Canada Gazette du Part I

Canada Gazette du Part I
Vol. 140, no 24
Vol. 140, No. 24
Canada
Gazette
Gazette
du Canada
Part I
Partie I
OTTAWA, SATURDAY, JUNE 17, 2006
OTTAWA, LE SAMEDI 17 JUIN 2006
NOTICE TO READERS
The Canada Gazette is published under authority of the
Statutory Instruments Act. It consists of three parts as described
below:
Part I
Material required by federal statute or regulation to
be published in the Canada Gazette other than items
identified for Parts II and III below — Published
every Saturday
Part II
Statutory Instruments (Regulations) and other classes
of statutory instruments and documents — Published
January 11, 2006, and at least every second
Wednesday thereafter
Part III
Public Acts of Parliament and their enactment
proclamations — Published as soon as is reasonably
practicable after Royal Assent
The Canada Gazette is available in most public libraries for
consultation.
To subscribe to, or obtain copies of, the Canada Gazette,
contact bookstores selling Government publications as listed
in the telephone directory or write to Government of Canada
Publications, Public Works and Government Services Canada,
Ottawa, Canada K1A 0S5.
The Canada Gazette is also available free of charge on the
Internet at http://canadagazette.gc.ca. It is accessible in Portable
Document Format (PDF) and in HyperText Mark-up Language
(HTML) as the alternate format. The on-line PDF format of Parts I,
II and III is official since April 1, 2003, and is published simultaneously with the printed copy.
Canada Gazette
Yearly subscription
Canada
Outside Canada
Per copy
Canada
Outside Canada
Part I
Part II
Part III
$135.00
US$135.00
$67.50
US$67.50
$28.50
US$28.50
$2.95
US$2.95
$3.50
US$3.50
$4.50
US$4.50
AVIS AU LECTEUR
La Gazette du Canada est publiée conformément aux
dispositions de la Loi sur les textes réglementaires. Elle est
composée des trois parties suivantes :
Partie I
Textes devant être publiés dans la Gazette du
Canada conformément aux exigences d’une loi
fédérale ou d’un règlement fédéral et qui ne satisfont
pas aux critères des Parties II et III — Publiée le
samedi
Partie II
Textes réglementaires (Règlements) et autres catégories
de textes réglementaires et de documents — Publiée le
11 janvier 2006 et au moins tous les deux mercredis par
la suite
Partie III
Lois d’intérêt public du Parlement et les proclamations
énonçant leur entrée en vigueur — Publiée aussitôt que
possible après la sanction royale
On peut consulter la Gazette du Canada dans la plupart des
bibliothèques publiques.
On peut s’abonner à la Gazette du Canada ou en obtenir des
exemplaires en s’adressant aux agents libraires associés énumérés
dans l’annuaire téléphonique ou en s’adressant à : Publications
du gouvernement du Canada, Travaux publics et Services
gouvernementaux Canada, Ottawa, Canada K1A 0S5.
La Gazette du Canada est aussi offerte gratuitement sur Internet au
http://gazetteducanada.gc.ca. La publication y est accessible en
format de document portable (PDF) et en langage hypertexte
(HTML) comme média substitut. Le format PDF en direct des
Parties I, II et III est officiel depuis le 1er avril 2003 et est publié
en même temps que la copie imprimée.
Gazette du Canada
Abonnement annuel
Canada
Extérieur du Canada
Exemplaire
Canada
Extérieur du Canada
Partie I
Partie II
Partie III
135,00 $
135,00 $US
67,50 $
67,50 $US
28,50 $
28,50 $US
2,95 $
2,95 $US
3,50 $
3,50 $US
4,50 $
4,50 $US
REQUESTS FOR INSERTION
DEMANDES D’INSERTION
Requests for insertion should be directed to the Canada
Gazette Directorate, Public Works and Government Services
Canada, 350 Albert Street, 5th Floor, Ottawa, Ontario K1A 0S5,
(613) 996-2495 (telephone), (613) 991-3540 (fax).
Les demandes d’insertion doivent être envoyées à la
Direction de la Gazette du Canada, Travaux publics et Services
gouvernementaux Canada, 350, rue Albert, 5e étage, Ottawa
(Ontario) K1A 0S5, (613) 996-2495 (téléphone), (613) 991-3540
(télécopieur).
Bilingual texts received as late as six working days before the
desired Saturday’s date of publication will, if time and other
resources permit, be scheduled for publication that date.
Un texte bilingue reçu au plus tard six jours ouvrables avant la
date de parution demandée paraîtra, le temps et autres ressources
le permettant, le samedi visé.
Each client will receive a free copy of the Canada Gazette for
every week during which a notice is published.
Pour chaque semaine de parution d’un avis, le client recevra un
exemplaire gratuit de la Gazette du Canada.
© Her Majesty the Queen in Right of Canada, 2006
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2006
ISSN 1494-6076
© Sa Majesté la Reine du Chef du Canada, 2006
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2006
Le 17 juin 2006
Gazette du Canada Partie I
TABLE OF CONTENTS
TABLE DES MATIÈRES
Vol. 140, No. 24 — June 17, 2006
Vol. 140, no 24 — Le 17 juin 2006
1539
Government House ..........................................................
(orders, decorations and medals)
1540
Résidence du Gouverneur général ...................................
(ordres, décorations et médailles)
1540
Government notices .........................................................
Notice of vacancies ......................................................
1541
1547
Avis du Gouvernement ....................................................
Avis de postes vacants .................................................
1541
1547
Parliament
House of Commons .....................................................
1554
Parlement
Chambre des communes ..............................................
1554
Commissions ...................................................................
(agencies, boards and commissions)
1555
Commissions ...................................................................
(organismes, conseils et commissions)
1555
Miscellaneous notices ......................................................
(banks; mortgage, loan, investment, insurance and
railway companies; other private sector agents)
1569
Avis divers .......................................................................
(banques; sociétés de prêts, de fiducie et
d’investissements; compagnies d’assurances et de
chemins de fer; autres agents du secteur privé)
1569
Orders in Council ............................................................
1577
Décrets en conseil ............................................................
1577
Proposed regulations .......................................................
(including amendments to existing regulations)
1580
Règlements projetés .........................................................
(y compris les modifications aux règlements existants)
1580
Index ...............................................................................
1729
Index ...............................................................................
1731
1540
Canada Gazette Part I
June 17, 2006
GOVERNMENT HOUSE
RÉSIDENCE DU GOUVERNEUR GÉNÉRAL
AWARDS TO CANADIANS
DÉCORATIONS À DES CANADIENS
The Chancellery of Honours has announced that the Canadian
Government has approved the following awards to Canadians:
La Chancellerie des distinctions honorifiques annonce que le
Gouvernement du Canada a approuvé l’octroi des distinctions
honorifiques suivantes à des Canadiens :
Du Gouvernement du Mali
Officier de l’Ordre national
à M. Paul Tuz
Du Gouvernement de la Pologne
Croix d’Officier de l’Ordre du Mérite
à Mme Irena Cousins
Du Gouvernement des États-Unis d’Amérique
Officier de la Légion du Mérite
au Mgén William Angus Watt
Médaille pour Service méritoire
au Lcol Robert J. Benn
Maj Raymond M. Charlebois
Maj Paul J. MacKenzie
Lcol Alex M. Smith
La présidente
Sous-comité de la politique en matière
de distinctions honorifiques
EMMANUELLE SAJOUS
From the Government of Mali
Officer of the National Order
to Mr. Paul Tuz
From the Government of Poland
Officer’s Cross of the Order of Merit
to Mrs. Irena Cousins
From the Government of the United States of America
Officer of the Legion of Merit
to MGen William Angus Watt
Meritorious Service Medal
to LCol Robert J. Benn
Maj Raymond M. Charlebois
Maj Paul J. MacKenzie
LCol Alex M. Smith
EMMANUELLE SAJOUS
Chair
Honours Policy Sub-Committee
[24-1-o]
[24-1-o]
Le 17 juin 2006
Gazette du Canada Partie I
1541
GOVERNMENT NOTICES
AVIS DU GOUVERNEMENT
DEPARTMENT OF THE ENVIRONMENT
MINISTÈRE DE L’ENVIRONNEMENT
CANADIAN ENVIRONMENTAL PROTECTION ACT, 1999
LOI CANADIENNE SUR LA PROTECTION DE
L’ENVIRONNEMENT (1999)
Notice is hereby given that, pursuant to the provisions of Part 7,
Division 3, of the Canadian Environmental Protection Act, 1999,
Permit No. 4543-2-06413 is approved.
Avis est par les présentes donné que le permis no 4543-2-06413
est approuvé conformément aux dispositions de la partie 7, section 3, de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement
(1999).
1. Titulaire : Gulf Shrimp Ltd., Baie Verte (Terre-Neuve-etLabrador).
2. Type de permis : Permis de charger et d’immerger des déchets
de poisson et d’autres matières organiques résultant d’opérations
de traitement industriel du poisson.
3. Durée du permis : Le permis est valide du 17 juillet 2006 au
16 juillet 2007.
4. Lieu(x) de chargement : 49°56,70′ N., 56°10,06′ O., Baie
Verte (Terre-Neuve-et-Labrador).
5. Lieu(x) d’immersion : 49°58,05′ N., 56°09,65′ O., à une profondeur approximative de 36 m.
6. Parcours à suivre : Voie navigable la plus directe entre le lieu
de chargement et le lieu d’immersion.
7. Matériel : Navire, péniche ou autre pièce d’équipement flottant respectant toutes les normes de sécurité et de navigation applicables et pouvant contenir la totalité de la cargaison durant le
chargement et le transport jusqu’au lieu d’immersion.
8. Mode d’immersion : Les matières à immerger seront déchargées du navire ou de la pièce d’équipement en mouvement à une
distance maximale de 300 m du lieu d’immersion approuvé.
L’immersion se fera d’une manière qui permettra la plus grande
dispersion possible des matières. Le navire se déplacera à la vitesse maximale jugée sans danger lors du déchargement.
9. Quantité proportionnelle à immerger : Selon les opérations
normales.
10. Quantité totale à immerger : Maximum de 500 tonnes
métriques.
11. Matières à immerger : Déchets de poisson et autres matières
organiques résultant d’opérations de traitement industriel du
poisson.
12. Exigences et restrictions :
12.1. Le titulaire doit communiquer, par écrit, avec Monsieur
Rick Wadman, Direction des activités de protection de l’environnement, Environnement Canada, 6, rue Bruce, Mount Pearl
(Terre-Neuve-et-Labrador) A1N 4T3, (709) 772-5097 (télécopieur), [email protected] (courriel), au moins 48 heures
avant le début de la première opération d’immersion effectuée en
vertu du permis.
12.2. Le titulaire doit présenter un rapport écrit à M. Rick
Wadman, dont les coordonnées figurent au paragraphe 12.1, dans
les 30 jours suivant la date de la fin des opérations ou la date
d’expiration du permis, selon la première échéance. Ce rapport
doit contenir les renseignements suivants : la quantité et le type de
matières immergées en conformité avec le permis et les dates de
chargement et d’immersion.
12.3. Le titulaire doit permettre à tout agent de l’autorité désigné en vertu du paragraphe 217(1) de la Loi canadienne sur la
protection de l’environnement (1999) de procéder à la visite de
tout lieu ou navire ou de toute structure directement reliés au
chargement ou à l’immersion en mer visés aux termes du permis,
et ce, à toute heure convenable pendant la durée du permis.
1. Permittee: Gulf Shrimp Ltd., Baie Verte, Newfoundland and
Labrador.
2. Type of Permit: To load and dispose of fish waste and
other organic matter resulting from industrial fish-processing
operations.
3. Term of Permit: Permit is valid from July 17, 2006, to
July 16, 2007.
4. Loading Site(s): 49°56.70′ N, 56°10.06′ W, Baie Verte, Newfoundland and Labrador.
5. Disposal Site(s): 49°58.05′ N, 56°09.65′ W, at an approximate
depth of 36 m.
6. Route to Disposal Site(s): Most direct navigational route from
the loading site to the disposal site.
7. Equipment: Vessels, barges or other floating equipment complying with all applicable rules regarding safety and navigation
and capable of containing all waste cargo during loading and
transit to the approved disposal site.
8. Method of Disposal: The material to be disposed of shall be
discharged from the equipment or vessel while steaming within
300 m of the approved disposal site. Disposal will take place in a
manner which will promote the greatest degree of dispersion. All
vessels will operate at maximum safe speed while discharging
offal.
9. Rate of Disposal: As required by normal operations.
10. Total Quantity to Be Disposed of: Not to exceed 500 tonnes.
11. Material to Be Disposed of: Fish waste and other organic matter resulting from industrial fish-processing operations.
12. Requirements and Restrictions:
12.1. It is required that the Permittee report, in writing, to
Mr. Rick Wadman, Environmental Protection Operations Directorate, Environment Canada, 6 Bruce Street, Mount Pearl, Newfoundland and Labrador A1N 4T3, (709) 772-5097 (fax), rick.
[email protected] (email), at least 48 hours prior to the start of
the first disposal operation to be conducted under this permit.
12.2. A written report shall be submitted to Mr. Rick Wadman,
identified in paragraph 12.1, within 30 days of either the completion of the work or the expiry of the permit, whichever comes
first. This report shall contain the following information: the
quantity and type of material disposed of pursuant to the permit
and the dates on which the loading and disposal activities
occurred.
12.3. It is required that the Permittee admit any enforcement
officer designated pursuant to subsection 217(1) of the Canadian
Environmental Protection Act, 1999 to any place, ship, or structure directly related to the loading or disposal at sea referred to
under this permit, at any reasonable time throughout the duration
of this permit.
1542
Canada Gazette Part I
June 17, 2006
12.4. The loading and transit of material to be disposed of at
the disposal site must be conducted in such a manner that no material enters the marine environment. Material spilled at any place
other than the permitted disposal site must be retrieved. All waste
must be contained on shore while the barge is away from the
loading site.
12.5. The material must be covered by netting or other material
to prevent access by gulls, except during direct loading or disposal of the material.
12.6. This permit must be displayed in an area of the plant accessible to the public.
12.7. Vessels operating under the authority of this permit must
carry and display a radar-reflecting device at all times mounted
on the highest practical location.
12.8. The loading or disposal at sea conducted under this permit shall not be carried out without written authorization from the
Permittee.
12.9. Material loaded for the purpose of disposal at sea may not
be held aboard any vessel for more than 96 hours without the
written consent of an enforcement officer designated pursuant to
subsection 217(1) of the Canadian Environmental Protection Act,
1999.
12.10. The Permittee shall periodically determine the water
depth in the area of the disposal site. The depth readings shall be
taken every eight weeks, beginning with the start date of this
permit, and reported to Mr. Rick Wadman, identified in paragraph 12.1.
12.4. Le chargement et le transport des matières à immerger au
lieu d’immersion doivent être effectués de façon qu’aucune matière ne pénètre dans le milieu marin. Les matières déversées à
tout autre endroit que le lieu d’immersion autorisé doivent être
récupérées. Toute matière doit être gardée sur le rivage lorsque la
péniche n’est pas sur le lieu de chargement.
12.5. Les matières à immerger doivent être couvertes au moyen
d’un filet ou autrement afin d’empêcher les goélands d’y accéder,
sauf durant le chargement ou l’immersion.
12.6. Ce permis doit être affiché à un endroit de l’usine auquel
le public a accès.
12.7. L’équipement visé par le présent permis doit porter en
tout temps un dispositif réfléchissant les ondes radars au point
pratique le plus élevé de sa structure.
12.8. Personne ne doit effectuer le chargement ou l’immersion
en mer désignés aux termes du présent permis sans l’autorisation
écrite du titulaire.
12.9. Les matières chargées pour l’immersion en mer ne seront
pas gardées plus de 96 heures à bord du navire sans l’autorisation
écrite d’un agent de l’autorité désigné en vertu du paragraphe 217(1)
de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999).
MARIA DOBER
Environmental Stewardship
Atlantic Region
12.10. Le titulaire doit déterminer périodiquement la profondeur de l’eau dans la zone du lieu d’immersion. Les mesures de
profondeur seront prises toutes les huit semaines, à compter de la
date d’entrée en vigueur du permis, et elles seront soumises à
M. Rick Wadman, dont les coordonnées figurent au paragraphe 12.1.
L’intendance environnementale
Région de l’Atlantique
MARIA DOBER
[24-1-o]
[24-1-o]
DEPARTMENT OF THE ENVIRONMENT
MINISTÈRE DE L’ENVIRONNEMENT
DEPARTMENT OF HEALTH
MINISTÈRE DE LA SANTÉ
Notice of Action Plan for the Assessment and Management of
Perfluorinated Carboxylic Acids and their Precursors
Avis de Plan d’action pour l’évaluation et la gestion des acides
perfluorocarboxyliques et de leurs précurseurs
This Action Plan for the Assessment and Management of Perfluorinated Carboxylic Acids and their Precursors outlines how
Environment Canada and Health Canada will address these substances to reduce related health and environmental risks.
RONA AMBROSE
Minister of the Environment
TONY CLEMENT
Minister of Health
Ce plan d’action pour l’évaluation et la gestion des acides perfluorocarboxyliques et de leurs précurseurs expose comment Environnement Canada et Santé Canada vont aborder ces substances
afin de réduire les risques pour la santé et l’environnement.
La ministre de l’Environnement
RONA AMBROSE
Le ministre de la Santé
TONY CLEMENT
ANNEX
ANNEXE
Action Plan for the Assessment and Management of
Perfluorinated Carboxylic Acids and their Precursors
Plan d’action pour l’évaluation et la gestion des acides
perfluorocarboxyliques et de leurs précurseurs
The Minister of the Environment and the Minister of Health
will implement a series of measures regarding perfluorinated
carboxylic acids (PFCAs) and their precursors to further protect
the health of Canadians and the environment from exposure to
these substances.
La ministre de l’Environnement et le ministre de la Santé vont
mettre en œuvre une série de mesures concernant les acides perfluorocarboxyliques (APFC) et leurs précurseurs afin de protéger
davantage la santé des Canadiens et l’environnement contre l’exposition à ces substances.
Le 17 juin 2006
Gazette du Canada Partie I
1543
Background
Contexte
PFCAs are chemicals that can be unintentionally formed
through the transformation of fluorotelomer-based substances.
Fluorotelomer-based substances are commonly used as water and
grease repellents for materials such as paper, fabric, leather and
carpets. Substances that can be sources of PFCAs are referred to
as precursors.
Figure 1 shows the transformations leading to the formation of
PFCAs.
Les APFC sont des produits chimiques qui peuvent se former
de façon accidentelle par la transformation de substances à base
de télomères fluorés. Les substances à base de télomères fluorés
sont couramment utilisées comme produits antitaches et hydrofuges pour des substrats tels que le papier, les textiles, le cuir et les
tapis. Les substances qui peuvent être des sources d’APFC sont
appelées « précurseurs ».
Les précurseurs d’APFC peuvent pénétrer dans l’environnement de deux façons :
• Par leur rejet découlant de leur présence en tant que « résidus »
d’éléments constitutifs des substances à base de télomères
fluorés n’ayant pas réagi;
• Par leur rejet comme produits de dégradation des substances à
base de télomères fluorés. Comme il existe un niveau d’incertitude concernant les mécanismes et taux de dégradation, la
contribution relative de cette source aux niveaux d’APFC
retrouvés dans l’environnement demeure incertaine. Afin de
lever cette incertitude, des activités de recherche sur la dégradation de substances à base de télomères fluorés sont en
cours.
La figure 1 démontre les transformations menant à la formation
d’APFC.
Figure 1: Formation of PFCAs
Figure 1 : Formation d’APFC
PFCA precursors can enter the environment through two
routes:
• Through their release, because they are present as “residual”
unreacted building blocks of fluorotelomer-based substances;
and
• Through their release upon degradation of fluorotelomerbased substances. There are uncertainties regarding mechanisms and rates of degradation; consequently, the relative contribution of this source to environmental levels of PFCAs
is uncertain. To address this uncertainty, degradation of
fluorotelomer-based substances is the focus of ongoing research activity.
Substances à base de
télomères fluorés
Fluorotelomer-based
Substances
Release due to
breakdown
of the substance
Release of “residuals”
Direct precursors
to PFCAs
Convert to…
Perfluorinated Carboxylic Acids
(PFCAs)
The PFCAs formed from fluorotelomer-based substances contain a range of carbon chain lengths. This Action Plan focuses on
the long chain PFCAs, i.e. those with nine or more carbons. However, consideration may be given to the inclusion of other chain
lengths if information that justifies it becomes available.
Long chain PFCAs are present in the Canadian environment
and have the potential to adversely affect animal and human
health. In tests on laboratory animals, one PFCA (perfluorooctanoic acid, PFOA) has been shown to be tumourigenic and
Rejet dû à la
décomposition de la
substance
Rejet de « résidus »
Précurseurs directs
d’APFC
Se convertissent
en…
Acides perfluorocarboxyliques
(APFC)
Les APFC provenant de substances à base de télomères fluorés
possèdent des chaînes carbonées de diverses longueurs. Ce plan
d’action se concentre sur les APFC à longue chaîne, c’est-à-dire
les chaînes comportant neuf atomes de carbone ou plus. Toutefois, d’autres longueurs de chaînes pourraient être prises en
considération à mesure que des informations le justifiant deviennent disponibles.
On trouve des APFC à longue chaîne dans l’environnement
canadien et ceux-ci peuvent être nocifs pour la santé des animaux et
des humains. Lors des tests sur des animaux en laboratoire, un
APFC (l’acide perfluorooctanoïque, APFO) s’est révélé tumorigène
1544
Canada Gazette Part I
immunotoxic and to elicit moderate reproductive or developmental
toxicity and moderate-to-high subchronic oral toxicity. It has been
assumed that despite the absence of robust toxicity results for
longer chain PFCAs, these substances are reasonably expected to
be of greater concern than PFOA, as a result of their known
slower clearance rates and higher bioaccumulation potential. Although the current environmental concentrations of PFCAs are
low, concern arises from the evidence indicating a rapid upward
trend in the levels observed in the environment.
Furthermore, available evidence indicates that PFCAs are environmentally persistent and the longer chain PFCAs (≥ 9 carbons)
bioaccumulate. PFCAs are present in the environment as a result
of human activity.
June 17, 2006
et immunotoxique, présentant un taux de toxicité moyen sur le plan
de la reproduction et du développement et un taux de toxicité orale
subchronique allant de moyen à élevé. On a supposé que, malgré
l’absence de résultats de toxicité robustes concernant les APFC à
longue chaîne, on pouvait raisonnablement s’attendre à ce que ces
substances soient plus préoccupantes que l’APFO en raison de leurs
taux de clairance plus faibles et de leur potentiel de bioaccumulation plus élevé. Bien que les concentrations actuelles d’APFC dans
l’environnement soient faibles, les données indiquant une tendance
à la hausse rapide des concentrations observées dans l’environnement font naître des préoccupations.
De plus, les données disponibles indiquent que les APFC sont
des substances persistantes dans l’environnement et que les APFC
à longue chaîne (≥ 9 atomes de carbone) sont bioaccumulables.
Les APFC présents dans l’environnement résultent de l’activité
humaine.
Controls in other jurisdictions
Mesures de contrôle par d’autres instances
On January 25, 2006, the United States Environmental Protection Agency (EPA) invited eight fluoropolymer and fluorotelomer
manufacturers to participate in a global stewardship program on
PFCAs with ≥ 8 carbons and their precursors. The U.S. EPA
asked the companies to commit to a global stewardship program
whose goal is to work toward essentially eliminating emissions of
these chemicals and their precursors from manufacturing facilities and as residuals in commercial products. As of March 1,
2006, commitment letters were received from all eight invited
companies.
Le 25 janvier 2006, l’Environmental Protection Agency (EPA)
des États-Unis a invité huit fabricants de fluoropolymères et de
fluorotélomères à participer à un programme d’intendance mondial sur les APFC contenant huit atomes de carbone ou plus et
leurs précurseurs. L’EPA des États-Unis a demandé aux entreprises de s’engager dans un programme d’intendance mondial dont
le but serait essentiellement d’éliminer les émissions de ces produits chimiques et de leurs précurseurs provenant des installations
de fabrication et des résidus dans les produits commerciaux. En
date du 1er mars 2006, l’EPA avait reçu des lettres d’engagement
des huit entreprises invitées.
La participation à ce programme exige un engagement de
l’entreprise en vue d’atteindre deux buts :
(1) S’engager à atteindre, d’ici 2010 au plus tard, une réduction
de 95 % mesurée par rapport à l’année de référence 2000 des
émissions d’APFO (APFC de 8 atomes de carbone), d’APFC à
longue chaîne et de leurs précurseurs, et des résidus dans les
produits commerciaux;
(2) S’engager à chercher à éliminer l’APFO, les APFC à longue chaîne et leurs précurseurs des émissions et des résidus
dans les produits commerciaux d’ici 2015.
D’autres pays se sont également dits préoccupés par les APFC
et continuent de discuter des besoins en recherche, de même que
des activités d’observation, d’évaluation des risques et de réduction des risques.
Participation in the stewardship program requires corporate
commitment to two goals:
(1) To commit to achieve, no later than 2010, a 95% reduction,
measured from a year 2000 baseline, in facility emissions of
PFOA (the 8 carbon PFCA), longer chain PFCAs and their precursor chemicals, and in residuals in commercial products; and
(2) To commit to working toward the elimination of PFOA,
longer chain PFCAs and their precursors from facility emissions and from residuals in commercial products by 2015.
Other countries have also indicated concerns over PFCAs and
continue to discuss research needs, as well as monitoring, risk
assessment and risk reduction activities.
Summary of proposed measures for the assessment and
management of PFCAs and their precursors
Résumé des mesures proposées pour l’évaluation et la
gestion des APFC et de leurs précurseurs
The Canadian Environmental Protection Act, 1999 (the Act)
requires that no new substance be introduced into Canadian
commerce without first being assessed to determine if it could
pose a risk to Canadians or the environment. In 2004, Environment Canada and Health Canada conducted assessments of four
new fluorotelomer-based substances after notifications were
received from companies wishing to import these substances
in Canada. The assessments concluded that the four new
fluorotelomer-based substances are sources of long chain PFCAs
and meet criteria set out in section 64 of the Act. The substances
have been subject to a prohibition on import and manufacture
under the New Substances provisions of the Act. Considering that
there are substances similar to these four substances in Canadian
commerce, Environment Canada and Health Canada will implement the measures outlined below:
(1) Prevent the introduction into Canada of new substances
which would contribute to the observed load of longer chain
PFCAs in the environment:
La Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999)
[la Loi] exige qu’aucune substance nouvelle n’entre au Canada
avant d’avoir été évaluée pour déterminer si elle pourrait poser un
risque pour les Canadiens ou l’environnement. En 2004, Environnement Canada et Santé Canada ont procédé à l’évaluation de
quatre substances nouvelles à base de télomères fluorés après
réception de déclarations provenant d’entreprises souhaitant importer ces substances au Canada. Les évaluations ont montré que
ces substances sont des sources d’APFC à longue chaîne et
qu’elles rencontrent les critères de l’article 64 de la Loi. Une interdiction d’importation et de fabrication a donc été imposée à
l’égard de ces substances en vertu des dispositions de la Loi
concernant les substances nouvelles. Compte tenu que des substances semblables à ces quatre substances sont présentes dans le
commerce au Canada, Environnement Canada et Santé Canada
vont prendre les mesures ci-dessous :
(1) Empêcher l’introduction au Canada de substances nouvelles
qui contribueraient à la charge observée d’APFC à longue
chaîne dans l’environnement :
Le 17 juin 2006
Gazette du Canada Partie I
1545
This series of measures regarding PFCAs and their precursors
will further protect the health of Canadians and the environment
from exposure to these substances. New information may result in
amendments to these measures.
a) maintenir les interdictions visant les quatre substances
nouvelles à base de télomères fluorés en proposant un règlement à cette fin;
b) sur la base des connaissances scientifiques actuelles et en
conformité avec les actions passées, envisager d’émettre des
interdictions ministérielles concernant tout nouveau précurseur d’APFC à longue chaîne déclaré en vertu du Règlement
sur les renseignements concernant les substances nouvelles.
(2) Reconnaissant qu’il y a des résidus de précurseurs d’APFC
dans certaines substances déjà présentes dans le commerce au
Canada, chercher à obtenir de l’industrie une action pour réduire de façon importante ces résidus, conformément à l’actuel
programme d’intendance mondial de l’EPA des États-Unis.
Environnement Canada et Santé Canada travailleront avec les
intervenants à développer cette action, en y incluant un calendrier et des cibles de réduction et un cadre de présentation de
rapports et d’obligation de rendre compte.
(3) Poursuivre l’évaluation des APFC et de leurs précurseurs
déjà présents dans le commerce au Canada en vue de prendre
des décisions éclairées concernant des mesures additionnelles
de gestion de risques, au besoin.
(4) Promouvoir la compréhension de ces enjeux et des solutions s’y rapportant en faisant la promotion de :
a) la recherche scientifique sur les APFC et leurs précurseurs, incluant des travaux additionnels sur les sources, le
devenir et les effets, et une meilleure compréhension de la
contribution des APFC dans l’environnement résultant de la
décomposition de substances à base de télomères fluorés;
b) la recherche et le développement de substances de remplacement qui sont plus favorables à la protection de la santé
humaine et de l’environnement, par exemple des substances
ayant des propriétés de persistance, de bioaccumulation et de
toxicité moindres.
(5) Impliquer des partenaires internationaux dans une action
mondiale dans le but de réduire le risque provenant d’APFC à
longue chaîne. Étant donné que l’industrie est de nature mondiale et que la pollution par les APFC est transportée à grande
distance, la coopération avec d’autres organismes de réglementation recherchera des actions pour résoudre ce problème.
Cette série de mesures protègera davantage la santé des Canadiens et l’environnement de l’exposition aux APFC et à leurs
précurseurs. Des modifications à ces mesures pourraient être envisagées dû à de nouvelles informations.
Contact
Personne-ressource
Ms. Josée Portugais, Head, Controls Development Unit, Chemicals Sector Division, Pollution Prevention Directorate, Environment Canada, (819) 953-6984 (telephone), (819) 994-0007 (fax).
Madame Josée Portugais, Chef, Section de l’élaboration des
contrôles, Division du secteur des industries chmiques, Direction
générale de la prévention de la pollution, Environnement Canada,
(819) 953-6984 (téléphone), (819) 994-0007 (télécopieur).
[24-1-o]
[24-1-o]
(a) maintain the prohibitions on the four new fluorotelomerbased substances by proposing regulations to that effect; and
(b) consider issuing ministerial prohibitions on any new long
chain PFCA precursor that is notified under the New Substances Notification Regulations, based on the current understanding of the science and consistent with past actions.
(2) Recognizing that “residual” PFCA precursors are present in
certain substances already in Canadian commerce, seek action
from industry to significantly reduce these residuals, consistent
with the current U.S. EPA global stewardship program. Environment Canada and Health Canada will work with stakeholders to establish details for this action, including timelines
and reduction targets and a reporting and accountability
framework.
(3) Pursue further assessment of PFCAs and precursor substances already in Canadian commerce in order to guide further
risk management actions, as needed.
(4) Advance the understanding of these issues and related solutions through the promotion of the following:
(a) scientific research on PFCAs and their precursors, including additional work on sources, fate and effects, and
better understanding of the contribution of PFCAs in the environment resulting from the breakdown of fluorotelomerbased substances; and
(b) research and development of alternatives that are preferable for the protection of human health and the environment, for example substances with reduced persistence, bioaccumulation and toxic properties.
(5) Engage international partners in global action to reduce risk
from longer chain PFCAs. As the industry is global in nature
and there is a long-range transport dimension to PFCA pollution, co-operation with other regulators will seek actions to address this issue.
DEPARTMENT OF HEALTH
MINISTÈRE DE LA SANTÉ
FOOD AND DRUGS ACT
LOI SUR LES ALIMENTS ET DROGUES
Food and Drug Regulations — Amendment
Règlement sur les aliments et drogues — Modification
Interim Marketing Authorization
Autorisation de mise en marché provisoire
Provision currently exists in Table V to section B.16.100 of the
Food and Drug Regulations for the use of the enzyme glucose
oxidase derived from conventional micro-organisms in the production of bread, flour, whole wheat flour, unstandardized bakery
products, soft drinks, liquid whole egg, egg white (albumen), and
liquid egg yolk destined for drying at levels consistent with good
Une disposition existe actuellement au tableau V de l’article B.16.100 du Règlement sur les aliments et drogues autorisant
l’utilisation de l’enzyme glucose oxydase dérivée de microorganismes produits de façon conventionnelle dans la production
de pain, de farine, de farine de blé entier, de produits de boulangerie non normalisés, de boissons préparées (gazeuses et non
1546
Canada Gazette Part I
June 17, 2006
manufacturing practice. The permitted source of the glucose oxidase enzyme is the micro-organism Aspergillus niger.
As a means to improve the responsiveness of the regulatory
system, an Interim Marketing Authorization (IMA) is being issued to permit the immediate use of the glucose oxidase enzyme,
as indicated above, while the regulatory process is undertaken to
formally amend the Regulations.
gazeuses), d’œuf entier liquide, de blanc d’œuf (albumen) et de
jaune d’œuf liquide destiné au séchage à des limites conformes
aux « bonnes pratiques industrielles ». La source permise de l’enzyme glucose oxydase est le micro-organisme Aspergillus niger.
Santé Canada a reçu une demande afin de permettre l’utilisation de l’enzyme glucose oxydase dérivée à partir du microorganisme Aspergillus oryzae génétiquement modifié, soit
l’Aspergillus oryzae Mtl-72 (pHUda107), contenant le gène de
l’Aspergillus niger exprimant cette enzyme dans la production de
pain, de farine, de farine de blé entier, de produits de boulangerie
non normalisés, de boissons préparées (gazeuses et non gazeuses), d’œuf entier liquide, de blanc d’œuf (albumen) et de jaune
d’œuf liquide destiné au séchage. L’évaluation des données disponibles confirme l’innocuité et l’efficacité de cette glucose oxydase obtenue à partir de l’Aspergillus oryzae Mtl-72 (pHUda107)
génétiquement modifié.
L’utilisation de l’enzyme glucose oxydase dérivée de ce microorganisme modifié sera bénéfique pour le consommateur, car elle
permettra l’accès à une plus grande variété de produits alimentaires de qualité. Elle bénéficiera aussi à l’industrie en permettant
des conditions de fabrication plus efficientes et améliorées.
Santé Canada se propose donc de recommander que le Règlement sur les aliments et drogues soit modifié afin de permettre
l’utilisation de l’enzyme glucose oxydase obtenue à partir du
micro-organisme mentionné ci-dessus dans la production de pain,
de farine, de farine de blé entier, de produits de boulangerie non
normalisés, de boissons préparées (gazeuses et non gazeuses),
d’œuf entier liquide, de blanc d’œuf (albumen) et de jaune d’œuf
liquide destiné au séchage à des limites conformes aux « bonnes
pratiques industrielles ».
Dans le but d’améliorer la souplesse du système de réglementation, une autorisation de mise en marché provisoire (AMP) est
délivrée autorisant l’utilisation immédiate de l’enzyme glucose
oxydase, conformément aux indications ci-dessus, pendant que le
processus officiel de modification du Règlement suit son cours.
Contact
Personne-ressource
Ronald Burke, Director, Bureau of Food Regulatory, International and Interagency Affairs, Health Canada, Address Locator 0702C1, Ottawa, Ontario K1A 0L2, (613) 957-1828 (telephone), (613) 941-3537 (fax), [email protected] (email).
HÉLÈNE GOULET
Associate Assistant Deputy Minister
Health Products and Food Branch
Ronald Burke, Directeur, Bureau de la réglementation des aliments, des affaires internationales et interagences, Santé Canada,
Indice de l’adresse 0702C1, Ottawa (Ontario) K1A 0L2, (613)
957-1828 (téléphone), (613) 941-3537 (télécopieur), [email protected]
hc-sc.gc.ca (courriel).
Le 2 juin 2006
La sous-ministre adjointe déléguée
Direction générale des produits de santé et des aliments
HÉLÈNE GOULET
[24-1-o]
[24-1-o]
Health Canada has received a submission to permit the use
of the glucose oxidase enzyme obtained from a genetically modified Aspergillus oryzae organism, Aspergillus oryzae Mtl-72
(pHUda107), that carries the gene from Aspergillus niger coding
for this enzyme in the production of bread, flour, whole wheat
flour, unstandardized bakery products, soft drinks, liquid whole
egg, egg white (albumen), and liquid egg yolk destined for drying. Evaluation of available data supports the safety and effectiveness of this glucose oxidase obtained from the genetically
modified Aspergillus oryzae Mtl-72 (pHUda107).
The use of this glucose oxidase enzyme obtained from this
modified micro-organism will benefit the consumer through the
availability of quality food products. It will also benefit industry
through more efficient and improved manufacturing conditions.
Therefore, it is the intention of Health Canada to recommend
that the Food and Drug Regulations be amended to permit the use
of this glucose oxidase enzyme obtained from the micro-organism
specified above in the production of bread, flour, whole wheat
flour, unstandardized bakery products, soft drinks, liquid whole
egg, egg white (albumen), and liquid egg yolk destined for drying
at levels consistent with good manufacturing practice.
June 2, 2006
DEPARTMENT OF INDUSTRY
MINISTÈRE DE L’INDUSTRIE
RADIOCOMMUNICATION ACT
LOI SUR LA RADIOCOMMUNICATION
Notice No. DGTP-001-06 — Release of Radio Systems Policy 06
on the use of 700 MHz spectrum for public safety applications
and other limited use of broadcasting spectrum (RP-06)
Avis no DGTP-001-06 — Publication de la Politique des systèmes
radio 06 concernant l’utilisation des fréquences de la bande de
700 MHz pour des applications de sécurité publique et d’autres
utilisations limitées des fréquences de radiodiffusion (PR-06)
The purpose of this notice is to announce the release of the
Department’s policy on the use of designated spectrum in the
bands 764-770 MHz and 794-800 MHz (formerly television
channels 63 and 68) for public safety applications. This policy
establishes the technical and licensing requirements for an orderly
Le présent avis a pour objet d’annoncer la publication de la politique adoptée par le Ministère pour l’utilisation des fréquences
désignées dans les bandes 764-770 MHz et 794-800 MHz (anciens canaux de télévision 63 et 68) pour des applications de sécurité publique. La politique annoncée aux présentes établit les
Le 17 juin 2006
Gazette du Canada Partie I
1547
and efficient implementation of this valuable spectrum for public
safety. In addition, it refines the policy criteria for the limited use
of television channels 2 to 59 in support of advanced communications in rural and remote areas. This policy is based on extensive government and industry discussions and previous spectrum
policy allocation decisions and proposals, initiated by Canada
Gazette notice No. DGTP-002-04 regarding the mobile service
allocation decision in the band 746-806 MHz (SP-746 MHz).
exigences techniques et d’autorisation en vue de la mise en œuvre
ordonnée et efficace de ces fréquences précieuses pour la sécurité
publique. En outre, elle précise les critères régissant l’utilisation
limitée des canaux de télévision 2-59 à l’appui des communications évoluées dans les régions rurales et éloignées. Elle est le
fruit de discussions exhaustives entre le gouvernement et l’industrie, ainsi que de décisions et de propositions antérieures en matière d’attributions de fréquences. Ces discussions avaient été entreprises suite à la publication de l’avis DGTP-002-04 dans la
Gazette du Canada, relatif à la décision visant une attribution au
service mobile dans la bande 746-806 MHz (PS-746 MHz).
Obtaining copies
Pour obtenir des copies
Copies of this notice and of documents referred to are available
electronically on the Spectrum Management and Telecommunications Web site at http://strategis.gc.ca/spectrum.
Official printed copies of Canada Gazette notices can be obtained from the Canada Gazette Web site at http://canadagazette.
gc.ca/publication-e.html or by calling the sales counter of Canadian Government Publishing at (613) 941-5995 or 1-800-6357943.
June 7, 2006
LARRY SHAW
Director General
Telecommunications Policy Branch
L’avis de la Gazette du Canada ainsi que les documents cités
sont disponibles électroniquement sur le site Web Gestion du
spectre et télécommunication à l’adresse suivante : http://
strategis.gc.ca/spectre.
On peut obtenir la version imprimée officielle des avis de la
Gazette du Canada sur le site Web de la Gazette du Canada, à
l’adresse suivante : http://gazetteducanada.gc.ca/publication-f.html
ou en communiquant avec le comptoir des ventes des Éditions du
gouvernement du Canada au (613) 941-5995 ou 1 800 635-7943.
Le 7 juin 2006
Le directeur général
Politique des télécommunications
LARRY SHAW
[24-1-o]
[24-1-o]
NOTICE OF VACANCY
AVIS DE POSTE VACANT
CANADA SCIENCE AND TECHNOLOGY MUSEUM
CORPORATION
SOCIÉTÉ DU MUSÉE DES SCIENCES ET DE LA
TECHNOLOGIE DU CANADA
Chairperson (part-time position)
Président ou présidente (poste à temps partiel)
The Canada Science and Technology Museum Corporation—
originally the National Museum of Science and Technology—was
established as a federal Crown corporation on July 1, 1990. As a
national institution and member of the Canadian Heritage Portfolio, the Corporation is responsible for preserving and protecting
Canada’s scientific and technological heritage, and for promoting
and sharing knowledge about that heritage. The Corporation and
its three museums—the Canada Science and Technology Museum, the Canada Aviation Museum and the Canada Agriculture
Museum—collectively reach in excess of two million people annually through onsite and virtual visits. Through their research,
exhibitions, programs and Web sites, the Corporation’s museums
tell the stories of Canadian ingenuity and achievement in science
and technology, and demonstrate how these accomplishments
have contributed to the building of our country.
La Société du Musée des sciences et de la technologie du Canada (SMSTC) — anciennement appelée le Musée national des
sciences et de la technologie — a été créée le 1er juillet 1990 à
titre de société d’État fédérale. En tant qu’institution nationale et
membre du portefeuille de Patrimoine canadien, la SMSTC est
chargée de préserver et de protéger le patrimoine scientifique
et technologique du Canada ainsi que de promouvoir et de partager la connaissance de ce patrimoine. La SMSTC et ses trois musées — le Musée des sciences et de la technologie du Canada, le
Musée de l’aviation du Canada et le Musée de l’agriculture du
Canada — rejoignent chaque année plus de deux millions de personnes grâce à des visites virtuelles et sur les lieux. Au moyen
de recherches, d’expositions, de programmes et de sites Web, les
musées de la SMSTC racontent l’ingéniosité et les réalisations du
Canada dans les domaines des sciences et de la technologie et ils
illustrent comment ces réalisations ont contribué à l’édification de
notre pays.
Location: Ottawa, Ontario
Lieu : Ottawa (Ontario)
The Board of Trustees has overall stewardship of the Corporation and is expected to provide strategic guidance to management
and oversee the activities of the Corporation. It has a duty to protect the long term interests of the Corporation, safeguard the Corporation’s assets and to be prudent and professional in fulfilling
its duties. The Chairperson provides guidance to the board in its
direction of the Corporation. Through the Chairperson, the Corporation is accountable to the Minister of Canadian Heritage and
Status of Women who represents the Government and acts as a
link between the Corporation and Parliament.
Le conseil d’administration est responsable de la régie d’entreprise de l’ensemble de la société et doit donner une orientation
stratégique à la direction et superviser les activités de la société
d’État. Il est chargé de protéger les intérêts à long terme de celleci, d’en sauvegarder les avoirs et de remplir ses fonctions avec
prudence et professionnalisme. Le président ou la présidente
guide le conseil d’administration dans la direction de la société.
Par l’entremise du président ou de la présidente, la société doit
rendre compte à la ministre du Patrimoine canadien et de la
Condition féminine qui représente le Gouvernement et assurer la
liaison entre la société d’État et le Parlement.
1548
Canada Gazette Part I
In order to achieve the Corporation’s objectives and carry out
its mandate, the Chairperson must be a person of sound judgment
and integrity and possess previous experience on boards of directors (procedures and practices), preferably as a Chairperson. Significant managerial experience at the senior executive level is
essential as is experience dealing with government, preferably
with senior officials. The successful candidate will also be experienced in corporate governance and best practices and be
knowledgeable of effective board processes and committee
structures.
The preferred candidate must have a degree from a recognized
university in a relevant field of study or a combination of equivalent education, job-related training and experience. In addition,
knowledge of the role of the Chairperson and of the board of
directors, as well as the Corporation’s mandate and legislative
framework is important. The ideal candidate will be financially
literate, possess extensive knowledge of public policy, particularly in the areas of science and technology. Strong ethical standards, as well as knowledge of strategic corporate planning,
monitoring and evaluation of performance are required.
The qualified candidate must possess superior interpersonal
skills, the ability to foster debate and discussion among board
members and to facilitate consensus, as well as the ability to
manage conflicts, should they arise. The chosen candidate will be
knowledgeable of regional and local concerns and how they relate
to the CSTMC and possess the ability to develop effective working relationships with the Minister and her Office, the Deputy
Minister, and the Crown Corporation’s partners and stakeholders.
The ability to anticipate emerging issues and develop strategies to
enable the board to seize opportunities or solve problems is required. Interested candidates must be able to communicate successfully with a variety of stakeholders and thus, superior communications skills both orally and in writing, are essential.
To be appointed the Chairperson of the board, a person must be
a Canadian citizen.
Proficiency in both official languages is an asset.
The Government is committed to ensuring that its appointments are representative of Canada’s regions and official languages, as well as of women, Aboriginal peoples, disabled persons and visible minorities.
The Board of Trustees usually meets four times per year; three
of those meetings are in Ottawa and the fourth is held in another
Canadian city. The successful candidate must be prepared to
travel occasionally.
The selected candidate will be subject to the principles set out
in Part I of the Conflict of Interest and Post-Employment Code for
Public Office Holders. To obtain copies of the Code, visit the
Office of the Ethics Commissioner’s Web site at www.parl.gc.ca/
oec/en/public_office_holders/conflict_of_interest/.
This notice has been placed in the Canada Gazette to assist the
Governor in Council in identifying qualified candidates for this
position. It is not, however, intended to be the sole means of recruitment. Applications forwarded through the Internet will not be
considered for reasons of confidentiality.
Interested candidates should forward their curriculum vitae by
July 1, 2006, in strict confidence, to the Acting Assistant Secretary to the Cabinet (Senior Personnel and Special Projects), Privy
Council Office, 59 Sparks Street, 1st Floor, Ottawa, Ontario K1A
0A3, (613) 957-5006 (fax).
June 17, 2006
Pour atteindre les objectifs de la société et en exécuter le mandat, le président ou la présidente doit être une personne intègre au
jugement sûr, qui possède de l’expérience importante au sein d’un
conseil (procédures et pratiques), de préférence en tant que président ou présidente. De plus, l’expérience considérable de la gestion au niveau de cadre supérieur et auprès du Gouvernement, de
préférence avec les hauts fonctionnaires, est essentielle. La personne choisie doit avoir de l’expérience dans la gouvernance
d’une entreprise et des pratiques exemplaires de gestion ainsi que
la connaissance des bonnes pratiques des conseils d’administration et des structures des comités.
La personne retenue doit détenir un diplôme d’une université
reconnue dans un domaine pertinent ou une combinaison acceptable d’études, de formation relative au poste et d’expérience. La
connaissance du rôle d’un président ou d’une présidente et d’un
conseil d’administration, ainsi que du mandat de la société et du
cadre législatif est nécessaire. Elle devra avoir une connaissance
approfondie du domaine financier ainsi que des politiques publiques, particulièrement dans le domaine des sciences et de la technologie. Des normes d’éthique élevées, y compris la connaissance
de la planification stratégique, surveillance et évaluation du rendement d’entreprise sont exigés.
La personne sélectionnée doit notamment avoir de l’entregent,
la capacité de favoriser le débat et la discussion entre les membres
du conseil et de faciliter le consensus, ainsi que la capacité
de gérer les conflits, le cas échéant. Le titulaire doit connaître
les préoccupations régionales et locales et leur relation avec la
SMSTC et être en mesure d’établir des relations de travail efficaces avec la ministre et son cabinet, avec la sous-ministre et avec
les partenaires et les intervenants de la société d’État. La capacité
de prévoir les questions émergentes et d’élaborer des stratégies
pour permettre au conseil d’administration de saisir les occasions
ou de résoudre les problèmes est nécessaire. De plus, elle doit
démontrer une capacité de communiquer efficacement de vive
voix et par écrit avec une variété d’intervenants.
Le président ou la présidente doit être citoyen canadien.
La maîtrise des deux langues officielles est un atout.
Le Gouvernement est déterminé à faire en sorte que ses nominations soient représentatives des régions du Canada et de ses
langues officielles, ainsi que des femmes, des Autochtones, des
personnes handicapées et des minorités visibles.
En général, le conseil d’administration se réunit quatre fois par
année : trois fois à Ottawa et une quatrième dans une autre ville
du pays. Le candidat ou la candidate doit être prêt à voyager à
l’occasion.
La personne retenue sera assujettie aux principes énoncés dans
la partie I du Code régissant la conduite des titulaires de charge
publique en ce qui concerne les conflits d’intérêts et l’aprèsmandat. Pour obtenir un exemplaire du Code, veuillez visiter le
site Web du Bureau du commissaire à l’éthique à l’adresse suivante : www.parl.gc.ca/oec/fr/public_office_holders/conflict_of_
interest/.
Cet avis paraît dans la Gazette du Canada afin de permettre au
gouverneur en conseil de trouver des personnes qualifiées pour ce
poste. Cependant, le recrutement ne se limite pas à cette seule
façon de procéder. Les demandes acheminées par Internet ne seront pas considérées pour des raisons de confidentialité.
Veuillez faire parvenir votre curriculum vitæ d’ici le 1er juillet
2006, au Secrétaire adjoint du Cabinet par intérim (Personnel
supérieur et Projets spéciaux), Bureau du Conseil privé, 59, rue
Sparks, 1er étage, Ottawa (Ontario) K1A 0A3, (613) 957-5006
(télécopieur).
Le 17 juin 2006
Gazette du Canada Partie I
We thank all who apply and advise that only those candidates
selected for an interview will be contacted.
Further details about the Corporation and its activities can be
found on its Web site at www.technomuses.ca.
Bilingual notices of vacancies will be produced in alternative
format (audio cassette, diskette, braille, large print, etc.) upon
request. For further information, please contact Canadian Government Publishing, Public Works and Government Services
Canada, Ottawa, Canada K1A 0S5, (613) 941-5995 or 1-800-6357943.
1549
Nous remercions d’avance ceux et celles qui auront soumis une
demande d’emploi, mais nous ne contacterons que les personnes
choisies pour la prochaine étape de sélection.
Des précisions supplémentaires concernant la société et ses activités figurent dans le site Web de la SMSTC à l’adresse suivante :
www.technomuses.ca.
Les avis de postes vacants sont disponibles sur demande dans
les deux langues officielles et en média substitut (audio-cassette,
disquette, braille, imprimé à gros caractères, etc.). Pour obtenir de
plus amples renseignements, veuillez communiquer avec les Éditions du gouvernement du Canada, Travaux publics et Services
gouvernementaux Canada, Ottawa, Canada K1A 0S5, (613) 9415995 ou 1 800 635-7943.
[24-1-o]
[24-1-o]
DEPARTMENT OF TRANSPORT, INFRASTRUCTURE
AND COMMUNITIES
MINISTÈRE DES TRANSPORTS, DE
L’INFRASTRUCTURE ET DES COLLECTIVITÉS
CANADA MARINE ACT
LOI MARITIME DU CANADA
Saint John Port Authority — Supplementary letters patent
Administration portuaire de Saint-Jean — Lettres patentes
supplémentaires
BY THE MINISTER OF TRANSPORT,
INFRASTRUCTURE AND COMMUNITIES
WHEREAS Letters Patent were issued by the Minister of Transport for the Saint John Port Authority (the “Authority”) under the
authority of the Canada Marine Act effective May 1, 1999;
PAR LE MINISTRE DES TRANSPORTS, DE
L’INFRASTRUCTURE ET DES COLLECTIVITÉS
ATTENDU QUE les Lettres patentes ont été délivrées par le
ministre des Transports pour l’Administration portuaire de SaintJean (« Administration ») en vertu des pouvoirs prévus dans la
Loi maritime du Canada, prenant effet le 1er mai 1999;
ATTENDU QUE l’Annexe « B » des Lettres patentes décrit les
immeubles fédéraux dont la gestion est confiée à l’Administration
et comprend les immeubles décrits à l’Annexe A ci-jointe;
ATTENDU QUE le conseil d’administration de l’Administration
a demandé que les immeubles fédéraux décrits à l’Annexe A cijointe soient supprimés de l’Annexe « B » pour que le ministre des Transports, de l’Infrastructure et des Collectivités puisse
vendre à William Edward McDonald et Jacqueline Suzanne
McDonald les immeubles fédéraux décrits à l’Annexe A;
À CES CAUSES, en vertu de l’article 9 de la Loi maritime du
Canada, les Lettres patentes sont modifiées par la suppression
de l’Annexe « B » des immeubles fédéraux décrits à l’Annexe A
ci-jointe.
Délivrées sous mon seing et en vigueur le 3e jour de mai 2006.
WHEREAS Schedule B of the Letters Patent describes the federal real property managed by the Authority and includes the federal real property described in Annex A hereto;
AND WHEREAS the board of directors of the Authority has
requested that the federal real property described in Annex A
hereto be deleted from Schedule B to permit the Minister of
Transport, Infrastructure and Communities to sell the federal real
property described in Annex A to William Edward McDonald and
Jacqueline Suzanne McDonald;
NOW THEREFORE under the authority of section 9 of the
Canada Marine Act, the Letters Patent are amended by deleting
the federal real property described in Annex A from Schedule B.
Issued under my hand to be effective this 3rd day of May, 2006.
The Honourable Lawrence Cannon, P.C., M.P.
Minister of Transport, Infrastructure and Communities
L’honorable Lawrence Cannon, C.P., député
Ministre des Transports, de l’Infrastructure et des Collectivités
Annex A
Annexe A
PARCEL 4
PARCELLE 4
All that certain lot, piece or parcel of land situate lying and being
in the former Brooks Ward on the west side of the City of Saint
John being more particularly described as follows:
Having its point of beginning located at the point of intersection of the northern side of Albert Street and the western side
of Queen Street (formerly Minnette Street). Said point being
the southern corner of City Lot 1050.
Thence in a westward direction along the northern side of
Albert Street, a distance of thirty and forty eight hundredths
metres (30.48 m) to the eastern side of Saint John Street.
La totalité du lot ou de la parcelle de terrain situé dans l’ancien
quartier Brooks du côté ouest de la Ville de Saint-Jean et décrit
comme suit :
Commençant à l’intersection du côté nord de la rue Albert et du
côté ouest de la rue Queen (l’ancienne rue Minnette). Ledit
point étant le coin sud du lot 1050 de la Ville.
De là vers l’ouest le long du côté nord de la rue Albert sur une
distance de trente mètres quarante-huit (30,48 m) jusqu’au côté
est de la rue Saint John.
1550
Canada Gazette Part I
June 17, 2006
Thence in a northward direction along the side of Saint John
Street, a distance of thirty and forty eight hundredths metres
(30.48 m) to City Lot 1052.
Thence in an eastward direction along the line between City
Lots 1051 and 1052, a distance of thirty and forty eight hundredths metres (30.48 m) to the western side of Queen Street.
Thence in a southward direction along the western side of
Queen Street, a distance of thirty and forty eight hundredths
metres (30.48 m) to the point of Beginning.
A tract of land containing an area of 929 square metres and
known as City Lots 1050 and 1051 and intending to be the
same lands and premises as a portion of those lands conveyed
from the City of Saint John to His Majesty The King as described in document #115936 in book 202 at page 503 and
registered in the Saint John County Registry Office.
De là vers le nord le long de la rue Saint John sur une distance
de trente mètres quarante-huit (30,48 m) jusqu’au lot 1052 de
la Ville.
De là vers l’est le long de la ligne entre les lots 1051 et 1052
de la Ville sur une distance de trente mètres quarante-huit
(30,48 m) jusqu’au côté ouest de la rue Queen.
De là vers le sud le long du côté ouest de la rue Queen sur une
distance de trente mètres quarante-huit (30,48 m) jusqu’au
point de départ.
Une étendue de terrain comprenant un secteur de 929 mètres
carrés connu comme étant les lots 1050 et 1051 de la Ville et
devant être les mêmes terrains qu’une partie des terrains cédés
par la Ville de Saint-Jean à Sa Majesté le Roi d’après le document no 115936, livre 202, page 503, consigné au bureau d’enregistrement du comté de Saint John.
[24-1-o]
[24-1-o]
DEPARTMENT OF TRANSPORT, INFRASTRUCTURE
AND COMMUNITIES
MINISTÈRE DES TRANSPORTS, DE
L’INFRASTRUCTURE ET DES COLLECTIVITÉS
CANADA MARINE ACT
LOI MARITIME DU CANADA
Vancouver Port Authority — Supplementary letters patent
Administration portuaire de Vancouver — Lettres patentes
supplémentaires
BY THE MINISTER OF TRANSPORT,
INFRASTRUCTURE AND COMMUNITIES
PAR LE MINISTRE DES TRANSPORTS, DE
L’INFRASTRUCTURE ET DES COLLECTIVITÉS
WHEREAS Letters Patent were issued by the Minister of Transport for the Vancouver Port Authority (the “Authority”) under the
authority of the Canada Marine Act, effective March 1, 1999;
ATTENDU QUE des Lettres patentes ont été délivrées par le
ministre des Transports à l’Administration portuaire de Vancouver (« Administration ») en vertu des pouvoirs prévus dans la Loi
maritime du Canada, prenant effet le 1er mars 1999;
ATTENDU QUE l’Annexe « B » des Lettres patentes décrit les
immeubles fédéraux dont la gestion est confiée à l’Administration;
ATTENDU QUE pour appuyer les opérations du port et à la
demande de l’Administration, Sa Majesté la Reine du chef du
Canada a acheté de BC Rail Ltd. les immeubles décrits à l’annexe
ci-après;
ATTENDU QUE le conseil d’administration de l’Administration
a demandé au ministre des Transports, de l’Infrastructure et des
Collectivités de délivrer des Lettres patentes supplémentaires
pour ajouter à l’Annexe « B » des Lettres patentes les immeubles
décrits à l’annexe ci-après;
À CES CAUSES, en vertu de l’article 9 de la Loi maritime du
Canada, l’Annexe « B » des Lettres patentes est modifiée par
l’ajout des immeubles décrits à l’annexe ci-après.
DÉLIVRÉES sous mon seing ce 24e jour d’avril 2006.
WHEREAS Schedule B of the Letters Patent describes the federal real property managed by the Authority;
WHEREAS in support of port operations, at the request of the
Authority, Her Majesty the Queen in Right of Canada acquired
from BC Rail Ltd. the real property described in the Annex
hereto;
AND WHEREAS the board of directors of the Authority has
requested the Minister of Transport, Infrastructure and Communities to issue Supplementary Letters Patent to add to Schedule B of
the Letters Patent the real property described in the Annex hereto;
NOW THEREFORE under the authority of section 9 of the
Canada Marine Act, Schedule B of the Letters Patent is amended
by adding the real property described in the Annex hereto.
ISSUED under my hand to be effective this 24th day of April
2006.
The Honourable Lawrence Cannon, P.C., M.P.
Minister of Transport, Infrastructure and Communities
L’honorable Lawrence Cannon, C.P., député
Ministre des Transports, de l’Infrastructure et des Collectivités
Annex
Annexe
PID Number
Description
Numéro IDP
Description
026-630-036
Parcel B (Reference plan BCP22580) of Parcel 1, Bed of the
Strait of Georgia, Group 2, New Westminster District,
Plan BCP22392
026-630-036
Parcelle B (plan de référence BCP22580) de la parcelle 1, lit
du détroit de Georgie, groupe 2, district de New Westminster,
plan BCP22392
026-511-291
Parcel A, except part in Plan BCP22392, Bed of the Strait of
Georgia, Group 2, New Westminster District, Plan BCP21115
026-511-291
Parcelle A, à l’exception de la partie du plan BCP22392, lit
du détroit de Georgie, groupe 2, district de New Westminster,
plan BCP2115
Le 17 juin 2006
Gazette du Canada Partie I
and, that portion of the following property that was acquired by
means of a purchase from BC Rail Ltd. by Her Majesty the
Queen in Right of Canada:
1551
ainsi que la partie de la propriété suivante qui a été achetée de
la BC Rail Ltd. par Sa Majesté la Reine du chef du Canada :
PID Number
Description
Numéro IDP
Description
026-630-044
Parcel D (Reference Plan BCP22580) of Parcel 1, Bed of the
Strait of Georgia, Group 2, New Westminster District,
Plan BCP22392
026-630-044
Parcelle D (plan de référence BCP22580) de la parcelle 1, lit
du détroit de Georgie, groupe 2, district de New Westminster,
plan BCP22392
[24-1-o]
[24-1-o]
DEPARTMENT OF TRANSPORT, INFRASTRUCTURE
AND COMMUNITIES
MINISTÈRE DES TRANSPORTS, DE
L’INFRASTRUCTURE ET DES COLLECTIVITÉS
CANADA MARINE ACT
LOI MARITIME DU CANADA
Vancouver Port Authority — Supplementary letters patent
Administration portuaire de Vancouver — Lettres patentes
supplémentaires
BY THE MINISTER OF TRANSPORT,
INFRASTRUCTURE AND COMMUNITIES
PAR LE MINISTRE DES TRANSPORTS, DE
L’INFRASTRUCTURE ET DES COLLECTIVITÉS
WHEREAS Letters Patent were issued by the Minister of Transport for the Vancouver Port Authority (the “Authority”) under the
authority of the Canada Marine Act (the “Act”), effective March 1,
1999;
WHEREAS Schedule B of the Letters Patent describes the federal real property managed by the Authority;
WHEREAS the Authority pursuant to subparagraph 46(1)(b)(i)
of the Act has exchanged with BC Rail Ltd. the federal real property described in Annex A for the real property described in
Annex B hereto;
AND WHEREAS the Board of Directors of the Authority has
requested the Minister of Transport, Infrastructure and Communities to issue Supplementary Letters Patent to reflect this exchange
of lands;
NOW THEREFORE under the authority of section 9 of the
Canada Marine Act, Schedule B of the Letters Patent is amended
by deleting the federal real property described in Annex A and by
adding the real property described in Annex B.
ISSUED under my hand to be effective this 24th day of April
2006.
ATTENDU QUE des Lettres patentes ont été délivrées par le
ministre des Transports à l’Administration portuaire de Vancouver (« Administration ») en vertu des pouvoirs prévus dans la Loi
maritime du Canada (« Loi »), prenant effet le 1er mars 1999;
ATTENDU QUE l’Annexe « B » des Lettres patentes décrit les
immeubles fédéraux dont la gestion est confiée à l’Administration;
ATTENDU QUE l’Administration, en vertu du sousalinéa 46(1)b)(i) de la Loi, a échangé avec BC Rail Ltd. les
immeubles fédéraux décrits à l’Annexe A ci-après pour les immeubles décrits à l’Annexe B ci-après;
ATTENDU QUE le conseil d’administration de l’Administration
a demandé au ministre des Transports, de l’Infrastructure et des
Collectivités de délivrer des Lettres patentes supplémentaires
pour tenir compte de cet échange de terrains;
À CES CAUSES, en vertu de l’article 9 de la Loi maritime du
Canada, l’Annexe « B » des Lettres patentes est modifiée par la
suppression des immeubles fédéraux décrits à l’Annexe A ciaprès et par l’ajout des immeubles décrits à l’Annexe B ci-après.
DÉLIVRÉES sous mon seing ce 24e jour d’avril 2006.
The Honourable Lawrence Cannon, P.C., M.P.
Minister of Transport, Infrastructure and Communities
L’honorable Lawrence Cannon, C.P., député
Ministre des Transports, de l’Infrastructure et des Collectivités
Annexe A
Annex A
PID Number
Description
Numéro IDP
Description
026 629 844
Parcel F (Reference Plan BCP 22579) of Lot A, Bed of the
Strait of Georgia, Group 2, New Westminster District
Plan LMP25402
026 629 844
Parcelle F (plan de référence BCP 22579) du lot A, lit du
détroit de Georgie, groupe 2, district de New Westminster,
plan LMP25402
026 629 852
Parcel G (Reference Plan BCP 22579) of Lot A, Bed of the
Strait of Georgia, Group 2, New Westminster District
Plan LMP25402
026 629 852
Parcelle G (plan de référence BCP 22579) du lot A, lit du
détroit de Georgie, groupe 2, district de New Westminster,
plan LMP25402
1552
Canada Gazette Part I
June 17, 2006
Annex B
Annexe B
PID Number
Description
Numéro IDP
Description
026-630-010
Parcel E (Reference Plan BCP22580) of Parcel 1, Bed of the
Strait of Georgia, Group 2, New Westminster District
Plan BCP22392
026-630-010
Parcelle E (plan de référence BCP22580) de la parcelle 1, lit
du détroit de Georgie, groupe 2, district de New Westminster,
plan BCP22392
026-629-861
Parcel C (Reference Plan BCP22580) of Parcel 1, Bed of the
Strait of Georgia, Group 2, New Westminster District
Plan BCP22392
026-629-861
Parcelle C (plan de référence BCP22580) de la parcelle 1, lit
du détroit de Georgie, groupe 2, district de New Westminster,
plan BCP22392
and, that portion of the following property that was acquired by
means of an exchange of lands between the Vancouver Port
Authority and BC Rail Ltd.:
ainsi que la partie de la propriété suivante qui a été achetée par
un échange de terres entre l’Administration portuaire de Vancouver et BC Rail Ltd. :
PID Number
Description
Numéro IDP
Description
026-630-044
Parcel D (Reference Plan BCP22580) of Parcel 1, Bed of the
Strait of Georgia, Group 2, New Westminster District
Plan BCP22392
026-630-044
Parcelle D (plan de référence BCP22580) de la parcelle 1, lit
du détroit de Georgie, groupe 2, district de New Westminster,
plan BCP22392
[24-1-o]
[24-1-o]
DEPARTMENT OF TRANSPORT, INFRASTRUCTURE
AND COMMUNITIES
MINISTÈRE DES TRANSPORTS, DE
L’INFRASTRUCTURE ET DES COLLECTIVITÉS
CANADA MARINE ACT
LOI MARITIME DU CANADA
Vancouver Port Authority — Supplementary letters patent
Administration portuaire de Vancouver — Lettres patentes
supplémentaires
BY THE MINISTER OF TRANSPORT,
INFRASTRUCTURE AND COMMUNITIES
PAR LE MINISTRE DES TRANSPORTS, DE
L’INFRASTRUCTURE ET DES COLLECTIVITÉS
WHEREAS Letters Patent were issued by the Minister of Transport for the Vancouver Port Authority (the “Authority”) under the
authority of the Canada Marine Act, effective March 1, 1999;
ATTENDU QUE des Lettres patentes ont été délivrées par le
ministre des Transports à l’Administration portuaire de Vancouver (« Administration ») en vertu des pouvoirs prévus dans la Loi
maritime du Canada, prenant effet le 1er mars 1999;
ATTENDU QUE l’Annexe « B » des Lettres patentes décrit les
immeubles fédéraux dont la gestion est confiée à l’Administration;
ATTENDU QUE pour appuyer les opérations du port, l’Administration désire que Sa Majesté la Reine du chef du Canada achète de Sa Majesté la Reine du chef de la ColombieBritannique représentée par la British Columbia Transportation
Financing Authority les immeubles décrits à l’annexe ci-après;
ATTENDU QUE le conseil d’administration de l’Administration
a demandé au ministre des Transports, de l’Infrastructure et des
Collectivités de délivrer des Lettres patentes supplémentaires
pour ajouter à l’Annexe « B » des Lettres patentes les immeubles
décrits à l’annexe ci-après;
À CES CAUSES, en vertu de l’article 9 de la Loi maritime du
Canada, l’Annexe « B » est modifiée par l’ajout des immeubles
décrits à l’annexe ci-après.
Ces Lettres patentes supplémentaires entreront en vigueur à la
date où seront enregistrés au Bureau d’enregistrement des titres
fonciers de Vancouver/New Westminster les documents attestant
le transfert des immeubles décrits à l’Annexe ci-après de la British Columbia Transportation Financing Authority à Sa Majesté la
Reine du chef du Canada.
DÉLIVRÉES sous mon seing ce 24e jour d’avril 2006.
WHEREAS Schedule B of the Letters Patent describes the federal real property managed by the Authority;
WHEREAS in support of port operations the Authority wishes
Her Majesty the Queen in Right of Canada to acquire from Her
Majesty the Queen in Right of the Province of British Columbia,
as represented by the British Columbia Transportation Financing
Authority, the real property described in the Annex hereto;
AND WHEREAS the board of directors of the Authority has
requested the Minister of Transport, Infrastructure and Communities to issue Supplementary Letters Patent to add to Schedule B
of the Letters Patent the real property described in the Annex
hereto;
NOW THEREFORE under the authority of section 9 of the
Canada Marine Act, Schedule B of the Letters Patent is amended
by adding the real property described in the Annex hereto.
These Supplementary Letters Patent are to be effective on the
date of registration in the Vancouver/New Westminster Land
Title Office of the transfer documents evidencing the transfer of
the real property described in the Annex hereto from BCTFA to
Her Majesty the Queen in right of Canada.
ISSUED under my hand to be effective this 24th day of April
2006.
The Honourable Lawrence Cannon, P.C., M.P.
Minister of Transport, Infrastructure and Communities
L’honorable Lawrence Cannon, C.P., député
Ministre des Transports, de l’Infrastructure et des Collectivités
Le 17 juin 2006
Gazette du Canada Partie I
1553
Annex
Annexe
1) All of the road previously dedicated and shown on Reference
Plan LMP32013, of Parcel “A” (K25780E), Group 2, New Westminster District, containing an area of 0.935 ha, more or less.
1) La totalité du chemin précédemment spécifié et indiqué dans le
plan de référence LMP32013 de la parcelle « A » (K25780E),
groupe 2, district de New Westminster, comprenant une superficie de plus ou moins 0,935 hectare.
2) La totalité du chemin précédemment spécifié et indiqué dans le
plan de référence LMP34034 de la parcelle « A » (K25780E),
groupe 2, district de New Westminster, comprenant une superficie de plus ou moins 16 mètres carrés.
3) Une parcelle d’une étendue de 1,37 hectares, étant précédemment spécifiée comme étant une parcelle de chemin de 1,43 hectares qui figure sur le plan de référence LMP33729 de la parcelle « A » (K25780E), groupe 2, district de New Westminster, à
l’exception de la partie nord, qui est plus particulièrement décrite
comme suit :
Commençant au coin le plus au nord de la parcelle de chemin
spécifiée qui figure sur le plan de référence LMP33729; de là,
suivant la limite est de ladite parcelle de chemin 215°19′06″,
92,788 mètres; de là, 305°19′06″, 12,424 mètres à un point à
l’ouest de la limite de ladite parcelle de chemin; de là, suivant
la limite ouest de ladite parcelle de chemin 43°00′10″, plus ou
moins 93,629 mètres, au point de commencement.
4) Une parcelle d’une étendue de 682 mètres carrés, étant précédemment spécifiée comme étant une partie de la parcelle de
chemin de 8,27 hectares qui figure sur le plan de référence
LMP25564 de la parcelle « A » (K25780E), groupe 2, district de
New Westminster, qui est plus particulièrement décrite comme
suit :
Commençant à un point de la limite est de la parcelle de chemin spécifiée qui figure sur le plan de référence LMP25564, ce
point étant aussi sur la limite ouest de la parcelle de chemin
spécifié qui figure sur le plan de référence LMP33729 et se
trouvant à 93,629 mètres sur un relèvement de 223°00′10″ par
rapport au coin le plus au nord qui figure sur le plan de référence LMP33729; de là, 223°00′10″, 52,394 mètres; de là,
32°00′37″, 14,955 mètres; de là, 342°59′48″, 10,005 mètres; de
là, 312°59′48″, 8,047 mètres; de là, sur une courbe vers
la droite ayant un rayon de 776,246 mètres et un roulement
de 130°50′35″, une distance d’arc de 29,349 mètres; de là,
125°19′06″, 20,300 mètres jusqu’au point de commencement.
2) All of the road previously dedicated and shown on Reference
Plan LMP34034, of Parcel “A” (K25780E), Group 2, New Westminster District, containing an area of 16 square metres, more or
less.
3) A parcel, 1.37 ha in extent, being the previously dedicated
1.43 ha road parcel shown on Reference Plan LMP33729, of Parcel “A” (K25780E), Group 2, New Westminster District, save and
except a portion at the northerly end, that may be more particularly described as follows:
Commencing at the most northerly corner of said dedicated
road parcel shown on Reference Plan LMP33729; thence following the easterly boundary of said road parcel 215°19′06″,
92.788 metres; thence 305°19′06″, 12.424 metres to a point
on the westerly boundary of said road parcel; thence following the westerly boundary of said road parcel 43°00′10″,
93.629 metres, more or less, to the point of commencement.
4) A parcel, 682 square metres in extent, being a portion of the
8.27 ha road parcel previously dedicated and shown on Reference Plan LMP25564, of Parcel “A” (K25780E), Group 2, New
Westminster District, which portion may be more particularly
described as follows:
Commencing at a point on the easterly boundary of said dedicated road parcel shown on Reference Plan LMP25564, said
point also being on the westerly boundary of the dedicated
road parcel shown on Reference Plan LMP33729 and distant
93.629 metres on a bearing of 223°00′10″ from the most northerly corner shown on Reference Plan LMP33729; thence
223°00′10″, 52.394 metres; thence 32°00′37″, 14.955 metres;
thence 342°59′48″, 10.005 metres; thence 312°59′48″,
8.047 metres; thence on a curve to the right with radius
776.246 metres and radial bearing 130°50′35″, an arc distance
of 29.349 metres; thence 125°19′06″, 20.300 metres to the
point of commencement.
[24-1-o]
[24-1-o]
1554
Canada Gazette Part I
June 17, 2006
PARLIAMENT
PARLEMENT
HOUSE OF COMMONS
CHAMBRE DES COMMUNES
First Session, Thirty-Ninth Parliament
Première session, trente-neuvième législature
PRIVATE BILLS
PROJETS DE LOI D’INTÉRÊT PRIVÉ
Standing Order 130 respecting notices of intended applications
for private bills was published in the Canada Gazette, Part I, on
April 8, 2006.
For further information, contact the Private Members’ Business
Office, House of Commons, Centre Block, Room 134-C, Ottawa,
Ontario K1A 0A6, (613) 992-6443.
L’article 130 du Règlement relatif aux avis de demande de
projets de loi d’intérêt privé a été publié dans la Partie I de la
Gazette du Canada du 8 avril 2006.
Pour obtenir d’autres renseignements, prière de communiquer
avec le Bureau des affaires émanant des députés, Chambre des
communes, Édifice du Centre, Pièce 134-C, Ottawa (Ontario)
K1A 0A6, (613) 992-6443.
La greffière de la Chambre des communes
AUDREY O’BRIEN
AUDREY O’BRIEN
Clerk of the House of Commons
Le 17 juin 2006
Gazette du Canada Partie I
1555
COMMISSIONS
COMMISSIONS
CANADA REVENUE AGENCY
AGENCE DU REVENU DU CANADA
INCOME TAX ACT
LOI DE L’IMPÔT SUR LE REVENU
Revocation of registration of a charity
Révocation de l’enregistrement d’un organisme de bienfaisance
The following notice of proposed revocation was sent to the
charity listed below revoking it for failure to meet the parts of the
Income Tax Act as listed in this notice:
“Notice is hereby given, pursuant to paragraphs 168(1)(b),
168(1)(d) and 168(1)(e) of the Income Tax Act, that I propose
to revoke the registration of the charity listed below and that by
virtue of paragraph 168(2)(b) thereof, the revocation of the registration is effective on the date of publication of this notice in
the Canada Gazette.”
L’avis d’intention de révocation suivant a été envoyé à l’organisme de bienfaisance indiqué ci-après parce qu’il n’a pas respecté les parties de la Loi de l’impôt sur le revenu tel qu’il est indiqué ci-dessous :
« Avis est donné par les présentes que, conformément aux alinéas 168(1)b), 168(1)d) et 168(1)e) de la Loi de l’impôt sur le
revenu, j’ai l’intention de révoquer l’enregistrement de l’organisme de bienfaisance mentionné ci-dessous en vertu de l’alinéa 168(2)b) de cette loi et que la révocation de l’enregistrement entre en vigueur à la publication du présent avis dans la
Gazette du Canada. »
Business Number
Numéro d’entreprise
Name/Nom
Address/Adresse
893946665RR0001
B. C. FOOD BANK ASSOCIATION, SURREY, B.C.
ELIZABETH TROMP
Director General
Charities Directorate
Le directeur général
Direction des organismes de bienfaisance
ELIZABETH TROMP
[24-1-o]
[24-1-o]
CANADA REVENUE AGENCY
AGENCE DU REVENU DU CANADA
INCOME TAX ACT
LOI DE L’IMPÔT SUR LE REVENU
Revocation of registration of a charity
Révocation de l’enregistrement d’un organisme de bienfaisance
The following notice of proposed revocation was sent to the
charity listed below revoking it for failure to meet the parts of the
Income Tax Act as listed in this notice:
“Notice is hereby given, pursuant to paragraphs 168(1)(b),
168(1)(c) and 168(1)(e) of the Income Tax Act, that I propose
to revoke the registration of the charity listed below and that by
virtue of paragraph 168(2)(b) thereof, the revocation of the registration is effective on the date of publication of this notice in
the Canada Gazette.”
L’avis d’intention de révocation suivant a été envoyé à l’organisme de bienfaisance indiqué ci-après parce qu’il n’a pas respecté les parties de la Loi de l’impôt sur le revenu tel qu’il est indiqué ci-dessous :
« Avis est donné par les présentes que, conformément aux alinéas 168(1)c), 168(1)d) et 168(1)e) de la Loi de l’impôt sur le
revenu, j’ai l’intention de révoquer l’enregistrement de l’organisme de bienfaisance mentionné ci-dessous en vertu de l’alinéa 168(2)b) de cette loi et que la révocation de l’enregistrement entre en vigueur à la publication du présent avis dans la
Gazette du Canada. »
Business Number
Numéro d’entreprise
Name/Nom
Address/Adresse
866521982RR0001
CANADIAN’S AGAINST CHILD ABUSE SOCIETY, MOSERS RIVER, N.S.
ELIZABETH TROMP
Director General
Charities Directorate
Le directeur général
Direction des organismes de bienfaisance
ELIZABETH TROMP
[24-1-o]
[24-1-o]
CANADA REVENUE AGENCY
AGENCE DU REVENU DU CANADA
INCOME TAX ACT
LOI DE L’IMPÔT SUR LE REVENU
Revocation of registration of a charity
Révocation de l’enregistrement d’un organisme de bienfaisance
The following notice of proposed revocation was sent to the
charity listed below revoking it for failure to meet the parts of the
Income Tax Act as listed in this notice:
L’avis d’intention de révocation suivant a été envoyé à l’organisme de bienfaisance indiqué ci-après parce qu’il n’a pas respecté les parties de la Loi de l’impôt sur le revenu tel qu’il est
indiqué ci-dessous :
1556
Canada Gazette Part I
June 17, 2006
“Notice is hereby given, pursuant to paragraphs 168(1)(b),
168(1)(c), 168(1)(d) and 168(1)(e) of the Income Tax Act, that
I propose to revoke the registration of the charity listed below
and that by virtue of paragraph 168(2)(b) thereof, the revocation of the registration is effective on the date of publication of
this notice in the Canada Gazette.”
« Avis est donné par les présentes que, conformément aux alinéas 168(1)b), 168(1)c), 168(1)d) et 168(1)e) de la Loi de l’impôt sur le revenu, j’ai l’intention de révoquer l’enregistrement
de l’organisme de bienfaisance mentionné ci-dessous en vertu
de l’alinéa 168(2)b) de cette loi et que la révocation de l’enregistrement entre en vigueur à la publication du présent avis
dans la Gazette du Canada. »
Business Number
Numéro d’entreprise
Name/Nom
Address/Adresse
876586306RR0001
MAISON JEAN-FRANÇOIS DUMAIS (MAISON DE TRANSITION ET LOGEMENTS D’URGENCE), SAINT-ROMUALD (QUÉ.)
ELIZABETH TROMP
Director General
Charities Directorate
Le directeur général
Direction des organismes de bienfaisance
ELIZABETH TROMP
[24-1-o]
[24-1-o]
CANADA REVENUE AGENCY
AGENCE DU REVENU DU CANADA
INCOME TAX ACT
LOI DE L’IMPÔT SUR LE REVENU
Revocation of registration of a charity
Révocation de l’enregistrement d’un organisme de bienfaisance
The following notice of proposed revocation was sent to the
charity listed below revoking it for failure to meet the parts of the
Income Tax Act as listed in this notice:
“Notice is hereby given, pursuant to paragraphs 168(1)(b),
168(1)(d) and 168(1)(e) of the Income Tax Act, that I propose
to revoke the registration of the charity listed below and that by
virtue of paragraph 168(2)(b) thereof, the revocation of the registration is effective on the date of publication of this notice in
the Canada Gazette.”
L’avis d’intention de révocation suivant a été envoyé à l’organisme de bienfaisance indiqué ci-après parce qu’il n’a pas respecté les parties de la Loi de l’impôt sur le revenu tel qu’il est indiqué ci-dessous :
« Avis est donné par les présentes que, conformément aux alinéas 168(1)b), 168(1)d) et 168(1)e) de la Loi de l’impôt sur le
revenu, j’ai l’intention de révoquer l’enregistrement de l’organisme de bienfaisance mentionné ci-dessous en vertu de l’alinéa 168(2)b) de cette loi et que la révocation de l’enregistrement entre en vigueur à la publication du présent avis dans la
Gazette du Canada. »
Business Number
Numéro d’entreprise
Name/Nom
Address/Adresse
876444894RR0001
NORSHIELD DEVELOPMENT FOUNDATION/FONDATION DE DEVELOPPEMENT NORSHIELD, MONTRÉAL, QUE.
ELIZABETH TROMP
Director General
Charities Directorate
Le directeur général
Direction des organismes de bienfaisance
ELIZABETH TROMP
[24-1-o]
[24-1-o]
CANADIAN INTERNATIONAL TRADE TRIBUNAL
TRIBUNAL CANADIEN DU COMMERCE EXTÉRIEUR
COMMENCEMENT OF PRELIMINARY INJURY INQUIRY
OUVERTURE D’ENQUÊTE PRÉLIMINAIRE DE DOMMAGE
Certain copper pipe fittings
Certains raccords de tuyauterie en cuivre
Notice was received by the Secretary of the Canadian International Trade Tribunal (the Tribunal) on June 8, 2006, from the
Acting Director General of the Trade Programs Directorate at the
Canada Border Services Agency (CBSA) stating that the President of the CBSA had initiated an investigation respecting the
alleged injurious dumping of certain solder joint pressure pipe
fittings and solder joint drainage, waste and vent pipe fittings,
made of cast copper alloy, wrought copper alloy or wrought copper, for use in heating, plumbing, air conditioning and refrigeration applications (certain copper pipe fittings), originating in or
exported from the United States of America, the Republic of
Korea and the People’s Republic of China and the alleged injurious subsidizing of certain copper pipe fittings originating in
or exported from the People’s Republic of China, restricted to
Le secrétaire du Tribunal canadien du commerce extérieur
(le Tribunal) a été avisé le 8 juin 2006, par le directeur général
intérimaire de la Direction des programmes commerciaux de
l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC), que le président de l’ASFC avait ouvert une enquête concernant le présumé
dumping dommageable de certains raccords de tuyauterie à souder, de types à pression et à drainage, renvoi et évent, faits en
alliage de cuivre coulé, en alliage de cuivre ouvré ou en cuivre
ouvré, utilisés dans le chauffage, la plomberie, la climatisation et
la réfrigération (certains raccords de tuyauterie en cuivre), originaires ou exportés des États-Unis d’Amérique, de la République
de Corée et de la République populaire de Chine et le présumé
subventionnement dommageable de certains raccords de tuyauterie en cuivre originaires ou exportés de la République populaire
Le 17 juin 2006
the products enumerated in the Appendix available on the Tribunal’s Web site at www.citt-tcce.gc.ca/dumping/preinq/notices/
pi2g001_e.asp.
Pursuant to subsection 34(2) of the Special Import Measures
Act (SIMA), the Tribunal has initiated a preliminary injury inquiry (Preliminary Injury Inquiry No. PI-2006-001) to determine
whether the evidence discloses a reasonable indication that the
dumping and subsidizing of the subject goods have caused injury
or retardation or are threatening to cause injury, as these words
are defined in SIMA.
The Tribunal’s inquiry will be conducted by way of written
submissions. Each person or government wishing to participate in
the inquiry must file a notice of participation with the Secretary
on or before June 20, 2006. Each counsel who intends to represent a party in the inquiry must file a notice of representation, as
well as a declaration and undertaking, with the Secretary on or
before June 20, 2006.
On June 29, 2006, the Tribunal will distribute the public information received from the CBSA to all parties that have filed notices of participation, and the confidential information to counsel
who have filed a declaration and undertaking with the Tribunal.
Submissions by parties opposed to the complaint must be filed
on or before July 10, 2006. These submissions should include
evidence, e.g. documents and sources that support the factual
statements in the submissions, and argument concerning the questions of
• whether there are goods produced in Canada, other than those
identified in the CBSA’s statement of reasons for initiating
the investigation, that are like goods to the allegedly dumped
and subsidized goods;
• whether there is more than one class of allegedly dumped and
subsidized goods;
• which domestic producers of like goods comprise the domestic industry; and
• whether the information before the Tribunal discloses a reasonable indication that the alleged dumping and subsidizing of
the goods have caused injury or retardation, or threaten to
cause injury.
The complainant may make submissions in response to the
submissions of parties opposed to the complaint by July 18, 2006.
At that time, other parties supporting the complaint may also
make submissions to the Tribunal.
Parties should note that the Tribunal does not consider exclusion requests during a preliminary injury inquiry, and, therefore,
none should be filed at this stage. Should the matter proceed to a
final inquiry, particulars regarding the schedule for filing exclusion requests will be included in the Notice of Inquiry.
Under section 46 of the Canadian International Trade Tribunal
Act, a person who provides information to the Tribunal and who
wishes some or all of the information to be kept confidential must
submit to the Tribunal, at the time the information is provided, a
statement designating the information as confidential, together
with an explanation as to why that information is designated
as confidential. Furthermore, the person must submit a nonconfidential summary of the information designated as confidential or a statement indicating why such a summary cannot be
made. (See Procedural Guidelines for the Designation and Use
of Confidential Information in Canadian International Trade
Tribunal Proceedings available on the Tribunal’s Web site at
www.citt-tcce.gc.ca.)
Gazette du Canada Partie I
1557
de Chine, se limitant aux produits énumérés à l’Annexe disponible sur le site Web du Tribunal à l’adresse www.tcce-citt.gc.ca/
dumping/preinq/notices/pi2g001_f.asp.
Aux termes du paragraphe 34(2) de la Loi sur les mesures spéciales d’importation (LMSI), le Tribunal a ouvert une enquête
préliminaire de dommage (enquête préliminaire de dommage
no PI-2006-001) en vue de déterminer si les éléments de preuve
indiquent, de façon raisonnable, que le dumping et le subventionnement des marchandises en question ont causé un dommage ou
un retard, ou menacent de causer un dommage, les définitions de
ces termes dans la LMSI s’appliquant.
Aux fins de son enquête, le Tribunal procédera sous forme
d’exposés écrits. Chaque personne ou chaque gouvernement qui
souhaite participer à l’enquête doit déposer auprès du secrétaire
un avis de participation au plus tard le 20 juin 2006. Chaque
conseiller qui désire représenter une partie à l’enquête doit déposer auprès du secrétaire un avis de représentation ainsi qu’un acte
de déclaration et d’engagement au plus tard le 20 juin 2006.
Le 29 juin 2006, le Tribunal transmettra les renseignements
publics reçus de l’ASFC à toutes les parties qui ont déposé des
avis de participation, et transmettra les renseignements confidentiels aux conseillers qui ont déposé auprès du Tribunal un acte de
déclaration et d’engagement.
Les exposés des parties qui s’opposent à la plainte doivent être
déposés au plus tard le 10 juillet 2006. Ces exposés doivent comprendre des éléments de preuve, par exemple des documents et
des sources à l’appui des énoncés des faits dans les observations,
et des arguments concernant les questions suivantes :
• s’il se produit au Canada des marchandises, autres que les
marchandises dénommées dans l’énoncé des motifs d’ouverture d’enquête de l’ASFC, similaires aux marchandises présumées sous-évaluées et subventionnées;
• s’il existe plus d’une classe de marchandises présumées sousévaluées et subventionnées;
• quels producteurs nationaux de marchandises similaires sont
compris dans la branche de production nationale;
• si les renseignements mis à la disposition du Tribunal indiquent, de façon raisonnable, que les présumés dumping et
subventionnement des marchandises ont causé un dommage
ou un retard, ou menacent de causer un dommage.
La partie plaignante aura l’occasion de présenter des observations en réponse aux exposés des parties qui s’opposent à la
plainte au plus tard le 18 juillet 2006. Au même moment, les autres parties qui appuient la plainte peuvent aussi présenter des
exposés au Tribunal.
Les parties devraient noter que le Tribunal n’étudie pas les demandes d’exclusions dans le cadre d’une enquête préliminaire de
dommage et que, par conséquent, aucune demande ne devrait être
déposée à la présente étape. Si l’affaire est étudiée dans le cadre
d’une enquête finale, les détails de l’échéancier du dépôt des demandes d’exclusions paraîtront dans l’avis d’enquête.
Aux termes de l’article 46 de la Loi sur le Tribunal canadien
du commerce extérieur, une personne qui fournit des renseignements au Tribunal et qui désire qu’ils soient gardés confidentiels
en tout ou en partie doit fournir, en même temps que les renseignements, une déclaration désignant comme tels les renseignements qu’elle veut garder confidentiels avec explication à l’appui.
En outre, la personne doit fournir un résumé non confidentiel des
renseignements désignés confidentiels ou une déclaration et une
explication de tout refus de fournir le résumé. (Voir Lignes directrices concernant le processus de désignation et d’utilisation des
renseignements confidentiels dans une procédure du Tribunal
canadien du commerce extérieur disponible sur le site Web du
Tribunal à l’adresse www.tcce-citt.gc.ca.)
1558
Canada Gazette Part I
June 17, 2006
The Canadian International Trade Tribunal Rules govern these
proceedings.
All submissions must be filed with the Tribunal in 25 copies.
The Tribunal will distribute the public submissions to all parties
that have filed notices of participation and any confidential submissions to counsel who have filed a declaration and undertaking.
Written submissions, correspondence and requests for information regarding this notice should be addressed to the Secretary,
Canadian International Trade Tribunal, Standard Life Centre,
15th Floor, 333 Laurier Avenue W, Ottawa, Ontario K1A 0G7,
(613) 993-3595 (telephone), (613) 990-2439 (fax), [email protected]
citt-tcce.gc.ca (email).
Written and oral communication with the Tribunal may be in
English or in French.
Ottawa, June 9, 2006
HÉLÈNE NADEAU
Secretary
Les Règles du Tribunal canadien du commerce extérieur s’appliquent à la présente enquête.
Tous les exposés doivent être déposés auprès du Tribunal en
25 copies. Le Tribunal distribuera les exposés publics à toutes les
parties ayant déposé des avis de participation et les exposés confidentiels aux conseillers qui ont déposé un acte de déclaration et
d’engagement.
Le secrétaire a fait parvenir l’avis d’ouverture d’enquête préliminaire de dommage et le calendrier d’enquête aux producteurs
nationaux, aux importateurs et aux exportateurs qui, à la connaissance du Tribunal, sont intéressés par l’enquête. L’avis et le calendrier des étapes importantes de l’enquête sont affichés sur le
site Web du Tribunal à l’adresse www.tcce-citt.gc.ca.
Les exposés écrits, la correspondance et les demandes de
renseignements au sujet du présent avis doivent être envoyés au
Secrétaire, Tribunal canadien du commerce extérieur, Standard
Life Centre, 15e étage, 333, avenue Laurier Ouest, Ottawa (Ontario) K1A 0G7, (613) 993-3595 (téléphone), (613) 990-2439 (télécopieur), [email protected] (courriel).
La communication écrite et orale avec le Tribunal peut se faire
en français ou en anglais.
Ottawa, le 9 juin 2006
Le secrétaire
HÉLÈNE NADEAU
[24-1-o]
[24-1-o]
The Secretary has sent the notice of commencement of preliminary injury inquiry and the inquiry schedule to the domestic
producers, to importers and to exporters with a known interest in
the inquiry. The notice and schedule of key inquiry events are
available on the Tribunal’s Web site at www.citt-tcce.gc.ca.
CANADIAN INTERNATIONAL TRADE TRIBUNAL
TRIBUNAL CANADIEN DU COMMERCE EXTÉRIEUR
DETERMINATION
DÉCISION
EDP hardware and software and information processing and
related telecommunications services
Matériel et logiciel informatiques et traitement de l’information
et services de télécommunications connexes
Notice is hereby given that, after completing its inquiry, the
Canadian International Trade Tribunal (the Tribunal) made a determination (File No. PR-2005-056) on June 6, 2006, with respect
to a complaint filed by P&L Communications Inc., of Ottawa,
Ontario, under subsection 30.11(1) of the Canadian International
Trade Tribunal Act, R.S.C. 1985 (4th Supp.), c. 47, as amended
by the North American Free Trade Agreement Implementation
Act, S.C. 1993, c. 44, concerning a procurement (Solicitation
No. 72100-05-0061) by Statistics Canada. The solicitation was
for the provision of news delivery software and services.
HÉLÈNE NADEAU
Secretary
Avis est donné par la présente que le Tribunal canadien du
commerce extérieur (le Tribunal), à la suite de son enquête, a
rendu une décision (dossier no PR-2005-056) le 6 juin 2006
concernant une plainte déposée par P&L Communications Inc.,
d’Ottawa (Ontario), aux termes du paragraphe 30.11(1) de la Loi
sur le Tribunal canadien du commerce extérieur, L.R.C. 1985
(4e supp.), c. 47, modifiée par la Loi de mise en œuvre de l’Accord
de libre-échange nord-américain, L.C. 1993, c. 44, au sujet d’un
marché (invitation no 72100-05-0061) passé par Statistique Canada. L’invitation portait sur la fourniture d’un logiciel et de services de transmission de nouvelles.
Il était allégué que Statistique Canada avait incorrectement
attribué le contrat à un autre soumissionnaire.
Après avoir examiné les éléments de preuve présentés par les
parties et tenu compte des dispositions de l’Accord sur le commerce intérieur et de l’Accord de libre-échange nord-américain,
le Tribunal a jugé que la plainte était fondée.
Pour plus de renseignements, veuillez communiquer avec le
Secrétaire, Tribunal canadien du commerce extérieur, Standard
Life Centre, 15e étage, 333, avenue Laurier Ouest, Ottawa (Ontario) K1A 0G7, (613) 993-3595 (téléphone), (613) 990-2439
(télécopieur).
Ottawa, le 7 juin 2006
Le secrétaire
HÉLÈNE NADEAU
[24-1-o]
[24-1-o]
It was alleged that Statistics Canada improperly awarded the
contract to another bidder.
Having examined the evidence presented by the parties and
considered the provisions of the Agreement on Internal Trade and
the North American Free Trade Agreement, the Tribunal determined that the complaint was valid.
Further information may be obtained from the Secretary,
Canadian International Trade Tribunal, Standard Life Centre,
15th Floor, 333 Laurier Avenue W, Ottawa, Ontario K1A 0G7,
(613) 993-3595 (telephone), (613) 990-2439 (fax).
Ottawa, June 7, 2006
Le 17 juin 2006
Gazette du Canada Partie I
1559
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
NOTICE TO INTERESTED PARTIES
AVIS AUX INTÉRESSÉS
The following notices are abridged versions of the Commission’s
original notices bearing the same number. The original notices contain a more detailed outline of the applications, including additional
locations and addresses where the complete files may be examined. The relevant material, including the notices and applications, is available for viewing during normal business hours at the
following offices of the Commission:
— Central Building, Les Terrasses de la Chaudière, Room 206,
1 Promenade du Portage, Gatineau, Quebec K1A 0N2, (819)
997-2429 (telephone), 994-0423 (TDD), (819) 994-0218 (fax);
— Metropolitan Place, Suite 1410, 99 Wyse Road, Dartmouth,
Nova Scotia B3A 4S5, (902) 426-7997 (telephone), 426-6997
(TDD), (902) 426-2721 (fax);
— Kensington Building, Suite 1810, 275 Portage Avenue, Winnipeg, Manitoba R3B 2B3, (204) 983-6306 (telephone),
983-8274 (TDD), (204) 983-6317 (fax);
— 530-580 Hornby Street, Vancouver, British Columbia V6C
3B6, (604) 666-2111 (telephone), 666-0778 (TDD), (604)
666-8322 (fax);
— CRTC Documentation Centre, 205 Viger Avenue W,
Suite 504, Montréal, Quebec H2Z 1G2, (514) 283-6607 (telephone), 283-8316 (TDD), (514) 283-3689 (fax);
— CRTC Documentation Centre, 55 St. Clair Avenue E,
Suite 624, Toronto, Ontario M4T 1M2, (416) 952-9096
(telephone), (416) 954-6343 (fax);
— CRTC Documentation Centre, Cornwall Professional Building, Room 103, 2125 11th Avenue, Regina, Saskatchewan
S4P 3X3, (306) 780-3422 (telephone), (306) 780-3319 (fax);
— CRTC Documentation Centre, 10405 Jasper Avenue,
Suite 520, Edmonton, Alberta T5J 3N4, (780) 495-3224
(telephone), (780) 495-3214 (fax).
Interventions must be filed with the Secretary General, Canadian
Radio-television and Telecommunications Commission, Ottawa,
Ontario K1A 0N2, together with proof that a true copy of the
intervention has been served upon the applicant, on or before the
deadline given in the notice.
Secretary General
Les avis qui suivent sont des versions abrégées des avis originaux
du Conseil portant le même numéro. Les avis originaux contiennent
une description plus détaillée de chacune des demandes, y compris
les lieux et adresses où l’on peut consulter les dossiers complets.
Tous les documents afférents, y compris les avis et les demandes,
sont disponibles pour examen durant les heures normales d’ouverture aux bureaux suivants du Conseil :
— Édifice central, Les Terrasses de la Chaudière, Pièce 206,
1, promenade du Portage, Gatineau (Québec) K1A 0N2,
(819) 997-2429 (téléphone), 994-0423 (ATS), (819) 994-0218
(télécopieur);
— Place Metropolitan, Bureau 1410, 99, chemin Wyse, Dartmouth (Nouvelle-Écosse) B3A 4S5, (902) 426-7997 (téléphone), 426-6997 (ATS), (902) 426-2721 (télécopieur);
— Édifice Kensington, Pièce 1810, 275, avenue Portage, Winnipeg (Manitoba) R3B 2B3, (204) 983-6306 (téléphone),
983-8274 (ATS), (204) 983-6317 (télécopieur);
— 580, rue Hornby, Bureau 530, Vancouver (ColombieBritannique) V6C 3B6, (604) 666-2111 (téléphone), 666-0778
(ATS), (604) 666-8322 (télécopieur);
— Centre de documentation du CRTC, 205, avenue Viger Ouest,
Bureau 504, Montréal (Québec) H2Z 1G2, (514) 283-6607
(téléphone), 283-8316 (ATS), (514) 283-3689 (télécopieur);
— Centre de documentation du CRTC, 55, avenue St. Clair Est,
Bureau 624, Toronto (Ontario) M4T 1M2, (416) 952-9096
(téléphone), (416) 954-6343 (télécopieur);
— Centre de documentation du CRTC, Édifice Cornwall Professional, Pièce 103, 2125, 11e Avenue, Regina (Saskatchewan)
S4P 3X3, (306) 780-3422 (téléphone), (306) 780-3319
(télécopieur);
— Centre de documentation du CRTC, 10405, avenue Jasper,
Bureau 520, Edmonton (Alberta) T5J 3N4, (780) 495-3224
(téléphone), (780) 495-3214 (télécopieur).
Les interventions doivent parvenir au Secrétaire général, Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes,
Ottawa (Ontario) K1A 0N2, avec preuve qu’une copie conforme
a été envoyée à la requérante, avant la date limite d’intervention
mentionnée dans l’avis.
Secrétaire général
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
DECISIONS
DÉCISIONS
The complete texts of the decisions summarized below are
available from the office of the CRTC.
On peut se procurer le texte complet des décisions résumées
ci-après en s’adressant au CRTC.
2006-209
2006-209
June 5, 2006
Northern Lights Community Radio Corp.
Forteau, Newfoundland and Labrador
Approved — Extension of the time limit to commence the operation of the radio programming undertaking in Forteau, until February 27, 2007.
Le 5 juin 2006
Northern Lights Community Radio Corp.
Forteau (Terre-Neuve-et-Labrador)
Approuvé — Prorogation de la date de mise en exploitation de
l’entreprise de programmation de radio à Forteau, jusqu’au
27 février 2007.
1560
2006-210
Canada Gazette Part I
June 17, 2006
June 5, 2006
2006-210
Le 5 juin 2006
L’Association franco-culturelle de Yellowknife
Yellowknife, Northwest Territories
Approved — Renewal of the broadcasting licence for the Frenchlanguage, Type A community FM radio programming undertaking CIVR-FM Yellowknife, from September 1, 2006, to August 31, 2013.
L’Association franco-culturelle de Yellowknife
Yellowknife (Territoires du Nord-Ouest)
Approuvé — Renouvellement de la licence de radiodiffusion de
l’entreprise de programmation de radio FM communautaire de
type A de langue française CIVR-FM Yellowknife, du 1er septembre 2006 au 31 août 2013.
2006-211
2006-211
June 5, 2006
Le 5 juin 2006
Cameron Bell Consultancy Ltd.
Port Alberni, British Columbia
Approved — Renewal of the broadcasting licence for the Englishlanguage, low-power FM radio programming undertaking CHPAFM Port Alberni, from September 1, 2006, to August 31, 2013.
Cameron Bell Consultancy Ltd.
Port Alberni (Colombie-Britannique)
Approuvé — Renouvellement de la licence de radiodiffusion de
l’entreprise de programmation de radio FM de faible puissance de
langue anglaise CHPA-FM Port Alberni, du 1er septembre 2006
au 31 août 2013.
2006-212
2006-212
June 5, 2006
Le 5 juin 2006
Golden West Broadcasting Ltd.
Winkler, Manitoba
Approved — Renewal of the broadcasting licence for the Englishlanguage, commercial FM radio programming undertaking CJELFM Winkler, from September 1, 2006, to August 31, 2013.
Golden West Broadcasting Ltd.
