoint, there is a
conflict between meeting the no damage requirement of the
United States, the higher test speed in Canada with no damage to
the safety systems and the need for bumpers to be designed
to meet impending pedestrian safety requirements. Manufacturers
have indicated that it will not be possible to meet all three requirements at once. Further, they have suggested that they would
be able to meet the U.S. lower speed and no damage requirements
and the pedestrian safety requirements with one design.
This proposal would have a positive impact on international
trade as the Canadian requirement for bumper testing would be
amended to be the same as the requirements in Europe and in the
United States. This amendment would assist Canada with its obligation under the Global Agreement made under the auspices of
the UN/ECE. Canada’s commitment to review the Canadian
bumper test speed requirements was noted in the summary document of the Global Technical Regulation working group on pedestrian safety that is available at the following site: www.unece.
org/trans/doc/2006/wp29grsp/ps-186e.doc.
It is important to note that the design of the bumper systems
and the percentage of passenger cars sold in Canada have
changed significantly since the introduction of the bumper requirement in the early 1970s. In 1970, almost 83% of the vehicles
Gazette du Canada Partie I
823
maintient des vitesses d’essai supérieures uniques pour les parechocs des voitures de tourisme.
Ces vitesses supérieures ont eu pour effet que certains modèles
de véhicules n’étaient pas offerts aux consommateurs canadiens.
De plus, durant cette période, certains véhicules vendus au détail
aux États-Unis étaient inadmissibles au Canada puisqu’ils ne
satisfaisaient pas aux exigences canadiennes relatives aux parechocs.
À l’heure actuelle, ce qui préoccupe encore plus les constructeurs que la restriction des modèles de véhicules qui peuvent être
importés et offerts sur le marché canadien, c’est la capacité de
concevoir en même temps des véhicules qui satisfont aux vitesses
d’essai supérieures du Canada et aux critères futurs relatifs à la
sécurité des piétons qui se développent au niveau international.
Le Règlement technique mondial vise à réduire le nombre de
décès de piétons en exigeant que la partie supérieure avant des
véhicules soit conçue pour réduire la force d’impact au niveau de
la tête lorsqu’un piéton est heurté par un véhicule. On y parvient
en prévoyant un espace entre les pièces extérieures du véhicule,
comme le capot et la partie supérieure des ailes, et la structure
solide du véhicule, comme le moteur ou le châssis. Le Règlement
technique mondial sur la sécurité des piétons contribuera non
seulement à réduire les blessures à la tête, mais exigera aussi que
les pare-chocs des véhicules soient conçus de manière à réduire le
nombre de blessures à la partie inférieure de la jambe.
Les constructeurs ont fortement insisté sur le fait qu’il existe un
conflit en ce qui a trait au respect des exigences des trois règlements mondiaux existants, le règlement 42 de la CEE, la Norme
de sécurité des véhicules automobiles du Canada no 215 et la partie 581 du titre 49 du Code of Federal Regulations des États-Unis.
Comme les exigences européennes et canadiennes visent à améliorer la sécurité, l’objet de leur introduction était de protéger
l’équipement de sécurité des véhicules, comme les feux, contre
les dommages en cas de collision à faible vitesse. L’objet de la
norme actuelle des États-Unis sur les pare-chocs est de réduire les
dommages causés au système de pare-chocs et, par conséquent,
les frais de remplacement ou de réparation des pare-chocs pour
les consommateurs américains, tout en maintenant l’intégrité des
systèmes de sécurité. Les constructeurs ont souligné que du point
de vue de la conception, il existe un conflit entre l’atteinte de
l’exigence de l’absence de dommages des États-Unis, le respect
des vitesses d’essai supérieures du Canada sans dommages aux
systèmes de sécurité et le besoin de concevoir les pare-chocs de
manière à satisfaire aux futures exigences relatives à la sécurité
des piétons. Les constructeurs ont indiqué qu’il ne sera pas possible de satisfaire aux trois ensembles d’exigences à la fois. De
plus, ils ont suggéré qu’ils seraient en mesure de satisfaire aux
exigences des États-Unis concernant l’absence de dommages à
faible vitesse et la sécurité des piétons avec une seule conception
de modèle.
Ce projet de modification aurait un impact positif sur le commerce international étant donné que les exigences du Canada relatives à la mise à l’essai des pare-chocs seront modifiées aux fins
d’harmonisation avec celles de l’Europe et des États-Unis. Ce
projet de modification aiderait le Canada à respecter son engagement dans le cadre de l’accord mondial, conclu sous les auspices
de la CEE-ONU. L’engagement que le Canada a pris d’examiner
les exigences canadiennes a été souligné dans le résumé du
groupe de travail sur le Règlement technique mondial sur la sécurité des piétons, qui est disponible sur le site suivant : www.unece.
org/trans/doc/2006/wp29grsp/ps-186e.doc.
Il est important de souligner que la conception des systèmes de
pare-chocs et le pourcentage des voitures de tourisme vendues
au Canada ont considérablement changé depuis l’introduction des
exigences relatives aux pare-chocs au début des années 1970. En
824
Canada Gazette Part I
sold were classified as passenger cars. Today, that percentage has
dropped to less than 52% because of the consumer demand for
trucks and multi-purpose passenger vehicles, which are not subject to the bumper requirements. In the intervening years, vehicle
designs have also significantly changed. Vehicle designs in the
1970s frequently included metal bumpers with simple replacement of sealed beam headlamps. In comparison current designs
usually include hidden bumper protection systems with moulded
plastic covers and integral unique headlamps designs.
In the 1970s, the Government estimated that there would be a
very small reduction in fatalities and injuries as a result of the
benefit that people would no longer continue to drive a vehicle
with damaged non-functioning lights following a small collision.
The intention was for this requirement to result in vehicle designs
where lighting and similar safety systems would be protected in a
low-speed collision so that they would remain functional should
the vehicle owner continue to drive a damaged vehicle. Today,
several factors may alter this conclusion, such as the significant
increase in sales of trucks and multi-purpose passenger vehicles
(almost 500% increase), the significant design changes in bumpers and lighting systems in the past 35 years and the requirement
of most police forces to have vehicles towed away from even
minor collisions. It is now impossible to determine if the unique
Canadian test speed requirement of 8 km/h provides any safety
benefit. As there are over 370 pedestrian fatalities per year (a
significant portion of the 2 900 fatalities per year on Canadian
roads), it is proposed that it is time to refocus road safety efforts
away from a higher speed test requirement that protects the
vehicle safety systems, to facilitating future pedestrian safety
designs. Pedestrian fatalities have remained stagnant since 2001,
despite Canada’s national Road Safety Vision 2010 target of a
30% reduction for vulnerable road users. Further information is
available in the Road Safety Vision 2010 Mid-Term Review report, viewable at the Canadian Council of Motor Transport Administrators Web site www.ccmta.ca and in the Canadian Motor
Vehicle Traffic Collision Statistics, viewable at www.tc.gc.ca/
roadsafety.
March 22, 2008
1970, près de 83 % des véhicules vendus faisaient partie de la
catégorie des voitures de tourisme. De nos jours, ce pourcentage
est passé à moins de 52 % en raison de la demande du consommateur pour des véhicules de tourisme à usages multiples et des
camions qui ne sont pas assujettis aux exigences relatives aux
pare-chocs. Au cours de la même période, les modèles de véhicules ont également beaucoup changé. Les véhicules conçus dans
les années 1970 comprenaient fréquemment des pare-chocs en
métal avec des phares scellés de remplacement simple. En comparaison, les modèles actuels comprennent des pare-chocs dissimulés sous des couvres pare-chocs en plastique moulé et des phares intégraux de conception unique.
Dans les années 1970, le gouvernement a estimé que si les gens
ne conduisaient plus les véhicules endommagés dont les phares ne
fonctionnaient plus après une collision mineure, cela entraînerait
une infime réduction du nombre de décès et de blessures. Cette
exigence visait à améliorer la conception des véhicules de manière à protéger les systèmes d’éclairage et de sécurité lors d’une
collision à faible vitesse afin qu’ils demeurent fonctionnels si le
propriétaire décidait de conduire le véhicule endommagé. De
nos jours, plusieurs facteurs peuvent infirmer cette conclusion,
comme la croissance importante des ventes de véhicules de tourisme à usages multiples et de camions (une augmentation de
près de 500 %), l’évolution importante de la conception des parechocs et des systèmes d’éclairage au cours des 35 dernières années et l’exigence des corps de police voulant que les véhicules
soient remorqués même lors de collisions mineures. Il est maintenant impossible de déterminer si l’exigence actuelle canadienne
unique d’une vitesse d’essai de 8 km/h procure un avantage en
matière de sécurité. Comme plus de 370 piétons perdent la vie
chaque année et représentent une part importante des 2 900 décès
qui surviennent chaque année sur les routes canadiennes, on propose à l’heure actuelle de réorienter les mesures de sécurité routière en délaissant les exigences liées aux vitesses d’essai supérieures qui protègent les systèmes de sécurité des véhicules afin
de faciliter les conceptions visant la sécurité des piétons. Selon les
observations, le nombre de piétons décédés depuis 2001 est demeuré stable en dépit de l’objectif national de Vision de la sécurité routière 2010 de diminuer de 30 % le nombre de victimes chez
les usagers de la route vulnérables. Pour de plus amples informations, consultez le rapport sur l’Examen mi-mandat de la Vision
de sécurité routière 2010 disponible sur le site Web du Conseil
canadien des administrateurs en transport motorisé au www.
ccmta.ca et sur le site de Statistiques sur les collisions de la route
au Canada au www.tc.gc.ca/securiteroutiere.
It is understood that making the front of a vehicle softer to protect pedestrians could result in some additional repair costs, especially considering that most low-speed collisions involve rearending other vehicles, such as in bumper-to-bumper traffic. This
would have an impact on the insurance industry and, in turn, the
consumer. In 2007, the U.S.-based Insurance Institute for Highway Safety (IIHS) released a new (non-regulatory) bumper test
protocol to better mimic the performance of a car bumper and to
assess under- and override during vehicle-to-vehicle low-speed
crashes for all classes of light duty vehicles, with the focus being
on damageability and cost of repairs. The impact speed for front
and rear full-width impacts is 9.6 km/h and the corner impacts are
tested at 4.8 km/h.
Il est entendu que le fait de rendre l’avant d’un véhicule plus
souple pour protéger les piétons pourrait entraîner des frais de
réparation supplémentaires étant donné que la majorité des collisions à faible vitesse comprend les collisions avec l’arrière d’un
autre véhicule lorsque la circulation se fait pare-chocs à parechocs. Cela pourrait avoir un impact sur l’industrie des assurances
et, en retour, sur les consommateurs. En 2007, l’Insurance Institute for Highway Safety (IIHS), établie aux États-Unis, a publié
un nouveau protocole d’essai (non réglementaire) pour les parechocs pour mieux schématiser la performance d’un pare-chocs de
voiture et évaluer l’encastrement et le tamponnement au-dessus
du pare-chocs lors de collisions à faible vitesse pour les catégories de véhicules légers avec une attention particulière portée sur
l’endommagement et les coûts de réparations. La vitesse d’impact
est de 9,6 km/h pour les impacts avant et arrière sur toute la largeur et de 4,8 km/h pour les impacts sur les coins.
This proposed amendment would better serve a greater proportion of the public, as it would facilitate the enhancement in safety
for pedestrians without reducing the safety of passenger cars. As
the IIHS widely publicizes the results of their test program,
Ce projet de modification serait satisfaisant pour une grande
partie du public, puisqu’il favoriserait la sécurité des piétons
sans réduire celle des voitures de tourisme. Comme l’IIHS a publié à grande échelle les résultats de son programme d’essai, les
Le 22 mars 2008
Gazette du Canada Partie I
825
Canadian consumers will be able to take advantage of this consumer information as part of their decision-making when purchasing a new vehicle.
consommateurs canadiens seront en mesure de tirer profit de cette
information lorsqu’ils décideront d’acheter un nouveau véhicule.
Strategic environmental assessment
Évaluation environnementale stratégique
Under the Government’s Strategic Environmental Assessment
policy, a preliminary evaluation of the possible effects of the proposed regulation was carried out. It was determined that the proposed regulation would have no impact on the environment.
Dans le cadre de la politique du gouvernement sur l’évaluation
environnementale stratégique, on a procédé à l’évaluation préliminaire des effets possibles des dispositions réglementaires proposées. Il a été déterminé qu’elles ne devraient avoir aucune incidence sur l’environnement.
Consultation
Consultations
The intention to review the bumper requirements was announced in the Department of Transport’s Regulatory Plan, which
is widely distributed to interested stakeholders, either directly or
through various associations on a quarterly basis. A notice of
intent was also published in the Canada Gazette, Part I, on October 13, 2007, requesting input regarding various options to amend
the Canadian bumper requirements. This notice provided until
December 31, 2007, for stakeholders to comment on potential
solutions to resolve the issue of the unique Canadian bumper test
requirement. Six different options were identified in the notice.
Comments were received from three different stakeholder groups,
namely Canadian consumers, vehicle manufacturers and their associations, and vehicle insurance organizations.
Le ministère des Transports a annoncé son intention d’examiner les exigences relatives aux pare-chocs dans son plan de
réglementation qui est distribué trimestriellement directement aux
intervenants intéressés ou par l’entremise de diverses associations. Le 13 octobre 2007, un avis d’intention a également été
publié dans la Gazette du Canada, Partie I, pour solliciter des
commentaires sur les diverses options de modifications aux exigences canadiennes actuelles relatives aux pare-chocs. Aux termes de cet avis, les intervenants pouvaient, jusqu’au 31 décembre
2007, commenter diverses solutions pour résoudre la question des
exigences particulières du Canada concernant la vitesse d’essai des
pare-chocs. Six options différentes étaient définies dans l’avis.
Des commentaires ont été présentés par trois groupes d’intervenants différents, soit les consommateurs canadiens, les constructeurs de véhicules et leurs associations, de même que les organisations du secteur de l’assurance automobile.
De nombreux consommateurs canadiens ont écrit pour dire
qu’ils aimeraient que le gouvernement du Canada harmonise les
exigences liées à la vitesse d’essai avec celles des États-Unis
parce qu’ils ne voient aucun avantage aux vitesses d’essai supérieures prescrites en matière de sécurité. En raison des exigences
uniques du Canada, certains modèles de véhicules en provenance
des États-Unis ne sont pas importables au Canada. De nombreux
consommateurs canadiens ont souligné que cette restriction limite
non seulement leurs choix, mais qu’elle entraîne également une
hausse du prix canadien de certains modèles de véhicules spéciaux vendus en nombre limité au Canada. Dans d’autres cas, les
consommateurs sont préoccupés par ce qu’ils perçoivent comme
un coût excessif pour adapter des véhicules admissibles sujets aux
exigences canadiennes. Cela se produit lorsque les constructeurs
acceptent de modifier les systèmes de pare-chocs américains pour
satisfaire aux exigences canadiennes connexes dans le but d’une
importation. Cette modification peut souvent coûter des milliers
de dollars. Un groupe de consommateurs a inclus une pétition,
signée par 1 400 Canadiens, demandant l’harmonisation des vitesses d’essai.
En raison de la force du dollar canadien à la fin de 2007, l’importation de véhicules en provenance des États-Unis n’a jamais
été aussi importante et le fait que les vitesses d’essai n’étaient pas
harmonisées, cela à entraîné des préoccupations supplémentaires
en raison de la rétention des véhicules et de l’incapacité de les
importer. La presse et de nombreux consommateurs ont indiqué
qu’ils s’attendaient à être en mesure d’acheter le même véhicule
aux États-Unis ou au Canada à un prix semblable. Environ 190 000
véhicules âgés de moins de 15 ans ont été importés des États-Unis
en 2007, toutes catégories confondues.
Les constructeurs quant à eux ont indiqué que l’harmonisation
des vitesses d’essai permettra de réduire les coûts de conception,
d’essai, de certification et de fabrication, de même que la masse
des véhicules, d’améliorer le rendement énergétique grâce à la réduction de la masse et à l’amélioration de l’aérodynamisme, et d’accroître l’offre des modèles de véhicules au Canada.
Deux observations négatives ont été reçues de l’Insurance Corporation of British Columbia (ICBC) et de l’IIHS, à la suite de la
Many Canadian consumers wrote expressing their desire for
the Canadian government to harmonize the test speed requirements with those of the United States, indicating that they did not
see any safety benefit to the higher Canadian test speed requirement. The current unique Canadian requirements have resulted in
some vehicle models from the United States being inadmissible
for importation into Canada. Many Canadian consumers noted
that this restriction not only limits their choice but also increases
the Canadian price of some specialized vehicle models that are
sold in limited numbers in Canada. In other instances, consumers
noted a concern with what they perceive to be an excessive cost
to modify conditionally admissible vehicles to satisfy the Canadian requirements. This occurs in situations where manufacturers allow for the U.S. bumper systems to be modified to meet the
Canadian bumper requirements for the purpose of importation.
This modification can often cost several thousands of dollars. One
consumer group included a petition requesting the harmonization of test speed requirements, which was supported by about
1 400 Canadians.
Given the strength of the Canadian dollar in late 2007, the importation of vehicles from the United States was at an all-time
high and the non-harmonization of bumper test speed requirements resulted in additional concerns with vehicles being blocked
from importation. The press and many Canadian consumers indicated their expectation to be able to purchase the same vehicle in
the United States as they can in Canada at a similar price. Almost
190 000 vehicles of all classes, less than 15 years old, were imported from the United States in 2007.
Manufacturers indicated that harmonizing the test speed will
reduce the design, testing, certification and manufacturing costs,
reduce vehicle mass, improve fuel economy as a result of the reduction in mass and improvement in aerodynamics, and will increase vehicle model availability in Canada.
Two negative representations were received following the publication of the notice, from the Insurance Corporation of British
826
Canada Gazette Part I
Columbia (ICBC) and from the IIHS. Both of these submissions
included the request for the Canadian government to maintain the
higher test speed. They also noted in qualitative terms that insurance costs would increase if the Canadian requirements were
aligned with the U.S. and European test speeds. The IIHS also
noted that the bumper designs of many vehicles manufactured for
the United States are significantly influenced by the current Canadian requirements. That is, for models that are currently sold in
both countries, U.S. customers often automatically benefit from
the Canadian standard’s higher level of protection, since manufacturers tend to build to one design, which encompasses both national requirements.
Both representations noted the existence of a voluntary bumper
test program developed by the Research Council for Automotive
Repairs (RCAR) and that many current model vehicles do not perform well in this test protocol (i.e. requiring the bumper system to
be tested at 9.5 to 10.5 km/h). Both the ICBC and IIHS noted
concern that the design of bumpers may degrade and vehicles
may perform worse in the RCAR tests if the higher Canadian test
speed were dropped. They suggested that the Canadian bumper
regulation should be expanded to include requirements for trucks
and multi-purpose passenger vehicles instead of reducing the test
speed for passenger cars.
While these comments suggested that the current regulation
provides repair cost reduction and safety benefits and that Canada
should wait until further scientific evidence is available before
making a decision, they did not provide detailed, quantifiable
evidence that safety would be compromised if the test speed requirements were harmonized with the United States and Europe.
March 22, 2008
publication de l’avis. Ces deux organisations demandaient au
gouvernement du Canada de maintenir les vitesses d’essai supérieures. Ils ont aussi indiqué en termes qualitatifs que les frais
d’assurance augmenteraient si les exigences canadiennes étaient
harmonisées avec celles des États-Unis et de l’Europe. L’IIHS a
également souligné que la conception des pare-chocs de plusieurs
véhicules fabriqués pour les États-Unis est grandement influencée
par les exigences canadiennes actuelles. Autrement dit, pour les
véhicules qui sont présentement vendus dans les deux pays, les
consommateurs américains bénéficient presque automatiquement
des exigences canadiennes qui sont plus exigeantes puisque les
constructeurs ont tendance à construire selon une seule conception qui respecte les deux réglementations.
Ces deux observations ont souligné qu’un programme d’essai
volontaire a été élaboré par le Research Council for Automotive
Repairs (RCAR) et que de nombreux modèles de véhicules actuels n’obtiennent pas de bons résultats dans le cadre de ce protocole d’essai (où le système de pare-chocs doit être mis à l’essai à
une vitesse allant de 9,5 à 10,5 km/h). L’ICBC et l’IIHS sont
préoccupées par le fait que la conception des pare-chocs pourrait
se dégrader et les résultats des véhicules pourraient empirer dans
les essais du RCAR si les vitesses d’essai canadiennes étaient
réduites. Ces organisations suggèrent d’étendre la portée des dispositions réglementaires canadiennes sur les pare-chocs afin d’y
inclure des exigences pour les véhicules de tourisme à usages
multiples et les camions plutôt que la réduction des vitesses
d’essai pour les voitures de tourisme.
Bien qu’elles laissent entendre que la réglementation actuelle
offre une réduction des coûts de réparation et des avantages pour
la sécurité et que le Canada devrait attendre que d’autres preuves
scientifiques soient disponibles avant de prendre une décision, ces
organisations n’ont toutefois pas fourni de preuve détaillée et
quantifiable que la sécurité serait compromise si les exigences
relatives aux vitesses d’essai étaient harmonisées avec celles des
États-Unis et de l’Europe.
Compliance and enforcement
Respect et exécution
Motor vehicle manufacturers and importers are responsible for
ensuring that their products comply with the requirements of the
Motor Vehicle Safety Regulations. The Department of Transport
monitors self-certification programs of manufacturers and importers by reviewing their test documentation, inspecting vehicles,
and testing vehicles obtained in the open market. In addition,
when a defect in a vehicle or equipment is identified, the manufacturer or importer must issue a notice of defect to the owners
and to the Minister of Transport. If a vehicle does not comply
with a Canadian safety standard, the manufacturer or importer is
liable to prosecution and, if found guilty, may be fined as prescribed in the Motor Vehicle Safety Act.
Les constructeurs et les importateurs de véhicules automobiles
sont chargés d’assurer la conformité de leurs produits aux exigences du Règlement sur la sécurité des véhicules automobiles. Le
ministère des Transports surveille les programmes d’autocertification des constructeurs et des importateurs en examinant leurs
documents d’essai, en inspectant les véhicules et en mettant à
l’essai des véhicules obtenus sur le marché commercial. De plus,
lorsqu’un défaut est décelé sur un véhicule ou du matériel, le
constructeur ou l’importateur doit émettre un avis de défaut à
l’intention des propriétaires et du ministre des Transports. Si un
véhicule n’est pas conforme à une norme de sécurité canadienne,
le constructeur ou l’importateur pourrait être passible de poursuites et, s’il est jugé coupable, payer une amende en vertu des dispositions de la Loi sur la sécurité automobile.
Contact
Personne-ressource
For further information, please contact
Matthew Coons, P.Eng.
Senior Regulatory Development Officer
Road Safety and Motor Vehicle Regulation Directorate
Transport Canada
330 Sparks Street
Ottawa, Ontario
K1A 0N5
Telephone: 613-998-1961
Fax: 613-990-2913
Email: coonsm@tc.gc.ca
Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec la personne suivante :
Matthew Coons, ing.
Ingénieur principal de l’élaboration de la réglementation
Direction générale de la sécurité routière et de la réglementation
automobile
Transports Canada
330, rue Sparks
Ottawa (Ontario)
K1A 0N5
Téléphone : 613-998-1961
Télécopieur : 613-990-2913
Courriel : coonsm@tc.gc.ca
Le 22 mars 2008
Gazette du Canada Partie I
827
PROPOSED REGULATORY TEXT
PROJET DE RÉGLEMENTATION
Notice is hereby given, pursuant to subsection 11(3) of the Motor Vehicle Safety Acta, that the Governor in Council, pursuant to
section 5b and subsection 11(1) of that Act, proposes to make the
annexed Regulations Amending the Motor Vehicle Safety Regulations (Bumpers).
Interested persons may make representations with respect to
the proposed Regulations to the Minister of Transport, Infrastructure and Communities within 30 days after the date of publication
of this notice. All such representations must be in writing and cite
the Canada Gazette, Part I, and the date of publication of this
notice, and be sent to Matthew Coons, Senior Regulatory Development Engineer, Road Safety and Motor Vehicle Regulation
Directorate, Department of Transport, Place de Ville, Tower C,
8th Floor, 330 Sparks Street, Ottawa, Ontario K1A 0N5 (tel.:
613-998-1961; fax: 613-990-2913; e-mail: coonsm@tc.gc.ca).
Avis est donné, conformément au paragraphe 11(3) de la Loi
sur la sécurité automobilea, que la gouverneure en conseil, en
vertu de l’article 5b et du paragraphe 11(1) de cette loi, se propose
de prendre le Règlement modifiant le Règlement sur la sécurité
des véhicules automobiles (pare-chocs), ci-après.
Les intéressés peuvent présenter au ministre des Transports, de
l’Infrastructure et des Collectivités leurs observations au sujet du
projet de règlement dans les trente jours suivant la date de publication du présent avis. Ils sont priés d’y citer la Gazette du Canada Partie I, ainsi que la date de publication, et d’envoyer le tout à
Matthew Coons, ingénieur principal de l’élaboration de la réglementation, Direction générale de la sécurité routière et de la
réglementation automobile, ministère des Transports, Place de
Ville, Tour C, 8e étage, 330, rue Sparks, Ottawa (Ontario) K1A
0N5 (tél. : 613-998-1961; téléc. : 613-990-2913; courriel : coonsm@
tc.gc.ca).
Ottawa, le 11 mars 2008
La greffière adjointe du Conseil privé
MARY PICHETTE
Ottawa, March 11, 2008
MARY PICHETTE
Assistant Clerk of the Privy Council
REGULATIONS AMENDING THE MOTOR VEHICLE
SAFETY REGULATIONS (BUMPERS)
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT
SUR LA SÉCURITÉ DES VÉHICULES
AUTOMOBILES (PARE-CHOCS)
AMENDMENT
MODIFICATION
1. Section 215 of Schedule IV to the Motor Vehicle Safety
Regulations1 is replaced by the following:
215. A passenger car shall be equipped with bumpers that conform to either
(a) the requirements set out in paragraph 6, and the low-speedimpact test procedure set out in Annex 3, except for paragraph 4
of that Annex, of ECE Regulation No. 42, Uniform Provisions
Concerning the Approval of Vehicles with regard to Their
Front and Rear Protective Devices (Bumpers, etc.), in the version dated June 12, 2007, as amended after that date by any
amendment in the 00 series of amendments; or
(b) the requirements, conditions and test procedures that are set
out in title 49, part 581 of the Code of Federal Regulations of
the United States (revised as of October 1, 2006).
1. L’article 215 de l’annexe IV du Règlement sur la sécurité
des véhicules automobiles1 est remplacé par ce qui suit :
215. Les voitures de tourisme doivent être munies de pare-chocs
conformes :
a) soit aux spécifications prévues à l’article 6 et à la procédure
d’essai de choc à basse vitesse prévue à l’annexe 3, à l’exception du paragraphe 4 de cette annexe, qui figurent au règlement
no 42 de la CEE, intitulé Prescriptions uniformes relatives à
l’homologation des véhicules en ce qui concerne leurs dispositifs de protection (pare-chocs, etc.) à l’avant et à l’arrière,
dans sa version au 12 juin 2007, tel qu’il est modifié après cette
date par tout amendement de la série 00 d’amendements;
b) soit aux exigences, aux conditions et à la procédure d’essai
qui figurent à la partie 581 du titre 49 du Code of Federal
Regulations des États-Unis, dans sa version révisée au 1er octobre 2006.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
2. These Regulations come into force on the day on which
they are registered.
2. Le présent règlement entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
[12-1-o]
[12-1-o]
———
———
a
a
b
1
S.C. 1993, c. 16
S.C. 1999, c. 33, s. 351
C.R.C., c. 1038
b
1
L.C. 1993, ch. 16
L.C. 1999, ch. 33, art. 351
C.R.C., ch. 1038
828
Canada Gazette Part I
March 22, 2008
Regulations Amending the Motor Vehicle Safety
Regulations (Standard 216 — Roof Crush
Resistance and Standard 220 —
Rollover Protection)
Règlement modifiant le Règlement sur la sécurité des
véhicules automobiles (norme 216 — résistance
du toit à l’écrasement et norme 220 —
protection contre les tonneaux)
Statutory authority
Motor Vehicle Safety Act
Fondement législatif
Loi sur la sécurité automobile
Sponsoring department
Department of Transport
Ministère responsable
Ministère des Transports
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement.)
Description
Description
The proposed amendment to the Motor Vehicle Safety Regulations would amend the Canadian safety standards relating to
vehicle roof crush and rollover protection, to improve the safety
of vehicle occupants in the event of a vehicle rollover (hereafter
referred to as the Canadian safety standards 216 and 220 respectively), found in Schedule IV to the Motor Vehicle Safety Regulations. This amendment is needed to maintain harmonization with
safety standards recently proposed by the United States. This
amendment will update the roof crush safety standards that currently apply to both passenger vehicles and school buses.
Le projet de modification du Règlement sur la sécurité des véhicules automobiles modifierait la norme de sécurité des véhicules automobiles du Canada relative à la résistance du toit à l’écrasement et à celle relative à la protection contre les tonneaux afin
d’améliorer la sécurité des passagers d’un véhicule en cas de capotage (ci-après nommées Normes de sécurité canadiennes 216 et
220 respectivement) à l’annexe IV du Règlement sur la sécurité
des véhicules automobiles. Cette modification est nécessaire pour
maintenir l’harmonisation des normes de sécurité canadiennes
avec celles que les États-Unis ont récemment proposées. Il actualise les normes de sécurité en vigueur sur la résistance du toit à
l’écrasement applicables aux voitures de tourisme et aux autobus
scolaires.
Voici les modifications proposées à la Norme de sécurité canadienne 216 :
• augmenter la masse du véhicule applicable de 2 722 kg à
4 536 kg poids nominal brut du véhicule (PNBV);
• augmenter la force appliquée au véhicule de 1,5 à 2,5 fois le
poids du véhicule sans charge;
• éliminer la force maximale appliquée aux voitures de
tourisme;
• remplacer le critère sur la résistance à la pénétration par un
autre qui spécifie le dégagement entre le toit et la tête d’un
passager masculin de taille moyenne;
• modifier le dispositif d’essai pour fixer le véhicule sur quatre béquilles situées aux points d’application des points de
levage;
• changer le titre de « résistance du pavillon à la pénétration » à
« résistance du toit à l’écrasement ».
De plus, la modification de la Norme de sécurité canadienne 216
propose que les véhicules de tourisme à usages multiples, les
camions ou les autobus fabriqués à partir d’un véhicule incomplet
qui ont un PNBV d’au plus 4 536 kg avec un toit surélevé ou
modifié soient mis à l’essai en vertu de la Norme de sécurité canadienne 216 ou 220, au choix du constructeur. La Norme de sécurité canadienne 216 exige que la force soit appliquée sur le coin
avant du toit alors que la Norme de sécurité canadienne 220 exige
que la force soit appliquée uniformément au centre du pavillon.
•
•
•
•
•
•
The proposed amendments to Canadian safety standard 216 are
increasing the applicable vehicle mass from 2 722 kg to
4 536 kg gross vehicle weight rating (GVWR);
increasing the force applied from 1.5 to 2.5 times the unloaded vehicle weight;
eliminating the maximum force applicable to passenger
vehicles;
replacing the intrusion performance criteria by one that
specifies maintaining headroom for an average-sized male
occupant;
amending the test setup to fix the vehicle on four stands located at the jacking points; and
changing the title “Roof Intrusion Protection” to “Roof Crush
Resistance.”
In addition, the amendment to Canadian safety standard 216
proposes to allow multi-purpose passenger vehicles, trucks, or
buses built from an incomplete vehicle, with a GVWR of
4 536 kg or less and with a raised or altered roof, to be tested
using either Canadian safety standard 216 or Canadian safety
standard 220, at the choice of the manufacturer. Canadian safety
standard 216 requires the application of the load at the front corner of the vehicle roof whereas Canadian safety standard
220 requires the application of a uniform load over the centre of
the vehicle roof.
Le 22 mars 2008
Gazette du Canada Partie I
829
Background
Contexte
When a vehicle is involved in a rollover collision, the vehicle’s
roof frequently crushes to the extent that injuries and fatalities
result. Statistics from 1999 to 2003 show that while rollover collisions accounted for only 12% of single-vehicle accidents,1 they
resulted in 23% of all non-fatal injury collisions and 37% of fatal
collisions.
The original Canadian safety standard 216, “Roof Intrusion
Protection,” was implemented in September 1973 to reduce the
number of severe injuries and deaths caused by rollovers and to
regulate the strength of vehicle roofs. While it has been amended
on several occasions in the intervening period, the performance
criteria for roof design resistance above the front seats of motor
vehicles have remained substantially the same.
In 2005, multipurpose passenger vehicles, trucks and buses
with a GVWR currently less than 4 536 kg accounted for 45% of
vehicle sales in Canada.2 Since the Canadian safety standard 216
applies to vehicles weighing 2 722 kg or less, many of the
vehicles noted above are currently exempt from complying with
this standard. Maintaining harmonization of the Canadian safety
Lorsqu’un véhicule capote, le toit pénètre souvent l’habitacle et
cause des blessures et des décès. Les statistiques de 1999 à 2003
démontrent que même si les capotages ne comptaient que pour
12 % des accidents à véhicule unique1, ils représentaient 23 % des
accidents avec blessures non mortelles et 37 % des collisions
mortelles.
La Norme de sécurité canadienne 216 originale, « résistance du
pavillon à la pénétration », a été promulguée en septembre 1973
dans le but de réduire le nombre des blessures graves et des décès
causés par les capotages et de réglementer la force de résistance
des toits. Même si elle a été modifiée plusieurs fois depuis, le
critère de résistance de la composition du toit au-dessus des sièges avant des véhicules automobiles est demeuré sensiblement le
même.
Il est important de réviser les Normes de sécurité canadiennes 216
et 220 afin de s’assurer que l’harmonisation avec la norme des
États-Unis puisse être maintenue. Les États-Unis sont en train
d’actualiser leurs exigences pour la résistance du pavillon à la
pénétration dans le but de mieux protéger les passagers des véhicules en cause dans des collisions. Le 5 août 2005, les États-Unis
ont publié un avis « Notice of Proposed Rulemaking (NPRM) »
modifiant leurs normes de sécurité. On prévoit que l’établissement
de leurs règles sera finalisé au cours de 2008.
Pour maintenir l’harmonisation, les modifications à la Norme
de sécurité canadienne 216 comprendraient ce qui suit :
• l’augmentation de la masse du véhicule applicable à 4 536 kg
PNBV;
• l’augmentation de la force appliquée à 2,5 fois le poids du
véhicule sans charge;
• l’élimination de la force maximale appliquée aux voitures de
tourisme;
• le remplacement du critère sur la résistance à la pénétration
par un autre qui précise le dégagement entre le toit et la tête
d’un passager masculin de taille moyenne;
• la modification du dispositif d’essai pour fixer le véhicule sur
quatre béquilles situées aux points d’application des points de
levage.
L’actuelle Norme de sécurité canadienne 216 s’applique aux
véhicules qui ont un PNBV de 2 722 kg ou moins, à l’exception
des autobus scolaires et des voitures décapotables. Afin de mettre
à l’épreuve cette norme de sécurité canadienne, on applique, lors
de la mise à l’essai, une force de 1,5 fois le poids du véhicule sans
charge, simulant ainsi le contact avec le sol au cours d’un capotage. Les coins avant à droite et à gauche du toit du véhicule doivent pouvoir résister à cette force d’essai. Dans le cas des voitures
de tourisme, on applique une force maximale de 22 240 N. Sous
cette force, la pénétration maximale permise du toit est de 127 mm.
Les exigences actuelles du Canada sont harmonisées avec les
normes de sécurité équivalentes des États-Unis, soit la Federal
Motor Vehicle Safety Standard (FMVSS) 216.
En 2005, les véhicules de tourisme à usages multiples, les camions et les autobus dont le PNBV était inférieur à 4 536 kg représentaient 45 % des ventes de véhicules au Canada.2 Comme la
Norme de sécurité canadienne 216 s’applique aux véhicules de
moins de 2 722 kg, plusieurs véhicules susmentionnés sont présentement exemptés de se conformer avec cette norme. Maintenir
———
———
1
1
It is important to review the Canadian safety standards 216
and 220 at this time to ensure that harmonization with the U.S.
standard can be maintained. The United States is in the process of
updating their requirements for roof crush protection to better
protect occupants of vehicles involved in a collision. The United
States published a Notice of Proposed Rulemaking (NPRM) to
amend the U.S. safety standards on August 5, 2005. It is anticipated that the U.S. rulemaking will be finalized during 2008.
In order to maintain this harmonization, changes to the Canadian safety standard 216 would include
• increasing the applicable vehicle mass to 4 536 kg GVWR;
• increasing the force applied to 2.5 times the unloaded vehicle
weight;
• eliminating the maximum force applicable to passenger
vehicles;
• replacing the intrusion performance criteria by one that specifies maintaining headroom for an average-sized male occupant; and
• amending the test setup to fix the vehicle on four stands
located at the jacking points.
The current Canadian safety standard 216 applies to vehicles
with a GVWR of 2 722 kg or less, with the exceptions of school
buses and convertibles. To test for compliance with this safety
standard, applying a force equal to 1.5 times the unloaded
vehicle’s weight simulates contact with the ground during a rollover. Both the right and left front corners of the vehicle’s roof
must be able to withstand this test load. For passenger cars, this
force is limited to 22 240 N. The maximum permissible intrusion
of the roof under this force is 127 mm. The current Canadian requirements are harmonized with the corresponding U.S. safety standard, i.e. the Federal Motor Vehicle Safety Standard (FMVSS) 216.
2
TRAID Estimates of Occupants of Light-Duty Vehicles Suffering Fatal or Major
Injuries Involved in Single-Vehicle Rollover Collisions and Roof Damage Sustained, unpublished report by V. Johanson, Road Safety, Transport Canada, February 2006.