Winkler (Manitoba)
Approuvé — Renouvellement de la licence de radiodiffusion de
l’entreprise de programmation de radio FM commerciale de
langue anglaise CJEL-FM Winkler, du 1er septembre 2006 au
31 août 2013.
2006-213
2006-213
June 5, 2006
Le 5 juin 2006
Eternacom Inc.
Sudbury, Ontario
Approved — Renewal of the broadcasting licence for the Englishlanguage, low-power FM radio programming undertaking CKBBFM Sudbury, from September 1, 2006, to August 31, 2013.
Eternacom Inc.
Sudbury (Ontario)
Approuvé — Renouvellement de la licence de radiodiffusion de
l’entreprise de programmation de radio FM de faible puissance de
langue anglaise CKBB-FM Sudbury, du 1er septembre 2006 au
31 août 2013.
2006-214
2006-214
June 5, 2006
Le 5 juin 2006
Allan Pellow
Chapleau, Ontario
Approved — Renewal of the broadcasting licence for the Englishand French-language low-power FM radio programming undertaking CFJW-FM Chapleau, from September 1, 2006, to August 31, 2013.
Allan Pellow
Chapleau (Ontario)
Approuvé — Renouvellement de la licence de radiodiffusion de
l’entreprise de programmation de radio FM de faible puissance de
langues anglaise et française CFJW-FM Chapleau, du 1er septembre 2006 au 31 août 2013.
2006-215
2006-215
June 5, 2006
Le 5 juin 2006
1311831 Ontario Limited
North Bay, Ontario
Approved — Renewal of the broadcasting licence for the Englishlanguage, low-power FM radio programming undertaking CKTRFM North Bay, from September 1, 2006, to August 31, 2013.
1311831 Ontario Limited
North Bay (Ontario)
Approuvé — Renouvellement de la licence de radiodiffusion de
l’entreprise de programmation de radio FM de faible puissance de
langue anglaise CKTR-FM North Bay, du 1er septembre 2006 au
31 août 2013.
2006-216
2006-216
June 5, 2006
Trafalgar Broadcasting Limited
Oakville, Ontario
Approved — Renewal of the broadcasting licence for the Englishlanguage, commercial AM radio programming undertaking CJYE
Oakville, from September 1, 2006, to August 31, 2013.
Le 5 juin 2006
Trafalgar Broadcasting Limited
Oakville (Ontario)
Approuvé — Renouvellement de la licence de radiodiffusion de
l’entreprise de programmation de radio AM commerciale de langue anglaise CJYE Oakville, du 1er septembre 2006 au 31 août
2013.
Le 17 juin 2006
2006-217
Gazette du Canada Partie I
June 5, 2006
2006-217
1561
Le 5 juin 2006
Fabrique de la Paroisse de Saint-André d’Acton Vale
Acton Vale, Quebec
Approved — Renewal of the broadcasting licence for the Frenchlanguage religious FM radio programming undertaking VF8007
Acton Vale, from September 1, 2006, to August 31, 2013.
Fabrique de la Paroisse de Saint-André d’Acton Vale
Acton Vale (Québec)
Approuvé — Renouvellement de la licence de radiodiffusion de
l’entreprise de programmation de radio FM de langue française à
vocation religieuse VF8007 Acton Vale, du 1er septembre 2006 au
31 août 2013.
2006-218
2006-218
June 5, 2006
Le 5 juin 2006
Fabrique de la Paroisse Saint-Paul de Scotstown
Scotstown, Quebec
Approved — Renewal of the broadcasting licence for the Frenchlanguage, religious low-power FM radio programming undertaking CHPV-FM Scotstown, from September 1, 2006, to August 31, 2013.
Fabrique de la Paroisse Saint-Paul de Scotstown
Scotstown (Québec)
Approuvé — Renouvellement de la licence de radiodiffusion de
l’entreprise de programmation de radio FM de faible puissance de
langue française à vocation religieuse CHPV-FM Scotstown, du
1er septembre 2006 au 31 août 2013.
2006-219
2006-219
June 5, 2006
Le 5 juin 2006
Fabrique de la Paroisse Saint-Antoine de Padoue
Louiseville, Quebec
Approved — Renewal of the broadcasting licence for the Frenchlanguage, religious FM radio programming undertaking VF8002
Louiseville, from September 1, 2006, to August 31, 2013.
Fabrique de la Paroisse Saint-Antoine de Padoue
Louiseville (Québec)
Approuvé — Renouvellement de la licence de radiodiffusion de
l’entreprise de programmation de radio FM de langue française à
vocation religieuse VF8002 Louiseville, du 1er septembre 2006 au
31 août 2013.
2006-220
2006-220
June 5, 2006
Le 5 juin 2006
Fabrique de la Paroisse Saint-Sauveur de Shawinigan-Sud
Shawinigan-Sud, Quebec
Approved — Renewal of the broadcasting licence for the Frenchlanguage, religious FM radio programming undertaking VF8001
Shawinigan-Sud, from September 1, 2006, to August 31, 2013.
Fabrique de la Paroisse Saint-Sauveur de Shawinigan-Sud
Shawinigan-Sud (Québec)
Approuvé — Renouvellement de la licence de radiodiffusion de
l’entreprise de programmation de radio FM de langue française à
vocation religieuse VF8001 Shawinigan-Sud, du 1er septembre
2006 au 31 août 2013.
2006-221
2006-221
June 5, 2006
The Base Commander of Canadian Forces Base, Suffield
Suffield, Alberta
Le 5 juin 2006
Approved — Renewal of the broadcasting licence for the Englishlanguage FM radio programming undertaking CKBF-FM Suffield, from September 1, 2006, to August 31, 2013.
Le commandant de la base des forces armées canadiennes
à Suffield
Suffield (Alberta)
Approuvé — Renouvellement de la licence de radiodiffusion de
l’entreprise de programmation de radio FM de langue anglaise
CKBF-FM Suffield, du 1er septembre 2006 au 31 août 2013.
2006-184-1
2006-184-1
June 6, 2006
Le 6 juin 2006
Aliant Telecom Inc.
Halifax, Dartmouth, Bedford and Sackville (Nova Scotia);
Saint John and Moncton (New Brunswick); and St. John’s,
Paradise and Mount Pearl (Newfoundland and Labrador)
Erratum — The Commission corrects broadcasting decision
CRTC 2006-184, May 5, 2006, in which the condition of licence
No. 3 has been amended.
Aliant Telecom Inc.
Halifax, Dartmouth, Bedford et Sackville (Nouvelle-Écosse),
Saint John et Moncton (Nouveau-Brunswick) et St. John’s,
Paradise et Mount Pearl (Terre-Neuve-et-Labrador)
Erratum — Le Conseil corrige la décision de radiodiffusion
CRTC 2006-184, 5 mai 2006, dans laquelle la condition de licence no 3 est modifiée.
2006-222
2006-222
June 6, 2006
Canadian Broadcasting Corporation
Regina and North Battleford, Saskatchewan
Approved — A transmitter in North Battleford to rebroadcast the
programming of its national English-language network service
Radio Two.
Le 6 juin 2006
Société Radio-Canada
Regina et North Battleford (Saskatchewan)
Approuvé — Exploitation d’un émetteur à North Battleford pour
retransmettre le service du réseau national de langue anglaise
Radio Two.
1562
2006-223
Canada Gazette Part I
June 17, 2006
June 8, 2006
2006-223
Le 8 juin 2006
CHUM Limited
Toronto, Ontario
Approved — Renewal of the broadcasting licence for the Englishlanguage commercial radio programming undertaking CHUMFM Toronto, from September 1, 2006, to August 31, 2013.
CHUM limitée
Toronto (Ontario)
Approuvé — Renouvellement de la licence de radiodiffusion de
l’entreprise de programmation de radio commerciale de langue
anglaise CHUM-FM Toronto, du 1er septembre 2006 au 31 août
2013.
2006-224
2006-224
June 8, 2006
Le 8 juin 2006
CHUM Limited
Toronto, Ontario
Approved — Renewal of the broadcasting licence for the Englishlanguage commercial AM radio programming undertaking CHUM
Toronto, from September 1, 2006, to August 31, 2013.
CHUM limitée
Toronto (Ontario)
Approuvé — Renouvellement de la licence de radiodiffusion de
l’entreprise de programmation de radio AM commerciale de langue anglaise CHUM Toronto, du 1er septembre 2006 au 31 août
2013.
2006-225
2006-225
June 8, 2006
Le 8 juin 2006
CHUM Limited
Vancouver, British Columbia
Approved — Renewal of the broadcasting licence for the Englishlanguage commercial AM radio programming undertaking CFUN
Vancouver, from September 1, 2006, to August 31, 2013.
CHUM limitée
Vancouver (Colombie-Britannique)
Approuvé — Renouvellement de la licence de radiodiffusion de
l’entreprise de programmation de radio AM commerciale de langue anglaise CFUN Vancouver, du 1er septembre 2006 au 31 août
2013.
2006-226
2006-226
June 8, 2006
Le 8 juin 2006
CHUM Limited
Vancouver, British Columbia
Approved — Renewal of the broadcasting licence for the Englishlanguage commercial radio programming undertaking CHQM-FM
Vancouver, from September 1, 2006, to August 31, 2013.
CHUM limitée
Vancouver (Colombie-Britannique)
Approuvé — Renouvellement de la licence de radiodiffusion de
l’entreprise de programmation de radio commerciale de langue
anglaise CHQM-FM Vancouver, du 1er septembre 2006 au
31 août 2013.
2006-227
2006-227
June 8, 2006
Le 8 juin 2006
O.K. Radio Group Ltd.
Victoria and Sooke, British Columbia
Approved — Renewal of the broadcasting licence for the Englishlanguage commercial radio programming undertaking CKKQ-FM
Victoria and its transmitter CKKQ-FM-1 Sooke, from September 1, 2006, to August 31, 2013.
O.K. Radio Group Ltd.
Victoria et Sooke (Colombie-Britannique)
Approuvé — Renouvellement de la licence de radiodiffusion de
l’entreprise de programmation de radio commerciale de langue
anglaise CKKQ-FM Victoria et de son émetteur CKKQ-FM-1
Sooke, du 1er septembre 2006 au 31 août 2013.
2006-228
2006-228
June 8, 2006
Le 8 juin 2006
O.K. Radio Group Ltd.
Grande Prairie and Peace River, Alberta; and Tumbler Ridge,
British Columbia
Approved — Renewal of the broadcasting licence for the Englishlanguage commercial radio programming undertaking CFGP-FM
Grande Prairie and its transmitters CFGP-FM-1 Peace River and
CFGP-FM-2 Tumbler Ridge, from September 1, 2006, to August 31, 2013.
O.K. Radio Group Ltd.
Grande Prairie et Peace River (Alberta) et Tumbler Ridge
(Colombie-Britannique)
Approuvé — Renouvellement de la licence de radiodiffusion de
l’entreprise de programmation de radio commerciale de langue
anglaise CFGP-FM Grande Prairie et de ses émetteurs CFGPFM-1 Peace River et CFGP-FM-2 Tumbler Ridge, du 1er septembre 2006 au 31 août 2013.
2006-229
2006-229
June 8, 2006
Standard Radio Inc.
Toronto, Ontario
Approved — Renewal of the broadcasting licence for the Englishlanguage commercial AM radio programming undertaking CFRB
Toronto and its short-wave transmitter CFRX, from September 1,
2006, to August 31, 2013.
Le 8 juin 2006
Standard Radio Inc.
Toronto, Ontario
Approuvé — Renouvellement de la licence de radiodiffusion de
l’entreprise de programmation de radio AM commerciale de langue anglaise CFRB Toronto et de son émetteur à ondes courtes
CFRX, du 1er septembre 2006 au 31 août 2013.
Le 17 juin 2006
2006-230
Gazette du Canada Partie I
June 8, 2006
2006-230
1563
Le 8 juin 2006
Standard Radio Inc.
Vancouver, British Columbia
Approved — Renewal of the broadcasting licence for the Englishlanguage commercial radio programming undertaking CKZZ-FM
Vancouver, from September 1, 2006, to August 31, 2013.
Standard Radio Inc.
Vancouver (Colombie-Britannique)
Approuvé — Renouvellement de la licence de radiodiffusion de
l’entreprise de programmation de radio commerciale de langue
anglaise CKZZ-FM Vancouver, du 1er septembre 2006 au 31 août
2013.
2006-231
2006-231
June 8, 2006
Le 8 juin 2006
Standard Radio Inc.
Richmond, British Columbia
Approved — Renewal of the broadcasting licence for the Englishlanguage commercial AM radio programming undertaking CISL
Richmond, from September 1, 2006, to August 31, 2013.
Standard Radio Inc.
Richmond (Colombie-Britannique)
Approuvé — Renouvellement de la licence de radiodiffusion de
l’entreprise de programmation de radio AM commerciale de langue anglaise CISL Richmond, du 1er septembre 2006 au 31 août
2013.
2006-232
2006-232
June 9, 2006
Le 9 juin 2006
Radio Matagami
Matagami, Quebec
Approved — Renewal of the broadcasting licence for the Frenchlanguage Type A community radio programming undertaking
CHEF-FM Matagami, from September 1, 2006, to August 31,
2013.
Radio Matagami
Matagami (Québec)
Approuvé — Renouvellement de la licence de radiodiffusion de
l’entreprise de programmation de radio communautaire de type A
de langue française CHEF-FM Matagami, du 1er septembre 2006
au 31 août 2013.
2006-233
2006-233
June 9, 2006
Le 9 juin 2006
Carrefour jeunesse-emploi comté de Johnson
Windsor, Quebec
Approved — Renewal of the broadcasting licence for the Frenchlanguage Type B community radio programming undertaking
CIAX-FM Windsor, from September 1, 2006, to August 31,
2013.
Carrefour jeunesse-emploi comté de Johnson
Windsor (Québec)
Approuvé — Renouvellement de la licence de radiodiffusion de
l’entreprise de programmation de radio communautaire de type B
de langue française CIAX-FM Windsor, du 1er septembre 2006 au
31 août 2013.
2006-234
2006-234
June 9, 2006
Le 9 juin 2006
1353151 Ontario Inc.
Englehart, Ontario
Approved — Renewal of the broadcasting licence for the commercial radio programming undertaking CJBB-FM Englehart,
from September 1, 2006, to August 31, 2013.
1353151 Ontario Inc.
Englehart (Ontario)
Approuvé — Renouvellement de la licence de radiodiffusion de
l’entreprise de programmation de radio commerciale CJBB-FM
Englehart, du 1er septembre 2006 au 31 août 2013.
2006-235
2006-235
June 9, 2006
Le 9 juin 2006
Kootenay Cooperative Radio
Nelson and Kootenay Bay, British Columbia
Approved — Renewal of the broadcasting licence for the Englishlanguage Type B community FM radio programming undertaking
CJLY-FM Nelson and its transmitter CJLY-FM-1 Kootenay Bay,
from September 1, 2006, to August 31, 2013.
Kootenay Cooperative Radio
Nelson et Kootenay Bay (Colombie-Britannique)
Approuvé — Renouvellement de la licence de radiodiffusion de
l’entreprise de programmation de radio FM communautaire de
type B de langue anglaise CJLY-FM Nelson et de son émetteur
CJLY-FM-1 Kootenay Bay, du 1er septembre 2006 au 31 août
2013.
2006-236
2006-236
June 9, 2006
Jim Pattison Broadcast Group Ltd. (the general partner)
and Jim Pattison Industries Ltd. (the limited partner),
carrying on business as Jim Pattison Broadcast
Group Limited Partnership
Vancouver, British Columbia
Approved — Renewal of the broadcasting licence for the commercial radio programming undertaking CJJR-FM Vancouver,
from September 1, 2006, to August 31, 2013.
Le 9 juin 2006
Jim Pattison Broadcast Group Ltd. (l’associé commandité)
et Jim Pattison Industries Ltd. (l’associé commanditaire),
faisant affaires sous le nom de Jim Pattison Broadcast
Group Limited Partnership
Vancouver (Colombie-Britannique)
Approuvé — Renouvellement de la licence de radiodiffusion de
l’entreprise de programmation de radio commerciale CJJR-FM
Vancouver, du 1er septembre 2006 au 31 août 2013.
1564
Canada Gazette Part I
2006-237
June 17, 2006
June 9, 2006
2006-237
Le 9 juin 2006
Standard Radio Inc.
Toronto, Ontario
Approved — Renewal of the broadcasting licence for the Englishlanguage commercial radio programming undertaking CKFM-FM
Toronto, from September 1, 2006, to August 31, 2013.
Standard Radio Inc.
Toronto (Ontario)
Approuvé — Renouvellement de la licence de radiodiffusion de
l’entreprise de programmation de radio commerciale de langue
anglaise CKFM-FM Toronto, du 1er septembre 2006 au 31 août
2013.
2006-238
2006-238
June 9, 2006
Le 9 juin 2006
World Fishing Network Ltd.
Across Canada
Approved — Amendment of the broadcasting licence for the national, Category 2 specialty programming undertaking known as
World Fishing Network (also known as WFN TV and originally
approved under the name of Global Fishing Network), in order to
allow World Fishing Network to be available for distribution in
the high format definition.
World Fishing Network Ltd.
L’ensemble du Canada
Approuvé — Modification de la licence de radiodiffusion de l’entreprise nationale de programmation d’émissions spécialisées de
catégorie 2 appelée World Fishing Network (aussi connue sous le
nom de WFN TV et approuvée à l’origine sous le nom de Global
Fishing Network) afin d’en permettre la distribution en format
haute définition.
2006-239
2006-239
June 9, 2006
Le 9 juin 2006
Gol TV (Canada) Ltd.
Across Canada
Approved — Amendment of the broadcasting licence for the national, Category 2 specialty programming undertaking known as
Gol TV (originally approved under the name of The Soccer Net)
in order to allow Gol TV to be available for distribution in the
high definition format.
Gol TV (Canada) Ltd.
L’ensemble du Canada
Approuvé — Modification de la licence de radiodiffusion de
l’entreprise nationale de programmation d’émissions spécialisées
de catégorie 2 appelée Gol TV (approuvée à l’origine sous le nom
de The Soccer Net) afin d’en permettre la distribution en format
haute définition.
2006-240
2006-240
June 9, 2006
Le 9 juin 2006
Stuart Media Group Inc.
Across Canada
Approved — Amendment of the broadcasting licence for the national, Category 2 specialty programming undertaking known as
CGTV (originally approved under the name of The Gaming
Channel) in order to allow CGTV to be available in the high definition format.
Stuart Media Group Inc.
L’ensemble du Canada
Approuvé — Modification de la licence de radiodiffusion de
l’entreprise nationale de programmation d’émissions spécialisées
de catégorie 2 appelée CGTV (approuvée à l’origine sous le nom
de The Gaming Channel) afin d’en permettre la distribution en
format haute définition.
2006-241
2006-241
June 9, 2006
Le 9 juin 2006
Aboriginal Voices Radio Inc.
Montréal, Quebec
Approved — Use of frequency 106.7 MHz by the new native
Type B FM radio programming undertaking in Montréal.
Aboriginal Voices Radio Inc.
Montréal (Québec)
Approuvé — Utilisation de la fréquence 106,7 MHz par la nouvelle entreprise de programmation de radio FM autochtone de
type B à Montréal.
[24-1-o]
[24-1-o]
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
PUBLIC HEARING 2006-4-4
AUDIENCE PUBLIQUE 2006-4-4
Further to its Broadcasting Notices of Public Hearing CRTC
2006-4 and 2006-4-1 dated April 20 and 27, 2006, and 2006-4-2
and 2006-4-3 dated May 24 and 29, 2006, relating to a public
hearing which will be held on June 19, 2006, at 9:30 a.m., at the
Westin Edmonton Hotel, 10135 100th Street, Edmonton, Alberta,
the Commission announces the following amendments to the
items listed below.
The Commission will accept interventions that only relate to
the additional information placed on the public examination file.
The deadline for submission of interventions is June 14, 2006.
À la suite de ses avis d’audience publique de radiodiffusion
CRTC 2006-4 et 2006-4-1 des 20 et 27 avril 2006 et 2006-4-2 et
2006-4-3 des 24 et 29 mai 2006 relativement à l’audience publique qui aura lieu le 19 juin 2006 à 9 h 30, à l’hôtel Westin Edmonton, 10135 100th Street, Edmonton (Alberta), le Conseil annonce les modifications suivantes aux articles énumérés ci-bas.
Le Conseil acceptera des interventions portant seulement sur
les informations additionnelles ajoutées au dossier d’examen public. La date limite d’interventions pour ces informations additionnelles est le 14 juin 2006.
Le 17 juin 2006
Gazette du Canada Partie I
1565
The applicant will have the opportunity to reply to these interventions at the public hearing.
Correction to Item 1
Grande Prairie, Alberta
Application No. 2005-0827-8
The Commission recently approved the application (20060257-5) for the transfer of all of the issued and outstanding
shares of 1097282 Alberta Ltd. held by Mr. Edward Tardif and
Mr. Rémi Tardif to Radio CJVR Ltd. The letter of approval
(L2006-0028, dated May 11, 2006) has been added to the public examination file.
Correction to Item 4
Grande Prairie, Alberta
Application No. 2004-1254-4
The applicant has recently submitted to the CRTC clarification
relating to its intended course of action for the proposed radio
programming undertaking under different scenarios involving
the possible acquisition of the Alberta assets of O.K. Radio
Group Ltd. by Rogers Broadcasting Limited.
June 9, 2006
La requérante aura l’occasion de répondre à ces interventions à
l’audience publique.
Correction à l’article 1
Grande Prairie (Alberta)
Numéro de demande 2005-0827-8
Le Conseil a récemment approuvé la demande (2006-0257-5)
de transfert de toutes les actions émises et en circulation de
1097282 Alberta Ltd. détenues par M. Edward Tardif et
M. Rémi Tardif à Radio CJVR Ltd. La lettre d’approbation
(L2006-0028, datée du 11 mai 2006) a été ajoutée au dossier
d’examen public.
Correction à l’article 4
Grande Prairie (Alberta)
Numéro de demande 2004-1254-4
La requérante a récemment soumis auprès du CRTC des clarifications relatives à ses intentions pour l’entreprise de programmation radio proposée, sous différents scénarios concernant la possibilité d’acquisition d’actif de O.K. Radio Group
Ltd., en Alberta, par Rogers Broadcasting Limited.
Le 9 juin 2006
[24-1-o]
[24-1-o]
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
PUBLIC NOTICE 2006-70
AVIS PUBLIC 2006-70
The Commission has received the following applications. The
deadline for submission of interventions and/or comments is
July 11, 2006.
1. Rock 95 Broadcasting (Barrie-Orillia) Ltd.
Barrie, Ontario
To renew the licence of the commercial FM radio programming undertaking CKMB-FM Barrie, expiring August 31,
2006.
2. Thunder Bay Christian Radio
Thunder Bay and Candy Mountain, Ontario
Relating to the licence of the radio programming undertaking
CJOA-FM Thunder Bay, Ontario.
3. Videotron Ltd.
Armagh and Saint-Philémon, Black Lake (Thetford Mines),
Cabano, Chapais, Chibougamau, Chute-aux-Outardes,
Coaticook, Colombier, Maniwaki, Mont-Laurier,
Pohénégamook, Robertsonville, Rock Island, Beebe,
Stanstead, Saint-Cyrille-de-L’Islet, Saint-Damase-de-L’Islet,
Saint-Gabriel-de-Rimouski, Sainte-Perpétue/Tourville, SaintSiméon, Sault-au-Mouton and Saint-Paul-du-Nord, Quebec
To amend the licences of its cable distribution undertaking
serving the above-mentioned locations.
4. O.K. Radio Group Ltd.
Fort McMurray, Alberta
Relating to the licence of the radio programming undertaking
CKYX-FM Fort McMurray, Alberta.
5. O.K. Radio Group Ltd.
Fort McMurray, Alberta
Relating to the licence of the radio programming undertaking
CJOK-FM Fort McMurray, Alberta.
Le Conseil a été saisi des demandes qui suivent. La date limite
pour le dépôt des interventions ou des observations est le 11 juillet 2006.
1. Rock 95 Broadcasting (Barrie-Orillia) Ltd.
Barrie (Ontario)
En vue de renouveler la licence de l’entreprise de programmation de radio commerciale FM CKMB-FM Barrie, qui expire
le 31 août 2006.
2. Thunder Bay Christian Radio
Thunder Bay et Candy Mountain (Ontario)
Relativement à la licence de l’entreprise de programmation de
radio CJOA-FM Thunder Bay (Ontario).
3. Vidéotron ltée
Armagh et Saint-Philémon, Black Lake (Thetford Mines),
Cabano, Chapais, Chibougamau, Chute-aux-Outardes,
Coaticook, Colombier, Maniwaki, Mont-Laurier,
Pohénégamook, Robertsonville, Rock Island, Beebe,
Stanstead, Saint-Cyrille-de-L’Islet, Saint-Damase-de-L’Islet,
Saint-Gabriel-de-Rimouski, Sainte-Perpétue/Tourville, SaintSiméon, Sault-au-Mouton et Saint-Paul-du-Nord (Québec)
En vue de modifier les licences de ses entreprises de distribution par câble desservant les endroits susmentionnés.
4. O.K. Radio Group Ltd.
Fort McMurray (Alberta)
Relativement à la licence de programmation de radio CKYXFM Fort McMurray (Alberta).
5. O.K. Radio Group Ltd.
Fort McMurray (Alberta)
Relativement à la licence de radio CJOK-FM Fort McMurray
(Alberta).
1566
Canada Gazette Part I
June 17, 2006
6. Canadian Broadcasting Corporation
Dawson, Yukon Territory
To amend the broadcasting licence of the radio programming
undertaking CFWH Whitehorse.
June 6, 2006
6. Société Radio-Canada
Dawson (Territoire du Yukon)
En vue de modifier la licence de radiodiffusion de l’entreprise
de programmation de radio CFWH Whitehorse.
Le 6 juin 2006
[24-1-o]
[24-1-o]
CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES
PUBLIC NOTICE 2006-71
AVIS PUBLIC 2006-71
Ownership applications granted approval
Demandes de transactions de propriété ayant été autorisées
In the notice, the Commission publishes a list of transfers of
ownership and changes in the effective control of broadcasting
undertakings that it has authorized during the period March 1,
2006, to April 30, 2006, pursuant to its streamlined procedure.
June 9, 2006
Dans l’avis, le Conseil publie une liste des transferts de propriété et des changements dans le contrôle effectif d’entreprises
de radiodiffusion qu’il a autorisés entre le 1er mars 2006 et le
30 avril 2006 conformément à sa procédure simplifiée.
Le 9 juin 2006
[24-1-o]
[24-1-o]
NATIONAL ENERGY BOARD
OFFICE NATIONAL DE L’ÉNERGIE
APPLICATION TO EXPORT ELECTRICITY TO THE
UNITED STATES
DEMANDE VISANT L’EXPORTATION D’ÉLECTRICITÉ
AUX ÉTATS-UNIS
Susquehanna Energy Products, LLC
Susquehanna Energy Products, LLC
By an application dated June 16, 2006, Susquehanna Energy
Products, LLC (the “Applicant”) has applied to the National Energy Board (the “Board”), under Division II of Part VI of the National Energy Board Act (the “Act”), for authorization to export
up to 1 500 000 MWh of combined firm and interruptible energy
per year, for a period of ten years.
The Board wishes to obtain the views of interested parties on
this application before issuing a permit or recommending to the
Governor in Council that a public hearing be held. The directions
on procedure that follow explain in detail the procedure that will
be used.
1. The Applicant shall deposit and keep on file, for public inspection during normal business hours, copies of the application
at its offices located at Susquehanna Energy Products, LLC, Attention: Jamie Miano, Operations Associate, 401 City Avenue,
Suite 220, Bala Cynwyd, PA 19004, U.S.A., (610) 617-2669
(telephone), (610) 617-2910 (fax). A copy of the application is
also available for viewing during normal business hours in the
Board’s library, 444 Seventh Avenue SW, Room 1002, Calgary,
Alberta T2P 0X8.
Le 16 juin 2006, Susquehanna Energy Products, LLC (le « demandeur ») a demandé à l’Office national de l’énergie (l’« Office »),
en vertu de la section II de la partie VI de la Loi sur l’Office national de l’énergie (la « Loi »), l’autorisation d’exporter jusqu’à
1 500 000 MWh d’énergie garantie et interruptible combinée par
année pendant une période de dix ans.
L’Office désire obtenir les commentaires des parties intéressées
à l’égard de cette demande avant de délivrer un permis ou de recommander au gouverneur en conseil qu’une audience publique
soit tenue. Les directives sur la procédure qui sont présentées cidessous exposent en détail la démarche qui sera suivie.
1. Le demandeur doit déposer la demande et en conserver une
copie dans ses dossiers, à des fins d’inspection publique pendant
les heures ouvrables normales, à son établissement situé à
l’adresse suivante : Susquehanna Energy Products, LLC, Attention: Jamie Miano, Operations Associate, 401 City Avenue,
Suite 220, Bala Cynwyd, PA 19004, U.S.A., (610) 617-2669 (téléphone), (610) 617-2910 (télécopieur). Une copie de la demande
peut également être consultée pendant les heures ouvrables normales dans la bibliothèque de l’Office, 444 Seventh Avenue SW,
Pièce 1002, Calgary (Alberta) T2P 0X8.
2. Les intéressés sont invités à faire part de leurs observations
en les déposant auprès du secrétaire de l’Office, au 444 Seventh
Avenue SW, Calgary (Alberta) T2P 0X8, (403) 292-5503 (télécopieur), et auprès du demandeur d’ici le 17 juillet 2006.
3. Conformément au paragraphe 119.06(2) de la Loi, l’Office
tient compte de tous les facteurs qu’il estime pertinents. Plus particulièrement, l’Office s’intéresse aux commentaires se rapportant :
a) aux conséquences de l’exportation sur les provinces autres
que la province exportatrice;
b) aux conséquences de l’exportation sur l’environnement;
c) au fait que le demandeur :
2. Submissions that any party wishes to present shall be filed
with the Secretary of the Board, 444 Seventh Avenue SW, Calgary, Alberta T2P 0X8, (403) 292-5503 (fax), and with the Applicant by July 17, 2006.
3. Pursuant to subsection 119.06(2) of the Act, the Board shall
have regard to all considerations that appear to it to be relevant. In
particular, the Board is interested in the views of submitters with
respect to
(a) the effect of the exportation of the electricity on provinces
other than that from which the electricity is to be exported;
(b) the impact of the exportation on the environment; and
Le 17 juin 2006
Gazette du Canada Partie I
(c) whether the Applicant has
(i) informed those who have declared an interest in buying
electricity for consumption in Canada of the quantities and
classes of service available for sale, and
(ii) given an opportunity to purchase electricity on terms and
conditions as favourable as the terms and conditions specified in the application to those who, within a reasonable time
of being so informed, demonstrate an intention to buy electricity for consumption in Canada.
4. Any answer to submissions that the Applicant wishes to present in response to items 2 an 3 of the notice of application and
directions on procedure shall be filed with the Secretary of the
Board and served on the party that filed the submission by August 1, 2006.
5. For further information on the procedures governing the
Board’s examination, contact Michel L. Mantha, Secretary, at
(403) 299-2714 (telephone) or (403) 292-5503 (fax).
1567
(i) a informé quiconque s’est montré intéressé par l’achat
d’électricité pour consommation au Canada des quantités et
des catégories de services offerts,
(ii) a donné la possibilité d’acheter de l’électricité à des
conditions aussi favorables que celles indiquées dans la demande à ceux qui, dans un délai raisonnable suivant la communication de ce fait, ont manifesté l’intention d’acheter de
l’électricité pour consommation au Canada.
MICHEL L. MANTHA
Secretary
4. Toute réponse que le demandeur désire présenter aux observations faites conformément aux points 2 et 3 de l’avis de demande et des directives sur la procédure doit être déposée auprès
du secrétaire de l’Office et être signifiée à la partie qui a déposé
les observations en question au plus tard le 1er août 2006.
5. Pour plus de renseignements au sujet de la procédure régissant l’examen mené par l’Office, prière de communiquer avec
Michel L. Mantha, secrétaire, au (403) 299-2714 (téléphone) ou
au (403) 292-5503 (télécopieur).
Le secrétaire
MICHEL L. MANTHA
[24-1-o]
[24-1-o]
(Erratum)
(Erratum)
PUBLIC SERVICE COMMISSION
COMMISSION DE LA FONCTION PUBLIQUE
PUBLIC SERVICE EMPLOYMENT ACT
LOI SUR L’EMPLOI DANS LA FONCTION PUBLIQUE
Permission granted
Permission accordée
Notice is hereby given that the May 27, 2006 edition of the
Canada Gazette, Part I, Vol. 140, No. 21, indicated on page 1307
that the Public Service Commission of Canada had granted on
May 12, 2006, permission to Mr. Patrick Mendes to allow him to
be a candidate in the City of Burlington municipal election. The
text should have read “City of Mississauga.”
Avis est par la présente donné que l’édition du 27 mai 2006 de
la Gazette du Canada, Partie I, vol. 140, no 21, faisait mention en
page 1307 que M. Patrick Mendes avait obtenu le 12 mai 2006
la permission de la Commission de la fonction publique du Canada de se porter candidat à l’élection municipale pour la ville de
Burlington. Il aurait plutôt fallu lire qu’il s’agissait de la ville de
Mississauga.
[24-1-o]
[24-1-o]
PUBLIC SERVICE COMMISSION
COMMISSION DE LA FONCTION PUBLIQUE
PUBLIC SERVICE EMPLOYMENT ACT
LOI SUR L’EMPLOI DANS LA FONCTION PUBLIQUE
Permission granted
Permission accordée
The Public Service Commission of Canada, pursuant to section 116 of the Public Service Employment Act, hereby gives notice that it has granted permission, pursuant to subsection 115(2)
of the said Act, to Mike Holdsworth, Passport Examiner (CR-05),
Passport Canada, Hamilton, Ontario, to allow him to be a candidate in the City of Burlington municipal election. This permission
is conditional on this employee taking a leave of absence without
pay if he is elected.
May 31, 2006
MARIA BARRADOS
President
La Commission de la fonction publique du Canada, en vertu de
l’article 116 de la Loi sur l’emploi dans la fonction publique,
donne avis par la présente qu’elle a accordé à Mike Holdsworth,
examinateur (CR-05), Passeport Canada, Hamilton (Ontario), la
permission, aux termes du paragraphe 115(2) de ladite loi, de se
porter candidat à l’élection municipale pour la ville de Burlington. L’octroi de cette permission est assujetti à la prise d’un congé
sans solde par le fonctionnaire s’il est élu.
Le 31 mai 2006
La présidente
MARIA BARRADOS
[24-1-o]
[24-1-o]
1568
Canada Gazette Part I
June 17, 2006
PUBLIC SERVICE COMMISSION
COMMISSION DE LA FONCTION PUBLIQUE
PUBLIC SERVICE EMPLOYMENT ACT
LOI SUR L’EMPLOI DANS LA FONCTION PUBLIQUE
Permission granted
Permission accordée
The Public Service Commission of Canada, pursuant to section 116 of the Public Service Employment Act, hereby gives
notice that it has granted permission, pursuant to subsection 114(4) of that Act, to Michael A. Walton, Manager, Resource
Conservation (PM-06), Parks Canada Agency, Whitehorse,
Yukon, to allow him to seek nomination as a candidate in a territorial election. Pursuant to subsection 114(7) of that Act, this
permission is conditional on the employee taking a leave of absence without pay effective at close of business two weeks prior
to the nomination meeting for his party for the Electoral District
of Whitehorse West.
The Public Service Commission of Canada, pursuant to subsection 114(5) of that Act, also grants a leave of absence without pay
during the election period effective close of business on the first
day of the election period to allow him to be a candidate during
this election.
June 2, 2006
MARIA BARRADOS
President
La Commission de la fonction publique du Canada, en vertu de
l’article 116 de la Loi sur l’emploi dans la fonction publique,
donne avis par la présente qu’elle a accordé à Michael A. Walton,
gestionnaire, Conservation des ressources (PM-06), Agence Parcs
Canada, Whitehorse (Yukon), la permission, aux termes du paragraphe 114(4) de ladite loi, de se porter candidat à une élection
territoriale. En vertu du paragraphe 114(7) de ladite loi, l’octroi
de cette permission est assujetti à la prise d’un congé sans solde
par le fonctionnaire à compter de la fermeture des bureaux deux
semaines avant la date prévue pour l’assemblée de mise en candidature de son parti pour la circonscription électorale de Whitehorse Ouest.
En vertu du paragraphe 114(5) de ladite loi, la Commission de
la fonction publique du Canada lui a aussi accordé pour la période
électorale un congé sans solde devant commencer à la fermeture
des bureaux le premier jour de la période électorale pour être candidat à cette élection.
Le 2 juin 2006
La présidente
MARIA BARRADOS
[24-1-o]
[24-1-o]
Le 17 juin 2006
Gazette du Canada Partie I
1569
MISCELLANEOUS NOTICES
AVIS DIVERS
AMERICAN MOTORISTS INSURANCE COMPANY
(SPECIALTY NATIONAL INSURANCE COMPANY)
AMERICAN MOTORISTS INSURANCE COMPANY
(COMPAGNIE D’ASSURANCE SPECIALTY NATIONAL)
RELEASE OF ASSETS
LIBÉRATION D’ACTIF
Notice is hereby given, pursuant to the provisions of section 651 of the Insurance Companies Act (Canada), that American Motorists Insurance Company, licensed to carry on business
in Canada under the name of a predecessor company, Specialty
National Insurance Company (“SNIC”), will cease to carry on
business in Canada on or about June 30, 2006, and intends to
make an application to the Superintendent of Financial Institutions for the release of assets in Canada on or about July 10, 2006.
Subject to receipt of regulatory approval, all of the policies in
Canada of SNIC will be transferred and assumed by Omega General Insurance Company on or about June 30, 2006. Any policyholder in Canada opposing the release of assets may file their
opposition with the Office of the Superintendent of Financial
Institutions, 255 Albert Street, Ottawa, Ontario K1A 0H2, on or
before July 10, 2006.
Toronto, May 27, 2006
AMERICAN MOTORISTS INSURANCE COMPANY
(SPECIALTY NATIONAL INSURANCE COMPANY)
Avis est par les présentes donné, conformément aux dispositions de l’article 651 de la Loi sur les sociétés d’assurances du
Canada, qu’American Motorists Insurance Company, autorisée à
faire affaires au Canada sous la dénomination d’une société
qu’elle a remplacée, Compagnie d’assurance Specialty National
(la « CASN »), cessera ses opérations au Canada vers le 30 juin
2006 et qu’elle entend demander au surintendant des institutions
financières de libérer son actif au Canada vers le 10 juillet 2006.
Sous réserve de l’autorisation des organismes de réglementation, toutes les polices de la CASN au Canada seront transférées à
Omega Compagnie d’Assurance Générale et prises en charge par
cette dernière vers le 30 juin 2006. Tout titulaire de police au
Canada qui s’oppose à la libération de l’actif peut déposer une
opposition auprès du Bureau du surintendant des institutions financières, 255, rue Albert, Ottawa (Ontario) K1A 0H2, au plus
tard le 10 juillet 2006.
Toronto, le 27 mai 2006
AMERICAN MOTORISTS INSURANCE COMPANY
(COMPAGNIE D’ASSURANCE SPECIALTY NATIONAL)
[21-4-o]
[21-4-o]
CANADIAN SLOVAK BENEFIT SOCIETY
CANADIAN SLOVAK BENEFIT SOCIETY
VOLUNTARY LIQUIDATION AND DISSOLUTION
LIQUIDATION ET DISSOLUTION VOLONTAIRES
Notice is hereby given, in accordance with section 570.07 of
the Insurance Companies Act, that the Minister of Finance (Canada) has approved the application of the Canadian Slovak Benefit
Society made pursuant to section 570.06 of the said Act for letters
patent dissolving the Canadian Slovak Benefit Society.
JOSEPH MAMROS
Secretary
Avis est par la présente donné, conformément à l’article 570.07
de la Loi sur les sociétés d’assurances, que le ministre des Finances (Canada) a approuvé la demande de la Canadian Slovak
Benefit Society faite conformément à l’article 570.06 de la Loi
pour les lettres patentes de dissolution concernant la dissolution
volontaire de la Canadian Slovak Benefit Society.
Welland, le 18 septembre 2005
Le secrétaire
JOSEPH MAMROS
[22-4-o]
[22-4-o]
Welland, September 18, 2005
CLUB SOCIAL HORS COUR INC.
CLUB SOCIAL HORS COUR INC.
SURRENDER OF CHARTER
ABANDON DE CHARTE
Notice is hereby given that CLUB SOCIAL HORS COUR
INC. intends to apply to the Minister of Industry for leave to surrender its charter, pursuant to the Canada Corporations Act.
RÉMON BOULERICE
President
Avis est par les présentes donné que CLUB SOCIAL HORS
COUR INC. demandera au ministre de l’Industrie la permission
d’abandonner sa charte en vertu de la Loi sur les corporations
canadiennes.
Le 17 juin 2006
Le président
RÉMON BOULERICE
[24-1-o]
[24-1-o]
June 17, 2006
1570
Canada Gazette Part I
June 17, 2006
CREDIT SUISSE FIRST BOSTON, NEW YORK BRANCH
CREDIT SUISSE FIRST BOSTON, SUCCURSALE DE
NEW YORK
DOCUMENT DEPOSITED
DÉPÔT DE DOCUMENT
Notice is hereby given, pursuant to section 105 of the Canada
Transportation Act, that on May 25, 2006, a copy of the following document was deposited in the Office of the Registrar General of Canada:
Payoff Instruction and Release dated as of May 24, 2006 (the
“Release”), by Credit Suisse, New York Branch (the “Agent”)
regarding the sale of certain Railcars and related Leases by
Trinity Rail Leasing Trust II (“TRLT-II”) to Trinity Rail Leasing V L.P. (“Trinity LP”), pursuant to the Purchase and Contribution Agreement, dated May 24, 2006, among TRLT-II,
TILC, and Trinity LP. The Release releases the Railcars and
Leases, as described in Schedule 1 and Schedule 2 to the Release, from any security interest or claim under the Warehouse
Loan Agreement dated June 27, 2002, among Trinity Industries
Leasing Company (“TILC”), TRLT-II, the Lenders party
thereto from time to time, and the Agent, as well as the related
Security Agreement dated as of June 27, 2002, between TRLTII and the Agent.
BLAKE, CASSELS & GRAYDON LLP
Barristers and Solicitors
Avis est par les présentes donné, conformément à l’article 105
de la Loi sur les transports au Canada, que le 25 mai 2006 un
exemplaire du document suivant a été déposé au Bureau du registraire général du Canada :
Instruction de paiement et quittance en date du 24 mai 2006 (la
« quittance ») par la Credit Suisse, succursale de New York (le
« représentant »), concernant la vente par la Trinity Rail Leasing Trust II (la « TRLT-II ») à la Trinity Rail Leasing V L.P.
(la « Trinity LP ») d’automotrices et de baux connexes aux
termes de la convention d’achat et d’apport datée du 24 mai
2006 entre la TRLT-II, la TILC et la Trinity LP. La quittance
vise les automotrices et les baux décrits à l’annexe 1 et à
l’annexe 2 de la quittance, qui sont libérés de toute sûreté ou
réclamation aux termes de la convention de prêt Warehouse en
date du 27 juin 2002 entre la Trinity Industries Leasing Company (la « TILC »), la TRLT-II, les prêteurs parties à celle-ci
au moment en question et le représentant, ainsi que de la
convention de sûreté connexe en date du 27 juin 2002 entre la
TRLT-II et le représentant.
Le 31 mai 2006
Les avocats
BLAKE, CASSELS & GRAYDON s.r.l.
[24-1-o]
[24-1-o]
May 31, 2006
THE FIFTH THIRD LEASING COMPANY
THE FIFTH THIRD LEASING COMPANY
DOCUMENTS DEPOSITED
DÉPÔT DE DOCUMENTS
Notice is hereby given, pursuant to section 105 of the Canada
Transportation Act, that on June 9, 2006, the following documents were deposited in the Office of the Registrar General of
Canada:
Two Memoranda of Assignment dated as of May 26, 2006, between Banc of America Capital & Leasing, LLC and The Fifth
Third Leasing Company.
June 9, 2006
MCCARTHY TÉTRAULT LLP
Solicitors
Avis est par les présentes donné, conformément à l’article 105
de la Loi sur les transports au Canada, que le 9 juin 2006 les
documents suivants ont été déposés au Bureau du registraire général du Canada :
Deux résumés de la convention de cession en date du 26 mai
2006 entre la Banc of America Capital & Leasing, LLC et The
Fifth Third Leasing Company.
Le 9 juin 2006
Les conseillers juridiques
MCCARTHY TÉTRAULT s.r.l.
[24-1-o]
[24-1-o]
FIRST UNION RAIL CORPORATION
FIRST UNION RAIL CORPORATION
DOCUMENT DEPOSITED
DÉPÔT DE DOCUMENT
Notice is hereby given, pursuant to section 105 of the Canada
Transportation Act, that on May 12, 2006, the following document
was deposited in the Office of the Registrar General of Canada:
Memorandum of Termination of Equipment Lease Agreement,
Lease Supplement No. 1, and Security Interest dated as of
March 20, 2001, between First Union Rail Corporation, as Lessor, and Desticon Transportation, Inc., as Lessee.
SUSAN A. BARRIE
Regional Vice-President—Sales
Avis est par les présentes donné, conformément à l’article 105
de la Loi sur les transports au Canada, que le 12 mai 2006 le
document suivant a été déposé au Bureau du registraire général
du Canada :
Résumé de résiliation du contrat de location d’équipement,
premier supplément au contrat de location et contrat de sûreté
en date du 20 mars 2001 entre la First Union Rail Corporation,
en qualité de bailleur, et la Desticon Transportation, Inc., en
qualité de preneur à bail.
Le 9 juin 2006
La vice-présidente régionale des ventes
SUSAN A. BARRIE
[24-1-o]
[24-1-o]
June 9, 2006
Le 17 juin 2006
Gazette du Canada Partie I
1571
GENERAL AMERICAN RAILCAR CORPORATION II
GENERAL AMERICAN RAILCAR CORPORATION II
DOCUMENTS DEPOSITED
DÉPÔT DE DOCUMENTS
Notice is hereby given, pursuant to section 105 of the Canada
Transportation Act, that on June 8, 2006, the following documents were deposited in the Office of the Registrar General of
Canada:
1. Lease Supplement No. 9 (GARC II 98-A) dated as of
April 26, 2006, between GARC II 98-A Railcar Trust and General American Railcar Corporation II;
2. Trust Indenture Supplement No. 9 (GARC II Trust
No. 98-A) dated April 26, 2006, between GARC II 98-A Railcar Trust and U.S. Bank National Association; and
3. Bill of Sale and Partial Release dated April 26, 2006, between GARC II 98-A Railcar Trust and U.S. Bank, National
Association.
June 8, 2006
MCCARTHY TÉTRAULT LLP
Solicitors
Avis est par les présentes donné, conformément à l’article 105
de la Loi sur les transports au Canada, que le 8 juin 2006 les
documents suivants ont été déposés au Bureau du registraire général du Canada :
1. Neuvième supplément au contrat de location (GARC II 98-A)
en date du 26 avril 2006 entre la GARC II 98-A Railcar Trust
et la General American Railcar Corporation II;
2. Neuvième supplément au contrat de fiducie (GARC II Trust
No. 98-A) en date du 26 avril 2006 entre la GARC II 98-A
Railcar Trust et la U.S. Bank National Association;
3. Acte de vente et mainlevée partielle en date du 26 avril 2006
entre la GARC II 98-A Railcar Trust et la U.S. Bank, National
Association.
Le 8 juin 2006
Les conseillers juridiques
MCCARTHY TÉTRAULT s.r.l.
[24-1-o]
[24-1-o]
HIGHLANDS INSURANCE COMPANY IN
RECEIVERSHIP
HIGHLANDS INSURANCE COMPANY IN
RECEIVERSHIP
RELEASE OF ASSETS
LIBÉRATION D’ACTIF
Notice is hereby given, pursuant to section 651 of the Insurance Companies Act (Canada), that Highlands Insurance Company in Receivership (“Highlands”) intends to apply to the Superintendent of Financial Institutions for the release of its assets in
Canada on or after July 22, 2006. Highlands has discharged or
provided for the discharge of all its liabilities in Canada.
Any policyholder in Canada who opposes the release of the
assets should file such opposition with the Superintendent of Financial Institutions, 255 Albert Street, Ottawa, Ontario K1A 0H2,
on or before July 22, 2006.
Toronto, June 1, 2006
ROBERT W. MCDOWELL
Chief Agent for Canada
Avis est par les présentes donné que, aux termes de l’article 651 de la Loi sur les sociétés d’assurances (Canada), Highlands Insurance Company in Receivership (« Highlands ») a l’intention de présenter une demande au surintendant des institutions
financières relativement à la libération de son actif au Canada le
22 juillet 2006 ou après cette date. Highlands a acquitté ou a prévu
l’acquittement de tous ses engagements au Canada.
Tout titulaire de police au Canada qui s’oppose à la libération
de l’actif doit déposer son opposition auprès du Surintendant des
institutions financières, 255, rue Albert, Ottawa (Ontario) K1A
0H2, au plus tard le 22 juillet 2006.
Toronto, le 1er juin 2006
L’agent principal pour le Canada
ROBERT W. MCDOWELL
[23-4-o]
[23-4-o]
JOHN ALDEN LIFE INSURANCE COMPANY
LA COMPAGNIE D’ASSURANCE-VIE JOHN ALDEN
RELEASE OF ASSETS
LIBÉRATION D’ACTIF
Notice is hereby given, pursuant to the provisions of section 651 of the Insurance Companies Act (Canada), that John
Alden Life Insurance Company (“John Alden”) has ceased to
carry on business in Canada and intends to make an application to
the Superintendent of Financial Institutions for the release of assets in Canada on or about July 31, 2006.
All of the policies in Canada of John Alden have been assumed
by Assurant Life of Canada. Any policyholder in Canada opposing the release of assets may file their opposition with the Office
of the Superintendent of Financial Institutions, 255 Albert Street,
Ottawa, Ontario K1A 0H2, on or before July 31, 2006.
Toronto, June 17, 2006
JOHN ALDEN LIFE INSURANCE COMPANY
Avis est par les présentes donné, conformément aux dispositions de l’article 651 de la Loi sur les sociétés d’assurances du
Canada, que La Compagnie D’Assurance-Vie John Alden (« John
Alden ») a mis fin à ses opérations au Canada et qu’elle entend
demander au surintendant des institutions financières de libérer
son actif au Canada vers le 31 juillet 2006.
Toutes les polices de John Alden au Canada ont été prises en
charge par Assurant vie du Canada. Les souscripteurs au Canada
qui s’opposent à la libération de l’actif peuvent faire acte d’opposition auprès du Bureau du surintendant des institutions financières, 255, rue Albert, Ottawa (Ontario) K1A 0H2, au plus tard
le 31 juillet 2006.
Toronto, le 17 juin 2006
LA COMPAGNIE D’ASSURANCE-VIE JOHN ALDEN
[24-4-o]
[24-4-o]
1572
Canada Gazette Part I
June 17, 2006
KOPPERS INC.
KOPPERS INC.
DOCUMENT DEPOSITED
DÉPÔT DE DOCUMENT
Notice is hereby given, pursuant to section 105 of the Canada
Transportation Act, that on June 9, 2006, the following document
was deposited in the Office of the Registrar General of Canada:
Memorandum of Railcar Equipment Mortgage and Security
Agreement dated as of April 28, 2006, between Koppers Inc.
and PNC Bank, National Association.
MCCARTHY TÉTRAULT LLP
Solicitors
Avis est par les présentes donné, conformément à l’article 105
de la Loi sur les transports au Canada, que le 9 juin 2006 le
document suivant a été déposé au Bureau du registraire général
du Canada :
Résumé du contrat de location d’équipement ferroviaire
d’hypothèque et de sûreté en date du 28 avril 2006 entre la
Koppers Inc. et la PNC Bank, National Association.
Le 9 juin 2006
Les conseillers juridiques
MCCARTHY TÉTRAULT s.r.l.
[24-1-o]
[24-1-o]
June 9, 2006
NRG TEXAS LP
NRG TEXAS LP
DOCUMENT DEPOSITED
DÉPÔT DE DOCUMENT
Notice is hereby given, pursuant to section 105 of the Canada
Transportation Act, that on June 8, 2006, the following document
was deposited in the Office of the Registrar General of Canada:
Memorandum of Lease dated as of June 8, 2006, between 2006
Texas Genco Railcar Trust I acting through U.S. Bank Trust
National Association and NRG Texas LP.
MCCARTHY TÉTRAULT LLP
Solicitors
Avis est par les présentes donné, conformément à l’article 105
de la Loi sur les transports au Canada, que le 8 juin 2006 le
document suivant a été déposé au Bureau du registraire général
du Canada :
Résumé du contrat de location en date du 8 juin 2006 entre la
2006 Texas Genco Railcar Trust I qui agit au nom de la U.S.
Bank Trust National Association et la NRG Texas LP.
Le 8 juin 2006
Les conseillers juridiques
MCCARTHY TÉTRAULT s.r.l.
[24-1-o]
[24-1-o]
June 8, 2006
PAUL-EMILE BOURQUE
PAUL-EMILE BOURQUE
PLANS DEPOSITED
DÉPÔT DE PLANS
Paul-Emile Bourque hereby gives notice that an application has
been made to the Minister of Transport under the Navigable Waters Protection Act for approval of the plans and site of the work
described herein. Under section 9 of the said Act, Paul-Emile
Bourque has deposited with the Minister of Transport and in the
office of the District Registrar of the Land Registry District of
Kent, at Richibucto, New Brunswick, under deposit No. 21115945,
a description of the site and plans of the mollusc culture in suspension in Cocagne Harbour, on lease No. MS-0417.
Comments regarding the effect of this work on marine navigation may be directed to the Superintendent, Navigable Waters
Protection Program, Transport Canada, P.O. Box 1013, Dartmouth, Nova Scotia B2Y 4K2. However, comments will be considered only if they are in writing and are received not later than
30 days after the date of publication of this notice. Although all
comments conforming to the above will be considered, no individual response will be sent.
Moncton, October 19, 2005
P. BOURQUE
Paul-Emile Bourque donne avis, par les présentes, qu’une demande a été déposée auprès du ministre des Transports, en vertu
de la Loi sur la protection des eaux navigables, pour l’approbation des plans et de l’emplacement de l’ouvrage décrit ci-après.
Paul-Emile Bourque a, en vertu de l’article 9 de ladite loi, déposé
auprès du ministre des Transports et au bureau de la publicité
des droits du district d’enregistrement de Kent, à Richibucto
(Nouveau-Brunswick), sous le numéro de dépôt 21115945, une
description de l’emplacement et les plans de la culture de mollusques en suspension dans le havre de Cocagne, sur le bail
no MS-0417.
Les commentaires relatifs à l’effet de l’ouvrage sur la navigation maritime peuvent être adressés au Surintendant, Programme
de protection des eaux navigables, Transports Canada, Case postale 1013, Dartmouth (Nouvelle-Écosse) B2Y 4K2. Veuillez noter
que seuls les commentaires faits par écrit et reçus au plus tard
30 jours suivant la date de publication de cet avis seront considérés. Même si tous les commentaires répondant à ces exigences
seront considérés, aucune réponse individuelle ne sera envoyée.
Moncton, le 19 octobre 2005
P. BOURQUE
[24-1-o]
[24-1-o]
Le 17 juin 2006
Gazette du Canada Partie I
1573
S2S TRANSPORTATION GROUP
S2S TRANSPORTATION GROUP
PLANS DEPOSITED
DÉPÔT DE PLANS
The S2S Transportation Group hereby gives notice that an application has been made to the Minister of Transport under the
Navigable Waters Protection Act for approval of the plans and
site of the work described herein. Under section 9 of the said Act,
the S2S Transportation Group has deposited with the Minister of
Transport and in the office of the District Registrar of the Land
Registry District at 88 6th Street, New Westminster, British Columbia, on May 23, 2006, a description of the site and plans for
the twinning of the following bridges on Highway 99 over their
respective body of water:
• Britannia Creek Bridge, drawing No. 1268-102 (Land Registry Office reference No. BA009602); and
• Mamquam River Bridge, drawing No. 1029-SB-103 (Land
Registry Office reference No. BA009601).
J. ANDREW ALLAN
Environmental Manager
Le S2S Transportation Group donne avis, par les présentes,
qu’une demande a été déposée auprès du ministre des Transports,
en vertu de la Loi sur la protection des eaux navigables, pour
l’approbation des plans et de l’emplacement de l’ouvrage décrit
ci-après. Le S2S Transportation Group a, en vertu de l’article 9 de
ladite loi, déposé auprès du ministre des Transports et au bureau
de la publicité des droits du district d’enregistrement situé au
88 6th Street, New Westminster (Colombie-Britannique), le
23 mai 2006, une description de l’emplacement et les plans de
l’élargissement à quatre voies des ponts suivants, sur la route 99,
qui enjambent les cours d’eau portant le même nom :
• pont Britannia Creek, dessin no 1268-102 (numéro de référence du bureau d’enregistrement BA009602);
• pont Mamquam River, dessin no 1029-SB-103 (numéro de
référence du bureau d’enregistrement BA009601).
Les commentaires relatifs à l’effet de l’ouvrage sur la navigation maritime peuvent être adressés au Surintendant, Programme
de protection des eaux navigables, Transports Canada, 800, rue
Burrard, Bureau 620, Vancouver (Colombie-Britannique) V6Z
2J8. Veuillez noter que seuls les commentaires faits par écrit et
reçus au plus tard 30 jours suivant la date de publication de cet
avis seront considérés. Même si tous les commentaires répondant
à ces exigences seront considérés, aucune réponse individuelle ne
sera envoyée.
Vancouver, le 2 juin 2006
Le gestionnaire de l’environnement
J. ANDREW ALLAN
[24-1-o]
[24-1]
Comments regarding the effect of this work on marine navigation may be directed to the Superintendent, Navigable Waters
Protection Program, Transport Canada, 800 Burrard Street,
Suite 620, Vancouver, British Columbia V6Z 2J8. However, comments will be considered only if they are in writing and are received not later than 30 days after the date of publication of this
notice. Although all comments conforming to the above will be
considered, no individual response will be sent.
Vancouver, June 2, 2006
TRINITY INDUSTRIES LEASING COMPANY
TRINITY INDUSTRIES LEASING COMPANY
DOCUMENTS DEPOSITED
DÉPÔT DE DOCUMENTS
Notice is hereby given, pursuant to section 105 of the Canada
Transportation Act, that on June 9, 2006, the following documents were deposited in the Office of the Registrar General of
Canada:
1. Memorandum of Assignment and Assumption Agreement
dated June 9, 2006, between Trinity North American Freight
Car, Inc. and TLP Rail Trust I;
2. Memorandum of Assignment and Assumption Agreement
dated June 9, 2006, between Trinity Tank Car, Inc. and TLP
Rail Trust I; and
3. Memorandum of Lease dated June 9, 2006, by Trinity North
American Freight Car, Inc.
June 9, 2006
MCCARTHY TÉTRAULT LLP
Solicitors
Avis est par les présentes donné, conformément à l’article 105
de la Loi sur les transports au Canada, que le 9 juin 2006 les
documents suivants ont été déposés au Bureau du registraire général du Canada :
1. Résumé de la convention de cession et de prise en charge en
date du 9 juin 2006 entre la Trinity North American Freight
Car, Inc. et la TLP Rail Trust I;
2. Résumé de la convention de cession et de prise en charge en
date du 9 juin 2006 entre la Trinity Tank Car, Inc. et la TLP
Rail Trust I;
3. Résumé du contrat de location en date du 9 juin 2006 entre
la Trinity North American Freight Car, Inc.
Le 9 juin 2006
Les conseillers juridiques
MCCARTHY TÉTRAULT s.r.l.
[24-1-o]
[24-1-o]
TRINITY RAIL LEASING TRUST II
TRINITY RAIL LEASING TRUST II
DOCUMENTS DEPOSITED
DÉPÔT DE DOCUMENTS
Notice is hereby given, pursuant to section 105 of the Canada
Transportation Act, that on May 24, 2006, copies of each of the
following documents were deposited in the Office of the Registrar
General of Canada:
Avis est par les présentes donné, conformément à l’article 105
de la Loi sur les transports au Canada, que le 24 mai 2006 des
exemplaires de chacun des documents suivants ont été déposés au
Bureau du registraire général du Canada :
1574
Canada Gazette Part I
(a) Bill of Sale (the “Bill of Sale”) dated as of May 23, 2006,
pursuant to which Trinity Industries Leasing Company
(“TILC”), for good and valuable consideration given by Trinity
Rail Leasing Trust II (the “Company”), (i) granted, bargained,
sold, transferred, assigned and set over unto the Company and
its successors and assigns all right, title, and interest of TILC,
in and to the Railcars set forth on Exhibit A to the Bill of Sale
and any Leases related thereto set forth on Exhibit B to the Bill
of Sale; and (ii) assigned all of its right, title and interest in and
to all warranties or representations made or given to TILC with
respect to the Railcars by the manufacturer thereof;
(b) Memorandum of Security Agreement dated as of May 23,
2006 (the “Memorandum”), between Trinity Rail Leasing
Trust II (the “Borrower” in such Memorandum) and Credit
Suisse First Boston, New York Branch, as Agent for the Secured Parties (as defined in the Security Agreement, as defined
below). The Memorandum describes the Security Agreement
between the Borrower and the Agent dated as of June 27, 2002
(such security agreement, as it may be amended, modified, or
supplemented from time to time, the “Security Agreement”),
by which the Borrower has granted a security interest to the
Agent for the ratable benefit of the Secured Parties (as defined
in the Security Agreement) in all assets of the Borrower, including without limitation, certain railroad equipment described on and bearing reporting marks and road numbers as
provided on Exhibit A to the Memorandum and certain leases
relating to such Railcars as described on Exhibit B to the
Memorandum whether now owned or hereafter arising or
acquired;
(c) Memorandum of Security Agreement dated as of May 18,
2006 (the “Memorandum”), between Trinity Rail Leasing
Trust II (the “Borrower” in such Memorandum) and Credit
Suisse First Boston, New York Branch, as Agent for the Secured Parties (as defined in the Security Agreement, as defined
below). The Memorandum describes the Security Agreement
between the Borrower and the Agent dated as of June 27, 2002
(such security agreement, as it may be amended, modified, or
supplemented from time to time, the “Security Agreement”),
by which the Borrower has granted a security interest to the
Agent for the ratable benefit of the Secured Parties (as defined
in the Security Agreement) in all assets of the Borrower, including without limitation, certain railroad equipment described on and bearing reporting marks and road numbers as
provided on Exhibit A to the Memorandum (the “Railcars”)
and certain leases relating to such Railcars as described on Exhibit B to the Memorandum (the “Leases”), whether now
owned or hereafter arising or acquired;
(d) Bill of Sale and Assignment and Assumption Agreement
(the “Bill of Sale”) dated as of May 18, 2006, pursuant to
which Trinity Industries Leasing Company (“TILC”), for good
and valuable consideration given by Trinity Rail Leasing
Trust II (the “Company” in such Bill of Sale) under the Asset
Contribution and Purchase Agreement dated as of June 27,
2002, as amended and restated by and between TILC and the
Company at or before the execution and delivery of these presents, (i) granted, bargained, sold, transferred, assigned and set
over unto the Company and its successors and assigns all right,
title, and interest of TILC, in and to the Railcars set forth on
Exhibit A to the Bill of Sale, and any Leases related thereto as
set forth on Exhibit B to the Bill of Sale; and (ii) assigned all of
its right, title and interest in and to all warranties or representations made or given to TILC with respect to the Railcars by the
manufacturer thereof;
(e) Bill of Sale (the “Bill of Sale”) dated as of May 24, 2006,
pursuant to which Trinity Rail Leasing Trust II (the “Seller,” as
defined in the Bill of Sale), for good and valuable consideration
June 17, 2006
a) Acte de vente (l’« acte de vente ») daté du 23 mai 2006
aux termes duquel la Trinity Industries Leasing Company
(la « TILC »), moyennant une contrepartie de valeur fournie
par la Trinity Rail Leasing Trust II (la « Société »), (i) a accordé, vendu, transféré, cédé et transporté à la Société et à ses successeurs et ayants droit ou ayants cause et négocié avec ceux-ci
tous les droits, titres et intérêts de la TILC à l’égard des automotrices décrites dans la pièce A de l’acte de vente et des baux
s’y rapportant décrits dans la pièce B de l’acte de vente, et (ii) a
cédé tous ses droits, titres et intérêts à l’égard des garanties
données ou des déclarations faites à la TILC relativement aux
automotrices par leur fabricant;
b) Protocole d’entente relatif à une sûreté daté du 23 mai 2006
(le « protocole »), intervenu entre la Trinity Rail Leasing
Trust II (l’« emprunteur » dans ce protocole) et la Credit Suisse
First Boston, succursale de New York, en qualité de représentant des titulaires de la sûreté (au sens où l’entend la convention de sûreté, définie ci-dessous); le protocole décrit la
convention de sûreté intervenue entre l’emprunteur et le représentant en date du 27 juin 2002 (cette convention de sûreté, en
sa version étoffée ou autrement modifiée à l’occasion, étant appelée aux présentes la « convention de sûreté »), aux termes de
laquelle l’emprunteur a accordé au représentant, au profit proportionnel des titulaires de la sûreté (au sens où l’entend la
convention de sûreté), une sûreté sur tous les actifs de l’emprunteur, notamment sur le matériel ferroviaire décrit dans la
pièce A du protocole et portant les marques de wagon et les
matricules-machines qui y sont décrits et certains baux relatifs
à ces automotrices décrits dans la pièce B du protocole, que
leur propriété soit actuelle ou qu’elle naisse ou soit acquise par
la suite;
c) Protocole d’entente relatif à une sûreté daté du 18 mai 2006
(le « protocole »), intervenu entre la Trinity Rail Leasing
Trust II (l’« emprunteur » dans ce protocole) et la Credit Suisse
First Boston, succursale de New York, en qualité de représentant des titulaires de la sûreté (au sens où l’entend la
convention de sûreté, définie ci-dessous); le protocole décrit la
convention de sûreté intervenue entre l’emprunteur et le représentant en date du 27 juin 2002 (cette convention de sûreté, en
sa version étoffée ou autrement modifiée à l’occasion, étant appelée aux présentes la « convention de sûreté ») aux termes de
laquelle l’emprunteur a accordé au représentant, au profit proportionnel des titulaires de la sûreté (au sens où l’entend la
convention de sûreté), une sûreté sur tous les actifs de l’emprunteur, notamment sur le matériel ferroviaire décrit dans la
pièce A du protocole et portant les marques de wagon et les
matricules-machines qui y sont décrits (les « automotrices ») et
certains baux relatifs à ces automotrices décrits dans la pièce B
du protocole (les « baux »), que leur propriété soit actuelle ou
qu’elle naisse ou soit acquise par la suite;
d) Acte de vente et convention de cession et de prise en charge
(l’« acte de vente ») datés du 18 mai 2006 aux termes desquels
la Trinity Industries Leasing Company (la « TILC »), moyennant une contrepartie de valeur fournie par la Trinity Rail Leasing Trust II (la « Société » dans cet acte de vente) aux termes
du contrat d’apport d’actif et d’achat en date du 27 juin 2002,
en sa version modifiée et mise à jour par la TILC et la Société
au plus tard à la signature et à la remise des présentes, (i) a accordé, vendu, transféré, cédé et transporté à la Société et à ses
successeurs et ayants droit ou ayants cause et négocié avec
ceux-ci tous les droits, titres et intérêts de la TILC à l’égard des
automotrices décrites dans la pièce A de l’acte de vente, et les
baux s’y rapportant décrits dans la pièce B de l’acte de vente, et
(ii) a cédé tous ses droits, titres et intérêts à l’égard des garanties données ou des déclarations faites à la TILC relativement
aux automotrices par leur fabricant;
Le 17 juin 2006
Gazette du Canada Partie I
1575
BLAKE, CASSELS & GRAYDON LLP
Barristers and Solicitors
e) Acte de vente (l’« acte de vente ») daté du 24 mai 2006 aux
termes duquel la Trinity Rail Leasing Trust II (le « vendeur »
dans cet acte de vente), moyennant une contrepartie de valeur
fournie par la Trinity Rail Leasing V L.P. (l’« acheteur » dans
cet acte de vente), (i) a accordé, vendu, transféré, cédé et transporté à l’acheteur et à ses successeurs et ayants droit ou ayants
cause et négocié avec ceux-ci tous les droits, titres et intérêts
du vendeur à l’égard des automotrices décrites à l’annexe I de
l’acte de vente et tous les remplacements de celles-ci, ainsi que
les articles A à E énumérés dans l’acte de vente, et (ii) a cédé
tous ses droits, titres et intérêts à l’égard des garanties données
ou des déclarations faites au vendeur relativement aux automotrices par leur fabricant;
f) Convention de cession et de prise en charge datée du 24 mai
2006 (la « cession et prise en charge ») intervenue aux termes
du contrat d’apport d’actif et d’achat daté du 24 mai 2006
entre la Trinity Rail Leasing Trust II (le « cédant »), la Trinity
Industries Leasing Company et la Trinity Rail Leasing V L.P.
(la « société en commandite »), aux termes de laquelle le cédant, en contrepartie de la somme de dix dollars (10,00 $) et
moyennant une autre contrepartie de valeur, a transféré, cédé et
transporté par ailleurs et accordé à la société en commandite, et
celle-ci a acquis du cédant et pris en charge tous les droits, titres et intérêts du cédant à l’égard des baux décrits à l’annexe I
de la cession et prise en charge ainsi que tous les revenus et
produits de ceux-ci et toutes les obligations du cédant naissant
à compter de la date de la cession et prise en charge;
g) Protocole relatif à un acte de fiducie daté du 24 mai 2006,
intervenu entre la Trinity Rail Leasing V L.P. (l’« émetteur »)
et la Wilmington Trust Company, en qualité de fiduciaire désigné par l’acte de fiducie et non à titre personnel (le « fiduciaire
désigné par l’acte de fiducie »), relativement à l’acte de fiducie
principal daté du 24 mai 2006 entre l’émetteur et le fiduciaire
désigné par l’acte de fiducie.
Le 31 mai 2006
Les avocats
BLAKE, CASSELS & GRAYDON s.r.l.
[24-1-o]
[24-1-o]
given by Trinity Rail Leasing V L.P. (the “Buyer,” as defined
in the Bill of Sale), (i) granted, bargained, sold, transferred, assigned and set over unto the Buyer and its successors and assigns all right, title, and interest of the Seller, in and to the
Railcars set forth on Schedule I to the Bill of Sale and any and
all substitutions and replacements thereof, together with items
A through E listed on the Bill of Sale; and (ii) assigned all of
its right, title and interest in and to all warranties or representations made or given to the Seller with respect to the Railcars by
the manufacturer thereof;
(f) Assignment and Assumption Agreement dated as of
May 24, 2006 (the “Assignment and Assumption”), made
under the Purchase and Contribution Agreement, dated
May 24, 2006, by and among Trinity Rail Leasing Trust II (the
“Assignor”), Trinity Industries Leasing Company, and Trinity
Rail Leasing V L.P. (the “Limited Partnership”), pursuant to
which the Assignor, in consideration of the sum of ten dollars
($10.00) and for other good and valuable consideration, transferred, assigned and otherwise conveyed and granted to the
Limited Partnership, and the Limited Partnership acquired and
assumed from the Assignor, all the Assignor’s right, title and
interest in and to the Leases set forth in Schedule I to the Assignment and Assumption, and any and all income and
proceeds thereof and any and all obligations of the Assignor
thereunder arising on and after the date of the Assignment and
Assumption; and
(g) Memorandum of Master Indenture dated as of May 24,
2006, between Trinity Rail Leasing V L.P. (the “Issuer”) and
Wilmington Trust Company, not in its individual capacity but
solely as Indenture Trustee (“Indenture Trustee”), respecting
the Master Indenture, dated as of May 24, 2006, between Issuer
and Indenture Trustee.
May 31, 2006
UNION SECURITY INSURANCE COMPANY
(FORTIS BENEFITS INSURANCE COMPANY)
UNION SECURITY INSURANCE COMPANY
(FORTIS BENEFITS, COMPAGNIE D’ASSURANCE)
RELEASE OF ASSETS
LIBÉRATION D’ACTIF
Notice is hereby given, pursuant to the provisions of section 651 of the Insurance Companies Act (Canada), that Union
Security Insurance Company, licensed to carry on business in
Canada under the name of Fortis Benefits Insurance Company
(“Fortis”), has ceased to carry on business in Canada and intends
to make an application to the Superintendent of Financial Institutions for the release of assets in Canada on or about July 31, 2006.
Toronto, June 17, 2006
UNION SECURITY INSURANCE COMPANY
(FORTIS BENEFITS INSURANCE COMPANY)
Avis est par les présentes donné, conformément aux dispositions de l’article 651 de la Loi sur les sociétés d’assurances du
Canada, que Union Security Insurance Company, autorisée à faire
affaires au Canada sous la dénomination de Fortis Benefits, Compagnie d’Assurance (« Fortis »), a mis fin à ses opérations au
Canada et qu’elle entend demander au surintendant des institutions financières de libérer son actif au Canada vers le 31 juillet
2006.
Toutes les polices de Fortis au Canada ont été prises en charge
par Assurant vie du Canada. Les souscripteurs au Canada qui
s’opposent à la libération de l’actif peuvent faire acte d’opposition auprès du Bureau du surintendant des institutions financières, 255, rue Albert, Ottawa (Ontario) K1A 0H2, au plus tard le
31 juillet 2006.
Toronto, le 17 juin 2006
UNION SECURITY INSURANCE COMPANY
(FORTIS BENEFITS, COMPAGNIE D’ASSURANCE)
[24-4-o]
[24-4-o]
All of the policies in Canada of Fortis have been assumed by
Assurant Life of Canada. Any policyholder in Canada opposing
the release of assets may file their opposition with the Office of
the Superintendent of Financial Institutions, 255 Albert Street,
Ottawa, Ontario K1A 0H2, on or before July 31, 2006.
1576
Canada Gazette Part I
June 17, 2006
2WHEELS 1WORLD
2WHEELS 1WORLD
RELOCATION OF HEAD OFFICE
CHANGEMENT DE LIEU DU SIÈGE SOCIAL
Notice is hereby given that 2Wheels 1World has changed the
location of its head office to the city of Courtenay, province of
British Columbia.
May 28, 2006
RYAN PARTON
President
Avis est par les présentes donné que 2Wheels 1World a changé
le lieu de son siège social qui est maintenant situé à Courtenay,
province de la Colombie-Britannique.
Le 28 mai 2006
Le président
RYAN PARTON
[24-1-o]
[24-1-o]
Le 17 juin 2006
Gazette du Canada Partie I
1577
ORDERS IN COUNCIL
DÉCRETS EN CONSEIL
DEPARTMENT OF CANADIAN HERITAGE
MINISTÈRE DU PATRIMOINE CANADIEN
Order issuing a direction to the CRTC to examine the future
environment facing the broadcasting system
Décret demandant au CRTC d’examiner l’environnement futur du
système de radiodiffusion
P.C. 2006-519
C.P. 2006-519
June 8, 2006
Le 8 juin 2006
Whereas the evolution of audio-visual technologies is profoundly changing how Canadians communicate, express themselves and interact with various media bringing with it important
economic and social implications and leading to a new communications and media environment;
Attendu que l’évolution des technologies audiovisuelles change
de manière importante la façon dont les Canadiens communiquent
entre eux, s’expriment et interagissent avec les différents médias,
ce qui a des conséquences importantes sur les plans économique
et social et a donné lieu à l’apparition d’un nouveau milieu où
évoluent les communications et les médias;
Whereas the Canadian broadcasting system, primarily through
its broadcast of English and French language programming services and programs, must meet the diverse needs of Canadian
men, women and children of all cultures;
Attendu que le système canadien de radiodiffusion doit, principalement par la radiodiffusion de ses services de programmation
et émissions en français et en anglais, répondre aux besoins très
variés des Canadiens — hommes, femmes et enfants — de toutes
les cultures;
Whereas the Government is of the view that the Canadian
broadcasting system, using various audio-visual technologies,
must remain relevant in a global digital environment and that
Canada should continue to play a leading role in the development
and usage of world class communications technologies;
Attendu que le gouvernement est d’avis que le système canadien de radiodiffusion, lequel utilise différentes technologies audiovisuelles, doit demeurer d’actualité dans le milieu numérique
mondial et que le Canada devrait continuer à jouer un rôle de
premier plan dans l’élaboration et l’utilisation des technologies de
communication de calibre mondial;
Whereas the Government seeks to foster Canadian cultural
choices by ensuring that Canadian content is available and accessible to Canadians, reflecting the rich diversity of this country;
Attendu que le gouvernement entend favoriser les choix culturels des Canadiens en veillant à ce qu’un contenu canadien leur
soit disponible et accessible, et à ce que ce contenu reflète la riche
diversité du pays;
Whereas Canadians seek a broad access to local, regional, national and international information and programming;
Attendu que les Canadiens veulent accéder à une vaste gamme
d’informations et de programmes locaux, régionaux, nationaux et
internationaux;
Whereas the Government favours a smart regulatory approach
that ensures effective and efficient regulation focussed on results
for Canadians;
Attendu que le gouvernement préconise une démarche réglementaire intelligente qui soit efficace et efficiente et axée sur les
résultats pour la population canadienne;
Whereas the Canadian Radio-television and Telecommunications Commission (hereinafter referred to as “the Commission”)
is responsible for regulating and supervising all aspects of the
Canadian broadcasting system with a view to implementing the
broadcasting policy for Canada;
Attendu que le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (ci-après « le Conseil ») est chargé de la
réglementation et de la surveillance de tous les aspects du système canadien de radiodiffusion en vue de mettre en œuvre la
politique canadienne de radiodiffusion;
Whereas paragraph 3(1)(b) of the Broadcasting Act (hereinafter
referred to as “the Act”) provides that the Canadian broadcasting
system comprises public, private and community elements;
Attendu que, aux termes de l’alinéa 3(1)b) de la Loi sur la radiodiffusion (ci-après « la Loi »), le système canadien de radiodiffusion est composé d’éléments publics, privés et communautaires;
Whereas paragraph 3(1)(c) of the Act provides that English and
French language broadcasting, while sharing common aspects,
operate under different conditions and may have different
requirements;
Attendu que, aux termes de l’alinéa 3(1)c) de la Loi, les radiodiffusions de langues française et anglaise, malgré certains points
communs, diffèrent quant à leurs conditions d’exploitation et,
éventuellement, quant à leurs besoins;
Whereas subparagraph 3(1)(d)(iv) of the Act provides that the
Canadian broadcasting system should be readily adaptable to
scientific and technological change;
Attendu que, aux termes du sous-alinéa 3(1)d)(iv) de la Loi, le
système canadien de radiodiffusion devrait demeurer aisément
adaptable aux progrès scientifiques et techniques;
Whereas paragraph 3(1)(e) of the Act provides that each element of the Canadian broadcasting system shall contribute in an
appropriate manner to the creation and presentation of Canadian
programming;
Attendu que, aux termes de l’alinéa 3(1)e) de la Loi, tous les
éléments du système canadien de radiodiffusion doivent contribuer, de la manière qui convient, à la création et à la présentation
d’une programmation canadienne;
Whereas subparagraph 3(1)(t)(ii) of the Act provides that distribution undertakings should provide efficient delivery of programming at affordable rates, using the most effective technologies available at reasonable cost;
Attendu que, aux termes du sous-alinéa 3(1)t)(ii) de la Loi, les
entreprises de distribution devraient assurer efficacement, à l’aide
des techniques les plus efficientes, la fourniture de la programmation à des tarifs abordables;
1578
Canada Gazette Part I
Whereas paragraph 5(2)(c) of the Act provides that the Canadian broadcasting system should be regulated and supervised in a
flexible manner that is readily adaptable to scientific and technological change;
Whereas paragraph 5(2)(f) of the Act provides that the Canadian broadcasting system should be regulated and supervised in
a flexible manner that does not inhibit the development of information technologies and their application or the delivery of resultant services to Canadians;
Whereas the Commission has already undertaken a review of
the impact of technological changes on its regulatory policies
with respect to commercial radio undertakings;
Whereas the Telecommunications Policy Review Panel, while
not mandated to examine the broadcasting system, reported on the
impact of evolving technologies on the telecommunications and
broadcasting distribution sectors;
Whereas the Governor in Council is seeking a factual record on
the future environment facing the whole broadcasting system that
will inform the Government’s own policy determinations with
respect to the future of broadcasting in Canada;
Whereas subsection 15(1) of the Act provides that the Commission shall, on the request of the Governor in Council, hold
hearings or make reports on any matter within the jurisdiction of
the Commission under the Act;
And whereas, in accordance with subsection 15(2) of the Act,
the Minister of Canadian Heritage has consulted with the Commission with regard to this request;
Therefore, Her Excellency the Governor General in Council,
on the recommendation of the Minister of Canadian Heritage,
pursuant to subsection 15(1) of the Broadcasting Act, hereby requests the Canadian Radio-television and Telecommunications
Commission to hold hearings and provide a factual report at the
earliest time practicable, and in any event not later than December 14, 2006, on the following matters:
(a) the current state of audio-visual technologies and their predicted evolution over the coming years;
(b) with respect to the usage of audio-visual technologies by
Canadians,
(i) changes in this usage since January 1, 2000,
(ii) changes in demand for various kinds of programming
and programming services since January 1, 2000,
(iii) how Canadians of different generations use various
technologies and the impact that these different uses will
have on the broadcasting system,
(iv) a comparison of the adoption rate for technologies between Canada and other countries,
(v) the demand for various kinds of programming and programming services by the Canadian population, taking into
account its full diversity,
(vi) how future generations will consume or access content,
programming, and programming services, and
(vii) the impact this evolution of technologies has for content
and programming choices available to Canadians, including
local, regional, national and international content; and
(c) with respect to the impact on the broadcasting system,
(i) the adoption of technologies by broadcasting undertakings since January 1, 2000,
(ii) the economic and regulatory impact on the broadcasting
system caused by these technologies,
(iii) the kind of content delivered through the regulated and the
non-regulated aspects of the system, and how it is delivered,
June 17, 2006
Attendu que, aux termes de l’alinéa 5(2)c) de la Loi, la réglementation et la surveillance du système devraient être souples et
pouvoir aisément s’adapter aux progrès scientifiques et techniques;
Attendu que, aux termes de l’alinéa 5(2)f) de la Loi, la réglementation et la surveillance du système devraient être souples et
permettre la mise au point de techniques d’information et leur
application, ainsi que la fourniture aux Canadiens des services qui
en découlent;
Attendu que le Conseil a déjà entrepris un examen de l’incidence des changements technologiques sur ses politiques de réglementation en ce qui a trait aux entreprises radio commerciales;
Attendu que le Groupe d’étude sur le cadre réglementaire des
télécommunications, bien qu’il n’ait pas comme mandat d’examiner le système de radiodiffusion, a présenté un rapport sur
l’incidence des technologies en évolution sur les secteurs de services de télécommunications et de radiodiffusion;
Attendu que la gouverneure en conseil demande un dossier factuel sur le milieu où le système canadien de radiodiffusion est
appelé à évoluer, ce dossier devant servir de fondement aux décisions stratégiques que devra prendre le gouvernement relativement à l’avenir de la radiodiffusion au Canada;
Attendu que le paragraphe 15(1) de la Loi prévoit que, sur demande de la gouverneure en conseil, le Conseil tient des audiences ou fait rapport sur toute question relevant de sa compétence
au titre de la Loi;
Attendu que, conformément au paragraphe 15(2) de la Loi, la
ministre du Patrimoine canadien a consulté le Conseil à l’égard de
la présente demande;
À ces causes, Son Excellence la gouverneure générale en
conseil, sur recommandation de la ministre du Patrimoine, et en
vertu du paragraphe 15(1) de la Loi sur la radiodiffusion, demande au Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications
canadiennes de tenir des audiences et de faire un rapport factuel le
plus tôt possible, et au plus tard le 14 décembre 2006, sur les
questions suivantes :
a) la situation actuelle des technologies audiovisuelles et leur
évolution prévue dans les années à venir;
b) quant à l’utilisation des technologies audiovisuelles par les
Canadiens,
(i) les changements dans cette utilisation depuis le 1er janvier
2000,
(ii) les changements qu’a connus la demande quant à divers
types de programmation et de services de programmation
depuis le 1er janvier 2000,
(iii) la façon dont les Canadiens de différentes générations
utilisent les diverses technologies et l’incidence de ces utilisations sur l’évolution du système de radiodiffusion,
(iv) la comparaison entre le taux d’adoption des technologies
du Canada et celui d’autres pays,
(v) la demande quant à divers types de programmation et de
services de programmation au sein de la population canadienne, compte tenu de la diversité de celle-ci,
(vi) la manière dont les générations futures accéderont au
contenu, à la programmation et aux services de programmation et les utiliseront,
(vii) l’incidence de l’évolution des technologies sur les choix
de contenu et programmation offerts à la population canadienne, y compris les contenus locaux, régionaux, nationaux
et internationaux;
c) quant à l’incidence sur le système de radiodiffusion :
(i) l’adoption des technologies par les entreprises de radiodiffusion depuis le 1er janvier 2000,
Le 17 juin 2006
Gazette du Canada Partie I
1579
(iv) the different methods for providing local, regional and
national programming on a going forward basis,
(v) the predicted economic impact these technologies will
have on broadcasting undertakings, and
(vi) the adoption of technologies by the independent production sector and their impact on this sector.
(ii) l’incidence économique et réglementaire des nouvelles
technologies sur le système de radiodiffusion,
(iii) le type de contenu offert par les éléments réglementés et
non réglementés du système, ainsi que les méthodes de
fourniture,
(iv) les différentes méthodes grâce auxquelles les programmations locale, régionale et nationale sont offertes,
(v) l’incidence économique prévue des nouvelles technologies sur les entreprises de radiodiffusion,
(vi) l’adoption des nouvelles technologies par les producteurs indépendants et l’incidence de ces technologies sur ces
producteurs.
[24-1-o]
[24-1-o]
1580
Canada Gazette Part I
June 17, 2006
PROPOSED REGULATIONS
RÈGLEMENTS PROJETÉS
Table of Contents
Table des matières
Page
Environment, Dept. of the, and Dept. of Health
Order Adding Toxic Substances to Schedule 1 to the
Canadian Environmental Protection Act, 1999.......
Regulations Amending the Prohibition of Certain
Toxic Substances Regulations, 2005 (Four New
Fluorotelomer-based Substances) ...........................
Finance, Dept. of
Regulations Amending the Pension Benefits
Standards Regulations, 1985...................................
Health, Dept. of
Regulations Amending the Food and Drug
Regulations (Data Protection).................................
Industry, Dept. of
Order under Section 8 of the Telecommunications
Act – Policy Direction to the Canadian
Radio-television and Telecommunications
Commission ............................................................
Regulations Amending the Patented Medicines
(Notice of Compliance) Regulations.......................
Environnement min. de l’, et min. de la Santé
Décret d’inscription de substances toxiques à
l’annexe 1 de la Loi canadienne sur la protection
de l’environnement (1999)......................................
Règlement modifiant le Règlement sur certaines
substances toxiques interdites (2005) (quatre
substances nouvelles à base de télomères
fluorés)....................................................................
1593
1595
Finances, min. des
Règlement modifiant le Règlement de 1985 sur les
normes de prestation de pension .............................
1595
1598
Santé, min. de la
Règlement modifiant le Règlement sur les aliments et
drogues (protection des données)............................
1598
1582
1593
1606
1611
Public Works and Government Services, Dept. of
Regulations Amending the Crown Corporation
Payments Regulations .............................................
Regulations Amending the Crown Corporation
Payments Regulations (Miscellaneous Program)....
Page
1631
1634
Industrie, min. de l’
Décret pris en vertu de l’article 8 de la Loi sur les
télécommunications et donnant au Conseil de
la radiodiffusion et des télécommunications
canadiennes des instructions en matière de
politique ..................................................................
Règlement modifiant le Règlement sur les
médicaments brevetés (avis de conformité) ............
Travaux publics et des Services gouvernementaux,
min. des
Règlement modifiant le Règlement sur les paiements
versés par les sociétés d’État...................................
Règlement correctif visant le Règlement sur les
paiements versés par les sociétés d’État..................
1582
1606
1611
1631
1634
Le 17 juin 2006
Gazette du Canada Partie I
Page
Transport, Dept. of
Regulations Amending the Safety Management
Regulations .............................................................
Regulations for the Prevention of Pollution from
Ships and for Dangerous Chemicals .......................
1636
1640
1581
Page
Transports, min. des
Règlement modifiant le Règlement sur la gestion pour
la sécurité de l’exploitation des navires ..................
Règlement sur la prévention de la pollution par les
navires et sur les produits chimiques dangereux.....
1636
1640
Canada Gazette Part I
1582
June 17, 2006
Order Adding Toxic Substances to Schedule 1 to the
Canadian Environmental Protection Act, 1999
Décret d’inscription de substances toxiques à
l’annexe 1 de la Loi canadienne sur la protection
de l’environnement (1999)
Statutory authority
Canadian Environmental Protection Act, 1999
Fondement législatif
Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999)
Sponsoring departments
Department of the Environment and Department of Health
Ministères responsables
Ministère de l’Environnement et ministère de la Santé
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of either the proposed Order
or the proposed Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du projet de décret
ni du projet de règlement.)
Description
Description
Purpose
Objet
The purpose of the proposed Order Adding Toxic Substances to
Schedule 1 to the Canadian Environmental Protection Act, 1999
is to add the following substances (hereinafter referred to as the
four new fluorotelomer-based substances) to Schedule 1 to the
Canadian Environmental Protection Act, 1999 (the Act):
Hexane, 1,6-diisocyanato-, homopolymer, reaction products with
alpha-fluoro-omega-2-hydroxyethyl-poly(difluoromethylene),
C16-20-branched alcohols and 1-octadecanol
2-propenoic acid, 2-methyl-, hexadecyl ester, polymers with 2hydroxyethyl methacrylate, gamma-omega-perfluoro-C10-16alkyl acrylate and stearyl methacrylate
2-propenoic acid, 2-methyl-, 2-methylpropyl ester, polymer
with butyl 2-propenoate and 2,5-furandione, gamma-omegaperfluoro-C8-14-alkyl esters, tert-Bu benzenecarboperoxoateinitiated
2-propen-1-ol, reaction products with pentafluoroiodoethane
tetrafluoroethylene telomer, dehydroiodinated, reaction products
with epichlorohydrin and triethylenetetramine
Le projet de décret intitulé Décret d’inscription de substances
toxiques à l’annexe 1 de la Loi canadienne sur la protection de
l’environnement (1999) a pour objet d’ajouter les substances suivantes (ci-après appelées les quatre substances nouvelles à base
de télomères fluorés) à l’annexe 1 de la Loi canadienne sur la
protection de l’environnement (1999) [la Loi] :
1,6-Diisocyanatohexane, homopolymérisé, produits de
réaction avec l’alpha fluoro oméga-(2-hydroxyéthyl)poly(difluorométhylène), des alcools ramifiés en C16-20 et
l’octadécan-1-ol
Méthacrylate d’hexadécyle, polymères avec le méthacrylate de
2-hydroxyéthyle, l’acrylate de gamma, oméga-perfluoroalkyle
en C10-16 et le méthacrylate de stéaryle
Méthacrylate d’isobutyle, polymérisé avec l’acrylate de butyle,
l’anhydride maléique, esters de gamma,oméga-perfluoroalkyle
en C8-14, amorcé avec du benzènecarboperoxoate de tertbutyle
Alcool allylique, produits de réaction avec du pentafluoroiodoéthane et de tétrafluoroéthylène télomérisés, déshydroiodés,
produits de réaction avec de l’épichlorhydrine et la triéthylènetétramine
L’ajout des quatre substances à base de télomères fluorés à
l’annexe 1 permet d’établir une réglementation concernant ces
substances en vertu de la Loi.
Le projet de règlement intitulé Règlement modifiant le Règlement sur certaines substances toxiques interdites (2005) (quatre
substances nouvelles à base de télomères fluorés), ci-après appelé
le projet de règlement, a un double objectif. Premièrement, le
projet de règlement ajoutera une nouvelle partie à l’annexe 1 du
Règlement sur certaines substances toxiques interdites (2005), ciaprès appelé le « Règlement 2005 ». Le Règlement 2005 interdit
la fabrication, l’utilisation, la vente, la mise en vente et l’importation des substances toxiques figurant dans ses annexes 1 et 2.
L’annexe 1 énumère les substances toxiques qui font l’objet d’une
interdiction totale, sauf en cas de présence fortuite. L’annexe 2
comprend les substances toxiques pour lesquelles l’interdiction
est liée à la concentration ou à l’utilisation de la substance. La
nouvelle partie de l’annexe 1, intitulée « Substances toxiques
Adding the four fluorotelomer-based substances to Schedule 1
enables the making of regulations in respect of these substances
under the Act.
The purpose of the proposed Regulations Amending the Prohibition of Certain Toxic Substances Regulations, 2005 (Four New
Fluorotelomer-based Substances) [hereinafter referred to as the
proposed Regulations] is twofold. First, the proposed Regulations
will add a new part to Schedule 1 to the Prohibition of Certain
Toxic Substances Regulations, 2005 (hereinafter referred to as the
2005 Regulations). The 2005 Regulations prohibit the manufacture, use, sale, offer for sale and import of the toxic substances
listed in Schedules 1 and 2 to the Regulations. Schedule 1 lists
prohibited toxic substances subject to total prohibitions, with the
exception of incidental presence. Schedule 2 includes toxic substances that are subject to prohibitions related to concentration or
use. The new part in Schedule 1, entitled “Prohibited toxic substances unless present in manufactured items,” will allow for
Le 17 juin 2006
excluding from the prohibitions certain manufactured items where
the prohibited substances are present. Second, the proposed Regulations will add the aforementioned four new fluorotelomer-based
substances to the new part in Schedule 1 to the 2005 Regulations.
The proposed Regulations will maintain the prohibition imposed through three Notices of Ministerial Prohibitions published
in Part I of the Canada Gazette on July 17, 2004, under the authority of subsection 84(5) of the Act and a fourth one published
on February 5, 2005. The proposed Regulations will replace these
four notices, upon entry into force.
In essence, the proposed Regulations will prohibit the manufacture, use, sale, offer for sale and importation of the four new
fluorotelomer-based substances. This prohibition will not apply to
the four new fluorotelomer-based substances when present in
certain manufactured items.
Gazette du Canada Partie I
1583
interdites sauf si présentes dans un article manufacturé » permettra d’exclure de l’interdiction certains articles manufacturés dans
lesquels ces substances interdites sont présentes. Deuxièmement,
le projet de règlement ajoutera les quatre substances nouvelles à
base de télomères fluorés susmentionnées à la nouvelle partie de
l’annexe 1 du Règlement 2005.
Le projet de règlement maintiendra les interdictions édictées
par le biais de trois avis d’interdiction ministérielle publiés dans
la Partie I de la Gazette du Canada le 17 juillet 2004, en vertu
du paragraphe 84(5) de la Loi, et par un quatrième avis publié le
5 février 2005. Le projet de règlement remplacera ces quatre avis
dès son entrée en vigueur.
Essentiellement, le projet de règlement interdira la fabrication,
l’utilisation, la vente, la mise en vente et l’importation des quatre
substances nouvelles à base de télomères fluorés. Cette interdiction ne s’appliquera pas aux quatre substances nouvelles à base de
télomères fluorés lorsqu’elles seront présentes dans certains articles manufacturés.
Assessment of the four new fluorotelomer-based substances
Évaluation des quatre substances nouvelles à base de télomères
fluorés
The Act requires, under the new substances notification and assessment regime established under sections 80 to 89, that no new
substance be introduced into Canadian commerce without first
being assessed to determine if it could pose a risk to Canadians or
the environment. The Act empowers the Minister of the Environment to intervene quickly when this assessment leads to a
suspicion that a new substance meets any of the criteria set out in
section 64 of the Act, including prohibiting the substance. However, a prohibition imposed by the Minister on a substance expires after two years, unless a proposal to regulate the substance
is published in the Canada Gazette.
La Loi exige, dans le cadre du régime de déclaration et d’évaluation des substances nouvelles établi aux termes des articles 80
à 89, qu’aucune substance nouvelle n’entre au Canada avant
d’avoir été évaluée pour établir si elle pourrait poser un risque
pour les Canadiens ou l’environnement. La Loi autorise la ministre de l’Environnement à intervenir rapidement lorsque l’évaluation donne des raisons de croire qu’une nouvelle substance satisfait à au moins un des critères de toxicité énoncés à l’article 64 de
la Loi, y compris l’interdiction de la substance. Cependant, une
interdiction édictée par la ministre à l’égard d’une substance
prend fin au bout de deux ans, à moins qu’un projet de règlement
concernant la substance ne soit publié dans la Gazette du Canada.
En 2004, les quatre substances nouvelles à base de télomères
fluorés ont été évaluées par Environnement Canada et Santé Canada après réception de déclarations provenant d’entreprises souhaitant commercialiser ces substances au Canada. D’après les
déclarations présentées, ces substances pourraient être utilisées
dans des produits antitaches et hydrofuges pour des matériaux tels
que le papier, les textiles, le cuir et les tapis, de même que la
pierre et les tuiles; dans des solutions de collage (pour éviter l’étalement ou la pénétration des liquides) à appliquer aux emballages
et produits de papier; et dans des agents égalisants (pour assurer
une surface uniforme) dans les revêtements.
Se basant sur les résultats des évaluations, la ministre de l’Environnement a interdit l’importation et la fabrication des quatre
substances nouvelles à base de télomères fluorés. Ces interdictions prendront fin le 23 juin 2006 pour trois des substances et le
17 janvier 2007 pour la quatrième, à moins qu’un règlement
concernant ces substances ne soit proposé.
Les évaluations des quatre substances nouvelles à base de télomères fluorés reposaient sur des renseignements fournis par les
déclarants, la documentation scientifique et d’autres renseignements dont disposaient la ministre de l’Environnement et le ministre de la Santé à ce moment-là.
Les évaluations ont montré que les quatre substances nouvelles à base de télomères fluorés représentent des sources éventuelles d’acides perfluorocarboxyliques (APFC) par le rejet de
précurseurs.
Les précurseurs d’APFC peuvent être rejetés des substances à
base de télomères fluorés de deux façons :
• Par leur rejet découlant de leur présence en tant que « résidus » d’éléments constitutifs des substances à base de télomères fluorés n’ayant pas réagi;
In 2004, the four new fluorotelomer-based substances were assessed by Environment Canada and Health Canada after notifications were received from companies wishing to market these substances in Canada. According to the notifications submitted, these
substances could be used in stain and water repellents for materials such as paper, fabric, leather and carpets, as well as stone and
tile; in sizing agents (to resist the spreading and penetration of
liquids) for packaging and paper products; and in leveling agents
(to provide an even surface) in coatings.
Based on the results of the assessments, the Minister of the
Environment prohibited the importation and manufacture of the
four new fluorotelomer-based substances. These prohibitions will
expire on June 23, 2006, for three of the substances, and on January 17, 2007, for the fourth one, unless regulations are proposed
in respect of these substances.
The assessments of the four new fluorotelomer-based substances were based upon information submitted by the notifiers,
scientific literature, and information otherwise available to the
Minister of the Environment and the Minister of Health at the
time.
The assessments indicated that the four new fluorotelomerbased substances are ultimately sources of perfluorinated carboxylic acids (PFCAs) through the release of precursors.
PFCA precursors can be released from fluorotelomer-based
substances in two ways:
• Through their release, because they are present as “residual”
unreacted building blocks of fluorotelomer-based substances;
and
1584
Canada Gazette Part I
June 17, 2006
•
Through their release upon degradation of fluorotelomerbased substances. There are uncertainties regarding mechanisms and rates of degradation; consequently, the relative
contribution of this source to environmental levels of PFCAs
is uncertain. To address this uncertainty, degradation of
fluorotelomer-based substances is the focus of ongoing research activity.
Figure 1 shows the transformations leading to the formation of
PFCAs.
Figure 1: Formation of PFCAs
Fluorotelomer-based
Substances
Release due to
breakdown
of the substance
•
Par leur rejet comme produits de dégradation des substances à
base de télomères fluorés. Comme il existe un niveau d’incertitude concernant les mécanismes et les taux de dégradation,
la contribution relative de cette source aux niveaux d’APFC
retrouvés dans l’environnement demeure incertaine. Afin de
lever cette incertitude, des activités de recherche sur la dégradation de substances à base de télomères fluorés sont en cours.
La figure 1 démontre les transformations menant à la formation
d’APFC.
Figure 1 : Formation d’APFC
Substances à base de
télomères fluorés
Release of “Residuals”
Direct precursors
to PFCAs
Convert to…
Perfluorinated Carboxylic
Acids (PFCAs)
The PFCAs formed from fluorotelomer-based substances contain a range of carbon chain lengths.
Evidence indicates certain PFCA precursors are volatile and
subject to long-range transport via the atmosphere. PFCAs themselves may be subject to long-range transport via oceanic currents.
Increasing the carbon chain length of PFCAs tends to increase
their bioaccumulation in fish and clearance time in certain mammals. Monitoring data show the widespread presence of low levels of PFCAs in wildlife, and based on archived tissue samples,
increasing concentrations in certain species over time. Field studies have also shown evidence of biomagnification, meaning
higher concentrations are found in organisms at higher levels of
the food chain.
Based on bioconcentration factors and biomonitoring studies,
longer carbon chain length PFCAs (≥ 9 carbons) are considered
bioaccumulative, meaning they collect in living organisms.
PFCAs are considered environmentally persistent, as they may
degrade in the environment at only extremely slow rates.
According to available data with experimental animals, including data on similar substances, the four new fluorotelomer-based
substances themselves are expected to show low potential for
Rejet dû à la
décomposition de la
substance
Rejet de « résidus »
Précurseurs directs
d’APFC
Se convertissent
en …
Acides
perfluorocarboxyliques
(APFC)
Les APFC provenant de substances à base de télomères fluorés
possèdent des chaînes carbonées de diverses longueurs.
Des observations probantes indiquent que certains précurseurs
d’APFC sont volatiles et sujets à être transportés sur de longues
distances dans l’atmosphère. De même, les APFC sont susceptibles d’être transportés sur de grandes distances par les courants
océaniques.
L’allongement de la chaîne de carbone des APFC tend à augmenter la bioaccumulation de ceux-ci dans les poissons et le
temps de clairance chez certains mammifères. Des données d’observation montrent la présence très répandue de faibles niveaux
d’APFC chez les espèces sauvages, et l’examen d’échantillons de
tissus archivés fait ressortir des concentrations croissantes dans
certaines espèces au fil du temps. Des études sur le terrain ont
aussi révélé des marques évidentes de biomagnification, c’est-àdire que des concentrations plus grandes sont trouvées aux niveaux plus élevés de la chaîne alimentaire.
D’après les facteurs de bioconcentration et les études par biosurveillance, les APFC à chaîne carbonée plus longue (≥ 9 carbones) sont réputés bioaccumulables (qui s’accumulent dans les
organismes vivants). Les APFC sont considérés comme persistants étant donné que, dans l’environnement, il est possible qu’ils
ne se dégradent qu’extrêmement lentement.
Selon les données disponibles pour des animaux de laboratoire,
notamment les données sur des substances semblables, les quatre
substances nouvelles à base de télomères fluorés elles-mêmes
Le 17 juin 2006
irritating the skin or the eyes, low toxicity following short-term
exposure by the oral route, and low potential to adversely affect
reproduction or offspring development. However, due to the presence of certain unreacted PFCA precursors, long-term repeated
exposure to these substances could result in adverse effects on the
thyroid, liver, and kidney.
The hazard evaluation of the PFCAs, which are the ultimate
degradation products from the four new fluorotelomer-based substances, is based on available data, principally on perfluorooctanoic acid (PFOA), the 8 carbon PFCA. The acute and chronic
hazard profile for aquatic organisms is low to moderate. For
mammalian species, PFOA and its salts were found to cause cancer in rats and adverse effects on the immune system in mice. In
addition, PFOA and its salts can display reproductive or developmental toxicity in rodents at moderate levels of exposure, and
moderate to high systemic toxicity in rodents and monkeys following long-term exposure by the oral route. It has been assumed
for these assessments that despite the absence of robust toxicity
datasets for longer chain PFCAs, these substances are reasonably
expected to be of greater concern than PFOA, as a result of their
known slower clearance rates—rate at which a substance is eliminated or biodegraded in an organism—and higher potential to
bioaccumulate.
The assessments do not attribute the environmental presence of
PFCAs solely to the four new fluorotelomer-based substances,
nor do they preclude contribution from other substances or international sources. However, if introduced into Canadian commerce, the four new fluorotelomer-based substances would constitute new sources of PFCAs.
Since the completion of the assessments in 2004, there have
been over 100 relevant publications in peer-reviewed journals and
numerous presentations made at conferences. At the beginning of
2006, this information was reviewed in order to account for findings of the current science and to update the original new substances assessment conclusions.
Key information supports the conclusion that fluorotelomerbased substances used in household products could be continually releasing PFCA precursors. Fluorotelomer-based monomers,
which are used to manufacture substances for treating consumer
products, have been shown to biodegrade, releasing PFCA precursors. Two studies of indoor air have shown the presence of
PFCA precursors associated with dust particles, which suggests
sources such as treated carpets or textiles. In addition, PFCA precursors were measured at levels up to 3.8% in a study of several
industrial and consumer products containing fluorotelomer-based
substances, including certain surfactants, carpet protector products and windshield wiper fluid.
Recent studies continue to report levels of PFCAs in a variety
of environmental media that directly impact human exposure,
such as indoor air, dust, food and drinking water. Biomonitoring
clearly demonstrates that the longer chain length PFCAs (≥C9)
are accumulating in a wide variety of freshwater and marine animals in Canada and other regions of North America and Europe.
In addition, further evidence is available demonstrating that
PFCAs are capable of biomagnification and the concentrations in
certain biota are increasing over time.
Gazette du Canada Partie I
1585
présenteraient un faible potentiel d’irritation de la peau et des
yeux, un faible taux de toxicité lors d’une exposition de courte
durée par voie orale et un faible potentiel de causer des effets
nocifs sur le plan de la reproduction et du développement. Cependant, en raison de la présence de précurseurs d’APFC n’ayant pas
réagi, une exposition répétée à ces substances sur une longue période pourrait causer des effets nocifs pour la thyroïde, le foie et
les reins.
L’évaluation des dangers que représentent les APFC, qui sont les
produits ultimes de la dégradation des quatre substances nouvelles à
base de télomères fluorés, se fonde sur les données disponibles,
principalement sur l’acide perfluorooctanoïque (APFO), l’APFC à
8 carbones. Les dangers aigus et chroniques qui menacent les organismes aquatiques sont de légers à modérés. En ce qui concerne les
espèces de mammifères, les recherches ont conclu que l’APFO et
ses sels pouvaient causer le cancer chez les rats et avoir des effets
négatifs sur le système immunitaire des souris. De plus, ils peuvent
être toxiques pour les fonctions reproductives ou de croissance chez
les rongeurs à des niveaux modérés d’exposition et peuvent démontrer une toxicité allant de modérée à élevée chez les rongeurs et les
singes lors d’une exposition sur une longue période par voie orale.
Pour les besoins des présentes évaluations, on a supposé que, malgré l’absence d’ensembles de données solides les concernant, les
APFC à chaîne carbonée plus longue sont vraisemblablement plus
préoccupants que l’APFO à cause de leur taux de clairance — taux
auquel une substance est éliminée ou biodégradée dans un organisme — réputé plus lent et leur potentiel de bioaccumulation plus
élevé.
Les évaluations ne concluent pas que les quatre substances
nouvelles à base de télomères fluorés sont les seules responsables
de la présence d’APFC dans l’environnement et n’excluent pas la
contribution d’autres substances ou sources internationales. Cependant, si elles sont introduites sur le marché canadien, les quatre substances nouvelles à base de télomères fluorés constitueraient de nouvelles sources d’APFC.
Depuis l’achèvement des évaluations en 2004, il y a eu plus de
100 publications pertinentes dans des revues approuvées par des
pairs ainsi que de nombreuses présentations lors de conférences.
Au début de 2006, cette documentation a été révisée de façon à
tenir compte des récentes découvertes scientifiques et à mettre
à jour les conclusions initiales de l’évaluation des nouvelles
substances.
Les principaux résultats appuient la conclusion que les substances à base de télomères fluorés utilisées dans les produits ménagers émettraient constamment des précurseurs d’APFC. Il a été
démontré que les monomères à base de télomères fluorés, utilisés
dans la fabrication de substances destinées au traitement de produits de consommation, se biodégradent, rejetant des précurseurs
d’APFC. Deux études sur l’air intérieur ont révélé la présence de
précurseurs d’APFC associés aux particules de poussière, dirigeant les soupçons vers des sources telles que des tapis ou des
tissus traités. De plus, des niveaux de précurseurs d’APFC allant
jusqu’à 3,8 % ont été mesurés dans le cadre d’une étude effectuée
sur plusieurs produits industriels et de consommation contenant
des substances à base de télomères fluorés, dont certains surfactants, des produits de protection des tapis et des liquides lave-glace.
Les études récentes continuent de rapporter des niveaux
d’APFC dans une variété de milieux environnementaux dont certains ont un impact direct sur les humains, comme l’air intérieur,
la poussière, la nourriture et l’eau potable. La biosurveillance
démontre clairement que les APFC à chaîne plus longue (≥C9)
s’accumulent chez toute une variété d’animaux marins et dulçaquicoles au Canada et dans d’autres régions d’Amérique du Nord
et en Europe. De plus, nous disposons d’autres preuves que les
APFC sont sujets à la biomagnification et que leurs concentrations dans certains biotes augmentent au fil du temps.
1586
Canada Gazette Part I
June 17, 2006
The assessment reports and the document updating these assessments may be obtained from the New Substances Division,
Environment Canada, Gatineau, Quebec K1A 0H3, 1-800-5671999.
Les études sur l’écotoxicité récemment disponibles confirment
elles aussi la toxicité de légère à modérément aiguë des APFC.
Cependant, il y a maintenant des indices convaincants qui portent
à croire qu’il y aura des effets multigénérationnels à long terme et
que la biodiversité des écosystèmes aquatiques sera sujette à un
éventuel déclin.
La présence d’APFO et d’autres substances polyfluorées dans
le sang humain a été généralement confirmée. La détection
d’APFO dans le plasma séminal, le lait maternel et le sang des
cordons ombilicaux soulève de nouvelles inquiétudes concernant
les voies d’exposition et les effets possibles.
Les données récemment vérifiées confirment les conclusions
initiales des évaluations sur les impacts des substances sur la santé humaine. Par exemple, les taux d’élimination de l’APFO dépendant des espèces sont mieux établis. Des expériences sur
l’expression génétique ont permis d’identifier l’APFO comme
ayant un effet dans le processus du métabolisme des lipides et des
acides gras. Les délibérations du Science Advisory Board PFOA
Review Panel de la United States Environmental Protection
Agency (USEPA) ont, à l’heure actuelle, mené à la classification
recommandée de l’APFO comme étant « possiblement cancérigène » pour les humains. Des études récentes laissent aussi croire
que des mélanges d’APFC sont plus toxiques que l’APFO seul.
À la lumière des considérations susmentionnées, la ministre de
l’Environnement et le ministre de la Santé concluent que les quatre substances nouvelles à base de télomères fluorés peuvent pénétrer dans l’environnement en une quantité ou concentration ou
dans des conditions de nature à avoir, immédiatement ou à long
terme, un effet nocif sur l’environnement ou sur la diversité biologique, et à constituer un danger au Canada pour la vie ou la
santé humaines. Par conséquent, les ministres concluent que ces
substances répondent aux critères de toxicité énoncés aux alinéas 64a) et 64c) de la Loi.
Il est possible d’obtenir les rapports d’évaluation et le document de mise à jour de ces évaluations en s’adressant à la Division des substances nouvelles, Environnement Canada, Gatineau
(Québec) K1A 0H3, 1 800 567-1999.
Context for the proposed Regulations
Contexte du projet de règlement
The four new fluorotelomer-based substances belong to the
larger class of fluorochemicals referred to as polyfluorinated alkyl
compounds, which includes several substances already in commerce in Canada that are also potential sources of PFCAs.
Les quatre substances nouvelles à base de télomères fluorés
appartiennent à la classe plus étendue des composés fluorés appelés composés d’alkyle polyfluorés, qui comprennent plusieurs substances présentes dans le commerce au Canada et qui sont aussi
des sources potentielles d’APFC.
Environnement Canada et Santé Canada ont élaboré un plan
d’action pour voir à l’évaluation et à la gestion de tous les APFC
et de leurs précurseurs. Le plan d’action comporte les éléments
principaux suivants :
• Maintenir les mesures actuelles interdisant l’introduction de
nouvelles sources de certains APFC à longue chaîne au Canada;
• S’occuper des sources confirmées de certains APFC associés
à des substances présentes dans le commerce canadien;
• Promouvoir la compréhension scientifique d’autres sources
possibles d’APFC dans l’environnement;
• Impliquer d’autres autorités de réglementation pour prendre
des actions à l’échelle internationale.
Le projet de règlement aborde le premier volet du plan d’action
en interdisant l’introduction au Canada des quatre substances nouvelles à base de télomères fluorés.
Il est possible de se procurer le plan d’action à l’adresse www.
ec.gc.ca/TOXICS/FR/detail.cfm?par_substanceID=199&par_actn=
s1 ou auprès des représentants dont les coordonnées figurent à la
fin du présent document. Un avis résumant le plan d’action est en
The recently available ecotoxicity studies provide further support for the low-to-moderate acute toxicity for PFCAs; however,
there is now evidence to suggest long-term multigenerational effects and the potential for decreased biodiversity in aquatic
ecosystems.
The presence of PFOA and other polyfluorinated substances in
human blood has been confirmed globally. Detection of PFOA in
seminal plasma, breast milk and umbilical cord blood raises new
concerns regarding routes of exposure and potential effects.
Recently reviewed information is supportive of the original
human health assessment conclusions. For example, the speciesdependent rates of elimination of PFOA are better established.
Gene expression experiments have now implicated PFOA in affecting the metabolism of lipids and fatty acids. Deliberations of
the Science Advisory Board PFOA Review Panel of the United
States Environmental Protection Agency (U.S. EPA) have, at
present, led to a recommended classification of PFOA as “likely
to be carcinogenic” to humans. As well, a recent study suggests
mixtures of PFCAs are more toxic than PFOA alone.
Based on these considerations, the Minister of the Environment and the Minister of Health conclude that the four new
fluorotelomer-based substances may enter the environment in a
quantity or concentration or under conditions that have or may
have an immediate or long-term harmful effect on the environment or its biological diversity and may constitute a danger in
Canada to human life or health. Therefore, the Ministers conclude
that these substances meet the criteria set out in paragraphs 64(a)
and 64(c) of the Act.
Environment Canada and Health Canada have developed an
Action Plan to address the assessment and management of all
PFCAs and their precursors. The Action Plan contains the following main elements:
• Maintain the current approach of prohibiting the introduction
into Canada of new sources of long-chain PFCAs;
• Address confirmed sources of certain PFCAs associated with
substances already in Canadian commerce;
• Advance scientific understanding of other possible sources of
PFCAs in the environment; and
• Engage other regulatory jurisdictions in global action.
The proposed Regulations address the first element of the Action Plan, by prohibiting the introduction into Canada of the four
new fluorotelomer-based substances.
A copy of the Action Plan may be obtained from the following Web site: www.ec.gc.ca/TOXICS/EN/detail.cfm?par_substance
ID=199&par_actn=s1 or from the officials identified at the end of
this document. A notice summarizing the proposed Action Plan is
Le 17 juin 2006
Gazette du Canada Partie I
1587
being published, concurrently with the publication of the proposed Regulations, in the Canada Gazette, Part I.
cours de publication, en même temps que le projet de règlement,
dans la Partie I de la Gazette du Canada.
Other countries have also indicated concerns over PFCAs and
continue to discuss research needs, as well as monitoring, risk
assessment and risk reduction activities. While working under a
different regulatory framework, the U.S. EPA uses the same approach of stopping the entry into commerce of new sources of
PFCAs. As well, in January 2006, the U.S. EPA invited all manufacturers of similar substances already in U.S. commerce to work
toward essentially eliminating emissions of certain PFCAs and
their precursors from manufactured facilities and as residuals in
commercial products. Measures included in the Canadian Action
Plan to address sources of PFCAs already in Canadian commerce
are consistent with U.S. EPA actions.
D’autres pays ont aussi manifesté leur inquiétude concernant
les APFC et continuent de discuter des besoins en recherche, de
même que des activités d’observation, d’évaluation des risques et
de réduction des risques. Bien que régie par un cadre réglementaire différent, la USEPA utilise la même approche consistant à
prévenir l’introduction sur le marché de nouvelles sources
d’APFC. De plus, en janvier 2006, l’USEPA a invité tous les
fabricants de substances semblables déjà dans le commerce aux
États-Unis à viser essentiellement l’élimination des émissions de
certains APFC et de leurs précurseurs provenant des installations
de fabrication et des résidus dans les produits commerciaux. Les
mesures contenues dans le plan d’action canadien pour s’attaquer
aux sources d’APFC déjà présentes dans le commerce canadien
sont en harmonie avec les mesures prises par l’USEPA.
Alternatives
Solutions envisagées
Proposed Order
Projet de décret
Status Quo
Statu quo
The assessment of alternatives for managing the risk posed by
the four fluorotelomer-based substances indicated that regulations
are the instrument that would most effectively continue the prohibitions imposed through the four Notices of Ministerial
Prohibitions.
L’évaluation des solutions envisagées pour gérer le risque que
représentent les quatre substances à base de télomères fluorés a
permis d’établir qu’un règlement est l’instrument le plus apte à
poursuivre efficacement les mesures d’interdiction mises en œuvre par le biais des quatre avis d’interdiction ministérielle.
Since regulations can only be made under the Act with respect
to substances specified on Schedule 1 to the Act, the alternative
of not listing the four new fluorotelomer-based substances on
Schedule 1 is not viable.
Étant donné qu’un règlement ne peut être pris en vertu de la
Loi qu’à l’égard d’une substance inscrite à l’annexe 1 de la Loi,
l’option de ne pas inscrire les quatre substances nouvelles à base
de télomères fluorés à l’annexe 1 n’est pas viable.
Order Adding Toxic Substances to Schedule 1 to the Canadian
Environmental Protection Act, 1999
Décret d’inscription de substances toxiques à l’annexe 1 de la Loi
canadienne sur la protection de l’environnement (1999)
The addition of the four fluorotelomer-based substances to
Schedule 1 to the Act enables the making of regulations in respect
of these substances to ensure the protection of human health and
of the environment.
L’ajout des quatre substances à base de télomères fluorés à
l’annexe 1 de la Loi permet d’établir une réglementation concernant ces substances de façon à protéger la santé humaine et
l’environnement.
Proposed Regulations
Projet de règlement
Status Quo
Statu quo
Taking no action at this time would mean the possible introduction of the four new fluorotelomer-based substances into Canada once the ministerial prohibitions imposed on these substances
would expire. This would result in new sources of PFCAs in the
Canadian environment. The persistent and bioaccumulative nature
of long chain PFCAs warrants the taking of action to prevent new
sources of PFCAs from entering into Canada.
Ne prendre aucune initiative à ce moment-ci équivaudrait à
rendre possible l’introduction au Canada des quatre substances
nouvelles à base de télomères fluorés, étant donné que les interdictions ministérielles édictées à leur égard prendraient fin, et
donc à accepter de nouvelles sources d’APFC dans l’environnement canadien. La nature persistante et bioaccumulable des APFC
à longue chaîne justifie la prise d’initiatives destinées à empêcher
l’entrée au Canada de nouvelles sources d’APFC.
Pollution prevention plans
Plans de prévention de la pollution
Pollution prevention plans are better suited for environmental
management than for addressing the import and manufacture of
the four new fluorotelomer-based substances. Because these substances are currently not in use in Canada, it would also be difficult to capture all potential importers, manufacturers and users of
these substances.
Les plans de prévention de la pollution conviennent mieux à la
gestion environnementale qu’aux questions d’importation et de
fabrication des quatre substances nouvelles à base de télomères
fluorés. Puisque ces substances ne sont pas utilisées au Canada actuellement, il serait également difficile de rejoindre tous
les éventuels importateurs, fabricants et utilisateurs de ces
substances.
Market-based instruments
Instruments axés sur le marché
Market-based instruments like tradable permits and depositrefund systems cannot ensure that the substances would not be
imported or manufactured in Canada. This type of instrument can
Les instruments axés sur le marché, comme les permis échangeables et les systèmes de consignation, ne peuvent pas garantir
que ces substances ne seraient pas importées ou fabriquées au
1588
Canada Gazette Part I
June 17, 2006
generally be used as a step towards phasing out occurring substances, and as a means to implement extended producer responsibility programs.
Canada. Ce type d’instrument peut habituellement constituer une
étape dans le bannissement graduel de substances ou un moyen de
mettre en œuvre des programmes de responsabilité élargie des
producteurs.
Voluntary instruments
Instruments volontaires
Voluntary instruments such as codes of practices and guidelines would not achieve the necessary shift in behaviour by
the targeted sectors. These instruments would not address the prohibition on the import, manufacture and use of the four new
fluorotelomer-based substances; rather they would target limiting
the release of the substances from industrial sources or defining
best industrial practices.
Des instruments volontaires comme des codes de pratiques et
des lignes directrices ne pourraient pas réaliser le changement de
comportement nécessaire dans les secteurs visés. Ces instruments
n’aborderaient pas la question de l’interdiction de l’importation,
la fabrication et l’utilisation des quatre substances nouvelles à
base de télomères fluorés; ils viseraient plutôt à limiter les émissions des substances par les sources industrielles ou à établir les
meilleures pratiques industrielles.
D’autres instruments volontaires comme les ententes sur la performance environnementale présentent certaines limites en l’occurrence. Il serait difficile surtout d’établir qui prendrait part à de
telles ententes alors qu’il n’y a pas d’importation et de fabrication. La signature d’une entente avec les déclarants ne rejoindrait
peut-être pas toutes les parties visées, créant ainsi le risque que
les substances visées soient importées ou fabriquées.
Other voluntary tools like Environmental Performance Agreements present some limitations in this case. In particular, it would
be difficult to determine who would be a party to such an agreement when there is no import/manufacture. Signing an agreement
with the notifiers might not capture all the targeted parties, thus
creating the risk of import and/or manufacture of the substances.
Regulations Amending the Prohibition of Certain Toxic
Substances Regulations, 2005 (Four New
Fluorotelomer-based Substances)
Règlement modifiant le Règlement sur certaines substances
toxiques interdites (2005) (quatre substances nouvelles
à base de télomères fluorés)
The proposed Regulations were identified as the instrument
that would most effectively continue the prohibitions imposed
through the four Notices of Ministerial Prohibitions. The proposed Regulations would apply equally to everyone, thus providing for a level playing field. They would also provide the authority to enforce its provisions.
Le projet de règlement est considéré comme étant l’instrument
le plus apte à poursuivre efficacement les mesures d’interdictions
mises en œuvre par le biais des quatre avis d’interdictions ministérielles. Il s’appliquerait également à tous, assurant ainsi des
règles de jeu équitables. Il fournirait aussi l’autorité nécessaire à
la mise en application de ses dispositions.
Benefits and costs
Avantages et coûts
Proposed Order
Projet de décret
The decision to add the four new fluorotelomer-based substances to Schedule 1 to the Act is based primarily on scientific
assessments. An assessment of the potential impacts of risk management measures was carried out for the proposed Regulations.
La décision d’ajouter les quatre substances nouvelles à base de
télomères fluorés à l’annexe 1 de la Loi se fonde d’abord sur des
évaluations scientifiques. Une évaluation des conséquences possibles des mesures de gestion des risques a été menée en fonction
du projet de règlement.
Proposed Regulations
Projet de règlement
The proposed Regulations will prevent the introduction of a
new source of PFCAs in Canada, hence protecting human health
and the environment. Even though the four new fluorotelomerbased substances represent a small portion of the environmental
sources of PFCAs, the proposed Regulations are a first step towards developing more comprehensive risk management measures for PFCAs and their precursor substances.
Le projet de règlement empêchera qu’une nouvelle source
d’APFC soit introduite au Canada et, par le fait même, protégera
la santé humaine et l’environnement. Même si les quatre substances nouvelles à base de télomères fluorés ne représentent
qu’une petite partie des sources d’APFC dans l’environnement, le
projet de règlement constitue un premier pas vers le développement de mesures de gestion des risques plus poussées des APFC
et de leurs précurseurs.
L’industrie ne pourra pas faire entrer les substances réglementées au Canada et n’aura pas, par conséquent, l’occasion de les
utiliser dans de nombreuses applications. La disponibilité d’autres
substances à base de télomères fluorés, de même que de polymères à base d’hydrocarbures ou de silicone ayant des propriétés
semblables, laisse entendre que la supposée perte d’occasion se
traduira par un coût différentiel négligeable, s’il y en a, pour
l’industrie canadienne.
En raison du petit nombre d’entreprises dont les activités sont
liées à ces substances, ce projet de règlement ne devrait représenter que des coûts minimes pour le Gouvernement en termes de
promotion de la conformité et de mise en application.
Le projet de règlement est considéré comme un premier pas
vers une approche plus poussée du problème des APFC et de
leurs précurseurs. Les avantages et les coûts potentiels des autres
Industry will not be able to introduce the regulated substances
into Canada. Thus, industry will not have the opportunity to use
these substances in a number of applications. The availability of
other fluorotelomer-based substances as well as hydrocarbonbased and silicone-based polymer with similar properties indicates that this lost opportunity will likely result in negligible, if
any, incremental costs to the Canadian industry.
The number of companies involved with these substances is
relatively small. Therefore, Government costs associated with
promoting compliance and enforcing the proposed Regulations
are expected to be minimal.
The proposed Regulations have been identified as a first step
towards a more comprehensive approach for dealing with PFCAs
and their precursors. The potential benefits and costs of additional
Le 17 juin 2006
Gazette du Canada Partie I
1589
measures for addressing the risks posed by PFCAs and their precursors will be assessed as new measures are developed.
mesures pour gérer les risques que posent les APFC et leurs précurseurs seront évalués au fur et à mesure que de nouvelles mesures sont instaurées.
Consultation
Consultations
Proposed Order and Regulations
Projets de décret et de règlement
A multi-stakeholder consultation meeting was held in Ottawa,
in February 2006, involving representatives from industry, academia, environmental non-governmental organizations (ENGOs)
and governmental organizations. In addition, informal discussions
also took place with the same stakeholders throughout the risk
assessment and management process. The proposed risk management strategy for the four new fluorotelomer-based substances, as well as the proposed Action Plan for PFCAs and their
precursors, were distributed to interested stakeholders for comments and posted on Environment Canada’s Web site. As previously mentioned, the Action Plan outlines how the proposed
Regulations fit within the suite of actions intended to address the
class of similar substances already in commerce in Canada.
En février 2006, une réunion multilatérale de consultation a eu
lieu à Ottawa avec des représentants des secteurs industriel, universitaire ainsi que d’organismes environnementaux non gouvernementaux (OENG) et d’organismes gouvernementaux. Il y a
aussi eu des discussions informelles entre les mêmes intervenants
pendant tout le processus d’évaluation et de gestion des risques.
La stratégie de gestion des risques proposée pour les quatre substances nouvelles à base de télomères fluorés ainsi que le projet
de plan d’action concernant les APFC et leurs précurseurs ont été
distribués aux parties intéressées pour qu’elles les commentent.
Ils ont aussi été affichés sur le site Web d’Environnement Canada. Tel qu’il est indiqué ci-dessus, le plan d’action résume la façon dont le projet de règlement s’inscrit dans la série d’initiatives
prévues pour aborder la classe de substances semblables qui sont
déjà présentes sur le marché canadien.
Dans l’ensemble, les intervenants se sont entendus sur la nécessité d’agir par rapport aux quatre substances nouvelles à base
de télomères fluorés. Ils ont cependant fait état de certaines
préoccupations.
Des OENG s’inquiétaient de ce qu’ils percevaient comme un
manque d’harmonisation entre le projet de règlement et les initiatives proposées pour les substances semblables déjà présentes
dans le commerce canadien. Ils étaient d’avis que le projet de
règlement ne représentait qu’une des multiples étapes importantes
et nécessaires visant à réduire les impacts d’une exposition aux
substances perfluorées sur l’environnement et la santé humaine, et
qu’il était nécessaire de se fixer un objectif général d’élimination
des substances semblables déjà présentes dans le commerce
canadien.
Les intervenants de l’industrie alléguaient qu’il n’est pas essentiel de conserver l’interdiction sur les quatre substances nouvelles à base de télomères fluorés. Ils ont suggéré qu’il suffirait
d’inclure les quatre substances nouvelles à base de télomères
fluorés dans le plan proposé pour aborder le problème des substances à base de télomères fluorés déjà présentes dans le commerce canadien. Ils s’inquiétaient surtout de la possibilité que
l’ajout de ces substances à l’annexe 1 de la Loi engendre une perception négative dans le marché de toute la classe de substances
semblables.
Le projet de règlement est en accord avec l’approche préventive qui constitue le fondement même de la Loi et du Programme
des substances nouvelles d’Environnement Canada et de Santé
Canada. Le Programme des substances nouvelles a pour objectif
d’empêcher que de nouvelles substances entrent au Canada avant
d’avoir été évaluées. Dans le cas d’une substance qui pourrait
poser un risque pour l’environnement ou la santé humaine, des
mesures de contrôle sont mises en place avant que la substance ne
fasse son entrée dans le commerce canadien. La capacité d’agir
rapidement constitue un élément essentiel de la gestion fédérale
des substances toxiques. On peut dire que des initiatives de gestion des risques appliquées dès les premières étapes du cycle de
vie d’une substance se révèlent plus économiques que celles qui
sont prises lorsque la substance est bien implantée dans l’économie. En vertu du plan d’action, les substances semblables existantes dans le commerce canadien seront abordées séparément. De
plus, d’autres pays commencent aussi à agir et d’autres options au
profil environnemental plus avantageux sont offertes.
Overall, stakeholders agreed on the need to take action on the
four new fluorotelomer-based substances. However, they expressed some concerns.
ENGOs were concerned about what was perceived as a lack of
harmonization between the proposed Regulations and the actions
proposed for similar substances already in Canadian commerce.
They were of the opinion that the proposed Regulations represented only one of several important and necessary steps to reduce the impacts of exposure from perfluorinated substances to
the environment and human health, and that an overall objective
of elimination for similar substances already in Canadian commerce was needed.
Industry stakeholders argued that it is not essential to maintain
the prohibition for the four new fluorotelomer-based substances.
They suggested that it would be sufficient to include the four new
fluorotelomer-based substances in the proposed plan for addressing fluorotelomer-based substances already in Canadian commerce. In particular, they were concerned that adding these substances to Schedule 1 to the Act could negatively impact the
market perception of the whole class of similar substances.
The proposed Regulations are consistent with the preventive
approach that is the basis of the Act and the New Substances Program of Environment Canada and Health Canada. The intent of
the New Substances Program is to ensure that no new substance is
introduced into Canada before an assessment is made. If a substance has the potential to pose a risk to the environment or to
human health, control measures are put in place before they are
introduced into the Canadian marketplace. The ability to act early
is an essential component of the federal management of toxic
substances. Risk management actions imposed at an early stage of
a substance’s life cycle are arguably more cost-effective than
actions taken after a substance has become “entrenched” in the
economy. Similar substances already in Canadian commerce will
be addressed as a separate step under the Action Plan. In addition, other countries are also starting to take action, and alternatives with a more favourable environmental profile are becoming
available.
1590
Canada Gazette Part I
June 17, 2006
Some stakeholders were also concerned that imported manufactured items treated with the four new fluorotelomer-based substances were not included under the scope of the proposed Regulations, as they would also be a source of PFCAs. Environment
Canada and Health Canada agree that this is an important aspect
to consider. However, at the present time, controlling the import
of manufactured items containing the four new fluorotelomerbased substances is not practical. In particular, it would be difficult to identify the substances in manufactured items (e.g. some
items have the substances sprayed on them), as there are difficulties associated with sampling and testing. This issue will be considered as part of our next steps towards the management of
PFCAs and their precursors.
Certains intervenants étaient aussi préoccupés parce que l’importation des articles manufacturés traités avec une des quatre
substances nouvelles à base de télomères fluorés échappait à la
portée du projet de règlement, étant donné que ces articles constitueraient également une source d’APFC. Environnement Canada
et Santé Canada conviennent qu’il s’agit là d’un aspect important
à considérer. Cependant, à l’heure actuelle, le contrôle de l’importation d’articles manufacturés contenant une des quatre substances nouvelles à base de télomères fluorés n’est pas réalisable.
Il serait surtout difficile d’identifier les substances dans les articles manufacturés (par exemple, les substances pulvérisées sur
certains articles) étant donné les difficultés liées à l’échantillonnage et à la vérification. Cet aspect sera considéré dans les prochaines étapes de la gestion des APFC et de leurs précurseurs.
Compliance and enforcement
Respect et exécution
Proposed Order
Projet de décret
There are no compliance or enforcement requirements associated with Schedule 1 itself.
Aucune exigence de conformité ou d’application n’est associée
à l’annexe 1 comme telle.
Proposed Regulations
Projet de règlement
As the proposed Regulations will be promulgated under the
Act, enforcement officers will, when verifying compliance with
the Regulations, apply the Compliance and Enforcement Policy
implemented under the Act. The Policy outlines measures designed to promote compliance and consultation on the development of Regulations. A copy of the Policy may be obtained from
the following Web site: www.ec.gc.ca/CEPARegistry/documents/
policies/candepolicy/toc.cfm.
When verifying compliance with these Regulations, enforcement officers will abide by the Compliance and Enforcement
Policy, which also sets out the range of possible responses to violations, including warnings, directions, environmental protection compliance orders, ticketing, ministerial orders, injunctions,
prosecution, and environmental protection alternative measures
(which are an alternative to a court trial after the laying of charges
for a violation under the Act). In addition, the Policy explains
when Environment Canada will resort to civil suits by the Crown
for costs recovery.
Étant donné que le Règlement sera pris en vertu de la Loi, la
politique d’observation et d’application mise en œuvre en vertu
de la Loi sera appliquée par des agents de l’autorité. La politique
indique les mesures à prendre pour promouvoir la conformité et la
consultation sur l’élaboration du Règlement. Il est possible de se
procurer la politique à l’adresse www.ec.gc.ca/RegistreLCPE/
documents/policies/candepolicy/toc.cfm.
When, following an inspection or an investigation, an enforcement officer discovers an alleged violation, the officer will
choose the appropriate enforcement action based on the following
factors:
• Nature of the alleged violation: This includes consideration of
the damage, the intent of the alleged violator, whether it is a
repeat violation, and whether an attempt has been made to
conceal information or otherwise subvert the objectives and
requirements of the Act.
• Effectiveness in achieving the desired result with the alleged
violator: The desired result is compliance within the shortest
possible time and with no further repetition of the violation.
Factors to be considered include the violator’s history of compliance with the Act, willingness to co-operate with enforcement officers, and evidence of corrective action already taken.
• Consistency: Enforcement officers will consider how similar
situations have been handled in determining the measures to
be taken to enforce the Act.
Au moment de vérifier la conformité au Règlement, les agents
de l’autorité doivent se conformer à la politique d’observation et
d’application qui établit l’éventail des interventions qui pourront
être faites en cas d’infraction : avertissements, directives, ordres
d’exécution en matière de protection de l’environnement, émission de contraventions, arrêtés du ministre, injonctions, poursuites
et des mesures de rechange en matière de protection de l’environnement (qui peuvent remplacer un procès, une fois que des accusations ont été portées pour une infraction présumée à la Loi). De
plus, la politique décrit les circonstances dans lesquelles Environnement Canada peut recourir à des poursuites au civil intentées
par la Couronne pour le recouvrement de frais.
Si, après une inspection ou une enquête, ou à la suite d’un rapport d’infraction présumée, un agent de l’autorité a des motifs
raisonnables de croire qu’une infraction a été commise, la mesure
à prendre sera déterminée en fonction des critères suivants :
• La nature de l’infraction présumée : Il convient notamment de
déterminer la gravité des dommages réels ou potentiels causés
à l’environnement, s’il y a eu action délibérée de la part du
contrevenant, s’il s’agit d’une récidive et s’il y a eu tentative
de dissimuler de l’information ou de contourner, d’une façon
ou d’une autre, les objectifs ou exigences de la Loi.
• L’efficacité du moyen employé pour obliger le contrevenant à
obtempérer : Le but visé est de faire respecter la Loi dans les
meilleurs délais tout en empêchant les récidives. Il sera tenu
compte, notamment, du dossier du contrevenant pour l’observation de la Loi, de sa volonté de coopérer avec les agents de
l’autorité et de la preuve que des correctifs ont été apportés.
• La cohérence dans l’application : Les agents de l’autorité
tiendront compte de ce qui a été fait dans des cas semblables
pour décider de la mesure à prendre pour appliquer la Loi.
Contacts
Personnes-ressources
Josée Portugais, Head, Controls Development Unit, Chemicals
Sector Division, Environment Canada, 351 Saint-Joseph Boulevard, 12th Floor, Gatineau, Quebec K1A 0H3, (819) 953-6984
(telephone), (819) 994-0007 (fax), [email protected]
Josée Portugais, Chef, Section de l’élaboration des contrôles,
Division du secteur des industries chimiques, Environnement
Canada, 351, boulevard Saint-Joseph, 12e étage, Gatineau (Québec) K1A 0H3, (819) 953-6984 (téléphone), (819) 994-0007
Le 17 juin 2006
Gazette du Canada Partie I
1591
(email); or Céline Labossière, Policy Manager, Impact Analysis
and Instrument Choice Division, Environment Canada, 10 Wellington Street, 24th Floor, Gatineau, Quebec K1A 0H3, (819)
997-2377 (telephone), (819) 997-2769 (fax), [email protected]
ec.gc.ca (email).
(télécopieur), [email protected] (courriel), ou Céline
Labossière, Gestionnaire de politiques, Analyse des impacts et
du choix des instruments, Environnement Canada, 10, rue Wellington, 24e étage, Gatineau (Québec) K1A 0H3, (819) 997-2377
(téléphone), (819) 997-2769 (télécopieur), [email protected]
gc.ca (courriel).
PROPOSED REGULATORY TEXT
PROJET DE RÉGLEMENTATION
Notice is hereby given, pursuant to subsection 332(1)a of the
Canadian Environmental Protection Act, 1999b, that the Governor in Council proposes, pursuant to subsection 90(1) of that Act,
to make the annexed Order Adding Toxic Substances to Schedule 1
to the Canadian Environmental Protection Act, 1999.
Any person may, within 60 days after the date of publication of
this notice, file with the Minister of the Environment comments
with respect to the proposed Order or a notice of objection requesting that a board of review be established under section 333
of that Act and stating the reasons for the objection. All comments and notices must cite the Canada Gazette, Part I, and the
date of publication of this notice, and be sent to the Director General, Pollution Prevention, Environmental Stewardship, Department of the Environment, Ottawa, Ontario K1A 0H3.
A person who provides information to the Minister of the Environment may submit with the information a request for confidentiality under section 313 of that Act.
Ottawa, June 8, 2006
DIANE LABELLE
Acting Assistant Clerk of the Privy Council
Avis est donné, conformément au paragraphe 332(1)a de la Loi
canadienne sur la protection de l’environnement (1999)b, que la
gouverneure en conseil, en vertu du paragraphe 90(1) de cette loi,
se propose de prendre le Décret d’inscription de substances toxiques à l’annexe 1 de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999), ci-après.
Les intéressés peuvent présenter à la ministre de l’Environnement, dans les soixante jours suivant la date de publication du
présent avis, leurs observations au sujet du projet de décret ou un
avis d’opposition motivé demandant la constitution de la commission de révision prévue à l’article 333 de cette loi. Ils sont priés
d’y citer la Gazette du Canada Partie I, ainsi que la date de publication, et d’envoyer le tout à la directrice générale, Prévention de
la pollution, Intendance environnementale, ministère de l’Environnement, Ottawa (Ontario) K1A 0H3.
Quiconque fournit des renseignements à la ministre peut en
même temps présenter une demande de traitement confidentiel
aux termes de l’article 313 de cette loi.
Ottawa, le 8 juin 2006
La greffière adjointe intérimaire du Conseil privé,
DIANE LABELLE
ORDER ADDING TOXIC SUBSTANCES TO SCHEDULE 1
TO THE CANADIAN ENVIRONMENTAL
PROTECTION ACT, 1999
DÉCRET D’INSCRIPTION DE SUBSTANCES TOXIQUES
À L’ANNEXE 1 DE LA LOI CANADIENNE SUR LA
PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT (1999)
AMENDMENT
MODIFICATION
1. Schedule 1 to the Canadian Environmental Protection
Act, 19991 is amended by adding the following:
Hexane, 1,6-diisocyanato-, homopolymer, reaction products
with alpha-fluoro-omega-2-hydroxyethyl-poly(difluoromethylene),
C16-20-branched alcohols and 1-octadecanol
2-propenoic acid, 2-methyl-, hexadecyl ester, polymers with
2-hydroxyethyl methacrylate, gamma-omega-perfluoro-C10-16alkyl acrylate and stearyl methacrylate
2-propenoic acid, 2-methyl-, 2-methylpropyl ester, polymer
with butyl 2-propenoate and 2,5-furandione, gamma-omegaperfluoro-C8-14-alkyl esters, tert-Bu benzenecarboperoxoateinitiated
2-propen-1-ol reaction products with pentafluoroiodoethane
tetrafluoroethylene telomer, dehydroiodinated, reaction products
with epichlorohydrin and triethylenetetramine
1. L’annexe 1 de la Loi canadienne sur la protection de
l’environnement (1999)1 est modifiée par adjonction de ce qui
suit :
1,6-Diisocyanatohexane, homopolymérisé, produits de
réaction avec l’alpha fluoro oméga-(2-hydroxyéthyl)-poly
(difluorométhylène), des alcools ramifiés en C16-20 et
l’octadécan-1-ol
Méthacrylate d’hexadécyle, polymères avec le méthacrylate de
2-hydroxyéthyle, l’acrylate de gamma,oméga-perfluoroalkyle en
C10-16 et le méthacrylate de stéaryle
Méthacrylate d’isobutyle, polymérisé avec l’acrylate de butyle,
l’anhydride maléique, esters de gamma,oméga-perfluoroalkyle en
C8-14, amorcé avec du benzènecarboperoxoate de tert-butyle
Alcool allylique, produits de réaction avec du pentafluoroiodoéthane et de tétrafluoroéthylène télomérisés, déshydroiodés,
produits de réaction avec de l’épichlorhydrine et la triéthylènetétramine
———
———
a
a
b
1
S.C. 2004, c. 15, s. 31
S.C. 1999, c. 33
S.C. 1999, c. 33
b
1
L.C. 2004, ch. 15, art. 31
L.C. 1999, ch. 33
L.C. 1999, ch. 33
1592
Canada Gazette Part I
June 17, 2006
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
2. This Order comes into force on the day on which it is
registered.
2. Le présent décret entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
[24-1-o]
[24-1-o]
Le 17 juin 2006
Gazette du Canada Partie I
1593
Regulations Amending the Prohibition of Certain
Toxic Substances Regulations, 2005 (Four New
Fluorotelomer-based Substances)
Règlement modifiant le Règlement sur certaines
substances toxiques interdites (2005) (quatre
substances nouvelles à base de télomères fluorés)
Statutory authority
Canadian Environmental Protection Act, 1999
Fondement législatif
Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999)
Sponsoring departments
Department of the Environment and Department of Health
Ministères responsables
Ministère de l’Environnement et ministère de la Santé
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
For the Regulatory Impact Analysis Statement, see page 1582.
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
Pour le résumé de l’étude d’impact de la réglementation, voir la
page 1582.
PROPOSED REGULATORY TEXT
PROJET DE RÉGLEMENTATION
Notice is hereby given, pursuant to subsection 332(1)a of the
Canadian Environmental Protection Act, 1999b, that the Governor in Council proposes, pursuant to subsection 93(1) of that Act,
to make the annexed Regulations Amending the Prohibition of
Certain Toxic Substances Regulations, 2005 (Four New Fluorotelomer-based Substances).
Any person may, within 60 days after the date of publication of
this notice, file with the Minister of the Environment comments
with respect to the proposed Regulations or a notice of objection
requesting that a board of review be established under section 333
of that Act and stating the reasons for the objection. All comments and notices must cite the Canada Gazette, Part I, and the
date of publication of this notice, and be sent to the Director General, Pollution Prevention, Environmental Stewardship, Department of the Environment, Ottawa, Ontario K1A 0H3.
A person who provides information to the Minister of the Environment may submit with the information a request for confidentiality under section 313 of that Act.
Ottawa, June 8, 2006
DIANE LABELLE
Acting Assistant Clerk of the Privy Council
Avis est donné, conformément au paragraphe 332(1)a de la Loi
canadienne sur la protection de l’environnement (1999)b, que la
gouverneure en conseil, en vertu du paragraphe 93(1) de cette loi,
se propose de prendre le Règlement modifiant le Règlement sur
certaines substances toxiques interdites (2005) (quatre substances nouvelles à base de télomères fluorés), ci-après.
Les intéressés peuvent présenter à la ministre de l’Environnement, dans les soixante jours suivant la date de publication du
présent avis, leurs observations au sujet du projet de règlement ou
un avis d’opposition motivé demandant la constitution de la
commission de révision prévue à l’article 333 de cette loi. Ils sont
priés d’y citer la Gazette du Canada Partie I, ainsi que la date de
publication, et d’envoyer le tout à la directrice générale, Prévention de la pollution, Intendance environnementale, ministère de
l’Environnement, Ottawa (Ontario) K1A 0H3.
Quiconque fournit des renseignements à la ministre peut en
même temps présenter une demande de traitement confidentiel
aux termes de l’article 313 de cette loi.
Ottawa, le 8 juin 2006
La greffière adjointe intérimaire du Conseil privé,
DIANE LABELLE
———
———
a
a
b
S.C. 2004, c. 15, s. 31
S.C. 1999, c. 33
b
L.C. 2004, ch. 15, art. 31
L.C. 1999, ch. 33
1594
Canada Gazette Part I
June 17, 2006
REGULATIONS AMENDING THE PROHIBITION OF
CERTAIN TOXIC SUBSTANCES REGULATIONS,
2005 (FOUR NEW FLUOROTELOMER-BASED
SUBSTANCES)
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT SUR
CERTAINES SUBSTANCES TOXIQUES INTERDITES
(2005) (QUATRE SUBSTANCES NOUVELLES À
BASE DE TÉLOMÈRES FLUORÉS)
AMENDMENTS
1. Section 4 of the Prohibition of Certain Toxic Substances
Regulations, 20051 is renumbered as subsection 4(1) and is
amended by adding the following:
(2) Subsection (1) does not apply to a product that is a manufactured item that is formed into a specific physical shape or design during manufacture and that has, for its final use, a function
or functions dependent in whole or in part on its shape or design,
if a toxic substance set out in Part 2 of Schedule 1 is present in
that manufactured item.
2. (1) Schedule 1 to the Regulations is amended by adding
the following after the heading “SCHEDULE 1 /(Sections 1 to
4 and 6)”:
MODIFICATIONS
1. L’article 4 du Règlement sur certaines substances toxiques
interdites (2005)1 devient le paragraphe 4(1) et est modifié par
adjonction de ce qui suit :
(2) Les produits qui sont des articles manufacturés dotés d’une
forme ou de caractéristiques matérielles précises pendant leur
fabrication et qui ont, pour leur utilisation finale, une ou plusieurs
fonctions en dépendant en tout ou en partie ne sont pas visés par
les interdictions prévues au paragraphe (1) à l’égard des substances toxiques mentionnées à la partie 2 de l’annexe 1.
2. (1) L’annexe 1 du même règlement est modifiée par adjonction, après le titre « ANNEXE 1/(articles 1 à 4 et 6) », de
ce qui suit :
PART 1
PARTIE 1
(2) Schedule 1 to the Regulations is amended by adding the
following after Part 1:
(2) L’annexe 1 du même règlement est modifiée par adjonction, après la partie 1 de ce qui suit :
PART 2
PARTIE 2
PROHIBITED TOXIC SUBSTANCES UNLESS
PRESENT IN MANUFACTURED ITEMS
SUBSTANCES TOXIQUES INTERDITES SAUF SI
PRÉSENTES DANS UN ARTICLE MANUFACTURÉ
Item
Toxic Substances
Article
Substance toxique
1.
Hexane, 1,6-diisocyanato-, homopolymer, reaction products with
alpha-fluoro-omega-2-hydroxyethyl-poly(difluoromethylene),
C16-20-branched alcohols and 1-ctadecanol
2-propenoic acid, 2-methyl-, hexadecyl ester, polymers with
2-hydroxyethyl methacrylate, gamma-omega-perfluoro-C10-16-alkyl
acrylate and stearyl methacrylate
2-propenoic acid, 2-methyl-, 2-methylpropyl ester, polymer with butyl
2-propenoate and 2,5 furandione, gamma-omega-perfluoro-C8-14 alkyl
esters, tert-Bu benzenecarboperoxoate-initiated
2-propen-1-ol, reaction products with pentafluoroiodoethane
tetrafluoroethylene telomer, dehydroiodinated, reaction products with
epichlorohydrin and triethylenetetramine
1.
1,6-Diisocyanatohexane, homopolymérisé, produits de réaction avec
l’alpha fluoro oméga-(2-hydroxyéthyl)-poly(difluorométhylène), des
alcools ramifiés en C16-20 et l’octadécan-1-ol
Méthacrylate d’hexadécyle, polymères avec le méthacrylate de
2-hydroxyéthyle, l’acrylate de gamma,oméga-perfluoroalkyle en C10-16
et le méthacrylate de stéaryle
Méthacrylate d’isobutyle, polymérisé avec l’acrylate de butyle,
l’anhydride maléique, esters de gamma,oméga-perfluoroalkyle en C8-14,
amorcé avec du benzènecarboperoxoate de tert-butyle
Alcool allylique, produits de réaction avec du pentafluoroiodoéthane et
de tétrafluoroéthylène télomérisés, déshydroiodés, produits de réaction
avec de l’épichlorhydrine et la triéthylènetétramine
2.
3.
4.
2.
3.
4.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
3. These Regulations come into force on the day on which
they are registered.
3. Le présent règlement entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
[24-1-o]
[24-1-o]
———
———
1
1
SOR/2005-41
DORS/2005-41
Le 17 juin 2006
Gazette du Canada Partie I
1595
Regulations Amending the Pension Benefits
Standards Regulations, 1985
Règlement modifiant le Règlement de 1985 sur les
normes de prestation de pension
Statutory authority
Pension Benefits Standards Act, 1985
Fondement législatif
Loi de 1985 sur les normes de prestation de pension
Sponsoring department
Department of Finance
Ministère responsable
Ministère des Finances
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement.)
Description
Description
The purpose of this initiative is to increase the flexibility that
seniors have in managing their federally regulated locked-in Life
Income Funds (LIFs), while at the same time maintaining the
security of their retirement incomes, by eliminating the stipulation
that a LIF contract (between the financial institution that administers the LIF and the holder of the LIF) must provide for the conversion of the funds in the LIF into a life annuity when the holder
turns 80 years of age. This initiative results from a commitment
made in the 2005 budget.
Federally regulated LIFs are typically generated when individuals who change employment opt to take the vested pension
benefits they have acquired under a federally regulated registered
pension plan in the form of a locked-in registered retirement savings plan (RRSP), rather than in the form of a deferred annuity or
via a transfer of these vested benefits into the registered pension
plan of a subsequent employer.
To provide income during an individual’s retirement years, a
locked-in RRSP may be used either to acquire a life annuity (a
contract sold by a financial institution which provides fixed payments to the holder at specified intervals) or converted into a LIF
(which allows for some flexibility in the amount of income the
holder receives in a given year, subject to certain maximum and
minimum withdrawal requirements set forth in the Pension Benefits Standards Regulations, 1985).
Cette initiative a pour objet d’accroître la marge de manœuvre
financière des aînés au titre de la gestion de leurs fonds de revenus viagers (FRV) fédéraux immobilisés, tout en maintenant la
sécurité de leurs revenus de retraite, en éliminant une règle selon
laquelle un contrat de FRV (conclu entre l’institution financière
qui administre le FRV et le détenteur du FRV) doit prévoir la
conversion des fonds détenus dans le FRV en une rente viagère
dès que le détenteur atteint 80 ans. Cette initiative découle d’un
engagement pris dans le budget de 2005.
Des FRV fédéraux sont habituellement établis lorsqu’un particulier qui change d’emploi choisit de recevoir les prestations acquises par le biais d’un régime de pension agréé (RPA) fédéral
sous forme d’un régime enregistré d’épargne-retraite (REER)
immobilisé plutôt que d’une rente différée ou d’un transfert des
crédits dans le RPA de son nouvel employeur.
At present, the Pension Benefits Standards Regulations, 1985
also stipulate that the terms of LIF contracts (under which lockedin RRSPs are converted into LIFs) have to include a requirement
that their holders, upon turning 80 years of age, must convert
remaining LIF funds into a life annuity.
As a result of this proposed change, LIF contracts could in the
future provide pensioners with the option of continuing to withdraw funds from their LIFs in accordance with existing withdrawal rules even after they reach 80 years of age. No statutory
changes are being proposed that will either affect existing contracts, or prohibit contracting parties from voluntarily including a
requirement to convert remaining LIF funds into a life annuity, if
they chose to do so.
Afin de disposer d’un revenu à la retraite, un particulier peut
utiliser son REER immobilisé pour acquérir une rente viagère (un
contrat vendu par une institution financière qui prévoit le versement au détenteur de paiements fixes à intervalles déterminés) ou
le convertir en FRV (qui procure une certaine marge de manœuvre financière au titre du montant de revenu que le détenteur reçoit dans une année donnée, sous réserve de certaines exigences
de retrait maximal et minimal établies dans le Règlement de 1985
sur les normes de prestation de pension).
À l’heure actuelle, le Règlement de 1985 sur les normes de
prestation de pension précise que les modalités d’un contrat de
FRV (aux termes duquel un REER immobilisé est converti en
FRV) doivent obliger le bénéficiaire à utiliser tout reliquat éventuel d’un FRV pour faire l’achat d’une rente à l’âge de 80 ans.
Par suite de cette modification proposée, les bénéficiaires ultérieurs qui transféreront leurs REER immobilisés dans un FRV
pourront continuer de puiser dans leurs FRV conformément aux
règles actuelles sur les retraits même après qu’ils auront atteint
l’âge de 80 ans. Aucune modification réglementaire proposée ne
touchera les contrats existants, ni n’empêchera les parties contractantes d’inclure volontairement une exigence selon laquelle le
reliquat éventuel d’un FRV doit être converti en rente viagère.
Alternatives
Solutions envisagées
The principal alternative to the proposed change is to maintain
the status quo. Choosing this alternative would maintain the
La principale solution de rechange consisterait à maintenir le
statu quo. Cette option maintiendrait les limites actuelles de la
1596
Canada Gazette Part I
June 17, 2006
current limits on the flexibility that seniors have in managing
their LIFs, and would result in failing to meet a commitment
made by the Government in the 2005 budget.
marge de manœuvre financière dont disposent les aînés au titre de
la gestion de leur FRV, et signifierait que le Gouvernement renonce à s’acquitter de l’engagement qu’il a pris dans le budget de
2005.
Benefits and costs
Avantages et coûts
Because LIFs are administered entirely by private financial
intermediaries authorized to administer such funds, there will be
no costs to the Crown as a consequence of this proposed change.
Further, there are no income tax implications associated with this
change.
To the extent that the requirement to convert LIFs to life annuities compels holders of LIFs to incur conversion costs, this measure will reduce these costs, while still maintaining a measure of
protection for the security of individuals’ pension incomes.
Comme les FRV sont entièrement administrés par des intermédiaires financiers du secteur privé autorisés en ce sens, cette modification proposée n’entraîne aucun coût pour l’État. De plus,
cette modification n’a aucun effet sur l’impôt sur le revenu.
Consultation
Consultations
Because of its modest anticipated impact, the elimination of
compulsory annuitization at age 80 was announced in the 2005
budget without formal systematic consultation. However, the
need for this proposed change was identified through communications from private citizens concerned about the limitation imposed by the current requirement.
En raison de l’incidence modeste que cette mesure devrait
avoir, l’élimination de la conversion obligatoire en rente viagère à
80 ans a été annoncée dans le budget de 2005 sans consultation
systématique en bonne et due forme. La nécessité de cette modification avait toutefois été déterminée dans le cadre de communications avec des citoyens que les limites imposées par l’exigence
actuelle inquiétaient.
Compliance and enforcement
Respect et exécution
Although the proposed initiative would increase flexibility by
reducing the legal requirements for what the contracts between
providers and beneficiaries of LIFs must contain, the need for
oversight—to ensure that such contracts meet all other legal requirements—will remain. As such, compliance and enforcement
requirements will not change markedly as a result of the proposed
amendment.
Même si l’initiative proposée accroîtra la marge de manœuvre
financière des aînés en réduisant les exigences aux yeux de la loi
en ce qui a trait à ce qui doit être inscrit dans les contrats conclus
entre des fournisseurs et des bénéficiaires de FRV, le besoin de
surveillance — pour veiller à ce que ces contrats satisfassent à
toutes les autres exigences législatives — demeure. À ce titre, la
modification proposée ne change pas de manière notable les exigences de respect et d’exécution inscrites dans la loi.
Contact
Personne-ressource
Mark Piper, Policy Analyst, Social Policy, Federal-Provincial
Relations and Social Policy Branch, Finance Canada, Ottawa,
Ontario K1A 0G5, (613) 992-1731 (telephone), (613) 943-2919
(fax), [email protected] (email).
Mark Piper, Analyste de la politique, Politique sociale, Direction des relations fédérales-provinciales et de la politique sociale,
Finances Canada, Ottawa (Ontario) K1A 0G5, (613) 992-1731
(téléphone), (613) 943-2919 (télécopieur), [email protected]
(courriel).
PROPOSED REGULATORY TEXT
PROJET DE RÉGLEMENTATION
Notice is hereby given that the Governor in Council, pursuant
to section 39a of the Pension Benefits Standards Act, 1985 b, proposes to make the annexed Regulations Amending the Pension
Benefits Standards Regulations, 1985.
Interested persons may make representations with respect to
the proposed Regulations within 30 days after the date of publication of this notice. All such representations must cite the Canada
Gazette, Part I, and the date of publication of this notice, and be
addressed to Mark Piper, Policy Analyst, Federal-Provincial Relations and Social Policy Branch, Finance Canada, Ottawa, Ontario
K1A 0G5 (fax: (613) 943-2919; e-mail: [email protected]).
Avis est donné que la gouverneure en conseil, en vertu de l’article 39a de la Loi de 1985 sur les normes de prestation de pensionb, se propose de prendre le Règlement modifiant le Règlement
de 1985 sur les normes de prestation de pension, ci-après.
Les intéressés peuvent présenter leurs observations au sujet du
projet de règlement dans les trente jours suivant la date de publication du présent avis. Ils sont priés d’y citer la Gazette du
Canada Partie I, ainsi que la date de publication, et d’envoyer le
tout à Mark Piper, analyste de la politique, Direction des relations
fédérales-provinciales et de la politique sociale, ministère des
Finances, Ottawa (Ontario) K1A 0G5 (téléc. : (613) 943-2919;
courriel : [email protected]).
———
———
a
a
b
S.C. 2001, c. 34, s. 76
R.S., c. 32 (2nd Supp.)
Dans la mesure où l’exigence de conversion des FRV en rente
viagère oblige les détenteurs de FRV à éponger des coûts de
conversion, cette mesure réduira ces coûts, tout en maintenant la
sécurité des revenus de pension des particuliers.
b
L.C. 2001, ch. 34, art. 76
L.R., ch. 32 (2e suppl.)
Le 17 juin 2006
Gazette du Canada Partie I
1597
The representations should stipulate those parts of the representations that should not be disclosed pursuant to the Access to Information Act and, in particular, pursuant to sections 19 and 20 of
that Act, the reason why those parts should not be disclosed and
the period during which they should remain undisclosed. The
representations should also stipulate those parts of the representations for which there is consent to disclosure pursuant to the Access to Information Act.
Ottawa, June 8, 2006
DIANE LABELLE
Acting Assistant Clerk of the Privy Council
Ils sont également priés d’indiquer, d’une part, celles de ces
observations dont la communication devrait être refusée aux termes de la Loi sur l’accès à l’information, notamment des articles 19 et 20, en précisant les motifs et la période de noncommunication et, d’autre part, celles dont la communication fait
l’objet d’un consentement pour l’application de cette loi.
REGULATIONS AMENDING THE PENSION BENEFITS
STANDARDS REGULATIONS, 1985
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT DE 1985
SUR LES NORMES DE PRESTATION DE PENSION
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1. (1) The portion of paragraph 20.1(1)(d) of the Pension
Benefits Standards Regulations, 1985 1 before the formula C/F
is replaced by the following:
(d) provide that, for any calendar year before the calendar year
in which the holder of the life income fund reaches 90 years of
age, the amount of income paid out of the life income fund
shall not exceed the amount determined by the formula
(2) Paragraphs 20.1(1)(e) and (f) of the Regulations are replaced by the following:
(d.1) provide that, for the calendar year in which the holder of
the life income fund reaches 90 years of age and for all subsequent calendar years, the amount of income paid out of the life
income fund shall not exceed the value of the funds held in the
fund immediately before the time of the payment;
(e) provide that, for the calendar year in which the contract or
arrangement was entered into, the amount determined under
paragraph (d) or (d.1), as the case may be, shall be multiplied
by the number of months remaining in that year and then divided by 12, with any part of an incomplete month counting as
one month;
(f) provide that if, at the time the life income fund was established, part of the life income fund was composed of funds that
had been held in another life income fund of the holder earlier
in the calendar year in which the fund was established, the
amount determined under paragraph (d) or (d.1), as the case
may be, is deemed to be zero in respect of that part of the life
income fund for that calendar year;
(3) Paragraph 20.1(1)(h) of the Regulations is repealed.
1. (1) Le passage de l’alinéa 20.1(1)d) du Règlement de 1985
sur les normes de prestation de pension1 précédant la formule C/F est remplacé par ce qui suit :
d) le montant du revenu prélevé sur le fonds au cours de toute
année civile précédant celle où le détenteur du fonds atteint
quatre-vingt-dix ans ne peut dépasser le montant déterminé selon la formule suivante :
(2) Les alinéas 20.1(1)e) et f) du même règlement sont remplacés par ce qui suit :
d.1) le montant du revenu prélevé sur le fonds dans l’année civile où le détenteur du fonds atteint quatre-vingt-dix ans et
pour les années subséquentes ne peut dépasser la valeur des
sommes détenues dans le fonds immédiatement avant le moment du versement;
e) pour l’année civile initiale du contrat ou de l’arrangement, le
montant déterminé selon les alinéas d) ou d.1) est multiplié par
le quotient de la division du nombre de mois non encore écoulés dans l’année par douze, toute partie d’un mois incomplet
comptant pour un mois;
f) si, au moment où le fonds a été constitué, il a été composé en
partie de sommes qui, plus tôt dans l’année civile en cause,
étaient détenues dans un autre fonds de revenu viager du détenteur du fonds, le montant déterminé selon les alinéas d) et d.1)
est réputé égal à zéro à l’égard de cette partie pour cette année;
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
2. These Regulations come into force on the day on which
they are registered.
2. Le présent règlement entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
[24-1-o]
[24-1-o]
Ottawa, le 8 juin 2006
La greffière adjointe intérimaire du Conseil privé,
DIANE LABELLE
(3) L’alinéa 20.1(1)h) du même règlement est abrogé.
———
———
1
1
SOR/87-19
DORS/87-19
1598
Canada Gazette Part I
June 17, 2006
Regulations Amending the Food and Drug
Regulations (Data Protection)
Règlement modifiant le Règlement sur les aliments et
drogues (protection des données)
Statutory authority
Food and Drugs Act
Fondement législatif
Loi sur les aliments et drogues
Sponsoring department
Department of Health
Ministère responsable
Ministère de la Santé
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement.)
Description
Description
The proposed amendments to section C.08.004.1 of the Food
and Drug Regulations are intended to provide new drugs with an
internationally competitive, guaranteed minimum period of market exclusivity of eight years and an additional six months of data
protection to drugs that have been the subject of clinical trials in
children.
L’objet des modifications proposées à l’article C.08.004.1 du
Règlement sur les aliments et drogues consiste à accorder aux
drogues nouvelles une position concurrentielle sur les marchés
internationaux et une période d’exclusivité de marché garantie
d’une durée minimum de huit ans, plus six mois supplémentaires
de protection des données dans le cas des drogues ayant fait
l’objet d’essais cliniques sur les enfants.
Ces modifications remplacent les modifications proposées initialement à l’article C.08.004.1 du Règlement sur les aliments et
drogues qui ont été publiées dans la Partie I de la Gazette du Canada, le 11 décembre 2004. Du fait que ces modifications diffèrent grandement de celles initialement proposées, un nouveau
texte doit être publié dans la Gazette du Canada. Le présent résumé de l’étude d’impact de la réglementation (RÉIR) porte sur
les changements qui ont été effectués à la suite des commentaires
reçus de la part des intervenants.
These amendments replace the original proposed amendments
to section C.08.004.1 of the Food and Drug Regulations that were
published in Part I of the Canada Gazette, on December 11, 2004.
As these amendments are a significant departure from the previous proposal, a new publication in the Canada Gazette is needed.
This Regulatory Impact Analysis Statement (RIAS) introduces
the changes made in response to comments from stakeholders.
Background
Contexte
The original proposed amendments to section C.08.004.1 of
the Food and Drug Regulations (“Regulations”), published in
Part I of the Canada Gazette on December 11, 2004, were intended to clarify and effectively implement Canada’s North
American Free Trade Agreement (NAFTA) and the TradeRelated Aspects of Intellectual Property Rights (TRIPS) obligations with respect to data protection. These obligations require
that signatories provide protection against the unfair commercial
use of undisclosed tests or other data submitted in order to obtain
approval of pharmaceutical or agricultural chemical products that
utilize new chemical entities. The intent of this protection is to
allow the innovator, or originator, of the data to protect the investments made in the development of the product by allowing a
period of market exclusivity.
Les modifications initiales proposées à l’article C.08.004.1 du
Règlement sur les aliments et drogues (« Règlement ») publiées
dans la Partie I de la Gazette du Canada, le 11 décembre 2004,
visaient à clarifier et à mettre en œuvre, de façon efficace, les
engagements du Canada en matière de protection des données en
vertu de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA) et
les aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au
commerce (ADPIC). Ces engagements exigent que les signataires
fournissent une protection contre l’exploitation déloyale dans le
commerce des données non divulguées résultant d’essais ou
d’autres données communiquées en vue de l’approbation de la
commercialisation de produits pharmaceutiques ou de produits
chimiques pour l’agriculture, lorsque ces produits comportent des
entités chimiques nouvelles. L’objet de cette mesure de protection
est de permettre à l’innovateur ou au premier auteur des données
de protéger l’investissement fait dans le développement du produit en prévoyant une période d’exclusivité du marché.
En vertu du règlement en vigueur, pour qu’il y ait protection
des données, le ministre de la Santé doit examiner les données
non divulguées d’un innovateur et s’y fier afin de délivrer un avis
de conformité au fabricant de produit générique. Cependant, pour
recevoir un avis de conformité au Canada, un fabricant de produit
générique doit uniquement faire la preuve de sa bioéquivalence
avec le produit de l’innovateur, en comparant le produit générique
Under the current Regulations, data protection arises when the
Minister of Health examines and relies on an innovator’s undisclosed data in order to grant a notice of compliance to a generic
manufacturer. However, to receive a notice of compliance in
Canada, a generic manufacturer need only demonstrate bioequivalence by comparing its generic product to the innovator’s
product. Therefore, in actual practice, the Minister typically does
Le 17 juin 2006
not examine the data contained in the innovator’s submission in
order to grant a notice of compliance for a generic product. As a
result, data protection does not arise where bioequivalence forms
the basis of a generic submission, as affirmed by the Federal
Court of Appeal in Bayer Inc. v. Canada (Attorney General),
87 C.P.R. (3d) 293.
While the comparison necessary to demonstrate bioequivalence
rarely involves an examination of the innovator’s data, it does
involve reliance on the innovator’s product. Therefore, the original proposed amendments were introduced to clarify that the aforementioned reliance will give rise to data protection.
Gazette du Canada Partie I
1599
à celui de l’innovateur. Par conséquent, en réalité, le ministre
n’examine généralement pas les données que comporte la présentation de l’innovateur pour délivrer un avis de conformité pour un
produit générique. Ainsi, la protection des données ne s’applique
pas lorsque la bioéquivalence est à la base de la présentation,
comme l’a confirmé la Cour fédérale d’appel dans l’affaire Bayer
Inc. c. Canada (Procureur général), 87 C.P.R. (3d) 293.
Bien que la comparaison nécessaire pour démontrer la bioéquivalence soit rarement établie à l’aide d’un examen des données de
l’innovateur, elle demande néanmoins que l’on puisse se fier à
son produit. Par conséquent, les modifications initialement proposées étaient présentées dans le but de préciser le fait qu’une telle
confiance entraîne la protection des données.
Revised proposal
Proposition révisée
Due to the response from stakeholders regarding the term of
data protection, the Government will now incorporate a no-filing
period within the eight-year term of data protection. As a result,
Canada will now provide for a six-year period (within the eightyear term) where a generic manufacturer will not be permitted to
file a submission with the Minister. This will be followed by a nomarketing period of two years during which the Minister will not
grant a notice of compliance to the generic manufacturer. This
additional two-year period is generally reflective of the period of
time required to approve a drug submission, as well as the time
required for a generic manufacturer to meet its obligations under
the Patented Medicines (Notice of Compliance) Regulations
[“PM(NOC) Regulations”]. This change will provide an adequate
incentive for innovators to invest in research, and to develop and
market their products in Canada. It would also bring Canada
in-line with a system similar to that of other jurisdictions in respect of the no-filing period.
En raison des commentaires reçus de la part des intervenants en
ce qui a trait à la durée de la période de protection, le Gouvernement inclura désormais une période de non-dépôt dans la période
de huit années de protection. Ainsi, le Canada accordera une période d’une durée de six années (à l’intérieur de la période de huit
années) au cours de laquelle le fabricant du produit générique ne
pourra pas déposer de présentation au ministre. Cela sera suivi
d’une période de non-commercialisation de deux années au cours
de laquelle le ministre ne délivrera pas d’avis de conformité au
fabricant du produit générique. Cette période supplémentaire
d’une durée de deux années représente, en règle générale, la période de temps requise afin d’approuver une présentation de drogue, ainsi que la période de temps que requiert un fabricant de
produit générique afin de respecter ses obligations en vertu du
Règlement sur les médicaments brevetés (avis de conformité).
Cette modification incitera les innovateurs à investir dans la recherche ainsi qu’à développer et à commercialiser leurs produits
au Canada. Le Canada harmonisera ainsi son système avec ceux
des autres pays en ce qui a trait à la période de non-dépôt.
Avec l’adoption de cette période de non-dépôt d’une durée de
six années, une exception à cette disposition est requise afin de
permettre le dépôt de présentations de drogues dans le cadre de la
Loi de l’engagement de Jean Chrétien envers l’Afrique (« Loi de
l’EJCA »). Bien que ces présentations puissent être soumises au
cours de la période de non-dépôt, l’avis de conformité ne sera pas
délivré avant que la période de protection des données ne soit
terminée.
Les commentaires reçus au cours de la période de consultation
ont démontré la nécessité de préciser les objectifs de la disposition de prolongement pédiatrique, ainsi que le type de renseignements requis par le Gouvernement afin qu’une drogue puisse
bénéficier du prolongement de six mois. Ainsi, la disposition a été
modifiée. Dans les modifications initialement proposées, l’innovateur devait présenter ses études pédiatriques en même temps
que sa présentation de drogue nouvelle. Toutefois, en règle générale, les entreprises innovatrices n’effectuent pas d’études sur les
populations pédiatriques avant que la drogue n’ait fait l’objet
d’essais auprès des populations adultes et qu’elle n’ait déjà été
approuvée. Par conséquent, les modifications initialement proposées ne prévoyaient pas de délai réaliste au cours duquel un innovateur pouvait présenter des études pédiatriques. De plus, l’ampleur des exigences de présentation d’études pédiatriques se
devait d’être précisée. Afin d’apaiser ces inquiétudes, une période
supplémentaire de six mois s’appliquera désormais à la période de
huit années si un innovateur inclut, dans sa présentation de drogue
nouvelle ou dans tout supplément à cette présentation soumis au
cours des premières cinq années de la période de protection de
huit années, des essais cliniques conçus et menés dans le but
d’accroître les connaissances sur l’utilisation de la drogue au sein
des populations pédiatriques. Cela donnera non seulement à
With the introduction of the six-year no-filing period, an exception to this provision is required to allow for the filing of drug
submissions within the framework of the Jean Chrétien Pledge to
Africa Act (“JCPA Act”). Although these submissions can be
submitted within the no-filing period, the notice of compliance
will not be issued until the expiry of the data protection term.
Feedback received during the consultation period indicated that
there was a need for clarification regarding the goals of the pediatric extension provision, as well as the type of information the
Government will require in order for a drug to benefit from the
six-month extension. As a result, the provision has been altered.
In the original proposed amendments, it was required that pediatric studies be submitted at the time the innovator submits its new
drug submission. Innovator companies, however, do not usually
perform studies on pediatric populations until well after the drug
product has been tested in adult populations and has already received initial approval. Consequently, the original proposed requirements did not provide a realistic time-line in which an innovator could submit pediatric studies. Furthermore, the breadth of
the requirement to submit pediatric studies needed clarification.
To respond to these concerns, an additional six months will now
be applied to the eight-year term if an innovator includes, in its
new drug submission, or any supplement to that new drug submission filed within the first five years of the eight-year data protection period, clinical trials which were designed and conducted
with the purpose of increasing knowledge about the use of
the drug in pediatric populations. This will not only provide the
innovator with greater certainty regarding what kind of studies
must be submitted in order to benefit from this extension, but it
1600
Canada Gazette Part I
would also provide a much more realistic five-year window in
which innovators can submit those pediatric clinical trials. Extending market exclusivity in this manner will encourage pediatric research and improve drug information regarding pediatric
usage for health professionals, thus providing health benefits to
children.
Another change involves the definition of “innovative drug.”
There was wide concern from the generic pharmaceutical industry
that the definition of “innovative drug” was overly broad, allowing for innovator drug companies to make minor alternations to
their drug in order to gain additional terms of data exclusivity.
The definition now specifically prohibits innovators from obtaining additional terms of data protection for variations of medicinal
ingredients. Examples of these variations could include, but are
not limited to, salts, esters, enantiomers, solvates or polymorphs
of that medicinal ingredient. These minor variations of the medicinal ingredient are not entitled to a separate term of data protection. The Government will, therefore, only offer one term of
protection for any given medicinal ingredient not previously
approved in a drug in Canada. This definition is also intended
to limit additional terms of data protection from being given
to drugs which contain a combination of medicinal ingredients
which have already been previously approved in Canada.
In response to concerns from stakeholders, and the biotech industry in particular, the Government has now removed the requirement found in the previously proposed amendments that the
medicinal ingredient in the new drug be identical to that in the
innovative drug. This was undertaken to avoid a narrow test, especially where biologic drugs are concerned. Instead, the trigger
mechanism for data protection is now reliant on any direct or
indirect comparison between a drug and the innovative drug. As
was observed by the Supreme Court of Canada in Bristol-Myers
Squibb Co. v. Canada (Attorney General), 2005 SCC 26, such
direct or indirect comparisons would exclude submissions in
which the submission sponsor does not rely on another manufacturer’s safety and efficacy data in seeking approval under the
Food and Drug Regulations. This is consistent with Article 1711
of NAFTA and paragraph 3, Article 39 of TRIPS, since there
would be no unfair commercial use of data through the reliance
on such data for the approval of the product.
Following the comments received from industry, protection
does not apply where the drug is no longer being marketed in
Canada. This is to prevent the situation where the originally marketed version of a protected innovative drug is withdrawn from
the Canadian market by the innovator, but no equivalent generic
drug is allowed on the Canadian market until the protection period has expired.
Comments were also provided regarding the transparency of
administering the data protection provisions. As a result, a register of innovative drugs will be created. The register will include
the name of the drug, and the date on which the data protection
and, where applicable, pediatric extension will terminate. This
register should provide both transparency and predictability for
Canadian pharmaceutical companies.
June 17, 2006
l’innovateur plus de précision sur le type d’études qu’il doit effectuer afin de bénéficier de ce prolongement, mais fournira également un cadre de cinq années beaucoup plus réaliste, à l’intérieur
duquel un innovateur pourra présenter ses essais cliniques pédiatriques. Le fait de prolonger l’exclusivité du marché de cette façon encouragera la recherche pédiatrique et améliorera l’information sur les drogues en ce qui a trait à l’utilisation pédiatrique
qu’en font les professionnels de la santé, ce qui bénéficiera à la
santé des enfants.
Une autre modification porte sur la définition de « drogue innovante ». L’industrie des produits pharmaceutiques génériques
s’est dite fort préoccupée par la généralité de la définition d’une
« drogue innovante » en ce qu’elle permet aux entreprises innovatrices d’apporter des modifications mineures à leur drogue afin
d’obtenir une période supplémentaire de protection de l’exclusivité des données. La nouvelle définition interdit spécifiquement
aux innovateurs d’obtenir une période supplémentaire de protection des données du fait qu’ils ont varié les ingrédients médicinaux. Au nombre des variations, on peut citer, sans en exclure
d’autres, les sels, les esters, les énantiomères, les solvates ou les
polymorphes d’un ingrédient médicinal. Ces variations mineures
d’un ingrédient médicinal ne motivent pas l’approbation d’une
période distincte de protection des données. Par conséquent, le
Gouvernement accordera une seule période de protection pour
tout ingrédient médicinal non préalablement approuvé dans une
drogue au Canada. Cette définition vise également à limiter toute
approbation d’une période de protection supplémentaire à une
drogue qui contient une combinaison d’ingrédients médicinaux
qui ont déjà été approuvés au Canada.
Afin d’apaiser les inquiétudes des intervenants, et en particulier
celles de l’industrie de la biotechnologie, le Gouvernement a éliminé l’exigence mentionnée dans les modifications initialement
proposées selon laquelle l’ingrédient médicinal de la drogue nouvelle devait être identique à celui de la drogue innovante. Cela a
été fait afin d’éviter un critère étroit, en particulier dans le cas des
drogues biologiques. Plutôt, le mécanisme déclencheur de la protection des données est maintenant fondé sur la comparaison directe ou indirecte entre une drogue et une drogue innovante.
Comme l’a mentionné la Cour suprême du Canada, dans l’affaire
Brystol-Myers Squibb Co. c. Canada (Procureur général), 2005
CSC 26, de telles comparaisons directes ou indirectes excluraient
les présentations dans lesquelles le parrain de la présentation
ne se fie pas aux données d’innocuité et d’efficacité d’un autre
fabricant afin d’obtenir une approbation en vertu du Règlement
sur les aliments et drogues. Cela est conforme à l’article 1711 de
l’ALÉNA ainsi qu’au paragraphe 3 de l’article 39 des ADPIC, du
fait qu’il n’y aurait pas d’utilisation déloyale de données en se
fiant à ces données afin d’obtenir l’approbation du produit.
À la suite des commentaires reçus de la part de l’industrie, la
protection ne s’applique pas lorsque la drogue n’est plus commercialisée au Canada, et ce, afin de prévenir une situation où la version préalablement commercialisée d’une drogue innovante est
retirée du marché canadien par l’innovateur, alors qu’aucune autre drogue générique équivalente ne peut être commercialisée au
Canada tant que la période de protection n’est pas terminée.
Des commentaires ont également été reçus concernant la transparence de l’administration des dispositions de protection des
données. C’est pourquoi un registre des drogues innovantes sera
créé. Le registre inclura le nom de la drogue ainsi que la date à
laquelle la période de protection des données et, le cas échéant, le
prolongement pédiatrique se termineront. Ce registre assurera la
transparence et la prévisibilité que requièrent les entreprises pharmaceutiques canadiennes.
Le 17 juin 2006
Gazette du Canada Partie I
1601
Amendments to the PM(NOC) Regulations
Modifications au Règlement sur les médicaments brevetés (avis
de conformité)
These amendments are being enacted at the same time as
amendments to the PM(NOC) Regulations. Amendments to those
Regulations are intended to reaffirm the requirements for listing
patents on the patent register, thereby restoring the original policy
intent of the PM(NOC) Regulations and reducing the number of
court cases between innovator and generic manufacturers, which
can delay the issuance of a notice of compliance to the latter. The
proposed changes to the PM(NOC) Regulations are also being
amended in response to comments received following initial publication. The changes also clarify that the PM(NOC) Regulations
apply only to those second-entry submissions in which a direct or
indirect comparison or reference is made to the drug for which a
patent is listed. For further information on the proposed amendments to the PM(NOC) Regulations, refer to the RIAS prepared
by Industry Canada and published on the same day as this RIAS.
Ces modifications seront promulguées en même temps que les
modifications au Règlement sur les médicaments brevetés (avis de
conformité). Les modifications à ce règlement visent à réaffirmer
les exigences liées à l’inscription des brevets au registre des brevets, revenant ainsi à l’esprit premier du Règlement sur les médicaments brevetés (avis de conformité) et réduisant le nombre de
litiges entre innovateurs et fabricants de produits génériques, ce
qui retarde la délivrance d’un avis de conformité à ces derniers.
Les modifications proposées au Règlement sur les médicaments
brevetés (avis de conformité) seront également revues en réponse
aux commentaires reçus après la première publication. Les modifications préciseront également le fait que le Règlement sur les
médicaments brevetés (avis de conformité) s’applique uniquement
aux présentations dites génériques dans lesquelles une comparaison directe ou indirecte ou une référence est faite à la drogue pour
lequel un brevet est inscrit. Pour de plus amples renseignements
sur les modifications proposées au Règlement sur les médicaments brevetés (avis de conformité), veuillez consulter le RÉIR
préparé par Industrie Canada et publié la même journée que le
présent RÉIR.
Alternatives
Solutions envisagées
Terms of protection available internationally
Périodes de protection offertes dans le monde
Currently, the United States offers a five-year term of protection to manufacturers who file a submission for a new active ingredient, with an additional three years of protection available for
new uses or other significant changes approved on the basis of
new and essential clinical investigations. The United States also
offers an additional period of six months of exclusivity for drugs
where pediatric studies were conducted and deemed acceptable
by the Food and Drug Administration. This additional period
attaches to both the new chemical entity exclusivity and patent
protection listed in the Orange Book.
In determining how best to clarify Canada’s NAFTA and
TRIPS commitments while also promoting innovation within Canada, alternative options were considered.
Actuellement, les États-Unis offrent une période de protection
de cinq années aux fabricants qui déposent une présentation pour
un nouvel ingrédient actif, avec une possibilité de trois années
supplémentaires de protection pour les nouvelles utilisations ou
d’autres changements importants approuvés sur la base de nouvelles analyses cliniques essentielles. Les États-Unis offrent également un programme d’encouragement qui prolonge, pendant
une période de six mois, l’exclusivité des drogues ayant fait
l’objet d’études pédiatriques menées et réputées acceptables par
la Food and Drug Administration. Cette période supplémentaire
se rapporte à la fois à l’exclusivité des nouvelles entités chimiques et à la protection de brevet inscrit dans le Orange Book.
Le 30 novembre 2005, l’Union européenne a offert une protection du marché d’une durée de 10 années qui peut être prolongée
à 11 années en fonction de l’autorisation découlant d’une ou de
plusieurs des nouvelles indications thérapeutiques. Une demande
générique peut être soumise uniquement après 8 années et le
produit peut être approuvé aux fins de commercialisation après
10 années, ou 11 années si, pendant les 8 premières années, l’innovateur obtient une autorisation pour une ou plusieurs nouvelles
indications thérapeutes. La Commission européenne a proposé un
nouveau règlement qui accroîtra la protection des données pendant une période supplémentaire de 6 mois pour les drogues ayant
fait l’objet de recherches pédiatriques.
Afin de déterminer le meilleur moyen de clarifier les engagements pris par le Canada dans le cadre de l’ALÉNA et des ADPIC,
des solutions de rechange ont été envisagées.
Maintain the status quo
Maintien du statu quo
The first option considered was to leave the Regulations unchanged. This was found to be an unacceptable option given the
need to clarify and reflect the original policy objective of the
NAFTA and the TRIPS agreements while in turn harmonizing the
protection offered in Canada with the protection offered in comparable jurisdictions.
La première option était de ne pas modifier le Règlement. Cette
solution a été jugée inacceptable en raison de l’importance de
préciser et de refléter l’objectif politique premier de l’ALÉNA et
des ADPIC, tout en harmonisant la protection offerte au Canada
avec celle offerte dans d’autres pays.
On November 30, 2005, the European Union offered a 10-year
period of market protection, which can be extended to 11 years on
the basis of the authorization of one or more new therapeutic
indications. A generic application can only be submitted after
8 years and the product can be approved for marketing after
10 years, or 11 years if, during the first 8 years, the innovator
obtains an authorisation for one or more new therapeutic indications. The European Commission has proposed new regulations
that will enhance data protection by an extra 6 months for drugs
with pediatric studies.
1602
Canada Gazette Part I
June 17, 2006
Provide an alternative proposal to the previously published
proposal
Présenter une proposition autre que celle préalablement publiée
As a result of the commentary received, this alternative proposal was developed to better meet the objectives of providing a
minimum period of data exclusivity and introducing a pediatric
extension.
À la suite des commentaires reçus, une autre proposition a été
élaborée afin de mieux se conformer à l’objectif qui consiste à
accorder une période minimale d’exclusivité des données et à
ajouter un prolongement pédiatrique.
Benefits and costs
Avantages et coûts
The Government believes that these proposed changes made in
response to stakeholders’ comments will achieve a greater balance between the need for innovative drugs and the need for
competition in the marketplace in order to facilitate the accessibility of those drugs.
Introducing a six-year no-filing period within the eight-year
term of data protection will allow innovators to enjoy market
exclusivity without the threat of any challenges that might be
brought against them during that six-year period. During this period, it is anticipated that innovator and generic litigation, and the
costs associated with that litigation, would decrease significantly
while providing increased predictability, a result which is desirable to stakeholders on both sides of the industry.
Le Gouvernement est d’avis que les modifications proposées,
faites à la suite de l’examen des commentaires reçus de la part des
intervenants, créeront un meilleur équilibre entre la nécessité de
disposer de drogues nouvelles et celle de préserver l’aspect
concurrentiel du marché afin de faciliter l’accès à ces drogues.
Le fait de créer une période de non-dépôt de six années dans la
période de protection des données de huit années permettra aux
innovateurs de bénéficier d’une exclusivité de marché sans menaces de poursuites qui pourraient être intentées contre eux au cours
de cette période. De plus, au cours de cette période, on s’attend à
ce que le nombre de litiges entre les innovateurs et les fabricants
de produits génériques ainsi que les coûts liés à ces litiges diminueront considérablement tout en renforçant la prévisibilité, un
résultat souhaitable pour tous les intervenants des deux côtés de
l’industrie.
D’autres modifications feront en sorte que l’administration de
la protection des données demeurera équitable et transparente. La
définition d’une « drogue innovante » préviendra les dédoublements des périodes de protection des données. Inversement, on
saura plus précisément quand un fabricant d’un produit générique
pourra bénéficier de la protection des données. Le fait de préciser
le type d’études qu’une entreprise innovatrice devra avoir effectué afin de bénéficier de la période de prolongement optimisera
les renseignements reçus au profit des enfants. La création d’un
registre des drogues innovantes sera un gage de transparence. En
dernier lieu, les objectifs de la Loi de l’EJCA ne seront pas entravés par la mise en œuvre de ces propositions.
Le résultat net de ces modifications aux dispositions de protection des données du Règlement, simultanément avec celles apportées au Règlement sur les médicaments brevetés (avis de conformité), sera d’engendrer un système équilibré et stable qui
favorisera l’innovation, tout en s’assurant que les Canadiennes et
les Canadiens ont accès à des médicaments abordables. De plus,
afin d’assurer la prévisibilité, les modifications proposées incluent une disposition de droits acquis selon laquelle les présentations d’un innovateur qui ont fait l’objet d’un avis de conformité
de Santé Canada avant la date d’entrée en vigueur demeureront
admissibles à la disposition de protection des données telle
qu’elle était interprétée et appliquée avant cette date.
Other changes will ensure that the operation of data protection
will be fair and transparent. The definition of “innovator drug”
will prevent duplication of data protection terms. Conversely, it
will be clearer as to when a generic manufacturer will be subject
to data protection. The clarification of which types of studies will
qualify an innovator company for the pediatric extension, and the
timing upon which such trials must be submitted, will maximize
the information received for the benefit of children. The introduction of a register of innovative drugs will ensure transparency.
Finally, the goals of the JCPA Act will not be hindered by the
implementation of these proposals.
The net effect of these changes to the data protection provisions in these Regulations, concurrent with amendments to the
PM(NOC) Regulations, will be to provide a balanced, stable regime that encourages innovation while at the same time ensuring
that Canadians have access to affordable medicines. In addition,
to maintain predictability, the proposed amendments also include
a grand-fathering provision stating that innovator submissions
which have received from Health Canada a notice of compliance
prior to the date of coming into force remain subject to the data
protection provision as it was interpreted and applied prior to that
date.
Consultation
Consultations
Amendments to the Regulations were originally proposed and
published in the Canada Gazette, Part I, on December 11, 2004.
Interested parties had 75 days in which to provide comments.
Health Canada received representations from approximately
20 sources including innovator and generic manufacturers and
their trade associations, as well as BioteCanada, members of Parliament and consumer groups. All stakeholder commentary was
taken into consideration by the Government. Due to the extensive
nature of the resulting changes in the proposed amendments, it
was decided to return to the Canada Gazette, Part I, for republication. The revised proposed amendments reflect the concerns and
suggestions received from the various stakeholders during the
75-day consultation period. The following is a summary of the
comments received from stakeholders during the first 75-day
consultation period.
Les modifications au Règlement ont été proposées et publiées
préalablement dans la Partie I de la Gazette du Canada, le 11 décembre 2004. Les parties intéressées disposaient de 75 jours afin
de présenter des commentaires. Santé Canada a reçu des commentaires d’environ 20 sources différentes de la part d’innovateurs, de fabricants de produits génériques et de leurs associations manufacturières, de même que de BioteCanada, de députés
et de groupes de consommateurs. Le Gouvernement a tenu
compte de tous les commentaires des intervenants. Du fait de
l’importance des changements apportés aux modifications proposées, on a décidé de les publier à nouveau dans la Partie I de la
Gazette du Canada. Les modifications proposées révisées tiennent compte des commentaires et des suggestions reçus de la part
des divers intervenants au cours des 75 jours de la période de
consultation. Nous donnons ci-dessous un sommaire des commentaires reçus de la part des intervenants au cours des 75 jours
de la période de consultation.
Le 17 juin 2006
The generic industry raised objections to the length of the data
protection term and argued that it should be five years, as stated
in NAFTA. The industry also raised concerns about the potential
for innovator companies to receive multiple terms of data protection by making minor variations of innovative drugs. Further, the
generic industry noted that there was a lack of clarity as to the
type of studies that would qualify for a pediatric extension.
Proponents for the innovative industry primarily advocated that
a no-filing provision be introduced similar to that of other jurisdictions such as the United States and the European Union. Innovators also commented that the test for when a generic drug would
be subject to data protection was too narrow, since it relied on
having an identical medicinal ingredient. This was noted to be
especially important for biologic products for which the demonstration of identical medicinal ingredients is rarely possible.
Similar to objections raised by the generic industry, innovator
companies noted that there was a lack of clarity as to the type of
studies that would qualify for pediatric extension. However, they
also noted that a former timing requirement of submitting these
studies with the new drug submission would be impractical, since
such studies were rarely conducted at the same time as the original pivotal studies for the drug. Therefore, they requested a
relaxation of this timing requirement. Objections were also raised
to the marketing provisions on the basis that these could result in
an unfair lapse of data protection where there was no intention of
abuse by the innovator company.
Gazette du Canada Partie I
1603
L’industrie des produits génériques s’est opposée à la durée de
la période de protection des données et a soutenu qu’elle devrait
être de cinq années, conformément aux dispositions de l’ALÉNA.
En outre, l’industrie s’est dite préoccupée du fait que les entreprises innovatrices pourraient bénéficier de périodes multiples de
protection des données en apportant des modifications mineures
aux drogues innovantes. De plus, l’industrie a souligné le manque
de précision en ce qui a trait au type d’études donnant droit au
prolongement pédiatrique.
Les représentants de l’industrie innovatrice ont surtout mis l’accent sur l’inclusion d’une disposition de non-dépôt semblable à
celle qui a été promulguée dans d’autres pays, comme les ÉtatsUnis et l’Union européenne. Les innovateurs ont également mentionné que le critère afin d’établir le moment où une drogue générique peut être assujetti à la protection des données était trop
étroit du fait de sa dépendance à devoir inclure un ingrédient
médicinal identique, particulièrement dans le cas des produits
biologiques pour lesquels il est rarement possible de démontrer
l’existence d’un ingrédient médicinal identique. À l’appui des
objections de l’industrie des produits génériques, les entreprises
innovatrices ont souligné le manque de précision quant au type
d’études donnant droit au prolongement pédiatrique. Toutefois,
elles ont aussi mentionné que l’exigence relative au délai, proposée antérieurement pour le dépôt de ces études avec la présentation de drogue nouvelle, n’était pas réaliste, du fait que ces études
étaient rarement effectuées en même temps que les études principales initiales sur le médicament. Par conséquent, elles ont demandé une plus grande flexibilité en ce qui a trait à l’exigence
relative au délai. Certaines objections ont également été soulevées
quant aux dispositions de commercialisation du fait qu’elles pourraient écourter injustement la période de protection alors que
l’intention de l’entreprise innovatrice n’était pas d’en abuser.
Compliance and enforcement
Respect et exécution
This amendment does not alter existing compliance mechanisms under the provisions of the Act and Regulations enforced by
Health Canada inspectors.
La présente modification ne change pas les mécanismes existants d’application en vigueur aux termes de la Loi sur les aliments et drogues et du Règlement sur les aliments et drogues, qui
relèvent des inspecteurs de Santé Canada.
Contact
Personne-ressource
Omer Boudreau, Director General, Therapeutic Products Directorate, Holland Cross, Tower B, 6th Floor, 1600 Scott Street,
Ottawa, Ontario K1A 1B6, Address Locator 3106B, (613) 9570368 (telephone), (613) 952-7756 (fax), [email protected]
(email).
Omer Boudreau, Directeur général, Direction des produits thérapeutiques, Holland Cross, Tour B, 6e étage, 1600, rue Scott,
Ottawa (Ontario) K1A 1B6, Indice de l’adresse 3106B, (613)
957-0368 (téléphone), (613) 952-7756 (télécopieur), [email protected]
hc-sc.gc.ca (courriel).
PROPOSED REGULATORY TEXT
PROJET DE RÉGLEMENTATION
Notice is hereby given that the Governor in Council, pursuant
to subsection 30(3)a of the Food and Drugs Act, proposes to make
the annexed Regulations Amending the Food and Drug Regulations (Data Protection).
Interested persons may make representations with respect to
the proposed Regulations within 30 days after the date of publication of this notice. All such representations must cite the Canada
Gazette, Part I, and the date of publication of this notice, and be
addressed to Omer Boudreau, Director General, Therapeutic
Products Directorate, Health Products and Food Branch, Department of Health, 1600 Scott Street, Holland Cross, Tower B,
Avis est donné que la gouverneure en conseil, en vertu du paragraphe 30(3)a de la Loi sur les aliments et drogues, se propose
de prendre le Règlement modifiant le Règlement sur les aliments
et drogues (protection des données), ci-après.
Les intéressés peuvent présenter leurs observations au sujet du
projet de règlement dans les trente jours suivant la date de publication du présent avis. Ils sont priés d’y citer la Gazette du Canada Partie I, ainsi que la date de publication, et d’envoyer le tout à
Omer Boudreau, directeur général, Direction des produits thérapeutiques, Direction générale des produits de santé et des aliments, ministère de la Santé, 1600, rue Scott, édifice Holland
———
———
a
a
S.C. 1994, c. 47, s. 117
L.C. 1994, ch. 47, art. 117
1604
Canada Gazette Part I
June 17, 2006
6th Floor, Address Locator No. 3106B, Ottawa, Ontario K1A
0K9 (tel.: (613) 957-0368; fax: (613) 952-7756; e-mail:
[email protected]).
Persons making representations should identify any of those
representations the disclosure of which should be refused under
the Access to Information Act, in particular under sections 19 and
20 of that Act, and should indicate the reasons why and the period
during which the representations should not be disclosed. They
should also identify any representations for which there is consent
to disclosure for the purposes of that Act.
Ottawa, June 8, 2006
DIANE LABELLE
Acting Assistant Clerk of the Privy Council
Cross, tour B, 6e étage, indice d’adresse 3106B, Ottawa (Ontario)
K1A 0K9 (tél. : (613) 957-0368; téléc. : (613) 952-7756; courriel :
[email protected]).
Ils sont également priés d’indiquer, d’une part, celles de ces
observations dont la communication devrait être refusée aux termes de la Loi sur l’accès à l’information, notamment des articles 19 et 20, en précisant les motifs et la période de noncommunication et, d’autre part, celles dont la communication fait
l’objet d’un consentement pour l’application de cette loi.
REGULATIONS AMENDING THE FOOD AND DRUG
REGULATIONS (DATA PROTECTION)
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT
SUR LES ALIMENTS ET DROGUES
(PROTECTION DES DONNÉES)
AMENDMENT
MODIFICATION
1
1. Section C.08.004.1 of the Food and Drug Regulations is
replaced by the following:
C.08.004.1 (1) The following definitions apply in this section.
“innovative drug” means a drug that contains a medicinal ingredient not previously approved in a drug by the Minister and that
is not a variation of a previously approved medicinal ingredient
such as a salt, ester, enantiomer, solvate or polymorph. (drogue
innovante)
“pediatric populations” means the following groups: premature
babies born before the 37th week of gestation; full-term babies
from 0 to 27 days of age; and all children from 28 days to
2 years of age, 2 years plus 1 day to 11 years of age and
11 years plus 1 day to 18 years of age. (population pédiatrique)
(2) This section applies to the implementation of Article 1711
of the North American Free Trade Agreement, within the meaning given to the word “Agreement” by subsection 2(1) of the
North American Free Trade Agreement Implementation Act, and
of paragraph 3 of Article 39 of the Agreement on Trade-related
Aspects of Intellectual Property Rights set out in Annex 1C to the
World Trade Organization Agreement, within the meaning given
to the word “Agreement” by subsection 2(1) of the World Trade
Organization Agreement Implementation Act.
(3) If a manufacturer seeks a notice of compliance for a new
drug on the basis of a direct or indirect comparison between the
new drug and an innovative drug,
(a) the manufacturer may not file a new drug submission, a
supplement to a new drug submission, an abbreviated new drug
submission or a supplement to an abbreviated new drug submission in respect of the new drug before the end of a period of
six years after the day on which the first notice of compliance
was issued to the innovator in respect of the innovative drug;
and
(b) the Minister shall not approve that submission or supplement and shall not issue a notice of compliance in respect of
the new drug before the end of a period of eight years after the
day on which the first notice of compliance was issued to the
innovator in respect of the innovative drug.
Ottawa, le 8 juin 2006
La greffière adjointe intérimaire du Conseil privé,
DIANE LABELLE
1. L’article C.08.004.1 du Règlement sur les aliments et drogues1 est remplacé par ce qui suit :
C.08.004.1 (1) Les définitions qui suivent s’appliquent au présent article.
« drogue innovante » S’entend de toute drogue qui contient un
ingrédient médicinal non déjà approuvé dans une drogue par le
ministre et qui ne constitue pas une variante d’un ingrédient
médicinal déjà approuvé tel un changement de sel, d’ester,
d’énantiomère, de solvate ou de polymorphe. (innovative drug)
« population pédiatrique » S’entend de chacun des groupes suivants : les bébés prématurés nés avant la 37e semaine de gestation, les bébés menés à terme et âgés de 0 à 27 jours, tous les
enfants âgés de 28 jours à deux ans, ceux âgés de deux ans et
un jour à 11 ans et ceux âgés de 11 ans et un jour à 18 ans.
(pediatric populations)
(2) Le présent article s’applique à la mise en œuvre de l’article 1711 de l’Accord de libre-échange nord-américain, au sens
donné à ce terme à la définition de « Accord » au paragraphe 2(1)
de la Loi de mise en œuvre de l’Accord de libre-échange nordaméricain, et du paragraphe 3 de l’article 39 de l’Accord sur les
aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au
commerce figurant à l’annexe 1C de l’Accord sur l’Organisation
mondiale du commerce, au sens donné à ce terme à la définition
de « Accord » au paragraphe 2(1) de la Loi de mise en œuvre de
l’Accord sur l’Organisation mondiale du commerce.
(3) Lorsque le fabricant demande la délivrance d’un avis de
conformité pour une drogue nouvelle sur la base d’une comparaison directe ou indirecte entre la drogue nouvelle et la drogue
innovante :
a) il ne peut déposer une présentation de drogue nouvelle, une
présentation abrégée de drogue nouvelle ou un supplément à
une de ces présentations avant l’expiration d’un délai de six ans
suivant la date à laquelle le premier avis de conformité a été
délivré à l’innovateur pour la drogue innovante;
b) le ministre ne peut approuver cette présentation ou ce supplément et ne peut délivrer d’avis de conformité pour cette
nouvelle drogue avant l’expiration d’un délai de huit ans suivant la date à laquelle le premier avis de conformité a été délivré à l’innovateur pour la drogue innovante.
———
———
1
1
C.R.C., c. 870
C.R.C., ch. 870
Le 17 juin 2006
Gazette du Canada Partie I
(4) The period specified in paragraph (3)(b) is lengthened to
eight years and six months if
(a) the innovator provides the Minister with the description and
results of clinical trials relating to the use of the innovative
drug in relevant pediatric populations in its first new drug submission for the innovative drug, or in any supplement to that
submission that is filed within five years after the issuance of
the first notice of compliance for that innovative drug; and
(b) before the end of a period of six years after the day on
which the first notice of compliance was issued to the innovator in respect of the innovative drug, the Minister determines
that the clinical trials were designed and conducted for the
purpose of increasing knowledge of the use of the innovative
drug in those pediatric populations and this knowledge
would thereby provide a health benefit to members of those
populations.
(5) Subsection (3) does not apply if the innovative drug is not
being marketed in Canada.
(6) Subsection (3) does not apply to a subsequent manufacturer
if the innovator consents to the issuance of a notice of compliance
to the subsequent manufacturer before the end of the period of
eight years specified in paragraph (3)(b) or of eight years and six
months specified in subsection (4).
(7) Paragraph (3)(a) does not apply to a subsequent manufacturer if the manufacturer files an application for authorization to
sell its new drug under section C.07.003.
(8) The Minister shall maintain a register of innovative drugs
that includes information relating to the matters specified in subsections (3) and (4).
1605
(4) Pour l’application de l’alinéa (3)b), le délai y figurant est
porté à huit ans et six mois si, à la fois :
(a) l’innovateur fournit au ministre la description et les résultats des essais cliniques concernant l’utilisation de la drogue
innovante dans les populations pédiatriques concernées dans sa
première présentation de drogue nouvelle à l’égard de la drogue innovante, ou dans tout supplément à une telle présentation, qui est déposé au cours des cinq années suivant la délivrance du premier avis de conformité à l’égard de cette drogue
innovante;
(b) le ministre conclut, avant l’expiration du délai de six ans
qui suit la date à laquelle le premier avis de conformité a été
délivré à l’innovateur pour la drogue innovante, que les essais
cliniques ont été conçus et menés en vue d’élargir les connaissances sur l’utilisation de cette drogue dans les populations pédiatriques visées et que ses connaissances se traduiraient par
des avantages pour la santé des membres de celle-ci.
(5) Le paragraphe (3) ne s’applique pas si la drogue innovante
n’est pas commercialisée au Canada.
(6) Le paragraphe (3) ne s’applique pas au fabricant ultérieur à
qui l’innovateur consent à délivrer un avis de conformité avant
l’expiration du délai de huit ans prévu à l’alinéa (3)b) ou de huit
ans et six mois prévu au paragraphe (4).
(7) L’alinéa (3)a) ne s’applique pas au fabricant ultérieur qui
dépose une demande d’autorisation pour vendre ces drogues nouvelles aux termes de l’article C.07.003.
(8) Le ministre tient un registre des drogues innovantes, lequel
contient les renseignements relatifs à l’application des paragraphes (3) et (4).
TRANSITIONAL PROVISION
DISPOSITION TRANSITOIRE
2. Section C.08.004.1 of the Food and Drug Regulations, as
it read immediately before the coming into force of these
Regulations, applies to a drug in respect of which a notice of
compliance was issued before the coming into force of these
Regulations.