Source: Automotive News Data Center and Association of International Automobile Manufacturers of Canada.
2
TRAID Estimates of Occupants of Light-Duty Vehicles Suffering Fatal or Major
Injuries Involved in Single-Vehicle Rollover Collisions and Roof Damage Sustained, rapport non publié de V. Johanson, Sécurité routière, Transports Canada,
février 2006.
Source : Automotive News Data Center et Association of International Automobile Manufacturers of Canada.
830
Canada Gazette Part I
standard with the proposed corresponding U.S. FMVSS 216
would result in applying this standard to vehicles having a
GVWR of 4 536 kg or less, except for school buses and convertibles. This would better represent the Canadian vehicle fleet that
should be subject to roof crush resistance requirements.
The United States is proposing to both increase the force
applied to the roof from 1.5 to 2.5 times the unloaded vehicle
weight and eliminate the maximum force applicable to passenger
vehicles. This new maximum force would substantially increase
the safety of vehicle roofs in the event of a rollover. The elimination of the maximum force for passenger vehicles will have the
effect of treating all vehicles the same, regardless of vehicle size
or class. In the past, both heavy and lighter passenger cars have
been tested to the same load requirement.
As noted previously, the current performance criterion allows
the roof to intrude by 127 mm during maximum force application
in compliance testing. Since vehicle structures vary, the distance
between the roof and a typical occupant’s head differs from one
model to the next. In order to provide an equivalent level of safety
for all vehicle categories, the United States proposed FMVSS 216
replaces this intrusion criterion by one that involves maintaining
headroom. A Hybrid III 50th percentile adult male dummy would
be positioned on the same side as the force applied on the roof
and, during the test, no portion of the roof or test device is allowed to contact the head or the neck of this dummy.
Certain multi-purpose passenger vehicles, trucks or buses built
from an incomplete vehicle may be equipped with modified or
raised roofs. Even though the sales volume for these vehicles is
low and they are intended for a limited segment of the driving
public, the roofs of such vehicles have been required to meet the
same performance criteria as those established for passenger cars.
During compliance testing, the test plate may produce force concentrations that excessively deform modified or raised roofs,
which is not representative of deformation observed during reallife rollovers. The United States is proposing to address this issue
by allowing multi-purpose passenger vehicles, trucks or buses
built from an incomplete vehicle, with a GVWR of 4 536 kg or
less and a raised or altered roof to be tested to either their safety
standard 216 or 220, at the choice of the manufacturer. Harmonizing with the United States will address this issue in Canada as
well.
The procedure used to fix the vehicle to the test bench will also
be replaced. The vehicle is currently supported length-wise by its
longitudinal sills or by its chassis frame. The proposed procedure
would fix the vehicle on four stands located at the jacking points.
In addition to harmonizing the Canadian technical requirements
with those of the United States, the proposed amendments to the
Motor Vehicle Safety Regulations would harmonize the title of the
Canadian safety standard 216 to read, “Roof Crush Resistance”
(Résistance du toit à l’écrasement).
Canadian safety standard 220 is the applicable standard for
rollover protection for school buses. This safety standard requires
that a uniform load be applied to the centre portion of the school
bus roof by a large plate. This safety standard has been in place
since September 1977, and is also harmonized with the equivalent
U.S. safety standard. This safety standard currently only applies
to school buses.
March 22, 2008
l’harmonisation de la Norme de sécurité canadienne 216 avec son
équivalent FMVSS 216 proposé aux États-Unis aurait comme
conséquence d’appliquer la norme à des véhicules dont le PNBV
est de 4 536 kg ou moins, à l’exception des autobus scolaires et
des voitures décapotables. En procédant ainsi, la flotte canadienne
de véhicules ayant besoin de se conformer aux exigences relatives
à la résistance du toit à l’écrasement serait mieux représentée.
Les États-Unis proposent d’augmenter la force appliquée au
toit de 1,5 à 2,5 fois le poids du véhicule sans charge et aussi
d’éliminer la force maximale applicable aux voitures de tourisme.
Cette nouvelle force maximale augmenterait considérablement la
sécurité des toits des véhicules en cas de capotage. Éliminer la
force maximale pour les voitures de tourisme aurait pour effet de
traiter de la même façon tous les véhicules sans égards à leur
taille ou à leur catégorie. Autrefois, les essais sur les voitures de
tourisme lourdes et légères se faisaient avec la même force.
Comme mentionné plus haut, le critère de rendement actuel
permet au toit de descendre de 127 mm pendant l’application de
la force maximale au cours d’un essai. Étant donné la diversité
des structures, la distance entre le toit et la tête d’un passager
typique diffère d’un modèle à l’autre. Afin d’assurer un niveau de
sécurité équivalent dans toutes les catégories de véhicule, le projet de FMVSS 216 des États-Unis remplace le critère d’écrasement par un autre visant à maintenir un certain dégagement entre
le toit et la tête. On positionnerait un mannequin adulte Hybrid III
du 50e percentile du sexe masculin du même côté que la force
appliquée au toit et, pendant l’essai, aucune portion du toit ni du
dispositif d’essai ne devrait entrer en contact avec le cou ou la
tête du mannequin.
Certains véhicules de tourisme à usages multiples, camions ou
autobus fabriqués à partir d’un véhicule incomplet pourraient
avoir un toit surélevé ou modifié. Quoique le volume de ventes de
ces véhicules soit faible et qu’ils soient destinés à un petit segment de conducteurs, leurs toits devraient se conformer aux
mêmes critères de rendement que les voitures de tourisme. Pendant le contrôle de la conformité, la plaque d’essai peut produire
des concentrations de force qui causent des déformations excessives aux toits surélevés ou modifiés. Or, cela ne simule pas la déformation observée au cours de capotages réels. Les États-Unis
proposent de régler ce problème en permettant aux constructeurs
de véhicules de tourisme à usages multiples, de camions ou d’autobus fabriqués à partir d’un véhicule incomplet qui ont un PNBV
d’au plus 4 536 kg et qui sont munis d’un toit surélevé ou modifié
de choisir entre le contrôle de la conformité de la Norme de sécurité canadienne 216 ou 220. L’harmonisation avec les États-Unis
réglerait aussi le problème au Canada.
La procédure pour fixer le véhicule au banc d’essai serait également modifiée. Présentement, le véhicule est soutenu en longueur par les bas de caisse longitudinaux ou par le cadre de
châssis. La procédure proposée fixerait le véhicule sur quatre béquilles aux points d’application des points de levage.
En plus d’harmoniser les exigences techniques canadiennes
avec celles des États-Unis, le projet de modification du Règlement
sur la sécurité des véhicules automobiles harmoniserait aussi le
titre de la Norme de sécurité canadienne 216 en l’intitulant « Résistance du toit à l’écrasement » (Roof Crush Resistance).
La norme actuelle de sécurité canadienne de protection contre
les tonneaux pour les autobus scolaires est la Norme de sécurité
canadienne 220. Cette norme de sécurité exige qu’une force uniforme soit appliquée au centre du toit de l’autobus scolaire à
l’aide d’une large plaque. En vigueur depuis septembre 1977, la
Norme de sécurité canadienne 220 est également harmonisée avec
son équivalent aux États-Unis. Elle ne s’applique actuellement
qu’aux autobus scolaires.
Le 22 mars 2008
Gazette du Canada Partie I
831
The proactive approach of completing this pre-publication,
prior to the issuance of the Final Rule in the Unites States, will
allow for the introduction of the new harmonized roof crush requirements at the same time or shortly after that of the United
States.
Pour permettre l’harmonisation future, les modifications proposées au Règlement sur la sécurité des véhicules automobiles remplaceraient les méthodes d’essai 216 et 220 par des documents de
normes techniques incorporées par renvoi avec toutes leurs modifications successives. Les documents de normes techniques permettent au gouvernement du Canada de reproduire les FMVSS
des États-Unis en anglais et en français en y apportant des modifications particulières qui sont propres au contexte canadien. Le
gouvernement fait publier dans la Partie I de la Gazette du Canada un avis informant les parties intéressées qu’un document de
normes techniques est modifié.
L’approche proactive visant à compléter cette prépublication,
avant que la règle définitive des États-Unis soit émise, permettra
d’introduire les nouvelles exigences harmonisées de protection
contre les tonneaux simultanément avec celles des États-Unis ou
rapidement par la suite.
Alternatives
Solutions envisagées
The following alternatives were considered prior to preparing
the initial proposal that is the subject of the present Regulatory
Impact Analysis Statement:
• maintain the status quo; or
• develop a unique Canadian regulation.
Maintaining the status quo has not been retained because this
proposal is based on improving safety for occupants of vehicles
involved in rollovers. With the status quo, manufacturers would
have to certify their vehicles to the Canadian safety standard in
addition to the U.S. safety standard. This would translate into an
additional financial burden for auto assemblers and therefore their
Canadian consumers. Neither does it support the creation of a
unique Canadian standard, since this standard would have a negative effect on international trade and be a major economic burden
on the auto industry.
On a examiné les options suivantes avant de prendre la modification faisant l’objet de ce résumé de l’étude d’impact de la réglementation :
• maintenir le statu quo;
• élaborer un règlement spécifiquement canadien.
On n’a pas retenu le maintien du statu quo parce que cette proposition est fondée sur l’amélioration de la sécurité des passagers
des véhicules en cause dans un capotage. Le statu quo exigerait
que les constructeurs fassent certifier la conformité de leurs véhicules à la norme de sécurité canadienne ainsi qu’à celle des ÉtatsUnis. Cela imposerait un fardeau financier supplémentaire aux
constructeurs et donc aux consommateurs canadiens. On ne retient pas l’option d’une norme particulière au Canada, parce que
cela aurait un effet délétère sur le commerce international et créerait un fardeau économique pour l’industrie automobile.
Benefits and costs
Avantages et coûts
Harmonizing the Canadian regulatory requirements with those
of the United States would improve the current roof crush resistance standard for vehicles. It is expected to result in an increased
level of safety and lead to fewer injuries and deaths caused by
rollover crashes. As most vehicles sold in Canada are manufactured to also meet the U.S. requirements, harmonizing the requirements will not only improve safety, it will also minimize the
cost of vehicles for Canadians.
L’harmonisation de la réglementation canadienne avec celle
des États-Unis améliorerait la norme actuelle de résistance du toit
à l’écrasement. On prévoit que cela mènerait à un niveau de sécurité amélioré et à une diminution du nombre des blessures et des
décès causés par les capotages. Étant donné que la plupart des
véhicules vendus au Canada sont aussi fabriqués pour se conformer aux exigences des États-Unis, non seulement l’harmonisation
de ces exigences augmenterait la sécurité, elle minimiserait aussi
les coûts de véhicules pour les Canadiens.
D’après les données des États-Unis, il y a annuellement une
moyenne de 9 942 décès et 23 793 blessures graves à la suite de
capotages mettant en cause une seule voiture3. Environ 75 % des
passagers ne portaient pas de ceinture de sécurité au moment de
l’accident. En éliminant certaines catégories de ces statistiques,
comme le nombre de personnes qui ne portaient pas de ceinture
de sécurité, les États-Unis calculent que 596 décès et 807 blessures graves sont causés par la pénétration du toit dans l’habitacle. Ils estiment que l’adoption de leur proposition éviterait
793 blessures graves et 44 décès par année.
Selon la projection de ces statistiques fondée sur la population
respective au Canada, les modifications proposées au Règlement
sur la sécurité des véhicules automobiles pourraient éviter 4 décès
par an et jusqu’à 79 blessures graves. En comptant la valeur
moyenne d’une vie à 6,11 millions de dollars et à 15 960 $ pour
les blessures graves, les Canadiens épargneraient 26 millions de
dollars par année.
To allow for future harmonization, the proposed amendments
to the Motor Vehicle Safety Regulations would replace Test Methods 216 and 220 with Technical Standards Documents incorporated by reference, as amended from time to time. Technical Standards Documents allow the Canadian government to reproduce
the U.S. FMVSS in both English and French, with Canadian specific changes noted within. The Government publishes a notice in
the Canada Gazette, Part I, each time a Technical Standards
Document is amended.
According to U.S. data, rollovers in single vehicle accidents result in an average of 9 942 deaths and 23 793 serious injuries
annually.3 Approximately 75 % of these occupants were not wearing a seat belt at the time of the collision. By eliminating certain
categories from these totals, such as those who were not wearing
a seat belt, the United States notes 596 deaths and 807 serious
injuries caused by intrusion of the roof into the passenger compartment. The United States estimates that adopting their proposal
could prevent up to 793 serious injuries, and 44 deaths, annually.
Pro-rating these figures to Canada based on the respective
populations, these proposed amendments to the Motor Vehicle
Safety Regulations could save as many as 4 deaths a year and
prevent up to 79 serious injuries. Using an average value of a life
of $6.11 million and $15,960 for serious injuries, the annual savings for Canadians could reach $26 million annually.
———
———
3
3
Federal Register, NPRM of NHTSA, Proposed rules (Vol. 70, No. 162), Roof
Crush Resistance, Thursday, August 23, 2005, p. 49227.
Federal Register, NPRM of NHTSA, Proposed rules (vol. 70, no 162), Roof
Crush Resistance, le jeudi 23 août 2005, p. 49227.
832
Canada Gazette Part I
The United States estimated that approximately 32% of new
vehicles would need to be upgraded to meet the new roof crush
requirements. According to the same study, the United States
estimated that the average cost of reinforcing the roof structure of
a vehicle that did not meet the requirements was approximately
C$12 per vehicle for an annual cost of $6.2 million for the entire
Canadian vehicle fleet.4
Furthermore, the United States noted that the changes required
to reinforce the roof structure may require the installation of
heavier materials or new bracing that could increase the weight of
a vehicle.5 The United States noted that this increase in vehicle
weight would have a minor impact on vehicle fuel consumption.
Further, they have noted that approximately 68% of current new
vehicles already meet the proposed requirements. It is noted that
as vehicles continually become more fuel efficient and as more
hybrid vehicles and advanced engine technologies are introduced
into the marketplace, any cost would be minimal in the future.
Finally, the Canadian Government’s costs to conduct compliance testing are expected to increase. This increase is expected to
be $1,200 per vehicle tested, plus a one-time test equipment cost
estimated to be $100,000.
While the benefits exceed the costs, the more important fact is
that these amendments to the Motor Vehicle Safety Regulations
would maintain harmonization between the U.S. and the Canadian safety standards. Not harmonizing would mean that some
vehicle models might not be available in Canada, as it would require a different test procedure. Furthermore, each model would
then require two separate roof crush tests; one for Canada and one
for the United States, resulting in increased costs to the manufacturer and ultimately the consumer.
March 22, 2008
Les États-Unis jugent qu’environ 32 % des nouveaux véhicules
auraient besoin d’être modifiés afin de répondre aux nouvelles
exigences sur la résistance du toit à l’écrasement. Dans la même
étude, ils estiment que le coût moyen de renforcement de la structure du toit d’un véhicule qui n’est pas conforme s’élèverait à
environ 12 $CAN par véhicule, soit un coût annuel de 6,2 millions de dollars pour la totalité de la flotte de véhicules
canadienne4.
En outre, les États-Unis ont noté que les modifications requises
pour renforcer le toit pourraient exiger l’installation de matériaux
plus lourds ou de nouvelles entretoises, augmentant ainsi le poids
du véhicule5. Ils ont également affirmé que cette augmentation du
poids des véhicules n’aurait qu’un effet mineur sur la consommation d’essence. En plus, on a noté qu’approximativement 68 %
des nouveaux véhicules actuels sont déjà conformes aux normes
proposées. On fait valoir que, comme les véhicules donnent un
rendement énergétique croissant et que l’on introduit sur le marché plus de voitures hybrides et à moteur évolué, tout coût à
l’avenir serait minime.
Tout compte fait, on prévoit que les coûts de Transports Canada pour le contrôle de la conformité augmenteront de 1 200 $ par
véhicule, plus le coût initial de l’équipement de contrôle estimé à
100 000 $.
Même si les avantages sont plus substantiels que les coûts, le
plus important est que les modifications proposées au Règlement
sur la sécurité des véhicules automobiles maintiendraient l’harmonisation des normes de sécurité du Canada et des États-Unis.
L’absence d’harmonisation signifierait que certains modèles de
véhicule ne seraient pas vendus au Canada à cause de l’exigence
d’une procédure d’essai différente. En outre, chaque modèle devrait alors subir deux essais de résistance du toit à l’écrasement :
un pour le Canada et un pour les États-Unis, augmentant ainsi les
coûts pour les constructeurs et ultérieurement, les consommateurs.
Consultation
Consultations
General communication process
Consultations with partners and stakeholders are based on a
systematic and extensive communication process that is intended
to keep the automotive industry, public safety organizations, and
the general public informed of projected and recent changes to the
regulatory requirements governing motor vehicle safety in Canada. This process includes communication with the provinces and
territories, as well as with the governments of other countries, and
it provides a mechanism for interested parties to comment on the
Government’s planned initiatives.
In particular, meetings are held three times a year with the
Canadian Vehicle Manufacturers’ Association (CVMA), which
represents Canada’s leading motor vehicle manufacturers.6 Governmental representatives meet three times a year with the Association of International Automobile Manufacturers of Canada
(AIAMC), which represents international motor vehicle manufacturers and importers.7 There are semi-annual meetings with
the Motorcycle and Moped Industry Council and The Rubber
Processus général de communication
Les consultations avec les partenaires et les parties intéressées
sont fondées sur un vaste processus de communication systématique dont le but est de tenir l’industrie automobile, les organismes
de sécurité publique et le grand public au courant des modifications projetées ou récentes à la réglementation sur la sécurité des
véhicules automobiles au Canada. Ce processus, qui comprend
des communications avec les provinces et les territoires, ainsi
qu’avec les gouvernements d’autres pays, est un mécanisme qui
permet aux parties intéressées de commenter les projets du
gouvernement.
Il se tient notamment des réunions trois fois par an avec
l’Association canadienne des constructeurs de véhicules (ACCV),
qui représente les principaux constructeurs de véhicules automobiles au Canada6. De même, des représentants du gouvernement
rencontrent trois fois par an l’Association des fabricants internationaux d’automobiles du Canada (AIAMC), qui représente les
constructeurs et les importateurs internationaux de véhicules automobiles7. Il se tient également des rencontres semestrielles avec
———
———
4
4
5
6
7
Federal Register, NPRM of NHTSA, Proposed rules (Vol. 70, No. 162), Roof
Crush Resistance, Thursday, August 23, 2005, p. 49243.
Federal Register, NPRM of NHTSA, Proposed rules (Vol. 70, No. 162), Roof
Crush Resistance, Thursday, August 23, 2005, p. 49243.
The CVMA represents DaimlerChrysler Canada Inc.; Ford Motor Company of
Canada, Limited; General Motors of Canada Limited; and International Truck
and Engine Corporation Canada.
The AIAMC represents the following automotive manufacturers and importers as
voting members: BMW Canada Inc.; Honda Canada Inc.; Hyundai Auto Canada;
Kia Canada Inc.; Mazda Canada Inc.; Mercedes-Benz Canada Inc.; Mitsubishi
Motor Sales of Canada, Inc.; Nissan Canada Inc.; Porsche Cars Canada Ltd.; Subaru Canada Inc.; Suzuki Canada, Inc.; Toyota Canada Inc.; and Volkswagen
Canada Inc.
5
6
7
Federal Register, NPRM of NHTSA, Proposed rules (vol. 70, no 162), Roof
Crush Resistance, le jeudi 23 août 2005, p. 49243.
Federal Register, NPRM of NHTSA, Proposed rules (vol. 70, no 162), Roof
Crush Resistance, le jeudi 23 août 2005, p. 49243.
L’ACCV représente DaimlerChrysler Canada Inc., Ford du Canada Limitée,
General Motors du Canada Limitée et l’International Truck and Engine Corporation Canada.
L’AIAMC représente les constructeurs et les importateurs de véhicules automobiles suivants en tant que membres votants : BMW Canada Inc., Honda Canada
Inc., Hyundai Auto Canada, Kia Canada Inc., Mazda Canada Inc., MercedesBenz Canada Inc., Mitsubishi Motor Sales of Canada Inc., Nissan Canada Inc.,
Porsche Cars Canada Ltd., Subaru Canada, Inc., Suzuki Canada, Inc., Toyota
Canada Inc. et Volkswagen Canada Inc.
Le 22 mars 2008
Association of Canada. Semi-annual meetings are held with the
U.S. Department of Transportation.
Gazette du Canada Partie I
833
Mainly through the Government’s membership on the Canadian Council of Motor Transport Administrators (CCMTA), exchanges of information dealing with a broad range of issues take
place on a regular basis with the provinces and territories and
other interested stakeholders. There are also semi-annual meetings with national public safety organizations in order to discuss
future regulatory changes and emerging safety problems.
le Conseil de l’industrie de la motocyclette et du cyclomoteur
et l’Association canadienne de l’industrie du caoutchouc. Des
réunions semestrielles ont également lieu avec le Department of
Transportation des États-Unis.
Grâce à la participation du gouvernement au Conseil canadien
des administrateurs en transport motorisé (CCATM), il se fait un
partage constant d’information sur un large éventail d’enjeux
avec les provinces, les territoires et d’autres parties intéressées.
En outre, il y a des rencontres semestrielles avec des organismes
nationaux de sécurité publique pour traiter des modifications futures aux règlements et des problèmes de sécurité émergents.
Specific consultations for this amendment
Consultations particulières pour cette modification
Discussions regarding these proposed amendments to the Motor Vehicle Safety Regulations have taken place during the meetings with the vehicle manufacturers (both the CVMA and the
AIAMC) throughout the years 2006 and 2007. The vehicle manufacturers are concerned that if the Government does not harmonize the roof crush testing requirements with those of the United
States, there will be extra Canadian-unique testing required to
meet the two different requirements. The vehicle manufacturers’
associations have been informed of the Government’s intention to
proceed with these amendments to the Motor Vehicle Safety Regulations in a timely fashion that aim at maintaining harmonization.
On a discuté des modifications proposées au Règlement sur la
sécurité des véhicules automobiles pendant les rencontres de 2006
et 2007 avec les constructeurs de véhicules automobiles (l’ACCV
et l’AIAMC). Les constructeurs sont préoccupés par la possibilité
de devoir se soumettre à d’autres essais canadiens uniques afin de
se conformer à deux contrôles de conformité, si le gouvernement
n’harmonise pas ses exigences relatives à la résistance du toit à
l’écrasement avec celles des États-Unis. Les associations de constructeurs de véhicules automobiles ont été informées de l’intention du gouvernement d’instaurer les modifications proposées au
Règlement sur la sécurité des véhicules automobiles en temps
opportun pour maintenir l’harmonisation.
Compliance and enforcement
Respect et exécution
Motor vehicle manufacturers and importers are responsible for
ensuring that their products comply with the requirements of the
Motor Vehicle Safety Regulations. The Department of Transport
monitors the self-certification programs of manufacturers and
importers by reviewing their test documentation, inspecting
vehicles, and testing vehicles obtained in the open market. When
a defect is found, the manufacturer or importer must issue a notice of defect to owners and to the Minister of Transport. If a vehicle does not comply with a Canadian safety standard, the manufacturer or importer is subject to prosecution and, if found guilty,
may be fined as prescribed in the Motor Vehicle Safety Act.
Les constructeurs et les importateurs de véhicules automobiles
ont la responsabilité de s’assurer que leurs produits sont conformes au Règlement sur la sécurité des véhicules automobiles.
Transports Canada contrôle les programmes d’autocertification
des constructeurs et des importateurs en examinant leurs documents d’essai, en inspectant des véhicules et en mettant à l’essai
des véhicules achetés sur le marché commercial. Lorsqu’un défaut est décelé, le constructeur ou l’importateur doit émettre un
avis de défaut à l’intention des propriétaires et du ministre des
Transports. Si le véhicule s’avère non conforme à une norme de
sécurité canadienne, le constructeur ou l’importateur est passible
de poursuites et, s’il est reconnu coupable, il peut être condamné
à une amende prévue par la Loi sur la sécurité automobile.
Contact
Personne-ressource
For further information, please contact
Matthew Coons
Senior Regulatory Development Engineer
Road Safety and Motor Vehicle Regulation Directorate
Transport Canada
330 Sparks Street, Tower C, 8th Floor
Ottawa, Ontario
K1A 0N5
Telephone: 613-998-1961
Fax: 613-990-2913
Email: coonsm@tc.gc.ca
Pour plus d’information, veuillez communiquer avec :
Matthew Coons
Ingénieur principal de l’élaboration de la réglementation
Direction générale de la sécurité routière et de la réglementation
automobile
Transports Canada
330, rue Sparks, Tour C, 8e étage
Ottawa (Ontario)
K1A 0N5
Téléphone : 613-998-1961
Télécopieur : 613-990-2913
Courriel : coonsm@tc.gc.ca
834
Canada Gazette Part I
March 22, 2008
PROPOSED REGULATORY TEXT
PROJET DE RÉGLEMENTATION
Notice is hereby given, pursuant to subsection 11(3) of the Motor Vehicle Safety Acta, that the Governor in Council, pursuant to
section 5b and subsection 11(1) of that Act, proposes to make the
annexed Regulations Amending the Motor Vehicle Safety Regulations (Standard 216 — Roof Crush Resistance and Standard 220 —
Rollover Protection).
Avis est donné, conformément au paragraphe 11(3) de la Loi
sur la sécurité automobilea, que la gouverneure en conseil, en
vertu de l’article 5b et du paragraphe 11(1) de cette loi, se propose
de prendre le Règlement modifiant le Règlement sur la sécurité
des véhicules automobiles (norme 216 — résistance du toit à
l’écrasement et norme 220 — protection contre les tonneaux), ciaprès.
Les intéressés peuvent présenter au ministre des Transports, de
l’Infrastructure et des Collectivités leurs observations au sujet du
projet de règlement dans les soixante-quinze jours suivant la date
de publication du présent avis. Ils sont priés d’y citer la Gazette
du Canada Partie I, ainsi que la date de publication, et d’envoyer
le tout à Matthew Coons, ingénieur principal de l’élaboration de
la réglementation, Direction générale de la sécurité routière et de
la réglementation automobile, ministère des Transports, Place de
Ville, Tour C, 8e étage, 330, rue Sparks, Ottawa (Ontario) K1A
0N5 (tél. : 613-998-1961; téléc. : 613-990-2913; courriel : coonsm@
tc.gc.ca).
Ottawa, le 11 mars 2008
La greffière adjointe du Conseil privé
MARY PICHETTE
Interested persons may make representations with respect to
the proposed Regulations to the Minister of Transport, Infrastructure and Communities within 75 days after the date of publication
of this notice. All such representations must cite the Canada Gazette, Part I, and the date of publication of this notice, and be sent
to Matthew Coons, Senior Regulatory Development Engineer,
Road Safety and Motor Vehicle Regulation Directorate, Department of Transport, Place de Ville, Tower C, 8th Floor, 330 Sparks
Street, Ottawa, Ontario K1A 0N5 (Tel: 613-998-1961; fax: 613990-2913; e-mail: coonsm@tc.gc.ca).
Ottawa, March 11, 2008
MARY PICHETTE
Assistant Clerk of the Privy Council
REGULATIONS AMENDING THE MOTOR VEHICLE
SAFETY REGULATIONS (STANDARD 216 — ROOF
CRUSH RESISTANCE AND STANDARD 220 —
ROLLOVER PROTECTION)
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT SUR LA
SÉCURITÉ DES VÉHICULES AUTOMOBILES
(NORME 216 — RÉSISTANCE DU TOIT À
L’ÉCRASEMENT ET NORME 220 —
PROTECTION CONTRE
LES TONNEAUX)
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1. The portion of item 216 of Schedule III to the Motor
Vehicle Safety Regulations1 in Column II is replaced by the
following:
1. Le passage de l’article 216 de l’annexe III du Règlement
sur la sécurité des véhicules automobiles1 figurant dans la colonne II est remplacé par ce qui suit :
Column I
Column II
Colonne I
Colonne II
Item
(CMVSS)
Description
article
(NSVAC)
Description
216
Roof Crush Resistance
216
Résistance du toit à l’écrasement
2. Item 220 of Schedule III to the Regulations is replaced by
the following:
2. L’article 220 de l’annexe III du même règlement est remplacé par ce qui suit :
———
———
a
a
b
1
S.C. 1993, c. 16
S.C. 1999, c. 33, s. 351
C.R.C. c. 1038
b
1
L.C. 1993, ch. 16
L.C. 1999, ch. 33, art. 351
C.R.C., ch. 1038
X
Enclosed Open
MotorMotorcycle
cycle
220
Protection
contre les
tonneaux
X
X
Motocyclette
sans
habitacle
fermé
Motocyclette
à vitesse
limitée
Motocyclette
Limitedspeed
Motor- Motor
cycle
Tricycle
Motorcycle
Motocyclette à
habitacle
Article
(NSVAC) Description Autobus Camion fermé
Colonne I Colonne II
220
Rollover
Protection
Item
(CMVSS) Description Bus
Column I Column II
X
Snowmobile
Cutter
Trailer
X
X
Véhicule
importé
temporairement Véhicule
à des fins à basse
spéciales vitesse
Vehicle
Imported
Trailer
Temporarily LowConverter
for Special speed
Dolly
Truck Purposes
Vehicle
Véhicule
de
tourisme Voiture
Traîneau Chariot
à usages de
de
Moto- de
neige motoneige conversion Remorque multiples tourisme
Colonne III
Catégorie de véhicule
Multipurpose
Passenger Passenger SnowCar
mobile
Vehicle
Motocyclette
à
Tricycle à usage
moteur
restreint
Restricteduse
Motorcycle
Column III
Classes of Vehicles
Véhicule
à trois
roues
Threewheeled
Vehicle
Le 22 mars 2008
Gazette du Canada Partie I
835
836
Canada Gazette Part I
March 22, 2008
3. Section 216 of Schedule IV to the Regulations and the
heading before it are replaced by the following:
3. L’article 216 de l’annexe IV du même règlement et
l’intertitre le précédant sont remplacés par ce qui suit :
ROOF CRUSH RESISTANCE (STANDARD 216)
RÉSISTANCE DU TOIT À L’ÉCRASEMENT (NORME 216)
216. (1) Every passenger car, multi-purpose passenger vehicle,
truck or bus with a GVWR of 4 536 kg or less, except school
buses, convertibles and incomplete vehicles, shall conform to
Technical Standards Document No. 216, Roof Crush Resistance
(TSD 216), as amended from time to time. However, until September 1, 2010, instead of conforming to TSD 216, the vehicle
may conform to section 216 of Schedule IV to the Motor Vehicle
Safety Regulations, as it read immediately before the day on
which this section comes into force.
(3) This section expires on January 1, 2013.
4. Section 220 of Schedule IV to the Regulations and the
heading before it are replaced by the following:
216. (1) Les voitures de tourisme, véhicules de tourisme à usages multiples, camions et autobus qui ont un PNBV d’au plus
4 536 kg, à l’exception des autobus scolaires, des décapotables et
des véhicules incomplets, doivent être conformes aux exigences
du Document de normes techniques no 216 — Résistance du toit à
l’écrasement (DNT 216), avec ses modifications successives.
Cependant, jusqu’au 1er septembre 2010, au lieu d’être conformes
au DNT 216, ces véhicules peuvent être conformes à l’article 216
de l’annexe IV du Règlement sur la sécurité des véhicules automobiles, dans sa version antérieure à la date d’entrée en vigueur
du présent article.
(2) Les véhicules de tourisme à usages multiples, camions et autobus fabriqués à partir d’un véhicule incomplet qui ont un PNBV
d’au plus 4 536 kg et qui sont munis d’un toit surélevé ou modifié
doivent être conformes aux exigences du DNT 216 ou du DNT 220,
tel qu’il est indiqué à l’article 220 de la présente annexe.
(3) Le présent article cesse d’avoir effet le 1er janvier 2013.
4. L’article 220 de l’annexe IV du même règlement et l’intertitre le précédant sont remplacés par ce qui suit :
ROLLOVER PROTECTION (STANDARD 220)
PROTECTION CONTRE LES TONNEAUX (NORME 220)
220. (1) Every school bus shall conform to Technical Standards Document No. 220, Rollover Protection (TSD 220), as
amended from time to time.
(2) Every multi-purpose passenger vehicle, truck or bus built
from an incomplete vehicle, with a GVWR of 4 536 kg or less
and a raised or altered roof, shall conform either to TSD 220 or to
TSD 216, as referred to in section 216 of this Schedule.
220. (1) Les autobus scolaires doivent être conformes aux exigences du Document de normes techniques no 220 — Protection
contre les tonneaux (DNT 220), avec ses modifications successives.
(2) Les véhicules de tourisme à usages multiples, camions et autobus fabriqués à partir d’un véhicule incomplet qui ont un PNBV
d’au plus 4 536 kg et qui sont munis d’un toit surélevé ou modifié
doivent être conformes aux exigences du DNT 220 ou du DNT 216,
tel qu’il est indiqué à l’article 216 de la présente annexe.
(3) Le présent article cesse d’avoir effet le 1er janvier 2013.
(2) Every multi-purpose passenger vehicle, truck or bus built
from an incomplete vehicle, with a GVWR of 4 536 kg or less
and a raised or altered roof, shall conform either to TSD 216 or to
TSD 220, as referred to in section 220 of this Schedule.
(3) This section expires on January 1, 2013.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
5. These Regulations come into force on the day on which
they are published in the Canada Gazette, Part II.
5. Le présent règlement entre en vigueur à la date de sa publication dans la partie II de la Gazette du Canada.
[12-1-o]
[12-1-o]
Le 22 mars 2008
Gazette du Canada Partie I
INDEX
Vol. 142, No. 12 — March 22, 2008
(An asterisk indicates a notice previously published.)
COMMISSIONS
Canadian International Trade Tribunal
Seamless carbon or alloy steel oil and gas well
casing — Finding............................................................
Canadian Radio-television and Telecommunications
Commission
* Addresses of CRTC offices — Interventions...................
Decisions
2008-53-1, 2008-54-1, 2008-60 and 2008-61 .....................
Public hearing
2007-10-5 — Notice of consultation and hearing —
Review of the regulatory frameworks for
broadcasting distribution undertakings and
discretionary programming services ...............................
Public notices
2008-20 — Notice of consultation......................................
2008-21 — Notice of consultation......................................
2008-22 — Notice of consultation......................................
National Energy Board
Sempra Energy Trading (Calgary) ULC — Application
to export electricity to the United States .........................
Twin Cities Power — Canada, ULC — Application
to export electricity to the United States .........................
Patented Medicine Prices Review Board
Patent Act
Hearing ...............................................................................
Public Service Commission
Public Service Employment Act
Permission granted (Atwater, Wayne) ................................
745
745
746
746
747
747
749
750
751
752
752
GOVERNMENT NOTICES
Environment, Dept. of the
Canadian Environmental Protection Act, 1999
Notice with respect to substances in the National
Pollutant Release Inventory for 2007 — Amendment
(Erratum) ........................................................................ 740
Industry, Dept. of
Appointments...................................................................... 740
Electricity and Gas Inspection Act
Delegation of authorities by the President of
Measurement Canada...................................................... 742
MISCELLANEOUS NOTICES
Benoit, Noël, and Bruno Benoit, aquaculture site MS-1216
for the cultivation of molluscs using suspended culture
in Tabusintac Bay, N.B. .....................................................
Canadian Association of Pharmacy Technicians Inc.,
relocation of head office .....................................................
* Dominion Atlantic Railway Company (The), annual
meeting ...............................................................................
Durham, The Regional Municipality of, rehabilitation of a
bridge over the Talbot River, Ont. .....................................
Halton Hills, Town of, rehabilitation of Glen Williams
Bridge No. 3 over the Credit River, Ont. ...........................
* Jameson International Foreign Exchange Corporation,
letters patent of continuance ...............................................
757
754
754
758
759
755
MISCELLANEOUS NOTICES — Continued
Middle Bay Limited Partnership, various works in
Middle Bay, Campbell River, B.C. ....................................
* National Mortgage Guaranty Holdings Inc., application
to establish an insurance company......................................
New Brunswick, Department of Transportation of,
Deer Island Ferry Wharf on Deer Island, N.B. ..................
Ontario, Ministry of Transportation of, rehabilitation
(structural steel coating) of the Thessalon River Bridge
over the Thessalon River, Ont. ..........................................
Québec, Ministère des Transports du, construction of a
bridge over the Kegaska River, Que. .................................
St. Clair, Township of, rehabilitation of the St. Clair
Parkway Bridge over Talfourd Creek, Ont. .......................
Summit Power Corp, dam and related hydroelectric works
in the Soo River, B.C. ........................................................
* Triad Guaranty Insurance Corporation Canada,
certificate of continuance....................................................
Weyerhaeuser Canada Ltd., upgrades to a bridge over
Bald Mountain Creek, Alta. . ..............................................
837
755
757
754
756
756
759
758
760
760
PARLIAMENT
House of Commons
* Filing applications for private bills (Second Session,
Thirty-Ninth Parliament)................................................. 744
Senate
Royal Assent
Bills assented to .................................................................. 744
PROPOSED REGULATIONS
Citizenship and Immigration, Dept. of
Immigration and Refugee Protection Act
Regulations Amending the Immigration and Refugee
Protection Regulations (Erratum) ...................................
Fisheries and Oceans, Dept. of
Oceans Act
Bowie Seamount Marine Protected Area Regulations........
Transport, Dept. of
Aeronautics Act
* Ottawa Macdonald-Cartier International Airport
Zoning Regulations.........................................................
International Bridges and Tunnels Act
International Bridges and Tunnels Regulations ..................
Motor Vehicle Safety Act
Regulations Amending the Motor Vehicle Safety
Regulations (Bumpers) ...................................................