2. L’article C.08.004.1 du Règlement sur les aliments et drogues, dans sa version antérieure à l’entrée en vigueur du présent règlement, s’applique à l’égard d’une drogue pour laquelle un avis de conformité a été délivré avant l’entrée en
vigueur du présent règlement.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
3. These Regulations come into force on the day on which
they are registered.
3. Le présent règlement entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
[24-1-o]
[24-1-o]
1606
Canada Gazette Part I
June 17, 2006
Order under Section 8 of the Telecommunications
Act – Policy Direction to the Canadian
Radio-television and Telecommunications
Commission
Décret pris en vertu de l’article 8 de la Loi sur
les télécommunications et donnant au Conseil
de la radiodiffusion et des télécommunications
canadiennes des instructions en matière de politique
Statutory authority
Telecommunications Act
Fondement législatif
Loi sur les télécommunications
Sponsoring department
Department of Industry
Ministère responsable
Ministère de l’Industrie
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement.)
Description
Description
The purpose of this proposal is to release a proposed policy direction which directs the Canadian Radio-television and Telecommunications Commission (CRTC) to rely on market forces to
the maximum extent feasible and regulate, where there is still a
need to do so, in a manner that interferes with market forces to
the minimum extent necessary.
In April 2005, the Government appointed the Telecommunications Policy Review Panel (the Panel) to examine the policy and regulatory framework and make recommendations that
would help ensure that Canada has a strong, internationally competitive telecommunications industry, with world-class services
for the economic and social benefit of all Canadians. On
March 22, 2006, the Panel proposed 127 legislative, institutional
and social recommendations to improve the effectiveness of the
current framework.
Le but de la présente proposition est de présenter un projet de
décret donnant au Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) des instructions en matière de
politique de se fier au libre jeu du marché dans la plus grande
mesure possible, et de réglementer lorsqu’il reste nécessaire de le
faire, en influant le moins possible sur le libre jeu du marché.
En avril 2005, le Gouvernement a constitué le Groupe d’étude
sur le cadre réglementaire des télécommunications (le Groupe
d’étude), qu’il a chargé d’examiner le cadre stratégique et réglementaire actuel des télécommunications et de recommander des
mesures pour que le Canada ait une industrie des télécommunications forte et compétitive sur la scène internationale, offrant des
services de calibre mondial dans l’intérêt économique et social de
tous les Canadiens. Le 22 mars 2006, le Groupe d’étude a présenté 127 recommandations législatives, institutionnelles et sociales
visant à améliorer le cadre actuel.
Le Groupe d’étude est parvenu à la constatation fondamentale que
la concurrence sur le marché des télécommunications a évolué au
point où l’on peut se fier au libre jeu du marché pour atteindre
plusieurs des objectifs visés par la politique des télécommunications et qu’il n’y a plus lieu de présumer qu’il est nécessaire de
réglementer le secteur. La notion consistant à faire confiance au
libre jeu du marché dans toute la mesure du possible s’inscrit dans
l’objectif général du Gouvernement selon lequel il veut accroître
la compétitivité et la productivité de l’économie canadienne. Le
Groupe d’étude a recommandé plus spécifiquement que des instructions en matière de politique soient données au CRTC en vertu de l’article 8 de la Loi sur les télécommunications. Le projet de
décret est inspiré en grande partie du projet recommandé par le
Groupe d’étude.
L’article 8 de la Loi sur les télécommunications accorde au
gouverneur en conseil (GC) le pouvoir de donner au CRTC des
instructions en matière de politique en ce qui a trait aux objectifs
de la politique des télécommunications énoncés dans la Loi. Les
instructions en matière de politique qu’il est proposé de donner au
CRTC fourniront à ce dernier une orientation quant à l’exercice
de son mandat de réglementation et exigeront qu’il opte pour une
démarche davantage axée sur le marché dans l’application de la
Loi.
A fundamental finding of the Panel was that competition in
telecommunications markets has evolved to the point where market forces can be relied upon to achieve many telecommunications policy objectives and the need for regulation should no
longer be presumed. This concept of reliance on market forces to
the maximum extent feasible fits with the Government’s overall
objective of improving the competitiveness and productivity of
the Canadian economy. The Panel recommended specifically issuing a policy direction under section 8 of the Telecommunications
Act, and the proposed policy direction draws heavily from the
proposal recommended by the Panel.
Section 8 of the Telecommunications Act provides the Governor in Council (GIC) with the authority to issue policy directions
of general application to the CRTC on broad policy matters with
respect to the telecommunications policy objectives set out in the
Act. The proposed policy direction to the CRTC will provide
policy guidance on how the Commission should exercise its regulatory mandate and direct it to take a more market-based approach
to implementing the Act.
Le 17 juin 2006
Gazette du Canada Partie I
1607
Alternatives
Solutions envisagées
Canada has a history of telecommunications leadership in innovation and deployment of telecommunications networks and
services, including early introduction of digital networks and
high-speed Internet. However, Canada has not remained at the
leading edge of technological development and deployment in
key emerging technologies, such as wireless and broadband. Canada’s key challenges are threefold: telecommunications policy
and regulatory frameworks, which were last modernized in 1993,
have not kept pace with the rapid pace of technological change;
not all Canadians have access to advanced telecommunications
networks; and Canadian firms have weak investment performance
in information and communications technologies (ICTs) relative
to the United States. Maintaining the current regulatory framework is not a viable option if the Government wants to improve
the productivity and competitiveness of the Canadian economy
and ensure a strong, internationally competitive telecommunications industry.
Le Canada est depuis longtemps un leader des télécommunications, sur le plan de l’innovation et du déploiement des réseaux et
services de télécommunication, notamment en ce qui concerne
l’introduction de réseaux numériques et du service Internet haute
vitesse. Cependant, le Canada n’est pas resté à la fine pointe du
développement technologique et du déploiement dans le domaine
des principales technologies émergentes comme le sans-fil et le
service à large bande. Le défi que le Canada doit relever est triple : les cadres politique et réglementaire des télécommunications, modernisés pour la dernière fois en 1993, n’ont pas suivi le
rythme rapide de l’évolution technologique; les Canadiens n’ont
pas tous accès aux réseaux de télécommunication de pointe; et les
entreprises canadiennes n’investissent pas beaucoup dans les
technologies de l’information et des télécommunications (TIC)
comparativement aux entreprises américaines. Le maintien du
cadre de réglementation actuel n’est pas une option viable si le
Gouvernement veut améliorer la productivité et la compétitivité
de l’économie canadienne et rendre l’industrie des télécommunications solide et compétitive à l’échelle internationale.
Le Groupe d’étude a recommandé une réglementation axée sur
le marché dans le cadre d’une stratégie globale relative aux télécommunications. Dans ce contexte, il a fait un certain nombre
d’autres recommandations : des modifications à la Loi sur les
télécommunications; l’élaboration d’une stratégie d’adoption des
TIC; un service haute vitesse abordable et fiable dans toutes les
régions du Canada; et la réforme des organismes de réglementation, y compris la création de nouvelles institutions. Ces recommandations portent sur des questions complexes qui nécessiteront
une analyse approfondie et des consultations avant que le Gouvernement ne puisse y donner suite. En retardant la présentation
des instructions en matière de politique jusqu’à ce que le Gouvernement soit en mesure de répondre pleinement au rapport du
Groupe d’étude, on retarderait pour les Canadiens les avantages
d’un régime de réglementation qui compte davantage sur les forces du marché. Il est important de noter que les instructions en
matière de politique ne diminuent en aucun sens les objectifs cités
dans la Loi, notamment de permettre l’accès aux Canadiens dans
toutes les régions — rurales et urbaines — du Canada à des services de télécommunications sûrs, abordables et de qualité, et de
contribuer à la protection de la vie privée des personnes. Le pouvoir d’émettre des instructions a été conçu comme un instrument
pour donner en temps utile une orientation en matière de politique
à l’organisme de réglementation. Le fait d’émettre des instructions en matière de politique rend possible un changement en
temps utile vers une réglementation plus axée sur le marché avant
un changement législatif éventuel qui prendrait inévitablement
plus longtemps.
More market-oriented regulation is one part of a comprehensive telecommunications strategy proposed by the Panel. It also
made recommendations in a number of other areas, including
amendments to the Telecommunications Act; development of an
ICT adoption strategy; delivery of affordable and reliable broadband services in all regions of Canada; and reform of regulatory
agencies, including the creation of new institutions. These recommendations involve complex issues that will require in-depth
analysis and consultations before the Government can proceed.
Delaying the release of the policy direction until the Government
is prepared to respond in full to the Panel’s report would delay
regulatory change, and mean that Canadians are delayed in seeing
the benefits of a regulatory regime that relies more on market
forces. It is important to note as well, that the policy direction
does not diminish legislated objectives in the Act, including the
objectives to render reliable and affordable telecommunications
services of high quality accessible to Canadians in both urban and
rural areas in all regions of Canada, and to contribute to the protection of privacy of persons. The power to issue policy directions
was designed to be an instrument to provide timely policy guidance to the regulator. Issuing a policy direction enables timely
change toward more market-oriented regulation in advance of any
legislative change which would inevitably take longer.
Benefits and costs
Avantages et coûts
The proposed policy direction would formally and transparently lay out the Government’s vision for the telecommunications
regulatory regime, a regime where market forces are relied on to
the maximum extent feasible; regulation is minimally intrusive
and clearly identifies the policy objectives which regulatory
measures are intended to advance; and reduction or streamlining
of regulation is continuously pursued.
Les instructions en matière de politique permettrait de montrer
de manière formelle et transparente la vision qu’a le Gouvernement du régime de réglementation des télécommunications, soit
un régime selon lequel on fait appel dans la plus grande mesure
possible au libre jeu du marché; la réglementation occasionne un
minimum d’intrusion et précise les objectifs en matière de politique; et la réduction ou l’allégement de la réglementation est
continuelle.
Les instructions en matière de politique guideront le CRTC
vers une réglementation réduite et plus ciblée qui allégera le coût
et le fardeau. Les avantages prévus sont notamment les suivants :
moins de procédures réglementaires; des procédures d’approbation plus rationalisées; et des marchés plus concurrentiels.
The policy direction will guide the CRTC toward reduced and
more targeted regulation and therefore, will reduce regulatory
cost and burden. Expected benefits include fewer regulatory proceedings; more streamlined tariff approval processes; and more
competitive markets.
1608
Canada Gazette Part I
June 17, 2006
Direct costs will include the costs of CRTC regulatory proceedings to implement the direction. Not proceeding with the proposed direction could delay changing a regulatory framework
which an expert panel and many industry observers have argued
is too intrusive and imposes too onerous a regulatory burden. The
policy direction will contribute to more effective and efficient
regulation in this vital industry.
Le coût direct comprend le coût des procédures réglementaires
de mise en œuvre des instructions par le CRTC. Le fait de ne pas
mettre en œuvre les instructions proposées comporte le risque de
retarder des changements à un cadre réglementaire qu’un groupe
d’experts et bon nombre des observateurs de l’industrie prétendent trop intrusif et impose un fardeau de réglementation trop
onéreux. Les instructions en matière de politique contribueront à
une réglementation plus efficiente et efficace dans cette industrie
vitale.
Consultation
Consultations
Publication in the Canada Gazette, Part I, is the first step in
seeking public comment on the proposed policy direction and is a
requirement under subsection 10(1) of the Act. As required under
the Telecommunications Act, the Minister has also consulted with
the provinces and territories and with the CRTC.
La publication dans la Partie I de la Gazette du Canada constitue la première étape pour obtenir les commentaires du public au
sujet des instructions en matière de politique proposées et elle est
exigée dans le paragraphe 10(1) de la Loi. Comme l’exige la Loi
sur les télécommunications, le ministre a aussi consulté les provinces, les territoires et le CRTC.
Compliance and enforcement
Respect et exécution
Section 47 of the Telecommunications Act stipulates that policy
directions issued under section 8 of the Act are legally binding on
the CRTC. Subparagraph 1(b)(i) of the proposed policy direction
requires the CRTC to demonstrate compliance with the direction.
Finally, CRTC decisions can be reviewed by the GIC on appeal
or on its own motion, which therefore provides another means to
ensure compliance.
L’article 47 de la Loi sur les télécommunications stipule que
les instructions en matière de politique émises en vertu de l’article 8 de la Loi sont contraignantes pour le CRTC. Le sousalinéa 1b)(i) des instructions proposées exige que le CRTC s’y
conforme. Finalement, les décisions du CRTC peuvent être examinées par le GC sur appel ou de son propre chef, ce qui constitue donc un autre moyen d’assurer la conformité.
Contact
Personne-ressource
Leonard St. Aubin, Acting Director General, Telecommunications Policy Branch, Industry Canada, 300 Slater Street, 16th Floor,
Ottawa, Ontario K1A 0C8.
Leonard St. Aubin, Directeur général intérimaire, Direction générale de la politique des télécommunications, Industrie Canada,
300, rue Slater, 16e étage, Ottawa (Ontario) K1A 0C8.
PROPOSED REGULATORY TEXT
PROJET DE RÉGLEMENTATION
Notice is hereby given, pursuant to subsection 10(1) of the
Telecommunications Acta, that the Governor in Council proposes,
pursuant to section 8 of that Act, to make the annexed Order
under Section 8 of the Telecommunications Act – Policy Direction to the Canadian Radio-television and Telecommunications
Commission.
Interested persons may make representations with respect to
the proposed Order within 60 days after the date of publication of
this notice. All such representations must cite the Canada Gazette, Part I, and the date of publication of this notice, and be sent
to the Director General, Telecommunications Policy Branch, Industry Canada, 16th Floor, 300 Slater Street, Ottawa, Ontario
K1A 0C8, or by fax: (613) 998-1256, or to the following e-mail
address: [email protected]
Ottawa, June 8, 2006
DIANE LABELLE
Acting Assistant Clerk of the Privy Council
Avis est donné, conformément au paragraphe 10(1) de la Loi
sur les télécommunicationsa, que la gouverneure en conseil, en
vertu de l’article 8 de cette loi, se propose de prendre le Décret
pris en vertu de l’article 8 de la Loi sur les télécommunications
et donnant au Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes des instructions en matière de politique,
ci-après.
Les intéressés peuvent présenter leurs observations au sujet du
projet de décret dans les soixante jours suivant la date de publication du présent avis. Ils sont priés d’y citer la Gazette du Canada,
Partie I, ainsi que la date de publication du présent avis et
d’envoyer le tout au Directeur général, Direction générale des
Politiques des télécommunications, Industrie Canada, 16e étage,
300, rue Slater, Ottawa (Ontario) K1A 0C8, ou par télécopieur :
(613) 998-1256, ou par courriel au : [email protected]
Ottawa, le 8 juin 2006
La greffière adjointe intérimaire du Conseil privé,
DIANE LABELLE
———
———
a
a
S.C. 1993, c. 38
L.C. 1993, ch. 38
Le 17 juin 2006
Gazette du Canada Partie I
1609
ORDER UNDER SECTION 8 OF THE
TELECOMMUNICATIONS ACT – POLICY DIRECTION
TO THE CANADIAN RADIO-TELEVISION AND
TELECOMMUNICATIONS COMMISSION
DÉCRET PRIS EN VERTU DE L’ARTICLE 8 DE LA
LOI SUR LES TÉLÉCOMMUNICATIONS ET DONNANT
AU CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES
TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES DES
INSTRUCTIONS EN MATIÈRE DE POLITIQUE
1. In exercising its powers and performing its duties under
the Telecommunications Act, the Canadian Radio-television and
Telecommunications Commission shall interpret and implement
the Canadian telecommunications policy objectives set out in section 7, and particularly in paragraphs 7(c) and (f), in accordance
with the following principles:
(a) the CRTC should
(i) rely on market forces to the maximum extent feasible as
the means of achieving the telecommunications policy objectives, and
(ii) when relying on regulation, use measures that are efficient and proportionate to their purpose and that interfere
with the operation of competitive market forces to the minimum extent necessary to meet the policy objectives;
(b) when it is determined that regulatory measures are required,
then that regulatory measure should satisfy the following
criteria:
(i) each regulatory measure should specify the telecommunications policy objective that is advanced by the measure and
demonstrate compliance with this policy direction,
(ii) economic regulation, when required, should neither deter
efficient competitive entry nor promote inefficient entry,
(iii) regulatory measures designed to advance non-economic
objectives of regulation should, to the greatest extent possible, be implemented in a symmetrical and competitively
neutral manner, and
(iv) interconnection arrangements and access regimes, including access to buildings, in-building wiring and support
structures, should, to the greatest extent possible, be technologically and competitively neutral, in order to enable competition from new technologies and not to artificially favour
either Canadian carriers or resellers;
(c) in order to promote efficient, informed and timely operations the Commission should adopt the following operational
practices:
(i) provide for maximum efficiency in regulation by using
only tariff approval measures that are as minimally intrusive
and as minimally onerous as possible,
(ii) with a view to providing increased incentives for innovation, investment in and construction of competing telecommunications network facilities, conduct a review of its regulatory framework regarding mandated access to wholesale
services, in order to determine the extent to which mandated
access to wholesale services that are not essential services
should be phased out and the appropriate pricing of mandated services to encourage investment and innovation in
network infrastructure,
(iii) maintain and publish service performance standards for
the various forms of regulatory proceedings it undertakes to
ensure that regulatory measures, when required, are efficient,
and
(iv) continue to explore and implement new approaches for
streamlining its regulatory process to enhance the efficiency
and effectiveness of regulatory measures; and
1. Dans l’exercice de ses pouvoirs et de ses fonctions dans le
cadre de la Loi sur les télécommunications, le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes doit interpréter et mettre en œuvre les objectifs de la politique canadienne de
télécommunication énoncés à l’article 7, et particulièrement aux
alinéas 7c) et f), conformément aux principes suivants :
a) le CRTC doit :
(i) se fier, dans la plus grande mesure du possible, au libre
jeu du marché comme moyen d’atteindre les objectifs de la
politique de télécommunication,
(ii) quand il a recours à la réglementation, utiliser des mesures qui sont efficientes et proportionnelles à leur objectif et
qui ne font obstacle au libre jeu du marché concurrentiel que
dans la mesure minimale nécessaire pour atteindre les objectifs de la politique;
b) lorsqu’il est déterminé qu’une mesure réglementaire est nécessaire, celle-ci doit satisfaire aux critères suivants :
(i) chaque mesure réglementaire devrait préciser l’objectif
de la politique de télécommunication qu’elle vise et démontrer sa conformité avec la présente instruction d’orientation
politique,
(ii) la réglementation économique, lorsque celle-ci est nécessaire, ne devrait ni empêcher l’entrée d’une concurrence
réelle ni promouvoir l’entrée d’une concurrence inefficace,
(iii) les mesures réglementaires destinées à faire progresser
des objectifs non économiques de la réglementation devraient, dans toute la mesure du possible, être mises en œuvre de manière symétrique et être neutres sur le plan de la
concurrence,
(iv) les ententes d’interconnexion et les régimes d’accès, y
compris l’accès aux immeubles, le câblage dans les immeubles et les structures de soutien, devraient, dans toute la mesure du possible, être neutres sur le plan de la technologie
et de la concurrence pour permettre la concurrence des nouvelles technologies et ne pas favoriser artificiellement ni les
entreprises canadiennes ni les revendeurs;
c) afin de favoriser des activités efficaces, éclairées et opportunes, le Conseil devrait adopter les pratiques opérationnelles
suivantes :
(i) afin d’assurer l’efficacité maximale de la réglementation,
utiliser seulement les mesures d’approbation tarifaires les
moins envahissantes et les moins onéreuses possibles,
(ii) afin d’offrir des mesures d’encouragement accrues pour
l’innovation, l’investissement et la construction à l’égard des
installations de réseaux de télécommunications concurrentielles, entreprendre une révision de son cadre réglementaire
qui prescrit l’accès réglementée aux services de gros dans le
but de déterminer dans quelle mesure cet accès à ceux de ces
services qui ne sont pas des services essentiels devrait être
éliminé progressivement, et que les prix soient établis sur
une base qui encourage l’investissement et l’innovation dans
le secteur de l’infrastructure de réseaux,
(iii) maintenir et publier des normes de rendement des services pour veiller à ce que les formes de procédures réglementaires qu’il entreprend soient efficientes,
(iv) continuer d’explorer et de mettre en œuvre de nouveaux
moyens de simplifier son processus réglementaire afin d’améliorer l’efficience et l’efficacité de la réglementation.
1610
Canada Gazette Part I
June 17, 2006
2. This Order comes into force on the day on which it is
registered.
2. Le présent décret entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
[24-1-o]
[24-1-o]
Le 17 juin 2006
Gazette du Canada Partie I
Regulations Amending the Patented Medicines
(Notice of Compliance) Regulations
Règlement modifiant le Règlement sur les
médicaments brevetés (avis de conformité)
Statutory authority
Patent Act
Fondement législatif
Loi sur les brevets
Sponsoring department
Department of Industry
Ministère responsable
Ministère de l’Industrie
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement.)
1611
Description
Description
The proposed amendments are intended to restore the balanced
policy underlying the Patented Medicines (Notice of Compliance)
Regulations (“PM(NOC) Regulations”) by reaffirming the rules
for listing patents on the register and clarifying when listed patents must be addressed.
Les modifications proposées ont pour objectif de rétablir la politique équilibrée qui sous-tend le Règlement sur les médicaments
brevetés (avis de conformité) [« Règlement de liaison »] en réaffirmant les règles régissant l’inscription de brevets au registre
et en éclaircissant les circonstances où ceux-ci doivent être
respectés.
Background
Contexte
The Government’s pharmaceutical patent policy seeks to balance effective patent enforcement over new and innovative drugs
with the timely market entry of their lower-priced generic competitors. The current manner in which that balance is realized was
established in 1993, with the enactment of Bill C-91, the Patent
Act Amendment Act, 1992, S.C. 1993, c. 2.
La politique du Gouvernement en matière de brevets pharmaceutiques cherche à atteindre un équilibre entre la mise en application efficace des droits conférés par les brevets protégeant les
nouvelles drogues innovatrices et l’entrée sur le marché en temps
opportun des produits génériques concurrents moins coûteux. La
manière actuelle dont cet équilibre se réalise a été instaurée en
1993, avec l’adoption du projet de loi C-91, soit la Loi de 1992
modifiant la Loi sur les brevets, L.C. 1993, ch. 2.
Une part de cet équilibre se trouve au paragraphe 55.2(1) de la
Loi sur les brevets, mieux connu sous l’appellation d’exception
relative à la « fabrication anticipée ». Dans l’industrie pharmaceutique, la fabrication anticipée permet au deuxième fabricant et
aux fabricants subséquents (typiquement un fabricant de produits
génériques) d’utiliser une drogue innovatrice brevetée afin d’obtenir l’approbation de commercialiser un produit concurrent. Normalement, cette conduite constituerait une contrefaçon de brevet,
mais cette exception a été conçue afin d’autoriser les fabricants de
produits génériques à entamer le processus d’approbation réglementaire de Santé Canada pendant que la drogue innovatrice
équivalente est encore protégée par un brevet, leur permettant
ainsi de commercialiser leurs produits peu après l’expiration du
brevet. Selon les membres de l’industrie des produits génériques,
la fabrication anticipée peut accélérer de trois à cinq ans l’entrée
de leurs produits sur le marché canadien.
L’autre part de cet équilibre réside dans l’application du Règlement de liaison. Comme l’explique le premier résumé de
l’étude d’impact de la réglementation (RÉIR) qui a accompagné
l’adoption de ce règlement en 1993, la création de l’exception
relative à la fabrication anticipée par le projet de loi C-91 a eu
pour effet d’éliminer un droit exclusif dont bénéficiaient par ailleurs les titulaires des brevets. Le Règlement de liaison était donc
nécessaire pour « éviter que cette nouvelle exception en matière
de contrefaçon soit mal utilisée par les fabricants de médicaments
génériques désireux de vendre leurs produits au Canada pendant
On one end of the balance lies subsection 55.2(1) of the Patent
Act, better known as the “early-working” exception. In the pharmaceutical industry, early-working allows second- and subsequententry drug manufacturers (typically generic drug companies) to
use a patented, innovative drug for the purpose of seeking approval to market a competing version of that drug. Normally,
conduct of this kind would constitute patent infringement, but an
exception has been made so that generic drug companies can
complete Health Canada’s regulatory approval process while the
equivalent innovative drug is still under patent, in order to be in a
position to enter the market as soon as possible after patent expiry. The generic pharmaceutical industry estimates that earlyworking can accelerate the market entry of its products in Canada
by some three to five years.
The PM(NOC) Regulations represent the other half of the balance. As explained in the original Regulatory Impact Analysis
Statement (RIAS) which accompanied their passage in 1993, in
creating the early-working exception, Bill C-91 removed an exclusive right otherwise available to patentees, and the PM(NOC)
Regulations are therefore required “to ensure that this new exception to patent infringement is not abused by generic drug
applicants seeking to sell their products during the term of the
competitor’s patent . . . .” The PM(NOC) Regulations do this by
linking Health Canada’s ability to approve a generic drug to the
1612
Canada Gazette Part I
patent status of the equivalent innovative product which the generic seeks to copy. Under the current scheme, a generic drug
company which compares its product directly or indirectly with a
patented, innovative drug in order to establish the former’s safety
and efficacy and secure marketing approval from Health Canada
(which comes in the form of a “notice of compliance” or “NOC”)
must make one of two choices. It can either agree to await patent
expiry before obtaining its NOC or make an allegation justifying
immediate market entry that is either accepted by the innovator or
upheld by the court.
Therefore, while early-working is intended to promote the
timely market entry of generic drugs by allowing them to undergo
the regulatory approval process in advance of patent expiry, the
PM(NOC) Regulations are intended to provide effective patent
enforcement by ensuring that the former does not result in the
actual issuance of a generic NOC until patent expiry or such earlier time as the court or innovator considers justified having regard to the generic company’s allegation. Despite their seemingly
competing policy objectives, it is important that neither instrument be considered in isolation, as the intended policy can only
be achieved when the two operate in a balanced fashion.
June 17, 2006
que le brevet original est encore valide [...] ». Le Règlement de
liaison parvient à cet objectif en liant la capacité de Santé Canada
d’approuver un produit générique au statut du brevet de la drogue
innovatrice équivalente. Selon le régime actuel, un fabricant de
produits génériques qui compare son produit, directement ou indirectement, à un médicament novateur breveté afin d’établir
l’innocuité et l’efficacité de son produit et d’obtenir l’approbation
réglementaire de Santé Canada pour la mise en marché (qui prend
la forme d’un « avis de conformité ») doit soit consentir à attendre l’expiration du brevet avant d’obtenir son avis de conformité,
soit formuler une allégation justifiant la mise en marché immédiate que la compagnie innovatrice accepte ou que le tribunal
confirme.
Bien que l’exception relative à la fabrication anticipée vise à
promouvoir l’entrée sur le marché en temps opportun de produits
génériques en permettant aux fabricants d’entamer le processus
d’approbation réglementaire avant l’expiration du brevet, le Règlement de liaison a pour but d’assurer la mise en application
efficace des droits conférés par un brevet en veillant à ce que ledit
processus ne donne pas lieu à la délivrance d’un avis de conformité pour un produit générique avant l’expiration du brevet ou
avant toute date antérieure que le tribunal ou l’innovateur juge
justifiée à l’égard de l’allégation du fabricant de produits génériques. Malgré ces objectifs stratégiques apparemment contradictoires, il est important qu’aucun de ces instruments ne soit examiné
de façon isolée puisque la politique sous-jacente voulue ne peut
être atteinte que si les deux fonctionnent de façon équilibrée.
Patent listing requirements
Les exigences relatives à l’inscription des brevets
Considering the societal imperative of encouraging new and
better medical therapies, and the difficulties associated with protecting pharmaceutical patent rights by way of conventional infringement litigation, the PM(NOC) Regulations are intended
to operate as a very potent patent enforcement mechanism. The
24-month stay under the Regulations serves that purpose by providing innovator companies with the means to pre-empt the market entry of suspected patent infringers. At the same time, it is
this very potency which calls for moderation in the application of
the PM(NOC) Regulations, lest their effect dominate that of
early-working and defeat the overall purpose of the policy. As has
been observed by the courts on numerous occasions, the
PM(NOC) Regulations are a special enforcement remedy which
exists in addition to, not in lieu of, the right to pursue an action
for patent infringement.
En considérant le besoin vital de la société d’encourager la
création de nouveaux traitements médicaux améliorés, sans oublier les problèmes associés à la protection des droits conférés par
les brevets pharmaceutiques au moyen d’une action en contrefaçon ordinaire, le Règlement de liaison se veut un mécanisme très
puissant dans l’application des droits conférés par un brevet. La
suspension de 24 mois prévue par le Règlement atteint cet objectif en permettant aux innovateurs d’empêcher l’entrée sur le marché des produits génériques concurrents dont ils soupçonnent de
contrefaçon. C’est toutefois ce même pouvoir qui doit être modéré dans le Règlement de liaison, faute de quoi les effets de celui-ci
l’emporteraient sur ceux de la fabrication anticipée et l’objet
sous-jacent de la politique ne serait pas atteint. Comme l’ont observé les tribunaux à maintes reprises, le Règlement de liaison
constitue un mécanisme d’application spécial supplétif et non
substitut au droit d’intenter une action en contrefaçon.
Il s’ensuit que ce ne sont pas tous les brevets protégeant une
drogue approuvée qui peuvent se prévaloir du mécanisme
d’application prévu par le Règlement de liaison. Seuls les brevets
qui respectent les exigences énoncées à l’article 4 du Règlement
relatives au délai, au sujet et à la pertinence peuvent être inscrits
au registre des brevets de Santé Canada et bénéficier de la protection correspondante de la suspension de 24 mois. Ces exigences
reposent sur certains principes fondamentaux qui doivent être
respectés afin que le Règlement de liaison fonctionne de manière
équilibrée avec l’exception relative à la fabrication anticipée.
Avant de passer à l’explication du fonctionnement de quelquesunes de ces exigences, les principes qui les sous-tendent seront
d’abord décrits.
En stipulant que la date de dépôt de la demande de brevet doit
précéder celle de la demande d’avis de conformité correspondante, l’exigence relative au délai procure un lien temporel entre
l’invention que l’on cherche à protéger et le produit visé par la
demande d’approbation. Ceci veille à ce que les brevets protégeant des inventions dont la découverte succède l’existence d’une
drogue n’empêchent pas l’arrivée sur le marché de versions
Consistent with this understanding of the PM(NOC) Regulations is the fact that not every patent pertaining to an approved
drug qualifies for enforcement under the scheme. Only those patents which meet the current timing, subject matter and relevance
requirements set out in section 4 of the Regulations are entitled to
be added to Health Canada’s patent register and to the concurrent
protection of the 24-month stay. Embodied in each of these requirements are certain fundamental principles which must be
respected if the PM(NOC) Regulations are to operate in balance
with early-working. While the operation of some of these requirements is described in more detail below, a brief discussion of
the principles they represent is warranted.
By stipulating that the application filing date of the patent precede the date of the corresponding drug submission, the timing
requirement promotes a temporal connection between the invention sought to be protected and the product sought to be approved.
This ensures that patents for inventions discovered after the existence of a product do not pre-empt generic competition on that
product. Similarly, the relevance requirement limits the protection
Le 17 juin 2006
of the PM(NOC) Regulations to that which the innovator has
invested time and money to test and have approved for sale. This
prevents hypothetical innovation from impeding generic market
entry and encourages innovators to bring their latest inventions to
market. Finally, in only allowing patents to be listed which contain claims for the medicine or its use, the subject-matter requirement makes it clear that innovations without direct therapeutic
application, such as processes or intermediates, do not merit the
special enforcement protection of the PM(NOC) Regulations.
Admittedly, there may be instances where a patent which does
not qualify for the protection of the PM(NOC) Regulations is
ultimately infringed by the fact of generic market entry. However,
the Government’s view is that, where the patent fails to meet the
listing requirements described above, policy considerations tip the
balance in favour of immediate approval of the generic drug, and
the matter is better left to the alternative judicial recourse of an
infringement action. It follows that the continued viability of the
regime greatly depends upon the fair and proper application of
these listing requirements.
It has come to the Government’s attention that a number of recent court decisions interpreting the PM(NOC) Regulations have
given rise to the need to clarify the patent listing requirements.
These decisions, which relate to timing and relevance issues, are
not a product of judicial error but rather of deficiency in the language of the PM(NOC) Regulations themselves. Of particular
concern is the failure of the language to account fully for the
range of submission types possible under the Food and Drug
Regulations, the differing pharmaceutical patent claims available
under the Patent Act and, most importantly, the breadth of scenarios which can arise from the linkage between the two established
by the PM(NOC) Regulations.
Gazette du Canada Partie I
1613
génériques de cette même drogue. De la même façon, l’exigence
relative à la pertinence vise à faire en sorte que le Règlement de
liaison protège uniquement ce pour lequel l’innovateur a investi
en termes monétaires et temporels pour mener les études et
l’approbation en vue d’entrer sur le marché. Ceci fait en sorte que
l’innovation hypothétique n’entrave pas la mise en marché du
produit générique et encourage les innovateurs à commercialiser
leurs inventions les plus récentes. Enfin, en permettant uniquement l’inscription des brevets protégeant le médicament ou
l’utilisation de celui-ci, l’exigence relative au sujet signale clairement que les innovations qui ne comportent aucune application
thérapeutique directe, comme les procédés ou les intermédiaires,
ne méritent pas la protection spéciale que prévoit le Règlement de
liaison.
Bien entendu, il peut y avoir des cas où un brevet qui n’est pas
admissible à la protection du Règlement de liaison est finalement
contrefait à la suite de l’arrivée d’un produit générique sur le marché. Toutefois, le Gouvernement estime que dans le cas où le
brevet ne respecte pas les exigences susmentionnées, les intérêts
de la politique sous-jacente font pencher la balance en faveur de
l’approbation immédiate du produit générique et qu’il est préférable que la question soit tranchée au moyen d’une action en contrefaçon ordinaire. Il s’ensuit que la viabilité du régime dépend en
grande partie de l’application juste et équitable de ces exigences.
Le Gouvernement a constaté qu’un certain nombre de décisions
judiciaires récentes portant sur l’interprétation du Règlement de
liaison ont donné lieu à la nécessité d’apporter des précisions
quant aux exigences relatives à l’inscription des brevets décrites
ci-dessus. Ces décisions, qui concernent les exigences relatives au
délai et à la pertinence, ne découlent pas d’erreurs de la part des
tribunaux, mais plutôt d’une lacune dans le libellé du Règlement
lui-même. Plus précisément, le libellé du Règlement de liaison ne
tient pas pleinement compte de l’éventail de types de demandes
d’avis de conformité possibles en vertu du Règlement sur les aliments et drogues, des différentes revendications relatives aux
brevets pharmaceutiques qui peuvent être formulées en vertu de la
Loi sur les brevets et, surtout, de la foule de scénarios qui peuvent
découler du lien entre les deux lois résultant du Règlement de
liaison.
Timing and relevance
Délai et pertinence
As mentioned, in order for a patent to be added to the register
and be protected under the PM(NOC) Regulations, its application
must have been filed prior to the date of the corresponding drug
submission. Under the Food and Drug Regulations, there are two
principal types of drug submission that an innovator company
may file in order to obtain a NOC in respect of a new drug: a New
Drug Submission (NDS) and a Supplement to a New Drug Submission (SNDS). An NDS is filed when approval is first sought
for a new drug and contains all of the information necessary to
prove that the drug is safe and effective. An SNDS is filed whenever a subsequent change is made to the drug which departs from
the information in the NDS in a way that can impact on safety and
efficacy.
Comme on l’a déjà mentionné, pour qu’un brevet puisse être
inscrit au registre et bénéficier de la protection prévue au Règlement de liaison, la demande de ce brevet doit avoir été déposée
avant la date de la demande d’avis de conformité correspondante.
En vertu du Règlement sur les aliments et drogues, il existe deux
principaux types de demandes qu’un fabricant de médicaments
novateurs peut déposer afin d’obtenir un avis de conformité lui
permettant de commercialiser une nouvelle drogue : une présentation de drogue nouvelle (PDN) et un supplément à une présentation de drogue nouvelle (SPDN). Une PDN est déposée lorsque
l’approbation est demandée pour la première fois à l’égard d’une
nouvelle drogue et renferme tous les renseignements nécessaires
pour prouver que la drogue en question est sécuritaire et efficace.
Un SPDN est déposé pour chaque changement subséquent à la
drogue qui s’écarte de l’information contenue dans la PDN et qui
est donc susceptible de toucher l’innocuité et l’efficacité du
produit.
Le Règlement de liaison stipule que la date de dépôt du brevet
doit précéder la date de la « demande d’avis de conformité » sans
préciser si cette exigence s’applique à la date de la PDN, du
SPDN ou des deux. Cependant, jusqu’à récemment, on considérait que l’exigence relative au délai s’appliquait uniquement à la
PDN. Cette interprétation a été changée officiellement en 1999,
The PM(NOC) Regulations speak only to the requirement that
the patent filing date precede the date of the “submission for a
notice of compliance” and do not specify whether this applies to
the date of the NDS, the SNDS, or both. Until relatively recently,
however, the timing requirement was treated as applying to the
NDS only. This understanding of the provisions changed in 1999,
1614
Canada Gazette Part I
when the Federal Court ruled that patents which were out of time
in relation to the NDS could nevertheless be added to the register
provided that they met the timing requirement in relation to a
subsequently filed SNDS.1
Allowing patents to be listed in this manner is inherently problematic because an SNDS can be filed virtually at any time for
any number of reasons, ranging from the mundane, such as a
change in drug name, to the substantive, such as a change in its
indications or formulation. Accordingly, taken to the extreme, this
practice has the potential to deprive the timing requirements of
any meaningful effect.
In addition to ruling on this timing question, the same Federal
Court decision also expressly sanctioned the listing of new formulation patents that do not claim the specific product the innovator
is approved to sell. The latter finding was predicated on the
court’s view that the sole purpose of the PM(NOC) Regulations is
the prevention of patent infringement.
Significantly, the ruling in question interpreted the PM(NOC)
Regulations as they were prior to their substantial amendment
in 1998.2 That year, the Government introduced a number of
changes to the PM(NOC) Regulations designed to improve their
operation and reduce and streamline litigation. As further confirmation that the PM(NOC) Regulations were intended to effect
a balanced policy objective, the RIAS to the 1998 amendments
reiterated the point in the following passage:
The amendments reinforce the balance between providing a
mechanism for the effective enforcement of patent rights
and ensuring that generic drugs enter the market as soon as
possible.
Consistent with maintaining this balance, certain changes will
further facilitate the market entry of generic drugs . . . .
Among the changes introduced by the 1998 amendments to
“facilitate the market entry of generic drugs” were provisions
designed to reinforce the patent listing requirements. In particular,
the amended PM(NOC) Regulations reaffirm the application of
strict time limitations for adding a patent to the register and contain an additional requirement that patents be relevant to the
strength, dosage form and route of administration of the approved
drug.
Since 1998, the Minister of Health (“Minister”) has sought to
apply the amendments on timing and relevance in order to place
reasonable limits on the ability of innovator drug companies to
list new patents on the basis of SNDS filings. The Minister has
invoked the timing amendment in opposing attempts by certain
innovator companies to add new patents to the register on the
basis of a SNDS for a change in drug or company name. Similarly, the Minister has applied the relevance requirement in an
effort to prevent innovators from adding formulation patents to
the register which are not product-specific. The Minister also
sought more general guidance on these questions through the
filing of a reference with the Federal Court, but the matter was
dismissed on procedural grounds following vigorous resistance
from parties opposed to its terms.3
June 17, 2006
lorsque la Cour fédérale du Canada a statué que les brevets qui
n’étaient pas déposés dans les délais prescrits à l’égard de la PDN
pouvaient néanmoins être ajoutés au registre, pourvu qu’ils
respectent l’exigence relative au délai d’un SPDN déposé
subséquemment1.
Inscrire des brevets de cette manière pourrait occasionner des
problèmes étant donné qu’un SPDN peut être pratiquement déposé en tout temps et pour toutes sortes de raisons, qu’elles soient
banales, comme une modification du nom de la drogue, ou majeures, comme un changement de ses indications ou de sa formulation. À la limite, cette pratique pourrait donc enlever tout effet
significatif des exigences relatives au délai.
En plus de trancher sur cette question relative au délai, la Cour
fédérale a expressément approuvé, dans cette même décision,
l’inscription des brevets relatifs à une nouvelle formulation qui ne
revendique pas le produit spécifique que l’innovateur est autorisé
à vendre. Cette dernière conclusion était fondée sur l’opinion du
tribunal selon laquelle l’objectif du Règlement de liaison était
uniquement d’empêcher la contrefaçon de brevets.
La décision en question portait sur le Règlement de liaison qui
était en vigueur avant les modifications importantes dont il a fait
l’objet en 19982. Cette année-là, le Gouvernement a adopté un
certain nombre de changements visant à améliorer l’application
du Règlement ainsi qu’à réduire et à simplifier les litiges afférents. Le fait que le Règlement de liaison vise un objectif équilibré est réitéré dans le passage suivant du REIR relatif aux modifications de 1998 :
Les modifications envisagées renforceront l’équilibre entre
l’assurance d’un mécanisme qui permet véritablement de faire
respecter les droits conférés par les brevets et la garantie que
les médicaments génériques soient commercialisés aussitôt que
possible.
Afin de préserver cet équilibre, certaines des modifications
proposées faciliteront davantage la mise en marché des médicaments génériques [...]
Parmi les changements intégrés dans les modifications de 1998
qui ont pour objet de faciliter davantage « la mise en marché des
médicaments génériques », on retrouve des dispositions visant à
renforcer les exigences relatives à l’inscription des brevets. Plus
précisément, le Règlement de liaison modifié réaffirme l’application de délais stricts pour l’inscription d’un brevet au registre et
exige également que les brevets soient pertinents quant à la concentration, à la forme posologique et à la voie d’administration de
la drogue approuvée.
Depuis 1998, le ministre de la Santé (« ministre ») tente
d’appliquer les modifications des exigences relatives au délai et à
la pertinence afin d’imposer des limites raisonnables à la capacité
des innovateurs d’inscrire de nouveaux brevets sur le registre à
l’égard d’un SPDN. Le ministre a invoqué l’exigence relative au
délai pour contester les tentatives faites par certains innovateurs
en vue d’ajouter de nouveaux brevets au registre à l’égard d’un
SPDN pour un changement du nom de la drogue ou du fabricant.
De la même façon, le ministre a appliqué l’exigence relative à
la pertinence afin d’empêcher certains innovateurs d’ajouter au
registre des brevets relatifs à la formulation d’une drogue qui ne
correspond pas à la version de la drogue sur le marché. Le ministre a également demandé des lignes directrices plus générales sur
ces questions en déposant un renvoi auprès de la Cour fédérale,
mais l’affaire a été rejetée pour des raisons de procédure à la
suite d’une contestation farouche de la part des parties qui s’y
opposaient3.
———
———
1
1
2
3
Apotex v. Canada (Minister of Health) (1999), 87 C.P.R. (3d) 271 (F.C.T.D.),
affirmed 11 C.P.R. (4th) 538 (F.C.A.)
SOR/98-166.
Patented Medicines (Notice of Compliance) Regulations (Ont.) (Re), 2002
FCT 1000.
2
3
Apotex c. Canada (ministre de la Santé), [1999] A.C.F. no 458, confirmé [2001]
A.C.F. no 143
DORS/98-166.
Règlement sur les médicaments brevetés (avis de conformité) (Ont.) (Re),
2002 CF 1000.
Le 17 juin 2006
Gazette du Canada Partie I
1615
In fact, the Government has already observed instances of
SNDS filings being used to list multiple new patents over time in
a manner that results in repeat 24-month stays against the same
generic competitor. While the possibility of repeat stays due to
later listed patents is expressly contemplated under the PM(NOC)
Dans ce contexte, la Cour d’appel fédérale a rendu une décision
en janvier 2003 qui constituait un précédent au sujet du Règlement de liaison modifié, puisqu’elle a réaffirmé le droit des innovateurs d’inscrire des brevets relatifs à la formulation qui ne revendiquent pas la même formulation approuvée pour vente4. La
Cour en est arrivée à cette conclusion en se fondant sur la disposition relative à la pertinence, dont le texte lui semblait clair, malgré les explications figurant dans le REIR de 1998 au sujet de la
spécificité des produits. Ce faisant, la Cour semble avoir fait renaître l’approche fondée sur l’existence d’un seul objectif quant à
l’interprétation des exigences relatives à l’inscription des brevets,
approche qu’elle avait préconisée en 1999 dans la décision commentée plus haut au sujet des dépôts de SPDN. Elle a également
accentué le clivage qui existe dans la jurisprudence en ce qui a
trait aux objectifs de politique qui sous-tendent le Règlement de
liaison.
Le Gouvernement craint que les décisions susmentionnées
n’aient ensemble pour effet d’affaiblir les exigences relatives à
l’inscription au point de les rendre redondantes. C’est d’ailleurs
l’avis que la Cour d’appel fédérale du Canada a exprimé dans une
récente affaire concernant une liste de brevets présentée à l’égard
d’un SPDN se rapportant à un changement du nom d’une drogue5.
Refusant de permettre que le brevet soit inscrit de cette façon, le
tribunal a reconnu que le changement du nom dans ce contexte
faisait partie d’une stratégie visant à contourner le délai fixé à
l’article 4 quant au dépôt des listes de brevets, et a précisé que si
cette stratégie était approuvée, les exigences énoncées dans cet
article relatives au délai seraient sans effet pratique. Plus récemment, la Cour d’appel a élaboré sur ce raisonnement en refusant
un nouveau brevet inscrit à l’égard d’un SPDN pour un changement du lieu de fabrication6. La cour a reconnu que les deux
changements (de nom ou de lieu de fabrication) ne pourraient
s’avérer pertinents à aucune revendication de contrefaçon de brevet portant sur une drogue et se situaient donc en dehors de la
portée de l’article 4.
Même si le changement du nom d’une drogue ou d’un fabricant
ou de lieu de fabrication semble maintenant avoir été définitivement écarté comme motif permettant d’ajouter de nouveaux brevets au registre, la portée des autres changements à l’égard duquel
un SPDN peut être déposé demeure considérable et les combinaisons possibles de types de demandes d’avis de conformités et de
revendications de brevet sont beaucoup plus nombreuses encore.
Obliger les tribunaux à se prononcer sur chacune de ces possibilités sans qu’ils puissent s’inspirer de directives satisfaisantes dans
le Règlement de liaison ne peut qu’engendrer de la confusion, de
l’incertitude et d’autres conséquences non désirables.
Jusqu’à présent, ces conséquences comprennent la possibilité
qu’un innovateur retarde l’entrée de produits génériques sur le
marché en inscrivant des nouveaux brevets parfois non pertinents
sur la base de changements mineurs apportés au produit. Par suite
de cette mesure, les différences entre le produit original approuvé
au moyen de la PDN et la version « modifiée » décrite dans le
SPDN pourraient devenir floues au point d’empêcher les fabricants de produits génériques de lancer une version concurrente du
produit original sur le marché même lorsque les brevets originaux
sont expirés depuis longtemps ou ont été traités par le fabricant de
produits génériques.
En effet, le Gouvernement a déjà observé des cas où des innovateurs se servent de dépôts de SPDN pour inscrire de nombreux
brevets d’une façon qui entraîne des suspensions successives de
24 mois à l’encontre du même fabricant de produits génériques.
Bien que la possibilité de suspensions répétées entamées par
———
———
4
4
Against the above background, in January 2003, the Federal
Court of Appeal rendered a precedent-setting decision based on
the amended PM(NOC) Regulations which reaffirmed the right of
innovator companies to list formulation patents that do not claim
the formulation approved for sale.4 The Court came to this view
on the basis of what it felt to be the plain wording of the relevance provision and notwithstanding the explanatory language
on product specificity in the 1998 RIAS. In so doing, the Court
appears to have reinvigorated the single purpose approach to interpreting patent listing requirements, as epitomized by the 1999
decision on SNDS filings discussed above. It has also accentuated
a split in the jurisprudence as to the policy underlying the
PM(NOC) Regulations.
The Government is concerned that the combined effect of the
above-described jurisprudence is a weakening of the listing requirements, potentially to the point of redundancy. Such was the
reasoning of the Federal Court of Appeal in a recent case involving a patent list submitted on the basis of a SNDS for a change in
drug name.5 In refusing to allow a patent to be listed in this manner, the Court recognized that the change in name in that case was
part of a strategy designed to overcome the time limitation for
filing a patent list under section 4, which, if sanctioned, would
render the time requirements embodied in that section meaningless. The Court of Appeal subsequently expanded on this line of
reasoning to refuse a new patent listed on the basis of a SNDS for
a change in manufacturing site.6 The court recognized that both
changes (i.e. in name or manufacturing site) could not possibly be
relevant to any potential claim for infringement of a patent for a
medicine and were therefore outside the scope of section 4.
Although a change in drug or company name or a change in
manufacturing site now appear to have been ruled out as an opportunity to add new patents to the register, the ambit of remaining changes in respect of which a SNDS can be filed is considerable, and the possible combinations of submission type and patent
claims all the more so. Requiring the courts to rule on each of
these piecemeal without adequate direction in the language of the
PM(NOC) Regulations can only result in confusion, uncertainty
and further unintended consequences.
To date, these unintended consequences include the possibility
that an innovator company may delay generic market entry by
listing new and sometimes irrelevant patents on the basis of minor
product revisions. The result is a blurring of the lines between the
original product, as approved via the NDS, and the “changed”
version, as approved via the SNDS, such that generic manufacturers may be prevented from entering the market with a competing
version of the original innovator product even when the original
patents have long since expired or been addressed.
5
6
Eli Lilly Canada Inc. v. Canada (Minister of Health), 2003 FCA 24.
Ferring Inc. v. Canada (Attorney General), 2003 FCA 274.
Hoffmann-La Roche Ltd. v. Canada (Minister of Health), 2005 FCA 140.
5
6
Eli Lilly Canada Inc. c. Canada (ministre de la Santé), 2003 CAF 24.
Ferring Inc. c. Canada (Procureur général), [2003] A.C.F. no 49.
Hoffmann-La Roche Ltd. c. Canada (ministre de la Santé), 2005 CAF 140.
1616
Canada Gazette Part I
Regulations, their recurrence near and after expiry of the original
product patents can only operate to delay generic competition in a
manner that is inconsistent with the balanced policy objectives
early-working and the PM(NOC) Regulations were intended to
serve.
Although as matters stand, these instances are exceptional, they
do involve drugs of significant commercial value. They also have
the potential to serve as a model other innovator companies may
be tempted to emulate. In this regard, the Minister has reported a
significant increase in new patents being listed on the basis of
SNDS filings recently. In many of these cases, the SNDS does not
materially change the original drug or is not directly relevant to
the patent being submitted for listing.
June 17, 2006
l’inscription de brevets subséquents soit nettement envisagée dans
le Règlement de liaison, une conduite de ce genre qui se produit
peu avant et même après l’expiration des brevets relatifs au produit original ne peut qu’entraîner le retard de la concurrence des
produits génériques d’une manière qui va à l’encontre de l’équilibre que visait à atteindre au départ la fabrication anticipée et le
Règlement de liaison.
Il convient de préciser que, même si ces cas sont exceptionnels
jusqu’à présent, ils concernent des drogues de valeur commerciale
importante. Ils pourraient également servir d’exemples que d’autres innovateurs seraient tentés d’imiter. À cet égard, le ministre a
signalé une hausse significative du nombre de nouveaux brevets
qui sont inscrits sur la base de SPDN déposés récemment. Dans
bon nombre de cas, le SPDN ne prévoit aucun changement important à la drogue originale ou n’est pas directement pertinent au
brevet dont l’inscription est demandée.
Purpose of amendments
Objectif des modifications
The primary purpose of these amendments is to preempt further
such behaviour by restoring the original policy intent of the
PM(NOC) Regulations. This entails reaffirming the requirements
innovators must meet to list patents on the register and clarifying
when these patents must be addressed by their generic competitors. In addition, a number of ancillary amendments are proposed
with a view to reducing unnecessary litigation and improving the
overall effectiveness of the regime. These were developed in response to specific concerns expressed by stakeholders following
pre-publication of an earlier round of proposed amendments in
Part I of the Canada Gazette on December 11, 2004.
Les modifications ont pour objectif principal d’empêcher tout
comportement similaire à l’avenir en rétablissant l’objectif stratégique initial du Règlement de liaison. Il s’agit donc de réaffirmer
les exigences auxquelles doivent satisfaire les innovateurs pour
inscrire des brevets au registre et de préciser les circonstances
dans lesquelles ces brevets doivent être respectés par leurs concurrents génériques. En outre, un certain nombre de modifications
complémentaires sont proposées en vue de limiter les litiges inutiles et d’accroître l’efficacité globale du régime. Ces modifications
ont été formulées en réponse aux préoccupations exprimées par
des intervenants à la suite de la publication préalable d’une série
de modifications antérieures dans la Partie I de la Gazette du Canada, le 11 décembre 2004.
Changes to patent listing requirements
Changements concernant les exigences relatives à l’inscription
des brevets
As mentioned, in order for a patent to qualify for protection
under the PM(NOC) Regulations, it must be relevant to the drug
product the innovator is approved to sell. This requirement serves
certain policy objectives, outlined above, but also recognizes the
practical limits of the Minister’s role as administrator of the
PM(NOC) Regulations.
Comme on l’a déjà mentionné, pour pouvoir bénéficier de la
protection assurée par le Règlement de liaison, un brevet doit être
pertinent par rapport à la drogue pour laquelle l’innovateur a obtenu l’approbation pour vente. Cette exigence répond à certains
objectifs en matière de politique, expliqués ci-dessus, et elle tient
également compte des limites pratiques du rôle du ministre en
tant qu’administrateur du Règlement de liaison.
Dans la mesure où le fonctionnement efficace du régime dépend d’une détermination préliminaire des brevets pouvant être
inscrits, le ministre, à cette fin, ne peut être appelé qu’à évaluer le
rapport entre le brevet et la drogue décrite dans la demande d’avis
de conformité de l’innovateur. Une enquête plus vaste sur le
rapport entre le brevet et tout produit générique bioéquivalent
potentiel n’est donc pas pertinente par rapport à la question
d’admissibilité.
Les modifications proposées mettent ce fait en évidence en enracinant davantage le concept de la spécificité des produits en tant
que principale considération exigée du ministre dans l'application
des exigences relatives à l'inscription, prévues à l'article 4 du Règlement de liaison. Les modifications utilisent un libellé plus
précis quant au lien entre le sujet d'un brevet inscrit sur une liste
et le contenu de la demande d'avis de conformité à l'égard duquel
elle est soumise. De plus, d'après les modifications, une nouvelle
liste de brevets ne pourrait être soumise que dans le cas de certains types de demandes bien précis.
Quant à ce qui peut être inscrit par rapport à la PDN, les modifications prévoient que seuls les brevets déposés avant la PDN et
qui revendiquent une certaine matière qui y est décrite peuvent
être ajoutés au registre en relation avec la forme originale de la
drogue. Ces modifications faciliteront l’entrée sur le marché de
versions génériques de la drogue d’origine le plus tôt possible
To the extent that the efficient functioning of the regime depends upon a threshold determination of what patents can be
listed, in making that determination the Minister can only be
called upon to assess the relationship between the patent and the
drug described in the innovator’s submission for a NOC. A
broader inquiry into the relationship between the patent and any
potentially equivalent generic drug is not relevant to the listing
question.
The proposed amendments reflect this by further entrenching
the concept of product specificity as the key consideration required of the Minister in applying the listing requirements under
section 4 of the PM(NOC) Regulations. They do so through more
precise language respecting the intended link between the subject
matter of a patent on a patent list and the content of the underlying submission for a NOC in relation to which it is submitted.
In addition, under the amendments, only certain clearly defined
submission types would provide an opportunity to submit a new
patent list.
In terms of what may be listed in relation to the NDS, the
amendments stipulate that only patents filed prior to the NDS and
which claim certain subject matter described therein may be
added to the register in relation to the original form of the drug.
This will facilitate the market entry of generic versions of the
original innovator product as soon as possible after expiry of the
Le 17 juin 2006
original patents. To meet these criteria, a patent with a filing date
anterior to that of the NDS must contain at least one of the following claims: (1) a claim for the approved medicinal ingredient,
(2) a claim for the approved formulation or dosage form containing that medicinal ingredient, or (3) a claim for an approved use
of the medicinal ingredient.
It will be noted that the amended section 4 would no longer
contain an explicit requirement that a patent contain a “claim for
the medicine itself.” However, in keeping with well-settled law
on the scope of protection afforded by that phrase, the PM(NOC)
Regulations would continue to allow the listing of patents containing either a claim for the approved formulation or a claim for
the approved medicinal ingredient.
For the purposes of the amended section 4, the terms “formulation” and “medicinal ingredient” are intended to bear their established meaning under the extensive body of case law interpreting
a “claim for the medicine itself.” The term “formulation” thus
refers to the physical mixture of medicinal and non-medicinal
ingredients administered to the patient by means of the approved
drug. The term “medicinal ingredient,” in turn, refers to the substance in the formulation which, once administered, is responsible
for the drug’s desired effect in the body.
In light of the greater specificity being brought to these concepts, the proposed amendments would repeal the existing definitions in section 2 of the PM(NOC) Regulations relating to the
“medicine,” and replace these with definitions for “claim for the
medicinal ingredient” and “claim for the use of the medicinal
ingredient.” A definition for the former is necessary in order to
ensure that product-by-process patents continue to qualify for
protection under the Regulations. It also serves to confirm that
patents claiming different crystalline and amorphous forms of the
approved medicinal ingredient (i.e. “polymorphs”) are eligible for
listing when submitted in relation to the NDS. The definition is
not intended to disturb prior jurisprudence to the effect that patents claiming only intermediates or metabolites of the medicinal
ingredient are ineligible for listing.
Whereas the above-described amendments to section 4 are intended to clarify existing policy by reinforcing the link between
the subject matter of a patent and the content of the NDS, other
changes are contemplated which would mark an expansion in that
policy. In particular, it is proposed that the scope of eligible subject matter be broadened to include patents for approved dosage
forms.
When seized of the question, courts have consistently held that
the current language “claim for the medicine itself” in section 4 is
insufficient to support the listing of dosage form patents. However, in light of representations received from the innovative industry, the Government is of the view that novel dosage forms
can offer significant therapeutic advantages over drugs with conventional release characteristics and are therefore worthy of the
special protection provided by the PM(NOC) Regulations. This is
particularly true in the case of biologic drugs where effective
administration of the medicinal ingredient is often dependent on
the development of new and innovative delivery mechanisms.
The amended section 4 thus contains new language necessary to
implement this change, it being understood that the term “dosage
form” has the same meaning given to it in the jurisprudence alluded to above, namely a delivery system for the administration
Gazette du Canada Partie I
1617
après l’expiration des brevets originaux. Pour satisfaire à ces critères, un brevet dont la date de dépôt est antérieure à celle de la
PDN doit renfermer au moins une des revendications suivantes :
(1) une revendication de l’ingrédient médicinal approuvé, (2) une
revendication de la formulation approuvée ou de la forme posologique approuvée renfermant cet ingrédient médicinal ou (3)
une revendication d’une utilisation approuvée de l’ingrédient
médicinal.
Il est à noter que l’article 4 modifié n’exigera plus explicitement qu’un brevet comprenne une « revendication pour le médicament en soi ». Cependant, conformément à une interprétation
bien établie dans la jurisprudence relative à la portée de la protection conférée par cette phrase, le Règlement de liaison continuerait de permettre l’inscription de brevets comportant soit une revendication pour la formulation approuvée, soit une revendication
pour l’ingrédient médicinal approuvé.
Aux fins de l’article 4 modifié, les termes « formulation » et
« ingrédient médicinal » tirent leur sens de l’interprétation donnée
par la jurisprudence mentionnée ci-dessus relative à « revendication pour le médicament en soi ». Le terme « formulation » renvoie donc au mélange d’ingrédients médicinaux et non médicinaux administré au patient au moyen de la drogue approuvée. Le
terme « ingrédient médicinal », quant à lui, renvoie à la substance
dans la formulation qui, une fois administrée, est responsable de
l’effet désiré de la drogue dans l’organisme.
En raison de la spécificité accrue conférée à ces concepts, les
modifications proposées abrogeraient les définitions actuelles à
l’article 2 du Règlement de liaison concernant le terme « médicament » pour y substituer des définitions relatives à « revendication pour l’ingrédient médicinal » et « revendication pour l’utilisation de l’ingrédient médicinal ». Il est nécessaire d’établir une
définition de « revendication pour l’ingrédient médicinal » afin
que les brevets relatifs à un produit fabriqué selon un procédé
continuent de pouvoir bénéficier de la protection de la réglementation. Une telle définition sert également à confirmer que les
brevets revendiquant différentes formes cristallines et amorphes
de l’ingrédient médicinal approuvé (c’est-à-dire des « formes
polymorphiques ») puissent être inscrits au registre lorsqu’ils sont
soumis en relation avec la PDN. La définition n’a pas pour objet
de modifier la jurisprudence antérieure selon laquelle les brevets
qui revendiquent seulement des intermédiaires ou des métabolites
de l’ingrédient médicinal ne peuvent être inscrits au registre.
Alors que les modifications relatives à l’article 4 décrites cidessus ont pour objet de préciser la politique actuelle en renforçant le lien entre le sujet d’un brevet et le contenu de la PDN,
d’autres modifications sont envisagées qui entraîneraient un élargissement de cette politique. En particulier, il est proposé que la
portée de la matière admissible à la protection du Règlement soit
élargie de façon à inclure les brevets relatifs aux formes posologiques approuvées.
Les tribunaux, lorsque saisis de la question, s’entendent pour
dire que le libellé actuel de l’article 4, à savoir « revendication
pour le médicament en soi » est insuffisant pour permettre l’inscription des brevets relatifs à des formes posologiques. Toutefois,
compte tenu des observations reçues de l’industrie innovatrice, le
Gouvernement est d’avis que de nouvelles formes posologiques
peuvent offrir des avantages thérapeutiques considérables par
rapport aux médicaments à caractéristiques de libérations conventionnelles et méritent donc la protection spéciale prévue par le
Règlement de liaison. Ceci est d’autant plus vrai dans le cas des
médicaments biologiques dont l’administration efficace de l’ingrédient médicinal est souvent tributaire du développement de
mécanismes d’administration nouveaux et novateurs. L’article 4
modifié offre donc le nouveau libellé qui permettra de mettre en
œuvre ce changement, étant bien entendu que la jurisprudence
1618
Canada Gazette Part I
of a medicinal substance. As with other subject matter eligible to
be protected in relation to the NDS, a dosage form patent would
need to contain a claim to the specific dosage form described in
the NDS. It would also need to include, among the medicinal
substances the dosage form is intended or capable of delivering,
express reference to the medicinal ingredient described in the
NDS.
The amendments to section 4 would also formally confirm the
right to list new patents on the basis of SNDS filings and introduce listing requirements governing that right. Under these requirements, a patent which had been applied for prior to the filing
of an SNDS may be submitted in relation to that SNDS provided
the purpose of the latter is to obtain approval for a change in use
of the medicinal ingredient (i.e. a new indication), a change in
formulation or a change in dosage form and the patent contains a
claim to the formulation, dosage form or use so changed. This
will protect and encourage legitimate and substantive incremental
innovation of direct therapeutic application. New patents claiming
novel physical forms of the approved medicinal ingredient will
not be eligible for listing in this manner.
In keeping with existing practice, the amendments to section 4
include a provision expressly allowing innovators to carry forward patent lists submitted in relation to a NDS by resubmitting
them in relation to a supplement to that NDS. A finding of ineligibility in respect of one patent on a patent list should not prevent
the carrying forward of the remaining patents on that list.
The amendments also propose to eliminate the unnecessary and
somewhat ambiguous distinction in current section 4 between an
“existing” patent list and an “amendment” to such a list. Under
the amendments, each time an innovator submits new patents to
the Minister, these shall be considered as comprising a standalone patent list. This will be the case regardless of which of subsections 4(5) or 4(6) is relied upon in submitting the list and
notwithstanding the presence of any pre-existing patents on the
register for the same form of the drug described in the submission
to which the list relates.
Lastly, in order to minimize any market disruption and investment uncertainty resulting from the above-described changes to
section 4, the amendments include a grandfathering provision
which provides that patents submitted for listing prior to the date
of publication of these Regulations in Part I of the Canada Gazette remain subject to the listing requirements as they were interpreted and applied prior to that date.
June 17, 2006
évoquée ci-dessus attribue le même sens au terme « forme posologique », à savoir un mode d’administration d’une substance
médicinale. Comme dans le cas d’autres matières pouvant être
protégées en relation avec la PDN, un brevet relatif à une forme
posologique devrait impérativement contenir une revendication
de la forme posologique précise décrite dans la PDN. Le brevet
devrait également inclure, parmi les substances médicinales que
la forme posologique est censée permettre d’administrer, une
mention particulière de l’ingrédient médicinal décrit dans la PDN.
Les modifications relatives à l’article 4 viendraient également
confirmer formellement le droit d’inscrire de nouveaux brevets
sur la base de dépôts de SPDN et instaureraient des exigences
régissant ce droit. Selon ces exigences, un brevet ayant une date
de dépôt antérieure au dépôt d’un SPDN peut être soumis à
l’égard de ce SPDN à condition que ce dernier ait pour objet l’approbation d’un changement relatif à l’utilisation d’un ingrédient
médicinal (c’est-à-dire une nouvelle indication), d’un changement
relatif à la formulation ou d’un changement relatif à la forme posologique et que le brevet comporte une revendication relative à
la formulation, à la forme posologique ou à l’utilisation ainsi modifiée. Ces exigences auront pour effet de protéger et d’encourager l’innovation progressive légitime et substantielle ayant une
application thérapeutique directe. Les nouveaux brevets revendiquant de nouvelles formes physiques de l’ingrédient médicinal
approuvé ne pourront être inscrits suivant ces modalités.
Conformément à la pratique établie, les modifications relatives
à l’article 4 comportent une disposition qui autorise expressément
les innovateurs à reporter les listes de brevets soumises qui
se rattachent à une PDN en les soumettant à nouveau en relation avec un supplément à cette PDN. Une conclusion de nonadmissibilité d’un brevet figurant sur une liste de brevets ne doit
pas empêcher le report des autres brevets.
Les modifications proposent également l’élimination de la distinction superflue et parfois ambiguë que l’on trouve à l’article 4,
soit la distinction entre une liste de brevets « existante » et une
« modification » apportée à cette liste. Ainsi, chaque fois que
l’innovateur soumet de nouveaux brevets au ministre, ceux-ci
seront considérés comme faisant partie d’une unique liste, et ce,
indépendamment de la question de savoir si la soumission de la
liste est fondée sur le paragraphe 4(5) ou 4(6) et malgré la présence de brevets au registre à l’égard de la même forme de la
drogue décrite dans la demande d’avis à laquelle la liste a trait.
Enfin, en vue de limiter les perturbations sur le marché ainsi
que l’incertitude pour les investisseurs qui pourraient résulter des
changements à l’article 4 décrits plus haut, les modifications renferment une disposition relative aux droits acquis qui prévoit que
les brevets soumis pour inscription au registre avant la date de la
publication du présent règlement dans la Partie I de la Gazette du
Canada demeurent assujettis aux exigences relatives à l’inscription telles qu’elles étaient interprétées et appliquées avant cette
date.
Changes to the requirements governing when listed patents must
be addressed
Modification des exigences régissant le moment où les brevets
inscrits doivent être pris en considération
Under the proposed amendments to section 5, a generic manufacturer who files a submission or supplement for a NOC in respect of a generic version of an innovative drug would only be
required to address the patents on the register in respect of the
innovative drug as of that filing date. Patents added to the register
thereafter would not give rise to any such requirement. The register would thus be “frozen” in respect of that generic manufacturer. Subsequent generic manufacturers would each benefit from
the same freezing mechanism, as of the date of filing of their respective submissions with the Minister. As a corollary to this
frozen register concept, generic manufacturers would no longer
Suivant les modifications proposées à l’article 5, un fabricant
de produits génériques qui dépose une demande ou un supplément
en vue d’obtenir un avis de conformité pour une version générique d’un produit innovateur serait uniquement obligé de tenir
compte des brevets inscrits au registre à l’égard de l’autre produit
à la date de dépôt. Les brevets ajoutés au registre par la suite ne
donneraient lieu à aucune obligation de la part de ce fabricant. Le
registre serait pour ainsi dire « gelé » en ce qui concerne ce fabricant de produits génériques. Les fabricants de produits génériques
subséquents seraient chacun assujettis à la même règle, à la date
de dépôt de leurs demandes respectives au ministre. Comme
Le 17 juin 2006
be permitted to initiate the process for challenging a patent under
the PM(NOC) Regulations (i.e. through the service of a notice of
allegation [“NOA”]) until that same filing had occurred. The
combined effect of these two new rules would significantly curtail
the incidence of repeat cases, whether due to multiple NOAs on
the part of generic manufacturers or multiple patent listings on the
part of innovators.
Although freezing the register and eliminating early NOAs is
thought to be the most expedient solution to the problem of multiple stays under the PM(NOC) Regulations, considerable confusion could result from the immediate application of these changes
to pre-existing facts. The transitional rules accompanying the
amendments thus provide that, for those generic manufacturers
that have already filed a submission or supplement for a NOC in
respect of generic version of an innovative drug with patents on
the register, the filing date for the purposes of amended section 5
is deemed to be the date the amendments come into force.
While not a transitional matter, a similar deeming function
would apply to generic drug submissions filed under C.07.003 of
the Food and Drug Regulations, which escape the six-year prohibition on filing proposed under Health Canada’s concurrent
amendments to data protection. Where such a submission is for a
generic version of an innovative drug and that innovative drug
would otherwise benefit from the new data protection term, the
filing date of the submission for the purposes of section 5, if it is
less than six years from the day on which the first NOC was
issued in respect of the innovative drug, will be deemed to be six
years from that day.
The proposed amendments would also repeal subsection 5(1.1).
That provision was introduced in 1999, when it became apparent
that a generic company could avoid compliance with the
PM(NOC) Regulations by making an indirect comparison to an
innovator’s drug with patents on the register. However, a subsequent ruling from the Federal Court of Appeal established that the
pre-existing triggering provision, subsection 5(1), was sufficiently
broad to capture avoidance strategies founded on indirect reliance.7 Repeal of subsection 5(1.1) is also consistent with the Supreme Court of Canada’s recent decision in the Biolyse case,8
which confirmed that the PM(NOC) Regulations do not apply to
second and subsequent entry drug submissions where the sponsor
of the submission is required by the Minister to conduct independent clinical studies to establish the safety and efficacy of
its product.
Notwithstanding the repeal of subsection 5(1.1), amended section 5 will continue to feature two triggering provisions, in order
to better mirror the structure of section 4. Subsection 5(1) will
apply to a generic manufacturer that files an initial submission
for a NOC for a generic version of an innovative drug. Subsection 5(2) will apply whenever the manufacturer files a supplement
to that submission for a change in formulation, dosage form or
use of the medicinal ingredient. Distinguishing between the two
types of submissions in this manner should also serve to accelerate the drug review process, as the Minister will no longer be
required to verify each and every supplement for compliance with
the PM(NOC) Regulations.
Gazette du Canada Partie I
corollaire de ce concept du « gel » du registre, les fabricants de
produits génériques ne pourraient plus contester de brevets en
vertu du Règlement de liaison (c’est-à-dire en signifiant un avis
d’allégation) jusqu’au moment du dépôt de cette même demande.
L’effet combiné de ces deux nouvelles règles limiterait considérablement le nombre de cas à répétition, que ce soit à cause de
fabricants de produits génériques ayant signifié de multiples avis
d’allégation ou à cause de fabricants innovateurs ayant déposé de
multiples demandes d’inscription de brevets.
Même si l’on estime que le gel du registre et l’élimination des
avis d’allégation anticipés soient la solution la mieux indiquée au
problème des suspensions multiples imposées en vertu du Règlement de liaison, l’application immédiate de ces changements aux
faits antérieurs pourrait engendrer beaucoup de confusion. Ainsi,
les règles transitoires dont les modifications sont assorties prévoient que dans le cas des fabricants de produits génériques qui
ont déjà déposé une demande d’avis de conformité ou un supplément pour la version générique d’un produit innovateur à l’égard
duquel des brevets sont inscrits au registre, la date de dépôt aux
fins de l’article 5 modifié est réputée être la date d’entrée en vigueur des modifications.
Bien qu’il ne s’agisse pas d’une question de transition, une disposition de présomption analogue s’appliquerait aux demandes
d’avis de conformité déposées par les fabricants de produits génériques en vertu de l’article C.07.003 du Règlement sur les aliments et drogues, qui échappent à l’interdiction de six ans contre
le dépôt proposée aux termes des modifications concurrentes de
Santé Canada concernant la protection des données. Lorsqu’une
telle demande vise une version générique d’une drogue innovatrice et que cette dernière bénéficierait autrement du nouveau
délai de protection des données, la date de dépôt de la présentation aux fins de l’article 5, si elle survient moins de six ans après
la délivrance du premier avis de conformité pour la drogue innovatrice, sera réputée être survenue six ans après cette date.
Les modifications proposées entraîneraient également l’abrogation du paragraphe 5(1.1). Cette disposition a été instaurée en
1999, lorsqu’il a été constaté qu’un fabricant de produits génériques pouvait contourner le Règlement de liaison en faisant une
comparaison indirecte avec une drogue pour laquelle des brevets
étaient inscrits au registre. Toutefois, la Cour d’appel fédérale a
statué dans une décision subséquente que le mécanisme de déclenchement déjà prévu au paragraphe 5(1) était suffisamment
large pour couvrir les stratégies d’évitement fondées sur une comparaison indirecte7. L’abrogation du paragraphe 5(1.1) concorde
également avec l’arrêt récemment rendu par la Cour suprême du
Canada dans l’affaire Biolyse8, qui a confirmé que le Règlement
de liaison ne s’applique pas au deuxième fabricant ou aux fabricants subséquents lorsque le ministre exige que le fabricant réalise des études cliniques indépendantes en vue de démontrer l’innocuité et l’efficacité de son produit.
Malgré l’abrogation du paragraphe 5(1.1), l’article 5 modifié
contiendra toujours deux dispositions de déclenchement afin de
mieux refléter la structure de l’article 4 modifié. Le paragraphe 5(1) s’appliquera donc aux fabricants de produits génériques
qui présentent pour la première fois une demande d’avis de conformité pour une version générique d’une drogue innovatrice. Le
paragraphe 5(2) s’appliquera toutes les fois que le fabricant présente un supplément à cette demande en vue de modifier la formulation, la forme posologique ou l’utilisation de l’ingrédient
médicinal. Une telle distinction entre ces deux genres de demandes d’avis de conformité devrait aussi permettre d’accélérer le
processus d’examen des drogues, car le ministre ne sera plus tenu
de vérifier la conformité de chaque supplément au Règlement de
liaison.
———
———
7
7
8
Merck & Co. v. Nu-Pharm Inc. (2000), 5 C.P.R. (4th) 138.
Bristol-Myers Squibb Co. v. Canada (Attorney General), 2005 SCC 26.
1619
8
Merck & Co. c. Nu-Pharm Inc., [2000] A.C.F. no 380.
Bristol-Myers Squibb Co. c. Canada (Procureur général), 2005 CSC 26.
1620
Canada Gazette Part I
June 17, 2006
Finally, in striving to keep litigation to a minimum, amended
section 5 would also impose an obligation on the generic manufacturer to retract an NOA in the event that the submission or
supplement to which it relates is either withdrawn by the Minister
for non-compliance with the Food and Drug Regulations or cancelled by the manufacturer. Where an NOA so retracted is the
subject of ongoing prohibition proceedings, the innovator, upon
being informed of the retraction, would be required to apply for a
discontinuance of those proceedings in a timely fashion.
Bien que le paragraphe 5(1) vise surtout les présentations abrégées de drogue nouvelle (PADN), il convient de noter que la disposition parle seulement de « demande d’avis de conformité ». Le
manque de précision sur ce point est voulu. En effet, il permettra
de repérer les PDNs dites « hybrides » ou « papier » pour qu’elles
soient assujetties au Règlement de liaison, lorsque leur approbation repose sur une comparaison ou un renvoi directs ou indirects
à une drogue innovatrice, de la même façon que pour une PADN.
En outre, malgré la décision de la Cour suprême dans l’affaire
Biolyse, il n’y aucune mention d’une comparaison fondée sur la
bioéquivalence dans l’une ou l’autre des nouvelles dispositions de
déclenchement, car le Gouvernement veut que la protection accordée par le Règlement de liaison puisse s’appliquer aux drogues
biologiques, qui souvent n’agissent pas par voie sanguine.
Des modifications ont également été apportées à l’article 5 afin
de clarifier l’intention du Gouvernement en ce qui concerne
l’étendue de la protection accordée par le Règlement de liaison
aux brevets d’utilisation. Grâce au texte révisé des sousalinéas 5(1)b)(iv) et (2)b)(iv), il est maintenant clair que le tribunal devrait se limiter à se demander si des actes de contrefaçon
seront commis ou incités par un fabricant de produits génériques
lorsqu’il détermine si une allégation de non-contrefaçon d’un
brevet d’utilisation est justifiée. Cela permettra de régler le problème de jurisprudences contradictoires concernant cette question9 et facilitera l’entrée sur le marché de produits génériques
lorsque les faits supposés ou avérés indiqueront que le fabricant
n’a pas l’intention de commercialiser son produit pour l’utilisation brevetée.
Enfin, dans l’objectif de minimiser le fardeau imposé par le
Règlement sur les tribunaux, l’article 5 modifié obligerait le fabricant de produits génériques à retirer un avis d’allégation si la
présentation ou le supplément à celle-ci est retiré par le ministre
pour non-conformité au Règlement sur les aliments et drogues ou
est annulé par le fabricant. Si un avis d’allégation retiré de cette
façon fait l’objet d’une procédure d’interdiction, l’innovateur, une
fois informé du retrait, serait tenu de demander la cessation de la
procédure dans un temps opportun.
Other changes
Autres changements
Sections 4 and 5 aside, the amendments also include a provision targeted at innovators who would seek to forestall generic
competition by withdrawing the original form of the product from
the market in order to deprive generic manufacturers of an immediate Canadian Reference Product. The provision in question
would require the Minister to delete any patents on the register in
respect of a drug which no longer has an active Drug Identification Number (DIN), thus resulting in the loss of protection under
the PM(NOC) Regulations for that drug. However, this provision
will not apply where the withdrawal of the DIN is due to a change
in the manufacturer of the drug. Reassignment of the DIN and
resumption in the marketing of the drug by the manufacturer will
result in the Minister re-listing patents deleted earlies.
Mis à part les articles 4 et 5, les modifications comprennent
également une disposition visant les innovateurs qui chercheraient
à retarder la concurrence des fabricants de produits génériques en
retirant du marché la forme originale du produit afin de les priver
d’un produit de référence canadien immédiat. La disposition en
question obligerait le ministre à supprimer du registre tout brevet
relatif à une drogue qui ne possède plus d’identification numérique de drogue (DIN), ce qui entraînerait donc la perte de la protection accordée par le Règlement de liaison pour cette drogue.
Toutefois, cette disposition ne s’appliquera pas lorsque le retrait
du DIN est attribuable à un changement du fabricant de la drogue.
La réattribution du DIN et la reprise de la commercialisation de la
drogue par le fabricant entraîneront la réinscription par le ministre
des brevets supprimés.
Figurant en dernier parmi les changements de fond proposés
par ces modifications sont des améliorations de la disposition de
l’article 8 concernant les dommages-intérêts. Le premier de ces
changements vise à préciser davantage les éléments dont le tribunal peut tenir compte au moment de calculer la période de retard
dont l’innovateur peut être tenu responsable en vertu de cet article. Le deuxième sert à confirmer que le ministre ne peut être tenu
responsable pour tout retard visé par cet article. Le troisième vise
à supprimer les « profits » de l’ensemble de la réparation que le
It should be noted that, while amended subsection 5(1) is geared
towards abbreviated new drug submissions (ANDS), the provision speaks only of a “submission for a notice of compliance.”
The lack of precision on this point is purposeful so that the
PM(NOC) Regulations may catch “hybrid” or “paper” NDS-type
submissions when approved on the basis of a direct or indirect
comparison or reference to an innovative drug in the same fashion
as an ANDS. Similarly, despite the Supreme Court’s ruling in the
Biolyse case, there is no mention of bioequivalence reliance in
either of the new triggering provisions, as it is the Government’s
intention that the protection provided by the PM(NOC) Regulations should extend to biologic drugs, which often do not work
through the bloodstream.
Amendments have also been made to section 5 to clarify the
Government’s intention with regard to the scope of protection
afforded by the PM(NOC) Regulations to ‘use’ patents. The revised language in subparagraphs 5(1)(b)(iv) and (2)(b)(iv) makes
it clear that, in determining whether an allegation of noninfringement of a use patent is justified, the court should limit its
inquiry to whether acts of infringement will occur by or at the
behest of the generic manufacturer. This will resolve conflicting
jurisprudence on this question9 and facilitate the market entry of
generic drugs where the facts as assumed or proven indicate that
the manufacturer does not intend to market its product for the
patented use.
Last among the substantive changes proposed by these amendments are refinements to the section 8 damages provision. The
first such change is to further specify the matters which the court
can take into account when calculating the period of delay for
which an innovator may be held liable under that section. The
second is to confirm that the Minister cannot be held liable for
any delay under that section. The third is to remove “profits”
from the scope of relief that the court may order by way of compensation to the generic manufacturer for that delay, as, upon
———
9
Procter & Gamble Pharmaceuticals Canada, Inc. v. Canada (Minister of
Health), 2002 FCA 290. AB Hassle v. Canada (Minister of National Health
and Welfare), 2002 FCA 421.
———
Procter & Gamble Pharmaceuticals Canada, Inc. c. le Canada (ministre de
la Santé), 2002 CAF 290. AB Hassle c. le Canada (ministre de la Santé nationale et du Bien être social), 2002 CAF 421.
9
Le 17 juin 2006
reflection, the Government no longer considers this to be an appropriate remedy under the PM(NOC) Regulations. The reasons
for this are threefold.
Gazette du Canada Partie I
1621
Finally, these amendments include a number of consequential
changes in wording or numbering to reflect the substantive modifications discussed above.
tribunal peut ordonner pour dédommager le fabricant de produits
génériques pour ce retard, car, après réflexion, le Gouvernement
ne juge plus ce dédommagement approprié aux termes du Règlement de liaison, pour les trois raisons suivantes.
Premièrement, bien qu’un demandeur dans une action en contrefaçon puisse obtenir réparation par recouvrement de profits,
ceci est dû au fait que le contrefacteur est considéré comme ayant
vendu le produit contrefait en tant qu’agent non autorisé du titulaire de brevet. La situation inverse n’est pas vraie dans le cas
d’une action intentée en vertu de l’article 8, où, en supposant que
le retard ne s’est jamais produit, le fabricant générique n’aurait
pas eu de droits exclusifs sur la drogue appartenant à l’innovateur
au cours de cette période. Deuxièmement, contrairement à une
action en contrefaçon où le contrefacteur a été déclaré coupable
d’avoir agi illégalement, une demande d’ordonnance d’interdiction est un droit dont peut se prévaloir un innovateur ayant des
brevets inscrits au registre en vertu du mécanisme réglementaire
envisagé par le Règlement de liaison. Troisièmement, les demandes d’interdiction redondantes, scandaleuses, frivoles ou vexatoires, ou les demandes reposant sur des brevets non admissibles
présentées par les innovateurs en vertu du Règlement de liaison
peuvent être traitées sommairement par voie de motion en vertu
du paragraphe 6(5), et dans les cas particulièrement flagrants, des
dépens peuvent être accordés au fabricant de produits génériques
au tarif des frais entre avocat et client.
Le Gouvernement est conscient qu’en refusant aux fabricants
de produits génériques l’accès aux profits de l’innovateur, une
dissuasion contre le genre de comportement stratégique en matière d’inscription de brevets que ces modifications visent à
corriger n’existerait peut être plus. Toutefois, compte tenu du
projet de resserrement des exigences relatives à l’inscription en
vertu de l’article 4 modifié, et de l’introduction du concept de gel
de registre en vertu de l’article 5 modifié, un tel comportement
dans l’avenir ne serait plus possible en vertu du Règlement de
liaison. Pour ce qui est des causes relatives à l’article 8 qui sont
déjà en instance, on reconnaît que certaines d’entre-elles peuvent
avoir été amorcées par des fabricants de produits génériques en
réponse à de prétendus « abus » et avec une attente qu’un gain de
cause leur permettrait peut-être de toucher aux profits des innovateurs. Par conséquent, ces modifications comprennent des règles
transitoires qui exempteraient ces causes de l’application de
l’article 8 modifié, laissant au tribunal le soin de déterminer un
recours approprié.
Enfin, ces modifications comportent plusieurs changements
corrélatifs de libellé ou de numérotage de dispositions afin de
tenir compte des changements de fond décrits ci-dessus.
Alternatives
Solutions envisagées
As previously noted, the Government proposed an alternative
set of amendments to those described here, which was prepublished in Part I of the Canada Gazette on December 11, 2004.
As will be explained below under “Consultation,” the present
proposals were conceived in response to the extensive representations received from interested parties following that earlier prepublication.
Maintaining the status quo was not considered a viable option
given the current imbalance in the PM(NOC) Regulations, as
explained above.
Tel qu’il a été mentionné, le Gouvernement a proposé un ensemble de modifications possibles autres que celles décrites ici,
publiées préalablement dans la Partie I de la Gazette du Canada,
le 11 décembre 2004. Comme il sera expliqué ci-dessous à la
rubrique « Consultations », les présentes propositions ont été formulées à la suite des observations approfondies reçues des parties
intéressées après la publication préalable, qui a eu lieu plus tôt.
Le maintien du statu quo n’a pas été considéré comme une option viable, étant donné le déséquilibre actuel dans le Règlement
de liaison, comme il a été expliqué ci-dessus.
Benefits and costs
Avantages et coûts
By clarifying the rules governing when and how innovators can
list patents on the register, freezing the patent register as of the
date of the generic manufacturer’s drug submission and eliminating early-NOAs, these amendments are expected to have a
marked reduction on the amount of litigation generated by the
En clarifiant les règles régissant quand et comment les innovateurs peuvent demander l’inscription de brevets au registre, en
gelant le registre de brevets à la date de la demande d’un avis de
conformité par le fabricant de produits génériques et en éliminant
les avis d’allégation prématurés, ces modifications devraient
First, while an accounting of profits is available to a successful
plaintiff in an infringement action, this is due to the fact that the
infringer is viewed as having sold the infringing product as an
unauthorized agent of the patentee. The converse is not true in a
section 8 case where, assuming the delay had never occurred, the
generic manufacturer would not have had exclusive rights over
the drug belonging to the innovator during that period. Second,
unlike an infringement action where the infringer has been found
to be acting unlawfully, an application for a prohibition order is a
lawful exercise of rights available under the regulatory scheme
contemplated by the PM(NOC) Regulations to an innovator with
patents on the register. Third, to the extent that redundant, scandalous, frivolous or vexatious prohibition applications, or applications based on ineligible patents, are brought by innovators under
the PM(NOC) Regulations, these can be dealt with summarily by
way of motion under subsection 6(5), with costs available to the
generic manufacturer on a solicitor-and-client basis in particularly
egregious circumstances.
The Government recognizes that, by denying generic manufacturers access to the innovator’s profits, a potential disincentive to
the type of strategic listing behaviour which these amendments
are intended to correct may no longer exist. However, in light of
the proposed tightening of the listing requirements under
amended section 4, and of the introduction of the frozen register
mechanism under amended section 5, further such behaviour will
no longer be possible under the PM(NOC) Regulations. As for the
section 8 cases already underway, it is acknowledged that some of
these may have been initiated by generic manufacturers in response to perceived abuses and with an expectation that a successful outcome might result in an award of profits. Accordingly,
these amendments include transitional rules which would exempt
these cases from the application of amended section 8, leaving the
matter of an appropriate remedy to the discretion of the court.
1622
Canada Gazette Part I
June 17, 2006
PM(NOC) Regulations. They should also accelerate access to
lower-priced generic drugs, encourage incremental innovation,
ease Health Canada’s administrative burden and reduce stakeholder compliance costs.
contribuer à une diminution marquée du nombre de poursuites
découlant de l’application du Règlement de liaison. Elles devraient également encourager l’innovation progressive importante
tout en accélérant l’accès aux produits génériques moins chers.
Finalement, elles réduiront le fardeau administratif de Santé Canada ainsi que les coûts d’observation de la loi des intervenants.
Consultation
Consultations
Pre-publication of the earlier proposed amendments was followed by a 75-day period during which interested persons could
submit written representations to the sponsoring departments.
Industry Canada received representations on its proposed
amendments from approximately 20 separate sources, including
innovative and generic pharmaceutical companies, their respective trade associations, BIOTECanada, provincial governments,
members of Parliament and consumer groups. Health Canada
received a like number of submissions on its proposed amendments to data protection, from substantially the same sources. In
addition, representatives from various quarters of both the innovative and generic pharmaceutical industries met with officials
from the two departments on several occasions during the
pre-publication period to elaborate orally on their written
submissions.
While sources on the innovative side of the industry recognize
that the stated purpose of the amendments is to curb the occurrence of multiple stays, they observe that many such stays are due
to the ability of generic manufacturers to serve multiple NOAs in
respect of the same patents, and not to the listing behaviour of
innovators. In their view, the former is the converse of the latter,
and no less abusive in nature. Accordingly, the innovative industry asserts that any consideration of a frozen register option must
also have regard for measures which would restrict the circumstances in which NOAs can be served upon them by generic
La publication préalable des modifications proposées antérieurement a été suivie d’une période de 75 jours au cours de laquelle
les personnes intéressées pouvaient présenter des observations
écrites aux ministères parrains. Industrie Canada a reçu des observations sur ses modifications proposées d’environ 20 sources
distinctes, y compris les entreprises pharmaceutiques innovatrices
et génériques, leurs associations commerciales, BIOTECanada,
les gouvernements provinciaux, les députés et les groupes de
défense des consommateurs. Santé Canada a reçu un nombre
semblable d’observations sur ses modifications proposées des
dispositions sur la protection des données qui provenaient essentiellement des mêmes sources. De plus, les représentants de divers
secteurs de l’industrie pharmaceutique innovatrice et de l’industrie pharmaceutique générique ont rencontré des fonctionnaires
des deux ministères à plusieurs occasions au cours de la période
de publication préalable afin de discuter des observations écrites
qu’ils ont présentées.
Bien que le point de vue de chaque intervenant reflète sa propre
opinion sur les modifications proposées, des points communs sont
ressortis au cours de la période de publication préalable. Plus
important encore à cet égard, les intervenants croyaient tous que
le Gouvernement devrait envisager un autre modèle de modifications qui permettrait d’aligner davantage le système canadien sur
celui des États-Unis. Malgré le fait qu’ils semblaient s’entendre
en principe sur ce point, les intervenants ont des opinions divergentes en ce qui a trait aux caractéristiques particulières du système américain qu’ils estimaient valoir la peine d’importer. Cela
est dû à une divergence d’opinion fondamentale entre l’industrie
pharmaceutique innovatrice et l’industrie pharmaceutique générique quant à la nature et l’ampleur du phénomène des suspensions
multiples que les modifications devraient viser à corriger.
Du point de vue de l’industrie de produits génériques, les suspensions multiples posent un problème seulement dans la mesure
où elles découlent de brevets multiples inscrits à répétition au fil du
temps par les innovateurs, une pratique qu’elle juge forcément «
abusive ». Puisque les modifications exigeraient encore qu’un fabricant de produits génériques tienne compte des brevets inscrits
après la date de la demande d’un avis de conformité, l’industrie
soutient que les suspensions multiples abusives continueront sans
fléchir. En prônant la convergence avec le système de liaison américain, l’industrie de produits génériques cherche principalement à
faire adopter le concept de gel de registre, récemment introduit aux
États-Unis en réponse à un comportement similaire observé chez
les entreprises pharmaceutiques innovatrices en ce qui concerne
l’inscription de brevets10.
Bien que des sources de l’industrie innovatrice reconnaissent
que le but avoué des modifications est de réduire les cas de suspensions multiples, elles notent qu’un grand nombre de ces suspensions découlent de la capacité du fabricant de produits génériques de signifier plusieurs avis d’allégation pour les mêmes
brevets, et non du comportement des personnes innovatrices en ce
qui concerne l’inscription de brevets. Selon ces sources, la première pratique est l’inverse de la deuxième, et n’est pas moins
abusive de par sa nature. Par conséquent, l’industrie innovatrice a
insisté pour que tout gel du registre qui serait envisagé prévoie
———
———
10
10
While the views of individual stakeholders reflected their own
unique perspective on the proposed amendments, some common
ground did emerge during the pre-publication period. Most significant in this regard was a shared inclination that the Government should consider an alternative model of amendments which
would see the Canadian system aligned more closely with that of
the United States (U.S.). Although there appeared to be agreement in principle on this point, stakeholders held varying views as
to the particular features of the U.S. system thought to be worthy
of import. This can be attributed to an underlying divergence in
opinion between the innovative and generic pharmaceutical industries as to the nature and scope of the multiple-stay phenomenon which the amendments should seek to redress.
From the generic industry’s standpoint, multiple stays are a
concern only insofar as they arise from multiple patents being
listed sequentially over time by innovators, a practice they consider ipso facto “abusive.” Because the amendments would continue to require a generic manufacturer to address patents listed
after the date of its drug submission, the industry contends that
abusive multiple stays will continue unabated. In advocating convergence with the U.S. system, the generic industry is primarily
seeking the adoption of the frozen register concept recently introduced in that country in response to similarly observed patent
listing behaviour on the part of innovative drug companies
there.10
Medicare Prescription Drug, Improvement, and Modernization Act of 2003,
Sec. 1101.
Medicare Prescription Drug, Improvement, and Modernization Act of 2003,
art. 1101.
Le 17 juin 2006
manufacturers. To this end, they call for the introduction of a
U.S.-style “no-filing” term of data protection which would prohibit a generic manufacturer from seeking regulatory approval for
an equivalent version of an innovative drug until a certain number
of years after the latter’s approval, during which time no NOAs
could be advanced by the generic.
Despite stakeholders’ competing emphasis on different aspects
of U.S. law, there appeared to be some degree of rapprochement
between the two sides of the industry on the merits of moving
toward a more U.S.-style regime. In light of this and of the intense resistance manifested by stakeholders toward the amendments proposed December 11, 2004, officials at Industry Canada
and Health Canada developed the framework for a U.S.-style
alternate set of amendments to the PM(NOC) Regulations and to
the Food and Drug Regulations.
A document describing the above framework was circulated to
industry stakeholders for another round of informal consultations
between July and September 2005. Further written representations were received and further meetings were held between officials from both departments and representatives from the innovative, generic and biotech sectors of the pharmaceutical industry.
Based on the outcome of these informal consultations, the
Government is proceeding with a revised set of amendments to
implement the no-filing data protection term sought by the innovative industry, coupled with the frozen register mechanism sought
by their generic counterparts. Other, lesser measures are also proposed, mainly with view to increased convergence with U.S. law.
As before, these amendments are expected to bring a greater degree of stability and predictability to the intellectual property environment for pharmaceuticals.
Pre-publication in the Canada Gazette, Part I, will be followed
by a 30-day consultation period, during which time interested persons may provide their views on the proposed amendments to the
PM(NOC) Regulations.
Gazette du Canada Partie I
1623
également des mesures qui restreindraient les circonstances dans
lesquelles des avis d’allégation peuvent lui être signifiés par les
fabricants des produits génériques. À cette fin, elle a demandé
l’instauration d’un système de protection des données « sans dépôt », comme celui qui existe aux États-Unis, où il serait interdit à
un fabricant de produits génériques de demander l’approbation
réglementaire d’une version équivalente d’un produit novateur
avant l’écoulement d’un certain nombre d’années après l’approbation de celui-ci, pendant lesquelles aucun avis d’allégation ne
pourrait être servi par le fabricant de produits génériques.
Malgré les accents divergents mis par les intervenants sur différents aspects de la loi américaine, les deux secteurs de l’industrie
semblent s’entendre dans une certaine mesure sur les avantages
de l’adoption d’un système qui ressemble davantage à celui des
États-Unis. Compte tenu de cette situation et de la résistance intense des intervenants aux modifications proposées le 11 décembre 2004, des fonctionnaires d’Industrie Canada et de Santé Canada ont élaboré le cadre d’un ensemble d’autres modifications
possibles, semblable à celui des États-Unis, du Règlement de
liaison et du Règlement sur les aliments et drogues.
Un document décrivant le cadre susmentionné a été diffusé auprès des intervenants de l’industrie en vue d’une autre série de
consultations informelles tenues entre juillet et septembre 2005.
D’autres observations écrites ont été reçues et d’autres réunions
ont été tenues entre les fonctionnaires des deux ministères et les
représentants des secteurs innovateurs, génériques et biotechnologiques de l’industrie pharmaceutique.
Tenant compte du résultat de ces consultations informelles, le
Gouvernement s’appuie sur un ensemble révisé de modifications
afin de mettre en œuvre le système de protection des données
« sans dépôt » demandé par l’industrie innovatrice et d’introduire
le concept de gel de registre que ses homologues génériques voulaient voir adopter. D’autres mesures moins importantes sont
également proposées, principalement dans le but d’accroître la
convergence avec la loi américaine. Comme par le passé, les modifications visent à rendre le régime de protection de la propriété
intellectuelle des produits pharmaceutiques plus stable et plus
prévisible.
La publication préalable dans la Partie I de la Gazette du Canada sera suivie d’une période de consultation de 30 jours, pendant laquelle les personnes intéressées pourront faire connaître
leur point de vue sur les modifications proposées du Règlement
de liaison.
Compliance and enforcement
Respect et exécution
The courts and the Minister will continue to exercise jurisdiction over issues related to the administration of the PM(NOC)
Regulations.
Les tribunaux et le ministre continueront d’exercer leur compétence sur les questions reliées à l’application du Règlement de
liaison.
Contact
Personne-ressource
Susan Bincoletto, Director General, Marketplace Framework
Policy Branch, Industry Canada, 235 Queen Street, East Tower,
10th Floor, Ottawa, Ontario K1A 0H5, (613) 952-0736 (telephone), (613) 948-6393 (fax), [email protected] (email).
Susan Bincoletto, Directrice générale, Direction générale des
politiques-cadres du marché, Industrie Canada, 235, rue Queen,
Tour Est, 10e étage, Ottawa (Ontario) K1A 0H5, (613) 952-0736
(téléphone), (613) 948-6393 (télécopieur), [email protected]
gc.ca (courriel).
PROPOSED REGULATORY TEXT
PROJET DE RÉGLEMENTATION
Notice is hereby given that the Governor in Council, pursuant
to subsection 55.2(4)a of the Patent Act, proposes to make the
Avis est donné que la gouverneure en conseil, en vertu du paragraphe 55.2(4)a de la Loi sur les brevets, se propose de prendre
———
———
a
a
S.C. 2001, c. 10, s. 2(2)
L.C. 2001, ch. 10, par. 2(2)
1624
Canada Gazette Part I
June 17, 2006
annexed Regulations Amending the Patented Medicines (Notice of
Compliance) Regulations.
Interested persons may make representations with respect to
the proposed Regulations within 30 days after the date of publication of this notice. All such representations must cite the Canada
Gazette, Part I, and the date of publication of this notice, and be
addressed to Susan Bincoletto, Director General, Marketplace
Framework Policy Branch, Industry Canada, 10th Floor, East
Tower, 235 Queen Street, Ottawa, Ontario K1A 0H5 (tel.: (613)
952-0736; fax: (613) 948-6393); e-mail: [email protected]
gc.ca).
Ottawa, June 8, 2006
DIANE LABELLE
Acting Assistant Clerk of the Privy Council
le Règlement modifiant le Règlement sur les médicaments brevetés (avis de conformité), ci-après.
Les intéressés peuvent présenter leurs observations au sujet du
projet de règlement dans les trente jours suivant la date de publication du présent avis. Ils sont priés d’y citer la Gazette du Canada Partie I, ainsi que la date de publication, et d’envoyer le tout
à Susan Bincoletto, directrice générale, Direction générale des
politiques-cadres du marché, Industrie Canada, 10e étage, Tour
est, 235, rue Queen, Ottawa (Ontario) K1A 0H5 (tél. : (613) 9520736; téléc. : (613) 948-6393; courriel : [email protected]
gc.ca).
Ottawa, le 8 juin 2006
La greffière adjointe intérimaire du Conseil privé,
DIANE LABELLE
REGULATIONS AMENDING THE PATENTED
MEDICINES (NOTICE OF COMPLIANCE)
REGULATIONS
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT SUR
LES MÉDICAMENTS BREVETÉS
(AVIS DE CONFORMITÉ)
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1. (1) The definitions “claim for the medicine itself”, “claim
for the use of the medicine” and “medicine” in section 2 of
the Patented Medicines (Notice of Compliance) Regulations1
are repealed.
(2) The definitions “Minister”, “patent list”, “register” and
“second person” in section 2 of the Regulations are replaced
by the following:
“Minister” means the Minister of Health; (ministre)
“patent list” means a list submitted under subsection 4(1); (liste
de brevets)
“register” means the register of patents and other information
maintained by the Minister in accordance with subsection 3(2);
(registre)
“second person” means the person referred to in subsection 5(1)
or (2) who files a submission or supplement referred to in those
subsections; (seconde personne)
(3) Section 2 of the Regulations is amended by adding the
following in alphabetical order:
“claim for the medicinal ingredient” includes a claim in the patent
for the medicinal ingredient, whether chemical or biological in
nature, when prepared or produced by the methods or processes
of manufacture particularly described and claimed, or by their
obvious chemical equivalents, and also includes a claim for different polymorphs of the medicinal ingredient; (revendication
pour l’ingrédient médicinal)
“claim for the use of the medicinal ingredient” means a claim for
the use of the medicinal ingredient for the diagnosis, treatment,
mitigation or prevention of a disease, disorder or abnormal
physical state, or the symptoms thereof; (revendication pour
l’utilisation de l’ingrédient médicinal)
1. (1) Les définitions de « médicament », « revendication
pour le médicament en soi » et « revendication pour l’utilisation du médicament », à l’article 2 du Règlement sur les
médicaments brevetés (avis de conformité)1, sont abrogées.
(2) Les définitions de « liste de brevets », « ministre », « registre » et « seconde personne », à l’article 2 du même règlement, sont respectivement remplacées par ce qui suit :
« liste de brevets » Liste présentée aux termes du paragraphe 4(1).
(patent list)
« ministre » Le ministre de la Santé. (Minister)
« registre » Le registre des brevets et des autres renseignements
tenu par le ministre conformément au paragraphe 3(2). (register)
« seconde personne » La personne visée aux paragraphes 5(1) ou
(2) qui dépose la présentation ou le supplément qui y est prévu.