Regulations Amending the Motor Vehicle Safety
Regulations (Standard 216 — Roof Crush
Resistance and Standard 220 — Rollover
Protection).......................................................................
SUPPLEMENTS
Copyright Board
Statement of Royalties to Be Collected by SOCAN
for the Communication to the Public by
Telecommunication, in Canada, of Musical
or Dramatico-Musical Works
Statement of Royalties to Be Collected by SOCAN for
the Public Performance or the Communication to the
Public by Telecommunication, in Canada, of Musical
or Dramatico-Musical Works
762
763
796
782
822
828
838
Canada Gazette Part I
March 22, 2008
INDEX
Vol. 142, no 12 — Le 22 mars 2008
(L’astérisque indique un avis déjà publié.)
AVIS DIVERS
Association Canadienne des Techniciens Pharmaceutiques
Inc., changement de lieu du siège social .............................
Benoit, Noël, et Bruno Benoit, site aquacole MS-1216
pour la culture de mollusques en suspension dans la
baie de Tabusintac (N.-B.)..................................................
* Compagnie du chemin de fer Dominion-Atlantic,
assemblée annuelle .............................................................
* Corporation d’assurance Triad Guaranty du Canada,
certificat de prorogation......................................................
Durham, The Regional Municipality of, réfection d’un
pont au-dessus de la rivière Talbot (Ont.)...........................
Halton Hills, Town of, réfection du pont Glen Williams
no 3 au-dessus de la rivière Credit (Ont.) ............................
* Jameson International Foreign Exchange Corporation,
lettres patentes de prorogation ............................................
Middle Bay Limited Partnership, divers travaux dans la
baie de Middle, à Campbell River (C.-B.) ..........................
* National Mortgage Guaranty Holdings Inc., demande
de constitution d’une société d’assurances .........................
Nouveau-Brunswick, ministère des Transports du, quai
de traversier Deer Island sur l’île Deer (N.-B.)...................
Ontario, ministère des Transports de l’, réfection (peinture
pour constructions) du pont Thessalon River au-dessus
de la rivière Thessalon (Ont.)..............................................
Québec, ministère des Transports du, construction d’un
pont au-dessus de la rivière Kegaska (Qc)..........................
St. Clair, Township of, réfection du pont St. Clair
Parkway au-dessus du ruisseau Talfourd (Ont.) .................
Summit Power Corp, barrage actuel et ouvrages
hydroélectriques qui s’y rattachent dans la rivière
Soo (C.-B.)..........................................................................
Weyerhaeuser Canada Ltd., réfection d’un pont au-dessus
du ruisseau Bald Mountain (Alb.).......................................
754
757
754
760
758
759
755
755
757
754
756
756
759
758
760
AVIS DU GOUVERNEMENT
Environnement, min. de l’
Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999)
Modification de l’Avis concernant certaines substances
de l’Inventaire national des rejets de polluants pour
l’année 2007 (Erratum)................................................... 740
Industrie, min. de l’
Nominations........................................................................ 740
Loi sur l’inspection de l’électricité et du gaz
Délégation de pouvoirs par le président de Mesures
Canada ............................................................................ 742
COMMISSIONS
Commission de la fonction publique
Loi sur l’emploi dans la fonction publique
Permission accordée (Atwater, Wayne).............................. 752
Conseil d’examen du prix des médicaments brevetés
Loi sur les brevets
Audition.............................................................................. 752
Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications
canadiennes
* Adresses des bureaux du CRTC — Interventions............ 745
COMMISSIONS (suite)
Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications
canadiennes (suite)
Audience publique
2007-10-5 — Avis de consultation et d’audience —
Révision des cadres de réglementation des entreprises
de distribution de radiodiffusion et des services de
programmation facultatifs ..............................................
Avis publics
2008-20 — Avis de consultation ........................................
2008-21 — Avis de consultation ........................................
2008-22 — Avis de consultation ........................................
Décisions
2008-53-1, 2008-54-1, 2008-60 et 2008-61........................
Office national de l’énergie
Sempra Energy Trading (Calgary) ULC — Demande
visant l’exportation d’électricité aux États-Unis .............
Twin Cities Power — Canada, ULC — Demande visant
l’exportation d’électricité aux États-Unis........................
Tribunal canadien du commerce extérieur
Caissons sans soudure en acier au carbone ou en acier
allié pour puits de pétrole et de gaz — Conclusions .......
746
747
747
749
746
750
751
745
PARLEMENT
Chambre des communes
* Demandes introductives de projets de loi privés
(deuxième session, trente-neuvième législature)............. 744
Sénat
Sanction royale
Projets de loi sanctionnés.................................................... 744
RÈGLEMENTS PROJETÉS
Citoyenneté et de l’Immigration, min. de la
Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés
Règlement modifiant le Règlement sur l’immigration
et la protection des réfugiés (Erratum) ...........................
Pêches et des Océans, min. des
Loi sur les océans
Règlement sur la zone de protection marine du mont
sous-marin Bowie ...........................................................
Transports, min. des
Loi sur l’aéronautique
* Règlement de zonage de l’aéroport international
Macdonald-Cartier d’Ottawa ..........................................
Loi sur la sécurité automobile
Règlement modifiant le Règlement sur la sécurité des
véhicules automobiles (norme 216 — résistance du
toit à l’écrasement et norme 220 — protection contre
les tonneaux) ...................................................................
Règlement modifiant le Règlement sur la sécurité des
véhicules automobiles (pare-chocs) ................................
Loi sur les ponts et tunnels internationaux
Règlement sur les ponts et tunnels internationaux ..............
SUPPLÉMENTS
Commission du droit d’auteur
Tarif des redevances à percevoir par la SOCAN pour la
communication au public par télécommunication, au
Canada, d’œuvres musicales ou dramatico-musicales
Tarif des redevances à percevoir par la SOCAN pour
l’exécution en public ou la communication au public
par télécommunication, au Canada, d’œuvres
musicales ou dramatico-musicales
762
763
796
828
822
782
Supplement
Canada Gazette, Part I
March 22, 2008
Supplément
Gazette du Canada, Partie I
Le 22 mars 2008
COPYRIGHT BOARD
COMMISSION DU DROIT
D’AUTEUR
Statement of Royalties to Be
Collected by SOCAN for the Public Performance
or the Communication to the Public by
Telecommunication, in Canada, of Musical or
Dramatico-Musical Works
Tarif des redevances à percevoir
par la SOCAN pour l’exécution en public
ou la communication au public par
télécommunication, au Canada, d’œuvres
musicales ou dramatico-musicales
Tariff 16
(1998-2006)
Tarif 16
(1998-2006)
Tariff 1.C
(2002-2005)
Tarif 1.C
(2002-2005)
Tariff 2.D
(2002-2008)
Tarif 2.D
(2002-2008)
Tariffs 4.A.1, 4.A.2, 4.B.1, 4.B.3, 5.B
(2003-2008)
Tarifs 4.A.1, 4.A.2, 4.B.1, 4.B.3, 5.B
(2003-2008)
Tariff 12.B
(2004-2008)
Tarif 12.B
(2004-2008)
Tariff 1.B
(2005-2006)
Tarif 1.B
(2005-2006)
Tariffs 2.A., 2.B, 5.A, 6, 12.A, 13, 15.B
(2005-2008)
Tarifs 2.A., 2.B, 5.A, 6, 12.A, 13, 15.B
(2005-2008)
Tariffs 3, 7, 8, 10, 11, 14, 18, 20, 21
(2005-2010)
Tarifs 3, 7, 8, 10, 11, 14, 18, 20, 21
(2005-2010)
Tariff 15.A
(2006-2007)
Tarif 15.A
(2006-2007)
Tariff 23
(2007-2008)
Tarif 23
(2007-2008)
Tariff 19
(2007-2010)
Tarif 19
(2007-2010)
Tariff 2.C
(2008)
Tarif 2.C
(2008)
Tariff 4.B.2
(2008-2012)
Tarif 4.B.2
(2008-2012)
Le 22 mars 2008
Supplément à la Gazette du Canada
3
COPYRIGHT BOARD
COMMISSION DU DROIT D’AUTEUR
FILE: Public Performance of Musical Works
DOSSIER : Exécution publique d’œuvres musicales
Statement of Royalties to Be Collected by SOCAN for the
Public Performance or the Communication to the Public
by Telecommunication, in Canada, of Musical or
Dramatico-Musical Works
Tarif des redevances à percevoir par la SOCAN pour l’exécution
en public ou la communication au public par télécommunication,
au Canada, d’œuvres musicales ou dramatico-musicales
In accordance with subsection 68(4) of the Copyright Act, the
Copyright Board has certified and hereby publishes the statement
of royalties to be collected by the Society of Composers, Authors
and Music Publishers of Canada (SOCAN) for the public performance or the communication to the public by telecommunication, in Canada, of musical or dramatico-musical works in respect
of the following tariffs and for the following years:
— Tariff 16 (1998-2006)
— Tariff 1.C (2002-2005)
— Tariff 2.D (2002-2008)
— Tariffs 4.A.1, 4.A.2, 4.B.1, 4.B.3, 5.B (2003-2008)
— Tariff 12.B (2004-2008)
— Tariff 1.B (2005-2006)
— Tariffs 2.A., 2.B, 5.A, 6, 12.A, 13, 15.B (2005-2008)
— Tariffs 3, 7, 8, 10, 11, 14, 18, 20, 21 (2005-2010)
— Tariff 15.A (2006-2007)
— Tariff 23 (2007-2008)
— Tariff 19 (2007-2010)
— Tariff 2.C (2008)
— Tariff 4.B.2 (2008-2012)
Conformément au paragraphe 68(4) de la Loi sur le droit d’auteur, la Commission du droit d’auteur a homologué et publie le
tarif que la Société canadienne des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (SOCAN) peut percevoir pour l’exécution en
public ou la communication au public par télécommunication, au
Canada, d’œuvres musicales ou dramatico-musicales, à l’égard
des tarifs suivants et pour les années suivantes :
— Tarif 16 (1998-2006)
— Tarif 1.C (2002-2005)
— Tarif 2.D (2002-2008)
— Tarifs 4.A.1, 4.A.2, 4.B.1, 4.B.3, 5.B (2003-2008)
— Tarif 12.B (2004-2008)
— Tarif 1.B (2005-2006)
— Tarifs 2.A., 2.B, 5.A, 6, 12.A, 13, 15.B (2005-2008)
— Tarifs 3, 7, 8, 10, 11, 14, 18, 20, 21 (2005-2010)
— Tarif 15.A (2006-2007)
— Tarif 23 (2007-2008)
— Tarif 19 (2007-2010)
— Tarif 2.C (2008)
— Tarif 4.B.2 (2008-2012)
Ottawa, March 22, 2008
Ottawa, le 22 mars 2008
CLAUDE MAJEAU
Secretary General
56 Sparks Street, Suite 800
Ottawa, Ontario
K1A 0C9
613-952-8621 (telephone)
613-952-8630 (fax)
majeau.claude@cb-cda.gc.ca (email)
Le secrétaire général
CLAUDE MAJEAU
56, rue Sparks, Bureau 800
Ottawa (Ontario)
K1A 0C9
613-952-8621 (téléphone)
613-952-8630 (télécopieur)
majeau.claude@cb-cda.gc.ca (courriel)
4
Supplement to the Canada Gazette
March 22, 2008
TARIFF OF ROYALTIES TO BE COLLECTED BY THE
SOCIETY OF COMPOSERS, AUTHORS AND MUSIC
PUBLISHERS OF CANADA (SOCAN)
TARIF DES REDEVANCES QUE LA SOCIÉTÉ
CANADIENNE DES AUTEURS, COMPOSITEURS ET
ÉDITEURS DE MUSIQUE (SOCAN) PEUT PERCEVOIR
in compensation for the right to perform in public or to communicate to the public by telecommunication, in Canada, musical or
dramatico-musical works forming part of its repertoire.
en compensation pour l’exécution en public, ou la communication
au public par télécommunication, au Canada, d’œuvres musicales
ou dramatico-musicales faisant partie de son répertoire.
GENERAL PROVISIONS
DISPOSITIONS GÉNÉRALES
All amounts payable under these tariffs are exclusive of any
federal, provincial or other governmental taxes or levies of any
kind.
As used in these tariffs, the terms “licence,” “licence to perform” and “licence to communicate to the public by telecommunication” mean a licence to perform in public or to communicate to the public by telecommunication or to authorize the
performance in public or the communication to the public by
telecommunication, as the context may require.
Les montants exigibles indiqués dans les présents tarifs ne comprennent ni les taxes fédérales, provinciales ou autres, ni les prélèvements d’autre genre qui pourraient s’appliquer.
Dans les présents tarifs, « licence », « licence permettant
l’exécution » et « licence permettant la communication au public
par télécommunication » signifient, selon le contexte, une licence
d’exécution en public ou de communication au public par télécommunication ou une licence permettant d’autoriser une tierce
partie à exécuter en public ou à communiquer au public par
télécommunication.
Sauf indication contraire, les redevances relatives à toute licence octroyée par la SOCAN sont dues et payables dès l’octroi
de la licence. Tout montant non payé à son échéance porte intérêt
à compter de la date à laquelle il aurait dû être acquitté jusqu’à la
date où il est reçu. L’intérêt est calculé quotidiennement, à un
taux de un pour cent au-dessus du taux officiel d’escompte de la
Banque du Canada en vigueur le dernier jour du mois précédent
(tel qu’il est publié par la Banque du Canada). L’intérêt n’est pas
composé.
Chaque licence reste valable en fonction des conditions qui y
sont énoncées. La SOCAN peut, en tout temps, mettre fin à toute
licence sur préavis écrit de 30 jours pour violation des modalités
de la licence.
Except where otherwise specified, fees payable for any licence
granted by SOCAN shall be due and payable upon grant of the
licence. Any amount not received by the due date shall bear interest from that date until the date the amount is received. Interest
shall be calculated daily, at a rate equal to one per cent above the
Bank of Canada Rate effective on the last day of the previous
month (as published by the Bank of Canada). Interest shall not
compound.
Each licence shall subsist according to the terms set out therein.
SOCAN shall have the right at any time to terminate a licence for
breach of terms or conditions upon 30 days notice in writing.
Tariff No. 1
Tarif no 1
RADIO
RADIO
B. Non-Commercial Radio other than the Canadian
Broadcasting Corporation (2005, 2006)
B. Radio non commerciale autre que la Société Radio-Canada
(2005, 2006)
For a licence to perform, at any time and as often as desired in
2005 and 2006, for private and domestic use, any or all of the
works in SOCAN’s repertoire by a non-commercial AM or FM
radio station other than a station of the Canadian Broadcasting
Corporation, the fee payable is 1.9 per cent of the station’s gross
operating costs in the year covered by the licence.
Pour une licence permettant l’exécution en tout temps et aussi
souvent que désiré en 2005 et 2006, aux fins privées ou domestiques, de l’une ou de la totalité des œuvres faisant partie du
répertoire de la SOCAN, par une station non commerciale de
radiodiffusion MA ou MF autre qu’une station de la Société
Radio-Canada, le droit exigible est de 1,9 pour cent des coûts bruts
d’exploitation de la station durant l’année visée par la licence.
Au plus tard le 31 janvier de l’année visée par la licence, le titulaire de la licence verse la redevance qu’il estime devoir payer
pour l’année en cause. Le paiement est accompagné d’un rapport
des coûts bruts réels d’exploitation de la station pour l’année précédente. La redevance est sujette à un rajustement lorsque les
coûts bruts réels d’exploitation pour l’année visée par la licence
ont été établis et qu’il en a été fait rapport à la SOCAN.
Si la période de radiodiffusion est moindre que l’année entière,
une demande de licence doit être présentée à la fin du premier
mois de radiodiffusion, sur le formulaire fourni par la SOCAN, et
la station fait parvenir sa demande accompagnée de sa remise
pour le droit estimatif payable.
Aux fins du présent tarif, « station non commerciale de radio
MA ou MF » comprend toute station sans but lucratif ou exploitée
sans but lucratif, qu’une partie de ses coûts d’exploitation provienne ou non de revenus publicitaires.
No later than January 31 of the year covered by the licence, the
licensee shall pay the estimated fee owing for that year. The payment shall be accompanied by a report of the station’s actual
gross operating costs for the previous year. The fee is subject to
adjustment when the actual gross operating costs for the year
covered by the licence have been determined and reported to
SOCAN.
If broadcasting takes place for less than the entire year, an application must be made for a licence by the end of the first month
of broadcasting on the form to be supplied by SOCAN and,
together with the application form, the station shall forward its
remittance for the estimated fee payable.
For the purpose of this tariff item, “non-commercial AM or FM
radio station” shall include any station which is non-profit or notfor-profit, whether or not any part of its operating expenses is
funded by advertising revenues.
Le 22 mars 2008
Supplément à la Gazette du Canada
SOCAN shall have the right to audit the licensee’s books and
records, on reasonable notice and during normal business hours,
to verify the statements rendered and the fee payable by the licensee.
5
Tariff 1.B does not apply to the use of music covered by
Tariff 22 or the Pay Audio Services Tariff.
La SOCAN peut vérifier les livres et registres du titulaire de la
licence durant les heures de bureau régulières, moyennant un
préavis raisonnable, afin de confirmer les rapports soumis par le
titulaire de la licence et la redevance exigible de ce dernier.
L’usage de musique assujetti au tarif 22 et au tarif pour les
Services sonores payants n’est pas assujetti au présent tarif.
C. Canadian Broadcasting Corporation (2002 to 2005)
C. Société Radio-Canada (2002 à 2005)
For a licence to perform, at any time and as often as desired in
the years 2002 to 2005, for private and domestic use, any or all of
the works in SOCAN’s repertoire by means of the radio network
and stations owned and operated by the Canadian Broadcasting
Corporation, the annual fee shall be $1,380,675 in 2002,
$1,415,192 in 2003, $1,450,572 in 2004 and $1,486,836 in 2005,
payable in equal monthly instalments on the first day of each
month, commencing January 1 of the year for which the licence
was issued.
Tariff 1.C does not apply to the use of music covered under
Tariff 22 or the Pay Audio Services Tariff.
Pour une licence permettant l’exécution en tout temps et aussi
souvent que désiré durant les années 2002 à 2005, aux fins privées ou domestiques, de l’une ou de la totalité des œuvres faisant
partie du répertoire de la SOCAN sur les ondes radio du réseau et
des stations que possède ou exploite la Société Radio-Canada, la
redevance annuelle sera de 1 380 675 $ en 2002, 1 415 192 $ en
2003, 1 450 572 $ en 2004 et 1 486 836 $ en 2005, payable en
versements mensuels égaux le premier jour de chaque mois, à
compter du 1er janvier de l’année pour laquelle la licence est émise.
Le tarif 1.C ne s’applique pas à l’usage de musique assujetti au
tarif 22 ou au tarif pour les Services sonores payants.
Tariff No. 2
Tarif no 2
TELEVISION
TÉLÉVISION
A. Commercial Television Stations (2005 to 2008)
A. Stations de télévision commerciales (2005 à 2008)
Definitions
Définitions
1. In this tariff,
“ambient music” means music unavoidably picked up in the background when an event is videotaped or broadcasted. (musique
ambiante)
“cleared music” means any music, other than ambient music or
production music, in respect of which a station does not require
a licence from SOCAN. (musique affranchie)
“cleared program” means
(a) if the only cleared music contained in the program is music that was cleared before 60 days after the publication of
this tariff, a program containing no music other than cleared
music, ambient music or production music;
(b) if not, a program produced by a Canadian programming
undertaking and containing no music other than cleared music, ambient music or production music. (émission affranchie)
“gross income” means the gross amount paid by any person for
the use of one or more broadcasting services or facilities provided by the station’s operator, whether such amounts are paid
to the station owner or operator or to other persons, excluding
the following:
(a) any such amounts received by a person other than the
operator or owner of the station which form part of the base
for calculation of the SOCAN royalty payable by such other
person under this or another tariff;
(b) income accruing from investments, rents or any other
business unrelated to the station’s broadcasting activities.
However, income accruing from any allied or subsidiary
business that is a necessary adjunct to the station’s broadcasting services and facilities or which results in their being
used shall be included in the “gross income”;
(c) amounts received for the production of a program that is
commissioned by someone other than the licensee and which
becomes the property of that person;
(d) the recovery of any amount paid to obtain the exclusive
national or provincial broadcast rights to a sporting event,
if the licensee can establish that the station was also paid
1. Les définitions qui suivent s’appliquent au présent tarif :
« émission affranchie »
a) émission contenant uniquement de la musique ambiante,
de production ou affranchie, si la seule musique affranchie
que contient l’émission l’était au plus tard 60 jours après la
publication du présent tarif;
b) sinon, émission produite par une entreprise de distribution
canadienne contenant uniquement de la musique ambiante,
de production ou affranchie. (cleared program)
« entreprise de programmation » Entreprise de distribution telle
qu’elle est définie dans la Loi sur la radiodiffusion, L.C. 1991,
ch. 11. (programming undertaking)
« musique affranchie » Musique, autre que de la musique ambiante ou de production, pour laquelle la station n’a pas besoin
d’une licence de la SOCAN. (cleared music)
« musique ambiante » Musique captée de façon incidente lorsqu’un événement est diffusé ou enregistré. (ambient music)
« musique de production » Musique incorporée dans la programmation interstitielle, tels les messages publicitaires, les messages d’intérêt public et les ritournelles. (production music)
« revenus bruts » Sommes brutes payées pour l’utilisation d’une
ou de plusieurs des installations ou services de diffusion offerts
par l’exploitant de la station, peu importe si ces montants sont
payés au propriétaire ou à l’exploitant de la station ou à une autre personne, à l’exclusion des sommes suivantes :
a) les montants reçus par une personne autre que le propriétaire ou l’exploitant de la station et qui font partie de la base
de calcul de la redevance payable à la SOCAN par cette autre personne en vertu du présent tarif ou d’un autre tarif;
b) les revenus provenant d’investissements, de loyers ou
d’autres sources non reliées aux activités de diffusion. Il est
entendu que les revenus provenant d’activités indirectement
reliées ou associées aux activités de diffusion, qui en sont le
complément nécessaire, ou ayant comme conséquence l’utilisation des services et installations de diffusion, font partie
des « revenus bruts »;
6
Supplement to the Canada Gazette
normal fees for station time and facilities. SOCAN may require the production of the contract granting these rights together with the billing or correspondence relating to the use
of these rights by other parties; and
(e) amounts received by an originating station acting on behalf of a group of stations which do not constitute a permanent network and which broadcast a single event, simultaneously or on a delayed basis, that the originating station pays
out to the other stations participating in the broadcast. These
amounts paid to each participating station are part of that station’s “gross income.” (revenus bruts)
“production music” means music contained in interstitial programming such as commercials, public service announcements
and jingles. (musique de production)
“programming undertaking” means a programming undertaking
as defined in the Broadcasting Act, S.C. 1991, ch. 11. (entreprise de programmation)
March 22, 2008
c) les sommes versées pour la réalisation d’une émission
pour le compte d’une personne autre que le titulaire de la licence et qui en devient le propriétaire;
d) les sommes reçues en recouvrement du coût d’acquisition
de droits exclusifs, nationaux ou provinciaux, de diffusion
d’événements sportifs, dans la mesure où le titulaire de la
licence établit que la station a aussi perçu des revenus normaux pour l’utilisation du temps d’antenne et des installations de la station. La SOCAN aura le droit d’exiger la production du contrat d’acquisition de ces droits, ainsi que des
factures ou autres documents se rattachant à l’usage de ces
droits par des tiers;
e) les sommes reçues par une station source agissant pour le
compte d’un groupe de stations qui ne constituent pas un réseau permanent et qui diffusent, simultanément ou en différé, un événement particulier, que la station source remet aux
autres stations participant à la diffusion. Les sommes ainsi
remises à chaque station participante font partie des « revenus bruts » de cette station participante. (gross income)
Application
Application
2. (1) This tariff applies to licences for the communication to
the public by telecommunication by a broadcast television station,
at any time and as often as desired, in the years 2005 to 2008, for
private or domestic use, of any or all of the works in SOCAN’s
repertoire.
(2) This tariff does not apply to stations owned and operated by
the Canadian Broadcasting Corporation or licensed under a different tariff.
2. (1) Le présent tarif vise les licences pour la communication
au public par télécommunication en tout temps et aussi souvent
que désiré durant les années 2005 à 2008 aux fins privées ou domestiques, de l’une ou de la totalité des œuvres faisant partie du
répertoire de la SOCAN sur les ondes d’une station de télévision
commerciale.
(2) Les stations de télévision qui appartiennent en propre à la
Société Radio-Canada, de même que celles qui sont expressément
assujetties à un autre tarif, ne sont pas assujetties au présent tarif.
Election of Licence
Option
3. (1) A station can elect for the standard or modified blanket
licence.
(2) A station’s election must be in writing and must be received
by SOCAN at least 30 days before the first day of the month for
which the election is to take effect.
(3) A station’s election remains valid until it makes a further
election.
(4) A station can make no more than two elections in a calendar year.
(5) A station that has never made an election is deemed to have
elected for the standard blanket licence.
3. (1) Une station peut opter pour la licence générale standard
ou modifiée.
(2) L’option s’exerce par écrit. La SOCAN doit la recevoir au
moins 30 jours précédant le premier jour du mois au cours duquel
elle prend effet.
(3) Il est mis fin à une option en exerçant une autre option.
Standard Blanket Licence
La licence générale standard
4. (1) A station that has elected for the standard blanket licence
shall pay 1.9 per cent of the station’s gross income for the second
month before the month for which the licence is issued.
4. (1) La station qui opte pour la licence générale standard
verse 1,9 pour cent des revenus bruts de la station pour le mois
antérieur au mois qui précède le mois pour lequel la licence est
émise.
(2) Au plus tard le jour précédant le premier jour du mois pour
lequel la licence est émise, le titulaire de la licence verse la redevance exigible, accompagnée d’un rapport établissant les revenus
bruts de la station pour le mois antérieur au mois qui précède
celui pour lequel la licence est émise.
(2) No later than the day before the first day of the month for
which the licence is issued, the station shall pay the fee, and report the station’s gross income for the second month before the
month for which the licence is issued.
(4) Une station a droit à deux options par année civile.
(5) La station qui n’a jamais exercé d’option est réputée avoir
opté pour la licence générale standard.
Modified Blanket Licence (MBL)
La licence générale modifiée (LGM)
5. (1) A station that has elected for the modified blanket licence
shall pay the amount calculated in accordance with Form A (found
at page 27 of this Supplement).
5. (1) La station qui opte pour la licence générale modifiée
verse la redevance établie selon le formulaire A (qui se trouve à la
page 27 de ce Supplément).
Le 22 mars 2008
Supplément à la Gazette du Canada
7
(2) No later than the last day of the month after the month for
which the licence is issued, the station shall
(i) provide to SOCAN, using Form A, a report of the calculation of its licence fee,
(ii) provide to SOCAN, using Form B (found at page 28 of
this Supplement), reports identifying, in respect of each
cleared program, the music used in that program,
(iii) provide to SOCAN any document supporting its claim
that the music identified in Form B is cleared music, or a reference to that document, if the document was provided previously, and
(iv) pay the amount payable pursuant to subsection (1).
(2) Au plus tard le dernier jour du mois suivant celui à l’égard
duquel la licence est émise, la station
(i) fournit à la SOCAN un rapport établissant, selon le formulaire A, le montant de sa redevance,
(ii) fournit à la SOCAN des rapports établis selon le formulaire B (qui se trouve à la page 29 de ce Supplément), précisant,
à l’égard de chaque émission affranchie, la musique utilisée
durant l’émission,
(iii) fournit à la SOCAN les documents sur lesquels elle se
fonde pour dire que les œuvres énumérées dans le formulaire B
sont de la musique affranchie, ou une référence à ces documents s’ils ont été fournis auparavant,
(iv) verse la redevance visée au paragraphe (1).
Audit Rights
Vérification
6. SOCAN shall have the right to audit any licensee’s books
and records, on reasonable notice and during normal business
hours, to verify the statements and reports rendered and the fee
payable by the licensee.
6. La SOCAN peut vérifier les livres et registres du titulaire de
la licence durant les heures de bureau régulières, moyennant un
préavis raisonnable, afin de confirmer les rapports soumis par le
titulaire de la licence et la redevance exigible de ce dernier.
MBL: Incorrect Cleared Program Claims
LGM : déclarations erronées d’émissions affranchies
7. Amounts paid pursuant to lines C and D of Form A on account of a program that a station incorrectly claimed as a cleared
program are not refundable.
7. Les sommes payées en application des lignes C et D du formulaire A à l’égard de l’émission que la station a erronément
déclaré être une émission affranchie ne sont pas remboursables.
B. Ontario Educational Communications Authority (2005 to
2008)
B. Office de la télécommunication éducative de l’Ontario
(2005 à 2008)
For a licence to perform, at any time and as often as desired in
the years 2005 to 2008, for private or domestic use, any or all of
the works in SOCAN’s repertoire by a station operated by the
Ontario Educational Communications Authority, the annual fee is
$300,080 payable in equal quarterly instalments on January 1,
April 1, July 1 and October 1 of the year covered by the licence.
Tariff 2.B does not apply to the use of music covered under
Tariff 17 or Tariff 22.
Pour une licence permettant l’exécution en tout temps et aussi
souvent que désiré durant les années 2005 à 2008, aux fins privées ou domestiques, de l’une ou de la totalité des œuvres faisant
partie du répertoire de la SOCAN sur les ondes d’une station exploitée par l’Office de la télécommunication éducative de l’Ontario, la redevance annuelle est de 300 080 $, payable en versements trimestriels égaux le 1er janvier, le 1er avril, le 1er juillet et
le 1er octobre de l’année visée par la licence.
L’usage de musique expressément assujetti au tarif 17 ou au
tarif 22 n’est pas assujetti au présent tarif.
C. Société de télédiffusion du Québec (2008)
C. Société de télédiffusion du Québec (2008)
For a licence to perform, at any time and as often as desired in
2008, for private or domestic use, any or all of the works in
SOCAN’s repertoire by a station operated by the Société de
télédiffusion du Québec, the annual fee is $180,000 payable in
equal quarterly instalments on March 31, June 30, September 30
and December 15 of the year covered by the licence.
Tariff 2.C does not apply to the use of music covered under
Tariff 17 or Tariff 22.
Pour une licence permettant l’exécution en tout temps et aussi
souvent que désiré en 2008, aux fins privées ou domestiques, de
l’une ou de la totalité des œuvres faisant partie du répertoire de la
SOCAN sur les ondes d’une station exploitée par la Société de
télédiffusion du Québec, la redevance annuelle est de 180 000 $,
payable en versements trimestriels égaux le 31 mars, le 30 juin, le
30 septembre et le 15 décembre de l’année visée par la licence.
L’usage de musique expressément assujetti au tarif 17 ou au
tarif 22 n’est pas assujetti au présent tarif.
D. Canadian Broadcasting Corporation (2002 to 2008)
D. Société Radio-Canada (2002 à 2008)
For a licence to perform, at any time and as often as desired in
the years 2002 to 2008, for private or domestic use, any or all of
the works in SOCAN’s repertoire for all broadcasts of programs
by the television network and stations owned and operated by the
Canadian Broadcasting Corporation, the annual fee shall be
$6,395,400 in 2002, $6,523,308 in 2003, $6,653,774 in 2004,
$6,786,849 in 2005 and $6,922,586 in 2006, 2007 and 2008 payable in equal monthly instalments on the first day of each month,
commencing January 1 of the year for which the licence is issued.
Pour une licence à la Société Radio-Canada permettant l’exécution en tout temps et aussi souvent que désiré durant les années
2002 à 2008, aux fins privées ou domestiques, de l’une ou de la
totalité des œuvres faisant partie du répertoire de la SOCAN pour
toutes les émissions de la Société Radio-Canada diffusées sur les
ondes du réseau et des stations de télévision que possède ou exploite la Société Radio-Canada, la redevance annuelle sera de
6 395 400 $ en 2002, 6 523 308 $ en 2003, 6 653 774 $ en 2004,
6 786 849 $ en 2005 et 6 922 586 $ en 2006, 2007 et 2008 payable
en versements mensuels égaux le premier jour de chaque mois à
compter du 1er janvier de l’année pour laquelle la licence est émise.
8
Supplement to the Canada Gazette
March 22, 2008
Tariff 2.D does not apply to the use of music covered under
Tariff 17 or Tariff 22.
L’usage de musique expressément assujetti au tarif 17 ou au
tarif 22 n’est pas assujetti au présent tarif.
Tariff No. 3
Tarif no 3
CABARETS, CAFES, CLUBS, COCKTAIL BARS, DINING
ROOMS, LOUNGES, RESTAURANTS, ROADHOUSES,
TAVERNS AND SIMILAR ESTABLISHMENTS
(2005 to 2010)
CABARETS, CAFÉS, CLUBS, BARS À COCKTAIL, SALLES
À MANGER, FOYERS, RESTAURANTS, AUBERGES,
TAVERNES ET ÉTABLISSEMENTS DU MÊME GENRE
(2005 à 2010)
A. Live Music
A. Exécution en personne
For a licence to perform, by means of performers in person, at
any time and as often as desired in the years 2005 to 2010, any or
all of the works in SOCAN’s repertoire, in cabarets, cafes, clubs,
cocktail bars, dining rooms, lounges, restaurants, roadhouses,
taverns and similar establishments, the fee payable by the establishment is 3 per cent of the compensation for entertainment paid
in the year covered by the licence, subject to a minimum annual
fee of $83.65.
Pour une licence permettant l’exécution, par des exécutants en
personne, en tout temps et aussi souvent que désiré durant les
années 2005 à 2010, de l’une ou de la totalité des œuvres faisant
partie du répertoire de la SOCAN, dans un cabaret, un café, un
club, un bar à cocktail, une salle à manger, un foyer, un restaurant, une auberge, une taverne ou un établissement du même
genre, la redevance payable par l’établissement est de 3 pour cent
de la compensation pour divertissement versée durant l’année
visée par la licence, sous réserve d’une redevance annuelle minimale de 83,65 $.
« Compensation pour divertissement » s’entend des sommes
totales payées par le titulaire de la licence aux musiciens, chanteurs ou exécutants, plus toute autre compensation reçue par eux,
pour le divertissement dont la musique exécutée en personne fait
partie. Ce montant n’inclut pas les sommes payées pour les accessoires de théâtre, le matériel d’éclairage, les décors, les costumes,
la rénovation ou l’expansion des installations, l’ameublement ou
le matériel.
Au plus tard le 31 janvier de l’année visée par la licence, le titulaire de la licence verse à la SOCAN la redevance qu’il estime
devoir payer pour la licence durant cette année, établie de la façon
suivante. Si de la musique a été exécutée l’année précédente dans
le cadre des activités de divertissement, la redevance est établie à
partir de la compensation pour divertissement réellement versée
cette année-là; un rapport établissant le montant de cette compensation accompagne le paiement. Si aucune œuvre musicale n’a
été exécutée l’année précédente, le titulaire de la licence fournit
un rapport estimant la compensation pour divertissement prévue
pour chacune des années susmentionnées, et verse la redevance
correspondante.
Au plus tard le 31 janvier de l’année suivante, le titulaire de la
licence soumet à la SOCAN un rapport établissant la compensation pour divertissement réellement versée l’année précédente et
le coût de la licence est ajusté en conséquence. Le paiement de
toute somme due accompagne le rapport; si le coût de la licence
est inférieur au montant déjà payé, la SOCAN porte le supplément au crédit du titulaire de la licence.
La SOCAN peut vérifier les livres et registres du titulaire de la
licence durant les heures de bureau régulières, moyennant un
préavis raisonnable, afin de confirmer les rapports soumis par le
titulaire de la licence et la redevance exigible de ce dernier.
Le titulaire de la licence peut exiger que la vérification soit effectuée par un vérificateur indépendant choisi à même une liste
d’au moins trois noms soumis par la SOCAN. Dans ce cas, le
titulaire n’est tenu de donner accès à ses registres qu’au vérificateur ainsi choisi. Si la vérification révèle que la redevance à verser a été sous-estimée de plus de 10 pour cent, le titulaire de la
licence défraie les honoraires du vérificateur.
“Compensation for entertainment” means the total amounts
paid by the licensee to, plus any other compensation received by,
musicians, singers and all other performers, for entertainment of
which live music forms part. It does not include expenditures for
stage props, lighting equipment, set design and costumes, or expenditures for renovation, expansion of facilities or furniture and
equipment.
No later than January 31 of the year covered by the licence, the
licensee shall pay to SOCAN the estimated fee owing for that
year, as follows. If any music was performed as part of entertainment in the previous year, the payment is based on the compensation paid for entertainment during that year, and accompanied by
a report of the actual compensation paid for entertainment during
that year. If no music was performed as part of entertainment in
that year, the licensee shall file a report estimating the expected
compensation for entertainment during the year covered by the
licence and pay according to that report.
No later than January 31 of the following year, the licensee
shall file with SOCAN a report of the actual compensation paid
for entertainment during the previous year and an adjustment of
the licence fee shall be made accordingly. Any monies owed shall
then be paid to SOCAN; if the fee due is less than the amount
paid, SOCAN shall credit the licensee with the amount of the
overpayment.
SOCAN shall have the right to audit the licensee’s books and
records, on reasonable notice and during normal business hours,
to verify the statements rendered and the fee payable by the licensee.
The licensee may request that the examination be made by an
independent auditor chosen by the licensee from a list of at least
three auditors furnished by SOCAN. In such a case, only the auditor so appointed need be allowed access to the licensee’s records.
If the audit discloses that the licence fee owed to SOCAN has
been understated by more than 10 per cent, the licensee shall pay
the auditor’s fees.
Le 22 mars 2008
Supplément à la Gazette du Canada
9
B. Recorded Music Accompanying Live Entertainment
B. Musique enregistrée accompagnant un spectacle
For a licence to perform, by means of recorded music, at any
time and as often as desired in the years 2005 to 2010, any or all
of the works in SOCAN’s repertoire, as an integral part of live
entertainment in cabarets, cafes, clubs, cocktail bars, dining rooms,
lounges, restaurants, roadhouses, taverns and similar establishments, the fee payable by the establishment shall be 2 per cent of
the compensation for entertainment paid in the year covered by
the licence, subject to a minimum annual fee of $62.74.
Pour une licence permettant l’exécution, au moyen de musique
enregistrée, en tout temps et aussi souvent que désiré durant les
années 2005 à 2010, de l’une ou de la totalité des œuvres faisant
partie du répertoire de la SOCAN, comme partie intégrante du
divertissement par des exécutants en personne dans un cabaret, un
café, un club, un bar à cocktail, une salle à manger, un foyer, un
restaurant, une auberge, une taverne ou un établissement du
même genre, la redevance payable par l’établissement est de
2 pour cent de la compensation pour divertissement versée durant
l’année visée par la licence, sous réserve d’une redevance annuelle minimale de 62,74 $.
« Compensation pour divertissement » s’entend des sommes
totales payées par le titulaire de la licence aux exécutants, plus
toute autre compensation reçue par eux, pour le divertissement
dont la musique enregistrée fait partie intégrante. Ce montant
n’inclut pas les sommes payées pour les accessoires de théâtre, le
matériel d’éclairage, les décors, les costumes, la rénovation ou
l’expansion des installations, l’ameublement ou le matériel.
Au plus tard le 31 janvier de l’année visée par la licence, le titulaire de la licence verse à la SOCAN la redevance qu’il estime
devoir payer pour la licence durant cette année, établie de la façon
suivante. Si de la musique a été exécutée l’année précédente dans
le cadre des activités de divertissement, la redevance est établie à
partir de la compensation pour divertissement réellement versée
cette année-là; un rapport établissant le montant de cette compensation accompagne le paiement. Si aucune œuvre musicale n’a
été exécutée l’année précédente, le titulaire de la licence fournit
un rapport estimant la compensation pour divertissement prévue
pour chacune des années susmentionnées, et verse la redevance
correspondante.
Au plus tard le 31 janvier de l’année suivante, le titulaire de la
licence soumet à la SOCAN un rapport établissant la compensation pour divertissement réellement versée l’année précédente et
le coût de la licence est ajusté en conséquence. Le paiement de
toute somme due accompagne le rapport; si le coût de la licence
est inférieur au montant déjà payé, la SOCAN porte le supplément au crédit du titulaire de la licence.
La SOCAN peut vérifier les livres et registres du titulaire de la
licence durant les heures de bureau régulières, moyennant un
préavis raisonnable, afin de confirmer les rapports soumis par le
titulaire de la licence et la redevance exigible de ce dernier.
Le titulaire de la licence peut exiger que la vérification soit effectuée par un vérificateur indépendant choisi à même une liste
d’au moins trois noms soumis par la SOCAN. Dans ce cas, le
titulaire n’est tenu de donner accès à ses registres qu’au vérificateur ainsi choisi. Si la vérification révèle que la redevance à verser a été sous-estimée de plus de 10 pour cent, le titulaire de la
licence défraie les honoraires du vérificateur.
L’usage de musique assujetti au tarif 3.C n’est pas assujetti au
présent tarif.
“Compensation for entertainment” means the total amounts
paid by the licensee to, plus any other compensation received by,
all performers, for entertainment of which recorded music forms
an integral part. It does not include expenditures for stage props,
lighting equipment, set design and costumes, or expenditures for
renovation, expansion of facilities or furniture and equipment.
No later than January 31 of the year covered by the licence, the
licensee shall pay to SOCAN the estimated fee owing for that
year, as follows. If any music was performed as part of entertainment in the previous year, the payment is based on the compensation paid for entertainment during that year, and accompanied by
a report of the actual compensation paid for entertainment during
that year. If no music was performed as part of entertainment in
that year, the licensee shall file a report estimating the expected
compensation for entertainment during the year covered by the
licence and pay according to that report.
No later than January 31 of the following year, the licensee
shall file with SOCAN a report of the actual compensation paid
for entertainment during the previous year and an adjustment of
the licence fee shall be made accordingly. Any monies owed shall
then be paid to SOCAN; if the fee due is less than the amount
paid, SOCAN shall credit the licensee with the amount of the
overpayment.
SOCAN shall have the right to audit the licensee’s books and
records, on reasonable notice and during normal business hours,
to verify the statements rendered and the fee payable by the licensee.
The licensee may request that the examination be made by an
independent auditor chosen by the licensee from a list of at least
three auditors furnished by SOCAN. In such a case, only the auditor so appointed need be allowed access to the licensee’s records.
If the audit discloses that the licence fee owed to SOCAN has
been understated by more than 10 per cent, the licensee shall pay
the auditor’s fees.
Tariff 3.B does not apply to the use of music covered under
Tariff 3.C.
C. Adult Entertainment Clubs
For a licence to perform, by means of recorded music, at any
time and as often as desired in the years 2005 to 2010, any or all
of the works in SOCAN’s repertoire, in an adult entertainment
club, the fee payable by the establishment is 4.4¢ per day, multiplied by the capacity (seating and standing) authorized under the
establishment’s liquor licence or any other document issued by a
competent authority for this type of establishment.
“Day” means any period between 6:00 a.m. on one day and
6:00 a.m. the following day during which the establishment operates as an adult entertainment club.
C. Clubs de divertissement pour adultes
Pour une licence permettant l’exécution, au moyen de musique
enregistrée, en tout temps et aussi souvent que désiré durant les
années 2005 à 2010, de l’une ou de la totalité des œuvres faisant
partie du répertoire de la SOCAN, dans un club de divertissement
pour adultes, la redevance exigible est de 4,4 ¢ par jour, multiplié
par le nombre de places (debout et assises) autorisées selon le permis d’alcool ou tout autre document émis par les autorités compétentes pour ce genre d’établissement.
« Jour » s’entend d’une période débutant à 6 h du matin une
journée et se terminant à 6 h du matin le lendemain, durant laquelle l’établissement est exploité à titre de club de divertissement pour adultes.
10
Supplement to the Canada Gazette
No later than January 31 of the year covered by the licence, the
licensee shall file a report estimating the amount of royalties and
send to SOCAN the report and the estimated fee.
March 22, 2008
The licensee may request that the examination be made by an
independent auditor chosen by the licensee from a list of at least
three auditors furnished by SOCAN. In such a case, only the auditor so appointed need be allowed access to the licensee’s records.
If the audit discloses that the licence fee owed to SOCAN has
been understated by more than 10 per cent, the licensee shall pay
the auditor’s fees.
Au plus tard le 31 janvier de l’année visée par la licence, le titulaire de la licence soumet à la SOCAN un rapport estimant le
montant de la redevance exigible et fait parvenir avec ce rapport
la redevance correspondante.
Au plus tard le 31 janvier de l’année suivante, le titulaire de la
licence soumet à la SOCAN un rapport indiquant le nombre de
places (debout et assises) autorisées de l’établissement ainsi que
le nombre de jours de l’année précédente durant lesquels il a été
exploité à titre de club de divertissement pour adultes, et le coût
de la licence est ajusté en conséquence. Le paiement de toute
somme due accompagne le rapport; si le coût de la licence est
inférieur au montant déjà payé, la SOCAN porte le supplément au
crédit du titulaire de la licence.
La SOCAN peut vérifier les livres et registres du titulaire de la
licence durant les heures de bureau régulières, moyennant un
préavis raisonnable, afin de confirmer les rapports soumis par le
titulaire de la licence et la redevance exigible de ce dernier.
Le titulaire de la licence peut exiger que la vérification soit effectuée par un vérificateur indépendant choisi à même une liste
d’au moins trois noms soumis par la SOCAN. Dans ce cas, le
titulaire n’est tenu de donner accès à ses registres qu’au vérificateur ainsi choisi. Si la vérification révèle que la redevance à verser a été sous-estimée de plus de 10 pour cent, le titulaire de la
licence défraie les honoraires du vérificateur.
Tariff No. 4
Tarif no 4
LIVE PERFORMANCES AT THEATRES OR
OTHER PLACES OF ENTERTAINMENT
EXÉCUTIONS PAR DES INTERPRÈTES EN PERSONNE
DANS DES SALLES DE CONCERT OU D’AUTRES
LIEUX DE DIVERTISSEMENT
No later than January 31 of the following year, the licensee
shall file with SOCAN a report indicating the authorized capacity
(seating and standing) of the establishment, as well as the number
of days it operated as an adult entertainment club during the previous year, and an adjustment of the licence fee shall be made
accordingly. Any additional monies owed shall then be paid to
SOCAN; if the fee due is less than the amount paid, SOCAN shall
credit the licensee with the amount of the overpayment.
SOCAN shall have the right to audit the licensee’s books and
records, on reasonable notice and during normal business hours,
to verify the statements rendered and the fee payable by the licensee.
A. Popular Music Concerts
A. Concerts de musique populaire
1. Per Event Licence (2003 to 2008)
1. Licence pour concerts individuels (2003 à 2008)
For a licence to perform, at any time and as often as desired in
the years 2003 to 2008, any or all of the works in SOCAN’s repertoire, as live performances by musicians, singers, or both, and
other entertainers at theatres or other places where entertainment
is presented, including open-air events, the fee payable per concert is as follows:
(a) 3 per cent of gross receipts from ticket sales of paid concerts, exclusive of sales and amusement taxes, with a minimum
fee per concert of $20 for 2003 to 2005, $25 for 2006, $30 for
2007 and $35 for 2008; or
(b) 3 per cent of fees paid to singers, musicians, dancers, conductors, and other performing artists during a free concert, with
a minimum fee per concert of $20 for 2003 to 2005, $25 for
2006, $30 for 2007 and $35 for 2008.
Tariff 4.A.1 does not apply to performances covered under
Tariff 3.A.
Pour une licence permettant l’exécution en tout temps et aussi
souvent que désiré durant les années 2003 à 2008, de l’une ou de
la totalité des œuvres faisant partie du répertoire de la SOCAN,
par des exécutants en personne, dans des salles de concert ou dans
d’autres lieux de divertissement, y compris les spectacles en plein
air, la redevance exigible par concert se calcule comme suit :
a) 3 pour cent des recettes brutes au guichet des concerts payants,
à l’exclusion des taxes de vente et d’amusement, sous réserve
d’une redevance minimale par concert de 20 $ pour 2003 à
2005, 25 $ pour 2006, 30 $ pour 2007 et 35 $ pour 2008;
b) 3 pour cent des cachets versés aux chanteurs, musiciens,
danseurs, chefs d’orchestre et autres artistes interprètes participant à un concert gratuit, sous réserve d’une redevance minimale par concert de 20 $ pour 2003 à 2005, 25 $ pour 2006, 30 $
pour 2007 et 35 $ pour 2008.
« Concert gratuit » comprend le concert présenté dans le cadre
d’une fête, d’un festival ou d’un événement semblable et qui ne
fait pas l’objet d’un prix d’entrée supplémentaire.
La SOCAN peut vérifier les livres et registres du titulaire de la
licence durant les heures de bureau régulières, moyennant un
préavis raisonnable, afin de confirmer les rapports soumis par le
titulaire de la licence et la redevance exigible de ce dernier.
L’usage de musique expressément couvert par le tarif 3.A n’est
pas assujetti au présent tarif.
2. Annual Licence (2003 to 2008)
2. Licence annuelle (2003 à 2008)
For an annual licence to perform, at any time and as often as
desired in the years 2003 to 2008, any or all of the works in
Pour une licence annuelle permettant l’exécution, en tout temps
et aussi souvent que désiré durant les années 2003 à 2008, de
“Free concert” includes, with respect to festivals, celebrations
and other similar events, a concert for which no separate admission charge is made.
SOCAN shall have the right to audit the licensee’s books and
records, on reasonable notice and during normal business hours,
to verify the statements rendered and the fee payable by the licensee.
Le 22 mars 2008
Supplément à la Gazette du Canada
11
Tariff 4.A.2 does not apply to performances covered under
Tariff 3.A.
l’une ou de la totalité des œuvres faisant partie du répertoire de la
SOCAN, par des exécutants en personne, dans des salles de concert ou dans d’autres lieux de divertissement, y compris les spectacles en plein air, la redevance exigible se calcule comme suit :
a) 3 pour cent des recettes brutes au guichet des concerts payants,
à l’exclusion des taxes de vente et d’amusement, sous réserve
d’une redevance annuelle minimale de 30 $ pour 2003 à 2005,
40 $ pour 2006, 50 $ pour 2007 et 60 $ pour 2008;
b) 3 pour cent des cachets versés aux chanteurs, musiciens,
danseurs, chefs d’orchestre et autres artistes interprètes participant à un concert gratuit, sous réserve d’une redevance annuelle minimale de 30 $ pour 2003 à 2005, 40 $ pour 2006,
50 $ pour 2007 et 60 $ pour 2008.
« Concert gratuit » comprend le concert présenté dans le cadre
d’une fête, d’un festival ou d’un événement semblable et qui ne
fait pas l’objet d’un prix d’entrée supplémentaire.
Le titulaire de la licence évalue la redevance exigible pour
l’année pour laquelle la licence est émise, en fonction des recettes
brutes/cachets pour l’année précédente et verse ce montant estimatif à la SOCAN au plus tard le 31 janvier de l’année pour laquelle la licence est émise. Le versement de la redevance payable
doit être accompagné du relevé des recettes brutes/cachets pour
l’année précédente.
Si les recettes brutes/cachets déclarés pour l’année précédente
ne tiennent compte que d’une partie de l’année, le paiement de
cette redevance doit être accompagné d’un rapport contenant le
montant estimatif des recettes brutes/cachets pour la totalité de
l’année pour laquelle la licence est émise.
Au plus tard le 31 janvier de l’année suivante, un rapport des
recettes brutes/cachets réels pour l’année civile pour laquelle la
licence a été émise est préparé, le montant de la redevance exigible est corrigé et toute redevance additionnelle exigible en vertu
du montant réel des recettes brutes/cachets doit être versée à la
SOCAN. Si le coût de la licence est inférieur au montant déjà
payé, la SOCAN porte le supplément au crédit du titulaire de la
licence.
La SOCAN peut vérifier les livres et registres du titulaire de la
licence durant les heures de bureau régulières, moyennant un
préavis raisonnable, afin de confirmer les rapports soumis par le
titulaire de la licence et la redevance exigible de ce dernier.
L’usage de musique expressément couvert par le tarif 3.A n’est
pas assujetti au présent tarif.
B. Classical Music Concerts
B. Concerts de musique classique
1. Per Concert Licence (2003 to 2008)
1. Licence pour concerts individuels (2003 à 2008)
For a licence to perform, at any time and as often as desired in
the years 2003 to 2008, any or all of the works in SOCAN’s repertoire, as live performances by musicians, singers, or both, at
concerts or recitals of classical music, the fee payable per concert
is as follows:
(a) 1.56 per cent of gross receipts from ticket sales of paid concerts, exclusive of sales and amusement taxes, with a minimum
fee per concert of $20 for 2003 to 2005, $25 for 2006, $30 for
2007 and $35 for 2008; or
(b) 1.56 of fees paid to singers, musicians, dancers, conductors
and other performing artists during a free concert, with a minimum fee per concert of $20 for 2003 to 2005, $25 for 2006,
$30 for 2007 and $35 for 2008.
Pour une licence permettant l’exécution en tout temps et aussi
souvent que désiré durant les années 2003 à 2008, de l’une ou de
la totalité des œuvres faisant partie du répertoire de la SOCAN,
par des exécutants en personne, à l’occasion de concerts ou de
récitals de musique classique, la redevance exigible par concert se
calcule comme suit :
a) 1,56 pour cent des recettes brutes au guichet des concerts
payants, à l’exclusion des taxes de vente et d’amusement, sous
réserve d’une redevance minimale par concert de 20 $ pour
2003 à 2005, 25 $ pour 2006, 30 $ pour 2007 et 35 $ pour
2008;
b) 1,56 pour cent des cachets versés aux chanteurs, musiciens,
danseurs, chefs d’orchestre et autres artistes interprètes participant à un concert gratuit, sous réserve d’une redevance minimale par concert de 20 $ pour 2003 à 2005, 25 $ pour 2006, 30 $
pour 2007 et 35 $ pour 2008.
SOCAN’s repertoire, as live performances by musicians, singers,
or both, and other entertainers at theatres or other places where
entertainment is presented, including open-air events, the fee payable per concert is as follows:
(a) 3 per cent of gross receipts from ticket sales of paid concerts, exclusive of sales and amusement taxes, with a minimum
annual fee of $30 for 2003 to 2005, $40 for 2006, $50 for 2007
and $60 for 2008; or
(b) 3 per cent of fees paid to singers, musicians, dancers, conductors, and other performing artists during free concerts, with
a minimum annual fee of $30 for 2003 to 2005, $40 for 2006,
$50 for 2007 and $60 for 2008.
“Free concert” includes, with respect to festivals, celebrations
and other similar events, a concert for which no separate admission charge is made.
The licensee shall estimate the fee payable for the year for
which the licence is issued, based on the total receipts/fees paid
for the previous year, and shall pay such estimated fee to SOCAN
on or before January 31 of the year for which the licence is issued. Payment of the fee shall be accompanied by a report of the
gross receipts/fees paid for the previous year.
If the gross receipts/fees paid reported for the previous year
were not based on the entire year, payment of this fee shall be
accompanied by a report estimating the gross receipts/fees paid
for the entire year for which the licence is issued.
On or before January 31 of the following year, a report shall be
made of the actual gross receipts/fees paid during the calendar
year for which the licence is issued, an adjustment of the licence
fee payable to SOCAN shall be made, and any additional fees due
on the basis of the actual gross receipts/fees paid. If the fee due is
less than the amount paid, SOCAN shall credit the licensee with
the amount of the overpayment.
SOCAN shall have the right to audit the licensee’s books and
records, on reasonable notice and during normal business hours,
to verify the statements rendered and the fee payable by the licensee.
12
Supplement to the Canada Gazette
March 22, 2008
“Free concert” includes, with respect to festivals, celebrations
and other similar events, a concert for which no separate admission charge is made.
SOCAN shall have the right to audit the licensee’s books and
records, on reasonable notice and during normal business hours,
to verify the statements rendered and the fee payable by the licensee.
« Concert gratuit » comprend le concert présenté dans le cadre
d’une fête, d’un festival ou d’un événement semblable et qui ne
fait pas l’objet d’un prix d’entrée supplémentaire.
La SOCAN peut vérifier les livres et les registres du titulaire de
la licence durant les heures de bureau régulières, moyennant un
préavis raisonnable, afin de confirmer les rapports soumis par le
titulaire de la licence et la redevance exigible de ce dernier.
2. Annual Licence for Orchestras (2008 to 2012)
2. Licence annuelle pour orchestres (2008 à 2012)
For an annual licence to perform, at any time and as often as
desired in the years 2008 to 2012, any or all of the works in
SOCAN’s repertoire, as live performances by orchestras (including singers), at concerts or recitals of classical music, an annual
fee calculated in accordance with the following is payable in
semi-annual instalments by no later than January 31 and July 31
of each year:
Pour une licence annuelle permettant l’exécution en tout temps
et aussi souvent que désiré durant les années 2008 à 2012, de
l’une ou de la totalité des œuvres faisant partie du répertoire de la
SOCAN, par un orchestre (y compris les chanteurs), à l’occasion
de concerts ou de récitals de musique classique, la redevance annuelle exigible, payable en deux versements au plus tard les
31 janvier et 31 juillet de l’année en cause, se calcule comme
suit :
Annual Orchestra Budget
Annual Fee (× total number of concerts)
2008
2009
2010
2011
2012
Redevance annuelle (× le nombre de concerts)
Budget annuel de l’orchestre 2008
2009
2010
2011
2012
$0 to $100,000
$100,001 to $500,000
$500,001 to $1,000,000
$1,000,001 to $2,000,000
$2,000,001 to $5,000,000
$5,000,001 to $10,000,000
Over $10,000,000
$62
$102
$165
$206
$343
$377
$411
0 $ à 100 000 $
100 001 $ à 500 000 $
500 001 $ à 1 000 000 $
1 000 001 $ à 2 000 000 $
2 000 001 $ à 5 000 000 $
5 000 001 $ à 10 000 000 $
Plus de 10 000 000 $
$64
$105
$170
$212
$353
$388
$423
$66
$108
$175
$218
$364
$400
$436
$68
$111
$180
$225
$375
$412
$449
$70
$114
$185
$232
$386
$424
$462
“Orchestras” include a musical group which offers to the public
one or more series of concerts or recitals that have been predetermined in an annual budget.
Included in the “total number of concerts” are the ones where
no work of SOCAN’s repertoire is performed.
Where fees are paid under this tariff, no fees shall be payable
under Tariff 4.B.1.
SOCAN shall have the right to audit the licensee’s books and
records, on reasonable notice and during normal business hours,
to verify the statements rendered and the fee payable by the licensee.
62 $
102 $
165 $
206 $
343 $
377 $
411 $
64 $
105 $
170 $
212 $
353 $
388 $
423 $
66 $
108 $
175 $
218 $
364 $
400 $
436 $
68 $
111 $
180 $
225 $
375 $
412 $
449 $
70 $
114 $
185 $
232 $
386 $
424 $
462 $
« Orchestre » inclut l’ensemble musical qui offre au public une
ou plusieurs séries de concerts ou récitals déterminées d’avance, à
même un budget annuel.
Sont inclus dans le « nombre total de concerts » les concerts
qui ne comprennent aucune œuvre faisant partie du répertoire de
la SOCAN.
Le tarif 4.B.1 ne s’applique pas lorsque les redevances sont
payées en vertu du présent tarif.
La SOCAN peut vérifier les livres et registres du titulaire de la
licence durant les heures de bureau régulières, moyennant un
préavis raisonnable, afin de confirmer les rapports soumis par le
titulaire de la licence et la redevance exigible de ce dernier.
3. Annual Licence for Presenting Organizations (2003 to 2008)
3. Licence annuelle pour les diffuseurs (2003 à 2008)
For an annual licence to perform, at any time and as often as
desired, in the years 2003 to 2008, any or all of the works in
SOCAN’s repertoire, during a series of concerts or recitals of
classical music forming part of an artistic season of a presenting
organization, the fee payable is as follows:
0.96 per cent of gross receipts from ticket sales, subscription
and membership revenues, for all concerts (including concerts
where no work of SOCAN’s repertoire is performed), exclusive
of sales and amusement taxes, with a minimum annual fee of
$25 for 2006, $30 for 2007 and $35 for 2008.
Pour une licence annuelle permettant l’exécution en tout temps
et aussi souvent que désiré durant les années 2003 à 2008, de
l’une ou de la totalité des œuvres faisant partie du répertoire de la
SOCAN, dans le cadre d’une série de concerts ou de récitals de
musique classique faisant partie d’une saison artistique offerte par
un diffuseur, la redevance payable se calcule comme suit :
0,96 pour cent des recettes brutes au guichet, des revenus
d’abonnement et des frais d’adhésion pour l’ensemble des
concerts (y compris les concerts durant lesquels aucune œuvre
faisant partie du répertoire de la SOCAN n’est exécutée), à
l’exclusion des taxes de vente et d’amusement, sous réserve
d’une redevance annuelle minimale de 25 $ en 2006, 30 $ en
2007 et 35 $ en 2008.
Lorsqu’une série de concerts ou de récitals faisant partie de la
saison artistique d’un diffuseur est gratuite, la redevance se calcule comme suit :
0,96 pour cent des cachets versés aux chanteurs, musiciens,
danseurs, chefs d’orchestre et autres artistes interprètes participant aux concerts (y compris les concerts durant lesquels aucune œuvre faisant partie du répertoire de la SOCAN n’est
exécutée) de la série, sous réserve d’une redevance annuelle
minimale de 25 $ en 2006, 30 $ en 2007 et 35 $ en 2008.
Where a series of concerts and recitals forming part of a presenting organization’s artistic season is free of charge, the fee
payable is as follows:
0.96 per cent of fees paid to singers, musicians, dancers, conductors, and other performing artists, for all concerts (including
concerts where no work of SOCAN’s repertoire is performed)
in the series, with a minimum annual fee of $25 for 2006, $30
for 2007 and $35 for 2008.
Le 22 mars 2008
Supplément à la Gazette du Canada
No later than January 31 of the year for which the licence is issued, the licensee shall file with SOCAN a report estimating the
gross receipts from ticket sales, subscription and membership
revenues for that year. For a series of free concerts and recitals,
the licensee shall file a report estimating the fees paid to singers,
musicians, dancers, conductors, and other performing artists for
all concerts in the series. If the estimated payment is $100 or less,
payment shall accompany the report. Otherwise, payments based
on the report’s estimate shall be made quarterly within 30 days of
the end of each quarter.
No later than January 31 of the following year, the licensee
shall file with SOCAN a report of the actual gross receipts from
ticket sales, subscription and membership revenues or, for a series
of free concerts and recitals, the fees paid to singers, musicians,
dancers, conductors and other performing artists, during the year
for which the licence is issued and an adjustment of the licence
fee shall be paid to SOCAN. Any amount due shall accompany
the report; if the fee due is less than the amount paid, SOCAN
shall credit the licensee with the amount of the overpayment.
Where fees are paid under this tariff, no fees shall be payable
under Tariff 4.B.1.
SOCAN shall have the right to audit the licensee’s books and
records, on reasonable notice and during normal business hours,
to verify the statements rendered and the fee payable by the licensee.
13
Au plus tard le 31 janvier de l’année pour laquelle la licence est
émise, le titulaire de la licence soumet à la SOCAN un rapport
estimant les recettes brutes au guichet, les revenus d’abonnement
et les frais d’adhésion pour cette année. Pour une série de concerts ou récitals gratuits, le titulaire de la licence soumet un rapport estimant les cachets versés aux chanteurs, musiciens, danseurs, chefs d’orchestre et autres artistes interprètes participant
aux concerts de la série. Si la redevance est estimée à 100 $ ou
moins, le paiement est joint au rapport. Sinon, des versements
trimestriels sont effectués, conformément à l’estimation contenue
dans le rapport, dans les 30 jours suivant la fin de chaque trimestre.
Au plus tard le 31 janvier de l’année suivante, le titulaire de la
licence soumet à la SOCAN un rapport établissant les recettes
brutes au guichet, les revenus d’abonnement et les frais d’adhésion réellement reçus ou, dans le cas d’une série de concerts ou
récitals gratuits, les cachets réellement versés aux chanteurs, musiciens, danseurs, chefs d’orchestre et autres artistes interprètes
participant aux concerts, pendant l’année en cause, et le coût de la
licence est ajusté en conséquence. Le paiement de toute somme
due accompagne le rapport; si le coût de la licence est inférieur au
montant déjà payé, la SOCAN porte le supplément au crédit du
titulaire de la licence.
Le tarif 4.B.1 ne s’applique pas lorsque les redevances sont
payées en vertu du présent tarif.
La SOCAN peut vérifier les livres et registres du titulaire de la
licence durant les heures de bureau régulières, moyennant un
préavis raisonnable, afin de confirmer les rapports soumis par le
titulaire de la licence et la redevance exigible de ce dernier.
Tariff No. 5
Tarif no 5
EXHIBITIONS AND FAIRS
EXPOSITIONS ET FOIRES
A. For a licence to perform, at any time and as often as desired,
any or all of the works in SOCAN’s repertoire at an exhibition
or fair held in the years 2005 to 2008, the fee is calculated as
follows:
(a) Where the total attendance (excluding exhibitors and
staff) for the duration of the exhibition or fair does not exceed
75,000 persons:
A. Pour une licence permettant l’exécution de l’une ou de la totalité des œuvres faisant partie du répertoire de la SOCAN, en
tout temps et aussi souvent que désiré, lors d’une exposition ou
d’une foire tenue durant les années 2005 à 2008, la redevance
payable s’établit comme suit :
a) si l’assistance totale (excluant les exposants et le personnel)
pour la durée de l’exposition ou de la foire ne dépasse pas
75 000 personnes :
Total Attendance
Fee Payable per Day
Assistance totale
Redevance quotidienne
Up to 25,000 persons................................................................................... $12.81
25,001 to 50,000 persons ............................................................................. $25.78
50,001 to 75,000 persons ............................................................................. $64.31
Jusqu’à 25 000 personnes............................................................................. 12,81 $
25 001 à 50 000 personnes ........................................................................... 25,78 $
50 001 à 75 000 personnes ........................................................................... 64,31 $
(b) Where the total attendance (excluding exhibitors and staff)
for the duration of the exhibition or fair exceeds 75,000 persons:
b) si l’assistance totale (excluant les exposants et le personnel) pour la durée de l’exposition ou de la foire dépasse
75 000 personnes :
Total Attendance
Fee Payable per Person
For the first 100,000 persons .......................................................................
For the next 100,000 persons.......................................................................
For the next 300,000 persons.......................................................................
All additional persons..................................................................................
1.07 ¢
0.47 ¢
0.35 ¢
0.26 ¢
In the case of an exhibition or fair that is scheduled yearly, the
fee shall be paid on the actual attendance figures in the preceding
year, on or before January 31 of the year covered by the licence.
The licensee shall submit with the licence fee the figures for actual attendance for the previous year and the duration, in days, of
the exhibition or fair.
Assistante totale
Redevance par personne
Pour les premières 100 000 personnes .........................................................
Pour les 100 000 personnes suivantes ..........................................................
Pour les 300 000 personnes suivantes ..........................................................
Pour les personnes additionnelles.................................................................
1,07 ¢
0,47 ¢
0,35 ¢
0,26 ¢
Dans le cas d’une exposition ou d’une foire tenue chaque année, la redevance payable s’établit à partir de l’assistance réelle
au cours de l’année précédente et est acquittée au plus tard le
31 janvier de l’année visée par la licence. Avec son paiement, le
titulaire de la licence soumet les chiffres d’assistance réelle pour
l’année précédente et le nombre de jours de durée de l’exposition
ou de la foire.
14
Supplement to the Canada Gazette
March 22, 2008
In all other cases, the licensee shall, within 30 days of an exhibition’s or fair’s closing, report its attendance and duration and
submit the fee based on those figures.
SOCAN shall have the right to audit the licensee’s books and
records, on reasonable notice and during normal business hours,
to verify the statements rendered and the fee payable by the licensee.
A licence issued under Tariff 5.A does not authorize performances of music at concerts for which an additional admission
charge is made; for such concerts, Tariff 5.B applies.
B. Where an additional admission charge is made for attendance at musical concerts, an additional licence shall be required.
The fee payable for such licence in the years 2003 to 2008 is calculated at the rate of 3 per cent of gross receipts from ticket sales
to the concert, exclusive of sales and amusement taxes. Where the
concert ticket allows the purchaser access to the exhibition
grounds at any time after the opening on the day of the concert,
the adult general grounds admission price shall also be deducted
from the ticket price to produce the net ticket price.
The fees due under section B shall be calculated on a per concert basis and shall be payable immediately after the close of the
exhibition.
SOCAN shall have the right to audit the licensee’s books and
records, on reasonable notice and during normal business hours,
to verify the statements rendered and the fee payable by the licensee.
Dans tous les autres cas, le titulaire de la licence, dans les
30 jours de la fermeture de l’exposition ou de la foire, fait rapport
de l’assistance et de la durée et acquitte la redevance payable sur
la base de ces données.
La SOCAN peut vérifier les livres et registres du titulaire de la
licence durant les heures de bureau régulières, moyennant un
préavis raisonnable, afin de confirmer les rapports soumis par le
titulaire de la licence et la redevance exigible de ce dernier.
Une licence délivrée en vertu du tarif 5.A n’autorise pas
l’exécution d’œuvres musicales lors de concerts pour lesquels un
prix additionnel d’entrée est exigé; ces concerts sont assujettis au
tarif 5.B.
B. Lorsqu’un prix d’entrée supplémentaire est perçu pour
l’accès à un concert durant les années 2003 à 2008, une licence
additionnelle est exigée. La redevance payable pour cette licence
s’établit à 3 pour cent des recettes brutes au guichet du spectacle,
à l’exclusion des taxes de vente et d’amusement. Si le prix du
billet de concert permet à l’acheteur d’accéder à l’exposition en
tout temps à compter de l’ouverture le jour du concert, le prix
d’admission pour adultes est aussi déduit du prix du billet avant
d’établir les recettes servant au calcul de la redevance payable.
Les redevances exigibles en vertu de l’article B sont calculées
par concert et sont versées immédiatement après la fermeture de
l’exposition.
La SOCAN peut vérifier les livres et registres du titulaire de la
licence durant les heures de bureau régulières, moyennant un
préavis raisonnable, afin de confirmer les rapports soumis par le
titulaire de la licence et la redevance exigible de ce dernier.
Tariff No. 6
Tarif no 6
MOTION PICTURE THEATRES
(2005 to 2008)
CINÉMAS
(2005 à 2008)
For a licence to perform, at any time and as often as desired in
the years 2005 to 2008, any or all of the works in SOCAN’s repertoire, covering the operations of a motion picture theatre or any
establishment exhibiting motion pictures at any time during the
year, the annual fee is as follows:
Pour une licence permettant l’exécution, en tout temps et aussi
souvent que désiré durant les années 2005 à 2008, de l’une ou de
la totalité des œuvres faisant partie du répertoire de la SOCAN,
couvrant l’exploitation d’un cinéma ou tout établissement présentant des films en tout temps durant l’année, la redevance annuelle
exigible s’établit comme suit :
Year
Rate per Seat
2005
2006
2007
2008
$1.14
$1.17
$1.20
$1.23
Minimum Fee
Année
$114
$117
$120
$123
2005
2006
2007
2008
The seating capacity of drive-in theatres is deemed to be three
times the maximum number of automobiles which may be accommodated at any one time.
Theatres operating three days or less per week shall pay one
half of the above rates.
For theatres operating for less than 12 months in each year, the
fee payable shall be reduced by one twelfth for each full month
during the year in which no operations occur.
A licence obtained under this tariff does not authorize any concert or other performance of music when the exhibition of one or
more films is not an integral part of the program. The fees for
those performances shall be calculated under other applicable
tariffs.
Taux par siège
1,14 $
1,17 $
1,20 $
1,23 $
Redevance minimale
114 $
117 $
120 $
123 $
Le nombre de sièges dans les cinémas en plein air est réputé
être trois fois le nombre maximum d’automobiles capables d’y stationner en même temps.
Les cinémas qui ouvrent leurs portes trois jours ou moins par
semaine versent la moitié de la redevance autrement exigible.
Pour les cinémas exploités moins de 12 mois par année, la redevance payable est réduite d’un douzième pour chaque mois complet de non-exploitation.
La licence émise en vertu du présent tarif n’autorise pas les
concerts ou autres exécutions de musique, lorsque la projection
d’un ou de plusieurs films ne fait pas partie intégrante du programme. Les redevances pour ces exécutions sont établies conformément aux autres tarifs pertinents.
Le 22 mars 2008
Supplément à la Gazette du Canada
15
SOCAN shall have the right to audit the licensee’s books and
records, on reasonable notice and during normal business hours,
to verify the statements rendered and the fee payable by the licensee.
La SOCAN peut vérifier les livres et registres du titulaire de la
licence durant les heures de bureau régulières, moyennant un
préavis raisonnable, afin de confirmer les rapports soumis par le
titulaire de la licence et la redevance exigible de ce dernier.
Tariff No. 7
Tarif no 7
SKATING RINKS
(2005 to 2010)
For a licence to perform, at any time and as often as desired in
the years 2005 to 2010, any or all of the works in SOCAN’s repertoire, by means of performers in person or by means of recorded music, in connection with roller or ice skating, the fee is
as follows:
(a) where an admission fee is charged: 1.2 per cent of the gross
receipts from admissions exclusive of sales and amusement
taxes, subject to a minimum annual fee of $104.31; and
(b) where no admission fee is charged: an annual fee of
$104.31.
PATINOIRES
(2005 à 2010)
Pour une licence permettant l’exécution, en tout temps et aussi
souvent que désiré durant les années 2005 à 2010, de l’une ou de
la totalité des œuvres faisant partie du répertoire de la SOCAN,
par des exécutants en personne ou par le biais de musique enregistrée, dans le cadre d’activités reliées au patin à roulettes ou à
glace, la redevance exigible est la suivante :
a) où l’on perçoit un prix d’entrée : 1,2 pour cent des recettes
brutes d’entrée à l’exclusion des taxes de vente et d’amusement, sous réserve d’une redevance annuelle minimale de
104,31 $;
b) où l’on ne perçoit pas de prix d’entrée : une redevance annuelle de 104,31 $.
Le titulaire de la licence évalue la redevance exigible pour
l’année visée par la licence en fonction des recettes brutes totales
d’entrée, à l’exception des taxes de vente et d’amusement, pour
l’année précédente, et verse ce montant estimatif à la SOCAN au
plus tard le 31 janvier de l’année visée par la licence. Le versement de la redevance payable doit être accompagné du relevé des
recettes brutes pour l’année précédente.
Si les recettes brutes déclarées pour l’année précédente ne tiennent compte que d’une partie de l’année, le paiement de cette
redevance doit être accompagné d’un rapport contenant le montant estimatif des recettes brutes d’entrée pour la totalité de l’année visée par la licence.
Au plus tard le 31 janvier de l’année suivante, un rapport des
recettes brutes réelles d’entrée pour l’année visée par la licence
est préparé, le montant de la redevance exigible est corrigé et
toute redevance additionnelle exigible en vertu du montant réel
des recettes brutes d’entrée doit être versée à la SOCAN. Si le
coût de la licence est inférieur au montant déjà payé, la SOCAN
porte le supplément au crédit du titulaire de la licence.