(second person)
2. The heading before section 3 and sections 3 to 5 of the
Regulations are replaced by the following:
(3) L’article 2 du même règlement est modifié par adjonction, selon l’ordre alphabétique, de ce qui suit :
« revendication pour l’ingrédient médicinal » S’entend, d’une
part, d’une revendication, dans le brevet, pour l’ingrédient médicinal — chimique ou biologique —, notamment d’une telle
revendication pour l’ingrédient médicinal préparé ou produit
selon les modes ou procédés de fabrication décrits en détail et
revendiqués, ou selon leurs équivalents chimiques manifestes,
et, d’autre part, d’une revendication pour différents polymorphes de celui-ci. (claim for the medicinal ingredient)
« revendication pour l’utilisation de l’ingrédient médicinal » Revendication pour l’utilisation de l’ingrédient médicinal aux fins
du diagnostic, du traitement, de l’atténuation ou de la prévention d’une maladie, d’un désordre, d’un état physique anormal,
ou de leurs symptômes. (claim for the use of the medicinal
ingredient)
2. L’intertitre précédant l’article 3 et les articles 3 à 5 du
même règlement sont remplacés par ce qui suit :
Register and Patent List
Registre et liste de brevets
3. (1) The following definitions apply in this section and in
section 4.
3. (1) Les définitions qui suivent s’appliquent au présent article
et à l’article 4.
———
———
1
1
SOR/93-133
DORS/93-133
Le 17 juin 2006
“identification number” means a number, preceded by the letters
“DIN”, that is assigned for a drug in accordance with subsection C.01.014.2(1) of the Food and Drug Regulations. (identification numérique)
“new drug submission” means a new drug submission as that
term is used in Division 8 of Part C of the Food and Drug
Regulations, but excludes a new drug submission that is based
solely on the change of name of the manufacturer. (présentation de drogue nouvelle)
“supplement to a new drug submission” means a supplement to a
new drug submission as that term is used in Division 8 of
Part C of the Food and Drug Regulations, but excludes a supplement to a new drug submission that is based solely on any
of the matters mentioned in paragraphs C.08.003(2)(b) and (d)
to (g) and subparagraphs C.08.003(2)(h)(iv) and (v) of those
Regulations. (supplément à une présentation de drogue
nouvelle)
(2) The Minister shall maintain a register of patents and other
information submitted under section 4. To maintain the register,
the Minister may refuse to add or may delete any patent or other
information that does not meet the requirements of that section.
(3) If a patent is listed on the register in respect of a new drug
submission or supplement to a new drug submission for a drug for
which the identification number has been cancelled under paragraph C.01.014.6(1)(a) of the Food and Drug Regulations, the
Minister shall delete the patent from the register.
(4) Subsection (3) does not apply if the identification number is
cancelled under paragraph C.01.014.6(1)(a) of the Food and
Drug Regulations because of a change in manufacturer.
(5) If, after an identification number is cancelled under paragraph C.01.014.6(1)(a) of the Food and Drug Regulations, an
identification number is assigned for the same drug, the Minister
shall add to the register the patent that was deleted under subsection (3) when the Minister receives the document required by
section C.01.014.3 of the Food and Drug Regulations in respect
of the drug.
(6) The register shall be open to public inspection during business hours.
(7) No patent on a patent list or other information submitted
under section 4 shall be added to the register until after the Minister has issued a notice of compliance in respect of the new drug
submission or the supplement to a new drug submission, as the
case may be, to which the patent or information relates.
(8) For the purpose of deciding whether a patent, patent list or
other information will be added to or deleted from the register,
the Minister may consult with officers or employees of the Patent
Office.
4. (1) A first person who files or who has filed a new drug
submission or a supplement to a new drug submission may submit to the Minister a patent list in relation to the submission or
supplement for addition to the register.
(2) A patent on a patent list in relation to a new drug submission is eligible to be added to the register if the patent contains
(a) a claim for the medicinal ingredient and the medicinal ingredient has been approved through the issuance of a notice of
compliance in respect of the submission;
(b) a claim for a formulation or dosage form that contains the
medicinal ingredient, and the formulation or dosage form has
been approved through the issuance of a notice of compliance
in respect of the submission; or
Gazette du Canada Partie I
1625
« identification numérique » Nombre, précédé des lettres
« DIN », attribué à une drogue conformément au paragraphe C.01.014.2(1) du Règlement sur les aliments et drogues.
(identification number)
« présentation de drogue nouvelle » S’entend au sens donné à
cette expression au titre 8 de la partie C du Règlement sur les
aliments et drogues, à l’exclusion de la présentation d’une drogue nouvelle qui vise uniquement le changement de nom du
fabricant. (new drug submission)
« supplément à une présentation de drogue nouvelle » S’entend
au sens donné à cette expression au titre 8 de la partie C du
Règlement sur les aliments et drogues, à l’exclusion du supplément qui porte uniquement sur les éléments visés à l’un
des alinéas C.08.003(2)b) et d) à g) et à l’un des sousalinéas C.08.003(2)h)(iv) et (v) du même règlement. (supplement to a new drug submission)
(2) Le ministre tient un registre des brevets et des autres renseignements fournis aux termes de l’article 4. À cette fin, il peut
refuser d’y ajouter ou en supprimer tout brevet ou tout autre renseignement qui n’est pas conforme aux exigences de cet article.
(3) Le ministre supprime un brevet du registre dans le cas où le
brevet est lié à une présentation de drogue nouvelle ou un supplément à une présentation de drogue nouvelle pour une drogue
dont l’identification numérique a été annulée en vertu de l’alinéa C.01.014.6(1)a) du Règlement sur les aliments et drogues.
(4) Le paragraphe (3) ne s’applique pas si l’identification numérique a été annulée en vertu de l’alinéa C.01.014.6(1)a) du
Règlement sur les aliments et drogues du fait d’un changement de
fabricant.
(5) Si, après qu’une identification numérique a été annulée en
vertu de l’alinéa C.01.014.6(1)a) du Règlement sur les aliments et
drogues, une identification numérique est attribuée à l’égard de la
même drogue, le ministre ajoute au registre le brevet qui en a été
supprimé aux termes du paragraphe (3) lorsqu’il reçoit le document exigé par l’article C.01.014.3 du Règlement sur les aliments
et drogues à l’égard de cette drogue.
(6) Le registre est ouvert à l’inspection publique durant les heures de bureau.
(7) Aucun brevet inscrit sur une liste de brevets ni aucun autre
renseignement présenté aux termes de l’article 4 n’est consigné au
registre avant que le ministre n’ait délivré l’avis de conformité à
l’égard de la présentation de drogue nouvelle ou du supplément à
une présentation de drogue nouvelle, selon le cas, auquel le brevet
ou les renseignements se rattachent.
(8) Pour décider s’il doit ajouter au registre ou supprimer de
celui-ci un brevet, une liste de brevets ou d’autres renseignements,
le ministre peut consulter le personnel du Bureau des brevets.
4. (1) La première personne qui dépose ou a déposé la présentation de drogue nouvelle ou le supplément à une présentation de
drogue nouvelle peut présenter au ministre une liste de brevets
qui se rattache à la présentation ou au supplément pour ajout au
registre.
(2) Est admissible à l’ajout au registre tout brevet inscrit sur
une liste de brevets qui se rattache à la présentation de drogue
nouvelle s’il contient l’une des revendications suivantes :
a) une revendication pour l’ingrédient medicinal, cet ingrédient
ayant été approuvé du fait de la délivrance d’un avis de conformité à l’égard de la présentation;
b) une revendication pour la formulation ou forme posologique — contenant l’ingrédient médicinal —, cette formulation
ou forme posologique ayant été approuvée du fait de la délivrance d’un avis de conformité à l’égard de la présentation;
1626
Canada Gazette Part I
(c) a claim for the use of the medicinal ingredient, and the use
has been approved through the issuance of a notice of compliance in respect of the submission.
(3) A patent on a patent list in relation to a supplement to a new
drug submission is eligible to be added to the register if the supplement is for a change in the formulation, dosage form or use of
the medicinal ingredient, and the patent contains
(a) a claim for the changed formulation or dosage form; or
(b) a claim for the changed use of the medicinal ingredient.
(4) A patent list shall contain the following:
(a) an identification of the new drug submission or the supplement to a new drug submission to which the list relates;
(b) the medicinal ingredient, brand name, dosage form,
strength, route of administration and use set out in the new
drug submission or the supplement to a new drug submission to
which the list relates;
(c) for each patent on the list, the patent number, the filing date
of the patent application in Canada, the date of grant and the
date on which the term limited for the duration of the patent
will expire under section 44 or 45 of the Patent Act;
(d) for each patent on the list, a statement that the first person
who filed the new drug submission or the supplement to a new
drug submission to which the list relates is the owner of the
patent or has an exclusive licence to the patent, or has obtained
the consent of the owner of the patent to its inclusion on the
list;
(e) the address in Canada for service, on the first person, of a
notice of allegation referred to in paragraph 5(3)(a) or the name
and address in Canada of another person on whom service may
be made with the same effect as if service were made on the
first person; and
(f) a certification by the first person that the information submitted under this subsection is accurate and that each patent
on the list meets the eligibility requirements of subsection (2)
or (3).
(5) Subject to subsection (6), a first person who submits a patent list must do so at the time the person files the new drug submission or the supplement to a new drug submission to which the
patent list relates.
(6) A first person may, after the date of filing of a new drug
submission or supplement to a new drug submission, and within
30 days after the issuance of a patent that was issued on the basis
of an application that has a filing date in Canada that precedes the
date of filing of the submission or supplement, submit a patent
list, including the information referred to in subsection (4), in
relation to the submission or supplement.
(7) A first person who has submitted a patent list must keep the
information on the list up to date but, in so doing, may not add a
patent to the list.
(8) The Minister shall insert on the patent list the date of filing
and submission number of the new drug submission or supplement to a new drug submission in relation to which the list was
submitted.
4.1 (1) In this section, “supplement to the new drug submission” means a supplement to a new drug submission as that term
is used in Division 8 of Part C of the Food and Drug Regulations.
June 17, 2006
c) une revendication pour l’utilisation de l’ingrédient médicinal, cette utilisation ayant été approuvée du fait de la délivrance
d’un avis de conformité à l’égard de la présentation.
(3) Est admissible à l’ajout au registre tout brevet inscrit sur
une liste de brevets qui se rattache au supplément à une présentation de drogue nouvelle visant une modification de la formulation, de la forme posologique ou de l’utilisation de l’ingrédient
médicinal, s’il contient l’une des revendications suivantes :
a) une revendication pour la formulation ou la forme posologique modifiée;
b) une revendication pour l’utilisation modifiée de l’ingrédient
médicinal.
(4) La liste de brevets comprend :
a) l’identification de la présentation de drogue nouvelle ou
du supplément à la présentation de drogue nouvelle qui s’y
rattachent;
b) l’ingrédient médicinal, la marque nominative, la forme
posologique, la concentration, la voie d’administration et
l’utilisation prévus à la présentation ou au supplément qui s’y
rattachent;
c) à l’égard de chaque brevet qui y est inscrit, le numéro de
brevet, la date de dépôt de la demande de brevet au Canada, la
date de délivrance de celui-ci et la date d’expiration du brevet
aux termes des articles 44 ou 45 de la Loi sur les brevets;
d) à l’égard de chaque brevet qui y est inscrit, une déclaration
portant que la première personne qui a déposé la présentation
de drogue nouvelle ou le supplément à une présentation de drogue nouvelle qui s’y rattachent en est le propriétaire, en détient
la licence exclusive ou a obtenu le consentement du propriétaire pour l’inclure dans la liste;
e) l’adresse de la première personne au Canada aux fins de signification de tout avis d’allégation visé à l’alinéa 5(3)a) ou les
nom et adresse au Canada d’une autre personne qui peut en recevoir signification comme s’il s’agissait de la première personne elle-même;
f) une attestation de la première personne portant que les renseignements fournis aux termes du présent paragraphe sont
exacts et que chaque brevet qui y est inscrit est conforme aux
conditions d’admissibilité prévues aux paragraphes (2) ou (3).
(5) Sous réserve du paragraphe (6), la première personne qui
présente une liste de brevets doit le faire au moment du dépôt de
la présentation de drogue nouvelle ou du supplément à une présentation de drogue nouvelle qui s’y rattachent.
(6) La première personne peut, après la date de dépôt de la présentation de drogue nouvelle ou du supplément à une présentation
de drogue nouvelle et dans les trente jours suivant la délivrance
d’un brevet qui est fondée sur une demande de brevet dont la date
de dépôt au Canada est antérieure à celle de la présentation ou du
supplément, présenter une liste de brevets, à l’égard de cette présentation ou de ce supplément, qui contient les renseignements
visés au paragraphe (4).
(7) La première personne qui a présenté une liste de brevets
doit tenir à jour les renseignements s’y rapportant, sans toutefois
y ajouter de brevets.
(8) Le ministre inscrit sur la liste de brevets la date de dépôt et
le numéro de la présentation de drogue nouvelle ou du supplément à une présentation de drogue nouvelle qui se rattache à la
liste présentée.
4.1 (1) Au présent article, « supplément à une présentation de
drogue nouvelle » s’entend au sens donné à cette expression au
titre 8 de la partie C du Règlement sur les aliments et drogues.
Le 17 juin 2006
(2) A first person who submits a patent list in relation to a new
drug submission referred to in subsection 4(2) may, if the list is
added to the register, resubmit the same list in relation to a supplement to the new drug submission but may not submit a new
patent list in relation to a supplement except in accordance with
subsection 4(3).
5. (1) If a second person files a submission for a notice of compliance in respect of a drug and the submission directly or indirectly compares the drug with, or makes reference to, another
drug that has been marketed in Canada under a notice of compliance issued to a first person and in respect of which a patent list
has been submitted, the second person shall, in the submission,
with respect to each patent on the register in respect of the other
drug
(a) state that the person accepts that the notice of compliance
will not issue until the patent expires; or
(b) allege that
(i) the statement made by the first person under paragraph 4(4)(d) is false,
(ii) the patent has expired,
(iii) the patent is not valid, or
(iv) no claim for the medicinal ingredient, no claim for the
formulation or dosage form and no claim for the use of the
medicinal ingredient would be infringed by the second person making, constructing, using or selling the drug for which
the submission is filed.
(2) If a second person files a supplement to a submission referred to in subsection (1) seeking a notice of compliance for a
change to the formulation, dosage form or use of the medicinal
ingredient and the supplement directly or indirectly compares the
drug with, or makes reference to, another drug that has been marketed in Canada under a notice of compliance issued to a first
person and in respect of which a patent list has been submitted,
the second person shall, in the supplement, with respect to each
patent on the register in respect of the other drug,
(a) state that the second person accepts that the notice of compliance will not issue until the patent expires; or
(b) allege that
(i) the statement made by the first person under paragraph 4(4)(d) is false,
(ii) the patent has expired,
(iii) the patent is not valid, or
(iv) no claim for the medicinal ingredient, no claim for the
formulation or dosage form and no claim for the use of the
medicinal ingredient would be infringed by the second person making, constructing, using or selling the drug for which
the supplement is filed.
(3) If a second person makes an allegation under paragraph (1)(b) or (2)(b), it shall
(a) serve on the first person a notice of allegation relating to the
submission or supplement filed under subsection (1) or (2) on
or after its date of filing;
(b) include in the notice of allegation
(i) a description of the medicinal ingredient, dosage form,
strength, route of administration and use of the drug in respect
of which the submission or supplement has been filed, and
(ii) a detailed statement of the legal and factual basis for the
allegation;
Gazette du Canada Partie I
1627
(2) La première personne qui présente une liste de brevets se
rattachant à la présentation de drogue nouvelle visée au paragraphe 4(2) peut, si cette liste est ajoutée au registre, la présenter de
nouveau à l’égard de tout supplément à cette présentation de drogue nouvelle; elle ne peut toutefois présenter une nouvelle liste
se rattachant à un supplément qu’en conformité avec le paragraphe 4(3).
5. (1) Dans le cas où la seconde personne dépose une présentation pour un avis de conformité à l’égard d’une drogue, laquelle
présentation, directement ou indirectement, compare celle-ci à
une autre drogue — ou fait un renvoi à une autre drogue — qui a
été commercialisée sur le marché canadien aux termes d’un avis
de conformité délivré à la première personne et à l’égard de laquelle une liste de brevets a été présentée, la seconde personne
doit, à l’égard de chaque brevet ajouté au registre pour l’autre
drogue, inclure dans sa présentation :
a) soit une déclaration portant qu’elle accepte que l’avis de
conformité ne sera pas délivré avant l’expiration du brevet;
b) soit une allégation portant que, selon le cas :
(i) la déclaration présentée par la première personne aux
termes de l’alinéa 4(4)d) est fausse,
(ii) le brevet est expiré,
(iii) le brevet n’est pas valide,
(iv) aucune revendication pour l’ingrédient médicinal, aucune revendication pour la formulation ou la forme posologique ni aucune revendication pour l’utilisation de l’ingrédient médicinal ne seraient contrefaites par la seconde
personne advenant la fabrication, la construction, l’utilisation ou la vente, par cette personne, de la drogue pour laquelle la présentation est déposée.
(2) Dans le cas où la seconde personne dépose un supplément à
une présentation visée au paragraphe (1), en vue d’obtenir un avis
de conformité à l’égard d’une modification de la formulation, de
la forme posologique ou de l’utilisation de la drogue, lequel supplément, directement ou indirectement, compare celle-ci à une
autre drogue — ou fait un renvoi à une autre drogue — qui a été
commercialisée sur le marché canadien aux termes de l’avis de
conformité délivré à la première personne et à l’égard de laquelle
une liste de brevets a été présentée, la seconde personne doit, à
l’égard de chaque brevet ajouté au registre pour cette autre drogue, inclure dans son supplément :
a) soit une déclaration portant qu’elle accepte que l’avis de
conformité ne sera pas délivré avant l’expiration du brevet;
b) soit une allégation portant que, selon le cas :
(i) la déclaration présentée par la première personne aux
termes de l’alinéa 4(4)d) est fausse,
(ii) le brevet est expiré,
(iii) le brevet n’est pas valide,
(iv) aucune revendication pour l’ingrédient médicinal, aucune revendication pour la formulation ou la forme posologique ni aucune revendication pour l’utilisation de l’ingrédient médicinal ne seraient contrefaites par la seconde
personne advenant la fabrication, la construction, l’utilisation ou la vente, par cette personne, de la drogue pour laquelle le supplément est déposé.
(3) La seconde personne qui inclut une allégation aux termes
de l’alinéa (1)b) ou (2)b) doit prendre les mesures suivantes :
a) signifier à la première personne un avis de l’allégation à
l’égard de la présentation ou du supplément déposé en vertu
des paragraphes (1) ou (2) à la date de son dépôt ou à toute date
postérieure;
b) insérer dans l’avis de l’allégation :
(i) une description de l’ingrédient médicinal, de la forme posologique, de la concentration, de la voie d’administration et
de l’utilisation de la drogue visée par la présentation ou le
supplément,
1628
Canada Gazette Part I
(c) include in the material served a statement, certified by the
Minister, of the date of filing of the submission or supplement;
(d) serve proof of service of the documents and information referred to in paragraphs (a) to (c) on the Minister.
(4) A second person is not required to comply with
(a) subsection (1) in respect of a patent added to the register in
respect of the other drug on or after the date of filing of the
submission referred to in that subsection, including a patent
added under subsection 3(5); and
(b) subsection (2) in respect of a patent added to the register in
respect of the other drug on or after the date of filing of the
supplement referred to in that subsection, including a patent
added under subsection 3(5).
(5) For the purposes of subsections (3) and (4), if subsection (1) or (2) applies to a submission or supplement referred to in
paragraph C.07.003(b) of the Food and Drug Regulations, if the
drug to which the comparison or reference is made is an innovative drug within the meaning of subsection C.08.004.1(1) of those
Regulations, and if the date of filing of the submission or supplement is less than six years from the day the first notice of compliance was issued in respect of the innovative drug, the deemed
date of filing of the submission or supplement is six years after
the date of issuance of the notice of compliance.
(6) A second person who has served a notice of allegation on a
first person under paragraph (3)(a) shall retract the notice of allegation and serve notice of the retraction on the first person within
30 days after either of the following dates:
(a) the date on which the Minister notifies the second person
under paragraph C.08.004(3)(b) of the Food and Drug Regulations of their non-compliance with the requirements of section C.08.002, C.08.002.1 or C.08.003, as the case may be, or
section C.08.005.1 of those Regulations; or
(b) the date of the cancellation by the second person of the submission or supplement to which the allegation relates.
(7) A first person who has applied for a prohibition order under
subsection 6(1) in response to an allegation shall, where the allegation is retracted in accordance with subsection (6), apply without delay for a discontinuance of the proceedings.
3. (1) Subsection 6(1) of the Regulations is replaced by the
following:
6. (1) A first person may, within 45 days after being served
with a notice of allegation under to paragraph 5(3)(a), apply to a
court for an order prohibiting the Minister from issuing a notice
of compliance until after the expiration of a patent that is the subject of the allegation.
(2) Paragraph 6(5)(a) of the Regulations is replaced by the
following:
(a) if the court is satisfied that the patents at issue are not eligible for inclusion on the register; or
(3) Subsection 6(6) of the Regulations is replaced by the
following:
(6) For the purposes of an application referred to in subsection (1), if a second person has made an allegation under subparagraph 5(1)(b)(iv) or 5(2)(b)(iv) in respect of a patent and the patent was granted for the medicinal ingredient when prepared or
produced by the methods or processes of manufacture particularly
described and claimed, or by their obvious chemical equivalents,
it shall be considered that the drug proposed to be produced by
June 17, 2006
(ii) un énoncé détaillé du fondement juridique et factuel de
l’allégation;
c) joindre à la signification une attestation, certifiée par le ministre, de la date du dépôt de la présentation ou du supplément;
d) signifier au ministre la preuve de toute signification des documents et renseignements visés aux alinéas a) à c).
(4) La seconde personne n’est pas tenue de se conformer :
a) au paragraphe (1) à l’égard de tout brevet ajouté au registre
à l’égard de l’autre drogue, y compris aux termes du paragraphe 3(5), à la date de dépôt de la présentation visée au paragraphe (1) ou à toute date postérieure;
b) au paragraphe (2) à l’égard de tout brevet ajouté au registre à
l’égard de l’autre drogue, y compris aux termes du paragraphe 3(5), à la date du dépôt du supplément visé au paragraphe (2) ou à toute date postérieure.
(5) Pour l’application des paragraphes (3) et (4), si les paragraphes (1) ou (2) s’appliquent à l’égard d’une présentation ou d’un
supplément à une telle présentation visés à l’alinéa C.07.003b) du
Règlement sur les aliments et drogues et que la drogue qui fait
l’objet de la comparaison ou du renvoi est une drogue innovante,
au sens du paragraphe C.08.004.1(1) du même règlement, et si la
date de dépôt de la présentation ou du supplément est de moins de
six ans après la date de délivrance du premier avis de conformité
à l’égard de cette drogue innovante, la date de dépôt est réputée
être la date qui suit de six ans celle de la délivrance.
(6) La seconde personne qui a signifié un avis d’allégation à la
première personne en vertu de l’alinéa (3)a) doit retirer celui-ci et
signifier un avis du retrait à la première personne dans les trente
jours qui suivent :
a) soit la date à laquelle le ministre a informé la seconde
personne, aux termes de l’alinéa C.08.004(3)b) du Règlement
sur les aliments et drogues, de sa non-conformité aux articles C.08.002, C.08.002.1 ou C.08.003, selon le cas, ou à l’article C.08.005.1 du même règlement;
b) soit la date de l’annulation par la seconde personne de
sa présentation ou de son supplément faisant l’objet de
l’allégation.
(7) La première personne qui demande une ordonnance d’interdiction en vertu du paragraphe 6(1) en réponse à l’allégation doit,
dans le cas où l’allégation est retirée aux termes du paragraphe (6), demander dans les plus brefs délais un désistement des
procédures.
3. (1) Le paragraphe 6(1) du même règlement est remplacé
par ce qui suit :
6. (1) La première personne peut, dans les quarante-cinq jours
après avoir reçu signification d’une allégation aux termes de l’alinéa 5(3)a), demander au tribunal de rendre une ordonnance interdisant au ministre de délivrer un avis de conformité avant l’expiration du brevet visé par l’allégation.
(2) L’alinéa 6(5)a) du même règlement est remplacé par ce
qui suit :
a) il estime que les brevets en cause ne sont pas admissibles à
l’inscription au registre;
(3) Le paragraphe 6(6) du même règlement est remplacé
par ce qui suit :
(6) Aux fins de la demande visée au paragraphe (1), dans le cas
où la seconde personne a fait une allégation aux termes des sousalinéas 5(1)b)(iv) ou 5(2)b)(iv) à l’égard d’un brevet et que ce
brevet a été accordé pour l’ingrédient médicinal préparé ou produit selon les modes ou procédés de fabrication décrits en détail et
revendiqués, ou selon leurs équivalents chimiques manifestes, la
drogue que la seconde personne projette de produire est, en
Le 17 juin 2006
Gazette du Canada Partie I
the second person is, in the absence of proof to the contrary, prepared or produced by those methods or processes.
(4) Paragraphs 6(7)(a) and (b) of the Regulations are replaced by the following:
(a) order a second person to produce any portion of the submission or supplement filed by the second person for a notice of
compliance that is relevant to the disposition of the issues in
the proceeding and may order that any change made to the portion during the proceeding be produced by the second person as
it is made; and
(b) order the Minister to verify that any portion produced
corresponds fully to the information in the submission or
supplement.
(5) Paragraph 6(10)(c) of the Regulations is replaced by the
following:
(c) the failure of the first person to keep the patent list up to
date in accordance with subsection 4(7).
4. (1) Paragraph 7(1)(d) of the Regulations is replaced by
the following:
(d) subject to subsection (3), the expiration of 45 days after the
receipt of proof of service of a notice of allegation under paragraph 5(3)(a) in respect of any patent on the register,
(2) Paragraph 7(2)(b) of the Regulations is replaced by the
following:
(b) the court has declared that the patent is not valid or that no
claim for the medicinal ingredient, no claim for the formulation
or dosage form and no claim for the use of the medicinal ingredient would be infringed.
5. (1) Paragraph 8(1)(a) of the Regulations is replaced by
the following:
(a) beginning on the date, as certified by the Minister, on which
a notice of compliance would have been issued in the absence
of these Regulations, unless the court concludes that
(i) the certified date was, by the operation of An Act to
amend the Patent Act and the Food and Drugs Act (The Jean
Chrétien Pledge to Africa), chapter 23 of the Statutes of
Canada, 2004, earlier than it would otherwise have been and
therefore a date later than the certified date is more appropriate, or
(ii) a date other than the certified date is more appropriate;
and
(2) Subsection 8(4) of the Regulations is replaced by the
following:
(4) If a court orders a first person to compensate a second person under subsection (1), the court may, in respect of any loss
referred to in that subsection, make any order for relief by way of
damages that the circumstances require.
(3) Section 8 of the Regulations is amended by adding the
following after subsection (5):
(6) The Minister is not liable for damages under this section.
1629
l’absence d’une preuve contraire, réputée préparée ou produite
selon ces modes ou procédés.
(4) Les alinéas 6(7)a) et b) du même règlement sont remplacés par ce qui suit :
a) ordonner à la seconde personne de produire les extraits pertinents de la présentation ou du supplément qu’elle a déposé
pour obtenir un avis de conformité et lui enjoindre de produire
sans délai tout changement apporté à ces extraits au cours de
l’instance;
b) enjoindre au ministre de vérifier si les extraits produits
correspondent fidèlement aux renseignements figurant dans la
présentation ou le supplément déposé.
(5) L’alinéa 6(10)c) du même règlement est remplacé par ce
qui suit :
c) le fait que la première personne n’a pas tenu à jour la liste de
brevets conformément au paragraphe 4(7).
4. (1) L’alinéa 7(1)d) du même règlement est remplacé par
ce qui suit :
d) sous réserve du paragraphe (3), la date qui suit de quarantecinq jours la date de réception de la preuve de signification de
l’allégation visée à l’alinéa 5(3)a) à l’égard de tout brevet ajouté au registre;
(2) L’alinéa 7(2)b) du même règlement est remplacé par ce
qui suit :
b) soit le tribunal a déclaré que le brevet n’est pas valide ou
qu’aucune revendication pour l’ingrédient médicinal, aucune
revendication pour la formulation ou la forme posologique ni
aucune revendication pour l’utilisation de l’ingrédient médicinal ne seraient contrefaites.
5. (1) L’alinéa 8(1)a) du même règlement est remplacé par
ce qui suit :
a) débutant à la date, attestée par le ministre, à laquelle un avis
de conformité aurait été délivré en l’absence du présent règlement, sauf si le tribunal conclut :
(i) soit que la date attestée est devancée en raison de l’application de la Loi modifiant la Loi sur les brevets et la Loi sur
les aliments et drogues (engagement de Jean Chrétien envers l’Afrique), chapitre 23 des Lois du Canada (2004), et
qu’en conséquence une date postérieure à celle-ci est plus
appropriée,
(ii) soit qu’une date autre que la date attestée est plus
appropriée;
(2) Le paragraphe 8(4) du même règlement est remplacé
par ce qui suit :
(4) Quand le tribunal enjoint à la première personne de verser à
la seconde personnne une indemnité pour la perte visée au paragraphe (1), il peut rendre l’ordonnance qu’il juge indiquée pour
accorder réparation par recouvrement de dommages-intérêts à
l’égard de cette perte.
(3) L’article 8 du même règlement est modifié par adjonction, après le paragraphe (5), de ce qui suit :
(6) Le ministre ne peut être tenu pour responsable des
dommages-intérêts aux termes du présent article.
TRANSITIONAL PROVISIONS
DISPOSITIONS TRANSITOIRES
6. Section 4 of the Patented Medicines (Notice of Compliance) Regulations, as enacted by section 2 of these Regulations, does not apply to patents on a patent list submitted
prior to the day, in 2006, on which these Regulations are published in Part I of the Canada Gazette.
6. L’article 4 du Règlement sur les médicaments brevetés
(avis de conformité), édicté par l’article 2 du présent règlement, ne s’applique pas aux brevets inscrits sur la liste de
brevets présentée avant la date de publication, en 2006, du
présent règlement dans la partie I de la Gazette du Canada.
1630
Canada Gazette Part I
June 17, 2006
7. (1) Subsection 5(1) of the Patented Medicines (Notice of
Compliance) Regulations, as enacted by section 2 of these
Regulations, applies to a second person who has filed a submission referred to in subsection 5(1) prior to the coming into
force of these Regulations and the date of filing of the submission is deemed to be the date of the coming into force of these
Regulations.
(2) Subsection 5(2) of the Patented Medicines (Notice of
Compliance) Regulations, as enacted by section 2 of these
Regulations, applies to a second person who has filed a supplement to a submission referred to in that subsection prior to
the coming into force of these Regulations and the date of
filing of the supplement is deemed to be the date of the coming into force of these Regulations.
8. Subsection 8(4) of the Patented Medicines (Notice of
Compliance) Regulations, as enacted by subsection 5(2) of
these Regulations, does not apply to an action commenced
under section 8 of the Patented Medicines (Notice of Compliance) Regulations prior to the coming into force of these
Regulations.
7. (1) Le paragraphe 5(1) du Règlement sur les médicaments
brevetés (avis de conformité), édicté par l’article 2 du présent
règlement, s’applique à toute seconde personne qui a déposé
une présentation visée à ce paragraphe avant l’entrée en vigueur du présent règlement, et la date de dépôt de cette présentation est réputée être la date d’entrée en vigueur du présent règlement.
(2) Le paragraphe 5(2) du Règlement sur les médicaments
brevetés (avis de conformité), édicté par l’article 2 du présent
règlement, s’applique à toute seconde personne qui a déposé
un supplément à une présentation visé à ce paragraphe avant
l’entrée en vigueur du présent règlement, et la date de dépôt
de ce supplément est réputée être la date d’entrée en vigueur
du présent règlement.
8. Le paragraphe 8(4) du Règlement sur les médicaments
brevetés (avis de conformité), édicté par le paragraphe 5(2) du
présent règlement, ne s’applique pas à une action intentée en
vertu de l’article 8 du Règlement sur les médicaments brevetés
(avis de conformité) avant la date d’entrée en vigueur du présent règlement.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
9. These Regulations come into force on the day on which
they are registered.
9. Le présent règlement entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
[24-1-o]
[24-1-o]
Le 17 juin 2006
Gazette du Canada Partie I
1631
Regulations Amending the Crown Corporation
Payments Regulations
Règlement modifiant le Règlement sur les paiements
versés par les sociétés d’État
Statutory authority
Payments in Lieu of Taxes Act
Fondement législatif
Loi sur les paiements versés en remplacement d’impôts
Sponsoring department
Department of Public Works and Government Services
Ministère responsable
Ministère des Travaux publics et des Services
gouvernementaux
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement.)
Description
Description
These Regulations amend subsection 3.3 of the Crown Corporation Payments Regulations, pursuant to the Payments in Lieu of
Taxes Act.
The Standing Joint Committee for the Scrutiny of Regulations
advised of a matter needing correction with respect to the Municipal Grants Act and more specifically the Crown Corporation
Grants Regulations, now called the Crown Corporation Payments
Regulations, associated with the Payments in Lieu of Taxes Act
(PILT Act).
In 1997, this subsection was amended to legitimize the actions
taken by federal Crown corporations and agencies, listed in
Schedules III and IV to the PILT Act, in order to freeze the 1993
payments at 1992 levels. The basis for this freeze in payments is
found in the Minister of Finance’s Economic and Fiscal Statement of December 1992. As there is no regulatory authority contained in the PILT Act to allow regulations to be made retroactively, the regulations that were part of the 1997 amendments
could not be backdated to 1993 and for that reason were found to
be “ultra vires” the Municipal Grants Act.
La présente réglementation modifie le paragraphe 3.3 du Règlement sur les paiements versés par les sociétés d’État.
This regulatory amendment will repeal subsection 3.3 in its
entirety.
Le Comité mixte permanent d’examen de la réglementation a
soumis des corrections à apporter à la Loi sur les subventions aux
municipalités, plus précisément au Règlement sur les subventions
versées par les sociétés de la Couronne, maintenant nommé le
Règlement sur les paiements versés par les sociétés d’État, lié à la
Loi sur les paiements versés en remplacement d’impôts.
En 1997, le paragraphe 3.3 du Règlement a été modifié afin de
rendre légitimes les mesures prises par les sociétés d’État et les
organismes fédéraux énumérés aux annexes III et IV de la Loi sur
les paiements versés en remplacement d’impôts. Ces mesures
visaient à geler les paiements de 1993 au niveau de 1992. Ce gel a
été décrété à la suite de l’Exposé économique et financier de décembre 1992 du ministre des Finances. Étant donné que la loi
susmentionnée ne comprend aucun pouvoir qui permettrait d’établir des règlements rétroactivement, la modification de 1997 ne
pouvait être appliquée à partir de 1993. Pour cette raison, elle a
été jugée « ultra vires » par rapport à la Loi sur les subventions
aux municipalités.
La présente modification annulera le paragraphe 3.3 du Règlement dans son intégralité.
Alternatives
Solutions envisagées
The Department considered two possible courses of action to
resolve the situation: amend the Municipal Grants Act to legitimize the reductions or repeal the ultra vires regulation and advise
the subject Crown Corporations to pay the shortfall to the impacted taxing authorities.
Le Ministère a considéré les deux options suivantes pour résoudre la situation : modifier la Loi sur les subventions aux municipalités afin de rendre légitime la réduction des paiements, ou
abroger la réglementation jugée « ultra vires » et demander aux
sociétés d’État et organismes concernés de verser le manque à
gagner aux autorités taxatrices touchées par cette mesure.
Compte tenu de l’amélioration des relations entre les autorités
taxatrices et les sociétés d’État, du succès des consultations menées par le ministre à l’échelle nationale en 1998 et des recommandations du Comité technique mixte chargé des paiements
tenant lieu d’impôt, TPSGC a décidé que la seule solution viable
était d’abroger la réglementation jugée « ultra vires ».
Considering the improved relationship at the time between the
taxing authorities and the Federal Crown, the success of the 1998
Minister’s cross-country consultation, and the recommendations
of the Joint Technical Committee, the Department decided that
the only viable alternative was to repeal the offending regulation.
1632
Canada Gazette Part I
June 17, 2006
Benefits and costs
Avantages et coûts
There are no direct costs attributable to departmental property
as a result of this amendment; however, each Crown corporation or agency administers its own Payments in Lieu of Taxes
Program and is responsible for any associated cost, including
their outstanding obligations as a consequence of the ultra vires
regulation.
Preliminary investigations by PWGSC indicate that the total
amount of outstanding payments could be in the range $8,000,000
to $10,000,000, with the greatest exposure being experienced by
Canada Post Corporation (approximately $3.1M) and the Montreal Port Authority (approximately $2.5M). It is worthwhile to
note that nearly $5M of the impact of the freeze fell on the City of
Montréal due mainly to a change in the real property tax regime
that was effective for the 1993 taxation year.
La présente modification n’entraîne pas de coûts directs imputables aux biens ministériels. Toutefois, chaque société d’État ou
organisme fédéral administre son propre programme de paiements
en remplacement d’impôts et doit assumer tous les coûts connexes, y compris leurs obligations non payées par suite de la réglementation jugée « ultra vires ».
Les résultats d’enquêtes préliminaires réalisées par TPSGC indiquent que le montant total des paiements non réglés pourrait se
chiffrer entre huit et dix millions de dollars (M$). Les deux organisations fédérales les plus touchées par la décision du Ministère
sont la Société canadienne des postes (environ 3,1 M$) et
l’Administration portuaire de Montréal (environ 2,5 M$). Il importe de préciser que la Ville de Montréal a fait face à un manque
à gagner de près de 5 M$ à la suite de l’imposition du gel des
paiements, principalement à cause d’un changement apporté au
régime d’impôts fonciers pour l’année d’imposition 1993.
Consultation
Consultations
Consultations have taken place with the Treasury Board Secretariat, the Department of Justice and the Department of Finance
who support this regulatory amendment. Crown Corporations
were informed by PWGSC of the effects on this regulatory
amendment in May 2001.
Des consultations ont eu lieu avec le Secrétariat du Conseil du
Trésor, le ministère de la Justice et le ministère des Finances, qui
appuient la modification proposée. En mai 2001, TPSGC a informé les sociétés d’État des conséquences de cette modification.
Compliance and enforcement
Respect et exécution
This regulatory amendment will serve to repeal the subsection
which was found to be “ultra vires” the Payments in Lieu of Taxes
Act.
Crown corporations and agencies were notified of the regulatory amendment. It was recommended that they review payments
made in 1993 where the provisions of the freeze were applied,
and take immediate steps to compensate the taxing authorities for
any shortfall they may have experienced as a result of the implementation of the freeze. It was also requested that each Crown
corporation and agency conduct this review as expeditiously as
possible and ensure that they addressed their unsettled obligations
in a fair and equitable manner.
La présente modification au Règlement abrogera l’article déclaré « ultra vires » à la Loi sur les paiements versés en remplacement d’impôts.
Les sociétés d’État et les agences ont été informées de cette
modification au Règlement. Il leur a été recommandé de réviser
les paiements de 1993 où les dispositions du gel avaient été mises
en application et de procéder immédiatement à la compensation
de tout manque à gagner dont les autorités taxatrices auraient été
sujettes à la suite de la mise en application du gel. Il a été demandé que chaque société d’État et agence entame cette révision le
plus tôt possible afin qu’elles assument leurs obligations non réglées d’une façon juste et équitable.
Contact
Personne-ressource
Mr. Colin Boutin, National Manager, Policy and Strategic Initiatives, Payments in Lieu of Taxes Directorate, Public Works
and Government Services Canada, 191 Promenade du Portage,
Gatineau, Quebec K1A 0S5, (819) 956-7435 (telephone), (819)
956-7590 (fax), [email protected] (email).
Monsieur Colin Boutin, Gestionnaire national, Politiques et
initiatives stratégiques, Direction des paiements en remplacement d’impôts, Travaux publics et Services gouvernementaux Canada, 191, promenade du Portage, Gatineau (Québec) K1A 0S5,
(819) 956-7435 (téléphone), (819) 956-7590 (télécopieur), colin.
[email protected] (courriel).
PROPOSED REGULATORY TEXT
PROJET DE RÉGLEMENTATION
Notice is hereby given, pursuant to subsection 9(2) of the Payments in Lieu of Taxes Acta, that the Governor in Council, pursuant to subsection 9(1)b of that Act, proposes to make the annexed Regulations Amending the Crown Corporation Payments
Regulations.
Interested persons may make representations with respect to
the proposed Regulations to the Minister of Public Works and
Government Services within 30 days after the date of publication
Avis est donné, conformément au paragraphe 9(2) de la Loi sur
les paiements versés en remplacement d’impôtsa, que la gouverneure en conseil, en vertu du paragraphe 9(1)b de cette loi, se
propose de prendre le Règlement modifiant le Règlement sur les
paiements versés par les sociétés d’État, ci-après.
Les intéressés peuvent présenter au ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux leurs observations au sujet
du projet de règlement dans les trente jours suivant la date de
———
———
a
a
b
S.C. 2000, c. 8, s. 2
S.C. 2000, c. 8, s. 10
b
L.C. 2000, ch. 8, art. 2
L.C. 2000, ch. 8, art. 10
Le 17 juin 2006
Gazette du Canada Partie I
1633
of this notice. All such representations must cite the Canada
Gazette, Part I, and the date of publication of this notice, and be
addressed to Colin J. Boutin, National Manager of Policy and
Strategic Initiatives, Payments in Lieu of Taxes Directorate, Department of Public Works and Government Services, Place des
explorateurs, 6th floor, 191 Promenade du Portage, Gatineau,
Quebec, K1A 0S5 (Tel.: (819) 956-7435; Fax: (819) 956-7490;
E-mail: [email protected]).
Ottawa, June 8, 2006
DIANE LABELLE
Acting Assistant Clerk of the Privy Council
publication du présent avis. Ils sont priés d’y citer la Gazette du
Canada Partie I, ainsi que la date de publication, et d’envoyer le
tout à Colin J. Boutin, Gestionnaire national, Politiques et initiatives stratégiques, Paiements en remplacement d’impôts, Ministère
des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Place des
explorateurs, 6e étage, 191, Promenade du Portage, Gatineau
(Québec) K1A 0S5 (tél. : (819) 956-7435; téléc. : (819) 9567490; courriel : [email protected]).
Ottawa, le 8 juin 2006
La greffière adjointe intérimaire du Conseil privé,
DIANE LABELLE
REGULATIONS AMENDING THE CROWN
CORPORATION PAYMENTS REGULATIONS
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT SUR LES
PAIEMENTS VERSÉS PAR LES SOCIÉTÉS D’ÉTAT
AMENDMENT
MODIFICATION
1. Subsection 3(3) of the Crown Corporation Payments
Regulations1 is repealed.
1. Le paragraphe 3(3) du Règlement sur les paiements versés
par les sociétés d’État1 est abrogé.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
2. These Regulations come into force on the day on which
they are registered.
2. Le présent règlement entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
[24-1-o]
[24-1-o]
———
———
1
1
SOR/81-1030; SOR/2001-494
DORS/81-1030; DORS/2001-494
1634
Canada Gazette Part I
June 17, 2006
Regulations Amending the Crown Corporation
Payments Regulations (Miscellaneous Program)
Règlement correctif visant le Règlement sur les
paiements versés par les sociétés d’État
Statutory authority
Payments in Lieu of Taxes Act
Fondement législatif
Loi sur les paiements versés en remplacement d’impôts
Sponsoring department
Department of Public Works and Government Services
Ministère responsable
Ministère des Travaux publics et des Services
gouvernementaux
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement.)
Description
Description
These Regulations amend paragraph (c) of section 9 of the
Crown Corporation Payments Regulations.
The Standing Joint Committee for the Scrutiny of Regulations
advised in May 2004 of a matter needing correction with respect
to the Crown Corporation Payments Regulations associated with
the Payments in Lieu of Taxes Act.
In 2001, this section was amended following the enactment of
the Payments in Lieu of Taxes Act, formerly called the Municipal
Grants Act. The Committee has found that the English and French
versions of the above-mentioned paragraph are discrepant and has
requested that both versions be brought into conformity.
This regulatory amendment will correct the French version of
paragraph (c) of section 9 so that it is identical in translated wording and meaning to the English version.
La présente réglementation modifie l’alinéa (c) de l’article 9 du
Règlement sur les paiements versés par les sociétés d’État.
Le Comité mixte permanent d’examen de la réglementation a
soumis en mai 2004 des corrections à apporter au Règlement sur
les paiements versés par les sociétés d’État, lié à la Loi sur les
paiements versés en remplacement d’impôts.
En 2001, cette section a été modifiée suivant la mise en vigueur
de la Loi sur les paiements versés en remplacement d’impôts.
Cette loi était appelée au préalable la Loi sur les subventions aux
municipalités. Le Comité a trouvé que les versions anglaise et
française de l’alinéa susmentionné sont divergentes et a demandé
à ce que les deux versions soient conformes.
La présente modification corrigera la version française de l’alinéa c) de l’article 9 pour qu’il soit traduit de façon identique, dans
la formulation des termes et du sens, à la version anglaise.
Alternatives
Solutions envisagées
A regulatory amendment designed to correct the discrepancy
between the English and French versions of the Regulations is
considered to be the only solution in light of the Committee’s
request. There are no other alternatives.
La seule solution, à la suite de la demande du Comité, est une
modification à la réglementation qui corrigera la divergence entre
les versions anglaise et française. Il n’y a aucune autre solution.
Benefits and costs
Avantages et coûts
This amendment will serve to bring the English and French
versions into conformity. There are no costs associated with this
regulatory amendment.
Cette modification vise à assurer la conformité entre les versions anglaise et française. La présente modification n’entraîne
aucun coût.
Consultation
Consultations
Consultations have taken place with the Treasury Board Secretariat and the Department of Justice, who support this regulatory
amendment.
Des consultations ont eu lieu avec le Secrétariat du Conseil du
Trésor et le ministère de la Justice, et ceux-ci appuient la modification proposée.
Compliance and enforcement
Respect et exécution
Crown corporations administer their own program, and applications for payments in lieu of taxes related to the amendments
are audited by the Crown corporations to ensure compliance with
the provisions of the Crown Corporation Payments Regulations.
Les sociétés d’État administrent leur programme respectif, et
les paiements versés en remplacement d’impôts qui sont liés aux
modifications à la réglementation sont vérifiés par celles-ci afin
d’assurer le respect du Règlement sur les paiements versés par les
sociétés d’État.
Le 17 juin 2006
Gazette du Canada Partie I
1635
Contact
Personne-ressource
Mr. Colin Boutin, National Manager, Policy and Strategic Initiatives, Payments in Lieu of Taxes Directorate, Public Works
and Government Services Canada, 191 Promenade du Portage,
Gatineau, Quebec K1A 0S5, (819) 956-7435 (telephone), (819)
956-7590 (fax), [email protected] (email).
Monsieur Colin Boutin, Gestionnaire national, Politiques et
initiatives stratégiques, Direction des paiements en remplacement d’impôts, Travaux publics et Service gouvernementaux Canada, 191, promenade du Portage, Gatineau (Québec) K1A 0S5,
(819) 956-7435 (téléphone), (819) 956-7590 (télécopieur), colin.
[email protected] (courriel).
PROPOSED REGULATORY TEXT
PROJET DE RÉGLEMENTATION
Notice is hereby given, pursuant to subsection 9(2) of the Payments in Lieu of Taxes Acta, that the Governor in Council, pursuant to paragraph 9(1)(f)b of that Act, proposes to make the annexed Regulations Amending the Crown Corporation Payments
Regulations (Miscellaneous Program).
Interested persons may make representations with respect to
the proposed Regulations to the Minister of Public Works and
Government Services within 30 days after the date of publication
of this notice. All such representations must cite the Canada
Gazette, Part I, and the date of publication of this notice, and be
addressed to Colin Boutin, National Manager of Policy and Strategic Initiatives, Payments in Lieu of Taxes Directorate, Department of Public Works and Government Services Canada,
191 Promenade du Portage, Gatineau, Quebec K1A 0S5 (tel.:
(819) 956-7435; fax: (819) 956-7490; e-mail: [email protected]
pwgsc.gc.ca).
Ottawa, June 8, 2006
DIANE LABELLE
Acting Assistant Clerk of the Privy Council
Avis est donné, conformément au paragraphe 9(2) de la Loi sur
les paiements versés en remplacement d’impôtsa, que la gouverneure en conseil, en vertu de l’alinéa 9(1)f)b de cette loi, se propose de prendre le Règlement correctif visant le Règlement sur les
paiements versés par les sociétés d’État, ci-après.
Les intéressés peuvent présenter au ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux leurs observations au sujet
du projet de règlement dans les trente jours suivant la date de
publication du présent avis. Ils sont priés d’y citer la Gazette du
Canada Partie I, ainsi que la date de publication, et d’envoyer le
tout à Colin Boutin, gestionnaire national, Politiques et Initiatives
stratégiques, Direction des paiements en remplacement d’impôts,
ministère des Travaux publics et des Services gouvernementaux,
191, promenade du Portage, Gatineau (Québec) K1A 0S5 (tél. :
(819) 956-7435; téléc. : (819) 956-7490; courriel : [email protected]
pwgsc.gc.ca).
Ottawa, le 8 juin 2006
La greffière adjointe intérimaire du Conseil privé,
DIANE LABELLE
REGULATIONS AMENDING THE CROWN
CORPORATION PAYMENTS REGULATIONS
(MISCELLANEOUS PROGRAM)
RÈGLEMENT CORRECTIF VISANT LE
RÈGLEMENT SUR LES PAIEMENTS
VERSÉS PAR LES SOCIÉTÉS D’ÉTAT
AMENDMENT
MODIFICATION
1. Paragraph 9(c) of the French version of the Crown Corporation Payments Regulations1 is replaced by the following:
c) au titre d’un service — non visé par une entente spéciale —
que, selon la société, l’autorité taxatrice ou l’organisme pour le
compte duquel elle perçoit un impôt foncier ne veulent ou ne
peuvent pas fournir à une propriété de la société, une somme
qui, selon la société, ne dépasse pas les frais raisonnables
qu’elle a engagés ou estime devoir engager pour fournir le
service;
1. L’alinéa 9c) de la version française du Règlement sur les
paiements versés par les sociétés d’État1 est remplacé par ce
qui suit :
c) au titre d’un service — non visé par une entente spéciale —
que, selon la société, l’autorité taxatrice ou l’organisme pour le
compte duquel elle perçoit un impôt foncier ne veulent ou ne
peuvent pas fournir à une propriété de la société, une somme
qui, selon la société, ne dépasse pas les frais raisonnables
qu’elle a engagés ou estime devoir engager pour fournir le
service;
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
2. These Regulations come into force on the day on which
they are registered.
2. Le présent règlement entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
[24-1-o]
[24-1-o]
———
a
b
1
S.C. 2000, c. 8, s. 2
S.C. 2000, c. 8, s. 10(3)
SOR/81-1030; SOR/2001-494
———
a
b
1
L.C. 2000, ch. 8, art. 2
L.C. 2000, ch. 8, art. 10(3)
DORS/81-1030; DORS/2001-494
1636
Canada Gazette Part I
June 17, 2006
Regulations Amending the Safety Management
Regulations
Règlement modifiant le Règlement sur la gestion
pour la sécurité de l’exploitation des navires
Statutory authority
Canada Shipping Act, 2001
Fondement législatif
Loi de 2001 sur la marine marchande du Canada
Sponsoring department
Department of Transport
Ministère responsable
Ministère des Transports
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement.)
Description
Description
The proposed Regulations Amending the Safety Management
Regulations amend the wording of the Safety Management Regulations (the Regulations), as made under the Canada Shipping Act
(CSA), in order to make the wording of the Regulations consistent with the provisions of the new Canada Shipping Act, 2001
(CSA 2001) when it comes into force in early 2007.
Le Règlement modifiant le Règlement sur la gestion pour la sécurité de l’exploitation des navires proposé vient modifier le libellé de l’actuel Règlement sur la gestion pour la sécurité de
l’exploitation des navires (le Règlement) afin qu’il s’aligne sur
les dispositions de la nouvelle Loi de 2001 sur la marine marchande du Canada (LMMC 2001), lorsque celle-ci entrera en
vigueur au début de 2007.
Le Règlement a été adopté en 1998 en vertu de la LMMC pour
permettre au Canada de respecter ses obligations internationales
relativement à la certification des bâtiments canadiens ressortissants à la Convention de 1974 pour la sauvegarde de la vie humaine en mer (SOLAS). Le chapitre IX de la Convention SOLAS
incorporait par renvoi le Code international de gestion pour la
sécurité (Code ISM), qui constitue une norme internationale de
gestion pour la sécurité de l’exploitation des navires et pour la
prévention de la pollution. Le code ISM impose à tous les paliers
de gestion d’une compagnie ou d’une organisation, notamment
les dirigeants, les capitaines et les membres d’équipage, une
culture axée sur la sécurité et fondée sur un système documenté
de gestion de la sécurité faisant l’objet de vérifications et de certification par des organismes externes.
On a modifié le Règlement en 2002 pour l’uniformiser au Code
ISM, dont la portée avait été élargie. Il s’applique à tous les navires ressortissants à la Convention SOLAS de 1974 qui sont des
navires à passagers ou des navires de charge de 500 tonneaux de
jauge brute ou plus. À l’heure actuelle, environ 20 entreprises
canadiennes et 60 bâtiments battant pavillon canadien sont certifiés conformes au Code ISM de par la loi.
La LMMC est la principale mesure législative visant l’exploitation de bâtiments commerciaux et d’embarcations de plaisance
sur les eaux canadiennes. Il s’agit d’une des plus vieilles lois du
pays et c’est pourquoi elle devait subir une réforme. Par conséquent, on a rédigé la LMMC 2001 qui a reçu la sanction royale le
1er novembre 2001. Cette nouvelle loi, qui simplifie et modifie
l’ancienne, compte tenu de certains articles mentionnés au paragraphe 334(1) de cette loi, entrera en vigueur un jour ou des jours
qui seront déterminés par décret de la gouverneure en conseil. Le
Ministère a l’intention de faire entrer en vigueur la majorité de la
LMMC 2001 au début de 2007, lorsque la réglementation nécessaire aura été élaborée. Le Règlement modifiant le Règlement sur
la gestion pour la sécurité de l’exploitation des navires, pris en
vertu de l’article 35 de la partie 1 de la LMMC 2001, est l’un des
règlements visés par la phase I du projet de réforme de la réglementation de la LMMC.
The Regulations were promulgated in 1998 under the CSA to
ensure that Canada met its international obligations with respect
to the certification of Canadian Convention ships under the International Convention for the Safety of Life at Sea, 1974 (SOLAS).
Chapter IX of SOLAS introduced the International Safety Management Code (ISM Code), which provides an international standard for the safe management and operation of ships and pollution prevention. The ISM Code does this by addressing the need
for commitment at all levels of a company or organization, including management, masters and crews, to a safety culture built
around a safety management system subject to external audit and
certification. The safety management system is a structured and
documented system enabling company personnel to implement effectively the company safety and environmental protection policies.
The Regulations were amended in 2002 to match the expansion
in scope of the ISM Code to apply in respect of Safety Convention ships that are passenger ships and cargo ships that are over
500 tons gross tonnage that are subject to SOLAS. At the present time, there are approximately 20 Canadian companies and
60 Canadian-flag vessels certified under the ISM Code on a statutory basis.
The CSA is the principal piece of legislation dealing with the
commercial and recreational vessel use of Canadian waters. It is
one of Canada’s oldest pieces of legislation and, as such, was in
need of reform. As a result, the CSA 2001 was developed and
received Royal Assent on November 1, 2001. This new Act
streamlines and modernizes the old one and, apart from certain
sections specified in subsection 334(1) of that Act, will come into
force on a day or days to be fixed by order of the Governor in
Council. The Department intends to bring the majority of the
CSA 2001 into force in early 2007, when it is expected that the
regulations needed in support of it will have been developed. The
proposed amendments to the Regulations, to be made under section 35 of Part 1 of the CSA 2001, are one of several regulations
included in Phase I of the CSA 2001 Regulatory Reform Project.
Le 17 juin 2006
The proposed Regulations Amending the Safety Management
Regulations, under the CSA 2001, would vary only slightly from
the current Regulations. The most significant of these minor
changes would clarify that it is the Minister of Transport who has
the authority to issue Documents of Compliance or Safety Management Certificates and not steamship inspectors.
Other minor amendments would
• change the title of the French version of the existing Regulations from Règlement sur la gestion pour la sécurité de
l’exploration des navires to Règlement sur la gestion pour la
sécurité de l’exploration des bâtiments to be consistent with
the terminology of the CSA 2001.
• change the heading before section 1 of the existing French version of the Regulations from “Interprétation” to “Définitions et
interprétation”, in accordance with modern drafting convention.
• add a definition of the word “Minister” to mean “Minister of
Transport”, since, under Part 1 of the CSA 2001, that term
could be used to refer to either the Minister of Transport or the
Minister of Fisheries and Oceans.
• add a definition of the acronym “SOLAS” to mean “International Convention for the Safety of Life at Sea, 1974, and
the Protocol of 1988 relating to the Convention, as amended
from time to time”, since that term is not defined in the CSA
2001.
• clarify that for the purpose of these Regulations, the word
“Administration” as referred to in Chapter IX of SOLAS
means the Minister.
• clarify that the amended Regulations would apply to Canadian
vessels to which Chapter IX of SOLAS applies.
• replace the words “ships/navires” with the words “vessels/
bâtiments” throughout the amended Regulations to make them
consistent with the CSA 2001.
Gazette du Canada Partie I
1637
Le Règlement modifiant le Règlement sur la gestion pour la sécurité de l’exploitation des navires proposé, pris en vertu de la
LMMC 2001, ne diffère que légèrement de l’actuel règlement. Le
changement le plus important précise que c’est le ministre des
Transports, et non les inspecteurs de navires à vapeur, qui a le
pouvoir de délivrer l’attestation de conformité ou le certificat de
gestion de la sécurité dont il est question dans cet article.
Voici les autres modifications mineures :
• Le titre de la version française de l’actuel Règlement sur la
gestion pour la sécurité de l’exploitation des navires est remplacé par Règlement sur la gestion pour la sécurité de l’exploitation des bâtiments pour être compatible avec la terminologie
de la LMMC 2001.
• L’intertitre précédant l’article 1 de l’actuelle version française
du Règlement, qui était rendu par « Interprétation », est remplacé par « Définitions et interprétation » en raison de
l’adoption de la convention de la rédaction moderne.
• Modifier la définition de « ministre » afin qu’elle se lise
« ministre des Transports », puisque dans la partie 1 de la
LMMC 2001, ce terme pouvait être utilisé soit pour le ministre
des Transports ou le ministre des Pêches et des Océans.
• Modifier la définition de l’acronyme « SOLAS » qui devra se
lire « Convention internationale de 1974 pour la sauvegarde de
la vie humaine en mer, et le Protocole de 1988 relatif à la
Convention, avec leurs modifications successives » puisque ce
terme n’est pas défini dans la LMMC 2001.
• Préciser que toute mention de « Administration » dans le chapitre IX de SOLAS s’entend du ministre.
• Préciser que le règlement modifié vise les bâtiments canadiens
auxquels le chapitre IX de SOLAS s’applique.
• Utiliser le mot « bâtiment » au lieu de « navire » dans le règlement modifié afin de l’uniformiser avec la LMMC 2001.
Alternatives
Solutions envisagées
There are no viable alternatives to amending the Regulations.
Firstly, these Regulations are required to enable Canada to meet
its international obligations with respect to the certification of
Canadian ships under SOLAS. Secondly, the Regulations need to
be amended to render them compliant with the CSA 2001 when it
comes into force in early 2007 (for example, the Regulations provide that steamship inspectors may issue Documents of Compliance and Safety Management Certificates whereas the CSA 2001
clearly states that this must be done by the Minister of Transport).
Il n’y a aucune autre solution de rechange viable à la modification du Règlement, qui est nécessaire pour permettre au Canada
de remplir ses obligations internationales relativement à la certification des navires canadiens en vertu de la Convention SOLAS
de 1974. Par conséquent, le Règlement doit être modifié afin
d’être conforme à la nouvelle LMMC 2001 au moment de son
entrée en vigueur au début de 2007 (par exemple, le Règlement
prévoit que les inspecteurs de navires à vapeur peuvent délivrer
une attestation de conformité ou un certificat de gestion de la
sécurité, alors que ce pouvoir revient au ministre des Transports
aux termes du régime de la nouvelle LMMC 2001).
Benefits and costs
Avantages et coûts
There are no benefit or cost implications resulting from the
proposed Regulations Amending the Safety Management Regulations. The proposed amendments to the Regulations maintain the
status quo insofar as stakeholders are concerned, and their sole
purpose is to render the Regulations consistent with the provisions of the CSA 2001.
Le Règlement modifiant le Règlement sur la gestion pour la sécurité de l’exploitation des navires proposé n’entraîne ni avantage
ni coût. Les modifications proposées au Règlement permettent le
maintien du statu quo dans la mesure où les intervenants sont
concernés, et elles sont apportées de façon à ce que le Règlement
soit conforme aux dispositions de la nouvelle LMMC 2001.
Environmental considerations
Considérations environnementales
A preliminary scan for environmental impacts has been undertaken in accordance with the criteria of Transport Canada’s Strategic Environmental Assessment Policy Statement – March 2001.
The preliminary scan has led to the conclusion that a detailed
analysis is not necessary. Further assessments or studies regarding
environmental effects of this initiative are not likely to yield a
different determination.
Une analyse préliminaire a été effectuée conformément aux critères de la Déclaration de principes de Transports Canada sur
les évaluations environnementales stratégiques — mars 2001.
L’analyse préliminaire a permis de conclure qu’une analyse détaillée n’était pas nécessaire. Il est peu probable que d’autres évaluations ou études consacrées à l’aspect environnemental de cette
initiative produiront des résultats différents.
1638
Canada Gazette Part I
June 17, 2006
Consultation
Consultations
There were no specific consultations undertaken with respect to
the proposed amendments to the Regulations, since the amendments are intended to maintain the status quo of the existing
Safety Management Regulations. The purpose of the proposed
amendments is to ensure that the Regulations are consistent with
the relevant provisions of the CSA 2001 and to clarify certain
provisions contained in the Regulations.
Aucune consultation particulière n’a été menée relativement
aux modifications proposées au Règlement, car celles-ci visent à
maintenir le statu quo quant à l’actuel Règlement sur la gestion
pour la sécurité de l’exploitation des navires afin qu’il s’aligne
sur les dispositions pertinentes de la nouvelle LMMC 2001. Les
modifications servent également à préciser certaines dispositions
dudit règlement.
Compliance and enforcement
Respect et exécution
Since the status quo is being maintained in regard to stakeholder obligations under the proposed amendments to the Regulations, the compliance and enforcement regime will remain unchanged. Transport Canada (TC) signed formal agreements in
1999 with five of the major international ship classification societies active in Canada, giving the societies the authority to conduct the necessary verification audits and issue certification to
shipping companies and vessels under the ISM Code on behalf of
the Canadian government. These agreements will remain in effect
with the transition to the CSA 2001. The Marine Safety Directorate of TC will continue to oversee the activities carried out by the
ship classification societies under these agreements.
Comme le statu quo est maintenu relativement aux obligations
des intervenants en vertu du Règlement sur la gestion pour la sécurité de l’exploitation des navires, le régime de respect et d’exécution restera inchangé. Transports Canada (TC) a signé des accords
officiels en 1999 avec cinq des principales sociétés internationales
de classification des navires actives au Canada, dans le cadre desquels il leur donne l’autorisation de mener les vérifications nécessaires et de délivrer aux compagnies maritimes et aux bâtiments les
documents obligatoires en vertu du Code ISM au nom du gouvernement du Canada. Ces accords resteront en vigueur lors de la prise
d’effet de la LMMC 2001. La Direction générale de la sécurité
maritime de TC continuera de surveiller les activités des sociétés de
classification en vertu de ces accords.
Contact
Personne-ressource
Keith Bell, AMSX, Team Leader, CSA 2001 Regulatory Reform, Marine Safety, Transport Canada, Place de Ville, Tower C,
11th Floor, 330 Sparks Street, Ottawa, Ontario K1A 0N5, (613)
949-3819 (telephone), (613) 991-5670 (fax), [email protected]
(email).
Keith Bell, AMSX, Chef d’équipe, Réforme de la réglementation de la LMMC 2001, Sécurité maritime, Transports Canada,
Place de Ville, Tour C, 11e étage, 330, rue Sparks, Ottawa (Ontario) K1A 0N5, (613) 949-3819 (téléphone), (613) 991-5670 (télécopieur), [email protected] (courriel).
PROPOSED REGULATORY TEXT
PROJET DE RÉGLEMENTATION
Notice is hereby given that the Governor in Council, pursuant
to paragraph 35(1)(d) of the Canada Shipping Act, 2001a, proposes to make the annexed Regulations Amending the Safety
Management Regulations.
Avis est donné que la gouverneure en conseil, en vertu de l’alinéa 35(1)d) de la Loi de 2001 sur la marine marchande du Canadaa, se propose de prendre le Règlement modifiant le Règlement
sur la gestion pour la sécurité de l’exploitation des navires,
ci-après.
Les intéressés peuvent présenter au ministre des Transports
leurs observations au sujet du projet de règlement dans les trente
jours suivant la date de publication du présent avis. Ils sont priés
d’y citer la Gazette du Canada Partie I, ainsi que la date de publication, et d’envoyer le tout à Keith Bell, chef d’équipe, Réforme
de la réglementation de la LMMC 2001, Services de réglementation et assurance de la qualité, Sécurité maritime, ministère des
Transports, Place de Ville, Tour C, 11e étage, 330, rue Sparks,
Ottawa (Ontario) K1A 0N5 (tél. : (613) 949-3819; téléc. : (613)
991-5670; courriel : [email protected]).
Ils sont également priés d’indiquer, d’une part, celles de ces
observations dont la communication devrait être refusée aux termes de la Loi sur l’accès à l’information, notamment des articles 19 et 20, en précisant les motifs et la période de noncommunication et, d’autre part, celles dont la communication fait
l’objet d’un consentement pour l’application de cette loi.
Interested persons may make representations to the Minister
of Transport with respect to the proposed Regulations within
30 days after the publication of this notice. All such representations must be in writing and cite the Canada Gazette, Part I, and
the date of publication of this notice, and be sent to Keith Bell,
Team Leader, CSA 2001 Regulatory Reform, Regulatory Services and Quality Assurance, Marine Safety, Department of
Transport, Place de Ville, Tower C, 11th Floor, 330 Sparks Street,
Ottawa, Ontario K1A 0N5 (tel.: (613) 949-3819; fax: (613) 9915670; e-mail: [email protected]).
Persons making representations should identify any of those
representations the disclosure of which should be refused under
the Access to Information Act, in particular under sections 19 and
20 of that Act, and should indicate the reasons why and the period
during which the representations should not be disclosed. They
should also identify any representations for which there is consent
to disclosure for the purposes of that Act.
Ottawa, June 8, 2006
DIANE LABELLE
Acting Assistant Clerk of the Privy Council
Ottawa, le 8 juin 2006
La greffière adjointe intérimaire du Conseil privé
DIANE LABELLE
———
———
a
a
S.C. 2001, c. 26
L.C. 2001, ch. 26
Le 17 juin 2006
Gazette du Canada Partie I
1639
REGULATIONS AMENDING THE SAFETY
MANAGEMENT REGULATIONS
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT SUR
LA GESTION POUR LA SÉCURITÉ DE
L’EXPLOITATION DES NAVIRES
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1. The title of the French version of the Safety Management
Regulations1 is replaced by the following:
1. Le titre de la version française du Règlement sur la gestion pour la sécurité de l’exploitation des navires1 est remplacé
par ce qui suit :
RÈGLEMENT SUR LA GESTION POUR LA SÉCURITÉ DE
L’EXPLOITATION DES BÂTIMENTS
RÈGLEMENT SUR LA GESTION POUR LA SÉCURITÉ DE
L’EXPLOITATION DES BÂTIMENTS
2. The heading before section 1 of the French version of the
Regulations is replaced by the following:
2. L’intertitre précédant l’article 1 de la version française
du même règlement est remplacé par ce qui suit :
DÉFINITIONS ET INTERPRÉTATION
DÉFINITIONS ET INTERPRÉTATION
3. Sections 1 to 4 of the Regulations are replaced by the
following:
1. (1) The following definitions apply in these Regulations.
“Minister” means the Minister of Transport. (ministre)
“SOLAS” means the International Convention for the Safety of
Life at Sea, 1974, and the Protocol of 1988 relating to the Convention, as amended from time to time. (SOLAS)
3. Les articles 1 à 4 du même règlement sont remplacés par
ce qui suit :
1. (1) Les définitions qui suivent s’appliquent au présent
règlement.
« ministre » Le ministre des Transports. (Minister)
« SOLAS » La Convention internationale de 1974 pour la sauvegarde de la vie humaine en mer, et le Protocole de 1988 relatif
à la Convention, avec leurs modifications successives. (SOLAS)
(2) Dans le présent règlement, le terme « compagnie » s’entend
au sens de la Règle 1 du chapitre IX de SOLAS.
(3) Pour l’application du présent règlement, toute mention de
« Administration » dans le chapitre IX de SOLAS s’entend du
ministre.
(2) In these Regulations, the expression “company” has the
same meaning as in Regulation 1 of Chapter IX of SOLAS.
(3) For the purpose of these Regulations, every reference to
“Administration” in Chapter IX of SOLAS means the Minister.
APPLICATION
CHAMP D’APPLICATION
2. These Regulations apply in respect of Canadian vessels to
which Chapter IX of SOLAS applies.
2. Le présent règlement s’applique aux bâtiments canadiens
auxquels le chapitre IX de SOLAS s’applique.
COMPANY RESPONSIBILITIES
RESPONSABILITÉS DE LA COMPAGNIE
3. Every company shall comply with, and ensure that its
vessels comply with, Regulations 3, 4.2 and 5 of Chapter IX of
SOLAS.
3. Toute compagnie doit se conformer aux règles 3, 4.2 et 5
du chapitre IX de SOLAS et veiller à ce que ses bâtiments s’y
conforment.
ISSUANCE OF DOCUMENTS
DÉLIVRANCE DES DOCUMENTS
4. Le ministre délivre, sur demande, les documents suivants :
a) une attestation de conformité à une compagnie si celle-ci satisfait aux exigences de la Règle 4.1 du chapitre IX de SOLAS;
b) un certificat de gestion de la sécurité à un bâtiment si les
exigences de la Règle 4.3 du chapitre IX de SOLAS sont
respectées.
4. On application, the Minister shall issue
(a) a Document of Compliance to a company if it meets the requirements of Regulation 4.1 of Chapter IX of SOLAS; and
(b) a Safety Management Certificate to a vessel if the requirements of Regulation 4.3 of Chapter IX of SOLAS are met.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
4. These Regulations come into force on the day on which
section 2 of the Canada Shipping Act, 2001, chapter 26 of the
Statutes of Canada, 2001, comes into force.
4. Le présent règlement entre en vigueur à la date d’entrée
en vigueur de l’article 2 de la Loi de 2001 sur la marine marchande du Canada, chapitre 26 des Lois du Canada (2001).
[24-1-o]
[24-1-o]
———
———
1
1
SOR/98-348
DORS/98-348
1640
Canada Gazette Part I
June 17, 2006
Regulations for the Prevention of Pollution from
Ships and for Dangerous Chemicals
Règlement sur la prévention de la pollution par les
navires et sur les produits chimiques dangereux
Statutory authority
Canada Shipping Act
Fondement législatif
Loi sur marine marchande du Canada
Sponsoring department
Department of Transport
Ministère responsable
Ministère des Transports
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du Règlement.)
Description
Description
Section 4 of the proposed Regulations for the Prevention of
Pollution from Ships and for Dangerous Chemicals (the Regulations) prescribes the substances that are pollutants for the purposes of the application of Part XV of the Canada Shipping Act
(CSA). The prescribed pollutants include oil and any oily mixture,
any noxious liquid substance, any pollutant listed in Schedule 1 to
the proposed Regulations, sewage and sewage sludge, any organotin compounds, and garbage. Stakeholders are conscious of
the importance of protecting the marine environment and of
eliminating the deliberate, negligent or accidental discharge of
pollutants from ships. Principally, the International Convention
for the Prevention of Pollution from Ships (Pollution Convention)
addresses the control of pollution of the seas by ships. The International Convention on the Control of Harmful Anti-Fouling Systems on Ships, 2001, also known as the Anti-Fouling Systems
Convention (AFS Convention), addresses the specific issue of
harmful substances that leach from anti-fouling systems on ships.
Regulations to control pollution from ships are in place across
Canada; however, they are not consistent with the new Pollution
Convention provisions that have entered into force recently and
do not address anti-fouling systems.
Les polluants désignés en application de la partie XV de la Loi
sur la marine marchande du Canada (LMMC) figurent à l’article 4
du Règlement sur la prévention de la pollution par les navires et
sur les produits chimiques dangereux proposé (le Règlement).
Les polluants désignés d’hydrocarbures sont les hydrocarbures et
tout mélange d’hydrocarbures, toute substance liquide nocive,
tout polluant qui figurent à l’annexe 1 du règlement proposé, les
eaux usées et les boues d’épuration, tous les composés organostanniques et les ordures. Les intervenants savent qu’il est important de protéger l’environnement marin et de réduire la pollution
liée à l’exploitation des navires et celle causée par les rejets délibérés, négligents et accidentels de polluants par les navires. Principalement, la Convention internationale pour la prévention de la
pollution par les navires (Convention sur la pollution des mers)
est le principal statut visant le contrôle de la pollution des mers
par les navires. La Convention internationale de 2001 sur le
contrôle des systèmes antisalissure nuisibles sur les navires, aussi
connu comme la Convention sur le contrôle des systèmes antisalissure (Convention AFS), vise l’utilisation de systèmes antisalissure destinés à prévenir l’accumulation d’organismes nuisibles
sur les navires. Des règlements visant à contrôler la pollution
causée par les navires sont en place au Canada; par contre, ils ne
sont pas harmonisés avec les nouvelles dispositions de la Convention sur la pollution des mers qui sont entrées en vigueur dernièrement et ne traitent pas des systèmes antisalissure.
Donc, on propose ce qui suit :
1. Remplacer les règlements actuels sur la prévention de la pollution en vertu de la LMMC;
2. Intégrer de nouvelles dispositions afin de permettre l’adhésion à l’Annexe IV (eaux usées), à l’Annexe V (ordures) et à
l’Annexe VI (atmosphère) de la Convention sur la pollution des
mers;
3. Intégrer de nouvelles dispositions en vue d’adhérer à la
Convention AFS.
Le règlement proposé favorise l’élimination des rejets délibérés, négligents ou accidentels de polluants provenant des navires
dans l’environnement marin ainsi que l’exploitation sécuritaire
des navires transportant des produits chimiques. Le règlement
proposé constitue un recueil des exigences réglementaires existantes et intègre de nouvelles dispositions, lesquelles sont nécessaires pour permettre l’adhésion du Canada à la Convention AFS
ainsi qu’aux Annexes IV, V et VI optionnelles de la Convention
sur la pollution des mers.
Therefore, it is being proposed to
1. replace existing pollution prevention regulations made pursuant to the CSA;
2. incorporate new provisions in order to conclude accession to
Annex IV (sewage), Annex V (garbage), and Annex VI (air) of
the Pollution Convention; and
3. incorporate new provisions in order to accede to the AFS
Convention.
The proposed Regulations promote the elimination of deliberate, negligent or accidental discharge of ship-source pollutants
from ships into the marine environment and the safe operation of
chemical tankers. The proposed Regulations are a replacement
and consolidation of existing CSA regulatory requirements and
incorporate new requirements that will permit accession to the
AFS Convention and the optional Annexes IV, V, and VI of the
Pollution Convention by Canada.
Le 17 juin 2006
The proposed Regulations are divided into four Parts: Part 1
contains General Provisions, Part 2 contains Specific Provisions,
Part 3 contains requirements for 5 parts per million (ppm) bilge
alarms, and Part 4 contains repeal provisions for existing Regulations and coming into force provisions for the new Regulations.
Part 2 is further divided into seven Divisions as follows: Oil,
Noxious Liquid Substances and Dangerous Chemicals, Pollutant
Substances, Sewage, Garbage, Air, and Anti-Fouling Systems,
respectively. These Divisions mirror the format of the Pollution
Convention with the exception of Divisions 3 and 7. In this regard, Division 3 reflects the provisions of the existing Pollutant
Substances Pollution Prevention Regulations. The requirements
of Annex III of the Pollution Convention will continue to be
addressed by the Dangerous Goods Shipping Regulations. Division 7 addresses the AFS Convention, which is a Convention that
is separate from the Pollution Convention.
Divisions 1 and 2 of Part 2 of the proposed Regulations address
existing regulatory requirements that were used to accede to Annexes I and II of the Pollution Convention in 1992. With some
relatively minor changes and clarifications, these Divisions continue the status quo and replace and consolidate the Oil Pollution
Prevention Regulations and the Dangerous Chemicals and Noxious Liquid Substances Regulations.
Divisions 4, 5, 6 and 7 of Part 2 of the proposed Regulations
are considered, for the most part, to be new provisions. This is
because they represent a significant change to the status quo.
These four Divisions contain elements of existing regulations that
include the Great Lakes Sewage Pollution Prevention Regulations, Non-Pleasure Craft Sewage Pollution Prevention Regulations, Pleasure Craft Sewage Pollution Prevention Regulations,
Garbage Pollution Prevention Regulations and the Air Pollution
Regulations, and new requirements from international conventions. The provisions of these regulations and new requirements
have been rationalized and consolidated to provide a regulatory
scheme of national application that conforms to the requirements
of the Pollution Convention and, in the case of Division 7, the
AFS Convention. As has already been done for oil and noxious
liquid substances, in the case of sewage and garbage pollutants,
specific provisions have been implemented for the internal waters
of Canada that go beyond those contained in the Pollution Convention in order to provide the necessary environmental protection. The existing regulations that are consolidated by this initiative will be repealed by the proposed Regulations when they
come into force.
Gazette du Canada Partie I
1641
Le règlement proposé est divisé en quatre parties comme suit :
La partie 1 contient les dispositions générales, la partie 2 contient
des dispositions particulières, la partie 3 contient les exigences
concernant les alarmes à 5 parties par million (ppm) pour eaux de
cale et la partie 4 contient les dispositions pour les abrogations
des règlements existants et les dispositions de l’entrée en vigueur
pour les nouveaux règlements. La partie 2 comporte sept sections
qui traitent respectivement des hydrocarbures, des substances
liquides nocives et des produits chimiques dangereux, des substances polluantes, des eaux usées, des ordures, de l’atmosphère
et des systèmes antisalissure. Ces sections suivent la même disposition que les Annexes de la Convention sur la pollution des mers,
sauf pour les sections 3 et 7. La section 3 reflète les dispositions
du présent Règlement sur la prévention de la pollution par les
substances polluantes. Les exigences relatives à l’Annexe III de
la Convention sur la pollution des mers continue d’être traitées
dans le Règlement sur le transport par mer des marchandises
dangereuses. La section 7 traite de la Convention AFS, qui est
distincte de la Convention sur la pollution des mers.
Les sections 1 et 2 de la partie 2 du règlement proposé remplacent les exigences réglementaires existantes qui ont permis
d’adhérer aux Annexes I et II de la Convention sur la pollution
des mers en 1992. Ces sections ont subi quelques changements
mineurs et des précisions y ont été apportées; elles continuent de
maintenir le statu quo et remplacent et intègrent le Règlement sur
la prévention de la pollution par les hydrocarbures ainsi que le
Règlement sur les produits chimiques dangereux et les substances
liquides nocives.
Les sections 4, 5, 6 et 7 de la partie 2 du règlement proposé
sont considérées, en grande partie, de nouvelles dispositions, car
elles représentent un changement considérable au statu quo. Ces
quatre sections contiennent des dispositions des règlements existants, notamment le Règlement sur la prévention de la pollution
des Grands lacs par les eaux d’égout, le Règlement sur la prévention de la pollution par les eaux usées des navires autres que les
embarcations de plaisance, le Règlement sur la prévention de la
pollution par les eaux usées des embarcations de plaisance, le
Règlement sur la prévention de la pollution par les ordures, ainsi
que le Règlement sur la pollution de l’air, en plus des nouvelles
exigences imposées par les conventions internationales. Les dispositions de ces dernières ont été simplifiées et regroupées en vue
de fournir un système de réglementation appliqué à l’échelle nationale qui soit conforme aux exigences de la Convention sur la
pollution des mers et, dans le cas de la section 7, qui respecte la
Convention AFS. Comme cela a déjà été fait pour les hydrocarbures et les substances liquides nocives, des dispositions relatives
aux eaux usées et aux ordures ont été mises en application dans
les eaux intérieures du Canada qui vont au-delà des dispositions
contenues dans la Convention sur la pollution des mers, afin
d’assurer une protection environnementale adéquate. Les règlements existants qui sont intégrés dans le cadre de cette initiative
seront abrogés lorsque le nouveau règlement proposé entrera en
vigueur.
Part 2 – Specific provisions
Partie 2 — Dispositions particulières
Division 1 – Oil
Section 1 — Hydrocarbures
International requirements for the prevention of oil pollution
from ships are contained in Annex I of the Pollution Convention
entitled Regulations for the Prevention of Pollution by Oil. Annex I
contains requirements for surveys and inspections; International
Oil Pollution Prevention Certificates; discharges of oil or oily
water mixtures; reception facilities; segregated or dedicated clean
ballast; crude oil washing; oil record books; oil rigs; restrictions
on carrying water ballast in fuel tanks; restrictions on carrying
oil in forepeak tanks; retention of oil in slop tanks; monitoring,
Les exigences internationales visant la prévention de la pollution par les hydrocarbures provenant de navires figurent à l’Annexe I de la Convention sur la pollution des mers, qui est intitulée
Règlement relatif à la prévention de la pollution par les hydrocarbures. L’Annexe I renferme les exigences concernant les enquêtes et les inspections; les certificats internationaux de prévention de la pollution par les hydrocarbures; les rejets de produits
pétroliers et de mélanges eau-hydrocarbures; les installations de
réception; les eaux de ballast propres séparées ou réservées; le
1642
Canada Gazette Part I
filtering and separating equipment; sludge tanks; pumping, piping
and discharge arrangements; size and arrangement of cargo tanks;
double-hulling of oil tankers; subdivision and stability of oil tankers; and shipboard oil pollution emergency plans.
The international provisions in Annex I of the Pollution Convention for ships have been incorporated into Canadian legislation in the Oil Pollution Prevention Regulations under Part XV of
the CSA. These regulations, both the existing and the proposed,
apply the Annex I discharge provisions of the Pollution Convention in Canadian coastal waters; however, stricter discharge provisions are applied in Canadian inland waters under the CSA. On
inland waters, sections 28 and 42 of the proposed Regulations
stipulate that ships wishing to discharge bilge water must comply
with the 5 ppm limit and must have a 5 ppm bilge alarm approved
in accordance with the Transport Canada Publication entitled Standard for 5 PPM Bilge Alarms (for Canadian Inland Waters),
TP 12301. Arctic waters are regulated pursuant to the Arctic Waters Pollution Prevention Act and the Arctic Shipping Pollution
Prevention Regulations. Discharges in Arctic shipping safety
control zones are addressed separately from this initiative.
Division 1 consists of the existing oil pollution prevention requirements described above. Section 17 of the proposed Regulations includes the requirement for Canadian ships to fit oily water
filtering equipment and bilge alarms that meet new stricter approval standards if fitted after January 1, 2005. Alternatively,
ships may retain the oily water on board for discharge to a reception facility. This represents a significant improvement in preventing discharge in coastal waters, inland waters and waters in
the exclusive economic zone of Canada.
Section 39 of the proposed Regulations also clarifies which
ships are required to carry a shipboard oil pollution emergency
plan and Subdivision 7 of this Division incorporates the double
hulling requirements formerly included in TP 11710, Standards
for the Double Hull Construction of Oil Tankers.
June 17, 2006
lavage au pétrole brut; les registres des hydrocarbures; les platesformes pétrolières; les restrictions sur le transport d’eau de ballast
dans les citernes à combustible; les restrictions sur le transport
d’hydrocarbures dans des citernes du coqueron avant; le confinement des hydrocarbures dans des citernes à résidus; l’équipement
de surveillance, de filtrage et de séparation eau-hydrocarbures; les
citernes à boues; les méthodes de pompage, de tuyautage et de
rejet; le volume et la disposition des citernes à cargaison; les pétroliers à double coque; le compartimentage et la stabilité des
pétroliers; les plans d’intervention d’urgence en cas de pollution
par les hydrocarbures causée par les navires.
Les dispositions internationales de l’Annexe I de la Convention
sur la pollution des mers pour les navires ont été intégrées dans le
Règlement sur la prévention de la pollution par les hydrocarbures
en application de la partie XV de la LMMC. Ce règlement, et celui qui est proposé, appliquent les dispositions de l’Annexe I relatives aux rejets de la Convention sur la pollution des mers dans
les eaux côtières du Canada; cependant, des dispositions plus
strictes concernant les rejets sont appliquées dans les eaux intérieures du Canada en vertu de la LMMC. Dans les eaux intérieures, les articles 28 et 42 du règlement proposé stipulent que les
navires qui veulent décharger des eaux de cale doivent se conformer à la limite de 5 ppm et doivent disposer d’une alarme de
dépassement de 5 ppm dans les eaux de cale approuvée conformément aux exigences de la Norme relative aux alarmes à 5 ppm
pour eaux de cale (eaux intérieures canadiennes) [TP 12301] publiée par Transports Canada. Le cadre législatif à l’égard des eaux
arctiques est prévu à la Loi sur la prévention de la pollution des
eaux arctiques et le Règlement sur la prévention de la pollution
des eaux arctiques par les navires. Les déversements dans les
zones de contrôle de la sécurité de la navigation arctique ne sont
pas traités dans la présente initiative.
La section 1 prévoit les exigences actuelles relatives à la prévention de la pollution par les hydrocarbures décrites ci-dessus.
L’article 17 du règlement proposé comporte l’exigence voulant
que les navires canadiens soient munis du matériel de filtrage
d’hydrocarbures ainsi que des alarmes pour eaux de cale conformes aux normes plus strictes si cet équipement a été installé après
le 1er janvier 2005. Sinon, les navires peuvent conserver l’eau
huileuse à leur bord afin de la rejeter dans une installation de réception. Cela constitue une grande amélioration au chapitre de la
prévention des rejets dans les eaux côtières, les eaux intérieures et
les eaux de la zone économique exclusive du Canada.
L’article 39 du règlement proposé stipule quels navires sont tenus d’avoir à bord un plan d’urgence contre la pollution par les
hydrocarbures et la sous-section 7 de cette section prévoit les
exigences relatives aux coques doubles qui figuraient auparavant
dans les Normes applicables à la construction des coques doubles
des pétroliers (TP 11710).
Division 2 – Noxious liquid substances and dangerous chemicals
Section 2 — Substances liquides nocives et produits chimiques
dangereux
International requirements for the prevention of pollution from
chemical tankers are contained in Annex II of the Pollution Convention entitled Regulations for the Control of Pollution by Noxious Liquid Substances in Bulk. Annex II contains requirements
applicable to ships carrying noxious liquid substances (NLS) in
bulk. These requirements deal with categorizing NLS; discharging of NLS residues or mixtures; pumping, piping and unloading
arrangements; reception facilities; unloading procedures, including efficient stripping and tank washing; cargo record book; surveys; International Pollution Prevention Certificate for the Carriage of Noxious Liquid Substances in Bulk; compliance with the
International Code for the Construction and Equipment of Ships
Carrying Dangerous Chemicals in Bulk (IBC Code) or the Code
Les exigences internationales relatives à la prévention de la
pollution par des navires-citernes transportant des produits chimiques sont contenues dans l’Annexe II de la Convention sur la
pollution des mers, Règlements relatifs à la prévention de la pollution par les substances liquides nocives transportées en vrac.
L’Annexe II énonce les exigences applicables aux navires transportant des substances liquides nocives (SLN) en vrac relativement aux points suivants : classement par catégories des SLN;
rejet de résidus ou de mélanges de substances liquides nocives;
méthodes de pompage, de tuyautage et de déchargement; installations de réception; procédures de déchargement, y compris l’assèchement et le lavage des citernes; registre de la cargaison; enquêtes; certificat international de prévention de la pollution pour le
Le 17 juin 2006
for the Construction and Equipment of Ships Carrying Dangerous
Chemicals in Bulk (BCH Code) by chemical tankers; carrying and
discharging oil-like NLS; procedures and arrangements manuals;
and shipboard marine pollution emergency plans.
The international provisions in Annex II of the Pollution Convention have been incorporated into Canadian legislation in the
Dangerous Chemicals and Noxious Liquid Substances Regulations. These Regulations, both the existing and the proposed, apply the Annex II discharge provisions in Canadian coastal waters;
however, stricter discharge provisions are applied in Canadian
internal waters. The proposed Regulations also incorporate the
provisions of the IBC Code or the BCH Code for those ships that
carry dangerous chemicals that are not necessarily noxious liquid
substances.
Division 2 consists of the existing requirements described
above. Changes to this Division will permit ships to integrate
their shipboard oil pollution emergency plan with the shipboard
marine pollution emergency plan for noxious liquid substances.
Gazette du Canada Partie I
1643
transport de substances liquides nocives en vrac; conformité avec
le Recueil international de règles relatives à la construction et à
l’équipement des navires transportant des produits chimiques
dangereux en vrac (Recueil IBC) ou le Recueil de règles relatives
à la construction et à l’équipement des navires transportant des
produits chimiques dangereux en vrac (Recueil BCH) par les
navires-citernes de produits chimiques; transport et déchargement
des substances liquides nocives semblables aux produits pétroliers; manuels sur les méthodes et dispositifs de rejet; plans d’intervention d’urgence en cas de pollution du milieu marin par les
navires.
Les dispositions internationales de l’Annexe II de la Convention sur la pollution des mers ont été intégrées au Règlement sur
les produits chimiques dangereux et les substances liquides nocives. Ce règlement et celui qui est proposé, appliquent les dispositions de l’Annexe II relatives aux rejets dans les eaux côtières
canadiennes; cependant, il impose des dispositions plus rigoureuses dans les eaux intérieures du Canada. Le règlement proposé
intègre également les dispositions du Recueil IBC ou du Recueil
BCH pour les navires qui transportent des produits chimiques
dangereux qui ne sont pas nécessairement des substances liquides
nocives.
La section 2 comporte les présentes exigences décrites cidessus. Les changements apportés permettront aux navires d’intégrer leur plan d’urgence de bord contre la pollution par les hydrocarbures à leur plan d’urgence de bord contre la pollution des
mers par les substances liquides nocives.
Division 3 – Pollutant substances
Section 3 — Substances polluantes
Sections 107 to 109 of the proposed Regulations deal with
pollutant substances and will replace the Pollutant Substances
Prevention Regulations. The proposed Regulations prohibit the
discharge of pollutant substances in waters under Canadian jurisdiction. The list of pollutant substances is set out in Schedule 1 to
the proposed Regulations. This Division continues the status quo.
Les articles 107 à 109 du règlement proposé traitent des substances polluantes et remplace le Règlement sur la prévention de
la pollution par les substances polluantes. Le règlement proposé
interdit le rejet des substances polluantes dans les eaux de compétence canadienne. La liste des substances figure à l’annexe 1 du
règlement proposé. Cette section maintient le statu quo.
Division 4 – Sewage
Section 4 — Eaux usées
International requirements for the prevention of pollution from
sewage are contained in Annex IV of the Pollution Convention
entitled Regulations for the Prevention of Pollution by Sewage
from Ships. Annex IV of the Pollution Convention contains requirements for surveys, International Sewage Pollution Prevention Certificates, sewage treatment plants, discharging sewage,
reception facilities and standard discharge connections. Annex IV
came into force on September 27, 2003.
Les exigences internationales relatives à la prévention de la
pollution par les eaux usées figurent à l’Annexe IV de la Convention sur la pollution des mers qui est intitulée Règles relatives à la
prévention de la pollution par les eaux usées des navires. L’Annexe IV de la Convention sur la pollution des mers renferme les
exigences concernant les enquêtes, les certificats internationaux
de prévention de la pollution par les eaux usées, les stations
d’épuration des eaux usées, le rejet d’eaux usées, les installations
de réception et les raccords normalisés de jonction des tuyautages
de rejet. L’Annexe IV est entrée en vigueur le 27 septembre 2003.
Le Canada n’a pas ratifié l’Annexe IV, mais il a adopté les règlements relatifs à la prévention de la pollution par les eaux usées
avec une application limitée dans les Grands Lacs et dans plusieurs autres plans d’eau. Les dispositions sont incluses dans le
Règlement sur la prévention de la pollution des Grands lacs par
les eaux d’égout, le Règlement sur la prévention de la pollution
par les eaux usées des embarcations de plaisance et le Règlement
sur la prévention de la pollution par les eaux usées des navires
autres que les embarcations de plaisance. La section 4 regroupe
les exigences réglementaires existantes, les suggestions d’un
groupe de travail établi par la Sécurité maritime de Transports
Canada et les exigences de l’Annexe IV de la Convention sur la
pollution des mers qui n’ont pas été entièrement visées par les
règlements du Canada.
L’Annexe IV de la Convention sur la pollution des mers
s’applique aux navires d’une jauge brute de 400 tonneaux ou plus
ou autorisés à transporter plus de 15 personnes. Son application
a été étendue dans le règlement proposé afin de viser tous les
Canada has not acceded to Annex IV; however, Canada has
adopted regulations concerning sewage pollution prevention with
limited application on the Great Lakes and several other bodies of
water. These provisions are included in the Great Lakes Sewage
Pollution Prevention Regulations, the Pleasure Craft Sewage
Pollution Prevention Regulations and the Non-Pleasure Craft
Sewage Pollution Prevention Regulations. Division 4 is a consolidation of these existing regulatory requirements, the recommendations of a stakeholder working group established by Transport Canada Marine Safety, and the requirements of Annex IV of
the Pollution Convention that have not been fully addressed by
regulation in Canada.
Annex IV of the Pollution Convention applies only to ships of
400 tons gross tonnage or more or certified to carry over 15 persons. The application has been expanded in the proposed Regulations to include all ships in all Canadian waters and to all
1644
Canada Gazette Part I
Canadian ships everywhere. Existing regulations concerning sewage apply to ships, other than pleasure craft, only on the Great
Lakes and to all ships in a few areas designated for zero discharge. In Ontario, application presently includes pleasure craft
under provincial legislation.
Section 119 of the proposed Regulations requires a ship that
has a toilet on board to have a holding tank or an approved marine
sanitation device. Discharge of untreated sewage into Canadian
waters within 3 nautical miles of land (ships less than 400 tons) and
12 miles of land (ships larger than 400 tons) will now be banned.
Treated sewage will only be allowed to be discharged into Canadian waters subject to specified limits of faecal coliforms per
100 ml of water. Keeping receipts and records of discharges to reception facilities and discharges made while “en route” will now
be required in accordance with section 131 of the proposed Regulations. Adoption of these requirements will permit Canada to
accede to Annex IV of the Pollution Convention.
June 17, 2006
navires dans les eaux canadiennes et tous les navires canadiens
partout ailleurs. Le règlement existant concernant les eaux usées
s’applique aux navires, autres que les embarcations de plaisance,
seulement dans les Grands Lacs, et à tous les navires dans certaines zones où les rejets sont interdits. En Ontario, l’application
vise actuellement les embarcations de plaisance qui sont déjà
visés par les lois provinciales.
L’article 119 du règlement proposé exige qu’un navire doté
d’une toilette soit muni d’une citerne de rétention ou d’un appareil d’épuration marine. Le rejet d’eaux usées non traitées dans les
eaux canadiennes à moins de 3 milles marins des côtes (navires
de moins de 400 tonneaux) et à moins de 12 milles marins des
côtes (navires de plus de 400 tonneaux) sera désormais interdit.
Les eaux usées traitées pourront seulement être rejetées dans les
eaux canadiennes selon des limites précises de coliformes fécaux
par 100 ml d’eau. En vertu de l’article 131 du règlement proposé,
il faudra désormais conserver les reçus et le registre des eaux
usées relatives aux rejets dans les installations de réception et aux
rejets effectués en cours de route. L’adoption de ces exigences
permettra au Canada d’adhérer à l’Annexe IV de la Convention
sur la pollution des mers.
Division 5 – Garbage
Section 5 — Ordures
International requirements for the prevention of pollution from
garbage are contained in Annex V of the Pollution Convention
entitled Regulations for the Prevention of Pollution by Garbage
from Ships. Annex V contains requirements for placards, garbage
management plans, garbage record keeping, disposal of garbage,
and reception facilities. Annex V came into force on December 31, 1988.
Les exigences internationales relatives à la prévention de la
pollution par les ordures figurent à l’Annexe V de la Convention
sur la pollution des mers qui est intitulée Règles relatives à la
prévention de la pollution par les ordures des navires. L’Annexe V
contient des exigences pour les affiches, les plans de gestion des
ordures, les registres relatifs aux ordures, l’élimination des ordures et les installations de réception. L’Annexe V est entrée en
vigueur le 31 décembre 1988.
L’Annexe V n’a pas fait l’objet d’une ratification par le Canada.
Cependant, le Règlement sur la prévention de la pollution par les
ordures existant interdit le rejet d’ordures dans les eaux de compétence canadienne. La section 5 regroupe les exigences incluses
dans l’Annexe V de la Convention sur la pollution des mers qui
ne sont pas entièrement traitées par la réglementation canadienne
et le Règlement sur la prévention de la pollution par les ordures.
Cette section s’applique à tous les navires dans les eaux canadiennes ainsi qu’à tous les navires canadiens partout ailleurs. Le
règlement proposé interdit le rejet de déchets dans les eaux intérieures et précise les exigences relatives au rejet de déchets dans
les océans. Les dispositions liées au rejet de résidus de cargaison
dans les Grands Lacs et le fleuve Saint-Laurent ont été incluses,
conformément aux pratiques volontaires actuelles et aux exigences de la garde côtière des États-Unis. Le règlement proposé précise les exigences relatives à la tenue d’un registre pour les transporteurs commerciaux et indique que les utilisateurs de petites
embarcations et d’embarcations effectuant de cours trajets ne sont
pas tenus de respecter les exigences relatives à la tenue d’un registre. L’adoption de ces exigences permettra au Canada d’adhérer à l’Annexe V de la Convention sur la pollution des mers.
Canada has not yet acceded to this Annex, but does have its
own existing Garbage Pollution Prevention Regulations that prohibit the discharge of garbage in waters under Canadian jurisdiction. Division 5 is a consolidation of the requirements contained
in Annex V of the Pollution Convention that have not been fully
addressed by regulation in Canada and the existing Garbage Pollution Prevention Regulations.
This Division applies to all ships in Canadian waters and to all
Canadian ships everywhere. The proposed Regulations ban the
discharge of garbage into internal waters and specify requirements for discharge of garbage into the oceans. Provisions for the
discharge of cargo residues in the Great Lakes and St. Lawrence
River have been included, consistent with current voluntary practices and United States Coast Guard requirements. The proposed
Regulations specify record-keeping requirements for commercial
carriers. Smaller craft operators and short run ships are excluded
from the record-keeping requirements. Adoption of these requirements will permit Canada to accede to Annex V of the Pollution Convention.
Division 6 – Air
Section 6 — Atmosphère
International requirements for the prevention of pollution from
air emissions are contained in Annex VI of the Pollution Convention entitled Regulations for the Prevention of Air Pollution from
Ships. Annex VI contains requirements for nitrous oxide (NOx)
emissions from diesel engines, sulphur content of fuel, fuel oil
quality, emissions of ozone-depleting substances, incinerators,
emissions of volatile organic compounds and International Air
Pollution Certificates, as outlined below. Annex VI came into
force on May 19, 2005.
Les exigences internationales pour la prévention de la pollution
par les émissions atmosphériques figurent à l’Annexe VI de la
Convention sur la pollution des mers qui est intitulée Règles relatives à la prévention de la pollution de l’atmosphère par les navires. L’Annexe VI renferme les exigences touchant les émissions
d’oxydes d’azote (NOx) provenant de moteurs diesel, la teneur en
soufre du carburant, la qualité du mazout, les émissions de substances appauvrissant la couche d’ozone, les incinérateurs, les
émissions de composés organiques volatils et les certificats internationaux de prévention de la pollution de l’atmosphère, tel qu’il est
mentionné ci-après. L’Annexe VI est entrée en vigueur le 19 mai
2005.
Le 17 juin 2006
Annex VI of the Pollution Convention requires that diesel engines over 130 kW installed on ships constructed after January 1,
2000, or engines over 130 kW that undergo a major conversion
after January 1, 2000, must meet NOx emission standards and be
certified under the NOx Technical Code.
Annex VI provides that administrations may exclude ships on
domestic voyages from the requirement to comply after January 1,
2000, and as such, the requirement for Canadian ships on domestic voyages to comply will only be required upon the coming into
force of the proposed Regulations.
The existing Air Pollution Regulations only address the colour
of stack emissions. Division 6 is a consolidation of requirements
of Annex VI of the Pollution Convention and the existing Air
Pollution Regulations. This Division applies to all ships in Canadian waters and to all Canadian ships everywhere. The proposed
Regulations will require ships of more than 400 tons gross tonnage to keep on board an Air Pollution Prevention Certificate.
The proposed Regulations will also ban the release of ozonedepleting substances. Tankers using a vapour collection system
for volatile organic compounds will be required to meet international standards for the collection system. The proposed Regulations will also ban the incineration of specified substances and
require that incinerators be approved. The proposed Regulations
specify the quality of fuel that can be used by a ship. Provisions
concerning black smoke present no change from current smoke
requirements. Section 167 of the proposed Regulations will also
require ships to keep records in accordance with the NOx Technical Code. Adoption of these requirements will permit Canada to
accede to Annex VI of the Pollution Convention.
Gazette du Canada Partie I
1645
L’Annexe VI de la Convention sur la pollution des mers nécessite que les moteurs diesel de plus de 130 kW embarqués sur des
navires construits après le 1er janvier 2000 et les moteurs de plus
de 130 kW qui ont fait l’objet d’une transformation importante
après le 1er janvier 2000 doivent satisfaire aux normes relatives
aux émissions de NOx et doivent être certifiés en vertu du Code
technique sur les NOx.
L’Annexe VI stipule que les administrations peuvent exempter
les navires qui font des voyages en eaux canadiennes de l’application des exigences de conformité au Code à partir du 1er janvier
2000 et ces exigences de conformité s’appliqueront aux navires
effectuant des voyages dans les eaux canadiennes seulement à
compter de l’entrée en vigueur du règlement proposé.