The licensee shall estimate the fee payable for the year covered
by the licence based on the total gross receipts from admissions,
exclusive of sales and amusement taxes, for the previous year and
shall pay such estimated fee to SOCAN on or before January 31
of the year covered by the licence. Payment of the fee shall be
accompanied by a report of the gross receipts for the previous
year.
If the gross receipts reported for the previous year were not
based on the entire year, payment of this fee shall be accompanied by a report estimating the gross receipts from admissions for
the entire year covered by the licence.
On or before January 31 of the following year, a report shall be
made of the actual gross receipts from admissions during the year
covered by the licence, an adjustment of the licence fee payable
to SOCAN shall be made, and any additional fees due on the
basis of the actual gross receipts from admission charges shall
be paid to SOCAN. If the fee due is less than the amount
paid, SOCAN shall credit the licensee with the amount of the
overpayment.
SOCAN shall have the right to audit the licensee’s books and
records, on reasonable notice and during normal business hours,
to verify the statements rendered and the fee payable by the licensee.
La SOCAN peut vérifier les livres et registres du titulaire de la
licence durant les heures de bureau régulières, moyennant un
préavis raisonnable, afin de confirmer les rapports soumis par le
titulaire de la licence et la redevance exigible de ce dernier.
Tariff No. 8
Tarif no 8
RECEPTIONS, CONVENTIONS, ASSEMBLIES
AND FASHION SHOWS
(2005 to 2010)
For a licence to perform, at any time and as often as desired in
the years 2005 to 2010, any or all of the works in SOCAN’s repertoire as part of events at receptions, conventions, assemblies
and fashion shows, the fee payable for each event, or for each day
on which a fashion show is held, is as follows:
RÉCEPTION, CONGRÈS, ASSEMBLÉES ET
PRÉSENTATIONS DE MODE
(2005 à 2010)
Pour une licence permettant l’exécution en tout temps et aussi
souvent que désiré durant les années 2005 à 2010, de l’une ou de
la totalité des œuvres faisant partie du répertoire de la SOCAN
lors de réceptions, congrès, assemblées et présentations de mode,
la redevance exigible pour chaque événement lors de réceptions,
congrès ou assemblées, ou pour chaque jour durant lequel se tient
une présentation de mode, est comme suit :
Room Capacity
(seating and standing)
Fee per Event
Without Dancing
With Dancing
Nombre de places
(debout et assises)
Redevance exigible par événement
Sans danse
Avec danse
1 - 100
101 - 300
301 - 500
Over 500
$20.56
$29.56
$61.69
$87.40
1 - 100
101 - 300
301 - 500
Plus de 500
20,56 $
29,56 $
61,69 $
87,40 $
$41.13
$59.17
$123.38
$174.79
41,13 $
59,17 $
123,38 $
174,79 $
16
Supplement to the Canada Gazette
March 22, 2008
No later than 30 days after the end of each quarter, the licensee
shall file with SOCAN a report for that quarter of the actual number of events with and without dancing and of the number of days
on which a fashion show was held. The report shall also include
the room capacity (seating and standing) authorized under the
establishment’s liquor licence or any other document issued by a
competent authority for this type of establishment, and payment
of the licence fees.
SOCAN shall have the right to audit the licensee’s books and
records, on reasonable notice and during normal business hours,
to verify the statements rendered and the fee payable by the licensee.
Au plus tard 30 jours suivant la fin de chaque trimestre, le titulaire de la licence soumettra à la SOCAN un rapport pour ce trimestre indiquant le nombre d’événements avec et sans danse et le
nombre de jours où se tenait une présentation de mode. Le rapport
indiquera aussi le nombre de places (debout et assises) autorisé
selon le permis d’alcool ou tout autre document émis par les autorités compétentes pour l’établissement où l’événement a eu lieu,
et sera accompagné du paiement des redevances.
La SOCAN peut vérifier les livres et les registres du titulaire de
la licence durant les heures de bureau régulières, moyennant un
préavis raisonnable, afin de confirmer les rapports soumis par le
titulaire de la licence et la redevance exigible de ce dernier.
Tariff No. 10
Tarif no 10
PARKS, PARADES, STREETS AND
OTHER PUBLIC AREAS
(2005 to 2010)
PARCS, PARADES, RUES ET
AUTRES ENDROITS PUBLICS
(2005 à 2010)
A. Strolling Musicians and Buskers; Recorded Music
For concert performances in parks, streets or other public areas,
Tariff 4 shall apply.
A. Musiciens ambulants et musiciens de rues; musique
enregistrée
Pour une licence permettant l’exécution, en tout temps et aussi
souvent que désiré durant les années 2005 à 2010, de l’une ou de
la totalité des œuvres faisant partie du répertoire de la SOCAN,
par des musiciens ambulants ou des musiciens de rues, ou au
moyen de musique enregistrée, dans des parcs, rues ou autres
endroits publics, la redevance s’établit comme suit :
32,55 $ par jour où l’on exécute de la musique, jusqu’à concurrence de 222,93 $ pour toute période de trois mois.
La SOCAN peut vérifier les livres et registres du titulaire de la
licence durant les heures de bureau régulières, moyennant un
préavis raisonnable, afin de confirmer les rapports soumis par le
titulaire de la licence et la redevance exigible de ce dernier.
Pour les concerts donnés dans des parcs, rues ou autres endroits
publics, le tarif 4 s’applique.
B. Marching Bands; Floats with Music
B. Fanfares; chars allégoriques avec musique
For a licence to perform, at any time and as often as desired in
the years 2005 to 2010, any or all of the works in SOCAN’s repertoire, by marching bands or floats with music participating in
parades, the fee is as follows:
$8.78 for each marching band or float with music participating
in the parade, subject to a minimum fee of $32.55 per day.
Pour une licence permettant l’exécution, en tout temps et aussi
souvent que désiré durant les années 2005 à 2010, de l’une ou de
la totalité des œuvres faisant partie du répertoire de la SOCAN,
par des fanfares ou chars allégoriques avec musique prenant part
à des parades, la redevance s’établit comme suit :
8,78 $ par fanfare ou char allégorique avec musique prenant
part à une parade, sous réserve d’une redevance minimale de
32,55 $ par jour.
La SOCAN peut vérifier les livres et registres du titulaire de la
licence durant les heures de bureau régulières, moyennant un
préavis raisonnable, afin de confirmer les rapports soumis par le
titulaire de la licence et la redevance exigible de ce dernier.
For a licence to perform, at any time and as often as desired in
the years 2005 to 2010, any or all of the works in SOCAN’s repertoire, by strolling musicians or buskers, or by means of recorded music, in parks, streets or other public areas, the fee is as
follows:
$32.55 for each day on which music is performed, up to a maximum fee of $222.93 in any three-month period.
SOCAN shall have the right to audit the licensee’s books and
records, on reasonable notice and during normal business hours,
to verify the statements rendered and the fee payable by the licensee.
SOCAN shall have the right to audit the licensee’s books and
records, on reasonable notice and during normal business hours,
to verify the statements rendered and the fee payable by the licensee.
Tariff No. 11
Tarif no 11
CIRCUSES, ICE SHOWS, FIREWORKS DISPLAYS,
SOUND AND LIGHT SHOWS AND SIMILAR EVENTS;
COMEDY SHOWS AND MAGIC SHOWS
(2005 to 2010)
CIRQUES, SPECTACLES SUR GLACE, FEUX D’ARTIFICE,
SPECTACLES SON ET LUMIÈRE ET ÉVÉNEMENTS
SIMILAIRES; SPECTACLES D’HUMORISTES ET
SPECTACLES DE MAGICIENS
(2005 à 2010)
A. Circuses, Ice Shows, Fireworks Displays, Sound and Light
Shows and Similar Events
For a licence to perform, at any time and as often as desired
in the years 2005 to 2010, any or all of the works in SOCAN’s
A. Cirques, spectacles sur glace, feux d’artifice, spectacles son
et lumière et événements similaires
Pour une licence permettant l’exécution en tout temps et aussi
souvent que désiré durant les années 2005 à 2010, de l’une ou de
Le 22 mars 2008
Supplément à la Gazette du Canada
repertoire, by means of performers in person or by means of recorded music at circuses, ice shows, fireworks displays, sound
and light shows and similar events, the fee payable per event is as
follows:
1.6 per cent of gross receipts from ticket sales, exclusive of
sales and amusement taxes, subject to a minimum fee of $61.85.
SOCAN shall have the right to audit the licensee’s books and
records, on reasonable notice and during normal business hours,
to verify the statements rendered and the fee payable by the licensee.
17
la totalité des œuvres faisant partie du répertoire de la SOCAN,
par des exécutants en personne ou au moyen de musique enregistrée, dans les cirques, les spectacles sur glace, les feux d’artifice,
les spectacles son et lumière et autres événements similaires, la
redevance exigible pour chaque représentation est la suivante :
1,6 pour cent des recettes brutes d’entrée, à l’exclusion des
taxes de vente et d’amusement, sous réserve d’une redevance
minimale de 61,85 $.
La SOCAN peut vérifier les livres et registres du titulaire de la
licence durant les heures de bureau régulières, moyennant un
préavis raisonnable, afin de confirmer les rapports soumis par le
titulaire de la licence et la redevance exigible de ce dernier.
B. Comedy Shows and Magic Shows
B. Spectacles d’humoristes et spectacles de magiciens
For a licence to perform, at any time and as often as desired in
the years 2005 to 2010, any or all of the works in SOCAN’s repertoire, by means of performers in person or by means of recorded music in conjunction with events where the primary focus
is on comedians or magicians and the use of music is incidental,
the fee payable per event is $36.60. However, where the comedy
act or magic show is primarily a musical act, Tariff 4.A applies.
Pour une licence permettant l’exécution en tout temps et aussi
souvent que désiré durant les années 2005 à 2010, de l’une ou de
la totalité des œuvres faisant partie du répertoire de la SOCAN,
par des exécutants en personne ou au moyen de musique enregistrée simultanément avec des événements où la participation
d’humoristes ou de magiciens constitue l’attrait principal de
l’événement et l’utilisation de la musique n’est qu’accessoire à
l’événement, la redevance exigible par événement est de 36,60 $.
Cependant, si la présentation de l’humoriste ou du magicien constitue principalement un spectacle musical, le tarif 4.A s’applique.
La SOCAN peut vérifier les livres et registres du titulaire de la
licence durant les heures de bureau régulières, moyennant un
préavis raisonnable, afin de confirmer les rapports soumis par le
titulaire de la licence et la redevance exigible de ce dernier.
SOCAN shall have the right to audit the licensee’s books and
records, on reasonable notice and during normal business hours,
to verify the statements rendered and the fee payable by the licensee.
Tariff No. 12
Tarif no 12
THEME PARKS, ONTARIO PLACE CORPORATION AND
SIMILAR OPERATIONS; PARAMOUNT CANADA’S
WONDERLAND AND SIMILAR OPERATIONS
PARCS THÉMATIQUES, ONTARIO PLACE CORPORATION
ET ÉTABLISSEMENTS DU MÊME GENRE;
PARAMOUNT CANADA’S WONDERLAND ET
ÉTABLISSEMENTS DU MÊME GENRE
A. Theme Parks, Ontario Place Corporation and Similar
Operations (2005 to 2008)
A. Parcs thématiques, Ontario Place Corporation et
établissements du même genre (2005 à 2008)
For a licence to perform, at any time and as often as desired in
the years 2005 to 2008, any or all of the works in SOCAN’s repertoire, at theme parks, Ontario Place Corporation and similar
operations, the fee payable is:
(a) $2.41 per 1,000 persons in attendance on days on which
music is performed, rounding the number of persons to the
nearest 1,000;
PLUS
(b) 1.5 per cent of “live music entertainment costs.”
Pour une licence permettant l’exécution en tout temps et aussi
souvent que désiré durant les années 2005 à 2008, de l’une ou de
la totalité des œuvres faisant partie du répertoire de la SOCAN, à
des parcs thématiques, à Ontario Place Corporation ou à un établissement du même genre, la redevance payable s’établit comme
suit :
a) 2,41 $ par 1 000 personnes d’assistance pour chaque journée
où des œuvres musicales sont exécutées, en arrondissant ce
nombre de personnes au millier le plus rapproché;
PLUS
b) 1,5 pour cent des « coûts d’exécution d’œuvres musicales
par des interprètes en personne ».
« Coûts d’exécution d’œuvres musicales par des interprètes en
personne » s’entend des dépenses directes de quelque nature que
ce soit (en argent ou sous une autre forme) engagées par le titulaire de la licence ou en son nom pour tout divertissement au
cours duquel des œuvres musicales sont exécutées sur les lieux
par des interprètes en personne. Ce montant n’inclut pas les sommes payées pour les accessoires de théâtre, le matériel d’éclairage, les décors, les costumes, la rénovation, l’expansion des installations, l’ameublement ou le matériel.
Au plus tard le 30 juin de l’année visée par la licence, le titulaire de la licence soumet à la SOCAN un rapport estimant l’assistance et les coûts d’exécution d’œuvres musicales par des interprètes en personne durant cette année, et verse la moitié de la
“Live music entertainment costs” means all direct expenditures
of any kind and nature (whether in money or other form) paid by
the licensee or on the licensee’s behalf for all live entertainment
during which live music is performed on the premises. It does not
include amounts expended for stage props, lighting equipment,
set design and costumes, or expenditures for renovation, expansion of facilities or furniture and equipment.
No later than June 30 of the year covered by the licence, the
licensee shall file with SOCAN a statement estimating the attendance and the live music entertainment costs for that year, together
with payment of 50 per cent of the estimated fee. The balance of
18
Supplement to the Canada Gazette
the estimated fee is to be paid no later than October 1 of the same
year.
No later than the earliest of 30 days of the close of the season
and January 31 of the following year, the licensee shall file with
SOCAN an audited statement setting out the total attendance and
the live music entertainment costs for the year covered by the
licence. SOCAN shall then calculate the fee and submit a statement of adjustments.
March 22, 2008
Tariff 12.A does not apply to performances covered under
Tariff 4 or 5.
redevance estimée. Le solde de cette redevance est versé au plus
tard le 1er octobre de la même année.
Dans les 30 jours suivant la fermeture de la saison ou le 31 janvier de l’année suivante, selon la première de ces deux dates, le
titulaire de la licence soumet à la SOCAN un état vérifié indiquant l’assistance totale et les coûts d’exécution d’œuvres musicales par des interprètes en personne durant l’année visée par la
licence. La SOCAN calcule alors la redevance payable et fournit
un état rectificatif.
La SOCAN peut vérifier les livres et registres du titulaire de la
licence durant les heures de bureau régulières, moyennant un
préavis raisonnable, afin de confirmer les rapports soumis par le
titulaire de la licence et la redevance exigible de ce dernier.
Le tarif 12.A ne s’applique pas aux exécutions assujetties au
tarif 4 ou 5.
B. Paramount Canada’s Wonderland Inc. and Similar
Operations (2004 to 2008)
B. Paramount Canada’s Wonderland Inc. et établissements du
même genre (2004 à 2008)
For a licence to perform, at any time and as often as desired in
the years 2004 to 2008, any or all of the works in SOCAN’s repertoire at Paramount Canada’s Wonderland and similar operations, the fee payable is:
(a) $5.09 per 1,000 persons in attendance on days on which
music is performed, rounding the number of persons to the
nearest 1,000;
Pour une licence permettant l’exécution en tout temps et aussi
souvent que désiré durant les années 2004 à 2008, de l’une ou de
la totalité des œuvres faisant partie du répertoire de la SOCAN, à
Paramount Canada’s Wonderland ou à un établissement du même
genre, la redevance payable s’établit comme suit :
a) 5,09 $ par 1 000 personnes d’assistance pour chaque journée
où des œuvres musicales sont exécutées, en arrondissant ce
nombre de personnes au millier le plus rapproché;
SOCAN shall have the right to audit the licensee’s books and
records, on reasonable notice and during normal business hours,
to verify the statements rendered and the fee payable by the licensee.
PLUS
(b) 1.5 per cent of “live music entertainment costs.”
“Live music entertainment costs” means all direct expenditures
of any kind and nature (whether in money or other form) paid by
the licensee or on the licensee’s behalf for all live entertainment
during which live music is performed on the premises. It does not
include amounts expended for stage props, lighting equipment,
set design and costumes, or expenditures for renovation, expansion of facilities or furniture and equipment.
No later than June 30 of the year covered by the licence, the
licensee shall file with SOCAN a statement estimating the attendance and the live music entertainment costs for that year,
together with payment of 50 per cent of the estimated fee. The
balance of the estimated fee is to be paid no later than October 1
of the same year.
No later than the earliest of 30 days of the close of the season
and January 31 of the following year, the licensee shall file with
SOCAN an audited statement setting out the total attendance and
the live music entertainment costs for the year covered by the
licence. SOCAN shall then calculate the fee and submit a statement of adjustments.
SOCAN shall have the right to audit the licensee’s books and
records, on reasonable notice and during normal business hours,
to verify the statements rendered and the fee payable by the licensee.
Tariff 12.B does not apply to performances covered under
Tariff 4 or 5.
PLUS
b) 1,5 pour cent des « coûts d’exécution d’œuvres musicales
par des interprètes en personne ».
« Coûts d’exécution d’œuvres musicales par des interprètes en
personne » s’entend des dépenses directes de quelque nature que
ce soit (en argent ou sous une autre forme) engagées par le titulaire de la licence ou en son nom pour tout divertissement au
cours duquel des œuvres musicales sont exécutées sur les lieux
par des interprètes en personne. Ce montant n’inclut pas les sommes payées pour les accessoires de théâtre, le matériel d’éclairage, les décors, les costumes, la rénovation, l’expansion des installations, l’ameublement ou le matériel.
Au plus tard le 30 juin de l’année visée par la licence, le titulaire de la licence soumet à la SOCAN un rapport estimant l’assistance et les coûts d’exécution d’œuvres musicales par des interprètes en personne durant cette année, et verse la moitié de la
redevance estimée. Le solde de cette redevance est versé au plus
tard le 1er octobre de la même année.
Dans les 30 jours suivant la fermeture de la saison ou le 31 janvier de l’année suivante, selon la première de ces deux dates, le
titulaire de la licence soumet à la SOCAN un état vérifié indiquant l’assistance totale et les coûts d’exécution d’œuvres musicales par des interprètes en personne durant l’année visée par la
licence. La SOCAN calcule alors la redevance payable et fournit
un état rectificatif.
La SOCAN peut vérifier les livres et registres du titulaire de la
licence durant les heures de bureau régulières, moyennant un
préavis raisonnable, afin de confirmer les rapports soumis par le
titulaire de la licence et la redevance exigible de ce dernier.
Le tarif 12.B ne s’applique pas aux représentations assujetties
au tarif 4 ou 5.
Le 22 mars 2008
Supplément à la Gazette du Canada
Tariff No. 13
Tarif no 13
PUBLIC CONVEYANCES
(2005 to 2008)
TRANSPORTS EN COMMUN
(2005 à 2008)
19
A. Aircraft
A. Avions
For a licence to perform in an aircraft, by means of recorded
music, at any time and as often as desired in the years 2005 to
2008, any or all of the works in SOCAN’s repertoire, the fee payable for each aircraft is as follows:
Pour une licence permettant l’exécution à bord d’un avion, au
moyen de musique enregistrée, en tout temps et aussi souvent que
désiré durant les années 2005 à 2008, de l’une ou de la totalité des
œuvres faisant partie du répertoire de la SOCAN, la redevance
payable pour chaque avion s’établit comme suit :
1.
1.
Music while on ground
Seating Capacity
Fee per Calendar Quarter
0 to 100....................................................................................
$40.50
101 to 160 ................................................................................
$51.30
161 to 250 ................................................................................
$60.00
251 or more..............................................................................
$82.50
2.
In-flight Music
Musique au sol
Nombre de places
Redevance trimestrielle
0 à 100 ......................................................................................
40,50 $
101 à 160 ..................................................................................
51,30 $
161 à 250 ..................................................................................
60,00 $
251 ou plus ...............................................................................
82,50 $
2.
Musique en vol
Seating Capacity
Fee per Calendar Quarter
0 to 100.................................................................................... $162.00
101 to 160 ................................................................................ $205.20
161 to 250 ................................................................................ $240.00
251 or more.............................................................................. $330.00
Nombre de places
Redevance trimestrielle
0 à 100...................................................................................... 162,00 $
101 à 160.................................................................................. 205,20 $
161 à 250.................................................................................. 240,00 $
251 ou plus ............................................................................... 330,00 $
The fees under this tariff shall be payable on March 31, June 30,
September 30, and December 31.
SOCAN shall have the right to audit the licensee’s books and
records, on reasonable notice and during normal business hours,
to verify the statements rendered and the fee payable by the licensee.
Les redevances à cet égard sont payables le 31 mars, le 30 juin,
le 30 septembre et le 31 décembre de chaque année.
La SOCAN peut vérifier les livres et registres du titulaire de la
licence durant les heures de bureau régulières, moyennant un
préavis raisonnable, afin de confirmer les rapports soumis par le
titulaire de la licence et la redevance exigible de ce dernier.
Aucune redevance n’est payable au titre du tarif 13.A.1 si une
redevance est payée au titre du tarif 13.A.2.
Where fees are paid under Tariff 13.A.2, no fees are payable
under Tariff 13.A.1.
B. Passenger Ships
For a licence to perform in a passenger ship, by means of recorded music, at any time and as often as desired in the years
2005 to 2008, any or all of the works in SOCAN’s repertoire, the
fee payable for each passenger ship is as follows:
$1.05 per person per year based on the authorized passenger
capacity of the ship, subject to a minimum annual fee of $62.74.
For passenger ships operating for less than 12 months in each
year, the fee payable shall be reduced by one twelfth for each full
month during the year in which no operations occur.
On or before January 31 of the year covered by the licence, the
licensee shall report the authorized passenger capacity and pay
the applicable fee to SOCAN.
SOCAN shall have the right to audit the licensee’s books and
records, on reasonable notice and during normal business hours,
to verify the statements rendered and the fee payable by the licensee.
C. Railroad Trains, Buses and Other Public Conveyances,
Excluding Aircraft and Passenger Ships
For a licence to perform in railroad trains, buses and other public conveyances, excluding aircraft and passenger ships, by means
of recorded music, at any time and as often as desired in the years
2005 to 2008, any or all of the works in SOCAN’s repertoire, the
fee payable is as follows:
$1.05 per person per year, based on the authorized passenger
capacity of the car, bus or other public conveyance, subject to a
minimum annual fee of $62.74.
B. Navires à passagers
Pour une licence permettant l’exécution à bord d’un navire à
passagers, au moyen de musique enregistrée, en tout temps et
aussi souvent que désiré durant les années 2005 à 2008, de l’une
ou de la totalité des œuvres faisant partie du répertoire de la
SOCAN, la redevance payable s’établit comme suit :
1,05 $ par personne par année, en se fondant sur le nombre
maximum de passagers autorisé par navire, sous réserve d’une
redevance annuelle minimale de 62,74 $.
Pour les navires exploités moins de 12 mois par année, la redevance payable est réduite d’un douzième pour chaque mois complet de non-exploitation.
Au plus tard le 31 janvier de l’année visée par la licence, le titulaire fournit un rapport du nombre maximum de passagers autorisé et verse à la SOCAN la redevance exigible.
La SOCAN peut vérifier les livres et les registres du titulaire de
la licence durant les heures de bureau régulières, moyennant un
préavis raisonnable, afin de confirmer les rapports soumis par le
titulaire de la licence et la redevance exigible de ce dernier.
C. Trains, autobus et autres moyens de transport en commun, à
l’exclusion des avions et des navires à passagers
Pour une licence permettant l’exécution à bord de trains, d’autobus et d’autres moyens de transport en commun à l’exclusion
des avions et des navires à passagers, au moyen de musique enregistrée, en tout temps et aussi souvent que désiré durant les années 2005 à 2008, de l’une ou de la totalité des œuvres faisant
partie du répertoire de la SOCAN, la redevance payable s’établit
comme suit :
1,05 $ par personne par année, en se fondant sur le nombre
maximum de passagers autorisé par voiture, autobus ou autre
20
Supplement to the Canada Gazette
March 22, 2008
On or before January 31 of the year covered by the licence, the
licensee shall report the authorized passenger capacity and pay
the applicable fee to SOCAN.
SOCAN shall have the right to audit the licensee’s books and
records, on reasonable notice and during normal business hours,
to verify the statements rendered and the fee payable by the licensee.
moyen de transport en commun, sous réserve d’une redevance
annuelle minimale de 62,74 $.
Au plus tard le 31 janvier de l’année visée par la licence, le titulaire fournit un rapport du nombre maximum de passagers autorisé et verse à la SOCAN la redevance exigible.
La SOCAN peut vérifier les livres et registres du titulaire de la
licence durant les heures de bureau régulières, moyennant un
préavis raisonnable, afin de confirmer les rapports soumis par le
titulaire de la licence et la redevance exigible de ce dernier.
Tariff No. 14
Tarif no 14
PERFORMANCE OF AN INDIVIDUAL WORK
(2005 to 2010)
EXÉCUTION D’ŒUVRES PARTICULIÈRES
(2005 à 2010)
For the performance, in the years 2005 to 2010, of an individual work or an excerpt therefrom by a performer or contrivance at
any single event when that work is the sole work performed from
the repertoire of SOCAN, the fee payable shall be as follows:
Pour l’exécution durant les années 2005 à 2010 d’une œuvre
particulière ou d’un extrait de cette dernière par un exécutant ou
un appareil à l’occasion d’un événement particulier, lorsqu’il
s’agit de la seule œuvre tirée du répertoire de la SOCAN, les redevances payables sont les suivantes :
Lorsque l’exécution de l’œuvre ne dure pas plus de trois
minutes :
When the performance of a work lasts more than three minutes,
the above rates are increased as follows:
Potential Audience
500 or less
501 to 1,000
1,001 to 5,000
5,001 to 10,000
10,001 to 15,000
15,001 to 20,000
20,001 to 25,000
25,001 to 50,000
50,001 to 100,000
100,001 to 200,000
200,001 to 300,000
300,001 to 400,000
400,001 to 500,000
500,001 to 600,000
600,001 to 800,000
800,001 or more
Musical Group or
Orchestra with or
without vocal
accompaniment
$ 5.35
$ 6.27
$ 13.37
$ 18.66
$ 24.01
$ 29.30
$ 34.60
$ 40.05
$ 45.45
$ 59.33
$ 66.68
$ 79.94
$ 93.36
$106.67
$119.94
$133.25
Single Instrument
with or without vocal
accompaniment
$ 2.72
$ 4.11
$ 6.68
$ 9.36
$12.03
$14.65
$17.33
$17.48
$22.72
$26.63
$33.31
$39.95
$46.68
$53.26
$59.58
$66.68
Auditoire prévu
500 ou moins
501 à 1000
1001 à 5000
5001 à 10 000
10 001 à 15 000
15 001 à 20 000
20 001 à 25 000
25 001 à 50 000
50 001 à 100 000
100 001 à 200 000
200 001 à 300 000
300 001 à 400 000
400 001 à 500 000
500 001 à 600 000
600 001 à 800 000
800 001 ou plus
When the performance of a work lasts more than three minutes,
the above rates are increased as follows:
Ensemble musical
ou orchestre avec
ou sans
accompagnement vocal
5,35 $
6,27 $
13,37 $
18,66 $
24,01 $
29,30 $
34,60 $
40,05 $
45,45 $
59,33 $
66,68 $
79,94 $
93,36 $
106,67 $
119,94 $
133,25 $
Instrument unique
avec ou sans
accompagnement
vocal
2,72 $
4,11 $
6,68 $
9,36 $
12,03 $
14,65 $
17,33 $
17,48 $
22,72 $
26,63 $
33,31 $
39,95 $
46,68 $
53,26 $
59,58 $
66,68 $
Pour l’exécution d’une œuvre durant plus de trois minutes, les
taux précités sont majorés comme suit :
Increase (%)
Augmentation (%)
Over 3 and not more than 7 minutes ..................................................................... 75
Over 7 and not more than 15 minutes ................................................................. 125
Over 15 and not more than 30 minutes ............................................................... 200
Over 30 and not more than 60 minutes ............................................................... 300
Over 60 and not more than 90 minutes ............................................................... 400
Over 90 and not more than 120 minutes ............................................................. 500
Plus de 3 minutes et pas plus de 7 minutes ........................................................... 75
Plus de 7 minutes et pas plus de 15 minutes ........................................................125
Plus de 15 minutes et pas plus de 30 minutes ......................................................200
Plus de 30 minutes et pas plus de 60 minutes ......................................................300
Plus de 60 minutes et pas plus de 90 minutes ......................................................400
Plus de 90 minutes et pas plus de 120 minutes ....................................................500
If more than one work from SOCAN’s repertoire is performed
during any particular event, the fees shall be calculated under
other applicable tariffs.
SOCAN shall have the right to audit the licensee’s books and
records, on reasonable notice and during normal business hours,
to verify the statements rendered and the fee payable by the
licensee.
Si plus d’une œuvre tirée du répertoire de la SOCAN est exécutée à l’occasion d’un événement particulier, les redevances sont
calculées conformément aux autres tarifs pertinents.
La SOCAN peut vérifier les livres et registres du titulaire de la
licence durant les heures de bureau régulières, moyennant un
préavis raisonnable, afin de confirmer les rapports soumis par le
titulaire de la licence et la redevance exigible de ce dernier.
Le 22 mars 2008
Supplément à la Gazette du Canada
Tariff No. 15
Tarif no 15
BACKGROUND MUSIC IN ESTABLISHMENTS
NOT COVERED BY TARIFF NO. 16
MUSIQUE DE FOND DANS LES ÉTABLISSEMENTS
NON RÉGIS PAR LE TARIF No 16
21
A. Background Music (2006, 2007)
A. Musique de fond (2006, 2007)
For a licence to perform, by means of recorded music, at any
time and as often as desired in 2006 and 2007, any or all of the
works in SOCAN’s repertoire, in an establishment not covered by
Tariff 16, the annual fee is $1.23 per square metre or 11.46¢ per
square foot, payable no later than January 31 of the year covered
by the licence.
Seasonal establishments operating less than six months per year
shall pay half the above rate.
In all cases, a minimum annual fee of $94.51 shall apply.
The payment shall be accompanied by a report showing the
area of the establishment.
This tariff does not cover the use of music expressly covered in
other tariffs.
Pursuant to subsection 69(2) of the Copyright Act, no royalties
are collectable from the owner or user of a radio receiving set in
respect of public performances effected by means of that radio
receiving set in any place other than a theatre that is ordinarily
and regularly used for entertainments to which an admission
charge is made.
SOCAN shall have the right to audit the licensee’s books and
records, on reasonable notice and during normal business hours,
to verify the statements rendered and the fee payable by the
licensee.
Pour une licence permettant l’exécution, au moyen de musique
enregistrée, en tout temps et aussi souvent que désiré en 2006 et
2007, de l’une ou de la totalité des œuvres faisant partie du répertoire de la SOCAN, dans un établissement non assujetti au tarif 16,
la redevance annuelle est de 1,23 $ le mètre carré ou 11,46 ¢ le
pied carré, payable avant le 31 janvier de l’année visée par la
licence.
Si aucune musique n’est exécutée durant le mois de janvier de
la première année d’exploitation, la redevance payable est établie
au prorata du nombre de mois, calculée à compter du premier
mois de l’année durant lequel de la musique est exécutée, et est
versée dans les 30 jours de la date à laquelle de la musique a été
exécutée pour la première fois.
Les établissements saisonniers exploités moins de six mois par
année paient la moitié du taux mentionné ci-dessus.
Dans tous les cas, la redevance annuelle minimale est de 94,51 $.
Le paiement est accompagné d’un rapport indiquant la superficie de l’établissement.
Le présent tarif ne couvre pas l’utilisation de musique expressément assujettie à tout autre tarif.
Le paragraphe 69(2) de la Loi sur le droit d’auteur prévoit qu’à
l’égard des exécutions publiques effectuées au moyen d’un appareil radiophonique récepteur, en tout endroit autre qu’un théâtre
servant ordinairement et régulièrement de lieu d’amusement où
est exigé un prix d’entrée, aucune redevance n’est exigible du
propriétaire ou de l’usager de l’appareil radiophonique récepteur.
La SOCAN peut vérifier les livres et registres du titulaire de la
licence durant les heures de bureau régulières, moyennant un
préavis raisonnable, afin de confirmer les rapports soumis par le
titulaire de la licence et la redevance exigible de ce dernier.
B. Telephone Music on Hold (2005 to 2008)
B. Attente musicale au téléphone (2005 à 2008)
For a licence to communicate to the public by telecommunication over a telephone on hold, at any time and as often as desired
in the years 2005 to 2008, any or all of the works in SOCAN’s
repertoire, in an establishment not covered by Tariff 16, the fee
payable is as follows:
$94.51 for one trunk line, plus $2.09 for each additional trunk
line.
Pour une licence permettant la communication au public par télécommunication aux fins d’attente musicale au téléphone, en tout
temps et aussi souvent que désiré durant les années 2005 à 2008,
de l’une ou de la totalité des œuvres faisant partie du répertoire de
la SOCAN, dans un établissement non assujetti au tarif 16, la
redevance payable s’établit comme suit :
94,51 $ pour une ligne principale de standard, plus 2,09 $ pour
chaque ligne principale de standard additionnelle.
Aux fins du présent tarif, « ligne principale de standard » signifie une ligne téléphonique reliant l’équipement de commutation
téléphonique du titulaire de la licence au système téléphonique
public et sur laquelle de la musique est fournie à une personne en
attente.
Au plus tard le 31 janvier de l’année visée par la licence, le titulaire verse la redevance applicable, accompagnée d’un rapport
indiquant le nombre de lignes principales de standard.
La SOCAN peut vérifier les livres et registres du titulaire de la
licence durant les heures de bureau régulières, moyennant un
préavis raisonnable, afin de confirmer les rapports soumis par le
titulaire de la licence et la redevance exigible de ce dernier.
Aucune redevance n’est payable au titre du tarif 15.B si une redevance est payée au titre du tarif 16.
If no music is performed in January of the first year of operation, the fee shall be prorated on a monthly basis, calculated
from the month in which music was first performed, and shall be
paid within 30 days of the date on which music was first performed.
For the purposes of this tariff, “trunk line” means a telephone
line linking the licensee’s telephone switching equipment to the
public telephone system and over which music is provided to a
caller while on hold.
No later than January 31 of the year covered by the licence, the
licensee shall pay the applicable fee to SOCAN and report the
number of trunk lines.
SOCAN shall have the right to audit the licensee’s books and
records, on reasonable notice and during normal business hours,
to verify the statements rendered and the fee payable by the
licensee.
Where fees are paid under Tariff 16, no fees shall be payable
under Tariff 15.B.
22
Supplement to the Canada Gazette
March 22, 2008
Tariff No. 16
Tarif no 16
BACKGROUND MUSIC SUPPLIERS
(1998 to 2006)
FOURNISSEURS DE MUSIQUE DE FOND
(1998 à 2006)
This tariff shall apply to licenses for the performance in public
or the communication to the public by telecommunication, at any
time and as often as desired in the years 1998 to 2006, of any or
all of the works in SOCAN’s repertoire, in connection with the
supply of a background music service.
This tariff applies only if the music supplier undertakes to remit to SOCAN the licence fees set out in this tariff, together with
all the information requested under the terms of this tariff.
Royalties paid pursuant to this tariff clear not only the right for
the public performance effected by the service’s subscriber, but
also, where applicable, the right for the communication to the
public by telecommunication effected by the service when it transmits a signal to its subscribers.
This tariff does not cover the use of music expressly covered in
Tariffs 3.B (Recorded Music Accompanying Live Entertainment),
3.C (Adult Entertainment Clubs), 9 (Sports Events), 13 (Public
Conveyances), 17 (Pay, Specialty and Other Television Services),
18 (Recorded Music for Dancing) or 19 (Fitness Activities and
Dance Instruction).
The fee is established according to whether the subscriber to
the music service occupies industrial premises or other premises.
Le présent tarif vise les licences pour l’exécution publique ou
la communication au public par télécommunication, en tout temps
et aussi souvent que désiré durant les années 1998 à 2006, de
l’une ou de la totalité des œuvres faisant partie du répertoire de la
SOCAN, lors de la fourniture d’un service de musique de fond.
Le présent tarif s’applique uniquement si le fournisseur du service s’engage à remettre à la SOCAN les redevances établies dans
le présent tarif, ainsi que les renseignements qu’il prévoit.
Les redevances versées en vertu du présent tarif libèrent les
droits non seulement pour l’exécution publique à laquelle se livre
l’abonné du service, mais aussi, le cas échéant, pour la communication au public par télécommunication à laquelle le service se
livre en transmettant un signal aux abonnés du service.
L’usage de musique expressément assujetti aux tarifs 3.B (Musique enregistrée accompagnant un spectacle), 3.C (Clubs de divertissement pour adultes), 9 (Événements sportifs), 13 (Transports en commun), 17 (Services de télévision payante, services
spécialisés et autres services de télévision), 18 (Musique enregistrée utilisée à des fins de danse) ou 19 (Exercices physiques et
cours de danse) n’est pas assujetti au présent tarif.
La redevance est établie selon que l’abonné au service de musique occupe un local industriel ou un autre local.
A. Industrial Premises
A. Locaux industriels
For the purposes of this tariff, “industrial premises” includes all
premises used in the manufacturing, assembly or production of
goods of any kind, as well as offices and other business premises
to which the general public is not routinely admitted.
Aux fins du présent tarif, « local industriel » s’entend de tout
établissement utilisé pour la fabrication, l’assemblage ou la production de marchandises de toutes sortes, ainsi que des bureaux et
autres locaux commerciaux auxquels le public n’est pas généralement admis.
La redevance payable à l’égard d’un local industriel est de
4,75 pour cent de la somme versée par l’abonné au fournisseur
pour le service de musique de fond, incluant la musique en attente
sur les lignes téléphoniques, sous réserve d’une redevance annuelle minimale de 48 $ par local, à l’exclusion de toute somme
payée par l’abonné pour de l’équipement fourni.
The fee for industrial premises shall be 4.75 per cent of the total amount paid by the subscriber for background music, including telephone music on hold, subject to a minimum annual fee of
$48 for each premises, net of any amount paid for equipment
provided to the subscriber.
B. Other Premises
B. Autres locaux
The fee for other premises shall be 7.5 per cent of the amount
paid by the subscriber for background music, including telephone
music on hold, net of any amount paid for equipment provided to
the subscriber.
La redevance payable à l’égard d’un local autre qu’industriel
est de 7,5 pour cent de la somme versée par l’abonné au fournisseur pour le service de musique de fond, incluant la musique en
attente sur les lignes téléphoniques, à l’exclusion de toute somme
payée par l’abonné pour de l’équipement fourni.
Une redevance annuelle minimale de 48 $ est payable pour
chaque local distinct. La redevance minimale pour un établissement ne comptant pas plus de cinq employés permanents et dont
l’abonnement ne coûte pas plus de 10 $ par mois est réduite à 20 $
par année.
A minimum annual fee of $48 is payable for each separate tenancy. The annual minimum fee for premises with no more than
five permanent employees and for which the charge for the music
service does not exceed $10 per month is reduced to $20.
Provisions Applicable to All Premises Covered in this Tariff
Dispositions applicables à tous les locaux assujettis au présent
tarif
In any multiple tenancy building, each separate tenancy to
which the music service is supplied, pursuant to a contract between the supplier and that tenancy, shall be subject to the minimum rate as set out above.
The fees shall be paid each month. Within 10 days of the end
of a month, the supplier shall send the payment for that month,
together with a report for that month.
Dans un immeuble à locataires multiples, chacun des locaux
auxquels le service de musique est fourni en vertu d’un contrat
entre le fournisseur de musique et un locataire est assujetti à la
redevance minimale établie ci-dessus.
La redevance est payable mensuellement. Dans les 10 jours de
la fin du mois, le fournisseur de musique effectue son paiement,
accompagné d’un rapport pour ce mois.
Le 22 mars 2008
Supplément à la Gazette du Canada
23
A supplier who pays fees and files all reports by the due date
shall be entitled to the following reductions in the minimum fee
payable for each premises:
Le fournisseur de musique qui verse les redevances et soumet
les rapports appropriés dans le délai prescrit a droit à une réduction de la redevance minimale pour chaque local, établie comme
suit :
Number of Premises
Nombre de locaux
Applicable Minimum Fee
3 to 10 ..........................................................................................................
11 to 50.........................................................................................................
51 to 100.......................................................................................................
101 to 200.....................................................................................................
201 to 500.....................................................................................................
501 to 1,000..................................................................................................
Redevance minimale applicable
$45.60
$43.20
$40.80
$38.40
$36.00
$33.60
3 à 10 ........................................................................................................... 45,60 $
11 à 50 ......................................................................................................... 43,20 $
51 à 100 ....................................................................................................... 40,80 $
101 à 200 ..................................................................................................... 38,40 $
201 à 500 ..................................................................................................... 36,00 $
501 à 1000 ................................................................................................... 33,60 $
SOCAN shall have the right to audit the licensee’s books and
records, on reasonable notice and during normal business hours,
to verify the statements rendered and the fee payable by the licensee.
La SOCAN peut vérifier les livres et registres du titulaire de la
licence durant les heures de bureau régulières, moyennant un
préavis raisonnable, afin de confirmer les rapports soumis par le
titulaire de la licence et la redevance exigible de ce dernier.
Tariff No. 18
Tarif no 18
RECORDED MUSIC
FOR DANCING
(2005 to 2010)
MUSIQUE ENREGISTRÉE UTILISÉE
AUX FINS DE DANSE
(2005 à 2010)
For a licence to perform, by means of recorded music for dancing by patrons, at any time and as often as desired in the years
2005 to 2010, any or all of the works in SOCAN’s repertoire,
in bars, cabarets, restaurants, taverns, clubs, dining rooms, discotheques, dance halls, ballrooms and similar premises, the annual
fee shall be as follows:
(a) Premises accommodating no more than 100 patrons:
Pour une licence permettant l’exécution, au moyen de musique
enregistrée aux fins de danse par des clients, en tout temps et aussi souvent que désiré durant les années 2005 à 2010, de l’une ou
de la totalité des œuvres faisant partie du répertoire de la SOCAN,
dans un bar, un cabaret, un restaurant, une taverne, un club, une
salle à manger, une discothèque, une salle de danse, une salle de
bal ou tout autre établissement du même genre, la redevance annuelle payable s’établit comme suit :
a) Établissements pouvant accueillir 100 clients ou moins :
Months of Operation
Days of Operation
1 - 3 days
4 - 7 days
Mois d’opération
Jours d’ouverture
1 à 3 jours
4 à 7 jours
6 months or less
More than 6 months
$267.33
$534.66
6 mois ou moins
Plus de 6 mois
267,33 $
534,66 $
$534.66
$1,069.32
(b) Premises accommodating more than 100 patrons:
Premises accommodating between 101 and 120 patrons shall
pay 10 per cent more than the fees set out in (a). For each subsequent capacity increase of up to 20 patrons, a further increase of
10 per cent of the fees set out in (a) shall be payable.
No later than January 31 of the year covered by the licence, the
establishment shall pay the applicable fee to SOCAN and report
the room capacity in number of patrons.
SOCAN shall have the right to audit the licensee’s books and
records, on reasonable notice and during normal business hours,
to verify the statements rendered and the fee payable by the licensee.
534,66 $
1 069,32 $
b) Établissements pouvant accueillir plus de 100 clients :
Pour un établissement pouvant accueillir entre 101 et 120 clients,
le titulaire de la licence verse 10 pour cent de plus que la redevance établie en a). Pour chaque augmentation additionnelle de
capacité de 20 clients ou moins, une majoration additionnelle de
10 pour cent de la redevance établie en a) est exigible.
Au plus tard le 31 janvier de l’année visée par la licence, le titulaire verse la redevance applicable, accompagnée d’un rapport
indiquant le nombre de clients que l’établissement peut recevoir.
La SOCAN peut vérifier les livres et registres du titulaire de la
licence durant les heures de bureau régulières, moyennant un
préavis raisonnable, afin de confirmer les rapports soumis par le
titulaire de la licence et la redevance exigible de ce dernier.
Tariff No. 19
Tarif no 19
FITNESS ACTIVITIES AND
DANCE INSTRUCTION
(2007 to 2010)
EXERCICES PHYSIQUES ET
COURS DE DANSE
(2007 à 2010)
For a licence to perform, at any time and as often as desired in
the years 2007 to 2010, any or all of the works in SOCAN’s repertoire, in conjunction with physical exercises (dancercize, aerobics, body building and other similar activities) and dance instruction, the annual fee for each room in which performances take
Pour une licence permettant l’exécution, en tout temps et aussi
souvent que désiré durant les années 2007 à 2010, de l’une ou de
la totalité des œuvres faisant partie du répertoire de la SOCAN,
simultanément avec des exercices physiques (danse exercice,
danse aérobique, culturisme et autres activités semblables) et des
24
Supplement to the Canada Gazette
place is $2.14 multiplied by the average number of participants
per week in the room, with a minimum annual fee of $64.
No later than January 31 of the year covered by the licence, the
licensee shall file with SOCAN a statement estimating the average number of participants per week for each room in which performances are expected to take place during the year, together
with the payment of the estimated fee.
No later than January 31 of the following year, the licensee
shall file with SOCAN a report setting out the actual average
number of participants per week for each room in which performances took place during the year covered by the licence. Any
monies owed shall then be paid to SOCAN; if the fee due is less
than the amount paid, SOCAN shall credit the licensee with the
amount of the overpayment.
SOCAN shall have the right to audit the licensee’s books and
records, on reasonable notice and during normal business hours,
to verify the statements rendered and the fee payable by the licensee.
March 22, 2008
cours de danse, la redevance annuelle par salle dans laquelle ont
lieu ces exécutions est de 2,14 $ multiplié par le nombre moyen
de participants par semaine dans cette salle, avec une redevance
annuelle minimale de 64 $.
Au plus tard le 31 janvier de l’année visée par la licence, le titulaire de la licence soumet à la SOCAN un rapport estimant le
nombre moyen de participants par semaine pour chaque salle dans
laquelle des exécutions devraient avoir lieu durant l’année et verse
la redevance estimée.
Au plus tard le 31 janvier de l’année suivante, le titulaire de la
licence soumet à la SOCAN un rapport établissant le nombre réel
moyen de participants par semaine pour chaque salle dans laquelle des exécutions ont eu lieu durant l’année visée par la licence. Le paiement de toute somme due accompagne le rapport;
si le coût de la licence est inférieur au montant déjà payé, la
SOCAN porte le supplément au crédit du titulaire de la licence.
La SOCAN peut vérifier les livres et les registres du titulaire de
la licence durant les heures de bureau régulières, moyennant un
préavis raisonnable, afin de confirmer les rapports soumis par le
titulaire de la licence et la redevance exigible de ce dernier.
Tariff No. 20
Tarif no 20
KARAOKE BARS AND SIMILAR
ESTABLISHMENTS
(2005 to 2010)
BARS KARAOKÉ ET ÉTABLISSEMENTS
DU MÊME GENRE
(2005 à 2010)
For a licence to perform, at any time and as often as desired in
the years 2005 to 2010, any or all of the works in SOCAN’s repertoire, by means of karaoke machines at karaoke bars and similar
establishments, the annual fee shall be as follows:
Establishments operating with karaoke no more than 3 days a
week: $191.24.
Establishments operating with karaoke more than 3 days a
week: $275.56.
Pour une licence permettant l’exécution, en tout temps et aussi
souvent que désiré durant les années 2005 à 2010, de l’une ou de
la totalité des œuvres faisant partie du répertoire de la SOCAN,
au moyen d’appareils karaoké, dans un bar karaoké ou un établissement du même genre, la redevance annuelle s’établit comme
suit :
Établissement ouvert avec karaoké 3 jours ou moins par semaine : 191,24 $
Établissement ouvert avec karaoké 3 jours ou plus par semaine : 275,56 $
Au plus tard le 31 janvier de l’année visée par la licence, le titulaire de la licence verse à la SOCAN la redevance applicable,
accompagnée d’un rapport spécifiant le nombre de jours d’opération avec karaoké par semaine de l’établissement.
La SOCAN peut vérifier les livres et registres du titulaire de la
licence durant les heures de bureau régulières, moyennant un
préavis raisonnable, afin de confirmer les rapports soumis par le
titulaire de la licence et la redevance exigible de ce dernier.
No later than January 31 of the year covered by the licence, the
establishment shall pay the applicable fee to SOCAN and report
the number of days it operates with karaoke in a week.
SOCAN shall have the right to audit the licensee’s books and
records, on reasonable notice and during normal business hours,
to verify the statements rendered and the fee payable by the licensee.
Tariff No. 21
Tarif no 21
RECREATIONAL FACILITIES OPERATED BY A
MUNICIPALITY, SCHOOL, COLLEGE, UNIVERSITY,
AGRICULTURAL SOCIETY OR SIMILAR
COMMUNITY ORGANIZATIONS
(2005 to 2010)
INSTALLATIONS RÉCRÉATIVES EXPLOITÉES PAR
UNE MUNICIPALITÉ, UNE ÉCOLE, UN COLLÈGE,
UNE UNIVERSITÉ, UNE SOCIÉTÉ AGRICOLE OU
AUTRES ORGANISATIONS COMMUNAUTAIRES
DU MÊME GENRE
(2005 à 2010)
For a licence to perform, at any time and as often as desired
in the years 2005 to 2010, any or all of the works in SOCAN’s
repertoire, in a recreational facility operated by a municipality,
school, college, university, agricultural society or similar community organizations, during recreational activities that would
otherwise be subject to Tariff 5.A (Exhibitions and Fairs),
Tariff 7 (Skating Rinks), Tariff 8 (Receptions, Conventions, Assemblies and Fashion Shows), Tariff 9 (Sports Events, including
Pour une licence permettant l’exécution, en tout temps et aussi
souvent que désiré durant les années 2005 à 2010, de l’une ou de
la totalité des œuvres faisant partie du répertoire de la SOCAN,
dans une installation récréative exploitée par une municipalité,
une école, un collège, une université, une société agricole ou autre
organisation communautaire du même genre, à l’occasion d’activités récréatives qui seraient autrement assujetties au tarif 5.A (Expositions et foires), au tarif 7 (Patinoires), au tarif 8 (Réceptions,
Le 22 mars 2008
Supplément à la Gazette du Canada
minor hockey, figure skating, roller skating, ice skating, youth
figure skating carnivals and amateur rodeos), Tariff 11.A (Circuses, Ice Shows, etc.) or Tariff 19 (Fitness Activities and Dance
Instruction), the annual fee is $185.07 for each facility, if the licensee’s gross revenue from these events during the year covered
by the licence does not exceed $15,422.88.
Payment of this fee shall be made on or before January 31 of
the year covered by the licence. On or before January 31 of the
following year, a report shall be submitted to SOCAN confirming
that the licensee’s gross revenue from the events covered by this
tariff during the year do not exceed $15,422.88.
A facility paying under this tariff is not required to pay under
Tariff 5.A, 7, 8, 9, 11.A or 19 for the events covered in this tariff.
This tariff does not cover the use of music expressly covered in
tariffs other than Tariff 5.A, 7, 8, 9, 11.A or 19.
SOCAN shall have the right to audit the licensee’s books and
records, on reasonable notice and during normal business hours,
to verify the statements rendered and the fee payable by the licensee.
25
congrès, assemblées et présentations de mode), au tarif 9 (Événements sportifs, y compris le hockey mineur, le patinage artistique, le patinage sur roulettes, le patinage sur glace, les spectacles
jeunesse sur glace et les rodéos amateurs), au tarif 11.A
(Cirques, spectacles sur glace, etc.) ou au tarif 19 (Exercices physiques et cours de danse), la redevance annuelle exigible pour
chaque installation est de 185,07 $ si les revenus bruts du titulaire
de la licence pour ces activités pendant l’année n’excèdent pas
15 422,88 $.
Le paiement de ces redevances est exigible au plus tard le
31 janvier de l’année visée par la licence. Au plus tard le 31 janvier de l’année suivante, le titulaire de la licence fournit à la
SOCAN un rapport confirmant que les revenus bruts pour les
événements couverts par ce tarif n’excèdent pas 15 422,88 $.
L’installation qui verse une redevance en vertu du présent tarif
n’est pas tenue de verser de redevances en vertu des tarifs 5.A, 7,
8, 9, 11.A ou 19 à l’égard des événements visés dans le présent
tarif.
Ce tarif ne couvre pas les exécutions d’œuvres expressément
prévues aux tarifs autres que les tarifs 5.A, 7, 8, 9, 11.A ou 19.
La SOCAN peut vérifier les livres et registres du titulaire de la
licence durant les heures de bureau régulières, moyennant un
préavis raisonnable, afin de confirmer les rapports soumis par le
titulaire de la licence et la redevance exigible de ce dernier.
Tariff No. 23
Tarif no 23
HOTEL AND MOTEL IN-ROOM
SERVICES
(2007 and 2008)
SERVICES OFFERTS DANS LES CHAMBRES
D’HÔTEL ET DE MOTEL
(2007 et 2008)
Definitions
Définitions
1. In this tariff, “mature audience film” means an audio-visual
work that has sexual activity as its primary component and that is
separately marketed as adult entertainment.
1. Dans le présent tarif, « film pour adultes » s’entend d’une
œuvre audiovisuelle visant avant tout à représenter des activités
de nature sexuelle et qui est mise en marché en tant que divertissement pour adultes.
Application and Royalties
Application et redevances
2. For a licence to communicate to the public by telecommunication, at any time and as often as desired in 2007 and 2008, any
or all of the works in SOCAN’s repertoire, by means of hotel or
motel in-room audio-visual or musical services, the total fees
payable shall be
(a) 1.25 per cent of the fees paid by guests to view audio-visual
works other than mature audience films;
(b) 0.3125 per cent of the fees paid by guests to view mature
audience films containing any work in respect of which a
SOCAN licence is required; and
(c) 5.5 per cent of the revenues of the provider of any musical
service.
2. Pour une licence permettant la communication au public par
télécommunication, en tout temps et aussi souvent que désiré en
2007 et 2008, de l’une ou de la totalité des œuvres faisant partie
du répertoire de la SOCAN, dans le cadre de services audiovisuels ou musicaux offerts dans une chambre d’hôtel ou de motel,
le montant total des redevances est le suivant :
a) 1,25 pour cent des sommes versées par un client pour visionner une œuvre audiovisuelle autre qu’un film pour adultes;
b) 0,3125 pour cent des sommes versées par un client pour visionner un film pour adultes qui contient une œuvre nécessitant
une licence de la SOCAN;
c) 5,5 pour cent des recettes du fournisseur d’un service musical.
Payment and Reporting Requirements
Obligations de paiement et de rapport
3. Royalties shall be due no later than 60 days after the end of
each quarter. The payment shall be accompanied by a report
showing, with respect to the relevant quarter,
(a) for audio-visual works other than mature audience films,
(i) the fees paid by guests to view the audio-visual content,
and
(ii) the individual titles of the audio-visual works used during the quarter;
(b) for mature audience films,
(i) the fees paid by guests to view the films,
3. Les redevances sont payables au plus tard 60 jours après la
fin de chaque trimestre. Le paiement est accompagné d’un rapport
indiquant, pour le trimestre pertinent :
a) à l’égard des œuvres audiovisuelles autres que les films pour
adultes :
(i) les sommes versées par des clients pour visionner le contenu audiovisuel,
(ii) le titre des œuvres audiovisuelles utilisées durant le
trimestre;
b) à l’égard des films pour adultes :
26
Supplement to the Canada Gazette
(ii) a list of individual titles of the films used during the
quarter, indicating which films did not contain any work in
respect of which a SOCAN licence is required, and
(iii) if a film does not contain any work in respect of which a
SOCAN licence is required, documentation establishing that
no such works were used;
(c) for musical services,
(i) the fees paid by guests to use the service,
(ii) the revenues of the provider of the service, and
(iii) the Universal Product Code (UPC) and the International
Standard Recording Code (ISRC) of the recordings used in
providing the service.
March 22, 2008
(i) les sommes versées par des clients pour visionner un film,
(ii) le titre des films utilisés durant le trimestre, avec une indication des films ne contenant aucune œuvre nécessitant
une licence de la SOCAN,
(iii) si un film ne contenait aucune œuvre nécessitant une licence de la SOCAN, la documentation établissant que tel
était le cas;
c) à l’égard des services musicaux :
(i) les sommes versées par des clients pour utiliser le service,
(ii) les recettes du fournisseur du service,
(iii) le code-barres (UPC) et le code international normalisé
des enregistrements (ISRC) des albums utilisés pour fournir
le service.
Audits
Vérifications
4. SOCAN shall have the right to audit the licensee’s books
and records, on reasonable notice and during normal business
hours, to verify statements rendered and the fee payable by the
licensee.
4. La SOCAN peut vérifier les livres et registres du titulaire de
la licence durant les heures de bureau régulières, moyennant un
préavis raisonnable, afin de confirmer les rapports soumis par le
titulaire de la licence et la redevance exigible de ce dernier.
Uses Not Targeted in the Tariff
Utilisations non visées par le tarif
5. (1) This tariff does not apply to uses covered by other
SOCAN tariffs, including Tariffs 17 and 22 and the Pay Audio
Services Tariff.
(2) This tariff does not apply to Internet access services or to
video games services.
5. (1) Le présent tarif ne vise pas les usages assujettis à d’autres
tarifs de la SOCAN, y compris les tarifs 17 et 22 et le tarif pour
les services sonores payants.
(2) Le présent tarif ne vise pas les services d’accès à Internet
ou les services offrant des jeux vidéo.
Le 22 mars 2008
Supplément à la Gazette du Canada
TARIFF 2.A (COMMERCIAL RADIO STATIONS)
FORM A
(2005-2008)
CALCULATION OF LICENCE FEE FOR A MODIFIED BLANKET LICENCE (MBL) FOR THE MONTH OF ____________
Payment on account of cleared programs
— to account for additional expenses incurred by SOCAN because of the availability of the MBL:
3% × 1.9% × gross income from all programs
— to account for the fact that stations that use the MBL pay royalties two months later than other stations:
1% × 1.9% × gross income from all programs
— to account for the use of ambient and production music in cleared programs: 5% × 1.9% × gross income
from cleared programs
— to account for SOCAN’s general operating expenses: 22% × 95% × 1.9% × gross income from cleared
programs
(A)
(B)
(C)
(D)
TOTAL of A + B + C + D:
(E)
Payment on account of programs other than cleared programs
— 1.9 % × gross income from all programs other than cleared programs:
(F)
TOTAL LICENCE FEE FOR THE MONTH (E + F):
Please remit the amount set out in (G)
(G)
TARIF 2.A (STATIONS DE TÉLÉVISION COMMERCIALES)
FORMULAIRE A
(2005 à 2008)
CALCUL DE LA REDEVANCE PAYABLE EN VERTU DE LA LICENCE GÉNÉRALE MODIFIÉE (LGM) POUR LE MOIS
DE __________________
Paiement à l’égard de la programmation affranchie
— pour les dépenses additionnelles que la SOCAN engage au motif que la LGM est disponible :
3 % × 1,9 % × revenus totaux bruts de la station
— pour tenir compte du fait que les stations qui optent pour la LGM versent leurs redevances deux mois
plus tard que les autres stations : 1 % × 1,9% × revenus totaux bruts de la station
— pour l’utilisation de la musique ambiante et de production dans la programmation affranchie :
5 % × 1,9 % × revenus bruts de la station attribuables à la programmation affranchie
— pour les dépenses générales d’exploitation de la SOCAN : 22 % × 95 % × 1,9 % × revenus bruts
de la station attribuables à la programmation affranchie
(A)
(B)
(C)
(D)
TOTAL de A + B + C + D :
(E)
Paiement à l’égard du reste de la programmation
— 1,9% × revenus bruts de la station attribuables à la programmation autre que la programmation affranchie :
(F)
REDEVANCE TOTALE DU MOIS (E + F) :
Veuillez payer le montant indiqué à la ligne (G)
(G)
27
28
Supplement to the Canada Gazette
March 22, 2008
TARIFF 2.A (COMMERCIAL RADIO STATIONS)
FORM B
(2005-2008)
MUSIC REPORT FOR CLEARED PROGRAMS
Television Station: ____________________________________________________________
Program Title and Episode Number: __________________________________________
Air Date: ____________________
Producer: _______________________________________________________
Gross Income from Program: ______________________________________________
Please complete the following report for EVERY musical work included in the program.
Please provide, for each musical work, a copy of any document on which you rely to conclude rights that the music is cleared music, or
a reference to that document, if you provided it previously.
Item
Title
Use
(Theme, Feature,
Background)
Timing
NAME
COMPOSER
CLEARANCE (DIRECT,
SOURCE, PUBLIC DOMAIN)
(with reference to any
supporting documents)
NAME
PUBLISHER
CLEARANCE (DIRECT,
SOURCE, PUBLIC DOMAIN)
(with reference to any
supporting documents)
PERFORMER
Le 22 mars 2008
Supplément à la Gazette du Canada
29
TARIF 2.A (STATIONS DE TÉLÉVISION COMMERCIALES)
FORMULAIRE B
(2005-2008)
RAPPORT D’UTILISATION DE MUSIQUE DANS LA PROGRAMMATION AFFRANCHIE
Nom de la station : ____________________________________________________
Titre de l’émission et numéro de l’épisode : _________________________________
Date de diffusion : ___________________
Producteur : _________________________________________________________
Revenus bruts attribuables à l’émission : __________________________________
Veuillez énumérer CHACUNE des œuvres musicales utilisées durant l’émission.
Veuillez fournir, à l’égard de chacune de ces œuvres, une copie des documents sur lesquels vous vous fondez pour dire que l’œuvre est
de la musique affranchie, ou une référence à ces documents si vous les avez déjà fournis.
Item
Titre
Type de
musique
(thème/
vedette/
fond)
Durée
NOM
COMPOSITEUR
MODE D’AFFRANCHISSEMENT
(DIRECT/À LA SOURCE/
DOMAINE PUBLIC)
(fournir une référence aux
documents pertinents)
NOM
ÉDITEUR
MODE D’AFFRANCHISSEMENT
(DIRECT/À LA SOURCE/
DOMAINE PUBLIC)
(fournir une référence aux
documents pertinents)
INTERPRÈTE
Supplement
Canada Gazette, Part I
March 22, 2008
Supplément
Gazette du Canada, Partie I
Le 22 mars 2008
COPYRIGHT BOARD
COMMISSION DU DROIT
D’AUTEUR
Statement of Royalties to Be Collected
by SOCAN for the Communication to the
Public by Telecommunication, in Canada,
of Musical or Dramatico-Musical Works
Tarif des redevances à percevoir par la
SOCAN pour la communication au public
par télécommunication, au Canada,
d’œuvres musicales ou dramatico-musicales
Tariff No. 17
Transmission of Pay, Specialty and
Other Television Services by
Distribution Undertakings
Tarif no 17
Transmission de services de télévision
payante, services spécialisés et autres services
de télévision par des entreprises de distribution
(2005-2008)
(2005-2008)
Le 22 mars 2008
Supplément à la Gazette du Canada
3
COPYRIGHT BOARD
COMMISSION DU DROIT D’AUTEUR
FILE: Public Performance of Musical Works
DOSSIER : Exécution publique d’œuvres musicales
Statement of Royalties to Be Collected by SOCAN for the
Communication to the Public by Telecommunication, in Canada,
of Musical or Dramatico-Musical Works
Tarif des redevances à percevoir par la SOCAN pour la
communication au public par télécommunication, au Canada,
d’œuvres musicales ou dramatico-musicales
In accordance with subsection 68(4) of the Copyright Act, the
Copyright Board has certified and hereby publishes the statement
of royalties to be collected by the Society of Composers, Authors
and Music Publishers of Canada (SOCAN) for the communication to the public by telecommunication, in Canada, of musical or
dramatico-musical works in respect of Tariff 17 (Transmission of
Pay, Specialty and Other Television Services by Distribution
Undertakings) for the years 2005 to 2008.
Conformément au paragraphe 68(4) de la Loi sur le droit
d’auteur, la Commission du droit d’auteur a homologué et publie
le tarif des redevances que la Société canadienne des auteurs,
compositeurs et éditeurs de musique (SOCAN) peut percevoir
pour la communication au public par télécommunication, au Canada, d’œuvres musicales ou dramatico-musicales, à l’égard du
tarif 17 (Transmission de services de télévision payante, services
spécialisés et autres services de télévision par des entreprises de
distribution) pour les années 2005 à 2008.
Ottawa, le 22 mars 2008
Le secrétaire général
CLAUDE MAJEAU
56, rue Sparks, Bureau 800
Ottawa (Ontario)
K1A 0C9
613-952-8621 (téléphone)
613-952-8630 (télécopieur)
majeau.claude@cb-cda.gc.ca (courriel)
Ottawa, March 22, 2008
CLAUDE MAJEAU
Secretary General
56 Sparks Street, Suite 800
Ottawa, Ontario
K1A 0C9
613-952-8621 (telephone)
613-952-8630 (fax)
majeau.claude@cb-cda.gc.ca (email)
4
Supplement to the Canada Gazette
March 22, 2008
STATEMENT OF ROYALTIES TO BE COLLECTED
BY THE SOCIETY OF COMPOSERS, AUTHORS
AND MUSIC PUBLISHERS OF CANADA (SOCAN)
TARIF DES REDEVANCES QUE LA SOCIÉTÉ
CANADIENNE DES AUTEURS, COMPOSITEURS ET
ÉDITEURS DE MUSIQUE (SOCAN) PEUT PERCEVOIR
in compensation for the right to communicate to the public by
telecommunication, in Canada, musical or dramatico-musical
works forming part of its repertoire.
en compensation pour la communication au public par télécommunication, au Canada, d’œuvres musicales ou dramaticomusicales faisant partie de son répertoire.
GENERAL PROVISIONS
DISPOSITIONS GÉNÉRALES
All royalties payable under this tariff are exclusive of any federal, provincial or other governmental taxes or levies of any kind.
Les redevances exigibles en vertu du présent tarif ne comprennent ni les taxes fédérales, provinciales ou autres, ni les prélèvements d’autre genre qui pourraient s’appliquer.
Chaque licence de la SOCAN reste valable en fonction des
conditions qui y sont énoncées. La SOCAN peut, en tout temps,
mettre fin à toute licence sur préavis écrit de 30 jours pour violation des modalités de la licence.
Every SOCAN licence shall subsist according to the terms set
out therein. SOCAN shall have the right to terminate a licence for
breach of terms and conditions upon 30 days notice in writing.
Tariff No. 17
Tarif no 17
TRANSMISSION OF PAY,
SPECIALTY AND OTHER
TELEVISION SERVICES BY
DISTRIBUTION UNDERTAKINGS
(2005)
TRANSMISSION DE SERVICES DE TÉLÉVISION
PAYANTE, SERVICES SPÉCIALISÉS ET AUTRES
SERVICES DE TÉLÉVISION PAR DES
ENTREPRISES DE DISTRIBUTION
(2005)
Definitions
Définitions
1. In this tariff,
“affiliation payment” means the amount payable by a distribution
undertaking to a programming undertaking for the right to
carry the signal of the programming undertaking. (paiement
d’affiliation)
“ambient music” means music unavoidably picked up in the background when an event is videotaped or broadcasted. (musique
ambiante)
“cleared music” means any music, other than ambient music or
production music, in respect of which a licence from SOCAN
is not required. (musique affranchie)
“cleared program” means a program produced by a Canadian
programming undertaking and containing no music other than
cleared music, ambient music or production music. (émission
affranchie)
“distribution undertaking” means a distribution undertaking as
defined in the Broadcasting Act, S.C. 1991, ch. 11. (entreprise
de distribution)
“gross income” means the gross amount paid by any person for
the use of one or more broadcasting services or facilities provided by a programming undertaking, excluding the following:
(a) income accruing from investments, rents or any other
business unrelated to the broadcasting activities of the programming undertaking. However, income accruing from any
allied or subsidiary business that is a necessary adjunct to
the broadcasting services and facilities of the programming
undertaking or which results in their being used shall be
included in the “gross income”;
(b) amounts received for the production of a program that
is commissioned by someone other than the programming
undertaking and which becomes the property of that person;
(c) the recovery of any amount paid to obtain the exclusive
national or provincial broadcast rights to a sporting event, if
the programming undertaking can establish that it was also
paid normal fees for its time and facilities. SOCAN may
1. Les définitions qui suivent s’appliquent au présent tarif.
« année » Année civile. (year)
« émission affranchie » Émission produite par une entreprise de
programmation canadienne et contenant uniquement de la musique ambiante, de production ou affranchie. (cleared program)
« entreprise de distribution » Entreprise de distribution telle
qu’elle est définie dans la Loi sur la radiodiffusion, L.C. 1991,
ch. 11. (distribution undertaking)
« entreprise de programmation » Entreprise de programmation
telle qu’elle est définie dans la Loi sur la radiodiffusion. (programming undertaking)
« local » Local tel qu’il est défini à l’article 2 du Règlement, qui
se lit comme suit :
« ‘local’ Selon le cas :
a) une habitation, notamment une maison unifamiliale ou
un logement d’un immeuble à logements multiples;
b) une pièce d’un immeuble commercial ou d’un établissement. » (premises)
« mois pertinent » Mois à l’égard duquel les redevances sont
payables. (relevant month)
« musique affranchie » Musique, autre que de la musique
ambiante ou de production, pour laquelle une licence de la
SOCAN n’est pas requise. (cleared music)
« musique ambiante » Musique captée de façon incidente lorsqu’un événement est diffusé ou enregistré. (ambient music)
« musique de production » Musique incorporée dans la programmation interstitielle tels les messages publicitaires, les messages d’intérêt public et les ritournelles. (production music)
« paiement d’affiliation » Montant payable par une entreprise de
distribution à une entreprise de programmation pour la transmission du signal de cette dernière. (affiliation payment)
« petit système de transmission par fil » Petit système de transmission par fil tel qu’il est défini aux articles 3 et 4 du Règlement, qui se lit comme suit :
Le 22 mars 2008
require the production of the contract granting these rights
together with the billing or correspondence relating to the
use of these rights by other parties;
(d) amounts received by an originating programming undertaking acting on behalf of a group of programming undertakings, which do not constitute a permanent network and
which broadcast a single event, simultaneously or on a delayed basis, that the originating undertaking pays out to the
other programming undertakings participating in the broadcast. These amounts paid to each participating undertaking
are part of that undertaking’s “gross income”; and
(e) affiliation payments. (revenus bruts)
“premises” has the meaning attributed to it in section 2 of the
Regulations, which reads:
“ ‘premises’ means
(a) a dwelling, including a single-unit residence or a single unit within a multiple-unit residence; or
(b) a room in a commercial or institutional building.” (local)
“programming undertaking” means a programming undertaking as
defined in the Broadcasting Act. (entreprise de programmation)
“production music” means music contained in interstitial programming such as commercials, public service announcements
and jingles. (musique de production)
“Regulations” means
(a) until May 16, 2005, the Definition of “Small Cable
Transmission System” Regulations, SOR/94-755 (Canada
Gazette, Part II, Vol. 128, page 4096); and
(b) thereafter, the Definition of “Small Cable Transmission
System” Regulations, SOR/94-755 (Canada Gazette, Part II,
Vol. 128, page 4096), amended by SOR/2005-148 (Canada
Gazette, Part II, Vol. 139, page 1195). (Règlement)
“relevant month” means the month for which the royalties are
payable. (mois pertinent)
“service area”
(a) until May 16, 2005, has the meaning attributed to licensed area in section 2 of the Regulations, which reads:
“ ‘licensed area’ means the area within which a licensee is
authorized, under its licence, to provide services;”; and
(b) thereafter, has the meaning attributed to it in section 2 of
the Regulations, which reads:
“ ‘service area’ means an area in which premises served in
accordance with the laws and regulations of Canada by a
cable transmission system are located.” (zone de service)
“signal” means a television signal, other than a signal within the
meaning of subsection 31(1) of the Copyright Act retransmitted
in accordance with subsection 31(2) of the Copyright Act.
“Signal” includes the signals of Canadian pay and specialty
services, non-Canadian specialty services, community channels, and other programming and non-programming services.
(signal)
“small cable transmission system” has the meaning attributed to it
in sections 3 and 4 of the Regulations, which read:
(a) until May 16, 2005:
“3. (1) Subject to subsections (2) to (4) and section 4,
for the purpose of subsection 67.2(1.1) [now 68.1(4)] of
the Copyright Act, ‘small cable transmission system’
means a cable transmission system that transmits a signal,
with or without a fee, to not more than 2,000 premises in
the same licensed area.
(2) For the purpose of subsection (1), where a cable
transmission system is included in the same unit as one or
more other cable transmission systems, the number of
premises to which the cable transmission system transmits
Supplément à la Gazette du Canada
5
a) jusqu’au 16 mai 2005 :
« 3. (1) Sous réserve des paragraphes (2) à (4) et de
l’article 4, pour l’application du paragraphe 67.2(1.1)
[maintenant 68.1(4)] de la Loi sur le droit d’auteur, “petit
système de transmission par fil” s’entend d’un système de
transmission par câble qui transmet un signal, à titre gratuit ou non, à au plus 2 000 locaux situés dans la même
zone de desserte.
(2) Pour l’application du paragraphe (1), dans le cas
d’un système de transmission par câble qui, avec un ou
plusieurs autres systèmes de transmission par câble, fait
partie d’une unité, le nombre de locaux auxquels ce système transmet un signal est réputé correspondre au nombre total de locaux auxquels tous les systèmes de transmission par câble de cette unité transmettent un signal.
(3) Pour l’application du paragraphe (2), font partie
d’une même unité les systèmes de transmission par câble
qui répondent aux critères suivants :
a) ils sont la propriété ou sous le contrôle direct ou indirect de la même personne ou du même groupe de
personnes;
b) leurs zones de desserte respectives sont, à un point
quelconque, à moins de 5 km d’au moins une d’entre elles et, si ce n’était cette distance, celles-ci constitueraient une suite — linéaire ou non — de zones de dessertes contiguës.
(4) Le paragraphe (2) ne s’applique pas aux systèmes de
transmission par câble qui faisaient partie d’une unité au
31 décembre 1993.
4. Est exclu de la définition figurant au paragraphe 3(1)
le système de transmission par câble qui est un système à
antenne collective situé dans la zone de desserte d’un autre système de transmission par câble qui transmet un signal, à titre gratuit ou non, à plus de 2 000 locaux situés
dans cette zone de desserte. »;
b) par la suite :
« 3. (1) Sous réserve des paragraphes (2) à (4) et de
l’article 4, “petit système de transmission par fil” s’entend
d’un système de transmission par fil qui transmet un signal, à titre gratuit ou non, à au plus 2 000 locaux situés
dans la même zone de service.
(2) Pour l’application du paragraphe (1), dans le cas
d’un système de transmission par câble qui, avec un ou
plusieurs autres systèmes de transmission par câble, fait
partie d’une unité, le nombre de locaux auxquels ce système transmet un signal est réputé correspondre au nombre total de locaux auxquels tous les systèmes de transmission par câble de cette unité transmettent un signal.
(3) Pour l’application du paragraphe (2), font partie
d’une même unité les systèmes de transmission par fil qui
répondent aux critères suivants :
a) ils sont la propriété ou sous le contrôle direct ou indirect de la même personne ou du même groupe de
personnes;
b) leurs zones de service respectives sont, à un point
quelconque, à moins de 5 km d’au moins une d’entre
elles et, si ce n’était cette distance, celles-ci constitueraient une suite — linéaire ou non — de zones de service contiguës.