Le Règlement sur la pollution de l’air actuel traite seulement
de la couleur des fumées. La section 6 regroupe les exigences de
l’Annexe VI de la Convention sur la pollution des mers et du
Règlement sur la pollution de l’air actuellement en vigueur. Cette
section s’applique à tous les navires en eaux canadiennes et à tous
les navires canadiens partout ailleurs. Le règlement proposé exige
que les navires d’une jauge brute de 400 tonneaux ou plus détiennent un certificat de prévention de la pollution de l’air à bord. En
outre, le règlement proposé interdit le rejet de substances qui appauvrissent la couche d’ozone. Les pétroliers qui utilisent un système de collecte de la vapeur pour des composés organiques volatils devront satisfaire aux normes internationales pour un système
de collecte. Le règlement proposé interdira également l’incinération de substances précises et exigera l’approbation des incinérateurs. Le règlement proposé indique la qualité du carburant que
le navire peut utiliser. Les dispositions relatives à la fumée noire
ne présentent aucun changement par rapport aux exigences sur la
fumée. L’article 167 du règlement proposé exigera notamment
que les navires conservent à bord un registre conformément au
Code technique sur les NOx. L’adoption de ces exigences permettra au Canada d’adhérer à l’Annexe VI de la Convention sur la
pollution des mers.
Division 7 – Anti-fouling systems
Section 7 — Systèmes antisalissure
A conference to adopt the AFS Convention was held in October 2001. The AFS Convention proposes to ensure a global prohibition of the application or reapplication of organotin compounds (tributyl tin [TBT]) which act as biocides in anti-fouling
systems on ships as of January 1, 2003. After January 1, 2008,
organotin compounds on ships must either be removed or sealed.
The AFS Convention also establishes procedures for implementing controls for any other harmful systems that are identified in
the future. The AFS Convention has not yet entered into force.
Une conférence dont le but était d’adopter la Convention AFS a
eu lieu en octobre 2001. La Convention AFS propose une interdiction générale d’application ou de réapplication, à partir du 1er janvier 2003, de composés organostanniques (tributylétain) qui agissent comme biocides dans les systèmes antisalissure nuisibles sur
les navires. Après le 1er janvier 2008, les composés organostanniques sur les navires devront être éliminés ou scellés. La Convention AFS établit également des procédures visant la mise en œuvre de mesures de contrôle pour tout autre système jugé nuisible à
l’avenir. La Convention AFS n’est toujours pas entrée en vigueur.
La vente et l’utilisation de produits tels que les peintures à base
d’organo-étain sont réglementées par Santé Canada. Seulement
trois peintures à base d’étain sont homologuées pour utilisation au
Canada. L’annonce d’examen spécial de l’Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire (ARLA) indiquait que l’homologation et l’utilisation de peintures antisalissure à base de composés organostanniques cessait d’être valide le 31 décembre 2002.
L’ARLA conserve une liste des peintures antisalissures actuellement homologuées qui peuvent être importées, vendues ou utilisées au Canada.
La section 7 fait état des exigences de la Convention AFS et
appuie les initiatives canadiennes. Elle s’applique à tous les navires en eaux canadiennes et à tous les navires canadiens partout
ailleurs. Cette section exige que les navires d’une jauge brute
de 400 tonneaux ou plus aient à bord un certificat de système
antisalissure et que ceux d’une jauge brute de moins de 400 tonneaux, mais d’une longueur de 24 m ou plus, aient une autodéclaration à bord. Cette section interdit l’utilisation du tributylétain en tant que système antisalissure à bord de tous les navires.
Le règlement proposé exige l’élimination ou l’encapsulation des
The sale and use of products such as organotin paints are regulated by Health Canada. There were only three tin paint products
registered for use in Canada. The Pest Management Regulatory
Agency (PMRA) indicated in a Special Review Announcement
(SRA) that all registrations and use of organotin-based antifouling paints ceased to be effective December 31, 2002. The
PMRA maintains a list of currently registered anti-fouling paints
that may be imported, sold or used in Canada.
Division 7 reflects the requirements of the AFS Convention
and supports Canadian initiatives. It applies to all ships in Canadian waters and to all Canadian ships everywhere. This Division
requires ships of 400 tons gross tonnage or more to have on board
an anti-fouling certificate and those that are under 400 tons gross
tonnage but 24 m or more in length to have on board a selfdeclaration. This Division bans the use of TBTs as an anti-fouling
system on all ships. The proposed Regulations require the removal or encapsulation of coatings containing TBTs by 2008.
These proposed Regulations will stop Canadian operators from
1646
Canada Gazette Part I
June 17, 2006
having the coating applied outside of Canada and putting the ship
into service in Canadian waters. It will also stop persons from
transferring into Canadian registry ships with this type of coating
without it being removed or encapsulated. The provisions of this
Division will be applied to non-Canadian ships only when the
AFS Convention enters into force. Adoption of these requirements will permit Canada to accede to the AFS Convention that,
in turn, will help bring the AFS Convention closer to entry into
force.
enduits contenant du tributylétain d’ici 2008. Le règlement proposé interdira aux exploitants canadiens d’appliquer l’enduit à
l’extérieur du Canada et de mettre en service le navire en eaux
canadiennes. Il interdira également aux particuliers de transférer
au registre canadien tout navire utilisant ce type d’enduit sans
l’éliminer ou l’encapsuler. Les dispositions de cette section seront
appliquées aux navires non canadiens seulement lorsque la Convention AFS entrera en vigueur. L’adoption de ces exigences permettra au Canada d’adhérer à la Convention AFS qui, à son tour,
aidera à rapprocher la Convention AFS de son entrée en vigueur.
Alternatives
Solutions envisagées
There are no viable alternatives to the proposed Regulations.
This regulatory initiative consolidates existing regulations concerning pollution prevention and forms part of the process for the
Government of Canada to conclude its accession to the Pollution
Convention and to accede to the AFS Convention. The proposed
Regulations are required for Canada to conform to international
conventions and to ensure that regulatory requirements are applied nationally in a consistent manner. Implementation of the
proposed Regulations under the CSA provides the best option to
incorporate outstanding international provisions in a timely manner.
Il n’y a pas d’autres solutions au règlement proposé. Les initiatives de réglementation consolide le règlement existant en matière
de prévention de la pollution et fait partie du processus amorcé par
le gouvernement du Canada pour adhérer à la Convention sur la
pollution des mers et la Convention AFS. Pour que le Canada se
conforme aux conventions internationales et pour assurer que les
exigences réglementaires sont appliquées de manière uniforme à
l’échelle nationale, le règlement proposé doit être adopté. Le règlement proposé en vertu de la LMMC constitue la meilleure
solution pour permettre l’adoption de dispositions internationales
remarquables dans un avenir rapproché.
Benefits and costs
Avantages et coûts
The standard economic explanation for pollution states that
firms and individuals make their production and consumption
decisions without fully considering the effects that their decisions
have on the utility or production of other parties in relation to the
quality of the environment.
L’explication économique courante pour la pollution énonce
que les sociétés et les personnes prennent leurs décisions relatives
à la production et à la consommation sans tenir entièrement
compte des répercussions de ces décisions sur la production ou
les services des autres parties pour ce qui est de la qualité de
l’environnement.
La pollution du milieu marin se caractérise habituellement par
des sources d’émission multiples et hétérogènes provenant de
différents pays. Les milieux écologiques maritimes touchés varient des eaux intérieures aux bassins, en passant par les eaux
côtières et la mer libre. La gestion de la pollution des eaux nécessite l’analyse des différentes trajectoires suivies par les polluants
et des coûts de réduction des différentes sources d’émission. La
pollution causée par le transport maritime pose un risque inestimable grave pour le milieu marin canadien.
L’attribution des coûts financiers aux avantages non quantifiables, ou aux risques mis en opposition, crée une fausse perspective de l’efficacité environnementale sociétale. Par conséquent,
l’attribution des coûts aux avantages associés à un milieu marin
sain trace un portrait trompeur étant donné la distinction entre les
positions privées et externes. Les répercussions environnementales et physiques correspondent à des changements au chapitre des
valeurs des intervenants et doivent être comparées entre les différentes solutions envisagées.
Marine pollution is usually characterized by multiple, heterogeneous emission sources located in different countries. The
properties of the marine recipient vary between inland waters,
basins, coastal waters and the open sea. Management of water
pollution requires an analysis of the different pollutant pathways
and the costs of abatement at all different emission sources. Pollution from shipping poses a significant unquantifiable risk to the
Canadian marine environment.
Assigning financial costs to unquantifiable benefits, or to unquantifiable risks, results in an unbalanced view of societal
environmental efficacy. Consequently, assigning costs to the
benefits derived from a healthy marine environment produces a
distorted picture given the distinction between private and external positions. Physical and environmental effects are translated
into changes in stakeholder values and must be compared across
alternatives.
Benefits
Avantages
The proposed Regulations are required for, and will enable
Canada to accede to the AFS Convention and all the optional
Annexes of the Pollution Convention addressing sewage, garbage
and air emissions, and thus meet international pollution regulation
standards. If no restrictions were in place, it has been estimated
that up to 75% of the pollutants entering Canada’s marine environment and that of the world would be a direct result of marine
transportation. Implementation of the proposed Regulations will
significantly reduce the impact of shipping on the environment.
Ships that are not in compliance with regulated requirements
could possibly be denied entry into ports of countries party to the
Pollution Convention, or could experience detention in these
ports. As only countries that are party to international conventions
may issue certificates required by the conventions, adoption of
Le règlement proposé doit être pris afin de permettre au Canada d’adhérer à la Convention AFS et aux annexes facultatives de
la Convention sur la pollution des mers portant sur les eaux usées,
les ordures et les émissions atmosphériques et de satisfaire ainsi
aux normes internationales sur la pollution. Si aucune restriction
n’était en place, il a été estimé que jusqu’à 75 % des polluants qui
entrent dans l’environnement marin du Canada et celui du monde
serait un résultat immédiat du transport maritime. L’application
du règlement proposé réduira énormément l’incidence du transport de marchandises sur l’environnement. Les navires qui ne
sont pas conformes aux exigences réglementaires pourraient se
voir refuser l’accès aux ports des pays signataires de la Convention sur la pollution des mers ou pourraient également être détenus dans ces ports. Puisque seuls les pays qui sont partie aux
Le 17 juin 2006
these international standards will enable Canadian ships that engage in international voyages to avoid potentially costly interruptions, delays and complications abroad.
Gazette du Canada Partie I
1647
The responsibility of flag States to fully implement international requirements in a timely manner is the subject of increased scrutiny. The implementation of the proposed Regulations will help maintain the reputation of Canada as a responsible
flag State during any future audits of our regulatory program for
shipping.
Pollution is an externality that some agents impose on others.
Marine pollution may originate from a variety of land and sealevel sources. Canada must ensure the use of the best practicable
means to prevent such pollution and install products and processes which will reduce the amount of harmful wastes to be disposed of. These proposed Regulations would further protect the
health and safety of Canadians through the reduction of ship
source pollutants into the marine environment.
conventions internationales peuvent délivrer les certificats requis
par les conventions, l’adoption de ces normes internationales permettra aux navires canadiens qui effectuent des voyages à l’échelle
internationale d’éviter les interruptions, les complications et les
délais potentiellement coûteux à l’étranger.
La responsabilité des États du pavillon quant à la mise en application des exigences internationales fait l’objet d’un examen
minutieux. La mise en application du règlement proposé aidera à
maintenir la réputation du Canada en tant qu’État du pavillon
responsable lors de futures vérifications dans le cadre du programme de réglementation sur le transport maritime.
La pollution est un facteur externe que certains agents imposent
aux autres. La pollution du milieu marin découle de plusieurs
sources terrestres et marines. Le Canada doit s’assurer de l’utilisation des meilleurs moyens pratiques pour prévenir une telle
pollution et établir des processus et des produits qui réduiront la
quantité de déchets dangereux à éliminer. Le règlement proposé
favorisera davantage la santé et la sécurité des Canadiens en réduisant la pollution marine causée par les navires.
Costs
Coûts
An important concept in the consideration of costs associated
with regulations is that of incrementality; that is, the costs that
arise from the regulations should only include costs that occur in
addition to those costs from pre-existing activities. This regulatory initiative will also place all operators on a level playing field
in terms of operational requirement costs. Given that regulations
governing pollution from ships already exist, the collective incremental costs incurred by these amendments is not expected to
be an unmanageable burden on the operators when spread across
the Canadian fleet.
Un aspect important de la prise en compte des coûts associés à
la réglementation est le facteur d’accroissement, c’est-à-dire que
les coûts découlant de la réglementation ne devraient comprendre
que les coûts qui s’ajoutent à ceux des activités existantes. Cette
initiative de réglementation placera également les exploitants sur
un pied d’égalité en matière de coûts relatifs aux besoins opérationnels. Puisqu’il existe déjà une réglementation régissant la
pollution causée par les navires, les coûts supplémentaires encourus en raison de ces modifications ne devraient pas constituer un
fardeau impossible à gérer pour les exploitants, une fois ceux-ci
répartis dans l’ensemble de la flotte canadienne.
Les coûts estimés des changements qui devront être effectués
aux navires canadiens sont ventilés pour chacune des sections de
la partie 2 du règlement proposé.
La section 1 renferme les mêmes dispositions qui existent déjà
dans le Règlement sur la prévention de la pollution par les hydrocarbures. Le règlement proposé précise qu’un navire qui n’est pas
autopropulsé muni d’un moteur à combustion interne d’une puissance totale de moins de 400 kW n’est pas tenu d’avoir un plan
d’urgence de bord contre la pollution par les hydrocarbures à
moins qu’il ne transporte 100 tonnes ou plus d’hydrocarbures en
vrac ou dans d’autres grands conteneurs. Cela signifie que certains navires sans mode de propulsion pouvant transporter temporairement des quantités relativement importantes d’hydrocarbures
ne seront plus exempts de l’exigence d’avoir un plan d’urgence
de bord contre la pollution par les hydrocarbures et, parallèlement, cela donnera un caractère officiel à la politique actuelle qui
exempte certains navires sans mode de propulsion transportant
seulement des quantités minimes d’hydrocarbures à bord d’avoir
un plan.
La section 2 renferme les mêmes dispositions essentielles qui
existent déjà dans le Règlement sur les produits chimiques dangereux et les substances liquides nocives. Le règlement proposé
présente les exigences d’un plan d’urgence pour les navires transporteurs de produits chimiques, une exigence internationale depuis
le 1er janvier 2003. Le règlement proposé permet l’utilisation d’un
plan d’urgence de bord contre la pollution par les hydrocarbures
combiné à un plan d’urgence de bord contre la pollution des mers
par les substances liquides nocives, ce qui réduira les coûts pour
les exploitants maritimes.
La section 3 ne renferme pas de nouvelles exigences et aucune
conséquence financière n’y est associée.
La section 4 s’appliquera à tous les navires équipés de toilettes.
Le respect des exigences en matière de rejets est obligatoire pour
The estimated cost for the changes to Canadian ships is broken
down for each Division of Part 2 of the proposed Regulations.
Division 1 contains the same basic provisions that already exist
in the Oil Pollution Prevention Regulations. The proposed Regulations specify that a non-self-propelled ship fitted with internal
combustion engines having a total output of less than 400 kW
does not require a shipboard oil pollution emergency plan unless
it is carrying 100 tonnes or more of oil in bulk or in other large
means of containment. This will mean that certain non-propelled
ships that may temporarily carry relatively large quantities of oil
will no longer be exempt from the requirement to have a shipboard oil pollution emergency plan and at the same time, will
formalize the current policy of exempting certain non-propelled
ships with only relatively small quantities of oil onboard from
having a plan.
Division 2 contains the same basic provisions that already exist
in the Dangerous Chemicals and Noxious Liquid Substances
Regulations. The proposed Regulations introduce the requirements for an emergency plan for chemical tankers, which has
been an international requirement since January 1, 2003. The
proposed Regulations permit the use of a combination shipboard
oil pollution plan and shipboard marine emergency plan for noxious liquid substances. This will reduce costs to marine operators.
Division 3 has no new requirements and no cost implications
associated with it.
Division 4 will apply to all ships that have a toilet on board.
Compliance with the discharge requirements is mandatory for all
1648
Canada Gazette Part I
ships; however, the installation of a toilet is optional. For those
existing ships that have installed equipment, a five-year phase-in
period is provided. Average costs range from $100 for portable
units, $600 for a bladder tank and $1,500 for holding tank systems for non-inspected ships. Estimated costs for the installation
of marine sanitation devices for inspected ships could be up to
$75,000 per ship.
Division 4 requires all Canadian ships of 400 tons gross tonnage or more and those certified to carry more than 15 persons
that engage in international voyages to have an International
Sewage Prevention Certificate issued by the Board of Steamship
Inspectors or an approved classification society. Ships will be
subject to initial and renewal surveys in order to be certified. It is
estimated that about 100 ships that make voyages to a country
that is a signatory to the Pollution Convention are currently affected by this requirement. Fees for the issuance of a certificate
are estimated to be $400 per ship.
In addition to the costs associated with the installation of sanitation equipment, consideration must be given to the costs associated with the infrastructure required for pumping stations, as well
as the cost that each station charges for its services. Some pumping stations, such as the one located in Gimli, Manitoba, provide
pumping services free of charge.
It is anticipated that approximately 6 500 ships will be impacted by these proposed Regulations. Of those, approximately
two-thirds (4 000 ships) will not require marine sanitation devices
and will be able to install holding tanks. It is estimated that of
these 4 000 ships, half already have the necessary holding tank
installed on board. For the balance, the estimated cost to install a
holding tank ranges from $5,000 to $100,000, depending on the
size and type of the ship. All ships equipped with these facilities
are required to have a Sewage Record Book. Pages for the record
book will be available free of charge from Transport Canada. It is
estimated that the completion of record book entries will take a
half-hour per year for pleasure craft and two hours per year for
commercial carriers.
Division 4 also requires that marine sanitation devices for use
on Canadian ships be type approved. This will result in additional
costs to manufacturers, but type test approval is already required
for a marine sanitation device that is used on the Great Lakes and
would be required in any case to sell equipment on the global
market.
Division 5 requires placards for commercial ships over 12 m in
length to inform the passengers and crew of restrictions. It is estimated that the placards will have a one-time cost implication of
$20 to $100 per ship. It is estimated that the cost to industry will
be less than $250,000.
Every ship over 400 tons, or a ship carrying more than 15 passengers, is required to have a Garbage Management Plan and
Garbage Record Book. The development of the plan has a onetime cost implication of two person-hours per ship. Ongoing maintenance of the Garbage Record Book is estimated at two to ten
person-hours per year. This is dependent on the number of calls to
port the ship makes in a year.
These requirements reflect the Pollution Convention provisions
that have been in force since 1998 and therefore Canadian ships
that voyage to a country that is a signatory to the Pollution Convention would already be required to comply with these requirements.
Division 6 requires all Canadian ships of 400 tons gross tonnage or more to have an Air Pollution Prevention Certificate
June 17, 2006
tous les navires. Cependant, l’installation de toilettes est facultative. Dans le cas des navires dont l’équipement est installé, une
période quinquennale de mise en œuvre progressive est prévue.
Les coûts moyens varient de 100 $ pour les unités portatives à
600 $ pour un réservoir souple, jusqu’à 1 500 $ pour un système
de citernes de retenue pour les navires non inspectés. Les coûts
estimatifs pour l’installation d’appareils d’épuration marine pour
les navires inspectés pourraient atteindre 75 000 $ par navire.
La section 4 oblige tout navire canadien de jauge brute de
400 tonneaux ou plus et tout navire autorisé à transporter plus de
15 personnes qui effectue des voyages internationaux à détenir un
certificat international de prévention de la pollution par les eaux
usées émis par le bureau d’inspecteurs des bateaux à vapeur ou
une société de classification agréée. Les navires feront l’objet
d’inspections initiales et subséquentes pour la délivrance du certificat. On estime qu’environ 100 navires qui voyagent dans un
pays signataire de la convention sur la pollution des mers sont présentement touchés par cette exigence. Les droits liés à l’émission
d’un certificat sont évalués à 400 $ par navire.
En plus des coûts associés à l’installation de l’équipement sanitaire, il faut tenir compte des coûts associés à l’infrastructure nécessaire pour les postes de pompage ainsi que les coûts que chaque poste exige pour ses services. Certains postes de pompage, tel
celui situé à Gimli, au Manitoba, offrent gratuitement des services
de pompage.
On prévoit qu’environ 6 500 navires seront touchés par le règlement proposé. L’installation d’appareils sanitaires complets ne sera
pas obligatoire pour environ les deux tiers d’entre eux (4 000 navires) et ces derniers pourront installer des citernes de retenue. On
estime que sur ces 4 000 navires, la moitié sont déjà équipés de
citernes de retenue. Pour les autres, les coûts estimatifs de l’installation de ces citernes varient de 5 000 $ à 100 000 $, selon les
dimensions et le type du navire. Tous les navires équipés de ces
appareils doivent conserver un registre des eaux usées. Les pages
pour le registre seront fournies sans frais par Transports Canada.
On estime que la saisie de données dans le registre prendra
30 minutes par année dans le cas des embarcations de plaisance
et 2 heures par année dans le cas des transporteurs commerciaux.
La section 4 exige également que les appareils d’épuration marine sur les navires canadiens fassent l’objet d’une homologation
de type. Cela occasionnera des déboursés supplémentaires pour
les fabricants, mais l’homologation de type est déjà requise pour
les appareils d’épuration marine utilisés à bord des navires exploités sur les Grands Lacs et sera nécessaire en tout temps pour vendre de l’équipement sur le marché mondial.
La section 5 exige que des affiches soient placées sur les navires commerciaux d’une longueur de plus de 12 m pour informer
les passagers et l’équipage des restrictions. On estime que les
affiches entraîneront un coût ponctuel de 20 $ à 100 $ par navire et
que le coût total pour l’industrie sera de moins de 250 000 $.
Chaque navire de plus de 400 tonneaux ou transportant plus de
15 passagers doit conserver un plan de gestion des ordures et un
registre des ordures. L’établissement d’un plan suppose un déboursé ponctuel équivalent à deux heures-personne par navire. La
tenue permanente du registre des ordures devrait prendre de deux
à dix heures-personne par année. Ce chiffre dépend du nombre
d’escales effectuées par le navire chaque année.
Ces exigences s’harmonisent aux règlements internationaux de
la Convention sur la pollution des mers qui sont en vigueur depuis
1998. Par conséquent, les navires canadiens qui voyagent dans un
pays signataire à la Convention sur la pollution des mers devraient déjà s’y être conformés.
La section 6 exige que tous les navires canadiens d’une jauge
brute de 400 tonneaux ou plus détiennent un certificat international
Le 17 juin 2006
issued by the Transport Canada Marine Safety or an approved
classification society. Ships will be subject to initial, annual,
intermediate and renewal surveys in order to be certified. It is estimated that 100 ships that make voyages to a country that is a
signatory to the Pollution Convention are currently affected by
the proposed Regulations. Fees for the issuance of a certificate are
estimated to be $400 per ship. Since Annex VI is in force, the
approximately 100 Canadian ships that travel internationally require certification in any case in order to voyage to a country that
is already party to Annex VI.
Ships with new engines of 130 kW or greater will be required
to keep records in accordance with the NOx Technical Code. It is
estimated that keeping these records will consume approximately
two person-days per year per ship. Division 6 also requires that
new diesel engines over 130 kW and new incinerators for use on
Canadian ships be type approved. This will result in additional
costs to engine and incinerator manufacturers, but type test approval would be required in any case to sell equipment on the
global market.
The cost to comply with the anti-fouling systems provisions of
Division 7 is marginal for the domestic fleet. Health Canada
banned the sale of organotin based anti-fouling systems in 2002.
Ships longer than 24 m or less than 400 tons engaged on international voyages are required to have an Anti-Fouling Systems
Declaration on board. Ships greater than 400 tons engaged on
international voyages are required to have an International AntiFouling Systems Certificate.
Gazette du Canada Partie I
1649
de prévention de la pollution de l’atmosphère émis par la Sécurité maritime de Transports Canada ou par une société de
classification approuvée. Les navires feront l’objet d’inspections
initiales, annuelles, intermédiaires et de renouvellement afin de
recevoir leur certificat. On estime qu’environ 100 navires qui
voyagent dans un pays signataire à la Convention sur la pollution
des mers sont présentement touchées par le règlement proposé.
Les frais d’obtention d’un certificat sont estimés à 400 $ par navire. Cependant, depuis l’entrée en vigueur de l’Annexe VI, la
centaine de navires canadiens qui effectuent des voyages internationaux doivent détenir en tout temps un certificat pour tout
voyage dans un pays faisant déjà partie de l’Annexe VI.
Les navires équipés de nouveaux moteurs de 130 kW ou plus
devront conserver des registres conformément au Code technique
sur les oxydes d’azote. On estime que la tenue de ces registres
prendra environ deux journées-personne par année par navire. La
section 6 exige également que les nouveaux moteurs diesels de
plus de 130 kW et les nouveaux incinérateurs sur les navires canadiens fassent l’objet d’une homologation de type. Cela occasionnera des frais supplémentaires pour les fabricants de moteurs
et d’incinérateurs, mais l’homologation de type sera requise en
tout temps pour vendre de l’équipement sur le marché mondial.
Les coûts associés à la section 7 relative aux systèmes antisalissure seront marginaux pour la flotte des navires canadiens. En
2002, Santé Canada a interdit la vente de systèmes antisalissure à
base d’organo-étain. Les navires d’une longueur de plus de 24 m ou
de moins de 400 tonneaux qui effectuent des voyages internationaux devront conserver à bord une déclaration relative au système
antisalissure. Les navires de plus de 400 tonneaux effectuant des
voyages internationaux doivent détenir un certificat international
du système antisalissure.
Summary of benefits and costs
Résumé des avantages et des coûts
Based on the existing regulatory regime, approximately 95% of
ships engaged on international voyages are currently operating
within the proposed requirements. The domestic fleet will require
upgrades to their existing systems to be fully compliant. The costs
to upgrade these components will generate an increasingly positive impact that will not be fully realized until all the provisions
are phased-in. The financial impact will be more noticeable for
those operators that have not previously upgraded their pollution
systems, but it will provide immeasurable benefits to the marine
environment. The overall cost to clean up an environmental pollution accident or the cumulative effects of ongoing discharges can
vary widely depending on the variables associated with each case.
However, it can be stated with certainty that the dollar costs associated with the harm caused by ongoing discharges or with an
individual marine environmental clean up can, and regularly does,
far exceed the aggregate costs associated with the changes to the
equipment, procedural and record-keeping requirements included
in the proposed Regulations.
Selon le régime de réglementation actuel, approximativement
95 % des navires qui effectuent des voyages internationaux sont
présentement exploités selon les exigences proposées. Les systèmes existants de la flotte nationale nécessiteront des mises à niveau pour être pleinement conformes. Le coût de mise à niveau
de ces composantes aura une incidence de plus en plus positive
qui ne sera entièrement réalisée que lorsque toutes les dispositions
seront en vigueur. L’incidence financière sera plus perceptible
pour les exploitants qui n’ont pas déjà mis à niveau leurs systèmes antipollution, mais les avantages seront inestimables pour le
milieu marin. Le coût global des opérations de nettoyage à la
suite d’un accident environnemental ou les effets cumulatifs des
rejets actuels peuvent varier considérablement selon les variables
associées à chaque cas. Cependant, il peut être établi avec certitude que les coûts associés aux dommages causés par les rejets
actuels ou aux mesures de dépollution s’appliquant à un unique
incident survenant dans le milieu maritime peuvent excéder de
beaucoup, et cela arrive fréquemment, l’ensemble des coûts associés aux changements apportés à l’équipement et aux exigences
en matière de modalités d’application et de la tenue de registres
prévus dans le règlement proposé.
Consultation
Consultations
Consultations for the development of the proposed Regulations
have been conducted through the mail, public meetings of the
Canadian Marine Advisory Council (CMAC), outreach meetings
and the CMAC Web site.
Between the fall of 2003 and the summer of 2004, extensive
consultations were held in all regions of Canada to provide stakeholders of the marine industry and other interested parties the
opportunity to review and discuss the regulatory structure of the
proposed Regulations. Specific meetings were held during the
Des consultations pour l’élaboration du règlement proposé ont
été réalisées au moyen du courrier, de réunions publiques du
Conseil consultatif maritime canadien (CCMC), de réunions d’information et du site Web du CCMC.
De l’automne 2003 à l’été 2004, des consultations ont été menées dans toutes les régions du Canada afin de donner l’occasion
aux intervenants de l’industrie maritime et aux personnes intéressées de commenter le cadre du règlement proposé et de formuler
leurs observations. Des rencontres particulières ont eu lieu lors
1650
Canada Gazette Part I
June 17, 2006
regional CMAC meetings and the National CMAC meetings,
which are held twice each year. Regional meeting locations included Vancouver, Hay River, Iqualuit, Burlington, Montréal,
Québec, Moncton, and St. John’s. The national CMAC meetings
were held in Ottawa. Outreach meetings were held in Gimli, Vancouver and Burlington during the summer of 2005 to address
specific submissions relating to the sewage provisions found in
Part 2, Division 4. Progress updates have been provided during all
CMAC meetings since the summer of 2004. These options were
discussed with stakeholders and received the full support of
stakeholders during consultations at the national and regional
CMAC meetings between fall 2003 and summer 2004.
des réunions régionales et des réunions nationales du CCMC,
lesquelles se tiennent deux fois par année. Des réunions régionales ont été tenues à Vancouver, à Hay River, à Iqualuit, à Burlington, à Montréal, à Québec, à Moncton et à St. John’s. Les
réunions nationales du CCMC ont été tenues à Ottawa. Des
réunions d’information ont été tenues à Gimli, à Vancouver et à
Burlington au cours de l’été 2005 afin de discuter de propositions
spécifiques relatives aux dispositions des eaux usées que l’on
trouve à la section 4 de la partie 2. Des comptes rendus à jour sur
le progrès réalisé ont été présentés lors des réunions du CCMC
depuis l’été 2004. Ces options ont été discutées avec les intervenants
et ont reçu l’approbation de ceux-ci lors des consultations régionales et nationales des réunions du CCMC tenues entre l’automne
2003 et l’été 2004.
Environmental considerations
Considérations environnementales
A preliminary scan for environmental impacts has been undertaken in accordance with the criteria of Transport Canada’s Strategic Environmental Assessment Policy Statement – March 2001.
The preliminary scan has led to the conclusion that a detailed
analysis is not necessary. Further assessments or studies regarding
environmental effects of this initiative are not likely to yield a
different determination.
Une analyse préliminaire des incidences sur l’environnement a
été effectuée conformément aux critères de la Déclaration de
principes de Transports Canada sur les évaluations environnementales stratégiques — mars 2001. L’analyse préliminaire a
révélé qu’il n’était pas nécessaire de procéder à une analyse plus
approfondie. Il est peu probable que des évaluations ou des études
complémentaires des répercussions environnementales de cette
initiative donnent lieu à des décisions différentes.
Compliance and enforcement
Respect et exécution
The proposed Regulations will not impact the overall compliance and enforcement mechanisms for the prevention of pollution
from ships. The proposed Regulations will not require significant
additional monitoring to ensure compliance, as Marine Safety
inspectors will enforce the proposed Regulations during normal
inspections, under Part V and Part XV of the CSA. In addition,
the proposed Regulations do not affect existing compliance and
enforcement mechanisms under the provisions of the CSA enforced by Transport Canada Marine Safety inspectors. Subsection 664(1) of the CSA addresses penalties for contravention of
the proposed Regulations and includes fines of up to $1,000,000 or
to imprisonment for up to three years, or to both. As Annexes IV,
V and VI of the Pollution Convention are already in force internationally, by implementing their provisions under the CSA, Marine Safety inspectors will be provided with additional authority to
detain or require repairs on ships that are not Canadian ships and
that do not meet the requirements of these Annexes when calling
at Canadian ports.
Le règlement proposé n’a aucune incidence sur les mécanismes
de respect et d’exécution établis pour la prévention sur la pollution des mers. Le règlement proposé ne nécessitera pas de
contrôle supplémentaire important afin d’assurer la conformité
puisque les inspecteurs de la Sécurité maritime l’appliqueront lors
des inspections régulières, en vertu de la partie V et de la partie XV de la LMMC. De plus, le règlement proposé ne modifie
pas les mécanismes d’application actuels en vertu des dispositions
de la LMMC qui sont appliquées par les inspecteurs de la Sécurité
maritime de Transports Canada. Le paragraphe 664(1) de la
LMMC traite des sanctions maximales prévues pour les infractions au règlement proposé et inclut les sanctions pouvant aller
jusqu’à un million de dollars ou des peines d’emprisonnement
maximales de trois ans ou les deux. Comme les Annexes IV, V
et VI de la Convention sur la pollution des mers sont déjà en vigueur à l’échelle internationale, leur mise en application en vertu
des dispositions de la LMMC donne aux inspecteurs de la Sécurité maritime le pouvoir de détenir ou d’exiger la réparation des
navires qui ne sont pas canadiens au moment où ils font escale
dans les ports canadiens et qui ne sont pas conformes aux exigences réglementaires.
Contact
Personne-ressource
Tom Morris, Manager, Environmental Protection, AMSEE,
Transport Canada, Marine Safety, Place de Ville, Tower C,
10th Floor, 330 Sparks Street, Ottawa, Ontario K1A 0N8, (613)
991-3170 (telephone), (613) 993-8196 (fax), [email protected]
(email).
Tom Morris, Gestionnaire, Protection de l’environnement,
AMSEE, Transports Canada, Sécurité maritime, Place de
Ville, Tour C, 10e étage, 330, rue Sparks, Ottawa (Ontario) K1A
0N8, (613) 991-3170 (téléphone), (613) 993-8196 (télécopieur),
[email protected] (courriel).
PROPOSED REGULATORY TEXT
PROJET DE RÉGLEMENTATION
Notice is hereby given, pursuant to subsection 659(1)a of the
Canada Shipping Act, that the Governor in Council, pursuant to
Avis est donné, conformément au paragraphe 659(1)a de la Loi
sur la marine marchande du Canada, que la gouverneure en
———
———
a
a
R.S., c. 6 (3rd Supp.), s. 84
L.R., ch. 6 (3e suppl.), art. 84
Le 17 juin 2006
Gazette du Canada Partie I
subsection 338(1)b and sections 339.1c, 656d, 657e and 658a of
that Act, proposes to make the annexed Regulations for the Prevention of Pollution from Ships and for Dangerous Chemicals.
Ship owners, masters, seamen and other interested persons may
make representations with respect to the proposed Regulations to
the Minister of Transport, Infrastructure and Communities within
90 days after the date of publication of this notice. All such representations must be in writing and must cite the Canada Gazette,
Part I, and the date of publication of this notice, and be sent to
Tom Morris, Manager, Environmental Protection, Marine Safety
Directorate, Department of Transport, Place de Ville, Tower C,
330 Sparks Street, Ottawa, Ontario K1A 0N8 (tel.: (613) 9913170; fax: (613) 993-8196; e-mail: [email protected]).
Ottawa, June 8, 2006
DIANE LABELLE
Acting Assistant Clerk of the Privy Council
1651
conseil, en vertu du paragraphe 338(1)b et des articles 339.1c,
656d, 657e et 658a de cette loi, se propose de prendre le Règlement
sur la prévention de la pollution par les navires et sur les produits chimiques dangereux, ci-après.
Les propriétaires de navire, capitaines, marins et autres personnes intéressées peuvent présenter par écrit au ministre des Transports, de l’Infrastructure et des Collectivités leurs observations au
sujet du projet de règlement dans les quatre-vingt-dix jours suivant la date de publication du présent avis. Ils sont priés d’y citer
la Gazette du Canada Partie I, ainsi que la date de publication, et
d’envoyer le tout à Tom Morris, gestionnaire, Protection de
l’environnement, Direction générale de la sécurité maritime, ministère des Transports, Place de Ville, Tour C, 330, rue Sparks,
Ottawa (Ontario) K1A 0N8 (tél. : (613) 991-3170; téléc. : (613)
993-8196; courriel : [email protected]).
Ottawa, le 8 juin 2006
La greffière adjointe intérimaire du Conseil privé,
DIANE LABELLE
REGULATIONS FOR THE PREVENTION OF
POLLUTION FROM SHIPS AND FOR
DANGEROUS CHEMICALS
RÈGLEMENT SUR LA PRÉVENTION DE LA
POLLUTION PAR LES NAVIRES ET SUR LES
PRODUITS CHIMIQUES DANGEREUX
PART 1
PARTIE 1
GENERAL PROVISIONS
DISPOSITIONS GÉNÉRALES
DIVISION 1
SECTION 1
GENERAL
GÉNÉRALITÉS
Subdivision 1
Sous-section 1
Interpretation
Définitions et interprétation
Interpretation
Définitions et interprétation
1. (1) The following definitions apply in these Regulations.
“Act” means the Canada Shipping Act. (Loi)
“Anti-Fouling Systems Convention” means the International
Convention on the Control of Harmful Anti-Fouling Systems
on Ships, 2001. (Convention sur le contrôle des systèmes
antisalissure)
“anti-fouling system” means a coating, paint, surface treatment,
surface or device that is used on a ship to control or prevent the
attachment of unwanted organisms. (système antisalissure)
“approved classification society” means the American Bureau of
Shipping, Bureau Veritas (Canada), Det Norske Veritas, Germanischer Lloyd or Lloyd’s Register of Shipping. (société de
classification agréée)
“a similar stage of construction” means the stage at which
(a) construction identifiable with a specific ship begins; and
(b) assembly of that ship has commenced comprising at least
50 tonnes or one per cent of the estimated mass of all structural material, whichever is less. (dont la construction se
trouve à un stade équivalent)
“BCH Code” means the Code for the Construction and Equipment of Ships Carrying Dangerous Chemicals in Bulk, 1971,
adopted and published by the IMO. (Recueil BCH)
1. (1) Les définitions qui suivent s’appliquent au présent
règlement.
« à partir de la terre la plus proche » Vers le large, à partir de la
ligne de base qui sert à déterminer la mer territoriale du Canada
conformément au droit international. (from the nearest land)
« appareil d’épuration marine » Tout équipement installé à bord
d’un navire et conçu pour recevoir et traiter les eaux usées.
(marine sanitation device)
« ballast séparé » L’eau de ballast introduite dans une citerne
complètement isolée des circuits de la cargaison d’hydrocarbures et du combustible liquide et réservée en permanence au
transport de ballast, ou au transport de ballast ou de cargaisons
autres que des polluants. (segregated ballast)
« bassin des Grands Lacs » Les eaux des Grands Lacs, leurs eaux
tributaires et communicantes et les eaux du fleuve SaintLaurent jusqu’à la sortie inférieure de l’écluse de SaintLambert à Montréal, dans la province de Québec. (Great Lakes
Basin)
« boues d’hydrocarbures » Boues provenant des séparateurs de
combustible ou d’huile de graissage, huiles de graissage usées
provenant des machines principales ou auxiliaires, ou huiles de
vidange provenant des séparateurs d’eau de cale, du matériel de
filtrage des hydrocarbures ou de gattes. (sludge oil)
———
a
R.S., c. 6 (3rd Supp.), s. 84
b
S.C. 1998, c. 16, s. 8
c
S.C. 1994, c. 41, par. 37(1)(y)
d
S.C. 1999, c. 33, s. 345
e
S.C. 1993, c. 36, s. 5
———
a
L.R., ch. 6 (3e suppl.), art. 84
b
L.C. 1998, ch. 16, art. 8
c
L.C. 1994, ch. 41, al. 37(1)y)
d
L.C. 1999, ch. 33, art. 345
e
L.C. 1993, ch. 36, art. 5
1652
Canada Gazette Part I
“black smoke” means smoke that appears black or approximately
black. (fumée noire)
“cargo residues” means the remnants of any cargo material on
board a ship that cannot be placed in proper cargo holds (loading excess and spillage) or that remain in cargo holds or elsewhere after unloading procedures are completed (unloading residual and spillage) and includes cargo sweepings. (résidus de
cargaison)
“Certificate of Fitness” means a certificate of fitness in accordance with the applicable provisions of the IBC Code or the
BCH Code. (certificat d’aptitude au transport)
“chemical tanker” is a ship constructed or adapted and used for
the carriage in bulk of any liquid product listed in Chapter 17
of the IBC Code. (navire-citerne pour produits chimiques)
“crude oil” means any liquid hydrocarbon mixture occurring naturally in the earth whether or not treated to render it suitable
for transportation and includes
(a) crude oil from which certain distillate fractions may have
been removed; and
(b) crude oil to which certain distillate fractions may have
been added. (pétrole brut)
“crude oil tanker” means an oil tanker engaged in the trade of
carrying crude oil. (transporteur de pétrole brut)
“dangerous chemical” means any substance listed in Chapter 17 of
the IBC Code. (produit chimique dangereux)
“deadweight” means the difference in tonnes between the displacement of a ship in water of a specific gravity of 1.025 at
the load waterline corresponding to the assigned summer freeboard and the lightweight of the ship. (port en lourd)
“emission” means any release of a substance that is subject to
control by Annex VI to the Pollution Convention from ships
into the atmosphere or sea. (émission)
“en route” means, in respect of a ship, being underway at sea on a
course that, so far as practicable for navigational purposes, will
cause any discharge to be spread over as great an area of the
sea as is reasonably practicable. (fait route)
“fishing zone” has the same meaning as a fishing zone of Canada
described in the Fishing Zones of Canada (Zones 1, 2 and 3) Order, Fishing Zones of Canada (Zones 4 and 5) Order and Fishing Zones of Canada (Zone 6) Order made under the Oceans
Act. (zone de pêche)
“from the nearest land” means seaward from the baseline from
which the territorial sea of Canada is established in accordance
with international law. (à partir de la terre la plus proche)
“garbage” means all kinds of victual, domestic and operational
waste that are generated during the normal operation of a ship
and are liable to be disposed of continuously or periodically,
excluding fresh fish and any of their parts. This definition includes plastics, dunnage, lining and packing materials, food
wastes and refuse such as paper products, rags, glass, metal,
bottles, crockery, incinerator ash and cargo residues other than
a cargo residue that is a pollutant referred to in paragraphs 4(a)
to (c). (ordures)
“gas carrier” has the same meaning as in regulation 3.20 of chapter II-1 of the Safety Convention. (transporteur de gaz)
“Great Lakes Basin” means the waters of the Great Lakes, their
connecting and tributary waters and the St. Lawrence River as
far as the lower exit of the St. Lambert Lock at Montréal in the
Province of Quebec. (bassin des Grands Lacs)
“high viscosity substance” means, in the case of a Category B
noxious liquid substance, a substance that has a viscosity equal
to or greater than 25 mPa at the unloading temperature or, in the
June 17, 2006
« carte des fumées » Carte des fumées décrite à l’article 163.
(smoke chart)
« certificat d’aptitude au transport » Certificat d’aptitude au transport conforme aux dispositions applicables du Recueil IBC ou
du Recueil BCH. (Certificate of Fitness)
« chlore résiduel » Le chlore libre dont la quantité restante est
déterminée par une épreuve effectuée selon la méthode de dosage ampérométrique décrite à l’article 4500-CI D des Standard Methods. (residual chlorine content)
« chlore résiduel total » La quantité totale de chlore déterminée
selon la méthode de dosage ampérométrique décrite dans le
Standard Methods. (total residual chlorine)
« Code technique sur les NOx » Le Code technique sur le contrôle
des émissions d’oxydes d’azote provenant des moteurs diesel
marins, adopté et publié par l’OMI. (NOx Technical Code)
« Convention sur le contrôle des systèmes antisalissure » La
Convention internationale de 2001 sur le contrôle des systèmes
antisalissure nuisibles sur les navires. (Anti-Fouling Systems
Convention)
« dont la construction se trouve à un stade équivalent » Le stade
auquel :
a) d’une part, une construction identifiable à un navire particulier commence;
b) d’autre part, le montage du navire considéré a commencé,
employant au moins 50 tonnes ou un pour cent de la masse
estimée de tous les matériaux de structure, si cette dernière
valeur est inférieure. (a similar stage of construction)
« eaux de compétence canadienne »
a) Les eaux canadiennes;
b) la zone économique exclusive du Canada. (waters under
Canadian jurisdiction)
« eaux de la section I » Les zones de pêche 1, 2 ou 3 ou toute
partie des eaux intérieures du Canada qui ne se trouve pas dans
une zone de contrôle de la sécurité de la navigation. (Section I
waters)
« eaux de la section II » Toute partie de la mer territoriale ou de
l’une des zones de pêche 4, 5 ou 6 qui ne se trouve pas dans
une zone de contrôle de la sécurité de la navigation. (Section II
waters)
« eaux intérieures » Les eaux intérieures du Canada au sens de
l’article 6 de la Loi sur les océans. (internal waters)
« eaux usées » Selon le cas :
a) les eaux et les autres déchets provenant des toilettes et des
autres récipients destinés à recevoir ou à contenir les déchets
humains;
b) les eaux provenant des lavabos, baquets et conduits de vidange situés dans les locaux réservés aux soins médicaux,
comme l’infirmerie et la salle de soins;
c) les eaux provenant des espaces utilisés pour le transport
des animaux vivants;
d) les eaux résiduaires ou les déchets lorsqu’ils sont mélangés aux eaux visées aux alinéas a), b) ou c). (sewage)
« émission » Toute libération, dans l’atmosphère ou dans la mer,
par les navires de substances soumises à un contrôle en vertu
de l’Annexe VI de la Convention sur la pollution des mers.
(emission)
« fait route » À l’égard d’un navire, qui se déplace en mer en suivant un cap qui fera en sorte que, dans les limites imposées
dans la pratique par les impératifs de navigation, tout rejet effectué le sera dans une zone de la mer aussi étendue que possible. (en route)
Le 17 juin 2006
case of a Category C noxious liquid substance, a substance that
has a viscosity equal to or greater than 60 mPa at the unloading
temperature. (substance à viscosité élevée)
“IBC Code” means the International Code for the Construction
and Equipment of Ships Carrying Dangerous Chemicals in
Bulk, adopted and published by the IMO. (Recueil IBC)
“IMO” means the International Maritime Organization. (OMI)
“internal waters” has the same meaning as “internal waters of
Canada” in section 6 of the Oceans Act. (eaux intérieures)
“lightweight” means the displacement of a ship in tonnes without
cargo, fuel, lubricating oil, ballast water, fresh water and feed
water in tanks, consumable stores, or passengers and crew and
their effects. (poids lège)
“liquid substance” means a substance that has a vapour pressure
not exceeding 274.6 kPa absolute at a temperature of 37.8°C.
(substance liquide)
“loading facility” means any shore or sea installation that is used
for the loading of oil or an oily mixture or a noxious liquid substance or a dangerous chemical onto a ship. (installation de
chargement)
“machinery spaces” has the same meaning as in section 2 of the
Marine Machinery Regulations. (tranche des machines)
“major conversion” means
(a) in the case of a ship referred to in Divisions 1 and 2, a
conversion of a ship
(i) that substantially alters the dimensions or carrying capacity of the ship,
(ii) that changes the type of the ship,
(iii) the intent of which is to substantially prolong the life
of the ship, or
(iv) that alters the ship such that it becomes subject to
provisions of these Regulations that would not be applicable to it otherwise; and
(b) in the case of a diesel engine referred to in Division 6, a
modification of an engine where
(i) the engine is replaced by a new engine built on or after
January 1, 2000,
(ii) any substantial modification, as defined in the NOx
Technical Code, is made to the engine, or
(iii) the maximum continuous rating of the engine is
increased by more than 10 per cent. (transformation
importante)
“marine sanitation device” means any equipment installed on
board a ship designed to receive and treat sewage. (appareil
d’épuration marine)
“Minister” means the Minister of Transport. (ministre)
“NLS ship” means a ship that carries a noxious liquid substance
in bulk and includes an NLS tanker. (navire pour SLN)
“NLS tanker” means a chemical tanker as defined in Annex II to
the Pollution Convention. (navire-citerne pour SLN)
“NOx Technical Code” means the Technical Code on Control of
Emission of Nitrogen Oxides from Marine Diesel Engines,
adopted and published by the IMO. (Code technique sur les
NOx)
“noxious liquid substance” or “NLS” means a substance, alone or
in a mixture with other substances, that is carried in bulk and
listed and categorized as Category A, B, C or D in the Pollution
Category column of Chapter 17 or 18 of the IBC Code or provisionally assessed under Regulation 3(4) of Annex II to the
Pollution Convention as falling into Category A, B, C or D.
(substance liquide nocive ou SLN)
“oily mixture” means a mixture with any oil content. (mélange
d’hydrocarbures)
Gazette du Canada Partie I
1653
« fumée » Toute matière solide, liquide ou gazeuse ou une combinaison de ces matières qui résulte de la combustion du combustible. La présente définition comprend la suie, les cendres et
les poussières. (smoke)
« fumée noire » Fumée qui paraît noire ou presque noire. (black
smoke)
« incinération à bord » L’incinération de déchets ou d’autres matières à bord d’un navire si ces déchets ou ces autres matières
proviennent de l’exploitation normale du navire. (shipboard
incineration)
« incinérateur de bord » Installation de bord conçue essentiellement pour l’incinération à bord. (shipboard incinerator)
« installation de chargement » Installation à terre ou en mer utilisée pour le chargement d’hydrocarbures, d’un mélange d’hydrocarbures, de produits chimiques dangereux ou de substances liquides nocives à bord d’un navire. (loading facility)
« installation de déchargement » Installation à terre ou en mer
utilisée pour le déchargement d’hydrocarbures, d’un mélange
d’hydrocarbures, de produits chimiques dangereux ou de substances liquides nocives d’un navire. (unloading facility)
« installation de réception » Installation permettant de recevoir,
d’emmagasiner, de traiter ou de transborder, de manière sécuritaire pour l’environnement, les résidus et les déchets provenant
des navires assujettis au présent règlement. (reception facility)
« Loi » La Loi sur la marine marchande du Canada. (Act)
« matières solides en suspension » Les matières solides en suspension totales qui sont présentes dans un liquide ou à sa surface, lesquelles sont déterminées par une épreuve effectuée selon la méthode décrite à l’article 2540D des Standard Methods.
(suspended solids)
« mélange d’hydrocarbures » Tout mélange contenant des hydrocarbures. (oily mixture)
« ministre » Le ministre des Transports. (minister)
« navire construit » Navire dont la quille est posée ou dont la
construction se trouve à un stade équivalent. (ship constructed)
« navire pour SLN » Navire qui transporte en vrac des substances
liquides nocives. La présente définition comprend les naviresciternes pour SLN. (NLS ship)
« navire-citerne pour produits chimiques » Navire construit ou
adapté et utilisé pour le transport en vrac des produits liquides
énumérés au chapitre 17 du Recueil IBC. (chemical tanker)
« navire-citerne pour SLN » Navire-citerne pour produits chimiques au sens de l’Annexe II de la Convention sur la pollution
des mers. (NLS tanker)
« normes relatives aux méthodes et dispositifs » Les Normes relatives aux méthodes et dispositifs de rejet de substances liquides
nocives élaborées par l’OMI visées à la règle 5 de l’Annexe II
de la Convention sur la pollution des mers. (Procedures and
Arrangements Standards)
« OMI » L’organisation maritime internationale. (IMO)
« opération de transbordement » S’entend :
a) soit du chargement d’hydrocarbures, d’un mélange d’hydrocarbures, de produits chimiques dangereux ou de substances liquides nocives à bord d’un navire à partir d’une installation de chargement ou d’un autre navire;
b) soit du déchargement d’hydrocarbures, d’un mélange d’hydrocarbures, de produits chimiques dangereux ou de substances liquides nocives d’un navire à une installation de déchargement ou à un autre navire. (transfer operation)
« ordures » Toutes sortes de rebuts, de déchets domestiques et de
déchets d’exploitation lesquels proviennent de l’exploitation
normale d’un navire et dont il peut être nécessaire de se débarrasser de façon continue ou périodique à l’exception du poisson
frais entier ou non. La présente définition comprend les matières
1654
Canada Gazette Part I
“ozone-depleting substance” means a controlled substance defined in paragraph 4 of article 1 of the Montreal Protocol on
Substances that Deplete the Ozone Layer, 1987, adopted and
published by the United Nations, listed in Annexes A, B, C or E
to the said Protocol. (substance qui appauvrit la couche d’ozone)
“ppm” means parts per million, by volume. (ppm)
“Procedures and Arrangements Standards” means the standards
for procedures and arrangements for the discharge of noxious
liquid substances developed by the IMO that are referred to in
Regulation 5 of Annex II to the Pollution Convention. (normes
relatives aux méthodes et dispositifs)
“product carrier” means an oil tanker engaged in the trade of
carrying oil other than crude oil. (transporteur de produits)
“reception facility” means a facility that is capable of receiving,
storing, processing or transhipping, in an environmentally safe
manner, shipboard-generated residues and wastes that are controlled under these Regulations. (installation de réception)
“residual chlorine content” means the quantity of free available
chlorine when tested in accordance with the amperometric titration method described in section 4500-C1 D of the Standard
Methods. (chlore résiduel)
“Resolution A.444(XI)” means the IMO recommendation entitled
Recommendation Concerning the Installation of Oily-Water
Separating Equipment Under the International Convention for
the Prevention of Pollution from Ships, 1973, as Modified by
the Protocol of 1978 Relating Thereto, adopted November 15,
1979. (résolution A.444(XI))
“Resolution A.744(18)” means the IMO recommendation entitled
Guidelines on the Enhanced Programme of Inspections During
Surveys of Bulk Carriers and Oil Tankers, adopted November 4, 1993. (résolution A.744(18))
“Resolution MEPC.107(49)” means the IMO recommendation
entitled Revised Guidelines and Specifications for Pollution
Prevention Equipment for Machinery Space Bilges of Ships,
adopted July 18, 2003. (résolution MEPC.107(49))
“Section I waters” means fishing zone 1, 2 or 3 or any portion of
the internal waters of Canada that is not within a shipping
safety control zone. (eaux de la section I)
“Section II waters” means any portion of the territorial sea or of
fishing zone 4, 5 or 6 that is not within a shipping safety control zone. (eaux de la section II)
“segregated ballast” means ballast water that is introduced into a
tank that is completely separated from the cargo and oil fuel
system and permanently allocated to the carriage of ballast or
to the carriage of ballast or cargoes other than pollutants. (ballast séparé)
“sewage” means
(a) drainage and other wastes from toilets and other receptacles intended to receive or retain human body wastes;
(b) drainage from medical premises such as a dispensary or a
sick bay via wash basins, wash tubs and scuppers located in
such premises;
(c) drainage from spaces containing living animals; or
(d) other drainage or wastes when mixed with the drainage
or other wastes referred to in paragraph (a), (b) or (c). (eaux
usées)
“ship constructed” means a ship the keel of which is laid or that is
at a similar stage of construction. (navire construit)
“shipboard incineration” means the incineration of wastes or
other matter on board a ship, if the wastes or other matter were
generated during the normal operation of the ship. (incinération
à bord)
“shipboard incinerator” means a shipboard facility designed for
the primary purpose of shipboard incineration. (incinérateur de
bord)
June 17, 2006
plastiques, le fardage, les matériaux de revêtement et d’emballage, les déchets alimentaires et les rebuts comme les produits en papier, les chiffons, les objets en verre, les objets métalliques, les bouteilles, les ustensiles de cuisine, les cendres
provenant d’incinérateurs et les résidus de cargaison autres que
ceux qui sont des polluants visés aux alinéas 4a) à c). (garbage)
« pétrole brut » Tout mélange liquide d’hydrocarbures se trouvant
à l’état naturel dans la terre, qu’il soit ou non traité en vue de
son transport. La présente définition comprend :
a) le pétrole brut dont certaines fractions distillées ont pu
être extraites;
b) le pétrole brut auquel certaines fractions distillées ont pu
être ajoutées. (crude oil)
« ppm » Parties par million, en volume. (ppm)
« poids lège » Le déplacement d’un navire en tonnes métriques à
l’exclusion de la cargaison, du combustible liquide, de l’huile
de graissage, de l’eau de ballast, de l’eau douce et de l’eau
d’alimentation des chaudières dans les citernes, des provisions
de bord, ainsi que des passagers, de l’équipage et de leurs effets. (lightweight)
« port en lourd » La différence, exprimée en tonnes métriques,
entre le déplacement d’un navire dans une eau de densité égale
à 1,025 à la flottaison en charge correspondant au franc-bord
d’été assigné et son poids lège. (deadweight)
« produit chimique dangereux » Toute substance énumérée au
chapitre 17 du Recueil IBC. (dangerous chemical)
« Recueil BCH » Le Recueil de règles relatives à la construction
et à l’équipement des navires transportant des produits chimiques dangereux en vrac, 1971, adopté et publié par l’OMI.
(BCH Code)
« Recueil IBC » Le Recueil international de règles relatives à la
construction et à l’équipement des navires transportant des
produits chimiques dangereux en vrac, adopté et publié par
l’OMI. (IBC Code)
« résidus de cargaison » Les restes de tout matériau de cargaison
à bord d’un navire qui ne peut être placé dans les espaces de
cargaison qui conviennent (excès de chargement et déversement) ou ce qui demeure dans les espaces de cargaison ou ailleurs une fois les opérations de déchargement terminées (résidus de déchargement et déversement). La présente définition
comprend les balayures de cargaison. (cargo residues)
« résolution A.444(XI) » La recommandation de l’OMI intitulée Recommandation relative à l’installation d’un équipement
de séparation d’eau et d’hydrocarbures aux termes de la Convention internationale de 1973 pour la prévention de la pollution causée par les navires, telle que modifiée par le protocole
de 1978 y relatif, adoptée le 15 novembre 1979. (resolution A.444(XI))
« résolution A.744(18) » La recommandation de l’OMI intitulée
Directives sur le programme renforcé d’inspections à l’occasion
des visites des vraquiers et des pétroliers, adoptée le 4 novembre 1993. (Resolution A.744(18))
« résolution MEPC.107(49) » La recommandation de l’OMI intitulée Directives et spécifications révisées relatives au matériel
de prévention de la pollution destiné aux eaux de cale de la
tranche des machines des navires, adoptée le 18 juillet 2003.
(Resolution MEPC.107(49))
« société de classification agréée » L’American Bureau of Shipping, le Bureau Veritas (Canada), le Det Norske Veritas, le
Germanischer Lloyd ou le Lloyd’s Register of Shipping. (approved classification society)
« Standard Methods » Le document intitulé Standard Methods for
the Examination of Water and Wastewater, publié par l’American
Public Health Association. (Standard Methods)
« substance à viscosité élevée » Substance liquide nocive de catégorie B dont la viscosité est égale ou supérieure à 25 mPa à la
Le 17 juin 2006
“shipping safety control zone” has the same meaning as in section 2 of the Arctic Waters Pollution Prevention Act. (zone de
contrôle de la sécurité de la navigation)
“sludge oil” means sludge from the fuel or lubricating oil separators, waste lubricating oil from main or auxiliary machinery,
or waste oil from bilge water separators, oil filtering equipment
or drip trays. (boues d’hydrocarbures)
“smoke” means any solid, liquid, gas or combination of them
produced by the combustion of fuel and includes soot, ash and
grit. (fumée)
“smoke chart” means a smoke chart described in section 163.
(carte des fumées)
“SOx emission control area” means an area listed in or designated
under Regulation 14 of Annex VI to the Pollution Convention.
(zone de contrôle des émissions de SOx)
“solidifying substance” means a noxious liquid substance that at
the time of unloading is, in the case of a substance with a melting point below 15°C, at a temperature of less than 5°C above
its melting point or, in the case of a substance with a melting
point of or above 15°C, at a temperature of less than 10°C
above its melting point. (substance qui se solidifie)
“Standard Methods” means the Standard Methods for the Examination of Water and Wastewater, published by the American
Public Health Association. (Standard Methods)
“suspended solids” means the total suspended solid matter in or
on a liquid when it is tested in accordance with procedures
specified in section 2540D of the Standard Methods. (matières
solides en suspension)
“total residual chlorine” means the total quantity of chlorine when
tested in accordance with the amperometric titration method
described in Standard Methods. (chlore résiduel total)
“transfer operation” means
(a) the loading of oil, an oily mixture, a noxious liquid substance or a dangerous chemical onto a ship from a loading
facility or from another ship; or
(b) the unloading of oil, an oily mixture, a noxious liquid substance or a dangerous chemical from a ship onto
an unloading facility or onto another ship. (opération de
transbordement)
“unloading facility” means any shore or sea installation that is
used for the unloading of oil, an oily mixture, a noxious liquid
substance or a dangerous chemical from a ship. (installation de
déchargement)
“waters under Canadian jurisdiction” means
(a) Canadian waters; and
(b) the exclusive economic zone of Canada. (eaux de compétence canadienne)
Gazette du Canada Partie I
1655
température de déchargement ou substance liquide nocive de
catégorie C dont la viscosité est égale ou supérieure à 60 mPa à
la température de déchargement. (high viscosity substance)
« substance liquide » Substance dont la tension de vapeur ne
dépasse pas 274,6 kPa en valeur absolue à une température
de 37,8 °C. (liquid substance)
« substance liquide nocive » ou « SLN » Substance, contenue ou
non dans un mélange avec d’autres substances, qui est transportée en vrac et classée dans les catégories A, B, C ou D et
énumérée dans la colonne intitulée « Catégorie de pollution »
des chapitres 17 ou 18 du Recueil IBC ou celle classée à titre
provisoire selon le paragraphe 4) de la règle 3 de l’Annexe II
de la Convention sur la pollution des mers comme relevant des
catégories A, B, C ou D. (noxious liquid substance or NLS)
« substance qui appauvrit la couche d’ozone » Substance réglementée au sens du paragraphe 4 de l’article premier du Protocole de Montréal relatif à des substances qui appauvrissent la
couche d’ozone, 1987, adopté et publié par les Nations Unies,
qui figure aux Annexes A, B, C ou E de ce protocole. (ozonedepleting substance)
« substance qui se solidifie » Substance liquide nocive ayant un
point de fusion inférieur à 15 °C qui, au moment du déchargement, est à une température de moins de 5 °C au-dessus de son
point de fusion ou substance liquide nocive ayant un point de fusion égal ou supérieur à 15 °C qui au moment du déchargement,
est à une température de moins de 10 °C au-dessus de son point
de fusion. (solidifying substance)
« système antisalissure » Revêtement, peinture, traitement de la
surface, surface ou dispositif qui est utilisé sur un navire pour
contrôler ou empêcher le dépôt d’organismes indésirables.
(anti-fouling system)
« tranche des machines » S’entend au sens de l’article 2 du Règlement sur les machines de navires. (machinery spaces)
« transformation importante » S’entend :
a) dans le cas d’un navire visé aux sections 1 et 2, de la
transformation d’un navire qui, selon le cas :
(i) en modifie considérablement les dimensions ou la capacité de transport du navire,
(ii) en change le type,
(iii) vise à en prolonger considérablement la durée de vie,
(iv) entraîne des modifications telles qu’il devient assujetti
aux dispositions du présent règlement qui autrement ne lui
seraient pas applicables;
b) dans le cas d’un moteur diesel visé à la section 6, de la
transformation d’un moteur qui prend l’une des formes
suivantes :
(i) le remplacement du moteur par un moteur neuf qui est
construit le 1er janvier 2000 ou après cette date,
(ii) une modification importante, au sens du Code technique sur les NOx, apportée au moteur,
(iii) l’accroissement de la puissance maximale continue du
moteur de plus de 10 pour cent. (major conversion)
« transporteur de gaz » S’entend au sens de la règle 3.20 du chapitre II-1 de la Convention de sécurité. (gas carrier)
« transporteur de pétrole brut » Pétrolier affecté au transport de
pétrole brut. (crude oil tanker)
« transporteur de produits » Pétrolier affecté au transport
d’hydrocarbures autres que du pétrole brut. (product carrier)
« zone de contrôle des émissions de SOx » Zone énumérée ou
désignée en vertu de la règle 14 de l’Annexe VI de la Convention sur la pollution des mers. (SOx emission control area)
« zone de contrôle de la sécurité de la navigation » S’entend au
sens de l’article 2 de la Loi sur la prévention de la pollution des
eaux arctiques. (shipping safety control zone)
1656
Canada Gazette Part I
(2) For the purposes of these Regulations, every reference to
“Administration” in any material that is incorporated by reference
into these Regulations means
(a) in the case of a Canadian ship, the Minister; and
(b) in the case of a ship that is not a Canadian ship, the government of the state whose flag the ship is entitled to fly.
(3) In the event of an inconsistency between a definition in any
material incorporated by reference into these Regulations and any
other definition in these Regulations, that other definition shall
prevail to the extent of the inconsistency.
(4) For the purpose of interpreting any material incorporated by
reference into these Regulations, “should” shall be read to mean
“shall”.
June 17, 2006
« zone de pêche » S’entend au sens d’une zone de pêche du Canada décrite dans le Décret sur les zones de pêche du Canada
(zones 1, 2 et 3), le Décret sur les zones de pêche du Canada
(zones 4 et 5) et le Décret sur les zones de pêche du Canada
(zone 6) pris en vertu de la Loi sur les océans. (fishing zone)
(2) Pour l’application du présent règlement, toute mention de
« autorité » dans un document incorporé par renvoi dans le présent règlement s’entend :
a) du ministre dans le cas d’un navire canadien;
b) du gouvernement de l’État sous le pavillon duquel il est habilité à naviguer dans le cas d’un navire qui n’est pas un navire
canadien.
(3) Les définitions du présent règlement l’emportent sur les définitions incompatibles d’un document incorporé par renvoi dans
le présent règlement.
(4) Aux fins de l’interprétation d’un document incorporé par
renvoi au présent règlement, « devrait » a le sens de « doit ».
Incorporation by Reference
Incorporation par renvoi
2. Unless otherwise indicated in these Regulations, any reference to material that is incorporated by reference into these Regulations is a reference to that material as amended from time to
time.
2. Sauf disposition contraire dans le présent règlement, toute
mention d’un document incorporé par renvoi dans le présent règlement constitue un renvoi à celui-ci avec ses modifications
successives.
Subdivision 2
Sous-section 2
Application
Application
3. (1) Unless otherwise specified, these Regulations apply to
(a) a Canadian ship anywhere; and
(b) a ship that is not a Canadian ship in waters under Canadian
jurisdiction.
(2) These Regulations do not apply in respect of any ship
owned or operated by a state and used only in government noncommercial service.
(3) A ship registered in a state that is not a signatory to the Pollution Convention shall comply with these Regulations, in addition to the applicable regulations made under Part V of the Act,
before operating in waters under Canadian jurisdiction.
3. (1) Sauf disposition contraire, le présent règlement s’applique :
a) aux navires canadiens où qu’ils soient;
b) aux navires qui ne sont pas des navires canadiens et qui se
trouvent dans les eaux de compétence canadienne.
(2) Le présent règlement ne s’applique pas aux navires appartenant à un État ou exploités par un État et utilisés uniquement à
des fins gouvernementales et non commerciales.
(3) Tout navire immatriculé dans un État qui n’est pas signataire de la Convention sur la pollution des mers doit, avant de
naviguer dans les eaux de compétence canadienne, être conforme
au présent règlement, ainsi qu’aux règlements applicables pris en
vertu de la partie V de la Loi.
Subdivision 3
Sous-section 3
Prescribed Pollutants
Polluants désignés
4. For the purposes of Part XV of the Act, the following substances are prescribed to be pollutants:
(a) oil and any oily mixture;
(b) any noxious liquid substance;
(c) for the purposes of Division 3, any substance listed in
Schedule 1, except when it is carried in packaged form or in a
freight container, road vehicle, trailer, portable tank or railway
vehicle or a tank mounted on a chassis;
(d) sewage and sewage sludge;
(e) any organotin compounds; and
(f) garbage, excluding any pollutant referred to in paragraphs (a) to (e).
4. Pour l’application de la partie XV de la Loi, les substances
ci-après sont désignées comme polluants :
a) les hydrocarbures et tout mélange d’hydrocarbures;
b) les substances liquides nocives;
c) pour l’application de la section 3, les substances qui figurent
à l’annexe 1, sauf celles transportées dans un emballage ou un
conteneur, un véhicule routier, une remorque, une citerne mobile, un véhicule ferroviaire ou une citerne montée sur châssis;
d) les eaux usées et les boues d’épuration;
e) les composés organostanniques;
f) les ordures, sauf les polluants visés aux alinéas a) à e).
Le 17 juin 2006
Gazette du Canada Partie I
1657
Subdivision 4
Sous-section 4
General Requirements
Exigences générales
Plans and Specifications
Plans et spécifications
5. For the purposes of these Regulations, the Minister may accept plans and specifications that have been approved by an approved classification society or by an agency of a country other
than Canada if the society or agency applies the same requirements as Canada in its approval process.
5. Pour l’application du présent règlement, le ministre peut accepter des plans et des spécifications qui ont été approuvés par
une société de classification agréée ou un organisme d’un pays
autre que le Canada si la société ou l’organisme applique les mêmes exigences que le Canada en ce qui concerne son processus
d’approbation.
Mixture of Pollutants
Mélange de polluants
6. If a pollutant is mixed with another pollutant, the more stringent requirements respecting the individual pollutants apply.
6. Si un polluant est mélangé à un autre polluant, les exigences
les plus rigoureuses relatives aux polluants individuels s’appliquent.
Special Inspections
Inspections spéciales
7. (1) If the construction, arrangement, equipment, fittings, installations or systems of a ship are changed by an accident, the
discovery of a defect, major repair or major conversion that affects the ship’s compliance with these Regulations, the owner or
master of the ship shall report the change in writing to the Board
at the earliest opportunity.
7. (1) Si la construction, la disposition, l’équipement, les appareils, les installations ou les systèmes d’un navire subissent un
changement qui est attribuable à un accident, à la découverte
d’une défectuosité, à des réparations majeures ou à une transformation importante et qui a une incidence sur sa conformité au
présent règlement, le propriétaire ou le capitaine du navire doit
informer par écrit le Bureau du changement.
(2) Si le propriétaire ou le capitaine du navire l’informe d’un
changement, le Bureau peut exiger que l’inspecteur de navires à
vapeur effectue une inspection spéciale partielle ou générale du
navire pour s’assurer que les réparations nécessaires ont été effectuées et que le navire est conforme au présent règlement.
(3) Le propriétaire ou le capitaine du navire n’est pas tenu
d’informer le Bureau des réparations mineures ni du remplacement direct d’équipement ou d’appareils conformes au présent
règlement.
(2) If an owner or master of a ship reports a change to the
Board, the Board may require a steamship inspector to perform a
special general or partial inspection of the ship to ensure that the
necessary repairs have been made and the ship complies with
these Regulations.
(3) The owner or master of a ship need not report minor repairs
or the direct replacement of equipment or fittings that comply
with these Regulations to the Board.
Subdivision 5
Sous-section 5
Exceptions to Discharge Provisions
Exceptions aux dispositions sur les rejets
Exceptions
Exceptions
8. Sections 9, 10, 41, 85, 86, 108, 128 and 139 respecting the
discharge of a pollutant and Division 6 respecting the pollution of
the air do not apply if
(a) a discharge is necessary for the purpose of saving lives,
securing the safety of a ship or preventing the immediate loss
of a ship;
(b) a discharge occurs as a result of an accident of navigation in
which a ship or its equipment is damaged, unless the accident
occurs as a result of an action that is outside the ordinary practice of seamen;
(c) minimal and unavoidable leakage of oil occurs as a result of
the operation of an underwater machinery component;
(d) a discharge is made for the purpose of scientific research
into pollution abatement or control in accordance with permission granted by the Minister;
(e) an accidental loss of synthetic fishing nets occurs, provided
that all reasonable precautions were taken to prevent the loss;
(f) a discharge of garbage results from damage to a ship or its
equipment, provided all reasonable precautions have been
taken before and after the occurrence of the damage to prevent
or minimize the discharge; or
8. Les articles 9, 10, 41, 85, 86, 108, 128 et 139 concernant le
rejet d’un polluant et la section 6 concernant la pollution de
l’atmosphère ne s’appliquent pas dans les cas suivants :
a) un rejet est nécessaire pour sauvegarder la vie humaine, assurer la sécurité d’un navire ou éviter sa perte immédiate;
b) un rejet se produit à la suite d’un accident maritime qui a
endommagé le navire ou son équipement, à moins qu’il ne survienne à la suite d’une action qui ne s’inscrit pas dans la pratique ordinaire des gens de mer;
c) une fuite mineure et inévitable d’hydrocarbures se produit à
la suite du fonctionnement d’une pièce mécanique immergée;
d) un rejet est effectué aux fins de recherches scientifiques
concernant la lutte contre la pollution conformément à une permission donnée par le ministre;
e) une perte accidentelle de filets de pêche en fibre synthétique
se produit à la condition que toutes les mesures de précaution
raisonnables aient été prises pour la prévenir;
f) un rejet d’ordures se produit à la suite d’une avarie subie par
le navire ou son équipement, à la condition que toutes les mesures de précaution raisonnables aient été prises avant et après
l’avarie pour l’empêcher ou le réduire;
1658
Canada Gazette Part I
(g) an emission involving pollution of the air results from damage to a ship or its equipment, provided all reasonable precautions have been taken before and after the occurrence of the
damage to prevent or minimize the emission.
June 17, 2006
g) l’émission comportant la pollution de l’atmosphère se produit à la suite d’une avarie subie par le navire ou son équipement, à la condition que toutes les mesures de précaution
raisonnables aient été prises avant et après l’avarie pour l’empêcher ou la réduire.
Canadian Ships in Special Areas
Navires canadiens dans les zones spéciales
9. (1) For the purposes of this section, the expression “special
area” has the same meaning as in Annexes I, II and V to the Pollution Convention.
(2) A Canadian ship that is in a special area shall comply with
the following requirements, if they are in effect, that are set out in
the Pollution Convention respecting a discharge of a pollutant:
(a) in the case of a ship in a special area set out in Annex I to
the Pollution Convention, Regulation 10 of Annex I to the Pollution Convention;
(b) in the case of a ship in a special area set out in Annex II to
the Pollution Convention, Regulation 5(7) to (11) and (14) of
Annex II to the Pollution Convention; and
(c) in the case of a ship in a special area set out in Annex V to
the Pollution Convention, Regulation 5(1) of Annex V to the
Pollution Convention.
9. (1) Pour l’application du présent article, « zone spéciale »
s’entend au sens de « zone spéciale » aux Annexes I, II et V de la
Convention sur la pollution des mers.
(2) Tout navire canadien qui se trouve dans une zone spéciale
doit être conforme aux exigences ci-après, si elles sont en vigueur, qui figurent dans la Convention sur la pollution des mers
concernant tout rejet d’un polluant :
a) dans le cas d’un navire qui se trouve dans une zone spéciale
figurant à l’Annexe I de la Convention sur la pollution des
mers, la règle 10 de l’Annexe I de la Convention sur la pollution des mers;
b) dans le cas d’un navire qui se trouve dans une zone spéciale
figurant à l’Annexe II de la Convention sur la pollution des
mers, les paragraphes 7) à 11) et 14) de la règle 5 de l’Annexe II de la Convention sur la pollution des mers;
c) dans le cas d’un navire qui se trouve dans une zone spéciale
figurant à l’Annexe V de la Convention sur la pollution des
mers, le paragraphe 1) de la règle 5 de l’Annexe V de la Convention sur la pollution des mers.
Canadian Ships in SOx Emission Control Areas
Navires canadiens dans les zones de contrôle des
émissions de SOx
10. A Canadian ship that is in a SOx emission control area shall
comply with the requirements that are set out in Regulation 14 (3)
to (7) of Annex VI to the Pollution Convention and are in effect.
10. Tout navire canadien qui se trouve dans une zone de
contrôle des émissions de SOx doit être conforme aux exigences
qui sont prévues aux paragraphes 3) à 7) de la règle 14 de l’Annexe VI de la Convention sur la pollution des mers et qui sont en
vigueur.
Equipment Requirements
Exigences relatives à l’équipement
11. (1) Equipment that is on a Canadian ship and regulated
under these Regulations requires a certificate of type approval
issued by the Minister.
(2) Equipment regulated under these Regulations that is on a
ship shall not be operated unless it continues to meet the standards for which it was initially approved.
11. (1) Tout équipement qui se trouve à bord d’un navire canadien et qui est assujetti au présent règlement doit avoir un certificat d’approbation par type délivré par le ministre.
(2) Il est interdit d’utiliser l’équipement assujetti au présent règlement à bord d’un navire à moins qu’il ne continue à être
conforme aux normes selon lesquelles il a été initialement
approuvé.
Issuance of a Certificate of Type Approval
Délivrance d’un certificat d’approbation par type
12. (1) For equipment that requires a certificate of type approval, the equipment shall be tested in accordance with the requirements of these Regulations and the test data and results,
including the test laboratory’s analyses of any test samples, shall
be forwarded to the Minister in the format required by these
Regulations.
(2) If the Minister is satisfied that the equipment meets the requirements of these Regulations, the Minister may issue a certificate of type approval.
[13 to 16 reserved]
12. (1) Pour l’équipement qui doit avoir un certificat d’approbation par type, il doit être soumis aux essais conformément au
présent règlement et les données et résultats des essais, y compris
les résultats des analyses de laboratoire d’essai des échantillons
doivent parvenir au ministre selon le modèle prévu au présent
règlement.
(2) Le ministre peut délivrer un certificat d’approbation par
type s’il est satisfait que l’équipement est conforme au présent
règlement.
[13 à 16 réservés]
Le 17 juin 2006
Gazette du Canada Partie I
1659
PART 2
PARTIE 2
SPECIFIC PROVISIONS
DISPOSITIONS PARTICULIÈRES
DIVISION 1
SECTION 1
OIL
HYDROCARBURES
Subdivision 1
Sous-section 1
Construction and Equipment
Construction et équipement
Plans and Specifications
Plans et spécifications
17. (1) Subject to subsection (2), the owner of a Canadian oil
tanker of 150 tons gross tonnage or more or of any other Canadian ship of 400 tons gross tonnage or more shall build, fit out or
carry out major repairs to the ship in accordance with the plans
and specifications required under this section, and shall submit
four copies of those plans and specifications to the Minister.
17. (1) Sous réserve du paragraphe (2), le propriétaire de tout
pétrolier canadien d’une jauge brute de 150 tonneaux ou plus ou
de tout autre navire canadien d’une jauge brute de 400 tonneaux
ou plus doit se conformer, pour le construire, l’équiper ou y apporter des réparations majeures, aux plans et spécifications exigés par le présent article et les présenter au ministre en quatre
exemplaires.
(2) Les plans et spécifications doivent comporter une description de ce qui suit :
a) s’il s’agit d’un pétrolier :
(i) les conteneurs ou les ponts fermés visés à l’article 20,
(ii) la disposition des citernes de décantation qui est visée au
paragraphe 2) de la règle 15 de l’Annexe I de la Convention
sur la pollution des mers,
(iii) le dispositif de surveillance continue et de contrôle des
rejets d’hydrocarbures visé à l’alinéa a) du paragraphe 3) de
la règle 15 de l’Annexe I de la Convention sur la pollution
des mers,
(iv) le détecteur d’interface hydrocarbures-eau visé à l’alinéa b) du paragraphe (3) de la règle 15 de l’Annexe I de la
Convention sur la pollution des mers,
(v) les dispositions des installations de pompage, de tuyautage et de rejet qui sont visées aux paragraphes 1) à 4) de la
règle 18 de l’Annexe I de la Convention sur la pollution des
mers,
(vi) le débit hypothétique d’hydrocarbures visé aux paragraphes 1) à 4) de la règle 23 de l’Annexe I de la Convention
sur la pollution des mers,
(vii) les limites quant aux dimensions et aux dispositions des
citernes à cargaison qui sont visées aux paragraphes 2) à 6)
de la règle 24 de l’Annexe I de la Convention sur la pollution des mers,
(viii) les exigences de subdivision et de stabilité visées aux
paragraphes 1) à 4) de la règle 25 et à la règle 25A de
l’Annexe I de la Convention sur la pollution des mers;
b) s’il s’agit d’un pétrolier de brut d’un port en lourd de
20 000 tonnes métriques ou plus :
(i) les exigences visées aux sous-alinéas a)(i) à (viii),
(ii) les citernes à ballast séparé visées au paragraphe 2) de la
règle 13 de l’Annexe I de la Convention sur la pollution des
mers,
(iii) la localisation défensive des citernes à ballast séparé visée à la règle 13E de l’Annexe I de la Convention sur la pollution des mers,
(iv) le système de lavage au pétrole brut visé au paragraphe 2) de la règle 13B de l’Annexe I de la Convention sur la
pollution des mers,
(v) le système d’extinction par gaz inerte visé au paragraphe 3) de la règle 13B de l’Annexe I de la Convention sur la
pollution des mers;
(2) The plans and specifications shall contain a description of
(a) in the case of an oil tanker,
(i) containers or enclosed deck areas referred to in section 20,
(ii) the slop tank arrangement referred to in Regulation 15(2)
of Annex I to the Pollution Convention,
(iii) the oil discharge monitoring and control system referred to in Regulation 15(3)(a) of Annex I to the Pollution
Convention,
(iv) the oil-water interface detector referred to in Regulation 15(3)(b) of Annex I to the Pollution Convention,
(v) the pumping, piping and discharge arrangements referred
to in Regulation 18(1) to (4) of Annex I to the Pollution
Convention,
(vi) the hypothetical outflow of oil referred to in Regulation 23(1) to (4) of Annex I to the Pollution Convention,
(vii) the limitation of size and arrangements of cargo tanks
referred to in Regulation 24(2) to (6) of Annex I to the Pollution Convention, and
(viii) the subdivision and stability requirements referred to in
Regulation 25(1) to (4) and Regulation 25A of Annex I to
the Pollution Convention;
(b) in the case of a crude oil tanker of 20,000 tonnes deadweight or more,
(i) the requirements referred to in subparagraphs (a)(i) to (viii),
(ii) the segregated ballast tanks referred to in Regulation 13(2) of Annex I to the Pollution Convention,
(iii) the protective location of segregated ballast tanks referred to in Regulation 13E of Annex I to the Pollution
Convention,
(iv) the crude oil washing system referred to in Regulation 13B(2) of Annex I to the Pollution Convention, and
(v) the inert gas system referred to in Regulation 13B(3) of
Annex I to the Pollution Convention;
(c) in the case of a product carrier of 30,000 tonnes deadweight
or more, the requirements referred to in subparagraphs (a)(i)
to (viii) and subparagraphs (b)(ii) and (iii);
(d) in the case of any ship of 400 tons gross tonnage or more,
(i) the containers or enclosed deck areas referred to in section 19,
(ii) the tank referred to in section 21,
(iii) the pump and piping system referred to in section 24 for
discharging oily residues and sludge oil to a reception facility,
1660
Canada Gazette Part I
(iv) the standard discharge connection referred to in Regulation 19 of Annex I to the Pollution Convention, and
(v) unless the ship engages only on voyages in Section I waters and is fitted with a holding tank that has a volume adequate
for the retention on board of oily bilge water, the 15 ppm oil
filtering equipment and 15 ppm alarm referred to in Regulation 16 of Annex I to the Pollution Convention and the stopping device referred to in Regulation 10(3)(b)(vi) of Annex I
to the Pollution Convention;
(e) in the case of a ship that engages only on voyages in the
inland waters of Canada,
(i) the requirements referred to in subparagraphs (d)(i) to
(iv), and
(ii) unless the ship is fitted with a holding tank that has a
volume adequate for the retention on board of oily mixtures
from the machinery space bilges, the 15 ppm oil filtering
equipment referred to in Regulation 16 of Annex I to the
Pollution Convention, 5 ppm bilge alarm that is substantially similar to that referred to in Part 3 and a stopping device
that is substantially similar to that referred to in Regulation 10(3)(b)(vi) of Annex I to the Pollution Convention; and
(f) in the case of a ship of less than 10,000 tons gross tonnage
that engages on voyages in Section II waters, the oil filtering
equipment referred to in subparagraph (d)(v), except that the
equipment need not be fitted with an alarm or automatic stopping device.
(3) The owner of an oil tanker need not meet the requirements
referred to in subparagraphs (2)(a)(ii) to (iv) if the oil tanker
(a) engages exclusively in the carriage of asphalt or similar oils
that, through their physical properties, inhibit the effective separation of oil and water and monitoring of the discharge of oil;
or
(b) engages only on voyages in waters under Canadian jurisdiction within 50 nautical miles from the nearest land and that are
exclusively of 72 hours or less in duration.
(4) The owner of an oil tanker need not meet the requirements
referred to in subparagraphs (2)(a)(iii) and (iv) if the oil tanker
engages only on voyages in waters under Canadian jurisdiction
within 50 nautical miles from the nearest land.
(5) The owner of a non-self-propelled oil tanker that cannot
wash or ballast its cargo tanks while en route need not meet the
requirements referred to in subparagraphs (2)(a)(ii) to (v).
June 17, 2006
c) s’il s’agit d’un transporteur de produits d’un port en lourd de
30 000 tonnes métriques ou plus, les exigences visées aux sousalinéas a)(i) à (viii) et b)(ii) et (iii);
d) s’il s’agit d’un navire d’une jauge brute de 400 tonneaux ou
plus :
(i) les conteneurs ou ponts fermés visés à l’article 19,
(ii) la citerne visée à l’article 21,
(iii) la pompe et le système de tuyautage visés à l’article 24
qui rejettent les résidus d’hydrocarbures et les boues d’hydrocarbures dans une installation de réception,
(iv) le raccord normalisé de jonction de déchargement visé à
la règle 19 de l’Annexe I de la Convention sur la pollution
des mers,
(v) à moins qu’il ne s’agisse d’un navire qui effectue exclusivement des voyages dans les eaux de la section I et qui est
muni d’une citerne de rétention d’une capacité suffisante
pour retenir à bord les eaux de cale contenant des hydrocarbures, le matériel de filtrage d’hydrocarbures à 15 ppm et
l’alarme à 15 ppm visés à la règle 16 de l’Annexe I de la
Convention sur la pollution des mers et le dispositif d’arrêt
visé au sous-alinéa vi) de l’alinéa b) du paragraphe 3) de la
règle 10 de l’Annexe I de la Convention sur la pollution des
mers;
e) s’il s’agit d’un navire qui effectue exclusivement des voyages dans les eaux intérieures du Canada :
(i) les exigences visées aux sous-alinéas d)(i) à (iv),
(ii) à moins qu’il ne soit muni d’une citerne de rétention
d’une capacité suffisante pour retenir à bord les eaux de cale
de la tranche des machines contenant un mélange d’hydrocarbures, le matériel de filtrage d’hydrocarbures à 15 ppm
visé à la règle 16 de l’Annexe I de la Convention sur la pollution des mers, une alarme à 5 ppm pour eaux de cale qui
est pratiquement similaire à celle visée à la partie 3 et un dispositif d’arrêt qui est pratiquement similaire à celui visé au
sous-alinéa vi) de l’alinéa b) du paragraphe 3) de la règle 10
de l’Annexe I de la Convention sur la pollution des mers;
f) s’il s’agit d’un navire d’une jauge brute de moins de
10 000 tonneaux qui effectue des voyages dans les eaux de la
section II, le matériel de filtrage d’hydrocarbures visé au sousalinéa d)(v), sauf que cet équipement n’a pas à être muni d’une
alarme ni d’un dispositif d’arrêt automatique.
(3) Le propriétaire d’un pétrolier n’est pas tenu de se conformer aux exigences visées aux sous-alinéas (2)a)(ii) à (iv) si le
pétrolier, selon le cas :
a) effectue exclusivement le transport d’asphalte ou d’hydrocarbures semblables qui, de par leurs propriétés physiques, empêchent la séparation efficace de l’eau et des hydrocarbures et
la surveillance des rejets d’hydrocarbures;
b) effectue exclusivement des voyages dans les eaux de compétence canadienne situées à moins de 50 milles marins à partir
de la terre la plus proche et qui sont exclusivement d’une durée
de 72 heures ou moins.
(4) Le propriétaire d’un pétrolier n’est pas tenu de se conformer aux exigences visées aux sous-alinéas (2)a)(iii) et (iv) si le
pétrolier effectue exclusivement des voyages dans les eaux de
compétence canadiennes situées à moins de 50 milles marins à
partir de la terre la plus proche.
(5) Le propriétaire d’un pétrolier non autopropulsé qui ne
peut laver ou ballaster ses citernes à cargaison pendant qu’il fait
route n’a pas à se conformer aux exigences visées aux sousalinéas (2)a)(ii) à (v).
Le 17 juin 2006
Gazette du Canada Partie I
1661
Emergency Plan
Plan d’urgence
18. Subject to subsection 39(3), the owner of a Canadian oil
tanker of 150 tons gross tonnage or more or any other Canadian
ship of 400 tons gross tonnage or more that carries oil as cargo or
as fuel shall submit four copies of either of the following plans to
the Minister:
(a) the shipboard oil pollution emergency plan; or
(b) if the plan has been combined with the shipboard marine
pollution emergency plan for noxious liquid substances, the
shipboard marine pollution emergency plan.
18. Sous réserve du paragraphe 39(3), le propriétaire de tout
pétrolier canadien d’une jauge brute de 150 tonneaux ou plus ou
de tout autre navire canadien d’une jauge brute de 400 tonneaux
ou plus qui transporte des hydrocarbures comme cargaison ou
combustible doit présenter au ministre, en quatre exemplaires,
l’un des plans suivants :
a) le plan d’urgence de bord contre la pollution par les
hydrocarbures;
b) le plan d’urgence de bord contre la pollution des mers, si
celui-ci a été combiné avec le plan d’urgence de bord contre la
pollution par les substances liquides nocives.
Containers or Enclosed Deck Areas of Ships
for Bunkering Operations
Conteneurs ou ponts fermés de navires
destinés au soutage
19. (1) Subject to subsection (2), a ship of 100 tons gross tonnage or more shall be fitted or equipped with a container or an
enclosed deck area that, under even-keel conditions,
(a) is capable of retaining oil that may leak or spill during
bunkering operations;
(b) has a capacity of not less than 0.08 m3 if the ship is of less
than 400 tons gross tonnage or not less than 0.16 m3 if the ship
is of 400 tons gross tonnage or more; and
(c) does not adversely affect the stability of the ship or the
safety of its crew.
19. (1) Sous réserve du paragraphe (2), tout navire d’une jauge
brute de 100 tonneaux ou plus doit être muni ou équipé d’un conteneur ou d’un pont fermé qui, à tirant d’eau égal, est conforme
aux exigences suivantes :
a) il peut retenir les fuites ou les déversements d’hydrocarbures
qui peuvent survenir pendant le soutage;
b) il a une capacité d’au moins 0,08 m3, si la jauge brute du navire est inférieure à 400 tonneaux, ou d’au moins 0,16 m3, si
elle est de 400 tonneaux ou plus;
c) il ne compromet pas la stabilité du navire ni la sécurité de
son équipage.
(2) Le paragraphe (1) ne s’applique pas à un navire qui est muni :
a) soit d’un système de débordement qui empêche le rejet
d’hydrocarbures sur le pont découvert;
b) soit d’un tuyau de soutage d’un diamètre intérieur d’au plus
51 mm avec bec à arrêt automatique si ses soutes sont habituellement remplies par un camion.
(2) Subsection (1) does not apply in respect of a ship
(a) that is fitted with an overflow system that prevents oil from
discharging onto the open deck; or
(b) that usually fills its bunkers from a truck and is equipped
with a bunkering hose that has an inside diameter of 51 mm or
less and employs an automatic shut-off nozzle.
Containers or Enclosed Deck Areas for Oil Tankers
Conteneurs ou ponts fermés de pétroliers
20. (1) An oil cargo loading or unloading manifold and a cargo
transfer connection point on an oil tanker shall be fitted or
equipped with a container or an enclosed deck area
(a) that is capable of retaining oil that may leak or spill during
transfer operations;
(b) that has a means for the removal of the oil retained in it;
and
(c) that does not adversely affect the stability of the oil tanker
or the safety of its crew.
(2) If the largest conduit serving an oil cargo loading or unloading manifold or a cargo transfer connection point on an oil tanker
has an inside diameter set out in Column 1 of an item of the table
to this subsection, the container or enclosed deck area shall, under
even-keel conditions, have the volume set out in Column 2 of that
item.
20. (1) Tout collecteur de chargement ou de déchargement de
la cargaison d’hydrocarbures et tout raccord de transbordement de
la cargaison à bord d’un pétrolier doivent être munis ou équipés
d’un conteneur ou d’un pont fermé qui est conforme aux exigences suivantes :
a) il peut retenir les fuites ou les déversements d’hydrocarbures
qui peuvent survenir pendant les opérations de transbordement;
b) il est doté d’un moyen d’enlever les hydrocarbures qui y
sont retenus;
c) il ne compromet pas la stabilité du pétrolier ni la sécurité de
son équipage.
(2) Si le plus gros tuyau du collecteur de chargement ou de déchargement de la cargaison d’hydrocarbures ou du raccord de
transbordement de la cargaison à bord d’un pétrolier a un diamètre intérieur indiqué à la colonne 1 du tableau du présent paragraphe, le conteneur ou le pont fermé doit, à tirant d’eau égal, avoir
le volume indiqué à la colonne 2.
TABLE
TABLEAU
Column 1
Column 2
Item
Inside Diameter
Volume of Container
or Enclosed Deck Area
1.
2.
3.
4.
5.
Less than 51 mm
51 mm or more, but less than 101 mm
101 mm or more, but less than 153 mm
153 mm or more, but less than 305 mm
305 mm or more
0.08 m3
0.16 m3
0.32 m3
0.48 m3
0.64 m3
Colonne 1
Colonne 2
Article
Diamètre intérieur
Volume du conteneur
ou du pont fermé
1.
2.
3.
4.
5.
Moins de 51 mm
51 mm ou plus, mais moins de 101 mm
101 mm ou plus, mais moins de 153 mm
153 mm ou plus, mais moins de 305 mm
305 mm ou plus
0,08 m3
0,16 m3
0,32 m3
0,48 m3
0,64 m3
1662
Canada Gazette Part I
June 17, 2006
Tanks for Oily Residue and Sludge Oil
Citernes à résidus et à boues d’hydrocarbures
21. A ship of 400 tons gross tonnage or more shall be equipped
with at least one tank
(a) that has an adequate capacity, having regard to the type of
machinery fitted on the ship and the ship’s usual length of voyage, to receive the oily residues and sludge oil that result from
the purification of fuel and lubricating oils and from oil leakages into the ship’s machinery spaces; and
(b) that is designed and constructed so as to facilitate its cleaning.
21. Tout navire d’une jauge brute de 400 tonneaux ou plus doit
être muni d’au moins une citerne qui est conforme aux exigences
suivantes :
a) elle a une capacité suffisante, compte tenu du type de machines du navire et de la durée habituelle des voyages du navire, pour contenir les résidus d’hydrocarbures et les boues
d’hydrocarbures qui proviennent de la purification du combustible et des huiles de graissage et des écoulements d’hydrocarbures dans la tranche des machines;
b) elle est conçue et construite de façon à en faciliter le nettoyage.
Prohibited Forepeak Tanks and Tanks Forward
of the Collision Bulkhead
Interdiction visant les citernes du coqueron avant et les
citernes situées à l’avant de la cloison d’abordage
22. No ship of 400 tons gross tonnage or more that is put into
service on or after February 16, 1993 shall carry oil in a forepeak
tank or in a tank forward of the collision bulkhead.
22. Il est interdit à tout navire d’une jauge brute de 400 tonneaux ou plus qui est mis en service le 16 février 1993 ou après
cette date de transporter des hydrocarbures dans une citerne du
coqueron avant ou dans une citerne située à l’avant de la cloison
d’abordage.
Cargo Spaces for Carrying Oil in Bulk on Ships
other than Oil Tankers
Citernes à cargaison destinées aux hydrocarbures en
vrac à bord de navires autres que des pétroliers
23. (1) A ship, other than an oil tanker, that is fitted with cargo
spaces that are constructed and used for carrying oil in bulk and
have an aggregate capacity of at least 200 m3 but less than 1,000 m3
shall comply with the construction and operational requirements
referred to in Regulation 24(4) of Annex I to the Pollution Convention, sections 20 and 22 and subsections 43(2) and 52(4).
23. (1) Tout navire, autre qu’un pétrolier, qui est doté de citernes à cargaison construites et utilisées pour le transport d’hydrocarbures en vrac et ayant une capacité totale d’au moins 200 m3
mais de moins de 1 000 m3 doit être conforme aux exigences
de construction et d’exploitation visées au paragraphe 4) de la
règle 24 de l’Annexe I de la Convention sur la pollution des mers,
aux articles 20 et 22 et aux paragraphes 43(2) et 52(4).
(2) Tout navire, autre qu’un pétrolier, qui est doté de citernes à
cargaison construites et utilisées pour le transport d’hydrocarbures en vrac et ayant une capacité totale d’au moins 1 000 m3
doit être conforme aux exigences suivantes :
a) le paragraphe 4) de la règle 24 de l’Annexe I de la Convention sur la pollution des mers, les articles 20 et 22 et les paragraphes 43(2) et 52(4) relatifs à la construction et l’exploitation;
b) les sous-alinéas 17(2)a)(ii) à (iv) et 37c)(i) relatifs au dispositif
de surveillance continue et de contrôle des rejets d’hydrocarbures;
c) la sous-section 7 visant les coques doubles.
(2) A ship, other than an oil tanker, that is fitted with cargo
spaces that are constructed and used for carrying oil in bulk and
have an aggregate capacity of at least 1,000 m3 shall comply with
(a) construction and operational requirements referred to in
Regulation 24(4) of Annex I to the Pollution Convention and
sections 20 and 22 and subsections 43(2) and 52(4);
(b) the requirements of an oil discharge monitoring and control system referred to in subparagraphs 17(2)(a)(ii) to (iv)
and 37(1)(c)(i); and
(c) the requirements for double hulling referred to in Subdivision 7.
Piping Systems — Standard Discharge Connections
and Sludge Oil Pumps
Systèmes de tuyautage — Raccords normalisés de jonction de
déchargement et pompes à boues d’hydrocarbures
24. (1) A ship of 400 tons gross tonnage or more that is fitted
with main or auxiliary propulsion machinery shall be equipped
with at least one pump that is capable of discharging the oily residues and sludge oil from its machinery space bilges and sludge oil
tanks through a piping system to a reception facility.
24. (1) Tout navire d’une jauge brute de 400 tonneaux ou plus
qui est muni de machines de propulsion principales ou auxiliaires
doit être doté d’au moins une pompe permettant de rejeter dans
une installation de réception, par un système de tuyautage, les
résidus d’hydrocarbures et les boues d’hydrocarbures provenant
des cales de la tranche des machines et des citernes à boues
d’hydrocarbures.
(2) Le système de tuyautage visé au paragraphe (1) doit avoir
une soupape d’arrêt et au moins une sortie d’air qui est accessible
à partir du pont découvert et qui est munie d’un raccord normalisé de jonction des tuyautages de déchargement conforme à la
règle 19 de l’Annexe I de la Convention sur la pollution des mers.
(3) Les tuyaux d’alimentation et de vidange des citernes à
boues d’hydrocarbures ne peuvent être munis d’aucun raccord les
reliant directement par-dessus bord, sauf le raccord normalisé de
jonction des tuyautages visé au paragraphe (2).
(2) The piping system referred to in subsection (1) shall have a
stop valve and at least one outlet that is accessible from the
weather deck and fitted with a standard discharge connection that
meets the requirements of Regulation 19 of Annex I to the Pollution Convention.
(3) The piping to and from sludge oil tanks shall have no direct
connection overboard other than the standard discharge connection referred to in subsection (2).
Le 17 juin 2006
Gazette du Canada Partie I
1663
Means for Stopping Discharge Pumps
Dispositif pour arrêter les pompes de rejet
25. A Canadian ship of 400 tons gross tonnage or more that is
fitted with main or auxiliary propulsion machinery shall be
equipped on the weather deck with a means for stopping each
pump that is used to discharge oily residues and sludge oil.
25. Tout navire canadien d’une jauge brute de 400 tonneaux ou
plus qui est muni de machines de propulsion principales ou auxiliaires doit être muni, sur le pont découvert, d’un dispositif qui
permet d’arrêter chaque pompe utilisée pour rejeter des résidus
d’hydrocarbures et des boues d’hydrocarbures.
Oil Filtering Equipment
Équipement de filtrage des hydrocarbures
26. (1) This section and section 28 apply to a ship that engages
on voyages in Section II waters that is
(a) a self-propelled ship of 400 tons gross tonnage or more;
(b) a non-self-propelled ship of 400 tons gross tonnage or more
with a total auxiliary power of 400 kW or more; or
(c) an oil tanker of 150 tons gross tonnage or more.
(3) If the ship is of 10,000 tons gross tonnage or more, it shall
be provided with arrangements for automatically stopping any
discharge of oily mixture when the oil content in the effluent exceeds 15 ppm.
26. (1) Le présent article et l’article 28 s’appliquent à tout navire qui effectue des voyages dans les eaux de la section II et qui,
selon le cas :
a) est autopropulsé et a une jauge brute de 400 tonneaux ou
plus;
b) n’est pas autopropulsé et a une jauge brute de 400 tonneaux
ou plus et dont la puissance auxiliaire totale est de 400 kW ou
plus;
c) est un pétrolier d’une jauge brute de 150 tonneaux ou plus.
(2) Le navire doit être muni de matériel de filtrage d’hydrocarbures à 15 ppm et d’une alarme pour eaux de cale à 15 ppm
qui sont visés à l’article 28.
(3) S’il a une jauge brute de 10 000 tonneaux ou plus, le navire
doit être muni d’un dispositif permettant d’arrêter automatiquement tout rejet de mélange d’hydrocarbures dès que la teneur en
hydrocarbures de l’effluent est de plus de 15 ppm.
Equipment and System Requirements for
Oil Tankers
Exigences relatives à l’équipement et aux
systèmes pour les pétroliers
27. (1) An oil tanker of 150 tons gross tonnage or more that
engages on voyages in Section II waters shall be fitted and
equipped with
(a) an oil discharge monitoring and control system that meets
the requirements of Regulation 15(3)(a) of Annex I to the Pollution Convention;
(b) an oil-water interface detector that meets the requirements
of Regulation 15(3)(b) of Annex I to the Pollution Convention;
(c) a slop tank, or a cargo tank that is designated as a slop tank,
that meets the requirements of Regulation 15(2) of Annex I to
the Pollution Convention; and
(d) in the case of a crude oil tanker of 40,000 tonnes deadweight or more,
(i) segregated ballast tanks that meet the requirements set out
in Regulation 13(2) of Annex I to the Pollution Convention
and that are constructed in accordance with the protective location requirements set out in Regulation 13E of Annex I to
the Pollution Convention, or
(ii) a crude oil washing system that meets the requirements
of Regulation 13B(2) of Annex I to the Pollution Convention
and an inert gas system that meets the requirements of Regulation 13B(3) of Annex I to the Pollution Convention.
27. (1) Tout pétrolier d’une jauge brute de 150 tonneaux ou
plus qui effectue des voyages dans les eaux de la section II doit
être muni :
a) d’un dispositif de surveillance continue et de contrôle des rejets d’hydrocarbures conforme à l’alinéa a) du paragraphe 3) de
la règle 15 de l’Annexe I de la Convention sur la pollution des
mers;
b) d’un détecteur d’interface hydrocarbures-eau conforme à
l’alinéa b) du paragraphe 3) de la règle 15 de l’Annexe I de la
Convention sur la pollution des mers;
c) d’une citerne de décantation, ou d’une citerne à cargaison
désignée comme citerne de décantation, conforme au paragraphe 2) de la règle 15 de l’Annexe I de la Convention sur la pollution des mers;
d) dans le cas d’un pétrolier de brut d’un port en lourd de
40 000 tonnes métriques ou plus :
(i) soit de citernes à ballast séparé conformes au paragraphe 2)
de la règle 13 de l’Annexe I de la Convention sur la pollution des mers et qui sont construites conformément aux exigences visant la localisation défensive de la règle 13E de
l’Annexe I de la Convention sur la pollution des mers,
(ii) soit d’un système de lavage au pétrole brut conforme au
paragraphe 2) de la règle 13B de l’Annexe I de la Convention sur la pollution des mers et d’un système d’extinction
par gaz inerte conforme au paragraphe 3) de la règle 13B de
l’Annexe I de la Convention sur la pollution des mers.
(2) Tout transporteur de produits d’un port en lourd de 40 000
tonnes métriques ou plus qui a été construit avant le 31 juillet 1995
et qui n’a pas subi de transformation importante peut naviguer
avec des citernes à ballast propres spécialisées conformes à la
règle 13A de l’Annexe I de la Convention sur la pollution des
mers.
(2) The ship shall be equipped with 15 ppm oil filtering equipment and a 15 ppm bilge alarm that are referred to in section 28.
(2) A product carrier of 40,000 tonnes deadweight or more that
was constructed before July 31, 1995 and that has not undergone
a major conversion may operate with dedicated clean ballast tanks
that meet the requirements set out in Regulation 13A of Annex I
to the Pollution Convention.
1664
Canada Gazette Part I
June 17, 2006
Equipment Standards
Normes relatives à l’équipement
28. The equipment referred to in sections 17, 26 and 27 shall
meet the following requirements:
(a) in the case of 15 ppm oil filtering equipment, 15 ppm
alarms and oil content meters (machinery spaces), the specifications referred to in Regulation 16 of Annex I to the Pollution
Convention;
(b) in the case of a process unit for attachment to existing oilywater separating equipment, the specifications referred to in
Appendix 1 to Resolution A.444(XI);
(c) in the case of an oil content meter (cargo spaces of oil tankers), the specifications referred to in Regulation 15(3)(a) of
Annex I to the Pollution Convention;
(d) in the case of an oil-water interface detector, the specifications referred to in Regulation 15(3)(b) of Annex I to the Pollution Convention;
(e) in the case of a crude oil washing system, the specifications
referred to in Regulation 13B(2) of Annex I to the Pollution
Convention;
(f) in the case of an inert gas system, the specifications referred
to in Regulation 13B(3) of Annex I to the Pollution Convention; and
(g) in the case of 5 ppm alarms and oil content meters (machinery spaces), the specifications referred to in Regulation 16 of
Annex I to the Pollution Convention and the specifications for
5 ppm bilge alarms set out in Part 3.
28. L’équipement visé aux articles 17, 26 et 27 doit être
conforme aux exigences suivantes :
a) s’il s’agit du matériel de filtrage d’hydrocarbures à 15 ppm,
des alarmes à 15 ppm et des détecteurs d’hydrocarbures (tranche des machines), les spécifications de la règle 16 de l’Annexe I
de la Convention sur la pollution des mers;
b) s’il s’agit d’un dispositif de traitement destiné à un séparateur
d’eau et d’hydrocarbures existant, les spécifications de l’appendice 1 de la résolution A.444(XI);
c) s’il s’agit d’un détecteur d’hydrocarbures (tranche des citernes à cargaison des pétroliers) visé à l’alinéa a) du paragraphe (3) de la règle 15 de l’Annexe I de la Convention sur la
pollution des mers;
d) s’il s’agit d’un détecteur d’interface hydrocarbures-eau, les
spécifications visées à l’alinéa b) du paragraphe 3) de la règle 15
de l’Annexe I de la Convention sur la pollution des mers;
e) s’il s’agit d’un système de lavage au pétrole brut, les spécifications visées au paragraphe 2) de la règle 13B de l’Annexe I
de la Convention sur la pollution des mers;
f) s’il s’agit d’un système d’extinction par gaz inerte, les spécifications visées au paragraphe 3) de la règle 13B de l’Annexe I
de la Convention sur la pollution des mers;
g) s’il s’agit des alarmes à 5 ppm et des détecteurs d’hydrocarbures (tranche des machines), les spécifications visées à la
règle 16 de l’Annexe I de la Convention sur la pollution des
mers et celles relatives aux alarmes à 5 ppm pour eaux de cale
qui figurent à la partie 3.
Operations and Equipment Manuals for
Canadian Oil Tankers
Manuels sur l’exploitation et l’équipement
pour pétroliers canadiens
29. (1) The owner or master of a Canadian oil tanker of
150 tons gross tonnage or more shall submit four copies of the
operations manual for the oil tanker’s oil discharge monitoring
and control system to the Minister in accordance with the
requirements of Regulation 15(3) of Annex I to the Pollution
Convention.
29. (1) Le propriétaire ou le capitaine d’un pétrolier canadien
d’une jauge brute de 150 tonneaux ou plus doit présenter au ministre, en quatre exemplaires, le manuel sur l’exploitation du pétrolier visant le dispositif de surveillance continue et de contrôle
des rejets d’hydrocarbures conformément aux exigences du paragraphe 3) de la règle 15 de l’Annexe I de la Convention sur la
pollution des mers.
(2) Le propriétaire ou le capitaine d’un transporteur de pétrole
brut canadien d’un port en lourd de 20 000 tonnes métriques ou
plus doit présenter, en quatre exemplaires, au ministre :
a) le manuel sur l’exploitation et l’équipement décrivant le système d’extinction par gaz inerte visé au paragraphe 3) de la règle 13B de l’Annexe I de la Convention sur la pollution des
mers;
b) le manuel sur l’exploitation et l’équipement visé au paragraphe 5) de la règle 13B de l’Annexe I de la Convention sur la
pollution des mers et décrivant le système de lavage au pétrole
brut.
(2) The owner or master of a Canadian crude oil tanker of
20,000 tonnes deadweight or more shall submit to the Minister
four copies of
(a) the operations and equipment manual detailing the inert gas
system referred to in Regulation 13B(3) of Annex I to the Pollution Convention; and
(b) the operations and equipment manual referred to in Regulation 13B(5) of Annex I to the Pollution Convention detailing
the crude oil washing system.
Equipment on Oil Tankers and Other Ships
Équipement des pétroliers et des autres navires
30. (1) An oil tanker of 150 tons gross tonnage or less shall be
equipped with
(a) installations that are capable of retaining on board oil residues, contaminated cargo washings and cargo wastes for the
purpose of their subsequent discharge to a reception facility; or
(b) equipment that meets the oily mixture discharge requirements set out in sections 42 and 43.
30. (1) Tout pétrolier d’une jauge brute de 150 tonneaux ou
moins doit être muni :
a) soit d’installations pouvant retenir à bord les résidus d’hydrocarbures, les eaux de nettoyage de cargaison contaminées et les
déchets de cargaison en vue de leur rejet ultérieur à une installation de réception;
b) soit de l’équipement conforme aux exigences relatives au rejet
des mélanges d’hydrocarbures qui figurent aux articles 42 et 43.
Le 17 juin 2006
Gazette du Canada Partie I
1665
(2) A ship of less than 400 tons gross tonnage that carries oil as
fuel or as cargo shall be equipped with
(a) installations that are capable of retaining on board oil residues for the purpose of their subsequent discharge to a reception facility; or
(b) equipment that meets the oily mixture discharge requirements set out in sections 42 and 43.
(2) Tout navire d’une jauge brute de moins de 400 tonneaux
qui transporte des hydrocarbures comme combustible ou cargaison doit être muni :
a) soit d’installations pouvant retenir à bord les résidus d’hydrocarbures en vue de leur rejet ultérieur dans une installation de
réception;
b) soit de l’équipement conforme aux exigences relatives au rejet
des mélanges d’hydrocarbures qui figurent aux articles 42 et 43.
Subdivision 2
Sous-section 2
Inspections and Certificates
Inspections et certificats
Initial Inspections and Periodic Inspections
Inspections initiales et inspections périodiques
31. (1) A ship shall be inspected by a steamship inspector to
ensure that the ship’s construction, arrangement, equipment, fittings, installations and systems are in accordance with these
Regulations before the ship is put into service for the first time or
is issued its first Canadian Oil Pollution Prevention Certificate.
31. (1) Tout navire doit être inspecté par l’inspecteur de navires
à vapeur pour s’assurer que sa construction, sa disposition, son
équipement, ses appareils, ses installations et ses systèmes sont
conformes au présent règlement avant sa première mise en service
ou la délivrance de son premier certificat canadien de prévention
de la pollution par les hydrocarbures.
(2) L’inspecteur de navires à vapeur doit délivrer au navire qui
est conforme au présent règlement un certificat canadien de prévention de la pollution par les hydrocarbures qui est valide pour
une période de cinq ans ou moins à compter de la date de sa
délivrance.
(3) Tout navire transféré au registre canadien est assujetti aux
paragraphes (1) et (2).
(4) L’inspecteur de navires à vapeur qui, au terme de l’inspection d’un navire similaire à son inspection initiale visée au paragraphe (1), conclut que celui-ci est conforme au présent règlement peut en renouveler le certificat canadien de prévention de la
pollution par les hydrocarbures dans les trois mois précédant
l’expiration de la période pour laquelle le certificat a été délivré.
(2) The steamship inspector shall issue to a ship that complies
with these Regulations a Canadian Oil Pollution Prevention Certificate that is valid for a period of five years or less beginning on
the day on which it was issued.
(3) A ship that is transferred to Canadian registry is subject to
the provisions of subsections (1) and (2).
(4) If a steamship inspector conducts an inspection of a ship
similar to the initial inspection referred to in subsection (1) and
finds that the ship is in compliance with these Regulations, the
steamship inspector may renew the ship’s Canadian Oil Pollution
Prevention Certificate within the three months before the expiration of the period for which it was issued.
Intermediate Inspections
Inspections intermédiaires
32. (1) The owner or master of a ship may elect to have the
ship undergo an intermediate inspection within the three months
before or after the expiration of two years or three years after the
day on which the ship’s Canadian Oil Pollution Prevention Certificate was issued.
(2) A ship shall undergo an intermediate inspection by a steamship inspector to ensure that the ship’s equipment and piping system, including the oil discharge monitoring and control system,
crude oil washing system, oily-water separating equipment and
oil filtering system, are operating and are being maintained in
accordance with these Regulations.
32. (1) Le propriétaire ou le capitaine d’un navire peut choisir
d’effectuer l’inspection intermédiaire dans les trois mois précédant ou suivant l’expiration d’une période de deux ou de trois ans
suivant la date de délivrance du certificat canadien de prévention
de la pollution par les hydrocarbures.
(2) Tout navire doit faire l’objet d’une inspection intermédiaire
par l’inspecteur de navires à vapeur pour s’assurer que son équipement et son système de tuyautage, y compris le dispositif de
surveillance continue et de contrôle des rejets d’hydrocarbures, le
système de lavage au pétrole brut, le séparateur d’eau et d’hydrocarbures et le matériel de filtrage d’hydrocarbures, fonctionnent et
sont entretenus conformément au présent règlement.
(3) Pendant une inspection intermédiaire, s’il est constaté que
l’équipement, les systèmes, le dispositif, le séparateur et le matériel fonctionnent et sont entretenus conformément au présent
règlement, l’inspecteur de navires à vapeur doit l’attester en annotant le certificat canadien de prévention de la pollution par les
hydrocarbures du navire.
(3) If, during an intermediate inspection, the equipment and
systems are found to be operating and to be being maintained in
accordance with these Regulations, the steamship inspector shall
attest to that by endorsing the ship’s Canadian Oil Pollution Prevention Certificate.
Annual Inspections
Inspections annuelles
33. (1) In order to ensure that the equipment, fittings, installations and systems of a ship are operating and are being maintained in accordance with these Regulations, the ship shall undergo an annual inspection by a steamship inspector
(a) within the three months before or after the expiration of one
year after the day on which its Canadian Oil Pollution Prevention Certificate was issued;
33. (1) Tout navire doit faire l’objet d’une inspection annuelle
par l’inspecteur de navires à vapeur dans les délais ci-après pour
s’assurer du fonctionnement et de l’entretien de l’équipement, des
appareils, des installations et des systèmes conformément au présent règlement :
a) dans les trois mois précédant ou suivant l’expiration de la
période d’un an suivant la date de délivrance de son certificat
canadien de prévention de la pollution par les hydrocarbures;
1666
Canada Gazette Part I
June 17, 2006
(b) within the three months before or after the expiration of
(i) three years after the day on which its Canadian Oil Pollution Prevention Certificate was issued, if an intermediate inspection referred to in subsection 32(1) takes place within
the three months before or after the expiration of two years
after the day on which its Canadian Oil Pollution Prevention
Certificate was issued, or
(ii) two years after the day on which its Canadian Oil Pollution Prevention Certificate was issued, if an intermediate inspection referred to in subsection 32(1) takes place within
the three months before or after the expiration of three years
after the day on which its Canadian Oil Pollution Prevention
Certificate was issued; and
(c) within the three months before or after four years after the
day on which its Canadian Oil Pollution Prevention Certificate
was issued.
(2) If, during an annual inspection, the equipment, fittings, installations and systems are found to be operating and to be being
maintained in accordance with these Regulations, the steamship
inspector shall attest to that by endorsing the ship’s Canadian Oil
Pollution Prevention Certificate.
b) dans les trois mois précédant ou suivant l’expiration :
(i) soit de la période de trois ans suivant la date de délivrance
de son certificat canadien de prévention de la pollution par
les hydrocarbures, si l’inspection intermédiaire visée au paragraphe 32(1) a lieu dans les trois mois précédant ou suivant l’expiration de la période de deux ans suivant la date de
délivrance de ce certificat,
(ii) soit de la période de deux ans suivant la date de délivrance de son certificat canadien de prévention de la pollution par les hydrocarbures, si l’inspection intermédiaire visée
au paragraphe 32(1) a lieu dans les trois mois précédant ou
suivant l’expiration de la période de trois ans suivant la date
de délivrance de ce certificat;
c) dans les trois mois précédant ou suivant la période de quatre
ans suivant la date de délivrance de son certificat canadien de
prévention de la pollution par les hydrocarbures.
(2) Pendant une inspection annuelle, s’il est constaté que
l’équipement, les appareils, les installations et les systèmes fonctionnent et sont entretenus conformément au présent règlement,
l’inspecteur de navires à vapeur doit l’attester en annotant le certificat canadien de prévention de la pollution par les hydrocarbures
du navire.
Inspection of Non-self-propelled Ships
Inspection de navires non autopropulsés
34. (1) Despite subsection 31(4) and sections 32 and 33, the
annual, intermediate and periodic inspections of, and the issuance
of a certificate for, a non-self-propelled ship may be performed by
an approved classification society.
(2) If an approved classification society performs an inspection,
it shall notify the Board in writing of the date and results of the
inspection.
34. (1) Malgré le paragraphe 31(4) et les articles 32 et 33, les
inspections annuelles, intermédiaires et périodiques d’un navire
non autopropulsé et la délivrance d’un certificat à celui-ci peuvent
être effectuées par une société de classification agréée.
(2) La société de classification agréée qui effectue une inspection doit informer le Bureau par écrit de la date et des résultats de
l’inspection.
Enhanced Program of Inspections
Programme renforcé d’inspections
35. (1) An oil tanker shall be subject to an enhanced program of
inspections during periodic, intermediate and annual inspections.
35. (1) Tout pétrolier doit être assujetti à un programme renforcé d’inspections pendant les inspections périodiques, intermédiaires et annuelles.
(2) L’étendue et la fréquence des inspections relatives au programme renforcé d’inspections doivent être conformes aux dispositions du programme renforcé d’inspections visé à la règle 2 du
chapitre XI-1 de la Convention de sécurité.
(2) The scope and frequency of the inspections relating to the
enhanced program of inspections shall comply with the provisions of the enhanced program of inspections referred to in Regulation 2 of Chapter XI-1 of the Safety Convention.
Issuance of International Oil Pollution Prevention Certificates
Certificats internationaux de prévention de la pollution par
les hydrocarbures
36. (1) The Board or an approved classification society may, at
the request of the owner or master of a Canadian ship, issue to
that ship an International Oil Pollution Prevention Certificate if
the ship complies with the applicable provisions of Regulations 4,
5, 7 and 8 of Annex I to the Pollution Convention.
(2) If an approved classification society issues the certificate to
a Canadian ship, the approved classification society shall forward
a certified copy of the certificate to the Board.
36. (1) Le Bureau ou toute société de classification agréée peut,
à la demande du propriétaire ou du capitaine d’un navire canadien, délivrer au navire un certificat international de prévention
de la pollution par les hydrocarbures s’il est conforme aux dispositions applicables des règles 4, 5, 7 et 8 de l’Annexe I de la
Convention sur la pollution des mers.
(2) La société de classification agréée qui délivre le certificat à
un navire canadien doit en faire parvenir une copie certifiée conforme au Bureau.
Subdivision 3
Sous-section 3
Shipboard Documents
Documents à bord du navire
Documents Kept on Board
Documents à conserver à bord
37. (1) An oil tanker of 150 tons gross tonnage or more and any
other ship of 400 tons gross tonnage or more that carries oil as
cargo or as fuel shall keep on board an English or French version
of
(a) one of the following documents:
37. (1) Tout pétrolier d’une jauge brute de 150 tonneaux ou
plus et tout autre navire d’une jauge brute de 400 tonneaux ou
plus qui transporte des hydrocarbures comme cargaison ou combustible doivent conserver à bord, dans leur version française ou
anglaise :
Le 17 juin 2006
(i) a Canadian Oil Pollution Prevention Certificate if the ship
is a Canadian ship that engages only on voyages in waters
under Canadian jurisdiction,
(ii) an International Oil Pollution Prevention Certificate if
the ship is
(A) a Canadian ship that engages on voyages that do not
take place exclusively in waters under Canadian jurisdiction, or
(B) a ship that is not a Canadian ship, that is registered in
a state that is a signatory to the Pollution Convention and
that is in waters under Canadian jurisdiction, or
(iii) a certificate of compliance certifying that the ship complies with the applicable provisions of Annex I to the Pollution Convention if the ship is registered in a state that is not a
signatory to the Pollution Convention and is in waters under
Canadian jurisdiction;
(b) a certificate of type approval, if applicable, for
(i) a 100 ppm oily-water separator or 15 ppm oil filtering
equipment,
(ii) a process unit,
(iii) in the case of machinery spaces, an oil content meter,
(iv) in the case of cargo spaces of oil tankers, an oil content
meter, and
(v) in the case of an oil tanker, an oil-water interface detector;
(c) an equipment operation manual for
(i) in the case of an oil tanker, an oil discharge monitoring
and control system, and
(ii) in the case of a crude oil tanker of 20,000 tonnes deadweight or more, a crude oil washing system;
(d) in the case of an oil tanker, the information and data referred to in Regulation 25(5)(a) and (b) of Annex I to the
Pollution Convention;
(e) in the case of a combination carrier, the simple supplementary operational procedures for liquid transfer operations referred to in Regulation 25A(3); and
(f) an emergency plan referred to in section 39.
(2) In respect of a declaration referred to in paragraph 660.2(2)(c) of the Act that is required to be kept on board,
the declaration shall be signed by the master or owner and shall
be in the form set out in
(a) Schedule 2, for a ship that is in waters south of the
60th parallel of north latitude; and
(b) Schedule 3, for a ship that is in waters north of the
60th parallel of north latitude.
Gazette du Canada Partie I
1667
a) l’un des documents suivants :
(i) un certificat canadien de prévention de la pollution par les
hydrocarbures, s’il s’agit d’un navire canadien qui effectue
exclusivement des voyages dans les eaux de compétence
canadienne,
(ii) un certificat international de prévention de la pollution
par les hydrocarbures, s’il s’agit d’un navire qui est :
(A) soit un navire canadien qui effectue des voyages qui
ne se déroulent pas exclusivement dans les eaux de compétence canadienne,
(B) soit un navire qui n’est pas un navire canadien, qui est
immatriculé dans un État signataire de la Convention sur
la pollution des mers et se trouve dans les eaux de compétence canadienne;
(iii) un certificat de conformité qui atteste qu’il est conforme
aux dispositions applicables de l’Annexe I de la Convention
sur la pollution des mers, s’il est immatriculé dans un État
qui n’est pas signataire de celle-ci et s’il se trouve dans les
eaux de compétence canadienne;
b) un certificat d’approbation par type, le cas échéant, pour
l’équipement suivant :
(i) un séparateur d’eau et d’hydrocarbures à 100 ppm ou le
matériel de filtrage d’hydrocarbures à 15 ppm,
(ii) un dispositif de traitement,
(iii) un détecteur d’hydrocarbures, s’il s’agit d’une tranche
des machines,
(iv) un détecteur d’hydrocarbures, s’il s’agit d’une tranche
des citernes à cargaison des pétroliers,
(v) un détecteur d’interface hydrocarbures-eau, s’il s’agit
d’un pétrolier;
c) un manuel d’exploitation de l’équipement suivant :
(i) un dispositif de surveillance continue et de contrôle des
rejets d’hydrocarbures, s’il s’agit d’un pétrolier,
(ii) un système de lavage au pétrole brut, s’il s’agit d’un
transporteur de pétrole brut d’un port en lourd de
20 000 tonnes métriques ou plus;
d) les renseignements et les données visés aux alinéas a) et b),
du paragraphe 5) de la règle 25 de l’Annexe I de la Convention
sur la pollution des mers, s’il s’agit d’un pétrolier;
e) les procédures d’exploitation complémentaires simples pour
les opérations de transfert de liquides visées au paragraphe 3)
de la règle 25A de l’Annexe I de la Convention sur la pollution
des mers, s’il s’agit d’un transporteur mixte;
f) un plan d’urgence visé à l’article 39.
(2) La déclaration visée à l’alinéa 660.2(2)c) de la Loi doit être
conservée à bord et être signée par le propriétaire ou le capitaine
du navire selon le modèle qui figure :
a) à l’annexe 2, si le navire se trouve dans les eaux situées au
sud du 60e parallèle de latitude nord;
b) à l’annexe 3, si le navire se trouve dans les eaux situées au
nord du 60e parallèle de latitude nord.
Survey Report File — Enhanced Program of Inspections
Dossiers relatifs aux rapports de visite — Programme
renforcé d’inspections
38. An oil tanker that is more than five years of age shall keep
on board the survey report file and supporting documentation,
including the condition evaluation report, referred to in section 6
of Annex B to Resolution A.744(18).
38. Tout pétrolier âgé de plus de cinq ans doit conserver à bord
le dossier relatif au rapport de visite et les documents à l’appui, y
compris le rapport d’appréciation de l’état du navire, visés à
l’article 6 de l’annexe B de la résolution A.744(18).
1668
Canada Gazette Part I
June 17, 2006
Emergency Plan
Plan d’urgence
39. (1) This section applies in respect of an oil tanker of
150 tons gross tonnage or more and any other ship of 400 tons
gross tonnage or more that carries oil as cargo or as fuel.
39. (1) Le présent article s’applique à tout pétrolier d’une jauge
brute de 150 tonneaux ou plus et à tout autre navire d’une jauge
brute de 400 tonneaux ou plus qui transportent des hydrocarbures
comme cargaison ou combustible.
(2) Sous réserve des paragraphes (3) et (4), tout pétrolier et tout
autre navire visés au paragraphe (1) doivent conserver, en français ou en anglais, un plan d’urgence de bord contre la pollution
par les hydrocarbures conforme au paragraphe 2) de la règle 26 de
l’Annexe I de la Convention sur la pollution des mers.
(3) Les navires qui ne sont pas autopropulsés et qui sont munis
de moteurs à combustion interne ayant une puissance de moins de
400 kW ne sont pas tenus d’avoir un plan d’urgence de bord contre la pollution par les hydrocarbures à moins qu’ils ne transportent 100 tonnes métriques ou plus d’hydrocarbures en vrac ou
dans d’autres grands contenants.
(4) Si le paragraphe 98(1) s’applique à un navire visé au paragraphe (1), le plan d’urgence de bord contre la pollution par les
hydrocarbures peut être combiné avec le plan d’urgence de bord
contre la pollution des mers par les substances liquides nocives.
Dans ce cas, le plan s’intitule « Plan d’urgence de bord contre la
pollution des mers ».
(2) Subject to subsections (3) and (4), an oil tanker and any
other ship referred to in subsection (1) shall keep on board an
English or French version of a shipboard oil pollution emergency
plan that meets the requirements of Regulation 26(2) of Annex I
to the Pollution Convention.
(3) A non-self-propelled ship fitted with internal combustion
engines having a total output of less than 400 kW does not require
a shipboard oil pollution emergency plan unless it is carrying
100 tonnes or more of oil in bulk or in other large means of
containment.
(4) If subsection 98(1) applies to a ship referred to in subsection (1), the shipboard oil pollution emergency plan may be combined with the shipboard marine pollution emergency plan for
noxious liquid substances, in which case the title of the plan shall
be the “shipboard marine pollution emergency plan”.
Subdivision 4
Sous-section 4
Oil and Oily Mixture Discharges
Rejet d’hydrocarbures et de mélanges d’hydrocarbures
Application
Application
40. This Subdivision applies to
(a) a ship in Section I waters or Section II waters; and
(b) a Canadian ship in waters seaward of the outermost limits
of Section II waters, except a Canadian ship that is in a special
area referred to in section 9.
40. La présente sous-section s’applique :
a) aux navires qui se trouvent dans les eaux de la section I ou
dans les eaux de la section II;
b) aux navires canadiens qui se trouvent dans les eaux situées
au-delà des limites extérieures des eaux de la section II, sauf
ceux qui se trouvent dans une zone spéciale visée à l’article 9.
Prohibition
Interdiction
41. Subject to sections 8, 42 and 43, no ship shall discharge and
no person shall discharge or permit the discharge of an oil or oily
mixture.
41. Sous réserve des articles 8, 42 et 43, il est interdit à tout navire de rejeter des hydrocarbures ou des mélanges d’hydrocarbures d’un navire et à toute personne d’en rejeter ou d’en permettre le rejet.
Authorized Discharge — Section I Waters
Rejets autorisés — Eaux de la section I
42. The discharge of an oily mixture from machinery spaces is
authorized from any ship in Section I waters if
(a) the ship is en route;
(b) none of the oily mixture
(i) originates in cargo pump room bilges, or
(ii) is mixed with oil cargo residues;
(c) the discharge is processed through oil filtering equipment
that
(i) produces an undiluted effluent that has an oil content of
no more than 15 ppm, and
(ii) triggers an alarm and a discharge-stopping device as
soon as the oil content in the effluent exceeds
(A) 5 ppm, where discharged in inland waters of Canada,
or
(B) 15 ppm, where discharged in fishing zone 1, 2 or 3 or
in those internal waters that do not include inland waters
of Canada; and
42. Le rejet d’un mélange d’hydrocarbures de la tranche des
machines d’un navire qui se trouve dans les eaux de la section I
est autorisé si les conditions suivantes sont réunies :
a) le navire fait route;
b) aucune partie du mélange d’hydrocarbures :
(i) ne provient des cales de la chambre des pompes de la
cargaison,
(ii) n’est mélangée à des résidus de la cargaison
d’hydrocarbures;
c) le rejet est traité par du matériel de filtrage d’hydrocarbures
qui :
(i) produit un effluent non dilué ayant une teneur en hydrocarbures d’au plus 15 ppm,
(ii) déclenche une alarme et un dispositif d’arrêt des rejets
dès que la teneur en hydrocarbures de l’effluent dépasse :
(A) 5 ppm, lorsqu’il est rejeté dans les eaux intérieures du
Canada,
Le 17 juin 2006
(d) the discharge does not contain chemicals or any other substance introduced for the purpose of circumventing the detection of concentrations of oil that exceed the oil content limits
specified in this section.
Gazette du Canada Partie I
1669
(B) 15 ppm, lorsqu’il est rejeté dans les zones de pêche 1,
2 ou 3 ou dans des eaux intérieures qui ne comprennent
pas les eaux intérieures du Canada;
d) le rejet ne contient pas de produits chimiques ni d’autres
substances ajoutés pour empêcher la détection de concentrations d’hydrocarbures supérieures aux teneurs limites en hydrocarbures précisées au présent article.
Authorized Discharge — Section II Waters and Seaward of
Section II Waters
Rejets autorisés — Eaux de la section II et les eaux situées
au-delà des eaux de la section II
43. (1) The discharge of an oily mixture from the machinery
space bilges of a ship in Section II waters and a Canadian ship
referred to in paragraph 40(b) is authorized if
(a) the ship is en route;
(b) in the case of an oil tanker, none of the oily mixture
(i) originates in cargo pump room bilges, or
(ii) is mixed with oil cargo residues;
(c) the discharge is processed through oil filtering equipment
that produces an undiluted effluent that has an oil content of no
more than 15 ppm; and
(d) the discharge does not contain chemicals or any other substance introduced for the purpose of circumventing the detection of concentrations of oil that exceed the oil content limit
specified in this subsection.
43. (1) Le rejet d’un mélange d’hydrocarbures des eaux de cale
de la tranche des machines d’un navire qui se trouve dans les
eaux de la section II et d’un navire canadien visé à l’alinéa 40b)
est autorisé si les conditions suivantes sont réunies :
a) le navire fait route;
b) aucune partie du mélange d’hydrocarbures, s’il s’agit d’un
pétrolier :
(i) ne provient des cales de la chambre des pompes de la
cargaison,
(ii) n’est mélangée à des résidus de la cargaison
d’hydrocarbures;
c) le rejet est traité par un matériel de filtrage d’hydrocarbures
qui produit un effluent non dilué ayant une teneur en hydrocarbures d’au plus 15 ppm;
d) le rejet ne contient pas de produits chimiques ni d’autres
substances ajoutés pour empêcher la détection de concentrations d’hydrocarbures supérieures aux teneurs limites en hydrocarbures précisées au présent article.
(2) Le rejet d’un mélange d’hydrocarbures de la tranche des citernes à cargaison d’un pétrolier qui se trouve dans les eaux de la
section II et d’un navire canadien visé à l’alinéa 40b) s’il s’agit
d’un pétrolier est autorisé si les conditions suivantes sont réunies :
a) le pétrolier fait route;
b) le pétrolier se trouve à plus de 50 milles marins à partir de la
terre la plus proche;
c) le taux de rejet instantané des hydrocarbures se trouvant
dans l’effluent est d’au plus 30 L par mille marin;
d) la quantité totale d’hydrocarbures rejetés dans la mer est
d’au plus :
(i) 1/15 000 de la cargaison dont fait partie le mélange
d’hydrocarbures, dans le cas d’un pétrolier mis en service le
31 décembre 1979 ou avant cette date,
(ii) 1/30 000 de la cargaison dont fait partie le mélange
d’hydrocarbures, dans le cas d’un pétrolier mis en service
après le 31 décembre 1979,
(iii) malgré le sous-alinéa (i), 1/30 000 de la cargaison dont
fait partie le mélange d’hydrocarbures, dans le cas d’un pétrolier dont l’immatriculation est transférée au registre canadien le 16 février 1993 ou après cette date;
e) le dispositif de surveillance continue et de contrôle des rejets
d’hydrocarbures fonctionne et peut arrêter le rejet :
(i) soit des effluents dont le taux en hydrocarbures est supérieur à celui-ci permis en vertu de l’alinéa c),
(ii) soit des hydrocarbures dont la quantité est supérieure à
celle permise en vertu de l’alinéa d).
(2) The discharge of an oily mixture from cargo spaces of an
oil tanker in Section II waters and a Canadian ship referred to in
paragraph 40(b) that is an oil tanker is authorized if
(a) the oil tanker is en route;
(b) the oil tanker is more than 50 nautical miles from the nearest land;
(c) the instantaneous rate of discharge of the oil that is in the
effluent does not exceed 30 L per nautical mile;
(d) the total quantity of oil discharged into the sea does not
consist of
(i) in the case of an oil tanker that was put into service on or
before December 31, 1979, more than 1/15,000 of the cargo
of which the oily mixture forms part,
(ii) in the case of an oil tanker that is put into service after
December 31, 1979, more than 1/30,000 of the cargo of
which the oily mixture forms part, or
(iii) despite subparagraph (i), in the case of an oil tanker that
is transferred to Canadian registry on or after February 16,
1993, more than 1/30,000 of the cargo of which the oily mixture forms part; and
(e) the oil discharge monitoring and control system is in operation and can stop the discharge of
(i) any effluent having an oil discharge rate greater than that
allowed under paragraph (c), or
(ii) any oil in a quantity greater than that allowed under paragraph (d).
1670
Canada Gazette Part I
June 17, 2006
Subdivision 5
Sous-section 5
Transfer Operations
Opérations de transbordement
Exceptions
Exceptions
44. (1) Sections 45 and 49 and paragraphs 50(b) to (d) and (g)
to (j) do not apply in respect of oil tankers of less than 150 tons
gross tonnage or other ships of less than 400 tons gross tonnage.
(2) Sections 45, 46 and 49 and paragraphs 50(b) to (d) and (g)
to (i) do not apply in respect of an unmanned oil tanker from
which oil is being unloaded if the oil tanker is not attended by a
manned ship and is in an isolated location.
44. (1) Les articles 45 et 49 et les alinéas 50b) à d) et g) à j) ne
s’appliquent pas aux pétroliers d’une jauge brute de moins de
150 tonneaux ni aux autres navires d’une jauge brute de moins de
400 tonneaux.
(2) Les articles 45, 46 et 49 et les alinéas 50b) à d) et g) à i) ne
s’appliquent pas à un pétrolier sans équipage duquel des hydrocarbures sont déchargés s’il n’est pas accompagné par un navire
avec équipage et s’il se trouve dans un endroit isolé.
Communications
Communications
45. A ship and an owner or operator of a loading or unloading
facility engaged in a transfer operation shall, before and during the
transfer operation, have the means for two-way voice communication on a continuing basis that enables the supervisor on board the
ship and the supervisor at the loading or unloading facility or on
board the other ship
(a) to communicate immediately as the need arises; and
(b) to direct the immediate shutdown of the transfer operation
in case of an emergency.
45. Tout navire et tout propriétaire ou exploitant d’une installation de chargement ou de déchargement prenant part à une opération de transbordement doivent disposer avant et pendant celleci d’un moyen de communication téléphonique bidirectionnel et
ininterrompu qui permet au surveillant à bord du navire et à celui
de l’installation de chargement ou de l’installation de déchargement ou à bord de l’autre navire :
a) d’une part, de communiquer sans délai, s’il y a lieu;
b) d’autre part, d’ordonner l’arrêt immédiat de l’opération dans
une situation d’urgence.
Lighting
Éclairage
46. (1) If a transfer operation takes place between sunset and
sunrise, a ship and an owner or operator of a loading or unloading
facility that is engaged in the transfer operation shall provide illumination that has
(a) a lighting intensity of not less than 54 lx at each transfer
connection point on the ship or facility; and
(b) a lighting intensity of not less than 11 lx at each transfer
operation work area around each transfer connection point on
the ship or facility.
(2) The lighting intensity shall be measured on a horizontal
plane 1 m above the walking surface of a loading or unloading
facility or the working deck of a ship, as applicable.
46. (1) Si une opération de transbordement s’effectue entre le
coucher et le lever du soleil, tout navire et tout propriétaire ou exploitant d’une installation de chargement ou de déchargement qui
prennent part à l’opération doivent fournir un éclairage qui est :
a) d’une part, d’une intensité minimale de 54 lx à chaque raccord de transbordement du navire ou de l’installation;
b) d’autre part, d’une intensité minimale de 11 lx à chaque aire
de travail pour les opérations de transbordement entourant chaque raccord de transbordement du navire ou de l’installation.
(2) L’intensité lumineuse est mesurée sur un plan horizontal à
1 m au-dessus de la surface de marche de l’installation de chargement ou de déchargement ou du pont de travail du navire, selon
le cas.
Transfer Conduits
Tuyaux de transbordement
47. (1) A transfer conduit shall not be used in a transfer operation unless it
(a) has a bursting pressure of not less than four times its maximum working pressure;
(b) is clearly marked with its maximum working pressure; and
(c) has successfully passed a hydrostatic test to a pressure equal
to one and one-half times its maximum working pressure at
least once during the year before its use.
47. (1) Au cours d’une opération de transbordement, seul peut
être utilisé un tuyau de transbordement qui est conforme aux exigences suivantes :
a) il a une pression d’éclatement d’au moins quatre fois sa
pression effective maximale;
b) il porte une mention visible indiquant sa pression effective
maximale;
c) il a subi avec succès un essai hydrostatique à une pression
égale à une fois et demie sa pression effective maximale, au
moins une fois au cours de l’année précédant la date de son
utilisation.
(2) Le capitaine du navire doit conserver l’attestation d’essai
hydrostatique à bord et la met, aux fins d’inspection, à la disposition du fonctionnaire chargé de la prévention de la pollution.
(3) Les tuyaux sont utilisés, entretenus, mis à l’essai et remplacés conformément aux spécifications du fabricant.
(4) Si un tuyau ou un raccord fuit durant une opération de
transbordement, celle-ci est ralentie ou arrêtée dès que possible
pour couper la pression du tuyau ou raccord.
(2) The master of the ship shall keep the test certificate for the
hydrostatic test on board and it shall be made available for inspection at the request of a pollution prevention officer.
(3) A conduit shall be used, maintained, tested and replaced in
accordance with the manufacturer’s specifications.
(4) If any conduit or connection leaks during a transfer operation, the operation shall, as soon as practicable, be slowed down
or stopped to remove the pressure from the conduit or connection.
Le 17 juin 2006
Gazette du Canada Partie I
1671
Reception Facility — Standard Discharge Connections
Installation de réception — Raccords normalisés de
jonction des tuyautages de déchargement
48. An owner or operator of a reception facility that receives
oily residues and sludge oil from a ship’s machinery space bilges
and sludge oil tanks shall equip the reception facility with a piping system that, at its ship side end, is fitted with a standard discharge connection that meets the requirements of Regulation 19
of Annex I to the Pollution Convention.
48. Le propriétaire ou l’exploitant de l’installation de réception
qui reçoit des résidus d’hydrocarbures et des boues d’hydrocarbures provenant des cales de la tranche des machines et des
citernes à boues d’hydrocarbures d’un navire doit la doter d’un
système de tuyautage dont l’extrémité au bord du navire est munie d’un raccord normalisé de jonction des tuyautages de déchargement conforme à la règle 19 de l’Annexe I de la Convention sur
la pollution des mers.
Requirements for Supervisor of Transfer
Operations on Board Ships
Exigences — Surveillant des opérations de
transbordement à bord des navires
49. The owner of a ship shall ensure that a transfer operation
carried out for the ship is supervised by the holder of
(a) a certificate that meets the requirements of the Act for that
type of ship; or
(b) in the case of a non-self-propelled oil tanker, documentary
evidence issued by a steamship inspector that certifies the person’s competence to supervise a transfer operation.
49. Le propriétaire du navire doit s’assurer que toute opération
de transbordement effectuée pour le navire est surveillée par le
titulaire :
a) soit d’un certificat conforme aux exigences de la Loi relatives à ce type de navire;
b) soit d’une preuve documentaire qui atteste que la personne
est compétente pour surveiller les opérations de transbordement
et qui est délivrée par l’inspecteur de navires à vapeur, s’il
s’agit d’un pétrolier non autopropulsé.
Duties of Transfer Operations Supervisor
on Board Ships
Fonctions du surveillant des opérations de
transbordement à bord des navires
50. The supervisor of a transfer operation on board a ship shall
ensure that
(a) the ship is secured, having regard to the weather and the
tidal and current conditions, and that the mooring lines are
tended so that the movement of the ship does not damage the
transfer conduit or its connections;
(b) transfer procedures are established with the concurrence of
the supervisor of the transfer operation at the loading facility or
the unloading facility or on board the other ship, as the case
may be, with respect to
(i) the rates of flow and pressures for the transferred liquid,
(ii) the reduction of rates of flow and pressures, where required to avoid an overflow of the tanks,
(iii) the time required to stop the transfer operation under
normal conditions,
(iv) the time required to shut down the transfer operation
under emergency conditions, and
(v) the communication signals for the transfer operation,
including
(A) stand by to start transfer,
(B) start transfer,
(C) slow down transfer,
(D) stand by to stop transfer,
(E) stop transfer,
(F) emergency stop of transfer, and
(G) emergency shutdown of transfer;
(c) the supervisor of the transfer operation at the loading or
unloading facility or on board the other ship, as the case may
be, has reported readiness for the commencement of the transfer operation;
(d) the person who is on duty on the ship in respect of the
transfer operation is fully conversant with the communication
signals, maintains watch over the ship’s tanks to ensure that
they do not overflow and maintains continuous communication
with that person’s counterpart at the loading or unloading facility or on board the other ship, as the case may be;
50. Le surveillant d’une opération de transbordement à bord du
navire doit s’assurer :
a) que le navire est amarré, compte tenu des conditions atmosphériques, des marées et des courants, et que les amarres sont
tendues de façon que les mouvements du navire n’endommagent ni le tuyau de transbordement ni ses raccords;
b) que la procédure de transbordement est établie de concert
avec le surveillant de l’opération de transbordement à l’installation de chargement ou de déchargement ou à bord de l’autre
navire, selon le cas, en ce qui concerne :
(i) les débits et les pressions du liquide transbordé,
(ii) la réduction des débits et des pressions, le cas échéant,
pour éviter le débordement des citernes,
(iii) le temps nécessaire pour arrêter l’opération dans des
conditions normales,
(iv) le temps nécessaire pour mettre fin à l’opération en cas
d’urgence,
(v) les signaux de communication régissant l’opération, y
compris les signaux suivants :
(A) paré à transborder,
(B) début du transbordement,
(C) ralentissement du transbordement,
(D) paré à arrêter le transbordement,
(E) arrêt du transbordement,
(F) arrêt en raison d’une urgence,
(G) fin du transbordement en raison d’une urgence;
c) que le surveillant de l’opération de transbordement à l’installation de chargement ou de déchargement ou à bord de l’autre
navire, selon le cas, a fait savoir que celle-ci peut commencer;
d) que la personne à bord du navire qui est en service et qui est
chargée de l’opération de transbordement connaît bien les signaux de communication, surveille les citernes pour éviter
qu’elles ne débordent et reste en communication avec son pendant à l’installation de chargement ou de déchargement ou à
bord de l’autre navire, selon le cas;
1672
Canada Gazette Part I
(e) the manifold valves and tank valves on the ship are not
closed until the relevant pumps are stopped if the closing of the
valves would cause dangerous over-pressurization of the pumping system;
(f) the rate of flow is reduced when topping off the tanks;
(g) the supervisor of the transfer operation at the loading or
unloading facility or on board the other ship is given sufficient
notice of the stopping of the transfer operation to permit them
to take the necessary action to reduce the rate of flow or pressure in a safe and efficient manner;
(h) the following measures are taken to prevent the discharge
of oil
(i) all cargo and bunker manifold connections that are not
being used in the transfer operation are securely closed and
fitted with blank flanges or other equivalent means of
closure,
(ii) all overboard discharge valves are securely closed and
marked to indicate that they are not to be opened during the
transfer operation, and
(iii) all scuppers are plugged;
(i) a supply of peat moss or other absorbent material is readily
available near every transfer conduit to facilitate the clean-up
of any minor spillage of oil that may occur on the ship or on
the shore;
(j) all transfer conduits that are used in the transfer operation
are supported to prevent the conduits and their connections
from being subjected to any strain that might cause damage to
them or cause the conduits to become disconnected;
(k) all reasonable precautions are taken to avoid the discharge
of oil into the water;
(l) the supervisor at the loading or the unloading facility or on
board the other ship is competent in transfer operations; and
(m) a sufficient number of persons are on duty at the loading or
the unloading facility or on board the other ship during the
transfer operation.
June 17, 2006
e) que les soupapes du collecteur et des citernes du navire ne
sont pas fermées tant que les pompes visées ne sont pas arrêtées si leur fermeture soumettrait le système de pompage à une
surpression dangereuse;
f) que le débit du liquide est réduit en fin de remplissage;
g) que le surveillant de l’opération de transbordement à l’installation de chargement ou de déchargement ou à bord de l’autre
navire est avisé suffisamment à l’avance de l’arrêt de celle-ci
pour lui permettre de prendre les mesures nécessaires en vue de
réduire le débit ou la pression efficacement et en toute sécurité;
h) que les mesures suivantes sont prises pour éviter le rejet
d’hydrocarbures :
(i) les raccords du collecteur de la cargaison et du combustible non utilisés pour le transbordement sont bien obturés et
munis de brides obstructives ou d’autres dispositifs de fermeture équivalents,
(ii) les soupapes de décharge par-dessus bord sont bien fermées et portent une mention interdisant leur ouverture pendant l’opération,
(iii) les dalots sont bouchés;
i) qu’une provision de mousse de sphaigne ou d’un autre matériau absorbant est placée à proximité de chaque tuyau de transbordement en vue de faciliter le nettoyage de tout petit déversement d’hydrocarbures à bord du navire ou sur la rive;
j) que les tuyaux de transbordement utilisés pour l’opération de
transbordement sont soutenus pour éviter que ceux-ci et leurs
raccords ne soient soumis à une tension susceptible de les endommager ou de les débrancher;
k) que toutes les précautions raisonnables sont prises pour éviter le rejet dans l’eau d’hydrocarbures;
l) que le surveillant à l’installation de chargement ou de déchargement ou à bord de l’autre navire est compétent pour effectuer l’opération de transbordement;
m) qu’un nombre suffisant de personnes sont en service à
l’installation de chargement ou de déchargement ou à bord de
l’autre navire pendant l’opération de transbordement.
Emergency
Situations d’urgence
51. In the event of an emergency during a transfer operation,
the master of a ship or the supervisor on board the ship shall take
all necessary measures to rectify or minimize the effects of the
emergency.
51. S’il survient une situation d’urgence durant une opération
de transbordement, le capitaine du navire ou le surveillant à son
bord prend toutes les mesures nécessaires pour en corriger les
effets ou les réduire au minimum.
Subdivision 6
Sous-section 6
Record-keeping
Tenue du registre
Oil Record Books
Registre des hydrocarbures
52. (1) A ship of 400 tons gross tonnage or more that carries oil
as fuel or as cargo and an oil tanker of 150 tons gross tonnage or
more shall keep on board an Oil Record Book, Part I (Machinery
Space Operations) in the form set out in Appendix III to Annex I
to the Pollution Convention.
52. (1) Tout navire d’une jauge brute de 400 tonneaux ou plus
qui transporte des hydrocarbures comme combustible ou cargaison et tout pétrolier d’une jauge brute de 150 tonneaux ou plus
doivent conserver à bord un registre des hydrocarbures, Partie I
(Opérations concernant la tranche des machines) selon le modèle
qui figure à l’appendice III de l’Annexe I de la Convention sur la
pollution des mers.
(2) Tout pétrolier d’une jauge brute de 150 tonneaux ou plus
doit conserver à bord un registre des hydrocarbures, Partie II
(Opérations concernant la cargaison et le ballast) selon le modèle
qui figure à l’appendice III de l’Annexe I de la Convention sur la
pollution des mers.
(2) An oil tanker of 150 tons gross tonnage or more shall keep
on board an Oil Record Book, Part II (Cargo/Ballast Operations)
in the form set out in Appendix III to Annex I to the Pollution
Convention.
Le 17 juin 2006
Gazette du Canada Partie I
(3) The master of a ship of 400 tons gross tonnage or more that
carries oil as fuel or as cargo or of an oil tanker of 150 tons gross
tonnage or more shall
(a) ensure that
(i) the machinery space operations referred to in Regulation 20(2)(a) of Annex I to the Pollution Convention and the
discharges referred to in paragraphs 8(a), (b) and (d) are recorded in English or French in the Oil Record Book, Part I
(Machinery Space Operations) without delay each time the
operations and discharges take place, and
(ii) any failure of the oil filtering equipment is recorded in
the Oil Record Book, Part I (Machinery Space Operations)
without delay;
(b) ensure that each recorded entry in the Oil Record Book,
Part I (Machinery Space Operations) is signed by the officer in
charge of the operation; and
(c) sign each page of the Oil Record Book, Part I (Machinery
Space Operations).
1673
(5) The Oil Record Book, Part I, and the Oil Record Book,
Part II, shall be kept on board for a period of three years after the
day on which the last entry was made and, during that time, shall
be made available for inspection at the request of a pollution prevention officer.
(6) The Oil Record Book, Part I, and the Oil Record Book,
Part II, may be part of the official log book.
(3) Le capitaine d’un navire d’une jauge brute de 400 tonneaux
ou plus qui transporte des hydrocarbures comme combustible ou
cargaison ou d’un pétrolier d’une jauge brute de 150 tonneaux ou
plus doit :
a) s’assurer :
(i) d’une part, que les opérations concernant la tranche des
machines visées à l’alinéa a) du paragraphe 2) de la règle 20
de l’Annexe I de la Convention sur la pollution des mers et
les rejets visés aux alinéas 8a), b) et d) sont consignés sans
délai, en anglais ou en français, dans le registre des hydrocarbures, chaque fois qu’ils ont lieu,
(ii) d’autre part, que les défaillances d’un équipement de filtrage d’hydrocarbures sont consignées sans délai dans le registre des hydrocarbures, Partie I (Opérations concernant la
tranche des machines);
b) s’assurer que chaque mention portée sur le registre des hydrocarbures, Partie I (Opérations concernant la tranche des machines) est signée par l’officier responsable de l’opération;
c) signer chaque page du registre des hydrocarbures, Partie I
(Opérations concernant la tranche des machines).
(4) Le capitaine d’un pétrolier d’une jauge brute de 150 tonneaux ou plus doit :
a) s’assurer :
(i) d’une part, que les opérations concernant la cargaison et
le ballast visées à l’alinéa b) du paragraphe 2) de la règle 20
de l’Annexe I de la Convention sur la pollution des mers et
les rejets visés aux alinéas 8a), b) et d) sont consignés sans
délai, en anglais ou en français, dans le registre des hydrocarbures, Partie II (Opérations concernant la cargaison et le
ballast) chaque fois qu’ils ont lieu,
(ii) d’autre part, que les défaillances d’un équipement de filtrage d’hydrocarbures sont consignées sans délai dans le registre des hydrocarbures, Partie II (Opérations concernant la
cargaison et le ballast);
b) s’assurer que chaque mention portée sur le registre des hydrocarbures, Partie II (Opérations concernant la cargaison et le
ballast) est signée par l’officier responsable de l’opération;
c) signer chaque page du registre des hydrocarbures, Partie II
(Opérations concernant la cargaison et le ballast).
(5) Le registre des hydrocarbures (partie I et partie II) doit être
conservé à bord pendant une période de trois ans suivant la date
de la dernière mention et, pendant cette période, être mis, aux fins
d’inspection, à la disposition du fonctionnaire chargé de la prévention de la pollution.
(6) Le registre des hydrocarbures (Partie I et Partie II) peut
faire partie du journal de bord réglementaire.
Reception Facility Receipts for Ships
Reçus de l’installation de réception pour les navires
53. (1) The master of a ship shall obtain from the owner or
operator of a reception facility receiving oily residues a receipt or
certificate that sets out the date, time, type and amount of oily
residues transferred to the reception facility.
53. (1) Le capitaine du navire doit obtenir du propriétaire ou de
l’exploitant d’installation de réception qui reçoit les résidus
d’hydrocarbures un reçu ou un certificat qui indique la date,
l’heure, le type et la quantité de résidus d’hydrocarbures transbordés à l’installation de réception.
(2) Le capitaine du navire doit conserver le reçu ou le certificat
à bord pour une période d’un an suivant la date de son émission
et, pendant cette période, être mis, aux fins d’inspection, à la disposition du fonctionnaire chargé de la prévention de la pollution à
sa demande.
(4) The master of an oil tanker of 150 tons gross tonnage or
more shall
(a) ensure that
(i) the cargo/ballast operations referred to in Regulation 20(2)(b) of Annex I to the Pollution Convention and the
discharges referred to in paragraphs 8(a), (b) and (d) are recorded in English or French in the Oil Record Book, Part II
(Cargo/Ballast Operations) without delay each time the operations and discharges take place, and
(ii) any failure of the oil filtering equipment is recorded in
the Oil Record Book, Part II (Cargo/Ballast Operations)
without delay;
(b) ensure that each recorded entry in the Oil Record Book,
Part II (Cargo/Ballast Operations) is signed by the officer in
charge of the operation; and
(c) sign each page of the Oil Record Book, Part II (Cargo/
Ballast Operations).
(2) The master of the ship shall keep the receipt or certificate
on board for a period of one year after the day on which it was
issued and, during that time, it shall be made available for inspection at the request of a pollution prevention officer.
Bilge Alarms
Alarmes pour eaux de cale
54. (1) An alarm that is required under paragraph 28(a) or (g)
to meet the specifications of Part 2 of the Annex to Resolution
MEPC.107(49) shall be equipped with a recording device that
records the date, time, and alarm status of the alarm and the operating status of the oil filtering equipment.
54. (1) Les alarmes qui doivent être conformes en vertu des
alinéas 28a) ou g) aux spécifications de la partie 2 de l’annexe de
la résolution MEPC.107(49) doivent être munies d’un dispositif
d’enregistrement qui enregistre la date, l’heure et l’état de l’alarme
et l’état de fonctionnement du matériel de filtrage d’hydrocarbures.
1674
Canada Gazette Part I
June 17, 2006
(2) The recording device shall store the data and be capable of
displaying and printing a record of the data.
(3) The recorded data shall be kept on board for a period of
eighteen months and, during that time, shall be made available for
inspection at the request of a pollution prevention officer.
(2) Le dispositif d’enregistrement doit stocker les données et
pouvoir afficher et imprimer le fichier des données.
(3) Les données enregistrées doivent être conservées à bord
pour une période de dix-huit mois et, pendant cette période, être
mises, aux fins d’inspection, à la disposition du fonctionnaire
chargé de la prévention de la pollution à sa demande.
Subdivision 7
Sous-section 7
Double Hulling for Oil Tankers
Coque double pour les pétroliers
Construction Requirements
Exigences relatives à la construction
55. (1) This section applies to an oil tanker
(a) for which the building contract is placed on or after July 6,
1993;
(b) whose keel is laid or that is at a similar stage of construction on or after January 6, 1994, in the absence of a building
contract;
(c) the delivery of which is on or after July 6, 1996; or
(d) that has undergone a major conversion
(i) for which the building contract is placed on or after July 6,
1993,
(ii) the construction work of which is begun on or after January 6, 1994, in the absence of a building contract, or
(iii) which is completed on or after July 6, 1996.
(2) An oil tanker referred to in subsection (1) shall comply with
(a) the design and construction requirements set out in Regulation 13F of Annex I to the Pollution Convention unless the oil
tanker is designed and constructed in accordance with the requirements of Regulation 13F(5) of Annex I to the Pollution
Convention; and
(b) the cargo location requirements set out in Regulation 13F(8)
of Annex I to the Pollution Convention.
(3) An owner or operator of an oil tanker that is referred to in
subsection (1) shall ensure that the oil tanker complies with the
requirements of this section.
55. (1) Le présent article s’applique à tout pétrolier dans les cas
suivants :
a) son contrat de construction est conclu le 6 juillet 1993 ou
après cette date;
b) à défaut de contrat de construction, la quille de celui-ci est
posée le 6 janvier 1994 ou après cette date, ou dont la construction se trouve à un stade équivalent à cette date;
c) la livraison de celui-ci s’est effectuée le 6 juillet 1996 ou
après cette date;
d) une transformation importante y a été effectuée et, selon le
cas :
(i) son contrat de construction est conclu le 6 juillet 1993 ou
après cette date,
(ii) à défaut de contrat de construction, les travaux de construction de celui-ci ont commencé le 6 janvier 1994 ou après
cette date,
(iii) l’achèvement de celui-ci s’est effectué le 6 juillet 1996
ou après cette date.
(2) Tout pétrolier visé au paragraphe (1) doit être conforme aux
exigences suivantes :
a) celles qui visent la conception et la construction et figurent à
la règle 13F de l’Annexe I de la Convention sur la pollution des
mers à moins qu’il ne soit conçu et construit conformément aux
exigences du paragraphe 5) de la règle 13F de l’Annexe I de la
Convention sur la pollution des mers;
b) celles qui visent la localisation de la cargaison et figurent au
paragraphe 8) de la règle 13F de l’Annexe I de la Convention
sur la pollution des mers.
(3) Tout propriétaire ou exploitant d’un pétrolier visé au paragraphe (1) doit s’assurer que celui-ci est conforme aux exigences
du présent article.
International Requirements for Category 1 Oil Tankers,
Category 2 Oil Tankers and Category 3 Oil Tankers
Exigences internationales pour les pétroliers de la catégorie 1,
les pétroliers de la catégorie 2 et les
pétroliers de la catégorie 3
56. (1) In this section, “Category 1 oil tanker”, “Category 2 oil
tanker” and “Category 3 oil tanker” have the same meaning as in
Regulation 13G(3)(a), (b) and (c), respectively, of Annex I to the
Pollution Convention.
56. (1) Dans le présent article, « pétrolier de la catégorie 1 »,
« pétrolier de la catégorie 2 » et « pétrolier de la catégorie 3 »
s’entendent au sens des alinéas a), b) et c) du paragraphe 3), respectivement, de la règle 13G de l’Annexe I de la Convention sur
la pollution des mers.
(2) Sous réserve du paragraphe (3), le présent article s’applique :
a) aux pétroliers, qui ne sont pas des pétroliers canadiens, qui
naviguent dans les eaux de compétence canadienne et qui sont
visés à l’alinéa a) du paragraphe 1) de la règle 13G de l’Annexe I de la Convention sur la pollution des mers;
b) aux pétroliers canadiens auxquels un certificat international
de prévention de la pollution par les hydrocarbures a été délivré
en vertu du sous-alinéa 37(1)a)(ii).
(2) Subject to subsection (3), this section applies to
(a) an oil tanker operating in waters under Canadian jurisdiction that is not a Canadian oil tanker and that is referred to in
Regulation 13G(1)(a) of Annex I to the Pollution Convention;
and
(b) a Canadian oil tanker that is issued an International Oil Pollution Prevention Certificate under subparagraph 37(1)(a)(ii).
Le 17 juin 2006
Gazette du Canada Partie I
(3) This section does not apply to
(a) an oil tanker to which section 55 applies;
(b) an oil tanker that complies with the provisions of Regulation 13F of Annex I to the Pollution Convention;
(c) an oil tanker referred to in Regulation 13G(1)(c) of Annex I
to the Pollution Convention;
(d) an oil tanker registered in the United States operating in waters under Canadian jurisdiction; or
(e) an oil tanker engaged in the coasting trade as defined in the
Coasting Trade Act.
(4) Subject to subsections (5) to (9), a category of oil tanker
listed in column 1 of the following table having a delivery date
specified in column 2 shall comply with the requirements of
Regulation 13F of Annex I to the Pollution Convention not later
than the corresponding date of compliance specified in column 3:
(3) Le présent article ne s’applique pas :
a) aux pétroliers auxquels s’appliquent l’article 55;
b) aux pétroliers qui sont conformes à la règle 13F de l’Annexe I de la Convention sur la pollution des mers;
c) aux pétroliers visés à l’alinéa c) du paragraphe 1) de la
règle 13G de l’Annexe I de la Convention sur la pollution des
mers;
d) aux pétroliers immatriculés aux États-Unis qui naviguent
dans les eaux de compétence canadienne;
e) aux pétroliers qui se livrent au cabotage au sens de la Loi sur
le cabotage.
(4) Sous réserve des paragraphes (5) à (9), toute catégorie de
pétrolier indiquée à la colonne 1 du tableau suivant ayant une date
de livraison précisée à la colonne 2 doit être conforme aux exigences de la règle 13F de l’Annexe I de la Convention sur la pollution des mers au plus tard à la date de conformité correspondante précisée à la colonne 3.
TABLE
Column 1
Column 2
1675
TABLEAU
Column 3
Colonne 1
Colonne 2
Colonne 3
Date de conformité
Item
Delivery Date of
Category of Oil Tanker Oil Tanker
Date of Compliance
Article
Catégorie de pétrolier
Date de livraison du
pétrolier
1.
Category 1 oil tanker
April 5, 2005
1.
Pétrolier de la
catégorie 1
Le 5 avril 1982 ou
avant cette date
Le 5 avril 2005
Après le 5 avril 1982
La date anniversaire de
la livraison du pétrolier
en 2005
Le 5 avril 2005
2.
Category 2 oil tanker
and Category 3
oil tanker
On or before April 5,
1982
After April 5, 1982
On or before April 5,
1977
After April 5, 1977
but before January 1,
1978
In the year 1978 or
1979
In the year 1980 or
1981
In the year 1982
In the year 1983
In the year 1984 or a
later year
Anniversary of the
date of delivery of
the oil tanker in the
year 2005
April 5, 2005
Anniversary of the
date of delivery of
the oil tanker in the
year 2005
Anniversary of the
date of delivery of
the oil tanker in the
year 2006
Anniversary of the
date of delivery of
the oil tanker in the
year 2007
Anniversary of the
date of delivery of
the oil tanker in the
year 2008
Anniversary of the
date of delivery of
the oil tanker in the
year 2009
Anniversary of the
date of delivery of
the oil tanker in the
year 2010
(5) A Category 2 oil tanker or Category 3 oil tanker that
reaches the age of 15 years or more after the date of its delivery
shall comply with the requirements of the Condition Assessment
Scheme referred to in Regulation 13G(6) of Annex I to the Pollution Convention.
(6) In the case of a Canadian Category 2 oil tanker or a Canadian Category 3 oil tanker fitted with double hull spaces that are
not used for the carriage of oil and extend the entire cargo tank
length but do not fulfil the conditions specified in Regulation 13G(1)(c) of Annex I to the Pollution Convention or fitted
with only double bottoms or double sides that are not used for the
2.
Pétrolier de la
catégorie 2 et
pétrolier de la
catégorie 3
Le 5 avril 1977 ou
avant cette date
Après le 5 avril 1977
mais avant le
1er janvier 1978
La date anniversaire de
la livraison du pétrolier
en 2005
En 1978 ou en 1979
La date anniversaire de
la livraison du pétrolier
en 2006
En 1980 ou en 1981
La date anniversaire de
la livraison du pétrolier
en 2007
En 1982
La date anniversaire de
la livraison du pétrolier
en 2008
En 1983
La date anniversaire de
la livraison du pétrolier
en 2009
En 1984 ou dans une
année ultérieure
La date anniversaire de
la livraison du pétrolier
en 2010
(5) Tout pétrolier de la catégorie 2 ou tout pétrolier de la catégorie 3 qui atteint l’âge de 15 ans ou plus après la date de sa livraison
doit être conforme aux exigences relatives au système d’évaluation
de l’état du navire visé au paragraphe 6) de la règle 13G de l’Annexe I de la Convention sur la pollution des mers.
(6) Dans le cas d’un pétrolier de la catégorie 2 canadien ou
d’un pétrolier de la catégorie 3 canadien doté d’espaces à double
coque qui ne sont pas utilisés pour le transport d’hydrocarbures et
qui s’étendent sur toute la longueur de la citerne à cargaison, mais
ne sont pas conformes aux conditions précisées à l’alinéa c) du
paragraphe 1) de la règle 13G de l’Annexe I de la Convention sur
1676
Canada Gazette Part I
carriage of oil and extend the entire cargo tank length, the Minister may approve the continued operation of the oil tanker after the
date specified in subsection (4) if
(a) the oil tanker was in service on July 1, 2001;
(b) the specifications of the oil tanker set out in this subsection
remain unchanged; and
(c) the continued operation does not go beyond the date on
which the oil tanker reaches the anniversary of the date of delivery of the oil tanker in the year 2015 or the date on which
the oil tanker reaches 25 years of age after the date of its delivery, whichever is the earlier date.
(7) The Minister may approve the continued operation of a Canadian Category 2 oil tanker or a Canadian Category 3 oil tanker
after the date specified in subsection (4) if
(a) in the opinion of the Minister, the results of the Condition
Assessment Scheme referred to in subsection (5) indicate that
the oil tanker is fit to continue to operate; and
(b) the continued operation of the oil tanker does not go beyond
the date on which the oil tanker reaches the anniversary of the
date of delivery of the oil tanker in the year 2015 or the date on
which the oil tanker reaches 25 years of age after the date of its
delivery, whichever is the earlier date.
(8) Subject to subsection (9), a Category 2 oil tanker or a Category 3 oil tanker that is not a Canadian oil tanker may operate in
waters under Canadian jurisdiction after the date specified in subsection (4) if the government of the state whose flag the oil tanker
is entitled to fly has allowed the oil tanker to continue to operate under Regulation 13G(5) or (7) of Annex I to the Pollution
Convention.
(9) A Category 2 oil tanker or a Category 3 oil tanker that is not
a Canadian oil tanker and is operating under Regulation 13G(5) of
Annex I to the Pollution Convention after the anniversary date of
the date of delivery of the oil tanker in the year 2015 may not
enter a port or an offshore terminal in waters under Canadian
jurisdiction.
June 17, 2006
la pollution des mers ou qui est doté uniquement d’un double
fond ou de doubles côtés qui ne sont pas utilisés pour le transport
d’hydrocarbures et qui s’étendent sur toute la longueur de la citerne à cargaison, le ministre peut approuver le maintien en exploitation du pétrolier après la date précisée au paragraphe (4) si,
à la fois :
a) le pétrolier était en service le 1er juillet 2001;
b) les spécifications relatives au pétrolier visées au présent paragraphe demeurent inchangées;
c) son maintien en exploitation ne se prolonge pas après la date
anniversaire de sa livraison en 2015 ou après la date à laquelle
il atteint l’âge de 25 ans après la date de sa livraison, selon la
première de ces éventualités à survenir.
(7) Le ministre peut approuver le maintien en exploitation d’un
pétrolier de la catégorie 2 canadien ou d’un pétrolier de la catégorie 3 canadien après la date précisée au paragraphe (4) si, à la fois :
a) à son avis, les résultats du système d’évaluation de l’état du
navire visé au paragraphe (5) indiquent que le pétrolier est en
état de continuer à être exploité;
b) son maintien en exploitation ne se prolonge pas après la date
anniversaire de sa livraison en 2015 ou après la date à laquelle
il atteint l’âge de 25 ans après la date de sa livraison, selon la
première de ces éventualités à survenir.
(8) Sous réserve du paragraphe (9), tout pétrolier de la catégorie 2 ou tout pétrolier de la catégorie 3 qui n’est pas un pétrolier
canadien peut naviguer dans les eaux de compétence canadienne
après la date précisée au paragraphe (4) à condition que le gouvernement de l’État sous le pavillon duquel il est habilité à naviguer lui ait permis de se maintenir en exploitation en vertu des
paragraphes 5) ou 7) de la règle 13G de l’Annexe I de la Convention sur la pollution des mers.
(9) Il est interdit à tout pétrolier de la catégorie 2 ou tout pétrolier de la catégorie 3 qui n’est pas un pétrolier canadien et qui est
exploité en application du paragraphe 5) de la règle 13G de l’Annexe I de la Convention sur la pollution des mers après la date
anniversaire de sa livraison en 2015 d’entrer dans un port ou une
installation terminale au large situés dans les eaux de compétence
canadienne.
Oil Tankers Carrying Heavy
Grade Oil as Cargo
Pétroliers transportant des cargaisons
d’hydrocarbures lourds
57. (1) In this section, “heavy grade oil” has the same meaning
as in Regulation 13H(2) of Annex I to the Pollution Convention.
57. (1) Dans le présent article, « hydrocarbures lourds » s’entend au sens du paragraphe 2) de la règle 13H de l’Annexe I de la
Convention sur la pollution des mers.
(2) Sous réserve du paragraphe (3), le présent article s’applique
à tout pétrolier d’un port en lourd de 600 tonnes métriques ou
plus qui transporte des cargaisons d’hydrocarbures lourds sans
égard à sa date de livraison.
(3) Le présent article ne s’applique pas :
a) aux pétroliers canadiens qui effectuent exclusivement des
voyages dans les eaux de compétence canadienne;
b) aux pétroliers qui sont conformes à la règle 13F de l’Annexe I de la Convention sur la pollution des mers;
c) aux pétroliers visés à l’alinéa b) du paragraphe 1) de la règle 13H de l’Annexe I de la Convention sur la pollution des
mers.
(4) Sous réserve des paragraphes (5) à (10), tout pétrolier auquel s’applique le présent article doit :
a) dans le cas d’un pétrolier d’un port en lourd de 5 000 tonnes
métriques ou plus, être conforme aux exigences de l’article 56
et de la règle 13F de l’Annexe I de la Convention sur la pollution des mers;
(2) Subject to subsection (3), this section applies to an oil tanker of 600 tonnes deadweight or more carrying heavy grade oil as
cargo regardless of the date of delivery of the oil tanker.
(3) This section does not apply to
(a) a Canadian oil tanker that engages only on voyages in waters under Canadian jurisdiction;
(b) an oil tanker that complies with the provisions of Regulation 13F of Annex I to the Pollution Convention; or
(c) an oil tanker referred to in Regulation 13H(1)(b) of Annex I
to the Pollution Convention.
(4) Subject to the provisions of subsections (5) to (10), an oil
tanker to which this section applies shall
(a) in the case of an oil tanker of 5,000 tonnes deadweight or
more, comply with the requirements of section 56 and Regulation 13F of Annex I to the Pollution Convention; or
Le 17 juin 2006
(b) in the case of an oil tanker of 600 tonnes deadweight or
more but less than 5,000 tonnes deadweight, be fitted with
(i) double bottom tanks or spaces that comply with the provisions of Regulation 13F(7)(a) of Annex I to the Pollution
Convention not later than the anniversary of the date of delivery of the oil tanker in the year 2008, and
(ii) wing tanks or spaces arranged in accordance with Regulation 13F(3)(a) of Annex I to the Pollution Convention that
comply with the requirement for distance, w, referred to in
Regulation 13F(7)(b) of Annex I to the Pollution Convention
not later than the anniversary of the date of delivery of the
oil tanker in the year 2008.
(5) In the case of a Canadian oil tanker of 5,000 tonnes deadweight or more carrying heavy grade oil as cargo and fitted with
double hull spaces that are not used for the carriage of oil and
extend to the entire cargo tank length but do not fulfil the conditions specified in Regulation 13H(1)(b) of Annex I to the Pollution Convention or fitted with only double bottoms or double
sides that are not used for the carriage of oil and extend the entire
cargo tank length, the Minister may approve the continued operation of the oil tanker after the date specified in subsection (4) if
(a) the oil tanker was in service on December 4, 2003;
(b) the specifications of the oil tanker set out in this subsection
remain unchanged; and
(c) the continued operation of the oil tanker does not go beyond
the date on which the oil tanker reaches 25 years of age after
the date of its delivery.
(6) In the case of a Canadian oil tanker of 5,000 tonnes deadweight or more carrying crude oil having a density at 15°C that
is higher than 900 kg/m3 but lower than 945 kg/m3, the Minister
may approve the continued operation of the oil tanker after the
date referred to in paragraph (4)(a) if
(a) in the opinion of the Minister, the results of the Condition
Assessment Scheme referred to in subsection 56(5) indicate
that the oil tanker is fit to continue to operate; and
(b) the continued operation does not go beyond the date on
which the oil tanker reaches 25 years of age after the date of its
delivery.
(7) In forming the opinion referred to in paragraph (6)(a), the
Minister shall take into consideration the size, age, operational
area and structural conditions of the oil tanker.
(8) In the case of a Canadian oil tanker of 600 tonnes deadweight or more but less than 5,000 tonnes deadweight carrying
heavy grade oil as cargo, the Minister may approve the continued
operation of the oil tanker after the date specified in paragraph (4)(b) if
(a) in the opinion of the Minister, the oil tanker is fit to continue to operate; and
(b) the continued operation does not go beyond the date on
which the oil tanker reaches 25 years of age after the date of its
delivery.
(9) In forming the opinion referred to in paragraph (8)(a), the
Minister shall take into consideration the size, age, operational
area and structural conditions of the oil tanker.
(10) An oil tanker that is not a Canadian oil tanker may operate
in waters under Canadian jurisdiction after the date specified in
subsection (4) if the government of the state whose flag the oil
tanker is entitled to fly has allowed the oil tanker to continue to
operate under Regulation 13H(5) or (6) of Annex I to the Pollution Convention.
Gazette du Canada Partie I
1677
b) dans le cas d’un pétrolier d’un port en lourd de 600 tonnes
métriques mais de moins de 5 000 tonnes métriques, être doté :
(i) d’une part, de citernes ou d’espaces de double fond conformes à l’alinéa a) du paragraphe 7) de la règle 13F de
l’Annexe I de la Convention sur la pollution des mers au
plus tard à la date anniversaire de sa livraison en 2008,
(ii) d’autre part, de citernes ou d’espaces latéraux disposés
conformément à l’alinéa a) du paragraphe 3) de la règle 13F
de l’Annexe I de la Convention sur la pollution des mers et
conformes à l’exigence relative à la distance « w » qui est
visée à l’alinéa b) du paragraphe 7) de la règle 13F de l’Annexe I de la Convention sur la pollution des mers au plus
tard à la date anniversaire de sa livraison en 2008.
(5) Dans le cas d’un pétrolier canadien d’un port en lourd de
5 000 tonnes métriques ou plus qui transporte des cargaisons
d’hydrocarbures lourds et est doté d’espaces à double coque qui
ne sont pas utilisés pour le transport d’hydrocarbures et qui
s’étendent sur toute la longueur de la citerne à cargaison, mais ne
sont pas conformes aux conditions précisées à l’alinéa b) du paragraphe (1) de la règle 13H de l’Annexe I de la Convention sur la
pollution des mers ou qui est doté uniquement d’un double fond
ou de doubles côtés qui ne sont pas utilisés pour le transport
d’hydrocarbures et qui s’étendent sur toute la longueur de la citerne à cargaison, le ministre peut approuver le maintien en exploitation du pétrolier après la date précisée au paragraphe (4) si,
à la fois :
a) le pétrolier était en service le 4 décembre 2003;
b) les spécifications relatives au pétrolier visées au présent paragraphe demeurent inchangées;
c) son maintien en exploitation ne se prolonge pas après la date
à laquelle il atteint l’âge de 25 ans après la date de sa livraison.
(6) Dans le cas d’un pétrolier canadien d’un port en lourd de
5 000 tonnes métriques ou plus qui transporte du pétrole brut
d’une densité, à 15 °C, supérieure à 900 kg/m3 mais inférieure à
945 kg/m3, le ministre peut approuver le maintien en exploitation
de celui-ci après la date précisée à l’alinéa (4)a) si, à la fois :
a) à son avis, les résultats du système d’évaluation de l’état du
navire visé au paragraphe 56(5) indiquent qu’il est en état de
continuer à être exploité;
b) son maintien en exploitation ne se prolonge pas après la date
à laquelle il atteint l’âge de 25 ans après la date de sa livraison.
(7) Le ministre prend en considération les dimensions, l’âge, la
zone d’exploitation et l’état de la structure du pétrolier pour formuler l’avis visé à l’alinéa (6)a).
(8) Dans le cas d’un pétrolier canadien d’un port en lourd de
600 tonnes métriques ou plus mais moins de 5 000 tonnes métriques qui transporte des cargaisons d’hydrocarbures lourds, le ministre peut approuver le maintien en exploitation de celui-ci après
la date précisée à l’alinéa (4)b) si, à la fois :
a) à son avis, le pétrolier est en état de continuer à être exploité;
b) son maintien en exploitation ne se prolonge pas après la date
à laquelle il atteint l’âge de 25 ans après la date de sa livraison.
(9) Le ministre prend en considération les dimensions, l’âge, la
zone d’exploitation et l’état de la structure du pétrolier pour formuler l’avis visé à l’alinéa (8)a).
(10) Tout pétrolier qui n’est pas un pétrolier canadien peut naviguer dans les eaux de compétence canadienne après la date précisée
au paragraphe (4) à condition que le gouvernement de l’État sous
le pavillon duquel il est habilité à naviguer lui ait permis de se
maintenir en exploitation en vertu des paragraphes 5) ou 6) de la
règle 13H de l’Annexe I de la Convention sur la pollution des mers.
1678
Canada Gazette Part I
June 17, 2006
Requirements for Other Oil Tankers
Exigences relatives aux autres pétroliers
58. (1) Subject to subsection (2), this section applies to any oil
tanker other than an oil tanker to which sections 55 to 57 apply.
58. (1) Sous réserve du paragraphe (2), le présent article s’applique à tout pétrolier autre qu’un pétrolier auquel s’applique les
articles 55 à 57.
(2) Le présent article ne s’applique pas :
a) aux pétroliers qui sont conformes à la règle 13F de l’Annexe I de la Convention sur la pollution des mers;
b) aux pétroliers visés à l’alinéa c) du paragraphe (1) de la règle 13G de l’Annexe I de la Convention sur la pollution des
mers;
c) aux pétroliers non autopropulsés qui, à la fois :
(i) sont d’une jauge brute de moins de 2 000 tonneaux,
(ii) n’ont pas de citernes à cargaison d’une capacité supérieure à 200 m3,
(iii) naviguent uniquement, selon le cas :
(A) sur le fleuve Mackenzie,
(B) dans les eaux contiguës du fleuve qui ne se trouvent
pas dans la zone de contrôle de la sécurité de la navigation 12,
(C) dans une rivière ou un lac qui se jette dans le fleuve
Mackenzie.
(3) Pour l’application du présent article, l’âge d’un navire est
déterminé à partir de la plus tardive des dates suivantes :
a) sa date de livraison après la construction initiale;
b) la date d’achèvement d’une transformation importante de
celui-ci, si elle s’achève avant le 6 juillet 1996.
(2) This section does not apply to
(a) an oil tanker that complies with the provisions of Regulation 13F of Annex I to the Pollution Convention;
(b) an oil tanker referred to in Regulation 13G(1)(c) of Annex I
to the Pollution Convention; or
(c) any non-self-propelled oil tanker that
(i) is of less than 2,000 tons gross tonnnage,
(ii) has no cargo tanks that exceed 200 m3 capacity, and
(iii) operates solely on
(A) the Mackenzie River,
(B) those waters contiguous to the river that are not within
shipping safety control zone 12, or
(C) a river or lake that feeds into the Mackenzie River.
(3) For the purposes of this section, the age of an oil tanker is
determined from the later of either
(a) the day on which the oil tanker was delivered after original
construction; and
(b) the day on which a major conversion was completed, if the
conversion was completed before July 6, 1996.
(4) An oil tanker of less than 5,000 tons gross tonnage may not
operate after January 1, 2015 unless the oil tanker is equipped
with a double hull or a double containment system determined by
the Minister to be as effective as a double hull for the prevention
of a discharge of oil.
(5) An oil tanker shall comply with the requirements of Regulation 13F of Annex I to the Pollution Convention if
(a) in the case of an oil tanker of 5,000 tons gross tonnage or
more but less than 30,000 tons gross tonnage,
(i) the age of the oil tanker is 25 years or more and the oil
tanker is constructed with a single hull, or
(ii) the age of the oil tanker is 30 years or more and the oil
tanker is fitted with only double bottoms or double sides;
and
(b) in the case of an oil tanker of 30,000 tons gross tonnage or
more if
(i) the age of the oil tanker is 23 years or more and the oil
tanker is constructed with a single hull, or
(ii) the age of the oil tanker is 28 years or more and the oil
tanker is fitted with only double bottoms or double sides.
(6) Subject to subsection (4), an oil tanker that is constructed
with a single hull may not operate after January 1, 2010.
(7) Subject to subsection (4), an oil tanker that is fitted with
only double bottoms or double sides may not operate after January 1, 2015.
(8) For the purposes of subsections (5) and (7), double bottoms
and double sides that are contiguous with cargo spaces shall meet
the applicable design and construction requirements of Regulation 13F(3) or 13F(7) of Annex I to the Pollution Convention.
[59 reserved]
(4) Il est interdit à tout pétrolier d’une jauge brute de moins de
5 000 tonneaux de naviguer après le 1er janvier 2015 à moins qu’il
ne soit muni d’une coque double ou d’un dispositif de confinement
double que le ministre conclut qu’il est aussi efficace qu’une coque
double pour la prévention des rejets d’hydrocarbures.
(5) Tout pétrolier doit être conforme aux exigences de la règle 13F de l’Annexe I de la Convention sur la pollution des mers
si :
a) dans le cas d’un pétrolier d’une jauge brute de 5 000 tonneaux ou plus mais moins de 30 000 tonneaux, il est âgé :
(i) de 25 ans ou plus et est muni d’une coque simple,
(ii) de 30 ans ou plus et est muni seulement d’un double fond
ou de doubles côtés;
b) dans le cas d’un pétrolier d’une jauge brute de 30 000 tonneaux ou plus, il est âgé :
(i) de 23 ans ou plus et est muni d’une coque simple,
(ii) de 28 ans ou plus et est muni seulement d’un double fond
ou de doubles côtés.
(6) Sous réserve du paragraphe (4), il est interdit à tout pétrolier muni d’une coque simple de naviguer après le 1er janvier
2010.
(7) Sous réserve du paragraphe (4), il est interdit à tout pétrolier muni seulement d’une coque double ou de doubles côtés de
naviguer après le 1er janvier 2015.
(8) Pour l’application des paragraphes (5) à (7), les doubles
fonds ou les doubles côtés contigus aux espaces de cargaison
doivent être conformes aux exigences applicables visant la conception et la construction qui figurent aux paragraphes 3) ou 7) de
la règle 13F de l’Annexe I de la Convention sur la pollution des
mers.
[59 réservé]
Le 17 juin 2006
Gazette du Canada Partie I
1679
DIVISION 2
SECTION 2
NOXIOUS LIQUID SUBSTANCES AND
DANGEROUS CHEMICALS
SUBSTANCES LIQUIDES NOCIVES ET PRODUITS
Subdivision 1
Sous-section 1
General — Liquid Substances
Généralités — Substances liquides
Provisional Assessment of Liquid Substances
Évaluation provisoire des substances liquides
60. No ship or owner or master of a ship shall carry a liquid
substance in bulk that is not listed in chapter 17 or 18 of the IBC
Code unless the liquid substance has been provisionally assessed
in accordance with Regulation 3(4) of Annex II to the Pollution
Convention.
60. Il est interdit à tout navire ou à tout propriétaire ou capitaine d’un navire de transporter une substance liquide en vrac qui
ne figure pas aux chapitres 17 ou 18 du Recueil IBC à moins
qu’elle n’ait été évaluée à titre provisoire conformément au paragraphe 4) de la règle 3 de l’Annexe II de la Convention sur la
pollution des mers.
Oil-like Substances
Substances analogues aux hydrocarbures
61. A Category C or D noxious liquid substance identified as
an oil-like substance under Regulation 14 of Annex II to the Pollution Convention may be carried on an oil tanker and discharged
from it in accordance with the provisions of Regulation 14(b) of
Annex II to the Pollution Convention and Subdivision 4 of Division 1 of these Regulations.
61. Les substances liquides nocives de catégorie C ou D indiquées comme substances analogues aux hydrocarbures en vertu
de la règle 14 de l’Annexe II de la Convention sur la pollution des
mers peuvent être transportées et rejetées par des pétroliers conformément à l’alinéa b) de la règle 14 de l’Annexe II de la Convention sur la pollution des mers et à la sous-section 4 de la section 1 du présent règlement.
Subdivision 2
Sous-section 2
Construction and Equipment
Construction et équipement
CHIMIQUES DANGEREUX
Interpretation
Interprétation
62. A ship converted to a chemical tanker, irrespective of the
date of construction, shall be treated as a chemical tanker constructed on the date on which the conversion commenced unless
the ship
(a) is constructed before July 1, 1986; and
(b) is certified under the BCH Code to carry only those products identified by the Code as substances with pollution hazards only.
62. Tout navire, quelle que soit sa date de construction, qui est
transformé en navire-citerne pour produits chimiques doit être
considéré comme un navire-citerne pour produits chimiques construit à la date à laquelle la transformation a été entreprise à moins
que le navire :
a) ait été construit avant le 1er juillet 1986;
b) ait été certifié en vertu du Recueil BCH pour ne transporter
que des produits indiqués dans ce Recueil comme étant des
substances qui présentent uniquement des risques de pollution.
Construction and Equipment Standards
Normes relatives à la construction et à l’équipement
63. (1) An NLS ship that is constructed on or after July 1, 1986,
or that is constructed before that date and registered in Canada on
or after February 16, 1993, and that carries a Category A, B, C or D
noxious liquid substance shall be equipped and constructed in
accordance with sections 3.4, 3.5 and 3.7 of the Procedures and
Arrangements Standards.
(2) A Canadian NLS ship that was constructed before July 1,
1986 and registered in Canada before February 16, 1993 and an
NLS ship that is not a Canadian ship and that was constructed
before July 1, 1986 shall be equipped and constructed in accordance with subsections 8.4.1 and 8.4.2 and sections 8.5, 8.6 and 8.9
of the Procedures and Arrangements Standards.
(3) Any of the following ships that are constructed on or after
July 1, 1986, or that are constructed before that date and registered in Canada on or after February 16, 1993, shall comply with
the applicable design, construction, equipment and systems requirements of the IBC Code:
(a) ships that carry a Category A, B or C noxious liquid substance in bulk; and
63. (1) Tout navire pour SLN qui est construit le 1er juillet 1986
ou après cette date, ou construit avant cette date et immatriculé au
Canada le 16 février 1993 ou après cette date, et qui transporte
une substance liquide nocive de catégorie A, B, C ou D doit être
construit et équipé conformément aux articles 3.4, 3.5 et 3.7 des
normes relatives aux méthodes et dispositifs.
(2) Tout navire pour SLN canadien qui est construit avant le
1er juillet 1986 et immatriculé au Canada avant le 16 février 1993
et tout navire pour SLN qui n’est pas un navire canadien qui est
construit avant le 1er juillet 1986 doivent être construits et équipés
conformément aux paragraphes 8.4.1 et 8.4.2 et aux articles 8.5, 8.6
et 8.9 des normes relatives aux méthodes et dispositifs.
(3) S’ils sont construits le 1er juillet 1986 ou après cette date, ou
construits avant cette date et immatriculés au Canada le 16 février
1993 ou après cette date, les navires ci-après doivent être conformes aux prescriptions applicables du Recueil IBC visant la conception, la construction, l’équipement et les systèmes :
a) les navires qui transportent en vrac une substance liquide
nocive de catégorie A, B ou C;
1680
Canada Gazette Part I
June 17, 2006
(b) self-propelled chemical tankers that carry a dangerous
chemical in bulk.
(4) Any of the following Canadian ships that were constructed
before July 1, 1986 and registered in Canada before February 16,
1993 and any of the following ships that are not Canadian ships
that were constructed before July 1, 1986 shall comply with the
applicable design, construction, equipment and systems requirements of the BCH Code:
(a) ships that carry a Category A, B or C noxious liquid substance in bulk; and
(b) self-propelled chemical tankers that carry a dangerous chemical in bulk.
b) les navires-citernes autopropulsés qui transportent en vrac
un produit chimique dangereux.
(4) S’ils sont construits avant le 1er juillet 1986 et immatriculés
au Canada avant le 16 février 1993, les navires suivants qui ne
sont pas des navires canadiens et qui sont construits avant le
1er juillet 1986, doivent être conformes aux prescriptions applicables du Recueil BCH visant la conception, la construction,
l’équipement et les systèmes :
a) les navires qui transportent en vrac une substance liquide
nocive de catégorie A, B ou C;
b) les navires-citernes autopropulsés qui transportent en vrac
un produit chimique dangereux.
Containers or Enclosed Deck Areas for NLS Ships
Conteneurs ou ponts fermés de navires pour SLN
64. (1) A noxious liquid substance cargo loading or unloading
manifold and a cargo transfer connection point on an NLS ship
shall be fitted or equipped with a container or enclosed deck area
(a) that is capable of retaining noxious liquid substances that
may leak or spill during transfer operations;
(b) that has a means for the removal of the noxious liquid substances retained in it; and
(c) that does not adversely affect the stability of the NLS ship
or the safety of its crew.
64. (1) Tout collecteur de chargement ou de déchargement de
la cargaison de substances liquides nocives et tout raccord de
transbordement de la cargaison à bord d’un navire pour SLN doivent être munis ou équipés d’un conteneur ou d’un pont fermé qui
est conforme aux exigences suivantes :
a) il peut retenir les fuites ou les déversements de substances
liquides nocives qui peuvent survenir pendant les opérations de
transbordement;
b) il est doté d’un moyen d’enlever les substances liquides nocives qui y sont retenues;
c) il ne compromet pas la stabilité du navire ni la sécurité de
son équipage.
(2) Si le plus gros tuyau du collecteur de chargement ou de déchargement de la cargaison de substances liquides nocives ou du
raccord de transbordement de la cargaison à bord d’un navire
pour SLN a un diamètre intérieur indiqué à la colonne 1 du tableau visé au paragraphe 20(2), le conteneur ou le pont fermé
doit, à tirant d’eau égal, avoir le volume indiqué à la colonne 2 de
ce tableau.
(2) If the largest conduit serving a noxious liquid substance
cargo loading or unloading manifold or a cargo transfer connection point on an NLS ship has an inside diameter set out in Column 1 of an item of the table to subsection 20(2), the container or
enclosed deck area shall, under even-keel conditions, have the
volume set out in Column 2 of that item.
Plans and Specifications
Plans et spécifications
65. (1) The owner of a Canadian ship referred to in subsection 63(1) shall submit to the Minister four copies of the plans
and specifications for the ship, which plans and specifications
shall contain a description of
(a) containers or enclosed deck areas referred to in section 64;
(b) the cargo unloading system referred to in section 3.3 of the
Procedures and Arrangements Standards;
(c) the underwater discharge outlet location referred to in section 3.4 of the Procedures and Arrangements Standards;
(d) the underwater discharge outlet size referred to in section 3.5
of the Procedures and Arrangements Standards;
(e) the slop tanks or other arrangements referred to in section 3.6
of the Procedures and Arrangements Standards; and
(f) the ventilation equipment referred to in section 3.7 of the
Procedures and Arrangements Standards.
(2) The owner of a Canadian ship referred to in subsection 63(2)
shall submit to the Minister four copies of the plans and specifications for the ship, which plans and specifications shall contain a
description of
(a) containers or enclosed deck areas referred to in section 64;
(b) the cargo unloading system referred to in section 8.3 of the
Procedures and Arrangements Standards;
(c) the residue discharge system referred to in section 8.4 of the
Procedures and Arrangements Standards;
(d) the underwater discharge outlet location referred to in section 8.5 of the Procedures and Arrangements Standards;
65. (1) Le propriétaire d’un navire canadien visé au paragraphe 63(1) doit présenter au ministre, en quatre exemplaires, les
plans et les spécifications visant le navire qui comportent une
description de ce qui suit :
a) les conteneurs ou les ponts fermés visés à l’article 64;
b) le système de déchargement de la cargaison visé à l’article 3.3
des normes relatives aux méthodes et dispositifs;
c) l’emplacement des orifices de rejet immergés visé à l’article 3.4 des normes relatives aux méthodes et dispositifs;
d) la dimension des orifices de rejet immergés visée à l’article 3.5 des normes relatives aux méthodes et dispositifs;
e) les citernes à résidus ou les autres dispositifs visés à l’article 3.6 des normes relatives aux méthodes et dispositifs;
f) l’équipement de ventilation visé à l’article 3.7 des normes relatives aux méthodes et dispositifs.
(2) Le propriétaire d’un navire canadien visé au paragraphe 63(2)
doit présenter au ministre, en quatre exemplaires, les plans et les
spécifications visant le navire qui comportent une description de
ce qui suit :
a) les conteneurs ou les ponts fermés visés à l’article 64;
b) le système de déchargement de la cargaison visé à l’article 8.3
des normes relatives aux méthodes et dispositifs;
c) le système de rejet des résidus visé à l’article 8.4 des normes
relatives aux méthodes et dispositifs;
d) l’emplacement des orifices de rejet immergés visé à l’article 8.5 des normes relatives aux méthodes et dispositifs;
Le 17 juin 2006
Gazette du Canada Partie I
(e) the underwater discharge outlet size referred to in section 8.6
of the Procedures and Arrangements Standards;
(f) the recording devices referred to in section 8.7 of the Procedures and Arrangements Standards;
(g) the slop tanks or other arrangements referred to in section 8.8
of the Procedures and Arrangements Standards; and
(h) the ventilation equipment referred to in section 8.9 of the
Procedures and Arrangements Standards.
(3) The owner of a Canadian ship referred to in subsections 63(3) and (4) shall submit to the Minister four copies of the
plans and specifications for the ship, which plans and specifications shall contain a description of
(a) the general arrangement of cargo tanks, cofferdams, slop
tanks, ballast tanks, double bottom tanks and pump rooms and
other hull constructional arrangements in and adjacent to the
cargo tank area;
(b) the location of accommodation spaces and service spaces,
main propulsion space and auxiliary machinery spaces in relation to the cargo tank area, including openings to them such as
doors, windows and access and ventilation openings;
(c) the cargo tank piping system, cargo tank gauging devices,
bilge pumping systems, cargo tank venting systems, ventilation
systems, vapour detection instruments and systems, cargo temperature control systems, environmental control systems, fire
protection, electrical installations and equipment, and provisions and equipment for personnel safety and protection; and
(d) the capability of the ship to sustain and survive damage due
to collision and stranding, in accordance with the provisions of
the IBC Code or BCH Code, as applicable.
1681
(4) The plans and specifications referred to in subsection (3)
shall include
(a) particulars of proposed materials to be used; and
(b) the calculations used to determine physical sizes, capacities,
loads, pressures and temperatures.
(5) The plans and specifications referred to in subsections (1)
to (3) shall be submitted before hull construction or before the
carrying out of major repairs to a ship.
e) la dimension des orifices de rejet immergés visée à l’article 8.6 des normes relatives aux méthodes et dispositifs;
f) les dispositifs d’enregistrement visés à l’article 8.7 des normes relatives aux méthodes et dispositifs;
g) les citernes à résidus ou autres dispositifs visés à l’article 8.8
des normes relatives aux méthodes et dispositifs;
h) l’équipement de ventilation visé à l’article 8.9 des normes
relatives aux méthodes et dispositifs.
(3) Le propriétaire d’un navire canadien visé aux paragraphes 63(3) et (4) doit présenter au ministre, en quatre exemplaires, les plans et les spécifications visant le navire qui comportent
une description de ce qui suit :
a) la disposition générale des citernes à cargaison, des cofferdams, des citernes à résidus, des citernes à ballast, des citernes
de doubles fonds et des chambres de pompes et de toute autre
installation faisant partie de la coque à l’intérieur de la tranche
des citernes à cargaison ou attenante à celle-ci;
b) l’emplacement des locaux d’habitation et de service, de la
tranche de propulsion principale et des tranches des machines
auxiliaires par rapport à la tranche des citernes à cargaison, y
compris les ouvertures de celles-ci comme les portes, les fenêtres, les ouvertures d’accès et les orifices de ventilation;
c) le tuyautage des citernes à cargaison, les dispositifs de jaugeage de ces citernes, les systèmes de pompage des caissons,
les systèmes de dégagement des citernes à cargaison, les systèmes de ventilation, les systèmes et instruments de détection
des vapeurs, les systèmes de contrôle de la température de la
cargaison, les systèmes de contrôle de l’atmosphère, la protection contre les incendies, l’équipement et les installations électriques, ainsi que les mesures et l’équipement assurant la sécurité et la protection du personnel;
d) la capacité du navire à subir des avaries dues à son abordage
ou à son échouement et à y survivre aux termes du Recueil IBC
ou du Recueil BCH, selon le cas.
(4) Les plans et les spécifications visés au paragraphe (3) doivent comprendre ce qui suit :
a) le détail des matériaux destinés à être utilisés;
b) les calculs ayant servi à déterminer les dimensions physiques,
les capacités, les charges, les pressions et les températures.
(5) Les plans et les spécifications visés aux paragraphes (1)
à (3) doivent être présentés avant la construction de la coque ou
avant l’exécution de réparations majeures à un navire.
Emergency Plan
Plan d’urgence
66. The owner of a Canadian NLS ship of 150 tons gross tonnage or more shall submit to the Minister four copies of the shipboard marine pollution emergency plan for noxious liquid substances, unless a shipboard marine pollution emergency plan has
been submitted under subsection 39(4).
66. Le propriétaire d’un navire pour SLN canadien d’une jauge
brute de 150 tonneaux ou plus doit présenter au ministre, en quatre exemplaires, le plan d’urgence de bord contre la pollution par
les substances liquides nocives à moins qu’un plan d’urgence de
bord contre la pollution des mers n’ait été présenté en vertu du
paragraphe 39(4).
Procedures and Arrangements Manual
Manuel sur les méthodes et dispositifs de rejet
67. (1) The owner of a Canadian NLS ship shall submit four
copies of the ship’s procedures and arrangements manual to the
Minister in the format set out in Appendix D to the Procedures
and Arrangements Standards.
(2) The procedures and arrangements manual shall list all noxious liquid substances carried by the ship and shall include
(a) the information set out in subsections 2.4.2 to 2.4.4 of the
Procedures and Arrangements Standards; and
(b) the operational instructions set out in paragraphs 2.4.5.1 to
2.4.5.7 of the Procedures and Arrangements Standards and in
Subdivisions 2 and 6.
67. (1) Le propriétaire d’un navire pour SLN canadien doit présenter au ministre, en quatre exemplaires, le manuel sur les méthodes et dispositifs de rejet du navire selon le modèle qui figure
à l’appendice D des normes relatives aux méthodes et dispositifs.
(2) Le manuel sur les méthodes et dispositifs de rejet doit énumérer toute substance liquide nocive transportée par le navire et
comprendre :
a) les renseignements visés aux paragraphes 2.4.2 à 2.4.4 des
normes relatives aux méthodes et dispositifs;
b) les directives concernant les opérations visées aux alinéas 2.4.5.1 à 2.4.5.7 des normes relatives aux méthodes et dispositifs et des sous-sections 2 et 6.
1682
Canada Gazette Part I
June 17, 2006
Subdivision 3
Sous-section 3
Inspections and Certificates
Inspections et certificats
Initial Inspections and Periodic Inspections
Inspections initiales et inspections périodiques
68. (1) A ship shall be inspected by a steamship inspector to
ensure that the ship’s construction, arrangement, equipment, fittings, installations and systems are in accordance with these
Regulations before the ship is put into service for the first time or
is issued its first Canadian Noxious Liquid Substance Certificate
or Certificate of Fitness.
(3) A ship that is transferred to Canadian registry is subject to
the provisions of subsections (1) and (2).
(4) If a steamship inspector conducts an inspection of a ship
similar to the initial inspection referred to in subsection (1) and
finds that the ship is in compliance with these Regulations, the
steamship inspector may renew the ship’s Canadian Noxious Liquid Substance Certificate or Certificate of Fitness within the
three months before the expiration of the period for which it was
issued.
68. (1) Tout navire doit être inspecté par l’inspecteur de navires
à vapeur pour s’assurer que sa construction, sa disposition, son
équipement, ses appareils, ses installations et ses systèmes sont
conformes au présent règlement avant sa première mise en service
ou la délivrance de son premier certificat canadien de transport de
substances liquides nocives ou de son certificat d’aptitude au
transport.
(2) L’inspecteur de navires à vapeur doit délivrer au navire qui
est conforme au présent règlement un certificat canadien de transport de substances liquides nocives ou un certificat d’aptitude au
transport qui est valide pour une période de cinq ans ou moins à
compter de la date de sa délivrance.
(3) Tout navire transféré au registre canadien est assujetti aux
paragraphes (1) et (2).
(4) L’inspecteur de navires à vapeur qui, au terme de l’inspection d’un navire similaire à son inspection initiale visé au paragraphe (1), conclut que celui-ci est conforme au présent règlement peut en renouveler le certificat canadien de transport de
substances liquides nocives ou le certificat d’aptitude au transport
dans les trois mois précédant l’expiration de la période pour laquelle le certificat a été délivré.
Intermediate Inspections
Inspections intermédiaires
69. (1) The owner or master of a ship may elect to undergo an
intermediate inspection within three months before or after the
expiration of either two years or three years after the day on
which the ship’s Canadian Noxious Liquid Substance Certificate
or Certificate of Fitness was issued.
69. (1) Le propriétaire ou le capitaine d’un navire peut choisir
d’effectuer l’inspection intermédiaire dans les trois mois précédant ou suivant l’expiration d’une période de deux ou de trois ans
suivant la date de délivrance de son certificat canadien de transport de substances liquides nocives ou de son certificat d’aptitude
au transport.
(2) Tout navire doit faire l’objet d’une inspection intermédiaire
par l’inspecteur de navires à vapeur pour s’assurer que son équipement et son système de tuyautage fonctionnent et sont entretenus conformément au présent règlement.
(3) Pendant une inspection intermédiaire, s’il est constaté que
l’équipement et le système de tuyautage fonctionnent et sont entretenus conformément au présent règlement, l’inspecteur de navires à vapeur doit l’attester en annotant le certificat canadien de
transport de substances liquides nocives ou le certificat d’aptitude
au transport du navire.
(2) The steamship inspector shall issue to a ship that complies
with these Regulations a Canadian Noxious Liquid Substance
Certificate or a Certificate of Fitness that is valid for a period of
five years or less beginning on the day on which it was issued.
(2) A ship shall undergo an intermediate inspection by a steamship inspector to ensure that the ship’s equipment and piping system are operating and are being maintained in accordance with
these Regulations.
(3) If, during an intermediate inspection, the equipment and
piping systems are found to be operating and to be being maintained in accordance with these Regulations, the steamship inspector shall attest to that by endorsing the ship’s Canadian Noxious Liquid Substance Certificate or Certificate of Fitness.