(4) Le paragraphe (2) ne s’applique pas aux systèmes de
transmission par fil qui faisaient partie d’une unité au
31 décembre 1993.
6
Supplement to the Canada Gazette
a signal is deemed to be equal to the total number of
premises to which all cable transmission systems included
in that unit transmit a signal.
(3) For the purpose of subsection (2), a cable transmission system is included in the same unit as one or more
other cable transmission systems where
(a) they are owned or directly or indirectly controlled
by the same person or group of persons; and
(b) their licensed areas are each less than 5 km distant,
at some point, from at least one other among them, and
those licensed areas would constitute a series of contiguous licensed areas, in a linear or non-linear configuration, where it not for the distance.
(4) Subsection (2) does not apply to a cable transmission system that was included in a unit on December 31,
1993.
4. The definition set out in subsection 3(1) does not include a cable transmission system that is a master antenna
system located within the licensed area of another cable
transmission system that transmits a signal, with or without a fee, to more than 2,000 premises in that licensed
area.”; and
(b) thereafter:
“3. (1) Subject to subsections (2) to (4) and section 4,
‘small cable transmission system’ means a cable transmission system that transmits a signal, with or without a fee,
to not more than 2,000 premises in the same service area.
(2) For the purpose of subsection (1), where a cable
transmission system is included in the same unit as one or
more other cable transmission systems, the number of
premises to which the cable transmission system transmits
a signal is deemed to be equal to the total number of
premises to which all cable transmission systems included
in that unit transmit a signal.
(3) For the purpose of subsection (2), a cable transmission system is included in the same unit as one or more
other cable transmission systems where
(a) they are owned or directly or indirectly controlled
by the same person or group of persons; and
(b) their service areas are each less than 5 km distant, at
some point, from at least one other among them, and
those service areas would constitute a series of contiguous service areas, in a linear or non-linear configuration, where it not for the distance.
(4) Subsection (2) does not apply to a cable transmission system that was included in a unit on December 31,
1993.
4. The definition set out in subsection 3(1) does not include a cable transmission system that is a master antenna
system located within the service area of another cable
transmission system that transmits a signal, with or without a fee, to more than 2,000 premises in that service
area.” (petit système de transmission par fil)
“TVRO” means a Television Receive Only Earth Station designed for the reception of signals transmitted by satellite.
(TVRO)
“year” means a calendar year. (année)
March 22, 2008
4. Est exclu de la définition figurant au paragraphe 3(1)
le système de transmission par fil qui est un système à antenne collective situé dans la zone de service d’un autre
système de transmission par fil qui transmet un signal, à
titre gratuit ou non, à plus de 2 000 locaux situés dans
cette zone de service. » (small cable transmission system)
« Règlement »
a) jusqu’au 16 mai 2005, Règlement sur la définition de
« petit système de transmission par fil », DORS/94-755 (Gazette du Canada, Partie II, vol. 128, page 4096);
b) par la suite, Règlement sur la définition de « petit système
de transmission par fil », DORS/94-755 (Gazette du Canada, Partie II, vol. 128, page 4096), modifié par DORS/ 2005148 (Gazette du Canada, Partie II, vol. 139, page 1195).
(Regulations)
« revenus bruts » Sommes brutes payées pour l’utilisation d’une
ou de plusieurs des installations ou services de diffusion offerts
par une entreprise de programmation, à l’exclusion des sommes
suivantes :
a) les revenus provenant d’investissements, de loyers ou
d’autres sources non reliées aux activités de diffusion. Il est
entendu que les revenus provenant d’activités indirectement
reliées ou associées aux activités de diffusion, qui en sont le
complément nécessaire, ou ayant comme conséquence l’utilisation des services et installations de diffusion, font partie
des « revenus bruts »;
b) les sommes versées pour la réalisation d’une émission
pour le compte d’une personne autre que le titulaire de la licence et qui en devient le propriétaire;
c) les sommes reçues en recouvrement du coût d’acquisition
de droits exclusifs, nationaux ou provinciaux, de diffusion de
manifestations sportives, dans la mesure où l’entreprise de
programmation établit qu’elle a aussi perçu des revenus
normaux pour l’utilisation de son temps d’antenne et de ses
installations. La SOCAN aura le droit d’exiger la production
du contrat d’acquisition de ces droits, ainsi que des factures
ou autres documents se rattachant à l’usage de ces droits par
des tiers;
d) les sommes reçues par une entreprise de programmation
source agissant pour le compte d’un groupe d’entreprises de
programmation qui ne constituent pas un réseau permanent
et qui diffusent, simultanément ou en différé, un événement
particulier, que l’entreprise de programmation source remet
aux autres entreprises de programmation participant à la diffusion. Les sommes ainsi remises à chaque entreprise participante font partie des “revenus bruts” de cette dernière;
e) les paiements d’affiliation. (gross income)
« signal » Signal de télévision, autre qu’un signal visé au paragraphe 31(1) de la Loi sur le droit d’auteur et retransmis
conformément aux dispositions du paragraphe 31(2) de la Loi
sur le droit d’auteur. « Signal » inclut le signal d’un service
canadien spécialisé, d’un service canadien de télévision
payante, d’un service spécialisé non canadien, d’un canal communautaire et d’autres services de programmation et hors programmation. (signal)
« système de transmission par fil » Jusqu’au 16 mai 2005, un
système de transmission par câble. (français seulement)
« TVRO » Station de télévision terrestre uniquement réceptrice
qui reçoit des signaux transmis par satellite. (TVRO)
« zone de service »
a) jusqu’au 16 mai 2005, zone de desserte telle qu’elle est
définie à l’article 2 du Règlement, qui se lit comme suit :
« “zone de desserte” Zone dans laquelle le titulaire d’une
licence est autorisé aux termes de celle-ci à fournir des
services »;
Le 22 mars 2008
2. For the purposes of this tariff, in respect of a cable transmission system that is exempt from licensing pursuant to the Exemption Order for Small Cable Undertakings [Appendix I, Public
Notice CRTC 2001-121, December 7, 2001], any reference to a
licensed area shall be read, effective as of
(i) the date of cancellation of the relevant licence in the case of
a system which held a licence on December 7, 2001
(ii) the date the system begins operations in the case of all other
systems
and until May 16, 2005, as a reference to the area in which premises lawfully served by the cable transmission system are located.
3. For the purposes of this tariff, a cable transmission system
shall be deemed to be a small cable transmission system in a
given year if
(a) it is a small cable transmission system on the later of December 31 of the preceding year or the last day of the month in
which it first transmits a signal in the year; or
(b) the average number of premises, determined in accordance
with the Regulations, the system served or was deemed to serve
on the last day of each month during the preceding year was no
more than 2,000.
Supplément à la Gazette du Canada
7
b) par la suite, zone de service telle qu’elle est définie à
l’article 2 du Règlement, qui se lit comme suit :
« “zone de service” Zone dans laquelle sont situés les locaux desservis par un système de transmission par fil en
conformité avec les lois et les règlements du Canada. »
(service area)
2. Aux fins du présent tarif, s’agissant d’un système de transmission par câble visé dans l’Ordonnance d’exemption pour les
petites entreprises de câblodistribution (annexe I, avis public
CRTC 2001-121 du 7 décembre 2001), toute référence à une zone
de desserte est réputée être, à compter
(i) du jour de l’annulation de la licence s’il s’agit d’un système
détenant une licence le 7 décembre 2001
(ii) du premier jour d’exploitation du système dans tous les autres cas
et jusqu’au 16 mai 2005, une référence à la zone à l’intérieur de
laquelle le système dessert licitement des locaux.
3. Aux fins du présent tarif, un système de transmission par fil
est réputé être un petit système de transmission par fil durant une
année donnée
a) s’il est un petit système de transmission par fil le 31 décembre de l’année précédente ou le dernier jour du mois de l’année
au cours duquel il transmet un signal pour la première fois;
b) si le nombre moyen de locaux, établi conformément au Règlement, qu’il desservait ou était réputé desservir le dernier jour
de chaque mois de l’année précédente ne dépasse pas 2000.
Application
Application
4. (1) This tariff applies to licences for the communication to
the public by telecommunication, as often as desired in 2005, of
any or all of the works in SOCAN’s repertoire, in connection with
the transmission of a signal for private or domestic use.
(2) This tariff does not apply to any use of music subject to
Tariffs 2, 16 or 22.
4. (1) Le présent tarif vise les licences pour la communication
au public par télécommunication, en tout temps et aussi souvent
que désiré en 2005, de l’une ou de la totalité des œuvres faisant
partie du répertoire de la SOCAN, lors de la transmission d’un
signal à des fins privées ou domestiques.
(2) Le présent tarif ne vise pas l’utilisation de musique assujettie au tarif 2, 16 ou 22.
Small Cable Transmission Systems and Unscrambled Low Power
Television Stations
Petits systèmes de transmission par fil et stations de télévision à
faible puissance transmettant en clair
5. (1) The total royalty payable in connection with the transmission of all signals shall be $10 a year where the distribution
undertaking is
(i) a small cable transmission system;
(ii) an unscrambled Low Power Television Station or Very
Low Power Television Station (as defined in Sections E and G
of Part IV of the Broadcast Procedures and Rules of Industry
Canada effective April 1997); or
(iii) a terrestrial system which performs a function comparable
to that of a cable transmission system, which uses Hertzian
waves to transmit the signals and which otherwise meets the
definition of “small cable transmission system”.
5. (1) La redevance totale payable pour la transmission de tous
les signaux offerts par une entreprise de distribution est de 10 $
par année si l’entreprise est
(i) un petit système de transmission par fil;
(ii) une station de télévision à faible puissance ou station de télévision à très faible puissance (au sens respectivement défini
aux articles E et G de la partie IV des Règles et procédures sur
la radiodiffusion d’Industrie Canada, en vigueur à compter
d’avril 1997) transmettant en clair;
(iii) un système terrestre dont l’activité est comparable à celle
d’un système de transmission par fil, et qui constituerait un petit système s’il transmettait des signaux par fil plutôt qu’en utilisant les ondes hertziennes.
(2) La redevance payable en vertu du paragraphe (1) est acquittée le 31 janvier de l’année pertinente ou le dernier jour du mois
qui suit celui où le système transmet un signal pour la première
fois durant l’année pertinente.
(3) Les renseignements énumérés ci-après sont fournis en
même temps que le versement des redevances à l’égard du système visé au paragraphe (1) :
a) le nombre de locaux desservis le 31 décembre de l’année
précédente ou le dernier jour du mois au cours duquel l’entreprise de distribution a transmis un signal pour la première fois
durant l’année pertinente;
(2) The royalty payable pursuant to subsection (1) is due on the
later of January 31 of the relevant year or the last day of the
month after the month in which the system first transmits a signal
in the relevant year.
(3) The following information shall be provided in respect of
a system for which royalties are being paid pursuant to subsection (1):
(a) the number of premises served on the later of December 31
of the preceding year or the last day of the month in which the
system first transmitted a signal in the relevant year;
8
Supplement to the Canada Gazette
(b) if the small cable transmission system qualifies as such by
virtue of paragraph 3(b) of the Regulations, the number of
premises, determined in accordance with the Regulations, the
system served or was deemed to serve on the last day of each
month during the preceding year;
(c) if the system is a master antenna system and is located
within the service area of another cable transmission system,
the name of that other system and a statement to the effect that
the other system transmits a signal, with or without a fee, to no
more than 2,000 premises in its licensed area; and
(d) if the system is included in a unit within the meaning of the
Regulations
(i) the date the system was included in the unit,
(ii) the names of all the systems included in the unit,
(iii) the names of the person or group of persons who own or
who directly or indirectly control the systems included in the
unit, and
(iv) the nature of the control exercised by these persons.
March 22, 2008
b) s’il s’agit d’un petit système de transmission par fil par application de l’alinéa 3b) du Règlement, le nombre de locaux,
établi conformément au Règlement, que l’entreprise desservait
ou était réputé desservir le dernier jour de chaque mois de
l’année précédente;
c) s’il s’agit d’un système à antenne collective situé dans la
zone de desserte d’un autre système de transmission par fil, le
nom de ce système, ainsi qu’une déclaration selon laquelle ce
système ne transmet pas un signal, à titre gratuit ou non, à plus
de 2000 locaux dans cette zone de desserte;
d) si le système fait partie d’une unité tel que l’entend le
Règlement,
(i) la date depuis laquelle le système fait partie de l’unité,
(ii) les noms de tous les systèmes faisant partie de l’unité,
(iii) les noms des personnes ou du groupe de personnes qui
possèdent ou contrôlent directement ou indirectement ces
systèmes,
(iv) la nature du contrôle exercé par ces personnes.
Other Distribution Undertakings
Autres entreprises de distribution
6. (1) Sections 7 to 16 apply to distribution undertakings that
are not subject to section 5.
(2) Unless otherwise provided, for the purposes of sections 7
to 16, any reference to a distribution undertaking, to affiliation
payments or to premises served excludes systems subject to section 5 or payments made or premises served by such systems.
6. (1) Les articles 7 à 16 s’appliquent si l’entreprise de distribution n’est pas assujettie à l’article 5.
(2) Sauf disposition contraire, pour l’application des articles 7
à 16, la mention d’une entreprise de distribution, de paiements
d’affiliation ou de locaux desservis n’inclut pas les systèmes assujettis à l’article 5, les paiements qu’ils effectuent ou les locaux
qu’ils desservent.
Community and Non-Programming Services
Services communautaires et hors programmation
7. The total royalty payable in any month in respect of all community channels, non-programming services and other services
generating neither affiliation payments nor gross income that are
transmitted by a distribution undertaking shall be 0.14 cent per
premises or TVRO served by the distribution undertaking on the
last day of the relevant month.
7. La redevance payable pour un mois donné pour la transmission de tous les canaux communautaires, services hors programmation et autres services ne générant pas de paiements
d’affiliation ou de revenus bruts que transmet une entreprise de
distribution est de 0,14 cent par local ou TVRO que l’entreprise
desservait le dernier jour du mois pertinent.
Election of Licence
Option
8. (1) A programming undertaking other than a service that is
subject to section 7 can elect for the standard or modified blanket
licence.
(2) An election must be in writing, and must be received by
SOCAN at least 30 days before the first day of the month for
which the election is to take effect.
(3) An election remains valid until a further election is made.
(4) A programming undertaking can make no more than two
elections in a year.
(5) A programming undertaking that has never made an election is deemed to have elected for the standard blanket licence.
8. (1) L’entreprise de programmation autre qu’un service assujetti à l’article 7 peut opter pour la licence générale standard ou
modifiée.
(2) L’option s’exerce par écrit. La SOCAN doit la recevoir au
moins 30 jours avant le premier jour du mois au cours duquel elle
prend effet.
(3) Il est mis fin à une option en exerçant une autre option.
(4) Une entreprise de programmation a droit à deux options par
année.
(5) L’entreprise de programmation qui n’a jamais exercé d’option est réputée avoir opté pour la licence générale standard.
Standard Blanket Licence
La licence générale standard
9. (1) Subject to subsection (2), the monthly royalty payable for
the transmission of the signal of a programming undertaking that
has elected for the standard blanket licence is
(i) 1.9 per cent of affiliation payments payable in the relevant
month by a distribution undertaking to the programming undertaking, plus
(ii) X × Y × 1.9 per cent
Z
where
X is the gross income of the programming undertaking during
the relevant month
9. (1) Sous réserve du paragraphe (2), la redevance mensuelle
payable pour la transmission du signal d’une entreprise de programmation ayant opté pour la licence générale standard est
(i) 1,9 pour cent des paiements d’affiliation payables par
l’entreprise de distribution à l’entreprise de programmation
pour le mois pertinent, plus
(ii) X × Y × 1,9 pour cent
Z
étant entendu que
X représente les revenus bruts de l’entreprise de programmation durant le mois pertinent
Le 22 mars 2008
Y is the number of premises or TVROs served by the distribution undertaking and lawfully receiving the signal of the programming undertaking on the last day of the relevant month
Z is the total number of premises or TVROs (including those
served by systems subject to section 5) lawfully receiving the
signal of the programming undertaking on the last day of the
relevant month.
(2) Notwithstanding subsection (1)
(i) paragraph (1)(ii) does not apply to non-Canadian specialty
services;
(ii) the royalty rate is 0.8 per cent if a programming undertaking communicates works for which it requires a licence from
SOCAN, excluding production music and cleared music, for
less than 20 per cent of the programming undertaking’s total air
time and keeps and makes available to SOCAN complete recordings of its last 90 broadcast days.
(3) The royalty payable pursuant to subsection (1) is calculated
in accordance with Form A if the royalties are being paid by the
distribution undertaking, and in accordance with Form B if the
royalties are being paid by the programming undertaking.
Supplément à la Gazette du Canada
9
Y représente le nombre de locaux ou de TVRO que l’entreprise de distribution desservait et qui recevaient licitement le
signal de l’entreprise de programmation le dernier jour du mois
pertinent
Z représente le nombre total de locaux ou de TVRO (y compris
ceux que desservaient des systèmes assujettis à l’article 5) qui
recevaient licitement le signal de l’entreprise de programmation le dernier jour du mois pertinent.
(2) Malgré le paragraphe (1)
(i) un service spécialisé non canadien n’est pas assujetti à l’alinéa (1)(ii);
(ii) le taux de redevance est 0,8 pour cent si l’entreprise de programmation communique des œuvres pour lesquelles elle requiert une licence de la SOCAN, exclusion faite de la musique
de production et de la musique affranchie, durant moins de
20 pour cent de son temps d’antenne et conserve et met à la
disposition de la SOCAN l’enregistrement complet de ses
90 derniers jours de diffusion.
(3) La redevance payable en vertu du paragraphe (1) est établie
au moyen du formulaire A si c’est l’entreprise de distribution qui
la verse, et du formulaire B si c’est l’entreprise de programmation.
Modified Blanket Licence (MBL)
La licence générale modifiée (LGM)
10. (1) Subject to subsection (2), the monthly royalty payable for
the transmission of the signal of a programming undertaking that
has elected for the modified blanket licence is calculated in accordance with Form C.
(2) Notwithstanding subsection (1)
(i) no account is taken of gross income in calculating the royalty payable in respect of a non-Canadian specialty service;
(ii) the royalty rate is 0.8 per cent if a programming
undertaking
(A) communicates works for which it requires a licence from
SOCAN, excluding production music and cleared music, for
less than 20 per cent of the programming undertaking’s total
air time, excluding the air time of cleared programs, and
(B) keeps and makes available to SOCAN complete recordings of its last 90 broadcast days.
10. (1) Sous réserve du paragraphe (2), la redevance mensuelle
payable pour la transmission du signal d’une entreprise de programmation ayant opté pour la licence générale modifiée est établie selon le formulaire C.
(2) Malgré le paragraphe (1)
(i) il n’est pas tenu compte des revenus bruts d’un service spécialisé non canadien dans le calcul de la redevance;
(ii) le taux de redevance est 0,8 pour cent si l’entreprise de programmation communique des œuvres pour lesquelles elle requiert une licence de la SOCAN, exclusion faite de la musique
de production et de la musique affranchie, durant moins de
20 pour cent du temps d’antenne des émissions non affranchies
et conserve et met à la disposition de la SOCAN l’enregistrement complet de ses 90 derniers jours de diffusion.
Due Date for Royalties
Date à laquelle les redevances sont acquittées
11. Royalties shall be due on the last day of the third month
following the relevant month.
11. Les redevances sont acquittées le dernier jour du troisième
mois suivant le mois pertinent.
Reporting Requirements
Exigences de rapport
12. No later than the last day of the month following the relevant month, a distribution undertaking shall provide to SOCAN
and to each programming undertaking whose signal it transmitted
during the relevant month
(a) the number of premises or TVROs served by the distribution undertaking and lawfully receiving the signal on the last
day of the relevant month; and
(b) the amount of the distribution undertaking’s affiliation
payment for that signal for the relevant month.
13. (1) No later than the last day of the second month following
the relevant month, a programming undertaking that does not
intend to pay the royalty owed in respect of its signal for the relevant month shall provide to SOCAN and to each distribution
undertaking that transmitted its signal during the relevant month
(a) the number obtained by dividing its gross income for the
relevant month by the total number of premises or TVROs (including those served by systems subject to section 5) lawfully
receiving its signal on the last day of the relevant month;
12. Au plus tard le dernier jour du mois suivant le mois pertinent, l’entreprise de distribution fournit à la SOCAN et à chacune
des entreprises de programmation dont elle a transmis le signal
durant le mois pertinent
a) le nombre de locaux ou de TVRO que l’entreprise de distribution desservait et qui recevaient licitement le signal le dernier jour du mois pertinent;
b) le montant de ses paiements d’affiliation pour le signal pour
le mois pertinent.
13. (1) Au plus tard le dernier jour du deuxième mois suivant le
mois pertinent, l’entreprise de programmation qui n’entend pas
payer la redevance pour le mois pertinent fournit à la SOCAN et à
chacune des entreprises de distribution ayant transmis son signal
durant le mois pertinent
a) le quotient de ses revenus bruts durant le mois pertinent par
le nombre total de locaux ou de TVRO (y compris ceux que
desservaient des systèmes assujettis à l’article 5) qui recevaient
licitement le signal de l’entreprise de programmation le dernier
jour du mois pertinent;
10
Supplement to the Canada Gazette
(b) if the programming undertaking has elected for the modified blanket licence, the percentage of its gross income that was
generated by cleared programs in the relevant month and the
percentage of total air time of cleared programs during that
month; and
(c) if the programming undertaking claims that it complies with
subparagraph 9(2)(ii) or 10(2)(ii), a notice to that effect.
(2) A programming undertaking referred to in subsection (1)
shall also provide to SOCAN, by the date mentioned in subsection (1)
(a) its gross income during the relevant month;
(b) the total number of premises or TVROs (including those
served by systems subject to section 5) lawfully receiving the
signal of the programming undertaking on the last day of the
relevant month; and
(c) the total number of premises or TVROs (excluding those
served by systems subject to section 5) lawfully receiving the
signal of the programming undertaking on the last day of the
relevant month.
14. No later than the last day of the second month following the
relevant month, a programming undertaking that has elected for
the modified blanket licence shall provide to SOCAN, using
Form D, reports identifying, in respect of each cleared program,
the music used in that program as well as any document supporting its claim that the music identified in Form D is cleared music,
or a reference to that document, if the document was provided
previously.
15. (1) A programming undertaking that makes a payment shall
provide to SOCAN with its payment the total amount of affiliation payments payable to it for the relevant month and the calculation of the royalty for the relevant month, using the applicable
form.
(2) A distribution undertaking that makes a payment shall provide to SOCAN with its payment, for the relevant month and in
respect of each programming undertaking whose signal it transmitted during the relevant month,
(a) the name of the programming undertaking, the name of its
signal and the affiliation payment;
(b) the number of premises or TVROs served by the distribution undertaking and lawfully receiving the signal of the programming undertaking on the last day of the relevant month;
and
(c) the calculation of the royalty, using the applicable form.
March 22, 2008
b) si l’entreprise de programmation a opté pour la licence générale modifiée, le pourcentage des revenus bruts générés durant
le mois pertinent par des émissions affranchies et le pourcentage de temps d’antenne de ces émissions durant ce mois;
c) si l’entreprise de programmation prétend se conformer au
sous-alinéa 9(2)(ii) ou 10(2)(ii), un avis à cet effet.
(2) L’entreprise de programmation mentionnée au paragraphe (1) fournit aussi à la SOCAN, au plus tard à la date prévue au
paragraphe (1)
a) ses revenus bruts pour le mois pertinent;
b) le nombre total de locaux ou de TVRO (y compris ceux que
desservaient des systèmes assujettis à l’article 5) qui recevaient
licitement le signal de l’entreprise de programmation le dernier
jour du mois pertinent;
c) le nombre total de locaux ou de TVRO (excluant ceux que
desservaient des systèmes assujettis à l’article 5) qui recevaient
licitement le signal de l’entreprise de programmation le dernier
jour du mois pertinent.
14. Au plus tard le dernier jour du deuxième mois suivant le
mois pertinent, l’entreprise de programmation qui a opté pour la
licence générale modifiée fournit à la SOCAN des rapports établis
selon le formulaire D, précisant, à l’égard de chaque émission
affranchie, la musique utilisée durant l’émission, ainsi que les
documents sur lesquels elle se fonde pour dire que les œuvres
énumérées dans le formulaire D sont de la musique affranchie, ou
une référence à ces documents s’ils ont été fournis auparavant.
15. (1) L’entreprise de programmation qui effectue un paiement fournit en même temps à la SOCAN, à l’égard du mois pertinent, le montant total des paiements d’affiliation qui lui sont dus
et, au moyen du formulaire pertinent, le calcul de la redevance.
(2) L’entreprise de distribution qui effectue un paiement fournit
en même temps à la SOCAN, à l’égard du mois pertinent et pour
chacune des entreprises de programmation dont elle a transmis le
signal durant ce mois
a) le nom de l’entreprise de programmation, celui du signal et
le paiement d’affiliation;
b) le nombre de locaux ou de TVRO que l’entreprise de distribution desservait et qui recevaient licitement le signal de l’entreprise de programmation le dernier jour du mois pertinent;
c) le calcul de la redevance, au moyen du formulaire pertinent.
MBL: Incorrect Cleared Program Claims
LGM: déclarations erronées d’émissions affranchies
16. Amounts paid pursuant to lines B and C of Form C on account of a program that a programming undertaking incorrectly
claimed as a cleared program are not refundable.
16. Les sommes payées en application des lignes B et C du
formulaire C à l’égard de l’émission que l’entreprise de programmation a erronément déclaré être une émission affranchie ne sont
pas remboursables.
Audit
Vérification
17. SOCAN shall have the right to audit the books and records
of a programming undertaking or of a distribution undertaking, on
reasonable notice and during normal business hours, to verify the
statements rendered and the royalty payable.
17. La SOCAN peut vérifier les livres et registres d’une entreprise de programmation ou de distribution durant les heures de
bureau régulières, moyennant un préavis raisonnable, afin de
confirmer les rapports soumis et la redevance exigible.
Confidentiality
Traitement confidentiel
18. (1) Subject to subsections (2) and (3), information received
pursuant to this tariff shall be treated in confidence, unless the
undertaking who supplied the information consents in writing to
the information being treated otherwise.
18. (1) Sous réserve des paragraphes (2) et (3), les renseignements transmis en application du présent tarif sont gardés confidentiels, à moins que l’entreprise les ayant fournis ne consente
par écrit à ce qu’il en soit autrement.
Le 22 mars 2008
Supplément à la Gazette du Canada
(2) Information referred to in subsection (1) can be shared
(i) to comply with this tariff;
(ii) with the Copyright Board;
(iii) in connection with proceedings before the Copyright
Board, if the collective society has first provided a reasonable
opportunity for the undertaking providing the information to
request a confidentiality order;
(iv) to the extent required to effect the distribution of royalties,
with a royalty claimant; or
(v) if ordered by law or by a court of law.
(3) Subsection (1) does not apply to information that is publicly
available, or to information obtained from someone other than the
undertaking and who is not under an apparent duty of confidentiality to that undertaking.
11
(2) On peut faire part des renseignements visés au paragraphe (1)
(i) dans le but de se conformer au présent tarif;
(ii) à la Commission du droit d’auteur;
(iii) dans le cadre d’une affaire portée devant la Commission, si
la société de gestion a préalablement donné à l’entreprise qui
fournit les renseignements l’occasion de demander une ordonnance de confidentialité;
(iv) à une personne qui demande le versement de droits, dans la
mesure où cela est nécessaire pour effectuer la distribution;
(v) si la loi ou une ordonnance d’un tribunal l’y oblige.
(3) Le paragraphe (1) ne s’applique pas aux renseignements
disponibles au public ou obtenus d’un tiers non tenu lui-même de
garder confidentiels ces renseignements.
Interest on Late Payments
Intérêts sur paiements tardifs
19. Any amount not received by the due date shall bear interest
from that date until the date the amount is received. Interest shall
be calculated daily, at a rate equal to one per cent above the Bank
Rate effective on the last day of the previous month (as published
by the Bank of Canada). Interest shall not compound.
19. Tout montant non payé à son échéance porte intérêt à
compter de la date à laquelle il aurait dû être acquitté jusqu’à la
date où il est reçu. L’intérêt est calculé quotidiennement, à un
taux de un pour cent au-dessus du taux officiel d’escompte de la
Banque du Canada en vigueur le dernier jour du mois précédent
(tel qu’il est publié par la Banque du Canada). L’intérêt n’est pas
composé.
Tariff No. 17
Tarif no 17
TRANSMISSION OF PAY,
SPECIALTY AND OTHER
TELEVISION SERVICES BY
DISTRIBUTION UNDERTAKINGS
(2006-2008)
TRANSMISSION DE SERVICES DE TÉLÉVISION
PAYANTE, SERVICES SPÉCIALISÉS ET AUTRES
SERVICES DE TÉLÉVISION PAR DES
ENTREPRISES DE DISTRIBUTION
(2006-2008)
Definitions
Définitions
1. In this tariff,
“affiliation payment” means the amount payable by a distribution
undertaking to a programming undertaking for the right to
carry the signal of the programming undertaking. (paiement
d’affiliation)
“ambient music” means music unavoidably picked up in the
background when an event is videotaped or broadcasted.
(musique ambiante)
“cleared music” means any music, other than ambient music or
production music, in respect of which a licence from SOCAN
is not required. (musique affranchie)
“cleared program” means a program produced by a Canadian
programming undertaking and containing no music other than
cleared music, ambient music or production music. (émission
affranchie)
“distribution undertaking” means a distribution undertaking as
defined in the Broadcasting Act, S.C. 1991, ch. 11. (entreprise
de distribution)
“gross income” means the gross amount paid by any person for
the use of one or more broadcasting services or facilities provided by a programming undertaking, excluding the following:
(a) income accruing from investments, rents or any other
business unrelated to the broadcasting activities of the programming undertaking. However, income accruing from any
allied or subsidiary business that is a necessary adjunct to
the broadcasting services and facilities of the programming
undertaking or which results in their being used shall be
included in the “gross income”;
1. Les définitions qui suivent s’appliquent au présent tarif.
« année » Année civile. (year)
« émission affranchie » Émission produite par une entreprise de
programmation canadienne et contenant uniquement de la musique ambiante, de production ou affranchie. (cleared program)
« entreprise de distribution » Entreprise de distribution telle
qu’elle est définie dans la Loi sur la radiodiffusion, L.C. 1991,
ch. 11. (distribution undertaking)
« entreprise de programmation » Entreprise de programmation
telle qu’elle est définie dans la Loi sur la radiodiffusion. (programming undertaking)
« local » Local tel qu’il est défini à l’article 2 du Règlement, qui
se lit comme suit :
« ‘local’ Selon le cas :
a) une habitation, notamment une maison unifamiliale ou
un logement d’un immeuble à logements multiples;
b) une pièce d’un immeuble commercial ou d’un établissement. » (premises)
« mois pertinent » Mois à l’égard duquel les redevances sont
payables. (relevant month)
« musique affranchie » Musique, autre que de la musique
ambiante ou de production, pour laquelle une licence de la
SOCAN n’est pas requise. (cleared music)
« musique ambiante » Musique captée de façon incidente lorsqu’un événement est diffusé ou enregistré. (ambient music)
« musique de production » Musique incorporée dans la programmation interstitielle tels les messages publicitaires, les messages d’intérêt public et les ritournelles. (production music)
12
Supplement to the Canada Gazette
(b) amounts received for the production of a program that
is commissioned by someone other than the programming
undertaking and which becomes the property of that person;
(c) the recovery of any amount paid to obtain the exclusive
national or provincial broadcast rights to a sporting event, if
the programming undertaking can establish that it was also
paid normal fees for its time and facilities. SOCAN may require the production of the contract granting these rights together with the billing or correspondence relating to the use
of these rights by other parties;
(d) amounts received by an originating programming undertaking acting on behalf of a group of programming undertakings, which do not constitute a permanent network and
which broadcast a single event, simultaneously or on a delayed basis, that the originating undertaking pays out to the
other programming undertakings participating in the broadcast. These amounts paid to each participating undertaking
are part of that undertaking’s “gross income”; and
(e) affiliation payments. (revenus bruts)
“premises” has the meaning attributed to it in section 2 of the
Regulations, which reads:
“ ‘premises’ means
(a) a dwelling, including a single-unit residence or a single unit within a multiple-unit residence; or
(b) a room in a commercial or institutional building.” (local)
“programming undertaking” means a programming undertaking as
defined in the Broadcasting Act. (entreprise de programmation)
“production music” means music contained in interstitial programming such as commercials, public service announcements
and jingles. (musique de production)
“Regulations” means the Definition of “Small Cable Transmission
System” Regulations, SOR/94-755 (Canada Gazette, Part II,
Vol. 128, page 4096), amended by SOR/2005-148 (Canada
Gazette, Part II, Vol. 139, page 1195). (Règlement)
“relevant month” means the month for which the royalties are
payable. (mois pertinent)
“service area” has the meaning attributed to it in section 2 of the
Regulations, which reads:
“ ‘service area’ means an area in which premises served in
accordance with the laws and regulations of Canada by a cable transmission system are located.” (zone de service)
“signal” means a television signal, other than a signal within the
meaning of subsection 31(1) of the Copyright Act retransmitted
in accordance with subsection 31(2) of the Copyright Act.
“Signal” includes the signals of Canadian pay and specialty
services, non-Canadian specialty services, community channels, and other programming and non-programming services.
(signal)
“small cable transmission system” has the meaning attributed to it
in sections 3 and 4 of the Regulations, which read:
“3. (1) Subject to subsections (2) to (4) and section 4,
‘small cable transmission system’ means a cable transmission system that transmits a signal, with or without a fee, to
not more than 2,000 premises in the same service area.
(2) For the purpose of subsection (1), where a cable transmission system is included in the same unit as one or more
other cable transmission systems, the number of premises to
which the cable transmission system transmits a signal is
deemed to be equal to the total number of premises to which
all cable transmission systems included in that unit transmit
a signal.
(3) For the purpose of subsection (2), a cable transmission
system is included in the same unit as one or more other cable transmission systems where
March 22, 2008
« paiement d’affiliation » Montant payable par une entreprise de
distribution à une entreprise de programmation pour la transmission du signal de cette dernière. (affiliation payment)
« petit système de transmission par fil » Petit système de transmission par fil tel qu’il est défini aux articles 3 et 4 du Règlement, qui se lit comme suit :
« 3. (1) Sous réserve des paragraphes (2) à (4) et de l’article 4, “petit système de transmission par fil” s’entend d’un
système de transmission par fil qui transmet un signal, à titre
gratuit ou non, à au plus 2 000 locaux situés dans la même
zone de service.
(2) Pour l’application du paragraphe (1), dans le cas d’un
système de transmission par câble qui, avec un ou plusieurs
autres systèmes de transmission par câble, fait partie d’une
unité, le nombre de locaux auxquels ce système transmet un
signal est réputé correspondre au nombre total de locaux
auxquels tous les systèmes de transmission par câble de cette
unité transmettent un signal.
(3) Pour l’application du paragraphe (2), font partie d’une
même unité les systèmes de transmission par fil qui répondent aux critères suivants :
a) ils sont la propriété ou sous le contrôle direct ou indirect
de la même personne ou du même groupe de personnes;
b) leurs zones de service respectives sont, à un point quelconque, à moins de 5 km d’au moins une d’entre elles et,
si ce n’était cette distance, celles-ci constitueraient une
suite — linéaire ou non — de zones de service contiguës.
(4) Le paragraphe (2) ne s’applique pas aux systèmes de
transmission par fil qui faisaient partie d’une unité au 31 décembre 1993.
4. Est exclu de la définition figurant au paragraphe 3(1) le
système de transmission par fil qui est un système à antenne
collective situé dans la zone de service d’un autre système de
transmission par fil qui transmet un signal, à titre gratuit ou
non, à plus de 2 000 locaux situés dans cette zone de service. » (small cable transmission system)
« Règlement » Règlement sur la définition de « petit système de
transmission par fil », DORS/94-755 (Gazette du Canada, Partie II, vol. 128, page 4096), modifié par DORS/2005-148 (Gazette
du Canada, Partie II, vol. 139, page 1195). (Regulations)
« revenus bruts » Sommes brutes payées pour l’utilisation d’une
ou de plusieurs des installations ou services de diffusion offerts
par une entreprise de programmation, à l’exclusion des sommes
suivantes :
a) les revenus provenant d’investissements, de loyers ou
d’autres sources non reliées aux activités de diffusion. Il est
entendu que les revenus provenant d’activités indirectement
reliées ou associées aux activités de diffusion, qui en sont le
complément nécessaire, ou ayant comme conséquence
l’utilisation des services et installations de diffusion, font
partie des « revenus bruts »;
b) les sommes versées pour la réalisation d’une émission
pour le compte d’une personne autre que le titulaire de la licence et qui en devient le propriétaire;
c) les sommes reçues en recouvrement du coût d’acquisition
de droits exclusifs, nationaux ou provinciaux, de diffusion de
manifestations sportives, dans la mesure où l’entreprise de
programmation établit qu’elle a aussi perçu des revenus
normaux pour l’utilisation de son temps d’antenne et de ses
installations. La SOCAN aura le droit d’exiger la production
du contrat d’acquisition de ces droits, ainsi que des factures
ou autres documents se rattachant à l’usage de ces droits par
des tiers;
Le 22 mars 2008
(a) they are owned or directly or indirectly controlled by
the same person or group of persons; and
(b) their service areas are each less than 5 km distant, at
some point, from at least one other among them, and those
service areas would constitute a series of contiguous service areas, in a linear or non-linear configuration, where it
not for the distance.
(4) Subsection (2) does not apply to a cable transmission
system that was included in a unit on December 31, 1993.