Annual Inspections
Inspections annuelles
70. (1) In order to ensure that the equipment, fittings, installations and systems of a ship are operated and being maintained in
accordance with these Regulations, the ship shall undergo an annual inspection by a steamship inspector
(a) within the three months before or after the expiration of one
year after the day on which its Canadian Noxious Liquid Substance Certificate or Certificate of Fitness was issued;
(b) within the three months before or after the expiration of
(i) three years after the day on which its Canadian Noxious
Liquid Substance Certificate or Certificate of Fitness was
issued, if an intermediate inspection referred to in subsection 70(1) takes place within the three months before or after
the expiration of two years after the day on which its Canadian Noxious Liquid Substance Certificate or Certificate of
Fitness was issued, or
(ii) two years after the day on which its Canadian Noxious
Liquid Substance Certificate or Certificate of Fitness was
70. (1) Tout navire doit faire l’objet d’une inspection annuelle
par l’inspecteur de navires à vapeur dans les délais ci-après pour
assurer le fonctionnement et l’entretien de l’équipement, des appareils, des installations et des systèmes conformément au présent
règlement :
a) dans les trois mois précédant ou suivant l’expiration de la
période d’un an suivant la date de délivrance de son certificat
canadien de transport de substances liquides nocives ou de son
certificat d’aptitude au transport;
b) dans les trois mois précédant ou suivant l’expiration :
(i) soit d’une période de trois ans suivant la date de délivrance de son certificat canadien de transport de substances
liquides nocives ou de son certificat d’aptitude au transport,
si l’inspection intermédiaire visée au paragraphe 70(1) a lieu
dans les trois mois précédant ou suivant l’expiration d’une
période de deux ans suivant la date de délivrance du certificat en cause,
Le 17 juin 2006
Gazette du Canada Partie I
1683
issued, if an intermediate inspection referred to in subsection 70(1) takes place within the three months before or after
the expiration of three years after the day on which its Canadian Noxious Liquid Substance Certificate or Certificate of
Fitness was issued; and
(c) within the three months before or after four years after the
day on which its Canadian Noxious Liquid Substance Certificate or Certificate of Fitness was issued.
(ii) soit d’une période de deux ans suivant la date de délivrance de son certificat canadien de transport de substances
liquides nocives ou de son certificat d’aptitude au transport,
si l’inspection intermédiaire visée au paragraphe 70(1) a lieu
dans les trois mois précédant ou suivant l’expiration d’une
période de trois ans suivant la date de délivrance du certificat
en cause;
c) dans les trois mois précédant ou suivant la période de quatre
ans suivant la date de délivrance de son certificat canadien de
transport de substances liquides nocives ou de son certificat
d’aptitude au transport.
(2) If, during an annual inspection, the equipment, fittings, installations and systems are found to be operating and to be being
maintained in accordance with these Regulations, the steamship
inspector shall attest to that by endorsing the ship’s Canadian
Noxious Liquid Substance Certificate or Certificate of Fitness.
(2) Pendant une inspection annuelle, s’il est constaté que
l’équipement, les appareils, les installations et les systèmes fonctionnent et sont entretenus conformément au présent règlement,
l’inspecteur de navires à vapeur doit l’attester en annotant le certificat canadien de transport de substances liquides nocives ou le
certificat d’aptitude au transport du navire.
Inspection of Non-self-propelled Ships
Inspection de navires non autopropulsés
71. (1) Despite subsection 68(4) and sections 69 and 70, the
annual, intermediate and periodic inspections of and the issuance
of the appropriate certificate for a non-self-propelled ship may be
performed by an approved classification society.
71. (1) Malgré le paragraphe 68(4) et les articles 69 et 70, les
inspections annuelles, intermédiaires et périodiques d’un navire
non autopropulsé et la délivrance du certificat applicable à celuici peuvent être effectuées par une société de classification agréée.
(2) If an approved classification society performs an inspection,
it shall notify the Board in writing of the date and results of the
inspection.
(2) La société de classification agréée qui effectue une inspection doit informer le Bureau par écrit de la date et des résultats de
l’inspection.
Issuance of International Certificates
Délivrance de certificats internationaux
72. (1) The Board or an approved classification society may, at
the request of the owner or master of a Canadian ship, issue to
that ship
(a) an International Pollution Prevention Certificate for the
Carriage of Noxious Liquid Substances in Bulk if the ship
complies with the applicable provisions of Annex II to the Pollution Convention; or
(b) a Certificate of Fitness if the ship complies with the applicable provisions of the IBC Code or BCH Code.
72. (1) Le Bureau ou toute société de classification agréée peut,
à la demande du propriétaire ou du capitaine d’un navire canadien, délivrer au navire :
a) soit un certificat international de prévention de la pollution
liée au transport de substances liquides nocives en vrac s’il est
conforme aux dispositions applicables de l’Annexe II de la
Convention sur la pollution des mers;
b) soit un certificat d’aptitude au transport s’il est conforme
aux dispositions applicables du Recueil IBC ou du Recueil
BCH.
(2) If an approved classification society issues a certificate to a
Canadian ship, the approved classification society shall forward a
certified copy of the certificate to the Board.
(2) La société de classification agréée qui délivre le certificat à
un navire canadien doit en faire parvenir une copie certifiée conforme au Bureau.
Subdivision 4
Sous-section 4
Shipboard Documents
Documents à bord du navire
Documents Kept on Board
Documents à conserver à bord
73. An NLS ship and a chemical tanker shall keep on board an
English or French version of
(a) one of the following documents:
(i) a Canadian Noxious Liquid Substance Certificate if the
ship is a Canadian ship that engages only on voyages in
waters under Canadian jurisdiction and carries only a Category D noxious liquid substance that is not a dangerous
chemical,
(ii) an International Pollution Prevention Certificate for the
Carriage of Noxious Liquid Substances in Bulk in accordance with the provisions of Regulation 11 of Annex II to the
Pollution Convention,
73. Tout navire pour SLN et tout navire-citerne pour produits
chimiques doivent conserver à bord, dans leur version française
ou anglaise :
a) l’un des documents suivants :
(i) un certificat canadien de transport de substances liquides
nocives, s’il s’agit d’un navire canadien transportant uniquement une substance liquide nocive de catégorie D qui n’est
pas un produit chimique dangereux et effectue exclusivement des voyages dans les eaux de compétence canadienne,
(ii) un certificat international de prévention de la pollution
liée au transport de substances liquides nocives en vrac qui
est conforme à la règle 11 de l’Annexe II de la Convention
sur la pollution des mers, s’il s’agit d’un navire qui est :
1684
Canada Gazette Part I
(A) if the ship is a Canadian ship that engages on voyages
that do not take place exclusively in waters under Canadian jurisdiction and carries only a Category D noxious
liquid substance that is not a dangerous chemical, or
(B) if the ship is not a Canadian ship, is registered in a
state that is a signatory to the Pollution Convention, is in
waters under Canadian jurisdiction and carries only a Category D noxious liquid substance that is not a dangerous
chemical,
(iii) a Certificate of Fitness
(A) if the ship is a Canadian ship that carries a Category A, B or C noxious liquid substance or a dangerous
chemical, or
(B) if the ship is not a Canadian ship, is registered in a
state that is a signatory to the Pollution Convention, is in
waters under Canadian jurisdiction and carries a Category A, B or C noxious liquid substance or a dangerous
chemical, or
(iv) a certificate of compliance certifying that the ship complies with the applicable provisions of Annex II to the Pollution Convention, the IBC Code or the BCH Code, as the case
may be, if the ship is registered in a state that is not a signatory to the Pollution Convention and is in waters under Canadian jurisdiction;
(b) in the case of an NLS ship, a procedures and arrangements
manual containing the information specified in the Procedures
and Arrangements Standards; and
(c) in the case of a chemical tanker, a copy of the IBC Code or
the BCH Code, as applicable.
June 17, 2006
(A) soit un navire canadien qui effectue des voyages qui
ne se déroulent pas exclusivement dans les eaux de compétence canadienne et qui transporte uniquement une substance liquide nocive de catégorie D qui n’est pas un produit chimique dangereux,
(B) soit un navire qui n’est pas un navire canadien, qui est
immatriculé dans un État signataire de la Convention sur
la pollution des mers et se trouve dans les eaux de compétence canadienne et transporte uniquement une substance
liquide nocive de catégorie D qui n’est pas un produit chimique dangereux,
(iii) un certificat d’aptitude au transport, s’il s’agit d’un navire qui est :
(A) soit un navire canadien qui transporte une substance
liquide nocive de catégorie A, B ou C ou un produit chimique dangereux,
(B) soit un navire qui n’est pas un navire canadien, qui est
immatriculé dans un État signataire de la Convention sur
la pollution des mers et se trouve dans les eaux de compétence canadienne et transporte une substance liquide
nocive de catégorie A, B ou C ou un produit chimique
dangereux,
(iv) un certificat de conformité qui atteste qu’il est conforme aux dispositions applicables de l’Annexe II de la Convention sur la pollution des mers, du Recueil IBC ou du Recueil BCH, selon le cas, s’il est immatriculé dans un État qui
n’est pas signataire de celle-ci et se trouve dans les eaux de
compétence canadienne;
b) un manuel sur les méthodes et dispositifs de rejet qui comprend les renseignements qui figurent aux normes relatives aux
méthodes et dispositifs, s’il s’agit d’un navire pour SLN;
c) un exemplaire du Recueil IBC ou du Recueil BCH, selon le
cas, s’il s’agit d’un navire-citerne pour produits chimiques.
Emergency Plan
Plan d’urgence
74. (1) Subject to subsection (2), an NLS ship of 150 tons gross
tonnage or more shall keep on board an English or French version
of a shipboard marine pollution emergency plan for noxious liquid substances that meets the requirements of Regulation 16(2)
of Annex II to the Pollution Convention.
(2) If subsection 39(1) applies to the NLS ship, the shipboard
marine pollution emergency plan for noxious liquid substances
may be combined with the shipboard oil pollution emergency
plan, in which case the title of the plan shall be the “shipboard
marine pollution emergency plan”.
74. (1) Sous réserve du paragraphe (2), tout navire pour SLN
d’une jauge brute de 150 tonneaux ou plus doit conserver à bord,
en français ou en anglais, un plan d’urgence de bord contre la
pollution par les substances liquides nocives qui est conforme au
paragraphe 2) de la règle 16 de l’Annexe II de la Convention sur
la pollution des mers.
(2) Si le paragraphe 39(1) s’applique à un navire pour SLN, le
plan d’urgence de bord contre la pollution par les substances liquides nocives peut être combiné avec le plan d’urgence de bord
contre la pollution par les hydrocarbures. Dans ce cas, le plan
s’intitule « Plan d’urgence de bord contre la pollution des mers ».
Subdivision 5
Sous-section 5
Control of Cargo Operations
Contrôle des opérations de la cargaison
Operational Procedures
Méthodes d’exploitation
75. The master of a ship shall ensure that the operational procedures related to cargo handling, tank cleaning, slop handling
and cargo tank ballasting and deballasting are carried out in accordance with the ship’s procedures and arrangements manual
and with this Subdivision and Subdivision 6.
75. Le capitaine d’un navire doit s’assurer que les méthodes
d’exploitation concernant la manutention de la cargaison, le nettoyage des citernes, la manutention des résidus et le ballastage et
déballastage des citernes à cargaison sont exécutées conformément au manuel sur les méthodes et dispositifs de rejet du navire,
à la présente sous-section et à la sous-section 6.
Operational Requirements
Exigences d’exploitation
76. (1) The master of a chemical tanker that is constructed on
or after July 1, 1986, or that is constructed before that date and
76. (1) Le capitaine d’un navire-citerne pour produits chimiques qui est construit le 1er juillet 1986 ou après cette date, ou
Le 17 juin 2006
Gazette du Canada Partie I
registered in Canada on or after February 16, 1993, shall comply
with the operational requirements set out in sections 16.1 to 16.4,
subsections 16.5.2 to 16.6.3 and section 16.7 of the IBC Code.
(2) The master of a chemical tanker referred to in subsection (1) shall refuse the cargo mentioned in subsection 16.2.2 of
the Procedures and Arrangements Standards if the analysis of the
cargo has not been certified by the manufacturer or a marine
chemist.
(3) The master of a chemical tanker other than a chemical
tanker referred to in subsection (1) shall comply with the operational requirements set out in Chapter V of the BCH Code.
1685
construit avant cette date et immatriculé au Canada le 16 février
1993 ou après cette date, doit se conformer aux prescriptions en
matière d’exploitation prévues aux articles 16.1 à 16.4, aux paragraphes 16.5.2 à 16.6.3 et à l’article 16.7 du Recueil IBC.
(2) Le capitaine d’un navire-citerne pour produits chimiques
visé au paragraphe (1) doit refuser de prendre à bord la cargaison
visée au paragraphe 16.2.2 des normes relatives aux méthodes et
aux dispositifs si l’analyse de la cargaison n’a pas été certifiée par
le fabricant ou un chimiste en océanographie.
(3) Le capitaine d’un navire-citerne pour produits chimiques
autre que celui visé au paragraphe (1) doit se conformer aux prescriptions en matière d’exploitation prévues au chapitre V du Recueil BCH.
Carriage Requirements
Exigences relatives au transport
77. No Category B noxious liquid substance that has a melting
point equal to or greater than 15°C shall be carried either in a
cargo tank any boundary of which is formed by the ship’s shell
plating or in a cargo tank that is not fitted with a cargo heating
system.
77. Il est interdit de transporter une substance liquide nocive de
catégorie B dont le point de fusion est de 15 °C ou plus dans une
citerne à cargaison dont l’une des limites est formée par le bordé
extérieur du navire ou qui n’est pas munie d’un système de réchauffage de la cargaison.
Ventilation Procedures
Méthodes de ventilation
78. Only substances that have a vapour pressure greater than
5 kPa at 20°C may be ventilated to remove residues, in which
case the ventilation procedures followed shall be those referred to
in paragraphs 81(1)(c), 82(2)(c) and 83(c) and shall be carried out
in accordance with sections 2 and 4 of Appendix C to the Procedures and Arrangements Standards.
78. Seules les substances ayant une tension de vapeur de plus
de 5 kPa à 20 °C peuvent être ventilées pour en enlever les résidus, auquel cas les méthodes de ventilation à suivre sont celles
visées aux alinéas 81(1)c), 82(2)c) et 83c) et elles doivent être
appliquées conformément aux articles 2 et 4 de l’appendice C des
normes relatives aux méthodes et aux dispositifs.
Tank Washing Operations
Opérations de lavage de citernes
79. Tank washing operations referred to in sections 81 to 83
shall be carried out
(a) in accordance with the provisions of Appendix B to the
Procedures and Arrangements Standards; and
(b) in such a way that the effluent resulting from the washing is
discharged to a reception facility and not discharged into the
water.
79. Les opérations de lavage de citernes visées aux articles 81
à 83 doivent être effectuées :
a) conformément aux dispositions de l’appendice B des normes
relatives aux méthodes et aux dispositifs;
b) de manière que l’effluent résultant du lavage soit rejeté à une
installation de réception et non dans l’eau.
Stripping Operations
Opérations d’assèchement
80. (1) If cargo stripping operations that involve a Category B
or C noxious liquid substance are carried out at an unloading facility, the owner or operator of the unloading facility shall ensure
that the facility is capable of receiving the cargo at an average
flow rate of 6 m3 per hour without creating back pressure of more
than 100 kPa at the ship’s manifold.
(2) The ship’s manifold shall be no more than 3 m above the
waterline at low mean tide.
(3) Cargo hoses and piping systems that contain noxious liquid
substances shall not be drained back into the ship after the completion of cargo stripping operations.
80. (1) Lorsque des opérations d’assèchement de cargaison visant des substances liquides nocives de catégorie B ou C sont
effectuées à une installation de déchargement, le propriétaire ou
l’exploitant de l’installation doit s’assurer que celle-ci peut recevoir
la cargaison à un débit moyen de 6 m3 à l’heure sans créer une
contre-pression de plus de 100 kPa au collecteur du navire.
(2) Le collecteur du navire doit être d’au plus 3 m au-dessus de
la ligne de flottaison, à marée basse moyenne.
(3) Les manches à cargaison et les tuyautages de cargaison qui
contiennent des substances liquides nocives ne doivent pas être
vidés de leur contenu à bord du navire une fois les opérations
d’assèchement de la cargaison terminées.
Procedures — Category A
Méthodes — Catégorie A
81. (1) A tank from which a Category A noxious liquid substance has been unloaded shall be washed before the ship leaves
the port of unloading unless
(a) the tank is reloaded with the same substance or a substance
that is compatible with it and the tank is neither ballasted before loading nor washed after the ship leaves the port of
unloading;
81. (1) Toute citerne de laquelle une substance liquide nocive
de catégorie A a été déchargée doit être lavée avant que le navire
quitte le port de déchargement à moins que, selon le cas :
a) la citerne ne soit rechargée avec la même substance ou une
substance compatible avec celle-ci et qu’elle ne soit ni ballastée
avant son chargement ni lavée après que le navire a quitté le
port de déchargement;
1686
Canada Gazette Part I
(b) the master of the ship notifies the Board in writing that the
tank will be washed at another port that has adequate reception
facilities; or
(c) cargo residues are removed by a ventilation procedure.
(2) The tank washing operation shall be carried out
(a) in accordance with section 79; or
(b) by washing the tank and discharging the effluent to a reception facility until the concentration of the substance in the effluent has fallen to 0.1% by weight, with the exception of yellow or white phosphorus for which the concentration shall have
fallen to 0.01% by weight, and thereafter by continuing to discharge the remaining effluent until the tank is empty.
(3) The tank washing operation shall be carried out in the presence of a pollution prevention officer who shall endorse the appropriate operational entries in the ship’s Cargo Record Book for
Ships Carrying Noxious Liquid Substances in Bulk.
June 17, 2006
b) le capitaine du navire n’informe le Bureau par écrit que la
citerne sera lavée dans un autre port qui possède des installations de réception convenables;
c) les résidus de cargaison ne soient éliminés par une méthode
de ventilation.
(2) Les opérations de lavage de citernes doivent être effectuées,
selon le cas :
a) conformément à l’article 79;
b) par lavage de la citerne et par rejet de l’effluent à une installation de réception jusqu’à ce que la concentration de la substance dans l’effluent soit passée à 0,1 pour cent en poids, à
l’exception du phosphore blanc ou jaune dont la concentration
doit passer à 0,01 pour cent en poids, et, ensuite, par le rejet de
l’effluent résiduel jusqu’à ce que la citerne soit vide.
(3) Les opérations de lavage de citernes doivent être effectuées
en présence du fonctionnaire chargé de la prévention de la pollution, et il doit annoter les mentions appropriées dans le registre de
la cargaison pour les navires transportant des substances liquides
nocives en vrac.
Procedures — Categories B and C
Méthodes — Catégories B et C
82. (1) A tank from which a Category B or C noxious liquid
substance has been unloaded shall be washed before the ship
leaves the port of unloading if
(a) the unloaded substance is a high viscosity substance or a solidifying substance; or
(b) the unloading operation is not carried out in accordance
with the ship’s procedures and arrangements manual.
(2) Subsection (1) does not apply if
(a) the tank is reloaded with the same substance or a substance
that is compatible with it and the tank is neither ballasted before loading nor washed after the ship leaves the port of
unloading;
(b) the master of the ship notifies the Board in writing that the
tank will be washed at another port that has adequate reception
facilities; or
(c) cargo residues are removed by a ventilation procedure.
82. (1) Toute citerne de laquelle une substance liquide nocive
de catégorie B ou C a été déchargée doit être lavée avant que le
navire quitte le port de déchargement dans les cas suivants :
a) la substance déchargée est une substance à viscosité élevée
ou une substance qui se solidifie;
b) l’opération de déchargement n’est pas effectuée conformément au manuel sur les méthodes et dispositifs de rejet du navire.
(2) Le paragraphe (1) ne s’applique pas dans les cas suivants :
a) la citerne est rechargée avec la même substance ou une substance compatible avec celle-ci et elle n’est ni ballastée avant
son chargement ni lavée après que le navire a quitté le port de
déchargement;
b) le capitaine du navire informe le Bureau par écrit que la citerne sera lavée dans un autre port qui possède des installations
de réception convenables;
c) les résidus de cargaison sont éliminés par une méthode de
ventilation.
Procedures — Category D
Méthodes — Catégorie D
83. A tank from which a Category D noxious liquid substance
has been unloaded shall either be washed or have its cargo residues diluted for discharge in accordance with section 67 unless
(a) the tank is reloaded with the same substance or a substance
that is compatible with it and the tank is neither ballasted before loading nor washed after the ship leaves the port of
unloading;
(b) the master of the ship notifies the Board in writing that the
tank will be washed at another port that has adequate reception
facilities; or
(c) cargo residues are removed by a ventilation procedure.
83. Toute citerne de laquelle une substance liquide nocive de
catégorie D a été déchargée doit être lavée ou ses résidus de cargaison doivent être dilués pour être rejetés conformément à l’article 67, à moins que, selon le cas :
a) la citerne ne soit rechargée avec la même substance ou une
substance compatible avec celle-ci et qu’elle ne soit ni ballastée
avant son chargement ni lavée après que le navire a quitté le
port de déchargement;
b) le capitaine du navire n’informe le Bureau par écrit que la
citerne sera lavée dans un autre port qui possède des installations de réception convenables;
c) les résidus de cargaison ne soient éliminés par une méthode
de ventilation.
Subdivision 6
Sous-section 6
Discharge of Noxious Liquid Substances
Rejet de substances liquides nocives
Application
Application
84. This Subdivision applies to
(a) a ship in Section I waters or Section II waters; and
84. La présente sous-section s’applique :
a) aux navires pour SLN qui se trouvent dans les eaux de la
section I et dans les eaux de la section II;
Le 17 juin 2006
Gazette du Canada Partie I
(b) a Canadian ship in waters seaward of the outermost limits
of Section II waters, except a Canadian ship that is in a special
area referred to in section 9.
1687
b) aux navires pour SLN canadiens qui se trouvent dans les
eaux situées au-delà des limites extérieures des eaux de la section II, sauf ceux qui se trouvent dans une zone spéciale visée à
l’article 9.
Prohibition — Section I Waters
Interdiction — Eaux de la section I
85. Subject to section 8, no ship shall discharge and no person
shall discharge or permit the discharge of a noxious liquid substance into Section I waters.
85. Sous réserve de l’article 8, il est interdit à tout navire de rejeter des substances liquides nocives dans les eaux de la section I
et à toute personne d’en rejeter ou d’en permettre le rejet.
Prohibition — Section II Waters and
Seaward of Section II Waters
Interdiction — Eaux de la section II et les eaux situées
au-delà des eaux de la section II
86. Subject to sections 8 and 87 to 90,
(a) no ship shall discharge and no person shall discharge or
permit the discharge of a noxious liquid substance into Section II
waters; and
(b) no Canadian ship shall discharge and no person shall discharge or permit the discharge of a noxious liquid substance into
waters seaward of the outermost limits of Section II waters.
86. Sous réserve des articles 8 et 87 à 90, il est interdit :
a) à tout navire de rejeter des substances liquides nocives dans
les eaux de la section II et à toute personne d’en rejeter ou d’en
permettre le rejet;
b) à tout navire canadien de rejeter des substances liquides nocives dans les eaux situées au-delà des eaux de la section II et à
toute personne d’en rejeter ou d’en permettre le rejet.
Authorized Discharge — Category A
Rejet autorisé — Catégorie A
87. Ballast water introduced into a tank that last contained a
Category A noxious liquid substance may be discharged from an
NLS ship into Section II waters or a Canadian ship referred to in
paragraph 84(b) that is an NLS ship if
(a) the tank was washed in accordance with subsection 81(2);
(b) the discharge is made in accordance with the ship’s procedures and arrangements manual;
(c) the ship is en route at a speed of at least 7 knots, in the
case of a self-propelled ship, or at least 4 knots, in the case of a
non-self-propelled ship;
(d) the discharge is made below the waterline;
(e) the discharge is made at a distance of at least 12 nautical
miles from the nearest land; and
(f) the discharge is made into waters whose depth is at least 25 m.
87. Les eaux de ballast ajoutées dans une citerne dont le plus
récent contenu était une substance liquide nocive de catégorie A
peuvent être rejetées d’un navire qui se trouve dans les eaux de la
section II ou d’un navire canadien visé à l’alinéa 84b) s’il s’agit
d’un navire pour SLN, si les conditions suivantes sont réunies :
a) la citerne a été lavée conformément au paragraphe 81(2);
b) le rejet est effectué conformément au manuel sur les méthodes et dispositifs de rejet du navire;
c) le navire fait route à une vitesse d’au moins 7 nœuds, s’il
s’agit d’un navire autopropulsé, ou d’au moins 4 nœuds, s’il
s’agit d’un navire non autopropulsé;
d) le rejet est effectué au-dessous de la ligne de flottaison;
e) le rejet est effectué à une distance d’au moins 12 milles marins à partir de la terre la plus proche;
f) le rejet est effectué dans des eaux d’une profondeur d’au
moins 25 m.
Authorized Discharge — Category B
Rejet autorisé — Catégorie B
88. A Category B noxious liquid substance may be discharged
from an NLS ship into Section II waters or a Canadian ship referred to in paragraph 84(b) that is an NLS ship if
(a) the discharge is made in accordance with the ship’s discharge procedures and arrangements manual;
(b) the ship is en route at a speed of at least 7 knots, in the case
of a self-propelled ship, or at least 4 knots, in the case of a nonself-propelled ship;
(c) the concentration of the noxious liquid substance in the
wake astern of the ship does not exceed 1 ppm;
(d) the maximum quantity of cargo discharged from each cargo
tank and its associated piping system that contains a Category B
noxious liquid substance does not exceed 1 m3 or 1/3,000 of
the cargo tank’s capacity, whichever is greater;
(e) the discharge is made below the waterline;
(f) the discharge is made at a distance of at least 12 nautical
miles from the nearest land; and
(g) the discharge is made into waters whose depth is at least 25 m.
88. Les substances liquides nocives de catégorie B peuvent être
rejetées d’un navire qui se trouve dans les eaux de la section II ou
d’un navire canadien visé à l’alinéa 84b) s’il s’agit d’un navire
pour SLN si les conditions suivantes sont réunies :
a) le rejet est effectué conformément au manuel sur les méthodes et dispositifs de rejet du navire;
b) le navire fait route à une vitesse d’au moins 7 nœuds, s’il
s’agit d’un navire autopropulsé, ou d’au moins 4 nœuds, s’il
s’agit d’un navire non autopropulsé;
c) la concentration de la substance liquide nocive est d’au plus
1 ppm dans le sillage arrière du navire;
d) la quantité maximale de cargaison rejetée de chaque citerne
de cargaison et de son système de tuyautage connexe contenant
une substance liquide nocive de catégorie B est d’au plus 1 m3
ou 1/3 000 de la capacité de la citerne, la valeur la plus élevée
étant à retenir;
e) le rejet est effectué au-dessous de la ligne de flottaison;
f) le rejet est effectué à une distance d’au moins 12 milles marins à partir de la terre la plus proche;
g) le rejet est effectué dans des eaux d’une profondeur d’au
moins 25 m.
1688
Canada Gazette Part I
June 17, 2006
Authorized Discharge — Category C
Rejet autorisé— Catégorie C
89. A Category C noxious liquid substance may be discharged
from an NLS ship into Section II waters or a Canadian ship referred to in paragraph 84(b) that is an NLS ship if
(a) the discharge is made in accordance with the ship’s discharge procedures and arrangements manual;
(b) the ship is en route at a speed of at least 7 knots, in the case
of a self-propelled ship, or at least 4 knots, in the case of a nonself-propelled ship;
(c) the concentration of the noxious liquid substance in the
wake astern of the ship does not exceed 10 ppm;
(d) the maximum quantity of cargo discharged from each
cargo tank and its associated piping system that contains a Category C noxious liquid substance does not exceed 3 m3 or
1/1,000 of the cargo tank’s capacity, whichever is greater;
(e) the discharge is made below the waterline;
(f) the discharge is made at a distance of at least 12 nautical
miles from the nearest land; and
(g) the discharge is made into waters whose depth is at least 25 m.
89. Les substances liquides nocives de catégorie C peuvent être
rejetées d’un navire qui se trouve dans les eaux de la section II ou
d’un navire canadien visé à l’alinéa 84b) s’il s’agit d’un navire
pour SLN si les conditions suivantes sont réunies :
a) le rejet est effectué conformément au manuel sur les méthodes et dispositifs de rejet du navire;
b) le navire fait route à une vitesse d’au moins 7 nœuds, s’il
s’agit d’un navire autopropulsé, ou d’au moins 4 nœuds, s’il
s’agit d’un navire non autopropulsé;
c) la concentration de la substance liquide nocive est d’au plus
10 ppm dans le sillage arrière du navire;
d) la quantité maximale de cargaison rejetée de chaque citerne
de cargaison et de son système de tuyautage connexe contenant
une substance liquide nocive de catégorie C est d’au plus 3 m3
ou 1/1 000 de la capacité de la citerne, la valeur la plus élevée
étant à retenir;
e) le rejet est effectué au-dessous de la ligne de flottaison;
f) le rejet est effectué à une distance d’au moins 12 milles marins à partir de la terre la plus proche;
g) le rejet est effectué dans des eaux d’une profondeur d’au
moins 25 m.
Authorized Discharge — Category D
Rejet autorisé — Catégorie D
90. A Category D noxious liquid substance may be discharged
from an NLS ship into Section II waters or a Canadian ship referred to in paragraph 84(b) that is an NLS ship if
(a) the discharge is made in accordance with the ship’s discharge procedures and arrangements manual;
(b) the ship is en route at a speed of at least 7 knots, in the
case of a self-propelled ship, or at least 4 knots, in the case of a
non-self-propelled ship;
(c) the concentration of the noxious liquid substance in the discharged solution is not greater than one part of the substance in
10 parts of water; and
(d) the discharge is made at a distance of at least 12 nautical
miles from the nearest land.
90. Les substances liquides nocives de catégorie D peuvent être
rejetées d’un navire qui se trouve dans les eaux de la section II ou
d’un navire canadien visé à l’alinéa 84b) s’il s’agit d’un navire
pour SLN si les conditions suivantes sont réunies :
a) le rejet est effectué conformément au manuel sur les méthodes et dispositifs de rejet du navire;
b) le navire fait route à une vitesse d’au moins 7 nœuds, s’il
s’agit d’un navire autopropulsé, ou d’au moins 4 nœuds, s’il
s’agit d’un navire non autopropulsé;
c) la concentration de la substance liquide nocive de catégorie D dans la solution rejetée est d’au plus une partie de la substance par 10 parties d’eau;
d) le rejet est effectué à une distance d’au moins 12 milles marins à partir de la terre la plus proche.
Subdivision 7
Sous-section 7
Transfer Operations
Opérations de transbordement
Communications
Communications
91. A ship and an owner or operator of a loading or unloading
facility engaged in a transfer operation shall comply with the
communications requirements of section 45.
91. Tout navire et tout propriétaire ou exploitant d’une installation de chargement ou d’une installation de déchargement prenant
part à une opération de transbordement doivent respecter les exigences de l’article 45 relatives aux communications.
Lighting
Éclairage
92. (1) If a transfer operation takes place between sunset and
sunrise, a ship and an owner or operator of a loading or unloading
facility that is engaged in the transfer operation shall provide illumination that has
(a) a lighting intensity of not less than 54 lx at each cargo
transfer connection point on the ship or facility; and
(b) a lighting intensity of not less than 11 lx at each transfer
operation work area around each cargo transfer connection
point on the ship or facility.
92. (1) Si une opération de transbordement s’effectue entre le
coucher et le lever du soleil, tout navire et tout propriétaire ou
exploitant d’une installation de chargement ou de déchargement
prenant part à l’opération doivent fournir un éclairage qui est :
a) d’une part, d’une intensité minimale de 54 lx à chaque
raccord de transbordement de la cargaison du navire ou de
l’installation;
b) d’autre part, d’une intensité minimale de 11 lx à chaque aire
de travail entourant chaque raccord de transbordement de la
cargaison du navire ou de l’installation.
Le 17 juin 2006
Gazette du Canada Partie I
1689
(2) The lighting intensity shall be measured on a horizontal
plane 1 m above the walking surface of a loading or unloading
facility or the working deck of a ship, as applicable.
(2) L’intensité lumineuse est mesurée sur un plan horizontal à
1 m au-dessus de la surface de marche de l’installation de chargement ou de déchargement ou du pont de travail du navire, selon
le cas.
Transfer Conduits
Tuyaux de transbordement
93. (1) A transfer conduit shall not be used in a transfer operation unless it
(a) has a bursting pressure of not less than five times its maximum working pressure;
(b) is clearly marked with its maximum working pressure; and
(c) has successfully passed a hydrostatic test to a pressure equal
to one and one-half times its maximum working pressure at
least once during the year immediately before the day on which
it is used.
(3) A conduit shall be used, maintained, tested and replaced in
accordance with the manufacturer’s specifications.
(4) If any conduit or connection leaks during a transfer operation, the operation shall, as soon as practicable, be slowed down
or stopped to remove the pressure from the conduit or connection.
93. (1) Au cours d’une opération de transbordement, seul peut
être utilisé un tuyau de transbordement qui est conforme aux exigences suivantes :
a) il a une pression d’éclatement d’au moins cinq fois sa pression effective maximale;
b) il porte une mention indiquant clairement sa pression effective maximale;
c) il a subi avec succès un essai hydrostatique à une pression
égale à une fois et demie sa pression effective maximale, au
moins une fois au cours de l’année précédant son utilisation.
(2) Le capitaine du navire doit conserver l’attestation de l’essai
hydrostatique à bord et la met, aux fins d’inspection, à la disposition du fonctionnaire chargé de la prévention de la pollution à sa
demande.
(3) Les tuyaux sont utilisés, entretenus, mis à l’essai et remplacés conformément aux spécifications du fabricant.
(4) Si un tuyau ou un raccord fuit durant une opération de
transbordement, celle-ci est ralentie ou arrêtée dès que possible
pour couper la pression du tuyau ou du raccord.
Requirements for Supervisor of Transfer
Operations on Board Ships
Exigences — Surveillant des opérations de
transbordement à bord des navires
94. The owner of a ship shall ensure that a transfer operation
carried out for the ship is supervised by the holder of
(a) a certificate that meets the requirements of the Act for that
type of ship; or
(b) in the case of a non-self-propelled chemical tanker or
non-self-propelled NLS ship, documentary evidence issued by
the steamship inspector that certifies the person’s competence
to supervise a transfer operation.
94. Le propriétaire du navire doit s’assurer que toute opération
de transbordement effectuée pour le navire est surveillée par le
titulaire :
a) soit d’un certificat conforme aux exigences de la Loi concernant ce type de navire;
b) soit d’une preuve documentaire qui atteste que la personne
est compétente pour surveiller les opérations de transbordement
et qui est délivrée par l’inspecteur de navires à vapeur, s’il
s’agit d’un navire-citerne pour produits chimiques non autopropulsé ou d’un navire pour SLN non autopropulsé.
Duties of Transfer Operations Supervisor
on Board Ships
Fonctions du surveillant des opérations de
transbordement à bord des navires
95. The supervisor of a transfer operation on board a ship shall
ensure that
(a) the ship is secured, having regard to the weather and the
tidal and current conditions, and that the mooring lines are
tended so that the movement of the ship does not damage the
transfer conduit or its connections;
(b) transfer procedures are established with the concurrence of
the supervisor of the transfer operation at the loading or unloading facility or on board the other ship, as the case may be,
with respect to
(i) the rates of flow and pressures for the transferred liquid,
(ii) the reduction of rates of flow and pressures where required to avoid an overflow of the tanks,
(iii) the time required to stop the transfer operation under
normal conditions,
(iv) the time required to shut down the transfer operation
under emergency conditions, and
(v) the communication signals for the transfer operation,
including
(A) stand by to start transfer,
(B) start transfer,
95. Le surveillant d’une opération de transbordement à bord
d’un navire doit s’assurer :
a) que le navire est amarré, compte tenu des conditions atmosphériques, des marées et des courants, et que les amarres sont
tendues de façon que les mouvements du navire n’endommagent ni le tuyau de transbordement ni ses raccords;
b) que la procédure de transbordement est établie de concert
avec le surveillant de l’opération de transbordement à bord de
l’autre navire ou celui à l’installation de chargement ou de déchargement, selon le cas, en ce qui concerne :
(i) les débits et les pressions du liquide transbordé,
(ii) la réduction des débits et des pressions, le cas échéant,
pour éviter le débordement des citernes,
(iii) le temps nécessaire pour arrêter l’opération dans des
conditions normales,
(iv) le temps nécessaire pour mettre fin à l’opération en cas
d’urgence,
(v) les signaux de communication régissant l’opération, y
compris les signaux suivants :
(A) paré à transborder,
(B) début du transbordement,
(2) The master of the ship shall keep the test certificate for the
hydrostatic test on board and it shall be made available for inspection at the request of a pollution prevention officer.
1690
Canada Gazette Part I
(C) slow down transfer,
(D) stand by to stop transfer,
(E) stop transfer,
(F) emergency stop of transfer, and
(G) emergency shutdown of transfer;
(c) the supervisor of the transfer operation at the loading or
unloading facility or on board the other ship, as the case may
be, has reported readiness for the commencement of the transfer operation;
(d) the person who is on duty on the ship in respect of the
transfer operation is fully conversant with the communication
signals, maintains watch over the ship’s tanks to ensure that
they do not overflow and maintains continuous communication
with that person’s counterpart at the loading or the unloading
facility or on board the other ship, as the case may be;
(e) the manifold valves and tank valves on the ship are not
closed until the relevant pumps are stopped if the closing of the
valves would cause dangerous over-pressurization of the pumping system;
(f) the rate of flow is reduced when topping off the tanks;
(g) the supervisor of the transfer operation at the loading or the
unloading facility or on board the other ship is given sufficient
notice of the stopping of the transfer operation to permit them
to take the necessary action to reduce the rate of flow or pressure in a safe and efficient manner;
(h) the following measures are taken to prevent a noxious liquid substance or dangerous chemical discharge:
(i) all cargo manifold connections that are not being used in
the transfer operation are securely closed and fitted with
blank flanges or other equivalent means of closure,
(ii) all overboard discharge valves are securely closed and
marked to indicate that they are not to be opened during the
transfer operation, and
(iii) all scuppers are plugged;
(i) a supply of absorbent material is readily available near
every transfer conduit to facilitate the clean-up of any minor
spillage of noxious liquid substances or dangerous chemicals
that may occur on the ship or on the shore;
(j) all transfer conduits that are used in the transfer operation
are supported to prevent the conduits and their connections
from being subjected to any strain that might cause damage to
them or cause the conduits to become disconnected;
(k) all systems, equipment, personnel and information necessary for the safe transfer of cargo are in readiness before the
transfer operation begins;
(l) towing-off wires are positioned fore and aft and are ready
for use without adjustment if it is necessary to tow the ship
away;
(m) the transfer of flammable cargoes and the gas-freeing following the unloading of flammable cargoes is stopped when
electrical storms are in the immediate vicinity of the ship;
(n) work in the cargo tank area is not carried out unless authorized by the master;
(o) the valves in the vent system are checked for the correct
setting and the flame arresters are examined for cleanliness and
proper installation;
(p) articulated loading booms, if used, are checked for undue
strain;
(q) the pump room ventilation is running and all precautions
for that area are observed;
(r) a tank that is required to be kept in an inert state, where the
oxygen content of the tanks must be below a specified level
and a small positive pressure must be maintained in the tanks at
June 17, 2006
(C) ralentissement du transbordement,
(D) paré à arrêter le transbordement,
(E) arrêt du transbordement,
(F) arrêt en raison d’une urgence,
(G) fin du transbordement en raison d’une urgence;
c) que le surveillant de l’opération de transbordement à l’installation de chargement ou de déchargement ou à bord de l’autre
navire, selon le cas, a fait savoir que celle-ci peut commencer;
d) que la personne en service à l’opération de transbordement à
bord du navire connaît bien les signaux de communication, surveille les citernes pour éviter qu’elles ne débordent et reste en
communication avec son pendant à l’installation de chargement
ou de déchargement ou à bord de l’autre navire, selon le cas;
e) que les soupapes du collecteur et des citernes du navire ne
sont pas fermées tant que les pompes visées ne sont pas arrêtées, si leur fermeture soumettrait le système de pompage à une
surpression dangereuse;
f) que le débit du liquide est réduit en fin de remplissage;
g) que le surveillant de l’opération de transbordement à l’installation de chargement ou à l’installation de déchargement ou à
bord de l’autre navire est informé suffisamment à l’avance de
l’arrêt de celle-ci pour lui permettre de prendre les mesures nécessaires en vue de réduire le débit ou la pression efficacement
et en toute sécurité;
h) que les mesures suivantes sont prises pour éviter le rejet
de substances liquides nocives ou de produits chimiques
dangereux :
(i) les raccords du collecteur de la cargaison non utilisés
pour le transbordement sont bien obturés et munis de brides
obstructives ou d’autres dispositifs de fermeture équivalents,
(ii) les soupapes de décharge par-dessus bord sont bien fermées et portent une mention interdisant leur ouverture pendant l’opération,
(iii) les dalots sont bouchés;
i) qu’une provision de matériau absorbant est placée près de
chaque tuyau de transbordement en vue de faciliter le nettoyage
de tout petit déversement de substances liquides nocives ou de
produits chimiques dangereux à bord du navire ou sur la rive;
j) que les tuyaux de transbordement utilisés pour l’opération de
transbordement sont soutenus pour éviter que ceux-ci et leurs
raccords ne soient soumis à une tension susceptible de les endommager ou de les débrancher;
k) que les systèmes, l’équipement, le personnel et les renseignements nécessaires au transbordement de la cargaison
en toute sécurité sont prêts avant le début de l’opération de
transbordement;
l) que des câbles de remorquage sont fixés à la proue et à la
poupe et sont prêts à être utilisés sans ajustement si le remorquage du navire s’impose;
m) que le transbordement d’une cargaison inflammable et le
dégazage à la suite du déchargement de celle-ci sont arrêtés si
un orage survient à proximité du navire;
n) qu’aucun travail n’est effectué dans la tranche des citernes à
cargaison sans l’autorisation du capitaine;
o) que sont vérifiés le réglage des soupapes du système de dégagement et la propreté et l’installation des arrête-flamme;
p) que les bras de chargement articulés, s’ils sont utilisés, sont
examinés pour relever toute tension indue;
q) que la ventilation dans la chambre des pompes fonctionne et
que toutes les précautions visant cette aire sont prises;
r) que du gaz inerte est prêt à être utilisé pour maintenir cet état
inerte durant l’opération dans le cas des citernes à maintenir à
Le 17 juin 2006
Gazette du Canada Partie I
all times, has available a supply of inert gas to maintain its inert
state during the transfer operation;
(s) when loading,
(i) the tank concerned is free of flammable and toxic vapours
and residues,
(ii) the free end of the loading hose is securely lashed to the
inside of the tank to prevent movement,
(iii) all flanges and gaskets are suitable for the purpose, and
(iv) all tank openings, other than those that are in use, are
closed;
(t) all reasonable precautions are taken to avoid the discharge
of a noxious liquid substance or dangerous chemical into the
water;
(u) the supervisor at the loading or unloading facility or on the
other ship is competent in transfer operations; and
(v) a sufficient number of persons is on duty at the loading or
unloading facility or on the other ship during the transfer
operation.
Notices
96. The master of a ship shall ensure that
(a) permanent notices are displayed in conspicuous places on
board, indicating the areas in which smoking and naked lights
are prohibited;
(b) on the ship’s arrival in a port area, the following notices are
posted near every access to the ship, as appropriate:
(i) “NO NAKED LIGHTS / PAS DE FLAMMES NUES”,
(ii) “NO SMOKING / DÉFENSE DE FUMER”, and
(iii) “NO UNAUTHORIZED PERSONS / ACCÈS INTERDIT AUX PERSONNES NON AUTORISÉES”; and
(c) in addition to the notices referred to in paragraphs (a)
and (b), when the cargo being handled presents a health hazard,
the notice “WARNING HAZARDOUS CHEMICALS / ATTENTION PRODUITS CHIMIQUES DANGEREUX” shall be
displayed near every access to the ship.
1691
l’état inerte, lorsque leur contenu en oxygène doit être inférieur
à un niveau précisé et que leur contenu doit être maintenu à une
faible pression positive;
s) qu’au moment du chargement :
(i) la citerne en cause est exempte de vapeurs et de résidus
inflammables et toxiques,
(ii) l’extrémité libre du manche de chargement est solidement fixée à l’intérieur de la citerne pour l’empêcher de
bouger,
(iii) toutes les brides et les joints d’étanchéité conviennent à
l’opération,
(iv) toutes les ouvertures de la citerne, à l’exception de celles
qui servent à l’opération, sont fermées;
t) que toutes les précautions raisonnables sont prises pour éviter
le rejet dans l’eau d’une substance liquide nocive ou d’un produit chimique dangereux;
u) que le surveillant à l’installation de chargement ou de déchargement ou à bord de l’autre navire est compétent pour effectuer l’opération de transbordement;
v) qu’un nombre suffisant de personnes sont en service à
l’installation de chargement ou de déchargement ou à bord de
l’autre navire pendant l’opération de transbordement.
Avis
96. Le capitaine d’un navire doit s’assurer :
a) que des avis sont affichés en permanence bien à la vue à
bord du navire, lesquels indiquent les endroits où il est interdit
de fumer ou d’avoir des flammes nues;
b) qu’à l’arrivée du navire dans une zone portuaire les avis
ci-après, s’il y a lieu, sont affichés près de chaque accès au
navire :
(i) « PAS DE FLAMMES NUES / NO NAKED LIGHTS »,
(ii) « DÉFENSE DE FUMER / NO SMOKING »,
(iii) « ACCÈS INTERDIT AUX PERSONNES NON AUTORISÉES / NO UNAUTHORIZED PERSONS »;
c) que l’avis « ATTENTION PRODUITS CHIMIQUES DANGEREUX / WARNING HAZARDOUS CHEMICALS » est
affiché près de chaque accès au navire, en plus des avis visés
aux alinéas a) et b), lorsque la cargaison manutentionnée présente des risques pour la santé.
Emergency
Situations d’urgence
97. In the event of an emergency during a transfer operation,
the master of a ship or the supervisor on board the ship shall take
all necessary measures to rectify or minimize the effects of the
emergency.
97. S’il survient une situation d’urgence durant une opération
de transbordement, le capitaine du navire ou le surveillant à son
bord prend toutes les mesures nécessaires pour en corriger les
effets ou les réduire au minimum.
Subdivision 8
Sous-section 8
Record-keeping
Tenue du registre
Cargo Record Book
Registre de la cargaison
98. (1) In this section, “Cargo Record Book” means the Cargo
Record Book for Ships Carrying Noxious Liquid Substances in
Bulk in the form set out in Appendix IV to Annex II to the Pollution Convention.
(2) An NLS ship shall keep on board a Cargo Record Book.
98. (1) Dans le présent article, « registre de la cargaison » s’entend du registre de la cargaison pour les navires pour SLN selon
le modèle qui figure à l’appendice IV de l’Annexe II de la Convention sur la pollution des mers.
(2) Tout navire pour SLN doit conserver à bord un registre de
la cargaison.
1692
Canada Gazette Part I
June 17, 2006
(5) The Cargo Record Book may be part of the official log
book.
(3) Le capitaine d’un navire visé au paragraphe (2) doit s’assurer que :
a) les opérations mentionnées aux sous-alinéas i) à viii) du paragraphe 2) de la règle 9 de l’Annexe II de la Convention sur la
pollution des mers, les opérations de lavage de citernes visées
aux articles 79 et 81 et les rejets visés aux articles 87 à 90 sont
consignés sans délai, en français ou en anglais, dans le registre
de la cargaison, chaque fois qu’ils ont lieu;
b) chaque mention portée sur le registre de la cargaison est signée par l’officier responsable de l’opération;
c) chaque page du registre de la cargaison est signée par lui.
(4) Le registre de la cargaison doit être conservé à bord pendant
une période de trois ans suivant la date de la dernière mention et,
pendant cette période, être mis, aux fins d’inspection, à la disposition du fonctionnaire chargé de la prévention de la pollution à sa
demande.
(5) Le registre de la cargaison peut faire partie du journal de
bord réglementaire.
Reception Facility Receipts for Ships
Reçus de l’installation de réception pour les navires
99. (1) The master of a ship shall obtain from the owner or
operator of a reception facility receiving noxious liquid substance
residues or mixtures a receipt or certificate that sets out the date,
time, type and amount of noxious liquid substance residues or
mixtures transferred to the reception facility.
(2) The master of the ship shall keep the receipt or certificate
on board for a period of one year after the day on which it was
issued and, during that time, it shall be made available for inspection at the request of a pollution prevention officer.
[100 to 106 reserved]
99. (1) Le capitaine du navire doit obtenir du propriétaire ou de
l’exploitant d’installation de réception qui reçoit des résidus ou
des mélanges de substances liquides nocives un reçu ou un certificat qui indique la date, l’heure, le type et la quantité de résidus ou de mélanges de substances liquides nocives transbordés à
l’installation de réception.
(2) Le capitaine du navire doit conserver le reçu ou le certificat
à bord pour une période d’un an suivant la date de son émission
et, pendant cette période, le met, aux fins d’inspection, à la disposition du fonctionnaire chargé de la prévention de la pollution.
[100 à 106 réservés]
DIVISION 3
SECTION 3
POLLUTANT SUBSTANCES
SUBSTANCES POLLUANTES
Subdivision 1
Sous-section 1
(3) The master of a ship referred to in subsection (2) shall
(a) ensure that the operations set out in Regulation 9(2)(i) to
(viii) of Annex II to the Pollution Convention, the tank washing
operations referred to in sections 79 and 81 and the discharges
referred to in sections 87 to 90 are recorded in English or
French in the Cargo Record Book without delay each time they
take place;
(b) ensure that each recorded entry in the Cargo Record Book
is signed by the officer in charge of the operation; and
(c) sign each page of the Cargo Record Book.
(4) The Cargo Record Book shall be kept on board for a period
of three years after the day on which the last entry was made and,
during that time, shall be made available for inspection at the
request of a pollution prevention officer.
Application
Application
107. This Subdivision applies to a ship in Section I waters or
Section II waters.
107. La présente sous-section s’applique aux navires qui se
trouvent dans les eaux de la section I ou dans les eaux de la section II.
Subdivision 2
Sous-section 2
Prohibition and Exception
Interdiction et exception
Prohibition
Interdiction
108. Subject to sections 8 and 109, no ship shall discharge and
no person shall discharge or permit the discharge of a pollutant
listed in Schedule 1.
108. Sous réserve des articles 8 et 109, il est interdit à tout navire de rejeter d’un navire un polluant qui figure à l’annexe 1 et à
toute personne d’en rejeter ou d’en permettre le rejet.
Exception
Exception
109. A pollutant listed in Schedule 1 that is a noxious liquid
substance may be discharged from a ship into Section II waters if
the discharge is made in accordance with Division 2 of these
Regulations and Annex II to the Pollution Convention.
109. Un polluant qui figure à l’annexe 1 et qui est une substance liquide nocive peut être rejeté d’un navire qui se trouve
dans les eaux de la section II si le rejet est effectué conformément
à la section 2 du présent règlement et à l’Annexe II de la Convention sur la pollution des mers.
[110 à 114 réservés]
[110 to 114 reserved]
Le 17 juin 2006
Gazette du Canada Partie I
1693
DIVISION 4
SECTION 4
SEWAGE
EAUX USÉES
Subdivision 1
Sous-section 1
General
Généralités
Interpretation
Définitions
115. The following definitions apply in this Division.
“biochemical oxygen demand” means the quantity of oxygen
used in the biochemical oxidation of organic matter during a
five-day period when the organic matter is tested in accordance
with the method described in section 5210 B of the Standard
Methods. (demande biochimique en oxygène)
“designated sewage area” means an area set out in Schedule 4.
(zone désignée pour les eaux usées)
“holding tank” means a tank that is used solely for the collection
and storage of sewage or sewage sludge and includes a tank
that is an integral part of a toilet. (citerne de retenue)
115. Les définitions qui suivent s’appliquent à la présente
section.
« citerne de retenue » Citerne utilisée uniquement pour collecter
et stocker les eaux usées ou les boues d’épuration. La présente
définition comprend le réservoir qui fait partie intégrante de la
toilette. (holding tank)
« demande biochimique en oxygène » La quantité d’oxygène
consommée durant cinq jours d’oxydation biochimique de matières organiques soumises à une épreuve effectuée selon la
méthode décrite à l’article 5210 B des Standard Methods. (biochemical oxygen demand)
« zone désignée pour les eaux usées » Zone qui figure à l’annexe 4. (designated sewage area)
Application
Application
116. (1) The following definitions apply in this section.
“new ship” means a ship on an international voyage
(a) for which the building contract is placed or, in the absence of a building contract, the keel of which is laid, or
which is at a similar stage of construction, on or after September 27, 2003, or
(b) the delivery of which is after September 27, 2006.
(navire neuf)
“existing ship” means a ship on an international voyage that is not
a new ship. (navire existant)
116. (1) Les définitions qui suivent s’appliquent au présent
article.
« navire existant » Navire qui effectue un voyage international et
qui n’est pas un navire neuf. (existing ship)
« navire neuf » Navire qui effectue un voyage international et
dont, selon le cas :
a) le contrat de construction est conclu ou, en l’absence d’un
contrat de construction, dont la quille est posée, ou dont la
construction se trouve à un stade équivalent, le 27 septembre
2003 ou après cette date;
b) la livraison s’effectue après le 27 septembre 2006. (new
ship)
(2) Sous réserve de l’article 118, tout navire existant doit être
conforme à la présente section au plus tard le 27 septembre 2008
s’il est :
a) soit d’une jauge brute de 400 tonneaux ou plus;
b) soit d’une jauge brute de moins de 400 tonneaux et autorisé
à transporter plus de 15 personnes.
(3) Sous réserve de l’article 118, tout navire existant autre
qu’un navire existant visé au paragraphe (2) doit être conforme à
la présente section dans les cinq ans suivant la date d’entrée en
vigueur du présent règlement.
(4) Sous réserve de l’article 118, tout navire neuf qui est construit avant l’entrée en vigueur du présent règlement, qui est d’une
jauge brute de moins de 400 tonneaux et qui n’est pas autorisé à
transporter plus de 15 personnes doit être conforme à la présente
section dans les cinq ans suivant la date d’entrée en vigueur du
présent règlement.
117. (1) Les définitions qui suivent s’appliquent au présent
article.
« navire existant » Navire qui n’effectue pas un voyage international et qui n’est pas un navire neuf. (existing ship)
« navire neuf » Navire qui n’effectue pas un voyage international
et dont, selon le cas :
a) le contrat de construction est conclu ou, en l’absence d’un
contrat de construction, dont la quille est posée, ou dont la
construction se trouve à un stade équivalent, à la date d’entrée en vigueur du présent règlement ou après cette date;
(2) Subject to section 118, an existing ship shall comply with
the requirements of this Division no later than September 27,
2008 if it
(a) is of 400 tons gross tonnage or more; or
(b) is of less than 400 tons gross tonnage and certified to carry
more than 15 persons.
(3) Subject to section 118, an existing ship other than one referred to in subsection (2) shall comply with the requirements of
this Division within five years after the day on which these Regulations come into force.
(4) Subject to section 118, a new ship constructed before the day
on which these Regulations come into force that is less than
400 tons gross tonnage and is not certified to carry more than
15 persons shall comply with the requirements of this Division
within five years after the day on which these Regulations come
into force.
117. (1) The following definitions apply in this section.
“new ship” means a ship that is not on an international voyage
(a) for which the building contract is placed or, in the absence of a building contract, the keel of which is laid, or
which is at a similar stage of construction, on or after the day
on which these Regulations come into force; or
(b) the delivery of which is three years or more after the day
on which these Regulations come into force. (navire neuf)
“existing ship” means a ship that is not on an international voyage
and is not a new ship. (navire existant)
1694
Canada Gazette Part I
June 17, 2006
(2) Subject to section 118, an existing ship shall comply with
the requirements of this Division within five years after the day
on which these Regulations come into force.
b) la livraison s’effectue trois ans ou plus suivant la date
d’entrée en vigueur du présent règlement ou après cette date.
(new ship)
(2) Sous réserve de l’article 118, tout navire existant doit être
conforme à la présente section dans les cinq ans suivant la date
d’entrée en vigueur du présent règlement.
Discharge Requirements
Exigences sur les rejets
118. A ship shall comply with the requirements
(a) of paragraph 129(1)(a) if it is operating in the Great Lakes
Basin; or
(b) of paragraph 129(1)(b) if it is operating in a designated
sewage area.
118. Tout navire doit être conforme :
a) à l’alinéa 129(1)a) s’il se trouve dans le bassin des Grands
Lacs;
b) à l’alinéa 129(1)b) s’il se trouve dans une zone désignée
pour les eaux usées.
Subdivision 2
Sous-section 2
Equipment
Équipement
Equipment — Marine Sanitation Devices
and Holding Tanks
Équipement — Appareils d’épuration marine
et citernes de retenue
119. (1) Subject to subsections (2) and (3), a ship that has a toilet facility shall be fitted with a marine sanitation device or a
holding tank.
(2) The marine sanitation device shall be fitted with facilities
for the temporary storage of sewage if the ship operates in an area
where the discharge of sewage from its marine sanitation device
is not authorized under section 129.
(3) For the purpose of complying with subsection (1), a Canadian ship may not be fitted with a marine sanitation device referred to in paragraph 124(1)(d).
119. (1) Sous réserve des paragraphes (2) et (3), tout navire doté d’une toilette doit être muni d’un appareil d’épuration marine
ou d’une citerne de retenue.
(2) L’appareil d’épuration marine doit être muni d’un dispositif
pour le stockage provisoire des eaux usées si le navire se trouve
dans une zone où le rejet des eaux usées à partir de l’appareil
n’est pas autorisé en vertu de l’article 129.
(3) Pour se conformer au paragraphe (1), tout navire canadien
peut ne pas être muni d’un appareil d’épuration marine visé à
l’alinéa 124(1)d).
Fitting of Toilets
Installation de toilettes
120. A toilet fitted on a ship shall be secured in a manner that
ensures its safe operation in any environmental conditions liable
to be encountered.
120. Les toilettes dont sont dotés les navires doivent être attachées de manière à assurer un fonctionnement sécuritaire dans
toutes les conditions environnementales susceptibles de survenir.
Holding Tanks
Citernes de retenue
121. A holding tank shall
(a) be constructed in a manner such that it does not compromise the integrity of the hull;
(b) be constructed of structurally sound material that prevents
the tank contents from leaking;
(c) be constructed such that the potable water system or other
systems cannot become contaminated;
(d) be resistant to corrosion by sewage;
(e) have an adequate volume for the ship’s human-rated capacity on a normal voyage;
(f) be provided with a discharge connection and piping system for the removal of the tank contents at a sewage reception
facility;
(g) be designed so that the level of sewage in the tank may be
determined without the tank being opened and without contacting or removing any of the tank contents or be equipped with a
device that allows the determination to be made;
(h) in the case of ships that operate solely on the Great Lakes,
other than a pleasure craft, be equipped with an alarm that indicates when the tank is 75% full by volume; and
(i) be equipped with ventilation device that
(i) has its outlet located on the exterior of the ship and in a
safe location away from ignition sources and areas usually
occupied by people,
121. Toute citerne de retenue doit être conforme aux exigences
suivantes :
a) elle est fabriquée de manière à ne pas compromettre l’intégrité de la coque;
b) elle est fabriquée d’un matériau d’une structure solide qui
prévient les fuites;
c) elle est fabriquée de telle sorte que le système d’eau potable
ou les autres systèmes ne puissent être contaminés;
d) elle est résistante à la corrosion par les eaux usées;
e) elle est d’une capacité suffisante pour le navire en fonction
du nombre d’occupants prévu pour un voyage régulier;
f) elle est dotée d’un raccord de jonction des tuyautages de rejet
et d’un système de tuyautage pour enlever le contenu de la citerne à une installation de réception des eaux usées;
g) elle est conçue de manière que le niveau des eaux usées dans
la citerne puisse être déterminé sans que celle-ci ne soit ouverte, ni que son contenu ne soit touché ou enlevé ou munie
d’un appareil qui permet d’effectuer la détermination;
h) elle est munie d’un mécanisme d’avertissement qui indique
lorsque la citerne est remplie à 75 pour cent du volume, s’il
s’agit d’un navire autre qu’une embarcation de plaisance qui
navigue uniquement dans les Grands Lacs;
i) elle est munie d’un dispositif de ventilation qui répond aux
conditions suivantes :
Le 17 juin 2006
Gazette du Canada Partie I
(ii) prevents the build-up within the tank of pressure that
could cause damage to the tank,
(iii) is designed to minimize clogging by either the contents
of the tank or climatic conditions such as snow or ice,
(iv) is constructed of material that cannot be corroded by
sewage, and
(v) has a flame screen of non-corrosive material fitted to the
vent outlet.
1695
(i) sa bouche de sortie est située à l’extérieur du navire, dans
un endroit sécuritaire à l’écart des sources d’ignition et des
aires qui sont généralement occupées par des personnes,
(ii) il empêche, à l’intérieur de la citerne, toute surpression
qui pourrait l’endommager,
(iii) il est conçu pour réduire l’encrassement par le contenu
de la citerne ou en raison des conditions climatiques comme
la neige ou la glace,
(iv) il est fabriqué d’un matériau qui résiste à la corrosion
par les eaux usées,
(v) il a une bouche de ventilation munie d’un pare-flammes
d’un matériau résistant à la corrosion.
Standard Discharge Connections
Raccords normalisés de jonction des tuyautages de rejet
122. A ship shall be fitted with a standard discharge connection
that meets the requirements of Regulation 10 of Annex IV to the
Pollution Convention.
122. Tout navire doit être muni d’un raccord normalisé de jonction des tuyautages de rejet conforme à la règle 10 de l’Annexe IV de la Convention sur la pollution des mers.
Transfer Conduits
Tuyaux de transbordement
123. (1) A transfer conduit shall be used, maintained and secured in a manner that ensures its safe operation.
(2) If any conduit or connection leaks during a transfer operation, the operation shall, as soon as practicable, be slowed down
or stopped to relieve the pressure from the conduit or connection.
123. (1) Tout tuyau de transbordement doit être utilisé, entretenu et attaché de manière à en assurer son utilisation en toute
sécurité.
(2) Si un tuyau ou un raccord fuit durant une opération de
transbordement, celle-ci doit être ralentie ou arrêtée dès que possible pour couper la pression du tuyau ou raccord.
Marine Sanitation Devices
Appareils d’épuration marine
124. (1) Subject to subsection (2), a marine sanitation device
shall meet the requirements of
(a) a sewage treatment plant referred to in Annex IV to the Pollution Convention;
(b) paragraph 129(1)(b);
(c) a Type II marine sanitation device referred to in section
159.3 of the Code of Federal Regulations of the United States,
Title 33, Part 159, Subpart A; or
(d) a sewage comminuting and disinfectant system referred to
in Regulation 9(1.2) of Annex IV to the Pollution Convention.
(2) A marine sanitation device that was approved as an approved device under the Great Lakes Sewage Pollution Prevention Regulations and continues to meet the requirements of those
Regulations as they read on the coming into force of these Regulations may continue to be used as a marine sanitation device.
124. (1) Sous réserve du paragraphe (2), tout appareil d’épuration marine doit être conforme aux exigences :
a) soit de l’Annexe IV de la Convention sur la pollution des
mers concernant une installation pour le traitement des eaux
usées;
b) soit de l’alinéa 129(1)b);
c) soit de l’article 159.3 qui figure à la partie 159, de la souspartie A, titre 33 du Code of Federal Regulations des ÉtatsUnis concernant un « Type II marine sanitation device »;
d) soit du paragraphe 1.2) de la règle 9 de l’Annexe IV de la
Convention sur la pollution des mers concernant un dispositif
de broyage et de désinfection des eaux usées.
(2) Tout appareil d’épuration marine qui a été approuvé comme
appareil approuvé en vertu du Règlement sur la prévention de la
pollution des Grands Lacs par les eaux d’égout et qui demeure
conforme à ce règlement dans sa version à l’entrée en vigueur du
présent règlement peut continuer à être utilisé en tant que tel.
Subdivision 3
Sous-section 3
International Sewage Pollution Prevention Certificates
Certificats internationaux de prévention de la
pollution par les eaux usées
Inspection
Inspection
125. (1) The Board or an approved classification society may,
at the request of the owner or master of a Canadian ship, issue to
that ship an International Sewage Pollution Prevention Certificate, provided the ship complies with the applicable provisions of
Annex IV to the Pollution Convention.
125. (1) Le Bureau ou toute société de classification agréée
peut, à la demande du propriétaire ou du capitaine d’un navire
canadien, délivrer au navire un certificat international de prévention de la pollution par les eaux usées, s’il est conforme aux dispositions applicables de l’Annexe IV de la Convention sur la pollution des mers.
(2) La société de classification agréée qui délivre le certificat
visé au paragraphe (1) à un navire canadien doit en faire parvenir
une copie certifiée conforme au Bureau.
(2) Where an approved classification society issues a certificate
referred to in subsection (1) to a Canadian ship, the approved
classification society shall forward a certified copy of the certificate to the Board.
1696
Canada Gazette Part I
June 17, 2006
Documents Kept on Board
Documents à conserver à bord
126. (1) A ship of 400 tons gross tonnage or more or a ship that
is certified to carry more than 15 persons shall keep on board an
English or French version of one of the following documents:
(a) an International Sewage Pollution Prevention Certificate, if
the ship is
(i) a Canadian ship that engages on voyages that do not take
place exclusively in waters under Canadian jurisdiction, or
(ii) a ship, that is not a Canadian ship, that is registered in a
state that is a signatory to Annex IV to the Pollution Convention and that is in waters under Canadian jurisdiction; or
(b) a certificate of compliance certifying that the ship complies
with the applicable provisions of Annex IV to the Pollution
Convention, if the ship is registered in a state that is not a signatory to Annex IV of the Pollution Convention and is in waters under Canadian jurisdiction.
(2) A ship that is fitted with a marine sanitation device referred
to in subsection 124(1) shall keep on board one of the following
certificates of type approval:
(a) in the case of a marine sanitation device referred to in paragraph 124(1)(a), a certificate certifying that the device meets
the effluent, construction and testing standards of Regulation 9(1.1) of Annex IV to the Pollution Convention;
(b) in the case of a marine sanitation device referred to in paragraph 124(1)(b), a certificate certifying that the device is substantially similar to that referred to in paragraph (a), except that
the device shall meet the effluent standard set out in paragraph 129(1)(b);
(c) in the case of a marine sanitation device referred to in paragraph 124(1)(c), a certificate certifying that the device meets
the effluent, construction and testing standards as provided for
in section 159.3 of the Code of Federal Regulations of the
United States, Title 33, Part 159, Subpart A;
(d) in the case of a marine sanitation device referred to in paragraph 124(1)(d), a certificate certifying that the device has been
approved in accordance with Regulation 9(1.2) of Annex IV to
the Pollution Convention; or
(e) in the case of a marine sanitation device referred to in subsection 124(2), a certificate bearing the approval number and
certifying that the marine sanitation device was approved as an
approved device under the Great Lakes Sewage Pollution Prevention Regulations.
126. (1) Tout navire d’une jauge brute de 400 tonneaux ou plus
ou tout navire autorisé à transporter plus de 15 personnes doivent
conserver à bord, dans sa version française ou anglaise, l’un des
documents suivants :
a) un certificat international de prévention de la pollution par
les eaux usées, s’il s’agit d’un navire qui est :
(i) soit un navire canadien qui effectue des voyages qui ne se
déroulent pas exclusivement dans les eaux de compétence
canadienne,
(ii) soit un navire qui n’est pas un navire canadien, qui est
immatriculé dans un État signataire de l’Annexe IV de la
Convention sur la pollution des mers et s’il se trouve dans
les eaux de compétence canadienne;
b) un certificat de conformité qui atteste qu’il est conforme aux
dispositions applicables de l’Annexe IV de la Convention sur la
pollution des mers, si le navire est immatriculé dans un État qui
n’est pas signataire de celle-ci et s’il trouve dans les eaux de
compétence canadienne.
(2) Tout navire doté d’un appareil d’épuration marine visé au
paragraphe 124(1) doit conserver à bord l’un des certificats ciaprès visant l’approbation par type :
a) un certificat qui atteste qu’il est conforme aux normes sur les
effluents, la construction et les essais qui figurent au paragraphe 1.1 de la règle 9 de l’Annexe IV de la Convention sur la
pollution des mers, s’il s’agit d’un appareil visé à l’alinéa 124(1)a);
b) un certificat qui atteste qu’il est pratiquement similaire à celui visé à l’alinéa a) sauf s’il est conforme aux normes sur les
effluents qui figurent à l’alinéa 129(1)b), s’il s’agit d’un appareil visé à l’alinéa 124(1)b);
c) un certificat qui atteste qu’il est conforme aux normes sur
les effluents, la construction et les essais qui figurent à l’article 159.3 de la partie 159, de la sous-partie A, titre 33 du Code
of Federal Regulations des États-Unis, s’il s’agit d’un appareil
visé à l’alinéa 124(1)c);
d) un certificat qui atteste qu’il a été approuvé conformément
au paragraphe 1.2) de la règle 9 de l’Annexe IV de la Convention sur la pollution des mers, s’il s’agit d’un appareil visé au
paragraphe 124(1)d);
e) un certificat qui porte le numéro d’approbation et qui atteste
qu’il a été approuvé comme appareil approuvé en vertu du
Règlement sur la prévention de la pollution des Grands Lacs
par les eaux d’égout, s’il s’agit d’un appareil visé au paragraphe 124(2).
Subdivision 4
Sous-section 4
Sewage Discharges
Rejet d’eaux usées
Application
127. This Subdivision applies to
(a) a ship in Section I waters or Section II waters; and
(b) a Canadian ship in waters seaward of the outermost limits
of Section II waters.
Application
127. La présente sous-section s’applique :
a) aux navires qui se trouvent dans les eaux de la section I ou
dans les eaux de la section II;
b) aux navires canadiens qui se trouvent dans les eaux situées
au-delà des limites extérieures des eaux de la section II.
Prohibition
Interdiction
128. Subject to sections 8 and 129, no ship shall discharge and
no person shall discharge or permit the discharge of sewage or
sewage sludge.
128. Sous réserve des articles 8 et 129, il est interdit à tout navire de rejeter des eaux usées ou des boues d’épuration d’un navire et à toute personne d’en rejeter ou d’en permettre le rejet.
Le 17 juin 2006
Gazette du Canada Partie I
1697
Authorized Discharge — Sewage
Rejet autorisé — Eaux usées
129. (1) The discharge of sewage from a ship with a toilet is
authorized if
(a) in the case of a ship in an area other than a designated sewage area, the discharge is passed through a marine sanitation
device and the effluent has a fecal coliform count that is equal
to or less than 250/100 mL;
(b) in the case of a ship in a designated sewage area, the discharge is passed through a marine sanitation device and the effluent has a fecal coliform count that is equal to or less than
14/100 mL;
(c) in the case of a ship in Section II waters and a Canadian
ship in waters seaward of the outermost limits of Section II waters that is of 400 tons gross tonnage or more or that is certified
to carry more than 15 persons,
(i) the discharge is made at a distance of at least 12 nautical
miles from the nearest land;
(ii) the discharge is made from a holding tank and
(A) the discharge is made at a distance of at least 12 nautical miles from the nearest land,
(B) the ship is en route at a speed of at least 4 knots, and
(C) the sewage is discharged at a moderate rate; or
(iii) the sewage is comminuted and disinfected using a marine sanitation device and the discharge is made at a distance
of at least 3 nautical miles from the nearest land; or
(d) in the case of a ship in Section II waters that is less than
400 tons gross tonnage and is not certified to carry more than
15 persons,
(i) the discharge is made at a distance of at least 3 nautical
miles from the nearest land;
(ii) the discharge is made from a holding tank and
(A) the discharge is made at a distance of at least 3 nautical miles from the nearest land,
(B) the ship is en route at a speed of at least 4 knots, and
(C) the sewage is discharged at a moderate rate; or
(iii) the sewage is comminuted and disinfected using a marine sanitation device and the discharge is made at a distance
of at least 1 nautical mile from the nearest land.
129. (1) Le rejet des eaux usées d’un navire doté d’une toilette
est autorisé si l’une des conditions suivantes est respectée :
a) il s’effectue à l’aide d’un appareil d’épuration marine et
l’effluent comporte un compte de coliformes fécaux égal ou inférieur à 250/100 mL, s’il s’agit d’un navire qui se trouve dans
une zone autre qu’un zone désignée pour les eaux usées;
b) il s’effectue à l’aide d’un appareil d’épuration marine et
l’effluent comporte un compte de coliformes fécaux égal ou inférieur à 14/100 mL, s’il s’agit d’un navire qui se trouve dans
une zone désignée pour les eaux usées;
c) s’il s’agit d’un navire d’une jauge brute de 400 tonneaux ou
plus ou d’un navire qui est autorisé à transporter plus de
15 personnes, s’il s’agit d’un navire qui se trouve dans les eaux
de la section II et d’un navire canadien qui se trouve dans les
eaux situées au-delà des limites extérieures des eaux de la section II :
(i) le rejet s’effectue à une distance d’au moins 12 milles marins à partir de la terre la plus proche,
(ii) le rejet s’effectue d’une citerne de retenue, et les conditions suivantes sont respectées :
(A) le rejet s’effectue à une distance d’au moins 12 milles
marins à partir de la terre la plus proche,
(B) le navire fait route à une vitesse d’au moins quatre
nœuds,
(C) le rejet des eaux usées s’effectue à une vitesse
modérée,
(iii) les eaux usées sont broyées et désinfectées à l’aide d’un
appareil d’épuration marine et le rejet s’effectue à une distance d’au moins trois milles marins à partir de la terre la
plus proche;
d) s’il s’agit d’un navire d’une jauge brute de moins de
400 tonneaux et qui n’est pas autorisé à transporter plus de
15 personnes s’il se trouve dans les eaux de la section II :
(i) le rejet s’effectue à une distance d’au moins trois milles
marins à partir de la terre la plus proche,
(ii) le rejet s’effectue d’une citerne de retenue, et les conditions suivantes sont respectées :
(A) le rejet s’effectue à une distance d’au moins trois
milles marins à partir de la terre la plus proche,
(B) le navire fait route à une vitesse d’au moins quatre
nœuds,
(C) le rejet des eaux usées s’effectue à une vitesse
modérée,
(iii) les eaux usées sont broyées et désinfectées par un appareil d’épuration marine et le rejet s’effectue à une distance
d’au moins un mille marin à partir de la terre la plus proche.
(2) Le rejet des eaux usées qui est autorisé conformément aux
alinéas (1)a) et b) ne peut :
a) entraîner la formation d’une pellicule ou d’un lustre ou entraîner une décoloration de l’eau ou de ses rives attenantes;
b) entraîner le dépôt de boues d’épuration ou des émulsions
sous la surface de l’eau ou sur ses rives attenantes;
c) être tel qu’il contient des solides visibles.
(2) The discharge of sewage authorized in accordance with paragraphs (1)(a) and (b) shall not
(a) cause a film or sheen to develop on or cause a discoloration
of the water or its adjoining shorelines;
(b) cause sewage sludge or an emulsion to be deposited beneath the surface of the water or upon its adjoining shorelines;
and
(c) be such that the sewage contains any visible solids.
Subdivision 5
Sous-section 5
Operational Testing
Essais de fonctionnement
130. The Board may require testing of effluent from a marine
sanitation device to ensure that the effluent meets the following
standards, as determined by Standard Methods:
130. Le Bureau peut exiger que l’effluent des appareils d’épuration marine soit analysé pour s’assurer que l’effluent est conforme, selon les Standard Methods, aux normes suivantes :
1698
Canada Gazette Part I
(a) in the case of a ship in an area other than a designated sewage area listed in Schedule 4, the fecal coliform count of the
samples of effluent is equal to or less than 250/100 mL;
(b) in the case of a ship in a designated sewage area listed in
Schedule 4, the fecal coliform count of the samples of effluent
is equal to or less than 14/100 mL;
(c) the total suspended solids content of the samples of effluent
is equal to or less than 50 mg/L;
(d) the 5-day biochemical oxygen demand of the samples of effluent is equal to or less than 50 mg/L; and
(e) in the case of chlorine used as a disinfectant, the total residual chlorine content of the samples of effluent is equal to or
less than 0.02 mg/L.
June 17, 2006
a) le compte de coliformes fécaux des échantillons d’effluent
est égal ou inférieur à 250/100 mL, s’il s’agit d’un navire qui se
trouve dans une zone autre qu’une zone désignée pour les eaux
usées qui figure à l’annexe 4;
b) le compte de coliformes fécaux des échantillons d’effluent
est égal ou inférieur à 14/100 mL, s’il s’agit d’un navire qui se
trouve dans une zone désignée pour les eaux usées qui figure à
l’annexe 4;
c) le total des solides en suspension des échantillons d’effluent
est égal ou inférieur à 50 mg/L;
d) la demande biochimique en oxygène des échantillons d’effluent est égale ou inférieure à 50 mg/L;
e) s’il s’agit de chlore utilisé comme désinfectant, le chlore résiduel total des échantillons d’effluent est égal ou inférieur à
0,02 mg/L.
Subdivision 6
Sous-section 6
Record-keeping
Tenue du registre
Documents Kept on Board
Documents à conserver à bord
131. (1) A Canadian ship with a toilet shall keep on board a
Sewage Record Book in the form set out in Schedule 5.
131. (1) Tout navire canadien doté d’une toilette doit conserver
à bord un registre des eaux usées selon le modèle qui figure à
l’annexe 5.
(2) Le capitaine ou l’exploitant d’un navire canadien doté
d’une toilette doit veiller à ce que les mentions suivantes soient
consignées dans le registre des eaux usées :
a) tout rejet qui est autorisé en vertu de l’article 129;
b) le transfert interne des eaux usées ou des boues d’épuration
dans une citerne de retenue ou dans une installation de rétention temporaire;
c) le transfert des eaux usées ou des boues d’épuration à une
installation de réception;
d) tout rejet qui est, selon le cas :
(i) visé aux alinéas 8a), b) et d),
(ii) interdit par l’article 128;
e) toute défaillance d’un appareil d’épuration marine;
f) tout essai de fonctionnement effectué en vertu de l’article 130.
(3) Chaque mention visée au paragraphe (2) doit comprendre,
s’il y a lieu, les renseignements suivants :
a) la date et l’heure où commence et cesse le rejet ou le transfert;
b) la provenance des eaux usées ou des boues d’épuration;
c) le nom de l’endroit où les eaux usées ou les boues d’épuration sont rejetées ou transférées;
d) la quantité estimée d’eaux usées ou des boues d’épuration
rejetées ou transférées;
e) la position du navire au moment où commence et cesse le rejet ou le transfert;
f) la vitesse du navire pendant le rejet;
g) dans le cas d’un rejet visé à l’alinéa (2)d), les mentions
suivantes :
(i) les renseignements exigés en vertu des alinéas a) à f),
(ii) les circonstances et les motifs du rejet;
h) dans le cas d’une défaillance visée à l’alinéa (2)e), les mentions suivantes :
(i) les renseignements exigés en vertu des alinéas a) à f),
(ii) l’heure où l’appareil d’épuration marine est mis en
marche,
(iii) les circonstances et les raisons de la défaillance;
(2) The master or operator of a Canadian ship with a toilet shall
ensure that the following items are recorded in the Sewage Record Book:
(a) a discharge that is authorized under section 129;
(b) the internal transfer of sewage or sewage sludge to a holding tank or temporary storage facility;
(c) the transfer of sewage or sewage sludge to a reception
facility;
(d) a discharge that is
(i) referred to in paragraphs 8(a), (b) and (d), or
(ii) prohibited under section 128;
(e) any failure of the marine sanitation device; and
(f) any operational testing under section 130.
(3) The record for each item referred to in subsection (2) shall
include the following information, as applicable:
(a) the date and time of the starting and stopping of the discharge or transfer;
(b) the source of the sewage or sewage sludge;
(c) the name of the place to which the sewage or sewage sludge
is discharged or transferred;
(d) the estimated quantity of sewage or sewage sludge that is
discharged or transferred;
(e) the position of the ship at the time of the starting and stopping of the discharge or transfer;
(f) the speed of the ship during the discharge;
(g) in the case of a discharge referred to in paragraph (2)(d),
(i) the information required under paragraphs (a) to (f), and
(ii) the circumstances of, and the reasons for, the discharge;
(h) in the case of a failure referred to in paragraph (2)(e),
(i) the information required under paragraphs (a) to (f),
(ii) the time when the marine sanitation device is made
operational, and
(iii) the circumstances of, and the reasons for, the failure;
and
Le 17 juin 2006
Gazette du Canada Partie I
(i) in the case of operational testing referred to in paragraph (2)(f),
(i) the date the effluent samples are taken, and
(ii) the test results.
(4) The master or operator of a Canadian ship with a toilet shall
(a) ensure that each entry is recorded in English or French in
the Sewage Record Book without delay each time a discharge
or transfer takes place;
(b) ensure that each recorded entry in the Sewage Record Book
is signed by the person in charge of the operation; and
(c) sign each page of the Sewage Record Book.
1699
(7) The Sewage Record Book and any record, data, receipt or
certificate referred to in subsection (5) shall be kept on board for
a period of three years after the day on which the last entry was
made in the Sewage Record Book and, during that time, shall be
made available for inspection at the request of a pollution prevention officer.
(8) The Sewage Record Book may be part of the official log
book.
(9) With the exception of an entry referred to in paragraph (2)(c), the record-keeping provisions of this Division do not
apply if all means of discharge have been sealed by a government
body such that the discharge of sewage or sewage sludge is not
possible.
(10) A ship with a toilet that is not a Canadian ship shall maintain the records specified in paragraphs (2)(a) to (c) while operating in waters under Canadian jurisdiction.
[132 to 136 reserved]
i) dans le cas des essais de fonctionnement visés à l’alinéa (2)f), les mentions suivantes :
(i) la date où les échantillons d’effluent sont prélevés,
(ii) les résultats de l’analyse.
(4) Le capitaine ou l’exploitant d’un navire canadien doté
d’une toilette doit :
a) veiller à ce que chaque mention soit consignée, en anglais ou
en français, dans le registre des eaux usées, sans délai chaque
fois qu’un rejet ou un transfert est effectué;
b) veiller à ce que chaque mention consignée au registre des eaux
usées soit signée par la personne responsable de l’opération;
c) signer chaque page du registre des eaux usées.
(5) Le capitaine ou l’exploitant d’un navire canadien doté
d’une toilette doit veiller à ce que chaque mention de l’analyse de
l’échantillon d’effluent, les données sur le rendement d’un appareil d’épuration marine et les reçus ou les certificats de l’installation de réception soient conservés avec le registre des eaux
usées.
(6) Le capitaine d’un navire doit obtenir du propriétaire ou de
l’exploitant de l’installation de réception qui reçoit les eaux usées
ou les boues d’épuration un reçu ou un certificat qui indique la
date, l’heure et la quantité des eaux usées ou des boues d’épuration qui ont été transférées à l’installation de réception.
(7) Le registre des eaux usées et, le cas échéant, les mentions,
les données, les reçus et les certificats visés au paragraphe (5)
doivent être conservés à bord pendant une période de trois ans suivant la date de la dernière mention dans le registre et, pendant cette
période, être mis, aux fins d’inspection, à la disposition du fonctionnaire chargé de la prévention de la pollution à sa demande.
(8) Le registre des eaux usées peut faire partie du journal de
bord réglementaire.
(9) Les dispositions relatives à la tenue de registre de la présente section ne s’appliquent pas si tous les dispositifs de rejet ont
été scellés par un organisme gouvernemental de façon que le rejet
des eaux usées ou des boues d’épuration est impossible, sauf la
mention visée à l’alinéa 2c).
(10) Tout navire doté d’une toilette qui n’est pas un navire canadien doit tenir les registres indiqués aux alinéas 2a) à c) pendant qu’il se trouve dans les eaux de compétence canadienne.
[132 à 136 réservés]
DIVISION 5
SECTION 5
GARBAGE
ORDURES
Subdivision 1
Sous-section 1
General
Généralités
Interpretation
Définitions
137. The following definitions apply in this Division.
“plastics” means products that contain plastics including
(a) synthetic ropes, synthetic fishing nets and plastic garbage
bags; and
(b) incinerator ash from plastics that may contain toxic or
heavy metal residues. (matières plastiques)
“Six Fathom Scarp Mid-Lake Special Protection Area” means the
area enclosed by rhumb lines connecting the following coordinates, beginning on the northernmost point and proceeding
clockwise:
137. Les définitions qui suivent s’appliquent à la présente
section.
« matières plastiques » Les produits qui contiennent des matières
plastiques, y compris :
a) les cordages en fibre synthétique, les filets de pêche en
fibre synthétique et les sacs à ordures en plastique;
b) les cendres d’incinération provenant de matières plastiques qui peuvent contenir des résidus toxiques ou des résidus
de métaux lourds. (plastics)
« zone de protection spéciale du milieu du lac Six Fathom Scarp »
(5) The master or operator of a Canadian ship with a toilet shall
ensure that each record of a test of a sample of effluent, the data
on the performance of a marine sanitation device and each receipt
or certificate from a reception facility are kept with the Sewage
Record Book.
(6) The master of a ship shall obtain from the owner or operator of a reception facility receiving sewage or sewage sludge a
receipt or certificate that sets out the date, time and amount of
sewage or sewage sludge transferred to the reception facility.
1700
Canada Gazette Part I
June 17, 2006
(a) 44°55′N 82°33′W;
(b) 44°47′N 82°18′W;
(c) 44°39′N 82°13′W;
(d) 44°27′N 82°13′W;
(e) 44°27′N 82°20′W;
(f) 44°17′N 82°25′W;
(g) 44°17′N 82°30′W;
(h) 44°28′N 82°40′W;
(i) 44°51′N 82°44′W;
(j) 44°53′N 82°44′W;
(k) 44°54′N 82°40′W. (zone de protection spéciale du milieu
du lac Six Fathom Scarp)
“Lake Superior Special Protection Areas” means the following
areas:
(a) Caribou Island; and
(b) the area enclosed by rhumb lines connecting the following coordinates, beginning on the northernmost point and
proceeding clockwise:
(i) 47°30.0′N 85°50.0′W,
(ii) 47°24.2′N 85°38.5′W,
(iii) 47°04.0′N 85°49.0′W,
(iv) 47°05.7′N 85°59.0′W,
(v) 47°18.1′N 86°05.0′W. (zones de protection spéciale du
lac Supérieur)
La zone délimitée par les loxodromies qui relient les coordonnées ci-après, à partir du point le plus au nord et dans le sens
des aiguilles d’une montre :
a) 44°55′N. 82°33′O.;
b) 44°47′N. 82°18′O.;
c) 44°39′N. 82°13′O.;
d) 44°27′N. 82°13′O.;
e) 44°27′N. 82°20′O.;
f) 44°17′N. 82°25′O.;
g) 44°17′N. 82°30′O.;
h) 44°28′N. 82°40′O.;
i) 44°51′N. 82°44′O.;
j) 44°53′N. 82°44′O.;
k) 44°54′N. 82°40′O. (Six Fathom Scarp Mid-Lake Special
Protection Area)
« zones de protection spéciale du lac Supérieur » Les zones
suivantes :
a) l’île Caribou;
b) la zone délimitée par les loxodromies qui relient les coordonnées ci-après, à partir du point le plus au nord et dans le
sens des aiguilles d’une montre :
(i) 47°30′N. 85°50′O.,
(ii) 47°24,2′N. 85°38,5′O.,
(iii) 47°04,0′N. 85°49′O.,
(iv) 47°05,7′N. 85°59′O.,
(v) 47°18,1′N. 86°05′O. (Lake Superior Special Protection Areas)
Application
Application
138. This Division applies to
(a) a ship in Section I waters or Section II waters; and
(b) a Canadian ship in waters seaward of the outermost limits
of Section II waters, except a Canadian ship that is in a special
area referred to in section 9.
138. La présente section s’applique :
a) aux navires qui se trouvent dans les eaux de la section I ou
dans les eaux de la section II;
b) aux navires canadiens qui se trouvent dans les eaux situées
au-delà des limites extérieures des eaux de la section II, sauf
les navires canadiens qui se trouvent dans une zone spéciale visée à l’article 9.
Prohibition
Interdiction
139. Subject to sections 8, 9 and 140 to 142, no ship shall discharge and no person shall discharge or permit the discharge of
garbage from a ship.
139. Sous réserve des articles 8, 9 et 140 à 142, il est interdit à
tout navire de rejeter des ordures d’un navire et à toute personne
d’en rejeter ou d’en permettre le rejet.
Subdivision 2
Sous-section 2
Discharge of Garbage
Rejet des ordures
Authorized Discharge — Garbage
Rejets autorisés — Ordures
140. Subject to sections 9 and 141, ships in Section II waters
and Canadian ships in waters seaward of the outermost limits of
Section II waters are authorized to discharge garbage if
(a) in the case of dunnage, lining material or packing material
that does not contain plastics and is capable of floating, the discharge is made as far as practicable from the nearest land but
under no circumstances shall the distance of the ship from the
nearest land be less than 25 nautical miles at the time of
discharge;
(b) subject to paragraph (c), in the case of garbage other than
plastics and garbage that is referred to in paragraph (a) the
140. Sous réserve des articles 9 et 141, les navires qui se trouvent dans les eaux de la section II et les navires canadiens qui se
trouvent dans les eaux situées au-delà des limites extérieures des
eaux de la section II sont autorisés à rejeter les ordures suivantes
si :
a) dans le cas du fardage ou des matériaux de revêtement ou
d’emballage qui ne contiennent pas de matières plastiques et
qui peuvent flotter, le rejet s’effectue aussi loin que possible à
partir de la terre la plus proche, mais, en aucun cas, la distance
du navire à partir de la terre la plus proche ne peut être inférieure à 25 milles marins au moment du rejet;
Le 17 juin 2006
discharge is made as far as practicable from the nearest land
but under no circumstances shall the distance of the ship from
the nearest land be less than 12 nautical miles at the time of
discharge; and
(c) in the case of garbage that is referred to in paragraph (b)
that has been passed through a comminuter or grinder such that
the comminuted or ground garbage is capable of passing
through a screen with openings no greater than 25 mm, the discharge is made as far as practicable from the nearest land but
under no circumstances shall the distance of the ship from the
nearest land be less than 3 nautical miles at the time of
discharge.
Gazette du Canada Partie I
1701
b) sous réserve de l’alinéa c), dans le cas d’ordures autres que
les objets en matières plastiques et les ordures visées à l’alinéa a), le rejet s’effectue aussi loin que possible à partir de la
terre la plus proche, mais, en aucun cas, la distance du navire à
partir de la terre la plus proche ne peut être inférieure à 12 milles marins au moment du rejet;
c) dans le cas d’ordures visées à l’alinéa b) qui, après leur passage dans un broyeur ou un concasseur, peuvent passer à travers un tamis dont les ouvertures sont d’au plus 25 mm, le rejet
s’effectue aussi loin que possible à partir de la terre la plus proche mais, en aucun cas, la distance du navire à partir de la terre
la plus proche ne peut être inférieure à 3 milles marins au moment du rejet.
Special Requirements — Ships near Platforms
Exigences particulières — Navires près des plates-formes
141. (1) Subject to subsection (2), the discharge of garbage is
prohibited from a ship that is alongside or within 500 m of a fixed
or floating platform located more than 12 nautical miles from the
nearest land and engaged in the exploration, exploitation and associated offshore processing of seabed mineral resources.
141. (1) Sous réserve du paragraphe (2), il est interdit de rejeter
des ordures d’un navire qui se trouve le long, ou dans un rayon de
moins de 500 m, d’une plate-forme fixe ou flottante située à plus
de 12 milles marins à partir de la terre la plus proche et qui effectue l’exploration, l’exploitation et le traitement au large des ressources minérales du fond des mers.
(2) Tout navire qui se trouve le long, ou dans un rayon de
moins de 500 m, d’une plate-forme fixe ou flottante située à plus
de 12 milles marins à partir de la terre la plus proche et qui effectue l’exploration, l’exploitation et le traitement au large des ressources minérales du fond des mers n’est autorisé à rejeter des
déchets alimentaires que si ceux-ci ont été passés dans un concasseur ou dans un broyeur de façon que les déchets alimentaires
concassés ou broyés puissent passer à travers d’un tamis dont les
ouvertures sont d’au plus 25 mm.
(2) A ship that is alongside or within 500 m of a fixed or floating platform located more than 12 nautical miles from the nearest
land and engages in the exploration, exploitation and associated
offshore processing of seabed mineral resources is authorized to
discharge food wastes only if the food wastes have been passed
through a comminuter or grinder such that the comminuted or
ground food wastes are capable of passing through a screen with
openings no greater than 25 mm.
Authorized Discharge — Cargo Residues
Rejets autorisés — Résidus de cargaison
142. (1) A ship in Section I waters is authorized to discharge
cargo residues other than a cargo residue that is a pollutant referred to in paragraphs 4(a) to (c) if
(a) for a ship in Lake Ontario or in the area of Lake Erie east of
a line that runs due south from Point Pelee,
(i) the cargo residues are discharged from the ship at a distance of more than 12 nautical miles from shore, or
(ii) in the case of iron ore cargo residues, the cargo residues
are discharged from the ship at a distance of more than
5.2 nautical miles from shore;
(b) for a ship that is in the area of Lake Erie west of a line running due south from Point Pelee and that immediately loads
new cargo into the ship from a Lake Erie port after unloading
iron ore, coal or salt at that port, the cargo residues of iron ore,
coal or salt are discharged from the ship into the dredged navigation channels running between Toledo Harbor Light and Detroit River Light;
(c) for a ship in Lake Huron, other than a ship in the Six
Fathom Scarp Mid-Lake Special Protection Area,
(i) the cargo residues are discharged from the ship at a distance of more than 12 nautical miles from shore,
(ii) in the case of iron ore, coal or salt cargo residues on a
ship upbound along the Michigan thumb between 5.04 nautical miles northeast of entrance buoys 11 and 12 and the
track line turn abeam of Harbor Beach, the cargo residues are discharged from the ship at a distance of more than
2.6 nautical miles from shore, and
(iii) in the case of iron ore cargo residues, the cargo residues
are discharged from the ship at a distance of more than
5.2 nautical miles from shore; and
(d) for a ship in Lake Superior, other than the Lake Superior
Special Protection Areas,
142. (1) Tout navire qui se trouve dans les eaux de la section I
est autorisé à rejeter des résidus de cargaison autres que ceux qui
sont des polluants visés aux alinéas 4a) à c) si :
a) dans le cas où il se trouve dans le lac Ontario ou la zone du
lac Érié à l’est d’une ligne tracée droit plein sud à partir de la
pointe Pelée, le rejet des résidus de cargaison s’effectue :
(i) soit à une distance de plus de 12 milles marins de la rive,
(ii) soit à une distance de plus de 5,2 milles marins de la rive,
s’il s’agit de résidus de cargaison de minerai de fer;
b) dans le cas où il se trouve dans la zone du lac Érié à l’ouest
d’une ligne tracée droit plein sud à partir de la pointe Pelée et
charge immédiatement une nouvelle cargaison dans un port du
lac Érié après avoir déchargé du minerai de fer, du charbon ou
du sel à ce port, les résidus de cargaison de minerai de fer, de
charbon ou de sel sont rejetés du navire dans les canaux de navigation dragués entre le phare du havre de Toledo et celui de
la rivière Detroit;
c) dans le cas où il se trouve dans le lac Huron, sauf dans la
zone de protection spéciale du milieu du lac Six Fathom Scarp,
le rejet s’effectue selon les conditions suivantes :
(i) les résidus de cargaison sont rejetés à une distance de plus
de 12 milles marins de la rive,
(ii) les résidus de cargaison sont rejetés à une distance de
plus de 2,6 milles marins de la rive, s’il s’agit de résidus de
cargaison de minerai de fer, de charbon ou de sel et que le
navire remonte le long de la partie de terre en forme de
pouce du Michigan entre 5,04 milles marins au nord-est des
bouées d’entrée 11 et 12 et le tournant de la trajectoire par le
travers à Harbor Beach,
(iii) les résidus de cargaison sont rejetés à une distance de
plus de 5,2 milles marins de la rive, s’il s’agit de résidus de
cargaison de minerai de fer;
1702
Canada Gazette Part I
June 17, 2006
(3) For the purposes of this section, the master of the ship shall
ensure that no discharge of cargo residues is made if, through
visual observation, a marine mammal is within 0.5 nautical miles
of the ship.
d) dans le cas où il se trouve dans le lac Supérieur, sauf dans
les zones de protection spéciale du lac Supérieur :
(i) les résidus de cargaison sont rejetés à une distance de plus
de 12 milles marins de la rive,
(ii) les résidus de cargaison sont rejetés à une distance de
plus de 5,2 milles marins de la rive, s’il s’agit de résidus de
cargaison de minerai de fer;
e) dans le cas où il se trouve dans les eaux visées aux alinéas a)
à d) et leurs eaux de communication et leurs tributaires, les résidus de cargaison sont la pierre à chaux ou les autres pierres
propres;
f) dans le cas où il se trouve dans le fleuve Saint-Laurent à
l’ouest des Escoumins et fait route, les résidus de cargaison excluent les balayures de cargaison;
g) dans le cas où il se trouve dans les eaux internes du Canada
dans le fleuve Saint-Laurent à l’est des Escoumins et fait route,
les résidus de cargaison sont rejetés à une distance de plus de
6 milles marins de la rive;
h) dans le cas où il se trouve dans le fleuve Saint-Laurent ou
dans le golfe Saint-Laurent qui n’est pas dans les eaux internes
du Canada et fait route, les résidus de cargaison sont rejetés à
une distance de plus de 12 milles marins de la rive.
(2) Pour l’application des alinéas (1)f) à h), les rejets autorisés
des résidus de cargaison se limitent à l’alumine, à la bauxite, au
ciment, au minerai de chrome, à l’argile bentonite, à la dolomite,
au manganèse de fer, au gypse, à l’ilménite, au minerai de fer, au
concentré de minerai de fer, au concentré de minerai de plomb, à
la pierre à chaux, au concentré de manganèse, au minerai de manganèse, au syénite néphélinique, au quartz, au sel, au sable, au
talc, à l’urée, à la vermiculite et au concentré de minerai de zinc.
(3) Pour l’application du présent article, le capitaine du navire
doit veiller à ce qu’aucun rejet de résidus de cargaison ne soit
effectué à une distance de 0,5 mille marin ou moins du navire si,
par observation visuelle, des mammifères marins s’y trouvent.
Subdivision 3
Sous-section 3
(i) the cargo residues are discharged from the ship at a distance of more than 12 nautical miles from shore, and
(ii) in the case of iron ore cargo residues, the cargo residues
are discharged from the ship at a distance of more than
5.2 nautical miles from shore;
(e) for a ship in waters referred to in paragraphs (a) to (d) and
their connecting and tributary waters, the cargo residues are
limestone or other clean stone;
(f) for a ship in the St. Lawrence River west of Les Escoumins,
the cargo residues are not cargo sweepings and the ship is en
route;
(g) for a ship in the inland waters of Canada in the St. Lawrence River east of Les Escoumins, the ship is en route and the
cargo residues are discharged from it at a distance of more than
6 nautical miles from shore; and
(h) for a ship in the St. Lawrence River or Gulf of St. Lawrence
that is not in the inland waters of Canada, the ship is en route
and the cargo residues are discharged from it at a distance of
more than 12 nautical miles from shore.
(2) For the purposes of paragraphs (1)(f) to (h), the authorized
discharge of cargo residues is restricted to alumina, bauxite, cement, chrome ore, clay-bentonite, dolomite, ferromanganese,
gypsum, ilmenite, iron ore, iron ore concentrate, lead ore concentrate, limestone, manganese ore, manganese concentrate, nepheline syenite, quartz, salt, sand, talc, urea, vermiculite and zinc
ore concentrate.
Placards and Garbage Management Plans
Affiches et plans de gestion des ordures
143. (1) A ship of 12 m or more in length shall display placards
that notify the crew and passengers of the garbage discharge requirements of sections 6, 9 and 139 to 142, as applicable.
143. (1) Tout navire d’une longueur de 12 m ou plus doit disposer à bord des affiches informant l’équipage et les passagers
des exigences des articles 6, 9 et 139 à 142 concernant le rejet des
ordures, selon le cas.
(2) Les affiches doivent:
a) être rédigées en anglais ou en français, ou les deux, compte
tenu des besoins des membres de l’équipage ou des passagers,
s’il s’agit d’un navire canadien;
b) être rédigées dans la langue de travail des membres de l’équipage du navire, ainsi qu’en anglais, en français ou en espagnol,
s’il s’agit d’un navire qui n’est pas un navire canadien.
(3) Tout navire d’une jauge brute de 400 tonneaux ou plus et
tout navire autorisé à transporter 15 personnes ou plus doivent
conserver à bord un plan de gestion des ordures qui est conforme
au paragraphe 2) de la règle 9 de l’Annexe V de la Convention
sur la pollution des mers.
(4) Les membres de l’équipage doivent respecter les exigences
du plan de gestion des ordures.
(5) Le plan de gestion des ordures doit préciser la personne
responsable de l’exécution du plan et prévoir par écrit les méthodes de collecte, d’entreposage, de traitement, d’évacuation ou
de rejet des ordures, y compris l’utilisation du matériel à bord.
(2) The placards shall
(a) in the case of a Canadian ship, be written in English or
French or in both, according to the needs of the crew and passengers; and
(b) in the case of a ship that is not a Canadian ship, be written
in the working language of the crew and in English, French or
Spanish.
(3) A ship of 400 tons gross tonnage or more and a ship that is
certified to carry 15 persons or more shall keep on board a garbage management plan that meets the format requirements of
Regulation 9(2) of Annex V to the Pollution Convention.
(4) Every member of the crew shall comply with the requirements of the garbage management plan.
(5) The garbage management plan shall specify the person in
charge of carrying out the plan and set out written procedures for
collecting, storing, processing and disposing or discharging of
garbage, including the use of the equipment on board.
Le 17 juin 2006
Gazette du Canada Partie I
(6) The garbage management plan shall
(a) in the case of a Canadian ship, be written in English or
French; and
(b) in the case of a ship that is not a Canadian ship, be written
in the working language of the crew.
1703
(6) Le plan de gestion des ordures doit être rédigé :
a) en anglais ou en français, s’il s’agit d’un navire canadien;
b) dans la langue de travail des membres de l’équipage, s’il
s’agit d’un navire qui n’est pas un navire canadien.
Subdivision 4
Sous-section 4
Record-keeping
Tenue du registre
Interpretation
Définition
144. In this Subdivision, “garbage record book” has the same
meaning as Garbage Record Book and includes the Record of
Garbage Discharges in the form set out in the Appendix to
Annex V to the Pollution Convention.
144. Dans la présente sous-section, « registre des ordures »
s’entend du registre des ordures. La présente définition comprend
la fiche des rejets d’ordures selon le modèle qui figure à l’appendice de l’Annexe V de la Convention sur la pollution des mers.
Application
Application
145. (1) Subject to subsection (2), a ship of 400 tons gross tonnage or more and a ship that is certified to carry 15 persons or
more shall keep on board a garbage record book.
145. (1) Sous réserve du paragraphe (2), tout navire d’une
jauge brute de 400 tonne