4. The definition set out in subsection 3(1) does not include
a cable transmission system that is a master antenna system
located within the service area of another cable transmission
system that transmits a signal, with or without a fee, to more
than 2,000 premises in that service area.” (petit système de
transmission par fil)
“TVRO” means a Television Receive Only Earth Station designed for the reception of signals transmitted by satellite.
(TVRO)
“year” means a calendar year. (année)
2. For the purposes of this tariff, a cable transmission system
shall be deemed to be a small cable transmission system in a
given year if
(a) it is a small cable transmission system on the later of December 31 of the preceding year or the last day of the month in
which it first transmits a signal in the year; or
(b) the average number of premises, determined in accordance
with the Regulations, the system served or was deemed to serve
on the last day of each month during the preceding year was no
more than 2,000.
Supplément à la Gazette du Canada
13
d) les sommes reçues par une entreprise de programmation
source agissant pour le compte d’un groupe d’entreprises de
programmation qui ne constituent pas un réseau permanent
et qui diffusent, simultanément ou en différé, un événement
particulier, que l’entreprise de programmation source remet
aux autres entreprises de programmation participant à la diffusion. Les sommes ainsi remises à chaque entreprise participante font partie des « revenus bruts » de cette dernière;
e) les paiements d’affiliation. (gross income)
« signal » Signal de télévision, autre qu’un signal visé au paragraphe 31(1) de la Loi sur le droit d’auteur et retransmis
conformément aux dispositions du paragraphe 31(2) de la Loi
sur le droit d’auteur. « Signal » inclut le signal d’un service
canadien spécialisé, d’un service canadien de télévision
payante, d’un service spécialisé non canadien, d’un canal communautaire et d’autres services de programmation et hors programmation. (signal)
« TVRO » Station de télévision terrestre uniquement réceptrice
qui reçoit des signaux transmis par satellite. (TVRO)
« zone de service » zone de service telle qu’elle est définie à
l’article 2 du Règlement, qui se lit comme suit :
« “zone de service” Zone dans laquelle sont situés les locaux
desservis par un système de transmission par fil en conformité avec les lois et les règlements du Canada ». (service area)
2. Aux fins du présent tarif, un système de transmission par fil
est réputé être un petit système de transmission par fil durant une
année donnée
a) s’il est un petit système de transmission par fil le 31 décembre de l’année précédente ou le dernier jour du mois de l’année
au cours duquel il transmet un signal pour la première fois;
b) si le nombre moyen de locaux, établi conformément au Règlement, qu’il desservait ou était réputé desservir le dernier jour
de chaque mois de l’année précédente ne dépasse pas 2000.
Application
Application
3. (1) This tariff applies to licences for the communication to
the public by telecommunication, as often as desired during the
years 2006 to 2008, of any or all of the works in SOCAN’s repertoire, in connection with the transmission of a signal for private or
domestic use.
(2) This tariff does not apply to any use of music subject to
Tariffs 2, 16 or 22.
3. (1) Le présent tarif vise les licences pour la communication
au public par télécommunication, en tout temps et aussi souvent
que désiré pour les années 2006 à 2008, de l’une ou de la totalité
des œuvres faisant partie du répertoire de la SOCAN, lors de la
transmission d’un signal à des fins privées ou domestiques.
(2) Le présent tarif ne vise pas l’utilisation de musique assujettie au tarif 2, 16 ou 22.
Small Cable Transmission Systems and Unscrambled Low Power
Television Stations
Petits systèmes de transmission par fil et stations de télévision à
faible puissance transmettant en clair
4. (1) The total royalty payable in connection with the transmission of all signals shall be $10 a year where the distribution
undertaking is
(i) a small cable transmission system;
(ii) an unscrambled Low Power Television Station or Very
Low Power Television Station (as defined in Sections E and G
of Part IV of the Broadcast Procedures and Rules of Industry
Canada effective April 1997); or
(iii) a terrestrial system which performs a function comparable
to that of a cable transmission system, which uses Hertzian
waves to transmit the signals and which otherwise meets the
definition of “small cable transmission system”.
4. (1) La redevance totale payable pour la transmission de tous
les signaux offerts par une entreprise de distribution est de 10 $
par année si l’entreprise est
(i) un petit système de transmission par fil;
(ii) une station de télévision à faible puissance ou station de télévision à très faible puissance (au sens respectivement défini
aux articles E et G de la partie IV des Règles et procédures sur
la radiodiffusion d’Industrie Canada, en vigueur à compter
d’avril 1997) transmettant en clair;
(iii) un système terrestre dont l’activité est comparable à celle
d’un système de transmission par fil, et qui constituerait un petit système s’il transmettait des signaux par fil plutôt qu’en utilisant les ondes hertziennes.
(2) La redevance payable en vertu du paragraphe (1) est acquittée le 31 janvier de l’année pertinente ou le dernier jour du mois
(2) The royalty payable pursuant to subsection (1) is due on
the later of January 31 of the relevant year or the last day of the
14
Supplement to the Canada Gazette
March 22, 2008
month after the month in which the system first transmits a signal
in the relevant year.
qui suit celui où le système transmet un signal pour la première
fois durant l’année pertinente.
(3) The following information shall be provided in respect of
a system for which royalties are being paid pursuant to subsection (1):
(a) the number of premises served on the later of December 31
of the preceding year or the last day of the month in which the
system first transmitted a signal in the relevant year;
(b) if the small cable transmission system qualifies as such by
virtue of paragraph 3(b) of the Regulations, the number of
premises, determined in accordance with the Regulations, the
system served or was deemed to serve on the last day of each
month during the preceding year;
(c) if the system is a master antenna system and is located
within the service area of another cable transmission system,
the name of that other system and a statement to the effect that
the other system transmits a signal, with or without a fee, to no
more than 2,000 premises in its licensed area; and
(d) if the system is included in a unit within the meaning of the
Regulations
(i) the date the system was included in the unit,
(ii) the names of all the systems included in the unit,
(iii) the names of the person or group of persons who own or
who directly or indirectly control the systems included in the
unit, and
(iv) the nature of the control exercised by these persons.
(3) Les renseignements énumérés ci-après sont fournis en
même temps que le versement des redevances à l’égard du système visé au paragraphe (1) :
a) le nombre de locaux desservis le 31 décembre de l’année
précédente ou le dernier jour du mois au cours duquel l’entreprise de distribution a transmis un signal pour la première fois
durant l’année pertinente;
b) s’il s’agit d’un petit système de transmission par fil par application de l’alinéa 3b) du Règlement, le nombre de locaux,
établi conformément au Règlement, que l’entreprise desservait
ou était réputé desservir le dernier jour de chaque mois de
l’année précédente;
c) s’il s’agit d’un système à antenne collective situé dans la
zone de desserte d’un autre système de transmission par fil, le
nom de ce système, ainsi qu’une déclaration selon laquelle ce
système ne transmet pas un signal, à titre gratuit ou non, à plus
de 2000 locaux dans cette zone de desserte;
d) si le système fait partie d’une unité tel que l’entend le
Règlement,
(i) la date depuis laquelle le système fait partie de l’unité,
(ii) les noms de tous les systèmes faisant partie de l’unité,
(iii) les noms des personnes ou du groupe de personnes qui
possèdent ou contrôlent directement ou indirectement ces
systèmes,
(iv) la nature du contrôle exercé par ces personnes.
Other Distribution Undertakings
Autres entreprises de distribution
5. (1) Sections 7 to 16 apply to distribution undertakings that
are not subject to section 5.
5. (1) Les articles 7 à 16 s’appliquent si l’entreprise de distribution n’est pas assujettie à l’article 5.
(2) Unless otherwise provided, for the purposes of sections 7
to 16, any reference to a distribution undertaking, to affiliation
payments or to premises served excludes systems subject to section 5 or payments made or premises served by such systems.
(2) Sauf disposition contraire, pour l’application des articles 7
à 16, la mention d’une entreprise de distribution, de paiements
d’affiliation ou de locaux desservis n’inclut pas les systèmes assujettis à l’article 5, les paiements qu’ils effectuent ou les locaux
qu’ils desservent.
Community and Non-Programming Services
Services communautaires et hors programmation
6. The total royalty payable in any month in respect of all community channels, non-programming services and other services
generating neither affiliation payments nor gross income that are
transmitted by a distribution undertaking shall be 0.14 cent per
premises or TVRO served by the distribution undertaking on the
last day of the relevant month.
6. La redevance payable pour un mois donné pour la transmission de tous les canaux communautaires, services hors programmation et autres services ne générant pas de paiements
d’affiliation ou de revenus bruts que transmet une entreprise de
distribution est de 0,14 cent par local ou TVRO que l’entreprise
desservait le dernier jour du mois pertinent.
Election of Licence
Option
7. (1) A programming undertaking other than a service that is
subject to section 6 can elect for the standard or modified blanket
licence.
7. (1) L’entreprise de programmation autre qu’un service assujetti à l’article 6 peut opter pour la licence générale standard ou
modifiée.
(2) An election must be in writing, and must be received by
SOCAN at least 30 days before the first day of the month for
which the election is to take effect.
(2) L’option s’exerce par écrit. La SOCAN doit la recevoir au
moins 30 jours avant le premier jour du mois au cours duquel elle
prend effet.
(3) An election remains valid until a further election is made.
(3) Il est mis fin à une option en exerçant une autre option.
(4) A programming undertaking can make no more than two
elections in a year.
(4) Une entreprise de programmation a droit à deux options par
année.
(5) A programming undertaking that has never made an election is deemed to have elected for the standard blanket licence.
(5) L’entreprise de programmation qui n’a jamais exercé d’option est réputée avoir opté pour la licence générale standard.
Le 22 mars 2008
Supplément à la Gazette du Canada
15
Standard Blanket Licence
La licence générale standard
8. (1) Subject to subsection (2), the monthly royalty payable for
the transmission of the signal of a programming undertaking that
has elected for the standard blanket licence is
(i) 1.9 per cent of affiliation payments payable in the relevant
month by a distribution undertaking to the programming undertaking, plus
(ii) X × Y × 1.9 per cent
Z
where
X is the gross income of the programming undertaking during
the relevant month
Y is the number of premises or TVROs served by the distribution undertaking and lawfully receiving the signal of the programming undertaking on the last day of the relevant month
Z is the total number of premises or TVROs (including those
served by systems subject to section 5) lawfully receiving the
signal of the programming undertaking on the last day of the
relevant month.
8. (1) Sous réserve du paragraphe (2), la redevance mensuelle
payable pour la transmission du signal d’une entreprise de programmation ayant opté pour la licence générale standard est
(i) 1,9 pour cent des paiements d’affiliation payables par l’entreprise de distribution à l’entreprise de programmation pour le
mois pertinent, plus
(ii) X × Y × 1,9 pour cent
Z
étant entendu que
X représente les revenus bruts de l’entreprise de programmation durant le mois pertinent
Y représente le nombre de locaux ou de TVRO que l’entreprise de distribution desservait et qui recevaient licitement le
signal de l’entreprise de programmation le dernier jour du mois
pertinent
Z représente le nombre total de locaux ou de TVRO (y compris
ceux que desservaient des systèmes assujettis à l’article 5) qui
recevaient licitement le signal de l’entreprise de programmation le dernier jour du mois pertinent.
(2) Malgré le paragraphe (1)
(i) un service spécialisé non canadien n’est pas assujetti à l’alinéa (1)(ii);
(ii) le taux de redevance est 0,8 pour cent si l’entreprise de programmation communique des œuvres pour lesquelles elle requiert une licence de la SOCAN, exclusion faite de la musique
de production et de la musique affranchie, durant moins de
20 pour cent de son temps d’antenne et conserve et met à la
disposition de la SOCAN l’enregistrement complet de ses
90 derniers jours de diffusion.
(3) La redevance payable en vertu du paragraphe (1) est établie
au moyen du formulaire A si c’est l’entreprise de distribution qui
la verse, et du formulaire B si c’est l’entreprise de programmation.
(2) Notwithstanding subsection (1)
(i) paragraph (1)(ii) does not apply to non-Canadian specialty
services;
(ii) the royalty rate is 0.8 per cent if a programming undertaking communicates works for which it requires a licence from
SOCAN, excluding production music and cleared music, for
less than 20 per cent of the programming undertaking’s total air
time and keeps and makes available to SOCAN complete recordings of its last 90 broadcast days.
(3) The royalty payable pursuant to subsection (1) is calculated
in accordance with Form A if the royalties are being paid by the
distribution undertaking, and in accordance with Form B if the
royalties are being paid by the programming undertaking.
Modified Blanket Licence (MBL)
La licence générale modifiée (LGM)
9. (1) Subject to subsection (2), the monthly royalty payable for
the transmission of the signal of a programming undertaking that
has elected for the modified blanket licence is calculated in accordance with Form C.
(2) Notwithstanding subsection (1)
(i) no account is taken of gross income in calculating the royalty payable in respect of a non-Canadian specialty service;
(ii) the royalty rate is 0.8 per cent if a programming undertaking
(A) communicates works for which it requires a licence from
SOCAN, excluding production music and cleared music, for
less than 20 per cent of the programming undertaking’s total
air time, excluding the air time of cleared programs, and
(B) keeps and makes available to SOCAN complete recordings of its last 90 broadcast days.
9. (1) Sous réserve du paragraphe (2), la redevance mensuelle
payable pour la transmission du signal d’une entreprise de programmation ayant opté pour la licence générale modifiée est établie selon le formulaire C.
(2) Malgré le paragraphe (1)
(i) il n’est pas tenu compte des revenus bruts d’un service spécialisé non canadien dans le calcul de la redevance;
(ii) le taux de redevance est 0,8 pour cent si l’entreprise de programmation communique des œuvres pour lesquelles elle requiert une licence de la SOCAN, exclusion faite de la musique
de production et de la musique affranchie, durant moins de
20 pour cent du temps d’antenne des émissions non affranchies
et conserve et met à la disposition de la SOCAN l’enregistrement complet de ses 90 derniers jours de diffusion.
Due Date for Royalties
Date à laquelle les redevances sont acquittées
10. Royalties shall be due on the last day of the third month
following the relevant month.
10. Les redevances sont acquittées le dernier jour du troisième
mois suivant le mois pertinent.
Reporting Requirements
Exigences de rapport
11. No later than the last day of the month following the relevant month, a distribution undertaking shall provide to SOCAN
and to each programming undertaking whose signal it transmitted
during the relevant month
(a) the number of premises or TVROs served by the distribution undertaking and lawfully receiving the signal on the last
day of the relevant month; and
11. Au plus tard le dernier jour du mois suivant le mois pertinent, l’entreprise de distribution fournit à la SOCAN et à chacune
des entreprises de programmation dont elle a transmis le signal
durant le mois pertinent
a) le nombre de locaux ou de TVRO que l’entreprise de distribution desservait et qui recevaient licitement le signal le dernier jour du mois pertinent;
16
Supplement to the Canada Gazette
March 22, 2008
(b) the amount of the distribution undertaking’s affiliation
payment for that signal for the relevant month.
12. (1) No later than the last day of the second month following
the relevant month, a programming undertaking that does not
intend to pay the royalty owed in respect of its signal for the relevant month shall provide to SOCAN and to each distribution
undertaking that transmitted its signal during the relevant month
(a) the number obtained by dividing its gross income for the
relevant month by the total number of premises or TVROs (including those served by systems subject to section 5) lawfully
receiving its signal on the last day of the relevant month;
(b) if the programming undertaking has elected for the modified blanket licence, the percentage of its gross income that was
generated by cleared programs in the relevant month and the
percentage of total air time of cleared programs during that
month; and
(c) if the programming undertaking claims that it complies with
subparagraph 9(2)(ii) or 10(2)(ii), a notice to that effect.
(2) A programming undertaking referred to in subsection (1)
shall also provide to SOCAN, by the date mentioned in subsection (1)
(a) its gross income during the relevant month;
(b) the total number of premises or TVROs (including those
served by systems subject to section 5) lawfully receiving the
signal of the programming undertaking on the last day of the
relevant month; and
(c) the total number of premises or TVROs (excluding those
served by systems subject to section 5) lawfully receiving the
signal of the programming undertaking on the last day of the
relevant month.
13. No later than the last day of the second month following the
relevant month, a programming undertaking that has elected for
the modified blanket licence shall provide to SOCAN, using
Form D, reports identifying, in respect of each cleared program,
the music used in that program as well as any document supporting its claim that the music identified in Form D is cleared music,
or a reference to that document, if the document was provided
previously.
14. (1) A programming undertaking that makes a payment shall
provide to SOCAN with its payment the total amount of affiliation payments payable to it for the relevant month and the calculation of the royalty for the relevant month, using the applicable
form.
(2) A distribution undertaking that makes a payment shall provide to SOCAN with its payment, for the relevant month and in
respect of each programming undertaking whose signal it transmitted during the relevant month,
(a) the name of the programming undertaking, the name of its
signal and the affiliation payment;
(b) the number of premises or TVROs served by the distribution undertaking and lawfully receiving the signal of the programming undertaking on the last day of the relevant month;
and
(c) the calculation of the royalty, using the applicable form.
b) le montant de ses paiements d’affiliation pour le signal pour
le mois pertinent.
12. (1) Au plus tard le dernier jour du deuxième mois suivant le
mois pertinent, l’entreprise de programmation qui n’entend pas
payer la redevance pour le mois pertinent fournit à la SOCAN et à
chacune des entreprises de distribution ayant transmis son signal
durant le mois pertinent
a) le quotient de ses revenus bruts durant le mois pertinent par
le nombre total de locaux ou de TVRO (y compris ceux que
desservaient des systèmes assujettis à l’article 5) qui recevaient
licitement le signal de l’entreprise de programmation le dernier
jour du mois pertinent;
b) si l’entreprise de programmation a opté pour la licence générale modifiée, le pourcentage des revenus bruts générés durant
le mois pertinent par des émissions affranchies et le pourcentage de temps d’antenne de ces émissions durant ce mois;
c) si l’entreprise de programmation prétend se conformer au
sous-alinéa 9(2)(ii) ou 10(2)(ii), un avis à cet effet.
(2) L’entreprise de programmation mentionnée au paragraphe (1) fournit aussi à la SOCAN, au plus tard à la date prévue au
paragraphe (1)
a) ses revenus bruts pour le mois pertinent;
b) le nombre total de locaux ou de TVRO (y compris ceux que
desservaient des systèmes assujettis à l’article 5) qui recevaient
licitement le signal de l’entreprise de programmation le dernier
jour du mois pertinent;
c) le nombre total de locaux ou de TVRO (excluant ceux que
desservaient des systèmes assujettis à l’article 5) qui recevaient
licitement le signal de l’entreprise de programmation le dernier
jour du mois pertinent.
13. Au plus tard le dernier jour du deuxième mois suivant le
mois pertinent, l’entreprise de programmation qui a opté pour la
licence générale modifiée fournit à la SOCAN des rapports établis
selon le formulaire D, précisant, à l’égard de chaque émission
affranchie, la musique utilisée durant l’émission, ainsi que les
documents sur lesquels elle se fonde pour dire que les œuvres
énumérées dans le formulaire D sont de la musique affranchie, ou
une référence à ces documents s’ils ont été fournis auparavant.
14. (1) L’entreprise de programmation qui effectue un paiement fournit en même temps à la SOCAN, à l’égard du mois pertinent, le montant total des paiements d’affiliation qui lui sont dus
et, au moyen du formulaire pertinent, le calcul de la redevance.
MBL: Incorrect Cleared Program Claims
LGM : déclarations erronées d’émissions affranchies
15. Amounts paid pursuant to lines B and C of Form C on account of a program that a programming undertaking incorrectly
claimed as a cleared program are not refundable.
15. Les sommes payées en application des lignes B et C du formulaire C à l’égard de l’émission que l’entreprise de programmation a erronément déclaré être une émission affranchie ne sont pas
remboursables.
(2) L’entreprise de distribution qui effectue un paiement fournit
en même temps à la SOCAN, à l’égard du mois pertinent et pour
chacune des entreprises de programmation dont elle a transmis le
signal durant ce mois
a) le nom de l’entreprise de programmation, celui du signal et
le paiement d’affiliation;
b) le nombre de locaux ou de TVRO que l’entreprise de distribution desservait et qui recevaient licitement le signal de l’entreprise de programmation le dernier jour du mois pertinent;
c) le calcul de la redevance, au moyen du formulaire pertinent.
Le 22 mars 2008
Supplément à la Gazette du Canada
17
Audit
Vérification
16. SOCAN shall have the right to audit the books and records
of a programming undertaking or of a distribution undertaking, on
reasonable notice and during normal business hours, to verify the
statements rendered and the royalty payable.
16. La SOCAN peut vérifier les livres et registres d’une entreprise de programmation ou de distribution durant les heures de
bureau régulières, moyennant un préavis raisonnable, afin de
confirmer les rapports soumis et la redevance exigible.
Confidentiality
Traitement confidentiel
17. (1) Subject to subsections (2) and (3), information received
pursuant to this tariff shall be treated in confidence, unless the
undertaking who supplied the information consents in writing to
the information being treated otherwise.
(2) Information referred to in subsection (1) can be shared
(i) to comply with this tariff;
(ii) with the Copyright Board;
(iii) in connection with proceedings before the Copyright
Board, if the collective society has first provided a reasonable
opportunity for the undertaking providing the information to
request a confidentiality order;
(iv) to the extent required to effect the distribution of royalties,
with a royalty claimant; or
(v) if ordered by law or by a court of law.
17. (1) Sous réserve des paragraphes (2) et (3), les renseignements transmis en application du présent tarif sont gardés confidentiels, à moins que l’entreprise les ayant fournis ne consente
par écrit à ce qu’il en soit autrement.
(2) On peut faire part des renseignements visés au paragraphe (1)
(i) dans le but de se conformer au présent tarif;
(ii) à la Commission du droit d’auteur;
(iii) dans le cadre d’une affaire portée devant la Commission, si
la société de gestion a préalablement donné à l’entreprise qui
fournit les renseignements l’occasion de demander une ordonnance de confidentialité;
(iv) à une personne qui demande le versement de droits, dans la
mesure où cela est nécessaire pour effectuer la distribution;
(v) si la loi ou une ordonnance d’un tribunal l’y oblige.
(3) Le paragraphe (1) ne s’applique pas aux renseignements
disponibles au public ou obtenus d’un tiers non tenu lui-même de
garder confidentiels ces renseignements.
(3) Subsection (1) does not apply to information that is publicly
available, or to information obtained from someone other than the
undertaking and who is not under an apparent duty of confidentiality to that undertaking.
Interest on Late Payments
Intérêts sur paiements tardifs
18. Any amount not received by the due date shall bear interest
from that date until the date the amount is received. Interest shall
be calculated daily at a rate equal to one per cent above the Bank
Rate effective on the last day of the previous month (as published
by the Bank of Canada). Interest shall not compound.
18. Tout montant non payé à son échéance porte intérêt à
compter de la date à laquelle il aurait dû être acquitté jusqu’à la
date où il est reçu. L’intérêt est calculé quotidiennement, à un
taux de un pour cent au-dessus du taux officiel d’escompte de la
Banque du Canada en vigueur le dernier jour du mois précédent
(tel qu’il est publié par la Banque du Canada). L’intérêt n’est pas
composé.
18
Supplement to the Canada Gazette
March 22, 2008
FORM A
CALCULATION OF LICENCE FEE FOR A STANDARD BLANKET LICENCE FOR THE MONTH OF _______________
(Payment by the distribution undertaking)
Name of the distribution undertaking: ______________________________________________
Name of the programming undertaking or signal on account of which the royalties are being paid (please provide one form per
programming undertaking or signal):
______________________________________________________________________________
(A) 1.9% × amount payable by the distribution undertaking for the right to carry the signal for the relevant month: ______________
(B) 1.9% × number supplied by the programming undertaking pursuant to paragraph 13(1)(a) of the tariff × number of premises or
TVROs served by the distribution undertaking and lawfully receiving the signal of the programming undertaking on the last day of the
relevant month: ___________________________
(C) TOTAL LICENCE FEE FOR THE MONTH (A + B): ______________________
Please remit the amount set out in (C)
NOTE: If the programming undertaking claims that it complies with subparagraph 9(2)(ii) of the tariff, the applicable royalty rate is 0.8%.
FORMULAIRE A
CALCUL DE LA REDEVANCE PAYABLE EN VERTU DE LA LICENCE GÉNÉRALE STANDARD POUR LE MOIS DE
__________________ (paiement effectué par l’entreprise de distribution)
Nom de l’entreprise de distribution : ________________________________________________
Nom de l’entreprise de programmation ou du signal à l’égard duquel les redevances sont acquittées (veuillez remplir un formulaire par
entreprise de programmation ou signal) :
______________________________________________________________________________
(A) 1,9% × montant payable par l’entreprise de distribution pour transmettre le signal durant le mois pertinent : _____________
(B) 1,9% × chiffre fourni par l’entreprise de programmation conformément à l’alinéa 13(1)a) du tarif × nombre de locaux ou de TVRO
que l’entreprise de distribution desservait et qui recevaient licitement le signal de l’entreprise de programmation le dernier jour du mois
pertinent : ___________________________
(C) REDEVANCE TOTALE DU MOIS (A + B) : ______________________
Veuillez acquitter le montant indiqué à la case (C)
NOTE : Si l’entreprise de programmation prétend se conformer au sous-alinéa 9(2)(ii) du tarif, le taux de redevance applicable est 0,8%.
Le 22 mars 2008
Supplément à la Gazette du Canada
19
FORM B
CALCULATION OF LICENCE FEE FOR A STANDARD BLANKET LICENCE FOR THE MONTH OF _______________
(Payment by the distribution undertaking)
Name of the programming undertaking or signal: ______________________________________________
List of the distribution undertakings on account of which royalties are being paid: __________________________________________
(A) 1.9% × total amount payable by the relevant distribution undertakings for the right to carry the signal of the programming
undertaking for the relevant month: ________________________
(B) X × Y × 1.9%: _____________
Z
where
X is the gross income of the programming undertaking during the relevant month
Y is the total number of premises or TVROs served by the distribution undertakings and lawfully receiving the signal of the
programming undertaking on the last day of the relevant month
Z is the total number of premises or TVROs (including those served by systems subject to section 5 of the tariff) lawfully receiving the
signal of the programming undertaking on the last day of that month.
(C) TOTAL LICENCE FEE FOR THE MONTH (A + B):______________________
Please remit the amount set out in (C)
NOTE: If the programming undertaking claims that it complies with subparagraph 9(2)(ii) of the tariff, the applicable royalty rate is 0.8%.
FORMULAIRE B
CALCUL DE LA REDEVANCE PAYABLE EN VERTU DE LA LICENCE GÉNÉRALE STANDARD POUR LE MOIS DE
__________________ (paiement effectué par l’entreprise de programmation)
Nom de l’entreprise de programmation ou du signal : ___________________________________
Noms des entreprises de distribution à l’égard desquelles les redevances sont acquittées : _____________________________________
(A) 1,9% × montant total payable par les entreprises de distribution pertinentes pour transmettre le signal de l’entreprise de
programmation durant le mois pertinent : _______________________
(B) X × Y × 1,9 % : ________________
Z
étant entendu que
X représente les revenus bruts de l’entreprise de programmation durant le mois pertinent
Y représente le nombre de locaux ou de TVRO que les entreprises de distribution desservaient et qui recevaient licitement le signal de
l’entreprise de programmation le dernier jour du mois pertinent
Z représente le nombre total de locaux ou de TVRO (y compris ceux que desservaient des systèmes assujettis à l’article 5 du tarif) qui
recevaient licitement le signal de l’entreprise de programmation le dernier jour du mois pertinent.
(C) REDEVANCE TOTALE DU MOIS (A + B) : ____________________
Veuillez acquitter le montant indiqué à la case (C)
NOTE : Si l’entreprise de programmation prétend se conformer au sous-alinéa 9(2)(ii) du tarif, le taux de redevance applicable est 0,8%.
20
Supplement to the Canada Gazette
March 22, 2008
FORM C
CALCULATION OF LICENCE FEE FOR A MODIFIED BLANKET LICENCE (MBL) FOR THE MONTH OF ______________
For the purposes of this form and for the month for which the royalties are being calculated
“Affiliation payments” does not include payments made by systems subject to section 5 of the tariff (small systems).
“Total affiliation payments” means
(a) if a distribution undertaking fills the form, the affiliation payment payable by the distribution undertaking to the relevant programming undertaking for that month,
(b) if a programming undertaking fills the form, the affiliation payments payable to the programming undertaking by all the distribution undertakings that carried its signal during that month.
“Affiliation payments from cleared programs” means the total affiliation payments multiplied by the percentage of total air time attributable to cleared programs in that month. (That figure is provided by the programming undertaking pursuant to paragraph 13(1)(b)
of the tariff if a distribution undertaking fills the form.)
“Affiliation payments from programs other than cleared programs” means the difference between total affiliation payments and affiliation payments from cleared programs.
“Total gross income” means
(a) if a distribution undertaking fills the form, the number provided by the programming undertaking for that month pursuant to
paragraph 13(1)(a) of the tariff multiplied by the number of premises or TVROs served by the distribution undertaking and lawfully receiving the signal of the programming undertaking on the last day of that month,
(b) if a programming undertaking fills the form, the undertaking’s gross income for that month multiplied by the ratio of the total
number of premises or TVROs (excluding those served by systems subject to section 5 of the tariff) lawfully receiving its signal
on the last day of that month over the total number of premises or TVROs (including those served by systems subject to section 5
of the tariff) lawfully receiving its signal on the last day of that month.
“Gross income from cleared programs” means the total gross income multiplied by the percentage of gross income from cleared programs. (That figure is provided by the programming undertaking pursuant to paragraph 13(1)(b) of the tariff if a distribution undertaking fills the form)
“Gross income from programs other than cleared programs” means the difference between total gross income and gross income from
cleared programs.
If the distribution undertaking fills the form, one form must be completed with respect to each programming undertaking that has
elected for the MBL that the distribution undertaking transmits in the relevant month. If the programming undertaking fills the form,
only one form needs to be completed.
Payment on account of cleared programs
A — to account for additional expenses incurred by SOCAN because of the availability of the MBL: 3% × 1.9% × (total gross income + total affiliation payments)
B — to account for the use of ambient and production music in cleared programs: 5% × 1.9% × (gross income from cleared programs + affiliation payments from cleared programs)
C — to account for SOCAN’s general operating expenses: 22% × 95% × 1.9% × (gross income from cleared programs + affiliation
payments from cleared programs)
D — TOTAL of A + B + C
Payment on account of all programs other than cleared programs
E — 1.9% × (gross income from programs other than cleared programs + affiliation payments from programs other than cleared
programs)
F — TOTAL LICENCE FEE FOR THE MONTH (D + E)
Please remit the amount set out in (F)
NOTE: If the programming undertaking claims that it complies with subparagraph 10(2)(ii) of the tariff, the applicable royalty rate is 0.8%.
Le 22 mars 2008
Supplément à la Gazette du Canada
21
FORMULAIRE C
CALCUL DE LA REDEVANCE PAYABLE EN VERTU DE LA LICENCE GÉNÉRALE MODIFIÉE (LGM) POUR LE MOIS
DE __________________
Aux fins du présent formulaire et pour le mois à l’égard duquel les redevances sont établies (le mois pertinent) les définitions suivantes s’appliquent :
« Paiements d’affiliation » exclut les paiements effectués par les systèmes assujettis à l’article 5 du tarif (les petits systèmes).
« Paiements totaux d’affiliation »
a) Si l’entreprise de distribution remplit le formulaire, les paiements d’affiliation payables par cette entreprise à l’entreprise de
programmation pertinente pour le mois pertinent;
b) si l’entreprise de programmation remplit le formulaire, les paiements d’affiliation payables à cette entreprise par toutes les entreprises de distribution pertinentes ayant transmis son signal durant le mois pertinent.
« Paiements d’affiliation à l’égard des émissions affranchies » Produit du montant des paiements totaux d’affiliation multiplié par le
pourcentage du temps d’antenne total occupé par des émissions affranchies durant le moins pertinent. (Si l’entreprise de distribution
remplit le formulaire, ce pourcentage lui est fourni par l’entreprise de programmation en application de l’alinéa 13(1)b) du tarif).
« Paiement d’affiliation à l’égard des émissions non affranchies » Différence entre les paiements totaux d’affiliation et les paiements
d’affiliation à l’égard des émissions affranchies.
« Revenus bruts totaux »
a) Si l’entreprise de distribution remplit le formulaire, le produit du chiffre fourni par l’entreprise de programmation pour le mois
pertinent conformément à l’alinéa 13(1)a) du tarif multiplié par le nombre de locaux ou de TVRO que l’entreprise de distribution
desservait et qui recevaient licitement le signal de l’entreprise de programmation le dernier jour du mois pertinent;
b) si l’entreprise de programmation remplit le formulaire, le produit des revenus bruts de l’entreprise multiplié par le nombre total
de locaux ou de TVRO (excluant ceux que desservaient des systèmes assujettis à l’article 5 du tarif) qui recevaient licitement le
signal de l’entreprise de programmation le dernier jour du mois pertinent, divisé par le nombre total de locaux ou de TVRO (y
compris ceux que desservaient des systèmes assujettis à l’article 5 du tarif) qui recevaient licitement le signal de l’entreprise de
programmation le dernier jour du mois pertinent.
« Revenus bruts des émissions affranchies » Montant des revenus bruts totaux multiplié par le pourcentage des revenus bruts attribuable aux émissions affranchies. (Si l’entreprise de distribution remplit le formulaire, ce pourcentage lui est fourni par l’entreprise de
programmation en application de l’alinéa 13(1)b) du tarif).
« Revenus bruts des émissions non affranchies » Différence entre les revenus bruts totaux et les revenus bruts des émissions
affranchies.
Si l’entreprise de distribution remplit le formulaire, il faut compléter un formulaire à l’égard de chaque entreprise de programmation
ayant opté pour la LGM que l’entreprise de distribution a transmis durant le mois pertinent. Si c’est l’entreprise de programmation qui
remplit le formulaire, un seul formulaire suffit.
Paiement à l’égard de la programmation affranchie
A — pour les dépenses additionnelles que la SOCAN engage au motif que la licence générale modifiée est disponible : 3 % ×
1,9 % × (Revenus totaux + Paiements d’affiliation totaux)
B — pour l’utilisation de la musique ambiante et de production : 5 % × 1,9 % × (Revenus bruts attribuables aux émissions affranchies + Paiements d’affiliation attribuables aux émissions affranchies)
C — pour les dépenses générales d’exploitation de la SOCAN : 22 % × 95 % × 1,9 % × (Revenus bruts attribuables aux émissions
affranchies + Paiements d’affiliation attribuables aux émissions affranchies)
D — TOTAL de A + B + C
Paiement à l’égard du reste de la programmation
E — 1,9 % × (Revenus bruts attribuables aux émissions non affranchies + Paiements d’affiliation attribuables aux émissions non
affranchies)
F — REDEVANCE TOTALE DU MOIS (D + E)
Veuillez acquitter le montant indiqué à la ligne (F)
NOTE : Si l’entreprise de programmation prétend se conformer au sous-alinéa 10(2)(ii) du tarif, le taux de redevance applicable est 0,8 %.
22
Supplement to the Canada Gazette
March 22, 2008
FORM D
MUSIC REPORT FOR CLEARED PROGRAMS
Signal / Channel: ____________________________________
Program Title and Episode Number: ____________________________________________________
Air Date: ___________________
Producer: __________________________________________
Gross Income from Program: __________________________
Please complete the following report for EVERY musical work included in the program.
Please provide, for each musical work, a copy of any document on which you rely to conclude that the music is cleared music, or a
reference to that document, if you provided it previously.
Item
Title
Use
(Theme, Feature,
Background)
Timing
NAME
COMPOSER
CLEARANCE (DIRECT,
SOURCE, PUBLIC DOMAIN)
(with reference to any
supporting documents)
NAME
PUBLISHER
CLEARANCE (DIRECT,
SOURCE, PUBLIC DOMAIN)
(with reference to any
supporting documents)
PERFORMER
Le 22 mars 2008
Supplément à la Gazette du Canada
23
FORMULAIRE D
RAPPORT D’UTILISATION DE MUSIQUE DANS LA PROGRAMMATION AFFRANCHIE
Signal / Chaîne : _________________________________________
Titre de l’émission et numéro de l’épisode : __________________________________________________
Date de diffusion : __________________
Producteur : _______________________
Revenus bruts attribuables à l’émission : ________________________
Veuillez énumérer CHACUNE des œuvres musicales utilisées durant l’émission.
Veuillez fournir, à l’égard de chacune de ces œuvres, une copie des documents sur lesquels vous vous fondez pour dire que l’œuvre est
de la musique affranchie, ou une référence à ces documents si vous les avez déjà fournis.
Item
Titre
Type de
musique
(thème/
vedette/
fond)
Durée
NOM
COMPOSITEUR
MODE D’AFFRANCHISSEMENT
(DIRECT/À LA SOURCE/
DOMAINE PUBLIC)
(fournir une référence aux
documents pertinents)
NOM
ÉDITEUR
MODE D’AFFRANCHISSEMENT
(DIRECT/À LA SOURCE/
DOMAINE PUBLIC)
(fournir une référence aux
documents pertinents)
INTERPRÈTE
If undelivered, return COVER ONLY to:
Government of Canada Publications
Public Works and Government Services
Canada
Ottawa, Canada K1A 0S5
En cas de non-livraison,
retourner cette COUVERTURE SEULEMENT à :
Publications du gouvernement du Canada
Travaux publics et Services gouvernementaux
Canada
Ottawa, Canada K1A 0S5
Available from Government of Canada Publications
Public Works and Government Services Canada
Ottawa, Canada K1A 0S5
En vente : Publications du gouvernement du Canada
Travaux publics et Services gouvernementaux Canada
Ottawa, Canada K1A 0S5
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising